bonnes pratiques en matière de changement climatique

bonnes pratiques en matière de changement climatique
Décennie des Nations Unies pour l'Éducation au service du Développement
Durable (2005-2014)
Éducation pour le développement durable Bonnes pratiques en matière de
changement climatique
Éducation pour le développement durable en action
Bonnes pratiques N°5 - 2012
UNESCO Secteur de l’Éducation
Éducation pour le développement durable - Bonnes pratiques en
matière de changement climatique
U N E S C O
Éducation pour le développement durable en action
Bonnes pratiques N°5
2012
Publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation,
la science et la culture
7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP, France
© UNESCO 2012 Tous droits réservés
Les désignations employées dans cette publication et la présentation des données qui y
figurent n’impliquent de la part de l’UNESCO aucune prise de position quant au statut
juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs
frontières ou limites.
Les idées et les opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs ; elles ne
reflètent pas nécessairement les points de vue de l’UNESCO et n’engagent en aucune façon
l’Organisation.
Section Éducation pour le développement durable (ED/PSD/ESD)
UNESCO,
7 Place de Fontenoy,
75352 Paris 07 SP, France
email: esddecade@unesco.org
web: www.unesco.org/education/desd
Graphisme de la couverture : Helmut Langer
ED/PSD/ESD/2012/PI/18
Avant-propos
Depuis le début de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service
du développement durable (DEDD, 2005-2014), le Secrétariat de la DEDD, à
l’UNESCO, à Paris, a reçu de nombreuses demandes d’études de cas et de
descriptions de bonnes pratiques en matière d’éducation en faveur du
développement durable (EDD). De plus en plus souvent, ces demandes ont
porté sur la réponse éducative à apporter au changement climatique. Le
nombre croissant des demandes n'est que l'un des indicateurs démontrant
que l'éducation relative au changement climatique est de plus en plus
largement reconnue, dans l'ensemble de la communauté éducative, comme
une partie essentielle de l'EDD et de l'apprentissage tout au long de la vie.
L'EDD est une problèmatique complexe et évolutive, et la manière dont elle
est appliquée et mise en œuvre est un défi pour tous les pays. La Décennie a
pour but de voir l'EDD appliquée dans des milliers de situations locales sur le
terrain, ce qui suppose son intégration dans une multitude de situations
d'apprentissage différentes. Ces initiatives peuvent être des catalyseurs
d'action et contribuer aux buts et aux objectifs de la Décennie. Les
organisations, les communautés locales et les individus peuvent ainsi être des
acteurs au sein du mouvement mondial en faveur du développement durable.
Afin de soutenir l’intérêt croissant qui se fait jour pour le changement
climatique et l’EDD, l'UNESCO publie le présent volume, qui contient 17
exemples de programmes consacrés au changement climatique dans des
environnements et selon des pratiques relevant de l'EDD. Ces bonnes
pratiques et expériences partagées, fournies par des partenaires très divers,
sont des exemples concrets de mise en œuvre réussie de l'EDD dans
différents domaines et différents secteurs, du niveau des politiques à celui des
écoles, ainsi que dans des situations d'apprentissage formel, non formel et
informel.
Nous ne doutons pas que ce choix de bonnes pratiques aidera différentes
parties prenantes dans les efforts qu'elles déploient pour mettre en œuvre
l'éducation en vue du développement durable et encouragera le partage
d'expériences entre différentes parties du monde.
Table des matières
Avant-propos
1. Contribution des entreprises à l’EDD : Kids X Change, matériel didactique
élaboré par Nippon Express
Japanese National Commission for UNESCO, Japon
7
2. L’initiative des Compass Schools
AtKisson Group – Responsible Affiliate: Systainability Asia, Thailande
10
3. Le rôle de l’éducation en vue du développement durable dans la lutte
contre le changement climatique
Emirates Environmental Group (EEG), Émirats Arabes Unis
16
4. Phénoclim : quand les citoyens mesurent l’impact du changement climatique
sur la végétation
Centre de Recherches sur les Ecosystèmes d’Altitude (CREA), France
21
5. CarboSchools
Max Planck Institute for Biogeochemistry, Allemagne
25
6. NaturGut Ophoven
NaturGut Ophoven e.V, Allemagne
29
7. Les jeunes pour le développement durable, programme d’éducation par les
pairs d’ECO-UNESCO
ECO-UNESCO, Irlande
34
8. La lutte contre le changement climatique : un impératif de solidarité humaine
dans un monde divisé – Matériel pédagogique fondé sur le Rapport sur le
développement humain 2007-2008
UNESCO Center of Catalonia-Unescocat, Espagne
39
9. Ekospinning – Partagez votre énergie
42
Jesús Obrero Secondary and Vocational Training School & Ingurugela, Espagne
10. Soixante minutes pour la planète
WWF Sweden, Suède
46
11. Inquiry-to-Insight : Étudier le changement climatique en recourant à
l’apprentissage en ligne dans le domaine environnemental
Sven Lovén Center for Marine Science, University of Gothenburg, Suède
49
12. Comment une Ville en Transition donne aux enfants les moyens d’être entendus 55
Susted, Royaume-Uni
13. L’expérience vécue du changement climatique : modèles en ligne
et mobilité virtuelle
The Open University, Royaume-Uni
59
14. School’s Global Footprint
WWF Scotland, Royaume-Uni
62
15. Ambientarte
Programa EcoPlata, Uruguay
67
16. Carmelo: desde el rescate de sus refranes y recuerdos colectivos hacia
una Cultura de Prevención
Amigos del Viento Meteorología Ambiente Desarrollo, Uruguay
72
17. Un insigne sur la sécurité alimentaire et le changement climatique
FAO, Rome
77
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
1.
Contribution des entreprises à l’EDD : Kids X Change, matériel
didactique élaboré par Nippon Express
Commission nationale japonaise pour l’UNESCO, Japon
CONTACT
Commission nationale japonaise pour l’UNESCO
3-2-3 Kasumigaseki, Chiyoda-ku, Tokyo 100-8959
Japon
Téléphone : 81-3-5253-4111
Courriel : jpnatcom@mext.go.jp
M. Takashi Asai, Secrétaire général adjoint, Commission nationale japonaise
pour l’UNESCO
DESCRIPTION
Youth X Change est un programme de l’UNESCO et du PNUE visant à faire
comprendre aux 15-25 ans les modes de vie et de consommation susceptibles
de nous permettre de réaliser une société durable. Nippon Express est la
première entreprise japonaise à coopérer avec ce programme, pour produire une
version japonaise de matériels didactiques destinés à être utilisés par les
enseignants.
Sur la base de Youth X Change, Nippon Express a lancé « Kids X Change »,
matériel pédagogique sur l’environnement, et l’a diffusé à l’intention des élèves
des écoles élémentaires, faisant de cette action l’un de ses programmes d’action
communautaire/sociale. Le projet Kids X Change se compose d’un matériel
e
e
pédagogique destiné aux enfants de la 4 à la 6 année d’études et de manuels
destinés aux enseignants.
OBJECTIFS
Par l’utilisation de ces matériels pédagogiques dans les écoles élémentaires, le
programme vise à cultiver la capacité des enfants à créer la société durable de
l’avenir. Il vise également à encourager les enfants à réfléchir à des questions
plus profondes relatives à la Terre et à nos sociétés, en utilisant comme
catalyseurs des « biens » familiers. Pour exprimer ses idéaux, il a pour slogan :
« Si les enfants changent, la Terre changera ».
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Secteur privé
Partenaires/parties
prenantes
Nippon Express
7
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Personnes participant
à l’initiative
Élèves et enseignants des écoles élémentaires
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
d’apprentissage
École élémentaire
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
L’apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Formation des éducateurs
Outils et matériaux
Recherche et développement
Coopération régionale/internationale
Thèmes
Surmonter la pauvreté
Environnement
Changement climatique
Production et consommation durables
Responsabilité dans des contextes locaux et mondiaux
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
2007
OU ?
Situation
géographique
Japon
MÉTHODOLOGIE
Méthodes et
approches
L’élaboration des matériels didactiques est supervisée par des enseignants
ayant une expérience de la vie réelle. L’utilisation de ces matériels dans les
classes normales permet aux enfants d’acquérir une meilleure compréhension et
une perspective plus large, en reliant la question de l’environnement planétaire
avec de matières telles que les sciences sociales et l’économie domestique. Elle
permet aussi un apprentissage quantitatif et fondé sur des exemples de
questions environnementales mondiales telles que le changement climatique, y
compris l’élévation de la température de la surface des océans et les ouragans.
En outre, elle est structurée d’une manière qui facilite l’apprentissage des liens
entre les questions environnementales et la vie quotidienne, permettant aux
enfants/élèves de se familiariser avec les problèmes auxquels est confronté
l’environnement mondial.
Les manuels didactiques comportent des fiches conçues pour améliorer la
compréhension des contenus éducatifs et proposer des modèles de gestion
indiquant le temps de cours à consacrer aux différentes questions. Ils aident
également les élèves à faire preuve d’ingéniosité pour favoriser une
compréhension plus approfondie. Chaque élément est également lié au
programme officiel du MEXT, ce qui facilite l’élaboration de plans/horaires de
cours. Les matériels sont distribués aux enfants et aux enseignants des écoles
élémentaires. Les enseignants reçoivent également le manuel et un DVD
consacré à des activités libres, dont ils peuvent faire la base de leurs cours en
utilisant le manuel « Kids X Change ». Ces matériels sont utilisés par les élèves
e
e
e
de 3 et 4 années pour se préparer à la 5 année (et au-delà) et par les élèves
e
e
de 5 et 6 années pour se préparer au premier cycle de l’enseignement
secondaire.
Langue(s) de travail
8
Japonais
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Résultats
Les matériels didactiques ont commencé à être utilisés en janvier 2008. Ils ont
été diffusés auprès de 73 écoles élémentaires, principalement autour de la
zone de Kanto. En juillet 2008, Nippon Express et le MEXT ont collaboré pour
organiser au siège de Nippon Express le « Symposium scolaire de
l’UNESCO », qui a présenté un modèle de cours de l’école élémentaire
Shinonome (de Koto-ku, à Tokyo) utilisant le manuel « Kids X Change » et
donné lieu à une débat en panel sur l’EDD.
En mars 2010, des cours utilisant le manuel « Kids X Change » étaient
organisés dans 58 écoles, touchant au total 3 502 élèves. Nippon Express
mettait en œuvre indépendamment des « cours à domicile » dans cinq de ces
écoles.
De tels matériels pédagogiques sur l’environnement sont une première et les
résultats d’enquêtes ont montré que les enseignants comme les élèves leur
attribuaient une note très élevée et s’en déclaraient généralement satisfaits.
Les élèves et les personnes qui s’occupent d’eux ont été nombreux à indiquer
que l’étude de ces documents leur donnait envie de présenter des idées
inédites pour protéger l’environnement, changeant ainsi leur point de vue sur
ce dernier. Une université a également demandé de pouvoir utiliser ces
matériels pour la formation des enseignants. Ces matériels ont acquis une
remarquable popularité, qui dépasse leur public cible d’origine.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Réviser le contenu des matériels didactiques afin que ceux-ci reflètent les
opinions et les avis des enseignants et des enfants/élèves, et continuer à
mettre en œuvre des activités d’EDD dans les écoles.
9
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
2.
L’initiative des Compass Schools
AtKisson Group – Organisme affilié responsable :
Systainability Asia, Thaïlande
CONTACT
AtKisson Group – Organisme affilié responsable : Systainability Asia
55/170 Lad Prao Soi 29, Lad Prao Road, Chatuchak district, Bangkok 10900
Thaïlande
Téléphone : +66 (2) 513-5063
Télécopie : +66 (2) 513-5064
Courriel : robert@atkisson.com
Internet : www.atkisson.com
Robert Steele, Directeur, Systainability Asia
(www.systainabilityAsia.com)
OBJECTIFS
L’initiative des Compass School encourage les communautés scolaires à utiliser
une approche holistique et systémique pour comprendre et modéliser les
pratiques de durabilité et favoriser une évolution de la manière dont les écoles
enseignent, apprennent, fonctionnent et interagissent avec l'ensemble de la
communauté. Le réseau travaille avec les élèves, les enseignants, les parents et
les communautés à :
10
•
promouvoir une bonne connaissance de l’EDD, notamment des processus
permettant d'apprendre comment agir localement face au changement
climatique ;
•
appliquer la pensée systémique à la planification stratégique des écoles, à
l'apprentissage et autres processus de transformation ;
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
•
partager les exemples et enseignements tirés de l'utilisation de la
« Boussole » (Compass) pour l'enseignement, les activités dirigées par les
élèves et la planification scolaire et
• apprendre comment accélérer les changements institutionnels en vue de
faire face aux changements climatiques et, d'une manière générale, aux
enjeux du développement durable.
Liens avec les
priorités nationales
L’initiative des Compass Schools fait participer les écoles à un processus
consistant à identifier les priorités du développement durable pertinentes au sein
de la communauté scolaire et importantes dans l'agenda national de la durabilité
(comme le changement climatique), et à élaborer des stratégies pertinentes
localement pour traiter ces priorités.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Écoles
Établissements d'enseignement supérieur
Organisations non gouvernementales
Secteur privé
L'initiative des Compass Schools (Compass School Initiative – CSI) est un
programme de l’AtKisson Group, réseau international de prestataires de services
dans le domaine de la durabilité. Ce réseau comporte des organisations à but
lucratif et à but non lucratif du monde entier. Ses principales organisations
affiliées sont situées en Europe, au Japon, en Asie du Sud-Est, en Amérique du
Nord, en Australie et, dans un avenir proche, en Afrique de l’Ouest.
Actuellement, l’organisme affilié coordonnant l’initiative est Systainability Asia
(Bangkok), qui travaille avec une équipe d’éducateurs spécialisés d’écoles
internationales, de consultants internationaux et de spécialistes de l’éducation.
L’équipe des Compass Schools favorise l’apprentissage au niveau des
organisations pour l’adoption et l’usage de la « Boussole de la durabilité » :
N=Nature, E=Économie, S=Société et W=Bien-être (« Well-being »). Les
établissements utilisant la « boussole » – et une série correspondante d’outils
d’apprentissage, de planification et d’évaluation dénommée l’« Accélérateur » –
représentent un réseau de plus en plus développé d’écoles publiques et
internationales, d’universités et d’organisations de la société civile d’Asie,
d’Europe et d’Amérique du Nord, avec une insistance particulière sur l’Asie de
l’Est. Le programme s’appuie sur les programmes antérieurs consacrés à la
durabilité au sein des communautés et des entreprises et utilisant également le
cadre Compass.
Les principales écoles et établissements actifs dans ce domaine en Asie sont
notamment : le Département de la promotion de la qualité de l’environnement de
Thaïlande (DEQP) – 31 éco-écoles pilotes dans l’ensemble du pays ; le Prem
Centre for International Education (Chiang Mai, Thaïlande), la New International
School of Thailand (NIST – Bangkok, Thaïlande), l’International School de Tianjin
(Tianjin, Chine), l’Université de Triskati (Jakarta, Indonésie), la Xavier University
(Mindanao, Philippines), la Western Academy (Beijing, Chine), la University
Science Malaysia (Penang, Malaisie). En Europe, l’adoption de la « boussole » a
pour chef de file le Baltic University Programme, réseau de 200 universités axé
sur l’éducation en vue du développement durable et basé à l’Université
d’Uppsala (Suède).
Ces écoles et établissements utilisent la Boussole de diverses manières et
l’appliquent à différents niveaux. Ainsi, les 41 écoles pilotes participant au
programme des éco-écoles l’utilisent pour intégrer la durabilité dans quatre
domaines de la vie scolaire : (1) la gestion des ressources (en particulier la
conservation de l’énergie et la gestion de l’eau) ; (2) l’enseignement et
l’apprentissage ; (3) les locaux et les terrains et (4) la constitution de réseaux et
la participation à la vie de la communauté. De nombreuses écoles utilisent la
Boussole en classe dans le cadre du programme scolaire existant, afin de
contribuer à une analyse plus globale des perspectives et des relations de cause
à effet.
Dans l’ensemble du réseau des écoles « Compass », les enseignants, les
conférenciers et les administrateurs utilisent la Boussole comme une plate-forme
11
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
commune pour intégrer la durabilité dans tous les domaines du fonctionnement
des écoles. Les enseignants l’utilisent pour lier le changement climatique à
différentes matières du programme et pour orienter une planification holistique
des cours, comportant notamment des débats en classe et des manifestations
organisées dans le cadre scolaire. Les élèves l’utilisent pour orienter le travail en
groupes, pour réfléchir d’une manière plus holistique sur leurs devoirs et pour
élaborer/réaliser des projets communautaires liés au changement climatique. Les
administrateurs scolaires apprennent à l’utiliser pour orienter la planification
stratégique des écoles en tenant compte du changement climatique et des
questions de développement durable pertinentes dans leurs communautés. Les
universités commencent également à utiliser les outils que sont la Boussole et
l’Accélérateur dans leurs programmes de durabilité, dans le cadre de cursus
spécifiques, ainsi que pour l’analyse des questions actuelles par les parties
prenantes et pour la planification. L’équipe de la CSI élabore également des
stratégies destinées à relier la « Boussole de la durabilité » aux mécanismes de
suivi des écoles, associant l’ensemble de la communauté scolaire aux questions
relatives au changement climatique et adaptant la Boussole à des contextes
scolaires divers. Les membres du réseau CSI sont encouragés à partager leurs
bonnes pratiques et leurs exemples d'utilisation de la Boussole au moyen d'une
plate-forme Web en ligne et d'ateliers régionaux.
Presque toutes ces initiatives scolaires et universitaires sont axées sur la
compréhension et la mitigation des principaux vecteurs du réchauffement
planétaire et du changement climatique sur les campus et dans les locaux des
établissements. La programmation liée à la Boussole porte sur les
comportements des élèves, des enseignants et du personnel, ainsi que sur des
questions de gestion des établissements, comme les achats ou les services de
restauration.
La CSI est dirigée par un comité de pilotage composé d’affiliés de l’AtKisson
Group, qui assurent un contrôle et un appui technique pour le réseau et pour les
manifestations et projets de la CSI.
Personnes
concernées
À ce jour, l’initiative a principalement été axée sur la participation des écoles et
universités participantes, afin d’informer, principalement, les élèves, étudiants et
enseignants de chaque école ou établissement. L’administration, le personnel et,
souvent, les parents, sont également des apprenants cibles secondaires de cette
initiative. Jusqu’à présent, le réseau de la CSI se compose de 41 écoles
publiques en Thaïlande, d’une quinzaine d’écoles internationales en AsiePacifique, de plusieurs universités en Asie et en Europe et d’une ONG
internationale en Asie de l’Est. Bien qu’il soit difficile d’estimer le nombre total de
personnes touchées, les apprenants se comptent certainement en milliers. La
« Boussole de la durabilité » a été présentée à plus de 2 500 enseignants et
administrateurs dans toute l’Asie lors de conférences et ateliers internationaux,
ainsi qu’à des centaines d’enseignants et étudiants dans des universités
d’Europe du Nord. Un grand nombre de ces enseignants ont ensuite continué à
utiliser la Boussole pour leurs activités en classe.
Les membres du réseau continuent d’apprendre les uns des autres en
partageant les bonnes pratiques et les exemples d’utilisation de la Boussole
dans divers environnements éducatifs. Du fait que différents contextes scolaires
continuent à nourrir un intérêt pour la Boussole de la durabilité et à la faire
connaître, la CSI a l’intention d’étendre l’information aux écoles publiques et de
travailler avec un plus grand nombre de communautés scolaires, d’universités et
d’organisations de la société civile hors d’Asie.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
12
Formation continue et enseignement supérieur
Enseignement primaire
Formation des enseignants
Enseignement secondaire
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Politiques, régulation, gouvernance (dans les écoles)
Apprentissage en vue de la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
Formation des éducateurs
Outils et matériels
Thèmes
Diversité culturelle
Citoyenneté
Environnement
Changement climatique
Eau
Biodiversité
Gestion des ressources naturelles
Gouvernance
Économie
Production et consommation durables
Responsabilité dans un contexte local/mondial
Bien-être
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
L’initiative des Compass Schools a été lancée en juin 2009. Il s’agira d’une
action permanente, destinée à prendre de l’ampleur et à devenir un réseau
mondial d’écoles, d’universités et d’autres établissements d’éducation et de
formation utilisant la Boussole pour favoriser un enseignement, un
apprentissage, une pensée, une prise de décision et une action holistiques.
OU ?
Situation
géographique
À l’échelle locale : Communautés scolaires
À l’échelle régionale : Asie du Sud-Est, Europe, Chine
À l’échelle internationale : l’initiative est susceptible, dans l’avenir, de prendre
une ampleur mondiale
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
La Boussole de la durabilité a été conçue à la fin des années 1990 par Alan
AtKisson, fondateur de l’AtKisson Group, en tant que contribution à un
programme international de recherche sur les indicateurs de durabilité. Ce cadre,
qui était d'abord une plate-forme d'élaboration d'indicateurs à l'intention des
communautés, est ensuite devenu un cadre de la durabilité en général,
comportant plusieurs applications différentes, comme la gestion de la durabilité
de l'entreprise, la gestion intégrée des ressources en eau, la gestion d'ensemble
du dialogue entre les parties prenantes et l'initiative des Compass Schools
évoquée ici.
La Boussole de la durabilité utilise les quatre points cardinaux pour créer un
cadre simple, pratique et global permettant de penser d'une manière holistique le
changement climatique et la durabilité. Les axes « Nord, Est, Sud et Ouest »
sont rebaptisés Nature, Économie, Société et Bien-être, en s'inspirant des
travaux théoriques novateurs de Herman Daly, économiste de l'écologie. La
Boussole est l'un des divers outils utilisés par les associés de l’AtKisson Group
pour promouvoir une pensée holistique de la durabilité au sein des entreprises et
des communautés du monde entier.
La Boussole de la durabilité a commencé en 2008 à faire son chemin dans les
écoles internationales d'Asie. L'enthousiasme des premières écoles pilotes a
conduit à la création de l'initiative des écoles « Compass », qui offre une plateforme formelle pour (1) permettre des échanges entre écoles utilisant déjà la
Boussole en vue de promouvoir une pensée holistique du changement
climatique et de la durabilité et (2) aider les nouvelles écoles désireuses d'utiliser
la Boussole. Le réseau des écoles « Compass » facilite l'apprentissage et les
échanges en vue de l'utilisation et de l'adaptation de ce cadre de la durabilité
13
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
dans divers contextes scolaires, au moyen d'ateliers, d'un manuel des praticiens
des écoles « Compass » et d’une plate-forme en ligne.
Langue(s) de travail
Anglais, avec encouragement de la traduction/adaptation locale de la Boussole
Budget et sources de
financement
Contributions aux frais de formation des ateliers (actuellement) et droits
d’adhésion au réseau des écoles Compass (ultérieurement)
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l'action
Au moment où l'initiative des écoles « Compass » fête son premier anniversaire,
une évaluation officielle est encore attendue. Cependant, un retour formel
d’informations permettant une évaluation a été reçu des écoles participantes et
des améliorations sont actuellement en cours par le biais de processus
d'apprentissage fondés sur l'expérience et la réflexion. Une plate-forme
d'échanges sur le Web a été créée pour encourager les écoles participantes à
faire part de leur expérience, de leur réflexion et des enseignements qu'elles ont
tirés de l'utilisation de la Boussole. Il s'agit encore là d'une évaluation informelle
et qualitative. Dans l'avenir, des établissements universitaires, en particulier des
facultés des sciences de l'éducation, seront invités à contribuer à l'évaluation de
divers aspects du programme et du réseau, notamment des informations de
référence, des processus et du contexte, de l'enseignement et de
l’apprentissage, ainsi que des produits, des résultats, des impacts et de la
performance. Actuellement, la faculté d’éducation de l’Université de
Chulalongkorn (Thaïlande) examine l’utilisation de la Boussole dans les
41 écoles pilotes du projet d’éco-écoles du DEQP.
Résultats
Des résultats tangibles sont déjà apparus dans l’un des deux domaines
suivants : (1) des enseignants motivés commencent à utiliser la Boussole de la
durabilité dans leurs classes ; les élèves répondent très positivement et
l’administration et les autres enseignants les rejoignent progressivement, à
mesure que les élèves s’intéressent à cette démarche et font preuve d’une
pensé critique plus approfondie ; et/ou (2) la direction des écoles adhère
d’emblée à la Boussole, l’utilise comme base de la programmation de l’école et
encourage les enseignants à l’utiliser dans leur enseignement. Les impacts sont
notamment des évolutions en matière de traitement des déchets, de transports,
de services alimentaires, de programmes d’information de la communauté et de
conservation de l’énergie, pour n’en citer que quelques uns. Il importe cependant
de relever que la mise en place du programme n’en est encore qu’à un stade
relativement précoce et que nous espérons voir davantage de résultats tangibles
avec le temps.
Analyse des facteurs de succès
Forces
La Boussole de la durabilité est perçue par les écoles comme pratique, intuitive
et facile d’utilisation. Pour la plupart, les enseignants sont « tout à fait désireux
de la présenter à leurs élèves comme un outil permettant de promouvoir une
« autre forme de pensée » (citation d’un participant à un atelier). Les élèves de
première année de l’enseignement primaire dans une école internationale de
Chine, par exemple, ont utilisé la Boussole dans le cadre de l’unité « Comment
nous partageons la planète » afin de voir comment ils pouvaient changer
l’environnement par leurs choix relatifs aux déchets. Les élèves de Thaïlande ont
également utilisé la Boussole comme base pour des projets de festival des
sciences à l’école dans le domaine du changement climatique et de l’utilisation
responsable de l’énergie.
Les écoles fortement impliquées dans la démarche de la Boussole ont été en
mesure d'identifier clairement des liens bénéfiques entre l'apprentissage des
élèves, la gouvernance des écoles, la gestion, et même le perfectionnement
professionnel des enseignants. Dans une école de Thaïlande, les élèves ont
utilisé la Boussole pour s'informer sur le changement climatique et, ce faisant,
ont identifié les liens entre le changement climatique, la climatisation et le coût
des écoles. Les élèves ont alors travaillé avec l'administration en vue de couper
la climatisation lorsqu’elle n'était pas nécessaire, ce qui se traduit par des
économies pour l'école – les enseignants, les élèves et les administrateurs ont
tous tiré des enseignements de ce processus.
Faiblesses et risques
14
En juin 2010, l’initiative Compass Schools a eu largement l’occasion de
collaborer avec des écoles privées internationales. Disposant de ressources, les
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
écoles internationales offrent une plate-forme solide pour identifier des difficultés
et des solutions pratiques en matière d’utilisation/adaptation de la Boussole de la
durabilité dans des environnements éducatifs. Cependant, en se concentrant
d’emblée sur les écoles internationales, le concept des Compass Schools a été
perçu comme inaccessible par les écoles publiques, en particulier par celles des
pays ruraux en développement. Des exemples supplémentaires sont donc
nécessaires pour faire davantage participer le secteur scolaire public. Les
universités et les organisations de la société civile sont susceptibles de
contribuer par la recherche et l’apprentissage liés à la Boussole dans les écoles
qui leur sont affiliées.
Il est également nécessaire de relier l’initiative Compass Schools aux normes et
indicateurs scolaires existants afin de compléter la planification, l’enseignement,
l’apprentissage et les processus administratifs en vigueur dans les écoles. Si ce
n’est pas le cas, la Boussole risque d’être perçue davantage comme un
« supplément » dans le débat sur le changement climatique et la durabilité que
comme un appui aux programmes et processus de planification en usage dans
les écoles.
Contraintes
Problèmes rencontrés
Le soutien initial à la Boussole de la durabilité se heurte à un problème
fondamental. Comme toute initiative nouvelle, à moins que la direction de l’école
ne soit d’emblée acquise au projet, les enseignants désireux d’expérimenter la
Boussole peuvent rencontrer une résistance de la part de leurs collègues et des
administrateurs de l’école.
Problèmes non
résolus
À la date de juin 2010, la structure formelle du réseau et son modèle de
fonctionnement exigent une mise au point pour en faciliter le développement.
Des capacités supplémentaires sont également envisagées pour élaborer des
matériels complémentaires pour le réseau, faciliter les discussions en ligne,
organiser des ateliers virtuels et fournir régulièrement une assistance technique
aux écoles.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec
succès
Mise au point du modèle de fonctionnement du réseau et adaptation de l’initiative
aux normes et indicateurs scolaires existants ; soutien de la direction des écoles
aux actions d’EDD et/ou relatives au changement climatique dans l’éducation.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
L’initiative tire parti du courant qui existe déjà pour utiliser la Boussole de la
durabilité dans les environnements éducatifs. Au moyen d’ateliers régionaux et
d’actions de plaidoyer, ce courant continue de croître. La Boussole a été
présentée à 1 500 enseignants et administrateurs d’écoles internationales lors
des conférences annuelles de l’East Asia Council of Overseas Schools destinées
aux enseignants et administrateurs, en mars et novembre 2008, et à
1 000 enseignants d’écoles publiques d’Indonésie en mai 2010, lors du Congrès
des enseignants d’Indonésie. La CSI fait également participer les écoles à
l’apprentissage en faveur du climat et du développement durable par des
moyens pratiques. Les enseignants ont observé que la Boussole était intuitive,
qu’elle encourageait la pensée holistique et critique, que les étudiants les plus
âgés aimaient l’utiliser et que les élèves les plus jeunes pouvaient le faire. Pour
ce qui concerne le changement climatique et la durabilité, la CSI aide également
les écoles à se transformer grâce à la planification scolaire, à des manifestations
impliquant toute l’école, à des projets gérés par les élèves au sein de la
communauté, à la planification des cours, à des débats en classe et au travail en
groupe. En un mot, l’initiative des Compass Schools entretient un grand nombre
des effets bénéfiques qui caractérisent les bonnes pratiques, offrant en
particulier des occasions d’apprendre, de s’améliorer et de savoir s’adapter au
contexte local.
15
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
3.
Le rôle de l’éducation en vue du développement durable dans la lutte
contre le changement climatique
Emirates Environmental Group (EEG), Émirats Arabes Unis
CONTACT
Emirates Environmental Group (EEG)
P.O.Box 7013, Dubaï
Émirats Arabes Unis
Téléphone : 00 9714 344 8622
Télécopie : 009714 344 8677
Courriel : eeg@emirates.net.ae
Internet: www.eeg-uae.org
Mme Habiba Al Marashi, Présidente, Emirates Environmental Group / Membre
du Bureau du Pacte mondial des Nations Unies -
DESCRIPTION
En organisant à l’intention des enseignants et des élèves des ateliers sur
l’éducation en vue du développement durable, l’EEG fait progresser leurs
connaissances et fournit au secteur éducatif de la société les outils permettant
de lutter contre le changement climatique au niveau local.
OBJECTIFS
Améliorer la qualité de l’éducation de base en vue du développement durable
dans les Émirats Arabes Unis et aiguiser les compétences environnementales
des élèves et de leurs enseignants. Encourager la « pensée verte » chez les
participants et susciter des occasions d’établir des canaux de communication et
des réseaux. Faire en sorte que l’EDD joue son rôle pour faire participer les
jeunes à la lutte contre le changement climatique.
16
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Lien avec les priorités
nationales
Selon le rapport Planète vivante 2008 du WWF, l’empreinte par habitant des
Émirats Arabes Unis était de 9,5 hectares globaux, ce qui désigne le pays
comme ayant l’une des empreintes carbone les plus importantes au monde. Il
est ainsi devenu impératif d’assurer un suivi de l’activité humaine et de réduire
ses effets négatifs sur la planète. L’EEG est convaincu que la jeunesse
d’aujourd’hui sera extrêmement affectée et qu’elle peut ainsi devenir un acteur
clé pour contribuer à la limitation des niveaux de carbone. L’éducation peut
contribuer à donner aux jeunes les moyens de faire des choix fondés qui se
traduiront par un avenir durable.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Association
Partenaires/parties
prenantes
Autorités locales
Personnes
concernées
Les principales parties prenantes des ateliers sont :
Établissements d’enseignement préscolaire
Écoles
Établissements d’enseignement supérieur
Organisations non gouvernementales
Secteur privé
Médias
Institutions internationales intergouvernementales
•
Les enseignants/élèves de diverses écoles
d’enseignement supérieur des Émirats Arabes Unis
•
Les participants issus de diverses organisations intéressées par ces
thématiques
•
Les formateurs animant des clubs d’écologie
•
Les sponsors
•
Les porte-parole des contacts internationaux et régionaux.
et
établissements
L’EEG entretient des relations fortes avec les institutions participantes. Bien que
nos relations avec nos soutiens et nos parrains soient fortes et marquées par un
soutien mutuel, nous devons chaque année renouveler nos partenariats et
rechercher de l’aide pour faire fonctionner les programmes.
Enseignants, élèves, individus et organisations concernés par cet aspect de
l’environnement ; entreprises souhaitant soutenir ces actions pour
l’environnement (atelier pour les enseignants : plus de 100 participants/atelier
pour les élèves : plus de 500 participants).
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Éducation continue et enseignement supérieur
Enseignement primaire
Formation des enseignants
Enseignement secondaire
Éducation non formelle : Plusieurs groupes sociaux œuvrant à la protection de
l’environnement et membres de divers clubs écologiques
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
Formation des éducateurs
Outils et matériels
Recherche et développement
Coopération régionale/internationale
17
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Thèmes
Environnement
Changement climatique
Eau
Biodiversité
Gestion des ressources naturelles
Responsabilité des entreprises
Production et consommation durables
Urbanisation durable
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
Depuis 2001, l’EEG a organisé des ateliers annuels pour les enseignants et les
élèves. Depuis 2005, nos ateliers ont particulièrement insisté sur l’« éducation
en vue du développement durable ». Ces ateliers ont abordé des thèmes tels
que le réchauffement planétaire et le changement climatique, l’éducation verte
ou l’avenir durable.
Les 29 et 30 mars 2010, l’EEG a consacré son atelier pour les enseignants à
éclairer les formateurs sur le thème du : « défi des générations – les jeunes et le
changement climatique ». On trouvera les images et les documents de cet
atelier sur le site Web d’EEG : http://www.eeg-uae.org/
L’EEG organisera également un atelier similaire pour les élèves de quatre
niveaux (10-12 ans, 13-15 ans, 16-18 ans et 19-22 ans) du 18 au 21 octobre
2010 sur le même thème, mais du point de vue des élèves.
OU ?
Situation
géographique
À l’échelle locale : Depuis 2001, tous les ateliers ont été organisés à Dubaï
À l’échelle régionale : Des spécialistes régionaux de l’environnement sont
sollicités pour présenter l’atelier en arabe
À l’échelle nationale : Participation des 7 émirats composant les Émirats Arabes
Unis
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
L’approche de l’EEG consiste à faire participer tous les membres de la société à
ses actions environnementales, en prêtant une attention particulière au secteur
éducatif et en suscitant ainsi une conscience de l’environnement et une
démarche proactive à de nombreux niveaux différents.
Langue(s) de travail
Anglais
Budget et sources de
financement
L’EEG organise l’atelier pour les enseignants et pour les élèves depuis 2001 et
prévoit d’entretenir ce mouvement au cours des prochaines années. Pour
financer ces manifestations, l’EEG associe les entreprises partenaires à un plan
stratégique de soutien à ces ateliers pour les années suivantes.
L’EEG perçoit également des droits d’inscription symboliques des
enseignants/élèves participants, qui est de la part de ceux-ci un signe
d’engagement et couvre en partie les coûts administratifs.
L’EEG peut parfois proposer pour ces ateliers un lieu mis à disposition par les
institutions membres, en échange de services fournis à l’institution concernée.
Parfois aussi, des spécialistes de l’environnement issus d’autres pays de la
région offrent gratuitement leurs conférences et exposés, en échange de la
visibilité qu’ils acquièrent dans les Émirats et de la plate-forme que leur offrent
ces ateliers pour en sensibiliser la population.
Cependant, en tant qu’ONG, l’EEG est constamment confronté au problème des
financements qu’il doit obtenir de son réseau d’entreprises et de membres
associés qui concluent avec l’organisation des partenariats pour diverses
manifestations.
18
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l’action
Oui
Résultats
Le concept d’éducation en vue du développement durable en est à ses
balbutiements dans les Émirats Arabes Unis. La sensibilisation réalisée par
l’intermédiaire de ces ateliers a cependant eu les résultats suivants :
Les écoles ont commencé à organiser des journées spéciales, comme la
journée sans papier, la journée de sensibilisation à l’eau ou des collectes de
vieux vêtements et de livres pouvant être donnés à des établissements
caritatifs.
Plus de 150 écoles se sont jointes aux diverses campagnes de recyclage de
l’EEG, dont la collecte de matières recyclables comme le papier, les canettes
d’aluminium, le verre, le plastique, les cartouches d’encre, les piles, les briques
d’emballage alimentaire et les téléphones mobiles.
Création de clubs environnementaux dans les écoles, journées des sciences
consacrées à des questions environnementales, etc.
De programmes tels que le « cool challenge » recourent à des élèves
volontaires, responsables de réduire à un minimum élémentaire l’utilisation de
l’électricité et d’éteindre l’éclairage/les appareils électriques, au lieu de les
laisser en mode « veille ». La quantité d’électricité économisée par comparaison
est mesurée en termes d’économies d’énergie et de réduction des coûts.
Les entreprises qui soutiennent de telles actions font preuve de responsabilité
sociale en assurant un soutien répété aux ateliers, même sous la forme d’un
parrainage partiel.
Les ateliers ont attiré une participation plus importante de l’ensemble des sept
Émirats. Le fait qu’il s’agisse d’un atelier a contrait l’EEG à appliquer le principe
du « premier arrivé, premier servi » pour l’inscription des participants.
L’intérêt suscité par ces ateliers s’est traduit par une participation plus
importante du monde universitaire et des entreprises aux activités d’EEG ou par
des projets environnementaux et des actions de sensibilisation organisés sur
leurs propres sites. Chaque année, un nombre croissant de membres de l’EEG
se réunissent pour participer aux « 60 minutes pour la planète » organisées par
DEWA.
Le projet du « million d’arbres » de l’EEG (issu de la « Campagne pour un
milliard d’arbres » du PNUE) a attiré une très importante participation, facilitant
ainsi la plantation de 1 615 110 arbres autochtones dans les Émirats.
Les municipalités locales et plusieurs entreprises apportent un soutien et
participent aux campagnes de nettoyage et aux actions de collecte de canettes
de l’EEG.
Analyse des facteurs du succès
Forces
Afin d’assurer le succès qualitatif et quantitatif des manifestations à venir, EEG
travaille sur le retour d’information reçu des participants. Un CD, permettant de
réduire la consommation de papier, est remis à chaque institution participante et
comporte tous les éléments présentés au cours de l’atelier. Les participants
peuvent ainsi l’utiliser dans leurs écoles et établissements respectifs comme
modèle pour l’organisation d’ateliers similaires, transmettant ainsi des
informations précieuses à une plus grande partie de la communauté.
Atelier pour les élèves : L’atelier sur le changement climatique a contribué à
offrir aux élèves une nouvelle expérience d’apprentissage, en leur faisant
mesurer l’impact de l’humanité sur le changement des conditions climatiques.
Les enseignants qui les accompagnaient se sentaient mieux armés pour
aborder l’« éducation verte » avec les éléments partagés durant l’atelier. Des
thèmes importants, comme le cycle du carbone, la limitation des émissions ou
les quotas de carbone, ont été bien présentés et ont donné une image plus
claire de ce qu’il faut faire.
Ateliers pour les enseignants : L’atelier a aidé les délégués à aborder avec
confiance les défis environnementaux, car ils étaient en mesure de mieux
comprendre les problèmes. Ils avaient une vision plus écologique de la manière
de contribuer à la réduction du CO2. Le concept de « circuit fermé » a été bien
19
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
accepté, car les participants ont senti qu’il s’agissait de la bonne direction à
suivre pour un avenir durable. Ce projet renforce également les capacités des
enseignants arabophones car, si la première journée de l’atelier s’adresse à des
enseignants anglophones, la deuxième est animée par un orateur de la région,
qui présente la traduction de l’atelier en anglais, généralement dirigé par un
orateur international. De la sorte, l’EEG peut toucher l’ensemble des écoles
publiques et privées des Émirats.
Ces manifestations accroissent la portée des activités de l’EEG, faisant de celuici le principal catalyseur et promoteur de l’éducation relative au changement
climatique dans les Émirats.
Faiblesses et risques
L’EEG n’a pu organiser physiquement ces ateliers que dans l’Émirat de Dubaï.
L’EEG étant une ONG, toutes les actions qu’il recommande sont engagées sur
une base volontaire. Tant que les pratiques écologiques saines rencontreront de
l’intérêt et seront socialement acceptées, les personnes impliquées seront
proactives. En cas de non-acceptation de la part de la direction, l’organisation
ou institution concernée devrait se conformer aux politiques définies par ses
dirigeants.
Contraintes
Problèmes rencontrés
Acceptation culturelle de l’économie des ressources naturelles et de la
nécessité de réutiliser, réduire et recycler.
Les personnes qui initient les changements de comportements sont parfois
isolées ou quittent les Émirats Arabes Unis, car la communauté expatriée est
importante et change perpétuellement.
Problèmes non résolus
Une assistance technique pour formuler un calculateur précis des émissions de
carbone afin de permettre de définir une empreinte réelle au niveau des
individus et des organisations, appropriée au climat et au mode de vie des
Émirats.
Des compteurs d’économies d’énergie – pour aider à mesurer les coûts et
l’énergie économisés grâce aux initiatives prises par les élèves et les
responsables pour boucler la boucle dans l’éducation et prouver aux élèves que
leurs actions ont eu un impact.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Des recherches constantes sur les préoccupations environnementales récentes,
la recherche de spécialistes de ce domaine pouvant faire des exposés lors de
nos ateliers, des fonds permettant d’organiser les ateliers chaque année et une
participation active des divers instituts d’éducation des Émirats.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
L’organisation de tels ateliers est très efficace. L’EEG est convaincu que les
enseignants ont la responsabilité de former les jeunes esprits à des
perspectives plus écologiques. Des thèmes environnementaux pertinents sont
présentés et des spécialistes de ces domaines sont invités à assurer la
formation continue et la remise à niveau des enseignants. Les connaissances,
les compétences et l’expérience acquises lors des ateliers sont transmises à
des milliers d’élèves, ce qui contribue à la préparation sociale des futurs
dirigeants du pays. L’atelier destiné aux élèves fait découvrir les mêmes thèmes
du point de vue des élèves, réduisant ainsi l’écart entre ceux-ci et l’enseignant.
20
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
4. Phénoclim : quand les citoyens mesurent l’impact du changement
climatique sur la végétation
Centre de Recherches sur les Ecosystèmes d’Altitude (CREA), France
CONTACT
Centre de Recherches sur les Ecosystèmes d’Altitude (CREA)
Observatoire du Mont Blanc – 67 lacets du belvédère – 74400 Chamonix
France
Téléphone: 04 50 53 45 16
Courriel: phenoclim@crea.hautesavoie.net Internet : www.crea.hautesavoie.net
Site du programme Phénoclim : http://www.crea.hautesavoie.net/phenoclim
Floriane Macian, chargée de communication scientifique et responsable du réseau
Phénoclim
OBJECTIFS
s’inscrit dans les
priorités
-
mesurer l’impact du changement climatique sur la végétation dans les Alpes en
étudiant la phénologie c'est-à-dire la date des évènements saisonniers tels que la
floraison ou la chute des feuilles. En effet, ces phénomènes sont étroitement
dépendants de la température qui est mesurée par un réseau de stations de
température spécialement implantées pour le programme Phénoclim. Les
participants choisissent 3 espèces de plantes parmi les 10 proposées et trois
plantes par espèce. Cette zone d’étude doit être située près de chez eux car
chaque semaine au printemps puis à l’automne, ils s’y rendent pour noter les
dates de débourrement, feuillaison, floraison, chute des feuilles (moitié et fin) et
changement de couleur des feuilles (début et moitié).
-
proposer une manière concrète et non culpabilisante de sensibiliser le public au
changement climatique
-
établir des contacts entre le grand public et le monde de la recherche
-
développer la citoyenneté par le biais des sciences participatives
-
sensibiliser à l’observation de la nature ordinaire
Cette initiative s’inscrit dans la volonté de développer la recherche sur le changement
climatique afin de permettre une meilleure adaptation ; mais aussi dans la volonté de
sensibiliser le public, et tout particulièrement en cette année 2010 de la biodiversité.
21
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
nationales
QUI?
Type d’organisation
chargée de l’initiative
Non gouvernementale
Organisations
partenaires
impliquées
Gouvernement (État/provincial/district)
Autorités locales
Écoles
Institutions de recherche
Organisations non gouvernementales
Secteur privé
Espaces protégés
Observateurs bénévoles pour Phénoclim : écoles, particuliers, associations,
espaces protégés et depuis peu quelques collectivités locales (voir carte des
participants : http://www.crea.hautesavoie.net/phenoclim/page.php?id=2&m=2)
Partenaires scientifiques (collaboration sur la récolte des données) : parc
nationaux de la Vanoise, des Ecrins et du Mercantour. Parcs régionaux du
Vercors, des Bauges, du Queyras et de la Chartreuse. Réserves naturelles des
hauts plateaux du Vercors et du marais de Lavours, station alpine du Lautaret,
Asters
Partenaires scientifiques (collaboration sur l’analyse des données) : Centre
d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE), Laboratoire d’Ecologie Alpine
(LECA), GDR CNRS 2968
Partenaires pédagogiques (développement de l’aspect pédagogique du
programme, mise en réseau) : planète sciences, tela botanica, réseau d’éducation
à l’environnement montagnard alpin (REEMA), Alparc, réseau d’éducation à
l’environnement 05 et écrins
Partenaires techniques : Lycées Charles Poncet, de la Vallée de l’Arve et CECAM
(fabrication stations de température), CITIC (hébergement site Internet et bases
de données)
Partenaires financiers : Etat (ministère de l’écologie), Régions (Rhône Alpes et
Provence Alpes Côte d’Azur), Entreprises privées (Somfy, crédit coopératif,
Forsitec…)
Personnes
concernées
1700 observateurs bénévoles participent à Phénoclim chaque année en tant que
particuliers, ou dans le cadre d’une école, d’une association ou d’un espace
protégé.
QUOI?
Cadre
et
niveau
d’enseignement
/
d’apprentissage
Enseignement primaire
Enseignement secondaire
Enseignement professionnel
Particuliers et Professionnels de l’EEDD (associations, espaces protégés) qui
utilisent Phénoclim comme outil pédagogique auprès des publics qu’ils
accueillent.
POURQUOI?
Secteurs
d’intervention
l’initiative
Thèmes
22
de
Apprentissage du développement durable dans un cadre formel, non formel et
informel
Recherche / Développement
Citoyenneté
Environnement
Changements climatiques
Biodiversité
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
QUAND?
Année de lancement
de l’initiative et durée
Lancé en 2004, Phénoclim doit se poursuivre pour 10 ans au minimum
OÙ?
Cadre géographique
Massif alpin (à l’international)
METHODOLOGIE
Méthodes
approches
&
Langue(s)
travail
de
Budget et sources
de financement
toute la documentation pédagogique accompagnant le programme Phénoclim est
téléchargeable
à
cette
adresse :
http://www.crea.hautesavoie.net/phenoclim/page.php?id=9&m=4
français (occasionnellement anglais)
100 000€ pour 2010. Financeurs : Etat (ministère de l’écologie), Régions (Rhône
Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur), mécènes privés (crédit coopératif…)
RÉSULTATS & ÉVALUATION
Présentation des effets, résultats ou l’impact de l’initiative
Évaluation
l’initiative
de
Chaque année une étude statistique de l’évolution du nombre et de la typologie des
participants est effectuée. Le même travail est réalisé pour les observations récoltées
par les participants.
Sur l’aspect qualitatif, pas d’étude officielle mais le programme a bien évolué au fil
des années en réponse aux échanges informels avec les participants, qui ont fait
remonter un certain nombre de points à améliorer.
Résultats
Si le nombre de participants et le nombre d’observations récoltées sont en
augmentation constante depuis 2004, l’évaluation montre quand même la nécessité
d’accompagner et de fidéliser les participants car le turnover est important chaque
année.
Analyse des facteurs de réussite
Points forts
allier « recherche scientifique » et « pédagogie » donc « utilité publique » et
« sensibilisation »
une personne à temps plein pour animer le réseau et être à l’interface entre les
participants et les chercheurs
un accompagnement pédagogique et un relationnel fort (documentation pédagogique
en ligne, rencontres, interventions dans les écoles participantes, newsletter, mise en
place de relais du programme dans les zones les plus éloignées….)
un programme pensé dès le début pour le grand public (adaptation du protocole
scientifique)
l’identification à un groupe (pour Phénoclim, les habitants de la « montagne »)
Faiblesses
risques
et
nécessité de bien encadrer les participants pour garantir la fiabilité de leurs
observations
Contraintes
Problèmes
rencontrés
difficultés pour fidéliser les participants sur plusieurs années pour un programme qui
demande tout de même un investissement hebdomadaire chaque printemps et
chaque automne
difficultés pour fidéliser les financeurs sur plusieurs années
Perspectives
Pourquoi
En terme d’EDD, les actions de sensibilisation reviennent trop souvent à prescrire les
23
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
considérez-vous
que cette initiative
est une bonne
pratique?
24
bons gestes et les bons comportements à adopter. Phénoclim tranche avec cette
manière parfois culpabilisante d’aborder la question du changement climatique. Il
donne la chance à ceux qui le souhaitent de contribuer à faire face à la situation et à
apporter des perspectives nouvelles en faisant avancer la recherche scientifique. Si la
dimension éducative et d’apprentissage est inhérente à Phénoclim, le programme
mise surtout sur l’opportunité de rendre chaque citoyen acteur de son avenir.
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
5.
Les CarboSchools
Institut Max Planck de biogéochimie, Allemagne
CONTACT
Institut Max Planck de biogéochimie
PO Box 100164
07701 Iéna, Allemagne
Téléphone : +49 36 41 576 801
Courriel : philippe@carboschools.org
Internet: www.carboschools.org
Philippe Saugier, coordonnateur
OBJECTIFS
CarboSchools établit des liens entre les chercheurs de plusieurs laboratoires
européens de premier plan spécialisés dans les sciences du carbone et des
écoles secondaires. Dans le cadre de ces partenariats, de jeunes Européens
mènent des expériences sur l'impact des gaz à effet de serre et découvrent la
recherche sur le climat et la réduction des émissions. Les scientifiques et les
enseignants coopèrent durant plusieurs mois pour offrir aux jeunes une
expérience pratique de la recherche par de vraies enquêtes, des échanges avec
de véritables scientifiques et des exposés en public.
Depuis janvier 2008, neuf instituts de recherche de sept pays étudient la meilleure
manière de motiver et de soutenir ces partenariats au niveau régional dans des
contextes, sur des thèmes et pour des groupes d'âges très variés. La coopération
européenne permet de comparer les résultats, d'apprendre les uns des autres et
d'élaborer de bonnes pratiques susceptibles d'être reproduites. À l'appui des
partenariats, CarboSchools identifie, élabore et expérimente des matériels
appropriés (comme des descriptions d'expériences, des activités ou des idées de
projets) au niveau tant local qu'européen et les rend accessibles par
l'intermédiaire du site Web du projet. Les élèves acquièrent une expérience
européenne en procédant à des mesures comparatives au moyen d'un « School
CO2-web ». Une étude approfondie des impacts sur les attitudes, les croyances et
les compétences permettra de mieux comprendre la manière dont les
connaissances et la perception des sciences et du changement climatique
évoluent, en partie sous l'effet de ces projets.
Lancé en 2004 par CarboEurope et CARBOCEAN, deux projets de recherche
majeurs sur le cycle du carbone, CarboSchools est actuellement financé, jusqu’à
1
2010, par le programme « Science dan la société » de l’Union européenne , avec
l’objectif d’une participation directe de 100 écoles. En outre, en 2008-2011,
EPOCA, nouveau projet de recherche de l'Union européenne sur l'acidification
des océans, unit également ses forces à celles de CarboSchools.
Lien avec les
priorités nationales
CarboSchools est lié au programme « Science dans la société » de l’Union
européenne.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Réseau d'écoles
Partenaires/parties
prenantes
Écoles et scientifiques
Les principales parties prenantes sont les enseignants et les scientifiques.
L'ensemble du projet consiste à établir entre eux des partenariats.
Personnes
concernées
Environ 100 enseignants
Environ 3 000 élèves
1
Coordonné par l'Institut Max Planck de biogéochimie de Iéna (Allemagne), le projet reçoit près d'un
million d'euros pour 36 mois, dont la plus grande part est utilisée pour la rémunération des
coordonnateurs dans les neuf instituts partenaires.
25
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement secondaire
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage pour la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
L’éducation et les éducateurs
Outils et matériels
Thèmes
Changement climatique
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
2005-2010
OU ?
Situation
géographique
Europe
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
L'approche de base de CarboSchools consiste à promouvoir des partenariats
directs entre des enseignants de l'enseignement secondaire et des scientifiques
spécialistes du changement climatique, afin que les jeunes puissent découvrir le
changement climatique, acquérir une expérience positive de la recherche
scientifique et agir à l'échelle locale pour réduire les émissions de gaz à effet de
serre. Les deux objectifs principaux sont (i) de réactiver l'intérêt des élèves pour
les sciences et les études scientifiques et (ii) de les doter d'une connaissance
de base de ce défi scientifique majeur et de son interaction avec la société.
La force des projets de partenariats est de faire participer les élèves à un
processus de plusieurs semaines ou de plusieurs mois, voire de plusieurs
années, fondé sur une relation directe entre scientifiques et enseignants, afin de
permettre aux jeunes d'acquérir une expérience pratique de la recherche.
L'enjeu n'est plus seulement ici d'informer ou de transmettre des
connaissances, mais aussi d'encourager le questionnement chez les jeunes et
d'accroître leur désir de comprendre et leur volonté de construire un avenir qui
nous permettra de faire face au défi du changement climatique.
Les projets de partenariats peuvent comprendre diverses activités, comme des
expériences en temps réel (au laboratoire, sur le terrain ou à l'école), des visites
de sites, des conférences, des débats, un accès aux résultats de la recherche
ou des communications par courriel). Les projets CarboSchool sont coordonnés
par les enseignants et le scientifique partenaire participe d'ordinaire à deux ou
trois activités sur l'ensemble de la durée du projet. Un produit final, comme un
article, une exposition, un colloque, une page Web ou une série de mesures et
leur interprétation, conclut le travail des élèves en leur permettant de partager
leurs conclusions avec un public plus large (parents, amis, communauté locale,
ville,…).
À la différence de nombreux projets éducatifs consacrés au changement
climatique qui reposent essentiellement sur la fourniture d'informations par
l'Internet, CarboSchools est avant tout fondé sur le contact humain et sur le
souci de replacer les questions scientifiques dans leur contexte social et civique
d'ensemble. Les jeunes sont submergés d'information sur le changement
climatique, mais n'ont guère d’activités pertinentes dans leur scolarité, ni de
liens personnels avec de véritables scientifiques travaillant sur un thème qui
demeure fascinant et terriblement préoccupant, illustrant d'une manière parlante
et très directe l’incertitude de la science.
Langue(s) de travail
Anglais au niveau de l’Union européenne/Allemande, catalan, français, italien,
néerlandais et norvégien dans les projets locaux
Budget et sources de
980k€ pour 36 mois (janvier 2008 - décembre 2010), financés par le programme
26
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
financement
Science dans la société de l'Union européenne
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l'action
Résultats
Le projet comporte une composante d'évaluation axée sur la mesure du
changement des attitudes des élèves participants. Trois instruments sont
utilisés à cet effet :
•
Des outils d’autoévaluation destinés à évaluer les projets et mis en œuvre
par les coordonnateurs régionaux ou par les enseignants. Il s'agit d'un bref
questionnaire comportant des questions fermées et ouvertes demandant
aux élèves de fournir des informations et des opinions personnelles. Ces
outils fournissent des informations sur la perception des projets par les
élèves et sur la manière dont ils perçoivent la science et la science à l'école,
ainsi que sur l'incidence des projets CS+ sur leurs opinions et leurs projets
professionnels. Ils permettent de corréler les réponses des élèves avec
leurs caractéristiques telles que le sexe, le niveau scolaire ou la classe pour
les matières scientifiques. Ces outils sont désormais disponibles en anglais,
italien, norvégien, allemand, néerlandais, catalan et français.
•
Des questionnaires sur les attitudes, destinés à mesurer les changements
d'attitude des élèves vis-à-vis de la science, de la science à l'école et du
changement climatique. Cet instrument sera utilisé deux fois sur des
groupes sélectionnés, comme test avant et après le projet.
•
Des entretiens avec des élèves et enseignants participants.
L'étude d'évaluation est encore en cours et se conclura à l'automne.
Analyse des facteurs de réussite
Forces
La recherche sur le changement climatique est fortement internationale,
systémique et interdisciplinaire, passionnante et exotique, pleine d'inconnu, et
elle influence de plus en plus la prise de décision à tous les niveaux politiques
et économiques. La science à l'école est souvent perçue comme ennuyeuse,
théorique, déconnectée des questions sociales et de la vie réelle, sans lien
avec la science véritable. À partir de ce contraste, CarboSchools établit des
liens entre l'enseignement scolaire et un apprentissage scientifique authentique
fondé sur :
- le questionnement et l'expérimentation plutôt que sur la simple transmission
de connaissances,
- le traitement d'une question complexe affectant l'ensemble de la société,
- le développement de contacts personnels étroits avec les chercheurs pour
découvrir pourquoi ils travaillent, afin de remettre en cause les stéréotypes
et de considérer les scientifiques comme des personnes réelles.
Faiblesses et risques
Le manque de temps et de familiarité avec des stratégies telles qu’Action 21 à
l’école a empêché de nombreuses écoles de dépasser l’étape scientifique et de
s’impliquer dans des projets locaux de mitigation.
Le manque de temps a empêché de nombreuses écoles de s'impliquer dans
des projets de coopération internationale (discussions des résultats,
expériences au niveau européen).
Contraintes
Problèmes rencontrés
L'une des activités du projet, School CO2-web, consistant à mesurer le CO2
atmosphérique et à mettre en commun les données entre des écoles de
différents pays, n'a pas répondu à toutes les attentes. Il a connu de nombreuses
difficultés techniques pour faire fonctionner correctement les capteurs et les
occasions de débattre des données à l'échelle transfrontalières n'ont pas été si
aisées qu'on ne l'espérait initialement.
27
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Pourquoi considérezvous qu'il s'agit d'une
bonne pratique ?
Soutien institutionnel de la part d'une organisation de recherche +
enthousiasme d'un noyau initial d'enseignants et de scientifiques + temps
consacré au projet par un coordonnateur local pour faire en sorte que des
partenariats voient le jour.
Indépendamment de son caractère reproductible, CarboSchools peut être utile
à l'ensemble de la communauté éducative du fait de ses produits finaux.
Plus de 3 000 élèves, enseignants et scientifiques ont participé à cette
expérience entre 2005 et 2010, avec des approches très diverses et des projets
abordant tous les thèmes, concernant tous les âges et de durée très variée.
Tous ces projets et la coopération établie entre eux à l'échelle européenne
constituent un laboratoire éducatif grandeur nature, dans lequel des outils et
des méthodes novateurs ont été testés et systématisés, qui sont désormais
disponibles pour des écoles bien plus nombreuses que le noyau initial des
participants. Ces ressources sont toutes accessibles au public dans la
bibliothèque en ligne du site Web www.carboschools.org. Deux sortes de
matériel didactique sont disponibles :
(1) Une série de brochures destinées aux enseignants (et à toute personne
intéressée par la recherche sur le changement climatique) :
- Ce que l'on sait, ce que l'on ne sait pas, et comment l'on fait pour mieux
comprendre le changement global (disponible en allemand, anglais,
français, néerlandais et norvégien) offre un aperçu des principales questions
auxquelles est confrontée la science pour améliorer notre connaissance du
système de la Terre et des perturbations que lui font subir les activités
humaines. Cette brochure explique comment les scientifiques collectent et
interprètent les résultats d'observations, d'expérimentations et de
modélisations, et la manière dont ils le font dans le cadre de deux grands
projets de recherche de l'Union européenne, CarboEurope et CarboOcean,
offrant ainsi un exemple particulièrement passionnant de construction de
nouveaux savoirs par la recherche scientifique.
- Ce que nous avons appris, ce que nous ne savons toujours pas et ce que
nous devons faire face aux changements climatiques (disponible en anglais,
français et italien) propose une synthèse des principaux résultats de cinq
années de recherche terrestre et océanique de l'Union européenne sur le
carbone et brosse le tableau d'ensemble des perturbations induites par les
hommes dans le cycle planétaire du carbone. Elle donne un aperçu des
changements à grande échelle que doit opérer la société pour atteindre un
développement durable – c’est-à-dire dans lequel l'atmosphère ne serait
plus une immense poubelle pour nos déchets de CO2 – et de la contribution
que peuvent apporter les scientifiques, les écoles et les individus. Cette
brochure présente également six exemples de projets scolaires menés dans
différents pays.
- Changements globaux : de la recherche scientifique à la salle de classe.
Réunissant les meilleurs documents produits au fil des ans dans le cadre
des activités de CarboSchools au sein des écoles européennes, cette
troisième brochure offre des idées et des conseils concrets pour rendre
l'apprentissage des sciences plus attirant, plus motivant et plus plaisant,
ainsi que pour encourager les élèves à tester leur impact global sur le
système terrestre et la manière dont ils peuvent contribuer à restaurer
l'équilibre.
(2) Une bibliothèque de ressources en ligne « pour les enseignants et les
personnes participant à des projets scolaires sur le changement climatique »,
proposant des descriptions d’expériences et des activités de projets, divisée en
trois sections :
- Activités (pratiques en classe/pratiques en plein air/utilisation de données
scientifiques)
- Autres ressources (rapports scientifiques, liens, outils et vidéos)
- Brochures de CarboSchools (mentionnées ci-dessus)
28
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
6.
NaturGut Ophoven
NaturGut Ophoven e.V, Allemagne
CONTACT
NaturGut Ophoven e.V.
Talstr. 4, 51379 Leverkusen
Allemagne
Téléphone : 0049-2171/73499-0, Télécopie : 0049-2171/30944
Courriel : zentrum@naturgut-ophoven.de; Internet : www.naturgut-ophoven.de
Dr. Hans-Martin Kochanek, Directeur
DESCRIPTION
Campagne pour le climat à Leverkusen
À l'automne 2008, nous avons engagé à Leverkusen la campagne locale
« Protéger le climat – tout le monde, tous les jours ! ». Nos partenaires sont deux
associations locales de protection de la nature, NABU et BUND, ainsi que la
municipalité de Leverkusen. Les médias locaux nous ont également assurés de
leur soutien à notre initiative. La campagne comportait initialement trois parties :
l'implication des médias (une activité de presse par mois), 40 stands
d'information par an lors de foires, fêtes de rue et festivals, l’exposition de
15 bannières (1m x 6m) portant l’inscription : « Klimaschutz – Jeder, jeden Tag »
(Protéger le climat – tout le monde, tous les jours !) et passant d’un bâtiment
public à l'autre à Leverkusen. La campagne a été financée par la Stiftung
Umwelt und Entwicklung (Fondation pour l’environnement et le développement).
Compte tenu du succès de cette campagne, nous avons étendu certaines de
nos activités à Cologne. KlimaKreis Köln a financé 10 stands d'information et la
circulation de 10 bannières supplémentaires à Cologne (2010). Le Landesamt
für Naturschutz, Umwelt und Verbraucher Nordrhein Westfalen (Bureau de la
protection de la nature, de l’environnement et des consommateurs du land de
Rhénanie-du-Nord-Westphalie) continuera à financer le projet jusqu'à la fin de
2011.
Dès avant le début de notre campagne pour le climat, en 2008, la protection du
climat était un point majeur de nos efforts pédagogiques. La Cité de l’énergie,
musée pour les enfants et les jeunes du NaturGut Ophoven, comporte une
exposition permanente d'environ 500 m² sur les sources d'énergie
renouvelables, qui reçoit chaque jour la visite d'environ trois groupes d'écoliers et
d'enfants de maternelle.
En 2006-2007, un projet de recherche de deux ans a étudié les moyens de
sensibiliser les enfants de maternelle à une utilisation durable de l'énergie.
NaturGut Ophoven en a publié les résultats dans l'ouvrage Ein Königreich für die
Zukunft (Un royaume pour l’avenir). Le livre a eu tant de succès que nous en
imprimons une deuxième édition. Les ventes atteignent déjà près de 6 000
exemplaires.
En 2008, nous avons engagé un projet à l'échelle de l'Union européenne, intitulé
Inspire. Il vise à élaborer et échanger des modules éducatifs sur le changement
climatique pour l'éducation formelle et non formelle. Le projet a été financé par
l'Union européenne et impliquait la Lettonie, la Pologne et l'Allemagne. Ses
résultats sont publiés sur le site www.inspire-eu.
En 2010, NaturGut Ophoven a élaboré 13 programmes éducatifs complets
portant notamment sur l'énergie, les énergies renouvelables et le changement
climatique à l'intention des classes maternelles et des écoles. Ces modules ont
été financés par KlimaKreis Köln.
Depuis 2009, nous organisons un salon professionnel annuel sur les
technologies efficientes sur le plan énergétique pour les petites et moyennes
entreprises. Nos partenaires sont la chambre de commerce et d'industrie locale,
la chambre des métiers, l'administration urbaine et diverses entreprises locales.
En 2005, l'artiste solaire Odo Rumpf a commencé à installer une « Allée
solaire », une Pyramide solaire (5m), des Flashes solaires (4m) et une Fleur
solaire (8m) sur le terrain de 6 000 m² de NaturGut Ophoven. L’art a ainsi été
une nouvelle approche pédagogique de la protection du climat.
29
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
30
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
OBJECTIFS
Éducation et sensibilisation à la protection du climat dans la vie quotidienne pour
les enfants, les jeunes, les adultes et les seniors à Leverkusen et Cologne.
Liens avec les
priorités nationales
L'éducation à la protection du climat est un point central du plan d'action de la
Rhénanie-du-Nord-Westphalie intitulé « Apprendre pour l’avenir » et soutient les
efforts de la Commission nationale allemande de la Décennie des Nations Unies
pour l'éducation au service du développement durable (2004-2015).
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Pouvoirs publics (État/province/district)
Autorités locales
Établissements préscolaires
Écoles
Établissements d'enseignement professionnel
Établissements d'enseignement supérieur
Institutions de recherche
Organisations non gouvernementales
Organisations communautaires
Secteur privé
Médias
Autres : Institutions et organisations gérant des crèches
Écoles, médias, grand public, entreprises
Personnes
concernées
50 000 personnes par an
QUOI ?
Environnement et
niveau d’éducation et
d’apprentissage
Petite enfance
Formation continue et enseignement supérieur
Enseignement primaire
Formation des enseignants
Enseignement secondaire
Enseignement professionnel
Éducation non formelle
Éducation informelle : Familles
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage pour la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
Formation des éducateurs
Outils et matériels
31
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Recherche et développement
Coopération régionale/internationale
Thèmes
Environnement
Changement climatique
Eau
Biodiversité
Gestion des ressources naturelles
Responsabilité des entreprises
Production et consommation durables
Urbanisation durable
Responsabilité dans le contexte local et mondial
Acquisition de compétences
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
En cours
OU ?
Situation
géographique
À l'échelle locale : Mise en œuvre au sein des communautés (dans les écoles
maternelles participantes)
À l'échelle régionale : Mise en œuvre au niveau des États par l'intermédiaire de
huit bureaux régionaux responsables chacun d’un à trois États
À l'échelle nationale : Contrôle et coordination du projet au niveau national
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
1. Campagne sur le changement climatique comportant
(a) une participation des médias (une activité de presse par mois)
(b) 60 stands d’information par an lors de foires, fêtes de rue ou festivals
(c)
l’exposition de 15 bannières (1m x 6m) portant l’inscription :
« Klimaschutz – Jeder, jeden Tag ! » (Protéger le climat – tout le monde,
tous les jours !) et passant d’un bâtiment public à l'autre à Leverkusen et
Cologne. La bannière reste 6 semaines sur chaque bâtiment.
2. Élaboration de 13 programmes éducatifs complets portant notamment sur
l'énergie, les énergies renouvelables et le changement climatique à l'intention
des enfants des classes maternelles et des élèves.
3. Exposition permanente de 500 m² sur les sources d'énergie renouvelables à
la Cité de l’énergie, musée pour les enfants et les jeunes du NaturGut
Ophoven.
4. Projet de recherche de deux ans : Comment sensibiliser les enfants de
maternelle à une utilisation durable de l'énergie ?
5. Élaboration et échange de modules éducatifs sur le changement climatique à
l'intention de l'éducation formelle et non formelle. Projet européen auquel
participent quatre pays : la Lettonie, la France, la Pologne et l'Allemagne.
6. Salon professionnel annuel sur les technologies efficaces sur le plan
énergétique.
Langue(s) de travail
Allemand
Budget et sources de
financement
Parrainage par des trusts et fondations, l’Union européenne, le Land de
Rhénanie-du-Nord-Westphalie et la Ville de Leverkusen.
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l'initiative
32
La campagne sur le climat étant encore en cours, seules certaines petites
parties du programme ont été évaluées jusqu'à présent, à savoir les
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
13 programmes éducatifs sur l'énergie, les énergies renouvelables et le
changement climatique.
L'initiative n'a pas encore été évaluée, car elle est encore en cours. NaturGut
Ophoven est bien connu dans la région : 96 % des habitants de Leverkusen
connaissent le centre d'éducation à l'environnement.
33
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
7.
Les jeunes pour le développement durable, programme d’éducation
par les pairs d’ECO-UNESCO
ECO-UNESCO, Irlande
CONTACT
ECO-UNESCO
The Greenhouse, 17 St. Andrew Street, Dublin 2
Irlande
Téléphone : 00353 1 6625491
Télécopie : 00353 1 6625493
Courriel l: info@ecounesco.ie
Internet : www.ecounesco.ie
Elaine Nevin, Directrice nationale, ECO-UNESCO
DESCRIPTION
Le Programme d'éducation des jeunes par leurs pairs d’ECO-UNESCO cherche
à faire participer et à autonomiser les jeunes de 15 à 18 ans.
Le Programme d'éducation par les pairs est un programme orienté par les
jeunes, qui étudie l’EDD et les questions qui s’y rapportent, comme le
changement climatique, et encourage les jeunes à étudier le développement
– ce qu’il est, en quoi il les concerne, en quoi il concerne la population du monde
en développement – et à examiner les liens entre le niveau individuel et le
niveau mondial, qui relient leur vie à celle des populations du monde en
développement. L'une des questions étudiées dans le cadre de ce programme et
qui relie l'échelle locale à l'échelle mondiale est le changement climatique.
Le programme encourage les jeunes pairs éducateurs à avoir une pensée plus
holistique, plus critique, à la fois plus mondiale et plus locale, sur les questions
de développement durable, en prêtant une attention particulière aux pays en
développement. Le programme d'éducation par les pairs encourage également
les jeunes à établir des liens avec d'autres groupes de leur communauté locale
et à développer les liens avec d'autres groupes du monde en développement
grâce au réseau des clubs UNESCO. Le programme consiste en une série
d'ateliers de 10 à 12 semaines comportant une formation par les pairs, une
introduction aux projets d’action, un renforcement des compétences des jeunes
par le biais du théâtre et des arts, le développement des compétences en
matière de communication, la participation de la communauté, l'établissement de
liens avec le monde en développement, ainsi qu'un projet d'action auquel
participent les jeunes. Ceux-ci sont initiés aux principaux problèmes
d'environnement et de durabilité, comme l'eau, l'énergie et le changement
climatique, et examinent les solutions à ces problèmes. Le projet d’action tirera
parti de la créativité des jeunes et peut intégrer toute question ou méthode liée
au développement ou à l’environnement que les jeunes voudront employer
– ceux-ci seront encouragés à utiliser des méthodes interactives et attirantes. Le
programme assurera un soutien et une formation dans les domaines suivants :
34
•
Travail des jeunes pour l'environnement
•
Éducation pour le développement des jeunes
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Ally Nevin (extrême gauche) et Mark Shipley (extrême droite), pairs éducateurs
d’ECO-UNESCO, Elaine Nevin, directrice nationale d’ECO-UNESCO et John
Gormley, Ministre de l'environnement.
OBJECTIFS
Les principaux objectifs de l'initiative sont les suivants :
- Sensibiliser aux problèmes locaux et mondiaux liés à la durabilité (comme le
changement climatique, les Objectifs du Millénaire pour le développement, la
justice à l'échelle mondiale, la compréhension du développement, le
commerce équitable ou l’amélioration de la conscience environnementale).
- Renforcer les compétences des jeunes participant au programme en matière
de méthodologies de l'éducation par les pairs, notamment en matière de
communication et d'animation.
- Encourager les jeunes à réfléchir d'une manière critique et holistique sur leur
rôle dans les questions mondiales et locales.
- Encourager les jeunes à échanger avec leurs pairs dans les matières liées au
développement durable.
- Encourager les jeunes à mener à bien un projet d'action dans le domaine
environnemental.
ECO-UNESCO utilise l’éducation par les pairs – technique pédagogique
novatrice – pour autonomiser les jeunes et renforcer leurs capacités dans le
domaine du développement durable et les encourage à établir des liens au
niveau local et mondial et à examiner les relations entre l'environnement, la
société et l'économie. Le programme d’éducation par les pairs « Les jeunes pour
le développement durable » d’ECO-UNESCO offre aux jeunes l'occasion de
devenir des pairs éducateurs et d'étudier les questions liées à la durabilité, qui
concerne tant leur propre vie que le monde entier. Ce programme de formation
de la jeunesse permet aux jeunes d'examiner la complexité du développement
durable tout en développant leur propre ensemble de compétences. Dans le
cadre du programme, ils sont encouragés à mettre en œuvre avec leurs pairs un
projet d'action environnementale, sur n'importe quel thème lié à l'environnement
ou à la durabilité.
En lien avec le programme d'éducation par les pairs, un « Kit de ressources du
programme d’éducation par les pairs Les jeunes pour le développement
durable » est en cours d'élaboration. Ce kit est destiné à documenter
l'expérience acquise par ECO-UNESCO avec ce programme et à indiquer des
références d'autres exemples de bonnes pratiques en matière d'éducation par
les pairs et d'éducation en vue du développement durable. Ce kit de ressources
sera une boîte à outils et un instrument de référence permettant à d'autres
organisations de mettre en œuvre leurs propres programmes d'éducation par les
pairs en vue du développement durable.
Liens avec les
priorités nationales
Les priorités nationales ont été définies dans le projet de Stratégie nationale de
l'Irlande en matière d'éducation en vue du développement durable – laquelle
souligne le rôle de l'éducation non formelle dans la promotion de l'éducation en
vue du développement durable en Irlande.
L'initiative encourage les jeunes âgés de 12 à 18 ans à découvrir les problèmes
et les principes du développement durable.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Pouvoirs publics (État/province/district)
Écoles
Organisations communautaires
Médias
Institutions internationales intergouvernementales
Personnes privées, participants
Principale source de financement : Irish Aid (Ministère des affaires étrangères)
Autres sources de financement : Leargas (Financement du programme
Jeunesse en action de l’UE).
35
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Parties prenantes au sein de la communauté : groupes communautaires locaux,
organisations de jeunesse. Écoles de la communauté. Tout jeune âgé de 15 à
18 ans désireux de mieux connaître le développement durable.
Personnes
concernées
Dans le cadre de cette initiative, les apprenants sont les participants au
programme. Ceux-ci (les pairs éducateurs) jouent un rôle de multiplicateurs pour
diffuser l'information reçue et les compétences acquises grâce au programme
auprès des divers groupes de pairs, écoles et groupes communautaires
auxquels ils appartiennent. À ce jour, trois séries de groupes ont suivi ce
programme. Les participants ont été au nombre de 49, âgés de 15 à 18 ans.
L'accent est également mis sur la diversité ethnique et culturelle au sein du
programme.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Le Programme d'éducation par les pairs Les jeunes pour le développement
durable réunit de nombreux jeunes issus d'horizons divers. En substance, le
groupe constitue un club de jeunes.
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage pour la durabilité dans des environnements formels, non formels
et informels
Outils et matériels
Recherche et développement
Thèmes
Compréhension interculturelle
Diversité culturelle
Citoyenneté
Paix, droits humains et sécurité
Environnement
Changement climatique
Eau
Gestion des ressources naturelles
Démocratie
Justice
Production et consommation durables
Responsabilité dans des contextes locaux et mondiaux
Autres (aide internationale, éducation par les pairs, perception et valeurs,
animation et communication, OMD).
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
De septembre 2007 à avril 2011. Chaque programme d'éducation des jeunes
par les pairs dure de 10 à 12 semaines. Les projets d'action peuvent ensuite
prendre encore jusqu'à 10 mois.
OU ?
Situation géographique
Échelle locale : Le programme est mis en œuvre pour des jeunes de la région
de Dublin
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
36
Le programme d'éducation par les pairs « Les jeunes pour le développement
durable » peut être divisé en trois phases distinctes. Au cours de la première
phase, les participants sont intégrés au programme, découvrent la durabilité et
les questions qui s'y rapportent, ainsi que l'éducation par les pairs, et reçoivent
une formation de base pour devenir pairs éducateurs. Au cours de la deuxième
phase, les jeunes approfondissent leur connaissance de l'éducation par les
pairs et participent à la mise en œuvre d'une série de programmes. Dans la
troisième phase, certains jeunes ont la possibilité de participer à un programme
« diplômant » au cours duquel leurs compétences de pairs éducateurs
s’améliorent encore et sont employées dans d'autres projets communautaires.
Le programme comporte également l'élaboration et la mise en œuvre par les
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
jeunes, avec leurs pairs et parallèlement aux diverses phases du programme,
de programmes d'action locaux.
Les méthodologies employées sont axées sur les bonnes pratiques de
l'éducation en vue du développement durable (EDD). L’EDD développe et
renforce la capacité des individus, des groupes, des communautés et des
organisations à formuler des jugements et à faire des choix en faveur du
développement durable.
Les cinq domaines essentiels de l'EDD sont les connaissances, les
compétences, les perspectives, les valeurs et les risques. La clé de l'EDD et
qu'elle n’enseigne pas une matière particulière, mais qu'elle exige des
participants qu'ils prennent en compte différentes questions liées au
développement durable et acquièrent une compréhension plus approfondie des
principes essentiels de celui-ci. Cette démarche s'appuie sur un certain nombre
de méthodologies distinctes :
•
Jeux de simulation, travail en groupe
•
Activités pratiques
•
Suivi de questions
•
Photos, œuvres d'art et images
•
Enquêtes/questionnaire
•
Travail avec des textes
•
Débats
•
Jeux de rôles
•
Remue-méninges
•
Travail en groupes
•
Activités pratiques (par exemple, safaris urbains, animations avec
percussions, sorties en plein air)
Les méthodes de l’EDD sont holistiques et interdisciplinaires, elles sont axées
sur des valeurs, encouragent la pensée critique, sont pertinentes localement,
reposent sur des méthodes multiples et supposent un processus de décision
participatif.
Langue(s) de travail
Anglais
Budget et sources de
financement
Financement complémentaire de 210 000 € d’Irish Aid sur trois ans (Ministère
des affaires étrangères), et 10 000 € du programme Jeunesse en action de l’UE.
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l'initiative
Oui. Après chaque atelier, les participants remplissent un formulaire d'évaluation
indiquant ce qu'ils ont appris durant l'atelier et leur degré de satisfaction. Une
évaluation de l'impact du programme par groupes thématiques a également été
réalisée par les jeunes. Le programme est aussi évalué en interne par le
coordonnateur du programme et la directrice nationale. Le programme fait
encore l'objet d'une évaluation menée par un évaluateur externe. Ces
évaluations sont ensuite renvoyées en externe à notre principale source de
financement, Irish Aid.
Résultats
Les impacts de l’initiative ont été largement positifs, d’après le retour
d’information fourni par les participants lors des séances des groupes
thématiques et les évaluations écrites réalisées sous forme de questionnaires.
Sur cette base, le programme a été ajusté et amendé afin de répondre aux
besoins des participants. De nombreux jeunes ont continué à mettre en œuvre
des projets d'actions liés à des questions environnementales, qui ont eu une
incidence sur leurs pairs et sur la communauté locale. À la suite des
évaluations, nous avons également veillé particulièrement à offrir un chemin de
progression aux jeunes entrant dans le programme et avons élaboré un
programme de formation de niveau avancé à l'éducation par les pairs.
L'analyse des facteurs de succès
Forces
L'une des principales forces du programme tient à son caractère unique et aux
méthodologies employées pour sa mise en œuvre. À ce jour, le programme n'a
pas d'équivalent en Irlande en tant que programme d'éducation sur le
37
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
développement durable par les pairs. Les points forts de ce programme sont les
méthodologies d'EDD utilisées pour l’organisation des séances (comme indiqué
ci-dessus), combinées avec une formation à l'éducation par les pairs.
Faiblesses et risques
Le programme fait intervenir un certain nombre de jeunes très divers issus d'une
large base démographique à Dublin et dans sa région, ce qui lui assure la
participation d’un groupe varié d’individus. De ce fait, cependant, les taux de
rétention étaient faibles au début du programme. Se pose également la question
du thème : le développement durable peut être un concept difficile à saisir pour
les jeunes, qui peuvent ainsi éprouver initialement une certaine réticence à
participer à ce programme.
Contraintes
Problèmes rencontrés
Initialement, le contenu du programme a suscité des difficultés, par exemple
pour savoir comment établir d’une manière interactive stimulante un lien entre
un grand nombre des problèmes complexes du développement durable et les
jeunes.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Plusieurs conditions sont nécessaires pour reproduire ce programme avec
succès :
- des ressources adéquates, notamment en termes de financement ;
- assurer un niveau convenable de participation et d'engagement de la part
des jeunes ;
- faire en sorte que le contenu du programme soit approprié et que la
formation à l'éducation par les pairs réponde aux besoins des jeunes ;
- s'assurer d'un soutien solide pour que les pairs éducateurs puissent mettre
en œuvre leurs projets et programmes avec leurs pairs ;
- faire en sorte que la portée du projet soit assez large pour permettre
l'évolution des jeunes lorsqu'ils ont achevé le programme – avec un
« programme diplômant » ?
- s'assurer que le programme ait un effet multiplicateur fort au sein du (des)
groupe(s) de pairs et de la communauté locale, à savoir par le biais de sa
composante relative à un projet d’action ;
- disposer d'animateurs possédant l'expérience adaptée, (a) assez qualifiés
pour animer et motiver les jeunes participant au projet et (b) comprenant la
complexité inhérente à la durabilité.
Pourquoi considérezvous qu'il s'agit d'une
bonne pratique ?
L'une des principales raisons permettant de considérer ce programme comme
une bonne pratique est qu'il recourt aux méthodologies de l'éducation en vue du
développement durable, combinées avec l'éducation par les pairs. De
nombreuses études ont montré les bénéfices des modèles d'éducation par les
pairs. Par le biais de ce programme, les jeunes acquièrent un état d'esprit plus
holistique, découvrent comment penser d'une manière plus critique et
acquièrent des compétences qui leur permettent de travailler avec les autres. Ils
découvrent également les liens entre leur vie et celle des jeunes du monde en
développement. Les méthodes employées sont pratiques et encouragent une
plus grande sensibilité à la nature et à l'environnement en donnant l'occasion de
participer à des activités de plein air et à des projets. Le programme encourage
également le recours à des projets d'action locale de la part des jeunes et de
leurs pairs.
38
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
8.
La lutte contre le changement climatique : un impératif de solidarité
humaine dans un monde divisé – Matériel pédagogique fondé sur le
Rapport sur le développement humain 2007-2008
Centre UNESCO de Catalogne-Unescocat (Espagne)
CONTACT
Centre UNESCO de Catalogne-Unescocat
c. Nàpols 346, 1r. 08025, Barcelone
Espagne
Téléphone : 00 34 93 4589898
Téléphone : 00 34 93 4575851
Courriel : centre@unescocat.org Internet : www.unescocat.org
Sara Batet (Responsable du Département durabilité d’Unescocat)
DESCRIPTION
En septembre 2009, avec le soutien du ministère catalan de l'environnement et
du logement, Unescocat a publié un matériel pédagogique numérique fondé sur
le Rapport sur le développement humain 2007-2008 – La lutte contre le
changement climatique : un impératif de solidarité humaine dans un monde
divisé. Le matériel est destiné aux élèves les plus âgés de l’enseignement
secondaire et publié seulement en langue catalane. Il s’agit également d’un outil
présentant les données scientifiques les plus récentes sur le changement
climatique et les perspectives économiques et sociales à prendre en
considération afin de relever ce défi mondial. Unescocat a donc adapté le
contenu du rapport du Programme des Nations Unies pour le développement,
sous une forme novatrice et dynamique.
Ce matériel est accessible sur le site Web du Centre UNESCO de Catalogne :
http://www.unescocat.org/materialsidh/canviclimatic/index.php
OBJECTIFS
-
Lien avec les priorités
nationales
Sensibiliser les élèves aux défis mondiaux de l’environnement
Montrer la relation entre notre modèle de société et le changement climatique
Expliquer la dimension humaine des effets du changement climatique
Comprendre l’inégalité sociale provoquée par le modèle de développement
actuel
Connaître les différents éléments de la vulnérabilité du monde au
changement climatique
Comprendre le concept d’« empreinte carbone » et analyser les différentes
contributions des pays au réchauffement planétaire
Sensibiliser à la nécessité d’une réponse urgente, forte et collective au
changement climatique
Savoir comment lutter contre le changement climatique
Deux des grands défis nationaux identifiés dans la Stratégie de développement
durable de la Catalogne (2026.cat) consistent à :
- Mettre en place des mécanismes efficaces pour offrir aux citoyens une
information pertinente sur les problèmes socio-environnementaux, facilitant la
compréhension de ces problèmes et les incitant à participer à la résolution de
ceux-ci.
- Accroître dans une proportion significative l'intégration de la durabilité à tous
les niveaux de l'éducation formelle et informelle, en vue de faire de la
réflexion critique et de la co-responsabilité les piliers de la formation et
d'orienter celle-ci vers l’action.
En ce sens, le matériel pédagogique d’Unescocat est une contribution à l'un et
l'autre de ces objectifs nationaux.
39
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Pouvoirs publics (États/province/district)
Institutions internationales intergouvernementales
- le PNUD a autorisé l’élaboration de ce matériel pédagogique sur la base de
son rapport
- le ministère catalan de l'environnement et du logement a parrainé le projet
Personnes
concernées
Les principaux apprenants sont les élèves les plus âgés de l'enseignement
secondaire catalan – âgés de 14 à 18 ans –, à qui ce matériel est destiné. Il
s'agit aussi des enseignants du secondaire qui l’utilisent dans leurs classes. Au
total, 415 000 personnes.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement secondaire
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
Outils et matériels
Thèmes
Surmonter la pauvreté
Diversité culturelle
Paix, droits humains et sécurité
Changement climatique
Démocratie
Gouvernance
Justice
Responsabilité dans des contextes locaux et mondiaux
QUAND ?
Année de démarrage et
durée
Années de démarrage : 2009. Durée : il est difficile de dire pendant combien de
temps le matériel sera mis à jour.
OU ?
Situation géographique
Catalogne
METHODOLOGIE
Méthodes et approches
Le matériel pédagogique est conçu pour fonctionner dans de petits groupes
d'élèves autour de six thèmes et est formulé sous forme interrogative, de telle
sorte qu'après le travail proposé, les élèves soient capables de répondre à la
question et d'exposer leurs découvertes au reste de la classe/du groupe. Les
thèmes sont les suivants :
- Le changement climatique actuel est-il dangereux,
- Le changement climatique aura-t-il des conséquences sur le développement
humain ?
- Toutes les empreintes carbone sont-elles identiques ?
- Le changement climatique affectera-t-il tout le monde de la même manière ?
- Est-il possible d'arrêter le changement climatique ?
- Est-il nécessaire de s'adapter au changement climatique ?
Chaque thème est organisé sous forme d’un dossier électronique contenant un
bref texte, deux graphiques et une carte du monde assorti de photos, ainsi
qu'un écran de synthèse sur lequel seront exposés les résultats de chaque
40
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
groupe.
Chacun des six problèmes étudiés dans ces documents est associé à un bloc
d’activités pour les élèves. Chaque problème présente deux activités (A et B),
ainsi qu’une activité complémentaire, conçue pour les élèves les plus
âgés/avancés. Cette dernière activité, bien qu'elle soit légèrement plus difficile,
peut également être adaptée à des élèves plus jeunes si l'enseignant considère
qu'il dispose d’assez de temps et que le niveau convient au groupe. Les
activités sont conçues pour que les élèves puissent les réaliser avec les
informations figurant dans leur dossier électronique (analyse des images, des
graphiques et du texte).
Après avoir travaillé sur son sujet, chaque groupe doit préparer et présenter un
exposé résumant les principales conclusions auxquelles il est parvenu, en
s'appuyant sur la projection de l'écran de synthèse. De la sorte, chaque groupe
partagera ses résultats et ses connaissances avec le reste de la classe. Le
matériel comporte un bref questionnaire en ligne, au moyen duquel les élèves
peuvent évaluer ce qu'ils ont appris, sans se limiter aux six thèmes traités.
Outre les dossiers électroniques, les activités et les formulaires d'évaluation, le
matériel comporte un dossier destiné aux enseignants, comprenant toutes les
informations nécessaires pour développer les activités en classe : la dynamique
proposée, un résumé du contenu du rapport du PNUD et les liens avec le
programme officiel.
Comme l’affirme le Rapport sur le développement humain 2007-2008, le
changement climatique pose des problèmes à de nombreux niveaux. Dans un
monde divisé, mais écologiquement interdépendant, il nous provoque tous à
réfléchir à la manière dont nous gérons l'environnement de la seule chose que
nous ayons tous en commun : la planète Terre. Il nous provoque à réfléchir sur
la justice sociale et sur les droits humains dans les différents pays et les
différentes générations. Il provoque les responsables politiques et la population
des pays riches à reconnaître leur responsabilité historique face à ce problème
et à procéder sans tarder à des coupes importantes dans les émissions de gaz
à effet de serre. Surtout, il provoque la communauté humaine entière à
entreprendre des actions concrètes et vigoureuses sur la base de valeurs et
d'une vision communes.
Langue(s) de travail
Catalan
Budget et sources de
financement
21 500 €, fournis par le ministère catalan de l'environnement et du logement
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de l'initiative
Le matériel pédagogique n'a pas été évalué rigoureusement. Il a cependant été
montré et examiné lors de différents ateliers destinés aux enseignants.
Résultats
Les enseignants ont trouvé le matériel réellement intéressant.
Perspectives
Forces
Multidisciplinarité : lien entre sciences sociales et sciences naturelles
Perspective mondiale
Coopération par petits groupes
Forme et dynamique originales
Dimension humaine du changement climatique
Pas de papiers
Faiblesses et risques
Utile uniquement pour les écoles ayant accès à des ordinateurs et à l'Internet.
Certains enseignants peuvent ne pas se sentir à l'aise avec l'expérimentation
de nouveaux modes d'enseignement/apprentissage.
41
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
9.
Ekospinning – Partagez votre énergie
École secondaire et de formation professionnelle
Jesús Obrero et Ingurugela (Espagne)
CONTACT
2
École secondaire et de formation professionnelle Jesús Obrero
Francia street, 32 CP 01002 Vitoria-Gasteiz, Pays Basque
Espagne
Téléphone : 00 34 945000333
Télécopie : 00 34 945000334
Courriel : ochoa@jesusobrero.org Internet : www.jesusobrero.org
3
INGURUGELA
c/Ondarroa 2- 48004 Bilbao, Pays Basque
Espagne
Téléphone : 00 34 944114999
Télécopie : 00 34 944114778
Courriel : a-fostolaza@ej-gv.es
Internet : www.ingurumena.ejgv.euskadi.net
Eduardo Ochoa de Aspuru Gutiérrez. Coordonnateur de la Commission de
l’environnement.
Asun Fernández Ostolaza. Directrice de l’INGURUGELA de Biscaye
OBJECTIFS
Les principaux objectifs du projet sont :
- D’assurer les connaissances, les compétences et l’expérience nécessaires
pour ce qui concerne le changement climatique et ses conséquences.
- De favoriser la capacité à coopérer et à participer d'une manière responsable
à l'environnement local.
- De minimiser la contribution des écoles à l'effet de serre.
L'objectif spécifique du projet est d'élaborer un système permettant de générer
une énergie propre promouvant une mobilité durable par l'exercice physique, la
détente, l'innovation et la créativité.
2
3
42
Jesús Obrero est une école secondaire et de formation professionnelle d'inspiration chrétienne,
fondée sur les principes de la pédagogie ignacienne.
Les centres Ingurugela ont été créés en 1990 par un accord entre les ministères de l'éducation et
de l'environnement de la Communauté autonome basque d'Espagne en vue de promouvoir
l'éducation à l'environnement aux niveaux non universitaires. Depuis 2003, leur principal
programme d'éducation en vue de la durabilité est « Action 21 à l’école ».
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
École
Partenaires/parties
prenantes
Pouvoirs publics (États/province/district)
Autorités locales
Établissements d'enseignement professionnel
Établissements d'enseignement supérieur
Secteur privé
Élèves de différents niveaux et enseignants de différents départements :
promotion, développement et mise en œuvre de l’initiative.
Secteur privé (EXERCYCLE, ADIM-LIFT, ZIGOR…) : Conseils techniques et
fourniture de bicyclettes et d'équipements annexes : transformateurs,
génératrices, batteries et moniteurs.
Municipalité de Vitoria-Gasteiz : Achat de lampes à LED ; mise en œuvre
progressive des expériences d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable
développées à Jesús Obrero dans les installations municipales par les élèves de
Jesús Obrero : diffusion et communication du projet ; sensibilisation et formation
à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables.
EVE (Agence basque de l’énergie) : Conseils techniques et formation dans le
domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.
Personnes
concernées
Les principaux apprenants du projet sont les élèves et le corps enseignant de
Jesús Obrero. L’initiative a également été montrée aux élèves et aux enseignants
d’autres écoles qui ont eu l’occasion de voir directement les caractéristiques et le
fonctionnement du projet.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement secondaire
Enseignement professionnel
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage pour la durabilité dans des cadres formels, non formels et
informels
Outils et matériels
Recherche et développement
Thèmes
Changement climatique
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
Depuis 2005 et jusqu'à 2009
OU ?
Situation
géographique
Locale : école (2 447 élèves)
Échelle sous-nationale
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Le projet provient à la fois du travail antérieur mené depuis plusieurs années par
Jesús Obrero à Vitoria-Gasteiz dans le cadre d’« Action 21 à l’école », en
particulier durant l’année 2005-2006, qui avait pour thème la mobilité durable,
ainsi que des activités menées depuis plus de 10 ans par le département
d’électricité et d’électronique.
Les étapes de l’élaboration du projet ont été les suivantes :
- Sélection du projet et/ou des activités dans le domaine de la mobilité durable,
dans le cadre d’« Action 21 à l’école ».
- Étude de faisabilité technique d’Ekospinning (la proposition retenue), en
43
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
-
tenant compte des rapports des départements techniques d’électricitéélectronique et de mécanique.
Constitution de l’équipe de travail.
Obtention de l’équipement. Caractéristiques de l’étude et élaboration du
projet.
Mise en œuvre du projet.
Vérification des résultats.
Diffusion et communication du projet.
Langue(s) de travail
Basque et espagnol, qui sont toutes deux langues officielles de la Communauté
autonome basque.
Budget et sources de
financement
Gouvernement basque
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Cette initiative a été évaluée et reconnue par les ministères de l’éducation, de
l’environnement et de l’industrie du Gouvernement basque.
Résultats
Prototype de bicyclette utilisant l’énergie mécanique générée par l’utilisateur pour
produire de l’énergie électrique utilisable par la bicyclette, accumulée et
exportable.
Création d’un groupe multidisciplinaire stable composé d’élèves, d’enseignants et
d’entreprises, composantes renouvelables pour la conception de projets
pionniers dans le domaine de l’énergie.
Élaboration d’une méthodologie de motivation en montrant l’utilité de l’action
susceptible d’être exportée dans d’autres domaines.
Analyse des facteurs de succès
Forces
Accroissement et diversification des compétences des élèves.
Amélioration de l’éducation des futurs élèves, par l’intégration de la technologie
et de la méthodologie de l’Ekospinning dans le cursus général et professionnel.
Le projet étant transversal et multidisciplinaire, participation des enseignants de
départements tant techniques (électricité-électronique et mécanique) que non
techniques (sciences et environnement) et d’élèves de l’enseignement
secondaire et professionnel.
Stratégie de large diffusion du projet.
Possibilité de reproduction.
Faiblesses et risques
Ignorance initiale de certains aspects spécifiques dans les domaines techniques
de l’électronique et de la mécanique.
Difficultés pour charger les batteries du fait de la perte d’intensité électrique.
Diminution de l’enthousiasme initial au cours des différentes phases du projet.
Remplacement d’une partie des élèves participant au processus de
développement, qui oblige à réexpliquer le projet aux nouveaux arrivants.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec
succès
Aucune condition spécifique n’est requise.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
Le projet aborde un problème mondial complexe, en cherchant une stratégie
simple, mais efficace, pour contribuer à sa mitigation.
Nous avons conçu et fabriqué un prototype à partir d’un appareil existant, mais
avec des caractéristiques différentes.
Un prototype a été conçu et construit à partir d’un modèle existant ne présentant
pas les mêmes caractéristiques.
Du matériel usagé a été réutilisé, ce qui a contribué à réduire la consommation
44
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
de matières premières.
L’environnement a été abordé d’une manière différente, sous l’angle du sport et
en mettant l’accent sur la valeur de l’effort et de la rapidité de consommation du
profit généré.
Ekospinning est un outil compétitif et motivant pour la promotion d’une énergie
autogénérée et susceptible d’être transportée dans les installations sportives et
dans les habitations privées.
Le projet combine détente physique et mentale.
45
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
10. Soixante minutes pour la planète
WWF Suède, Suède
CONTACT
WWF Sweden
Adresse : info@wwf.se
Suède
Téléphone : +468 624 74 00
Courriel : info@wwf.se
Télécopie :+468 85 13 50
Internet : www.wwf.se
Germund Sellgren, responsable de projet
OBJECTIFS
Nous souhaitons toucher 1 000 écoles maternelles, primaires et secondaires
pour réduire leur empreinte écologique et leurs émissions de CO2.
Lien avec les priorités
nationales
La mission du WWF consiste à mettre fin à la dégradation de l'environnement
naturel de notre planète et à bâtir un avenir dans lequel les humains vivent en
harmonie avec la nature. À cette fin, nous travaillons avec nos nombreux
partenaires à sauver la biodiversité et à réduire l'impact de l'humanité sur les
habitats naturels (l'empreinte écologique). Cette action contribue à satisfaire à la
fois au programme scolaire suédois et aux objectifs environnementaux de la
Suède.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Établissements préscolaires
Écoles
Personnes
concernées
150 000 élèves d'écoles maternelles, primaires et secondaires
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Petite enfance
Enseignement primaire
Enseignement secondaire
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Outils et matériels
Thèmes
Environnement
Changement climatique
Production et consommation durables
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
2009-2011
OU ?
Situation
géographique
46
Suède
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Historique
Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'une des plus importantes
manifestations organisées à l'échelle mondiale pour lutter contre le changement
climatique. 60 minutes pour la planète a débuté en 2007 à Sydney (Australie),
lorsque 2,2 millions de personnes et plus de 2 000 entreprises ont éteint leur
lumière pendant une heure pour protester contre le changement climatique. En
mars 2009, des centaines de millions de personnes ont pris part à la troisième
édition de cette manifestation. Plus de 4 000 villes de 88 pays ont officiellement
éteint la lumière pour promettre leur soutien à la planète, faisant de l'édition 2009
de 60 minutes pour la planète l'une des plus importantes actions au monde dans
le domaine du changement climatique planétaire. Le samedi 27 mars, l’édition
2010 a été la plus importante « heure pour la planète » jamais organisée, avec
un chiffre record de 128 pays et territoires participants à cette action mondiale
pour le climat. Dans le monde entier, des personnes de tous les horizons ont
éteint leurs lumières et se sont réunies pour célébrer et contempler la seule
chose que nous ayons tous en commun : notre planète.
En Suède, le WWF travaille depuis deux ans à 60 minutes pour la planète. Pour
inciter la population, en particulier les étudiants, à développer leurs
connaissances et leurs capacités d’action dans le domaine de l'énergie et du
changement climatique, une composante éducative du programme a été
élaborée. Du matériel pédagogique a été produit pour les trois niveaux
d'enseignement – maternel, primaire et secondaire. Les écoles participantes ont
été encouragées à s'inscrire par Internet, ainsi qu'à faire rapport sur leurs projets
et sur les actions mises en œuvre.
Exemples d’actions menées par les écoles :
-
Les élèves et les enseignants de nombreuses écoles ont incité tous les
parents à participer eux aussi aux 60 minutes pour la planète.
-
Les élèves ont réalisé des « empreintes d’action » - une trace de leur main
sur une feuille de papier, avec une action inscrite à chaque doigt pour décrire
ce qu’ils feraient pour améliorer le climat. Cette action lancée par une école a
été intégrée par le WWF dans le matériel didactique pour inciter un plus
grand nombre d'écoles à faire de même.
Une municipalité a collecté les « empreintes d’action » de toutes les écoles
de son territoire, que des représentants ont apportées à la réunion de
Copenhague pour transmettre les messages dont elles étaient porteuses.
Une école a envoyé ses « empreintes d’action » à une école d'Afrique du Sud
et a reçu, en retour, les suggestions d'actions que celle-ci mènerait pour
l'environnement en Afrique du Sud.
Dans une autre école, les élèves les plus âgés sont devenus les enseignants
des autres élèves, leur faisant découvrir le changement climatique par le biais
de spectacles de théâtre et de débats.
De nombreuses écoles abordant les problèmes climatiques selon une
approche transversale ont organisé une Journée ou Semaine du climat.
Les élèves ont pris des photos durant les 60 minutes pour la planète, puis ont
débattu des résultats et de leurs sentiments à ce propos.
Certaines classes ont fourni un important travail sur le thème de la « Semaine
de la Terre », puis ont utilisé le matériel didactique du WWF et se sont
également efforcées de faire participer leurs parents à cette campagne.
Les élèves ont produit des affiches destinées à inviter la population à éteindre
la lumière durant les 60 minutes pour la planète.
Les élèves d'une école ont éteint les lumières de toute l'école et ont publié
des informations relatives aux 60 minutes pour la planète sur leur blog, qui
est un projet de l’Union européenne mené avec une école de Roumanie. Ils
ont instamment demandé à l’école roumaine, à tous les parents et à leurs
familles d’éteindre la lumière.
-
-
-
-
-
Partout, la créativité et l'engagement de toutes les écoles participantes ont été
immenses. Le programme a été mis en valeur dans des revues destinées aux
enseignants et sur l'Internet.
Matériel didactique
Dans les écoles, il est possible d'intensifier une campagne et d'obtenir un impact
47
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
bien plus important en termes d'accroissement des connaissances, de
développement des valeurs et de compétences pour agir. Nous nous sommes
donc concentrés, dans les grandes lignes, sur trois niveaux – l’école primaire,
l’enseignement primaire et l'enseignement secondaire – avec un matériel
didactique en format PDF. Nous avons également organisé des cours de
formation en lien avec les 60 minutes pour la planète. Les matériels de formation
constituent des guides pour les enseignants, contenant des exercices, des
activités et des concours axés sur le changement climatique et l’utilisation de
l’énergie.
L’énergie est un concept à la fois simple et difficile. La plupart des gens pensent
qu’ils savent ce qu’est l’énergie mais, lorsqu’ils doivent la décrire ou la définir, un
problème surgit. Ainsi, plusieurs exercices proposés contribuent à l’acquisition
d’un « sens de l’énergie ».
Les guides contiennent également des jeux, des images permettant de lancer
une réflexion ou un débat et des concours d’idées sur la réduction du
changement climatique et la mise en œuvre concrète des innovations et des
actions.
Langue(s) de travail
Suédois
Budget et sources de
financement
200 000 SEK fournies par la compagnie d’assurance Trygg Hansa
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Le nombre d’écoles est passé de 673 en 2009 à 822 en 2010, soit une
augmentation de plus de 20 %. Près de 150 000 élèves ont ainsi participé à cette
action. On estime que les écoles participantes ont été, en réalité, encore plus
nombreuses en 2010. En effet, de nombreuses écoles ont reçu du matériel
pédagogique directement des responsables de la communauté et ont pu omettre
de s’enregistrer sur le site Web du WWF.
L’année dernière, 42 % des écoles se sont associées aux 60 minutes pour la
planète dans la semaine même de la manifestation. Cette année, ce chiffre est
tombé à 18 %, ce qui signifie que davantage d’écoles se sont inscrites à l’avance
et ont eu plus de temps pour la programmation et la mise en œuvre.
La plupart des enseignants ont indiqué qu’ils avaient été en contact avec
60 minutes pour la planète par l’intermédiaire du site Web du WWF. Les deux
tiers des écoles enregistrées avaient également travaillé, d’une manière ou d’une
autre, avec le matériel didactique. 22 % des écoles ont organisé des
manifestations spécifiques liées aux 60 minutes pour la planète.
59 % des écoles avaient le sentiment que 60 minutes pour la planète avait été un
succès ou un grand succès. Seules 3 % ont déclaré que cela avait été un échec.
Une majorité (65 %) pensaient que le fait de travailler avec 60 minutes pour la
planète à l’école était bon/très bon.
Les enseignants qui avaient participé à l’évaluation jugeaient que 60 minutes
pour la planète se traduisaient par une meilleure connaissance du changement
climatique (71 %) et un plus grand engagement en faveur du climat (62 %). Une
immense majorité (99 %) voulaient que l’école participe à la manifestation en
2011.
Contraintes
Problèmes non
résolus
Comment pouvons-nous atteindre « tous » les enfants et les jeunes ?
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec
succès
48
Le message est facile à comprendre et à adopter. On peut travailler autant qu’on
veut sur cette question.
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
11. Inquiry-to-Insight : Étudier le changement climatique en recourant à
l’apprentissage en ligne dans le domaine environnemental
Centre Sven Lovén pour les sciences de la mer,
Université de Göteborg, Suède
CONTACT
Centre Sven Lovén pour les sciences de la mer, Université de Göteborg,
The Sven Lovén Centre for Marine Sciences – Kristineberg, S-450 34
Fiskebäckskil
Suède
Téléphone : +46(0)523185007
Télécopie : +46 (0)52318502
Courriel : Geraldine.fauville@loven.gu.se Internet : www.loven.gu.se/english
Hopkins marine station, Stanford University
120 Oceanview Blvd., Pacific Grove, California 93950
États-Unis d’Amérique
Téléphone : 1 (831) 655-6200
Télécopie : 1 (831) 375-0793
Courriel : pam.miller @stanford.edu
Internet : www-marine.stanford.edu/
Geraldine Fauville, MSc et Pam Miller, MSc
DESCRIPTION
Le changement climatique est l’un des plus importants défis d’aujourd’hui. Une
action à l’échelle personnelle et mondiale est la seule solution pour éviter des
conséquences dramatiques. Nous devons comprendre le problème et l’impact de
nos comportements dans ce domaine. Une compréhension adéquate est
nécessaire pour agir véritablement !
Inquiry-to-Insight (I2I) est un projet d’apprentissage en ligne dans le cadre duquel
les élèves entrent en contact et collaborent avec des pairs situés à l’étranger et
s’informent sur le changement climatique en vue d'agir. Tout au long de l'année,
les élèves réaliseront des activités faisant d’eux des scientifiques virtuels et
feront fonctionner un laboratoire virtuel illustrant un effet du changement
climatique. Ils observeront également l'incidence des comportements sur leur
empreinte carbone et comprendront comment ils peuvent changer
significativement le cours des choses. Les élèves étudieront un thème lié au
changement climatique, puis formeront d'autres personnes sur ce thème en
élaborant un exposé multimédia accessible en ligne.
Au terme de leur expérience d’I2I, les élèves auront acquis une connaissance
actualisée du changement climatique (ce qui est fondamental pour agir d'une
manière responsable dans ce domaine), seront plus à même d’adopter un mode
de pensée scientifique, seront plus aptes à exercer une pensée critique, auront
beaucoup de nouveaux amis, une perspective plus large sur le changement
climatique et une vision authentique de ce qu'est et signifie aujourd'hui le monde
de la science.
49
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
OBJECTIFS
I2I recourt à l’apprentissage en ligne et aux outils collaboratifs et sociaux pour
aider les élèves :
1. À améliorer leur compréhension du changement climatique au moyen
(1) d'activités, (2) de laboratoires et (3) d’entretiens interactifs sur l’acidification
des océans, en passant par le Web.
2. À comprendre leurs responsabilités face au changement climatique en
employant le calculateur I2I d'empreinte carbone et en examinant les résultats
et les conceptions erronées sur le réseau social privé d’I2I.
3. À acquérir un point de vue international sur les questions liées au changement
climatique par des discussions avec des pairs vivants à l'étranger.
4. À mener une collaboration internationale fructueuse en étudiant avec des pairs
un thème lié au changement climatique et en élaborant une présentation
multimédia attrayante disponible sur l'Internet.
5. À voir le monde de la science comme il est réellement en interagissant avec
des scientifiques à la pointe de la recherche sur le changement climatique,
plutôt que comme un monde sans intérêt fait de formules à apprendre.
6. À accroître leur capacité à exercer une pensée critique par des enquêtes sur
les questions liées au changement climatique avec l'aide du personnel d’I2I.
7. À découvrir ce qu'est le travail d'un scientifique et la manière dont il acquiert
des connaissances en expérimentant plutôt qu'en mémorisant.
Lien avec les
priorités nationales
Le changement climatique est une préoccupation pour tous les citoyens. Afin
d'éviter les conséquences dramatiques de tels changements, les citoyens doivent
connaître les problèmes environnementaux. Aujourd'hui, les médias diffusent une
quantité formidable d'informations d’une qualité et d’une précision variables sur le
changement climatique et il faut avoir une bonne capacité de pensée critique pour
trier ces informations. En outre, ces problèmes sont internationaux et la seule
manière de leur trouver des solutions est de promouvoir la collaboration
internationale. I2I est axé sur ces trois objectifs principaux.
Aujourd'hui, la proportion de jeunes étudiant les sciences a diminué en Europe et
aux États-Unis. Cette diminution est liée à la manière dont les sciences sont
enseignées à l'école. Les autorités scolaires suggèrent de rendre l'enseignement
scientifique plus pertinent pour les élèves et de promouvoir l'expérimentation
pratique et des programmes d'études fondés sur des enquêtes. Le projet I2I est
profondément enraciné dans cette philosophie d'un programme pertinent et
concret.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
50
Le monde universitaire
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Partenaires/parties
prenantes
Écoles
Institutions de recherche
1. Sven Lovén Center for Marine Science (SLC)-Kristineberg, Université de
Göteborg, Pr. Thorndyke, PI, pour SLC. Dr. Dupont, consultant scientifique.
Mme Fauville; coordonnatrice d’I2I.
2. Hopkins marine station, Stanford University, Pr. Epel, PI à l’Université
Stanford. Dr. Hodin, expert en TIC. Mme Miller, coordonnatrice d’I2I.
3. Université de Göteborg, Département de l’éducation : le Pr. Säljö et le
Dr. Lantz-Andersson évaluent les applications numériques et la manière dont
les élèves développent leurs compétences en matière d’expérimentation. Le
Pr. Sylven évaluera les effets d’I2I sur la connaissance de l’anglais par les
élèves.
4. Trois établissements d’enseignement secondaire suédois appliquent I2I
durant leurs cours de biologie et collaborent avec le personnel d’I2I.
5. Trois établissements d’enseignement secondaire californiens appliquent I2I
durant leurs cours de biologie et collaborent avec le personnel d’I2I.
Personnes
concernées
Les enseignants de sciences naturelles et les directeurs d’établissements de
l’enseignement secondaire : 15 personnes du côté suédois et 13 personnes du
côté californien participent à ce jour au projet I2I, mais nous nous employons à
élargir ce dernier.
Les élèves de sciences naturelles de l’enseignement secondaire : 90 élèves
concernés au cours des deux premières années, 120 élèves impliqués au cours
de l’année scolaire 2010-2011 et 400 élèves expérimentant le laboratoire virtuel
sur l’acidification des océans.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement secondaire
Éducation informelle : Certains de nos outils (par exemple le calculateur I2I
d’empreinte carbone et le laboratoire virtuel I2I sur l’acidification des océans)
peuvent être aisément mis en œuvre dans un centre scientifique ou un musée.
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Outils et matériels
Coopération régionale/internationale
Thèmes
Compréhension interculturelle
Environnement
Changement climatique
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
2008-2009 : subvention de planification (un an)
2009-2012 : subvention complète (trois ans)
OU ?
Situation
géographique
À l’échelle régionale : Les élèves visitent les institutions marines situées dans leur
région.
À l’échelle internationale : Collaboration entre la Suède et les États-Unis et
élargissement à de nouveaux pays à l’automne 2011.
À l’échelle nationale : Les élèves sont en contact avec des scientifiques de
premier plan de leur pays et utilisent les laboratoires virtuels par l’intermédiaire de
sites Web gratuits et en accès ouvert.
51
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
I2I offre des outils divers de sensibilisation et de promotion du débat :
La plupart des adolescents connaissent bien les réseaux sociaux. Dans le but
d’utiliser un outil apprécié des élèves, I2I crée des réseaux sociaux privés pour
jumeler des classes de différents pays afin de débattre du changement climatique
et d’étudier des solutions.
Les élèves remplissent le calculateur I2I de l’empreinte carbone et visualisent
l’impact de leurs choix personnels sur l’environnement. Les élèves peuvent avoir
l'empreinte du groupe sur le réseau social et débattre de questions telles que
« Pourquoi certains élèves ont-ils des empreintes plus élevées ? » et « Comment
puis-je agir pour diminuer mon empreinte carbone ? ».
Le laboratoire virtuel I2I sur l’acidification des océans est une activité
d'apprentissage en ligne qui transforme les élèves en scientifiques virtuels
étudiant l'impact de l'acidification des océans sur la croissance des larves
d'oursins. Les élèves recréent une expérience réelle et actualisée sur le
changement climatique. Ils apprennent des principes scientifiques importants liés
à cette expérience, comme l’importance de la taille de l’échantillon et du nombre
de répétitions.
Un dialogue virtuel sur l’acidification des océans a été créé par notre consultant
scientifique. Les élèves suivent ce dialogue depuis leur place, naviguent dans la
présentation et laissent leurs questions au scientifique qui répondra.
I2I promeut les projets de recherche de groupe dans lesquels les élèves
collaborent pour étudier une question liée au changement climatique et créer une
présentation multimédia pour former d’autres élèves par l’Internet.
Langue(s) de travail
Anglais
Budget et sources de
financement
650k$ sur trois ans, financés par Wallenberg Global Learning Network
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Des évaluations préliminaires ont été menées sur les connaissances des élèves
dans le domaine de l'acidification des océans et sur l'impact du laboratoire virtuel
sur les compétences des élèves en matière de pensée scientifique. Le plan
d'évaluation complet se déroulera au début de septembre 2010.
Résultats
Les résultats préliminaires indiquent que le laboratoire virtuel sur l'acidification
des océans a eu deux effets positifs sur les élèves. Tout d'abord, on note une
augmentation de 30 % de leurs connaissances en matière d'acidification des
océans, tant en Suède qu'en Californie. En outre, lorsqu'on demande aux élèves
de concevoir une expérience (par exemple : comment concevriez-vous une
expérience destinée à tester l'impact de X ou Y ?) avant et après l'utilisation du
laboratoire virtuel, ils fournissent des réponses plus longues et scientifiquement
plus précises après l'activité.
Outre les effets mis en évidence par l'évaluation d’I2I, il apparaît que les élèves
sont profondément touchés par les émissions de gaz à effet de serre et
conscients de leurs responsabilités en la matière.
« Je vais vraiment commencer à faire en sorte d'économiser l'énergie à la maison
et à faire de mon mieux pour contribuer à notre environnement au niveau des
émissions. J'ai vraiment aimé la manière dont le site Web m’a montré et appris les
différentes manières dont le CO2 est libéré dans notre environnement. »
Enfin, les élèves comprennent qu'il est urgent de travailler tous ensemble à
mitiger le changement climatique ; ils comprennent aussi les liens internationaux
que crée le changement climatique entre les hommes :
« Pour ce qui est des problèmes d'environnement, nous partageons plus de
ressemblances que de différences avec les autres pays. »
52
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Analyse des facteurs de succès
Forces
L’une des forces d’I2I tient à l'enracinement du projet dans la vie quotidienne des
élèves. Sa pertinence a été soulignée par les élèves…
« Ce que j'ai le plus aimé a été d'avoir la chance d'être associé à la question [du
changement climatique] auquel nous, les humains, sommes tous confrontés
aujourd'hui »
et par l’enseignant…
« J’aime, dans I2I, la contextualisation du changement climatique et la chance
qu’ont les élèves d’être en contact avec des scientifiques ! C’est pour eux une
grande source d’inspiration ! »
Nous ajoutons en outre une dimension humaine avec ce travail en réseau à
l'échelle internationale…
« Je pense que la collaboration entre les pays a été vraiment intéressante. Je n'ai
jamais rien fait de semblables auparavant »
… et la rencontre de célèbres chercheurs du pays :
« J’ai été impressionné de rencontrer le Pr. Thorndyke. Je le vois souvent dans le
journal, et là, il nous accueillait au centre marin ! »
D'autres organisations s'intéressant au changement climatique ont manifesté un
grand intérêt pour I2I ; Greenpeace Chine nous a contactés pour produire une
version chinoise du laboratoire virtuel sur l'acidification des océans et le projet
européen sur l'acidification des océans (EPOCA) a financé la traduction française.
Voici comment EPOCA exprime son intérêt pour notre projet :
« Le laboratoire virtuel qu’offre Inquiry-to-Insight est un outil très précieux et
amusant pour permettre aux élèves de découvrir l’acidification des océans, et l’un
des produits clés recommandés et utilisés par EPOCA dans ses activités
éducatives. »
Faiblesses et risques
La mise en œuvre d’I2I dans les écoles exige que les élèves aient accès à des
ordinateurs, à une bonne connexion Internet et disposent d’enseignants capables
de diriger un projet d’apprentissage en ligne. Il pourrait ainsi être difficile
d’accueillir dans le cadre d’I2I des pays moins développés.
Bon nombre d’écoles bloquent l’accès à certains sites Web nécessaires pour le
projet (réseaux sociaux, Youtube,…). De telles situations peuvent être résolues
par une discussion avec le directeur.
Contraintes
Problèmes
rencontrés
Le programme a été confronté à un certain nombre de problèmes et a réussi à les
résoudre.
Nous avons pris conscience de la difficulté qu’il y a à créer un esprit d’équipe
entre les étudiants. Nous avons beaucoup travaillé pour l’améliorer et nous
renforçons l’apport social en mettant en place un blog sur le réseau social, qui
leur permet d’avoir des discussions qui ne portent pas sur le changement
climatique, mais sur la vie quotidienne des élèves. C’est dans cette section que
les élèves créent des liens forts et réels qui seront les fondements d’une
collaboration fructueuse.
La collaboration avec les enseignants nous a fait réaliser à quel point il a été
difficile pour eux d’intégrer dans un emploi du temps déjà plus que chargé un
nouveau projet qui exige d’eux un surcroît de travail. Afin d’aider les enseignants,
nous rédigeons actuellement un manuel d’instructions qui les aidera à avoir une
vision claire de la manière dont le thème étudié dans le cadre d’I2I peut s’intégrer
dans les objectifs de cours. L’ouvrage fournira également des explications sur la
manière d’intégrer I2I dans les classes ; toutes les ressources (par exemple des
fiches d’instructions) nécessaires pour les activités et les travaux à rendre seront
également fournies.
Bien que les élèves suédois parlent très bien l’anglais, ils éprouvent une certaine
timidité à parler à des anglophones de langue maternelle. Ce problème a été
résolu en soulignant régulièrement à quel point ils étaient bons en anglais et
combien ils devraient être fiers de pouvoir parler une langue étrangère. De
surcroît, un message sur le réseau social a contribué à leur donner confiance en
eux :
53
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
« Je suis impressionné par l’anglais des élèves suédois. La manière dont vous
communiquez est vraiment remarquable. »
Problèmes non
résolus
De part et d’autre, de nombreux élèves souhaitaient se rencontrer, comme
l’exprimait cet élève à qui l’on demandait comment améliorer I2I :
« Nous devrions nous rencontrer personnellement. J’aimerais les rencontrer en
personne ». Jusqu’à présent, nous n’avons trouvé aucune fondation pour financer
les coûts du voyage pour tous les élèves.
Malheureusement, le financement d’I2I ne nous permet aucun voyage de ce
genre.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec
succès
L’objectif d’I2I est d'être durable d'ici 2010 (fin du financement de WGLN) et de
faire en sorte que tout enseignant soit en mesure de mettre en œuvre des projets
I2I dans sa classe. Pour atteindre notre objectif, il nous faut travailler dans les
directions suivantes :
1. I2I ne doit reposer que sur des logiciels ouverts et libres, afin de donner à
toutes les écoles la possibilité de participer sans frais au projet. Jusqu'à
présent, nos outils respectent ces conditions et tout enseignant peut les
trouver sur notre site Web et les utiliser dans sa classe.
2. I2I aura un impact plus large s’il est traduit dans d'autres langues. L’objectif
est de traduire le projet en français et en espagnol.
3. Le personnel d’I2I élabore un manuel d’introduction pour les enseignants,
comportant toutes les informations et tous les documents nécessaires pour
mettre en œuvre I2I avec un minimum d’investissement supplémentaire en
temps.
4. Une communauté en ligne d’I2I serait utile pour créer un réseau
d’enseignants. Les nouveaux enseignants apprendront de l’expérience des
enseignants d’I2I et trouveront des partenaires. En outre, lorsqu’un enseignant
rencontre un problème avec I2I, il peut le partager avec la communauté et
recevoir de l’aide ou des conseils.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
Les réseaux sociaux envahissent notre vie mais, dans le cas présent, ils sont
utilisés pour aider les élèves à interagir avec les scientifiques et leurs pairs,
élèves d’un autre pays confrontés au même problème, le changement climatique,
et à être ensemble plus conscients de ce problème et plus résolus à l’atténuer.
Les élèves d’I2I plongent dans le monde de la science en menant des
expérimentations sur le changement climatique que l’école ne peut généralement
pas leur offrir et en entrant en contact avec des scientifiques qui consacrent leur
vie à mieux connaître les conséquences du changement climatique. Les élèves
verront donc réellement comment travaille la science et ce que supposent
réellement les carrières scientifiques.
Les élèves se feront de nouveaux amis à l’étranger, amélioreront leur anglais et
auront un échange international sur le changement climatique. À la suite de ces
expériences, les élèves élargiront leur point de vue sur le changement climatique
et envisageront des solutions internationales.
I2I offre aux élèves les outils dont ils ont besoin pour prendre des décisions
responsables en matière environnementale.
I2I a déjà été observé par Greenpeace et EPOCA, leaders de la sensibilisation au
changement climatique.
54
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
12. Comment une Ville en Transition donne aux enfants les moyens
d’être entendus
Susted, Royaume-Uni
CONTACT
Susted
Brewery House, Ketton, Stamford PE9 3TA
Royaume-Uni
Téléphone :0044 1780 729 208
Courriel : adam@susted.org.uk
Internet :http://stamfordtransition.ning.com
Adam Cade, Directeur, Susted et coordonnateur du groupe Éducation de
Stamford Transition
DESCRIPTION
Un atelier pour les enseignants http://stamfordtransition.ning.com/group/
youngpeople/forum/topics/march-18th-teachers-workshop
Un atelier « Curb the Carb » (Réduire le carbone) pour les élèves
http://www.4shared.com/dir/b1VP-_b_/RCCWorkshop.html
Stamford Transition http://stamfordtransition.ning.com
OBJECTIFS
Travailler avec les 12 écoles et établissements d’enseignement supérieur situés
à Stamford et aux alentours de la ville pour les aider à réduire leurs émissions de
carbone et aider leurs communautés à s’informer sur le changement climatique
et le pic pétrolier.
Liens avec les
priorités nationales
La loi sur le changement climatique du gouvernement du Royaume-Uni et la
Stratégie de gestion du carbone dans les écoles indiquent les priorités nationales
de la gestion du carbone dans les écoles. Les autorités locales ont estimé que
plus de 50 % de leurs émissions de carbone provenaient des écoles.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Association
Partenaires/parties
prenantes
Autorités locales
Écoles
Établissements d’enseignement professionnel
Organisations communautaires
Secteur privé
Stamford Transition (http://stamfordtransition.ning.com) est une petite
organisation communautaire basée dans une petite ville marché de
20 000 personnes – l’une des plus de 800 nouvelles Villes en Transition
55
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
(www.transitionnetwork.org) à travers le monde.
Personnes
concernées
50 enseignants clés et 100 élèves clés dans 9 écoles et un établissement de
formation professionnelle.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Formation continue et enseignement supérieur
Enseignement primaire
Formation des enseignants
Enseignement secondaire
Non formel : 80 membres bénévoles du groupe communautaire Stamford
Transition
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Formation des éducateurs
Outils et matériels
Thèmes
Citoyenneté
Changement climatique
Gestion des ressources naturelles
Responsabilité des entreprises
Production et consommation durables
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
2009 et les 12 derniers mois
OU ?
Situation
géographique
À l’échelle locale : une petite ville marché de 20 000 habitants avec 9 écoles et
un établissement supérieur de formation professionnelle.
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Nous avons utilisé divers sites Web des pouvoirs publics et d’associations,
produit une liste de ressources utiles en ligne, mis celles-ci à la disposition de
toutes les écoles locales sur un site Web et élaboré et adapté des ressources en
groupe. Voir http://www.4shared.com/dir/b1VP-_b_/RCCWorkshop.html pour les
ateliers d’élèves et http:/stamfordtransition.ning.com/group/youngpeople pour les
autres ressources. Les sites comportent également, entre autres, le programme
des ateliers.
Langue(s) de travail
Anglais
Budget et sources de
financement
Conseil du comté du Lincolnshire £2,950
Conseil du comté du Rutland £1,000
East Midlands Network for Global Perspectives in Schools £1,000
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Oui
Résultats
Mise en place de systèmes de suivi, d’actions de sensibilisation et de
partenariats dans la communauté de la ville en vue de réduire les émissions de
carbone.
30 enseignants et élèves clés ont élaboré des ressources pédagogiques et des
manifestations de sensibilisation lors de trois différents ateliers d’une journée.
56
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Les élèves assistant aux ateliers ont proposé des idées telles que des journées
« sans électricité », la limitation du nombre de tasses de thé autorisées
quotidiennement aux enseignants, une carte de fidélité permettant d’accumuler
des points pour les comportements économes d’énergie ou l’instauration d’une
journée des jeux de plateau, toutes activités destinées à réduire la
consommation d’énergie et, de ce fait, les émissions de CO2 et notre
contribution au changement climatique.
Les économes des écoles et les gestionnaires des locaux ont prodigué des
conseils sur une gestion à faible émission de carbone dans les écoles.
Une semaine verte centrée sur le changement climatique, organisée par
l’établissement de formation professionnelle, l’école publique et l’école privée de
la ville, travaillant ensemble, a été un succès, avec la participation de l’ensemble
du personnel (plus de 200 personnes), et des élèves (plus de 2 000).
Plus de la moitié des écoles ont organisé des manifestations à l’échelle de
l’école entière, comme les journées sans électricité ou les journées à faible
émission de carbone. Certaines écoles ont organisé des activités comme
« Flashback : Fastforward » (Retour en arrière – Avance rapide), apprentissage
des modes de vie de la population locale dans le passé afin de concevoir des
modes de vie à faible émission de carbone pour l’avenir.
L’établissement de formation professionnelle a mis en place un nouveau cours
sur les technologies renouvelables, pour lequel la demande excède le nombre
de places disponibles.
Des compteurs électriques numériques ont été prêtés et installés dans plusieurs
écoles.
On estime que les émissions de carbone des écoles représentent de 60 % à
80 % des émissions de carbone des autorités locales.
Plusieurs écoles se sont engagées à réduire de 10 % leurs émissions de
carbone sur une année, certaines ont réduit leur consommation d’électricité dans
une proportion pouvant atteindre 26 % lors de journées ou semaines
thématiques.
Le monde de l’entreprise, représenté par la Chambre de commerce locale, a
promis, au titre de sa Charte du changement climatique, de diffuser le message
de l’efficacité énergétique, en assumant un rôle moteur au niveau local pour
modifier les comportements et travailler en partenariat avec les partenaires
locaux, comme les écoles.
Le Groupe sur les transports de Stamford Transition a analysé les
préoccupations communes et suggéré des solutions dans chacun des plans de
transport scolaire.
Analyse des facteurs de succès
Forces
L’approche intégrant l’ensemble de la communauté de la ville, en se concentrant
sur un groupe de 7 écoles primaires autour de deux écoles secondaires qu’elles
alimentent et un établissement supérieur de formation professionnelle.
La parole des élèves, qui a été un axe majeur de l’atelier destiné aux
enseignants et de celui destiné aux élèves, a pu se faire entendre ; avec 2 ou
3 élèves clés les représentant dans le cadre d’un conseil d’école ou d’un groupe
d’éco-écoles, les élèves ont eu le soutien et l’autonomie nécessaires pour
conduire le changement d’attitudes et de culture dans les écoles.
Le rôle de chef de file et la coordination ont été assurés par une association qui
s’est mise en relation avec les écoles, les entreprises, les producteurs
alimentaires et le conseil local.
L’accent a été fortement mis sur la citoyenneté mondiale au moyen de clips
vidéo, de jeux et de liens internationaux entre écoles.
Faiblesses et risques
Bien que beaucoup de choses aient été faites, le projet n’a été actif qu’un an.
Les liens entre les écoles, l’association et les entreprises peuvent ne pas se
prolonger sur le long terme.
Contraintes
Problèmes non résolus
Mesure de la réduction réelle des émissions de carbone liées, entre autres,
aux achats, aux transports ou au chauffage électrique dans les écoles, même
si la mesure de la consommation électrique est désormais possible.
57
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Volonté et engagement d’un petit nombre de promoteurs locaux volontaires,
des autorités locales, des organisations communautaires et des réseaux
d’entreprises pour soutenir un petit groupe d’écoles dans une petite ville
marché.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
Le projet est aisément reproductible, à peu de frais, en peu de temps, et avec
des groupes d’écoles locales travaillant étroitement avec la communauté
locale.
Il donne aux élèves les moyens de prendre la tête du changement des
comportements.
58
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
13. L’expérience vécue du changement climatique : modèles en ligne et
mobilité virtuelle
Open University, Royaume-Uni
CONTACT
The Open University
Walton Hall, Milton Keynes, MK7 6AA
Royaume-Uni
Téléphone : +44 (0)1908 653548 Télécopie : +44 (0)1908
Courriel : g.a.wilson@open.ac.uk Internet : www.leche.open.ac.uk
Professeur Gordon Wilson
DESCRIPTION
Ce projet Erasmus de l’UE met en place un programme d’études de troisième
cycle et des communautés d’apprentissage virtuelles pour permettre la rédaction
de mémoires sur l’expérience vécue du changement climatique – comment les
individus et les organisations conçoivent-ils ses impacts (comme les
phénomènes météorologiques extrêmes ou les changements affectant la
biodiversité) et y répondent-ils, tout en dépassant les conceptualisations
antérieures en termes de savoirs autochtones. Les ressources deviendront, à
terme, des ressources éducatives ouvertes.
Une première communauté d'apprentissage virtuelle se compose d'étudiants
entreprenant des mémoires dans ce domaine et de leurs responsables, formant
un espace de mobilité virtuelle à travers l'Europe. Une deuxième communauté
d'apprentissage comporte en outre les personnes, les communautés et les
organisations avec lesquelles les étudiants entrent en contact durant leur travail
de recherche.
Les mémoires des étudiants formeront une base de connaissances sur le
comportement des citoyens et serviront à influencer la politique de l’UE en
matière de changement climatique.
Conçues comme un projet interdisciplinaire associant des spécialistes de
sciences naturelles et sociales, ainsi que des techniciens et des ingénieurs, les
ressources sont destinées à aider des étudiants issus de toutes disciplines
désireux d’entreprendre un mémoire dans ce domaine.
OBJECTIFS
-
-
Soutenir l’étude de « l’expérience vécue du changement climatique » au
niveau du master.
Compléter les études de troisième cycle en sciences naturelles et sociales
sur le changement climatique.
Comprendre et évaluer le potentiel des connaissances issues de l'expérience
vécue tant au Nord qu’au Sud pour contribuer aux politiques relatives au
changement climatique dans l’UE.
Favoriser une citoyenneté européenne informée sur les questions de
changement climatique.
59
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Lien avec les priorités
nationales
Au sein de l'Europe, une stratégie renouvelée en faveur du développement
durable (adoptée par le Conseil européen en juin 2006) souligne l’importance de
« la qualité de l’éducation en matière de développement durable qui sera
dispensée à tous les niveaux » (article 14) et lie explicitement la promotion de
l’EDD au programme d’apprentissage tout au long de la vie (article 17). C’est
dans cet esprit qu’est conçue cette initiative d’enseignement et d’apprentissage
sur l’expérience vécue du changement climatique. Chacun des 6 pays
participants a des politiques relatives à l’éducation en vue du développement
durable.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Monde universitaire
Partenaires/parties
prenantes
Établissements d’enseignement supérieur
Personnes
concernées
Initialement, les étudiants en master des 9 établissements d’enseignement
supérieur (30 dans la phase pilote) ; à terme, les étudiants en master de
l’ensemble du monde ; les citoyens qui font l’objet des recherches sur lesquelles
portent les mémoires ; le personnel universitaire impliqué dans le projet, qui
collaborera à travers les frontières nationales et disciplinaires ; enfin, les
décideurs politiques nationaux et régionaux, qui pourront utiliser les travaux de
recherche rédigés dans ce domaine.
Open Universiteit Nederland (Pays-Bas), FernUniversität in Hagen (Allemagne),
Universidad Nacional de Educación a Distancia (Espagne), Universidade Aberta
(Portugal), Katholieke Universiteit Leuven (Belgique), Université de Derby
(Royaume-Uni), Université de Wageningen (Pays-Bas), Association européenne
des universités d’enseignement à distance. Ces partenaires collaborent
pleinement au projet, avec une délégation de responsabilités entre eux.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Formation continue et enseignement supérieur.
Éducation non formelle : Le matériel disponible au terme du projet en tant que
ressource éducative ouverte permettra à chacun, dans le monde entier, de
s’engager dans un apprentissage non formel.
Éducation informelle : une communauté d’apprentissage virtuelle comprendra à
la fois les chercheurs (étudiants menant des travaux de recherche sur le sujet de
leur mémoire de master) et les objets de la recherche (les personnes qui ont fait
l’objet du mémoire de recherche).
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Outils et matériels
Coopération régionale/internationale
Savoirs autochtones
Thèmes
Diversité culturelle
Citoyenneté
Environnement
Changement climatique
Eau
Gestion des ressources naturelles
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
60
Octobre 2009 ; 31 mois
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
OU ?
Situation géographique
Union européenne
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
(a) Production
transculturelle,
transdisciplinaire
et
collaborative
par
9 établissements d’enseignement supérieur de 6 pays de l’Union européenne
de trois modules d’enseignement de 120 heures et d’un ensemble d’outils
d’aide à la rédaction des mémoires. Un module concerne directement le
concept d’« expérience vécue », dépassant les concepts déjà anciens de
savoirs autochtones/locaux.
(b) Espace d’apprentissage virtuel contenant tout le matériel didactique, avec
deux communautés d'apprentissage : (i) l’une pour les étudiants et leurs
responsables, avec la création d’un ensemble de ressources pour une
mobilité virtuelle entre établissements participants ; (ii) une communauté
élargie intégrant tout ceux qui font l'objet de la recherche exposée dans les
mémoires, promouvant ainsi un espace d’apprentissage tout au long de la
vie dans le domaine du changement climatique.
(c) Une phase pilote de 15 mois avec des étudiants de chaque établissement
participant, avec une évaluation de leur expérience.
(d) Au terme du projet (mai 2012), les modules d'enseignement deviendront des
ressources éducatives ouvertes que tous les établissements d'enseignement
supérieur du monde pourront utiliser, adapter ou homologuer. Les individus
pourront également avoir accès à ces ressources.
(e) Les mémoires de master seront analysés en tant que données destinées à
étayer les politiques de l’UE.
Langue(s) de travail
Anglais
Budget et sources de
financement
386 905 euros, dont 75 % de subvention du programme d’apprentissage tout au
long de la vie Erasmus de l’UE et 25 % des 9 établissements partenaires.
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Non. Le projet a actuellement neuf mois et en durera 31. Il sera évalué au cours
des derniers mois.
Perspectives
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
À cause de pratiques de travail transculturelles et collaboratives portant sur un
sujet d'importance mondiale.
61
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
14. School’s Global Footprint
WWF Écosse, Royaume-Uni
CONTACT
WWF Scotland
Little Dunkeld, Dunkeld, Perthshire, PH8 0AD
Royaume-Uni
Téléphone : 01350 728200
Courriel l: BKing@wwfscotland.org.uk
Betsy King, Responsable des politiques éducatives
OBJECTIFS
À travers toute l'Écosse, et les écoles agissent pour réduire leur empreinte
écologique avec l'aide des ressources de School’s Global Footprint (L’empreinte
mondiale de l’école). Le projet se compose de deux principaux outils
d’enseignement : un manuel pour les enseignants et un calculateur d’empreinte
en ligne pour les apprenants, tous deux accessibles à l’adresse suivante :
www.LTScotland.org.uk/schoolsglobalfootprint. La communauté scolaire est
capable de décider de la meilleure manière de réduire son empreinte en
calculant l'empreinte écologique de l'école (en fonction de la contribution de
plusieurs composantes : les bâtiments, l'énergie, l'alimentation, les transports,
les déchets et l'eau) et son empreinte carbone, et en s'accordant sur un
programme d'action.
Avec le calculateur interactif, les écoles sont en mesure de calculer leur
empreinte globale et d'élaborer des stratégies pour la réduire. Le matériel
didactique promeut un apprentissage créatif et pratique dans tous les domaines
du programme, en ciblant les apprenants de 9 à 14 ans. Les ressources sont
accompagnées d'un programme de formation à l'intention des enseignants et
des études de cas ont été publiées, montrant comment les écoles avaient
examiné, mesuré et réduit leur empreinte.
Lien avec les priorités
nationales
Pour l'Écosse, réduire l'impact environnemental local et mondial de notre
consommation et de notre production est une priorité. Le Gouvernement
écossais s'est engagé à réduire de 42 % d'ici 2020 les émissions de gaz à effet
de serre en Écosse.
Pour réduire notre empreinte écologique, il nous faut réduire nos déchets et
notre utilisation de l'énergie et des transports, et consommer davantage
d'aliments et autres matières durables. La première étape, cruciale, consiste à
changer notre comportement. Du point de vue des consommateurs de
62
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
ressources, la réduction de l'empreinte d'une école peut apporter une
contribution positive aux empreintes d'ensemble des autorités locales et
nationales. Par ailleurs, les écoles utilisent l'empreinte écologique pour mieux
comprendre la consommation non durable et apprendre comment faire des choix
plus durables.
School’s Global Footprint fait partie intégrante de la réponse de l'Écosse à la
Décennie des Nations Unies pour la DEDD, qui vise à ce que, « d’ici 2014, la
population de l'Écosse ait acquis les connaissances, la compréhension, les
compétences et les valeurs lui permettant d'adopter des modes de vie
durables ».
School’s Global Footprint s'inscrit bien dans la ligne du nouveau Programme
d’excellence écossais, qui est moins prescriptif, plus ouvert au jugement et à la
réflexion professionnels et comporte davantage de travaux interdisciplinaires et
transversaux, offrant aux apprenants des expériences de la « vraie vie ». Le
développement durable est reconnu comme un thème important dans le cadre
de ce programme d'excellence, avec l'éducation internationale et la citoyenneté.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Non gouvernementale
Partenaires/parties
prenantes
Pouvoirs publics (État/province/district)
Autorités locales
Écoles
Organisations non gouvernementales
Secteur privé
Cette approche novatrice de l’apprentissage de la durabilité a été élaborée par
« Scotland’s Global Footprint », dirigée par WWF Écosse et Sustainable
Scotland Network et soutenue par Eco-Schools Scotland, Learning and
Teaching Scotland, Scottish Enterprise, Scottish Executive, SNH, SEPA et
Scottish Power. Le calculateur a été produit par SEI, York, et le matériel destiné
aux enseignants a été rédigé par Lynnette Borradaile. Le projet a été
expérimenté dans des écoles de la ville d’Aberdeen, de l’Aberdeenshire et du
Lanarkshire du Nord.
Un soutien pour l’utilisation de ces ressources a été apporté par le biais de
« Local Footprints », partenariat entre le WWF et le réseau Sustainable
Scotland, avec un financement et un appui du Gouvernement écossais,
d’Improvement Service, d’Eco-Schools Scotland et de Scottish Power.
Personnes
concernées
Dans ce projet, les principaux apprenants sont les enseignants des écoles
primaires et secondaires et ce qu’ils apprennent est partagé avec les élèves, car
chaque enseignant met en œuvre des projets individuels dans sa classe et dans
l’ensemble de l’école. À ce jour, plus de 600 enseignants ont participé à cette
formation, soit environ 1 % des enseignants écossais.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement primaire
Formation des enseignants
Enseignement secondaire
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Formation des éducateurs
Outils et matériels
Thèmes
Environnement
Changement climatique
Eau
Gestion des ressources naturelles
Production et consommation durables
63
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Responsabilité dans le contexte local et mondial
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
Le projet a démarré en 2004 et est en cours.
OU ?
Situation
géographique
À l’échelle locale : L’outil est conçu pour être utilisé dans différentes écoles
d’Écosse et pourrait aisément être utilisé dans d’autres parties du monde.
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Des matériels didactiques et un CD-ROM ont été élaborés par un partenariat de
groupe (voir ci-dessus), dans le cadre d'un projet pilote sur les empreintes mené
dans trois collectivités locales écossaises. Ils ont été expérimentés durant un an
dans 17 écoles primaires et secondaires, avec des séances de formation, de
soutien et de retour d'information. Le retour d'information a indiqué qu'un
calculateur en ligne serait plus facile à utiliser en classe. Ce calculateur est
désormais hébergé sur le site Web de Learning and Teaching Scotland.
Le calculateur est centré sur six éléments clés : l'énergie, les déchets, la
nourriture, l'eau, les transports et les bâtiments, divisant l'empreinte écologique
en éléments facilement accessibles. Les enseignants se voient offrir, dans un
large contexte mondial, des idées d'enseignement et d'apprentissage concrètes
et fondées sur les programmes, ainsi que des informations de référence. Les
activités sont présentées de manière à introduire et étudier chacune des
composantes, ainsi que les interconnexions entre celles-ci.
Toutes les écoles ont accès à ces ressources, avec une formation destinée aux
enseignants. Elles seront ultérieurement accessibles gratuitement, dans le cadre
de la constitution de réseaux, par l’intermédiaire de Glow, l’intranet écossais de
l’éducation.
Langue(s) de travail
Anglais
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
Oui
1. En tant que composante des projets Scotland’s Global Footprint et Local
Footprints, l’initiative a fait l'objet d'une évaluation externe. Dans le cadre de
celle-ci, les enseignants formés à l'utilisation des ressources ont été
contactés pour savoir s'ils les avaient utilisées ou avaient l'intention de le
faire.
2. Des recherches détaillées effectuées dans huit écoles en utilisant le
calculateur de Schools Global Footprint pour mesurer l’ampleur de
l’empreinte de ces écoles ont identifié des « facteurs de succès ». Ces
recherches indiquent pourquoi la mesure de leur empreinte a été un succès
et, dans certains cas, comment elles ont rattaché le travail sur les empreintes
au programme scolaire (http://www.localfootprints.org/index.asp?pg=5).
Résultats
Le projet Local Footprints a dépassé ses résultats initiaux, qui visaient à ce que
30 % des écoles écossaises (768 écoles) mesurent leur empreinte et prennent
des mesures pour la réduire et que 15 % des écoles (384 écoles) aient mené à
bien cette diminution.
La formation dispensée dans le cadre de School’s Global Footprint a encouragé
l’utilisation des ressources dans les écoles, selon une récente enquête auprès
des personnes formées à l’emploi de ces outils de mesure de l’empreinte :
64
•
Une très forte proportion d’enseignants prévoient d’utiliser à nouveau ou pour
la première fois les matériels didactiques (83 %) et le calculateur (72 %) au
cours de la prochaine année scolaire.
•
Parmi les enseignants qui ont répondu, 12 seulement (1 %) n’ont pas utilisé
ces ressources et n’ont pas l’intention de le faire l’année prochaine.
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
•
Comme prévu, parmi les enseignants ayant répondu, ceux qui ont déjà utilisé
le matériel didactique en classe (51 %) représentent une proportion plus
importante que ceux qui ont utilisé le calculateur (37 %).
Cinq études de cas de bonnes pratiques ont été publiées et lancées par le
ministre des écoles et des qualifications ; elles montrent comment les écoles
primaires,
secondaires
et
spéciales
ont
réduit
leur
empreinte
(http://www.localfootprints.org/index.asp?pg=5)
Analyse des facteurs de succès
Forces
Les enseignants apprécient la formation et le soutien qui leur ont été dispensés.
La mesure de l’empreinte est utilisée dans les domaines et les matières du
programme, au cours d’éco-semaines interdisciplinaires et par des éco-comités.
Le matériel de l’enseignant et le calculateur sont considérés comme contribuant à
satisfaire aux exigences du Programme d’excellence. Le calculateur est
particulièrement utilisé par les éco-écoles arborant le drapeau vert comme
élément de suivi et d’évaluation.
Faiblesses et risques
Les enseignants ont besoin d'une aide locale pour les aider à résoudre des
difficultés techniques, par exemple pour avoir accès au calculateur, pour trouver
les données relatives à leur école, pour retrouver des données perdues ou pour
répondre à leurs réclamations. Compte tenu de cette situation, il a été proposé
d'assurer une formation et un soutien pour les projets intermédiaires et locaux et
d'intégrer des documents, un soutien et des conseils dans GLOW, l'intranet des
écoles écossaises.
Une planification anticipée est nécessaire pour que les enseignants puissent
intégrer ce travail dans leurs programmes.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec
succès
1. Expérimenter les ressources dans les écoles avant une diffusion plus large.
2. Mettre en place un large partenariat pour développer le projet et promouvoir
l’initiative dans l’ensemble du pays.
3. Relier l’action des écoles au programme des éco-écoles.
Six facteurs clés du succès ont été fréquemment cités durant les entretiens
comme étant essentiels pour que les écoles réussissent à mesurer et à réduire
leur empreinte.
•
Un soutien – Les enseignants reçoivent un soutien très important de la part
des autres membres du personnel, du personnel non enseignant et, parfois,
d’adultes extérieurs à l’école. En substance, cela signifie que la responsabilité
est partagée, que l’assistance suit et qu’ils ne se sentent pas isolés lorsqu’ils
entreprennent ce travail.
•
Un engagement personnel – Un grand nombre des enseignants interrogés
sont fortement engagés personnellement en faveur des questions et des
connaissances relatives à l’environnement et, du fait de cet engagement
personnel, ont pris de l’assurance.
•
Une intégration dans le programme d’études – C’est dans les écoles où les
questions environnementales sont utilisées comme vecteurs d’apprentissage
dans divers domaines du programme que les élèves s’impliquent le plus dans
la mesure de l’empreinte et dans les idées de responsabilité
environnementale.
•
Une ambition au sein des éco-écoles – De nombreuses écoles voient la
mesure de leur empreinte comme une manière idéale de suivre et d’évaluer
leurs progrès en tant qu’éco-écoles et prévoient d’utiliser leur travail sur
l’empreinte dans le cadre de leur évaluation pour l’obtention de leur prochain
drapeau.
•
L’excellence dans le cadre des éco-écoles – Les écoles ayant un
coordonnateur d’éco-école très fort, un comité fort et une approche
réellement globale de l’éco-école sont très bien placées pour réussir à
mesurer leur empreinte d’école.
•
Du temps – Un facteur clé pour mesurer avec succès l’empreinte d’une école
est que l’enseignant dispose d’assez de temps pour coordonner les lectures,
concevoir ses cours, communiquer avec d’autres membres du personnel et
s’assurer que les résultats sont utilisés avec pertinence.
65
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
Schools Global Footprint aide les élèves à élargir leur compréhension du
développement durable et de la citoyenneté et à adopter des pratiques plus
durables.
Les ressources ont aidé les élèves à changer le cours des choses, en réduisant
leur impact sur la planète.
Il est possible d’utiliser Schools Global Footprint dans d’autres pays.
66
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
15. Ambientarte
Programa EcoPlata, Uruguay
CONTACT
Programa EcoPlata
Galicia 1133 piso 1
Uruguay
Téléphone : 598 2 917 07 10 int. 4164 Fax : 598 2 917 07 10 int. 4163
Courriel : ecoplata@ecoplata.org Internet :www.ecoplata.org
ORGANISATION PARTENAIRE
Institut d’éducation populaire “El Abrojo”
Soriano 11 53, código postal 11100
Uruguay
Téléphone : 0598 2 903 01 44
Fax : 0598 2 903 01 44 int 15
Courriel : ambienta@elabrojo.org.uy
Internet : www.elabrojo.org.uy
Leonardo Seijo, coordinateur du Programme socio-environnemental de l’Institut
d’éducation populaire « El Abrojo »
DESCRIPTION
OBJECTIFS
Ambientarte est une initiative d’éducation à l’environnement associant deux modalités
complémentaires. La première a consisté à mettre en place des activités éducatives
dans des établissements d’enseignement et en plein air dans les six départements
côtiers de l’Uruguay, la seconde à concevoir et créer un portail informatique éducatif
abordant les mêmes thèmes et offrant un support d’apprentissage, de jeu et de
développement d’un réseau social autour de la thématique du changement climatique
et de la gestion intégrée du littoral.
Y ont participé : (a) les enfants et le personnel enseignant avec lequel a été instaurée
une interaction et en salle de classe et virtuelle ; (b) les instances éducatives de
l’enseignement primaire en Uruguay, une convention étant signée entre celles-ci, la
Direction nationale de l’environnement et l’ONG « El Abrojo », responsable de
l’initiative et chargée à ce titre d’articuler ses contenus avec les programmes de
l’éducation formelle.
Ainsi ont été jetées les bases de nouvelles activités d’éducation à l’environnement
organisées en classe ; de l’offre sur Internet (avec la participation spéciale du Plan
Ceibal (one laptop for child) de matériel didactique permettant d’aborder les contenus
environnementaux des programmes scolaires, ainsi que du développement d’un
réseau social autour de la thématique du changement climatique et de la gestion
intégrée du littoral.
L’objectif général de cette initiative était de « Contribuer au développement de
comportements responsables et de protection à l’égard de l’environnement,
concernant en particulier les plages et toute la zone du littoral ».
Ses objectifs spécifiques étaient les suivants :
• Diffuser la problématique de la gestion intégrée du littoral et du phénomène
du changement climatique dans le système éducatif formel.
• Contribuer à l’étude de la thématique environnementale en associant les
e
e
programmes d’enseignement de 5 et 6 années au plaisir et au jeu en tant
qu’éléments du processus d’apprentissage.
• Sensibiliser le personnel enseignant à la perspective de la gestion intégrée et
à l’approche ludique des contenus environnementaux moyennant l’utilisation
des TIC à l’appui des programmes scolaires.
Un projet inscrit
dans les priorités
nationales
Le gouvernement national a constaté un manque de connaissance et de formation
citoyennes en matière d’environnement. Nous considérons que ce projet répond à
l’objectif d’améliorer les connaissances de la population en favorisant la participation
citoyenne à la gestion intégrée de l’environnement. Il promeut la perspective de la
gestion intégrée du littoral et incorpore de façon transversale le phénomène du
changement climatique, considéré comme prioritaire par le gouvernement et inscrit
67
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
dans le Système national de réponse au changement climatique.
QUI ?
Type
d’organisation
chargée de
l’initiative
Programme financé par la coopération canadienne et par l’État.
Organisations
Gouvernement (État/provincial/district)
partenaires
Organisations non gouvernementales
impliquées dans ce
Enfants, dans le cadre des ateliers organisés en classe dans les établissements
projet
d’enseignement, ainsi que sur le portail où ils apprennent, consultent du matériel,
jouent et, essentiellement, communiquent, donnent leur point de vue et construisent
des réseaux sociaux entre pairs.
Enseignants, dans les ateliers organisés en classe et dans l’échange avec l’équipe
avant, pendant et après ces ateliers ; sur le portail, dont ils utilisent les contenus pour
leur tâche pédagogique et où ils s’expriment et entrent en contact avec d’autres
enseignants dans le cadre de groupes constitués au sein du réseau social proposé.
Parties prenantes
Six départements côtiers d’Uruguay (Colonia, San José, Montevideo, Canelones,
Maldonado, Rocha).
48 groupes de sixième année du primaire. 48 institutrices et 12 directrices pour les
ateliers en classe, plus un potentiel de 280 000 enfants utilisant le portail
informatique à l’aide du Plan Ceibal (one laptop for child).
QUOI ?
Cadre et niveau
d’enseignement/
d’apprentissage
Enseignement primaire
Formation des enseignants
POURQUOI ?
Secteurs
d’intervention de
l’initiative
Apprentissage du développement durable dans un cadre formel, non formel et
informel
Formation des enseignants
Outils et matériels (tels que médias et TIC)
Thèmes
Changements climatiques
QUAND ?
Année de
lancement de
l’initiative et durée
Année 2009. Le travail en classe a duré six mois dans les établissements scolaires
et le travail avec le portail est permanent en termes de mise à jour et de gestion des
réseaux sociaux.
OU ?
Cadre
géographique
Lieux : départements
Maldonado, Rocha)
côtiers
(Colonia,
San
José,
Montevideo,
Canelones,
MÉTHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Deux approches simultanées ont été mises en œuvre :
• L’organisation en classe d’ateliers d’éducation à l’environnement avec un
matériel pédagogique spécialement conçu pour les caractéristiques du littoral
uruguayen.
• La création d’un portail informatique proposant des jeux didactiques, des
fiches thématiques à l’intention des enseignants et des apprenants et un
journal du littoral servant de support à la formation d’un réseau social
coopératif (publications, commentaires, messagerie, etc.) à l’intention des
enfants et des enseignants. Tous ces matériels ont été conçus à partir de
e
e
l’analyse des programmes scolaires de 5 et 6 années du primaire et dans
l’esprit de compléter ces programmes.
Ateliers
Ces ateliers ont été organisés avec une équipe de techniciens formés à la
thématique environnementale en général et à la gestion intégrée du littoral en
68
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
particulier. Cette équipe étant spécialisée dans les loisirs et l’animation
socioculturelle, la thématique environnementale a pu être abordée sous une forme
ludique.
De même, le travail en équipe à l’aide de matériels didactiques conçus
spécifiquement pour les caractéristiques du littoral uruguayen a permis de travailler
de façon ludique sur les matières au programme scolaire et les thèmes de la gestion
intégrée du littoral. Le matériel utilisé était adapté au travail avec l’enfant, tant du
point de vue de la sécurité que de la conception, de la couleur et de la manipulation.
Ces ateliers ont été testés en 2008 avec plus de 30 interventions sur le littoral de
Canelones et dans 8 établissements scolaires, et 17 interventions sur les plages de
Colonia, Montevideo, Canelones et Rocha pendant l’été 2009. Les évaluations
réalisées ont suscité des réactions très favorables tant des participants que des
familles et des enseignants.
Activités
Une convention a été passée avec l’Administration nationale de l’enseignement
primaire (ANEP), la plus haute autorité du pays en la matière, afin d’institutionnaliser
et de faciliter le travail avec les établissements scolaires. Les contenus ont été
adaptés et les établissements choisis conjointement avec l’ANEP et les pouvoirs
publics des départements côtiers.
De mai à décembre inclus, des interventions ont été menées dans les écoles en
coordination avec leur personnel enseignant, ce qui a permis à chacun de connaître
à l’avance les contenus et la méthodologie prévus.
Le phénomène du changement climatique a été abordé de manière transversale, les
thèmes suivants étant en particulier traités :
• Écosystème et écosystème côtier. Caractéristiques, composantes.
• Biodiversité.
• Pressions et impacts. Pollution, incendies, érosion du littoral.
• Gestion des déchets.
• Développement d’attitudes réfléchies et coopératives, du travail en équipe et
de la pensée critique.
• Apprentissage de comportements responsables à l’égard de l’environnement.
Ces thèmes ont été abordés à l’aide de jeux thématiques adaptés à l’environnement
scolaire faisant intervenir la flore et la faune autochtones. Pour chacun, il a ainsi été
possible de montrer une dynamique côtière.
Portail informatique
Les fonctionnalités du portail sont toutes compatibles avec le Plan Ceibal (one laptop
for child). Par ailleurs, les fiches ainsi que les jeux proposés peuvent être imprimés
afin que les enfants s’en servent avec leurs pairs et avec leurs proches.
Le portail se divise en cinq sections comprenant 24 fiches didactiques à l’intention
des enfants, des parents et des éducateurs, permettant de travailler sur les thèmes
liés au changement climatique et à l’écosystème côtier tant en salle de classe qu’en
plein air. Une section spécifique est destinée à la formation d’un réseau social pour
l’échange d’idées, d’opinions et d’activités relatives à ces thèmes.
Le site Web comporte les 6 sessions suivantes :
Sections
Contenus
1. Le changement climatique
Cette section est conçue pour le travail en
classe avec les enseignants et les élèves.
2. L’écosystème côtier
Section conçue pour le travail en classe
avec les enseignants et les élèves. On y
trouve 15 fiches didactiques fournissant des
informations sur le littoral. Ces fiches
peuvent être utilisées en classe par
l’enseignant ou bien par les élèves euxmêmes pour s’informer sur une question
particulière.
3. Le littoral dans les
programmes scolaires
Cette section s’adresse aux enseignants et
aux éducateurs souhaitant travailler sur
d’autres domaines scientifiques appliqués
au littoral. Celui-ci est ainsi abordé par le
biais des sciences naturelles, des
69
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
mathématiques, de l’histoire, de la physique
et de la biologie.
4. Activités ludo-éducatives
L’étude de la thématique du littoral est
abordée à l’aide d’activités ludiques, à
réaliser tant en plein air qu’en salle de
classe.
5. Journal du littoral
Ce journal est alimenté par les enseignants
et les élèves de toutes les écoles. Il est
conçu comme un espace d’échange
d’expériences, d’idées et d’activités
réalisées dans le domaine du littoral. Il se
construit collectivement avec la participation
de tous les intéressés à la manière d’un
réseau social où les journalistes du littoral
peuvent publier leurs points de vue,
expériences, tentatives et commentaires.
Les contacts sont enregistrés
automatiquement dans une base de
données afin de renforcer les liens entre
tous les membres du réseau.
6. Contacts
Contacts avec ECOplata et adresses
électroniques pertinentes.
Le projet pédagogique mis en œuvre applique les critères suivants :
 Représentation de dynamiques de l’écosystème côtier et de ses composantes
à l’école.
 Utilisation du jeu comme mode d’apprentissage générant un climat
pédagogique détendu tout en favorisant l’intégration, la socialisation et la
rencontre.
 Emploi d’un matériel didactique novateur, conçu et réalisé spécifiquement
pour travailler sur les thèmes considérés.
 Étude de concepts figurant au programme scolaire relatif à l’environnement.
Langue(s) de
travail
Espagnol
Budget et sources
de financement
Les ressources nécessaires pour financer ce projet ont été apportées par le
gouvernement national par le truchement de l’Unité du changement climatique de la
Direction nationale de l’environnement, ainsi que par le Gouvernement canadien au
titre du programme EcoPlata à concurrence de 772 400 pesos uruguayens (36 262
dollars des États-Unis).
RÉSULTATS ET ÉVALUATION
Présentation des effets, résultats ou répercussions de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
L’initiative a été évaluée par les enfants et les enseignants à l’issue des ateliers et
considérée comme très satisfaisante.
Résultats
Sensibilisation des enfants et des enseignants aux thèmes abordés.
Diffusion d’outils faciles à utiliser pour le personnel enseignant en environnement
éducatif.
Construction d’une plate-forme pour le développement d’un réseau social autour de
la thématique du changement climatique et de la gestion du littoral.
Analyse des facteurs de succès
Points forts
La forte motivation et l’enthousiasme suscités chez les enfants et les enseignants par
les activités proposées.
Le lien avec l’environnement, l’apprentissage et le plaisir collectif et individuel dans le
traitement des thèmes.
Faiblesses et
risques
La nécessité de diffuser de façon répétée les méthodes et outils didactiques
disponibles pour optimiser leur utilisation.
Perspectives
Pourquoi
70
Parce qu’elle permet d’intégrer et de traiter des thèmes complexes dans l’éducation
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
considérez-vous
que cette initiative
est une bonne
pratique ?
formelle tout en favorisant la rencontre avec autrui et le plaisir d’apprendre.
L’intervention est axée sur l’enfant et apporte les outils nécessaires pour qu’il
devienne le protagoniste du processus éducatif.
71
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
16. Carmelo : de la sauvegarde des proverbes et de la mémoire
collective à une culture de la prévention
Amigos del Viento Meteorología Ambiente Desarrollo, Uruguay
CONTACT
Amigos del Viento Meteorología Ambiente Desarrollo
Luis Piera 1931, apto 1
Uruguay
Téléphone : +598 2 411 28 24
Courriel : amigosdelviento@adinet.com.uy; gracielasalaberri@yahoo.com.ar
Internet : http://amigosdelviento.webs.com http://proyectocarmelo.webs.com/
Graciela Salaberri, coordinatrice du projet
DESCRIPTION
La ville de Carmelo, à 80 km de la capitale départementale, a été le théâtre de
tornades violentes et meurtrières, comme celle de novembre 1985. Sa population,
fière de ses traditions, sa culture et ses origines – elle est la seule ville fondée par
José Artigas encore florissante – en font un lieu privilégié de collecte du répertoire de
proverbes existant sur la prévention des phénomènes météorologiques. Dictons et
proverbes sont l’expression de la sagesse populaire et, en ce sens, transmettent un
savoir, des valeurs et une mémoire collective. Les dépositaires de ce savoir sont les
adultes de la communauté ; cependant, le projet visait non seulement à sauvegarder
cette tradition orale, mais à prôner la participation active de chacun à la prévention et
l’atténuation des catastrophes, ainsi qu’à la préparation aux situations d’urgence.
Aussi les activités mises en œuvre ont-elles ciblé la population scolaire du premier
cycle du secondaire, dans l’optique d’une « éducation à rebours » dans laquelle les
plus jeunes inculqueraient aux générations précédentes des comportements
« écologiquement plus corrects ». Par ailleurs, il a été tenu compte de la tradition
nationale considérant les établissements d’enseignement comme des foyers de
diffusion locale de la culture, en l’occurrence d’une culture de la prévention et de
l’adaptation à la variabilité et aux changements du climat. Enfin, ce projet a cherché
à conjuguer la sauvegarde de la tradition par les adultes et la diffusion de nouveaux
critères de prévention par les jeunes, en consolidant ainsi les liens
intergénérationnels sur le plan culturel.
OBJECTIFS
Sauvegarder le répertoire local de proverbes et les traditions orales liées au temps et
au climat dans la communauté locale, en approchant et en valorisant les différents
domaines liés aux aspects de notre histoire qui, bien qu’immatériels, peuvent encore
aujourd’hui s’exprimer à travers ceux qui les ont vécus.
Inculquer aux jeunes scolarisés dans le secondaire des habitudes et pratiques
adaptées à l’égard des phénomènes météorologiques graves, afin qu’ils reproduisent
les mesures de prévention qui leur sont associées.
Favoriser l’existence d’un lien intergénérationnel entre le savoir populaire enrichi par
le fonds d’histoire locale d’une part et le nouvel apprentissage scientifique et
72
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
technologique suivi par les jeunes d’autre part.
Un projet inscrit
dans les priorités
nationales
Ce projet a été l’annonciateur d’une priorité gouvernementale concrétisée sous le
nom de Plan d’action stratégique de réponse au changement climatique en Uruguay.
QUI ?
Type
d’organisation
chargée de
l’initiative
Non gouvernementale
Organisations
Médias
partenaires
Établissement d’enseignement secondaire
impliquées dans ce
En
2008, le lycée de Tarariras, dans le département de Colonia, fut victime de vents
projet
violents qui détruisirent entre autres la toiture d’une de ses ailes, au début de l’aprèsmidi, alors que les élèves étaient en classe. Seuls furent à déplorer des dégâts
matériels, mais les élèves, les enseignants et toute la population de cette petite
agglomération en furent fortement secoués. À ce moment, l’organisation Amigos del
Viento (AdelV) était déjà en contact avec les pouvoirs publics, les services sociaux et
les autorités éducatives de la ville de Carmelo (distante de quelques kilomètres à
peine de Tarariras), dans le même département ; néanmoins, l’événement a
certainement incité les éducateurs, la direction d’un établissement d’enseignement
de Carmelo et les citoyens de la ville à soutenir les actions prévues dans le cadre du
projet d’AdelV, alors lauréat du premier prix du concours de systématisation des
traditions du Ministère de l’éducation et de la culture (MEC). Dans les actions de ce
projet, la sauvegarde de la tradition orale et sa mise en valeur ont été des éléments
primordiaux, suscitant un échange intergénérationnel enrichissant (entre les jeunes
et leurs aînés, les voisins, les parents et grands-parents) dans la recherche d’abord,
puis la sauvegarde de la mémoire collective relative au climat. La coordination
précieuse assurée par la direction du lycée, l’existence d’une tradition d’activités
extrascolaires et une excellente synergie entre les enseignants ont contribué dans
une mesure non négligeable au succès des activités, ateliers, journées, causeries et
conférences, organisées à l’intention des divers publics ciblés. À l’issue du temps de
mise en œuvre du projet, les lycéens ont poursuivi des actions de prévention en se
rendant dans les écoles de la région pour sensibiliser aux thèmes qu’ils avaient
abordés dans le cadre du projet. Les médias locaux ont joué un rôle important avant,
pendant et après la mise en œuvre du projet, depuis son lancement et l’invitation
lancée aux habitants de plus de 60 ans à raconter leurs souvenirs et proverbes sur le
climat aux émissions de radio réalisées par les jeunes eux-mêmes, en transmettant
les informations et en incitant à entreprendre des actions de prévention dans la
communauté. Notre lien avec la communauté a été consolidé par différentes actions
et rencontres et les interventions de sensibilisation menées par les jeunes de la
communauté ont bénéficié des conseils, du suivi et du matériel de notre équipe
technique spécialisée.
Parties prenantes
Élèves du premier cycle de l’enseignement secondaire : 780 élèves. Élèves de
première année avec lesquels ont été réalisées les affiches de prévention et les
émissions de radio : 306 élèves.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’enseignement/
d’apprentissage
Habitants
Enseignement secondaire
Non scolaire : habitants convoqués par la radio et la télévision locales au musée
local
POURQUOI ?
Secteurs
d’intervention de
l’initiative
Apprentissage du développement durable dans un cadre formel, non formel et
informel
Savoirs autochtones
Thèmes
Citoyenneté
Changements climatiques
Prévention des catastrophes
Responsabilité aux niveaux local et mondial
73
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
QUAND ?
Année de
lancement de
l’initiative et durée
L’expérience a été réalisée de juillet 2008 à juillet 2009 dans le cadre du projet
« Fondos Concursables MEC Primer Lugar Sistematización Tradiciones 2008 »
(concours MEC de systématisation des traditions 2008).
OU ?
Cadre
géographique
Lieu : ville de Carmelo, dans le département de Colonia
Autres : ville de l’intérieur du territoire et ses environs, présentant une certaine
activité touristique et rurale
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Contexte et démarche du projet
Depuis l’Antiquité, le savoir empirique relatif au temps et au climat est recueilli sous
la forme de proverbes régionaux. Dans le Río de la Plata, les dictons apportés par
les immigrants originaires d’Europe – pas toujours bien adaptés à la réalité sudaméricaine – se sont mêlés à ceux issus de l’expérience collective anonyme locale.
D’autre part, la mondialisation culturelle a pour conséquence négative la lente mais
constante disparition non seulement de régionalismes, mais d’habitudes de prudence
locales face à des phénomènes dangereux. Cette évolution est en totale
contradiction avec l’expansion en Uruguay d’un monde moderne dans lequel les
fermes traditionnelles sont remplacées par des exploitations investissant
énormément dans le sol – prairies améliorées et artificielles, élevages de vaches
laitières, vignobles, horticulture fruitière, qui accroissent la vulnérabilité sociale
devant les phénomènes climatiques extrêmes. En corrélation, certains de ces
phénomènes sont de plus en plus fréquents dans cette région de la planète.
Or, on constate en Uruguay l’absence d’une « culture de la prévention »,
probablement due au fait que le pays se situe hors des zones régulièrement
frappées par des éruptions volcaniques, des séismes et des ouragans coûtant
chaque année des centaines de vies. Néanmoins, le pays connaît aussi des
catastrophes d’origine atmosphérique. Les pertes humaines et économiques
engendrées sont en augmentation. Dans ce contexte, la ville de Carmelo, à 80 km de
la capitale départementale, a été le théâtre de tornades violentes et meurtrières,
notamment en novembre 1985. Sa population fière de ses traditions, sa culture et
ses origines – elle est la seule ville fondée par José Artigas encore florissante – en
font un lieu privilégié de collecte du répertoire de proverbes existant sur la prévention
des phénomènes météorologiques. Dictons et proverbes sont l’expression de la
sagesse populaire et, en ce sens, transmettent un savoir, des valeurs et une
mémoire collective. Les dépositaires de ce savoir sont les adultes de la
communauté ; cependant, le projet visait non seulement à sauvegarder cette tradition
orale, mais à prôner la participation active de chacun à la prévention et l’atténuation
des catastrophes, ainsi qu’à la préparation aux situations d’urgence. Aussi les
activités mises en œuvre ont-elles ciblé la population scolaire du premier cycle du
secondaire, dans l’optique d’une « éducation à rebours » dans laquelle les plus
jeunes inculqueraient aux générations précédentes des comportements
« écologiquement plus corrects ». Par ailleurs, il a été tenu compte de la tradition
nationale considérant les établissements d’enseignement comme des foyers de
diffusion locale de la culture, en l’occurrence d’une culture de la prévention et de
l’adaptation à la variabilité et aux changements du climat. Enfin, ce projet a cherché
à conjuguer la sauvegarde de la tradition par les adultes et la diffusion de nouveaux
critères de prévention par les jeunes, en consolidant ainsi les liens
intergénérationnels sur le plan culturel.
Éléments/étapes clés de la mise en œuvre
 Prise de contact avec les pouvoirs publics, les services sociaux et les
autorités éducatives de la ville de Carmelo.
o
 Coordination avec la direction et les enseignants du Lycée n 1 de Carmelo.
 Lancement du projet par les médias locaux (presse, radio, télévision).
 Message aux personnes de plus de 60 ans diffusé dans la presse et les
médias les invitant à raconter leurs expériences en matière d’événements
météorologiques graves et les pratiques préventives qu’elles connaissent.
 Entretiens avec les personnes de plus de 60 ans et début de la compilation de
« L’histoire orale » en vue de la réalisation d’annales historiographiques de la
ville de Carmelo.
 Activités réalisées
:
 Conférence sur le changement climatique à l’intention des élèves et du
74
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
grand public.
 Conférences sur le temps, le climat et les phénomènes météorologiques
graves à l’intention des élèves de l’enseignement secondaire et de l’UTU
de Carmelo.
 Ateliers préparatoires avec les participants au projet et les enseignants de
Carmelo en vue des actions conjointes avec les élèves.
 Ateliers sur le temps, le climat et les phénomènes météorologiques graves
et les mesures préventives, avec les élèves du premier cycle du
secondaire.
 Confrontation des traditions locales recueillies et de leur histoire vécue
avec les données météorologiques pertinentes (travaux présentés lors de
manifestations professionnelles : congrès et symposiums de météorologie
par des techniciens de l’organisation, qui en ont expliqué la teneur aux
jeunes du lycée avec lesquels a été réalisé le suivi).
 Travail de recherche de proverbes populaires et de souvenirs collectifs.
 Classification du matériel et préparation de l’édition préliminaire des
savoirs populaires collectés.
 Travail en retour des jeunes de la communauté sous forme d’affiches de
leur propre conception et réalisation.
 Initiatives de « jeunes citoyens » dans le cadre d’actions de prévention au
sein de la communauté.
http://proyectocarmelo.webs.com/
http://amigosdelviento.webs.com/
Langue(s) de
travail
Espagnol
Budget et sources
de financement
Fonds du MEC : 99 209 pesos (environ 5 000 dollars des États-Unis)
RÉSULTATS ET ÉVALUATION
Présentation des effets, résultats ou répercussions de l’initiative
Evaluation de
l’initiative
L’initiative a été évaluée dans le cadre du concours du MEC, mais également
présentée par les acteurs locaux, les lycéens et les responsables éducatifs qui y ont
participé. « Pris dans une synergie particulière, aussi bien les élèves que les
enseignants se sont lancés dans l’aventure, qui a commencé par la rencontre des
familles, le dialogue des jeunes avec leurs parents, leurs grands-parents, leurs
voisins, pour démarrer le « sauvetage » de ces proverbes et souvenirs liés aux
phénomènes climatiques. Ce dialogue des jeunes avec leurs aînés sur un centre
d’intérêt commun, si rare aujourd’hui, a généré une expérience humaine du climat et
une reconstruction de la mémoire collective dans ce domaine. Ce fut l’élément
déclencheur. À partir des ateliers auxquels ont participé enseignants et élèves, de
nombreuses actions ont été lancées : réalisation de dessins, rédaction de textes,
entretiens, élaboration d’un manuel de prévention, formation d’un groupe
d’observateurs du climat, émission de radio, brochures, autant d’activités qui ont
permis aux jeunes d’assumer un rôle actif responsable dans la société, faisant écho
à l’une des idées fondamentales défendues par le projet : « Si l’être humain ne peut
pas grand chose contre la plupart des phénomènes naturels, il peut du moins
prendre des précautions pour que ceux-ci ne se transforment pas en catastrophes
par suite de ses actes ou de ses oublis », un principe essentiel de survie personnelle
et collective qu’il est nécessaire d’inculquer aux jeunes » (Direction du lycée David
Bonjour de Carmelo).
Résultats
Une prise de conscience de notre vulnérabilité, des risques existants et des mesures
préventives qui peuvent les minimiser. À l’issue du projet, de leur propre initiative, les
lycéens sont allés dans les écoles primaires de la région pour sensibiliser les enfants
aux thèmes abordés. D’autres interventions de sensibilisation ont été menées dans
la communauté sur le changement climatique et l’économie rurale. Des émissions
ont également été produites pour la radio et la télévision locales. Un manuel de
prévention et une série d’affiches (178) de prévention contre les phénomènes
météorologiques graves ont été réalisés collectivement .
Analyse des facteurs de succès
Points forts
Le projet a associé la sauvegarde de la tradition orale, l’adoption d’une attitude
proactive en matière de prévention et d’atténuation des catastrophes et la
préparation aux situations d’urgence. La recherche, la compilation, ainsi que
75
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
l’inventivité des lycéens, ont permis de réunir une somme de petits bijoux du
patrimoine populaire local. Dans la plupart des cas sont mentionnés les noms de
ceux qui y ont participé, en apportant leurs souvenirs ou en menant leur recherche.
Ailleurs, ces personnes apparaissent simplement comme « un voisin », « la grandmère », « maman », « papa », témoignant d’un authentique lien intergénérationnel :
les jeunes interrogeant leurs aînés sur leur vécu, les aînés se laissant interroger et
heureux de faire part de leurs souvenirs. Des anecdotes sur la tornade de 1985
surgissent ici et là chez ceux qui l’ont subie, à côtés d’expressions, de proverbes et
d’aphorismes sur le temps et le climat.
Faiblesses et
risques
Les activités projetées étaient ambitieuses au regard du budget disponible, limité aux
fonds du concours du MEC.
Limites
Problèmes
rencontrés
Le projet a couvert les années scolaires 2008 (juillet à décembre) et 2009 (mars à
juillet). En 2009, quoique nous nous soyons efforcés de suivre la proposition des
élèves finissant l’année précédente (le « livret de changement climatique de la
communauté »), les élèves ayant quitté le lycée, le lien s’est un peu distendu. Ils ont
néanmoins poursuivi la proposition, de façon plus autonome à la fin que prévu.
Questions non
résolues
L’expérience s’est révélée hautement stimulante et a suscité une participation
dépassant les attentes. Elle a été menée à bien avec les élèves du premier cycle du
secondaire de 2008 et ceux de la première année de 2009. Il y a eu un déplacement
intéressant vers le deuxième cycle avec les élèves « engagés » pour la proposition
de la dernière année du premier cycle (le livret communautaire), mouvement que
nous nous sommes efforcés d’accompagner alors que nous travaillions avec un
autre établissement. Bien que cette diversification nous apparaisse comme positive,
nous pensons que l’expérience aurait eu encore plus d’impact si elle avait pu être
menée sur les deux niveaux, avec davantage de temps.
Perspectives
Conditions pour
reproduire
l’initiative avec
succès
La sauvegarde de la tradition orale et sa valorisation ont été des facteurs
primordiaux, ainsi que la manière dont les différentes générations ont interagi en
réponse à la recherche et la collecte des souvenirs collectifs dans le domaine
climatique. « Au fur et à mesure qu’évoluaient les civilisations, le savoir populaire
s’est cristallisé localement dans un répertoire de proverbes, devenu l’un des
éléments définitoires du point de vue culturel » (UNESCO).
Pourquoi
considérez-vous
que cette initiative
est une bonne
pratique ?
L’expérience vécue durant le projet et les actions qui l’ont prolongé nous portent à
croire qu’il s’agit d’une initiative valable et reproductible. L’appui reçu à la valorisation
des savoirs locaux, associé à la créativité des jeunes et au superbe enthousiasme
dont ils ont fait preuve pour recueillir les souvenirs de leurs aînés et préserver cette
mémoire, nous ont encouragés à faire connaître cette expérience au-delà des limites
de notre communauté.
76
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
17. Un insigne sur la sécurité alimentaire et le changement climatique
FAO, Rome
CONTACT
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
NRC, Viale delle Terme di Caracalla,
00153 Rome, Italie
Téléphone : +39 06 57056519
Télécopie : +39 06 57053250
Courriel : YUNGA@fao.org
Internet :
http://www.fao.org/climatechange/youth/fr/
Brochure : www.fao.org/climatechange/youth/63380/en/
Reuben Sessa, responsable de programme, NRC
OBJECTIFS
L’insigne sur la sécurité alimentaire et le changement climatique est conçu pour
aider à éduquer les enfants et les jeunes dans le domaine du changement
climatique et de la sécurité alimentaire, tout en les encourageant à agir contre le
réchauffement planétaire, la dégradation de l’environnement et la faim dans le
monde. En mettant en œuvre ces activités, ils identifieront leur empreinte
environnementale et agiront pour la réduire, et apprendront comment faire de
meilleurs choix en matière de consommation et de modes de vie.
Lien avec les priorités
nationales
La sécurité alimentaire, le développement durable et le changement climatique
sont des problèmes essentiels pour tous les pays. L’éducation des jeunes
générations est fondamentale pour une mitigation efficace et pour assurer une
utilisation durable des ressources naturelles. L'insigne consacré à ces défis
soulève pour les enfants et pour les jeunes des questions environnementales et
sociales, encourage une participation active au sein des communautés locales,
fournit des ressources et des idées pour agir et aide à créer des citoyens plus
responsables, capables de s'adapter et de relever les défis de l'avenir.
QUI ?
Type d’organisation
dirigeant l’initiative
Internationale
Intergouvernementale et de la société civile
Partenaires/parties
prenantes
Écoles
Établissements d'enseignement supérieur
Organisations communautaires
Institutions internationales intergouvernementales
Les partenaires qui se sont associés pour ce projet sont l’Association mondiale
des guides et des éclaireuses (AMGE) et ses associations nationales. Elles ont
eu un rôle clé dans la conception des ressources, leur expérimentation dans
différentes parties du monde et leur diffusion par le biais de leurs réseaux
nationaux. Le projet a également été soutenu par d'autres organisations,
mouvements de jeunesse et institutions des Nations Unies.
Personnes
concernées
L’insigne s'adresse à trois tranches d'âge différentes : 5 à 10 ans, 11 à 15 ans et
16 à 20 ans. Ces groupes d'âges correspondent à ceux des membres de
l’AMGE (10 millions de membres), de l’Organisation mondiale du mouvement
scout (OMMS) (30 millions de membres) et de l’enseignement primaire et
secondaire.
77
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
Une structure à choix multiples accompagnée de conseils sur le caractère
adapté des activités pour les différentes tranches d’âge permet aux enseignants
et aux chefs des mouvements de jeunesse d’élaborer des activités convenant à
leur classe ou à leur groupe. L’expérimentation a été entreprise pour s’assurer
que les activités seraient appropriées et éducatives pour chaque individu, où
qu'il se trouve et quel que soit son statut.
QUOI ?
Cadre et niveau
d’éducation/
apprentissage
Enseignement primaire
Enseignement secondaire
Éducation non formelle : Dans des groupes de jeunes comme les guides et
scouts
POURQUOI ?
Axe général de
l’initiative
Apprentissage en vue de la durabilité dans des environnements formels, non
formels et informels
Thèmes
Environnement
Changement climatique
Eau
Production et consommation durables
QUAND ?
Année de démarrage
et durée
L’insigne a été lancé en octobre 2009 et sera permanent, mais le matériel peut
être amélioré en fonction du retour d'information reçu des différents pays et des
diverses institutions techniques.
OU ?
Situation géographique
À l'échelle locale : Mise en œuvre par des groupes locaux tels que les guides,
les scouts et les écoles.
À l'échelle internationale : L’initiative est promue à l'échelle mondiale et possède
des composantes internationales, mais les activités essentielles se déroulent au
niveau local.
Le projet a une portée mondiale.
METHODOLOGIE
Méthodes et
approches
Le badge est accompagné d'un guide destiné aux jeunes et d'un kit d'activités. Il
incite les jeunes à agir pour avoir une vie meilleure et encourager leurs
communautés locales à être plus respectueuses de l’environnement. Le guide
sensibilisera à la manière dont nos activités quotidiennes contribuent au
changement climatique et dont diverses personnes et communautés sont déjà et
continueront d’être affectées par le changement climatique, en particulier pour
ce qui concerne l’accès à l’eau et à la nourriture. Il apprendra qu’il est important
de consommer une nourriture saine et appropriée en termes de quantité, de
qualité et de variété, et que de nombreux habitants de notre monde ne peuvent
pas avoir accès à la nourriture dont ils ont besoin, ce qui se traduit par la faim et
la malnutrition. Il examinera également comment faire des choix alimentaires
ayant moins d’impact sur notre environnement. Le kit d’activités suggérera des
actions à engager dans divers contextes nationaux et régionaux autour de trois
grands thèmes :
Notre climat : sélection d’activités destinées à aider les jeunes à comprendre la
météorologie et le climat, à déterminer leur impact sur l'environnement et à
trouver des solutions face aux effets du changement climatique.
Notre alimentation : activités destinées à aider les jeunes à mieux connaître les
conséquences pour notre planète de nos choix en matière d'alimentation et de
modes de vie et notre dépendance vis-à-vis du climat pour ce qui est de notre
nutrition et de notre santé.
Notre monde : idées pour aider votre groupe à mettre en œuvre dans vos
communautés locales des projets et des programmes visant à réduire l'utilisation
non durable des ressources, à restaurer les écosystèmes et à lutter contre la
78
BONNES PRATIQUES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
faim dans le monde.
Langue(s) de travail
L’insigne est actuellement disponible en anglais, français, espagnol et italien
mais, à terme, d'autres langues suivront (en priorité l'arabe, le chinois et le
russe).
Budget et sources de
financement
Le financement est principalement assuré par le gouvernement de la Suède par
l'intermédiaire de l'Agence suédoise de coopération internationale au
développement (ASDI : www.sida.se).
RESULTATS ET EVALUATION
Présentation des effets, des résultats ou de l’impact de l’initiative
Évaluation de
l’initiative
L'insigne a été testé par de nombreux groupes dans différentes régions du
monde avant l'élaboration du produit final. Il est demandé aux groupes utilisant
le matériel d'assurer constamment un retour d'information et de proposer des
améliorations ou de nouveaux domaines d'activité. Un suivi est également
assuré en fonction du nombre de visites de certaines parties du site Web et du
nombre de commandes d'insignes en tissu (remis aux guides et scouts lorsqu’ils
ont relevé le défi correspondant).
Résultats
De nombreux groupes de guides de scouts ont adopté l'insigne. Un nombre
croissant d'écoles ont également commencé à utiliser ces ressources. À ce jour,
5 000 livrets en anglais, 10 000 en italien, 2 000 en français et 100 000 en
espagnol ont déjà été demandés et 3 000 insignes ont été commandés par les
différents groupes.
Analyse des facteurs de succès
Forces
L'insigne est un outil qui peut être utilisé par tous les groupes de jeunes avec un
minimum de ressources et qui peut être adapté à différents contextes. Il motive
les jeunes pour les inciter à agir, ce qui va au-delà de la simple éducation. En
outre, cette ressource est amusante et motivante et elle encourage l'action entre
pairs sur les problèmes du changement climatique.
Faiblesses et risques
Il se peut que le chef ou l'enseignant n’ait pas toujours une pleine maîtrise ou
une pleine connaissance des problèmes (en particulier pour ce qui concerne le
changement climatique). Il doit alors utiliser le guide et les ressources destinés
aux jeunes ou peut demander un appui complémentaire à la FAO.
Contraintes
Problèmes rencontrés
Jusqu'à présent, la tâche la plus difficile a été l'information du public. Nous nous
efforçons de faire en sorte que tout le monde connaisse l'existence de cette
ressource. C'est la raison pour laquelle nous avons commencé à bâtir un réseau
plus puissant, afin de nous associer directement un plus grand nombre de
jeunes.
Problèmes non résolus
Le guide destiné aux jeunes doit être complété et produit dans d'autres langues
des Nations Unies.
Perspectives
Conditions pour que
l’initiative puisse être
reproduite avec succès
Le succès de cette action a donné lieu à la création d'autres insignes consacrés
à la biodiversité, puis aux océans, aux poissons, etc.
Pourquoi considérezvous qu’il s’agit d’une
bonne pratique ?
Il s'agit d'un outil éducatif novateur et efficace qui peut être utilisé par tous les
groupes et toutes les classes. Il offre un bon aperçu des problèmes à prendre
en compte et encourage chacun à poursuivre dans ce domaine. Les insignes et
certificats assurent une visibilité et encouragent les pairs à adopter des modes
de vie durables.
79
L’EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION
80
L’UNESCO a lancé la série Éducation pour le développement
durable en action – Bonnes pratiques pour encourager l’échange
de bonnes pratiques et d’expériences entre parties prenantes de
différentes parties du monde et les aider dans leurs efforts pour
mettre en œuvre l’éducation au service du développement
durable (EDD). Cette série présente des bonnes pratiques en
matière d’EDD sur des questions et des thèmes variés. Il s’agit
d’initiatives, de projets et de politiques étroitement liées à l’EDD
qui fournissent des exemples de pratiques, font naître des idées
et contribuent à l’élaboration des politiques.
Afin de soutenir l’intérêt croissant qui se fait jour pour le
changement climatique et l’EDD, l'UNESCO publie le présent
volume, qui contient 17 exemples de programmes consacrés au
changement climatique dans des environnements et selon des
pratiques relevant de l'EDD. Ces bonnes pratiques et
expériences partagées, fournies par des parties prenantes très
diverses, sont des exemples concrets de mise en œuvre réussie
de l'EDD dans différents domaines et différents secteurs, du
niveau des politiques à celui des écoles, ainsi que dans des
situations d'apprentissage formel, non formel et informel.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising