FUNCTIONELE WERKINGSSPECIALISATIES

FUNCTIONELE WERKINGSSPECIALISATIES
Morphologie de la police locale: Les zones de police
Aperçu général des données au 31-12-2002 :
Effectifs - Moyens matériels - Spécialisations fonctionnelles
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
TABLE DE MATIERES
AVANT-PROPOS ............................................................................................................ 5
PARTIE 1: INTRODUCTION ........................................................................................... 6
1. Généralités – Cadre légal ..................................................................................... 6
2. Méthodologie ........................................................................................................ 8
2.1. La réalisation/conceptualisation du
questionnaire électronique............................................................................ 8
2.2. Le flux des données – timing.................................................... 9
2.3. Guide le l’utilisateur – grille de lecture .................................... 11
3. Remarques formulées par les zones : tendances ............................................... 15
3.1. Les problèmes rencontrés lors du remplissage du
questionnaire .............................................................................................. 15
3.1.1. Les remarques relatives au contenu des questions (V.1) ................ 15
3.1.2. Les remarques relatives au format du questionnaire (V.2)............... 16
3.1.3. Les remarques relatives au manuel (V.3) ........................................ 16
3.1.4. L’appréciation de certains aspects du questionnaire ....................... 17
3.2. Les contacts avec les zones : appels et commentaires.......... 17
PARTIE 2: LES EFFECTIFS ......................................................................................... 18
1. Introduction ......................................................................................................... 18
2. Le personnel opérationnel................................................................................... 18
2.1. L’effectif minimal opérationnel (A.R. 5 septembre 2001) vs les
cadres organique et réel de la police locale................................................ 18
2.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .............................. 19
2.2.2. Aperçu selon la typologie des zones de police ................................ 21
2.2.3. Aperçu des zones de police par province ........................................ 22
2.2. Les normes d’encadrement (A.R. 7 décembre 2001) et le
cadre organique des zones de police ......................................................... 33
2.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .............................. 35
2.2.2. Aperçu selon la typologie des zones de police ................................ 36
2.2.3. Aperçu des zones de police par province ........................................ 36
2.3. Cadre organique / Cadre réel: le taux d’occupation à la
police locale au 31/12/2002 ........................................................................ 48
2.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .............................. 48
2.3.2. Aperçu par typologie des zones de police........................................ 49
2.3.3. Aperçu des zones de police par province ........................................ 50
2.4. Le personnel opérationnel selon le cadre: aperçu et
commentaires ............................................................................................. 57
2.4.1. Introduction ...................................................................................... 57
2.4.2. Répartition des effectifs opérationnels au sein des différents
cadres .............................................................................................. 58
2.4.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 58
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 1
2.4.2.2. Aperçu selon la typologie des zones de police .................... 59
2.4.3. Taux d’occupation au sein des différents cadres ............................. 60
2.4.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 60
2.4.3.2. Aperçu selon la typologie des zones de police .................... 62
2.4.4. Répartition des effectifs selon le sexe.............................................. 63
2.4.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 63
2.4.4.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 67
2.4.5. Répartition par classe d’âge............................................................. 69
2.4.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 69
2.4.5.2. Aperçu selon la typologie des zones de police .................... 73
2.5. Les compétences du personnel opérationnel : la qualité
d’OPJ 75
2.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .............................. 75
2.5.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police .................... 76
2.6. Autres données relatives aux effectifs opérationnels: Les
détachements, et indisponibilités................................................................ 77
2.6.1. Les différents types d’absence......................................................... 77
2.6.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 78
2.6.1.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 80
2.6.2. Les détachements............................................................................ 81
2.6.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 82
2.6.2.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 83
3. Le personnel administratif et logistique (CALog)................................................. 85
3.1. L’effectif minimal CALog (A.R. 5 septembre 2001) vs le
cadre réel de la police locale ...................................................................... 85
3.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .............................. 85
3.1.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police .................... 86
3.1.3. Aperçu au niveau des zones de police............................................. 87
3.2. Le personnel administratif et logistique selon le cadre:
aperçu et commentaires ............................................................................. 95
3.2.1. Répartition des CALog au sein des différents cadres ...................... 95
3.2.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 95
3.2.1.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 96
3.2.2. Répartition des CALog selon le sexe ............................................... 97
3.2.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 97
3.2.2.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 98
3.2.3. Répartition des CALog selon la fonction .......................................... 98
3.2.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial .................. 98
3.2.3.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ........ 99
3.2.4. Répartition des CALog selon le type de contrat ............................. 100
3.2.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 100
3.2.4.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police ...... 101
PARTIE 3 : MOYENS .................................................................................................. 102
1. Introduction ....................................................................................................... 102
1.1. Infrastructure ........................................................................ 102
1.1.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 102
1.1.2. Aperçu par typologie ..................................................................... 104
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 2
1.2. Équipement informatique...................................................... 104
1.2.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 104
1.2.2. Aperçu selon typologie................................................................... 106
1.3. Moyens de communication ................................................... 107
1.3.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 107
1.4.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 108
1.4.2. Selon la typologie........................................................................... 109
1.5. Équipement de circulation et équipement spécial ................ 110
1.5.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 110
1.5.2. Aperçu selon la typologie ............................................................... 111
1.6. Armement............................................................................. 112
1.6.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ............................................. 112
1.6.2. Aperçu selon la typologie ............................................................... 113
PARTIE 4: SPECIALISATIONS FONCTIONNELLES ................................................. 114
1. Répartition et cadre de référence...................................................................... 114
2. Existence de services spécialisés..................................................................... 115
3. Intérêt des services spécialisés – répartition du personnel ............................... 116
3.1.1. Les fonctionnalités de base............................................................ 117
3.1.1.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ................................. 117
3.1.1.2. Aperçu selon typologie ...................................................... 120
3.1.2. Les autres services de la fonction de police de base ..................... 121
3.1.2.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ................................. 121
3.1.2.2. Aperçu selon la typologie .................................................. 122
3.2. Services d’appui ................................................................... 122
3.2.1. Processus de politique ................................................................... 122
3.2.1.2. Aperçu selon la typologie .................................................. 123
3.2.2. Processus d’appui ............................................................. 123
3.2.2.1. Aperçu au niveau fédéral et régional ................................. 123
3.2.2.2. Aperçu selon la typologie .................................................. 124
3.3. Aperçu du personnel spécialisé............................................ 125
4. L’obtention de la norme minimale pour les six fonctionnalités de base............. 126
4.1. Cadre de référence............................................................... 126
4.2. Norme minimale des fonctionnalités de base ....................... 126
4.3. Evaluation de la norme......................................................... 127
4.3.1. Police de proximité......................................................................... 127
4.3.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 128
4.3.1.2. Aperçu selon la typologie .................................................. 130
4.3.1.3. Dérogations ou conditions supplémentaires ...................... 130
4.3.2. Accueil ........................................................................................... 131
4.3.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 131
4.3.2.2. Aperçu selon typologie ...................................................... 132
4.3.2.3. Dérogations ou conditions supplémentaires ...................... 132
4.3.3. Intervention .................................................................................... 133
4.3.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 133
4.3.3.2. Aperçu selon typologie ..................................................... 135
4.3.3.3. Dérogations et conditions supplémentaires ....................... 135
4.3.4. Assistance policière aux victimes................................................... 135
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 3
4.3.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 135
4.3.4.2. Aperçu selon typologie ...................................................... 136
4.3.4.3. Dérogations et conditions supplémentaires ....................... 136
4.3.5. Recherche et enquête locale ......................................................... 137
4.3.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ................ 137
4.3.5.2. Aperçu selon la typologie .................................................. 138
4.3.5.3. Conditions supplémentaires ou dérogations...................... 139
4.3.6. Ordre public ................................................................................... 139
4.4. Evaluation des normes de fonctionnement........................... 139
4.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial ......... 139
4.4.2. Aperçu selon la typologie ............................................... 140
5. Compléments relatifs aux fonctions de base..................................................... 143
5.1. Introduction ............................................................................. 143
5.2. Points détaillés par fonctionnalité de base ........................... 143
5.2.1. Travail de quartier .......................................................................... 143
5.2.2. Accueil ........................................................................................... 143
5.2.2.1. Type point d’accueil........................................................... 143
5.2.2.2. Type de personnel............................................................. 144
5.2.2.3. Permanence et heures d’ouverture ................................... 145
5.2.3. Intervention .................................................................................... 146
5.2.3.1. Organisation du service..................................................... 146
5.2.3.3. Nombre de personnes par équipe ..................................... 147
5.2.3.4. Temps d’arrivée zonal ....................................................... 148
5.2.3.5. Capacité des équipes d’intervention.................................. 148
5.2.3.6. Interventions non urgentes ................................................ 149
5.2.4. Assistance policière aux victimes................................................... 149
5.2.4.1. Organisation du service..................................................... 149
5.2.4.2. Type personnel collaborateur spécialisé ........................... 149
5.2.5. Enquête et recherche locale .......................................................... 150
5.2.5.1. Organisation du service..................................................... 150
5.2.5.2. Formation spécialisée tâches judiciaires ........................... 150
5.2.6. Ordre public ................................................................................... 150
5.2.6.1. Organisation du service..................................................... 150
6. Accords zonaux ................................................................................................ 152
LIJST VAN DE POLITIEZONES / LISTE DES ZONES DE POLICE ........................... 155
COLOPHON ................................................................................................................ 160
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 4
Ministre de l'Intérieur
Direction des Relations avec la Police Locale
Police
Square Victoria Régina 1
1210 BRUXELLES
AVANT-PROPOS
Bref historique et objectif de la 'collecte de données morphologiques' - contexte
Depuis le début des années ‘90, le ‘Point d’appui’ de la Direction Générale
Politique de Sécurité et de Prévention (avant Police générale du Royaume) tout d’abord,
et ensuite la Division Appui en matière de Politique Policière du Service général d’appui
policier (SGAP), et enfin, la Direction de la banque de données national (DSB – pour les
données de la Police fédérale) et la Direction des Relations avec la Police locale (CGL –
pour les données de la police Locale), font un tour d’horizon des données statistiques
en matière d’organisation et de moyens des services de police de Belgique.
Le but est simple: il s’agit d’offrir un ‘portrait-robot’ fiable du nouveau paysage
policier que forment les zones de police aux autorités policières, administratives et
judiciaires et constituer ainsi, au sein de la police fédérale, un pôle de référence pour les
informations relatives à la police locale. D’autre part, la même démarche effectuée pour
la police fédérale et donc l’utilité d’un outil simple et fonctionnel pour récolter les
données de la manière la plus uniforme possible.
MARS 2004
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 5
PARTIE 1: INTRODUCTION
1.
Généralités – Cadre légal
Le rapport qui suit est la suite d’une démarche qui perdure depuis plus de 10 ans.
Depuis 1990, les 3 services de police de l’époque faisaient déjà l’objet d’un recueil de
données morphologiques. Sous l’impulsion de la division « Appui en politique policière »
du Service général d’appui policier1, ce recueil, effectué sur base annuelle, s’adressait
aux trois services de police et visait à dresser un portrait-robot du paysage policier à
une date de référence, en l’occurrence le 31 décembre de chaque année.
Avec la mise en place d’un service de police intégré, structurée à deux niveaux
(la police fédérale et la police locale), le recueil des données morphologiques – qui n’a
pas eu lieu en 2001 – devait être adapté : c’est ainsi qu’il a été décidé d’organiser un
recueil de données de la police fédérale (ce dernier est assuré par DSB/E) et un recueil
de données pour la police locale (organisée par CGL/morpho) et d’obtenir, au sein
même de la police fédérale, un autre regard sur la police locale. Dans ce cadre, la
perspective de CGL, dont les missions concernent directement la police locale, est
d’obtenir un premier ‘portrait-robot’ de la police locale. Ce premier recueil d’informations
relatives aux zones de police constituera donc une mesure ‘nulle ‘ de la police locale et
se résume en une analyse sommaire des données envoyées par les zones de police.
Le présent rapport de synthèse « Morphologie de la police locale : les zones de
police » tente donc d’offrir un descriptif quantitatif général des moyens humains et
matériels dont disposent les zones de police. Ces données quantitatives, présentées
sous forme de tableau, sont agrémentées de graphiques et cartes et permettent
d’illustrer de manière plus visuelle certaines observations. Les fonctionnalités de police
de base, ainsi que les autres types de fonctionnalité, seront abordées dans un chapitre
séparé.
Les bases juridiques du recueil de données morphologiques se retrouvent à
l’article 5, a) de l’Arrêté royal du 3 septembre 2000 (MB 23/09/2000) ainsi que, pour son
exécution, dans la Circulaire PLP 30 du 9 janvier 2003 sur le recueil de données
morphologiques (publiée le 26 février 2003) qui stipulait dès son premier point que « les
données recueillies doivent avant tout offrir la possibilité aux autorités compétentes et à
toutes les personnes concernées par les affaires policières d’avoir une image fidèle du
paysage policier belge composé d’un service de police intégré, structuré à deux
niveaux ».
1
Anciennement Point d’appui, Criminalité, Police administrative et Administration de la justice pénale. Le
SGAP fut créé par l’A.R. du 11/07/1994 et a disparu le 31/12/2000.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 6
Les données morphologiques répondent à des besoins réels du monde policier
(cfr. les demandes émanant de différentes directions de la police fédérale, des SCA, de
l’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale, les zones de police,
etc.) mais aussi de différentes autorités (Administrations provinciales, INCC, Interpol,
ambassades, IBSR, Comité P, Services publics fédéraux – Justice, Intérieur, etc. –
DGPSP, etc.) ou de particuliers (parlementaires, étudiants, journalistes, partis politiques,
etc.). Certains thèmes peuvent faire et feront l’objet, selon les contingences, d’analyses
plus approfondies. Certaines de nos publications seront reprises sur le site web de CGL.
En outre, il est toujours loisible aux personnes intéressées de nous contacter et de
formuler des demandes plus spécifiques. Nous tentons, dans la mesure du possible et
fonction des chiffres dont nous disposons, d’y apporter les réponses.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 7
2.
Méthodologie
La méthodologie qu’utilise le module ‘morphologie’ depuis le début de
l’enregistrement, consiste en une procédure de collecte annuelle qui fixe la situation au
31/12 de chaque année civile pour tous les corps et unités des services de police. Par le
passé, on s’efforçait de collecter de manière uniformisée un certain nombre de données
de base des 3 services de police. L’uniformité qui avait été définie lors de l’apparition de
l’instrument de saisie statistique avait pour objectif de comparer les différents services
de police entre eux.
Cette méthode de collecte a évidemment fondamentalement évolué avec la
réforme des services de police, même si la date de référence est restée identique. De la
version ‘papier’ du questionnaire, la collecte a été réalisée cette année 2002 via un
mode électronique (fichier ‘excel’) qui présente le double avantage :
-
de faire gagner un temps considérable aux personnes chargées de remplir le
questionnaire dans les zones;
d’opérer immédiatement une série de « contrôle de validité » des données
encodées (v. infra).
La collecte des données morphologiques s’est donc réalisée en plusieurs
étapes :
2.1.
La réalisation/conceptualisation du questionnaire électronique
Le nouveau questionnaire ‘police locale’, élaboré en 2002 – et qui reprend dans
sa grande partie la structure des questionnaires précédents, à savoir les effectifs, la
logistique ou moyens matériels et les fonctionnalités – avait préalablement été soumis à
différentes directions et institutions du monde policier :
c’est ainsi que plusieurs directions de la police fédérale ont été
interpellées : CGC, DGP/DPG, DGM/DMG, DGS/DSB ;
la Direction générale de la Politique de sécurité et de Prévention
(DGPSP) (l’ex-Police générale du Royaume-PGR) avait également été
contactée ;
La Commission permanente de la Police locale (CPPL).
Tous ces partenaires ont émis de nombreux avis et remarques, dont il a été tenu
compte et qui ont entraîné la modification de nombreuses questions dans le
questionnaire, et une refonte de certains chapitres.
En ce qui concerne le remplissage du questionnaire par les zones de police, le
modèle électronique, qui ne nécessite aucune connaissance préalable spécifique pour
l’utilisateur, a permis d’insérer des « contrôles » dans le fichier qui visent à la cohérence
interne des données (validité des données entre elles) – ce sont les 14 messages
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 8
d’erreurs indicatifs et qui signalent à l’utilisateur une incohérence dans les réponses
formulées2. Ce type de contrôle ne nous garantit pas le retour des questionnaires
correctement remplis, mais permet de repérer d’éventuelles erreurs restantes.
D’autres contrôles plus contraignants étaient prévus : ce sont les « validations ».
On retrouve 31 validations contraignantes à travers le questionnaire, elles permettent
d’imposer le format de réponse souhaité (oui/non, nombre entier, etc.) et imposent à
l’utilisateur de remplir la case3.
Les années précédentes, un contrôle de cohérence externe – qui consistait à un
contrôle de vraisemblance des données avec les années précédentes – étaient réalisés.
Comme mentionné supra, cette année constitue l’année 0 de la morphologie de la
police locale au sein de la police intégrée structurée à deux niveaux.
En outre, comme les années précédentes, un manuel destiné à expliciter
quelques notions difficiles du questionnaire. Il passe en revue le questionnaire,
commente les questions et donne quelques conseils afin de répondre de la manière la
plus adéquate possible aux questions. Ce manuel a également été mis en ligne sur le
site web de CGL (v. infra).
2.2.
Le flux des données – timing
La circulaire ainsi que les disquettes ont été envoyées aux zones de police via
les Gouverneurs de province. Suite à des retards dans la publication de la circulaire, les
responsables provinciaux pouvaient également informer les zones de police de la
possibilité de télécharger le fichier sur le site web de CGL4. Ce système a entraîné un
gain de temps considérable et certaines zones ont pu renvoyer le questionnaire avant le
premier délai imposé.
Une fois le fichier complété par les zones, il était renvoyé via courriel ou sur
disquette à notre Direction – la version ‘papier’ devait être signée par les responsables
de la zone de police (bourgmestre-président et chef de zone). Après quelques
manipulations destinées à vérifier la cohérence des données et la complétude du
remplissage, soit des corrections étaient apportées au fichier après avoir reçu l’aval des
zones de police, soit les données du fichier étaient directement importées dans la base
de données ad hoc.
2
Par exemple : « La capacité est supérieure au cadre réel » ou « Le nombre de véhicules 4 roues doit
être égal au nombre total de véhicules selon le kilométrage ». Ces messages apparaissent directement
en rouge à l’écran et attirent l’attention de l’utilisateur.
3
Malgré toutes les précautions prises lors de l’élaboration du questionnaire, nous avons pu constater
qu’un certain nombre de zones avaient rempli le questionnaire après l’avoir renommé / ouvert sous un
autre nom. Ce changement de nom entraînait des modifications invisibles pour l’utilisateur mais
supprimait tous les contrôles et formules préalablement insérés dans le fichier. Ce qui explique que nous
avons reçu des questionnaires où des erreurs d’encodage subsistaient.
4
Fichier Excel, URL : www.infozone.be/services/morphologie de la police locale/ publications. Un manuel
sous format PDF a également été rédigé et est disponible à la même adresse URL.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 9
En ce qui concerne les délais, suite à un retard dans la publication de la circulaire
qui prévoyait initialement la date du 31 janvier 2003 (pt 3.4. de la circulaire), de
nombreuses zones nous ont demandés des délais supplémentaires notamment au vu
de la quantité d’informations demandées par rapport au délai accordé.
En ce qui concerne la ligne du temps de la réception des questionnaires
‘morphologie’, il a été uniquement tenu compte des observations relatives à la réception
de la version électronique (fichiers Excel), et non de la réception, via courrier, de la
version signée imprimée.
Questionnaires 'morpho' renvoyés sous format électronique (excel) /
Vragenlijsten "morfo" teruggestuurd in elektronisch formaat (excel)
Évolution mensuelle par région / Maandelijkse evolutie naar gewest
last update: 16/06/2003
60%
Wall (72)
50%
VL (118)
BXL (6)
40%
Belg (196)
30%
20%
10%
0%
jan
fev
mars
avril
mai
Wall (72)
18,06%
48,61%
22,22%
4,17%
4,17%
VL (118)
33,90%
49,15%
16,10%
0,85%
0,00%
BXL (6)
0,00%
50,00%
16,67%
16,67%
0,00%
27,04%
48,98%
18,37%
2,55%
1,53%
Belg (196)
Un rapide coup d’œil sur les graphiques ci-dessous nous apprend que :
-
-
Au niveau national, près de la moitié des questionnaires (48,98%) nous sont
parvenus dans le courant du mois de février, alors que plus d’un quart des
fichiers (27,04%) avaient été retournés à CGL avant le 31 janvier. Au total, fin
février, CGL était déjà en possession de plus de 75% des questionnaires.
Un tiers des zones flamandes (33,90%) avaient par ailleurs déjà transmis
leurs données pour la fin janvier. Au 28 février, 83,05% des questionnaires
néerlandophones avaient été transmis à CGL, contre 66,67% pour zones de
police en Région wallonne. En ce qui concerne la région de BruxellesCapitale, 3 zones de police sur 6 – d’où le taux élevé de 50% ! – avaient
rentré leur questionnaire.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 10
Le second graphique présente l’évolution hebdomadaire du flux des
questionnaires renvoyés à CGL. On constate immédiatement qu’à la fin février, 160
questionnaires (soit 81,63%) étaient déjà en notre possession. Les trois mois suivants,
CGL n’a reçu qu’une trentaine de questionnaire, à savoir 15,3% de la totalité des zones
de police.
Évolution hebdomadaire du flux de questionnaires renoyés à CGL /
Wekelijkse evolutie van de naar CGL teruggestuurde vragenlijsten
last update: 16/06/2003
180
160
140
120
100
80
60
40
20
2.3.
28-05-2003
21-05-2003
14-05-2003
7-05-2003
30-04-2003
23-04-2003
16-04-2003
9-04-2003
2-04-2003
26-03-2003
19-03-2003
12-03-2003
5-03-2003
26-02-2003
19-02-2003
12-02-2003
5-02-2003
29-01-2003
22-01-2003
15-01-2003
8-01-2003
1-01-2003
0
Guide le l’utilisateur – grille de lecture
Deux ‘approches’ géographiques sont adoptées ici : l’une aborde un niveau
géographique approfondi en allant du fédéral au local, en passant par le provincial et le
régional. L’autre, plus limitée, n’aborde que les aspects fédéral, régional et provincial
(10 provinces + l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale). L’ordre de
présentation suivi dans ce présent travail se base sur les codes des zones de police5.
En plus de cette approche géographique classique, il a été systématiquement procédé à
une description via la typologie des zones de police.
La typologie des zones de police6 permet d’offrir une autre perspective sur la
répartition des zones. Il ne s’agit plus d’une analyse géographique sensu stricto– avec
des données pour un territoire défini – mais bien d’une considération de la zone à un
5
Les codes de zones de police vont de 5267 à 5462. On retrouve de 5267 à 5338 les provinces
wallonnes, de 5339 à 5344, les 6 zones de police bruxelloises, et enfin, de 5345 à 5462, les zones de
police flamandes. Voir la liste en annexe.
6
Document de référence : Politiezone-typologie 04/2000, Chris DICKENS. Les 2 facteurs dont cette
typologie tient compte sont d’une part, l’aspect fonctionnel de l’urbanisation (fonction de centre, degré
d’équipement, etc.) et, d’autre part, l’aspect morphologique (densité de population, de construction, etc.)
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 11
niveau plus socio-économique. Le tableau ci-contre met en évidence la répartition des
zones de police au sein de cette typologie.
Cette dernière contient 5 catégories7:
-
1 : grande ville (5 grandes villes : Bruxelles-Ville, Charleroi, Liège, Gand,
Anvers)
-
2 : ville régionale ou commune de Bruxelles-18 (Bruxelles-19 sans BruxellesVille)
-
3 : commune d’agglomération et petite ville bien équipée
-
4 : petite ville moyennement ou faiblement équipée OU commune fortement
urbanisée
-
5 : commune moyennement ou faiblement urbanisée morphologiquement
Typologie ZP: Répartition /
Typologie PZ: Verdeling
1
7%
2
13%
3
20%
5
33%
4
27%
7
Voir la liste en annexe.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 12
Typologie politiezones/zones de police
Pour la lecture des tableaux sous les points 3.2.1. et 3.2.3. relatifs au cadre
administratif et logistique (niveau et fonction), il y a lieu de suivre la méthode de lecture
suivante. D’une part, les niveaux du personnel administratif et logistique sont au nombre
de quatre : le niveau A, le niveau B, le niveau C et le niveau D8. D’autre part, il sera
également question du type de personnel selon la fonction exercée par celui-ci. Pour ce
faire, les catégories reprises précédemment dans les questionnaires ‘Morphologie’ ont
été reprises. Les fonctions administratives, techniques et d’appui en politique policière
furent explicitées comme suit dans le manuel destiné aux zones de police:
Administratif: secrétariat, comptabilité, traduction, dactylo,
Technique : informaticien, travailleur social, assistant en psychologie, chauffeur, personnel
d’entretien,
APP (Appui en politique policière): analyste stratégique, criminologue
En ce qui concerne la lecture des tableaux proprement dite et le texte descriptif y
afférant, il a été fait usage de méthodes ‘classiques’ de calcul: somme, pourcentage,
moyenne, etc. A noter que pour cette dernière, on veillera ne pas confondre, d’une part ,
le pourcentage moyen de la province, de la région, etc. ; celui-ci calcule en fait le
pourcentage du total du territoire concerné et sera donc influencé par le pourcentage
8
Art II.III.1 de l’A.R. du 30 mars 2001 portant la position juridique du personnel des services de police
(PJPol/Mammouth)
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 13
des zones de police importantes (par exemple : le total des effectifs des zones de police
composant une province, qui est directement influencé par les effectifs de certaines
zones de police…) avec, d’autre part, la moyenne des pourcentages représentant
simplement une moyenne des différents pourcentages obtenus par les entités
composant le territoire visé – cette moyenne n’est plus influencée par les zones de
police importantes. Lorsque nous pensons que cette différence est significative dans
notre description, une remarque a été ajoutée afin de la souligner. De plus, et lorsque le
texte le mentionne, un calcul de corrélation a été effectué pour certains tableaux afin de
vérifier l’hypothèse avancée. Le présent document est avant tout un rapport descriptif
sur la situation enregistrée à la date de référence. Il ne constate donc que des
tendances.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 14
3.
Remarques formulées par les zones : tendances
Pour la première fois depuis que les données morphologiques sont recueillies
annuellement, il a été donné aux participants, à savoir les zones de police, la possibilité
de compléter une quatrième partie intitulée « Évaluation du questionnaire
‘morphologie’ »9. Cette partie donnait concrètement la possibilité aux zones de police de
nous faire part d’éventuels problèmes qu’elles auraient rencontrés.
Ces questions concernaient les problèmes rencontrés lors du remplissage du
questionnaire concernant le contenu des questions, le format électronique du
questionnaire et le manuel d’instructions accompagnant ce dernier. Un dernier tableau
permettait aux zones de police de donner une appréciation plus générale de 1 à 5 sur
différents aspects du questionnaire : la forme, le remplissage, les messages d’erreurs,
la formulation ainsi que le contenu du questionnaire.
Parmi les différentes remarques formulées par les zones de police, nous ne
pouvons passer outre les nombreux coups de téléphone reçus par CGL émanant des
zones de police ; les personnes chargées du remplissage du questionnaire nous
contactaient souvent pour poser des questions ou plus simplement pour formuler des
remarques. Tous ces appels ont été inventoriés et feront l’objet d’une courte analyse
dans les chapitres suivants.
Nous remercions par ailleurs toutes les zones de police nous ayant contacté ou
ayant formulé des remarques. Elles serviront sans nul doute à améliorer les
questionnaires à venir.
3.1. Les problèmes rencontrés lors du remplissage du questionnaire
3.1.1. Les remarques relatives au contenu des questions (V.1)
Sur les 193 zones de police10 dont les questionnaires nous sont parvenus au
moment de la rédaction de cette partie du rapport, 97,7% des zones de police ont
répondu à cette partie. Les pourcentages repris dans ce chapitre ont été calculés sur
base des 193 zones dont les questionnaires nous été envoyés à ce jour (et donc pas
par rapport aux répondants).
55 zones ont signalé avoir eu des problèmes avec la clairté de certaines
questions (+/- 28%).
28 zones, soit 14,51%, avouaient quant à elle qu’il n’était pas toujours clair
qu’une question était oui ou non destinée à la zone. Toutes les zones ayant répondu
dans l’affirmative ont repris comme questions ‘problématiques’ pour leur zone les
9
Voir les questions V.1. à V.5. inclus (page 37 de la version imprimée)
Ces remarques préliminaires ont été écrites sur base des commentaires en notre possession en date
du 30 juin 2003. Les 3 derniers questionnaires ayant été reçus dans le courant du moins de juillet. Nous
pensons toutefois que le nombre de zones sur lequel se base cette partie est suffisant pour en dégager
les principales tendances.
10
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 15
questions posées dans la partie ‘fonctionnalité’. Ces questions ayant été rédigées pour
toutes les zones de police – et donc des zones de police de configuration très différente
comme la zone de police de Couvin-Viroinval et celle d’Anvers, elles ne correspondaient
pas toujours à la réalité que l’on pouvait retrouver sur le terrain.
A la question « Il y avait des questions pour lesquelles il était très difficile de
formuler une réponse correcte » (V.I.3.1.), 70 zones (soit 36,27%) ont répondu ‘oui’. De
nombreuses questions (plus de la moitié) de la partie « Fonctionnalités » ont été
reprises à titre d’exemple, ce qui vient corroborer les remarques formulées dans le
paragraphe précédent.
Concernant les questions auxquelles les zones devaient répondre et qui selon
elles ne s’appliquaient pas à leur zone, 27,46% (53 zones) ont répondu par « oui ». Une
fois encore, toutes les remarques concernaient les questions sur les fonctionnalités.
3.1.2. Les remarques relatives au format du questionnaire (V.2)
Par rapport à l’utilisation du fichier ‘excel’, nous constatons dans l’ensemble que
les utilisateurs ont été satisfaits du fonctionnement questionnaire électronique : 9,33%
ont trouvé que le remplissage du questionnaire à l’écran était trop compliqué, 10,88%
ont trouvé le questionnaire trop large pour leur écran. La police de caractère et
l’impression du fichier n’ont pas posé de problèmes (respectivement 4,15% et 7,77%
des zones les ont trouvées inadéquates). L’ouverture (9,33% de problèmes) et la
sauvegarde du fichier (11,40% de problèmes) ont également été des opérations
faciles pour les zones. 10,88% des zones ont reçu des messages d’erreur alors que les
données étaient correctement remplies. 24,87% des zones ont rencontré des difficultés
pour utiliser le format adéquat11 (ex : n° de téléphone). Des cases explicatives12 avaient
été placées à chaque point important du questionnaire ; 77,2% des zones les ont
trouvées utiles.
Comme méthode de remplissage du questionnaire, 61,66% des zones ont
préféré remplir d’abord la version ‘papier’, puis la version électronique. Ceci peut
s’expliquer par le fait que le questionnaire soit divisé, une fois imprimé, en chapitres qui
sont eux-mêmes ‘dispatchés’ au sein des services concernés.
3.1.3. Les remarques relatives au manuel (V.3)
Apparemment utilisé par de nombreuses zones (plus de 90%), le manuel ne
contenait manifestement pas assez d’informations : 57% des zones de police ont trouvé
qu’il fournissait suffisamment d’explications. En ce qui concerne la convivialité du
manuel, 88% ont répondu par l’affirmative.
11
12
Voy. la remarque en note de bas de page 2 concernant l’utilisation du questionnaire.
Ces cases (en italique) rappelaient les règles de comptage, définissaient les concepts utilisés, etc.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 16
3.1.4. L’appréciation de certains aspects du questionnaire
Il a été donné aux zones la possibilité de donner une appréciation ‘chiffrée’ de
certains aspects du questionnaire13. Nous avons synthétisé ces appréciations dans le
tableau suivant :
Aspect du questionnaire
Moyenne nationale
des appréciations
La forme du questionnaire
Le remplissage ‘électronique’ (à l’écran)
Les messages d’erreur qui apparaissent à l’écran
La formulation des questions
Le contenu du questionnaire
3,71
3,91
3,94
3,24
3,28
L’appréciation générale varie donc entre le satisfaisant et le bon ; ce qui confirme
les pourcentages positifs quant au modèle électronique du questionnaire repris dans les
chapitres précédents.
3.2.
Les contacts avec les zones : appels et commentaires
Nous avons répertorié environ 120 appels émanant majoritairement des zones de
police. Sans détailler tous les appels reçus, nous aborderons les sujets les plus abordés
au cours de ces appels.
Le chapitre le plus abordé est celui des fonctionnalités/spécialisations. 33% des
appels concernait cette partie, ce qui constitue un pourcentage non négligeable mais
relativement ‘normal’ dans le sens où c’est ce chapitre qui nécessitait le plus
d’interprétation de la part des répondants. Et ce même si le questionnaire tendait à une
uniformité dans la manière de répondre.
Les 2 autres parties (effectifs et moyens matériel) ont quasiment fait l’objet du
même nombre de question : 13,5% des appels pour le volet ‘effectif’ ; 10,2% pour les
moyens matériels.
Les problèmes techniques (impression, download, compression de fichier, etc.)
correspondent quand même à 12,7% des appels.
Les autres appels concernaient en vrac : le questionnaire ‘Entraînement en
maîtrise de la violence’, inséré dans le questionnaire ‘morphologie’ à la demande de
DPF (2) ; un problème de lay-out du fichier à l’écran (1) ; des questions concernant la
circulaire ministérielle (5) ; une demande de délai supplémentaire (1), etc.
13
L’échelle utilisée était celle-ci : 1=mauvais ; 2=sur de nombreux points améliorables ; 3=satisfaisant ;
4=bon ; 5=très bon
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 17
PARTIE 2: LES EFFECTIFS
1.
Introduction
La partie ‘effectifs’ du questionnaire ‘morphologie’ envoyé aux zones de police
contenaient principalement des informations concernant les grades, les détachements,
l’âge, les indisponibilités et absences du personnel policier, ainsi que des données sur
le personnel CALog présent dans la zone de police.
Vu les nombreuses possibilités de rapportage offertes par les données chiffrées,
le choix des tableaux proposés demeure subjectif. Nous pensons cependant avoir opté
pour les informations les plus pertinentes, mises en évidence dans des tableaux,
graphiques et schémas appropriés.
Pour rappel (Cf. Manuel destiné aux zones de police, p.7), en ce qui concerne le
fondement légal des grades utilisé dans le questionnaire ‘morphologie’, la classification
utilisée dans les grades du personnel policier se base sur celle reprise à l’article 2.2.1. –
Chapitre 1 : Les grades et les échelles de traitement, Section 1 : Les grades – de
l’Arrêté royal portant la position juridique du personnel des services de police (30 Mars
2001) qui répartit les membres du personnel policier en 4 types de cadres : le cadre
d’officiers, le cadre moyen, le cadre de base et le cadre auxiliaire. Le cadre administratif
et logistique distingue les niveaux A, B, C et D au sein de son personnel.
Les différentes échelles barémiques prévues pour chacun de ces grades ne font
l’objet d’aucune question dans le questionnaire, pas plus que le cadre linguistique pour
les zones de police bruxelloises14.
Nous rappelons en outre que le cadre organique des effectifs du cadre
opérationnel est déterminé par le conseil communal (pour les zones de polices – ZP –
monocommunales) ou par le conseil de police (pour les ZP pluricommunales),
conformément aux normes minimales fixées par le Roi (Art. 47, L.P.I. du 7 décembre
1998).
2.
Le personnel opérationnel
2.1. L’effectif minimal opérationnel (A.R. 5 septembre 2001) vs les cadres
organique et réel de la police locale
Si la loi organisant un service de police intégré à deux niveaux date du 7
décembre 1998, l’Arrêté royal déterminant l’effectif minimal du personnel opérationnel et
14
Une question concernant le cadre linguistique pour les zones de police bruxelloises sera ajoutée dans
le questionnaire morphologique 2004, données de référence du 31 décembre 2003.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 18
du personnel administratif et logistique de la police locale date du 5 septembre 2001.
Cet Arrêté royal a été pris en application de l’article 38 de la loi du 7 décembre 1998, qui
prévoit que c’est au Roi de déterminer, pour chaque zone de police, l’effectif minimal du
personnel opérationnel et du personnel CALog15.
Les tableaux ci-dessous reprennent, pour chaque zone et par province, l’effectif
minimal du cadre opérationnel repris dans l’annexe 1 de l’Arrêté royal du 5 septembre
2001 ainsi que les cadres ‘organique’ et ‘réel’ (voir définition supra) ; les autres colonnes
serviront à éclairer les différences constatées entre ces deux ‘normes’.
2.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Sur le graphique ci-dessous, on constate que 55% des écarts entre les cadres
organiques et les effectifs minimum opérationnels (195 observations) se situent de 0%
et 10%. Cette répartition se présente comme ceci : 37 zones ont un cadre organique
identique à l’effectif minimal opérationnel de l’arrêté royal, 71 zones ont un écart de 10%
ou moins, 44 entre 10 et 20%, 43% supérieur à 20%, avec, pour rappel, le pourcentage
le plus élevé (88,89%) pour la zone de police de Voeren (Province du Limburg).
Cadre organique-Eff. min. OPS: Répartition des écarts /
Org. Kader-Min. Eff. OPS: verdeling van de verschillen
(195 observations / 195 observaties)
19%
36%
Ecart/Verschil = 0%
Ecart/Verschil 0-10%
Ecart/Verschil 10-20%
Ecart/Verschil > 20%
22%
23%
L’effectif minimal opérationnel, comme le précise l’arrêté royal du 5 septembre, a
été déterminé de façon à ce qu’il se rapproche « le plus possible » de l’effectif des expolices communales et des ex-brigades territoriales de la gendarmerie. Comme le
montre également le tableau de synthèse, 59 des 196 zones de police du Royaume
(soit 30,10%) n’atteignent, au 31 décembre 2002, les prescriptions de l’arrêté royal
relatif à l’effectif minimal opérationnel. Au niveau national, au 31/12/2002, on dénombre
455 fonctionnaires de police supplémentaires dans la cadre réel, par rapport au 26.595
prescrits (soit 1,71% de plus). Toutefois, au niveau régional, les écarts sont plus
divergents puisque la Wallonie et la Flandre dépassent largement l’effectif minimal total
(+ 20,94% et + 14,12%). A Bruxelles-Capitale, ces ont 119 policiers sur les 4.855
prévus qu’il manque, soit 2,45% (cf. infra).
15
Le personnel du cadre administratif et logistique (CALog) sera étudié au point 3.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 19
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Diff./
Min. eff.
Verschil
Verschil
C.O.-O.K.
C.R. OPS
C.O.-O.K. % écart /
C.R.-F.K.
OPS
F.K. OPS
pesoneel
(morfo) - verschil
(morfo) morfo
Morfo
(AR/KB
KB 05KB 05-0905-0909-2001
2001
2001)
WAL
BRU
VL
tot Belg
8554
4855
13186
26595
9671
5114
14306
29091
1117
259
1120
2496
70,62%
5,33%
41,46%
9,39%
8816
4736
13498
27050
262
-119
312
455
% écart /
verschil
# ZPZ
# ZP avec
cad.réel <
eff minimal
OPS / # PZ
met
feit.kad. <
Min.OPS
eff.
20,94%
-2,45%
14,12%
1,71%
72
6
118
196
14
5
40
59
Le tableau de synthèse ci-dessous reprend, pour chaque province, la somme des
effectifs minimum opérationnels pour chaque zone, la somme des cadres organiques et
réels, la différence entre le cadre organique et les effectifs minimum opérationnels et
cette différence exprimée en pourcentage et les mêmes informations concernant le
cadre réel. Les deux dernières colonnes reprennent d’une part, le nombre de zones de
police par province, et, d’autre part, le nombre de zones de police dont le cadre réel
n’atteint pas la norme d’effectif minimal opérationnel. Ceci se confirmera dans le tableau
infra: le cadre réel des actuelles zones de police est en effet, pour toutes les provinces,
légèrement supérieur à l’effectif minimal opérationnel. Seul l’Arrondissement
administratif Bruxelles-Capitale a un cadre réel total – légèrement – inférieur à l’effectif
minimal opérationnel : 4.736 policiers au cadre réel au 31/12/2002 au lieu des 4.855
prévus par l’Arrêté royal. Ce qui donne une différence de 119 unités pour l’ensemble
des 6 zones bruxelloises. Cette situation, au 31 décembre 2002, est donc plutôt
réconfortante pour les zones de police bruxelloises. Des données du secrétariat social
pour le mois de juin 2003 font état d’une légère augmentation des cadres réels : 5 unités
sur l’ensemble des 6 zones bruxelloises16.
L’écart total est de 2.496 unités, soit 9,39% des 26.595 unités de la première
colonne. La moyenne des différents pourcentages provinciaux s’élève à 10,68%. A part
les pourcentages élevés des provinces de Brabant wallon (29,51%) et du Hainaut
(17,41%), les pourcentages des autres provinces sont relativement proches de la
moyenne nationale, et la province de West-Vlaanderen passe sous la barre des 5%.
16
Répartie comme suit : -39 pour Bruxelles-Capitale/Ixelles, +34 pour Bruxelles Ouest, -13 pour la zone
Midi, -14 pour la zone Uccle/W-B/Auderghem, +10 pour la zone Montgomery et +17 pour la zone
Evere/Schaerbeek/St Josse-ten-Noode.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 20
Eff Min.
Diff. /
OPS /
Verschil
Min. eff.
C.O.C.O.-O.K.
OPS
O.K.
% écart / C.R. / F.K.
OPS
pesoneel
(morfo) verschil
Morfo
morfo
(AR/KB
– AR/KB
05-0905-092001)
2001
Diff./
Verschil
C.R.% écart /
F.K.
verschil
(morfo)
- KB 0509-2001
# ZPZ
# ZP
avec
C.R. <
eff min
OPS / #
PZ met
F.K
<min.
Eff OPS
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VLB
OVL
WVL
671
2898
561
1092
3332
4855
4293
1406
1815
3077
2595
869
3089
602
1199
3912
5114
4622
1489
1998
3475
2722
198
191
41
107
580
259
329
83
183
398
127
29,51%
6,59%
7,31%
9,80%
17,41%
5,33%
7,66%
5,90%
10,08%
12,93%
4,89%
728
2.904
580
1.148
3.456
4.736
4.344
1.494
1.854
3.184
2.622
57
6
19
56
124
-119
51
88
39
107
27
8,49%
0,21%
3,39%
5,13%
3,72%
-2,45%
1,19%
6,26%
2,15%
3,48%
1,04%
10
20
6
13
23
6
25
18
27
29
19
1
4
1
1
7
5
9
2
10
8
11
tot Belg
26595
29091
2496
9,39%
27.050
455
1,71%
196
59
2.2.2. Aperçu selon la typologie des zones de police
Typo
1
2
3
4
5
Tot Belg.
Verschil
C.O.Minimum eff. C.O.-O.K.
O.K.
OPS KB 05OPS
(morfo)
09-2001
morfo
- KB 0509-2001
7124
7720
596
6675
7153
478
4704
5197
493
4594
5115
521
3498
3906
408
26595
29091
2496
% écart
/
verschil
C.R.F.K.
OPS
morfo
11,07%
6,92%
10,88%
12,78%
14,05%
7157
6626
4767
4781
3719
9,39%
27050
Verschil
C.R.% écart
F.K.
/
(morfo)
verschil
- KB 0509-2001
33
0,46%
-49
-0,73%
63
1,34%
187
4,07%
221
6,32%
455
1,71%
Ce sont les zones de police de typologie 4 et 5 qui ont en moyenne les tableaux
organiques les mieux fournis. En chiffres absolus, les zones de police de type 1 ou 4
dépassent les 500 hommes dans leur cadre organique par rapport aux effectifs
minimum opérationnels prévus.
En ce qui concerne le cadre réel, seule la typologie 2 ( ‘ville régionale’ ou
‘Bruxelles-18’) présente un total des effectifs réels inférieurs à la norme ‘effectif
minimal’. Les 5 grandes villes du pays (Bruxelles-Ville, Liège, Gent, Antwerpen et
Charleroi) ont un cadre organique important par rapport à l’effectif minimal, mais ne
présente qu’un surplus de 0,46% du cadre réel par rapport à cette même norme.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 21
2.2.3. Aperçu des zones de police par province
-
Province du Brabant wallon
5267 ZONE NIVELLES - GENAPPE
5268 ZONE OUEST BRABANT
WALLON
5269 LA MAZERINE
5270 ORNE – THYLE
5271 POLICE LOCALE WAVRE
5272 ARDENNES BRABANCONNES
5273 ZONE DE BRAINE-L'ALLEUD
5274 POLICE LOCALE DE
WATERLOO
5275 ZP OTTIGNIES-LOUVAIN-LANEUVE
5276 ZONE DE POLICE DE
JODOIGNE
Eff Min.
OPS / Min.
eff. OPS
pesoneel
(AR/KB 0509-2001)
95
Diff. /
Verschil
C.O.-O.K.
C.O.-O.K.
OPS morfo
(morfo) - KB
05-09-2001
% écart /
verschil
Diff./
Verschil
C.R. –
C.R.-F.K.
F.K. OPS.
(morfo) Morfo
KB 05-092001
93
-2
% écart /
verschil
124
29
30,53%
75
88
13
17,33%
84
9
12,00%
-2,11%
78
56
72
48
64
99
70
88
69
74
21
14
16
21
10
26,92%
25,00%
22,22%
43,75%
15,63%
85
66
73
49
68
7
10
1
1
4
8,97%
17,86%
1,39%
2,08%
6,25%
64
90
26
40,63%
68
4
6,25%
66
102
36
54,55%
81
15
22,73%
53
65
12
22,64%
61
8
15,09%
671
869
198
29,51%
728
57
8,49%
A la première lecture, nous constatons que toutes les zones de cette province ont
un cadre organique nettement supérieur à la norme minimale concernant le personnel
opérationnel. Pour l’ensemble de la province brabançonne francophone, nous
constatons un pourcentage de 29,51% (198 unités de plus par rapport à la norme
minimale de 671), avec un minimum de 15,63% pour la zone de Braine-L’Alleud et un
maximum de 54,55% pour la zone de Ottignies/Louvain-la-Neuve, soit près de 1,5 fois
ce que prévoit la norme ‘effectif minimal’.
Le total provincial devient moins important en ce qui concerne le cadre réel, avec
8,49% d’effectifs en plus que la norme. Avec une zone de police (soit 10%) n’atteignant
pas l’effectif minimal (ZP Nivelles/Genappes, -2,11% par rapport à la norme), la
province du Brabant wallon connaît la plus forte présence de policiers par rapport à
l’effectif minimum total; 57 unités de plus sur les 671 prévues sur l’ensemble du territoire
du Brabant Wallon, soit 8,49%. Les plus importantes, en chiffres relatifs et absolus, la
zone de police Orne-Thyle (différence positive de 10, soit 17,86% de plus) et la zone de
police de Ottignies/Louvain-la-Neuve (différence positive de 15, soit 22,73% de plus).
Toutefois, il est frappant de constater que le cadre organique de certaines zones
de police soit très élevé par rapport à la norme étudiée, mais que ces mêmes zones ont
un cadre réel relativement bas par rapport au cadre voté. A cet égard, l’exemple de la
zone de Nivelles/Genappes est éloquent. Son cadre organique est supérieur de plus de
30% de l’effectif minimal, alors que le cadre réel n’atteint pas la norme. Idem avec les
zones de Waterloo et des Ardennes brabançonnes qui prévoient un T.O. supérieur à
40% par rapport à l’effectif minimal, et dépassant à peine l’effectif minimal opérationnel
prévu par l’arrêté royal (respectivement 6,25 et 2,08%) Les zones de police de la
Mazerine, Ottignies-Louvain-la-Neuve et la police locale de Wavre présentent, dans des
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 22
proportions différentes, la même situation. Les autres zones de police semblent avoir
été moins gourmandes lors du vote de leur cadre organique, mais parviennent
néanmoins à le remplir dans des proportions plus confortables.
-
Province de Liège
Le pourcentage de la province est ici beaucoup moins élevé qu’en Brabant
wallon et tend plus vers une mise à niveau du cadre organique avec la norme des
effectifs minimum (seulement 6,59% sur l’ensemble des effectifs provinciaux). Le cadre
réel est quant à lui quasiment similaire à cette dernière (+ 0,21%).
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
Verschil
C.O.-O.K.
C.R. - F.K.
OPS
C.O.-O.K. % écart /
OPS
OPS
pesoneel
(morfo) - verschil
morfo
Morfo
(AR/KB
KB 05-0905-092001
2001)
5277 POLICE LOCALE DE LIEGE
5278 POLICE DE SERAING – NEUPRE
5279 ZP HERSTAL
5280 ZP BEYNEHEUSAY/FLÉRON/SOUMAGNE
5281 ZONE BASSE MEUSE
5282 ZP FLÉMALLE
5283 ZONE DE POLICE SECOVA
5284 POLICE ANS - SAINT-NICOLAS
5285 ZP AWANS/GRÂCE-HOLLOGNE
5286 HESBAYE
5287 FAGNES
5288 PAYS DE HERVE
5289 ZONE VESDRE
5290 ZONE STAVELOT-MALMEDY
5291 POLIZEIZONE EIFEL
5292 POLIZEIZONE WESER-GÖHL
5293 HESBAYE OUEST
5294 ZONE MEUSE - HESBAYE
5295 ZP HUY
5296 ZP DU CONDROZ
Diff./
Verschil
C.R.-F.K. % écart /
(morfo) - verschil
KB 05-092001
1113
201
97
1113
235
118
0
34
21
0,00%
16,92%
21,65%
1054
216
93
-59
15
-4
-5,30%
7,46%
-4,12%
75
81
6
8,00%
78
3
4,00%
149
73
116
104
60
54
69
87
223
61
51
88
49
83
72
73
149
78
126
104
68
76
70
97
224
62
56
112
54
92
96
78
0
5
10
0
8
22
1
10
1
1
5
24
5
9
24
5
0,00%
6,85%
8,62%
0,00%
13,33%
40,74%
1,45%
11,49%
0,45%
1,64%
9,80%
27,27%
10,20%
10,84%
33,33%
6,85%
149
74
116
101
60
59
71
89
220
63
54
103
54
87
89
74
0
1
0
-3
0
5
2
2
-3
2
3
15
5
4
17
1
0,00%
1,37%
0,00%
-2,88%
0,00%
9,26%
2,90%
2,30%
-1,35%
3,28%
5,88%
17,05%
10,20%
4,82%
23,61%
1,37%
2898
3089
191
6,59%
2904
6
0,21%
Néanmoins, en ce qui concerne le cadre organique, cela ne doit pas occulter les
pourcentages élevés de zones de police telles que Huy (33,33%, soit un tiers du
personnel en plus) et la zone de police de la Hesbaye (40,74%, différence de 22
effectifs entre le cadre organique et la norme d’effectif minimal) qui font augmenter la
moyenne des pourcentages zonaux qui s’élève 11,47%. Trois zones de police ont choisi
d’entériner un cadre organique égal à la norme d’effectif minimal : la zone BasseMeuse, Ans/St-Nicolas et Liège. Alors que les zones de la Vesdre, des Fagnes et de
Stavelot-Malmédy ne prévoient qu’une personne opérationnelle en plus par rapport à
l’effectif minimal opérationnel (respectivement 0,45%, 1,45% et 1,64%).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 23
En ce qui concerne le cadre réel, on constate, sur l’ensemble du territoire
liégeois, qu’il ne diffère que de 6 unités (0,21%) de l’effectif minimal opérationnel, et que
2 zones de police ont même leur cadre réel qui équivaut à l’effectif minimal : la zone
Basse-Meuse et la zone Secova. Quatre zones (soit 20%) ont un cadre réel inférieur à
l’effectif minimal opérationnel: 69 unités au total dont 59 rien que pour la zone de police
de Liège (soit 5,30%). Les zones de police de Huy et Weser-Gohl ont un cadre réel qui
dépasse largement l’effectif minimal prévu : respectivement 23,61 et 17,05 % de
membres opérationnels supplémentaires.
Pour les zones de police liégeoises, les écarts des cadres organique et réel par
rapport à la norme ‘effectif minimal’ semblent être plus en adéquation entre elles. A part
les zones de police de Hesbaye et de Herstal – avec des différences respectives de
31,48% et 25,53% entre les cadres organique et réel – les autres zones de police
liégeoises présentent des écarts plus raisonnables entre les cadres entérinés par les
autorités locales et les cadres présents effectivement.
-
Province du Luxembourg
Diff. /
Eff Min.
Verschi
Diff./
OPS / Min.
Verschil
C.O.- l C.O.eff. OPS
Créel /
C.R.-F.K. % écart /
O.K.
O.K. % écart /
Feit.Kad
pesoneel
OPS (morfo) verschil
(morfo) - verschil
. Morfo
(AR/KB
- KB
KB 05-09morfo
05-092001
05-092001)
2001
5297 ZP
ARLON/ATTERT/HABAY/MARTELANGE
5298 ZP SUD-LUXEMBOURG
5299 ZONE DE POLICE DE GAUME
5300 POLICE FAMENNE-ARDENNE
5301 CENTRE ARDENNE
5302 POLICE SEMOIS ET LESSE
95
99
4
4,21%
95
0
0,00%
53
69
151
101
92
70
74
151
114
94
17
5
0
13
2
32,08%
7,25%
0,00%
12,87%
2,17%
63
74
155
100
93
10
5
4
-1
1
18,87%
7,25%
2,65%
-0,99%
1,09%
561
602
41
7,31%
580
19
3,39%
D’une part, sur les 6 zones luxembourgeoises, seule une zone prévoit un cadre
organique égal à la norme minimale (Police Famenne-Ardenne). Alors que pour la
province, la norme minimale prévoit 561 membres pour le personnel opérationnel, la
somme des différents cadres organiques nous donne 602, soit une différence de 41
unités, dont 17 rien que pour la zone Sud-Luxembourg (soit +/- 41% de cette
différence).
D’autre part, on constate un cadre réel dépassant de 19 unités l’effectif minimal
opérationnel, dont plus de la moitié pour la zone de police Sud-Luxembourg (+ 18,87%).
Seule la zone de police de Centre Ardenne (16% des 6 zones) n'atteint pas les 100%
(moins une unité par rapport aux 101 prévues).
Les zones de police luxembourgeoises n’ont en général pas eu les yeux plus
grands que le ventre ; les cadres organiques restent dans l’ensemble – à part la zone
Sud-Luxembourg – dans des proportions raisonnables par rapport à l’effectif minimal et
ne présentent pas d’écarts démesurés avec le cadre réel.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 24
-
Province de Namur
Pour la totalité de la province de Namur, l’écart entre l’effectif minimal
opérationnel et le cadre organique est de 107 unités, soit 9,80%. Seule la zone de
police de Namur a prévu un T.O. égal à son effectif minimal : toutes les autres zones
voient leur T.O. supérieur : de 1 unité supplémentaire dans la zone Orneau-Mehaigne (+
1,43%) à 18 pour la ZP Cerfontaine/Doische/Philippeville, soit 46,15%. La zone de
Jemeppe s/Sambre et la police Entre Sambre et Meuse présentent également un écart
notable : respectivement 38,89 et 25,37% de différence (soit 14 et 17 unités). La
moyenne des différents pourcentages des zones de la province est donc plus
importante que le pourcentage total provincial : 15,96% pour la première valeur contre
9,80 pour la seconde.
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
Verschil
C.O.-O.K.
OPS
C.O.-O.K. % écart /
OPS
pesoneel
(morfo) - verschil
morfo
(AR/KB
KB 05-0905-092001
2001)
5303 ZP NAMUR
5304 ORNEAU-MEHAIGNE
5305 ZONE DES ARCHES
5306 POLICE ENTRE SAMBRE ET MEUSE
5307 SAMSOM
5308 POLICE JEMEPPE S/SAMBRE
5309 FLOWAL
5310 POLICE HOUILLE-SEMOIS
5311 ZP COUVIN/VIROINVAL
5312 ZONE HAUTE-MEUSE
5313 ZP LESSE ET LHOMME
5314 CONDROZ-FAMENNE
5315 ZP CERFONTAINE/DOISCHE/
PHILIPPEVILLE
Diff./
Verschil
Créel /
C.R.-F.K. % écart /
Feit.Kad.
(morfo) - verschil
Morfo
KB 05-092001
354
70
86
67
78
36
56
49
52
95
42
68
354
71
90
84
88
50
65
51
62
97
50
80
0
1
4
17
10
14
9
2
10
2
8
12
0,00%
1,43%
4,65%
25,37%
12,82%
38,89%
16,07%
4,08%
19,23%
2,11%
19,05%
17,65%
348
71
86
70
88
46
65
52
54
96
48
77
-6
1
0
3
10
10
9
3
2
1
6
9
-1,69%
1,43%
0,00%
4,48%
12,82%
27,78%
16,07%
6,12%
3,85%
1,05%
14,29%
13,24%
39
57
18
46,15%
47
8
20,51%
1092
1199
107
9,80%
1148
56
5,13%
Seule la ZP Namur (à savoir 7,69% sur les 13 zones) n’atteint pas sa norme
d’effectif minimal opérationnel de 354 unités, il lui manque, au 31/12/2002, 6 unités (soit
1,69%). Sur le territoire provincial, on obtient 5,13%, soit 56 opérationnels de plus que
les 1092 prévus. Ce sont les zones de police de Jemeppe s/Sambre et de
Cerfontaine/Doische/Philippeville qui sont relativement les mieux fournies par rapport à
l’effectif minimal prévu (respectivement 27,78 et 20,51% d’opérationnels en plus que le
nombre prévu par l’Arrêté royal). A noter que la zone des Arches a un cadre réel égal à
la norme prévue.
A part les zones de police de Cerfontaine/Doische/Philippeville, Couvin/Viroinval
et la zone de police Entre Sambre et Meuse – qui ont d’importants écarts entre leur T.O.
et leur cadre réel, respectivement 25,64%, 15,38% et 20,89%, les autres zones de
police restent dans des proportions raisonnables.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 25
-
Province du Hainaut
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
Verschil
OPS
C.O.-O.K.
C.O.-O.K. % écart /
pesone
OPS
(morfo) - verschil
el
morfo
KB 05-09(AR/KB
2001
05-092001)
5316 ZONE DE POLICE DU
TOURNAISIS
5317 ZONE DE POLICE DE
MOUSCRON
5318 ZP COMINES-WARNETON
5319 BELOEIL / LEUZE –HT
5320 ZONE DU VAL DE L'ESCAUT
5321 ZP BERNISSART/PÉRUWELZ
5322 POLICE LOCALE VILLE D'ATH
5323 ZONE DES COLLINES
5324 ZONE MONS - QUEVY
5325 ZP LA LOUVIÈRE
5326 ZONE DE SYLLE ET DENDRE
5327 POLICE BORAINE
5328 ZP HAUTE SENNE
5329 POLICE DES HAUTS-PAYS
5330 ZP CHARLEROI
5331 ZP AISEAUPRESLES/CHÂTELET/FARCIENNES
5332 ZP ANDERLUES/BINCHE
5333 LERMES
5334 BOTTE DU HAINAUT
5335 POLICE LOCALE MARIEMONT
5336 ZONE DES TRIEUX
5337 ZP FLEURUS/LES BONS
VILLERS/PONT-À-CELLES
5338 GERMINALT
C.R. F.K.
OPS
Morfo
Diff./
Verschil
C.R.-F.K.
(morfo) KB 05-092001
% écart /
verschil
192
243
51
26,56%
230
38
19,79%
146
148
2
1,37%
144
-2
-1,37%
37
56
43
60
57
72
337
194
70
227
131
75
863
38
66
64
68
64
74
423
254
78
270
137
91
1058
1
10
21
8
7
2
86
60
8
43
6
16
195
2,70%
17,86%
48,84%
13,33%
12,28%
2,78%
25,52%
30,93%
11,43%
18,94%
4,58%
21,33%
22,60%
38
57
51
68
61
68
321
222
73
244
122
80
905
1
1
8
8
4
-4
-16
28
3
17
-9
5
42
2,70%
1,79%
18,60%
13,33%
7,02%
-5,56%
-4,75%
14,43%
4,29%
7,49%
-6,87%
6,67%
4,87%
143
143
0
0,00%
136
-7
-4,90%
97
54
65
138
106
106
54
65
156
125
9
0
0
18
19
9,28%
0,00%
0,00%
13,04%
17,92%
92
55
63
144
107
-5
1
-2
6
1
-5,15%
1,85%
-3,08%
4,35%
0,94%
87
96
9
10,34%
89
2
2,30%
82
91
9
10,98%
86
4
4,88%
3332
3912
580
17,41%
3456
124
3,72%
On retrouve également pour la province du Hainaut un écart important dans les
cadres théoriques prévus : 580 unités de différence sur l’ensemble des 23 zones de
police hennuyères, soit 17, 41%. Trois zones ont toutefois ajusté leur T.O. avec l’effectif
minimal – Aiseau-Presles/Châtelet/Farciennes, Lermes et la zone de la Botte du
Hainaut – et 4 zones de police présentent une légère différence (moins de 5 %
d’écart ) : les zones de police frontalières de Mouscron et de Comines/Warneton ainsi
que la zone de police des Collines et celle de la Haute-Senne.
Une zone de police frôle les 50 % de différence : la zone de police du Val de
l’Escaut qui prévoit 64 cadres opérationnels alors que l’arrêté royal n’en prévoit que 43.
Notons encore que pour la province du Hainaut, l’écart total provincial par rapport
à la norme ‘effectif minimal’ est de 17,41%, ce qui constitue l’écart le plus important pour
l’ensemble du Royaume. Si les tableaux organiques hennuyers démontrent une volonté
manifeste de bien garnir leur cadre par rapport à l’effectif minimal dans l’élaboration de
leur cadre organique (14,03% en moyenne), le cadre réel des effectifs opérationnels est
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 26
bien plus restreint (seulement 3,72% sur le territoire provincial, 3,64% en moyenne).
Avec 7 zones de police présentant un cadre inférieur à la norme ‘effectif minimal’
(30,43% des 23 zones de police), le Hainaut est la province où les écarts importants
sont les plus nombreux : voyez les zones de police de Beloeil/Leuze-en-Hainaut, Val de
l’Escaut, Mons/Quévy, La Louvière, Haute-Senne, Hauts-Pays, Charleroi,
Anderlues/Binche, Mariemont et les Trieux. Notons toutefois que, excepté pour la zone
de police Haute-Senne et celle de Mons/Quévy, tous les cadres réels de ces zones ont
un solde positif par rapport à la norme ‘effectif minimal’.
-
L’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
C.O.-O.K.
Verschil
OPS
% écart /
OPS
C.O.-O.K.
pesonee
verschil
morfo (morfo) - KB
l (AR/KB
05-09-2001
05-092001)
5339 BRUSSEL HOOFDSTAD ELSENE/
BRUXELLES CAPITALE IXELLES
5340 BRUXELLES-OUEST/ BRUSSEL WEST
5341 ZONE MIDI - ZONE ZUID
5342 UCCLE/W-B/AUDERGHEM/ UKKEL/WB/OUDERGEM
5343 ZONE MONTGOMERY
5344 SCHAERBEEK ST.JOSSE EVERE/
SCHAARBEEK ST JOOST EVERE
C.R. F.K.
OPS
Morfo
Diff./
Versch
il C.R.F.K.
% écart /
(morfo) verschil
- KB
05-092001
2061
2090
29
1,41%
2020
-41
-1,99%
574
738
683
790
109
52
18,99%
7,05%
561
712
-13
-26
-2,26%
-3,52%
425
425
0
0,00%
405
-20
-4,71%
418
427
9
2,15%
396
-22
-5,26%
639
699
60
9,39%
642
3
0,47%
4855
5114
259
5,33%
4736
-119
-2,45%
Les zones de police bruxelloises ont toutes, à une exception près, un tableau
organique se rapprochant très fort de l’effectif minimal opérationnel prévu : à part la
zone Uccle/W-B/Auderghem qui ne présente aucune différence entre les 2 cadres, la
zone de Bruxelles-Capitale/Ixelles, la zone Midi, la zone Montgomery et la zone
Evere/Schaerbeek/Saint-Josse-Ten-Noode montrent une légère différence positive (de
1,41 à 9,39%). Seule la zone de Bruxelles-Ouest montre un écart important de presque
20%.
Seule la zone de police Evere/Schaerbeek/Saint-Josse-Ten-Noode tire son
épingle des cadres réels bruxellois : elle est la seule, au 31/12/2002, à satisfaire à la
norme des effectifs minimum opérationnels. Les 5 autres zones de police de la capitale
connaissent toutes des manques de personnel opérationnel en vue de satisfaire à la
norme (- 119 sur tout l’Arrondissement administratif, dont 34,45% rien que pour la zone
de police Bruxelles-Capitale/Ixelles).
L’écart le plus impressionnant est celui de la zone de police Bruxelles-Ouest :
cette dernière prévoit un cadre organique élevé par rapport à la nombre minimale tandis
que le cadre réel n’atteint pas cette même norme.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 27
-
Province d’Antwerpen
zelfs
5346 PZ ZWIJNDRECHT
5347 POLITIEZONE RUPEL
5348 POLITIEZONE NOORD
5349 HEKLA
5350 GRENS
5351 MINOS
5352 PZ BRASSCHAAT
5353 PZ SCHOTEN
5354 PZ RANST/ZANDHOVEN
5355 VOORKEMPEN
5356 PZ KLEIN-BRABANT
5357 PZ WILLEBROEK
5358 LOKALE POLITIE MECHELEN
5359 BODUKAP
5360 PZ LIER
5361 BERLAAR - NIJLEN
5362 POLITIEZONE HEIST
5363 POLITIEZONE NOORDERKEMPEN
5364 POLITIE REGIO TURNHOUT
5365 ZUIDERKEMPEN
5366 PZ GEEL/LAAKDAL/MEERHOUT
5367 POLITIEZONE KEMPEN N-O
5368 BALEN - DESSEL - MOL
5369 ZONE NETELAND
Eff Min.
OPS / Min.
eff. OPS
pesoneel
(AR/KB
05-092001)
C.O.O.K.
OPS
morfo
2131
35
99
63
129
73
129
69
72
42
112
67
46
262
92
83
48
52
54
206
63
107
48
106
105
2262
47
99
81
130
88
148
69
72
53
112
70
48
274
114
87
63
67
54
214
69
119
54
117
111
131
12
0
18
1
15
19
0
0
11
0
3
2
12
22
4
15
15
0
8
6
12
6
11
6
6,15%
34,29%
0,00%
28,57%
0,78%
20,55%
14,73%
0,00%
0,00%
26,19%
0,00%
4,48%
4,35%
4,58%
23,91%
4,82%
31,25%
28,85%
0,00%
3,88%
9,52%
11,21%
12,50%
10,38%
5,71%
2152
40
96
66
126
72
124
68
71
53
112
65
48
256
100
83
52
55
59
197
65
115
52
107
110
4293
4622
329
7,66%
4344
Diff. /
Verschil
C.O.-O.K. % écart /
(morfo) - verschil
KB 05-092001
C.R. F.K.
OPS
Morfo
Diff./
Versch
il C.R.F.K.
% écart /
(morfo) verschil
- KB
05-092001
21
0,99%
5
14,29%
-3
-3,03%
3
4,76%
-3
-2,33%
-1
-1,37%
-5
-3,88%
-1
-1,45%
-1
-1,39%
11
26,19%
0
0,00%
-2
-2,99%
2
4,35%
-6
-2,29%
8
8,70%
0
0,00%
4
8,33%
3
5,77%
5
9,26%
-9
-4,37%
2
3,17%
8
7,48%
4
8,33%
1
0,94%
5
4,76%
51
1,19%
Pour les 25 zones de police que compte la province d’Antwerpen, la différence
entre les effectifs opérationnels minimum et le cadre organique provincial global (7,66%)
n’est pas très importante : 5 zones présentent une différence nulle – Rupel, Brasschaat,
Schoten, Voor- et Noorderkempen – alors que 5 autres zones flirtent avec la barre des
30 % - Zwijndrecht, Noord, Ranst/Zandhoven, Berlaar/Nijlen et Heist. Les 15 autres
zones ne présentent aucun écart notable et les différences oscillent de 0,78% - Hekla, 1
unité d’écart – à 23,91% - Budokap, 22 unités d ‘écart. Dernière remarque pour les
cadres organiques: la moyenne des pourcentages des zones de police atteint 11,47%,
alors que le pourcentage provincial s’élève à 7,66%.
En ce qui concerne le cadre réel, avec 9 zones sur 25 n’atteignant pas la norme
d’effectif minimal (ou 36%), la province d’Antwerpen obtient quand même un solde
positif de 59 unités, dont 21 rien qu’à la zone de police d’Antwerpen – ce qui ne
constitue, pour la zone de police la plus importante du pays, qu’une différence positive
de 0,99%. Proportionnellement, ce sont les zones de Zwijndrecht et de
Ranst/Zandhoven qui ont une présence effective d’opérationnels élevée par rapport à la
norme: respectivement 14,29 et 26,19% de plus que ce prévu par l’arrêté royal (soit 16
unités au total). Les zones dont la différence est négative le sont en général dans un
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 28
faible pourcentage (max. 4,37%, soit 9 unités sur 206 prévues, du cadre pour la zone
Regio Turnhout).
On retrouve également quelques zones dont le cadre organique élevé par rapport
à l’effectif minimal contraste quelque peu avec le cadre effectivement présent dans la
zone, comme dans les zones de police de Zwijndrecht, Noord, Grens, Minos, Bodukap,
Berlaar-Nijlen et Heist, où l’on retrouve les plus importantes disparités. A noter la zone
de police NoorderKempen, dont le cadre organique est égal à l’effectif minimal, et qui
présente un cadre réel dépassant de près de 10% ce dernier.
-
Province du Limburg
Pour les cadres organiques, le faible pourcentage global de la province (5,90%)
ne doit pas cacher les écarts importants de 5 zones : avec un maximum de 88%, la
zone de police de Voeren double pratiquement son cadre par rapport à l’effectif minimal
de l’Arrêté royal. La moyenne des pourcentages grimpe également en flèche et atteint
10,89%, soit pratiquement le double du pourcentage provincial total (cette moyenne
étant influencée par le pourcentage important de la zone de Voeren et de Lommel).
En outre, 4 zones totalisent à elles-seules une grande partie des 83 unités d’écart
de la province; 55 membres opérationnels supplémentaires dans les tableaux
organiques pour les zones de police de Lommel, Beringen/Ham/Tessenderlo, TongerenHerstappe et Maasland. Sur les 18 zones de police limbourgeoises, quatre ont une
différence nulle – Hamont-Achel/Neerpelt/Overpelt, Kanton Borgloon, NoordoostLimburg et Lanaken et six présentent un écart minime, à savoir de 0,54% à 3,57%).
5370 HAZODI
5371 PZ LOMMEL
5372 PZ HAMONTACHEL/NEERPELT/OVERPELT
5373 PZ BERINGEN/HAM/TESSENDERLO
5374 WEST-LIMBURG
5375 PZ HEUSDEN-ZOLDER
5376 PZ GINGELOM/NIEUWERKERKEN/
SINT-TRUIDEN
5377 KEMPENLAND
5378 PZ HOUTHALEN-HELCHTEREN
5379 PZ KANTON BORGLOON
5380 TONGEREN - HERSTAPPE
5381 PZ BILZEN/HOESELT/RIEMST
5382 PZ VOEREN
5383 POLITIEZONE MAASLAND
5384 POLITIEZONE GAOZ
5385 PZ NOORDOOST-LIMBURG
5386 PZ LANAKEN
5387 PZ MAASMECHELEN
Eff Min.
OPS / Min.
eff. OPS
pesoneel
(AR/KB 0509-2001)
C.O.O.K.
OPS
morfo
Diff. /
Verschil
C.O.-O.K. % écart /
(morfo) - verschil
KB 05-092001
246
52
248
66
2
14
0,81%
26,92%
248
57
2
5
0,81%
9,62%
51
51
0
0,00%
52
1
1,96%
97
46
46
110
49
47
13
3
1
13,40%
6,52%
2,17%
98
47
45
1
1
-1
1,03%
2,17%
-2,17%
94
102
8
8,51%
100
6
6,38%
74
46
58
68
84
9
69
185
67
48
66
74
47
58
83
87
17
82
186
67
48
67
0
1
0
15
3
8
13
1
0
0
1
0,00%
2,17%
0,00%
22,06%
3,57%
88,89%
18,84%
0,54%
0,00%
0,00%
1,52%
74
47
63
81
87
15
82
202
65
58
73
0
1
5
13
3
6
13
17
-2
10
7
0,00%
2,17%
8,62%
19,12%
3,57%
66,67%
18,84%
9,19%
-2,99%
20,83%
10,61%
1406
1489
83
5,90%
1494
88
6,26%
C.R. F.K.
OPS
Morfo
Diff./
Verschil
C.R.-F.K. % écart /
(morfo) - verschil
KB 05-092001
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 29
Avec un pourcentage positif de 6,26% sur tout son territoire, la province de
Limburg se classe deuxième – après le Brabant wallon – au palmarès des provinces les
mieux fournies en cadre réel par rapport à la norme ‘effectif minimal’. La zone de police
de Voeren obtient un pourcentage de 66,67%, à relativiser puisqu’il ne s’agit que de 6
personnes supplémentaires par rapport à la norme. Seules 2 zones de police
(Heusden-Zolder et Noordoost-Limburg), soit 11,11% du total des zones de police
limbourgeoises, n’atteignent pas l’effectif minimal opérationnel prescrit.
-
Province du Vlaams Brabant
Sur l’ensemble des 27 zones de police du Brabant flamand, 183 membres
opérationnels supplémentaires sont prévus par les tableaux organiques: ce qui constitue
10,08% de plus que les prescriptions de la norme ‘effectif minimal’. Huit zones sur les
27 seulement concentrent déjà 62,3% (114 unités) de cette différence : les zones de
police de Leuven, LAN, Demerdal - DSZ, Dijleland, BRT, Zaventem, Amow, K-L-M.
Quatre zones de police ont une différence nulle – Tienen/Hoegaarden, Herko, Dilbeek et
Halle – et sept autres ont une différence inférieure à 5%, à savoir Hageland, Aarschot,
Haacht, Tarl, Vilvoorde/Machelen, Sint-Pieters-Leeuw et Wokra. Des écarts qui peuvent
donc être importants entre les différents pourcentages (de 0 à 40%), mais dilués au sein
des 27 zones de police ; ce qui explique la faible différence entre la moyenne des
pourcentages de toutes les zones de police (11,75%) et le pourcentage provincial
(10,08%).
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
C.O.-O.K.
Verschil
OPS
OPS
C.O.-O.K.
pesoneel
morfo (morfo) - KB
(AR/KB
05-09-2001
05-092001)
285
300
15
47
49
2
45
55
10
5388 PZ LEUVEN
5389 ZONE HAGELAND
5390 POLITIEZONE LAN
Diff./
Verschil
% écart C.R. - F.K.
C.R.-F.K. % écart /
/
OPS
(morfo) - verschil
verschil
Morfo
KB 05-092001
5,26%
4,26%
22,22%
283
53
48
-2
6
3
-0,70%
12,77%
6,67%
5391 PZ BIERBEEK/ BOUTERSEM/
HOLSBEEK/LUBBEEK
48
56
8
16,67%
56
8
16,67%
5392 PZ TIENEN - HOEGAARDEN
5393 HERKO
5394 POLITIEZONE AARSCHOT
5395 HAACHT
5396 DEMERDAL - DSZ
5397 PZ DIJLELAND
5398 PZ TERVUREN
5399 POLITIEZONE BRT
5400 PZ ZAVENTEM
5401 WOKRA
5402 PZ DRUIVENSTREEK
5403 ZONE RODE
5404 BEERSEL
87
51
48
47
84
37
35
46
64
36
55
45
38
87
51
49
49
99
52
37
62
77
37
60
52
48
0
0
1
2
15
15
2
16
13
1
5
7
10
0,00%
0,00%
2,08%
4,26%
17,86%
40,54%
5,71%
34,78%
20,31%
2,78%
9,09%
15,56%
26,32%
83
50
48
49
87
45
36
55
64
37
49
44
42
-4
-1
0
2
3
8
1
9
0
1
-6
-1
4
-4,60%
-1,96%
0,00%
4,26%
3,57%
21,62%
2,86%
19,57%
0,00%
2,78%
-10,91%
-2,22%
10,53%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 30
5405 PAJOTTENLAND
5406 PZ DILBEEK
5407 POLITIEZONE TARL
5408 POL AMOW
5409 POLITIEZONE K - L - M
5410 PZ GRIMBERGEN
5411 VILVOORDE - MACHELEN
5412 KASTZE
5413 POLITIEZONE HALLE
5414 PZ SINT-PIETERS-LEEUW
49
68
72
102
61
61
119
57
76
52
1815
60
68
73
120
73
66
124
64
76
54
1998
11
0
1
18
12
5
5
7
0
2
183
22,45%
0,00%
1,39%
17,65%
19,67%
8,20%
4,20%
12,28%
0,00%
3,85%
10,08%
55
67
76
103
72
57
115
55
71
54
1854
6
-1
4
1
11
-4
-4
-2
-5
2
39
12,24%
-1,47%
5,56%
0,98%
18,03%
-6,56%
-3,36%
-3,51%
-6,58%
3,85%
2,15%
En ce qui concerne les cadres réels, le surplus au niveau provincial passe à
2,15% : 10 zones de police (37,03% du total des 27 zones) n’atteignent pas l’effectif
minimal légal (de –0,70% pour la zone de police de Leuven à –10,91% pour
Druivenstreek) alors que 4 zones de police présentent un cadre réel largement
supérieur à l’effectif minimal qui leur est prescrit (de 16,67% pour la ZP
Bierbeek/Boutersem/Lubbeek à 21,62% pour la ZP Dijleland).
-
Province de Oost-Vlaanderen
En ce qui concerne l’écart entre l’effectif minimal opérationnel et le cadre
organique, la province de Oost-Vlaanderen présente un pourcentage provincial de
12,93%. Seules quatre zones de police – Meetjesland Centrum, Vlaamse Ardennen,
Ronse et Kruibeke/Temse ont une différence nulle, alors qu’il n’y a que trois zones avec
une différence supérieure à 20% - Gent, Schelde-Leie et Deinze/Zulte avec
respectivement 25,21%, 38,46% et 22,86%, ce qui explique l’écart minime entre la
moyenne des pourcentages des zones 9,14%, et le pourcentage provincial moyen de
12,93% (ce dernier étant le troisième en importance sur les 10 provinces et
l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale).
Pas moins de 8 zones de police (soit 27,59% de l’ensemble des zones) se
retrouvent avec un cadre réel inférieur à l’effectif minimal légal. Aucune zone de police
ne présente de cadre réel ‘démesuré’ par rapport à l’effectif minimal ; en effet, l’écart
‘effectif minimal’ et cadre réel oscille de –5,56% de différence (ZP Meetjesland Centrum)
à 9,62% pour la ZP Schelde-Leie. En outre, 5 zones de police ont un cadre réel égal à
l’effectif minimal (ZP Rhode en Schelde, ZP Maldegem, ZP Kruibeke/Temse, ZP
Lokeren et ZP Aalst).
Eff Min.
OPS /
Diff. /
Min. eff.
Verschil
C.O.-O.K.
C.R. - F.K.
OPS
C.O.-O.K. % écart /
OPS
OPS
pesoneel
(morfo) - verschil
morfo
Morfo
(AR/KB
KB 05-0905-092001
2001)
5415 PZ GENT
5416 PZ LOCHRISTI/MOERBEKE/
WACHTEBEKE/ ZELZATE
5417 MEETJESLAND CENTRUM
5418 REGIO RHODE & SCHELDE
5419 POLITIEZONE SCHELDE - LEIE
Diff./
Verschil
C.R.% écart /
F.K.
verschil
(morfo)
- KB 0509-2001
956
1197
241
25,21%
1026
70
7,32%
75
80
5
6,67%
77
2
2,67%
72
91
52
72
100
72
0
9
20
0,00%
9,89%
38,46%
68
91
57
-4
0
5
-5,56%
0,00%
9,62%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 31
5420 POLITIEZONE DEINZE - ZULTE
5421 PZ ASSENEDE/EVERGEM
5422 LOWAZONE
5423 PZ AALTER/KNESSELARE
5424 PZ MALDEGEM
5425 VLAAMSE ARDENNEN
5426 BRAKEL
5427 PZ RONSE
5428 GERAARDSBERGEN - LIERDE
5429 ZOTTEGEM HERZELE STLHOUTEM
5430 PZ BEVEREN
5431 SINT-GILLIS-WAAS/STEKENE
5432 POLITIE SINT-NIKLAAS
5433 PZ KRUIBEKE/TEMSE
5434 LOKEREN
5435 PZ HAMME/WAASMUNSTER
5436 PZ BERLARE/ZELE
5437 BUGGENHOUT - LEBBEKE
5438 PZ WETTEREN LAARNE WICHELEN
5439 PZ DENDERLEEUW/HAALTERT
5440 PZ AALST
5441 PZ ERPE-MERE/LEDE
5442 PZ NINOVE
5443 PZ DENDERMONDE
-
70
59
48
41
41
105
47
57
59
87
81
48
190
70
77
57
57
46
81
56
228
62
65
99
86
66
52
44
43
105
52
57
64
95
96
54
192
70
84
61
63
51
88
57
232
64
69
109
16
7
4
3
2
0
5
0
5
8
15
6
2
0
7
4
6
5
7
1
4
2
4
10
22,86%
11,86%
8,33%
7,32%
4,88%
0,00%
10,64%
0,00%
8,47%
9,20%
18,52%
12,50%
1,05%
0,00%
9,09%
7,02%
10,53%
10,87%
8,64%
1,79%
1,75%
3,23%
6,15%
10,10%
73
62
50
42
41
103
50
56
58
93
87
52
187
70
77
54
56
48
86
57
228
64
64
107
3
3
2
1
0
-2
3
-1
-1
6
6
4
-3
0
0
-3
-1
2
5
1
0
2
-1
8
4,29%
5,08%
4,17%
2,44%
0,00%
-1,90%
6,38%
-1,75%
-1,69%
6,90%
7,41%
8,33%
-1,58%
0,00%
0,00%
-5,26%
-1,75%
4,35%
6,17%
1,79%
0,00%
3,23%
-1,54%
8,08%
3077
3475
398
12,93%
3184
107
3,48%
Province de West-Vlaanderen
(*) Cadre réel / Feitelijk kader - (*)
Pas de T.O. au 31/12/2002 - Geen
O.T. op 31/12/2002
5444 PZ BRUGGE
5445 PZ BLANKENBERGE/
ZUIENKERKE
5446 PZ DAMME/KNOKKE-HEIST
5447 POLITIEZONE HET
HOUTSCHE
5448 REGIO TIELT
5449 PZ OOSTENDE
5450 PZ BREDENE/DE HAAN
5451 POLITIEZONE
MIDDELKERKE
5452 POLITIEZONE KOUTER
5453 POLITIEZONE RIHO
5454 MIDOW
5455 GRENSLEIE
5456 VLAS
5457 MIRA
5458 GAVERS
5459 POLITIEZONE SPOORKIN
5460 POLDER
5461 WESTKUST
5462 POLITIEZONE ARRO IEPER
Eff Min.
OPS / Min.
eff. OPS
pesoneel
(AR/KB 0509-2001)
387
387
0
0,00%
381
Diff./
Verschil
C.R.-F.K.
(morfo) KB 05-092001
-6
81
88
7
8,64%
79
-2
-2,47%
152
162
10
6,58%
148
-4
-2,63%
82
86
4
4,88%
83
1
1,22%
93
260
84
93
260
84
0
0
0
0,00%
0,00%
0,00%
91
254
82
-2
-6
-2
-2,15%
-2,31%
-2,38%
58
66
8
13,79%
66
8
13,79%
105
182
55
137
261
123
59
44
76
135
221
109
195
67
146
258
125
69
44
76
171
236
4
13
12
9
-3
2
10
0
0
36
15
3,81%
7,14%
21,82%
6,57%
-1,15%
1,63%
16,95%
0,00%
0,00%
26,67%
6,79%
104
177
59
139
258
118
60
52
79
173
219
-1
-5
4
2
-3
-5
1
8
3
38
-2
-0,95%
-2,75%
7,27%
1,46%
-1,15%
-4,07%
1,69%
18,18%
3,95%
28,15%
-0,90%
2595
2722
127
4,89%
2622
27
1,04%
Diff. /
C.O.-O.K.
Verschil
% écart /
C.O.-O.K.
OPS
verschil
(morfo) - KB
morfo
05-09-2001
C.R. F.K.
OPS
Morfo
% écart /
verschil
-1,55%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 32
Notons d’emblée que pour la zone de police VLAS, aucun cadre organique
n’avait été voté par le conseil de police au 31 décembre 200217, c’est pourquoi ce sont
les chiffres transmis (données du cadre réel) qui ont été pris en considération. Ce qui
explique la différence négative (-3) alors que, dans les faits, les autorités compétentes
n’auraient pu voter un cadre organique inférieur à l’effectif minimal repris par l’arrêté
royal.
Nous constatons également à la lecture du tableau, 6 zones de police sur les 19
que compte la province (soit 31,57%) ont un tableau organique correspondant à l’effectif
minimal opérationnel, et que le pourcentage provincial total n’est que de 4,89% (la
moyenne de tous les pourcentages zonaux est de 6,53%, cette moyenne ayant été
fortement influencée par les trois maxima de la province ; ZP Gavers, ZP Midow et ZP
Westkust, qui ont chacune respectivement 16,95 ; 21,82 et 26,67%). Les autres
différences sont moins conséquentes et varient autour des 5% : ZP Damme/KnokkeHeist, ZP het Houtsche, ZP Kouter, ZP Riho, ZP Grensleie et ZP Arro Ieper; ce qui
explique en grande partie la faible différence entre le cadre organique des zones et
l’effectif minimal opérationnel.
En ce qui concerne le cadre réel, 11 zones sur les 19 de la province (soit
57,89%) présentent des effectifs en nombre inférieur au nombre prévu par l’arrêté royal.
Le solde positif pour la province est largement obtenu grâce à 3 zones : les ZP
Middelkerke (+8), Spoorkin (+8) et Westkust (+ 38). La ZP Veurne a en outre un cadre
réel largement supérieur à son cadre organique, ce dernier égalant la norme. Le cadre
réel de la ZP Middelkerke est égal à son cadre organique, et dépasse largement son
effectif minimal. La ZP Westkust dépasse de 28,15% son effectif minimal mais
seulement de 1,48% son cadre organique.
2.2.
Les normes d’encadrement (A.R. 7 décembre 2001) et le cadre organique
des zones de police
Les normes d’encadrement des membres du personnel de la police locale sont
déterminées par l’Arrêté royal du 7 décembre 2001 (MB 11 décembre 2001). Elles
prévoient des pourcentages de représentation des différents cadres (auxiliaire – de
base – moyen – d’officiers et CALog niveau A) que le conseil de police ou le conseil
communal doit respecter lorsqu’il détermine le cadre du personnel opérationnel,
administratif et logistique de la police locale (Art. 1)
Les paragraphes suivants passeront en revue les différentes normes
d’encadrement énumérées dans l’Arrêté royal, à l’article 1er, à savoir ;
-
1° : le nombre total d’emplois du cadre auxiliaire doit être inférieur à 15 % du
cadre opérationnel ;
17
Pour rappel, le 31 décembre 2002 représente date de référence du questionnaire ‘morpho’. Ces
données sont celles que la zone a transmises dans le questionnaire.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 33
-
2° : le nombre total d’emplois du cadre moyen doit être compris entre 25 et 33
% du cadre de base opérationnel ;
-
3° : le nombre total d’emplois du cadre des officiers doit être compris entre 25
et 33 % du cadre moyen opérationnel.
Le 4e point de l’article, relatif au nombre total d’emplois à pourvoir au niveau du
cadre administratif et logistique, sera développé dans la partie ad hoc.
Pour l’analyse des normes d’encadrement du personnel opérationnel, il a été
tenu compte du cadre organique des différents cadres, puisque les normes
d’encadrement doivent en principe être suivies par les zones de police lors de la
détermination de leur cadre. Les différents pourcentages ont été calculés à partir des
données dont disposait la cellule ‘morphologie de la police locale’ au 31 décembre
2002.
L’article 4 de ce même arrêté prévoit toutefois une exception pour les zones où il
est prévu un mandat de catégorie 5 (cf. art. VII.III.4 PJPol18 ; ces zones de police sont,
selon les données récoltées au moyen de notre questionnaire, les suivantes : ZP Liège,
ZP
Charleroi,
ZP
Bruxelles-Capitale/Ixelles,
ZP
Bruxelles-Ouest,
ZP
Evere/Schaerbeek/Saint-Josse-Ten-Noode, ZP Antwerpen, ZP Gent). Ces zones ne
doivent pas pour l’instant respecter les pourcentages prévus aux points 1, 2 et 3 repris
ci-dessus. Néanmoins, les normes d’encadrement ont été calculées pour ces dernières,
à titre indicatif.
La norme prévue au même article, alinéa 2 – total d’emplois cadre moyen et
officiers confondus supérieur à 20% de nombre total d’emplois cadre de base et
auxiliaire confondus – a également été calculée pour les huit zones concernées. En
outre, le but de ces quelques lignes étant limité à un aperçu global de la situation au
niveau des taux d’encadrement dans les zones de police (au 31 décembre 2002), il n’a
pas été tenu compte des 2 remarques formulées par l’article 2, al.1 et l’article 3 qui
prévoient le non-respect de la norme pour cause exceptionnelle et temporaire ainsi que
le transfert, en vertu de l’article 235 de la loi du 7/12/1998, de certains membres du
personnel.
Les paragraphes qui suivent parcourront, l’un après l’autre, les points énumérés
dans l’arrêté (voir supra) et proposeront des commentaires sur les chiffres présentés.
Rien d’exhaustif donc mais c’est bien un éclairage sur la situation au 31/12/2002 qui
sera apporté ici, en suivant la structure déjà adoptée dans le premier chapitre ; les
niveaux fédéral et provincial, le niveau des zones de police et la typologie de ces
dernières.
18
Il existe 6 catégories de mandats. La catégorie 5, décrite au 5° de l’article, regroupe, en ce qui
concerne la police locale « le mandat de chef de corps d’une police locale dont les effectifs, comprenant
le personnel du cadre opérationnel et du cadre administratif et logistique, compte au moins 600 membres
du personnel employés à temps plein (…) »
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 34
2.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Premièrement, en ce qui concerne la norme prévue pour le cadre officiers (cf.
supra), nous constatons d’emblée que de nombreuses zones (148 sur 196, soit 75,51%)
présentent un cadre théorique officiers ne respectant pas les normes d’encadrement.
Sur les 148 zones concernées, seules 2 zones de police sont sous le seuil minimal de
25%, les 146 autres (98,65%) obtenant une proportion d’officiers supérieure à 33%. Le
détail par zone sera abordé dans le point suivant.
Au niveau régional, les pourcentages sont quasi identiques et ne s’éloignent pas
de la moyenne nationale. Les deux provinces dont le pourcentage total est le plus élevé
sont Liège et Antwerpen. Cette dernière possède en effet 88% de ses zones hors
norme. Elle est suivie de près par les provinces du Hainaut et de Namur (86,96 et
84,62% du nombre total des zones de chaque province). Liège a proportionnellement
moins de zones de police hors norme (13 zones sur 20, 65%), mais les zones hors
norme le sont de manière plus significative (cf. infra).
(1)
BW
(2) # ZPZ
MandatMandaat
(3) Tot
type 5
Créel(CréelFeitKad
FeitKader er OPS
OPS +
CALOG >
600)
0
728
LGE
1
2904
(4) TOT
Cadre
ORG /
ORG
Kader
OPS
Cad. Moyen / Middenkad.
Base /
Basis
Aux / HLP
(10)
AR
(6)
(7) AR
(8)
(9) %age:
%age: 7/12/01 Cadre
7/12/0
col 8 /
1
col 5 /
(art1,
Org
col 11
(art1,
col 8 3°) O/N Kader
2°)
(11)
Cadre
Org
Kader
(14)
AR
(12)
(13)
Cadre %age: 7/12/
Org col 12 / 01
Kader col 4 (art1
, 1°)
Off.
(5)
Cadre
Org
Kader
869
59
33,15%
7
178
29,37%
1
606
26
2,99%
0
3089
225
39,27%
13
573
25,90%
8
2212
79
2,56%
0
LUX
0
580
602
46
34,59%
4
133
32,52%
4
409
14
2,33%
0
NAM
0
1148
1199
80
30,89%
11
259
31,70%
7
817
43
3,59%
0
HNT
1
3456
3912
272
36,17%
20
752
27,67%
8
2718
170
4,35%
0
BRU
4
4736
5114
363
35,83%
3
1013
32,77%
2
3091
647
12,65%
1
ANT
1
4344
4622
332
37,47%
22
886
27,63%
6
3207
197
4,26%
0
0
LIM
0
1494
1489
110
37,04%
15
297
28,53%
7
1041
41
2,75%
VBR
0
1854
1998
152
36,36%
22
418
30,07%
8
1390
38
1,90%
0
OVL
1
3184
3475
222
37,12%
20
598
24,93%
10
2399
256
7,37%
0
WVL
0
2622
2722
177
32,96%
11
537
28,59%
3
1878
130
4,78%
0
Belg.
8
27050
29091
2038
36,11%
148
5644
28,55%
64
19768
1641
5,64%
1
Col 7, 10 et 16: Nombre de ZP hors norme / Col 7, 10 en 16: Aantal PZ die de norm niet halen
(1)
(2) # ZPZ
MandatMandaat (3) Tot
type 5
Créel(Créel- FeitKad
FeitKader er OPS
OPS +
CALOG >
600)
8816
Cad. Moyen / Middenkad.
Base /
Basis
Aux / HLP
(10)
AR
(6)
(7) AR
(8)
(9) %age:
%age: 7/12/01 Cadre
7/12/0
col 8 /
1
col 5 /
(art1,
Org
col 11
(art1,
col 8 3°) O/N Kader
2°)
(11)
Cadre
Org
Kader
(14)
AR
(12)
(13)
Cadre %age: 7/12/
Org col 12 / 01
Kader col 4 (art1
, 1°)
35,99%
6762
Off.
(4) TOT
Cadre
ORG /
ORG
Kader
OPS
(5)
Cadre
Org
Kader
9671
682
WAL
2
55
1895
28,02%
28
332
3,43%
BRU
4
4736
5114
363
35,83%
3
1013
32,77%
2
VL
2
13498
14306
993
36,29%
90
2736
27,59%
34
Belg.
8
27050
29091
2038
36,11%
148
5644
28,55%
64
19768
0
3091
647
12,65%
1
9915
662
4,63%
0
1641
5,64%
1
Col 7, 10 et 16: Nombre de ZP hors norme / Col 7, 10 en 16: Aantal PZ die de norm niet halen
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 35
Ensuite, la norme relative au cadre organique du cadre moyen : celle-ci est
rencontrée par 67,35% des zones de police (64 ZP sur 196). Cette proportion est
toutefois à relativiser puisque qu’elle a été calculée sur base des données du cadre
organique officiers, qui, comme décrit dans le chapitre précédent, présente plus de ¾ de
zones hors norme (Voyez la colonne 7 : 148 zones de police sur 196).
Au niveau régional, la Flandre et la Wallonie se tiennent de près (27,59% et
28,02%), alors que Bruxelles-Capitale frôle les 33%. Ce sont les provinces du Brabant
wallon (1 zone de police sur 10) et de West-Vlaanderen (3 zones de police sur 19) où se
retrouvent proportionnellement le plus de zones de police dans la norme ‘cadre moyen’.
Les provinces de Namur et de Luxembourg regroupent respectivement 53,85 (7 sur 13)
et 66,67% (4 sur 6) de leurs zones hors norme d’encadrement.
Enfin, en ce qui concerne le corps opérationnel, la dernière norme concerne le
cadre auxiliaire. Ce dernier doit théoriquement être inférieur à 15% du cadre
opérationnel global. Flandre et Wallonie sont sous la moyenne nationale de 5,64%, avec
respectivement 4,63% et 3,43%. Seule une zone de police bruxelloise dépasse ce
pourcentage et la moyenne de l’Arrondissement administratif approche logiquement les
15% (12,65%).
2.2.2. Aperçu selon la typologie des zones de police
Au niveau du cadre officier, les normes d’encadrement sont en moyenne
dépassées, et ce dans les 5 catégories concernées. Seules les zones de type 2 et se
rapprochent du pourcentage maximal de 33% et ne le dépassent que de 1,14% et
1,72%. A contrario, les pourcentages de la norme ‘encadrement’ cadre moyen se situent
tous sous les 33%. Les 5 zones de police de la typologie 1 sont même sous les 25%
(24,39%). Les pourcentages de présence du cadre auxiliaire sont nettement plus élevée
dans les zones de typologie 1 et 2 (8,17% et 9,59%).
(1)
Off.
(3) TOT
(2) Tot Cadre (4)
Créel- ORG / Cadr
(6) AR
(5) %age:
FeitKad ORG
7/12/01
e
col 4 /
er OPS Kader Org
(art1,
col 7
OPS Kad
3°) O/N
er
Base /
Basis
Moyen / Midden
(7)
Cadre
Org
Kader
(8)
%age:
col 7 /
col 10
(9)
AR
7/12/0
1
(art1,
2°)
Aux / HLP
(13)
(10)
(11)
(12)
AR
Cadre Cadre %age:
7/12/01
Org
Org col 11 /
(art1,
Kader Kader col 3
1°)
1
7157
7720
494
38,21%
5
1293
24,39%
3
5302
631
8,17%
0
2
6626
7153
479
34,14%
14
1403
30,60%
9
4585
686
9,59%
1
3
4767
5197
376
34,72%
40
1083
30,38%
15
3565
173
3,33%
0
4
4781
5115
385
36,56%
43
1053
29,45%
18
3575
102
1,99%
0
5
3719
3906
304
37,44%
46
812
29,62%
19
2741
49
1,25%
0
Belg.
27050
29091 2038
36,11%
148
5644
28,55%
64
19768
1641
5,64%
1
2.2.3. Aperçu des zones de police par province
Les tableaux reprennent, pour chaque province, le détail de chaque zone. Le
pourcentage des 8 zones de police concernées par l’article 4 de l’arrêté royal (cf. supra)
sont repris dans la colonne 10.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 36
-
Province du Brabant wallon
La norme ‘officiers’ est dépassée 7 fois dans toute la province: 10% en plus pour
la Police locale de Waterloo (5274), les autres zones ne présentant pas de différence
significative (+ 5,46% pour la ZP Orne-Thyle). La zone de police de Jodoigne dépasse
également, avec le même pourcentage que la norme officiers, le maximum pour le
cadre moyen (33,33%). Toutes les zones respectent la norme d’encadrement pour le
cadre auxiliaire ; 4 zones dépassant toutefois les 5% du cadre organique total. Pour les
10 zones de la province, seule une zone de police se retrouve hors norme à 2 reprises
(Zone de police de Jodoigne), en dépassant légèrement les maxima de 2 des 3 normes
d’encadrement du personnel opérationnel (33,33% pour la norme officier et cadre
moyen).
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
(Col 1)
5267 ZONE NIVELLES GENAPPE
5268 ZONE OUEST
BRABANT WALLON
5269 LA MAZERINE
5270 ORNE – THYLE
5271 POLICE LOCALE
WAVRE
5272 ARDENNES
BRABANCONNES
5273 ZONE DE BRAINEL'ALLEUD
5274 POLICE LOCALE DE
WATERLOO
5275 ZP OTTIGNIESLOUVAIN-LA-NEUVE
5276 ZONE DE POLICE DE
JODOIGNE
-
93
(10) Base /
Off.
Moyen / Midden
Aux / HLP
(3)
AR Basis
TOT
7/12/
(12)
Cadre
01
(4)
(7)
(8)
(9)
(11) Cadr
(13)
ORG /
(art.
(5) %age: (6)
(14)
Cadre
Cadre
%age:
art.1,
Cadre
e
%age:
ORG
4,
col 4 / col art1,
art1,
Org
Org
col
7
/
2°
Org
Org
col
12
/
Kader
al.2)
7
3°
1°
Kader col 11
Kader Kad
col 3
OPS Kader
>
er
20%
124
7
25,93%
0
27 31,03%
0
87
3
2,42%
0
84
88
6
33,33%
1
18
29,03%
0
62
2
2,27%
0
85
66
73
99
70
88
7
5
6
31,82%
38,46%
37,50%
0
1
1
22
13
16
31,43%
27,08%
26,67%
0
0
0
70
48
60
0
4
6
0,00%
5,71%
6,82%
0
0
0
49
69
5
35,71%
1
14
28,00%
0
50
0
0,00%
0
68
74
5
33,33%
1
15
30,00%
0
50
4
5,41%
0
68
90
7
43,75%
1
16
25,81%
0
62
5
5,56%
0
81
102
6
27,27%
0
22
30,56%
0
72
2
1,96%
0
61
65
5
33,33%
1
15
33,33%
1
45
0
0,00%
0
728
869
59
33,15%
7
178
29,37%
1
606
26
2,99%
0
Province de Liège
La norme d’encadrement ‘officier’ n’est pas remplie dans 65% des zones de
police de la province de Liège. Cette dernière a en outre la moyenne la plus élevée au
niveau provincial : 39,27% (la moyenne des pourcentages est bien plus élevée et atteint
les 45,36% - ce qui est aisément explicable au vue des 3 pourcentages exorbitants des
zones Hesbaye (75%), Stavelot-Malmédy (120%) et Hesbaye Ouest (137,50%). En
outre, 3 zones de police ont un T.O. officiers équivalant au minimum de 25% (ZP
Fagnes, Zone Meuse-Hesbaye et ZP du Condroz) et les autres zones sont soit dans la
fourchette prévue par la norme, soit elles ne présentent guère d’écarts importants à le
seuil supérieur des pourcentages prescrits (à noter toutefois la ZP de Fléron qui atteint
les 46%). Seules 8 zones de police sur les 20 liégeoises ne rentrent pas dans la norme
cadre ‘moyen’, dont trois sous la barre des 25% (ZP Liège, Vesdre et Hesbaye Ouest).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 37
Les 5 zones de police dont le pourcentage est supérieur aux 33% prescrits ne le sont
que de très peu (max. 35,21% pour la ZP Ans/St-Nicolas). Aucune zone ne dépasse le
maximum de 15% en ce qui concerne le cadre ‘auxiliaire’. Plus de la moitié des zones
(11 sur 20) ne prévoient pas d’auxiliaire de police au sein de leur cadre opérationnel.
Seule la zone de Huy approche la barre des 10%. A noter que la ZP Liège satisfait à la
norme prévue à l’article 4, al. 2 (cf. supra) avec 26,19%. 5 zones ne respectent pas 2
des 3 normes ; 4 satisfont aux 3 et le reste en laissent une seule hors norme.
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
(Col 1)
5277 POLICE LOCALE DE
LIEGE
5278 POLICE DE SERAING NEUPRE
5279 ZP HERSTAL
5280 ZP BEYNEHEUSAY/FLERON/SOUMAGNE
5281 ZONE BASSE MEUSE
5282 ZP FLEMALLE
5283 ZONE DE POLICE
SECOVA
5284 POLICE ANS - SAINTNICOLAS
5285 ZP AWANS/GRACEHOLLOGNE
5286 HESBAYE
5287 FAGNES
5288 PAYS DE HERVE
5289 ZONE VESDRE
5290 ZONE STAVELOTMALMEDY
5291 POLIZEIZONE EIFEL
5292 POLIZEIZONE WESERGÖHL
5293 HESBAYE OUEST
5294 ZONE MEUSE - HESBAYE
5295 ZP HUY
5296 ZP DU CONDROZ
-
1054
Bas
e/
(3)
Off.
Moyen / Midden
Aux / HLP
TOT
(10) AR Basi
s
Cadre
7/12/01
ORG /
(art. 4, (11)
(4)
(5)
(7)
(13)
al.2) > Cadr (12)
ORG
(6)
(8) %age: (9)
(14)
Cadre
%age:
Cadre
e
Cadre
%age:
Kader
20%
art1,
col 7 /
art1,
art1,
Org
col
4
/
Org
Org
Org
col
12
OPS
3°
col 11
2°
1°
Kader col 7
Kader
Kad Kader / col 3
er
1113
65
39,16% 1
166
19,58%
1
26,19% 848
34
3,05% 0
216
235
18
34,62%
1
52
33,55%
1
155
10
4,26%
0
93
78
118
81
8
7
30,77%
46,67%
0
1
26
15
33,33%
25,42%
1
0
78
59
6
0
5,08%
0,00%
0
0
149
74
116
149
78
126
11
6
9
33,33%
40,00%
36,00%
1
1
1
33
15
25
32,67%
26,32%
27,17%
0
0
0
101
57
92
4
0
0
2,68%
0,00%
0,00%
0
0
0
101
104
8
32,00%
0
25
35,21%
1
71
0
0,00%
0
60
68
5
38,46%
1
13
26,00%
0
50
0
0,00%
0
59
71
89
220
63
76
70
97
224
62
12
4
7
14
12
1
0
0
1
1
16
16
22
39
10
33,33%
33,33%
32,35%
24,38%
25,00%
1
1
0
1
0
48
48
68
160
40
0
2
0
11
0
0,00%
2,86%
0,00%
4,91%
0,00%
0
0
0
0
0
54
103
56
112
4
9
75,00%
25,00%
31,82%
35,90%
120,00
%
33,33%
36,00%
1
1
12
25
30,00%
32,05%
0
0
40
78
0
0
0,00%
0,00%
0
0
54
54
11
1
8
24,24%
1
33
2
3,70%
0
87
89
74
92
96
78
5
6
4
137,50
%
25,00%
31,58%
25,00%
0
0
0
20
19
16
30,77%
30,16%
27,59%
0
0
0
65
63
58
2
8
0
2,17%
8,33%
0,00%
0
0
0
2904
3089
225
39,27%
13
573
25,90%
8
2212
79
2,56%
0
Province de Luxembourg
Le pourcentage provincial dépasse de peu les 33% prescrits pour le cadre
officiers par rapport au T.O. du cadre moyen. Seules 2 zones sont dans la norme (ZP
Famenne-Ardenne et ZP Semois et Lesse). La zone Sud-Luxembourg (5298) frôle les
33% alors que la ZP Gaume dépasse les 40% (5299). Pourcentage (relativement) élevé
– même si restant dans la norme – en ce qui concerne la norme d’encadrement du
cadre
moyen ;
32,52%
et
4
zones
de
police
hors
norme
(ZP
Arlon/Attert/Habay/Martelange, Sud-Luxembourg, Gaume ainsi que Semois et Lesse).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 38
Au vu des faibles T.O. proposés par les zones de police luxembourgeoises en ce qui
concerne les auxiliaires de police (14 postes prévus pour les 6 zones), la norme est
respectée. La moitié des zones de police ne satisfont pas à 2 des 3 normes formulées
dans l’article 1, la ZP Famenne-Ardenne les respecte toutes et les ZP Centre Ardenne
et Semois et Lesse en remplissent 2 sur 3.
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
(Col 1)
5297 ZP
ARLON/ATTERT/HABAY/
MARTELANGE
5298 ZP SUDLUXEMBOURG
5299 ZONE DE POLICE
DE GAUME
5300 POLICE FAMENNEARDENNE
5301 CENTRE ARDENNE
5302 POLICE SEMOIS ET
LESSE
-
95
(10)
(3)
Base /
AR
Off.
Moyen / Midden
TOT
Basis
7/12/0
Cadre
1
(art.
ORG /
(4)
(7)
(8)
(11)
4,
(9)
ORG Cadre (5) %age: (6) Cadre %age:
Cadre
al.2)
art1,
Kader Org col 4 / col art1, Org
col 7 /
Org
>
7
3°
2°
OPS Kader
Kader col 11
20% Kader
99
9
37,50%
1
24
39,34%
1
61
Aux / HLP
(12)
Cadre
Org
Kader
(13)
%age:
col 12 /
col 3
(14)
art1,
1°
5
5,05%
0
63
70
5
33,33%
1
15
33,33%
1
45
5
7,14%
0
74
74
7
41,18%
1
17
34,00%
1
50
0
0,00%
0
155
151
10
31,25%
0
32
29,36%
0
109
0
0,00%
0
100
93
114
94
8
7
34,78%
31,82%
1
0
23
22
29,11%
33,85%
0
1
79
65
4
0
3,51%
0,00%
0
0
580
602
46
34,59%
4
133
32,52%
4
409
14
2,33%
0
Province de Namur
(3)
TOT
(2) Tot
Cadre
Créel(Col 1)
(4)
FeitKa ORG /
ORG Cadre
d OPS
Kader Org
OPS Kader
348
354
17
5303 ZP NAMUR
71
71
6
5304 ORNEAU-MEHAIGNE
86
90
7
5305 ZONE DES ARCHES
5306 POLICE ENTRE
70
84
8
SAMBRE ET MEUSE
88
88
6
5307 SAMSOM
5308 POLICE JEMEPPE
46
50
3
S/SAMBRE
65
65
5
5309 FLOWAL
5310 POLICE HOUILLE52
51
4
SEMOIS
5311 ZP
54
62
4
COUVIN/VIROINVAL
96
97
6
5312 ZONE HAUTE-MEUSE
5313 ZP LESSE ET
48
50
4
LHOMME
77
80
5
5314 CONDROZ-FAMENNE
5315 ZP
47
57
5
CERFONTAINE/DOISCHE/P
HILIPPEVILLE
1148 1199
80
(10) AR
7/12/01
(art. 4,
(5)
(7)
(8)
(6)
(9) al.2) >
%age:
Cadre %age:
art1,
art1, 20%
col 4 /
Org
col 7 /
3°
2°
col 7
Kader col 11
20,99%
1
81
34,91%
1
37,50%
1
16
35,56%
1
41,18%
1
17
25,76%
0
44,44%
1
18
33,33%
1
Off.
Moyen / Midden
Base
/
Aux / HLP
Basis
(11)
(12)
(13)
(14)
Cadre Cadre %age:
art1,
Org
Org col 12
1°
Kader Kader / col 3
232
24
6,78%
0
45
4
5,63%
0
66
0
0,00%
0
54
4
4,76%
0
33,33%
33,33%
1
1
18
9
30,51%
25,00%
0
0
59
36
5
2
5,68%
4,00%
0
0
33,33%
40,00%
1
1
15
10
33,33%
27,03%
1
0
45
37
0
0
0,00%
0,00%
0
0
36,36%
1
11
23,40%
1
47
0
0,00%
0
28,57%
36,36%
0
1
21
11
31,82%
31,43%
0
0
66
35
4
0
4,12%
0,00%
0
0
26,32%
38,46%
0
1
19
13
33,93%
33,33%
1
1
56
39
0
0
0,00%
0,00%
0
0
30,89%
11
259
31,70%
7
817
43
3,59%
0
Avec 84,62% de zones de police hors norme pour le cadre ‘officier’, le total
provincial demeure cependant dans la norme (30,89%), alors que la moyenne des
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 39
pourcentages atteint les 34,63% et dépasse donc la norme. Une zone de police se
retrouve sous la barre des 25% (ZP Namur) et les 10 autres au-dessus de la barre des
33% ; 3 de manière peu significative (avec 33,33% pour les ZP 5307, 5308 et 5309) et 3
égalant ou dépassant la barre des 40% (ZP Houille-Semois, Zones des Arches et la
Police Entre Sambre et Meuse). Le pourcentage provincial de la norme ‘cadre moyen’
(31,70%) se rapproche cette fois plus de la moyenne des pourcentages (30,72%) ; ce
qui tend à démontrer une moindre disparité parmi les pourcentages. Une zone de police
sous la barre des 25% (ZP Couvin/Viroinval) et 6 zones dépassant les 33%, le plus
important se retrouvant à la zone Orneau-Mehaigne: 35,56%. Toutes les zones
remplissent les critères concernant le cadre auxiliaire : le plus grand nombre (absolu et
relatif) revenant à la ZP Namur : 24 auxiliaires de police au T.O. sur les 43 de la
province. Une zone de police satisfait au 3 normes d’encadrement, 6 sont hors norme à
deux reprises et 4 ne le sont qu’une seule fois.
-
Province du Hainaut
(Col 1)
5316 ZONE DE POLICE
DU TOURNAISIS
5317 ZONE DE POLICE
DE MOUSCRON
5318 ZP COMINESWARNETON
5319 BELOEIL / LEUZE –
HT
5320 ZONE DU VAL DE
L'ESCAUT
5321 ZP
BERNISSART/PERUWEL
Z
5322 POLICE LOCALE
VILLE D'ATH
5323 ZONE DES
COLLINES
5324 ZONE MONS QUEVY
5325 ZP LA LOUVIERE
5326 ZONE DE SYLLE ET
DENDRE
5327 POLICE BORAINE
5328 ZP HAUTE SENNE
5329 POLICE DES
HAUTS-PAYS
5330 ZP CHARLEROI
5331 ZP AISEAUPRESLES/CHATELET/FA
RCIENNES
5332 ZP
ANDERLUES/BINCHE
5333 LERMES
5334 BOTTE DU
HAINAUT
5335 POLICE LOCALE
MARIEMONT
5336 ZONE DES TRIEUX
(2) Tot
(3)
Off.
Moyen / Midden
(10) AR Base /
Créel- TOT
7/12/01 Basis
FeitKa Cadre
(4)
(5) %age: (6)
(7) (8) %age: (9) (art. 4,
(11)
d OPS ORG / Cadre col 4 / col art1, Cadr col 7 / art1, al.2) > Cadre
ORG
20%
Org
7
3° e Org col 11
2°
Org
Kader Kader
Kade
Kader
OPS
r
230
243
18
33,96%
1
53
33,13%
1
160
Aux / HLP
(12)
Cadre
Org
Kader
(13)
%age:
col 12 /
col 3
(14)
art1,
1°
12
4,94%
0
144
148
10
33,33%
1
30
28,57%
0
105
3
2,03%
0
38
38
3
37,50%
1
8
30,77%
0
26
1
2,63%
0
57
66
5
35,71%
1
14
29,79%
0
47
0
0,00%
0
51
64
8
57,14%
1
14
35,00%
1
40
2
3,13%
0
68
68
6
33,33%
1
18
42,86%
1
42
2
2,94%
0
61
64
5
33,33%
1
15
34,88%
1
43
1
1,56%
0
68
74
6
42,86%
1
14
25,93%
0
54
0
0,00%
0
321
423
25
33,33%
1
75
24,75%
1
303
20
4,73%
0
222
73
254
78
17
5
32,69%
31,25%
0
0
52
16
32,91%
28,57%
0
0
158
56
27
1
10,63%
1,28%
0
0
244
122
80
270
137
91
20
8
7
33,33%
30,77%
36,84%
1
0
1
60
26
19
33,33%
25,24%
29,23%
1
0
0
180
103
65
10
0
0
3,70%
0,00%
0,00%
0
0
0
905
136
1058
143
63
10
36,63%
34,48%
1
1
172
29
22,81%
29,00%
1
0
754
100
69
4
6,52%
2,80%
0
0
92
106
8
40,00%
1
20
25,97%
0
77
1
0,94%
0
55
63
54
65
4
9
33,33%
90,00%
1
1
12
10
31,58%
21,74%
0
1
38
46
0
0
0,00%
0,00%
0
0
144
156
11
35,48%
1
31
29,25%
0
106
8
5,13%
0
107
125
10
38,46%
1
26
30,59%
0
85
4
3,20%
0
28,55%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 40
5337 ZP FLEURUS/LES
BONS VILLERS/PONT-ACELLES
5338 GERMINALT
89
96
7
38,89%
1
18
27,27%
0
66
5
5,21%
0
86
91
7
35,00%
1
20
31,25%
0
64
0
0,00%
0
3456
3912
272
36,17%
20
752
27,67%
8
2718
170
4,35%
0
Seules 3 zones de police (ZP La Louvière, ZP Sylle et Dendre et ZP HauteSenne) satisfont à la norme d’encadrement ‘officiers’. L’ensemble des autres zones ne
dépasse que de quelques pour-cent les 33% de la norme ; 4 zones présentent toutefois
des pourcentages détonant avec la moyenne provinciale de 36% (40% pour la ZP
Binche ; 42,86% pour la ZP des Collines ; 57,14% pour la Zone du Val de l’Escaut et
90% pour la ZP de la Botte du Hainaut). La norme d’encadrement ‘cadre moyen’ est
plus raisonnablement respectée et atteint 27,67% au niveau provincial. On constate que
3 zones n’atteignent pas le minimum de 25% (ZP de la Botte du Hainaut, ZP Charleroi
et ZP Mons/Quévy) et que les zones dépassant les 33% ne les dépassent que
faiblement (sauf la ZP Bernissart/Péruwelz qui atteint les 42,86%). En ce qui concerne
les auxiliaires de police, 170 sont prévus au T.O. dans tout le Hainaut, dont 116 (soit
68,23%) rien que pour les zones de Charleroi, Mons/Quévy et La Louvière. Seule cette
dernière dépasse les 10%. A noter que la zone de police carolo (mandat de catégorie 5)
atteint aisément le minimum de 20% prévu à l’article 2 de l’arrêté royal concerné. Sur
les 23 zones de la province, 15 respectent au minimum deux conditions.
-
Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale
(2)
Tot
Créel
FeitK
ad
OPS
(Col 1)
5339 BRUSSEL HOOFDSTAD
ELSENE/ BRUXELLES
CAPITALE IXELLES
5340 BRUXELLES-OUEST/
BRUSSEL WEST
5341 ZONE MIDI - ZONE ZUID
5342 UCCLE/WB/AUDERGHEM/ UKKEL/WB/OUDERGEM
5343 ZONE MONTGOMERY
5344 SCHAERBEEK ST.JOSSE
EVERE/ SCHAARBEEK ST
JOOST EVERE
(3)
Off.
Moyen / Midden
TOT
Cadre
(7)
ORG / (4)
(5)
Cadr
(8)
(9)
ORG Cadre %age: (6)
e
%age:
art1,
art1,
Kader Org col 4 /
Org col 7 /
3°
2°
OPS Kader col 7
Kade col 11
r
2020 2090
152 37,07% 1
410 32,01%
0
Base
/
(10) AR Basis
7/12/01
(art. 4, (11)
al.2) > Cadr
20% e Org
Kade
r
Aux / HLP
(12)
Cadr
(13)
e
%age:
Org col 12 /
Kade col 3
r
36,78% 1281 247 11,82%
(14)
art1,
1°
0
561
683
37
27,82%
0
133
30,86%
0
33,14%
431
82
12,01%
0
712
405
790
425
54
30
32,14%
33,71%
0
1
168
89
37,33%
33,33%
1
1
39,08%
450
267
118
39
14,94%
9,18%
0
0
396
642
427
699
28
62
32,94%
48,44%
0
1
85
128
32,95%
31,68%
0
0
258
404
56
105
13,11%
15,02%
0
1
4736
5114
363
35,83%
3
1013 32,77%
2
3091
647
12,65%
1
37,33%
La moitié des zones de police bruxelloises prévoit des T.O. de cadres officiers
supérieurs au 33% prévus, et dans des proportions parfois notables, notamment pour la
zone de police Evere/Schaerbeek/Saint-Josse-Ten-Noode avec 48,44%. Pour
l’encadrement du cadre moyen, la norme est atteinte pour 4 zones. Les deux zones
(Zone Midi et ZP Uccle/W-B/Auderghem) dépassant les 33% ne le font que très
légèrement (Voyez la colonne 8 : 37,33% et 33,33%). Le cadre auxiliaire, fort présent
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 41
dans les polices locales de la capitale, est représenté de manière significative dans les
6 zones bruxelloises ; 12,65% des cadres sur l’ensemble du territoire concerné et même
une zone (ZP Evere/Schaerbeek/Saint-Josse-Ten-Noode) qui dépasse (très
légèrement) le maximum de 15%.
L’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale regroupe également la
moitié des zones pour lesquelles le chef de corps exerce un mandat de catégorie 5 (Cf.
colonne 10 : 4 zones sur 8). A cet égard, la norme est atteinte par les 4 zones
concernées, avec plus de 10% d’écart. Seule une zone ne respecte pas 2 des 3
conditions de l’arrêté royal ; 3 zones en respectent 2 et 2 zones les remplissent toutes.
-
Province d’Antwerpen
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
(Col 1)
5345 ANTWERPEN
5346 PZ ZWIJNDRECHT
5347 POLITIEZONE RUPEL
5348 POLITIEZONE NOORD
5349 HEKLA
5350 GRENS
5351 MINOS
5352 PZ BRASSCHAAT
5353 PZ SCHOTEN
5354 PZ RANST/ZANDHOVEN
5355 VOORKEMPEN
5356 PZ KLEIN-BRABANT
5357 PZ WILLEBROEK
5358 LOKALE POLITIE
MECHELEN
5359 BODUKAP
5360 PZ LIER
5361 BERLAAR - NIJLEN
5362 POLITIEZONE HEIST
5363 POLITIEZONE
NOORDERKEMPEN
5364 POLITIE REGIO
TURNHOUT
5365 ZUIDERKEMPEN
5366 PZ
GEEL/LAAKDAL/MEERHOUT
5367 POLITIEZONE KEMPEN NO
5368 BALEN - DESSEL - MOL
5369 ZONE NETELAND
(3)
Off.
Moyen / Midden
TOT
Cadre
ORG /
(4)
(5)
(7)
(8)
ORG Cadre %age: (6) Cadre %age: (9)
art1,
art1,
Kader Org
col 4 /
Org
col 7 /
3°
2°
OPS Kader col 7
Kader col 11
Base
/
Aux / HLP
Basis
(11)
(12)
(13)
Cadr
(14)
Cadre %age:
e Org
art1,
Org col 12
1°
Kade
Kader / col 3
r
32,82% 1583 120 5,31% 0
31
2
4,26% 0
74
1
1,01% 0
58
3
3,70% 0
90
0
0,00% 0
64
4
4,55% 0
100
6
4,05% 0
50
1
1,45% 0
47
5
6,94% 0
38
0
0,00% 0
78
0
0,00% 0
52
0
0,00% 0
32
4
8,33% 0
163
29
10,58
0
%
84
0
0,00% 0
61
2
2,30% 0
47
0
0,00% 0
43
4
5,97% 0
40
0
0,00% 0
(10) AR
7/12/01
(art. 4,
al.2) >
20%
2152
40
96
66
126
72
124
68
71
53
112
65
48
256
2262
47
99
81
130
88
148
69
72
53
112
70
48
274
150
4
5
5
10
5
12
4
5
7
14
5
4
22
36,67%
40,00%
26,32%
33,33%
33,33%
33,33%
40,00%
28,57%
33,33%
87,50%
70,00%
38,46%
50,00%
36,67%
1
1
0
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
409
10
19
15
30
15
30
14
15
8
20
13
8
60
25,84%
32,26%
25,68%
25,86%
33,33%
23,44%
30,00%
28,00%
31,91%
21,05%
25,64%
25,00%
25,00%
36,81%
0
0
0
0
1
1
0
0
0
1
0
0
0
1
100
83
52
55
59
114
87
63
67
54
6
6
4
6
5
25,00%
33,33%
33,33%
42,86%
55,56%
0
1
1
1
1
24
18
12
14
9
28,57%
29,51%
25,53%
32,56%
22,50%
0
0
0
0
1
197
214
16
35,56%
1
45
31,03%
0
145
8
3,74%
0
65
115
69
119
5
10
38,46%
40,00%
1
1
13
25
25,49%
30,49%
0
0
51
82
0
2
0,00%
1,68%
0
0
52
54
6
50,00%
1
12
33,33%
1
36
0
0,00%
0
107
110
117
111
8
8
33,33%
33,33%
1
1
24
24
29,27%
31,58%
0
0
82
76
3
3
2,56%
2,70%
0
0
4344
4622
332
37,47%
22
886
27,63%
6
3207
197
4,26%
0
Sur l’ensemble des 25 zones de police anversoises, 88% de celles-ci sont hors
norme pour le cadre officiers. A part quelques pics à plus de 50% (ZP Kempen N-O,
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 42
Noorderkempen, Willebroek, Voorkempem et Ranst/Zandhoven), les autres zones de
police restent dans des proportions plus proches des 33%. Le pourcentage pour la
province est important et s’élève à 37,47% ; la moyenne des pourcentages est encore
plus élevée et dépasse les 40% (40,33%). Le cadre moyen rentre beaucoup plus
souvent dans la norme : sur 6 zones de police hors norme, 3 sont sous la barre des 25
% (ZP Grens, ZP Ranst-Zandhoven et ZP Noorderkempen) – pour ces 2 dernières, ce
faible pourcentage s’explique manifestement par le T.O. exagérément chargé en
officiers, les 3 autres dépassent de peu le maximum de 33% (ZP Hekla, Mechelen et
Kempen N-O). Le cadre auxiliaire – qui compte dans les cadres théoriques 197 unités
sur l’ensemble de la province – reste sous les 15% prévus. Avec son cadre théorique de
120 auxiliaires de police, la ZP Antwerpen n’atteint que 5,31% de son cadre ; la ZP
Mechelen dépasse les 10% de cadre auxiliaire par rapport au cadre total opérationnel.
A noter que comme seule zone de police dont le mandat est de catégorie 5, la ZP
Antwerpen respecte la norme prévue à l’article 4 al.2 (col. 10). Les 6 zones hors des
normes pour le cadre moyen le sont également pour le cadre officiers ; il y a donc 16
zones qui respectent au moins 2 des 3 normes de l’arrêté royal.
-
Province du Limburg
(Col 1)
5370 HAZODI
5371 PZ LOMMEL
5372 PZ HAMONT-ACHEL/
NEERPELT/ OVERPELT
5373 PZ BERINGEN/HAM/
TESSENDERLO
5374 WEST-LIMBURG
5375 PZ HEUSDEN-ZOLDER
5376 PZ
GINGELOM/NIEUWERKERKE
N/SINT-TRUIDEN
5377 KEMPENLAND
5378 PZ HOUTHALENHELCHTEREN
5379 PZ KANTON
BORGLOON
5380 TONGEREN HERSTAPPE
5381 PZ BILZEN/HOESELT/
RIEMST
5382 PZ VOEREN
5383 POLITIEZONE
MAASLAND
5384 POLITIEZONE GAOZ
5385 PZ NOORDOOSTLIMBURG
5386 PZ LANAKEN
5387 PZ MAASMECHELEN
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
248
57
52
(3)
Off.
Moyen / Midden
TOT
(4)
Cadre
(7)
(5)
ORG / Cad
(6) Cadr (8) %age: (9)
ORG re %age: art1, e Org col 7 / art1
Kader Org col 4 /
3° Kade col 11 , 2°
OPS Kad col 7
r
er
248
19 50,00%
1
38
21,59%
1
66
4 33,33%
1
12
26,09%
0
51
4 40,00%
1
10
27,03%
0
Base /
Aux / HLP
(10) Basis
AR
(12)
7/12/0 (11) Cadr
(13)
(14)
1 (art. Cadre
e
%age:
art1,
4, al.2) Org
Org col 12 /
1°
> 20% Kader Kade col 3
r
176
15
6,05%
0
46
4
6,06%
0
37
0
0,00%
0
98
110
8
32,00%
0
25
32,47%
0
77
0
0,00%
0
47
45
100
49
47
102
4
3
7
40,00%
33,33%
36,84%
1
1
1
10
9
19
28,57%
27,27%
27,14%
0
0
0
35
33
70
0
2
6
0,00%
4,26%
5,88%
0
0
0
74
47
74
47
5
4
35,71%
36,36%
1
1
14
11
25,45%
34,38%
0
1
55
32
0
0
0,00%
0,00%
0
0
63
58
5
38,46%
1
13
32,50%
0
40
0
0,00%
0
81
83
5
33,33%
1
15
23,81%
1
63
0
0,00%
0
87
87
7
36,84%
1
19
31,15%
0
61
0
0,00%
0
15
82
17
82
1
6
33,33%
28,57%
1
0
3
21
23,08%
39,62%
1
1
13
53
0
2
0,00%
2,44%
0
0
202
65
186
67
14
5
38,89%
33,33%
1
1
36
15
28,57%
31,91%
0
0
126
47
10
0
5,38%
0,00%
0
0
58
73
48
67
4
5
36,36%
31,25%
1
0
11
16
35,48%
34,78%
1
1
31
46
2
0
4,17%
0,00%
0
0
1494
1489
110 37,04%
15
297
28,53%
7
1041
41
2,75%
0
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 43
83,33% des zones limbourgeoises dépassent le maximum de 33% prévu à
l’article 1, 3° pour les officiers; le Limburg obtient en un pourcentage provincial important
(37,04%), alors que la moyenne des pourcentages n’est que de 36%, ce qui signifie que
peu de zones de police présentent un écart important. En effet, à part les 50% de la ZP
Hazodi, les autres zones de police restent dans la tranche 33-40% (avec 2 zones à
40%). La norme d’encadrement du cadre moyen est, comme pour toutes les autres
provinces, rencontré dans des proportions plus raisonnables : 38,89% des zones de
police seulement sont hors norme (soit 7 zones) : 3 corps de police locale sous la barre
des 25% (ZP Hazodi, Tongeren/Herstappe et Voeren) et 4 passant le cap des 33% (ZP
Houthalen, Maasland, Lanaken et Maasmechelen). Avec la présence de 41 auxiliaires
de police dans les T.O. limbourgeois (dont 60% pour les ZP Hazodi et Gaoz), aucune
zone de police ne dépasse les 15% ; 2 zones seulement passent la barre des 6% (ZP
Hazodi et ZP Lommel). On ne retrouve toutefois, pour l’ensemble de la province, que 5
zones ne respectant pas les normes d’encadrement à deux reprises (soit 27,58%).
-
Province du Vlaams Brabant
(2)
Tot
Crée
lFeit
Kad
OPS
(Col 1)
5388 PZ LEUVEN
5389 ZONE HAGELAND
5390 POLITIEZONE LAN
5391 PZ
BIERBEEK/BOUTERSEM/HOLSBEEK/
LUBBEEK
5392 PZ TIENEN - HOEGAARDEN
5393 HERKO
5394 POLITIEZONE AARSCHOT
5395 HAACHT
5396 DEMERDAL - DSZ
5397 PZ DIJLELAND
5398 PZ TERVUREN
5399 POLITIEZONE BRT
5400 PZ ZAVENTEM
5401 WOKRA
5402 PZ DRUIVENSTREEK
5403 ZONE RODE
5404 BEERSEL
5405 PAJOTTENLAND
5406 PZ DILBEEK
5407 POLITIEZONE TARL
5408 POL AMOW
5409 POLITIEZONE K - L - M
5410 PZ GRIMBERGEN
5411 VILVOORDE – MACHELEN
5412 KASTZE
5413 POLITIEZONE HALLE
5414 PZ SINT-PIETERS-LEEUW
(3)
Off.
Moyen / Midden
TOT
Cadre
(7)
ORG / (4)
(5)
Cad
(6)
(8) %age: (9)
ORG Cadre %age:
re
art1,
col 7 / art1
Kader Org
col 4 /
Org
3°
col 11 , 2°
OPS Kader col 7
Kad
er
283 300
20
35,71%
1
56 27,05%
0
53
49
4
44,44%
1
9
25,00%
0
48
55
3
23,08%
1
13 33,33%
1
56
56
4
33,33%
1
12 30,00%
0
83
50
48
49
87
45
36
55
64
37
49
44
42
55
67
76
103
72
57
115
55
71
54
87
51
49
49
99
52
37
62
77
37
60
52
48
60
68
73
120
73
66
124
64
76
54
1854 1998
(10)
AR
7/12/0
1 (art.
4, al.2)
> 20%
Base
/
Basis
Aux / HLP
(12)
(11)
Cadr (13)
Cadr
(14)
e %age:
art1,
e Org
Org col 12
Kade
1°
Kad / col 3
r
er
207 17 5,67% 0
36
0 0,00% 0
39
0 0,00% 0
40
0 0,00% 0
7
4
4
7
7
4
4
4
5
4
5
4
5
4
5
5
9
5
6
9
4
6
4
35,00%
36,36%
40,00%
87,50%
35,00%
33,33%
57,14%
33,33%
31,25%
40,00%
38,46%
40,00%
50,00%
33,33%
31,25%
31,25%
32,14%
33,33%
42,86%
34,62%
30,77%
35,29%
33,33%
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
0
0
0
1
1
1
0
1
1
20
11
10
8
20
12
7
12
16
10
13
10
10
12
16
16
28
15
14
26
13
17
12
33,33%
30,56%
30,30%
23,53%
28,99%
33,33%
26,92%
26,67%
30,77%
43,48%
30,95%
26,32%
30,30%
27,27%
34,04%
30,77%
33,73%
28,30%
30,43%
31,33%
29,55%
33,33%
31,58%
1
0
0
1
0
1
0
0
0
1
0
0
0
0
1
0
1
0
0
0
0
1
0
60
36
33
34
69
36
26
45
52
23
42
38
33
44
47
52
83
53
46
83
44
51
38
0
0
2
0
3
0
0
1
4
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
6
3
2
0
0,00%
0,00%
4,08%
0,00%
3,03%
0,00%
0,00%
1,61%
5,19%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
0,00%
4,84%
4,69%
2,63%
0,00%
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
152
36,36%
22
418
30,07%
8
1390
38
1,90%
0
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 44
Avec également plus de 80% des zones de police hors norme ‘officiers’ sur son
territoire, la province du Vlaams Brabant – qui contient un nombre de zones de police,
27 – conserve un pourcentage (36,36%) proche du maximum de 33% fixé dans l’arrêté
royal. La moyenne des pourcentages, influencée par quelques hauts pourcentages, est
un peu plus élevée et atteint les 38,23%, ce qui reste correct. Les 3 zones de police
dont le pourcentage de la norme d’encadrement officiers est élevé sont les ZP Beersel
(50%), Tervuren (57,14%) et Haacht (87,5%) Les autres zones de police hors norme ne
dépassent qu’à deux reprises les 40% (ZP Hageland et ZP Grimbergen), tandis que 3
zones égalisent ce pourcentage (ZP Aarschot, Wokra et Rode). La norme
d’encadrement du cadre moyen est également plus souvent rencontrée : moins de 30%
des zones ne respectent pas l’assiette des pourcentages. Ces zones hors norme se
répartissent comme suit : 7 zones de police au-dessus de la barre des 33%, une seule
sous le minimum de 25% (ZP Haacht). C’est en Vlaams Brabant que l’on retrouve
proportionnellement le moins d’auxiliaires de police – seulement 1,9% du cadre
opérationnel total. La ZP Leuven a dressé un T.O. de 17 auxiliaires de police, soit
5,67% de son cadre opérationnel global et 44,74% de tous les auxiliaires de police de la
province. Au total, 19 zones de police de cette province ne prévoient aucun cadre
auxiliaire. Ce sont au total 6 zones de police (soit 22,22%) qui font l’impasse sur deux
des trois normes édictées dans l’arrêté royal ; le reste, à savoir 21, en respectant au
minimum deux.
-
Province de Oost-Vlaanderen
Un pourcentage important également pour la 4e province du pays (en nombre de
policiers locaux), qui possède le plus grand nombre de zones ; 37,12% de cadre officier
par rapport au cadre moyen, soit 4,12% de plus que le maximum prévu. Sur l’ensemble
des 29 zones, 68,97% de celles-ci sont hors norme : toutes dépassent la limite
supérieure de 33%. Le pourcentage provincial s’élève à 37,12% (3e plus élevé) et la
moyenne des pourcentages est de 36,66% ; la zone la plus importante, la ZP Gent,
influe certainement sur cette moyenne provinciale avec un pourcentage relativement
élevé (47,06%) alors que d’autres zones de police révèlent également des
pourcentages conséquents mais avec un poids moins important lors de l’addition:
53,85% pour la ZP Temse/Kruibeke, 60% pour Lowazone et 71,43% pour la ZP
Denderleeuw / Haaltert avec des T.O. respectifs de 7, 6 et 5. Avec la seule moyenne
provinciale sous le pourcentage minimal de 25% pour la norme cadre moyen, la
province de Oost-Vlaanderen obtient une moyenne des pourcentages de 29,01%. Le
très faible pourcentage de la ZP Gent influe sur la moyenne provinciale vu le nombre
de cadres moyens concernés (136). Cette influence se dilue dans la masse des
pourcentages non pondérés dont la moyenne passe à 29,01% (et qui est donc
parfaitement dans la norme). Sur les 29 zones de police, seules 10 (soit 34,48%) sont
hors norme ; 7 dépassent très légèrement les 33% (max. 34,48% à la ZP Maldegem) et
3 zones sont sous la barre des 25% (cf. la ZP Gent supra, la ZP Ronse avec 23,81% et
la ZP Denderleeuw/Haaltert avec 15,91%). Avec 256 auxiliaires de police au total dans
son T.O., la province de West-Vlaanderen est la deuxième en nombre absolu. C’est la
zone de police de Gent qui en dénombre le plus dans son cadre organique : 161 unités,
soit 13,45% de son cadre opérationnel organique. Aucune autre zone ne dépasse les
10% : les auxiliaires se retrouvent également en nombre dans les zones de Sint-Niklaas
et Aalst. Elles comptent respectivement 16 et 18 auxiliaires dans leur cadre organique.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 45
Au total ce sont 8 zones qui ne prévoient aucun auxiliaire de police au sein de leur T.O.
Pour la totalité de la province, 8 zones de police sont hors norme pour deux des trois
normes d’encadrement. Remarque : la ZP Gent, seule zone dont le mandat de chef de
corps est de type 5, dépasse de justesse le seuil de l’article 4, al.2 avec 20,06%.
(Col 1)
5415 PZ GENT
5416 PZ
LOCHRISTI/MOERBEKE/WA
CHTEBEKE/ZELZATE
5417 MEETJESLAND
CENTRUM
5418 REGIO RHODE &
SCHELDE
5419 POLITIEZONE
SCHELDE - LEIE
5420 POLITIEZONE DEINZE ZULTE
5421 PZ
ASSENEDE/EVERGEM
5422 LOWAZONE
5423 PZ
AALTER/KNESSELARE
5424 PZ MALDEGEM
5425 VLAAMSE ARDENNEN
5426 BRAKEL
5427 PZ RONSE
5428 GERAARDSBERGEN LIERDE
5429 ZOTTEGEM HERZELE
STLHOUTEM
5430 PZ BEVEREN
5431 SINT-GILLISWAAS/STEKENE
5432 POLITIE SINT-NIKLAAS
5433 PZ KRUIBEKE/TEMSE
5434 LOKEREN
5435 PZ
HAMME/WAASMUNSTER
5436 PZ BERLARE/ZELE
5437 BUGGENHOUT LEBBEKE
5438 PZ WETTEREN
LAARNE WICHELEN
5439 PZ
DENDERLEEUW/HAALTERT
5440 PZ AALST
5441 PZ ERPE-MERE/LEDE
5442 PZ NINOVE
5443 PZ DENDERMONDE
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
(3)
TOT
Cadre (4)
ORG / Cadr
ORG e Org
Kader Kade
OPS
r
Off.
(5)
%age:
col 4 /
col 7
Base /
(10) AR Basis
7/12/01
(11)
(9) (art. 4,
Cadre
art1, al.2) >
Org
20%
2°
Kader
Moyen / Midden
(7)
(8)
(6) Cadr
%age:
art1, e Org
col 7 /
3° Kade
col 11
r
20,06%
836
54
Aux / HLP
(12)
(13)
Cadr
(14)
e
%age:
art1,
Org col 12 /
1°
Kad col 3
er
161 13,45%
0
3
3,75%
0
1026
77
1197
80
64
6
47,06%
35,29%
1
1
136
17
16,27%
31,48%
1
0
68
72
5
35,71%
1
14
26,92%
0
52
1
1,39%
0
91
100
6
28,57%
0
21
30,88%
0
68
5
5,00%
0
57
72
6
37,50%
1
16
34,04%
1
47
3
4,17%
0
73
86
6
37,50%
1
16
27,59%
0
58
6
6,98%
0
62
66
5
35,71%
1
14
29,79%
0
47
0
0,00%
0
50
42
52
44
6
3
60,00%
33,33%
1
1
10
9
27,78%
30,00%
0
0
36
30
0
2
0,00%
4,55%
0
0
41
103
50
56
58
43
105
52
57
64
4
7
4
3
4
40,00%
30,43%
33,33%
30,00%
30,77%
1
0
1
0
0
10
23
12
10
13
34,48%
33,33%
33,33%
23,81%
30,95%
1
1
1
1
0
29
69
36
42
42
0
6
0
2
5
0,00%
5,71%
0,00%
3,51%
7,81%
0
0
0
0
0
93
95
5
27,78%
0
18
25,00%
0
72
0
0,00%
0
87
52
96
54
7
3
33,33%
30,00%
1
0
21
10
33,87%
25,64%
1
0
62
39
6
2
6,25%
3,70%
0
0
187
70
77
54
192
70
84
61
12
7
6
5
30,00%
53,85%
33,33%
38,46%
0
1
1
1
40
13
18
13
32,26%
27,08%
31,03%
30,23%
0
0
0
0
124
48
58
43
16
2
2
0
8,33%
2,86%
2,38%
0,00%
0
0
0
0
56
48
63
51
4
4
33,33%
36,36%
1
1
12
11
27,27%
30,56%
0
0
44
36
3
0
4,76%
0,00%
0
0
86
88
5
27,78%
0
18
28,57%
0
63
2
2,27%
0
57
57
5
71,43%
1
7
15,91%
1
44
1
1,75%
0
228
64
64
107
232
64
69
109
12
5
5
8
27,27%
38,46%
33,33%
33,33%
0
1
1
1
44
13
15
24
27,85%
28,26%
33,33%
33,80%
0
0
1
1
158
46
45
71
18
0
4
6
7,76%
0,00%
5,80%
5,50%
0
0
0
0
3184
3475
222
37,12%
20
598
24,93%
10
2399
256
7,37%
0
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 46
-
Province de West-Vlaanderen
Malgré les 11 zones de police hors norme ‘officier’ (sur les 19 que compte la
province), la moyenne de la province s’élève à 32,96% (peu de différence donc avec la
moyenne des pourcentages qui est de 33,21%). Toutes les zones dépassent les 33%
de quelques pour-cent, une seule zone de police passe la barre des 40% (ZP
Middelkerke). Pour la norme d’encadrement du ‘cadre moyen’, on n’épingle que 3 zones
de police (soit 15,79% des 19 zones) dépassant légèrement les 33% : les ZP het
Houtsche, Bredene/De Haan et Midow (respectivement 33,33% ; 33,90% et 34,78%).
Pas de problèmes pour les cadres organiques des auxiliaires de police : 8 zones de
police en prévoient un nul ; les autres plafonnent à 9,26% (ZP Knokke) du cadre
organique opérationnel et 97 des 130 prévus sur l’ensemble du territoire provincial (soit
74,62%) le sont par 5 zones de police (ZP Brugge, Knokke, Oostende, Riho et Vlas).
Toutes les zones prévoyant des cadres hors des normes d’encadrement prévues dans
l’arrêté royal ne le font qu’à une reprise. Toutes les zones de police de West-Vlaanderen
respectent donc au moins 2 des 3 normes d’encadrement.
(Col 1) (*) = Cadre réel au
31/12/2002 / Feit. Kad. Op
31/12/2002 – Pas de T.O. au
31/12/2002 / Geen O.T. op
31/12/2002
(2) Tot
CréelFeitKa
d OPS
5444 PZ BRUGGE
5445 PZ BLANKENBERGE/
ZUIENKERKE
5446 PZ DAMME/KNOKKEHEIST
5447 POLITIEZONE HET
HOUTSCHE
5448 REGIO TIELT
5449 PZ OOSTENDE
5450 PZ BREDENE/DE HAAN
5451 POLITIEZONE
MIDDELKERKE
5452 POLITIEZONE KOUTER
5453 POLITIEZONE RIHO
5454 MIDOW
5455 GRENSLEIE
5456 VLAS
5457 MIRA
5458 GAVERS
5459 POLITIEZONE SPOORKIN
5460 POLDER
5461 WESTKUST
5462 POLITIEZONE ARRO
IEPER
Base /
(3)
Off.
Moyen / Midden
(10) Basis
TOT
AR
Cadre (4)
(7)
7/12/0 (11)
(5)
(8)
ORG / Cadr
(6) Cadr
(9)
1 (art. Cadre
ORG e Org %age: art1, e Org %age: art1,
4, al.2) Org
col
4
/
col
7
/
Kader Kade
3° Kade
2°
> 20% Kader
col 7
col 11
OPS
r
r
Aux / HLP
(12)
(13)
Cadr
e
%age:
Org col 12 /
col 3
Kad
er
25
6,46%
6
6,82%
(14)
art1,
1°
381
79
387
88
22
6
32,35%
37,50%
0
1
68
16
25,00%
26,67%
0
0
272
60
0
0
148
162
10
31,25%
0
32
30,48%
0
105
15
9,26%
0
83
86
6
30,00%
0
20
33,33%
1
60
0
0,00%
0
91
254
82
66
93
260
84
66
7
16
5
6
33,33%
34,78%
25,00%
42,86%
1
1
0
1
21
46
20
14
32,31%
26,44%
33,90%
30,43%
0
0
1
0
65
174
59
46
0
24
0
0
0,00%
9,23%
0,00%
0,00%
0
0
0
0
104
177
59
139
258
118
60
52
79
173
219
109
195
67
146
258
125
69
44
76
171
236
8
12
5
9
19
8
5
3
6
9
15
33,33%
33,33%
31,25%
31,03%
36,54%
30,77%
38,46%
33,33%
35,29%
27,27%
33,33%
1
1
0
0
1
0
1
1
1
0
1
24
36
16
29
52
26
13
9
17
33
45
31,17%
26,28%
34,78%
28,16%
31,71%
30,23%
26,53%
28,13%
32,08%
27,05%
26,79%
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
77
137
46
103
164
86
49
32
53
122
168
0
10
0
5
23
5
2
0
0
7
8
0,00%
5,13%
0,00%
3,42%
8,91%
4,00%
2,90%
0,00%
0,00%
4,09%
3,39%
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2622
2722
177
32,96%
11
537
28,59%
3
1878
130
4,78%
0
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 47
2.3.
Cadre organique / Cadre réel: le taux d’occupation à la police locale au
31/12/2002
Le nombre d’effectifs étant en constante évolution (notamment avec le système
de mobilité mis en place au sein des services de la police intégrée), il est clair que les
chiffres présentés ci-dessous ne sont, dans de nombreux cas, plus à jour19. Nous
estimons toutefois que les données concernant le cadre réel, collectées annuellement,
demeurent fiables et peuvent donc être utilisées dans un cadre plus large d’analyse
comme il est proposé dans ce rapport. Les cadres organiques, faisant l’objet d’une
procédure devant les instances décisionnelles de la zone de police (conseil de police /
conseil communal), sont moins fluctuants que le cadre réel des zones de police, ce
dernier étant susceptible d’être modifié trimestriellement via notamment les cycles de
mobilité. Tout comme pour le point 1 sur le cadre organique et l’effectif minimal
opérationnel, la première partie (A) reprendra un aperçu au niveau fédéral des données.
Le second (B) sera un passage en revue des 196 zones de police par province.
2.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Le taux d’occupation calcule le pourcentage entre le nombre ‘théorique’ de
membres du cadre opérationnel (le cadre organique – C.O.) et le nombre d’effectifs
effectivement présents (la cadre réel – C.R.) au sein d’une zone. Ce pourcentage
indique en quelque sorte le « taux de remplissage » du cadre organique.
C.O.-O.K. OPS
morfo
#
%
BW
869
2,99%
LGE
3.089 10,62%
LUX
602
2,07%
NAM
1.199
4,12%
HNT
3.912 13,45%
BXL
5.114 17,58%
ANT
4.622 15,89%
LIM
1.489
5,12%
VBR
1.998
6,87%
OVL
3.475 11,95%
WVL
2.722
9,36%
tot Bel 29.091 100,00%
C.R.-F.K. OPS
morfo
#
Taux
d'occ. /
Bez.gr.
#
%
728
2,69%
2.904 10,74%
580
2,14%
1.148
4,24%
3.456 12,78%
4.736 17,51%
4.344 16,06%
1.494
5,52%
1.854
6,85%
3.184 11,77%
2.622
9,69%
27.050 100,00%
C.O.-O.K. OPS
morfo
83,77%
94,01%
96,35%
95,75%
88,34%
92,61%
93,99%
100,34%
92,79%
91,63%
96,33%
92,98%
%
WALL 9671
33,24%
BRU
5.114 17,58%
VL
14.306 49,18%
tot Bel 29.091 100,00%
C.R.-F.K. OPS
morfo
#
Taux
d'occ. /
Bez.gr.
%
8816 32,59%
4.736 17,51%
13.498 49,90%
27.050 100,00%
91,16%
92,61%
94,35%
92,98%
19
Des données ‘brutes’ concernant le personnel opérationnel rémunéré dans les zones de police en juin
2003 (source : SS-GPI) faisaient état de 27.250 policiers présents dans les zones de police, soit 200
unités de plus que celles recensées au 31/12/2002 dans les données morphologiques (ou encore 0,73%
de différence après deux cycles de mobilité). On constate que, en juin 2003, 28 zones de police
présentaient un cadre réel identique à celui du 31 décembre 2002; 103 zones de police voyaient
leur cadre réel augmenter et 65 diminuer. La moyenne des différences était de 1,02 policier sur les 196
zones.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 48
Avec une moyenne nationale de 92,98%, on constate d’emblée que le taux
d’occupation des zones de police est relativement élevé. On dépasse donc la barre des
9 postes occupés sur les 10 prévus organiquement sur l’ensemble du territoire national.
Zones de police: taux d'occupation /
Politiezones: bezettingsgraad (31/12/2002)
105%
100%
95%
90%
85%
80%
75%
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BXL
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
Nous verrons que dans chaque province, il existe des différences plus ou moins
importantes entre cadre organique et réel ; chaque zone se trouve dans une situation
particulière et il n’existe pas ‘une’ réponse au pourquoi de ces différences parfois très
importantes.
Le graphique ci-dessus met en évidence les hauts pourcentages du taux
d’occupation du cadre opérationnel.
2.3.2. Aperçu par typologie des zones de police
Le taux d’occupation des zones de police selon leur taux d’urbanisation donne le
graphique suivant :
Moy.TauxOcc. Au niv. fédéral / Gem.Bez.Graad op federale
niveau
31/12/2002
96%
95,28%
95%
94,36%
93,90%
94%
93%
92%
91,55% 92,08%
91%
90%
89%
1
2
3
4
5
Typo PZ/ZP
Constatations. D’une part, les zones de police de la typologie du groupe 1
héritent du taux d’occupation le moins élevé (même si ce taux reste supérieur à 90%):
les 5 grandes cités du pays rencontrent donc relativement plus de difficultés que les
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 49
polices locales d’autres typologies pour remplir leur cadre organique. D’autre part, les
zones de police du groupe 5 obtiennent le taux d’occupation moyen le plus élevé.
2.3.3. Aperçu des zones de police par province
-
Province du Brabant wallon
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
5267 ZONE NIVELLES - GENAPPE
124
93
75,00%
5268 ZONE OUEST BRABANT WALLON
88
84
95,45%
5269 LA MAZERINE
99
85
85,86%
5270 ORNE – THYLE
70
66
94,29%
5271 POLICE LOCALE WAVRE
88
73
82,95%
5272 ARDENNES BRABANCONNES
69
49
71,01%
5273 ZONE DE BRAINE-L'ALLEUD
74
68
91,89%
5274 POLICE LOCALE DE WATERLOO
90
68
75,56%
5275 ZP OTTIGNIES-LOUVAIN-LA-NEUVE
102
81
79,41%
5276 ZONE DE POLICE DE JODOIGNE
65
61
93,85%
TOT PROV
869
728
83,77%
Avec des pourcentages de taux d’occupation oscillant de 71,01 à 95,45%, le
Brabant wallon est certainement la province des extrêmes. La zone de police des
Ardennes brabançonnes connaît une différence de près de 30% entre son cadre
organique et son cadre réel ; la zone de Nivelles/Genappe 25%. Ce sont au total quatre
zones, sur les dix zones que compte la province, qui dépasse la barre des 20% de
différence de personnel. Quatre autres zones (Ouest Brabant wallon, Orne-Thyle,
Braine-L’Alleud et Jodoigne) remplissent à plus de 90% leur cadre organique.
-
Province de Liège
A part les zones de police de Hesbaye et de Herstal dont le taux d’occupation est
inférieur à 80%, les 18 autres zones de police liégeoises (mis à part la zone de
Awans/Grâce-Hollogne) dépassent le seuil des 90%. Quatre zones de police ont même
un cadre réel égal ou supérieur à leur cadre organique ; la zone Basse Meuse et de
Hesbaye Ouest (100%), la zone des Fagnes (101,43%) et la zone de Stavelot-Malmédy
(101,61%).
5277 Police locale de LIEGE
5278 Police de SERAING - NEUPRE
5279 ZP Herstal
5280 ZP Beyne-Heusay/Fléron/Soumagne
5281 Zone BASSE MEUSE
5282 ZP Flémalle
5283 Zone de police SECOVA
5284 Police ANS - SAINT-NICOLAS
5285 ZP Awans/Grâce-Hollogne
5286 HESBAYE
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
1113
1054
94,70%
235
216
91,91%
118
93
78,81%
81
78
96,30%
149
149
100,00%
78
74
94,87%
126
116
92,06%
104
101
97,12%
68
60
88,24%
76
59
77,63%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 50
5287 FAGNES
5288 PAYS DE HERVE
5289 Zone VESDRE
5290 Zone STAVELOT-MALMEDY
5291 Polizeizone EIFEL
5292 Polizeizone WESER-GÖHL
5293 HESBAYE OUEST
5294 zone MEUSE - HESBAYE
5295 ZP Huy
5296 ZP du CONDROZ
tot prov
-
70
97
224
62
56
112
54
92
96
78
3089
71
89
220
63
54
103
54
87
89
74
2904
101,43%
91,75%
98,21%
101,61%
96,43%
91,96%
100,00%
94,57%
92,71%
94,87%
94,01%
Province de Luxembourg
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
5297 ZP ARLON/ATTERT/HABAY/MARTELANGE
99
95
5298 ZP SUD-LUXEMBOURG
70
63
95,96%
90,00%
5299 ZONE DE POLICE DE GAUME
74
74
100,00%
5300 POLICE FAMENNE-ARDENNE
151
155
102,65%
5301 CENTRE ARDENNE
114
100
87,72%
5302 POLICE SEMOIS ET LESSE
94
93
98,94%
TOT PROV
602
580
96,35%
Le taux d’occupation de la province du Luxembourg est très élevé : avec 96,35%
pour la province, il est le deuxième plus élevé parmi les 11 provinces. A part la zone
Centre Ardenne, les 5 autres zones dépassent les 90%, avec même 102,65% pour la
police Famenne-Ardenne.
-
Province de Namur
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
5303 ZP NAMUR
354
348
98,31%
5304 ORNEAU-MEHAIGNE
71
71
100,00%
5305 ZONE DES ARCHES
90
86
95,56%
5306 POLICE ENTRE SAMBRE ET MEUSE
84
70
83,33%
5307 SAMSOM
88
88
100,00%
5308 POLICE JEMEPPE S/SAMBRE
50
46
92,00%
5309 FLOWAL
65
65
100,00%
5310 POLICE HOUILLE-SEMOIS
51
52
101,96%
5311 ZP COUVIN/VIROINVAL
62
54
87,10%
5312 ZONE HAUTE-MEUSE
97
96
98,97%
5313 ZP LESSE ET LHOMME
50
48
96,00%
5314 CONDROZ-FAMENNE
80
77
96,25%
57
47
82,46%
1199
1148
95,75%
5315 ZP CERFONTAINE/DOISCHE/PHILIPPEVILLE
TOT PROV
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 51
Les cadres des zones de la province de Namur sont également bien remplis. Mis
à part la ZP Entre Sambre et Meuse et la ZP Hermeton et Heure se rapprochant des
80%, les autres zones frôlent ou dépassent les 90%, avec 3 zones atteignant les 100%
(Orneau-Mehaigne, Samsom et Flowal) et une les dépassant (Houille-Semois avec
101,96%).
-
Province de Hainaut
La moyenne des pourcentages de chaque zone est toutefois plus importante et
s’élève à 91,34%. Avec seulement deux zones sur 23 atteignant les 100%
(Comines/Warneton et Bernissart/Péruwelz) et une supérieure (ZP Lermes ; 101,85%), il
y a très peu de zones dont le cadre théorique est rempli.
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
5316 ZONE DE POLICE DU TOURNAISIS
243
230
94,65%
5317 ZONE DE POLICE DE MOUSCRON
148
144
97,30%
5318 ZP COMINES-WARNETON
38
38
100,00%
5319 BELOEIL / LEUZE -HT
66
57
86,36%
5320 ZONE DU VAL DE L'ESCAUT
64
51
79,69%
5321 ZP BERNISSART/PERUWELZ
68
68
100,00%
5322 POLICE LOCALE VILLE D'ATH
64
61
95,31%
5323 ZONE DES COLLINES
74
68
91,89%
5324 ZONE MONS - QUEVY
423
321
75,89%
5325 ZP LA LOUVIERE
254
222
87,40%
5326 ZONE DE SYLLE ET DENDRE
78
73
93,59%
5327 POLICE BORAINE
270
244
90,37%
5328 ZP HAUTE SENNE
137
122
89,05%
5329 POLICE DES HAUTS-PAYS
91
80
87,91%
5330 ZP CHARLEROI
1058
905
85,54%
5331 ZP AISEAU-PRESLES/CHATELET/FARCIENNES
143
136
95,10%
5332 ZP ANDERLUES/BINCHE
106
92
86,79%
5333 LERMES
54
55
101,85%
5334 BOTTE DU HAINAUT
65
63
96,92%
5335 POLICE LOCALE MARIEMONT
156
144
92,31%
5336 ZONE DES TRIEUX
125
107
85,60%
5337 ZP FLEURUS/LES BONS VILLERS/PONT-A-CELLES
96
89
92,71%
91
86
94,51%
3912
3456
88,34%
5338 GERMINALT
TOT PROV
-
Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale
Pour le territoire le plus important en nombre de policier, l’Arrondissement
administratif de Bruxelles-Capitale obtient un taux d’occupation de 92,61%. Seule la
zone de Bruxelles Ouest a un taux faible (82,14%) par rapport aux autres zones
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 52
bruxelloises. En nombre absolu, il manquait toutefois, à la date du 31 décembre 2002,
378 policiers pour compléter le cadre théorique de la Région Bruxelles-Capitale.
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
-
5339 BRUSSEL HOOFDSTAD ELSENE/ BRUXELLES
CAPITALE IXELLES
2090
2020
96,65%
5340 BRUXELLES-OUEST/ BRUSSEL WEST
683
561
82,14%
5341 ZONE MIDI - ZONE ZUID
5342 UCCLE/W-B/AUDERGHEM/ UKKEL/WB/OUDERGEM
790
712
90,13%
425
405
95,29%
5343 ZONE MONTGOMERY
5344 SCHAERBEEK ST.JOSSE EVERE/
SCHAARBEEK ST JOOST EVERE
427
396
92,74%
699
642
91,85%
TOT PROV
5114
4736
92,61%
Province d’Antwerpen
C.O.-O.K. OPS C.R.-F.K. OPS Taux d'occ. /
morfo
morfo
Bez.gr.
5345 ANTWERPEN
2262
2152
95,14%
5346 PZ ZWIJNDRECHT
47
40
85,11%
5347 POLITIEZONE RUPEL
99
96
96,97%
5348 POLITIEZONE NOORD
81
66
81,48%
5349 HEKLA
130
126
96,92%
5350 GRENS
88
72
81,82%
5351 MINOS
148
124
83,78%
5352 PZ BRASSCHAAT
69
68
98,55%
5353 PZ SCHOTEN
72
71
98,61%
5354 PZ RANST/ZANDHOVEN
53
53
100,00%
5355 VOORKEMPEN
112
112
100,00%
5356 PZ KLEIN-BRABANT
70
65
92,86%
5357 PZ WILLEBROEK
48
48
100,00%
5358 LOKALE POLITIE MECHELEN
274
256
93,43%
5359 BODUKAP
114
100
87,72%
5360 PZ LIER
87
83
95,40%
5361 BERLAAR - NIJLEN
63
52
82,54%
5362 POLITIEZONE HEIST
67
55
82,09%
5363 POLITIEZONE NOORDERKEMPEN
54
59
109,26%
5364 POLITIE REGIO TURNHOUT
214
197
92,06%
5365 ZUIDERKEMPEN
69
65
94,20%
5366 PZ GEEL/LAAKDAL/MEERHOUT
119
115
96,64%
5367 POLITIEZONE KEMPEN N-O
54
52
96,30%
5368 BALEN - DESSEL - MOL
117
107
91,45%
5369 ZONE NETELAND
111
110
99,10%
TOT PROV
4622
4344
93,99%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 53
Avec la plus importante zone de police du pays (2152 policiers au cadre réel pour
la zone de police d’Antwerpen), le taux d’occupation dans la province d’Antwerpen reste
relativement élevé. La zone de police de Noorderkempen arrive même à un taux de
109,26%, à relativiser toutefois puisqu’il ne s’agit que de 5 policiers supplémentaires par
rapport au cadre qui en prévoit 54 ; 3 zones ont un cadre organique complet :
Ranst/Zandhoven, Voorkempen et Willebroek. La différence entre le cadre organique et
le cadre réel pour la province s’élève à 278 unités, soit 6,01% des 4.622 unités prévues.
-
Province de Limburg
La province de Limburg est la seule dont le taux d’occupation dépasse les 100% :
10 zones de police sur les 18 de la province ont un cadre réel ou supérieur au cadre
organique (5 personnes de plus au total sur le territoire provincial) Trois zones sont sous
la barre des 90% : ZP Lommel, ZP Beringen/Ham/Tessenderlo et ZP Voeren.
C.O.-O.K. C.R.-F.K. Taux d'occ.
OPS morfo OPS morfo / Bez.gr.
5370 HAZODI
248
248
5371 PZ LOMMEL
66
57
86,36%
5372 PZ HAMONT-ACHEL / NEERPELT / OVERPELT
51
52
101,96%
5373 PZ BERINGEN / HAM / TESSENDERLO
110
98
89,09%
5374 WEST-LIMBURG
49
47
95,92%
5375 PZ HEUSDEN-ZOLDER
5376 PZ GINGELOM / NIEUWERKERKEN / SINTTRUIDEN
47
45
95,74%
102
100
98,04%
5377 KEMPENLAND
74
74
100,00%
5378 PZ HOUTHALEN-HELCHTEREN
47
47
100,00%
5379 PZ KANTON BORGLOON
58
63
108,62%
5380 TONGEREN - HERSTAPPE
83
81
97,59%
5381 PZ BILZEN/ HOESELT / RIEMST
87
87
100,00%
5382 PZ VOEREN
17
15
88,24%
5383 POLITIEZONE MAASLAND
82
82
100,00%
5384 POLITIEZONE GAOZ
186
202
108,60%
5385 PZ NOORDOOST-LIMBURG
67
65
97,01%
5386 PZ LANAKEN
48
58
120,83%
5387 PZ MAASMECHELEN
67
73
108,96%
1489
1494
100,34%
TOT PROV
-
100,00%
Province du Vlaams Brabant
Seules 6 zones (ZP Hageland, ZP Bierbeek/Boutersem/Holsbeek/Lubbeek, ZP
Haacht, ZP Wokra, ZP Tarl et ZP Sint-Pieters-leeuw) sur les 27 de la province atteignent
ou dépassent la barre des 100% dans le taux d’occupation. La différence entre cadre
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 54
organique et cadre réel est de 144 unités sur l’ensemble du territoire provincial. Il
manque 17 policiers à Louvain (soit 5,67% de son T.O.), la zone de police la plus
importante de la province, pour qu’elle complète son tableau organique. Trois zones
passent sous la barre des 85% de taux d’occupation : il s’agit des zones de Zaventem
(83,12%, soit 13 policiers), Druivenstreek (81,67%, soit 11 policiers) et Rode (84,62%,
soit 8 policiers).
C.O.O.K.
OPS
morfo
C.R.F.K.
OPS
morfo
Taux
d'occ. /
Bez.gr.
5388 PZ LEUVEN
300
283
94,33%
5389 ZONE HAGELAND
49
53
108,16%
5390 POLITIEZONE LAN
55
48
87,27%
5391 PZ BIERBEEK/BOUTERSEM/HOLSBEEK/LUBBEEK
56
56
100,00%
5392 PZ TIENEN - HOEGAARDEN
87
83
95,40%
5393 HERKO
51
50
98,04%
5394 POLITIEZONE AARSCHOT
49
48
97,96%
5395 HAACHT
49
49
100,00%
5396 DEMERDAL - DSZ
99
87
87,88%
5397 PZ DIJLELAND
52
45
86,54%
5398 PZ TERVUREN
37
36
97,30%
5399 POLITIEZONE BRT
62
55
88,71%
5400 PZ ZAVENTEM
77
64
83,12%
5401 WOKRA
37
37
100,00%
5402 PZ DRUIVENSTREEK
60
49
81,67%
5403 ZONE RODE
52
44
84,62%
5404 BEERSEL
48
42
87,50%
5405 PAJOTTENLAND
60
55
91,67%
5406 PZ DILBEEK
68
67
98,53%
5407 POLITIEZONE TARL
73
76
104,11%
5408 POL AMOW
120
103
85,83%
5409 POLITIEZONE K - L - M
73
72
98,63%
5410 PZ GRIMBERGEN
66
57
86,36%
5411 VILVOORDE - MACHELEN
124
115
92,74%
5412 KASTZE
64
55
85,94%
5413 POLITIEZONE HALLE
76
71
93,42%
5414 PZ SINT-PIETERS-LEEUW
54
54
100,00%
1998
1854
92,79%
TOT PROV
-
Province de Oost-Vlaanderen
Trois zones de police seulement sur les 23 de la province ont un cadre réel
équivalent au cadre organique (soit 13% du total des zones). Il s’agit de trois zones de
taille moyenne à petite (57, 64 et 70 policiers au cadre réel). La ZP Gent possède un
taux d’occupation de 85,71%, soit un cadre réel de 1.026 policiers contre 1.197 prévus
(différence de 71 unités).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 55
C.O.C.R.-F.K. Taux
O.K.
OPS
d'occ. /
OPS
morfo
Bez.gr.
morfo
5415 PZ GENT
1197
1026
85,71%
5416 PZ LOCHRISTI/MOERBEKE/WACHTEBEKE/ZELZATE
80
77
96,25%
5417 MEETJESLAND CENTRUM
72
68
94,44%
5418 REGIO RHODE & SCHELDE
100
91
91,00%
5419 POLITIEZONE SCHELDE - LEIE
5420 POLITIEZONE DEINZE - ZULTE
72
86
57
73
79,17%
84,88%
5421 PZ ASSENEDE/EVERGEM
66
62
93,94%
5422 LOWAZONE
52
50
96,15%
5423 PZ AALTER/KNESSELARE
44
42
95,45%
5424 PZ MALDEGEM
43
41
95,35%
5425 VLAAMSE ARDENNEN
105
103
98,10%
5426 BRAKEL
52
50
96,15%
5427 PZ RONSE
57
56
98,25%
5428 GERAARDSBERGEN – LIERDE
64
58
90,63%
5429 ZOTTEGEM HERZELE STLHOUTEM
95
93
97,89%
5430 PZ BEVEREN
96
87
90,63%
5431 SINT-GILLIS-WAAS/STEKENE
54
52
96,30%
5432 POLITIE SINT-NIKLAAS
192
187
97,40%
5433 PZ KRUIBEKE/TEMSE
70
70
100,00%
5434 LOKEREN
84
77
91,67%
5435 PZ HAMME/WAASMUNSTER
61
54
88,52%
5436 PZ BERLARE/ZELE
63
56
88,89%
5437 BUGGENHOUT – LEBBEKE
51
48
94,12%
5438 PZ WETTEREN LAARNE WICHELEN
88
86
97,73%
100,00%
5439 PZ DENDERLEEUW/HAALTERT
57
57
5440 PZ AALST
232
228
98,28%
5441 PZ ERPE-MERE/LEDE
64
64
100,00%
5442 PZ NINOVE
69
64
92,75%
5443 PZ DENDERMONDE
109
107
98,17%
TOT PRV
3475
3184
91,63%
D’autres zones ont un écart de 15% ou plus : ZP Schelde-Leie, ZP Deinze/Zulte
avec respectivement 79,17% (15 policiers de différence) et 84,88% (13 policiers).
Toutes les autres zones, à l’exception des zones Hamme/Waasmunster et Berlare/Zele
(88,52% et 88,89%), ont un taux d’occupation supérieur à 90%. Ce dernier est, au
niveau de la province, de 91,63%, alors que la moyenne du pourcentage de toutes les
zones nous donnent 94,06%. Ce qui signifie que malgré la différence totale au niveau
provincial (291 unités), les différents manques en personnel de chaque zone sont
relativement bien répartis au sein de celle-ci.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 56
-
Province de West-Vlaanderen
C.O.-O.K.
C.R.-F.K.
OPS
OPS morfo
morfo
Taux
d'occ. /
Bez.gr.
5444 PZ BRUGGE
387
381
98,45%
5445 PZ BLANKENBERGE/ZUIENKERKE
88
79
89,77%
5446 PZ DAMME/KNOKKE-HEIST
162
148
91,36%
5447 POLITIEZONE HET HOUTSCHE
86
83
96,51%
5448 REGIO TIELT
93
91
97,85%
5449 PZ OOSTENDE
260
254
97,69%
5450 PZ BREDENE/DE HAAN
84
82
97,62%
5451 POLITIEZONE MIDDELKERKE
66
66
100,00%
5452 POLITIEZONE KOUTER
109
104
95,41%
5453 POLITIEZONE RIHO
195
177
90,77%
5454 MIDOW
67
59
88,06%
5455 GRENSLEIE
146
139
95,21%
5456 VLAS
258
258(**)
100,00%
5457 MIRA
125
118
94,40%
5458 GAVERS
69
60
86,96%
5459 POLITIEZONE SPOORKIN
44
52
118,18%
5460 POLDER
76
79
103,95%
5461 WESTKUST
171
173
101,17%
5462 POLITIEZONE ARRO IEPER
236
219
92,80%
TOT PROV
2722
2622
96,33%
La province de West-Vlaanderen est la troisième province la mieux fournie par
rapport à son cadre organique. Sur l’ensemble de son territoire, on obtient un
pourcentage de 96,33%, avec une moyenne des pourcentages de 96,64% pour les
zones. Pas d’énormes disproportions donc dans les taux d’occupation pour les
différentes zones (sauf un pic à 118,18% pour la zone Spoorkin, avec 8 policiers en plus
que les 44 prévus). Pour la ZP Vlas, le cadre organique n’ayant pas été voté au
31/12/2002, c’est la cadre réel de la zone qui a été mentionné dans le questionnaire.
2.4.
Le personnel opérationnel selon le cadre: aperçu et commentaires
2.4.1. Introduction
Parmi les nombreux changements causés par la réforme des services de police,
l’un des plus visibles est certainement celui de l’instauration des nouveaux grades,
identiques à tous les policiers, qu’ils soient locaux ou fédéraux. On ne retrouve donc
plus que 9 grades, répartis en 4 cadres : le cadre d’officiers (commissaire divisionnaire,
commissaire de police et aspirant commissaire de police), le cadre moyen (inspecteur
principal de police et aspirant), le cadre de base (inspecteur de police et aspirant) et le
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 57
cadre auxiliaire (auxiliaire de police et aspirant)20. Les différentes échelles barémiques
prévues pour chacun de ces grades ne font l’objet d’aucune question dans le
questionnaire envoyé aux zones de police. En outre, pour Bruxelles, aucune question
relative au cadre linguistique n’a été posée. Cette dernière lacune sera comblée dans le
prochain questionnaire.
2.4.2. Répartition des effectifs opérationnels au sein des différents cadres
2.4.2.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Cadre d'officiers /
Officierskader
Tot.
Cadre moyen /
Middenkader
Cadre de base /
Basiskader
Cadre auxiliaire /
Hulpagenten
(C.R. / F.K.)
#
%
#
%
#
%
#
%
WAL
8.816
794
9,01%
1.598
18,13%
6.112
69,33%
312
3,54%
BRU
4.736
407
8,59%
847
17,88%
2.762
58,32%
720
15,20%
VL
13.498
1.119
8,29%
2.400
17,78%
9.376
69,46%
603
4,47%
Belg
27.050
2.320
8,58%
4.845
17,91%
18.250
67,47%
1.635
6,04%
Répartition du cadre réel de la police locale selon le cadre au niveau fédéral /
Verdeling feitelijk kader van de lokale politie volgens kader op federale niveau
(31/12/2002)
6%
9%
18%
cadre d'officiers /
officierenkader
cadre moyen /
middenkader
cadre de base /
basiskader
cadre auxiliaire /
hulpagenten
67%
Sur base du cadre réel au 31/12/2002, au niveau national, la répartition des
cadres au sein des zones de police se fait de la manière suivante : 8,58% d’officiers,
17,91% de cadre moyen, 67,47% de cadre de base et 6,04% de cadre auxiliaire au
niveau national. Peu d’écarts des 3 régions par rapport à ces proportions. Seule la
Région Bruxelles-Capitale s’écarte de manière significative en ce qui concerne le cadre
de base et le cadre auxiliaire : près de 10% en moins (9,15%) par rapport à la moyenne
nationale pour le premier et près de 10% en plus (9,16%) que la moyenne pour le
second.
20
La classification utilisée dans les grades du personnel policier se base sur celle reprise à l’artile 2.2.1.
de l’Arrêté royal portant la position juridique du personnel des services de police (30 Mars 2001)
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 58
Tot.
Cadre d'officiers
/ Officierskader
Cadre moyen /
Middenkader
Cadre de base /
Basiskader
Cadre auxiliaire
/ Hulpagenten
(C.R. /
F.K.)
#
%
#
%
#
%
#
%
BW
728
68
9,34
140
19,23
495
67,99
25
3,43
LGE
2.904
271
9,33
504
17,36
2.054
70,73
75
2,58
LUX
580
72
12,41
96
16,55
405
69,83
7
1,21
NAM
1.148
104
9,06
221
19,25
783
68,21
40
3,48
HNT
3.456
279
8,07
637
18,43
2.375
68,72
165
4,77
BRU
4.736
407
8,59
847
17,88
2.762
58,32
720
15,20
ANT
4.344
357
8,22
782
18,00
3.009
69,27
196
4,51
LIMB
1.494
123
8,23
263
17,60
1.072
71,75
36
2,41
VBR
1.854
175
9,44
354
19,09
1.286
69,36
39
2,10
OVL
3.184
242
7,60
517
16,24
2.210
69,41
215
6,75
WVL
2.622
222
8,47
484
18,46
1.799
68,61
117
4,46
Belg
27.050
2.320
8,58
4.845
17,91
18.250
67,47
1.635
6,04
Certaines provinces s’écartent toutefois de ces chiffres nationaux. Ainsi, la
province du Luxembourg atteint les 12,41% d’officiers dans son cadre réel total, soit
presque 4% de plus qu’au niveau belge.
Le cadre moyen est plus stable et l’on observe moins de disparités importantes.
En ce qui concerne le cadre de base, on remarque immédiatement que c’est
l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capital qui dispose proportionnellement du
plus petit nombre de cadre de base par rapport aux autres provinces : ‘seulement’
58,32% (soit 9% de moins qu’au niveau national). Les autres provinces s’écartent peu
du pourcentage national. La faible proportion de cadre de base au sein des effectifs
bruxellois est certainement compensé par le pourcentage élevé des auxiliaires de
police : plus du double du taux national (15,20%). Quatre provinces ont a contrario un
pourcentage bas : il s’agit de la province du Luxembourg (1,21%), du Vlaams Brabant
(2,10%), du Limburg (2,41%) et de Liège (2,58%) A noter que toutes ces 4 provinces
ont toutes une proportion de cadre de base supérieur à la moyenne nationale
(Luxembourg : 69,83% ; Vlaams Brabant : 69,36% ; Limburg : 71,75% et Liège 70,73%).
2.4.2.2.
Aperçu selon la typologie des zones de police
Cadre d'officiers /
Officierskader
Cadre moyen /
Middenkader
Cadre de base /
Basiskader
Cadre auxiliaire /
Hulpagenten
typo
# C.R./F.K.
#
%
#
%
#
%
#
%
1
2
3
4
5
Tot Belg
7157
6626
4767
4781
3719
27050
471
6,58%
1116
15,59%
4894
68,38%
676
9,45%
539
8,13%
1267
19,12%
4120
62,18%
700
10,56%
405
8,50%
918
19,26%
3303
69,29%
141
2,96%
474
9,91%
901
18,85%
3329
69,63%
77
1,61%
431
11,59%
643
17,29%
2604
70,02%
41
1,10%
2320
8,58%
4845
17,91%
18250
67,47%
1635
6,04%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 59
Ce tableau démontre bien la pléthore d’officiers dans les zones de police avec
commune moyennement ou faiblement urbanisée morphologiquement (5), alors les 5
grandes villes du Royaume n’atteignent que 6,58%. Ce taux de présence ‘officiers’ ne
fait que suivre la typologie des zones de police : plus la zone de police est importante
(grande ville), plus le taux de présence d’officiers diminue. Le cadre moyen est aussi
moins représenté dans les 5 grandes villes belges (15,59%), mais se rapprochent
toutefois plus des autres types de zones. Le cadre de base est également légèrement
supérieure au pourcentage national dans les zones de type 1, 3, 4 et 5. Seules les
zones de typologie 2 présentent un taux de présence nettement inférieur aux autres
types de zone. Cette différence est toutefois comblée par l’importante présence du
cadre auxiliaire pour les zones de type 2 (10,56%). Ce dernier est également nettement
présents au sein des zones de typologie 1. Les zones de typologie 3, 4 et 5 ne
regroupent à seules que 15,84% des auxiliaires de police du Royaume (259 sur 1.635)
2.4.3. Taux d’occupation au sein des différents cadres
2.4.3.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Cadre d'officiers /
Officierskader
#
#
C.R./F.
C.O./O.K.
K.
%
Cadre moyen /
Middenkader
#
#
C.O./O. C.R./F.K
K.
.
%
Cadre de base /
Basiskader
#
#
C.O./O. C.R./F.K
K.
.
%
Cadre auxiliaire /
Hulpagenten
#
#
C.O./O. C.R./
K.
F.K.
%
WAL
682
794
116,42%
1895
1598
84,33%
6762
6112
90,39%
332
312
BRU
363
407
112,12%
1013
847
83,61%
3091
2.762
89,36%
647
720 111,28%
1119
112,69%
2736
2400
87,72%
9915
9376
94,56%
662
603
2.320 113,84%
5.644
4.845
85,84% 19.768 18.250 92,32%
VL
993
Belg
2.038
93,98%
91,09%
1.641 1.635 99,63%
On note immédiatement une importante disparité dans le ‘remplissage’ de
certains cadres. Ainsi le cadre pour d’officiers, on constate une sur-représentation
générale pour l’ensemble du Royaume (113,84%). La Wallonie dépasse même cette
moyenne nationale avec 116,42%. Ceci est certainement en partie expliqué par les
provinces de Luxembourg et de Namur qui ont les taux d’occupation du cadre d’officiers
les plus importants, avec respectivement 156,52% (72 à la place des 46 prévus) et
130,00% (104 à la place des 80 prévus). Les deux autres régions présentant un taux
plus proche de la moyenne du Royaume.
Conséquence de cette sur-occupation des officiers, les tableaux organiques des
cadres moyen et de base sont généralement incomplets. Avec un taux d’occupation
moyen de 85,84% sur l’ensemble du territoire (soit 799 cadres manquants sur les 5.644
prévus), le cadre moyen est le moins ‘rempli’ des 4 cadres. La Flandre est la seule
région à dépasser cette moyenne nationale avec 87,72%. Une seule province atteint la
barre des 90% (West-Vlaanderen) et deux provinces sont sous les 80% (le Brabant
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 60
wallon – 140 à la place de 178 prévus – et le Luxembourg – 96 à la place des 133
prévus).
En ce qui concerne le cadre de base, il est un peu mieux loti que le cadre
moyen. On obtient un taux d’occupation de 92,32% pour l’ensemble du territoire. La
Wallonie et La Région Bruxelles-Capitale ont un pourcentage inférieur à la moyenne
nationale (respectivement 90,39 et 89,36%) que seule la Flandre dépasse avec 94,56%.
La province du Limburg dépasse même les 100% (102,98%) et la province du
Luxembourg atteint 99,02%. Trois provinces se retrouvent sous la barre des 90%. Il
s’agit des provinces du Brabant wallon, du Hainaut et de l’Arrondissement administratif
de Bruxelles-Capitale (respectivement 81,68% ; 87,38% et 89,36%).
Cadre d'officiers /
Officierskader
#
#
C.R./F.K
C.O./O.K.
.
%
Cadre moyen /
Middenkader
#
#
C.O./O. C.R./F.
K.
K.
%
Cadre de base /
Basiskader
#
#
C.O./O. C.R./F.K
K.
.
%
Cadre auxiliaire /
Hulpagenten
#
#
C.O./O. C.R./F.
K.
K.
%
BW
59
68
115,25%
178
140
78,65%
606
495
81,68%
26
25
LGE
225
271
120,44%
573
504
87,96%
2212
2.054
92,86%
79
75
94,94%
LUX
46
72
156,52%
133
96
72,18%
409
405
99,02%
14
7
50,00%
NAM
80
104
130,00%
259
221
85,33%
817
783
95,84%
43
40
93,02%
96,15%
HNT
272
279
102,57%
752
637
84,71%
2718
2.375
87,38%
170
165
97,06%
BRU
363
407
112,12%
1013
847
83,61%
3091
2.762
89,36%
647
720
111,28%
ANT
332
357
107,53%
886
782
88,26%
3207
3.009
93,83%
197
196
99,49%
LIMB
110
123
111,82%
297
263
88,55%
1041
1.072 102,98%
41
36
87,80%
VBR
152
175
115,13%
418
354
84,69%
1390
1.286
92,52%
38
39
102,63%
OVL
222
242
109,01%
598
517
86,45%
2399
2.210
92,12%
256
215
83,98%
484
90,13%
1878
1.799
95,79%
130
117
90,00%
WVL
177
222
125,42%
537
Belg
2.038
2.320
113,84%
5.644
4.845 85,84% 19.768 18.250 92,32% 1.641
1.635 99,63%
Le cadre auxiliaire est également, pour l’ensemble du territoire, bien complété,
avec un taux de 99,63%. Ce haut pourcentage est largement atteint grâce à
l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale (111,28%) qui concentre à lui seul
environ 44% des auxiliaires de police du Royaume (720 unités). L’ensemble des zones
de police du Brabant wallon remplissent ce cadre à raison de 50% par rapport au cadre
organique (à relativiser toutefois puisqu’ils ne sont que 7 au lieu de 14 prévus). Les
autres provinces ont un taux frôlant ou dépassant les 90% de taux d’occupation pour ce
cadre (à l’exception peut-être de la Oost-Vlaanderen, avec 83,98%). Notons également
que deux provinces ont un taux d’occupation supérieur à 100% : le Vlaams Brabant
(102,63%) et l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale (111,28%).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 61
2.4.3.2.
Aperçu selon la typologie des zones de police
Taux d'occupation par cadre au niveau fédéral /
Bezettingsgraad volgens kader op federale niveau (31/12/2002)
120%
113,84%
110%
99,63%
100%
92,32%
85,84%
90%
80%
70%
60%
Cadre d'officiers
/ Officierskader
Cadre d'officiers /
Officierskader
# C.O. / # C.R.
O.K. / F.K.
%
Cadre moyen /
Middenkader
Cadre de base / Cadre auxiliaire /
Basiskader
Hulpagenten
Cadre moyen /
Middenkader
# C.O. / # C.R. /
O.K.
F.K.
Cadre de base /
Basiskader
%
# C.O. / # C.R. /
O.K.
F.K.
%
Cadre auxiliaire /
Hulpagenten
# C.O. / # C.R.
O.K. / F.K.
%
1
494
471
95,34%
1293
1116
86,31%
5302
4894
92,30%
631
676
107,13%
2
479
539
112,53%
1403
1267
90,31%
4585
4120
89,86%
686
700
102,04%
3
376
405
107,71%
1083
918
84,76%
3565
3303
92,65%
173
141
81,50%
4
385
474
123,12%
1053
901
85,57%
3575
3329
93,12%
102
77
75,49%
95,00%
49
41
83,67%
1641
1635
99,63%
5
304
431
141,78%
812
643
79,19%
2741
2604
Tot Belg
2038
2320
113,84%
5644
4845
85,84%
19768
18250 92,32%
Il est intéressant de constater d’emblée que, malgré le taux d’occupation de
113,84% au niveau national, les 5 grandes villes du pays (typologie 1) ne remplissent
globalement pas leur cadre officiers, alors que les 4 autres catégories le dépassent
aisément (avec un maximum de 141,78% de taux d’occupation dans les zones de police
de type 5). Pour le cadre moyen, le taux d’occupation le plus bas est celui des zones de
typologie 5 (moins de 80%) alors que la présence de ce cadre suit la moyenne nationale
(17,29% ; voir supra le tableau répartition des cadres). Le cadre de base est bien réparti
parmi les 5 types de zone de police : de 89,86% pour le type 2 à 95,00% pour le type 5.
Comme dit supra, les auxiliaires de police des zones de type 3, 4 et 5 constituent
15,84% des 1.635 auxiliaires du Royaume, alors que le T.O. de ce cadre pour ces 3
catégories s’élève à 19,74% (324 auxiliaires sur les 1641 prévus) ; les zones
appartenant à ces typologies prévoient donc des cadres auxiliaires relativement bien
fournis par rapport à leur cadre global, mais les remplissent souvent moins que les
autres. Les catégories de typologie 1 et 2 présentent chacune des taux d’occupation
pour le cadre auxiliaire supérieurs à 100%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 62
2.4.4. Répartition des effectifs selon le sexe
2.4.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Comme nous le constaterons dans les tableaux ci-dessous, la répartition des
effectifs par sexe selon le cadre présente des disparités parfois importantes entre les
différents cadres, mais également au sein des différentes provinces.
On constate d’emblée que les hommes restent plus que majoritaires au sein du
personnel opérationnel de la police locale : en effet, ils constituent, au niveau national,
88,07% du cadre réel opérationnel de la police locale (soit 23.823 hommes pour 3.227
femmes). Cette proportion, calculée pour l’ensemble du territoire du Royaume, subit
toutefois des variations selon le cadre auquel appartient le membre du personnel.
Répartition Homme-Femme au sein de la
police locale au niveau fédéral /
Verdeling Man-Vrouw binnen de lokale
politie op federale niveau (31/12/2002)
F/V
11,93%
H/M
88,07%
Répartition des effectifs opérationnels par sexe selon le cadre au niveau fédéral /
Verdeling van de operationele effectieven per geslacht volgens kader op federale
niveau (31/12/2002)
94,31
93,54
H/M
F/V
89,70
100
55,17
44,83
80
60
5,69
10,30
6,46
40
20
0
Off
Moy/Midden
Base/Basis
Aux/Hulp
Le graphique ci-dessus montre les pourcentages de présence des effectifs sur
100%, selon le sexe, pour les 4 différents cadres opérationnels. On ne peut que
constater l’écrasante majorité de la présence masculine dans les cadres d’officiers,
moyen et de base. Seul écart notable à cette constante, au sein du cadre auxiliaire, où
la vapeur est inversée. Ce sont les femmes qui demeurent proportionnellement
majoritaires (55,17%). Toutefois, en nombre absolu, c’est dans le cadre de base que les
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 63
femmes sont les plus nombreuses : 1.880 femmes sur les 3.227 présentes au sein des
différentes zones de police (soit 58,26%) alors que le cadre de base constitue à lui seul
67,47% du cadre opérationnel des zones de police (cf. supra).
Certaines différences apparaissent également à l’examen des différents cadres
opérationnels, par province. C’est ce que nous montrent les 4 tableaux suivants qui
reprennent, par cadre, les effectifs en nombre absolu et en pourcentage. Nous suivrons
pour ce chapitre la hiérarchie en commençant par le cadre d’officiers pour terminer par
le cadre auxiliaire.
-
le cadre d’officiers
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIMB
VBR
OVL
WVL
tot
Belg.
TOT PRV Cadre d'officiers / Officierskader
(C.R. /
H/M
F/V
F.K.)
#
%
#
%
68
65
3
95,59%
4,41%
271
263
8
97,05%
2,95%
72
72
0
100,00%
0,00%
104
104
0
100,00%
0,00%
279
263
16
94,27%
5,73%
407
344
63 15,48%
84,52%
357
346
11
96,92%
3,08%
123
120
3
97,56%
2,44%
175
167
8
95,43%
4,57%
242
231
11
95,45%
4,55%
222
213
9
95,95%
4,05%
2.320
2.188
94,31%
132
TOT PRV
(C.R. / F.K.)
WAL
BRU
VL
tot Belg.
794
407
1119
2.320
Cadre d'officiers / Officierskader
H/M
F/V
#
%
#
%
767
27
96,60%
3,40%
344
63 15,48%
84,52%
1077
42
96,25%
3,75%
2.188 94,31%
132 5,69%
5,69%
La Flandre et la Wallonie ont un pourcentage quasi identique quant à la présence
de femmes au sein de leurs zones de police. On constate d’emblée, à la lecture des
tableaux, le faible pourcentage de femmes au sein du cadre officiers (132 sur 2.320
officiers, soit 5,69%). En outre, on ne retrouve aucune femme officier de police en
province de Luxembourg et de Namur, alors que, paradoxalement, ces deux provinces
ont les taux d’occupation les plus élevés pour le cadre d’officiers (cf. supra:
respectivement 156,52% et 130,00%).
Seules deux provinces sont au-dessus du taux national en ce qui concerne la
présence féminine: la province du Hainaut avec 5,73% et l’Arrondissement administratif
de Bruxelles-Capitale avec 15,48% (63 femmes officiers sur les 407 officiers des 6
zones de police) alors que ces deux entités ont un taux d’occupation ‘officiers’ inférieur
à la moyenne nationale qui s’élève à 113,84%. (A noter que la province du Hainaut et
l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale regroupent à eux-seuls près de
60% du personnel féminin ‘officiers’ de Belgique (79 sur les 132 femmes ‘officiers de
polices’) alors qu’ils ne regroupent que presque 30% du total des officiers présents à
police locale (686 sur 2.320 officiers).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 64
-
le cadre moyen
Avec 6,46% de représentation sur l’ensemble du territoire national (soit 313
unités sur 4.845 au total), les femmes ne sont guère plus représentées dans le cadre
moyen que dans le cadre officiers. Les proportions quant à la présence féminine sont
quasi similaires au cadre officiers au niveau des régions.
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIMB
VBR
OVL
WVL
tot Bel
140
504
96
221
637
847
782
263
354
517
484
4.845
Cadre moyen / Middenkader
H/M
F/V
#
%
#
%
132
8
94,29%
5,71%
493
11
97,82%
2,18%
94
2
97,92%
2,08%
203
18
91,86%
8,14%
595
42
93,41%
6,59%
735
112 13,22%
86,78%
739
43
94,50%
5,50%
250
13
95,06%
4,94%
340
14
96,05%
3,95%
496
21
95,94%
4,06%
455
29
94,01%
5,99%
4.532 93,54%
313
6,46%
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
WAL
BRU
VL
tot Bel
1598
847
2400
4.845
Cadre moyen / Middenkader
H/M
F/V
#
%
#
%
1517 94,93%
81
5,07%
735
112 13,22%
86,78%
2280 95,00%
120
5,00%
4.532 93,54%
313
6,46%
Ce sont les provinces du Hainaut et d’Antwerpen ainsi que l’Arrondissement
administratif de Bruxelles-Capitale qui contiennent en nombre absolu la majorité du
cadre moyen : 197 femmes sur 313 au total (soit 62,93%) alors qu’ils ne rassemblent
que 46,77% des membres du cadre moyen (cf. supra sous le 2.4.2.1. : 2.266 policiers
sur 4.845 au total).
Proportionnellement, la province de Namur compte un nombre élevé de femmes
au sein du cadre moyen. Avec 8,14% de ce cadre (18 femmes sur 203 au total pour la
province), elle est la plus féminisée après l’Arrondissement administratif de BruxellesCapitale. Les zones de la province du Luxembourg – qui a le taux d’occupation le moins
élevé pour ce cadre (cf. supra sous le 2.4.2.1: 72,18%) – n’occupent que 2 femmes
dans le cadre moyen, ce qui constitue la plus faible présence, que ce soit en chiffres
absolus, mais également en pourcentage (2,08%). Le taux de la province de Liège est
également très faible : 2,18% (11 femmes contre 493 hommes).
-
Le cadre de base
Le pourcentage de présence des femmes au sein du cadre de base atteint les
10% ; ce pourcentage doit être considéré avec prudence puisqu’il dissimule des réalités
bien différentes parmi les différentes provinces. Au niveau régional, une différence
notable apparaît entre les trois entités fédérées. On passe du simple (7,77% en
Wallonie) au double (15,64% pour la Région Bruxelles-Capitale) dans la représentativité
féminine au sein de la police locale.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 65
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIMB
VBR
OVL
WVL
tot Bel
495
2.054
405
783
2.375
2.762
3.009
1.072
1.286
2.210
1.799
18.250
Cadre de base / Basiskader
H/M
F/V
#
%
#
%
444
1.875
396
739
2.183
2.330
2.640
978
1.143
1.992
1.650
16.370
89,70%
91,29%
97,78%
94,38%
91,92%
84,36%
87,74%
91,23%
88,88%
90,14%
91,72%
89,70%
51
179
9
44
192
432
369
94
143
218
149
1.880
10,30%
8,71%
2,22%
5,62%
8,08%
15,64%
12,26%
8,77%
11,12%
9,86%
8,28%
10,30%
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
WAL
BRU
VL
tot Bel
6.112
2.762
9.376
18.250
Cadre de base / Basiskader
H/M
F/V
#
%
#
%
5.637
2.330
8.403
16.370
92,23%
84,36%
89,62%
89,70%
475
432
973
1.880
7,77%
15,64%
10,38%
10,30%
La province du Luxembourg demeure toujours la province la moins féminisée,
que ce soit en chiffres absolus (9 femmes dans le cadre de base) ou en pourcentage
(2,22%).
L’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale reste le plus fréquenté par
les femmes : 432 femmes sur les 2.762 membres du cadre de base des 6 zones de
police (soit 15,64%). Avec la province d’Antwerpen (369 femmes), ces deux entités
regroupent pas moins de 42,6% de la présence féminine totale dans le cadre de base,
alors qu’on ne retrouve que 31,62% des effectifs de base dans ces deux provinces (cf.
supra). La province du Limburg, dont le taux d’occupation pour le cadre de base
dépassait les 100% (cf. : 102,98%), n’occupe que 8,77% de personnel féminin dans le
cadre de base.
-
le cadre auxiliaire
Le cadre auxiliaire est sans nul doute le cadre qui se différencie le plus des trois
autres cadres dits ‘opérationnels’. Non seulement par les compétences de police
‘restreintes’ qu’il exerce21, mais également au vu de la proportion de femmes qu’il
occupe : 55,17% du cadre auxiliaire du Royaume sont des femmes, avec un pic à
61,19% pour la Flandre (contre ‘seulement’ 50,32% en Wallonie).
D’autres écarts, entre les provinces cette fois, méritent une attention toute
particulière. Ainsi, les provinces flamandes du Limburg et de West-Vlaanderen ont un
taux de présence féminine très élevé (respectivement 72,22% et 73,50%). Les 68 % du
Brabant wallon sont aussi à mettre en évidence. Toutefois, il y a lieu de relativiser ces
chiffres puisque ces 3 provinces n’occupent que 14,30% des femmes du cadre auxiliaire
(129 sur 902 femmes auxiliaires de police) et seulement 10,88% des auxiliaires de
police (178 sur les 1.635 auxiliaires de police).
21
Cf. art. 58 LPI
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 66
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIMB
VBR
OVL
WVL
tot Bel
25
75
7
40
165
720
196
36
39
215
117
1.635
Cadre auxiliaire / Hulpagenten
H/M
F/V
#
%
#
%
8
28
6
24
89
344
72
10
25
96
31
733
32,00%
37,33%
85,71%
60,00%
53,94%
47,78%
36,73%
27,78%
64,10%
44,65%
26,50%
44,83%
17
47
1
16
76
376
124
26
14
119
86
902
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
68,00%
62,67%
14,29%
40,00%
46,06%
52,22%
63,27%
72,22%
35,90%
55,35%
73,50%
55,17%
WAL
BRU
VL
tot Bel
312
720
603
1.635
Cadre auxiliaire / Hulpagenten
H/M
F/V
#
%
#
%
155
344
234
733
49,68%
47,78%
38,81%
44,83%
157
376
369
902
50,32%
52,22%
61,19%
55,17%
Les provinces les plus peuplées de cadre auxiliaire (en nombre absolu) sont la
Oost-Vlaanderen (119 unités), Antwerpen (124) et l’Arrondissement administratif de
Bruxelles-Capitale (376). Ces trois entités ont un taux de présence féminine élevé :
respectivement 55,35% , 63,27% et 52,22% (elles totalisent à elles seules 69,17% du
cadre auxiliaire des zones de police du Royaume ; (cf. supra sous 2.4.2.1.).
La province luxembourgeoise n’occupe qu’une femme auxiliaire de police sur les
7 membres de ce cadre pour la province, soit 14,29%, alors que le taux d’occupation de
ce cadre pour la même province ne s ‘élève qu’à 50%. La province du Vlaams Brabant,
malgré son taux d’occupation très élevé pour ce cadre (cf. supra sous 2.4.2.1.:
102,63%), n’occupe que 14 femmes sur les 39 auxiliaires de la province, soit 35,90%.
2.4.4.2.
-
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
le cadre officiers
typo
1
2
3
4
5
Tot
Tot
(C.R. /
F.K.)
471
539
405
474
431
2320
Cadre d'offciers / Officicierskader
H/M
F/V
#
%
#
%
432
486
388
460
422
2188
91,72%
90,17%
95,80%
97,05%
97,91%
94,31%
39
53
17
14
9
132
8,28%
9,83%
4,20%
2,95%
2,09%
5,69%
On voit nettement les taux supérieurs pour les 26 zones de type 1 et 2 qui
regroupent les zones de police les plus importantes (5 grandes villes + villes régionales
et Bruxelles-18). Les faibles pourcentages pour les zones de type 4 et 5 ne font que
confirmer la présence quasi nulle de femmes officiers dans les provinces Luxembourg,
Namur ou Limburg (seulement 3 femmes dans la province du Limburg, aucune dans les
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 67
2 autres), provinces où l’on retrouve majoritairement les zones de police formant ces 2
catégories.
-
le cadre moyen
Cadre moyen / Midden kader
Tot
Typo (C.R. /
F.K.)
1
2
3
4
5
Tot
1116
1267
918
901
643
4845
H/M
F/V
#
%
#
%
1041
1130
867
874
620
4532
93,28%
89,19%
94,44%
97,00%
96,42%
93,54%
75
137
51
27
23
313
6,72%
10,81%
5,56%
3,00%
3,58%
6,46%
Même remarque que le paragraphe précédent, les 118 zones des catégories 4 et
5 ne regroupent que 51 femmes au sein du cadre moyen, soit 16 ,29% des 313 femmes
de ce cadre. Comme pour le cadre ‘officiers’, ce sont les zones de typologie 1 et 2 qui
présentent pas moins de 67,73% des femmes du cadre moyen.
-
le cadre de base
typo
1
2
3
4
5
Tot
Cadre de base / Basiskader
Tot
(C.R. /
F.K.)
#
%
#
%
4894
4120
3303
3329
2604
18250
4239
3621
3029
3045
2436
16370
86,62%
87,89%
91,70%
91,47%
93,55%
89,70%
655
499
274
284
168
1880
13,38%
12,11%
8,30%
8,53%
6,45%
10,30%
H/M
F/V
Mêmes tendances pour le cadre de base, on retrouve 61,38% des femmes dans
ce cadre dans les 26 zones de police de typologie 1 et 2. Les femmes représentent au
sein de ces catégories pas moins de 13,38 et 12,11%. Les 56 zones de police de la
catégorie 5 – commune moyennement ou faiblement urbanisée morphologiquement –
ne regroupent que 8,94% des femmes du cadre de base.
-
le cadre auxiliaire
Seul le cadre auxiliaire bouleverse la tendance à deux niveaux : d’une part, les
proportions de femmes que l’on retrouve au sein de ce cadre sont 5 à 10 fois
supérieures aux pourcentages des autres cadres et, d’autre part, les écarts sont plus
dilués au sein des différentes catégories. Exception faite des 62 zones de typologie 4 où
l’on retrouve 74,03% de femmes, les autres catégories de typologie se rapprochent de
la moyenne nationale de 55,17%.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 68
Typo
1
2
3
4
5
Tot
Tot
(C.R. /
F.K.)
Cadre auxiliaire / Hulpagenten
#
676 285
700 337
141 72
77
20
41
19
1635 733
H/M
%
F/V
42,16%
48,14%
51,06%
25,97%
46,34%
44,83%
#
%
391
363
69
57
22
902
57,84%
51,86%
48,94%
74,03%
53,66%
55,17%
2.4.5. Répartition par classe d’âge
Le chapitre qui suit propose un bref aperçu de la pyramide des âges du
personnel opérationnel de la police locale. Le tableau ci-dessous propose un aperçu,
par province, de la répartition des effectifs, par tranche d’âge. Les tranches d’âge
choisies sont au nombre de 5.
2.4.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Au niveau national (et dans la plupart des provinces), cette répartition suit une
forme pyramidale ; la majorité (33,19%) des effectifs opérationnels se retrouvent dans la
catégorie 41-50 ans. 62,61% des cadres se retrouvent en outre entre 31 et 50 ans. La
catégorie la moins représentée étant les plus de 56 ans (5,65% du cadre opérationnel).
Police locale: Répartition du personnel opérationnel selon l'âge / Lokale
politie: Verdeling van het politiepersoneel volgens leeftijd (31/12/2002)
10000
8000
Nbre policiers
locaux /
Aantal lokale
politieambtenaren
8.977
7.959
6000
5.197
4000
3.389
1.528
2000
0
<31
31-40
41-50
51-55
> 56
Les proportions dans les trois Régions présentent également des écarts
notables : la Région de Bruxelles-Capitale suit toujours des courbes différentes par
rapport à la moyenne nationale, la Flandre et la Wallonie se rapprochant plus de cette
dernière.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 69
Age / Leeftijd
Tot
C.R./F.K.
WAL
8.816
BRU
4.736
VL
13.498
Tot Belg. 27.050
< 31
31-40
41-50
#
%
#
%
#
1.335
1.267
2.595
5.197
15,14%
2.722
1.522
3.715
7.959
30,88%
2.934
1.175
4.868
8.977
26,75%
19,23%
19,21%
32,14%
27,52%
29,42%
%
#
51-55
%
> 56
#
33,28% 1.337 15,17%
24,81% 438 9,25%
36,06% 1.614 11,96%
%
488
334
706
33,19% 3.389 12,53% 1.528
5,54%
7,05%
5,23%
5,65%
Au niveau provincial, on constate que pour la Région Bruxelles-Capitale, les
moins de 31 ans dépassent les 25% (contre 19,21% pour la moyenne nationale) alors
que les provinces du Luxembourg et du Limburg n’en ont respectivement que 8,10% et
12,99%. Les 6 zones bruxelloises possèdent, avec la Brabant wallon, les effectifs les
plus jeunes ; avec respectivement 58,89 et 61,81% de leurs effectifs sous les 40 ans.
Dans la tranche d’âge la plus représentée (41-50 ans), les provinces de Luxembourg et
du Limburg dépassent chacune les 40%. La province du Luxembourg présente en outre
des proportions plus importantes que la moyenne dans les 2 tranches d’âge
supérieures : près d’un quart des effectifs opérationnels ont 51 ans et plus dans cette
province, contre 18,18% sur l’ensemble du territoire. La province du Brabant wallon
regroupe le moins de policiers entre 51 et plus : seulement 11,27% de ses cadres.
Age / Leeftijd
Tot
C.R./F.K.
BW
728
LGE
2.904
LUX
580
NAM
1.148
HNT
3.456
BRU
4.736
ANT
4.344
LIM
1.494
VBR
1.854
OVL
3.184
WVL
2.622
tot Belg. 27.050
-
< 31
31-40
41-50
51-55
#
%
#
%
#
%
#
151
420
47
184
533
1.267
964
194
418
609
410
5.197
20,74%
299
838
141
353
1.091
1.522
1.048
398
605
882
782
7.959
41,07%
196
1.018
255
410
1.055
1.175
1.574
637
571
1.131
955
8.977
26,92%
57
452
101
154
573
438
522
210
174
397
311
3.389
14,46%
8,10%
16,03%
15,42%
26,75%
22,19%
12,99%
22,55%
19,13%
15,64%
19,21%
28,86%
24,31%
30,75%
31,57%
32,14%
24,13%
26,64%
32,63%
27,70%
29,82%
29,42%
35,06%
43,97%
35,71%
30,53%
24,81%
36,23%
42,64%
30,80%
35,52%
36,42%
33,19%
> 56
%
#
%
7,83%
25
176
36
47
204
334
236
55
86
165
164
1.528
3,43%
15,56%
17,41%
13,41%
16,58%
9,25%
12,02%
14,06%
9,39%
12,47%
11,86%
12,53%
6,06%
6,21%
4,09%
5,90%
7,05%
5,43%
3,68%
4,64%
5,18%
6,25%
5,65%
le cadre officiers
Plus de 80% des officiers ont plus de 40 ans (contre 51,37% tous grades
confondus). Seul l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale atteint 40%
d’officiers sous les 40 ans. Les officiers les plus âgés (51 ans et plus) se retrouvent
dans la province du Luxembourg où il forment 44,45% du cadre ; ce qui suit la tendance
tout cadre confondu (voir tableau).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 70
Tot.
(C.R. /
F.K.)
Cadre d'officiers / Officierskader
< 31
#
%
41-50
#
%
51-55
> 56
#
%
#
%
#
%
BW
68
0
0,00%
12
17,65%
42
61,76%
10
14,71%
4
5,88%
LGE
271
0
0,00%
23
8,49%
146
53,87%
66
24,35%
36
13,28%
LUX
72
0
0,00%
5
6,94%
35
48,61%
20
27,78%
12
16,67%
NAM
104
1
0,96%
11
10,58%
56
53,85%
28
26,92%
8
7,69%
HNT
279
7
2,51%
33
11,83%
130
46,59%
78
27,96%
31
11,11%
BRU
407
15
3,69%
151
37,10%
167
41,03%
52
12,78%
22
5,41%
ANT
357
7
1,96%
50
14,01%
180
50,42%
73
20,45%
47
13,17%
LIM
123
1
0,81%
13
10,57%
73
59,35%
21
17,07%
15
12,20%
VBR
175
1
0,57%
25
14,29%
103
58,86%
28
16,00%
18
10,29%
OVL
242
1
0,41%
50
20,66%
128
52,89%
43
17,77%
20
8,26%
WVL
222
2
0,90%
34
15,32%
124
55,86%
39
17,57%
23
10,36%
35
1,51%
407
17,54% 1184 51,03%
458
19,74%
236
10,17%
Tot Belg. 2.320
-
31-40
le cadre moyen
Tot.
(C.R. /
F.K.)
Cadre moyen / Middenkader
< 31
31-40
41-50
51-55
> 56
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
BW
140
8
5,71%
53
37,86%
54
38,57%
17
12,14%
8
5,71%
LGE
504
12
2,38%
108
21,43%
217
43,06%
109
21,63%
58
11,51%
LUX
96
2
2,08%
21
21,88%
44
45,83%
20
20,83%
9
9,38%
NAM
221
9
4,07%
82
37,10%
78
35,29%
36
16,29%
16
7,24%
HNT
637
29
4,55%
143
22,45%
250
39,25%
135
21,19%
80
12,56%
BRU
847
66
7,79%
227
26,80%
303
35,77%
112
13,22%
139
16,41%
ANT
782
34
4,35%
132
16,88%
406
51,92%
146
18,67%
64
8,18%
LIM
263
7
2,66%
50
19,01%
126
47,91%
61
23,19%
19
7,22%
VBR
354
22
6,21%
97
27,40%
149
42,09%
55
15,54%
31
8,76%
OVL
517
18
3,48%
125
24,18%
238
46,03%
93
17,99%
43
8,32%
WVL
484
16
3,31%
133
27,48%
205
42,36%
72
14,88%
58
11,98%
223
4,60%
1171 24,17% 2070 42,72%
856
17,67%
525
10,84%
Tot Belg. 4.845
Même tendance globale que la pyramide des âges tous cadres confondus, à la
différence que les effectifs du cadre moyen présentent des taux élevés dans les
tranches d’âge supérieures : 71,23% du cadre moyen a 41 ans et plus, contre 51,35%
tous cadres confondus.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 71
-
le cadre de base
Tot.
(C.R. /
F.K.)
Cadre de base / Basiskader
< 31
31-40
41-50
51-55
> 56
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
28,48%
220
44,44%
93
18,79%
28
5,66%
13
2,63%
BW
495
141
LGE
2.054
381
18,55%
666
32,42%
648
31,55%
277
13,49%
82
3,99%
LUX
405
42
10,37%
115
28,40%
173
42,72%
60
14,81%
15
3,70%
NAM
783
159
20,31%
245
31,29%
268
34,23%
89
11,37%
22
2,81%
469
HNT
2.375
19,75%
839
35,33%
633
26,65%
346
14,57%
88
3,71%
BRU
2.762 1014 36,71%
872
31,57%
512
18,54%
223
8,07%
141
5,10%
ANT
3.009
875
29,08%
784
26,06%
937
31,14%
291
9,67%
122
4,05%
LIM
1.072
182
16,98%
313
29,20%
431
40,21%
127
11,85%
19
1,77%
VBR
1.286
387
30,09%
471
36,63%
309
24,03%
85
6,61%
34
2,64%
OVL
2.210
509
23,03%
626
28,33%
726
32,85%
249
11,27% 100
4,52%
WVL
1.799
372
20,68%
549
30,52%
599
33,30%
197
10,95%
82
4,56%
Tot Belg. 18.250 4531 24,83%
5700
31,23% 5329 29,20% 1972 10,81% 718
3,93%
L’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale et les provinces
d’Antwerpen, de Vlaams Brabant et de Brabant wallon présentent des pourcentages de
cadre de base ayant moins de 31 ans nettement au-dessus de la moyenne nationale
tous cadres confondus : respectivement 36,71%, 29,08%, 30,09% et 28,48%. Ces 2
dernières ont également des pourcentages élevés dans la deuxièmes tranche d’âge
(36,63% et 44,44%) ; on constate donc que, si seules les provinces du Luxembourg et
du Limburg n’ont pas 50% de leur cadre de base sous la barre des 40 ans, toutes les
autres entités du tableaux oscillent autour des 50%. Seuls l’Arrondissement administratif
de Bruxelles-Capitale et les provinces du Brabant wallon et flamand voient plus de 60%
de leur personnel sous la barre des 40 ans ; respectivement 68,28%, 72,92% et
66,72%. le cadre auxiliaire
-
le cadre auxiliaire
Tot.
(C.R. /
F.K.)
Cadre auxiliaire / Hulpagenten
< 31
31-40
41-50
51-55
> 56
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
28,00%
2
8,00%
0
0,00%
BW
25
2
8,00%
14
56,00%
7
LGE
75
27
36,00%
41
54,67%
7
9,33%
0
0,00%
0
0,00%
LUX
7
3
42,86%
0
0,00%
3
42,86%
1
14,29%
0
0,00%
NAM
40
15
37,50%
15
37,50%
8
20,00%
1
2,50%
1
2,50%
HNT
165
28
16,97%
76
46,06%
42
25,45%
14
8,48%
5
3,03%
BRU
720
172
23,89%
272
37,78%
193
26,81%
51
7,08%
32
4,44%
ANT
196
48
24,49%
82
41,84%
51
26,02%
12
6,12%
3
1,53%
LIM
36
4
11,11%
22
61,11%
7
19,44%
1
2,78%
2
5,56%
VBR
39
8
20,51%
12
30,77%
10
25,64%
6
15,38%
3
7,69%
OVL
215
81
37,67%
81
37,67%
39
18,14%
12
5,58%
2
0,93%
WVL
117
20
17,09%
66
56,41%
27
23,08%
3
2,56%
1
0,85%
408
24,95%
681
41,65%
394
24,10%
103
6,30%
49
3,00%
Tot Belg. 1.635
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 72
Le cadre auxiliaire est un cadre dans l’ensemble plutôt jeune puisque 66,60%
des effectifs de ce cadre ont 40 ans ou moins (48,63% tous cadres confondus), et les
zones de police de la province du Luxembourg ont 42,86 % de leurs auxiliaires – dont
les zones de police emploient 7 auxiliaires de police – ayant 30 ans ou moins. En outre,
sur l’ensemble de territoire, on retrouve seulement 9,30% plus de 51 ans (contre
18,18% tous cadres confondus ; voir tableau supra). Trois provinces n’ont plus
d’auxiliaires de police dans la dernière tranche d’âge (supérieur à 56 ans) et tous les
auxiliaires de Liège ont moins de 50 ans.
2.4.5.2.
Aperçu selon la typologie des zones de police
Tot. personnel policier / Tot. politiepersoneel
< 31ans / jaar 31-40 ans/jaar 41-50 ans/jaar 51-55 ans/jaar >56 ans/jaar
typo
C.R./F.K.
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
1
7157
1624 22,69% 1661 23,21% 2256 31,52% 1078 15,06% 538
7,52%
2
6626
1566 23,63% 1911 28,84% 1801 27,18% 876 13,22% 472
7,12%
3
4767
887 18,61% 1440 30,21% 1407 29,52% 772 16,19% 261
5,48%
4
4781
836 17,49% 1449 30,31% 1486 31,08% 742 15,52% 268
5,61%
5,67%
5
3719
485 13,04% 1126 30,28% 1250 33,61% 647 17,40% 211
Tot Belg
27050
5398 19,96% 7587 28,05% 8200 30,31% 4115 15,21% 1750 6,47%
On ne remarque pas de lien de corrélation flagrant entre l’appartenance à une
catégorie de typologie et l’appartenance à une des tranches proposées ici. Seule la
première tranche d’âge (inférieure à 31 ans) montre qu’en général, les cadres sont plus
jeunes dans les typologies 1 et 2 (22,69% et 23,63%) et que l’on en retrouve en
moyenne que 13,04% dans les zones de type 5. Aucune autre tendance ne peut se
dégager des autres tranches d’âge.
-
le cadre officiers
Cadre d'officiers / Officierskader
< 31ans / jaar 31-40 ans/jaar 41-50 ans/jaar 51-55 ans/jaar >56 ans/jaar
typo
C.R./F.K.
#
%
#
%
1
471
55
11,68%
18
3,82%
2
539
53
9,83%
11
3
405
39
9,63%
1
4
474
41
8,65%
#
%
#
%
#
%
100 21,23% 206 43,74%
92
19,53%
2,04%
136 25,23% 247 45,83%
92
17,07%
0,25%
59
14,57% 228 56,30%
78
19,26%
3
0,63%
71
14,98% 260 54,85%
99
20,89%
9,51%
97
22,51%
5
431
48
11,14%
2
0,46%
41
Tot Belg
2320
236 10,17%
35
1,51%
407 17,54% 1184 51,03% 458 19,74%
243 56,38%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 73
En ce qui concerne le cadre d’officiers, majoritaires dans la tranche 51-55 ans
(51,03%), on ne décèle aucune tendance dans les différentes tranches d’âge. Seule la
tranche intermédiaire de 31-40 ans une courbe montante. De la typologie 1 à la 5, on
dénombre de moins en moins d’officiers appartenant à cette tranche d’âge (de 3,82% en
typologie 1 et 0,46% en typologie 5, pour 1,51% de moyenne nationale).
-
le cadre moyen
Cadre moyen / Middenkader
< 31ans / jaar 31-40 ans/jaar 41-50 ans/jaar 51-55 ans/jaar >56 ans/jaar
typo
C.R./F.K.
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
1
1116
41
3,67%
185 16,58% 502 44,98% 219 19,62% 169 15,14%
2
1267
88
6,95%
329 25,97% 505 39,86% 194 15,31% 151 11,92%
3
918
47
5,12%
226 24,62% 387 42,16% 172 18,74%
86
9,37%
4
901
28
3,11%
251 27,86% 391 43,40% 156 17,31%
75
8,32%
180 27,99% 285 44,32% 115 17,88%
44
6,84%
5
643
19
2,95%
Tot Belg
4845
223
4,60% 1171 24,17% 2070 42,72% 856 17,67% 525 10,84%
Le cadre moyen, dont 42,72% des effectifs se retrouvent dans la tranche
médiane des 41-50 ans, ne présentent également aucune tendance marquante, à part
la tranche d’âge supérieure (> 56 ans), dont les pourcentages augmentent de 6,84%
pour le type 5 à 15,14% pour le type 1, ce qui montre qu’un plus grand nombre de cadre
moyen approche de la retraite dans les zones de typologie 1 et 2 (320 sur les 525, soit
60,95%).
-
le cadre de base
Cadre de base / Basiskader
< 31ans / jaar 31-40 ans/jaar 41-50 ans/jaar 51-55 ans/jaar >56 ans/jaar
typo
C.R./F.K.
1
4894
1340 27,38% 1197 24,46% 1482 30,28% 616 12,59% 259
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
2
4120
1256 30,49% 1292 31,36% 986 23,93% 383
9,30%
203
4,93%
3
3303
776 23,49% 1133 34,30% 936 28,34% 364 11,02%
94
2,85%
4
3329
753 22,62% 1154 34,67% 1006 30,22% 323
9,70%
93
2,79%
5,29%
5
2604
406 15,59% 924 35,48% 919 35,29% 286 10,98%
69
2,65%
Tot Belg
18250
4531 24,83% 5700 31,23% 5329 29,20% 1972 10,81% 718
3,93%
Le cadre de base, avec 56,10% d’effectifs sous les 40 ans, est, avec le cadre
auxiliaire (cf. infra), le plus jeune des 4 cadres opérationnels. Dans les 56 zones de
police de typologie 5, on ne retrouve toutefois que 15,59% de policiers sous les 31 ans,
alors que les 26 zones des catégories 1 et 2 en emploient 57,87% (pour 33,32% des
effectifs de base). Ces 26 zones regroupent également, dans la tranche d’âge des plus
de 56 ans, 462 policiers (soit 64,35% des 718 cadres de base âgés de plus de 56 ans).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 74
-
le cadre auxiliaire
Cadre auxiliaire / Hulpagenten
< 31ans / jaar 31-40 ans/jaar 41-50 ans/jaar 51-55 ans/jaar >56 ans/jaar
typo
C.R./F.K.
1
676
2
700
3
#
%
#
%
#
%
#
%
#
%
188 27,81% 261 38,61% 172 25,44%
37
5,47%
18
2,66%
169 24,14% 279 39,86% 174 24,86%
52
7,43%
26
3,71%
141
25
17,73%
80
56,74%
25
17,73%
8
5,67%
3
2,13%
4
77
14
18,18%
41
53,25%
18
23,38%
3
3,90%
1
1,30%
5
41
12
29,27%
20
48,78%
5
12,20%
3
7,32%
1
2,44%
Tot Belg
1635
6,30%
49
3,00%
408 24,95% 681 41,65% 394 24,10% 103
Le cadre auxiliaire (6,04% des effectifs opérationnels locaux – 1.635 sur 27.050)
regroupe 66,60% d’auxiliaires sous les 40 ans. Les 26 zones de typologie 1 et 2, plus
urbanisées, regroupent 1.376 auxiliaires de police, soit 84,16%.
2.5.
Les compétences du personnel opérationnel : la qualité d’OPJ
2.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
C.Moyen et Off. / Midden- en
Off.kader
Tot.
C.Moyen et Off. / Midden- en
Off.kader
BW
Tot.
(C.R. /
F.K.)
728
25,69%
WAL
(C.R. /
F.K.)
8.816
2.181
24,74%
LGE
2.904
407
271
678
23,35%
BXL
4.736
561
407
968
20,44%
LUX
580
86
72
158
27,24%
VL
13.498
2.002
1.119
3.121
23,12%
NAM
1.148
198
104
302
26,31%
tot Belg
27.050
3.950
2.320
6.270
23,18%
HNT
3.456
577
279
856
24,77%
BXL
4.736
561
407
968
20,44%
ANT
4.344
669
357
1.026
23,62%
LIMB
1.494
238
123
361
24,16%
# C.M. / # C.Off.
M.K. / Off.K.
119
68
Tot
%
187
OVL
3.184
437
242
679
21,33%
VBR
1.854
287
175
462
24,92%
WVL
2.622
371
222
593
22,62%
tot Belg
27.050
3.950
2.320
6.270
23,18%
# C.M. / # C.Off.
M.K. / Off.K.
1.387
794
Tot
%
Ce chapitre concerne la qualité
d’officier de police judiciaire. Cette qualité confère des compétences supplémentaires de
police aux personnes qui en sont revêtues. L’article II.II.10 de l’A.R. du 30 mars 2001
réglementant la position juridique du personnel des services de police stipule que « (…)
sans préjudice de l'article 138 de la loi, les fonctionnaires de police qui relèvent du cadre
moyen sont revêtus de la qualité d'officier de police judiciaire, auxiliaire du procureur du
Roi (OPJ). Les membres du personnel du cadre opérationnel qui relèvent du cadre
moyen ou du cadre d'officiers obtiennent cette qualité au moment de la nomination dans
le grade d'inspecteur principal de police ou, selon le cas, dans le grade de commissaire
de police (…) »
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 75
Avec la réforme et dans la période transitoire, certains inspecteurs principaux de
police ne possédaient toutefois pas la qualité OPJ en étant par exemple, commissionné
à ce grade. Les 2 tableaux ci-dessous reprendront d’une part, le nombre de cadre
moyen et d’officiers au sein de la police locale et, d’autre part, le nombre de membres
du cadre moyen avec la compétence OPJ.
Pas de grandes variations dans le taux de présence de cadre moyen et de cadre
d’officiers dans les différentes provinces. Les taux des différentes provinces ne
s’écartent très peu du pourcentage national. Vers le haut, on constate que ce sont les
provinces du Luxembourg et de Namur qui obtiennent les 2 taux les élevés. Ce sont ces
2 provinces qui avaient le taux d’occupation d’officiers le plus élevé (respectivement
156,52% et 130%) alors que le taux d’occupation du cadre moyen restait dans la
moyenne pour la province namuroise (85,33%) et anormalement bas pour la province
du Luxembourg (72,18%) Le grand nombre d’officiers fait donc augmenter
considérablement le pourcentage ci-dessus.
Pour la totalité du Royaume, on obtient 81,52% des membres du cadre moyen
disposant de la qualité OPJ. Les pourcentages flamand et wallon se rapprochent donc
plus de la moyenne (83,42% et 86,80%) que ceux de la Région Bruxelles-Capitale.
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot Bel
Cadre moyen / midden
kader
C.R. / # OPJ % OPJ
F.K.
140
119
85,00%
504
407
80,75%
96
86
89,58%
221
198
89,59%
637
577
90,58%
847
561
66,23%
782
669
85,55%
263
238
90,49%
354
287
81,07%
517
437
84,53%
484
371
76,65%
4845
3950 81,52%
Cadre moyen / midden kader
WAL
BRU
VL
tot Bel
C.R. / F.K.
# OPJ
% OPJ
1598
847
2400
4845
1387
561
2002
3950
86,80%
66,23%
83,42%
81,52%
Au niveau « provincial », l’Arrondissement administratif de Bruxelles-Capitale et
la province de West-Vlaanderen s’éloignent négativement de ce pourcentage : 66,23%
pour le premier et 76,65% pour la seconde. A l’inverse, les provinces du Luxembourg,
de Namur, du Hainaut et du Limburg connaissent des pourcentages élevés (plus de
90% pour les deux dernières).
2.5.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Avec une moyenne nationale de 23,18%, le pourcentage de présence OPJ varie
de manière croissante de la catégorie 1 (18,78% du cadre opérationnel global) à la
catégorie 5 (27,80% des cadres). Les 1.034 OPJ des zones de police de typologie 5 ne
constituent que 16,50% des OPJ du Royaume, et que les 56 zones de police de la
typologie 5 ne regroupent que 13,75% des effectifs opérationnels de la police locale.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 76
Tot OPJ in ZPZ
(HCP+CP+ACP+INPP
OPJ)
2.6.
Typo.
# C.O. /
O.K.
# C.R. /
F.K.
#
%
1
7720
7157
1344
18,78%
2
7153
6626
1514
22,85%
3
5197
4767
1161
24,35%
4
5115
4781
1217
25,45%
5
3906
3719
1034
27,80%
Tot Belg.
29091
27050
6270
23,18%
Autres données relatives aux effectifs opérationnels: Les détachements, et
indisponibilités
Les conditions de travail et le statut particulier des fonctionnaires de police
entraînent de nombreux types d’absence (au sens large) pour ce type de personnel :
maladie, détachement, mesure disciplinaire, formation, accident de travail, décès etc.
Autant de raisons qui diminuent et déforcent le cadre d’une zone de police. Le présent
chapitre tentera de dresser un aperçu de ces différentes causes et leur proportion par
rapport au total des absences recensées. D’autres modalités sont également prévues
pour ‘renforcer’ le cadre de la zone : il s’agit des personnes détachées vers la zone de
police ou les mises à disposition de policiers fédéraux vers les zones.
En ce qui concerne la comptabilisation des différents ‘genres’ d’absence, il a été
demandé aux zones de police de procéder comme suit : les absences pour raisons
médicales, les absences dues à un accident de travail, les absences suite à une mesure
d’ordre ou disciplinaire, les absences pour congé exceptionnel (tel congé de maternité,
interruption de carrière, congé parental, etc.) et les absences pour cause de formation.
Une catégorie résiduelle avait été prévue concernant les absences pour autre cause
(congé syndical, etc.) ; les détachements étaient définis comme une prestation d’au
moins 80% du temps de travail total d’un membre du personnel vers d’autres services
(détachement ‘OUT’). Il ne s'agit donc pas du détachement ponctuel d'une journée.
Nous renvoyons le lecteur aux règles de comptage reprises dans le manuel, à la page
8. Les détachements ‘IN’ – c’est-à-dire vers la zone de police – était également recensé.
Ils sont également repris dans un des tableaux consacrés aux détachements ; le total de
jours de mise à disposition de policiers fédéraux dans la zone de police, comme par
exemple les policiers fédéraux de la DAR bis.
2.6.1. Les différents types d’absence
Il est très difficile de dresser une liste exhaustive et détaillée des causes
d’absence possibles au sein de la police. Elles sont nombreuses et de nature différente.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 77
C’est pourquoi nous avons opté pour une certaine continuité par rapport aux causes
d’absence déjà présentes dans les questionnaires ‘morpho’ des années précédentes,
en tenant compte des formules du nouveau statut prévu de la Loi de Police intégrée.
Les différentes causes d’absence qui faisaient l’objet de questions cette année étaient
les suivantes :
Légende/Legende
a = Raisons médicales / Medische redenen
b = Accidents de travail / Arbeidsongevallen
c = Mesure disciplinaire-d'ordre / Disciplinaire - Ordemaatregel
d = Congé exceptionnel / Buitegewoonverlof
e = Formation / Opleiding
f = Autres raisons / Andere redenen
2.6.1.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Indisponibilité en nombre de 'jours' sur base d'une année (abscence pour -) /
Onbeschikbaarheid in aantal 'dagen' voor één jaar (afwezigheig voor -)
b
c
d
e
f
# j./d.
%
# j./d.
%
# j./d.
%
# j./d.
%
# j./d.
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
# j./d.
%
WAL
8.816
217.291
72,70%
26.488
8,86%
3.872
1,30% 10.633
3,56%
26.323
8,81%
14.262 4,77%
298.869
BRU
4.736
130.788
69,63%
15.830
8,43%
1.147
0,61% 19.037 10,14%
8.088
4,31%
12.942 6,89%
187.832
a
VL 13.498 264.372,5 64,49%
Tot.
Belg 27.050 612.451,5 68,30%
%
tot
# j./d.
22.696,0 5,54% 3.125,0 0,76% 49.240,0 12,01% 62.628,5 15,28% 7.881,5 1,92% 409.943,5
65.014
7,25%
8.144
0,91% 78.910
8,80% 97.039,5 10,82% 35.085,5 3,91% 896.644,5
La première des causes d’indisponibilité du personnel opérationnel est sans
conteste la raison médicale (a). En effet, 68,30% des indisponibilités exprimées en
nombre de jours ‘calendrier’ le sont pour raison médicale, ce qui donne 612.451,5 jours
en tout pour les 27.050 policiers locaux (soit 22,64 jours par policier). La province du
Hainaut plafonne à, en moyenne, 28,95 jours par policier (100.036 jours), alors que le
Brabant wallon n’obtient que 13,25 jours par policier (9.646 jours). Au niveau régional,
les raisons médicales constituent 72,70% des causes d’indisponibilité en Wallonie,
contre 69,63% pour la Région Bruxelles-Capitale et 64,49% pour la Flandre. Au nombre
de jours de maladie par homme, la Flandre atteint les 19,59 jours par policier, contre
24,65 pour la Wallonie et 27,62 pour Bruxelles.
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
Indisponibilité en nombre de 'jours' sur base d'une année (abscence pour -) /
Onbeschikbaarheid in aantal 'dagen' voor éénn jaar (afwezigheig voor -)
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
# j./d.
%
# j./d.
%
# j./d.
728
2.904
580
1.148
3.456
9.646
71.547
10.903
25.159
100.036
58,89%
1.940
9.453
1.444
3.028
10.623
11,84%
103
968
96
503
2.202
a
B
76,55%
75,97%
50,49%
80,13%
c
10,11%
10,06%
6,08%
8,51%
d
%
# j./d.
e
%
0,63% 1.510 9,22%
1,04% 2.512 2,69%
480 3,34%
1.976
1,01%
3,97%
1,76% 4.155 3,33%
0,67%
f
tot
# j./d.
%
# j./d.
%
# j./d.
2.101
6.837
1.340
8.691
7.354
12,83%
1.081
2.152
89
10.468
472
6,60%
16.381
93.469
14.352
49.825
124.842
7,31%
9,34%
17,44%
5,89%
2,30%
0,62%
21,01%
0,38%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 78
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot
Belg
4.736
4.344
1.494
1.854
3.184
2.622
130.788
86.360,5
33.743
34.577
66.445
43.247
69,63%
64,63%
63,07%
60,43%
67,42%
64,51%
27.050 612.451,5 68,30%
15.830
8.431
3.751
2.263
4.499
3.752
8,43%
6,31%
7,01%
3,96%
4,56%
5,60%
65.014 7,25%
1.147
1.133
549
651
274
518
0,61% 19.037 10,14% 8.088
4,31%
0,85% 23.339 17,47% 13.045,5 9,76%
1,03% 6.812 12,73% 6.359,5 11,89%
1,14% 6.459 11,29% 12.010 20,99%
12.942
1.323
2.287
1.255
0,28% 5.736 5,82% 20.142 20,44% 1.462,5
0,77% 6.894 10,28% 11.071,5 16,52% 1.554
6,89%
2,32%
187.832
133.632
53.501,5
57.215
98.558,5
67.036,5
8.144 0,91% 78.910 8,80% 97.039,5 10,82% 35.085,5
3,91%
896.644,5
0,99%
4,27%
2,19%
1,48%
Après les jours d’absence pour raisons médicales, ce sont les jours de
« formation » (e) qui constituent la deuxième cause d’indisponibilité, avec 97.039,5 jours
au total pour toute les zones de police (soit 3,59 jours de formation en moyenne par
policier local et 10,82% du total des indisponibilité). Les provinces du Vlaams Brabant et
de Oost-Vlaanderen présentent toutefois des pourcentages bien supérieurs à la
moyenne nationale : 20,99% et 20,44%. Pour ces 2 provinces, le nombre de jours de
formation par policier est 6,48 et 6,33 jours. Seule la province de Namur atteint les 7,57
jours annuels de formation par homme (17,44% des causes d’indisponibilité dans cette
province). Les 6 zones bruxelloises n’obtiennent qu’un faible pourcentage : seulement
4,31% des causes d’indisponibilité (8.088 jours, soit 1,71 jour par homme). En Flandre,
les formations forment 15,28% des causes d’indisponibilité, pour 8,81% en Wallonie et
4,31% à Bruxelles. En nombre de jours par homme, nous obtenons, en moyenne, 1,71
jour par homme à Bruxelles, 2,99 en Wallonie et 4,64 en Flandre.
La troisième cause d’indisponibilité, en quantité de jours, est l’absence pour
congé exceptionnel (d) : 78.910 jours sur l’ensemble du Royaume, soit 8,80% du
nombre total de jours d’absence recensés). Ce qui constitue une moyenne nationale
annuelle de 2,92 jours par policier local. Les provinces francophones de Liège,
Luxembourg, Namur et Hainaut s’écartent de ce pourcentage moyen puisque le leur est
inférieur à 4% (respectivement 2,69% ; 3,34% ; 3,97% et 3,33%). En nombre moyen de
jours par policier, nous obtenons 0,87 ; 0,83 ; 1,72 et 1,20. A contrario, la province
d’Antwerpen atteint 17,47% (soit 23.339 jours au total), ce qui donne 5,37 jours en
moyenne par an par policier. Au vu du détail par province, de gros écarts apparaissent
donc également au niveau régional : 3,56% du total des jours d’absence en Wallonie,
10,14% à Bruxelles et 12,01% en Flandre. En nombre moyen de jours par policier, nous
obtenons 1,21 pour la Wallonie, 3,65 pour la Flandre et 4,02 pour Bruxelles (et, pour
rappel, 2,92 comme moyenne nationale).
Deux autres causes étaient proposées dans la liste et donnent, par ordre
d’importance, les pourcentages suivants : 7,25% pour les « accidents de travail » (b) et
0,91% « mesures disciplinaires et/ou mesures d’ordre » (c). Un choix résiduel était
également prévu dans la liste (f) et s’élève à 3,91% du total des jours d’indisponibilité.
Les raisons les plus invoquées dans cette catégorie « autres » étaient le congé syndical
et le don de sang.
En ce qui concerne les accidents de travail, on recense 65.014 jours d’absence
au total au niveau national, dont 40,69% pour le Hainaut et Bruxelles-Capitale (26.453
jours). Au nombre moyen de jours d’accidents de travail par policier, on obtient 2,40
jours en moyenne pour la Belgique, par policier, contre 3,07 pour le Hainaut, 3,34 pour
Bruxelles-Capitale et 3,26 pour la province de Liège. Au niveau des régions, les
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 79
accidents de travail atteignent en Wallonie 8,86% du total de ses absences, 8,43% pour
Bruxelles-Capitale et 5,54% pour la Flandre. En nombre moyen de jour d’absence,
Bruxelles-Capitale plafonne à 3,34 jours en moyenne par policier, suivie de la Wallonie
(3,00) et de la Flandre (1,68).
Concernant les mesures d’ordre et disciplinaires, elles forment 0,91% (8.144
jours) de la masse des indisponibilités au sein des zones de police. C’est le Hainaut et
le Vlaams Brabant qui obtiennent les pourcentages les plus importants : 1,76% pour la
première et 1,14% pour la seconde. On dénombre en Hainaut 27,04% du nombre total
des jours d’absence pour mesures disciplinaires ou d’ordre (2.202 jours sur 8.144). Les
chiffres élevés des provinces d’Antwerpen et de Bruxelles-Capitale (1.133 et 1.147
jours) sont à relativiser puisqu’ils ne forment que 0,85% et 0,61% du total des jours
d’indisponibilité. En nombre moyen de jours par policier, la moyenne nationale est de
0,3. Les extrêmes se retrouvent en Hainaut (0,64) et en Oost-Vlaanderen (0,09). Au
niveau régional, les mesures d’ordre et disciplinaires constituent 1,30% des jours
d’absence pour le Hainaut (3.872 jours), 0,76% pour la Flandre (3.125 jours) et 0,61%
pour Bruxelles-Capitale (1.147 jours), la moyenne nationale étant de 0,91%.
La liste ci-dessus n’étant pas exhaustive, les utilisateurs avaient la possibilité de
compléter une case supplémentaire (f) « autres raisons d’indisponibilité». Cette
information étant à décrire avec plus de précaution puisque certaines zones de police
ont comptabilisé certains types d’absence auxquels d’autres n’auront pas pensé, ce qui
peut expliquer l’importance des différences entre certaines provinces où l’on passe de
89 jours en province du Luxembourg à 12.942 à Namur (alors que les effectifs namurois
sont le double des luxembourgeois). Pour Namur, cette catégorie d’indisponibilité
constitue 21,01%, contre 0,62% pour le Luxembourg et 0,38% pour le Hainaut. En
outre, les « autres raisons » atteignent des proportions fort différentes selon les
régions : 1,92% pour la Flandre, 4,77% en Wallonie et enfin 6,89% à Bruxelles-Capitale.
Le nombre moyen de jours par an et par policier, est de 1,30 pour la Belgique. Namur
atteint 9,12 jours, suivi de Bruxelles-Capitale (2,73 jours), du Limburg (1,53 jour) et du
Brabant wallon (1,48 jours). Toutes les autres provinces sous la barre du jour par an. La
Flandre est sous la moyenne nationale avec 0,58 jour par an, suivie de la Wallonie (1,62
jour) et de Bruxelles-Capitale (2,73).
2.6.1.2.
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Il est intéressant de constater, au niveau de la typologie des zones de police, que
4 causes d’indisponibilité présentent une proportion croissante de la catégorie 5 à la
catégorie 1 (cf. les colonnes a, b, c et d), alors que les colonnes ‘e’ et ‘f’ suivent la
tendance inverse : le pourcentage diminue de la catégorie 5 à la catégorie 1.
En nombre de jours, en moyenne, par policier, les zones de typologie 1 et 2
atteignent les 36,67 et 37,67, les zones de typologie 4 obtiennent en moyenne 27,85
jours par an par policier.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 80
Indisponibilité en nombre de 'jours' sur base d'une année (abscence pour -) /
Onbeschikbaarheid in aantal 'dagen' voor één jaar (afwezigheig voor -)
C.R. /
F.K.
a
# j./d.
b
%
# j./d.
c
%
# j./d.
d
%
# j./d.
e
%
# j./d.
f
%
# j./d.
%
# j./d.
4,39%
293
0,11%
262.481
7,48%
250.165
2,50%
145.900
1
7.157
195.405 74,45% 20.847 7,94% 3.002 1,14% 31.410 11,97% 11.524
2
6.626
161.754 64,66% 19.264 7,70% 2.361 0,94% 21.979 8,79%
3
4.767 101.298,5 69,43% 10.846 7,43% 1.288 0,88% 10.768 7,38% 18.046,5 12,37%
4
4.781
88.828
66,70% 8.104 6,09% 1.182 0,89% 8.303
6,23%
tot
26.096 10,43% 18.711
3.653
23.015 17,28% 3.741,5
2,81% 133.173,5
5
3.719 65.166 62,11% 5.953 5,67% 311 0,30% 6.450 6,15% 18.358 17,50% 8.687
8,28% 104.925
Tot
Belg. 27.050 612.451,5 68,30% 65014 7,25% 8.144 0,91% 78.910 8,80% 97.039,5 10,82% 35.085,5 3,91% 896.644,5
Les tendances globales sont les suivantes : En ce qui concerne la colonne
‘maladie’ (a), les policiers des zones de typologie 1 (5 grandes villes) sont absents, en
moyenne, 27,30 jours par an, contre 17,52 jours dans les zones de typologie 5
(moyenne de 22,40 jours pour la Belgique). Les maladies constituent 74,45% des
indisponibilités totales dans les 5 grandes villes, et 62,11% dans les zones de catégorie
5. Les ‘formations’ (e) sont proportionnellement plus importantes dans les zones de
typologie 5 (17,50%) ; ce pourcentage tombe 4,39% pour les 5 grandes villes de la
typologie 1. En nombre moyen de jours de formation annuellement, cela donne 1,61 jour
par an pour les zones de type 1 et 4,94 jours en moyenne pour les zones de typologie 5.
Ensuite, la catégorie des « congés exceptionnels » (d) (8,80% de la masse des
indisponibilités), dont les pourcentages augmentent vers la typologie 1 : de 6,15%
(6.450 jours sur 104.925) dans la typologie 5, on atteint les 11,97% pour la typologie 1
(31.410 jours sur 262.481). Cela signifie, en moyenne annuelle, une fourchette allant de
1,73 jour dans les zones formant la typologie 5 à 4,39 jours pour les 5 grandes villes de
la typologie 1. Les pourcentages ‘accidents de travail’ (b) et ‘mesures disciplinaires et/ou
d’ordre’ (c) augmentent suivent la même courbe montante que celle des ‘congés
exceptionnels’ : pour la première, de 5,67% à la catégorie 5 (1,60 jour par an par
policier), on arrive à 7,94% aux 5 grandes villes de la typologie 1 (2,91 jours); pour la
seconde cause d’indisponibilité, on passe de 0,30% (0,08 jour par an et par policier) à
1,14% (0,42). La catégorie résiduelle (f) ne présente pas de caractéristique particulière
par rapport à la typologie : 3,91% de moyenne nationale, 0,11% pour la typologie 1 ;
7,48% pour la 2 ; 2 ,50% pour la 3 ; 2,81% pour la 4 et enfin 8,28% pour la 5. Remarque
identique pour le nombre de jours moyens annuels par policier.
2.6.2. Les détachements
Comme pour les autres types d’absence, il a été difficile de dresser une liste
exhaustive des lieux de destination du détachement. La liste ci-dessous reprend en
grande partie les instances précédemment visées dans les questionnaires précédents.
D’autres catégories de détachement vers la police fédérale ont toutefois été ajoutées,
tels les Services de Coordination et d’appui, les Services judiciaires d’Arrondissement,
les Carrefours d'Information de l'Arrondissement, etc. La liste ci-dessous reprend les 13
items du questionnaire envoyé aux zones de police en 2003 (date de référence :
31/12/2002).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 81
Légende / Legende
a = la Commission permanente de la police locale / de Vaste Commissie van de lokale politie
b = Comité P
c = le cabinet du ministre / de Kabinet van de Minister
d = la Direction genérale politique de sécurité et de prévention / Algemeen Directie van Veiligheids- en Preventie beleid
e = le Gouverneur de province / de Gouverneur van provincie
f = le centre de formation-école / opleidingscentrum-school
g = les SCA / de CSD
h = les SJA / de GDA
i = les CIA / de AIK
j = les CIC / de CIC
k = autres / andere fed pol
l = autre zone de la police locale / andere zone van de lokale politie
m = autres (ex: syndicat, commune,…) / andere (bvb: vakbond, gemeente,…)
2.6.2.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
TOT PRV Nombre de détachés OUT vers / Aantal gedetacheerden OUT naar
(C.R. /
tot
a b c d e f g h i
j
k l
M
F.K.)
#
%
WAL
8816
3 2 0 2 0 19 7 8 14 6 23 2
14
99,5
1,13%
BRU
4736
0 3 2 0 0 24 0 3 11 1 3 2
22
71
1,50%
VL
13498 3 5 4 3 3 19 14 1 27 10 18 1
22
130
0,96%
tot Belg 27050 6 10 6 5 3 62 21 12 52 17 44 5
58
300,5
1,11%
La masse totale du personnel opérationnel détaché vers d’autres services est le
300,5 personnes (soit 1,11% des 27.050 policiers locaux). On en retrouve 62 d’entre
eux (soit 20,63%) dans les centres de formation, 52 vers les Carrefour d’information
d’Arrondissement (soit 17,30%) et 44 vers des services de la police fédérale (autres que
SJA, SCA, CIA et CIC – soit 14,64%). En outre, 58 personnes (19,30%) étaient
détachés vers d’autres services que ceux énumérés dans la liste (syndicat, commune,
etc.). Au niveau régional, c’est Bruxelles-Capitale qui rassemble proportionnellement le
plus de détachés (1,50% des opérationnels), suivie de la Wallonie (1,13%) et de la
Flandre (0,96%). Les proportions du personnel détaché vers les centres de formation
varient fortement selon la région : plus d’un tiers des détachés bruxellois (33,80%),
19,10% des détachés wallons et 14,62% des flamands. Les pourcentages sont
également fort différents pour le personnel détaché vers les CIA : 14,07% des détachés
wallons (14 personnes), 15,49% des bruxellois (11 personnes) et 20,76% des flamands
(27 personnes). 56,91% des personnes détachées proviennent de Bruxelles-Capitale et
des provinces d’Antwerpen et du Hainaut : 23,62% du personnel détaché (71
personnes) émane de la première; 18,30% de la deuxième (55 personnes) et 14,98%
de la troisième (45 personnes).
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
728
2904
580
1148
3456
Nombre de détachés OUT vers / Aantal gedetacheerden OUT naar
a
b
c
d
e
f
g
h
i
j
k
l
m
0
0
0
0
3
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
1
0
0
0
0
0
2
9
2
0
6
0
1
0
0
6
1
2
1
3
1
2
2
2
0
8
0
1
2
0
3
0
17
0
0
6
0
2
0
0
0
1
1
0
1
11
Tot
#
%
6
37,5
7
4
45
0,82%
1,29%
1,21%
0,35%
1,30%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 82
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot
Belg
4736
4344
1494
1854
3184
2622
0
1
0
1
1
0
3
2
0
1
1
1
2
1
0
1
1
1
0
1
0
2
0
0
0
1
1
0
0
1
24
10
0
3
6
0
0
7
2
4
1
0
3
0
0
1
0
0
27050
6
10
6
5
3
62 21 12
11
14
0
5
4
4
1
6
0
0
4
0
3
2
2
8
3
3
2
0
1
0
0
0
22
10
3
4
2
3
71
55
9
30
23
13
1,50%
1,27%
0,60%
1,62%
0,72%
0,50%
52 17 44
5
58
300,5
1,11%
Le tableau ci-dessous propose un aperçu de flux entre les détachés OUT et les
détachés IN. Ces derniers sont au nombre de 250, soit 0,92% du total des policiers
locaux. Les 6 zones de Bruxelles-Capitale regroupent à elles seules pas moins de 76%
des détachés « IN ». Le nombre de jours de mise à disposition de policiers fédéraux
vers les zones de police se concentre dans 4 provinces et à Bruxelles-Capitale.
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
# détachés /
gedetach.
# OUT
# IN
Dispo / Ter
beschikking
(*)
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
# jours /
dagen
BW
728
6
1
4
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot Belg
2.904
580
1.148
3.456
4.736
4.344
1.494
1.854
3.184
2.622
27.050
37,5
7
4
45
71
55
9
30
23
13
300,5
9
1
6
9
190
14
8
6
3
3
250
455
249
1.147
3.976
2.642
242
467
299
2.846
1.801
14.128
WAL
BRU
VL
tot Belg
8.816
4.736
13.498
27.050
# détachés /
gedetach.
Dispo / Ter
beschikking
(*)
# OUT
# IN
# heures /
uren
100
71
130
300,5
26
190
34
250
5.831
2.642
5.655
14.128
(*) = Nombre total de jours de mise à disposition de policiers fédéraux dans les zones
(*) = Totaal aantal DAGEN dat federale politieagenten ter beschikking worden gesteld van de politiezones
2.6.2.2.
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Les pourcentages de la dernière colonne n’indique a priori pas de corrélation
entre l’appartenance à une catégorie de typologie et la proportion de détachés s’y
retrouvant. En nombre absolu, c’est dans la typologie 1 que l’on retrouve le plus de
détachés (81 sur 300,5, soit 26,96% des détachés), mais c’est proportionnellement dans
la catégorie 3 qu’il y a le plus de détachés (1,44% du nombre total d‘effectifs, 68,5
personnes). En outre 50% des détachés vers les centres de formation proviennent des
5 zones de la typologie 1 (31 sur 62).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 83
TOT
PRV
(C.R. /
F.K.)
Dispo /
# détachés /
Ter
gedetach. beschikk
ing (*)
# jours /
# OUT # IN
dagen
1
7157
81
68
4906
2
6626
78
147
4804
3
4767
68,5
14
1078
4
4781
39
9
978
5
3719
34
12
2362
250
14128
Tot Belg. 27050 300,5
Nombre de détachés OUT vers / Aantal gedetacheerden OUT naar
TOT
(C.R.
/ F.K.) a
b
c
d
e
f
g
H
i
j
k
l
m
1
7157
0
0
1
0
1
31
2
4
15
0
12
2
13
2
6626
3
4
1
3
1
14
0
0,5
8
3
12
3
4767
2
4
2
1
0
8
10
1
12
6
4
4781
1
1
1
1
0
3
5
3
11
6
5
3719 0
Tot
Belg. 27050 6
1
1
0
1
6
4
3
6
2
10
6
5
3
62
21
11,5
52
tot
#
%
81
1,13%
2 26,5
78
1,18%
11
0 11,5
68,5
1,44%
4
0
3
39
0,82%
5
1
4
34
0,91%
17 44
5
58
300,5
1,11%
Ce sont pas moins de 147 personnes sur 250 qui sont détachées vers les 21
zones de police composant la catégorie 2 (soit 58,8% de l’ensemble des détachés vers
la police locale. Ils sont au nombre de 68 dans les 5 zones de police de type 1 (27,2%).
Les détachés ‘OUT’ sont plus nombreux que les ‘IN’ dans toutes les catégories de
typologie, sauf dans la deuxième où la différence s’élève à 69 personnes. Le nombre de
jours de mise à disposition est au total, de 9.710 jours pour les catégories 1 et 2 (soit
68,72% du total, les 26 zones de ces 2 typologies regroupant 13.783 policiers locaux,
soit 50,95%).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 84
3.
3.1.
Le personnel administratif et logistique (CALog)
L’effectif minimal CALog (A.R. 5 septembre 2001) vs le cadre réel de la
police locale
Comme pour le personnel opérationnel, il existe un effectif minimal pour le
personnel administratif et logistique (CALog), repris à l’annexe 2 de l’arrêté royal du 5
septembre 2001.
3.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Un rapide coup d’œil aux tableaux ci-dessous permet de constater que la norme
à laquelle l’arrêté royal fait référence « l’effectief minimale du personnel administratif et
logistique de la police locale doit, dans un premier temps, au minimum être de 8 % de
l’effectief du personnel opérationnel » est, au niveau fédéral et régional, en général
atteinte et que, sur l’ensemble des 196 zones de police, 184 d’entre elles l’atteignent (6e
colonne des tableaux). En outre, l’arrêté royal fait référence à une autre norme de 15 à
20% devant être atteinte dans un délai raisonnable par les zones de police. Cette
deuxième norme, calculée ici à titre informatif, est déjà atteinte dans 94 zones à travers
le pays (31 en Wallonie, 2 à Bruxelles et 61 en Flandre, cf. colonne 7 des tableaux)
Norme /
Norme /
C.R. - F.K.
CALog
ETP
Norm 8%
% CALog / C.R.-F.K. CALog 15- Cap. (morfo (Cap./Créel) /
Norm OPS
CALog
CALog (AR(AR-KB
(morfo
OPS
>= Norme- 20% (O / N) 31/12/2002)
FTE
KB
05/09/2001)
31/12/2002)
Norm 8%
(Cap./F.Kad.)
05/09/2001)
WAL
8.554
684
1.187
13,88%
67
31
1.047
BRU
4.855
388
657
13,53%
5
2
636
88,17%
96,85%
VL
13.186
1.055
1.801
13,66%
112
61
1.562
86,75%
Tot Belg.
26.595
2.128
3.645
13,71%
184
94
3.245
89,04%
Il n’y a que très peu d’écart dans les proportions de présence de CALog à travers
les différentes provinces ; 13,71% de CALog en moyenne nationale avec un maximum
de 18,07% en province de Limburg (15,35%) et un minimum de 12,14% dans la
province d’Antwerpen. Au total, 5 provinces voient la totalité de leurs zones atteindre la
norme (Brabant wallon, Luxembourg, Namur, Antwerpen et Limburg).
Norme /
Norme /
C.R. - F.K.
CALog
Norm 8%
% CALog / C.R.-F.K.
Norm OPS
CALog
CALog (AR(AR-KB
(morfo
OPS
>= NormeKB
05/09/2001)
31/12/2002)
Norm 8%
05/09/2001)
CALog
C.R.-F.K.
15-20%
(O / N)
ETP
Cap. (morfo (Cap./Créel) /
31/12/2002)
FTE
(Cap./F.Kad.)
BW
671
54
103
15,35%
10
6
87
84,57%
LGE
2898
232
365
12,59%
18
8
323
88,47%
LUX
561
45
82
14,62%
6
2
63,07
76,91%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 85
NAM
1.092
87
150
13,74%
13
6
122,36
81,57%
HNT
3.332
267
487
14,62%
20
9
451
92,65%
BRU
4.855
388
657
13,53%
5
2
636
96,85%
ANT
4.293
343
521
12,14%
25
12
463
88,88%
LIM
1.406
112
254
18,07%
18
14
208
81,91%
VLB
1.815
145
269
14,82%
24
12
240
89,40%
OVL
3.077
246
412
13,39%
28
14
350
84,94%
WVL
2.595
208
345
13,29%
17
9
301
87,20%
Tot Belg.
26.595
2.128
3.645
13,71%
184
94
3.245
89,04%
En ce qui concerne la capacité (equivalent temps plein), on constate qu’en
moyenne, celle-ci est de 10% inférieur au cadre réel. La moyenne nationale est de
89,04%, mais les zones de police de la province de Luxembourg, qui atteignent toutes
la norme de 8%, emploient beaucoup de personnel à temps partiels. A contrario, les
emplois à temps partiels sont plus rares dans l’Arrondissement administratif de
Bruxelles-Capitale. Pour les ETP, ce dernier présente en outre un pourcentage plus
élevé que les 2 autres Régions.
3.1.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Typo
1
2
3
4
5
tot Belg
Norme /
Norme /
C.R. - F.K.
CALog
ETP
Norm 8%
Norm OPS
CALog
% CALog / C.R.-F.K. CALog 15- Cap. (morfo (Cap./Créel) /
CALog (AROPS
(AR-KB
(morfo
>= Norme- 20% (O / N) 31/12/2002)
FTE
KB
05/09/2001)
31/12/2002)
Norm 8%
(Cap./F.Kad.)
05/09/2001)
7124
6675
4704
4594
3498
26595
570
534
376
368
280
2128
806
961
624
712
542
3645
11,31%
14,40%
13,27%
15,50%
15,49%
13,71%
5
18
46
62
53
184
0
12
15
34
33
94
763,78
895,35
565,49
587,24
433,49
3245,35
94,76%
93,17%
90,62%
82,48%
79,98%
89,04%
Il est frappant de constater que le pourcentage d’occupation de CALog augmente
avec la typologie des zones de police. De 11,31% dans les 5 grandes villes du pays (et
14,40% dans les 21 communes de la typologie 2), on arrive à plus de 15% dans les
zones de typologie 5.
La tendance s’inverse quand on s’attarde sur la capacité du personnel
administratif et logistique : les 5 zones de police appartenant à la typologie 1 voient leur
capacité ‘ETP’ élevée et cette dernière diminue progressivement pour arriver à 79,98%
d’équivalents temps plein dans les zones de typologie 5.
Nous constatons donc que les zones de police des catégories 1 et 2 occupent
proportionnellement moins de CALog que les zones des catégories 4 et 5, mais que ces
dernières occupent le plus souvent leur personnel à temps partiels.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 86
3.1.3. Aperçu au niveau des zones de police
-
Province du Brabant wallon
Norme /
Norme /
C.R. CALog
Norm
ETP
Norm
F.K.
C.R.Cap.
8%
%
CALog
(Cap./Cré
OPS
CALog
F.K. >=
(morfo
CALog /
15-20%
el) / FTE
CALog
(AR-KB
(morfo
Norme31/12/200
OPS
(O / N)
(AR-KB
(Cap./F.K
05/09/20
31/12/20
Norm
2)
05/09/20
ad.)
01)
02)
8%
01)
5267 ZONE NIVELLES - GENAPPE
5268 ZONE OUEST BRABANT
WALLON
5269 LA MAZERINE
5270 ORNE - THYLE
5271 POLICE LOCALE WAVRE
5272 ARDENNES
BRABANCONNES
5273 ZONE DE BRAINE-L'ALLEUD
5274 POLICE LOCALE DE
WATERLOO
5275 ZP OTTIGNIES-LOUVAIN-LANEUVE
5276 ZONE DE POLICE DE
JODOIGNE
TOT PRV
95
8
10
10,53%
1
0
9
88,00%
75
78
56
72
6
6
4
6
15
12
9
11
20,00%
15,38%
16,07%
15,28%
1
1
1
1
1
1
1
1
13
11
6
10
84,00%
88,33%
63,33%
93,91%
48
64
4
5
7
8
14,58%
12,50%
1
1
0
0
5
8
74,57%
96,25%
64
5
11
17,19%
1
1
10
87,82%
66
5
9
13,64%
1
0
8
88,89%
53
671
4
54
11
103
20,75%
15,35%
1
10
1
6
9
87
77,27%
84,57%
Toutes les zones de police de la province brabançonne atteignent sans problème
la norme des 8%, et 6 d’entre elles la deuxième norme de 15-20% ; 4 zones sur les 10
ont même un cadre dépassant le double de la norme des 8% (ZP Ouest Brabant
Wallon, ZP Orne-Thyle, ZP Waterloo et ZP Jodoige). Par contre, toutes les zones de
police emploient du personnel à temps partiel, 2 zones n’atteignant pas les 80% de
capacité dans les ETP (ZP Ardennes brabançonnes et ZP Jodoigne). La moyenne
provinciale est de près de 5% inférieure à la moyenne nationale de 89,04%.
-
Province de Liège
Sur l’ensemble de la province, 90% des zones atteignent la norme de 8% et 40%
la seconde norme de 15-20%. Il y a lieu de relativiser le pourcentage des 2 zones
n’atteignant pas la norme ; il s’agit de 2 zones employant à elles-deux 11 CALog, alors
que la norme leur en prévoit, en tout, 14 (ZP Flémalle et ZP Ans/St-Nicolas). Au niveau
de la « capacité ETP », 20% des zones occupent tout leur personnel à temps plein (ZP
Beyne-Heusay/Fléron/Soumagne, ZP Flémalle, ZP Awans/Grâce-Hollogne et ZP
Hesbaye Ouest). Les zones de police germanophones de Eifel et de Weser-Gohl
occupent proportionnellement de nombreux CALog (19,61% et 19,32% de leur
personnel opérationnel), mais que ceux-ci travaillent en moyenne à 64% et 67,65%.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 87
Norme / Norme / C.R. CALog
ETP
Norm Norm 8% F.K.
C.R.Cap.
%
CALog
(Cap./Cré
OPS (AR- CALog CALog
F.K. >=
(morfo
CALog /
15-20%
el) / FTE
KB
(AR-KB (morfo
Norme31/12/20
OPS
(O / N)
(Cap./F.K
05/09/200 05/09/200 31/12/200
Norm
02)
ad.)
1)
1)
2)
8%
5277 POLICE LOCALE DE LIEGE
1113
89
96
8,63%
1
0
92,03
95,86%
5278 POLICE DE SERAING - NEUPRE
201
16
20
9,95%
1
0
19,4
97,00%
5279 ZP HERSTAL
5280 ZP BEYNEHEUSAY/FLÉRON/SOUMAGNE
97
8
14
14,43%
1
0
13,3
95,00%
75
6
10
13,33%
1
0
10
100,00%
5281 ZONE BASSE MEUSE
149
12
32
21,48%
1
1
29,8
93,13%
5282 ZP FLÉMALLE
73
6
3
4,11%
0
0
3
100,00%
5283 ZONE DE POLICE SECOVA
116
9
15
12,93%
1
0
13,5
90,00%
5284 POLICE ANS - SAINT-NICOLAS
104
8
8
7,69%
0
0
7
87,50%
5285 ZP AWANS/GRÂCE-HOLLOGNE
60
5
10
16,67%
1
1
10
100,00%
5286 HESBAYE
54
4
10
18,52%
1
1
8,7
87,00%
5287 FAGNES
69
6
9
13,04%
1
0
8,5
94,44%
5288 PAYS DE HERVE
87
7
11
12,64%
1
0
8,03
73,00%
5289 ZONE VESDRE
223
18
31
13,90%
1
0
25,5
82,26%
5290 ZONE STAVELOT-MALMEDY
61
5
16
26,23%
1
1
12,8
80,00%
5291 POLIZEIZONE EIFEL
51
4
10
19,61%
1
1
6,4
64,00%
5292 POLIZEIZONE WESER-GÖHL
88
7
17
19,32%
1
1
11,5
67,65%
5293 HESBAYE OUEST
49
4
11
22,45%
1
1
11
100,00%
5294 ZONE MEUSE - HESBAYE
83
7
11
13,25%
1
0
8,54
77,64%
5295 ZP HUY
72
6
21
29,17%
1
1
17,1
81,43%
5296 ZP DU CONDROZ
73
6
10
13,70%
1
0
6,8
68,00%
2898
232
365
12,59%
18
8
323
88,47%
TOT PROV
-
Province du Luxembourg
Les 6 zones luxembourgeoises atteignent la norme de 8%, dont une en dépasse
le double (18,87% dans la zone de police Sud-Luxembourg). A part la zone de police de
Gaume – dans laquelle tout le personnel travaille à temps plein, toutes les autres zones
de police occupent du personnel administratif à temps partiel, et la moyenne des EFT
est de 76,91%.
Norme / Norme / C.R. CALog
ETP
Norm Norm 8% F.K.
C.R.-F.K.
Cap.
%
CALog
(Cap./Cré
OPS (AR- CALog CALog
>=
(morfo
CALog /
15-20%
el) / FTE
KB
(AR-KB (morfo
Norme31/12/200
OPS
(O / N)
(Cap./F.K
05/09/200 05/09/200 31/12/200
Norm
2)
ad.)
1)
1)
2)
8%
5297 ZP ARLON/ATTERT/HABAY/MARTELANGE
95
8
14
14,74%
1
0
10,5
5298 ZP SUD-LUXEMBOURG
53
4
10
18,87%
5299 ZONE DE POLICE DE GAUME
69
6
11
15,94%
5300 POLICE FAMENNE-ARDENNE
151
12
20
13,25%
1
5301 CENTRE ARDENNE
101
8
14
13,86%
5302 POLICE SEMOIS ET LESSE
92
7
13
14,13%
TOT PROV
561
45
82
14,62%
6
75,00%
1
1
8,5
85,00%
1
1
11
100,00%
0
13,31
66,55%
1
0
9,76
69,71%
1
0
10
76,92%
2
63,07
76,91%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 88
-
Province de Namur
Norme / Norme /
CALog
C.R. - F.K.
Norm Norm 8%
C.R.Cap.
ETP
CALog
%
CALog
OPS (AR- CALog
F.K. >=
(morfo (Cap./Créel) /
(morfo CALog
15-20%
KB
(AR-KB
Norme31/12/200
FTE
(O / N)
31/12/2002 / OPS
05/09/200 05/09/2001
Norm
2)
(Cap./F.Kad.)
)
1)
)
8%
5303 ZP NAMUR
354
28
34
9,60%
1
0
32,8
5304 ORNEAU-MEHAIGNE
70
6
8
11,43%
1
0
6,5
81,25%
5305 ZONE DES ARCHES
86
7
15
17,44%
1
1
7,86
52,40%
5306 POLICE ENTRE SAMBRE ET MEUSE
67
5
12
17,91%
1
1
9,1
75,83%
5307 SAMSOM
78
6
10
12,82%
1
0
7,29
72,90%
5308 POLICE JEMEPPE S/SAMBRE
36
3
3
8,33%
1
0
2,5
83,33%
5309 FLOWAL
56
4
8
14,29%
1
0
6,55
81,88%
5310 POLICE HOUILLE-SEMOIS
49
4
12
24,49%
1
1
12
100,00%
5311 ZP COUVIN/VIROINVAL
52
4
10
19,23%
1
1
8,39
83,90%
5312 ZONE HAUTE-MEUSE
95
8
11
11,58%
1
0
9,57
87,00%
5313 ZP LESSE ET LHOMME
42
3
6
14,29%
1
0
5
83,33%
5314 CONDROZ-FAMENNE
5315 ZP
CERFONTAINE/DOISCHE/PHILIPPEVILLE
68
5
13
19,12%
1
1
9,3
71,54%
TOT PROV
96,47%
39
3
8
20,51%
1
1
5,5
68,75%
1.092
87
150
13,74%
13
6
122,36
81,57%
Toutes les zones de police namuroises atteignent la norme des 8% et 6 d’entreelles atteignent les 15-20% de CALog. A noter que les zones de police de Jemeppe
s/Sambre et de Namur dépassent de peut la norme avec respectivement 8,33% (soit 3
personnes, le minimum requis) et 9,60%. La « capacité en ETP », sur l’ensemble de la
province, dépasse à peine les 80%. La ZP Cerfontaine/Doische/Philippeville occupe
proportionnellement de nombreux CALog (20,51% de leur personnel opérationnel), mais
que ceux-ci travaillent en moyenne à 68,75%. A contrario, la ZP Namur (dont le
pourcentage de CALog est de 9,60%) occupe les 34 membres du personnel CALog à
96,47% en moyenne. La ZP Houille-Semois, qui emploie 3 fois plus de CALog que son
minimum « théorique », occupe la totalité de ses 12 membres à temps plein.
-
Province du Hainaut
C.R. Norme /
CALog
ETP
F.K.
Norme /
Cap.
Norm 8%
C.R.-F.K. CALog
(Cap./Créel
CALog % CALog
Norm OPS
(morfo
CALog
>=
15-20%
) / FTE
(AR-KB
(morfo
/ OPS
31/12/200
(AR-KB
Norme- (O / N)
(Cap./F.Ka
31/12/200
05/09/2001)
2)
05/09/2001)
Norm 8%
d.)
2)
5316 ZONE DE POLICE DU TOURNAISIS
192
15
28
14,58%
1
0
28
100,00%
5317 ZONE DE POLICE DE MOUSCRON
146
12
28
19,18%
1
1
26,45
94,46%
5318 ZP COMINES-WARNETON
37
3
7
18,92%
1
1
3,8
54,29%
5319 BELOEIL / LEUZE -HT
56
4
6
10,71%
1
0
5,5
91,67%
5320 ZONE DU VAL DE L'ESCAUT
43
3
7
16,28%
1
1
5,1
72,86%
5321 ZP BERNISSART/PÉRUWELZ
60
5
17
28,33%
1
1
11,29
66,41%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 89
5322 POLICE LOCALE VILLE D'ATH
57
5
11
19,30%
1
1
9
81,82%
5323 ZONE DES COLLINES
72
6
6
8,33%
1
0
5,3
88,33%
5324 ZONE MONS - QUEVY
337
27
54
16,02%
1
1
48
88,89%
5325 ZP LA LOUVIÈRE
194
16
47
24,23%
1
1
46
97,87%
5326 ZONE DE SYLLE ET DENDRE
70
6
11
15,71%
1
1
8,95
81,36%
5327 POLICE BORAINE
227
18
32
14,10%
1
0
32
100,00%
5328 ZP HAUTE SENNE
131
10
18
13,74%
1
0
13,1
72,78%
5329 POLICE DES HAUTS-PAYS
75
6
10
13,33%
1
0
10
100,00%
5330 ZP CHARLEROI
5331 ZP AISEAUPRESLES/CHÂTELET/FARCIENNES
863
69
112
12,98%
1
0
112
100,00%
143
11
19
13,29%
1
0
17,08
89,89%
5332 ZP ANDERLUES/BINCHE
97
8
10
10,31%
1
0
7,7
77,00%
5333 LERMES
54
4
8
14,81%
1
0
8
100,00%
5334 BOTTE DU HAINAUT
65
5
6
9,23%
1
0
6
100,00%
5335 POLICE LOCALE MARIEMONT
138
11
32
23,19%
1
1
32
100,00%
5336 ZONE DES TRIEUX
5337 ZP FLEURUS/LES BONS
VILLERS/PONT-À-CELLES
106
8
8
7,55%
0
0
8
100,00%
87
7
5
5,75%
0
0
4
80,00%
5338 GERMINALT
82
7
5
6,10%
0
0
3,92
78,40%
3.332
267
487
14,62%
20
9
451
92,65%
TOT PROV
La province du Hainaut présente un taux moyen de présence de CALog
relativement élevé (14,62%), même si 3 zones de police de cette province n’atteignent
pas les 8%. Il s’agit de la Zone des Trieux, de la ZP Fleurus/Les Bons Villers/Pont-àCelles et Botte du Hainaut avec respectivement 7,55%, 5,75% et 6,10%. Toutefois, ces
pourcentages sont à relativiser puisque les 8% de la zone des Trieux sont
« théoriquement » atteints puisqu’en nombre absolu, les 8 membres CALog sont
présents ; pour les 2 autres zones de police, il ne leur manque, en nombre absolu, que
2 personnes pour atteindre les 8%. On épingle 8 zones de police qui emploient la
totalité de leur personnel CALog à temps plein, en ce compris la zone des Trieux
(5336), alors que la ZP 5318 (Comines-Warneton) emploient plus du double du
personnel CALog prévu (7 au lieu des 3 au minimum), mais à relativiser puisque avec
une très faible capacité ETP de 54,29%.
-
Arrondissement administratif Bruxelles-Capitale
Norme /
CALog
Norme /
C.R. Norm
C.R.Norm
F.K.
CALog Cap.
ETP
%
8%
F.K.
OPS (ARCALog
15(morfo (Cap./Créel) /
CALog
CALog / >=
KB
(morfo
20% 31/12/200
FTE
OPS Norme(AR-KB
05/09/200
31/12/20
(O / N)
2)
(Cap./F.Kad.)
05/09/20
Norm
1)
02)
01)
8%
5339 BRUSSEL HOOFDSTAD ELSENE/
BRUXELLES CAPITALE IXELLES
2.061
165
269
13,05%
1
0
253,7
94,31%
5340 BRUXELLES-OUEST/ BRUSSEL WEST
574
46
108
18,82%
1
1
108
100,00%
5341 ZONE MIDI - ZONE ZUID
5342 UCCLE/W-B/AUDERGHEM/ UKKEL/WB/OUDERGEM
738
59
123
16,67%
1
1
122,5
99,59%
425
34
42
9,88%
1
0
41,2
98,10%
5343 ZONE MONTGOMERY
5344 SCHAERBEEK ST.JOSSE EVERE/
SCHAARBEEK ST JOOST EVERE
418
33
33
7,89%
0
0
33
100,00%
639
51
82
12,83%
1
0
77,9
95,00%
4.855
388
657
13,53%
5
2
636
96,85%
TOT PROV
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 90
Au niveau des pourcentages, seule une zone de police n’atteint pas les 8% (ZP
Montgomery – 7,89%) mais dans les faits, ceux-ci sont atteints puisque les 33
personnes « théorique » sont présentes. Avec 96 ,85%, la « capacité ETP » est la plus
élevée de Belgique ; 2 zones atteignent même les 100% (ZP Bruxelles-Ouest et ZP
Montgomery).
-
Province d’Antwerpen
Avec le taux moyen le moins élevé du Royaume, la province d’Antwerpen ne possède
toutefois aucune zone présentant un taux inférieur à 8%. Les taux les plus faibles sont
8,49% (ZP Balen/Dessel/Mol – 9 personnes au lieu de 8), 8,70% (ZP Bodukap – 8
personnes au lieu de 7) et 9,67% (ZP Antwerpen - 206 personnes au lieu de 170). En
outre, 12 zones sur les 25 atteignent la fourchette des 15-20%. Seule une zone occupe
tout son personnel CALog à temps plein (ZP Willebroek) et 10 zones de police sont
sous la barre des 80% au niveau de la « capacité ETP », mais elles présentent touts
des pourcentages nettement supérieurs à la norme des 8% (voy. ZP Zwijndrecht, ZP
Rupel, ZP Grens, ZP Brasschaat, ZP Ranst/Zandhoven, ZP Berlaar/Nijlen, ZP
Noorderkempen, ZP Geel/Laakdal/Meerhoutet et ZP Kempen N-O – seule la ZP KleinBrabant ne dépasse la norme que de 2,45% avec 7 personnes au lieu de 5).
Norme /
C.R. - F.K.
Norme / Norm 8%
CALog
Norm OPS CALog
% CALog
(morfo
(AR-KB
(AR-KB
/ OPS
31/12/200
05/09/2001) 05/09/200
2)
1)
5345 ANTWERPEN
2.131
170
5346 PZ ZWIJNDRECHT
35
5347 POLITIEZONE RUPEL
99
5348 POLITIEZONE NOORD
CALog
ETP
Cap.
C.R.-F.K. CALog
(Cap./Crée
(morfo
>=
15-20%
l) / FTE
31/12/200
Norme- (O / N)
(Cap./F.Ka
2)
Norm 8%
d.)
206
9,67%
1
0
193,25
93,81%
3
9
25,71%
1
1
7
77,78%
8
16
16,16%
1
1
11,53
72,06%
63
5
7
11,11%
1
0
5,64
80,57%
5349 HEKLA
129
10
17
13,18%
1
0
14,9
87,65%
5350 GRENS
73
6
15
20,55%
1
1
11
73,33%
5351 MINOS
129
10
19
14,73%
1
0
17,5
92,11%
5352 PZ BRASSCHAAT
69
6
16
23,19%
1
1
12,7
79,38%
5353 PZ SCHOTEN
72
6
12
16,67%
1
1
10
83,33%
5354 PZ RANST/ZANDHOVEN
42
3
6
14,29%
1
0
4,1
68,33%
5355 VOORKEMPEN
112
9
20
17,86%
1
1
17,8
89,00%
5356 PZ KLEIN-BRABANT
67
5
7
10,45%
1
0
5,5
78,57%
5357 PZ WILLEBROEK
46
4
8
17,39%
1
1
8
100,00%
5358 LOKALE POLITIE MECHELEN
262
21
42
16,03%
1
1
39,3
93,57%
5359 BODUKAP
92
7
8
8,70%
1
0
7,4
92,50%
5360 PZ LIER
83
7
9
10,84%
1
0
8,6
95,56%
5361 BERLAAR - NIJLEN
48
4
7
14,58%
1
0
4,9
70,00%
5362 POLITIEZONE HEIST
52
4
6
11,54%
1
0
5,5
91,67%
5363 POLITIEZONE NOORDERKEMPEN
54
4
9
16,67%
1
1
6,9
76,67%
5364 POLITIE REGIO TURNHOUT
206
16
21
10,19%
1
0
20
95,24%
5365 ZUIDERKEMPEN
63
5
11
17,46%
1
1
10
90,91%
5366 PZ GEEL/LAAKDAL/MEERHOUT
107
9
19
17,76%
1
1
14,45
76,05%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 91
5367 POLITIEZONE KEMPEN N-O
48
4
8
16,67%
1
1
6,1
76,25%
5368 BALEN - DESSEL - MOL
106
8
9
8,49%
1
0
8,4
93,33%
5369 ZONE NETELAND
TOT PROV
-
105
8
14
13,33%
1
0
12,6
90,00%
4.293
343
521
12,14%
25
12
463
88,88%
Province du Limburg
CALog
Norme / Norme /
ETP
C.R.Norm Norm 8% C.R. - F.K.
CALog Cap.
%
F.K.
(Cap./Créel
OPS
CALog
CALog
15(morfo
CALog /
>=
) / FTE
(AR-KB (AR-KB
(morfo
20% 31/12/200
OPS Norme(Cap./F.Kad
05/09/20 05/09/20 31/12/2002)
(O / N)
2)
Norm
.)
01)
01)
8%
5370 HAZODI
246
20
46
18,70%
1
1
39,4
85,65%
5371 PZ LOMMEL
52
4
5
9,62%
1
0
3,9
78,00%
5372 PZ HAMONT-ACHEL/ NEERPELT/OVERPELT
51
4
9
17,65%
1
1
7,3
81,11%
5373 PZ BERINGEN/HAM/TESSENDERLO
97
8
16
16,49%
1
1
12,53
78,31%
5374 WEST-LIMBURG
46
4
9
19,57%
1
1
8,1
90,00%
5375 PZ HEUSDEN-ZOLDER
5376 PZ GINGELOM/NIEUWERKERKEN/ SINTTRUIDEN
46
4
8
17,39%
1
1
5,3
66,25%
94
8
10
10,64%
1
0
10
100,00%
5377 KEMPENLAND
74
6
15
20,27%
1
1
10,95
73,00%
5378 PZ HOUTHALEN-HELCHTEREN
46
4
12
26,09%
1
1
10,5
87,50%
5379 PZ KANTON BORGLOON
58
5
15
25,86%
1
1
11,6
77,33%
5380 TONGEREN - HERSTAPPE
68
5
9
13,24%
1
0
7,8
86,67%
5381 PZ BILZEN/HOESELT/RIEMST
84
7
14
16,67%
1
1
11,4
81,43%
5382 PZ VOEREN
9
1
3
33,33%
1
1
2,5
83,33%
5383 POLITIEZONE MAASLAND
69
6
15
21,74%
1
1
11,2
74,67%
5384 POLITIEZONE GAOZ
185
15
37
20,00%
1
1
31,13
84,14%
5385 PZ NOORDOOST-LIMBURG
67
5
13
19,40%
1
1
9,58
73,69%
5386 PZ LANAKEN
48
4
12
25,00%
1
1
10,36
86,33%
5387 PZ MAASMECHELEN
66
5
6
9,09%
1
0
4,5
75,00%
1.406
112
254
18,07%
18
14
208
81,91%
TOT PROV
La province du Limburg a la double caractéristique de présenter le pourcentage
un taux de présence CALog très élevé (18,07% pour la province contre 13,71% comme
moyenne nationale) et l’un pourcentage de « capacité ETP » les plus faibles (81,91% 89,04% de moyenne nationale). La fourchette des 15-20% est atteinte par 14 zones sur
les 18. Seule une zone de police Gingelom/Nieuwkerken/Sint-Truiden atteint les 100%
en ce qui concerne la « capacité ETP », toutes les autres zones de police étant sous la
barre des 90% (sauf la ZP West-Limburg).
-
Province du Vlaams Brabant
Norme
Norme /
/ Norm
Norm
8%
OPS (ARCALog
KB
(AR-KB
05/09/200
05/09/2
1)
001)
5388 PZ LEUVEN
285
23
5389 ZONE HAGELAND
47
5390 POLITIEZONE LAN
45
CALog
C.R. C.R.ETP
F.K.
CALo
Cap.
F.K.
(Cap./Créel)
CALog % CALog /
g 15- (morfo
/ FTE
>=
(morfo
OPS
20% 31/12/20
Norme
(Cap./F.Kad.
31/12/2
(O / N)
02)
-Norm
)
002)
8%
50
17,54%
1
1
48,3
96,60%
4
7
14,89%
1
4
13
28,89%
1
0
7
100,00%
1
10,9
83,85%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 92
5391 PZ
BIERBEEK/BOUTERSEM/HOLSBEEK/LUBBEEK
48
4
8
16,67%
1
1
6
75,00%
5392 PZ TIENEN - HOEGAARDEN
87
7
8
9,20%
1
0
8
100,00%
5393 HERKO
51
4
6
11,76%
1
0
5,16
86,00%
5394 POLITIEZONE AARSCHOT
48
4
7
14,58%
1
0
6,7
95,71%
5395 HAACHT
47
4
5
10,64%
1
0
5
100,00%
5396 DEMERDAL - DSZ
84
7
8
9,52%
1
0
6,8
85,00%
5397 PZ DIJLELAND
37
3
6
16,22%
1
1
5,15
85,83%
5398 PZ TERVUREN
35
3
5
14,29%
1
0
5
100,00%
5399 POLITIEZONE BRT
46
4
10
21,74%
1
1
10
100,00%
5400 PZ ZAVENTEM
64
5
10
15,63%
1
1
7,7
77,00%
5401 WOKRA
36
3
4
11,11%
1
0
3,5
87,50%
5402 PZ DRUIVENSTREEK
55
4
8
14,55%
1
0
6,23
77,88%
5403 ZONE RODE
45
4
3
6,67%
0
0
2,5
83,33%
5404 BEERSEL
38
3
8
21,05%
1
1
7,37
92,13%
5405 PAJOTTENLAND
49
4
8
16,33%
1
1
5
62,50%
5406 PZ DILBEEK
68
5
5
7,35%
0
0
4,3
86,00%
5407 POLITIEZONE TARL
72
6
15
20,83%
1
1
15
100,00%
5408 POL AMOW
102
8
16
15,69%
1
1
16
100,00%
5409 POLITIEZONE K - L - M
61
5
17
27,87%
1
1
11,5
67,65%
5410 PZ GRIMBERGEN
61
5
9
14,75%
1
0
7
77,78%
5411 VILVOORDE - MACHELEN
119
10
13
10,92%
1
0
12,4
95,38%
5412 KASTZE
57
5
9
15,79%
1
1
7,75
86,11%
5413 POLITIEZONE HALLE
76
6
5
6,58%
0
0
4,8
96,00%
4
6
11,54%
1
0
5,43
90,50%
145
269
14,82%
24
12
240
89,40%
5414 PZ SINT-PIETERS-LEEUW
TOT PROV
52
1.815
Sur les 27 zones de police de la province du Vlaams Brabant, seules 3
n’obtiennent pas le pourcentage prescrit. Un bémol toutefois puisqu’une de ces 3 zones
(ZP Dilbeek) atteint en nombre absolu son minimum en matière de CALog ; malgré leur
faible pourcentage (6,67% pour Rode et 6,58% pour Halle), il ne manque à celles-ci que
un CALog pour compléter leur cadre minimum prévu par la norme (à savoir
respectivement 4 et 6). La moyenne provinciale au niveau de la « capacité ETP » est
quasi identique à la moyenne nationale (89,40%) ; 7 zones de police occupent du
personnel 100% à temps plein et les deux zones de police occupant du personnel à
moins de 70% de « capacité ETP » (ZP Pajottenland et ZP K-L-M) ont un pourcentage
élevé de présence de CALog (respectivement 16,33% et 27,87%).
-
Province de Oost-Vlaanderen
CALog
Norme / Norme / C.R. C.R.Norm Norm 8% F.K.
CALog
F.K.
OPS
CALog CALog % CALog
15>=
(AR-KB (AR-KB (morfo / OPS
20%
Norme05/09/200 05/09/200 31/12/20
(O / N)
Norm
1)
1)
02)
8%
ETP
Cap.
(Cap./Créel
(morfo
) / FTE
31/12/2
(Cap./F.Kad
002)
.)
5415 PZ GENT
5416 PZ LOCHRISTI/MOERBEKE
/WACHTEBEKE/ZELZATE
956
76
123
12,87%
1
0
112,8
91,71%
75
6
12
16,00%
1
1
9,13
76,08%
5417 MEETJESLAND CENTRUM
72
6
12
16,67%
1
1
10,5
87,50%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 93
5418 REGIO RHODE & SCHELDE
91
7
11
12,09%
1
0
9,7
88,18%
5419 POLITIEZONE SCHELDE - LEIE
52
4
7
13,46%
1
0
5,8
82,86%
5420 POLITIEZONE DEINZE - ZULTE
70
6
8
11,43%
1
0
6,76
84,50%
5421 PZ ASSENEDE/EVERGEM
59
5
14
23,73%
1
1
10,8
77,14%
5422 LOWAZONE
48
4
8
16,67%
1
1
5,23
65,38%
5423 PZ AALTER/KNESSELARE
41
3
4
9,76%
1
0
4
100,00%
5424 PZ MALDEGEM
41
3
8
19,51%
1
1
5,9
73,75%
5425 VLAAMSE ARDENNEN
105
8
17
16,19%
1
1
14,02
82,47%
5426 BRAKEL
47
4
4
8,51%
1
0
2,8
70,00%
5427 PZ RONSE
57
5
5
8,77%
1
0
4,5
90,00%
5428 GERAARDSBERGEN - LIERDE
59
5
9
15,25%
1
1
7,3
81,11%
5429 ZOTTEGEM HERZELE STLHOUTEM
87
7
14
16,09%
1
1
10,84
77,43%
5430 PZ BEVEREN
81
6
16
19,75%
1
1
11,6
72,50%
5431 SINT-GILLIS-WAAS/STEKENE
48
4
10
20,83%
1
1
8
80,00%
5432 POLITIE SINT-NIKLAAS
190
15
12
6,32%
0
0
11,1
92,50%
5433 PZ KRUIBEKE/TEMSE
70
6
12
17,14%
1
1
8,85
73,75%
5434 LOKEREN
77
6
7
9,09%
1
0
5,6
80,00%
5435 PZ HAMME/WAASMUNSTER
57
5
5
8,77%
1
0
4
80,00%
5436 PZ BERLARE/ZELE
57
5
9
15,79%
1
1
5,8
64,44%
5437 BUGGENHOUT - LEBBEKE
46
4
6
13,04%
1
0
6
100,00%
5438 PZ WETTEREN LAARNE WICHELEN
81
6
14
17,28%
1
1
12,7
90,71%
5439 PZ DENDERLEEUW/HAALTERT
56
4
6
10,71%
1
0
4,8
80,00%
5440 PZ AALST
228
18
35
15,35%
1
1
30,34
86,69%
5441 PZ ERPE-MERE/LEDE
62
5
7
11,29%
1
0
7
100,00%
5442 PZ NINOVE
65
5
8
12,31%
1
0
5,6
70,00%
5443 PZ DENDERMONDE
99
8
9
9,09%
1
0
8,5
94,44%
3.077
246
412
13,39%
28
14
350
84,94%
TOT PROV
A part la ZP Sint-Niklaas (6,32%), toutes les autres zones de police de la
province atteignent les 8% et 14 d’entre elles se retrouvent dans la fourchette 15-20%.
En ce qui concerne les ETP, 3 zones de police fonctionnent avec la totalité du personnel
à temps plein (ZP Aalter/Knesselare, ZP Buggenhout/Lebbeke et ZP Erpe-Mere/Lede)
et 10 zones de police ont une capacité ETP de moins de 80% pour les CALog.
-
Province de West-Vlaanderen
Norme /
Norm
OPS
(AR-KB
05/09/20
01)
CALog
Norme / C.R. ETP
C.R.Norm 8% F.K.
CALog Cap.
F.K.
(Cap./Cré
CALog CALog % CALog
15(morfo
>=
el) / FTE
(AR-KB (morfo / OPS
20% 31/12/20
(Cap./F.K
Norme05/09/200 31/12/20
(O / N)
02)
Norm
ad.)
1)
02)
8%
5444 PZ BRUGGE
5445 PZ
BLANKENBERGE/ZUIENKERKE
387
31
26
6,72%
0
81
6
14
17,28%
1
5446 PZ DAMME/KNOKKE-HEIST
5447 POLITIEZONE HET
HOUTSCHE
152
12
28
18,42%
1
82
7
14
17,07%
1
5448 REGIO TIELT
93
7
11
11,83%
1
5449 PZ OOSTENDE
260
21
45
17,31%
1
5450 PZ BREDENE/DE HAAN
84
7
11
13,10%
1
0
25
96,15%
1
14
100,00%
1
24,5
87,50%
1
11,44
81,71%
0
8,04
73,09%
1
35,8
79,56%
0
9,5
86,36%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 94
5451 POLITIEZONE
MIDDELKERKE
58
5
6
10,34%
1
0
5,34
89,00%
5452 POLITIEZONE KOUTER
105
8
16
15,24%
1
1
13,7
85,63%
5453 POLITIEZONE RIHO
182
15
30
16,48%
1
1
24,88
82,93%
5454 MIDOW
55
4
5
9,09%
1
0
4
80,00%
5455 GRENSLEIE
137
11
21
15,33%
1
1
17,66
84,10%
5456 VLAS
261
21
42
16,09%
1
1
36,7
87,38%
5457 MIRA
123
10
11
8,94%
1
0
11
100,00%
5458 GAVERS
59
5
7
11,86%
1
0
7
100,00%
5459 POLITIEZONE SPOORKIN
44
4
5
11,36%
1
0
4
80,00%
5460 POLDER
76
6
10
13,16%
1
0
7,5
75,00%
5461 WESTKUST
135
11
9
6,67%
0
0
8,5
94,44%
5462 POLITIEZONE ARRO IEPER
221
18
34
15,38%
1
1
32,28
94,94%
2.595
208
345
13,29%
17
9
301
87,20%
TOT PROV
Les deux seules zones à ne pas obtenir les 8% de CALog sont des zones
relativement importantes puisque la norme OPS prévoit pour elles deux pas moins de
522 opérationnels, et donc 42 CALog. Les zones de police de Brugge et de Westkust
n’en emploient que 35, répartis comme ceci : 26 à la place de 31 pour la première et 9 à
la place de 11 pour la seconde. Les zones de police de Oostende, Riho ainsi que Vlas
dépassent largement la norme des 8% et présentent un nombre important de CALog
(en nombre absolu : 45, 30 et 42 ; soit un total de 117 à la place des 52 des la norme).
La « capacité ETP », proche de la moyenne nationale, atteint les 100% dans 3 zones
(ZP Blankenberge/Zuienkerke, het Houtscheet et Gavers) et les ZP Regio Tielt,
Oostende et Polder n’atteignent pas les 80%.
3.2.
Le personnel administratif et logistique selon le cadre: aperçu et
commentaires
3.2.1. Répartition des CALog au sein des différents cadres
3.2.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Pas de gros écarts entre la Wallonie et la Flandre concernant la répartition des
niveaux A ; seule Bruxelles détonne avec ses 11,26%. Le niveau B apparaît de manière
plus uniforme au niveau régional et le niveau C subit aussi des variations importantes
selon la région ; de très peu à Bruxelles (18,72%) à presque la moitié en Flandre
(45,20%), en passant par 30,50% en Wallonie. Le niveau D est majoritaire en Wallonie
(55,18%) et à Bruxelles (61,95%) et inférieur au cadre de niveau C en Flandre
(42,64%).
CALog
TOT
Niveau A
(C.R. /
F.K.)
#
%
1187
69
WAL
5,81%
657
BRU
74 11,26%
1801
79
VL
4,39%
3.645
tot Belg
222 6,09%
Personnel CALog Personeel
Niveau B
Niveau C
#
%
101 8,51%
53 8,07%
140 7,77%
294 8,07%
#
362
123
814
1.299
%
30,50%
18,72%
45,20%
35,64%
Niveau D
#
655
407
768
1.830
%
55,18%
61,95%
42,64%
50,21%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 95
CALog
Personnel CALog Personeel
TOT
Niveau
A
Niveau B
Niveau C
Niveau D
PRV
(C.R. /
F.K.)
#
#
#
#
%
%
%
%
103
BW
8
3
39
53
7,77%
2,91%
37,86%
51,46%
365
LGE
27 7,40%
31 8,49%
112 30,68%
195 53,42%
82
LUX
0
4
31
47
0,00%
4,88%
37,80%
57,32%
150
NAM
7
21 14,00%
48
74
4,67%
32,00%
49,33%
487
HNT
27 5,54%
42 8,62%
132 27,10%
286 58,73%
657
BRU
74 11,26% 53 8,07%
123 18,72%
407 61,95%
521
ANT
19 3,65%
46 8,83%
259 49,71%
197 37,81%
254
LIM
8
28 11,02%
112 44,09%
106 41,73%
3,15%
269
VBR
14 5,20%
15 5,58%
116 43,12%
124 46,10%
412
OVL
17 4,13%
24 5,83%
166 40,29%
205 49,76%
345
WVL
21 6,09%
27 7,83%
161 46,67%
136 39,42%
tot Belg 3.645 222 6,09% 294 8,07% 1.299 35,64% 1.830 50,21%
Comme l’indiquent les 2 tableaux de ce chapitre, le personnel administratif et
logistique au sein des zones de police est majoritairement constitué d’effectifs de
niveaux C et D (85,85%). En outre, on ne retrouve que 6,09% de cadres de niveau A
(222 sur les 196 zones de police) et 8,07% de niveau B (294 sur les 196 zones de
police). Quelques unes de ces tendances « nationales » sont chahutées dans certaines
provinces. Ainsi, aucun CALog niveau A ne travaille en province du Luxembourg alors
qu’on en retrouve 74 au sein des 6 zones bruxelloises (soit un tiers des niveaux A et
11,26% des CALog bruxellois des polices locales). Les niveaux B sont
proportionnellement plus présents en province de Namur (14,00%) et les niveaux C
dans les provinces d’Antwerpen et de West-Vlaanderen (49,71% et 46,67% des
cadres). Les 6 zones de la capitale n’en emploient que 18,72% (123 sur les 657 au
total). Les niveaux D, qui constituent 50,21% des CALog au sein des zones de police,
sont généralement très présents dans touts les provinces, et en particulier dans le
Hainaut et à Bruxelles (58,73% et 61,95% de leur cadre, soit 695 personnes ou 37,98%
de tous les niveaux D).
3.2.1.2.
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Personnel CALog Personeel
C.R. /
F.K.
Niveau A
#
%
Niveau B
#
%
Niveau C
#
%
Niveau D
#
%
1
806
66
8,19%
56
6,95%
287
35,61%
397
49,26%
2
961
98
10,20%
96
9,99%
279
29,03%
488
50,78%
3
624
25
4,01%
50
8,01%
241
38,62%
308
49,36%
4
712
21
2,95%
52
7,30%
283
39,75%
356
50,00%
5
542
12
2,21%
40
7,38%
209
38,56%
281
51,85%
Tot Belg.
3645
222
6,09%
294
8,07%
1299
35,64%
1830
50,21%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 96
Ce sont les zones de typologie 1 et 2 qui regroupent le plus de niveaux A (164
sur les 222 du Royaume, soit 74,77%). Par rapport à la moyenne nationale (6,09%), ces
derniers sont moins bien représentés dans les zones de type 3, 4 et 5. Les niveaux B, C
et D présentent, par rapport aux moyennes nationales, des fluctuations moins notables
entre les différentes typologies.
3.2.2. Répartition des CALog selon le sexe
3.2.2.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Au niveau régional, peu d’écarts entre la Wallonie et la Flandre au niveau de
cette répartition H/F par rapport à la répartition au niveau national (22,17% d’hommes et
77,83% de femmes). Seule Bruxelles-Capitale a proportionnellement plus d’hommes au
sein de ses cadres (28,92%).
CALog
TOT
(C.R. /
F.K.)
WAL
BRU
VL
Tot Belg
1187
657
1801
3.645
Personnel CALog Personeel
Cadre réel / Feitelijk kader
Hommes /
Femmes /
Mannen
Vrouwen
#
%
#
%
253
190
365
808
21,31%
28,92%
20,27%
22,17%
934
467
1436
2.837
78,69%
71,08%
79,73%
77,83%
La proportion homme / femme du cadre opérationnel (88,07% pour les hommes
et 11,93% pour les femmes) est donc totalement bouleversée au sein des zones de
police. Cette proportion subit quelques changements notamment dans les provinces du
Brabant wallon (88,35% de femmes), du Luxembourg (86,59% de femmes), de Namur
(86,67% de femmes) et du Limburg (84,65% de femmes). Les hommes sont les « plus »
présents dans la province du Hainaut (27,52%) et à Bruxelles (28,95%).
Personnel CALog Personeel
CALog
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
Tot Belg
103
365
82
150
487
657
521
254
269
412
345
3.645
Cadre réel / Feitelijk kader
Hommes /
Mannen
Femmes /
Vrouwen
#
%
#
%
12
76
11
20
134
190
121
39
46
80
79
808
11,65
91
289
71
130
353
467
400
215
223
332
266
2.837
88,35
20,82
13,41
13,33
27,52
28,92
23,22
15,35
17,10
19,42
22,90
22,17
79,18
86,59
86,67
72,48
71,08
76,78
84,65
82,90
80,58
77,10
77,83
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 97
3.2.2.2. Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Près d’un tiers des cadres administratifs et logistique des 5 grandes villes
(typologie 1) sont des hommes. Cette proportion diminue au fur et à mesure que l’on
passe d’une typologie à une autre, et atteint in fine 13,84% dans les zones de type 5,
donc bien moins que la moyenne nationale de 22,17%.
CALog
TOT (C.R.
/ F.K.)
1
2
3
4
5
Tot Belg.
806
961
624
712
542
3645
Personnel CALog Personeel
Cadre réel / Feitelijk kader
Hommes / Mannen
Femmes / Vrouwen
#
%
#
%
267
218
134
114
75
808
33,13%
22,68%
21,47%
16,01%
13,84%
22,17%
539
743
490
598
467
2837
66,87%
77,32%
78,53%
83,99%
86,16%
77,83%
3.2.3. Répartition des CALog selon la fonction
3.2.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial22
Au niveau régional, ce sont près de 10% (relatif) de personnel administratif en
plus dont dispose la Flandre par rapport à Bruxelles (75,12% contre 65,14%). Les zones
de police flamandes totalisent 52,06% du personnel administratif de la police locale
(contre 49,41% du total des CALog). La Région Bruxelles-Capitale, qui regroupe
18,02% du personnel CALog, ne compte que 0,91% de personnel « Appui politique
policière » (soit 6 personnes ou 0,07% du total du personnel « Appui politique
policière »).
Personnel CALog Personeel
CALog
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
Administratif /
administratief
#
WAL
BRU
VL
tot Belg
1187
657
1801
3.645
818
428
1353
2.599
Technique /
Technische
%
#
68,91%
65,14%
75,12%
71,30%
335
223
400
958
APP / PBO
%
#
%
28,22%
33,94%
22,21%
26,28%
34
6
48
88
2,86%
0,91%
2,67%
2,41%
Personnel CALog Personeel
CALog
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
103
Administratif /
administratief
Technique /
Technische
APP / PBO
#
%
#
%
#
%
78
75,73%
20
19,42%
5
4,85%
22
Nous renvoyons le lecteur à la partie3 « Guide le l’utilisateur – grille de lecture » de l’introduction pour l’explication des
différentes catégories reprises dans les tableaux ci-dessous.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 98
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot Belg
365
82
150
487
657
521
254
269
412
345
3.645
251
48
99
342
428
394
186
205
294
274
2.599
68,77%
58,54%
66,00%
70,23%
65,14%
75,62%
73,23%
76,21%
71,36%
79,42%
71,30%
106
34
51
124
223
113
58
57
111
61
958
29,04%
41,46%
34,00%
25,46%
33,94%
21,69%
22,83%
21,19%
26,94%
17,68%
26,28%
8
0
0
21
6
14
10
7
7
10
88
2,19%
0,00%
0,00%
4,31%
0,91%
2,69%
3,94%
2,60%
1,70%
2,90%
2,41%
Le personnel CALog est majoritairement utilisé dans des missions
administratives (71,30%). Même si ce pourcentage diminue fortement dans certaines
provinces (ex : Luxembourg, 58,54%), il reste élevé dans toutes les provinces et il
culmine à 79,42% en West-Vlaanderen. Le personnel technique constitue un peu plus
du quart du personnel CALog (26,28%). Il atteint 41,46% en province du Luxembourg
contre seulement 17,68% en West-Vlaanderen. L’appui à la politique policière n’entre
dans les missions des CALog que dans 2,41% pour le territoire national. Même s’il
approche les 5% en Brabant wallon, cette fonction reste sous-représentée dans les
autres provinces et même inexistante dans les provinces du Luxembourg et de Namur
(soit 19 zones de police). La province la plus « fournie » en nombre absolu est celle du
Hainaut avec 21 personnes dans cette fonction.
3.2.3.2.
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
Personnel CALog Personeel
CALog
TOT (C.R. /
F.K.)
Administratif /
administratief
Technique /
Technische
APP / PBO
#
%
#
%
#
%
1
806
497
61,66%
278
34,49%
31
3,85%
2
961
741
77,11%
195
20,29%
25
2,60%
3
624
484
77,56%
125
20,03%
15
2,40%
4
712
509
71,49%
195
27,39%
8
1,12%
5
542
368
67,90%
165
30,44%
9
1,66%
Tot Belg.
3645
2599
71,30%
958
26,28%
88
2,41%
A part pour le personnel « Appui politique policière » qui diminue
progressivement quand on passe des typologies 1 à 5, les autres fonctions présentent
des pourcentages divers. Ainsi, le personnel administratif est relativement peu présent
dans les 5 grandes villes (typologie 1 : 61,66% des CALog), alors que les zones de
typologie 2 et 3 atteignent respectivement 77,11% et 77,56%.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 99
3.2.4. Répartition des CALog selon le type de contrat
3.2.4.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
CALog
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
WAL
BRU
VL
tot Belg
1187
657
1801
3645
#
261
197
409
867
Personnel CALog Personeel
CALog
TOT PRV
(C.R. /
F.K.)
BW
LGE
LUX
NAM
HNT
BRU
ANT
LIM
VBR
OVL
WVL
tot Belg
103
365
82
150
487
657
521
254
269
412
345
3645
Personnel CALog Personeel
Contractuel /
GCS (*)
Contractueel
%
#
%
#
%
707
219
21,99%
59,56%
18,45%
396
64
29,98%
60,27%
9,74%
984
408
22,71%
54,64%
22,65%
23,79%
2087
57,26%
691
18,96%
Statutaire
Statutaire
#
9
96
16
22
118
197
163
51
55
81
59
867
%
8,74%
26,30%
19,51%
14,67%
24,23%
29,98%
31,29%
20,08%
20,45%
19,66%
17,10%
23,79%
Contractuel /
Contractueel
#
85
205
63
95
259
396
271
142
134
215
222
2087
%
82,52%
56,16%
76,83%
63,33%
53,18%
60,27%
52,02%
55,91%
49,81%
52,18%
64,35%
57,26%
GCS (*)
#
9
64
3
33
110
64
87
61
80
116
64
691
%
8,74%
17,53%
3,66%
22,00%
22,59%
9,74%
16,70%
24,02%
29,74%
28,16%
18,55%
18,96%
Au 31/12/2002, le premier type de « lien de subordination » chez les CALog reste
le contrat (57,26%). Les contractuels constituent même 76,83% en province du
Luxembourg et 82,52% en Brabant wallon. Seule la province du Vlaams Brabant est
légèrement sous la barre des 50% (49,81%). Près d’un tiers des contractuels (31,96%)
se retrouvent à Bruxelles et dans la province d’Antwerpen. Les contractuels,
proportionnellement plus nombreux à en Région Bruxelles-Capitale, le sont également
plus en Wallonie qu’en Flandre.
En seconde position, les statutaires regroupent, en moyenne, au niveau national,
pratiquement un quart du cadre administratif et logistique (23,79%) et frôlent les 30% en
Région Bruxelles-Capitale (et seulement 21,99% en Wallonie et 22,71% en Flandre).
Les provinces de Namur (14,67%) et du Brabant wallon (8,74%) ont les proportions les
plus faibles de statutaires23.
23
Cette proportion devrait être modifiée l’année prochaine suite à l’organisation, les 10, 11, 12 et 13
décembre 2002, d’un examen de statutarisation pour les membres du cadre administratif et logistique des
polices fédérale et locales ayant satisfait à toutes les conditions de nomination. Ces derniers ont été
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 100
Enfin, avec 18,96%, les contractuels subventionnés constituent la dernière
catégorie de « type de contrat ». Ils sont toutefois 29,74% en Vlaams Brabant et
seulement 3,66% en province du Luxembourg, 8,74% en Brabant wallon. Les provinces
du Hainaut (110) et de Oost-Vlaanderen (116) regroupent à elles seules 32,71% du total
des contractuels subventionnés. Au niveau régional, une faible proportion de
contractuels subventionnés pour les 6 zones de Bruxelles (9,74%), et c’est en Flandre
que les contractuels subventionnés sont les plus présents (en nombre absolu – 408 – et
relatif – 22,65%).
3.2.4.2.
Aperçu au niveau de la typologie des zones de police
CALog
TOT
(C.R. /
F.K.)
1
2
3
4
5
Tot Belg.
806
961
624
712
542
3645
Personnel CALog Personeel
Contractuel /
Statutaire
GCS (*)
Contractueel
#
%
#
%
#
%
327
40,57%
427 52,98%
52
6,45%
173
18,00%
576 59,94%
212
22,06%
132
21,15%
346 55,45%
146
23,40%
149
20,93%
396 55,62%
167
23,46%
86
15,87%
342 63,10%
114
21,03%
867
23,79%
2087 57,26%
691
18,96%
Il n’y a en général pas d’importants écarts entre les pourcentages au niveau
national et ceux des différentes typologies des zones de police. Seuls deux
pourcentages détonnent par rapport à ces moyennes nationales : la grande proportion
de statutaires et le très faible pourcentage (52 personnes, soit 6,45%) de contractuels
subventionnés dans les 5 grandes villes de la typologie 1 (40,57%).
statutarisés par Arrêté ministériel pour les CALog de la police fédérale (A.M. du 14 mars 2003, M.B. 15
mai 2003) et par décision du Conseil de police de la zone de police pour les CALog de la police locale.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 101
PARTIE 3 : MOYENS
1. Introduction
Les moyens – « logistique» – se réfèrent aux différents moyens matériels dont
disposent les zones de police. En l’occurrence, nous aborderons les domaines
suivants : l’infrastructure générale au sein de la zone, le parc informatique, les moyens
de communication, l’armement, le charroi, l’équipement de circulation et l’équipement
spécial.
Dans cette partie, les résultats sont examinés au niveau national et régional et au
moyen de la typologie des zones. Pour les niveaux provincial et zonal, nous renvoyons
aux tableaux détaillés des rapports partiels24.
1.1.
Infrastructure
1.1.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
Dans le cadre de la rubrique infrastructure, il a été demandé aux zones de
mentionner l’existence ou non de certains types de locaux, ainsi que les possibilités de
Aangepaste infrastructuur / Infrastructure adaptée
federaal niveau / niveau fédéral
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
78%
76%
77%
72%
65%
46%
36%
10%
0%
7%
7%
6%
24
Certains de ces rapports partiels sont disponibles via notre site ‘internet’, www.infozone.be, Direction
des Relations avec la police locale, suivez le lien « Morphologie de la police locale », publications.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 102
parking et le nombre de cellules disponibles pour les détenus.
Plus de trois quart des zones (78% et 76%) disposent de facilités de parking pour
leur propre personnel et les visiteurs.
En ce qui concerne les locaux adaptés à l’audition de personnes, 72% des zones
en sont pourvues, 65% des zones disposent d’un local adapté à l’accueil de victimes et
36% d’une infrastructure adaptée pour l’audition de mineurs.
Trois quart des zones (77%) disposent d’une salle de réunion. Les salles de
cours sont moins répandues (46%).
Quant aux autres infrastructures proposées, leur présence est plus marginale :
7% des zones disposent d’une salle de sports ; même pourcentage pour le local
technique. Seules 6 % des zones disposent d’un local équipé et opérationnel de premier
soin.
Par cellules de détention de personnes, on entend cellules individuelles et
collectives : on en dénombre 1.158 pour l’ensemble des zones de police. Ces cellules
ont une capacité de 1.651 places. Avant la réforme des services de police, les ex-corps
de police communale disposaient d’une capacité de 1.302 personnes et les ex-brigades
de gendarmerie d’une capacité de 672, soit un total de 1.974 personnes. La capacité
des cellules a donc diminué de 16,4% lors de la mise en place de la police locale dans
196 zones de police.
Au niveau régional, les différences entre la Flandre et la Wallonie sont ténues ; il
s’agit plutôt de « glissements d’accent ». Les zones de police bruxelloises ont
cependant un tout autre profil. Elles sont “équipées plus spécifiquement” et disposent de
plus d’infrastructures adaptées pour l’accueil de victimes et l’audition de mineurs, de
salles de réunion, de salles de sports ou de locaux techniques. Par contre, aucune des
six zones de police bruxelloises ne dispose d’un local équipé et opérationnel de
premiers soins. Elles ont également peu de facilités de parking, l’accent étant surtout
mis sur le parking pour les visiteurs et moins sur le parking pour le personnel.
Lorsqu’on prend, par région, la moyenne des 10 types d’infrastructure présents
ou non, on obtient un score global par région25. En soi, ce chiffre a peu de signification
mais il constitue une norme neutre utile en vue de rendre possible la comparaison de
régions avec un nombre différent de zones. De cette manière, on remarque clairement
qu’il n’y a peu ou pas de différences entre la Wallonie et la Flandre par rapport auxx
infrastructures au sein des zones de police. Les zones bruxelloises ont un score plus
élevé, ce qui signifie qu’elles ont un meilleur équipement structurel.
25
Moyenne par région des 10 éléments d’infrastructure par rapport au nombre de zones dans la région.
Cette méthode peut être appliquée parce qu’on ne regarde que la présence d’éléments structurels dans la
zone et non leur nombre.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 103
Gemiddelde score infrastructuur PZ / Score moyenne infrastructure ZP
100%
90%
80%
80%
70%
60%
58%
50%
40%
47%
47%
52%
46%
47%
typologie 3
typologie 4
41%
30%
20%
10%
0%
Vlaanderen/
Flandre
Wallonië/
Wallonie
Brussel /
Bruxelles
typologie 1
typologie 2
typologie 5
On peut établir un même score comparatif selon la typologie des zones de police.
1.1.2. Aperçu par typologie
Le score plus élevé des zones bruxelloises par rapport aux deux autres régions
indiquait déjà que les zones de police dans les villes étaient mieux équipées au niveau
de l’infrastructure. Ceci se confirme complètement lorsque l’on répartit les zones par
typologie. On retrouve les zones bruxelloises dans les classes de typologies 1 et 2. La
tendance baisse avec le degré d’urbanisation (cf. graphique ci-dessus). Les zones les
plus urbanisées sont mieux équipées en matière d’infrastructure que les moins
urbanisées.
1.2.
Équipement informatique
1.2.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
L’informatique occupe une place de plus en plus importante au sein des zones de
police. Le 31/12/2000, le nombre de PC au sein des anciens corps de police
communale et des ex-brigades de gendarmerie s’élevaient à 13.973 machines. Deux
ans plus tard, leur nombre a augmenté de 4,9%. Le nombre de PC a peut-être cessé
d’augmenter de manière spectaculaire mais le matériel est renouvelé et s’adapte vite.
Le nombre de PC équipés d’un lecteur de CD-Rom a ainsi augmenté entre le
31/12/2000 et le 31/12/2002 de 49,5%.
Au 31/12/2002, au niveau informatique, la Belgique comptait en moyenne 57
machines (postes fixes et portables) pour 100 fonctionnaires de police et 56 pour 100
membres du personnel (opérationnel et CALog). En Flandre, le personnel policier
dispose de plus de PC qu’en Wallonie, où le personnel policier dispose, à son tour, de
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 104
plus d’appareils que dans les zones bruxelloises. Lorsqu’on utilise le nombre de lecteurs
CD-Rom en tant que critère de “mise à jour” du matériel, on remarque un alignement
entre la Flandre et la Wallonie mais Bruxelles perd du terrain sur les deux autres
régions.
Aantal PC's per 100 politiebeambten / Nombre de PC's par 100 policiers
België /
Belgique
70
57
50
40
Vlaanderen /
Flandre
63
60
54
Wallonië /
Wallonie
44
30
41
31
20
45
Brussel /
Bruxelles
38 37
33 32
22
10
6
9
3
1
0
Totaal PC's / Total
des PC's
CD-Rom lezers /
lecteurs CD-Rom
ISLP-aansluiting /
connection ISLP
internetaansluiting/
connection internet
En moyenne, on dénombre 7 postes sur 10 raccordés à l’ISLP. La proportion de
PC équipés d’une telle connexion par rapport au nombre total de PC disponibles est le
plus élevé à Bruxelles. Par rapport au nombre de fonctionnaires de police, le nombre de
PC avec connexion ISLP par 100 fonctionnaires de police est le plus bas à Bruxelles
(37) et le plus élevé en Flandre(45).
Malgré une spectaculaire augmentation du nombres de connexions ces deux
dernières années (6 fois plus), le nombre de connexions « internet » reste de loin
inférieur aux autres types de connexions. Pour toute la Belgique, il y a 6 PC « internet »
pour 100 fonctionnaires de police. En moyenne, il y a 7,8 PC connectés au réseau
« internet » par zone et, sur les 196 zones de police, 15 ne sont toujours pas
connectées.
En ce qui concerne la transmission des données de criminalité, de nombreuses
zones mentionnent l’utilisation de plusieurs modes de transmission. Parmi les choix
proposés, l’ISLP est le mode de transmission majoritairement utilisé. Il y a peu de
différences entre Région. En Flandre, on utilise un peu plus ISLP qu’en Wallonie et à
Bruxelles. Peu importe la Région : l’ISLP reste la méthode la plus utilisée, alors que
« Themis » a le moins de succès
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 105
Doorsturen criminaliteitsge gevens /
Transmission statistique données criminelles
ISLP (ex-PIP)
Polis - Brigade
ex-APSD progr./
progr. ex-SGAP
Manueel/Manuel
Subregionale centra/
Centre subrégionaux
Eigen toepassing/
Application propre
Themis
.
1.2.2. Aperçu selon typologie
Le personnel policier dans les grandes villes dispose du plus petit nombre de PC
par rapport à la taille des corps. Plus la zone est « rurale », plus il y a
proportionnellement de PC à disposition des membres du personnel.
Aantal PC's per 100 politiebeambten / Nombre de PC's par 100 policiers
80
70
typologie 1
71 70
typologie 2
64
60
typologie 3
55
50
49
47
40
44
41 38
38
30
29
typologie 4
46
typologie 5
40
31
20
10
12
5 6
0
Totaal PC's / Total
des PC's
CD-Rom lezers /
lecteurs CD-Rom
ISLP-aansluiting /
connection ISLP
7 6 5
internetaansluiting/
connection internet
En ce qui concerne le nombre de lecteurs CD-Rom, cela n’est que partiellement
vrai. Le nombre de lecteurs CD-Rom pour 100 fonctionnaires de police diminue à
nouveau dans les zones rurales de typologie 4 et 5.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 106
Une comparaison du nombre de PC et de lecteurs CD-Rom au 31/12/2000 et au
31/12/2002 démontre que pour les zones de typologie 1, le nombre d’ordinateurs et de
lecteurs CD-Rom a diminué. La principale augmentation a eu lieu dans les zones
appartenant à la typologie 2. Les trois autres classes connaissent une augmentation
mais moins prononcée. On peut supposer que les régions les plus urbanisées étaient
équipées plus tôt au niveau informatique et que les régions les moins urbanisées sont
en train de rattraper les autres en ce qui concerne l’équipement informatique.
Le nombre de PC avec connexion ISLP ou avec « internet » pour 100
fonctionnaires de police indique la même tendance que pour le nombre de lecteurs CDRom, d’abord une augmentation de la typologie 1 à 3, suivie d’une légère diminution
pour les typologies 4 et 5..
1.3.
Moyens de communication
1.3.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
La communication s’opère, à quelques exceptions près (en Flandre orientale et à
Liège) au moyen de radios de type classique.
Aantal stations per 100 politiebeambten / Nombre de stations par 100 policiers klassiek type / type classic
70
68
Basisstations / Stations fixes
60
Mobiele stations / Stations mobiles
61
Draagbare stations / Stations portatives
50
48
47
45
40
39
43
41
40
30
31
26
24
20
20
20
21
10
0
15
12
4
4
B elgië
Vlaanderen /
Flandre
5
1
1
Wallo nië /
Wallo nie
B russel /
B ruxelles
typo lo gie 1
14
2
typo lo gie 2
5
typo lo gie 3
6
typo lo gie 4
8
typo lo gie 5
Pour toute la Belgique, on dénombre 47 stations portatives pour 100 policiers
locaux, contre 20 stations mobiles et 4 stations fixes.
Au niveau régional, les nombres pour la Flandre et la Wallonie se trouvent dans
le même ordre de grandeur, seule Bruxelles-Capitale s’en écarte. En effet, on
comptabilise plus de stations portatives (68) mais moins de stations mobiles (12) et fixes
(1) à Bruxelles par rapport aux Régions flamande et wallonne.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 107
Les lignes de communication directes existent mais sont peu nombreuses. Les
zones de police ont le plus souvent une ligne directe avec les services d’incendie (29
des 196 zones), suivis par la centrale-100 (18 zones). Seules 17 zones ont une ligne
directe avec le Service de Coordination et d’Appui (SCA) et 7 avec le Service judiciaire
d’Arrondissement (SJA). En dehors de la structure de la police fédérale ou d’autres
services de secours, 14 zones disposent d’une ligne directe avec des centrales d’alarme
privées (bijouteries, banques, etc.) et autant qui ont une ligne directe avec les réseaux
de surveillance quartier.
1.3.2. Aperçu selon typologie
Le nombre de radios portables pour 100 fonctionnaires de police est le plus élevé
dans les cinq grandes villes de typologie 1 (cf. graphique ci-dessus). Pour les quatre
autres catégories de la typologie, le nombre de stations portatives se situe autour des
mêmes chiffres. Le nombre de stations mobiles et fixes augmente cependant au fur et à
mesure que l’urbanisation décroît.
1.4.
Véhicules
1.4.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
En Belgique, il y a en moyenne 22 véhicules (quatre-roues) pour 100
fonctionnaires de police. Les deux-roues sont moins nombreux; le nombre de vélos
reste supérieur au nombre de cyclomoteurs et de scooters. Ce nombre est pour ainsi
dire deux fois plus élevé que le nombre de motos.
Au niveau régional, le nombre de véhicules (quatre roues) pour 100
fonctionnaires de police est le plus important en Wallonie (27) et le plus faible à
Bruxelles-Capitale (14). Le nombre de motos, de cyclomoteurs et de scooters présente
de moins grandes différences entre les Régions. Les vélos au sein des services de
police locale semblent être une caractéristique du Nord du pays: 86% du nombre total
des vélos de la police locale appartiennent aux zones de police flamandes.
Avant et après la réforme de la police, le parc automobile est quasiment resté
inchangé (5.846 au 31/12/2000 contre 5.924 au 31/12/2002). L’augmentation du nombre
de deux-roues est principalement due au nombre plus important de vélos. Un certain
nombre de zones disposent en outre d’une brigade cycliste à part entière.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 108
La police locale utilise principalement des véhicules du type berline ou break
(36% du nombre total des quatre-roues), suivi par un nombre important de combis
(29%) et de voitures anonymes (24%). La proportion par Région est identique en
Flandre et la Wallonie. Seule Bruxelles-Capitale dispose de nettement plus de véhicules
du type berline ou break et de moins de combis.
Aantal voertuigen per 100 politiebeambten / Nombre de véhicules par 100 policiers
40
vierw ielers / quatre roues
motoren / motos
bromfietsen/cyclomoteurs & scooters
fietsen / vélos
35
30
34
29
27
25
20
24
22
22
15
16
15
14
14
10
10
10
8
7
5
0
2
4
B elgië /
B elgique
5
4
2
Vlaanderen /
Flandre
3 3
1
Wallo nië /
Wallo nie
3 4
2
B russel /
B ruxelles
3 3
typo lo gie 1
3
typo lo gie 2
5
3
typo lo gie 3
7
1
3
typo lo gie 4
7
1
3
typo lo gie 5
Le kilométrage des véhicules a été demandé comme facteur indicatif de longévité
des véhicules dans les services de police locaux. 64% des véhicules ont moins de
100.000 km, 32% comptent entre les 100.000 et les 200.000 km et seulement 4%
comptaient plus de 200.000 km. Seule la Région de Bruxelles-Capitale a un plus grand
nombre de voitures qui comptent moins de kilomètres.
1.4.2. Selon la typologie
Le nombre de véhicules pour 100 fonctionnaires de police augmente quand
l’urbanisation diminue : le nombre de véhicules est donc plus élevé dans les zones de
police les plus rurales. Le nombre de motos, de cyclomoteurs et de scooters est faible et
reste peu élevé dans chaque classe de la typologie. On dénombre plus de vélos dans
les plus grandes villes et les villes régionales.
Les caractéristiques des véhicules restent pour ainsi dire identiques pour les
différentes classes de typologie. Dans les zones plus rurales, les quatre-roues font plus
de kilomètres. Ainsi, le pourcentage des véhicules dont le kilométrage se situe entre
100.000 et 200.000 km va de 26% dans les zones de typologie 1 à 36% dans les zones
de typologie 5, et ce, au détriment des véhicules avec moins de 100.000 km.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 109
1.5.
Équipement de circulation et équipement spécial
1.5.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
Les éthylotests ATT représentent la plus grande partie de l’équipement de
circulation. Le nombre d’éthylomètres est également élevé dans l’équipement de
« circulation » de la police locale, tout comme les herses.
Au rayon « équipement spécial » des zones de police, on dénombre surtout des
appareils photo classiques ou numériques. Les CCTV et les caméras de surveillance
sont fortement répandues pour la protection des installations des zones de police.
CCTV en bewakingscamera's
CCTV et camera
de surveillance
honden
chiens
Verkeersuitrusting en speciale uitrusting / Equipement de circulation et équipement spécial
Speurho nden / Chiens pisteurs
Drugsho nden / Chiens dro gues
Waak- en verdedigingsho nden / Chiens de garde et défense
vo o r bewaking andere installaties / po ur surveillance d'autres installatio ns
o nbemande c amera's / appareils pho to auto no mes
andere bewakingsdo eleinden / à d'aut re fins de surveillance
vo o r bewaking eigen installaties / po ur surveillance des installatio ns pro pres
speciale uitrusting
équipement spécial
Nachtkijkers / Jumelles infra-ro uge
So no meters / So no mètres
Ko ffers vo o r vingerafdrukken / Valise prise d'empreinte
B randdekens / Co uvertures anti-feu
Verrekijkers / Jumelles
M egafo o ns / M égapho nes
Digitale fo to to estellen / A ppareil pho to numérique
Gewo ne fo to to estellen / A ppareil pho to /film classique
verkeersuitrusting
équipement de circulation
Wieldrukmeters / P èse-essieux
Snelheidsmeter multano va / Radar multano va
A ndere types snelheidsmeters / A utres types de radar
preventieve snelheidsaffichage / Radar préventif affichage vitesse
Curvo meters / Curvo mètres
Friese ruiters / chevaux de frise
Nadarhekken / barrière nadar
Wielklemmen / Sabo ts de Denver
ademanalyse-to estellen A A T / Ethylo mètres A A T
Spijkereggen / Herses
A lco ho ltests A TT / Ethylo tests A TT
0
200
400
600
800
1000
1200
1400
aantal in België / nom bre en Belgique
Les chiens recensés au sein des zones de police sont généralement de garde et
de défense.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 110
1600
1800
L’équipement de circulation et l’équipement spécial peuvent être considérés
comme équipement « standard » pour la police locale de manière à ce que les
différences entre Région importent moins. Chacun doit pouvoir disposer d’un
équipement minimal.
A côté l’équipement décrit ci-dessus, la police locale possède, pour 100
fonctionnaires de police, 26 gilets pare-balles et 10 masques à gaz.
1.5.2. Aperçu selon la typologie
Les différences entre région ou selon typologie sont moins nettes que pour les
autres catégories de moyens matériels dont dispose la police locale. Il s’agit en effet
d’un équipement pour lequel une présence minimale est nécessaire par zone mais dont
la quantité variera selon la taille de la zone et le nombre de fonctionnaires de police.
Dans cette optique, nous donnons un aperçu des cinq principaux éléments de
l’équipement de circulation et leur ordre d’importance.
typologie 3
5
1 = Alcoholtests ATT / Ethylotests ATT
2 = Spijkereggen / Herses
3 = Ademanalyse-toestellen AAT / Ethylomètres AAT
4 = Wielklemmen / Sabots de Denver
5 = Nadarhekken / Barrière nadar
4
3
2
1
0
100
5
4
4
3
3
2
2
1
1
100
200
300
400
500
0
100
5
4
4
3
3
2
2
1
1
100
200
300
400
500
200
300
400
500
400
500
typologie 5
typologie 2
5
0
300
typologie 4
typologie 1
5
0
200
400
500
0
100
200
300
Les nombres absolus de chaque classe de typologie sont indicatifs mais, au vu le
nombre différent de zones dans les cinq classes, ils ne sont pas directement
comparables entre eux. On trouve plus d’éthylotests et d’éthylomètres dans les zones
avec un degré d'urbanisation plus bas. Dans les grandes villes, on retrouvera plus de
barrières « nadar » qui se rapportent plus au maintien de l’ordre ou des sabots de
Denver pour les véhicules mal garés.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 111
1.6.
Armement
1.6.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
Sur l’ensemble du territoire, on dénombre, au sein des 196 zones de police, 366
salles d’armes protégées et 2.177 armoires à armes protégées. 38 zones de police –
dont 35 flamandes – disposent de leur propre stand de tir.
Le nombre d’armes, de matraques et d’aérosols de petite capacité a été
considéré en fonction du nombre de fonctionnaires de police, hors cadre auxiliaire, ce
dernier n’étant pas armé.
Aantal wapens per 100 politiebeambten (exclusief hulpagenten) /
Nombre d'armes par 100 policiers (sauf les agents auxiliaires)
140
Wapenstokken / Matraques
No data wapenstokken/matraques
120
100
Revolvers kaliber .38 Special / 357 Magnum /
Revolvers calibre .38 Special / 357 Magnum
80
Halfautomatische pistolen 9X19mm / Pistolets
semi-automatiques 9X19mm
60
Mitrailleurpistolen kaliber 9X19mm / Pistolets
mitrailleurs calibre 9X19mm
40
Politiekarabijnen 12 (riot-gun of shotgun) /
Fusils calibre 12 (riot-gun ou shotgun)
20
Kleine spuitbussen / Aérosols de petite
capacité
0
België/Belgique
Vlaanderen /
Flandre
Brussel /
Bruxelles
Wallonië /
Wallonie
Au niveau fédéral, on comptabilise 100 matraques par 100 agents (ce chiffre est
légèrement sous-estimé; deux zones bruxelloises n’ont en effet pas fourni d’informations
à ce sujet). Le nombre d’armes de poing (revolvers et pistolets) est d’environ 117 pour
100 fonctionnaires de police. Il y a également 90 aérosols de petite capacité (produits
incapacitants) par 100 agents.
Au niveau régional, les policiers locaux bruxellois ont plus d’aérosols de petite
capacité. La quantité d’armes de poing reste en grande partie la même, bien qu’en
Flandre, on possède plus de revolvers et dans les autres régions, plus souvent de
pistolets semi-automatiques. Les pistolets mitrailleurs et fusils sont beaucoup plus rares.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 112
1.6.2. Aperçu selon la typologie
Le grand nombre de matraques dans les zones de typologie 1 est dû à la zone
d’Antwerpen mentionnant un nombre de matraques deux fois supérieur au nombre de
policiers locaux.
Pour les autres classes de la typologie, on relève peu de différences. L’armement
dépend donc peu de la typologie de la zone de police.
Aantal wapens per 100 politiebeambten (exclusief hulpagenten) /
Nombre d'armes par 100 policiers (sauf les agents auxiliaires)
180
Wapenstokken / Matraques
160
140
Revolvers kaliber .38 Special / 357 Magnum /
Revolvers calibre .38 Special / 357 Magnum
120
Halfautomatische pistolen 9X19mm / Pistolets
semi-automatiques 9X19mm
100
Mitrailleurpistolen kaliber 9X19mm / Pistolets
mitrailleurs calibre 9X19mm
80
60
Politiekarabijnen 12 (riot-gun of shotgun) /
Fusils calibre 12 (riot-gun ou shotgun)
40
Kleine spuitbussen / Aérosols de petite
capacité
20
0
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 - 113
PARTIE 4: SPECIALISATIONS FONCTIONNELLES
1. Répartition et cadre de référence
Comme prévu à l’art. 3, al. 2 de la Loi organisant un service de police intégré
structuré à deux niveaux (Loi du 7 décembre 1998, MB 5 janvier 1999), « (…) la police
locale assure au niveau local la fonction de police de base, laquelle comprend toutes les
missions de police administrative et judiciaire nécessaires à la gestion des événements
et phénomènes locaux sur le territoire de la zone de police (…) ».
La fonction de police de base à la population est assurée par la police locale et
comprend six fonctionnalités de base : la police de proximité, l’accueil, l’intervention,
l’assistance policière aux victimes, la recherche et enquête locale ainsi que le maintien
de l’ordre public (Art.1, A.R. du 17 septembre 2001 fixant les normes d’organisation et
de fonctionnement de la police locale visant à assurer un service minimum équivalent à
la population, MB 12 octobre 2001). Ce sont les fonctions de base arrêtées par A.R. et
qui sont remplies dans chaque zone dans le cadre d’une offre normale de service offert
à la population.
En outre, d’autres services fonctionnels ont été abordés par le truchement du
questionnaire. Il s’agit de services qui ne sont pas décrits dans l’A.R. précité mais qui
peuvent néanmoins être considérés comme des fonctions de police de base. Dans cette
optique, le questionnaire proposait la liste non-exhaustive suivante: la prévention de la
criminalité, l’environnement, le service jeunesse (hors du service recherche et enquête
locale), le service social du personnel et le service interne pour la prévention et la
protection au travail (SIPP). En outre, les zones de police avaient la possibilité d’ajouter
à cette liste un certain nombre de services qui reçoivent un attention particulière dans
leur zone26.
Certains services d’appui font également partie des spécialisations
fonctionnelles. Deux groupes avaient été proposés : Le premier regroupe les
fonctionnalités faisant partie intégrante des processus de politique. Ont été répertoriés
dans la liste le contrôle interne, le service communication, les collaborateurs en politique
policière, accompagnateurs de processus, les coordinateurs de qualité, les analystes
stratégiques et les analystes opérationnels. Le deuxième groupe concernait les
processus d’appui: le personnel et l’organisation, le service informatique, les finances,
l’administration, les moyens (logistique). Ici aussi, les zones ont eu la possibilité
mentionner d’autres services27.
26
Voyez les questions III.2.6.1. et 2 du questionnaire ‘morphologie 2002’, pp. 27-28.
Voyez la question IV.1.8. (p. 32 du même questionnaire) pour la fonction des processus de politique et
les questions IV.2.6.1. et 2 pour les processus d’appui (p.36 du même questionnaire)
27
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 114
2. Existence de services spécialisés
Tous les services proposés dans le questionnaire ne se retrouvent évidemment pas
dans toutes les zones. L’existence d’un service est déterminée sur base du personnel
spécialisé actif dans le domaine concerné. On considère qu’un service existe si au
moins 1 personne (cadre opérationnel ou CALog, à temps partiel ou à temps plein) est
spécialisée et active au sein du service. La présence des six fonctionnalités de base
n’est pas mise en cause puisqu’elles sont considérées comme présentes. Pour chaque
service fonctionnel, on demande les coordonnées du responsable ou de la personne de
contact. La mention d’une personne responsable ou de contact n’implique cependant
pas toujours que la fonction est effectivement remplie et effectuée dans la zone.
Le graphique suivant indique seulement qu’une personne est occupée à temps
partiel ou à temps plein dans le domaine mentionné. Elle n’indique pas l’importance du
domaine ou de la fonction en question. Cette importance est calculée en fonction du
volume du personnel occupé dans chaque fonction (cf. 3 Intérêt des services
spécialisés – répartition du personnel).
Aanwezigheid van gespecialiseerde diensten / Présence des services spécialisés
100%
Basispolitiezorg -overige
Police de base-autre
Beleidsproce ssen
Les processus de politique
Ondersteunende processen
Les processus d'appui
90%
% van/de 196 zones
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
95%
94%
85%
73%
72%
73%
6 1%
9 1%
89%
72%
6 1%
5 1%
45%
17 %
15 %
0%
Les processus d’appui (personnel et organisation, service informatique, finances,
administration et moyens) sont les mieux représentés avec les services contrôle interne
et communication. Tous ces services sont présents dans au moins 75% des zones de
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 115
82%
78%
police. Dans les autres services appartenant aux processus de politique (collaborateurs
politique policière, accompagnateurs de processus, coordinateurs de qualité, analystes
stratégiques et analystes opérationnels), on constate d’importantes variations. Dans 1617% des zones seulement, on retrouve des analystes opérationnels ou stratégiques.
Dans plus de la moitié des zones (55%), on ne retrouve pas de coordinateurs de qualité.
Les autres services d’appui à la politique sont représentés dans un plus grand nombre
de zones.
On retrouve les services faisant partie, à côté des six fonctionnalités de base, de
la fonction de police de base, dans 60 à 75% des zones. La prévention de la criminalité
et le service de l’environnement sont les services les plus représentés dans cette
catégorie.
3. Intérêt des services spécialisés – répartition du personnel
Afin d’approcher au maximum le volume d’occupation au sein d’une fonction
déterminée, il a systématiquement été demandé le nombre personnes – opérationnelles
ou CALog – actives dans tel ou tel domaine. Le volume d’occupation au sein d’une
fonctionnalité déterminée a été répartie comme suit :
À temps plein = plus de 80 % du temps de travail total de la personne
poids=1 ETP
A temps partiel = entre 50 et 80 % du temps de travail total de la pers.
poids=0,65 ETP
De temps en temps = moins de 50 % du temps de travail total de la pers.
poids=0,25 ETP
Pour les six fonctionnalités de base (IV.1. dans le questionnaire), seul le
personnel actif à temps plein et/ou à temps partiel a été pris en considération. On
suppose que tout fonctionnaire de police est engagé de manière polyvalente,
principalement dans le cadre des fonctionnalités de base. Ce serait pour les zones
mission impossible de préciser pour les six fonctions de base le personnel y étant actif
de temps en temps. En ce qui concerne l’accueil, aucune question n’a été posée
concernant le personnel spécialisé.
La mesure dans laquelle du personnel est engagé dans certaines fonctions
donne un aperçu global de la répartition du personnel, à savoir la capacité consacrée à
chaque fonction au sein de la zone. Nous attirons une nouvelle fois l’attention sur le fait
qu’il s’agit d’un aperçu global car, dans une certaine mesure, il subsiste toujours une
certaine marge de polyvalence au sein du corps qui ne peut être mesurée.
Pour chacun des cadres (opérationnel ou CALog), le personnel spécialisé dans
une fonction est exprimé selon le poids en équivalent temps-plein (temps plein = 1 ETP,
temps partiel = 0,65 ETP, de temps en temps = 0,25 ETP). Ce chiffre est considéré en
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 116
fonction de la capacité totale disponible (ETP) du cadre opérationnel d’une part et du
personnel CALog d’autre part28.
L’importance d’un certain service est donc estimée en fonction de la capacité
totale disponible du personnel dans le cadre opérationnel ou du personnel CALog et ce,
au niveau national.
3.1. Fonction de police de base
La fonction de police de base est subdivisée en six fonctionnalités de base.
3.1.1. Les fonctionnalités de base
Les fonctionnalités de base comprennent l’accueil, la proximité, l’intervention,
l’assistance policière aux victimes, la recherche locale et l’ordre public.
Nous constatons que 1) pour la fonction d’accueil, aucune donnée au sujet de
l’investissement en personnel n’a été demandée et 2), dans l’A.R. du 17/09/01, la
fonction ordre public y est décrite en ce compris la fonction « circulation ». Or, dans
certaines zones, le service « circulation » constitue un service séparé; nous
distinguerons donc la fonction ordre public en ce compris la circulation à côté de la
fonction ordre public sans circulation, où la fonction de circulation sera alors mentionnée
séparément.
3.1.1.1. Aperçu au niveau fédéral et régional
Pour le cadre opérationnel, de nombreux membres du personnel sont spécialisés
en intervention et en proximité. Le pourcentage pour les autres fonctions est plus bas.
L’ordre public et la circulation constituent un peu plus que 10 %. La fonction de
circulation prend la plus grande partie pour son compte. On retrouve ensuite, pour
l’ensemble du territoire, la recherche locale avec plus de 8% de la capacité. Enfin, on
retrouve la fonction d’assistance policière aux victimes où la capacité en EFT du
personnel engagé est peu élevée, certainement en ce qui concerne le personnel en
général, c’est-à-dire sans statut de collaborateur spécialisé. Les collaborateurs
spécialisés dans ce domaine représentent certainement une partie plus importante par
rapport à la capacité disponible, surtout en ce qui concerne le personnel CALog.
La capacité en ETP des CALog dans les fonctions de police de base est toutefois
nettement inférieure à celle du cadre opérationnel. Elle est la plus élevée pour la
fonctionnalités d’assistance policière aux victimes, pour fonction « circulation » et pour
la fonction « intervention ». Ces fonctions constituent celles pour lesquelles on mobilise
la plus grande capacité de CALog par rapport à la capacité totale de ce cadre.
28
Un exemple:la fonction “prévention” compte 179 membres du personnel spécialisés à temps plein dans
le cadre opérationnel, 122 à temps partiel et 760 pour la catégorie de temps en temps. Exprimé en ETP
(179x1) + (122 x 0,65) + (760 x 0,25) = 448,3. Il y a 27050 opérationnels pour une capacité de 26876,2.
Pour la fonction de prévention, cela signifie 448,3/26876,2 = 1,7%.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 117
Gespecialiseerd personeel basisfunctionaliteiten /
Personnel spécialisé fonctions de base
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Calog
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
operationeel personeel / personnel opérationnel
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
Brussel/ Bruxelles
Wallonië / Wallonie
Vlaanderen / Flandre
België/Belgique
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
40%
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) / % du personnel total (ops ou calog)
Pour chaque fonction, on obtient donc d’une part, un aperçu de la proportion de
CALog par rapport à leur nombre total et d’autre part, de la proportion du personnel
opérationnel par rapport au total du personnel opérationnel présent dans la zone. Par
rapport à la proportion de la capacité totale dans chaque cadre, les CALog sont les plus
représentés parmi les collaborateurs spécialisés de l’assistance policière aux victimes.
Ajoutons qu’au niveau national, on constate une proportion de 1 à 3 pour la fonction
« circulation ». Ailleurs, le cadre opérationnel est fortement présent proportionnellement
à la capacité de chaque cadre.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 118
L’ordre d’importance des différentes fonctions, toujours exprimé en volume ETP
total du personnel, demeure inchangé au niveau régional. En Flandre, la participation
des agents de quartier au sein du cadre opérationnel est la plus faible, alors qu’à
Bruxelles-Capitale, elle est beaucoup plus élevée. En Flandre par contre, on retrouve
davantage de personnel spécialisé en intervention alors que cette proportion est la plus
faible à Bruxelles. Les fonctionnalités « ordre public » et « circulation » sont moins
représentées en Wallonie que dans les autres régions du pays.
La fonction d’assistance policière aux victimes n’occupe pas une grande partie
dans la palette des spécialisations du personnel. Toutefois, à Bruxelles-Capitale et en
Wallonie certainement, cette fonction est plus souvent dévolue au CALog qu’aux
membres du cadre opérationnel.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 119
3.1.1.2.
Aperçu selon typologie
Gespecialiseerd personeel basisfunctionaliteiten /
Personnel spécialisé fonctions de base
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
Calog
operationeel personeel / personnel opérationnel
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
t ypologie 1
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
40%
45%
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) / % du personnel total (ops ou calog)
Selon la typologie, nous remarquons que les fonctions « recherche locale »,
« assistance policière aux victimes » (avec ou sans statut de collaborateur spécialisé) et
« police de proximité » sont plutôt indépendants de l’urbanisation, c.-à-d. de la
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 120
répartition en classes de typologie. Cela vaut également pour la fonction « ordre public »
sans prendre en considération la fonction circulation (une zone a d’ailleurs complété un
chiffre anormalement élevé de personnel spécialisé pour cette fonction). Ceci influence
fortement le chiffre de la « typologie 3 » .
La « circulation » et « l’intervention » constituent des fonctions dépendantes de la
typologie. Pour la fonction de « circulation », la spécialisation augmente dans la mesure
où la zone se trouve dans un milieu plus urbanisé, et l’inverse pour la fonction
« intervention ». La proportion de personnel spécialisé en intervention augmente avec le
caractère plus rural de la zone.
3.1.2. Les autres services de la fonction de police de base
Au vu du nombre peu élevé de membres du personnel spécialisés pour les
fonctions appartenant aux “autres services de la police de base”, il ne nous a pas
semblé opportun de réaliser une répartition au niveau régional ou selon la typologie.
Les échelles des graphiques pour les différentes fonctions appartenant aux
“autres services de la police de base”, aux “processus de politique” et aux “processus
d’appui” restent identiques afin de permettre la comparaison entre les différents services
et processus.
3.1.2.1.
Aperçu au niveau fédéral et régional
Basispolitiezorg - andere basisfunctionaliteiten
Police de base - autres fonctionnalités
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) /
% du personnel total (ops ou calog)
25%
Operationeel personeel /
personnel opérationnel
20%
Calog
15%
10%
5%
0%
preventie
criminaliteit /
prevention
criminalité
milieu /
environnement
jeugd /
jeunesse
sociale dienst
v/h personeel /
service social
de personnel
IDPB / SIPP
Pour les fonctions ne faisant pas partie des 6 fonctionnalités de base mais bien
de la police de base (cf. supra), la proportion de personnel spécialisé est faible par
rapport au volume total du personnel des zones de police. Étaient ici visées les
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 121
fonctions « prévention de la criminalité », « environnement », « jeunesse », « service
social du personnel » et le « service interne pour la protection et la prévention au
travail » (SIPP). La prévention de la criminalité est, des cinq services repris dans le
graphique, celui avec la plus grande proportion en personnel tant pour le personnel
opérationnel que pour les CALog.
Pour chacune des fonctions, on peut remarquer que le volume de personnel
opérationnel et CALog par rapport à la capacité totale de chacun de ces cadres, est soit
égal, soit plus élevé pour le personnel CALog. Plus la fonction revêt un caractère
administratif (service social pour le personnel, SIPP), plus la proportion de personnel
administratif et logistique croît.
3.1.2.2. Aperçu selon la typologie
Pas d’application
3.2.
Services d’appui
3.2.1. Processus de politique
Vu le faible nombre de membres du personnel spécialisés pour les fonctions
relatives aux processus de politique au sein des services d’appui, il n’est pas opportun
d’établir une répartition au niveau régional ou selon la typologie.
3.2.1.1.
Aperçu au niveau fédéral et régional
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) /
% du personnel total (ops ou calog)
Ondersteunende diensten - beleidsprocessen
Fonctions d'appui - les processus de politique
25%
20%
Operationeel personeel / personnel
opérationnel
Calog
15%
10%
5%
0%
ol.
ion
roc.
ol . p
icat
de p
en p
mun
urs
s
m
e
r
t
o
u
a
c
e
agn
ie /
or at
icat
omp
llab
ac c
mun
/ co
/
s
m
r
s
o
r
e
c
e
erk
leid
dew
ege
sm e
es b
c
id
o
e
r
l
p
be
Tout comme pour les fonctions qui, à côté des 6 fonctionnalités de base, font
partie de la police de base (cf. supra), les pourcentages par rapport à la capacité totale
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 122
sont faibles. Nous constatons qu’au 31 décembre 2002, peu de personnel a été investi
pour donner forme et contenu au développement de l’organisation de la police locale. Il
s’agit en fait de fonctions qui n’exigent pas immédiatement l’engagement de grandes
quantités en personnel. Aucune de ces fonctions n’atteint, en matière de volume
personnel – pour le personnel opérationnel et CALog ensemble – une moyenne d’un
équivalent (ETP) temps plein par zone:
Fonctionnalité
Contrôle interne
Communication
Collaborateurs en pol. Pol.
Acc. de processus
Coordin. de qualité
Analystes stratégiques
Analystes opérationnels
Total
Moyenne
pour la
par zone
Belgique
(en ETP)
(en ETP)
183,4
0,94
104,2
0,53
180,1
0,92
69,5
0,35
77,6
0,39
35,9
0,18
26,6
0,14
3.2.1.2. Aperçu selon la typologie
Pas d’application
3.2.2. Processus d’appui
3.2.2.1.
Aperçu au niveau fédéral et régional
Ondersteunende diensten - ondersteunende processen
Fonctions d'appui - Les processus d'appui
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) /
% du personnel total (ops ou calog)
25%
Operationeel personeel /
personnel opérationnel
20%
Calog
15%
10%
5%
0%
personeel en
organisatie /
personnel et
organisation
informatica /
informatique
financiën /
finances
administratie /
administration
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
middelen /
moyens
p. 123
Pour les processus d’appui, nous constatons que ce sont les CALog qui sont
principalement mobilisés dans ces fonctionnalités. En ce qui concerne les tâches à
caractère administratif, la constatation que l’on mobilise plus de personnel CALog,
permettant ainsi de libérer la capacité du personnel opérationnel pour le travail de
nature opérationnelle, ne peut être considérée que comme une évolution favorable. Un
quart de la capacité totale en personnel CALog est mobilisé dans l’administration.
3.2.2.2.
Aperçu selon la typologie
Gespecialiseerd personeel ondersteunende processen /
Personnel spécialisé processus d'appui
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
Calog
t ypologie 2
operationeel personeel / personnel opérationnel
typologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
typologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
typologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
typologie 1
typologie 5
t ypologie 4
t ypologie 3
t ypologie 2
typologie 1
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
% t.o.v. totaal personeel (ops of calog) / % du personnel total (ops ou calog)
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 124
Pour la fonction « personnel et organisation », la capacité ETP augmente tant en
ce qui concerne le personnel CALog que le personnel opérationnel avec la
décroissance de l’urbanisation. La même tendance est constatée pour les « finances »
bien que la participation du personnel opérationnel y est particulièrement faible. Pour les
autres fonctions, la relation avec la répartition suivant la typologie des zones de police
est moins nette.
3.3.
Aperçu du personnel spécialisé
Le graphique ci-dessous donne un aperçu global des fonctions selon la présence
de personnel spécialisé. Toutes les remarques citées précédemment restent
d’application : le personnel spécialisé pour la fonction “accueil” n’a pas été repris (pas
de question à ce sujet). Pour les autres fonctions de base, tout le personnel actif à
moins de 50% de son temps de travail n’a pas été repris (considéré comme polyvalent).
Verdeling van het personeel van de lokale politie volgens functie/
Répartition du personnel de la police locale selon la fonction
100%
ondersteunende processen / processus d'appui
90%
beleidsprocessen / processus de politique
80%
overige basispolitiezorg / autres police de base
70%
basisfuncties - basispolitiezorg exclusief onthaal / les
fonctions de base de la police de base excl. Accueil
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
operationeel kader / calog-personeel /
cadre opérationnel
personnel calog
opmerking / remarque:
Voor w at betreft de basisfuncties moet er rekening
gehouden w orden met het feit dat het personeel dat
minder dan 50% van zijn w erktijd aan de functie
besteed niet is opgenomen in de grafiek (zie tekst
voor verdere verduidelijking).
En ce qui concerne les fonctions de base, il faut tenir
compte que les personnes qui travaillent moins de
50% de leur temps de travail dans le domaine, qu'ils
ne sont pas repris dans la graphique (voir texte pour
explication)
Alors que les fonctionnalités de police base exigent une plus grande participation
du cadre opérationnel, le personnel CALog est principalement appelé dans le cadre les
processus d’appui. A noter que le total du personnel spécialisé ne constitue pas 100%,
ni dans le cadre opérationnel, ni dans le personnel CALog ; le reste du personnel
constituant la partie polyvalente des effectifs. A cet effet, le personnel d’entretien (propre
à la zone de police) constitué de membres du personnel “spécialisés” n’est pas
mentionné en tant que tel, n’étant pas spécialisés dans le cadre du travail purement
policier.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 125
4.
4.1.
L’obtention de la norme minimale pour les six fonctionnalités de base
Cadre de référence
Seules les 6 fonctionnalités de base seront abordées dans ce chapitre. Sur base
des données morphologiques, on vérifie le nombre de zones qui satisfont à la norme
minimale qui fixe les normes d’organisation et de fonctionnement de la police locale afin
d’assurer un service équivalent minimal à la population (A.R. 17/09/01). Il s’agit d’une
approche purement quantitative moyennant une comparaison de chaque zone par
rapport à une norme nationale imposée.
Ce chapitre s’impose ici puisque les informations récoltées au 31/12/2002
représentent la première saisie des données morphologiques de la police locale ; c’est à
ce titre qu’elles doivent être considérées comme une « mesure zéro » après la mise en
place de la réforme de la police. Déterminer la position qu’occupent les zones de police
juste après leur implémentation est particulièrement important pour l’avenir. Des
comparaisons seront établies principalement par rapport à cette mesure zéro.
Sans aucun doute, l’évaluation de l’obtention ou non des normes minimales par
les zones de police locales fera surgir d’autres questions. Afin de formuler une réponse
à ces questions, un examen complémentaire s’imposera. Ce rapport ne dépasse pas la
description et éventuellement la formulation d’hypothèses de travail de la situation pour
trouver la réponse à ces questions. Dans des publications ultérieures, nous espérons
tester ces hypothèses de travail à l’aide des données morphologiques disponibles mais
aussi sur base d’informations provenant d’autres banques de données.
4.2.
Norme minimale des fonctionnalités de base
L’A.R. du 17 septembre 2001 détermine les normes d’organisation et de
fonctionnement de la police locale afin d’assurer un service équivalent minimal à la
population (MB 12/10/01). Ces normes sont décrites dans la circulaire ministérielle PLP
10 du 9 octobre 2001 relative aux normes d’organisation et de fonctionnement de la
police locale afin d’assurer un service équivalent minimal à la population (MB 16/10/01).
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 126
Fonctionnalité
de base
Norme minimale
Dérogations ou conditions supplémentaires
Proximité
1 agent de quartier par 4000
habitants
Compte tenu de circonstances locales et de la densité
de population
Accueil
Accessibilité physique : 12 h
par jour
Intervention
1 équipe d’intervention
24h/24h avec une équipe
supplémentaire pendant 84h
par semaine
Assistance
policière aux
victimes
1 collaborateur spécialisé par
zone
Recherche
locale
10% de l’effectif du cadre
opérationnel pour les zones
avec 230 effectifs ou plus, 7%
dans d’autres zones
1 équipe composée de deux enquêteurs les jours
ouvrables
Ordre public
Pas de norme spécifique
OPA en permanence joignable et rappelable
Si présence permanente physique impossible: citoyen
qui se présente personnellement ou par téléphone est
mis en contact direct avec le fonctionnaire de police
AU moins 1 poste de police dans chaque commune
OPA et OPJ en permanence joignable et rappelable
Un collaborateur spécialisé en permanence joignable
et rappelable
Habileté de base de tous les fonctionnaires de police
et auxiliaires
Le respect des normes a pu être vérifié sur base de la banque de données
morphologiques. Dans la mesure où des conditions supplémentaires ou des dérogations
sont mesurables, les zones de police peuvent également être évaluées sur base de ces
différentes normes.
Tous les chiffres et les calculs s’effectuent sur base de l’effectif réel présent dans
les zones. Ce dernier peut s’écarter du cadre organique ou théorique prévu pour la zone
(cf. supra).
4.3.
Evaluation de la norme
Chaque fonctionnalité passée en revue fera l’objet de graphiques proposant
l’évaluation de la norme minimale. Ces graphiques reprennent la proportion des zones
satisfaisant à la norme prévue, au niveau fédéral, régional, provincial ou par catégorie
de typologie.
4.3.1. Police de proximité
L’obtention de la norme « proximité » peut être interprétée de deux manières :
Soit on considère le nombre d’agents de quartier actifs dans le travail de quartier, soit
on considère le volume de personnel investi (nombre d’agents de quartier exprimé en
ETP).
Remarques spécifiques:
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 127
La zone de police brabançonne de Orne-Thyle (5270) n’a pas fourni de données
relatives à la « proximité ». Cette zone n’est pas reprise dans l’analyse.
Les chiffres de la population utilisés sont ceux de l’INS avec la population au 1er
janvier 2002.
4.3.1.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Les
zones des provinces wallonnes et de la Région Bruxelles-Capitale
obtiennent des bons à de très bons scores. A l’exception de deux zones de police
wallonnes, elles atteignent presque toutes la norme sur base du nombre d’agents de
quartier. Ces bons scores se maintiennent également quand le nombre de personnes
est converti en ETP. Seule la province du Hainaut et dans une moindre mesure celle de
Liège présentent un résultat plus modeste. Selon les critères plus strictes sur base du
nombre d’agents de quartier en ETP, 6 des 72 zones de police wallonnes ne satisfont
pas à la norme.
Behalen van de NORM wijkwerking (aantal wijkagenten)
Respect de la NORME travail de quartier (nombre d'agents de quartier)
WestVlaanderen
OostVlaanderen
VlaamsBrabant
Limburg
Antwerpen
Brussel/
Bruxelles
Hainaut
Namur
Luxembourg
Liège
WaalsBrabant
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Behalen van de NORM wijkwerking (aantal FTE wijkagenten)/
Respect de la NORME travail de quartier (nombre d'agents de quartier ETP)
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
WestVlaanderen
OostVlaanderen
VlaamsBr abant
Limburg
Antwer pen
Brussel/
Brux elles
Hainaut
Namur
Luxembourg
Liège
WaalsBr abant
0%
p. 128
Sur base des « équivalents temps plein », la Flandre occidentale garde le score
le plus élevé mais c’est la province de Antwerpen, seule la moitié des zones
anversoises atteignent la norme (agent de quartier ETP), qui obtient la lanterne rouge.
Les provinces de Hainaut et de Antwerpen sont, avec la Région de BruxellesCapitale, les provinces avec le plus grand nombre d’agents de quartier à temps partiel.
Au total, 33 (31 en Flandre, 2 en Wallonie) des 195 zones reprises dans
l’analyse, soit 17%, ne satisfont pas à la norme. Selon le schéma encore plus strict des
agents de quartier en ETP, 46 des 195 zones reprises dans l’analyse (40 en Flandre, 6
en Wallonie, 0 à Bruxelles – soit 24%) ne respectent pas la norme.
4000
Gemiddelde NORM Wijkwerking per provincie (aantal inwoners per wijkagent FTE) /
NORME moyenne travail de quartier (nombre d'habitants par agent de quarties ETP)
3500
inwoners
3000
2500
2000
1500
1000
500
WestVlaander en
OostVlaander en
VlaamsBr abant
Limburg
Antwerpen
Brussel/
Bruxelles
Hainaut
Namur
Lux embourg
Liège
WaalsBrabant
0
Au niveau des provinces (nombre d’agents de quartier dans la province /
population de la province), celles-ci satisfont toutes à la norme d’1 agent de quartier
pour 4.000 habitants et ce, tant en nombre d’agents de quartier qu’en « équivalent
temps plein ». Le graphique donne la situation pour les ETP. En Wallonie, à l’exception
de la province du Hainaut, ce chiffre tourne autour de 1 agent de quartier par 2.000
habitants. A Bruxelles-Capitale, le nombre d’habitants desservis par 1 agent de quartier
représente un peu plus de 800 habitants. En Flandre, il y a proportionnellement moins
d’agents de quartier puisque le nombre d’habitants par « ETP agent de quartier » se
positionne autour des 3.000. Bien que la Flandre obtienne un moins bon score, la norme
est, tout comme à Bruxelles et en Wallonie, atteinte au niveau régional:
1 ETP agent de quartier par 814 habitants en Région Bruxelloise;
1 ETP agent de quartier par 1.947 habitants en Wallonie;
1 ETP agent de quartier par 3.135 habitants en Flandre.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 129
Au niveau national, la norme est également atteinte puisque l’on obtient un « ETP
agent de quartier » pour 2.134 habitants.
Nous rappelons que, sur base des informations recueillies, l’objectif n’est
certainement pas de discuter le contenu concret de la fonction d’agent de quartier.
4.3.1.2.
Aperçu selon la typologie
Behalen van de norm wijkwerking
Respect de la norme travail de quartier
100%
aantal w ijkagenten / nombre
d'agents de quartier
90%
80%
aantal FTE w ijkagenten /
nombre d'agents de quartie
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
L’obtention de la norme travail de quartier n’est pas indépendant de la typologie
de la zone. Ainsi, à l’exception des zones les moins urbanisées (typologie 5), le
pourcentage des zones qui atteignent la norme diminue avec le degré d’urbanisation.
On retrouve le plus bas score, variant entre 65 et 70% (selon l’approche choisie : ETP
ou pas), dans les zones appartenant à la classe 4.
4.3.1.3. Dérogations ou conditions supplémentaires
Comme dérogations ou conditions supplémentaires concernant la norme « travail
de quartier », la PLP10 précise qu’il faut tenir compte de circonstances locales et de la
densité de population. En effet, on constate une faible corrélation entre le nombre
d’habitants par « ETP agent de quartier » et la densité de la population. La valeur
s’élève à -0,1029, qui démontre donc une faible corrélation entre les deux variables. Cela
signifie que plus la densité de la population diminue, plus il est difficile de satisfaire à la
norme prévue.
29
Une valeur 0 signifierait qu’il n’y a pas de corrélation, une valeur 1 ou -1 signifierait qu’il y a une
corrélation idéale, que les deux données sont entièrement interdépendantes.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 130
4.3.2. Accueil
La norme prévoit une accessibilité physique de 12h par jour pour la population au
sein de la zone de police. La norme « accueil » a été subdivisée de la façon suivante :
soit tous les jours de la semaine; soit uniquement les jours ouvrables; soit répartie sur
plusieurs points d’accueil dans la zone de police. On constate à la lecture des
graphiques les différentes proportions des zones satisfaisant à la norme prévue (7jours
sur 7), d’autres satisfaisant à une “norme affaiblie” (5 jours par semaine, les jours
ouvrables, pas les samedi et dimanche ni les jours fériés) et les dernières rencontrant la
“norme composée” (répartition sur plusieurs points d’accueil).
4.3.2.1.
Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Behalen van de norm ONTHAAL (12u fysieke toegankelijkheid per dag) /
Respect de la norme ACCUEIL (accessibilité physique de 12 heures par jour
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Behalen de norm ONTHAAL ENKEL op WEEKDAGEN verspreid over meerdere onthaalpunten in de zone /
Obtiennent la norme ACCUEIL SEULEMENT ENTRE SEMAINE sur plusieurs point d'accueil dans la zone
Behalen de norm ONTHAAL ENKEL op WEEKDAGEN / Obtiennent la norme ACCUEIL SEULEMENT EN
SEMAINE
Behalen de norm ONTHAAL ALLE DAGEN van de w eek / Obtiennent la norme ACCUEIL TOUS LES JOURS
de la semaine
Seules les 6 zones bruxelloises respectent toutes la norme de 12 heures
d’accessibilité physique 7 jours sur 7 pour Bruxelles-Capitale. Dans les provinces de
Limburg et de West-Vlaanderen, toutes les zones atteignent la « norme affaiblie » (cf.
supra). Dans les autres provinces, les 100% ne sont pas atteints, ni pour la norme
« stricte », ni pour la norme « affaiblie » ou « composée ».
En général, les provinces flamandes ont un score convenable, surtout si l’on ne
considère que la norme « affaiblie » aux jours ouvrables. En Wallonie, c’est le Brabant
wallon qui tient le haut du pavé, alors que la province de Namur s’octroie la lanterne
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 131
rouge. A peine 20% des zones y atteignent la norme pour les sept jours de la semaine,
et 60% y atteignent la norme d’accessibilité « affaiblie » ou « composée ».
Sur l’ensemble du Royaume, 61% des zones atteignent la norme 7 jours sur 7,
21% seulement pendant les jours ouvrables et 2% répartie sur plusieurs points de
contact de la zone. Cela signifie qu’au total 84% des zones atteignent la norme ou s’en
approchent au moyen de la version « atténuée » ou « composée » et que 16% des
zones ne répondent à aucun de ces critères. Ces dernières doivent donc d’urgence se
pencher sur leur fonctionnalité « accueil ». Les différences régionales sont assez
importantes. Ainsi, en Flandre, 8% des zones n’atteignent aucune norme, en Wallonie
ce pourcentage grimpe à 32%.
4.3.2.2.
Aperçu selon typologie
Behalen van de norm ONTHAAL (12u fysieke toegankelijkheid per dag) /
Respect de la norme ACCUEIL (accessibilité physique de 12 heures par jour
100%
Behalen de norm ONTHAAL ENKEL op
WEEKDAGEN verspreid over meerdere
onthaalpunten in de zone / Obtiennent la
norme ACCUEIL SEULEMENT ENTRE SEMAINE
sur plusieurs point d'accueil dans la zone
90%
80%
70%
60%
Behalen de norm ONTHAAL ENKEL op
WEEKDAGEN / Obtiennent la norme ACCUEIL
SEULEMENT EN SEMAINE
50%
40%
30%
Behalen de norm ONTHAAL ALLE DAGEN van
de w eek / Obtiennent la norme ACCUEIL TOUS
LES JOURS de la semaine
20%
10%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
Ici aussi on remarque que le nombre de zones qui respectent la norme diminue
avec le degré d’urbanisation. Les zones rurales éprouvent le plus de difficultés à
atteindre la norme. Seul un tiers des zones de la “typologie 5” (30%) la respecte les 7
jours de la semaine, 38% des zones de la même catégorie l’atteignent mais seulement
les jours ouvrables et 4% atteignent la norme les jours ouvrables mais répartie sur
plusieurs points d’accueil. Ensemble, 72 % des zones atteignent plus ou moins la norme
(version « stricte », « atténuée » ou « composée »), ce qui implique que dans plus d’un
quart des zones de la classe 5, on n’arrive même pas à une norme « atténuée » ou
« composée ».
4.3.2.3. Dérogations ou conditions supplémentaires
Dans les conditions supplémentaires de la PLP10, il est prévu pour la fonction
« accueil » qu’il faille au moins un point d’accueil dans chaque commune. Trois zones
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 132
ne respectent pas cette condition ; une zone dans la province de Namur et une dans le
Brabant flamand. La troisième zone est celle de Tongeren-Herstappe : la commune de
Herstappe ne comptant que 84 habitants au 1er janvier 2002, on peut toutefois affirmer
qu’elle satisfait à la condition.
Une autre condition est celle qui impose l’existence de moyens techniques. Ces
derniers permettent de prendre contact avec un fonctionnaire de police, doivent être mis
à la disposition du citoyen lorsque ce dernier se présente physiquement au point
d’accueil ou via un appel téléphonique et que la présence physique au point d’accueil
n’est pas réalisable. Dans ce contexte, nous examinerons le transfert inter-zonal
lorsqu’il n’y pas de permanence dans une seule zone.
Point d’accueil
permanent dans
la zone: 94
zones
Pas de point
d’accueil
permanent dans
la zone: 102
zones
Annonce
physique
Annonce
téléphonique
Renvoi en dehors de la zone: 32 zones
Pas de renvoi en dehors de la zone: 70 zones
Transfert en dehors de la zone: 90 zones
Pas de transfert en dehors de la zone: 12
zones
Parmi les 196 zones, on en dénombre 94 (48%) qui disposent d’au moins un
point d’accueil permanent. Dans les autres zones, les points d’accueil ne sont pas en
permanence pourvus en personnel et, en vertu de la PLP10, ils doivent assurer un
renvoi et un transfert téléphonique des appels. Parmi les 102 zones sans permanence
24 heures/24, 32 prévoient un renvoi vers une autre zone ou vers le niveau fédéral
lorsque le citoyen se présente physiquement. Dans 70 zones, il n’y a pas de renvoi pour
le citoyen se présentant au point d’accueil. Pour les appels téléphoniques, un transfert
des appels est prévu dans 90 des 102 zones sans permanence. Ceci peut se faire vers
une autre zone ou vers un dispatching central. Aucun renvoi téléphonique n’est donc
prévu dans 12 zones.
4.3.3. Intervention
Remarques spécifiques:
Les calculs s’effectuent sur base du nombre d’heures/équipe ‘intervention’ rendues
par 24h pour les 7 jours de la semaine.
4.3.3.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Il y a lieu de remarquer qu’un certain nombre de zones soulignent qu’elles ne font
pas de distinction entre les équipes d’intervention « permanentes » et les équipes dites
« de pointe » ; elles considèrent donc toutes les équipes comme des équipes
d’intervention permanentes. Après avoir constaté qu’il y avait au moins 1 équipe
d’intervention permanente pendant 24h, c’est le total d’heures/équipe par 24h pour les
équipes d’intervention permanente et les équipes de pointe qui a été effectué pour les
sept jours de la semaine. Ce nombre d’heures équipes doit être supérieur ou égal à
252, soit (24 heures x 7 jours = 168 heures équipe) + (84 heures par semaine ) = 252
heures/équipe.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 133
Seule 1 zone ne dispose pas d’une équipe d’intervention permanente 24h/24h
pour les 7 jours de la semaine. L’obtention de la norme est donc entièrement
dépendante de la présence ou non d’une équipe supplémentaire pendant 84 heures par
semaine.
Les scores au sein des différentes provinces divergent fortement. Trois provinces
(Namur, Brabant flamand et Liège) ont un score médiocre. Dans la province de Namur
on n’obtient même pas les 40%. La province de Antwerpen, du Brabant wallon et du
Hainaut ont un score moyen pour la norme intervention. Dans les autres provinces, le
score s’élève à minimum 80%. A Bruxelles-Capitale et dans la province du Luxembourg
toutes les zones atteignent les 100%.
Behalen van de norm INTERVENTIE /
Respect de la norme INTERVENTION
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
WestVlaanderen
OostVlaanderen
VlaamsBrabant
Limburg
Antwerpen
Brussel/
Bruxelles
Hainaut
Namur
Luxembourg
Liège
BrabantWallon
0%
Au total, 142 zones sur 196 (72%) obtiennent la norme. 65% des zones
wallonnes, 75% des zones en Flandre et toutes les zones bruxelloises atteignent la
norme pour la fonction intervention. Contrairement par exemple au « travail de quartier »
où les chiffres présentent une certaine homogénéité par région, on constate ici, tant en
Flandre qu’en Wallonie, qu’il y a de grandes différences entre les provinces.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 134
4.3.3.2.
Aperçu selon typologie
Behalen van de norm INTERVENTIE /
Respect de la norme INTERVENTION
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3 typologie 4
typologie 5
Le nombre de zones atteignant la norme diminue à nouveau avec le degré
d’urbanisation. Les zones rurales rencontrent le plus de difficultés pour atteindre la
norme, alors que les zones de police des grandes villes et des villes régionales
(typologie 1 et 2) respectent toutes la norme. A partir de la classe 3, la norme diminue
progressivement de 85% en classe 3 à 50% en classe 5.
4.3.3.3. Dérogations et conditions supplémentaires
Les conditions supplémentaires pour la fonction « intervention » se rapportent
toutes à la présence et à la possibilité de rappeler un officier de police administrative
(OPA) et un officier de police judiciaire (OPJ). Dix zones maintiennent en permanence
un officier de police administrative. Dans 183 zones, un OPA peut toujours être rappelé.
Les trois autres zones ont un accord zonal réciproque. On retrouve un OPJ présent en
permanence dans 64 zones et rappelable dans 129 zones. Une zone signale toutefois
qu’elle ne dispose pas d’OPJ rappelable en permanence et deux autres zones
mentionnent un accord de coopération.
4.3.4. Assistance policière aux victimes
4.3.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Seule à Bruxelles-Capitale, toutes les zones respectent la norme. Tant pour les
provinces flamandes que wallonnes, on épingle les mêmes différences. En Wallonie, le
pourcentage varie de 50% au en province de Luxembourg à 90% pour la province du
Brabant wallon. En Flandre, les différences sont moins importantes et le pourcentage
varie de 50 % au Brabant flamand à 70% en Flandre occidentale. Dans leur ensemble,
les zones wallonnes satisfont mieux à la norme, avec un taux de 75%, alors que les
zones de police flamandes atteignent un score de 62%. Au niveau national, la norme est
atteinte par 68 % des zones.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 135
Behalen van de norm SLACHTOFFERHULP /
Respect de la norme ASSISTANCE POLICIERE AUX VICTIMES
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
4.3.4.2.
WestVlaanderen
OostVlaanderen
Vlaams Brabant
Limburg
Antwer pen
Brussel/
Brux elles
Hainaut
Namur
Luxembour g
BrabantWallon
Liège
0%
Aperçu selon typologie
Behalen van de norm SLACHTOFFERHULP/
Respect de la norme ASSISTANCE POLICIERE AUX VICTIMES
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
La norme est atteinte dans toutes les zones de police de la classe 1 (Antwerpen,
Bruxelles-Ville, Charleroi, Gent, Liège). L’obtention de la norme diminue avec le taux
d’urbanisation, même si le score des zones appartenant aux typologies 3 et 4 reste
équivalent et frôle même les 70%. Au sein de la classe 5, 55% des zones de police
atteignent la norme.
4.3.4.3. Dérogations et conditions supplémentaires
En marge des questions relatives au personnel de l’assistance policière aux
victimes, d’autres informations étaient recherchées par le biais du questionnaire,
notamment concernant le personnel « rappelable ». A noter l’acception de l’expression
“collaborateur spécialisé” : interprétée au sens large par certaines zones, elle a visé plus
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 136
restrictivement les collaborateurs munis d’un diplôme spécifique (assistant social,
criminologie, …) et spécialisé dans le thème abordé par d’autres. D’autres encore
considèrent comme spécialisés ceux qui, ayant bénéficié d’une formation de quelques
heures ou jours, sont actifs dans l’assistance policière aux victimes.
Présence d’au moins 1 collaborateur spécialisé
Nombre de zones
Présence permanente
Toujours rappelable
Rappelable à partir d’une autre
zone
Pas toujours rappelable
Pas de réponse
Total
18
72
20
dont
Accord zonal assistance
policière aux victimes
oui
non
9
9
17
55
20
0
52
34
196
12
13
71
40
21
125
Au total, au moins un collaborateur spécialisé est en permanence présent,
rappelable dans la propre zone ou à partir d’une autre zone dans 110 zones. Pour 52
d’entre elles, la condition n’est pas remplie et seules 12 zones de police mentionnent un
accord zonal en matière d’assistance policière aux victimes. 34 zones n’ont pas répondu
à la question, ne disposant pas de collaborateur spécialisé assistance aux victimes.
4.3.5. Recherche et enquête locale
Remarques spécifiques:
La fonctionnalité « enquête et recherche locale » des zones de police a été analysée
au niveau des arrondissements judiciaires, les tâches de la police judiciaire relevant
de la compétence du Ministère public à ce même niveau.
4.3.5.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Il convient d’aborder le graphique suivant en prenant les précautions
nécessaires. En effet, deux des 27 arrondissements judiciaires ne se composent que
d’une seule zone de police. La zone de police de Famenne-Ardenne (5300), qui
recouvre le territoire de l’arrondissement judiciaire de Marche-en-Famenne, n’atteint pas
la norme. Son pourcentage est donc nul. Dans l’arrondissement judiciaire de Ieper, la
zone de police Arro IEPER (5462) atteint la norme et son score s’élève donc à 100%.
Cette relativité interprétative est également de rigueur pour les arrondissements qui ne
comportent que peu de zones et où le résultat d’une zone peut donc fortement influer
sur le pourcentage global de l’arrondissement judiciaire.
Au niveau du questionnaire morphologique, le contenu de la fonctionnalité de la
recherche locale a été basé sur la présence ou non de personnel spécialisé à temps
plein (plus que 80% du temps de travail total d’une personne) ou à temps partiel (entre
50 et 80% du temps de travail total d’une personne. Les personnes qui s’occupent à
moins de la moitié de leur temps de travail total avec la recherche locale, n’ont pas été
prises en considération, ce qui peut entraîner une sous-estimation systématique au
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 137
niveau de la capacité. Au total, ce sont 14 zones de police qui ne font pas mention de
personnel spécialisé dans la recherche locale ni à temps plein, ni à temps partiel.
Behalen van de norm LOKALE RECHERCHE /
Respect de la norme RECHERCHE LOCALE
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Sur l’ensemble du territoire, 136 des 196 zones atteignent la norme, soit 69%
(76% en Wallonie, 69% en Flandre). Aucune des 6 zones bruxelloises ne respecte la
norme. On retrouve des pourcentages peu élevés dans les arrondissements de Brugge,
Mons, Kortrijk et Verviers (moins de 50%). Les arrondissements de Antwerpen et
Turnhout ont un score qui dépasse tout juste les 50%. En outre, 5 autres
arrondissements ont un score variant entre 60 et 70%, les autres arrondissements ayant
un meilleur score.
4.3.5.2. Aperçu selon la typologie
Au contraire des fonctionnalités passées en revue jusqu’ici, on constate un plus
grand nombre de zones respectant la norme avec la diminution du degré d’urbanisation.
L’explication est sans doute à rechercher dans le fait que les plus grands corps, se
situant presque tous en typologie 1 (grande ville) ou typologie 2 (ville régionale et autres
zones dans la région bruxelloise), doivent satisfaire à la norme plus sévère des 10% de
l’effectif du cadre opérationnel par rapport au 7% dans les autres corps (< 230
personnes dans l’effectif). Si ces premiers devaient satisfaire au seuil des 7%, les
résultats seraient différents. En effet, toutes les zones de la classe 1 satisferaient à la
norme (100%), on obtiendrait 86% pour la classe 2, 63 % pour la classe 3, 82% en
classe 4 et 77% en classe 5. A l’exception de la classe 3, les zones les moins
urbanisées ont à nouveau le plus de difficultés pour respecter la norme.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 138
Behalen van de norm LOKALE RECHERCHE /
Respect de la norme RECHERCHE LOCALE
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
4.3.5.3. Conditions supplémentaires ou dérogations
La condition supplémentaire de la présence d’une équipe de deux enquêteurs les
5 jours ouvrables n’a pu être vérifiée avec les informations du questionnaire
morphologique.
4.3.6. Ordre public
Aucune limitation quantitative n’a été établie pour cette fonction. Les résultats ne
peuvent donc pas être représentés au niveau fédéral, régional ou province ou suivant la
typologie.
Les conditions supplémentaires concernant les caractères « contactable » et
« rappelable » d’un officier de la police administrative (OPA) ont pu être vérifiées. Dix
zones ont en permanence un OPA; 183 en dispose d’un rappelable. Les trois autres
zones ont un accord zonal réciproque.
4.4.
Evaluation des normes de fonctionnement
4.4.1. Aperçu au niveau fédéral, régional et provincial
Il y a 5 normes quantitatives minimales:
• Travail de quartier: 1 ETP agent de quartier pour 4000 habitants;
• Accueil:12 h accessible (si satisfait en semaine (jours ouvrables), la norme est
atteinte);
• Intervention: 1 équipe 24h sur 24 + 1 équipe pendant 84 h par semaine;
• Assistance policière aux victimes: 1 collaborateur spécialisé;
• Recherche locale: 10 % de l’effectif du cadre opérationnel est supérieur ou égal à
230, sinon 7 %.
Pour l’ordre public, aucune norme quantitative n’a été spécifiée.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 139
D’une part, sur l’ensemble du territoire, pratiquement un quart des zones (23 %)
satisfont aux 5 normes quantitatives fixées. D’autre part, chaque zone atteint au moins
une norme ; 64% des zones de police atteignent 4 normes sur 5 ou plus ; 86 %
atteignent au moins 3 des 5 normes quantitatives et 97 % en atteignent au moins deux.
100%
90%
Het behalen van de werkingsnormen /
Suivi des normes
3%
11%
4%
8%
22%
25%
3%
13%
80%
2 op/sur 5
3 op/sur 5
22%
70%
4 op/sur 5
5 op/sur 5
60%
50%
40%
1 op/sur 5
100%
41%
32%
43%
30%
20%
10%
31%
23%
19%
0%
België/ Belgique
Brussel/
Bruxelles
Wallonië/
Wallonie
Vlaanderen/
Flandre
A Bruxelles, les six zones atteignent chacune quatre normes. La Wallonie a un
pourcentage plus élevé de zones satisfaisant aux 5 normes quantitatives que la Flandre
(31 % contre 19 %). Le total des zones atteignant 4 normes ou plus est équivalent dans
les deux régions, 63 % en Wallonie et 62 % en Flandre. Respectivement 25 % et 22 %
des zones en Wallonie et en Flandre obtiennent trois des cinq normes. Le nombre de
zones qui n’atteint qu’une norme est quasiment identique dans les deux régions (4% et
3%). En chiffre absolu, trois zones flamandes et trois wallonnes n’atteignent qu’une
seule norme.
4.4.2. Aperçu selon la typologie
Le nombre de zones respectant les différentes normes décroît avec le degré
d’urbanisation. Les normes sont déterminées au niveau national mais le degré
d’urbanisation d’une zone est déjà un indice important pour connaître la facilité ou la
difficulté qu’ont les zones pour satisfaire aux normes nationales.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 140
Het behalen van de werkingsnormen volgens typologie van de politiezones /
Suivi des norme selon la typologie des zones de police
100%
5%
5%
90%
4%
13%
12%
80%
11%
2 op/sur 5
27%
70%
4 op/sur 5
32%
52%
80%
1 op/sur 5
3 op/sur 5
15%
60%
7%
5 op/sur 5
38%
50%
39%
40%
38%
30%
20%
38%
10%
31%
21%
20%
13%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
Les tableaux ci-dessous reprennent quelques chiffres qui mettent en évidence les
relations de base entre certains éléments. Les tendances croissantes ou décroissantes
sont clairement rendues par les couleurs du tableau.
Nombre d’
habitants par
effectif cadre
réel
Superficie par
effectif cadre
réel (km²)
571,1
2.226,8
2.319,4
913,9
4.127,5
542,3
9.948,9
265,7
13.561,0 150,2
30.527,9 337,7
Superficie
moyenne par
zone (km²)
1.271.745
2.119.544
2.238.286
2.643.258
2.036.892
10.309.725
Nombre
moyen
d’habitants
par zone
7.157
6.626
4.767
4.781
3.719
27.050
Densité de la
population
(hab/km²)
Population au
01/01/02
5
21
52
62
56
196
Superficie en
km²
Effectifs cadre
réel
Typologie 1
Typologie 2
Typologie 3
Typologie 4
Typologie 5
Belgique
Nombre de
zones
Typologie
Le nombre d’effectifs dans le corps (ainsi que la densité de population et le
nombre moyen d’habitants par zone de police) diminue avec le degré d’urbanisation.
Avec la diminution du degré d’urbanisation, on constate également une augmentation
de la superficie de la zone de police, du nombre d’habitants et de la superficie desservie
par 1 effectif du cadre opérationnel. Bref, le degré d’urbanisation, la taille du corps, la
population moyenne par zone et la densité de la population sont liés.
254.349
100.931
43.044
42.633
36.373
52.600
114,2
110,4
89,4
160,5
242,2
155,8
177,7
319,9
469,5
552,9
547,7
381,1
0,1
0,4
0,9
2,1
3,6
1,1
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 141
Pour la norme « travail de quartier », les facteurs population et densité de la
population jouent un rôle prépondérant. Pour « l’accueil » et « l’intervention », c’est
surtout la taille du corps qui est importante pour équiper le point d’accueil et les équipes
d’intervention dans le délai imposé. La taille du corps est également un facteur-clé pour
la « recherche locale ». Ainsi, on constate que la norme plus sévère imposée aux
grands corps n’est pas respectée.
Densité de
la
population
(hab/km²)
Nombre
moyen
d’habitants
par zone
Superficie
moyenne
par zone
(km²)
Nombre d’
habitants
par effectif
cadre réel
Superficie
par effectif
cadre réel
(km²)
Superficie
en km²
Anvers
25 4.344
Bruxelles/Bruxel
les
6
4.736
Hainaut
23 3.456
Flandre
orientale
29 3.184
Liège
20 2.904
Flandre
occidentale
19 2.622
Brabant
flamand
27 1.854
Limbourg
18 1.494
Namur
13 1.148
Brabant wallon
10
728
Luxembourg
6
580
Belgique
196 27.050
Population
01/01/02
Effectifs
cadre réel
Nombre de
zones
Province
Ces éléments n’apparaissent pas au niveau provincial. Ceci est dû au fait qu’au
1.652.450
2.867,4
66.098
114,7
380,4
0,7
978.384
1.281.042
161,4 6.063,4 163.064
3.785,7 338,4 55.697
26,9
164,6
206,6
370,7
0,03
1,1
1.366.652
1.024.130
2.982,2
3.862,3
458,3
265,2
47.126
51.206
102,8
193,1
429,2
352,7
0,9
1,3
1.132.275
3.144,3
360,1
59.593
165,5
431,8
1,2
1.022.821
798.583
447.775
354.412
250.406
10.309.725
2.106,1
2.422,1
3.666,0
1.090,6
4.439,7
30.527,9
485,6
329,7
122,1
325,0
56,4
337,7
37.882
44.366
34.444
35.441
41.734
52.600
78,0
134,6
282,0
109,1
740,0
155,8
551,7
534,5
390,0
486,8
431,7
381,1
1,1
1,6
3,2
1,5
7,7
1,1
576,3
sein d’une même province, des zones de types différents sont rassemblées.
En conclusion, les normes nationales sont surtout satisfaites par les grands corps
urbains.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 142
5.
Compléments relatifs aux fonctions de base
5.1. Introduction
Pour certains éléments relatifs aux fonctionnalités du service de police de base,
des questions complémentaires ont été posées dans le questionnaire. Nous donnons ciaprès un aperçu par fonction:
Travail de quartier:
Accueil:
Type de point d’accueil
Type du personnel au point d’accueil
Permanence et heures d’ouverture
Intervention:
Organisation du service
Nombre d’équipes d’intervention
Nombre de personnes par équipe
Temps d’arrivée « zonal »
Capacité des équipes d’intervention
Intervention non urgentes
Assistance policière aux victimes:
Organisation du service
Type du personnel (collaborateur spécialisé)
Recherche locale:
Organisation du service
Formation spécialisée tâches judiciaires
Ordre public:
Organisation du service
Pour chaque point, nous donnerons un aperçu pour l’ensemble du territoire. Nous
n’allons pas pour cette partie traiter les niveaux régional ou provincial ni la répartition
selon la typologie des zones de police.
5.2.
Points détaillés par fonctionnalité de base
5.2.1. Travail de quartier
Sur base des données rassemblées dans le questionnaire morphologique, aucun
complément concernant cette fonctionnalité ne sera abordé.
5.2.2. Accueil
5.2.2.1. Type point d’accueil
On distingue plusieurs types de point d’accueil ou de contact. Premièrement, on
peut simplement prévoir un accueil pour le citoyen. Ensuite, l’accueil peut être combiné
avec un point de chute pour les équipes d’intervention ou prévoir le dispatching. Enfin,
on a attribué un code pour les points d’accueil pour lesquels on ne prévoit pas d’accueil
du citoyen. Cela peut être le cas dans les commissariats principaux des plus grandes
zones.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 143
ONTHAAL - type onthaalpunt /
ACCUEIL - type de point d'accueil
2%
1%
geen onthaal van de burger / pas d'accueil
du citoyen
14%
enkel onthaal van de burger / seulement
accueil du citoyen
onthaal van de burger en terugvalbasis
interventieploegen / accueil du citoyen et
point de chute pour les équipes
d'intervention
23%
60%
onthaal van de burger en terugvalbasis
interventieploegen en dispatching / accueil
du c itoyen et point de chute pour les
équipes d'intervention et dis patching
geen gegevens / pas de données
Selon les informations récoltées, il y avait, au 31/12/2002, 866 points de contact
sur l’ensemble du territoire. Dans 14% des cas, ces points d’accueil remplissent
différentes fonctions en prévoyant notamment un dispatching, un accueil du citoyen et
un point de chute pour les équipes d’intervention. 23% des points d’accueil prévoient un
accueil pour le citoyen et servent de point de chute pour les équipes d’intervention; en
outre, 60% des points d’accueil ne prévoit que l’accueil du citoyen. Les autres points
d’accueil ne prévoient pas l’accueil du citoyen ou n’ont pas donné de réponse à la
question (3%).
5.2.2.2.
Type de personnel
ONTHAAL - type personeel/
ACCUEIL - type de personnel
2%
1%
geen onthaal van de burger /pas d'accueil
du citoyen
37%
enkel operationeel personeel /uniquement
policier
enkel Calog-personeel /uniquement
personnel Calog
operationeel en Calog-personeel /personnel
opérationnel et Calog
geen gegevens /pas de données
1%
59%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 144
Il n’y a presque pas de points d’accueil où l’on mobilise que des CALog afin d’y
assurer l’accueil au citoyen. Dans 37% des points d’accueil, l’accueil est assuré par du
personnel policier et CALog, et ce simultanément ou avec des horaires séparés. Dans 6
des 10 points d’accueil, seuls des membres du personnel du cadre opérationnel
assurent l’accueil du citoyen (59%).
5.2.2.3. Permanence et heures d’ouverture
Certaines zones disposent d’un ou de plusieurs points d’accueil avec présence
humaine 24h/24h et 7 jours sur 7. D’autres points d’accueil ne sont pas accessibles en
permanence. Nous donnons ci-dessous un aperçu de la permanence et de la durée
d’ouverture des points d’accueil de la police locale. Puisqu’une seule zone peut disposer
de plusieurs point d’accueil, c’est le total par zone qui est repris.
Zones avec…
Nombre de
zones de police
Durée moyenne
d’ouverture
Par jour
Par jour
de
semaine
24u
24u
population
Cadre
réel
Ops
Sup
(km²)
IHab/km²
64%
76%
42%
518,5
24h/24h permanence 7 jours sur7
94
48%
Accessible au moins 12h par jour
(cfr. Norme minimale)
25
13%
13u38
13u25
9%
6%
11%
284,1
Accessible au moins 12h par jour de
semaine (réparti sur un ou plusieurs
points d’accueil dans la zone)
44
22%
9u30
12u18
16%
11%
26%
206,9
Accessible pendant moins de 12h
33
17%
7u42
10u00
11%
7%
21%
172,0
Total
196
100%
16u40
17u40
100%
100%
100%
337,5
Un peu moins de la moitié des zones de police (94 zones, soit 48%) disposent
d’une permanence de 24 heures. Ces zones couvrent 42% de la superficie totale du
territoire national et desservent 64% de la population et ce, surtout dans les villes et les
autres régions plus peuplées. En outre, ces zones emploient 76% des fonctionnaires de
police locaux.
13% des zones prévoient une durée d’ouverture de minimum 12 heures par jour.
Avec les zones disposant d’une permanence 24 heures/24, elles satisfont à la norme
minimale en matière d’accueil (cf. supra). Ces deux groupes de zones desservent
environ trois quarts de la population totale et occupent 82% du cadre réel des policiers
locaux.
Un bon cinquième des zones (22%) atteignent la norme des 12 heures
d’accessibilité par jour, durant les jours ouvrables.
17% des zones ne peuvent prévoir une accessibilité de 12 heures par jour, même
durant les jours ouvrables. Ceci est lié aux caractéristiques démographiques des zones
de police (population et superficie), ces zones ne desservant que 11% de la population
et ne couvrant que 21% de la superficie nationale. Il s’agit donc de plus petits corps de
police où l’on ne recense que 7% du total des policiers locaux au niveau national.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 145
5.2.3. Intervention
Les données ont été demandées aux zones en référence à une semaine-type de
travail, sans tenir compte d’éventuels événements spéciaux ou des jours fériés.
5.2.3.1. Organisation du service
Dans 78% des zones, la fonctionnalité de base « intervention » est organisée au
sein d’un service à part entière.
5.2.3.2. Nombre d’équipes d’intervention
Un certain nombre de zones signalent qu’elles ne font pas de distinction entre les
équipes d’intervention permanentes et les équipes de pointe. Les tableau et graphique
ci-dessous sont donc présentés pour l’ensemble des équipes d’intervention (qu’elles
soient permanentes ou de pointe).
lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
samedi
Dimanch
e
Total
semaine
Nombre d’équipes d’intervention
par 24h
11.287
11.220
11.222
11.248
11.633
11.516
10.787
78.913
Nombre personnes par 24 h
22.321
22.171
22.210
22.243
23.173
22.603
21.121
155.842
1,98
1,98
1,98
1,98
1,99
1,96
1,96
1,97
Nombre personnes par équipe
11800
2,00
België/Belgique
11600
1,99
1,98
11200
11000
1,97
10800
1,96
10600
personen/ploeg /
personnes/équipe
ploegen/équipes
11400
1,95
10400
z ondag /
dimanc he
zater dag /
s amedi
v rijdag /
v endr edi
donderdag /
jeudi
woens dag /
mercredi
dins dag /
mardi
1,94
maandag /
lundi
10200
aantal ploegen per 24 u / nombre d'équipes par 24 h
aantal personen per ploeg / nombre de personnes par équipe
Du lundi au jeudi, le nombre d’équipes d’intervention par jour reste au même
niveau que le nombre de personnes par équipe. Les équipes d’intervention sont plus
nombreuses les vendredi et samedi pour ensuite diminuer le dimanche. Le nombre de
personnes par équipe varie peu mais on remarque toutefois une augmentation le
vendredi et une nette diminution le week-end par rapport au début de la semaine.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 146
A la question de savoir de quels motifs le nombre d’équipes d’intervention
dépend, nous obtenons les réponses ci-dessous. Dans cette partie, on reprend la
distinction « équipes d’intervention permanente / équipes de pointe » puisque les zones
de police ne répondaient à la question de la dépendance du nombre d’équipes de pointe
que lorsque elles en mobilisaient. A noter qu’une zone pouvait fournir plusieurs motifs.
Le nombre d’équipes d’intervention permanentes ou d’équipes de
pointe dépend-t-il de ...
Moments de pointe dans le nombre total d’appels
Le nombre de personnes disponibles
Possibilités de sortie – heures de sortie
Evénements annoncés
Actions policières spécifiques
Heures de pointe pour la circulation
Heures scolaires
Les Zones ont mentionné sous la rubrique d’autres motifs, à savoir
Etendue/caractéristiques de la zone
Organisation propre du service et sécurité
Nombre d’appels
Législation/normes imposées/limitations budgétaires
Périodes spécifiques de la journée/semaine/année
Vague de criminalité
équipes d’intervention
permanentes
Equipes de pointe
48
42
33
27
23
19
13
20%
17%
14%
11%
9%
8%
5%
90
54
79
88
73
43
36
19%
11%
16%
18%
15%
9%
7%
11
9
9
6
3
1
244
5%
4%
4%
2%
1%
0%
2
3
1
7
5
4
485
0%
1%
0%
1%
1%
1%
Le nombre d’équipes d’intervention permanentes dépend le plus fréquemment
des moments de pointe dans le nombre d’appels, de la disponibilité du personnel et des
événements répétitifs tels que par exemple les heures de sortie du week-end (dancings,
bars, etc.). En ce qui concerne les équipes de pointe, leur nombre dépend également de
pics dans le nombre d’appels avec en outre, comme on pouvait l’attendre,
d’événements plus occasionnels sans caractère répétitif (par exemple des événements
annoncés tels des concerts, …) et moins de la disponibilité du personnel.
5.2.3.3. Nombre de personnes par équipe
Le nombre de personnes par équipe dépend principalement du personnel
disponible et, dans une moindre mesure, de la mission ou de l’appel. En outre, les pics
dans le nombre d’appels, l’organisation du service et/ou les raisons de sécurité jouent
également un rôle dans le nombre de personnes à prévoir par équipe d’intervention.
Le nombre de personnes par équipe d’intervention permanente ou d’équipe de
pointe dépend de ...
Le nombre de personnes disponibles
La mission ou l’appel
Des moments de pointe dans le total du nombre d’appels
Le quartier
Les Zones mentionnent sous la rubrique d’autres motifs, en raison de:
51
31
17
5
42%
25%
14%
4%
Législation/normes imposées/limitations budgétaires
15
1
1
1
12%
0%
0%
0%
Périodes spécifiques de la journée/semaine/année
122
Propre organisation du service et sécurité
Nombre d’appels
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 147
5.2.3.4. Temps d’arrivée zonal
Sur les 196 zones de police, 66 font état d’un temps d’arrivée zonal (soit 34%).
Ce dernier est décrit dans le questionnaire comme le “temps indicatif nécessaire pour
arriver sur place en cas d’interventions urgentes”. Il y a une différence considérable
entre les zones flamandes et les zones wallonnes. Dans les zones flamandes, en
particulier dans les provinces d’Anvers et du Limbourg, on mentionne plus fréquemment
un temps d’arrivée zonal que dans les zones wallonnes. 42% des zones de police
flamandes contre 22% des zones wallonnes font état d’un temps d’arrivée zonal. Il faut
tenir compte du fait que les zones wallonnes sont en moyenne nettement plus grandes
que leurs pendants flamands. Une zone wallonne s’étend en moyenne sur 233,9 km²
contre 114,6 km² en Flandre. Des zones bruxelloises, aucune ne mentionne un temps
d’arrivée zonal pour intervention (en superficie, il s’agit de petites zones, en moyenne
29,9 km²).
Temps d’arrivée
minutes
zonal
en
10 minutes
Nombre de zones
11
17%
12 minutes
1
1%
15 minutes
15
23%
20 minutes
24
37%
30 minutes
11
17%
60 minutes
3
5%
Minutes non spécifiées
1
66
Le temps d’arrivée zonal pour intervention va de 10 minutes à 1 heure, et la
majorité à 20 minutes.
5.2.3.5. Capacité des équipes d’intervention
Dans le questionnaire morphologique, il était demandé de mentionner le
pourcentage moyen du temps consacrés à d’autres tâches policières par ces équipes
d’intervention permanente et les équipes de pointe.
% moyen du temps rempli par les équipes d’intervention pour
d’autres tâches policières de base
équipes d’intervention
permanentes
équipes de pointe
Rempli en assumant d’autres tâches policières de base
Moins de 50% du temps
165
84%
104
61%
Entre 50% et 80% du temps
28
14%
50
30%
Plus de 80% du temps
3
2%
15
9%
196
100%
169
100%
Pas d’ équipes de pointe
27
Dans plus de 1 zone sur 6 (16%), les équipes d’intervention permanente
consacrent plus de la moitié de leur temps à d’autres tâches policières de base que
l’intervention. Pour les équipes de pointe, le pourcentage s’élève jusqu’à 39% des
zones. De ce pourcentage, 1 zone sur 10 mentionne que les équipes de pointe
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 148
consacrent plus de 80% du temps à d’autres tâches que l’intervention. Nous rappelons
également que 27 zones ne mentionnent pas d’équipes de pointe.
5.2.3.6. Interventions non urgentes
Les interventions non urgentes peuvent être traitées par le service d’intervention
ou par un autres service après renvoi vers ce dernier.
Nombre de zones
Pas de renvoi
19
Renvoi
10%
177
90%
Renvoi – de temps en temps
112
63%
Renvoi – régulièrement
52
29%
Renvoi – presque toujours
8
5%
Renvoi – toujours
1
1%
Renvoi – fréquence non spécifiée
4
2%
.
Dans 10% des zones, il n’y a pas de renvoi d’interventions non urgentes vers un
service d’ intervention. Dans la plupart des autres zones, cela varie entre « de temps en
temps » à « régulièrement ».
5.2.4. Assistance policière aux victimes
5.2.4.1. Organisation du service
Dans 61% des zones, l’«assistance policière aux victimes» est organisée dans
un service à part entière.
5.2.4.2.
Type personnel collaborateur spécialisé
Gespecialiseerd medewerker slachtofferbejegening /
Collaborateur spécialisé ans l'assitance policière aux victimes
politieassistent /
assistant de police
22%
calog
47%
politiebeambte /
fonctionnaire de
police
31%
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 149
Sur les 196 zones, on recense 356 collaborateurs spécialisés « assistance
policière » aux victimes. Nous signalons d’emblée que dans certaines zones, la notion
collaborateur spécialisé a été interprétée de manière assez large. De ceux qui
remplissent au moins 50% de leur temps de travail total en tant que collaborateur
spécialisé, 47% appartiennent au personnel CALog, 31% sont des fonctionnaires de
police et 22% sont des assistants de police.
En terme de formation, 38% des collaborateurs spécialisés qui mentionnent un
diplôme spécifique ont un diplôme en sciences sociales. 19% possède un diplôme en
criminologie et 12% un diplôme en psychologie. En dehors de ces catégories reprises
explicitement dans le questionnaire, la rubrique “autres” mentionne surtout le diplôme
d’assistant social.
5.2.5. Enquête et recherche locale
5.2.5.1.
Organisation du service
Organisation du service
Nombre de zones
Service de recherche exclusivement pour travail de recherche et judiciaire
(service entièrement séparé)
117
60%
Service de recherche principalement pour travail de recherche et judiciaire
- service séparé mais le personnel assume de temps en temps aussi
d’autres tâches
76
39%
Orientation permanente du travail judiciaire vers certaines personnes –
pas de service séparé
1
0%
Pas d’organisation spécifique
2
1%
196
Six zones sur dix organisent une entité à part entière pour la recherche locale qui
s’occupe exclusivement de la matière concernée. 76 autres zones présentent un service
séparé pour la recherche locale mais le personnel y travaillant remplit également
d’autres tâches.
5.2.5.2. Formation spécialisée tâches judiciaires
Les 196 zones de la police locale recensent 1.203 personnes ayant suivi une
formation spécialisée aux tâches judiciaires. 83% d’entre eux ont reçu leur formation
(cours) dans le milieu policier contre 9% hors du milieu policier. 4% ont obtenu leur
formation par le biais d’ un stage.
5.2.6. Ordre public
5.2.6.1. Organisation du service
La fonction ordre public comporte selon la définition de la PLP10 également la
fonction circulation. Toutefois, plus de la moitié des zones de police proposent un
service indépendant pour la fonction circulation. 28% des zones ont un service séparé
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 150
du service « ordre public » et 24% ont seulement un service séparé « circulation ».
Dans 4 sur 10 zones, il n’y a pas d’organisation de service à part entière pour l’ordre
public.
Organisation du service
Nombre de zones
Service séparé pour ordre public et service séparé pour circulation
Service séparé pour ordre public avec circulation (pas de service séparé pour la
Service séparé pour ordre public sans circulation (pas de service séparé pour la
Seul un service séparé pour circulation
Pas d’organisation spécifique
54
14
1
46
81
196
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
28%
7%
0%
24%
41%
100%
p. 151
6.
Accords zonaux
La circulaire PLP 27 du 4/11/2002 (publication 4/12/2002) vise « l’Intensification
et la stimulation de la coopération interzonale ». Le but est de réaliser des liens supra
locaux en vue d’une intensification, d’une rationalisation et d’une efficience de la
collaboration policière.
Cette circulaire dispose que “L’ (les) accord(s) conclu(s) visant la coopération
inter-zonale peut (peuvent) être fixé(s) en protocoles par les conseils de police et les
conseils communaux respectifs lorsqu’il s’agit d’une zone monocommunale. En ce qui
concerne les accords de coopération inter-zonaux qui ne se situent pas dans le cadre
précité, il n’y a pas de contraintes formelles prévues”.
Le questionnaire morphologique demandait pour chaque fonction (cf.
Spécialisations fonctionnelles) si oui ou non il existait un accord zonal et si oui, quelle
était l’entité avec laquelle il était conclu? La première partie des questions nécessitait
une réponse positive ou négative (oui ou non) sous la forme d’une question fermée. La
deuxième partie de la question en cas de réponse affirmative, est posée sous une forme
ouverte. Les réponses à celle-ci ont été plutôt insatisfaisantes. Ceci peut être dû aux
contraintes formelles plutôt vagues pour de tels accords, l’interprétation n’étant pas
partout identique. Certaines zones mentionnent des accords de coopération avec le
niveau fédéral alors que la question portait sur les niveaux local et inter-zonal. Il est
également possible que d’anciens accords de coopération sont toujours considérés
comme valables par l’un des parties alors que l’autre la considère comme tacitement
“supprimés par la réforme”.
Des accords zonaux sont, par principe, consensuels ; en effet, les deux parties
donnent leur assentiment réciproques sur l’objet du « contrat ». Toutefois, l’exécution de
ce « dernier » peut être orientée unilatéralement. La PLP27 mentionne que “les
principes d’équivalence des zones et de réciprocité sont d’importance capitale”. Mais la
circulaire mentionne également que “la réciprocité peut trouver sa concrétisation par la
combinaison de différents domaines pour lesquels la coopération inter-zonale est
traitée”. Ces domaines sont soit de nature non opérationnelle, soit de nature
opérationnelle. Cette dernière regroupe les fonctions relatives aux normes
d’organisation et de fonctionnement (PLP10) en général, et les fonctionnalités de base
en particulier.
Nous établissons ici un aperçu des accords zonaux pour les fonctionnalités de
base. Le tableau doit être interprété avec la réserve nécessaire:
•
Toutes les zones ayant mentionné un accord ont été comptabilisées. Cela signifie
qu’un accord zonal entre zone A et zone B est compté une fois pour zone A et une
fois pour zone B. Lorsque la zone A signe un accord avec la zone B et la zone C,
on comptabilise pour la zone A un accord, tout comme pour la zone B et la zone C.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 152
•
•
Cette méthode a été appliquée car la réciprocité des accords n’a pas toujours pu
être retrouvée par le biais de la banque de données morphologique.
Beaucoup de zones semblent avoir interprété l’existence d’un accord zonal comme
l’existence d’un accord de coopération lato sensu et mentionnent par conséquent
la coopération avec le niveau fédéral.
Certaines zones mentionnent la coopération au sein de l’arrondissement judiciaire
entre les zones, avec ou sans la collaboration avec les Dirco et/ou Dirju.
Nous mentionnons en outre que les accords zonaux dépassent rarement, vu le
cadre juridique, les limites territoriales de l’arrondissement judiciaire, et a fortiori celles
de la province.
accueil/ renvoi si pas
de permanence dans
la zone
Assistance policière
aux victimes
Intervention
Recherche locale
Ordre public
Nombre d’accords
15
70
70
12
53
Dont interzonal
5
66
67
11
41
Dont fédéral
10
1
3
1
12
Les deux
0
3
0
0
0
La plupart des accords sont souscrits pour les fonctions de base « assistance
policière aux victimes » et « intervention ». La plupart des accords sont d’ordre interzonal. Pour la fonction de « recherche locale », les accords sont inter-zonaux mais leur
nombre est minime. Pour le « maintien de l’ordre public », certaines zones font appel au
niveau fédéral.
A la lecture des données morphologiques, il appert que si un accord zonal n’est
pas mentionné par les deux zones, il s’agit souvent d’une coopération entre une plus
grande ville et une zone de police aux environs de celle-ci. C’est alors la zone
périphérique de la ville qui fait appel à la zone la plus urbaine, dans le cadre d’une
intervention à sens unique émanant de cette dernière. Cela explique, d’après la
typologie, pourquoi il y a proportionnellement plus d’accords dans les régions les moins
urbanisées.
Verdeling van de zones en de zonale akkoorden volgens typologie
40%
35%
verdeling van de zones volgens typologie
30%
verdeling van de zonale akkoorden volgens typologie
25%
20%
15%
10%
5%
0%
typologie 1
typologie 2
typologie 3
typologie 4
typologie 5
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 153
En dehors des 6 fonctionnalités de base, il y a dans les domaines d’ordre
opérationnel beaucoup moins d’accords zonaux. Pour les fonctions énumérées dans le
questionnaire, (cf. spécialisations fonctionnelles), il y a des accords pour:
- l’analyse stratégique 15 (niveau fédéral)
- l’analyse opérationnelle 6 (niveau fédéral)
Pour les autres fonctions opérationnelles, on mentionne chaque fois 1 ou 2 accords.
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 154
LIJST VAN DE POLITIEZONES / LISTE DES ZONES DE POLICE
code Nom complémentaire/Complementaire naam
Zone de police: communes / Politiezone: gemeenten
typologie
Brabant-Wallon
5267 5267 Zone NIVELLES - GENAPPE
Genappe / Nivelles
3
5268 5268 Zone OUEST BRABANT WALLON
Braine-Le-Château / Ittre / Rebecq / Tubize
4
5269 5269 LA MAZERINE
La Hulpe / Lasne / Rixensart
4
5270 5270 ORNE - THYLE
Chastre / Court-Saint-Etienne / Mont-Saint-Guibert /
Villers-La-Ville / Walhain
5
5271 5271 Police locale WAVRE
Wavre
3
5272 5272 ARDENNES BRABANCONNES
Beauvechain / Chaumont-Gistoux / Grez-Doiceau /
Incourt
5
5273 5273 Zone de BRAINE-L'ALLEUD
Braine-l'Alleud
3
5274 5274 Police locale de WATERLOO
Waterloo
3
5275 5275 ZP Ottignies-Louvain-La-Neuve
Ottignies-Louvain-La-Neuve
4
5276 5276 Zone de police de JODOIGNE
Hélécine / Jodoigne / Orp-Jauche / Perwez / Ramillies
5
5277 5277 Police locale de LIEGE
Liège
1
5278 5278 Police de SERAING - NEUPRE
Neupré / Seraing
3
5279 5279 ZP Herstal
Herstal
3
5280 5280 ZP Beyne-Heusay/Fléron/Soumagne
Beyne-Heusay / Fléron / Soumagne
3
5281 5281 Zone BASSE MEUSE
Bassenge / Blégny / Dalhem / Juprelle / Oupeye / Visé
4
5282 5282 ZP Flémalle
Flémalle
3
5283 5283 Zone de police SECOVA
Aywaille / Chaudfontaine / Esneux / Sprimont / Trooz
5
5284 5284 Police ANS - SAINT-NICOLAS
Ans / Saint-Nicolas
3
5285 5285 ZP Awans/Grâce-Hollogne
Awans / Grâce-Hollogne
3
5286 5286 HESBAYE
Berloz / Crisnée / Donceel / Faimes / Fexhe-le-HautClocher / Geer / Oreye / Remicourt / Waremme
4
5287 5287 FAGNES
Jalhay / Spa / Theux
4
5288 5288 PAYS DE HERVE
Aubel / Baelen / Herve / Limbourg / Olne / Plombières
/ Thimister-Clermont / Welkenraedt
5
5289 5289 Zone VESDRE
Dison / Pepinster / Verviers
2
5290 5290 Zone STAVELOT-MALMEDY
Lierneux / Malmédy / Stavelot / Stoumont / Trois-Ponts
/ Waimes
5
5291 5291 Polizeizone EIFEL
Amblève / Bullange / Butgenbach / Burg-Reuland /
Saint-Vith
5
5292 5292 Polizeizone WESER-GÖHL
Eupen / Kelmis / Lontzen / Raeren
4
5293 5293 HESBAYE OUEST
Braives / Burdinne / Hannut / Héron / Lincent /
Wasseiges
4
5294 5294 zone MEUSE - HESBAYE
Amay / Engis / Saint-Georges-Sur-Meuse / Verlaine /
Villers-Le-Bouillet / Wanze
5
5295 5295 ZP Huy
Huy
3
5296 5296 ZP du CONDROZ
Anthisnes / Clavier / Comblain-Au-Pont / Ferrières /
Hamoir / Marchin / Modave / Nandrin / Ouffet / Tinlot
5
Liège
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 155
Luxembourg
5297 5297 ZP Arlon/Attert/Habay/Martelange
Arlon / Attert / Habay / Martelange
5298 5298 ZP SUD-LUXEMBOURG
Aubange / Messancy / Musson / Saint-Léger
5
5299 5299 Zone de police de GAUME
Chiny / Etalle / Florenville / Meix-Devant-Virton /
Rouvroy / Tintigny / Virton
Durbuy / Erezée / Gouvy / Hotton / Houffalize / La
Roche-en-Ardenne / Manhay / Marche-en-Famenne /
Nassogne / Rendeux / Tenneville / Vielsalm
5
5300 5300 Police FAMENNE-ARDENNE
5301 5301 CENTRE ARDENNE
2
5
Bastogne / Bertogne / Fauvillers / Léglise / LibramontChevigny / Neufchâteau / Sainte-Ode / Vaux-Sur-Sûre
Bertrix / Bouillon / Daverdisse / Herbeumont / Libin /
Paliseul / Saint-Hubert / Tellin / Wellin
4
5303 5303 ZP Namur
Namur
2
5304 5304 ORNEAU-MEHAIGNE
Eghezée / Gembloux / La Bruyère
4
5305 5305 Zone des ARCHES
Andenne / Assesse / Fernelmont / Gesves / Ohey
4
5306 5306 Police ENTRE SAMBRE ET MEUSE
Floreffe / Fosses-La-Ville / Mettet / Profondeville
5
5302 5302 Police SEMOIS ET LESSE
5
Namur
5307 5307 SAMSOM
Sambreville / Sombreffe
4
5308 5308 Police JEMEPPE S/SAMBRE
Jemeppe-Sur-Sambre
5
5309 5309 FLOWAL
Florennes / Walcourt
5
5310 5310 Police HOUILLE-SEMOIS
Beauraing / Bièvre / Gedinne / Vresse-Sur-Semois
5
5311 5311 ZP Couvin/Viroinval
Couvin / Viroinval
4
5312 5312 Zone HAUTE-MEUSE
Anhée / Dinant / Hastière / Onhaye / Yvoir
4
5313 5313 ZP LESSE ET LHOMME
Houyet / Rochefort
5
5314 5314 CONDROZ-FAMENNE
Ciney / Hamois / Havelange / Somme-Leuze
4
5315 5315 ZP Cerfontaine/Doische/Philippeville
Cerfontaine / Doische / Philippeville
4
Hainaut
5316 5316 Zone de police du TOURNAISIS
Antoing / Brunehaut / Rumes / Tournai
2
5317 5317 Zone de police de MOUSCRON
Mouscron
3
5318 5318 ZP Comines-Warneton
Comines-Warneton
5
5319 5319 BELOEIL / LEUZE -Ht
Beloeil / Leuze-en-Hainaut
5
5320 5320 Zone du VAL DE L'ESCAUT
Celles / Estaimpuis / Mont-de-l'Enclus / Pecq
5
5321 5321 ZP Bernissart/Péruwelz
Bernissart / Péruwelz
4
5322 5322 Police locale VILLE D'ATH
Ath
3
5323 5323 Zone des COLLINES
5324 5324 Zone MONS - QUEVY
Ellezelles / Flobecq / Frasnes-Lez-Anvaing / Lessines
Mons / Quévy
5
2
5325 5325 ZP La Louvière
La Louvière
2
5326 5326 Zone de SYLLE ET DENDRE
5327 5327 Police BORAINE
5
3
5328 5328 ZP HAUTE SENNE
Brugelette / Chièvres / Enghien / Jurbise / Lens / Silly
Boussu / Colfontaine / Frameries / Quaregnon / SaintGhislain
Braine-Le-Comte / Ecaussinnes / LeRoeulx / Soignies
4
5329 5329 Police des HAUTS-PAYS
Dour / Hensies / Honnelles / Quiévrain
4
5330 5330 ZP Charleroi
Charleroi
1
5331 5331 ZP Aiseau-Presles/Châtelet/Farciennes
Aiseau-Presles / Châtelet / Farciennes
3
5332 5332 ZP Anderlues/Binche
Anderlues / Binche
4
5333 5333 LERMES
5334 5334 BOTTE DU HAINAUT
Erquelinnes / Estinnes / Lobbes / Merbes-Le-Château
Beaumont / Chimay / Froidchapelle / Momignies /
Sivry-Rance
5
5
5335 5335 Police locale MARIEMONT
3
5336 5336 Zone des TRIEUX
Chapelle-Lez-Herlaimont / Manage / Morlanwelz /
Seneffe
Courcelles / Fontaine l'Évêque
5337 5337 ZP Fleurus/Les Bons Villers/Pont-à-Celles
Fleurus / Les Bons Villers / Pont-à-Celles
5
5338 5338 GERMINALT
Gerpinnes / Ham-Sur-Heure-Nalinnes / Montigny-LeTilleul / Thuin
5
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
3
p. 156
Arr. adm. Bruxelles-capitale / Adm. Arr. Brussel-hoofdstad
5339 5339 BRUSSEL HOOFDSTAD ELSENE/
BRUXELLES CAPITALE IXELLES
Bruxelles / Ixelles / /
Brussel / Elsene
1
5340 5340 BRUXELLES-OUEST/ BRUSSEL WEST
Berchem-Sainte-Agathe / Ganshoren / Jette /
Koekelberg / Molenbeek-Saint-Jean / /
Ganshoren / Jette / Koekelberg / Sint-Agatha-Berchem
/ Sint-Jans-Molenbeek
2
5341 5341 Zone MIDI - Zone ZUID
Anderlecht / Saint-Gilles / Forest / /
Anderlecht / Sint-Gillis / Vorst
2
5342 5342 UCCLE/W-B/AUDERGHEM/ UKKEL/WB/OUDERGEM
Auderghem / Uccle / Watermael-Boitsfort / /
Oudergem / Ukkel / Watermaal-Bosvoorde
2
5343 5343 Zone MONTGOMERY
Etterbeek / Woluwe-Saint-Lambert / Woluwe-SaintPierre / / Etterbeek / Sint-Lambrechts-Woluwe / SintPieters-Woluwe
2
5344 5344 SCHAERBEEK ST.JOSSE EVERE/
SCHAARBEEK ST JOOST EVERE
Evere / Schaerbeek / Saint-Josse-Ten-Noode / /
Evere / Schaarbeek / Sint-Joost-Ten-Node
2
Antwerpen
5345 5345 ANTWERPEN
Antwerpen
1
5346 5346 PZ Zwijndrecht
Zwijndrecht
4
5347 5347 Politiezone RUPEL
Boom / Hemiksem / Niel / Rumst / Schelle
4
5348 5348 Politiezone NOORD
Kapellen / Stabroek
3
5349 5349 HEKLA
Aartselaar / Edegem / Hove / Kontich / Lint
3
5350 5350 GRENS
Essen / Kalmthout / Wuustwezel
5
5351 5351 MINOS
Boechout / Borsbeek / Mortsel / Wijnegem /
Wommelgem
3
5352 5352 PZ BRASSCHAAT
Brasschaat
3
5353 5353 PZ SCHOTEN
Schoten
3
5354 5354 PZ Ranst/Zandhoven
Ranst / Zandhoven
5
5355 5355 VOORKEMPEN
Brecht / Malle / Schilde / Zoersel
4
5356 5356 PZ KLEIN-BRABANT
Bornem / Puurs / Sint-Amands
4
5357 5357 PZ Willebroek
Willebroek
4
5358 5358 Lokale politie MECHELEN
Mechelen
2
5359 5359 BODUKAP
Bonheiden / Duffel / Putte / Sint-Katelijne-Waver
4
5360 5360 PZ Lier
Lier
3
5361 5361 BERLAAR - NIJLEN
Berlaar / Nijlen
4
5362 5362 Politiezone HEIST
Heist-op-den-Berg
4
5363 5363 Politiezone NOORDERKEMPEN
Hoogstraten / Merksplas / Rijkevorsel
4
5364 5364 Politie regio TURNHOUT
Baarle-Hertog / Beerse / Kasterlee / Lille / OudTurnhout / Turnhout / Vosselaar
3
5365 5365 ZUIDERKEMPEN
Herselt / Hulshout / Westerlo
5
5366 5366 PZ Geel/Laakdal/Meerhout
Geel / Laakdal / Meerhout
3
5367 5367 Politiezone KEMPEN N-O
Arendonk / Ravels / Retie
5
5368 5368 BALEN - DESSEL - MOL
Balen / Dessel / Mol
3
5369 5369 Zone NETELAND
Grobbendonk / Herentals / Herenthout / Olen /
Vorselaar
3
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 157
Limburg
5370 5370 HAZODI
Diepenbeek / Hasselt / Zonhoven
5371 5371 PZ Lommel
Lommel
2
4
5372 5372 PZ Hamont-Achel/Neerpelt/Overpelt
Hamont-Achel / Neerpelt / Overpelt
4
5373 5373 PZ Beringen/Ham/Tessenderlo
Beringen / Ham / Tessenderlo
4
5374 5374 WEST-LIMBURG
Halen / Herk-De-Stad / Lummen
5
5375 5375 PZ Heusden-Zolder
Heusden-Zolder
4
5376 5376 PZ Gingelom/Nieuwerkerken/Sint-Truiden
Gingelom / Nieuwerkerken / Sint-Truiden
3
5377 5377 KEMPENLAND
Hechtel-Eksel / Leopoldsburg / Peer
5
5378 5378 PZ Houthalen-Helchteren
Houthalen-Helchteren
5
5379 5379 PZ KANTON BORGLOON
Alken / Borgloon / Heers / Kortessem / Wellen
5
5380 5380 TONGEREN - HERSTAPPE
Herstappe / Tongeren
3
5381 5381 PZ Bilzen/Hoeselt/Riemst
Bilzen / Hoeselt / Riemst
4
5382 5382 PZ Voeren
Voeren
5
5383 5383 Politiezone MAASLAND
Dilsen-Stokkem / Maaseik
4
5384 5384 Politiezone GAOZ
As / Genk / Opglabbeek / Zutendaal
2
5385 5385 PZ NOORDOOST-LIMBURG
Bocholt / Bree / Kinrooi / Meeuwen-Gruitrode
5
5386 5386 PZ Lanaken
Lanaken
5
5387 5387 PZ Maasmechelen
Maasmechelen
4
5388 5388 PZ Leuven
Leuven
2
5389 5389 Zone HAGELAND
Bekkevoort / Geetbets / Glabbeek / Kortenaken / TieltWinge
5
5390 5390 Politiezone LAN
Landen / Linter / Zoutleeuw
5
5391 5391 PZ Bierbeek/Boutersem/Holsbeek/Lubbeek
Bierbeek / Boutersem / Holsbeek / Lubbeek
5
5392 5392 PZ TIENEN - HOEGAARDEN
Hoegaarden / Tienen
3
5393 5393 HERKO
Herent / Kortenberg
4
5394 5394 Politiezone AARSCHOT
Aarschot
3
5395 5395 HAACHT
Boortmeerbeek / Haacht / Keerbergen
4
5396 5396 DEMERDAL - DSZ
Diest / Scherpenheuvel-Zichem
3
Vlaams-Brabant
5397 5397 PZ DIJLELAND
Bertem / Huldenberg / Oud-Heverlee
5
5398 5398 PZ Tervuren
Tervuren
3
5399 5399 Politiezone BRT
Begijnendijk / Rotselaar / Tremelo
4
5400 5400 PZ Zaventem
Zaventem
3
5401 5401 WOKRA
Kraainem / Wezembeek-Oppem
3
5402 5402 PZ DRUIVENSTREEK
Hoeilaart / Overijse
4
5403 5403 Zone RODE
Drogenbos / Linkebeek / Sint-Genesius-Rode
3
5404 5404 BEERSEL
Beersel
3
5405 5405 PAJOTTENLAND
Bever / Galmaarden / Gooik / Herne / Lennik /
Pepingen
5
5406 5406 PZ DILBEEK
Dilbeek
3
5407 5407 Politiezone TARL
Affligem / Liedekerke / Roosdaal / Ternat
4
5408 5408 Pol AMOW
Asse / Merchtem / Opwijk / Wemmel
4
5409 5409 Politiezone K - L - M
Kapelle-op-den-Bos / Londerzeel / Meise
4
5410 5410 PZ Grimbergen
Grimbergen
3
5411 5411 VILVOORDE - MACHELEN
Machelen / Vilvoorde
3
5412 5412 KASTZE
Kampenhout / Steenokkerzeel / Zemst
5
5413 5413 Politiezone HALLE
Halle
3
5414 5414 PZ SINT-PIETERS-LEEUW
Sint-Pieters-Leeuw
3
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 158
Oost-Vlaanderen
5415
5416
5417
5418
5419
5420
5421
5422
5423
5424
5425
5415 PZ Gent
5416 PZ Lochristi/Moerbeke/Wachtebeke/Zelzate
5417 MEETJESLAND CENTRUM
5418 Regio RHODE & SCHELDE
5419 Politiezone SCHELDE - LEIE
5420 Politiezone DEINZE - ZULTE
5421 PZ Assenede/Evergem
5422 LOWAZONE
5423 PZ Aalter/Knesselare
5424 PZ Maldegem
5425 VLAAMSE ARDENNEN
5426
5427
5428
5429
5430
5431
5432
5433
5434
5435
5436
5437
5438
5439
5440
5441
5442
5443
5426 BRAKEL
5427 PZ Ronse
5428 GERAARDSBERGEN - LIERDE
5429 ZOTTEGEM HERZELE StLHOUTEM
5430 PZ BEVEREN
5431 SINT-GILLIS-WAAS/STEKENE
5432 Politie SINT-NIKLAAS
5433 PZ Kruibeke/Temse
5434 LOKEREN
5435 PZ Hamme/Waasmunster
5436 PZ Berlare/Zele
5437 BUGGENHOUT - LEBBEKE
5438 PZ WETTEREN LAARNE WICHELEN
5439 PZ Denderleeuw/Haaltert
5440 PZ Aalst
5441 PZ Erpe-Mere/Lede
5442 PZ Ninove
5443 PZ Dendermonde
Gent
Lochristi / Moerbeke / Wachtebeke / Zelzate
Eeklo / Kaprijke / Sint-Laureins
Destelbergen / Melle / Merelbeke / Oosterzele
De Pinte / Gavere / Nazareth / Sint-Martens-Latem
Deinze / Zulte
Assenede / Evergem
Lovendegem / Nevele / Waarschoot / Zomergem
Aalter / Knesselare
Maldegem
Kluisbergen / Kruishoutem / Oudenaarde / WortegemPetegem / Zingem
Brakel / Horebeke / Maarkedal / Zwalm
Ronse
Geraardsbergen / Lierde
Herzele / Sint-Lievens-Houtem / Zottegem
Beveren
Sint-Gillis-Waas / Stekene
Sint-Niklaas
Kruibeke / Temse
Lokeren
Hamme / Waasmunster
Berlare / Zele
Buggenhout / Lebbeke
Laarne / Wetteren / Wichelen
Denderleeuw / Haaltert
Aalst
Erpe-Mere / Lede
Ninove
Dendermonde
1
5
3
3
4
3
5
5
5
5
3
5
3
4
4
4
5
2
4
3
4
4
4
4
4
2
4
4
3
West-Vlaanderen
5444 5444 PZ Brugge
Brugge
2
5445 5445 PZ Blankenberge/Zuienkerke
Blankenberge / Zuienkerke
4
5446 5446 PZ Damme/Knokke-Heist
Damme / Knokke-Heist
3
5447 5447 Politiezone het HOUTSCHE
Beernem / Oostkamp / Zedelgem
5
5448 5448 Regio TIELT
5
5449 5449 PZ Oostende
Ardooie / Lichtervelde / Pittem / Ruiselede / Tielt /
Wingene
Oostende
2
5450 5450 PZ Bredene/De Haan
Bredene / De Haan
3
5451 5451 Politiezone MIDDELKERKE
Middelkerke
5
5452 5452 Politiezone KOUTER
Gistel / Ichtegem / Jabbeke / Oudenburg / Torhout
5
5453 5453 Politiezone RIHO
Hooglede / Izegem / Roeselare
2
5454 5454 MIDOW
Dentergem / Ingelmunster / Meulebeke /
Oostrozebeke / Wielsbeke
4
5455 5455 GRENSLEIE
Ledegem / Menen / Wevelgem
4
5456 5456 VLAS
Kortrijk / Kuurne / Lendelede
2
5457 5457 MIRA
4
5458 5458 GAVERS
Anzegem / Avelgem / Spiere-Helkijn / Waregem /
Zwevegem
Deerlijk / Harelbeke
3
5459 5459 Politiezone SPOORKIN
Alveringem / Lo-Reninge / Veurne
4
5460 5460 POLDER
Diksmuide / Houthulst / Koekelare / Kortemark
4
5461 5461 WESTKUST
De Panne / Koksijde / Nieuwpoort
5
5462 5462 Politiezone ARRO IEPER
Heuvelland / Ieper / Langemark-Poelkapelle / Mesen /
Moorslede / Poperinge / Staden / Vleteren / Wervik /
Zonnebeke
4
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 159
COLOPHON
CGL – Service Morphologie
CHEF DE SERIVCE
Patricia Scharff
COLLABORATEURS
Benjamin Martin : 02/223.99.20
Sandra Savenberg : 02/223.99.21
POLICE FEDERALE – CGL
Square Victoria Regina 1
1210 Bruxelles
tel : 02/223.99.31
fax : 02/223.99.45
www.infozone.be
CGL – Morphologie de la police locale – Aperçu général des données au 31/12/2002 -
p. 160
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement