Avril - Club Photo Polarisé

Avril - Club Photo Polarisé
LE P L A R I S A N T
B u l l e t i n
d ’ i n f o r m at i o n
avril 2009
© Yousuf Karsh
réunion mensuelle
le vendredi 24 avril
19 h pour 19 h 30
1re partie
« La lumière et la perspective –
mieux les connaître pour mieux
s’en servir »
Conférence donnée par
Robert Laramée
2e partie
Projection libre
C l u b
d e
p h o to g r a p h i e
Mot de la Présidente
Nathalie Lauzon
DANS CE NUMÉRO
Mot de la présidente ......................
Sous-groupe – Nature ...................
Sous-groupe – portrait ..................
Vox Pop ..........................................
Vivre sa passion avec... ................
Rappels - concours, activités, voyages ..
Nos membres se distinguent ........
Clichés & clins d’œil ......................
Coup de cœur ..............................
Réunion du 27 mars ......................
C.A. et Équipe du Polarisant .........
Forum - concours de la semaine ....
d u
1
2
3
3
4
5
6
7
7
8
8
9
L’appareil photo, l’accès au village
global par notre « outil », notre
« médium »…
La photo en avril; un grand ou un petit « p »
pour vous ? « Avril, c’est avril » vous me direz.
Un entre-deux tiède. Du poisson farceur
jusqu’à Pâques, de l’exposition sur les plantes
indigènes à l’Interclub régional, en passant par
la pluie, la boue et la neige (!), avril 2009 aura
apporté son lot de surprises météorologiques
et de réjouissances familiales. Un bon
réchauffement en préparation à la saison
chaude ou la haute saison pour certains.
Au moment d’écrire ces mots,
comme je n’ai pas écouté l’adage
qui dit de ne pas se découvrir
d’un fil en avril, j’ai la boîte de
« kleenex » d’un côté pour éponger
une grippe et par chance, mon
passeport de l’autre. Oui, je
m’apprête à partir pour un
voyage d’une semaine en
République Dominicaine. Ce
sera mon premier contrat de
photographie de mariage à
destination. Ce couple chéri,
qui habite la Caroline du Sud
aux États-Unis, m’a dénichée
via Facebook, a visité mon site
Internet, puis quelques appels
téléphoniques plus tard, je
recevais mon billet d’avion électronique par courriel. Hey, vive la
technologie !
Cette anecdote m’a donné envie de glisser
dans ce mot quelques concepts d’un
sociologue canadien qui m’a toujours fasciné,
Marshall McLuhan (1911-1980). Je citerai
simplement certains bouts de textes tirés des
sites de Bibliothèque et Archives Canada, de
Radio-Canada et Wikipédia. Ces références
font réfléchir de près ou de loin à la photographie et ce sera à vous de tirer vos propres
conclusions. L’appareil photo, l’accès au
village global par notre « outil », notre
« médium »… Je vous laisse là-dessus !
McLulan s’intéresse aux techniques modernes
de diffusion et à leur incidence sur la société.
P o l a r i s é
d e
l’ O u ta o u a i s
Figure médiatique des années 1960 et
1970, il acquiert une renommée internationale pour ses travaux sur la communication de masse. Son analyse des médias,
révolutionnaire pour l’époque, fait de lui
l’un des grands penseurs du XXe siècle.
McLuhan développe le concept du village
global « qui renvoie à la notion que la
communication électrique (ou électronique)
réduit les distances, et augmente les possibilités d’échange verbal et de métissage
culturel. » Le monde rapetisse comme on
dit ! Sur la notion de village global, il faut
retenir sa prémonition qui disait que « les
technologies des médias modifieraient
notre rapport à nos affaires quotidiennes
et aux autres individus. Au cours de
plusieurs entretiens, McLuhan prédit avec
une précision remarquable comment on
réunira différentes technologies, décrivant presque exactement comment a été
élaboré Internet. Bien qu’il se soit grandement trompé sur le matériel, il a défini avec
une surprenante acuité les possibilités
des technologies électroniques, ce qui lui
a permis de prévoir les conséquences les
plus importantes d’Internet : la réorganisation totale de notre économie autour de
l’information. McLuhan croit également que
la technologie électronique mènera à la
perte de l’identité privée, résultat qu’il sait
préjudiciable. Voilà en partie pourquoi il
s’est tourné vers la métaphore du théâtre
pour décrire la connexité et la vitesse des
technologies électriques. » Une deuxième
théorie de McLuhan, maintenant célèbre,
est celle que « Le message, c’est le
médium ».
McLuhan considère « toutes les technologies
comme autant d’extensions du corps : le
crayon prolonge la main et la roue prolonge le pied. […] McLuhan affirme que
les médias créent des environnements
qui influencent nos perceptions à tel point
que nous n’en notons plus totalement les
conséquences. » L’appareil photo, une
extension de l’œil ? Le choix de photographier telle ou telle scène aux dépens d’une
autre, le choix du « post-processing » pour
créer tel ou tel impact, etc.
suite à la page 7
sous-groupe
NATURE
oiseaux
& plantes printanières
Prochaine réunion
le vendredi 1 er mai, à partir de 19 h
à l’Université du Québec
La première sortie de ce mois-ci a eu lieu dimanche dernier, le 19 avril, en compagnie
de Robert Gravel. Notre deuxième sortie du mois – pour photographier les plantes
printanières – aura lieu ce jeudi, le 23 avril, à 10 h, en compagnie de M. Jean-Serge
Vincent (cette sortie remplacera celle du 26 avril, qui a dû être annulée).
La prochaine réunion du groupe Nature aura lieu le vendredi 1er mai. En première
partie, nous pourrons écouter une présentation de Jean-Pierre Riffon : « La découverte
de la nature avec le Club Polarisé ». En deuxième partie, nous poursuivrons notre
travail sur la photographie d’oiseaux avec une discussion sur le sujet. Apportez vos
photos d’oiseaux (numérique ou diapo) prises lors de nos deux sorties ou ailleurs.
Robert Gravel animera cette discussion. Tous les membres du Club sont invités !
Les Plantes indigènes
au fil des saisons
Le jeudi 14 mai
Diaporama
sur les plantes indigènes
présenté au
Musée canadien de la nature
RAPPEL aux membres
Si vous désirez ajouter des
photographies de plantes indigènes
à ce diaporama, faites-les parvenir
à France Rivet, par courriel,
en format 1024 X 768,
avant le 30 avril.
Du 30 mai au 3 juillet
Exposition
à la Bibliothèque de Chelsea
Vernissage : le dimanche 31 mai
Jusqu’au lundi 11 mai
Exposition à la Bibliothèque
municipale de gatineau
– Maison du Citoyen
Pour obtenir plus d’information :
France Rivet
2
Michel Lemaire
photos sur cette page :
© Nathalie Lauzon
© Marie-Andrée Blais
Forum sur les plantes indigènes
le jeudi 14 mai, de 18 h à 21 h 30
3 e étage (aile ouest), Musée canadien de la nature (240, rue McLeod, Ottawa)
Entrée gratuite (il n’est pas nécessaire de s’inscrire)
Présentations faites en anglais
Ce sera une soirée très informative sur les plantes indigènes. Les conférenciers
expliqueront quelles sont les plantes qui sont considérées comme des espèces
indigènes de l’Est de l’Ontario et comment vous pouvez contribuer à approfondir les
connaissances sur ces dernières. De 18 h à 19 h, le diaporama préparé par le Club
Polarisé sera présenté en boucle ainsi que durant l’entracte (de 20 h 10 à 20 h 30).
Rafraîchissements gratuits. Présentation d’expositions par des organismes locaux qui
se consacrent aux plantes indigènes. Nombreux prix de présence.
Information : 613 831-2253
Suggestion de conférence (en français)
Le papillon monarque : un phénomène de la nature
le mercredi 22 avril, à 19 h
Musée canadien de la nature
Le papillon monarque est célèbre, surtout en raison de sa spectaculaire migration
de presque 4 000 km. M. Jean Lauriault, spécialiste de l’environnement au Musée
canadien de la nature, vous amènera au centre du Mexique, destination hivernale du
papillon monarque. Il vous présentera également les défis que pose la conservation
de cette espèce.
Droit d’entrée : 5 $; gratuit pour les membres du Musée
Inscription recommandée : 613 566-4791
2
sous-groupe
Prochaine réunion
portrait
le vendredi 22 mai, à 19 h
à l’Université du Québec
Sans filet
Le sous-groupe Portrait étirait les limites du carcan thématique qui lui est cher
pour s’adonner à la photographie de quelques parties de badminton. Merci encore
aux participants qui ont bravé les difficultés techniques imposées par le lieu pour
tenter de capter le moment, mais merci surtout au groupe qui nous a accueilli si
gentiment entre les murs de l’école Escalade.
Pour le mois de mai, la rencontre aura lieu le vendredi 22, vers 19 h, comme
d’habitude. Je vous transmettrai de plus amples détails dans les prochaines
semaines.
1 2
À bientôt !
1-2 © Jean Lapointe
3 © Sébastien Lavallée
Sébastien Lavallée
Le C.A. aimerait connaître votre opinion sur la question suivante :
• Au sein du Club ou ailleurs, quelle est l’importance des compétitions /
des concours dans votre démarche photographique ?
• Avez-vous tendance à participer ou à vous abstenir ? Pourquoi ?
• Qu’est-ce que ça vous apporte ?
Voici quelques-uns des commentaires reçus.
Partagez aussi les vôtres dans le prochain numéro.
3
« VOX
POP »
« En y réfléchissant, je me demande si parfois perdre n’est pas une
belle victoire, dans certains cas. La victoire n’est pas forcément la
meilleure chose. En arts, il n’y a pas de gagnant ou de perdant, il y a
juste des personnes qui s’expriment et d’autres qui les aident à diffuser leur expression. Le gagnant véritable, c’est le public. »
(Source anonyme)
« La compétition est face à soi-même -- on le sent quand on s’est surpassé et c’est, à mon sens, ce qui compte. Mais le fait de
montrer son travail aux autres, de voir celui des autres, et surtout d’obtenir une bonne critique d’un juge compétent permet de se
situer dans sa propre démarche et de s’améliorer. » (Source anonyme)
« Je me suis souvent demandé si les concours photo c’était pour moi. C’est une occasion de montrer à beaucoup de gens une photo
dont on est particulièrement fier. Mais en même temps, on entre dans une compétition et on participe pour le plaisir et pour gagner.
Ça peut être une déception lorsqu’on ne gagne pas car on a l’impression que les gens n’ont peut-être pas aimé notre photo. C’est
pour ca que j’aime mieux les expositions. Ça n’a aucune affaire avec la compétition. Mais pour la plupart d’entre nous, c’est beaucoup plus compliqué et coûteux d’exposer (surtout en solo) que de participer à des concours. Dans un concours par contre, c’est
vraiment gratifiant lorsqu’on gagne, mais quand on y pense, notre photo a été choisie par quelques juges. D’autres juges auraient
choisi des photos complètement différentes. N’importe qui peut être juge.
J’aime mieux photographier pour moi et ensuite soumettre mes photos à des concours si ça « fit ». Lorsque je photographie dans
l’intention de participer à un concours, j’ai l’impression que la photo ne vient pas de moi. C’est comme si j’avais eu un contrat de
photographier quelque chose que je n’ai pas envie de photographier. Ça n’a pas le même « feeling » et la photo n’a pas d’âme. »
(Christian Vilela)
« Le seul adversaire est à l’intérieur de soi-même. »
(Source anonyme)
3
Vivre sa passion avec ...
chronique de Claude Brazeau
raymond aubin
Le travail de Raymond nous fait souvent réfléchir.
Que ce soient ses photos de voyage à l’autre bout
du monde ou ses diaporamas qui nous font voir notre
entourage d’un tout autre œil. Il y a toujours une
certaine anticipation avant une réunion où l’on sait
que Raymond va nous faire une présentation. Quand
on rentre à la maison, c’est toujours la tête pleine de
ses merveilleuses images qui nous font comprendre
que la photographie, ça peut être tellement plus que
s’agenouiller devant une belle fleur, appareil photo à
la main.
Je vous présente ici quelques questions posées à Raymond qui vont nous aider à mieux
le connaître et mieux comprendre son travail.
CB – Qu’est-ce qui t’a allumé à tes
débuts en photographie et est-ce différent
aujourd’hui ?
RA – La magie. Il y avait un cérémonial
presque religieux à régler l’appareil, à
cadrer et à déclencher. Et puis, il y avait ce
résultat, cet objet-image que j’avais créé et
que je recevais du labo après une semaine
d’impatience. J’ai aussi commencé très tôt
à tirer mes propres épreuves en chambre
noire. Je trouvais toutes mes photographies
géniales au début. J’avais ce sentiment de
prise de possession du monde à travers la
création photographique. Ce qui m’allume
aujourd’hui ? Encore la magie. J’adore
manipuler l’appareil photo, me retrouver
en situation de prise de vue (je m’y sens
souvent dans un état second) et j’adore
fignoler mes images à l’ordinateur. Je ne
trouve plus mes photos géniales : voilà ce
qui a changé ! Je suis devenu très critique
de moi-même. Et je me lance dans des
projets d’une complexité folle comme des
panoramas de 360 ° dans des lieux publics
remplis de gens.
CB – Qu’est-ce qui t’inspire ?
RA – L’humain. Mes dix premières années
en photographie ont été tournées entièrement vers la photographie de rue. J’étais
fortement inspiré par les grands photographes de la belle époque de Life. Par la
suite, j’ai surtout photographié en voyage,
tout en conservant intact mon intérêt pour
les personnes dans leur milieu. Dès mon
arrivée au Club, je me suis mis à la photo
de nature, qui a été une école technique
et esthétique formidable. Au cours des dix
dernières années, je suis revenu à l’humain
avec des séries de photo de nu (ou du
corps humain, si l’on veut) et un retour
plus récent vers une certaine photographie
sociale dans laquelle je montre les gens
aux prises avec les lieux et les artefacts de
la vie moderne.
CB – Tu dis essayer de concilier la photo
artistique et la « photo de club », peux-tu
expliquer ?
RA – Les premières expositions que j’ai
vues au Musée de la photo m’ont laissé
profondément perplexe. D’une part, les
photos que j’y trouvais auraient fait
mauvaise figure aux concours de notre
club photo et, d’autre part, nos photos
gagnantes n’auraient jamais pu se retrouver sur les murs du Musée. En poursuivant
le baccalauréat en arts visuels, j’ai
commencé à comprendre la nature de
cette opposition. La photo artistique
contemporaine (on dit aussi la photographie plasticienne) cherche à véhiculer des
idées avant de susciter des émotions : le
photographe doit ancrer son travail au plan
conceptuel. La photographie plasticienne
est aussi constamment à la recherche de
nouveauté : le photographe doit innover
tant au niveau du sujet que de l’esthétique.
En voyant ces deux exigences, on
comprend comment la photographie
plasticienne peut prendre une forme
ambiguë et devenir difficile d’accès. Pour
moi, le grand art serait de produire des
photos qui comportent à la fois une couche
accessible (qui réconforte, comme dans
les plus belles images produites au Club)
et une couche énigmatique (qui déstabilise).
C’est pourquoi j’apprends beaucoup en
participant à la fois aux activités du Club et
à celles du milieu de l’art contemporain.
© Raymond Aubin
CB – Qu’est-ce que le Club de photo t’a
apporté ?
RA – Justement, la participation aux
activités du Club m’a appris à bien faire mes
devoirs. Elle m’a permis de me tenir au fait
des derniers développements techniques. Il
ne faut pas oublier que la photographie est
le premier art technologique : ce sont ses
racines. À travers les séances de critiques
(trop peu nombreuses de nos jours), le Club
m’a aussi montré à bien utiliser le langage
photographique : cadrage, netteté, exposition, contraste, couleur, composition, la liste
est longue. Le Club m’a appris à soigner
mon travail photographique jusque dans ses
détails. C’est à partir de cette base solide
que j’ai pu m’aventurer avec confiance sur le
terrain incertain de la photographie contemporaine.
CB – Qu’est-ce qu’une bonne photo, d’après toi ?
RA – Question piège ! Une bonne photo est
celle qui s’approche de la « photo idéale ».
La définition de la photo idéale ne dépend
pas d’un individu : en ce sens, elle n’est pas
subjective. Elle dépend plutôt du milieu dans
lequel on se trouve. Les parents vont trouver
bonne la photo du premier sourire de leur
enfant même si le cadrage, la composition et les couleurs sont tout croches.
Les membres du Club Polarisé vont plutôt
apprécier une photo qui suscite une émotion générale, qui saisit un instant et qui
présente une technique et une esthétique
impeccables. Et le milieu de l’art contemporain va se passionner pour une photo qui
soulève une problématique, qui innove au
plan esthétique et qui est imprégnée de la
vision personnelle de l’artiste. Alors, selon le
chapeau que je porte, ma notion de bonne
photo va changer.
4
quelques
rappels
Pour trouver l’horaire complet des activités du CPPO :
www.clubphotopolarise.org/index.php?section=calendrier
Réunion mensuelle du 24 avril :
Ne manquez pas cette conférence
donnée par Robert Laramée
La lumière et la perspective –
mieux les connaître
pour mieux s’en servir
prochain
Concours
Photographier, c’est peindre avec la
lumière alors que la perspective permet
de représenter un univers en trois dimensions dans une image à deux dimensions.
Lors de cette présentation, nous verrons
quelles sont les caractéristiques de la
lumière et de la perspective qui nous
intéressent en tant que photographes.
Deux présentations en une seule, qui
s’adresse à tous !
Thème – Explosion
Vous êtes invité(e) à la
37e exposition annuelle de
l’ALPA (Association longueuilloise
des photographes amateurs)
du 28 avril au 3 mai
Place Longueuil (cour centrale; entrez
par la porte P-6 de Place Longueuil)
Plus de 400 images, tant numériques
qu’imprimées, seront exposées.
Pour les membres qui ont peu ou pas
d’expérience en photographie
Miksang
Cours de photographie
contemplative
de joie
Résultats – le vendredi 29 mai
(réunion mensuelle)
Remise des photos
date limite : le vendredi 22 mai
à 19 h
Le jugement à huis clos
aura lieu le mardi 26 mai.
Envoyez vos photos numériques
à l’adresse suivante :
cppo.concours@gmail.com
et / ou
Remettez vos photos argentiques
ou diapositives
• aux réunions des sous-groupes :
1er mai (nature) et 22 mai (portrait)
ou
• au domicile de Bruno Parent
819 568-7638
Pour obtenir plus d’information
http://www.clubphotopolarise.org/index.
php?section=concours_procedures
Atelier de base
sur la photographie
Pré-requis : posséder un appareil photo;
avoir lu son manuel d’instructions.
Notions abordées :
distance focale, ouverture, vitesse,
profondeur de champ, composition,
utilisation d’un trépied, etc.
NB : ce n’est pas un cours sur l’utilisation de
logiciels tel que Photoshop, ni un cours avancé
pour ceux qui connaissent bien la photo.
Animateur : Claude Wauthier
Dates de l’atelier : les 4, 7 et 21 mai
Heures : de 19 h à 21 h
Sortie accompagnée : le samedi 23 mai
Endroit : UQO (Lucien Brault, local à déterminer)
Inscription : clauwau@videotron.ca
avant le jeudi 30 avril
Participants: min.5 - max.12
concours
activités
voyages
D-Clic
Salon de la photo
les 8-9-10 mai
Palais des congrès, Montréal
D-Clic, le plus grand salon de la photo
et vidéo de la région métropolitaine,
s’adresse à tous ceux et celles qui
s’intéressent de près ou de loin à la
photographie, qu’ils soient amateurs
ou professionnels.
Information : www.salondclic.com
Le samedi 16 mai et le dimanche 17 mai
de 9 h à 16 h, à l’UQO
entre 50$ et 60$ par personne
Miksang est un mot tibétain qui se traduit
par “Bon Oeil”. Miksang est une forme de
photographie contemplative. Elle rassemble
l’art de la photographie, la discipline de
méditation et les enseignements d’art
Dharma du maître et du disciple de
méditation Chögyam Trungpa.
Généralement la méditation se rapporte
à l’état d’être « éveillé » : la réalisation de
désinvolte conscience qui nous permet de
nous relier à la pleine réalité de notre être.
La méditation se rapporte également aux
pratiques de synchroniser l’esprit et le
corps qui nous permettent de cultiver
cet état d’être.
Dans la photographie contemplative nous
travaillons avec la synchronisation de l’œil.
Quand l’œil et l’esprit sont dans le même lieu,
l’éclat du moment dans le monde visuel
se manifeste et est apprécié pleinement.
Cette manifestation est spontanée – un
flash de perception – la magie ordinaire du
monde. Quand on se relie à la perception
pure, il n’y a aucune lutte, ce qui résulte
en une image photographique sincère et
brillante. Ces moments de perception et
d’appréciation purs se produisent en tout
temps, mais nous les ignorons souvent et
les dévaluons sans en être conscient. Il
est intéressant d’identifier et de cultiver ces
moments parce qu’ils rappellent la franchise
et la qualité de notre être et du moment
présent.
Le premier niveau de la formation Miksang
purifie notre perception visuelle par le
travail direct avec les éléments ou les
formes du champ visuel : couleur, lumière
et forme (texture, lignes et modèles).
Dans ce niveau nous traiterons également
du « flash de perception », ce qui révèle
une présentation directe du monde
phénoménal. Cette formation d’introduction
inclut les instructions, les tâches, les revues
d’image et les excursions dirigées sur le
terrain. Aucune expérience précédente
de photographie est nécessaire, mais
vous devez apporter votre appareil photo
numérique.
5
félicitations
Nos membres se distinguent !
Résultats
Concours Interclub régional
Thème • Color on Color
2e place – catégorie ON TOPIC
Rain Coat (le parapluie jaune)
© Serge Brousseau
1re place – catégorie OPEN
1922 © Marie-Andrée Blais
A la recherche d’une bonne lecture estivale,
d’un bon « thriller » ?
Concours
Thème • Simplicité
Cette photo – Entrelacés,
de © Serge Brousseau,
s’est mérité la première
place.
Une connaissance à moi, Francine Forget, a écrit un roman intitulé
« L’Insoumise », en librairie depuis le 21 mars.
Voici le résumé qui m’en a été fait : « Juliane est une jeune fille moderne, qui vit à l’ère des technologies. Sa situation familiale
devenant difficile, elle décide de s’enfuir à l’étranger. Bouleversée par la fuite de sa fille, sa mère partira à sa recherche. Dans
cette quête pour la retrouver, elle découvrira une réalité troublante : le destin de sa fille sera lié à des actes terroristes
et à l’intégrisme religieux. »
Quel est le lien entre la photographie et cette recommandation de lecture ?… C’est que j’ai participé techniquement à la
réalisation de la photo de Francine Forget, l’auteure.
Je dois vous avouer que je n’ai pas lu le roman, ça ne saurait tarder, mais j’ai confiance qu’il me fera passer des heures
de lecture très agréables. L’indice de vente des livres durant les trois premiers mois a beaucoup d’impact sur les possibilités
de réimpression et encourage l’auteur(e) à en écrire de nouveaux. Ne tardez donc pas à vous le procurer.
Note pour les écolos : empruntez le livre à votre bibliothèque municipale, ça compte, ça aussi. Merci et bonne lecture !
jean-pierre riffon
6
6
Mot de la présidente
Clichés & clins d’œil
suite de la page 1
Une autre citation qui relie le concept de
McLuhan avec la photographie est celle-ci :
« … le médium utilisé influence considérablement nos sens et, par là même,
notre cerveau; à tel point que le contenu
même du message peut s’en trouver
grandement affecté. Imaginons, par
exemple, qu’en ouvrant un album de
famille on y découvre une photographie
représentant une jeune fille avec une
fleur à la bouche. Jolie photo. Imaginons maintenant la même photo tirée
en grand format et exposée dans une
célèbre galerie d’art contemporain.
Dans le premier cas, on dit : Cette photo
est sympathique, mignonne, etc. Dans
le second cas, on dit : Vraiment sublime,
cette image ! Quel grand photographe !
L’« habillage », c’est-à-dire la galerie et
même la signature de l’artiste, nous a
grandement influencés par rapport au
contenu : une simple jeune fille avec une
fleur. Idem pour le goût : une étiquette
de Château-Margaux ou celle d’un vin
quelconque, collée sur la même bouteille,
n’aura pas la même influence sur la
dégustation... On « boit l’étiquette ».
Le cerveau travaille à notre insu ! »
Serait-ce ici le choix de faire une impression papier, une projection numérique,
une projection vidéo, une exposition,
un diaporama avec ou sans son, une
reliure, …
En terminant, il disait aussi que « We
shape our tools and then our tools
shape us » (traduction libre : « Nous
formons nos outils puis nos outils nous
forment. »). Intéressant, dans le contexte
actuel de la photographie, des technologies qui changent très rapidement,
le besoin de posséder un ordinateur
pour pratiquer notre art en numérique,
l’équipement photographique et
J’ai tiré d’une entrevue avec Yann
Arthus-Bertrand, qu’on connaît bien
pour ses photos de la Terre vue du ciel,
ces quelques réflexions :
« Une photo parle tout de suite, il n’y a
pas besoin d’explications, tout le monde
comprend la même chose. »
« En photographie, ce n’est pas le
photographe qui est important. »
« Lorsqu’on fait des photos, on ne les
fait pas pour soi, on les fait pour les
gens. »
Voici quelques sites où trouver de ses
photos (il y en a beaucoup d’autres) :
http://www.yannarthusbertrand.org/
index_new.htm
© John Reeves
périphérique qui est dans notre vie, ces
besoins que nous nous créons, notre
mode de vie rapide, nos façons de faire,
etc.
Plus de quarante ans plus tard, pas fou ce
McLuhan!
Ceci dit, et vous, où en êtes-vous au sein
du village global avec votre « outil », votre
« médium » ? Est-ce que votre appareil
photo vous sort de vos limites ? De vos
illusions ?
Où vous amène-t-il ? Géographiquement,
physiquement, spirituellement, mentalement, …
Quelques pensées intéressantes
http://www.marshallmcluhan.com/poster.html
Sources
Bibliothèque et Archives Canada Anciens messagers, nouveaux médias
http://www.collectionscanada.gc.ca/innis-mcluhan/index-f.html
Radio-Canada Archives McLuhan, prophète des temps modernes
http://archives.radio-canada.ca/arts_culture/medias/dossiers/323/
Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan
http://www.futura-sciences.com/
galerie_photos/showgallery.php/cat/503
http://www.linternaute.com/natureanimaux/nature/diaporama/
developpement-durable/1.shtml
Gilbert Troutet
coup de cœur
La MER BLEUE : à découvrir, si vous
ne la connaissez pas déjà. Ce joyau de
la ceinture verte d’Ottawa est un site
protégé. On y trouve des merveilles
de faune et de flore, des espèces en
danger d’extinction. Une grande variété
d’oiseaux y nichent et des créatures
innombrables nagent dans les eaux
marécageuses. La CCN y a construit
une passerelle en bois qui permet
de vous y aventurer en sécurité et
d’explorer ses richesses.
En direction est sur le Queensway,
prenez la sortie 104 (chemin Anderson)
et tournez à gauche. Poursuivez jusqu’à
Ridge Road où vous tournez à droite.
Plusieurs sentiers vous attendent.
Bonne visite !
97
conseil
d’administration
Compte-rendu de la réunion
du vendredi 27 mars 2009
Pour débuter, nous avons souhaité la bienvenue à cinq visiteurs. Ont suivi de nombreuses
annonces sur les activités à venir, dont celles des sous-groupes (consultez le Polarisant
ou la programmation sur le site du CPPO pour tout savoir).
Ensuite, nous avons discuté des résultats du Gala de la SPPQ (où trois de nos
membres se sont particulièrement distingués). Puis, les résultats du concours épreuve
sur le thème Simplicité ont été annoncés. Le jugement des 47 photos, présentées par
20 participants, a eu lieu plus tôt dans la semaine avec l’aide des juges Raymond Aubin,
Manon Francœur et Jean-Marie Philippe. Soulignons que Lorraine Casavant est
passée de la catégorie débutante à intermédiaire grâce au score obtenu pour l’une de
ses photos. Raymond Aubin nous a rappelé que de nombreux éléments influencent le
jugement d’une épreuve, tels le papier utilisé pour l’impression, le cadre et le passepartout choisis, le fini de la photo, le support solide et même la grandeur de la photo.
Le tirage de deux certificats cadeau, gracieuseté de St-Hubert, a suivi la pause santé.
Les chanceux : Nathalie Lauzon et Michel Lemaire. D’un autre côté, André Geick a gagné
la moitié du montant amassé pour le 50/50, soit 57$.
Ensuite, nous avons eu droit à un forum technique où trois panélistes — Raymond
Aubin, Robert Gravel et Denis Gagnon — ont répondu aux questions des membres
dans tous les domaines. Nathalie Lauzon et Jean-Marie Philippe ont été les modérateurs. Voici une liste non-exhaustive des sujets couverts : des titres de livres de photo
inspirants, le filtre polarisant, comment jouer avec l’horizon qui paraît croche, les objectifs
macro, le processus général d’amélioration des photos numériques et la différence entre
RAW et JPEG.
Après la projection de diapositives d’un membre, la soirée s’est terminée avec la
projection libre des photos de 16 autres membres, entrecoupée d’un montage photos de
Raymond Aubin réalisé à 360º dans le métro de Montréal.
Florence Célestin
N’hésitez pas à nous faire
parvenir vos suggestions.
Nous en discuterons à la prochaine
réunion du C.A., qui aura lieu le 18 mai.
Présidente
Nathalie Lauzon
Vice-président, site Web et informatique
Frédéric Lavoie
Secrétaire
Florence Célestin
Trésorière
Lily Simoneau
Le Polarisant
Francine Bellanger
Conférenciers
Monique Routhier
avec l’aide de Bruno Parent
Concours
Bruno Parent
avec l’aide de Monique Routhier
et de Michel Lemelin
Volet technique et formation
Jean-Marie Philippe
+ un poste vacant
(nomination annoncée le 24 avril)
Équipe du POLARISANT
Édition / mise en page
Francine Bellanger
Réviseur
Gilbert Troutet
Chroniqueurs et collaborateurs
Claude Brazeau, Serge Brousseau,
Florence Célestin, Nathalie Lauzon,
Sébastien Lavallée, Michel Lemaire,
Monique Routhier, Gilbert Troutet
Planification du No de mai
Envoyez vos textes, photos ou suggestions
à la date et à l’adresse indiquées dans
l’échéancier de mai
que vous recevrez par courriel.
78
Forum
les
premières places des concours de la semaine
Semaine du 23 mars
Thème • Couple
Un dimanche à Moussette
© Michel Maranda
Semaine du 6 avril
Thème • La grisaille du printemps
Semaine du 30 mars
Thème • Miroir
Moment de réflexion
© Jean Lapointe
Semaine du 13 avril
Thème • Photo panoramique libre
1
2
Ex aequo
1
2
Grisaille du printemps
© Robert Amiot
C’est gris même s’il fait beau
© Patrick Beaulieu
Sous l’emprise de l’église
© Jean Lapointe
9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising