Résumé non technique - format : PDF - 8,70 Mb

Résumé non technique - format : PDF - 8,70 Mb
Projet éolien sur les communes de
Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
-
Construction de 6 éoliennes et
d’un poste de livraison électrique
AOÛT 2012
RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DE DANGERS
Résumé non technique de l’étude de dangers
10 Août 2012
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 1
Résumé non technique de l’étude de dangers
ATER Environnement –
RCS de COMPIEGNE n° 534 760 517 – Code APE : 7112B
Siège : 38, rue de la Croix Blanche – 60680 GRANDFRESNOY
Tél : 06 24 01 88 31 – Mail : delphine.claux@ater-environnement.fr
Rédacteur : Mme Delphine CLAUX
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 2
Résumé non technique de l’étude de dangers
SOMMAIRE
1
Introduction
1-1
Objectif de l’étude de dangers
1-2
Localisation du site
1-3
Définition du périmètre de dangers
5
5
5
5
2
Présentation du Maître d’Ouvrage
2-1 Renseignements administratifs
7
7
3
Présentation de l’installation
2-1 Description de l’installation
8
8
3
Environnement de l’installation
3-1 Environnement lié à l’activité humaine
3-2 Environnement naturel
3-3 Environnement matériel
11
11
11
13
4
Sécurité de l’installation
4-1 Système de fermeture de la porte
4-2 Balisage des éoliennes
4-3 Protection contre le risque incendie
4-4 Protection contre le risque foudre
4-5 Protection contre la survitesse
4-6 Protection contre l’échauffement des pièces mécaniques
4-7 Protection contre la glace
4-8 Protection contre le risque électrique
4-9 Protection contre la pollution
4-10
Conception des éoliennes
4-11
Opération de maintenance de l’installation
4-12
Stockage et flux de produits dangereux
15
15
15
15
16
16
16
16
17
17
17
18
19
5- Identification des potentiels de dangers de l’installation
5-1 Potentiels de dangers liés aux produits
5-2 Potentiels de dangers liés au fonctionnement de l’installation
5-3 Réduction des potentiels de dangers à la source
21
21
21
22
6
Analyse des retours d’expérience
6-1 Inventaire des accidents et incidents en France
6-2 Inventaire des accidents et incidents à l’international
6-3 Synthèse des phénomènes dangereux redoutés issus du retour d’expérience
25
25
25
25
7
Evaluation des conséquences
6-1 Scenarios retenus pour l’analyse détaillée des risques et méthode de l’analyse des risques
6-2 Evaluation des conséquences du parc éolien
27
27
27
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 3
Résumé non technique de l’étude de dangers
Carte 1 : Localisation générale du parc éolien
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 4
Résumé non technique de l’étude de dangers
1 INTRODUCTION
1-1
1-3
Objectif de l’étude de dangers
La société MSE « LA PREVOTERIE » souhaite créer et exploiter un parc éolien sur les territoires
des communes de VILLENEUVE-LA-COMTESSE et COIVERT (17).
L’activité envisagée sur ce site par la société MSE « LA PREVOTERIE » est soumise à la
réglementation des Installations classées pour l’Environnement (I.C.P.E.) depuis le 23 août 2011
(décret n°2011-984). L’activité principale du parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert est la
production d’électricité à partir de l’énergie mécanique du vent.
Définition du périmètre de dangers
Compte tenu des spécificités de l’organisation spatiale d’un parc éolien, composé de plusieurs
éléments disjoints, la zone sur laquelle porte l’étude de dangers est constituée d’une aire d’étude par
éolienne.
Chaque aire d’étude correspond à l’ensemble des points situés à une distance inférieure ou égale à
500 m à partir de l’emprise du mat de l’aérogénérateur.
Le présent dossier est le résumé non technique de l’étude de dangers du dossier de demande
d’autorisation d’exploiter.
1-2
Localisation du site
1-2a
Localisation générale
Le parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert, composé de 6 aérogénérateurs, est localisé sur
le territoire des communes de VILLENEUVE-LA-COMTESSE et COIVERT qui appartiennent à la
Communauté de Communes du Canton de Loulay, localisée en France, dans la région PoitouCharentes / département de la Charente-Maritime (cf. carte n°1).
Il est situé à 21 kilomètres au Sud de Niort.
1-2b
Identification cadastrale
Les parcelles concernées par l'activité sont présentées dans le tableau ci-dessous. Toutes ces
parcelles sont maîtrisées par le Maître d’Ouvrage via des promesses de bail emphytéotique.
Eolienne
Territoire
Lieu-Dit
Section
Numéro
Superficie
1
2
3
4
5
6
PdL
Villeneuve-la-Comtesse
Villeneuve-la-Comtesse
Coivert
Coivert
Villeneuve-la-Comtesse
Villeneuve-la-Comtesse
Villeneuve-la-Comtesse
Petit Fief
Les Ardillières
Fief de Coivert Nord
Fief de Coivert Sud
Fief Les Lourdeaux
ZD
ZH
ZA
ZA
ZH
ZH
ZH
6
63
21
40
80
85
80
21 ha 81 a 00 ca
02 ha 65 a 50 ca
02 ha 52 a 80 ca
02 ha 80 a 00 ca
03 ha 77 a 30 ca
04 ha 81 a 40 ca
03 ha 77 a 30 ca
Fief Les Lourdeaux
Superficie
exploitée
2 100 m²
2 148 m²
2 100 m²
2 415 m²
2 189 m²
2 100 m²
41 m²
Tableau 1 : Identification des parcelles cadastrales (source : Maïa Eolis, 2012)
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 5
Résumé non technique de l’étude de dangers
Carte 2 : Implantation du parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (source : Maïa Eolis, 2012)
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 6
Résumé non technique de l’étude de dangers
2 PRESENTATION DU MAITRE D’OUVRAGE
2-1 Renseignements administratifs


Le demandeur est la MSE « LA PREVOTERIE », filiale à 99,9% de la société Maïa Eolis.
Raison sociale
Adresse du siège social
N° de SIRET
Code APE
Téléphone
Télécopie
Nom des représentants
MSE « LA PREVOTERIE »
Tour de Lille (19ème étage) - Boulevard de Turin 59777 LILLE
480 141 886 RCS Lille
7112 B
03.20.214.214
03.20.131.231
MAÏA EOLIS représentée par son Directeur
Général Monsieur Christian BROY
Tableau 2 : Références de la société MSE « LA PREVOTERIE » (source : Maïa Eolis, 2012).
En Nord – Pas-de-Calais : contournement de Cambrai (59), sécurisation des accès des
stations de métro à Lille (59), bassin de stockage Euratechnologie Lille (59), ...
Sur le plan national : réalisations importantes en ouvrages d’art sur les autoroutes A89, A66,
A20, A87, …
Afin de s’adapter aux réalités du monde moderne et à ses exigences, le choix du développement au
sein des filières émergentes a été réalisé fin 2000 – début 2001 en faveur de l’environnement et des
énergies renouvelables. Pour ces activités, la diversification se fonde sur plusieurs filiales :
 La société DELUERMOZ (69), aujourd’hui plus que centenaire, qui effectue des réalisations
dans les domaines de l’eau et de l’assainissement ;
 La société EDGARD DUVAL (80 et 59) spécialisée dans l’adduction d’eau ;
 La société MAÏA POWER (69 et 14) spécialisée dans la production d'électricité d’origine
hydraulique, éolienne et photovoltaïque ;
 La société MAÏA EOLIS (80, 59 et 69) spécialisée dans la production d'électricité éolienne.
2-1.1 La société MAÏA EOLIS - présentation
Présentation du groupe GDF-SUEZ
La société Maïa Eolis a été créée en 2006. Son capital est constitué à 51% des apports financiers du
Groupe Maïa et pour 49% du groupe GDF-SUEZ.
Le groupe GDF – SUEZ a été fondé en 2008. Quatrième énergéticien au niveau mondial, GDF
SUEZ est présent sur l’ensemble de la chaîne de l’énergie, en électricité et en gaz naturel, de
l’amont à l’aval. Son ambition affichée est d’être un leader de l’énergie en Europe.
Présentation du groupe Maïa
Le groupe MAÏA, existe depuis 1908 et est une société indépendante française dont le siège social
est implanté à LYON. Ce groupe détient 51% du capital de MAÏA EOLIS.
Les données ci-dessous présentent l’entreprise en quelques chiffres :
 218 350 collaborateurs dans le monde entier (près de 70 pays) ;
 84,5 milliards € de chiffre d’affaire en 2010 ;
 113 000 MW de capacité de production électrique.
GDF – SUEZ a intégré de longue date le développement durable dans la stratégie du groupe.
2-1.2 Les réalisations de la société MAÏA EOLIS
La société Maïa Eolis développe de nombreux parcs éoliens sur le territoire national (cf. carte n°1).
Figure 1 : Organigramme du groupe Maïa (source : Maïa Eolis, 2011)
Cette société, certifiée ISO 14001, ISO 9001 et OHSAS 18001, emploie 300 agents et ses métiers
sont principalement ceux de l’ingénierie de la construction ce qui explique que 60 % de l’effectif soit
composé de cadres ingénieurs et de techniciens supérieurs. Le chiffre d’affaires affiche depuis
plusieurs années une certaine croissance. Le groupe prévoit de réaliser un chiffre d’affaire de 80
millions d’euros pour l’année 2010, dont 30 % en production d’énergie.
D’importantes réalisations publiques de la société démontrent le savoir-faire de la structure et des
hommes qui la composent :
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
Puissance installée
Production
cumulée
(MWh)
Chiffre d’affaire (M€ HT)
2006
48
58 057
2007
78
93 776
4,8
7,3
2008
88
117
012
9,5
2009
150
253
132
21,3
2010
200
254,2
2011
200
400
21,4
33
Tableau 3 : Evolution de la puissance installée de la société Maïa Eolis (source : Maïa Eolis, 2011)
MAÏA EOLIS compte actuellement 92 MW en instruction dans la région Poitou-Charentes, répartis
dans le département de la Vienne, de la Charente et de la Charente-Maritime dont un projet de parc
éolien de 7 éoliennes sur les communes de Villeneuve-la-Comtesse et Vergné, le long de l'autoroute
A10. Ces projets nécessiteront la création d’un centre de maintenance sur la région PoitouCharentes.
p. 7
Résumé non technique de l’étude de dangers
3 PRESENTATION DE L’INSTALLATION
2-1 Description de l’installation
L’installation sera composée de :
 6 éoliennes REpower MM92, d’une puissance nominale de 2,0 MW ;
 1 poste de livraison électrique ;

La puissance totale du parc éolien est de 12 MW.
2-1a L’éolienne
Chaque éolienne est composée d'un mât, d'une nacelle et de trois pales. Les éléments sont peints
en « gris lumière » pour leur insertion dans le paysage et le respect des contraintes aéronautiques
(réf. RAL. 7035).
La puissance nominale de chaque machine est accordée par la hauteur de l’aérogénérateur :
 mât de 80 m de haut avec un rotor de 92,5 m de diamètre, soit une hauteur maximale de
126,25 m par rapport au sol ;
 les pales balaient une surface de plus de 6 720 m² ;
 le rotor est auto-directionnel (comme une girouette, il tourne à 360° sur son axe) et s'oriente
en fonction de la direction du vent ;
 les éoliennes se déclenchent avec une vitesse de vent de 3 m/s, soit 10,8 km/h, et atteignent
leur puissance maximale à 12,5 m/s, soit 45km/h. Elles s’arrêtent automatiquement lorsque
cette vitesse dépasse 24 m/s pendant 10 s, soit 86,4 km/h ;
 au démarrage, elles tournent à 7,8 tr/min (tours/minute), jusqu’à atteindre la vitesse nominale
de 15 tr/min.
Le mât est composé de cinq pièces assemblées sur place, d’une hauteur totale au moyeu de 80 m.
Au nombre de trois, les pales sont chacune constituées d'un bloc principal et d’un prolongateur. Ce
dernier permet de fixer la pale au moyeu et contient le mécanisme d’orientation de celle-ci. La
longueur totale de chaque pale atteint 45,2 m et son poids environ 6 t.
De forme rectangulaire, la nacelle contient les éléments qui vont permettre la fabrication de
l’électricité.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
Figure 2 : Ecorché simplifié de l’intérieur de la nacelle REpower MM92 (source : repower, 2012)
2-1b Le poste de livraison et le local d’exploitation
Le poste de livraison du parc marque l’interface entre le domaine privé (l’exploitant du parc) et le
domaine public, géré par le gestionnaire public de réseau (distributeur, transporteur). Il est équipé de
différentes cellules électriques et automates qui permettent la connexion et la déconnexion du parc
éolien au réseau 20 000 V en toute sécurité. C’est au niveau de ce poste qu’est réalisé le comptage
de la production d’électricité.
p. 8
Résumé non technique de l’étude de dangers
Figure 3 : Illustration du poste de livraison envisagé (source : Maïa Eolis, 2012)
2-1d Les voies d’accès
L'accès au site par des camions de fort tonnage est nécessaire pour la réalisation des fondations
(voir ci-après), l’acheminement des éléments des éoliennes et leur montage. Certains chemins
agricoles seront utilisés à cet effet, d'autres portions de voies seront créées à l'occasion de la mise
en place du parc. L’ensemble de ces chemins aura une largeur de 5 m. Ces accès seront ensuite
utilisés pour l’exploitation et la maintenance ultérieure des éoliennes.
Carte 3 : Réseaux électriques internes à l’installation (source : Maïa Eolis, 2012)
2-1e Le raccordement électrique inter-éolienne
Dans chaque machine, l'électricité produite en 690 V au niveau de la nacelle est transformée en
20 000 V par un transformateur situé puis dirigée vers l’éolienne suivante ou vers le poste de
livraison.
Le raccordement des éoliennes entre elles et au poste de livraison ainsi que la jonction au réseau
extérieur seront réalisés en souterrain. Le plan ci-dessous illustre le tracé prévisionnel de la ligne
20kV interne au parc éolien, reliant toute les éoliennes de E1 à E6 jusqu’au poste de livraison.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 9
Résumé non technique de l’étude de dangers
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 10
Résumé non technique de l’étude de dangers
3 ENVIRONNEMENT DE L’INSTALLATION
3-1 Environnement lié à l’activité humaine
3-1.1
3-1.4
Dans le périmètre de la zone d’étude de dangers, l’activité agricole est exercée. On peut donc
envisager que les exploitants agricoles passent pour un cycle de culture complet environ 7,5h/ha.
Zones urbanisées et urbanisables
L’habitat est relativement dispersé dans l’aire d’étude. Ainsi, de nombreux hameaux circonscrivent le
parc éolien projeté. Ce dernier est éloigné des zones constructibles (construites ou urbanisables
dans l’avenir selon les documents d’urbanisme en vigueur) de :
 Territoire de VILLENEUVE-LA-COMTESSE :
 Hameau de la Villenouvelle à 790 m (E1),
 Territoire de SAINT-SEVERIN-SUR-BOUTONNE :
 Hameau de la Rousselière à 830 m (E5),
 Territoire de COIVERT :
 Bourg de Coivert à 750 m (E4),
 Hameau de la Maison Neuve, à 1020 m (E4),
 Hameau de la Queneucherie, à 1335 m (E4),
 Hameau de Les Groies, à 1455 m (E4),
 Territoire de LA CROIX-COMTESSE :
 Bourg de La Croix-Comtesse, à 2075 m (E4).

3-2 Environnement naturel
3-2.1
L’activité orageuse sur le territoire d’implantation est faible. La vitesse des vents et la densité
d’énergie observées à proximité du site définissent aujourd’hui ce dernier comme bien venté.
Dans le périmètre de la zone d’étude de dangers, aucune zone urbanisée n’est
présente.
Etablissement recevant du public
Aucun établissement recevant du public n’est présent sur l’aire d’étude. Le plus proche est la mairie
à 850 m de l’éolienne n°4.
3-1.3
Contexte climatique
Le site d’étude se trouve dans une aire climatique caractérisée par un climat océanique qui se
caractérise par un ensoleillement moyen assez important. La pluviosité y est modérée, les
précipitations sont de 872 mm par an (moyenne nationale : 867 mm). Les températures, quant à
elles, varient en moyenne de + 5°C en hiver à + 20°C en été. Les hivers sont doux et pluvieux, mais
en été, le climat peut être assez sec.
3-2.2
3-1.2
Autres activités
Installations classées
l’environnement
pour
la
protection
de
Aucun établissement nucléaire de base et aucun établissement SEVESO seuil haut ou bas
n’intègrent le périmètre de la zone d’étude de dangers.
Aucun établissement ICPE (hors éolien) n’intègre le périmètre de la zone d’étude de dangers. Ils
sont d’ailleurs très éloignés de ce dernier. La plus proche est à 3,16 km de l’éolienne E1.
Aucun parc éolien n’intègre le périmètre de la zone d’étude de dangers. Le parc éolien autorisé et en
activité, le plus proche, est celui de Bernay-Saint-Martin à 10 km au Sud-Ouest de la zone d’étude.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
Risques naturels
L’arrêté de la Préfecture de la Charente-Maritime, fixant la liste des communes concernées par un
ou plusieurs risques majeurs, indique que les territoires d’accueil du parc sont tous concernés par le
Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) et Technologiques.
Arrêté de catastrophes naturelles
Les communes intégrant le périmètre de l’étude de dangers ont fait l'objet d’arrêtés de catastrophe
naturelle (source : www.prim.net) pour cause de :
 Inondations et coulées de boue ;
 Inondations, coulées de boue, glissements et chocs mécaniques liés à l'action des vagues ;
 Inondations, coulées de boue, mouvements de terrain et chocs mécaniques liés à l'action des
vagues.
Inondation
Localisé sur l’un des points les plus hauts du département, aucun plan de Prévention des Risques
Inondation (PPRI) n’est inventorié sur les territoires des communes d’accueil. Toutefois, les
territoires de Coivert et de Saint-Severin-sur-Boutonne intègrent l’Atlas des Zones Inondables de la
Boutonne. Toutefois, la position sommitale du site le rend peu sensible à cet aléas.
p. 11
Résumé non technique de l’étude de dangers
Mouvements de terrain
Le site d’implantation est soumis à un aléa mouvement de terrain faible. D’après le DDRM de la
Charente-Maritime, seul le risque gonflement et retrait d’argile est possible avec un aléa faible. Ce
point sera confirmé ou infirmé par la réalisation de sondages lors de la phase de travaux.
Risque sismique
Le périmètre d’étude de dangers est classé en zone sismique 3 ; c’est-à-dire à une probabilité
d’occurrence modérée.
Tempête
Le risque tempête est notifié dans le dossier Départemental des Risques Majeurs de la CharenteMaritime sur tout le territoire départemental. Ce risque est généralement plus élevée sur les zones
littorales car elles sont plus proches en général des perturbations venant de l’Atlantique.
Les éoliennes de type MM92 de classe III retenues pour ce projet sont adaptées au caractéristiques
de vent du site.
Foudre
Le climat global du département est moyennement orageux avec une densité de foudroiement
inférieure à 2,5 Ng.
Feux de forêt
D’après le Dossier Départemental des Risques Majeurs, ce risque n’est présent sur les territoires
intégrant le périmètre d’étude de dangers. Les territoires de Coivert et de Villeneuve-la-Comtesse
présentent un aléa feux de forêt qualifié de faible relatif au milieu naturel dans lequel il s’insère.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 12
Résumé non technique de l’étude de dangers
Risque de transport de matière dangereuse (TMD)
3-3 Environnement matériel
3-3.1
D’après le Dossier départemental des risques majeurs, les territoires intégrant le périmètre d’étude
de dangers ne sont pas soumis aux risques TMD (routier, ferroviaire, voie navigable ou canalisation).
Voies de communication
Les seules voies de communication présentes dans la zone d’étude de dangers sont des
infrastructures routières, aucune voie ferrée ou navigable n’étant présente.
Le domaine routier est confié au Conseil général de la Charente-Maritime. Pour mémoire, même si
le périmètre de la zone d’étude de dangers ne recoupe pas ces infrastructures routières, il est noté à
proximité du site les voies de circulation suivante :
 L’autoroute A10, située à 5,2 km à l’Ouest de l’éolienne E4, la plus proche. Elle compte
7 694 véhicules/ jour (source : DRE Poitou-Charentes) ;
 La route départementale 121 (RD 121), distante de 830 m de l’éolienne E1. Elle compte 1
116 véhicules/jour (source : données Service Sécurité Routière, Equipements et Exploitation
de Poitou-Charentes, 2010) ;
 La route départementale 115 (RD 115), éloignée de 825 m de l’éolienne E4. Il y circule 881
véhicules/jour ;
 La route départementale 150 (RD 150), distante de 3 290 m de l’éolienne E1. Cette route
compte 3 069 véhicules/jour.
Infrastructure routière présente sur le périmètre d’étude
Le périmètre d’étude de dangers recoupe les infrastructures routières suivantes :
 Des voies communales (Vc) ;
 Des chemins ruraux (Cr);
Numéro de l’éolienne
E1
E2
E3
E4
E5
E6
Poste de livraison 1
Distance à la Vc
265 m de VC1
315 m de VC1
490 m de VC1
140 m de VC2
80 m de VC1
115 m de VC1
Jouxte VC1
Distance au Cr
47 m de Cr3
47 m de Cr7
47 m de Cr11
125 m de Cr14
90 m de Cr8
75 m de Cr11
30 m de Cr8
Tableau 4 : Distance des éoliennes par rapport aux infrastructures
3-3.2
Réseaux publics et privés
Dans le périmètre de la zone d’étude de dangers, seul deux réseaux publics sont observés :
 Une ligne électrique très haute-tension traversant le périmètre d’étude de dangers à l’Ouest.
L’éolienne la plus proche (E4) est située à 210 m de cette ligne électrique ;
 Un périmètre éloigné de captage AEP intégrant pour partie l’Est du périmètre d’étude de
dangers, dont l’éolienne E5.
3-3.3
Autres ouvrages publics
D’après l’étude d’impact environnementale (2012), aucun autre ouvrage public n’est présent sur le
périmètre de la zone d’étude de dangers.
3-3.4
Patrimoine historique et culturel
Monument historique
Aucun monument historique inscrit ou classé n’est présent dans le périmètre de la zone d’étude de
dangers. Le plus proche est à 3145 m de l’éolienne E1. Il s’agit du château de Villeneuve-laComtesse (monument inscrit).
Archéologie
Plusieurs sites archéologiques sont inventoriés dans la base de données Patriarche (Source :
courrier de la DRAC en date du 05/03/2008). Aucun vestige archéologique n’intègre le périmètre
de la zone d’étude de dangers. Le plus proche est localisé sur le hameau de Villenouvelle, à 810 m
de l’éolienne E1.
Le périmètre de la zone d’étude de dangers recoupe uniquement des chemins ruraux et des
voies communales.
Définition du trafic
Relatifs aux chemins ruraux (ou communaux) et aux voies communales, aucunes données ne sont
disponibles. Toutefois, le trafic est estimé à moins de 200 véhicules par jour (source : mairies).
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 13
Résumé non technique de l’étude de dangers
Carte 4 : Synthèse des enjeux humains sur le périmètre de la zone d’étude de dangers
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 14
Résumé non technique de l’étude de dangers
4 SECURITE DE L’INSTALLATION
L’installation respecte la règlementation en vigueur en matière de sécurité.
4-1 Système de fermeture de la porte
Les portes des éoliennes et des postes électriques sont équipées de serrures ainsi que d’un système
anti-panique (elles peuvent être ouvertes de l’intérieur même si elles sont verrouillées à l’extérieur).
Des procédures claires de fermeture des portes ont été rédigées et communiquées à l’ensemble des
intervenants sur le parc et des vérifications sont régulièrement menées. Ces portes sont toujours
verrouillées en cas d’absence de personnel dans la machine ou le poste. Le personnel verrouille
également la porte dès qu’il effectue des opérations qui font sortir cette dernière de son champ de
vision (montée dans l’éolienne, travail dans le poste uniquement …).
4-3 Protection contre le risque incendie
4-3.1
Système de lutte incendie
Le design global de l’éolienne est fait pour minimiser les risques d’incendie :
 Transport de l’énergie produite par l’éolienne entre nacelle et pied de mât par gaine –barres,
afin d’assurer une protection optimale en cas de court-circuit ;
 Capteurs de températures sur les principaux composants de l’éolienne agissant si
nécessaire, en cas de dépassements de seuils, sur le fonctionnement de la machine (bridage
voire mise à l’arrêt et envoi d’alarme via le système SCADA) ;
 Transformateur à huile implanté hors de l’éolienne.
L’ouverture de la porte de l’éolienne enclenche l’allumage automatique des éclairages de l’éolienne.
L’ouverture des postes électriques entraîne leur allumage ainsi qu’une alarme visuelle et sonore sur
le système de contrôle à distance des éoliennes de Maïa Eolis. Les portes de ces postes se
verrouillent automatiquement dès qu’elles sont fermées.
De plus, l’éolienne REpower dispose de deux extincteurs disposés dans la nacelle et un au pied du
mat. Ces extincteurs sont positionnés de façon bien visible et facilement accessible. Les agents
d'extinction sont appropriés aux risques à combattre. Ils font l’objet d’un contrôle régulier par un
organisme agréé.
4-2 Balisage des éoliennes
4-3.2
Le balisage des éoliennes est défini par l’arrêté du 13 Novembre 2009 et du 7 Décembre 2010. Les
éoliennes REpower MM92 sont conformes à cet arrêté.
En outre, un système de détection incendie relié à une alarme est mis en œuvre : des détecteurs de
température sont placés au voisinage des principaux composants électriques (transformateur du
poste, cellules du transformateur, convertisseur et génératrice de l’éolienne) et permettent, en cas de
détection :
 D’arrêter l’éolienne ;
 D’émettre une alarme sonore afin d’informer les éventuelles équipes de maintenance en
cours d’intervention dans l’éolienne ;
 D’émettre une alarme informant immédiatement de la survenance de l’incendie, ce qui peut
lui permettre d’informer les services de secours.
La couleur des éoliennes est une nuance RAL 7035. Toutes les éoliennes constituant le parc éolien,
d’une hauteur inférieure à 150 m hors tout (126 m), sont dotées d'un balisage lumineux d'obstacle au
niveau de la nacelle.
Les feux de balisage d'obstacles font l'objet d'un certificat de conformité de type, délivré par le
service technique de l'aviation civile de la direction générale de l'aviation civile (DGAC/STAC), en
fonction des spécifications techniques correspondantes.
L'alimentation électrique, desservant le balisage lumineux, est secourue par l'intermédiaire d'un
dispositif automatique et commute dans un temps n'excédant pas 15 secondes. La source d'énergie
assurant l'alimentation de secours des installations de balisage lumineux possède une autonomie au
moins égale à 12 heures.
Le balisage est surveillé par l'exploitant et celui-ci signale dans les plus brefs délais toute défaillance
ou interruption du balisage à l'autorité de l'aviation civile territorialement compétente.
Ce balisage a lieu de jour comme de nuit.
Système de détection et d’alarme
Ce système d'alarme, couplé avec le système de détection informe l’exploitant à tout moment d’un
départ de feux dans une éolienne, via le système SCADA (Cf.5-4c Contrôle à distance).
Ce dernier est en mesure de transmettre l'alerte aux services d'urgence compétents dans un délai de
15 minutes suivant la détection de l’incendie. Il doit être capable également de mettre en œuvre les
procédures d’urgence dans un délai de 60 minutes.
Il est enfin à noter que les analyses de risques internes menées par REpower (AMDEC) confirment
le caractère tout à fait improbable d’une perte de contrôle totale de l’éolienne du fait d’un incendie.
En effet, si un incendie se déclare en nacelle ou dans le mât, le système de freinage principal de
l’éolienne (frein aérodynamique par pitch) reste fonctionnel et permet la mise en arrêt de l’éolienne.
Si un incendie se déclare dans le moyeu, il est considéré comme improbable qu’il entraîne
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 15
Résumé non technique de l’étude de dangers
simultanément, sans défaillance préalable et sans signe avant-coureur la mise hors d’état des trois
systèmes autonomes et indépendants de pitch.
Par conséquent, quelle que soit la situation, une éolienne à l’intérieur de laquelle un incendie se
déclarerait, reste maîtrisable.
4-3.3
Procédure d’urgence en cas d’incendie
Un plan d’évacuation permet au personnel d’évacuer l’éolienne en cas d’incendie. Le personnel
dispose également d’une procédure d’urgence pour donner l’alerte vers les services de secours en
cas d’incendie et est formé pour le faire.
4-4 Protection contre le risque foudre
Les éoliennes REpower MM 92 sont conçues de manière à résister à l'impact de la foudre, et à ce
que le courant de foudre puisse être conduit en toute sécurité aux points de mise à la terre
sans dommages ou sans perturbations des systèmes.
4-6 Protection contre
mécaniques
l’échauffement
des
pièces
Tous les principaux composants sont équipés de capteurs de température. Un certain nombre de
seuils sont prédéfinis dans le système de contrôle de l’éolienne.
En cas de dépassement de seuils (caractéristiques sur chaque type d’aérogénérateur, type de
composant et prédéfinis), des codes d’état associés à des alarmes sont activés et peuvent, le cas
échéant, entraîner un ralentissement de la machine (bridage préventif) voire un arrêt de la machine.
Tout phénomène anormal est ainsi répertorié, tracé via le système SCADA du parc, et donne lieu à
des analyses et si nécessaire interventions de maintenance sur site afin de corriger les problèmes
constatés.
La procédure de coupure sera lancée si la vitesse du vent est supérieure à la vitesse du vent de
coupure, en valeur moyennée sur 10 min. Cependant, pour faire face aux rafales, l'éolienne lancera
également la procédure de coupure si la vitesse du vent dépasse certains seuils prédéfinis dans le
système de contrôle de l’éolienne en valeur moyennée sur 30s, ou en valeur moyennée sur 1s.
La procédure d'arrêt fera pivoter les pales en position drapeau et arrêtera l'éolienne en toute
sécurité.
Les éoliennes REpower MM 92 sont équipées du système de protection contre la foudre afin de
minimiser les dommages sur les composants mécaniques, les systèmes électriques et les systèmes
de contrôle. Le système de protection contre la foudre est basé sur des solutions de protection
interne et externe.
4-7 Protection contre la glace
Le système de protection contre la foudre a été conçu pour atteindre un niveau de protection I selon
la norme CEI 61400-24. Le Maître d’Ouvrage tient à disposition de l'Inspection des Installations
Classées les rapports des organismes compétents attestant de la conformité des éoliennes à la
norme précitée.
Durant les mois d'hiver et au début du printemps, du givre puis de la glace peuvent se former sur les
pales et la nacelle des éoliennes entrainant un surpoids, un déséquilibre du rotor et des risques de
projection de cette glace. La glace sur les pales de l’éolienne diminue sa puissance et augmente les
efforts sur la machine (multiplicateur). Le balourd, créé, déséquilibre la rotation du rotor.
4-5 Protection contre la survitesse
Chaque aérogénérateur REpower est équipée, en standard, d’un système de détection redondant et
correspondant à l’état de l’art, qui a été certifié par le bureau de contrôle TÜV Nord, qui permet
efficacement de détecter la présence de givre aussi bien sur une éolienne en rotation que sur une
éolienne à l’arrêt.
Chaque éolienne est dotée d’un dispositif de freinage pour diminuer les contraintes mécaniques qui
s'exercent sur cette dernière lorsque le vent augmente. Ce dispositif arrête tout fonctionnement de
l'éolienne en cas de tempête par exemple. Cela s’effectue par une rotation des pâles limitant la prise
au vent puis par des freins moteurs.
En cas de défaillance, un système d'alarme est couplé avec un système de détection de survitesse
qui informe l’exploitant à tout moment d’un fonctionnement anormal.
Ce dernier est en mesure de transmettre l'alerte aux services d'urgence compétents dans un délai de
15 minutes suivant l'entrée en fonctionnement anormal de l'aérogénérateur. Il doit être capable
également de mettre en œuvre les procédures d’urgence dans un délai de 60 minutes.
Les trois méthodes, redondantes, de détection, utilisées sont :
 Comparaison des mesures de vent par deux anémomètres sur la nacelle, l’un étant chauffé,
l’autre non, associé à des paramètres climatiques additionnels (notamment critère de
température) ;
 Analyse de données de fonctionnement de l’éolienne, le dépôt de givre modifiant le profil
aérodynamique de la pale et impactant par conséquent la production électrique de la
machine ;
 Système de mesure des oscillations et des vibrations qui sont causées par le balourd
provoqué par la formation de glace sur les pales qui peuvent, en cas extrême, déclencher un
arrêt d’urgence (intégré dans la chaîne de sécurité de l’éolienne, cf fonction de sécurité
« survitesse » ci-après).
Ces trois méthodes sont associées à l’envoi de codes d’état et d’information via le système SCADA.
En cas de danger particulièrement élevé sur un site, des systèmes de détection redondants
additionnels peuvent être envisagés, en sus des trois précédemment cités (par exemple système de
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 16
Résumé non technique de l’étude de dangers
mesure des fréquences propres d’oscillation des pales ou bien azimut de l’éolienne dans une
position prédéfinie suite à la détection de givre).
En cas de détection de glace, l’aérogénérateur est automatiquement mis à l’arrêt. Le redémarrage
peut se faire :
 soit automatiquement après disparition des conditions de givre (ex : lorsque le système de
détection conclue à l’absence de glace) ;
 soit manuellement sur site, au terme d’une inspection visuelle concluant à l’absence de glace
sur l’aérogénérateur.
Tous les arrêts et redémarrages des éoliennes sont enregistrés et répertoriés dans le système
SCADA.
Des adaptations à ces stratégies standard de détection et d’arrêt / redémarrage peuvent être
apportées de manière spécifique, selon la sensibilité du parc éolien. Pour cela, Repower demande
aux exploitants de mener chaque année une évaluation des risques. Cette évaluation s’appuie sur
une analyse de la présence ou non d’infrastructures dans un périmètre donné autour de l’éolienne et
classe les parcs selon dans différentes catégories de risques.
A ces fins, REpower suggère des distances minimales (différentes selon type de machine et hauteur
de moyeu) autour de chaque aérogénérateur au-delà desquelles les risques deviennent faibles. Ces
distances peuvent être fournies sur demande à l’exploitant à titre indicatif.
4-8 Protection contre le risque électrique
Les installations électriques à l'intérieur de l'éolienne respectent les dispositions de la directive du 17
mai 2006.
Les installations électriques extérieures à l'éolienne sont conformes aux normes NFC 15-100
(version compilée de 2008), NFC 13-100 (version de 2001) et NFC 13-200 (version de 2009). Ces
installations sont entretenues et maintenues en bon état et sont contrôlées avant la mise en service
industrielle puis à une fréquence annuelle, après leur installation ou leur modification par une
personne compétente. La périodicité, l'objet et l'étendue des vérifications des installations électriques
ainsi que le contenu des rapports relatifs auxdites vérifications sont fixés par l'arrêté du 10 octobre
2000.
Il est à noter que la technologie pitch électrique, et non pas hydraulique, mise en œuvre sur tous les
aérogénérateurs REpower œuvre à une réduction considérable des risques liés aux fuites depuis le
moyeu.
Le groupe hydraulique et le multiplicateur entre autres sont équipés de capteurs de pression et de
niveau de fluide, reliés au système de contrôle de la machine et au SCADA. En cas de phénomène
anormal, des alertes sont ainsi émises et des vérifications par des équipes de maintenance peuvent
être engagées.
Des vérifications des niveaux sont également partie intégrante des opérations de maintenance
préventive.
4-10
Conception des éoliennes
4-10.1
Certification de la machine
Les éoliennes REpower MM92 sont certifiées selon la norme IEC-61400-1 et émis par des
organismes internationaux autorisés à délivrer les certificats de type IEC-WT01. Cette norme inclue
l’inspection de l’assemblage sur le plan mécanique, des essais des pales et de charge à capacité
maximale, ainsi que des mesures de performance et de charge. La courbe de puissance de
l’éolienne, le niveau des émissions sonores et la qualité du courant sont mesurés par des
laboratoires indépendants.
De plus, elle répond aux normes européennes suivantes :
 Directive Machines CE 2006/42/CE ;
 Directive Compatibilité électromagnétique 2004/108/CE.
Les normes et directives nationales et internationales harmonisées et appliquées sont présentées
dans le tableau ci-après.
Norme
EN ISO 12100-1
EN ISO 12100-2
4-9 Protection contre la pollution
EN 50308
Les fuites depuis le moyeu ou la nacelle sont évitées par les systèmes passifs suivants :
 labyrinthe dans le spinner ;
 chicanes de récupération et de rétention d’huile dans le capotage de la nacelle ;
 collecteur de graisse sous les engrenages de l’azimut ;
 système clos pour le graissage central des couronnes et des pales ;
 utilisation d’huiles et fluides hydraulique dont la viscosité à température ambiante est élevée.
IEC 61400-1
EN ISO 14121-1
EN 61000-6-2
En cas malgré tout de fuite vers l’environnement extérieur, des mesures de nettoyage de l’éolienne
et de dépollution des sols seraient engagées.
IEC 61400-21
EN 61000-6-4
IEC/TR 61400-24
EN 50110-1
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
Thème
Sécurité des machines - Notions fondamentales, principes généraux de
conception - Partie 1: Terminologie de base, méthodologie
Sécurité des machines - Notions fondamentales, principes généraux de
conception - Partie 2: Les principes techniques
Les éoliennes - Les mesures de protection - Exigences pour la conception,
l'exploitation
et l'entretien
Aérogénérateurs - Partie 1: exigences de sécurité
Sécurité des machines - Appréciation du risque - Partie 1: Principes
Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 6-2: normes génériques Immunité
pour les environnements industriels
Compatibilité électromagnétique (CEM) - Partie 6-4: normes génériques standard pour les environnements industriels
Les éoliennes - Partie 21: Mesurage et évaluation de la qualité de l'alimentation
caractéristiques du réseau connecté éoliennes
Aérogénérateurs - Partie 24: Protection contre la foudre
Exploitation d'installations électriques
p. 17
Résumé non technique de l’étude de dangers
DIN VDE 0100 /
IEC 60364
EN 60664-1
EN 60529
EN 60204-1
EN 60204-11
EN 60947
EN 60439-1
EN 60034
EN 60076
EN 61936
EN 62271-200
Basse tension des installations électriques
Coordination de l'isolement des matériels dans les systèmes à basse tension Partie
1:
Principes, prescriptions et essais
Degrés de protection procurés par les équipements (code IP)
Sécurité des machines - Equipement électrique des machines - Partie 1:
Généralités
exigences
Sécurité des machines - Equipement électrique des machines - Partie 11:
Exigences pour les équipements HT fonctionnant à des tensions supérieures à
1000 V ac ou 1500 V d.c et ne dépassant pas 36 kV
Basse tension et commande
Basse tension Ensembles d'appareillage - Partie 1: Ensembles de série
assemblés
et partiellement homologués
Machines électriques tournantes
Transformateur électrique
Les transformateurs électriques supérieurs à 1 kV c.a. Partie 1: règles
communes
Appareillage à haute tension - Partie 200: Appareillage sous enveloppe
métallique
appareillage pour les tensions nominales supérieures à 1 kV et jusqu'à
52 kV.
4-11
Opération de maintenance de l’installation
4-11.1
Personnel qualifié et formation continue
Tout personnel amené à intervenir dans les éoliennes est formé et habilité :
 Electriquement, selon son niveau de connaissance ;
 Aux travaux en hauteur, port des EPI, évacuation et sauvetage ;
 Sauveteur Secouriste du Travail.
Ces habilitations sont recyclées périodiquement suivant la réglementation ou les recommandations
en vigueur. Des contrôles des connaissances sont réalisés afin de vérifier la validité de ces
habilitations.
Des points mensuels concernant la sécurité et les procédures sont effectués avec l’ensemble du
personnel de maintenance. Une présentation du fonctionnement de la sécurité est réalisée auprès
des nouveaux embauchés.
4-11.2
Planification de la maintenance
Préventive
Tableau 5 : Liste des normes à laquelle répond la REpower MM92 (source : Maïa Eolis, 2012)
Préventive
La MSE La Prévoterie tient à disposition de l'Inspection des Installations Classées les rapports des
organismes compétents attestant de la conformité des aérogénérateurs aux normes précitées.
4-10.2
Processus de fabrication
Les procédures de certification-type des aérogénérateurs, couplées aux procédures de qualification
fournisseurs, contrôles qualité, respect scrupuleux des instructions de montage et maintenance des
machines, permettent d’assurer un niveau de sécurité important.
De plus, REpower impose des contrôles supplémentaires :
 Notamment vérification de la compatibilité des éoliennes avec les conditions de vent du site
en phase d’avant-projet ;
 Revue des designs des massifs de stabilité lorsqu’ils ne font pas partie du périmètre de
fourniture de REpower.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
La maintenance réalisée sur l’ensemble des parcs éoliens est préventive. Elle contribue à améliorer
la fiabilité des équipements (sécurité des tiers et des biens) et la qualité de la production (en
l’absence de panne subie). Cette maintenance préventive se traduit par la définition de plans
d’actions et d’interventions sur l’équipement, par le remplacement de certaines pièces en voie de
dégradation afin d’en limiter l’usure, par le graissage ou le nettoyage régulier de certains ensembles.
Ces opérations incluent des contrôles visuels, serrages, graissages, changement d’huile, vérification
de niveaux, test des systèmes de sécurité, remplacement des charbons des collecteurs, mesures de
niveau d’isolement électrique, … Elles sont détaillées et regroupées par ensemble fonctionnel de
l’aérogénérateur : ils constituent une check-list suivie par les équipes de maintenance, dûment
renseignées, signées, et mises à la disposition des exploitants. A la sortie de garantie du parc éolien,
Maïa Eolis effectuera les maintenances conformément aux recommandations du constructeur.
A titre d’exemple, ci-après : rubriques du manuel de maintenance d’un aérogénérateur Repower
3.4M104 :
 Contrôles visuels généraux ;
 Pales (vérifications visuelles, relevé des cartes foudre) ;
 Ecrous de pale (serrages) ;
 Roulements de pale ;
 Système de pitch (orientation de la pale) ;
 Moyeu ;
 Roulement du rotor ;
 Système de blocage du rotor ;
 Multiplicateur ;
 Slip ring (collecteur à bagues rotatives) ;
 Frein de sécurité actif ;
p. 18
Résumé non technique de l’étude de dangers


















Selon une périodicité qui ne peut excéder un an, la société REpower et la société Maïa Eolis
procèdent également à un contrôle des systèmes instrumentés de sécurité.
Accouplement ;
Génératrice ;
Groupe hydraulique ;
Système de refroidissement du convertisseur ;
Freins d’azimut ;
Roulement d’azimut ;
Mécanisme d’orientation de la nacelle ;
Système électrique (câbles / gaines à barre) ;
Equipement de la tour ;
Système de contrôle commande et convertisseur ;
Transformateur sec en pied de mât ;
Câbles électriques en haut de mât ;
Cellules HTA ;
Câblage électrique en pied de mât ;
Fonctions de sécurité ;
Nettoyage de l’aérogénérateur ;
Massif de fondation ;
Environnement de l’aérogénérateur.
Ces contrôles font l'objet d'un rapport tenu à la disposition de l'Inspection des Installations Classées.
De plus, toutes les pièces de l'éolienne sont protégées contre la corrosion et les autres influences
néfastes de l'environnement au moyen d'un revêtement spécial à plusieurs couches. Le système de
revêtement satisfait aux exigences de la norme ISO 12944. Des contrôles visuels sont prévus lors de
toutes les maintenances préventives, suivant les préconisations du manuel de maintenance.
Curative
En cas de défaillance, les techniciens interviennent rapidement sur l’éolienne afin d’identifier l’origine
de la défaillance et y palier.
4-12
Diverses opérations de maintenance sont réalisées suivant un cycle et des protocoles de
maintenance définis selon les préconisations du constructeur. Chaque maintenance ou dépannage
est archivé dans le registre de suivi de l’installation. Le tableau suivant présente un extrait du cycle
de ces maintenances.
Parc éolien
0
Maintenance de reprise ou 5 ans (dont
torquage tour, pales … et vidanges
motoréducteur yaw, pitch …) (3/4 jours /
éolienne)
X
Maintenance semi-annuelle (1 jour / éolienne)
0,5
1
1,5
2
2,5
3
3,5
4
X
X
X
X
X
X
X
Inspections périodiques (électricité, moyens
d’extinctions, engins de levage)
X
X
X
X
Dépannages (dont remplacement de pièces)
Relatifs aux flux, de l’huile et de la graisse circulent dans l’installation permettant le bon
fonctionnement de l’éolienne. Le volume de renouvellement maximum d’huile et de graisse est de
600 l/an/aérogénérateur (source : Maïa Eolis, 2012).
X
X
Réparations de pales
5
Conformément à l’article 16 de l’arrêté du 26 août 2011, aucun matériau combustible ou inflammable
ne sera stocké dans les éoliennes du parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert.
X
Maintenance annuelle (2 jours / éolienne)
Inspections de pales (1 jour / éolienne)
4,5
Stockage et flux de produits dangereux
X
Tous les 2/3 ans (évolutif selon l’âge de l’éolienne)
Selon inspections de pales et maintenances
Tout au long du fonctionnement du parc éolien
Tableau 6 : Planning prévisionnel des maintenances (Source : Maïa Eolis et REpower, 2012)
Les sociétés REpower et Maïa Eolis disposent d’un manuel d’entretien de l’installation dans lequel
sont précisées la nature et les fréquences des opérations d’entretien afin d’assurer le bon
fonctionnement de l’installation. Elles tiennent à jour pour chaque installation un registre dans lequel
sont consignées les opérations de maintenance ou d’entretien et leur nature, les défaillances
constatées et les opérations correctives engagées.
Trois mois, puis un an après la mise en service industrielle, puis suivant une périodicité qui ne peut
excéder trois ans, la société REpower puis la société Maïa Eolis (à la sortie de garantie machine)
procèdent à un contrôle de l'aérogénérateur consistant en un contrôle des brides de fixations, des
brides de mât, de la fixation des pales et un contrôle visuel du mât.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 19
Résumé non technique de l’étude de dangers
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 20
Résumé non technique de l’étude de dangers
5- IDENTIFICATION DES POTENTIELS DE DANGERS DE L’INSTALLATION
5-1 Potentiels de dangers liés aux produits
L’activité de production d’électricité par les éoliennes ne consomme pas de matières premières, ni de
produits pendant à l’exploitation. De même, cette activité ne génère pas de déchet, ni d’émission
atmosphérique, ni d’effluent potentiellement dangereux pour l’environnement.
Les produits identifiés dans le cadre du parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert sont
utilisés pour le bon fonctionnement des éoliennes, leur maintenance et leur entretien :
 Produits nécessaires au bon fonctionnement des installations (graisses et huiles de
transmission, huiles hydrauliques pour systèmes de freinage …), qui une fois usagés sont
traités en tant que déchets industriels spéciaux ;
 Produits de nettoyage et d’entretien des installations (solvants, dégraissants, nettoyants) et
les déchets industriels banals associés (pièces usagées non souillées, cartons
d’emballage…).
Aucun brûlage des déchets à l'air libre ne sera réalisé puisqu’interdit.

Conformément à l’article 16 de l’arrêté du 26 août 2011 relatif aux installations
éoliennes soumises à autorisation, aucun matériau combustible ou inflammable ne
sera stocké dans les éoliennes ou les postes de livraison.
5-2 Potentiels de dangers liés au fonctionnement de
l’installation
Les dangers liés au fonctionnement du parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert sont de
cinq types :
 Chute d’éléments de l’aérogénérateur (boulons, morceaux d’équipements, etc.) ;
 Projection d’éléments (morceau de pale, brides de fixation, etc.) ;
 Effondrement de tout ou partie de l’aérogénérateur ;
 Echauffement de pièces mécaniques ;
 Courts-circuits électriques (aérogénérateur ou poste de livraison).
Ces dangers potentiels peuvent être recensés de manière générique dans le tableau suivant.
Installation ou système
Fonction
Système de transmission
Transmission de l’énergie
mécanique
Survitesse
Pale
Prise au vent
Bris de pale ou
chute de pale
Echauffement des pièces
mécaniques et flux
thermique
Energie cinétique
d’éléments de pales
Aérogénérateur
Production d’énergie
électrique à partir d’énergie
éolienne
Effondrement
Energie cinétique de chute
Poste de livraison,
intérieur de
l’aérogénérateur
Réseau électrique
Court-circuit
interne
Arc électrique
Chute d’éléments
Energie cinétique de
projection
Projection d’objets
Energie cinétique des
objets
Chute de nacelle
Energie cinétique de chute
Nacelle
Rotor
Nacelle
Protection des équipements
destinés à la production
électrique
Transfer l’énergie éolienne
en énergie mécanique
Protection des équipements
destinés à la production
électrique
Phénomène
redouté
Danger potentiel
Tableau 7 : Potentiels de dangers liés au fonctionnement de l’installation (Source : INERIS/SER/FEE, Mars
2012)
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 21
Résumé non technique de l’étude de dangers
5-3 Réduction des potentiels de dangers à la source
5-3.1
Principales actions préventives
Intégration dans le Schéma Régional Eolien (2004)
D’après la carte de zonages de synthèse du Schéma Régional Eolien (synthèse des données
environnementales, paysagères et potentiel éolien), l’implantation du parc éolien de Coivert et Villeneuve-laComtesse s’inscrit à la fois dans une zone identifiée comme la mieux adaptée (en vert sur la carte) et
« potentiellement adaptée » (en orange sur la carte) pour l’implantation d’éoliennes.
Intégration dans le document « Les éoliennes en Charente-Maritime » (2005)
La DDTM de Charente-Maritime a mis en place un outil d’aide à la décision pour les services de
l’Etat intitulé « des éoliennes en Charente-Maritime ». Ce document a été validé par la Commission
Départementale de la Nature des Paysages et des Sites. Diffusé à partir de 2004, il a fait l’objet d’un
avenant en 2005. Ce document propose une classification des paysages du département au regard
de leurs identités et caractéristiques.
Le secteur étudié se trouve majoritairement dans des espaces d’implantation préférentiels ; la partie
Est du site se trouve dans un territoire à identité paysagère caractérisée. Ce secteur correspond au
bassin versant de la vallée de la Boutonne.
Secteur
d’implantation
Territoire à identité paysagère, unique, forte
et emblématique
Territoire à identité paysagère caractérisée
Espace d’implantation préférentielle sous
réserve de présence de monument historique

Poste source
Carte 5 : Extrait de la carte de synthèse du Schéma Régional Eolien de Poitou-Charentes (2004)
Carte 6 : Carte extraite de «des éoliennes en Charente-Maritime» - classification des paysages départementaux et
acceptabilité des projets éoliens

Au vu des cartes issues des schémas et guides de développement éolien ; le secteur
d’espace disponible identifié se situe :
- dans sa globalité, au regard du Schéma Régional Eolien, sur des sites potentiellement
adaptés au développement d’un projet éolien
- en majeure partie, au regard du document de la DDTM 17, sur des secteurs
d’implantation préférentiels.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 22
Résumé non technique de l’étude de dangers
Etude itérative de limitation des impacts
Dans la limite du périmètre de la zone d’implantation (polygone au-delà de 500 m des premières
habitations et intégrant d’autres contraintes techniques telles que les distances minimales aux routes
etc.), un travail important d'itérations conduisant au choix de l’implantation a été engagé, faisant
intervenir plusieurs spécialistes (ingénieur éolien, écologue et paysagiste, principalement).
Afin de permettre une implantation harmonieuse du parc, le projet a tenu compte de l’ensemble
des sensibilités paysagères et patrimoniales pour minimiser les impacts sur les éléments les
plus sensibles. Pour déterminer l’implantation, il convient par ailleurs de s’appuyer sur les logiques
du paysage et d’exploiter les éléments structurants du secteur. Le choix de l’implantation doit enfin
prendre en compte la présence des autres parcs éoliens sur le territoire afin d’aboutir à un
projet de territoire cohérent.
Ce travail itératif doit également tenir compte du foncier, des pratiques agricoles et du ressenti et de
l’acceptation locale (propriétaires, exploitants, riverains). Pour le foncier par exemple, bien que des
promesses de bail soient signées en amont du projet, le choix de l’implantation se fait en
concertation avec les propriétaires et exploitant des terrains. En cas d’opposition de ceux-ci, ce
dernier paramètre devient, bien sûr, une contrainte majeure. Toute solution retenue résulte alors d'un
compromis et cette question doit être prise en compte pour définir des variantes réalistes.
5-3.2
Utilisation des meilleures techniques disponibles
L’Union Européenne a adopté un ensemble de règles communes au sein de la directive 96/61/CE du
24 septembre 1996 relative à la prévention et à la réduction intégrées de la pollution, dite directive
IPPC (« Integrated Pollution Prevention and Control »), afin d’autoriser et de contrôler les
installations industrielles.
Pour l’essentiel, la directive IPPC vise à minimiser la pollution émanant de différentes sources
industrielles dans toute l’Union Europeenne. Les exploitants des installations industrielles relevant de
l’annexe I de la directive IPPC doivent obtenir des autorités des Etats-membres une autorisation
environnementale avant leur mise en service.
Les installations éoliennes, ne consommant pas de matières premières et ne rejetant aucune
émission dans l’atmosphère, ne sont pas soumises à cette directive.
Lors d’une première phase, en 2008, pour la définition des premiers scénarios d’implantation, les
seuls facteurs déterminants pris en compte ont été le gisement éolien, la proximité des habitations et
l’insertion paysagère.
Dans une seconde phase, en 2009, les meilleures solutions retenues au terme de la phase 1 ont
été retravaillées et enrichies des enjeux patrimoniaux, environnementaux et touristiques. Ainsi, la
vallée de la Boutonne apparait comme un espace sensible. Une réunion de concertation à la mairie
de Coivert (Mars 2009) avec le bureau d’études écologique Ecosphère, l’ONF, l’ONCFS, et le
président du « club des bécassiers » met en évidence la Sensibilité de la zone boisée aux abords de
la vallée de la Boutonne. Pour faire suite aux conclusions écologiques et paysagères, la zone
d’implantation prévue sur Saint-Séverin-sur-Boutonne est supprimée. L’implantation du parc est
modifiée et décalée plus au Nord, vers Villeneuve-la-Comtesse et Coivert.
Enfin dans une troisième phase, en 2010, d’autres scénarios ont été travaillés, à partir d’une
nouvelle évaluation des enjeux biologiques issus de l’expertise d’état initial terminée d’Ecosphère et
des réflexions menées en interne. Ainsi, une réunion s’est tenue en mairie de Villeneuve-laComtesse (Juillet 2010) avec le bureau d’étude Ecosphère, la LPO Poitou-Charentes et l’ONCFS au
sujet de l’Outarde Canepetière. Elle aboutit à la suppression de la zone Nord du projet présentant
une sensibilité avifaunistique plus avérée en raison de la ligne THT. La zone d’implantation de
Villeneuve-la-Comtesse et Coivert est défini. Le choix de l’implantation à 6 machines est réalisé qui,
par son positionnement et sa configuration, est moins sensible aux enjeux écologiques liés aux
oiseaux et chauves-souris
Enfin, une optimisation du gisement éolien a été réalisée avec le choix du modèle REpower MM92.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 23
Résumé non technique de l’étude de dangers
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 24
Résumé non technique de l’étude de dangers
6 ANALYSE DES RETOURS D’EXPERIENCE
6-1 Inventaire des accidents et incidents en France
6-2 Inventaire des accidents et incidents à l’international
6-1.1
La synthèse ci-dessous provient de l’analyse de 236 accidents dans le monde issus des descriptions
de 994 accidents proposes par le CWIF : sur les 994 accidents, seuls 236 sont considérés comme
des « accidents majeurs » - les autres concernant plutôt des accidents du travail, des presqueaccidents, des incidents, etc.
Bilan accidentologie matériel
Un total de 37 incidents a pu être recensé entre 2000 et 2012. Il apparait dans ce recensement
que les aérogénérateurs accidentés sont principalement des modèles anciens ne bénéficiant
généralement pas des dernières avancées technologiques.
6-1.2
Bilan accidentologie humain
Le bilan de l’accidentologie humain nous indique que depuis 11 ans environ :
 Aucun tiers, extérieur au parc, n’a été blessé ou tué ;
 Les personnes blessées sont toutes du personnel de maintenance. Cinq accidents sont à
déplorer conduisant à quatre blessés et deux morts.
Année
2002
2009
2010
2010
2011
Nbr. Individu
1
2
1
1
1
Blessure
Electrocution et brulure
Brulure
Décès
Blessure légère
Décès
Cause
Contact avec le transformateur
Explosion du convertisseur
Crise cardiaque
Chute de 3 m dans la nacelle
Ecrasement lors du levage d’éléments d’éolienne
Tableau 8 : Liste des accidents humains inventoriés
Tout comme pour le retour d’expérience français, ce retour d’expérience montre l’importance des
causes « tempêtes et vents forts » dans les accidents. Il souligne également le rôle de la foudre dans
les accidents.
6-3 Synthèse des phénomènes dangereux redoutés issus du
retour d’expérience
De nombreux phénomènes peuvent être à l’origine d’incident et d’accident. Toutefois, la tempête
(vent fort) associé à un dysfonctionnement du système de freinage est l’une des principales causes.
Le retour d’expérience de la filière éolienne française et internationale permet d’identifier les
principaux événements redoutés suivants :
 Effondrements,
 Ruptures de pales,
 Chutes de pales et d’éléments de l’éolienne,
 Incendie.
 A ce jour, en France, aucun accident affectant des tiers ou des biens
appartenant à des tiers n’est à déplorer. Le seul accident de personne recensé en
France relève de la sécurité du travail dans des locaux où des appareils à haute
tension sont en service.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 25
Résumé non technique de l’étude de dangers
Carte 7 : Synthèse des risques sur le périmètre de la zone d’étude de dangers
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 26
Résumé non technique de l’étude de dangers
7 EVALUATION DES CONSEQUENCES
6-1 Scenarios retenus pour l’analyse détaillée des risques et
méthode de l’analyse des risques
6-1.1
Les scenarios relatifs à l’incendie ou concernant les fuites ont été écartés en raison de leur faible
intensité et des barrières de sécurité mises en place.
Méthode retenue
Effondrement de
l'éolienne
Chute d'élément de
l'éolienne
Chute de glace
Cinétique
Intensité
Probabilité
Projection
500 m autour de
l'éolienne
Rapide
Exposition
modérée
D
Projection de glace
1,5 x (H+2R)
autour de
l'éolienne
Zone d'effet
Disque dont le
rayon correspond
à une hauteur
totale de la
machine en bout
de pale
Zone de survol
Zone de survol
Cinétique
Rapide
Rapide
Rapide
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
Rapide
Exposition
modérée
B
Gravité
Modérée
E1, E2, E3,
E4, E5, E6
(S19 à S24)
Modérée
E1, E2, E3,
E4, E5, E6
(S25 à S30)
Tableau 9 : Synthèse des scénarios étudiés
6-2 Evaluation des conséquences du parc éolien
Un risque est jugé acceptable ou non selon les principes suivants :
 Les accidents les plus fréquents ne doivent avoir de conséquences que « négligeables » ;
 Les accidents aux conséquences les plus graves ne doivent pouvoir se produire qu’à des
fréquences « aussi faibles que possible ».
Cette appréciation du niveau de risque est illustrée par une grille de criticité dans laquelle chaque
accident potentiel peut être mentionné.
L’évaluation du risque a été réalisée en suivant le guide de l’INERIS/SER/FEE et selon une
méthodologie explicite et reconnue (circulaire du 10 mai 2010). Les règles méthodologiques
applicables pour la détermination de l’intensité, de la gravité et de la probabilité des phénomènes
dangereux sont précisées par cette circulaire.
Scenario
Zone d'effet
Scénarios retenus
Différents scénarios ont été étudiés dans l’analyse des risques. Seuls ont été retenus dans l’analyse
détaillée les cas suivants :
 Chute d’éléments des éoliennes ;
 Chute de glace des éoliennes ;
 Effondrement des éoliennes ;
 Projection de glace des éoliennes ;
 Projection de pale des éoliennes.
6-1.2
Scenario
Intensité
Exposition forte
Exposition
modérée
Exposition
modérée
Probabilité
Gravité
D
Sérieuse
E1, E2, E3,
E4, E5, E6
(S1 à S6)
C
A
Modérée
E1, E2, E3,
E4, E5, E6
(S7 à S12)
Modérée E1,
E2, E3, E4,
E5, E6
(S13 à S18)
La criticité des évènements est alors définie à partir d’une cotation du couple probabilité-gravité et
définit en 3 zones :
 En vert : une zone pour laquelle les risques peuvent être qualifiés de « moindre » et donc
acceptables, et l’événement est jugé sans effet majeur et ne nécessite pas de mesures
préventives ;
 En jaune : une zone de risques intermédiaires, pour laquelle les mesures de sécurité sont
jugées suffisantes et la maîtrise des risques concernés doit être assurée et démontrée par
l’exploitant (contrôles appropriés pour éviter tout écart dans le temps) ;
 En rouge : une zone de risques élevés, qualifiés de non acceptables pour laquelle des
modifications substantielles doivent être définies afin de réduire le risque à un niveau
acceptable ou intermédiaire, par la démonstration de la maitrise de ce risque.
L’objet de cette analyse se résume à l’étude des phénomènes dangereux concernant le projet de
parc « Eoliennes de Noyers et Bucamps » :
 Chute d’éléments des éoliennes E1, E2, E3, E4, E5 et E6 (scénario 1, 2, 3, 4, 5, 6) ;
 Chute de glace des éoliennes E1, E2, E3, E4, E5 et E6 (scénario 7, 8, 9, 10, 11, 12) ;
 Effondrement des éoliennes E1, E2, E3, E4, E5 et E6 (scénario 13, 14, 15, 16, 17, 18) ;
 Projection de glace des éoliennes E1, E2, E3, E4, E5 et E6 (scénario 19, 20, 21, 22, 23, 24) ;
 Projection de pale des éoliennes E1, E2, E3, E4, E5 et E6 (scénario 25, 26, 27, 28, 29 et 30)
La « criticité » des scénarios et donnée dans le tableau (ou « Matrice ») suivant.
p. 27
Résumé non technique de l’étude de dangers
La cinétique des accidents pour les scenarios est rapide.
RAVITÉ des
Conséquences
Classe de Probabilité
E
D
C
B
A
S25, S26,
S27, S28,
S29, S30
S13, S14,
S15, S16,
S17, S18
Désastreux
Catastrophique
Important
Sérieux
Modéré
S1, S2, S3,
S4, S5, S6
S19, S20, S7, S8, S9,
S21, S22, S10, S11,
S23, S24
S12
Légende de la matrice :
Niveau de risque
Couleur
Acceptabilité
Risque très faible
acceptable
Risque faible
acceptable
Risque important
non
acceptable
Figure 4 : Matrice de criticité de l’installation (source : INERIS/SER/FEE, Mai 2012)
La criticité résultant du couple Probabilité/Gravité est acceptable, en se référant à la grille de
criticité de la circulaire du 29 septembre 2005, même si celle-ci ne s’applique qu’aux installations
soumises à SEVESO, et en tenant compte des mesures de prévention et de protection.
Parc éolien de Villeneuve-la-Comtesse et Coivert (17)
p. 28
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising