Mars 2003 Liahona

Mars 2003 Liahona
ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST DES SAINTS DES DERNIERS JOURS • MARS 2003
Le Liahona
Créer une culture
marquée par la
pudeur, p. 14
Pourquoi rester
pur ? p. 6
ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST DES SAINTS DES DERNIERS JOURS • MARS 2003
Le Liahona
MAGAZINE
2
SUR LA COUVERTURE
Première page de
couverture : Photo Graig
Dimond. Dernière page
de couverture : Photo
Steve Bunderson. Voir
« Tout ce qui est beau et
bon », p. 14.
Message de la Première Présidence : Pensées édifiantes
Gordon B. Hinckley
14
Tout ce qui est beau et bon Jan Pinborough
20
Regarder au-delà du point marqué Quentin L. Cook
25
Message des instructrices visiteuses : Préparer les membres
de votre famille en les fortifiant spirituellement
32
Le passage des Jeunes Filles à la Société de Secours
Kathleen Lubeck Peterson
38
Paroles de Jésus : Humilité Athos M. Amorim
42
Les saints des derniers jours nous parlent :
Des miracles à notre époque Nitochka Silva Calisto
Soins intensifs familiaux Pamela Steenhoek
Ne jamais abandonner Jason Lacayo
Notre nouvelle vie en mission Robert A. Hague
48
Comment utiliser Le Liahona de mars 2003
POUR LES JEUNES
6
COUVERTURE DE L’AMI
Voir « Je suis enfant de Dieu »,
p. 4.
Des raisons de rester pur Neal A. Maxwell
13
Liste d’idées : Devenir un véritable ami
Kristi McLane
19
La véritable beauté Rosalyn Collings
26
Classiques de l’Évangile : Dès aujourd’hui…
N. Eldon Tanner
30
La vérité au sujet de ma famille Scott Bean
47
Le saviez-vous ?
L’ A M I
VOIR P. 6
2
Viens écouter la voix du prophète : Le chemin
Thomas S. Monson
4
Période d’échange : Je suis enfant de Dieu
Vicki F. Matsumori
6
La poule de grand-maman Emily Sara Lewis
9
Pour les tout-petits : Quand je vivais avec notre Père céleste
Pat Graham
10
Histoires du Nouveau Testament : Souffrance de Jésus
au jardin de Gethsémané
14
D’ami à ami : Souviens-toi Walter F. González
16
Fiches de temple
VOIR P. 14
Mars 2003 Vol. 4 n° 3
LE LIAHONA 23983-140
Publication française officielle de l’Eglise de Jésus-Christ
des Saints des Derniers Jours.
Première Présidence: Gordon B. Hinckley,
Thomas S. Monson, James E. Faust
Collège des Douze: Boyd K. Packer, L. Tom Perry,
David B. Haight, Neal A. Maxwell, Russell M. Nelson,
Dallin H. Oaks, M. Russell Ballard, Joseph B. Wirthlin,
Richard G. Scott, Robert D. Hales, Jeffrey R. Holland,
Henry B. Eyring
Directeur de la publication: Dennis B. Neuenschwander
Consultants: J. Kent Jolley, W. Rolfe Kerr, Stephen A. West
Administrateurs du service des programmes:
Directeur: Ronald L. Knighton
Chef de publication: Richard M. Romney
Directeur général des illustrations: Allan R. Loyborg
Rédaction:
Rédacteur en chef: Marvin K. Gardner
Rédactrice en chef adjointe: Jenifer L. Greenwood
Rédacteur adjoint: Roger Terry
Assistante de rédaction: Lisa Ann Jackson
Rédactrice: Susan Barrett
Assistante de publication: Collette Nebeker Aune
Illustrations:
Directeur des illustrations du magazine: M. M. Kawasaki
Directeur du graphisme: Scott Van Kampen
Chef graphiste: Sharri Cook
Graphiste: Thomas S. Child, Randall J. Pixton
Directrice de la production: Jane Ann Peters
Production: Reginald J. Christensen, Denise Kirby,
Kelli L. Pratt, Rolland F. Sparks, Kari A. Todd,
Claudia E. Warner
Maquette informatique: Jeff Martin
Abonnements:
Directeur de la diffusion: Kay W. Briggs
Directeur de la distribution: Kris T Christensen
Traduction en français et adresse de la rédaction:
Service des Traductions, Rue des Epinettes, Bâtiment 10,
F-77200 TORCY
Distribué par Services administratifs régionaux
(magazines) 1 av. du Mont-Blanc, BP 59
F-01710 THOIRY, Tél. 04 50 20 50 58
Abonnements pour l’année civile: Pour les abonnements,
réclamations, changements d’adresse, veuillez vous adresser
au représentant local du Liahona (à souscrire par l’intermédiaire des paroisses/branches): 15 J à envoyer par chèque
libellé à l’ordre de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des
Derniers Jours, ou 600 FB ou 32 FS ou 1000 FP.
Publié 12 fois par an.
Veuillez envoyer vos manuscrits et vos questions à
Liahona, Floor 24, 50 East North Temple, Salt Lake City,
UT 84150-3223, USA; ou par e-mail à cur-liahonaimag@ldschurch.org
Le Liahona (terme du Livre de Mormon désignant une
«boussole» ou «directeur») est publié en albanais, allemand, anglais, arménien, bulgare, cambodgien, cebuano,
chinois, coréen, croate, danois, espagnol, estonien, fidjien,
finnois, français, haïtien, hiligaynon, hongrois, ilokano,
islandais, italien, japonais, khalkha, kiribati, néerlandais,
letton, lituanien, marshallais, norvégien,
pangasinan, polonais, portugais, roumain, russe, samoien,
sinhala, slovène, suédois, tagalog, tahitien, tamil, tchèque,
telugu, thaïlandais, tongien, ukrainien et vietnamien, waray.
(La fréquence de publication varie selon les langues.)
© 2003 Intellectual Reserve, Inc. Tous droits réservés.
Imprimé aux USA.
For readers in the United States and Canada:
March 2003 Vol. 4 No. 3. LE LIAHONA (USPS 311-480)
French (ISSN 1522-919X) is published monthly by The
Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 50 East North
Temple, Salt Lake City, UT 84150. USA subscription price
is $10.00 per year; Canada, $15.50 plus applicable taxes.
Periodicals Postage Paid at Salt Lake City, Utah, and at
additional mailing offices. Sixty days’ notice required for
change of address. Include address label from a recent
issue; old and new address must be included. Send USA
and Canadian subscriptions to Salt Lake Distribution Center
at address below. Subscription help line: 1-800-537-5971.
Credit card orders (Visa, MasterCard, American Express)
may be taken by phone. (Canada Poste Information:
Publication Agreement #40017431)
POSTMASTER: Send address changes to Salt Lake
Distribution Center, Church Magazines, PO Box 26368,
Salt Lake City, UT 84126-0368.
COURRIER
« SOIS UN MODÈLE »
FORTIFIER LA FAMILLE
C’est toujours une joie de lire
Le Liahona. Dans le numéro de janvier
2002, un discours de Thomas S. Monson,
« Sois un modèle », m’a particulièrement
touché.
Nous habitions à Bad Driburg, et, en
tant que retraité, j’avais de temps en
temps l’occasion de servir de l’eau minérale dans un établissement de soin. Un
jour, j’y ai rencontré une dame qui m’a
dit que tout allait mal dans sa vie. Je me
suis efforcé de l’encourager à placer sa
confiance en Dieu.
Un autre jour, elle m’a dit qu’elle
avait récemment vu une émission à la
télévision sur les saints des derniers
jours. Elle m’a dit que les gens de l’émission me ressemblaient : ils étaient amicaux, ouverts d’esprit, courtois et
rayonnants. Je lui ai dit : « Je suis membre de L’Église de Jésus-Christ des Saints
des Derniers Jours ».
Elle m’a regardé, l’air surpris, puis
elle a dit : « J’aimerais en apprendre
davantage sur votre Église ».
Grâce à cette expérience, j’ai appris à
suivre les conseils du discours de frère
Monson :
« 1. Emplissez votre esprit de vérité ;
« 2. Emplissez votre cœur d’amour ;
« 3. Emplissez votre vie de service »
(Le Liahona, janvier 2002, p. 115).
Chaque fois que ma femme et moi,
nous recevons Le Liahona, nous le
lisons en une semaine. Ma famille a été
fortifiée par la lecture du Liahona. L’un
des articles que nous préférons est le
message de la Première Présidence.
Nous aimons aussi les histoires des
membres et L’Ami. J’aime les points de
vue des autres lecteurs dans la rubrique
Questions et réponses et je m’efforce
d’appliquer leurs idées. Le Liahona est
une bénédiction dans notre foyer.
Albert Zimmer,
branche de Kaiserslautern,
pieu de Mannheim (Allemagne)
Libia Coromoto Mejía Montilla,
deuxième branche de Coro,
district de Falcón (Venezuela)
Juan Alberto Arce,
paroisse (hispanophone) de Silver Spring,
pieu de Silver Spring (Maryland),
États-Unis
UN LIAHONA EN NOIR ET BLANC
Je suis abonnée au Liahona depuis
que je suis membre de L’Église. Ma fille
de dix ans aime L’Ami. Elle apprécie
beaucoup les pages en couleurs. Les
numéros du Liahona que je préfère sont
en noir et blanc. Ce sont les numéros de
la conférence générale. Ma fille est triste
quand on les reçoit, mais je lui dis :
« Voici les Autorités générales de L’Église.
Leurs discours sont très édifiants ».
J’aime aussi la rubrique des Nouvelles
parce que j’y trouve des informations sur
la progression de L’Église. Le magazine
m’aide à améliorer ma vie.
L E L I A H O N A MARS 2003
1
MESSAGE DE LA PREMIÈRE PRÉSIDENCE
La soirée
familiale
PA R G O R D O N B . H I N C K L E Y
À GAUCHE : PHOTOS MATTHEW REIER ET STEVE BUNDERSON, PRISES AVEC DES MODÈLES.
Un soir par semaine, le lundi soir
« Nous avons, partout dans l’Église, une
soirée familiale une fois par semaine, le lundi
soir, au cours de laquelle les parents se
réunissent avec leurs enfants. Ils étudient les
Écritures. Ils parlent des problèmes familiaux.
Ils organisent les activités familiales et les choses de ce genre. Je n’hésite pas à dire que, si
toutes les familles du monde ne faisaient que
cela, on verrait une très grande différence
dans l’unité des familles du monde » (interview, Boston Globe, 14 août 2000).
« Le Seigneur attend de nous que nous
tenions la soirée familiale un soir par semaine
pour réunir nos enfants et leur enseigner l’Évangile. Ésaïe a dit : ‘Tous tes fils seront disciples de l’Éternel.’ Tel est le commandement :
‘Tous tes fils seront disciples de l’Éternel.’ Et
voici la bénédiction : ‘Et grande sera la prospérité de tes fils’ [Ésaïe 54:13] » (réunion à
Nouméa, Nouvelle-Calédonie, 17 juin 2000).
Souvenirs d’enfance
« En 1913, Joseph F. Smith a demandé aux
membres de l’Église de tenir la soirée familiale. Mon père a dit que nous le ferions, que
nous chaufferions le salon, où se trouvait le
piano à queue de maman, et que nous ferions
ce que le président de l’Église avait demandé.
« Nous, les enfants, nous étions de piètres
artistes. Nous pouvions faire toutes sortes de
choses ensemble pendant que nous jouions,
mais demander à l’un d’entre nous d’essayer
de chanter en solo devant les autres, c’était
comme demander à la crème glacée de rester
dure sur le poêle de la cuisine. Au début,
nous nous mettions à rire et nous faisions des
réflexions spirituelles sur les performances
des autres. Mais nos parents ont persévéré.
Nous avons chanté ensemble. Nous avons
prié ensemble. Nous avons écouté en silence
pendant que maman lisait des histoires de la
Bible et du Livre de Mormon. Papa nous
racontait des histoires dont il se souvenait.
« Ces petites réunions simples, tenues
dans le salon de notre maison, ont donné
quelque chose d’indescriptible et de merveilleux. Notre amour pour nos parents s’est
renforcé. Notre amour entre frères et sœurs
a grandi. Notre amour pour le Seigneur s’est
accru. Nous avons appris à apprécier la bonté
toute simple. Ces choses merveilleuses se
sont produites parce que nos parents avaient
suivi la recommandation du président de l’Église » (« Some Lessons I Learned as a Boy »,
Ensign, mai 1993, p. 54).
Q
uelle est la
grande
force de
l’Église ?... C’est
l’accent que nous
mettons sur la
famille. Veillez
à ce que votre
famille soit unie
et aimez et
honorez vos
enfants » (réunion,
Reykjavik
[Islande], 11
septembre 2002).
Savoir fixer les priorités
« Vous devez prendre dans votre vie l’habitude de fixer les priorités, de mettre l’accent
L E L I A H O N A MARS 2003
3
LETTRE DE LA PREMIÈRE PRÉSIDENCE
Le 4 octobre 1999
Destinataires : Membres de l’Église dans le
monde entier
Chers Frères et Sœurs,
Le lundi soir est réservé dans toute l’Église
à la soirée familiale. Nous recommandons aux
membres de réserver ce moment pour renforcer
leurs liens familiaux et pour enseigner l’Évangile
dans leur foyer.
Au début de cette année nous avons demandé
aux parents de consacrer tous leurs efforts à
instruire et à élever leurs enfants selon les
principes de l’Évangile, ce qui leur permettra
de rester proches de l’Église. Nous avons aussi
recommandé aux parents et aux enfants de
donner la plus grande priorité à la prière en
famille, à la soirée familiale, à l’étude et à
l’enseignement de l’Évangile, et aux activités
familiales saines.
Nous exhortons les membres à éviter, lorsque
c’est possible, de tenir des réceptions ou de faire
d’autres activités semblables le lundi soir.
Lorsque c’est réalisable, les membres pourraient
aussi encourager les dirigeants de la collectivité
et de l’enseignement à éviter de programmer
pour le lundi soir des activités appelant les
enfants ou les parents à être hors de chez eux.
Les bâtiments et locaux de l’Église doivent être
fermés le lundi soir Aucune activité de paroisse
ou de pieu ne doit être prévue, et les autres
obstacles à la soirée familiale doivent être évités.
Fraternellement,
Gordon B. Hinckley
Thomas S. Monson
James E. Faust
4
sur ce qui est important et de laisser de côté les choses
sans importance qui ne mènent nulle part. Créez un sentiment de justice, le sentiment de ce qui est bien et de ce
qui n’est pas bien, de ce qui est important et de ce qui
n’est pas important et cela pourra devenir une merveilleuse bénédiction dans votre vie » (réunion spirituelle,
mission de Salt Lake City (Utah), 15 décembre 2001).
Un moment sacré pour la famille
« Je voudrais mentionner… la soirée familiale. Nous
craignons que ce programme très important ne s’estompe
dans trop de régions. Frères, il n’y a rien de plus important que votre famille. Ce programme a commencé en
1915, il y a 87 ans, quand Joseph F. Smith a recommandé
aux saints des derniers jours de consacrer une soirée par
semaine spécialement à la famille. Ce devait être un
moment consacré à enseigner, à lire les Écritures, à cultiver les talents, à traiter des affaires familiales. Ce ne devait
pas être un moment pour participer à des manifestations
sportives, ni rien de la sorte. Bien entendu, s’il y a de
temps en temps une activité familiale de ce genre, cela
peut se faire. Mais dans la frénésie croissante des activités
de notre vie, il est extrêmement important que les pères
et les mères se réunissent avec leurs enfants, prient
ensemble, les instruisent des voies du Seigneur, examinent les problèmes familiaux et permettent aux enfants
d’exprimer leurs talents. J’ai la certitude absolue que ce
programme vient de la révélation du Seigneur en réponse
à un besoin parmi les familles de l’Église.
« S’il y avait un besoin il y a 87 ans, il est à coup sûr
beaucoup plus grand aujourd’hui.
« Il a été décidé que le lundi soir serait consacré à ces
activités familiales. Dans les endroits où les membres
de l’Église sont nombreux, les autorités scolaires et d’autres ont respecté le programme en ne prévoyant rien ce
soir-là.
« Il apparaît maintenant qu’il y a une tendance croissante à programmer d’autres activités le lundi soir. Nous
demandons respectueusement aux dirigeants de nos écoles publiques et aux autres personnes intéressées de nous
PHOTO CRAIG DIMOND
croyons qu’elle est la cellule
de base de la société. On ne
peut pas avoir une collectivité
forte sans familles fortes. On
ne peut pas avoir un pays fort
sans familles fortes : le père, la
mère, les enfants travaillant
ensemble en communauté.
Maintenant la famille se désagrège partout en Amérique,
Le président et sœur Hinckley passent souvent du temps en famille avec leurs enfants,
partout dans le monde. Si
petits-enfants et arrière-petits-enfants.
nous pouvons promouvoir une
bonne vie de famille saine parmi nos membres, je ne me
permettre d’avoir cette soirée unique par semaine pour
appliquer ce programme traditionnel important. Nous leur fais pas beaucoup de soucis pour l’avenir de l’Église »
demandons de ne pas prévoir d’activités qui demanderont (interview accordée à Ignacio Carrion, El Pais
[Mexique], 7 novembre 1995). ■
aux enfants de donner du temps le lundi soir. Nous avons
l’assurance qu’ils se rendront compte qu’il est extrêmement important que les familles aient l’occasion, au moins
une fois par semaine, de se retrouver ensemble sans que
IDÉES POUR LES INSTRUCTEURS
rien ne les en empêche. Nous leur serons vraiment reconAU FOYER
naissants s’ils veulent collaborer dans ce domaine. Nous
recommandons donc, avec la dernière énergie, que pères
Après vous être préparés dans la prière, donnez ce
et mères considèrent avec le plus grand sérieux cette
message en utilisant une méthode qui incite les gens que
occasion et cette responsabilité de faire du lundi soir un
vous instruisez à participer. Voici quelques exemples.
moment sacré pour la famille.
1. Montrez la page 2 (sans montrer la page 3) et
« J’ai reçu pas mal d’invitations à participer à des réudemandez aux membres de la famille de quoi ce message
nions d’une sorte ou d’une autre dans la collectivité le
traite. Faites la liste des activités qui pourraient entrer en
lundi soir. J’ai systématiquement décliné poliment ces
conflit avec la soirée familiale du lundi soir. Lisez ensemble
invitations en expliquant que je réservais le lundi à la soiquelques-unes des déclarations du président Hinckley
rée familiale. J’espère que vous ferez la même chose »
et la lettre de la Première Présidence. Témoignez des
(« Aux hommes de la prêtrise », Le Liahona, novembre
bénédictions que l’on a quand on tient chaque semaine la
2002, p. 58).
Une vie de famille saine
« Si nous pratiquons l’Évangile, des gens entreront
dans l’Église. Ils verront la vertu de notre vie et ils
seront attirés par le message que nous avons à donner.
Ce message met fortement l’accent sur la famille. La
famille devient quelque chose de très important dans
notre enseignement et dans notre mode de vie . Nous
soirée familiale.
2. Lisez à haute voix « Savoir fixer les priorités ».
Pendant que les membres de la famille lisent tour à tour
une partie de ce message, demandez-leur de dire pourquoi
le président Hinckley met l’accent sur ce sujet. Dites
pourquoi ces idées sont importantes pour vous et invitez
les membres de la famille à faire de même.
L E L I A H O N A MARS 2003
5
Des Raisons de Rester
PUR
Les bénédictions de l’obéissance sont magnifiques. La désobéissance
nous handicape spirituellement. Vous avez le pouvoir de choisir.
PA R N E A L A . M A X W E L L
du Collège des douze apôtres
J
e vais m’efforcer de parler quelque peu
différemment des principes fondamentaux que sont l’abstinence avant et la
fidélité après le mariage, qui font partie du
septième commandement, qui est à la fois
strict et doux, et probablement le moins
populaire des dix.
Le septième commandement n’est pas un
sujet traité couramment à notre époque ;
c’est l’une des lois de Dieu les moins respectées et pourtant l’une de celles dont on a le
plus besoin. Le monde se soucie peu de garder ce commandement tant que les gens
ont l’air respectables à tout autre égard.
Lorsqu’ils se sont écartés des principes élevés, beaucoup de gens s’arrangent de vivre à
un niveau « pratique ». Pourtant l’immoralité
n’est pas pratique !
Nous qui sommes disciples, nous ne pouvons pas nous permettre de baisser ainsi les
bras. Nous avons reçu des commandements
6
qui montrent qu’il est important de s’abstenir de relations sexuelles avant le mariage,
d’être fidèle après et de s’abstenir de l’homosexualité. Nous avons reçu des enseignements sur les dangers des pensées
immorales (voir Matthieu 5:28). Les modes
d’une époque n’altèrent en rien les lois éternelles de Dieu et nous ne pouvons pas nous
permettre d’y céder.
L’éternité commence aujourd’hui
Je crois depuis longtemps que les enseignements doctrinaux les plus stricts contiennent, au plus profond d’eux-mêmes,
certaines des vérités les plus grandes et
certains des principes les plus précieux.
Mais on ne les découvre pas par hasard ou
en faisant preuve d’irrévérence. Comme l’a
promis Pierre, l’obéissance apporte des
bénédictions et une plus grande connaissance ; lorsqu’on obéit à des principes corrects, on obtient davantage de connaissance
(voir 2 Pierre 1:8). C’est le cas pour le septième commandement.
PHOTO JED A. CLARK
Le véritable amour
est la caractéristique essentielle des
deux premiers
commandements.
Le fait de mal
comprendre la
véritable nature
de l’amour revient
donc à mal
comprendre la vie
elle-même. Ne pas
être chaste, au nom
de l’amour, revient
à détruire quelque
chose de précieux.
L E L I A H O N A MARS 2003
7
1e raison : La
bénédiction d’être
en harmonie avec
la loi divine et le
Seigneur.
2e raison : La
bénédiction d’être
en harmonie avec
ce que nous
pouvons devenir.
• Résister à la
rhétorique du
monde. Si vous
restez fermes, les
autres feront de
même.
• De même que
vous ne permettez
pas aux gens d’entrer et de circuler
chez vous avec les
pieds boueux, ne
leur permettez pas
de le faire dans
votre esprit.
8
Par exemple, Alma dit que nous devons
tenir toutes nos passions en bride afin d’être
« rempli d’amour » (Alma 38:12).
Si ces passions étaient véritablement de
l’amour, elles n’auraient pas besoin d’être
remplacées par de l’amour. [Dans une révélation donnée en 1939, à Joseph Smith, le
prophète], le Seigneur a dit qu’il y a un rapport entre le fait d’avoir de « la charité
envers tous les hommes » et celui de permettre à la vertu d’orner sans cesse nos pensées (voir D&A 121:45).
Dans la parabole du semeur, Jésus
explique que certaines des personnes qui
pourraient s’améliorer ne le font pas à cause
de l’attrait des choses du passé qui « étouffent la parole » (Marc 4:19). Cet étouffement
se produit parce que la sensualité est une
profonde contraction de l’âme.
Lorsque nous méditons sur le septième
commandement, nous comprenons que
nous traitons d’aspects d’une nature transcendante ou éternelle. Nous lisons dans
Proverbes « Celui qui commet un adultère… est dépourvu de sens, celui qui veut
se perdre agit de la sorte » (Proverbes
6:32 ; italiques ajoutés). Il y a certaines
conséquences de l’impureté sexuelle que
nous ne pouvons simplement pas comprendre pleinement ; bien qu’invisibles,
elles sont néanmoins bien réelles. Paul a
écrit que les choses invisibles sont éternelles (voir 2 Corinthiens 4:18).
Franchement, mes frères et sœurs,
nous devrions nous préparer aujourd’hui
à vivre dans un monde meilleur. Cette
vie est d’une importance capitale, mais
elle ne représente qu’un court moment. Si
nous nous adaptons trop rapidement aux
façons de faire de ce monde éphémère et
imparfait, cette adaptation nous rendra
inaptes à vivre dans le monde à venir, et
cette vie-là sera éternelle ! Il n’est pas
surprenant que les personnes qui enfreignent ce commandement soient dépourvues de sens.
Trois bonnes raisons
Le septième commandement est associé à quelques problèmes que nous rencontrons comme le reste du monde.
Dans le Royaume comme le monde on
souhaite éviter les maladies souvent
causées par le manque de chasteté et
l’infidélité.
Un second souci est d’éviter les
grossesses de femmes non mariées.
Malheureusement, la « solution finale »
du monde est l’avortement. Comme Jacob
l’a écrit de manière si éloquente au sujet
du manque de chasteté, l’avortement
produit un état qui entraîne la mort de
nombreux cœurs, « percés de blessures
profondes » (Jacob 2:35). Écoutez le cri de
douleur d’une jeune femme qui a avorté
deux fois :
« Je me pose des questions au sujet de
l’esprit des enfants dont j’ai avorté : s’ils
étaient là, s’ils ont souffert. J’étais enceinte
de trois mois à chaque fois, mais une mère
ressent la vie en elle avant de sentir l’enfant
bouger.
« Je me demande s’ils sont perdus et
solitaires.
« Je me demande s’ils auront un jour un
corps.
« Je me demande si j’aurai une chance
de faire revenir ces esprits et qu’ils soient à
moi. »
Hélas, mes frères et sœurs, « La méchanceté n’a jamais été le bonheur » (Alma
41:10).
Un troisième souci que nous partageons
dans une certaine mesure avec le monde est
que l’immoralité sexuelle a une influence
très négative sur la vie conjugale et familiale
et qu’elle accroît le taux des divorces qui
monte en flèche.
Heureusement, les raisons pour lesquelles le Royaume respecte le septième
commandement vont bien au-delà de
ces trois préoccupations, bien qu’elles
soient réelles.
Les meilleures raisons
La première raison d’obéir à toutes les
lois de la chasteté, c’est qu’il faut obéir
aux commandements de Dieu. Joseph
comprenait parfaitement cela lorsqu’il a
résisté aux instances de la femme avide de
Potiphar (voir Genèse 39:9). Mentionnant
clairement sa loyauté à Potiphar, son
employeur, il conclut : « Comment ferais-je
un aussi grand mal et pécherais-je contre
Dieu ? » Son obéissance était un acte de
magnifique loyauté, envers lui-même, envers
sa future famille, envers Potiphar, envers
Dieu, et même envers la femme de Potiphar !
Une autre raison majeure d’obéir à ce
commandement, c’est qu’en le violant,
nous chassons le Saint-Esprit de notre âme.
Nous perdons sa précieuse compagnie,
parce qu’il ne peut demeurer dans une
âme pécheresse. Or, sans son aide, nous
devenons des êtres humains moins utiles,
moins perceptifs, moins efficaces et moins
aimants.
Le véritable amour
L’immoralité sexuelle est aussi dangereuse
parce qu’elle désensibilise. Paradoxalement,
la lasciveté peut inciter les gens à abuser de
leur capacité de ressentir au point qu’ils la
perdent ! Comme l’ont dit trois prophètes
de trois dispensations différentes, ils perdent
toute sensibilité (voir Ephésiens 4:19 ; 1
Néphi 17:45 ; Moroni 9:20).
L’Expiation a été accomplie par l’obéissance et la charité, non par une forme inférieure de l’amour. Ce fut l’acte le plus
altruiste et le plus important de toute l’histoire de l’humanité, alors que l’immoralité
sexuelle, elle, renforce implacablement l’égoïsme, qui est déjà répandu en proportion
épidémique sur toute la terre. Le véritable
amour est la caractéristique essentielle
des deux premiers commandements, sur
lesquels reposent toutes les autres lois !
Mal comprendre la véritable nature de l’amour revient donc à mal comprendre la vie
elle-même.
Enfreindre la loi de chasteté, au nom de
l’amour, c’est détruire quelque chose de
précieux pour le célébrer de manière incorrecte. Quand on perd la faculté de ressentir,
c’est parce qu’on a détruit les papilles gustatives de l’âme.
Une autre raison d’obéir au septième
commandement, c’est que l’immoralité
sexuelle diminue notre respect de nousmême parce qu’en fait nous péchons contre
notre nature et contre notre véritable identité (voir 1 Corinthiens 6:18, 19). À mon avis,
nous violons aussi des promesses que nous
avons faites dans la vie prémortelle.
L’immoralité sexuelle a aussi une grave
influence sur les autres.
Les dizaines de milliers de jeunes qui
vivent ensemble sans être mariés représentent une grave violation du mode de vie
familial. Cette violation de notre cadre social
3e raison : La
bénédiction de
mériter le respect
de nous-mêmes.
4e raison : La
bénédiction de ne
pas être sous la
tyrannie des
passions.
• Les personnes
qui se laissent
conduire par leurs
passions ont
l’impression
erronée d’être
libres. C’est une
liberté stérile.
• Si vous avez
commis des fautes,
souvenez-vous
que nous avons
le merveilleux
Évangile de
repentir. Le miracle
du pardon attend
toutes les personnes
qui regrettent
vraiment et qui
acceptent de
suivre les étapes
nécessaires.
L E L I A H O N A MARS 2003
9
5e raison : La
bénédiction de ne
pas être sous
l’emprise de la
culpabilité
corrosive.
6e raison : La
bénédiction
d’avoir un plus
grand libre-arbitre
en apprenant à
agir avec sagesse
par nous-mêmes au
lieu de nous
contenter de subir
nos passions.
Dès que l’impulsion
de mal agir se
présente, réagissez
immédiatement
tant qu’elle est
faible et que la
volonté est encore
forte.
aura des conséquences très profondes sur
les générations futures.
Être libre
Ces préoccupations, et d’autres, dépassent
largement les soucis du monde concernant la
maladie et la grossesse. Comme l’a dit Paul,
L’Église doit assurément être « la colonne et
l’appui de la vérité » (1 Timothée 3:15).
L’Église se soucie également de l’une des
dimensions supérieures de la liberté, c’est-àdire le fait d’être libre du péché. Paul a dit :
« Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la
liberté » (2 Corinthiens 3:17). Jésus a dit :
« La vérité vous affranchira » (Jean 8:32).
Quand nous pensons à toutes ces raisons, liées entre elles, nous comprenons
que les prophètes ne font pas uniquement
usage de rhétorique répétitive lorsqu’ils
expliquent, comme Mormon, que la perte
de la chasteté est la perte de tout ce qui est
le plus précieux (voir Moroni 9:9). Nous
comprenons aussi pourquoi les auteurs des
Écritures ont tant de fois répété, en observant la décadence de leur peuple, que l’endurcissement dans l’iniquité correspondait à
la propagation de la fornication et de l’adultère (voir Hélaman 8:26).
Se trouver soi-même
En refusant complètement de céder à
certains appétits, en bridant nos passions et
en nous perdant dans le service, nous nous
trouvons nous-mêmes (voir Alma 39:9 ;
3 Néphi 12:30). Nous ne pouvons pas faire
changer le monde si nous sommes exactement comme les gens perdus dans le
monde. Souvenez-vous, si le sel perd sa
saveur… (voir Matthieu 5:13) !
Nous devons résister aux modes néfastes
du monde. Le treizième article de foi ne dit
pas que nous croyons à tout ce qui est populaire, à la mode, et à tout ce qui est laid et
sensuel et que nous recherchons ces choses !
Au contraire, il dit : « Nous croyons que nous
devons être honnêtes, fidèles, chastes,
10
bienveillants et vertueux, et que nous devons
faire du bien à tous les hommes » (13e article
de foi). Ces vertus sont liées entre elles.
Une autre conséquence de l’immoralité
sexuelle, et de la perte de la sensibilité
qu’elle entraîne, est qu’elle ôte l’espérance
aux gens. Lorsqu’on est privé de toute espérance, le désespoir fait son entrée, car,
comme l’a dit un prophète : « Le désespoir
vient de l’iniquité » (Moroni 10:22).
Dix mises en garde
Le dernier conseil que je vous adresse est
contenu dans les dix observations
suivantes :
1. Résistez à la rhétorique du monde et
vous verrez que, si vous restez fermes, les
autres feront de même, certains à votre
grande surprise. Comme a dit Paul : « Là
où est l’Esprit du Seigneur, là est la
liberté » (2 Corinthiens 3:17). Les hommes et les femmes ne peuvent pas être
vraiment libres si leur comportement leur
fait perdre la compagnie de l’Esprit.
2. De même que vous ne permettez pas aux
gens d’entrer chez vous et d’y marcher
avec les pieds boueux, ne leur permettez
pas de circuler dans votre esprit avec les
pieds boueux.
3. Édifiez votre propre chaînon solide dans
la chaîne de la chasteté et de la fidélité
familiale pour qu’elle puisse passer des
grands-parents aux parents, puis aux
enfants et enfin à leur postérité. Lorsque
nous sommes ainsi soudés, nous sommes
bien sûr unis par le lien le plus fort qui
soit et nous affirmons, par nos actions,
que nous croyons aux commandements
malgré ce qui se passe dans le monde qui
nous entoure.
4. Ne fréquentez pas les fornicateurs, non
pas parce que vous êtes trop justes pour
eux, mais parce que vous ne l’êtes pas
assez. Souvenez-vous que les mauvaises
situations peuvent faire tomber même les
personnes justes. Joseph avait à la fois du
bon sens et de bonnes jambes lorsqu’il a
fui la femme de Potiphar.
5. À côté de l’homme traditionnel, prédateur et égoïste, il y a maintenant la
femme prédatrice et égoïste. Tous deux,
poussés par leurs passions, ont l’impression fausse d’être libres ; c’est malheureusement le même type de liberté stérile
que Caïn possédait (après avoir violé un
commandement en tuant Abel) lorsque,
paradoxalement, il a dit : « Je suis libre »
(Moïse 5:33).
6. Si vous avez commis des fautes, souvenezvous que nous avons le merveilleux Évangile de repentir. Le miracle du pardon
attend toutes les personnes qui regrettent
vraiment et qui acceptent de suivre les étapes nécessaires. Rappelez-vous cependant
que, dans ces situations, l’âme doit tout
d’abord éprouver une honte cuisante, car
seule une véritable purification peut produire une véritable guérison. Mais le chemin du repentir existe réellement.
7. Quand l’impulsion de mal agir se présente, réagissez immédiatement tant
qu’elle est faible et que la volonté est
encore forte. Si vous badinez avec ces
tentations, elles grandiront et votre
volonté s’affaiblira. C’est la loi de
Parkinson de la tentation : La tentation
grandit pour remplir le temps et l’espace
qu’on met à sa disposition. Faites du bien
« avec zèle » (D&A 58:27).
8. Comme les principes de conduite de
L’Église sont différents, vous devez comprendre ce que plusieurs prophètes nous
ont dit sur le fait que nous devons mépriser la honte du monde. Nous ne devons
pas mépriser les gens qui vivent selon le
monde ; nous devons les aimer. Par
contre, nous devons mépriser la honte
du monde, parce qu’elle a finalement très
peu d’importance.
9. Souvenez-vous que les gens qui sont dans
l’erreur ne doivent pas nous imposer leur
mode de vie, car ceux qui se vantent de
leurs conquêtes sexuelles se vantent en
fait de ce qui les a vaincus. Nous pouvons
avoir pitié des clones du comportement
mais nous ne les envions pas.
10. Mes jeunes amis, dans votre souci de la
justice, soyez justes envers vous-mêmes !
Il y a un verset très éloquent du Livre de
Mormon qui décrit un ancien dirigeant
politique en ces mots : « Et il fit justice au
peuple, mais pas à lui-même à cause de
ses nombreuses fornications » (Éther
10:11).
7e raison : La
bénédiction de
recevoir de la force
en apprenant à
prendre des
décisions où nous
rejetons le mal et
choisissons le bien.
8e raison : La
bénédiction de
l’intégrité de l’âme
qui mène à la
probité et à la
franchise, délivrée
de la crainte.
• Nous devons
apprendre à
mépriser la honte
du monde. Les
personnes qui se
vantent de leurs
conquêtes sexuelles
ne se vantent que
de ce qui les a
vaincues.
Conséquences et bénédictions
Je me suis efforcé de vous décrire certaines des conséquences de l’immoralité
sexuelle : des antibiotiques au lieu de l’abstinence ; la pilule au lieu des enfants ; des
partenaires au lieu du mariage ; des parents
célibataires et d’anciennes perversions
déguisées en nouveaux plaisirs.
Il faut cependant dire qu’en ce qui
concerne le septième commandement, qui
est à la fois strict et doux, l’obéissance
nous permet aussi de recevoir les bénédictions. En évitant les maux et les conséquences de l’immoralité sexuelle, nous
L E L I A H O N A MARS 2003
11
• Édifiez votre
propre chaînon
solide dans la
chaîne de la
chasteté et de la
fidélité familiale
pour la transmettre
à votre postérité.
obtenons le droit de recevoir les bénédictions réservées aux personnes qui obéissent aux commandements. Moïse promit à
l’Israël d’autrefois que s’il obéissait aux
commandements toutes ces bénédictions
se répandraient sur lui et seraient son partage (voir Deutéronome 28:2).
Les bénédictions suivantes se répandront
sur vous et seront votre partage si vous
obéissez au septième commandement :
1. L’obéissance stricte au septième commandement vous apportera la bénédiction
d’être en harmonie avec la loi divine et
avec le Seigneur.
2. L’obéissance vous donnera aussi la bénédiction d’être en harmonie avec ce que
vous pouvez devenir. L’Évangile nous aide
à réfléchir non seulement à ce que nous
sommes, mais également à ce que nous
avons le pouvoir de devenir.
3. En obéissant au septième commandement, nous recevrons la bénédiction
12
d’avoir le respect mérité de nous-mêmes.
4. L’obéissance à ce commandement nous
permet d’échapper à la tyrannie des passions, qui est sans doute la pire de toutes.
5. Nous recevrons aussi la bénédiction de
ne pas être sous l’emprise de la culpabilité corrosive, de ses justifications stériles
et de l’apitoiement sur soi-même qui
empêchent de servir autrui avec sincérité.
6. Nous recevrons aussi la bénédiction d’avoir plus de libre-arbitre parce que nous
aurons appris à agir avec sagesse par
nous-mêmes au lieu de subir nos passions, ce qui est une dimension essentielle du libre-arbitre (voir 2 Néphi 2:26).
7. Une autre bénédiction importante, c’est
que nous recevrons de la force en apprenant à prendre des décisions où nous
rejetons le mal et choisissons le bien. Il
ne suffit pas d’acquérir un comportement
neutre où nous n’avons plus de plaisir à
commettre le péché ; nous devons avoir
faim et soif de justice.
8. De plus, il y a l’immense bénédiction de
l’intégrité de l’âme qui mène à l’intégrité
et à la franchise, pratiquée sans crainte.
Comment pouvons-nous devenir « une
chair » (Matthieu 19:5) dans le mariage si
nous sommes un être divisé au début de
notre mariage ? La chasteté, l’intégrité et
la sérénité sont des bénédictions interdépendantes et d’une valeur inexprimable.
Mes jeunes amis, la violation des commandements de Jésus-Christ diminue notre
capacité d’être un chrétien. Pour être un vrai
chrétien, il faut donc respecter le septième
commandement.
Lorsque Dieu le Père a présenté son Fils,
Jésus-Christ, à Joseph Smith, le jeune prophète, les premières paroles qu’il a prononcées ont été : « Celui-ci est mon Fils
bien-aimé Écoute-le » (Joseph Smith, Histoire
1:17). L’Église et ses prophètes ont entendu
sa voix depuis lors, y compris lorsqu’il a parlé
de la chasteté et de la fidélité ! ■
Tiré d’un article publié dans L’Étoile d’avril 1981.
LISTE D’IDÉES
Devenir un
véri table ami
PA R K R I S T I M C L A N E
N
ous avons tous besoin d’amis. Mais pour avoir un
ami, nous devons tout d’abord en être un. Voici
quelques idées pour vous y aider :
✿ Oubliez-vous. Bien qu’il soit tentant de parler de vousmême, essayez de vous concentrer sur ce que les autres
ont à dire. Les gens aiment parler d’eux et il se passe des
choses incroyables lorsque l’on pose des questions et
que l’on écoute.
À DROITE : ILLUSTRATION SCOTT SNOW
✿ Dites ce que vous pensez et pensez ce que vous
dites. Avant de demander à une personne comment
elle va ou de lui faire un compliment, assurez-vous que
vous le faites sincèrement. Les gens sentent quand on
manque de sincérité (voir 2 Corinthiens 1:12).
✿ Cherchez le positif. On remarque les défauts des
gens plus souvent que leurs qualités. Si vous vous surprenez à avoir des pensées négatives à propos d’une
personne, efforcez-vous de les remplacer par des pensées positives.
✿ Défendez la vérité. Il est important de défendre ce
que nous savons être juste par nos actions, nos paroles
et nos œuvres. Si nous ne transigeons pas sur nos principes, les autres sauront que nous attendons la même
chose de leur part.
✿ Servez. Plus nous servons, plus nous aimons. Joseph
B. Wirthlin, du Collège des douze apôtres, a dit : « La
compassion chrétienne des amis nous touche et change
notre vie » (L’Étoile, janvier 1998, p. 37).
✿ Rappelez-vous la règle d’or. Cela peut sembler très
simple, mais c’est vraiment efficace de faire aux autres ce
que vous voudriez qu’ils fassent pour vous (voir Matthieu
7:12). Montrez votre amour pour les autres en faisant
preuve de respect et de gentillesse envers eux.
✿ Considérez les choses à la manière du Christ. Nous
devons apprendre à aimer les autres comme Jésus-Christ
nous aime. Rappelez-vous, « l’ami aime en tout temps »
(Proverbes 17:17). ■
Kristi McLane est membre de la 61e paroisse de l’université
Brigham Young, dans le deuxième pieu de l’université Brigham
Young.
L E L I A H O N A MARS 2003
13
Tout ce qui est
Cela peut être intimidant d’aller à l’encontre des principes du monde.
Mais quelques notions clés peuvent aider les parents à donner à leurs enfants
un fondement solide pour s’habiller pudiquement toute leur vie.
I
l y a des jours particuliers, où nous faisons très attention à l’habillement de nos enfants. Nous habillons
avec soin notre bébé que nous aimons, le jour où il
doit recevoir son nom et sa bénédiction. Nous préparons
notre enfant chéri à se faire baptiser dans des vêtements
baptismaux blancs. Et, lors de l’un des jours les
plus importants de notre vie, nous pouvons
avoir la joie de voir notre fille ou notre fils bienaimé faire des alliances éternelles dans de
beaux vêtements du temple. Lors de ces jours
particuliers, nous comprenons que la façon
dont nos enfants s’habillent contribue au
respect et au sens du sacré des ordonnances
de l’Évangile.
Mais nous ne nous rendons peut-être pas compte que la
façon dont nos enfants s’habillent tous les jours a, elle aussi,
une grande importance. En fait, la tenue vestimentaire de
tous les jours de nos enfants peut les rapprocher ou les
éloigner des ordonnances et des bénédictions de l’Évangile.
Comment pouvons-nous aider nos enfants à s’habiller
d’une façon qui les mènera de l’instant sacré de la bénédiction ou du baptême aux alliances sacrées de la maison du
Seigneur ?
Savoir que je suis enfant de Dieu – et porter les vêtements appropriés
Aujourd’hui plus que jamais, nos enfants ont besoin
d’être guidés clairement pour s’habiller pudiquement.
Dans beaucoup de sociétés modernes, les principes de la
pudeur et même de la décence vestimentaire ont pratiquement disparu. On propose maintenant à nos enfants,
et ceci à un âge de plus en plus jeune, des tenues qui, à
une époque, ne se voyaient que dans des bars ou des
revues inconvenantes. Si donc nous attendons que nos
EN BAS : PHOTOS STEVE BUNDERSON, PRISES AVEC DES FIGURANTS.
À DROITE : PHOTO CRAIG DIMOND
PA R J A N P I N B O R O U G H
beau et bon
enfants approchent de l’adolescence pour leur apprendre
la pudeur, il sera trop tard.
La tâche d’aller à l’encontre des principes du monde
peut être intimidante, surtout lorsque les enfants grandissent et veulent ressembler aux jeunes de leur âge. Mais, si
nous commençons dès leur plus jeune âge, nous pouvons
donner à nos enfants une fondation solide qui fera qu’ils
s’habilleront pudiquement toute leur vie. Quelles sont les
notions clés pour établir cette fondation ? Réfléchissez aux
vérités de l’Évangile suivantes et à l’influence que la compréhension que nous en avons a sur nos choix.
• Je suis enfant de Dieu. C’est dans le but précis de faire
son œuvre qu’il m’a donné mon corps, qui est un don
sacré.
• Dieu veut que je m’habille de façon pudique. Les vêtements pudiques sont le reflet de mon origine et de
mon but divins.
• Les vêtements pudiques m’aident à me concentrer sur
le dessein de Dieu à mon égard et ils aident
les autres à me traiter avec respect.
Un reflet fidèle
Une mère a souligné ces points dans une
leçon de soirée familiale. Elle a commencé par
montrer une photo du temple de Salt Lake City
et une autre d’un casino. La famille a discuté
du fait que les architectes s’efforcent d’harmoniser la
forme et la fonction lorsqu’ils dessinent des bâtiments.
Les membres de la famille ont remarqué que les hautes
flèches du temple guident le regard vers les cieux, invitant au respect et à la révérence. La mère dit : « J’ai
expliqué que la majesté extérieure du temple reflète
fidèlement sa fonction sacrée, qui est de nous mener
vers Dieu. »
Ensuite ils ont parlé de la façon dont l’extérieur du
casino reflète la fonction de ce bâtiment. La mère continue : « Nous avons vu comment son tape-à-l’œil indique
l’excès. Il invite les gens à rechercher les plaisirs du
monde. » Ils ont discuté de la façon dont les matériaux de
construction, les couleurs et la forme contribuent tous à
la destination générale d’un bâtiment.
Elle explique : « Lorsque j’ai montré les images d’une
personne portant des vêtements pudiques et d’une autre
habillée indécemment, nos enfants ont tout de suite fait
le rapprochement en disant que les vêtements peuvent
refléter les intentions d’une personne. » Ils ont compris
que les vêtements impudiques attirent l’attention vers le
corps de la personne qui les porte. Ils ont compris
également que les vêtements pudiques permettent à l’esprit de la personne qui les porte de
À L’ESPRIT ET AU CORPS PURS
« Avez-vous déjà
pensé que votre
corps est sacré ?
Vous êtes un enfant
de Dieu. Il a créé
votre corps…
Comme une jeune
fille soignée à l’esprit et au corps
purs est réellement belle ! Elle est
une fille de Dieu, et son Père
céleste est fier d’elle. Comme un
jeune homme soigné est beau ! Il
est un fils de Dieu jugé digne de
détenir la sainte prêtrise de Dieu. »
L’
enseignement seul
ne constitue pas
la façon la plus
efficace d’enseigner la
pudeur ; les parents doivent
aussi encourager leurs
enfants à s’habiller
pudiquement. Si les
vêtements vendus dans
le commerce ne sont pas
convenables, fabriquez-en
qui le seront.
16
PHOTO STEVE BUNDERSON, PRISE AVEC DES FIGURANTS
Gordon B. Hinckley, président
de l’Église (« Conseils et prière d’un
prophète pour la jeunesse »,
Le liahona, avril 2001, p. 37)
ÊTRE À LA HAUTEUR
« On entend la
phrase : ‘Tes
actions parlent
si fort que je
n’entends pas tes
paroles.’ En effet,
nos actions en
disent très long sur notre
personnalité. Nous devons être
à la hauteur en suivant le conseil
que nous ont donné les prophètes
de nous habiller pudiquement...
Mères, vous pouvez nous servir
d’exemples et de conscience dans
ce domaine important. Mais
rappelez-vous que nos jeunes
peuvent détecter l’hypocrisie aussi
facilement qu’ils sentent l’odeur du
pain qui sort du four. Parents,
recommandez à vos fils et à vos
filles d’être à la hauteur et de
résister à l’impudicité et faites-le
avec eux. »
demandez à quelqu’un de les
confectionner pour vos enfants, si
c’est possible.
• Écrivez aux magasins ou rendezvous-y pour dire aux commerçants que vous voulez une mode
saine pour vos enfants.
• Même si vous ou vos enfants faites du sport, votre tenue peut
être pudique et de bon goût
Créer une culture familiale
tout en correspondant à l’actiLe précepte seul ne constitue
vité. Si l’on demande à votre
pas la façon la plus effienfant de porter un uniforme
cace d’enseigner
ou un costume impudique à
la pudeur. Voici quelques
l’occasion d’une activité scolaire
suggestions pour
ou de loisirs, efforcez-vous de
créer une culture familiale
trouver une tenue plus convequi aidera nos enfants à
nable avec l’entraîneur, l’enseis’habiller pudiquement.
gnant ou le directeur. Peut-être
• Établissez des princimême serez-vous contraint d’aipes familiaux en
der votre enfant à renoncer à
vous habillant touVoir H. David Burton, évêque président
une activité qui demande une
jours correctede l’Église (voir « Être à la hauteur »,
Le
Liahona,
janvier
2002,
p.
76)
tenue inconvenante.
ment. Si vous êtes
• N’achetez pas de vêtements qui
déjà allés au temsemblent impudiques ou « à la
ple, portez des
vêtements qui couvrent entièrement
limite » simplement pour aider vos enfants à cadrer
les sous-vêtements du temple.
avec les jeunes de leur âge ou à être populaires. AidezMême si vous n’y êtes pas
les à se sentir à l’aise en ayant une apparence difféencore allés, portez des vêterente. Expliquez-leur que cette différence est une façon
ments qui conviennent à queld’affirmer leur foi et d’être une lumière pour les autres.
qu’un qui y est déjà allé.
Spencer W. Kimball (1895-1985) nous a recommandé de
• Éliminez de votre foyer tout divertissecréer une culture de la pudeur différente de celle qui
ment qui émousse chez vos enfants la
existe peut-être en dehors de nos foyers : « Nous pouvons
faculté de discerner ce qui est convenacréer notre propre style... Nous devons être différents.
ble et ce qui ne l’est pas. Tous les
Nous ne sommes pas obligés de faire ce que nous ne désimédias visuels (films, jeux informarons pas faire. Nous pouvons créer notre propre mode et
tiques, spectacles télévisés, vidéos
nos propres principes. Nous pouvons influencer la tenue
musicales) sont porteurs d’un mesdes membres de l’Église et nous pouvons aussi contribuer
sage concernant les vêtements.
à établir une mode correcte dans notre communauté1. »
Si la vedette de variétés préférée d’un
jeune enfant s’habille de façon pro« Quel est le principe ? »
vocante, il voudra peut-être lui resLes règles de base de l’Église concernant ce qu’il ne
sembler et il se peut qu’il
faut pas porter sont contenues dans Jeunes, soyez forts :
commence à se dire qu’après tout,
« Sont impudiques les shorts courts et les jupes courtes,
cette mode n’est pas si mauvaise.
les vêtements moulants, les hauts qui ne couvrent pas l’es• Si vous ne trouvez pas de vêtements
tomac et tous les vêtements révélateurs. Les jeunes filles
convenables, confectionnez-les ou
doivent porter des vêtements qui couvrent les épaules et
rayonner. Elle conclut : « Nous avons
terminé en parlant de la manière dont
nos vêtements peuvent servir ou desservir notre objectif divin d’enfants de
Dieu. J’ai exhorté mes enfants à s’assurer que leur façon de s’habiller est le
reflet précis de leur véritable identité
et de leur but. »
L E L I A H O N A MARS 2003
17
UN MESSAGE CLAIR
éviter les décolletés profonds devant
ou dans le dos ou qui sont révélateurs d’une manière quelconque.
Les jeunes gens doivent également
avoir une tenue pudique. Tous doivent éviter l’extravagance dans la
tenue vestimentaire, la présentation
et la coiffure…
« … Si vous n’êtes pas certain
de ce qu’il faut porter, informezvous auprès de vos parents ou de
vos dirigeants2. »
Une attitude pudique
« Parfois je me
demande si nous,
les mères, sommes
à l’origine du
besoin d’être populaire ou accepté
qu’ont nos enfants.
Maîtriser nos désirs pour que nos
principes soient ceux du Seigneur
transmet le message clair : dans le
royaume du Seigneur, il n’y a pas
de duplicité quant aux principes...
Les jeunes ont les yeux partout. Ils
voient la longueur de votre short
et, si vous portez un chemisier que
vous ne devriez pas. Ils remarquent ce que vous portez (ou ne
portez pas) quand vous travaillez
dans votre jardin. Ils notent quel
film vous allez voir au cinéma. »
leur apparence est comme il faut.
Des questions comme celles qui
suivent peuvent aider l’enfant à
regarder au-delà de l’aspect mode
et de rechercher une présentation
attirante, saine et pudique.
• Ma tenue vestimentaire attiret-elle l’attention sur mon corps
ou sur mes croyances ? Ai-je l’air
provoquant ou sain ?
• Est-ce que je m’habille pour
réussir à la manière du monde
ou pour obtenir le respect que je
mérite en tant qu’enfant de
Dieu ?
• Ma tenue vestimentaire est-elle
le reflet fidèle de mon identité
de disciple de Jésus-Christ et de
membre de son Église ?
La pudeur, bien sûr, ne se limite
pas à la longueur précise ou au style
d’un vêtement. Un logo vulgaire
peut rendre impudique même un
Voir Sharon G. Larsen, anciennement
sweat-shirt. La pudeur concerne
deuxième conseillère dans la présidence
générale des Jeunes Filles (« ‘Ne crains
aussi bien les motifs et l’attitude de
point, car ceux qui sont avec nous sont en
la personne. Les personnes qui affiLe vrai bonheur
plus grand nombre’ », Le Liahona, janvier
2002, p. 79)
chent leur corps ou qui s’en servent
Lorsque Brigham Young (1801pour attirer l’attention n’ont pas une
1877) était préoccupé par le fait
apparence pudique, quoi qu’elles
que ses propres filles devenaient
portent. Une apparence saine et une
trop frivoles, il a dit : « Je suis las
attitude pudique montrent que l’on a
de la manière dont nos [jeunes]
compris ce qui suit :
femmes rivalisent dans toutes les
« Votre corps est une création sacrée de Dieu.
modes insensées du monde. » Ensuite il leur a demandé
Respectez-le comme un don de Dieu et ne le souillez
d’abandonner, d’éliminer la frivolité de leur tenue vestid’aucune façon. Par votre tenue vestimentaire et votre
mentaire et de leur comportement. « Je souhaite qu’elles
présentation, vous pouvez montrer au Seigneur que vous
abandonnent leur extravagance vestimentaire… qu’elles
savez à quel point votre corps est précieux. Vous pouvez
abandonnent tout ce qui est mauvais et sans valeur et
montrer que vous êtes disciple de Jésus-Christ.
s’améliorent dans tout ce qui est bon et beau. Non pour
« … Quand vous avez une présentation nette et une
être malheureuses, mais pour vivre de façon à pouvoir
tenue vestimentaire pudique, vous favorisez la présence
être vraiment heureuses dans cette vie et dans la vie
de l’Esprit à vos côtés et vous pouvez exercer une bonne
éternelle4. »
influence sur votre entourage.
En aidant nos enfants à résister aux modes impudiques
« Ne dérogez en aucun cas aux règles vestimentaires
de notre époque, nous les aidons aussi à « s’améliorer dans
que vous vous êtes fixées. Sinon vous transmettez un mes- tout ce qui est bon et beau ». Nous les aidons à recevoir
sage signalant que vous utilisez votre corps pour attirer
plus abondamment l’Esprit en restant sur le chemin qui les
l’attention et obtenir l’approbation, et que la pudeur n’a
mène aux bénédictions du temple et de la vie éternelle. ■
Jan Pinborough est membre de la quatrième paroisse d’East Mill
d’importance que quand cela vous convient3. »
Creek, pieu de Salt Lake East Mill Creek.
Questions devant le miroir
Avant de partir pour l’école ou pour toute autre activité, les enfants passent toujours au moins quelques
instants à se regarder dans le miroir pour s’assurer que
18
NOTES
1. Cité dans « On My Honor », Ensign, avril 1979, p. 3.
2. (Brochure, 2002), p. 15-16.
3. Jeunes, soyez forts, p. 14-16.
4. Cité dans Susa Young Gates, History of the Young Ladies’ Mutual
Improvement Association (1911), p. 8-10.
La véritable beauté
Grâce à une simple rencontre, j’ai compris ce que
voulait dire « être belle à ma façon ».
PA R R O S A LY N C O L L I N G S
L’
ARRIÈRE-PLAN : PHOTO GRANT HEATON
une de mes affiches favorites, parue dans
les magazines de l’Église, montre un
beau vase de roses contenant une
seule marguerite au milieu. La légende dit :
« Soyez belle à votre façon » (voir L’Étoile,
avril 1987, p. 34). J’ai souvent l’impression
d’être comme cette marguerite, c’est-àdire une personne à l’air relativement normal, perdue dans un
océan de beautés plus frappantes. Mais j’apprends
peu à peu qu’il
existe divers
genres de
beauté et
que la plus importante n’est pas la beauté extérieure, mais
la beauté intérieure.
Un jour, à l’université, pendant que je prenais mon
déjeuner tout en étudiant pour le cours suivant, j’ai
remarqué un groupe assis près de moi, qui
parlait et qui riait. Une jeune fille a particulièrement attiré mon attention. Elle était
grande, avait de beaux cheveux noirs, la
peau sombre et les pommettes hautes. Elle
ne me ressemblait pas du tout, avec mon
visage pâle, mes taches de rousseur et mes cheveux roux. C’était l’une des plus belles filles que
j’aie jamais vues.
Au bout de quelques minutes, le groupe s’est levé
pour partir. Mais la jeune femme que j’observais s’est
arrêtée. J’étais un peu gênée ; je pensais qu’elle avait dû
remarquer que je l’observais. Il s’est alors passé quelque
chose d’extraordinaire.
« Excusez-moi de vous déranger », m’a-t-elle dit « mais
je voudrais vous dire combien je vous trouve belle. »
Après un instant de choc, je me suis mise à rire. « C’est
exactement ce que j’étais en train de penser de vous ! »
Après son départ, j’ai continué à réfléchir à ce qui s’était passé. Nous avions trouvé belles nos différences. À
ce moment-là je me suis rendu compte qu’il n’existe pas
une norme unique de beauté.
Depuis, j’ai réfléchi à la façon dont notre Père céleste
nous voit. Je pense que nous devons être beaux à ses
yeux, parce que nous sommes ses enfants. Et cette filiation divine est beaucoup plus importante que n’importe quelle beauté physique.
Notre Père céleste ne se soucie pas de la beauté
de nos cheveux ou de notre peau, mais il se soucie
de notre cœur. Lorsque nous nous efforçons d’éprouver un « grand changement dans [notre] cœur »,
nous pouvons être bénis et recevoir « l’empreinte de son
image sur notre visage » (Alma 5:14). Ce rayonnement
intérieur nous rend véritablement beaux. ■
Rosalyn Collings est membre de la paroisse de State College, pieu
d’Altoona (Pennsylvanie).
L
orsque les
Athéniens se
rendirent
compte de la nature
religieuse du message de l’apôtre Paul,
les uns se moquèrent
de lui, tandis que
les autres restèrent
polis, mais ne s’y
intéressèrent pas.
Les deux réactions
étaient une façon
de regarder au-delà
du point marqué.
Regarder au-delà
du point marqué
Un intérêt trop prononcé pour les philosophies des hommes, la
poursuite de « marottes de l’Évangile » avec un zèle exagéré, et
le fait de placer les règles au-dessus de la doctrine peuvent être
des manières de regarder au-delà du point marqué.
PA R Q U E N T I N L . C O O K
des soixante-dix
ILLUSTRATION PAUL MANN
N
ous vivons dans un monde où l’histoire la plus récente, la
« nouveauté », le sensationnel, sont
très recherchés et ensuite répandus à renfort de publicité dans le monde entier. Le
cinéma, la télévision et les autres médias
glorifient souvent des gestes héroïques, le
dysfonctionnement, les conflits et la sexualité, plutôt que des actes discrets, quotidiens, de sacrifice, de service et d’amour qui
constituent une partie si importante du message et de l’exemple du Sauveur. La ruée
après les nouveautés piétine souvent ce qui
est vrai.
Le 17e chapitre des Actes décrit la visite de
l’apôtre Paul à Athènes. Athènes avait subi un
long déclin, mais ses habitants étaient toujours fiers de ses traditions philosophiques.
Le récit parle des stoïciens et des épicuriens,
dont les philosophies étaient parmi les plus
répandues à l’époque. Les stoïciens croyaient
que le plus grand bien était la vertu et les
épicuriens croyaient que c’était le plaisir.
Beaucoup de stoïciens étaient devenus fiers
et se servaient de la philosophie comme
d’un « manteau pour… couvrir l’ambition et
l’iniquité ». Beaucoup d’épicuriens étaient
devenus des hédonistes qui avaient pris pour
devise : « Mangeons et buvons, car peut-être
demain nous mourrons1 ».
On demanda à Paul de s’adresser sur
l’Aréopage à ce difficile mélange de personnes. Dans Actes 17:21 nous lisons : « Or tous
les Athéniens et les étrangers demeurant à
Athènes ne passaient leur temps qu’à dire ou
à écouter des nouvelles » (italiques ajoutés).
Paul essaya d’attirer leur attention en parlant d’un autel qui portait l’inscription « À
un dieu inconnu ». Mais son vrai message
concernait la résurrection de Jésus-Christ.
Lorsque la foule se rendit compte qu’il s’agissait d’un message religieux, les uns commencèrent à se moquer de lui, tandis que
les autres, qui ne s’y intéressaient pas non
plus, mais qui étaient peut-être plus courtois, dirent : « Nous t’entendrons là-dessus
une autre fois. »
La réponse des Athéniens à Paul n’est pas
sans rappeler celle du peuple décrit par le
prophète Jacob à une époque encore plus
L E L I A H O N A MARS 2003
21
L
orsque nous
regardons
au-delà du
point marqué, nous
regardons au-delà
du Christ, l’unique
nom sous les cieux
par lequel nous
pouvons être sauvés.
Substitution des philosophies des hommes aux vérités
de l’Évangile
Certaines personnes semblent être embarrassées par la
simplicité du message du Sauveur. Elles veulent y ajouter
de la complexité, voire de l’obscurité pour le rendre plus
compliqué intellectuellement ou plus compatible avec les
courants académiques actuels. Ce problème fut l’une des
causes de l’apostasie. Les premiers chrétiens adoptèrent
les traditions philosophiques grecques, pour essayer de
concilier leurs croyances avec la culture existante.
L’historien Will Durant a écrit : « Le christianisme n’a pas
détruit le paganisme, il l’a adopté. L’esprit grec, en mourant, a retrouvé vie sous une autre forme2. »
Certaines personnes, dans leur immaturité spirituelle,
s’efforcent de paraître raffinées et intellectuelles. Au lieu
d’accepter la révélation, elles veulent la disséquer et y
ajouter des dimensions et des variations qui déforment
ses belles vérités. Comme l’a souligné Neal A. Maxwell, du
Collège des douze apôtres, « Le peuple juif… a rejeté l’Évangile, en partie parce qu’il ne contenait pas de broderies
intellectuelles adéquates3. » Nous regardons au-delà du
22
point marqué quand nous refusons d’accepter des vérités simples de l’Évangile telles
qu’elles sont.
Extrémisme dans l’Évangile
Un autre signe d’immaturité spirituelle et
parfois d’apostasie est le fait de se concentrer
sur certains principes de l’Évangile ou de
pratiquer des « marottes de l’Évangile » avec
un zèle excessif. Presque toute vertu poussée à l’extrême peut devenir un vice.
Certains membres ont voulu ajouter nombre de choses
à diverses doctrines. Par exemple, une personne préconise des ajouts à la Parole de Sagesse qui ne sont pas corroborés par les Frères et elle incite les autres à adopter ces
interprétations. Si nous tournons une loi de santé ou
n’importe quel autre principe en une forme de fanatisme
religieux, nous regardons au-delà du point marqué.
Certaines personnes non autorisées veulent parler au
nom des Frères; elles insinuent que leur propre message
contient de la « nourriture solide » que les frères enseigneraient s’ils n’étaient pas obligés d’enseigner seulement du
« lait ». D’autres veulent conseiller les Frères et critiquent
tout enseignement qui ne correspond pas à leur idée de
ce qui devrait être enseigné.
Le Seigneur a dit à propos d’une importante doctrine :
« Quiconque déclare plus ou moins que cela, celui-là n’est
pas de moi » (D&A 10:68) et « Car ce qui est plus ou
moins que cela vient du mal » (D&A 124:120). Nous regardons au-delà du point marqué lorsque nous élevons un
principe, quelle que soit son importance, à une place qui
diminue notre engagement envers d’autres principes tout
aussi importants ou lorsque nous défendons un point de
vue contraire aux enseignements des Frères.
Des gestes héroïques au lieu de la consécration
quotidienne
Dans un discours donné à l’université Brigham Young,
James S. Jardine, ancien président du conseil d’administration de l’université d’Utah, a déclaré que, quand il était
étudiant il avait l’intention de « consacrer [sa] vie dans un
grand geste héroïque », mais qu’il s’était rendu compte
que « la consécration n’était pas un événement unique
mais un dévouement quotidien4 ».
Quand j’étais jeune, je voulais, moi aussi, accomplir
une action héroïque. Mon arrière-grand-père, David Patten
JÉSUS-CHRIST, TABLEAU DE HARRY ANDERSON
éloignée : « Mais voici, les Juifs étaient un
peuple au cou roide; et ils méprisaient les
paroles claires, et tuaient les prophètes, et
recherchaient les choses qu’ils ne pouvaient
pas comprendre. C’est pourquoi, à cause de
leur aveuglement, aveuglement qui venait de
ce qu’ils regardaient au-delà du point marqué, ils devaient nécessairement tomber; car
Dieu leur a enlevé sa clarté et leur a donné
beaucoup de choses qu’ils ne peuvent pas
comprendre, parce qu’ils l’ont désiré. Et
parce qu’ils l’ont désiré, Dieu l’a fait afin qu’ils
trébuchent » (Jacob 4:14 ; italiques ajoutés).
Aujourd’hui, certains d’entre nous ont tendance à
« regarder au-delà du point marqué » plutôt que d’entretenir un témoignage des bases de l’Évangile. Nous le faisons
quand nous substituons les philosophies des hommes aux
vérités de l’Évangile, quand nous pratiquons l’extrémisme
dans l’Évangile, quand nous recherchons des gestes
héroïques aux dépens de la consécration quotidienne ou
quand nous plaçons des règles au-dessus de la doctrine. Si
nous évitons ces types de comportement, cela nous aidera
à éviter l’aveuglement théologique et le trébuchement
décrits par Jacob.
Kimball, fut l’un des jeunes hommes qui aidèrent à porter
les membres du convoi de charrettes à bras Martin de l’autre côté de la rivière Sweetwater. C’était cette sorte de
consécration que je recherchais. Plus tard, quand j’ai parlé
avec mon grand-père, Crozier Kimball, il m’a expliqué que,
lorsque Brigham Young avait envoyé les hommes pour
porter secours, il leur avait commandé de faire tout ce qui
était en leur pouvoir pour sauver le convoi de charrettes à
bras. Leur consécration était précisément de « suivre le
prophète ». Mon grand-père m’a dit qu’un dévouement
constant et fidèle à son devoir ou à un principe mérite une
grande admiration. Aussi héroïque que fut le sauvetage des
pionniers pour David Patten Kimball, pour nous aujourd’hui il pourrait être tout aussi héroïque de suivre le prophète et de ne pas regarder de films immoraux ou de ne
pas parler de façon vulgaire.
Mon président de mission m’a fait saisir tout cela en
enseignant que, dans certains cas, le fait de chercher à
faire un effort héroïque peut représenter l’une des façons
de regarder au-delà du point marqué. Il nous a récité un
merveilleux poème, dont voici un extrait :
Oh ! l’on pourrait atteindre des hauteurs héroïques
En une seule explosion de puissance.
On pourrait supporter les lumières les plus brillantes
Des cieux pendant une heure ; –.
Mais plus dur est le train-train quotidien,
De sourire aux épreuves qui tourmentent et qui
épuisent,
Et de ne pas murmurer, ni rester à la traîne.
L’épreuve de la grandeur est la manière
Dont on affronte l’éternel Quotidien5.
Certains membres déclarent qu’ils s’engageraient avec
enthousiasme si on leur donnait un grand appel, mais ils
ne trouvent pas l’enseignement au foyer ou les visites au
foyer suffisamment héroïques ou dignes de leurs efforts
soutenus.
Dieu nous utilise « non à cause de nos œuvres, mais
selon son propre dessein » (2 Timothée 1:9). Nous regardons au-delà du point marqué si notre consécration est
conditionnelle ou n’implique pas un dévouement au
quotidien.
Placer les règles au-dessus de la doctrine
Le Sauveur était inquiet lorsque les gens plaçaient les
règles au-dessus de la doctrine. Dans Matthieu 23:23 nous
L E L I A H O N A MARS 2003
23
L’
une des plus
grandes
difficultés
de cette vie est
d’accepter le Christ
pour ce qu’il est : le
Sauveur ressuscité
du monde, notre
Rédempteur, notre
Seigneur et Maître,
notre Avocat auprès
du Père.
24
tout aussi dangereux de s’embourber
dans des règles et d’être ainsi moins prêt à
accepter les changements qu’apporte la
révélation continue.
Le « Point marqué » est le Christ
Lorsque nous regardons au-delà du point
marqué, nous regardons au-delà du Christ,
l’unique nom sous les cieux par lequel nous
pouvons être sauvés. Jeffrey R. Holland, du
Collège des douze apôtres, a dit : « Jacob a vu
que les Juifs regarderaient ‘au-delà du point marqué’ et
qu’ils trébucheraient dans leur recherche du Saint d’Israël,
le vrai Fils de Dieu qui serait connu sous le noms de JésusChrist. ‘En trébuchant, les Juifs rejetteront le roc sur lequel
ils auraient pu édifier et avoir des fondations sures9.’ »
L’une des plus grandes tragédies de notre époque est
que beaucoup de savants soi-disant chrétiens refusent
d’accepter la divinité du Christ. Pour certains il est seulement un grand maître de sagesse. C’est là l’exemple
suprême de ce qu’est regarder au-delà du point marqué.
C’est arrivé à l’époque de Jacob, c’est arrivé au midi des
temps lorsque le Sauveur était ici-bas, et cela arrive
aujourd’hui, où l’Évangile a été rétabli sur la terre.
L’une des plus grandes difficultés de cette vie est d’accepter le Christ pour ce qu’il est : le Sauveur ressuscité du
monde, notre Rédempteur, notre Seigneur et Maître, notre
Avocat auprès du Père. Lorsqu’il est la fondation de tout ce
que nous faisons et de tout ce que nous sommes, nous évitons l’aveuglement théologique qui résulte du fait de regarder au-delà du point marqué, et nous recevons la
bénédiction glorieuse qu’il nous a promise. Il dit à ceux qui
le suivent : « Viens à moi, béni, il y a une place préparée
pour toi dans les demeures de mon Père » (Énos 1:27). ■
NOTES
1. Frederic W. Farrar, The Life and Work of St. Paul, 1898, p. 386-387.
2. Caesar and Christ, 1944, p. 595 ; cité dans Neal A. Maxwell, Lord,
Increase Our Faith, 1994, p. 23.
3. Lord, Increase Our Faith, p. 47.
4. On Becoming a Disciple Scholar: Lectures Presented at the Brigham
Young University Honors Program Discipline and Discipleship
Lecture Series, rédacteur Henry B. Eyring, 1995, p. 78.
5. Edmund Vance Cooke, « The Eternal Everyday », Impertinent Poems,
1907, p. 21.
6. The Mortal Messiah, 4 tomes, 1979-1981, 1:238.
7. Voir « La Prêtrise d’Aaron et la Sainte-Cène », Le Liahona, janvier
1999, p. 43-46.
8. Cité par John Taylor dans Millennial Star, 15 novembre 1851, p. 339.
9. Christ and the New Covenant: The Messianic Message of the Book
of Mormon, 1997, p. 72.
La page 25 du Liahona suit les pages locales et L’Ami.
lisons : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous payez la
dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin,
et que vous laissez ce qui est plus important
dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans
négliger les autres choses. »
Bruce R. McConkie (1915-1985), du
Collège des douze apôtres, a souligné que
les enseignements de Jacob concernant le
fait de regarder au-delà du point marqué
s’appliquaient aux Juifs du temps de Jésus :
« Il prirent les choses simples de la religion pure et y
ajoutèrent une multitude de leurs propres interprétations ;
ils les embellirent par des rituels et des actes ajoutés ; et
ils prirent une manière d’adorer heureuse et joyeuse et en
firent un système restrictif et déprimant de rituels et d’actes. L’esprit vivant de la loi du Seigneur devint entre leurs
mains la lettre morte du ritualisme juif 6. »
La doctrine répond habituellement à la question
« pourquoi ? » Les principes répondent habituellement
à la question « qu’est-ce que ? » Chaque fois que nous
soulignons la manière de faire quelque chose sans
référence à la raison pour laquelle nous le faisons ou ce
que nous faisons, nous courons le risque de regarder
au-delà du point marqué. Tout au moins, nous tombons
dans le piège décrit par Paul aux Corinthiens : « Car la
lettre tue, mais l’esprit vivifie » (2 Corinthiens 3:6).
Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, a pris
l’exemple de l’enseignement des principes doctrinaux de
la réunion de Sainte-Cène aux diacres de la Prêtrise
d’Aaron pour leur faire comprendre que les règles qu’ils
suivent (porter une chemise blanche et une cravate si possible et distribuer la Sainte-Cène avec respect) contribuent
à ce que le Seigneur veut que nous accomplissions pendant cette réunion (renouveler nos alliances et nous souvenir de l’Expiation avec révérence)7. Dans beaucoup de
domaines nous sommes guidés uniquement par les principes doctrinaux plutôt que par des règles. Joseph Smith, le
prophète, a enseigné : « Je leur enseigne des principes
corrects, et ils se gouvernent eux-mêmes8. » Nous sommes
responsables devant le Seigneur de la façon dont nous
réagissons dans de telles situations.
Les personnes qui sont engagées à suivre des règles sans
référence à la doctrine et au principe sont particulièrement
susceptibles de regarder au-delà du point marqué. Il est
MESSAGE DES INSTRUCTRICES VISITEUSES
Préparez les membres
de votre famille en les
fortifiant spirituellement
À
l’aide de la prière, choisissez
dans ce message les passages
d’Écritures et les enseignements qui répondent aux besoins des
sœurs à qui vous rendez visite
et lisez-les. Relatez vos expériences
et rendez témoignage. Invitez-les
à faire de même.
La Première Présidence : « Le
foyer est le fondement de la droiture
et nul autre moyen ne peut le remplacer ni remplir ses fonctions essentielles quant à cette responsabilité
confiée par Dieu.
Nous recommandons aux parents
et aux enfants d’accorder toute la
priorité à la prière en famille, à la soirée familiale, à l’étude et à l’enseignement de l’Évangile et aux activités
familiales saines. On ne doit pas permettre aux autres impératifs ou activités, aussi légitimes et justifiés
soient-ils, de prendre le pas sur les
devoirs confiés par Dieu dont seuls
les parents et la famille peuvent s’acquitter correctement » (Lettre de la
Première présidence, 11 février 1999,
voir L’Étoile, décembre 1999, p. 1).
ILLUSTRATION SHERI LYNN BOYER DOTY
Gordon B. Hinckley, président de
l’Église : « Aimez vos enfants.
Chérissez-les. Ils sont si précieux. Ils
sont tellement, tellement
importants. Ils sont l’avenir. Vous
avez besoin de plus que votre propre
sagesse pour les élever. Vous avez
besoin de l’aide du Seigneur. Priez
pour la recevoir et suivez l’inspiration que vous recevrez »
(« The Fabric of Faith and
Testimony », voir Ensign, novembre
1995, p. 89).
Moïse 5: 11-12 : « Ève… entendit
tout cela et se réjouit, disant : Sans
notre transgression, nous n’aurions
jamais eu de postérité et nous n’aurions jamais connu le bien et le mal,
la joie de notre rédemption et la vie
éternelle que Dieu donne à tous ceux
qui obéissent. Et Adam et Ève bénirent le nom de Dieu et révélèrent
tout à leurs fils et à leurs filles. »
Henry B. Eyring du Collège des
« Agenouillez-vous
ensemble et priez humblement en
famille, chacun ayant la possibilité de
prononcer la prière. Il se peut que
parfois la prière semble routinière et
que ceux qui ne prononcent pas la
prière se laissent distraire. Mais il y
aura d’autres moments précieux où
un membre de la famille suppliera
avec foi pour des besoins réels et où
le Saint-Esprit vous rendra témoignage. Je me souviens plus des prières de ma mère pour nous que de
douze apôtres :
ses enseignements. Je ressentais son
amour, et l’Esprit m’a confirmé intimement qu’elle aimait notre Père
céleste et le Sauveur et que ses prières seraient exaucées. Elle attira des
bénédictions sur nous à ce momentlà, et le souvenir de ses prières le fait
encore » (« A Legacy of Testimony »,
Ensign, mai 1996, p. 63).
Bonnie D. Parkin, présidente
générale de la Société de Secours :
« L’affermissement spirituel de notre
famille commence à l’intérieur de
notre foyer, qu’il s’agisse d’une hutte
en paille ou d’un palais ; il s’étend à
nos nièces, nos neveux, nos cousins,
nos petits-enfants ; il comprend les
enfants de la Primaire et les jeunes
filles et les jeunes gens de notre
paroisse ; il englobe nos voisins et
notre collectivité. Ce processus commence lorsque nous rendons fréquemment notre témoignage,
lorsque nous croyons aux capacités et
aux talents de nos enfants, lorsque
nous parlons de nos difficultés et de
nos réussites, lorsque nous serrons
nos enfants dans nos bras et les écoutons au lieu d’être pressés et de les
gronder, lorsque nous leur racontons
comment notre foi a porté des fruits,
lorsque nous rendons les Écritures
vivantes par des histoires et par notre
enseignement et lorsque nous
demandons pardon aux autres tout
en leur pardonnant leurs imperfections. Il est certain que cela n’arrive
pas tout d’un coup, il faut
persévérer ! Nous ne devons jamais
baisser les bras en ce qui concerne
nos enfants ou nous-mêmes. »
• De quelle façon pouvons-nous
fortifier notre spiritualité et celle
de notre famille ?
• Pourquoi avons-nous tant
besoin de l’aide du Seigneur
dans l’éducation de nos
enfants ? ■
L E L I A H O N A MARS 2003
25
DÈS
AUJOURD’HUI…
N. Eldon Tanner a
été ordonné
apôtre en 1962.
En 1963, il a
commencé à
servir dans la
Première
Présidence et y est
resté jusqu’à sa
mort, en 1982.
Dans ce discours,
il nous enseigne
de nous préparer
à la vie éternelle,
en commençant
aujourd’hui.
26
C L A S S I Q U E S D E L’ É V A N G I L E
PA R N . E L D O N TA N N E R ( 1 8 9 8 - 1 9 8 2 )
Si c’était votre dernier jour sur terre,
Le dernier mille de votre parcours.
Après tous ces efforts, que valez-vous ?
Combien, pouvez-vous ramener dans votre foyer,
à Dieu ?
Anonyme
C
es paroles tirées d’un poème bien connu résument
tout le but de la vie. Nous naissons, nous vivons
puis nous mourons, mais dans quel but ? Notre
connaissance et notre compréhension de notre raison
d’être et de ce que sera notre destin éternel doivent nous
aider à décider de la manière dont nous allons vivre, à
faire un tri et à rechercher ce qui est vraiment important
dans la vie.
Chacun d’entre nous pourrait dire à juste titre :
« Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie. Je
vais commencer dès maintenant à me préparer à la vie
éternelle afin de connaître maintenant et à jamais une plénitude de joie et de bonheur. » Après tout, c’est vraiment
ce que chacun de nous veut, et il est extrêmement important que nous prenions le temps de découvrir comment
nous allons l’obtenir, et que nous commencions dès
maintenant à y travailler chaque jour.
des conseils de quartier et, d’une manière générale,
menant une bonne vie chrétienne. Bien que cela soit
louable, cela ne suffit pas pour nous donner droit à la
plénitude de joie et à la vie éternelle que notre Père
céleste a promise à ceux qui l’aiment et qui respectent
ses commandements.
Nos responsabilités
Cela nous rappelle l’histoire, qui se trouve dans les
Écritures, de l’homme qui vint trouver le Sauveur et dit :
« Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie
éternelle ?
« Il lui répondit : … si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19:16-17).
Les Écritures répètent à maintes et maintes reprises ce
que sont les commandements et que, pour obtenir la vie
éternelle, c’est-à-dire pour vivre avec Dieu, il est indispensable d’être baptisé par la bonne autorité dans son Église
et son royaume. Au moment du baptême, quand nous
devenons membres de la véritable Église, nous prenons
sur nous les responsabilités qu’implique cette qualité de
membre.
On nous recommande de nous instruire de notre
devoir et d’apprendre à remplir l’office auquel nous sommes désignés, et on nous avertit que, si nous ne le faisons
pas, nous ne serons pas considérés comme dignes de
demeurer (voir D&A 107:99-100).
ILLUSTRATIONS CARY HENRIE, METTANT EN SCÈNE DES FIGURANTS
Chaque jour
Pour y arriver, nous devons étudier, apprendre, et
mieux connaître et comprendre l’Évangile. Ensuite, si nous
appliquons chaque jour ce que nous apprenons, notre foi
et notre témoignage grandiront. Ils sont très nécessaires à
notre salut et indispensables également pour influencer la
vie de nos êtres chers, des personnes que nous voulons
voir prendre part à notre bonheur et à nos bénédictions.
Souvenez-vous toujours que l’Évangile est conçu pour
nous enseigner comment nous conduire pour notre bienêtre spirituel et temporel. Il ne suffit pas d’assister aux
réunions de l’Église, de prendre la Sainte-Cène, de participer à des discussions sur la religion, et de faire ensuite la
sourde oreille aux besoins de notre famille, de nos voisins
ou de notre entourage ; ou d’être malhonnêtes ou sans
scrupules dans nos rapports avec eux.
Il ne suffit pas non plus d’être des citoyens bons et
droits, donnant aux œuvres de bienfaisance, participant à
C’est par la pratique qu’on devient parfait
Comment nous maintenir sur le bon chemin pour
atteindre nos buts et, finalement, la vie éternelle ?
Uniquement en nous maîtrisant et en nous repentant
chaque jour des vieilles habitudes ou des faiblesses qui
pourraient nous empêcher d’atteindre le potentiel et la
destinée que Dieu nous a donnés. Nous savons que nous
devons faire constamment des efforts pour atteindre quoi
que ce soit de valable dans la vie.
Avant de participer à un tournoi, un joueur de golf
répète chaque coup pendant des heures. Les musiciens,
les artistes et les orateurs doivent tous travailler et s’exercer pour devenir habiles. Il est bien plus important de
nous préparer à nous occuper de l’œuvre de notre Père
céleste qui nous a mis ici dans un but sage et glorieux.
En réfléchissant à l’importance de prendre la résolution
de mieux faire, prenons la décision de nous discipliner de
LIAHONA MARS 2003
27
manière à choisir avec soin les résolutions que nous allons
prendre, à penser au but dans lequel nous les prenons et
finalement à prendre l’engagement de les respecter et de
ne laisser aucun obstacle nous arrêter. Rappelons-nous au
commencement de chaque journée que nous pouvons
tenir une résolution rien que ce jour-là. Ce faisant, cela
devient de plus en plus facile et cela finit par devenir une
habitude.
Faites de votre journée ce que vous voulez qu’elle soit
J’ai connu une jeune fille à qui on avait enseigné l’Évangile et qui voulait entrer dans l’Église mais avait des
difficultés à suivre la Parole de Sagesse. Elle fumait des
cigarettes et buvait du café et elle ne pouvait se faire à
l’idée de ne plus jamais en consommer. L’un des missionnaires lui a dit d’essayer seulement une journée,
puis rien qu’une journée de plus. Elle s’est aperçue
qu’en le faisant un jour à la fois, elle pouvait y arriver et
bientôt elle s’est fait baptiser. Il en va de même lorsqu’il
s’agit de se débarrasser de n’importe quelle mauvaise
habitude.
La plus grande bénédiction que l’on puisse avoir dans
la vie, c’est d’aller se coucher le soir la conscience nette,
sachant qu’on a vécu ce jour-là en accord avec les enseignements du Sauveur et qu’on a accompli l’œuvre dont
on était chargé.
Nous en arrivons maintenant au premier jour du reste
de notre vie. Avec de la discipline et de la détermination,
faisons que l’année soit bonne et que la vie soit bonne
pour nous, notre famille et nos voisins. Il est bon de commencer chaque nouvelle journée en prenant des résolutions telles que celles-ci, ou d’autres que vous pouvez
choisir vous-mêmes :
Pour aujourd’hui seulement
• J’invoquerai mon Père céleste en des prières ferventes. Je serai attentif aux murmures de l’Esprit pour
être guidé.
• J’exprimerai mon amour pour Dieu et son Fils
Jésus-Christ par la prière et je montrerai mon
amour pour eux en servant mes semblables.
• J’étudierai l’Évangile et m’efforcerai de mieux
le comprendre.
• Je chercherai premièrement le royaume et la
justice de Dieu.
28
• J’écouterai et je suivrai les conseils du prophète de
Dieu. Je respecterai les alliances et les commandements.
• J’enseignerai l’Évangile à quelqu’un par la parole ou
par l’exemple.
• J’observerai les principes de l’Église.
• J’exprimerai par la parole et par l’action mon amour
pour ma famille.
• Je serai honnête en tout.
• Je me préparerai à accomplir les tâches qui m’ont été
confiées.
• Je ferai aujourd’hui quelque chose de gentil pour quelqu’un.
• J’exprimerai ma gratitude pour toutes les bénédictions.
• Je serai loyal à ce à quoi je dois l’être.
Finalement, nous ne pouvons mieux faire que de prendre et de tenir les résolutions qui se trouvent dans notre
treizième article de foi : « Nous croyons que nous devons
être honnêtes, fidèles, chastes, bienveillants et vertueux,
et que nous devons faire du bien à tous les hommes ; en
fait, nous pouvons dire que nous suivons l’exhortation de
Paul : nous croyons tout, nous espérons tout, nous avons
supporté beaucoup et nous espérons êtres capables de
supporter tout. Nous recherchons tout ce qui est vertueux ou aimable, tout ce qui mérite l’approbation ou est
digne de louange. » ■
La plus grande
bénédiction que
l’on puisse
connaître dans la
vie, est d’aller se
coucher le soir la
conscience nette,
sachant qu’on a
vécu ce jour-là en
accord avec les
enseignements du
Sauveur et qu’on
a accompli l’œuvre
dont on était
chargé.
LE LIAHONA MARS 2003
29
La
vérité
famille
au sujet de ma
PA R S C OT T B E A N
Q
uelques jours avant la rentrée scolaire, j’étais assis
dans la véranda avec mes amis Grace et Ron. Nous
nous sommes mis à parler de l’aversion de Grace
pour son père. Ce n’était pas un sujet de conversation
nouveau pour elle.
« Il me fait toujours honte en public, par sa simple présence. Ça m’énerve tellement chaque fois qu’il… » Elle a
continué à parler des défauts de son père et à expliquer
en quoi il ne répondait pas à ses attentes.
Ron a pris le relai en parlant de sa famille. Il disait qu’il
trouvait que sa mère n’était pas assez à la maison et qu’il
n’aimait pas sa façon de s’habiller. Il pensait qu’il n’avait
pas besoin de couvre-feu et que son père ne devrait pas
crier autant qu’il le faisait.
Pendant tout ce temps, je suis resté assis sur la balançoire de la véranda à attendre qu’ils me demandent ce que
je n’aimais pas dans ma famille. Je ne pouvais pas dire que
je n’aimais pas ma famille. Nous avions déménagé cinq fois
depuis ma naissance et cela avait créé des liens très forts
entre mon frère, ma sœur et moi. Nous avions besoin les
uns des autres et nous nous défendions mutuellement. Les
liens qui nous unissaient faisaient la fierté de ma mère.
30
Puis Grace a demandé : « Et toi, Scott, qu’est-ce que tu
penses de ta famille ? »
Je n’ai rien dit pendant un instant. Je choisissais soigneusement mes mots, sachant que ce que j’allais dire
représenterait ce en quoi je croyais. Lorsque j’ai finalement
commencé à parler, j’ai senti que l’Esprit m’aidait à trouver
les mots. Ni l’un ni l’autre ne m’a interrompu pendant que
je parlais de tout ce que ma famille représentait pour moi
et de mon espoir de passer l’éternité avec elle. Je leur ai
conseillé d’avoir plus de patience envers les membres de
leur famille. Je leur ai dit de prendre du recul.
J’ai couru chercher, à l’intérieur, mon exemplaire de la
déclaration sur la famille de la Première Présidence et du
Collège des douze apôtres. Je leur ai lu le septième paragraphe, en mettant l’accent sur les qualités sur lesquelles
nous devons baser nos relations familiales : « On a le plus
de chances d’atteindre le bonheur en famille lorsque celleci est fondée sur les enseignements du Seigneur JésusChrist. La réussite conjugale et familiale repose, dès le
départ et constamment, sur la foi, la prière, le repentir, le
pardon, le respect, l’amour, la compassion, le travail et les
divertissements sains » (L’Étoile, octobre 1998, p. 24).
ILLUSTRATION STEVE KROPP
Après avoir lu cela, j’ai dit : « C’est ce que
ma famille croit. C’est ce que nous voulons
être et ce que nous nous efforçons de devenir. Je sais que si j’arrive à faire tout cela, je
pourrai marcher la tête haute le jour du jugement avec ma famille, en sachant que nous
vivrons ensemble pour toujours. »
Je ne savais pas si mes amis avaient bien
pris ce que je leur avais dit parce qu’ils
avaient tous les deux gardé un long silence.
Nous sommes restés assis pendant un
moment, à réfléchir à ce qui avait été dit.
Plus tard, de nombreuses pensées me
sont venues à l’esprit. J’étais fier de me préparer à faire une mission en parlant à mes
amis des enseignements de l’Église sur la
famille. Mais est-ce que je le faisais de la
bonne manière ? Et qu’allaient-ils penser si
j’essayais de leur en expliquer davantage sur
l’Évangile ?
Avant de me coucher, j’ai feuilleté mes
Écritures et je les ai ouvertes à la quatrième
section des Doctrine et Alliances. On y apprend que si nous servons le Seigneur dans
l’œuvre missionnaire de tout notre cœur, de
tout notre pouvoir, de tout notre esprit et de
toutes nos forces, nous serons innocents
devant Dieu au dernier jour (voir D&A 4:2).
Bien sûr, mes amis et moi avons toujours
des sujets de désaccord. Mais je me suis
rendu compte qu’on ne perd jamais un véritable ami par le simple fait de parler de religion ou de croyances. Grace et Ron ne se
sont pas joints à l’Église, mais nous sommes
toujours amis. Cela m’a fait plaisir de leur
expliquer mes croyances. Peu importe qu’ils
n’aient pas changé immédiatement d’avis
sur la famille ou la religion. Je sais qu’il y a
des centaines d’histoires sur la valeur de la
persévérance dans l’œuvre missionnaire.
Mon histoire se terminera peut-être comme
elles. ■
L
orsque mes
amis m’ont
demandé :
« Et toi, Scott,
qu’est-ce que tu
penses de ta
famille ? », j’ai pu
leur dire la vérité
au sujet de ma
famille et de
l’Évangile.
Scott Bean fait partie de la paroisse de Elkhorn,
dans le pieu de Omaha, au Nebraska.
L E L I A H O N A MARS 2003
31
Le passage des
Jeunes Filles à la S
PA R KAT H L E E N LU B E C K P E T E R S O N
L
PHOTOS STEVE BUNDERSON, SAUF INDICATION CONTRAIRE ; TOUTES LES PHOTOS METTENT EN SCÈNE DES FIGURANTS
orsque Juliana Circe da Costa, de la branche de
Colônia, dans le pieu de Jundiaí, au Brésil, a eu dixhuit ans, elle s’inquiétait à l’idée d’aller à la Société
de Secours. Elle raconte : « J’avais peur d’être seule et de
me sentir mal à l’aise avec les femmes adultes de ma
branche. Au début, c’était bizarre mais le Seigneur a un
but en tout. Je ne dis pas que ça a été facile mais je suis
reconnaissante au Seigneur et aux sœurs qui ont été très
gentilles avec moi. »
La présidente de la Société de Secours de Juliana, Rita
Ribereiro Pandolfi, a joué un grand rôle dans le passage de
Juliana à l’organisation des sœurs adultes. Elle explique :
« Dans notre branche, nous accueillons les jeunes filles à
bras ouverts. Nous savons qu’elles doivent faire de nombreux changements lorsqu’elles quittent les Jeunes filles et
commencent à aller à la Société de Secours. »
Comme Juliana, de nombreuses jeunes filles pensent
qu’entrer à la Société de Secours nécessite une adaptation. Cependant, les jeunes filles ne sont pas toutes
inquiètes à l’idée de faire partie de la Société de Secours.
Certaines considèrent qu’entrer à la Société de Secours
marque une nouvelle étape de la vie et sont heureuses de
le faire. Rachel Kramer, de la première paroisse de Chapel
Hill, dans le pieu de Durham, en Caroline du Nord,
raconte : « Je me sentais prête pour ce changement.
J’étais tout aussi prête à quitter les Jeunes Filles à dixhuit ans que j’avais été prête à en faire partie à
douze ans. Je trouvais que les femmes de la Société
de Secours étaient sages et que tout en elles montrait qu’elles menaient une vie en harmonie avec
l’Évangile. J’étais heureuse de passer à des discussions plus profondes sur l’Évangile et d’être
entourée de tant de femmes exemplaires. »
Qu’elles soient prêtes ou non, les jeunes
filles qui entrent à la Société de Secours ont toutes besoin des mêmes choses : être aimées et
appréciées, avoir des amies, apprendre, ressentir
l’Esprit et sentir qu’elles font partie de l’organisation.
L’expérience a montré qu’il existe des moyens de faciliter
la transition. Par exemple : une bonne coordination entre
la présidence des Jeunes Filles et celle de la Société de
32
ociété de Secours
Les sœurs ont
besoin de se
sentir aimées
et appréciées
lorsqu’elles
passent du
programme
des Jeunes
Filles à la
Société de
Secours.
L E L I A H O N A MARS 2003
33
Secours, une bonne intégration et un soutien actif de la
part de membres aimants de la paroisse ou de la branche.
Coopération entre dirigeantes
Le Manuel d’instructions de l’Église donne les conditions
du passage à la Société de Secours et recommande à la présidence des Jeunes Filles et à la présidence de la Société de
Secours de travailler ensemble (voir Tome 2, Dirigeants de
la prêtrise et des auxiliaires, 1998, p. 206, 217).
Pour mieux connaître les jeunes filles qui vont entrer à
la Société de Secours, la présidence de la Société de
Secours d’un pieu prépare et sert un repas au camp de
Jeunes Filles, tous les ans. Carolyn Rasmus, présidente de
la Société de Secours du pieu d’Orem Nord, en Utah,
raconte : « Nous arrivons assez tôt pour pouvoir rendre
visite à chaque campement de paroisse. Nous préparons
de la nourriture à servir dans des assiettes pour pouvoir
parler avec chaque jeune fille. Je me souviens des commentaires (positifs) des filles sur le fait que nous étions en
jeans, que nous n’avons pas peur de nous salir et que
nous prenons le temps de venir au camp. Nous espérons
que cela leur permet de nous voir comme des sœurs
abordables. »
Evelia de Hoyos, présidente de la Société de Secours
de la paroisse de Viveros, dans le pieu de Cuautla, au
Mexique, explique : « Tous les ans, en octobre, notre présidence de la Société de Secours, accompagnée d’une
représentante des Jeunes Adultes, se rend dans la classe
des Lauréoles. Nous parlons de la déclaration de la
Société de Secours, de l’histoire de l’organisation et de
son but, de l’accent mis sur l’instruction, l’épanouissement personnel, la famille et le foyer, la charité, des
instructrices visiteuses et du programme de la quête
de l’excellence. »
Une autre présidence de la Société de Secours
évoque régulièrement les besoins des jeunes filles lors
34
des réunions de formation de pieu. Margarita Woodhouse,
présidente de la Société de Secours du pieu de San
Antonio, au Texas, explique : « Former les dirigeantes, aussi
bien des Jeunes Filles que de la Société de Secours, permet
de ne pas perdre de vue les besoins des jeunes filles.
Lorsque nous prévoyons de mieux intégrer nos jeunes
sœurs, nous consolidons la Société de Secours de demain. »
Elle ajoute : « Nous nous sommes aperçues que la participation des dirigeantes de Jeunes Filles aux activités de la
Société de Secours joue un grand rôle dans la transition.
Les jeunes filles recherchent les visages bien connus de ces
dirigeantes qu’elles ont appris à aimer. En plus des mères,
les dirigeantes des Jeunes Filles sont des modèles de femmes de la Société de Secours pour les jeunes filles. »
Beaucoup de dirigeantes, au niveau de la paroisse ou
de la branche, du pieu ou du district, organisent des activités qui rassemblent les jeunes filles et les sœurs de la
Société de Secours. Diana Gardner, de la paroisse de
Harrogate, dans le pieu de York, en Angleterre, raconte
que les Lauréoles ont été invitées à aller au temple pour
faire des baptêmes le soir où les sœurs de la Société de
Secours de leur paroisse allaient faire des dotations : « Les
lauréoles et les sœurs de la Société de Secours ont dîné
ensemble à la cafétéria et se sont promenées dans les jardins du temple. Leurs discussions ont beaucoup marqué
les jeunes filles. »
Une jeune fille pense que les réunions d’édification du
foyer, de la famille et de la personne l’ont beaucoup aidée
lors de son passage à la Société de Secours. Vicky Hacking,
de la paroisse de Pleasant Hill, dans le pieu d’Orlando Sud,
en Floride, explique : « Lorsque j’étais aux Jeunes Filles, la
Société de Secours invitait les Lauréoles à ses réunions.
Les sœurs avaient régulièrement des ateliers de travaux
manuels qui nous concernaient. Parfois nous avions une
leçon pour les mères et les filles. Cela m’a permis de sentir
que je pourrais m’intégrer et avoir envie d’aller à la Société
de Secours lorsque j’aurais dix-huit ans. »
Dans la paroisse de Billingham, dans le pieu de
Billingham, en Angleterre, les dirigeantes des Jeunes Filles
ont invité plusieurs sœurs de la Société de Secours à aider
les jeunes filles à faire des cadeaux de Noël pour un projet
de service. Ann Helps, deuxième conseillère dans la présidence des Jeunes Filles, raconte : « C’était amusant de
voir les jeunes filles et les sœurs de la Société de Secours
s’asseoir les unes à côté des autres, s’entendre si bien, discuter et rire dans un cadre plus décontracté. Cela a aidé
nos jeunes filles à se débarrasser du stéréotype des sœurs
de la Société de Secours, et à se rendre compte que les
sœurs plus âgées avaient elles aussi été jeunes filles et
savaient toujours s’amuser. »
Lorsqu’on demande aux jeunes filles qui
viennent d’entrer à la Société de Secours de
participer à la planification des activités, de
faire des leçons et de rendre service, cela les
aide à ressentir l’esprit de la Société de
Secours. Lorsqu’on leur donne tout de suite
des instructrices visiteuses et qu’on leur
demande de faire des visites d’instruction,
cela leur donne l’occasion de servir et de se
faire des amies. On peut aussi appeler une
nouvelle sœur dans un comité ou lui donner
une autre tâche au sein de la Société de
Secours.
Certaines paroisses ou branches demandent à une nouvelle sœur sûre d’elle d’aider à
enseigner une leçon. Susan Burningham, présidente de la Société de Secours de la paroisse
de Bountiful Hills, dans
le pieu de Bountiful
Centre, en Utah,
explique : « Le
fait d’échanger des
idées en partant du point de vue de ces jeunes sœurs a souvent un effet durable et profond sur notre Société de Secours. Je
n’oublierai jamais la leçon pendant laquelle
une jeune adulte a lu des expériences qu’elle
avait écrites dans son journal personnel. Lors
d’une autre leçon, deux jeunes filles et leur
mère ont expliqué pourquoi elles avaient
décidé de mener une vie pure et vertueuse. »
Les occasions de rendre service apportent
de la joie et de la motivation. On peut
demander aux nouvelles sœurs d’aider d’autres sœurs de la Société de Secours à répondre à des besoins en rendant des services
compatissants ou en participant à un projet
d’aide humanitaire.
Tagen Spencer, de la paroisse de
Princeton, dans le pieu de Pocatello Est, en
Idaho, explique : « Mon passage des
Jeunes Filles à la Société de
Secours a été une expérience merveilleuse
grâce au service. J’ai
commencé à aller à la
Société de Secours
PHOTO © PHOTODISC
Occasions de servir
E
n plus de se
sentir aimées
et appréciées,
les jeunes filles qui
entrent à la Société
de Secours ont
besoin d’avoir des
amies, d’apprendre,
de ressentir l’Esprit
et de sentir qu’elles
font partie de
l’organisation.
L I A H O N A MARS 2003
35
SE SENTIR AIMÉE
et s’est présentée. Elle m’a dit son
nom, elle m’a appris qu’elle était
présidente de la Société de
Secours et m’a indiqué où se
tenait la Société de Secours. Elle
m’a dit qu’elle était très contente
que je sois là. Immédiatement, je
me suis sentie mieux. »
Une présidente de la Société
de Secours a demandé aux sœurs
de sa paroisse d’apprendre le
nom de chaque jeune fille qui
entrait à la Société de Secours.
Elle a distribué à toutes les sœurs
de la Société de Secours une
photo et une petite biographie de
toutes les jeunes adultes qui
entraient dans cette organisation.
Cela a aidé les sœurs à appeler
chaque jeune fille par son prénom
Bonnie D. Parkin, présidente générale
et à se lier d’amitié avec elle.
Intégration des jeunes filles
de la Société de Secours
Une autre présidente de la
On peut organiser quelque chose de
Société de Secours a assisté à une
particulier pour souhaiter la bienvenue
leçon des Lauréoles et a demandé
aux nouvelles sœurs de la Société de
à chaque jeune fille d’écrire, sur
Secours. Certaines présidences donune fiche, son nom et le nom de
nent à chaque jeune fille une fleur ou
cinq sœurs de la paroisse qu’elle admirait particulièreun exemplaire de la déclaration de la Société de Secours
ment. La présidente a ensuite envoyé une lettre à chaque
dans un cadre. Certaines mettent à l’honneur chaque
sœur dont le nom avait été cité, expliquant à quel point la
nouvelle sœur. Dans une paroisse, la présidente a fait des
Lauréole l’admirait. À leur tour, les sœurs se sont particuinvitations sur lesquelles on pouvait lire : « Pour planter
lièrement intéressées à la jeune fille.
les graines de la Société de Secours dans ton cœur ». Elle
De nombreuses dirigeantes se sont rendu compte que
en a apporté une à chaque jeune fille chez elle, avec un
les jeunes filles qui rentrent chez elles pendant l’été ont
sachet de graines.
autant besoin d’être intégrées que celles qui sont dans la
Le fait de bien accueillir les jeunes filles et de les accepparoisse toute l’année. En leur accordant une attention
ter avec amour favorise la solidarité au sein de la Société
particulière, on aide ces sœurs à avoir le sentiment de
de Secours. Cela peut être important pour les nouvelles
faire partie de la Société de Secours.
sœurs que les plus anciennes s’assoient à côté d’elles, leur
Cependant, l’intégration ne doit pas être à sens
parlent et cherchent à connaître ce qu’elles aiment et ce
unique. Margaret D. Nadauld, qui était présidente généqu’elles font dans la vie. Beaucoup d’entre elles sont habirale des Jeunes Filles, a déclaré : « J’espère que ces noutuées à l’attention individualisée et à l’affection de leur
velles jeunes adultes qui entrent à la Société de Secours y
conseillère des Jeunes Filles. Elles ont besoin d’être
apportent leur gentillesse et permettent aux sœurs de resaimées également par leurs nouvelles sœurs de la Société
sentir leur force spirituelle, leur amour du Seigneur, leur
de Secours.
amour des Écritures et leur compréhension des enseigneTara Towsley, de la paroisse de North Point, dans le
ments de l’Évangile. »
pieu de Roswell, en Géorgie, aux États-Unis, raconte : « Je
M. E. Clayton a assisté à la Société de Secours dans pluvenais juste d’emménager à Atlanta. C’était la première
sieurs paroisses. Ses suggestions pour faciliter le passage à
fois que j’étais loin de chez moi. Inutile de préciser que
la Société de Secours ?
j’étais un peu intimidée. Je me souviens que, pendant la
« Participer ! dit-elle. Si les jeunes filles veulent que les
réunion de Sainte-Cène, je songeais à rentrer chez moi ;
réunions soient davantage axées sur ce qui les intéresse,
c’est alors qu’une femme merveilleuse est venue me voir
dans ma paroisse d’origine, où la plupart des femmes étaient âgées, mais les
sœurs m’ont toutes bien accueillie.
Lorsque j’ai participé avec elles à un
projet d’aide humanitaire, un grand
nombre de veuves de la paroisse
étaient présentes. Nous étions chargées
de trier des vêtements usagés. Une
sœur m’a téléphoné et m’a proposé de
passer me chercher. Elle m’a même
emmenée déjeuner au restaurant après
l’activité de service. Chaque fois que
quelqu’un tombait sur une robe de
mariée usagée, elle la tirait du tas, me
la donnait et se mettait à rire. Nous
nous sommes bien amusées. Cela a fortifié mon témoignage concernant le
service et cela m’a également permis
de tisser des liens avec les sœurs. »
36
« Je souhaite aux
jeunes filles qui
entrent à la Société
de Secours d’être
accueillies à bras
ouverts, de se
sentir en toute
sécurité et de ressentir l’amour du
Seigneur par l’intermédiaire des
femmes qu’elles côtoient. La Société
de Secours est un endroit où
chaque jeune fille doit trouver des
femmes qui se soucient d’elle et qui
la servent. C’est également un
endroit où elle apprendra à aimer
ses sœurs. Je recommande à ces
nouvelles sœurs de s’engager et de
s’oublier. De grandes choses
arriveront alors. »
elles doivent participer et s’impliquer dans le
programme pour permettre aux autres femmes de leur apporter des réponses et de les
comprendre. Si elles ne participent jamais,
elles peuvent facilement se sentir exclues. »
Penny Rowe, de la quatrième paroisse de
Leeds, dans le pieu de Leeds, en Angleterre,
dit : « Nous, les dirigeantes, nous devons
prier humblement pour nos sœurs et pour
savoir comment les intégrer au mieux. Le
plus grand de tous les dirigeants, notre
Sauveur, nous montrera toujours le chemin. »
À DROITE : PHOTO CRAIG DIMOND ; À L’EXTRÊME DROITE : PHOTO MATTHEW REIER
D’autres bergers peuvent aider
Les dirigeantes des Jeunes Filles et de la
Société de Secours sont les personnes les
mieux placées pour aider les jeunes filles à
réussir leur passage à la Société de Secours,
mais d’autres bergers peuvent aussi les y aider : les
parents, les anciennes dirigeantes des Jeunes Filles,
les dirigeants de la prêtrise,
les instructeurs au foyer,
les instructrices visiteuses,
les amis, les familles de la
paroisse ou de la branche
et les instructeurs de l’institut. En travaillant ensemble, ils peuvent former un
filet de sécurité pour ces
jeunes filles, et s’assurer qu’elles ne seront
pas délaissées et qu’elles ne s’éloigneront
pas à cette période décisive de leur vie.
Bonnie D. Parkin, présidente générale de
la Société de Secours, a déclaré : « L’évêque
peut avoir une grande influence sur l’attitude
d’une jeune fille vis-à-vis de la Société de
Secours. Lorsque l’évêque a un entretien
avec chaque jeune fille et lui parle de la
valeur de la Société de Secours pour elle,
cela a de l’effet. » L’attention constante et les
entretiens répétés avec l’évêque sont également utiles, après qu’une jeune fille est
entrée à la Société de Secours.
Kelly Smurthwaite, de la cinquante sixième
paroisse du quatrième pieu de l’université
Brigham Young-Idaho, a été appelée comme
présidente de la Société de Secours de sa
paroisse d’étudiants pour l’année universitaire
suivante, juste avant de rentrer chez elle pour
l’été. Elle raconte : « Avant de me dire au
revoir, mon évêque m’a conseillé d’observer
les dirigeantes de la Société de Secours de ma
paroisse d’origine. Il m’a également recommandé de rester active au sein de la Société
de Secours pendant l’été en allant aux réunions
d’édification du foyer, de la famille et de la
personne et aux autres activités. »
Avec les tentations qui règnent dans le
monde et Satan qui essaye de tromper les
personnes qui s’efforcent de suivre le
Sauveur, nous ne devons pas relâcher nos
efforts pour fortifier les jeunes sœurs adultes.
Lorsque les saints des derniers jours fidèles
se rassemblent pour aimer, soutenir et protéger ces jeunes filles, les bénédictions du
Seigneur peuvent se déverser abondamment.
Tara Towsley dit : « Je
suis très reconnaissante à
l’organisation de la Société
de Secours. Je pense
qu’elle m’a permis de
mieux me préparer pour
entamer une nouvelle
étape de ma vie. Elle m’a
donné l’occasion de me
lier d’amitié avec des femmes plus âgées et plus
sages et a permis à mon
témoignage de mûrir à
bien des égards. Cela m’a pris du temps pour
trouver ma place mais, avec le temps, j’ai
commencé à me sentir chez moi à la Société
de Secours. »
Et c’est ainsi qu’il doit en être.
Sœur Nadauld a déclaré : « Nous aimons
énormément ces jeunes filles et nous prions
pour elles continuellement. Nous ne cessons
pas de les aimer lorsqu’elles quittent l’organisation des Jeunes Filles. Nous savons à quel
point il est important pour elles de rester
proches de l’Église à toutes les périodes de
leur vie, aussi prions-nous pour qu’elles
soient assises à côté de nous lors des réunions
de la Société de Secours, lorsqu’elles auront
dix-huit ans. » ■
S
i les saints des
derniers jours
fidèles se
rassemblent pour
aimer, soutenir
et protéger ces
jeunes filles, les
bénédictions du
Seigneur peuvent
se déverser
abondamment.
Kathleen Lubeck Peterson fait partie de la paroisse
de Harbor Hills, dans le pieu de Newport Beach,
en Californie.
L E L I A H O N A MARS 2003
37
PAROLES
DE
JÉSUS
Humilité
« Recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur »
(Matthieu 11:29).
PA R AT H O S M . A M O R I M
Ancien membre des soixante-dix
À
Le Seigneur
Jésus-Christ, notre
Maître parfait, nous
a enseigné la
signification de
l’humilité par la
parole et par
l’exemple.
38
de nombreuses reprises, le Sauveur
n’a utilisé que quelques mots ou
n’a fait qu’un simple geste pour
souligner un principe éternel remarquable.
Par exemple, après avoir nourri cinq mille
personnes, il a dit à ses disciples :
« Ramassez les morceaux qui restent, afin
que rien ne se perde » (Jean 6:12). Il nous
a ainsi enseigné, à ses disciples et à nous,
à ne pas gaspiller. Lorsque les apôtres
sont retournés de leur mission, Jésus les
a emmenés dans une barque et ils se
sont retirés… « dans un lieu désert »
(Matthieu 14:13) pour se reposer un peu.
Il nous rappelle ainsi que nous avons tous
besoin d’arrêter de travailler de temps en
temps.
Les enseignements de Jésus sur l’humilité sont tout aussi concis et frappants. Les
quatre évangiles, qui sont écrits avec une
rare clarté et une rare beauté, nous font
vivre l’époque où le Fils de Dieu vivait
parmi les hommes. Sa vie remarquable
témoigne d’une absence totale d’orgueil,
d’arrogance et de vanité. De même, ses
paroles montrent qu’il reconnaissait
constamment sa dépendance vis-à-vis de
son Père.
Ses paroles d’humilité
L’humilité est l’un des principes primordiaux que le Seigneur a enseignés dans les
Béatitudes. Il a dit à ses disciples rassemblés
lors du sermon sur la montagne, puis aux
Néphites en Amérique :
« Bénis sont ceux qui… [descendent]
dans les profondeurs de l’humilité, et [sont]
baptisés...
« Oui, bénis sont les pauvres en esprit qui
viennent à moi, car le royaume des cieux est
à eux...
« Et bénis sont ceux qui sont doux, car ils
hériteront la terre…
« Et bénis sont tous ceux qui procurent la
paix, car ils seront appelés enfants de Dieu »
(3 Néphi 12:2-3, 5, 9 ; voir aussi Traduction
de Joseph Smith, Matthieu 5:4-5, 7, 11).
Lorsque ses disciples lui ont demandé :
« Qui donc est le plus grand dans le royaume
des cieux ? » Jésus a appelé un petit enfant
pour qu’il vienne à lui et les a réprimandés en
disant : « Quiconque se rendra humble
comme ce petit enfant sera le plus grand dans
le royaume des cieux » (Matthieu 18:1, 4).
« Car celui qui est le plus petit parmi vous
tous, c’est celui-là qui est grand » (Luc 9:48).
Jésus faisait toujours remarquer que son
Père était la source de son pouvoir et de sa
connaissance. Lors de la fête des Tabernacles,
Jésus est entré dans le temple et a enseigné :
À GAUCHE : JÉSUS GUÉRIT LES MALADES, GUSTAVE DORÉ ; À DROITE : DÉTAIL DU TABLEAU DE CARL HEINRICH BLOCH, LAISSEZ VENIR À MOI LES PETITS ENFANTS, PUBLIÉ AVEC LA PERMISSION DU MUSÉE HISTORIQUE NATIONAL DE FREDERIKSBORG, À HILLERØD, AU DANEMARK
e Sauveur
a enseigné
à ses disciples :
« Quiconque se
rendra humble
comme ce petit
enfant sera le plus
grand dans le
royaume des cieux ».
L
LE LIAHONA MARS 2003
39
« Mon enseignement n’est pas de moi, mais de celui qui
m’a envoyé… Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a
envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui »
(Jean 7:16, 18).
Plus tard, Jésus a témoigné : « Je ne fais rien de moimême, mais… je parle selon ce que le Père m’a enseigné… parce que je fais toujours ce qui lui est agréable…
Je ne cherche point ma gloire » (Jean 8:28-29, 50 ; voir
aussi 12:49-50).
Le Maître pédagogue mettait souvent en garde contre
l’orgueil. Lors d’un dîner dans la maison de l’un des chefs
des pharisiens, Jésus a remarqué que les personnes qui
étaient assises à table pensaient qu’elles étaient meilleures
les unes que les autres (voir Traduction de Joseph Smith,
Luc 14:7). Il leur a enseigné une parabole, puis a dit :
« Quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse
sera élevé » (Luc 14:11 ; voir aussi 18:14).
Lorsque la mère de Jacques et Jean a demandé à Jésus
de donner à ses fils le privilège de s’asseoir à sa droite et à
sa gauche le jour où il serait dans sa gloire, Jésus a expliqué que c’était un privilège qu’il n’était pas autorisé à donner. Et, remarquant les disputes qui s’élevaient entre ses
disciples, il a dit : « Quiconque veut être le premier parmi
vous, qu’il soit votre esclave. C’est ainsi que le Fils de
l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir »
(Matthieu 20:27-28 ; voir aussi 23:11-12 ; Luc 22:24-27).
Jésus a enseigné à ses disciples l’humilité divine lors de
ses derniers moments avec eux, alors qu’ils se rendaient
au mont des Oliviers, juste avant son arrestation et sa crucifixion : « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron… Celui qui demeure en moi et en qui je demeure
porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien
faire » (Jean 15:1, 5).
Un peu plus tard, dans sa magnifique prière sacerdotale, il a dit :
« Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton
Fils te glorifie…
« Je t’ai glorifié sur la terre…
« Je leur ai donné [il parlait de ses disciples] la gloire
que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous
sommes un » (Jean 17:1, 4, 22).
Son exemple d’humilité
Depuis sa naissance, le Sauveur a enseigné l’humilité
par ses actes. Le grand Créateur de toutes choses (voir
Jean 1:3) a condescendu à naître dans la situation la plus
40
humble. Il est entré dans la condition mortelle dans un
abri pour animaux et on l’a couché dans une crèche,
mangeoire qu’on utilisait pour nourrir les animaux. Les
premières personnes qui sont venues le voir étaient
d’humbles bergers (voir Luc 2:7-20).
Lorsque Jésus a commencé à faire des miracles en
Galilée, sa renommée s’est répandue dans toute la région.
Des foules sont allées à lui. Certaines personnes voulaient
être guéries, d’autres étaient simplement curieuses. Aux
malades et aux affligés, il disait souvent : « Ta foi t’a
sauvé ». Dans le miracle de la guérison, il mettait ainsi l’accent sur le rôle de la personne qui est guérie plutôt que
sur le rôle de la personne qui guérit1. Lorsqu’un lépreux
est venu et a dit : « Si tu le veux, tu peux me rendre pur »
(Marc 1:40), Jésus l’a guéri puis a dit : « Garde-toi de rien
dire à personne » (Marc 1:44). Jésus a réitéré cette
instruction après un grand nombre de ses miracles, ce qui
montre qu’il désirait ardemment accomplir ses miracles et
que les personnes en bénéficient, en toute humilité et
principalement en privé2.
Après qu’il a eu nourri miraculeusement 5000 personnes,
certaines d’entre elles ont voulu le faire roi. Une telle
popularité et un tel pouvoir auraient sérieusement tenté
ou corrompu la plupart des gens. Mais Jésus n’a pas
tenu compte de l’influence troublante des louanges du
monde et s’en est allé sur une montagne pour être seul
(voir Jean 6:15). Jésus a également été largement
acclamé par le public lorsqu’il est entré triomphalement
à Jérusalem. La foule poussait des cris de louanges, et
beaucoup de gens étendaient sur son passage leurs vêtements ou des branches d’arbres (voir Matthieu 21:8-9).
Toutefois, Jésus a choisi, en cette occasion, d’avoir pour
monture un âne, symbole messianique reconnu de l’humilité (voir Zacharie 9:9).
Servir est toujours une occasion de cultiver l’humilité.
Jésus l’a montré lorsqu’il s’est agenouillé et a lavé les pieds
des apôtres. Il leur a demandé : « Comprenez-vous ce que
je vous ai fait ?… Je vous ai donné un exemple… le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus
grand que celui qui l’a envoyé » (Jean 13:12, 15-16).
Finalement, aux heures de ses plus grandes souffrances,
Jésus s’est soumis au Père. Et dans ce qui est peut-être son
plus grand geste d’humilité, il a permis qu’on le pende à la
croix. Ses dernières paroles dans la condition mortelle
caractérisent ses enseignements sur l’humilité. Après avoir
prononcé les mots « Tout est accompli » (Jean 19:30),
Jésus a également déclaré que la volonté de son Père avait
été faite (voir Traduction de
Joseph Smith, Matthieu 27:54).
Il a ensuite baissé la tête et a
rendu l’esprit.
ENTRÉE TRIOMPHALE DU CHRIST À JÉRUSALEM, TABLEAU DE HARRY ANDERSON
Nos paroles et nos actions
Le Seigneur Jésus-Christ, notre
Maître parfait, nous a enseigné la
signification de l’humilité par la parole
et par l’exemple. Les chrétiens fidèles
désirent que leurs paroles et leurs
actions reflètent une humilité et une
contrition intérieure ainsi qu’une soumission à la volonté divine.
Le 2 novembre 1995, après un an
de préparation fidèle, Antonio et
Roseli Berrocal, du pieu de Franca, à So
Paulo, au Brésil, se sont rendus, avec
leurs cinq enfants, au temple de So Paulo,
pour y être scellés. Sur le chemin, ils ont eu
un accident tragique et mortel. Sœur
Berrocal et tous les enfants y ont perdu la
vie. Le 22 du même mois, frère Berrocal est
entré seul dans le temple pour être scellé à
sa famille bien-aimée. Mon entretien avec lui
a été une grande leçon inoubliable d’humilité pour moi. En des termes émouvants, il a
exprimé sa gratitude envers notre Père
céleste et son Fils, Jésus-Christ, pour le
réconfort qu’il avait reçu dans ces moments
de tristesse et de souffrance. Il était reconnaissant des ordonnances sacrées qui
allaient être accomplies. Frère Berrocal est
un homme doux et humble de cœur.
Cela m’impressionne également de voir le
service humble que rendent les frères et les
sœurs âgés et les jeunes missionnaires dans
le monde entier. Leur nombre augmente
chaque jour. Ils font des sacrifices, travaillent
dur, économisent de l’argent pour financer
eux-mêmes leur mission et consacrent leur
vie à Dieu, avec pureté et humilité de cœur.
Cela m’inspire aussi de voir les saints humbles et fidèles qui donnent, chaque mois, à
leur évêque, la dîme et les offrandes de
jeûne, avec l’argent qu’ils ont gagné honnêtement en travaillant dur.
Les disciples du Nouveau Testament ont
rendu témoignage de la vie extraordinaire du
Sauveur, de ses paroles et de son exemple
d’humilité. Les prophètes et les apôtres
modernes ont témoigné : « Sa vie… joue
un rôle essentiel dans l’histoire humaine…
Dieu soit loué pour le don sans pareil de son
Fils divin !3 »
Jésus, né bien humblement,
Vient en gloire maintenant…
Il connut le sang, les pleurs,
Maintenant il est vainqueur.
Rejeté par ses amis,
Il confond ses ennemis4.
Il vit. Il est et sera toujours le plus grand
exemple d’humilité que nous puissions trouver tout au long de notre vie si nous suivons
ses pas. ■
L
orsqu’il
est entré
triomphalement à Jérusalem,
que la foule a poussé
des cris de louanges,
que beaucoup de
gens ont étendu sur
son passage leurs
vêtements ou des
branches d’arbres,
Jésus a choisi d’avoir
pour monture un
âne, symbole
messianique reconnu
de l’humilité.
Athos M. Amorim a été relevé de son appel au sein
du deuxième collège des soixante-dix en octobre
2002.
NOTES
1. Voir Matthieu 9:22 ; voir aussi 15:28 ; Marc 10:52 ;
Luc 17:19.
2. Voir Matthieu 9:30 ; Marc 7:36 ; 8:26 ; 9:9 ; Luc 8:56.
3. « Le Christ vivant, témoignage des apôtres »,
Le Liahona, avril 2000, p. 2-3.
4. « Jésus, né bien humblement », Cantiques, n° 96,
strophes 1, 3.
LE LIAHONA MARS 2003
41
LES SAINTS DES DERNIERS JOURS NOUS PARLENT
Des miracles à notre époque
Par Nitochka Silva Calisto
U
n samedi après-midi, j’ai décidé
d’étudier la leçon de l’École du
Dimanche pour le lendemain.
Elle portait sur les miracles. Je me suis
dit : « Nous n’avons jamais eu autant
besoin d’un miracle que maintenant ».
Ma mère était veuve et notre famille
avait des difficultés financières.
Depuis que mes sœurs et moi
étions petites, nous nous adonnions
à l’art du tissage de crin. Nous
lavions le crin, nous le teignions et
nous le tissions crin par crin pour
faire, par exemple, des papillons, des
souris ou des copihues d’Arauco (la
fleur nationale du Chili). Cet
ouvrage, qui demande beaucoup de
minutie, est une particularité de
notre pays. Nous tissions pendant
tout l’hiver et nous vendions nos
ILLUSTRATIONS BRIAN CALL
ouvrages dans des foires artisanales
pendant l’été.
Cette année-là, dans le pays, il y
avait une dépression économique, ce
qui avait grandement nui à notre
commerce. Dans le passé, la foire
artisanale de Temuco, ville touristique du Sud du Chili, nous avait rapporté une grande partie de nos
revenus. Mais cette année-là, nous
n’y avions pas été invitées. Nous
avions même téléphoné aux organisateurs de la foire, mais ils avaient
refusé de nous donner un stand.
Nous nous inquiétions des conséquences de ce manque à gagner.
Mais en étudiant la leçon de l’École du Dimanche, cet après-midi là,
mon état d’esprit a complètement
changé. J’ai d’abord lu Mormon
9:19 : « [Dieu] ne cesse pas d’être
Dieu et est un Dieu de miracles. »
Cette promesse m’a remonté le
moral. Puis j’ai lu le verset 21 et je
me suis sentie encore mieux : « Je
vous dis que quiconque croit au
Christ, ne doutant en aucune façon,
tout ce qu’il demandera au Père, au
nom du Christ, lui sera accordé. »
J’ai pensé au miracle dont ma
famille avait besoin et j’ai décidé de
faire les quatre heures de voyage jusqu’à Temuco pour plaider notre
cause.
À
l’office de la culture,
le responsable m’a dit
qu’il y avait très peu de
chance que nous puissions avoir
un stand à la foire artisanale.
Mais nous avions besoin de ces
revenus. Alors j’ai continué de
croire aux miracles.
À mon arrivée à l’office de la culture, j’étais découragée de voir que
beaucoup d’autres gens étaient
venus faire la même demande et
d’apprendre qu’ils avaient tous
essuyé un refus. Cependant, je sentais que le Seigneur était avec moi.
Lorsque mon tour est venu de
parler avec le responsable, il m’a dit
franchement qu’il y avait très peu de
chance que nous puissions avoir un
stand et que la décision finale ne
pouvait pas encore être prise. Je lui
ai expliqué qu’un stand permettrait à
ma mère d’avoir du pain pendant les
mois d’hiver mais j’ai eu l’impression
de parler à un mur. Puis, sans réfléchir, je lui ai dit que je croyais aux
miracles et j’ai quitté son bureau.
J’ai appelé mon mari et je lui ai
demandé de jeûner avec moi. J’avais
constamment à l’esprit les mots de
la leçon de l’École du Dimanche :
« [Dieu] est un Dieu de miracles. »
J’avais besoin d’un miracle, tout de
suite.
J’ai attendu six heures à l’office de
la culture. Ma peur augmentait de
minute en minute. Finalement, j’ai vu
des artisans venir de toutes les
régions du Chili et d’autres pays. La
foire a commencé. La gorge serrée,
j’ai dit dans une prière : « Que ta
volonté soit faite ». J’ai immédiatement été envahie par un sentiment
de paix et j’ai décidé de parler une
fois de plus avec le responsable.
Lorsque je suis entrée dans son
bureau, j’ai vu que son attitude avait
changé. Avec courtoisie, il m’a dit
que je pouvais avoir un stand. De
nouveau, je lui ai dit que je croyais
aux miracles.
Nous avons gagné l’argent dont
nous avions besoin à la foire et j’ai
appris personnellement que Dieu
continue d’opérer des miracles à
notre époque. Chaque jour, ma foi
s’affermit grâce à tout ce qu’il me
donne. ■
Nitochka Silva Calisto est membre de la
paroisse de Carrión, dans le pieu de
Independencia, à Santiago, au Chili.
Soins intensifs
familiaux
Par Pamela Steenhoek
D
eux heures après la naissance
de notre cinquième enfant,
Angelique, celle-ci a commencé à pleurer de toutes ses forces
et à devenir violette. Nous nous sommes rendu compte qu’il se passait
quelque chose de terrible.
Des examens médicaux ont révélé
qu’Angelique était atteinte d’une
maladie infantile grave due à un
streptocoque du groupe B. Elle a
immédiatement été transférée dans
un hôpital spécialisé dans les problèmes de ce genre. J’étais accablée
d’inquiétudes lorsqu’on a emmené
mon bébé dans une ambulance.
À ma sortie de l’hôpital, deux
jours après, je suis directement
allée voir Angelique. La peur m’a
saisie lorsque je suis entrée dans le
service de soins intensifs néonatals.
Ma fille était entourée de deux
médecins et de nombreuses infirmières. Elle était reliée à tant d’appareils que j’avais du mal à voir son
petit corps.
J’ai pris à part l’un des médecins
et je lui ai demandé : « Va-t-elle survivre ? » Il m’a regardée gravement
et m’a dit : « Nous n’en sommes pas
sûrs pour l’instant, mais nous allons
faire tout ce que nous pouvons
L E L I A H O N A MARS 2003
43
pour elle ». Il m’a demandé de rentrer
chez moi pour me reposer.
Pendant que mon mari me ramenait à la maison, nous sommes restés
silencieux. Nous étions tous les deux
trop inquiets. Mon mari est retourné
à l’hôpital pour donner une bénédiction à notre fille et pour passer la
nuit à l’extérieur du service de soins
intensifs.
Le soir, lorsque j’ai bordé nos quatre autres enfants dans leur lit, l’aînée, qui avait sept ans, pleurait parce
qu’elle ne pouvait pas prendre
Angelique dans ses bras. Nous avions
dit aux enfants qu’Angelique ne survivrait peut-être pas, mais ils ne comprenaient pas vraiment.
Je suis allée dans ma chambre et
j’ai fait la prière la plus sincère de ma
vie. J’ai dit à mon Père céleste à quel
point j’aimais Angelique mais qu’il
pouvait la prendre si telle était sa
volonté. J’ai dit que je savais que
nous formions une famille éternelle
et j’ai exprimé ma gratitude pour
mon mariage au temple. À cet
instant précis, j’ai ressenti de la
paix, de l’amour et même du
bonheur. Je n’oublierai
jamais ce sentiment.
J’ai alors eu le sentiment
distinct qu’Angelique avait
besoin d’entendre notre
voix. Mes enfants « parlaient » souvent à Angelique
avant sa naissance. Elle était
avec nous lorsque nous faisions la prière, lorsque nous
mangions ensemble le soir, et
lorsque je chantais. À présent, elle
n’entendait que des inconnus à
l’hôpital.
J’ai réveillé les enfants et,
chacun leur tour, ils se sont
fait une joie d’enregistrer
44
un message pour Angelique, à l’aide
d’un magnétophone. Nous avons
chanté des chants de la Primaire et
nous lui avons dit à quel point nous
l’aimions. Nous lui avons dit que
nous prendrions soin d’elle et que
nous ferions des activités avec elle si
sa santé s’améliorait. Le lendemain
matin, j’ai apporté le magnétophone
à l’hôpital et j’ai demandé aux infirmières de le poser dans le berceau
d’Angelique et de lui faire écouter la
cassette en continu.
Lorsque je suis retournée à l’hôpital plus tard dans la journée, une infirmière pleine d’enthousiasme est
venue vers moi et m’a dit que quelque
chose de stupéfiant s’était produit.
Angelique était sous assistance
respiratoire et la machine enregistrait
quand elle respirait toute seule et
quand elle était assistée. Lorsque
notre magnétophone était en marche, elle se mettait à respirer toute
seule la moitié du temps. Lorsque la
cassette s’arrêtait, la machine recommençait à l’assister à chaque respiration. C’était impressionnant de voir
son petit corps reprendre de la vitalité lorsque l’on passait la cassette.
Les infirmières ont passé la cassette
vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Angelique s’est peu à peu remise de
sa maladie et est rentrée à la maison
deux semaines plus tard.
Je crois fermement au pouvoir de
la prière et de l’amour au sein de la
famille. J’ai le témoignage que notre
C
hacun leur tour, les
enfants ont enregistré un
message à leur nouvelle
petite sœur qui était gravement
malade. Nous avons chanté des
chants de la Primaire et nous
lui avons dit à quel point nous
l’aimions.
Père céleste écoute nos prières et
qu’il nous inspire par l’intermédiaire
du Saint-Esprit, si nous cherchons à
connaître sa volonté. ■
Pamela Steenhoek fait partie de la paroisse
de Allatoona, dans le pieu de Marietta Est,
en Géorgie.
Ne jamais
abandonner
Par Jason Lacayo
L
’histoire se passe dans les
années 1970. Mon père,
Horacio Lacayo était un garçon
pauvre de treize ans. Un jour, sa mère
s’est mise en colère contre lui et lui a
dit qu’il n’arriverait jamais à rien. Cela
l’a troublé et il a pris conscience qu’il
devait s’améliorer. Il a décidé de changer à certains égards.
Peu après, il a rencontré deux missionnaires, qui ont commencé à lui
parler du véritable Évangile de JésusChrist. Horacio désirait vivement en
savoir davantage et se faire baptiser
mais, lorsqu’il l’a dit à son père, ce
dernier s’est mis en colère. Il lui a dit
qu’ils avaient déjà une religion et qu’il
ne lui permettrait jamais de devenir
membre d’une autre Église.
Horacio a alors demandé à sa
sœur, Maria, de parler à leur père
pour lui. Ce dernier écoutait souvent ses conseils. Lorsque Horacio a
parlé de l’Église à Maria et lui a
expliqué qu’il voulait se faire baptiser, elle a accepté de l’aider. Elle a
apporté la feuille d’autorisation
parentale à son père et lui a dit
d’une voix ferme : « Signe ce papier,
c’est la meilleure chose que tu puisses faire pour ton fils ».
Son père a fini par donner sa
permission et Horacio s’est fait baptiser. Mais bientôt son père a commencé à regretter d’avoir pris cette
décision et a interdit à Horacio d’aller à l’église. Lorsque Horacio l’a
supplié de changer d’avis, son père,
en colère, lui a dit de partir de chez
eux et de ne jamais revenir. Horacio
est donc allé vivre chez sa tante.
Une nuit, environ un an plus tard,
Horacio a rêvé que son père était gravement malade et qu’il voulait le voir.
Le lendemain matin, avant d’aller à l’église, il a parlé à sa tante du rêve qu’il
avait fait. Elle lui a assuré que ce n’était qu’un rêve et qu’il ne devait pas
s’en inquiéter.
Lorsqu’il est rentré après l’église, sa
tante était bouleversée. Elle a dit : « Je
ne sais pas comment tu as fait pour le
savoir, mais ton père a été blessé dans
un accident. Il veut te voir. » Lorsque
Horacio est allé voir son père, ce dernier lui a demandé pardon de ce qu’il
avait fait et lui a dit qu’il ne s’opposerait plus à ce qu’il aille à l’église.
Finalement, beaucoup d’amis et de
membres de la famille de Horacio se
sont joints à l’Église. Aujourd’hui,
Horacio, sa femme, Aida, et leurs quatre fils sont pratiquants. Deux fils font
une mission et un autre fils vient de
rentrer de mission.
Comment Horacio a-t-il pu garder
la foi lorsqu’il était jeune ? Il n’a jamais
oublié que le Seigneur était avec lui et
qu’il ne le laisserait pas tomber. Mon
père n’a jamais abandonné.
Je sais que le Seigneur nous fortifie
lorsque nous menons un combat spirituel, comme il a fortifié mon père,
Horacio Lacayo. ■
Jason Lacayo est membre de la paroisse
de Camorim, dans le pieu de Jacarepaguá,
à Rio de Janeiro, au Brésil, et est
actuellement missionnaire à Osorno, au
Chili.
Notre nouvelle
vie en mission
Par Robert A. Hague
A
près notre départ à la retraite,
ma femme et moi menions
une vie tranquille. Nous prenions plaisir à œuvrer au temple, à
remplir nos appels dans la paroisse
et au pieu, à rendre visite à nos
enfants, à nos petits-enfants et à nos
mères qui sont veuves. Les choses
n’auraient pas pu aller mieux.
Mais une impression a commencé à se dessiner en nous. Le
temps était venu d’envisager sérieusement de faire une mission et nous
le savions. Nous avons rapidement
pris la décision d’en faire une, mais
nous avons jugé bon de dresser la
liste des choses à faire avant d’envoyer notre candidature pour la mission. Consciencieusement, nous
avons dressé cette liste et nous
avons commencé à la réduire.
Deux mois ont passé et nous nous
sommes aperçus que notre liste de
choses à faire ne faisait que s’allonger. Nous nous sommes dit : « Pas de
problème. Nous devrons simplement
faire plus d’effort pour la réduire. »
Mais nous n’y sommes pas arrivés.
Nous nous sommes rendu compte
que, bien que nous nous sentions
toujours poussés à faire une mission,
notre peur de l’inconnu nous faisait
rallonger notre liste plus vite que
nous pouvions accomplir ce que
nous y écrivions.
Un matin, peu après la dernière
remise à jour de notre liste, j’ai étudié Jésus le Christ, de James E.
Talmage (1862-1933). Le passage
L E L I A H O N A MARS 2003
45
suivant m’a profondément touché :
« Les excuses sont faciles à trouver ;
elles jaillissent aussi facilement et
aussi abondamment que les mauvaises herbes au bord de la route.
Lorsque le Samaritain passa et vit l’état misérable du blessé, il n’avait pas
d’excuse parce qu’il n’en voulait
pas » (1991, p. 470).
Très ému, je me suis dépêché d’aller dans la cuisine pour lire ces mots
à ma femme. Ils l’ont également profondément touchée. Nous n’avions
aucun doute sur ce que nous allions
faire.
Nous avons immédiatement
déchiré notre liste de choses à faire
ou plutôt, ce que nous appelons
maintenant pour plaisanter : « notre
liste d’excuses », et nous avons commencé à faire les démarches nécessaires pour être appelés en mission.
Tout s’est alors rapidement
mis en place pour nous et
nous nous sommes surpris à aimer
encore plus notre vie dans la mission
de Singapour. Notre tâche consistait
à former de nouveaux dirigeants
dans les branches de l’Église, d’abord
au Sri Lanka puis en Malaisie. Nous
nous sommes rendu compte que,
chez nous, notre famille pouvait très
bien se passer de nous mais nous
nous sommes vite aperçus à quel
point on avait besoin de missionnaires âgés comme nous.
Deux soirs avant notre retour de
mission, les membres de deux branches dans lesquelles nous avions
servi en Malaisie, nous ont invités à
ce qui s’est révélé être une fête d’adieu surprise. Nous n’oublierons
jamais le moment où nous sommes
sortis de l’église et où nous avons été
entourés par les membres locaux qui
avaient chacun à la main une lanterne chinoise faite maison et qui
nous chantaient en Chinois : « Dieu
soit avec toi jusqu’au revoir »
(Cantiques, n° 89). Aujourd’hui
encore, je ne peux m’empêcher de
pleurer en racontant cette expérience. Nous sommes très reconnaissants de n’avoir pas permis à notre
liste d’excuses (à nos peurs) de nous
empêcher de vivre une expérience
merveilleuse. ■
Robert A. Hague est membre de la
deuxième paroisse de Yakima, dans le pieu
de Selah, dans l’État de Washington.
À
la fin de notre mission,
les membres locaux nous
ont chanté : « Dieu soit
avec toi jusqu’au revoir », en
tenant chacun une lanterne
chinoise faite maison.
Le saviez-vous ?
Harold Bingham Lee
H
arold B. Lee, onzième président de l’Église, naquit à
Clifton, en Idaho, le 28 mars
1899. Chez la famille Lee, il y avait un
piano et Harold apprit très tôt à aimer
la musique. Il apprit à jouer du piano
et de l’orgue. Plus tard, il joua du
trombone à coulisse dans un orchestre de danse pour gagner un peu plus
d’argent.
À dix-sept ans, le futur prophète
devint instituteur. Et à l’âge de dix-huit
ans, on lui demanda d’être le directeur
d’une école de quatre classes. Après
avoir enseigné pendant quatre ans,
Harold B. Lee fut appelé à servir dans
la mission des États de l’Ouest, par
Heber J. Grant (1856-1945), président
de l’Église. À son retour de mission, il
poursuivit sa carrière d’enseignant et il
servit plus tard au conseil municipal
de Salt Lake City. Après le début de la
Grande Dépression, alors qu’il était
président de pieu, on lui
demanda d’organiser ce qui est
maintenant le programme d’entraide de l’Église.
À l’âge de quarante-deux
ans, Harold B. Lee fut appelé
comme apôtre. Il fut ordonné
président de l’Église en 1972. Il
mourut un peu moins d’un an
et demi plus tard, à l’âge de
soixante-quatorze ans. Gordon
B. Hinckley a dit du président Lee :
« Il n’a jamais fui sa responsabilité de
serviteur de Dieu de témoigner de la
vérité » (cité dans Enseignements des
présidents de l’Église, Harold B. Lee,
2001, p. xviii).
Harold B. Lee au piano, entouré de
quatre autres apôtres : Mark E.
Petersen, Matthew Cowley, Spencer W.
Kimball, et Ezra Taft Benson.
Cela s’est passé en mars
26 mars 1830 : Les cinq mille premiers exemplaires du Livre de
Mormon sont imprimés à Palmyra,
dans l’État de New York, par E. B.
Grandin, pour un coût de trois mille
dollars américains.
18 mars 1833 : La Première
Présidence est organisée lorsque
Joseph Smith, le prophète, met à
part Sidney Rigdon et Frederick G.
Williams pour être ses conseillers.
Mars 1839 : Alors qu’il se trouve
dans la prison de Liberty, Joseph
Smith implore le Seigneur d’alléger
les souffrances des saints. Les sections 121, 122 et 123 des Doctrine et
Alliances contiennent une partie de
sa prière, de la révélation qu’il a
reçue et de ses prophéties.
17 mars 1842 : Joseph Smith, le
prophète, organise la Société de
Secours. Emma Smith en devient la
première présidente.
12 mars 1961 : Organisation du
premier pieu non-anglophone de
l’Église, à la Haye, aux Pays-Bas.
EN HAUT, DE GAUCHE À DROITE : PHOTO DU LIVRE DE MORMON PAR CRAIG DIMOND ; PORTRAITS DE SIDNEY RIGDON, JOSEPH SMITH ET
FREDERICK G. WILLIAMS ; JOSEPH DANS LA PRISON DE LIBERTY, TABLEAU DE LIZ LEMON SWINDLE ; ORGANISATION DE LA SOCIÉTÉ DE SECOURS,
TABLEAU DE NADINE BARTON ; PHOTO D’UN COURS PAR MATTHEW REIER, PRISE AVEC DES FIGURANTS
Conseils pour les dirigeants
Soyez à l’heure, pour les leçons,
pour les réunions, partout. Ou
mieux encore, soyez un peu en
avance. Non seulement vous montrerez ainsi l’exemple, mais vous
aurez le temps de réfléchir, de prier
et de vous préparer. Il peut être difficile de ressentir l’Esprit lorsque
vous êtes pressé. Fixez-vous donc
le but d’être toujours à l’heure. ■
Idées de leçons
• « Des raisons de rester pur », p. 6 : Neal A. Maxwell explique que les
membres de l’Église ont parfois les mêmes difficultés à obéir à la loi de chasteté que le monde. Cependant, il nous enseigne également que nos raisons
d’observer le septième commandement sont bien plus grandes que ces problèmes. Quelles sont ces raisons les plus importantes ?
• « Tout ce qui est beau et bon », p. 14 : Abordez le sujet de la pudeur en
montrant des photos de temples et de bâtiments du monde et en parlant de la
relation entre l’apparence et la fonction. Établissez ensuite un parallèle entre
l’architecture et les styles de vêtements.
• « Regarder au-delà du point marqué », p. 20 : Parlez d’une des façons possibles de regarder au-delà du point marqué. Demandez des exemples précis
de la façon dont cela peut constituer une occasion de chute.
• « La poule de grand-maman Emily », p. A6 : Racontez l’histoire de la
poule de grand-mère Emily et demandez des exemples qui illustrent l’idée que
nous pouvons être une bénédiction pour les autres lorsque nous faisons des
sacrifices, même lorsque cela n’est pas pratique pour nous.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Comment utiliser
Le Liahona de
mars 2003
Sujets abordés dans ce numéro
A=L’Ami
Amitié .......................................13, 32
Buts.................................................26
Chasteté ............................................6
Conversion .............................42, A14
Création..........................................A9
Dîme .................................................2
Dirigeants ...........................32, 47, 48
Enseignement au foyer.....................5
Enseignement...........................14, 48
Expiation ......................................A10
Foi...................................................42
Guérison .........................................42
Histoire de l’Église .........................47
Humilité..........................................38
Jésus-Christ ................20, 38, A9, A10
Jeunes filles ....................................32
Miracles...........................................42
Nature divine......................14, 19, A4
Nouveau Testament................38, A10
Obéissance ...........................6, 20, A2
Œuvre missionnaire .................30, 42
Pionniers.........................................A6
Préparation .....................................25
Prière ..........................25, 42, A6, A14
Primaire ..........................................A4
Pudeur ............................................14
Relations familiales.............14, 25, 30
Rétablissement..................................2
Service ............................2, 32, A2, A6
Société de Secours .........................32
Soirée familiale ...............................48
Spiritualité ......................................25
Talents ............................................A4
Temples et œuvre du temple .......A16
Vérité ..............................................20
Vie éternelle....................................26
Visites d’instruction........................25
Histoires de couples missionnaires
Avez-vous fait une mission de couple, votre conjoint et vous ? Nous recherchons des histoires
de couples missionnaires qui pourront inspirer d’autres personnes à réfléchir aux bénédictions
qu’une mission leur apporterait. Envoyez votre article à Couple Missionaries,
Liahona, Floor 24, 50 East North Temple Street, Salt Lake City, UT
84150-3223, USA; ou par e-mail à cur-liahona-imag@ldschurch.org.
Veuillez indiquer vos nom et prénom, adresse, numéro de téléphone,
paroisse et pieu (ou branche et district).
PHOTO STEVE BUNDERSON, METTANT EN SCÈNE DES FIGURANTS
D E S E N F A N T S D E L’ É G L I S E D E J É S U S - C H R I S T D E S S A I N T S D E S D E R N I E R S J O U R S • M A R S 2 0 0 3
L’ami
VIENS ÉCOUTER LA VOIX DU PROPHÈTE
Le chemin
PA R T H O M A S S. M O N S O N
Premier conseiller dans la Première Présidence
U
Le chemin conduisant au
bonheur n’est peut-être
pas toujours facile à
suivre, mais il n’est pas
caché. Thomas S.
Monson indique
clairement où il se
trouve.
2
ne réplique de la charmante pièce
« Le roi et moi » nous encourage…
Le roi de Siam est en train de mourir. Anna, la préceptrice anglaise qu’il a engagée, est à ses côtés, et son fils lui demande :
« A-t-il été aussi bon… qu’il l’aurait pu ? »
Anna répond avec sagesse : « Je crois
qu’aucun homme n’a jamais été un aussi
bon roi qu’il l’aurait pu, mais lui, il a
[vraiment] essayé1 » (Richard Rogers et
Oscar Hammerstein, fils, Williamson
Music, Inc., 1951).
Le prophète Joseph a déclaré : « Le
bonheur est l’objet et le but de notre existence et en sera la fin si nous suivons le
chemin qui y mène : et ce chemin, c’est
la vertu, l’intégrité, la fidélité, la sainteté
et le respect de tous les commandements
de Dieu2 »
Empruntons ce chemin… Pour nous
aider à le faire, nous pouvons suivre le sermon le plus court du monde : « Choisis
le bien ».
C’est le conseil que Joe a trouvé et suivi.
On lui avait demandé de se lever à six heures du matin et de conduire un enfant
blessé à l’hôpital qui se trouvait à près de
quatre-vingts kilomètres de là. Il n’avait pas
envie de le faire, mais il ne savait pas comment refuser. Une femme en pleurs a
porté l’enfant jusqu’à la voiture et l’a mis
sur le siège du passager en bredouillant
des remerciements. Joe a dit que tout irait
bien et est parti rapidement.
Deux ou trois kilomètres plus loin,
l’enfant a demandé timidement :
« Vous êtes Dieu, n’est-ce
pas ? »
« J’ai bien peur que
non, mon petit », a
répondu Joe.
« J’ai cru que vous étiez Dieu », a
dit l’enfant. « J’ai entendu maman prier à
côté de mon lit et demander à Dieu de
m’aider à aller à l’hôpital pour que je
puisse guérir et jouer avec les autres garçons. Vous travaillez pour Dieu ? »
« Oui, de temps en temps », a dit
Joe, « mais pas régulièrement. Je
crois que maintenant, je vais travailler beaucoup plus pour lui ».
… Et vous ? et moi ? et nous ?
Je prie humblement pour que nous
le fassions. ●
D’après un discours de la conférence
générale d’avril 1999.
NOTE
1. Richard Rogers and Oscar Hammerstein II,
Williamson Music, Inc., 1951.
2. Enseignements du prophète Joseph Smith,
compilés par Joseph Fielding Smith, 1981,
p. 206.
À GAUCHE : PHOTO DON BUSATH ; À DROITE : ILLUSTRATION
RANDALL J. PIXTON
VE
RTU
IN TÉG
RI TÉ
FI DÉ L
ITÉ
SA
IN
TE
TÉ
O
BÉ
IS
CHOISIS
LE BIEN
L’ A M I MARS 2003
3
SA
N
CE
PÉRIODE
D’ÉCHANGE
Je suis enfant de Dieu
PA R V I C K I F. M AT S U M O R I
« Vous êtes tous des fils du Très Haut » (Psaumes 82:6).
§
Citez quelques-uns de vos chants favoris de
la Primaire. Pourquoi les avez-vous choisis ?
Vous les aimez probablement parce qu’ils
ont une belle mélodie ou un message important.
Il y a un chant qui est le favori des enfants de la
Primaire, dans le monde entier ; c’est « Je suis enfant
de Dieu ». Il a été écrit en 1957 pour une conférence
de la Primaire par Naomi W. Randall et Mildred T.
Pettit. Sœur Randall avait prié pour recevoir de l’aide
afin d’en écrire les paroles. Elle s’est éveillée en
pleine nuit avec les paroles du chant à l’esprit. Elle
les a envoyées à sœur Pettit, qui les a mises en
musique.
Quelques années plus tard, Spencer W. Kimball, président à l’époque, a suggéré de remplacer la phrase
« Dis-moi ce qu’il faut savoir » par « Apprends-moi comment agir ». Il disait : « Savoir ne suffit pas… nous
devons faire quelque chose » (voir « Amusons-nous
avec nos chants favoris », L’Étoile, juin 1985, section des
enfants, p. 4).
Lorsque vous chantez ce chant, vous apprenez des
principes importants. Vous apprenez que vous être vraiment un enfant de Dieu. Vous apprenez que notre Père
céleste vous a envoyé dans un foyer, avec des parents
qui peuvent vous aider. Et, particulièrement, vous
apprenez que si vous faites le bien, vous pourrez un
jour retourner vivre auprès de notre Père céleste.
Portrait et cadre personnalisés
Retire la page 5 du magazine. Découpe le long des
lignes épaisses et colle le cadre sur du papier cartonné.
Replie la bande du bas, pour faire un appui pour le
cadre. Décore-le en découpant les objets, ou en dessinant d’autres objets, qui montrent les choses que tu
aimes faire ou que tu as envie de faire, puis colle-les sur
le cadre. Place une photo de toi – ou dessine ton portrait – au milieu du cadre. Mets-le à un endroit où il te
rappellera que tu es un enfant de Dieu et que tu as
reçu de nombreux talents.
4
Idées pour la période d’échange
1. Affichez des photos de quelques enfants de votre
Primaire. Expliquez en quoi chaque enfant est différent – et particulier. Témoignez de la nature divine
de chaque enfant. Aidez les enfants à apprendre par
cœur le 7e article de foi en l’inscrivant au tableau
noir. Faites-le répéter aux enfants ; choisissez ensuite
un enfant qui en effacera un ou deux mots.
Continuez le processus jusqu’à ce qu’il ne reste plus
aucun mot au tableau noir. Parlez de divers talents
et traits de caractère, comme d’être bon en sport, en
musique, ou en dessin, d’être amical ou d’être gentil.
Demandez aux enfants de se lever et de former un
cercle. Choisissez un enfant qui animera le jeu. Cet
enfant jette un sac de haricots ou un autre objet à
quelqu’un du cercle en indiquant une catégorie de
talent comme « sport », puis compte rapidement jusqu’à 10. L’enfant qui a rattrapé le sac doit indiquer
un talent sportif comme « jouer au foot » avant que
l’autre n’arrive à dix ; s’il n’y parvient pas, il prend
sa place. Chantez : « Je suis enfant de Dieu » (Chants
pour les enfants, p. 2).
2. Demandez aux enfants d’indiquer des personnages des Écritures qu’ils admirent, comme Moïse,
Daniel, David, Esther, Paul, Néphi et Alma. Inscrivezen la liste au tableau noir. Répartissez les enfants en
groupes et demandez-leur de choisir l’un des personnages de la liste et de mettre en scène une histoire
tirée de sa vie (voir L’Enseignement, pas de plus grand
appel, 2000, p. 180-181). Au moment où les groupes
jouent leurs sketches, demandez à la Primaire de
deviner qui est le personnage dont l’histoire est représentée. Après chaque sketch, parlez de la noblesse et
de la grandeur dont a fait montre le personnage des
Écritures. Chantez des chants ou des cantiques qui
parlent de ces qualités. Lisez Abraham 3:22-23. Rendez
témoignage du fait que tous ces personnages étaient
parmi ceux qui ont été choisis dans la vie pré-mortelle. Expliquez que chaque enfant a aussi été choisi
avant sa naissance. Recommandez aux enfants de
vivre comme les personnages nobles des Écritures ●
La poule de
grand-maman Emily
PA R S A R A L E W I S
Tiré d’un fait réel
ILLUSTRATION BETH M. WHITTAKER
Ses fidèles sont
disposés à porter
les fardeaux les uns
des autres, afin
qu’ils soient légers
(voir Mosiah 18:8).
6
R
achel traverse le salon en courant, et monte quatre à quatre à sa chambre. Béatrice, sa meilleure
amie, et elle vont au parc essayer les nouveaux
patins à roulettes de Béatrice.
Au moment où Rachel sort ses patins à roulettes à
elle de sous son lit, maman entre dans la chambre. « Je
vais chez sœur Aubord pour quelques heures et j’ai
besoin que tu gardes David. »
« Mais Béatrice et moi, on part au parc tout de
suite ! »
« Désolée, Rachel, mais sœur Aubord ne se remet
pas bien de son opération et j’ai promis de prendre
soin d’elle aujourd’hui. David se réveillera de sa sieste
dans une demi-heure environ, et à ce moment-là, vous
pourrez jouer ensemble jusqu’à ce que papa rentre
du travail. »
« Mais je n’ai pas envie de jouer avec David ; je veux
aller au parc ! »
« Je sais bien, mais aujourd’hui, il faut que tu restes à
la maison pour prendre soin de ton petit frère. Tu pourras aller au parc demain. Je regrette, mais sœur Aubord
a besoin de moi, et j’ai besoin que tu m’aides. »
Regardant maman s’éloigner dans la rue, Rachel est
tellement fâchée qu’elle a du mal à retenir ses larmes. Pourquoi faut-il qu’elle surveille David ?
Ce n’est pas juste qu’elle soit privée d’aller au
parc pour que sa maman puisse s’occuper de
quelqu’un.
Elle appelle Béatrice pour lui dire la mauvaise
nouvelle. Au moment où elle raccroche le téléphone, on sonne à la porte. C’est tante Paule, la
plus jeune sœur de sa mère.
« Bonjour, tante Paule. Maman n’est pas là. »
« Ca ne fait rien, je ne peux pas rester. Je suis
seulement venue rendre la machine à coudre
de ta mère. Comme la mienne est réparée,
je n’ai plus besoin de la sienne. Et je me
suis dit que je pourrais peut-être passer quelques minutes avec ma nièce préférée ! »
Rachel réussit à lui faire un pauvre sourire et fait
semblant d’être contente, mais tante Paule remarque
bien que Rachel n’a pas vraiment l’air contente.
« Qu’est-ce qui ne va pas ? »
« Je devais aller au parc avec Béatrice, mais maman
m’a dit que je devais rester pour surveiller David, pour
qu’elle puisse aider une sœur de notre paroisse. »
« C’est dommage. N’importe quel autre jour, je serais
restée pour que tu puisses aller rejoindre ta copine.
Mais j’ai rendez-vous chez le médecin, et je ne peux pas
le reporter. »
« Oh ! ça ira. C’est juste que j’avais très envie d’aller
au parc aujourd’hui. »
« Tu sais, il y a peut-être
une chose que je peux
faire. »
« Quoi ? »
« Viens t’asseoir
ici et je te raconterai
une histoire. »
L’ A M I MARS 2003
7
« Probablement. Ta mère aide sœur Aubord à se reposer et à penser à autre chose qu’à ses ennuis, comme
ces petits canetons aidaient les pionniers fatigués à s’amuser un peu à la fin de leurs longues journées. »
« Mais pourquoi est-ce qu’il faut que je garde David ? »
« Pour que ta maman puisse aider sœur Aubord. Les
canards n’auraient pas pu apporter de la joie aux pionniers si la poule ne s’en était pas occupée. Ta maman
ne pourrait pas aider sœur Aubord si elle ne savait pas
que tu prendras bien soin de ton frère pendant qu’elle
est absente. »
« Alors, d’une certaine façon, j’aide aussi sœur
Aubord ? »
« Énormément. »
« Alors je ne suis plus aussi triste de devoir attendre
à demain pour aller au parc. »
« J’en suis ravie. »
Au moment où tante Paule s’en va, Rachel entend
David qui se réveille. En montant l’escalier pour aller le
chercher, elle réfléchit encore à ce qu’a dit tante Paule.
Rachel est toujours un peu déçue de ne pas avoir pu
aller au parc, mais cela l’aide de savoir qu’en prenant
soin de David, elle aide notre Père céleste à prendre
soin de sœur Aubord. ●
« Lorsque nous servons le
Seigneur et gardons ses commandements, il peut déverser
plus abondamment son Esprit
sur nous (voir Mosiah 18:10 ;
voir aussi D&A 20:77). La
récompense de l’obéissance
et du service n’est pas seulement le don
du Saint-Esprit, mais aussi les dons
spéciaux de l’Esprit. Paul dit que les fruits
de l’Esprit sont l’amour, la joie, la paix,
la patience, la bonté, la bénignité, la
fidélité, la douceur, la tempérance (voir
Galates 5:22-23). Le Saint-Esprit nous
bénit en nous donnant les attributs
chrétiens lorsque nous nous servons
mutuellement. »
Merrill J. Bateman des soixante-dix
(« Mener une vie centrée sur le Christ », L’Étoile,
décembre 1999, p. 17).
8
À DROITE : ILLUSTRATION SCOTT GREER
Rachel n’est pas sûre qu’une histoire va arranger les
choses : une histoire ne peut pas garder son frère à sa
place. Mais tante Paule est généralement de bon
conseil, alors Rachel la suit jusqu’au canapé.
Tante Paule commence : « Lorsque ton arrière
arrière-grand-mère, Emily Burk, a quitté Nauvoo pour
venir dans l’Ouest, elle avait une vieille poule qu’elle
voulait emporter avec elle. Cette poule avait fait
quelque chose d’assez inhabituel : elle avait couvé un
nid d’œufs de cane, et Emily ne pouvait absolument pas
l’abandonner. Elle a donc installé dans le chariot une
caisse pour le nid. Bientôt, les canetons ont éclos et,
chaque soir, lorsque le convoi de chariots s’arrêtait,
Emily remplissait d’eau un baquet à lessive pour faire
nager les petits canards. Dans le camp, tout le monde
venait les voir.
« Vois-tu, Rachel, être membre de l’Église de JésusChrist des Saints des Derniers Jours, c’est aussi aider les
autres. Il y a même un passage du Livre de Mormon qui
nous dit combien il est important de ‘porter les fardeaux les uns des autres’ [Mosiah 18:8]. Notre Père
céleste veut que nous prenions soin des gens qui ne
peuvent pas le faire eux-mêmes. »
« Comme Emily prenait soin de la poule et comme la
poule prenait soin des canetons ? »
« Et exactement comme le Seigneur a pris soin
des pionniers, et comme il prend encore soin de
nous tous. Il veut que nous soyons heureux, alors il
veille sur nous. »
« Pourquoi est-ce qu’il ne prend pas soin de sœur
Aubord, au lieu que maman ait à le faire ? »
« C’est ainsi qu’il prend soin de sœur Aubord : par
l’intermédiaire de ta mère. La plupart du temps,
notre Père céleste répond à nos prières par l’intermédiaire de quelqu’un d’autre. »
« Alors maman est la réponse de notre Père céleste
aux prières de sœur Aubord ? »
P O U R L E S T O U T- P E T I T S
;;;;;;
;;;;;;
;;;;;;
;;;;;;
;;;;;;
Quand je vivais avec notre Père céleste
Instructions :
PA R PAT G R A H A M
Colorie chaque image. Raconte ensuite cette histoire vraie (voir Abraham 3-5).
1. Nous avons vécu avec notre Père céleste
avant notre naissance.
2. Notre Père céleste a demandé à Jésus-Christ
de créer le monde pour nous.
3. Jésus a fait le soleil, la lune et les étoiles pour
nous donner de la lumière.
4. Jésus a embelli le monde avec des
arbres et des fleurs.
5. Il a créé les poissons, les oiseaux et les animaux
et les a mis sur la terre.
6. Puis il y a placé Adam et Ève, nos
premiers ancêtres.
L’ A M I MARS 2003
9
HISTOIRES DU NOUVEAU TESTAMENT
ILLUSTRATION PAUL MANN
SOUFFRANCE
DE JÉSUS AU
JARDIN DE
GETHSÉMANÉ
Jésus et les apôtres se sont rendus au jardin de
Gethsémané. Judas n’est pas venu avec eux. Il est allé
dire aux principaux sacrificateurs et aux pharisiens où
Jésus se trouvait.
Matthieu 26:36 ; Marc 14:43 ; Jean 18:2-3
Le Sauveur a demandé à Pierre, à Jacques et à Jean de l’accompagner dans le jardin et d’attendre, pendant qu’il
s’éloignait pour prier.
Matthieu 26:36-38 ; Marc 14 ; 33-34
10
Il savait qu’il allait souffrir pour les péchés de tous les gens. Il n’avait pas envie de souffrir, mais il a choisi d’obéir
à notre Père céleste.
Matthieu 26:39-44
L’ A M I MARS 2003
11
Pierre, Jacques et Jean se sont endormis pendant que Jésus priait. Jésus a vu qu’ils dormaient et leur a demandé
de rester éveillés.
Matthieu 26:40-41
Il a prié à nouveau. Pierre, Jacques et Jean voulaient rester éveillés. Mais ils étaient très fatigués, et ils se sont de
nouveau endormis. Jésus a de nouveau vu qu’ils dormaient. Il est retourné prier.
Matthieu 26:42-44
12
Pendant que Jésus priait, il a commencé à trembler. Il souffrait tant que du sang coulait de sa peau. Il souffrait pour
les péchés de tous les gens, afin que, s’ils se repentent, ils puissent être pardonnés. Pendant qu’il souffrait et priait,
un ange est venu le fortifier.
Luc 22:42-44 ; D&A 19:16-18
Jésus a réveillé Pierre, Jacques et Jean et leur a dit qu’il serait trahi, puis tué par les méchants qui venaient se saisir
de lui.
Matthieu 26:45-46
L’ A M I MARS 2003
13
D’AMI À AMI
Souviens-toi
« Oh ! souviens-toi, mon fils, et apprends la sagesse dans ta jeunesse;
oui, apprends dans ta jeunesse à garder les commandements de Dieu »
(Alma 37:35).
D’après une
interview par
Christine Rappleye
de Walter F.
González, des
soixante-dix,
actuellement
membre de la
présidence de
l’interrégion du
nord de l’Amérique
du Sud.
1. À deux ans environ.
2. À trois ans environ.
3. À 10 ans, en train
de jouer (à droite)
au football avec son
frère Luis (à gauche).
1
pour la première fois de ma vie. C’était
différent de la façon dont j’avais prié
auparavant. Il faudrait que davantage de
personnes s’agenouillent pour recevoir un
témoignage.
Nous devons nous souvenir des expériences spirituelles. J’essaie de me souvenir
de ma première expérience de conversion
et de faire qu’elle reste bien vivante pour
moi et pour ma famille. Je pense qu’il est
important de nous souvenir d’expériences
spirituelles de ce genre. Lorsque nous
nous en souvenons, elles nous aident à
persévérer jusqu’à la fin.
Le Livre de Mormon peut nous instruire.
Lorsque Alma prêchait, comme missionnaire et comme père, il enseignait que
nous devons toujours nous souvenir de
l’Évangile (voir Alma 37:13). Léhi aussi. Il
disait de nous souvenir de la façon dont le
Seigneur les a conduits, lui et sa famille, à
la terre promise (voir 2 Néphi 1:1-5).
J’essaie toujours de me souvenir de la
façon dont j’ai été converti et de la façon
dont je sais que l’Église est vraie. Ce souvenir m’aide depuis 30 ans que je suis membre de l’Église.
2
3
ILLUSTRATION EMILY REYNOLDS
J
e viens d’Uruguay, où j’ai appris que
le Livre de Mormon est vrai. Je l’ai d’abord su dans mon cœur, puis dans
mon esprit. Lorsque j’ai lu les premières
pages de 1 Néphi, j’ai su que c’était un
livre à part. Mes sentiments étaient si forts
que je n’arrivais pas à cacher mon
émotion ! Quelque chose me disait que
c’était vrai. Je peux témoigner qu’en lisant
le Livre de Mormon, on ressent l’Esprit de
Dieu, qui est le Saint-Esprit.
Si le Livre de Mormon est vrai et qu’il
parle de Jésus-Christ, alors Joseph Smith
est un prophète. Si Joseph Smith est un
prophète, alors l’Église est nécessairement
vraie. C’est ainsi que j’en suis arrivé à
savoir que l’Église est vraie.
Avant de me joindre à l’Église, j’avais
appris de bons principes, grâce à mes
parents. Certains de ces principes étaient
ceux de l’Évangile, mais mes parents ne
savaient pas qu’il s’agissait d’enseignements de l’Église. Je connaissais des choses
de base sur Jésus-Christ, mais je n’avais
jamais eu à découvrir si elles étaient vraies.
Lorsque j’ai cherché une réponse au sujet
de l’Église, j’ai décidé de prier à genou
Nous devons aussi nous souvenir que nous avons fait
des alliances avec le Seigneur. Nous sommes un peuple
d’alliances. Le temple est un symbole de ces alliances. Il
est très important de ne pas les prendre à la légère.
Nous devons les comprendre et méditer à leur sujet.
Cela élèvera notre niveau d’engagement.
Il y a des engagements que nous pouvons prendre
pour nous préparer à faire des alliances, par exemple
l’alliance du baptême. Ces engagements incluent la lecture journalière du Livre de Mormon, la prière à genou
quotidienne, et l’assistance hebdomadaire aux réunions
de l’Église. Lorsque vous respectez ces engagements,
vous vous préparez à obéir à une alliance : une alliance
comme celle du baptême, qui vous préparera à aller au
temple. Si vous respectez vos engagements, quels qu’ils
soient, ils vous aideront à respecter vos alliances.
Lorsqu’une personne décide d’étudier l’Église, les
missionnaires l’invitent à prendre des engagements
Frère Gonzalez avec sa femme, Zulma, et leurs enfants.
plus petits, par exemple de prier, d’aller à l’église et de
lire les Écritures. Lorsque la personne respecte ces
engagements, les missionnaires savent qu’elle se prépare à contracter l’alliance du baptême et est en train
de recevoir un témoignage.
Le Livre de Mormon a été la clé de ma conversion.
La raison pour laquelle j’aime le Livre de Mormon,
c’est que, grâce à lui, nous pouvons connaître JésusChrist. Nous pouvons apprendre qu’il est le Fils de
Dieu et notre Sauveur. Nous pouvons acquérir notre
témoignage personnel à son sujet. Il peut devenir réel
pour nous. Il est réel. Lorsque nous nous rapprochons de lui et que nous respectons nos engagements et nos alliances, nous pouvons aussi sentir son
amour, qui est réel. Souvenez-vous toujours de lui et
de la façon dont vous avez acquis votre témoignage à
son sujet. ●
Temple de Nuku’alofa
(Tonga)
Consacré le 9 août 1983
par Gordon B. Hinckley
16
PHOTO WILLIAM F. HOLDMAN
Consacré le 16 novembre 1981
par Spencer W. Kimball (prière lue par
Marion G. Romney)
Consacré le 17 novembre 1980
par Spencer W. Kimball
Temple d’Atlanta (Géorgie,
États-Unis)
Temple d’Apia (Samoa)
Consacré le 1er juin 1983
par Gordon B. Hinckley
Consacré le 5 août 1983
par Gordon B. Hinckley
Temple de Santiago (Chili)
Temple de Mexico (Mexique)
Consacré le 15 septembre 1983
par Gordon B. Hinckley
Consacré le 2 décembre 1983
par Gordon B. Hinckley
PHOTO JED A.CLARK
Consacré le 27 octobre 1980
par Spencer W. Kimball
PHOTO MICHAEL MCCONKIE
Temple de Seattle (État de
Washington, États-Unis)
PHOTO JED A. CLARK
Temple de Jordan River
(Utah, États-Unis)
PHOTO STEVE TREGEAGLE
Consacré le 30 octobre 1978
par Spencer W. Kimball
Temple de Tokyo (Japon)
PHOTO JED A. CLARK
Temple de São Paulo (Brésil)
PHOTO LAURENI FOCHETTO
Fiches de temple
En 2003, chaque numéro de L’Ami contiendra des fiches
de temple. Retire-les du magazine, colle-les sur du papier
cartonné et découpe-les. Collectionne les fiches pour te
rappeler l’importance des temples.
Je m’occupe des affaires de mon Père, tableau de Harry Anderson
« Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs... Tous ceux qui
l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses » (Luc 2:46-47).
REPRODUIT AVEC L’AUTORISATION DE PACIFIC PRESS PUBLISHING ASSOCIATION
02239 83140
4
FRENCH
8
En aidant chaque jour nos enfants à résister aux modes impudiques, nous les aidons aussi
à « s’améliorer dans tout ce qui est bon et beau ». Nous les aidons ainsi à profiter
davantage de la présence de l’Esprit et à se préparer à faire et à respecter
des alliances sacrées. Voir « Tout ce qui est bon et beau », p. 14.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising