CONSTITUER UN CORPUS

CONSTITUER UN CORPUS
CHAPITRE VII
CONSTITUER UN CORPUS
1. DEFINITIONS ET TYPOLOGIE DES CORPUS
Il y a vingt ou trente ans, la constitution d'un corpus électronique était une
tâche ardue : saisie et correction du texte sur cartes perforées, traitement
informatique dans des centres de calcul distants, sur des machines dont
les capacités de stockage et de calcul limitaient la taille des données
manipulables ... Avec l'avènement de la micro-informatique, l'introduction
des réseaux, l'augmentation de la taille des mémoires et la rapidité
croissante des traitements, la situation a radicalement changé. Beaucoup
d'écrits professionnels existent directement sous forme électronique et
sont donc « recyclables » au sein d'un corpus. Le « captage » de textes
est désormais aisé.
Paradoxalement, la notion même de corpus s'en est obscurcie. À l'orée
des traitements informatiques de données textuelles, le coût même de la
création d'un corpus conduisait à peser mûrement les textes à y intégrer,
à identifier précisément les critères de rassemblement. Aujourd'hui que le
texte électronique foisonne, des documents se trouvent parfois agrégés
avant tout parce qu'ils sont faciles d'accès1, sans que leur mise en relation
ait été réellement pensée. La mûre pesée d'un regroupement adéquat à
l'objectif poursuivi cède le pas à la seule disponibilité des ressources. La
communauté du TALN appelle souvent corpus les grandes collections de
documents qui lui servent à mettre au point ses traitements. Les
rencontres organisées depuis plusieurs années par l'ACL (Association for
Computational Linguistics) sur les « très grands corpus » (very large
corpora) traitent de très vastes données textuelles plutôt que de corpus à
1
Ce qui est appelé crûment dans (Marcus et al., 1993, p. 313, n. 1) des regroupements
« opportunistes ».
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
proprement parler. On serait plutôt tenté de voir là « du texte », texte dont
on ne sait pas toujours très bien de quels usages langagiers il est
représentatif.
Nous adoptons la définition plus restreinte de John Sinclair (1996,
p. 4) : « Un corpus est une collection de données langagières qui sont
sélectionnées et organisées selon des critères linguistiques explicites pour
servir d'échantillon du langage. » C'est à dessein que le mot « texte »
n'est pas employé ici. En effet, comme pour Archer ou pour BNC, les
techniques d'échantillonnage peuvent amener à briser la séquentialité des
textes de départ : on extrait éventuellement des fragments en plusieurs
endroits d'un même texte pour éviter de sur-représenter ou sousreprésenter certaines caractéristiques2. Les corpus de textes (complets)
s’opposent aux corpus d'échantillons (ibid., p. 9). On cherche en outre à
respecter les critères suivants : une taille aussi importante que les moyens
techniques le permettent3 (par souci de représentativité), des échantillons
diversifiés (et éventuellement de taille similaire), une origine nettement
repérée (les coordonnées des documents primaires sont conservées). Par
opposition (ibid.) , « [d]es mots comme ‘collection’ ou ‘archive’ renvoient à
des ensembles de textes qui ne nécessitent pas de sélection ou
d'organisation, ou dont la sélection ou l'organisation ne nécessitent pas de
critères linguistiques4. » Les CD-ROM du journal Le Monde, par exemple,
rassemblent des articles relevant de discours parfois éloignés (langue
générale de la vie politique et sociale – nationale et internationale,
langues spécialisées diverses : économie, sport, météorologie, etc.). Il est
donc plus adéquat de parler de « la collection du Monde sur CD-ROM »
que du « corpus du Monde ».
On peut alors opposer corpus de référence et corpus spécialisé : « Un
corpus de référence est conçu pour fournir une information en profondeur
sur une langue. Il vise à être suffisamment étendu pour représenter toutes
les variétés pertinentes du langage et son vocabulaire caractéristique, de
manière à pouvoir servir de base à des grammaires, des dictionnaires et
d'autres usuels fiables » (ibid., p. 10). Brown, LOB et BNC constituent
des corpus de référence, les deux premiers uniquement pour l'écrit, le
troisième pour l'oral également. Les deux premiers ne répondent d'ailleurs
plus aux exigences de taille qui peuvent être les nôtres aujourd'hui. Les
corpus comparables (ibid., p. 12) constituent des sélections de textes
similaires dans plus d'un langage ou dans plusieurs variétés d'un langage.
On peut considérer LOB et Brown comme des corpus comparables. Tous
deux regroupent des textes provenant des mêmes « genres » et de la
même année : 1961, mais ils relèvent pour le premier de l'anglais, pour le
second de l'américain. Les corpus spécialisés sont limités à une situation
2
Par exemple, les phrases analysées manuellement à l'université de Lancaster (1 million
de mots) dans le cadre de la collaboration avec IBM Watson (Black et al., 1993, p. 23)
ont été extraites au hasard d'un ensemble de 20 millions de mots de dépêches de
l'agence Associated Press. Elles ne sont pas consécutives, ce qui ne facilite d'ailleurs
pas forcément leur compréhension par les annotateurs.
3
John Sinclair ajoute : « Un corpus est supposé contenir un grand nombre de mots.
L'objectif fondamental de la constitution d'un corpus est le rassemblement de données
en
grandes quantités ». Il se garde de préciser ce qu'il entend par grandes quantités ...
4
G. Leech fait écho (1991, p. 11) : « [...] en fin de compte, la différence entre une archive
et un corpus doit résider dans le fait que ce dernier est conçu ou nécessité pour une
fonction 'représentative' précise. »
2
3
de communication, ou à un domaine. Parmi ces corpus, on trouve les
ensembles relevant de sous-langages que l'on trouve dans les domaines
scientifiques et techniques (cf. section 3). Les corpus ou collections
parallèles sont constitués d'un ou de plusieurs documents traduit(s) dans
une ou plusieurs langues (cf. chapitre VI). L'exemple canonique est le
Hansard : les débats du Parlement canadien, en anglais et en français.
Beaucoup de corpus constituent des ressources achevées, dès lors
immuables : on n'y ajoute plus rien, mais on peut en extraire
éventuellement des sous-corpus (l'oral dans BNC par exemple, ou une
diachronie restreinte dans Archer). À l'inverse, avec la possibilité de
« capter » en continu des données dans certains secteurs (les fichiers de
composition de grands journaux comme le Times, par exemple), est
apparue la notion de corpus de suivi5 – monitor corpus (Sinclair, 1996,
p. 4). Par définition, un tel corpus ne cesse de croître. Il devient alors
possible d'étudier l'évolution de certains phénomènes langagiers :
néologismes, emplois privilégiés à un moment donné de certains suffixes
ou préfixes, etc., un peu comme les éditions papier de certains
dictionnaires d'usage (Le Petit Larousse, Le Petit Robert) servent de
« sonde » sur le lexique et ses changements. Dans la mesure où ces
corpus de suivi sont récents, ils ne peuvent renseigner dans l'immédiat
que sur la courte durée (moins d'une décennie). Mais avec le temps, ils
contribueront à notre connaissance de l'évolution de certains secteurs de
la langue (cf. chapitre V).
« Un corpus électronique est un corpus qui est encodé de manière
standardisée et homogène pour permettre des extractions non limitées à
l'avance » (ibid., p. 5). En effet, la simple existence sur support
électronique ne fait pas d'un ensemble de textes un corpus électronique.
Encore faut-il que ce document obéisse à des conventions de
représentation, de codage répandues, voire faisant consensus, qui
permettent la transmission et la réutilisation des données textuelles en
cause (cf. section 5).
2. LANGUE GENERALE
2.1 Etudier une dimension particulière
La nature des phénomènes à étudier peut réclamer des données très
vastes ou au contraire se satisfaire d'un corpus restreint. H. Barkema
(1994, p. 271) indique ainsi : « [...] un corpus d'un million de mots est bien
trop restreint pour étudier la flexibilité [des expressions toutes faites] et [...]
un corpus de 20 millions de mots est trop petit pour trouver un nombre
suffisant d'occurrences de toutes les expressions [idiomatiques]. » Il
fournit les chiffres suivants (1993, p. 271-272) : sur l'ensemble des noms
5
ou encore corpus baromètre.
3
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
composés répertoriés par LDOCE (Longman Dictionary of Contemporary
English), 88 % d'entre eux apparaissent une fois ou plus dans les 20
millions de mots du corpus de Birmingham, 48 % plus de 10 fois et 30 %
plus de 20 fois. La proportion de ceux d'entre eux pour lesquels une étude
de flexibilité est possible s'avère donc réduite.
Donnons un exemple de corpus spécialisé, conçu pour l’étude d’un
phénomène bien délimité. G. Engwall (1994, p. 60-64) se fixe comme
objectif, au milieu des années soixante-dix, d'étudier sur le plan
linguistique les mots, les syntagmes et les constructions de la prose
française littéraire contemporaine, à travers le roman. Après avoir
considéré l'état des ressources électroniques de l'époque (et en particulier
le corpus du Trésor de la Langue Française), G. Engwall retient la période
1962-1970, pour pouvoir rendre compte des années soixante. La
dénomination de « roman » recouvrant des écrits bien divers, le
classement d'une bibliographie française, les Livres de l'année, lui sert de
pierre de touche. Les listes des meilleures ventes des Nouvelles littéraires
et du Figaro littéraire constituent un filtre supplémentaire. Environ 400
titres répondent à ces premiers critères de période, de genre et de
diffusion. L'élimination des livres traduits ou de ceux dont la première
édition précède le début de la période retenue ramène cet ensemble à
161 titres. Deux conditions supplémentaires sont retenues : l'auteur doit
être né en France et faire partie des auteurs les plus jeunes des meilleurs
ventes, l'action du roman doit être située dans la France de l'après-guerre
(ce qui nécessitait un examen des textes). Dernière contrainte : la taille
globale du corpus, fixée à 500 000 mots (par comparaison avec des
recherches similaires). D'où le choix de fragments totalisant 20 000 mots
(la taille d'un livre de poche très court) pour chacun des 35 romans
finalement choisis. Pour mieux rendre compte de chacune des œuvres,
ces fragments ne sont pas consécutifs : ils sont formés de 10 échantillons
de 2 000 mots extraits au hasard de chacune des œuvres.
2.2 Constituer un corpus de référence
Deux positions s'opposent et constituent les pôles entre lesquels se
répartissent les créateurs de corpus. « Gros, c'est beau » (more data is
better data), pourrait être le slogan de la première. La conviction sousjacente est que l'élargissement mécanique des données mémorisables
(les centaines de millions de mots actuelles deviendront à terme des
milliards) en fait inévitablement un échantillon de plus en plus
représentatif du langage traité. Si l'on n'arrive pas à cerner précisément
les caractéristiques de l'ensemble des productions langagières, il ne reste
qu'à englober le maximum d'énoncés possibles. À terme, la nécessité de
choisir finirait par s'estomper.
La seconde approche, plus sensible aux variations propres aux
données textuelles, constitue des ensembles aux conditions de production
et de réception plus nettement définies et corrélées à leurs
caractéristiques langagières. La logique de cette position conduit même à
« équilibrer » en taille les échantillons retenus, voire à ne pas retenir des
4
5
empans de texte continus, de manière à éviter de sur-représenter des
« lieux » du texte particuliers (l'introduction par exemple). Cette technique
de constitution des textes par échantillonnage est souvent pratiquée pour
les corpus anglo-saxons (BNC, Archer, LOB, Brown, Helsinki).
L'échantillonnage touche donc à la fois le choix des documents à intégrer
et la partie de ces documents à conserver. Biber (1993a, p. 222-226)
montre les variations des pondérations de certains traits linguistiques
selon le genre considéré. Les fréquences des étiquettes possibles pour un
mot changent. Dans LOB, pour les textes de fiction, known est un passif
dans 26 % des cas, un prétérit dans 65 %, et un adjectif dans 6 %. Ces
proportions passent à 65 %, 13 % et 15 % respectivement pour les textes
« expositifs » (exposition). Les prédictions que l'on peut faire sur la
catégorie la plus probable pour known dépendent donc du genre choisi
pour estimer les fréquences des catégories possibles6. Il en va de même
pour la probabilité d'une catégorie lorsqu'on connait la catégorie
précédente. Dans le même corpus, la copule be est suivie d'un passif
dans 13 % des cas dans les textes de fiction et dans 31 % des cas dans
les textes « expositifs ». Biber et Finegan (1994), sur un corpus d'articles
du New England Journal of Medicine et de The Scottish Medical Journal,
montrent également que les parties canoniques d'un article scientifique
(introduction, méthodes, résultats, discussion) comportent des différences
sensibles entre elles. Le présent est fréquent dans l'introduction et la
discussion et relativement rare dans la partie méthodes. Le passé a la
distribution inverse. On comprend dès lors mieux la politique qui consiste
à « démembrer » certains documents pour ne pas sur-représenter
certaines de leurs sous-parties, et plus largement cette « échantillonnite »
qui surprend souvent un esprit français.
La démarche suivie pour la constitution de BNC (Burnard, 1995), conçu
pour être un corpus de référence pour l’anglais, s’inscrit totalement dans
cette seconde optique, à ceci près que les registres ne sont pas pris en
compte. Les critères de choix diffèrent pour l'écrit et pour l'oral. En ce qui
concerne l'écrit, plusieurs contraintes se superposent :
• le domaine : 75 % de textes « informatifs », le reste appartenant à la
fiction ;
• le support : 60 % de livres7, 30 % de périodiques, le reste comprenant
des écrits non publiés ou des supports de discours (écrits pour être lus,
comme les informations radio-télévisées) ;
• la datation : les ouvrages de fiction de 1960 à 1993 (pour tenir compte
de leur durée de vie plus grande) et les ouvrages « informatifs » de
1975 à 1993 ;
• la diffusion : une liste de livres imprimés disponibles, les listes des
meilleures ventes, celles de prix littéraires, les indications de prêts en
bibliothèque (à la fois les ouvrages les plus prêtés et les ouvrages en
prêt à court terme, qui sont donc très demandés) ont ainsi servi à
6
A. Voutilainen dans (Karlson et al., 1995), montre que, dans les corpus « équilibrés »
entre différents genres que sont Brown et LOB, cover (couvrir, couverture) est un nom
dans 40 % des cas, un verbe dans 60 %. Dans un manuel d'entretien de voiture, il s'agit
dans tous les cas d'un nom.
7
Les extraits de livres représentent 45 000 mots d'un seul tenant, le début étant choisi
au hasard (en respectant toutefois les limites discursives du type chapitre).
5
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
choisir des livres « bien diffusés ».
Pour l'oral, l'objectif est la conversation spontanée. Le corpus est
constitué par échantillonnage démographique en termes d'âge, de sexe,
de groupe social et de région. Les 124 personnes choisies sur ces critères
et à partir d'un entretien, âgées d'au moins 15 ans, disposaient pendant
quelques jours d'un magnétophone portable pour pouvoir enregistrer leurs
conversations. Les consignes étaient de varier les moments
d'enregistrement (jours ouvrés / fins de semaine) et de noter à chaque fois
la situation d'interlocution (datation, environnement, participants).
L'enregistrement pouvait être effectué à l'insu des participants par la
personne choisie, mais les interlocuteurs étaient prévenus in fine pour que
l'on puisse effacer l'enregistrement si l'anonymat réalisé ne leur suffisait
pas. En tout, plus de 700 heures d'enregistrement ont été réalisées. Outre
cet échantillon démographique, ont été intégrées des transcriptions
d'interactions orales typiques dans divers domaines : affaires (réunions,
prises de parole syndicales, consultations médicales ou légales),
éducation et information (cours et conférences, informations radiotélévisées), prises de parole publiques (sermons, discours politiques,
discours parlementaires et légaux), loisirs (commentaires sportifs,
réunions de clubs).
2.3 Peut-on constituer des échantillons représentatifs ?
Les deux positions exposées en 2.3 s’accordent implicitement sur la
difficulté, en matière de langage, à donner une définition positive de la
représentativité8. Veut-on représenter les textes effectivement reçus ? Ou
bien les textes et autres énoncés produits ? Les genres et domaines
fournissent pour l'écrit un découpage, insatisfaisant certes, mais utilisable,
des types à représenter. Pour l'oral, l'identification des classes à
considérer est moins avancée. Notre connaissance de la « population »
des données langagières est donc encore extrêmement fragmentaire. Les
erreurs statistiques classiques sont par conséquent monnaie courante :
l'échantillon est trop petit pour bien représenter la population, l'échantillon
est systématiquement biaisé – il s'écarte significativement des
caractéristiques de la population (Biber, 1993a, p. 219-220).
3. LANGUES DE SPECIALITE ET SOUS-LANGAGES
À l'opposé de la langue générale que cherchent à représenter les corpus
de référence, se trouvent les usages spécialisés. Les dénominations
(langues spécialisées, langues de spécialité, sous-langages) impliquent
des analyses et des visées différentes. Parler de langue spécialisée,
8
6
On se reportera à (Biber, 1993a, 1994) pour une discussion approfondie.
7
n'est-ce pas insister sur la continuité entre la langue générale et ce
fonctionnement particulier ? La notion de langue de spécialité met plutôt
l'accent sur le domaine technique ou scientifique concerné. Par souslangage, Harris entend un fonctionnement langagier tout à fait spécifique.
3.1 Les hypothèses de Z. Harris
Z. Harris, à partir du milieu des années soixante-dix et jusqu'aux années
quatre-vingt dix, oppose le caractère relativement flou des restrictions
qu'un opérateur donné impose à ses arguments en langue générale
(l'argument de mourir peut être un nom +animé, mais aussi un nom
abstrait : la mort d'une illusion) aux limites extrêmement nettes
rencontrées9 dans ce qu'il appelle les sous-langages10 : langages de
disciplines scientifiques ou techniques, méta-langage (comme celui de la
grammaire ou de la linguistique). Selon lui, ces sous-langages se
caractérisent par un lexique limité et par l'existence de schémas de
phrases en nombre fini. Ces schémas ont la particularité d'être des
combinaisons particulières de sous-classes de mots propres au souslangage en question. Ainsi, dans Menelas, sous diverses formulations se
manifeste le schéma N1 dilater N2, où N111 ressortit à la classe des
médecins et N2 à celle des artères : on dilate une artère coronaire, une
artère circonflexe, etc12.
La dénomination sous-langage tient du faux-ami. Ces sous-langages
ne sont pas forcément en effet des sous-ensembles de la langue
générale. Certains traits de la langue générale s'y retrouvent, d'autres leur
sont propres. La prédictibilité de certains arguments peut provoquer leur
omission systématique (on ne parlera pas ici d'ellipse) : par exemple,
dans le domaine de la vinification, on sucre est acceptable, mais *on
sucre le moût, qui explicite l'argument, n'est pas un énoncé bien formé.
Inversement, les sous-langages peuvent recourir à des patrons
syntaxiques particuliers qu'il serait difficile d'intégrer tels quels à une
grammaire « de langue »13. C'est le cas de certains motifs dénominatifs
qui forment de véritables « grammaires locales ». Par ailleurs, les souslangages diffèrent des langages contrôlés. Ils résultent d'ajustements
lents et pour une large part non raisonnés au sein d'une communauté
langagière restreinte. Les langages contrôlés se caractérisent également
9
« Le caractère distinctif d'un sous-langage, c'est que pour certains sous-ensembles des
phrases du langage, les restrictions de sélection, pour lesquelles on ne peut pas fournir
de règles pour le langage dans son ensemble, intègrent la grammaire. Dans un souslangage, les classes lexicales ont des frontières relativement tranchées qui reflètent la
division des objets du monde en catégories qui sont clairement différenciées dans le
domaine
» (Sager, 1986, p. 3).
10
(Harris et al., 1989) fournit à la fois le cadre méthodologique global et des exemples
d'analyses effectives, en particulier sur le français (elles sont dues alors à A. Daladier).
11
N1 n'est pas toujours exprimé, par exemple dans la nominalisation dilatation de N2 ou
dans l'utilisation du passif N2 a été dilaté.
12
Il s'agit d'ailleurs d'une métonymie, c'est en fait un segment qui est dilaté et non l'artère
entière.
13
Les manuels informatiques anglais ont par exemple un emploi particulier de to vary on
[un dispositif], signifiant approximativement le mettre en marche dans des phrases
comme « The system will be unable to vary on the device » (Black et al., 1993, p. 112).
7
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
par un lexique et une syntaxe limités, mais ils proviennent d'une
« planification » linguistique dans des domaines où une communication
moins équivoque ou plus concise est particulièrement importante (dans
l'aviation, par exemple).
3.2 Analyses de sous-langages
3.2.1 La méthodologie harrissienne
Cette vision des sous-langages s'accompagne d'une méthode pour mettre
au jour les classes de mots et les patrons syntaxiques caractéristiques
d'un sous-langage. Pour reprendre les termes de N. Sager (1987, p.
198) : « Si l'on applique à un corpus de textes d'un secteur scientifique
des méthodes de linguistique descriptive similaires à celles utilisées pour
le développement d'une grammaire d'une langue dans son ensemble, on
obtient des motifs précis de cooccurrences de mots à partir desquels on
peut définir des sous-classes de mots et des séquences de ces sousclasses qui sont caractéristiques (c'est-à-dire une grammaire). Ces
catégories lexicales et formules syntaxiques de la grammaire du souslangage sont étroitement corrélées aux classes d'objets du monde et aux
relations qui sont propres à ce sous-domaine. Ils fournissent donc un
ensemble de structures sémantiques pour refléter les connaissances de
ce domaine. » L'objectif est ainsi résumé (ibid., p. 198) : « La grammaire
d'un sous-langage doit 'attraper' les restrictions d'occurrences qui
distinguent un champ de discours scientifique d'un autre. »
Les étapes de cette mise en évidence sont les suivantes. En premier
lieu, une analyse syntaxique (manuelle pour Harris, automatique pour
Sager) d'un corpus du sous-langage considéré. En second lieu, une
régularisation syntaxique par mise en phrases élémentaires (de type sujet
– verbe – compléments éventuels). Cela suppose des restructurations et
transformations linguistiquement fondées (passage d'une nominalisation
au verbe correspondant : dilatation d'une artère coronaire / X dilate une
artère coronaire, passage à l'actif pour les passifs, etc.) de manière à
augmenter les proximités. L'interrogation d'un expert du domaine14 permet
de disposer des entités (arguments de verbes) qui lui paraissent
fondamentales. Sur cette base, les régularités opérateur / arguments
(verbe / sujet et compléments) permettent de mettre au jour les classes et
les schémas caractéristiques du sous-langage.
14
Cf. (Daladier, 1990, p. 75) : « Les catégories d'analyse du contenu informatif de ces
textes ont été pour la plupart induites, en employant des méthodes d'analyse
distributionnelles, de la formulation de l'information dans ce domaine. Seules les
catégories 'élémentaires', c'est-à-dire celles dont le sens ne dépend pas d'autres
catégories, et qui sont représentées pour cette raison comme des arguments terminaux
de catégories ou de combinaison de catégories de niveau supérieur, ont été directement
introduites par des experts du domaine (i.e. de façon non constructive. » D'autres
travaux menés dans cette optique se sont inspirés de nomenclatures existantes en
médecin.
8
3.2.2 Les analyses réalisées dans ce cadre
9
Les travaux fondateurs sont ceux de Harris et de son équipe sur le
discours pharmaceutique et biologique (Harris et al., 1989 ; Ryckman,
1990) ainsi que ceux de l'équipe de N. Sager (New York University), sur le
langage médical (Sager et al., 1987), ces derniers s'appuyant sur un
parseur de l'anglais. L'examen d'autres domaines est rapporté dans
(Grishman et Kittredge, 1986). La communauté du TALN, tant anglosaxonne que française, s’est souvent inspirée de l'approche harrissienne
des sous-langages pour traiter les domaines restreints auxquels elle est
souvent confrontée.
3.3 Evaluation et perspectives
Curieusement, en France, dans la communauté linguistique, la conception
harrissienne des sous-langages a eu peu de postérité, en dehors des
travaux d'Anne Daladier (1990). Les travaux autour de Maurice Gross,
disciple de Harris, se sont centrés sur les propriétés des entrées lexicales
de la langue générale. En outre, l'accent porte sur une caractérisation
avant tout syntaxique : la sémantique est conçue comme trop peu
formalisable15, alors que les travaux de Harris sur les sous-langages
aboutissent à des « grammaires sémantiques » qui associent aux
différentes positions de patrons syntaxiques des classes sémantiques
restreintes. L'Analyse Automatique du Discours (AAD), développée par
Michel Pêcheux (Pêcheux, 1969 ; Maingueneau, 1991) au début des
années soixante-dix a utilisé une méthode de normalisation manuelle des
énoncés, elle aussi inspirée de l'analyse distributionnelle, et assortie d'un
traitement informatique. L'accent était mis cependant sur la langue
générale, ou du moins sur des domaines non techniques (discours
politique). Les recherches contemporaines sur les sous-langages ne sont
pas citées.
Aujourd'hui, comme le chapitre II l'a montré, l'existence d'analyseurs
robustes rend partiellement possible l'application à grande échelle de la
méthodologie harrissienne. On peut attacher automatiquement à de
vastes documents des arbres syntaxiques, y compris en utilisant des
méthodes d'apprentissage pour adapter le parseur à certains
phénomènes propres aux documents en cause (sous-catégorisation des
adjectifs, attachements prépositionnels). Les arbres syntaxiques peuvent
être simplifiés pour obtenir des phrases élémentaires. Des opérations de
réécriture d'arbres peuvent, en fonction du matériel lexical de l'arbre,
transformer encore ces arbres (passage du passif à l'actif etc.) pour
15
Les travaux plus récents autour de Gaston Gross sur les « classes d'objets » (Gross,
1994 ; Le Pesant, 1994) nous semblent également éloignés de l'optique ouverte par
l'hypothèse des sous-langages. Il s'agit de catégoriser les mots en fonction des classes
d'opérateurs qui leur conviennent : ainsi un bruit sera plutôt un événement que quelque
chose de concret dans la mesure où l'on dit : « un bruit se produisit », Malgré cet emploi
de la notion harrissienne d’« opérateur approprié », deux divergences essentielles
demeurent : l'hypothèse que l'on peut isoler de telles classes en langue générale ; le
recours à l'intuition du linguiste et non à un corpus.
9
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
faciliter la mise en évidence de régularités. Ce nouveau contexte permet
surtout d'examiner trois questions.
Tout d'abord, les énoncés d'un domaine particulier, qui relèvent donc
pour Harris d'un sous-langage, présentent-ils vraiment des particularités
syntaxiques par rapport à la langue dite générale, à la fois en ce qui
concerne les constructions rencontrées et les types de contraintes
syntaxiques des entrées lexicales ? L'existence de vastes corpus de
référence, au sens donné en section 1, autorise des études contrastives
nouvelles sur ce point.
En second lieu, Harris s'appuyait sur un informateur du domaine et
utilisait les catégories d'entités fournies par cet informateur comme point
de départ pour déterminer les classes d'opérandes en fonction des
opérateurs utilisés. Cependant, une partie des recherches actuelles en
TALN qui visent à dégager, à partir d'une analyse syntaxique, les
opérateurs et leurs arguments au sein d'un domaine donné, essaient
souvent de le faire sans ce recours à un premier dégrossissage
conceptuel du domaine. L'économie de ce recours s'explique en partie par
la difficulté d'obtenir ce type de renseignements : on dispose parfois de
textes d'un domaine spécialisé, mais pas forcément d'informateurs
compétents dans ce domaine. Existe aussi la conviction qu'il suffit de
disposer d'un ensemble suffisamment vaste de documents du domaine
pour que le retraitement d'analyses syntaxiques fasse émerger les
régularités syntactico-sémantiques. La question demeure donc : peut-on
induire les schémas d'un domaine sans le recours à une expertise
humaine, soit au départ, soit pour valider les regroupements produits
automatiquement ? Bouaud et al. (1997), pour Menelas, comparent les
résultats des classements inspirés de la méthodologie harrissienne avec
une nomenclature médicale « à gros grain ». Ils aboutissent à un constat
nuancé : les regroupements sur la base de contextes syntaxiques
élémentaires sont relativement proches des classes de cette
nomenclature, mais il est nécessaire de faire appel à des connaissances
du domaine pour préciser ou corriger cette catégorisation à base
linguistique.
En troisième lieu, les travaux sur les sous-langages traitent souvent
tous les discours produits dans un domaine comme utilisables au même
degré par la méthode d'analyse proposée. Dans le domaine médical, par
exemple, on trouve cependant différents types de textes, qui
correspondent à des situations de communication typiques : manuels
(destinés au futur médecin), compte-rendus d'examens ou de traitements,
lettres à des collègues sur un patient commun, mais aussi articles
scientifiques sur de nouveaux traitements, vulgarisation, etc. Les trois
premiers types seuls se trouvent représentés dans Menelas. L'analyse
séparée de ces trois types montre que le discours didactique n'est pas
forcément, au moins dans ce cas, le meilleur « observatoire » des
régularités de ce domaine : par souci de généralisation, il utilise des
hyperonymes qui ne se rencontrent pas dans les compte-rendus
d'hospitalisation. On y trouve peut-être des régularités propres à tout
discours didactique (pluriels génériques, présent de vérité générale, etc.)
qui « parasitent » la perception du sous-langage proprement dit. Dernière
question donc : comment articuler finement sous-langages et genres
10
discursifs ?
11
4. ARTICULER TYPOLOGIE INTERNE ET TYPOLOGIE
EXTERNE
La méthodologie à suivre pour délimiter l'ensemble que l'on souhaite
représenter et pour rassembler des matériaux effectivement représentatifs
combine, pour le moment encore très empiriquement, une caractérisation
des situations de communication pertinentes, des genres et registres
utilisés et des types de textes en circulation.
4.1 Typologie des textes, genres et registres
D. Biber distingue clairement les types de textes, qui relèvent de l'analyse
linguistique, et les registres ou « genres », qui correspondent à une
catégorisation sociale. Pour lui, les types de textes correspondent à des
corrélations de caractéristiques linguistiques qui participent d'une même
fonction globale. Ils ne se confondent ni avec les typologies fonctionnelles
ni avec les « genres ». Les genres ou registres sont les catégories
intuitives qu'utilisent les locuteurs pour répartir les productions
langagières. On l'a vu à propos de Brown ou d'Archer, elles mêlent un
repérage thématique à gros grain (Médecine, Science) et une utilisation
de « formes de textes » (théâtre, sermons et homélies, journaux intimes).
Ces catégories évoluent au fil du temps. Elles fournissent néanmoins un
premier découpage des catégories de textes à prendre en compte.
4.2 Typologie des paramètres situationnels
D. Biber (1994, p. 380-385) fournit un certain nombre de paramètres
situationnels permettant de décrire les documents intégrés dans un
corpus :
1. Canal : écrit / parlé / écrit lu
2. Format : publié / non publié
3. Cadre : institutionnel / autre cadre public / privé-interpersonnel
4. Destinataire :
a. pluralité : non compté / pluriel / individuel / soi-même
b. présence : présent / absent
c. interaction : aucune / peu / beaucoup
d. connaissances partagées : générales / spécialisées /
personnelles
11
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
5. Destinateur :
a. variation démographique : sexe, âge, profession etc.
b. statut : individu / institution dont l'identité est connue
6. Factualité : informatif-factuel / intermédiaire / imaginaire
7. Objectifs : persuader, amuser, édifier, informer, expliquer, donner des
consignes, raconter, décrire, enregistrer, se révéler, améliorer les
relations interpersonnelles, ...
8. Thèmes : ...
Attacher les valeurs de ces paramètres au corpus constitué permet
d'examiner le lien entre cet ancrage situationnel et la caractérisation
proprement linguistique du corpus.
5. NORMALISER UN CORPUS
L'échange des corpus et leur réutilisation ont buté jusque récemment sur
l'éclatement des codages pratiqués. Un travail de normalisation est en
cours pour y remédier . Cette normalisation sépare représentation
physique et représentation logique des documents. Elle propose des
conventions générales pour les différents types de textes.
5.1 Représentations logiques : SGML
Le Petit Robert fournit l'entrée suivante pour linguistique :
[phonétique] n.f. et adj. – 1826 ; de linguiste.
I N. f. 1 vx Etude comparative et historique des langues (grammaire
comparée, philologie comparée). 2 (fin XIXe) MOD. Science qui a pour
objet l'étude du langage envisagé comme système de signes. " La
linguistique a pour unique [...] objet la langue envisagée en elle-même et
pour elle-même " (Saussure). [...]
II Adj. (1832) 1 Relatif à la linguistique. Etudes linguistiques, Théories
linguistiques. => distributionnalisme, génératif (grammaire générative),
structuralisme. 2 Propre à la langue, envisagé du point de vue de la
langue. Fait linguistique => langagier. – Expression linguistique. Signe,
système, changement linguistique. – Communauté, géographie
linguistique. Politique linguistique. 3 Relatif à l'apprentissage des langues
étrangères. Vacances, séjours linguistiques à l'étranger. – Bain*
linguistique.
Cette entrée de dictionnaire fournit au lecteur humain de multiples
indices lui permettant de classer les informations : le gras signale les
renvois à d'autres entrées, les caractères droits les définitions et les
renseignements techniques (datation, catégorie syntaxique ...). Les
informations occupent une place relativement fixe : la transcription
phonétique est au tout début, entre crochets, les datations après la
12
13
catégorie, ou en début de définition. C’est une interprétation qui s'appuie
sur la tradition lexicographique et les conventions propres à chaque
dictionnaire. Les italiques servent à la fois à l'étymon (linguiste) et aux
expressions utilisant le mot dans un de ses sens (avec des mises en
facteur : signe, système, changement linguistique).
Les outils d’annotion, pour pouvoir utiliser un tel dictionnaire, doivent
disposer d'un accès aisé aux différents types d'information. Le simple
texte, même avec ses indications de présentation (gras, italiques, maigre,
etc.), n'est pas directement utilisable. La représentation physique doit faire
place à une représentation logique16. C'est l'équivalent de la
transformation que nous avons opérée lors de la présentation de
l'étiquetage lorsque nous avons remplacé les notations positionnelles par
une explicitation des types d'information (dans une structure trait-valeur).
Le balisage logique d'un document revient à indiquer sa structure : ses
subdivisions et leurs relations. Il se réalise en deux étapes. La première
est l'identification des éléments possibles pour un texte donné et de leurs
relations. C'est en quelque sorte écrire une « grammaire de texte ». C'est
ce qu'on appelle une Définition de Type de Document (DTD). La
deuxième étape est l'introduction des balises choisies dans le document
relevant de cette DTD, en respectant les règles éditées pour leur
combinaison.
En adaptant au français la « grammaire de dictionnaires » fournie par
N. Ide et J. Véronis (1995b) et en simplifiant à l'extrême, on peut
distinguer les éléments suivants : la forme, subdivisé en orthographe et
phonétique, et les homographes, relevant de parties du discours distinctes
(linguistique {nom} et linguistique {adjectif}) et subdivisés en sens distincts :
entree ⌫ forme homographe+ | forme sens+17
forme ⌫ orthographe phonetique
homographe ⌫ categorie sens+
Chaque élément est encadré par deux balises de même nom, l’une
ouvrante, l’autre fermante. Les balises sont entre chevrons. La balise
fermante commence par une oblique. Le balisage concret serait alors :
<entree>
<forme>
<orthographe>linguistique</orthographe>
<phonetique>à mettre</phonetique>
<forme>
<homographe>
16
17
N. Ide et J. Véronis (1995b) analysent en détail le codage des dictionnaires.
Le signe + signifie que le constituant doit figurer au moins une fois et qu'il peut se
présenter un nombre indéfini de fois.
La barre verticale sépare deux manières possibles de construire une entrée : une forme
suivie d'homographes, ou une forme suivie d'un ou de plusieurs sens.
Une entrée de dictionnaire qui ne contiendrait pas d'indications orthographiques et
phonétiques serait mal formée, par exemple.
13
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
<categorie>nom</categorie>
[...]
<homographe>
<categorie>adjectif</categorie>
<sens>relatif à la linguistique</sens>
<sens>propre à la langue, envisagé du point de vue de la langue</sens>
<sens>relatif à l'apprentissage des langues</sens>
</homographe>
</entree>
Le balisage employé ici rend explicite ce qui n'existait que sous forme
d'indices dans la version papier de l'entrée. Il obéit au langage standard
de balisage SGML18 qui est maintenant présent dans pratiquement tout
logiciel de gestion de document19. SGML offre en plus des mécanismes
particuliers pour noter les caractères « exotiques » en faisant abstraction
de leur réalisation physique sur telle ou telle architecture. C'est le cas des
caractères accentués, mais aussi de l'alphabet phonétique international.
On peut ajouter de nouvelles conventions de notation pour les caractères
ou suites de caractères non prévus, ce qui permet de faire face au
caractère « ouvert » des notations nécessaires. Soulignons que SGML
n'est pas une grammaire des textes possibles, mais un méta-langage
permettant de définir la grammaire des différents types de textes20.
5.2 Les types de textes : TEI
Une fois ce balisage logique introduit, il est possible d'accéder aux
éléments d'information. On peut extraire la représentation phonétique
(l'empan de texte compris entre <phonetique> et </phonetique>) ou les
catégories des différents homographes ou les sens de l'adjectif, etc.
Ce premier niveau de normalisation s'avère cependant insuffisant. La
grammaire complète définie peut suffire pour Le Petit Robert, elle peut se
révéler inadaptée pour d'autres dictionnaires. En outre, rien n'empêche
plusieurs groupes ou individus de se donner des conventions différentes
pour un même type de document, ce qui empêche de comparer et
d'échanger les résultats.
Un deuxième niveau est donc nécessaire. S'entendre sur des
18
L'ISO (Organisation Internationale de Normalisation) a adopté en octobre 1986 SGML
(Standard Generalized Markup Language) dans le but d'atteindre une réelle souplesse
d'utilisation, de réutilisation et d'échange de l'information. Cette norme internationale
(ISO 8879) a été rapidement adoptée par de nombreuses institutions privées et
publiques, dans le monde anglo-saxon (American Association of Publishers, British
Library, Oxford University Press, industrie aéronautique : Bœing, Airbus ...) mais aussi
en
France (Syndicat National de l'Edition, Cercle de la Librairie ...).
19
Le succès grandissant de SGML tient aussi au fait qu'une grammaire particulière,
HTML, issue de SGML décrit le langage hypertextuel utilisé pour le Web. Un traitement
de
texte courant, Word, offre ainsi la possibilité d'exporter un document en mode HTML.
20
(van Herwijnen, 1994) constitue une introduction globale et pratique à SGML.
14
15
descriptions génériques pour les grands types de documents utilisés :
dictionnaires, poésie, théâtre, oral, textes alignés, documents historiques,
ainsi que pour les niveaux d'annotation qui peuvent les décorer :
étiquettes, arbres, apparat critique, références croisées. Une initiative de
grande ampleur, la TEI21 (Text Encoding Initiative) a depuis dix ans
rassemblé des chercheurs de différentes disciplines et de toutes
nationalités pour proposer des conventions sur ces types de documents.
Elle a débouché sur des Recommandations22 en 1994. De nombreux
projets de constitution de corpus et de ressources linguistiques ont adopté
la TEI (BNC par exemple)23. Pour reprendre les termes de J. André (1996,
p. 17), la TEI constitue un « inventaire – une sorte de flore, au sens de
Buffon – des divers éléments pouvant constituer un document littéraire »,
et elle représente en ce sens une avancée dans la description et la
formalisation des types de documents en circulation dans les diverses
communautés langagières. Elle fournit ainsi indirectement des éléments
pour les typologies de textes et les études sur les genres discursifs.
Il ne faut pas s'inquiéter de la lourdeur de ces balisages, dont témoigne
l'exemple choisi. Ils ne sont absolument pas faits pour être insérés et
utilisés « à la main ». Des environnements spécifiques permettent le
balisage de textes et la vérification de la conformité du balisage effectué
avec une « grammaire » fournie, tout comme les traitements de texte
« cachent » à l'utilisateur les codages permettant de mémoriser la
présentation qu'il a choisie.
6. DOCUMENTER UN CORPUS
Sans une documentation jointe, un corpus est mort-né. L'un des dangers
de la facilité actuelle à rassembler des textes électroniques est
précisément que les objectifs du regroupement ainsi que ceux des
annotations effectuées ne soient pas enregistrés : le corpus cesse d'être
utilisable dès que se perd la mémoire de ces choix.
La documentation doit couvrir deux volets distincts : les sources
utilisées et la responsabilité éditoriale de constitution du corpus d'une part,
les conventions d'annotation d'autre part24.
21
Soutenue par l'Association for Computers and the Humanities, l'Association for
Computational Linguistics et l'Association for Literary and Linguistic Computing. Le projet
a été en partie financé par le National Endowment for the Humanities américain, la DG
XIII de la CEE, la fondation Andrew W. Mellon et le Social Science and Humanities
Research
Council du Canada.
22
La TEI est donc une proposition de norme et non une norme.
23
On trouvera dans (Ide et Véronis, 1995a) une présentation générale de SGML et de
TEI, ainsi que les propositions relatives aux différents types de texte. Les Cahiers
Gutenberg n° 24 (juin 1996) traduisent certains de ces articles et complètent l'information
sur
TEI et SGML.
24
Susanne là encore est exemplaire : un livre entier (Sampson, 1995) informe sur ces
deux volets du corpus, mais une documentation déjà très précise – reprise dans
(Sampson, 1994) – est également fournie avec la version électronique. La TEI a fait des
propositions détaillées sur le type de documentation à fournir pour un corpus (Dunlop,
1995).
15
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
6.1 Origine et histoire du corpus
L'information sur ce point doit indiquer les sources primaires utilisées,
avec les références bibliographiques précises pour les éditions utilisées
quand il s'agit de documents imprimés, mais aussi les objectifs visés par
le regroupement, ses responsables, ainsi que les révisions qu'a subies le
corpus au fil de sa mise au point.
6.2 Jurisprudence d'annotation
La qualité primordiale d'un système d'annotation, c'est sa cohérence
interne25. Comme utilisateur d'un corpus annoté, on peut regretter tel ou
tel choix. Par exemple, dans Susanne, les deuxième, troisième, etc.,
éléments conjoints par une coordination sont représentés comme des
subordonnés du premier (Sampson, 1994, p. 184). Une coordination de la
forme a, b and c est indiquée ainsi [a, [b], [and c]]. L'essentiel est que l'on
puisse tabler sur la cohérence de traitement : toutes les coordinations
sont effectivement notées ainsi. Si l'on s'intéresse à la coordination, on
pourra filtrer les sous-arbres pertinents : leur forme globale ne varie pas.
D'où l'importance des contrôles de qualité et des procédures de
comparaison plus ou moins automatisés des résultats de plusieurs
annotateurs / correcteurs sur les mêmes textes. Pour les 800 000 mots
décorés syntaxiquement à l'université de Lancaster, le dispositif était le
suivant. D'abord la double analyse pour comparer le travail d'un
annotateur avec celui des autres : « Le but de la double analyse n'est pas
tant la production d'un fragment correct que la détection de divergences
significatives dans les pratiques d'annotation des deux analystes » (Black
et al., 1993, p. 34). Un logiciel permet de comparer les résultats de deux
analystes sur un même texte. Il sert aussi aux analystes débutants à
vérifier la qualité de leur travail au regard des annotations d'analystes plus
chevronnés. Enfin, un grammairien expérimenté effectue une vérification
approfondie par échantillonnage sur 1 % du résultat. Il importe également
de contrôler la cohérence d'un annotateur au cours du temps26 parce que
sa compréhension des conventions d'annotation et sa finesse d'analyse
évoluent.
Un corpus n'est compréhensible que si l'on dispose non seulement des
étiquettes utilisées pour les mots comme pour les constituants, mais
surtout d'informations sur le mode d'attribution de ces étiquettes et les
critères de découpage sous-jacents : listes pour les catégories fermées,
critères aussi précis que possibles pour les catégories ouvertes, assortis
d'exemples, en particulier des cas litigieux. Parallèlement aux corpus
annotés, se développent, pour chaque schéma d'annotation, des guides
25
C. Muller (1973, p. 10) le disait déjà voici longtemps, en particulier pour la
segmentation
et la lemmatisation.
26
Nous ne connaissons pas d'études sur ce point. Cette absence s'explique sans doute
par la difficulté à faire réanalyser les mêmes données à intervalles de temps
suffisamment éloignés ou à trouver des données différentes présentant les mêmes
difficultés d'annotation.
16
17
d'annotation (guidelines), qui sont parfois plus justement dénommés des
« recueils de jurisprudence » (caselaws). Si les découpages et la
catégorisation n'ont en effet rien d'une science, il importe par contre de
fixer la jurisprudence, à partir des décisions qui ont été prises dans tel ou
tel cas, et qui éclairent ou rectifient les principes généraux qui ont été
retenus. Les comparaisons de doubles analyses, en dehors des variations
mineures, permettent de les établir. C'est la démarche suivie à Lancaster :
« [...] les divergences importantes sont résolues par discussion (ou par
appel à un tiers quand les deux analystes ne parviennent pas à un
accord) » (Black et al., 1984, p. 34). L'objectif de telles jurisprudences est
d'assurer, dans la mesure du possible, une certaine reproductibilité de
l'annotation : une compréhension solide de ces conventions doit permettre
en principe à plusieurs analystes d'aboutir à une annotation la plus
homogène possible.
L'expérience de Lancaster semble montrer, d'ailleurs, que l'annotation
(ici sur le plan syntaxique, mais le propos peut être généralisé) ne peut
pas reposer directement sur l'intuition, non étayée, des locuteurs,
contrairement à ce qui avait été essayé dans une première phase. « [Les]
annotateurs jouissaient d'une telle latitude dans les décisions à prendre
lors de l'analyse manuelle qu'ils aboutissaient à un degré très bas de
comparabilité des analyses. Plus intéressant, ils se sentaient mal à l'aise :
avec si peu d'indications sur ce qui était ‘juste’ ou ‘faux’, ils se consultaient
les uns les autres et développaient leur propre ‘norme’ non écrite sur la
manière d'analyser les phrases, ou bien consultaient les traitements
fournis dans les grammaires usuelles. Les conventions tacites et
aléatoires développées ainsi pouvaient même être mutuellement
incompatibles. Nous avons fini par céder à la demande de 'standards' de
codification et le manuel d'analyse est devenu de plus en plus détaillé,
jusqu'à réduire à un minimum les zones d'incertitude » (Black et al., 1993,
p. 41).
7. CONTRAINTES ET CONDITIONS INSTITUTIONNELLES
7.1 Assises institutionnelles
Comme nous l'avons vu pour les corpus étiquetés, il y a toujours à
adapter une annotation donnée (changement de catégories, rajout de
balises ...), soit pour comparer des annotations distinctes sur un même
texte, soit pour ajouter, supprimer ou changer des catégories. Cela
suppose d'abord des environnements informatiques adaptés : dans
l'immédiat, ils sont créés au coup par coup et ne sont pas standardisés.
Cela implique également une identification fine des transformations et de
leur difficulté, ce qui nécessite une certaine culture théorique et pratique
issue de la tradition informatique des langages formels. Par exemple,
nous l'avons vu, une notation dépendancielle ne se laisse pas forcément
17
18
La feuille de style ayant servi à saisir ce document
traduire en arbres.
Autant dire qu'une coopération approfondie entre informaticiens
(spécialistes du TALN) et linguistes est nécessaire et le restera
longtemps. Il semble d'ailleurs que le monde anglo-saxon arrive plus
facilement à faire coopérer sciences humaines et sciences plus « dures »,
comme le montrent les conditions de réalisation de BNC ou de Penn
Treebank, alors qu'en France, la division entre « lettres » et « sciences »
reste extrêmement forte (ne serait-ce que par l'existence d'universités
distinctes pour chaque secteur).
Enfin, la constitution de corpus est une entreprise de longue haleine et
coûteuse. Elle suppose des moyens financiers et institutionnels lourds. Le
consortium à l'origine de BNC est significatif à cet égard27. On note
l'alliance de compétences universitaires en linguistique et en informatique
et d'entreprises privées, en particulier d'éditeurs, ainsi que le soutien de la
puissance publique.
7.2 Problèmes juridiques
Peu de corpus sont dans le domaine public sans condition aucune28 :
l'accès aux documents primaires comme le fait de disposer du
regroupement de documents et de leur annotation sont soumises à des
restrictions diverses.
La présence de données personnelles peut faire obstacle à la mise à
disposition de la communauté. C'est le cas de Menelas. Même
anonymisé (les noms propres de personne et de lieux sont remplacés par
des chaînes de caractères conventionnelles), ce corpus fournit des
informations
personnelles
(âge,
symptômes,
traitements)
qui
permettraient éventuellement de retrouver les patients concernés, violant
ainsi le droit dont ils jouissent sur les informations les concernant (loi
Informatique et Libertés).
L'attention s'est souvent centrée sur la protection des auteurs et ayantdroits des documents primaires (les ouvrages inclus dans un corpus). La
protection de ceux qui ont annoté le corpus n'est pas moins importante.
L'enrichissement d'un corpus par étiquetage ou parsage constitue en effet
une plus-value considérable pour la recherche : il peut servir de base à de
nouvelles annotations (apprentissage de chaînes de Markov ou de
grammaires probabilistes). Les corpus résultant le plus souvent de la
coopération de diverses personnes physiques et morales, il faut identifier
précisément les différentes parties prenantes et leurs droits.
Les interrogations juridiques peuvent donc concerner la création du
corpus, sa protection une fois constitué et enfin sa diffusion29. Lors de la
27
Oxford University Press, Longman Group Ltd, Chambers Harrap, Oxford University
Computing Services, Unit for Computer Research on the English Language (Lancaster
University), British Library Research and Development Department. Ont par ailleurs
contribué au financement de ce projet : UK Department of Trade and Industry, le Science
and
Engineering Research Council, ainsi que la British Library et la British Academy.
28
À l'exception, notable, de Susanne, déchargeable par ftp anonyme (Sampson, 1994,
p. 187) : black.ox.ac.uk (ota/suzanne).
29
Le rapport de N. Pujol (1993) ne donne pas l'ensemble des situations qui peuvent se
18
19
création du corpus, il s'agit d'abord d'identifier les « matériaux » visés et le
régime juridique de chacun d'eux (certains peuvent être protégés par le
droit d'auteur, d'autres non, comme fréquemment les textes officiels
d'origine législative, administrative ou judiciaire, pour faciliter leur
diffusion). Des autorisations, en fonction des traitements envisagés,
peuvent être à demander non seulement pour le respect du droit
pécuniaire et patrimonial mais aussi pour celui du droit moral30 de l'auteur
sur son œuvre (droit de divulgation, droit au respect de l'œuvre, etc.). La
reproduction opérée peut en outre correspondre à un régime d'exception
au droit de reproduction (usage privé, reproduction par des
établissements de recherche, etc.). L'utilisation prévue du corpus influe
aussi sur la nature des autorisations à négocier. Les produits issus d'un
corpus (index, thesaurus, lexique) doivent également être protégés, au
même titre que le corpus électronique lui-même. La diffusion du corpus
peut se faire par cessions de droits, soit par licences d'utilisation
(commercialisation par CD-ROM) soit par contrats d'abonnement ou
d'interrogation.
présenter et des attitudes à adopter, mais fournit une liste aussi exhaustive que possible
des questions juridiques à se poser lors de la constitution d'un corpus, en particulier
dans
un cadre international. Nous nous inspirons de ce travail dans ce paragraphe.
30
« L'œuvre étant manipulée en tout sens, il conviendra de s'assurer qu'il n'est pas porté
atteinte au droit moral de l'auteur. Ce droit peut être menacé : a) par la mauvaise qualité
du traitement linguistique b) mais aussi du seul fait que le traitement linguistique opéré
ne participe pas du mode de reproduction de l'œuvre autorisé par l'auteur » (Pujol, 1993,
p. 14).
19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising