Les développements en droit criminel - Barreau de la Côte-Nord

Les développements en droit criminel - Barreau de la Côte-Nord
CONGRÈS DU BARREAU
DE LA CÔTE-NORD
3MAI2 0 1 4
REVUE DE LA JURISPRUDENCE
EN MATIÈRE
PÉNALE
NATHALIE AUBRY et
MICHEL PARENT
JUGES DE LA COUR DU QUÉBEC
2
TABLE DES MATIÈRES
1. Décisions de la Cour suprême ________________________________________________________________________________4
2.1 Procédure ___________________________________________________________________________________________157
2. Décisions de la Cour d'appel du Québec______________________________________________________________________157
2.2 Infractions et Défense_________________________________________________________________________________203
2.3 Peine et autres ordonnances ____________________________________________________________________________303
2.4 Preuve ______________________________________________________________________________________________431
2.5 Juge ________________________________________________________________________________________________499
2.6 Charte ______________________________________________________________________________________________527
3
JURISPRUDENCE RÉCENTE EN MATIÈRE PÉNALE
M A I 2 0 1 4
COUR
NOM DE LA CAUSE
R. c. Babos
SUPRÊME
DATE
RÉFÉRENCE
ANNOTATIONS
21-02-14
2014 CSC 16
- Le présent pourvoi donne à la Cour l'occasion de revoir les
règles régissant l'abus de procédure auxquelles sont
assujettis les comportements de l'État qui portent atteinte à
l'intégrité du système de justice, mais ne nuisent pas à
l'équité du procès. Ce sont les comportements qui font
partie de ce qu'on appelle parfois la «catégorie résiduelle»
de cas où le Tribunal peut ordonner l'arrêt des procédures.
Plus particulièrement, il incombe à la Cour de préciser la
marche à suivre pour décider s'il y a lieu d'ordonner l'arrêt
des procédures lorsqu'une telle conduite est dévoilée;
- Les appelants se plaignent de trois actes répréhensibles
commis par des représentants de l'État :
Procédure
Demande d'arrêt des procédures;
1) Procureur de la couronne
menace de porter d'autres
plaintes s'il y a procès
(répréhensible selon Cour
suprême);
2) Collusion de 2 agents de
police au sujet d'une saisie
d'arme à feu;
3) Obtention du dossier
médical par des moyens
irréguliers (centre de
détention).
1. La première substitut du procureur général provincial a essayé
plusieurs fois de les intimider pour qu'ils renoncent à leur droit
à un procès, en les menaçant de porter d'autres accusations
contre eux s'ils décidaient de nier leur culpabilité;
2. Deux agents de police se sont concertés pour induire le tribunal
en erreur au sujet de la saisie d'une arme à feu qu'ils ont
trouvée à l'intérieur de la voiture de M. Babos;
3. Une procureure fédérale, agissant à titre de substitut du
procureur général, a utilisé des moyens irréguliers pour obtenir
le dossier médical de M. Piccirilli auprès du centre de
détention où il était incarcéré en attendant son procès;
- Les appelants ne plaident pas l'impossibilité de subir un
4
procès équitable en raison des présumés incidents
d'inconduite : ils admettent pouvoir compter sur un procès
équitable. Ils soutiennent plutôt que la présente affaire est
l'un des cas les plus manifestes où l'arrêt des procédures
s'impose pour préserver et protéger l'intégrité du système
de justice;
- L'arrêt des procédures est la réparation la plus draconienne
qu'une cour criminelle puisse accorder (R. c. Regan, 2002
CSC 12);
- La Cour a néanmoins reconnu qu'il existe de rares cas – les
« cas les plus manifestes » - dans lesquels un abus de
procédure justifie l'arrêt des procédures (R. c. O'Connor,
[1995] 4 R.C.S. 411, par. 68). Ces cas entrent
généralement dans deux catégories : 1) ceux où la conduite
de l'État compromet l'équité du procès de l'accusé (la
catégorie « principale »); 2) ceux où la conduite de l'État
ne présente aucune menace pour l'équité du procès, mais
risque de miner l'intégrité du processus judiciaire (la
catégorie « résiduelle ») (O'Connor, par. 73).. La conduite
attaquée en l'espèce ne met pas en cause la catégorie
principale. Elle fait plutôt nettement partie de la deuxième
catégorie;
- Lorsque la catégorie résiduelle est invoquée, il s'agit de
savoir si l'État a adopté une conduite choquant le sens du
franc-jeu et de la décence de la société et si la tenue d'un
procès malgré cette conduite serait préjudiciable à
l'intégrité du système de justice. Pour dire les choses plus
simplement, il y a des limites au genre de conduite que la
société tolère dans la poursuite des infractions. Parfois, la
conduite de l'État est si troublante que la tenue d'un procès
– même un procès équitable – donnera l'impression que le
5
système de justice cautionne une conduite heurtant le sens
du franc-jeu et de la décence qu'a la société, et cela porte
préjudice à l'intégrité du système de justice. Dans ce genre
d'affaires, la première étape du test est franchie;
- Il peut y avoir des situations où l'intégrité du système de
justice est en jeu en l'absence d'une conduite répréhensible.
Poursuivre plusieurs fois un accusé pour la même
infraction après que des jurys successifs ne soient pas
parvenus à rendre un verdict en est un exemple, tout
comme le fait d'avoir recours aux tribunaux criminels pour
percevoir une dette civile;
- Dans un cas relevant de la catégorie résiduelle, peu
importe le type de conduite dont on se plaint, la question à
laquelle il faut répondre à la première étape du test
demeure la même : la tenue d'un procès en dépit de la
conduite reprochée causerait-elle un préjudice
supplémentaire à l'intégrité du système de justice? Le
tribunal doit tout de même déterminer si la tenue d'un
procès reviendrait à absoudre judiciairement la conduite
reprochée;
- À la deuxième étape du test, il s'agit de déterminer si une
autre réparation, moindre que l'arrêt des procédures,
permettrait de corriger le préjudice. Lorsque la catégorie
résiduelle est invoquée et que le préjudice dénoncé porte
atteinte à l'intégrité du système de justice, les réparations
doivent s'attaquer à ce préjudice. Il faut se rappeler que,
dans les affaires entrant uniquement dans la catégorie
résiduelle, l'objectif n'est pas d'accorder réparation à
l'accusé pour un tort qui lui a été causé auparavant.
L'accent est plutôt mis sur la question de savoir si une
autre réparation, moindre que l'arrêt des procédures,
6
permettra au système de justice de se dissocier
suffisamment à l'avenir de la conduite reprochée à l'État;
- Enfin, la mise en balance des intérêts effectuée à la
troisième étape du test revêt une importance accrue lorsque
la catégorie résiduelle est invoquée;
- Si on allègue une atteinte à l'intégrité du système de
justice, le tribunal est appelé à décider quelle des deux
solutions suivantes assure le mieux l'intégrité du système
de justice : l'arrêt des procédures ou la tenue d'un procès en
dépit de la conduite contestée. Cette analyse suppose
nécessairement une mise en balance. Le tribunal doit
prendre en compte des éléments comme la nature et la
gravité de la conduite reprochée – que celle-ci soit un cas
isolé ou la manifestation d'un problème systémique et
persistant -, la situation de l'accusé, les accusations
auxquelles il doit répondre et l'intérêt de la société à ce que
les accusations soient jugées au fond. De toute évidence,
plus la conduite de l'État est grave, plus il est nécessaire
que le tribunal s'en dissocie. Lorsque la conduite en
question choque la conscience de la communauté ou heurte
son sens du franc-jeu et de la décence, il est peu probable
que l'intérêt de la société dans la tenue d'un procès complet
sur le fond l'emporte au terme de la mise en balance;
- La mise en balance nécessaire des intérêts de la société et
le critère « des cas les plus manifestes », imposent sans
aucun doute un lourd fardeau à l'accusé qui demande l'arrêt
des procédures au titre de la catégorie résiduelle. Ce n'est
que lorsque l'« atteinte au franc-jeu et à la décence est
disproportionnée à l'intérêt de la société d'assurer que les
infractions criminelles soient efficacement poursuivies »
que l'arrêt des procédures est justifié;
7
- Le juge du procès a mal apprécié les trois actes
répréhensibles commis par des représentants de l'État;
- Lorsqu'on examine la conduite du ministère public en
faisant abstraction des erreurs du juge du procès, il est
évident qu'elle n'a aucunement porté préjudice à l'intégrité
du système de justice. M. Piccirilli a mis son état de santé
en cause. L'avocate du ministère public a demandé un
affidavit au personnel du centre de détention où était
incarcéré M. Piccirilli. Lorsqu'elle a reçu plus que ce
qu'elle avait demandé, en l'occurrence le dossier médical
confidentiel de M. Piccirilli, elle a immédiatement
communiqué ces renseignements à l'avocat de ce dernier.
Elle a aussi dévoilé leur provenance à peine quelques jours
plus tard. L'argument des appelants ne franchit donc pas la
première étape du test;
- Quant à l'argument de la collusion policière, l'agent Brière
a modifié son témoignage sur une question fondamentale :
celle de savoir si c'est lui ou M. Babos qui a ouvert le
hayon de la voiture. Il l'a toutefois fait après avoir
témoigné à l'enquête préliminaire. Or, lorsque l'agent
Brière s'est fait demander, pourquoi il avait modifié sa
version des faits, il a tout de suite expliqué qu'il avait parlé
avec l'agent Sénéchal et que ce dernier l'avait «convaincu»
de la version exacte des faits. Les policiers n'ont pas tenté
de dissimuler leurs entretiens, ni de cacher quoi que ce soit
au tribunal. Dans la mesure où leur comportement est
assimilable à de la collusion, il l'est au sens le plus
technique du terme. Quelle que soit la menace qu'il
représente pour l'intégrité du système de justice, c'est
assurément une faible menace;
- Passant tout de même à la seconde étape, la Cour conclut
8
que le juge du procès disposait d'une autre mesure de
réparation qui lui aurait permis de remédier à ces deux
actes : refuser d'admettre en preuve l'arme à feu contre M.
Piccirilli même si l'art. 8 de la Charte ne conférait pas à ce
dernier qualité pour en contester la recevabilité. Le juge du
procès a commis une erreur en négligeant d'examiner cette
solution de rechange. L'exclusion de l'arme à feu à l'égard
de M. Piccirilli aurait pour effet de dissocier le tribunal de
la collusion des policiers et de la tentative malavisée du
ministère public de la produire en preuve contre M.
Piccirilli en dépit de la conclusion de collusion. Une fois
l'arme à feu exclue, on ne pourrait pas affirmer que l'acte
répréhensible a encore une incidence sur l'intégrité du
système de justice;
- La Cour établit la distinction entre la conduite du ministère
public en l'espèce et les méthodes légitimes de négociation
d'un plaidoyer;
- Les propos de la substitut du procureur général n'étaient
rien de moins que menaçants. M. Piccirilli s'est fait dire
notamment que, s'il ne réglait pas, le « train [allait] le
frapper ». Autrement dit, les menaces de la substitut du
procureur général visaient à faire pression sur les appelants
pour qu'ils renoncent à leur droit à un procès;
- La tactique d'intimidation à laquelle a eu recours le
ministère public était indubitablement répréhensible et
indigne de sa charge. C'est manifestement le genre de
conduite dont le tribunal doit se dissocier;
- Les menaces doivent toutefois être replacées dans leur
contexte. Le juge du procès ne l'a pas fait;
- Les menaces ont été proférées plus d'un an avant
l'ouverture du procès. Les 18 mois de silence des
9
appelants et de leurs avocats jettent un certain éclairage sur
la mesure dans laquelle ils ont pris les menaces au sérieux.
Si elles avaient été prises au sérieux, on aurait pu s'attendre
à ce que les avocats réagissent sur-le-champ. Il ne
convenait assurément pas de ne rien faire pendant plus d'un
an avant de demander l'arrêt des procédures au milieu du
procès;
- Quand la conduite répréhensible a été dévoilée, l'avocate
du ministère public n'occupait plus et n'intervenait plus
dans le dossier depuis longtemps;
- De toute évidence, la conduite répréhensible de l'avocate
du ministère public était suffisamment grave pour que le
tribunal passe à la deuxième étape du test. Si on prend en
considération les facteurs atténuants dont le juge du procès
n'a pas tenu compte, sa conclusion selon laquelle les
menaces ont constitué « un abus des plus graves » n'est
tout simplement pas établie;
- Étant donné l'absence de réparation possible, la Cour passe
à la troisième étape du test, soit la mise en balance,
exercice auquel le juge du procès ne s'est pas livré;
- Le caractère très grave des accusations portées contre les
appelants – 22 accusations relatives aux armes à feu, aux
drogues illégales et au crime organisé – revêt une grande
importance à cette étape. La société tient énormément à ce
que justice soit faite par un tribunal et que la culpabilité ou
l'innocence des appelants soit établie au terme d'un procès
complet sur le fond;
- Compte tenu que les menaces avaient été proférées plus
d'un an avant le procès par une substitut du procureur
général n'occupant plus au dossier, la Cour déclare ne pas
être convaincue qu'il s'agit de l'un des cas les plus
10
manifestes où la réparation exceptionnelle que constitue
l'arrêt des procédures est justifiée.
Compagnie des chemins de fer
nationaux du Canada c.
McKercher
05-07-13
2013 CSC 39
Procédure
Inhabilité de l'avocat;
Conflit d'intérêt;
Pouvoir inhérent des tribunaux de
vérifier le conflit d'intérêt.
11
- Le cabinet d'avocats McKercher LLP représentait le CN
dans quelques dossiers lorsqu'il a accepté, sans que le CN
le sache ou y consente, le mandat de représenter le
demandeur dans un recours collectif de 1,75 milliard de
dollars contre le CN. Ce n'est que lorsque la déclaration
lui a été signifiée que le CN a appris que McKercher
occupait contre lui dans le recours collectif. McKercher
s'est hâté d'abandonner tous les mandats du CN, sauf un
auquel le CN a mis fin lui-même. Alléguant l'existence
d'un conflit d'intérêt, le CN a demandé que McKercher soit
écarté en tant que procureur au dossier dans le recours
collectif. Le juge saisi de la requête a accueilli la demande
et déclaré McKercher inhabile à occuper dans l'instance.
La Cour d'appel a infirmé l'ordonnance du premier juge;
- Un cabinet d'avocats peut-il accepter le mandat d'agir
contre un de ses clients actuels dans une affaire sans lien
avec les dossiers en cours de ce client? Plus précisément,
un cabinet d'avocats peut-il poursuivre son client actuel
pour le compte d'un autre client? Dans la négative, quels
recours s'offrent au client poursuivi par son avocat? Telles
sont les questions que soulève le présent pourvoi;
- Lorsque la représentation d'un client en particulier par un
avocat dans une instance soulève des questions, il
appartient au tribunal de trancher ces questions. Dans
l'exercice de leur pouvoir de surveillance à l'endroit des
avocats, les tribunaux ont habituellement pour objectif
d'éviter tout préjudice aux clients et de préserver la
considération dont jouit l'administration de la justice, mais
pas de punir les avocats ou de leur imposer des sanctions
disciplinaires;
- L'avocat et, par extension, le cabinet d'avocats, ont envers
leurs clients un devoir de loyauté qui comporte les trois
aspects principaux suivants : (1) le devoir d'éviter les
conflits d'intérêts; (2) le devoir de dévouement à la cause
du client; (3) le devoir de franchise;
- Le droit relatif aux conflits d'intérêts cible surtout deux
types de préjudice : celui découlant de l'utilisation à
mauvais escient, par l'avocat, des renseignements
confidentiels qu'il a obtenus d'un client; et celui causé
lorsque l'avocat « met une sourdine » à la représentation de
son client dans ses propres intérêts, ceux d'un autre client
ou ceux d'un tiers. Pour ce qui est de ces préoccupations,
le droit établit une distinction entre les anciens clients et
les clients actuels. Le principal devoir de l'avocat envers
un ancien client est de s'abstenir d'utiliser à mauvais
escient des renseignements confidentiels. Quant au client
actuel qu'il représente toujours, l'avocat ne doit ni utiliser à
mauvais escient des renseignements confidentiels, ni se
placer dans une situation où sa représentation efficace est
compromise;
- Règle de la démarcation très nette selon l'arrêt Neil, 2002
CSC 70;
- La règle de la démarcation très nette est précisément ce
que son nom indique : une règle prévoyant une ligne de
démarcation très nette. Elle ne peut être réfutée ou
autrement atténuée. Elle s'applique à la représentation
simultanée dans des dossiers ayant un lien entre eux et
dans les dossiers qui n'en ont pas. Toutefois, sa portée est
limitée. Elle s'applique uniquement lorsque les intérêts
12
immédiats des clients s'opposent directement dans les
dossiers où occupe l'avocat. Elle s'applique uniquement
aux intérêts juridiques, et non aux intérêts commerciaux ou
stratégiques. Elle ne peut être invoquée pour des raisons
d'ordre tactique. Et elle ne s'applique pas lorsqu'il est
déraisonnable pour un client de s'attendre à ce que le
cabinet d'avocats n'agira pas contre lui dans des dossiers
n'ayant aucun lien avec le sien. En présence d'une
situation qui échappe à la portée de la règle, le critère
applicable consiste à se demander s'il existe un risque
sérieux que la représentation du client par l'avocat soit
affectée de façon appréciable;
- Le devoir de dévouement empêche l'avocat de miner sa
relation avec son client. En règle générale, un avocat ou
un cabinet d'avocats ne devraient pas laisser tomber
sommairement et de façon inattendue un client simplement
pour éviter des conflits d'intérêts avec des clients actuels
ou de futurs clients;
- L'avocat ou le cabinet d'avocats a un devoir de franchise
envers son client, ce qui l'oblige à faire part à celui-ci de
tout facteur influant sur son aptitude à bien représenter le
client;
- Par conséquent, l'avocat doit, en règle générale, informer
son client actuel avant d'accepter un mandat qui l'obligera
à agir contre ce client, même s'il juge que la situation
échappe à la portée de la règle de la démarcation très nette.
Le client actuel peut à tout le moins estimer que sa relation
avec son avocat s'est dégradée et vouloir retenir les
services d'un autre avocat;
- Afin de divulguer à son client actuel tous les
renseignements utiles, l'avocat doit d'abord obtenir du
13
client éventuel qu'il consente à la divulgation de
l'existence, de la nature et de la portée du nouveau mandat.
Si le client éventuel refuse de consentir à la divulgation de
ces renseignements, l'avocat ne sera pas en mesure de
remplir son devoir de franchise, et il doit donc refuser de
représenter le client éventuel;
- En l'espèce, la règle de la démarcation très nette est
applicable. Les intérêts immédiats du CN et de M.
Wallace s'opposaient directement et étaient de nature
juridique. En effet, McKercher a aidé M. Wallace à
intenter un recours collectif directement contre le CN. En
outre, aucun élément de preuve au dossier ne démontre que
le CN cherche à utiliser la règle de la démarcation très
nette pour des raisons tactiques. Rien ne porte à croire que
le CN répartit à dessein ses dossiers juridiques entre les
cabinets d'avocats de la Saskatchewan afin d'empêcher M.
Wallace ou d'autres personnes de retenir les services d'un
bon avocat. Enfin, il était raisonnable dans les
circonstances que le CN s'attende à ce que McKercher ne
représente pas M. Wallace;
- La Cour refuse cependant de se rallier à la thèse voulant
qu'il s'agisse d'une situation où existe également un risque
d'utilisation à mauvais escient de renseignements
confidentiels. La prétention du CN selon laquelle
McKercher a obtenu des renseignements confidentiels qui
pourraient lui être utiles dans l'affaire Wallace – à savoir
une connaissance générale de la philosophie du CN en
matière contentieuse – ne résiste pas à l'examen. Il faut
que les renseignements puissent être utilisés contre le
client de façon concrète.
- Le devoir de dévouement à la cause du client suppose
14
qu'un cabinet d'avocats ne doit pas résilier un mandat
sommairement et de façon inattendue afin de contourner
les règles relatives aux conflits d'intérêts. McKercher a
manqué à son devoir de dévouement envers les causes de
CN en résiliant les mandats que le CN lui avait confiés. Le
désir d'accepter un éventuel mandat potentiellement très
profitable ne constituait pas une raison valable de priver le
CN de ses services.
- Le cabinet McKercher a manqué à son devoir de franchise
envers le CN en n'informant pas le CN de son intention
d'accepter le mandat de M. Wallace;
- La déclaration d'inhabilité peut devenir nécessaire (1) pour
éviter le risque d'utilisation à mauvais escient de
renseignements confidentiels, (2) pour éviter le risque de
représentation déficiente et (3) pour préserver la
considération dont jouit l'administration de la justice;
- La déclaration d'inhabilité à occuper est généralement la
seule réparation appropriée à l'égard des raisons (1) et (2);
- Les tribunaux saisis d'une demande de déclaration
d'inhabilité uniquement pour la troisième raison doivent
tenir compte de certains facteurs qui peuvent militer contre
la déclaration d'inhabilité. Ces facteurs peuvent inclure (i)
un comportement qui prive le plaignant de la possibilité de
demander que l'avocat cesse d'occuper, par exemple s'il
tarde à présenter la demande de déclaration d'inhabilité;
(ii) une atteinte grave au droit du client éventuel de retenir
les services de l'avocat de son choix, et la capacité de ce
client de trouver un autre avocat; et (iii) le fait que le
cabinet d'avocats a accepté en toute bonne foi le mandat à
l'origine du conflit d'intérêts, en croyant raisonnablement
que la représentation simultanée échappait à la portée de la
15
règle de la démarcation très nette et des restrictions du
barreau applicables.
Ontario c. Criminal Lawyers'
Association of Ontario
01-08-13
2013 CSC 43
Procédure
Nomination d'amicus curiae;
Dossier d'accusé sans avocat;
Nomination par la cour d'avocat
d'office différence entre avocat de
la cour et avocat de la défense :
Amicus curiae peut faire valoir des
points de droit défavorables à la
défense;
Fixation des honoraires lorsqu'il y
a impasse avec le procureur
général
16
- Dans les dossiers visés en l'espèce, le tribunal en cause n'a
pas statué sur le fondement de la Charte canadienne des
droits et libertés. Il ne s'agit pas d'affaires où on a estimé
que le procès ne serait pas équitable si l'accusé n'était pas
représenté par un avocat. Le juge du procès a plutôt
nommé un avocat pour aider l'accusé qui, dans chacun des
cas, avait mis fin au mandat de l'avocat de son choix. Il l'a
fait pour assurer le bon déroulement d'un procès ou pour
ne pas retarder une instance longue et complexe.
Toutefois, dans chacun des cas, le rôle de l'amicus s'est
apparenté à celui d'un avocat de la défense, sauf que
l'accusé ne pouvait mettre fin à son mandat;
- Dans chacun des dossiers, l'amicus a refusé l'offre du
procureur général de le rémunérer selon le tarif de l'aide
juridique;
- Dans chacune des quatre affaires visées par le pourvoi,
toutes issues d'instances criminelles ontariennes, le juge du
procès a nommé un amicus, a établi un taux de
rémunération supérieur à celui offert par le procureur
général de l'Ontario et a ordonné à ce dernier de verser
cette rémunération. Le procureur général a fait valoir que,
dans ces affaires, l' amicus jouait un rôle semblable à celui
d'un avocat de la défense et qu'il devait accepter d'être
rémunéré au tarif de l'aide juridique;
- Nul ne conteste qu'une cour de justice peut nommer un
avocat «amicus » (ou « ami de la cour ») pour l'épauler
dans une situation exceptionnelle, ni que le procureur
général est alors tenu de le rémunérer. Le présent pourvoi
soulève la question de savoir si sa compétence inhérente
ou tacite lui confère le pouvoir de fixer le taux de
rémunération de l' amicus curiae;
- La nomination judiciaire d'un amicus n'empiète pas sur la
compétence de la province en matière d'administration de
la justice, dès lors que certaines conditions sont réunies.
Premièrement, le juge doit avoir besoin de l'aide d'un
amicus pour s'acquitter de ses fonctions dans l'affaire en
cause. Deuxièmement, à l'instar d'autres éléments de la
compétence inhérente, le pouvoir de la cour de nommer un
amicus, doit être exercé parcimonieusement et avec
circonspection, et dans une situation particulière et
exceptionnelle. La nomination automatique d'un amicus
chaque fois qu'un défendeur n'est pas représenté pourrait
ne plus viser à répondre au besoin d'assistance du juge,
mais relever de l'administration de la justice, laquelle
ressortit à la province;
- Dès que les devoirs et les obligations d'un avocat de la
défense lui incombent, l' amicus ne peut plus être
considéré à juste titre comme l'"ami de la cour". L'amicus
et l'avocat de la défense nommé par la cour jouent des
rôles foncièrement différents. Une fois nommé amicus,
l'avocat qui accepte de tenir le rôle d'avocat de la défense
n'est plus l'ami de la cour;
- L'intégrité du processus judiciaire serait compromise si le
juge du procès pouvait déterminer la rémunération de
l'amicus et ordonner son paiement;
- Lorsque l'avocat pressenti par la cour refuse la
rémunération offerte par le procureur général, la cour n'est
pas habilitée à modifier cette rémunération afin de
s'adjoindre l'amicus de son choix;
17
- On ne saurait permettre la nomination systématique
d'amici pour assurer le bon déroulement de procès
complexes;
- Dans un dossier criminel, l'absence d'un sténographe ou
d'un interprète qualifié peut empêcher la cour d'instruire le
procès. Or, le juge du procès ne peut pas exercer sa
compétence inhérente pour exiger du procureur général
qu'il offre la rémunération nécessaire à l'obtention des
services d'un sténographe ou d'un interprète en particulier;
- Dans les cas exceptionnels où, sans qu'un droit garanti par
la Charte ne soit en jeu, le juge doit obtenir l'aide d'un
amicus pour rendre justice, le candidat retenu et le
procureur général se rencontrent pour déterminer le tarif et
les modalités de paiement. Ils peuvent consulter le juge,
mais ce dernier doit s'abstenir de rendre, relativement au
paiement, une ordonnance à laquelle le procureur général
n'aurait d'autre choix que d'obéir;
- En dernière analyse, lorsque le recours à un amicus est
vraiment essentiel et que l'avocat pressenti et le procureur
général ne parviennent pas à s'entendre sur la
rémunération, le juge peut n'avoir d'autre choix que, dans
l'exercice de sa compétence inhérente, de suspendre
l'instance jusqu'à la nomination d'un amicus. Si le procès
ne peut aller de l'avant, la cour peut motiver la suspension
d'instance et préciser la cause du retard;
- En l'absence d'une habilitation découlant d'une disposition
législative ou d'une contestation constitutionnelle, une cour
de justice n'a pas de compétence institutionnelle pour
s'immiscer dans l'affectation de fonds publics. La
compétence pour faire respecter sa procédure et constituer
une cour de justice confère certes le pouvoir de nommer un
18
amicus, mais elle n'accorde pas en soi celui de décider de
la rémunération que le procureur général doit verser. La
portée de la compétence inhérente d'une cour supérieure ou
du pouvoir que possède par inférence nécessaire un
tribunal d'origine législative doit respecter les fonctions
constitutionnelles et les attributions institutionnelles du
législatif, de l'exécutif et du judiciaire. À titre de premiers
conseillers juridiques de l'État chargés de l'administration
de la justice au nom des provinces, ce sont les procureurs
généraux provinciaux, et non les tribunaux, qui
déterminent le tarif approprié et rémunèrent les amici.
R.L. c. R.
18-10-13
2013 CSC 54
Procédure
2010 :
• conclusion d'expert : accusé
n'est pas apte et ne sera
jamais apte à comparaître;
• demande de déclarer inapte
dans des dossiers de 1996 à
2005;
• à l'époque 2 psychiatres
l'avaient déclaré apte à 2
occasions différentes;
• refus de la Cour d'appel de
réviser.
19
- La majorité des juges de la Cour se rallie aux motifs du
juge Chamberland qui avait rendu l'opinion majoritaire de
la Cour d'appel : 2012 QCCA 635;
- La Cour est saisie de trois requêtes : 1) une requête pour
proroger le délai d'appel, 2) une requête pour permission
de faire appel, et enfin, 3) une requête pour obtenir
l'autorisation de présenter une nouvelle preuve, que le
ministère public conteste avec énergie;
- Le requérant est né en 1982; il est donc aujourd'hui âgé de
29 ans. Il souffre d'une certaine déficience intellectuelle,
de légère à modérée. Il cherche à faire casser l'ensemble
des condamnations prononcées contre lui à la suite de
plaidoyers de culpabilité enregistrés dans 14 dossiers en
Cour du Québec de 1996 à 2005, d'abord en Chambre de la
jeunesse, puis en Chambre criminelle et pénale. Les
infractions commises sont variées, mais la plupart sont des
infractions à caractère sexuel et des bris d'engagements;
- Le requérant entend faire valoir plusieurs moyens d'appel
dont celui-ci :
1. il était inapte à subir un procès criminel, au sens des
articles 2 et 672.22 du Code criminel, en raison de sa
déficience intellectuelle;
- La démarche du requérant s'inscrit dans un contexte tout à
fait particulier. Le 8 avril 2011, la Cour du Québec,
concluait à son inaptitude à subir un procès criminel en se
basant sur des rapports des 14 juin et 14 octobre 2010 dans
lesquels le psychiatre Jacques Bouchard conclut non
seulement que le requérant n'est pas apte à subir son procès
mais également qu'il ne l'a jamais été (et qu'il ne le sera
jamais) en raison de sa déficience intellectuelle;
- Commentaires au sujet de la notion d'inaptitude à subir son
procès;
- Le législateur n'associe pas spécifiquement l'aptitude ou
l'inaptitude d'un accusé à subir un procès criminel à son
niveau de quotient intellectuel. Un accusé peut être atteint
d'une certaine déficience intellectuelle et tout de même être
apte à subir son procès. Il faut se mettre en garde de
confondre la déficience intellectuelle et l'inaptitude à subir
son procès au sens du droit criminel. Il s'agit de s'en
remettre à une appréciation au cas par cas à la lumière de
la définition législative de l'«inaptitude à subir son procès»
et des enseignements de la jurisprudence (par exemple,
dans R. c. Steele (1994) 63 C.C.C. (3d) 149 (C.A. Québec)
et R. c. Taylor (1992), 77 C.C.C. (3d) 551 (C.A. Ontario);
- L'aptitude du requérant à subir un procès criminel avait
déjà fait l'objet d'un avis médical, en deux occasions, avant
que la question fasse finalement l'objet d'un débat
contradictoire en Cour du Québec, en 2011. Chaque fois,
les psychiatres consultés ont conclu à l'aptitude du
requérant à subir son procès. Le Dr Bouchard, consulté
20
pour la première fois en 2010, est d'un autre avis, mais cela
ne suffit pas pour justifier la révision des procès antérieurs.
R. c. McRae
06-12-13
2013 CSC 68
Infraction
Menaces dites à co-détenus à
propos de la procureure, des
enquêteurs et des témoins;
Pas besoin que les menaces soient
transmises au destinataire.
- Alors qu'il était détenu en attendant son procès, l'accusé a
dit à des codétenus qu'il allait faire descendre des gars d'en
haut pour arranger la face à la procureure de la Couronne
et à un des témoins parce qu'il était d'avis que ce dernier
l'avait dénoncé. L'accusé a ajouté qu'il avait retenu les
services d'un détective privé pour trouver l'adresse de la
procureure, et a demandé à un des détenus de faire le
nécessaire pour trouver l'adresse du policier-enquêteur. Il
a en outre affirmé qu'une fois son procès terminé, il allait
tuer les témoins qui l'avaient dénoncé;
- Le présent pourvoi soulève plus particulièrement deux
questions :
1) Pour établir l'infraction, est-il nécessaire de prouver que les
menaces ont été transmises aux personnes visées et/ou que
l'accusé entendait qu'elles soient ainsi transmises?
2) Si le juge du procès a commis une erreur à cet égard, le
ministère public s'est-il acquitté de son fardeau pour faire
annuler les acquittements prononcés au procès?
- L'acte prohibé de l'infraction est « le fait de proférer des
menaces de mort ou de blessures graves ». Les menaces
peuvent être proférées, transmises ou reçues de quelque
façon que ce soit par qui que ce soit. La question de savoir
si des mots constituent une menace est une question de
droit qui doit être tranchée suivant une norme objective;
- Le point de départ de l'analyse doit toujours être le sens
ordinaire des mots proférés. Lorsqu'ils constituent
manifestement une menace et qu'il n'y a aucune raison de
croire qu'ils avaient un sens secondaire ou moins évident,
il n'est pas nécessaire de pousser plus loin l'analyse.
21
Toutefois, dans certains cas, le contexte révèle que des
mots qui seraient à première vue menaçants ne constituent
peut-être pas des menaces au sens où il faut l'entendre pour
l'application de l'al. 264.1(1)a). Dans d'autres cas, des
facteurs contextuels peuvent avoir pour effet d'élever au
rang de menaces des mots qui seraient, à première vue,
relativement anodins;
- Par conséquent, la question de droit consistant à savoir si
l'accusé a proféré une menace de mort ou de lésions
corporelles tient uniquement au sens qu'une personne
raisonnable donnerait aux mots, eu égard aux
circonstances dans lesquelles ils ont été proférés ou
transmis. Le ministère public n'a pas besoin de prouver
que le destinataire de la menace en a été informé ou, s'il en
a été informé, qu'il a été intimidé par elle ou qu'il l'a prise
au sérieux. De plus, il n'est pas nécessaire que les mots
s'adressent à une personne en particulier; il suffit que la
menace soit dirigée contre un groupe déterminé de
personnes;
- Notion de « personne raisonnable » : La personne
raisonnable qui étudie la question de savoir si les mots en
cause équivalent à une menace en droit est une personne
objective, bien renseignée, sensée, pratique et réaliste;
- La question relative à l'acte prohibé n'est pas de savoir si
des personnes se sont effectivement senties menacées;
- Pour conclure sur ce point, l'acte prohibé de l'infraction
d'avoir proféré des menaces sera prouvé si une personne
raisonnable tout à fait consciente des circonstances dans
lesquelles les mots ont été proférés ou transmis les avait
perçus comme une menace de mort ou de lésions
corporelles;
22
- L'élément de faute est prouvé s'il est démontré que les
mots menaçants proférés ou transmis « visaient à intimider
ou à être pris au sérieux »;
- Il n'est pas nécessaire de prouver que la menace a été
proférée avec l'intention qu'elle soit transmise à son
destinataire ou que l'accusé entendait mettre la menace à
exécution. De plus, l'élément de faute est disjonctif : on
peut l'établir en démontrant que l'accusé avait l'intention
d'intimider ou qu'il entendait que les menaces soient prises
au sérieux;
- L'élément de faute revêt ici un caractère subjectif, ce qui
importe, c'est ce que l'accusé entendait effectivement faire.
La décision quant à l'intention véritable de l'accusé peut
dépendre de conclusions tirées de toutes les circonstances;
- Pour déterminer ce que l'accusé avait en tête, le tribunal
devra souvent tirer des conclusions raisonnables des mots
et des circonstances, y compris de la façon dont les mots
ont été perçus par ceux qui les ont entendus;
- Tant le juge du procès que la Cour d'appel ont commis une
erreur de droit en concluant que les éléments de l'infraction
n'avaient pas été établis parce que les menaces avaient été
transmises dans un présumé « cercle fermé ». Même s'il
est vrai que l'accusé pouvait s'attendre à ce que ses paroles
demeurent confidentielles, cela n'empêche nullement de
conclure que l'acte prohibé de même que l'élément de faute
de l'infraction ont été établis. La notion de «cercle fermé»
est donc non fondée en droit. Les menaces sont des outils
d'intimidation et de violence. Pour cette raison, dans toute
situation où les menaces sont exprimées dans l'intention
qu'elles soient prises au sérieux, même à des tiers, les
éléments de l'infraction seront établis;
23
- Le juge du procès a commis une erreur à l'égard de
l'élément de faute en concluant qu'il fallait prouver que
l'intimé entendait que ses menaces soient transmises aux
victimes visées dans le but de les intimider. Il a acquitté
l'intimé en raison d'une absence d'intention de transmettre
les menaces et il n'a pas pris en considération le caractère
disjonctif de l'élément de faute de cette infraction :
l'intention soit d'intimider, soit d'être pris au sérieux;
- Le juge du procès n'a tiré aucune conclusion quant à
l'intention de l'intimé d'être pris au sérieux. La conclusion
du juge du procès selon laquelle l'intimé avait prononcé les
paroles sous le coup de la colère ou de la frustration ou
d'un désir de vengeance concerne le mobile qui l'a poussé à
prononcer les paroles, et non pas nécessairement son
intention. Il est raisonnablement possible qu'il ait été
motivé par la colère ou la frustration ou par un désir de
vengeance, mais qu'il n'entendait pas pour autant être pris
au sérieux. Les questions de mobile et d'intention doivent
faire l'objet de deux examens distincts. Un nouveau procès
s'impose.
James c. R.
17-01-14
2014 CSC 5
Infraction
Agressions sexuelles;
Consommation abusive de la
plaignante et de l'accusé;
Troubles de mémoire de l'accusé
quant au consentement de la
plaignante;
24
- En première instance, l'accusé est acquitté d'avoir commis
une agression sexuelle;
- Les juges majoritaires de la Cour d'appel de la ColombieBritannique ordonnent la tenue d'un nouveau procès (2013
BCCA 159);
- La Cour conclut que la tenue d'un nouveau procès
s'impose;
- Lorsqu'il a examiné la question cruciale du consentement,
le juge du procès a conclu que la plaignante souffrait d'une
sorte d'amnésie au moment où, prétend l'appelant, « elle
La défense doit prouver le
consentement ou la croyance de
consentement.
avait consenti à avoir des rapports sexuels avec lui »;
- L'appelant n'a fourni aucune preuve du consentement. C'est
uniquement dans sa déclaration à la police qu'il a prétendu
que la plaignante avait consenti. Mais cette déclaration n'a
pas été admise en preuve et elle ne faisait aucunement
partie du dossier. Au procès, l'appelant a soutenu n'avoir
pratiquement aucun souvenir des faits survenus ce soir-là,
parce qu'il avait consommé de l'alcool et de la drogue. Il
n'a pas témoigné que la plaignante avait consenti à des
rapports sexuels;
- Le fait que le juge du procès se soit appuyé sur une preuve
qui ne faisait pas partie du dossier a peut-être influencé son
raisonnement sur la question du consentement, tout
particulièrement lorsqu'il s'est demandé si la plaignante
avait peut-être consenti aux rapports sexuels mais avait
oublié l'avoir fait à cause d'un trou de mémoire, ou si,
comme la plaignante l'a prétendu, elle était inconsciente
durant toute la période pertinente et n'avait jamais consenti
à de tels rapports;
- Lorsqu'il a examiné la question du consentement, le juge
du procès a omis de tenir compte des diverses occasions où
la plaignante avait indiqué à l'appelant, tout au long de la
soirée, qu'elle ne voulait pas avoir de rapports sexuels avec
lui. Le témoignage de la plaignante à ce sujet a été
confirmé en partie par un témoin indépendant que le juge
du procès avait trouvé crédible. De même, le juge du
procès n'a pas tenu compte du désarroi dans lequel se
trouvait la plaignante peu après le fait, lorsqu'elle a signalé
l'agression sexuelle alléguée à la police.
25
Flaviano c. R.
17-02-14
2014 CSC 14
Défense
Agressions sexuelles;
Plaignante 17 ans;
Notion de consentement.
26
- La Cour déclare souscrire à la conclusion de la Cour
d'appel de l'Alberta (2013 ABCA 219);
- En particulier, même considéré sous l'angle le plus
favorable à l'appelant, le dossier ne renferme aucune
preuve que celui-ci a pris quelque mesure raisonnable que
ce soit pour s'assurer du consentement de la plaignante aux
rapports sexuels après le rejet initial par cette dernière de
ses avances sexuelles;
- Extraits de la décision de la Cour d'appel de l'Alberta :
• The primary defence at trial was that the complainant
verbally agreed to perform the "favour" and all sexual
activity that followed was with her express consent.
The respondent's fallback position was that if the
complainant had not, in fact, consented, he was
mistaken about that and should be acquitted on that
basis, as he lacked the mens rea to commit the
offence;
• The trial judge rejected the former submission, but
accepted that the respondent may have had an honest
but mistaken belief as to the complainant's consent.
The Crown appeals;
• In this case, the trial judge found the defence was
available. With respect, we conclude she erred in so
finding. In our opinion, there was no air of reality to
the defence of mistaken belief and the only real issue,
on this record, was whether the complainant
consented to sexual contact with the respondent;
• The trial judge found there was an air of reality to the
defence, based solely on those aspects of the
complainant's testimony that she accepted. That
meant that even after effectively rejecting, as false,
the respondent's evidence that the complainant
immediately agreed to his sexual requests, the trial
judge thought she should consider whether he
nonetheless "honestly" believed the complainant had
communicated her consent;
• Equally important is what the respondent did not say
in his evidence. Specifically, he did not say that he
relied on the complainant's conduct – her going
downstairs, or her beginning to fellate him when he
exposed himself to her – as some form of conduct
implying consent. Indeed, at no time in his testimony
did he ever suggest he was relying on her conduct as
some indication of consent;
• In the face of that evidence, the helpful thoughts the
trial judge ascribed to the respondent at the critical
time of his interaction with the complainant are, with
respect, pure speculation. Not only are they
unsupported by any evidence, but they are
inconsistent with the respondent's unequivocal
testimony that he proceeded only because the
complainant expressly consented. At no time did he
suggest that he thought the complainant may have
been "a not very verbal person." On the contrary, he
testified that she was verbal; she repeatedly said
"yes", and even asked for money;
• Implicitly, he said he took no reasonable steps to
ascertain that the complainant was consenting because
none were required. To pretend that he may have
taken reasonable steps when he says he did not,
27
because he did not have to, was, with respect, an
artificial exercise;
• Consent is to be "communicated" to the accused : R.
v. A(J), 2011 SCC 28 at para 48 : "It is thus not
sufficient for the accused to have believed the
complainant was consenting : he must also take
reasonable steps to ascertain consent, and must
believe that the complainant communicated her
consent to engage in the sexual activity in question."
Here, the appellant's assertion, that it was expressly
communicated, was disbelieved;
• With respect, the only issue was whether the
complainant consented. The irreconcilably opposed
versions offered by the complainant and the
respondent left no room for the defence of mistaken
belief. The trial judge fell into error by constructing
for him another defence that he did not claim;
• We accept that the law does not currently require the
accused's testimony to establish an air of reality to the
defence – that it may be found in the evidence of
other witnesses. However, as the ultimate issue
requires an assessment of whether the accused
honestly held, or may have held, such a belief, it
obviously may be negated by the testimony of the
accused. For example, where an accused asserts he
had no sexual contact of any kind with the
complainant, it should be fantasy to speculate that he
was lying on that point, but to then attribute to him a
defence completely incompatible with his evidence,
namely that he was the assailant but he may have
been operating on a mistaken belief;
28
The predominant view, since accepted in R. v. Park,
[1995] 2 SCR 836 at paras 25-26, 34-35 and 59, 99
CCC (3d) 1, is that a trier of fact may accept portions
of the complainant's evidence, and portions of the
accused's evidence, and find a scenario that could
give rise to the defence of mistaken belief. But that
task must still be guided by common sense and logic.
One might wonder how a trier of fact could dismiss as
completely false an accused's assertion that there was
express consent, and yet construct another, equally
conclusive, defence premised on the accused having
had an honest but mistaken belief. How that result
could be achieved without resorting to speculation
and conjecture is not immediately apparent;
• The reality of most cases was recognized in R. v.
Williams, 2013 ABCA 110 at para 13: "… often one
cannot cobble or splice together two diametrically
opposed accounts of the facts, to create evidence of
honest belief in consent. Then the issue is credibility,
not mistaken belief";
• We think that is the situation here. The trial judge
found as a fact that the complainant had not consented
and that the respondent testified falsely when he said
that she had. On these facts, we find it illogical to
think the defence of mistaken belief was left with an
air of reality.
•
R. c. Hutchinson
07-03-14
2014 CSC 19
Infraction
29
- La plaignante a consenti à une activité sexuelle avec son
partenaire, H, en insistant pour qu'il utilise un condom afin
de prévenir une grossesse. À son insu, H a percé des trous
dans le condom et la plaignante est tombée enceinte. H a
Agression sexuelle;
Principe de consentement;
Condom percé délibérément;
Pas de consentement en raison de
la fraude.
été accusé d'agression sexuelle grave. Le juge du procès a
conclu que la plaignante n'avait pas consenti à des rapports
sexuels non protégés et a déclaré H coupable d'agression
sexuelle. En appel, les juges majoritaires ont maintenu la
déclaration de culpabilité;
- Le Code criminel établit une analyse en deux étapes pour
décider s'il y a eu consentement à une activité sexuelle. La
première étape consiste à déterminer si la preuve démontre
l'absence d'« accord volontaire du plaignant à l'activité
sexuelle » aux termes du par. 273.1(1). Si le plaignant a
consenti, ou encore si son comportement fait naître un
doute raisonnable quant à l'absence de consentement, il
faut passer à la seconde étape et se demander s'il existe des
circonstances ayant pu vicier le consentement apparent.
Le paragraphe 265(3) énumère une série de situations dans
lesquelles le droit considère qu'il y a eu absence de
consentement, et ce, malgré la participation ou le
consentement apparent du plaignant. Le paragraphe
273.1(2) dresse une autre liste de situations où il y a
absence de consentement. Par exemple, il ne saurait y
avoir eu consentement dans les cas où celui-ci a été obtenu
par la contrainte (al. 265(3)a) et b)), la fraude (al.
265(3)c)) ou encore un abus de confiance ou de pouvoir
(al. 265(3)d) et 273.1(2)c));
- Rappel de la règle fondamentale d'interprétation des lois :
il faut lire les termes d'une loi dans leur contexte global en
suivant le sens ordinaire et grammatical qui s'harmonise
avec l'économie de la loi, l'objet de la loi et l'intention du
législateur. Il s'agit, dans la mesure où il est possible de le
faire, de dégager l'intention du législateur en examinant le
libellé de la disposition, son économie et son objet.
30
Chacune des parties d'une disposition ou d'un ensemble de
dispositions doit si possible recevoir un sens;
- L'expression « l'activité sexuelle » au par. 273.1(1)
s'entend tout simplement de l'acte sexuel physique luimême (par exemple les baisers, les caresses, le sexe oral,
les rapports sexuels ou l'utilisation d'accessoires sexuels).
Le plaignant doit donner son accord à l'acte sexuel
physique spécifique;
- L'expression « l'activité sexuelle » ne vise pas les
conditions ou les caractéristiques de l'acte physique, telles
les mesures contraceptives qui sont prises ou la présence
de maladies transmissibles sexuellement. En conséquence,
à la première étape de l'analyse relative au consentement,
le ministère public doit prouver l'absence d'accord
volontaire subjectif à l'acte sexuel physique précis. Les
tromperies rattachables aux conditions ou aux
caractéristiques de l'acte physique peuvent vicier le
consentement si les éléments constitutifs de l'infraction de
fraude prévue à l'al. 265(3)c) du Code criminel sont réunis;
- L'approche qu'il convient d'adopter est la suivante : il y a
absence d'« accord volontaire […] à l'activité sexuelle » au
sens du par. 273.1(1) si le plaignant n'a pas subjectivement
consenti à la nature sexuelle de l'acte ou à l'identité précise
de son partenaire. Par conséquent, en cas de croyance
erronée du plaignant quant à l'identité de son partenaire ou
à la nature sexuelle de l'acte – que cette erreur résulte ou
non d'une tromperie -, il n'y a pas eu consentement au sens
du par. 273.1(1) du Code criminel;
- La première question qui se pose consiste à déterminer si
la plaignante a volontairement donné son accord à
«l'activité sexuelle». « L'activité sexuelle » a consisté en
31
les rapports sexuels qui se sont déroulés en l'espèce.
L'utilisation d'un condom efficace est une méthode de
contraception, ainsi qu'une mesure de protection contre les
maladies transmissibles sexuellement; elle ne constitue pas
un acte sexuel;
- Personne ne conteste que la plaignante avait
subjectivement consenti à avoir des rapports sexuels avec
M. Hutchinson au moment où ceux-ci se sont déroulés. Le
ministère public n'a pas prouvé qu'il y avait eu absence
d'accord volontaire à « l'activité sexuelle » au sens du par.
273.1(1) du Code criminel;
- La question suivante consiste à décider si l'une ou l'autre
des circonstances niant l'existence d'un accord volontaire
s'applique en l'espèce. Ces circonstances sont énoncées
aux par. 265(3) et 273.1(2). La seule disposition invoquée
est l'al. 265(3)c). La question clé est donc de savoir si
l'accord donné par la plaignante à l'activité sexuelle était
vicié par la fraude suivant l'al. 265(3)c) du Code criminel;
- La « fraude » en matière de consentement comporte deux
éléments : (1) une malhonnêteté, qui peut consister en la
non-divulgation de faits importants; (2) une privation ou
un risque de privation résultant de la malhonnêteté et
prenant la forme de lésions corporelles graves (Cuerrier).
Le ministère public a-t-il prouvé l'absence de
consentement en raison d'une fraude?
- En l'espèce, la malhonnêteté est évidente et admise.
Monsieur Hutchinson n'a obtenu le consentement de la
plaignante aux rapports sexuels qu'en dissimulant le fait
important qu'il avait saboté les condoms et ainsi
compromis leur efficacité contraceptive. La seule question
qu'il reste à trancher est celle de savoir s'il y a eu privation
32
suffisante pour établir l'existence d'une fraude;
- Monsieur Hutchinson prétend que, depuis l'arrêt Cuerrier,
la privation minimale requise dans tous les cas pour
l'application de l'al. 265(3)c) est l'existence d'un « risque
important de lésions corporelles graves », et que le
ministère public n'a pas fait la preuve d'un tel risque en
l'espèce;
- La notion de « préjudice » ne s'entend pas uniquement des
lésions corporelles au sens traditionnel de ce terme; elle
vise également à tout le moins les changements profonds
que cause une grossesse au corps d'une femme –
changements qui pourraient êtres les bienvenus ou que la
femme pourrait choisir de ne pas accepter. Le fait de
priver une femme de la faculté de choisir si elle veut ou
non devenir enceinte, ou celui d'accroître les risques
qu'elle le devienne, est tout aussi grave qu'un « risque
important de lésions corporelles graves » au sens de l'arrêt
Cuerrier, et il suffit donc pour établir l'existence d'une
fraude viciant le consentement pour l'application de l'al.
265(3)c);
- Dans les cas où une plaignante a choisi de ne pas devenir
enceinte, les tromperies qui la privent du bénéfice de ce
choix – soit en la rendant enceinte, soit en l'exposant à un
risque accru de grossesse par l'élimination de mesures
contraceptives efficaces – peuvent constituer une privation
suffisamment grave pour représenter une fraude viciant le
consentement suivant l'al. 265(3)c);
- Cette interprétation de la « fraude » visée à l'al. 265(3)c)
reconnaît qu'il n'y a pas lieu de criminaliser toute
tromperie qui incite une personne à donner son
consentement. À titre d'exemple, des privations
33
financières ou le seul fait que le plaignant ressente de la
tristesse ou du stress parce qu'on lui a menti ne suffiront
pas;
- Dans la présente affaire, bien que le ministère public n'ait
pas prouvé hors de tout doute raisonnable que la plaignante
était devenue enceinte en raison des condoms
endommagés, M. Hutchinson l'a néanmoins exposée à un
risque accru de grossesse en utilisant un condom
défectueux. Comme a conclu le juge du procès, un condom
troué par une aiguille ne constitue plus une mesure
contraceptive efficace. Il s'agissait là d'une privation
suffisante pour conclure à une fraude au sens donné à cette
notion dans Cuerrier;
- En l'espèce, il n'y a pas eu consentement en raison d'une
fraude visée à l'al. 265(3)c) du Code criminel. Monsieur
Hutchinson est par conséquent coupable d'agression
sexuelle.
R. c. Levkovic
03-05-13
2013 CSC 25
Preuve
Demande d'annulation d'un article
du code criminel pour
imprécision;
Critère applicable
Art. 243 C.cr.
34
- Ici, c'est l'art. 243 du Code criminel, qui est en cause. Il
serait, selon l'appelante, d'une imprécision inacceptable, du
moins en partie. Pour cette raison et dans cette mesure,
plaide l'appelante, l'art. 243 porte atteinte au droit à la
liberté et la sécurité de sa personne que lui garantit l'art. 7
de la Charte. Elle plaide en outre que cette atteinte à l'art. 7
ne saurait être justifiée – ou "validée" – par l'application de
l'article premier de la Charte;
- La question décisive dans le présent appel est celle de
savoir si l'art. 243 est d'une imprécision inacceptable dans
son application à un enfant qui est mort avant la naissance;
- La règle de la nullité pour cause d'imprécision est fondée
sur deux principes : une loi doit donner aux citoyens un
avertissement raisonnable et elle doit limiter le pouvoir
discrétionnaire de ceux qui sont chargés de son
application. Comprise à la lumière de ses fondements
théoriques, la règle de la nullité pour cause d'imprécision
est un élément essentiel d'une société fondée sur la
primauté du droit;
- Depuis fort longtemps avant la Charte, le principe de
certitude fait partie du droit criminel canadien : le
comportement prohibé doit être fixé et susceptible d'être
connu d'avance;
- Cela ne veut pas dire qu'une personne doive savoir avec
certitude si un comportement particulier donnera lieu en
définitive à une déclaration de culpabilité pour le crime qui
prohibe ce comportement. Toutefois, il faut qu'elle soit en
mesure de connaître préalablement les éléments du crime;
- Selon le sens ordinaire du texte de l'art. 243 C.cr., il est
clair que cet article est axé sur l'événement de la naissance.
L'expression "avant, pendant ou après la naissance" ne
laisse aucun doute à cet égard. De fait, les parties
s'entendent pour dire que dans son application à un enfant
qui est mort avant la naissance, l'art. 243 ne s'applique
qu'aux mortinaissances – et non aux fausses couches ou
aux avortements;
- Malgré ce lien clair avec l'événement de la naissance,
l'appelante plaide que le mot "avant" rend l'art. 243
imprécis parce qu'il ne fait pas de distinction claire entre
une naissance et une fausse couche. Autrement dit, selon
elle, il se peut qu'une femme ne sache pas si elle a fait une
fausse couche, et n'est donc pas visée par l'art. 243, ou si
elle a plutôt accouché d'un mort-né, auquel cas elle peut
être visée par cette disposition. Du point de vue de
35
l'appelante, le point de transition entre la fausse couche et
la mortinaissance est capital. Il représente le moment où
un fœtus devient un enfant et marque la limite entre ce qui
est permis et ce qui est criminel : seul le fait de cacher le
cadavre d'un enfant est visé par l'art. 243;
- Dans cette optique, la question centrale en matière
d'imprécision est celle de savoir si l'art. 243 identifie
suffisamment le moment de la grossesse où une fausse
couche devient une mortinaissance. La réponse à cette
question ne se trouve pas entièrement et exclusivement
dans le libellé de l'art. 243;
- Le tribunal "doit d'abord circonscrire tout le contexte
interprétatif entourant la disposition attaquée". Dans le
passé, pour circonscrire "tout le contexte interprétatif"
d'une disposition, la Cour a considéré : (i) les
interprétations judiciaires antérieures; (ii) l'objectif
législatif; (iii) le contenu et la nature de la disposition
attaquée; (iv) les valeurs sociales en jeu; (v) les
dispositions législatives connexes;
- Pour mener à une déclaration de culpabilité en application
de l'art. 243, il faut prouver que les "restes" que l'on a fait
disparaître étaient les restes d'un enfant. Dans les cas où la
mort est survenue avant la naissance, le ministère public a
donc le fardeau de prouver que le fœtus serait
probablement né vivant;
- Les parties conviennent que l'art. 243 vise principalement à
faciliter les enquêtes sur les homicides. Pour ce faire, l'art.
243 doit porter sur les victimes éventuelles d'homicide;
- Selon le paragraphe 222(1), les dispositions du Code
criminel en matière d'homicide ne s'appliquent que lorsque
la victime est un être humain;
36
- Pour faciliter les enquêtes sur les homicides, l'art. 243 doit
donc s'appliquer aux enfants qui sont nés vivants ou qui
seraient probablement nés vivants, si bien qu'ils étaient
susceptibles d'être visés par la définition d'un être humain
donnée au par. 223(1) du Code criminel;
- Cela dit, pour atteindre pleinement son objectif, l'art. 243
doit également faciliter les enquêtes en application des art.
238 et 242, deux dispositions qui visent le décès d'un
enfant qui n'est pas encore devenu un être humain au sens
du par. 223(1) du Code criminel;
- Pour faciliter les enquêtes sur ces infractions, l'application
de l'art. 243 en cas de mort avant la naissance se limite à
juste titre aux fœtus qui seraient probablement nés vivants,
soit à des enfants, et non à des fœtus victimes de fausses
couches;
- Vu le par. 662(4), il est clair que l'application de l'art. 243
en cas de mort avant naissance ne vise pas à remonter audelà de l'accouchement d'un enfant qui serait probablement
né vivant. Son application à un enfant mort avant la
naissance garantit simplement plutôt que le droit peut
sanctionner un comportement criminel perpétré contre des
nouveau-nés dans les cas où la preuve n'établit pas que la
mort est survenue après la naissance;
- L'art. 243 sert en définitive à protéger les enfants nés
vivants et un sous-ensemble d'enfants morts avant la
naissance;
- L'application de l'art. 243 en cas de mort avant la naissance
est adéquatement limitée aux fœtus qui seraient
probablement nés vivants;
- Le fait de devoir s'appuyer sur une preuve d'expert n'est
pas nécessairement fatal à la constitutionnalité d'une
37
disposition;
- Dans son application à un enfant qui est mort avant la
naissance, l'art. 243 ne vise que la naissance d'un enfant
qui serait probablement né vivant. Dans ce contexte, une
déclaration de culpabilité ne pourrait être prononcée que si
le ministère public établissait que l'enfant, à la
connaissance de l'accusé, serait probablement né vivant;
- L'art. 243 C.cr. ne viole par l'art. 7 de la Charte.
R. c. A.D.H.
17-05-13
2013 CSC 28
Infraction
Mère ne sait pas qu'elle est
enceinte;
Accouche dans salle de bain du
Walmart;
Laisse le bébé pour mort;
Accusation 218 C.cr.;
Abandon d'enfant;
Acquittée : connaissance
subjective des conséquences de
l'abandon nécessaire.
38
- L'intimée, qui ne se savait pas enceinte, a donné naissance
à un garçon dans les toilettes d'un magasin Wal-Mart.
Croyant l'enfant mort, elle est partie en le laissant dans la
cuvette, après avoir nettoyé la cabine de son mieux. Des
gens se sont rapidement occupés du nouveau-né, qui était
vivant. Le juge du procès a cru l'intimée lorsqu'elle a
affirmé n'avoir appris sa grossesse qu'à la naissance de
l'enfant et avoir cru que celui-ci était mort lorsqu'elle
l'avait laissé aux toilettes;
- Le pourvoi porte sur l'infraction d'abandon d'enfant que
prévoit l'art. 218 du Code criminel. Le litige a pour objet
l'élément moral de l'infraction : la faute doit-elle être
appréciée subjectivement ou objectivement?;
- Afin de déterminer l'élément de faute requis et puisque la
jurisprudence ne permet pas de trancher, il faut « dégager
l'intention du législateur, eu égard à l'objet de la
disposition et aux principes applicables d'interprétation des
lois » et interpréter les termes utilisés dans la loi dans leur
contexte global en suivant le sens ordinaire et grammatical
qui s'harmonise avec l'esprit de la loi, son objet et
l'intention du législateur;
- Le législateur est présumé vouloir qu'un crime
s'accompagne d'une faute subjective;
- Commentaires à propos des expressions « wilfulvolontaire » employés dans la définition de l'art. 214 C.cr.;
- L'emploi de ce mot est souvent (mais pas toujours) un bon
indice que l'intention est requise;
- L'infraction d'abandon d'enfant vise à criminaliser la
création du risque de préjudice; elle interdit d'exposer ou
d'abandonner un enfant de manière que sa vie ou sa santé
soit gravement compromise, même si aucun préjudice n'est
infligé dans les faits;
- La Cour fait état de cinq types principaux d'infractions que
prévoit le Code criminel et qui appellent une faute
objective : conduite dangereuse, entreposage négligent
d'armes à feu, homicide involontaire coupable – infliction
illégale de lésions corporelles, négligence criminelle et
l'infraction prévue à l'art. 215 C.cr.;
- Une violation de l'art. 215 C.cr. n'est pas une infraction
sous-jacente à celle d'abandon d'enfant;
- La Cour distingue les infractions énoncées aux arts 215 et
218 C.cr.;
- Le contexte et l'objet de l'art 218 du Code militent en
faveur du caractère subjectif de la faute requise. Par
conséquent, le juge du procès n'a pas eu tort d'acquitter
l'intimée au motif qu'une telle faute n'avait pas été prouvée.
R. c. Buzizi
10-05-13
2013 CSC 27
Défense
Critères;
Defense de provocation.
39
- La seule question à trancher est celle de savoir si la
défense de provocation invoquée par l'appelant répondait
au critère de la vraisemblance et devait être soumise à
l'appréciation des jurés;
- La défense de provocation comporte un volet objectif et un
volet subjectif (R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S.
350, par. 23);
- Dans la mesure où la preuve administrée devant lui était
«raisonnablement susceptible d'étayer les inférences
nécessaires à l'application du moyen de défense» (Tran,
par. 41), le premier juge était tenu de soumettre la
provocation au jury;
- Les trois juges de la Cour d'appel étaient unanimement
d'avis que la preuve suffisait quant au volet objectif (2012
QCCA 906 (CanLII). Cependant, seule la juge Bich
estimait que la preuve était également suffisante pour
étayer le volet subjectif;
- La majorité de la Cour est d'accord avec la juge Bich,
dissidente à ce sujet;
- L'interprétation d'une norme juridique (les conditions
d'application du moyen de défense) et la vraisemblance
d'un fait invoqué en défense constituent des questions de
droit susceptibles de contrôle suivant la norme de la
décision correcte;
- Le critère de la vraisemblance ne vise pas à déterminer s'il
est probable, improbable, quelque peu probable ou fort
probable que le moyen de défense invoqué sera retenu en
fin de compte (R. c. Cinous, 2002 CSC 29). Au contraire,
la question pertinente est celle de savoir s'il existe au
dossier un fondement factuel qui permettrait à un jury
convenablement instruit d'accueillir la défense.
R. c. Gauthier
07-06-13
2013 CSC 32
Défense
Pacte de suicide conjoint et
40
- L'appelante, Cathie Gauthier, a été accusée d'avoir
participé avec son conjoint au meurtre de leurs trois
enfants. Au terme d'un procès devant juge et jury, elle a
été reconnue coupable des trois chefs d'accusation de
meurtre au premier degré des enfants;
meurtre des enfants;
Défense d'abandon de projet;
Aurait dû y avoir des gestes
positifs et plus que juste dire "on
devrait pas faire ça".
- La preuve a établi que l'appelante a rédigé plusieurs
documents, dont certaines lettres incriminantes témoignant
de l'intention des deux époux de mettre fin à leurs jours et
à ceux de leurs enfants. Les lettres sont explicites sur la
manière choisie par le couple pour tuer les enfants et pour
se donner la mort, soit l'intoxication au moyen de
somnifères. C'est l'appelante qui s'est procuré les
médicaments qui ont causé la mort des enfants;
- La thèse du ministère public s'articule autour de la
proposition selon laquelle l'appelante aurait participé avec
son conjoint au meurtre de ses trois enfants en planifiant le
tout au moyen d'un pacte de meurtre-suicide, et en
fournissant l'arme du crime. Elle aurait omis d'intervenir
le 31 décembre 2008 afin d'empêcher les enfants d'être
intoxiqués par les boissons contenant les médicaments.
Elle aurait donc aidé Marc Laliberté à tuer les enfants;
- À son procès devant jury, l'appelante a soutenu en défense
qu'elle n'a pas acheté les médicaments dans le but
d'empoisonner les enfants, qu'elle était dans un état de
dissociation le 31 décembre 2008 lorsqu'elle a rédigé les
documents incriminants et que cet état l'empêchait de
formuler l'intention spécifique de commettre les meurtres.
Subsidiairement, dans la mesure où son argument fondé
sur l'absence d'intention coupable ne serait pas retenu, elle
a prétendu qu'elle avait abandonné le projet commun de
tuer les enfants, intention qu'elle avait clairement signifiée
à son conjoint;
- Deux questions sont au coeur du présent pourvoi.
Premièrement, la défense d'abandon d'intention devait-elle
être exclue des moyens de défense soumis à l'appréciation
du jury en raison de son caractère incompatible avec la
41
thèse principale de la défense, soit l'absence d'intention
coupable? Dans le cas contraire, la défense d'abandon
répondait-elle au critère de la vraisemblance?
- Tout moyen de défense qui satisfait au critère de la
vraisemblance doit être soumis au jury (R. c. Cinous, 2002
CSC 29). Une défense satisfait à ce critère s'il existe « (1)
une preuve (2) qui permettrait à un jury ayant reçu les
directives appropriées et agissant raisonnablement de
prononcer l'acquittement, s'il y ajoutait foi »;
- L'accusé a uniquement un fardeau de présentation. Lorsque
le juge du procès applique adéquatement les principes
pertinents, il doit dégager les éléments de preuve les plus
favorables à l'accusé et les tenir pour avérés, qu'ils aient ou
non été produits ou annoncés par ce dernier. Le juge ne
doit pas aborder la question de la crédibilité des témoins
ou apprécier la valeur probante de cette preuve. Ainsi, si
chacun des éléments d'un moyen de défense est appuyé par
une preuve directe ou s'il peut raisonnablement être inféré
de la preuve circonstancielle, le juge du procès doit
soumettre ce moyen à l'appréciation du jury;
- En conclusion, il n'existe pas de règle cardinale s'opposant
à la présentation au jury d'un moyen de défense subsidiaire
incompatible à première vue avec le moyen de défense
principal. La question n'est pas de savoir si de telles
défenses sont compatibles ou incompatibles avec la thèse
principale, mais plutôt de déterminer si elles satisfont au
critère de la vraisemblance. Dans tous les cas, le juge du
procès doit vérifier si le moyen de défense subsidiaire a un
fondement factuel suffisant, c'est-à-dire si un jury
raisonnable ayant reçu des directives appropriées pourrait
y adhérer, s'il ajoutait foi à cette preuve;
42
- À titre d'exemple, un accusé pourrait plaider une défense
d'alibi et témoigner qu'il n'était pas dans la ville où le
crime a été commis au moment pertinent. Par ailleurs, des
témoins du ministère public pourraient venir dire qu'il se
trouvait sur les lieux du crime, mais qu'il était dans un état
d'ébriété avancé. Même si la défense d'alibi et celle
d'intoxication volontaire sont en théorie incompatibles, le
juge qui préside un procès devrait soumettre ces deux
défenses aux jurés si elles satisfont au critère de la
vraisemblance;
- La personne qui participe à une infraction en
accomplissant ou en omettant d'accomplir quelque chose
dans le but d'aider quelqu'un à la commettre ou en
encourageant quelqu'un à la commettre (par. 21(1) du
Code criminel), ou encore en formant avec d'autres le
projet de poursuivre une fin illégale et de s'y entraider et
qu'une infraction est commise lors de la réalisation de cette
fin commune (par. 21(2) du Code criminel), peut invoquer
la défense d'abandon si la preuve permet d'établir les
éléments suivants :
1) Il existe une intention d'abandonner le projet criminel
ou de s'en désister;
2) Cet abandon ou ce désistement a été communiqué en
temps utile par l'intéressé à ceux qui désirent
continuer;
3) La communication a servi d'avis non équivoque à
ceux qui désirent continuer;
4) L'accusé a pris, proportionnellement à sa participation
à la commission du crime projeté, les mesures
raisonnables, dans les circonstances, soit pour
neutraliser ou autrement annuler les effets de sa
43
participation soit pour empêcher la perpétration de
l'infraction.
- En conclusion et plus particulièrement dans le cadre du
par. 21(1) du Code criminel, la défense d'abandon
d'intention ne devrait être soumise au jury que s'il existe au
dossier des éléments de preuve susceptibles d'étayer la
conclusion selon laquelle une personne ayant initialement
participé à la poursuite d'une fin illégale a subséquemment
pris les mesures raisonnables dans les circonstances soit
pour neutraliser les effets de sa participation, soit pour
empêcher la perpétration de l'infraction;
- Le présent pourvoi soulève la question de l'application de
la défense d'abandon dans le contexte de la participation
criminelle définie au par. 21(1) du Code criminel;
- En l'espèce, la défense d'abandon d'intention n'était pas
vraisemblable;
- La preuve de l'appelante selon laquelle elle a communiqué
de façon non équivoque et en temps utile son retrait du
plan meurtrier est insuffisante et ne permet pas de
satisfaire au critère de la vraisemblance. Pour satisfaire à
ce critère, il n'est pas suffisant d'identifier « une preuve »
ou « quelque élément de preuve »; il faut que cette preuve
soit «raisonnablement susceptible d'étayer les inférences
requises pour que le moyen de défense invoqué soit
retenu»;
- Les gestes de l'appelante ne se sont pas limités à une
simple promesse de participer au pacte de meurtre-suicide.
L'appelante a fourni et mis à la disposition de son époux
les substances intoxiquantes utilisées par ce dernier pour
provoquer la mort des enfants. En conséquence, elle devait
faire davantage soit pour neutraliser les effets de sa
44
participation soit pour empêcher la perpétration de
l'infraction. Elle aurait pu, par exemple, cacher ou détruire
les médicaments achetés, demeurer vigilante et emmener
les enfants dans un endroit sûr pour la soirée, insister pour
obtenir une confirmation verbale de son époux au sujet de
ses intentions ou tout simplement faire appel aux autorités.
R. c. Cairney
25-10-13
2013 CSC 55
Défense
Provocation;
Meurtre;
Critères :
1. action injuste ou insulte;
2. réaction impulsive.
Référence à la personne ordinaire,
mais avec l'historique de la
relation.
45
- Il est depuis longtemps établi en droit qu'un meurtre peut
être réduit à un homicide involontaire coupable lorsqu'une
action injuste ou une insulte de la part du défunt a
provoqué l'agression et poussé l'accusé à agir dans un
accès de colère. C'est ce qu'on appelle la défense partielle
de provocation;
- Mais qu'advient-il lorsque la provocation du défunt a
découlé d'un affrontement violent déclenché par l'accusé?
Telle est la question que soulève le pourvoi et que l'on dit
parfois être celle de la provocation induite;
- La question en appelle deux autres. Premièrement, à
quelles conditions faut-il soumettre la défense au jury? Il
s'agit du critère préliminaire de la vraisemblance.
Deuxièmement, le fait que l'accusé est à l'origine de
l'action ou des paroles qui auraient constitué une
provocation empêche-t-il de faire droit au moyen de
défense?
- Accusé de meurtre au deuxième degré, M. Cairney a subi
son procès devant jury. Il a soutenu ne pas avoir eu
l'intention requise pour être déclaré coupable de meurtre et,
subsidiairement, avoir été provoqué par les propos de M.
Ferguson;
- La juge ayant apparemment conclu à l'existence de
quelque preuve de chacun des éléments constitutifs de la
provocation, son exposé au jury a fait état du moyen de
défense. Le jury a acquitté M. Cairney de meurtre au
deuxième degré et l'a déclaré coupable d'homicide
involontaire coupable;
- Le critère de la vraisemblance ne vise pas à déterminer s'il
est probable, improbable, quelque peu probable ou fort
probable que le moyen de défense invoqué sera retenu en
fin de compte. Il s'agit de savoir si un jury ayant reçu des
directives appropriées et agissant raisonnablement pourrait
avoir un doute raisonnable quant à savoir si les éléments
de la défense de provocation sont établis. Le juge du
procès peut se livrer à une évaluation limitée de l'ensemble
de la preuve pour déterminer si un jury agissant
raisonnablement au vu de la preuve pourrait tirer les
conclusions nécessaires à un doute raisonnable, fondé sur
la défense de provocation, quant à savoir si l'accusé est
coupable de meurtre;
- Lorsque la défense est vraisemblable, le juge doit laisser
au jury le soin de l'examiner. Il doit s'assurer qu'elle a un
fondement probant, mais s'il a un doute sur le respect du
critère de la vraisemblance, il doit trancher ce doute en
faveur de la présentation du moyen de défense au jury;
- Dans l'arrêt Tran, la Cour énonce les conditions
d'ouverture du moyen de défense. Premièrement, « (1) il
doit y avoir une action injuste ou une insulte et (2) l'action
injuste ou l'insulte doit être suffisante pour priver une
personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser ».
Deuxièmement, « (1) l'accusé doit avoir agi en réaction à
la provocation et (2) sous l'impulsion du moment, sans
avoir eu le temps de reprendre son sang-froid »;
- La norme de la « personne ordinaire » vise à garantir que
46
seule la perte de la maîtrise de soi d'une personne dont le
comportement « respecte les normes et les valeurs de la
société actuelle bénéficie de la compassion du droit »;
- Une « personne ordinaire » doit toujours respecter un seuil
minimal de maîtrise de soi. Par exemple, les
caractéristiques d'un accusé comme « la propension à des
rages d'ivrogne ou à l'irascibilité violente » ne sauraient
valoir pour l'application de la norme de la personne
ordinaire. Seules les données qui influent sur l'importance
de l'action ou de l'insulte doivent être prises en
considération pour contextualiser la norme. Il ne faut pas
l'adapter pour tenir compte de l'absence innée de maîtrise
de soi d'un accusé en particulier. « La provocation ne doit
jouer que lorsque la maîtrise de soi de la personne
ordinaire a été poussée à sa limite et que cette limite a été
franchie »;
- La provocation induite s'entend de l'action ou de l'insulte
que l'accusé déclenche ou suscite et dont il prétend qu'elle
le provoque. Il ne s'agit pas d'une catégorie particulière de
provocation. Le fait que l'accusé déclenche ou suscite la
provocation n'est qu'une donnée contextuelle à considérer
pour statuer sur l'existence des éléments subjectif et
objectif du moyen de défense;
- L'élément subjectif requiert que « l'action injuste ou
l'insulte soit elle-même soudaine, c'est-à-dire qu'elle doit
être inattendue ». Cet élément fait défaut lorsque l'accusé
prévoit en fait subjectivement la réaction de la victime et
n'agit donc pas sous l'impulsion du moment. Selon les
circonstances, lorsque l'accusé pousse la victime à la
provocation, la preuve peut ne pas étayer un doute
raisonnable quant à savoir si l'accusé a agi impulsivement;
47
- L'élément objectif veut que l'on détermine si l'acte
provocateur ferait perdre sa maîtrise de soi à une
«personne ordinaire» eu égard à l'ensemble du contexte en
cause. Encore une fois, selon les circonstances, lorsque
l'accusé a incité la victime à agir injustement ou à proférer
l'insulte en l'affrontant de manière violente, la preuve peut
ne pas permettre de conclure que l'action ou l'insulte en
question aurait fait perdre son sang-froid à une personne
ordinaire. Le fait que la réaction de la victime à
l'affrontement déclenché par l'accusé fasse partie de celles
qui sont raisonnablement prévisibles peut indiquer qu'une
personne ordinaire n'aurait pas perdu son sang-froid, bien
qu'il faille mettre ce fait en balance avec toutes les autres
données contextuelles pertinentes;
- Tout dépend toujours du contexte et, en cas de doute, il
faut soumettre au jury la question de savoir si le
déclenchement d'un affrontement par l'accusé est de nature
à faire obstacle au moyen de défense;
- Considérée dans son ensemble, la jurisprudence permet de
conclure que l'existence d'une provocation induite par
l'accusé peut être pertinente pour les volets objectif et
subjectif du moyen de défense. La provocation induite ne
correspond pas à une catégorie particulière du moyen de
défense qui ferait intervenir des principes spéciaux. Elle
commande plutôt une application particulière des principes
généraux qui régissent la défense de provocation. Aucune
règle absolue ne veut que la personne qui déclenche un
affrontement ne puisse invoquer ce moyen de défense.
Comme chaque fois qu'elle est invoquée, la provocation
doit être vraisemblable au vu de la preuve pour être
soumise au jury. Cependant, le fait que l'accusé a
48
recherché un affrontement violent et suscité une réaction
prévisible peut enlever toute vraisemblance au moyen de
défense;
- L'issue du pourvoi repose sur l'élément objectif du critère,
à savoir si la victime a accompli une action injuste ou
proféré une insulte de telle nature qu'elle suffise à priver
une personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser;
- L'action injuste ou l'insulte résiderait dans les propos
adressés par le défunt à M. Cairney lorsque ce dernier l'a
affronté à la pointe du fusil : « Va te faire foutre, épais. Ça
te regarde pas. Je vais faire ce que je veux avec Fran. »;
- Un jury ayant reçu des directives appropriées et agissant de
manière raisonnable n'aurait pu avoir de doute raisonnable
quant à savoir si la conduite de M. Ferguson aurait suffi à
priver une personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser;
- Il convient de décourager les affrontements violents tel le
sermon à la pointe du fusil qui a entraîné la mort de M.
Ferguson. Un comportement de ce genre joue
généralement un rôle lorsqu'il s'agit de déterminer si la
provocation invoquée en défense satisfait au critère de la
vraisemblance, particulièrement en ce qui concerne son
caractère objectif. Le droit ne tolère pas le sermon à la
pointe du fusil, peu importe la raison pour laquelle l'accusé
recourt à une arme.
R. c. Pappas
25-10-13
2013 CSC 56
Défense
Meurtre;
Défense de provocation;
49
- M. Pappas a été accusé du meurtre au deuxième degré de
M. Kullman;
- Il a toujours soutenu avoir tué M. Kullman pour protéger
sa mère;
- Au procès devant jury, le ministère public a produit en
preuve les aveux de M. Pappas, lequel n'a pas témoigné et
La provocation et la réaction
doivent être soudaines;
Normes de la personne ordinaire.
s'en est remis à ses aveux pour étayer la défense de
provocation. Comme il soutenait avoir « disjoncté » puis
tué M. Kullman après que celui-ci l'eut implicitement
menacé de s'en prendre à sa mère, il a fait valoir que la
défense de provocation s'appliquait de manière à réduire
l'accusation de meurtre à celle d'homicide involontaire
coupable;
- Le jury a rejeté la défense de provocation et déclaré M.
Pappas coupable de meurtre au deuxième degré;
- L'appel soulève les quatre questions suivantes :
(1) Convenait-il de soumettre au jury le moyen de défense de la
provocation? (Le ministère public soutient que ce n'était pas le
cas et qu'il est dès lors inutile que la Cour détermine si les
directives sur le moyen de défense étaient erronées.)
(2) La juge du procès a-t-elle bien indiqué au jury que les actes
postérieurs à l'infraction n'avaient pas d'incidence sur
l'existence ou l'inexistence de la provocation?
(3) A-t-elle correctement exposé le mobile de l'accusé?
(4) A-t-elle eu tort de formuler de manière disjonctive sa
directive sur la soudaineté et de contraindre ainsi le jury à
rejeter le moyen de défense si l'extorsion ou la menace n'avait
pas été soudaine?
- Avant de soumettre le moyen de défense à l'appréciation
du jury, le juge du procès doit conclure que la défense de
provocation est vraisemblable eu égard à ses éléments
objectif et subjectif. Il s'agit de déterminer si un jury
agissant raisonnablement pourrait avoir un doute
raisonnable, fondé sur la défense de provocation, quant à
savoir si l'accusé est coupable de meurtre. Tant l'élément
objectif que l'élément subjectif, dont l'existence constitue
une question de fait suivant le par. 232(3) du Code
criminel, doivent être étayés par la preuve;
- L'élément objectif s'entend, de la part du défunt, d'une
50
action injuste ou d'une insulte qui soit suffisante pour
priver une personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser.
M. Pappas soutient que ses aveux établissent l'existence
d'une action injuste ou d'une insulte en ce que M. Kullman
lui aurait dit qu'il disposait d' «une super garantie ». Ses
aveux font état d'une suite d'événements au cours desquels
on l'a inlassablement fait chanter pendant 18 mois et on a
menacé de s'en prendre à sa mère. Il prétend que c'est la
mention de la « garantie » par M. Kullman qui l'a
finalement fait disjoncter;
- Contrairement au dossier connexe Cairney, le présent
pourvoi n'a pas pour objet une provocation que l'accusé
aurait lui-même induite. M. Pappas n'est pas à l'origine
d'un affrontement violent. Il n'a pas menacé M. Kullman
de son arme; celle-ci est restée dissimulée jusqu'au
moment où il prétend avoir été provoqué. Il n'a pas non
plus abordé M. Kullman d'une manière par ailleurs
agressive dont on aurait pu prévoir qu'elle déclenche un
comportement menaçant. M. Pappas affirme au contraire
avoir tenté de raisonner M. Kullman en lui demandant de
mettre fin à l'extorsion;
- Il faut donc se demander si, dans la même situation, une
personne ordinaire aurait perdu la maîtrise de soi en
entendant son interlocuteur lui dire « C'est toi qui me
rapportes le plus, et j'ai une super garantie »;
- La situation particulière de l'accusé importe pour
déterminer la norme de comportement humain au regard
de laquelle il convient de juger sa conduite. M. Pappas
avait commis une fraude fiscale que M. Kullman menaçait
de dénoncer à l'Agence du revenu du Canada. Au lieu de
s'adresser à la police pour faire mettre fin à l'extorsion ou
51
aux menaces, il s'est muni d'une arme et a tenté de
convaincre M. Kullman de cesser son chantage. Un tel
comportement pourrait être tenu pour non conforme à la
norme de la personne ordinaire;
- L'élément subjectif de la défense de provocation est
dépourvu de vraisemblance. Cet élément existe à deux
conditions : « (1) l'accusé a agi en réaction à la provocation
et (2) sous l'impulsion du moment, avant d'avoir eu le
temps de reprendre son sang-froid »;
- L'exigence de la soudaineté importe particulièrement en
l'espèce. La défense de provocation ne s'applique pas au
meurtre que commet une personne seulement par
vengeance ou parce qu'elle est en colère, sans perdre sa
maîtrise d'elle-même. La common law établit depuis
longtemps que, pour déterminer s'il y a eu perte de la
maîtrise de soi, il faut se demander si l'accusé a agi « sous
l'impulsion du moment ». Cette exigence de soudaineté
comporte deux volets : (i) l'action injuste ou l'insulte doit
être soudaine, c'est-à-dire avoir un effet imprévu qui
surprend, et (ii) l'accusé doit commettre l'homicide
involontaire « sous l'impulsion du moment », avant qu'il
n'ait eu le temps de reprendre son sang-froid;
- Le dossier ne saurait raisonnablement étayer la conclusion
selon laquelle les propos de M. Kullman, à savoir qu'il
continuerait de lui extorquer de l'argent et qu'il disposait d'
« une super garantie », ont pris M. Pappas par surprise. M.
Kullman s'était exprimé dans le même sens maintes fois
dans le passé. Considérée dans son ensemble, la preuve
donne à penser qu'avant de se rendre chez M. Kullman, M.
Pappas avait envisagé la possibilité que M. Kullman
continue de lui extorquer de l'argent et de le menacer et
52
qu'il devrait alors le supprimer pour mettre fin au chantage;
- À supposer que M. Pappas ait véritablement « disjoncté »,
ce n'est pas en réaction à une insulte soudaine qui l'a
surpris. C'était l'étape finale du processus dans lequel il
s'était engagé, à savoir tuer M. Kullman au besoin pour
mettre fin à l'extorsion et aux menaces;
- L'élément subjectif de la défense de provocation était
dépourvu de vraisemblance au vu de la preuve. Le moyen
de défense n'aurait pas dû être soumis à l'appréciation du
jury.
R. c. Ibanescu
30-05-13
2013 CSC 31
- Dans R. c. Gibson, 2008 CSC 16, les juges majoritaires de
la Cour, pour les motifs des juges LeBel et Deschamps,
concluent à la recevabilité de la preuve de chevauchement
pour réfuter la présomption légale selon laquelle
l'alcoolémie de l'accusé dépassait la limite légale lorsqu'il
était au volant. La preuve de chevauchement était donc
recevable en l'espèce;
- Dans l'arrêt Gibson, le juge LeBel conclut qu'une preuve
de chevauchement selon laquelle l'alcoolémie se situe entre
40 mg d'alcool par 100 ml de sang, à supposer que le taux
d'élimination soit de 20 mg par heure, et 82 mg, à supposer
qu'il soit de 10 mg par heure, « pourrait soulever un doute
raisonnable » quant à savoir si l'alcoolémie de l'accusé
dépassait la limite légale lorsqu'il était au volant. Dans la
présente affaire, la fourchette est presque identique à celle
donnée en exemple par le juge LeBel. Le juge du procès
n'a pas commis d'erreur de droit lorsqu'il a conclu à la
réfutation de la présomption légale.
21-11-13
2013 CSC 63
- L'appelante est une société d'assurance albertaine inscrite
Défense
Ivressomètre;
Preuve de chevauchement
neutralise la présomption.
La Souveraine, Compagnie
53
d'assurance générale c. Autorité
des marchés financiers
auprès de l'Autorité des marchés financiers et autorisée à
vendre des produits d'assurance au Québec, lesquels sont
offerts par l'entremise de courtiers. L'AMF a déposé 56
constats d'infraction contre elle pour avoir aidé ou amené,
par son consentement et/ou son autorisation, un courtier
non-inscrit auprès de l'AMF à enfreindre l'art. 482 de la
Loi sur la distribution de produits et services financiers;
- Préalablement au dépôt des constats d'infraction,
l'appelante avait répondu par écrit à la demande
d'informations de l'AMF en précisant les raisons pour
lesquelles sa conduite ne posait pas, selon elle, problème.
L'AMF a procédé au dépôt des constats d'infraction plus de
six mois plus tard sans répondre aux explications écrites
données par l'appelante;
- L'appelante soutient que l'infraction en cause fait partie de
celles qui exigent la preuve d'une intention coupable. Elle
plaide que, suivant la common law, la mens rea est
toujours requise dans les cas où l'infraction entraîne une
responsabilité pénale secondaire. Subsidiairement, si la
Cour qualifie l'infraction en cause de responsabilité stricte,
l'appelante soutient que l'actus reus de l'infraction n'a pas
été prouvé. Finalement, elle affirme que la défense de
diligence raisonnable était recevable car elle n'a commis,
tout au plus, qu'une erreur de droit raisonnable en l'espèce;
- Afin de déterminer la nature d'une infraction, il faut
interpréter la disposition législative en cause. Dans le cadre
de cette démarche, il est important de tenir compte de la
présomption établie par la Cour suivant laquelle les
infractions réglementaires appartiennent en général à la
catégorie des infractions de responsabilité stricte;
- L'infraction créée par l'art. 482 de la LDPSF est une
Infraction
Défense
Infractions réglementaires sont
habituellement de responsabilité
stricte;
Défense possible :
• Erreur de fait;
• Erreur de droit introduite
par un officier de l'état;
Le délai à répondre de l'organisme
réglementaire à des arguments
juridiques n'est pas une défense.
54
infraction réglementaire. La raison d'être des infractions de
cette nature est la protection du public. Elles sont édictées
à titre de « sanctions accessoires destinées à assurer le
respect d'obligations diverses, préservant ainsi le bien-être
commun de la société ». Or, l'objectif du régime établi par
la LDPSF, consiste essentiellement à encadrer le secteur de
la distribution des produits d'assurance afin de protéger le
public;
- En conséquence, suivant la présomption d'interprétation de
l'arrêt Sault Ste-Marie et en l'absence de termes spécifiques
traduisant une intention contraire de la part du législateur,
l'infraction réglementaire définie à l'art. 482 de la LDPSF
sera présumée appartenir à la catégorie des infractions de
responsabilité stricte, lesquelles n'exigent pas la preuve de
mens rea;
- Selon l'appelante, en cas d'infractions de complicité
comme celle en cause, la preuve de mens rea demeure
requise par la common law et ce, même lorsque l'infraction
principale relève de la responsabilité stricte. Il s'agit de la
norme de responsabilité pénale secondaire qui exige plus
précisément la preuve d'une mens rea de connaissance : le
complice doit avoir connu les éléments essentiels de
l'infraction principale, et avoir agi comme il l'a fait, avec
l'intention spécifique d'aider ou d'amener l'auteur principal
à enfreindre la loi;
- Au lieu d'imposer une infraction de responsabilité pénale
secondaire en reprenant, par exemple, le libellé de l'al.
21(1)b) du Code criminel, le législateur québécois a choisi
d'édicter à l'art. 482 de la LDPSF une infraction autonome.
Le choix du législateur québécois n'est pas sans
conséquence. L'omission d'inclure les mots « en vue de » à
55
l'art. 482 de la LDPSF confirme la règle générale selon
laquelle, sauf indication contraire, les infractions
réglementaires adoptées pour la protection du public
appartiennent à la catégorie des infractions de
responsabilité stricte;
- Le texte de l'art. 482 de la LDPSF, en créant une infraction
distincte, se démarque de celui des art. 208 de la LVM et
491 de la LDPSF, lesquels créent des modes de
participation qui ressemblent davantage à ce qu'édicte l'al.
21(1)b) du Code criminel. Il s'ensuit que l'infraction
définie à l'art. 482 de la LDPSF n'a pas à être assujettie à la
règle de common law selon laquelle la preuve de mens rea
demeure requise en cas d'infractions de complicité;
- Les personnes qui exercent des activités réglementées
acceptent au préalable de se soumettre à des normes
strictes, et elles reconnaissent qu'elles seront
rigoureusement tenues de respecter ces normes, typiques
de telles sphères d'activités. Dès lors, il n'est pas
surprenant, en droit réglementaire, d'être en présence
d'infractions de responsabilité stricte qui englobent des
formes de responsabilité pénale secondaire dans l'ultime
but d'assurer avec vigilance le respect d'un cadre
réglementaire établi afin de protéger le public en général;
- L'infraction définie à l'art. 482 de la LDPSF participe des
infractions de responsabilité stricte et il n'était pas
nécessaire de prouver que l'appelante savait que son
courtier entendait enfreindre la loi ou encore qu'elle avait
l'intention spécifique de l'aider ou de l'amener à le faire;
- L'appelante a aidé Flanders à commettre l'infraction prévue
à l'art. 71 de la LDPSF en donnant son autorisation ou son
consentement à la délivrance des certificats d'assurance
56
individuels aux concessionnaires québécois. La preuve
démontre que l'appelante était consciente que les biens
assurés étaient situés au Québec. Elle connaissait la liste
des concessionnaires québécois qui ont adhéré à la policecadre d'assurance délivrée à GE au plus tard le 10 juin
2005, car elle l'avait communiquée à l'AMF à ce moment.
Flanders n'a donc pas émis les certificats d'assurance
individuels aux concessionnaires québécois à l'insu de
l'appelante, et cette dernière ne s'est jamais opposée à ce
que ses produits d'assurance soient ainsi délivrés;
- Le défaut de l'appelante de s'opposer en temps utile au plan
de délivrance des certificats d'assurance individuels par
Flanders constitue un consentement et/ou une autorisation
au sens de la loi. Ce faisant, elle a aidé et/ou amené
Flanders à enfreindre les dispositions de l'art. 71 de la
LDPSF. Cela suffit pour établir l'actus reus de l'infraction
définie à l'art. 482 de la LDPSF;
- L'infraction définie à l'art. 482 de la LDPSF constitue une
infraction de responsabilité stricte. Une fois l'actus reus
prouvé hors de tout doute raisonnable, le défendeur ne peut
écarter sa responsabilité qu'en démontrant qu'il a agi avec
diligence raisonnable;
- La défense de diligence raisonnable est recevable si le
défendeur croyait pour des motifs raisonnables à un état de
faits inexistant qui, s'il avait existé, aurait rendu l'acte ou
l'omission innocent. De plus, le défendeur qui démontre
qu'il a pris toutes les précautions raisonnables pour éviter
que l'événement en question ne se produise pourra
échapper à la responsabilité. La défense de diligence
raisonnable est assujettie à une norme objective et elle
suppose l'examen de l'attitude d'une personne raisonnable
57
placée en pareilles circonstances;
- Cette défense ne sera cependant pas recevable si le
défendeur n'invoque qu'une erreur de droit pour expliquer
la commission de l'infraction. En droit canadien, l'erreur de
droit ne peut servir à fonder une défense valable que si elle
a été provoquée par une personne en autorité et si les
conditions limitant l'application de cette défense énoncée
dans l'arrêt R. c. Jorgensen, [1995] 4 R.C.S. 55, sont
respectées. Ainsi, il est inutile pour un défendeur de
démontrer qu'il a déployé des efforts raisonnables pour
connaître la loi ou que, par méconnaissance de celle-ci, il a
agi de bonne foi. Une telle preuve ne saurait écarter sa
responsabilité;
- La preuve révèle que l'appelante ignorait non pas que son
courtier n'était pas inscrit au Québec, mais plutôt qu'un
permis était nécessaire au courtier pour délivrer les
certificats d'assurance individuels aux concessionnaires
québécois. Or, il s'agit là non pas d'une erreur de fait, mais
d'une pure erreur de droit qui ne peut servir à fonder la
défense de diligence raisonnable;
- Les arguments soulevés par l'appelante ne mènent qu'à une
seule conclusion : il s'agit d'une erreur de droit. Elle ne
prétend pas avoir cru à une situation juridique inexistante
et, en même temps, à un état de faits inexistant. Elle
affirme plutôt avoir erronément cru à l'existence d'une
situation juridique en raison d'un état de faits qui existait
bel et bien. Elle prétend qu'à tout le moins, sa croyance en
cette situation juridique inexistante était justifiée et devait
être excusée au regard de la réalité factuelle ainsi décrite;
- Le seul silence de l'AMF ne peut transformer une erreur de
droit en erreur mixte de fait et de droit. Dans l'état actuel
58
du droit au Canada, aussi raisonnable que puisse être une
erreur de droit, contrairement à l'erreur de fait et à
l'exception fondée sur une erreur de droit provoquée par
une personne en autorité, cette erreur de droit ne peut
servir de défense valable dans le cas d'une infraction de
responsabilité stricte;
- La diligence raisonnable déployée par un défendeur pour
connaître et vérifier la nature du droit applicable ne
constitue pas un moyen de défense. La raison d'être de la
règle relative à l'ignorance de la loi est d'assurer la bonne
marche du système de justice pénale et le maintien de
l'ordre social;
- L'objectif de la protection du public qui est à la base de la
création des infractions réglementaires milite fortement
contre la recevabilité d'une défense générale d'erreur de
droit raisonnable dans ce domaine. De plus, il incombe à
l'entité réglementée qui s'engage dans une activité qui
requiert des connaissances particulières, y compris le droit
applicable en la matière, de les obtenir;
- L'organisme de réglementation en cause dans cette affaire,
à savoir l'AMF, n'est pas tenue par la loi de répondre ou de
renseigner ceux et celles visés par cette loi quant à leurs
droits et obligations, si bien qu'en l'espèce, il n'était pas
raisonnable pour l'appelante de considérer le silence de
l'AMF en tant que confirmation de son interprétation de
ladite loi;
- Les gestes posés par l'appelante afin d'éviter d'enfreindre la
loi ne satisfont pas aux exigences de la défense de
diligence raisonnable. L'appelante s'est fiée uniquement
aux avis juridiques fournis par des professionnels agissant
pour le compte d'un tiers, à savoir Flanders au Manitoba.
59
Une personne raisonnable aurait au moins sollicité une
opinion indépendante d'un avocat inscrit au Barreau du
Québec et exerçant préférablement dans le domaine du
droit des assurances;
- La Cour propose de reporter à plus tard le débat sur
l'opportunité de reconnaître une nouvelle exception à la
règle selon laquelle l'erreur de droit ne peut constituer une
défense recevable que dans des circonstances bien
spécifiques;
- Commentaires au sujet de la décision de l'AMF de déposer
56 constats d'infraction distincts : il serait souhaitable que
le poursuivant apprécie, au cas par cas, le contexte
entourant la perpétration des infractions lorsqu'il exerce
son pouvoir discrétionnaire de déposer des constats
d'infraction multiples. Ainsi, les procédures qu'il
entreprendra n'empiéteront pas sur le contentieux du droit
criminel et n'alimenteront pas la confusion des genres entre
la responsabilité pénale réglementaire et la responsabilité
criminelle.
Castonguay Blasting Ltd c.
Ontario (Environnement)
17-10-13
2013 CSC 52
Infraction
Loi sur l'environnement;
Contaminant;
Dynamitage éclat de roche sur une
maison, voiture et terrain…
S'agit d'événement qui doit être
déclaré comme contaminant selon
60
- La Loi sur la protection de l'environnement de l'Ontario
exige que le ministère de l'Environnement soit avisé sans
délai de tout rejet d'un contaminant dans l'environnement.
Cette obligation de signalement est assujettie à deux
conditions préalables -- il doit s'agir d'un rejet accompli en
dehors du cours normal des événements, et qui cause -- ou
causera vraisemblablement -- une conséquence
préjudiciable sur l'environnement. L'obligation en
question a pour but d'informer le ministère des dommages
possibles à l'environnement, afin que puissent être prises
en temps utile les mesures correctives qui s'imposent;
la Loi.
- L'exercice d'interprétation que requiert le présent pourvoi
consiste à déterminer à quel moment entre en jeu
l'obligation de donner l'avis en question. Selon la Cour,
tant le texte de la LPE que son objet sont clairs : le
ministère de l'Environnement doit être avisé lorsqu'un
contaminant a été rejeté en dehors du cours normal des
événements, sans qu'il soit nécessaire d'attendre la preuve
que l'environnement naturel a bel et bien été dégradé.
Autrement dit : quand on doute, on signale;
- La LPE est la principale loi ontarienne en matière de
protection de l'environnement. Comme elle constitue une
loi réparatrice, elle doit recevoir une interprétation
généreuse. La protection de l'environnement est un sujet
complexe -- en effet, l'environnement lui-même et la vaste
gamme d'activités susceptibles d'en causer la dégradation
ne se prêtent pas aisément à une codification précise.
Parce que l'objectif poursuivi par le législateur est la
protection de l'environnement, la portée voulue de ces lois
est large et profonde;
- Castonguay a concédé que le rejet des éclats de roc avait
causé des dommages à des biens, mais a plaidé que le tort
ou les dommages causés à une propriété privée ne suffisent
pas à eux seuls à déclencher l'application de l'obligation de
signalement. Et donc, que comme le rejet n'a pas dégradé
l'environnement naturel -- à savoir l'air, le terrain ou l'eau
--, elle n'était pas tenue de signaler l'incident au ministère;
- L'obligation de signalement prescrite par le par. 15(1) a
pour but de faire en sorte que ce soit le ministère de
l'Environnement, et non l'auteur du rejet, qui décide si des
mesures supplémentaires sont requises et, dans
l'affirmative, lesquelles. Lors du rejet d'un contaminant, il
61
est possible que l'auteur ne connaisse pas toute l'ampleur
des dommages qui sont causés ou qui, comme le dit le par.
15(1), peuvent vraisemblablement être causés. En outre,
de nombreuses nuisances éventuelles, par exemple des
atteintes à la santé humaine ou le tort aux végétaux ou aux
animaux, et même la dégradation de l'environnement
naturel, peuvent être difficiles à détecter sans l'expertise et
les ressources dont dispose le ministère. En conséquence,
la loi confère au ministère, et non à l'auteur du rejet,
l'obligation d'enquêter ainsi que le pouvoir de décider des
mesures supplémentaires qui sont nécessaires;
- Le facteur clé pour bien comprendre le par. 15(1) est la
condition requérant que le rejet du contaminant ait causé
ou causerait vraisemblablement une "conséquence
préjudiciable". L'expression conséquence préjudiciable est
définie ainsi :
b) le tort ou les dommages causés à des biens, des
végétaux ou des animaux;
e) l'atteinte à la sécurité de quiconque;
g) la perte de jouissance de l'usage normal d'un bien;
- Le rejet d'éclats de roc a causé une "conséquence
préjudiciable" au sens des al. b) et g) de la définition, c'està-dire qu'il a causé un tort ou des dommages à des biens et
la perte de jouissance de l'usage normal de ces biens.
Comme l'obligation de signalement entre également en jeu
lorsque le rejet "causera vraisemblablement une
conséquence préjudiciable", l'al. e) est lui aussi applicable,
puisqu'il existait une possibilité d'"atteinte à la sécurité de
quiconque";
- Les conséquences préjudiciables n'étaient pas négligeables.
La force de l'explosion et les éclats de roc qu'elle a
62
produits étaient si puissants que d'importants dommages
aux biens ont été causés, les éclats ayant en effet traversé
le toit d'une résidence et fini leur course dans la cuisine.
Un véhicule en outre a été gravement endommagé. Les
éclats de roc auraient pu facilement blesser sérieusement
une personne ou la tuer;
- En conséquence, le par. 15(1) de la LPE s'appliquait et
Castonguay était tenue de signaler sans délai au ministère
de l'Environnement le rejet des éclats de roc.
R. c. Murphy
16-04-13
2013 CSC 21
Infraction
Complot pour meurtre;
Règlement de compte entre
trafiquants;
Défense : n'était pas au courant du
complot, il était dans le véhicule.
63
- L'appelant a subi son procès devant juge seul et a été
déclaré coupable de complot en vue de commettre un
meurtre et de tentative de meurtre. Plusieurs personnes
impliquées dans le trafic de la drogue à Halifax ont
comploté en vue de tuer, puis tenté de tuer un rival par
balles et l'appelant était sur le lieu du crime dans une
voiture avec les coconspirateurs. Au procès, l'appelant a
affirmé dans son témoignage qu'il n'avait aucune
connaissance du complot et que c'est par hasard qu'il se
promenait en voiture avec un des coconspirateurs. Les
juges majoritaires de la Cour d'appel ont rejeté l'appel de la
déclaration de culpabilité interjeté par l'appelant;
- À l'instar des juges majoritaires [2012] N.S.J. No. 472, la
Cour est d'avis que le verdict n'est pas déraisonnable;
- The victim was shot and wounded outside of a health
centre by rivals involved in the Halifax drug trade.
Marriott was the shooter. LeBlanc ordered the shooting.
At the time of the shooting, police monitored cell phone
conversations involving Marriott and LeBlanc as part of an
ongoing investigation. The interceptions were judicially
authorized. The conversations revealed that Murphy was
in a vehicle with LeBlanc when Leblanc's girlfriend called
to advise him of her concern over the victim's presence at
her workplace, the health centre. LeBlanc subsequently
phoned Marriott to inform him of the victim's location.
Following further communications, Marriott and another
individual traveled to the health centre, as did LeBlanc and
Murphy in a second vehicle. LeBlanc and Murphy arrived
first. They observed the victim outside the hospital and
LeBlanc phoned the Marriott vehicle to inform them of his
location. Murphy took the phone to direct the Marriott
vehicle to the exact location while LeBlanc drove.
LeBlanc relayed the victim's whereabouts while Murphy
relayed the information to the Marriott vehicle. LeBlanc
took the phone, described the vehicle containing the victim
and gave the order to shoot. The two vehicles fled the
scene following the shooting;
- La décision de la Cour d'appel est intéressante aussi pour
la notion de connaissance judiciaire appliqué au mot «got»
qui est l'équivalent du mot « gun » (paragraphes 27 et ss de
la décision de la Cour d'appel).
R. c. Summers
11-04-14
2014 CSC 26
Peine
Crédit pour détention provisoire;
Détention provisoire "retarde" le
droit à une libération
conditionnelle;
Crédit d'un jour et demi par jour
de détention provisoire.
64
- En 2009, la Loi sur l'adéquation de la peine et du crime a
modifié le Code criminel de manière à limiter le crédit
accordé à un jour et demi par jour passé sous garde avant
la sentence;
- Dans le présent pourvoi, la Cour doit interpréter cette
modification. Nul ne conteste que le législateur a ramené
le crédit majoré à un jour et demi pour chaque jour passé
sous garde. La Cour doit interpréter les dispositions afin
de déterminer les « circonstances » qui justifient l'octroi
d'un crédit à raison d'au plus un jour et demi pour chaque
jour passé sous garde;
- En l'espèce, le juge de première instance a affirmé que la
pratique usuelle consistant à accorder deux jours de crédit
pour chaque jour de détention était justifiée par le fait que
la durée de la détention préventive n'était pas prise en
considération aux fins de l'admissibilité à la libération
conditionnelle. Comme la plupart des délinquants sont
libérés conditionnellement après avoir purgé entre le tiers
et les deux tiers de leur peine, il ne serait pas équitable de
leur refuser un crédit majoré pour tenir compte de la
détention présentencielle. Le fait que celle-ci n'était pas
prise en considération aux fins de l'admissibilité à la
libération conditionnelle de l'intimé constituait une
circonstance qui justifiait l'octroi d'un crédit à raison d'un
jour et demi par jour passé sous garde conformément au
par. 719(3.1) du Code;
- Question en litige : La perte subie aux fins de
l'admissibilité à la libération anticipée et à la libération
conditionnelle pendant la détention préventive constitue-telle, pour les besoins du par. 719(3.1) du Code criminel,
l'une des « circonstances » qui justifient un crédit majoré
pour la période passée sous garde;
- Premièrement, la raison d'être du crédit majoré sur le plan
quantitatif est de faire en sorte que le délinquant ne passe
pas plus de temps derrière les barreaux que s'il avait été
libéré sous caution;
- La deuxième raison d'être du crédit majoré est de nature
qualitative. Les centres de détention préventive n'offrent
généralement pas les programmes d'enseignement, de
recyclage ou de réinsertion sociale qui sont habituellement
accessibles dans les établissements correctionnels. Par
65
conséquent, la détention avant sentence est souvent plus
pénible que l'emprisonnement après sentence;
- Le libellé de l'art. 719(3.1) C.cr. n'est pas limitatif quant
aux données qui peuvent constituer des « circonstances ».
Il aurait été facile pour le législateur de préciser que seules
des « circonstances exceptionnelles » ou d'« autres
circonstances que la perte liée à l'admissibilité à la
libération anticipée et à la libération conditionnelle »
justifient l'octroi d'un crédit majoré;
- Le législateur a clairement considéré les circonstances
dans lesquelles le par. 719(3.1) ne devait pas s'appliquer,
mais il n'a pas limité les « circonstances » qui justifient son
application;
- Le ministère public prétend que le par. 719(3) crée une
règle générale d'octroi d'un crédit à raison d'un jour contre
un et que le par. 719(3.1) constitue une exception à
l'application de cette règle. Si la perte subie aux fins de
l'admissibilité à la libération anticipée et à la libération
conditionnelle pendant la détention présentencielle
constitue l'une des « circonstances » qui justifient l'octroi
d'un crédit majoré, soit à raison d'un jour et demi contre
un, presque tous les délinquants détenus préventivement
auront droit à celui-ci. L'« exception » deviendrait ainsi la
nouvelle « règle générale », de sorte que le par. 719(3)
n'aurait plus d'utilité, ce qui serait absurde;
- La Cour n'est pas convaincue par l'argument du ministère
public;
- Premièrement, il n'existe pas de règle générale
d'interprétation législative selon laquelle les circonstances
qui relèvent d'une exception doivent être moins
nombreuses que celles qui relèvent de la règle générale;
66
- Deuxièmement, interpréter le mot « circonstances » en y
assimilant la perte liée à l'admissibilité à la libération
conditionnelle et à la libération anticipée ne rend pas le
paragraphe 719(3) superflu. Lorsque l'accusé est visé par
une exception expresse au par. 719(3.1) (p. ex., il a été
détenu pour inobservation des conditions de sa libération
sous caution), le plafond d'un jour contre un prévu au par.
719(3) s'applique. En outre, il n'y aura pas majoration du
crédit dans tous les cas. Par exemple, lorsque la longue
détention présentencielle est attribuable à la mauvaise
conduite du délinquant, la majoration se révélera souvent
inopportune. Le paragraphe 719(3) continue de s'appliquer
dans ces cas;
- Troisièmement, le par. 719(3.1) reflète la raison d'être du
crédit majoré. Il ne suffit pas d'accorder une journée par
jour de détention présentencielle pour tenir compte de
toutes les circonstances préjudiciables de la détention
préventive; le crédit majoré compense la perte subie aux
fins de l'admissibilité à la libération conditionnelle et à la
libération anticipée (volet quantitatif), ainsi que la sévérité
des conditions de détention (volet qualitatif). Par
conséquent, la séparation des paragraphes montre que le
crédit et le crédit majoré ont des assises théoriques
différentes;
- Les modifications établissent clairement un ratio
maximum, à savoir un jour et demi contre un. Il s'agit d'un
écart clair et important par rapport à la pratique antérieure
à la LAPC. Après avoir manifesté son intention si
clairement sur ce point, le législateur n'a pas indiqué qu'il
voulait modifier les raisons pour lesquelles il pouvait y
avoir majoration du crédit;
67
- Lorsque l'interprétation du par. 719(3.1) ne tient pas
compte de la perte subie aux fins de l'admissibilité à la
libération anticipée et à la libération conditionnelle
pendant la détention préventive, le délinquant qui n'est pas
libéré sous caution purge une peine plus longue que celui
qui l'est. Ce résultat heurte le principe de la parité;
- La Cour conclut que les « circonstances » qui justifient
l'octroi d'un crédit majoré en application du par. 719(3.1)
peuvent s'entendre de la perte liée à l'admissibilité à la
libération anticipée et à la libération conditionnelle;
- La loi établit désormais un maximum, mais la démarche
analytique de la Cour dans Wust, 2000 CSC 18, demeure
par ailleurs valable;
- À elle seule, la perte subie aux fins de l'admissibilité à la
libération anticipée suffit habituellement à justifier l'octroi
d'un crédit à raison d'un jour et demi contre un, même
lorsque les conditions de détention n'ont pas été
spécialement dures et que la libération conditionnelle est
peu probable. Certes, un ratio inférieur peut être indiqué
lorsque la détention résulte de l'inconduite du délinquant,
ou qu'il est peu probable que ce dernier soit libéré avant
terme ou conditionnellement. Lorsque les exceptions
prévues au par. 719(3.1) écartent son application, le ratio
ne peut être que d'un jour contre un. De plus, l'art. 719
n'entre en jeu que dans le cas où la détention
présentencielle résulte de l'infraction pour laquelle le
délinquant est condamné à une peine;
- Dans de nombreux cas, la perte subie aux fins de
l'admissibilité à la libération anticipée et à la libération
conditionnelle justifie l'octroi d'un crédit majoré à raison
d'un jour et demi contre un. Cependant, il n'est « ni
68
automatique, ni acquis que le juge accordera un crédit à
raison de plus d'un jour par jour passé sous garde à cause
de la perte liée à l'admissibilité à la réduction de peine ou à
la libération conditionnelle ». Le juge chargé de la
détermination de la peine qui estime que le délinquant se
verra refuser la libération anticipée n'est pas justifié
d'accorder un crédit majoré pour la perte sans objet;
- Le ministère public prétend qu'il ne convient pas que le
tribunal chargé de la détermination de la peine s'enquiert
des possibilités de libération conditionnelle;
- La Cour ne voit rien qui empêche les tribunaux de
conjecturer sur le comportement ultérieur du délinquant en
prison et sur la probabilité qu'il obtienne une libération
conditionnelle ou une libération anticipée;
- Le processus n'a pas à être élaboré. Le délinquant doit
établir que sa détention présentencielle lui vaut un crédit
majoré. En général, la seule détention présentencielle
permet d'inférer que le délinquant a subi une perte aux fins
de l'admissibilité à la libération conditionnelle ou à la
libération anticipée, ce qui justifie un crédit majoré.
Évidemment, le ministère public peut contester l'inférence.
Certains délinquants particulièrement dangereux, auteurs
d'infractions graves, n'ont tout simplement pas droit à la
libération anticipée ou conditionnelle. De même, lorsque
la conduite de l'accusé en prison donne à penser qu'il ne
sera pas libéré par anticipation ou conditionnellement, le
juge peut être justifié de refuser la majoration du crédit. Il
est rarement nécessaire d'offrir à l'appui une preuve très
étoffée. Concrètement, il ne faut pas compliquer le
processus de détermination de la peine, ni augmenter sa
durée;
69
- S'agissant de la raison d'être qualitative du crédit majoré, le
délinquant a le fardeau de la preuve, mais il ne lui incombe
généralement pas de présenter une preuve très étoffée. Les
tribunaux statuent sur des demandes de crédit majoré
depuis de nombreuses années;
- Le fait que l'intimé a rapidement plaidé coupable, a
reconnu la responsabilité de ses actes et a exprimé des
remords sincères n'est habituellement pertinent que pour la
détermination de la juste peine, et non pour l'octroi d'un
crédit suivant les par. 719(3) ou (3.1);
- Il convenait d'accorder un jour et demi pour chaque jour
passé sous garde sur le fondement de la raison d'être
d'ordre quantitatif du crédit majoré.
R. c. Carvery
11-04-14
2014 CSC 27
Peine
Détention provisoire;
1 jour et demi par jour provisoire;
Effet sur la libération
conditionnelle;
Confirmé.
70
- À l'instar du dossier connexe R. c. Summers, 2014 CSC 26,
le présent pourvoi porte sur l'interprétation du par.
719(3.1) du Code criminel;
- L'intimé a passé 9,5 mois en détention préventive;
- La juge a accordé un crédit de 14 mois et une semaine, soit
un jour et demi par jour passé sous garde, pour compenser
la perte subie aux fins de l'admissibilité à la réduction de
peine et à la libération conditionnelle;
- Compte tenu des motifs exposés dans l'arrêt Summers, il ne
reste qu'à déterminer si la juge a eu tort ou non d'accorder
un crédit majoré au vu des faits de l'espèce;
- Le ministère public soutient que, par ses propres actes,
l'intimé a exclu la possibilité d'obtenir un crédit majoré;
- Si le prononcé de la sentence a tant tardé c'est en bonne
partie à cause de l'indécision de l'intimé quant à
l'opportunité d'un plaidoyer de culpabilité et au
changement d'avocat qui en a résulté;
- La juge chargée de la détermination de la peine conclut
toutefois que l'intimé n'a pas tenté de prolonger sa
détention préventive pour exploiter ou « déjouer » le
système. Le dossier lui permettait de tirer cette
conclusion, et rien ne justifie l'annulation de celle-ci;
- L'obtention d'un crédit à raison d'un jour et demi pour
chaque jour passé sous garde ne permet pas à l'intimé de
tirer « avantage » du délai, sauf si, au final, il n'est pas
admissible à la libération anticipée. En effet, bien que ce
ratio compense la perte subie aux fins de la libération
anticipée, l'intimé passerait plus de temps en prison à cause
du délai s'il était mis en liberté conditionnelle à n'importe
quel moment avant l'exécution des deux tiers de sa peine,
malgré l'octroi d'un crédit majoré;
- Le dossier ne permet pas de conclure que l'intimé se serait
vu refuser la libération anticipée. Il n'y a aucune raison
d'intervenir dans l'exercice du pouvoir discrétionnaire de la
juge chargée de la détermination de la peine.
R. c. Clarke
11-04-14
2014 CSC 28
Peine
Crédit détention provisoire;
Effet d'être inculpé après
l'adoption de la Loi.
71
- Le pourvoi porte sur l'art. 5 de la Loi sur l'adéquation de
la peine et du crime, une courte disposition qui précise que
les limites apportées à l'octroi d'un crédit pour compenser
la détention présentencielle « ne s'appliquent qu'à l'égard
des personnes inculpées après » l'entrée en vigueur de la
loi. Le texte de la note marginale qui accompagne l'art. 5
est le suivant : « Application : personnes inculpées après
l'entrée en vigueur »;
- Les 20 et 21 février 2010, M. Clarke a commis un certain
nombre d'infractions, dont celle d'introduction par
effraction. Les dispositions modificatives de la Loi ont été
adoptées le 22 février 2010. L'inculpation a eu lieu en
mars 2010;
- M. Clarke a inscrit un plaidoyer de culpabilité le 10
novembre 2010 et il a été condamné à 10 ans
d'emprisonnement. Le juge de première instance lui a
accordé le crédit maximal d'un jour et demi par jour de
détention présentencielle, conformément aux nouvelles
dispositions. Sa peine a donc été réduite de 17 mois;
- M. Clarke a fait valoir en vain, en première instance et en
Cour d'appel, que suivant une interprétation juste de son
art. 5, la Loi ne s'appliquait pas à sa situation puisque les
infractions avaient été commises avant l'entrée en vigueur
des dispositions, de sorte qu'il avait droit au crédit de deux
ou trois jours susceptible d'être accordé au moment de la
perpétration des infractions. Au lieu de contester la
disposition directement sur le fondement de la Charte, il a
soutenu qu'elle était équivoque et que les valeurs de la
Charte devaient donc s'appliquer de manière à donner un
effet prospectif à l'art. 5;
- Il est vrai qu'une disposition nouvelle sur la détermination
de la peine devrait être présumée ne pas s'appliquer
rétrospectivement. La présomption peut cependant être
écartée par une manifestation claire de l'intention du
législateur de conférer un effet rétrospectif à la disposition;
- En l'espèce, le libellé est suffisamment clair pour écarter la
présomption. La loi prévoit clairement que les nouvelles
dispositions s'appliquent aux personnes inculpées après
l'entrée en vigueur de la Loi. Le seul moment déterminant
est celui de l'inculpation, peu importe celui de la
perpétration des infractions;
- Lorsque la mesure législative est sans équivoque, le
tribunal doit donner effet à l'intention manifeste du
72
législateur;
- M. Clarke a été inculpé après l'entrée en vigueur de la Loi.
Il était donc assujetti aux limites apportées au crédit pour
détention présentencielle conformément à l'art. 5.
R. c. Hay
08-11-13
2013 CSC 61
Preuve
Preuve par témoin oculaire;
Témoin identifie l'accusé parmi 12
photos, mais ne peut l'identifier
après l'arrestation;
Changement important
d'apparence (cheveux rasés plutôt
que rastas);
Il ne peut y avoir un verdict de
culpabilité sur cette seule base;
Nouvelle preuve à la Cour
suprême;
Nouveau procès.
73
- Hay a été déclaré coupable de meurtre au premier degré et
de tentative de meurtre à la suite d'une fusillade survenue
dans une boîte de nuit de Toronto. Il se pourvoit contre sa
déclaration de culpabilité en invoquant deux moyens.
Premièrement, il soutient que le juge du procès a donné
une directive erronée au jury en lui disant qu'il pouvait
rendre un verdict de culpabilité sur la seule foi de la
déposition de l'unique témoin oculaire l'ayant impliqué lors
du procès. Deuxièmement, il a demandé à la Cour
l'autorisation de produire un nouvel élément de preuve qui,
selon lui, justifie son acquittement ou la tenue d'un
nouveau procès;
- Les questions relatives à la crédibilité des témoins
oculaires et au poids à accorder à leur témoignage relèvent
du juge des faits – en l'espèce, le jury. Il est bien établi
que lorsque le ministère public a recours à l'identification
par témoin oculaire, le juge du procès a l'obligation de
mettre le jury en garde au sujet des faiblesses reconnues de
la preuve d'identification. Toutefois, un jury ayant reçu les
directives appropriées peut, en dépit des faiblesses de
l'identification par témoin oculaire, conclure à la fiabilité
de la déposition du témoin oculaire et rendre un verdict de
culpabilité sur ce fondement, et ce, même si le ministère
public n'a cité qu'un seul témoin oculaire;
- Un jury ne devrait pas être autorisé à rendre un verdict de
culpabilité en s'appuyant sur une déposition d'un témoin
oculaire qui ne pourrait étayer une inférence de culpabilité
hors de tout doute raisonnable. Autrement dit, il ne
faudrait pas expliquer au jury qu'il peut déclarer un accusé
coupable en se basant uniquement sur la déposition d'un
témoin oculaire lorsque la déposition, même si l'on y
accorde foi, laisserait nécessairement subsister un doute
raisonnable dans l'esprit d'un jury raisonnable. En fait, si
la preuve du ministère public consiste uniquement en la
déposition d'un témoin oculaire qui soulèverait
nécessairement un doute raisonnable dans l'esprit d'un juré
raisonnable, le juge du procès saisi d'une demande de
verdict imposé doit ordonner un acquittement;
- Le jury aurait rendu un verdict déraisonnable s'il avait
déclaré M. Hay coupable sur la seule foi de la déposition
de Mme Maillard, le témoin oculaire. Lorsqu'elle a
désigné la photo de M. Hay lors de la première séance
d'identification, Mme Maillard a déclaré qu'elle ne
l'identifiait pas comme le tireur, mais plutôt comme une
personne ressemblant à 80 pour cent au tireur. De plus, un
ou deux jours après la fusillade, Mme Maillard a téléphoné
à la police pour savoir si l'identification qu'elle avait faite
«correspondait assez bien à la bonne personne».
Également, la preuve a démontré que, trois semaines après
la fusillade, Mme Maillard a été incapable de désigner M.
Hay comme le tireur à partir de la photo de celui-ci prise
lors de son arrestation le matin même du crime et qu'à
l'enquête préliminaire, elle a plusieurs fois désigné M.
Eunick, et non M. Hay, comme le tireur à la chemise
bleue/verte;
- Lors du procès, on n'a pas demandé à Mme Maillard si elle
pouvait identifier M. Hay dans la salle d'audience;
74
- Le juge du procès aurait commis une erreur s'il avait donné
au jury la directive qu'il pouvait déclarer M. Hay coupable
sur la seule foi du témoignage de Mme Maillard;
- Exemple de formulation d'une mise en garde concernant la
faiblesse de la preuve par témoin oculaire (paragr. 49);
- Le juge du procès n'a pas commis d'erreur dans ses
directives au jury et ce moyen d'appel doit être rejeté;
- La Cour expose l'état du droit quant à une requête en
production de nouveaux éléments de preuve en appel;
- L'affaire est renvoyée pour la tenue d'un nouveau procès.
R. c. Baldree
19-06-13
2013 CSC 35
Preuve
Perquisition;
Durant la perquisition le téléphone
sonne et l'interlocuteur demande
de se faire livrer de la drogue;
Témoignage du policier constitue
du ouï-dire.
75
- Après l'arrestation de B, une personne a composé le
numéro du téléphone cellulaire de B pour se faire livrer de
la drogue. Un agent de police a répondu à l'appel et a
accepté de livrer la marchandise au prix pratiqué
habituellement par B. L'auteur de l'appel a donné son
adresse. La police n'a aucunement tenté de le trouver et de
l'interroger, et il n'a pas été appelé à témoigner. Le juge du
procès a conclu que le témoignage de l'agent de police ne
constituait pas du ouï-dire et a admis en preuve le contenu
de l'appel. B a été déclaré coupable de possession de
marihuana et de cocaïne en vue d'en faire le trafic. Les
juges majoritaires de la Cour d'appel ont accueilli l'appel,
ordonné la tenue d'un nouveau procès et conclu qu'il aurait
fallu écarter la preuve;
- Le ministère public a demandé au juge des faits de
conclure, sur la foi du témoignage du sergent Martelle, que
l'auteur anonyme de l'appel avait l'intention d'acheter de la
marihuana de l'intimé parce qu'il croyait que ce dernier
était un trafiquant de drogue;
- Les caractéristiques déterminantes du ouï-dire sont les
suivantes : (1) le fait que la déclaration soit présentée pour
établir la véracité de son contenu et (2) l'impossibilité de
contre-interroger le déclarant au moment précis où il fait
cette déclaration;
- La preuve par ouï-dire est présumée inadmissible, car il est
difficile de contrôler la fiabilité de la déclaration;
- Aucune preuve ne constitue à priori du ouï-dire. Son
admissibilité dépend de la fin à laquelle elle est déposée.
La preuve constitue du ouï-dire – et est présumée
inadmissible – si elle est présentée pour établir la véracité
de son contenu;
- En l'espèce, le ministère public a présenté le témoignage
du sergent Martelle comme preuve de la véracité de son
contenu. Puisque le déclarant n'a pas été appelé à
témoigner, la déposition du policier constituait du ouï-dire
et, de ce fait, était présumée inadmissible. Le juge du
procès a commis une erreur en n'examinant pas la preuve
suivant la méthode d'analyse raisonnée;
- L'auteur de l'appel a dit vouloir acheter de la drogue de M.
Baldree (affirmation implicite) mais n'a pas dit vouloir
acheter de la drogue de M. Baldree parce que celui-ci en
vendait (affirmation explicite);
- Selon la thèse du ministère public, les affirmations
implicites ne sont pas visées par la règle du ouï-dire, et la
conversation téléphonique était présumée admissible pour
cette raison;
- Aucune raison de principe ne permet de distinguer les
affirmations explicites et implicites, pour ce qui est d'en
déterminer l'admissibilité, si elles sont toutes deux
présentées pour établir la véracité de leur contenu. Les
deux types de preuve fonctionnent exactement de la même
76
façon;
- Au vu des faits de la présente affaire, aucune exception
traditionnelle ne s'applique. La preuve contestée ne résiste
pas à l'analyse raisonnée; elle ne satisfait ni à l'exigence de
nécessité ni à celle de fiabilité;
- Quant à la nécessité : la police n'a fait aucun effort pour
obtenir le témoignage du déclarant, n'a pas cherché à
l'interroger ni même à le trouver, même si celui-ci avait
indiqué son adresse. Qui plus est, aucun motif n'a été
avancé pour expliquer l'absence d'efforts visant à dénicher
le déclarant;
- Bien que l'appel visé en l'espèce ne résiste pas à l'analyse
raisonnée, ce ne sera pas nécessairement toujours le cas;
- Par exemple, dans le cas où la police intercepte non pas
une mais plusieurs commandes téléphoniques de drogue, le
nombre d'appels peut très bien suffire dans certaines
circonstances à établir la fiabilité;
- En outre, le nombre d'appels peut aussi étayer le critère de
nécessité. On ne saurait s'attendre, lorsque les déclarants
sont nombreux, que le ministère public les trouve et les
convainque tous ou presque tous de témoigner au procès,
et ce même dans la situation peu probable où ils auraient
fourni leurs adresses, comme en l'espèce. Il ne faut pas
oublier que les critères de nécessité et de fiabilité vont de
pair : si la preuve est suffisamment fiable, l'exigence de
nécessité peut être assouplie.
R. c. Youvarajah
25-07-13
2013 CSC 41
Preuve
77
- Le prévenu, Y, et D.S., le tireur, ont été accusés de meurtre
au premier degré après qu'une transaction de drogue a mal
tourné. D.S. a été jugé séparément en tant que jeune
contrevenant. Il a plaidé coupable à une accusation de
Meurtre au 1er degré;
2 accusés;
1 jeune contrevenant plaide
coupable, 2e degré;
Exposé des faits lors du
témoignage devant jury nié par
l'accusé;
Pas eu de possibilité de contreinterroger;
Pas eu de preuve vidéo;
Déclaration inadmissible.
meurtre au deuxième degré. Dans le cadre de l'entente sur
le plaidoyer, D.S. a souscrit l'exposé conjoint des faits
qu'avait rédigé l'avocat du ministère public avec l'apport de
l'avocat de la défense. Suivant l'exposé conjoint des faits,
Y était directement impliqué dans le meurtre. Lors de
l'inscription du plaidoyer, D.S. a attesté l'exactitude de
l'exposé conjoint des faits. La lecture de ce dernier n'a pas
été enregistrée sur bande vidéo ni n'était précédée d'un
serment ou d'une affirmation solennelle;
- Au procès d'Y, l'avocat du ministère public a demandé à
D.S. d'adopter l'exposé conjoint des faits. D.S. a affirmé
qu'il ne se souvenait pas avoir souscrit le document, mais il
a reconnu qu'il portait bel et bien sa signature. Il a ensuite
nié les faits impliquant Y qui y étaient énoncés. En
réponse aux dénégations de D.S., le ministère public a
voulu faire admettre l'exposé conjoint des faits comme
preuve de la véracité de son contenu. À la suite d'un voirdire, le juge du procès estimait les moyens invoqués
insuffisants pour permettre au jury d'apprécier la fiabilité
de l'exposé signé à titre de déclaration antérieure
incompatible, et a conclu que ce dernier n'atteignait pas le
seuil de fiabilité nécessaire pour être admis en preuve pour
établir la véracité de son contenu;
- Le juge du procès a fait remarquer que la possibilité d'un
contre-interrogatoire efficace de D.S. au procès de
l'appelant serait « dans une large mesure illusoire » en
raison des trous de mémoire que faisait valoir D.S. à
propos de l'exposé conjoint des faits et du fait qu'il avait
invoqué le secret professionnel de l'avocat;
- La Cour d'appel a accueilli l'appel, annulé l'acquittement et
ordonné la tenue d'un nouveau procès;
78
- La question qui se pose dans le présent pourvoi consiste à
savoir si le juge du procès a commis une erreur en
concluant que l'inexistence de garanties suffisantes
empêchait d'établir le seuil de fiabilité nécessaire pour
faire admettre en preuve l'exposé conjoint des faits et, dans
l'affirmative, si l'erreur a eu une incidence significative sur
l'issue de la cause. Pour répondre à cette question, il faut
en examiner deux autres :
a) Le juge du procès a-t-il fait erreur en concluant que le
contre-interrogatoire n'offrait pas au jury une base
suffisante pour lui permettre d'apprécier la véracité de
la déclaration antérieure incompatible?
b) Le juge du procès a-t-il fait erreur en concluant que
les circonstances entourant la déclaration antérieure
incompatible ne fournissaient pas de garanties
suffisantes de fiabilité découlant de la nature de la
preuve?
- Rappel des principes juridiques applicables au double
critère de nécessité et de fiabilité;
- Quand un témoin revient sur une déclaration antérieure, la
nécessité est établie;
- Le juge du procès, à titre de gardien en matière de preuve,
détermine si la déclaration relatée atteint le seuil de
fiabilité. C'est au juge des faits qu'il appartient de
déterminer la fiabilité en dernière analyse. Même si la
nécessité et la fiabilité de la preuve par ouï-dire sont
démontrées, le juge du procès conserve le pouvoir
discrétionnaire d'exclure la preuve lorsque « son effet
préjudiciable est disproportionné par rapport à sa valeur
probante »;
- L'admissibilité d'une preuve par ouï-dire, en l'occurrence la
79
déclaration antérieure incompatible, est une question de
droit;
- La principale raison qui milite pour l'admissibilité de la
déclaration antérieure incompatible faite par un témoin non
accusé comme preuve de la véracité de son contenu est la
disponibilité de ce témoin pour un contre-interrogatoire;
- Le juge du procès a attribué une portée excessive au secret
professionnel de l'avocat. Il aurait été plus juste de dire
que ce privilège soustrayait D.S. à de nombreuses
questions sur sa décision d'accepter le plaidoyer et les
raisons qui l'avaient motivé à impliquer l'appelant;
- Vu la nature des dangers associés au ouï-dire dans ce cas,
le juge du procès n'a pas fait erreur en concluant que seul
un contre-interrogatoire complet aurait permis de les
écarter. En l'espèce, le contre-interrogatoire au procès
serait fort limité par le secret professionnel de l'avocat
invoqué. La déclaration n'avait pas été enregistrée sur
bande vidéo. Elle n'avait pas été faite sous serment ni
précédée d'une affirmation solennelle. La transcription de
l'audience relative au plaidoyer de culpabilité reproduisait
les termes de la déclaration antérieure, mais ne constituait
pas un substitut adéquat permettant d'apprécier le
comportement et la crédibilité de D.S. au moment de la
déclaration. Enfin, l'exposé conjoint des faits n'était pas
une déclaration spontanée et ne reprenait pas les paroles de
D.S. Dans les circonstances, la majorité de la Cour ne peut
reconnaître que le juge du procès a commis une erreur en
concluant à l'inexistence de substituts adéquats qui
auraient permis de mettre à l'épreuve le témoignage et d'en
évaluer la véracité;
- Dans la mesure où l'exposé conjoint des faits incriminait
80
D.S., allait à l'encontre de ses intérêts et constituait un
aveu de sa culpabilité à l'audience, ces circonstances
invitent fortement à conclure à la fiabilité de ces
déclarations pour démontrer la conduite criminelle de D.S.
Toutefois, la raison qui justifie l'admissibilité de la
déclaration contre l'intérêt de son auteur ne tient plus
lorsqu'il s'agit d'opposer cette déclaration à un tiers;
- Les garanties circonstancielles de fiabilité invoquées par
l'intimée – à savoir le processus exhaustif de rédaction de
l'exposé conjoint des faits, la participation des avocats et le
caractère solennel de l'audience relative au plaidoyer de
culpabilité – ne permettent pas d'établir que les
déclarations rétractées, qui minimisaient le rôle de D.S.
dans le meurtre et en rejetaient la responsabilité sur
l'appelant, atteignaient le seuil de fiabilité. Dans les
circonstances de l'espèce, la formalité de la procédure et la
participation des avocats ne sont garantes que des
déclarations de D.S. dans lesquelles il avoue sa culpabilité
relativement au meurtre;
- Les avocats ont l'obligation déontologique de ne pas
induire sciemment le tribunal en erreur. Toutefois, ils ne
sont pas tenus de vérifier la véracité des renseignements
qu'ils présentent; l'obligation entre en jeu seulement s'ils
détiennent des renseignements menant à la « conclusion
inévitable » qu'une allégation est fausse;
- Il est depuis longtemps reconnu que le témoignage d'un
complice contre un autre risque d'être intéressé et qu'il est
hasardeux de s'y fier en l'absence d'éléments corroborants.
Le fait que ces déclarations soient consignées dans
l'exposé conjoint des faits n'assure pas leur fiabilité. En
effet, les déclarations d'un coaccusé ou d'un complice sont
81
reconnues comme étant intrinsèquement peu fiables;
- Ce n'est pas dans l'intérêt de l'administration de la justice
que d'admettre en preuve contre un prévenu des aveux
intéressés faits par son coaccusé dans le but de négocier un
chef d'accusation moindre et une peine qui lui soit
favorable lorsque la fiabilité des déclarations ne peut être
adéquatement vérifiée;
- D.S. a souscrit l'exposé conjoint des faits dans le cadre de
la négociation d'un plaidoyer de culpabilité pour meurtre
au deuxième degré et d'une peine spécifique. Dans ces
circonstances, il avait de bonnes raisons de rejeter la
responsabilité sur son coaccusé. On lui avait assuré qu'il
n'aurait pas à faire d'autres déclarations à la police, et il a
affirmé au procès de l'appelant qu'il avait accepté l'entente
sur le plaidoyer notamment pour cette raison. D.S. a
ajouté qu'il avait convenu de certains faits dans l'exposé
conjoint des faits dont il n'avait pas ou n'aurait pas pu avoir
connaissance et qu'il n'avait pas compris tout le contenu de
l'exposé avant de le souscrire. Les passages qui rejettent la
responsabilité du meurtre sur l'appelant sont
intrinsèquement peu fiables;
- La majorité de la Cour accueille le pourvoi et rétablit
l'acquittement.
82
R. c. Waite
21-02-14
2014 CSC 17
Preuve
2 accusés;
Meurtre au 2e degré;
Chacun des accusés rapporte que
l'autre a commis le meurtre;
Mise en preuve d'aveux
extrajudiciaires d'un accusé.
83
- En lien avec une déclaration de culpabilité de meurtre au
deuxième degré, l'appelant soulève trois questions de droit;
- Premièrement, l'appelant soutient que la juge du procès
était tenue, dans ses directives sur le doute raisonnable, de
dire expressément aux jurés qu'ils devaient acquitter les
deux accusés s'ils étaient incapables de décider lequel de
ceux-ci avait commis le meurtre;
- Deuxièmement, l'appelant prétend que la juge du procès
n'a pas expliqué adéquatement au jury le lien entre la
défense d'ivresse et la mens rea requise pour l'infraction
d'avoir aidé et encouragé quelqu'un à commettre un
meurtre au deuxième degré;
- Pour les motifs exposés par la juge Rowbotham, 2013
ABCA 257, la Cour rejette ces deux moyens d'appel;
- Le troisième moyen d'appel porte sur certaines déclarations
extrajudiciaires faites par le co-accusé de l'appelant et que
le ministère public a déposées en preuve contre le coaccusé en tant qu'aveux. L'appelant plaide que la juge du
procès a fait erreur en omettant de dire aux jurés que, pour
rendre leur verdict à l'égard de l'appelant, ils pouvaient
s'appuyer sur ces déclarations comme preuves de la
véracité de leur contenu;
- La Cour rejette ce troisième moyen d'appel;
- Selon la règle générale, les déclarations extrajudiciaires
d'une partie peuvent être produites en preuve par une partie
adverse comme preuves de la véracité de leur contenu.
Mais, comme l'a dit au jury la juge du procès, en général
les déclarations admises en preuve sur cette base peuvent
être utilisées uniquement pour décider du sort de leur
auteur. Elle a formulé cette directive standard avec
l'assentiment exprès des avocats au procès. Elle n'a pas
commis d'erreur en le faisant;
- Au procès, l'avocat de l'appelant n'a pas tenté, dans le
cadre de la défense de son client, de présenter les
déclarations extrajudiciaires du co-accusé comme preuves
de la véracité de leur contenu en vertu de l'approche
raisonnée en matière de ouï-dire ou de quelque autre
fondement;
- Il semble que rien n'empêchait l'appelant de tenter de
soumettre ces déclarations comme preuves de la véracité
de leur contenu suivant cette approche. Or, aucune
tentative de la sorte n'a été faite en l'espèce;
- D'ailleurs la Cour souligne aussi que, sans doute pour des
raisons tactiques, l'avocat de la défense n'a pas non plus
sollicité la tenue d'un procès distinct pour que le co-accusé
devienne un témoin contraignable.
R. c. Sekhon
20-02-14
2014 CSC 15
Preuve
Trafic;
Drogue cachée dans un
compartiment secret;
Défense : accusé dit ne pas
connaître compartiment;
Témoignage d'un policier qu'il n'a
jamais vu de "passeur" ne pas être
au courant;
Preuve illégale : ce n'est pas un
84
- S a été déclaré coupable d'importation de 50 kg de cocaïne
et de possession de cette substance en vue d'en faire le
trafic. Des agents des services frontaliers ont saisi la
cocaïne après l'avoir trouvée dans un compartiment secret
de la camionnette à bord de laquelle S s'était présenté à la
frontière canado-américaine en provenance des Éats-Unis.
La preuve contre S était entièrement circonstancielle, et la
seule question en litige au procès était celle de savoir si S
savait que la cocaïne se trouvait à bord du véhicule. S a
prétendu qu'une connaissance lui avait demandé de
conduire la camionnette et qu'il ignorait tout de la présence
de la cocaïne;
- Le juge du procès a rejeté le témoignage de S en totalité. Il
témoignage d'expert.
a conclu que ce dernier savait pour la cocaïne, et ce, en se
fondant sur la quantité et de la valeur de celle-ci, sur le
témoignage d'expert d'un policier concernant les procédés
habituels des passeurs, y compris ses propos voulant que,
au cours de ses nombreuses années de service, il n'ait
jamais eu affaire à un passeur involontaire, ainsi que sur la
preuve selon laquelle S avait séparé la clé de contact et la
télécommande qui donnait accès au compartiment secret
avant de remettre la première à l'agent des services
frontaliers. Le juge s'est aussi appuyé sur d'autres
éléments de preuve circonstancielle qui militaient en
faveur de la connaissance coupable de S;
- En appel, S a fait valoir que le juge n'aurait pas dû
admettre le témoignage d'expert du policier ni se fonder
sur lui, en particulier la portion où ce dernier dit n'avoir
jamais eu affaire à un passeur involontaire;
- La Cour doit décider si le juge du procès a eu tort
d'admettre le témoignage litigieux et de tenir compte de
celui-ci pour rendre sa décision. Dans l'affirmative, il faut
dès lors déterminer si la disposition réparatrice
correspondant au sous-al. 686(1)b)(iii) du Code criminel
permet la confirmation des déclarations de culpabilité;
- Rappel des conditions d'admissibilité du témoignage
d'opinion livré par un expert;
- L'admissibilité de la preuve d'expert tient au respect des
critères suivants : 1) la pertinence, 2) la nécessité d'aider le
juge des faits, 3) l'absence de toute règle d'exclusion et 4)
la qualification suffisante de l'expert;
- Compte tenu des craintes exprimées concernant l'incidence
éventuelle du témoignage d'un expert sur l'issue d'un
procès – y compris le risque que l'expert usurpe la fonction
85
du juge des faits -, le juge du procès doit veiller à bien
encadrer l'expert et à dûment circonscrire son témoignage.
Même si le risque est accru dans le cas d'un procès devant
jury, le juge, y compris celui qui siège seul, a l'obligation
de toujours faire en sorte que le témoignage de l'expert
respecte les limites établies. Il ne suffit pas qu'il tienne
compte des critères de l'arrêt Mohan au début du
témoignage de l'expert et qu'il rende une décision initiale
quant à l'admissibilité de la preuve. Il doit faire en sorte
que, tout au long de son témoignage, l'expert respecte les
limites établies à l'égard d'une telle preuve;
- Le juge du procès doit veiller à ce que l'expert respecte les
justes limites de son domaine d'expertise, puis s'assurer
que la teneur de la preuve elle-même fait l'objet à juste titre
d'un témoignage d'expert;
- Le juge est rompu à l'art de faire abstraction d'une preuve
irrecevable. Il va sans dire que lorsque le témoignage
dépasse les limites du domaine d'expertise, il est impératif
que le juge du procès n'accorde aucune importance aux
portions inadmissibles;
- Le juge du procès a eu tort de se fonder sur le témoignage
litigieux. Que le sergent Arsenault n'ait jamais eu affaire
au cas d'un passeur involontaire au cours de ses enquêtes
n'est ni pertinent ni nécessaire, au sens que la Cour attribue
à ces mots dans l'arrêt Mohan, pour trancher la question en
litige au procès – à savoir si M. Sekhon était au courant de
la présence de la drogue. Même s'il pouvait être pertinent
sur le plan logique, le témoignage litigieux ne l'était pas
sur le plan juridique, car la culpabilité ou l'innocence des
accusés auxquels le sergent Arsenault avait eu affaire dans
le passé n'avaient aucun lien juridique avec la culpabilité
86
ou l'innocence de M. Sekhon. Autrement dit, le
témoignage litigieux n'avait pas valeur probante quant à
savoir si M. Sekhon savait ou non qu'il y avait de la
cocaïne dans le compartiment secret. Un principe
fondamental de notre système de justice criminelle veut
que la culpabilité d'un accusé ne puisse être établie en
fonction de celle d'autres accusés qui n'ont pas de lien avec
lui. De plus, le témoignage litigieux n'était pas nécessaire,
car déterminer si M. Sekhon savait ou non la drogue
présente à bord du véhicule n'est pas hors de portée du juge
eu égard à ses connaissances et à son expérience et ne
relève certainement pas de la technique ou de la science;
- Commentaires relatifs à l'application, dans les
circonstances, de l'art. 686 (1)b)iii) C.cr;
- Deux situations se prêtent à l'application de l'art.
686(1)b)iii) C.cr. : 1) l'erreur est inoffensive ou
négligeable ou 2) la preuve est à ce point accablante que,
même si l'erreur n'est pas sans importance, le juge des faits
conclurait forcément à la culpabilité;
- Le second volet de la disposition réparatrice peut
s'appliquer pour confirmer les déclarations de culpabilité
prononcées contre S.
R. c. Vuradin
27-06-13
2013 CSC 38
Juge
Motivation des jugements;
Motifs doivent être suffisants pour
faire l'objet d'un examen en appel;
Le juge a examiné témoignage
87
- Le présent pourvoi soulève les questions de savoir si les
motifs de jugement du juge du procès étaient suffisants et
s'il a appliqué comme il se doit le fardeau de la preuve en
matière criminelle;
- Les motifs du juge du procès sont peu étoffés et ne traitent
pas directement du témoignage de l'appelant;
- Le juge a affirmé que (a) la plaignante n'avait pas été
ébranlée lors du contre-interrogatoire; (b) les
plaignante et rejeté la dénégation
générale de l'accusé;
L'ordre dans lequel la crédibilité
des témoins est analysée n'a pas
besoin de suivre l'ordre indiqué
par W.(D.).
contradictions relevées dans son témoignage étaient
légères et prévisibles (surtout de la part d'une enfant
témoin); (c) les arguments de l'appelant concernant
l'impossibilité physique que les incidents se soient produits
comme l'a raconté la plaignante étaient une « simple
conjecture »; et (d) bien que le policier qui a interrogé la
plaignante lui ait posé des questions suggestives, celles-ci
ne se rapportaient pas aux « aspects essentiels » des faits à
l'origine des infractions. En outre, le juge du procès a
qualifié de conjecturale la suggestion de l'appelant selon
laquelle la plaignante avait inventé les allégations;
- Pour ce qui est du témoignage de l'appelant, le juge du
procès a fait remarquer que l'appelant avait « simplement
nié l'ensemble des allégations ». Peu après avoir réitéré sa
conclusion que le témoignage de la plaignante était
convaincant, le juge du procès a énoncé sa conclusion sur
les chefs 1 et 2 : « en définitive, malgré la dénégation de
l'appelant je n'ai aucun doute raisonnable que l'appelant a
commis les actes décrits par la plaignante »;
- Pour décider si les motifs du juge du procès sont suffisants,
la question principale à trancher est la suivante : considérés
dans leur contexte, les motifs indiquent-ils pourquoi le
juge a rendu la décision qu'il a rendue relative aux chefs
d'accusation concernant la plaignante? En l'espèce, les
motifs du juge du procès satisfont à ce critère;
- Les motifs étaient suffisants. Ils permettent un examen
valable en appel parce qu'ils indiquent à l'appelant
pourquoi le juge du procès a rendu la décision qu'il a
rendue. Selon le juge du procès, le témoignage de la
plaignante était convaincant, les failles de son témoignage
étaient anodines, et les hypothèses de l'appelant quant à
88
l'invention étaient conjecturales. Il appert des motifs que le
juge du procès a retenu le témoignage de la plaignante
lorsque celui-ci contredisait le témoignage de l'appelant.
Aucune autre explication n'était nécessaire pour justifier le
rejet du témoignage de l'appelant;
- La question primordiale qui se pose dans une affaire
criminelle est de savoir si, compte tenu de l'ensemble de la
preuve, il subsiste dans l'esprit du juge des faits un doute
raisonnable quant à la culpabilité de l'accusé. L'ordre dans
lequel le juge du procès énonce des conclusions relatives à
la crédibilité des témoins n'a pas de conséquences dès lors
que le principe du doute raisonnable demeure la
considération primordiale. Un verdict de culpabilité ne
doit pas être fondé sur un choix entre la preuve de l'accusé
et celle du ministère public. Les juges de première instance
n'ont cependant pas l'obligation d'expliquer par le menu le
cheminement qu'ils ont suivi pour arriver au verdict;
- En définitive, le juge du procès a rejeté le témoignage de
l'appelant. Lorsque le juge du procès rejette le témoignage
d'un accusé, « il est généralement permis de conclure que
le témoignage n'a pas soulevé de doute raisonnable dans
son esprit »;
- En l'espèce, le juge du procès n'a pas cru l'appelant. Il a
examiné la preuve du ministère public en gardant à l'esprit
la dénégation de l'appelant et a conclu, comme il lui était
loisible de le faire, que cette dénégation ne soulevait pas de
doute raisonnable.
R. c. Hogg
21-02-14
2014 CSC 18
Juge
89
- La Cour déclare souscrire à la conclusion tirée par le juge
McQuaid, dissident à la Cour d'appel, portant que le juge
du procès n'a pas commis d'erreur en appliquant le fardeau
de la preuve et qu'il n'y a donc pas matière à intervention
en appel. Le pourvoi est accueilli et la déclaration de
culpabilité est rétablie;
- Extraits de la décision du juge McQuaid, 2013 PECA 11 :
- The appellant appeals from his conviction for sexual
assault;
- The appellant's listed grounds of appeal are quite
extensive. Counsel's factum and oral submissions
basically narrowed them to three or four – (i)
misapprehension of the evidence resulting in an
unreasonable or unsafe verdict; (ii) unreasonable verdict;
and (iii and iv) improper application of the burden of
proof, at both step two and step three of the analytical
framework recommended by the Supreme Court of Canada
in R. v. W.(D.), [1991] 1 S.C.R. 742 ("W.(D.)");
- By testifying, the appellant placed his credibility in issue,
particularly because there were no witnesses to the alleged
offence, and his story was diametrically opposed to that of
the complainant. Again, to keep the burden on the Crown
and not to place the appellant in the position of disproving
the evidence of the complainant, it is important for a trial
judge to not simply choose between the evidence of the
appellant and the complainant in the sense that if he
disbelieved the appellant that was the end of the trial and a
conviction was to be entered;
- In R. v. D.(W). (1991), 63 C.C.C. (3d) 397 (SCC), Cory J.
set out the instruction. The three instructions a trial judge
would give to herself or himself are :
Application de W.(D.) et fardeau
de preuve;
"Est-ce plausible?"
"Est-ce que la preuve est hors de
tout doute raisonnable?".
1. If I believe the accused I must acquit.
2. If I do not believe the evidence of the accused, but I am left
with a reasonable doubt by it, I must acquit.
3. If I do not believe the evidence of the accused and I am not left
90
in a reasonable doubt by the evidence of the accused, on the
basis of the evidence I do accept am I convinced beyond a
reasonable doubt of the guilt of the accused.
- In the case at bar, after setting out the three-part instruction
in W.D., the trial judge instructed himself on the evidence
he had just reviewed. At para.37 of his reasons he stated :
[37] After considering all of the evidence in this case, I
conclude as follows :
a) First and second I do not believe the evidence of the
Defendant, and I am not left in reasonable doubt by his
evidence for the reasons set out in my decision. I find he is a
practiced liar, but a liar who has been caught in his lies in this
case.
b) Third, on the basis of the evidence which I do accept, all of
which is discussed above, I am convinced beyond a reasonable
doubt the Defendant is guilty of sexually assaulting the
Complainant on August 18, 2011 and I find him guilty of
committing a sexual assault on the Complainant on August 18,
2011 as charged.
- In R. v. Edwards 2012 ONSC 3373; [2012] O.J. No. 2596
(Ont. S.C.), Code J. explained that at the conclusion of a
trial where the accused person has testified, the trial judge
is left with three possible conclusions or choices. I find his
explanation of these choices helpful in understanding how
to apply the burden of proof in a criminal case where the
accused person has given evidence;
- First, the trial judge could believe the exculpatory evidence
of the accused. If so, the trial judge must acquit because
the evidence of accused has obviously left the trial judge
with a reasonable doubt;
- Second, the trial judge might reach the conclusion he or
she does not believe the exculpatory evidence of the
accused. Therefore, while this evidence standing alone
might not leave the trial judge with a reasonable doubt, the
91
trial judge's inquiry must not stop there. A complete
rejection of the evidence of the accused does not mean the
guilt of the accused is established. The trial judge must
look to the remainder of the evidence he or she does
believe in order to be satisfied the Crown has discharged
the burden of proving the elements of the offence beyond a
reasonable doubt. If this evidence does not so prove, the
trial judge would be left with a reasonable doubt and an
acquittal would have to be entered;
- The third conclusion might result in there being a conflict
in the evidence of the Crown and the evidence of the
accused which the trial judge finds difficult to resolve. In
other words, the trial judge is not sure at the end of the trial
where the truth lies. For example, the trial judge might not
believe the evidence of the accused while at the same time
harboring some concerns about the evidence of the Crown
where it conflicts with the evidence of the accused. If the
trial judge cannot resolve the conflict in the evidence, the
trial judge must acquit because all the evidence, including
that of the accused, has obviously raised a reasonable
doubt as to the guilt of the accused;
- Code J. explained that the first and second choices I have
referred to above – complete acceptance of the accused's
evidence and complete rejection of the accused's evidence
– represent steps 1 and 3 of the instruction in W.D. Step 2
in the instruction addresses the situation where the trial
judge reaches the conclusion there is a conflict in the
evidence which the trial judge is unable to resolve;
- Continuing at paras. 21 to 22, Code J. refers to two
decisions of the Supreme Court of Canada which
addressed and decided this issue. See: R. v. Boucher
92
(2005), 202 C.C.C. (3d) 34, at paras. 29 and 59; R. v. M.
(R.E.) (2008), 235 C.C.C. (3d) 290, at para. 66. These
authorities stand for the proposition that where the trial
judge does not believe the evidence of the accused, the
trial judge has implicitly addressed the first two steps in
W.D. When the trial judge states he or she does not
believe the evidence of the accused, it is fair to conclude
the evidence did not raise a reasonable doubt and,
furthermore, it is not an error of law when the trial judge
explains this and does not state that he or she has a
reasonable doubt;
- The Supreme Court of Canada very recently addressed this
issue in R. v. Vuradin, 2013 SCC 38 at para. 27.
Referring to R. v. Boucher and R. v. R.E.M.,
Karakatsanis J. affirmed that where the trial judge rejected
the evidence of the accused, it can be concluded the
evidence did not raise a reasonable doubt as to the guilt of
the accused;
- At the conclusion of the trial in the case at bar, the trial
judge was faced with the three choices of conclusions he
could take from the evidence. He could believe the
evidence of the appellant, and he could completely reject
the appellant's evidence. Thirdly, he might conclude that
he was prepared to partially accept the appellant's evidence
and accept all or part of the evidence of the Crown. The
trial judge for the reasons he provided decided the
appellant was not credible, and he rejected all his evidence.
When he reached this conclusion, he addressed the first
two scenarios outlined in W.D. and he was following the
direction given by the Supreme Court of Canada in
Boucher, R.E.M. and Vuradin. Furthermore, it would
93
necessarily follow that having disbelieved the evidence of
the appellant, he would accept the evidence of the
complainant where it conflicted with the evidence of the
appellant. That resolved the credibility inquiry; however,
finding the complainant and the Crown's evidence more
credible than the evidence of the appellant does not result
in a finding the Crown has proven the offence beyond a
reasonable doubt;
- The trial judge understood this because he did not cease
his inquiry at this point. He moved on to consider whether,
on the evidence he did accept, the Crown had proven the
guilt of the appellant beyond a reasonable doubt. I repeat
what the trial judge said at para.37 of his reasons when
instructing himself on the third part of the model
instruction in W.D. He stated: "Third, on the basis of the
evidence which I do accept, all of which is discussed
above, I am convinced beyond a reasonable doubt the
Defendant is guilty of sexually assaulting the Complainant
on August 18, 2011 and I find him guilty of committing a
sexual assault on the Complainant on August 18, 2011 as
charged." Therefore, the trial judge concluded on the basis
of the evidence which he accepted, the Crown discharged
the burden of proving the guilt of the appellant beyond a
reasonable doubt. He did not simply choose between the
evidence of the complainant and the appellant and then
enter the conviction. He gave reasons for accepting the
evidence he did accept, and he found the appellant guilty
not solely because he believed this evidence. He found the
appellant guilty because, in his assessment of the evidence
he did believe or accept, proved the offence beyond a
reasonable doubt.
94
R. c. Auclair et als
22-01-14
2014 CSC 6
Charte
150 accusés;
29 accusations par dépôt direct;
Opération SharQ;
Meurtre et opération relatifs au
commerce de drogue;
Volume de preuve très important;
Arrêt procédure;
Délais déraisonnables;
Délais anticipés.
95
- L'appel est rejeté essentiellement pour les motifs du juge
Doyon;
- Toutefois, la Cour tient à souligner la nature extraordinaire
et unique des circonstances auxquelles le juge de première
instance était confronté;
- Les effets cumulatifs de ces circonstances justifiaient
l'intervention importante de ce dernier dans des matières
généralement laissées à la discrétion de la poursuite, dans
ce cas-ci, le choix des accusations qui procéderaient et la
détermination de leur ordre de priorité. En effet, le juge de
première instance a été saisi d'un acte d'accusation direct
comprenant 29 chefs d'accusations visant plus de 150
accusés. De plus, l'acte d'accusation incorporait plusieurs
chefs qui ne pouvaient pas être légalement inclus dans
celui-ci. Cet acte d'accusation direct, tel qu'il avait été
présenté par le ministère public, ne se prêtait pas à un
procès et posait d'énormes défis relativement à la
divulgation de la preuve aux prévenus. D'ailleurs, la
poursuite n'avait conçu aucun plan réaliste pour que ces
accusations donnent lieu à un procès et que celui-ci se
déroule dans un délai raisonnable;
- Résumé de la décision de la Cour d'appel du Québec (2013
QCCA 671);
- L'affaire est unique. En avril 2009, une opération policière,
l'opération SharQ, mène à l'arrestation de plus de 150
personnes que la poursuite dit être membres des Hells
Angels ou reliées d'une autre façon à l'organisation. Ce
sont les intimés;
- Le 5 octobre 2009, le directeur des poursuites criminelles
et pénales autorise contre ces personnes le dépôt d'un acte
d'accusation direct comportant 29 chefs d'accusation dont
un complot de meurtre, 22 meurtres et diverses infractions
reliées au commerce de la drogue. Ces accusations
couvrent une période de près de 20 ans et sont le résultat
de plus 70 enquêtes policières, le tout d'une ampleur sans
précédent. Selon le témoignage non contredit d'un des
intimés, il faudrait, au rythme de 24 heures par jour, 7
jours par semaine, plus de 7 ans pour prendre connaissance
de cette preuve. Si toutes les pièces devaient être
imprimées, elles constitueraient une colonne s'élevant à
145 km, l'équivalent de 371 Empire State Buildings. Le
volume de preuve de la célèbre opération Printemps 2001
représente tout au plus 17% de celle en cause ici. En outre,
plusieurs des intimés sont détenus et pourtant, à ce jour,
près de quatre ans plus tard, aucun témoin n'a encore été
entendu au fond;
- C'est dans ce contexte que le juge de première instance a
prononcé plusieurs ordonnances, dont celle de diviser les
chefs d'accusation et les accusés, d'ordonner une
divulgation de la preuve plus complète et surtout, d'arrêter
les procédures à l'égard des chefs autres que complot de
meurtre et meurtre en raison de délais à venir qui lui
paraissaient déraisonnables. C'est cette dernière décision,
prononcée le 31 mai 2011, qui est l'objet de l'appel;
- La question est donc : l'appelante démontre-t-elle que le
juge de première instance a erré en ordonnant l'arrêt des
procédures relatives aux chefs autres que complot de
meurtre et meurtre, au motif que les délais, auxquels
s'ajoutaient des délais anticipés, étaient déraisonnables?
Deux juges sur trois estiment que la réponse est non;
- Il faut noter que ce ne sont pas les délais tels qu'ils
96
existaient au moment du jugement qui fondent la décision
du juge d'arrêter les procédures sur les chefs 2 à 7, mais
bien les délais anticipés;
- Commentaires à propos de l'allégation d'abus de
procédure;
- L'appelante formule trois moyens d'appel qui peuvent se
résumer ainsi :
• Le juge de première instance aurait erré en droit en
jugeant déraisonnables des délais anticipés qu'il a luimême créés après avoir estimé la durée des procès;
• Il aurait erré en droit en omettant de procéder à
l'examen prescrit par la Cour suprême dans R. c.
Morin, et plus particulièrement en rendant
l'ordonnance en l'absence de toute preuve de
préjudice;
• Il aurait erré en droit en choisissant la réparation la
plus draconienne sans envisager d'alternatives
susceptibles d'éviter les violations anticipées;
- Commentaires au sujet des mégaprocès;
- Commentaires relatifs au pouvoir inhérent du juge de gérer
l'instance;
- Le rôle du juge ne doit plus se limiter à celui d'un simple
arbitre qui laisse les parties mener leur cause à leur guise.
Il doit pouvoir rendre les ordonnances nécessaires pour
s'assurer que le procès se déroule de façon ordonnée au
risque sinon de jeter le discrédit sur l'administration de la
justice;
- Une cour peut parfois imposer l'ordre des procès, ce que
pouvait faire le juge de première instance à compter du
moment où il constatait, d'une part, le non-respect de l'art.
589 C.cr. et, d'autre part, la nécessité de séparer les chefs
97
et les accusés pour que les procès puissent procéder de
manière convenable, alors que le poursuivant était
incapable de proposer un échéancier réfléchi;
- Peut-on, au Canada, accuser une personne de trafic de
drogue et de gangstérisme en lui donnant ensuite rendezvous pour la tenue de son procès dans six ans, alors que
cette personne est détenue ou sous le coup de conditions de
mise en liberté? C'est l'un des cas où le préjudice peut être
établi par la seule longueur du délai. Point n'est besoin de
preuve supplémentaire de préjudice lorsque le délai
d'attente se situe un tel niveau. La présomption de
préjudice est alors si forte qu'elle suffit;
- Des délais anticipés qui, selon le tribunal, se
matérialiseront sûrement peuvent parfois, dès lors, être
qualifiés de déraisonnables;
- Cette idée, selon laquelle il faut établir une forte
probabilité de violation et de préjudice avant d'ordonner
une réparation, peut s'appliquer à la protection du droit à
un procès dans un délai raisonnable, même lorsque les
délais sont anticipés. C'est ce qu'a fait le juge de première
instance en se disant certain que les délais qu'il anticipait
se matérialiseraient;
- Bref, les violations, mêmes éventuelles, peuvent être
l'objet d'une réparation en vertu de la Charte.
R. c. Chehil
27-09-13
2013 CSC 49
Charte
Chien, détection de drogue dans
les bagages;
98
- Pourvoi de l'accusé de la décision que l'utilisation d'un
chien spécialement dressé pour la détection olfactive de
certaines substances illicites afin de vérifier son bagage
enregistré n'avait pas porté atteinte aux droits garantis par
la Charte;
- La police a analysé le manifeste des passagers de la liaison
Atteinte à la vie privée?;
Respecte l'art. 8;
Les policiers n'ont pas l'obligation
d'enquêter sur les autres
explications possibles.
de nuit Vancouver-Halifax. Ils ont constaté que l'appelant
avait été l'un des derniers passagers à acheter son billet,
l'avait payé comptant et avait enregistré un seul bagage.
Compte tenu de leur expérience, ils ont estimé qu'il
s'agissait d'indices du trafic illégal de stupéfiants. Le chien
a marché le long d'une file constituée de bagages de
différents passagers, le chien a indiqué qu'il avait détecté
une odeur de drogue dans le bagage de l'appelant et dans la
glacière d'un autre passager. Le propriétaire de la glacière
a subséquemment consenti à une fouille, qui n'a pas révélé
la présence de drogue. Après avoir pris sa valise,
l'appelant a été informé de l'indication donnée à l'égard de
sa valise, révélant qu'elle contenait de la drogue, et on l'a
arrêté pour possession d'un stupéfiant. Dans le bagage, la
police y a trouvé un sac à dos contenant trois kilogrammes
de cocaïne;
- Dans leur témoignage, les agents ont affirmé qu'aucun
indice n'était déterminant en soi et que le recours au chien
renifleur était fondé sur les facteurs suivants : (1) il
s'agissait d'un voyage en aller simple; (2) le vol provenait
de Vancouver; (3) l'appelant voyageait seul; (4) le billet a
été acheté comptant; (5) le billet était le dernier acheté
avant le départ; (6) l'appelant a enregistré un seul bagage;
(7) il s'agissait d'un vol de nuit; (8) le vol s'effectuait en
milieu de semaine ou vers la fin de la semaine; (9) les
passeurs de drogue préfèrent les compagnies aériennes
offrant des billets à prix réduit, comme WestJet. Au cours
de son contre-interrogatoire, l'agente Ruby a affirmé qu'il
s'est avéré que la plupart des gens réunissant cet ensemble
de facteurs sont des passeurs de drogue;
- L'utilisation d'un chien détecteur de drogue (spécialement
99
dressé pour la détection olfactive de certaines substances
illicites) constitue une fouille qui ne nécessite aucune
autorisation judiciaire préalable. Toutefois, pour qu'une
telle fouille soit conforme à la Charte, elle doit satisfaire
aux critères applicables aux fouilles sans autorisation
énoncés dans l'arrêt R. c. Collins, [1987] 1 R.C.S. 265.
Ainsi, le recours à un chien renifleur doit être autorisé par
une loi qui n'a elle-même rien d'abusif (en l'espèce, la
common law), et la fouille ne doit pas être effectuée d'une
manière abusive. Dans l'arrêt Kang-Brown, les juges
majoritaires de la Cour concluent que la décision d'utiliser
un chien renifleur satisfait aux critères établis dans l'arrêt
Collins dans le cas où les policiers ont des soupçons
raisonnables, fondés sur des faits objectivement
discernables, que des éléments de preuve établissant la
perpétration d'une infraction seront découverts;
- Bien que les motifs raisonnables de soupçonner, d'une part,
et les motifs raisonnables et probables de croire, d'autre
part, soient semblables en ce sens qu'ils doivent, dans les
deux cas, être fondés sur des faits objectifs, les premiers
constituent une norme moins rigoureuse, puisqu'ils
évoquent la possibilité – plutôt que la probabilité –
raisonnable d'un crime. Par conséquent, lorsqu'il applique
la norme des soupçons raisonnables, le juge siégeant en
révision doit se garder de la confondre avec la norme plus
exigeante des motifs raisonnables et probables;
- Les soupçons raisonnables étant une affaire de possibilité,
plutôt que de probabilité, il s'ensuit nécessairement que les
policiers soupçonneront raisonnablement, dans certains
cas, des personnes innocentes d'être des criminels. Malgré
cette réalité, la fouille bien effectuée à l'aide d'un chien
100
renifleur et fondée sur des soupçons raisonnables est
conforme à la Charte, vu son caractère peu envahissant,
étroitement ciblé et hautement fiable. Toutefois, les
soupçons des policiers ne doivent pas être à ce point
vagues qu'ils se réduisent à des soupçons généraux,
comme des soupçons "non pas au sujet d'une personne
bien précise mais plutôt au sujet d'un lieu ou d'une activité
en particulier";
- Les soupçons raisonnables doivent être évalués à la
lumière de toutes les circonstances. L'appréciation doit
prendre en compte l'ensemble des faits objectivement
discernables qui donneraient à l'enquêteur un motif
raisonnable de soupçonner une personne d'être impliquée
dans le type d'activité criminelle sur lequel porte l'enquête.
L'appréciation doit s'appuyer sur des faits, être souple et
relever du bon sens et de l'expérience pratique quotidienne.
Les soupçons raisonnables du policier ne sauraient être
évalués isolément;
- Un ensemble de facteurs ne suffira pas à justifier des
soupçons raisonnables lorsqu'ils équivalent simplement à
des soupçons "généraux", puisque la fouille" viserait un tel
nombre de personnes censément innocentes qu'elle se
rapprocherait d'une mesure subjective administrée
aléatoirement". La norme des soupçons raisonnables est
conçue pour prévenir les fouilles aveugles et
discriminatoires. Généralement, les caractéristiques qui
s'appliquent globalement aux personnes innocentes ne
suffisent pas, puisqu'elles ne peuvent révéler que des
soupçons généraux;
- On ne peut faire abstraction des renseignements
disculpatoires, neutres ou équivoques dans l'évaluation
101
d'un ensemble de facteurs. Il faut pondérer toutes les
circonstances, tant les facteurs favorables que les facteurs
défavorables, avant de conclure ou non à l'existence de
soupçons raisonnables;
- Toutefois, l'obligation imposée à la police de prendre en
compte tous les facteurs ne la contraint pas à pousser
l'enquête pour trouver des facteurs disculpatoires ou
écarter des explications possiblement innocentes. En
procédant à cette analyse pour déterminer l'existence de
soupçons raisonnables, le tribunal évaluera les
circonstances dont les policiers avaient connaissance au
moment de procéder à la fouille, y compris celles qu'ils ont
apprises après la décision d'utiliser le chien renifleur si elle
n'a pas été mise à exécution immédiatement, comme en
l'espèce. En revanche, l'analyse servant à déterminer
l'existence de soupçons raisonnables ne saurait tenir
compte de circonstances dont la police a eu connaissance
après la fouille;
- Bien que la Cour accepte l'argument de l'appelant selon
lequel la police doit fonder sur un comportement précis ou
un indice précis d'activité criminelle les soupçons
raisonnables, elle rejette celui voulant que l'indice doive
constituer lui-même un comportement illégal ou révéler un
acte criminel identifié;
- Il doit y avoir un lien entre le comportement suspect et la
technique d'enquête utilisée. Dans le contexte des chiens
détecteurs de drogue, ce lien est établi dès lors qu'un
ensemble de faits justifie raisonnablement de soupçonner
une activité liée à la drogue que l'animal est dressé pour
détecter;
- En somme, la décision de la police, fondée sur l'existence
102
de soupçons raisonnables, d'utiliser un chien spécialement
dressé pour la détection de stupéfiants doit reposer sur des
facteurs suggérant une infraction relative à la drogue. La
norme des soupçons raisonnables n'exige toutefois pas que
les policiers indiquent le crime précis en voie de
perpétration ou identifient la substance illicite recherchée.
Il suffit que leurs soupçons raisonnables portent sur la
possession, le trafic ou la production de drogue ou
d'articles interdits liés à la drogue;
- L'application de la norme des soupçons raisonnables ne
saurait être mécanique ni convenue. Elle est fonction des
circonstances particulières de chaque espèce. Dans
l'évaluation qu'elle emporte, les caractéristiques définies
dans un profil policier peuvent être prises en considération;
toutefois, elles ne sauraient se substituer à des faits
objectifs donnant naissance à des soupçons raisonnables
quant à la perpétration d'une activité criminelle. Il
convient d'envisager les caractéristiques du profil avec
prudence, justement parce qu'il existe un risque qu'elles
minent l'évaluation attentive de l'ensemble des
circonstances, qui s'effectue au cas pas cas;
- La Cour appelle les tribunaux à considérer avec prudence
les facteurs issus de l'expérience policière pour déterminer
s'ils constituent en fait des stéréotypes ou de la
discrimination;
- Selon le cadre établi dans l'arrêt Collins, le ministère
public a le fardeau de prouver que les faits objectifs font
naître des soupçons raisonnables, de sorte qu'une personne
raisonnable à la place du policier aurait soupçonné
raisonnablement la tenue d'une activité criminelle;
- L'ensemble de faits sur lequel s'appuient les policiers doit
103
donc reposer sur la preuve, être lié au suspect et pouvoir
étayer une inférence logique quant à l'existence d'un
comportement criminel. Si le lien entre l'ensemble et la
criminalité ne peut être établi au moyen d'une inférence
logique, le ministère public doit présenter une preuve –
empirique, statistique ou tirée de la formation et de
l'expérience de l'enquêteur—visant à l'établir;
- La formation et l'expérience du policier peuvent fournir un
fondement expérientiel, plutôt qu'empirique, aux soupçons
raisonnables. Toutefois, il ne s'ensuit pas que l'intuition
fondée sur l'expérience du policier suffira ou que le point
de vue de ce dernier sur les circonstances commandera la
déférence. Une supposition éclairée ne saurait supplanter
l'examen rigoureux et indépendant qu'exige la norme des
soupçons raisonnables;
- Il se peut que la fiabilité d'un chien détecteur de drogue
suscite des questions à chacune des étapes de l'analyse
fondée sur l'arrêt Collins;
- La capacité du chien et la possibilité de fiabilité réduite de
l'animal dans certains environnements présentant une
contamination croisée doivent entrer en ligne de compte
dans l'analyse contextuelle de la fiabilité. Pour les aider à
reconnaître les situations où leur animal risque d'indiquer
des faux positifs, les maîtres-chiens devraient tenir des
dossiers sur le rendement de ce dernier et de l'équipe. Tant
les résultats d'essais dans un environnement contrôlé que
ceux de l'utilisation sur le terrain sont utiles pour
déterminer si une indication constitue un signe fiable de la
présence réelle de drogue;
- Aucune exigence particulière en matière de preuve ne
s'appliquera mécaniquement dans chaque affaire. La
104
poursuite n'a pas à prouver l'infaillibilité du chien, tout
comme elle n'a pas à prouver l'infaillibilité de l'information
communiquée par un indicateur;
- La fiabilité du chien importe également pour savoir si
l'indication qu'il a donnée fournit les motifs raisonnables et
probables nécessaires à la prise d'autres mesures policières.
Le tribunal siégeant en révision procédera à cette
appréciation en s'appuyant sur le résultat de la fouille
effectuée à l'aide du chien renifleur et sur la preuve relative
à la fiabilité de ce dernier. Si la fouille est effectuée en
toute légalité, l'agent a déjà des motifs raisonnables de
soupçonner une conduite criminelle, compte tenu de
l'ensemble des circonstances préalables à la fouille;
- Dans le contexte d'une enquête policière générale, les
voyageurs ont une attente raisonnable en matière de vie
privée à l'égard de leur bagage enregistré à l'aéroport;
- Le juge du procès a commis une erreur de principe dans la
manière d'appliquer la norme des soupçons raisonnables en
appréciant les facteurs individuellement. Considérés dans
leur ensemble, les facteurs en l'espèce justifiaient des
soupçons raisonnables quant à une activité illicite liée à la
drogue;
- Le juge du procès a commis une erreur de principe en
rejetant la preuve des validations annuelles contrôlées
auxquelles avait procédé la GRC et en faisant fi de la
preuve sur les cas où l'article avait été contaminé par un
contact récent avec de la drogue, qui explique pourquoi
certaines indications ne s'étaient pas traduites par la
découverte de substance illicite et pourrait expliquer en
l'espèce l'indication donnée à l'égard de la glacière;
- L'appelant a été arrêté après que Boris a indiqué avoir
105
détecté l'odeur de drogue émanant de sa valise. Le policier
qui l'a appréhendé connaissait l'ensemble de facteurs qui
avait mené à la décision d'utiliser Boris et savait que le
chien avait indiqué la valise de l'appelant. En l'espèce, vu
la force de l'ensemble, la fiabilité du chien et l'absence
d'explications disculpatoires, l'indication a eu pour effet de
transformer les soupçons raisonnables découlant de
l'ensemble des facteurs en motifs raisonnables et probables
d'arrestation.
R. c. MacKenzie
27-09-13
2013 CSC 50
Charte
Chien renifleur;
Vitesse excessive;
Nervosité;
Signes de consommation de
marijuana;
Déplacement sur un axe
d'approvisionnement de drogue;
Pas d'atteinte aux droits.
106
- La présente affaire porte sur la fouille, effectuée à l'aide
d'un chien détecteur de drogue, d'un véhicule à moteur
garé en bordure d'une voie publique et qui avait été
intercepté pour une infraction à une loi provinciale;
- MacKenzie conteste la fouille de son véhicule effectuée
par la police à l'aide d'un chien renifleur lors d'un contrôle
routier. Selon lui, les agents de police n'avaient pas de
motifs raisonnables de le soupçonner d'une infraction liée à
la drogue lorsqu'ils ont utilisé le chien. En affirmant que la
fouille étant ainsi inconstitutionnelle, il demande
l'exclusion de la preuve – 31,5 lb de marihuana découverte
dans le coffre de sa voiture – ce qui prive le ministère
public de toute preuve à charge;
- La Cour se penche sur le sens du terme « soupçons
raisonnables » et sur les types de preuve permettant au
Tribunal de déterminer s'il a été satisfait à la norme « des
soupçons raisonnables »;
- D'après les policiers, vu la conduite imprévisible de
l'accusé, sa nervosité extrême, la teinte rosâtre de ses yeux,
son itinéraire et ses réponses contradictoires au sujet des
dates de ses déplacements, la norme des soupçons
raisonnables, à laquelle il faut satisfaire pour qu'une fouille
effectuée à l'aide d'un chien renifleur soit valide, était
respectée;
- La Cour indique que la personne qui se trouve dans un
véhicule à moteur a une attente raisonnable mais moindre
en matière de vie privée et que les policiers sont habilités à
faire appel à un chien renifleur pour la prévention de la
criminalité en présence de soupçons raisonnables;
- Essentiellement, l'appelant fait valoir en l'espèce qu'il
n'existait pas de motifs de détention;
- La Cour n'a jamais laissé entendre que la fouille effectuée
à l'aide d'un chien renifleur est autorisée comme fouille
accessoire à la détention. Bien au contraire, et la détention
et la fouille effectuée à l'aide d'un chien renifleur doivent
être justifiées indépendamment, même si ces actions sont
fondées sur les mêmes faits sous-jacents ayant donné
naissance à des soupçons raisonnables quant à la
participation de l'appelant à une infraction liée à la drogue;
- En l'espèce, la détention et la fouille reposent sur un seul et
même fondement – l'existence de motifs raisonnables de
soupçonner l'appelant d'une infraction à la LRCDAS;
- Dans le contexte d'une détention, les «motifs raisonnables»
s'entendent des motifs raisonnables de soupçonner une
personne d'une infraction donnée, c'est-à-dire des soupçons
raisonnables. Or, dans d'autres contextes, comme celui de
l'arrestation, les « motifs raisonnables » s'entendent des
motifs raisonnables de croire qu'une personne est
impliquée dans une infraction donnée ou l'a été, c'est-àdire des motifs raisonnables et probables. La première
évoque la possibilité, la seconde, la probabilité;
- Ce qui distingue les soupçons raisonnables des simples
107
soupçons est le fait qu' « une croyance subjective sincère
ne suffit pas » à les justifier. Les soupçons raisonnables
doivent reposer sur « des faits objectivement discernables,
qui peuvent ensuite être soumis à l'examen judiciaire
indépendant »;
- Manifestement, si les agents effectuaient dans les faits des
contrôles routiers aléatoires en vue d'intercepter de la
drogue, leurs actes seraient inconstitutionnels et
constitueraient un abus grave des pouvoirs qui leur sont
conférés par la société;
- La Cour n'exige cependant pas de compétences d'expert
chez un agent de police qui témoigne sur des questions qui
se rapportent à sa formation et à son expérience;
- Les agents de police n'ont pas à être qualifiés en
pharmacologie, en toxicologie ou en médecine pour
témoigner au sujet des facteurs qui fournissent selon leur
formation et leur expérience, des motifs raisonnables de
soupçonner qu'une personne a consommé de la drogue;
- En l'absence d'un rejet par le juge ou d'une conclusion de
fait défavorable, le témoignage de l'agent Sperlie sur les
facteurs tirés de sa formation et de son expérience demeure
au dossier. Il faut le prendre en compte. La Cour d'appel a
conclu que le juge avait commis une erreur de droit en
négligeant la formation et l'expérience de l'agent Sperlie
lorsqu'il a évalué les facteurs ayant amené ce dernier à
croire à la possibilité d'une infraction à la LRCDAS. La
majorité de la Cour est d'accord;
- La formation et l'expérience d'un agent de police peuvent
jouer un rôle important lorsqu'il s'agit de déterminer si la
norme des soupçons raisonnables a été respectée. Les
agents de police sont formés pour détecter les activités
108
criminelles. C'est leur travail. Ils le font quotidiennement.
C'est pourquoi « un fait ou un aspect insignifiant aux yeux
du profane peut parfois se révéler très important à ceux
d'un agent de police ». Ce qu'ils perçoivent par la vue ou
l'ouïe, les mouvements, le langage corporel et les types de
comportement, notamment, font partie du bagage des
agents de police que les tribunaux devraient prendre en
considération pour déterminer si leurs témoignages, dans
une affaire donnée, permettent d'établir que le seuil des
soupçons raisonnables avait été atteint;
- Par conséquent, pour déterminer si l'existence de soupçons
a été prouvée, il faut procéder à l'analyse du caractère
objectivement raisonnable du point de vue d'une personne
raisonnable « mise à la place de l'agent police »;
- Cela ne veut pas dire pour autant que les tribunaux doivent
accepter sans réserves la formation et l'expérience des
policiers;
- En somme, s'il est essentiel de maintenir cette distinction
entre l'intuition et les soupçons raisonnables pour
empêcher les policiers d'agir de manière aveugle ou
discriminatoire, il est tout aussi essentiel de leur donner les
coudées franches sans se montrer trop sceptiques à leur
égard ou sans exiger que chacun de leurs gestes soit scruté
à la loupe;
- Les faits indiquent-ils objectivement la possibilité d'un
comportement criminel compte tenu de l'ensemble des
circonstances? Dans l'affirmative, il est satisfait à l'élément
objectif du critère. Dans la négative, l'analyse prend fin;
- L'examen de la question de savoir si un ensemble
particulier de faits donne lieu à des soupçons raisonnables
ne saurait se muer en un exercice scientifique ou
109
métaphysique. Le bon sens, la flexibilité et l'expérience
pratique quotidienne sont les mots d'ordre qui doivent
guider cette analyse qui s'effectue du point de vue d'une
personne raisonnable munie des connaissances, de la
formation et de l'expérience de l'enquêteur;
- Dans le contexte des soupçons raisonnables, par « motifs
raisonnables » on entend des motifs raisonnables de croire
qu'une personne pourrait être impliquée dans une
infraction donnée, et non qu'elle l'est. La norme des motifs
raisonnables et probables est plus exigeante que celle des
soupçons raisonnables. Il s'ensuit forcément que plus de
personnes innocentes seront visées par la norme des
soupçons raisonnables que par celle des motifs
raisonnables et probables;
- La majorité de la Cour est convaincue que les facteurs
relevés par l'agent Sperlie fournissent le fondement
objectif nécessaire pour justifier sa croyance que l'appelant
pouvait être impliqué dans une infraction liée à la drogue;
- L'appelant ne conteste pas la fiabilité de Levi. En
l'absence de tout autre argument portant qu'elle a été
menée de manière abusive, la fouille effectuée à l'aide du
chien renifleur était donc légale.
R. c. Vu
07-11-13
2013 CSC 60
Charte
Mandat de perquisition pour
trouver qui est propriétaire
(légal);
Ordinateur trouvé sur les lieux le
110
- L'appelant a été accusé de production de marijuana, de
possession de marijuana en vue d'en faire le trafic et de vol
d'électricité. Les policiers ont obtenu un mandat les
autorisant à perquisitionner dans une résidence pour y
rechercher des preuves de vol d'électricité, y compris des
documents identifiant les propriétaires et/ou occupants de
la résidence. Même si la Dénonciation en vue d'obtenir un
mandat de perquisition indiquait que les policiers
mandat ne permet pas de fouiller
l'ordinateur si pas expressément
prévu;
Si ordinateur trouvé sur les lieux
nécessite de demander un nouveau
mandat;
Même chose pour les téléphones
intelligents.
entendaient chercher notamment « des notes générées par
ordinateur », le mandat ne faisait pas expressément
mention des ordinateurs et n'autorisait pas non plus la
fouille de tels appareils. Durant la perquisition dans la
résidence, les policiers ont trouvé de la marijuana, en plus
de découvrir deux ordinateurs et un téléphone cellulaire.
La fouille de ces appareils a permis de découvrir des
éléments de preuve établissant que l'appelant était
l'occupant de la résidence;
- Le pourvoi formé par l'appelant soulève trois questions :
1. Le mandat de perquisition autorisait-il dûment la recherche de
documents identifiant les propriétaires et/ou occupants?
2. Le mandat autorisait-il la fouille des ordinateurs et du
téléphone cellulaire ?
3. Si la fouille était illégale, la preuve obtenue devait-elle être
écartée ?
- Au procès, l'appelant a plaidé que les fouilles effectuées
pour chercher des documents permettant d'identifier les
propriétaires et occupants avaient violé le droit à la
protection contre les fouilles, les perquisitions ou les
saisies abusives que lui garantit l'art. 8 de la Charte. Il a
soutenu que le mandat n'aurait pas dû autoriser les
policiers à procéder à des fouilles visant des documents de
cette nature, étant donné que la Dénonciation ne faisait pas
état de motifs raisonnables de croire que des documents
relatifs à l'identité des propriétaires seraient découverts
dans la résidence;
- Le juge qui siège en révision doit trancher la question de
savoir « s'il existait quelque élément de preuve fiable
auquel le juge aurait pu raisonnablement ajouter foi pour
accorder l'autorisation, et non si, de l'avis du juge siégeant
en révision, le juge saisi de la demande d'autorisation
111
aurait dû y faire droit ». En appliquant ce critère, le juge
siégeant en révision doit se rappeler que le juge de paix
saisi de la demande d'autorisation peut tirer des inférences
raisonnables de la preuve présentée dans la dénonciation;
l'auteur de la dénonciation n'est pas tenu de souligner à
grands traits ce qui est par ailleurs évident;
- La Dénonciation indiquait que l'appelant était le
propriétaire des lieux et que de l'électricité y était
consommée. Il est raisonnable d'inférer qu'une résidence
est l'endroit où il faut regarder pour trouver des documents
confirmant l'identité de ses propriétaires ou occupants. À
quel autre endroit pourrait-on s'attendre à trouver de tels
documents, si ce n'est dans la résidence elle-même?
- Le mandat de perquisition autorisait les policiers à
rechercher des documents identifiant les propriétaires et les
occupants. Il s'agit maintenant de se demander si le
mandat permettait aux policiers de chercher ce genre de
documents dans les ordinateurs et le téléphone cellulaire
trouvés dans la résidence;
- Un mandat autorisant une perquisition dans un lieu précis
pour chercher des choses précises confère aux personnes
qui exécutent ce mandat le pouvoir de procéder à un
examen raisonnable de tout élément se trouvant à cet
endroit et dans lequel les choses précisées pourraient être
découvertes. Autrement dit, une autorisation expresse
préalable de fouiller tout ce qui se trouve dans le lieu en
question n'est pas requise. Toutefois, la question qui se
pose consiste à décider si cette proposition générale
s'applique aux ordinateurs ou si la fouille d'un ordinateur
requiert l'obtention d'une autorisation expresse préalable;
- La fouille d'un ordinateur et d'un téléphone cellulaire exige
112
l'obtention d'une autorisation expresse préalable. Pour ce
qui concerne l'autorisation, la Cour traite de la même façon
tous les ordinateurs découverts dans le lieu perquisitionné
sans distinguer s'il s'agit d'un ordinateur personnel ou pas;
- Il est difficile d'imaginer une atteinte plus grave à la vie
privée d'une personne que la fouille de son ordinateur
personnel;
- Seul un mandat autorisant expressément la fouille des
ordinateurs susceptibles d'être découverts dans le lieu
perquisitionné garantit que le juge de paix qui a statué sur
la demande d'autorisation a pris en compte l'ensemble des
préoccupations distinctives en matière de vie privée que
soulève la fouille de ces appareils, puis déterminé que ce
critère était respecté eu égard aux circonstances de la
fouille particulière projetée;
- Concrètement, une telle autorisation expresse préalable
signifie que, si des policiers entendent fouiller tout
ordinateur trouvé dans le lieu qu'ils souhaitent
perquisitionner, ils doivent d'abord convaincre le juge de
paix saisi de la demande d'autorisation qu'ils possèdent des
motifs raisonnables de croire que les ordinateurs qu'ils
pourraient découvrir contiendront les choses qu'ils
recherchent. Les policiers ne sont toutefois pas tenus de
démontrer qu'ils ont des motifs raisonnables de croire que
des ordinateurs seront découverts dans le lieu concerné,
mais ils devraient clairement dévoiler ce fait si c'est le cas.
Les policiers qui ont obtenu un mandat autorisant la fouille
d'ordinateurs peuvent ensuite se prévaloir des par. 487(2.1)
et (2.2) du Code, dispositions qui les autorisent à fouiller, à
reproduire et à imprimer les données qu'ils trouvent;
- Si, durant une perquisition, les policiers trouvent un
113
ordinateur et que leur mandat ne les autorise pas
expressément à fouiller les ordinateurs, ils peuvent le saisir
(pour autant qu'il soit raisonnable de croire que l'appareil
contient le genre de choses que le mandat autorise à saisir)
et prendre les mesures nécessaires pour assurer l'intégrité
des données. Toutefois, s'ils désirent consulter ces
données, ils doivent obtenir un mandat distinct;
- Les protocoles de perquisition ne sont, en règle générale,
pas requis par la Constitution en cas d'autorisation
préalable de la fouille d'un ordinateur. De plus, aucun
protocole de la sorte n'était constitutionnellement requis
dans les circonstances de la présente affaire;
- La conclusion selon laquelle aucun protocole de
perquisition n'était requis par la Constitution en l'espèce ne
signifie pas que, une fois munis d'un mandat, les policiers
étaient pour autant autorisés à passer sans discernement les
appareils au peigne fin. En effet, ils demeuraient quand
même tenus de se conformer à la règle requérant que la
manière de procéder à la perquisition ne soit pas abusive.
Par conséquent, s'ils s'étaient rendus compte durant la
perquisition qu'il n'existait en fait aucune raison de fouiller
un logiciel ou un fichier spécifique dans l'appareil, le droit
relatif aux fouilles, perquisitions et saisies exigeait qu'ils
s'abstiennent de le faire;
- Les juges de paix saisis d'une demande d'autorisation
doivent s'assurer que les mandats qu'ils décernent
répondent aux objectifs de la procédure d'autorisation
préalable établis dans l'affaire Hunter. De plus, ils
possèdent le pouvoir discrétionnaire d'imposer des
conditions à cette fin. Si, par exemple, le juge de paix est
en présence de renseignements concernant des droits de
114
propriété intellectuelle confidentiels ou encore des
renseignements susceptibles d'être protégés par un
privilège, il pourrait décider qu'il est nécessaire et pratique
d'imposer des limites quant à la manière dont un ordinateur
peut être fouillé. Dans certains cas, le juge de paix peut
estimer pratique d'imposer des conditions lorsque les
policiers présentent leur demande d'autorisation de
perquisitionner initiale. Dans d'autres circonstances, il
pourrait préférer une démarche en deux temps, où il
décernerait d'abord un mandat autorisant la saisie d'un
ordinateur et exigerait que les policiers reviennent ensuite
devant lui afin d'obtenir une autorisation supplémentaire
leur permettant de fouiller l'appareil saisi. Cette seconde
autorisation pourrait comporter des directives sur la
manière de procéder à la fouille;
- La Cour n'entend pas modifier le droit applicable lorsqu'un
ordinateur ou un téléphone cellulaire est fouillé de façon
incidente lors d'une arrestation, ou lorsque des
circonstances pressantes justifient l'exécution d'une fouille
sans mandat. Les présents motifs visent plutôt les
situations où un mandat est décerné en vue d'autoriser une
perquisition dans un lieu et où les policiers souhaitent
pouvoir fouiller les ordinateurs qu'ils pourraient y trouver,
parce qu'ils croient raisonnablement que ceux-ci
contiendront les choses pour lesquelles la perquisition a été
autorisée. Il n'est pas nécessaire que les policiers qui
désirent obtenir un mandat de perquisition autorisant aussi
la fouille de tout ordinateur qui serait trouvé dans les lieux
perquisitionnés présentent des motifs raisonnables de
croire qu'un ordinateur sera découvert dans ceux-ci;
- En l'espèce, le mandat de perquisition n'autorisait pas la
115
fouille des ordinateurs découverts dans la résidence. Par
conséquent, la fouille de ces appareils n'était pas autorisée
par la loi et violait le droit de l'appelant à la protection
contre les fouilles, les perquisitions et les saisies abusives
lui garantit l'art. 8 de la Charte;
- Le sergent Wilde a admis dans son témoignage qu'il avait
intentionnellement omis de prendre des notes durant cette
fouille afin de ne pas avoir à témoigner sur les détails de
celle-ci. Il s'agit là d'une conduite clairement
répréhensible, qui ne saurait être tolérée. Les policiers
devraient prendre des notes sur la façon dont la fouille est
effectuée, sauf en cas de situations pressantes ou
inhabituelles;
- Comme le droit applicable était incertain au moment des
faits pertinents et vu la manière par ailleurs non abusive
dont la fouille a été effectuée, la violation n'était pas grave;
- Les intérêts en matière de vie privée que met en jeu la
fouille d'un ordinateur sont extrêmement importants et la
fouille effectuée dans la présente affaire était « très large et
envahissante ». Globalement, le deuxième facteur milite
en faveur de l'exclusion, mais pas de façon déterminante;
- Il est manifestement dans l'intérêt de la société que des
accusations de production et de possession de marijuana en
vue d'en faire le trafic soient jugées au fond;
- Les éléments de preuve ne doivent pas être écartés.
R. c. MacDonald
17-01-14
2014 CSC 3
Charte
et
Infraction
116
- La police a répondu à une plainte de bruit à la résidence de
M à Halifax. Lorsque M a ouvert la porte, un policier a
remarqué que M tenait un objet dans sa main, dissimulé
derrière sa jambe. Le policier a demandé deux fois à M ce
qu'il tenait dans sa main. Comme M ne répondait pas, le
policier a poussé la porte pour l'ouvrir quelques pouces de
plus pour mieux voir. Après un bref corps à corps, le
policier a enlevé à M l'arme de poing chargée qu'il tenait.
M était titulaire d'un permis de possession et de transport
de l'arme de poing valide en Alberta mais, contrairement à
ce qu'il croyait, non valide en Nouvelle-Écosse. Le juge
du procès a conclu que M n'était pas autorisé à posséder
l'arme à feu. Il a aussi conclu qu'en poussant la porte pour
l'ouvrir un peu plus, le policier n'avait pas violé le droit de
M à la protection contre les fouilles abusives garanti par
l'art. 8 de la Charte. Le juge du procès a déclaré M
coupable d'avoir manipulé une arme à feu d'une manière
négligente (aux termes de l'art. 86 du Code criminel),
d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein
dangereux (art. 99) et d'avoir eu en sa possession une arme
à feu à autorisation restreinte chargée (art. 95);
- La Cour d'appel, à la majorité, a maintenu la décision du
premier juge selon laquelle le policier n'avait pas violé le
droit que l'art. 8 de la Charte garantit à M. Cependant, la
Cour d'appel a accueilli l'appel de M à l'encontre de la
déclaration de culpabilité fondée sur l'art. 95 et a ordonné
un acquittement;
- La présente affaire soulève deux questions : (1) Le droit à
la protection contre les fouilles, perquisitions et saisies
abusives garanti à M. MacDonald par l'art. 8 de la Charte
a-t-il été violé et, dans l'affirmative, quelle réparation
convient-il d'accorder ? (2) La mens rea de l'infraction
prévue au par. 95(1) du Code comporte-t-elle la
connaissance du caractère inapplicable du permis dans le
lieu où l'accusé possède l'arme à feu?;
- Une fouille au sens de l'art. 8 est « une atteinte de l'État à
Plainte de bruit;
Policier arrive chez accusé et voit
qu'il cache quelque chose derrière
sa jambe;
Ouvre la porte de quelques pouces,
voit arme;
Ce n'est pas fouille abusive;
Art. 95 C.cr. port d'arme valide;
Défense croyait que son permis de
port d'armes d'Alberta était valide
à Halifax;
Coupable, nul n'est censé ignorer
la loi.
117
une attente raisonnable en matière de vie privée »;
- Un particulier a, dans sa résidence, une attente raisonnable,
voire considérable, en matière de vie privée ainsi qu'aux
abords de sa résidence. Cependant, l'arrêt Evans a aussi
établi que les policiers sont implicitement autorisés à
s'approcher de la porte d'une résidence et à y frapper.
L'intervention des policiers ne sera pas considérée comme
une atteinte à la vie privée assimilable à une fouille si leur
but demeure de communiquer avec l'occupant. Toutefois,
« lorsque la conduite des policiers va au-delà de ce qui est
permis en vertu de l'autorisation implicite de frapper à la
porte, les 'conditions' implicites de cette autorisation sont
effectivement violées et l'auteur de l'activité non autorisée
qui s'approche de la maison devient un intrus ». Dans une
telle situation, l'intervention policière constitue une
«fouille»;
- Après que M. MacDonald eût ouvert la porte, le sergent
Boyd voulait, en ouvrant la porte un peu plus, voir mieux
ce que M. MacDonald tenait dans sa main. La
renonciation implicite de M. MacDonald à son droit au
respect de sa vie privée n'allait pas jusque-là. Cette
renonciation permet au policier de parler ou de crier à
travers la porte, ou même d'y frapper, mais pas de la
pousser pour l'ouvrir. En poussant la porte pour l'ouvrir
davantage, le sergent Boyd a porté atteinte à l'attente
raisonnable en matière de respect de la vie privée de M.
MacDonald dans sa demeure;
- Parce que la fouille n'était pas autorisée par un mandat, le
ministère public doit démontrer qu'elle n'était pas abusive.
Suivant le premier volet du critère énoncé dans Collins, la
fouille est autorisée par une règle de droit si l'exercice d'un
118
pouvoir policier valide le permet. En plaidant que la fouille
effectuée par le sergent Boyd était autorisée par une règle
de droit, le ministère public s'appuie sur le critère établi
dans l'arrêt R. c. Waterfield, [1963] 3 All E.R. 659
(C.C.A.) et énoncé par la Cour dans Dedman c. La Reine,
[1985] 2 R.C.S. 2;
- Pour satisfaire au premier volet du critère établi dans l'arrêt
Waterfield, le tribunal doit se demander si la conduite
s'inscrit dans le cadre général d'un devoir incombant aux
policiers aux termes d'un texte de loi ou de la common
law. La conduite des policiers en l'espèce s'inscrit dans le
cadre général du devoir qu'ont les policiers en common
law de protéger la vie et la sécurité. Ce devoir est bien
établi;
- Deuxièmement, si la réponse à la première question est
affirmative, comme en l'espèce, le tribunal doit se
demander si la conduite constitue un exercice justifiable
des pouvoirs afférents à ce devoir. Ainsi, pour que
l'atteinte soit justifiable, la conduite des policiers doit, eu
égard à l'ensemble des circonstances, être raisonnablement
nécessaire à l'accomplissement du devoir en question;
- Pour déterminer si une fouille de sécurité est
raisonnablement nécessaire, et donc justifiable, un certain
nombre de facteurs sont pris en considération :
1. l'importance que présente l'accomplissement de ce devoir pour
l'intérêt public;
2. la nécessité de l'atteinte à la liberté individuelle pour
l'accomplissement de ce devoir;
3. l'ampleur de l'atteinte à la liberté individuelle.
- Quant au facteur de la nécessité de l'atteinte, les juges de la
Cour ne sont pas unanimes au sujet de la preuve requise.
Pour les juges majoritaires, la nécessité de l'atteinte est
119
établie par la preuve que le policier a des motifs
raisonnables de croire que la personne est armée et
dangereuse. S'appuyant sur l'arrêt Mann, 2004 CSC 52, les
juges minoritaires sont plutôt d'avis que le policier peut
procéder à des fouilles de sécurité lorsqu'il a des motifs
raisonnables de soupçonner que la personne est armée et
dangereuse;
- Après avoir soupesé ces facteurs, la Cour est convaincue
que le devoir qu'ont les policiers de protéger la vie et la
sécurité peut justifier l'exercice du pouvoir d'effectuer une
fouille de sécurité dans certaines circonstances. À tout le
moins, lorsqu'une fouille est raisonnablement nécessaire
pour éliminer une menace imminente à leur sécurité ou à
celle du public, les policiers devraient pouvoir effectuer
une telle fouille;
- Les circonstances doivent établir qu'une telle fouille est
raisonnablement et objectivement nécessaire pour écarter
une menace imminente à la sécurité du public ou des
policiers. En raison de l'importance des droits au respect
de la vie privée qui sont en jeu, pour être légalement
autorisés à effectuer une fouille de sécurité, les policiers
doivent croire pour des motifs raisonnables que leur
sécurité est menacée et qu'il est donc nécessaire de
procéder à une fouille. De vagues inquiétudes en matière
de sécurité ne sauraient justifier une fouille. Pour effectuer
une fouille de sécurité légale, le policier doit plutôt agir à
partir « d'inférences raisonnables et précises fondées sur
les faits connus se rapportant à la situation »;
- Suivant le deuxième volet du critère énoncé dans l'arrêt
Collins, nul ne peut contester que l'autorisation légale de
procéder à une fouille de sécurité n'a rien d'abusif;
120
- Ce pouvoir de common law d'effectuer une fouille de
sécurité constitue l'autorisation légale non abusive
justifiant la fouille effectuée par le sergent Boyd. Ce
pouvoir est en cause parce que le sergent Boyd avait des
motifs raisonnables de croire à l'existence d'une menace
imminente pour la sécurité du public ou pour celle des
policiers et que la fouille était nécessaire pour écarter cette
menace;
- La fouille effectuée par le sergent Boyd était autorisée par
une règle de droit, en l'occurrence une règle de common
law maintenant bien établie et cette règle de droit n'avait
rien d'abusif;
- Quant au troisième critère de l'arrêt Collins, les actes
accomplis par les policiers lors de la fouille doivent être
attentivement examinés pour déterminer si la fouille a été
effectuée de manière non abusive. Si l'atteinte est plus
importante que ce qui est nécessaire pour vérifier la
présence d'armes, la fouille ne sera pas autorisée en droit.
La façon dont la fouille de sécurité a été effectuée devait
être raisonnablement nécessaire pour éliminer la menace;
- La fouille effectuée dans la résidence de M. MacDonald
lorsque le sergent Boyd a poussé la porte un peu plus loin
n'était pas abusive. Elle était autorisée par une règle de
droit non abusive et a été effectuée de manière non
abusive. Par conséquent, il n'y a pas eu violation des droits
conférés à M. MacDonald par l'art. 8 de la Charte;
- L'art. 95 C.cr. crée une infraction exigeant la mens rea;
- La mens rea que doit prouver le ministère public sous le
régime du par. 95(1) ne comporte cependant pas comme
élément la connaissance que la possession de l'arme au lieu
en question n'est pas autorisée. Il suffit de prouver la
121
connaissance de la possession d'une arme à feu à
autorisation restreinte chargée et l'intention de posséder
l'arme chargée dans ce lieu. Si une personne,
intentionnellement et en toute connaissance de cause, a en
sa possession dans un lieu donné une arme à feu à
autorisation restreinte chargée, elle sera passible d'une
peine pour l'infraction prévue au par. 95(1) si elle n'est pas
titulaire d'une autorisation ou d'un permis qui autorise la
possession de cette arme dans ce lieu. Ainsi l'autorisation
ou le permis de possession valide vient annuler l'actus reus
de l'infraction, ce qui permet à quiconque a la possession
légitime d'arme à feu à autorisation restreinte d'échapper à
toute responsabilité;
- La croyance subjective de M. MacDonald qu'il pouvait
avoir l'arme à feu en sa possession à Halifax n'est rien
d'autre qu'une erreur de droit;
- La Cour d'appel a commis une erreur de droit en
considérant à tort que le par. 95(1) renferme implicitement
un moyen de défense fondé sur l'ignorance de la loi. Les
juges majoritaires de la Cour d'appel ont conclu que le
ministère public devait prouver que M. MacDonald savait
que sa possession n'était pas autorisée ou qu'il avait ignoré
volontairement ce fait;
- Il est bien établi en droit que, sauf dans le cas d'une erreur
provoquée par une personne en autorité, une erreur de droit
ne constitue pas un moyen de défense dans notre système
de justice criminelle.
Wood c. Schaeffer
19-12-13
2013 CSC 71
Charte
122
- La présente affaire résulte de deux incidents fatals distincts
au cours desquels des civils ont été abattus par des
policiers. Dans les deux cas, les agents en cause ont eu
pour instruction de leur supérieur de ne prendre aucune
note au sujet de l'incident tant qu'ils n'auraient pas parlé à
un avocat. Les familles des deux civils tués ont présenté
une requête pour obtenir l'interprétation de diverses
dispositions de la Loi sur les services policiers, L.R.O.
1990, ch. P.15, et du Règl. de l'Ont. 267/10, Conduite et
obligations des agents de police en ce qui concerne les
enquêtes de l'Unité des enquêtes spéciales. Dans le cadre
du présent pourvoi, la question pertinente que soulèvent les
familles est celle de savoir si le régime législatif permet
aux agents de consulter un avocat avant de rédiger leurs
notes;
- Les citoyens ontariens ont confié à un organisme composé
exclusivement de civils, l'Unité des enquêtes spéciales
(l'UES), la tâche délicate de faire enquête sur ce genre
d'incidents tragiques. La mission de l'UES est claire : elle
consiste à déterminer de façon indépendante et
transparente les faits et leur cause, le tout dans l'espoir de
fournir des réponses à la population;
- Nul n'est au-dessus des lois. Lorsqu'un citoyen est tué ou
grièvement blessé par un policier, il est non seulement
opportun mais essentiel de se demander si la police a agi
légalement. Dans ce dessein, l'UES joue un rôle vital
visant à maintenir la justice et l'équité au sein de notre
société et à veiller à l'égalité de chacun devant la loi et
dans la loi;
- Le présent pourvoi porte sur un aspect des enquêtes de
l'UES. La question qui est soumise est celle de savoir si,
selon le régime que l'Ontario a élaboré, le policier qui est
témoin d'un incident faisant l'objet d'une enquête de l'UES
ou y est impliqué a le droit de parler à un avocat avant de
Intervention policière qui se
termine en décès de citoyen civil;
Rédaction des notes policières
consultation au préalable d'un
avocat;
Les policiers en fonction ne
peuvent consulter un avocat avant
de rédiger leurs notes.
123
rédiger ses notes à ce sujet. La majorité de la Cour répond
par la négative à cette question;
- Permettre aux policiers de consulter un avocat avant de
rédiger leurs notes est à l'antipode de la transparence même
que le régime législatif vise à favoriser. En clair, les
apparences comptent, et lorsqu'il y va de la confiance du
public envers la police, il est impératif que le processus
d'enquête soit transparent, et aussi qu'il ait toutes les
apparences de la transparence;
- Manifestement, le législateur n'avait pas l'intention de
conférer aux agents un droit à l'avocat dont l'exercice
risquerait de compromettre cette transparence. Le
règlement qui régit l'UES serre de près les
recommandations formulées par ceux qui étaient chargés
de proposer des réformes, jusque dans le détail de
nombreuses dispositions. Il ressort clairement de son
contexte et de son historique que ce règlement n'était pas
censé accorder aux policiers le droit de consulter un avocat
avant de rédiger leurs notes;
- Un tel droit est par ailleurs inconciliable avec les
obligations que le régime législatif impose aux policiers.
Une conception aussi large de leur droit de consulter un
avocat compromettrait leur capacité de rédiger des notes
exactes, détaillées et exhaustives conformément à leur
obligation. Si les agents pouvaient obtenir des conseils
juridiques avant de rédiger leurs notes, ils risqueraient de
s'attacher à défendre leur intérêt personnel et à justifier
leurs actes, au détriment de leur devoir public. Un tel
changement de perspective serait contraire à ce devoir;
- Commentaires du juge Moldaver quant à l'importance que
revêtent les notes prises par les policiers aux yeux du
124
système de justice pénale (paragr. 62 à 68);
- Commentaires des juges dissidents quant aux obligations
des avocats en matière d'éthique en leur qualité de
participants au système de justice (paragr. 109 et 110).
Canada (Procureur général) c.
Bedford
20-12-13
2013 CSC 72
Charte
Prostitution;
Effet des arts. 210, 210(1)(j) et 213
(1)(c);
Incompatibles avec la charte;
La prostitution est légale;
Les articles du Code criminel
mettent en danger les
prostitués(ées) et les empêchent de
prendre des mesures pour assurer
leur protection;
Les prostitués(ées) ne peuvent se
payer chauffeurs, gardes du corps,
comptables;
Suspend l'effet du jugement
pendant 1 an.
125
- B, L et S – trois prostituées ou ex-prostituées – ont sollicité
un jugement déclarant que trois dispositions du Code
criminel qui criminalisent diverses activités liées à la
prostitution, portent atteinte au droit que leur garantit l'art.
7 de la Charte : l'art. 210 crée l'acte criminel de tenir une
maison de débauche ou de s'y trouver; l'al. 212(1)j) interdit
de vivre des produits de la prostitution d'autrui; l'al.
213(1)c) interdit la communication en public à des fins de
prostitution. Elles font valoir que ces restrictions
apportées à la prostitution compromettent la sécurité et la
vie des prostituées en ce qu'elles les empêchent de prendre
certaines mesures de protection contre les actes de
violence, telles l'embauche d'un garde ou l'évaluation
préalable du client. Elles ajoutent que l'art. 213(1)c) porte
atteinte à la liberté d'expression garantie à l'al. 2b) de la
Charte et qu'aucune des dispositions n'est sauvegardée par
l'article premier;
- Les pourvois et le pourvoi incident ne visent pas à
déterminer si la prostitution doit être légale ou non, mais
bien si les dispositions adoptées par le législateur fédéral
pour encadrer sa pratique résistent au contrôle
constitutionnel;
- Avant de passer aux moyens fondés par la Charte, la Cour
examine d'abord deux questions préliminaires.
Premièrement, les juges sont-ils liés par le Renvoi sur la
prostitution de 1990, qui confirme la validité des
dispositions interdisant les maisons de débauche et la
communication à des fins de prostitution? Deuxièmement,
quel degré de déférence commandent les conclusions tirées
en première instance sur des faits sociaux ou législatifs?
- La juridiction inférieure ne peut faire abstraction d'un
précédent qui fait autorité, et la barre est haute lorsqu'il
s'agit de justifier le réexamen d'un précédent;
- Le juge du procès peut se pencher puis se prononcer sur
une prétention d'ordre constitutionnel qui n'a pas été
invoquée dans l'affaire antérieure; il s'agit alors d'une
nouvelle question de droit. De même, le sujet peut être
réexaminé lorsque de nouvelles questions de droit sont
soulevées par suite d'une évolution importante du droit ou
qu'une modification de la situation ou de la preuve change
radicalement la donne;
- La Cour ne souscrit pas à l'opinion de la Cour d'appel qui
se dit d'avis que les conclusions de la juge sur des faits
sociaux ou législatifs – qui intéressent la société en général
et qui sont établis au moyen d'une preuve complexe
relevant des sciences sociales – ne commandent pas la
déférence;
- Il ne convient pas d'appliquer aux faits sociaux ou
législatifs une norme de contrôle non déférente. La norme
de contrôle applicable aux conclusions de fait – qu'elles
portent sur les faits en litige, des faits sociaux ou des faits
législatifs – demeure celle de l'erreur manifeste et
dominante;
- Le législateur ne se contente pas d'encadrer la pratique de
la prostitution. Il franchit un pas supplémentaire
déterminant qui l'amène à imposer des conditions
dangereuses à la pratique de la prostitution : les
126
interdictions empêchent des personnes qui se livrent à une
activité risquée, mais légale, de prendre des mesures pour
assurer leur propre protection contre les risques ainsi
courus;
- Dans les faits, l'art. 210 limite à deux les modalités
d'exercice d'une activité légale : la prostitution dans la rue
et la prostitution «itinérante». La prostitution pratiquée
chez soi, où la prostituée reçoit ses clients chez elle, est
interdite. La prostitution itinérante, où la prostituée rejoint
le client dans un lieu convenu, telle la résidence de ce
dernier, est permise. Il en est de même de la prostitution
dans la rue, bien que celle-ci soit considérablement limitée
par l'interdiction de communiquer en public (al. 213(1)c));
- Étant donné que la disposition sur les maisons de débauche
rend illégale la pratique plus sûre qu'est la prostitution
chez soi, la Cour est d'avis que l'interdiction augmente
sensiblement le risque auquel s'exposent actuellement les
prostituées. La Cour conclut donc que la disposition sur
les maisons de débauche a un effet préjudiciable sur le
droit à la sécurité des prostituées et met en jeu l'art. 7 de la
Charte;
- L'embauche d'un chauffeur, d'un réceptionniste ou d'un
garde du corps pourrait accroître la sécurité des
prostituées, mais la loi y fait obstacle. La Cour conclut
donc que l'al. 212(1)j) a un effet préjudiciable sur la
sécurité de la personne et met en jeu l'art. 7 de la Charte;
- Suivant les éléments admis en preuve au procès, la loi
interdit une communication qui permettrait aux prostituées
de la rue d'accroître leur sécurité. En interdisant la
communication en public à des fins de prostitution, la loi
empêche les prostituées d'évaluer leurs clients éventuels,
127
ainsi que de convenir de l'utilisation du condom ou d'un
lieu sûr. Elle accroît ainsi sensiblement le risque couru;
- La Cour conclut que la preuve appuie la conclusion de la
juge de première instance selon laquelle l'al. 213(1)c) a
une incidence sur la sécurité de la personne et met en jeu
l'art. 7;
- La Cour rejette la prétention des procureurs généraux selon
laquelle le préjudice allégué n'est pas attribuable aux
dispositions contestées, mais bien aux actes de tiers et au
choix de se prostituer;
- L'objectif des demanderesses n'est pas que l'État adopte
des mesures qui fassent de la prostitution une activité sûre,
mais plutôt que la Cour invalide des dispositions qui
accroissent le risque de maladie, de violence et de décès;
- Le fait que le comportement des proxénètes et des clients
soit la source immédiate des préjudices subis par les
prostituées n'y change rien. Les dispositions contestées
privent des personnes qui se livrent à une activité risquée,
mais légale, des moyens nécessaires à leur protection
contre le risque couru. La violence d'un client ne diminue
en rien la responsabilité de l'État qui rend une prostituée
plus vulnérable à cette violence;
- La Cour commente l'expression «principes de justice
fondamentale»;
- Bien qu'il y ait un chevauchement important entre le
caractère arbitraire, la portée excessive et la disproportion
totale, et que plus d'une de ces trois notions puissent bel et
bien s'appliquer à une disposition, il demeure que les trois
correspondent à des principes distincts qui découlent de ce
que Hamish Stewart appelle un «manque de logique
fonctionnelle», à savoir que la disposition «n'est pas
128
suffisamment liée à son objectif ou, dans un certain sens,
qu'elle va trop loin pour l'atteindre»;
- La jurisprudence relative au caractère arbitraire, à la portée
excessive et à la disproportion totale s'attache à deux
failles. La première est l'absence de lien entre l'atteinte
aux droits et l'objectif de la disposition – lorsque l'atteinte
au droit à la vie, à la liberté ou à la sécurité de la personne
n'a aucun lien avec l'objet de la loi. Ce sont alors les
principes liés au caractère arbitraire et à la portée excessive
(l'absence de lien entre l'objet de la disposition et l'atteinte
au droit garanti par l'art. 7) qui sont en cause;
- La seconde faille se présente lorsqu'une disposition prive
une personne du droit à la vie, à la liberté ou à la sécurité
de sa personne d'une manière totalement disproportionnée
à son objectif. L'incidence sur le droit garanti à l'art. 7 a
un lien avec l'objet, mais elle est si importante qu'elle viole
nos normes fondamentales;
- La Cour développe les notions de caractère arbitraire, de
portée excessive et de disproportion totale;
- Les trois notions – le caractère arbitraire, la portée
excessive et la disproportion totale – supposent la
comparaison de l'atteinte aux droits causée par la loi avec
l'objectif de la loi, et non avec son efficacité. Autrement
dit, elles ne s'intéressent pas à la réalisation de l'objectif
législatif ou au pourcentage de la population qui bénéficie
de l'application de la loi. Elles ne tiennent pas compte des
avantages accessoires pour la population en général. De
plus, aucune ne requiert la détermination du pourcentage
de la population qui est touchée par un effet préjudiciable.
L'analyse est qualitative et non quantitative. La question à
se poser dans le cadre de l'analyse fondée sur l'art. 7 est
129
celle de savoir si une disposition législative
intrinsèquement mauvaise prive qui que ce soit du droit à
la vie, à la liberté ou à la sécurité de sa personne; un effet
totalement disproportionné, excessif ou arbitraire sur une
seule personne suffit pour établir l'atteinte au droit garanti
à l'art. 7;
- Bien que l'art. 7 et l'article premier fassent intervenir des
notions qui s'originent de préoccupations semblables, ils
commandent des analyses distinctes;
- L'objectif de la disposition sur les maisons de débauche
(art. 210 C.cr.) est de lutter contre les troubles de voisinage
et de protéger la santé et la sécurité publiques;
- L'effet préjudiciable de l'interdiction sur le droit à la
sécurité des demanderesses est totalement disproportionné
à l'objectif. Le législateur a le pouvoir de réprimer la
nuisance, mais pas au prix de la santé, de la sécurité et de
la vie des prostituées. La disposition qui empêche une
prostituée de la rue de recourir à un refuge sûr alors qu'un
tueur en série est soupçonné de sévir dans les rues est une
disposition qui a perdu de vue son objectif;
- Selon l'art. 212(1)j) C.cr. est sanctionné quiconque vit des
produits de la prostitution d'autrui sans que ne soit établie
de distinction entre celui qui exploite une prostituée (tel le
proxénète contrôlant et violent) et celui qui peut accroître
la sécurité d'une prostituée (tel le chauffeur, le gérant ou le
garde du corps véritable). La disposition vise également
toute personne qui fait affaire avec une prostituée, y
compris un comptable ou un réceptionniste. Certains actes
sans aucun rapport avec l'objectif de prévenir l'exploitation
des prostituées tombent aussi sous le coup de la loi. La
disposition sur le proxénétisme a donc une portée
130
excessive;
- La disposition sur la communication (l'art. 213(1)c) C.cr.)
vise non pas à éliminer la prostitution dans la rue comme
telle, mais bien « à sortir la prostitution de la rue et à la
soustraire au regard du public » afin d'empêcher les
nuisances susceptibles d'en découler;
- La Cour est d'avis de rétablir la conclusion de la juge selon
laquelle l'al. 213(1)c) est totalement disproportionné.
L'effet préjudiciable de cette disposition sur le droit à la
sécurité et à la vie des prostituées de la rue est totalement
disproportionné au risque de nuisance causée par la
prostitution de la rue. La Cour ne se prononce pas quant à
une violation de l'art. 2b) de la Charte;
- Les dispositions contestées ne sont pas sauvegardées par
application de l'article premier de la Charte;
- La Cour conclut à la nécessité de suspendre l'effet de la
déclaration d'invalidité pendant un an.
R. c. Koczab
22-01-14
2014 CSC 9
Charte
Détention arbitraire;
Interrogatoire policier après lui
avoir remis constat et lui a dit qu'il
peut partir;
Fouille : drogue saisie;
Jamais eu de mise en garde;
Preuve exclue.
131
- Notion de détention;
- La Cour accueille l'appel pour les motifs de dissidence
exposés par le juge Monnin (Cour d'appel du Manitoba,
2013 MBCA 43), qui avait rejeté l'appel du ministère
public;
- Koczab was pulled over for speeding. As the officer spoke
with Koczab, he had the feeling Koczab had encountered
this individual and heard the same story of where he was
traveling and why before. When the officer asked Koczab
what he had in his back seat, Koczab replied he had a
couple of suitcases and invited the officer to take a look at
their contents. While doing so, the officer noticed the
carpet had been altered in the back seat, which caused him
to think there might be a hidden compartment located
there. The officer then told Koczab he needed to go back
to his cruiser for a minute. The officer called for backup.
At that point, the officer's non-communicated intention
was that he would be arresting Koczab. However, before
doing so, he gave Koczab the opportunity to provide an
innocent explanation for the altered carpet. He proceeded
to ask Koczab three questions about whether he had had
any bodywork done or made alterations to the vehicle.
Koczab replied he had not. The officer arrested Koczab
and advised him of his right to counsel. When the vehicle
was searched, 17 one-kilogram bricks of cocaine were
found in a silicone-sealed hidden compartment underneath
the back seat;
- The trial judge found that as the officer had reasonable
grounds to suspect Koczab was a drug courier before he
called for backup, his detention was not arbitrary.
However, the trial judge found Koczab was detained when
the officer asked him the last three questions. He
concluded Koczab's rights under s. 10 had been violated
because he had neither been advised of the reason for his
detention nor of his right to counsel before answering the
questions. The evidence was excluded on a s. 24(2)
analysis;
- Le juge Monnin écrit ce qui suit :
 The trial judge found that the comment made by the
officer was an implicit directive not to leave, which
we must, for the purpose of this appeal, accept. It is
also in accordance with the officer's own evidence
that, in his view, the accused was detained and would
not have been allowed to leave if he attempted to do
132
so. The trial judge was clear in confirming that, while
he considered the officer's decision to detain the
accused as a factor, he did not see it as determinative
of the issue. He assessed it in the context of the
circumstances, which included the fact that the traffic
stop had become a criminal investigation. By the
time of the officer's return to the vehicle, he was no
longer conducting a traffic stop, but was involved in a
drug investigation. He had already called for back-up
as he would be detaining or arresting the accused;
 In my view, a reasonable person, having been
questioned aggressively on issues relating to drug
convictions and whether he was currently involved in
drug trafficking, having previously been told he was
free to go, but then indirectly told to stay where he
was, would likely conclude that he was not free to go
and had to comply with that directive. It would take a
brave soul in the circumstances to defy the state actor
and go merrily on his way. He would, not doubt,
soon be involved in a police chase;
 The trial judge properly referred to the appropriate
criteria and explained why, in his view, there was a
communication to the accused by the officer which
should reasonably have been taken as a direction to be
followed, namely, to remain stopped by the wayside.
With the officer's own evidence to the effect that, in
his mind, that was a detention, it cannot be wrong in
law for the trial judge to reach the same conclusion in
the contextual analysis that he performed;
 Applying the criteria in Grant, the circumstances
giving rise to the encounter had clearly moved to the
133
singling out of the individual for focused
investigation. The fact that the accused was in
potential jeopardy is confirmed by the police officer's
own evidence that he was conducting a drug
investigation. That the accused was in jeopardy is not
determinative of the issue (see Grant at para. 41).
However, as in this case, jeopardy can be a factor
supporting a finding that a detention has occurred,
especially in a situation where a person is the subject
of a criminal investigation, a time when the
availability of his s. 10 rights are important;
 While, in the case at hand, the highway traffic stop
had ended, as found by the trial judge, detention had
occurred when the accused was indirectly told by the
officer not to leave. This triggered his s. 10 rights;
 In this case, the implied direction not to leave after
questioning upon potential drug trafficking would
have given a reasonable person cause to believe that
he was not free to leave. The questioning upon return
to the vehicle turned to whether modifications had
been done to the vehicle. While stated by the officer
as being for the purpose of allowing the accused to
give an innocent explanation for the suspected
modifications to the vehicle, it was, nevertheless, part
of the officer's criminal investigation and was for the
purpose of elicting information which could be
incriminating;
 While there was no physical contact and the
discussions were polite and cordial, the accused was
never directly told that he had a choice not to answer.
He was asked if he would mind answering a few
134
questions, but at no time was he advised that he need
not and that no consequences would follow. The
conduct which was of concern to the trial judge and
which he considered in the assessment of the s. 24(2)
application was that the officer was aware that he
would be detaining the accused based upon a hunch
that he was an individual that he had stopped
previously;
 I would not interfere with the trial judge's
determination that the evidence should have been
excluded under s. 24(2) of the Charter.
Davis c. R.
17-01-14
2014 CSC 4
Charte
Agent de police;
Force excessive;
Accusé en vélo avec couteau de
boucher;
Poivre de cayenne ne donne aucun
effet;
Avant que l'accusé entre dans un
endroit public, le policier l'atteint
à 2 reprises;
Fardeau de preuve pour établir la
force excessive.
135
- L'appelant a été déclaré coupable de possession d'une arme
dans un dessein dangereux, de voies de fait à l'égard d'un
policier dans l'exercice de ses fonctions et d'agression
armée contre un policier. Armé d'un couteau de boucher,
il a été aperçu conduisant une bicyclette dans le terrain de
stationnement d'un centre commercial d'Edmonton.
Lorsqu'un policier s'est arrêté et a actionné son avertisseur
pneumatique pour attirer l'attention de l'appelant, l'appelant
s'est rué sur la portière du côté conducteur de la voiture en
brandissant un couteau. La vitre était ouverte et le policier
a réagi en se couvrant la tête et en se penchant vers le côté
passager de la voiture. Le policier a fini par sortir de sa
voiture, revolver à la main, et il a sommé l'appelant à
plusieurs reprises de laisser tomber le couteau. L'appelant
s'est éloigné à pied, couteau à la main, et s'est dirigé vers le
centre commercial. Le policier l'a suivi, déterminé à ne
pas laisser l'appelant s'approcher de personnes alors qu'il
était toujours armé, et il a décidé d'ouvrir le feu lorsqu'il
est devenu évident que l'appelant ne laisserait pas tomber
le couteau. L'appelant a été atteint à deux reprises, une fois
à la pomme d'Adam et une fois à la poitrine, du côté droit,
avant son arrestation;
- En appel, l'appelant a plaidé notamment que la juge du
procès avait eu tort de ne pas conclure que ses droits
garantis par la Charte avaient été violés par l'usage de la
force excessive lors de son arrestation;
- Prétentions de l'appelant devant la Cour d'appel, 2013
ABCA 15 :
 Davis alleges that he need not have been shot, meaning that
excessive force was used, thereby breaching his section 7
Charter right not to be deprived of security of his person,
except in accordance with the principles of fundamental
justice;
 Here, the gist of the appellant's submission is that the trial
judge misplaced the onus or burden of proof in stating that
Davis bore "the burden on a balance of probabilities to
demonstrate that Constable Stromner did not reasonably
believe that force was necessary to preserve himself or others
from death or grievous harm and the he could have prevented
Mr. Davis' flight by reasonable means less violent". Davis
acknowledges, and it is trite law, that the accused has the onus
in a Charter application of proving a breach of his rights on a
balance of probabilities. He submits, however, that where a
police officer uses lethal force against a civilian, and relies on
section 25(3) of the Criminal Code to justify his actions, then
the accused's burden is discharged once it is shown that he was
subjected to the use of force causing him grievous harm. An
evidentiary burden then falls upon the Crown to prove that the
force was reasonable in all the circumstances and thereby
justified by section 25 of the Code. In this case, he argues, he
met the onus by showing that he suffered grievous bodily harm
through the use of lethal force. It was then up to the Crown to
show that the use of lethal force was justified under section 25.
Davis seeks a new trial, and if a Charter breach is then proved,
136
the trial Court will determine the appropriate remedy;
- Les juges majoritaires et la juge Fraser concluaient que le
premier juge avait erré quant au fardeau de preuve relatif à
l'art 25 C.cr.
- We agree with Davis that the Crown has the evidentiary
burden of showing that section 25 of the Code has been
met when it relies upon that provision to justify the use of
force in circumstances such as those in the case at bar.
The section is designed to protect those engaged in law
enforcement from civil and criminal liability when they are
required to use force in performing their public duties. It
is clear, however, that when the section is invoked in this
context, the burden falls on the person seeking to rely on
the section's protection to prove that it applies;
- This reasoning is even more compelling when dealing with
subsection 25(3), the applicable subsection in this case.
While subsection (1) provides a positive right to use
appropriate force when required, subsection (3) removes
justification for the use of deadly, or potentially deadly,
force unless the person using the force "believes on
reasonable grounds that it is necessary for the selfpreservation of the person or the preservation of anyone
under that person's protection from death or bodily harm";
- Notwithstanding that the overall burden is on the person
alleging a Charter breach, the situation is similar to a civil
case where the overall burden lies with the plaintiff.
Nonetheless, the law imposes an evidentiary burden on the
defendant to prove the application of section 25, where he
seeks to use it to justify his conduct. Although not
completely analogous, this is also similar to the burden
placed on the Crown in an application under section 8 of
137
the Charter. Once an accused shows that a search was
unlawful, the burden falls to the Crown to show that the
search was nonetheless reasonable. This does not reverse
the overall burden of proof on the Charter application,
which remains with the accused. It just places an
evidentiary burden on the Crown with respect to this
aspect of the matter;
- Once an accused has met the burden of establishing that
the police used deadly force against him or her, this
constitutes a prima facie breach of s. 7 of the Charter. The
evidentiary burden then shifts to the Crown to prove that
the force used was justified in the circumstances. The test
as to whether the use of deadly force was justified requires
a combined subjective – objective analysis : Nasogaluak,
2010 CSC 6; also see R. v. Storrey, [1990] 1 SCR 241.
The trier of fact must conclude not only that the police
officer subjectively believed that the use of force was
necessary in all of the circumstances to protect the police
officer or others from death or grievous bodily harm, but
also that this belief was objectively reasonable;
- Where an accused establishes a prima facie breach of s. 7
of the Charter because deadly force has been used against
him or her, what is at issue is the police power of the state.
The evidentiary burden then shifts to the Crown to prove
on a balance of probabilities that the police actions were
justified in accordance with the limitations in s. 25 of the
Code and thus in compliance with the principles of
fundamental justice;
- Therefore, once Davis established a prima facie breach of
s. 7, the evidentiary burden shifted to the Crown to
establish that the use of deadly force by the police officer
138
complied with the limitations in s. 25. Accordingly, the
trial judge erred in imposing a burden on Davis as the
accused to prove otherwise;
- Le juge Lebel écrit ce qui suit : Le ministère public
reconnaît, et nous convenons avec la Cour d'appel de
l'Alberta, que la juge du procès a commis une erreur dans
l'attribution du fardeau de la preuve. Nous partageons
cependant l'avis de la juge en chef Fraser, dissidente, selon
lequel l'erreur a pu jouer dans l'appréciation de la preuve
quant à savoir si un agent de police avait eu recours ou non
à une force excessive. Le pourvoi est donc accueilli, et la
déclaration de culpabilité de l'appelant est annulée.
Canada (Procureur général) c.
Whaling
20-03-14
2014 CSC 20
Charte
Modification après la
condamnation à la loi concernant
les délais pour obtenir une
libération conditionnelle;
Va à l'encontre de l'art. 11b) de la
Charte.
139
- Dans le cadre du présent pourvoi, la Cour est appelée à
réexaminer la définition du terme « puni » à l'al. 11h) de la
Charte canadienne des droits et libertés. Le droit criminel
établit une distinction entre la peine infligée à un
délinquant et les conditions de la peine. Les changements
apportés aux conditions, par exemple à l'admissibilité à la
libération conditionnelle, ne modifient pas la peine en soi.
La Cour est appelée à déterminer si les changements
apportés rétrospectivement aux conditions de la peine
emportent l'imposition d'une peine, ce qui enfreindrait le
droit garanti par l'al. 11h) de ne pas être puni deux fois
pour la même infraction;
- W, S et M purgeaient tous des peines dans des pénitenciers
fédéraux. À titre de délinquants non violents qui en étaient
à leur première infraction, tous les trois étaient admissibles
à la procédure d'examen expéditif (la « PEE ») en vertu du
régime en vigueur à l'époque où leur peine avait été
prononcée. Quand elle est entrée en vigueur, la Loi sur
l'abolition de la libération anticipée des criminels (la
«LALAC») a aboli la PEE. Le paragraphe 10(1) de la
LALAC prévoit que l'abolition de la PEE s'applique
rétrospectivement aux délinquants purgeant déjà leur
peine. Ce changement a modifié la date d'admissibilité à la
semi-liberté – le temps d'épreuve équivalant au sixième de
la peine ou à six mois à été remplacé par une période se
terminant six mois avant la date d'admissibilité à la
libération conditionnelle totale. Puisque l'abolition de la
PEE a eu pour effet de retarder leur admissibilité à la semiliberté, W, S et M ont contesté la constitutionnalité du par.
10(1);
- L'abrogation a eu pour effet immédiat de retarder
l'admissibilité à la libération conditionnelle des trois
intimés : de trois mois dans le cas de M. Whaling, de neuf
mois dans le cas de Mme Slobbe et de vingt et un mois
dans celui de M. Maidane;
- La Cour doit déterminer si l'augmentation rétrospective du
temps d'épreuve pour l'admissibilité à la semi-liberté à
l'égard des détenus condamnés et punis avant l'abrogation
des dispositions créant la PEE porte atteinte au droit des
intimés, garanti par l'al. 11h) de la Charte, de ne pas être
punis de nouveau pour les infractions commises;
- Le législateur avait pour objectif en adoptant l'al. 11h)
d'offrir une protection contre le double péril;
- Le libellé de l'al. 11h), la doctrine et la jurisprudence de la
Cour appuient une interprétation de l'al. 11h) selon laquelle
le droit de ne pas être « puni de nouveau » s'applique au
délinquant qui a été condamné, en l'absence de nouvelles
procédures judiciaires;
- Il ressort clairement du sens ordinaire des mots que le fait
140
d'être jugé de nouveau ou le fait d'être puni de nouveau
suffit pour que l'al. 11h) s'applique;
- L'al. 11h) protège effectivement le délinquant qui a déjà
été jugé, condamné et puni contre une peine additionnelle,
et ce, même en l'absence d'une deuxième instance;
- En l'espèce, la Cour doit déterminer, non pas si une
sanction donnée est de nature punitive, mais si les
changements apportés rétrospectivement aux conditions
d'admissibilité à la libération conditionnelle, qui modifient
l'application d'une sanction infligée préalablement,
emportent l'imposition d'une peine. La peine alléguée ne
découle pas d'une deuxième instance, ni ne constitue une
«sanction» au sens où ce terme est défini dans l'arrêt
Rodgers. Or, ce sont les attentes des délinquants à propos
de la peine ou de la sanction initiale qui ont été trompées,
et c'est cette situation qui selon eux a l'effet d'une nouvelle
peine;
- Dans le cas où un délinquant a été définitivement acquitté
d'une infraction, ou déclaré coupable et puni pour cette
dernière, l'al. 11h) s'applique pour faire obstacle aux actes
suivants de l'État relativement à cette infraction :
a) Une instance de nature criminelle ou quasi criminelle
(être « jugé de nouveau »);
b) Une sanction ou une conséquence supplémentaire qui
satisfait au critère à deux volets établi dans l'arrêt
Rodgers en matière de peine (être «puni de
nouveau»), c'est-à-dire qui est semblable aux types de
sanctions que prévoit le Code criminel et qui est
infligée pour réaliser l'objectif et les principes de
détermination de la peine;
c) Des changements apportés rétrospectivement aux
141
conditions de la sanction originale ayant pour effet
d'aggraver la peine du délinquant (être « puni de
nouveau »);
- Le présent pourvoi porte sur le troisième type de double
peine interdit par l'al. 11h). Ce n'est pas la
constitutionnalité de l'abrogation des dispositions
établissant la PEE qui est contestée en l'espèce, mais celle
de son application rétrospective, qui a modifié l'attente en
matière de libération conditionnelle des délinquants déjà
condamnés et punis;
- Le changement apporté rétrospectivement aux règles
régissant l'admissibilité à la libération conditionnelle qui a
pour effet de prolonger automatiquement l'incarcération du
délinquant emporte une peine supplémentaire,
contrairement à l'al. 11h) de la Charte. Un changement
qui trompe si catégoriquement l'attente en matière de
liberté d'un délinquant qui a déjà été condamné et puni
représente l'un des cas les plus manifestes d'un changement
rétrospectif qui emporte une double peine dans le contexte
de l'al. 11h);
- Un changement qui entraîne directement une prolongation
de l'incarcération sans égard à la situation du délinquant et
qui ne prévoit pas l'application de garantie procédurale à la
procédure d'examen contrevient manifestement à l'al. 11h);
- La disposition d'application rétrospective, à savoir le par.
10(1) de la LALAC, a eu pour effet de priver les trois
intimés de la possibilité de voir leur dossier examiné en
vue d'une semi-liberté anticipée à laquelle ils s'attendaient
à l'époque où ils avaient été condamnés et punis. Cette
conséquence entraîne une prolongation de la période
minimale d'incarcération dans le cas des personnes qui,
142
comme les intimés, auraient été admissibles à la semiliberté anticipée sous le régime de la PEE;
- Le par. 10(1) a eu pour effet de punir les intimés de
nouveau. Son application a retardé rétrospectivement leur
admissibilité à la semi-liberté à l'égard d'infractions dont
ils avaient été définitivement déclarés coupables et punis.
Leur incarcération était prolongée automatiquement sans
égard à leur situation individuelle;
- Le ministère public n'a pas réussi à établir qu'il n'existe pas
de moyen moins attentatoire que l'application rétrospective
des dispositions de la LALAC;
- La Cour confirme la déclaration d'invalidité du paragr.
10(1) de la LALAC.
W.E.B. c. R.
16-01-14
2014 CSC 2
Charte
Assistance de l'avocat au cours du
procès;
Décision de ne pas témoigner.
143
- La seule question en litige dans le présent pourvoi est de
savoir si l'avocate de l'appelant au procès lui a fourni une
assistance ineffective et s'il en a résulté une erreur
judiciaire. L'appelant met en doute la compétence de
l'avocate qui l'a représenté au procès, et ce, pour
différentes raisons, la plus grave étant qu'elle l'a empêché
de témoigner au procès;
- La Cour d'appel a rejeté les prétentions de l'appelant (2012
ONCA 776);
- Les conclusions de la Cour d'appel sont étayées par le
dossier. Contrairement aux allégations de l'appelant, la
Cour d'appel a jugé que ce dernier avait été d'accord avec
son avocate à propos de la décision de ne pas témoigner.
Elle a aussi rejeté l'argument de l'appelant selon lequel son
avocate au procès avait fait preuve d'incompétence en ne le
préparant pas à témoigner. La Cour d'appel a souligné
d'une part que l'appelant aurait pu obtenir un ajournement
s'il y avait eu quelque suggestion qu'il voulait témoigner, et
d'autre part qu'une longue préparation n'aurait pas été
nécessaire. En outre, la Cour d'appel a statué que l'avocate
n'avait pas agi de manière ineffective en n'appelant pas
comme témoin le père d'une des plaignantes, car,
exception faite des assertions de l'appelant, il n'y avait
devant la cour aucun élément de preuve indiquant ce que
dirait ce témoin ou comment il pourrait être retrouvé.
Enfin, la Cour d'appel a jugé que, même si le contreinterrogatoire de l'une des plaignantes par l'avocate n'avait
« peut-être pas été exceptionnel », il était demeuré à
l'intérieur des limites de l'assistance professionnelle
raisonnable;
- La Cour rejette le pourvoi.
Behn c. Moulton Contracting Ltd.
13-05-13
2013 CSC 26
Charte
Obligation de consultation des
autochtones;
Droit collectif et non individuel.
144
- Après que la Couronne eût accordé à une société forestière
des permis pour récolter du bois dans deux secteurs du
territoire de la Première Nation de Fort Nelson en
Colombie-Britannique, des membres de cette Première
Nation ont érigé un camp qui, de fait, empêchait la société
forestière d'avoir accès aux sites d'exploitation forestière.
La société forestière a intenté une action en responsabilité
délictuelle contre ces membres de la collectivité
autochtone. Ceux-ci ont allégué en défense l'invalidité des
permis parce qu'ils auraient été délivrés sans que soit
respectée l'obligation constitutionnelle de consultation et
qu'ils violeraient leurs droits issus de traités. La société
forestière a demandé par requête la radiation de ces
moyens de défense. Les tribunaux d'instance inférieure ont
conclu que les membres de la collectivité autochtone
n'avaient pas qualité pour faire valoir des droits collectifs
dans leur défense; seule la collectivité pouvait invoquer
ces droits. Ils ont aussi décidé que cette contestation de la
validité des permis constituait une attaque indirecte ou un
abus de procédure, les membres de la collectivité n'ayant
pas attaqué la validité de ces permis au moment de leur
délivrance;
- L'obligation de consultation existe pour la protection des
droits collectifs des peuples autochtones et elle est due au
groupe autochtone qui en est titulaire. Un groupe
autochtone peut autoriser un individu ou un organisme à le
représenter en vue de faire valoir ses droits issus d'un
traité, mais en l'espèce, il ne ressort pas des actes de
procédure que la Première Nation a autorisé les membres
de la collectivité à la représenter en vue de contester la
validité des permis. En l'absence d'allégation d'une
autorisation, les membres ne peuvent eux mêmes invoquer
un manquement à l'obligation de consultation;
- Certains droits ancestraux ou issus de traités peuvent
posséder des attributs à la fois collectifs et individuels, et il
se peut fort bien que, lorsque les circonstances s'y prêtent,
des membres d'une collectivité puissent les invoquer à titre
individuel. En l'espèce, on pourrait soutenir qu'en raison
de l'existence d'un lien entre les droits en cause et une
région géographique spécifique du territoire de la Première
Nation, des membres de la collectivité possèdent, pour la
protection de ces droits sur leur territoire familial
traditionnel, un intérêt plus important que celui que
peuvent détenir les autres membres de la Première Nation
et que ce lien leur confère, dans une certaine mesure,
qualité pour soulever la violation de leurs droits
particuliers en défense à l'action en responsabilité
145
délictuelle. Dans les circonstances de l'espèce toutefois, la
Cour doit s'abstenir de se prononcer de manière définitive
sur cette question;
- Le fait d'invoquer comme moyens de défense le
manquement à l'obligation de consultation et la violation
de droits issus de traités constituait, dans les circonstances
de l'espèce, un abus de procédure. Ni la Première Nation
ni les membres de la collectivité n'ont tenté, de quelque
manière que ce soit, de contester en justice les permis au
moment où la Couronne les a accordés. S'ils l'avaient fait,
la société forestière n'aurait alors pas été amenée à croire
qu'elle pouvait préparer et entreprendre ses opérations. En
outre, en bloquant l'accès aux sites d'exploitation
forestière, les membres de la collectivité n'ont laissé
d'autre choix à la société forestière que de s'adresser aux
tribunaux ou de renoncer à la possibilité de couper du bois
après avoir engagé des frais considérables. Permettre aux
membres à ce stade de soulever une défense fondée sur des
droits issus d'un traité et sur un manquement à l'obligation
de consultation équivaudrait à tolérer le recours à
l'autoredressement et déconsidérerait l'administration de la
justice.
Conseil scolaire francophone de la
Colombie-Britannique c.
Colombie-Britannique
26-07-13
2013 CSC 42
Charte
Cour de Colombie-Britannique;
Preuve;
146
- Sous réserve de certaines limitations, les provinces ont le
pouvoir constitutionnel de légiférer sur la langue utilisée
devant leurs tribunaux, un pouvoir qui découle de leur
compétence en matière d'administration de la justice. La
législature de la Colombie-Britannique a exercé ce pouvoir
pour réglementer la langue des instances judiciaires dans la
province par l'adoption de deux règles législatives
différentes qui prescrivent le déroulement des procès civils
Affidavit en français;
Pouvoir de l'accepter.
en anglais, des règles qui valent aussi pour les pièces
jointes aux affidavits déposés dans le cadre de ces
instances;
- Les appelants demandent à la Cour de conclure que les
tribunaux de la Colombie-Britannique ont toujours le
pouvoir discrétionnaire résiduel de permettre la mise en
preuve de documents préparés dans une autre langue que
l'anglais et non accompagnés d'une traduction dans cette
langue. La majorité de la Cour est d'avis que les tribunaux
ne disposent pas d'un tel pouvoir discrétionnaire. La
législature de la Colombie-Britannique a écarté la
compétence inhérente des tribunaux et exigé que, dans
cette province, les procès judiciaires se déroulent en
anglais. Le pourvoi doit donc être rejeté;
- La Charte établit expressément que le français et l'anglais
sont les langues officielles du Canada (art. 16);
- Par contre, la Charte reconnaît aussi que le Canada est une
fédération et que toutes les provinces participent à la
défense et à la promotion des langues officielles du pays.
C'est ce qui ressort des art. 16 à 20, qui exigent le
bilinguisme au sein du gouvernement, au Parlement et
dans les tribunaux fédéraux, ainsi que dans la province du
Nouveau-Brunswick. La Charte n'oblige aucune province,
sauf le Nouveau-Brunswick, à assurer le déroulement des
instances judiciaires dans les deux langues officielles. De
plus, le par. 16(3) dispose que les législatures peuvent
prendre des mesures pour promouvoir l'usage du français
et de l'anglais. La majorité de la Cour est donc d'avis que,
même si elle reconnaît l'importance des droits
linguistiques, la Charte reconnaît par ailleurs l'importance
du respect des pouvoirs constitutionnels des provinces. Le
147
fédéralisme fait partie des principes qui sous-tendent la
Constitution. Il n'est donc pas contraire aux valeurs de la
Charte que la législature de la Colombie-Britannique
décide que les instances judiciaires se déroulent
uniquement en langue anglaise dans cette province;
- Cela dit, comme le par. 16(3) de la Charte établit
expressément que les législatures provinciales peuvent
favoriser la progression vers l'égalité de statut du français
et de l'anglais, la législature de la Colombie-Britannique
pourrait très bien adopter une loi afin que les instances
civiles puissent se dérouler en langue française. Nul doute
qu'une telle loi serait de nature à promouvoir les valeurs
consacrées au par. 16(3) de la Charte, lequel permet
l'adoption de mesures législatives de nature à accroître
l'égalité des langues officielles, mais ne confère pas de
droits à cet égard. Or, puisque la législature de la
Colombie-Britannique n'a pas adopté pareilles mesures
législatives, la Cour ne peut lui en imposer une.
Alberta (Information and Privacy 15-11-13
Commissioner) c. Travailleurs et
travailleuses unis de l'alimentation
et du commerce, section locale 401
2013 CSC 62
Charte
Vidéo et photos prises dans le
cadre d'activité de grève légale;
Loi sur la "Personal Information
Protection Act";
Déclarée invalide.
148
- À l'occasion d'une grève légale qui a duré 305 jours, tant le
syndicat que l'employeur ont enregistré des vidéos et pris
des photos de personnes en train de franchir la ligne de
piquetage. Le syndicat a installé des affiches à l'intérieur
de la zone de piquetage annonçant que les images des
personnes qui franchissaient la ligne étaient susceptibles
d'être publiées sur un site Web. Plusieurs des personnes
filmées ou photographiées en train de franchir la ligne de
piquetage ont déposé une plainte auprès du commissaire à
l'information et à la protection de la vie privée de l'Alberta.
Ce dernier a désigné une arbitre chargée de décider si le
syndicat avait contrevenu à la Personal Information
Protection Act (PIPA);
- La Cour doit déterminer si la Personal Information
Protection Act, de l'Alberta, restreint indûment le droit
d'un syndicat à la liberté d'expression dans le cadre d'une
grève légale. Il s'agit de savoir si la Loi atteint un équilibre
acceptable sur le plan constitutionnel entre, d'une part, le
droit des personnes d'exercer un droit de regard sur la
collecte, l'utilisation et la communication des
renseignements personnels les concernant et, d'autre part,
la liberté d'expression d'un syndicat;
- La Cour reconnaît que la collecte, l'utilisation et la
communication, par le syndicat, de renseignements
personnels dans le contexte d'un piquetage au cours d'une
grève légale constituaient intrinsèquement des activités
expressives;
- Comme l'ont admis les parties, les activités du syndicat
font manifestement intervenir la liberté d'expression
protégée par l'al. 2b). Le syndicat a recueilli des
renseignements personnels en filmant et photographiant la
ligne de piquetage. Comme l'a reconnu l'arbitre, en
recueillant des renseignements personnels, le syndicat
visait notamment à dissuader quiconque de franchir la
ligne de piquetage. Le fait de filmer et de photographier
des actes relatifs au piquetage, plus particulièrement
relatifs à une ligne de piquetage légale et à toute personne
qui la franchit, est une activité expressive : il s'agit de
persuader des personnes d'appuyer le syndicat. Il en est de
même du fait de filmer ou de prendre des photos ainsi que
de potentiellement utiliser ou distribuer les enregistrements
montrant des personnes en train de franchir la ligne de
piquetage : dans ce cas, il s'agit de dissuader quiconque de
149
faire de même et de renseigner le public sur la grève;
- La Cour n'a aucune difficulté à conclure que la Loi
restreint la liberté d'expression du syndicat;
- Analyse fondée sur l'art 1 de la Charte;
- Il est acquis aux débats que la PIPA vise un objectif urgent
et réel;
- En revanche, la PIPA a des conséquences
disproportionnées par rapport aux bienfaits qu'elle
promeut. En effet, elle restreint la collecte, l'utilisation et
la communication de renseignements personnels effectués
en l'absence du consentement de l'intéressé sans égard à la
nature de ces renseignements, à l'objectif de leur collecte,
utilisation ou communication et au contexte dans lequel ils
se situent;
- Les effets néfastes de la PIPA pèsent fortement dans la
balance. Ce qui importe le plus, c'est que la PIPA interdit
la collecte, l'utilisation ou la communication de
renseignements personnels qui serviraient de nombreux
objectifs expressifs légitimes relatifs aux relations de
travail. Parmi ces objectifs, mentionnons ceux consistant à
assurer la sécurité des membres du syndicat, la tentative de
convaincre le public de s'abstenir de faire affaire avec un
employeur donné et le fait de transporter sur la place
publique le débat sur les conditions de travail imposées par
un employeur. Ces objectifs se situent au coeur même des
activités expressives protégées par l'alinéa 2b);
- La Cour reconnaît depuis longtemps l'importance
fondamentale que revêt la liberté d'expression dans le
contexte des conflits de travail. Les activités expressives
dans le contexte du travail se rattachent directement au
droit des travailleurs, protégé par l'al. 2d) de la Charte, de
150
s'associer pour atteindre des objectifs communs liés au
travail;
- Dans le contexte du travail, la liberté d'expression peut
également jouer un rôle important pour éliminer ou
atténuer l'inégalité présumée entre le pouvoir économique
de l'employeur et la vulnérabilité relative du travailleur.
C'est grâce à leurs activités expressives que les syndicats
sont en mesure de formuler et de promouvoir leurs intérêts
communs et, en cas de conflit de travail, de tenter
d'infléchir l'employeur;
- L'efficacité des lignes de piquetage dépend de la capacité
du syndicat de convaincre le public de ne pas les franchir
et de s'abstenir de faire affaire avec l'employeur. Dans
certains cas, on peut atteindre cet objectif simplement en
faisant connaître l'existence du conflit de travail. Dans
d'autres, toutefois, le syndicat peut atteindre son objectif en
exerçant des pressions sur les personnes qui ont l'intention
de franchir la ligne de piquetage. On en est venu à
accepter que l'exercice de pressions publiques ou
économiques constitue un prix légitime à payer pour
inciter les parties à régler leur différend;
- La PIPA restreint la faculté du syndicat de communiquer
avec le public et de le convaincre du bien-fondé de sa
cause, compromettant ainsi sa capacité de recourir à une de
ses stratégies de négociation les plus efficaces au cours
d'une grève légale. Cette atteinte au droit à la liberté
d'expression est disproportionnée par rapport à l'objectif du
gouvernement d'accorder aux personnes un droit de regard
sur les renseignements personnels qu'ils exposent en
franchissant une ligne de piquetage.
151
Katz Group Canada Inc c. (Santé
et Soins de longue durée)
22-11-13
2013 CSC 64
Charte
Invalidité d'un règlement :
1. fardeau à celui qui la
demande;
2. présomption méthode
d'interprétation favorisant
celui qui réconcilie loi
habilitante;
3. analyse ne comporte pas
l'étude du bien-fondé.
152
- Dans le contexte d'un litige au sujet de la validité de
règlements adoptés selon la Loi sur le régime de
médicaments de l'Ontario et la Loi sur l'interchangeabilité
des médicaments et les honoraires de préparation, la Cour
rappelle les règles applicables pour contester avec succès
la validité d'un règlement;
- Pour contester avec succès la validité d'un règlement, il
faut démontrer qu'il est incompatible avec l'objectif de sa
loi habilitante ou encore qu'il déborde le cadre du mandat
prévu par la Loi;
- Les règlements jouissent d'une présomption de validité.
Cette présomption comporte deux aspects : elle impose à
celui qui conteste le règlement le fardeau de démontrer que
celui-ci est invalide, plutôt que d'obliger l'organisme
réglementaire à en justifier la validité; ensuite, la
présomption favorise une méthode d'interprétation qui
concilie le règlement avec sa loi habilitante de sorte que,
dans la mesure du possible, le règlement puisse être
interprété d'une manière qui rend intra vires;
- Il convient de donner au règlement contesté et à sa loi
habilitante « une interprétation téléologique large
compatible avec l'approche générale adoptée par la Cour
en matière d'interprétation législative »;
- Cette analyse ne comporte pas l'examen du bien-fondé du
règlement pour déterminer s'il est «nécessaire, sage et
efficace dans la pratique »;
- L'analyse ne s'attache pas aux considérations sous-jacentes
« d'ordre politique, économique ou social ni à la recherche,
par les gouvernements, de leur propre intérêt ». La validité
d'un règlement ne dépend pas non plus de la question de
savoir si, de l'avis du tribunal, il permettra effectivement
d'atteindre les objectifs visés par la loi. Pour qu'il puisse
être déclaré ultra vires pour cause d'incompatibilité avec
l'objet de la loi, le règlement doit reposer sur des
considérations « sans importance», doit être « non
pertinent » ou être « complètement étranger » à l'objet de
la loi. En réalité, bien qu'il soit possible de déclarer un
règlement ultra vires pour cette raison, « seul un cas
flagrant pourrait justifier une pareille mesure »;
- Pour déterminer si un règlement a franchi la ligne de
démarcation faisant en sorte qu'une condition acceptable
devient une interdiction inacceptable, il faut préciser la
portée de l'activité à réglementer et déterminer alors la
mesure dans laquelle cette activité peut être poursuivie.
En l'espèce, l'activité à réglementer consiste en la vente de
médicaments génériques sur le marché privé et le marché
public en Ontario. Les règlements relatifs aux produits
sous marque de distributeur n'interdisent pas aux fabricants
de vendre des médicaments génériques sur les marchés
ontariens; ils leur interdisent l'accès au marché uniquement
s'ils utilisent une certaine structure organisationnelle. On
ne saurait qualifier cette mesure d'interdiction totale ou
quasi-totale de la vente de médicaments génériques en
Ontario.
Divito c. Canada (Sécurité
publique et Protection civile)
19-09-13
2013 CSC 47
Charte
153
- Pierino Divito, un citoyen canadien, a été extradé aux
États-Unis où il a plaidé coupable à des infractions graves
liées à la drogue et a été condamné à sept ans et demi
d'emprisonnement. Quelques mois plus tard, il a présenté
une demande au gouvernement canadien afin de pouvoir
Droit d'un citoyen canadien
légalement condamné à l'étranger
de purger sa peine au Canada –
refusé.
purger au Canada la peine qui lui a été infligée aux ÉtatsUnis. Le gouvernement a refusé sa demande. Selon M.
Divito, ce refus constituait une violation de son droit, en
tant que citoyen canadien, d'entrer au Canada;
- La Cour ne partage pas son point de vue selon lequel la
liberté de circulation et d'établissement que garantit le par.
6(1) de la Charte confère automatiquement à un citoyen
canadien se trouvant dans ce genre de situation le droit de
purger une peine au Canada;
- La liberté de circulation et d'établissement comprend deux
catégories de droits. La première, dont il est question au
par. 6(1), vise le droit de tout citoyen canadien d'entrer au
Canada, d'y demeurer et d'en sortir. La deuxième, énoncée
aux par. 6(2) à (4), donne, aux citoyens et aux personnes
ayant le statut de résident permanent, le droit de se
déplacer, d'établir leur résidence et de gagner leur vie dans
toute province, sous réserve de certaines limites;
- C'est le par. 6(1) qui est au coeur du présent pourvoi. Ce
paragraphe garantit trois droits : le droit d'entrer au
Canada, celui d'y demeurer et celui d'en sortir. Seul le droit
d'entrer est en cause dans le présent pourvoi;
- Le droit d'un citoyen canadien d'entrer au Canada et d'y
demeurer est un droit fondamental lié à la citoyenneté;
- Il faut présumer que la Charte accorde une protection au
moins aussi grande que les instruments internationaux
ratifiés par le Canada en matière de droits de la personne.
Cela aide à circonscrire l'interprétation qu'il convient de
donner au par. 6(1). Le droit d'entrer au Canada protégé
par le par. 6(1) de la Charte devrait donc être interprété
d'une manière qui soit compatible avec la protection
générale conférée par le droit international;
154
- Essentiellement, M. Divito prétend que le par. 6(1) confère
le droit automatique de purger au Canada une peine
infligée à l'étranger si le pays étranger y consent. Si tel
était le cas, le Canada aurait donc l'obligation de prendre
en charge l'exécution des peines infligées aux citoyens
canadiens par des pays étrangers. Cela constitue une
interprétation erronée des droits protégés par le par. 6(1);
- En droit international, exiger le retour d'un délinquant dans
son pays d'origine va à l'encontre du principe de la
souveraineté de l'État : cela porte atteinte au principe de la
territorialité en droit pénal et au droit exclusif de l'État
d'administrer la justice criminelle;
- Indépendamment de la Loi sur le transfèrement
international des délinquants, il n'existe aucun droit de
purger au Canada une peine d'emprisonnement infligée à
l'étranger. Bien que la LTID permette à un citoyen de
retourner au Canada dans ce but, dans le contexte restreint
du maintien en détention, le par. 6(1) ne confère pas aux
citoyens canadiens le droit de purger au Canada les peines
qui leur ont été infligées à l'étranger;
- Les citoyens canadiens ont sans aucun doute le droit
d'entrer au Canada, mais ceux qui sont légalement
incarcérés dans un pays étranger ne peuvent pas quitter la
prison, encore moins venir au Canada. C'est la LTID qui
leur permet d'entrer au Canada. Cette loi ne crée pas pour
autant un droit constitutionnellement protégé de quitter une
prison étrangère et d'entrer au Canada dès que l'entité
étrangère consent au transfèrement. Elle n'oblige pas non
plus le gouvernement canadien à permettre à tous ses
citoyens de purger au Canada les peines qui leur ont été
infligées à l'étranger. Les dispositions contestées de la
155
LTID, qui rendent un transfèrement possible, ne
constituent donc pas une violation du par. 6(1).
156
P R O C É D U R E
COUR
NOM DE LA CAUSE
Deluise Egusquiza c. R.
Procédure
Quatre introductions dans le but
d'agressions sexuelles, 4
plaignantes différentes;
Requête pour séparer les chefs;
Preuve de faits similaires.
DATE
D’ A P P E L
RÉFÉRENCE
ANNOTATIONS
28-01-14 2014 QCCA 142 - L'appelant a été trouvé coupable de huit chefs d'accusation
relatifs à quatre agressions sexuelles commises entre le 22
septembre 2007 et le 16 août 2009. Chacune de ces
agressions a engendré deux accusations : l'une
d'introduction par effraction suivie de la commission d'un
acte criminel (art. 348(1)b) et d) du Code criminel) et
l'autre d'agression sexuelle (art. 271 a) du Code criminel);
- Par son pourvoi, l'appelant reproche au juge d'avoir rejeté
une demande faite à l'ouverture du procès et par laquelle
son avocate de l'époque demandait que l'acte d'accusation
soit scindé;
- La Cour rappelle les facteurs énoncés dans l'arrêt Last,
[2009] 3 R.C.S. 146, quant à la portée de l'art. 591(3)a)
C.cr. (requête pour séparer les chefs d'accusation);
- En l'espèce, les accusations portées contre l'appelant lui
reprochaient d'avoir commis quatre agressions sexuelles
sur la personne de quatre étudiantes distinctes en
s'introduisant par effraction et en pleine nuit dans leurs
157
appartements respectifs, tous situés dans un même quartier
et dans la proximité immédiate d'une université du centreville de Montréal. On avait tout lieu d'anticiper qu'il serait
facile de dégager de la preuve de la poursuite un modus
operandi distinctif de la part de l'auteur de ces agressions.
Dans le cas de deux d'entre elles (où les initiales des
plaignantes étaient S.K.C. et H.M.), une preuve de
profilage génétique, ou d'ADN, établissait de manière
concluante la très forte probabilité d'un lien étroit entre
l'accusé et l'infraction alléguée, de sorte que le juge ne
faisait que constater une évidence lorsqu'il a remarqué : «il
va avoir de la misère à se sortir de là, à moins qu'il y ait
une explication de consentement». Dans le cas des deux
autres agressions (où les initiales des plaignantes étaient
P.V.G. et A.T.), la preuve de profilage génétique ne
permettait pas de conclure à l'existence d'un tel lien avec
un degré de probabilité aussi élevé que dans le cas des
deux premières;
- La Cour s'attarde aux facteurs du « préjudice causé à
l'accusé » et de « la question de savoir si l'accusé entend
témoigner à l'égard d'un chef d'accusation, mais pas à
l'égard d'un autre »;
- On sait que le critère du « préjudice grave » (en anglais,
«heavy prejudice») sur lequel s'était exprimée la juge
McLachlin, alors juge puinée, dans l'arrêt R. c. B. (C.R.),
ne doit pas être confondu avec le risque d'une déclaration
de culpabilité mais qu'il «réside davantage dans le risque
de procès diffus et de déclaration de culpabilité
injustifiée.» Ce risque est assez étroitement associé à la
preuve de faits similaires lorsqu'un acte d'accusation
comporte plusieurs chefs, comme c'est le cas ici;
158
- La Couronne entendait se prévaloir dans le procès sur les
accusations portées contre l'appelant d'une preuve de ce
genre. Il en découle un certain nombre de conséquences;
- Si l'on suppose que le juge avait fait droit à la requête pour
séparation des chefs en des procès distinctifs, la Couronne
aurait eu entière discrétion pour procéder dans les dossiers
S.K.C. et H.M. ou P.V.G. et A.T. Ainsi, elle aurait pu
procéder d'abord dans les dossiers P.V.G. et A.T., et y
introduire à titre de preuve de faits similaires la preuve des
agressions contre S.K.C. et H.M. (l'avocate de l'appelant
reconnaissait d'ailleurs cette possibilité dans son propos
devant le juge). En d'autres termes, le désavantage
qu'invoquait l'appelant dans l'hypothèse d'un procès unique
aurait été le même dans l'hypothèse de procès distincts, et
c'est le désavantage d'avoir à faire face à plusieurs
accusations plutôt qu'une seule lorsque les faits mis en
preuve à l'égard de ces diverses accusations présentent un
degré important de similarité;
- La Cour note que, saisi d'une preuve d'actes similaires, le
juge du procès s'est scrupuleusement gardé de tirer de la
preuve ainsi administrée une quelconque inférence diffuse
de nature à fausser son appréciation des faits et à engendrer
une déclaration de culpabilité injustifiée.
Gagné c. R.
Procédure
Demande de procès séparés;
Si entreprise commune procès
commun;
19-02-14 2014 QCCA 357 - L'appelant a été déclaré coupable par un jury d'infractions
reliées à un complot en matière de trafic de stupéfiants au
terme d'un procès conjoint tenu devant jury avec plusieurs
autres accusés;
- Il reproche d'abord au juge qui présidait le procès d'avoir
rejeté sa requête visant à obtenir la tenue d'un procès
séparé tel que prévu au paragraphe 591(3) C.cr.;
159
Procès plus court pour des raisons
de santé.
- Selon cette disposition, une ordonnance de procès séparé
doit être prononcée si le juge est convaincu que « les
intérêts de la justice » le requièrent. En principe, les
personnes engagées dans une entreprise commune doivent
normalement subir leur procès de façon conjointe. La
charge de démontrer au tribunal, selon la prépondérance
des probabilités, que les intérêts de la justice requièrent des
procès séparés repose sur les épaules du requérant. La
décision relève du pouvoir discrétionnaire du juge du
procès et la Cour d'appel ne devrait intervenir que si
l'exercice de cette discrétion s'avère injuste pour l'accusé;
- L'appelant plaide que le juge aurait dû ordonner qu'il
subisse un procès séparé à cause de son état de santé;
- La Cour distingue le présent dossier de celui dont était
saisi la Cour supérieure dans l'affaire Bélanger, J.E. 20021714. On est loin de la situation de l'appelant qui est
encore capable de conduire un véhicule et même de faire
de la moto;
- Comme second moyen, l'appelant prétend que le juge lui a
permis de dormir en plein procès et a laissé la poursuite
faire sa preuve alors que l'appelant n'était pas en mesure de
suivre et de comprendre cette preuve. Le juge aurait ainsi
porté atteinte à son droit à un procès juste et équitable;
- L'appelant n'a pas fait la preuve de son allégation voulant
que le juge l'ait laissé dormir pendant le procès au point
qu'il n'ait pu entendre la preuve administrée contre lui. Il
n'a pas davantage démontré que le juge l'a exclu de son
procès ce qui, selon lui, aurait entraîné une perte de
compétence. Compte tenu de ce que son avocat avait luimême annoncé ce qu'il ferait s'il avait l'impression que
l'appelant n'était plus capable de suivre les débats, rien
160
dans la preuve ne démontre qu'une telle situation se soit
reproduite après le 10 juin 2011 alors que le procès s'est
continué jusqu'au 3 octobre 2011;
- Ce que la preuve démontre plutôt c'est que le juge qui
présidait le procès de plusieurs coaccusés a constamment
veillé à maintenir l'équilibre entre le droit de chaque accusé
à un procès équitable et à une défense pleine et entière et
l'intérêt du public à connaître la vérité ainsi que la
préservation de l'intégrité du système de justice.
Aristilde c. R.
Procédure
15-05-13 2013 QCCA 912 - Cette affaire met en cause la suffisance de l'enquête menée
par le juge pendant le processus de sélection du jury alors
qu'on a porté à l'attention du juge qu'une jurée savait qu'un
coaccusé de l'appelant avait plaidé coupable.
Partialité d'un jury après sa
sélection.
Clohosy c. R.
Procédure
Appel;
Possession en vue de trafic;
Demande de procès en langue
anglaise uniquement;
Moment de la demande AVANT
LE PROCÈS;
Interprétation simultanée;
Interprétation consécutive;
PRÉFÉRABLE;
Absence d'interprétation au
10-10-13 2013 QCCA 1742 -L'appelant se pourvoit contre des verdicts de culpabilité
prononcés au terme d'un procès tenu devant jury
relativement à diverses infractions liées au trafic du
cannabis;
- Les moyens d'appel se résument ainsi :
•
•
•
•
161
le juge a erré en rejetant la demande de l'appelant pour que le
procès se tienne devant un jury dont les membres parlent
anglais seulement (art. 530.1 C.cr.);
la formation du jury bilingue est viciée à la base en ce qui a
trait au choix des jurés et à leur niveau de bilinguisme (paragr.
530(2) C.cr.);
le juge a erré en ordonnant que l'interprétation au procès se
fasse de façon simultanée plutôt que consécutive;
il a manqué au respect des droits linguistiques de l'appelant en
ne s'assurant pas que soit déposé et conservé au dossier de
première instance tout l'enregistrement de l'interprétation;
•
dossier : atteinte aux droits;
Nouveau procès.
•
•
il a erré en refusant d'ordonner que l'interprétation de la preuve
soit transcrite et remise à l'appelant (al. 530.1g) C.cr.);
il a erré en rendant en français seulement différents jugements
écrits tout au long du procès; et finalement
il a erré en rejetant une demande en divulgation de la preuve
dans le contexte d'une requête qu'entendait présenter l'appelant
en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés de la
personne relativement au processus d'extradition;
- En premier lieu, la Cour répond à l'argument de l'appelant
portant sur le refus du juge d'ordonner la divulgation de la
preuve entourant les circonstances de la demande
d'extradition dirigée contre lui et rejetée par la Cour
supérieure;
- Le juge a eu raison de refuser l'invitation visant à faire
porter le débat sur des considérations étrangères à la
détermination de la culpabilité ou de l'innocence de
l'accusé. Les questions soulevées par l'appelant reposaient
uniquement sur des conjectures et des prétendues
irrégularités dont la valeur probante a pu être appréciée par
le juge;
- Dans les faits, l'appelant a convié le juge à autant de procès
qu'il y avait d'hypothèses soulevées par lui. Une telle
approche risquait de distraire indûment le jury de sa
véritable mission, sans compter que le débat proposé
rendait imprévisible la fin du procès qui risquait de se
transformer en véritable commission d'enquête mettant en
cause le comportement professionnel des officiers de l'État
visés par ces allégations;
- Même aux fins de s'en prendre seulement à la crédibilité de
la preuve de la poursuite, l'exercice proposé par l'appelant
demeurait périlleux. Les réponses données à ses questions
sur des faits dits « collatéraux » le liaient sans qu'il ait pu
162
en limiter les effets par une contre-preuve, créant ainsi un
risque accru que le procès s'enlise dans des considérations
périphériques;
-Lorsque la question concernant le choix d'un procès
bilingue est analysée sous l'angle des « circonstances de
l'affaire », l'appelant ne fait pas voir en quoi le juge aurait
exercé sa discrétion de manière déraisonnable au moment
de prononcer son ordonnance;
- À la différence de la situation démontrée dans le dossier
d'appel de Gagnon et al., l'appelant n'est pas en mesure de
pointer des éléments déterminants qui auraient pu vicier de
manière fondamentale le processus de sélection des jurés
ni un seul événement permettant de mettre en doute les
compétences linguistiques du jury. Ses arguments sur ce
moyen d'appel doivent donc être rejetés sans plus
d'analyse;
- L'objectif poursuivi par l'alinéa 530.1g) C.cr. est d'assurer
aux parties l'enregistrement complet des débats ainsi que
leur interprétation. Les arrêts Dow et Martin, sous
l'éclairage des conditions qui prévalent dans les différents
palais de justice du Québec, affirment que l'interprétation
consécutive est maintenant devenue une méthode
incontournable. Quoiqu'en toute circonstance préférable à
toute autre forme d'interprétation, l'interprétation
consécutive est de toute façon jugée inévitable dans tous
les cas où le tribunal n'est pas en mesure de garantir à
l'accusé autrement que par cette méthode le respect intégral
de l'alinéa 530.1g) C.cr.;
- Le dossier ne fait pas voir que le juge s'est véritablement
penché sur la question de l'opportunité de la méthode
d'interprétation et de ses conséquences. En ordonnant
163
l'interprétation simultanée au lieu de l'interprétation
consécutive, le juge devait s'assurer qu'en tout temps le
dossier comporterait la totalité de l'enregistrement de
l'interprétation, ce qui ne s'est pas réalisé. Il s'agit ici d'une
erreur qui a irrémédiablement porté atteinte aux droits
linguistiques de l'appelant;
- Le défaut par l'avocat de la défense ou par la partie ellemême de faire valoir en temps utile les droits prévus à
l'article 530.1 C.cr. ne peut pas, pour ce seul motif,
entraîner la conclusion d'une renonciation implicite de la
part de l'accusé;
- L'appelant allègue que l'enregistrement de l'interprétation
ne figure pas au dossier de son procès. Le dossier, tel que
constitué, fait voir que les enregistrements de
l'interprétation ont été conservés non pas au dossier du
tribunal, mais seulement par le biais de la mémoire
physique de l'ordinateur portable utilisé par les interprètes.
Le contenu de ce portable n'a été transféré sur le système
d'enregistrement « Courtlog » qu'à compter du 1er mai
2009, soit plus de huit mois après le prononcé des verdicts
et trois mois et demi après le prononcé des peines. De plus,
l'écoute de certains extraits de l'enregistrement fait aussi
voir que des échanges tenus en anglais seulement n'ont pas
été interprétés en français;
- La Cour cite l'arrêt L'Espinay, [2008] B.C.J. No. 86, qui a
décidé que l'art. 530.1g) C.cr. exige que toute
l'interprétation soit incluse au dossier du procès;
- L'appelant a soulevé un moyen subsidiaire consistant à
soutenir qu'il avait le droit de recevoir la transcription
écrite de l'interprétation de la preuve. Cet argument est
non fondé pour les raisons données dans l'arrêt L'Espinay
164
avec lesquelles la Cour est d'accord;
- L'appelant soutient qu'une série de jugements rendus par le
juge avant que ne soit rendu le verdict ont été écrits en
français seulement, et ce, en violation de l'alinéa 530.1h)
C.cr.. Or, parmi les nombreux jugements interlocutoires
rendus par le juge, dix ont été écrits en français seulement
et deux l'ont été dans les deux langues officielles. Bref,
dans certains cas, la règle édictée à l'alinéa 530.1g) C.cr. a
été complètement ignorée et, dans d'autres cas,
partiellement satisfaite seulement. Lorsqu'un jugement
n'est écrit qu'à moitié dans la langue de l'accusé, c'est que
son droit n'est qu'à moitié respecté. L'alinéa 530.1g) C.cr.
exige davantage. Les droits linguistiques d'un accusé ne
peuvent s'accommoder de demi-mesures;
- En l'espèce, il ne s'agit pas ici d'une « transcription
incomplète » au sens de l'arrêt Hayes ni d'un dossier
partiellement incomplet comme c'était le cas dans l'arrêt
Potvin. L'absence de la totalité de l'interprétation au
dossier du tribunal, et ce, durant toute la durée du procès
constitue une atteinte aux droits de l'appelant plus que
négligeable. De plus, le dossier de première instance, tel
que constitué, ne permet pas de garantir l'intégrité de
l'interprétation transférée tardivement sur le système
«Courtlog». À cela s'ajoute enfin l'impossibilité de
connaître avec précision l'étendue du contenu des
audiences qui n'a pas été interprété;
- Bref, le procès subi par l'appelant n'est pas
«essentiellement conforme aux dispositions de l'art. 530.1»
et ses droits linguistiques dans leur essence même n'ont pas
été respectés;
- Cela dit, compte tenu de l'ampleur des manquements
165
démontrés, l'appelant n'avait pas à alléguer un préjudice
particulier, les circonstances du dossier permettant d'en
inférer l'existence;
- En l'espèce, la seule réparation convenable réside ici dans
une ordonnance de nouveau procès.
Gagnon c. R.
Procédure
Production et trafic de cannabis
• 2 ans trafic et complot;
• 2 ans organisations
criminelles
Ordonnances de confiscation;
Procès bilingue : droit de l'accusé
de s'adresser au juge dans la
langue de son choix;
Le jury doit comprendre aussi
sans interprète;
Normes applicables aux
connaissances linguistiques du
jury;
Nouveau procès;
Ordonnance de confiscation peut
être rendue avant procès.
10-10-13 2013 QCCA 1744 - Les appelants se pourvoient contre les verdicts de
culpabilité prononcés relativement à diverses infractions
liées à la production et au trafic de cannabis;
- Même si les réponses données aux moyens d'appel que
partagent tous les appelants concernant différentes
violations de leurs droits linguistiques sont suffisantes pour
trancher l'appel sur les verdicts, il y a lieu de traiter de ces
moyens et de certaines des autres questions avancées par
un ou tous les appelants dans l'ordre suivant:
1. la décision d'ordonner un procès bilingue (W. Kyling);
2. les erreurs alléguées entourant la constitution du jury (tous les
appelants);
3. les compétences linguistiques du jury (tous les appelants);
- W. Kyling soutient avoir demandé que son procès se tienne
en anglais seulement (paragr. 530(1) C.cr.). Le juge a
rejeté sa demande. La poursuite demandait au juge
d'ordonner à W. Kyling de subir son procès en compagnie
de 18 autres coaccusés devant un juge et un jury parlant les
deux langues officielles du Canada (un procès bilingue).
Cette requête a été accueillie;
- W. Kyling soutient que le juge a commis une erreur
déterminante en basant sa décision sur les avantages
pratiques d'un procès bilingue et sur son caractère
équitable. Il ajoute qu'une telle ordonnance ne pouvait être
rendue qu'avec son consentement. Ce moyen d'appel doit
échouer;
166
- En dépit du fait que ses coaccusés ne parlaient pas tous la
même langue, il est indéniable que cette situation ne
pouvait atténuer le droit absolu de W. Kyling de voir ses
droits fondamentaux en matière linguistique respectés.
Cependant, le juge, dans l'exercice de son pouvoir
discrétionnaire, jouissait de la latitude nécessaire pour
décider que le respect de ces droits pouvait être assuré
autrement que par un procès tenu uniquement en langue
anglaise;
- La Cour se déclare en accord avec les principes énoncés
par la Cour d'appel de l'Ontario dans l'arrêt Sarrazin,
[2005] O.J. No. 1404;
- En résumé, un procès bilingue est celui qui respecte, «dans
la mesure du possible, le droit de l'accusé de subir son
procès dans la langue officielle qui est la sienne ». Un
procès de cette nature doit garantir à l'accusé et à son
avocat la possibilité de communiquer avec le juge et la
poursuite dans la langue officielle de son choix, et ce, tant
oralement que par écrit;
- Il doit aussi recevoir l'assurance que les jurés chargés de
décider du verdict comprennent de manière adéquate, sans
le filtre d'un interprète, le sens précis des débats tenus en
salle de cour, et ce, peu importe la langue officielle
employée par les acteurs concernés;
- Si les « circonstances de l'affaire » le permettent et à moins
que le pouvoir discrétionnaire du juge ait été exercé de
manière déraisonnable sur cette question, l'accusé qui
demande que son procès se tienne en anglais seulement ne
peut valablement s'opposer à une ordonnance de procès
bilingue. Dans les deux cas (procès dans la langue
officielle de l'accusé seulement ou procès bilingue), ses
167
droits linguistiques sont respectés;
- En résumé, le principe applicable en cette matière veut que
la pertinence d'une ordonnance de procès bilingue repose
sur la discrétion du juge du procès dont le pouvoir
d'appréciation doit s'appuyer sur les « circonstances de
l'affaire ». Or, contrairement à ce que soutient W. Kyling,
la discrétion que possède le juge en ce domaine n'est
aucunement tributaire du consentement de l'accusé;
-Le juge, au moment de rendre son ordonnance, a considéré
la participation de W. Kyling dans une entreprise
commune avec plusieurs des coaccusés parlant des langues
officielles différentes. Il était accompagné de six accusés
anglophones et douze accusés francophones. De plus, il a
tenu compte de la preuve de l'écoute électronique de 260
conversations tenues dans chacune des langues officielles,
et ce, dans une proportion plus ou moins équivalente.
Finalement il a retenu la nature des accusations portées
contre W. Kyling dont des complots avec certains des
coaccusés pour commettre les crimes reprochés et aussi
l'accusation d'avoir participé à une organisation criminelle
avec d'autres coaccusés;
- Les appelants soutiennent que le juge a erré en constituant
un jury mixte, c'est-à-dire un jury formé pour moitié de
francophones et d'anglophones. Ils considèrent que cette
façon de faire n'est pas conforme aux dispositions du Code
criminel;
- L'exigence d'un jury composé pour moitié de francophones
et d'anglophones ajoute peu au caractère bilingue du
procès. Elle permet en revanche d'assurer une
représentativité équivalente des communautés anglophones
et francophones au sein du jury. En l'espèce, cette réalité
168
conférait aux appelants un atout additionnel en ce qu'au
moins six jurés, en plus d'être bilingues, provenaient de
leur communauté linguistique respective;
- Bref, la décision du juge de procéder au choix des
candidats jurés en alternant le tirage au sort de leur nom à
partir de deux boîtes distinctes constituait une technique de
sélection originale par rapport à la pratique habituelle, mais
celle-ci n 'a pas eu pour résultat ici d'enfreindre les droits
linguistiques des appelants. Ce moyen d'appel doit donc
échouer;
- Les appelants remettent en question les compétences
linguistiques des jurés qui ont entendu leur procès. Ils
estiment que certains d'entre eux ne possédaient pas une
connaissance adéquate des deux langues officielles du
pays;
- Le juré bilingue est celui qui, sans l'aide de l'interprétation,
peut aisément évaluer la force probante de la preuve tout
en demeurant sensible aux subtilités qui entourent sa
présentation, peu importe la langue officielle employée.
Ce niveau de compréhension lui permet de saisir le sens
véritable des directives, souvent techniques, données par le
juge au jury. Aussi, le moment venu, le juré bilingue
pourra participer efficacement aux délibérations du jury, et
ce, dans les deux langues officielles sans être subjugué par
l'aisance des autres à communiquer leur propre opinion sur
la preuve entendue;
- Le juge a tout d'abord commis une erreur déterminante en
conduisant une enquête trop sommaire sur les capacités
linguistiques de certains des candidats jurés et en leur
confiant le soin d'évaluer eux-même leur niveau de
compétence en ce domaine. À cette étape du processus,
169
cette question relevait de sa seule discrétion. L'ordonnance
de procès bilingue nécessitait la mise en place d'une
procédure de vérification rigoureuse garantissant aux
appelants la sélection de jurés habiles à agir dans un tel
procès;
- Le juge a ensuite commis une erreur déterminante en
n'exigeant des candidats jurés qu'une connaissance
rudimentaire des deux langues officielles;
- Le juge ne pouvait limiter l'importance de la
compréhension des deux langues officielles aux seules fins
des délibérations du jury. Il était impératif qu'il se rassure
sur leur capacité à comprendre de manière adéquate la
preuve appelée à se dérouler devant eux et leur faculté à
pouvoir saisir ses directives, et ce, peu importe la langue
officielle utilisée;
- Lors des premiers jours du procès, deux jurés,
vraisemblablement francophones, ont demandé au juge des
écouteurs en vue de profiter, comme les accusés, du
service d'interprète de l'anglais au français;
- Dès l'instant où un juré s'en remettait à l'interprétation, il
devenait difficile, voire impossible, pour lui d'écouter en
même temps la preuve dans la langue originale où elle se
déroulait. Cette décision contrevenait donc à l'obligation
faite à un juré bilingue d'écouter le déroulement de la
preuve sans l'assistance d'un intermédiaire;
- Les droits linguistiques des appelants exigeaient que tous
les jurés consacrent exclusivement leur attention à l'écoute
en direct de la preuve, et ce, aux fins de bien saisir son
contenu et d'en apprécier les nuances. La lecture du
dossier fait voir que tel n'a pas été le cas;
- L'exigence que les procédures, la preuve et les directives
170
du juge au jury soient suivies dans la langue originale du
procès est absolue et ne tolère aucune exception. À partir
du moment où l'emploi de l'une des deux langues
officielles n'est plus possible en raison du manque de
compréhension de l'une d'elles par le juge ou le jury, il y a
alors atteinte au droit de l'accusé à subir son procès devant
une cour de justice institutionnellement bilingue. Lorsque
analysée sous l'éclairage des incidents ci-devant relatés,
l'atteinte est ici manifeste;
- Le dossier fait voir qu'il persiste un doute sérieux sur les
habiletés linguistiques de certains membres du jury de
sorte que les appelants ne sont pas assurés d'avoir été jugés
par un jury bilingue. La seule réparation efficace, compte
tenu de la nature de la violation en cause, réside dans une
ordonnance de nouveau procès;
- La Cour distingue les ordonnances de confiscation
concernant les biens infractionnels (art. 462.37) de celles
concernant les produits de la criminalité (art. 490(9)) et
mentionne que le domaine d'application de l'art. 490 C.cr.
est passablement limité.
06-06-13 2013 QCCA 1127 - The issue raised by Appellant is that of the right of an
accused to consecutive translation from and to one of the
Charte
official languages to and from another language. Since the
Appellant received whisper interpretation during his trial,
Interprétation simultanée;
which was not recorded, it is not possible to verify the
Requête en appel rejetée en
adequacy of the translation from French to Vietnamese that
l'absence d'indice que
was provided to him;
l'interprétation n'est pas adéquate.
- The right to consecutive translation of a language other
than French or English has so far not been deemed a
constitutional guarantee under article 14 of the
Nguyen c. R.
171
Constitutional Charter;
- The quality of the interpretation was not raised at any point
during the trial. In the absence of any indicia that the
interpretation was inadequate, there can be no violation of
the Charter on account of the interpretation being
simultaneous rather than consecutive. (See R. v. Roy
Martin, 2001 QCCA 1179);
- Appellant's position is that the appellant is entitled to a
new trial because the quality of the interpretation cannot be
verified. The requirement for such a verification is not part
of the linguistic requirements provided in s. 530.1g) of the
Criminal Code..
R. c. B.S.
Procédure
Commission d'examen des
troubles mentaux;
Conduite dangereuse avec + de 80
mg d'alcool;
Grave accident;
Incapacité à subir son procès de
façon permanente;
Appel de la décision;
Direct à la Cour d'appel, pas de
droit d'appel, doit soumettre au
Tribunal de 1e instance d'abord
08-10-13 2013 QCCA 1729 - Le Directeur des poursuites criminelles et pénales se
pourvoit contre une partie de la décision de la Commission
d'examen des troubles mentaux qui, dans le cadre d'une
révision annuelle du dossier de l'intimé, maintient sa
libération (art. 672.54 C.cr.), réitère son inaptitude à subir
son procès (art. 672.48 C.cr.) et recommande un arrêt des
procédures (art. 672.851 C.cr.);
- Lorsque l'accusé a été déclaré inapte à subir son procès par
un tribunal, la commission doit obligatoirement, lors d'un
examen ou réexamen, vérifier si celui-ci est désormais apte
à subir son procès (par. 672.48(1) C.cr.);
- Si tel est le cas, la commission doit ordonner le renvoi de
l'accusé devant le tribunal afin que ce dernier décide de son
aptitude à subir son procès (par. 672.48(2) C.cr.). Le
renvoi à procès par la commission n'est donc qu'une
opinion, sans véritable conséquence sur le fond de la
question de l'aptitude à procès qui ressort de la compétence
du tribunal. Le renvoi ne fait qu'obliger le tribunal à se
172
saisir de la question de l'aptitude de l'accusé à subir son
procès;
- Le poursuivant peut toujours saisir le tribunal d'une
demande de déclaration d'aptitude à procès (art. 672.32
C.cr.);
- Lorsque dans le cadre d'une réévaluation annuelle (art.
672.81 C.cr.) ou facultative (art. 672.82 C.cr.) la
commission conclut que l'inaptitude d'un accusé sera
permanente, sur la foi de la preuve, dont une évaluation
médicale, elle peut recommander, même proprio motu, un
arrêt des procédures (art. 672.851 C.cr.);
- La recommandation de prononcer un arrêt des procédures
est transmise au poursuivant, à l'accusé et à toute autre
partie qui, de l'avis de la commission, a un intérêt réel à
protéger les intérêts de l'accusé (par. 672.851(2) C.cr.);
- Le tribunal, une fois saisi de la recommandation, sera alors
libre de tenir ou non une audience à la suite de cette
recommandation (art. 672.851(3) C.cr.). S'il le fait, il
«
rend une ordonnance d'évaluation visant l'accusé », en
anglais : « shall order an assessment » (par. 672.851(5)
C.cr.);
- L'arrêt des procédures ne sera ordonné que si « [le tribunal]
est convaincu […] sur le fondement de renseignements
concluants, que l'accusé n'est toujours pas apte à subir son
procès et ne le sera vraisemblablement jamais », « qu'il ne
présente aucun danger important pour la sécurité du public
» et « que la mesure servirait la bonne administration de la
justice » (par. 672.851(7) C.cr.);
- Ce jugement d'arrêt pourra faire l'objet d'un appel (art.
672.852 C.cr.);
- En l'espèce, la décision de la commission comprend trois
173
volets : maintien de la libération, déclaration sur l'aptitude
et recommandation d'arrêt des procédures;
- L'avis d'appel ne porte cependant que sur le volet
d'inaptitude à subir un procès;
- Il n'existe pas de droit d'appel de ce volet de la décision de
la commission et il reviendra, le cas échéant, au tribunal
saisi d'une requête appropriée de statuer sur l'aptitude de
l'intimé à subir son procès en fonction du critère de la
capacité cognitive limitée requise par la jurisprudence;
- En obiter, la Cour ajoute que les commissaires ont erré
dans l'interprétation de l'arrêt R. v. Morrissey, 2007 ONCA
770, autorisation de pourvoi à la C.S.C. rejetée, 26 juin
2008, en confondant l'inaptitude à subir un procès et
l'incapacité de se remémorer la séquence des évènements
peu avant et après l'infraction dont est accusée une
personne;
- L'amnésie constitue certes un élément qu'un tribunal devra
considérer dans l'évaluation de l'ensemble de la preuve
avant d'arriver à son verdict. Mais, elle ne justifie pas un
verdict d'inaptitude à procès ou une recommandation
d'arrêt des procédures. Il n'existe aucune autorité dans la
jurisprudence canadienne, américaine ou britannique
reconnaissant l'amnésie comme motif d'inaptitude;
- Le fait de combiner cette amnésie à certaines limitations
découlant du traumatisme crânien et une fatigabilité de
l'intimé confond deux aspects de la situation de l'accusé
qui ne doivent pas l'être comme l'enseigne pourtant
clairement l'arrêt Morrissey. La fatigabilité de l'accusé et
une diminution de son attention et de sa vitesse de
traitement des informations pourront justifier des mesures
d'accommodement lors du procès, mais elles ne le rendent
174
pas pour autant inapte à subir son procès.
R. c. Roy
Procédure
Dépôt par la poursuite d'une
version antérieure contradictoire
d'un témoin de la poursuite;
Règle applicable;
Motion de non-lieu.
12-11-13 2013 QCCA 1927 - Le ministère public se pourvoit contre un jugement qui
accueille une requête en non-lieu de l'intimée et l'acquitte
d'un chef d'accusation de trafic de méthamphétamine;
- Le ministère public reproche au premier juge d'abord une
erreur dans son défaut de tenir un voir-dire pour établir la
fiabilité de la déclaration antérieure incompatible d'un
témoin clé; ensuite, d'avoir erré en acceptant le dépôt en
preuve de cette même déclaration; enfin, d'avoir erré en ne
tenant pas compte de cette déclaration en faisant droit à la
requête en non-lieu de l'intimée;
- La façon de procéder du juge sur la demande de voir-dire
du ministère public n'est pas exempte de reproches, certes.
À sa décharge toutefois, il faut noter que le ministère
public n'a pas cherché à clarifier si le juge acceptait le
dépôt en preuve de la déclaration pour établir la preuve de
son contenu ou pour une autre fin. Le ministère public ne
peut par contre à la fois se plaindre d'une absence de voirdire face à cette déclaration antérieure incompatible admise
en preuve et reprocher en même temps au juge le dépôt en
preuve de celle-ci alors qu'il l'a lui-même demandé;
- Cela dit, le troisième reproche du ministère public est plus
sérieux. Il est acquis que sur une requête en non-lieu,
l'intimée ne pouvait être libérée qu'en cas d'absence totale
de preuve à l'appui du chef d'accusation déposé. Les
enseignements de la Cour suprême à cet égard sont clairs;
- Or, comme les extraits cités en attestent, pour accorder la
requête en non-lieu, le juge a apprécié la preuve (y compris
la déclaration antérieure incompatible) et conclu qu'elle
était, en quelque sorte insuffisante pour justifier une
175
condamnation de l'intimée sur le chef d'accusation déposé.
Avec égards, il ne pouvait agir ainsi;
- Cependant, cela ne justifie pas d'accueillir l'appel en
l'espèce puisque l'erreur du juge n'a pas eu d'impact
véritable sur le résultat du procès.
11-11-13 2013 QCCA 2257 - Le requérant dépose une requête pour proroger le délai
d'une demande d'autorisation d'appel (article 678(2) C.cr.),
Procédure
une requête pour permission d'appeler d'une déclaration de
culpabilité (article 675 (1) a) ii) et (1.1) b) C.cr.) et une
Requête pour proroger délai
requête pour présenter une nouvelle preuve (article 683
d'appel;
C.cr.);
Requête pour permission
- La déclaration de culpabilité a été prononcée à la suite d'un
d'appeler;
plaidoyer de culpabilité sur deux chefs d'accusation;
Requête pour preuve nouvelle doit
- Au soutien de sa requête pour permission d'appeler, le
être soumise à un banc de 3 juges.
requérant allègue à titre de motif principal l'incompétence
de l'avocat qui le représentait en première instance. Il
s'agit d'un motif d'appel qui nécessite l'autorisation de la
Cour et non du juge unique (article 675 (1) a) (iii) C.cr.,
Lessard c. R., 2008 QCCA 1279);
- De même, la requête pour permission de présenter une
nouvelle preuve doit être présentée à une formation de la
Cour aux termes de l'article 683 C.cr.
LSJPA – 1369
Bonenfant c. R.
26-09-13
2013 QCCA
1679
Charte
Incompétence de l'avocat
équivalente à une erreur
judiciaire;
176
- L'appelant se pourvoit contre différents verdicts de
culpabilité le reconnaissant coupable d'harcèlement à
l'endroit de son ex-conjointe (deux chefs), enlèvement
parental (deux chefs), menaces de mort et bris de
probation;
- L'appelant reproche à l'avocate qui l'a représenté d'avoir
fait preuve d'une incompétence telle que, n'eût été de sa
Présomption de compétence de
l'avocat;
Fardeau de prépondérance;
Rejeté.
LSJPA – 1315
LSJPA – 1316
Procédure
Jeunes contrevenants;
conduite, les verdicts auraient été différents. Compte tenu
de la façon de faire de la procureure, il soutient avoir été
privé d'un procès équitable et les verdicts qui en découlent
sont, à ses yeux, une erreur judiciaire;
- La Cour rappelle les principes applicables à une situation
d'allégation d'incompétence;
- L'appelant doit faire la démonstration des faits au soutien
de ses allégations, établir la représentation non effective de
l'avocat ainsi que l'effet préjudiciable de la représentation
incompétente sur l'équité du procès ou sur la fiabilité du
verdict;
- La situation doit être envisagée en ayant à l'esprit qu'il y a
une présomption de compétence de l'avocat;
- L'appelant doit donc démontrer, par prépondérance des
probabilités, que la représentation inadéquate de son
avocat a résulté en un déni de justice à son endroit;
- La théorie que voulait avancer l'appelant en regard d'un
abus de procédure n'avait aucun fondement;
- Il peut arriver qu'un tribunal ordonne l'arrêt des procédures
lorsqu'il y a abus de procédure de la part de l'État. Mais de
telles situations sont limitées et le pouvoir du tribunal doit
être exercé avec grande parcimonie puisqu'une telle
réparation ne doit être accordée que dans les cas les plus
clairs.
07-06-13 2013 QCCA 1036 - Les appelants se pourvoient contre la déclaration de
07-06-13 2013 QCCA 1037 culpabilité prononcée à la suite de leur plaidoyer de
culpabilité à une accusation de vol qualifié. Ils veulent être
autorisés à retirer ce plaidoyer au motif qu'il était vicié en
ce qu'il résulterait de pressions indues exercées par leur
avocat en première instance. Ils plaident également que
177
Retrait de plaidoyer;
Comparution juillet;
Plaidoyer 22 septembre 2011;
Pas de rencontre avec l'avocat
entre ces 2 dates;
Rapidité des évènements;
Première présence à la cour;
Âge 15 et 16 ans;
Retrait plaidoyer;
Accordé.
l'avocat ne les a pas conseillés avec la compétence requise;
- Les appelants ne font pas valoir que la juge de première
instance n'aurait pas suivi les règles applicables aux
plaidoyers de culpabilité. Ils plaident plutôt que, si elle
avait su ce qu'il en était, elle aurait vraisemblablement
refusé ces plaidoyers;
- Rappel des exigences que doit satisfaire le plaidoyer de
culpabilité pour être valide;
- Sans affirmer que tous les reproches faits à l'endroit de
l'avocat sont démontrés, la preuve prépondérante établit
l'existence de pressions indues qui ont irrémédiablement
vicié les plaidoyers de culpabilité des deux appelants. En
d'autres mots, selon la nouvelle preuve, ils ne sont pas le
«résultat d'une décision issue d'une volonté consciente
chez l'accusé, de plaider coupable pour des raisons qu'il
juge appropriées». Il n'est pas question ici de se prononcer
de manière définitive sur l'existence de fautes
professionnelles, mais plutôt de décider s'il y a une preuve
prépondérante que le plaidoyer de culpabilité n'était pas
volontaire;
- Parmi les éléments de preuve retenus au chapitre des
pressions indues, mentionnons : l'absence d'information
entre la comparution du mois de juillet et le 22 septembre,
la rapidité avec laquelle se sont déroulés les événements le
jour du plaidoyer, l'inexpérience des appelants, le désir
qu'ils ont toujours manifesté de contester l'accusation en
proclamant leur innocence, l'affirmation selon laquelle ils «
n'avaient pas le choix » et devaient acquiescer au récit des
faits, leur crainte de la réaction de la juge à la suite des
remarques de l'avocat, tout cela, dans le contexte d'une
première présence en cour à 15 ou 16 ans avec le stress que
178
cela engendrait.
179
He c. R.
Charte
Voies de fait armées;
Voies de fait avec lésions
corporelles;
Intentionnellement heurté avec
son véhicule;
Allégations d'incompétence de
l'avocate;
Explication du droit au silence de
l'accusé.
25-03-14 2014 QCCA 625 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a déclaré
coupable de voies de fait avec utilisation d'une arme et de
voies de fait ayant causé des lésions corporelles;
- Il n'invoque qu'un seul moyen d'appel : l'incompétence de
l'avocate qui le représentait en première instance,
autrement dit, la violation de son droit à l'assistance
effective d'un avocat;
- Vu l'allégation d'incompétence et la teneur de la preuve
nouvelle (la déclaration sous serment de l'appelant, celle de
son avocate en première instance et les interrogatoires qui
ont suivi), il y a lieu d'en autoriser le dépôt aux fins de cet
appel;
- Par contre, cette preuve nouvelle ne démontre pas que
l'appel devrait être accueilli pour cette raison;
- L'arrêt R. c. G.D.B., [2000] 1 RCS 520, énonce la règle : la
conduite de l'avocat doit être analysée en fonction du
caractère raisonnable de ses décisions, une présomption de
compétence devant s'appliquer, et, quelle que soit notre
opinion sur la question, l'appelant doit démontrer qu'une
erreur judiciaire en a résulté. Autrement dit, il faut d'abord
s'interroger sur l'existence d'un préjudice : R. c. Roberge,
2011 QCCA 1596;
- L'appelant ne démontre ni l'incompétence de l'avocate, ni
l'existence d'un préjudice en ce qui a trait au devoir
d'information de l'avocate;
- Quant à la conduite de l'avocate pendant le procès, la
preuve ne suffit pas non plus à démonter un préjudice;
- En somme, même s'il y avait démonstration
d'incompétence, ce que la Cour ne prétend pas, l'absence
180
de preuve d'un préjudice est fatale en ce que l'appelant ne
fait pas voir en quoi l'avocate n'aurait pas représenté son
client de manière effective, ni en quoi le procès aurait été
inéquitable.
28-08-13 2013 QCCA 1434 - Poursuivis, par voie sommaire, pour huit infractions à la
Loi de l'impôt sur le revenu, infractions qui donnent
Procédure
également lieu à certaines réclamations proprement
fiscales, les appelants, dont M. Coderre est l'âme
Infractions en matière fiscale;
dirigeante, et l'intimée concluent en août 2007 une entente
Admission faite devant le Tribunal
visant le règlement global du dossier. En gros, les
que la poursuite peut faire une
appelants (et en particulier M. Coderre et la société Stpreuve hors de tout doute
Germain Transport ltée) ne contesteront pas la poursuite
raisonnable;
quant aux infractions 3 et 8, ce qui mènera à une
Demande par une partie d'être
déclaration de culpabilité sur ces chefs (ainsi qu'à un arrêt
relevée de ses admissions;
des procédures quant aux infractions 1, 2 et 7); les
Admission de la preuve n'est pas
appelants verseront diligemment 500 000 $ au fisc;
un plaidoyer de culpabilité;
l'intimée retirera les accusations relatives aux infractions 4,
Règle de respect des ententes pas
5 et 6; une suggestion commune sera présentée au juge du
la même en poursuite qu'en
procès quant à l'imposition d'une amende;
défense.
- Les appelants, en la personne de M. Coderre, se refusent à
plaider coupable. C'est vraisemblablement là la raison pour
laquelle les avocats des parties, le 17 septembre 2007,
signent un document intitulé « Admissions (Art. 655 Code
criminel) » aux termes duquel les appelants, aux fins des
chefs 3 et 8, reconnaissent non pas les faits comme tels,
mais plutôt que la preuve de l'intimée établirait hors de tout
doute raisonnable l'existence des éléments essentiels des
infractions en question. En somme, M. Coderre accepte –
encore que de mauvais gré – de participer à un processus
qui se soldera vraisemblablement par une déclaration de
Coderre c. R.
181
culpabilité, mais il n'est pas question pour lui (ou ses
sociétés) de plaider coupable;
- À la date prévue pour le procès, les avocats des parties
expliquent au juge les grandes lignes du règlement et
produisent le document signé le jour du procès;
- Toutefois, à la demande des parties, le juge ne se prononce
pas alors sur la culpabilité des appelants et reporte le
verdict à une autre date;
- M. Coderre change d'idée. Il annonce qu'il n'accepte plus
l'entente conclue avec l'intimée et préfère subir un procès
sur l'ensemble des chefs. Son avocat criminaliste cesse
alors d'occuper et celui qui lui succède présente au juge
une « requête pour retrait des admissions et pour
réouverture de la preuve »;
- Le juge rejette la requête et, appliquant à l'affaire des
critères analogues à ceux qui régissent le retrait d'un
plaidoyer de culpabilité accepté, puis entériné par une
déclaration de culpabilité, conclut que rien ne justifie le
retrait des « admissions » qu'a faites M. Coderre le 17
septembre 2007, par l'intermédiaire de son avocat, en son
nom et celui de l'appelante St-Germain Transport. À la
suite de ce rejet, séance tenante, à la suggestion de l'avocat
de l'intimée, le juge fait immédiatement inscrire au procèsverbal de l'audience un plaidoyer de culpabilité sur les
chefs 3 et 8;
- On doit d'abord s'interroger sur la nature des «admissions»
faites par l'avocat des appelants (et plus exactement des
appelants Coderre et St-Germain Transport) le 17
septembre 2007, admissions qui ne sont pas, faut-il le
noter, des aveux factuels directs;
- Admettre que le ministère public est en mesure de prouver
182
un fait hors de tout doute raisonnable équivaut-il à
admettre un fait au sens de l'article 655 C.cr.? Cela
équivaut-il à un plaidoyer de culpabilité?
- À la première de ces questions, on doit répondre ici par la
négative. Reconnaître, à la suite de négociations, la qualité
de la preuve du ministère public paraît relever de
l'admission de droit ou de l'admission de fait et de droit,
qui n'est pas un aveu au sens de l'article 655 C.cr. (aveux
lors du procès), plutôt que de l'admission d'un fait, même si
l'on peut penser que, par cette reconnaissance, l'accusé sait
qu'une déclaration de culpabilité risque de s'ensuivre;
- Outre les moyens de défense spéciaux, le Code criminel ne
reconnaît que deux types de plaidoyer (art. 606 C.cr.) : le
plaidoyer de culpabilité et le plaidoyer de non-culpabilité.
Le plaidoyer de culpabilité conditionnel n'existe pas, non
plus que le plaidoyer de nolo contendere (plaidoyer de
«non-contestation») – qui correspond assez à ce que les
appelants tentaient ici de faire, en réalité. Il est vrai,
cependant, que les parties à une poursuite pénale peuvent,
même sans qu'il soit question pour l'accusé de plaider
coupable, convenir qu'il fera certaines admissions de fait
ou s'engagera à ne pas contester la preuve de la poursuite
ou à ne pas présenter une défense. L'aveu des éléments
essentiels de l'infraction dans le cadre d'une telle entente
ou, de même, la non-contestation de la preuve offerte par
le ministère public peut entraîner une déclaration de
culpabilité;
- La déclaration de culpabilité n'avait pas encore été
prononcée lorsque l'appelant Coderre (pour lui-même et
ses sociétés) a voulu répudier l'entente conclue avec
l'intimée et retirer son consentement à la procédure
183
convenue;
- Tant que la déclaration de culpabilité n'est pas prononcée,
l'accusé qui, dans le cadre d'une négociation avec le
ministère public, a conclu une entente comme celle de
l'espèce, entente essentiellement processuelle, n'est pas
tenu d'y donner suite et peut la répudier. S'il le fait, il
n'attente pas au principe de la finalité des jugements ou à
l'intégrité des procédures, comme on pourrait vouloir le lui
reprocher s'il prétendait agir après la déclaration de
culpabilité;
- En répudiant une telle entente, l'accusé ne cause aucun
préjudice au système de justice ni au ministère public.
Celui-ci n'a pas de « droit » au plaidoyer de culpabilité; il
n'a pas de « droit » à ce que son fardeau de preuve soit
allégé par le consentement de l'accusé à participer à une
procédure abrégée ou expéditive;
- Commentaires de la Cour au sujet du droit du ministère
public de répudier une entente;
- Une entente sur plaidoyer, tout comme une entente portant
sur des admissions, ne peut être qualifiée d'irrévocable;
- Les règles relatives à la répudiation des ententes ne sont
pas les mêmes côté défense et côté poursuite, du moins
dans des circonstances comme celles de l'espèce;
- Au moment où il rejette la requête des appelants en retrait
des admissions, le 22 septembre 2009, le juge renvoie du
même souffle les appelants à procès, pro forma, sur les
accusations 4, 5 et 6. On se serait attendu à ce que
l'intimée, qui obtient par ce jugement le respect forcé de
l'entente sur les chefs 3 et 8, livre maintenant sa
contrepartie et retire les chefs en question. Mais ce n'est
pas ce qui se produit. Le procès sur les chefs 4, 5 et 6 aura
184
lieu en 2010, toujours devant le même juge, d'ailleurs, et
les appelants Coderre et Gestions SGT seront déclarés
coupables des infractions en question;
- Si le jugement de la Cour supérieure est maintenu,
l'intimée bénéficie, quant aux chefs 3 et 8, de la déclaration
de culpabilité prononcée à la suite du jugement refusant le
retrait des « admissions » des appelants et elle bénéficie
également d'une déclaration de culpabilité sur les chefs 4, 5
et 6, chefs qui devaient pourtant être retirés à la suite de
l'entente (ce qui était un élément crucial de celle-ci);
- Les appelants pouvaient retirer leur consentement à
l'entente négociée avec le ministère public et consignée
dans le document du 17 septembre 2007, document qui
devra donc être retiré aussi. La Cour retourne en
conséquence le dossier (chefs 1, 2, 3, 7 et 8) à la Cour du
Québec, chambre criminelle et pénale, pour qu'il y
reprenne son cours comme s'il n'y avait jamais eu
d'entente.
Zhang c. R.
Procédure
Retrait de plaidoyer;
Adressé au juge qui l'a reçu après
avoir fait l'adresse sous 606 C.cr.;
Doit démontrer ses moyens de
défense lors de la requête en
retrait de plaidoyer.
04-10-13 2013 QCCA 1770 - Le requérant présente une requête pour permission
d'appeler du jugement qui rejette sa requête en retrait de
plaidoyer de culpabilité;
- Le requérant cherchait à retirer son plaidoyer de culpabilité
au motif qu'il l'aurait fait sous la contrainte de ses coaccusés et en raison de menaces envers lui et les membres
de sa famille;
- Le requérant ne remet pas en cause la compétence de
l'avocat qui le représentait avant et au moment de
l'enregistrement du plaidoyer de culpabilité. Il reconnaît
avoir été bien représenté et bien conseillé par cet avocat;
- Le requérant avait notamment le fardeau de démontrer les
185
motifs sérieux et valables justifiant le retrait de son
plaidoyer de culpabilité. Dans ce contexte, il lui incombait
notamment d'établir qu'il avait des moyens de défense
valables et non futiles à présenter. Il ne pouvait se limiter
à inviter le juge à spéculer sur l'issue d'un procès à venir;
- Le requérant ne s'est aucunement déchargé de ce fardeau;
- En effet, la preuve administrée devant le juge se limitait au
témoignage du requérant livré en termes généraux, sans
aucune précision quant au(x) moyen(s) de défense si ce
n'est une vague allégation de contrainte;
- La tâche et la responsabilité d'évaluer la crédibilité du
requérant et de ses propos incombaient au juge de première
instance. Ce dernier a retenu que le témoignage du
requérant était truffé de contradictions ou
d'invraisemblances : il a clairement indiqué qu'il ne le
croyait pas;
- La Cour ne pourrait substituer sa propre appréciation des
faits à celle du juge de première instance qui a entendu la
requête alors qu'elle doit faire preuve de déférence.
Mastrocola c. Autorité des
marchés financiers
Procédure
Loi sur valeurs mobilières;
Prescription;
Amendements;
Règles d'interprétation.
05-07-13 2013 QCCA 1176 - Le 8 septembre 2008, le requérant est accusé de 29
infractions à la Loi sur les valeurs mobilières («L.v.m.»).
Treize chefs lui reprochent d'avoir exercé l'activité de
courtier en valeurs mobilières sans être inscrit à ce titre, et
ce, en violation de l'article 148 L.v.m., commettant ainsi
l'infraction prévue par l'article 202 L.v.m. et se rendant
passible de la peine prévue par cette disposition; onze lui
reprochent d'avoir aidé certaines sociétés à procéder aux
placements d'une forme d'investissement soumis à la Loi
sur les valeurs mobilières, et ce, sans prospectus, violant
ainsi l'article 11 L.v.m. et commettant l'infraction prévue
186
par les articles 202 et 208 L.v.m. et le rendant passible de la
peine prévue à l'article 204 L.v.m.; finalement, cinq chefs
lui reprochent d'avoir fourni des informations fausses et
trompeuses en violation de l'article 197(1) L.v.m., se
rendant ainsi passible de la peine prévue à l'article 204
L.v.m.;
- Ces infractions auraient été commises entre 1998 et 2003,
le dossier d'enquête a été ouvert le 14 avril 2004 et les
constats d'infraction sont datés du 5 septembre 2008;
- Le requérant est d'avis que la plupart des chefs
d'accusation portés contre lui sont prescrits et il présente
une requête visant à les faire rejeter. Le juge rejette cette
requête;
- Le 30 septembre 2011, la juge déclare le requérant
coupable de 25 des chefs d'accusation (soit 12 chefs relatifs
à l'absence d'inscription, 9 chefs relatifs à l'absence de
prospectus et 4 chefs relatifs aux informations fausses et
trompeuses);
- Le 4 octobre 2011, la même juge lui impose diverses
amendes totalisant 125 500$, payables en 18 mois;
- La Cour supérieure rejette l'appel du requérant. C'est de ce
jugement dont le requérant souhaite maintenant se pourvoir
devant la Cour d'appel;
- Les moyens d'appel que fait valoir le requérant ne
remplissent pas les conditions d'application de l'article 291
C.p.p.;
- À l'époque où se sont produits les faits qui ont donné lieu
aux accusations (c'est-à-dire 1998 à 2003), l'article 211
L.v.m. énonçait qu'une poursuite pénale pour la sanction
d'une infraction aux arts 11, 148 et 197 L.v.m. se prescrit
par 5 ans en lien avec la date d'ouverture du dossier
187
d'enquête;
- Il se trouve que les articles 11 et 48 L.v.m., qui sont au
nombre de ceux auxquels renvoie l'article 211 L.v.m., ne
créent pas, en eux-mêmes, d'infractions. C'est l'art. 202
L.v.m. qui prévoyait que «toute personne qui contrevient à
une disposition de la présente loi commet une infraction»
et est passible d'une amende;
- Or, plaide le requérant, au moment des faits litigieux,
l'article 211 L.v.m. ne mentionnait pas l'article 202 au
nombre des dispositions donnant prise à une infraction
prescriptible par cinq ans. Les articles 11 et 148 (qui soustendent la majorité des infractions reprochées au requérant)
y figurent, mais pas l'article 202, qui crée l'infraction
pénale rattachée à la violation des premiers. Il s'ensuit que
la prescription de 5 ans prévue par l'article 211 L.v.m., et
notamment aux infractions rattachées à une violation des
articles 11 et 148. Et si l'article 211 L.v.m., tel qu'en
vigueur à l'époque pertinente, ne s'applique pas, il faut
alors se rabattre sur le premier alinéa de l'article 14 C.p.p.,
qui édicte une prescription d'une année;
- Le raisonnement du requérant mène à une neutralisation
complète de l'article 211 L.v.m., du moins pour la période
en cause. En effet, comme la majorité des dispositions
énumérées par cet article ne créent pas d'infractions, c'est
par le biais de l'article 202 L.v.m. que leur violation est
sanctionnée par une infraction pénale. Par conséquent,
bien que le législateur édicte en toutes lettres que les
infractions aux dispositions ainsi énumérées se prescrivent
par cinq ans, il aurait, littéralement, parlé pour ne rien dire,
faute d'avoir inclus l'article 202 L.v.m. dans la liste. Cette
proposition ne tient pas;
188
- Il n'y a aucune inférence particulière à tirer du fait qu'en
2008, l'article 211 L.v.m. a été modifié et renvoie
désormais explicitement à l'article 202. Le législateur,
manifestement, a simplement voulu, par précaution, mettre
fin à des contestations qui survenaient avec une certaine
fréquence, s'il faut en croire la jurisprudence;
- Commentaire au sujet de l'exemption relative aux sociétés
fermées (art 5 L.v.m.);
- Enfin, tout en convenant que la peine « n'est pas
particulièrement clémente », la Cour n'accorde pas la
permission d'en appeler.
Gasgar c. R.
Procédure
Facultés affaiblies;
Absence de plainte au dossier;
Pas de sommation originale pas de
juridiction;
Arrêt des procédures.
05-06-13 2013 QCCA 1010 - Lors d'un procès à l'égard d'infractions punissables sur
déclaration sommaire de culpabilité, on constate qu'aucune
dénonciation originale ni aucune copie de celle-ci ne se
retrouve au dossier de la Cour municipale;
- Malgré tout, le juge d'instance reconnaît l'accusé coupable
et lui impose une peine;
- Le seul motif qui soutient la décision du juge d'instance
quant à l'existence à l'origine du dossier d'une dénonciation
dûment complétée, repose sur l'existence d'un document
intitulé « mémoire de frais ». Celui-ci contient une
annotation datée du 13 juillet 2006 où sous la colonne «
procédure » on coche la case indiquant : «confirmation,
citation, promesse, engagement». Des frais de 31 $ sont
comptabilisés. Des initiales illisibles apparaissent à côté
de la date du 13 juillet 2006 cosignée par l'apposition d'un
tampon;
- Il s'agit donc de déterminer si le juge d'instance pouvait
considérer que le mémoire de frais constituait une preuve
circonstancielle suffisante qui permettait de conclure
189
qu'une dénonciation en bonne et due forme existait à
l'origine du dossier;
- Quant à la preuve circonstancielle, la Cour supérieure ne
peut conclure que le document de mémoire de frais en
constitue une qui permet, sur la balance des probabilités et
donc par prépondérance de preuve, de conclure à elle seule
et en l'absence de tout autre témoignage ou document,
qu'une dénonciation en bonne et due forme existait à
l'origine au dossier du tribunal;
- Dans ces circonstances, le juge de la Cour supérieure était
justifié de conclure à l'absence de preuve de l'existence
d'une dénonciation assermentée; en ce faisant, il n'usurpait
pas le rôle du juge de la Cour municipale;
- Ainsi, vu l'absence de preuve secondaire de l'existence
d'une dénonciation assermentée, il était établi que la Cour
municipale n'avait pas compétence sur le dossier et l'intimé
ne pouvait rechercher un acquittement comme le concède
son avocat;
- La Cour supérieure ne pouvait par conséquent se limiter à
annuler le jugement sur la peine; elle devait aussi libérer
l'intimé des accusations.
Bourbeau c. Couture
Procédure
Requête en divulgation de la
preuve;
Excès de vitesse;
Refus de divulguer des preuves –
décision n'est appelable qu'après
23-05-13 2013 QCCA 967 - Le requérant demande l'autorisation de se pourvoir contre
un jugement de la Cour supérieure qui a rejeté la requête
en révision judiciaire du jugement rendu par la Cour du
Québec qui a rejeté une requête en divulgation de la
preuve;
- Le requérant est accusé d'avoir conduit un véhicule
automobile à une vitesse de 187 km à l'heure dans une
zone où la limite permise est de 100 km à l'heure;
- Par sa requête pour divulgation de la preuve, le requérant
190
qu'elle soit rendue au fond.
désire obtenir plusieurs documents ou informations relatifs
au cinémomètre. Entre autres choses, il demande l'année
de fabrication, la date d'achat, les documents de garantie, le
manuel d'opération du fabricant, le manuel d'entretien et de
calibrage, les documents relatifs à l'étalonnage, le dossier
de vie de l'appareil, les certificats de diapason, ainsi que le
certificat d'accréditation et de requalification de l'agent et
la preuve de sa compétence de l'étalonnement;
- Le juge de paix magistrat, après avoir entendu le
témoignage de deux policiers, rejette la requête, estimant
que les informations ou documents requis ne sont pas
pertinents au regard d'une défense pleine et entière. Il
précise que le manuel d'opération du fabricant n'émane pas
de la Sûreté du Québec et qu'il ne peut donc lui ordonner
de fournir ce document. Il reconnaît que la jurisprudence
est partagée sur cette question et refuse d'ordonner la
divulgation du manuel d'opération;
- Quant au manuel d'entretien et de calibrage, faisant
référence à l'arrêt D'astous, il estime que la jurisprudence
exige une démonstration que l'appareil est en bon état de
fonctionnement au moment de son utilisation, estimant que
le rapport d'infraction en fait foi;
- Après avoir bien établi qu'une décision interlocutoire en
matière pénale ne peut faire l'objet d'un appel immédiat,
mais que, par contre, la décision interlocutoire est
susceptible d'appel à la suite du verdict sur le fond du
dossier, la Cour supérieure rejette la requête en révision
judiciaire;
- Le juge estime que la seule question qu'il doit examiner est
celle de savoir si le juge de paix magistrat avait la
compétence nécessaire pour statuer sur la requête présentée
191
par le requérant;
- Dans l'affaire R. c. Tessier, J.E. 2003-1868, la Cour
rappelle qu'il appartient au juge saisi du fond d'effectuer un
contrôle des décisions du ministère public en matière de
divulgation de preuve. En effet, il y a toujours possibilité
que l'accusé puisse, au cours du procès, établir un
fondement à sa demande de communication de la preuve.
Ce n'est donc que si le refus de divulguer cause un déni de
justice que la Cour supérieure devrait intervenir. Nous ne
sommes pas encore rendus à cette étape : il y a toujours
une possibilité que le juge saisi du fond redresse le tir et
ordonne la communication des documents démontrant que
le radariste a reçu une bonne formation et qu'il s'est assuré
du bon fonctionnement de l'appareil. Comme la Cour l'a
établi dans l'affaire D'Astous, « lorsque la compétence du
policier et de l'utilisation adéquate de l'appareil est établie,
la vitesse indiquée par le radar fait preuve prima facie de la
vitesse du véhicule. »;
- Il est acquis qu'il est de la compétence du juge de paix
magistrat de disposer de la requête pour divulgation de la
preuve;
- La juge Bélanger convient toutefois qu'il est préoccupant
de constater que les jugements des cours municipales, de la
Cour du Québec (juges de paix magistrats et juges) et
même de la Cour supérieure vont dans tous les sens en ce
qui concerne le droit à la communication de la preuve
relative aux divers documents touchant les cinémomètres.
Chacun y va de son application de l'affaire D'Astous.
192
Hurens c. R.
Procédure
Demande de récusation du juge –
rejetée;
Appel de la décision de la Cour
supérieure;
CA : on doit minimiser les recours
en appel de jugement
interlocutoire.
01-10-13 2013 QCCA 1700 - L'appelant se pourvoit contre un jugement de la Cour
supérieure qui a rejeté sa demande de révision judiciaire à
la suite du refus du juge du procès de se récuser en raison
de décisions et de propos remis en question par l'appelant;
- Il est reconnu que les recours en révision judiciaire, qu'ils
soient de la nature d'un certiorari ou de la prohibition, sont
à proscrire lorsqu'ils portent sur des jugements
interlocutoires rendus en matière criminelle et pénale :
Forest c. La Reine, 2010 QCCA 861; Chun et al c. La
Reine, 2009 QCCA 612. En effet, ces décisions sont
susceptibles d'être éventuellement reformées en appel, de
sorte qu'il existe un autre moyen efficace de les contester :
P.G. Canada c. Gagné, 2009 QCCS 1614, et la
fragmentation des procédures en matière criminelle doit
être évitée en raison de tous les désavantages qui lui sont
associés : La Reine c. Magnotta, 2013 QCCS 4395; R. v.
Duvivier, (1991), 64 C.C.C. (3d) 20 ( C.A.Ont); R. c.
Mills, [1986] 1 R.C.S. 863;
- Il peut toutefois exister des cas rares où l'intérêt supérieur
de la justice nécessite une intervention immédiate de la
Cour supérieure (R. v. Duvivier, précité; R. v. Chu, 2011
ONSC 5322), par exemple, lorsque les remarques du juge
de première instance ou ses décisions sont telles qu'elles
peuvent affecter l'équité des procédures. Ce pourrait être le
cas d'une situation qui susciterait une crainte raisonnable
de partialité de la part du juge et où ce dernier aurait ainsi
perdu compétence.
193
Savard c. R.
Procédure
Autorisation d'appel en vertu de
l'article 839 C.cr.;
Question de droit seulement.
19-03-14 2014 QCCA 569 - Le requérant demande l'autorisation d'appeler du jugement
de la Cour supérieure qui rejette l'appel de sa
condamnation pour avoir conduit un véhicule à moteur
alors que son alcoolémie dépassait 80 milligrammes par
100 millilitres de sang;
- Le requérant, maintenant rendu à son deuxième niveau
d'appel, reprend les mêmes moyens d'appel soulevés
devant le juge de la Cour supérieure :
- Absence de motif raisonnable au soutien de son
arrestation;
- Le délai de deux heures entre son arrestation et la
prise d'échantillons sanguins a été dépassé;
- Le certificat du technicien qualifié ne précise pas
l'identité du requérant;
- Le requérant se serait intoxiqué involontairement.
- L'autorisation d'appel en vertu de l'article 839 C.cr. ne peut
porter que sur une question de droit seulement, et encore,
la demande d'autorisation doit comporter des circonstances
particulières ou un motif suffisant pour justifier
l'intervention de cette Cour;
- Les moyens d'appel que le requérant estime être des
questions de droit ne soulèvent aucun véritable débat
susceptible de transcender le sort de son pourvoi d'autant
plus que les infractions relatives à la conduite d'un
véhicule moteur avec les facultés affaiblies sont l'objet
d'une jurisprudence constante et ne souffrent pas de
controverse notoire;
- Il est de jurisprudence constante que la permission
d'appeler sous l'article 839 C.cr. doit être accordée avec
194
parcimonie. Ici, le requérant ne fait pas voir que le sérieux
de ses moyens d'appel nécessite l'intervention de la Cour.
Proulx c. R.
Procédure
Requête en révision de
cautionnement;
Absence de juridiction de la Cour
d'appel.
24-01-14 2014 QCCA 209 - Le requérant demande la permission de faire réviser par
une formation de la Cour d'appel un jugement prononcé
par un juge de la Cour supérieure qui, en vertu de l'article
521 C. cr., a annulé une ordonnance de libération sous
conditions rendue par un juge de la Cour du Québec
siégeant à titre de juge de paix à l'égard d'une demande de
mise en liberté provisoire en vertu de l'article 515 C.cr. et a
ainsi ordonné sa détention;
- Le requérant appuie sa demande sur le paragraphe 520(8)
C.cr. Il soutient que seule la Cour d'appel a compétence,
aux termes de ce paragraphe, pour réviser une décision
d'un juge de la Cour supérieure qui aurait commis une
erreur de droit lors de l'exercice du pouvoir de révision
prévu aux articles 520 et 521 C.cr.;
- Le ministère public conteste cette demande de permission.
Il plaide qu'une demande de révision, qu'elle soit logée en
vertu du paragraphe 520(8) C.cr. ou du paragraphe 521(9)
C.cr., relève de la compétence exclusive d'un juge de la
Cour supérieure. Subsidiairement, il ajoute que l'erreur de
droit ne donne pas ouverture au pouvoir de révision prévu
à ces paragraphes;
- Selon les paragraphes 520(1) et 521(1) C.cr., la demande
initiale de révision de l'ordonnance du juge de paix relève
de la compétence d'un « juge ». Les paragraphes 520(8) et
521(9) C.cr., prévoient qu'il ne peut être fait de nouvelle
demande en vertu de l'article 520 ou 521 avant l'expiration
d'un délai de 30 jours à moins d'avoir obtenu l'autorisation
d'un juge pour la présenter dans un délai plus court. La
195
«nouvelle demande», pour reprendre l'expression utilisée à
ces paragraphes, doit également être présentée devant un
«juge»;
- Le terme « juge » est défini aux articles 2 et 493 C.cr.
comme étant, dans la province de Québec, un juge de la
Cour supérieure ou trois juges de la Cour du Québec;
- Conséquemment, la Cour d'appel n'a pas compétence pour
réviser, en vertu des paragraphes 520(8) et 521(9) C.cr.,
une ordonnance rendue par un juge de la Cour supérieure
en vertu des articles 520 et 521 C.cr.
Richer c. R.
Procédure
Remise en liberté durant l'appel;
Critères applicables
18-04-13 2013 QCCA 692 - Déclaré coupable d'un chef d'accusation de conduite
dangereuse ayant causé la mort et de trois chefs
d'accusation de conduite dangereuse ayant causé des
lésions, l'appelant présente une requête pour remise en
liberté pendant l'instance d'appel selon l'art. 679(3) C.cr;
- Notion de détention nécessaire dans l'intérêt public (art.
679(3)c) C.cr.);
- Pour reprendre les propos de la juge Thibault dans l'affaire
Raîche, 2012 QCCA 1222, le troisième critère commande
d'analyser deux facteurs : d'une part, la protection et la
sécurité du public; d'autre part, la confiance du public dans
l'administration de la justice. Le premier volet nécessite
une évaluation du risque que présente l'appelant s'il est
remis en liberté pendant l'appel. Le deuxième volet se
rattache à la confiance du public;
- Sur le premier volet, le risque que peut représenter
l'appelant pour la protection et la sécurité du public est
minime si les conditions de sa remise en liberté sont
correctement resserrées, notamment par la remise de son
permis de conduire et le remisage de son véhicule pendant
196
l'instance d'appel;
- Sur le volet qui se rattache à la confiance du public, dans
Guité c. R., 2006 QCCA 905, le juge Doyon rappelle que,
dans l'analyse de ce second volet, le public dont il est
question est celui qui connaît les règles de droit et qui est
au fait des tenants et aboutissants du dossier. Comme le
note le juge Doyon, l'on renvoie ici à un public en mesure
de se former une opinion éclairée, en pleine connaissance
des faits de la cause et du droit applicable, sans être mû par
la passion mais bien par la raison;
- Dans un contexte où l'appel ne sera pas entendu avant
plusieurs mois, où les conditions de la remise en liberté de
l'appelant encadreront strictement ses agissements en
regard de la conduite d'un véhicule moteur et où l'effet de
la remise en liberté ne retardera que pendant une courte
période son emprisonnement si son appel devait être rejeté,
alors qu'inversement, il serait incarcéré inutilement si son
appel devait être accueilli, un public bien informé ne
perdra pas confiance dans l'administration de la justice si
l'appelant est remis en liberté sous conditions;
- La remise en liberté de l'appelant se justifie ici;
- Sur la notion d'intérêt public, voir aussi Deschâtelets c. R.,
2013 QCCA 871.
Tremblay c. R.
Procédure
Appel;
Requête pour être remis en liberté
durant procédures d'appel;
29-10-13 2013 QCCA 1880 - Tremblay est déclaré coupable d'avoir fait le trafic de
substances inscrites à l'annexe I (héroïne et
méthamphétamines) et aux annexes II et VII (haschich);
- M. Tremblay est condamné à purger une peine
d'incarcération de 30 mois;
- Il sollicite maintenant sa remise en liberté pendant l'appel;
- Dans la présentation des moyens de sa requête visant à
197
L'accusé ne bénéficie plus de la
présomption d'innocence.
Potvin c. R.
Procédure
Critères de remise en liberté
durant l'appel;
Appel non futile;
Facultés affaiblies;
Plan bien arrêté.
convaincre de son absence de dangerosité, l'appelant écrit
que « son délit présumé n'en est pas un avec violence ou
victime et prétend par le fait même qu'il ne représente pas
un danger pour la sécurité du public »;
- L'appelant se trompe quand il écrit que le délit n'est pas un
crime avec victimes. Le trafic de l'héroïne fait très
certainement des victimes parmi les usagers de cette
drogue dite « dure ». Les conséquences pour les usagers et
leurs familles peuvent être dévastatrices. L'avocate de
l'appelant plaide que le fait que les stupéfiants ne sont pas
entrés en circulation au pénitencier permet de dire qu'il n'y
a pas eu de victimes. Le juge Kasirer n'est pas d'accord, ne
serait-ce que pour les personnes impliquées dans la
commission de l'infraction, à savoir Jean-Louis Tremblay,
le détenu qui a reçu le témoin Linda Richer dans l'unité
familiale, et Mme Richer elle-même. L'appelant mesure
mal le sérieux de sa condamnation.
07-03-14 2014 QCCA 540 - Le requérant se pourvoit contre une décision qui l'a
reconnu coupable d'avoir eu la garde et le contrôle d'un
véhicule moteur alors qu'il avait les facultés affaiblies par
l'effet de l'alcool et de drogues (article 253(1)a) C.cr.);
- Le juge a aussi confirmé une suggestion commune des
parties en imposant au requérant une peine de deux ans
moins un jour d'emprisonnement. Il ne porte pas cette
décision sur la peine en appel;
- Le requérant demande, s'autorisant des dispositions de
l'article 679(3) du Code criminel, d'être mis en liberté en
attendant la décision de la Cour, sur l'appel de plein droit
qu'il a logé en regard du verdict prononcé par la Cour du
Québec;
198
- Les principes applicables à cette demande sont bien
connus. Il appartient en effet au requérant de démontrer
que son appel n'est pas futile, qu'il se livrera en conformité
avec les termes de l'ordonnance de mise en liberté et que sa
détention n'est pas nécessaire dans l'intérêt public;
- La Cour s'attarde au premier et au troisième critère;
- La preuve révèle que le requérant a été intercepté vers 9 h
30 alors qu'il s'affairait à réparer son véhicule automobile
en bordure du chemin public, non loin de sa résidence;
- Il n'est pas contesté que ses facultés étaient affaiblies par
l'effet de l'alcool et de certains médicaments. Le seul
élément qui fait réellement l'objet du débat judiciaire
devant la Cour du Québec porte sur l'appréciation du
«risque réaliste» que le véhicule puisse être mis en
mouvement et ainsi devenir un risque de danger;
- Le requérant reproche au premier juge d'avoir tiré une
inférence erronée des faits au regard du risque réaliste de
danger, ce qui l'a empêché de considérer, à son juste titre,
la preuve qu'il avançait;
- Le requérant n'a pas à démontrer que son moyen d'appel a
de grandes chances de succès;
- La peine infligée au requérant tient compte
particulièrement de ses nombreux antécédents judiciaires.
Il en est d'ailleurs à sa douzième condamnation, depuis
1972, pour une semblable infraction;
- La question qui se pose ici est celle de savoir si un public
bien informé pourrait garder sa pleine confiance en un
système de justice qui, tout en reconnaissant le droit d'un
délinquant d'appeler du verdict qui a conduit au prononcé
de sa peine, fait en sorte que, advenant une décision
favorable en appel, soit un acquittement, soit l'ordonnance
199
d'un nouveau procès, l'appel soit alors devenu sans objet
réel, puisque la peine prononcée aurait alors été
intégralement purgée;
- Il convient aussi de considérer que les actes qui ont mené à
l'imposition d'une peine d'emprisonnement à l'endroit du
requérant n'impliquent pas une forme de violence à
l'endroit d'autres personnes, non plus que des abus à
l'endroit de personnes faibles ou démunies. La protection
du public ne devient pas un facteur dont l'importance doit
ici primer;
- Le juge ordonne la mise en liberté provisoire du requérant.
Deschâtelets c. R.
Cabezas c. R.
Borris c. R.
Lagacé c. R.
Tousignant c. R.
Kranitz c. Canada (Procureur
général) (Hongrie (La))
Jean c. R.
10-05-13
27-03-14
27-03-14
26-03-14
27-03-14
27-03-14
2013 QCCA 871 - Demande de remise en liberté pendant la procédure en
2014 QCCA 621 appel;
2014 QCCA 622 - Critères de l'art. 679(3) C.cr.
2014 QCCA 623
2014 QCCA 634
2014 QCCA 654
04-04-14 2014 QCCA 686
Procédure
Critères de remise en liberté
pendant l'appel;
1) appel non futile;
2) se livrera si ordonnance à cet
effet;
3) détention pas nécessaire dans
l'intérêt du public.
200
Paquet c. R.
Procédure
Révision demande de remise en
liberté durant l'appel;
Avis d'appel plus précis et
nouveau moyen d'appel;
Pas de nouveau moyen permettant
la révision;
Refus;
Longue peine;
Crime avec violence.
05-03-14 2014 QCCA 434 - L'appelant présente au juge Gagnon une nouvelle
demande pour mise en liberté (art. 679 C.cr.) en attendant
la décision sur son appel des verdicts de culpabilité
prononcés contre lui le 26 octobre 2012. Il soutient que
depuis sa décision du 5 août 2013, qui rejetait sa première
demande de mise en liberté, des changements importants
sont survenus dans les circonstances entourant sa
situation;
- La lecture de sa seconde requête fait voir que les
nouvelles circonstances alléguées ne relèvent pas d'un
contexte factuel qui aurait évolué. Selon l'appelant, ces
nouvelles circonstances consisteraient plutôt en des
moyens d'appel plus précis et plus raffinés que ceux dont
faisait état son avis d'appel. Fort de cette prétention, il
invite le juge Gagnon à considérer ses moyens présentés
de manière plus élaborée dans son mémoire d'appel
déposé au greffe de la Cour le 5 février 2014;
- L'appelant demande aussi de retenir deux nouveaux
moyens d'appel qui se sont ajoutés à ses prétentions
originelles;
- Il convient d'abord de distinguer une requête en révision
d'une décision rendue par un juge de cette Cour présentée
à la juge en chef de la Cour d'appel (art. 680 C.cr.) d'avec
une nouvelle demande de mise en liberté (art. 679 C.cr.).
La révision, lorsqu'autorisée par la juge en chef,
comporte, pour l'essentiel, les caractéristiques d'un
véritable appel et est entendue par une formation de la
Cour. L'étude de la seconde demande de mise en liberté
est fondée quant à elle sur un changement de
201
circonstances survenues depuis la première demande.
Bien qu'il soit préférable que la seconde demande soit
tranchée par le même juge qui a rejeté la première, elle
peut aussi être décidée par un autre juge de la Cour;
- Les nouveaux moyens n'ont pas l'impact que leur prête
l'appelant;
- Le contenu du rapport présentenciel ne peut être ignoré au
stade d'une demande de mise en liberté.
202
I N F R A C T I O N S - DÉ F E N S E S
COUR
NOM DE LA CAUSE
Joubert c. R.
Infraction
Arme et chargeur cachés sous un
matelas;
Critères de l'art 95 C.cr.
DATE
D’ A P P E L
RÉFÉRENCE
ANNOTATIONS
11-10-13 2013 QCCA 1777 - L'appelant a été inculpé de diverses infractions, dont celle
d'avoir eu en sa possession une arme à feu prohibée non
chargée avec des munitions facilement accessibles pouvant
être utilisées avec celle-ci (art. 95(1) et 95(2)a) C.cr.);
- Cette arme et le chargeur contenant les munitions ont été
trouvés lors de la perquisition du domicile de l'appelant à
l'endroit indiqué par ce dernier aux policiers, soit dans la
chambre à coucher des maîtres, entre le matelas et le
sommier. Appelée à témoigner au soutien de la défense de
l'appelant, la conjointe de ce dernier a expliqué ce qui suit :
à l'insu de l'appelant, elle a caché l'arme sous le matelas et,
plusieurs semaines plus tard, un objet dont elle a
ultérieurement appris qu'il s'agissait du chargeur de cette
arme, contenant les munitions. Elle aurait agi ainsi afin de
rendre le domicile sécuritaire en prévision de
l'emménagement prochain de son fils. Le juge ne retient
pas ce témoignage et prononce un jugement de culpabilité
sur ce chef;
203
- L'appelant se pourvoit contre ce verdict de culpabilité. Il
soutient que le premier juge a erré en droit en concluant
que les munitions étaient « facilement accessibles »,
« readily accessible » selon la version anglaise, tel que
l'exige l'article 95 (1) C.cr., les autres éléments constitutifs
de l'infraction n'étant pas contestés;
- L'appelant plaide qu'il existe une divergence entre les
versions française et anglaise de l'article 95(1) C.cr. au
motif que l'on retrouverait dans la version anglaise une
notion de facilité et de rapidité quant à l'accès aux
munitions découlant du terme « readily », notion qui serait
par ailleurs absente de la version française;
- La proposition de l'appelant voulant qu'il y ait divergence
entre les versions française et anglaise ne résiste pas à
l'analyse;
- Ces expressions « readily accessible » et « facilement
accessibles » doivent être comprises dans le contexte de
l'article 95 C.cr., qui vise à protéger le public du danger
que représente la possession d'une arme chargée qui, en
soi, représente un danger imminent;
- L'article 95(1) C.cr. prohibe d'une part, la possession d'une
arme à feu chargée ou, d'autre part, si celle-ci n'est pas
chargée, la possession d'une telle arme avec des munitions
facilement accessibles qui peuvent être utilisées avec celleci. Dans ce dernier cas, l'infraction ne consiste pas
uniquement à être en possession 1) d'une arme à feu
prohibée ou à autorisation restreinte non chargée et 2) de
munitions qui peuvent être utilisées avec l'arme, mais
plutôt d'être en possession d'une telle arme à feu non
chargée avec des munitions facilement accessibles qui
peuvent être utilisées avec celle-ci, la situation présentant
204
alors des caractéristiques s'apparentant à celles de
l'individu qui se trouve en possession d'une arme chargée.
La version anglaise est au même effet en ce qu'elle utilise
l'expression « (…) together with readily accessible
ammunition […]»;
- Dès lors, déterminer si l'accusé est en possession d'une
arme non chargée « avec des munitions facilement
accessibles » ou « together with readily accessible
ammunition » peut dépendre de divers facteurs, dont
notamment la proximité, l'accessibilité temporelle, la
facilité mécanique avec laquelle l'arme peut être chargée,
qu'il revient au juge des faits de pondérer selon les
circonstances de l'espèce;
- Pour le juge de première instance, la preuve établissait hors
de tout doute raisonnable qu'il y avait, entre le matelas et le
sommier, à un endroit que connaissait l'appelant et auquel
il avait en conséquence facilement accès, une arme non
chargée avec des munitions idoines, elles-mêmes
facilement accessibles et utilisables. Rappelons que cette
analyse fait suite à la conclusion du juge non contestée que
la preuve démontrait hors de tout doute raisonnable la
possession par l'appelant de l'arme et des munitions,
élément essentiel de l'infraction qui requiert la preuve des
critères de contrôle et de connaissance desdits objets. Dès
lors, le premier juge n'a commis aucune erreur de droit.
Corriveau c. R.
Infraction
Conduite dangereuse;
12-06-13 2013 QCCA 1078 - L'appelant interjette appel du jugement qui le déclare
coupable de l'infraction d'avoir conduit un véhicule
automobile de façon dangereuse pour le public et d'avoir
causé par là des lésions corporelles au plaignant J… F…
(art. 249(3) C.cr.);
205
C'est un écart marqué que de
pousser dans l'accotement un
véhicule.
Richer c. R.
Infraction
- Il soutient que le verdict est déraisonnable au motif que le
juge n'a pas tenu compte de l'ensemble de la preuve, le
privant ainsi d'un doute raisonnable sur l'accusation telle
que portée contre lui;
- Le juge a retenu que le plaignant et l'appelant entretenaient
un profond désaccord au point où, dans les instants
précédant les événements en cause, le premier avait voulu
s'en prendre physiquement au second;
- Il a aussi considéré les photographies des ornières laissées
par les pneus du véhicule conduit par l'appelant démontrant
que celui-ci avait quitté progressivement sa voie pour se
diriger vers la droite, à l'extrême limite de la route, pour
pratiquement empiéter sur la végétation qui la longeait et
venir frapper le plaignant qui s'y trouvait;
- De plus, il accepte la version du plaignant la jugeant
crédible sur ces aspects essentiels. Celle-ci était
corroborée par une preuve indépendante, en l'occurrence
des photographies des lieux et le témoignage du policier
expliquant les traces laissées sur le chemin de gravier par
les pneus du véhicule en cause;
- Sous l'éclairage de ce qui précède, il s'est dit d'opinion que
la façon de conduire de l'appelant sur cette partie de la
route était plus qu'une simple imprudence. Elle constituait
en l'espèce un écart marqué par rapport à la norme de
diligence que respecterait une personne raisonnable placée
dans la même situation. Cette détermination est
inattaquable.
15-01-14 2014 QCCA 101 - Illustration d'une conduite dangereuse au sens de l'art. 249
C. cr.;
- S'il est vrai que le juge fait état de consommation d'alcool
206
et d'un antidépresseur, on ne peut prétendre qu'il en tire
l'inférence que la capacité de conduire de l'appelant était
affaiblie. D'une part, il précise ne pas avoir la connaissance
d'office des effets d'une telle consommation, mais ajoute
partager les dires « de l'accusé qui lors de son témoignage
a affirmé qu'il aurait été préférable de ne pas mélanger ces
deux substances. Cette opinion repose sur le gros bon sens
et la logique de toute personne raisonnable ». Bref, même
s'il n'y a pas de preuve de facultés affaiblies, cette prise de
médicament et d'alcool, même à quelques heures
d'intervalle, est pertinente pour établir l'état d'esprit de
l'appelant et s'ajoute aux autres éléments pertinents à la
mens rea;
- En somme, la Cour est d'avis que le juge n'a commis
aucune erreur de droit pouvant avoir un impact sur le
jugement et qu'il « n'a commis aucune erreur déterminante
en concluant à la culpabilité » de l'appelant (2012 QCCQ
3518).
Conduite dangereuse causant la
mort;
État d'esprit s'ajoute aux autres
éléments de la mens rea.
Bourgault c. R.
Peine
Conduite dangereuse (course de
rue);
Décès d'une personne;
Lésions corporelles;
Mettre en danger un enfant de
moins de 10 ans;
Critères course de rue;
Sentence;
14-02-14 2014 QCCA 273 - À la suite d'un accident de la route ayant coûté la vie à une
personne, l'appelant est reconnu coupable par la Cour du
Québec de cinq chefs d'accusation, soit, de conduite
dangereuse, à l'occasion d'une course de rue, ayant causé la
mort d'une personne (art. 249.4 (4) C.cr.) et des lésions
corporelles à une autre (art. 249.4 (3) C.cr.), de délit de
fuite (deux chefs, art. 252 (1.3) a) et (1.3) b) C.cr.) et
d'avoir mis en danger la vie d'un enfant de moins de 10 ans
(art. 218 C.cr.). Il se pourvoit à l'encontre de ce jugement;
- La juge de première instance lui a par la suite infligé une
peine globale de six ans, dont elle soustrait la période de
détention provisoire de 409 jours, soit une peine nette de
207
Beaucoup d'antécédents;
Âgé de 34 ans;
Son fils était à bord du véhicule;
Prison 6 ans;
Interdiction de conduire de 8 ans à
compter de la peine.
58 mois d'emprisonnement, avec interdiction de conduire
tout véhicule pendant huit ans à compter de l'imposition de
la peine. L'appelant demande l'autorisation de se pourvoir
et le cas échéant de faire appel de ces peines;
- La Cour annule le verdict de culpabilité relatif à l'infraction
prévue à l'art. 218 C.cr. et substitue une peine de 45 mois;
Verdict :
- Les motifs d'appel sont regroupés sous six thèmes :
1. la conduite dangereuse à l'occasion d'une course de rue;
2. l'appréciation du témoignage de l'appelant et de la preuve en
défense;
3. le droit de l'appelant à une défense pleine et entière;
4. le verdict de délit de fuite;
5. la mise en danger de la vie de l'enfant de l'appelant;
6. la preuve nouvelle et les verdicts incompatibles.
- Bien qu'une course de rue comporte un risque prévisible et
inhérent, le juge ne doit pas automatiquement inférer une
conduite dangereuse coupable, au sens de l'alinéa 249 (1)
a) C.cr., de la seule conclusion voulant que l'accusé ait
participé à une telle course. La notion de « course de rue »
ne constitue pas, à elle seule, une infraction. Elle relève
d'un état de fait qui doit être établi, en plus de la conduite
dangereuse coupable selon l'article 249 C.cr., pour donner
lieu à l'application de peines distinctes de celles relatives à
la seule infraction de conduite dangereuse;
- En d'autres mots, aux fins de l'article 249.4 C.cr., à l'égard
de l'actus reus, le juge doit être convaincu hors de tout
doute raisonnable de l'existence d'une course de rue et
d'une conduite dangereuse au sens de l'article 249 C.cr. La
faute, quant à elle, demeure celle relative à l'infraction de
conduite dangereuse, soit « un écart marqué par rapport à
la norme de diligence que respecterait une personne
208
raisonnable placée dans la même situation »;
- La preuve de « l'intention de courser » de l'accusé n'est pas
requise sous l'art. 249.4 C.cr.;
- Notion de « course de rue » au sens de l'art. 2 C.cr.;
- La preuve établit : 1) le départ inhabituel des véhicules aux
feux de circulation, qui « décollent » à grande vitesse, en
faisant un bruit de moteur (« les moteurs rinçaient ou
grondaient ») et qui « zigzaguent » alors que la fumée
s'échappe des pneus; 2) la distance qui s'installe
rapidement entre, d'une part, les véhicules de l'appelant et
de M. Blais, et d'autre part, ceux immédiatement situés
derrière eux aux feux de circulation; 3) au moment de la
collision, les véhicules de l'appelant et de M. Blais
circulaient à tout le moins 79 km/h dans une zone de 50
km/h, vitesse que la juge qualifie d'excessive dans les
circonstances; 4) les véhicules démarrent et demeurent côte
à côte, dans la même direction, en accélération continuelle
jusqu'au moment de l'impact; 5) l'interaction entre les deux
véhicules, chacun semblant vouloir démarrer en premier et
se dépasser; 6) la qualification des témoins voulant que
l'appelant et M. Blais coursaient. À l'exception du dernier
point, les éléments sur lesquels la juge appuie sa
conclusion sont concrets et vont au-delà de la perception
des témoins qui auraient pu être influencés par les
conséquences tragiques de l'accident. Sa conclusion
s'appuie sur une interprétation raisonnable de la preuve;
- Dans ce contexte, la distance entre les feux de circulation
et le point d'impact (190 mètres) ne constitue pas un
facteur suffisant, à lui seul, pour écarter la conclusion de la
juge de première instance. Une course de rue peut résulter
d'un acte spontané et découler d'une entente tacite, même
209
entre des conducteurs qui ne se connaissent pas. Comme
le soulignait la Cour d'appel de l'Alberta, « there only
needs to be a joint venture ». Le fait que la course se
termine rapidement en raison de l'accident n'en modifie pas
pour autant la qualification;
- L'actus reus de cette infraction est fonction de la façon de
conduire de l'accusé, et non de la conséquence de celle-ci.
Ce qui constitue une façon dangereuse de conduire au sens
de l'alinéa 249 (1) a) C.cr. est une question de fait et à cette
fin, les éléments de preuve retenus par la juge de première
instance pour conclure à l'existence d'une course de rue
sont, sans contredit, déterminants. Mais en plus de ces
facteurs, la juge de première instance retient également que
cette course de rue a eu lieu vers 12 h, sur une artère
principale de la ville de Sherbrooke, entourée de
commerces, à un endroit qualifié d'« achalandé » par
l'appelant. La preuve acceptée par la juge permettait ainsi
de conclure, hors de tout doute raisonnable à l'actus reus
de l'infraction de conduite dangereuse;
- Quant à la mens rea, contrairement à ce que plaide
l'appelant, c'est à bon droit que la juge ne s'attarde pas à
déterminer si l'appelant avait l'intention de courser, mais
concentre plutôt son analyse sur la faute rattachée à la
conduite dangereuse, c'est-à-dire si, à la lumière de
l'ensemble des circonstances, la façon de conduire de
l'appelant représentait un écart marqué par rapport à la
norme d'un conducteur raisonnablement prudent;
- Contrairement à ce que soutient l'appelant, la juge n'a pas
opposé la preuve de l'accusé à celle du ministère public,
mais a soupesé les témoignages en défense pour conclure
que ni celui de l'appelant ni l'ensemble de la preuve n'ont
210
laissé subsister de doute raisonnable quant à la culpabilité
de ce dernier;
- La juge ne commet aucune erreur lorsqu'elle réfère, dans
son analyse, à l'intérêt de l'appelant et de M. Blais pour les
courses d'accélération, de même qu'à leur participation à ce
genre d'épreuves. Ces éléments factuels ont été mis en
preuve par la défense et ne réfèrent, en soi, à aucune
inconduite ni aucune preuve de mauvais caractère de la
part de l'accusé;
- Le troisième moyen de l'appelant repose sur l'expertise
complémentaire effectuée par l'expert en reconstitution
moins d'un mois avant le début du procès. Il affirme ne pas
avoir été en mesure d'assister à cette reconstitution,
laquelle, au surplus, a eu lieu sans avoir recours à son
propre véhicule, qu'il conservait pourtant à cette fin. Seule
une nouvelle reconstitution effectuée dans un tel contexte
lui aurait permis de présenter une défense pleine et entière.
Il ajoute avoir également été privé d'un tel droit en ayant
dû procéder au contre-interrogatoire des témoins du
ministère public sans avoir le bénéfice d'une vidéo d'une
reconstitution effectuée avec son propre véhicule;
- Bien que sa demande de remise ait été refusée en début de
procès, l'appelant aurait pu, si cela s'était avéré nécessaire,
demander un ajournement, comme la juge de première
instance l'avait invité à le faire;
- Ensuite, il lui revenait de procéder à sa propre expertise,
avec son véhicule, s'il le jugeait nécessaire pour assurer sa
défense. Rien dans le déroulement du dossier n'a fait
obstacle à cette possibilité. Tout au contraire, à plusieurs
reprises au cours du procès, la juge de première instance
l'invite à présenter une requête à cet effet, ce qu'il décidera
211
finalement de ne pas faire;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction de délit de
fuite dans le contexte où le véhicule conduit par l'appelant
n'est pas entré en collision avec quoi que ce soit;
- Le témoignage de l'appelant, auquel la juge n'ajoute pas
foi, ne pouvait constituer une « preuve contraire »
permettant de renverser la présomption du paragraphe 252
(2) C.cr.;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction prévue à l'art.
218 C.cr. : arrêt A.D.H., 2013 CSC 28;
- En l'espèce, la preuve ne permet pas de conclure, hors de
tout doute raisonnable, que l'appelant était conscient du
risque pour la vie ou la santé de son enfant et qu'il a
persisté malgré tout. Cette conclusion repose sur les
circonstances particulières de ce dossier, où la conduite
fautive de l'appelant se déroule sur une distance de 190
mètres, à l'intérieur d'un court laps de temps;
- En dernier lieu, l'appelant souligne que, postérieurement au
jugement de première instance, M. Blais a subi son procès
devant jury au terme duquel il a été acquitté des deux
mêmes accusations de conduite dangereuse, lors d'une
course de rue, ayant causé la mort d'une personne (art.
249.4 (4) C.cr.) et des lésions corporelles à une autre (art.
249.4 (3) C.cr.), mais reconnu coupable de l'infraction de
conduite dangereuse (art. 249 (1) a) C.cr.). Il plaide dès
lors que les verdicts seraient contradictoires et
incompatibles;
- L'incohérence entre deux verdicts peut rendre la décision
déraisonnable. Par contre, comme le rappelait récemment
le juge Doyon dans l'arrêt Verret c. R., 2013 QCCA 1128,
« […] La situation est toutefois différente lorsqu'il s'agit de
212
deux accusés : LSJPA-0917, 2009 QCCA 951. La nature
et la force probante de la preuve peuvent varier d'un procès
à l'autre. […] ». Tel est le cas en l'espèce;
- Bien que la définition de course de rue implique
effectivement au moins deux véhicules moteurs et donc
deux conducteurs, l'acquittement de M. Blais, dans son
propre procès, sur le chef de conduite dangereuse à
l'occasion d'une course de rue, n'entache pas pour autant la
validité de la condamnation de l'appelant pour cette même
infraction, dans un procès distinct;
Peine :
- La Cour regroupe sous deux thèmes les moyens d'appel de
l'appelant, soit la peine d'emprisonnement et le calcul du
crédit accordé pour sa détention provisoire;
- La conclusion de la première juge voulant que les facteurs
aggravants l'emportent sur les facteurs atténuants est
raisonnable et le demeure, bien que l'appelant doive être
acquitté de l'infraction d'avoir mis en danger la vie d'un
enfant de moins de 10 ans (art. 218 C.cr.). Le fait
demeure, son fils de 7 ans prenait place du côté passager
avant lorsque l'appelant s'est engagé dans une course de
rue, ce qui constitue sans contredit un facteur aggravant;
- Depuis 1993, l'appelant n'a, essentiellement, pas connu
d'accalmie judiciaire, ayant à son actif plus de 16
accusations criminelles dont certaines portent sur des actes
de violence sur des personnes (voies de fait) et d'autres sur
des infractions de production de cannabis et possession
dans le but d'en faire le trafic commises alors qu'il est en
attente de son procès dans le présent dossier. Quant à son
dossier de conduite automobile, il comporte plus de 66
constats d'infraction, entre 2000 et 2009, dont 5 excès de
213
vitesse, entre 2002 et 2008, et 11 infractions relatives à des
bruits de véhicule par démarrage et par accélération rapide.
La similitude et la proximité de ces dernières infractions
avec la conduite dangereuse, à l'occasion d'une course de
rue, justifiaient la juge de première instance de les prendre
en considération. De plus, l'ensemble du dossier de
l'appelant permettait à la juge de conclure qu'il démontre
«clairement un mode de vie relativement marginalisé» et
que « cette désobéissance aux règles de sécurité routière
prend ici une dimension importante »;
- Elle énonce également correctement les principes en
précisant qu'elle ne tient pas compte que l'accusé n'ait pas
exprimé de remords ni présenté d'excuses aux victimes et
leurs proches, puisqu'il a porté sa déclaration de culpabilité
en appel;
- La Cour distingue le présent dossier et celui de l'arrêt Roy,
2013 QCCA 53;
- Les auteurs Parent et Desrosiers exposent la fourchette des
peines prononcées en matière de conduite dangereuse et les
divisent en trois groupes : (1) peine de l'échelon inférieur,
entre six mois à un an; (2) peine médiane, entre un an et
demi à deux ans; et (3) peine de l'échelon supérieur, entre
deux ans et demi à quatre ans allant jusqu'à six ans;
- À propos de l'augmentation de la sévérité des peines
prévues à l'art. 249.4 C.cr., la Cour mentionne que la juge
de première instance ne pouvait faire fi de ce choix
législatif, le principe fondamental de la détermination de la
peine voulant que celle-ci soit notamment proportionnelle
à la gravité de l'infraction (art. 718.1 C.cr.);
- En l'espèce, tout comme dans les arrêts R. c. Kelly, [1997]
J.Q. 2360, et R. c. Dupuis, 2010 QCCA 1121, il ne fait
214
aucun doute que la peine globale de 6 ans est lourde et peut
paraître sévère, en ce qu'elle se situe à la partie supérieure
de la fourchette des peines prononcées;
- La Cour ne peut cependant conclure que la peine imposée
par la juge s'écarte de façon marquée et substantielle des
peines habituellement infligées pour ce type d'infraction et
ce type de délinquant. Le terme de six ans doit être
replacé, d'une part, dans le contexte de la peine maximale
de 14 ans et d'un emprisonnement à perpétuité prévues aux
paragraphes 249.4 (3) et (4) C.cr., et d'autre part des
circonstances de l'espèce. Comme le souligne la juge du
procès, les facteurs aggravants sont accablants, malgré
l'absence de préméditation à titre de facteur atténuant;
- La brièveté de la course (sur 190 mètres) ne justifie pas
une intervention de la Cour, celle-ci ne s'expliquant qu'en
raison de la survenance de l'accident et non d'un choix
délibéré de l'appelant;
- L'appelant plaide que la juge de première instance a erré en
droit lorsqu'elle analyse la période de détention provisoire
en fonction des nouveaux paragraphes 719(3) et 719 (3.1)
C.cr., tels que modifiés par la Loi sur l'adéquation de la
peine et du crime entrée en vigueur le 22 février 2010,
alors que la dénonciation a été déposée le 27 mai 2009;
- Le ministère public concède l'erreur du juge; elle devait
plutôt analyser la question en fonction de l'article 719 C.cr.
en vigueur au moment de la dénonciation;
- La pratique, qui consistait à créditer le double de la période
passée en détention provisoire, doit s'appliquer en l'espèce.
215
Pardi c. R.
Infraction
Conduite dangereuse causant la
mort;
Accident 31 octobre 2007, mort
d'une enfant de 3 ans;
Analyse de la mens rea requise;
Une personne raisonnable aurait
anticipé le danger;
2 moins 1 jour avec sursis;
Peine clémente.
20-02-14 2014 QCCA 320 - L'appelant conteste un verdict de culpabilité relatif à une
infraction de conduite dangereuse causant la mort survenue
le 31 octobre 2007 et le ministère public en appelle de la
peine d'emprisonnement avec sursis de deux ans moins un
jour accompagnée d'une interdiction de conduire de 3 ans;
- La Cour rappelle la norme d'intervention qui doit la guider
(paragr. 28);
- La Cour rappelle que les juges ne sont pas tenus de
formuler explicitement toutes les étapes décrites dans
l'arrêt D.W. car il ne s'agit aucunement d'un rituel
formaliste;
- La Cour revient sur la norme d'intervention lorsqu'un
moyen d'appel remet en question la suffisance des motifs
livrés par le juge du procès : la Cour doit s'assurer que les
motifs dans leur ensemble démontrent que le juge avait
conscience des questions fondamentales en litige et qu'il
les a résolues;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction de conduite
dangereuse;
- Il est rare qu'un type de conduite soit à lui seul, ou en tant
que tel, qualifié de dangereux. La jurisprudence fait porter
son analyse sur divers facteurs qui sont fréquemment
associés à la notion de conduite dangereuse : la vitesse
excessive, la conduite agressive, le comportement du
conducteur en conduisant (le fait, par exemple, de
s'endormir au volant), l'intoxication, l'intensité de la
circulation ou la présence de piétons, l'omission de
respecter un arrêt obligatoire ou un feu rouge, le fait de
conduire à contresens, la surcharge du véhicule et le
216
stationnement ou l'arrêt du véhicule sur une voie fortement
fréquentée. Il importe cependant d'évaluer la conduite en
cause en tenant compte de toutes les circonstances. La
présence d'un seul de ces facteurs dans la conduite de
l'accusé ne permet pas de conclure automatiquement à de
la conduite dangereuse;
- Un permis d'apprenti conducteur crée pour son titulaire
l'obligation d'être accompagné en tout temps lorsqu'il
conduit un véhicule moteur. Le fait pour l'appelant d'avoir
conduit non accompagné alors qu'il était titulaire d'un tel
permis constitue d'un point de vue objectif une conduite
dangereuse pour le public. Cette obligation pour un
apprenti conducteur de toujours être accompagné n'est pas
à prendre à la légère car elle a pour finalité de protéger le
public contre l'inexpérience d'un conducteur qui ne s'est
pas encore pleinement qualifié selon la réglementation
routière, et contre le risque qu'il peut faire courir au public
s'il n'est pas accompagné. Une personne raisonnable qui
n'est titulaire que d'un permis d'apprenti ne prendrait pas la
route de cette manière, que ce soit que pour faire le tour du
pâté de maisons (selon la déposition de l'appelant) ou pour
se rendre chez une amie (selon la déposition de X). Ce
n'est pas parce que la mère de l'appelant et son ancien
patron témoignent que l'appelant conduisait bien en leur
présence que l'on peut passer outre à l'exigence de
l'obtention d'un permis de conduire et conduire non
accompagné;
- Le juge relève comme une circonstance à prendre en
compte le fait que l'appelant conduisait une voiture munie
d'une transmission manuelle, avec laquelle il n'avait pas
l'habitude de conduire. La Cour ne voit pas en quoi ce
217
raisonnement serait entaché d'une erreur. Le juge a tout
simplement usé, et bien usé, de son pouvoir d'appréciation
de la preuve. Il a tiré cette conclusion en donnant du poids
à certaines composantes précises de la preuve, soit (i) la
partie du témoignage de l'appelant où celui-ci admet avoir
eu de la difficulté à embrayer en première vitesse au
premier arrêt, (ii) le témoignage de X qui, lui aussi, a fait
état des difficultés que semblait éprouver son ami dans
l'utilisation d'une transmission manuelle, et (iii)
l'affirmation de l'appelant qu'il avait déjà conduit cette
voiture accompagné d'un détenteur de permis mais que le
plus souvent il conduisait les voitures de ses parents,
équipées de transmission automatique;
- Le juge justifie également la conclusion sur la conduite
objectivement dangereuse de l'appelant en évoquant la
vitesse excessive du véhicule, la conduite du véhicule à
contresens dans la voie opposée malgré la présence d'une
ligne continue et l'omission par l'appelant d'effectuer l'arrêt
obligatoire;
- D'autres éléments ressortent de la preuve qui étayent eux
aussi le verdict : 1) l'appelant a consulté l'écran de son
téléphone portable alors qu'il roulait très au-dessus de la
limite de vitesse (entre 160% et 240% de la vitesse
permise) dans un quartier résidentiel et à l'approche d'un
arrêt obligatoire, 2) les rues de ce quartier, y compris le
boulevard des Érables où l'événement s'est produit, ne sont
pas bordées de trottoirs et les piétons sont donc plus
exposés qu'ailleurs; 3) plusieurs personnes se trouvaient à
l'extérieur de leur résidence au moment de l'événement;
- Bien entendu, il ne saurait être question de suggérer ici
qu'un moment d'inattention, appelons cela une imprudence
218
ordinaire, comme il en survient souvent lors de collisions
entraînant la mort, acquiert la qualité de « conduite
dangereuse » au sens du Code criminel parce que,
précisément, une personne est décédée. Un tel
raisonnement est à proscrire et c'est là tout le sens de
l'analyse à laquelle se livrait la juge Charron dans l'arrêt
Beatty. Mais, en l'espèce, on est loin de l'imprudence
ordinaire : un enchaînement d'imprudences caractérisées,
dont certaines étaient graves en soi, comme le fait de
conduire sans être accompagné alors qu'on ne détient pas
de permis en règle, est ce qui a mené à une collision fatale.
C'est cet enchaînement qui constitue ici l'actus reus de
l'infraction;
- La Cour revient sur l'arrêt Bélanger, [2013] 1 R.C.S. 401,
et déduit ceci : la recherche d'une explication qui,
plausiblement, pourrait priver de son caractère délibéré ou
conscient « un écart marqué par rapport à la norme de
diligence que respecterait une personne raisonnable dans la
même situation » n'est pas la voie sur laquelle il faut
s'engager pour déterminer si la poursuite a établi hors de
tout doute raisonnable que l'actus reus de l'infraction
coïncidait aussi au moment pertinent avec la mens rea du
contrevenant;
- Une personne raisonnable aurait prévu le risque que
comporte le fait de conduire sans détenir un permis et sans
être accompagnée, à une vitesse au dessus de la limite
(entre 55 et 72 km/h), dans un quartier résidentiel où la
limite permise est de 30 km/h. Ce comportement constitue
un écart marqué par rapport à la norme de la personne
raisonnable. Il apparaît assez évident que si l'appelant
avait été accompagné ce jour-là (par son père, par
219
exemple, ou par X qui ne conduisait pas son véhicule d'une
manière dangereuse) la collision ne se serait pas produite;
- Peut-être l'appelant a-t-il été saisi de surprise lorsque,
levant le regard après avoir jeté un coup d'œil sur son
téléphone portable, il s'est trouvé en situation de frapper le
véhicule de X. Mais, prétendre qu'il s'agit là du fait
générateur d'un pur accident sans conséquence pénale
dénature la preuve entendue au procès. Même en acceptant
que quelques secondes d'inattention ont précédé la
collision, celles-ci survenaient après plusieurs graves
écarts de conduite, dont l'imprudence d'utiliser sans permis
valide et de manière désordonnée un véhicule à
transmission manuelle auquel l'appelant était peu habitué;
- L'appelant connaissait bien le quartier puisqu'il y a vécu
toute sa vie. Il a admis qu'il était conscient de la présence
de l'arrêt obligatoire à l'intersection de la rue Giffard et du
boulevard des Érables. Il a également admis qu'il savait
que la limite de vitesse permise était de 30 km/h dans tout
le quartier. Malgré cela, il a tout de même conduit à une
vitesse entre 55 et 72 km/h, selon la preuve retenue par le
juge, et il a consciemment consulté son téléphone portable
qui sonnait alors qu'il s'approchait de l'intersection où s'est
produite la collision. En considérant l'ensemble de la
preuve, il est clair que la conduite de l'appelant constituait
un écart marqué par rapport à la norme de diligence
raisonnable que respecterait une personne raisonnable dans
la même situation. Une personne raisonnable aurait
anticipé le danger que représente le fait de conduire seul en
étant détenteur d'un simple permis d'apprenti, elle aurait
réagi à la proximité de l'arrêt en ralentissant et n'aurait pas
consulté son téléphone. Le comportement de l'appelant est
220
donc moralement blâmable;
- La Cour commente l'omission du juge de considérer la
preuve présentée quant aux habitudes de conduite de ce
quartier (arrêt Desbiens, 2009 QCCA 1670);
- Il est vrai que cet élément de preuve est pertinent afin de
déterminer la norme de la personne raisonnable dans les
circonstances ambiantes. Il est également vrai que cet
élément de preuve n'est pas mentionné dans les motifs du
juge de première instance. Mais il n'apporte rien à la
solution du litige. En effet, les faits en l'espèce se
distinguent nettement de ceux de l'arrêt Desbiens. Dans
cet arrêt, il avait été mis en preuve que les conducteurs en
général ne respectent pas la limite de vitesse sur la rue
Notre-Dame, ce qui était le cas au moment des
évènements. La Cour conclut alors que cet élément de
preuve est un de ceux « dont on doit tenir compte au
moment de déterminer si la conduite de l'appelant
constitue un écart marqué par rapport à la norme de
diligence que respecterait une personne raisonnable placée
dans la même situation. »;
- Or, en l'espèce, il n'y avait aucun autre véhicule qui roulait
dans les environs du site de la collision au moment où elle
s'est produite, sauf bien entendu celui de X qui roulait à
une vitesse substantiellement moindre que celui de
l'appelant. La preuve relative aux habitudes de conduite
des gens est contradictoire quant à la vitesse moyenne
précise à laquelle les gens roulent habituellement dans le
quartier. Le juge a donc accordé plus de crédibilité aux
témoignages de M. Gagné et de Mme Bégin, ainsi qu'à
celui des témoins oculaires qui ont tous affirmé que le
véhicule de Pardi allait très vite, plus vite que la vitesse
221
habituelle des gens dans ce secteur;
- La peine prononcée en première instance est clémente, cela
ne peut faire de doute, mais il est tout aussi vrai qu'elle se
situe à l'intérieur de la fourchette admise pour des peines
infligées à la suite d'infractions de ce genre. Mis à part le
geste délibéré mais irréfléchi de l'appelant de prendre la
route avec un permis d'apprenti, le dossier ne fait ressortir
rien d'autre que les faits constitutifs de l'infraction dont il a
été trouvé coupable : il n'est aucunement question ici
d'intoxication par l'alcool ou par une drogue, l'appelant, qui
venait le jour même d'avoir dix-huit ans, n'avait pas
d'antécédent judiciaire, il est issu d'un milieu stable et
responsable, la probabilité d'une récidive est virtuellement
nulle, la vraisemblance de sa réhabilitation et de sa
réinsertion dans la société est très forte, etc. Les pièces au
dossier amènent aussi à penser que l'appelant est perclus de
remords pour ce qui s'est produit le 31 octobre 2007, ce qui
en un sens ne saurait surprendre.
Dallaire c. R.
Infraction
Accusé permis sanctionné doit
conduire véhicule avec
éthylomètre;
• Arrêté en VTT avait
consommé
• Refus ADA affecte
crédibilité de l'accusé
Refuse à 7 reprises de souffler
06-12-13 2013 QCCA 2098 - L'appelant se pourvoit contre des verdicts de culpabilité
relativement à des accusations de conduite d'un véhicule à
moteur avec les facultés affaiblies (art. 253(1)a) et 255(1)
C.cr.) et pour avoir fait défaut d'obtempérer à un ordre
donné par un agent de la paix (art. 254(5) et 255(1) C.cr.);
- Au retour d'une réunion de famille chez sa sœur, l'appelant
est intercepté alors qu'il circule sur la voie publique au
volant d'un véhicule tout-terrain. En vérifiant son identité,
les agents constatent que l'appelant est autorisé à conduire
un véhicule seulement si celui-ci est muni d'un appareil
éthylométrique;
- Relativement à l'accusation de facultés affaiblies, la
222
l'ADA.
poursuite n'avait pas à établir un affaiblissement marqué
des capacités de l'appelant, mais simplement un degré
d'intoxication variant de minimum à grand;
- Parmi les différents facteurs retenus par le juge pour
conclure à une preuve hors de tout doute raisonnable de
l'infraction de conduite avec facultés affaiblies, il y avait
notamment les éléments suivants :
1. Au moment de l'interception, l'appelant dégage une odeur
d'alcool;
2. L'appelant déclare de manière spontanée aux agents avoir
consommé six à sept bières;
3. Un des agents constate que l'appelant a les yeux vitreux. Il dira
: « ses yeux semblaient dans l'eau »;
4. L'appelant a des difficultés d'élocution au point où les agents
ne sont pas en mesure de comprendre ses propos et doivent lui
demander de répéter à une dizaine de reprises;
5. L'appelant a des difficultés de compréhension;
6. L'appelant annonce aux agents qu'il va « péter la balloune »;
7. Lorsque les agents sont en attente de l'ADA, l'appelant marche
le long de la voie publique et il est agité au point où les agents
doivent lui porter une attention particulière pour sa sécurité;
- L'appelant a nié avoir déclaré aux agents avoir consommé
six à sept bières. Lors du procès, après avoir prétendu
ignorer le nombre de bières consommées chez sa sœur, il
admet en avoir pris à cet endroit deux à trois. Or, l'appelant
n'avait pas le droit de conduire un véhicule après avoir
consommé des boissons alcoolisées et, au surplus, n'était
pas autorisé à conduire sans un appareil éthylométrique.
Pareil comportement ne pouvait qu'affecter sa crédibilité;
- Aussi, le juge était autorisé à tirer une conclusion
défavorable à l'appelant en raison de son refus de souffler
dans l'ADA, conclusion expressément autorisée par
l'article 258(3) C.cr.;
223
- Lorsque la version d'un accusé est rejetée, comme ce fut le
cas pour celle de l'appelant, on peut généralement inférer
d'une telle détermination que ce témoignage n'est pas
susceptible de soulever un doute raisonnable;
- Finalement, l'appelant reproche au juge de ne pas avoir
tenu de voir-dire avant d'accepter la preuve de sa
déclaration au policier quant à ses consommations. Il n'a
pas été démontré en quoi cette omission aurait pu entraîner
une atteinte à l'équité du procès. D'ailleurs, l'appelant n'est
pas en mesure de cibler aucun préjudice précis.
04-09-13 2013 QCCA 1501 - Le 11 septembre 2007, les services d'urgence reçoivent un
appel anonyme en provenance d'une cabine téléphonique.
Infraction
L'interlocuteur relate avoir entendu un coup de feu et avoir
vu un individu sortir en courant d'un garage. Sébastien
Possession en vue de trafic;
Laroche et son collègue, policiers à la Sûreté du Québec,
4 coaccusé(ées) surpris en train de
se rendent à la résidence indiquée;
"cocotter"; même avocat pour les
- Ils se dirigent vers le garage attenant à la résidence et
4;
entendent des voix provenant de l'intérieur. La porte du
L'avocat n'a jamais rencontré les
garage s'ouvre et Sinette, le propriétaire de la résidence, en
accusés(ées); un seul accusé a payé
sort. Les policiers l'informent de l'appel reçu et demandent
l'avocat;
à pénétrer dans le garage;
Pas de conflit;
- À l'intérieur, ils constatent qu'il y a une grande quantité de
Pris en flagrant délit;
cocottes de cannabis sur le sol ainsi que des grandes
Incompétence de l'avocat
bâches de plastique. Selon le témoignage catégorique du
policier Laroche, quatre individus se trouvent assis sur des
• Présomption de compétence
chaises, soit Mélissa Huchette, Colette Huchette, Mathieu
• Fardeau appelant
Messier et Guy Pinard. Le policier a pu observer que trois
• Preuve par prépondérance
des individus ont des ciseaux dans les mains et sont en
Avisé du procès la veille à 21h30;
train de couper de la cocotte de cannabis. Pour ce qui est
Pas d'incompétence;
de Mélissa Huchette, il affirme être incapable de se
Tailler des cocottes de plants de
Huchette c. R.
224
cannabis constitue de la
possession.
rappeler si elle avait des ciseaux dans les mains;
- Les policiers procèdent donc à l'arrestation des cinq
individus pour production de cannabis. Ils obtiennent
ensuite un télémandat de perquisition et saisissent, dans la
maison et le garage, 42 kg de cannabis ainsi que de
l'équipement sophistiqué utilisé pour la production de cette
substance;
- Au jour prévu pour la tenue du procès, le procureur de la
poursuite et celui des accusés conviennent qu'une audition
commune soit tenue. Ils décident de procéder d'abord dans
le dossier de Guy Pinard. Ainsi, après que la poursuite eut
déclaré sa preuve close, Guy Pinard témoigne et rapporte
essentiellement qu'à l'arrivée des policiers, il était présent
sur les lieux depuis environ dix minutes. Il mentionne
qu'il voulait aller faire des courses et qu'il avait décidé de
se rendre à Saint-Donat avec Mathieu Messier au lieu de
prendre son propre véhicule. En route, ils se sont arrêtés
chez Samuel Sinette puisque, dit-il, Mathieu Messier
devait y cueillir certains outils. Il raconte ensuite qu'en
entrant dans le garage, il a pu apercevoir les autres accusés
qui s'y trouvaient, ainsi que de multiples cocottes traînant
au sol. Il affirme s'être penché pour toucher au cannabis,
car il était curieux de connaître la sensation;
- Une fois le procès de Pinard complété, l'avocat commun
des accusés déclare sa preuve close puisqu'aucun autre des
appelants ne présente quelque défense dans son dossier
respectif. Au terme de l'audition, le juge déclare les cinq
défendeurs coupables de production de cannabis et de
possession de cette substance dans le but d'en faire le
trafic;
- Les appelants, Mélissa Huchette, Colette Huchette et
225
Mathieu Messier, ont été reconnus coupables de
possession de cannabis en vue d'en faire le trafic et de
production de cannabis, en même temps que Samuel
Sinette et Guy Pinard;
- Ils se pourvoient contre ces verdicts en invoquant
principalement le fait qu'ils ont été privés d'un procès juste
et équitable et que leur droit à une défense pleine et entière
a été gravement compromis parce que leur avocat était en
situation de conflit d'intérêts et qu'ils n'ont pu participer de
façon active et efficace à la conduite de leur défense;
- Mélissa Huchette plaide en outre que le juge a erré en faits
et en droit en concluant à sa participation aux infractions.
D'abondant, elle soutient que le verdict de culpabilité
prononcé contre elle est déraisonnable, puisqu'il y a, selon
elle, absence de preuve quant aux éléments constitutifs des
infractions qui lui étaient reprochées;
- La Cour cite l'arrêt Turcotte, 2013 QCCA 221, au sujet des
éléments essentiels de l'infraction de production de
cannabis;
- L'ensemble de la preuve de la poursuite, et notamment
celle établissant les circonstances entourant la présence de
Mélissa Huchette sur les lieux, est de nature à établir qu'il
ne s'agissait pas d'une présence innocente accidentelle;
- En effet, bien que la preuve ne démontre pas que
l'appelante, Mélissa Huchette, avait des ciseaux entre les
mains, il n'était pas déraisonnable de conclure, par
inférence, à sa culpabilité en l'absence d'explications quant
à sa présence sur les lieux. L'appelante est tout de même
assise sur l'une des chaises qui entourent le cannabis avec
des outils à portée de main alors qu'il est démontré qu'au
même moment d'autres individus s'affairaient
226
spécifiquement à couper des cocottes de cannabis;
- Le juge de première instance pouvait raisonnablement
statuer que Mélissa Huchette produisait du cannabis ou,
pour le moins, participait à la démarche illégale
conformément aux dispositions de l'article 21(2) C.cr. Il
en est de même en ce qui a trait au verdict de possession en
vue de trafic de cannabis;
- Il est établi que lorsqu'un moyen d'appel concerne
l'exécution du mandat de l'avocat, le rôle de la Cour est
d'analyser les agissements de celui-ci et de déterminer s'ils
ont entraîné un déni de justice. C'est par l'introduction
d'une preuve nouvelle que cette démonstration peut être
faite;
- En ce qui concerne le conflit d'intérêts allégué par les
appelants, la Cour cite l'arrêt Mc Kercher LLP, 2013 CSC
39;
- L'avocat est conscient de « l'énormité » du flagrant délit.
Les cinq accusés sont pour ainsi dire « attablés » dans un
garage où, de toute évidence, on s'affaire au cocottage
d'une vaste culture de cannabis;
- Il ne peut, devant un tableau ainsi brossé, être
déraisonnable de penser que ces cinq personnes participent
en fait à une opération commune. Comment peut-on, dans
un tel contexte, penser que chacun des accusés ait pu avoir
un intérêt divergent ou que l'avocat ait pu vouloir prioriser
les intérêts de l'un au détriment des intérêts de l'autre et
que, partant, il lui était impossible de représenter
adéquatement chacun des accusés!
- En somme, en l'absence de la démonstration par une
preuve prépondérante établissant qu'un conflit d'intérêts
réel a affecté le travail de leur procureur, il faut
227
nécessairement conclure au rejet de ce motif;
- Afin de déterminer s'il y a eu violation du droit à
l'assistance effective d'un avocat, les appelants doivent
faire la démonstration des faits au soutien de leurs
allégations, établir la représentation non effective de
l'avocat ainsi que l'effet préjudiciable de la représentation
incompétente sur l'équité du procès ou sur la fiabilité du
verdict.
Savari Carbonnel c. R.
Infraction
Complot;
Commission du crime au profit
d'une organisation criminelle, art.
467.1 C.cr.;
Définition d'organisation
criminelle.
17-01-14
2014 QCCA 95 - L'appelant a été déclaré coupable des infractions suivantes:
1º complot ayant pour objet l'importation de cocaïne, la
possession de cette drogue en vue d'en faire le trafic et le
trafic lui-même, (art. 465 C.cr., en conjonction avec les art.
5 et 6 de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substances); 2º commission de ce crime au profit ou sous
la direction d'une organisation criminelle ou en association
avec elle (art. 467.12 C.cr.). Il se pourvoit, alléguant
essentiellement le caractère déraisonnable de cette double
déclaration de culpabilité et reprochant diverses erreurs de
droit au juge de première instance;
- Le pourvoi doit être rejeté en ce qui concerne le chef
d'accusation de complot, la participation de l'appelant à
celui-ci ayant été prouvée hors de tout doute raisonnable;
- Au contraire de ce que prétend l'avocat de l'appelant, le
juge n'a pas erré dans l'application des principes de l'arrêt
R. c. Carter, [1982] 1 R.C.S. 938. Il est invraisemblable
que les conspirateurs aient accepté que soit présent à cette
réunion, dont les tenants et aboutissants ont été décrits en
détail par l'agent civil, une personne qui n'aurait pas été
partie prenante au complot, tout comme il est
invraisemblable qu'une personne étrangère au complot ait
228
assisté à cette réunion ou y soit demeurée. L'on ne peut
ignorer par ailleurs, à cette étape, la dynamique de la
réunion, dont témoigne l'agent civil, tout comme la
séquence des interactions entre les personnes présentes,
dont l'appelant, et la concomitance des gestes posés par ce
dernier avec certaines paroles prononcées par les uns ou
les autres, gestes qui, sauf à refuser l'évidence, sont
entièrement compatibles avec son adhésion au complot.
Dans l'ensemble, cette preuve rend probable (selon le
standard de la prépondérance) sa participation à celui-ci
(c'est-à-dire qui rend probable le fait qu'il était membre du
complot);
- Il convient par contre d'accueillir le pourvoi quant au
second chef de culpabilité;
- Au sujet des éléments constitutifs de l'infraction prévue par
l'art. 467.12 C.cr. la Cour cite l'arrêt Venneri, [2012] 2
R.C.S. 211;
- La preuve d'un complot entre trois personnes ou plus
n'établit pas ipso facto l'existence d'une organisation
criminelle au sens de l'article 467.1 C.cr. Encore faut-il
que le groupe ait un certain degré de structure et de
coordination, ainsi qu'une certaine continuité. Or, ce n'est
pas le cas de la poignée de comploteurs dont faisait partie
l'appelant, qui n'avait ni la cohésion, ni la contexture, ni la
longévité nécessaires (et qui n'a pas même eu une certaine
stabilité dans le temps);
- Il est impossible de voir dans le groupe que constituaient
les comploteurs de l'espèce une organisation ayant la
structure, la coordination et la continuité requises par
l'arrêt Venneri;
- S'il suffit, pour constituer une organisation criminelle, que
229
des comploteurs se parlent plusieurs fois au téléphone sur
une période de quelques mois, se rencontrent à plus d'une
reprise ou se divisent les tâches, aussi bien dire que les
crimes des articles 465 et 467.12 C.cr. sont désormais
indissociables dès que trois personnes y participent
pendant plus que quelques heures. À vrai dire, c'est
confondre là le complot et l'organisation criminelle;
- Dans la présente affaire, la preuve révèle plutôt que les
comploteurs, dont l'appelant, constituaient un groupe dont
la formation relevait de la conjoncture plutôt que de
l'organisation. Certes, les admissions produites au dossier
montrent que deux des comploteurs (sans compter l'agent
civil) ont participé à d'autres complots du même genre
(avec d'autres personnes), mais, vu leur nombre, on ne peut
les considérer comme une « organisation criminelle » pour
le compte de laquelle ou en association avec laquelle les
autres comploteurs auraient agi. Qu'ils se soient pour
l'occasion – car c'est bien ce qui ressort du dossier –
associés aux autres membres du groupe auquel s'est aussi
joint l'appelant n'a pas donné naissance à une organisation
criminelle au sens de l'article 467.1 C.cr. Peut-être auraitce été le cas si leur association s'était prolongée dans le
temps, mais cela ne s'est pas produit;
- Et si l'appelant fait partie d'une autre organisation
criminelle ou, dans le cadre du présent complot, a agi au
profit ou sous la direction d'une autre organisation, la
preuve ne le révèle pas;
- L'intimée s'en tient à l'affirmation que le groupe de
conspirateurs en cause constituait une organisation
criminelle, pour le compte ou sous la direction de laquelle
l'appelant a comploté. Or, la preuve ne soutient
230
aucunement cette prétention, pas plus qu'elle ne permettrait
de voir dans ce groupe le tentacule d'une organisation
criminelle plus vaste.
R. c. Blais
Infraction
Production de cannabis;
Type de cannabis (botanique);
Pas nécessaire à l'acte
d'accusation.
13-03-14 2014 QCCA 507 - L'accusé est inculpé d'avoir produit du cannabis
(marihuana) selon les dispositions de l'article 7(1)(2)b) du
C. cr.;
- Au début de l'audience, la défense et la poursuite
informent le Tribunal que le litige porte essentiellement
sur la nature des substances saisies chez l'accusé. La
défense plaide que le Tribunal doit distinguer les
différentes espèces de cannabis, puisque, prétend-elle,
certaines espèces ne sont pas illicites ou visées par la Loi
réglementant certaines drogues et autres substances;
- L'argument de l'accusé est à l'effet que sur le plan criminel
la possession de plants de cannabis sativa utilisés à des fins
industrielles (plus faible en teneur de THC
(tétrahydrocannabinol)) n'est pas illicite;
- L'actus reus a été prouvé. L'enseignement qui se dégage
des arrêts Perka c. La Reine, [1984] 2 R.C.S. 232 et La
Reine c. Clay, [2003] 3 R.C.S. 735, met en échec la thèse
de l'appelant selon laquelle la substance saisie chez lui, du
cannabis sativa, différerait de celle décrite dans l'acte
d'accusation, du cannabis marijuana;
- Quant à la mens rea, la juge a conclu que la version des
faits proposée par l'appelant était invraisemblable. Ce
dernier ne soulève aucun moyen susceptible de justifier la
réformation du verdict sous ce rapport;
- En résumé, pour les motifs figurant au jugement de
première instance, 2011 QCCQ 16075, la Cour rejette
l'appel.
231
Gordon c. R.
Infraction
Enlèvement;
Acquitté;
L'accusé a eu connaissance de la
séquestration mais pas de
l'enlèvement.
20-12-13 2013 QCCA 2205 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a reconnu
coupable d'enlèvement;
- Les parties ont requis la tenue d'une conférence de
facilitation pénale et acceptent de procéder sans audience;
- Elles conviennent que le jugement de première instance
n'aborde pas la question de savoir si l'appelant savait que la
victime avait été enlevée. Or, comme l'appelant n'a été
présent qu'au moment de la séquestration qui a suivi, sa
connaissance de l'existence de l'enlèvement préalable était
cruciale à la détermination de sa culpabilité (R. c. Vu, 2012
CSC 40, [2012] 2 R.C.S. 411, paragr. 60, 63, 68, 69 et 72);
- Même si, selon le juge de première instance, le contexte
général pouvait permettre d'inférer que la victime avait été
enlevée avant d'être séquestrée, il n'explique pas en quoi il
y avait une preuve hors de tout doute raisonnable de la
connaissance de l'appelant. Le dossier ne permet pas d'en
savoir davantage;
- L'intimée concède que l'appel doit être accueilli pour ce
motif.
29-08-13 2013 QCCA 1437 - L'appelant se pourvoit contre un verdict de culpabilité de
harcèlement criminel à l'égard de Mary-Ann Breton;
Infraction
- L'appelant a eu maille à partir avec la Société des
transports de Montréal (STM) qui l'aurait poursuivi avec
Harcèlement;
succès devant la Cour municipale pour ne pas avoir
Adjointe d'élus municipaux;
acquitté le prix d'un passage de métro;
Engagement 810;
- Mécontent de la situation, l'appelant a fait parvenir, entre
Adjointe doit ouvrir et lire
2005 et 2009, de manière répétitive et insistante, une
courrier, propos hargneux dans les
volumineuse correspondance visant à atteindre les élus
lettres;
municipaux qui siégeaient au conseil d'administration de la
Côté c. R.
232
Coupable;
Un acte d'accusation est adéquat si
détails suffisants;
Craintes objectives et subjectives
doivent être examinées;
Crainte de la victime à évaluer
dans le contexte de toute l'affaire.
STM, de même qu'à la direction générale de l'organisme.
Cette multitude de documents, comprenant accusations,
récriminations, insultes et abus langagiers, a été envoyée à
de multiples destinataires, généralement des élus
municipaux, par télécopieur et courriels. En bref, l'appelant
estime avoir été victime d'une fraude judiciaire, d'abus de
droit et de harcèlement et il réclame un dédommagement;
- À l'époque pertinente, Mme Breton est l'adjointe d'un
membre du conseil d'administration de la STM. Ses
fonctions impliquent qu'elle gère le bureau de son patron,
dont recevoir la correspondance et la traiter jusqu'à ce que
le citoyen ait reçu une réponse;
- Entre décembre 2005 et avril 2009, elle reçoit donc, sur
son poste de travail, tous les courriels et télécopies
adressés à son patron. C'est elle qui doit en prendre
connaissance et voir à leur suivi. Elle estime que les
courriels et les télécopies provenant de l'appelant
équivalent à une pile de 8 à 10 pouces et elle a pris
connaissance de tous. Certains courriels sont à caractère
haineux, traitant son patron de menteur, de déchet humain,
de grossière personne, d'exécrable, etc.
- Commentaires de la Cour au sujet de l'objet de l'art. 264(1)
C.cr.;
- L'objet de cette disposition, entrée en vigueur le 1er
décembre 1993, est d'assurer la sécurité des personnes, une
tranquillité d'esprit et, surtout, de prévenir ou tenter de
prévenir les crimes plus graves qui sont commis lorsque
les comportements harcelants dégénèrent;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction de
harcèlement criminel : arrêt Lamontagne, (1998) 129
C.C.C. (3d) 181;
233
- La Poursuite doit démontrer hors de tout doute raisonnable
chacun des cinq éléments de l'infraction :
1. Que l'accusé a commis un acte décrit au paragraphe
264(2)a),b),c) ou d) du Code criminel;
2. Que la victime a été harcelée;
3. Que l'accusé sait que la victime se sent harcelée ou ne se
soucie pas que la victime se sente harcelée;
4. Que sa conduite a eu pour effet de faire raisonnablement
craindre la victime pour sa sécurité ou celle d'une de ses
connaissances, compte tenu du contexte;
5. Que la crainte de la victime était raisonnable dans les
circonstances;
- Les exigences jurisprudentielles veulent que l'on détermine
d'abord si la victime a effectivement craint pour sa sécurité
et ensuite que l'on détermine si cette crainte était objective;
- Notion d' « autorisation légitime » au sens de l'art. 264(1)
C.cr.;
- Dans le contexte de l'article 264(2) C.cr., il apparaît
clairement que l'effet de l'autorisation légitime est de
rendre légal un geste qui ne le serait pas autrement.
Autrement dit, ce que l'autorisation apporte, c'est une
exclusion à la loi;
- Il est acquis que l'exclusion couvre les cas où une personne
est autorisée par la loi ou par la common law à poser les
gestes autrement interdits. On peut comprendre que les
huissiers et les policiers peuvent ainsi bénéficier de
l'exclusion. Peut-être certains détenteurs de permis, tel un
détective privé, pourraient-ils aussi bénéficier de
l'exclusion, selon les dispositions législatives en cause;
- Il ne s'agit donc pas de vérifier si la communication est
permise comme l'allègue l'appelant, mais si les gestes,
autrement illégaux, peuvent être exécutés parce que permis
par un texte de loi ou par la common law;
234
- L'autorité légale doit être spécifique. La loi ou le
règlement ou tout autre acte comportant une telle
autorisation doit être suffisamment clair quant au droit de
poser certains gestes, par ailleurs illégaux. Un citoyen ne
peut prétendre détenir une autorité légitime ou légale
implicite d'enfreindre l'article 264(2) C.cr. parce qu'il
aurait, par exemple, le droit de s'exprimer ou de manifester
ou, encore, de communiquer avec les élus ou les personnes
en autorité;
- L'appelant n'a pas démontré détenir une autorisation
légitime ou légale de harceler la plaignante, ni quiconque
d'ailleurs, ce qui justifiait le juge de décider qu'en droit,
l'appelant ne pouvait bénéficier de cette défense. Son
énoncé est conforme au droit en vigueur au Canada et il
n'avait pas à soumettre ce moyen de défense au jury;
- L'appelant estime que parce que les termes sauf
autorisation légitime prévus à l'article 264(1) C.cr. ne sont
pas repris dans l'acte d'accusation, l'infraction est inconnue
en droit. Il ajoute que le juge aurait dû, proprio moto,
modifier le texte de l'acte d'accusation;
- La Cour cite l'art. 581(1) C.cr. et l'arrêt Douglas [1991] 1
RCS 301 et conclut que l'acte d'accusation est ici suffisant
et que la présence des termes, sauf autorisation légitime,
n'était pas nécessaire pour permettre à l'accusé de
comprendre ce qui lui est reproché, ni pour se défendre.
D'ailleurs, le renvoi à la disposition créatrice de l'infraction
incorpore la disposition au chef d'accusation;
- Selon l'arrêt Brooks, 2000 CSC 11, le juge de première
instance qui estime que le témoignage est digne de foi n'est
pas tenu de procéder à une mise en garde de type Vetrovec;
- En l'espèce, l'appelant ne soulève aucun fait ou
235
contradiction spécifique justifiant que l'on doit considérer
madame Breton comme un témoin douteux. Le fait qu'un
témoignage soit fondamental à la preuve de la Poursuite
n'en fait pas automatiquement un témoignage non digne de
foi. En l'absence d'indices de mauvaise foi ou d'attaques
spécifiques à sa crédibilité, il n'était pas nécessaire pour le
juge du procès de faire une mise en garde de type
Vetrovec;
- Le fait que l'appelant, après le 22 mars 2007, ait ajouté une
mention interdisant aux plaignantes de prendre
connaissance des envois ne diminue en rien leur caractère
harcelant. Comme madame Breton en témoigne, elle doit
ouvrir les courriels adressés à son patron;
- En matière de harcèlement criminel, la crainte de la
victime s'évalue dans le contexte de toute l'affaire. La
crainte peut naître d'un ensemble de facteurs et la conduite
du harceleur, au fil du temps, est l'une des composantes à
prendre en considération pour analyser si une personne
raisonnable aurait, dans les mêmes circonstances, craint
pour sa sécurité. La preuve de la conduite du harceleur est
pertinente, même avant la période où la victime commence
réellement à craindre pour sa sécurité et même si l'objet du
harcèlement était alors une autre personne. En bref, c'est la
connaissance qu'a la victime des agissements du harceleur
qui permet d'évaluer si sa crainte est raisonnable;
- C'est donc parce qu'il faut tenir compte de toutes les
circonstances pour évaluer la crainte d'une victime que
tous les faits qu'elle connaît peuvent être pris en compte, y
compris la preuve d'éléments antérieurs au moment où elle
commence réellement à craindre pour sa sécurité.
236
Bédard c. R.
31-01-14 2014 QCCA 184 - L'appelant se pourvoit en appel d'un verdict de culpabilité
de harcèlement criminel (article 264 (1) (3) a) C.cr.), rendu
Infraction
par un jury;
- L'appelant développe six moyens dans son argumentation :
Individu quérulent;
A. Le juge de première instance a erré en droit en ne
Se représente seul;
respectant pas les dispositions du Code criminel
Harcèlement criminel;
relatives à la formation du jury lors de la sélection de
Preuve d'événements postérieurs à
celui-ci notamment en ne respectant pas l'article
l'infraction reprochée;
631(3) du Code criminel;
Juge instruit le jury de ne pas
B. Le juge de première instance a erré en droit en
tenir compte de l'attitude de
permettant l'admissibilité en preuve d'événements
l'accusé au procès pour le verdict.
hors la période de l'infraction reprochée;
C. Le juge de première instance a erré en droit en
commettant plusieurs erreurs au cours du procès
causant un tort irréparable à l'appelant de telle sorte
que le procès est devenu inéquitable et que justice n'a
pu être rendue;
a)
la mention de ses « antécédents judiciaires »;
b)
une « déduction » d'une témoin qu'un courriel
provenait de l'appelant;
c)
la définition de « quérulence » par cette témoin;
D. Le juge de première instance a erré en droit en ne
permettant pas l'assignation du témoin expert, Dr
Pierre Mailloux, en défense, privant ainsi l'appelant
d'une défense pleine et entière;
E. Le juge de première instance a commis de
nombreuses erreurs dans ses directives aux jurés et a
omis de donner plusieurs mises en garde à ceux-ci, de
telle sorte que l'appelant n'a pas eu droit à un procès
juste et équitable, le tout lui causant un tort
irréparable;
237
F. Le juge de première instance a erré en droit sur la
décision rendue en rapport à la question du jury sur
l'absence de date et de signature de l'acte d'accusation;
- L'appelant reproche au juge de lui avoir refusé de
l'information quant à l'identité des candidats jurés;
- Depuis le verdict, le Code criminel a été amendé et prévoit
désormais l'anonymat des candidats-jurés, selon les articles
631(3) et (3.1) C.cr.;
- Le juge du procès n'a commis aucune erreur dans
l'application du droit alors en vigueur. La nature des
accusations, les faits particuliers de la cause, le
comportement de l'appelant en Cour et le fait que
l'appelant ait cherché à obtenir l'identité et même
l'assignation des jurés ayant siégé dans un procès
précédent étaient des circonstances qui justifiaient
amplement de protéger l'identité des jurés en l'occurrence.
Le juge s'est inspiré de R. c. Jacobson et a rendu une
décision qui est sans reproche;
- Le chef d'accusation reproche un harcèlement criminel
commis entre le 1er août 2007 et le 14 novembre 2007. Le
témoignage de Me Bastien a porté entre autres sur un
événement survenu le 15 novembre 2007. Le témoignage
a trait à une conversation téléphonique qui fait référence à
une communication écrite du 9 novembre. Le témoignage
de la témoin Bastien démontre que les faits survenus le 15
novembre ne sont pas constitutifs de harcèlement criminel,
mais plutôt des éléments circonstanciels soutenant la
preuve d'un harcèlement survenu le 9 novembre et qui
permettent de mieux saisir le comportement de Bédard
avant le 15 novembre. L'appelant n'a subi aucun préjudice
de ce fait. Le juge n'a pas commis d'erreur en ne
238
s'opposant pas au témoignage de Me Bastien sur la
conversation téléphonique du 15 novembre 2007;
- Quant à l'appelant, le juge n'avait pas à s'immiscer dans sa
stratégie si celui-ci estimait utile de faire état de ses
antécédents;
- Certes les juges sont appelés de plus en plus à fournir de
l'assistance aux personnes non représentées lors d'un
procès. Et ce, afin que toutes « aient égalité d'accès au
système judiciaire », comme le rappelle l' « Énoncé de
principes concernant les plaideurs et les accusés non
représentés par un avocat » adopté par le Conseil canadien
de la magistrature, lequel précise toutefois les limites à ce
devoir des juges, dont l'une trouve application ici :
4. Les juges et les administrateurs judiciaires ne sont pas du
tout obligés d'aider une personne non représentée qui est
irrespectueuse, frivole, déraisonnable, vexatoire ou méprisante,
ou qui ne fait aucun effort raisonnable pour préparer sa propre
cause;
- L'appelant soutient que la témoin Bastien ne pouvait faire
de lien entre la conversation du 15 novembre et le terme
« quérulence » contenu à sa lettre du 9 novembre;
- On ne peut reprocher à Me Bastien de donner sa
compréhension du terme quérulence. L'état d'esprit de la
victime est un élément de l'actus reus de l'infraction
d'harcèlement criminel, prévue à l'article 264 du Code
criminel. Pour que la commission de l'infraction soit
démontrée, la victime doit s'être sentie harcelée et l'acte
interdit doit lui avoir causé une crainte raisonnable pour sa
sécurité ou celle d'une de ses connaissances. Ainsi, la
compréhension par une victime du vocabulaire utilisé par
l'accusé est pertinente;
- Comme l'a rappelé la Cour dans Bertrand c. R., 2011
239
QCCA 1412, l'infraction de harcèlement criminel
comporte quatre éléments essentiels :
1. L'existence d'un comportement menaçant;
2. L'effet du comportement menaçant;
3. L'existence du harcèlement;
4. La connaissance de l'effet du harcèlement;
- Avant de délivrer une assignation, le juge devait être
instruit par l'appelant de la pertinence de son témoignage
en relation avec l'accusation. Cette exigence n'a pas été
satisfaite. Le juge n'a pas commis d'erreur en refusant
cette demande. En effet le docteur Pierre Mailloux n'a pas
été témoin des faits de la cause. Il ne pouvait donc
témoigner afin de fournir quelque preuve substantielle
concernant l'acte d'accusation (698 C.cr.). De plus,
l'appelant devait envoyer un avis selon l'article 657.3.1 et 2
C.cr. pour faire témoigner un expert, ce qui n'a pas été fait,
d'où l'impossibilité de se plaindre de la décision du juge
Mongeau;
- L'absence de date de l'acte d'accusation ne rend pas le chef
d'accusation insuffisant puisqu'il n'y a aucune relation
entre cette date et la nature de l'acte reproché;
- L'absence de date n'a pas eu pour effet d'empêcher
l'appelant de connaître l'infraction dont il était inculpé et
de préparer adéquatement sa défense.
Hammami c. R.
Infraction
Fraudes par chèque;
29-11-13 2013 QCCA 2051 -L'appelant soutient que la juge a erré dans son jugement le
déclarant coupable sur quatre chefs de fraude (article
380(1)a) C.cr.) et deux chefs d'utilisation de documents
contrefaits (article 368(1)a), c) C.cr.) (2011 QCCQ
15297);
- L'appelant réitère qu'il n'était pas un participant à des
240
Preuve documentaire;
Preuve par témoignage des
préposés(es) de la banque;
→ Preuve suffisante.
fraudes, mais uniquement la victime de fraudeurs étrangers
qu'il tentait de débusquer en présentant des chèques à
diverses institutions financières aux fins de vérification. Il
ajoute que ces dernières ont de toute façon fait preuve de
pratiques bancaires inadéquates dont il ne serait être tenu
responsable;
- En l'espèce, il ne fait pas de doute que les chèques mis en
preuve ont été contrefaits, puis utilisés pour tromper des
institutions financières. La diligence de ses dernières dans
la lutte contre la fraude n'est d'aucune pertinence
(Chagnon c. R., 2005 QCCA 335, paragr. 10, autorisation
de pourvoi à la C.S.C. rejetée, 20 octobre 2005, [2005] 2
R.C.S. vi). Il ne restait à la poursuite qu'à établir, hors de
tout doute raisonnable, l'implication et la connaissance de
l'appelant dans le stratagème;
- La preuve offerte par la poursuite, qui consistait outre la
preuve documentaire, en les témoignages de quatre
employés d'institutions financières, une personne sur le
compte de laquelle un chèque frauduleux fut tiré et deux
enquêteurs de la Sûreté du Québec, de même que le
témoignage de l'appelant, permettaient à la juge du procès
de conclure raisonnablement à la participation et à la
connaissance de l'accusé. À tout le moins, son insouciance
ou aveuglement volontaire à répétition étaient flagrants ce
qui était suffisant pour sa condamnation (R. c. Théroux,
[1993] 2 R.C.S. 5, j. McLachlin; R. c. Wolsey, 2008 BCCA
159, paragr. 28 et s., 233 CCC (3d) 205; R. v. Bondok,
2011 ONCA 698).
241
Cormier c. R.
Infraction
02-12-13 2013 QCCA 2068 - L'appelant a été trouvé coupable d'avoir volé des données
informatiques d'ordinateur concernant un projet identifié
- Fil d'Ariane –propriété de la Commission scolaire de la
Jonquière (Centre de services aux entreprises) et aussi, par
le biais d'un moyen dolosif, d'avoir frustré ce propriétaire
de données informatiques d'ordinateur relativement à ce
même projet;
- L'appelant a travaillé plus de 30 ans pour la Commission
scolaire de la Jonquière, d'abord comme professeur
d'éducation physique, puis comme conseiller et cadre en
gestion des ressources humaines;
- Il y participe à l'élaboration d'une démarche d'intervention
appelée – Le Fil d'Ariane – visant à contrer le problème de
l'absentéisme au travail en mettant l'accent sur la qualité de
vie des employés et sur l'accompagnement de l'employé
lors de son retour au travail. L'appelant, il faut le dire, était
au coeur de ce projet, il en était le principal instigateur;
- En septembre 2002, l'appelant est muté au Centre des
services aux entreprises de la Commission scolaire (« le
Centre »), dans le secteur du développement
organisationnel. Il y peaufine la démarche d'intervention
au sein d'une équipe qui compte quatre autres employés. Il
s'occupe de la commercialisation du projet, notamment en
préparant des plans de marketing et en faisant du
démarchage auprès des clients potentiels;
- Quelque part à l'automne 2005, l'appelant, qui envisage
alors de quitter le Centre, mais de demeurer actif dans le
domaine des ressources humaines, rencontre Mme Sylvie
Desmarais, la directrice des ressources humaines de
242
l'Hôpital Louis-H. Lafontaine, à Montréal. Il lui fait part
de son intention d'implanter dans la région de Montréal,
par l'intermédiaire de son entreprise Equinoxe PNT enr.,
un projet de gestion de l'assiduité au travail s'inspirant du
Fil d'Ariane, projet sur lequel il lui dit avoir travaillé au
sein de la Commission scolaire de la Jonquière;
- L'appelant profite de sa rencontre avec Mme Desmarais
pour lui remettre quelques documents afin qu'elle puisse se
faire une idée des services qu'il sera en mesure de lui
proposer d'ici quelque temps;
- Commentaires du juge Chamberland quant au lieu des
infractions : Le bureau de l'appelant était à Saguenay, là où
se trouvait également l'ordinateur à partir duquel il se serait
transféré les fichiers informatiques, par courriel. Si ce
transfert constitue, dans les circonstances de l'espèce, un
vol, il a eu lieu à Saguenay. Quant à la fraude, il est vrai
que les démarches de l'appelant auprès de Mme Desmarais
se sont faites à Montréal, mais il n'en demeure pas moins
que les documents remis lors de cette rencontre
proviennent des données informatiques hébergées à
l'origine dans l'ordinateur de l'appelant à son travail, à
Saguenay. Bref, même si le lieu des infractions n'est pas
parfaitement clair, cela n'est pas déterminant ici puisque
c'est le propre des données informatiques que de pouvoir
être déplacées facilement et d'être utilisées partout.
L'appelant ne fait pas voir en quoi cela a pu l'induire en
erreur en ce qui concerne sa défense ou lui causer quelque
préjudice que ce soit;
- Commentaires du juge Chamberland quant à la date des
infractions : Le ministère public a raison de dire que la
date n'est pas ici un élément essentiel des infractions
243
puisqu'il n'a jamais été question d'alibi de la part de
l'appelant ou de prescription. Finalement, si tant est que la
date inscrite dans les actes d'accusation ne correspond pas
exactement à la date véritable des infractions, l'appelant ne
le convainc pas que cela a pu l'induire en erreur en ce qui
concerne sa défense ou lui causer quelque préjudice que ce
soit;
- Il y a eu un glissement important quant à l'objet des
infractions tout au long du dossier. Les actes d'accusation
visent les « données informatiques concernant un projet à
être présenté à des clients ayant pour propriétaire la
Commission Scolaire de la Jonquière ». La juge de
première instance réfère plutôt à un « vol de documents »
et à une « fraude commise à l'aide desdits documents »;
c'est ainsi que l'appelant « s'est emparé » des documents ou
qu'il les a « carrément subtilisés ». Dans son mémoire, le
ministère public parle dorénavant du vol « d'un projet » et
d'une fraude portant sur ce projet, et non simplement de
données informatiques ou de documents;
- Éléments essentiels du crime de vol : art. 322 C.cr.;
- La première condition prévoit que la « chose quelconque »
doit être un bien, c'est-à-dire qu'elle doit pouvoir faire
l'objet d'un droit de propriété. En effet, elle ne pourra être
volée que si elle appartient, d'une manière ou d'une autre, à
la victime. Par ailleurs, il n'est pas suffisant que l'accusé
démontre un droit quelconque sur le bien pour se disculper
puisqu'une personne « ayant un droit dans la chose prise,
vole ce bien si elle l'enlève à une autre personne ayant
aussi un droit ou un intérêt spécial dans cette chose »;
- Il est clair que dans le contexte d'un procès criminel, la
question de savoir si une chose peut faire l'objet d'un droit
244
de propriété doit être tranchée ultimement en fonction du
droit criminel et non du droit civil. Il n'est donc ni
nécessaire ni utile de recourir à la Loi sur le droit d'auteur
pour trancher la question. Il semble clair ici que le Centre
détient un intérêt propriétaire quelconque dans les données
informatiques relatives au Fil d'Ariane et le fait que
l'appelant y ait contribué – même beaucoup – en sa qualité
d'employé, puis de consultant, n'y change rien.
Finalement, personne ne conteste le fait que le Fil d'Ariane
– du moins au stade du développement où la démarche en
était rendue à l'automne 2005 – était le fruit d'un travail
d'équipe, et non le fruit du seul travail de l'appelant;
- La seconde condition pour qu'il y ait un vol, c'est que le
bien soit « pris » ou « détourné » dans l'intention d'en
priver la victime, ici la Commission scolaire. Les choses
intangibles, comme des données informatiques, ne peuvent
qu'être « détournées », elles ne peuvent être « prises »
puisqu'elles n'ont pas d'existence matérielle. Or, sans prise
ou sans détournement qui puisse entraîner une privation
pour la victime, il ne peut y avoir de vol;
- Comme le souligne le juge Lamer dans l'arrêt Stewart,
[1988] 1 R.C.S. 963, en ce qui a trait aux renseignements
confidentiels, le propriétaire ne peut en être privé «sauf
dans des circonstances très exceptionnelles et fantaisistes».
En l'espèce, la Commission scolaire a toujours conservé
ses dossiers informatiques et n'en a jamais été privée. Il ne
peut donc pas y avoir eu vol;
- Le fait que ces données informatiques ont une valeur
commerciale pour le Centre ne change rien au
raisonnement par rapport à la nécessité pour le ministère
public de prouver tous les éléments essentiels du vol. Le
245
Centre a toujours accès aux données informatiques. Il ne
pouvait en être privé et il n'y a pas eu de vol commis;
- Éléments essentiels du crime de fraude : art. 380 C.cr.;
- L'élément matériel (l'actus reus) de la fraude comporte
deux éléments : 1) un acte prohibé, qu'il s'agisse d'une
supercherie, d'un mensonge ou d'un autre moyen dolosif, et
2) une privation causée par cet acte prohibé, laquelle peut
consister en une perte véritable pour la victime ou la mise
en péril de ses intérêts pécuniaires. Il n'est pas nécessaire
que la personne qui commet la fraude en tire profit pour
qu'elle soit déclarée coupable ni que la victime en subisse
une perte pécuniaire réelle. L'actus reus de la fraude est
donc une privation malhonnête;
- Les mots « autre moyen dolosif » « couvrent les moyens
qui ne sont ni des mensonges ni des supercheries; ils
comprennent tous les autres moyens qu'on peut
proprement qualifier de malhonnêtes ». Pour déterminer
cela, on applique la norme de la personne raisonnable. Il
s'agit donc d'évaluer la conduite de l'accusé par rapport à
une perception objective de ce qui constitue une conduite
malhonnête au sens criminel du terme;
- Quant à l'élément intentionnel ( la mens rea) de la fraude,
il est composé à la fois de la connaissance subjective par
l'accusé que l'acte était prohibé et que cet acte pouvait
causer une privation à autrui, sans qu'il ne soit nécessaire
que l'accusé saisisse subjectivement la malhonnêteté de
son acte. Comme le souligne l'auteur Hébert : « le concept
de mens rea reflète la conviction qu'une personne ne
devrait pas être punie à moins de savoir qu'elle commet un
acte interdit. »;
- La juge retient que l'appelant s'est emparé des documents
246
du Centre pour ensuite les utiliser à des fins personnelles
pour obtenir des contrats dans la région de Montréal, et ce,
sans l'autorisation du Centre et à son insu. Cette conduite
serait malhonnête et constituerait, dans le contexte, cet
«autre moyen dolosif» par lequel la fraude a été commise.
Le juge Chamberland n'est pas d'accord;
- La conduite de l'appelant n'était pas, dans le contexte,
malhonnête au sens criminel du terme. La malhonnêteté
implique « un dessein caché ayant pour effet de priver ou
de risquer de priver d'autres personnes de ce qui leur
appartient ». S'agissant de tout « autre moyen dolosif », la
malhonnêteté tient « à l'emploi illégitime d'une chose sur
laquelle une personne a un droit, de telle sorte que ce droit
d'autrui se trouve éteint ou compromis », l'emploi
illégitime constituant « une conduite qu'une personne
honnête et raisonnable considérerait malhonnête et dénuée
de scrupules »;
- Le Centre était absent du marché montréalais et le
programme que l'appelant entendait offrir, bien que
s'inspirant du Fil d'Ariane, était différent. De toute
manière, le manque d'élégance ou de loyauté et la fraude
criminelle sont deux choses différentes. La première ne
relève pas du droit criminel. L'appelant n'a tout
simplement pas commis un crime.
Paquet c. R.
Infraction
Fraude;
Appel hors délai;
29-01-14 2014 QCCA 146 - Raymond Paquet demande la prorogation des délais
d'appel et la permission de se pourvoir contre un jugement
de la Cour du Québec qui le déclare coupable d'une fraude
d'un montant supérieur à 5 000 $ (art. 380(1)a) et 21 C.cr.)
commise entre les mois de janvier et avril 2002;
- Il plaide, au soutien de ses demandes, que le verdict de
247
Accordé;
Appel rejeté;
Insouciance volontaire.
culpabilité est entaché d'erreurs mixtes de faits et de droit
suivantes :
a) L'accusé ne connaissant pas celui ou ceux qui ont
altéré le chèque de 310 673,94 $ et n'ayant jamais vu
le faux document ne peut être considéré comme étant
un participant à la fraude commise par le biais de
l'article 21 C. cr.;
b) Pour les mêmes raisons, il n'a pu former l'intention
requise pour commettre le crime soit celle d'aider
l'auteur ou les auteurs du faux document;
c) Le juge a erronément conclu à son insouciance
volontaire;
d) Le verdict est manifestement déraisonnable.
- La démonstration de motifs d'appel sérieux est
problématique. En l'espèce, l'actus reus de la fraude est,
contrairement à ce qu'il propose, plus complexe que la
simple fabrication du faux document qui ne constitue en
fait qu'un des moyens dolosifs qui permettent la réalisation
de la fraude. S'ajoutent au même titre l'emploi du faux lors
de son dépôt à la banque, la demande pour transformer le
dépôt frauduleux en deux traites de banque authentiques
dont une des bénéficiaires est une corporation inopérante
fondée par le requérant, l'endossement par le requérant et
son oncle de la traite au montant de 216 000 $ à la
demande de Théroux sans en connaître la valeur en vue
d'aider une connaissance qui avait besoin d'argent;
- En l'espèce, comme l'énonce l'acte d'accusation, la fraude
s'échelonne sur quatre mois. Conformément aux principes
que met en évidence l'arrêt Vu, une personne qui, comme
en l'espèce, n'est pas partie à une infraction lorsque l'un des
auteurs principaux commence à la commettre peut le
248
devenir tant que la perpétration n'a pas pris fin, [2012] 2
R.C.S. 412;
- L'affirmation du requérant qu'il ne peut être partie à la
fraude parce qu'il ne connaît pas le ou les auteurs
principaux de la fabrication du faux chèque ou qu'il n'a
jamais vu ce document n'a en conséquence rien de
convaincant en ce qui concerne sa participation à l'actus
reus de la fraude non plus qu'à l'égard de la formation de
l'intention requise pour la commettre. Il faut rappeler à cet
égard que le ministère public ne lui reproche pas sa
participation aux infractions de fabrication (367 C.cr.) ou
d'utilisation (368 C.cr.) d'un faux document;
- La mens rea comporte deux éléments, l'intention d'aider le
ou l'un des auteurs principaux du crime et savoir que celuici ou ceux-ci ont l'intention de le perpétrer. Le juge s'est
bien dirigé à cet égard;
- Au surplus, en se fondant sur la preuve, le juge a conclu
que l'accusé ne pouvait être cru lorsqu'il soutenait avoir agi
de bonne foi et qu'il était en présence d'une preuve hors de
tout doute raisonnable qu'il était conscient de causer par
ses gestes une privation ou la mise en péril des intérêts de
la banque. Le juge ajoutera également que le requérant
s'était comporté de façon insouciante à cet égard;
- La Cour rejette les requêtes.
Latortue c. R.
Infraction
Meurtre;
Outrage à un cadavre;
31-01-14 2014 QCCA 198 - Les appelants se pourvoient contre un verdict de
culpabilité de meurtre au premier degré prononcé contre
eux par un jury;
- La question à laquelle doit répondre la Cour est la suivante :
Les directives données par le juge du procès relativement à
l'application de l'article 21 et du paragraphe 231(5) du
249
Éléments constitutifs de la
préméditation;
Art. 231 C.cr. différent de la
préméditation;
Comportement des complices.
Code criminel étaient-elles appropriées et permettaientelles de faire comprendre au jury les questions auxquelles
il lui fallait répondre en regard des faits révélés par la
preuve relativement à la participation de Moïse Latortue au
meurtre ainsi qu'à la séquestration de la victime?
- Rappel des principes applicables lorsque la Cour examine
les directives données par le juge présidant un procès
devant jury;
- Le paragraphe 231(5) C.cr. n'est pas un mécanisme de
preuve alternative pour démontrer le meurtre au premier
degré. Il s'agit plutôt d'un mode d'appréciation qui
assimile, au niveau de la peine, un meurtre à un meurtre au
premier degré. Les jurés doivent donc être conscients que
la personne reconnue coupable d'un meurtre non prémédité
peut être trouvée coupable de meurtre au premier degré si
les circonstances dans lesquelles le meurtre a été commis
correspondent à l'une des infractions sous-jacentes
énumérées au paragraphe 231(5) C.cr. et que les
conditions relatives à la situation évoquée, dans ce cas-ci,
la séquestration, sont réalisées;
- Les jurés devaient que la démarche relative à l'application
du paragraphe 231(5) ne s'appliquait qu'après avoir
reconnu Latortue, Plante, ou les deux, non coupables de
meurtre prémédité mais coupables de meurtre au deuxième
degré à la suite d'une décision unanime. Les jurés devaient
aussi comprendre que leur décision, relativement au
paragraphe 231(5), devait être unanime, après avoir été
convaincus, hors de tout doute raisonnable, de l'application
de chacune des conditions reconnues pour l'application de
cette disposition du Code criminel;
- Dans le cas d'un meurtre par interprétation, le
250
comportement du complice doit représenter « une cause
substantielle » du décès de la victime. Les critères élaborés
par le juge Cory dans Harbottle, [1993] 3 R.C.S. 306,
doivent être rencontrés que l'on soit complice, auteur
principal ou coauteur. Il y a donc une importante
distinction à faire entre le complice au meurtre prémédité
et celui d'un meurtre par interprétation. Or, le juge a traité
des deux en même temps sans se soucier de l'exception à la
règle générale de la complicité pour un accusé coupable de
meurtre au premier degré en vertu de l'article 231(5) C.cr.;
- Par ailleurs, le juge n'explique pas davantage que les
accusés pouvaient être les coauteurs du meurtre pour y
avoir participé ensemble tout en ayant l'intention requise.
Pourtant, la preuve relative au comportement postérieur de
l'un et de l'autre des accusés pouvait être particulièrement
révélatrice de leur état d'esprit au moment des événements;
- Les directives données au jury relativement au mode de
participation au meurtre, l'application de l'alinéa 21(1)b),
ne permettaient guère aux jurés de comprendre que Plante
et Latortue, en s'aidant mutuellement à commettre l'acte
illégal et en ayant chacun une participation appréciable au
décès de la victime, pouvaient tous deux être reconnus
coupables de meurtre, à tout le moins au deuxième degré;
- La plus grande déficience des directives données au jury se
retrouve au regard de l'application du paragraphe 231(5)
C.cr.;
- Le juge a instruit le jury en lui laissant entendre que les
accusés pouvaient tous deux être trouvés coupables de
meurtre au premier degré si la préméditation était prouvée,
hors de tout doute raisonnable, ou en appliquant les
dispositions du paragraphe 231(5);
251
- Les jurés devaient simplement être informés que, s'ils
excluaient la thèse de la préméditation et en arrivaient à un
verdict de meurtre au deuxième degré, leur travail n'était
pas terminé. Il leur fallait continuer leur réflexion pour se
demander si le crime avait été commis à l'occasion de la
séquestration de la victime. Pour que les coaccusés soient
tous les deux reconnus coupables de meurtre au premier
degré, (231(5) C.cr.), il était donc nécessaire que les
conditions énumérées à l'arrêt Harbottle soient
démontrées, hors de tout doute raisonnable, à l'endroit de
chacun d'eux. Le juge a plutôt fait état de la notion de
« cause substantielle et essentielle du décès » uniquement
lorsqu'il faisait allusion à l'auteur principal sans jamais
préciser que le complice devait également avoir participé
au meurtre d'une telle manière qu'il a été une cause
substantielle du décès de la victime;
- L'infraction de meurtre au premier degré de l'article 231(5)
C.cr. exige un degré de participation accru pour le
complice;
- En l'espèce, la preuve de la poursuite étayait la thèse de la
responsabilité de Plante à la fois comme auteur principal
ou comme complice de Latortue. La preuve de la
poursuite étayait sa thèse selon laquelle Latortue avait agi
comme auteur ou qu'il avait aidé ou encouragé le crime
commis. Or, en procédant comme il le fait, le juge laisse
entendre que si l'un des accusés a aidé ou encouragé
l'auteur principal à commettre le meurtre à l'occasion d'une
séquestration, il était alors coupable d'un meurtre au
premier degré en application du paragraphe 231(5), et ce,
peu importe qu'il ait joué un rôle substantiel ou non dans
l'acte de donner la mort;
252
- Compte tenu de l'ensemble de la preuve et particulièrement
des témoignages de Plante et Latortue qui se renvoyaient la
balle relativement à la cause directe du décès de la victime,
les directives principales ainsi que les directives
supplémentaires données par le juge du procès ne
permettaient pas au jury, vu les erreurs qu'elles
contenaient, de comprendre les enjeux réels qui leur étaient
soumis et d'en décider adéquatement selon la preuve;
- Le modèle de directives au jury élaboré par le juge Watt et
l'arbre de décision qu'il suggère, pourraient être utilisés par
les juges dans l'élaboration de leurs directives au jury
puisqu'ils constituent une approche fonctionnelle, adéquate
et simple, susceptible d'aider les jurés à mieux comprendre
les réels enjeux qui leur sont présentés et, partant, à
répondre adéquatement aux questions réelles que posent
les accusations.
Wilcox c. R.
Infraction
Agressions sexuelles graves, art.
273 C.cr.;
Voies de fait graves;
Accusé porteur du HIV ne dévoile
pas sa charge virale avant d'avoir
des relations sexuelles.
20-02-14 2014 QCCA 321 - Wilcox appeals his conviction for aggravated sexual
assault endangering the life of the complainant;
- The endangerment alleged, which the trial judge found to
exist, was that Mr. Wilcox, who to his knowledge was HIV
positive, exposed the complainant to the HIV virus without
his consent by engaging in unprotected anal intercourse
with him. The complainant, who was HIV negative at the
time, was later found to be HIV positive;
- The Crown called expert evidence to address the issue of
how the virus can be transmitted, taking account of the
nature of the sexual relations in which the parties engaged.
For his part, Mr. Wilcox called expert evidence related to
the culture of the homosexual community in Montreal,
particularly with respect to those who attend saunas where
253
the explicit objective is to find a partner with whom to
have sexual relations. The trial judge maintained the
Crown's objection to the admissibility of this testimony;
- Les motifs d'appel sont les suivants :
1) The learned trial judge erred by refusing to consider
the defence expert evidence of Robert Rousseau;
2) The learned trial judge erred by concluding that the
appellant was guilty before having heard the entirety
of the evidence, creating a reasonable apprehension of
bias;
3) The learned trial judge erred by failing to provide
reasonable and intelligible reasons for his judgment;
4) The learned trial judge committed an error of fact
when he concluded that the complainant would not
have consented to engage in unprotected sexual
intercourse at the Oasis Sauna and at the appellant's
residence on July 21, 2005 had he known of the
appellant's HIV positive status. It is submitted that
the trial judge's conclusion of fact is irreconcilable. It
was an error for the trial judge to conclude that the
complainant would not have engaged in unprotected
sexual intercourse at the sauna and on July 21, 2005
but would have consented on numerous occasions
after disclosure was made;
- Les juges sont unanimes quant aux motifs 1, 2 et 3 mais le
juge Hilton diverge d'opinion quant au 4e motif;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction à la lumière
des arrêts Ewanchuk, [1999] 1 R.C.S. 330, Cuerrier,
[1998] 2 R.C.S. 371 et Mabior, 2012 CSC 47;
- Le juge Dalphond écrit ce qui suit en lien avec le 4e motif
relatif à la crédibilité du plaignant :
254
- In order to obtain a conviction under ss. 265(3)(c) and
273(1) Cr C, the Crown had to prove beyond a reasonable
doubt that the complainant would have refused to engage
in unprotected sex with the appellant if he had been
advised that the latter was HIV-positive, "as unlikely as
that may appear";
- The complainant testified to that effect and the trial judge
believed him;
- In his reasons, my colleague Justice Hilton disputes this
credibility finding by the trial judge. According to him, the
trial judge failed to consider the defense's evidence that the
complainant continued to have unprotected sexual
intercourse with the appellant once he was made aware of
his HIV status. Had the trial judge considered it, the
evidence could have raised a reasonable doubt as to the
complainant's affirmation that he would not have engaged
in sexual activity with the appellant if told of the latter's
HIV status;
- My reading of the trial judge's reasons as a whole, in the
context of the evidence, the arguments of the parties and
the trial, leads me to conclude that there is no such
deficiency. The trial judge's credibility finding is entitled
to a high degree of deference and should, therefore, remain
undisturbed;
- In his reasons, the trial judge explicitly dealt with the
defense's allegations of unprotected sexual intercourse
after disclosure. In fact, it is obvious from the judgment,
that the trial judge found the defense's evidence more
convincing that the complainant's denial about a continued
relationship after disclosure;
- However for the trial judge, whatever the motives of the
255
complainant to forget or hide this aspect of the
relationship, he remained credible in his assertion that he
would not have engaged in the first instance of unprotected
sexual intercourse had he known of the appellant's HIVpositive status;
- In my view, the trial judge's finding that the complainant is
credible when he affirmed that he would not have engaged
in his first risky sexual practice with the appellant had he
known of the latter's HIV status is congruent with other
parts of the evidence and quite reasonable in the
circumstances.
Lefebvre Boucher c. R.
Infraction
Voies de fait graves;
Citation à procès;
Sur "mettant en danger la vie";
Compte tenu de cette rédaction
voies de fait lésions non incluses.
06-06-13 2013 QCCA 1003 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a reconnu
coupable de voies de fait causant des lésions corporelles
(paragr. 267b) C.cr.) commises en enserrant le cou de la
victime;
- Initialement, la dénonciation reprochait à l'appelant d'avoir
« commis des voies de fait graves contre S… B…, en la
blessant, mutilant, défigurant et/ou mettant sa vie en
danger, commettant ainsi l'acte criminel prévu à l'article
268 du Code criminel »;
- À la fin de l'enquête préliminaire, il y eut renvoi à procès
sur ce chef, mais uniquement sur une accusation de voies
de fait graves commises « en mettant en danger » la vie de
la victime, les autres modes de perpétration de l'infraction
étant spécifiquement biffés;
- Le procès s'est donc tenu sur la base d'un chef d'accusation
amputé de toute mention de blessures et limité au fait
d'avoir commis des voies de fait graves en mettant en
danger la vie de la victime;
- Le juge de première instance a conclu qu'il n'y avait
256
aucune preuve que l'appelant avait mis en danger la vie de
la victime et l'a acquitté en conséquence de l'accusation de
voies de fait graves. Par contre, étant d'avis que
l'infraction de voies de fait causant des lésions corporelles
était incluse, il l'a reconnu coupable de cette infraction;
- Il est vrai que l'infraction de voies de fait causant des
lésions corporelles est généralement incluse à celle de
voies de fait graves, puisque les éléments constitutifs de la
première sont compris dans la seconde. De plus, elle doit
nécessairement être commise dans la perpétration des
voies de fait graves, à moins que cette dernière accusation
soit autrement particularisée;
- Il existe toutefois des cas où, malgré cette règle générale,
l'accusation de voies de fait causant des lésions corporelles
n'est pas incluse. C'est le cas ici, alors que seule
l'infraction de voies de fait simples l'était;
- Pour que la règle générale puisse s'appliquer en l'espèce, il
faudrait que les éléments constitutifs de l'infraction de
voies de fait causant des lésions corporelles soient décrits
dans la disposition qui criminalise les voies de fait graves
ou dans le libellé du chef d'accusation. Or, quant à cette
dernière hypothèse, comme la juge présidant l'enquête
préliminaire a ordonné la radiation des termes « en la
blessant, mutilant, défigurant » et que l'accusation portée
aux fins du procès était conforme à cette ordonnance, l'on
ne peut certes pas dire que l'infraction était incluse dans le
chef « tel que rédigé », puisqu'il est possible de mettre la
vie en danger, sans causer des lésions corporelles;
- Ici, la rédaction du chef particularisait l'infraction en
faisant spécifiquement abstraction de toute notion de
lésions corporelles, ce qui empêchait l'application, sans
257
distinction, de la définition générale de voies de fait graves
pour identifier les infractions incluses. Il fallait donc se
limiter au chef tel que libellé;
- Par contre, l'accusation de voies de fait simples était
évidemment incluse à l'accusation d'avoir commis des
voies de fait graves.
Savage c. R.
Infraction
Voies de fait graves;
Pas pertinent de savoir si l'accusé
voulait ou non mettre la vie de la
victime en danger.
18-02-14 2014 QCCA 330 - L'appelant a été trouvé coupable de voies de faits graves
sur la personne de son grand-père. Il porte ce verdict en
appel. Il a témoigné qu'il ignorait la condition cardiaque
de son grand-père. Il a également nié l'avoir frappé. Le
juge ne l'a pas cru, et la preuve étaie amplement la
survenance de l'agression, ainsi que ses conséquences
graves sur l'état de santé du grand-père;
- Quant à la prévisibilité objective des conséquences du
coup de poing que l'appelant a asséné au thorax de son
grand-père, qui est tombé au sol, il est question ici d'un
critère objectif. Il n'est pas pertinent de savoir si l'appelant
voulait mettre ou non la vie de son grand-père en danger.
Le dossier révèle, et cela tient du bon sens, que frapper une
personne âgée de 81 ans à la poitrine est très dangereux.
Autrement dit, il était objectivement prévisible que la vie
de la victime soit mise en danger. Il n'était pas nécessaire
de prouver que l'appelant avait personnellement
conscience du risque inhérent au fait de frapper une
personne âgée ou qu'il avait connaissance de l'état de santé
du plaignant, qui portait un pacemaker. Le juge, de toute
façon, a conclu qu'il avait cette connaissance.
258
Laferrière c. R.
24-05-13 2013 QCCA 944 - L'appelant se pourvoit en appel contre deux jugements de
la Cour du Québec qui rejette sa requête en arrêt des
Infraction
procédures et le déclare coupable d'avoir fait défaut de se
conformer à une ordonnance de surveillance de longue
Ordonnance de surveillance de
durée (article 753.3 du Code criminel);
longue durée (art. 753.3 C.cr.);
- On reprochait à l'appelant de ne pas s'être conformé à deux
Défaut de se conformer;
conditions de l'ordonnance de surveillance de longue durée
Non-respect des règles maison de
soit :
transition;
a) Assignation à résidence et suivre le programme;
Non-respect des règles du Code de
b) Respecter la loi et ne pas troubler l'ordre public.
la sécurité routière;
- Le 20 décembre 2007, après avoir plaidé coupable à une
Non-respect de ses conditions;
accusation de voies de fait graves contre son épouse, et de
Non-respect du Code de la sécurité
voies de fait et d'entrave à l'égard des policiers, l'appelant
routière contraire à garder la paix.
est condamné à 27 mois et 18 jours d'emprisonnement,
avec l'ordonnance de purger la moitié de cette peine avant
d'être admissible à une libération conditionnelle. Il est de
plus déclaré délinquant à contrôler pour une période de dix
ans. L'ordonnance de surveillance de longue durée
s'applique depuis le 1er avril 2010;
- Le certificat de surveillance de longue durée indique que
l'appelant doit respecter, entre autres, la condition spéciale
suivante : « assignation à résidence à partir de tout
CCC/CRC ou établissement du SCC et y suivre le
programme », ainsi que la condition générale suivante :
«respecter la Loi et ne pas troubler l'ordre public»;
- Le juge de première instance rejette la requête en arrêt des
procédures. Il est d'avis que la procédure prévue aux
articles 135.1 et suivants de la Loi sur le système
correctionnel et la mise en liberté sous condition [la LSC]
259
n'est pas un préalable obligé au dépôt d'accusations en
vertu de l'article 753.3 C. cr.;
- L'appel soulève les questions suivantes :
A. L'honorable juge de première instance a-t-il erré en
droit en rejetant la requête en arrêt des procédures?
B. L'honorable juge de première instance a-t-il erré en
droit quant à l'actus reus applicable à l'article 753.3(1)
du Code criminel?
i) Est-ce que l'omission de respecter à la lettre le
règlement interne de la maison de transition peut faire
l'objet d'une accusation en vertu du Code criminel du
Canada?
ii) Est-ce qu'un manquement au Code de la sécurité
routière constitue une contravention à la « loi et
l'ordre public »?
C. L'honorable juge de première instance a-t-il erré en
droit quant à la mens rea applicable à l'article
753.3(1) du Code criminel?
- L'infraction décrite à l'article 753.3 C.cr. est un crime au
même titre que tous les crimes prévus au C.cr. Il s'agit
même d'un crime sérieux, passible d'une peine
d'emprisonnement maximale de dix ans. Rien dans le C.cr.
ou la LSC ne permet de conclure que la discrétion du
ministère public de déposer une accusation en vertu de
l'article 753.3 C.cr. serait assujettie à une procédure
administrative préalable. La discrétion de porter ou non
une accusation criminelle, quelle qu'elle soit, relève de la
discrétion du poursuivant public. À moins d'un texte clair
précisant que le dépôt d'une accusation en vertu de l'article
753.3 C.cr. est assujetti à la recommandation de la
Commission, le dépôt d'une telle accusation, quel que soit
260
le manquement à l'ordonnance de surveillance de longue
durée, ne saurait être subordonné à la procédure
administrative décrite à l'article 135.1 LSC et à la
recommandation de la Commission;
- Sur le plan juridique, rien ne s'oppose à ce que le SCC
avise les autorités policières du bris d'une condition de
l'ordonnance de surveillance de longue durée. L'appelant a
donc tort de s'en plaindre et d'en tirer un argument pour
demander l'arrêt des procédures. La procédure
administrative décrite à l'article 135.1 LSC ne remplace pas
l'article 504 C.cr., ni n'a préséance sur celui-ci. Le
processus prévu par la LSC est parallèle et n'empêche pas
une telle dénonciation;
- Le juge de première instance n'a pas commis d'erreur en
rejetant la requête en arrêt des procédures. Il n'y a donc
pas eu violation de la garantie juridique prévue à l'article 7
de la Charte et l'appelant n'a pas droit à une réparation aux
termes de l'article 24 de la Charte;
- Au soutien du premier chef d'accusation, la poursuite a
déposé le registre des déplacements du CCC MarcelCaron. L'appelant n'a pas respecté le règlement puisque
malgré plusieurs explications et mises en garde à ce sujet,
il ne donnait pas de précision concernant ses allées et
venues ce qui, selon les responsables du centre, ne
permettait pas de le surveiller adéquatement;
- L'appelant plaide que l'omission de respecter le règlement
interne d'une maison de transition peut faire l'objet d'une
mesure disciplinaire, mais pas d'une accusation en vertu de
l'article 753.3 C.cr. Il y aurait donc une distinction à faire
entre l'omission de respecter une condition clairement
libellée au certificat de libération (qui pourrait faire l'objet
261
d'une accusation criminelle) et l'omission de respecter le
règlement interne d'une maison de transition ou une
consigne de l'agent de surveillance (qui ne pourrait pas
faire l'objet d'une accusation criminelle). L'appelant plaide
que seule la Commission peut édicter des conditions
pouvant mener à une accusation aux termes de l'article
753.3 C.cr., à défaut de quoi il y aurait délégation de
pouvoirs illégale et incertitude relativement aux conditions
qu'un délinquant doit respecter;
- L'intimée plaide que l'appelant savait très bien que des
accusations criminelles pouvaient être portées contre lui
advenant qu'il ne respecte pas les règlements internes du
CCC Marcel-Caron. Elle soutient que la distinction entre
conditions et consignes ou règlements internes ne tient pas
puisque l'une des « conditions spéciales » du certificat de
surveillance exige précisément de l'appelant qu'il « suive le
programme » du centre où il sera assigné, ce qui comprend
nécessairement le respect les règlements internes de
l'établissement;
- L'intimée a raison;
- Examen de la condition de « respecter la loi et ne pas
troubler l'ordre public » dans le contexte où il est reproché
à l'appelant d'avoir conduit son véhicule avec un permis de
conduire non valide depuis 1995;
- Le respect de la loi est une chose, le fait de ne pas troubler
l'ordre public en est une autre. Il est possible qu'une
personne trouble l'ordre public en ne respectant pas la loi,
mais il est aussi possible de violer la loi sans pour autant
perturber l'ordre public. Le délinquant à contrôler doit
montrer patte blanche; il doit respecter la loi et il doit
s'assurer de ne pas troubler l'ordre public;
262
- En conduisant son véhicule sans permis valide, l'appelant
ne respecte pas la loi, en l'occurrence le Code de la
sécurité routière. Il n'est pas nécessaire de décider ici si
cette conduite trouble pour autant l'ordre public;
- La Cour distingue les expressions « ne pas troubler l 'ordre
public et avoir une bonne conduite » et « respecter la loi et
ne pas troubler l'ordre public »;
- Quant à la mens rea requise, la Cour fait une analogie avec
l'art. 733.1 C.cr. et commente, sans la trancher, la question
de l'impact du remplacement du mot « volontairement »
par l'expression « sans excuse raisonnable »;
- Même en posant comme hypothèse que la disparition du
mot « volontairement » et l'insertion des mots « sans
excuse raisonnable » n'ont rien changé aux enseignements
de la Cour suprême dans l'arrêt Docherty, [1989] 2 R.C.S.
941, il faudrait conclure ici, à l'instar du juge de première
instance, à la preuve hors de tout doute raisonnable de
l'intention de l'appelant de violer les conditions de
l'ordonnance de surveillance de longue durée.
LSJPA – 1419
Infraction
Vol qualifié;
Non-lieu
31-03-14 2014 QCCA 669 - L'appelante ne convainc pas la Cour que le juge de
première instance a commis une erreur en accueillant la
requête en non-lieu en raison de l'absence totale de preuve
sur l'accusation de vol qualifié et de vol simple à titre
d'infraction incluse;
- En revanche, il existe une preuve de voies de fait simples
qui est aussi une infraction incluse de sorte qu'il aurait dû
continuer le procès sur cette accusation.
263
Centres dentaires Lapointe inc. c.
Ordre des dentistes du Québec
Infractions
Défenses
Code des professions;
Analyse raison sociale.
07-05-13 2013 QCCA 862 - Accusation fondée sur l'art. 32 du Code des professions;
- On reprochait à une personne morale l'exercice illégal de la
profession de dentiste;
- Le juge de première instance acquitte la défenderesse;
- Le juge de la Cour supérieure a conclu à une erreur de
droit;
- Or, il n'en est rien. Dès le début de ses motifs, la juge de
première instance a bien circonscrit la question dont elle
était saisie par des plaintes fondées sur l'article 32 du Code
des professions. Elle s'est exprimée en ces termes :
Est-ce qu'une personne du public pourrait croire que
l'entité Centres dentaires Lapointe incorporée, comme
personne morale, […] peut exercer à titre de dentiste?
Elle a ensuite tiré de la preuve diverses inférences
raisonnables qui justifiaient une réponse négative à la
question ainsi circonscrite. Sa conclusion s'énonce comme
suit :
… je ne crois pas que la personne du public raisonnable, dotée
d'un quotient intellectuel adéquat, puisse, de quelque façon que ce
soit, penser que la corporation Centres dentaires Lapointe, est le
dentiste; ça ne se peut pas. Concrètement, ça ne se peut pas.
Il s'ensuit qu'un verdict d'acquittement s'imposait en l'espèce;
- En cassant ce verdict sans motif valable, la Cour
supérieure a dérogé à l'article 286 du Code de procédure
pénale et elle a donc commis une erreur de droit
réformable en appel en vertu de l'article 291 du même
code;
- La Cour rétablit le verdict d'acquittement.
264
Longueuil (Ville de) c. Lachapelle
30-07-13 2013 QCCA 1288 - L'appelante se pourvoit contre un jugement aux termes
duquel l'intimé est acquitté du chef d'accusation suivant :
•
Infraction
Code de la sécurité routière :
D'avoir, le 11 août 2009, contrevenu à l'article 213 du Code de
la sécurité routière, en ayant été propriétaire d'un véhicule qui
n'était pas en bon état de fonctionnement (il manquait un
boulon à une roue).
- Comment faut-il interpréter les articles 213 et 278 du Code
de la sécurité routière (CSR) lorsqu'il y a constat de
plusieurs défectuosités affectant un véhicule intercepté :
s'agit-il d'une seule infraction ou d'autant d'infractions qu'il
y a de pièces d'équipement défectueuses?
- L'intimé ne nie pas les faits. Il plaide que ce n'est pas lui
qui conduisait le véhicule à ces dates, mais un ami qui ne
l'a jamais informé des interceptions, alors qu'il n'en a été
informé pour la première fois qu'au moment de recevoir les
constats par la poste, subséquemment au 11 août 2009;
- En premier lieu, l'appelante soutient que ce n'est pas
l'article 278 CSR qui crée l'infraction, mais plutôt l'article
213 CSR;
- Or, la création d'infraction requiert un énoncé voulant que
le non-respect d'une norme constitue une infraction
susceptible de sanction. Ainsi, à lui seul, l'article 213 CSR
n'est donc pas créateur d'une infraction : s'il permet de
définir une norme, il ne dit rien voulant qu'un défaut de la
respecter, ou de faire en sorte qu'elle le soit, constitue une
infraction. C'est l'article 278 CSR qui est créateur de
l'infraction, même si c'est l'article 213 CSR qui en définit
les éléments constitutifs;
- En second lieu, l'appelante reproche à la juge de la Cour
supérieure d'ajouter au texte de loi, à l'instar du juge de la
- véhicule défectueux;
- 213 et 278 CSR;
- 1 constat par défectuosité;
- interprétation des lois
265
Cour municipale. La Cour partage cet avis;
- Les premiers mots de l'article 213 CSR sont bien « tout
équipement » et non « tout l'équipement »; ce qui doit être
en bon état d'entretien c'est « tout équipement » et non pas
l'équipement du véhicule ou le véhicule en général;
- Quant à l'article 278 CSR, il sanctionne le comportement
du propriétaire qui contrevient (enfreint ou transgresse) à
l'article 213 CSR et non pas le propriétaire dont le véhicule
routier n'est pas conforme aux exigences de l'article 213
CSR; l'article 278 CSR ne comprend pas les mots « n'est
pas conforme aux exigences de l'article »;
- Ajouter un « l' » devant le mot équipement change
totalement le sens de la phrase, comme le plaide
l'appelante à bon droit : tel qu'utilisé à l'article 213 CSR, le
mot «tout» est un déterminant indéfini qui a le sens d' «un
quelconque», « n'importe quel » ou de « chaque » alors
que l'ajout du « l' » le transforme en adjectif qui exprime la
totalité ou l'intégralité, qui signifie « l'ensemble de »;
- L'article 213 CSR ne fait pas référence à un véhicule, ni au
véhicule du propriétaire mentionné à l'article 278 CSR, non
plus d'ailleurs qu'au propriétaire lui-même. L'article 213
CSR ne réfère qu'à l'état d'entretien de tout équipement
visé par le code, il ne fait qu'indiquer que chacun d'eux
doit être constamment tenu en bon état de fonctionnement;
- Le principe moderne d'interprétation des lois veut qu'il
faille lire les termes d'une loi dans leur contexte global, en
suivant le sens ordinaire et grammatical qui s'harmonise
avec l'esprit de la loi, l'objet de la loi et l'intention du
législateur. L'interprète doit généralement écarter une
interprétation qui l'amène à ajouter des termes à la loi;
- Lorsque le législateur utilise à l'article 213 CSR le mot
266
«tout», devant un nom et sans article, il cherche
manifestement à exprimer l'idée d' « un quelconque », de
«n'importe lequel» ou de « chaque »;
- Dans la poursuite de l'un des objets au coeur de la loi, la
sécurité routière, le législateur a cherché à inciter les
propriétaires de véhicules routiers à agir de sorte que les
routes et les véhicules qui y circulent soient sécuritaires, au
profit de tous, ce qui ne peut être le cas si l'un ou l'autre
des équipements visés par le code n'est pas en bon état de
fonctionnement;
- Ainsi, en raison de chacun des risques que son défaut
d'agir selon les exigences de la loi fait encourir à tous ceux
et celles qui montent à bord de ce véhicule ou qui
partagent ou se trouvent sur un chemin où il circule, on
peut comprendre que le but du législateur soit de pénaliser
le propriétaire qui ne respecte pas l'obligation de veiller au
bon fonctionnement de chaque équipement de son
véhicule, autant de fois qu'il y a d'équipement défectueux
sur son véhicule.
Terrebonne (Ville de) c. RégisFode
Infraction
Excès de vitesse;
Preuve par radar;
Affirmation d'être "un technicien
qualifié" suffit.
23-09-13 2013 QCCA 1668 - L'appelante se pourvoit contre un jugement prononcé par
la Cour supérieure, accueillant l'appel de l'intimé en
décidant que la preuve avancée devant le juge de la Cour
municipale ne rencontrait pas les critères énoncés par
l'arrêt d'Astous;
- Le constat d'infraction déposé devant la Cour municipale
indique que l'agent Guerra a évalué visuellement la vitesse
du véhicule conduit par l'intimé à 130 km/heure et que le
radar Laser qu'il a opéré indiquait une vitesse de 129
km/heure. Le constat indique aussi qu'il est un opérateur
qualifié à opérer un cinémomètre Laser depuis juillet 2010
267
et Doppler depuis août 2006;
- L'arrêt D'Astous, de même que l'arrêt Ville de Joliette c.
Delangis, sont à l'effet qu'il y a preuve prima facie du bon
fonctionnement de l'appareil lorsqu'il y a démonstration
que l'opérateur est qualifié, que son appareil a été testé
avant et après son usage et que le test démontre que
l'instrument est précis;
- L'intimé s'attaquait vraisemblablement à la qualification de
l'opérateur du radar, l'agent Guerra. Il n'a toutefois pas
contredit son affirmation selon laquelle il était qualifié, au
moment de l'infraction, le 23 juillet 2010. Il n'a pas non
plus cherché à mettre en doute cette qualification;
- En l'absence de toute preuve permettant de mettre en doute
l'affirmation du policier sur sa qualité de technicien
qualifié, le juge de la Cour supérieure a eu tort de vouloir
ajouter aux principes émis et appliqués par cette Cour. Le
fait que le policier n'ait que peu d'expérience à l'égard du
cinémomètre Laser ne l'empêche aucunement, en effet,
d'être un technicien qualifié.
Camp Jardin (Gan) d'Israël c. La
Minerve (Municipalité de)
Infraction
Utilisation de haut-parleur
interdite;
• Règlement adopté est
présumé valide;
• Pas de droits acquis en
matière de nuisance
03-10-13 2013 QCCA 1699 - L'appelant se pourvoit contre un jugement rendu par la
Cour supérieure qui rejette l'appel et confirme les vingt
déclarations de culpabilité relatives à des infractions à un
règlement de l'intimée qui prohibe l'usage extérieur de
haut-parleurs et porte-voix;
- L'article 4, la disposition en litige, prohibe plus
précisément l'utilisation de haut-parleurs. Le règlement ne
prévoit ni définition ni possibilité de dérogation;
- Le Camp est propriétaire d'un immeuble situé sur le
territoire de la Municipalité, dans les Laurentides. Il
exploite un camp de vacances à vocation religieuse pour
268
Chants religieux permis par la
liberté d'expression mais restreint
par l'art. 1.
enfants sur le bord d'un lac depuis les années 1960.
L'activité se limite à la période estivale;
- Le Camp utilise des haut-parleurs qui servent à réveiller
les enfants le matin, à donner des consignes, à faire des
annonces et à diffuser de la musique lors des activités. Le
Camp utilise aussi des porte-voix lors des sorties. Un
responsable du Camp témoigne du caractère essentiel et
nécessaire de la musique dans la culture juive. Elle incite
à la joie, donne de l'énergie et stimule les enfants du
Camp. Ce sont des musiques et des chants hébreux qui
sont diffusés par les haut-parleurs;
- Le Camp présente ainsi la question en litige :
Le juge de la Cour supérieure a-t-il erré en droit en
concluant qu'une prohibition absolue d'utilisation d'un
haut-parleur est légale et raisonnable?
- Le Camp plaide essentiellement que le règlement en cause
constitue une prohibition illégale et déraisonnable pour
deux raisons;
- La première est que cette prohibition ne relève pas de la
compétence municipale de définir et d'interdire une
nuisance (ultra vires). Il prétend que la Municipalité tente
de faire disparaître son activité de camp de jour. En
somme, le Camp plaide que la Municipalité aurait dû
imposer des normes objectives de bruit. Ensuite, le Camp
prétend à l'illégalité du règlement au motif qu'il contrevient
à un droit protégé par la Charte : la liberté d'expression;
- Le règlement adopté par la Municipalité est présumé
valide. Il appartient au Camp d'établir le contraire;
- Il est établi que sur une question de raisonnabilité d'un
règlement municipal, les tribunaux doivent se garder
d'intervenir sur le choix des moyens choisis par les
municipalités pour réaliser leur compétence. La Cour
269
suprême répétait récemment, dans l'arrêt Catalyst Paper
Corp. c. North Cowichan (District), 2012 CSC 2, qu'il faut
faire preuve d'une grande retenue envers les conseils
municipaux. Les tribunaux sont, par ailleurs, justifiés
d'intervenir lorsqu'une municipalité excède sa compétence;
- Tout règlement nécessite une loi habilitante et doit être
conforme à sa loi habilitante. Le règlement ne peut
outrepasser ce que le régime législatif permet;
- L'article 59 de la Loi sur les compétences municipales
accorde de larges pouvoirs aux municipalités afin de
réglementer les nuisances. La Municipalité est donc
habilitée à définir et à contrôler les nuisances sur son
territoire. En outre, selon la Cour suprême dans Montréal
(Ville) c. 2952-1366 Québec inc, 2005 CSC 62, :
«L'assujettissement du bruit à la compétence sur les
nuisances est depuis longtemps reconnu»;
- Un règlement d'une municipalité ne peut affecter, sans
mention expresse contraire, un droit acquis. Par contre, il
n'y a pas de droit acquis en matière de nuisance;
- Une des limites au pouvoir réglementaire des conseils
municipaux est le principe fondamental en droit municipal
selon lequel un règlement ne peut être purement prohibitif;
- En somme, le Camp a raison de dire qu'une prohibition
pure et simple n'est pas permise. Cependant, il a tort
lorsqu'il plaide : « L'interdiction pure et simple de l'usage
d'un haut-parleur ou appareil amplificateur est ultra vires
des pouvoirs des municipalités de réglementer sur les
nuisances »;
- Les haut-parleurs comme les porte-voix sont par définition
des objets qui ont pour fonction d'amplifier le bruit.
Lorsque la Municipalité en prohibe l'usage extérieur, elle
270
utilise un moyen reconnu pour empêcher une nuisance;
- Un conseil municipal ne pourrait pas interdire absolument
tout bruit sur son territoire. De même, il serait abusif et
déraisonnable d'interdire tout haut-parleur et appareil
d'amplification. Ce n'est pas ce que la Municipalité fait;
- Elle est compétente pour contrôler l'usage d'appareils
contribuant à la nuisance qu'est le bruit. Il lui appartient de
choisir les moyens les plus pertinents et efficaces. Dans le
contexte d'une municipalité des Laurentides dont la
vocation première est la villégiature, il est tout à fait
raisonnable d'interdire l'utilisation de haut-parleurs à
l'extérieur. Justement, l'interdiction à l'extérieur indique
que la prohibition n'est pas absolue : on n'interdit pas
totalement ni le bruit ni l'utilisation de haut-parleurs, mais
seulement leur utilisation à l'extérieur et leur utilisation à
l'intérieur lorsque le son peut être entendu à l'extérieur;
- La Municipalité aurait pu prévoir une norme objective de
bruit, dont une norme fondée sur un seuil de décibels. Elle
peut aussi, comme elle l'a fait, interdire l'usage d'appareils
qui ont pour fonction d'amplifier le bruit;
- Le Camp présente aussi un argument de zonage. Il prétend
que lui interdire l'usage de haut-parleurs équivaut à
l'empêcher d'exploiter le camp. Cet argument est mal
fondé. Le Camp peut très bien opérer sans l'usage de hautparleurs;
- La notion de droit acquis ne s'applique pas en l'espèce. Le
Camp jouit d'un droit acquis à l'exploitation d'une colonie
de vacances, mais ce droit n'emporte pas celui d'utiliser des
haut-parleurs qui constituent une nuisance;
- La musique et les chants religieux font partie du message
que le Camp cherche à transmettre. Cela suffit pour
271
qualifier l'activité expressive au sens de la Charte. La
Charte s'applique sur une propriété privée lorsque c'est
l'État qui impose une limite à un droit protégé.
L'utilisation de haut-parleurs vise l'épanouissement
personnel des enfants fréquentant le Camp. Il s'agit d'un
mode protégé. Le règlement porte atteinte à la liberté
d'expression du Camp;
- La mesure prise par la Municipalité se justifie en vertu de
l'article premier de la Charte.
Commission de la santé et de la
sécurité du travail c. Coffrages
CCC ltée
Infraction
Infraction commise par l'employé
mettant en danger sa sécurité;
Accusations contre l'employeur;
Employeur n'a pas d'obligation de
résultat;
L'accusé (employeur) doit
démontrer qu'il a pris toutes les
précautions nécessaires par
prépondérance pour éviter
l'infraction.
29-10-13 2013 QCCA 1875 - L'appelante se pourvoit contre un jugement rendu par la
Cour supérieure, qui a accueilli l'appel et substitué un
verdict d'acquittement à la déclaration de culpabilité
prononcée contre l'appelante par la Cour du Québec, en
lien avec une accusation fondée sur l'art. 237 de la LSST;
- Rappel du pouvoir d'intervention de la Cour supérieure eu
égard à la preuve : une cour d'appel ne peut substituer son
opinion à celle du juge des faits et mettre le verdict de côté
parce qu'elle ne serait pas arrivée à la même conclusion.
Ce n'est que si le verdict est déraisonnable qu'elle peut le
faire;
- Cette affaire peut être décidée en répondant aux questions
suivantes :
1. Le juge de la Cour supérieure était-il en présence d'une erreur
de droit ou d'un verdict déraisonnable eu égard à la preuve lui
permettant d'intervenir ? Le cas échéant, l'infraction reprochée
à l'intimée a-t-elle été prouvée?
2. Si le juge de la Cour supérieure n'était pas justifié d'intervenir
et si l'infraction a été prouvée, l'intimée a-t-elle fait preuve
d'une diligence raisonnable?
- Dans une poursuite pénale fondée sur l'article 237 LSST, la
poursuivante doit prouver, au-delà de tout doute
272
raisonnable, et sans qu'il soit question de mens rea, que
l'employeur a, par action ou par omission, agi de manière à
compromettre, directement et sérieusement la santé, la
sécurité ou l'intégrité physique d'un travailleur.
L'utilisation du terme « directement » signifie qu'il doit
exister un lien direct, entre l'action ou l'omission et le
danger ayant compromis la santé ou la sécurité du
travailleur;
- En application de l'article 239 LSST, la preuve qu'une
infraction a été commise par un travailleur à l'emploi d'un
employeur suffit à établir qu'elle a été commise par cet
employeur, à moins que celui-ci n'établisse que cette
infraction a été commise à son insu, sans son consentement
et malgré les dispositions prises pour prévenir sa
commission;
- Les déterminations de fait et mixtes de droit et de fait du
premier juge n'ont pas été ébranlées et le second juge
n'aurait pas dû intervenir. Coffrages a, par action ou par
omission, agi de manière à compromettre, directement ou
sérieusement la santé, la sécurité ou l'intégrité physique
d'un travailleur. Il y a eu danger de blessures graves,
susceptibles de se matérialiser à brève échéance, un danger
« prévisible en tenant compte de la nature des choses et de
l'erreur humaine de moyenne gravité »;
- Dans un autre ordre d'idées, le second juge mentionne que
l'interprétation de la loi qui a pour effet de condamner un
employeur à la suite d'un geste d' « extrême insouciance »
d'un salarié est déraisonnable et équivaut à imposer une
obligation de résultat. Ce n'est pas ainsi que le premier
juge a qualifié les circonstances entourant la commission
de l'infraction et ses déterminations ne sont pas affectées
273
d'une erreur révisable;
- En l'espèce, nous ne sommes pas en présence d'un
événement « essentiellement imprévisible dans son
caractère intrinsèque »;
- Notion de diligence raisonnable;
- Il revient à l'accusé de démontrer, par prépondérance de
preuve, qu'il a pris toutes les précautions nécessaires. Cela
se comprend puisqu'il est le mieux placé pour faire cette
preuve et exposer sa prétention dans toutes ses nuances;
- Le second juge ne reproche au juge du procès ni erreur de
droit ni erreur quant au fardeau de la preuve qui incombait
à Coffrages. Il décide essentiellement que l'employeur ne
pouvait se prémunir contre un danger qui n'était pas
prévisible et que le premier juge erre en exigeant « des
directives écrites portant sur l'accomplissement d'une tâche
somme toute fort simple et sans risque lorsqu'exécutée de
la manière usuelle »;
- Compte tenu que la conclusion du premier juge sur la
prévisibilité demeure, ce moyen ne peut réussir. Par
ailleurs, le juge de première instance conclut à l'absence de
formation, d'équipement et de « rencontre précise sur la
façon de laver ou de méthode ». Il n'exige pas de
directives écrites sur l'accomplissement de la tâche
effectuée par le salarié Samson. Le second juge mentionne
l'information verbale normalement donnée par l'employeur
au nouveau salarié, mais il demeure que l'employeur n'a
pas expliqué au salarié de quelle façon il devait procéder
pour laver les godets;
- La Cour rétablit la déclaration de culpabilité.
274
Langlois c. Organisme
d'autoréglementation du courtage
immobilier du Québec
Infraction
Courtage immobilier sans permis;
Éléments essentiels de l'infraction.
17-01-14
2014 QCCA 77 - L'appelant se pourvoit contre un jugement de la Cour
supérieure qui infirme le jugement de la Cour du Québec
l'acquittant de l'accusation, fondée sur la Loi sur le
courtage immobilier, d'avoir agi de manière à donner lieu
de croire qu'il était autorisé à exercer l'activité de courtier
ou d'agent immobilier;
- Il est en preuve que l'appelant, notaire de profession, a
organisé une visite libre d'une maison et a remis à un
acheteur potentiel une fiche décrivant la propriété ainsi que
sa carte professionnelle en lui indiquant, à cette occasion,
qu'il pouvait l'appeler s'il souhaitait obtenir de plus amples
informations. Il a aussi déclaré à son interlocuteur qu'il se
chargeait de tout ce qui était nécessaire pour permettre la
conclusion de la vente, «du début à la fin»;
- La preuve a aussi révélé que l'appelant s'occupait de la
mise en marché de l'immeuble, de la confection des fiches
de vente, des photos de la résidence et de la publication
dans les journaux. C'est d'ailleurs lui qui a posé l'enseigne
devant le bâtiment mentionnant « Visite libre par le
propriétaire, avec l'assistance-conseil de Me Jocelyn
Langlois, notaire. Bienvenue aux intermédiaires »;
- Disons au départ que la pose d'une enseigne « À vendre »,
son engagement à répondre aux appels téléphoniques
provenant de ceux qui souhaitent obtenir des informations
sur l'immeuble et l'organisation de la publicité et des
visites de la propriété sont toutes des manifestations qui
sont sans lien avec le domaine de la consultation juridique
et, à l'évidence, ne font pas partie des actes réservés à la
profession de notaire;
275
- Ensuite, il ressort de la preuve que le travail de l'appelant
visait à rapprocher les parties, c'est-à-dire à mettre les
acheteurs potentiels en relation avec le propriétaire de la
maison en vue de les amener à conclure une transaction.
Cette activité relève indéniablement de l'opération de
courtage immobilier, ce qui a été maintes fois reconnu par
la jurisprudence. La doctrine appuie également cette
conclusion;
- L'appelant rétorque que le vendeur était libre de choisir le
moyen le mieux adapté à ses besoins incluant celui de
procéder lui-même à la vente de sa maison. L'appelant
ajoute qu'en raison du mandat reçu de son client, il
devenait en quelque sorte le prolongement juridique de la
personne du vendeur qui continuait à agir par son
entremise. L'argument est séduisant mais ne résiste pas à
l'analyse;
- L'exercice des droits civils ne peut déroger aux règles
d'ordre public. Une convention privée ne peut contrevenir
à la Loi sur le courtage immobilier qui régit les gestes
normalement associés à une opération de courtage
immobilier;
- La thèse de l'appelant ignore également l'objectif de
protection poursuivi par la LCI. La Cour suprême dans
l'arrêt Proprio Direct, 2008 CSC 32, a reconnu que cette
loi avait pour objet d'assurer la protection du
consommateur et que ce principe prime généralement celui
de la liberté contractuelle, Or, contrairement à la LCI, le
mandat confié à l'appelant ne confère aucune protection en
faveur des tiers;
- Aux fins de la preuve de l'infraction reprochée, la
plaignante devait seulement établir que l'appelant avait agi
276
de manière à donner lieu de croire qu'il était autorisé à
exercer l'activité de courtier ou d'agent immobilier, sans
plus;
- Cette preuve n'exige pas de démontrer une opération de
courtage formelle. Certes, l'article 156 de la LCI et l'article
3 de la Loi du courtage immobilier permettent d'établir les
paramètres à l'intérieur desquels la réaction d'une personne
raisonnable, témoin des gestes posés par l'appelant, peut
être analysée. Cependant, et au-delà des indications
fournies par les textes législatifs, la personne raisonnable
n'a pas à « vérifier les lois ou consulter des dictionnaires
avant de requérir les services d'un professionnel »;
- En l'espèce, la preuve fait voir que l'appelant a posé des
gestes qui, par leur nature, s'apparentent à une opération de
courtage. La personne raisonnable, face à cette réalité,
pouvait très bien croire qu'il avait l'autorité voulue pour
agir ainsi, sans compter que ce pouvoir apparent était
exercé par une personne affichant le titre rassurant de
notaire.
Groupe Construction Royale inc.
c. Brossard (Ville de)
Infraction
Usage d'une résidence comme
bureau de vente de projet de
développement;
Interprétation.
28-01-14 2014 QCCA 173 - La requérante demande la permission d'appeler d'un
jugement de la Cour supérieure qui rejette son appel à
l'égard d'un jugement de la Cour municipale de Longueuil
la déclarant coupable d'infractions répétées à l'égard d'un
usage dérogatoire d'un immeuble situé en zone
résidentielle;
- Tel qu'il appert de la transcription, la preuve faite devant le
juge municipal était irrésistible quant à l'usage continu du
bâtiment en litige comme bureau de ventes et le fait que ce
dernier était situé dans une zone résidentielle;
- Quant au jugement de la Cour supérieure, il rejette les
277
moyens de la requérante, tous axés sur le fait que les
infractions découleraient de l'application d'une disposition
du règlement municipal 1642 de la ville de Brossard ne
s'appliquant qu'aux bâtiments accessoires, alors que le
bâtiment concerné constitue un bâtiment principal;
- Notion de « bâtiment »;
- Par ailleurs, il est manifeste à la lecture du règlement, que
l'art 2.6.3. permet un usage dérogatoire temporaire et ce,
pour une fin précise. Il importe peu que le bâtiment utilisé
soit considéré un bâtiment principal ou un bâtiment
accessoire à un autre. Rien ne permet de conclure que la
municipalité a voulu encadrer uniquement les bâtiments
temporaires ou accessoires utilisés comme bureau de
ventes, mais non les bâtiments principaux utilisés à la
même fin;
- Le juge de la Cour supérieure retient, de façon
convaincante, la seule interprétation logique du règlement,
notamment quant aux usages dérogatoires permis et
interdits;
- La requérante a été avisée à maintes reprises que la période
pour l'usage dérogatoire était expirée et la requérante a
choisi de refuser de respecter la réglementation
municipale. Sa condamnation était pleinement justifiée.
Barnaby v. Canada (Attorney
General)
Défense
Refus d'extrader au New
Hampshire;
31-07-13 2013 QCCA 1305 - Dans le contexte d'une demande de révision judiciaire à
l'encontre d'un ordre d'extradition, la Cour d'appel
accueille la requête de Barnaby en concluant que faire
subir un quatrième procès au requérant constitue un abus
de procédure;
- Applicant Barnaby proceeded to trial on those charges on
three occasions, in 1989 and 1990. Each trial ended in a
278
4e procès pour meurtre;
Abus de procédures.
hung jury. At the conclusion of the third trial, the
prosecution entered a nolle prosequi (a dismissal of
charges) against Mr. Barnaby;
- In 2010, the New Hampshire State authorities reopened the
investigation into the alleged crimes and in 2011, evidence
seized from the crime scene was submitted for DNA
testing not available at the time of the initial investigation.
The profile of Mr. Caplin was identified. Witnesses were
again contacted. They would have provided additional
information, although nothing in the file indicates that that
information would not initially have been available from
those same witnesses;
- There is no need to deal with Applicant Barnaby's request
for disclosure of the evidence presented at his three
previous trials. The fact is that the new DNA evidence
does not link him to the crimes. In these circumstances,
the only issue is whether a fourth trial would constitute an
abuse of process in his case;
- There is simply no precedent for submitting an accused to
the stress and tribulations of a fourth trial on the same
charges, particularly when the only true "new evidence", in
this instance, the DNA evidence, does not in any way
implicate him and three previous juries did not once find
him guilty;
- The issue, therefore, is whether a fourth jury trial in these
exceptional circumstances would, in the absence of any
true new evidence linked to applicant Barnaby, constitute
an outrage, in his case, to the community's sense of fair
play and decency, so as to amount to an affront to the
fundamental principles of justice applicable in both
jurisdictions of concern, and thus constitute an abuse of
279
process. The prosecution is not, after all, expected to go
after an accused until it finds a judge or jury willing to
convict;
- With due deference to the Minister, in the present case, a
fourth trial would be contrary to the protection afforded by
the Charter and his decision to extradite does not
constitute a defensible conclusion based on the alleged
new facts in the case of Applicant Barnaby.
Brind'Amour c. R.
Défense
Arrêt des procédures ordonné;
Agent source GRC en libération
conditionnelle et commet crimes
au vu et au su de la GRC;
GRC à menti à CNLC.
15-01-14
2014 QCCA 33 - Douze jugements sont en cause dans le présent appel;
- Les 25 janvier et 20 avril 2010, une juge de la Cour du
Québec rend une ordonnance d'arrêt des procédures dans
les deux dossiers de Christopher Tune en raison de l'abus
de procédure causé par l'inconduite des policiers. Les 23
février, 21 mai et 17 décembre 2010, un autre juge rend la
même ordonnance à l'égard des autres intimés, pour des
motifs similaires. La poursuite a interjeté appel de tous ces
jugements;
- Enfin, le 25 mars 2009, un autre juge reconnaît coupable
Frédérik Brind'Amour, qui est le seul du groupe à ne pas
avoir présenté de requête en arrêt des procédures. Il a lui
aussi interjeté appel et la poursuite, faisant preuve d'un
franc jeu qui l'honore, concède que, si son appel des
ordonnances d'arrêt des procédures est rejeté, le pourvoi de
Frédérik Brind'Amour devrait être accueilli afin qu'il
puisse bénéficier de la même ordonnance;
- Notion d'abus de procédure;
- Les tribunaux reconnaissent l'existence de deux grandes
catégories d'abus de procédure. Ceux qui contreviennent à
l'équité du procès et ceux, plus rares, qui portent atteinte à
l'intégrité du système de justice. Dans la première
280
catégorie, c'est surtout le droit de l'accusé à un procès
équitable qui est en cause, alors que dans la seconde (on
parle alors de la « catégorie résiduelle »), il est plutôt
question d'une conduite si inéquitable ou vexatoire qu'elle
contrevient aux règles fondamentales de justice et mine
ainsi l'intégrité du système judiciaire : R. c. O'Connor,
[1995] 4 R.C.S. 411, paragr. 73. Si, dans la première
catégorie, le préjudice personnel subi par l'accusé,
notamment sa gravité et son ampleur, est le critère premier
pour déterminer si l'arrêt des procédures doit être
prononcé, dans la seconde, même si le préjudice personnel
éprouvé par l'accusé demeure pertinent, ce n'est pas la
considération principale. La juge Charron le rappelle dans
R. c. Nixon, 2011 CSC 34;
- Dans le présent dossier, il va de soi qu'il s'agit d'une
situation qui relève de la catégorie résiduelle;
- Quoi qu'il en soit, qu'il s'agisse d'un abus de la première ou
de la deuxième catégorie, l'arrêt des procédures n'est
approprié que si deux critères sont satisfaits : 1) le
préjudice causé par l'abus sera révélé, perpétué ou aggravé
par le déroulement du procès ou par son issue; 2) aucune
autre réparation ne peut raisonnablement faire disparaître
ce préjudice;
- En d'autres mots, même pour la catégorie résiduelle,
ordinairement, la poursuite des procédures pourra choquer
le sens de la justice seulement si la conduite répréhensible
ou l'abus est susceptibles de se perpétuer. Par contre, il
peut se produire des cas, « relativement très rares » et
«exceptionnels», qui ne laissent place à aucune alternative:
la simple poursuite du procès serait tellement choquante,
en raison de la gravité de l'inconduite, qu'il faut arrêter les
281
procédures;
- Par ailleurs, en toutes circonstances, l'ordonnance d'arrêt
des procédures constitue une forme de réparation
draconnienne et il faut la réserver aux cas les plus graves
ou les plus manifestes, alors qu'aucune autre mesure ne
pourrait corriger le préjudice : R. c. Regan, 2002 CSC 12;
- Enfin, s'il reste un degré d'incertitude quant à la possibilité
de faire disparaître le préjudice, on peut alors appliquer un
troisième critère, celui d'un examen comparatif entre les
intérêts que servirait l'arrêt des procédures et l'intérêt que
représente pour la société un jugement définitif au fond;
- Distinction entre un indicateur (ou un informateur) et un
agent civil d'infiltration;
- La distinction a de l'importance, puisque, selon la
documentation de la GRC, le policier qui agit comme
agent couvreur ou agent contrôleur de l'agent civil
d'infiltration doit faire en sorte que ce dernier ne commette
pas d'actes criminels et ne rencontre par les personnes
visées par l'enquête en dehors du cadre de l'opération.
Bref, si Pierre Tremblay est un informateur qui œuvre dans
le milieu criminel, on peut comprendre que la GRC ne
veuille pas divulguer ses activités criminelles pour ne pas
mettre sa vie en danger ni mettre fin à sa collaboration,
d'autant qu'il jouit du privilège de l'informateur. Par
contre, s'il est agent civil d'infiltration, il est mandaté par la
GRC et est sous son contrôle; il doit limiter sa
participation à ce qui est nécessaire aux fins de l'enquête,
généralement à la suite de scénarios établis par les
policiers. On voit bien la conséquence : la GRC ne
pourrait sciemment laisser un agent civil d'infiltration
commettre des crimes, comme le trafic de drogues, à ses
282
propres fins et en dehors de l'enquête policière, comme elle
l'a fait en l'espèce. Voir aussi : R. v. N.Y., 2012 ONCA
745 et R. v. G.B., (2000) 146 C.C.C. (3d) 465;
- Résumés à leur plus simple expression, voici ce que disent
les jugements de première instance en ce qui a trait à
l'inconduite de la GRC : il y a eu abus de procédure au
motif que la GRC a permis à Pierre Tremblay de
commettre des infractions criminelles pendant qu'il était en
libération conditionnelle, alors qu'elle exerçait un contrôle
sur lui et aurait dû l'en empêcher ou le dénoncer, dans le
but qu'il devienne agent civil d'infiltration, le tout en
trompant délibérément la CNLC. Il semble manifeste que,
sans tromperie envers la CNLC, l'arrêt des procédures
n'aurait pas été prononcé;
- Or, la preuve le démontre : pour arriver à leurs fins, des
membres de la GRC, jusqu'à de hauts niveaux, ont menti à
la CNLC, un organisme quasi-judiciaire, que ce soit par
tromperie ou dissimulation, pour qu'elle modifie sa
décision;
- Pour atteindre son but, la GRC devait convaincre la
CNLC, par l'intermédiaire du SCC, de modifier les
conditions de Pierre Tremblay pour lui permettre
notamment de côtoyer des criminels. Pour ce faire, elle a
caché l'existence de ses activités criminelles ainsi que les
nombreux bris dont elle a été témoin. Elle l'a aussi laissé
continuer son commerce de drogues, ce qui lui rapportait
d'importantes sommes d'argent;
- L'appelante plaide que la GRC a toujours exigé de Pierre
Tremblay qu'il ne commette pas d'actes criminels pendant
cette période et qu'elle lui a même dit qu'il ne bénéficierait
d'aucune immunité s'il était arrêté. D'une part, la GRC a
283
assurément constaté que M. Tremblay ne respectait pas
cette directive. D'autre part, vu les rapports entre la GRC et
M. Tremblay, il allait de soi qu'il ne serait pas arrêté et il
ne pouvait en douter. La preuve permet de conclure que la
GRC savait que M. Tremblay faisait le trafic de drogues
ou, à tout le moins, s'est volontairement fermé les yeux sur
cette possibilité. La GRC ne pouvait laisser croire à la
CNLC que sa réhabilitation était presque chose faite. C'est
pourtant ce qu'elle a fait, aussi incroyable que cela puisse
paraître;
- L'État, par l'entremise de la GRC, a bafoué la loi et a menti
sans vergogne aux autorités correctionnelles et à la CNLC,
un organisme administratif à la fonction quasi-judiciaire,
dont la responsabilité consiste à rendre une décision
éclairée, fondée sur une enquête approfondie. La GRC lui
a nui dans l'exercice de cette importante fonction et le tout
s'est transformé en une parodie d'enquête qui a conduit à
une décision qui décrit une réalité qui n'existe pas;
- Évidemment, même en cas de conduite policière illégale,
illicite ou autrement inacceptable, quelque soit le
qualificatif, il n'y a pas nécessairement abus pouvant
justifier un arrêt des procédures. Chaque cas est tributaire
de ses circonstances et il faut procéder au cas par cas : R.
c. Campbell, [1999] 1 R.C.S. 565. C'est ce qu'ont fait les
juges de première instance;
- Dans le présent dossier, le constat factuel retenu par les
deux juges est déterminant : les membres de la GRC,
jusqu'aux plus hauts niveaux, ont détourné le processus
d'enquête de la CNLC et obtenu une décision favorable à
M. Tremblay en bernant le SCC et la CNLC sur une
période de plus de six mois. L'objectif louable de traquer
284
les criminels ne donne pas tous les droits;
- Nous sommes ici en présence de l'une de ces situations
exceptionnelles où l'extrême gravité de l'inconduite choque
le sens de la justice et justifie à elle seule l'arrêt des
procédures. La continuation du procès contreviendrait aux
règles fondamentales de justice au point de miner
l'intégrité du système de justice et les tribunaux ne peuvent
accepter de demeurer associés à un tel processus;
- D'une part, comme l'exige la jurisprudence, les effets de
l'abus sur l'intégrité du système de justice se perpétueraient
si les procès devait continuer. À cet égard, l'appelante
écrit que « la conduite reprochée à l'État ne peut ni se
poursuivre ni se reproduire ». Ce n'est pas le test. C'est le
préjudice causé par l'abus qui doit se perpétuer, et pas
nécessairement l'inconduite;
- Ce sont plutôt les effets de l'abus qui importent. Or,
comme ces effets consistent, ici, à miner l'intégrité du
système de justice, ils se perpétueront si l'arrêt des
procédures n'est pas prononcé. Il ne s'agit pas de punir la
police ou de la dissuader d'agir de la sorte à l'avenir. Il
s'agit de constater que, sans intervention, le préjudice
causé à l'administration de la justice subsisterait si le
procès devait continuer. En réalité, la continuation du
procès constituerait un nouvel abus et, par conséquent,
permettrait au préjudice de se perpétuer;
- C'est la GRC elle-même qui, par la participation d'acteurs
de haut niveau, a bafoué le système, d'où une inconduite
encore plus choquante qui ébranle la confiance du public
tant envers cette agence de l'État que, par ricochet, envers
le système de justice. La conduite est outrageante et sans
elle, il n'y aurait eu aucune poursuite. Voilà pourquoi il
285
faut réagir en arrêtant les procédures, sans quoi l'intégrité
du système de justice sera ébranlée;
- Toute la preuve de la poursuite repose sur la participation
de Pierre Tremblay, que ce soit à titre de témoin ou à titre
d'agent civil d'infiltration ayant fourni l'information
nécessaire à l'obtention d'une autorisation d'écoute
électronique. Il est admis que, sans M. Tremblay, il n'y
aurait eu aucune accusation. Dans ces circonstances, pour
reprendre les mots de la juge L'Heureux-Dubé dans R. c.
Conway, [1989] 1 R.C.S. 1659, 1667, « l'atteinte au francjeu et à la décence est disproportionnée à l'intérêt de la
société d'assurer que les infractions criminelles soient
efficacement poursuivies », de sorte que la justice sera
mieux servie par une ordonnance d'arrêt des procédures;
- L'arrêt des procédures est la seule mesure appropriée au
caractère plus que choquant de l'inconduite et le processus
disciplinaire ou la dénonciation ne peuvent suffire pour
protéger adéquatement l'intégrité du système de justice.
Conclure autrement signifierait que l'on peut, au Canada,
prendre la justice entre ses mains pour la seule raison que
la poursuite des criminels est un objectif louable. Ce ne
peut être le cas et agir autrement ici ne permettrait pas de
répondre adéquatement à une situation hors du commun où
la protection des droits protégés par l'article 7 de la Charte
est en péril.
Petit c. R.
Infraction;
Défense
18-04-13 2013 QCCA 761 - L'appelant, un enseignant oeuvrant dans une institution
scolaire spécialisée accueillant des élèves souffrant de
déficience visuelle et de troubles d'apprentissage et
d'adaptation, a dû répondre à l'acte d'accusation lui
reprochant de s'être livré à des voies de fait;
286
Éducateur qui maîtrise un enfant
handicapé;
Défense art. 43 C.cr.;
Emploi de la force raisonnable.
- Âgé de neuf ans lors de l'événement ayant donné lieu à
cette accusation, le plaignant est atteint du syndrome de
Gilles de la Tourette, en plus de souffrir d'une grave
déficience visuelle. Il présente de sérieux troubles de
comportement, au point de se retrouver en état de crise de
cinq à sept fois par jour;
- Le jour de l'incident, une professeure demande à la
directrice-adjointe de l'institution qu'une personne
accompagne le plaignant durant le cours qu'elle doit
dispenser dans l'après-midi. En raison d'expériences
passées, elle craint les débordements du plaignant, bien
connu dans l'institution pour la récurrence de ses crises.
Dans les faits, une crise de cette nature se produit pendant
le cours, au point où la professeure doit faire appel à
l'appelant spécialement mandaté par la direction pour lui
apporter son aide cet après-midi là;
- Le comportement très agité du plaignant force l'appelant à
le maîtriser physiquement alors qu'il entreprend de le
conduire dans un autre local pour le calmer;
- Le plaignant soutient qu'au sortir de la salle de classe,
l'appelant, à quatre reprises, lui aurait violemment projeté
la tête contre l'un des murs du corridor. La juge de
première instance met de côté la version du plaignant, mais
déclare néanmoins l'appelant coupable pour les gestes qu'il
a posés en contrôlant l'élève. Il se révèle en effet que sous
la poigne de l'appelant, le plaignant touchait à peine le sol
alors que tous deux progressaient dans le corridor;
- De l'avis de la Cour, c'est à tort que la juge a mis de côté la
défense présentée par l'appelant, laquelle prenait appui sur
l'article 43 du Code criminel;
- Que l'appelant ait empoigné le plaignant par le cou,
287
comme le retient la juge, ou plutôt par le capuchon de son
kangourou, comme le soutiennent le plaignant, l'appelant
et tous les témoins de l'événement, sauf un, la force
employée ne peut être qualifiée d'excessive, compte tenu
de l'ensemble des circonstances. Au demeurant, en
supposant que dans le feu d'une action rapidement
évolutive, l'appelant n'ait pas utilisé une méthode jugée à la
fois efficace mais moins envahissante en théorie et
rétrospectivement, un tel constat, à lui seul, ne saurait le
priver de la défense offerte par l'article 43 C.cr.;
- Le fait que, lors de l'intervention, l'appelant ait pu ressentir
une charge émotive, comme il le dit lui-même dans son
témoignage, ne change rien au fait qu'il agissait dans un
but légitime et qu'il n'a appliqué dans les circonstances
qu'une force raisonnablement requise pour conserver le
contrôle du plaignant. D'ailleurs, ses gestes n'ont eu
d'autre effet que celui de laisser de légères rougeurs,
essentiellement temporaires, au niveau du cou;
- De l'avis de la Cour, la juge s'est référée à tort à la portion
de l'enseignement tiré de l'arrêt Canadian Foundation for
Children, Youth and the Law c. Canada (Procureur
général), [2004] 1 R.C.S. 76, concernant les corrections
administrées à un élève. De la preuve reconnue en
première instance, il s'agissait plutôt d'une situation où
l'enseignant ne cherchait qu'à conserver le contrôle d'une
situation problématique créée de toutes pièces par le
plaignant. Cette situation était appelée à dégénérer, et,
sous cet éclairage, il faut conclure que l'appelant n'a fait
qu'employer une force raisonnable pour expulser un
enfant de la classe.
288
Bariteau c. R.
Infractions
Défenses
Meurtre 2e degré;
Légitime défense;
Examen de l'adresse au jury.
07-05-13 2013 QCCA 820 - L'appelante se pourvoit contre un verdict prononcé par un
jury la déclarant coupable d'un meurtre au deuxième degré;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction de meurtre et
plus spécifiquement de l'élément requis par l'art. 229a)ii)
C.cr.;
- En l'espèce, la défense reproche à la juge d'avoir utilisé
l'expression « elle savait qu'elle pouvait le tuer » au lieu de
« qu'elle sait être de nature à causer sa mort »;
- Il n'y a pas de doute que la phrase « elle savait qu'elle
pouvait le tuer » manque de précision. Dans l'arrêt Girard,
[1996] R.J.Q. 1585, cette Cour interprétait l'alinéa 229a)
(ii) C.cr. comme signifiant que l'accusé devait savoir, ou
prévoir, que les lésions corporelles infligées à la victime
provoqueraient probablement sa mort;
- Ceci étant, cette phrase à elle seule est sans conséquence
lorsque l'on considère les directives dans leur ensemble;
- La Cour rappelle que la prévisibilité objective que la mort
résulte des lésions infligées ne suffit pas dans le contexte
de l'art. 229a)ii) C.cr.;
- La Cour cite l'arrêt Ryan, 2013 CSC 3, qui revient sur les
différences et les liens existant entre la contrainte, la
nécessité et la légitime défense;
- Dans un cas de légitime défense, l'acte reproché est jugé
bon;
- La juge n'aurait pas dû dire que le caractère illégal des
coups portés par l'accusée n'était pas contesté. En effet,
comme le soumet l'appelante, c'est précisément le caractère
illégal des gestes qui était remis en question par sa défense
de légitime défense. Les gestes posés à l'endroit de la
victime perdront tout caractère illégal en cas de légitime
défense. Il s'agissait donc, en droit, d'une formulation
289
erronée de la part de la juge de première instance;
- Admissibilité de la preuve de la conduite de l'accusée
postérieure à l'infraction;
- Dans l'arrêt White, 2011 CSC 13, la Cour suprême rappelle
que « des gestes accomplis par l'accusé après un crime –
par exemple la fuite, la destruction d'éléments de preuve
ou l'invention de mensonges -, peuvent, dans certaines
circonstances, constituer une preuve circonstancielle de sa
culpabilité », ces éléments de preuve devant être appréciés
par le jury à la lumière de l'ensemble de la preuve. Cette
preuve du comportement postérieur à l'infraction peut ainsi
être utile pour établir la culpabilité de l'accusé, mais elle
peut également servir à d'autres fins, dans les cas qui s'y
prêtent, par exemple « pour relier l'accusé aux lieux du
crime ou à un élément de preuve matérielle, ou encore,
pour miner la crédibilité de l'accusé en général »;
- La preuve liée au droit de garder le silence est admissible
dans des cas limités, par exemple lorsqu'il s'agit
d'«apprécier la crédibilité d'un accusé», lorsque « la
défense soulève une question qui démontre la pertinence
du silence de l'accusé », « lorsque l'accusé a omis de
divulguer son alibi en temps utile » ou enfin, lorsqu'il est
«inextricablement lié à l'exposé des faits ou à tout autre
élément de preuve et ne peut être facilement extrait»;
- Dans le présent dossier, la preuve que l'accusée a attendu
environ dix heures avant de raconter les événements à une
amie avocate et de consentir à ce qu'elle appelle la police,
alors qu'elle disait craindre des représailles de la part des
complices de monsieur Terranova, était pertinente à
l'évaluation de sa crédibilité et de la véracité de sa version;
- La Cour rappelle qu'il incombe au ministère public de
290
présenter au jury l'ensemble des faits de manière équitable
mais que, s'agissant d'un processus contradictoire, cela ne
devrait pas l'empêcher de se comporter comme un « rude
adversaire ».
R. c. Turcotte
Défense
Accusé de meurtre de ses 2
enfants;
Verdict de non responsabilité
criminelle pour cause de troubles
mentaux;
Intoxication au méthanol;
Admission de la poursuite sur les
moyens de défense;
Le juge a la responsabilité de
l'appliquer correctement;
L'accusé est présumé sain d'esprit;
Intoxication volontaire vs
intoxication non nécessaire pour
en venir à cet état;
Intoxication ne peut exclure
totalement la défense mais jury
doit être informé que troubles
mentaux ne doivent pas être
provoqués par l'intoxication;
Nouveau procès.
13-11-13 2013 QCCA 1916 - L'intimé, Guy Turcotte, était accusé de deux meurtres au
premier degré pour avoir causé la mort de ses deux
enfants. Le jury prononce un verdict de non-responsabilité
criminelle pour cause de troubles mentaux. Estimant que
le juge de première instance a commis des erreurs de droit,
principalement en ce qui a trait à la question de
l'intoxication volontaire au méthanol en conjonction avec
les troubles mentaux, l'appelante interjette appel;
- L'appelante formule trois questions en rapport avec la
décision du juge de première instance de soumettre la
défense de troubles mentaux et le contenu des directives au
jury.
1. Le juge du procès a-t-il erré en droit en donnant ouverture au
verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de trouble
mental?
2. Dans ses directives au jury, le juge du procès a-t-il
insuffisamment et inadéquatement instruit le jury sur la notion
de trouble mental au sens de l'article 16 C.cr.?
3. Dans ses directives au jury, le juge du procès a-t-il manqué à
son devoir de passer en revue les parties essentielles de la
preuve, et de faire le lien entre les éléments de preuve
pertinents à la défense de troubles mentaux et le droit
applicable en matière de non-responsabilité criminelle?
- Dès le début du procès, l'intimé admettait avoir causé la
mort des deux victimes au moyen d'un acte illégal et
l'acquittement n'était pas une issue possible. Le seul enjeu
était son état d'esprit au moment des événements. La
preuve démontrait qu'il connaissait les effets de
291
l'intoxication au méthanol, de sorte que son intoxication
n'était pas qualifiée d'involontaire, au sens juridique du
terme;
- Les psychiatres, tant en défense qu'en poursuite,
s'entendent sur un point : à l'époque, l'intimé souffrait d'un
trouble d'adaptation avec anxiété et humeur dépressive, ce
qu'on appelait autrefois une dépression réactionnelle ou
situationnelle. La personne est alors incapable de s'adapter
à divers facteurs de stress et la souffrance engendrée est
beaucoup plus importante que celle à laquelle on
s'attendrait normalement;
- Ce trouble, répertorié au DSM-IV, le Manuel dignostique
et statistique des troubles mentaux de l'American
Psychiatric Association, constitue un élément de
classification, mais c'est le jugement clinique de l'expert
qui en déterminera la sévérité et l'impact véritable sur la
condition mentale de la personne. C'est sur ces deux
derniers points que les psychiatres entendus divergent
d'opinion;
- Le méthanol est un dépresseur du système nerveux central.
Les experts s'entendent pour dire que l'ingestion de
méthanol donne lieu, dans une première phase, à des
symptômes similaires à ceux de l'éthanol (ou alcool
éthylique, l'alcool de consommation courante), mais d'une
intensité moindre. Contrairement à l'éthanol, le méthanol
n'est toutefois pas éliminé par le corps humain, mais est
transformé en formaldéhyde, puis en acide formique, une
substance fortement toxique dont l'accumulation donne
lieu à une deuxième phase d'intoxication pouvant entraîner
l'amnésie et la confusion et influer de manière importante
sur le fonctionnement du cerveau;
292
- L'appelante rappelle que la condition mentale de l'intimé
résulte d'une combinaison de facteurs : le trouble
d'adaptation, la crise suicidaire et l'intoxication au
méthanol. Étant donné l'importance des effets de
l'intoxication volontaire, qui est indissociable du trouble
d'adaptation et de la crise suicidaire pour expliquer les
gestes de l'intimé, elle plaide que la défense de troubles
mentaux était dépourvue de vraisemblance, de sorte qu'elle
n'était pas recevable. Pourtant, au procès, l'appelante
soutenait le contraire : elle concédait que la défense de
troubles mentaux devait être soumise au jury et elle
minimisait le degré d'intoxication en plaidant que celle-ci
n'était même pas suffisamment sévère pour nier l'intention
spécifique de tuer;
- La poursuite a donc fait une admission et elle n'est pas
justifiée de la répudier, d'autant qu'elle avait raison lors du
procès : la preuve exigeait que la défense de troubles
mentaux soit soumise au jury;
- Avant de soumettre la défense de troubles mentaux au
jury, le juge doit s'assurer que, d'une part, il y a une preuve
de l'existence de la condition mentale alléguée et, d'autre
part, qu'il existe une preuve que cette condition mentale a
entraîné l'incapacité de juger de la nature et de la qualité de
l'acte ou de l'omission, ou de savoir que l'acte ou
l'omission était mauvais. C'est en vertu du critère de la
vraisemblance que le juge devra procéder à cette double
détermination, qui relève du droit et qui exige un
fondement factuel sur chacun des éléments de la défense
invoquée, comme pour tout autre moyen de défense;
- Le concept de troubles mentaux (ou de maladie mentale)
est vaste et sa portée l'est tout autant. Il demeure évolutif.
293
En l'espèce, le trouble d'adaptation s'inscrit dans une telle
conception du droit;
- La Cour suprême retient trois facteurs ou outils analytiques
susceptibles d'aider le juge dans le cadre d'une méthode
globale d'analyse : le facteur de la cause interne, le facteur
du risque subsistant et les préoccupations d'ordre public;
- L'arrêt Stone a été rendu dans le contexte d'un état
psychotique à la suite d'un choc psychologique, alors que
Bouchard-Lebrun analysait le cas d'une psychose
exclusivement toxique. Il faut conséquemment adapter les
divers facteurs à la situation propre à un dossier et se prêter
à une analyse individualisée;
- La présence d'une intoxication ne rend pas nécessairement
inadmissible la défense de troubles mentaux. Elle peut
toutefois l'exclure selon l'impact de l'intoxication sur la
condition mentale de l'accusé. Il faut identifier la source
de la maladie mentale afin de déterminer si c'est l'article 16
ou l'article 33.1 C.cr. (règles spécifiques en matière
d'intoxication volontaire) qui doit s'appliquer;
- Il existe une preuve que la condition mentale de l'intimé le
rendait incapable de juger de la nature et de la qualité de
ses actes ou de savoir qu'ils étaient mauvais. Il faut alors
se demander quelle était la source de cette condition
mentale : les troubles mentaux ou l'intoxication ou encore
une combinaison des deux? La réponse déterminera si
l'intimé peut être tenu criminellement responsable de ses
actes, l'article 16 C.cr. exigeant que la cause de l'incapacité
soit le trouble mental;
- Si l'intoxication a pu contribuer à l'incapacité de l'intimé de
juger de la nature et des conséquences de ses actes ou de
savoir qu'ils étaient mauvais, le témoignage des
294
psychiatres de la défense ne permet pas de conclure que,
sans l'intoxication, il n'aurait pas souffert d'une telle
incapacité. Dit autrement, au stade de la vraisemblance, la
preuve permettait de croire que la source de son incapacité
était la maladie mentale et que l'intoxication n'était pas
nécessaire pour atteindre un tel état;
- La preuve permet de soutenir, à ce stade de l'analyse, qu'il
souffre d'une maladie mentale d'intensité sévère au
moment des événements. Sous l'effet de cette maladie, les
événements l'entraînent dans une crise suicidaire aiguë qui
ne laisse place, dans son esprit, à aucune alternative. Pour
mourir, il absorbe une grande quantité de liquide laveglace contenant du méthanol, ce qui cause son intoxication
à un degré difficile à déterminer;
- La Cour estime que, si le juge avait spécifiquement
analysé les trois facteurs dont il est fait état dans
Bouchard-Lebrun, il aurait également conclu que la
condition mentale de l'intimé était un trouble mental au
sens juridique et que la défense devait être soumise au
jury;
- La preuve permettait de croire en l'existence d'une cause
interne, surtout que tous les experts s'entendaient sur la
présence d'un trouble d'adaptation et qu'aucun ne
prétendait que l'intoxication seule pouvait expliquer
totalement la condition mentale de l'intimé au moment des
événements;
- Quant au facteur du risque subsistant, si la situation ne
permet pas de prévoir une récidive de la violence, cela
n'est pas toujours déterminant;
- Enfin, en ce qui concerne le facteur des préoccupations
d'ordre public on ne peut affirmer que l'intimé ne
295
représentait aucun danger pour autrui. Le trouble
d'adaptation n'a pas été artificiellement créé et constituait
une maladie mentale qui, vu sa sévérité, pouvait requérir
une intervention;
- Devant un premier facteur si déterminant et un troisième
qui tend vers un constat de troubles mentaux, le deuxième
ne pouvait à lui seul exclure la défense;
- C'était le fardeau de l'intimé de démontrer qu'il souffrait
d'une maladie mentale incapacitante, distincte des
symptômes de l'intoxication, et c'était la tâche du jury d'en
décider. Or, le juge n'a pas attiré l'attention des jurés sur
cette distinction, de sorte qu'ils ont pu conclure que les
effets de l'intoxication faisaient partie ou étaient
constitutifs des troubles mentaux et que, en conjonction
avec les autres circonstances, ils permettaient de conclure à
la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles
mentaux, sans s'interroger sur la possibilité que
l'intoxication, plutôt que les troubles mentaux, soit la
véritable cause de l'incapacité. Il y a donc un risque
véritable que le jury ait déclaré l'intimé non responsable en
raison des effets de l'intoxication et non en raison des
troubles mentaux;
- Il y avait nécessité que le jury fasse la part des choses et
réponde à la question : est-ce le trouble mental ou
l'intoxication ou encore une combinaison des deux qui est
la source de l'incapacité de l'intimé? Si c'est l'intoxication,
il va de soi que la défense de troubles mentaux ne peut
réussir. S'il y a combinaison des deux, le jury doit
examiner le rôle contributif de chacun et en déterminer
l'ampleur pour savoir si, par exemple, les effets de
l'intoxication sont tels qu'elle est la véritable source de
296
l'état d'incapacité de l'intimé ou au contraire si les troubles
mentaux pouvaient, à eux seuls, causer cette incapacité.
Rappelons que cette question se pose dans le contexte où
la preuve indique que l'idée d'amener les enfants avec lui
dans la mort survient après l'intoxication. On voit bien là
un indice de l'importance de l'intoxication dans la conduite
homicide de l'intimé;
- La Cour rappelle qu'en l'espèce, les experts ont tous
soutenu qu'il fallait tenir compte non seulement du trouble
d'adaptation, mais aussi de la crise suicidaire et de
l'intoxication pour comprendre la condition mentale de
l'intimé;
- En résumé, l'intoxication volontaire ne peut, en soi, exclure
l'application de la défense de troubles mentaux, sauf si,
comme dans Bouchard-Lebrun, elle est la source unique de
la psychose. Par contre, il ne faut pas que la défense de
troubles mentaux devienne une forme différente de
l'intoxication volontaire. Par conséquent, le jury doit
comprendre que, s'il conclut à un trouble mental, il doit
ensuite continuer son analyse et s'assurer que la cause de
l'incapacité de l'accusé est bien le trouble mental en
question, malgré l'intoxication. En ce sens, comme cela est
dit précédemment, les directives doivent porter sur le degré
de contribution de l'intoxication volontaire à l'incapacité,
de sorte que, plus les effets de cette intoxication seront
significatifs, moins la défense de troubles mentaux sera
susceptible d'être acceptée par le jury;
- Pour décider si l'intimé souffre de troubles mentaux, le
jury n'a pas à se pencher sur les trois facteurs de l'arrêt
Stone. Le juge décide si la condition alléguée peut être
qualifiée de troubles mentaux au sens de la loi, alors que le
297
jury décide si la preuve prépondérante en est faite;
- Le 20 mars 2014, la Cour suprême rejette la demande
d'autorisation d'appel de l'arrêt de la Cour d'appel.
Labrie c. R.
Défense
Non responsabilité criminelle;
Meurtre 2e degré;
Preuve en appel : critères;
Question inadéquate du ministère
public à l'expert en défense;
Verdict raisonnable;
Accusé non crédible.
19-02-14 2014 QCCA 309 - Julien Labrie se pourvoit contre le verdict d'un jury de la
Cour supérieure qui l'a déclaré coupable du meurtre au
deuxième degré d'Éric Tremblay. M. Labrie reconnaît
qu'il est l'auteur du décès de M. Tremblay, mais il prétend
qu'il aurait dû être déclaré criminellement non responsable
en application de l'article 16 du Code criminel en raison de
troubles mentaux, soit la schizophrénie;
- Avant de se pencher sur les moyens d'appel de M. Labrie,
la Cour tranche une demande de sa part traitant d'une
preuve nouvelle, soit un rapport psychiatrique. Par cette
preuve, il cherche à étayer sa prétention que le verdict de
culpabilité de meurtre au deuxième degré est
déraisonnable;
- Rappelant les critères pour permettre l'introduction d'une
preuve nouvelle en appel, la Cour conclut que même si cet
élément de preuve est nouveau, son contenu ne l'est pas et
vise à confirmer un fait qui a déjà été mis en preuve au
procès. Le principal enjeu au procès n'était pas lié au
contenu des expertises, mais aux faits sous-jacents à cellesci dont l'existence découlait de la crédibilité de M. Labrie.
Or, le jury n'a pas donné foi à son récit des faits;
- La Cour traite les moyens d'appel suivants :
1. La Cour supérieure a-t-elle erré en admettant une contrepreuve par rapport à la défense de troubles mentaux, l'expert du
ministère public ayant traité des critères du DSM-IV pour
détecter la simulation d'une maladie mentale alors qu'il n'avait
même pas rencontré l'appelant?
2. La Cour supérieure a-t-elle erré en laissant l'avocat du
298
ministère public, lors de sa plaidoirie, inviter le jury à évaluer
la crédibilité de l'appelant selon les critères de détection de
simulation présentés par l'expert?
3. Les questions posées à l'experte de l'appelant quant à la
provenance de ses mandats devant les tribunaux étaient
préjudiciables;
4. Le verdict de culpabilité rendu par le jury est déraisonnable et
ne peut s'appuyer sur la preuve;
- Le ministère public avait le droit d'attendre l'expertise de la
défense sur les troubles mentaux avant de faire entendre
son propre expert en contre-preuve (arrêt Chaulk, [1990] 3
R.C.S. 1303);
- Bien qu'un accusé ait le droit de connaître toute la preuve à
charge avant de se défendre, cela n'inclut pas une
obligation pour la poursuite d'établir l'absence de troubles
mentaux vue la présomption de santé mentale édictée au
paragraphe 16(2) C. cr.;
- Contrairement au droit américain, le droit canadien accepte
qu'un expert se prononce sur la question fondamentale (en
anglais, « the ultimate issue »), bien que les critères
d'admissibilité soient appliqués plus strictement en de tels
cas. Le reproche de l'appelant est donc mal fondé.
D'ailleurs, si son raisonnement est poussé plus loin, il
amène à conclure que l'expert du ministère public ne peut
pas se prononcer sur la question fondamentale dès que
l'accusé, en exerçant son droit au silence, refuse de se faire
évaluer. Cela risque de désavantager indûment la
poursuite;
- Quant à la règle générale que la crédibilité doit être
évaluée par le jury, elle n'est pas incompatible avec un
exposé, par un expert compétent, sur les critères du DSMIV utilisés en psychiatrie pour détecter la simulation d'une
299
malade mentale. Un survol de la jurisprudence indique
que la simulation (en anglais, « malingering ») est souvent
un enjeu lorsqu'il y a une défense de troubles mentaux;
- En lien avec le troisième motif d'appel, la Cour constate
que contrairement à l'arrêt Usereau, 2010 QCCA 894,
l'avocat du ministère public n'a pas parlé des réponses
obtenues durant sa plaidoirie. Cela dit, la Cour ne peut que
regretter que le ministère public continue de se lancer dans
des chasses aux sorcières avec des questions de cette
nature;
- Le verdict est des plus raisonnables que le jury aurait pu
rendre, et ce, même en considérant les dangers associés à
la défense de troubles mentaux;
- À vrai dire, le véritable obstacle dans ce dossier est la
crédibilité de M. Labrie quand il rapporte ses états
intérieurs. Même si la Dre Allard parlait de schizophrénie
ou de psychose toxique, rien n'obligeait le jury à y ajouter
foi s'il ne croyait pas les faits à la base de son diagnostic;
- Une lecture des notes sténographiques du témoignage de
M. Labrie et de la transcription de la déclaration vidéo,
ainsi que le visionnement de longs extraits de la
déclaration vidéo, appuient pleinement la conclusion selon
laquelle il n'était pas crédible, conclusion qui découle
naturellement de ce verdict de culpabilité pour meurtre.
R. c. St-Pierre
Défense
Contact sexuel;
Agression sexuelle;
30-05-13 2013 QCCA 972 - L'appelante se pourvoit contre un jugement qui a prononcé
un arrêt des procédures sur le chef d'accusation de contacts
sexuels et déclaré l'intimé coupable du chef d'accusation
d'agression sexuelle;
- Bien que la preuve lui permettait de déclarer l'intimé
coupable des deux chefs d'accusation, le juge de première
300
Arrêt des procédures sous
Kineapple : aurait dû être déclaré
coupable sur le chef le plus grave;
Soit l'infraction dont la peine
minimale est de 45 jours.
Boivin c. R.
instance a prononcé un verdict de culpabilité sur un seul
chef en raison de l'arrêt Kienapple c. R. [1975] 1 R.C.S.
729;
- L'appelante a raison. Le juge aurait dû se questionner sur
la gravité respective de chacun des crimes avant
d'ordonner un arrêt des procédures sur le chef de contacts
sexuels. C'est ce qui ressort de l'arrêt R. c. Loyer et Blouin,
[1978] 2 R.C.S. 631;
- Or, à l'époque où les accusations ont été portées, le crime
de contacts sexuels était assorti d'une peine minimale
d'emprisonnement de 45 jours, ce qui n'était pas le cas du
crime d'agression sexuelle;
- De l'avis de l'auteure Julie Desrosiers, « l'imposition d'une
peine minimale d'emprisonnement est un sérieux
indicateur de la gravité objective d'un crime ». Les
tribunaux, de plus, considèrent le crime de contacts sexuels
plus grave que celui d'agression sexuelle;
- Le juge de première instance devait donc ordonner un arrêt
des procédures sur le chef d'agression sexuelle, le crime le
moins grave, et non pas sur le chef de contacts sexuels.
22-11-13 2013 QCCA 2011 - L'appelant formule ainsi son moyen d'appel :
Le juge de première instance a commis une erreur de droit en
déclarant l'appelant coupable sur le chef #3 d'agression
sexuelle (art. 271 C.cr.) compte tenu des déclarations de
culpabilité sur les chef #2 et #4 d'attouchement sexuel (art.
151 et 152 C.cr.) considérant la règle interdisant les
condamnations multiples;
Défense
Infraction moindre et incluse;
Le juge doit ordonner l'arrêt
conditionnel des procédures et ne
pas imposer une peine sur ce genre
d'infraction.
- Les parties conviennent que la Cour doit intervenir, car le
juge a erré en droit en déclarant l'appelant coupable sur le
troisième chef d'agression sexuelle (art. 271(1)a) C.cr.)
puisqu'au même moment, il a également prononcé des
301
déclarations de culpabilité sur les chefs 2 et 4
d'attouchements sexuels (art. 151 et 152 C.cr.). Ce faisant,
il a contrevenu à la règle interdisant les condamnations
multiples puisque les gestes qui ont entraîné une
condamnation sur le troisième chef d'accusation,
concernant l'agressions sexuelle, sont les mêmes que ceux
à la base de la condamnation sur les chefs 2 et 4
d'attouchements sexuels;
- La Cour partage ce point de vue. Dans les circonstances,
le juge aurait dû ordonner une suspension conditionnelle
des procédures sur le troisième chef d'agression sexuelle.
À l'époque où les accusations ont été portées, en 2009, le
crime de contacts sexuels était assorti d'une peine
minimale de 45 jours, ce qui n'était pas le cas du crime
d'agression sexuelle. Puisque les chefs d'accusation 2 et 4,
d'une part, et 3, d'autre part, concernent des infractions de
gravité différente, et que, par ailleurs, les mêmes gestes ont
servi de fondement à ces chefs d'accusation, le juge du
procès ne devait trouver l'appelant coupable que sur
l'inculpation la plus grave, c'est-à-dire, en l'espèce, celle de
contacts sexuels.
302
P E I N E E T A U T R E S
COUR
NOM DE LA CAUSE
LSJPA – 1245
Peine
Suggestion commune;
Juge doit donner l'occasion aux
avocats de plaider avant d'ajouter
un élément à la suggestion
commune.
Aucoin c. R.
Peine
DATE
O R D O N N A N C E S
D’ A P P E L
RÉFÉRENCE
ANNOTATIONS
26-09-12 2012 QCCA 2330 - Au début du prononcé de la sentence, le juge déclare «
Cette suggestion commune des parties sera entérinée par le
Tribunal dans les circonstances clémentes, mais loin d'être
déraisonnables en regard de votre personnalité et du travail
que vous désirez amorcer dans un avenir rapproché. »;
- Par la suite, il n'entérine pas la suggestion commune, mais
y ajoute une peine additionnelle, soit l'infliction de travaux
communautaires, lesquels constituent une peine spécifique
au sens de l'article 42(2)i) de la Loi sur le système de
justice pénale pour les adolescents;
- Avant d'imposer une peine additionnelle en vertu de cet
article, il devait fournir l'occasion aux parties de plaider, ce
qu'il n'a pas fait. Soit dit avec respect, il y a là une erreur.
10-05-13 2013 QCCA 855 - L'appelant a plaidé coupable à différentes accusations dont
les plus importantes ont trait à des infractions relatives à la
possession de cannabis et de méthamphétamines en vue de
faire le trafic de ces substances. Il a été condamné à une
303
Suggestion commune;
36 mois;
Juge 1e instance ordonne 6 ans;
Suggestion pas déraisonnable;
Le juge est autorisé à utiliser son
expérience judiciaire pour fixer
sentence.
peine globale de 6 ans d'emprisonnement de laquelle le
juge a retranché 14 mois en raison de sa détention
présentencielle. Il souhaite être autorisé à se pourvoir
contre cette peine;
- En juin 2010, l'appelant est intercepté à bord de son
véhicule avec une quantité de 32,79 grammes de cocaïne
ainsi que 6,6 grammes de cannabis. En janvier 2011, il est
à nouveau arrêté alors que, cette fois, il est en possession
de 5 662 grammes de marijuana et de 5 065 comprimés de
méthamphétamine;
- Après une suspension de l'audition sur la peine de près de 9
mois, le juge rejette la suggestion commune. Sans jamais
affirmer que celle-ci était « déraisonnable, contraire à
l'intérêt public ou susceptible de déconsidérer
l'administration de la justice », il procède à sa propre
analyse en vue de déterminer ce que serait une peine «
juste, […] proportionnelle et […] appropriée »;
- En dépit de la norme de contrôle élevée en matière de
peine, le seul respect par le juge de la procédure préalable
au rejet d'une suggestion commune n'est pas suffisant pour
mettre à l'abri une telle décision du pouvoir d'intervention
de la Cour. En appel, l'exercice de révision consiste à
vérifier si la suggestion commune est déraisonnable, ce qui
aurait pu justifier le juge d'instance de la rejeter;
- Même si le juge était autorisé à s'appuyer sur son
expérience judiciaire aux fins d'apprécier le caractère
raisonnable de la suggestion, il ne pouvait pour autant
ignorer celle de deux avocats expérimentés à l'origine de la
proposition rejetée. La négociation de plaidoyer est depuis
longtemps reconnue comme participant à une saine
politique judiciaire favorisant d'autant la bonne
304
administration de la justice;
- Une peine globale de 36 mois d'emprisonnement, quoique
clémente, ne se situe pas à l'extérieur de la fourchette des
peines applicables pour les infractions de même nature que
celles pour lesquelles l'appelant a plaidé coupable et
comportant des quantités semblables;
- Le juge a omis de considérer le principe de la gradation des
peines;
- Il n'existait, par ailleurs, aucune preuve hors de tout doute
raisonnable que l'appelant était « assurément » membre
d'une organisation criminelle (facteur aggravant) en raison
de la quantité et de la pureté des drogues saisies. Ces seuls
éléments sans autre preuve n'autorisaient pas une telle
conclusion;
- Le juge a à tort considéré l'appelant comme étant un
récidiviste aux motifs qu'il était en attente de procès pour
un crime en semblable matière;
- La gravité objective des crimes reprochés à l'appelant ne
peut, pour ce seul motif, constituer un facteur aggravant;
- La sévérité de la peine imposée fait voir qu'il n'a accordé
aucun poids à ses efforts de réhabilitation (participation à
des programmes de formation en détention (96 heures),
thérapie en lien avec ses problèmes de toxicomanie et désir
de réintégrer le marché du travail);
- La suggestion commune n'était pas déraisonnable,
contraire à l'ordre public ou encore de nature à
déconsidérer l'administration de la justice au point de
devoir être rejetée pour une de ces raisons.
Mailhot c. R.
13-05-13 2013 QCCA 870 - Le 10 septembre 2012, le requérant plaide coupable à des
accusations reliées à des stupéfiants datant du 11 juillet
305
Peine
2008 (possession pour fins de trafic de marihuana (257
grammes), d'amphétamines et de méthamphétamines (96
pilules)), de même qu'à une accusation de bris de condition
d'un couvre-feu survenu le 6 octobre 2010;
- Le requérant se pourvoit contre un jugement qui lui impose
une peine d'emprisonnement ferme de 12 mois au lieu et
place d'une peine d'emprisonnement de 12 mois avec sursis
selon la suggestion commune des procureurs;
- Lorsque les parties proposent une telle suggestion, le juge
doit se demander si elle est raisonnable et y donner suite, si
c'est le cas. En somme, il ne peut la rejeter que s'il conclut,
après examen et prise en compte de l'ensemble des données
pertinentes portées à son attention, qu'elle est
déraisonnable, inadéquate, contraire à l'intérêt public ou de
nature à déconsidérer l'administration de la justice;
- Ainsi, « l'exercice en appel ne consiste pas à se demander
si la peine imposée par le juge de première instance est
raisonnable, mais de déterminer si la suggestion commune
est déraisonnable, inadéquate, contraire à l'intérêt public ou
de nature à déconsidérer l'administration de la justice »;
- Une suggestion commune raisonnable n'est pas de nature à
déconsidérer la justice, une suggestion commune
déraisonnable est certainement contraire aux intérêts de la
justice et l'acceptation d'une suggestion commune suivant
un plaidoyer de culpabilité sert les intérêts de la justice
pour autant, bien sûr, que la peine proposée fasse partie des
solutions acceptables;
- Le quantum de la peine (12 mois) n'est pas en cause. Le
débat ne porte que sur le fait qu'elle soit purgée ou non
dans la collectivité;
- L'emprisonnement avec sursis permet la réalisation
Possession dans le but de trafic;
• Marihuana;
• Amphétamines;
• Méthamphétamines;
Suggestion commune;
12 mois avec sursis non suivi par le
juge;
Paragr. 46;
Critère du sursis;
Suggestion commune rétablie.
306
d'objectifs punitifs et correctifs et il représente
probablement une sanction préférable à l'incarcération
lorsque les faits d'une affaire donnée fournissent des
indices voulant que ces objectifs puissent effectivement
être atteints. C'est le cas en l'espèce;
- Même en présence de circonstances aggravantes liées à la
perpétration d'une infraction ou à la situation du
délinquant, le sursis à l'emprisonnement demeure possible,
car chaque cas doit être apprécié individuellement;
- Lorsque certains objectifs militent en faveur de
l'emprisonnement alors que d'autres militent en faveur du
sursis à l'emprisonnement, le juge doit soupeser ces divers
objectifs selon la nature du crime et la situation du
délinquant;
- Tout pris en compte, le dossier ne révèle pas que la
sécurité de la collectivité serait mise en danger si le
requérant y purgeait sa peine, au contraire. L'auteur du
rapport présentenciel écrit « le risque de récidive nous
paraît diminué et acceptable pour la société » et souligne
que le requérant remet en question ses choix passés et qu'il
a complété un programme de sensibilisation aux problèmes
de violence avec suivi sur le sujet;
- Dans ces circonstances, si le juge avait fait l'analyse de la
suggestion commune à la lumière de tous les éléments, tant
rétrospectifs que prospectifs, il n'aurait pu conclure comme
il l'a fait puisque que le tout conduit, nécessairement, à la
conclusion voulant que la suggestion commune soit
raisonnable;
- Les conditions comporteront une obligation de maintien
dans l'emploi ou, en cas de perte d'emploi, une obligation
de déployer en tout temps tous les efforts de recherche
307
d'emploi et d'en rendre compte hebdomadairement et
spécifiquement (preuves à l'appui) à l'agent de probation, à
l'heure et au jour indiqué par ce dernier.
16-09-13 2013 QCCA 1563 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui lui a infligé
une peine d'emprisonnement de 12 mois, assortie d'une
Peine
ordonnance de probation de 18 mois, après un plaidoyer de
culpabilité à des accusations de production de cannabis et
Production de cannabis et vol
de vol d'électricité;
d'électricité;
- En première instance, les parties ont suggéré
La Cour d'appel rétablit la
conjointement une peine d'emprisonnement avec sursis
suggestion commune de 2 ans –1
d'une durée de deux ans moins un jour. Après leur avoir
jour avec sursis;
donné l'occasion de plaider plus amplement et d'étayer
ère
*Juge 1 instance n'avait pas suivi
davantage leurs arguments, le juge de première instance a
suggestion et avait imposé 12 mois
rejeté leur suggestion commune et a imposé la peine
d'incarcération.
décrite précédemment;
- La question n'est pas de savoir si la peine infligée est
déraisonnable, mais bien si la suggestion commune l'était
au point où il fallait la rejeter. Ce n'était pas le cas. Cette
suggestion ne s'éloigne pas de la fourchette des peines
infligées en matière de drogue lorsque le délinquant est en
voie de réhabilitation, d'autant que la peine suggérée était
de longue durée et pouvait être assortie de conditions
strictes;
- De plus, pour rejeter la suggestion commune, le juge de
première instance retient qu'elle n'est pas le résultat de
«négociations longues, extensives et ardues». Or, cela
n'est pas une exigence et, de toute façon, les parties ont
souligné qu'il y a eu de longues discussions qui ont mené à
une suggestion mûrement réfléchie;
- Dans ces circonstances, il y a lieu d'imposer la peine
Archambault c. R.
308
suggérée par les parties.
309
Fillion c. R.
Peine
Introduction par effraction pour
commettre voies de fait;
Voies de fait lésions;
Menaces de lésions corporelles;
Suggestion commune :
• 90 jours + probation +
travaux communautaires
Juge impose 20 mois;
Savoir que la maison est occupée
est une circonstance aggravante;
Suggestion pas déraisonnable
25-10-13 2013 QCCA 1843 - L'appelant se pourvoit à l'encontre d'une peine globale de
20 mois d'emprisonnement en lien avec des accusations
d'introduction par effraction et commission de voies de
fait, voies de fait avec lésions corporelles et menaces de
causer la mort;
- L'appelant et l'intimée ont présenté au juge de première
instance une suggestion commune, soit une peine
d'emprisonnement de 90 jours suivie d'une probation
surveillée de deux ans avec des travaux communautaires,
et ils ont soumis des motifs à cet égard;
- Dans l'arrêt Poulin c. R., 2009 QCCA 2339, la Cour
s'exprimant par la voix du juge Dalphond a rappelé la règle
suivante :
[38] En somme, un juge ne peut écarter une suggestion
commune que si elle est déraisonnable, inadéquate, contraire à
l'intérêt
public ou de nature à déconsidérer l'administration de la
justice.
- L'appelant ne nie pas qu'il y ait eu invasion de domicile. Il
soutient cependant que la suggestion commune tenait
compte de l'article 348.1 du Code criminel, en considérant
la trame factuelle et sa situation personnelle lors de la
commission des infractions. Il réfère à ce sujet à la
jurisprudence suivante : R. v. J.S., [2006] O.J. no 2654, R.
c. Garceau, 2010 QCCA 326, R. v. Small Eyes, 2008
ABPC 300, R. c. Tourville, 20 juin 2012, Nº 765-01024393-122 et R. c. Boutin, 2010 QCCQ 2033;
- Compte tenu des diverses précisions fournies par les
parties et en tenant compte de certains facteurs atténuants
que le juge a lui-même reconnus, la Cour considère que la
suggestion commune n'était pas déraisonnable et que le
310
juge de première instance aurait dû y donner suite.
LSJPA – 142
Peine
Suggestion commune;
Augmentation par le juge de la
durée de la probation et
interdiction de conduire;
La Cour d'appel rétablit la
suggestion commune.
23-01-14 2014 QCCA 121 - L'appelant demande l'autorisation de se pourvoir contre un
jugement qui lui a infligé une peine de placement et de
surveillance d'une période de 6 mois dont l'application a
été différée, assortie d'une ordonnance de probation de 12
mois à compter de la fin de la période et d'une interdiction
de conduire un véhicule moteur de 18 mois. Seule la durée
de l'ordonnance de probation et de l'interdiction de
conduire est contestée en appel;
- Les parties ont requis la tenue d'une conférence de
facilitation pénale et acceptent de procéder sans audition;
- Le jugement de première instance est le résultat d'une
suggestion commune des parties, sauf qu'elles proposaient
une probation de 6 mois et une interdiction de conduire de
12 mois. Cette suggestion concordait avec les conclusions
du rapport prédécisionnel, sauf que les parties ont suggéré
160 heures de travail bénévole, ce qu'a retenu le juge, au
lieu des 100 heures suggérées par l'auteur du rapport;
- Sans annoncer son intention aux parties, le juge a accepté
leur suggestion, mais, a augmenté la durée des deux
ordonnances;
- L'intimé maintient que la suggestion était raisonnable et
estime, comme l'appelant, que la durée des ordonnances
doit être revue à la baisse. Les parties ont tenu compte,
dans leur suggestion, du rapport prédécisionnel, et la durée
des ordonnances a fait l'objet de discussions entre elles;
- Dans les circonstances, ce n'est pas tant le caractère
raisonnable de la peine infligée qui importe, mais bien le
caractère raisonnable de la peine suggérée conjointement.
Or, cette suggestion était raisonnable et tenait compte de
311
l'impact des ordonnances sur les perspectives d'avenir de
l'adolescent.
R. c. Morin
Peine
Suggestion commune non
entérinée par le juge;
Cour d'appel rejette l'appel.
24-01-14 2014 QCCA 149 - L'intimé, atteint d'un cancer, quitte l'hôpital, où il vient
d'être opéré pour l'ajout d'un système alternatif
d'évacuation des selles, une opération importante, pour
aller visiter des membres de sa famille. Pendant cette
sortie, il s'introduit dans une maison. Il est alors sous
l'effet de Dilaudid (semblable à de la morphine) et d'alcool.
En ressortant avec un sac à mains dans les mains, il
bouscule au passage sa propriétaire, qui rentre à la maison,
et s'enfuit à bicyclette. Il doit cependant s'arrêter
presqu'aussitôt, épuisé;
- Le juge de première instance n'a pas suivi la suggestion
commune de trente mois de pénitencier, convenue entre
l'avocat de l'intimé et un représentant de la poursuite
quelques minutes avant sa comparution devant le juge,
peine dont la longueur découlait des nombreux antécédents
de l'intimé;
- Le juge a estimé que le pénitencier constituerait une peine
inappropriée dans les circonstances de l'espèce, et il est
difficile d'y voir une erreur de droit;
- Il est vrai que, selon les enseignements de la Cour,
notamment dans Sideris c. R., [2006] J.Q. 12153, le juge
aurait dû manifester son intention de s'écarter de la
suggestion commune et donner aux avocats l'occasion de
se faire entendre davantage sur ses préoccupations. Certes,
il ne l'a pas fait, mais le procureur de la poursuite par
ailleurs présent devant le juge n'a pas demandé à faire
entendre celui qui avait négocié la suggestion commune;
- De toute manière, même si le juge avait agi de la sorte, il
312
n'aurait rien appris d'autre que ce qu'il a retenu (Henley c.
R., 2007 QCCA 1100);
- Partant, il n'y a pas lieu d'intervenir et la Cour rejette
l'appel.
Robert c. R.
Peine
Détention provisoire :
- accusation avant l'entrée en
vigueur des amendements 2009;
- temps doit compter pour double
R. c. Henrico
Peine
Détention provisoire;
Calcul :
14-08-13 2013 QCCA 1365 - L'appelant veut être autorisé à se pourvoir contre un
jugement qui, tenant compte de la détention provisoire de
deux mois, lui a infligé une peine de 16 mois
d'emprisonnement au lieu de la peine de 18 mois que la
juge estimait appropriée;
- L'appelant a été inculpé le 12 octobre 2009, soit avant
l'entrée en vigueur de la Loi sur l'adéquation de la peine et
du crime (la Loi), de sorte que la Loi ne s'appliquait pas.
Cette question a d'ailleurs été abordée lors des
représentations sur la peine. La juge de première instance
a toutefois accordé le crédit habituel prévu par la Loi, c'està-dire un jour par journée de détention provisoire;
- Les parties ont requis la tenue d'une conférence de
facilitation pénale et l'intimée concède que l'appel devrait
être accueilli à la seule fin d'accorder un crédit de quatre
mois au lieu de deux;
- Cette suggestion doit être retenue. Le dossier démontre
que la juge de première instance aurait vraisemblablement
accordé un tel crédit si ce n'était de la Loi.
27-08-13 2013 QCCA 1431 - Le débat porte sur le calcul du crédit à prendre en compte à
la suite de la détention préalable au prononcé de la peine
des intimés. La juge leur accorde un jour et demi pour
chaque jour purgé alors que selon l'appelante elle ne doit
pas ou ne peut pas le faire pour l'ensemble de la période;
- Le quantum des peines imposées n'est pas en litige,
313
1 jour = 1 jour ½ parce que :
1. incarcération
2. violence aile C Bordeaux
3. insalubrité
4. surpopulation carcérale
Détention provisoire 17 mois;
Accusé 71 ans;
"dead lock" à répétition;
Ailes en rénovation "circonstance"
est définie à la fois comme
personnel et celle de détention;
Pas besoins de conditions
particulièrement exceptionnelles.
l'appelante s'en déclare satisfaite;
- L'appelante est d'avis que la juge interprète erronément
l'expression « si les circonstances le justifient » de l'article
719(3.1) C.cr. à laquelle elle donne une portée excessive
en retenant des conditions personnelles aux intimés;
- La juge signale qu'au moment de retenir un ratio 1 pour 1,
le législateur avait en tête des conditions de détention
normales, ce qui ne saurait englober des conditions de
surpopulation carcérale, d'insalubrité, de violence et de
trafic de drogue et d'alcool comme celles qui prévalent à la
prison de Bordeaux. Elle conclut que pareilles conditions
constituent des circonstances qui justifient un ratio de 1,5
pour 1, aux termes de l'article 719(3.1) C.cr.;
- Pour l'appelante, « ces circonstances doivent être liées aux
conditions objectives de détention et non pas personnelles
au détenu qui les subit. » « Elles doivent être imputables
exclusivement à l'État qui serait en faute de fournir des
conditions de détention satisfaisantes, compte tenu des
circonstances. »
- L'appelante reproche également à la juge de tirer de
certains faits mis en preuve des conclusions de fait et des
inférences manifestement déraisonnables au sujet,
notamment, de la présence de vermine, du climat de
violence inhabituelle, de la présence de drogue et d'alcool
et de la fréquence et de la durée des dead locks à
l'Établissement de détention de Montréal (« la prison de
Bordeaux »);
- D'une part, l'expression « si les circonstances le justifient »
permettait à la juge, dans l'exercice de la discrétion prévue
à l'article 719(3.1) C.cr., de tenir compte de conditions
personnelles au détenu qui subit la période de détention
314
préalable au prononcé de la peine. D'autre part, les
conclusions factuelles retenues par la juge, et les
inférences qu'elle en tire, trouvent appui dans la preuve
administrée; son analyse ne comporte pas d'erreur de droit
ou d'erreur manifeste et déterminante de fait, alors que
seules de telles erreurs auraient permis une intervention de
la Cour;
- Il faut donner à l'expression « si les circonstances le
justifient » une portée large et libérale qui permet la prise
en compte à la fois des conditions objectives de détention
offertes durant la période de détention préalable au
prononcé de la peine et des conditions personnelles au
détenu qui les subit;
- La Cour conclut qu'il y a lieu d'interpréter les articles
719(3) et 719(3.1) C.cr. « dans leur contexte global en
suivant le sens ordinaire et grammatical qui s'harmonise
avec l'esprit de la loi, l'objet de la loi et l'intention du
législateur. » Pour ce faire, la Cour considère inutile de
recourir au contenu du journal des débats pour tenter de
déceler l'intention du législateur car l'objet et le texte de la
Loi fournissent certains indices généraux;
- Par la Loi, le législateur a voulu modifier la pratique du 2
pour 1, écarter l'automatisme, plafonner le crédit pour
détention préalable au prononcé de la peine et assurer la
transparence du processus d'imposition de la peine incluant
tout crédit accordé pour la détention préalable au prononcé
de la peine;
- S'il voulait établir ou qualifier les circonstances à prendre
en compte, établir certaines balises y relatives ou modifier
l'état du droit quant à celles antérieurement considérées, il
était loisible au législateur de le faire. Il aurait pu définir
315
l'expression « si les circonstances le justifient », ajouter un
qualificatif au mot « circonstances » (par exemple :
exceptionnelles, inhabituelles), fournir une liste détaillée
ou énoncer un plus grand nombre d'exceptions. Il n'a fait
ni l'un ni l'autre;
- La Loi change certaines choses, mais pas tout. Cela dit,
mis à part quelques éléments de changement que comporte
la Loi, la discrétion du juge de première instance demeure
intacte et entière lorsque vient le moment de décider s'il y a
lieu d'accorder un crédit pour la détention préalable au
prononcé de la peine;
- Puisque la Loi n'a pas tout changé en matière de crédit
pour la détention préalable au prononcé de la peine, la
jurisprudence antérieure à sa mise en vigueur, qui n'entre
pas en conflit avec les nouvelles balises qu'elle comporte,
demeure pertinente et les principes qu'elle énonce
applicables;
- De l'arrêt Wust, 2000 CSC 18, la Cour retient les principes
suivants applicables en l'espèce malgré les modifications
apportées par la Loi :
•
•
•
316
par l'application du paragraphe 719(3) C.cr., la détention
préalable au prononcé de la peine est réputée faire partie de la
peine après la déclaration de culpabilité et, en ce sens, elle
constitue une peine infligée aux intimés après leur déclaration
de culpabilité;
les dispositions législatives qui portent, directement ou
indirectement, sur la peine (comme les articles 719(3) et (3.1)
C.cr.) s'interprètent d'une manière compatible avec les
principes généraux de la détermination de la peine;
l'analyse du crédit pour détention préalable au prononcé de la
peine et des circonstances à prendre en compte doit donc se
faire en considérant les objectifs et principes établis en matière
de détermination de la peine, conformément à la partie XXIII
•
•
•
du Code criminel;
le caractère généralement pénible de la détention préalable au
prononcé de la peine est connu et reconnu;
le pouvoir dont dispose le juge de première instance est un
pouvoir discrétionnaire qu'il exerce en poursuivant l'objectif
d'infliger une « peine juste et appropriée, qui prend en compte
la situation du délinquant et les circonstances particulières de
la perpétration de l'infraction »;
sauf erreur de principe ou conclusions manifestement erronées
et déterminantes du juge de première instance, il est préférable
de laisser à ce « juge qui détermine la peine le soin de calculer
cette période, car c'est encore lui qui est le mieux placé pour
apprécier soigneusement tous les facteurs permettant d'arrêter
la peine appropriée, y compris l'opportunité d'accorder une
réduction pour la période de détention présentencielle. »
- La Cour cite l'affaire Kravchov, [2002] O.J. No. 2172, qui
énonce plusieurs facteurs qui ont porté des juges à
accorder un crédit augmenté pour la détention provisoire;
- L'exercice de discrétion auquel doit se livrer le juge de
première instance, aux termes de l'article 719(3.1) C.cr.
(déterminer si les circonstances justifient un ratio 1,5:1) est
affaire de « cas par cas » (du sur-mesure, plutôt que du
prêt-à-porter);
- Dans le contexte de l'objectif ultime poursuivi « to arrive
at a fit and proper sentence », ce sont les circonstances
spécifiques à l'accusé concerné, et toutes ces circonstances,
qui sont pertinentes;
- La décision du juge d'accorder un crédit augmenté doit
reposer sur une preuve ou sur de l'information
communiquée;
- Le crédit octroyé à un accusé pour le temps passé en
détention préalable au prononcé de la peine n'est pas une
récompense, mais une compensation dans le but d'infliger,
317
en bout de piste, une peine juste et appropriée;
- Certaines circonstances retenues par la juge sont survenues
de manière ponctuelle. Cela n'empêche aucunement leur
prise en compte pour l'ensemble de la période de détention
préalable au prononcé de la peine. Pour qu'un juge
exerçant sa discrétion retienne que les circonstances
justifient un ratio 1,5:1, il n'est pas nécessaire que chaque
journée de détention préalable au prononcé de la peine se
qualifie de « jour extrême ». Encore une fois, le texte de
loi ne supporte pas une telle interprétation;
- En l'espèce, l'appelante admet que certaines périodes de la
détention préalable au prononcé de la peine ont été
ponctuées de violence accrue, d'une infestation de vermine
ou de longues périodes de confinement. Il n'en fallait pas
plus pour permettre à la juge de première instance
d'octroyer un crédit de 1,5:1 pour l'ensemble de la
détention préalable au prononcé de la peine;
- À tout événement, même si on faisait fi des facteurs que
l'appelante qualifie en l'espèce de subjectifs (le fait que les
accusés ne sont pas habitués à la vie carcérale, leur âge et
le peu de visite dont ils ont pu bénéficier), plusieurs autres
éléments révélés par la preuve administrée ou l'information
disponible au dossier permettaient à la juge d'exercer sa
discrétion dans le sens d'un ratio de 1,5:1.
R. c. Lebrasseur
Peine
Complot pour importer du
haschich;
27-08-13 2013 QCCA 1432 - L'appel ne porte que sur le crédit accordé pour la détention
préalable au prononcé de la peine. Autrement, l'appelante
se déclare satisfaite de la peine imposée à l'intimé;
- À la suite d'un verdict de culpabilité prononcé par un jury
relativement à un complot pour importer du haschich, la
juge a estimé qu'il fallait imposer une peine totale de 72
318
Juge 1e instance 72 mois (total),
détention provisoire crédit de 1.5
jour par jour. Si le juge de paix
lors de l'enquête caution ne le
libère pas à cause de ses
antécédents, il doit l'indiquer
expressément (515(9.1)) C.cr., ce
qui a pour effet d'enlever la
discrétion du juge sur détention
provisoire.
mois d'emprisonnement à l'intimé. Cela fait, exerçant sa
discrétion aux termes des articles 719(3) et (3.1) C.cr., elle
a conclu que l'intimé avait droit à un crédit de 30 mois en
raison de sa détention préalable au prononcé de la peine
(détention d'une durée de 20 mois créditée selon le ratio
1,5:1 aux termes de l'article 719(3.1) C.cr. Elle a donc
imposé une peine de 42 mois depuis le jour du prononcé de
la peine;
- En premier lieu, la juge a conclu que les circonstances
justifient l'application du ration 1,5:1. Autrement qu'en
raison de l'exception qui découlerait de l'article 515(9.1)
C.cr., l'appelante ne remet pas en cause cette conclusion de
la juge;
- En second lieu, la juge a crédité la détention préalable au
prononcé de la peine selon le ration 1,5:1, malgré les
antécédents judiciaires de l'intimé, estimant qu'elle avait la
discrétion de ce faire en l'absence d'une inscription au
dossier voulant que le juge de paix qui avait refusé la mise
en liberté l'ait fait en raison des condamnations antérieures
de l'intimé;
- L'appelante soutient que la juge a interprété trop
restrictivement l'exception découlant de l'article 515(9.1)
C.cr. Elle plaide que la juge a erronément accordé un
crédit selon le ration 1,5:1 alors que la détention de
l'intimé résultait notamment de ses antécédents judiciaires,
par ailleurs significatifs. Selon l'appelante, pour exclure la
discrétion prévue à l'article 719(3.1) C.cr., il suffit que le
dossier révèle que les antécédents ont joué un rôle
significatif, qu'ils représentent l'une des causes de
détention provisoire sans nécessairement en être la seule
cause. Or, dit-elle, c'était le cas en l'espèce;
319
- La question peut faire l'objet d'un appel, mais cet appel
doit être rejeté. En effet, il faut appliquer strictement
l'exception fondée sur l'article 515(9.1) C.cr. qui exige une
inscription au dossier de l'instance par le juge de paix
voulant qu'il « ordonne la détention sous garde du prévenu
en se fondant principalement sur toute condamnation
antérieure ». En l'absence d'une telle inscription ou en cas
d'inscription ambiguë, la discrétion accordée au juge de
retenir un ratio 1.5:1 pour le crédit de la détention
préalable au prononcé de la peine, si les circonstances le
justifient, reste entière;
- Il n'est pas suffisant « de consigner les raisons en
conformité avec les dispositions de la partie XVIII ayant
trait à la manière de recueillir les témoignages lors des
enquêtes préliminaires » pour écarter la discrétion
autrement dévolue au juge qui impose la peine d'accorder
un crédit augmenté « si les circonstances le justifient »;
- Le texte de l'article 515(9.1) C. cr. est clair. Avant de
pouvoir conclure que, par sa décision sur la mise en
liberté, un premier juge a limité la discrétion judiciaire de
celui ou de celle chargé d'imposer la peine, il faut trouver
au dossier une mention explicite voulant qu'il ait ordonné
la détention en se fondant principalement, et non
accessoirement ou notamment, sur toute condamnation
antérieure. À cet égard, tout doute ou toute ambiguïté doit
s'interpréter en faveur du maintien de la discrétion
judiciaire;
- En l'espèce, le juge de paix n'a pas dit, et il n'a pas écrit,
qu'il ordonnait la détention en se fondant principalement
sur toute condamnation antérieure. Sa décision repose sur
plusieurs éléments, parmi lesquels se trouve la liste des
320
antécédents judiciaires, mais sans plus. Il semble
impossible de soutenir que les antécédents judiciaires de
Lebrasseur représentent le fondement principal de sa
décision de refuser la remise en liberté;
- La discrétion judiciaire de la juge était entière.
07-11-13 2013 QCCA 1914 - Le dossier ne soulève qu'une seule question : la juge de
première instance a-t-elle erré en refusant à l'appelant un
Peine
crédit majoré d'un jour et demi pour chaque jour passé
sous garde avant l'imposition de la peine comme le permet
Détention provisoire;
l'article 719(3.1) C.cr.?
Crédit supérieur à 1 jour / jour
- Le 12 juillet 2012, l'appelant plaide coupable à deux chefs
purgé;
d'accusation. Le premier a trait à un trafic de cocaïne (500
Doit s'évaluer au moment de la
grammes) et de méthamphétamines (9 000), le second à un
sentence;
complot en vue de commettre le trafic de stupéfiants entre
Critères :
le 31 juillet 2010 et le 15 août 2010;
- La même journée, les procureurs des deux parties
• Conditions de détention;
demandent à la juge de première instance la permission de
• Impact sur la libération
débattre immédiatement la question du crédit majoré pour
conditionnelle;
la détention préalable, et ce, avant même que la peine soit
• Un lourd casier judiciaire
fixée;
peut atténuer la majoration
- La juge acquiesce à cette demande. L'appelant est alors
du temps provisoire (lourd
entendu sur les conditions de cette détention préalable qui
passé judiciaire);
a débute le 5 avril 2011, le jour de son arrestation;
• La conduite de l'accusé
- Le 3 octobre 2012, la juge refuse de majorer le crédit pour
pendant l'attente de sa peine
la période de détention préalable du 5 avril 2011 au 12
est un facteur pertinent;
juillet 2012. C'est ce jugement interlocutoire qui est l'objet
(L'accusé a eu en sa possession des
véritable du présent appel;
drogues pour en faire le trafic en
- Le 29 novembre 2012, l'appelant plaide coupable à une
attente de procès)
autre infraction, soit celle relative à une possession en vue
de faire le trafic de résine de cannabis, commise le 21 juin
Chalifoux c. R.
321
2012 alors qu'il est en détention préalable;
- Lors de la même audition, la juge de première instance
prononce la peine conformément à l'entente entre les
procureurs. Elle condamne l'appelant à 36 mois de prison
pour le trafic de stupéfiants et le complot en vue de
commettre le trafic de stupéfiants et à 10 mois moins un
jour à être purgés de manière consécutive pour la
possession en vue de faire le trafic de résine de cannabis;
- De ce total de 46 mois moins un jour, la juge réduit la
peine en accordant les crédits suivants pour la détention
préalable : 1 jour pour chaque jour de détention sous garde
entre le jour de l'arrestation (5 avril 2011) et le jour du
plaidoyer de culpabilité (12 juillet 2012); 1,5 jours pour
chaque jour de détention sous garde entre le jour du
plaidoyer de culpabilité et celui de l'imposition de la peine
(29 novembre 2012);
- La juge de première instance a commis deux erreurs de
droit. La première a trait au processus suivi pour
déterminer la peine juste et appropriée. La seconde erreur
porte sur son interprétation de l'article 719(3.1) C.cr.;
- L'article 719(3) C.cr. énonce que « pour fixer la peine, le
tribunal peut prendre en compte toute période que la
personne a passée sous garde par suite de l'infraction ». Le
temps passé sous garde fait partie du processus de
détermination de la peine et sa prise en compte de même
que la question du crédit majoré ne peuvent être décidées
ainsi de façon isolée. L'opportunité de majorer le temps à
retrancher de la peine juste et appropriée doit être analysée
alors que le tribunal a en main tous les facteurs pertinents à
la détermination de la peine globale;
- En conséquence, c'est au moment où le juge fixe la peine
322
qu'il décide comment traiter du temps passé sous garde et,
le cas échéant, de l'opportunité de majorer le crédit.
Comme le souligne la doctrine, la période de détention
préalable à l'imposition de la peine est une composante de
la peine globale qui a été déjà purgée;
- La juge n'aurait pas dû donner suite à l'invitation des
procureurs qui lui demandaient de se prononcer à l'avance
sur le crédit majoré;
- Le texte de l'article 719(3.1) C.cr. est clair. Il est inutile de
recourir à une preuve extrinsèque pour cerner l'intention du
législateur. Celle-ci se dégage déjà de l'objet et du texte de
la Loi;
- De façon générale, les cours d'appel ont refusé de
restreindre le sens des termes « si les circonstances le
justifient » de l'article 719(3.1) C.cr., puisque le législateur
n'a pas formulé de balises particulières à ce sujet. Qui plus
est, les cours d'appel ont précisé que ces circonstances
n'ont pas à être exceptionnelles pour justifier une
majoration même si la majoration nécessite dorénavant une
preuve pour s'écarter du ratio de la base de 1 : 1;
- La Cour a adopté une approche stricte voire formaliste de
l'exception contenue au paragraphe 719(3.1) en exigeant
que l'on retrouve au dossier de la Cour une mention
explicite voulant que le juge « ait ordonné la détention en
se fondant principalement, et non accessoirement ou
notamment, sur toute condamnation antérieure »;
- Conformément à la jurisprudence des cours d'appel
canadiennes et à la doctrine, la Cour d'appel du Québec
énonce expressément dans R. c. Henrico, 2013 QCCA
1431, que les circonstances pouvant justifier une
majoration aux termes de l'article 719(3.1) C.cr. sont les
323
mêmes que celles qui étaient retenues sous l'ancien régime;
- Ainsi, les facteurs justifiant l'octroi d'une majoration ou
son refus ont toujours été et demeurent liés à la période
présentencielle, qu'ils se rapportent aux circonstances de la
détention – que ce soit sa durée, sa rigueur ou ses effets sur
la libération conditionnelle qui s'en suivra -, au
déroulement de la liberté provisoire ou encore à la
conduite de l'accusé durant cette période;
- La décision de retrancher de la peine la période de
détention préalable, majorée ou pas, est reliée à des
facteurs autres que la gravité du crime et la responsabilité
morale du criminel;
- Tenir compte uniquement du dossier judiciaire d'un
individu pour refuser le crédit majoré constitue, en
l'espèce, une erreur. C'est le seul motif avancé par la juge
de première instance pour justifier sa décision. Ici, la juge
fait double emploi d'un même facteur. D'abord, le casier
judiciaire important de l'appelant constitue un facteur
aggravant que la juge utilise pour déterminer la peine juste
et appropriée. Par la suite, elle se rapporte à ce seul
facteur pour refuser de majorer le crédit pour la détention
préalable. De l'avis de la Cour, il s'agit d'une erreur de
principe;
- L'article 719(3.1) C.cr. commande de procéder en deux
étapes. À la première étape, le juge examine les
circonstances qui justifient la majoration du crédit et non,
comme pour la peine, un examen de toutes les
circonstances aggravantes et atténuantes. D'ailleurs, d'un
point de vue conceptuel, le casier judiciaire d'un individu
ne peut constituer, à cette première étape, un motif pour
justifier la majoration;
324
- S'il n'y a pas de circonstances qui peuvent justifier la
majoration, le dossier est clos. Par contre, s'il y en a, une
deuxième étape s'impose. À cette occasion, le juge pourra
tenir compte de tous les facteurs susceptibles d'influencer
ou de moduler les circonstances identifiées à la première
étape;
- À cette seconde étape, il se pourrait que le casier judiciaire
d'un individu vienne carrément écarter une circonstance
qui aurait justifié une majoration du crédit. Si les
circonstances de vie difficiles en détention préalable sont
invoquées à la première étape, un passé carcéral chargé
pourrait venir moduler l'appréciation que peut faire le juge
de cette circonstance à la seconde étape. De même, un
lourd casier judiciaire peut diminuer l'effet négatif de la
détention préalable sur l'admissibilité à la libération
conditionnelle, circonstance qui aurait justifié la
majoration à la première étape;
- Bref, on peut dire que le casier judiciaire n'est pas pertinent
pour répondre à l'article 719(3.1) C.cr. sauf pour nuancer,
le cas échéant, les circonstances favorables à la majoration;
- La peine de 46 mois s'inscrit aisément dans la fourchette
des peines applicables à ce type de crime. La doctrine note
que les tribunaux considèrent le trafic de 500 grammes de
cocaïne comme un trafic commercial qui mérite des peines
de pénitencier de 3 à 5 ans pouvant aller jusqu'à 10 ans.
L'appelant s'est livré à un trafic de 9 000 amphétamines
dans la même opération. Il a des antécédents en pareille
matière;
- Outre la prise en compte du temps passé sous garde selon
un ratio de 1 : 1 pour réduire la peine globale, la Cour est
d'avis que certaines circonstances de l'espèce auraient pu
325
justifier une majoration du crédit pour la période se situant
entre la date d'arrestation et le jour du plaidoyer de
culpabilité, et ce, en raison des conditions de détention
particulièrement difficiles en l'espèce;
- Or, s'il est exact que les conditions de détention se sont
avérées en partie sévères, la conduite de l'appelant,
pendant cette période de détention, annihile tout crédit qu'il
aurait pu, par ailleurs, espérer obtenir;
- Que fait l'appelant pendant cette période de détention? Il
obtient une quantité suffisante de stupéfiants en vue d'en
faire le trafic alors qu'il est en attente de procès pour des
infractions similaires. Pareilles circonstances ne militent
pas en faveur d'un crédit majoré. Bref, tenant compte de
l'ensemble des circonstances, il n'y avait pas lieu à une
majoration du crédit.
R. c. Lavoie
Peine
Accusation de meurtre;
Homicide involontaire coupable
(verdict du jury);
Arrêtée le 26 mars 2010;
Peine prononcée le 29 août 2013;
Détention provisoire crédit 1.5
jour par 1 jour de prison parce
qu'elle avait offert de plaider
coupable à cette accusation;
2 ans –1 jour;
Confirmée.
11-12-13 2013 QCCA 2148 - Linda Lavoie est reconnue coupable d'homicide
involontaire coupable au terme d'un procès devant jury.
Elle est demeurée en détention provisoire depuis son
arrestation;
- Le juge du procès, en tenant compte particulièrement des
efforts de réhabilitation mis de l'avant par l'intimée, tout
autant que de son passé de misère, estime que la peine
appropriée est une peine de sept ans d'emprisonnement. Il
donne une importance significative à la durée de sa
détention provisoire en considérant que l'intimée avait
manifesté, à la suite de discussions de règlement entre les
parties avant l'enquête préliminaire, son intention de
plaider coupable à un homicide involontaire;
- En analysant la situation de l'intimée et les circonstances
de l'affaire, le juge choisit, en application du paragraphe
326
719(3.1) du Code criminel, de lui donner un crédit d'une
journée et demie de détention par jour de détention réalisé;
- En exerçant cette discrétion qui lui est dévolue, le juge
crédite à l'intimée 60 mois de détention et fixe la peine à
deux ans moins un jour d'emprisonnement assortie d'une
ordonnance de probation d'une durée de trois ans;
- L'appelante soutient qu'une peine d'emprisonnement de 16
ou 18 ans était appropriée dans les circonstances;
- Compte tenu des moyens qu'invoque l'appelante, la Cour
formule de la façon suivante les questions en litige :
1) Les négociations afin de convenir d'un plaidoyer de culpabilité
peuvent-elles être considérées comme un facteur faisant partie
de l'analyse des circonstances du paragraphe 719(3.1) C.cr.?
2) Le juge de première instance a-t-il correctement exercé son
pouvoir discrétionnaire prévu au paragraphe 719(3.1) C.cr.?
- Même s'il est vrai que l'on ne peut mettre en preuve les
négociations des parties en vue d'un règlement et qu'il ne
saurait être question de faire quelque reproche à la
poursuite au regard de son privilège de consentir à un
règlement ou non, l'appelant ne démontre pas que le juge a
contrevenu à cette règle. Celui-ci a plutôt retenu que la
longue période de détention provisoire, eu égard aux
circonstances particulières de l'affaire, associée au
comportement de l'intimée, pouvait le justifier de conclure
à l'octroi d'un crédit additionnel;
- Commentaires de la Cour quant à l'interprétation de l'art.
719(3.1) C.cr. au sujet du crédit lié à la détention
provisoire;
- Le juge considère, pour en arriver à ses conclusions, les
circonstances suivantes :
• L'offre de plaider coupable de l'intimée;
• La longue période de détention provisoire;
327
• Le stress associé à une condamnation de meurtre;
• L'excellent comportement de l'intimée pendant sa
détention;
• Les efforts importants de l'intimée pour se réhabiliter;
- L'appelante ne démontre aucune erreur du juge dans
l'appréciation des circonstances qui lui étaient soumises;
- Même si la peine prononcée peut paraître peu sévère au
regard du crime commis du fait qu'il peut s'apparenter à un
meurtre, il n'a pas été démontré qu'elle est non indiquée ou
nettement déraisonnable.
R. c. Santana Olivares
24-01-14 2014 QCCA 148 - Selon la poursuite, le juge aurait commis une erreur de
droit au paragraphe 8 de la sentence attaquée :
[8] La durée de la détention préventive et provisoire est
attribuable à Monsieur Santana lui-même. Par contre, il est
notoire que les conditions de la détention provisoire sont
sévères pour de multiples raisons. Cette sévérité n'est pas un
facteur atténuant dans la détermination de la peine, mais c'est
un facteur dont je peux tenir compte en déterminant une peine
qui est par ailleurs proportionnelle. Pour ce motif, je réduirais
d'un an la peine proposée par la poursuite pour les chefs autres
que le deuxième chef.
Peine
Crédit de détention provisoire
applicable que s'il y a demande et
preuve à cet effet.
- Ayant fait cet énoncé, le juge a imposé une détention de 5
ans concurremment sur tous les chefs sauf le deuxième, en
plus d'une année consécutive à cette première peine sur le
deuxième chef, et a réduit le tout de 22 mois, soit la durée
de la détention provisoire;
- L'appelante voit, dans la dernière phrase du paragraphe
précité, un « double dipping » interdit;
- L'appelante a raison de conclure que le jugement est
entaché d'une erreur de principe. Les conditions de la
détention provisoire peuvent servir à calculer comme un
328
jour et demi chaque jour sous garde « si les circonstances
le justifient », mais elles ne peuvent servir à réduire la
peine elle-même (art. 719(1) à (3.1) C.cr.);
- Si cette erreur permet l'intervention de la Cour, il demeure
que la peine totale imposée (six ans moins 22 mois)
constitue malgré tout une peine juste, se situant dans la
fourchette que le juge retient de la jurisprudence.
Abdurazak c. R.
Peine
Proxénétisme;
Peine de 2 ans;
Immigré conséquence importante;
Droit d'appel de la décision
inexistant si sentence en haut de 2
ans – 1 jour;
Conséquence disproportionnée 2
ans – 1 jour.
19-04-13 2013 QCCA 762 - Le 2 mai 2011, l'appelant, un résidant permanent, a plaidé
coupable à une accusation de proxénétisme logée en vertu
de l'article 212(1)h) du Code criminel;
- Le 26 septembre 2011, la juge se rend aux arguments de
l'intimée et condamne l'appelant à une peine
d'emprisonnement de deux ans. L'infraction est passible
d'un emprisonnement de dix ans;
- L'appelant est informé le 1er juin 2012 qu'il est visé par une
procédure en inadmissibilité au Canada pour cause de
grande criminalité en vertu de l'article 36(1)a) de la Loi
sur l'immigration et la protection des réfugiés;
- Une mesure d'expulsion est prise contre l'appelant au motif
qu'une condamnation en vertu de l'article 212(1)h) C.cr.
donc passible d'un emprisonnement de dix ans entraîne une
interdiction de territoire pour cause de grande criminalité;
- L'article 64 de la même loi prévoit qu'un résident
permanent est privé de son droit d'appel si l'infraction a été
punie par un emprisonnement d'au moins deux ans;
- La question de la précarité de statut de l'appelant n'a jamais
été portée à l'attention de la juge de première instance qui
n'en a pas tenu compte;
- Dans l'arrêt Guzman c. R., 2011 QCCA 136, la Cour a
reconnu que la question du statut d'un non-canadien
329
constituait une circonstance qui, sans être déterminante,
doit être considérée au moment de l'imposition d'une
peine;
- La juge a reconnu une série de facteurs qui militaient pour
une peine d'emprisonnement de deux ans. Ce faisant, la
juge a imposé une peine qui est au bas de la fourchette en
semblable matière;
- La juge de première instance n'a commis aucune erreur
alors que la peine qu'elle a imposée ne tenait pas compte
du facteur du statut de résident qui ne lui a pas été soumis;
- La réduction de peine n'est pas et ne doit pas constituer un
automatisme même si ce n'est que pour une journée.
Cependant, dans les faits particuliers de l'espèce, c'est-àdire la situation familiale de l'appelant dont toute la famille
réside au Canada, il semble que la conséquence est
disproportionnée par rapport à la peine que subirait un
autre délinquant pour un crime commis dans les mêmes
circonstances;
- La Cour réduit la peine à deux ans moins un jour.
El Aitki c. R.
10-05-13 2013 QCCA 902 - Le requérant demande la permission de faire appel d'une
sentence prononcée le 28 janvier 2011 le condamnant à
Peine
une peine de deux ans d'emprisonnement relativement à
cinq infractions (voies de fait, menaces, infliction de
Voies de fait;
lésions corporelles, agression armée, harcèlement) dont il
Menaces;
s'était reconnu coupable le 20 octobre 2010;
Infliction de lésions corporelles;
- Au moment où la Cour entend ce dossier, la peine est
Agression armée;
entièrement purgée;
Harcèlement;
- C'est pour préserver son droit d'appel en vertu de la LIPR
Sentence : 2 ans;
que le requérant, originaire du Maroc, demande à la Cour
Conséquence sur son droit d'appel
de réduire la peine à deux ans moins un jour
330
en matière d'immigration doit être
prise en considération;
Cour d'appel : 2 ans -1 jour.
d'emprisonnement;
- La Cour réfère à l'arrêt Guzman, 2011 QCCA 136. La
Cour conclut que le tribunal appelé à prononcer la peine
dans le cas d'un résident permanent doit tenir compte des
conséquences de la peine sur le statut du contrevenant,
dans ce cas – comme en l'espèce – la perte d'un droit
d'appel devant la Section d'appel de l'Immigration. Il s'agit
d'un fait pertinent dont un tribunal doit pouvoir tenir
compte;
- La Cour réfère à l'arrêt Pham, 2013 CSC 15. La Cour
suprême écrit que, bien que ne constituant pas, à
proprement parler, un facteur atténuant ou aggravant, ces
conséquences peuvent être prises en compte dans la
détermination de la peine. Le poids à leur accorder variera
d'une affaire à l'autre et devra être déterminé en tenant
compte de la nature de l'infraction et de sa gravité;
- En l'espèce, le juge n'a pas été informé de la situation
personnelle du requérant;
- Selon la Cour, si le juge avait été au courant des
conséquences qu'une peine de pénitencier aurait sur la
situation personnelle et familiale de l'appelant, il n'aurait
pas hésité à réduire la peine envisagée d'une journée et à
condamner l'appelant à une peine de deux ans moins un
jour sur chacun des chefs d'accusation 3, 4 et 5;
- Il s'agit là, selon la Cour, d'une peine appropriée, conforme
au principe fondamental de l'individualisation de la peine
et à ce que le ministère public avait suggéré en première
instance (soit une peine de l'ordre de 18 à 24 mois).
331
G.D. c. R.
Peine
Agression sexuelle enfant de sa
conjointe (1er événement)
cunnilingus et pénétration;
14 antécédents mais rien en
semblable matière;
Analyse de certains facteurs :
 Absence de violence :
extrinsèque – neutre;
 Absence de répétition :
pas un facteur aggravant;
 Antécédents judiciaires :
facteur aggravant;
 Intoxication facteur mixte;
Peine de 6 ans.
19-04-13 2013 QCCA 726 - L'appelant se pourvoit contre le jugement sur la peine de
six ans d'emprisonnement rendu après son plaidoyer de
culpabilité à un chef d'accusation fondé sur l'art. 151 C.cr.
- Lors des représentations sur la peine, l'intimée propose un
emprisonnement d'au moins quatre ans tandis que
l'appelant suggère plutôt une peine effective de deux ans
d'emprisonnement suivie d'une période de probation;
- Si la norme de déférence et de retenue d'une cour d'appel à
l'égard de la peine imposée en première instance a sa
raison d'être, le principe de proportionnalité demeure au
coeur du processus d'imposition de la peine;
- L'appelant invoque que le juge de première instance a
rejeté les propositions des parties relativement à la peine
sans les consulter. Or, en l'espèce, il n'y a pas eu de
suggestion commune de la part des parties;
- La procédure préalable au rejet d'une suggestion commune
en matière de peine est donc inapplicable et cet argument
doit être écarté;
- L'appelant allègue que le juge a omis d'analyser et de tenir
compte de quatre circonstances atténuantes, soit : l'absence
de violence extrinsèque à l'infraction, la fréquence du
contact sexuel et l'espace temporel qui le contient,
l'absence d'antécédents judiciaires de nature sexuelle et
l'état d'intoxication de l'appelant;
- Tout d'abord, l'absence de violence extrinsèque dans la
commission de l'infraction constitue une circonstance
neutre. Cette absence de violence extrinsèque à l'infraction
ne saurait constituer une circonstance atténuante en raison
de la violence inhérente à l'infraction de contacts sexuels;
332
- Ensuite, l'absence de répétition ne constitue pas un facteur
d'atténuation mais plutôt une absence de facteur aggravant.
Il convient d'ajouter qu'un événement unique mais grave,
jumelé à de nombreux facteurs aggravants peut justifier
une peine se situant dans la fourchette supérieure de sa
catégorie;
- Aussi, quoique l'appelant soit un délinquant primaire pour
les infractions d'ordre sexuel, au moment des événements,
il avait déjà à son actif quatorze antécédents judiciaires en
d'autres matières s'échelonnant de 1981 à 2006. Le juge
d'instance pouvait considérer qu'il s'agissait de
circonstances aggravantes, notamment en raison du
nombre et de la nature violente de certains antécédents;
- Quant à l'intoxication de l'appelant au moment de
l'infraction et sa problématique générale d'abus d'alcool, il
s'agit d'une circonstance mixte. Par ailleurs, le juge de
première instance pouvait retenir que l'intoxication de
l'appelant représente un facteur aggravant puisqu'il s'agit
ici d'une infraction intrinsèquement violente;
- Pour une infraction sexuelle grave comportant un abus de
confiance ou d'autorité, mais en l'absence d'antécédents
judiciaires et de violence extrinsèque à l'infraction, les
peines d'emprisonnement se situent entre 2 ans moins un
jour et 6 ans;
- L'infraction commise par l'appelant est grave : elle
comporte des attouchements, un cunnilingus et une
pénétration au niveau vaginal, alors qu'il est en situation de
confiance, soit in loco parentis. S'il y a absence de
violence extrinsèque et absence d'antécédents judiciaires
en semblable matière, il y a présence de nombreux autres
antécédents judiciaires dont certains comportent de la
333
violence. Les conséquences pour l'enfant sont importantes.
De plus, le risque de récidive chez l'appelant est inquiétant,
se situant, selon le rapport préparé par le sexologue, « dans
la catégorie nominale de priorité de surveillance modérée à
élevée ». La preuve démontre au surplus que son acte était
prémédité;
- Bien que le juge de première instance ait favorisé, comme
il pouvait le faire dans l'exercice de sa discrétion, certains
objectifs de détermination de la peine, notamment la
dénonciation et la dissuasion, il a néanmoins pondéré les
circonstances aggravantes et les circonstances atténuantes;
- Même si l'âge est un élément constitutif de l'infraction de
contacts sexuels sous l'article 151 C.cr., les dispositions de
l'article 718.2(a)(ii.1) du Code criminel n'ont pas neutralisé
la différence entre un contact sexuel commis sur des
enfants de divers âges. C'est à bon droit que le juge a tenu
compte de cette circonstances.
Bernatchez c. R.
Peine
Analyse de version contradictoire;
Le juge a respecté W. (D.).
19-04-13 2013 QCCA 701 - L'appelant demande l'autorisation de se pourvoir de la
peine d'emprisonnement de deux ans imposée après qu'il
ait été trouvé coupable d'une accusation d'agression
sexuelle sur une mineure âgée de 13 ans;
- L'appelant est le père de l'amie de la victime. Le soir des
événements, il avait accepté de l'héberger à son domicile.
Elle était donc sous sa responsabilité et sa protection;
- De plus, l'infraction en cause (relation sexuelle complète)
constitue à l'égard de l'enfant un mauvais traitement au
sens du paragraphe 718.2a)(ii.1) C.cr. et le juge, comme il
l'a fait d'ailleurs, devait prendre en compte ce facteur lors
du prononcé de la peine;
- Même s'il n'y a pas eu de preuve formelle quant aux
334
répercussions qu'ont pu avoir sur la victime les gestes
posés par l'appelant, le juge ne s'est pas trompé en tenant
compte de la violence intrinsèque à ce type d'infraction et à
leurs conséquences probables, et ce, sans pour autant en
faire des éléments aggravants;
- Par ailleurs, le juge a erré en comptant au nombre des
facteurs à charge l'absence chez l'appelant d'une
dépendance à l'alcool ou aux drogues;
- De tout temps, les tribunaux ont souligné la gravité
objective des crimes à caractère sexuel commis à l'endroit
des enfants. La peine infligée en l'espèce se situe à
l'intérieur de la fourchette de celles habituellement
imposées en pareille matière, ce que concède l'appelant;
- La lecture de la sentence ne fait pas voir que le juge a
exercé son pouvoir discrétionnaire de façon inappropriée
en insistant trop sur un facteur ou en omettant d'accorder
les considérations adéquates à un autre. En l'espèce, la
peine imposée ne se situe pas en dehors des limites
acceptables.
R. c. Nadeau
Peine
Attouchements sexuels;
Libération inconditionnelle;
Selon Cour d'appel, peine pas
déraisonnable mais aurait dû
quand même ordonner ADN.
26-04-13 2013 QCCA 769 - La requérante demande la permission d'appeler d'un
jugement qui a prononcé une absolution inconditionnelle
de l'intimé (art. 730 C.cr.) après que celui-ci eut plaidé
coupable à l'accusation fondée sur l'art. 153(1)a) C.cr.;
- Parmi les motifs d'appel, la requérante soutient que la
peine prononcée est nettement déraisonnable;
- Au moment de la commission de l'infraction, en 1992, la
peine maximale était de cinq ans. Aucune peine minimale
n'était prévue;
- Il est bien établi que le juge de première instance possède
un large pouvoir discrétionnaire en matière de peine. Or,
335
le juge a bien exposé les principes applicables et il a
considéré les facteurs aggravants (la connaissance par
l'intimé de l'état de grande perturbation de la victime et
l'insouciance démontrée compte tenu de l'importance du
lien de confiance) et les facteurs atténuants (absence de
risque de récidive, réhabilitation complète de l'intimé qui
est un actif pour la Société, regrets et remords sincères,
plaidoyer de culpabilité, absence de violence). À son avis,
la preuve établit davantage une grave erreur de jugement
de l'intimé qu'une intention criminelle inavouée. Selon le
juge, une condamnation irait à l'encontre de l'intérêt de
l'intimé et même de l'intérêt public;
- La peine peut paraître clémente. Toutefois, dans les
circonstances particulières de l'affaire, la Cour est d'avis
que le juge n'a pas erré en accordant à l'intimé une
absolution inconditionnelle en vertu de l'article 730 C.cr.;
- Enfin, la requérante soulève que le juge a erré en omettant
de rendre l'ordonnance obligatoire de prélèvement
d'échantillons corporels à des fins d'analyse génétique, et
ce, en vertu des articles 487.04 et 487.051(1) C.cr.;
- Cette ordonnance étant obligatoire, même lorsqu'il y a
absolution inconditionnelle, il y a donc lieu d'intervenir sur
cette question.
Champagne c. R.
Peine
Attouchements;
Agressions sexuelles 1997 et 1998;
Sentence – 4 ans;
31-05-13 2013 QCCA 1055 - L'appelant se pourvoit contre un verdict de culpabilité et
une peine . Il demande l'autorisation de retirer son
plaidoyer de culpabilité et la tenue d'un nouveau procès ou,
de façon subsidiaire, la réduction de la peine
d'emprisonnement globale de 7 ans à 4 ans;
- L'appelant a été accusé de quatre chefs d'accusation fondés
sur les arts. 151, 152, 271(1)a) et 153(1)b)(1.1)a) C.cr.;
336
Peine sévère mais pas
déraisonnable.
- Il reconnaît sa culpabilité à l'égard des trois premiers chefs,
mais non à l'égard du quatrième parce que la plaignante
n'était pas une adolescente au moment de l'événement
reproché. L'intimée concède que la déclaration de
culpabilité doit être annulée à l'égard de ce chef, vu les
circonstances;
- La preuve au dossier ne révèle aucune faute de l'avocat, si
ce n'est celle relative au quatrième chef. Par ailleurs, la
preuve révèle que le juge s'est assuré du caractère libre et
volontaire du plaidoyer de l'appelant. Dans les
circonstances, la demande d'autoriser le retrait de ce
plaidoyer est mal fondée;
- Le juge a imposé une peine d'emprisonnement de quatre
ans pour le premier chef et une peine de quatre ans pour le
deuxième chef, à être purgées de façon concurrente. Il a,
par ailleurs, imposé une peine de trois ans relativement au
troisième chef, celle-ci devant être purgée de façon
consécutive aux deux autres;
- Il s'agit d'une peine sévère. Est-elle excessive ou
déraisonnable? L'appelant propose que c'est le cas. Il fait
valoir qu'un fait erroné, soit l'existence de relations anales,
aurait conduit le juge à infliger une peine plus sévère. Il
propose aussi que le juge lui a infligé une telle peine en
tenant compte du fait que les infractions auraient été
commises sur une période de 20 mois plutôt que durant
une période inférieure à neuf mois, comme il le soutient;
- L'analyse globale de toutes les circonstances, la gravité
objective et subjective du crime, les facteurs aggravants
tels l'abus de confiance, la durée et la fréquence des
agressions, la participation d'un tiers, les antécédents
judiciaires comprenant deux déclarations de culpabilité
337
pour actions indécentes, le fait que l'appelant était en
probation lors de la commission des crimes, sa
déresponsabilisation, les séquelles subies par la plaignante,
les rapports sexuels non protégés, tout en tenant compte
des facteurs atténuants tels l'absence de violence sauf celle
intrinsèque au crime, le plaidoyer de culpabilité, etc.
militaient en faveur d'une peine sévère;
- En l'espèce, le fait qu'il n'y a pas eu de relation anale et la
durée plus ou moins longue de la période pendant laquelle
les crimes ont été commis n'ont pas eu d'impact
déterminant sur la peine;
- Les événements étaient distincts ce qui justifiait, en
principe, une peine consécutive. La peine globale qui en
résulte n'est pas déraisonnable.
R. c. É.P.
Peine
Exploitation sexuelle :
- attouchements sexuels;
- 2 victimes;
- 2 ans –1jour + probation
confirmés par CA
06-08-13 2013 QCCA 1337 - La requérante demande la permission d'appeler d'un
jugement de la Cour supérieure imposant à l'intimé une
peine de deux ans moins un jour, de même qu'une
probation de trois ans avec suivi, pour des crimes de nature
sexuelle commis sur deux adolescentes de moins de 18 ans
(un chef d'exploitation sexuelle et un chef de contacts
sexuels) et pour deux bris de probation;
- En ce qui concerne les peines concurrentes, le juge est
d'avis que les infractions font partie de la même trame de
faits :
[95] Les deux infractions impliquant les deux jeunes filles font
partie de la même trame familiale et de la même trame de
faits :
elles impliquent les mêmes personnes et ne sont guère
éloignées l'une de l'autre dans le temps. Les peines seront donc
concurrentes. Celle du dossier concernant X devra cependant
refléter son degré moindre de gravité objective;
- Enfin, le juge est bien conscient qu'il y a deux victimes.
338
Toutefois, dans le cas de la deuxième victime, il retient
que le contact sexuel fut bref et par-dessus les vêtements;
- Il est vrai que la peine peut paraître peu sévère.
Cependant, la Cour est d'avis que le juge a, en l'espèce,
bien exercé son pouvoir discrétionnaire. Il a fait une
analyse sérieuse de tous les faits et pondéré les différents
facteurs qui doivent être considérés dans le délicat
processus de l'imposition d'une peine. Celle-ci n'est pas
manifestement non indiquée ni frappée d'une erreur de
principe qui pourrait justifier une intervention.
04-10-13 2013 QCCA 1706 - Le requérant demande la permission de se pourvoir contre
le jugement lui imposant des peines pour des infractions à
Peine
caractère sexuel commises à l'égard de quatre victimes
mineures à deux époques bien distinctes l'une de l'autre;
2 victimes, art. 151 C.cr.;
- En somme, vu la détention provisoire, les peines infligées
2003 et 2009;
le 16 janvier 2013 totalisent 10 ans et 125 jours;
3 chefs d'attentat à la pudeur;
- La norme de contrôle d'une cour d'appel est
1969 à 1971;
particulièrement exigeante en matière de peine;
2 chefs grossière indécence;
- Bien que l'harmonisation des peines soit un principe
Peine total 10 ans et 125 jours plus
normatif reconnu par le Code criminel, une peine ne sera
délinquant à contrôler – 10 ans.
pas toujours semblable pour une même catégorie
d'infraction en raison de la règle de l'individualisation de la
peine;
- Une peine qui se situe à l'extérieur de la fourchette des
peines n'est pas nécessairement inappropriée, étant donné
la règle de l'individualisation des peines;
- En l'espèce, le requérant ne montre pas ce en quoi le
jugement serait affecté d'une erreur de la nature de celles
que décrivent les arrêts de principe de la Cour suprême.
Perrier c. R.
339
R.R. c. R.
Peine
Agression sexuelle complète avec
adolescente de 15 ans à une
reprise;
Adolescente tombée enceinte;
Père reconnaît;
Enfant donné en adoption;
Demande du juge d'avoir des
représentations sur sentence
immédiatement après le verdict;
L'avocat n'a pas soumis qu'il
voulait faire preuve par expertise
quand on lui a demandé;
Appelant agissait in loco parentis;
Sentence 48 mois.
16-10-13 2013 QCCA 1789 - L'appelant a obtenu l'autorisation de faire appel d'un
jugement qui lui a infligé une peine de 48 mois de
détention pour une agression sexuelle sur la personne d'une
jeune fille de 15 ans et demi;
- L'appelant a eu, à une occasion, une relation sexuelle
complète avec la plaignante qui est tombée enceinte. Il a
reconnu être le père de l'enfant qui a été donné en
adoption;
- L'appelant plaide d'abord que le juge a porté atteinte à
l'équité du processus de détermination de la peine en
exigeant que l'audience se tienne immédiatement après le
prononcé du verdict malgré que son avocat ait indiqué au
juge qu'il n'était pas disposé à faire ses observations sur la
peine aussi rapidement;
- Tel que le démontre la teneur de l'échange entre le juge et
l'avocat, ce dernier aurait pu demander de faire ses
observations le lendemain matin puisque le juge l'a
expressément offert. De plus, non seulement n'a-t-il pas
exprimé son intention de faire préparer un rapport prépénal
ou un rapport sexologique, mais au début de l'audience sur
la peine, interrogé à ce sujet par le juge, l'avocat de
l'appelant a déclaré qu'il n'avait pas de témoin à faire
entendre. Il a donc choisi de ne pas faire de preuve. Il ne
s'est pas opposé non plus lorsque l'avocat du ministère
public a déposé la déclaration de la victime qu'il avait
obtenue quelques minutes plus tôt;
- En conséquence, l'appelant a tort de prétendre que le juge a
manqué à l'équité du processus de détermination de la
peine, et ce, d'autant plus que le préjudice qu'il invoque est
340
hypothétique;
- L'appelant plaide ensuite le caractère déraisonnable de la
peine infligée. Selon lui, la peine de quatre ans de
détention serait déraisonnable en ce que les peines de plus
de deux ans d'incarcération impliquent une ou plusieurs
victimes ayant été abusées sur une longue période de
temps. En première instance, l'appelant avait proposé une
peine de détention de deux ans moins un jour alors que le
ministère public recommandait une peine d'incarcération
entre cinq et sept ans;
- L'appelant se trompe lorsqu'il soumet que la peine serait
déraisonnable en ce qu'elle s'éloignerait de la fourchette
applicable. Selon lui, les peines de plus de deux ans
seraient réservées aux cas où il y a une ou plusieurs
victimes ayant été abusées à plusieurs reprises sur une
longue période de temps. La fourchette applicable est
plutôt celle constatée par le juge Sansfaçon dans la
décision R. c. Cloutier qui a été reprise par la doctrine et
reconnue par la Cour. Ainsi, dans le cas d'une infraction
sexuelle grave comportant un abus de confiance ou
d'autorité, mais en l'absence d'antécédents judiciaires et de
violence extrinsèque à l'infraction, les peines
d'emprisonnement se situent entre deux ans moins un jour
et six ans. La plus forte concentration se situe entre trois et
quatre ans de détention;
- En l'espèce, même s'il s'agit d'un événement unique,
l'infraction est parmi les plus graves puisqu'il y a eu
relation sexuelle complète par un contrevenant qui était un
loco parentis, donc en relation d'autorité. De plus, les
conséquences pour la victime ont été particulièrement
tragiques car elle est tombée enceinte avant d'avoir 16 ans,
341
n'a pu se faire avorter vu l'opposition de sa mère et de
l'appelant et qu'en plus de devoir céder l'enfant en
adoption, ses liens avec sa propre mère ont été rompus.
Dans de telles circonstances, l'appelant n'a pas démontré
que la peine qui lui a été infligée se situe en dehors des
limites acceptables pour ce type d'infraction.
R. c. D.J.
Peine
Entre 1977 et 1981;
Attentat à la pudeur;
Victime sexe masculin;
Sursis, 2 ans –1 jour;
Cour d'appel augmente les
conditions de sursis à 24 heures
sur 24 heures à son domicile pour
toute la durée du sursis.
13-09-13 2013 QCCA 1605 - Le ministère public se pourvoit contre le jugement
imposant une peine avec sursis de deux ans moins un jour
assortie d'une probation de 18 mois à l'égard d'une
infraction d'attentat à la pudeur d'une personne de sexe
masculin commise entre le 19 janvier 1977 et le 31
décembre 1981;
- La Cour fait des distinctions par rapport à l'arrêt M.S.,
2010 QCCA 964;
- Deux distinctions permettent d'affirmer en quoi une peine
avec sursis dans la présente situation n'est pas en principe
inappropriée, contrairement à ce qui fut décidé dans R. c.
M.S. D'abord, les délits dans l'affaire R. c. M.S. étaient
commis sur une base très fréquente. En effet, l'accusé
avait eu des contacts sexuels avec la fillette à une vingtaine
de reprises. La preuve au présent dossier ne révèle pas une
aussi grande fréquence des infractions;
- Toutefois, la situation d'abus de confiance est l'élément
majeur qui justifie qu'une peine d'emprisonnement avec
sursis soit remplacée par une peine d'incarcération ferme.
L'accusé dans R. c. M.S. était le conjoint de la mère de la
victime et agissait comme un père (donc, in loco parentis)
à son égard. Dans le dossier de M.J…, le juge n'a que très
peu retenu la présence d'une situation de confiance entre
celui-ci et la victime;
342
- La Cour reconnaît qu'un autre juge de première instance
aurait pu avec justesse imposer une peine d'incarcération
ferme. Mais le raisonnement du juge ne peut pas être
qualifié comme déraisonnable par le seul fait qu'il a
imposé une peine avec sursis de deux ans moins un jour
assortie d'une ordonnance de probation;
Cela dit, la Cour estime que le juge n'a pas imposé des
conditions suffisamment contraignantes pour bien refléter
la gravité des gestes à caractère sexuel posés par M. J…
sur un jeune enfant;
- Les conditions de la peine avec sursis et les conditions de
l'ordonnance de probation ne tiennent pas compte
adéquatement de la gravité de l'infraction et la nécessité de
dénonciation et de dissuasion prévue à l'article 718.01
C.cr. Elles sont loin d'être « stricte » et ne constituent que
des simples inconvénients dans la vie quotidienne de M.
J…;
- En examinant plusieurs ordonnances de sursis rendues en
première instance en matière d'agression sexuelle, un
constat s'impose. Rares sont les décisions où la dernière
portion du sursis est laissée sans assignation à domicile ou
couvre-feu, comme c'est le cas avec le jugement visé par
l'appel. Les tribunaux de première instance ont plutôt
tendance d'imposer des peines avec sursis encadrées par
des assignations à résidence 24 heures sur 24 et des
couvre-feux stricts, et ce, pour toute la durée de la peine;
- Compte tenu des enseignements de la Cour dans l'arrêt
Veilleux, 2009 QCCA 2374, il faut conclure que le juge a
commis une erreur de principe en soumettant M. J… à une
courte période d'assignation à domicile 24 heures sur 24;
- Par conséquent, la Cour, en s'inspirant des conditions
343
imposées par la juge Thorburn dans R. c. A.C., 2011
ONSC 4389, confirmé en appel, 2012 ONCA 608,
interviendra pour resserrer les conditions de la peine avec
sursis. La Cour interviendra aussi pour resserrer les
conditions de l'ordonnance de probation de 18 mois, dont
le respect d'un couvre-feu de 22 h à 7 h.
K.H. c. R.
Peine
Mère biologique de 3 enfants;
Agressions sexuelles et
attouchements;
Sentence 9 ans de pénitencier;
Hypersexualisation avec son
conjoint et d'autres hommes et
d'autres femmes;
Le couple utilise les enfants de la
mère;
Ils droguent les enfants pour
participer aux jeux pervers.
07-02-14 2014 QCCA 262 - La mère biologique des trois victimes plaide coupable
d'avoir commis les infractions prévues aux articles
271(1)a), 151 et 152 C.cr.;
- Les trois enfants de Mme H…, soit ses filles X et Y et son
fils Z, sont respectivement âgés de 12-13 ans, 8-9 ans et 78 ans au moment de la commission des gestes posés par
l'appelante. Elle demande la permission d'appeler du
jugement qui l'a condamnée à purger une peine de neuf ans
de pénitencier moins la période de détention provisoire de
65 jours;
- Ses moyens sont de deux ordres. D'une part, elle fait valoir
que la peine imposée est excessive et déraisonnable.
D'autre part, elle plaide que le juge n'a pas tenu compte du
principe de l'harmonisation des peines;
- Lors des représentations sur la détermination de la peine,
l'appelante suggère un emprisonnement de 4 ans alors que
l'intimée propose un emprisonnement allant de 7 à 10 ans;
- Les actes sexuels sont variés. Ils consistent principalement
en des rapports sexuels avec l'appelante et E… B… et
incluent le visionnement de films pornographiques comme
prélude ainsi que l'administration de drogues chimiques à
des enfants de 7 à 13 ans afin de vaincre leur résistance et
les rendre dociles. Ce dernier élément est particulièrement
grave et constitue une forme de violence que la société doit
344
dénoncer. D'ailleurs, dans le cas de X, l'utilisation de ces
drogues assure une participation active de plusieurs heures
dans les ébats sexuels;
- La peine de neuf ans d'emprisonnement, dont la période de
détention provisoire devra être soustraite, n'est ni excessive
ni déraisonnable dans les circonstances;
- Le jeune âge des trois victimes, l'utilisation concertée de
drogues dures pour faciliter le passage à l'acte, la nature
non isolée des actes sexuels et les importantes
répercussions sur les victimes sont tout autant aggravants;
- Dans un jugement étoffé, le juge a tenu compte de la
situation de l'appelante ainsi que des circonstances, surtout
aggravantes, entourant les actes criminels. Son analyse est
complète et axée sur l'individualisation de la peine, l'ultime
barème de la proportionnalité;
- Contrairement à l'affirmation de l'appelante, le fait que le
juge ne s'est pas livré à une étude jurisprudentielle de la
fourchette des peines n'indiquent pas qu'il aurait omis de
considérer le principe de l'harmonisation. Rien, d'ailleurs,
ne permet de conclure qu'il n'a pas tenu compte du
paragraphe 718.2(b) C.cr.;
- Il n'y a pas d'écart avec les autres peines prononcées en
semblable matière et même s'il y en avait un, celui-ci serait
pleinement justifié par le principe fondamental de la
proportionnalité;
- Les faits du dossier sous étude sont uniques. Il est difficile
par conséquent de cerner avec précision une fourchette
applicable;
- La Cour cite l'arrêt D.D., [2000] O.J. No. 1061, O.C.A.,
qui range les agressions sexuelles par catégories qui ne
servent cependant que de guide;
345
- La Cour accueille la permission d'appeler mais rejette
l'appel.
R.B. c. R.
Peine
Agressions sexuelles entre frère et
sœur;
3 ans consécutifs de pénitencier;
Critères des sentences
consécutives;
Réduite à 24 mois.
19-02-14 2014 QCCA 353 - Le requérant sollicite de la Cour l'autorisation de faire
appel d'une peine de 3 ans de pénitencier consécutive à
toute autre peine et assortie de diverses ordonnances en
matière d'abus sexuels commis pendant plusieurs années
sur sa jeune sœur;
- La Cour rejette l'appel du verdict : 2014 QCCQ 352;
- Le moyen principal du requérant concerne la décision du
juge de prononcer une peine de 36 mois de détention qui
est consécutive à toute autre peine. Il prétend que cette
décision a été prise dans des circonstances équivalant à une
violation des règles de l'équité procédurale, en l'absence de
toute preuve en plus d'être erronée;
- Le requérant a fait l'objet de procès distincts pour des
infractions de nature sexuelle commises à l'égard de
victimes différentes;
- Le 8 mai 2012, un autre juge (juge Noël) rend une décision
sur la peine dans deux autres dossiers et impose au
requérant une peine globale de 30 mois;
- Le 15 mai 2012, le juge impose au requérant une peine de
3 ans de détention sans cependant faire mention du
caractère concurrent ou consécutif de cette peine;
- Le juge apprend alors qu'une peine a été prononcée par le
juge Noël contre le requérant dans les autres dossiers et
décide que la peine de 3 ans est consécutive;
- La Cour est d'avis que, dans les circonstances de l'espèce,
le juge aurait dû, avant de trancher la question, entendre
les observations des parties. D'une part, la décision sur
peine rendue sept jours auparavant par le juge Noël
346
révélait qu'une telle discussion était justifiée en l'espèce.
De plus, même si les parties aux infractions n'étaient pas
les mêmes, que certaines infractions étaient différentes et
qu'il ne s'agissait certainement pas d'une même opération
criminelle, il s'agissait, dans les deux cas, d'infractions à
caractère sexuel dont deux attentats à la pudeur et, de plus,
il y avait chevauchement des périodes de commission des
infractions qui s'étendaient de 1973 à 1986 dans les chefs
d'accusation soumis au juge Noël et de 1972 à 1978 dans
le présent dossier;
- La fourchette applicable est encore celle constatée par le
juge Sanfaçon dans la décision R. c. Cloutier, [2005]
R.J.Q. 987. Cette classification a été reprise par la
doctrine et elle a été reconnue par la Cour;
- Tant la peine infligée par le juge Noël que celle prononcée
en l'espèce sont de la deuxième catégorie, soit les peines se
situant entre deux et six ans de détention, avec une
concentration de peines entre trois à quatre ans. Il s'agit en
général d'infractions sexuelles graves comportant un abus
de confiance ou d'autorité, mais en l'absence d'antécédents
judiciaires et de violence extrinsèque à l'infraction;
- Dans sa totalité, la peine de 66 mois est infligée pour 8
chefs d'accusation d'attentat à la pudeur et d'agression
sexuelle ciblant 6 jeunes victimes sur une période de 14
ans. Dans un cas, il s'agit de 5 garçons âgés entre 10 et 15
ans qui fréquentaient le commerce du requérant. En
l'espèce, il s'agit de sa jeune sœur qui était en 1ère ou 2e
année à l'époque du début des agressions dont il était
accusé. Les actes reprochés sont des attouchements, des
masturbations, et dans le cas de sa sœur, des fellations et
des tentatives répétées de pénétration;
347
- Ainsi, dans les deux cas, il s'agit d'infractions de nature
sexuelle, incluant deux attentats à la pudeur avec
chevauchement des périodes d'infraction;
- Compte tenu du fait que le risque de récidive a été jugé
faible dans le dossier des garçons et faible à modéré en
l'espèce, et que, de plus, dans l'autre dossier, le juge Noël a
signalé que le requérant a été un actif pour la société
durant une longue période à la suite des abus qu'il a
commis, la Cour est d'avis que la peine cumulative de 66
mois dépasse « la culpabilité globale du délinquant » et
doit être réduite à 54 mois.
Leacock c. R.
Peine
Voies de fait;
Séquestration;
Vol et
Agression sexuelle;
7 ans.
04-11-13 2013 QCCA 1881 - Gamon Leacock appeals a conviction pronounced by the
Quebec Court, and asks for leave to appeal from a
judgment on sentence;
- The appellant was found guilty of assault, forcible
confinement, sexual assault with a weapon, uttering
threats, administrating a noxious substance and theft;
- The appellant contends that a sentence of three years
consecutive to the seven year sentence he is currently
serving in respect of other crimes would have been
sufficient. The judge sentenced him instead to a further
seven-year prison term;
- The judge was of the view that the appropriate sentence
should fall within a range from six and one-half years to
nine years. The cases of R. v. Charlemagne, [2000] J.Q.
nº 5639, R. v. Assing, [2008] O.J. No. 4527, and R. v.
Cadorette, 2009 QCCQ 9325, affirmed by 2011 QCCA
1792, to which the judge referred demonstrate that the
sentence was appropriate;
- The table annexed to this judgment indicates a wide range
348
of sentences, between three and one-half years and 18
years, for sexual assault with a weapon. In some cases
where sentences are less harsh, one observes the presence
of mitigating factors, including the age of the offender, a
manifestation of remorse, etc.;
- First, the judge is said to have failed to take account of the
fact that the sentence, when added to the seven years that
the appellant is serving for other crimes, amounts to a total
of 14 years of imprisonment, which is inappropriate in the
circumstances;
- The judge made no such error. He was well aware that in
imposing the sentence, paragraph 718.2( c) of the Criminal
Code required him to consider the totality of the sentence
that the appellant would have to serve;
- Secondly, the appellant submits that the judge erred in his
implementation of the principle of harmonization of
sentences in that he imposed four years of imprisonment
on the count of sexual assault in respect of V.M. (count 4)
while imposing seven years from the same count
concerning K.M. (count 11). According to the appellant,
the difference in the sentences between the two is not
justified;
- Again, the appellant has failed to demonstrate a reviewable
error by the judge. The evidence shows that the duration
of the sexual assault experienced by K.M., as well as the
severity of the assault inflicted on her, most certainly
justify the disparity between the two sentences, even
before one considers the consequences of K.M.'s state of
health. It is sufficient to say that K.M. was assaulted by the
appellant over a very long period and with a significant
degree of violence and degradation, including the use of
349
foreign objects;
- The appellant is mistaken in the manner in which he
invokes the principle of harmonization. The proper
application of that principle does not preclude a disparity
between two sentences where two victims are subject to
sexual assaults of differing degrees, even when they occur
as part of a single criminal transaction, where the disparity
is justified in the circumstances. This was the case here;
- As a general rule, there are no uniform sentences for a
given crime. This is particularly true in the case of sexual
assaults like the ones in this case that were characterized
by different degrees of violence and brutality, of
denigrating language, of length, and which give rise to
different consequences for the victims;
- The appellant submits that even if the judge set aside his
testimony at trial because he considered it to lack
credibility, he was bound to consider it in light of the
whole of the evidence. The appellant said the judge
omitted to do so. He submits that this amounted to an
error of law in that the judge erred in the application of the
second step of the test in R. v. W.(D.);
- Courts have repeatedly held that the steps in R. v. W.(D.)
need not to be recited as a strict formula. What is essential
is that the burden of proof and the standard of beyond a
reasonable doubt be properly applied. Trial judges are not
required to explain in minute detail the line of reasoning
they followed to arrive at their verdict;
- Moreover, the order in which trial judges set forth their
conclusions in respect of the credibility of witnesses is
generally of no material consequence as long as the
principle that proof must be made beyond a reasonable
350
doubt is their paramount concern;
- Contrary to appellant's submission, a reading of the
judgment as a whole, shows that the judge did not consider
the appellant's lack of credibility as the equivalent of proof
of his guilt beyond a reasonable doubt;
- It bears recalling that the judge was not bound to take up
all the elements of the evidence that contributed to his
sense as to why the appellant's testimony was not credible
in his judgment. Nor was he necessarily bound to
reconcile all the details of the complainants' respective
accounts, even if this testimony did indicate small
differences. His analysis of the evidence is sufficient to
understand the reasons why he had no reasonable doubt as
to the verdict.
11-10-13 2013 QCCA 1778 - Le 19 décembre 2011, un juge déclare le requérant
coupable des crimes d'agression sexuelle (art. 271(1)a)
Peine
C.cr.), de séquestration (art. 279(2)a) C.cr.), de voies de
fait causant des lésions corporelles (art. 267(b) C.cr.) et de
Accusé se représente seul lors de la
vol (art. 334 (b)i) C.cr.). Le 24 octobre 2012, le juge lui
sentence;
inflige des peines totalisant trois ans d'emprisonnement. Le
Connaissance de la déclaration de
requérant demande l'autorisation de se pourvoir et, le cas
la victime sur les conséquences le
échéant, de faire appel de ces peines;
matin de l'audition est peut-être
- Quant à la déclaration de la victime, dont le requérant n'a
un manquement;
pu prendre connaissance que le jour de l'audition sur la
Le manquement n'a pas été
peine, ce manquement, s'il en est un, est sans véritable
sanctionné parce que la victime
conséquence. La lecture du jugement ayant conduit au
avait témoigné dans le même sens
verdict de culpabilité fait voir que pour l'essentiel, les faits
au procès;
relatés dans cette déclaration avaient déjà été dévoilés par
Agression sexuelle;
la victime lors de son témoignage rendu durant le procès;
Séquestration;
- Il ressort aussi des motifs du juge que les conséquences
Doucet c. R.
351
Voies de fait;
Méfait;
Sentence : 3 ans.
Courtois c. R.
psychologiques et sociales subies par la victime à
l'occasion des actes criminels commis par le requérant,
n'ont pas occupé une place déterminante parmi les
considérations ayant conduit aux peines imposées. De
plus, le moment de la communication de cette déclaration
n'a pas eu pour effet de priver le requérant de présenter ses
observations sur les faits pertinents de l'affaire;
- Finalement, le requérant ne démontre pas que la sanction
qui lui a été infligée se situe en dehors des limites
acceptables ou qu'elle s'avère nettement excessive ou
inadéquate;
- L'étude de la jurisprudence applicable aux faits de l'espèce
fait voir que les peines ne se situent pas à l'extérieur de la
fourchette des peines généralement imposées pour ce type
de criminalité;
- Les circonstances relatées par le juge entourant la
commission des crimes en cause sont particulièrement
odieuses et dégradantes. En dépit de ce que le requérant
avance, le dossier d'appel ne fait pas voir de circonstances
atténuantes et on ne peut retenir l'argument voulant qu'on
considère comme atténuante l'absence de certaines
circonstances aggravantes. De toute façon, un rapport
présentenciel nettement défavorable indique la présence
chez le requérant de plusieurs facteurs de risque de
récidive.
06-12-13 2013 QCCA 2100
Peine
Après avoir été reconnu coupable des accusations portées
contre lui, le requérant s'est vu infliger les peines
suivantes:
- conduite avec capacités affaiblies : trois ans
d'emprisonnement moins 36 jours crédités pour la période de
détention provisoire;
Conduite capacités affaiblies;
352
- refus d'obtempérer : trois ans d'emprisonnement concurrents à
toute autre peine moins 36 jours crédités pour la période de
détention provisoire;
- conduite dangereuse : un an d'emprisonnement concurrent à
toute autre peine;
- fuite alors que poursuivi par un agent de la paix : un an
d'emprisonnement concurrent avec toute autre peine;
- méfait sur un bien d'une valeur de plus de 5 000$ : trois mois
d'emprisonnement consécutifs à toute autre peine;
- bris de probation : trois mois d'emprisonnement consécutifs
desquels est soustraite une partie de la détention provisoire
(126 jours de détention provisoire moins les 36 jours crédités
pour les deux premières accusations, pour un total de 90
jours);
Total : trois ans et 54 jours d'emprisonnement;
Refus d'obtempérer;
Conduite dangereuse;
Délit de fuite;
Méfait;
Bris de probation;
TOTAL : 3 ans et 54 jours;
4 condamnations dans les 10
dernières années;
Aucun facteur atténuant;
Bris de probation aurait dû être
une peine concurrente.
- Le requérant est un multirécidiviste de l'alcool au volant.
Depuis les dix dernières années, il en est rendu à sa
quatrième condamnation en semblable matière, la dernière
lui ayant valu une période d'emprisonnement de 120 jours;
- La Cour cite l'arrêt Brutus, 2009 QCCA 1382, au sujet de
la réprobation de la société à l'égard des infractions
routières;
- Le dossier à l'étude fait voir de nombreux facteurs
aggravants;
- Le juge n'a pas pu identifier chez le requérant de facteur
atténuant et ce dernier n'en a d'ailleurs soulevé aucun. Le
requérant a d'ailleurs refusé de participer à l'élaboration
d'un rapport présentenciel de sorte que le juge du procès ne
disposait pas de cette source d'information sur les
possibilités de réhabilitation, le cas échéant;
- Certes, les sanctions imposées au requérant sont sévères,
mais le juge ne s'est pas trompé en faisant prévaloir leur
caractère dissuasif dans le respect de la règle de la
353
proportionnalité;
- Il est vrai qu'en l'espèce les peines imposées constituent un
bond important si on tient compte de la dernière peine
infligée au requérant pour une condamnation de conduite
avec facultés affaiblies (120 jours);
- Cependant, cet écart s'explique par le contexte accablant
dans lequel sont survenus les différents délits commis par
le requérant, par sa personnalité criminelle persistante, son
mépris pour les ordonnances de cour et aussi en raison du
danger qu'il représente pour la sécurité du public;
- Il n'a pas été démontré que le juge a commis une erreur de
principe en ordonnant que la peine infligée pour méfait soit
purgée de manière consécutive aux autres peines. La
commission de cette infraction est survenue dans une
séquence d'événements distincts et séparés des autres
infractions pour lesquelles l'appelant a été trouvé coupable;
- En ce qui a trait à la peine consécutive infligée pour bris de
probation, la Cour est d'avis qu'il y a lieu de réformer le
jugement. Le bris de probation est exclusivement relié à la
mauvaise conduite de l'appelant dans la séquence des
événements qui lui ont valu les condamnations principales.
Ces circonstances commandent en l'espèce l'infliction
d'une peine concurrente, R. c. Gravelle, [2000] R.J.Q.
2467, Dubé c. R., 2006 QCCA 699;
- Le juge a choisi de créditer inégalement la période de
détention provisoire évaluée à 126 jours entre les
différentes peines infligées de manière consécutive. Cette
méthode est susceptible de créer de la confusion.
R. c. Gauthier
13-12-13 2013 QCCA 2161 - L'appelante demande l'autorisation d'appeler de la peine
prononcée par la Cour du Québec, imposant à l'intimé une
354
Peine
peine de cinq mois d'emprisonnement ainsi qu'une
interdiction de conduire pour une période de cinq ans;
- Mario Gauthier, 61 ans, sans emploi au moment des
événements, plaide coupable, le 25 juillet 2013, à une
accusation de conduite d'un véhicule à moteur avec les
facultés affaiblies (paragraphe 253(1) C.cr.) ainsi que
d'avoir conduit un véhicule automobile pendant une
période d'interdiction (paragraphe 259(4) C.cr.);
- Il en est à sa huitième condamnation de même nature. Un
juge de la Cour du Québec l'a condamné, le 13 juin 2011,
pour une infraction semblable, à une peine de 100 jours de
détention ainsi qu'à une interdiction de conduire tout
véhicule à moteur pendant une période de quatre ans;
- La poursuite reproche à la juge de première instance de ne
pas avoir appliqué à la situation les principes et objectifs
appropriés et d'avoir erronément considéré comme
atténuants, le fait que l'intimé conduisait un vélomoteur
ainsi que le fait que les antécédents en semblable matière
dont il était porteur s'échelonnaient sur une longue période
de temps;
- La clémence dont la peine s'inspire sied mal à un contexte
où, poursuivi par voie de mise en accusation et passible de
peines maximales de cinq ans d'emprisonnement sur
chaque chef, le délinquant en était à sa huitième
condamnation de même nature;
- La conduite d'un véhicule à moteur avec les facultés
affaiblies par l'effet de l'alcool ou d'une drogue et la
conduite d'un tel véhicule en période d'interdiction doivent
être stigmatisés. Le législateur le reconnaît clairement
lorsque, dans un cas comme celui-ci, il fixe la peine
maximale à une période de cinq ans d'emprisonnement;
Facultés affaiblies;
8e condamnation, déjà fait 100
jours de prison;
1e sentence – 5 mois détention
ferme;
Cour d'appel;
Objectif de dissuasion : 24 mois
d'incarcération.
355
- Les personnes aux prises avec des problèmes de
consommation d'alcool, comme c'est ici le cas, doivent
modifier leur comportement et changer leur perspective.
Le premier pas vers un changement significatif se situe au
niveau de la prise de conscience du problème. Ceux qui ne
veulent pas prendre conscience de leur problème doivent
être aidés à le faire;
- Les vastes campagnes de prévention mises de l'avant par
l'état et ses agences ne semblent pas porter fruit. Les jeunes
personnes, tout autant que les récidivistes, n'y prêtent pas
oreille. Il en résulte des drames personnels et familiaux
pour de nombreux canadiens et québécois. Les coûts
directs et indirects que doit assumer l'état pour en guérir
les conséquences sont devenus faramineux. Il faut aider à
soigner tous ceux qui se refusent aux soins dont ils ont
besoin;
- Les décisions récentes de la Cour confirment que l'objectif
de dissuasion doit être porteur de peines sévères;
- Il est impérieux que les objectifs de dénonciation et de
dissuasion atteignent le but visé : de telles infractions,
commises à répétition, doivent être sévèrement punies;
- La peine appropriée, doit être, en ce qui a trait au chef de
conduite avec les facultés affaiblies, un emprisonnement
de 24 mois;
- Une peine de 24 mois doit être aussi fixée relativement au
chef de conduite d'un véhicule à moteur pendant la période
d'interdiction. Quant à l'ordonnance d'interdiction de
conduire qui doit être prononcée, elle devra s'étendre sur
une période de dix ans à compter de la mise en liberté de
l'intimé.
356
R. c. Furtado
19-03-14 2014 QCCA 549 - La Cour est saisie d'une requête du ministère public
demandant l'autorisation de faire appel d'une peine
Peine
relativement à deux infractions de conduite dangereuse et
de fuite auxquelles l'intimé avait plaidé coupable;
Conduite dangereuse;
- Les deux infractions commises par l'intimé sont graves et
Délit de fuite;
nécessitent, dans les deux cas, que les critères de
45 jours de prison consécutifs;
dissuasion et de dénonciation prévalent;
Poursuite sur une distance de 16
- Les circonstances dans lesquelles les infractions ont été
km;
commises ne sont pas banales. L'intimé roule à près de
Pointe à 200 km dans une zone de
200 km/h (selon les policiers) en deux occasions distinctes,
50 km;
une première fois dans une zone urbaine où la vitesse est
e
e
2 infraction en attente d'une 3 ;
limitée à 50 km/h, une deuxième fois dans une zone
La Cour d'appel révise la peine à 7
(l'autoroute 40, à Montréal) où la vitesse est limitée à 70
mois de prison ferme.
km/h. L'intimé, alors qu'il se sent pris au piège, fait
marche arrière sur l'autoroute sur une distance d'environ
100 mètres, puis sur la rampe d'accès, en évitant les
automobiles qui y circulent. Finalement, il circule en sens
inverse dans une rue jusqu'à ce que les policiers
abandonnent la poursuite;
- La poursuite a eu lieu sur une distance totale d'environ 16
kilomètres;
- À la lecture des échanges entre le juge et l'avocat de
l'intimé, on comprend qu'il réduit la peine à 45 jours, tout
en la rendant consécutive à la peine infligée dans le dossier
de Longueuil, pour que, au total, elle soit de 99 jours (soit
les 54 jours restant sur la peine dans le dossier de
Longueuil et 45 jours dans le présent dossier);
- Lorsqu'on regarde le résultat net de l'opération, le juge a
infligé une peine de 45 jours d'emprisonnement pour les
deux infractions dont il s'agit ici. Il s'agit d'une peine
déraisonnablement légère dans les circonstances. L'idée de
357
donner à l'intimé le bénéfice du temps de détention qu'il
purge dans un autre dossier, celui de Longueuil, rendant
ainsi en quelque sorte les deux peines concurrentes
pendant 45 jours, constitue ici une erreur de principe. Il
s'agit de deux événements différents, séparés dans le temps
d'un peu plus d'un an et demi. Il faut nécessairement
corriger l'erreur;
- La conduite automobile est une activité dangereuse. Une
simple inattention peut avoir des résultats catastrophiques.
En l'espèce, il ne s'agit cependant pas d'une inattention.
L'intimé a sciemment décidé de conduire dangereusement
dans le but de fuir les policiers. Il s'agit là d'infractions
que les tribunaux doivent punir sévèrement;
- Les circonstances aggravantes abondent ici : très grande
vitesse, le fait de faire marche arrière sur l'autoroute, la
distance parcourue pendant la poursuite et la durée de
celle-ci, les nombreux antécédents judiciaires, le lourd
dossier statutaire de conduite à l'époque des infractions, le
risque de récidive tel que démontré par les trois
événements de même nature survenus pendant une période
de 18 mois;
- Les circonstances atténuantes sont à peu près inexistantes.
Le ministère public a raison de soutenir que, outre le
plaidoyer de culpabilité, il n'y a aucune circonstance
atténuante. Et encore, puisque le plaidoyer de culpabilité
est intervenu plus de deux ans après les événements, dans
un dossier où la preuve était de toute évidence accablante
quoi qu'en dise maintenant l'avocat de l'intimé. Ceci étant,
il reste qu'il a plaidé coupable, ce qui implique qu'il
regrette ce qu'il a fait et reconnaît sa responsabilité
criminelle, permettant ainsi des économies de temps et
358
d'argent au niveau de l'administration de la justice. Il s'agit
donc d'une circonstance atténuante, mais dont la portée ne
peut être que bien limitée vu les nombreuses circonstances
aggravantes;
- Il semble que les peines d'emprisonnement pour ce type
d'infractions s'élèvent généralement à quelques mois. Les
peines sont évidemment plus importantes lorsque les
accusations visent à la fois la conduite dangereuse et la
fuite lors d'une poursuite policière, comme c'est le cas ici;
- La Cour estime qu'une peine de sept mois
d'emprisonnement pour chacune des deux infractions, mais
à être purgée concurremment, s'impose.
Maloney Bélanger c. R.
Peine
Voies de fait graves;
Détention 10 mois;
Pas déraisonnable;
Faire un procès n'est pas un
facteur aggravant.
05-07-13 2013 QCCA 1188 - Le requérant sollicite l'autorisation de faire appel d'un
jugement qui lui a infligé une peine de 10 mois de
détention pour une infraction de voies de fait graves (art.
268 C.cr.) dont il a été reconnu coupable au terme d'un
procès;
- Au soutien de sa demande d'être autorisé à faire appel de la
peine, le requérant fait d'abord valoir que le juge aurait erré
en droit en rejetant, sur requête en irrecevabilité, son avis
d'intention selon l'article 95 C.p.c. Par cet avis, le
requérant veut plaider l'invalidité et l'inapplicabilité
inconstitutionnelle des articles 742.1 et 752 du Code
criminel qui excluent l'emprisonnement dans la collectivité
dans le cas d'une infraction constituant des sévices graves à
la personne;
- Cet argument ne peut être retenu en l'espèce puisque le
juge de première instance a clairement indiqué que, même
si une peine avec sursis était toujours possible en vertu de
la loi, il n'en infligerait pas moins une peine de détention
359
ferme au requérant. En l'espèce, le débat que veut faire le
requérant ne serait que théorique;
- Le requérant se plaint ensuite de ce que le juge de première
instance a retenu comme facteur aggravant le fait que
l'accusé a décidé de faire un procès obligeant ainsi la
victime à témoigner et qu'il a manqué de collaboration;
- Même si le reproche fait à l'accusé d'avoir exigé la tenue
d'un procès et d'avoir nié sa responsabilité constitue une
erreur de principe de la part du juge qui prononce la peine,
cette erreur n'est pas nécessairement déterminante pour
l'issue de l'appel, en particulier lorsque la peine infligée en
première instance est néanmoins appropriée;
- Par ailleurs, le requérant, qui n'a pas fait appel du verdict,
ne peut se plaindre de ce que le juge de première instance
signale qu'il a tenté de mitiger son acte délictuel en
racontant à l'agent de probation chargé de préparer le
rapport prépénal la même histoire du coup de bouteille
qu'il aurait reçu;
- Même si ce rapport note que la version alors exprimée par
le requérant concordait en plusieurs points avec les
déclarations judiciaires, le requérant ne peut en tirer aucun
avantage. Il tente en effet d'inférer une « erreur de
principe » qu'aurait commise le juge lorsqu'il a signalé que
le requérant tente de se déresponsabiliser en racontant à
l'auteur du rapport « la même version inventée »;
- D'une part, ce n'est pas le rôle du rapport prépénal de
fournir des informations exculpatoires ou de la preuve sur
les infractions commises par l'accusé. D'autre part, le juge
de première instance pouvait certainement exprimer sa
réprobation à l'égard des propos tenus par le requérant à
l'agent de probation relativement à son niveau de
360
responsabilité;
- Enfin, contrairement à ce que soutient le requérant, la
peine qui lui a été infligée n'est ni déraisonnable ni
manifestement non indiquée. Il s'agit en l'espèce d'un
geste de violence gratuite sans que le requérant se soucie
des conséquences de son geste. De plus, le rapport
prédécisionnel conclut « (…) à un risque de récidive
présent en semblable matière à moyen et long terme ».
L'objectif prédominant de la peine dans le cas d'une telle
infraction est la dénonciation de l'extrême violence en
cause. Dans de telles circonstances, la peine de 10 mois de
détention infligée se situe à la limite inférieure d'un
registre pouvant aller de quelques mois à cinq ou six ans
d'emprisonnement.
Mohammedi c. R.
Peine
Loi sur les refugiés;
Conséquence d'une sentence de 2
ans et plus (à l'époque,
aujourd'hui 6 mois);
La Cour d'appel révise de 2 ans à
2 ans –1 jour.
13-11-13 2013 QCCA 1992 - L'appelant se pourvoit contre une peine globale de 22 mois
et 15 jours imposée après qu'il ait été déclaré coupable des
infractions suivantes : introduction par effraction dans une
maison d'habitation et commission de voies de fait;
séquestration; port d'arme dans un dessein dangereux;
voies de fait armées et déguisement dans l'intention de
commettre un acte criminel;
- L'appelant soulève les moyens d'appel suivants :
•
•
•
361
l'omission de tenir compte des facteurs atténuants, en ne
prenant pas en considération les conclusions positives du
rapport présentenciel concernant la situation de l'appelant et en
ne tenant pas compte de la réhabilitation convaincante
démontrée par ce dernier;
l'insistance trop grande apportée au principe de parité des
peines, sans tenir suffisamment compte du principe
d'individualisation de la peine;
avoir considéré, à tort, comme facteur aggravant, le fait que
l'appelant aurait été l'instigateur;
•
le caractère excessif de la peine infligée à l'appelant sans tenir
compte des conséquences « sur sa situation de résident
permanent, en ce que, dans l'éventualité où l'on voudrait lui
imposer une mesure d'expulsion, il n'aurait pas droit d'appel
devant la Section d'appel de l'Immigration;
- Les moyens d'appel ne sont pas fondés;
- Comme la juge le note, l'appelant connaissait déjà la
famille qui résidait à cette adresse et savait qu'il y avait des
gens à l'intérieur de la maison. Il s'y était déjà rendu une
fois auparavant. Au cours de l'événement, il a été l'auteur
réel de gestes de violence qui ont laissé d'importantes
séquelles aux victimes, particulièrement à la propriétaire
des lieux. Non seulement la juge décrit-elle la gravité
objective et subjective des infractions commises par
l'appelant, mais elle note que ce dernier a commis d'autres
délits par la suite;
- Par ailleurs, la juge ne commet pas d'erreur qui justifierait
la Cour d'intervenir lorsqu'elle retient le fait que l'appelant
a été l'instigateur. La preuve, tant au procès que sur la
détermination de la peine, appuie cette conclusion. Il a
joué un rôle nettement déterminant. En plus des éléments
déjà mentionnés au paragraphe précédent, la juge fait
également observer que l'appelant savait qu'une importante
somme d'argent était susceptible de se trouver dans la
maison. C'est aussi lui qui a recruté un des complices pour
perpétrer les infractions;
- La peine imposée, qu'il s'agisse de la peine globale de 24
mois ou de celle de 22 mois et 15 jours en tenant compte
de la détention présentencielle, n'est pas déraisonnable.
Au contraire, c'est l'imposition d'une peine globale de
moins de six mois, comme le suggère l'appelant, qui serait
nettement déraisonnable.
362
R. c. D.B.
Peine
Voies de fait;
Voies de fait causant des lésions;
90 jours de prison;
240 heures de travaux
communautaires;
Victime bébé de 6 semaines;
Absence de préméditation et de
séquelles permanentes ne sont pas
des facteurs atténuants.
19-12-13 2013 QCCA 2199 - L'appelante se pourvoit contre un jugement de la Cour du
Québec qui impose la peine suivante à l'intimé, coupable
de voies de fait (al. 266a) C.cr.) et de voies de fait causant
des lésions corporelles (al. 267b) C.cr.) : 90 jours
d'emprisonnement assortis d'une ordonnance de probation
de 3 ans et l'obligation de faire 240 heures de travaux
communautaires;
- Les faits suivants ressortent de l'exposé conjoint produit
par les parties en première instance ainsi que de la preuve
par ailleurs soumise au juge. L'intimé, qui accumule à
l'époque tensions et frustrations personnelles (relations
difficiles avec sa conjointe, travail exigeant, difficultés à
exprimer ses émotions, perturbations inévitablement liées à
la naissance, etc.) perd patience. Exaspéré par les pleurs
de l'enfant, il lui serre les mâchoires pour la faire taire, lui
causant deux ecchymoses au visage. L'enfant ne cessant
de pleurer, il lui serre alors les cuisses de telle manière
qu'il lui brise le fémur gauche, ce dont il se rend compte,
mais qu'il ne dénonce pas immédiatement à la mère. Il
remet l'enfant à celle-ci sans mot dire. Quelques minutes
plus tard, après avoir déposé le bébé dans son lit, il
affirmera cependant l'avoir blessé « accidentellement » et
suggérera d'aller à l'hôpital. L'enfant y est donc conduite.
Questionné par le médecin, l'intimé avoue finalement la
vérité;
- L'appelante reproche essentiellement au juge d'avoir
imposé à l'intimé une peine trop clémente, qui ne tient
aucunement compte des objectifs de dissuasion et, surtout,
de dénonciation des crimes commis sur la personne des
enfants et, particulièrement, sur celle des tout-petits, dont
363
la vulnérabilité est totale;
- On peut concéder d'emblée que le juge de première
instance a effectivement commis une erreur en traitant
comme des facteurs atténuants les éléments suivants :
absence de préméditation et absence de séquelles
permanentes. Ce sont là des éléments que le juge, certes,
pouvait considérer, puisqu'ils font partie du contexte de
l'infraction, mais on ne peut dire qu'il s'agit de facteurs
atténuants. Le fait que la préméditation ou la présence de
séquelles permanentes soient de leur côté des facteurs
aggravants ne peut en effet signifier que leur absence doit
être traitée comme un facteur atténuant;
- De même, encore que cela fasse également partie des
circonstances de la commission du crime, qui ne peuvent
être ignorées, le fait que l'intimé n'a pas eu conscience des
risques associés aux gestes qu'il a posés et n'a pas eu la
volonté de causer des blessures ou des souffrances à
l'enfant n'est pas non plus un facteur atténuant en tant que
tel;
- Mais ces erreurs ne sont pas déterminantes. Elles n'ont pas,
en réalité, altéré le raisonnement du juge de manière
significative et ne suffisent par conséquent pas à justifier
ici l'intervention de la Cour;
- Par ailleurs, ainsi que le commande l'article 718.01 C.cr., il
a accordé l'attention requise aux objectifs de dissuasion et
de dénonciation des comportements constituant, comme en
l'espèce, un mauvais traitement à l'égard d'une personne
âgée de moins de 18 ans. Cette personne était ici d'une
grande fragilité, s'agissant d'un nourrisson sans défense
aucune;
- Selon l'appelante, le juge aurait indûment modelé son
364
analyse sur une catégorisation douteuse des infractions
relatives aux enfants, catégorisation issue de l'affaire R. v.
Evans, (1996) 182 A.R. 21. Cette approche, que la Cour a
avalisée dans S.B. c. R., 2012 QCCA 1419, fut récemment
et formellement répudiée par la Cour d'appel de l'Alberta
dans R. v. Nickel, 2012 ABCA 158, qui rejette l'idée que
les crimes contre les enfants puissent être, d'avance, rangés
dans des catégories prédéterminées. Plutôt, cette cour
repose une approche recentrée sur les « applicable
sentencing principles, particularly the proportionality
principle, keeping in mind the primary objectives of
denunciation and deterrence required by s. 718.01 »,
ajoutant que « that will necessitate that particular
attention be given to the culpability associated with both
the physical and mental dimensions of the crime »;
- Si l'on examine le jugement du juge en fonction de ces
paramètres, on devra conclure que l'exercice auquel il s'est
livré y est conforme. Autrement dit, même si le juge a
considéré l'affaire Evans (ce qu'il ne fait d'ailleurs pas
directement, mais à travers la jurisprudence qu'il cite, dont
l'arrêt S.B. c. R.), il n'a pas commis d'erreur;
- Quant au principe d'harmonisation prévu à l'art. 718.2 b)
C.cr. : Le juge de première instance jouit d'un vaste
pouvoir discrétionnaire qui lui permet de « tailler », en
quelque sorte, chaque peine aux circonstances de l'espèce.
Il doit s'assurer, ce faisant, que la peine n'est pas hors du
champ des sanctions imposées dans des affaires
comparables (encore que des situations exceptionnelles
puissent justifier de statuer hors champ). Ce principe
d'harmonisation ne l'emporte pas sur les principes
d'individualisation et de proportionnalité, mais permet tout
365
de même d'assurer une certaine équité systémique;
- Commentaires de la Cour au sujet de l'arrêt S.B.: la Cour
n'a pas véritablement infligé une peine de 38 jours
d'emprisonnement, mais elle a plutôt constaté
l'irrémédiable en réduisant la peine au temps purgé, ce qui
n'est pas exactement la même chose;
- Peut-on soupçonner que, par l'imposition d'une peine
discontinue de 90 jours, à purger les fins de semaine, le
juge a tenté de contourner l'intention d'un législateur qui a
éliminé l'emprisonnement dans la collectivité dans
certaines circonstances (voir art. 742.1, sous-al. e)(i) C.cr.,
applicable en l'espèce), une telle élimination ayant été
jugée constitutionnellement valide? Ou encore aurait-il
imposé une peine d'emprisonnement si légère qu'elle courtcircuite la volonté législative? Une réponse négative
s'impose à ces deux questions;
- L'emprisonnement discontinu, que le législateur n'a pas
aboli, est un emprisonnement ferme;
- L'article 718.01 C.cr. enjoint au juge d'accorder « une
attention particulière aux objectifs de dénonciation et de
dissuasion ». Dire cela ne signifie pas qu'il faut accorder à
ces objectifs, systématiquement, un poids prépondérant et
déterminant, ni ignorer les autres éléments prévus par les
articles 718 et s. C.cr. En l'espèce, le juge a accordé toute
l'attention requise à ces deux objectifs et les a
soigneusement soupesés, les mettant dans la balance.
Considérant l'ensemble des facteurs pertinents, y inclus la
réhabilitation complète de l'individu et le risque à peu près
nul de récidive, sa décision est raisonnable.
J.B. c. R.
20-01-14
2014 QCCA 92 - L'appelant a obtenu de la Cour l'autorisation de faire appel
366
d'un jugement qui lui a infligé une peine de 50 mois de
détention après qu'il eut plaidé coupable à deux chefs
d'accusation de voies de fait graves (art. 268 C.cr.) sur ses
deux filles jumelles alors âgées de 2 et 3 semaines;
- X est intubée pendant 11 jours et son hospitalisation dure
23 jours;
- Les examens médicaux font alors voir 26 fractures d'âges
différents, majoritairement aux côtes, un œdème cérébral
et une déchirure du parenchyme, le tissu cérébral. Selon le
médecin, l'enfant a été victime de mauvais traitements à
répétition;
- L'autre jumelle a subi 11 fractures aux côtes ainsi qu'une
déchirure du parenchyme;
- La conclusion du Dr Sirard est que « (…) les sœurs
jumelles ont été victimes d'une maltraitance très grave et
répétée »;
- Commentaires de la Cour relatifs au contenu contesté du
rapport présentenciel;
- L'appelant était représenté par avocat à l'audience sur la
peine et son avocat a invoqué le rapport prépénal. S'il
entendait contester une partie de ce rapport, il aurait dû
identifier au juge de première instance les passages qu'il
entendait remettre en question. L'avocat ne l'ayant pas fait,
le juge pouvait s'en servir pour la détermination de la
peine;
- Le juge a considéré le fait que les séquelles neurologiques
ne sont pas actualisées ni actuellement vérifiables comme
étant un des facteurs atténuants. Il en a donc expressément
tenu compte au bénéfice de l'appelant dans la
détermination de la peine appropriée. L'appelant ne peut
donc prétendre que cette peine serait manifestement
Peine
Bébés maltraités;
Jumelles 2 à 3 semaines;
50 mois.
367
déraisonnable pour le motif qu'il aurait été considéré
comme un contrevenant ayant provoqué des séquelles
physiques et neurologiques graves chez ses victimes;
- La Cour revient sur la décision rendue dans l'arrêt S.B.,
2012 QCCA 1419, dans laquelle elle reconnaît trois types
de maltraitance en matière d'abus à l'égard d'enfants,
chacune d'elles entraînant un niveau de responsabilité
différent;
- En l'espèce, plusieurs éléments de preuve démontrent,
d'une part, que l'appelant ne peut invoquer son immaturité,
son impulsivité et son inexpérience parentale pour justifier
d'en faire un facteur atténuant et, d'autre part, que sa
maltraitance se situe dans la catégorie la plus grave;
- Plus récemment toutefois, la Cour d'appel de l'Alberta dans
l'arrêt R. c. Nickel, 2012 ABCA 158, et notre Cour d'appel
dans l'arrêt R. c. D.B., 2013 QCCA 2199, ont privilégié
une approche différente qui ne fait plus appel à une
classification des infractions de maltraitance d'enfants en
deux ou trois catégories;
- Même considérée à l'éclairage de la jurisprudence
postérieure, la motivation du juge de première instance
reste pertinente et la peine prononcée adéquate;
- L'appelant ne peut prétendre atténuer sa responsabilité
morale en invoquant sa seule incapacité à faire face à ses
lourdes responsabilités parentales et à gérer ses émotions.
L'appelant n'assume pas, encore aujourd'hui, la pleine
responsabilité de ses actes;
- En finale, la gravité objective et subjective des gestes
posés plusieurs fois par l'appelant à l'égard de deux
victimes sans défense justifiait le juge de première instance
de privilégier les objectifs de dénonciation de dissuasion
368
qui doivent être primordiaux dans le cas de mauvais
traitements à l'égard de jeunes enfants selon l'article
718.01 C.cr. De plus, il s'agit d'un facteur aggravant
expressément mentionné par le législateur au sous-alinéa
718.2a)(ii.1) C.cr. dont le juge a tenu compte;
- Le juge aurait d'ailleurs pu ajouter une circonstance
aggravante supplémentaire en ce que « (…) l'infraction
commise par le délinquant constitue un abus de la
confiance de la victime ou un abus d'autorité à son égard »
(718.2a)iii) C.cr. Il est bien reconnu en effet que les
parents sont dans une situation de confiance à l'égard de
leurs enfants, surtout lorsque, comme en l'espèce, il s'agit
de poupons de moins d'un mois et sans défense;
- La Cour prend acte que l'appelant reconnaît que le juge
avait raison de postuler que la fourchette pour de tels
crimes se situait entre 12 et 72 mois d'emprisonnement;
- La peine peut sembler assez sévère, mais elle se situe à
l'intérieur de la fourchette applicable. En l'espèce, elle n'est
pas manifestement déraisonnable ou contre-indiquée.
R. c. Poulin
Peine
Voies de fait;
Tentative de meurtre;
Délit de fuite;
TOTAL : 48 mois de détention;
La Cour d'appel augmente la
peine à 7 ans.
13-12-13 2013 QCCA 2165 - L'appelante demande la permission de se pourvoir contre
un jugement imposant à l'intimé une peine de 48 mois de
détention relativement à l'accusation de tentative de
meurtre, 6 mois de détention au regard de l'infraction de
fuite et 12 mois de détention relativement à un chef de
voies de fait simples, toutes ces peines devant être
concurrentes entre elles;
- Le crime a été des plus violents et la victime n'a survécu
que par une chance peu commune;
- La sentence omet de tenir compte de facteurs pertinents et
met une emphase démesurée sur la « victimisation » de
369
l'intimé dans son enfance;
- Les impacts sur la victime de ce meurtre avorté ne sont pas
adéquatement analysés par le juge de première instance,
qui de surcroît s'est mal dirigé en droit, notamment au
niveau de la fourchette de peines applicables dans les
circonstances. Il ignore complètement le sous-alinéa
718.2a)(ii), pourtant d'une application des plus évidentes,
dont le but est justement de réprimer ce type de violence;
- Les femmes doivent pouvoir quitter une relation
amoureuse sans être victimes de violence de la part de leur
conjoint. Le juge ne traite qu'en passant des voies de fait
répétées sur le jeune enfant de la victime, pour lesquelles il
n'a imposé qu'une peine concurrente d'un an bien qu'il se
soit agi d'autres gestes et d'une autre victime;
- L'aspect dissuasion a été à toutes fins pratiques évacué
complètement de l'analyse, le juge s'attardant plutôt aux
problèmes de personnalité de l'intimé. Cela justifie en soi
l'intervention de la Cour, la peine étant nettement
insuffisante au regard de l'ensemble de la preuve;
- La Cour cite l'arrêt Roy, 2010 QCCA 16, dans lequel est
étudiée la jurisprudence relative à la peine imposée par les
tribunaux relativement à une tentative de meurtre d'un
époux ou d'un conjoint;
- La fourchette des peines qu'expose ainsi l'arrêt Roy n'est
pas d'une rigueur absolue et il faut être conscient « des
limites d'un exercice de comparaison entre la situation de
l'appelant et les circonstances de la perpétration de
l'infraction avec celles d'autres jugements qui ont infligé
des peines pour le même type d'infractions »;
- Les circonstances propres au dossier placent l'intimé dans
la deuxième catégorie de peines possibles, soit celle où les
370
facteurs de dissuasion et de dénonciation l'emportent sur
les facteurs personnels de l'accusé et tient compte du fait
que le comportement du délinquant constitue un mauvais
traitement de son conjoint de fait;
- Toutefois, l'importance des facteurs atténuants ainsi que
ceux qui sont propres à la situation de l'intimé, bien
exposés par le juge, amènent à conclure que la peine peut
se situer au niveau supérieur de la première catégorie des
peines possibles;
- Une peine d'emprisonnement d'une durée de sept ans (84
mois, soit une peine nette de 67 mois) s'harmonise avec les
peines prononcées en semblable situation;
- La peine prononcée relativement aux voies de fait
occasionnées par le délinquant à la jeune victime, un
enfant en très bas âge, ne reflète pas le caractère de
dissuasion qui doit être reconnu et appliqué au regard des
dispositions du sous-alinéa 718.2c) du Code criminel. Une
peine de 24 mois d'emprisonnement constitue la peine
appropriée à l'égard de cette infraction.
Hagan c. R.
Peine
Incendie criminel causant la mort
de 2 détenus;
Lésions corporelles à 5 autres
détenus;
Lien de causalité avec autre
incendie et mort et/ou lésion
corporelle;
26-02-14 2014 QCCA 387 - L'appelant a été accusé d'avoir causé la mort de deux
détenus commettant ainsi un homicide involontaire, soit
l'acte criminel prévu à l'article 236b) du Code criminel;
- Il est aussi accusé d'avoir, intentionnellement ou sans se
soucier des conséquences de son acte, causé, par le feu, un
dommage à un bien, causant, de ce fait, des lésions
corporelles à cinq autres détenus, commettant ainsi l'acte
criminel prévu à l'article 433b) C.cr.;
- L'appelant requiert la permission d'appeler de la peine de
dix-sept ans d'emprisonnement à laquelle il a été
condamné;
371
Peine totale 17 ans de prison;
Principe des peines consécutives et
concurrentes;
Art. 717(4) C.cr.
PEINE
- L'appelant allègue que le juge a erré en qualifiant
l'homicide involontaire coupable de « quasi-meurtre » et
en imposant des peines consécutives. Il estime que la
peine est globalement déraisonnable;
- À 37 ans, l'appelant ne peut ignorer que s'il allume un
incendie dans un endroit clos où se trouvent des personnes,
il y a un sérieux risque pour leur vie. Nous sommes en
présence d'une négligence sévèrement téméraire et d'une
insouciance déréglée envers la vie d'autrui. L'odieux de
l'acte, comme l'a qualifié le juge, se retrouve surtout dans
le fait que l'incendie survient dans un centre correctionnel
où les détenus sont physiquement contraints de demeurer
sur les lieux. Sur cette question, le juge n'a pas erré, il
s'agit d'un facteur aggravant important. Nous ne sommes
pas en présence d'une simple négligence;
- L'éventail des peines en matière d'homicide involontaire
est très large, variant de 2 ans et demi à l'emprisonnement
à perpétuité, comme le démontre le tableau (Annexe I)
annexé au jugement. Dans sa globalité, la peine se situe
dans la partie supérieure de la fourchette des peines en
matière d'homicide involontaire coupable ayant causé la
mort de deux victimes par un incendie criminel;
- La peine globale de dix-sept ans, quoique sévère, n'est pas
déraisonnable ni disproportionnée, compte tenu des sept
antécédents de crimes commis par l'appelant, démontrant
son caractère violent et du risque qu'il représente pour la
société. Tenant également compte des dossiers pendants,
comme le permet l'arrêt Aprile c. R., 2007 QCCA 1040,
dont ceux de voies de fait armées, méfaits, production de
372
stupéfiants, en plus de celui de voies de fait et lésions à
l'égard du détenu qui s'est fait battre dans la cour, à
l'origine des événements, la peine n'est pas déraisonnable
ni disproportionnée;
- La Cour reprend l'idée que les cours d'appel doivent faire
preuve de déférence en ce qui concerne les peines à être
purgées consécutivement ou concurremment;
- L'idée est d'éviter que les peines consécutives provoquent
une certaine distorsion, d'où l'importance de les tempérer
par le principe de la globalité, (R. c. Bélanger, [1992]
R.J.Q. 2710);
VERDICT
- L'appelant a présenté une défense et a témoigné. Il admet
avoir lancé son matelas et des couvertures dans le corridor.
Il affirme avoir voulu intimider les gardiens en leur
exhibant un paquet d'allumettes, mais nie avoir allumé
l'incendie. Comme un deuxième incendie a aussi été
allumé à l'arrière du secteur, il plaide que les décès et
lésions corporelles peuvent avoir été causés par le feu
sévissant à l'arrière du secteur;
- Un autre détenu, Christopher Ouellet, a témoigné être celui
qui a allumé le feu à l'avant, près du poste de contrôle,
après qu'un autre incendie ait été allumé au fond du
secteur;
- L'appelant soumet quatre questions à la Cour concernant le
verdict de culpabilité :
1. Le juge a-t-il erré en mentionnant au jury que le fait d'attacher
les portes du sas pouvait constituer une participation criminelle
à l'incendie?
2. Le juge a-t-il erré en refusant d'instruire le jury qu'il ne devait
pas tenir compte de l'information selon laquelle la préalarme
373
d'incendie a été déclenchée en premier par un détecteur situé à
l'avant du secteur?
3. Le juge a-t-il erré en omettant d'instruire le jury relativement
aux éléments de preuve nécessaires à l'établissement du lien de
causalité, alors qu'il s'agissait d'un élément important de la
défense?
4. Les déclarations de culpabilité sont-elles déraisonnables?
- L'un des témoins en défense, le détenu Christopher
Ouellet, a affirmé avoir vu l'appelant attacher la porte du
sas, ce que ce dernier a nié;
- Rien dans les directives du juge ne permet de conclure que
l'appelant a pu être condamné sur la seule base qu'il ait
attaché la porte du sas;
- Dans le contexte de la preuve que résume d'ailleurs le juge,
il n'y a pas d'erreur dans ces directives. Le juge rappelle
que des agents correctionnels ont témoigné avoir vu
l'appelant transporter des matelas et s'accroupir devant
ceux-ci avec des allumettes. L'un d'eux a témoigné avoir
vu l'appelant craquer des allumettes. Pour sa part,
l'appelant a témoigné avoir jeté son matelas dans le couloir
et a admis s'être accroupi devant les matelas avec des
allumettes. C'est cet ensemble de faits que le juge a
résumé;
- Quant au 2e motif, une partie du témoignage de Bellavance
pouvait être admise en preuve pour expliquer pourquoi le
chef d'unité Bellavance s'est rendu directement à l'avant
pour éteindre le feu, plutôt qu'à l'arrière. Également, il
pouvait légalement servir à prouver qu'un signal du
contrôle central identifie le foyer de l'incendie, car l'agent a
une connaissance personnelle de ce fait. Toutefois, il ne
pouvait, parce que constituant du ouï-dire, être utilisé pour
démontrer que l'alarme située à l'avant du secteur s'est
374
déclenchée en premier;
- Il aurait donc été approprié que le juge explique au jury la
règle du ouï-dire et qu'il limite la portée de la preuve quant
au témoignage de Bellavance. Il est en effet du devoir du
juge d'informer le jury de l'utilisation limitée qui peut être
faite d'une preuve qui, bien qu'admissible pour démontrer
une chose, ne peut être utilisée à d'autres escients. Cette
erreur n'est toutefois pas déterminante, étant donné que
plusieurs autres éléments de preuve sont venus soutenir la
thèse de la poursuite;
- Quant au 3e motif, la preuve a établi que deux foyers
d'incendie distincts et non communicants ont été allumés,
l'un à l'avant du secteur, l'autre à l'arrière;
- L'argument de l'appelant est que la poursuite n'a pas
apporté la preuve, hors de tout doute raisonnable, du lien
de causalité entre l'incendie situé à l'avant du secteur et les
décès ou lésions corporelles. Il soutient que le juge aurait
dû instruire le jury de cette lacune, de même qu'il aurait dû
expliquer la position de l'appelant, car elle constitue l'un
des principaux moyens de défense;
- Le juge a précisé la thèse de l'appelant, en invitant les jurés
à se poser la bonne question qui contient deux volets. Estce que c'est l'accusé qui a allumé l'incendie qui est la cause
des décès et des lésions corporelles? Les jurés devaient
donc se demander quel incendie a été la cause des décès et
blessures corporelles et si l'accusé a allumé cet incendie;
- Le juge a résumé correctement la thèse de l'appelant et
repris les éléments de preuve qui se rapportaient au lien de
causalité. Ses directives sur l'état du droit sont aussi sans
reproche. Le juge affirme que le lien de causalité est établi
si les actes de l'accusé ont contribué de façon appréciable
375
au décès ou aux lésions, ce qui constitue l'état du droit;
- La Cour rappelle le rôle d'une cour d'appel dans
l'évaluation de ce que constitue un verdict déraisonnable;
- La preuve démontre que le verdict prend appui sur une
interprétation raisonnable de la preuve.
Ouellet c. R.
Peine
Possession simple;
Cannabis 1.5 gr;
Cocaïne .25 gr;
Méthamphétamines (120);
Demande absolution
conditionnelle rejetée;
Intérêt du public :
 Dissuasion générale
 Gravité infraction;
 Incidence sur la
communauté;
 Attitude du public;
 Confiance du public;
Sursis de sentence confirmé.
11-07-13 2013 QCCA 1217 - En lien avec des événements survenus en juin 2009 alors
qu'elle avait 18 ans, l'appelante plaide coupable en
septembre 2011 à trois chefs d'accusation de possession
simple de 1.5 gr de cannabis, de 0.25 gr de cocaïne et de
120 comprimés de méthamphétamines;
- En première instance, l'appelante demandait une absolution
inconditionnelle ou conditionnelle et l'intimée une peine
d'emprisonnement sans en spécifier la durée;
- Le juge de première instance a refusé la demande
d'absolution et il a plutôt prononcé un sursis de sentence de
deux ans avec une probation de la même durée;
- L'appelante fait valoir trois moyens au soutien de son
appel;
- Elle plaide d'abord que le juge a erré en refusant de lui
accorder une absolution au motif qu'elle travaille dans une
pharmacie et que ses anciennes fréquentations qui sont à la
source de son problème de consommation pourraient
reprendre contact pour l'inciter à trafiquer vu son accès aux
médicaments. Comme la peine infligée l'empêche d'avoir
accès au stage requis pour obtenir son diplôme d'études
professionnelles en assistance pharmaceutique, elle est
déraisonnable;
- L'appelante plaide ensuite que le juge aurait erronément
tenu comme facteur qu'il considère aggravant trois «
alertes » qu'elle aurait reçues par ses parents, le centre
376
jeunesse et une période d'abstinence suivie d'une reprise de
la consommation, alors qu'il ne s'agit que d'un seul et
même événement. Il en aurait erronément fait de même en
regard du fait qu'elle aurait transporté des drogues pour ses
amis marginaux;
- Compte tenu des critères de l'article 730 C.cr., l'appelante
soumet enfin que la peine est aussi déraisonnable en ce
qu'elle n'est pas dans son meilleur intérêt en l'empêchant
de poursuivre ses études sans offrir de compensation à la
société;
- Sur le premier moyen, il est inexact de prétendre que le
juge a refusé de prononcer la libération au motif que les
anciens amis de l'appelante pourraient la recontacter à la
pharmacie où elle travaille. Il n'a fait mention de cette
possibilité qu'au regard d'une des conditions qu'il a
imposées dans le contexte de l'ordonnance de probation;
- Le deuxième motif relatif aux erreurs d'appréciation de la
preuve qu'aurait commises le juge de première instance
doit également être rejeté;
- N'est pas davantage fondé le reproche que l'appelante fait
au juge de première instance qui aurait considéré comme
facteur aggravant le fait qu'elle aurait transporté de la
drogue pour des pairs marginaux;
- Rappel des critères de l'art. 730(1) C.cr.;
- En ce qui concerne l'intérêt véritable de l'appelante, après
avoir énoncé que l'absolution ne s'appliquait pas seulement
aux violations triviales ou techniques de la loi et qu'elle
était possible même dans le cas de possession de
méthamphétamines, le juge a reconnu que l'inscription
d'une condamnation au dossier de l'appelante pourrait
avoir des conséquences négatives. Conformément aux
377
enseignements de la jurisprudence, il a admis qu'il suffisait
d'une possibilité de conséquences négatives et qu'il ne
fallait pas que ces conséquences soient disproportionnées
au regard de la gravité de l'infraction;
- Par ailleurs, le juge a considéré qu'accorder une absolution
en l'espèce nuirait à l'intérêt public. Conformément aux
enseignements de la jurisprudence, il a identifié les
composantes de l'intérêt public comme comprenant la
dissuasion générale, la gravité de l'infraction, son
incidence sur la communauté, l'attitude du public à son
égard et la confiance de ce dernier dans le système
judiciaire;
- Les éléments déterminants à cet égard aux yeux du juge
ont été au premier chef la gravité de l'infraction.
L'appelante était en possession de 0,25 gr de cocaïne, 120
comprimés de méthamphétamines. De plus, elle en
transportait au bénéfice d'autrui. Le juge était bien fondé à
en tirer une conséquence négative au titre de l'incidence de
l'infraction sur la communauté aux prises avec le problème
de la consommation de drogues dures par des étudiants du
secondaire. Enfin, le juge a évalué avec justesse la
responsabilité morale de l'appelante, en notant que ses
habitudes de consommation ne pouvaient être excusées par
un milieu familial laxiste;
- La Cour distingue les faits de l'arrêt Berish, 2011 QCCA
2288;
- Même après l'arrêt R. c. Berish, la Cour a confirmé un
refus d'accorder une absolution conditionnelle dans le cas
d'un accusé ayant plaidé coupable à une infraction de
possession de cinq comprimés de méthamphétamines. La
Cour a alors rappelé que la possession de
378
méthamphétamines est un crime grave et que la
continuation de la consommation après l'arrestation
justifiait la nécessité d'une condamnation pour dissuader le
délinquant de commettre d'autres infractions, arrêt Ménard
: 2013 QCCA 683.
Grenier c. R.
Peine
3 chefs bris de conditions;
2 chefs possession résine de
cannabis;
2 chefs recel;
90 jours discontinus, probation de
3 ans et suivi de 18 mois.
19-04-13 2013 QCCA 702 - L'appelant présente une requête pour permission d'appeler
d'une peine;
- La peine fait suite à un plaidoyer de culpabilité de
l'appelant sur trois chefs d'accusation de bris de conditions,
un chef d'accusation de possession simple de résine de
cannabis, un autre chef d'accusation de possession simple
de résine de cannabis et deux chefs d'accusation de recel;
- La peine imposée est une incarcération de façon
discontinue pour une période de 90 jours, à être purgée du
samedi 9 h au dimanche 16 h avec période de probation de
3 ans assortie de plusieurs conditions;
- L'appelant soutient que la peine imposée est excessive et
déraisonnable. À l'audience, il insiste principalement sur
les conditions de la période de probation qui seraient
exagérées;
- La lecture des motifs du juge montre qu'il a apporté une
attention toute particulière non seulement aux rapports
présentenciels préparés, mais également à la nécessité de
tenir compte des particularités propres à l'appelant avant
d'imposer la peine qu'il a déterminée. Ces motifs
témoignent d'un effort consciencieux et fort bien articulé
du juge afin d'adapter la peine imposée à l'accusé, dans un
objectif de réhabilitation optimal de ce dernier;
- Ainsi, le juge a conclu, d'une part, qu'une peine dans la
collectivité n'était pas appropriée ici, compte tenu des
379
nombreux bris de conditions de l'appelant et de ses
antécédents;
- D'autre part, le juge a écarté une peine d'emprisonnement à
temps plein pour ne pas faire perdre à l'appelant le
bénéfice de la formation scolaire qu'il continue d'effectuer.
Bien conscient de la réalité propre à l'appelant, il a plutôt
choisi d'ordonner que la peine soit purgée de façon
intermittente les samedis et les dimanches;
- Par contre, sur la foi des dossiers, il a estimé que la période
de probation à imposer devait être astreinte à des
conditions précises, vu le besoin d'encadrement de
l'appelant qui, encore jeune, pouvait s'amender dans le
futur, réajuster son comportement et, éventuellement,
éviter les fréquentations qui, par le passé, ont fait en sorte
de le mener là où il se trouve;
- Ici, le juge analyse avec précision et de façon correcte les
diverses alternatives possibles avant d'infliger la peine. Il
soupèse avec doigté les avantages et inconvénients de
chacune, et il s'en explique. Il tient compte des rapports
présentenciels pertinents. Il envisage toutes les avenues
favorables à l'appelant. Il retient enfin celle qui est la
mieux adaptée à sa situation;
- La peine apparaît tout à fait appropriée dans les
circonstances.
R. c. Barrett
Peine
Trafic de crack;
9 mois de prison;
09-08-13 2013 QCCA 1351 - The Crown seeks leave to appeal from a judgment which
sentenced Barrington Barrett to nine months of
imprisonment for convictions on two counts of trafficking
crack cocaine and two years for a conviction on a count of
possession for the purposes of trafficking the same drug;
- On July 8, 2009, an undercover police officer dialed the
380
Possession dans le but de trafic 2
ans (1753 roches);
Concurrents;
Plus un plaidoyer de culpabilité est
fait tôt, plus il est considéré comme
facteur atténuant;
Ne pas faire partie de crime
organisé élément neutre;
Sentence augmentée à 42 mois.
telephone number. Mr. Barrett answered and proposed to
meet with the officer. During that meeting, Mr. Barrett
went home and returned with two rocks of crack cocaine,
which he sold to the officer for $40. The same scenario
took place the next day, the date on which Mr. Barrett was
arrested. The police obtained a search warrant, searched
Mr. Barrett's residence and seized 175.3 grams of crack,
which amounts to 1753 rocks. The portable telephone used
for the transactions was also seized from the residence;
- On June 14, 2012 – the day of the trial – Mr. Barrett
pleaded guilty to all three counts;
- The Crown proposed four years imprisonment to the
sentencing judge. The defence suggested a sentence of 20
months to be served in the community;
- It is widely recognized that the earlier a guilty plea is
entered from the time an accused has the first opportunity
to do so, the greater the advantage the plea will produce
for the justice system. An early plea means, for example,
that need to call witnesses may be limited and occasionally
eliminated altogether. Court resources made available to
the parties will be reduced and, generally speaking, the
efficiency of the criminal process will be enhanced. These
advantages should be taken into account on sentencing. It
cannot however be said that these advantages were
properly felt in this case in a manner that justified a robust
recognition of the plea as a mitigating factor. Mr. Barrett
pleaded guilty three years after he was charged and, at the
time of the plea, the seven Crown witnesses were present
in Court;
- While it cannot be said that the guilty plea merited no
consideration whatsoever, the better view is that it was of
381
limited importance in the circumstances;
- Moreover, the mitigating strength of a guilty plea
(acknowledgement of responsibility, rehabilitation,
remorse, etc.) must be considered in light of the evidence.
As the Court of Appeal for British Columbia observed in
R. v. Packwood (1993) 31 B.C.A.C. 155, the credit
accorded by reason of a guilty plea may be lessened where
the evidence of guilt was overwhelming;
- To conclude on this point, it is not wrong to say that, in
itself, a guilty plea is a mitigating factor on sentence and
that it could have some effect here. Nevertheless, where
circumstances suggest that the mitigating effects of such a
plea might be lessened, it is useful for a judge to consider
the impact of the plea in deciding the extent of the credit
that should be attributed to it;
- The sentencing judge wrote that Mr. Barrett was not part
of a criminal organization and that, in his view, this
amounted to a mitigating factor;
- In subparagraph 718.2(a)(iv) Cr.C., Parliament directs that
evidence that an offence was committed in association
with a criminal organization is deemed to be an
aggravating circumstance. It does not follow, however,
that the absence of a connection to a criminal organization
is to be considered a mitigating circumstance. A judge
cannot mitigate a sentence simply because a file does not
reveal one of the aggravating circumstances identified by
the legislature;
- The mere fact that an aggravating circumstance is not
shown to be present does not justify the inference of a
conclusion to the offender's advantage. The absence of an
aggravating factor cannot transform itself into a mitigating
382
factor. At best, that absence is a neutral factor at
sentencing;
- The sentencing judge unduly minimized Mr. Barrett's role;
- Custodians of hard drugs play an essential role in
organized crime. Without them, the proximity between the
drug supply and the drug users is difficult to maintain.
The dispersal of a drug traffickers' inventory amongst
different custodians also leads to a reduction in the
dimension of seizures by the police. It allows for the
principals in the drug trade to distance themselves from the
drugs themselves. In short, drug trafficking is more
difficult and more risky for major drug traffickers without
the assistance of custodians. By storing drugs in their
homes, custodians take on an important role in the drug
trade in that the drugs in their care are often out of reach of
the police;
- The sentencing judge held that Mr. Barrett did not know
the exact quantity of drugs he kept in his residence. This
conclusions does not necessarily diminish moral
blameworthiness;
- In the instant case, Mr. Barrett hid the drugs in his home.
He said that he made no inquiries as to the exact amount of
drugs, but he knew well that what he was hiding was crack
– the same drug that he himself sold to the police on two
occasions. A trafficker himself, Mr. Barrett was well
aware of the fact that only a small quantity of crack is
required to produce a rock for sale on the street. Mr.
Barrett was willfully blind to the quantity of drug he stored
and he cannot claim that the circumstances give rise to a
mitigating factor on the possession charge at sentence;
- In this connection, the Court is of the view that the
383
sentencing judge committed a palpable and overriding
error in deciding that Mr. Barrett was not part of a criminal
organization. The quality of crack found in his residence
was substantial. As noted above, it represented 1753 rocks
of crack each of which, according to the evidence, having
a street value of $20. It is implausible that Mr. Barrett had
no direct connection with an organization that entrusted
him with drugs valued in excess of $35,000. Entrusting
Mr. Barrett with drugs with this value is a sign that the
owners had confidence in him. The whole leads to a single
conclusion : whether or not he was a full-fledged member,
he nevertheless committed the offence of possession in
association with a criminal organization that plainly had
confidence in him;
- La Cour cite l'arrêt Moreira, 2011 QCCA 1828;
- In the circumstances, the Court is of the view that
concurrent sentences totaling 42 months of imprisonment
should be substituted for the sentences imposed by the
sentencing judge.
Tremblay c. R.
Peine
19-02-14 2014 QCCA 354 - Le requérant sollicite l'autorisation de faire appel d'un
jugement sur peine prononcé par la Cour supérieure qui lui
a imposé les peines suivantes :
Chef 1 : quarante-huit (48) mois d'emprisonnement à être
purgés concurremment à toute autre peine pour complot de
trafic de cocaïne;
Chef 2 : trente (30) mois d'emprisonnement à être purgés
concurremment à toute autre peine pour complot de recel de
sommes d'argent supérieures à 5 000 $ provenant de la
criminalité;
Chef 3 : quarante-huit (48) mois d'emprisonnement pour trafic
de cocaïne;
Chef 4 : trente (30) mois d'emprisonnement à être purgés
Trafic de cocaïne;
Discrétion du juge sur l'imposition
de la peine plus importante que le
principe d'uniformisation des
peines;
48 mois trafic;
36 mois consécutifs;
384
concurremment à toute autre peine pour recel de sommes
d'argent supérieures à 5 000 $ provenant de la criminalité;
Chef 5 : trente-six (36) mois d'emprisonnement à être purgés
consécutivement à toute autre peine pour gangstérisme (art.
467.12 C.cr.);
Gangstérisme.
- Le requérant soumet deux moyens principaux au soutien
de sa requête. Dans un premier temps, il fait valoir que la
peine est disproportionnée et trop sévère compte tenu de
son profil et de sa participation réelle aux activités de
l'organisation. Il compare ensuite la peine qui lui a été
infligée avec celles prononcées contre trois autres
protagonistes, pour en conclure que sa propre peine devrait
être réduite;
- Aujourd'hui, il tente en appel de refaire le procès pour
minimiser le rôle qu'il aurait joué au sein de l'organisation
criminelle;
- Ce moyen d'appel doit être rejeté. D'une part, le juge de
première instance était lié par la base factuelle ou implicite
du verdict du jury et devait considérer comme prouvés tous
les faits, exprès ou implicites, essentiels au verdict de
culpabilité rendu par le jury sur les cinq chefs d'accusation
portés contre le requérant, notamment ceux de complot en
vue de trafic de cocaïne, de trafic de cocaïne et de
gangstérisme;
- D'autre part, en ce qui concerne le degré relatif de
participation du requérant à chacune des infractions ainsi
qu'à son rôle et à son rang dans l'organisation, il s'agit
exclusivement d'une question d'appréciation de la preuve,
tout particulièrement de conversations interceptées
auxquelles participait l'appelant. Cette appréciation est le
domaine privilégié du juge du procès qui a eu l'avantage
d'entendre toute la preuve pendant 63 jours étalés sur une
385
période de 9 mois;
- En l'absence de toute démonstration d'une erreur manifeste
et dominante dans l'évaluation de cette preuve, le
requérant, qui a choisi de ne pas témoigner à son procès,
tente en vain de proposer maintenant une interprétation de
ses propres paroles différente que celle qui a été retenue
par le juge et, en toute probabilité, par le jury. Au surplus,
le juge n'a pas l'obligation de retenir la version des faits la
plus favorable à l'accusé;
- Est également sans valeur le second moyen du requérant
qui invoque le principe de la parité des peines pour tenter
de démontrer que le juge n'aurait pas dû lui infliger une
peine semblable ou supérieure à celle des coaccusés Mario
Dufour, Gilles Lemieux et Patrice Larouche qui ont été
respectivement condamnés à 72, 84 et 90 mois de
détention;
- Le principe de l'harmonisation des peines ne peut être
priorisé au détriment de la règle du respect de la discrétion
du juge du procès, dans la mesure où la peine n'est pas
entachée d'une erreur de principe et qu'elle n'est pas
nettement déraisonnable comme l'a établi la Cour suprême
dans l'arrêt R. c. L.M.;
- La Cour rejette l'appel.
Gagné c. R.
Peine
19-02-14 2014 QCCA 356 - Le requérant sollicite l'autorisation de faire appel d'un
jugement sur peine prononcé par la Cour supérieure qui lui
a imposé les peines suivantes :
Chef 2 : vingt-quatre (24) mois d'emprisonnement pour
complot de recel de sommes d'argent supérieures à 5 000 $
provenant de la criminalité;
Chef 4 : vingt-quatre (24) mois d'emprisonnement à être
purgés concurremment à toute autre peine pour recel de
Recel d'argent produit de la
criminalité;
24 mois;
386
sommes d'argent supérieures à 5 000 $ provenant de la
criminalité;
Chef 5 : trente (30) mois d'emprisonnement à être purgés
consécutivement à toute autre peine pour gangstérisme (art.
467.12 C.cr.);
Chef 6 : suspension des procédures conditionnellement à ce
que le verdict rendu sur le chef numéro 7 pour parjure
devienne définitif;
Chef 7 : vingt-quatre (24) mois d'emprisonnement à être
purgés consécutivement à toute autre peine, suspendus à la
condition que le requérant verse au Procureur général du
Québec, sur une période de trois (3) ans, la somme de 30 220 $
avec intérêts au taux légal, à compter du 28 novembre 2008.
Gangstérisme : 30 mois;
Consécutifs;
L'accusé comptait et recelait
l'argent provenant du trafic de
drogue.
- Le requérant soumet trois moyens pour contester sa peine.
Le juge n'aurait pas tenu compte du fait que le requérant a
été acquitté des chefs d'accusation les plus importants, soit
trafic de substances et complot de trafic de substances. En
deuxième lieu, le juge aurait également dû considérer que
le requérant n'avait été impliqué dans les activités
criminelles de l'organisation que pour une courte période
de trois ou quatre mois. Enfin, le juge aurait omis à tort de
considérer que le requérant était un homme affaibli et
malade et que cela aurait pu le rendre vulnérable à des
gens ayant de l'influence sur lui;
- La Cour rappelle le cadre de son intervention;
- Le premier moyen est manifestement mal fondé. Le juge a
expressément mentionné que le requérant avait été acquitté
des accusations de trafic de substances et de complot de
trafic. De plus, la peine globale de 54 mois qui lui a été
imposée est la moins sévère de celles des cinq coaccusés
qui ont subi leur procès en même temps que lui. N'eut été
du fait qu'il a également été reconnu coupable de
gangstérisme et condamné à une peine consécutive de 30
387
mois conformément à l'article 467.14, sa peine n'aurait été
que de 24 mois. Au surplus, il a été reconnu coupable de
parjure ce qui lui a valu une peine supplémentaire
consécutive de 24 mois, laquelle a été suspendue sur
paiement de la somme de 30 220 $ dont il avait frustré
l'État en mentant sous serment à la Cour;
- Le second moyen n'est pas davantage valable.
L'implication du requérant au sein de l'organisation a été
bien expliquée par le juge du procès lorsqu'il a statué sur
les peines;
- Contrairement à ce que prétend le requérant, sa
participation aux activités de l'organisation ne s'est pas
limitée à une période de trois ou quatre mois. De plus
comme le révèlent les extraits précités du jugement, la
gravité des actes posés justifiait amplement la peine;
- Enfin, aucune preuve ne soutient l'affirmation du requérant
selon laquelle son état de santé l'aurait rendu vulnérable à
des influences malsaines ou aurait un lien quelconque avec
la commission des infractions;
- En cours de procès, le requérant a invoqué son état de
santé pour tenter, en vain, d'obtenir un procès séparé. Il a
plaidé le même motif lors de l'audience sur la peine pour
échapper à l'incarcération, sans davantage de succès;
- Le juge de première instance a même ordonné que le
requérant soit soumis à un examen médical avant de
statuer sur la peine et deux médecins ont été entendus sur
cette question. Le juge a bien pris en considération l'état
de santé du requérant avant de déterminer la peine
appropriée à sa situation;
- En finale, la peine imposée au requérant n'est pas
déraisonnable et se situe amplement à l'intérieur de la
388
fourchette applicable aux infractions commises.
R. c. Stevens
28-02-14 2014 QCCA 444 - La requérante sollicite l'autorisation de faire appel d'un
jugement sur peine qui a imposé à l'intimé une peine
Peine
globale de 18 mois d'emprisonnement pour des infractions
de trafic et possession en vue de trafic de cocaïne,
Trafic et possession de stupéfiants;
d'hydromorphone (Dilaudid et Hydromorph Contin), de
Vol, recel, bris d'engagement;
vol, de recel et de refus de se conformer à des ordonnances
18 mois;
et des engagements;
Dans les cas de trafic de drogues
- La Cour rappelle les limites de son pouvoir d'intervention :
dures
Une cour d'appel doit conserver « une attitude de respect »
et de retenue à l'égard de la peine prononcée par le juge de
• Exemplarité
première instance. Elle ne peut donc la modifier pour le
• Dissuasion
seul motif qu'elle aurait prononcé une peine différente et
• Réprobation
ne peut la réévaluer sans en démontrer le caractère
doivent primer;
nettement déraisonnable. Elle ne peut intervenir qu'en
Réforme la sentence à 36 mois.
présence d'une erreur de principe, de l'omission de prendre
en considération un facteur pertinent ou d'une insistance
trop grande sur les facteurs appropriés ou encore si la
peine n'est manifestement pas indiquée, c'est-à-dire si elle
est manifestement déraisonnable;
- En l'espèce, la Cour est d'avis que le juge de première
instance a commis une erreur de principe en faisant primer
l'objectif de réhabilitation alors que la preuve administrée
ne permettait manifestement pas de lui attribuer la
prédominance. Ce faisant, et compte tenu des facteurs
aggravants et des antécédents, il a omis de donner
préséance aux objectifs de dénonciation et de dissuasion
qui doivent primer quand il s'agit d'infractions reliées au
trafic de drogues dures;
- Outre la cocaïne, les médicaments utilisés comme drogue
389
dont l'intimé a fait le trafic ont des effets semblables à ceux
de l'héroïne. La jurisprudence relative au trafic de la
cocaïne et de médicaments utilisés comme drogue révèle
une fourchette de peine pouvant aller de quelques mois
jusqu'à quatre ans d'emprisonnement. À l'intérieur de cette
fourchette, les peines varient en fonction des facteurs
aggravants et des facteurs atténuants;
- En matière de trafic de drogues dures, de surcroît, les
objectifs d'exemplarité, de dissuasion et de réprobation
doivent primer;
- En l'espèce, le juge a fait mention de certains facteurs
aggravants. D'autres facteurs aggravants n'ont pas reçu une
attention adéquate. Ainsi, bien qu'aucun lien avec le crime
organisé n'ait été établi, il y a lieu de signaler le degré
élevé d'organisation et de participation associé à la
commission des crimes. Alors qu'en général la
consommation de médicaments comme drogues de rue
s'obtient par le détournement, notamment le magasinage de
médecins, le vol d'ordonnances, la falsification et les vols
qualifiés résidentiels, l'intimé a recruté une technicienne en
laboratoire qui était en position d'autorité dans une
pharmacie afin de s'approvisionner directement, sans
devoir passer par une ordonnance médicale. Le juge de
première instance note que c'est la première fois qu'il
constate qu'une personne travaillant en pharmacie est
impliquée. La preuve non contredite révèle que ce système
d'approvisionnement a fonctionné de juillet 2011 jusqu'au
31 janvier 2013, soit pendant une période d'un an et demi.
De plus, l'intimé a utilisé les services d'une personne pour
faire des livraisons de cocaïne;
- La jurisprudence reconnaît que, même si les critères
390
d'exemplarité, de dénonciation et de dissuasion ont
primauté lorsqu'il s'agit de trafic de stupéfiants, la
réhabilitation peut devenir un critère prééminent en
présence d'une démonstration convaincante;
- La preuve ne fait cependant pas voir la présence des
conditions propices à faire de la réhabilitation l'objectif
prédominant de la détermination de la peine appropriée;
- L'intimé ne se soucie pas des conséquences de son trafic
pour la société et n'assume aucune responsabilité pour ses
actes pour lesquels il reporte le blâme sur autrui;
- L'intimé ne respecte pas les conditions qui lui sont
imposées par probation ou qu'il a lui-même assumées par
engagement. Même s'il a complété une thérapie dans une
maison spécialisée en 2010, elle s'est avérée inefficace. En
2013, il y est retourné sur son engagement contracté
devant un juge de paix, mais il en a été expulsé après y
avoir fumé du cannabis, ce qui lui a valu une autre
accusation. Ce non-respect des ordonnances et des
engagements constitue en soi un facteur aggravant;
- Enfin, le juge n'a pas tenu compte des antécédents de
l'intimé. En mars 2011, ce dernier a été condamné à une
peine globale de 12 mois de détention à être purgés dans la
collectivité pour des infractions de possession de
stupéfiants, de vol, de recel de plus de 5 000 $, de bris de
condition et d'entrave à un agent de la paix. Alors qu'il est
à purger cette peine, il est arrêté en Ontario en possession
d'une somme de près de 50 000 $ et est condamné, le 6
juin 2011, à 9 mois de détention ferme pour recel et
possession de stupéfiants;
- Dans ce contexte, la Cour estime que la peine de 18 mois
infligée pour les chefs d'accusations relatifs au trafic de
391
stupéfiants se situe à l'extérieur des limites acceptables
pour ce type d'infraction. Une peine de 30 mois
d'incarcération est la peine appropriée;
- De plus, la peine de 2 mois concurrents relative à
l'accusation de recel pour les événements du 5 janvier 2013
doit être remplacée par une peine de 6 mois de détention à
être purgés consécutivement à toute autre peine. D'une
part, il n'y a aucune continuité et connexité entre cette
infraction et celles relatives au trafic de drogues et de
médicaments et, d'autre part, l'intimé a déjà reçu en
Ontario, en juin 2011, une peine de 9 mois de détention
ferme pour ce même genre de crime.
Shearson c. R.
Peine
Possession et trafic de stupéfiants;
6 mois avec sursis;
Réhabilitation exemplaire.
14-03-14 2014 QCCA 517 - L'appelant reproche au juge de première instance d'avoir
tiré de la preuve au dossier trois inférences sur des
questions de fait qui n'avaient selon lui aucune assise dans
la preuve, sur lesquelles le juge n'a pas entendu les parties,
et qui l'ont amené à commettre une erreur de principe, soit
d'avoir écarté d'emblée l'hypothèse d'une absolution
inconditionnelle comme peine appropriée;
- Ces inférences concernaient l'incidence des infractions en
cause sur la criminalité locale, la participation importante
de l'appelant à une organisation criminelle et le fait que
l'appelant n'avait aucun travail rémunéré à l'époque des
gestes qui ont fait l'objet des accusations portées contre lui;
- Les pièces au dossier fournissaient une assise suffisante à
la deuxième et à la troisième des inférences
susmentionnées. Quant à la première, l'intimée concède
que le juge aurait dû inviter les parties à commenter la
proposition selon laquelle « la proportion des gens dont on
procède à la fouille à la suite d'une arrestation en Estrie
392
pour des infractions de toute nature et qui sont en
possession de telles substances va en augmentant et est
préoccupante ». Mais l'intimée répond aussi, et avec
raison, que de toute façon il est de connaissance judiciaire
que la consommation et le trafic d'amphétamines sont
depuis 2002 un fléau grandissant au Québec;
- En raison de la réhabilitation de l'appelant, qualifiée
d'exemplaire par l'intimée, l'appelant soutient qu'une
absolutions inconditionnelle aurait été la peine appropriée,
et il invoque à ce titre l'arrêt R. c. Berish, 2011 QCCA
2288, où la Cour a confirmé une peine d'absolution
conditionnelle (et non pas inconditionnelle). Mais la
quantité de drogue saisie dans cette dernière affaire, l'âge
du contrevenant ainsi que son degré de réhabilitation au
moment du jugement sur la peine, empêchent de tirer un
principe général de cet arrêt, le jugement de première
instance dans le dossier Berish demeurant un simple cas
d'espèce en matière d'individualisation de la peine;
- Par contraste, en l'espèce, la quantité de drogue saisie sur
l'appelant, l'importance de la somme en numéraire trouvée
dans le véhicule de l'appelant et la fréquence élevée de ses
visites à l'endroit où il s'approvisionnait en amphétamines
ne laissaient aucun doute quant à la gravité de son
implication dans un réseau de trafic de drogue. Aussi
l'intimée a-t-elle raison de prétendre que,
l'emprisonnement étant la règle et le sursis l'exception dans
les cas de ce genre, une peine de 6 mois d'emprisonnement
purgée dans la collectivité, et à des conditions permettant à
l'appelant de poursuivre ses études, n'était pas
déraisonnable vu le critère de dissuasion générale qui doit
figurer dans l'analyse préalable au prononcé de la peine.
393
En somme, la norme d'intervention en matière de peine
empêche ici la substitution d'une peine plus clémente à
celle qui fut prononcée.
R. c. Tanel
Peine
Possession et usage de carte de
débit et crédit;
Fraude (6);
Demande absolution
conditionnelle;
Première instance : sentence
suspendue;
Cour supérieure : absolution
conditionnelle;
Cour d'appel : n'intervient pas.
03-07-13 2013 QCCA 163 - Le 12 janvier 2012, l'intimé, âgé de 19 ans au moment des
faits, plaide coupable à six infractions, poursuivies par
voie sommaire, se rapportant à la possession et à l'usage de
cartes de guichet et crédit clonées;
- Lors des plaidoiries sur la peine, la requérante réclame
l'imposition d'une peine d'emprisonnement avec sursis de
90 jours. Elle soutient que les infractions auxquelles
l'intimé a plaidé coupable sont un véritable fléau social et
qu'il convient de privilégier les facteurs de dénonciation et
de dissuasion. De son côté, l'intimé demande une
absolution conditionnelle. Il fait valoir qu'il est étudiant,
n'a aucun antécédent judiciaire, n'a pas un mode de vie
criminalisé; il ajoute qu'il vivait à l'époque des événements
une situation familiale et personnelle difficile, qui a fait en
sorte qu'il a succombé à de mauvaises influences;
- Le 4 septembre 2012, la juge de la Cour municipale de
Montréal, surseoit, pour chaque chef, au prononcé de la
peine avec ordonnance de probation d'une durée de deux
ans incluant l'exécution de 60 heures de travaux
communautaires;
- L'intimé fait appel de cette peine auprès de la Cour
supérieure. Le 21 mai 2013, celle-ci casse le jugement de
première instance et accorde lui-même une absolution
conditionnelle à l'intimé, absolution assortie de l'obligation
de verser 1 500 $ à la Fondation CHU Sainte-Justine;
- La requête ne répond pas aux exigences de l'article 839,
paragr. (1), C.cr. Si erreur il y a dans le jugement de la
394
Cour supérieure, ces erreurs ne sont pas des erreurs de
droit, mais des erreurs mixtes de fait et de droit. Du moins
les questions soulevées par la requérante n'impliquent-elles
pas «des questions de droit seulement» au sens de l'article
839 C.cr.
Parent c. R.
Peine
Peine de 6 ans;
Fraude & complot pour fraude;
Montant 4,6 M;
Aucun montant récupéré;
Peine de 6 ans confirmée;
Plaidoyer de culpabilité est un
facteur atténuant.
10-05-13 2013 QCCA 882 - La Cour est saisie d'une requête pour permission d'appeler
d'une peine de six ans de détention imposée au requérant à
la suite d'un plaidoyer de culpabilité à un chef d'accusation
de fraude et d'un chef de complot pour commettre cette
fraude;
- Ce dernier occupait le poste de chef de section à la
planification stratégique de la direction de l'information de
la Ville de Montréal. S'associant à un consultant externe,
le requérant a mis sur pied un système sophistiqué pour
détourner des coffres de la Ville 4 600 000 $. Ces sommes
d'argent ont été transférées dans un compte bancaire situé à
Hong Kong. Aucun montant n'a été récupéré;
- Le requérant avance trois moyens d'appel. Le juge de
première instance aurait erré en ne retenant pas sa
collaboration à l'enquête et en omettant de considérer à sa
juste valeur son plaidoyer de culpabilité. La peine serait
par ailleurs excessive eu égard à la gravité objective et
subjective du crime;
- Le juge a consigné à son jugement le plaidoyer de
culpabilité comme facteur atténuant, tout en précisant
qu'en fonction des faits de l'espèce, le poids accordé était
limité dans les circonstances, notamment en raison de la
preuve accablante. Le juge n'omet pas de considérer le
facteur. Il procède plutôt à un exercice de pondération;
- La décision du juge de première instance de fixer la
395
fourchette de quatre à sept ans s'accorde avec les
paramètres énoncés dans l'arrêt Chicoine, 2012 QCCA
1621.
R. c. Lalonde
16-05-13 2013 QCCA 900 - L'appelante se pourvoit contre un jugement qui a imposé à
l'intimé une peine de 22 mois moins un jour
Peine
d'emprisonnement à purger dans la collectivité pour de
multiples délits de fraudes, bris d'ordonnances et voies de
Fraude, bris d'ordonnance;
fait;
Voies de fait;
- Elle invoque plusieurs motifs qui soutiennent
22 mois avec sursis;
essentiellement l'idée que le juge de première instance a
Preuve de bris de sursis
commis une erreur de droit et de principe en permettant
inadmissible en appel;
que l'intimé purge sa peine au sein de la collectivité. Il
Doit vérifier si sursis ne met pas en
aurait aussi commis une erreur de droit dans son
danger la population c'est le cas;
appréciation de la période de détention provisoire de
24 mois – 1 jour ferme.
l'intimé en regard de la durée de la peine infligée;
- Il faut savoir, et les parties le reconnaissent, que l'intimé a
de lourds antécédents judiciaires : documents contrefaits,
fraudes, faux et escroquerie, voies de fait et menaces,
entrave à la justice, recel ainsi que de multiples bris
d'engagements, de probation et de sursis. Tout cela depuis
aussi loin que 1997. Il s'agit d'un passé judiciaire bien
meublé pour un homme de 35 ans qui se présente comme
producteur d'enregistrement musical et propriétaire d'une
boutique de vêtements qu'il exploite sur Internet depuis
2001. Il est le père d'un enfant de cinq ans dont la garde
est assumée par la mère;
- C'est avec raison que l'appelante soutient que le juge de
première instance a commis une erreur en ne procédant pas
à l'évaluation du danger que pouvait comporter, pour la
société, l'emprisonnement au sein de la collectivité.
396
L'article 742.1 du Code criminel expose le principe que le
juge doit être convaincu que cette mesure ne met pas en
danger la sécurité du public et qu'elle est conforme aux
objectifs énoncés aux articles 718 à 718.2 du Code
criminel, avant de la décréter;
- Le juge de première instance a, de toute évidence, priorisé
la réinsertion sociale du délinquant en occultant les
objectifs de dénonciation, de dissuasion et d'isolement que
justifiait la situation. La preuve révèle en effet que ce
délinquant a pu, à trois reprises dans le passé, bénéficier
d'une mesure de détention au sein de la collectivité. Il n'a
pu en respecter les conditions et s'est même livré à d'autres
crimes pendant qu'il était astreint à cette mesure;
- La Cour reconnaît qu'un individu, dont le mode de vie
s'extériorise par la prolifération d'infractions criminelles et
dont le comportement témoigne de son mépris de l'autorité
des tribunaux, ne peut se voir imposer une peine
d'emprisonnement au sein de la collectivité;
- Il est plus qu'évocateur de se rappeler que l'intimé a
reconnu sa culpabilité à 28 infractions commises sur une
période de quelques mois à peine. Ces comportements
criminels constituent en quelque sorte une suite logique à
ses antécédents en semblable matière. Les risques de
récidive apparaissent, dans les circonstances, plus sérieux
que le sérieux des remords qu'il a exprimés à l'audience;
- Le juge de première instance a considéré sommairement
les facteurs atténuants et les facteurs aggravants, a prêté foi
aux remords exprimés par l'intimé et a opté pour les
facteurs de réhabilitation et de réinsertion sociale. Cela dit
avec grand respect, il a commis une erreur de principe en
ne considérant pas à sa juste mesure les antécédents
397
judiciaires de l'intimé, le nombre et la nature des
infractions pour lesquelles il plaidait coupable et surtout le
danger que cet individu pouvait représenter pour la société.
Cela justifiait amplement que les facteurs de dénonciation
et de dissuasion soient mis de l'avant;
- Une peine d'emprisonnement ferme d'une durée globale de
24 mois moins un jour constitue la peine appropriée.
R. c. Grenier
Peine
Vols, fraudes, bris de probation;
2 ans – 1 jour avec sursis avec
conditions sévères.
17-01-14
2014 QCCA 74 - L'appelante se pourvoit contre la peine d'emprisonnement
avec sursis de 24 mois moins 1 jour imposée à l'intimée à
la suite de son plaidoyer de culpabilité à des accusations de
vols, fraudes et bris de probation;
- Âgée d'une cinquantaine d'années, l'intimée a de nombreux
antécédents en matière de vol et sa possible cleptomanie a
été soulevée à l'audience. Ses deux dernières sentences ont
été purgées dans la collectivité. Pour ces raisons, la
poursuivante est d'avis que cette fois, l'intimée méritait une
peine d'incarcération;
- Le jugement et les transcriptions de l'audience révèlent que
la peine prononcée résulte d'un méticuleux exercice de
pondération entre les différents facteurs propres à la
délinquante sanctionnée et aux infractions commises. Un
tel processus individualisé résulte de l'application du
principe fondamental de proportionnalité en matière de
détermination de la peine;
- Le juge a suffisamment tenu compte des antécédents
judiciaires de l'intimée. Il en tire la conclusion que les
objectifs à prioriser dans l'établissement de la peine sont la
dissuasion et la dénonciation. Le juge a ensuite dûment
appliqué ces objectifs en condamnant l'intimée à un
emprisonnement avec sursis aux conditions extrêmement
398
strictes. En attente de sentence, l'intimée a été confinée
durant 11 mois à son domicile sans possibilité de sortie.
Le juge la condamne encore à 18 mois de détention
complète dans sa résidence, sans relâchement des
conditions. En tout, l'intimée aura passé près de 2 ans et
demi emprisonnée et près de 6 ans éloignée de toutes
opportunités criminelles, notamment en raison d'une
interdiction d'entrer dans les grands magasins;
- Le juge s'est bel et bien questionné sur l'échec des
dernières peines que l'intimée a eu à purger dans la
collectivité. Après avoir entendu les témoignages de
l'intimée et des membres de sa famille, le juge a décidé,
non sans hésiter, qu'un troisième emprisonnement avec
sursis était approprié. Dans sa discrétion, il a retenu la
preuve de la défense et a estimé que la contrevenante qu'il
devait sentencer n'était pas la même que celle qui avait
reçu les deux derniers emprisonnements avec sursis,
notamment en raison de sa récente responsabilisation et
des traitements amorcés. Dans ces circonstances
particulières, le juge pouvait raisonnablement condamner
l'intimée à la sentence aujourd'hui contestée.
Cohen c. R.
14-03-14 2014 QCCA 514 - L'appelant a plaidé coupable aux accusations d'avoir
fraudé le ministère de l'Éducation du Québec pour une
Peine
somme approximative de 850 000 $ (article 380(1)(a)
C.cr.). et d'avoir contrefait un document en vue de
Fraude (850 000 $) au ministère de
soutenir des inscriptions factices d'étudiants pour le
l'éducation;
compte du Collège Night Hawk Technologies (article
30 mois;
368(1)(a) C.cr.). Ces crimes lui ont valu une peine globale
Peine sévère mais pas
de 30 mois d'emprisonnement contre laquelle il se
déraisonnable.
pourvoit;
399
- L'appelant admet que les peines infligées se situent à
l'intérieur de la fourchette de peines normalement
imposées pour des fraudes gouvernementales de l'ampleur
de celle commise. Il conteste toutefois la qualification faite
par le juge de son rôle dans la commission du crime. Selon
lui, c'est à tort que le juge lui a attribué le statut
d'instigateur. Le choix du qualificatif d'instigateur n'est
peut-être pas le meilleur dans les circonstances de l'espèce.
L'appelant n'a vraisemblablement pas imaginé et monté le
système. Ses complices paraissent l'avoir fait, mais il était
néanmoins le rouage essentiel sans lequel le stratagème ne
pouvait se matérialiser et surtout perdurer;
- La peine est sévère, peut-être, mais elle ne peut être
qualifiée de déraisonnable. Dans les circonstances, la Cour
estime qu'il n'y a pas matière à intervention.
Wellman c. R.
Peine
30 mois;
Fraude;
Fabrication faux documents;
Emploi de documents contrefaits;
890 427,73 $ de fraude à son
syndicat;
Problèmes de jeu;
Impossible de rendre ordonnance
sous 738 C.cr.;
Confirmée.
17-03-14 2014 QCCA 524 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui lui a imposé
une peine de 30 mois d'emprisonnement pour des chefs
d'accusation de fraude, fabrication d'un faux document et
emploi d'un document contrefait;
- Entre août 2007 et mai 2010, alors qu'il occupe la fonction
de trésorier de la section locale de son syndicat, l'appelant
fraude ce dernier pour 890 427,73 $. Il utilise cette somme
pour s'adonner au jeu sur des sites internet;
- Entre août 2007 et mai 2010, l'appelant réalise 3 155
opérations frauduleuses sur la carte de crédit de son
syndicat;
- L'appelant effectue des remboursements à la suite de ses
gains obtenus en jouant en ligne et rembourse 15 000 $
après la découverte de la fraude. Il subsiste une perte nette
de 504 365,77 $. Le juge de première instance fait le
400
constat qu'aucune restitution n'est possible et refuse en
conséquence la demande de la poursuite de délivrer une
ordonnance de dédommagement selon l'article 738 C.cr.;
- Les infractions sont découvertes à la fin de mai 2010 et, le
1er juin 2010, lors d'une rencontre avec des représentants
du syndicat, l'appelant reconnaît être un joueur compulsif
et s'être approprié à son usage personnel des sommes
appartenant au syndicat. Le lendemain, 2 juin 2010, il se
soumet à une thérapie de 28 jours en milieu fermé. Il
entreprend ensuite un suivi en externe avec une
psychologue, pendant 8 mois, afin de travailler sur sa
réinsertion sociale, sur la recherche d'emploi et la reprise
de contact avec ses enfants. Il participe également aux
rencontres de Gamblers Anonymes durant 2 ans;
- L'appelant plaide d'abord que le juge a considéré sa
pathologie uniquement au chapitre de sa responsabilité
criminelle et non comme une circonstance à évaluer dans
la détermination de la peine;
- Ce moyen est mal fondé. Le juge s'est inspiré des arrêts
Lévesque c. Québec (Procureur général) et R. c. Juteau
pour en tirer les facteurs de qualification permettant de
mesurer la responsabilité criminelle de l'auteur d'une
fraude. Il s'est longuement attardé à la pathologie de
joueur compulsif de l'appelant lorsqu'il a étudié le critère
du comportement de l'accusé après la commission de
l'infraction;
- Le juge a cependant conclu que, malgré ce diagnostic,
l'appelant était conscient de ses comportements
délinquants;
- En réalité, ce que l'appelant reproche ici au juge de
première instance c'est qu'il n'aurait pas accordé
401
d'importance suffisante à ce facteur atténuant. Or, ce n'est
pas parce qu'une cour d'appel pourrait accorder un poids
différent à ce facteur que cela justifie d'intervenir;
- Par son second moyen, l'appelant avance que le juge aurait
trop insisté sur les objectifs de dissuasion et de
dénonciation en matière de fraude au détriment du principe
de proportionnalité et d'individualisation de la peine;
- La Cour distingue les faits du présent dossier de ceux des
affaires Paré, 2011 QCCA 2047, Fournier, 2012 QCCA
1330, et Véronneau, 2013 QCCQ 13553;
- Dans R. c. Coffin, 2006 QCCA 471, à la faveur d'une revue
jurisprudentielle d'envergure, la Cour a reconnu que,
malgré l'existence d'éléments démontrant la présence d'un
processus de réhabilitation chez le délinquant, les objectifs
de dénonciation et de dissuasion justifiaient des peines de
détention dans le cas de fraudes importantes, planifiées et
d'une certaine durée;
- Le législateur fédéral a modifié le paragraphe 380(1) du
Code criminel pour augmenter la peine maximale pour
fraude de 10 à 14 ans de détention. Comme l'a mentionné
la Cour dans l'arrêt R. c. Chicoine,, 2012 QCCA 1621,
cette modification législative reflète la gravité objective
accrue des infractions de cette nature aux yeux du
législateur, ce qui conduit à une mise à jour de la
fourchette des peines applicables à ces crimes;
- Compte tenu du montant de la fraude, de la préméditation,
de la multiplicité des falsifications destinées à la
dissimuler et de la position de confiance que détenait
l'appelant au sein de son syndicat, la peine infligée ne peut
être considérée comme s'éloignant de façon marquée et
substantielle des peines généralement infligées pour des
402
crimes similaires par des délinquants présentant les mêmes
caractéristiques que l'appelant. En effet, dans l'arrêt
Chicoine, la Cour envisage des fourchettes de peines allant
de 3 à 5 ans et même de 6 à 10 ans dans les cas les plus
sérieux;
- La Cour rejette l'appel.
Proulx Poirier c. R.
Peine
9 introductions par effraction
survenues ailleurs que dans
maison d'habitation;
Recel;
Possession cocaïne;
14 mois;
Tenant compte des 2 mois
présentenciels.
14-06-13 2013 QCCA 1076 - Le requérant demande la permission d'appeler d'une peine
globale de 14 mois d'emprisonnement. Cette peine tient
compte de sa détention présentencielle d'une durée de 2
mois;
- La sentence entreprise survient après que le requérant eut
plaidé coupable à neuf accusations concernant des
introductions par effraction survenues ailleurs que dans
une maison d'habitation aux fins de commettre des vols.
Le même jour, il avait aussi plaidé coupable aux
accusations suivantes : possession de biens illégalement
obtenus, possession de cocaïne (11 grammes) et à bris
d'engagements et de promesses;
- Selon lui, le juge aurait favorisé de façon excessive les
critères de dissuasion générale et d'exemplarité au
détriment de l'objectif de réhabilitation. Il aurait aussi
négligé d'appliquer le principe de la globalité des peines,
rendant celles-ci manifestement déraisonnables;
- En ce qui a trait aux facteurs aggravants, le juge a retenu
l'importance de la criminalité reprochée au requérant et
que celle-ci, du moins en partie, est survenue alors qu'il
était en liberté sous conditions. De plus, certains de ses
crimes ont été commis alors qu'il était en attente de procès.
Il faut aussi savoir que le requérant était à l'époque sous le
coup d'une probation;
403
- Aussi, la preuve au dossier ne fait pas voir que le requérant
se soit investi sérieusement dans un processus de
réhabilitation;
- Bref, le requérant n'est pas en mesure de démontrer que les
peines imposées résultent d'une pondération déraisonnable
des facteurs aggravants et atténuants ou encore que
l'analyse du juge est viciée à la base par une erreur de
principe fondamentale;
- L'étude de la jurisprudence applicable au fait de l'espèce
fait voir que les peines décernées au requérant se situent à
l'intérieur de la fourchette des peines généralement
imposées pour ce type de criminalité et que, globalement,
elles ne sont pas excessives.
Trottier c. R.
Peine
Harcèlement criminel;
Personne associée au système
judiciaire;
Policier;
Accusé arrêté 5 fois en face de la
résidence du policier;
Policier demeure dans un cul de
sac;
1e instance – 12 mois ferme;
Cour d'appel – 12 mois sursis.
24-04-13 2013 QCCA 760 - L'appelant a été reconnu coupable d'avoir suivi une
personne associée au système judiciaire de façon répétée,
dans l'intention de provoquer chez elle la peur en vue de
lui nuire dans l'exercice de ses attributions (art. 423.1(1)b)
et 423.1(2)c) C.cr.). L'appelant se pourvoit contre le
verdict de culpabilité et la peine infligée de 12 mois
d'emprisonnement;
- Rappel des éléments essentiels de l'infraction reprochée;
- Quant à la peine, le juge a indiqué que la suggestion de
purger la peine dans la collectivité ne pouvait être retenue
en raison du fait que les gestes reprochés avaient été
commis à l'égard d'un policier de la Sûreté du Québec;
- Toutefois, le juge qualifie d'étourderie ou d'insouciance les
gestes posés par l'appelant. Il croit à une éventuelle
réhabilitation, mais est d'avis qu'il doit comprendre que ce
qu'il a fait ne s'excuse pas. Les policiers sont là pour faire
respecter l'ordre et se faire respecter des citoyens;
404
- La Cour est d'avis que le juge a commis une erreur de
principe en laissant entendre que l'appelant ne pouvait pas
bénéficier d'un emprisonnement dans la collectivité en
raison du fait que le crime a été commis contre un agent de
la paix. Comme le soulignait le juge Lamer dans R. c.
Proulx, en dehors des exceptions prévues à l'article 742.1
C.cr., toutes les autres infractions sont admissibles à ce
type d'emprisonnement. Un juge doit analyser cette
possibilité;
- L'appelant est maintenant âgé de 25 ans et il s'est repris en
main. Il a une conjointe depuis 3 ans. Son père explique
que son fils a beaucoup changé et qu'il est prêt à l'aider en
lui donnant un emploi. Une peine dans la collectivité
permettra d'atteindre les objectifs de dénonciation et
d'exemplarité tout en donnant à l'appelant toutes les
chances de poursuivre sa réhabilitation;
- La Cour conclut donc qu'il y a lieu d'intervenir en ce qui
concerne la peine et de la modifier pour qu'elle soit purgée
dans la collectivité, pour une période de 12 mois.
11-10-13 2013 QCCA 1757 - L'appelante demande la permission de se pourvoir contre
un jugement qui a imposé à l'intimé une peine
Peine
d'emprisonnement avec sursis de neuf mois, suite à sa
déclaration de culpabilité d'avoir menacé une personne
Intimidation d'une personne
associée au système judiciaire;
associée au système judiciaire;
- L'appelante ne soulève qu'une question en appel, soit celle
9 mois avec sursis;
de savoir si l'octroi d'une peine avec sursis pouvait être
Sursis aurait pu ne pas s'appliquer
envisagée par le juge de première instance, étant donné
si possibilité de sévices graves à la
que selon elle la menace à une personne associée au
personne.
système judiciaire constituerait des sévices graves à la
personne au sens de la définition de l'article 752 du Code
R. c. Chapron
405
criminel tel qu'il était alors en vigueur;
- Il est acquis que ce travail de qualification des sévices
graves doit être fait à la lumière des circonstances propres
à chaque affaire. Récemment la Cour a souligné dans
l'arrêt Trottier, 2013 QCCA 760, que l'analyse du juge de
première instance doit aller au-delà des infractions
reprochées. Dès lors, il revient à ce dernier d'évaluer plutôt
la probabilité que le comportement de l'accusé soit
susceptible de provoquer des sévices graves. À cet égard,
dans l'arrêt Boisclair, 2013 QCCA 211, il est précisé :
Si le risque ne se matérialise pas, il sera alors nécessaire
d'analyser non pas la gravité de la conduite, mais le degré de
probabilité que le risque se soit matérialisé pour décider si la
conduite était « susceptible » d'être dangereuse pour la vie ou
la sécurité d'autrui;
- La Cour estime que le juge n'a commis aucune erreur en
décidant comme il l'a fait et il n'y a donc pas lieu
d'intervenir.
R. c. Cedeno
Peine
Corruption art. 120 C.cr.;
Détention provisoire 36 jours;
Sentence 2 ans –1 jour avec sursis.
06-09-13 2013 QCCA 1528 - Le temps est venu de trancher l'appel du ministère public
relativement à la peine infligée à l'intimée sur le chef de
corruption (120 a) C.cr.) soit, tenant compte d'une période
de détention provisoire de 26 jours, une peine
d'incarcération de deux ans moins un jour avec sursis (dont
les conditions comprennent l'obligation d'effectuer 200
heures de travaux communautaires et, pendant la première
année, l'obligation d'être présente à son domicile de 19 h
00 à 13 h 00, tous les jours) assortie d'une probation de
deux ans;
- La peine infligée à l'intimée n'est pas manifestement non
indiquée. D'aucuns peuvent être d'avis qu'elle aurait pu
être plus sévère, mais cela ne signifie pas pour autant
406
qu'elle est déraisonnable.
R. c. Samuels
Peine
Méfait public;
Fausses accusations contre son
conjoint;
6 mois avec sursis.
13-09-13 2013 QCCA 1554 - L'intimée, après s'être elle-même dénoncée aux policiers, a
plaidé coupable à l'accusation d'avoir faussement déclaré
que son conjoint avait commis des infractions criminelles
(art. 140 (1) a) (2) a) C.cr.). Pour ce délit, le juge de la
Cour du Québec lui a infligé une peine d'emprisonnement
de six mois à être purgée au sein de la collectivité, assortie
d'une ordonnance de probation d'une durée de deux ans
accompagnée d'un suivi probatoire de dix-huit mois;
- En l'espèce, il n'existait aucune objection de principe
s'opposant à l'imposition d'une peine d'emprisonnement
avec sursis et il s'infère des motifs du juge que cette
mesure ne mettait pas en danger la sécurité de la
collectivité. Cette sanction respectait également le
principe de la gradation des peines, l'intimée ayant
toujours profité dans le passé de sursis de peine sauf à une
occasion où elle s'était vu imposer une amende de 25 $.
De plus, le juge pouvait tenir compte de la période
d'accalmie judiciaire de près de sept ans qu'avait connue
l'intimée;
- La peine s'inscrit dans la fourchette des peines
généralement infligées pour les infractions de cette nature.
Par ailleurs, une peine d'emprisonnement dans la
communauté correspondait à l'objectif de réinsertion
sociale. Au surplus, cette mesure tient compte des
responsabilités parentales de l'intimée à l'égard de ses deux
enfants âgés respectivement de six et sept ans et dont elle
est le seul soutien familial;
- Ajoutons que la victime, conjoint de l'intimée, lui a
pardonné ses agissements et qu'ils ont depuis repris leur
407
relation;
- En résumé, l'appelante ne fait pas voir que la peine
imposée est manifestement déraisonnable ou inappropriée.
LSJPA – 1330
Peine
Sentence;
Agression armée;
Peine différée;
Critères.
12-07-13 2013 QCCA 1214 - La Cour est saisie d'une requête de la poursuivante pour
permission d'en appeler d'une peine imposée en vertu de la
LSJPA;
- Cette peine a été imposée à l'intimé X à la suite de
l'enregistrement de plaidoyers de culpabilité à trois chefs
d'accusation : un plaidoyer à un chef d'accusation aux
termes de l'article 267 C.cr. pour un événement du 7 avril
2012, un plaidoyer à un chef d'accusation aux termes de
l'article 145(5.1)b) C.cr. pour un événement du 3 août
2012 et un plaidoyer à un chef d'accusation aux termes de
l'article 267 C.cr. pour un événement du 2 novembre 2012;
- Parmi les trois moyens d'appel, la requérante invoque les
termes de l'art. 42(14) LSJPA selon lesquels le juge ne peut
imposer une peine d'une durée supérieure à deux ans;
- Il est clair que le juge a retenu qu'il fallait imposer à
l'intimé une période significative d'encadrement lui
donnant accès à divers programmes de réhabilitation. C'est
dans ce contexte qu'il a retenu un différé de six mois et une
probation de deux ans, ce qui rend la peine supérieure à
deux ans, et donc contraire à ce que prévoit l'article 42(14)
LSJPA;
- Or, si le juge avait imposé des peines distinctes pour
chacun des chefs, l'article 42(15) LSJPA lui aurait permis
d'envisager une durée totale continue supérieure à deux
ans, mais qui ne dépasse pas trois ans. La poursuivante et
l'intimée en conviennent;
- Ainsi, dans l'esprit de ce que le juge considérait comme la
408
peine globale indiquée (deux ans et demi), et compte tenu
de l'importance de l'objectif de la réhabilitation assurée par
une période de probation significative, la Cour intervient
pour substituer à la peine imposée des peines distinctes
pour chacun des chefs, ventilées comme suit :
• 12.1 Dans le dossier 705-03-009998-129, une peine
de placement et de surveillance pour une période de
six mois dont l'application est différée et une période
de probation de 18 mois à compter de la fin de la
période de placement et de surveillance dont
l'application est différée;
• 12.2 Dans le dossier 705-03-010388-120, une peine
de placement et de surveillance pour une période de
six mois dont l'application est différée et une période
de probation de 18 mois à compter de la fin de la
période de placement et de surveillance dont
l'application est différée;
12.3 Dans le dossier 705-03-010324-125, une période de
probation de 24 mois à compter de la fin de la période de
placement et de surveillance dont l'application est différée
et qui est imposée dans les dossiers 705-03-009998-12- et
705-03-010388-120.
LSJPA – 1361
Peine
Détention jeune contrevenant;
Doit soustraire de la sentence
globale la détention provisoire.
29-11-13 2013 QCCA 2108 - L'intimé a plaidé coupable à des accusations d'agression
sexuelle et d'avoir fait défaut de se conformer à une peine
spécifique;
- À la suite des représentations sur la peine, la juge de
première instance a notamment imposé à l'intimé les
peines et ordonnances suivantes :
•
409
Une période de placement sous garde et de surveillance de 21
mois constituée d'une période de garde de 14 mois à être
purgée de façon continue en milieu fermé, à compter du
•
•
jugement, suivie d'une période de 7 mois à être purgée sous
surveillance dans la collectivité, dans les 2 dossiers comportant
les accusations mentionnées au paragraphe précédent;
Une ordonnance pour que soit soustraite du calcul de la
période de garde la période de détention provisoire purgée par
l'accusé du 28 février au 25 juillet 2013, selon un ratio de 1
pour 1;
Une ordonnance imposant à l'intimé, en vertu de l'article 97(2)
LSJPA, des conditions additionnelles aux conditions
obligatoires prévues à l'article 97(1) LSJPA, conditions
applicables à la période de surveillance au sein de la
collectivité;
- Les parties ont requis la tenue d'une conférence de
facilitation pénale;
- Le ministère public soutient que la juge de première
instance a erré, en droit, en ne déterminant pas précisément
la période résiduelle à être purgée sous placement et
surveillance par l'adolescent, se contentant simplement
d'ordonner que soit soustrait du calcul de la période de
garde le temps passé en détention provisoire, selon un ratio
de 1 pour 1;
- Le ministère public ajoute que la juge de première instance
ne pouvait imposer des conditions supplémentaires
applicables à la période de surveillance en collectivité,
l'article 97 (2) LSJPA précisant qu'il revient au directeur
provincial de fixer, par ordre, de telles conditions
supplémentaires, LSJPA – 1244, 2012 QCCA 2327;
- La Cour estime que le pourvoi est bien fondé et peut être
décidé au terme du processus de facilitation pénale.
Daniel c. R.
Peine
27-09-13 2013 QCCA 1681 - L'appelant se pourvoit contre un jugement rendu par la
Cour supérieure, confirmant la peine prononcée contre lui
par la Cour du Québec, à l'égard de 13 chefs d'accusation
410
relatifs à la possession et à la vente illégale de produits du
tabac;
- Les peines prononcées à l'égard de chacun de ces chefs
totalisent 18 mois d'emprisonnement;
- Pour en arriver à sa décision sur la peine, la juge de la
Cour du Québec a particulièrement considéré que le
complot pour réaliser la contrebande du tabac s'est
concrétisé par 12 voyages effectués par Daniel entre le
Québec, l'Alberta et la Colombie-Britannique. Elle a
considéré les facteurs aggravants dont, entre autres, le
niveau d'organisation, la durée du complot, les quantités
transigées, le rôle important du délinquant et l'absence de
tout remords. Elle a retenu que le seul facteur atténuant
dont peut bénéficier Daniel, consiste en l'absence
d'antécédents judiciaires. Lorsqu'elle a considéré la gravité
objective des infractions, la juge a retenu que les
accusations étaient portées par voie de déclaration
sommaire de culpabilité;
- Le juge de la Cour supérieure refuse d'intervenir. Il
considère que la Cour du Québec a respecté le principe de
la parité, qu'elle a adéquatement considéré les facteurs
aggravants et atténuants et que la décision n'est empreinte
d'aucune erreur;
- Il y a lieu de regrouper les moyens avancés par l'appelant
pour les formuler de la façon suivante :
Possession et vente illégale de
produits de tabac;
Transport et transfert dans
différents entrepôts;
Peines consécutives totalisant 18
mois.
1) La juge de la Cour du Québec a-t-elle commis une erreur
manifestement déraisonnable en imposant une peine
d'emprisonnement à l'appelant?
2) La juge de la Cour du Québec a-t-elle erré en imposant une
peine d'emprisonnement plutôt qu'une peine d'emprisonnement
avec sursis?
3) Y a-t-il eu excès en ce qui a trait au prononcé de peines
411
consécutives?
- La Cour cite l'arrêt Crowder, 2010 QCCA 1378, en ce qui
a trait aux principes applicables en matière de peine pour
une infraction à la Loi sur l'accise;
- Il n'est pas démontré que la juge a commis une erreur en
retenant les objectifs de dénonciation et de dissuasion.
L'appelant se livrait à des opérations de contrebande
planifiées, dans un réseau bien organisé qui impliquait
plusieurs conspirateurs. Les quantités de tabac impliquées
étaient considérables et les opérations s'étalaient sur une
longue période de temps. L'appelant occupait un poste de
premier plan au sein de cette organisation. Il ne
manifestait aucun remords;
- Il n'est d'ailleurs pas rare que les tribunaux optent pour des
peines d'emprisonnement en semblable situation;
- Les juges d'instance ont reconnu, à tout le moins
implicitement, que les objectifs relatifs à la détermination
de la peine ne pouvaient être remplis par l'imposition d'une
peine d'emprisonnement au sein de la collectivité. Les
objectifs de dénonciation et de dissuasion ne pouvaient
être appliqués, vu toutes les circonstances, que par
l'imposition d'une peine de détention ferme;
- L'appelant ne peut guère faire reproche à la juge de la Cour
du Québec de ne pas avoir opté pour l'emprisonnement
avec sursis, alors que les observations qu'il a présentées sur
la peine n'en faisaient aucunement état. Il ne démontre pas
qu'il y avait là une erreur déterminante eu égard aux
circonstances propres de l'affaire;
- Le paragraphe 718.3(4)c)(ii) du Code criminel permet au
Tribunal qui prononce la peine d'ordonner que soient
purgées consécutivement les périodes d'emprisonnement
412
qu'il inflige à l'accusé, lorsque celui-ci est déclaré coupable
de plus d'une infraction et que des périodes
d'emprisonnement sont infligées pour chacune;
- Toutefois, l'effet cumulatif de la série des sanctions
imposées ne doit pas résulter en une peine
disproportionnée par rapport à la culpabilité générale du
délinquant. C'est le principe de la totalité des peines qui
assure une proportionnalité raisonnable aux infractions
commises. Les peines doivent être agencées de façon à
parvenir à un résultat juste et équitable;
- La totalité de la peine imposée à l'appelant, qui n'était
porteur d'aucuns antécédents judiciaires, peut paraître
sévère. Elle est toutefois proportionnelle à la gravité de
l'infraction et au degré de responsabilité du délinquant. En
cela, elle n'est pas excessive.
Desbois c. R.
05-12-13 2013 QCCA 2099
Peine
L'appelant a été autorisé à appeler du jugement de la Cour
supérieure qui rejette l'appel du jugement de la Cour du
Québec le condamnant en vertu des articles 78 et 79 de la
Loi sur les pêches à payer les amendes suivantes :
Chef nº 1 : Article 78 : 10 200 $ Article 79 : 88 112 $
Chef nº 3 : Article 78 : 10 200 $ Article 79 : 35 864 $
Chef nº 4 : Article 78 : 1 000 $
Chef nº 5 : Article 78 : 1 000 $
Chef nº 6 : Article 78 : 1 000 $
Chef nº 7 : Article 78 : 1 000 $;
Loi sur les pêches;
Fausses déclarations;
Inciter à faire des fausses
déclarations;
Amendes supplémentaires;
Notions avantages financiers, ce
sont les revenus bruts directs.
- L'appelant est un pêcheur professionnel. Il a plaidé
coupable aux accusations d'avoir encouragé Rosaire Ross
(chef nº 1) et Marc McInnis (chef nº 3) à faire une fausse
déclaration dans laquelle ces derniers refusent de dénoncer
aux autorités un accord de contrôle consenti en sa faveur et
portant sur leur permis de pêche respectif. Il a aussi admis
413
avoir incité ce même Marc McInnis à faire une déclaration
trompeuse à l'occasion d'une demande d'autorisation de
remplacement de permis (chef nº 4). Finalement, l'appelant
a reconnu avoir pêché du flétan du Groëndland sans y être
autorisé (chef nº 5) et avoir contrevenu à différentes
conditions du permis 2008-2009 (chefs nos 6 et 7);
- Selon l'appelant, le juge de la Cour supérieure se serait
mépris sur l'application de l'article 79 de la Loi sur les
pêches. Plus précisément, il avance ne pas avoir tiré un
avantage financier de ses activités interdites, de sorte que
l'imposition des amendes supplémentaires ne reposerait sur
aucun fondement légal. Il ajoute que, même si en l'espèce
cette disposition trouvait application, l'avantage financier
imputé à son crédit doit s'évaluer seulement à partir de ses
revenus nets et non sur la base de son chiffre d'affaires.
Finalement, l'appelant soutient que sa condamnation ne
tient pas compte du principe de la parité des peines;
- Le ministère des Pêches et Océans ( « MPO » ) était au fait
depuis un certain temps que plusieurs pêcheurs
professionnels contournaient ses politiques de délivrance
de permis en participant à des accords de contrôle. En vue
de mettre fin à cette pratique illégale, les autorités
décidaient le 12 avril 2007 de contraindre les pêcheurs
délinquants à dénoncer avant le 31 octobre suivant toute
participation à cette forme d'entente;
- Si le titulaire du permis déclarait aux autorités du MPO
être impliqué dans un accord de contrôle, il lui était alors
consenti un délai de sept ans pour y mettre fin;
- L'art. 79 de la Loi sur les pêches confère au tribunal une
large discrétion pour imposer au délinquant une amende
supplémentaire correspondant aux avantages financiers
414
tirés des activités réalisées en marge de la loi;
- Le régime de tolérance temporaire instauré par le MPO en
avril 2007 ne visait pas à accorder à l'appelant une licence
d'une durée de sept ans pour maintenir des activités
illégales et encore moins lui conférer une amnistie
advenant qu'il soit démasqué durant cette période;
- Tout d'abord, et mis à part le programme de dénonciation
volontaire du MPO, il ne fait aucun doute que les revenus
tirés par l'appelant de l'exploitation des permis de pêche de
Ross et McInnis constituaient un véritable avantage
financier, car, sans leur forfait, l'appelant n'aurait pu
profiter des produits de la pêche additionnels reliés à leur
permis;
- Ensuite, l'appelant a choisi de renoncer à la protection
accordée par cette mesure administrative en favorisant le
maintien dans la clandestinité de certaines de ses activités
de pêche. Ce faisant, il a obtenu un avantage financier qui,
n'eut été des fausses déclarations de ses complices, n'aurait
pu autrement se réaliser compte tenu du choix délibéré du
groupe de ne pas dévoiler aux autorités les accords de
contrôle auxquels ils étaient parties;
- Le juge du procès n'a donc pas erré en accordant à l'article
79 de la Loi sur les Pêches une interprétation visant à
décourager les activités illégales dans le domaine de la
pêche;
- Notion d'avantages financiers;
- Toute interprétation visant à neutraliser l'objectif du
législateur de priver le délinquant des gains obtenus grâce
à des activités illicites doit être écartée, d'autant plus si elle
a pour résultat de limiter indûment la discrétion du tribunal
en cette matière;
415
- En l'absence d'éléments probants susceptibles d'influer à la
baisse sur l'évaluation des avantages financiers établis par
la poursuite, le juge était bien fondé de fixer le montant
des amendes supplémentaires selon les revenus bruts
directement reliés à la perpétration des infractions
commises par l'appelant. La Cour supérieure a donc eu
raison de ne pas intervenir sur cet aspect du pourvoi;
- La preuve acceptée par le juge du procès fait voir que
l'appelant a été, durant la période visée par les accusations,
le maître d'œuvre d'un système bien organisé de prêtenoms destiné à contourner la politique du MPO pour la
délivrance des permis de pêche pour l'Est du Canada. Il a
aussi incité Ross et McInnis à mentir en vue de maintenir
des activités lucratives illicites et, en dépit de son lourd
passé judiciaire en semblable matière, il continue à refuser
de s'amender. Bref, les circonstances de l'affaire
autorisaient le juge du procès à distinguer la situation de
l'appelant de celle de ses complices.
R. c. Chrétien
Ordonnance
Manquement au sursis :
- pas d'acte criminel commis;
- travaux communautaires
s'additionnent à ceux déjà donnés;
- analyse du manquement
07-08-13 2013 QCCA 1343 - L'appelante se pourvoit contre une décision rendue par la
Cour du Québec qui, après avoir constaté le manquement
de l'intimé au regard de l'ordonnance de sursis
préalablement prononcée contre lui, a imposé, en
application du paragraphe 742.6(9) du Code criminel, des
travaux communautaires pour une période de 60 heures,
dans un délai de six mois;
- L'appelante souhaite la révocation pure et simple de
l'ordonnance de sursis;
- En l'espèce, le bris ne résulte pas de la commission d'une
autre infraction criminelle. Il fut plutôt constaté que
l'intimé n'a pas répondu aux appels de contrôle à trois
416
reprises et qu'il n'était pas chez lui à 23 heures le 18 avril
2013;
- L'intimé s'était vu imposer une peine d'emprisonnement
avec sursis assortie, entre autres, de la condition d'effectuer
240 heures de service communautaire;
- La Cour cite l'art. 742.3(2)d) C.cr. relatif à
l'accomplissement d'au plus 240 heures de service
communautaire et conclut que la juge a excédé sa
compétence en prononçant l'ordonnance supplémentaire de
service communautaire;
- La juge a eu raison de ne pas reconnaître comme valable
l'excuse avancée par l'intimé pour justifier son absence à
son domicile après 23 heures, le 18 avril 2013
(célébrations entourant l'anniversaire de sa conjointe);
- Prenant en compte la nature du manquement et le moment
où il s'est produit, le fait que le manquement ne constitue
pas une infraction criminelle de même que l'effet que
pourrait avoir sur l'intimé une décision de mettre fin à
l'ordonnance de sursis, les conditions facultatives de
l'ordonnance de sursis prononcée par la Cour du Québec
doivent être modifiées de façon que l'intimé soit présent à
son domicile 24 heures sur 24 avec les exceptions
habituelles, et ce, jusqu'à la fin de l'ordonnance.
Bilodeau c. R.
Ordonnance
Conduite dangereuse causant la
mort, 3 ans de prison +
interdiction de conduire durant 7
27-05-13 2013 QCCA 980 - À la suite d'un verdict de culpabilité sur deux chefs
d'accusation de conduite dangereuse causant la mort à
l'occasion d'une course de rue, la juge lui impose une peine
de trois ans d'emprisonnement concurrents par chef, avec
interdiction subséquente de conduire tout véhicule
automobile pendant sept ans. L'appelant se pourvoit à
l'encontre d'un aspect de la peine imposée, soit la période
417
ans;
Preuve en appel : acceptée
(condamnation bris de condition)
"la peine doit être proportionnelle
et l'accusé doit la mériter";
Interdiction de conduire réduite à
5 ans.
d'interdiction de conduire de sept ans;
- La Cour doit donc trancher une question en l'espèce : y a-til lieu d'intervenir pour réduire la durée de cette
interdiction?
- Lors des représentations sur la peine, le ministère public
suggère une interdiction de conduire tout véhicule
automobile pendant cinq ans. L'appelant propose une
interdiction de conduire d'un an seulement;
- L'appelant insiste particulièrement sur le cumul excessif de
l'interdiction de conduire qui a précédé le verdict et la
peine (3 ½ ans de mars 2009 à octobre 2012) et celle qui
suivra sa période d'emprisonnement de trois ans (sept
autres années). Ce total, qu'il établit à 13 ½ ans, serait
déraisonnable à cause de sa durée objective qui, en somme,
excéderait le maximum de dix ans prévu dans de tels cas.
Il serait tout aussi déraisonnable devant la réalité propre à
l'appelant qui vit isolé et doit défrayer chaque semaine des
coûts de transport importants pour se déplacer à son
travail;
- Pour appuyer le caractère raisonnable de la peine imposée,
le ministère public obtient la permission de déposer une
preuve nouvelle. Cette preuve établit que, lorsqu'il était en
liberté sous la condition, entre autres, de ne pas conduire
un véhicule, l'appelant a manqué à cet engagement le 25
octobre 2010. Il a reconnu sa culpabilité à ce bris
d'engagement le 18 décembre 2012, après l'imposition de
la peine en l'espèce;
- Dans l'arrêt Paré c. R., 2011 QCCA 2047, le juge Doyon
rappelle que l'estimation de la durée adéquate de
l'interdiction de conduire fait partie du processus de
détermination de la peine. Il faut, à cet égard, tenir compte
418
des facteurs et principes applicables, dont les facteurs
aggravants et atténuants pertinents;
- En matière de conduite dangereuse, la dénonciation et la
dissuasion sont des objectifs pénologiques régulièrement
soulevés et appliqués;
- Toutefois, malgré la justesse de ces objectifs pénologiques,
la peine doit demeurer proportionnelle et l'accusé doit la
mériter. Ainsi, on ne peut favoriser indûment l'objectif de
dissuasion générale au détriment de l'imposition d'une
peine qui soit proportionnelle à la responsabilité du
délinquant;
- En ce qui touche l'interdiction de conduire, la juge accorde
à l'objectif de dissuasion générale une importance qui
semble démesurée par rapport au degré de responsabilité
propre à l'appelant. Si louable que soit cet objectif face
aux crimes dont il s'agit ici, il ne permet pas d'ignorer la
réalité qui caractérise en l'occurrence l'appelant;
- De même, en insistant sur ce qu'elle qualifie de « facteurs
aggravants », la juge retient en définitive comme facteurs
aggravants certains éléments constitutifs de l'infraction qui
sont déjà considérés dans le facteur aggravant de la gravité
objective du crime. En sont, par exemple, les circonstances
menant à l'impact fatal, la témérité et l'immaturité de
l'appelant dans sa conduite du véhicule et le refus de lâcher
prise dans la course effrénée pour rattraper l'autre véhicule;
- En l'espèce, en plus de faire partie des éléments constitutifs
de l'infraction de conduite dangereuse causant la mort à
l'occasion d'une course de rue, certains des facteurs dits
aggravants retenus par la juge se recoupent. Ainsi, la juge
retient en quelque sorte comme facteurs aggravants qu'elle
impute à l'appelant le fait de prendre part à la course, de
419
faire la course et de refuser d'arrêter de faire la course,
ainsi que le caractère irresponsable de sa décision de
participer à la course;
- Cette répétition de facteurs aggravants de même nature,
qui, du reste, participent des éléments constitutifs de
l'infraction dont la gravité objective est par ailleurs
retenue, cause en définitive un déséquilibre entre les
facteurs aggravants et atténuants retenus par la juge. Or,
dans ses motifs, elle insiste justement sur le caractère
prédominant de ces facteurs aggravants;
- Cela a d'autant plus d'importance ici que la juge omet
parallèlement de prendre en considération toute la mesure
d'un facteur atténuant pertinent, soit la reconnaissance par
l'appelant de sa responsabilité dans la mort de ses deux
amis et, surtout, l'expression particulièrement sentie de ses
remords sincères;
- Sous cet aspect de l'interdiction de conduire de sept ans, la
peine est non indiquée et déraisonnable;
- Sans pour autant devoir la déduire dans la même mesure,
la durée de l'interdiction de conduire préalable au prononcé
de la peine est un facteur à considérer dans l'analyse du
caractère raisonnable et approprié de l'interdiction à
imposer aux termes de l'article 259 (3.3) b) C.cr.;
- Un tour d'horizon des arrêts récents de la Cour en la
matière montre que l'interdiction de conduire imposée à
des délinquants similaires ayant commis des crimes
similaires se situe généralement entre trois et cinq ans;
- N'eût été son bris d'engagement révélé par la preuve
nouvelle, une interdiction limitée à quatre ans aurait été
appropriée. Toutefois, tenant compte de cet élément
nouveau, la période d'interdiction devrait être de cinq ans;
420
- Compte tenu de l'importance d'assurer éventuellement la
réhabilitation sociale de l'appelant, qui en est à sa première
infraction criminelle, a un emploi stable et doit débourser
des sommes importantes pour faire l'aller-retour à son
travail, une période d'interdiction de conduire limitée à
cinq ans semble raisonnable et nettement plus indiquée.
Hervieux Riverin c. R.
Ordonnance
Délinquant dangereux ou à
contrôler.
12-09-13 2013 QCCA 2253 - Le 20 octobre 2011, devant un juge de la Cour du Québec,
l'appelant plaidait coupable à différentes infractions de
nature sexuelle, de même qu'à un bris de probation et à un
bris d'engagement. Le 5 avril 2012, la poursuite demandait
son renvoi pour permettre la confection d'un rapport
d'évaluation en vue de décider s'il devait être déclaré
délinquant dangereux ou à contrôler. L'appelant,
représenté par deux avocats d'expérience, n'a pas contesté
cette demande;
- Le juge de la Cour du Québec s'est alors dit d'avis que
toutes les infractions étaient visées par l'alinéa 753.1(2)a)
C.cr. et que le dossier comportait suffisamment d'éléments
pour constituer des motifs raisonnables de croire que
l'appelant pourrait être déclaré délinquant dangereux ou à
contrôler. Conformément au paragraphe 752.1(1) C.cr., il
a ordonné son renvoi pour évaluation;
- Le juge de la Cour supérieure a rejeté le 22 octobre 2012 la
requête de l'appelant en certiorari et en mandamus lui
demandant de :
DÉCLARER que le juge n'avait pas compétence ab initio et/ou
a excédé sa juridiction en autorisant le renvoi du requérant sous
garde pour qu'on effectue les évaluations suivant l'article
752.1(1) du Code criminel.
L'appelant a tort de soutenir que l'application du
paragraphe 752.1(1) C.cr. dépend de la réalisation
421
préalable des conditions énoncées à l'article 752.01 C.cr.;
- Lorsque les conditions énumérées l'article 752.01 C.cr.
sont réunies, cette disposition crée une obligation pour la
poursuite d'aviser dans les meilleurs délais le tribunal de
son intention de lui présenter ou non une demande de
renvoi en vue de procéder à l'évaluation du délinquant.
Quant au paragraphe 752.1(1) C.cr., il oblige le tribunal à
ordonner le renvoi du délinquant seulement si les
exigences qui y sont mentionnées sont satisfaites. Le juge
de la Cour supérieure avait donc raison d'affirmer que ces
deux dispositions visent des fins différentes;
- En l'espèce, l'article 752.01 C.cr. était inapplicable à la
situation de l'appelant en ce que, d'une part, il n'a pas été
déclaré coupable d'une infraction constituant des sévices
graves à la personne et que, d'autre part, il n'avait pas
davantage été « condamné pour au moins deux infractions
désignées lui ayant valu, dans chaque cas, une peine
d'emprisonnement de deux ans ou plus »;
- En dépit de ses plaidoyers de culpabilité, qu'il ne remet
d'ailleurs pas en question, l'appelant avance maintenant
n'avoir jamais été formellement condamné avant que
n'intervienne l'ordonnance de renvoi. Celle-ci serait nulle
ab initio vu le défaut de compétence du juge de la Cour du
Québec pour la prononcer. Cette thèse prendrait appui sur
la version anglaise du paragraphe 752.2(1) C.cr. qui
contient les mots « […] an offender who is convicted of a
serious personal injury offence […] »;
- Sur cette question, le comportement des parties,
notamment l'acceptation par le juge des plaidoyers de
culpabilité, son ordonnance de confection d'un rapport
présentenciel, l'audition sur la mise en liberté de l'appelant
422
et un rendez-vous donné aux parties pour les observations
sur la peine permettent d'inférer que les conditions
préalables au renvoi de l'appelant conformément au
paragraphe 752.1(1) C.cr. étaient remplies. C'est la
conclusion à laquelle en est venue la Cour d'appel de
l'Alberta appelée à discuter de circonstances analogues
dans l'arrêt R. v. Senior, [1996] A.J. No. 171;
- Le juge de la Cour du Québec ne pouvait cependant
ordonner le renvoi de l'appelant pour les accusations de
bris de probation et de bris d'engagement, ces infractions
n'impliquant aucuns sévices graves à l'égard de la
personne. Celles-ci ne sont pas davantage mentionnées à
l'alinéa 753.1(2)a) du Code criminel.
R. c. Bédard
Ordonnance
Délinquants dangereux;
La victime doit avoir subi des
sévices graves;
Délinquant à contrôler;
Discrétion juge 1e instance;
Risque assumable par la société;
Décision de fait.
28-03-14 2014 QCCA 628 - L'appelante se pourvoit contre le refus du juge de première
instance (le Juge) de déclarer l'Intimé «délinquant
dangereux» et demande à la Cour d'y procéder, et
subsidiairement, de le déclarer « à contrôler » (C.cr., Partie
XXIV);
- L'intimé avait été déclaré coupable des crimes prévus aux
arts 264.1(1)a), 423.1 et 145(3)a) C.cr.;
- La Cour discute de l'effet des modifications apportées en
2008 à l'art. 753 C.cr.;
- Selon l'appelante, le jugement, pour la partie traitant de la
déclaration de délinquant dangereux, est fondé sur les
anciennes dispositions plutôt que sur les nouvelles.
L'intimé ne le conteste pas vraiment. L'appelante a raison.
Il y a donc lieu de reprendre l'analyse pour déterminer si
l'intimé doit être déclaré délinquant dangereux;
- L' « intimidation d'une personne associée au système
judiciaire » est un crime « passible d'un emprisonnement
423
maximal de quatorze ans » (C.cr., art. 423(3)), ce qui
satisfait la première partie de la définition de sévices
graves (art. 752);
- Passons à la seconde, soit que l'infraction implique
l'élément de dangerosité défini au sous-alinéa (ii). Le
danger qui y est défini est plus qu'un trouble ou un
malaise. Les mots employés, « dangereux… pour la vie ou
la sécurité » sont plus restrictifs que ceux de 753 (i)a) où
on lit : « un danger pour la vie, la sécurité ou le bien-être
physique ou mental… ». De même les « dommages
psychologiques » doivent être « graves »;
- Ici, il n'est pas question de violence, auquel cas le sousalinéa (i) aurait été invoqué. Il n'y a pas eu d'accusation de
voies de fait. Il n'y a eu ni danger pour la sécurité de la
personne de J.R. ni dommage psychologique;
- La question est de déterminer si la conduite de l'intimé a
causé un dommage sérieux à la victime ou si un tel
dommage était probable dans les circonstances (inflicting
or likely to inflict);
- Le crime commis par l'intimé ne constitue pas des sévices
graves et donc la première exigence pour une déclaration
de délinquant dangereux n'est pas satisfaite;
- Passons à la demande subsidiaire, soit de déclarer l'intimé
délinquant à contrôler. Le juge l'a rejetée, avec raison;
- La Loi sur les crimes violents de 2008 n'est pas venue
modifier les exigences pour une telle déclaration, la
discrétion du juge demeure la même;
- Comme il s'agit de l'exercice d'un pouvoir discrétionnaire,
la déférence est de mise;
- Les propos injurieux et la conduite déplorable de l'intimé
durant le procès ne portent certainement pas le juge à sous424
estimer sa dangerosité pour l'avenir. Malgré tout, il estime
que la protection de la société ne requiert pas de le déclarer
à contrôler. En appel, ce serait présomptueux de le
considérer plus dangereux que le juge ne l'a estimé.
Aloisi c. R.
Ordonnance
Application art. 109;
Avis de récidive nécessaire selon
727 C.cr. pour que l'interdiction
soit à perpétuité.
LSJPA – 143
Ordonnance
LSJPA;
Vol qualifié;
Absolution inconditionnelle;
Ordonnances 109 et ADN
nécessaires.
19-12-13 2013 QCCA 2196 - L'appelant se pourvoit contre un jugement de la Cour du
Québec qui, outre une peine d'emprisonnement avec sursis,
a prononcé une ordonnance d'interdiction de possession
d'armes à perpétuité, en se fondant sur le paragraphe
109(3) C.cr.;
- Il appert qu'aucun avis de récidive n'avait été signifié à
l'appelant, selon le paragraphe 727(1) C.cr., et l'intimée
concède qu'il y a lieu de modifier la durée de l'ordonnance
d'interdiction en ce qui a trait aux armes décrites au
paragraphe 109(2)a) C.cr.;
- La Cour réduit la période d'interdiction à 10 ans, pour les
armes décrites au paragraphe 109(2)a) C.cr.
04-02-14 2014 QCCA 210 - L'intimé a comparu pour répondre à des accusations de vol
qualifié (art. 344(1)b.1 C.cr.) et de complot relatif à ce
même vol (art. 465(1)c) C.cr.);
- L'intimé a enregistré un plaidoyer de culpabilité sur les
deux chefs d'accusation;
- La juge a prononcé l'absolution inconditionnelle de
l'intimé, en se référant à l'article 42(2)b) de la Loi sur le
système de justice pénale pour adolescents;
- Les parties conviennent qu'à cette occasion, la juge a omis,
à tort, d'émettre une ordonnance d'interdiction de posséder
des armes et des munitions prévue à l'article 51 de la
LSJPA, et une ordonnance autorisant le prélèvement du
nombre d'échantillons de substances corporelles de l'intimé
425
jugé nécessaire pour analyse génétique, conformément à
l'article 487.051(1) du Code criminel;
- La Cour estime que le pourvoi est bien fondé et peut être
décidé au terme du processus de facilitation pénale.
Fabrikant c. Canada (Attorney
General)
Ordonnance
Demande d'être éligible à une
libération conditionnelle.
10-02-14 2014 QCCA 240 - Fabrikant has appealed a judgment of the Superior Court
dismissing an application pursuant to section 745.6 Cr. C.
in which the appellant sought a reduction in the number of
years of imprisonment he must serve before becoming
eligible for parole;
- The rules relating to judicial review of ineligibility for
parole in the Criminal Code were amended in 1996 by
"Bill C-45". The amendments came into force on January
9, 1997, some three and one-half years after the appellant
was sentenced and longer still from the time he committed
the crimes for which he was convicted;
- The new law amended section 745.6 Cr. C. and,
significantly for the present case, changed the manner in
which applications for judicial review of parole
ineligibility proceed;
- Mr. Fabrikant argues that his motion for review should not
be subject to the two-stage process and the jury unanimity
rule set forth in section 745.61 Cr. C. because it was
enacted and came into force after the date of his conviction
and sentencing. Noting that he was sentenced at a time
when the one-stage regime was in place, he says that the
application of the new rules in the circumstances would
deprive him of his constitutional right under s. 11(i) of the
Charter to the benefit of "the lesser punishment/la peine la
moins sévère" applicable under the former regime;
- Mr. Fabrikant further contends that he has acquired rights,
426
given the date of his conviction and sentence, to the
previous regime. To subject him to the two-stage process
with jury unanimity, he says, also violates his rights under
s. 7 of the Charter and the judge was mistaken to decide
otherwise;
- The judge rightly held that Mr. Fabrikant cannot avail
himself of the protection in section 11(i) of the Charter in
the circumstances because he is no longer a "person
charged with an offence/inculpé", within the meaning of
that expression in the constitutional text, but rather a
person already convicted of an offence. In addition to the
judgment in Vaillancourt v. Canada (Solicitor General)
cited by the judge as authority on this point, the Supreme
Court of Canada also adopted this interpretation in R. v.
Milne. In Milne, the majority of the Supreme Court
explained in paragraph 24 that "s. 11(i) of the Charter […]
limits the rights of an accused in this regard to the benefit
of a reduction in sentence made between the time of the
commission of the offence and the time of sentencing";
- Moreover, the transitional rules, and in particular section 7
of Bill C-45, do not deprive Mr. Fabrikant of a liberty
interest protected by s. 7 of the Charter;
- Section 7 of Bill C-45 does not establish a retroactive
application of law in the circumstances. The transitional
rule provides that the changes to the judicial review of
parole ineligibility enacted in 1996 apply in respect of
applications for judicial review made after the date of the
coming into force of the amendments, which was January
9, 1997. In this sense, it is of immediate application;
- It is true that section 7 of Bill C-45 further directs that the
amendments, including the two-stage process and the jury
427
unanimity rule, are to apply in respect of crimes committed
before their coming into force. But even in respect of
crimes committed prior to 1997 – such as those for which
Mr. Fabrikant was found guilty – the application of the
new rules requires that the date of the motion for judicial
review be made after that of the coming into force of the
amendments for the new rules to apply. While
retrospective in some of its effects, s. 7 the transitional
provisions does not provide for the retroactive application
of the amendments;
- Bill C-45 merely changed the procedure in respect of
which Mr. Fabrikant's motion would be treated and neither
the two-stage process nor the unanimity rule affect his
substantial rights in a manner that infringed the Charter.
The judge correctly pointed out that it is not merely
because the route to granting a successful motion is made
more difficult that the principles of fundamental justice
under s. 7 have been breached. The amendments do not
substantively change the right to apply for a reduction in
parole ineligibility;
- The impugned amendments, including the jury unanimity
rule, affect the procedure by which a person achieves the
right to apply for parole, but they do not affect the
appellant's substantive rights in respect of his sentence or
the terms of his release;
- The better view is that Mr. Fabrikant does not enjoy
acquired rights to have his application decided under the
former regime;
- In any event, the application of the amendments to Mr.
Fabrikant's motion do not result in a deprivation of liberty,
and certainly not one that fails to conform to the principles
428
of fundamental justice;
- The Criminal Code is clear on the manner to proceed
under the two-stage process : subsection 745.61(2) Cr.C.
directs that the judge renders his decision, at the first stage,
by considering the same criteria that the jury is to consider
at the second stage under subsection 745.63(1) Cr.C. The
burden at the first stage rests with the applicant, on a
balance of probabilities, to demonstrate that the application
is not an obviously hopeless application. The task of the
judge is constrained to a determination of this on the basis
of the relevant factors set out in paragraphs 745.63(1)(a) to
(e);
- Accordingly, the judge correctly decided that the firststage of the judicial review was not the moment to
undertake a new examination of the circumstances leading
to the conviction at trial. The right focus is on changes to
the applicant's situation following his conviction and
sentencing that might justify reducing the number of years
prior to his eligibility for parole. Grounds 7a), b) and c)
advanced by Mr. Fabrikant all deal with his view of things
as they were in 1992 and why, in the final analysis, it was
wrong to convict him of a crime. This is irrelevant on an
application relating to the reduction of the period of parole
ineligibility;
- As for Mr. Fabrikant's argument that the information is
new because he was not permitted to testify at his trial, this
too is without merit. The matter of his right to testify was
disposed of at his trial and on appeal and is now res
judicata;
- Brunton, J. decided that the appellant's situation had not
changed and that he was, in essence the same man who
429
committed the murders and was sentenced to life
imprisonment without eligibility for parole for 25 years;
- The judge dismissed the motion for reduction of the period
of parole ineligibility because the situation of the appellant
had not changed since the time he committed the crimes of
which he was convicted. This conclusion should be
confirmed on appeal.
430
P R E UV E
COUR
NOM DE LA CAUSE
Graveline c. R.
Preuve
Introduction par effraction et
séquestration;
Preuve de faits similaires;
Dépôt des antécédents en contreinterrogatoire de l'accusé.
DATE
D’ A P P E L
RÉFÉRENCE
ANNOTATIONS
13-03-14 2014 QCCA 537 - L'appelant se pourvoit contre une déclaration de culpabilité
relative à plusieurs chefs d'accusation;
- L'appelant propose les moyens d'appel suivants :
1. La juge aurait erré en permettant une preuve de faits
similaires;
2. La juge aurait erré en autorisant le ministère public à
présenter une preuve de moralité;
3. La juge aurait erré en déclarant l'appelant coupable du
chef numéro 6 (voies de fait graves (268 C.cr.);
- Le ministère public concède à bon droit l'appel en ce qui a
trait au troisième moyen. Par ailleurs, les autres moyens
d'appel se révèlent sans fondement;
- La juge a reconnu le caractère exceptionnel de
l'admissibilité de la preuve de faits similaires et s'est
correctement mise en garde contre son caractère insidieux.
Elle a ensuite décrit le but visé par la preuve dont il s'agit,
soit celui de démontrer l'existence d'un comportement
systémique de l'appelant susceptible de rehausser la
431
crédibilité et la fiabilité de la version de la plaignante. Il
s'agissait en l'occurrence de contrer la thèse soutenue en
défense selon laquelle la plaignante aurait fabriqué le récit
à l'origine de tous les chefs d'accusation, à l'exception de
celui portant sur le trafic de stupéfiants. En l'espèce, la
crédibilité de cette dernière et la fiabilité de son récit
étaient intimement reliées à la nature de l'actus reus de
chacune des accusations en cause, de sorte que la juge était
justifiée de permettre l'administration de la preuve des faits
similaires;
- Ces prémisses posées, la juge a par la suite conclu à la
grande similitude entre les faits faisant l'objet des
accusations et ceux vécus par l'ancienne conjointe de
l'appelant plus de dix ans auparavant. Dans les
circonstances, elle pouvait, comme elle l'a fait, estimer qu'à
lui seul l'écart temporel ne constituait pas un facteur
suffisant pour faire obstacle à l'introduction de la preuve;
- C'est à tort que l'appelant fait grief au ministère public de
ne pas s'être déchargé du fardeau d'établir l'absence de
collusion entre la plaignante et l'ancienne conjointe de
l'appelant qui a décrit les faits similaires dont il s'agit. La
preuve administrée devant elle justifiait la juge de
conclure, suivant le poids des probabilités, qu'il n'y avait
pas de preuve ni de possibilité vraisemblable de collusion
(air of reality);
- C'est également à tort que l'appelant se plaint de
l'introduction en preuve de son plaidoyer de culpabilité à
l'égard des crimes relatés par son ancienne conjointe. Il est
exact que l'introduction de ce plaidoyer de culpabilité
n'était pas nécessaire, comme l'enseigne la Cour suprême
dans Jesse, puisque l'appelant ne niait pas les faits.
432
L'argument proposé est toutefois sans valeur, car c'est
volontairement et sans incitation quelconque, que la
défense a admis ce plaidoyer de culpabilité;
- C'est enfin sans fondement que l'appelant reproche à la
juge de première instance d'avoir autorisé l'intimée à
présenter une preuve de moralité. Ce moyen recoupe à
plusieurs égards celui qui s'attaque à l'introduction de la
preuve de faits similaires. L'appelant y ajoute un ingrédient
additionnel, celui portant sur l'introduction en preuve de
ses autres antécédents judiciaires;
- En l'espèce, le dossier révèle que la juge a d'abord refusé le
dépôt de ces antécédents pour ensuite le permettre à la
faveur du contre-interrogatoire de l'appelant, après qu'il eût
témoigné pour sa défense, ce que permet, en principe,
l'article 12 de la Loi sur la preuve au Canada. Il convient
de noter à ce sujet que l'appelant n'a jamais formulé de
demande de type Corbett.
Desjardins c. R.
Preuve
Agression sexuelle;
Preuve d'actes similaires;
Critères.
07-04-14 2014 QCCA 705 - L'appelant se pourvoit contre deux jugements qui le
déclarent coupable d'incitation à des contacts sexuels (art.
152 C.cr.), de contacts sexuels (art. 151 C.cr.) et
d'agression sexuelle (art. 271(1)a) C.cr.) dans le cas de Y
et aussi coupable d'agression sexuelle (art. 271(1)a) C.cr.)
dans le cas de X;
- L'appelant subit, l'un à la suite de l'autre, deux procès pour
des gestes à caractère sexuel commis à l'endroit de deux
mineures, X et Y;
- Les moyens d'appel soulevés par l'appelant se résument
aux questions suivantes :
1. Le juge a-t-il erré en droit en utilisant la preuve de
faits similaires pour rehausser la crédibilité des
433
plaignantes?
2. Le juge a-t-il erré en droit en concluant à la
culpabilité, hors de tout doute raisonnable, sur la base
d'un concours de crédibilité, en rejetant le témoignage
de l'appelant principalement en raison de la crédibilité
accordée à la déposition des plaignantes?
3. Le verdict rendu est-il déraisonnable?
- L'appelant ne remet pas en cause le bien-fondé des deux
jugements interlocutoires qui ont permis la preuve d'actes
similaires. Dans ces jugements, le juge précise que ce type
de preuve est exceptionnel et il examine les sept facteurs
de rattachement énumérés dans l'affaire Handy en vue de
décider de son admissibilité. Il détermine ensuite que cette
preuve vise à établir le modus operandi de l'accusé
lorsqu'il se retrouve à son chalet en présence d'une jeune
fille sur laquelle il exerce un ascendant et aussi à
démontrer sa témérité dans de telles circonstances, en ce
sens qu'il ne craint pas de passer à l'acte, même lorsque
d'autres personnes sont à proximité;
- Le juge conclut à une grande similitude entre les actes dits
similaires, en ce que, dans les deux cas, les plaignantes
soutiennent avoir été agressées dans un contexte identique,
soit lors de parties de cachette ayant eu lieu au chalet de
l'accusé et alors que celui-ci était dissimulé avec l'une des
plaignantes et son fils Z. Conformément aux
enseignements d'Handy, le juge souligne l'absence de
collusion entre les deux plaignantes;
- Le juge reconnaît que les questions soulevées visent à
contrer une défense d'absence d'opportunité basée sur le
fait qu'il soit invraisemblable pour l'accusé de commettre
de tels crimes de nature sexuelle à l'égard de mineures,
434
alors que d'autres personnes sont à proximité. La preuve
de similarité est ici frappante et la question soulevée est
cernée avec précision. La valeur probante de cette preuve
l'emporte sur le préjudice que pourrait subir l'appelant. Il
ne remet d'ailleurs pas sérieusement en cause ces
déterminations;
- Ce que l'appelant conteste, c'est la possibilité pour le juge
d'utiliser cette preuve afin de rehausser la crédibilité des
plaignantes. Or, une lecture attentive de la jurisprudence en
cette matière ne fait voir aucune erreur à cet égard;
- Comme le soulignent les auteurs Béliveau et Vauclair, la
valeur probante d'une preuve de faits similaires repose sur
l'improbabilité d'une coïncidence et la similitude des
comportements. L'objectif premier de cette preuve est de
démontrer que l'acte a été commis;
- L'acceptation de cette preuve peut avoir pour conséquence
indirecte de rehausser la crédibilité d'un témoin, lorsque la
version des faits de ce témoin contredit celle de l'accusé,
quoiqu'il faille être prudent en ce domaine pour ne pas
ouvrir la porte à l'admissibilité d'une preuve de propension;
- Dans R. c. B. (C.R.), la Cour suprême a reconnu la
possibilité que la preuve de faits similaires puisse être utile
relativement à la question cruciale de la crédibilité.
L'opinion émise sur ce sujet par la juge McLachin en 1990
n'a pas été remise en cause par l'arrêt Handy. D'ailleurs,
récemment, la Cour reconnaissait que la démonstration
d'un comportement systémique est susceptible d'avoir pour
conséquence de rehausser la crédibilité et la fiabilité de la
version d'une plaignante;
- L'arrêt rendu par la Cour dans LSJPA – 1228 n'a pas exclu
la possibilité que l'acceptation d'une preuve de faits
435
similaires, visant à contrer la défense d'improbabilité d'un
geste ou à démontrer la similitude d'un comportement,
puisse avoir pour conséquence de rehausser la crédibilité
d'un témoin. Ce que cet arrêt est venu affirmer, c'est que la
preuve d'actes similaires ne peut être admise dans le but de
hausser, de manière générale, la crédibilité d'un témoin et
d'apporter ainsi une preuve de propension générale;
- Par ailleurs, la preuve de faits similaires peut aussi servir à
établir l'actus reus, ce qui, là encore, peut avoir pour
conséquence indirecte de rehausser la fiabilité d'un
témoignage;
- Contrairement à ce que soutient l'appelant, le juge s'est mis
en garde contre le raisonnement interdit qui consiste à
rejeter le témoignage de l'accusé, au seul motif qu'il
accepte celui de la plaignante. Ses motifs font voir qu'il n'a
pas apprécié la version des plaignantes dans un vacuum.
Au contraire, toute son analyse a été faite dans l'esprit des
règles de R. c. W.(D.);
- L'appelant allègue que les verdicts rendus sont
déraisonnables, compte tenu des nombreuses
contradictions soulevées lors des témoignages des
plaignantes. Lors du procès, l'appelant a soumis au juge un
tableau démontrant quinze contradictions ou imprécisions
dans le témoignage de X et cinq dans celui de Y. Le juge a
considéré et soupesé la plupart des contradictions
soulevées par l'appelant;
- La norme d'intervention imposée aux cours d'appel est
celle d'une grande déférence à l'égard du juge des faits et
de son appréciation de la crédibilité des témoins, parce
qu'il a l'avantage de les voir et de les entendre. Cette norme
a encore été rappelée récemment dans R. c. W.H.;
436
- Encore plus récemment, dans l'affaire Pardi, 2014 QCCA
320, la Cour résume la règle sur le pouvoir limité
d'intervention des cours d'appel.
L.G. c. R.
Preuve
Événement hors Québec;
Preuve inadmissible;
Enregistrement en langue arabe;
Non complètement traduit;
Irrecevable si pas traduit au
complet.
04-02-14 2014 QCCA 213 - L'appelant se pourvoit contre un verdict de culpabilité
d'agression sexuelle, de voies de faits simples, de voies de
faits armées, de voies de fait ayant causé des lésions
corporelles et de menaces à l'endroit de son épouse et de
ses enfants, prononcé par un jury;
- L'appel doit échouer;
- En ce qui a trait aux événements qui ont eu lieu lorsque la
famille demeurait en Alberta, s'il est vrai qu'ils ne
pouvaient fonder une déclaration de culpabilité à l'égard de
faits survenus à l'extérieur du Québec de sorte que cela
justifiait une modification des chefs d'accusation, ils
demeuraient néanmoins admissibles au chapitre de la
relation des faits. Ils permettaient de comprendre et
d'analyser correctement les événements qui sont ensuite
survenus au Québec. Il s'agissait donc d'une preuve qui
était pertinente, notamment au regard du consentement, du
contexte familial, du délai à porter plainte et de la
crédibilité. Comme sa valeur probante surpassait le
préjudice qu'elle pouvait causer, elle était admissible;
- Quant aux limites imposées par le juge au contreinterrogatoire de la plaignante auquel voulait se livrer
l'avocat de l'appelant en utilisant un enregistrement de
conversations entre ce dernier et la plaignante, tenues en
langue arabe, il s'agit d'une question qui relève de
l'exercice de son pouvoir discrétionnaire. La traduction
était incomplète et avait été faite par l'appelant lui-même.
Le juge en a refusé l'utilisation au double motif que la
437
défense, qui s'était engagée à en fournir une traduction
complète plusieurs semaines avant le procès, avait fait
preuve de négligence et que la fiabilité de l'enregistrement,
qui concerne tant son intégrité que la qualité douteuse de
sa traduction, n'avait pas été démontrée;
- En l'absence de traduction officielle, alors que le procès se
déroulait devant jury, et en présence d'un montage-maison
limité à des extraits de conversations, l'appelant ne
convainc pas la Cour que le juge a erré en refusant
l'utilisation de cette preuve. De plus, même aujourd'hui, on
ne sait toujours pas si cet enregistrement aurait quelque
utilité aux fins de contre-interroger la plaignante.
Péloquin c. R.
Preuve
Agression sexuelle;
Antécédent de l'accusé;
Vol démontre non-respect des lois
donc pertinent;
Application de W.(D.)
13-05-13 2013 QCCA 899 - L'appelant adresse deux reproches au juge de première
instance, qui l'a reconnu coupable d'agression sexuelle. Le
premier est d'avoir fait un usage illégal des antécédents
judiciaires de l'appelant. Le deuxième, de s'être mal dirigé
en droit quant à l'application de la démarche analytique
décrite dans R. c. W(D);
- Ni l'un ni l'autre de ces reproches n'est fondé. Les
antécédents judiciaires doivent avoir une connexité avec la
crédibilité de l'accusé, et non avec la nature du crime
reproché. Si les crimes impliquant la malhonnêteté,
comme la fraude ou le parjure, influencent de façon plus
directe l'appréciation de la crédibilité, cela n'empêche pas
le juge des faits d'inférer du manque de respect des lois que
l'accusé a peu de respect pour la vérité. Des crimes de vol,
comme il s'en trouve dans le dossier de l'appelant,
impliquent, par définition, de la malhonnêteté;
- Quant à l'application de l'affaire W. (D)., il semble utile de
rappeler à nouveau que la démarche analytique qui y est
438
proposée n'est pas obligatoire. Dans C.L.Y. c. La Reine
[2008] 1 R.C.S. 5, la Cour suprême soulignait que « la
question fondamentale est celle de savoir si, compte tenu
de l'ensemble de la preuve, le juge des faits éprouve un
doute raisonnable quant à la culpabilité de l'accusé.
L'essentiel consiste à savoir si le fardeau et la norme de
preuve appropriés ont été appliquées, et non quelle
formulation a été utilisée pour les appliquer. L'arrêt R. c.
W. (D.) [1991] 1 R.C.S. 742 offre des repères utiles et non
le seul itinéraire possible. » Ici, le cheminement
intellectuel du juge a clairement été de se demander s'il
était convaincu de la culpabilité de l'accusé hors de tout
doute raisonnable. La preuve soutenait le verdict
prononcé.
Mac Don c. R.
14-05-13 2013 QCCA 917
Preuve
Le juge commet une erreur de droit en rejetant le
témoignage de l'appelant pour le seul motif qu'il a des
antécédents judiciaires. Comme le dit le juge en chef
Dickson dans R. c. Corbett, [1988] 1 R.C.S. 670 :
[21] […] Il est toutefois évident que ce n'est pas simplement
parce qu'un témoin a déjà été déclaré coupable d'une infraction
qu'on doit nécessairement le considérer comme indigne de foi,
mais c'est là un fait dont un jury pourrait tenir compte en
appréciant sa crédibilité.
Sirois c. R.
Preuve
Éléments de preuve
circonstancielle.
12-12-13 2013 QCCA 2185 - La preuve étant circonstancielle, l'appelant soutient qu'elle
ne démontre pas sa culpabilité hors de tout doute
raisonnable, puisqu'on ne saurait dire que la seule inférence
possible à tirer des faits mis en preuve est que c'est lui qui
a fabriqué le faux et qui en a fait le trafic;
- En première instance, l'appelant a avancé, entre autres, que
son client, un dénommé Asselin, à l'avantage duquel le
439
faux était fait, avait lui-même fabriqué et transmis ce faux
à partir du bureau de l'appelant. L'appelant a témoigné,
notamment, que ce dernier avait accès à son bureau par une
entrée secondaire et y venait fréquemment;
- Le juge du procès mentionne qu'Asselin, qui était sous
surveillance, se trouvait à 80 km du bureau de l'appelant
lors de l'interception de la télécopie. Il serait irrationnel de
conclure que c'est lui qui a transmis le faux par télécopieur;
- Quant à l'hypothèse qu'un tiers aurait transmis le faux
document pour le compte d'Asselin, elle relève de la pure
conjecture. Le juge n'avait pas besoin d'en traiter car,
comme le rappelle la doctrine, une inférence de fait doit se
baser sur la preuve : If there are no positive proven facts
from which an inference may be drawn, there can be no
inference, only impermissible speculation and conjecture.
(David Watt, Watt's Manual of Criminal Evidence,
Carswell, 2011, no. 91.01, p. 43);
- La culpabilité de l'appelant sur les deux chefs d'accusation
était la seule conclusion rationnelle à tirer de la preuve
circonstancielle.
Delisle c. R.
Preuve
Meurtre;
Verdict du jury non
déraisonnable.
29-05-13 2013 QCCA 952 - Jacques Delisle se pourvoit contre un verdict de culpabilité
du meurtre au premier degré de son épouse;
- Il présente huit moyens d'appel que la Cour regroupe en
trois rubriques : les erreurs alléguées lors de l'exposé final
du juge, les déficiences dans la plaidoirie du ministère
public et le caractère déraisonnable du verdict de meurtre
au premier degré;
- Il est bien établi que le juge doit enjoindre au jury de
soupeser la preuve dans son ensemble afin de déterminer si
elle soulève un doute raisonnable quant à l'accusation
440
reprochée. Il ne doit pas inviter le jury à passer des
éléments individuels de preuve au crible du doute
raisonnable. Comme l'explique la Cour suprême dans R. c.
Morin, « constitue une directive erronée que de dire au jury
d'appliquer la norme de preuve hors de tout doute
raisonnable à des éléments de preuve individuels ». Elle
précise plus loin que « la fonction de la norme de preuve
n'est pas de soupeser chaque élément de preuve mais de
décider des questions fondamentales »;
- Il existe cependant des situations exceptionnelles où il est
approprié pour un juge d'instance de signaler au jury qu'un
aspect précis de la preuve ne doit pas susciter aucun doute
raisonnable dans son esprit. Une telle directive a alors
pour objectif de prévenir le risque que le jury prenne sa
décision sur la base d'un simple choix entre « deux
éléments de preuve de prime abord contradictoires ayant
une incidence sur la question fondamentale en cause »;
- Cela ne signifie cependant pas que le jury devait prendre sa
décision uniquement en fonction des expertises balistiques
et faire abstraction du reste de la preuve;
- Commentaires à propos de la valeur de la preuve du
comportement postérieur à l'événement;
- Le juge a permis la preuve voulant que l'attitude de M.
Delisle ait changé entre ses premiers contacts avec les
policiers à son domicile et sa rencontre avec les enquêteurs
à l'hôpital;
- La preuve relative à son changement d'attitude n'était pas
dénuée de valeur probante. Il n'est pas contraire à la
logique, au bon sens et à l'expérience humaine de supposer
que le changement d'attitude de M. Delisle au moment où
il apprend qu'une enquête est en cours constitue une preuve
441
de son état d'esprit. Cette preuve était donc pertinente et
admissible a priori;
- La preuve du comportement de l'accusé postérieur à
l'infraction, englobant autant ses déclarations admissibles
que sa conduite, constitue une preuve circonstancielle
parmi d'autres dont l'utilisation est, en principe, laissée à
l'appréciation du jury;
- Règle générale, lorsque le ministère public allègue qu'un
accusé a sciemment fabriqué ses déclarations
disculpatoires pour cacher sa culpabilité, le juge ne doit
soumettre ces prétentions au jury que s'il existe une preuve
indépendante de fabrication. Le jury ne doit pas être invité
à inférer la culpabilité d'un accusé du seul fait qu'il ne croit
pas ses déclarations extrajudiciaires disculpatoires;
- Le contexte des déclarations extrajudiciaires d'un accusé
peut cependant faire preuve de sa volonté de diriger les
autorités vers une fausse piste et satisfaire à l'exigence
d'une preuve indépendante de fabrication;
- En l'espèce, il était possible pour le jury de conclure,
comme le lui a suggéré le ministère public, que l'ensemble
de la preuve, y compris le déplacement de la douille, la
manipulation du pistolet et l'empressement de M. Delisle à
se disculper auprès des policiers, portait à croire qu'il avait
inventé une histoire de toutes pièces pour détourner les
soupçons. Le juge avait alors pour tâche d'attirer
l'attention du jury sur les circonstances des déclarations
afin qu'il puisse, en toute connaissance de cause, décider si
elles étaient ou non destinées à dissimuler la commission
d'un crime et ainsi faire preuve de la culpabilité de M.
Delisle. C'est exactement ce que le juge a fait dans ses
directives;
442
- Une preuve de mobile fait partie des preuves
circonstancielles qui peuvent être soumises à un jury afin
de l'aider à déterminer si un acte criminel a été posé;
- En l'espèce, il transparaît clairement de l'ensemble de la
cause que la preuve du mobile n'était pas essentielle à la
condamnation et ne faisait qu'appuyer la preuve matérielle;
- Rappel du rôle du procureur du ministère public lorsqu'il
plaide;
- Il était certes inhabile de la part du procureur du ministère
public de donner son opinion sur la crédibilité des témoins.
De tels propos sont à éviter puisqu'il appartient au jury, et
non aux avocats, de décider de la crédibilité des témoins.
Or, cette technique n'est illégale que si le procureur
suggère au jury que son opinion repose sur des faits dont il
n'a pas connaissance, ou bien s'il invite le jury à suivre son
opinion sur la foi de son autorité ou de son expérience. Il
n'y a rien de tel en l'espèce;
- Le verdict de culpabilité pour meurtre est l'un de ceux
qu'un jury agissant de manière judiciaire pouvait
raisonnablement rendre. Non seulement la preuve était
suffisante pour justifier un verdict de culpabilité, mais cette
conclusion « ne va pas à l'encontre de l'ensemble de
l'expérience judiciaire ». Le verdict de meurtre au premier
degré faisait aussi partie de ceux qu'un jury agissant
judiciairement pouvait raisonnablement rendre.
LSJPA – 1356
Preuve
LSJPA;
13-11-13 2013 QCCA 1999 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a déclaré
coupable d'agression sexuelle (art. 271 C.cr.) et qui a
prononcé un arrêt conditionnel sur le chef d'avoir eu des
relations sexuelles anales (art. 159(1) C.cr.);
- À l'audience, l'avocat du ministère public a reconnu que
443
Déclaration de l'accusé;
Obligation de l'art. 146 LSJPA
l'appelant aurait dû être acquitté du chef d'avoir eu des
relations anales, vu que l'art. 159 C.cr. a été déclaré
inconstitutionnel par la Cour dans R. c. Roy;
- Au soutien de son appel, l'appelant propose trois questions:
1. Les exigences de l'article 146 de la Loi sur le système de
justice pénale pour les adolescents ont-elles été respectées en
regard de la déclaration donnée par l'appelant le 3 novembre
2011 aux policiers Royer et Desmeules?
2. La juge de première instance a-t-elle commis une erreur de
droit en rejetant la requête de l'accusé en exclusion de la
preuve?
3. Le verdict est-il déraisonnable?
- La juge de première instance a appliqué les enseignements
de la Cour suprême dans R. c. L.T.H., 2008 CSC 49. Elle
n'a pas commis d'erreur en décidant que les exigences de
l'article 146 de la Loi ont été respectées;
- L'appelant a été informé de son droit à l'assistance d'un
avocat, de la disponibilité d'un avocat, sans égard à ses
moyens financiers, ainsi que du numéro de téléphone d'un
avocat. Un téléphone a été mis à sa disposition. Il a
également été informé de son droit de consulter son père,
sa mère ou une tierce personne. Il a été informé de son
droit à la présence d'un avocat ou de la personne qu'il a
choisi de consulter, du fait que sa déclaration doit alors être
faite en présence de l'avocat ou de la personne qu'il a
choisi de consulter et aussi que, dans le cas où il exerce un
tel choix, aucune question ne peut lui être posée et aucune
déclaration ne peut être acceptée sans la présence de la
personne choisie;
- L'appelant a indiqué qu'il ne désirait pas consulter un
avocat ou une autre personne et qu'il ne désirait pas la
présence de telles personnes lors de sa déclaration;
444
- Enfin, l'appelant a renoncé, de façon expresse, à son droit
de consulter un avocat ou une autre personne et à son droit
à la présence d'un avocat ou d'une autre personne lors de sa
déclaration;
- Les droits de l'appelant ainsi que les obligations des
policiers ont été lus, expliqués et l'enquêteur s'est assuré de
sa compréhension;
- La Cour rejette les trois moyens d'appel.
Perreault c. R.
Preuve
Opération de type Mr. Big;
Déclaration de l'accusé;
Analyse du caractère libre et
volontaire;
Présomption d'impartialité du
juge.
07-05-13 2013 QCCA 834 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a déclaré
coupable de meurtre au premier degré survenu en juillet
2003;
- Alain Perreault, considéré comme la dernière personne
ayant été en contact avec Lyne Massicotte, est longuement
interrogé par les policiers les 21, 22, 24 et 29 juillet 2003.
Aucun indice sérieux ne permet de le relier à la disparition
de Lyne Massicotte. Les enquêteurs entretiennent toutefois
des doutes à son égard;
- En 2009, une escouade spécialisée de la Sûreté du Québec
décide d'utiliser une technique spéciale d'enquête appelée «
Mr. Big ». L'opération débute le 29 septembre 2009. Des
agents d'infiltration approchent Alain Perreault et lui
offrent un emploi. Après un certain temps, on lui demande
d'accomplir des tâches illicites. Les agents d'infiltration
gagnent peu à peu sa confiance et le fidélisent à
l'organisation. Au total, 41 scénarios sont élaborés;
- Les agents ont élaboré un scénario d'approche dans lequel
l'argent était un appât pour intégrer l'appelant dans
l'organisation. Au départ, on a dit à l'appelant que le travail
pour lequel ses services étaient requis était légal et qu'il
venait de dénicher un emploi. À partir du douzième
445
scénario, il sera impliqué dans de prétendues activités
criminelles;
- Lors d'une rencontre organisée en janvier 2010 avec le «
grand patron », l'appelant admet avoir tué la victime et
révèle les informations qui ne pouvaient être connues que
de l'assassin;
- Rappel des règles d'admissibilité d'une déclaration
extrajudiciaire faite à une personne qui n'est pas en autorité
: arrêt Hodgson, [1998] 2 R.C.S. 449; arrêt Grandinetti,
[2005] 1 R.C.S. 27;
- L'opération secrète entreprise par les forces policières n'est
pas interdite. Elle a permis de recueillir une déclaration
extrajudiciaire de l'appelant qui l'incrimine. Comme cette
déclaration n'a pas été faite à une personne en autorité, ce
qui n'est pas contesté, le ministère public n'avait pas à
établir son caractère libre et volontaire pour qu'elle soit
admise en preuve en vertu de la règle des confessions;
- Cela dit, un accusé peut invoquer une violation de la
Charte dans le cas où une déclaration lui est soutirée au
moyen « d'un traitement dégradant, telles la violence ou
des menaces de violence » pour reprendre les termes
utilisés par le juge Cory dans l'arrêt Hodgson. L'accusé a,
sous ce rapport, le fardeau de présenter une preuve qui
soutient à première vue son allégation selon laquelle
l'article 7 de la Charte a été violé;
- Le caractère oppressif ou non des circonstances entourant
la déclaration ne s'évalue pas dans l'abstrait et ne fait pas
appel, comme le propose l'appelant, à un test objectif
appliqué à une personne raisonnable. Il faut voir si un
traitement inhumain ou dégradant a permis de soutirer à
l'accusé une déclaration qui pourrait n'être pas fiable ou
446
être carrément fausse. L'analyse est donc contextuelle
puisqu'elle doit être adaptée à l'individu et à sa situation en
regard d'une opération donnée;
- La preuve administrée ne va pas dans cette direction;
- Le juge n'a pas commis d'erreur en concluant, de l'analyse
de la preuve, à l'absence d'une violation par l'État de
l'article 7 de la Charte. Dès lors, il n'avait pas à dire au
jury, dans ses directives, de faire preuve de prudence
puisque les aveux étaient admissibles en preuve, ayant été
obtenus sans coercition;
- Autre illustration d'une opération « Mr. Big » : R. v.
Sunshine, 2013 BCCA 102;
- Rappel des règles d'admissibilité d'une preuve d'expert :
arrêt Mohan, [1994] 2 R.C.S. 9; arrêt Aitken, 2012 BCCA
134;
- La Cour comprend mal que l'appelant questionne la
pertinence de la preuve d'expert alors qu'il insiste sur le fait
que le corps de Madame Massicotte n'ayant pas été
retrouvé, celle-ci peut très bien avoir été criblée de balles
par un inconnu ou être toujours vivante. Or, l'expert
Dufour affirme que si le corps de Lyne Massicotte a été
déposé dans le secteur décrit par l'appelant, il y avait de
fortes chances qu'il soit emporté par les eaux et ne soit
jamais retrouvé. Il s'agit là d'un élément qui est relié à la
disparition du corps de la victime et pourrait l'expliquer,
d'où sa pertinence logique;
- Un jury doit être convaincu hors de tout doute raisonnable
qu'une personne en a tué une autre pour conclure à un
meurtre, mais il est possible de faire cette preuve même si
le corps de la victime ne peut être retrouvé. Tout est
affaire de circonstances. L'absence du corps pose certes
447
une difficulté et il s'agit d'un facteur que le jury ne peut
faire autrement que considérer. Mais il lui revient de
décider si, malgré cela, le poids de la preuve permet de
conclure à la culpabilité de l'accusé;
- Des auteurs suggèrent une directive qui attirerait l'attention
du jury de façon particulière, lorsque cela se produit, sur la
nécessité de considérer cet élément. Mais il demeure que
la nature et l'importance d'une telle mise en garde
dépendront des circonstances de chaque affaire;
- Commentaires de la Cour en lien avec l'allégation de
partialité du juge.
Tremblay c. R.
Preuve
Art. 657.3 C.cr.;
Présence d'expert à la Cour;
Changement d'expert entre date
du dépôt et jour du procès;
L'expert ne peut être enquêteur au
dossier;
C'est à la défense d'invoquer et de
prouver le préjudice.
19-02-14 2014 QCCA 355 - L'appelant a été reconnu coupable des infractions de
complot de trafic de substances, complot de recel de
sommes d'argent de plus de 5 000 $ provenant de la
criminalité, trafic de substances, recel de sommes d'argent
de plus de 5 000 $ provenant de la criminalité et
gangstérisme;
- Il se pourvoit en invoquant un seul moyen d'appel ainsi
formulé :
Le juge de première instance a erré en droit en permettant au
Directeur des poursuites criminelles et pénales de faire
entendre une experte en stupéfiants et en comptabilité,
nonobstant le fait que les coaccusés n'aient été avisés de ce
témoignage qu'à un stade avancé du procès, violant ainsi les
articles 657.3 et suivants du Code criminel (ci-après C.cr.) et
l'article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés (ciaprès C.C.D.L.);
- Le juge avait reconnu le témoin (Mme De Larochellière)
experte en interprétation de documents relatifs à la
comptabilité tenue en matière du trafic de substances;
- En l'occurrence, dans des délais raisonnables, la poursuite
448
avait fait signifier à la défense en novembre 2010 un avis
d'intention de produire en preuve le rapport d'expertise de
M. Le Breton;
- Toutefois, en cours de procès, le juge refuse de reconnaître
M. Le Breton comme témoin expert;
- Suite à cette décision et toujours en cours de procès, la
poursuite fait signifier à la défense en juillet 2011 un
préavis du témoignage d'expert de Mme De Larochellière;
- Dans son jugement, le juge rejette d'abord les arguments
sur lesquels les coaccusés fondaient leur opposition au
témoignage de l'experte. Dans un premier temps, il estime
que la poursuite a rempli son obligation de divulgation
puisque le témoignage de l'experte ne fait pas référence à
de nouveaux éléments de preuve qui n'ont pas déjà été
communiqués aux accusés. Rappelant ensuite ce qu'il faut
entendre par un procès équitable, il considère que le
témoignage de l'experte, bien qu'elle ne soit pas l'expert qui
avait été annoncé dans l'avis donné le 24 novembre 2010,
ne cause aucun préjudice à la défense;
- La position prise par la défense était que, vu le non-respect
des exigences de l'article 657.3 C.cr., la Cour devait
accueillir cette objection préliminaire et « interdire à la
Couronne de même prétendre faire entendre madame De
Larochellière pour la faire traiter d'expert »;
- Dans l'arrêt R. c. Horan, (2008) 237 C.C.C. (3d) 514, la
Cour d'appel de l'Ontario signale que l'exclusion du
témoignage d'un expert n'est pas un redressement autorisé
par l'article 657.3 C.cr. La Cour reconnaît cependant qu'un
manquement par la poursuite à son obligation de
divulgation en contravention à l'article 7 de la Charte
permet au juge de choisir parmi une panoplie de remèdes
449
pouvant comprendre l'exclusion d'une preuve;
- La Cour suprême dans son arrêt R. c. Bjelland, 2009 CSC
38, enseigne que l'exclusion d'éléments de preuve
communiqués tardivement est exceptionnelle et que le
préjudice allégué doit être important;
- L'appelant plaide que sa défense a été préparée sur la base
de la prémisse que, si les enquêteurs Le Breton et Otis
étaient écartés comme témoins experts, l'intimée devrait
alors administrer une preuve circonstancielle pour prouver
son implication dans le complot pour trafic. Cela lui
permettrait alors de soulever un doute raisonnable et d'être
ainsi acquitté de la majorité sinon de tous les chefs
d'accusation. Il serait alors en effet difficile pour les
membres du jury de faire par eux-mêmes les liens entre les
gestes posés par les coconspirateurs et de déchiffrer les
différents codes utilisés par les membres du réseau;
- Le juge a reconnu l'importance de son témoignage pour la
poursuite afin de permettre au jury de décoder et
comprendre les mentions et les chiffres mentionnés au
carnet saisi le 31 juillet avec une somme de 30 200 $ à la
résidence d'un des coaccusés. Les connaissances générales
des membres du jury seraient insuffisantes à cette fin;
- Le juge a rejeté la demande de la poursuite de faire
entendre monsieur Le Breton comme témoin expert
puisqu'il était appelé à témoigner sur plusieurs centaines de
conversations téléphoniques interceptées. De plus, de son
propre aveu, son implication dans l'enquête ayant conduit
au dépôt d'accusations était importante. Selon le juge, une
telle implication le disqualifiait et, de plus, risquait de
détourner le processus d'administration de la preuve et
d'affecter même irrémédiablement l'équité du procès;
450
- Sa décision ne porte pas sur le refus de divulgation d'une
preuve jusque là inconnue de la défense. Elle ne concerne
que l'inhabilité de la personne annoncée par la poursuite
pour expliquer et décrypter une preuve depuis longtemps
en possession de la défense;
- De plus, comme l'indique la Cour d'appel de l'Ontario dans
l'arrêt Horan, la divulgation de la preuve est un moyen
d'assurer l'équité du procès et non une fin en soi. L'arrêt
Stinchcombe n'a pas fait disparaître la dynamique des
procès et n'a pas eu pour effet d'empêcher une partie de
réagir aux événements et d'ajuster sa stratégie à la suite de
situations imprévues;
- L'appelant ne peut donc prétendre avoir été pris par
surprise par l'annonce d'une preuve non divulguée. Il n'a
pas réussi à démontrer l'existence d'un préjudice résultant
d'une atteinte à son droit à une défense pleine et entière et à
l'équité du procès;
- Le seul préjudice susceptible de lui être causé par
l'annonce tardive du témoignage de l'experte De
Larochellière pouvait être compensé par les délais qui lui
ont été accordés pour se préparer en vue de ce témoignage
dans le cadre de l'article 657.3 C.cr.;
Maloney-Bélanger c. R.
Preuve
Voies de fait et menaces :
-Versions contradictoires;
- rejet de la défense;
07-08-13 2013 QCCA 1345 - L'appelant se pourvoit contre les verdicts de culpabilité
relativement à des infractions de voies de fait simples (art.
266 a) C.cr.) et de menaces de mort (art. 264.1 (1) C.cr.).
La preuve entendue en première instance reposait sur les
versions contradictoires de la plaignante et de l'appelant
ainsi que sur le témoignage d'un policier;
- Lors de son témoignage, l'appelant, en vue d'attaquer la
crédibilité de la plaignante, est venu rapporter des propos
451
- crédibilité de l'accusé
prétendument tenus par elle et raconter des événements
controversés l'impliquant. Or, la plaignante n'a jamais été
contre-interrogée sur ces éléments litigieux, dont le récit
visait à anéantir la force persuasive de la preuve de la
poursuite;
- Le juge était bien fondé d'ignorer une preuve à laquelle la
plaignante n'avait pas pu répondre lors de son contreinterrogatoire, faute d'y être invitée. La règle énoncée dans
Browne v. Dunn exigeait que le « counsel put a matter to a
witness involving the witness personally if counsel is later
going to present contradictory evidence, or is going to
impeach the witness credibility ». Aussi, comme la version
de l'appelant n'avait pas été crue, ses prétentions à l'égard
de la plaignante ne pouvaient se voir réserver un meilleur
sort;
- La Cour réitère que les étapes décrites dans R. c. W. (D.) ne
constituent pas une formule sacramentelle que le juge du
procès est tenu d'énoncer formellement;
- L'appelant reproche au juge d'avoir confondu les deux
premières étapes de R. c. W. (D.) lorsque ce dernier
s'exprime ainsi :
De plus, son témoignage ou la preuve de la défense n'est
pas de nature à soulever un doute raisonnable en tenant
compte des éléments apportés par les autres témoignages
de la défense puisque la preuve consiste dans son seul
témoignage.
- Lorsque la version d'un accusé est rejetée comme ce fut le
cas pour l'appelant, on peut généralement inférer d'une
telle détermination que ce témoignage n'est pas susceptible
de soulever un doute raisonnable.
452
Ouellet c. R.
Preuve
et
Peine
Agression sexuelle;
Séquestration;
Voies de fait causant des lésions
corporelles;
Consentement déduit par l'accusé
ne doit pas être de l'aveuglement
volontaire ou insouciance;
Peine de 18 mois réduite à 45
semaines de prison avec sursis et
90 jours discontinus.
27-01-14 2014 QCCA 135 - L'appelant fut déclaré coupable de trois chefs d'accusation
d'agression sexuelle (article 271(1)a) C.cr.), de
séquestration (article 279(2)a) C.cr.) et de voies de fait
causant des lésions corporelles (article 267b) C.cr.), et
condamné à une peine de 18 mois d'emprisonnement sur
chacun des trois chefs d'accusation, à être purgée de façon
concurrente, ainsi qu'à une période de probation de trois
ans;
- L'appelant fait appel du verdict de culpabilité et de la
peine. Il ne conteste pas le verdict de culpabilité en ce qui
a trait à l'accusation de voies de fait;
Quant au verdict
- L'appelant reproche au juge d'avoir indûment limité son
contre-interrogatoire de la plaignante et laissé voir un parti
pris à l'égard de sa version. L'argument s'appuie sur divers
incidents survenus au cours du procès, dont le plus
significatif est le suivant :
•
Alors que le contre-interrogatoire de la plaignante était
toujours en cours, le juge est intervenu pour dire à l'avocat de
l'appelant que ses questions constituaient une perte de temps;
- Le commentaire du juge voulant que le contreinterrogatoire constituait, à ce moment précis, une perte de
temps était maladroit et de nature à désarçonner l'avocat.
D'ailleurs, l'incident a donné lieu à une requête en
récusation, que le juge a rejetée séance tenante. Il en a
profité pour expliquer ce qui l'avait amené à faire ce
commentaire : l'avocat insistait pour poser des questions en
rafale concernant le déroulement des événements à partir
d'un scénario (dans les faits, il s'agissait de la version de
l'appelant) que le témoin rejetait totalement, ce qui
453
l'amenait à répondre par la négative à chacune des
questions, l'une après l'autre. Le juge prenait le soin de dire
que, ceci étant, sa décision concernant la crédibilité de la
plaignante n'était pas arrêtée. Il invitait d'ailleurs l'avocat à
poursuivre son contre-interrogatoire, ce qu'il a fait en
reprenant le fil de l'interrogatoire avec la même question
qui avait entraîné le commentaire du juge;
- Il s'agissait d'un incident sans conséquence. En l'espèce,
l'intervention du juge ne visait pas à mettre un terme au
contre-interrogatoire, mais plutôt à l'orienter vers des
questions plus utiles. Elle a certes eu, du moins
momentanément, l'effet d'une douche froide pour l'avocat
de l'appelant, mais, de toute évidence, elle n'a pas eu
d'impact sur le déroulement juste et équitable du procès;
- Dans l'arrêt Lyttle, 2004 CSC 5, la Cour suprême souligne
le délicat équilibre entre la protection du droit au contreinterrogatoire et la protection du témoin soumis à un
contre-interrogatoire abusif;
- L'avocat a le droit de contre-interroger le témoin, mais le
témoin a aussi le droit de donner une réponse complète à la
question posée;
- La lecture de l'ensemble des transcriptions ne laisse aucun
doute quant à l'impartialité du juge;
- La Cour rappelle les enseignements de l'arrêt D.W.;
- L'accusé doit être acquitté si le juge le croit ou, à défaut de
le croire, si son témoignage soulève un doute raisonnable
dans son esprit. Il est inapproprié de se livrer à un
concours de crédibilité entre les versions, en somme de
rejeter celle de l'accusé au seul motif que l'on croit celle de
la victime. L'évaluation de la crédibilité d'un témoin « ne
relève pas de la science exacte »;
454
- Il est clair que, au terme de son analyse des deux
témoignages, le juge a accordé beaucoup de crédibilité à
celui de la plaignante et aucune à celui de l'appelant. Mais
cela ne constitue pas en soi une erreur;
- Il est interdit, lors du contre-interrogatoire d'un accusé, de
lui demander son opinion sur la véracité des propos tenus
par les autres témoins entendus;
- La question concernant le fait que la version de la
plaignante constituait « une invention de sa part » était
clairement inappropriée. La question demandant à l'accusé
d'expliquer pourquoi le voisin avait pu dire ce qu'il avait
dit était inappropriée. Les questions cherchant à savoir de
l'appelant si la version de la plaignante était « logique » ou
avait « de l'allure » ou s'il avait « une explication » à
donner étaient inappropriées;
- L'appelant plaide que le juge a eu tort d'invoquer le
comportement de la plaignante à l'arrivée des policiers
pour se conforter dans l'idée que sa version était crédible et
qu'elle avait bel et bien été victime d'une agression. Il
soutient que la plaignante ne peut pas se corroborer ellemême par ses paroles ou par ses gestes;
- L'argument est sans fondement. Il est vrai que si une
personne « affiche une conduite compatible avec celle
d'une victime » (par exemple, si elle porte plainte
rapidement), il ne s'ensuit pas nécessairement qu' « il faut
conclure à la véracité de ce qu'elle dénonce ou encore que
cela constitue une preuve hors de tout doute raisonnable de
la culpabilité de l'inculpé ». Mais ce n'est pas de cela dont
il s'agit ici;
- Ici, le juge fait référence à l'attitude de la plaignante lors de
l'arrivée des policiers, et non seulement à sa déclaration.
455
Elle a couru rapidement à l'extérieur de la maison, tout en
étant nue, dès qu'elle a vu les policiers, en leur demandant
du secours. La spontanéité du comportement de la
plaignante ne laisse pas de doute puisque, faut-il le
rappeler, ce n'est pas elle qui a appelé les policiers, mais
bien les voisins. Elle n'a donc pas eu le temps de se
préparer à leur venue;
- Le juge de première instance a eu parfaitement raison de se
fier au comportement de la plaignante à titre de res gestae
pour y voir une confirmation de sa version des
événements, si tant est qu'il avait besoin de cet autre
élément pour s'en convaincre;
- L'appelant soutient qu'il était justifié de croire que la
plaignante acceptait de se réconcilier et d'avoir une relation
sexuelle avec lui ou, à tout le moins, qu'il existait un doute
raisonnable sur sa croyance erronée, mais sincère, au
consentement de sa partenaire;
- La question du consentement fait partie intégrante de
l'actus reus et de la mens rea de l'agression sexuelle, mais
le point de vue varie selon qu'il s'agit du premier ou du
second. Dans l'analyse de l'actus reus, c'est le point de vue
de la plaignante qu'il faut envisager pour décider si la
poursuite a prouvé « l'absence de consentement ». Dans le
cadre de la mens rea, c'est le point de vue de l'accusé qu'il
faut prendre en compte pour décider s'il avait connaissance
de l'absence de consentement de la plaignante;
- L'argument de l'appelant ne porte que sur la connaissance
de l'absence de consentement (mens rea);
- En guise de défense quant à cet élément de l'infraction,
l'accusé peut invoquer sa croyance erronée, mais sincère,
au consentement de la plaignante. Rendu à cette étape de
456
l'analyse, il s'agit donc pour le juge de déterminer si
l'accusé croyait avoir obtenu le consentement de la
plaignante, c'est-à-dire s'il croyait qu'elle avait, par ses
paroles ou par son comportement, donné son accord à
l'activité sexuelle;
- Il faut comprendre cependant que la croyance de l'accusé
ne peut pas être sincère si elle découle de son insouciance
quant à ce que pense sa partenaire ou de son aveuglément
volontaire à cet égard, ou de l'une ou l'autre des situations
prévues aux articles 273.1(2) et 273.2 C.cr. L'insouciance
consiste à connaître un danger ou un risque et à continuer
d'agir malgré celui-ci, tandis que l'aveuglement volontaire
consiste à ne pas se renseigner alors qu'on a senti le besoin
de le faire, mais qu'on préfère rester dans l'ignorance;
- En l'espèce, la preuve justifiait amplement le juge de
conclure à l'aveuglement volontaire. La violence
importante que l'appelant a fait subir à la plaignante, ainsi
que la crainte et les refus qu'elle a manifestés tout au long
de l'événement auraient dû l'inciter à se renseigner sur le
consentement réel de sa partenaire, plutôt que de rester
dans l'ignorance;
- En effet, avant qu'ils aient quelque relation sexuelle que ce
soit, l'appelant avait frappé la plaignante avec vigueur, il
avait tenté de l'attacher avec une corde, puis de l'étouffer.
Il l'avait ensuite menacée en lui disant qu'il ne pouvait pas
la laisser partir parce qu'elle porterait plainte;
- Il est clair que la plaignante a manifesté à plusieurs
reprises qu'elle ne désirait pas avoir de relations sexuelles.
L'appelant a dû se rendre compte que son consentement
posait problème, mais il a choisi de ne pas se renseigner
davantage. Il ne peut pas maintenant prétendre avoir
457
erronément, mais sincèrement, cru à son consentement;
Quant à la peine
- La peine infligée à l'appelant porte atteinte au principe
fondamental de la proportionnalité (article 718.1 C.cr.).
Une peine d'emprisonnement de 18 mois n'est pas, dans les
circonstances précises de ce dossier, proportionnelle à la
fois à la gravité de l'infraction et au degré de responsabilité
de l'appelant;
- Les gestes posés par l'appelant sont graves et méritent
d'être sanctionnés. Dans une société comme la nôtre, on ne
règle pas les différends amoureux en frappant son
partenaire et en l'agressant sexuellement. L'appelant a été
accusé, il a subi un procès et il a été déclaré coupable. Il
s'agit d'une condamnation dont il portera le poids le reste
de sa vie, malgré son comportement citoyen irréprochable
jusque-là. Il s'agissait, selon l'agente de probation, de
gestes de nature impulsive et irréfléchie, posés dans un
moment où il était désorganisé, incapable « de gérer
correctement ses émotions » en raison « peut-être (…) de
l'abandon subi à la naissance ». Cette période de
désorganisation émotive a duré une trentaine de minutes;
- Malgré les conséquences de l'agression sur elle, tant au
point de vue physique que psychologique, la plaignante est
consciente de l'impact que l'incarcération aurait sur
l'appelant. Elle en a discuté avec sa psychologue, tant
avant qu'après le procès. « Elle se dit inquiète de la
tournure des événements; car elle souhaiterait que
Monsieur ne soit pas incarcéré »;
- L'incarcération de l'appelant pendant 18 mois constitue une
peine tout à fait inappropriée. Qu'avons-nous à gagner,
comme société, à ce que l'appelant perde son emploi? À
458
ce que ses trois filles et ses petits-enfants soient privés de
sa présence pendant 18 mois ou, peut-être pire encore,
contraints de le visiter en prison? En quoi les gestes
inacceptables posés par l'appelant seront-ils plus
adéquatement punis par une peine d'incarcération de 18
mois que par une peine combinant l'incarcération les fins
de semaine et le sursis, tout en lui évitant de perdre son
emploi?;
- La peine d'emprisonnement avec sursis existe toujours
pour le chef de séquestration;
- En ce qui a trait à la période d'emprisonnement de 18 mois,
la Cour lui substitue une peine d'emprisonnement avec
sursis de 45 semaines à compter du 7 février 2014 pour le
chef de séquestration concurremment à une peine
d'emprisonnement de 90 jours à être purgée de façon
discontinue pendant 45 fins de semaine consécutives à
compter du 7 février 2014 pour les chefs de voies de fait et
d'agression sexuelle, étant précisé que les conditions du
sursis ne s'appliqueront pas lorsque l'appelant sera en
détention.
LSJPA – 1345
Preuve
Témoin expert :
- critères pour être déclaré témoin
expert;
- témoins de la poursuite se sont
30-08-13 2013 QCCA 1444 - Il s'agit de l'appel d'un jugement qui a déclaré l'appelant
coupable de voies de fait graves;
- L'appelant joue au hockey cosom avec d'autres élèves de
son âge dans la cour d'école. Il a une première altercation
avec un certain Y. Peu de temps après, une nouvelle
altercation se produit. Elle implique la victime, Z et
l'appelant. La situation dégénère, s'ensuit une bousculade
où l'appelant reçoit un violent coup de bâton à la main
droite. La victime reçoit ensuite des mains de l'appelant
un violent coup de bâton au visage, qui est la cause de
459
concertés pour donner la même
version
nombreuses fractures;
- Deux versions s'opposent. Celle de l'appelant qui prétend
que le coup est accidentel et a été déclenché par réflexe au
moment où il a lui-même reçu un coup de bâton sur la
main et celle de la poursuite où trois témoins, des amis de
la victime, et la victime soutiennent que le coup était
volontaire et qu'il a été précédé d'un élan;
- Le docteur Poirier, qui a témoigné comme témoin
ordinaire sur la nature et la gravité des blessures, a exprimé
l'opinion que le type de blessures subies par la victime ne
pouvait être que le résultat d'un coup d'une extrême
violence;
- Son témoignage sur cette question a été rencontré par une
objection au motif qu'il s'agissait d'un témoignage
d'opinion rendu alors qu'il n'avait pas été précédé des
formalités qui entourent un tel témoignage, dont la
signification préalable d'un rapport écrit. La juge n'a pas
disposé de cette objection;
- Le témoignage du docteur Poirier n'a pas été annoncé
comme témoignage d'expert. Son opinion sur le type de
coup ou encore sur la vélocité requise pour causer des
blessures aussi sérieuses que celles subies par la victime
n'est pas régulièrement en preuve selon la procédure de
l'art. 657.3 C.cr;
- À l'évidence, ce témoignage a un effet déterminant sur le
discrédit, dans l'esprit de la juge, du témoignage de
l'appelant;
- Ainsi, elle considère que la nature des blessures ne revêt
pas le caractère violent du coup qui pourrait causer de
telles blessures. Elle rajoute que le témoignage du docteur
Poirier établit que la haute vélocité de l'impact était
460
nécessaire eu égard à la nature des blessures, ce qui est
incompatible avec la version de l'appelant;
- Ce dernier reconnaît avoir frappé la victime avec son bâton
et ce témoignage et celui du docteur Poirier sont
compatibles;
- La Cour est d'avis que l'erreur de la juge sur la légalité et la
portée du témoignage du docteur Poirier a faussé son
analyse quant à l'évaluation du témoignage de l'appelant
qui, en faisant abstraction du témoignage du docteur
Poirier ou en l'interprétant correctement, aurait dû soulever
un doute raisonnable;
- La preuve révèle que la victime et les trois témoins, A, Y
et B sont des amis et que contrairement à ce que la juge
déclare, la relation qu'ils entretiennent avec l'appelant n'est
pas amicale. Considérant les liens qui les unissent à la
victime et le fait qu'ils se soient concertés, leurs
témoignages devaient être examinés avec précaution.
Legault c. R.
Preuve
Négligence criminelle;
Délit de fuite;
Preuve que l'accusée participait à
une course avec le véhicule qui est
impliqué dans l'accident.
Désistement de la course avant
l'accident;
Il doit y avoir une course au
moment de l'accident;
18-07-13 2013 QCCA 1264 - L'appelante se pourvoit contre un jugement qui l'a déclarée
coupable de deux chefs d'accusation : (1) négligence
criminelle ayant causé la mort (art. 220(b) C.cr.) et (2)
délit de fuite (art. 252(1.3) C.cr.);
- Une automobile de marque Hyundai, modèle Tiburon 2003
conduite par Stéphane Leblanc circule sur l'autoroute 35
sud à 125 km / heure. Soudainement, l'automobile dérape.
Elle traverse le terre-plein qui sépare les deux voies de
l'autoroute. Elle heurte de plein fouet une automobile qui
circule en direction nord. Le conducteur de cette auto perd
la vie;
- Ce sont les faits qui ont précédé le dérapage de la Tiburon
et la collision mortelle qui sont à l'origine des accusations
461
Preuve nécessaire pour
l'identification;
Témoin oculaire : non seulement
vérifier la crédibilité du témoin
mais examen minutieux des
circonstances de l'identification.
portées contre Legault;
- La théorie de la poursuite est que Legault faisait une
course automobile avec Leblanc lorsque ce dernier a perdu
la maîtrise de son véhicule dans les secondes qui ont
précédé l'accident fatal. Cette course, au moment du
dérapage de la Tiburon, aurait pour effet d'engager la
responsabilité criminelle de Legault. Legault nie qu'il y a
eu une course à proprement parler. Elle ajoute que même
si l'on peut conclure à une course au début du parcours,
elle s'en est désistée bien avant la collision fatale;
- Le débat porte pour l'essentiel sur deux questions : (1) la
preuve qu'un véhicule coursait avec la Tiburon au moment
crucial de l'accident et (2) l'identification de ce véhicule
comme étant celui de Legault;
- Parmi les neuf moyens d'appel, la Cour en analyse deux :
a) Le juge de première instance a erré en droit en
rendant un verdict déraisonnable;
b) Le juge de première instance a erré en droit dans son
appréciation des critères d'évaluation d'une preuve
d'identification, notamment dans le caractère vicié de
la procédure policière, de l'interrogatoire des témoins
oculaires, de la fiabilité douteuse inhérente à celle-ci
et les nombreux éléments de dissimilitudes;
- Deux témoins décrivent les évènements : Jean Santerre et
Michel Caron. Leurs témoignages sont contradictoires sur
des éléments essentiels à l'affaire. Santerre fournira quatre
versions de l'incident. La description que fournit Santerre
du véhicule variera au gré de ses déclarations;
- Le lien de causalité entre l'infraction de négligence
criminelle et la mort de la victime est établi par la course
de rue elle-même et il n'est pas nécessaire qu'il y ait un
462
contact physique entre le véhicule qui course et celui de la
victime pour établir un lien de causalité. Néanmoins, il
doit y avoir course au moment où l'accident a lieu. Le lien
causal est rompu si un conducteur se retire de la course
avant l'accident, même quelques secondes seulement
avant;
- Rappel des dangers de la preuve d'identification oculaire;
- Une identification crédible à l'audience ne peut pas
garantir la justesse d'une preuve d'identification. Le juge
Arbour rappelle dans l'arrêt R. c. Hibbert, 2002 CSC 39,
que le danger de l'identification par témoin oculaire à
l'audience est qu'elle donne l'illusion d'être crédible,
surtout parce qu'elle est honnête et sincère, alors qu'elle est
pratiquement dénuée de toute fiabilité;
- Après s'être valablement mis en garde contre la fragilité
d'une preuve d'identification oculaire, le juge de première
instance rapporte la description du véhicule offerte par
Santerre au procès seulement. Le juge admet que cette
description a évolué avec le temps, mais il retient la
description à l'audience. Il en conclut que Santerre décrit
hors de tout doute raisonnable le véhicule de Legault;
- Ce faisant, le juge a commis deux erreurs fondamentales
en matière de preuve d'identification : (1) il a omis de
considérer les faiblesses évidentes de la preuve et (2), il
s'en est remis uniquement à la crédibilité du témoin
oculaire sans examiner la fiabilité objective de la preuve
d'identification qu'il offrait. Ces erreurs sont fatales;
- La valeur probante d'une preuve d'identification oculaire
ne peut pas être déterminée par le seul test de la crédibilité
du témoin qui la rapporte. La jurisprudence exige que le
juge des faits soit convaincu de surcroît de la fiabilité
463
objective de cette preuve d'identification;
- Les descriptions contemporaines aux événements et la
première identification hors cours ont une importance
capitale dans l'établissement de la fiabilité objective du
témoignage à l'audience. Cela est d'autant plus vrai que
l'audience a lieu 4 ans et demi après les événements et
déclarations initiales. Sans ces déclarations
contemporaines et l'identification hors cours initiale, le
témoignage lors de l'audience n'a peu ou pas de valeur
probante;
- Pour conclure que Santerre décrit hors de tout doute le
véhicule de Legault, le juge a dû retenir entièrement son
témoignage à l'audience et mettre de côté ses déclarations
antérieures;
- Si le juge avait considéré les déclarations antérieures du
témoin en leur accordant le poids qui leur revenait, il
n'aurait pas pu accorder de fiabilité objective au
témoignage de Santerre à l'audience. Aucune des
déclarations antérieures ne décrit un véhicule similaire à
celui que décrit Santerre à l'audience;
- Les dangers que vise à prévenir la mise en preuve des
déclarations contemporaines à l'identification initiale, soit
la contamination ou l'altération des souvenirs par le temps,
sont donc tous susceptibles de s'être produits;
- Santerre a clairement été contaminé par ce qu'il a vu ou ce
qu'il a su du véhicule de Legault après le soir du 6 octobre
2005. Il ne témoigne pas de ce qu'il se souvient avoir vu,
il témoigne de ce qu'il sait actuellement. L'évolution de
son témoignage en constitue la preuve : au lieu de se
souvenir de moins en moins de ce qu'il a vu le soir du
drame, il décrit plus précisément à chaque étape du dossier
464
le véhicule de Legault. Ses déclarations antérieures ne lui
servent pas à se rafraîchir la mémoire, il les contredit
plutôt en ajoutant de nombreuses caractéristiques précises
et distinctes du véhicule de Legault. Ce sont ces détails
sur des « signes distinctifs » du véhicule qui permettent au
juge de conclure que Santerre identifie hors de tout doute
raisonnable son véhicule. Pourtant, tous ces signes
distinctifs ont commencé à apparaître à l'enquête
préliminaire, soit trois ans et demi après les faits;
- Un des dangers que la mise en preuve des déclarations
antérieures vise à prévenir s'est réalisé : le témoin a été
contaminé;
- La jurisprudence enseigne que le passage du temps rend
l'identification au procès moins conforme en raison même
de la mémoire humaine, d'où l'importance de
l'identification contemporaine au crime;
- En l'espèce, au contraire, Santerre décrit de plus en plus
précisément le véhicule de Legault. Cette évolution
contre-naturelle de l'identification de Santerre obligeait le
juge à considérer la possibilité d'une contamination à la
suite des évènements. Il s'agit d'une faiblesse de la preuve
d'identification sur laquelle le juge avait le devoir de se
pencher;
- La preuve qu'aucune mesure n'a été prise pour assurer
l'intégrité du processus d'identification le 7 octobre 2005
est révélée par le témoignage de Philbert qui vient lui aussi
au poste de police donner une déclaration à cette date. Les
policiers le font sortir pour lui présenter le véhicule de
Legault en lui demandant s'il reconnaît le véhicule de la
veille. Cette procédure particulièrement suggestive
constitue une erreur. L'identification par Philbert n'est pas
465
en litige, mais elle vient jeter un doute sur la procédure
policière suivie par Santerre. Ce doute n'est pas dissipé par
le témoignage de Santerre;
- Le juge devait évaluer dans ses motifs toute procédure
irrégulière susceptible d'avoir faussé le processus et il ne
l'a pas fait;
- L'arrêt R. v. Atfield, [1983] A.J. No. 870, enseigne que si
les circonstances entourant l'identification initiale sont
défavorables, la crédibilité du témoin à l'audience ne suffit
pas à remplir le fardeau de preuve nécessaire à
l'établissement de l'identité du contrevenant. Les mêmes
règles s'appliquent ici, même s'il s'agit plutôt de
l'identification d'un véhicule. Une cour d'appel doit
infirmer un jugement de culpabilité qui repose sur de telles
considérations.
LSJPA – 146
Preuve
Preuve de l'identification;
Marche à suivre;
Pas de défense donc preuve non
contredite;
Délinquant dangereux;
La Cour d'appel doit montrer
beaucoup de retenue depuis 2008
pas de discrétion judiciaire si les
critères de 753 C.cr. sont présents.
17-02-14 2014 QCCA 303 - L'appelant interjette appel des déclarations de culpabilité
prononcées contre lui relativement à des accusations
d'avoir participé à une agression sexuelle avec d'autres
personnes (article 272(1)d) C.cr.) et d'avoir séquestré sa
victime (article 279(2) C.cr.);
- Il se pourvoit aussi contre les décisions qui le déclarent
délinquant dangereux;
- La culpabilité de l'appelant reposait dans une large mesure
sur la preuve de son identification par la victime. À ce
chapitre, le juge du procès n'a pas manqué de se mettre en
garde contre les faiblesses inhérentes à une preuve
oculaire. Comme l'appelant ne subissait pas son procès
devant un jury, cette précaution n'avait pas à être
empreinte du même formalisme que celui caractérisant les
directives du juge à un jury lorsque l'identification d'un
466
accusé par observation visuelle est contestée;
- Une lecture attentive du jugement indique que le juge du
procès a fait montre de prudence au moment d'aborder la
preuve d'identification et en décidant de cette question à la
lumière des faits de l'espèce. Il n'a pas confondu la
sincérité et la crédibilité de la victime avec la fiabilité de sa
version. S'il a bien expliqué les raisons pour lesquelles il
estimait crédible le témoignage de ce témoin et pourquoi il
croyait en sa sincérité, il a aussi pris soin de distinguer
cette partie de son évaluation avec celle portant sur la
justesse de l'identification de l'appelant;
- La preuve fait voir que, au moment de l'agression et dans
les circonstances de celle-ci, il n'y avait pas d'obstacles qui
réduisaient la capacité d'observation de la victime au point
de diminuer la valeur probante de sa version;
- Les questions relatives à la crédibilité des témoins
oculaires relèvent du domaine privilégié du juge des faits.
En l'espèce, la version de la victime comportait
suffisamment d'assises solides permettant de lui accorder
une valeur probante suffisante au point d'étayer une
inférence de culpabilité hors de tout doute raisonnable
pour les actes reprochés à l'appelant;
- Selon la preuve acceptée par le juge du procès, non
seulement la victime a-t-elle pu formellement identifier
l'appelant durant l'agression, mais rien n'indique qu'elle
s'est méprise les autres fois où elle l'a reconnu;
- Il faut aussi savoir que l'appelant a choisi de n'offrir
aucune preuve en défense. Même s'il n'avait pas
l'obligation d'assigner des témoins ou de se faire entendre,
il n'en demeure pas moins que le témoignage de la victime,
qui aurait pu être contredit, ne l'a pas été;
467
- En ce qui concerne l'argument relatif à la procédure suivie
par les policiers lors du défilé photographique, rien ne
démontre que la victime était sous le coup d'une influence
externe ou que sa capacité de discernement était affaiblie
par l'intervention d'une personne en autorité;
- Quant à l'identification de l'appelant faite par la victime
lors du procès, cette preuve n'a pas joué un rôle
déterminant parmi l'ensemble des considérations retenues
par le juge pour conclure à sa culpabilité;
- La Cour rappelle la norme d'intervention en matière de
déclaration de délinquant dangereux et en matière de
preuve d'expert acceptée par le Tribunal au moment de
rendre une ordonnance de délinquant dangereux ou à
contrôler;
- Une conclusion établissant la dangerosité du délinquant et
celle selon laquelle il n'existe aucune possibilité réelle que
le risque qu'il représente puisse être maîtrisé au sein de la
collectivité par l'application des dispositions du Code
criminel en matière de délinquant à contrôler sont des
conclusions de fait pour lesquelles la Cour doit faire
montre de réserve. Lorsque l'enjeu du pourvoi porte sur
ces questions, le rôle de la Cour doit se limiter à décider si
ces déterminations s'avèrent raisonnables;
- Le juge qui en vient à la conclusion que le délinquant a été
déclaré coupable d'une infraction constituant un « sévice
grave à la personne » doit, dans la deuxième partie de son
analyse portant sur l'opportunité de prononcer une
ordonnance de délinquant dangereux, être convaincu hors
de tout doute raisonnable qu'il est vraisemblable que le
délinquant récidivera à l'avenir;
- Depuis l'année 2008, le législateur a mis fin au pouvoir
468
discrétionnaire des juges de première instance en cette
matière en rendant l'application de l'article 753 C.cr.
impérative dès qu'un délinquant répond aux critères
mentionnés à cette disposition;
- En l'occurence, les conclusions de l'expert de la défense ne
font qu'annoncer une réussite hypothétique basée sur une
simple « possibilité » dont le réalisme ne se vérifie pas à la
lecture de son rapport et de son témoignage. En cette
matière « un simple espoir ne suffit pas; la preuve doit
permettre d'établir qu'il existe "a realistic prospect of
management of the risk in the community" »;
- Il n'est pas fréquent – et cela doit le demeurer – que l'on
prononce une déclaration de délinquant dangereux à
l'endroit d'un jeune adulte dont la criminalité s'est produite
alors qu'il était mineur ou à peine majeur et qui n'a jamais
connu dans le passé une peine d'emprisonnement;
- Par ailleurs, en matière de peine, si l'âge du délinquant a de
tout temps constitué pour les tribunaux un facteur
important au moment d'appliquer les critères de dissuasion
spécifique et de réhabilitation, il n'en demeure pas moins
que le législateur n'a pas exclu les jeunes adultes de
l'application des dispositions du Code criminel portant sur
les déclarations de délinquant dangereux ou de délinquant
à contrôler. D'ailleurs, l'appelant ne soulève pas une telle
impossibilité en droit;
- Les déclarations de délinquant dangereux prononcées
contre l'appelant étaient en l'espèce raisonnables.
Z.Z. c. R.
Preuve
05-09-13 2013 QCCA 1498 - Les appelantes se pourvoient à l'encontre d'un jugement
qui les déclare coupables d'agression sexuelle (art.
271(1)a) C.cr.) et d'avoir, pour l'une, à titre de propriétaire
469
de la maison, permis qu'une personne âgée de moins de 18
ans fréquente ce lieu ou s'y trouve dans l'intention de
commettre des actes sexuels interdits (art. 171 C.cr.), et,
pour l'autre, en tant que mère, d'avoir amené son enfant
âgé de moins de 14 ans à commettre, avec un tiers, des
actes sexuels interdits (art. 170 C.cr.);
- Le 17 octobre 2007, au poste de police, la déclaration de
l'enfant a été prise et enregistrée sur bande vidéo. S'en
sont suivies des accusations contre la grand-mère et la
mère;
- Le 11 décembre 2008, les appelantes ont subi leur enquête
préliminaire lors de laquelle X a témoigné et lors de
laquelle également sa déclaration, enregistrée sur bande
vidéo, a été admise en preuve, parce que confirmée par X
lors de son interrogatoire;
- Dès le début du procès, le ministère public a annoncé son
intention de demander le dépôt des notes sténographiques
du témoignage de l'enfant rendu lors de l'enquête
préliminaire. Les appelantes y ont consenti;
- Le ministère public a aussi voulu déposer l'enregistrement
vidéo du 17 octobre 2007, en vertu de l'article 715.1 C.cr.
et des arrêts Khan et Khelawon. Dès lors, les appelantes
s'y sont opposées. Un long voir-dire a été tenu sur la
question, à la suite duquel le juge a accepté l'introduction
en preuve de l'enregistrement vidéo;
- La Cour tranche les questions suivantes :
 Le juge a-t-il erré en admettant en preuve
l'enregistrement vidéo du 17 octobre 2007?
 Le jugement suscite-t-il une crainte raisonnable de
partialité et une connaissance judiciaire inappropriée
des faits sociaux?
470
 Le verdict est-il déraisonnable?
- La déclaration vidéo de l'enfant constitue une déclaration
extrajudiciaire antérieure. En principe, la règle du ouï-dire
interdit son introduction en preuve, si l'on veut l'introduire
pour faire preuve de son contenu, car il est alors
impossible de contre-interroger le déclarant au moment
précis où il a fait cette déclaration;
- La preuve par ouï-dire étant présumée inadmissible, pour
introduire en preuve une déclaration vidéo faite par un
enfant pour faire preuve de son contenu, deux voies
s'offrent à la poursuite : l'article 715.1 C.cr. ou, encore,
l'exception raisonnée à la règle du ouï-dire;
- La Cour cite l'arrêt L. (D.O.), [1993] 4 R.C.S. 419 et
rappelle les critères d'application de l'art. 715.1 C.cr.;
- L'admission des appelantes contenait une réserve explicite
à ne pas admettre en preuve la déclaration vidéo;
- Les notes sténographiques de l'enquête préliminaire ne
contiennent pas la transcription de l'audition de
l'enregistrement vidéo, bien que les notes indiquent que
l'enregistrement vidéo a été montré à l'enfant, lequel l'a
confirmé au sens de l'article 715.1 du Code criminel;
- La question qui se pose ici est celle de déterminer si le
juge a raison de dire que l'introduction en preuve du
témoignage de l'enfant rendu lors de l'enquête préliminaire
« en lieu et place d'un témoignage au procès » règle le
problème de l'admissibilité de la déclaration vidéo qui a
été confirmée dans ce témoignage. La poursuite plaide
que l'enregistrement vidéo fait partie intégrante de la
déclaration faite par l'enfant lors de l'enquête préliminaire;
- L'admission faite par les appelantes et, surtout, leur réserve
explicite à l'introduction en preuve de la déclaration font
471
en sorte que le juge ne pouvait considérer que la
déclaration vidéo constitue un tout indissociable des notes
sténographiques de l'enquête préliminaire;
- En décidant que l'introduction en preuve, de consentement,
des notes sténographiques de l'enquête préliminaire réglait
la question de l'admissibilité de l'enregistrement vidéo
parce qu'elle ne constituait plus du ouï-dire, le juge
commet une erreur en droit, étant donné l'objection
explicite des appelantes;
- La Cour rappelle les critères d'admissibilité d'une
déclaration en vertu de l'exception raisonnée à la règle du
ouï-dire;
- Quant au critère de nécessité : une preuve abondante a été
faite devant le juge selon laquelle l'enfant a été grandement
traumatisé par le fait d'avoir témoigné lors de l'enquête
préliminaire. Une expertise préparée par un psychologue
et présentée lors du voir-dire a confirmé le risque pour la
santé de l'enfant s'il devait témoigner de nouveau. Dans
ces circonstances, le juge a retenu qu'il était nécessaire
d'admettre en preuve la déclaration et que nécessité ne
voulait pas dire « l'impossibilité totale »;
- La juge L'Heureux-Dubé, dans l'affaire R. c. L. (D.O.),
s'est dit d'avis que le critère de nécessité comprend le
besoin de protéger les témoins, dont les enfants victimes
d'agression sexuelle;
- Dans l'affaire Khan, la Cour a reconnu la possibilité qu'une
preuve solide, fondée sur des évaluations psychologiques,
démontrant que le témoignage devant le tribunal pourrait
être traumatisant pour l'enfant et pourrait lui porter
préjudice peut constituer un motif de nécessité;
- Quant au critère de fiabilité : le juge estimant le plaignant
472
sérieux, a acquis la conviction que la déclaration de
l'enfant est fiable, à la fois pour des raisons intrinsèques à
la déclaration et parce que les questions de l'enquêteur ne
sont pas suggestives;
- Le juge évalue aussi le seuil de fiabilité en fonction de
facteurs externes, entre autres, parce que conforme aux
verbalisations antérieures de l'enfant recueillies par deux
personnes que le juge a entendues et a estimé aussi être
fiables, soit l'intervenante de la DPJ et la responsable de la
famille d'accueil, lesquelles n'ont pas tenté d'influencer
l'enfant. Les allégations faites à l'égard de Sophie Fisher
ne sont pas supportées par la preuve. Nulle part dans la
preuve ne trouve-t-on un fondement à l'assertion selon
laquelle l'enfant aurait fait une déclaration à l'intervenante
de la DPJ pour lui faire plaisir. Au contraire, la preuve
démontre que la déclaration a d'abord été faite à une
dénommée N…, responsable de la famille d'accueil de
l'enfant et de son frère, de façon tout à fait spontanée;
- La fiabilité de la déclaration est grandement rehaussée par
les notes sténographiques de l'enquête préliminaire.
L'enfant a témoigné lors de l'enquête préliminaire, après
avoir promis de dire toute la vérité. Il a non seulement
confirmé sa déclaration, mais il a témoigné sur les faits de
la cause et a été contre-interrogé par le procureur des
appelantes sur tous les faits qui se sont produits. Il n'y a
aucune contradiction entre le témoignage de l'enfant à
l'enquête préliminaire et le contenu de l'enregistrement
vidéo. Quoique, selon le procureur des appelantes, le
contre-interrogatoire au procès aurait pu être différent, il y
a quand même eu un contre-interrogatoire assez extensif;
- Quant à la crainte raisonnable de partialité : un simple
473
soupçon est insuffisant et, dans tous les cas, il revient à la
partie qui invoque l'existence de la partialité d'en faire la
preuve, car il existe une présomption voulant que les juges
soient impartiaux. Aussi, la crainte raisonnable de
partialité est fonction des faits en cause et doit satisfaire à
une norme rigoureuse;
- Les appelantes allèguent que le juge a traité la question de
la langue d'une façon qui laisse entrevoir une crainte
raisonnable de partialité ou une utilisation inappropriée de
sa connaissance d'office;
- Disons qu'en principe, un juge de la Cour du Québec a une
connaissance d'office du milieu dans lequel il œuvre.
Aussi, il n'y a pas d'erreur de la part d'un juge qui siège
régulièrement dans une ville donnée, de dire que cette ville
est très majoritairement francophone;
- Les remarques du juge concernent son appréciation du
témoignage des appelantes. Le comportement d'un témoin
et sa manière de témoigner sont des éléments intangibles
sur lesquels le juge peut se baser pour déterminer la
crédibilité, quoiqu'il doive axer son analyse sur le
témoignage, plutôt que sur le comportement général en
salle de cour. Pour évaluer la crédibilité, le juge peut, bien
que de façon prudente, baser son analyse sur le
comportement non verbal d'un témoin;
- Ce qui ressort du jugement, c'est que le comportement des
appelantes, lors de leur témoignage, le laisse perplexe.
Ces témoignages ne lui sont pas apparus crédibles, entre
autres, parce qu'il estime qu'elles ont feint,
particulièrement la grand-mère, de ne rien comprendre de
la langue française. Cette constatation émane de l'analyse
des témoignages et d'un examen minutieux de ceux-ci;
474
- Le juge ne démontre pas qu'il est partial ni ne laisse
entrevoir matière à une crainte raisonnable de partialité par
ses commentaires sur la langue, lesquels ne sont d'ailleurs
qu'un aspect de son analyse de la crédibilité.
Toupin c. R.
Preuve
Agression sexuelle;
Fille âgée de moins de 16 ans;
Versions contradictoires;
W(D) n'est pas une formule
sacramentelle, elle doit juste être
respectée.
17-01-14
2014 QCCA 91 - L'appelant se pourvoit contre un jugement qui l'a déclaré
coupable d'un chef d'agression sexuelle sur une jeune fille
âgée de moins de 16 ans;
- L'appelant est un ami de la mère de la plaignante. Le 26
juin 2009, il s'est rendu chez la mère de la plaignante pour
faire une réparation et par la suite a accepté son invitation
à prendre une bière. Après le départ de la mère, il est resté
seul avec ses deux filles;
- L'appelant admet avoir massé la plaignante, mais nie tout
geste à caractère sexuel;
- Sans objection de la défense, lors de son témoignage, la
mère rapporte que l'accusé la suivait plus que d'habitude
dans la maison et qu'il lui « a même pogné la cuisse »;
- Lors de son jugement, le juge affirme que ce témoignage
«souligne une incongruité dans le comportement de
l'accusé»;
- Par son premier moyen, l'appelant plaide que le juge de
première instance a erré en permettant que soit mise en
preuve une partie du témoignage de la mère de la
plaignante. Il prétend que cette preuve, qui s'apparenterait
à une preuve de faits similaires, aurait dû faire l'objet d'un
voir-dire pour en vérifier l'admissibilité. Selon l'appelant,
ce témoignage s'assimile à une preuve de propension dont
l'effet préjudiciable dépasse largement la valeur probante;
- Premièrement, dans sa plaidoirie, l'avocate de l'intimée n'a
pas invité le juge à tenir compte de la déclaration de la
475
mère pour déclarer l'appelant coupable;
- En l'espèce, il y a une différence importante entre le geste
inconvenant posé à l'égard d'une femme adulte et les actes
d'agression sexuelle subis par une jeune fille de moins de
16 ans. C'est ce que révèle clairement le témoignage de la
mère de la plaignante qui ne semble pas s'être formalisée
davantage du geste à son endroit alors qu'elle avoue qu'elle
a « viré folle dans sa tête » et qu'elle était en état de choc
lorsque sa fille lui a raconté les événements de la veille;
- De plus, et contrairement à ce que prétend l'appelant,
l'expression « incongruité dans la conduite de l'accusé »
utilisée par le juge n'a pas de connotation sexuelle. Elle fait
référence à une inconvenance, une indélicatesse, une
malséance, à un manque de goût certain, mais sans l'aspect
d'indécence;
- Troisièmement, le juge n'a fait qu'une seule remarque
concernant le caractère incongru du geste posé par
l'appelant à l'égard de la mère de la plaignante tel qu'il a
été rapporté dans le témoignage de cette dernière. Rien
dans son jugement n'indique qu'il a attaché une importance
quelconque à cette inconvenance dans son analyse de la
question de la culpabilité. Il s'en est tenu strictement à
l'examen des témoignages de la mère de la plaignante, de
cette dernière, de sa sœur et de l'appelant en suivant le
processus recommandé dans R. c. W. (D.);
- Par son second moyen, l'appelant reproche au juge du
procès d'avoir permis que soit mise en preuve la
déclaration de la plaignante faite à sa mère le lendemain
des événements au sujet des attouchements que lui avait
faits l'appelant. Pour l'appelant, cette verbalisation est du
ouï-dire qui aurait dû également faire l'objet d'un voir-dire
476
pour en déterminer l'admissibilité. Cette preuve n'entrerait
pas dans l'exception à la preuve par ouï-dire et elle lui était
préjudiciable;
- L'argument est sans valeur. Avant d'interroger la mère de
la plaignante sur la déclaration de sa fille, l'avocate de
l'intimée a mentionné que les paroles que le témoin allait
répéter n'étaient pas destinées à faire preuve de leur
contenu, mais visaient seulement à expliquer l'état d'esprit
de la plaignante lorsqu'elle les a prononcées. Il est en effet
reconnu qu'une preuve par ouï-dire est admissible
lorsqu'elle vise à établir l'état d'esprit du déclarant ou de la
personne à qui la déclaration est faite;
- En dernier lieu, l'appelant prétend que le juge n'a pas suivi
le processus recommandé par la Cour suprême dans son
arrêt R. c. W. (D.) en se référant à des preuves illégales, ce
qui aurait faussé son évaluation de la crédibilité des
témoins au procès rendant ainsi son verdict déraisonnable;
- La démarche établie dans l'arrêt R. c. W. (D.) n'est pas une
formule sacro-sainte. Ce qui importe c'est que soit
respectée la substance des directives qui y sont formulées
et son application ne doit pas laisser la forme l'emporter
sur le fond. L'ordre dans lequel le juge du procès énonce
les conclusions relatives à la crédibilité des témoins n'a pas
de conséquences en autant que le principe du doute
raisonnable demeure la considération primordiale et les
juges d'instance n'ont pas l'obligation d'expliquer par le
menu le cheminement qu'ils ont suivi pour arriver au
verdict.
477
Carrington c. R.
Preuve
2 chefs possession dans le but de
trafic;
2 chefs possession armes à feu
prohibées;
Trouvées dans le véhicule de
l'accusé;
Connaissance de l'infraction.
17-01-14 2014 QCCA 118 - L'appelant se pourvoit contre un verdict de culpabilité à
deux chefs de possession de drogue en vue d'en faire le
trafic et à deux chefs de possession d'une arme à feu
prohibée ou à autorisation restreinte avec des munitions.
Ce verdict a été prononcé par un jury;
- L'appelant s'est présenté au volant d'un véhicule au postefrontière de Stanstead au Québec. L'appelant et les deux
autres passagers du véhicule n'ayant pas présenté des
pièces d'identité prouvant leur citoyenneté canadienne, ils
ont fait l'objet d'une enquête plus approfondie;
- Cette enquête a conduit à une fouille du véhicule et à la
découverte de deux pistolets chargés dissimulés derrière un
panneau près du tableau de bord côté passager. Dans le
filtre à air du véhicule ont également été découverts de la
cocaïne, du crack et des méthamphétamines;
- L'appelant soulève un seul moyen d'appel. Il soutient que
le juge qui présidait le procès a commis une erreur dans ses
directives au jury relativement à la question de la
connaissance, un des éléments de la possession;
- Cette erreur, il l'aurait commise en déclarant au jury que ce
dernier pouvait déterminer la connaissance par l'appelant
de la possession des armes à feu et de la drogue cachées
dans le véhicule en appliquant l'axiome selon lequel
«People normally intend the natural consequences of their
actions»;
- Selon l'appelant, il n'existe pas en l'espèce une « action » à
l'égard de laquelle on essaie de déterminer une intention.
L'effet du postulat invoqué par le juge est d'imputer au
conducteur du véhicule la responsabilité criminelle pour la
478
connaissance des objets dissimulés dans le véhicule;
- Il est bien reconnu que la connaissance de la possession
peut être prouvée hors de tout doute raisonnable par une
preuve circonstancielle tout autant que par une preuve
directe;
- En l'espèce, le juge de première instance aborde la
question de la connaissance par l'appelant de la possession
en signalant d'abord au jury que la preuve de la poursuite
sur la question de la possession est basée sur la preuve
circonstancielle. C'est alors qu'il fait référence à l'axiome
dont se plaint l'appelant. Immédiatement après et dans le
même paragraphe, il invite le jury à considérer « all the
surroundings circonstances »afin de décider si l'appelant
savait qu'il avait la drogue ou les armes en sa possession;
- Non seulement le juge invite-t-il le jury à considérer
l'ensemble des circonstances sur la question de la
connaissance par l'appelant de la possession, il prend de
plus la peine de lui signaler pas moins de 19 éléments qui,
dans la preuve administrée, sont susceptibles d'aider le
juge des faits à décider si l'appelant connaissait la présence
des armes et ensuite des drogues;
- Les directives du juge au jury font voir que l'utilisation de
l'axiome « People normally intend the natural
consequences of their actions » par le juge n'a pu avoir
pour conséquence, comme le prétend l'appelant, de créer
chez le jury l'impression que le fait que l'appelant était le
conducteur du véhicule créait une présomption de
connaissance qu'il lui appartenait ensuite de renverser;
- La Cour cite l'arrêt Lincoln, 2012 ONCA 542 : « While the
fact that a person is the operator with control of the
vehicle, together with other evidence, may enable a trial
479
judge to infer knowledge and control in appropriate cases,
it cannot, standing alone, create such a rebuttable
presumption. »
Beaudoin c. R.
Preuve
Meurtre 2e degré;
Preuve d'ADN et de possession
récente.
07-02-14 2014 QCCA 250 - L'appelant se pourvoit contre un verdict de culpabilité de
meurtre au deuxième degré prononcé par un jury;
- M. Robert B. Ness, la victime, est décédé à sa résidence au
cours de la nuit du 15 au 16 octobre 2007;
- Mme Behr constate que plusieurs petits objets de valeur
qui appartenaient à son mari ont disparu. Il s'agit
notamment d'une statue de bronze, d'une boîte en bronze et
de multiples petites boîtes à priser en argent. Il faut savoir
que M. Ness était antiquaire. Il manque également un
stylo de marque Montblanc et une petite loupe métallique;
- Le 16 octobre, vers 14 h, un homme se présente à une
boutique de meubles antiques et il y vend certains objets :
un coffret, une statue et plusieurs petits boîtiers. Il s'agit
d'objets dérobés à la victime;
- Selon deux témoins, l'homme ressemblait à l'appelant.
L'un d'eux l'identifie dans une parade photographique et dit
au procès le reconnaître, sans toutefois être en mesure de
l'affirmer « à 100% »;
- Enfin, le 24 octobre 2007, l'appelant est arrêté en lien avec
une autre affaire. Il est alors en possession d'un stylo de
marque Montblanc et d'une petite loupe. Mme Behr dit
reconnaître ces deux objets;
- Dans ces circonstances, malgré les faiblesses de la preuve
d'identification par témoins oculaires, la preuve d'ADN,
associée à une preuve de possession récente, mène
irrémédiablement à l'appelant, qui n'a pas présenté de
témoins en défense;
480
- Quant à la doctrine de la possession récente, elle était
évidemment applicable à l'infraction de meurtre si le jury
concluait que l'appelant était en possession récente des
objets volés.
Verret c. R.
Preuve
Meurtre;
Aveux dans une lettre
confidentielle faits en thérapie
(complice du meurtre);
Intérêt de la justice de la dévoiler.
21-06-13 2013 QCCA 1128 - L'appelante se pourvoit contre un verdict qui l'a déclarée
coupable de deux meurtres au premier degré;
- Le 25 août 1979, deux corps sont retrouvés dans un
appartement à Longueuil. Il s'agit de ceux de Mme Diane
Verret, sœur de l'appelante, et de M. William Thériault,
conjoint de Diane Verret. Il s'agit clairement de deux
meurtres par arme à feu;
- L'enquête policière ne donne alors aucun résultat probant;
- Elle est rouverte le 26 mars 2008 alors que Mme MariePerle Lapalme, ex-belle-sœur et colocataire de l'appelante,
communique avec la police pour se plaindre de menaces de
mort proférées par l'appelante. Elle ajoute avoir reçu des
confidences et des aveux de cette dernière au sujet des
deux meurtres;
- Selon la thèse de la poursuite, l'appelante a demandé à son
conjoint de l'époque, M. Normand Janelle, d'assassiner
William Thériault. Elle lui a procuré l'arme et l'a
accompagné sur place afin qu'on lui ouvre la porte. Les
deux sœurs et leurs conjoints respectifs habitaient deux
appartements du même immeuble;
- Moyens d'appel :
1. L'admissibilité de la lettre écrite par l'appelante et du
témoignage d'une intervenante.
2. La directive de type Vetrovec et la preuve de
confirmation.
3. L'expertise complémentaire.
481
4. Le dépôt en preuve d'un jugement de la Cour
supérieure.
5. Les directives sur la complicité et le verdict.
6. Le verdict déraisonnable et les verdicts incompatibles.
- L'appelante invoque le caractère confidentiel de ses
rapports avec le centre où elle était en thérapie et est d'avis
que la confidentialité d'une lettre qu'elle a écrite dans le
cadre de cette thérapie doit être protégée en refusant qu'elle
soit déposée en preuve;
- La Cour rappelle les quatre facteurs retenus dans l'ouvrage
Wigmore on Evidence;
- L'affaire doit être décidée au cas par cas et l'existence
d'une relation thérapeutique est une circonstance qui doit
être examinée avec attention. Par ailleurs, la nature de
l'infraction est aussi pertinente;
- En l'espèce, il est admis que les trois premiers critères de
Wigmore sont satisfaits. Seul le quatrième est en cause.
Autrement dit, l'intérêt public à ce que l'information
demeure confidentielle l'emporte-t-il sur l'intérêt public à
ce que la vérité soit découverte?;
- L'intérêt de la société à connaître la vérité dans cette
affaire de meurtre l'emporte sur celui de l'appelante (ou de
toute autre personne) à être traitée pour un problème de
consommation d'alcool;
- L'intérêt à ce que l'information demeure privilégiée ne
revêt pas la même importance. Bien entendu, il faut
favoriser la participation à une thérapie lorsqu'une
personne en a besoin, mais cet avantage ne peut être élevé
au niveau d'un privilège générique;
- Il faut donc laisser aux tribunaux la possibilité de
permettre de telles preuves. Ici, l'importance des
482
confidences est indéniable. Considérées dans l'ensemble
de la preuve, elles peuvent établir la culpabilité de
l'appelante pour un double meurtre alors que l'enquête a
piétiné pendant près de trente ans et ne fut rouverte qu'à
l'occasion, justement, de confidences;
- Même si le témoignage de Mme Lapalme révèle un genre
de vie où la drogue et l'alcool sont omniprésents, la juge
Doyon est loin d'être convaincu qu'il nécessitait une
directive de type Vetrovec, généralement réservée aux
personnes amorales, criminalisées, malhonnêtes ou
intéressées dans l'issue du procès;
- Commentaires relatifs à l'application en l'espèce des arts
21(1) et 21(2) C.cr.;
- Pour que le paragr. 21(2) C.cr. soit applicable, l'infraction
visée par le projet commun ne doit pas être celle qui fait
l'objet de l'inculpation. Par conséquent, en ce qui a trait au
meurtre de M. Thériault, c'est clairement 21(1) qui est le
mode de participation criminelle pertinent. Ainsi, soit
l'appelante a commis elle-même le meurtre (ce qui n'est
pas la théorie de l'intimée), soit elle a aidé ou encouragé
M. Janelle, ou une autre personne, à le commettre;
- Par contre, en ce qui a trait à Diane Verret, la situation est
différente. Si l'on en croit la version de Mme Lapalme,
son meurtre n'était pas l'objet de l'entente et le paragr.
21(2) peut donc devenir pertinent en ce que la culpabilité
peut s'inférer de la perpétration d'un crime connexe à celui
visé par l'entente;
- En dernier lieu, l'appelante souligne que M. Janelle a été
par la suite acquitté des mêmes accusations, de sorte que
les verdicts seraient contradictoires et incompatibles;
- L'incohérence entre deux verdicts peut rendre la décision
483
déraisonnable. La situation est toutefois différente
lorsqu'il s'agit de deux accusés : LSJPA – 0917, 2009
QCCA 951. La nature et la force probante de la preuve
peuvent varier d'un procès à l'autre. C'est le cas ici;
- Dans le procès de l'appelante, la poursuite n'était pas
obligée de démontrer hors de tout doute raisonnable que
M. Janelle était l'auteur du meurtre, ce qu'elle devait
toutefois faire dans le procès de ce dernier. Dans le
présent dossier, c'est la participation criminelle de
l'appelante qui importait;
- Dans son propre procès, l'appelante n'a pas témoigné. Or,
elle a témoigné pour la poursuite dans celui de M. Janelle,
et elle n'a manifestement pas été crue. Bref, deux procès
qui ne se comparent pas et dont les verdicts ne peuvent être
qualifiés de contradictoires.
Ménard c. Agence du revenu du
Québec
Preuve
Mandat de perquisition;
Sous ministre du revenu;
Secret professionnel notaire et
avocat;
Exception de crime;
Non divulgation de revenu n'entre
pas dans l'exception.
21-03-14 2014 QCCA 589 - L'appelante, qui est notaire, se pourvoit à l'encontre d'un
jugement rendu par la Cour supérieure, qui ordonne
l'ouverture des scellés et l'examen des documents saisis
afin de déterminer ceux qui peuvent être remis à l'Agence
du revenu du Québec (l'ARQ), l'intimée, en raison de
l'exception de crime et malgré le secret professionnel qui,
prima facie, s'y applique;
- L'intimée soutient que ces documents ne sont pas couverts
par le secret professionnel ou que ce privilège doit être
levé en vertu de l'exemption de crime, s'ils le sont;
- L'appelante argue que l'exception de crime ne s'applique
pas et que tous les documents sont protégés par le secret
professionnel;
- La Cour rend jugement sur la question suivante :
1. L'honorable juge de première instance a-t-elle erré en
484
droit en interprétant de façon erronée l'exception de
crime, levant ainsi le privilège du secret
professionnel?
- D'une part, les communications avec un conseiller
juridique, voulues confidentielles, et s'inscrivant dans le
cadre d'une relation professionnelle de conseil sont
protégées par le secret professionnel bien que, cela dit, ce
ne soient pas toutes les interactions entre une personne et
un conseiller juridique (avocat ou notaire) qui déclenchent
une telle protection;
- Le privilège du secret professionnel appartient au client et
non au professionnel;
- D'autre part, les tribunaux reconnaissent diverses
exceptions au secret professionnel, principe de justice
fondamental comme ils l'ont énoncé à maintes reprises,
lesquelles sont et doivent être « limitées, clairement
définies et strictement contrôlées »;
- Parmi ces exceptions se trouve l' « exception de crime »
destinée à éviter que la protection qui s'attache à la relation
professionnelle (le secret professionnel) ne soit détournée
de sa finalité sociale et juridique;
- L'exception de crime empêche la naissance même du
secret professionnel (ou privilège – en common law) :
appliquer l'exception de crime ce n'est pas écarter le secret
professionnel en place, mais plutôt affirmer son
inexistence puisqu'il n'y en a jamais eu et qu'il ne pouvait
y en avoir;
- Cela étant, il tombe sous le sens qu'il ne peut-être question
d'exception de crime que « si le client poursuit sciemment
un dessein criminel », que si la communication est en