29/03/2014 Lyon Saint-Exupéry

29/03/2014 Lyon Saint-Exupéry
Parution : Août 2015
Rapport révisé le 21 août 2015
Rapport
Accident survenu le 29 mars 2013
sur l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry (69)
à l’Airbus A321
immatriculé SX-BHS
exploité par Hermes Airlines
affrété par Air Méditerranée
Bureau d’Enquêtes et d’Analyses
pour la sécurité de l’aviation civile
Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
Les enquêtes de sécurité
Le BEA est l’autorité française d’enquêtes de sécurité de l’aviation civile. Ses
enquêtes ont pour unique objectif l’amélioration de la sécurité aérienne et ne
visent nullement la détermination des fautes ou responsabilités.
Les enquêtes du BEA sont indépendantes, distinctes et sans préjudice de toute
action judiciaire ou administrative visant à déterminer des fautes ou des
responsabilités.
Ce rapport a été révisé le 21 août 2015 :
- Correction d’une erreur au niveau de la note de référence (2) page 12
- Actualisation et mise en page de l’annexe 9
2
SX-BHS - 29 mars 2013
Table des matières
LES ENQUÊTES DE SÉCURITÉ
2
GLOSSAIRE6
SYNOPSIS10
1 - RENSEIGNEMENTS DE BASE
11
1.1 Déroulement du vol
11
1.2 Tués et blessés
15
1.3 Dommages à l’aéronef
16
1.4 Autres dommages
16
1.5 Renseignements sur le personnel
16
1.5.1 Equipage de conduite
16
1.5.2 Renseignements sur le personnel des services de contrôle de la
navigation aérienne 19
1.6 Renseignements sur l’aéronef
1.6.1 Cellule
1.6.2 Moteurs
1.6.3 Masse et centrage
1.6.4 Maintenance
1.6.5 Systèmes et procédures Airbus A321
1.7 Renseignements météorologiques
1.7.1 Situation générale
1.7.2 Conditions observées sur le site à l’heure de l’événement
1.7.3 METARs et ATIS
1.7.4 Vents lors de l’approche
19
20
20
20
20
20
23
23
23
24
25
1.8 Aides à la navigation
25
1.9 Télécommunications
25
1.10 Renseignements sur l’aérodrome
25
1.11 Enregistreurs de bord
26
1.11.1 Généralités
1.11.2 Exploitation des données des enregistreurs de vol
1.12 Renseignements sur l’avion accidenté et sur l’impact
1.12.1 Examen du site
1.12.2 Examen de l’avion accidenté
26
26
34
34
35
1.13 Renseignements médicaux et pathologiques
35
1.14 Incendie
35
1.15 Questions relatives à la survie des occupants 36
1.16 Essais et recherches
36
3
SX-BHS - 29 mars 2013
1.16.1 Services de la navigation aérienne
1.16.2 Etude de la gestion de la vitesse en approche finale 1.16.3 Etude du comportement de l’A/THR
1.16.4 Arrondi
1.16.5 Evaluation de l’état de la piste
1.16.6 Calcul des distances d’atterrissage requises (RLD et FOLD)
1.16.7 Distance de roulement lors de l’atterrissage
1.16.8 Examens du système de freinage du SX-BHS
1.16.9 Description du système ROW/ROPS
1.16.10 Evaluation des performances de l’équipage
1.16.11 Influence de la fatigue sur les performances de l’équipage
36
43
45
47
47
47
48
48
48
50
57
1.17 Renseignements sur les organismes et la gestion
58
1.17.1 Hermes Airlines
1.17.2 Autorité de l’aviation civile grecque HCAA
1.17.3 Aspects réglementaires
58
68
69
1.18 Renseignements supplémentaires
1.18.1 Témoignages
1.18.2 Evènements antérieurs
1.18.3 Actions d’amélioration de la sécurité 2 - ANALYSE
76
76
79
81
92
2.1 Scénario
92
2.2 Comportement de l’A/THR
98
2.3 Evaluation de la fatigue
99
2.4 Performance de l’équipage
101
2.5 Facteurs organisationnels
102
2.5.1 Difficultés rencontrées par l’exploitant 2.5.2 Organisation de la sécurité chez l’exploitant 102
103
2.6 Autorité de l’aviation civile et AESA
105
2.7 Prévention des sorties de pistes
105
3 - CONCLUSIONS
107
3.1 Faits établis par l’enquête
107
3.2 Causes de l’accident
108
4 - RECOMMANDATIONS DE SECURITE
109
4.1 Amélioration de la conscience de la situation des équipages en approche1 09
4.1.1 Diffusion des messages ATIS à l’aide du Data-Link
109
4
SX-BHS - 29 mars 2013
4.1.2 Gestion de la vitesse en approche
4.1.3 Assistance à l’équipage
4.2 Formations et entraînement des équipages
109
110
110
4.3 Entraînement à la prise de priorité sur avions équipés de manches non
conjugués111
4.4 Comportement de l’A/THR
111
4.5 Surveillance d’un exploitant par son autorité
112
LISTE DES ANNEXES
113
5
SX-BHS - 29 mars 2013
Glossaire
AAL
ACARS
AEL
Au-dessus du niveau de l’aérodrome
Aircraft Communication Addressing and Reporting System
Adaptation En Ligne
AESA
Agence Européenne de la Sécurité Aérienne
AFM
Aircraft Flight Manual
AGL
Above Ground Level
AIP
Aeronautical Information Publication
AMC
Acceptable Means of Compliance
ANC
Approche Non Conforme
ANS
Approche Non Stabilisée
AP
Auto Pilot
APU
Groupe auxiliaire de puissance
ASR
Air Safety Report
ATC
Contrôle de la circulation aérienne
A/THR
Autopoussée
ATIS
Service automatique d’information de région terminale
ATO
Approved Training Organization
ATPL
Licence de pilote de ligne
BKN
Broken
B/RNAV
Basic area Navigation
BSCU
Braking System Control Unit
CAP
Circulation aérienne publique
CAS
Vitesse corrigée ou vitesse conventionnelle
CLB
Climb
CPL
Commercial Pilot Licence
CTA
Certificat de Transporteur Aérien
CRM
Cockpit Ressource Management
CVR
Cockpit Voice Recorder
D-ATIS
Digital - ATIS
DGAC
Direction Générale de l’Aviation Civile
DP
DOV
Point de rosée
Directeur des opérations en vol
6
SX-BHS - 29 mars 2013
EAPPRE
European Action Plan for the Prevention of Runway Excursions
ETD
Heure estimée de départ
FAP
Point d’approche finale
FBL
Léger (intensité de phénomène météorologique)
FCOM
Flight Crew Operating Manual
FCTM
Flight Crew Training Manual
FCU
Flight Control Unit
FD
Directeur de vol
FDR
Flight Data Recorder
FL
Niveau de vol
ft
Pieds
FMGC
Flight Management and Guidance Computer
FMGS
Flight Management and Guidance System
FMS
Flight Management System
FOI
Flight Operations Inspector
G/S
Glide Slope
GPWS
Ground Proximity Warning System
HCAA
Hellenic Civil Aviation Administration
IATA
Association internationale du transport aérien
IAC
Carte d’approche aux instruments
IFR
Règles de vols aux instruments
ILS
Système d’atterrissage aux instruments
IMC
Conditions météorologiques de vol aux instruments
IRMA
Image radar des mouvements aériens
IR/ME
Intrument rating/Multi Engine
JAA
Autorités conjointes de l’aviation
IAF
Repère d’approche initiale
Kg
Kilogramme
Kt
Noeuds
LDA
Distance utilisable à l’atterrissage
LOC
Localizer
LOSA
Line Operations Safety Audit
7
SX-BHS - 29 mars 2013
LVP
Low Visibility Procedure
LPC
Line Proficiency Check
LVP
Low Visibility Procedure
MMEL
Liste minimale d’équipements de référence
ND
Navigation Display
NM
Mile Nautique
OACI
Organisation de l’Aviation Civile Internationale
OPC
Operator Proficiency Check
OSD
Operational Suitability Data
Données d’adéquation opérationnelles
OSV
Officier de Sécurité des vols
PAPI
Indicateur de pente d’approche
PF
Pilot Flying
PFD
Primary Flight Display
PM
Pilote Monitoring
PNC
Personnel Navigant Commercial
PNT
Personnel Navigant Technique
PIREP
Pilot Report
QAR
Quick Access Recorder
QNH
Pression atmosphérique ramenée au niveau de la mer
RDFE
Responsable désigné Formation et Entraînement
ROAAS
Runway overrun-Awareness and Avoidance Systems
ROP
Runway end Overrun Protection
ROPS
Runway Overrun Prevention System
ROW
Runway Overrun Warning
RVR
Portée visuelle de piste
RVSM
Minimum de séparation verticale réduit
SCT
Scattered
SGS
Système de gestion de la Sécurité
SNA
Service de la navigation aérienne
SOP
Procédures d’opérations standard
SSLIA
Service de sauvetage et de lutte contre les incendies d’aéronefs
STAR
Standard Terminal Arrival Route
8
SX-BHS - 29 mars 2013
T/D
Touch Down
Touché des roues avec la piste
TCAS
Traffic Avoidance Collision System
TEM
Threat and Error Management
Gestion de la menace des erreurs
TRE
Type rating Examinator
TRI
Type rating Instructor
TRTO
TSV
Type rating training organisation
Temps de service de vol
VAPP
Vitesse d’approche
VMC
Conditions de vol à vue
V/S
Vitesse verticale
VRB
Variable
VREF
Vitesse d’atterrissage de référence
9
SX-BHS - 29 mars 2013
sx-s130329
Synopsis
Approche non stabilisée, sortie longitudinale de piste
Aéronef
Date et heure
Exploitant
Lieu
Avion Airbus A321 immatriculé SX-BHS
29 mars 2013 à 19 h 45(1)
Hermes Airlines
Aérodrome Lyon Saint-Exupéry (69)
Transport public, service non régulier
Nature du vol
international de passagers
Commandant de bord (PM), copilote (PF), 5 PNC,
Personnes à bord
174 passagers
Conséquences et dommages Moteurs endommagés
(1)
Sauf précision
contraire, les heures
figurant dans
ce rapport sont
exprimées en temps
universel coordonné
(UTC). Il convient d’y
ajouter une heure
pour obtenir
l’heure en France
métropolitaine le
jour de l’événement.
L’équipage effectue une approche ILS de catégorie 1 (CAT I) en piste 36R
sur l’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry. Les conditions météorologiques sont telles
que les procédures d’exploitation par faible visibilité (LVP) prévalent.
Lors du passage de la hauteur de stabilisation à 1 000 ft, la vitesse de l’avion est
supérieure de 57 kt à la vitesse d’approche. A 140 ft, une augmentation inappropriée
de la poussée par l’auto poussée maintient l’avion à une vitesse élevée.
L’arrondi est long et l’avion touche la piste 1 600 mètres après le seuil 36R.
L’avion sort longitudinalement de piste et s’immobilise environ 300 mètres au-delà
du seuil opposé.
10
SX-BHS - 29 mars 2013
1 - RENSEIGNEMENTS DE BASE
1.1 Déroulement du vol
Note : Le déroulement du vol a été établi à partir des données des enregistreurs de vol (FDR et CVR)
des enregistrements phoniques des services de la navigation aérienne, des témoignages de l’équipage
ainsi que des observations faites sur le site de l’accident.
Le jour de l’accident, l’équipage de l’Airbus A321, immatriculé SX-BHS et exploité
par la compagnie Hermes Airlines, effectue un vol aller et retour entre les aéroports
de Lyon Saint-Exupéry (France) et Dakar (Sénégal) dans le cadre d’un vol de transport
public de passager non régulier pour le compte d’Air Méditerranée.
L’équipage décolle de Lyon à 06 h 44 et atterrit à Dakar à 12 h 03. Le Commandant
de bord est pilote en fonction (PF) pour cette étape. A Dakar, des problèmes
d’approvisionnement des repas les retardent d’environ 30 minutes. La masse
définitive, supérieure à celle prévue pour le vol retour direct, impose à l’équipage
une escale technique à Agadir (Maroc).
L’équipage décolle de l’aérodrome de Dakar à 13 h 44 et atterrit à Agadir à 16 h 13.
Le copilote est PF pour cette étape. A Agadir, un complément de 8,6 tonnes
de carburant est effectué.
L’équipage décolle d’Agadir à 17 h 02 à destination de Lyon avec l’indicatif d’appel
BIE 7817. Le copilote est PF. Le début du vol se déroule normalement.
Vers 19 h 19, l’avion est en descente vers le FL280. Le pilote automatique 2 (AP2),
les directeurs de vol (FD) et l’auto-poussée (A/THR) sont engagés. L’équipage prépare
une arrivée pour la piste 36 droite de Lyon Saint-Exupéry.
Le PF écoute les informations de l’ATIS Alpha (enregistré à 19 h 12) qui fournit
notamment les informations suivantes :
ˆ ˆ « Approach ILS 36R
Runway in use landing 36R
Runway is wet
Caution wind at 1500 feet reported 180° 15 Kt
Wind 140° 3 Kt
Visibility 400 meters
RVR’s are above 2 000 meters
Slight rain and Fog
SCT 2000 correction 200 feet, BKN1800’, BKN 6600’
T° + 8°
DP + 8°
QNH1004 ».
Entre 19 h 20 min et 19 h 28 min, l’équipage effectue le briefing approche. Le PF évoque
la visibilité de 400 mètres, une portée visuelle de piste (RVR) de deux kilomètres, ainsi
que la présence de brouillard et d’un plafond morcelé à 1 800 ft. Le PF annonce un
vent au FL180 du 150° pour 18 kt : « flight level one eight zero, (it’s gonna) to be windy
so one... one five zero eighteen knots ».
Il exprime ses doutes sur la possibilité de pouvoir effectuer une approche de catégorie
1 (CAT I) compte tenu de la visibilité réduite. Le PM lui répond que seule la RVR est
à prendre en considération.
11
SX-BHS - 29 mars 2013
L’équipage effectue le briefing de l’approche ILS 36R en CAT I après une arrivée
MEZIN 1 D. Le PF ne mentionne pas s’il va effectuer une approche ILS 36R Y ou Z
mais mentionne une altitude de 4 000 ft(2). L’équipage indique qu’il insère une
altitude de décision de 1 021 ft QNH (200 ft AGL) dans le système de navigation
(FMS). La configuration atterrissage « conf FULL » est retenue. Le système de freinage
automatique (autobrake) est armé en mode LOW. La vitesse d’approche (Vapp) est de
141 kt pour une masse à l’atterrissage de 72 tonnes.
A 19 h 29 min, sur autorisations successives des contrôleurs du centre en route
de Marseille, l’équipage commence à descendre vers le FL140.
Le Final Approach
Point (FAP) de
l’approche ILS 36R Y
est à 10 NM du seuil
36R et 4 000 ft QNH.
Le FAP de l’approche
ILS 36R Z est à
6,9 NM du seuil 36R
et 3 000 ft QNH.
(2)
Le mode vertical « OPEN DES » est engagé sur le pilote automatique. L’avion évolue
à une vitesse sélectée de 280 kt. Quelques minutes plus tard, le PF sélectionne
une vitesse conventionnelle (CAS) de 250 kt.
A 19 h 35 min sur la fréquence de Lyon Approche, l’équipage s’annonce en descente
vers le FL140 avec l’information ATIS Alpha. Le contrôleur les autorise à descendre
au FL100, les informe qu’ils seront guidés au radar vers la finale ILS 36R. Il les
informe également que l’ATIS Bravo est disponible. Il ajoute que la procédure LVP
(Low Visibility Procedure) est active en raison de la présence de nuages.
A 19 h 36 min, l’équipage écoute l’ATIS. Ce dernier est l’ATIS Charlie enregistré à
19 h 35 qui donne notamment les informations suivantes :
ˆ ˆ « Approach ILS 36R
Runway in use landing 36R
Runway is wet
Caution wind at 1500 feet is reported southerly 15 Kt
Low visibility procedures in force
Wind 140° 4 Kt
Visibility 1 100 meters
Slight rain and mist
BKN100’, BKN 6600’
T° + 8°
DP + 8°
QNH1004 ».
Le PM s’interroge sur le fait que la procédure LVP soit active alors que la visibilité
est de 1 100 m : « Why we have low visibility in force? With one thousand one hundred
meters. So… we cannot go there ».
A 19 h 37 min 48, le PM annonce « We will down on the way to the ILS so descend as fast
as possible ». Le PF répond que c’est ce qu’il est en train de faire.
A 19 h 38 min 02, l’équipage contacte le contrôleur de Lyon Radar qui lui donne
un cap pour intercepter le faisceau localizer de la piste 36R. Le PM annonce
« intercept the localizer, four thousand checked, we have to be prepared ».
A 19 h 38 min 44, le PM demande l’autorisation de dévier de 10° par la gauche pour
éviter un nuage. Le contrôleur autorise la déviation et la descente vers 5 000 ft
QNH 1004. Le PM collationne correctement la valeur du QNH.
12
SX-BHS - 29 mars 2013
A 19 h 39 min 12, le contrôleur de Lyon Radar informe l’équipage de la mise en place
de la procédure LVP et de la présence de nuages morcelés à 100 ft avec une RVR
supérieure à 2 000 mètres.
A 19 h 39 min 29, le PM annonce au PF une valeur de QNH à 1014. L’équipage
sélectionne ce calage altimétrique et la checklist d’approche est effectuée.
Note : En raison du calage altimétrique erroné (QNH 1014 au lieu de QNH 1004), les altitudes affichées
sont supérieures de 300 ft à l’altitude QNH du jour. Dans les paragraphes suivants, les altitudes
mentionnées sont les altitudes QNH 1004.
A 19 h 40 min 09, l’avion vole à 230 kt (CAS) à une altitude de 8 500 ft QNH. Le PM
demande au contrôleur de Lyon Radar s’ils peuvent intercepter le localizer avec le cap
qu’ils suivent. Ce dernier répond « That’s approved, reduce speed 220 kt » puis il ajoute
« descend 4 000 ft and you are cleared ILS 36R, leave 4 000 ft on the glide ». Le PM répond
« Ok, 4 000 ft, clear for the ILS and (leave them) on the glide ».
A 19 h 40 min 35, l’AP1 est engagé.
A 19 h 40 min 59, le PF active la phase approche. Le PM lui fait remarquer qu’il peut
utiliser les volets.
A 19 h 41 min 08, le PM sélectionne la configuration 1. L’avion passe 7 570 ft QNH
avec une vitesse de 220 kt. Le PM fait remarquer au PF que cela fait augmenter le taux
de descente.
A 19 h 41 min 18, le PF suggère de réduire la vitesse. Le PM répond par la négative en
précisant qu’ils ont besoin d’un taux de descente important. Il ajoute : « And now you
can use speed brakes because now the ILS go lower because you have flaps ».
A 19 h 42 min 27, à 12.5 NM du seuil de piste, l’avion intercepte le faisceau localizer
à 5 500 ft QNH avec une vitesse de 217 kt. Le contrôleur de Lyon Radar autorise
l’équipage à poursuivre la descente vers 3 000 ft QNH et lui demande de rappeler
quand il aura intercepté le « glide ». Le PF sélecte une altitude de 3 000 ft QNH.
A 10 NM du seuil 36R, l’avion(3) est à 222 kt, sa vitesse sol est de 251 kt.
A 19 h 42 min 43, le PM indique au PF que le taux de descente est bon et qu’une
fois établi sur le « glide » il faudra réduire la vitesse. Le taux de descente est
d’environ 2 000 ft/min et la vitesse de 218 kt.
A 19 h 43 min 02, le PM demande au PF de garder les aérofreins et d’essayer de réduire
la vitesse. Le PF sélectionne une vitesse de 207 kt puis 205 kt quelques secondes
plus tard. Il annonce au PM qu’il sélectionne 205 kt.
A 19 h 43 min 16, à environ 9 NM du seuil de piste, l’avion intercepte le faisceau glide
à 3 820 ft QNH avec une vitesse de 217 kt et un taux de descente de 1 500 ft/min
environ.
A 19 h 43 min 37, le PM annonce au contrôleur de Lyon Radar qu’ils sont établis sur
le glide. Ce dernier leur demande de contacter le contrôleur de Lyon Tour.
A 19 h 43 min 47, l’avion est à 7 NM de la piste. C’est approximativement à cette
distance que l’équipage indique avoir eu les installations en vue.
(3)
L’avion précédent
le SX-BHS est un
Airbus A319 (vol
Air France AF-DD).
A 19 h 39 min, il est
à 10 NM du seuil
36R, il est aligné
sur le localizer à
4 100 ft avec une
vitesse sol de
250 kt. A cet instant,
l’enregistrement
QAR indique une
vitesse CAS de 220 kt.
A 19 h 39 min 36,
le contrôleur informe
en français l’équipage
de l’Air France
qu’il le voit un peu
rapide sur son radar
et lui demande s’il
souhaite effectuer
une approche
interrompue.
L’équipage de
l’AF-DD lui répond
qu’il va sortir le
train d’atterrissage
et qu’il envisage
d’atterrir. Les détails
sont disponibles
dans le chapitre
1.16.1 Services de la
navigation aérienne.
13
SX-BHS - 29 mars 2013
A 19 h 43 min 53, l’avion est à 2 000 ft AAL et la vitesse atteint la vitesse cible
sélectionnée (205 kt). Le PF demande au PM de sortir la « conf 2 » quand il le pourra.
Le PM qui est en contact avec le contrôleur de Lyon Tour commande la rentrée
des aérofreins puis sélectionne la « conf 2 » alors que l’avion passe 1 550 ft AAL à une
vitesse de 203 kt.
A 19 h 44 min 15, le contrôleur de Lyon Tour autorise l’équipage à atterrir en piste
36R et lui communique l’information de vent (130° pour 6 kt).
A 19 h 44 min 20, le PF sélectionne une vitesse de 180 kt. La vitesse de l’avion est
de 204 kt.
A 19 h 44 min 28, le PF demande la sortie du train pour réduire la vitesse.
A 19 h 44 min 50, le PM annonce: « You cannot reduce the speed, look ». La vitesse est
de 199 kt.
Lors du passage à 1 000 ft AAL, la vitesse est supérieure de 57 kt à la Vapp
(198 kt / 141 kt) et la vitesse sélectée est de 180 kt. L’avion est établi sur le plan
descente, en « conf 2 », avec le train sorti et verrouillé. L’assiette est de -1°, le taux
de descente est de -1 100 ft/min environ.
Sur demande du PM, le PF engage le mode vitesse managée à 950 ft de hauteur
radiosonde. La vitesse cible passe automatiquement à 153 kt (vitesse F sur le bandeau
de vitesse du PFD).
A 850 ft de hauteur radiosonde et 193 kt, l’équipage commande la mise
en configuration 3 puis, quelques secondes plus tard, en configuration FULL à 184 kt
et 625 ft de hauteur radiosonde. La vitesse cible passe automatiquement à la Vapp
(141 kt).
Lors du passage à 500 ft AAL, la vitesse est de 179 kt (Vapp + 38 kt), en diminution ;
l’assiette est de -4°. La vitesse verticale est supérieure à -1 100 ft/min.
Le PF désengage l’AP à 200 ft d’altitude radiosonde.
L’avion passe 140 ft de hauteur radiosonde avec une assiette proche de 0°. L’A/THR
est toujours engagée et le régime N1 des moteurs, alors au ralenti (30 %), commence
à augmenter.
Au passage des 80 ft de hauteur radiosonde, le régime des N1 est de 54 %. La vitesse
est de 158 kt et commence à augmenter.
Au passage des 60 ft de hauteur radiosonde, l’avion survole le seuil de piste avec une
composante vent arrière de 7 kt. La vitesse (CAS) est de 160 kt.
L’équipage indique qu’au passage du seuil, il voit une nappe de brouillard localisée
au niveau du seuil opposé.
Environ trois secondes après le passage des 30 ft de hauteur radiosonde, le PF
commence à ramener les manettes de commande de poussée vers le cran « IDLE ».
Le PF maintient un ordre à cabrer de faible amplitude (environ ¼ de butée) jusqu’à
atteindre la hauteur radiosonde de 23 ft. L’assiette augmente de -1,4° à +1,7°. Le taux
de descente est de -600 ft/min environ. Puis, le PF alterne les ordres à cabrer et
à piquer et l’assiette se stabilise à 0° environ.
14
SX-BHS - 29 mars 2013
A 500 mètres au delà du seuil, l’avion est à une hauteur de 21 ft au dessus de la piste.
Le PM annonce qu’ils sont trop hauts. Le régime N1 atteint 69 %.
L’avion passe sous les 20 ft et la voix synthétique annonce « RETARD »(4).
Une seconde plus tard, l’équipage positionne les manettes de commande de poussée
sur IDLE et l’A/THR se désengage. La vitesse est de 163 kt et commence à diminuer.
Le PM commence à donner des ordres à piquer alors que le PF donne des ordres
à cabrer.
(4)
Message vocal
rappelant au pilote
qu’il doit reculer
les manettes de
puissance dans
le cran « IDLE ».
Le PM annonce « Leave it » à plusieurs reprises puis applique successivement des
ordres à piquer plus importants (1/2 butée) jusqu’au toucher. Pendant ce temps,
le PF maintient un ordre à cabrer important (1/2 butée à cabrer en moyenne).
L’ordre résultant est à cabrer. Pendant cette phase, la voix synthétique annonce
« DUAL INPUT ».
A 19 h 46 min 03, le train principal touche la piste à environ 1 600 mètres du seuil
de piste. La vitesse sol de l’avion est de 154 kt.
Une seconde plus tard, les destructeurs de portance sont déployés automatiquement
et l’équipage commande l’inversion de poussée maximale.
L’équipage applique un freinage énergique et dissymétrique. L’autobrake
se désengage. Trois secondes plus tard, la décélération de l’avion atteint 0,4 g(5).
L’avion sort longitudinalement de la piste avec une vitesse sol d’environ 75 kt
et s’immobilise à environ 300 mètres du seuil à proximité immédiate des antennes ILS.
Pour comparaison,
la cible de
décélération de
l’autobrake en mode
LOW est de 0,17 g.
(5)
L’équipage informe le contrôleur que l’avion est en dehors de la piste et que personne
n’est blessé.
A 19 h 48 min 14, soit environ deux minutes après l’immobilisation de l’avion,
le contrôleur demande à l’équipage s’il a coupé les moteurs.
A 19 h 48 min 30, l’équipage démarre l’APU puis coupe les moteurs.
A partir de 19 h 51, le Commandant de bord discute avec le contrôleur de l’évacuation
des passagers et dit : « We can stay on board, we can... can wait because actually
without... we don’t have any problems with fire or something like that ».
A 19 h 52 min 28, le Commandant de bord rappelle le contrôleur pour lui demander :
« Could you check the fire brigade any... any fire or something like that, because we can’t
see anything, to confirm ».
A 19 h 52 min 47, le contrôleur informe l’équipage que les pompiers n’ont pas détecté
visuellement de problèmes.
1.2 Tués et blessés
Blessures
Mortelles
Graves
Légères/Aucune
Membres d’équipage
-
-
7
Passagers
-
-
174
Autres personnes
-
-
15
SX-BHS - 29 mars 2013
1.3 Dommages à l’aéronef
Les deux moteurs de l’avion sont endommagés. Les trains d’atterrissage sont
légèrement endommagés.
1.4 Autres dommages
Des barrières de protection installées le long des chemins de circulation ont été
endommagées lors de la sortie de piste de l’avion.
1.5 Renseignements sur le personnel
1.5.1 Equipage de conduite
1.5.1.1 Commandant de bord
Homme, 44 ans, de nationalité grecque, résidant en Grèce.
licence de pilote de ligne avion ATPL(A) délivrée par la Grèce le 17 mai 2007 ;
commandant de bord depuis le 25 juillet 2012 ;
qualification de type B737 100-200 délivrée en 1996 ;
qualification de type B737 300-400 délivrée le 11 décembre 2000 ;
qualification de type A320 délivrée le 5 janvier 2010, prorogée tous les ans ;
instructeur/examinateur Crew Ressource Management (CRM) depuis le
3 novembre 2008 ;
ˆ ˆ instructeur sol depuis 2005 ;
ˆ ˆ aptitude médicale de classe 1 valable jusqu’au 29 aout 2013 ;
ˆ ˆ il a obtenu son niveau 5 OACI de langue anglaise.
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
Note : Les équipages d’Hermes Airlines ne sont pas autorisés à effectuer des approches de précisions
Cat II/III.
Expérience :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
totale : 7 096 heures de vol dont 425 en qualité de CDB ;
sur type : 1 346 heures de vol, dont 425 en qualité de CDB ;
dans les trois derniers mois : 139 heures de vol ;
dans le dernier mois : 68 heures de vol ;
dans les 24 dernières heures : 7 heures 50.
Cursus professionnel :
ˆ ˆ il a été cadet à L’Hellenic Air Force Academy en Grèce de 1986 à 1989 ;
ˆ ˆ il a obtenu sa licence de pilote professionnel en 1990 à la Pegasus Flight School
of Aeronautics aux Etats-Unis ;
ˆ ˆ il a travaillé en tant que copilote chez Olympic Airlines de 1996 à 2009. Il a totalisé
5 150 heures de vol sur Boeing 737 2/3/400 ;
ˆ ˆ il a travaillé en tant que copilote chez Olympic Air de 2009 à 2010. Il a totalisé
520 heures de vol sur Airbus A320 ;
ˆ ˆ il a été recruté chez Hermes Airlines le 24 octobre 2011 en tant qu’instructeur
CRM puis comme copilote.
16
SX-BHS - 29 mars 2013
Formation, entraînements et contrôles périodiques en tant que Commandant
de bord :
Il a réalisé son stage d’adaptation à l’exploitant en tant que copilote du
27 octobre 2011 jusqu’au 31 janvier 2012 (contrôle en vol). Au cours de cette
formation et des évaluations résultantes le niveau professionnel du Commandant
de bord a été jugé bon, « good ».
La sélection puis l’entraînement spécifique au rôle de commandant de bord ont été
réalisés de février à juillet 2012. Au cours de cet entraînement et des évaluations
résultantes le niveau professionnel du Commandant de bord a été jugé au-dessus
des standards « very good » notamment lors de son Adaptation En Ligne (AEL)
de dix étapes qui s’est déroulée du 19 au 24 juillet 2012. Le Commandant de bord a
réussi son contrôle en ligne le 24 juillet 2012 et a été nommé Commandant de bord.
Le dernier contrôle hors ligne (Operator Proficiency Check, OPC) effectué le
16 janvier 2013 a été jugé satisfaisant.
Le Commandant de bord a été déclaré « apte » à tous ses entraînements et
contrôles périodiques.
Activités les jours précédents :
Entre le vendredi 22 mars et le mercredi 27 mars 2013, le Commandant de bord était
de repos à son domicile à Athènes (Grèce). Il explique qu’il n’a pas eu d’activités
particulières et qu’il se sentait reposé et en bonne forme.
Le jeudi 28 mars 2013, veille de l’accident, le Commandant de bord a quitté Athènes
pour rejoindre Lyon via Paris Charles de Gaulle dans le cadre de deux vols de mise en
place. Il a quitté Athènes à 7 h 00 et atterri à Lyon à 13 h 30. Il explique qu’il est arrivé
à son hôtel vers 14 h 00. Il ajoute qu’il s’est couché vers 21 h 00. Le 29 mars, jour de
l’accident, il s’est levé vers 4 h 00 et s’est présenté à l’aéroport vers 5 h 00.
1.5.1.2 Copilote
Homme, 26 ans, de nationalité espagnole, résidant en Espagne.
ˆ ˆ ATPL théorique en 2009 ;
ˆ ˆ licence de pilote professionnel CPL (A) délivrée par l’Espagne le 8 octobre 2009
et valide jusqu’au 8 octobre 2014 ;
ˆ ˆ qualification de type A320 délivrée le 31 mai 2011, prorogée tous les ans ;
ˆ ˆ nommé copilote en septembre 2012 ;
ˆ ˆ aptitude médicale de classe 1 valable jusqu’au 13 juillet 2013.
Expérience :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
totale : 600 heures de vol dont 314 sur type ;
dans les trois derniers mois : 55 heures de vol, toutes sur type ;
dans le dernier mois : 45 heures de vol toutes sur type ;
dans les 24 dernières heures : 7 heures 50.
17
SX-BHS - 29 mars 2013
Cursus professionnel :
ˆ ˆ de 2005 à 2009, il a suivi une formation de pilote professionnel au European
University College of Aviation à Reus (Espagne) ;
ˆ ˆ il a obtenu sa qualification type A320 en 2011 au Flight Crew Training Academy
à Madrid (Espagne) ;
ˆ ˆ il a obtenu son niveau 4 OACI de langue anglaise avec l’organisme Air-English(6)
en 2011 ;
ˆ ˆ il a été recruté chez Hermes Airlines le 27 octobre 2011 en qualité de copilote.
Recrutement, formation, entraînements et contrôles périodiques :
Recrutement :
Lors de son recrutement par Hermes Airlines, le copilote totalisait 202 heures de vol
sur Piper PA 28 et Diamond 40/42 (monomoteur et bimoteur à pistons).
Il a effectué un entretien avec le Directeur des Opérations en Vol (DOV) et le Responsable
de la Formation (RDFE) d’Hermes Airlines puis un test médical et une évaluation de
deux heures sur simulateur à Istanbul (Turquie) avec un examinateur de qualification
de type (TRE).
Air-English est
un organisme
de compétences
linguistiques
(LPO) approuvé
par l’autorité de
l’aviation civile Belge
(BCAA Belgian Civil
Aviation Authority).
Le contrôle de
compétence
linguistique (FCL.055)
comporte un
questionnaire de
compréhension et un
entretien oral avec
un examinateur.
(6)
Formation chez Hermes Airlines :
Il a réalisé son stage d’adaptation à l’exploitant du 27 octobre 2011 au
2 septembre 2012.
Du 27 octobre au 21 novembre 2011, il a suivi des cours au sol(7).
Les 7 et 8 novembre 2011 il a effectué deux séances de 4 heures d’entraînement
et de contrôle sur simulateur à Istanbul avec un instructeur de qualification
de type (TRI). L’instructeur a estimé que son niveau de copilote était conforme aux
standards de l’exploitant, hormis dans les domaines des connaissances techniques,
des connaissances des procédures (SOP) et des compétences de pilotage jugées
marginales.
Il a commencé son Adaptation En Ligne (AEL) le 25 février 2012 et a réalisé trois étapes.
Le 26 février il a réalisé trois étapes en tant qu’observateur car le TRI estimait que
le copilote éprouvait des difficultés à comprendre les radio‑télécommunications
en langue anglaise. Le TRI lui avait demandé de poursuivre son AEL avec un
« safety pilot » (8) afin d’améliorer sa compréhension. Son AEL s’est interrompue entre
le 26 février et le 30 juillet 2012.
Le copilote précise qu’il n’a suivi aucune formation ni effectué d’entraînement
durant cette période d’interruption hormis une séance de simulateur pour proroger
sa qualification de type sur A320 en mai 2012 à Londres (TRTO). Le DOV et le RDFE
expliquent que l’AEL du copilote s’est interrompue en raison du nombre insuffisant
de vols que l’exploitant avait à effectuer entre février et juillet 2012.
Le 30 juillet 2012, le copilote a repris son AEL avec un « safety pilot » lors des
trois premières étapes. Il a volé avec trois TRI différents et effectué 34 étapes
supplémentaires jusqu’au 1er septembre 2012.
(7)
Le programme
des cours au sol est
détaillé dans la partie
1.17.1.3 Recrutement,
formation,
entraînements
et contrôles des
équipages.
Le manuel
d’exploitation
d’Hermes
Airlines définit
un « safety pilot »
comme un pilote
supplémentaire (avec
plus de 100 heures de
vol sur type) qui est
requis pour voler avec
le stagiaire en AEL.
(8)
18
SX-BHS - 29 mars 2013
Le dossier d’évaluation du copilote au cours de son AEL mentionne des progrès
normaux. Néanmoins, l’un des TRI avec qui le copilote a réalisé sept étapes en milieu
de formation (du 14 au 19 août 2012) avait estimé que ses connaissances des systèmes
de l’avion et des procédures étaient faibles.
Après le 30 juillet 2012, il a réalisé 37 étapes et environ 111 heures de vol sur Airbus,
il a réussi son contrôle en ligne le 1er septembre 2012 et a été nommé copilote.
Il a commencé à voler en ligne le 2 septembre 2012.
Activités les jours précédents :
Le copilote a réalisé un vol entre Paris Charles de Gaulle (France) et Ovda (Israël)
le 24 mars 2013. Ce vol a été effectué avec un équipage renforcé.
Le 28 mars 2013, il explique qu’il est parti de Valence (Espagne) à 06 h 05 du matin à
destination de Paris Charles de Gaulle où il a repris un vol pour Lyon. Il est arrivé à son
hôtel à Lyon vers 14 h 00. Il ajoute qu’il s’est couché vers 21 h 00. Le 29 mars, jour
de l’accident, il s’est levé vers 4 h 00 et s’est présenté à l’aéroport vers 5 h 00.
1.5.2 Renseignements sur le personnel des services de contrôle de la
navigation aérienne
L’armement de la salle IFR et de la vigie le 29 mars 2013 lors du premier contact
du BIE7817 était le suivant :
En salle IFR :
ˆ ˆ secteur INI et DEP étaient regroupés avec : un Premier contrôleur, un élève et
un Premier contrôleur assistant ;
ˆ ˆ secteur ITM (intermédiaire) ouvert avec un Premier contrôleur.
En Vigie :
un Chef de Tour assisté de :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
un Premier contrôleur à l’approche ;
un Premier contrôleur coordonnateur (app et loc) ;
un Premier contrôleur LOC (Tour) ;
un Premier contrôleur Sol.
L’armement de la salle IFR et de la vigie était conforme au manuel d’exploitation
du SNA Lyon.
Le contrôleur du secteur INI a transféré le SX-BHS au contrôleur ITM pour l’approche
intermédiaire qui, à son tour, a transféré le SX-BHS au contrôleur LOC lors de la finale
et l’atterrissage.
1.6 Renseignements sur l’aéronef
Le SX-BHS a été construit en 1997. Sa masse maximale au décollage est de 85 000 kg,
sa masse maximale à l’atterrissage est de 74 500 kg. Il dispose d’une capacité d’emport
de 220 passagers Il est équipé de deux moteurs SNECMA CFM56-5B.
19
SX-BHS - 29 mars 2013
1.6.1 Cellule
Constructeur
Airbus
Type
A321-111
Numéro de série
642
Immatriculation
SX-BHS
Mise en service
17/01/1997
Certificat de navigabilité
n°1514 du 31/01/2012 délivré par HCAA
Certificat d’examen de navigabilité
028/012 valable jusqu’au 05/10/2013
Utilisation au 29/03/2013
37 757 heures de vol et 22 420 cycles
1.6.2 Moteurs
Constructeur : SNECMA
Type : CFM56-5B 1/3
Moteur n° 1
Moteur n° 2
Numéro de série
779226
779317
Temps total de fonctionnement
37 199 heures
et 20 803 cycles
34 139 heures
et 20 587 cycles
Temps de fonctionnement depuis la
révision générale
9 981 heures
et 3 127 cycles
9 430 heures
et 5 117 cycles
1.6.3 Masse et centrage
Lors de l’événement, la masse et le centrage étaient dans les limites fixées par
le constructeur. La masse enregistrée dans l’enregistreur de vol (FDR) à l’atterrissage
était légèrement inférieure à 72 000 kg.
1.6.4 Maintenance
Le manuel d’entretien, approuvé par l’autorité de l’aviation civile grecque (HCAA)
détaille le programme d’entretien. Il est conforme aux manuels du constructeur.
La documentation indique que les inspections préconisées par le constructeur et
celles imposées par des consignes de navigabilité avaient été effectuées.
1.6.5 Systèmes et procédures Airbus A321
Les systèmes et procédures ci-dessous sont tirés de la documentation du constructeur
(AFM, FCOM, FCTM) et de celle de l’exploitant. Le détail est disponible en annexe 1.
20
SX-BHS - 29 mars 2013
1.6.5.1 Procédures normales lors d’une approche de précision ILS
Lors d’une approche de précision ILS, l’objectif recherché est la stabilisation sur le plan
de descente finale à la vitesse d’approche (Vapp), dans la configuration atterrissage
et à 1 000 ft AGL (en conditions IMC). Toutes les conditions suivantes doivent être
réunies avant ou à l’altitude de stabilisation :
ˆ ˆ l’avion est sur la trajectoire de descente nominale (Glide Slope et Localizer) ;
ˆ ˆ l’avion est en configuration d’atterrissage ;
ˆ ˆ la poussée est stabilisée et maintient la vitesse d’approche.
Il n’y a pas d’écart excessif sur les paramètres de vols suivants :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
vitesse comprise entre Vapp -5 kt ou et Vapp +10 kt ;
assiette comprise entre -2.5° et +7.5 ;
angle de roulis inférieur à 7° ;
vitesse verticale inférieure à 1 000 ft/min ;
déviation LOC inférieure à ¼ de point ;
déviation GS inférieure à 1 point.
Si l’avion sort de ces conditions, l’équipage doit initier une approche interrompue,
sauf s’il estime que les écarts sont mineurs et peuvent être corrigés par
de petites actions.
1.6.5.2 Gestion de la vitesse en mode sélecté ou mode managé lors d’une approche
En mode Approche avec A/THR engagée, la gestion de la vitesse s’effectue
en sélectionnant une vitesse cible qui sera maintenue par des ajustements
automatiques de la poussée des moteurs. Cette vitesse cible peut être :
ˆ ˆ « managée » quand la cible de vitesse est calculée par un système embarqué (FMGS) ;
ˆ ˆ « sélectée » quand la cible de vitesse est sélectionnée manuellement par l’équipage sur le pupitre de contrôle (FCU).
Pour un atterrissage que l’équipage prévoit en « conf FULL » avec une vitesse cible « sélectée », le constructeur recommande d’afficher manuellement la vitesse S en
configuration d’approche 1 « conf 1 », puis F en « conf 2 » et « conf 3 » et enfin Vapp
en configuration atterrissage « conf FULL ».
Dans certaines circonstances (vent arrière fort ou masse importante), le taux
de décélération peut être insuffisant. Dans ce cas, le constructeur recommande
de sortir le train d’atterrissage à une vitesse inférieure à 220 kt et avant la sélection
de la « conf 2 ».
Lors d’une approche de précision, le constructeur recommande d’utiliser le mode
« managé » pour gérer la vitesse. La gestion de la vitesse sera alors assurée par l’ATH/R
une fois le mode « Approche » engagé
1.6.5.3 Arrondi
Le constructeur indique que dans les conditions d’approche stabilisée, à la hauteur
d’environ 30 ft, le pilote débute l’arrondi et positionne les manettes de commande
de poussée sur le cran « IDLE ». Le pilote ne doit pas laisser l’avion flotter ni tenter de
prolonger l’arrondi en augmentant l’assiette pour réaliser un atterrissage doux.
21
SX-BHS - 29 mars 2013
Le constructeur conseille de commencer l’arrondi par un ordre à cabrer au
mini‑manche et de le maintenir autant que cela est nécessaire. Il déconseille les
ordres à piquer une fois que l’arrondi est commencé. S’il n’est pas possible d’atteindre
un point de toucher normal, ou si l’avion est déstabilisé avant l’arrondi, l’équipage
doit interrompre l’atterrissage.
L’annonce « RETARD » se déclenche à 20 ft de hauteur radiosonde. Elle doit être
considérée comme un rappel plutôt qu’un déclencheur.
1.6.5.4 Interruption de l’approche en dessous des minima, interruption
de l’atterrissage
A la date de l’accident, il n’existait pas de procédure « Rejected Landing » dans le manuel
de procédures opérationnelles édité par le constructeur (FCOM). Un paragraphe
« Rejected Landing » apparaissait dans le document relatif à la formation et
à l’entraînement (FCTM) et indiquait qu’un équipage pouvait à tout moment
interrompre l’atterrissage tant que les inverseurs de poussée n’étaient pas déployés.
Hermes Airlines avait mis en place dans son programme des contrôles en ligne (Line
Proficiency Check, LPC) un scénario prévoyant la remise de gaz à 50 ft.
Extrait du formulaire LPC d’Hermes Airlines
Le Commandant de bord avait réalisé une fois cet exercice lors de ses contrôles
en ligne en 2011 en tant que copilote. Il ne l’a pas réalisé lors de son LPC de 2012 lors
de sa formation au rôle de commandant de bord. Le copilote l’avait réalisé une fois
en 2011.
1.6.5.5 Description du fonctionnement des mini-manches, procédure et formation
associées
Les deux mini-manches sont utilisés pour le pilotage manuel en assiette et
en roulis. Chaque mini-manche dispose, entre autres, d’un bouton poussoir qui
permet de désengager le pilote automatique et/ou de prendre la priorité sur l’autre
mini‑manche.
Quand un pilote agit sur le mini-manche, ses ordres sont envoyés aux calculateurs
de commandes de vol. Quand les deux pilotes agissent sur leur mini-manche, dans
le même sens ou dans des sens opposés, les ordres sont algébriquement ajoutés
et envoyés aux calculateurs(9).
La somme est
limitée à l’équivalent
d’un ordre plein
manche à cabrer
d’un seul pilote.
(9)
22
SX-BHS - 29 mars 2013
Le pilotage simultané est détecté lorsque des déflections de plus de 2° sont
appliquées sur chacun des deux mini-manches pendant un laps de temps appelé
temps de confirmation. Les deux voyants « SIDE STICK PRIORITY » s’illuminent
en vert et le message vocal « DUAL INPUT » est généré. Il peut se passer environ
deux secondes entre la détection des déflections simultanées dépassant 2° et la
génération de l’alarme « DUAL INPUT ». Ceci est dû au temps de confirmation, au
délai des cycles de calcul des processeurs des calculateurs et au délai de transmission
inter‑calculateurs.
1.6.5.6 Annonce automatique des altitudes
En fonction de la configuration des systèmes de l’avion, un système d’annonce
automatique peut inclure des annonces d’altitude/minimum afin d’aider l’équipage.
La voix synthétique peut annoncer le passage des 1 000/500 ft ainsi que « MINIMUM ».
Sur le SX-BHS, cette option était disponible mais non activée.
1.6.5.7 Procédure évacuation d’urgence
La procédure « EMERGENCY EVACUATION » est une procédure d’urgence décrite dans
le FCOM, le FCTM et la QRH du constructeur et de l’exploitant.
Cette procédure s’effectue en deux temps. La première phase n’engage pas
formellement l’équipage à procéder à l’évacuation. Elle décrit les premières actions
nécessaires à la mise en sécurité de l’appareil (notamment la coupure des moteurs
et de l’APU et l’information à fournir au personnel de cabine et aux contrôleurs).
La deuxième phase indique la procédure à suivre après la prise de décision
de l’équipage de faire évacuer ou non l’avion.
1.7 Renseignements météorologiques
1.7.1 Situation générale
Le flux de secteur ouest assez rapide donne des pluies et des nuages bas sur
la région de Lyon. Au sol, les vents sont faibles et de direction variable.
1.7.2 Conditions observées sur le site à l’heure de l’événement
ˆ ˆ 1 ère couche : partiellement nuageux par stratus, base vers 50 m/sol ;
ˆ ˆ 2 ème couche : très nuageux par stratocumulus vers 2 000 m de hauteur ;
ˆ ˆ visibilité sur la piste 36R : RVR 2 550 m ; RVR 18 : 1 590 m ; RVR milieu de piste :
1 480 m ;
ˆ ˆ température : 8 °C, humidité : 99 %, vent : 130° / 06 kt, vent instantané jusqu’à
12 kt.
23
SX-BHS - 29 mars 2013
1.7.3 METARs et ATIS
LFLL 291930Z VRB03KT 1100 R36L/1700D R18R/2000N R36R/1800D R18L/P2000 -RA
BR BKN001BKN066 08/08 Q1004 NOSIG=
LFLL 292000Z 13006KT 090V180 2000 BR FEW002 SCT009 BKN066 08/08 Q1004
NOSIG=
OBSMET 29/03/2013 19:40
LL V1200M 1000M S FBL RA VCFG H1BKN 100FT H2BKN 6600FT
19 h12 UTC - ATIS A
19 h 29 UTC - ATIS B
19 h 35 UTC - ATIS C
Approche ILS 36R
Approche ILS 36R
Approche ILS 36R
Runway in use landing 36R
Runway in use landing 36R
Runway in use landing 36R
Runway in use take off 36L
Runway in use take off 36L
Runway in use take off 36L
Standard departure 4N, E, R Standard departure 4N, E, R Standard departure 4N, E, R
Runway is wet
Runway is wet
Runway is wet
NT60
NT60
NT60
Caution wind at 1500 feet Wind at 1500 feet is south 15 Wind at 1500 feet reported
reported 180° 15 Kt
Kt
southerly 15 Kt
Wind 140° 3 Kt
Low visibility in force
Low visibility procedures in
Visibility 400 meters
Wind 140° 3 Kt
force
RVR’s are above 2000 meters
Visibility 1100 meters
Wind 140° 4 Kt
Slight rain and Fog
RVR’s are above 2000 meters
Visibility 1100 meters
SCT 2000 correction 200 feet, Slight rain and mist
RVR’s are above 2000 meters
BKN 1800’, BKN 6600’
BKN 100’, BKN 6600’
Slight rain and mist
T° + 8° DP + 8°
T° + 8° DP + 8°
BKN 100’, BKN 6600’
QNH1004
QNH1004
T° + 8° DP + 8°
QFE are available on ground
QNH1004
frequency
QFE are available on ground
frequency
Note : les conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC) sont définies par des conditions
météorologiques, exprimées en fonction de la visibilité, de la distance par rapport aux nuages et
du plafond, inférieures aux minimums spécifiés pour les conditions météorologiques de vol à vue.
En VMC, la visibilité en vol en dessous de 10 000 ft AMSL doit être supérieure ou égale à 5 km. Le jour
de l’évènement, les messages ATIS indiquent que la visibilité a évolué de 400 m à 1 100 m dans les
20 minutes qui ont précédé l’accident. Les conditions IMC prévalaient.
D-ATIS
Certains aéroports diffusent les ATIS par liaison de données (D-ATIS ou DigitalATIS). Un message D-ATIS reprend les informations diffusées en phonie uniquement
en langue anglaise. La transmission d’un message D-ATIS s’effectue selon le
protocole de communication air-sol ACARS (Aircraft Communication Addressing and
Reporting System).
24
SX-BHS - 29 mars 2013
1.7.4 Vents lors de l’approche
L’ATIS mentionnait un vent rapporté du sud pour 15 kt à 1 500 ft. Le vent lors
de l’approche a été calculé à partir des données FDR :
Altitude QNH (ft)
Vents (kt)
Direction (°)
4 000
22
200
3 000
24
200
2200
32
200
1400
24
200
1200
18
200
200
12
150
1.8 Aides à la navigation
L’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry est doté de moyens radioélectriques
de navigation. Ils étaient opérationnels le jour de l’événement. Les pistes 36R et 36L
sont les seules pistes équipées pour les approches de précision Cat III. L’équipage
effectuait une arrivée standard (STAR) MEZIN 1D (IAF ARBON).
1.9 Télécommunications
La transcription des radiocommunications entre le contrôleur de Lyon Saint-Exupéry
et l’équipage du SX-BHS est disponible en annexe 2.
1.10 Renseignements sur l’aérodrome
L’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry est situé dans la vallée du Rhône à une altitude
de 821 ft. Il est ouvert à la Circulation Aérienne Publique (CAP) et comporte deux
pistes parallèles 18L/36R et 18R/36L.
En conditions normales d’utilisation, la piste 18L/36R, d’une longueur de 2 670 mètres
(LDA de 2 670 mètres), est utilisée pour les atterrissages. La piste 18R/36L,
d’une longueur de 4 000 mètres, est utilisée pour les décollages.
Seul le QFU 36R est autorisé en LVP à l’atterrissage.
La piste 18L/36R est équipée d’un ILS en 36R. Elle dispose d’un marquage de ligne
axiale avec un balisage lumineux. Ce dernier était en fonctionnement au moment
de l’accident et éclairait en mode haute intensité.
Les marques de seuil et d’identification de la piste 36R sont conformes aux exigences
réglementaires de l’arrêté du 28 août 2003 modifié relatif aux conditions
d’homologation et aux procédures d’exploitation des aérodromes (CHEA).
Les mesures d’adhérence fonctionnelle d’une piste ont pour but de déterminer
ses caractéristiques intrinsèques et de les comparer aux normes réglementaires.
Il est demandé aux exploitants d’aérodromes de les faire effectuer tous les deux ans.
Ces mesures ont été effectuées en décembre 2012. Les résultats étaient conformes
aux normes requises.
L’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry n’est pas équipé du système D-ATIS.
25
SX-BHS - 29 mars 2013
1.11 Enregistreurs de bord
1.11.1 Généralités
L’avion était équipé de deux enregistreurs de vol conformément à la réglementation
en vigueur.
Enregistreur de paramètres (FDR) :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
constructeur : Honeywell ;
modèle : 4700 ;
numéro de type : 980-4700-042 ;
numéro de série : S/N : 09779.
Il s’agit d’un enregistreur statique (SSFDR) d’une capacité d’enregistrement d’au
moins vingt-cinq heures.
Enregistreur phonique (CVR) :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
constructeur : L3-COM ;
modèle : A200S ;
numéro de type : S200-0012-00 ;
numéro de série : 01655.
Il s’agit d’un enregistreur d’une capacité d’enregistrement d’au moins deux heures
en qualité standard et trente minutes en haute qualité.
L’avion était également équipé d’un enregistreur de paramètres appelé DAR.
Les déchargements des mémoires du DAR n’ont pas permis de récupérer les données
du vol de l’événement. Il n’a pas été possible de déterminer l’origine du problème.
1.11.2 Exploitation des données des enregistreurs de vol
La synchronisation du CVR et du FDR a été faite en utilisant l’alarme de déconnexion
du pilote automatique.
1.11.2.1 Déroulement du vol et courbes issues du FDR
Le déroulement du vol obtenu à partir des paramètres enregistrés dans le FDR
est disponible au paragraphe 1.1 Déroulement du vol. Les courbes de l’événement
sont jointes dans l’annexe 3.
26
SX-BHS - 29 mars 2013
1.11.2.2 Approche intermédiaire et approche finale
Le profil de descente de l’avion et les évolutions de vitesse et de configuration de
l’avion sont representés sur les figures suivantes :
Source Airbus
Profil de descente de l’avion extrait des données FDR
SX-BHS - 29 mars 2013
27
L’altitude enregistrée au FDR est l’altitude pression en atmosphère standard
(QNH 1013). Elle a été corrigée pour tenir compte du calage barométrique en vigueur
au moment de l’approche (QNH 1004). L’altitude de l’avion au QNH erroné de 1014
a également été tracée afin de représenter l’altitude indiquée à l’équipage.
Dans les conditions du jour de l’événement (masse de 72 tonnes), et dans le projet
d’atterrir en « conf. FULL », les cibles de vitesses caractéristiques étaient les suivantes :
ˆ ˆ Green dot pour la « conf 0 » = 218 kt (vitesse cible en configuration lisse) ;
ˆ ˆ S pour la « conf 1 » = 197 kt (vitesse cible avec becs de bord d’attaque et volets
sortis 18°/10°) ;
ˆ ˆ F pour la « conf 2 » =153 kt (vitesse cible avec becs de bord d’attaque et volets
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
sortis 22°/15°) ;
F pour la « conf 3 » = 153 kt (vitesse cible avec becs de bord d’attaque et volets
sortis 22°/20°) ;
Vapp pour la « conf FULL » = 141 kt (vitesse cible d’approche en configuration
FULL 27°/35°) ;
VFE « conf 1 » = 230 kt ;
VFE « conf 2 » = 215 kt ;
VFE « conf 3 » = 195 kt ;
VFE « conf FULL » = 190 kt ;
Vitesse maximale de sortie du train d’atterrissage : 250 kt.
28
SX-BHS - 29 mars 2013
SX-BHS - 29 mars 2013
Quand la « conf 2 » est selectionnée :
A 2 000 ft (miminum) :
(3000 ft/6,9 NM) :
DONNEES CVR ET FDR
ˆ ˆ sortir le train d’atterrissage.
ˆ ˆ sélectionner la « conf 2 » ;
ˆ ˆ l’avion doit décélérer vers la vitesse F.
le mode V/S.
ˆ ˆ localizer capturé, si l’avion est au dessus du glide, utiliser
de VLS ;
que l’utilisation des aérofreins entraîne une augmentation
d’utiliser les aérofreins. L’équipage doit être alors conscient
pas, sortir le train d’atterrissage. Il est également possible
ˆ ˆ la composante de vent arrière atteint 29 kt ;
ˆ ˆ le PF sélectionne une vitesse de 180 kt.
1600 ft AGL.
ˆ ˆ le PF demande la sortie de la « conf 2 » peu avant d’atteindre 2 000 ft ;
ˆ ˆ le PM rentre les aérofreins et sélectionne la « conf 2 » à environ
30 kt ;
ˆ ˆ la composante de vent arrière est en augmentation de 15 kt vers
est en cours de stabilisation vers la vitesse selectée 205 kt (S=197 kt).
ˆ ˆ sélectionner la « conf 1 » à plus de 3 NM avant le FAP ;
ˆ ˆ l’avion est en « conf 1 » ;
ˆ ˆ vérifier la décélération de l’avion vers « S » ;
ˆ ˆ l’avion intercepte le glide à 3 820 ft QNH 1004 avec une vitesse de
ˆ ˆ l’avion doit capturer ou être établi sur le « glide » en « conf 1 »
217 kt et un taux de descente de - 1 500 ft/min environ ;
à la vitesse « S » au plus tard à 2 000 ft ;
ˆ ˆ le PF sélectionne une vitesse de 207 kt puis 205 kt quelques secondes
ˆ ˆ si la vitesse de l’avion est nettement plus élevée que S
plus tard ;
après l’établissement sur le « glide » ou si l’avion ne décélère ˆ ˆ peu avant le FAP, à environ 7 NM et à 3 000 ft, la vitesse de l’avion
FCOM/FCTM
Comparaison des procédures Airbus et des actions de l’équipage issues des données CVR/FDR
Avant le point d’approche final (FAP),
29
SX-BHS - 29 mars 2013
(10)
Entre 1 000 et 500 ft
1 000 ft en IMC
A l’altitude de stabilisation :
Quand le train est sorti :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
la déviation GS est inférieure à 1 point.
la déviation LOC est infériure à ¼ de point ;
la vitesse verticale n’est pas su-périeure à 1 000 ft/min ;
l’angle de roulis n’est pas supérieur à 7° ;
l’assiette est inférieure à -2.5° ou supérieure +7.5° ;
+10 kt ;
DONNEES CVR ET FDR
la « conf FULL » à 184 kt à 625 ft RA.
ˆ ˆ le PM demande au PF d’engager le mode managé à 950 ft RA ;
ˆ ˆ le PM sélectionne la « conf 3 » à 195 kt à environ 850 ft RA ft RA puis
la vitesse verticale est 1 100 ft/min.
l’assiette est de -4°;
la vitesse est supérieure de 57 kt à Vapp (198 kt) ;
la poussée n’est pas stabilisée ;
d’atterrissage sorti) ;
l’avion n’est pas en configuration atterrissage (conf 2 et train
l’avion est sur le plan de descente nominal (Glide Slope et Localizer) ;
210 k(10).
ˆ ˆ entre 2000 ft et 1000 ft la vitesse de l’avion oscille entre 193 et
ne ralentit pas ;
ˆ ˆ le PM sort le train d’atterrissage puis fait remarquer au PF que l’avion
ˆ ˆ l’avion doit être sur le plan de descente nominal (Glide ˆ ˆ
Slope et Localizer) ;
ˆˆ
ˆ ˆ l’avion est en configuration d’atterrissage ;
ˆ ˆ la poussée est stabilisée et maintient la vitesse d’approche ; ˆ ˆ
ˆˆ
Il n’a n’y a pas d’écart excessif des paramètres de vols suivants :
ˆˆ
ˆ ˆ la vitesse est supérieure à Vapp -5 kt ou inférieure à Vapp ˆ ˆ
ˆ ˆ sélectionner la « conf 3 » ;
ˆ ˆ sélectionner la « conf FULL » ;
ˆ ˆ l’avion doit décélérer vers la vitesse Vapp.
FCOM/FCTM
D’après le constructeur, le gradient de vent arrière peut être à l’origine de la faible décélération de l’avion.
30
SX-BHS - 29 mars 2013
31
A 60ft
A 140 ft
A 500 ft
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
la déviation GS est infé-rieure à 1 point.
la déviation LOC est infériure à ¼ de point ;
la vitesse verticale n’est pas supérieure à 1 000 ft/min ;
l’angle de roulis n’est pas supérieur à 7° ;
l’assiette est comprise entre -2,5° et +7,5° ;
+10 kt ;
la vitesse verticale est 1 100 ft/min.
l’assiette est de -4° ;
la vitesse est supérieure de 38 kt à Vapp (179 kt) ;
la poussée n’est pas stabilisée ;
d’atterrissage sorti) ;
l’avion est en configuration atterrissage (conf Full et train
l’avion est sur le plan de descente nominal (Glide Slope et Localizer) ;
DONNEES CVR ET FDR
ˆ ˆ la vitesse est de 160 kt.
est de 7 kt ;
ˆ ˆ l’avion survole le seuil de piste avec une composante vent arrière
au ralenti (30 %), commence à augmenter.
ˆ ˆ l’A/THR est toujours engagée et le régime N1 des moteurs, alors
ˆ ˆ l’avion doit être sur le plan de descente nominal (Glide ˆ ˆ
ˆˆ
Slope et Localizer) ;
ˆ ˆ l’avion est en configuration d’atterrissage ;
ˆ ˆ la poussée est stabilisée et maintient la vitesse d’approche . ˆ ˆ
ˆˆ
Il n’a n’y a pas d’écart excessif des paramètres de vols suivants :
ˆˆ
ˆ ˆ la vitesse est supérieure à Vapp- 5 kt ou infé-rieure à Vapp ˆ ˆ
FCOM/FCTM
1.11.2.3 Comportement de l’A/THR
Rappel : l’A/THR est engagée pendant toute la phase d’approche. La vitesse d’approche calculée par le
FMGC est de 141 kt. Le pilote automatique est désengagé au passage des 200 ft de hauteur radiosonde.
Au passage des 150 ft de hauteur radiosonde, les N1 commencent à augmenter.
La vitesse diminue jusqu’à 158 kt puis augmente à nouveau. Une quinzaine
de secondes après le passage des 150 ft et le passage du seuil de piste, le régime
des N1 atteint 70 % et la vitesse est de 163 kt.
Lors du passage des 18 ft de hauteur radiosonde, les manettes de commande
de poussée sont positionnées dans le cran « IDLE » et l’A/THR se désengage.
Les N1 diminuent vers 29 % (IDLE). L’avion a une vitesse de 146 kt au moment
du toucher du train principal.
1.11.2.4 Arrondi
Au 60 ft de hauteur radiosonde, l’avion survole le seuil de piste. Le PF donne un ordre
à cabrer maintenu au mini-manche (environ 1/4 butée). L’assiette passe de -1,4°
à 1,8°. Pendant les deux secondes suivantes, le PF donne un ordre à piquer (1/3 butée)
et l’avion reste stable à 23 ft de hauteur radiosonde. L’assiette est de 0°.
Environ trois secondes après le passage des 30 ft de hauteur radiosonde, l’avion est
à 18 ft et le PF commence à ramener les manettes de commande de poussée vers
le cran « IDLE ». Le Commandant de bord annonce : « We are too high » et le copilote
répond « yes ». La voix synthétique annonce « Twenty » puis « Retard ». Le PF positionne
les manettes dans le cran « IDLE » et l’A/THR se désengage.
32
SX-BHS - 29 mars 2013
Le Commandant de bord effectue trois actions successives à piquer (déflections
du mini-manche à 1,6°/1,9°/5,1°) tandis que le copilote alterne des ordres à cabrer
et à piquer (déflections comprises entre -10° et +8°). Le Commandant de bord
annonce : « Leave it ». Aucune alarme « DUAL INPUT » n’est générée pendant ces actions
simultanées car les conditions d’activation de l’alarme ne sont pas réunies.
Environ 13 secondes après le passage du seuil de piste, l’avion est à 10 ft au-dessus du
sol. Le Commandant de bord donne un nouvel ordre à piquer tandis que le copilote
maintient un ordre à cabrer. Une alarme « DUAL INPUT » est générée deux secondes
plus tard, ce qui correspond au temps prévu de déclenchement (temps de
confirmation et temps de calcul).
Le Commandant de bord dit à nouveau « Leave it ». Les pilotes continuent de donner
des ordres opposés. L’ordre global résultant est principalement à cabrer jusqu’au
toucher des roues environ 18 secondes après le passage du seuil.
33
SX-BHS - 29 mars 2013
1.11.2.5 Calcul de la trajectoire après le passage du seuil de piste
Il est possible de calculer une trajectoire plus précise que celle obtenue avec
les positions FMS enregistrées dans le FDR.
La trajectoire a été ainsi calculée à partir d’autres données FDR :
ˆ ˆ la vitesse sol ;
ˆ ˆ l’information de guidage « Localizer ».
La sortie de piste (N 45°44’06.43’’ E 5°05’30.70’’) est utilisée comme point de départ
pour le calcul itératif qui permet de calculer les positions antérieures de l’avion.
Calcul de trajectoire à partir du passage du seuil de piste
ˆ ˆ le toucher a lieu à environ 1600 mètres du seuil de piste ;
ˆ ˆ l’avion sort longitudinalement en bout de piste avec une vitesse
d’environ 75 kt.
1.12 Renseignements sur l’avion accidenté et sur l’impact
1.12.1 Examen du site
Après sa sortie longitudinale de piste, l’avion a poursuivi sa décélération sur
une surface herbeuse plane. La trajectoire s’est incurvée vers la gauche. L’avion
s’est arrêté après 308 mètres de roulement hors de la zone de servitude de la piste,
par le travers des antennes ILS et à quelques dizaines de mètres d’une dépression
topographique située entre les deux axes de pistes. Cette dépression artificielle était
longue de 225 mètres, large de 80 mètres et profonde d’environ 15 mètres. Elle était
utilisée en tant que champ de tir. A la suite de l’accident, elle a été comblée.
34
SX-BHS - 29 mars 2013
Source GTA
Source BEA
Photos prises après l’accident
1.12.2 Examen de l’avion accidenté
Les pneumatiques ne portent pas de trace de dommages indiquant un blocage
de roues caractéristique du phénomène d’hydroplanage.
Les principaux dommages observés sur les moteurs sont localisés sur les premiers
étages basse pression du compresseur et sont consécutifs à l’ingestion de débris
et de terre lors du roulement sur la surface meuble alors que les inverseurs de poussée
étaient déployés.
1.13 Renseignements médicaux et pathologiques
Des prélèvements sanguins ont été réalisés sur les deux membres de l’équipage
de conduite. Aucune substance susceptible d’altérer leurs capacités n’a été mise
en évidence.
1.14 Incendie
Sans objet.
35
SX-BHS - 29 mars 2013
1.15 Questions relatives à la survie des occupants
Sans objet.
1.16 Essais et recherches
1.16.1 Services de la navigation aérienne
Les informations ci-après se basent sur le manuel d’exploitation Tour-Approche de Lyon Saint-Exupéry
et sur l’entretien réalisé avec le responsable de la qualité de service du service de la navigation aérienne
de l’aérodrome.
Approche ILS 36R Z (IAF ARBON) après une STAR MEZIN 1D
La fiche AD2 LFLL IAC 03 de l’AIP France décrit les trajectoires permettant de
rejoindre l’axe d’approche depuis le repère d’approche initial ARBON après une STAR
MEZIN 1D. Cette approche initiale est suivie d’une approche intermédiaire et finale
ILS Z ou LOC 36 R (annexe 4).
Le FAP utilisé lors d’une approche par ARBON (en guidage radar ou en procédure
normale) est le FAP de l’approche ILS 36R Z situé à 6,9 NM / 3 000ft.
Note : Il existe aussi une approche ILS 36R Y dont le FAP est situé à 4 000 ft et 10 NM du seuil 36R
et dont l’IAF est GOMET au sud est de l’aérodrome. La base de données enregistrée dans le FMS du
SX-BHS le jour de l’accident ne comportait que l’approche ILS 36R Z. En effet, cette génération de FMS
ne permet pas de disposer de deux approches ILS différentes sur la même piste.
36
SX-BHS - 29 mars 2013
Guidage radar
A partir du point ROLIR, l’équipage du SX-BHS bénéficie d’un guidage radar.
Approche MEZIN 1D / Guidage radar
Lors d’un guidage radar, le contrôleur autorise les équipages à descendre en tenant
compte des planchers des différentes zones traversées (AMSR Altitudes Minimales
de Sécurité Radar). Il visualise les zones AMSR sur son écran (IHM IRMA).
Zones AMSR (AIP)
Visualisation du contrôleur
Jusqu’à environ 15 NM du seuil de piste 36R, l’AMSR de la zone est de 3 300 ft. Lors de
l’événement, dans cette zone le contrôleur a fourni une clairance de descente à 4 000 ft.
Le service de la navigation aérienne indique qu’il pourrait donner une clairance de
3 300 ft mais préfère en général indiquer 4 000 ft pour qu’il n’y ait pas de confusion
de la part des équipages (et éviter une descente à 3 000 ft).
37
SX-BHS - 29 mars 2013
Interception de l’axe d’approche finale - Palier IF-FAP
L’arrêté du 6 juillet 1992 relatif aux procédures pour les organismes rendant
les services de la circulation aérienne aux aéronefs de la circulation aérienne générale
(RCA / 3) mentionne :
ˆ ˆ « 10.7.3.1 Les phases d’arrivée, d’approche initiale et d’approche intermédiaire d’une
approche au radar vont du début du guidage radar qui doit amener l’aéronef en
position pour l’approche finale jusqu’au moment où l’aéronef :
„„ a) est prêt à commencer une approche au radar de surveillance ; ou
„„ b) est transféré du contrôleur chargé de l’approche au radar de précision ; ou
„„ c) est sur la trajectoire finale d’un moyen autre que le radar à l’aide duquel le pilote
exécute lui-même l’approche finale ; ou
„„ d) est autorisé à effectuer une approche à vue ».
Le manuel d’exploitation de Lyon mentionne également que :
ˆ ˆ « Le contrôleur ITM, lorsqu’il délivre à un pilote le dernier cap radar de rejointe de l’axe
d’approche finale, doit permettre à l’aéronef :
„„ de rejoindre l’axe d’approche finale sous un angle maximal de 45 degrés ;
„„ d’effectuer sur l’axe un palier d’au moins 30 secondes avant d’intercepter le plan de
descente nominal.
Le contrôleur peut afficher les cartes statiques de visualisation de chevrons correspondant
au type d’approche effectuée : l’interception avant le chevron garantit le palier de
30 secondes à la vitesse de 180 kt maximum ».
FAP Z situé à 6,9
NM et 3 000 ft
Chevron
Visualisation IHM IRMA avec le chevron
38
SX-BHS - 29 mars 2013
Le service de la navigation aérienne indique que, dans la pratique, les pilotes
recherchent une descente continue. Pour leur part, les contrôleurs ne cherchent pas
systématiquement à guider l’avion vers un palier avant le FAP (l’avion précédent
et celui de l’événement ne font pas de palier). L’annonce par le pilote qu’il est bien
établi sur la trajectoire d’approche finale détermine la fin du guidage radar.
Consignes du manuel d’exploitation lorsque la procédure faible visibilité (LVP)
est mise en œuvre
Définitions des LVP
Les LVP sont les procédures d’exploitation mises en œuvre sur un aérodrome afin
de rendre possibles :
ˆ ˆ les approches de précision de CAT II et CAT III ;
ˆ ˆ les décollages par faible visibilité (DFV/LVTO) quand RVR < 400 m.
Les LVP sont mises en vigueur par le Chef de Tour au plus tôt quand la RVR passe sous
800 mètres ou quand le plafond passe sous 300 ft, et au plus tard quand RVR = 550 m
ou plafond = 200 ft. En l’absence d’indication de plafond, c’est la hauteur de la base
des nuages (HBN) qui est prise en compte pour le déclenchement des LVP.
Choix du mode d’exploitation des pistes en LVP
Seul le QFU 36 est autorisé en LVP à Lyon Saint-Exupéry. Le choix du mode
d’exploitation des pistes est fait par le Chef de Tour en coordination avec le secteur
LOC. Les modes autorisés en LVP sont :
ˆ ˆ doublet de pistes spécialisées nominal : atterrissages en piste 36R, décollages
en piste 36L ;
ˆ ˆ piste unique banalisée 36L : atterrissages et décollages en piste 36L ;
ˆ ˆ piste unique banalisée 36R, uniquement en cas d’impossibilité d’utilisation de
la piste 36L : atterrissages et décollages en piste 36R.
Quelles que soient les circonstances, le mode d’exploitation doublet inverse
(décollages en piste 36R, atterrissages en piste 36L) est strictement interdit en LVP.
Le manuel d’exploitation indique également les actions à réaliser par le contrôleur
ITM quand les LVP sont en vigueur :
ˆ ˆ il affiche la carte statique par liste Axe ILS LVP 36R ou Axe ILS LVP 36L ;
ˆ ˆ il assure aux aéronefs à destination de LFLL une interception du LOCALIZER
au plus tard à 10 NM du seuil de piste (chevron LVP), avec une convergence
maximale de 30° et à une vitesse maximum de 160 kt.
Le service de la navigation aérienne précise que la régulation en vitesse de cette
procédure n’est pas utilisée pour une LVP de plafond. Cette procédure est utilisée
lorsqu’il y a beaucoup de trafic.
39
SX-BHS - 29 mars 2013
Guidage radar du SX-BHS et de l’avion précédent (AF-DD)
ˆ ˆ L’AF-DD est à 5 700 ft avec une vitesse de
280 kt (vitesse sol)
19:38:14
Lyon
Radar
vers
AF-DD
:
« Air France Delta deux fois, à gauche le cap
020 pour intercepter, ce sera bon pour la
descente ? ».
19:38:19 AF-DD vers Lyon Radar : « Heu c’est
bon pour Delta deux fois. On peut poursuivre
vers 3 000 ? ».
19:38:24
Lyon
Radar
vers
AF-DD
:
Radar
:
« Heu oui 3 000 si vous voulez ».
19:38:25
AF-DD
vers
Lyon
« Ouais 3 000 comme ça ce sera plus simple,
merci ».
ˆ ˆ Le SX-BHS (ind : BIE7817) est à 10 300 ft
avec une vitesse de 290 kt (vitesse sol)
19:38:44 BIE7817 vers Lyon Radar :
« Lyon for Méditerranée seven eight one seven,
requesting ten degrees to the left to avoid
weather ».
19:38:49 Lyon Radar vers BIE7817 :
« Méditerranée seven eight one seven, that’s
approved, descend five thousand feet ».
40
SX-BHS - 29 mars 2013
ˆ ˆ L’AF-DD est à 10 NM du seuil 36R, il est
aligné sur le LOCALIZER à 4100 ft avec une
vitesse sol de 250 kt (Radar). A cet instant,
l’enregistrement QAR indique une vitesse
CAS de 220 kt.
19:39:36
Lyon
Radar
vers
AF-DD
:
« Air France Delta deux fois, je vous vois un peu
rapide, vous me dites si vous voulez refaire une
approche, on peut faire un truc rapidement ».
19:39: 40 AF-DD vers Lyon Radar :
« Air France Delta deux fois, çà va aller on sort
le train » .
ˆ ˆ L’AF-DD passe le FAP (6,9 nm/ 3 000 ft)
à 3 000 ft avec une vitesse sol de 220 kt
(radar) (CAS=182 kt au QAR)
ˆ ˆ Le BIE7817 est à 22 nm du seuil à 8700 ft
avec une vitesse de 270 kt en vitesse sol
(radar) (CAS=227 kt au FDR)
19:40:09 BIE7817 vers Lyon Radar : « Lyon
for Méditerranée seven eight one seven, can we
intercept localizer with that heading? ».
19:40:14 Lyon Radar vers BIE7817 : « Seven
eight one seven, that’s approved, reduce speed
two two zero knots ».
19:40:18 BIE7817 vers Lyon Radar : « Two
two zero knots, we have already, Méditerranée
seven eight one zero, clear for the approach
runway three six right ».
19:40:24 Lyon Radar vers BIE7817 : « Seven
eight one seven, descend four thousand feet
and you’re cleared ILS 36R right, leave four
thousand feet on the glide ».
19:40:30 BIE7817 vers Lyon Radar : « Ok,
four thousand, clear for the ILS and (leave
them on) the glide, Méditerranée seven eight
one seven ».
41
SX-BHS - 29 mars 2013
Les vols AF-DD et BIE7817 (SX-BHS) arrivent avec la même vitesse au passage des
10 NM (à la même altitude). L’AF-DD a réduit sa vitesse entre 10 NM et le FAP à 6,9 NM
avec la sortie du train avant la sélection de la conf 2 alors que le vol BIE7817 garde
sensiblement la même vitesse.
AF-DD - passage 10 NM
Radar : vitesse sol 250 kt
(CAS[FDR] = 220 kts, GS[FDR]=249 kt)
BIE7817- passage 10NM
Radar : vitesse sol 250 kt
(CAS[FDR] = 222 kts, GS[FDR]= 251 kt)
AF-DD - FAP (6,9 NM)
Radar : vitesse sol 220/230 kt (CAS[FDR] =182
kt, GS[FDR]=209 kt)
BIE7817 - passage FAP (6,9 NM)
Radar : vitesse sol 250 kt (CAS[FDR] = 206 kt,
GS[FDR]=241 kt)
42
SX-BHS - 29 mars 2013
Réalisation des paliers entre IF et le FAP et gestion des vitesses lors des approches
Les contrôleurs expliquent que les pilotes demandent souvent de suivre le glide
au plus tôt. Même guidés selon les règles, beaucoup d’entre eux se positionnent
pour intercepter le glide en amont du FAP et faire une descente continue. Ils ajoutent
que c’est une pratique subie par les services de la navigation aérienne, imposée par
la pratique courante des équipages.
A Lyon, le service « qualité de service » explique sensibiliser régulièrement les
contrôleurs sur la gestion des vitesses. Par ailleurs, la question des trente secondes
de palier a fait l’objet d’un rappel depuis l’évènement.
1.16.2 Etude de la gestion de la vitesse en approche finale
Le constructeur a mené une étude sur la décélération de l’avion en approche finale
en réalisant des calculs basés sur le modèle certifié de l’avion (aérodynamique,
moteurs et lois de pilotage du pilote automatique).
Influence du gradient de vent arrière sur la décélération de l’avion
Lors de l’événement, l’équipage,
passant environ 2 400 ft QNH en
descente (1 600 ft AAL), commande
la mise en configuration « CONF2 ».
Il sélectionne une vitesse cible
de 180 kt mais la vitesse air (CAS)
ne diminue pas et reste stable
à environ 204 kt. L’équipage
commande la sortie des trains
15 secondes plus tard, au passage
des 1400 ft AAL. La CAS diminue et
atteint 198 kt au passage des 1000
ft AAL. Durant cette séquence,
l’avion est soumis à une forte
diminution du vent arrière.
S’appuyant sur le modèle certifié de l’avion, le constructeur a estimé l’évolution de
la vitesse air (CAS) en faisant l’hypothèse d’une sortie des trains simultanée au passage
en configuration CONF2 :
ˆ ˆ pour un vent arrière constant de 25 kt ;
ˆ ˆ pour un vent arrière diminuant de 25 kt (2 400 ft QNH / 1 600 ft AAL) à 5 kt
(au sol), similaire à la composante de vent arrière rencontrée par l’avion lors
de l’événement ;
ˆ ˆ le passage en CONF3 est commandée lorsque l’avion atteint la VFE soit 195 kt.
43
SX-BHS - 29 mars 2013
Altitude (QNH)
2 400 ft
Altitude (AAL)
Calcul 1
Calcul 2
Vent arrière constant
Vent arrière en diminution
1 600 ft
CONF2 commandée
Sortie des trains commandée
CAS = 207 kt
2 000 ft
1 200 ft
CONF3 commandée
-
1 800 ft
1 000 ft
CAS = 187 kt
CAS = 196 kt
(Vapp + 45 kt)
(Vapp + 54 kt)
900 ft
-
CONF3 commandée
800 ft
-
-
500 ft
CAS = 161 kt
CAS = 174 kt
Les résultats des calculs montrent que dans les conditions de l’évènement,
la diminution progressive du vent arrière pénalise plus la réduction de la
vitesse air (CAS) de l’avion qu’un fort vent arrière constant. Ce résultat est
principalement dû au fait que dans des conditions de vent constant la CONF 3
peut être engagée plus tôt.
Application des SOP et de la procédure de sortie des trains d’atterrissage
Lors de l’événement, l’avion intercepte le plan de descente avec une vitesse de 218 kt
(S+21 kt).
Les SOP (FCOM) indiquent qu’en cas de vitesse significativement supérieure à S
lorsque l’avion est établi sur le plan de descente, les trains d’atterrissage doivent
être sortis.
Les calculs de l’étude sont réalisés à partir des conditions similaires à celles
de l’événement :
ˆ ˆ interception du plan de descente en configuration « CONF1 » avec une vitesse
CAS de 218 kt ;
ˆ ˆ forte composante de vent arrière (25 kt) puis diminution à partir du passage de
2400 ft QNH / 1600 ft AAL.
Les SOP utilisées pour le calcul sont :
ˆ ˆ la gestion automatique de la vitesse (vitesse « managée ») ;
ˆ ˆ la sortie des trains d’atterrissage à l’interception du plan de descente (car vitesse
significativement supérieure à S) ;
ˆ ˆ le passage des configurations successives (« CONF2 », « CONF3 », puis « FULL »)
aux vitesses recommandées dans le FCTM.
Le calcul montre que dans des conditions similaires à celles de l’événement,
l’application des SOP permet à l’avion de passer :
ˆ ˆ 1000 ft AAL avec une vitesse (CAS) de 151 kt (Vapp + 9 kt)
ˆ ˆ 500 ft AAL avec une vitesse (CAS) de 142 kt (Vapp + 1 kt)
44
SX-BHS - 29 mars 2013
1.16.3 Etude du comportement de l’A/THR
1.16.3.1 Description de l’anomalie
L’anomalie concerne le calcul de poussée sur les avions équipés des
standards FMGC B398 et B546. Les modèles suivants sont concernés :
anciens
ˆ ˆ A320 CFM
ˆ ˆ A321 CFM/IAE
ˆ ˆ A319 CFM/IAE
(Les A320 IAE ne sont pas concernés.)
Pour ces avions, si la vitesse de l’avion est supérieure de plus de 10kt à la vitesse
cible, la poussée cible calculée par le FMGC est erronée entre 150ft et 50ft de hauteur
radiosonde et s’avère supérieure à la poussée nécessaire.
Ce dysfonctionnement provoque une augmentation de la poussée au fur et à mesure
que l’avion s’approche du sol alors qu’une réduction s’impose puisque la vitesse
est supérieure de 10 kt à la vitesse cible.
1.16.3.2 Evaluation de la contribution du comportement de l’ATHR
L’étude de la contribution du comportement de l’autopoussée s’est concentrée sur
la partie finale de l’approche juste avant l’augmentation de poussée à partir de 150ft
radiosonde.
La garantie des conditions initiales identiques pour chaque scénario a été assurée
par un vent arrière fixé à 7kt (correspondant au vent calculé de l’événement en entrée
de la phase d’arrondi).
L’ancien standard FMGC est simulé en injectant dans le simulateur le profil
d’augmentation des N1 de l’événement au passage de 150 ft de hauteur radiosonde.
Contribution de l’anomalie sur la phase air
La phase air étudiée débute à l’instant où les N1 augmentent au passage des 150 ft
radiosonde. Elle se termine au toucher des roues.
ˆ ˆ de 150 ft à 50 ft de hauteur radiosonde :
Des calculs ont été effectués par le constructeur pour tenter de reproduire l’événement
en donnant les mêmes ordres aux mini-manches tout en simulant la poussée calculée
par le nouveau standard FMGC. Ces calculs ont été comparés avec les données FDR
de l’événement.
Les résultats montrent que l’augmentation du régime des N1 contribue à
une augmentation de 5 kt de la vitesse conventionnelle au passage des 50 ft
de hauteur radiosonde. Une augmentation de la vitesse verticale de descente de
l’ordre de 300 ft/mn est également observée.
ˆ ˆ de 50 ft de hauteur radiosonde au toucher des roues :
La phase d’arrondi est une phase très dynamique durant laquelle le pilote ajuste
constamment l’assiette et la vitesse verticale de l’avion en fonction de la réponse
de l’avion.
45
SX-BHS - 29 mars 2013
Des essais sur simulateur ont été réalisés chez le constructeur avec l’Officier de
Sécurité d’Hermes Airlines, un pilote du BEA et un pilote d’essai Airbus.
L’objectif était d’évaluer la contribution de l’augmentation des N1 dans la phase
d’arrondi pour une technique d’arrondi standard. Plusieurs techniques de réduction
de l’ATHR (positionnement des manettes de commande de poussée sur IDLE) ont
été testées.
En appliquant une technique d’arrondi standard et une réduction de l’A/THR au
plus tard à 20ft avec l’ancien standard FMGC, on obtient :
ˆ ˆ la distance entre le passage des 50 ft et le point de toucher est majorée
d’environ +500 mètres ;
ˆ ˆ la vitesse conventionnelle (CAS) au toucher est majorée de +4 à +6 kt.
Une illustration est donnée ci-dessous :
Source Airbus
Contribution de l’anomalie de l’A/THR sur l’allongement de la phase air
dans le cas le plus défavorable (source Airbus)
Contribution de l’anomalie sur la distance de roulement
Les simulations du constructeur ont cherché à évaluer la contribution de
l’augmentation des N1 (ancien standard FMGC) sur la vitesse et l’assiette au toucher
dans le cas d’une technique d’arrondi standard.
Les hypothèses pour le calcul sont les conditions suivantes :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
masse et centrage de l’évènement ;
piste mouillée WET ;
utilisation des inverseurs des poussée ;
freinage : Max braking.
Simu 1
Vair
(toucher)
Vsol
(toucher)
Assiette
(toucher)
Distance roulement
150 kt
162 kt
4.4°
1 316 mètres
159 kt
169 kt
-1°
1 401 mètres
(nouveau standard FMGC)
Simu 3
(ancien standard FMGC)
Dans cet exemple, la distance de roulement est majorée de + 85 mètres dans le cas
de l’ancien standard FMGC et d’une technique standard d’arrondi.
46
SX-BHS - 29 mars 2013
1.16.4 Arrondi
La technique de pilotage à l’arrondi a été comparée avec celles des deux atterrissages
précédents à partir des données enregistrées au FDR. Lors de l’atterrissage à Agadir,
le copilote effectue un toucher à 900 mètres, sans que l’ATHR n’ait contribuée à
cet arrondi long. Lors des deux atterrissages précédents, le copilote et le Commandant
de bord commencent à positionner les manettes de commande de poussée sur
« IDLE » après l’annonce « RETARD ».
1.16.5 Evaluation de l’état de la piste
La piste était annoncée « WET » par l’ATIS. Le BEA a demandé au constructeur
d’estimer plus précisément l’état de glissance à partir des données de l’atterrissage
enregistrées au FDR.
Les résultats montrent que le niveau de décélération de l’événement (freinage proche
du maximum) était situé entre ceux obtenus par calculs pour un état de piste DRY
et WET en prenant l’hypothèse d’un freinage maximum.
L’état de piste le jour de l’événement est évalué à WET.
1.16.6 Calcul des distances d’atterrissage requises (RLD et FOLD)
La vitesse d’approche recommandée dans les procédures (SOP) est VREF + 5 kt
en configuration FULL pour un atterrissage avec l’A/THR engagée.
La distance d’atterrissage légale RLD(11) (Required Landing Distance) sert pour le
calcul à l’agent chargé de la préparation du vol. La FOLD(12) (Factored Operationnal
Landing Distance) est la référence pour le calcul réalisé en vol.
Le constructeur a calculé la RLD et la FOLD à partir en particulier des hypothèses
suivantes :
Etat de la piste (ATIS)
WET
Masse
71,8 T
Configuration
FULL
Vitesse
Vapp = VREF + 5 kt
Freinage
Maximal manuel
Reverses
Max Rev appliqué au toucher
Lors de l’événement, le vent arrière est de 7 kt arrière lors du passage des 50 ft de
hauteur radiosonde. Deux cas ont donc été envisagés pour les calculs :
Vent arrière
RLD
FOLD
0 kt
1 833 m
1 734 m
10 kt
2 127 m
2 064 m
La RLD est basée
sur la distance
d’atterrissage réelle
ALD (Actual Landing
Distance) augmentée
d’une marge. L’ALD
correspond à la
distance entre le
passage des 50 ft
et l’arrêt complet
de l’avion et
s’appuie en partie
sur des résultats
d’essais en vol.
(11)
(12)
Les corrections de
température et de
pente de piste sont
prises en compte
dans le calcul de la
FOLD, contrairement
à l’ALD ou à la RLD.
Les résultats montrent qu’avec la vitesse d’approche recommandée dans les
SOP, la distance d’atterrissage calculée (FOLD de 1734 à 2064 m) est inférieure à
la distance d’atterrissage disponible (LDA) de 2670 m de la piste 36R.
47
SX-BHS - 29 mars 2013
1.16.7 Distance de roulement lors de l’atterrissage
Le constructeur a effectué un calcul de distance de roulement à partir du modèle de
performance certifié de l’avion et des hypothèses suivantes :
ˆ ˆ conditions initiales du toucher de l’événement (vitesse, moteurs, séquence de
déploiement des aérofreins et des reverses) ;
ˆ ˆ freinage maximal ;
ˆ ˆ état de la piste entre WET et Dry ;
ˆ ˆ reverse max jusqu’à 70 kt.
La distance de roulement calculée dans les conditions initiales du toucher
de l’événement, et avec une utilisation optimale des moyens de décélération
au sol est de 1 183 mètres sur une piste mouillée. L’avion serait sorti de piste à
56 kt dans ces conditions.
Cette vitesse est inférieure à la vitesse de sortie de piste de l’événement (75 kt).
Ceci s’explique par le fait que le freinage appliqué par l’équipage n’a pas été maximal
(freinage dissymétrique, relâchement transitoire).
1.16.8 Examens du système de freinage du SX-BHS
Les examens réalisés n’ont révélé aucun dysfonctionnement du BSCU (Braking System
Control Unit) ni des blocs freins.
1.16.9 Description du système ROW/ROPS
Le ROPS (Runway Overrun Prevention System) est un système qui aide le pilote durant
les phases d’approche et de roulage pour éviter une sortie de piste. Ce système
comprend :
ˆ ˆ le ROW (Runway Overrun Warning), fonctionnant en vol, qui alerte le pilote ;
ˆ ˆ le ROP (Runway end Overrun Protection), fonctionnant au roulage, qui alerte
le pilote et aide au freinage.
Le ROW calcule en temps réel les distances d’atterrissage pour les états de piste
DRY et WET, en fonction de la position et de l’énergie actuelle de l’avion. Il alerte
l’équipage en cas de prédiction de sortie de piste :
ˆ ˆ si le calcul pour un état de piste WET est supérieur à la distance disponible,
le système affiche « IF WET : RWY TOO SHORT » au PFD ;
ˆ ˆ si le calcul pour un état de piste DRY est supérieur à la distance disponible,
le système affiche « RWY TOO SHORT » au PFD. De plus, une annonce vocale
« RUNWAY TOO SHORT » est déclenchée en boucle en dessous de 200 ft.
48
SX-BHS - 29 mars 2013
Le ROP calcule la distance de roulage restante. Si la décélération n’est pas suffisante,
le système affiche « MAX REVERSE » au PFD et applique automatiquement le freinage
maximal si l’autobrake est engagé. De plus, une annonce vocale « MAX REVERSE »
est répétée en boucle si les manettes de commande de poussée ne sont pas sur
REV MAX.
Source Airbus
Le SX-BHS n’était pas équipé de ce système. L’ancien standard du FMGC qui équipe
cet avion ne permet pas son installation.
Simulation du système ROW/ROPS pour l’événement
L’objectif des simulations était de déterminer si le système ROW/ROPS aurait alerté
l’équipage dans le cas de l’événement.
Deux essais ont été réalisés. A chaque fois, le pilote a maintenu une assiette élevée
pendant l’arrondi pour parcourir une distance proche de celle de l’événement
(1 600 mètres).
ROW
Temps
« IF WET : RWY « RUNWAY TOO « MAX REVERSE »
Distance
(50 ft -> toucher) (50 ft -> toucher) TOO SHORT »
Simu A
16,4 s
ROP
1 409 m
RA=15 ft
SHORT »
RA =10 ft
5 secondes après
le toucher
Simu B
21,8 s
1 846 m
RA=20 ft
RA = 15 ft
1 seconde après
le toucher
Dans les deux simulations, le système a affiché « IF WET : RWY TOO SHORT » pendant
l’arrondi, puis « RUNWAY TOO SHORT ». L’alerte audio a annoncé « RUNWAY
TOO SHORT ! ». Le ROP s’est activé après le toucher.
Les simulations indiquent que lors de l’évènement, le ROW aurait averti
l’équipage pendant l’arrondi et le ROP se serait activé après le toucher.
49
SX-BHS - 29 mars 2013
1.16.10 Evaluation des performances de l’équipage
1.16.10.1 Méthode utilisée
Manuel d’Evidence-Based Training (EBT) (annexe 5)
Depuis avril 2013, l’OACI propose des critères d’évaluation de la performance
d’un équipage dans la part II, annexe 1 « Core competencies and behavioural indicators »
de la documentation Doc 9995 AN/497 de l’OACI « Manual of Evidence‑based Training ».
Cette documentation propose des définitions de chaque compétence constitutive
de la performance d’un équipage, et se fonde sur un certain nombre d’indicateurs
comportementaux observables.
Le BEA a utilisé cette méthodologie et identifié ces indicateurs en se fondant sur
les témoignages de l’équipage, l’écoute du CVR, les données du FDR ainsi que
l’ensemble de la documentation de la compagnie et du constructeur.
L’enquête s’est notamment intéressée aux critères techniques suivants :
ˆ ˆ la capacité de l’équipage à mettre en application des procédures (briefings,
procédures et checklists, annonces) ;
ˆ ˆ la qualité du pilotage en mode manuel et en mode automatique ;
ˆ ˆ les connaissances à la fois théoriques et procédurales.
Elle s’est également intéressée aux critères CRM suivants :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
la conscience de la situation ;
la capacité de communication ;
le leadership et le travail en équipage ;
la capacité de résolution de problème et les processus de décision ;
la gestion de la charge de travail.
Note : Le critère « connaissances » n’appartient pas formellement aux critères retenus par l’OACI.
Néanmoins, ce critère faisant l’objet d’une évaluation spécifique par le constructeur et les compagnies
majeures, le BEA a jugé également approprié de le rajouter à la liste des critères techniques évalués.
1.16.10.2 Critères techniques
Application des procédures (Source : Manual of EBT Part II - App1-1)
Définition : « Il est attendu que l’équipage identifie et applique les procédures de façon
conforme aux procédures de l’exploitant, à la réglementation en vigueur, en faisant
preuve des connaissances adéquates à chaque phase de vol ».
Préparation de l’approche
Il est attendu d’un équipage qu’il effectue un briefing selon une méthode faisant
ressortir les points clefs à la fois de l’approche et des particularités du jour, notamment
la météorologie, les infrastructures et son état de fatigue éventuel. Pour le contrôle des
trajectoires, il est notamment prévu qu’un des deux pilotes lise les insertions du FMGS
et que l’autre vérifie leur conformité à la documentation adéquate (carte utilisée).
Le briefing doit ensuite permettre à l’équipage de décider des stratégies opérationnelles
à mettre en place pour répondre de façon sûre et efficace aux particularités (menaces)
du jour. 50
SX-BHS - 29 mars 2013
Avant de débuter son approche, l’équipage est conscient qu’il n’est pas qualifié
pour les approches CAT III. Il a pris connaissances des conditions de visibilité et de
plafond marginales. Il sait que le vent au sol a une composante arrière et que la piste
est mouillée.
L’écoute du CVR indique que, dans son briefing, le PF décrit les trajectoires telles
qu’elles apparaissent sur la fiche Jeppesen et semble se référer à la carte d’approche
de l’ILS 36R Y. L’équipage n’a cependant pas de réflexion sur le choix de l’approche
ILS 36R Y plutôt que l’ILS 36R Z. La lecture des fiches par le PF s’effectue sans que
le PM n’effectue de vérification croisée avec le FMGS alors que ce dernier ne propose
que l’approche ILS 36R Z.
Les conditions météorologiques marginales connues (plafond/visibilité) ne font
pas l’objet de commentaires particuliers. L’équipage n’évoque pas l’utilisation des
automatismes, la technique de remise de gaz ni le choix de la hauteur de stabilisation.
Après l’écoute de l’ATIS, le PF émet un doute réel sur la faisabilité de l’approche
en CAT I en raison de la visibilité. Ce doute n’est pas partagé par le PM :
ˆ ˆ « 19 h 20 min 37,821 PF:That’s foggy yeah, and we are in the limits, four hundred
meters, the limits for the CAT two
19 h 20 min 47,186 PM: what is the visibility?
19 h 20 min 48,789 PF: Heu... the visibility, four hundred meters
19 h 20 min 52,216 PM: We don’t care about visibility, we care about the R V R
19 h 20 min 54,242 PF: RVR sorry, yes ».
L’équipage n’évoque pas le dégagement éventuel, ni le temps d’attente.
Il ne mentionne pas les distances d’atterrissage sur piste mouillée, en rapport avec
la longueur de piste,la masse de l’avion proche de la masse maximale à l’atterrissage
(MLW) et le vent arrière au sol. Aucune mention n’est faite de la fatigue possible
après un temps de service proche de 15 heures.
Procédures d’approche de précision
L’équipage applique partiellement les procédures lors de la descente et de l’approche
intermédiaire. Les consignes d’altitude et de vitesse ATC sont respectées. La
check‑list « approche » est normalement effectuée. L’équipage engage le dégivrage
des moteurs et évite les masses nuageuses. Il demande des altérations de cap au
contrôleur à l’initiative du PM qui indique dans son témoignage agir de lui-même sur
le sélecteur de cap ; cette tâche est normalement dévolue au PF.
L’équipage sait qu’il est initialement au-dessus du plan de descente de l’ILS.
Il est attendu qu’en phase de rapprochement du sol, il applique la procédure
« intercept Glide slope from above », qui prévoit d’armer le G/S, d’effectuer un palier,
de configurer l’avion en séquence en décélération et, ensuite, d’afficher un vario de
l’ordre de 2000 ft/mn pour augmenter la pente.
Il choisit de garder une vitesse élevée en lisse, puis en configuration 1 et de sortir
les aérofreins pour augmenter le taux de descente.
Le réglage des altimètres (13) est erroné d’environ 300 ft ; l’erreur de calage reste non
détectée jusqu’à l’atterrissage.
Le PF, écoute et
note l’ATIS- la valeur
du QNH est 1004, le
PM collationne à l’ATC
un QNH des 1004 puis
indique verbalement
au copilote une valeur
de QNH de 1014.
Cette valeur erronée
fournie par le PM
n’est pas comparée
par le PF à la valeur
qu’il a notée lors de
l’écoute de l’ATIS.
(13)
51
SX-BHS - 29 mars 2013
Lors de l’approche finale, conformément aux procédures, l’interception de l’axe
du Localizer s’effectue en configuration 1 et les annonces standard du FMA sont
normalement effectuées. En revanche, la vitesse (S+20) est élevée et ne régresse pas
jusqu’à l’interception du plan de descente (Glide Slope)
A partir de 2 000 ft, l’équipage s’interroge sur la vitesse élevée « Look, we cannot
reduce speed ». Néanmoins, ces écarts de vitesse ne font pas l’objet des annonces
de déviations attendues et n’entraînent pas d’action correctrice.
Lors du passage des 1 000 ft, il est attendu que l’avion soit établi en configuration
finale à une vitesse proche de la Vapp. La procédure prévoit que l’équipage annonce
les déviations et interrompe l’approche si les actions correctrices pour revenir vers
la cible sont trop importantes.
A 1 000 ft, l’avion est toujours en configuration 2. La vitesse est Vapp +57 kt et l’assiette
-4°. Ces écarts ne sont pas annoncés et n’entraînent pas d’actions correctrices. Le PM
demande au PF de passer en mode managé.
Les SOP prévoient la réduction de poussée autour de 30 ft. On observe que la réduction
de l’A/THR est effective après l’annonce de rappel « RETARD » à 20ft. La phase d’arrondi
est anormalement longue. Le PM agit sur les commandes et annonce à plusieurs
reprises « leave it ». La procédure de prise de priorité n’est pas effectuée.
Procédure d’urgence « évacuation»
Après la sortie de piste, dès l’arrêt de l’avion, il est attendu que l’équipage applique sans
tarder les premières actions de la procédure d’évacuation d’urgence afin de sécuriser
l’avion et permettre l’accès des secours.
L’écoute du CVR indique que l’équipage semble choqué et n’applique pas la
procédure. Il engage initialement des discussions non opérationnelles au sujet de
la sortie de piste. Le CDB communique avec l’ATC et la cabine, le copilote apparaît
« hors de la boucle ». Les moteurs continuent de tourner pendant deux minutes jusqu’à
ce que le contrôleur demande à l’équipage s’il les a coupés.
Répartition des tâches
Il est attendu particulièrement en phase d’approche et d’atterrissage que les deux
membres d’équipage maintiennent une surveillance efficace de nature à développer une
conscience de la situation partagée et adéquate. Notamment :
ˆ ˆ le PF est en charge d’agir et de contrôler la trajectoire de l’avion en adéquation avec un
projet d’action opérationnel (briefing). Il s’assure de la surveillance de la trajectoire ;
ˆ ˆ le PM agit sur ordre du PF, effectue des tâches prévues dans les SOP, notamment la
surveillance des paramètres de vol, et les communications avec l’ATC.
52
SX-BHS - 29 mars 2013
L’écoute du CVR et les témoignages de l’équipage font apparaître que la répartition
des tâches lors de la descente différait des procédures. Suite aux nombreux doutes
verbalisés par le PF sur la façon de conduire l’approche, le PM a effectué à plusieurs
reprises des tâches incombant au PF :
ˆ ˆ il a décidé et effectué directement des altérations de cap afin d’éviter les
masses nuageuses ;
ˆ ˆ il a indiqué au PF de garder une vitesse élevée et un fort taux de descente pour
intercepter le G/S ;
ˆ ˆ il a demandé la majorité des changements de configuration (volets et aérofreins) ;
ˆ ˆ il a pris l’initiative des check-lists.
En revanche, il a effectué partiellement les tâches dévolues au PM. Les annonces
d’écart de configuration et de vitesse n’ont pas été faites.
Connaissances (Source : Airbus technical competencies)
Définition : « Il est attendu que les membres d’équipage connaissent et comprennent
les informations pertinentes, les procédures opérationnelles, le fonctionnement des
systèmes avion et l’environnement opérationnel ».
L’entretien avec le PF indique qu’il possédait des connaissances lacunaires sur
certains systèmes de l’avion et certaines procédures. Il semblait ne pas connaître :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
la procédure de rattrapage de plan par le haut avec le mode V/S ;
la signification des vitesses caractéristiques (Green Dot, S et F) ;
la valeur des écarts à annoncer en finale (vitesse, vitesse verticale, assiette) ;
les critères de stabilisation.
Il n’était pas en mesure d’expliciter les choix des valeurs de vitesse cibles sélectées
lors de l’approche.
L’entretien avec le PM indique qu’il avait une connaissance erronée des critères
de stabilisation en vitesse, d’interruption de l’approche et de la procédure
d’évacuation d’urgence.
Pilotage (Source : Manual of EBT part II - App1-2)
Définition : « Il est attendu que l’équipage assure le contrôle de la trajectoire via les
automatismes ou le pilotage manuel et qu’il sache utiliser le FMGS de façon appropriée ».
Lors de l’approche initiale et intermédiaire, la gestion de l’énergie et des automatismes
n’a pas permis de stabiliser l’avion à 1 000 ft.
Le mode managé de l’A/THR a été utilisé trop tardivement (900 ft RA) pour permettre
une réduction efficace de la vitesse avant le passage des 50 ft. En l’absence d’une
contrainte de vitesse particulière imposée sur l’ILS par le contrôleur, les SOP prévoient
l’utilisation du mode managé.
Lors du passage des 150 ft RA, l’équipage n’a pas établi de relation entre l’augmentation
des N1 (de 30 % vers 70 %) et les paramètres assiette, poussée et vitesse.
Lors de la phase d’arrondi, les données du FDR montrent des actions importantes
au mini-manche du PF. Huit secondes après le passage des 50 ft (temps d’un
arrondi normal), le PM a commencé à agir sur les commandes. Pendant dix secondes,
le pilotage est resté double, et une assiette excessive a maintenu l’avion en vol.
Malgré le déclenchement de l’alarme « DUAL INPUT » le double pilotage a continué
jusqu’au toucher des roues.
SX-BHS - 29 mars 2013
53
Après le toucher des roues, on observe une action énergique et adaptée de
l’équipage qui applique le freinage maximum et sort les inverseurs de poussée
jusqu’à l’immobilisation de l’avion.
1.16.10.3 Critères non techniques (CRM)
Conscience de la situation (Source : Manual of EBT Part II - App1-4)
Définition : « Il est attendu que l’équipage perçoive et comprenne l’ensemble des
informations pertinentes disponibles et anticipe les facteurs pouvant affecter la conduite
du vol ».
Avant de débuter l’approche, l’équipage avait connaissance de conditions
météorologiques proches des minima via l’ATIS (visi 400 m, nuages à 100 ft). Il savait
que l’avion était lourd, que la longueur de piste était de 2 700 mètres, qu’elle était
mouillée et qu’une tendance de vent arrière était présente au sol. Ces éléments n’ont
pas incité l’équipage à définir une stratégie adaptée, anticipant la configuration
de l’avion, la nécessité d’un point de toucher précis et la préparation à l’approche
interrompue. Ceci pourrait indiquer qu’à ce stade du vol, il n’avait pas une conscience
suffisante de la situation.
L’écoute des conversations du CVR et l’analyse des données FDR semblent indiquer
une certaine fatigue. Aucun des deux pilotes n’en a pourtant fait explicitement
mention. De fait, aucune stratégie particulière n’a été mise en place pour y remédier.
L’équipage n’a pas réalisé que la présence d’une composante de vent arrière au sol
pouvait être associée à celle d’un vent plus fort en finale. Ainsi, il ne s’est pas rendu
compte que ses difficultés à réduire la vitesse étaient liées à un fort vent arrière. Il n’a
d’ailleurs pas cherché à confirmer la valeur du vent sur le ND. Les échanges entre
l’ATC et l’avion d’Air France qui le précédait dans les mêmes conditions auraient pu
l’alerter et changer sa conscience de situation mais ils ont été faits en français, langue
que l’équipage ne comprend pas.
L’équipage n’a pas réalisé l’erreur de calage altimétrique. Il pensait voler plus haut
que la hauteur réelle de l’avion. En conséquence, il n’a sans doute pas bien compris
le temps qui lui restait avant l’atterrissage.
L’absence d’annonces automatiques et d’annonces du PM du passage des altitudes
caractéristiques (1 000 ft et minimum) n’a pas permis à l’équipage de rétablir une
bonne conscience de la situation.
Lors du passage des 50 ft, l’équipage a observé des bancs de brouillard en bout
de piste. Il n’a pas perçu la présence du balisage axial sur les 900 derniers mètres
(alternance des balises rouges blanches). L’annonce du PM « We are too high » et
son action sur le manche huit secondes après le début de l’arrondi tendent à montrer
qu’à cet instant, il a pris conscience que cette phase était anormalement longue(14).
Le témoignage du Commandant de bord suggère qu’à cet instant il na pas encore
réalisé que la distance de piste restante était courte.
Le PF explique qu’il a entendu le message du PM « Leave it » ainsi que l’alarme
« DUAL INPUT » et compris que le PM agissait sur le mini-manche. Il a cependant
maintenu ses actions à cabrer jusqu’au toucher des roues. Ceci indique qu’aucun
des deux membres d’équipage n’avait conscience des conséquences du double
pilotage, notamment sur la distance d’atterrissage.
Les essais sur
simulateur montrent
que la durée
constatée entre le
passage des 50 ft et
le toucher pour un
atterrissage dans les
mêmes conditions
avec une technique
d’atterrissage
standard est
d’environ 7 à
8 secondes.
(14)
54
SX-BHS - 29 mars 2013
Après la sortie de piste, l’avion s’est trouvé dans le brouillard et l’ATC n’a pu
initialement le localiser. Le CVR et les paramètres du FDR indiquent que les premières
actions (items) de la procédure d’urgence d’évacuation n’ont pas été effectuées
par l’équipage, encore sous le choc de l’accident. Celui-ci n’a notamment pas pensé
à éteindre les moteurs et a démarré l’APU. L’évaluation du risque encouru par l’avion
semble donc avoir été incomplète et a retardé l’action des pompiers. Le CDB a
considéré lors de l’entretien que pendant et après l’événement, il n’y avait aucun
risque à ne pas effectuer la procédure d’évacuation de l’avion.
Les actions ou omissions de l’équipage lors des différentes phases de l’approche
et de l’atterrissage montrent qu’il n’a pas été en mesure de se faire une représentation
mentale adéquate de la situation rencontrée.
Capacités de Communication (Source : Manual of EBT Part II - App1-1)
Définition : « Il est attendu que l’équipage fasse preuve d’une capacité de communication
efficace, tant par oral que de façon non verbale et par écrit dans des situations normales
et anormales ».
Note : La seule écoute du CVR ne permet pas d’analyser les communications non verbales.
Les deux membres d’équipage n’ont pas de langue native commune, et aucun
des deux n’est d’origine anglo-saxonne. Le CDB a néanmoins une expérience
importante de la pratique de l’anglais aéronautique. Ce n’était pas le cas du copilote
PF qui effectuait des vols en ligne depuis seulement six mois.
Lors de cet événement, le copilote a semblé éprouver certaines difficultés
à comprendre la langue anglaise. Six mois après son lâcher en ligne, sur les étapes
où il était PF, il continuait à prendre les messages de l’ATIS pour s’entraîner. Durant
le vol, il n’a pourtant pas demandé au PM de valider les informations écoutées (en lui
demandant, par exemple d’y prêter attention de son côté).
Le PM indique que la compréhension de l’accent du PF requérait de sa part
des ressources plus importantes qu’à l’habitude.
Le PF a peiné à exprimer ses doutes sur la météorologie de façon suffisamment
précise et directe pour alerter véritablement le PM sur la faisabilité opérationnelle
(et non pas réglementaire) de l’approche. Il n’a pas reformulé ses questions. De fait,
sa capacité à partager ses idées a manqué d’efficacité.
Pour sa part, le PM n’a pas semblé, à certains moments clés, faire preuve d’écoute
active, notamment quand il a répondu : « we don’t care about the visibility, we care
about the RVR », ce qui clôt le débat sans réelle possibilité de retour pour le PF.
Communications pilotes-ATC
Malgré ses doutes partagés sur les raisons de la mise en place des procédures LVP,
l’équipage n’a pas demandé de clarification aux contrôleurs.
Le PM indique que le fait que les contrôleurs s’adressent en français aux pilotes
francophones l’a perturbé.
Ainsi, des capacités limitées de communication de l’équipage ont paru constituer
une difficulté supplémentaire lors de cette approche, préjudiciable à l’efficacité de la
conduite du vol.
55
SX-BHS - 29 mars 2013
Résolution des problèmes et processus de décision (source : Manual of EBT Part II
- App1-3)
Définition : « Il est attendu que l’équipage identifie les risques et résolve les problèmes,
en utilisant un processus de décision adéquat ».
Face aux problèmes opérationnels rencontrés, l’équipage n’est pas parvenu
à rassembler les informations nécessaires pour une prise de décision adéquate.
Malgré ses interrogations sur la raison des conditions LVP, l’équipage n’a pas persévéré
dans la recherche d’informations météorologiques complémentaires auprès de
l’ATC et n’a pas développé de stratégie alternative (notamment l’interruption de
l’approche et/ou dégagement). L’équipage n’a pas non plus compris les raisons du
manque de décélération de l’avion.
L’écoute du CVR indique que l’équipage n’a pas réellement envisagé d’autres options
que celle d’atterrir.
Leadership et travail en équipage (Source : Manual of EBT part II - App1-3)
Définition : « Il est attendu que l’équipage fasse preuve d’un leadership et d’une capacité
à travailler en équipage efficaces ».
Le caractère succinct du briefing et l’absence de véritable stratégie opérationnelle
préalable à l’approche n’ont pas permis à l’équipage d’identifier les difficultés
potentielles propres à cette approche vers Lyon.
La qualité du travail en équipage a été altérée par la répartition des tâches inadéquate
décrite précédemment. Le PF était inexpérimenté et a semblé peu à l’aise avec le
séquencement et les actions de configuration de l’avion en approche. Il a sollicité le PM
presque systématiquement sur les actions à entreprendre, s’est excusé et l’a remercié
après presque chaque échange. Ceci a pu amener le PM à adopter une attitude
directive et a conduit à une altération progressive de la répartition des tâches au fur
et à mesure de l’augmentation de la charge de travail. Le PM a alors fonctionné sur un
modèle « instructeur en vol » sans y avoir été formé ni en avoir l’expérience.
Le cockpit présentait les symptômes d’un leadership déséquilibré, proche d’un cockpit
« autocratique » qui pouvait notamment s’expliquer par la différence d’expérience
entre membres d’équipage.
Gestion de la charge de travail (Source : Manual of EBT Part II – App 1-4)
Définition : « Il est attendu que l’équipage gère les ressources de façon efficace
en établissant des priorités et effectuant les tâches au moment adéquat en toute
circonstance ».
Lors de l’approche, la charge de travail a progressivement augmenté.
Les changements de configurations ont dû être gérés simultanément à l’évolution
rapide des paramètres. La présence de vent arrière fort a provoqué un rapprochement
vers la piste plus rapide qu’à l’habitude. Les nombreux contacts avec les contrôleurs
sont souvent venus interrompre des tâches. Enfin, les sollicitations fréquentes du PF
au PM ont fortement alourdi la charge de travail de ce dernier.
Le PM semble avoir inversé ses priorités à 2 000 ft AGL. Lorsque le PF a demandé
la configuration 2, le PM a privilégié la réponse à une demande ATC. Ce choix
a retardé la réduction de vitesse de l’avion à un moment clé.
56
SX-BHS - 29 mars 2013
Le PM semble également avoir partiellement pris en charge la fonction du PF,
et s’est ainsi retrouvé en surcharge de travail. Pour y faire face, il a progressivement
relâché la surveillance des paramètres de l’avion et n’a plus été en mesure d’assurer
pleinement son rôle de PM.
1.16.11 Influence de la fatigue sur les performances de l’équipage
Les écarts entre la performance attendue de l’équipage et les actions réellement
observées pourraient être l’indice d’un état de fatigue, entraînant l’altération
du temps de réaction, de la mémoire de travail, de la prise de décision et de la
conscience de la situation.
Le BEA a mandaté l’Institut de Recherche Biomédicale des Armées (IRBA) afin de mener
une étude sur l’impact des altérations du cycle veille/sommeil et des activités
aéronautiques sur le risque de fatigue dans cette situation (Etude disponible
en annexe 6).
L’étude s’est basée sur les horaires de travail de l’équipage le jour de l’accident
et dans les deux mois précédents. Les données recueillies ont été comparées à celles
décrites dans la littérature scientifique et aux valeurs obtenues avec un modèle
bio‑mathématique de gestion du risque fatigue (Modèle SAFTE) dont dispose l’IRBA.
Les résultats n’ont pas identifié d’altérations du cycle veille/sommeil susceptibles
d’entraîner de la fatigue au cours de la journée de l’accident ou lors des jours
précédents. L’accident est cependant survenu au moment du vol où la performance
de l’équipage risquait d’être la plus faible.
Ce résultat est à pondérer par le fait que la technique de modélisation de la fatigue
ne prend pas en compte certains facteurs comme le nombre d’étapes, la charge
de travail réelle, ni le temps de service de vol.
Cependant, la durée du temps de service de vol (14 h 50) est cohérente avec
une augmentation importante du risque d’accidents et de fatigue généralement
ressentie par les équipages. Plusieurs études ont mis en évidence une relation entre
le temps de service en vol et la somnolence ressentie, la fatigue ressentie (BourgeoisBougrine et al. 2003b, Powell et al. 2007, Powell et al. 2008), la fréquence des rapports
sécurité des vols (Air safety reports, ASR) dans des compagnies aérienne régionales
(Cabon et al. 2012) et la fréquence des accidents (Good 2003). Une étude réalisée aux
Etats Unis a montré que 20 % des accidents liés aux facteurs humains, survenaient
au-delà de dix heures de services en vol (Good 2003). Ramenée à la quantité relative
d’heures de vol, cette étude révèle une légère augmentation du risque d’accidents
entre dix et douze heures de service en vol (risque relatif, RR= 1,65) et une augmentation
très significative au-delà de treize heures d’activité (RR = 5,6). Les risques relatifs sont
tracés dans le graphique ci-après en fonction des heures de services (RR en ordonnée
à droite).
57
SX-BHS - 29 mars 2013
Proportion relative d’exposition aux accidents en fonction du temps d’activité (Goode 2003)
L’étude a montré que la fatigue de l’équipage n’avait pas pour origine une
altération du cycle veille/sommeil liée au planning ou à leurs activités la veille
de l’accident.
Le principal facteur de fatigue identifié au cours de la journée de l’accident est
un temps de service de vol de presque 15 heures.
1.17 Renseignements sur les organismes et la gestion
1.17.1 Hermes Airlines
1.17.1.1 Généralités
La compagnie Hermes Airlines a été créée en 2011 par le Dirigeant Responsable
de la société Air Méditerranée. Air Méditerranée est l’actionnaire majoritaire
d’Hermes Airlines. Cette dernière est basée en Grèce et détient un certificat
de transporteur aérien (CTA) délivré par l’aviation civile grecque (HCAA) le 8 août 2012
et valide jusqu’au 10 août 2015.
Hermes Airlines dispose de cinq avions, un Boeing 737, un Airbus A320 et trois
Airbus A321. Ces Airbus sont des avions précédemment exploités par Air Méditerranée
qui ont été transférés sur le CTA d’Hermes Airlines au cours du premier semestre 2012.
Hermes Airlines loue ses avions à Air Méditerranée sous une forme de location ACMI
(Aircraft-Crew-Maintenance-Insurance). La planification des vols d’Hermes Airlines
et la maintenance des avions est assurée par Air Méditerranée.
58
SX-BHS - 29 mars 2013
Hermes Airlines effectue des vols au départ de Grèce, de France, de Suède, d’Iraq
et de Djibouti dans le cadre de vols charters. Son activité annuelle est principalement
saisonnière :
ˆ ˆ la saison « basse » entre octobre et mars (moyenne mensuelle d’environ 250 vols) ;
ˆ ˆ la saison « haute » entre avril et septembre (moyenne mensuelle de plus de
600 vols) ;
Cette activité particulière conduit l’exploitant à recruter des pilotes saisonniers
lorsque la demande est importante.
Hermes Airlines emploie environ 30 équipages. La majorité des commandants
de bord sont de nationalité grecque et sont des anciens pilotes d’Olympic Airways
et d’Olympic Air. Les copilotes sont de nationalités principalement espagnoles,
italiennes et britanniques.
Les informations des paragraphes suivants sont pour la plupart issues des témoignages
de l’encadrement de l’exploitant.
1.17.1.2 Manuel d’Exploitation de l’exploitant
Le manuel d’exploitation est l’un des moyens principaux par lesquels l’exploitant
assure la sécurité de son exploitation ainsi que la conformité de ses opérations
aux exigences réglementaires. Le manuel d’exploitation comporte quatre parties :
Partie A - Généralités/Fondements
Cette partie comporte l’ensemble des politiques, des instructions et des procédures
d’exploitation non liées à un type d’avion.
Partie B - Points relatifs à l’utilisation de l’avion
Cette partie comporte l’ensemble des instructions et des procédures relatives à un
type d’avion pour assurer la sécurité de l’exploitation. Elle tient compte des différences
entre les types, variantes ou avions utilisés par l’exploitant.
Partie C – Informations et consignes sur les routes et aérodrome
Cette partie comporte toutes les instructions et informations relatives aux routes
et aux aérodromes.
Partie D - Formations
Cette partie doit comprendre l’ensemble des instructions relatives à la formation
du personnel nécessaire pour assurer la sécurité de l’exploitation.
Les différentes parties en vigueur à la date de l’accident avaient été rédigées entre
février et octobre 2011. Ce manuel a été approuvé dans sa totalité fin novembre
2011 par la HCAA. Le Directeur des Opérations en vol (DOV) explique que ce
manuel était un manuel générique en partie fondé sur son expérience au sein de la
compagnie Alitalia.
59
SX-BHS - 29 mars 2013
Cette version du manuel d’exploitation (revision 0 et 1) comporte :
ˆ ˆ des incohérences entre différents chapitres de la partie A et la partie D :
„„Les prérequis nécessaires pour exercer en tant que copilote ou commandant
de bord diffèrent d’un chapitre à l’autre. De plus, il est écrit que ces prérequis
peuvent ne pas être respectés en fonction des besoins de l’exploitant.
ˆ ˆ des différences entre la partie B - chapitre 2 - Procédures normales A320 et
le chapitre 13 « Company Policy » :
„„Le chapitre 2 reprend les procédures du FCOM du constructeur qui recommande
notamment d’utiliser le mode managé lors d’une approche de précision.
Le chapitre 13 quant à lui recommande d’effectuer une approche de précision
en utilisant le mode sélecté à 160 kt jusqu’à 5 NM du seuil de piste puis d’engager
le mode managé.
Le DOV explique qu’en accord avec la HCAA, un nouveau manuel d’exploitation
corrigeant toutes les incohérences et différences a été déposé auprès de la HCAA
fin 2012 et approuvé par la HCAA après l’accident. Le détail est disponible en annexe 7.
1.17.1.3 Recrutement, formation, entraînements et contrôles des équipages
Hermes Airlines a défini pour le Personnel Navigant Technique (PNT) des programmes
de formation, d’entraînement et d’évaluation et/ou de contrôle dont les contenus,
les volumes et les moyens mis en œuvre sont décrits dans le manuel d’exploitation,
Partie D. Ce volume, approuvé par la HCAA, est en conformité avec la réglementation
EU-OPS.
Au sein d’Hermes Airlines, les formations sont organisées par le Directeur
des Opérations en vol (seul Examinateur de Qualification de Type – TRE – de l’exploitant)
et le Responsable Désigné Formation des Equipages (Instructeur de qualification
de Type – TRI). Plusieurs commandants de bord sont également instructeurs de
Qualifications de Type (TRI), instructeurs sol (Ground Training Instructor) et trois
sont instructeurs CRM. Hermes Airlines fait également appel à des examinateurs TRE
contractuels employés par des TRTO basés à Athènes et au Royaume-Uni. L’exploitant
ne dispose pas de simulateur en Grèce.
1.17.1.3.1 Recrutement des équipages
D’après les témoignages du DOV et du RDFE, les conditions de recrutement décrites
ci-après sont celles définies dans la dernière version du manuel d’exploitation.
Ils précisent que ces conditions étaient celles utilisées avant l’accident, même si elles
n’étaient pas encore officiellement approuvées par la HCAA.
60
SX-BHS - 29 mars 2013
Processus de recrutement des copilotes
Les exigences minimales requises pour employer un PNT sont les suivantes :
ˆ ˆ une licence CPL valide (incluant entre autres, le niveau 4 OACI en langue anglaise
et un certificat médical de classe 1 valide) ;
ˆ ˆ licence ATPL théorique ;
ˆ ˆ qualification IR/ME ;
ˆ ˆ une formation Multi Crew Course (MCC).
Lors du recrutement, le PNT candidat à la fonction de copilote doit disposer d’un
minimum de 200 heures de vol total, dont 30 sur avions multimoteurs.
Le candidat est ensuite soumis à :
ˆ ˆ un entretien avec le DOV et le RDFE permettant l’évaluation comportementale
du candidat ;
ˆ ˆ un test médical et test psychologique ;
ˆ ˆ un test d’évaluation sur simulateur (séance de quatre heures avec un TRE).
Le DOV et le RDFE expliquent qu’ils ont rencontré des difficultés de recrutement
et de formation lors de la création de la compagnie aérienne.
En 2011, l’exploitant disposait d’un Boeing 737 avec des équipages composés
notamment d’anciens pilotes d’Olympic Airways expérimentés sur Boeing.
De janvier à mars 2012, Hermes Airlines s’est vu confier l’exploitation de
quatre Airbus. L’exploitant a dû alors, dans un temps très court, recruter et former
les équipages nécessaires à l’exploitation de ces nouveaux avions. Eprouvant
des difficultés à recruter des copilotes expérimentés sur Airbus, il a recruté des pilotes
ayant récemment obtenu leur qualification de type sur Airbus A320/A321 mais n’ayant
aucune expérience préalable du transport public de passagers. L’exploitant précise
qu’environ la moitié des copilotes recrutés (9 sur 20) disposaient d’un total de 200
heures de vol dont 30 sur bimoteur. Il ajoute que depuis la création d’Hermes Airlines,
environ 40 PNT ont été recrutés et 10 ont échoué lors de la formation.
Les responsables d’Hermes Airlines expliquent, qu’en raison du profil « à bas coût »
retenu pour cet exploitant, le recrutement de jeunes copilotes inexpérimentés
est également plus intéressant économiquement que celui de copilotes expérimentés.
Processus de recrutement des commandants de bord
Les exigences minimales requises pour employer un PNT en tant que commandant
de bord sont les suivantes :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
une licence ATPL valide ;
qualification IR/ME ;
une formation Multi Crew Course (MCC) ;
le niveau 4 OACI en langue anglaise ;
un certificat médical de classe 1 valide ;
une expérience minimale de 5 000 heures de vol total en transport public ou
3 000 heures de vols sur type au sein d’Hermes Airlines.
La majorité des commandants de bord en activité chez Hermes Airlines sont des PNT
ayant accumulé une forte expérience sur Boeing au sein d’Olympic Airways.
61
SX-BHS - 29 mars 2013
1.17.1.3.2 Formation des équipages
Formation des copilotes
Lors de sa formation copilote, un pilote avec moins de 500 heures de vol sur type suit
un Stage d’Adaptation de l’Exploitant (SADE) qui comprend cinq étapes.
ˆ ˆ 1 - cours sol et évaluation (4 journées de 8 heures) ;
„„jour 1 (8h) : Introduction – Systèmes aéronef
„„jour 2 (8h) : Systèmes aéronef
„„jour 3 (8h) : B/P RNAV – RVSM- TCAS- GPWS – Différences avions
„„jour 4 (8h) : performance – Masse et centrage
ˆ ˆ 2 - cours sol et évaluation sur la sécurité/sauvetage et sûreté (2 journées de
8 heures) ;
ˆ ˆ 3 - entraînement et évaluation sur simulateur (une séance de quatre heures
de formation et une séance de quatre heures d’évaluation) ;
ˆ ˆ 4 - entraînement en ligne sous supervision (Adaptation En Ligne AEL) et contrôle
en ligne (total de 100 heures de vol ou un minimum de 40 étapes) ;
ˆ ˆ 5 - formation CRM (1 journée de 8 heures).
Cette formation est conforme aux exigences de l’OPS 1.945 (voir chapitre 1.17. Aspects
réglementaires), sans aucune marge par rapport à chacun des critères quantitatifs pris
isolément (expérience minimale de 200 h pour débuter le SADE, nombre de séances
de simulateurs, durée de l’AEL).
Le DOV et le RDFE expliquent que l’AEL n’est pas toujours facile à réaliser car l’activité
charter de l’exploitant ne permet pas toujours de programmer le nombre de vols
nécessaire à la réalisation continue de l’AEL. Ainsi l’AEL du copilote en fonction dans
le vol de l’incident grave avait débuté en février 2012 (période creuse) et avait été
interrompue entre le 26 février et le 30 juillet 2012 (haute saison).
Formation des commandants de bord
La formation comprend :
ˆ ˆ 1 - un entraînement spécifique au rôle de commandant de bord ;
ˆ ˆ 2 - entraînements et contrôles hors ligne sur simulateur ;
ˆ ˆ 3 - un entraînement en ligne sous supervision AEL (Pour un PNT possédant une
qualification de type, l’entraînement en ligne consiste à réaliser un minimum
de 10 étapes) ;
ˆ ˆ 4 - un contrôle en ligne ;
ˆ ˆ 5 - un entraînement CRM.
62
SX-BHS - 29 mars 2013
1.17.1.3.3 Entraînements et contrôles des équipages
Entraînements périodiques des PNT
Tous les PNT subissent des entraînements et des contrôles périodiques propres
au type ou à la variante d’avion sur lequel ils exercent. Les entraînements périodiques
des membres d’équipage de conduite comprennent :
ˆ ˆ un cours au sol et de rafraîchissement incluant :
„„un entraînement à la gestion des ressources de l’équipage (CRM) ;
„„un entraînement de sécurité/sauvetage et de sûreté.
ˆ ˆ un entraînement sur simulateur de vol portant sur les procédures d’urgence et
de secours.
Contrôles Périodiques des PNT
Les contrôles périodiques annuels des membres d’équipage de conduite
comprennent :
ˆ ˆ 1 - deux contrôles hors ligne ;
ˆ ˆ 2 - un contrôle en ligne ;
ˆ ˆ 3 - un contrôle de sécurité - sauvetage et de sûreté.
1.17.1.4 Cours CRM
La formation CRM consiste en deux jours de formation commune PNT et PNC,
en langue anglaise.
Durant ces cours, les thèmes réglementaires suivants sont abordés :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
présentation générale du CRM ;
communication ;
processus de décision ;
concept d’équipe ;
stress ;
conscience de la situation ;
sujets compagnie (dont politique de cockpit stérile).
La formation CRM était issue de celle délivrée par Olympic Airways et adaptée à
Hermes Airlines. Elle ne comportait pas d’éléments spécifiques au TEM, ni aux risques
particuliers à l’entreprise tels que compagnie en création, équipages multiculturels,
et souvent peu expérimentés sur Airbus ou dans leur nouvelle fonction.
Les risques d’exploitation détectés par l’analyse des vols ne sont pas abordés durant
cette formation (atterrissages longs, phénomène de double pilotage).
1.17.1.5 Organisation de la sécurité au sein de l’exploitant
L’Officier de Sécurité des Vols (OSV) explique qu’au moment de l’accident,
Hermes Airlines avait débuté la mise en œuvre de son Système de Gestion
de la Sécurité (SGS). Il ajoute qu’une organisation de la sécurité existait déjà avant
le SGS. Elle comprenait l’OSV, à temps complet, et deux pilotes à temps partiel qui ont
exercé entre mai 2012 et octobre 2013.
63
SX-BHS - 29 mars 2013
1.17.1.5.1 Système de retour d’expérience
Les équipages disposent de trois types de rapports pour informer l’OSV d’incidents
ou de situations inhabituelles :
ˆ ˆ rapport d’incidents à déclaration obligatoire : conformément aux exigences
réglementaires, les équipages doivent déclarer certains incidents rencontrés
en vol. Ces rapports sont envoyés à l’exploitant et à la HCAA ;
ˆ ˆ rapport à déclaration volontaire : les équipages peuvent également déclarer
des événements s’ils rencontrent des situations inhabituelles liées ou non
à la sécurité des vols ;
ˆ ˆ rapports anonymes : une boîte aux lettres située dans les locaux de l’exploitant
à Athènes permet au personnel de déclarer anonymement un événement.
En 2012, Hermes Airlines a réalisé 5 295 vols, l’OSV a traité treize rapports d’incidents à
déclaration obligatoire, trois rapports volontaires non liés à la sécurité. Aucun rapport
anonyme n’a été reçu.
En 2013, Hermes Airlines a réalisé 4 248 vols l’OSV a traité dix-sept rapports
d’incidents à déclaration obligatoire, huit rapports volontaires non liés à la sécurité
et cinq rapports anonymes.
L’OSV explique que les équipages étaient parfois réticents à rédiger des rapports par
crainte de se faire mal voir. Son principal objectif consistait donc à établir la confiance
afin de créer une culture de la sécurité au sein de la compagnie.
L’OSV ajoute que, dans les mois qui ont précédé l’accident, la jeunesse de l’exploitant
et la spécificité de son activité saisonnière avaient généré un faible volume de vols.
Il était par conséquent difficile d’identifier les questions de sécurité représentatives
de l’exploitation. L’OSV précise qu’il diffusait alors principalement des documents de
sécurité générique (publications Flight Safety Foundation, publications constructeurs)
afin de sensibiliser les équipages.
1.17.1.5.2 Analyse des vols
L’OSV est en charge de l’analyse des vols. Les données brutes de vol (DAR)
sont envoyées à une société qui renvoie à l’OSV les données de vol décodées.
L’OSV a choisi de suivre vingt catégories d’évènements dans lesquelles figurent
notamment :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
double pilotage ; approche non stabilisée ;
réduction tardive de l’A/THR lors de l’atterrissage ;
arrondi long ;
atterrissage long.
Les paramètres de vol analysés sont définis par la société qui décode les données
des QAR. L’OSV dispose d’un logiciel lui permettant d’obtenir le nombre de survenues
des catégories d’évènements. Ces dernières ont été décomposées par l’exploitant
en trois niveaux de sévérité selon les valeurs des paramètres seuils choisis (le détail
est disponible en annexe 8).
L’OSV rédige un rapport annuel de statistiques fondé sur l’analyse de ces vingt
catégories d’évènements. Seuls les évènements de niveau de sévérité les plus
importants sont pris en compte dans le rapport annuel pour estimer les difficultés.
64
SX-BHS - 29 mars 2013
L’OSV avait conclu le rapport annuel 2012 en précisant que les approches
non stabilisées et le double pilotage étaient les catégories d’événements à traiter
en priorité. Il précisait que les paramètres choisis n’étaient pas toujours représentatifs
de la situation réelle et qu’il était nécessaire de se coordonner avec la société réalisant
l’analyse des vols afin d’améliorer le paramétrage. Ainsi, les seuils de détection
du double pilotage, des atterrissages longs et de l’approche non stabilisée ont été
modifiés en 2013.
En résumé, l’analyse fine des paramètres de vol à la fin de la première année
d’exploitation n’était pas encore possible et l‘OSV avait dû baser son action sur
des tendances.
1.17.1.5.3 Réunions de sécurité
L’OSV organise des réunions de sécurité (Safety Security and Quality Board
Meeting SS&QM) au moins une fois par trimestre, auxquelles participent
les responsables des différents départements de l’exploitant (Dirigeant Responsable,
Responsable Qualité, DOV, RDFE). Ces réunions se nourrissent des rapports des pilotes
et de l’analyse des vols. Elles ont pour objectif d’identifier les mesures à prendre afin
d’améliorer la sécurité et corriger les écarts détectés. Elles portent principalement
sur les points suivants :
ˆ ˆ rapports équipages ;
ˆ ˆ rapports de vols ;
ˆ ˆ organisation de la sécurité.
Lors des réunions SS&QM organisées en 2012 et en février 2013, les points suivants
avaient été abordés :
ˆ ˆ la refonte complète du manuel d’exploitation (SS&QM de juin 2012) ;
ˆ ˆ l’analyse de vols mettant en évidence des atterrissages longs et la réduction
tardive de l’A/THR lors des atterrissages.
Le 6 mars 2013, le RDFE a adressé une lettre aux instructeurs pour leur demander
de mettre l’accent, lors des entraînements, sur les points cités ci-dessus.
Extrait de la lettre envoyée par le RDFE aux instructeurs
SX-BHS - 29 mars 2013
65
L’OSV explique également que l’analyse des vols lui avait permis d’identifier
la récurrence du phénomène de double pilotage. Selon lui, la non application
de la procédure de reprise des commandes provenait probablement de la longue
expérience des commandants de bord sur Boeing 737 où cette procédure n’existe pas.
Une information verbale a été transmise aux équipages lors des entraînements
périodiques. L’OSV précise que le nombre de copilotes en AEL a augmenté
la récurrence du phénomène.
En octobre 2012, Hermes Airlines en coordination avec la HCAA, a modifié son manuel
d’exploitation Partie B – chapitre 13 « Company policy ». Il n’est plus recommandé
aux équipages d’effectuer une approche de précision en utilisant le mode sélecté
à 160 kt jusqu’à 5 NM du seuil de piste puis d’engager le mode managé. La procédure
Airbus préconisant l’utilisation du mode de vitesse managée remplace la procédure
antérieure (sélections successives des vitesses caractéristiques en fonction
des configurations de l’avion).
Par ailleurs, dans un souci de simplification, l’altitude de stabilisation est de 1 000 ft
quelles que soient les conditions IMC ou VMC.
1.17.1.6 Planification et préparation des vols
La planification des vols d’Hermes Airlines est assurée par la compagnie
Air Méditerranée. Hermes Airlines vérifie néanmoins que la planification des vols
proposée par Air Méditerranée respecte la réglementation relative aux limitations
des temps de vol et de service des équipages ainsi que les exigences concernant
leurs repos.
Une demande de vol charter par un tour opérateur est généralement émise
une semaine avant le vol et confirmée, au plus tard, deux jours avant la date du vol.
Le nombre de passagers est volontairement surestimé afin de s’assurer que le service
de restauration sera suffisant.
Le jour précédant le vol, le personnel d’Air Méditerranée édite une première
série de plans de vol opérationnels. La charge utile prévue est calculée à partir
de l’estimation du nombre de passagers et des valeurs forfaitaires de masses pour
un passager et ses bagages. Pour les longs vols approchant les limites d’autonomie
de l’avion, des plans de vol opérationnels alternatifs (avec escale technique) peuvent
être préparés pour pallier une charge utile réelle supérieure à celle prévue.
Planification du Vol du 29 mars 2013 entre Lyon et Dakar
Le 28 mars 2013, veille du vol
Les opérations d’Air Méditerranée avaient transmis à l’équipage et à Hermes Airlines
un dossier contenant des plans de vols pour un trajet direct aller et retour Lyon‑Dakar
et Dakar-Lyon.
66
SX-BHS - 29 mars 2013
Des plans de vols alternatifs avec escale à Agadir pour le vol Lyon-Dakar et le vol
Dakar-Lyon étaient également inclus dans le dossier de vol :
ˆ ˆ vol BIE 7816 de Lyon vers Agadir - heure de départ estimée (ETD) 06 h 15 - durée
du vol estimée de 02 h 48 - charge utile estimée 13 460 kg ;
ˆ ˆ vol BIE 7816 d’Agadir vers Dakar - heure de départ estimée (ETD) 09 h 30 - durée
du vol estimée de 02 h 25 - charge utile estimée 13 460 kg ;
ˆ ˆ vol BIE 7816 de Dakar vers Agadir - heure de départ estimée (ETD) 13 h 20 - durée
du vol estimée de 02 h 33 - charge utile estimée 16 630 kg ;
ˆ ˆ vol BIE 7816 d’Agadir vers Lyon - heure de départ estimée (ETD) 16 h 35 - durée
du vol estimée de 03 h 05 - charge utile estimée 16 630 kg.
Le personnel des opérations d’Air Méditerranée a envoyé un courrier électronique
au personnel de la planification des vols d’Hermes Airlines le 28 mars 2013. Il indiquait
que le vol devrait probablement inclure des escales techniques sur le trajet aller
et retour et demandait de prévoir un équipage renforcé.
Le vol Lyon-Dakar permettait la mise en place d’un autre équipage d’A320
d’Hermes Airlines qui devait effectuer un vol au départ de Dakar le 30 mars 2013.
Hermes Airlines avait alors suggéré au commandant de bord de leur céder sa
place sur ce trajet. N’effectuant que le retour, il aurait ainsi respecté les temps de
service en cas d’escale à Agadir. Le commandant de bord a expliqué aux enquêteurs
qu’il avait décliné cette proposition car l’autre équipage (A320) comprenait moins de
PNC que le sien (A321).
Le 29 mars 2013, jour du vol
Lors de la préparation du vol aller à Lyon le 29 mars 2013, l’équipage avait reçu un devis
de masse et centrage indiquant une charge utile réelle de 13 125 kg et 142 passagers,
dont un bébé, et leurs bagages. Cette charge utile réelle inférieure à celle prévue
permettait donc à l’équipage d’effectuer un vol direct de Lyon vers Dakar.
A Dakar, lors de la préparation du vol retour, le devis de masse et centrage
indiquait une charge utile de 16 592 kg et 174 passagers (171 adultes, deux enfants
et un bébé) et leurs bagages. Cette charge était supérieure de 2 782 kg à celle
prévue par les opérations d’Air Méditerranée (13 810 kg). Elle restait proche de la
charge utile prévue dans le plan de vol opérationnel alternatif avec escale technique
à Agadir (16 630 kg).
Temps de service effectué par l’équipage le 29 mars 2013
Dans le chapitre 7 de son manuel d’exploitation partie A, Hermes Airlines définit
le temps de service de vol comme la période débutant une heure avant l’heure
cale‑à-cale estimée de départ (heure de présentation) et 15 minutes après l’heure
bloc d’arrivée.
67
SX-BHS - 29 mars 2013
Vol direct
Lyon
Vol Lyon-Dakar-
Vol Lyon-Dakar-
Lyon-Dakar-Lyon
Agadir- Lyon
Agadir-Lyon
Planification du
Planification du
Vol réalisé
28 mars 2013
28 mars 2013
le 29 mars 2013
05 h 15
05 h 15
05 h 15
Atterrissage : 12 h 05
Atterrissage : 12 h 05
Atterrissage : 12 h 03
Décollage : 13 h 15
Décollage : 13 h 20
Décollage : 13 h 44
Atterrissage : 15 h 50
Atterrissage : 16 h 13
Décollage : 16 h 35
Décollage : 17 h 02
Heure présentation
Dakar
Agadir
Lyon
Atterrissage : 18 h 50
Atterrissage : 19 h 40
Atterrissage : 19 h 46
Temps de service de
13 h 50
14 h 50
14 h 55
vol de l’équipage
Pendant la saison hivernale 2012-2013, le vol Lyon-Dakar-Lyon a été effectué sept fois
sur 19 par Hermes Airlines. En raison du faible nombre de vols effectués, l’OSV explique
qu’il n’a pas été en mesure de recueillir des informations sur les éventuelles difficultés
liées à ces vols en termes de temps de service de vol étendu en cas d’escales. Il ajoute,
qu’au moment de l’accident, les informations de sécurité n’étaient pas partagées
avec Air Méditerranée qui avait effectué les douze autres vols(15).
L’OSV explique également qu’en raison de la pression économique ressentie
par le personnel de la compagnie, l’utilisation de la réglementation permettant
une extension des temps de service à 15 heures (OPS 1.1120, voir paragraphe 1.17.3.3)
était jugée préférable à l’utilisation d’un équipage renforcé.
1.17.2 Autorité de l’aviation civile grecque HCAA
Des rencontres entre la HCAA et le BEA ont été organisées pour identifier
si Hermes Airlines avait rencontré des difficultés pour se conformer aux exigences
réglementaires après qu’un certificat de transporteur aérien (CTA) lui a été délivré.
La HCAA exerce la surveillance continue de vingt exploitants détenteurs d’un CTA
grec. Pour des raisons d’effectifs, elle confie à chaque inspecteur la charge de
surveiller trois exploitants en moyenne. Celui-ci réalise en moyenne une action de
surveillance (contrôle ou inspection) tous les quatre ou cinq mois.
(15)
Il convient de noter
que Air Méditerranée
exploite des Airbus
321-200 (Réservoir
central additionnel)
disposant d’une plus
grande autonomie
et d’une masse
maximale supérieure
par rapport au SX-BHS
(A321-100), réduisant
ainsi la probabilité
d’avoir à effectuer
un arrêt à Agadir et
évitant ainsi le temps
de service additionnel
généré par cette
escale technique.
Le manuel d’exploitation d’Hermes Airlines a été approuvé dans sa totalité
fin novembre 2011 par la HCAA malgré des incohérences au niveau des exigences
nécessaires pour exercer en tant que copilote ou commandant de bord et la
note permettant à l’exploitant de ne pas respecter ces critères en cas de besoin.
Cette dernière incohérence n’avait pas été détectée par la HCAA.
Un nouveau manuel d’exploitation corrigeant toutes les incohérences et différences
a été déposé fin 2012 et approuvé par la HCAA après l’accident.
La HCAA a indiqué que l’équipe d’inspecteurs de surveillance avait été remplacée
en fin d’année 2012. Le BEA n’a eu accès qu’aux informations relatives à la surveillance
effectuée par les nouvelles équipes.
68
SX-BHS - 29 mars 2013
Lors de son bilan annuel 2012, l’équipe dirigeante d’Hermes Airlines avait identifié
deux priorités en termes d’actions de formation et d’entraînement :
ˆ ˆ la prévention des approches non stabilisées ;
ˆ ˆ le phénomène de double pilotage.
Lors d’un audit réalisé en avril 2013, après l’accident, la HCAA a demandé à
Hermes Airlines d’accélérer la mise en place des actions correctives en réponse
aux risques détectés lors de l’analyse des vols. La HCAA avait formulé ses attentes
de la façon suivante : ˆ ˆ « It is recommended that consideration should be given by management regarding
corrective actions that deals with training info. To training organization/instructors
(that derived from data that constitute an alert situation). A more detailed and
immediate action should be given ».
1.17.3 Aspects réglementaires
1.17.3.1 Généralités
A la date de l’accident, la réglementation en vigueur était définie par le règlement
(CE) 859/2008 de la Commission européenne (également intitulé « EU-OPS »). La partie
OPS part 1 de ce document établit les exigences applicables à l’exploitation de tout
avion civil à des fins de transport aérien commercial par tout exploitant dont le lieu
principal d’activité commerciale se situe dans un Etat membre de l’Union européenne.
La Commission européenne a publié le 25 octobre 2012 le règlement (UE) n° 965/2012
(AIR-OPS) déterminant les exigences techniques et les procédures administratives
applicables aux opérations aériennes. Le premier paquet constitué des annexes I à V
de cette nouvelle réglementation est applicable par tous les Etats membre de l’Union
à partir du 28 octobre 2014 au plus tard.
Ce premier paquet est composé :
ˆ ˆ d’un règlement de couverture (Cover Regulation), contenant dix articles traitant
des sujets suivants :
„„une description des objectifs et buts du règlement ;
„„des définitions des termes utilisés dans la cover regulation ;
„„l’applicabilité de ces textes ;
„„les mesures de transition ;
„„la date d’entrée en vigueur : 28 octobre 2012 ;
„„la date de mise en application (opt-out).
ˆ ˆ de cinq annexes (ou Part) dont :
„„Part ORO (Organisation Requirement for Air Operators) ;
„„Part ARO (Authority Requirement for Air Operations).
La nécessité de garantir une application uniforme des exigences communes implique
que les autorités compétentes des États membres appliquent des procédures
communes. L’Agence Européenne pour la Sécurité de l’Aviation Civile (AESA) élabore
des moyens acceptables de conformité (AMC : Acceptable Means of Compliance), ainsi
que des documents d’orientation (GM : Guidance Material) pour faciliter l’uniformité
réglementaire requise concernant l’application du règlement.
69
SX-BHS - 29 mars 2013
Les « moyens acceptables de conformité (AMC) » sont des normes non contraignantes
adoptées par l’AESA qui définissent des moyens permettant d’établir la conformité
avec le règlement et ses modalités d’exécution. L’utilisation de moyens de conformité
autres que ceux spécifiés dans une AMC doit être soumise par l’exploitant à son
autorité de tutelle pour accord.
Les documents d’orientation (GM) désignent les documents non contraignants
qui permettent d’illustrer la signification d’une exigence ou d’une spécification et
qui servent à appuyer l’interprétation des règlements et des moyens acceptables
de conformité.
1.17.3.2 Réglementation relative aux équipages de conduite
EU-OPS
Les exigences réglementaires relatives aux équipages de conduite sont décrites dans
l’OPS 1 sous-partie N : « Equipage de conduite ».
Le manuel d’exploitation d’Hermes Airlines relatif aux exigences en matière
de qualifications, d’entraînements et de contrôles est conforme au minimum requis
de la réglementation.
Ainsi un PNT détenteur d’un CPL (minimum 200 heures de vol) et d’une qualification
de type peut exercer en tant que copilote s’il a suivi et réussi son stage d’adaptation
à l’exploitant qui comprend notamment, et conformément aux dispositions de
l’OPS 1.945 :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
des cours au sol ;
un entraînement et une évaluation sur simulateur (deux séances de 4 heures) ;
40 secteurs ou 100 heures de vol sur type (Adaptation en ligne) ;
une évaluation en ligne.
AIR-OPS
Les exigences réglementaires relatives aux équipages de conduite seront décrites
dans la part ORO sous-partie « FC » (Flight Crew) en remplacement de l’OPS 1
sous‑partie N : « Equipage de conduite ».
Elles ne diffèrent pas du règlement EU-OPS sous partie N en ce qui concerne
les exigences réglementaires relatives aux équipages de conduite dans les domaines
suivants :
ˆ ˆ conditions minimales d’expérience pour exercer en tant que copilote ou
commandant de bord ;
ˆ ˆ composition des équipages.
En addition des règlements précédents, la GM1 ORO.FC.220 (b) précise que,
dans le cas d’une interruption d’un stage d’adaptation à l’exploitant, ce dernier
évalue le stagiaire afin de déterminer s’il est nécessaire de reprendre la formation
déjà effectuée avant de lui faire effectuer la fin du stage d’adaptation à l’exploitant.
70
SX-BHS - 29 mars 2013
1.17.3.3 Réglementation relative aux limitations des temps de vol et de service et
exigences en matière de repos
EU-OPS
Les exigences réglementaires en matière de limitations de temps de vol applicables
aux exploitants sont décrites dans l’OPS 1 sous-partie Q.
Le temps de service de vol (TSV) qui est défini comme « Toute période au cours de
laquelle une personne exerce à bord d’un avion en tant que membre de son équipage.
Ce temps est compté depuis le moment où le membre d’équipage doit se présenter, à la
demande d’un exploitant, pour un vol ou une série de vols et se termine à la fin du dernier
vol au cours duquel le membre d’équipage est en fonction ».
L’OPS 1.1105 impose que le TSV quotidien maximal soit de 13 heures (OPS 1.1105,
point 1.3). Ce TSV doit être réduit de 30 minutes pour chaque étape supplémentaire
à partir de la troisième, la réduction maximale totale étant de deux heures.
Le TSV quotidien maximal peut être prolongé d’une heure au maximum. Le nombre
maximal de prolongations est de deux dans toute période de sept jours consécutifs.
L’OPS 1.1120 relatif aux circonstances imprévues pendant les opérations de vol
effectives (pouvoir discrétionnaire du commandant de bord) définit une dérogation
à l’OPS 1.1105.
Compte tenu de la nécessité d’un contrôle particulier des cas visés ci-après,
au cours de l’opération effective de vol, qui commence à l’heure de présentation, les
limites des temps de service de vol et de service et les temps de repos prévus dans
la présente sous-partie peuvent être modifiés en cas de circonstances imprévues.
De telles modifications doivent être acceptables par le commandant de bord après
consultation de tous les autres membres de l’équipage et, en tout état de cause,
respecter les conditions suivantes :
ˆ ˆ le TSV maximal spécifié par l’OPS 1.1105, article 1.3, ne peut être augmenté de plus
de deux heures, sauf si l’équipage de conduite a été renforcé, auquel cas le temps
maximal de service de vol peut être augmenté de trois heures au maximum ;
ˆ ˆ si, au cours de l’étape finale d’un TSV, des circonstances imprévues surviennent
après le décollage, entraînant un dépassement de la prolongation autorisée,
le vol peut être poursuivi jusqu’à la destination prévue ou vers un aérodrome
de dégagement.
L’exploitant s’assure que :
ˆ ˆ le commandant de bord fait rapport à l’exploitant chaque fois qu’un TSV
est prolongé à sa discrétion ou qu’un temps de repos est effectivement réduit ;
ˆ ˆ lorsque la prolongation d’un TSV ou la réduction d’un temps de repos est
supérieure à une heure, une copie du rapport dans lequel l’exploitant doit inclure
ses observations est adressée à l’autorité au plus tard 28 jours après l’événement.
Le TSV quotidien maximal de 13 heures peut par conséquent être prolongé
jusqu’à 15 h.
71
SX-BHS - 29 mars 2013
Dans ce règlement, il n’est pas fourni de définition d’une circonstance imprévue.
L’OACI dans le document FMRS – Fatigue Risk Management Système (Doc 9966)
fournit la définition suivante :
« Circonstance opérationnelle imprévue. Événement non planifié — intempérie soudaine,
anomalies de fonctionnement de l’équipement, retard dû au trafic aérien, etc. —, lorsqu’il
est indépendant de la volonté de l’exploitant. Pour être considérées comme imprévues,
ces circonstances doivent se produire ou se présenter à l’exploitant après le début du vol
(c.-à-d. dès que l’avion commence à se déplacer pour se préparer au décollage) ».
Il n’existe pas dans la réglementation actuelle d’AMC ou de GM relatives aux limitations
des temps de vol et de service et exigences en matière de repos.
AIR-OPS
Les exigences réglementaires (Règlement n° 83/2014 du 29 janvier 2014) relatives aux
limitations des temps de vol et de service et exigences en matière de repos sont décrites
dans la part ORO sous-partie « FTL » (Flight Time Limitations). Cette réglementation
sera applicable à partir du 18 février 2016.
ORO.FTL.205 Flight Duty Period
Il est notamment demandé aux exploitants d’établir des procédures spécifiques
à l’attention des commandants de bord afin de leur permettre de réduire le TSV
ou d’augmenter les périodes de repos en cas de circonstances particulières pouvant
entraîner de la fatigue significative.
Cette réglementation modifie également le TSV quotidien maximal. Il est toujours
de 13 heures au maximum mais diminue en fonction du créneau horaire dans lequel
débute le TSV.
Le règlement sur les extensions de TSV en cas de circonstances imprévues n’est
pas modifié. Il est néanmoins mentionné qu’en cas de circonstances imprévues
pouvant entraîner une fatigue significative, le commandant de bord devra réduire
le TSV ou augmenter le temps de repos tel que le prévoit les procédures spécifiques
développées par l’exploitant.
72
SX-BHS - 29 mars 2013
Des AMC et GM (AMC1, GM1 ORO.FTL.205) sont associés à la part ORO.FTL. L’AMC1
ORO.FTL.205 précise les points suivants :
« UNFORESEEN CIRCUMSTANCES IN ACTUAL FLIGHT OPERATIONS — COMMANDER’S
DISCRETION
(a) As general guidance when developing a commander’s discretion policy, the operator
should take into consideration the shared responsibility of management, flight and cabin
crew in the case of unforeseen circumstances. The exercise of commander’s discretion
should be considered exceptional and should be avoided at home base and/or company
hubs where standby or reserve crew members should be available. Operators should
assess on a regular basis the series of pairings where commander’s discretion has been
exercised in order to be aware of possible inconsistencies in their rostering.
(b) The operator’s policy on commander’s discretion should state the safety objectives,
especially in the case of an extended FDP or reduced rest and should take due consideration
of additional factors that might decrease a crew member’s alertness levels, such as:
(1) WOCL(16) encroachment;
(2) weather conditions;
(3) complexity of the operation and/or airport environment;
(4) aeroplane malfunctions or specifications;
(5) flight with training or supervisory duties;
(6) increased number of sectors;
(7) circadian disruption; and
(8) individual conditions of affected ».
(16)
Window of
Circadian Low
(WOCL) définit la
phase basse du
rythme circadien.
Le moment du
cycle de l’horloge
biologique
circadienne où la
fatigue subjective et
la somnolence sont
les plus marquées et
les plus pénalisantes
pour le travail mental
ou physique.
1.17.3.4 Réglementation relative à l’analyse des vols
EU-OPS
Les exigences réglementaires relatives à l’analyse des données de vol sont décrites
dans l’OPS 1.037.
Il est imposé à l’exploitant de définir un programme d‘analyse des données de vol
qui soit intégré dans son programme de prévention et de sécurité des vols. Ce
programme consiste à utiliser de manière proactive les données de vol en vue
d’améliorer la sécurité.
L’EU-OPS ne fournit aucune indication ni méthode pour effectuer une analyse
des vols.
AIR-OPS
Les exigences réglementaires relatives à l’analyse des données de vol sont décrites
dans la Part ORO.AOC.130 – Analyse des données de vol en remplacement de
l’OPS 1.037.
Des AMC et GM sont associées (AMC1, GM1 ORO.AOC.130) et sont plus précises que
celles associées au règlement EU-OPS. Elles détaillent l’organisation, les méthodes et
les objectifs du programme d’analyse des données de vols.
73
SX-BHS - 29 mars 2013
1.17.3.5 Réglementation relative à la surveillance d’un exploitant par son autorité
EU-OPS
Le règlement EU-OPS, à l’inverse de l’AIR-OPS ne contient pas d’exigence spécifique
relative à la réalisation des opérations de surveillance des exploitants par les
autorités compétentes.
Les documents suivants étaient considérés comme des références applicables à ce
sujet :
ˆ ˆ DOC 8335 de l’OACI – Manuel des procédures d’inspection, d’autorisation et
de surveillance continue de l’exploitation – Chapitre 9 ;
ˆ ˆ JAA Administrative and Guidance Material (JIP)- Part 2 OPS Procedures - Chapitre 5
Procedures for assessing the continued competence of an AOC holder, incluant
l’appendice 5.
Les opérations de surveillance continue réalisées par l’autorité compétente visent
à s’assurer que les exigences de la réglementation applicable continuent d’être
respectées après la délivrance d’un certificat de transporteur aérien. Ciblées sur
des thèmes de surveillance visant à couvrir tous les aspects de l’exploitation,
elles n’ont pas pour objet la vérification systématique et exhaustive de l’intégralité
des exigences réglementaires. Elles ne se substituent notamment pas aux contrôles
réalisés par l’exploitant, qui est en premier lieu responsable de la conformité
réglementaire des procédures mises en place.
La surveillance continue s’articule notamment autour de quatre types d’actes
de surveillance dont la réalisation et le suivi sont assurés par des inspecteurs habilités :
ˆ ˆ des actes de surveillance programmés, au sol ou en vol, qui font l’objet d’un
plan annuel ;
ˆ ˆ des contrôles inopinés de surveillance, réalisés au sol au sein de l’entreprise ;
ˆ ˆ des contrôles des documents adressés par l’exploitant à l’autorité ;
ˆ ˆ des contrôles inopinés réalisés sur les aéronefs.
Lors des opérations de surveillance, l’exploitant doit être en mesure de démontrer
à l’autorité compétente sa conformité aux exigences réglementaires.
AIR-OPS
La Part-ORO.GEN.200 « Système de gestion » demande à l’exploitant d’établir un
système de gestion qui comprend notamment :
ˆ ˆ une définition claire de la chaîne de responsabilité dans l’ensemble de la structure
de l’exploitant ;
ˆ ˆ une description de la doctrine et des principes généraux de l’exploitant en
matière de sécurité, le tout constituant la politique de sécurité ;
ˆ ˆ l’identification des dangers pour la sécurité aéronautique qui découlent
des activités de l’exploitant, leur évaluation et la gestion des risques associés,
y compris les mesures prises aux fins d’atténuer le risque et de vérifier leur efficacité.
Le système de gestion doit prendre en compte la taille de l’exploitant, la nature
et la complexité de ses activités, les dangers inhérents à ces activités et les
risques associés.
74
SX-BHS - 29 mars 2013
La Part-ARO GEN 305 « Programme de surveillance » demande aux autorités de mettre
en œuvre une surveillance fondée sur l’évaluation des risques. Il est précisé que
le programme de surveillance doit être développé en prenant en considération
les spécificités de l’exploitant et la complexité de son exploitation.
Les AMC et GM associées (AMC2 ARO.GEN.305(b) « Oversight programme – Procedures
for oversight of Operations et GM1 ARO.GEN.305(b) Oversight Programme –Financial
Management ») décrivent les éléments à considérer lors des audits et inspections.
Il est ainsi précisé que lors des premiers mois d’exploitation, les inspecteurs de
surveillance doivent prêter une attention particulière aux points suivants :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
l’application de procédures inadéquates ;
les équipements et installations inadaptées ;
l’inefficacité de la gestion des opérations ;
les indications d’une dégradation significative des ressources financières.
Operational Suitability Data (OSD)
Depuis janvier 2014 la réglementation introduit la notion d’OSD. Le principe de l’OSD
requiert de la part du constructeur d’aéronef qu’il fournisse un certain nombre de
données afin d’assurer une exploitation sûre de ses aéronefs.
Ces données seront approuvées par l’AESA dans le cadre du certificat de type.
Elles sont ensuite utilisées par les exploitants et les organismes de formation.
Ces données se composent :
ˆ ˆ de la liste principale d’équipement minimal (MMEL) ;
ˆ ˆ des données spécifiques de type pour la formation des pilotes, des équipages
de cabine et des équipes de maintenance ;
ˆ ˆ des données pour la validation de simulateurs.
L’OSD a été introduit dans l’objectif de mieux prendre en compte les spécificités
d’un aéronef, telles qu’identifiées lors de la certification de type, dans l’exploitation
opérationnelle.
1.17.3.6 Surveillance de la HCAA par l’AESA
Dans le cadre de ses attributions, l’AESA réalise des inspections des autorités
nationales pour s’assurer que celles-ci s’acquittent bien de leurs obligations et
veillent à l’application correcte de la réglementation européenne par les opérateurs
qu’elles sont chargées de surveiller.
Du 7 au 9 mars 2012, l’AESA a conduit une inspection de la HCAA. Dans ce cadre,
l’AESA a également réalisé une inspection d’Hermes Airlines.
Le règlement UE 628-2013, relatif aux méthodes de travail de l’AESA pour l’exécution
d’inspections de normalisation et pour le contrôle de l’application des dispositions
du règlement (CE) n° 216/2008 du Parlement européen et du Conseil, stipule dans
son article 21 « Accès aux informations contenues dans les rapports d’inspections ».
75
SX-BHS - 29 mars 2013
Le 24 juin 2013, conformément à l’article 21 cité précédemment, le BEA a demandé
à l’AESA de lui fournir le compte-rendu de la dernière inspection qu’elle avait réalisée.
Le 23 juillet 2013, l’AESA a fourni au BEA le compte-rendu de l’inspection
d’Hermes Airlines de mars 2012. Celui-ci n’a relevé que des remarques mineures
concernant l’exploitant. L’AESA a également fourni au BEA une version censurée
du compte rendu de l’inspection de la HCAA qui ne comportait pas les écarts relevés.
Le compte-rendu complet n’a été fourni au BEA que le 29 mai 2015 lors la phase de
consultation du projet de ce rapport qui comportait un paragraphe relatif à la position
de l’AESA qui ne paraissait pas en accord avec l’article 21 du règlement UE 628-2013.
Le compte-rendu finalement fourni par l’AESA comporte des points sur les
préoccupations de l’AESA à l’égard de la HCAA sur ses capacités à assurer efficacement
son rôle de surveillance de ses exploitants en raison d’une diminution du personnel
et d’une augmentation de la charge de travail.
Il est ainsi notamment mentionné que :
ˆ ˆ le nombre d’inspecteurs en vol (Flight Operations Inspectors, FOI) a été divisé par
quatre entre 2010 et 2012 ;
ˆ ˆ la HCAA n’était pas en mesure de réaliser son programme de surveillance (75 %
des inspections avaient été réalisées) ;
ˆ ˆ la HCAA n’était pas en mesure de s’assurer que les manuels d’exploitation de
ses exploitants demeuraient à jour et reflétaient effectivement les éventuels
changements au sein des activités opérationnelles d’un de ses opérateurs.
1.18 Renseignements supplémentaires
1.18.1 Témoignages
1.18.1.1 Commandant de bord
Le commandant de bord indique qu’il avait prévu de faire l’aller retour Lyon-Dakar
en seulement deux étapes. Il était PF sur le vol aller au cours duquel il a essayé
d’économiser le carburant en utilisant la procédure « Fuel Pre-determined Point »
(PDP). Il ajoute que le vol Lyon-Dakar a nécessité beaucoup de son attention car
il recherchait le niveau optimal en permanence.
Au cours de l’escale de Dakar, il préparait le vol retour lorsqu’il a été informé que
la masse sans carburant (Zero Fuel Weight) augmentait de 63 à 65,9 tonnes. Le retour
ne pouvait plus être effectué directement. Il précise qu’il a appelé les opérations de la
compagnie Air Méditerranée en France et qu’il a décidé de faire une escale technique
à Agadir. Il précise qu’il a constaté qu’il aurait globalement du retard et qu’il a décidé
de prendre davantage de carburant pour augmenter la vitesse de 2 points de Mach
(0.80) pour rattraper un peu de temps.
76
SX-BHS - 29 mars 2013
Le copilote était PF sur le vol Dakar-Agadir-Lyon. L’escale d’Agadir a duré
trente minutes. Lors de l’arrivée à Lyon, ils ont été guidés pour un atterrissage
en piste 36R. Le Commandant de bord précise que la RVR était alors de 2 000 mètres
et qu’on leur a annoncé 1 200 mètres par la suite. Il ajoute qu’il a effectué lui-même
des changements de cap pour éviter des masses nuageuses. Ces changements
ont entraîné une interception du localizer à une altitude un peu trop élevée pour
l’interception du plan du glide. Il indique avoir utilisé les aérofreins pour augmenter
le taux de descente et diminuer la vitesse. Lors de la capture du glide, il a essayé
de réduire la vitesse en sortant le train d’atterrissage. Il a ensuite effectué la
check‑list avant atterrissage afin d’être stabilisé à 500 ft. Il précise avoir eu la piste
complète en vue à une distance qu’il estime à environ 7 NM. Il ajoute qu’à l’approche
des minima, les balises lumineuses de la piste étaient floues. Le PF a déconnecté
le pilote automatique.
Le Commandant de bord explique que lorsqu’ils sont arrivés au-dessus de la piste,
un banc de brouillard leur a fait perdre de vue l’extrémité opposée de la piste 36R.
Il précise que c’est à cet instant que le PF a débuté l’arrondi et que l’avion était très
près du sol. Il explique avoir ressenti que l’avion ne touchait pas le sol mais flottait
au-dessus de la piste. Dans ce brouillard, tout lui a semblé difficile et il s’est inquiété.
Il ajoute qu’il n’a pas envisagé d’interrompre l’approche ni l’atterrissage. Il a vu
une voie de circulation sur sa gauche et a alors pensé que c’était la première. Il a
eu conscience que l’avion ne toucherait pas la piste au niveau de la zone de touché
à 300 mètres du seuil 36R.
Après le touché, Il a décidé d’utiliser le freinage en mode manuel et de déployer
les inverseurs de poussée au maximum à la place du mode automatique de freinage
(autobrake mode LOW) qui avait été initialement engagé. Il précise que pendant
le roulement, il n’a ressenti aucune décélération et qu’il a essayé d’arrêter l’avion
sur la piste. Il indique que l’avion avait une vitesse trop élevée pour dégager la piste
par la dernière voie de circulation et qu’il a alors décidé de rester sur l’axe de piste.
A l’approche du seuil opposé, Il indique qu’il a d’abord viré sur la droite afin d’éviter
la zone de touché du seuil opposé car il souhaitait garder le maximum d’efficacité pour
le freinage en évitant cette zone contaminée par la gomme des pneus. Il a ensuite
viré sur la gauche lors de la sortie de piste pour éviter la collision avec les antennes
du localizer.
Lorsque l’avion s’est immobilisé, il a constaté qu’aucun indicateur d’incendie n’était
allumé, que la température des freins était basse. Il a communiqué avec le contrôleur
qui l’a informé de l’envoi des services SSLIA. Il indique avoir donné l’instruction au
chef de cabine pour que les passagers restent assis du fait que rien ne justifiait une
évacuation d’urgence. Il ajoute avoir démarré l’APU et arrêté les moteurs puis demandé
la check-list après atterrissage. Il ajoute que les passagers étaient calmes et qu’ils ont
attendu l’arrivée des bus et des passerelles pour effectuer le débarquement.
Le Commandant de bord indique ne pas avoir pris de période de repos pendant
les trois étapes du vol. Il ajoute qu’il a déjà volé deux fois avec ce copilote et précise
que ce dernier, inexpérimenté, a nécessité une attention particulière tout au long
des vols. Il ajoute qu’il a parfois éprouvé des difficultés à le comprendre en raison
de son accent. Il indique qu’il est perturbé par le fait que les contrôleurs français
s’adressent en français aux pilotes francophones.
77
SX-BHS - 29 mars 2013
Il avait déjà réalisé un vol Agadir-Dakar en tant que Commandant de bord au sein
d’un équipage renforcé.
Lors de la descente puis de l’approche, il explique qu’il n’a pas remarqué la présence
du vent arrière et qu’il n’a pas utilisé le ND pour s’informer du vent. Il indique qu’il n’a
pas vérifié le calage du QNH car ils étaient trop hauts et trop rapides et qu’ils essayaient
de réduire la vitesse. Il ajoute qu’il a majoritairement porté son attention sur la
surveillance extérieure. Lors de son entretien, le Commandant de bord indique
que, selon lui, la valeur maximale de stabilisation en vitesse est égale à la vitesse
d’approche + 20 kt.
Il explique qu’il n’a jamais effectué d’approche ILS Cat III car il n’est pas encore
qualifié pour réaliser ce type d’approche chez Hermes Airlines. Chez son précédent
employeur, il n’a réalisé que des approches ILS Cat II. Il n’a également jamais effectué
d’approche interrompue à faible hauteur.
Il ajoute qu’il a suivi la formation Airbus relative à la prise de priorité sur les commandes
lors de sa qualification de type. Cette formation consiste en un cours théorique sur
le fonctionnement des systèmes et les procédures associées.
1.18.1.2 Copilote
Le copilote indique qu’il a décollé le 28 mars 2013, de Valence (Espagne) à 06 h 05
UTC du matin à destination de Paris Charles de Gaulle où il a repris un vol pour Lyon.
Il est arrivé à son hôtel à Lyon vers 14 h 00.
Le 29 mars 2013, il s’est présenté à l’aérodrome de Lyon vers 4 heures. Il précise qu’il a
passé une bonne nuit et se sentait reposé. Lors de la préparation du vol, il s’attendait
à être en équipage renforcé. Le Commandant de bord a appelé les opérations et a
décidé d’entreprendre le vol à deux. Ils ont évoqué la possibilité d’une escale à Agadir.
Lors du vol Lyon-Dakar, le Commandant de bord était PF. Ils ont utilisé la procédure
PDP. Le copilote précise qu’il n’a pas pris de période repos « controlled rest » durant
cette étape. Il ajoute qu’il n’aime pas effectuer ce genre de repos et qu’il préfère avoir
une bonne nuit de sommeil la veille. A Dakar, un délai dans l’approvisionnement
de nourriture et une masse sans carburant supérieure de 2,9 tonnes ont incité
le Commandant de bord à effectuer une escale à Agadir. Le copilote était PF pour
le retour Dakar-Agadir-Lyon.
En approche vers Lyon, le copilote précise que c’est lui qui a écouté l’ATIS afin
de s’entraîner à cet exercice. Il a noté les informations qu’il avait comprises sur
une feuille du dossier de vol. Il se souvient d’une visibilité de 400 mètres, d’une RVR de
2 000 mètres et d’un plafond morcelé à 100ft. Il n’a pas pris conscience des conditions
de fort vent arrière énoncées dans l’ATIS et n’a pas non plus remarqué cette tendance
sur le ND.
Il explique qu’il a ensuite réalisé le briefing approche avec le Commandant de bord.
Il l’a informé de ses préoccupations sur les conditions météorologiques en lui
disant qu’ils étaient en limite d’avoir à effectuer une approche ILS de catégorie II.
Le Commandant de bord lui a répondu que la RVR permettait de faire une approche
ILS de catégorie I. Il n’est pas revenu sur ce point par la suite.
78
SX-BHS - 29 mars 2013
Durant l’approche, il explique qu’il a choisi de gérer la vitesse en mode sélecté
car d’autres pilotes lui avaient conseillé ce choix. Ils estimaient que cette méthode
était plus efficace que l’utilisation du mode managé. Il précise qu’il ne sait pas
comment il a choisi les valeurs de vitesses qu’il a sélectées.
L’entretien avec le PF a montré qu’il possédait des connaissances lacunaires sur
certains systèmes de l’avion et certaines procédures. Il semblait ne pas connaître :
ˆ ˆ la procédure de rattrapage de plan par le haut avec le mode V/S ;
ˆ ˆ la signification des vitesses caractéristiques (Green Dot, S et F) ;
ˆ ˆ les critères de stabilisation (vitesse, vitesse verticale, assiette).
Etablis sur le glide, le copilote a éprouvé des difficultés pour réduire la vitesse. Il a
alors utilisé les aérofreins, les volets et le train d’atterrissage afin d’être stabilisé à
500 ft. Il a aperçu la piste dans son intégralité à une distance de 7 à 8 NM du seuil 36R.
Il précise qu’en raison de la forte humidité le balisage lumineux était flou.
Il estime que l’avion était stabilisé en passant 500 ft en descente. Il a déconnecté
le pilote automatique à 200 ft. Il n’a pas remarqué d’augmentation du régime N1
des moteurs après le passage des 150 ft.
A 50 ft, l’apparition d’une nappe de brouillard au-dessus du seuil de piste opposé
ne lui permettait plus de le distinguer clairement. Il n’a pas envisagé d’interrompre
l’approche. Lors de ses vols précédents, il n’a jamais effectué d’approche interrompue
ni de déroutement.
A environ 20 ft, il a commencé son arrondi avec la même technique que celle qu’il utilise
habituellement. Il estime que l’avion ne descendait pas. Il a effectué un arrondi long
et a déconnecté l’auto-poussée lorsqu’il a entendu la voix synthétique « RETARD ».
Il n’avait pas remarqué que le Commandant de bord agissait sur son mini-manche
jusqu’à ce qu’il entende l’alarme « Dual Input ».
Après le touché, le Commandant de bord a repris le contrôle des commandes et
a appliqué un freinage énergique en maintenant les inverseurs de poussée déployés.
Après l’immobilisation de l’avion en dehors de la piste, le Commandant de bord s’est
coordonné avec le contrôleur tour et les services de lutte incendie. Le Commandant
de bord a estimé qu’il n’y avait pas de risques d’incendie ni de danger pour les passagers
et il a été décidé d’attendre les passerelles pour débarquer les passagers.
Le copilote ajoute qu’il avait déjà volé avec le Commandant de bord et que ce dernier
était son instructeur CRM. Il n’avait jamais effectué le vol Lyon-Dakar mais avait déjà
volé sur de longues distances en équipage renforcé.
Il ajoute qu’il n’a jamais réalisé d’approche ILS Cat II ou Cat III. Il n’a également jamais
réalisé d’approche interrompue ou de déroutement en ligne.
1.18.2 Evènements antérieurs
Les chapitres ci-dessous traitent de certains événements portés à la connaissance
du BEA. Le détail est disponible en annexe 9.
79
SX-BHS - 29 mars 2013
1.18.2.1 Anomalie de l’A/THR
„„Incident grave survenu le 11 juillet 2011 à Bamako (Mali) à l’Airbus A320‑214
immatriculé 6V-AII exploité par Air Sénégal.
A la date de publication de ce rapport, le rapport d’enquête des autorités maliennes
sur cet incident n’est pas publié.
1.18.2.2 Approche non stabilisée et sortie de piste
„„Accident survenu le 16 octobre 2012 sur l’aérodrome de Lorient Lann Bihoué
(56) au Bombardier CRJ-700 immatriculé F-GRZE exploité par BritAir
(17)
.
1.18.2.3 Double pilotage
„„Incident grave survenu le 28 mai 2006 à Sarragosse (Espagne), Airbus A320 (18).
„„Accident survenu le 14 février 2012 à London Lutton, Airbus A319 (19).
1.18.2.4 Phénomène de double pilotage mentionné dans la base de données des
ASR de la DGAC
La base de données de la DGAC indique que 145 rapports d’incidents à déclaration
obligatoire (ASR) d’équipages d’exploitants français relatifs à des déclenchements
de l’alarme « DUAL INPUT » ont été enregistrés.
Les cas de double pilotage se décomposent majoritairement suivant les scénarios
classés ci-dessous en fonction de leur fréquence d’occurrence :
(17)
http://www.bea.
aero/docspa/2012/fze121016/pdf/fze121016.pdf
http://www.
fomento.gob.es/NR/
rdonrdonlyres/213
13F00.98A2_4F14_
A582_4D0A8FA188/
2006.029.IN.ENG.pdf
(18)
http://www.aaib.
gov.uk/publications/
bulletins/
january_2013/
airbus_
a319_111__g_
ezfv.cfm
(19)
ˆ ˆ 1 - lors de la phase d’approche finale ou lors de l’arrondi alors que le copilote est
PF, dans de nombreux cas le copilote est en AEL ;
ˆ ˆ 2 - en approche interrompue ;
ˆ ˆ 3 - lors de turbulences ;
ˆ ˆ 4 - action involontaire de l’un des membres d’équipage sur son mini-manche.
1.18.2.5 Etude pertes de contrôle de la trajectoire en phase d’approche lors de la
remise de gaz
En 2013 le BEA a publié une étude sur les pertes de contrôle en phase d’approche lors
d’une remise de gaz. Un aspect mentionné dans cette étude traite de l’information de
vent fournie aux équipages(20).
1.18.2.6 Incident grave survenu à un avion exploité par Hermes Airlines
En novembre 2014, le BEA a publié un rapport sur l’incident grave survenu le 11 avril
2012, à Lyon Saint-Exupéry, Airbus A320 SX-BHV exploité par Hermes Airlines(21).
(20)
http://www.
bea.aero/etudes/
parg/parg.php
(21)
http://www.bea.
aero/docspa/2012/
sx-v120411/pdf/
sx-v120411.pdf
80
SX-BHS - 29 mars 2013
1.18.3 Actions d’amélioration de la sécurité
1.18.3.1 Plan d’actions européen pour la prévention des sorties de piste
Un groupe de travail, coordonné par Eurocontrol et composé d’exploitants, de
constructeurs et d’autorités, a défini un plan d’actions pour la prévention des
sorties de piste (European Action Plan for the Prevention of Runway Excursions
EAPPRE)(22). Publié en janvier 2013, ce plan contient des recommandations et des
guides à l’attention des exploitants d’aérodromes, exploitants d’aéronefs, prestataires
des services de la navigation aérienne, constructeurs d’aéronefs, des autorités de
l’aviation civile et de l’AESA. Certaines de ces recommandations sont pertinentes
dans le cas de la sortie de piste survenue à Lyon.
http://www.
skybrary.aero/index.
php/European_
Action_Plan_for_
the_Prevention_
of_Runway_
Excursions_(EAPPRE)
(22)
Mesures opérationnelles pour la prévention des sorties de piste
Equipements embarqués
D-ATIS
81
SX-BHS - 29 mars 2013
Analyse des vols
Le plan européen d’amélioration de la sécurité (23)(EASP), géré par l’AESA, dans sa
version 2013-2016, demande que les Etats examinent le plan :
http://easa.europa.
eu/system/files/dfu/
sms-docs-EuropeanAviation-Safety-Plan%282013-2016%29-v1.0-Final.pdf
(23)
82
SX-BHS - 29 mars 2013
1.18.3.2 Amélioration de la formation des équipages
1.18.3.2.1 Implementation Pilot Training Group (IPTG)
L’AESA a également mis en place un groupe de travail (IPTG) visant à réduire
les disparités du niveau de la formation des pilotes en Europe en renforçant
la standardisation.
L’IPTG a, entre autres, défini huit axes prioritaires d’optimisation des lacunes
suivantes :
ˆ ˆ les disparités importantes dans la formation des inspecteurs OPS/FCL ;
ˆ ˆ les différences significatives dans les critères de sélections des instructeurs
en ligne ;
ˆ ˆ le manque d’expérience pédagogique de base des SFE/TRE et leurs difficultés à
établir de façon fiable les axes de progrès des stagiaires ;
ˆ ˆ le manque de robustesse des processus de formation et de contrôle et la part
trop importante des ressources dédiées aux contrôles par rapport à la formation ;
ˆ ˆ les SOP inadéquats et des lacunes dans leur application par les équipages ;
ˆ ˆ l’utilisation d’instructeurs extérieurs n’utilisant pas les SOP de la compagnie ;
ˆ ˆ le manque de prise en compte de l’expérience réelle des stagiaires dans la
formation et le décalage qui existe entre l’expérience réelle des stagiaires et
l’expérience nécessaire dans l’environnement opérationnel de la compagnie.
1.18.3.2.2 Evidence Based Training (EBT) L’analyse des données récentes de sécurité des vols met en évidence les points
suivants :
ˆ ˆ les facteurs humains, et plus particulièrement les compétences non techniques
telles que le leadership/travail en équipage, la communication sont des facteurs
déterminants dans la survenue d’évènements indésirables. La qualité du pilotage
manuel et la capacité à surveiller de façon adéquate les paramètres de vol sont
régulièrement cités comme facteurs contributifs d’un grand nombre d’accidents
et incidents graves sur les avions de quatrième génération ;
83
SX-BHS - 29 mars 2013
ˆ ˆ le temps d’entraînement n’est pas forcément alloué aux sujets présentant
les risques les plus fréquemment rencontrés en situation opérationnelle.
Un changement dans la manière d’aborder la formation initiale et récurrente a été
jugée nécessaire par l’industrie au travers des initiatives de l’IATA.
L‘Evidence Based Training (EBT) repris par l’OACI dans sa documentation en 2013
découle de l’initiative de l’IATA dans le domaine de la formation et d’évaluation
des équipages (Projet ITQI). L’EBT vise à apporter une réponse à ces problématiques
de formation et d’évaluation des équipages en :
ˆ ˆ préconisant le développement chez les équipages d’un ensemble précis de
compétences opérationnelles à la fois techniques et non techniques ;
ˆ ˆ recommandant le choix de scénarios fondés sur des évènements réels dont la
source est issue de l’ensemble des évènements rencontrés en opération et des
risques qui leur sont associés. L’EBT propose notamment des programmes de
formation initiale et récurrente à partir :
„„d’une analyse étendue des données de sécurité disponibles au niveau mondial :
tous les sujets d’entraînement sont ainsi justifiés par un besoin d’atténuation
d’un risque établi ;
„„d’une priorisation des risques identifiés par les systèmes de gestion de
la sécurité (SGS) des compagnies en fonction de leurs conditions d’exploitation
propres.
Ceci a pour objectif de s’assurer que les équipages ont la capacité d’être performants
quand ils font face à des menaces réalistes, c’est-à-dire proche de celles qu’ils
rencontrent en ligne.
L’EBT est donc un système global de formation et d’évaluation fondé sur des données
opérationnelles. Ce système développe et évalue la capacité globale d’un pilote à
mettre en œuvre un ensemble de compétences de base, plutôt que de mesurer la
capacité individuelle à effectuer des manœuvres ou gérer des situations spécifiques.
Les conclusions du groupe IATA/IFALPA/OACI sont disponibles dans trois
documents(24) :
ˆ ˆ Data report for Evidence-Based training (IATA) ;
ˆ ˆ OACI doc 9995 « Manual of Evidence-Based training » ;
ˆ ˆ Evidence-Based Training Implementation Guide.
http://www.iata.
org/whatwedo/opsinfra/itqi/Documents/
ebt-implementationguide.pdf
(24)
L’IATA dans le rapport « Data Report for Evidence Based Training (EBT) » indique
notamment que :
„„1 - Atterrissage
La phase d’atterrissage est très complexe et constitue la phase de vol qui présente
statistiquement le plus grand nombre d’accidents. La tendance actuelle est à
la hausse.
84
SX-BHS - 29 mars 2013
L’étude indique que les erreurs de pilotage lors de l’atterrissage ne sont pas à ce
jour détectées de façon satisfaisante. Elle indique également que les capacités
des pilotes à atterrir se construisent avec l’expérience, et qu’elles se détériorent
sans pratique suffisante. Elle met en avant la nécessité d’améliorer la formation
sur les effets environnementaux et aérodynamiques associés à l’atterrissage.
Elle préconise que les conditions d’entraînement soient réalistes et mettent en
évidence le moment et la bonne manière de décider et d’exécuter une approche
ou un atterrissage interrompu.
„„2 - Approches non stabilisées
Les approches non stabilisées constituent un problème global (3 à 4 %
des approches). Elles conduisent statistiquement à des événements plus graves
que ceux se produisant après une approche stabilisée. Les pilotes indiquent
poursuivre ces approches notamment parce qu’ils pensent se mettre moins en
danger que s’ils réalisent une remise de gaz.
Le rapport préconise de cibler l’entraînement de type « EBT » sur le renforcement
de la stabilisation et sur la qualité de l’interruption de l’approche. Il recommande
d’améliorer la rigueur dans d’application des procédures et la confiance des pilotes
dans leurs capacités à remettre les gaz de façon satisfaisante.
„„3 - Approche et atterrissage interrompus
La poursuite d’une approche non stabilisée est la troisième source la plus fréquente
d’écart d’application des procédures. Le faible taux d’approche interrompu
en raison d’une approche non stabilisée trouve généralement son origine dans
une forme de surprise, des conditions défavorables et d’altitudes et de niveaux
d’énergie différents de ceux rencontrés en entraînement.
Le rapport met en évidence que les autorités de l’Aviation Civile en général
n’ont pas actuellement de stratégie concernant une forme d’adaptation
des entraînements dans des conditions réalistes proches de l’exploitation
„„4 - Gestion des erreurs
L’étude indique l’importance des capacités de surveillance (monitoring) et de
détection des erreurs chez les équipages. Les capacités de gestion d’erreur se
dégradent dans le temps. Ces formations sont globalement absentes de la
formation en compagnie, et ne sont pas requises par les autorités de façon formelle.
L’AESA indique qu’elle va lancer en 2015 deux tâches réglementaires (RMT 0559
et 0600) relatives à l’EBT. Les résultats de ces tâches réglementaires devraient
être connus en 2017.
1.18.3.3 Tâche réglementaire de l’AESA relative aux systèmes embarqués de
prévention des sorties de piste
Des systèmes embarqués d’alarmes en cas de risque de sorties de piste sont déjà
disponibles en option sur les avions Airbus A319/A320/A321 - A330/340 - A380.
Honeywell a également développé un système similaire appelé Smartlanding.
85
SX-BHS - 29 mars 2013
L’AESA a lancé une tâche réglementaire (NPA 2013-09 « Reduction of runway
excursions » du 10 mai 2013) (25) dont l’objectif est de définir des standards de
certification, et éventuellement des obligations d’emport de systèmes embarqués
d’aide à l’atterrissage (Runway overrun-Awareness and Avoidance Systems, ROAAS)
sur les avions existants utilisés en transport public (CS 25 et CS 26).
Le 16 avril 2015, l’AESA a publié les réponses à la NPA dans un document
CRD(26)(Comment-Response Document 2013-9 « Reduction of runway excursions » ).
Il est prévu de publier une nouvelle NPA. Les travaux de cette tâche réglementaire
sont programmés pour se terminer en 2017.
1.18.3.4 Concepts LOSA (Line Operations Safety Audit) et TEM (Threat and Error
Management)
(25)
http://easa.europa.
eu/system/files/dfu/
NPA%202013-09.pdf
https://www.
easa.europa.eu/
system/files/dfu/
http://www.bea.
aero/docspa/2012/
sx-v120411/pdf/
sx-v120411.pdf
CRD%202013-09.pdf
(26)
L’Université du Texas, en collaboration avec Continental Airlines, a élaboré un
programme structuré d’observation des activités opérationnelles d’un exploitant
(LOSA). Le programme repose sur des observateurs spécialement formés pour
recueillir des données relatives aux comportements des navigants et aux contextes
de vols ordinaires.
Lors des audits en vol, les observateurs enregistrent et codent les menaces possibles
pour la sécurité, la façon dont ces menaces sont traitées, les erreurs qu’elles
entraînent, la façon dont le personnel navigant y répond et les comportements
particuliers habituellement associés aux accidents et aux incidents. Un audit LOSA
permet notamment :
ˆ ˆ d’identifier
les menaces liées à l’environnement opérationnel et aux
conditions d’exploitation ;
ˆ ˆ d’évaluer l’influence de la formation sur l’exploitation ;
ˆ ˆ de vérifier la qualité et la facilité d’utilisation des procédures ;
ˆ ˆ d’identifier les éventuelles dérives des pilotes dans l’exploitation.
Ce programme permet ainsi de mettre en œuvre des mesures facilitant la gestion
des erreurs humaines dans les contextes d’exploitation (TEM).
Le TEM est une philosophie qui doit notamment permettre aux équipages :
ˆ ˆ d’identifier les menaces auxquelles ils sont exposés et identifier les erreurs
pouvant être commises ;
ˆ ˆ de déterminer une ou des stratégies adaptées aux menaces et erreurs identifiées ;
ˆ ˆ de décider et mettre en œuvre la stratégie qui paraît la plus adéquate ;
ˆ ˆ de modifier la stratégie si elle semble ne plus être adaptée.
Le briefing permet d’activer la mémoire à court terme. Il doit ainsi prendre en compte
les menaces du jour et les stratégies pour les gérer.
En 1999, l’OACI a approuvé LOSA comme outil principal permettant de développer
des contre-mesures pour gérer l’erreur humaine dans les opérations de l’aviation
(Doc 9803 - LOSA (line operations safety audit).
Le document intitulé « LOSA Archive Report : 10 Target Areas for Evidence Based Training
– IATA ITQI EBT Working Group report – April 2010 » traite, dans sa première section
des approches non stabilisées.
86
SX-BHS - 29 mars 2013
Les statistiques issues de la base de données de LOSA et fondées sur 8 375 vols
d’observations réalisés entre 2003 et 2010 montrent que 4 % des approches sont
non stabilisées (selon les critères de l’exploitant). Or, les équipages ont décidé de
poursuivre l’approche dans 97 % des cas :
Les audits LOSA montrent que la majorité des équipages débutent très souvent
une approche avec l’objectif d’être stabilisé à 1 000 ft mais qu’une certaine confusion
peut s’installer dans le cockpit lorsque cet objectif n’est pas atteint :
ˆ ˆ méconnaissance des définitions des conditions IMC ou VMC (choix des hauteurs
de stabilisation 500 ou 1 000 ft) ;
ˆ ˆ méconnaissance ou difficultés des équipages à se rappeler les critères
de stabilisation ;
ˆ ˆ difficultés des équipages à interpréter les procédures (SOP) lorsqu’elles lui
permettent de poursuivre l’approche si les corrections d’écarts à entreprendre
sont jugées « acceptables » ;
ˆ ˆ absence de procédure établie par les exploitants ou méconnaissance des
équipages de ces procédures lorsqu’elles existent dans le cas où l’approche
devient non stabilisée après le passage des hauteurs de stabilisation (procédure
d’atterrissage interrompue).
Les observations LOSA indiquent également que les approches non stabilisées sont
principalement dues aux :
ˆ ˆ prises en compte insuffisantes des conditions de vent (composante de vent
arrière, cisaillement du vent, gradient de vent et turbulences) ;
ˆ ˆ approche non conformes ANC : instructions ATC et acceptation de ces
instructions par les équipages (contraintes altitudes ou de vitesses) ne leur
laissant pas suffisamment de temps pour planifier, préparer et exécuter une
approche stabilisée.
1.18.3.5 Mesures prises relatives aux comportements de l’A/THR
Airbus a été informé pour la première fois d’une augmentation non commandée
de l’ATH/R en septembre 1996 par la compagnie Air Inter.
Une correction avait été apportée lors de l’introduction du nouveau standard(27)
FMGC, en 2001. Cette évolution nécessite un changement d’équipements matériels.
En mai 1997, une lettre d’information (SIL22-039 R1) a été envoyée à tous
les opérateurs.
(27)
Il s’agit du
standard Flight
Guidance (FG) de
seconde génération
(2G) « C8/I8 ».
87
SX-BHS - 29 mars 2013
La dernière révision R4 date d’octobre 2011. Cette lettre énumère les différents
standards de FMGC et fournit une description des évolutions fonctionnelles
(matérielles et logicielles) de chaque standard. Il est notamment écrit que le nouveau
standard résout le problème d’augmentation non commandée de l’A/THR en dessous
de 150 ft lorsque l’avion est en situation de survitesse avec l’A/THR engagé et
le pilote automatique désengagé : « Addresses thrust increase issues occurring below
150 ft while aircraft is in overspeed situation, with autopilot off and Autothrust (A/THR)
engaged ».
Lorsque qu’un exploitant est intéressé par le remplacement de FMGC, Airbus
lui adresse un bulletin de service. Aucun des précédents exploitants du SX-BHS
(SwissAir et Air Méditerranée) n’avait effectué cette démarche. Hermes Airlines
n’avait pas connaissance de l’existence de la lettre d’information (SIL22-039 R4)
car l’exploitant précédent ne la lui avait pas retransmise.
Environ 385 aéronefs, utilisés par environ 90 exploitants répartis dans le monde
entier, sont équipés du standard de FMGC susceptible de produire cette anomalie.
A la suite de l’accident, Airbus a publié le 31 juillet 2013 une lettre spécifique
(annexe 10) à l’attention des exploitants dont les avions sont équipés des FMGC
concernés. Cette lettre propose une offre commerciale afin de faciliter et encourager
le remplacement des équipements.
En juin 2014, Airbus a informé le BEA que des exploitants étudiaient la proposition
de remplacement. Cela concerne environ 250 aéronefs. 36 aéronefs ont été modifiés.
AESA
Le 14 novembre 2013, l’AESA a publié un bulletin d’information de sécurité
(SIB n°2013‑19) relatif au comportement de l’A/THR (annexe 10). Cette lettre
d’information mentionne la proposition d’Airbus de remplacer les FMGC de première
génération. La lettre fournit également des informations sur l’accident survenu à Lyon
et précise que le comportement indésirable de l’A/THR a contribué à cet accident.
L’AESA a émis les trois recommandations suivantes :
ˆ ˆ les équipages doivent appliquer les procédures normales et anormales du manuel
de vol (AFM) car elles prennent en compte les conditions qui peuvent avoir une
influence sur l’atterrissage ;
ˆ ˆ les équipages doivent se rappeler que la décision d’interrompre l’approche
en cas de non stabilisation est la décision la plus sûre. Un atterrissage dans
des conditions de survitesse excessive, de vent arrière et de piste contaminée est
d’autant plus difficile ;
ˆ ˆ les exploitants devraient effectuer le remplacement du FMGC d’ancienne
génération afin d’éviter la survenue de l’anomalie identifiée du comportement
de l’A/THR.
88
SX-BHS - 29 mars 2013
1.18.3.6 Actions entreprises par la DGAC
Le 18 septembre 2013, la DGAC a publié la lettre d’information Sécurité DGAC
n° 2013/09.
89
SX-BHS - 29 mars 2013
90
SX-BHS - 29 mars 2013
Groupe local de sécurité piste de Lyon
Le groupe local de sécurité piste (LRST) est un groupe de travail constitué
de représentants des services de la navigation aérienne, de l’exploitant d’aérodrome,
des exploitants aériens et des services de Météo France. En 2013, le LRST de
Lyon Saint‑Exupery a pris en compte les recommandations du plan EAPPRE. Le LRST
n’est pas une instance décisionnelle et ne peut qu’émettre des propositions. Ses
objectifs sont de :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
faire une analyse de risques ;
faire le bilan des mesures réalisées depuis la dernière réunion ;
faire un bilan des événements qui se sont produits depuis la réunion précédente ;
proposer et mettre en place des mesures correctives.
Le 27 septembre 2013, l’introduction de l’EAPPRE a conduit le LRST de l’aérodrome
de Lyon à s’intéresser aux excursions de pistes et, en amont, à la prévention des
approches non stabilisées (ANS) et approches non conformes (ANC). Le compte‑rendu
de cette réunion a mentionné les points suivants :
ˆ ˆ s’agissant de la prévention des approches non stabilisées ou non conformes
(ANS/ANC), les dernières rencontres entre les services de la navigation aérienne
et les exploitants ont mis en exergue l’importance du respect des 30 secondes de
palier avant le FAP ;
ˆ ˆ une nouvelle méthode de gestion des vitesses a été mise en place. L’AIP a été
modifié en octobre 2014 demandant aux pilotes de s’attendre à une régulation
de 160 kt jusqu’à 5 NM du seuil de piste.
Le chapitre des consignes particulières relatives aux procédures d’arrivée a été
modifié et mentionne ainsi :
La DGAC en collaboration avec la DSNA, Météo-France et des compagnies aériennes
a également créé un groupe de travail « Vent arrière ».
Deux expérimentations ont été réalisées sur les aérodromes de Marseille et Bordeaux
entre février et août 2014. Ces expérimentations consistaient à fournir aux
contrôleurs une estimation du vent arrière en finale à 2000 ft fondée sur un modèle
mathématique élaboré par Météo-France. Cette information était ensuite diffusée
sur l’ATIS et confirmée par des comptes-rendus d’équipage (PIREP) au moins une fois
par heure si l’intensité du vent arrière était supérieure à 10 kt. C’est à partir de cette
valeur de vent arrière, que les constructeurs d’avions estiment qu’il est plus difficile
de garantir une décélération efficace.
91
SX-BHS - 29 mars 2013
La DGAC explique que ces expérimentations se sont révélées globalement
positives et ont permis de montrer que le modèle défini par Météo-France était
relativement fiable.
1.18.3.7 Hermes Airlines
A partir de mai 2012, Hermes Airlines a débuté la mise en œuvre de son système
de gestion de la sécurité (SGS). Le manuel de SGS a été approuvé au début 2013
par la HCAA. Sa mise en place est planifiée sur quatre ans. L’exploitant précise que
dans le cadre de l’implémentation de son SGS, il a l’intention :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
de mettre en œuvre le concept TEM (gestion des menaces et des erreurs) ;
d’adapter le CRM aux spécificités de l’exploitation ;
de mettre en place un contrôle LOSA ;
d’utiliser une méthodologie d’évaluation des risques ;
de mettre en œuvre un système de gestion des risques liés à la fatigue (SGS-RF) ;
de partager son analyse des vols avec Air Méditerranée.
A la suite de l’accident, Hermes Airlines a distribué à tous ses équipages une consigne
d’information relative à l’anomalie de comportement de l’A/THR.
Lors de l’enquête, le BEA a été informé que, sur la décision du dirigeant responsable,
le Commandant de bord avait été licencié à la suite de l’accident sur fond
d’informations échangées lors de l’enquête.
2 - ANALYSE
2.1 Scénario
Préparation de l’approche
En descente vers le FL 280, le PF a écouté l’ATIS avant la préparation du briefing
approche. Il n’a pas compris le message indiquant la présence de vent arrière de
15 kt à 1 500 ft fondée sur des comptes-rendus d’équipages ayant atterri dans
les trente minutes précédentes. Les informations enregistrées sur le FDR indiquent
qu’au moment de l’approche du SX-BHS, les conditions réelles de vent étaient plus
défavorables que celles fournies par l’ATIS (30 kt à 2 000 ft pour 15 kt annoncés).
Un meilleur niveau d’anglais aurait sans doute aidé le copilote à mieux comprendre
le message. Par ailleurs, la présence d’un D-ATIS sur l’aérodrome de Lyon et d’un
équipement ACARS à bord du SX-BHS aurait permis à l’équipage d’imprimer l’ATIS
et aurait donc pu faciliter la prise de conscience de la présence du vent arrière
et éviter l’erreur de calage altimétrique.
De nombreux pilotes utilisent les informations de vent affichées dans l’avion comme
une aide à la décision. L’équipage du SX-BHS explique que, bien que ces informations
aient été disponibles sur l’écran de navigation (ND), il ne les a pas consultées lors
de l’approche. Les procédures opérationnelles des constructeurs ne prévoient pas
l’utilisation systématique de ces valeurs affichées, en particulier à l’atterrissage,
considérant qu’elles sont souvent assez imprécises.
92
SX-BHS - 29 mars 2013
Dans la publication de son étude « Pertes de contrôle de la trajectoire en phase
d’approche lors de la remise de gaz (PARG) », le BEA avait soulevé ce problème
d’information de vent fournie aux pilotes : « Le vent est un paramètre essentiel
pris en compte dans le pilotage et les stratégies adoptées. Sans remettre en cause
l’aspect réglementaire du vent ATC, le BEA estime que l’information de vent
avion doit être la plus précise possible. Il est important que les équipages soient
conscients du niveau de précision des informations présentées ».
L’écoute du CVR indique que les menaces qu’il convenait de prendre en compte pour
la réalisation de cette approche n’ont pas été abordées lors du briefing. L’équipage
n’a donc pas envisagé d’action particulière pour en atténuer les conséquences
possibles, notamment à propos de :
ˆ ˆ la gestion de la fatigue potentielle après un temps de service de vol proche
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
de 15 heures ;
l’utilisation prévue des automatismes (gestion de la vitesse en mode sélecté ou
en mode managé) ;
l’objectif d’altitude de stabilisation ;
les performances atterrissage de l’avion sur piste mouillée ;
l‘éventualité d’une remise de gaz liée aux conditions météorologiques proches
des minima.
Lors du briefing, le PF n’a pas clairement précisé s’il envisageait une approche ILS
36R Y ou Z (FAP respectivement à 10 NM/4 000 ft et 6,9 NM/3 000 ft). Il a néanmoins
mentionné une altitude de 4 000 ft, ce qui semble indiquer qu’il projetait de
réaliser une approche ILS 36R Y. Or, l’arrivée MEZIN 1D prévoit une approche ILS
36R Z. Cette confusion n’a pas entraîné de conséquence directe sur la gestion de
l’approche, mais semble indiquer que le PF a préparé l’arrivée de façon inadéquate.
Cette confusion n’a également pas été identifiée par le PM alors que le FMS de l’avion
ne comportait que l’approche ILS 36R Z. Lors de ses échanges avec l’équipage,
le contrôleur n’a pas précisé laquelle des deux approches devait être réalisée. Le BEA,
dans une enquête précédente(28), avait déjà identifié ce risque et avait recommandé
que le contrôleur annonce sans ambiguïté le type d’approche demandée. A la date
de l’évènement, les mesures correctives n’avaient pas été mises en place. A la date
de publication de ce rapport, le service de la navigation aérienne de Lyon a supprimé
l’une des deux procédures.
En descente vers le FL140, l’équipage a été informé d’une dégradation des conditions
météorologiques et de la mise en place de la procédure de faible visibilité (LVP),
d’une visibilité de 1 100 mètres et de nuages morcelés à 100 ft.(29) Cette information
a provoqué un doute chez le PM sur la possibilité d’atterrir mais ce dernier n’a
pourtant pas remis en question la poursuite de l’approche. L’absence de confirmation
de ce doute ainsi que l’erreur de calage altimétrique non détectée jusqu’à la fin du
vol paraissent être des indices d’un état de fatigue significatif.
Tout au long de l’approche, les interrogations de l’équipage sont restées sans
réponse et ne l’ont pas conduit à mettre en place de stratégie alternative telle que
l’éventualité d’une approche interrompue et d’un déroutement.
Voir chapitre
1.18.2 Evènements
antérieurs-Incident
grave survenu le
7 septembre 2010
à Lyon(69) au Boeing
737-400 immatriculé
TC-TLE exploité par
Tailwind Airline.
http://www.bea.
aero/docspa/2010/
tc-e100907/pdf/
tc-e100907.pdf
(28)
(29)
La hauteur de
décision d’une
approche de CAT I
est normalement de
200 ft soit une DA
à Lyon de 1020 ft.
93
SX-BHS - 29 mars 2013
Une préparation lacunaire de l’arrivée n’a pas permis à l’équipage d’identifier les
différents risques (menaces) qu’il pouvait rencontrer lors de l’approche. A la date
de l’accident, Hermes Airlines ne demandait pas à ses équipages d’appliquer
formellement le concept de la gestion des menaces et des erreurs (TEM).
Approche intermédiaire
Lorsque des conditions de faible visibilité prévalent sur l’aérodrome de Lyon,
la procédure ATC demande au contrôleur de faire intercepter le Localizer à 160 kt
et à 10 NM du seuil 36R au plus tard. Le jour de l’évènement, le contrôleur n’a pas
appliqué cette consigne et l’avion a intercepté le Localizer à environ 12 NM à une
vitesse de 220 kt. Le service de la navigation aérienne explique que cette contrainte
de vitesse n’est utile que pour assurer l’espacement et la cadence des aéronefs.
Dans la pratique, elle n’est pas prise en compte lorsque le trafic est faible.
Il demeure dans les attributions de l’équipage de gérer la vitesse de son avion.
Néanmoins l’application de la régulation en vitesse de la procédure ATC par
le contrôleur aurait offert à l’équipage l’opportunité d’anticiper la réduction de la
vitesse lors de l’approche.
En septembre 2013, la DGAC a attiré l’attention des exploitants et des prestataires
de services de la navigation aérienne sur les risques associés à une vitesse en finale
trop élevée. Elle recommandait une vitesse maximale de 180 kt en régression, à 8 NM
du seuil de la piste.
Après l’accident, une nouvelle méthode de gestion des vitesses a été mise en place
à Lyon. En août 2014, l’AIP a été modifié et informe désormais les équipages qu’ils
pourront avoir à maintenir une vitesse de 160 kt jusqu’à 5 NM du seuil. Cette gestion
de la vitesse n’est cependant pas appliquée en permanence et dépend du trafic.
Cette méthode permet aux pilotes et aux contrôleurs de partager le même projet
d’action. La recommandation de la DGAC n’est cependant toujours pas appliquée
sur tous les aérodromes français dont le trafic nécessiterait cette méthode.
Lors du guidage radar de l’avion précédent (A319 Vol Air France AF-DD), le contrôleur
a partagé ses doutes avec l’équipage sur la vitesse sol élevée de l’avion (250 kt).
L’équipage avait alors répondu qu’il allait anticiper la sortie du train d’atterrissage.
Quatre minutes plus tard, l’équipage du SX-BHS s’est présenté en longue finale dans
les mêmes conditions (4 000 ft, / 250 kt). Contrairement au vol précédent, le contrôleur
n’a pas fait part de ses doutes, expliquant que cet aéronef était du même type que
le précédent et que leurs performances devaient être identiques.
L’initiative du contrôleur de partager ses doutes avec l’équipage de l’Air France
a pu aider à le sensibiliser sur les difficultés de décélération liées à sa vitesse sol
importante. Cependant cet échange en langue française n’a pas pu être compris par
l’équipage du SX-BHS. Celui-ci a ainsi été privé d’une possibilité de l’aider à prendre
conscience des difficultés de décélération.
94
SX-BHS - 29 mars 2013
Approche finale
Les procédures normales du constructeur (FCOM) préconisent de s’assurer que
la vitesse de l’avion diminue vers S sur le plan de descente (glideslope). L’avion doit
atteindre S en configuration « conf 1 » au plus tard lors du passage des 2 000 ft AGL.
Si l’avion a une vitesse significativement supérieure à S sur le plan de descente,
il est alors demandé de sortir le train d’atterrissage en priorité, avant le passage
en configuration « conf 2 ».
Peu avant l’interception du « glide » à 3 820 ft QNH, l’avion était à 217 kt soit S+20 kt
(S=197 kt). Le PM a demandé au PF de garder les aérofreins et d’essayer de réduire
la vitesse. Le PF a sélectionné une vitesse de 207 kt puis 205 kt. Cet écart de vitesse
de 20 kt n’a pas suscité de réflexion chez l’équipage sur l’opportunité de sortir
le train, les aérofreins étant déjà déployés, ni de passer en vitesse managée.
Les calculs réalisés par le constructeur à partir du modèle certifié de l’avion et dans
des conditions similaires à celle de l’événement indiquent que la sortie du train
dès l’interception du glideslope aurait permis la stabilisation en vitesse (Vapp+9 kt
à 1 000 ft et Vapp +1 kt à 500 ft).
Après capture du « glide », la vitesse de l’avion a diminué et atteint la vitesse sélectée
de 205 kt. Cette décélération, conforme à celle commandée par l’équipage, a pu
le conforter dans sa représentation d’une gestion adéquate de la vitesse.
Seule la conscience de la présence d’un fort vent arrière (gradient de vent
en augmentation de 20 vers 30 kt) aurait alors pu inciter l’équipage à anticiper de
futures difficultés de réduction de vitesse et par conséquent d’anticiper la sortie
du train avant la sélection de la « conf 2 ».
A environ 1 600 ft AAL, le PF a sélectionné la configuration « conf 2 » et sélecté une
vitesse cible de 180 kt mais la vitesse de l’avion n’a pas diminué. Cette situation était
notamment liée à l’inversion du gradient de vent arrière et à la rentrée des aérofreins.
La vitesse a commencé à diminuer 15 secondes plus tard lorsque la sortie du train
d’atterrissage est commandée à 1 400 ft AAL
Bien qu’ayant évoqué la difficulté à réduire la vitesse, le PM, n’a pas envisagé d’action
corrective, ni remis en question l’intention d’atterrir, signe à nouveau évocateur d’un
état de fatigue élevé.
Lors du passage des 1 000 ft AAL, la vitesse était significativement élevée
(Vapp + 57 kt), l’avion n’était pas en configuration d’atterrissage et la vitesse verticale
était supérieure à 1 000 ft/min.Les critères de stabilisation (IMC) n’étaient pas remplis.
Vers 900 ft AAL, le PM a demandé au PF d’engager le mode managé. Les différents
changements de configuration (« conf 3 » puis FULL) ont modifié les vitesses cibles et
la décélération de l’avion a augmenté à 500 ft AAL , l’avion n’était cependant toujours
pas stabilisé (Vapp + 38 kt).
95
SX-BHS - 29 mars 2013
Les procédures normales (SOP) demandent au PM de surveiller les paramètres
de vol afin de s’assurer que l’approche est stabilisée au passage de la hauteur de
1 000 ft AAL en conditions IMC. Lorsque des écarts trop importants sont constatés,
il est attendu que l’équipage interrompe l’approche. Dans le cas présent, la
décision tacite de poursuivre l’approche indique que l’équipage n’a apparemment
pas conscience des risques encourus ou qu’il ne se sent pas en mesure d’effectuer
une approche interrompue. Les témoignages indiquent qu’ils n’ont jamais pensé ni
évoqué la remise des gaz, excepté lors du briefing initial.
En dessous de 150 ft de hauteur radiosonde, l’anomalie de comportement
de l’A/THR a entraîné une augmentation du régime des moteurs. L’équipage,
préoccupé par l’acquisition de repères visuels extérieurs, n’a pas détecté cette
augmentation non commandée.
Les calculs et simulations réalisés au cours de l’enquête ont montré que,
comparativement à la décélération normale d’un avion, cette augmentation du
régime des N1 contribue à une augmentation d’environ 5 kt de la vitesse de l’avion
lors du passage des 50 ft et une augmentation de la distance de survol de la piste
pouvant atteindre 500 mètres.
Phase d’arrondi
La technique de pilotage et la réduction tardive de l’A/THR n’ont pas permis au PF
d’effectuer un atterrissage nominal. La perte des références visuelles extérieures
et celle de la notion de distance restante dans les nappes de brouillard ont augmenté
ses difficultés pour poser l’avion.
Les tentatives de reprise de contrôle par le PM n’ont pas été efficaces car,
non annoncées, elles ont conduit à un phénomène de double pilotage qui a augmenté
la distance de survol de la piste avant le toucher des roues.
L’application de la procédure normale « Take over priority » aurait permis au PM
de reprendre les commandes en inhibant les actions du PF. Dans cette situation,
l’avion aurait probablement touché la piste à une distance inférieure à celle de
l’événement. Il est cependant impossible de déterminer avec certitude si, dans ces
conditions, l’avion aurait pu s’arrêter sur la piste.
L’entraînement à la reprise des commandes ne s’effectue que lors de la
formation initiale pour l’obtention de la qualification de type. En entraînement
périodique, elle se limite au cas d’incapacité de l’un des pilotes. Ceci ne permet
pas de garantir le maintien de compétences des équipages dans ce domaine.
Lors de l’enquête réalisée par le BEA sur l’incident grave survenu à l’Airbus A320
immatriculé SX-BHV en approche 36L de l’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry le
11 avril 2012, un phénomène de double pilotage avait été également observé.
L’enquête a montré que la reprise des commandes entraînant un double pilotage
survient le plus fréquemment lors de la phase d’approche finale ou lors de l’arrondi
alors que le copilote est PF. Dans de nombreux cas, le copilote effectue un vol
d’adaptation en ligne. Il apparaît donc que les scénarios de reprise des commandes
lors des entraînements ne sont pas en adéquation avec les situations les plus
fréquemment rencontrées en exploitation.
96
SX-BHS - 29 mars 2013
La distance de piste restante après le touché des roues s’est avérée insuffisante pour
permettre l’arrêt de l’avion sur la piste malgré un freinage énergique de l’équipage.
A la date de l’accident, il n’existait pas de procédure d’interruption de l’atterrissage
dans le FCOM du constructeur. Cet aspect était mentionné dans le FCTM et rappelait
aux équipages qu’ils pouvaient effectuer une interruption de l’approche ou
de l’atterrissage tant que les inverseurs de poussée n’étaient pas déployés.
Le constructeur considérait que cette situation était couverte par l’association
de la procédure « Go Around » du FCOM et l’information spécifique fournie dans
le FCTM.
Néanmoins, une procédure spécifique est enseignée par le constructeur dans le
cadre de la formation instructeur « Base Training ». Cette procédure, bien que
pertinente en cas d’interruption de l’atterrissage après le touché des roues et
jusqu’au déploiement des inverseurs de poussée, n’est pas systématiquement
enseignée aux équipages.
Dans le cas de l’événement, il apparaît que l’équipage avait été entraîné à
interrompre l’approche à 50 ft et qu’il ne l’avait jamais été lorsque l’avion était
sur la piste. La perte partielle des références visuelles après le passage des 50 ft
et la durée anormalement longue de la phase d’arrondi (18 secondes) sont des
facteurs qui auraient pû inciter l’équipage à interrompre l’atterrissage. Or,
le PM indique qu’il n’a jamais envisagé cette option en raison des conditions de
visibilité dégradée, notamment au sol lorsqu’il a perdu la notion de la distance de
piste restante.
En mars 2014, le constructeur a modifié sa documentation opérationnelle (FCOM
et FCTM) pour introduire les particularités liées à une interruption de l’atterrissage.
Cette mise à jour attire l’attention des équipages sur le risque de touché de queue
et préconise de limiter le taux de rotation. Cependant, contrairement à ce qui est
enseigné aux instructeurs, elle ne fournit pas de valeur d’assiette à afficher ni de
rappels sur la nécessité d’éviter le double pilotage.
La réaction de l’équipage lors de l’évènement souligne la nécessité d’un
entraînement adapté à l’interruption à l’atterrissage de la phase d’arrondi
jusqu’au déploiement des inverseurs de poussée, d’autant plus que l’introduction
de systèmes ROAAS pourra conduire à l’augmentation du nombre de décisions de
remise de gaz à l’atterrissage.
Immobilisation de l’avion
L’écoute du CVR indique que l’équipage était déstabilisé après l’immobilisation
de l’avion. Cet état psychologique peut expliquer pourquoi il n’a pas déclenché
la première phase de la procédure d’évacuation d’urgence consistant à sécuriser l’avion.
L’intervention du contrôleur a incité l’équipage deux minutes plus tard à éteindre les
moteurs. Le Commandant de bord a ensuite décidé d’allumer l’APU sans s’assurer
de l’absence de risque associé à son démarrage (fuite, court-circuit).
Lors de la formation à la qualification de type et des entraînements périodiques, il est
attendu que l’équipage applique la procédure d’évacuation de façon systématique
en cas de panne grave de type feu moteur. Ces entraînements ne considèrent
cependant pas le cas de la sortie de piste sans dommages apparents comme un
déclencheur de la procédure d’évacuation d’urgence.
97
SX-BHS - 29 mars 2013
La combinaison de l’état psychologique de l’équipage après la sortie de piste et
son manque d’entraînement à ce type de situation expliquent probablement pourquoi
il n’a pas appliqué la procédure et en particulier les premiers items permettant
d’assurer la sécurisation de l’avion.
Cette enquête montre :
ˆ ˆ l’importance d’une sensibilisation des équipages au fait qu’un état de choc
lié à une sortie de piste peut les conduire à ne pas effectuer les premiers items
de la procédure d’évacuation d’urgence qui consistent à sécuriser l’avion ;
ˆ ˆ l’utilité de l’intervention d’une personne extérieure afin de rappeler
aux équipages, qu’après une sortie de piste, ils doivent sécuriser l’avion
et notamment éteindre les moteurs.
2.2 Comportement de l’A/THR
Les simulations réalisées ont montré que l’augmentation non commandée du régime
des N1 pouvait contribuer à augmenter la distance de la phase air jusqu’à une valeur
d’environ 500 mètres. Néanmoins, il n’a pas été possible de déterminer avec précision
l’influence du phénomène lors de l’événement car la technique d’arrondi du copilote,
la réduction tardive de l’A/THR et le phénomène de double pilotage ont également
contribué à augmenter cette distance.
Les simulations ont montré que l’application d’une technique d’arrondi
standard et la réduction de l’A/THR au plus tard à 20 ft (annonce RETARD)
limitent les effets de ce dysfonctionnement. Cependant, la variabilité inévitable
des techniques d’arrondi et de l’instant de la réduction de l’A/THR expose les
équipages non avertis à des effets plus importants de ce dysfonctionnement en
cas d’approche à une vitesse excessive.
La lettre d’information de service publiée en 1997 par le constructeur proposait
aux exploitants concernés le remplacement du FMGC ainsi que les détails
des caractéristiques, évolutions et améliorations des différents standards disponibles.
Seuls les exploitants ayant décidé d’effectuer la modification se voyaient adresser
un bulletin de service dédié afin d’effectuer le remplacement.
Le caractère informatif de cette lettre de service n’a probablement pas suffisamment
attiré l’attention des précédents opérateurs du SX-BHS. Lorsque l’avion a été
pris en compte par Hermes Airlines, la compagnie n’avait pas connaissance de
l’existence du document.
L’accident du SX-BHS ainsi que la sortie de piste à Bamako en 2011 (voir annexe 9) ont
incité le constructeur à publier une lettre d’information en juillet 2013. Cette lettre,
dédiée à l’anomalie de fonctionnement du FMGC concerné, a été adressée à tous
les opérateurs (responsables des flottes, OSV et RDOA) exploitant des avions de
la famille A320.
98
SX-BHS - 29 mars 2013
En novembre 2013, l’AESA a également publié un bulletin d’information (SIB 2013‑19)
adressé à toutes les aviations civiles des Etats membres de l’Union Européenne.
Cette information recommande aux autorités de s’assurer que ses opérateurs sont
effectivement sensibilisés à cette défaillance de FMGC et à la lettre du constructeur.
Ce document est également le premier qui indique le lien entre le comportement de
l’A/THR et le risque de sortie de piste.
A ce jour, malgré les publications du constructeur et de l’AESA, environ 350 aéronefs
restent équipés de l’ancien standard de FMGC.
Le coût de l’équipement, assumé en partie par l’exploitant, a pu constituer un obstacle
à son remplacement.
Le nombre important d’avions toujours équipés de ce type de FMGC montre l’impact
limité des publications du constructeur et de l’AESA.
Les autorités nationales des aviations civiles n’ont pas systématiquement
connaissance des standards de FMGC équipant les avions en service. Il est
par conséquent difficile pour les autorités de s’assurer que les publications
du constructeur sont bien prises en compte par leurs exploitants.
Par ailleurs, ce type de FMGC équipe également des avions d’opérateurs de pays
hors union européenne. Les SIB émis par l’AESA n’alertent pas d’une façon aussi
évidente qu’une AD sur des questions de sécurité. Ainsi, l’émission de ce SIB
ne permet pas de s’assurer que l’information est réellement prise en compte par
les opérateurs concernés.
2.3 Evaluation de la fatigue
Le temps de service de vol de l’équipage était proche de 15 heures au moment
de l’événement. L’observation de sa performance révèle des altérations
symptomatiques de la fatigue.
L’étude réalisée par l’Institut de Recherche Biomédicale des Armées (IRBA) sur les
plannings de cet équipage n’a pas identifié d’altérations du cycle veille/sommeil
susceptibles d’entraîner de la fatigue au cours de la journée de l’accident ou lors
des jours précédents. L’accident est cependant survenu au moment du vol où
la performance de l’équipage risquait d’être la plus faible.
D’autres études plus générales estiment que la fatigue, et le risque d’accident
liés à la fatigue, augmentent significativement quand le temps de service de vol
d’un équipage dépasse 13 heures.
La réglementation européenne autorise un temps de service de vol quotidien
maximal de 13 heures mais elle prévoit de déroger à cette contrainte en cas de
« circonstances imprévues » pendant les opérations de vol effectives.
99
SX-BHS - 29 mars 2013
L’AESA, ne fournit pas de définition des ces « circonstances imprévues ». Elle indique
qu’il est de la responsabilité de l’exploitant, dans le cadre de son système de gestion,
de considérer tous les aspects cités dans le paragraphe. L’OACI, dans le document
FMRS – Fatigue Risk Management Système (Doc 9966) fournit la définition suivante :
« Circonstance opérationnelle imprévue. Événement non planifié — intempérie soudaine,
anomalies de fonctionnement de l’équipement, retard dû au trafic aérien, etc. —, lorsqu’il
est indépendant de la volonté de l’exploitant. Pour être considérées comme imprévues,
ces circonstances doivent se produire ou se présenter à l’exploitant après le début du vol
(c.-à-d. dès que l’avion commence à se déplacer pour se préparer au décollage ».
La veille du vol de l’évènement, le département des Opérations d’Air Méditerranée
avait conseillé à Hermes Airlines de prévoir un équipage renforcé en raison de
la possible prolongation de la durée du vol liée à une éventuelle escale technique.
Cette escale était donc prévisible et l’utilisation de la dérogation pour circonstances
imprévues est donc contestable.
La non prise en compte par le service de la planification des équipages
d’Hermes Airlines des informations et conseils du département des opérations
d’Air Méditerranée, qui avait plus d’expérience qu’Hermès sur cette liaison, a
conduit à aggraver, de façon prévisible, le risque de fatigue sur cette rotation.
Selon le Commandant de bord, il avait refusé la veille du vol son remplacement par
un autre équipage sur le vol aller car cette solution lui semblait improvisée.
L’enquête a cependant montré qu’il avait dû gérer, sans repos récupérateur,
une situation de vol nécessitant une attention soutenue dans les domaines suivants :
ˆ ˆ la supervision d’un jeune copilote inexpérimenté, situation s’apparentant à
de l’instruction en ligne ;
ˆ ˆ la réalisation d’un vol à la limite de l’autonomie de l’avion, nécessitant un suivi
pointilleux du carburant pendant le trajet aller ;
ˆ ˆ la gestion d’une escale à Dakar avec un retard et la programmation d’une escale
à Agadir, augmentant le temps de service ;
ˆ ˆ l’arrivée à Lyon, de nuit, par conditions météorologiques dégradées.
Un refus du supplément de charge marchande au départ de Dakar pour éviter
l’escale à Agadir, aurait par ailleurs exposé la compagnie à une augmentation des
coûts d’exploitation que le Commandant de bord a pu craindre de se voir reprocher.
Les entretiens avec les personnels d’Hermes Airlines indiquent qu’ils avaient le
souci de limiter les coûts au maximum. Il apparaît que certains craignaient même
de perdre leur emploi en cas d’erreur imputant des surcoûts importants. La décision
du dirigeant responsable de licencier le Commandant de bord après l’accident
n’est d’ailleurs pas de nature à réduire la perception de ce risque par les salariés.
Les décisions du Commandant de bord ont été prises dans un contexte de pression
économique défavorable.
L’encadrement d’Hermes Airlines semblait accepter, voire privilégier cette technique
de dérogation pour circonstances imprévues permettant de porter le temps
de service de vol à 15 h pour éviter d’avoir recours à des équipages renforcés, solution
économiquement plus onéreuse.
100
SX-BHS - 29 mars 2013
L’événement montre qu’un exploitant peut ainsi invoquer de raisons
opérationnelles mineures pour étendre abusivement le temps de service de vol.
La réglemention en vigueur stipule que l’utilisation de l’extension du temps de
services de vol jusqu’à 15 heures demeure, en dernier ressort, de la responsabilité
du commandant de bord. Néanmoins, cet accident montre que ce dernier n’est pas
toujours dans une position lui permettant de prendre la décision adéquate.
L’entrée en vigueur de l’IR-OPS part ORO.FTL. 205 en 2016 imposera aux
exploitants d’établir des procédures spécifiques à l’attention des commandants de
bord afin de leur permettre d’utiliser l’extension de TSV en cas de circonstances
imprévues pouvant entraîner de la fatigue significative. Il sera également demandé
à l’autorité de surveillance de s’assurer que ces procédures spécifiques prennent
en compte un certain nombre de facteurs opérationnels et environnementaux
pouvant influencer le niveau de fatigue de l’équipage. Néanmoins, il sera toujours
de la responsabilité du commandant de bord de décider de son utilisation.
2.4 Performance de l’équipage
L’enquête a montré que la performance de l’équipage le jour de l’accident était
en deçà des standards attendus pour une approche ou un atterrissage.
Les difficultés observées dans cet événement ont contribué à dégrader
la performance globale de l’équipage. Il apparaît que la préparation inadéquate
de l’approche, l’application et la connaissance partielle des procédures,
les difficultés de communication et la gestion inadaptée de la charge de travail
ont fortement perturbé la surveillance du vol par l’équipage. Ce dernier semble
n’avoir jamais eu une conscience précise de la situation dans laquelle il se trouvait.
Il a ainsi poursuivi une approche non stabilisée et s’est exposé au risque de sortie
de piste.
Les facteurs suivants ont influencé défavorablement cette performance :
ˆ ˆ un niveau d’expérience faible des deux pilotes à la fois sur le type d’avion et dans
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
leurs fonctions ;
un faible nombre d’heures de vol du copilote ;
un stage d’adaptation à l’exploitant et notamment une adaptation en ligne
insuffisante pour compenser la très faible expérience du copilote lors de son
embauche par Hermes Airlines ;
la longue interruption (30) de l’adaptation en ligne du copilote qui a
vraisemblablement perturbé le processus normal d’acquisition de compétences ;
la non adaptation des entraînements aux simulateurs aux risques spécifiques
de cette exploitation par ailleurs identifiés par l’organisation de sécurité des vols
de la compagnie (double pilotage, approche non stabilisée, réduction tardive de
l’A/THR, atterrissage long) ;
un enseignement du CRM éloigné des conditions spécifiques de l’exploitation et
qui n’a pas été suffisant pour sensibiliser l’équipage aux risques potentiels ;
la fatigue, liée à un temps de travail particulièrement long le jour de l ‘événement.
La future
réglementation
(IR‑OPS) ne permettra
plus cette
situation sauf si
les compétences
du copilote sont
évaluées avant la
reprise de son AEL.
(30)
101
SX-BHS - 29 mars 2013
2.5 Facteurs organisationnels
2.5.1 Difficultés rencontrées par l’exploitant
La compagnie Hermes Airlines a été créée en mai 2011. Elle exploitait alors
un Boeing 737. Au premier trimestre 2012, la flotte s’est fortement accrue à la
suite du transfert sur son CTA de quatre Airbus précédemment exploités par
Air Méditerranée.
Les témoignages des membres de l’équipe dirigeante indiquent qu’ils ont rencontrés
des difficultés pour gérer cette augmentation rapide, notamment en ce qui concerne
le recrutement et la formation d’équipages sur Airbus. Ils ajoutent, qu’en raison du
profil « à bas coût » retenu pour cette exploitation, le recrutement de jeunes copilotes
inexpérimentés était économiquement plus intéressant. Ainsi, dans les premières
années d’exploitation, environ la moitié des copilotes recrutés ne disposaient
que d’un CPL et ne totalisaient qu’une moyenne de 200 heures de vol sur avions
à moteurs à pistons. L’équipe dirigeante explique qu’elle pensait que le recrutement
de commandants de bord expérimentés permettrait de palier l’inexpérience de
leurs copilotes. Cependant l’expérience de la majorité des commandants de bord
recrutés avait été acquise sur Boeing en tant que copilotes.
Durant la période initiale d’exploitation, les équipages pouvaient être composés
d’un copilote inexpérimenté sur Airbus et d’un commandant de bord à la fois
inexpérimenté sur Airbus et nouveau dans ses fonctions.
L’analyse des vols identifie une récurrence du phénomène de double pilotage
caractéristique d’une inexpérience sur Airbus. L’OSV explique que la non application
de la procédure de reprise des commandes par les équipages provenait probablement
de la longue expérience des commandants de bord sur Boeing 737 pour lesquels
cette procédure n’existe pas. Une simple mise en garde verbale avait été transmise
lors des entraînements périodiques. Il ajoute que le nombre de copilotes en
adaptation en ligne a augmenté la récurrence du phénomène.
Cette situation avait également été identifiée lors de l’enquête réalisée par le BEA
sur l’incident grave survenu à l’Airbus A320 de la même compagnie immatriculé
SX-BHV en approche 36L sur l’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry le 11 avril 2012.
Le BEA avait alors déterminé que le Commandant de bord en formation ne cumulait
que 25 heures de vol sur Airbus et que le faible niveau d’expérience sur type des
deux membres d’équipage avait contribué à l’événement.
Hermes Airlines ne dispose que d’un seul examinateur de Qualification de Type TRE.
Pour assurer ses besoins de formation, la compagnie fait donc appel à des instructeurs
contractuels employés par des ATO basés à Athènes et au Royaume‑Uni. Elle ne
possède pas de simulateur en Grèce et, plus généralement, ne dispose pas d’une vision
complète et fiable sur la formation et l’évaluation des compétences de ses équipages.
De plus, l’activité de vols charters impose à l’exploitant une activité saisonnière.
En période creuse, le nombre réduit de vols ne permet pas toujours d’assurer
la continuité de l’adaptation en ligne des copilotes. Ainsi, celui du vol de l’événement
n’avait suivi aucun entraînement particulier durant la longue interruption de son AEL.
102
SX-BHS - 29 mars 2013
La formation CRM dispensée aux équipages d’Hermes Airlines est similaire à celle
qui était dispensée chez Olympic Airways, opérateur historique exploitant des lignes
régulières. Bien que réglementaire, elle était donc peu représentative des risques
encourus par un jeune exploitant employant des équipages multiculturels souvent
inexpérimentés sur Airbus ou dans leurs nouvelles fonctions. Les risques d’exploitation
détectés par l’analyse des vols n’étaient pas non plus intégrés (atterrissages longs,
double pilotage) dans le cours CRM.
Les témoignages de l’équipage et les données extraites de l’analyse des vols
(réduction tardive de l’A/THR, double pilotage, absence d’approche interrompue)
semblent également pointer des lacunes de formation.
2.5.2 Organisation de la sécurité chez l’exploitant
A la date de l’événement, Hermes Airlines avait débuté la mise en œuvre de
son Système de Gestion de la Sécurité (SGS). Le manuel SGS avait été approuvé
par la HCAA au début de l’année 2013. Sa mise en œuvre était planifiée sur une durée
de quatre ans.
L’OSV explique que le nombre réduit de rapports transmis par les équipages en 2012
et 2013 révèle que ces derniers étaient peu enclins à rapporter des faits négatifs.
L’objectif principal de l’OSV était alors d’établir la confiance afin de créer une culture
de la sécurité au sein de l’exploitant.
La dispersion géographique des équipages ne leur permet pas de se retrouver
sur une base commune pour y recevoir et échanger des informations de sécurité
ou discuter de faits de vol. La majorité des informations circulent par courrier
électronique et l’OSV explique qu’il n’est pas toujours facile de s’assurer que
les équipages les ont bien pris en considération.
Par ailleurs, la décision du dirigeant responsable de licencier le Commandant
de bord après l’accident en s’appuyant sur certains éléments de l’enquête n’est pas
de nature à favoriser le développement d’une culture juste de la sécurité au sein de
la compagnie.
La mise en place de l’analyse des vols en 2012 a nécessité de nombreux ajustements
et paramétrages. L’OSV a été en mesure d’identifier des tendances, par exemple,
le nombre important de copilotes en formation, la récurrence de phénomène
de double pilotage et d’approches non stabilisées mais, faute de données suffisantes,
l’OSV ne pouvait pas clairement évaluer le niveau de performance global de
la compagnie.
En faisant le bilan annuel de 2012, l’équipe dirigeante d’Hermes Airlines avait
identifié que les priorités en termes d’actions de formation et d’entraînement
étaient la prévention des approches non stabilisées et le phénomène de double
pilotage. En mars 2013, l’OSV avait adressé une lettre aux centres de formations afin
d’inciter les instructeurs à mettre l’accent sur la prévention des atterrissages longs et
les réductions tardives d’A/THR. Lors d’un audit réalisé en avril 2013, la HCAA avait
demandé à Hermes Airlines de mettre plus rapidement en place les actions correctives
en réponse aux risques détectés par l’analyse des vols.
103
SX-BHS - 29 mars 2013
Il apparaît donc que Hermes Airlines n’avait pas suffisamment pris en compte
les risques identifiés par l’OSV et n’avait pas été en mesure de mettre en place
les mesures préventives associées en termes de formation avant l’accident.
A la date de l’événement, l’organisation de la sécurité se fondait principalement
sur le très faible retour d’expérience des équipages et sur une analyse des vols
incomplète.
Lors de ses premières années d’exploitation ou lorsqu‘il fait face à un changement
important de taille, un exploitant peut rencontrer des difficultés pour mettre en
place de tels moyens de mesure. Cette enquête met en évidence le fait qu’un système
de gestion de la sécurité uniquement fondé sur un faible retour d’expérience et
l’analyse des vols incomplète n’est pas suffisant pour appréhender pleinement
les questions de sécurité propres aux spécificités de son exploitation.
Les conditions d’exploitation alors qu’elle débutait son exploitation exposaient
simultanément la compagnie Hermes Airlines aux difficultés suivantes :
ˆ ˆ le recrutement de copilotes avec une expérience initiale correspondant au
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
minimum réglementaires et leur formation initiale en ligne parfois discontinue,
se limitant de surcroît au minimun prescrit par la réglementation ;
l’exploitation de lignes à la limite des TSV max et des autonomies des avions ;
la formation et le contrôle des équipages, en partie externalisée, reprenant
des contenus existants pas toujours adaptés aux spécificités de l’exploitant ;
la croissance rapide de la flotte ;
la nature saisonnière de l’activité ;
une organisation de la sécurité fondée sur des rapports d’équipages peu
nombreux et une analyse des vols ne reflétant pas les performances réelles de
l’exploitation.
D’une manière générale, bien que conformes à la réglementation en vigueur,
les choix de management de se limiter à une conformité a minima à la réglementation
en vigueur ont exposé la compagnie aérienne à un risque accru d’accident. Ce type
de difficultés a déjà été identifié par l’OACI, dans son Manuel de Gestion de la
sécurité (doc 9859 chapitre 2.7 « Le dilemne de la gestion »).
Hermes Airlines indique que la mise en œuvre du SGS devrait permettre d’améliorer
la situation d’ici 2017 notamment par :
la mise en œuvre du TEM (gestion des menaces et des erreurs) ;
l’adaptation du CRM aux spécificités de l’exploitation ;
la réalisation d’un audit LOSA ;
l’utilisation d’une méthodologie d’évaluation des risques (analyse et
cartographie des risques) ;
ˆ ˆ la mise en œuvre d’un système de gestion des risques liés à la fatigue (SGS-RF) ;
ˆ ˆ La sensibilisation des responsables de la compagnie à l’influence que peut
avoir le pilotage économique sur la performance de sécurité.
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
104
SX-BHS - 29 mars 2013
2.6 Autorité de l’aviation civile et AESA
En 2012, l’autorité de surveillance avait délivré un CTA à Hermes Airlines sans mettre
en place le programme de surveillance adapté qui aurait pu lui permettre de détecter
les faiblesses d’exploitation. Il apparaît pourtant que les conditions de recrutement,
la formation externalisée, l’activité saisonnière et la croissance rapide de la compagnie
auraient dû inciter la HCAA à mettre en place un programme de surveillance adapté.
L’AESA avait détecté des insuffisances lors du contrôle de l’autorité de tutelle en 2012,
notamment liées à ses capacités à assurer efficacement son rôle de surveillance
de ses exploitants en raison d’une diminution du personnel et d’une augmentation
de la charge de travail.
2.7 Prévention des sorties de pistes
Le rapport de sécurité publié par l’IATA en avril 2014 indique que la sortie de piste
est la catégorie d’accidents la plus fréquente. La prévention de cette catégorie
d’évènement apparaît donc comme une priorité au sein des instances internationales
en charge de la sécurité. Les études et statistiques menées par ces instances indiquent
également que l’interruption de l’approche ou de l’atterrissage, barrière ultime
de récupération de cette catégorie d’événement, est rarement mise en oeuvre. Le
BEA a montré dans son étude « Pertes de contrôle de la trajectoire en phase d’approche
lors de la remise de gaz » (31) que cette manœuvre peut elle-même poser des questions
de sécurité.
(31)
http://www.
bea.aero/etudes/
parg/parg.php
L’accident du SX-BHS confirme les limites et les défaillances des barrières de sécurité
actuellement mises en place pour prévenir une sortie de piste résultant d’une approche
non stabilisée. La dernière barrière repose sur la décision de l’équipage d’interrompre
l’approche lorsqu’il prend conscience que son aéronef n’est pas stabilisé à une altitude
de décision de 1 000 ou 500 ft selon les conditions météorologiques.
De nombreux travaux (études statistiques, vols d’observation) et le nombre
significatif de rapports d’accident relatifs à des sorties de pistes consécutives à
des approches non stabilisés confirment la fragilité de cette barrière de sécurité.
Ainsi les observations en vols effectuées par LOSA ont montré que près de 97 %
des approches non stabilisées étaient poursuivies par les équipages.
Ainsi les observations LOSA indiquent que la poursuite d’approches non stabilisées
pouvait notamment s’expliquer par le fait que de nombreux équipages :
ˆ ˆ ne connaissaient pas ou oubliaient les critères de stabilisation lors de
l’approche ;
ˆ ˆ décidaient de façon consciente de continuer l’approche malgré les écarts
détectés ;
ˆ ˆ pensaient être stabilisés avant l’atterrissage ;
ˆ ˆ n’avaient pas confiance dans leur capacité de remettre les gaz dans des
conditions différentes de celles dans lesquelles ils avaient été entraînés.
105
SX-BHS - 29 mars 2013
Les études indiquent également que les approches non stabilisées sont
principalement dues aux :
ˆ ˆ prises en compte insuffisantes des conditions de vent (composante de vent
arrière, cisaillement du vent, gradient de vent et turbulences) ;
ˆ ˆ instructions ATC et acceptation de ces instructions par les équipages
(contraintes altitudes ou de vitesses) ne leur laissant pas suffisamment de
temps pour planifier, préparer et exécuter une approche stabilisée (approche
non conformes ANC).
Il apparaît donc nécessaire de mettre en place des barrières de sécurité
supplémentaires et plus efficaces.
Le plan européen de prévention des sorties de pistes (EAPPRE) publié en janvier 2013
propose des recommandations qui s’adressent à l’ensemble des acteurs
aéronautiques. Un nombre important de ces mesures aurait vraisemblablement
permis d’éviter l’accident du SX-BHS. Elles sont principalement liées à l’amélioration
de la conscience de la situation de l’équipage et à une meilleure intégration de
la contribution des services de la navigation aérienne dans la stabilisation
des aéronefs lors des approches.
Formation et entraînement des équipages
Parallèlement à l’EAPPRE, « l’Implementation Training Group (IPTG) » a identifié les
défaillances de la formation actuelle et a pour objectif de réduire les disparités du
niveau de la formation des pilotes en Europe. L’enquête a montré que les faiblesses
identifiées au sein de la formation dispensée au personnel navigant d’ Hermes Airlines,
sont caractéristiques de tendances générales identifiées par l’IPTG au niveau
Européen chez certains exploitants :
ˆ ˆ SOP inadéquats et des lacunes dans leur application par les équipages ;
ˆ ˆ formation externalisée avec des instructeurs ne volant pas pour l’exploitant ;
ˆ ˆ manque de prise en compte de l’expérience réelle des stagiaires.
Les scénarios prévus par l’EBT constituent des supports élaborés pour permettre
de développer et d’évaluer la performance de l’équipage sur un ensemble de
neuf compétences jugées pertinentes. Cette formation permet aux instructeurs
d’identifier plus facilement les causes d’échec ou de réussite et de permettre un suivi
plus individualisé et efficace des stagiaires.
Les trames de scénarios d’entraînement sont proposées dans le « Manual of
evidence‑based training » doc 9995 de l’IATA et portent notamment sur les
points suivants :
ˆ ˆ renforcement respect des critères de stabilisation en approche ;
ˆ ˆ entraînement à l’exécution et au management de la remise de gaz, dont remise
de gaz avec N moteurs pendant l’arrondi et jusqu’à la sortie des reverses
(rejected landing) ;
ˆ ˆ renforcement des capacités à détecter le vent arrière même quand il n’est pas
annoncé par l’ATC ;
ˆ ˆ capacité à faire de façon adéquate le lien entre l’assiette, la vitesse et la poussée.
L’ensemble des plans européens et internationaux ont ainsi déjà identifié
les défaillances liées aux sorties de piste et proposé des mesures correctrices.
L’accident du SX-BHS confirme le besoin de mettre en oeuvre ces mesures.
106
SX-BHS - 29 mars 2013
3 - CONCLUSIONS
3.1 Faits établis par l’enquête
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
l’équipage possédait les licences et qualifications requises en état de validité ;
Hermes Airlines détenait un CTA valide ;
le SX-BHS avait un certificat de navigabilité en état de validité ;
les conditions météorologiques étaient LVP (faible visibilité) ;
L’ATIS « Charlie » de 19 h 36 contenait des informations relatives à la présence
de vent arrière du 180° pour 15 kt à 1 500 ft. Cette information n’a pas été comprise
ou assimilée par l’équipage ;
en conditions LVP, il est demandé aux contrôleurs d’assurer aux aéronefs une
interception du LOCALIZER au plus tard à 10 NM du seuil de piste, avec une
convergence maximale de 30° et une vitesse maximum de 160 kt ;
l’avion a intercepté le LOCALIZER à une vitesse de 217 kt à 12,5 NM ;
l’équipage n’a pas réalisé de palier de stabilisation entre l’IF et le FAP ;
à la hauteur de stabilisation de 1 000 ft en IMC, l’avion n’était pas stabilisé.
Sa vitesse était supérieure de 57 kt à la vitesse d’approche (VAPP=141 kt) ;
au cours de l’approche, aucune annonce d’écart n’a été faite par le PM ;
une anomalie, connue du constructeur et inconnue de cet exploitant,
du comportement de l’A/THR lorsque la vitesse de l’avion est supérieure de plus
de 10 kt à la VAPP est survenue en dessous de 150 ft et a contribué à allonger
le survol de la piste ;
l’équipage a indiqué qu’au passage du seuil de piste, il a perdu la notion
de distance de piste restante en raison de la présence d’une nappe de brouillard
localisée au niveau du seuil de piste opposé ;
l’excès d’énergie de l’avion à l’arrondi et les actions du PF ont prolongé la phase
d’arrondi avant le toucher ;
après neuf secondes de survol de la piste, le PM a repris les commandes sans
appliquer la procédure de reprise des commandes. Le PF a continué à appliquer
des actions sur son mini-manche et un phénomène de double pilotage est apparu
pendant neuf secondes supplémentaires ;
l’équipage a désengagé l’A/THR tardivement après le déclenchement de l’annonce
« RETARD » ;
le train principal a touché la piste à environ 1 600 mètres du seuil de piste.
La vitesse sol de l’avion était de 154 kt. La distance restante ne permettait plus
à l’équipage de s’arrêter avant la fin de la piste ;
l’avion est sorti de la piste à une vitesse de 75 kt et s’est immobilisé 300 mètres
après le seuil ;
au moment de l’événement, l’équipage avait accumulé une durée de temps
de service de vol de près de 15 heures ;
Hermes Airlines est un jeune exploitant et la taille de sa flotte a augmenté
significativement au cours de l’année précédant l’accident ;
avant l’accident, l’exploitant avait identifié des faiblesses de sécurité qui ont
contribué à l’accident (commandants de bord et copilotes peu expérimentés sur
type et dans la fonction, double pilotage, approches non stabilisées), mais n’avait
pas adapté la formation et les entraînements à ces risques et ne disposait pas
encore des outils nécessaires pour déterminer réellement la performance
de sécurité de son exploitation.
La HCAA n’avait pas mis en place de surveillance spécifique à la situation
particulière d’Hermes Airlines.
107
SX-BHS - 29 mars 2013
3.2 Causes de l’accident
La poursuite d’une approche en dessous de la hauteur de stabilisation avec une
vitesse significativement supérieure à la vitesse d’approche indique que l’équipage
n’avait pas une conscience adéquate de la situation bien qu’il ait évoqué à plusieurs
reprises ses doutes sur les conditions météorologiques marginales et sur ses difficultés
à réduire la vitesse de l’avion.
La poursuite de cette approche non stabilisée à vitesse excessive a déclenché
en dessous de 150 ft une augmentation non commandée de la poussée des moteurs.
La réduction tardive de l’A/THR par l’équipage en dessous de 20 ft n‘ a pas permis
à l’avion de résorber suffisamment sa vitesse pendant environ 15 secondes après
le passage du seuil.
Après le passage des 20 ft, la technique d’arrondi inadaptée du PF et le phénomène
de double pilotage provoqué par les actions du PM ont allongé significativement
la phase d’arrondi. La distance de piste restante après le touché ne permettait plus
à l’avion de s’arrêter avant la fin de la piste.
Les facteurs suivants ont contribué à la poursuite d’une approche non stabilisée et à
un arrondi long :
ˆ ˆ une durée de temps de service de vol proche de 15 heures qui a vraisemblablement
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
entraîné de la fatigue au sein de l’équipage ;
une préparation incomplète de l’approche qui n’a pas permis à l’équipage de
prendre conscience des menaces du jour (vent arrière, piste mouillée) ;
la non application des procédures ATC qui demande aux contrôleurs d’assurer aux
aéronefs une interception du LOCALIZER au plus tard à 10 NM du seuil de piste,
avec une convergence maximale de 30° et une vitesse maximum de 160 kt ;
l’application partielle des procédures normales (SOP), un partage des tâches
altéré et un CRM dégradé qui n’ont pas permis à l’équipage de gérer de façon
optimale la décélération de l’avion. Ces facteurs ont contribué à une détérioration
progressive de la conscience de la situation qui n’a pas permis d’envisager
l’interruption de l’approche et de l’atterrissage ;
l’anomalie de fonctionnement de l’A/THR qui a maintenu l’avion à un niveau
élevé d’énergie pendant la phase d’atterrissage ;
une procédure de reprise des commandes inadéquate à l’origine d’un phénomène
de double pilotage.
Les facteurs organisationnels suivants ont contribué à la faible performance
de l’équipage :
ˆ ˆ le choix de profils de recrutement de personnel navigant de l’exploitant,
motivé par des considérations économiques, et une adaptation à la compagnie
insuffisante, qui ont conduit à exploiter les avions avec des équipages relativement
inexpérimentés sur type et dans leurs fonctions de commandant de bord ou
de copilote ;
ˆ ˆ une utilisation abusive et inappropriée des dispositions réglementaires qui
permettent d’étendre la durée de service de vol en cas de « circonstances imprévues »
sans prendre en compte le risque prévisible de fatigue excessive de l’équipage ;
ˆ ˆ l’absence de surveillance initiale adaptée qui n’a pas permis à la HCAA de se focaliser
sur les fragilités potentielles prévisibles de l’exploitation d’Hermes Airline.
108
SX-BHS - 29 mars 2013
4 - RECOMMANDATIONS DE SECURITE
Rappel : conformément aux dispositions de l’article 17.3 du règlement n° 996/2010 du Parlement
européen et du Conseil du 20 octobre 2010 sur les enquêtes et la prévention des accidents et des
incidents dans l’aviation civile, une recommandation de sécurité ne constitue en aucun cas une
présomption de faute ou de responsabilité dans un accident, un incident grave ou un incident. Les
destinataires des recommandations de sécurité rendent compte à l’autorité responsable des enquêtes
de sécurité qui les a émises, des mesures prises ou à l’étude pour assurer leur mise en œuvre, dans les
conditions prévues par l’article 18 du règlement précité.
4.1 Amélioration de la conscience de la situation des équipages en
approche
4.1.1 Diffusion des messages ATIS à l’aide du Data-Link
L’une des recommandations du plan européen traite de l’implémentation du D-ATIS.
La réception et l’impression de l’ATIS à l’aide du Data-Link permettent à un
équipage d’éviter les mauvaises interprétations et les omissions d’informations
importantes notamment lors des phases de vol critiques nécessitant une charge de
travail importante.
Un D-ATIS aurait probablement permis à l’équipage du SX-BHS de prendre conscience
de la présence d’un vent arrière important.
En conséquence le BEA recommande que, conformément aux recommandations
du plan européen EAPPRE :
€ € la DGAC accorde une priorité importante au déploiement du D-ATIS
sur les aérodromes accueillant un trafic important en transport aérien
commercial. [Recommandation FRAN‑2015‑020]
4.1.2 Gestion de la vitesse en approche
Cette enquête met en évidence la relation étroite qui existe entre le risque de sortie
longitudinale de piste et une vitesse élevée en approche initiale ou intermédiaire.
La DGAC dans sa publication de septembre 2013 (Info Sécurité DGAC n° 2013/09)
recommande :
ˆ ˆ aux exploitants d’avions en transport aérien commercial :
„„d’établir des procédures et des limites opérationnelles en approche permettant
de favoriser le respect des critères de stabilisation. La DGAC recommande
un seuil de vitesse de 180 kt à 8 NM de la piste, en régression vers la vitesse
d’approche ;
„„d’adapter ces limites, notamment en cas de présence de composante de vent
de face ou arrière significative ou d’approche exigeant une pente supérieure
à 3° ;
„„de rappeler ces limites durant le briefing arrivée.
109
SX-BHS - 29 mars 2013
ˆ ˆ aux prestataires de services de navigation aérienne :
„„pour un avion approchant à 3°, de considérer que toute clairance liée à la vitesse
devrait être compatible avec un passage à 8NM du seuil à une VI maximale
de 180 kt en régression ;
„„en cas de présence de composante de vent arrière significative (10 kt ou plus)
durant la finale, de considérer ce même seuil pour la vitesse sol ; de même, en cas
de vent de face significatif, ce même seuil sera acceptable pour la vitesse sol ;
„„de ne pas proposer de maintenir une vitesse élevée entre 8 NM et la piste ;
„„pour une pente d’approche supérieure à 3°, de considérer que la gestion amont
éventuelle de la vitesse par le contrôleur devrait permettre à l’équipage de
pouvoir l’adapter à ses besoins à 8 NM.
En conséquence le BEA recommande que :
€ € l’AESA en coopération avec les prestataires des services de la
navigation aérienne favorise la diffusion en Europe de procédures
et limites opérationnelles en approche initiale ou intermédiaire
permettant de faciliter le respect des critères de stabilisation en
approche finale, dans l’esprit du document publié par la DGAC.
[Recommandation FRAN‑2015‑021]
4.1.3 Assistance à l’équipage
Après la sortie de piste du SX-BHS, il apparaît que seule l’intervention du contrôleur
a permis à l’équipage de le sortir de son état de stupeur et lui a permis d’initier
les premières actions afin de sécuriser l’aéronef notamment en éteignant les moteurs.
En conséquence le BEA recommande que :
€ € la
DGAC étudie les modalités de l’intervention d’une tierce
personne (contrôleur, agent SSLIA) afin de rappeler aux équipages
qu’ils doivent sécuriser l’avion, après une sortie de piste.
[Recommandation FRAN‑2015‑022]
4.2 Formations et entraînement des équipages
L’enquête a identifié des faiblesses au niveau de la formation et de l’entraînement
des équipages au sein d’Hermes Airlines compte tenu notamment des profils
de recrutement adoptés. Il apparaît par ailleurs que ce type de défaillances a déjà
été identifié par de nombreuses instances internationales au sein de la formation
des équipages en général au niveau européen.
Plus particulièrement, l’enquête a montré que les équipages ne sont pas formés
ni entraînés d’une manière adéquate à des procédures spécifiques telles que
l’interruption de l’atterrissage en dessous de 50 ft ou l’évacuation d’urgence.
En effet, les enseignements dispensés ne sont pas en adéquation avec les situations
opérationnelles rencontrées en service.
La mise en œuvre d’une formation et d’entraînement incluant les principes
de l’EBT (Evidence-based-training) devrait permettre de corriger ces défaillances
en définissant des programmes plus adaptés aux risques rencontrés en opérations.
110
SX-BHS - 29 mars 2013
En conséquence le BEA recommande que :
€ € l’AESA en coordination avec les groupes de travail internationaux en
charge de la mise en œuvre de l’EBT s’assure que les futurs programmes
de formation et d’entraînements périodiques permettent aux équipages
d’être capable de mieux gérer les situations suivantes :
„„gestion de l’énergie lors de la transition entre la phase d’approche initiale et
d’approche finale ;
„„interruption de l’atterrissage de la phase d’arrondi jusqu’au déploiement des
inverseurs de poussée ;
„„évacuation d’urgence (réalisations des premiers items afin de sécuriser l’avion).
[Recommandation FRAN‑2015‑023]
4.3 Entraînement à la prise de priorité sur avions équipés de manches
non conjugués
L’enquête a montré que l’entraînement à la reprise des commandes sur manches
non conjuguées tel qu’il est effectué actuellement lors de la formation initiale et
en entraînement périodique ne permet pas de garantir le maintien de compétence
des équipages dans ce domaine.
Il apparaît alors nécessaire, dans le cadre des OSD de prendre en compte les
procédures spécifiques relatives à la reprise de commandes sur les aéronefs équipés
de manches non conjugués.
En conséquence le BEA recommande que:
€ € l’AESA, en coordination avec les constructeurs, s’assure que les futurs
programmes définis dans le cadre des OSD comportent une formation
initiale et des entraînements périodiques à la prise de priorité sur avions
équipés de manches non conjugués. [Recommandation FRAN‑2015‑024]
4.4 Comportement de l’A/THR
Le constructeur a publié une lettre d’information en juillet 2013. Cette lettre, dédiée
à l’anomalie de fonctionnement de certains FMGC qui conduit à une augmentation de
poussée commandée par l’A/THR lorsque la vitesse d’approche est supérieure à Vapp
+ 10 kt en dessous de 150 ft, a été adressée à tous les opérateurs (responsables des
flottes, OSV et RDOA) exploitant des avions de la famille A320. En novembre 2013,
l’AESA a également publié un bulletin d’information (SIB 2013-19) adressé à toutes
les aviations civiles des Etats membres de l’Union Européenne. Cette information
recommande aux autorités de s’assurer que ses opérateurs sont effectivement
sensibilisés à cette défaillance de FMGC et à la lettre du constructeur. Cette publication
est également la première à identifier l’anomalie de comportement de l’A/THR en
facteur contributif à une sortie de piste.
A la date de publication de ce rapport, environ 350 aéronefs sont toujours équipés
de l’ancien standard de FMGC susceptible de comporter cette anomalie. Le nombre
important d’avions toujours équipés de ce type de FMGC montre l’inefficacité relative
des publications de nature purement informative du constructeur et de l’AESA.
111
SX-BHS - 29 mars 2013
Les autorités nationales des aviations civiles n’ont pas connaissance des standards de
FMGC équipant les avions en service. Il leur est par conséquent difficile de s’assurer
que les publications du constructeur sont bien prises en compte par leurs exploitants.
Cette difficulté est d’autant plus grande pour les autorités hors zone européenne
puisqu’elles ne sont pas destinataires du bulletin d’information publié par l’AESA.
En conséquence le BEA recommande que :
€ € L’AESA, en coordination avec le constructeur, s’assure que toutes
les autorités de l’aviation civile dont les compagnies aériennes
sont
susceptibles
d’exploiter
les
avions
concernés
soient
effectivement informées de l’anomalie de fonctionnement de l’A/THR.
[Recommandation FRAN‑2015‑025]
Afin de garantir une évolution positive de cette situation, le BEA recommande que :
€ € L’AESA, en coordination avec le constructeur, définisse une période
au terme de laquelle elle vérifie l’efficacité des actions entreprises.
Sans retour des exploitants sur leur décision de remplacement des
FMGC concernés, elle pourrait alors envisager l’émission d’une consigne
de navigabilité. [Recommandation FRAN‑2015‑026]
4.5 Surveillance d’un exploitant par son autorité
L’enquête à mis en évidence que les conditions d’exploitation dans lesquelles
Hermes Airlines a débuté son activité de transporteur aérien l’ont exposé
simultanément à des difficultés dans le recrutement, la formation et le contrôle
des compétences de ses équipages. Ces difficultés ont également été accentuées
par la croissance rapide de la flotte et la nature saisonnière de l’activité.
L’exploitant avait identifié des faiblesses de sécurité qui ont contribué à l’accident
(commandants de bord et copilotes peu expérimentés sur type et dans la fonction,
double pilotage, approches non stabilisées), mais n’avait pas adapté la formation
et les entraînements à ces risques et ne disposait pas encore des outils nécessaires
pour déterminer réellement la performance de sécurité de son exploitation.
La HCAA n’a pas su mettre en place de programme de surveillance qui se focaliserait
sur les fragilités potentielles prévisibles de l’exploitation d’Hermes Airlines.
En conséquence le BEA recommande que :
€ € Hermes Airlines dans le cadre de la mise en place de son système
de gestion des risques prenne les mesures adéquates afin de corriger
les faiblesses identifiées lors de l’enquête, notamment dans le cadre
du recrutement et de la formation du personnel navigant et du risque
lié à la fatigue de ses équipages. [Recommandation FRAN‑2015‑027]
€ € La HCAA mette en œuvre un programme de surveillance d’Hermes Airlines
adapté, fondé notamment sur les risques identifiés lors de l’enquête.
[Recommandation FRAN‑2015‑028]
112
SX-BHS - 29 mars 2013
Liste des annexes
annexe 1
Systèmes et procédures Airbus A321
annexe 2
Transcription CVR
annexe 3
Planches de paramètres FDR
annexe 4
Approche ILS 36R (IAF ARBON) après une STAR MEZIN 1D
annexe 5
Manual of EBT - Airbus competencies
annexe 6
IRBA
annexe 7
Manuels d’exploitations Hermes Airlines
annexe 8
Analyse des vols par Hermes Airlines
annexe 9
Evènements antérieurs
annexe 10
Airbus information letter et SIB EASA
113
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 1
Systèmes et procédures Airbus A321
Gestion de la vitesse en mode sélecté ou mode managé lors d’une approche
En mode Approche, avec l’A/THR engagée, la gestion de la vitesse consiste à fournir
une vitesse cible à l’A/THR. Cette vitesse cible peut être :
ˆ ˆ managée quand la cible de vitesse est calculée par le FMGS ;
ˆ ˆ sélectée quand la cible de vitesse est manuellement sélectionnée au FCU
par l’équipage.
Dans les conditions du jour de l’événement (masse de 72 tonnes), les cibles de vitesses
caractéristiques étaient les suivantes :
ˆ ˆ Green dot pour la « conf 0 » = 218 kt ;
ˆ ˆ S pour la « conf 1 » = 197 kt ;
ˆ ˆ F pour la « conf 2 » et la « conf 3 » = 153 kt ;
ˆ ˆ Vapp pour la « conf FULL » = 141 kt.
Dans le cas d’une gestion de la vitesse en mode managé lors d’une approche,
le FMGS va successivement et automatiquement changer de vitesse cible à chaque
changement de configuration.
Dans le cas d’une gestion de la vitesse en mode sélectée, le constructeur recommande
de sélecter manuellement la vitesse S après la sélection de la « conf 1 » puis F après
la sélection de la « conf 2 » puis Vapp après la sélection de la configuration atterrissage
« conf 3 » ou « conf FULL ».
Dans certaines circonstances (vent arrière fort ou masse importante), le taux de
décélération peut être insuffisant. Dans ce cas, le constructeur recommande de sortir
le train d’atterrissage à une vitesse inférieure à 220 kt mais avant la sélection de
la « conf 2 ».
114
SX-BHS - 29 mars 2013
Le constructeur recommande lors d’une approche de précision d’utiliser le
mode managé pour la gestion de la vitesse. Une fois le mode Approche engagé,
le mode A/THR gère la vitesse de l’avion.
Interruption de l’approche en dessous des minimuns - Interruption de
l’atterrissage
A la date de l’accident, Il n’existait pas de procédure « Rejected Landing » publiée dans
le FCOM du constructeur. Il existait cependant un paragraphe « Rejected Landing »
publié dans le FCTM qui indiquait qu’un équipage pouvait à tout moment
interrompre l’atterrissage tant que les inverseurs de poussée n’étaient pas déployés.
Ce paragraphe ne faisait pas l’objet d’une procédure spécifique et supplémentaire
dans le FCOM car le constructeur considérait qu’un atterrissage interrompu n’était
qu’une approche interrompue « Go Around » dans une phase de vol spécifique. D’après
le constructeur, cette opération particulière était donc couverte par l’association
de la procédure « Go Around » du FCOM et l’information spécifique à la phase de vol
décrite dans le FCTM.
En novembre 2013, la documentation opérationnelle du constructeur a été modifiée.
Le constructeur explique que le paragraphe FCTM « Rejected Landing » a été modifié
et amendé en paragraphe « Considération about Go Around » avec une sous partie
« Go Around near the Ground ». La procédure FCOM « Go Around » a aussi été amendée
en mars 2014 en introduisant une note courte et spécifique au Go Around près du sol.
115
SX-BHS - 29 mars 2013
Extrait du FCTM de novembre 2013
116
SX-BHS - 29 mars 2013
Procedure FCOM - Go Around du 4 mars 2014
Nouveau programme de formation du constructeur associé à la mise à jour
du FCOM
Lors de la formation initiale à la qualification de type, le programme du constructeur
inclut la réalisation d’une approche interrompue avec les conditions suivantes :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
nuit en conditions VMC ;
piste mouillée ;
Engine Anti Ice on ;
AP off ;
FD/ATHR engagés ;
Go around initié sous 50 ft.
117
SX-BHS - 29 mars 2013
Le constructeur ajoute également que dans son nouveau programme d’entraînement
périodique inclut dans le cadre des cinq scénarios habituels, les exercices de
« Go Around near the ground » suivants :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
piste bloquée à 100ft ;
soit windshear vers 300/400ft ;
soit incursion de piste ;
soit LVO failure ou météo dégradée en CAT II/III.
Par ailleurs, la procédure d’interruption de l’atterrissage après le touché des roues
« immediate go from touch » est enseignée par le constructeur dans le cadre de
la formation instructeur FLIGHT FIF SESSION GUIDE « base training » Airbus pilot
instruction course « Airborne phase » E F11. Elle indique :
ˆ ˆ que la reprise des commandes par l’instructeur doit être effectuée sans ambiguïté
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
(« I have control », et appui sur le P/B instrinctive disconnect du mini-manche) ;
d’afficher TOGA ;
de maintenir la configuration (en ignorant l’alarme de non configuration
au décollage) ;
d’afficher une assiette de 10° jusqu’à une altitude sûre ;
de sélectionner la configuration 3 au dessus de la vitesse VLS puis de continuer
avec la procédure de remise de gaz standard.
Le constructeur a également publié les deux documents suivants :
ˆ ˆ FOBN (Flight Operations Briefing Notes – Being prepared for Go-Around)
« Go-Around below the Minimums When the need for go-around is identified, the decision
should not be delayed. Go-around can be decided until the selection of the reverse thrust.
If the go-around has been initiated, it must be completed. Reversing a go-around decision
can be hazardous (e.g. F/O initiating a late go-around; Captain overriding and trying to
land the aircraft). Also refer to the Flight Operations Briefing Note Bounce Recovery, for
expanded information ».
Training recommendations:
„„Go-around below minimums not called by ATC ;
„„Destabilization of the approach ;
„„Loss of appropriate visual references ;
„„Runway incursion.
ˆ ˆ Safety first The Go-Around publié en juillet 2011
« Go Around Close to the Ground If you are close to the ground, initiate a standard Go
Around », and avoid rapid rotation and excessive pitch. This low Go Around may result
in a runway contact, If it does, continue with the standard Go Around.
Conclusion
We must train for different Go Arounds.
118
SX-BHS - 29 mars 2013
Description du fonctionnement des mini-manches, procédure et formation
associées
Les deux mini-manches sont utilisés pour le pilotage manuel en assiette et
en roulis. Chaque mini-manche dispose, entre autres, d’un bouton poussoir qui
permet de désengager le pilote automatique et/ou de prendre la priorité sur l’autre
mini‑manche.
Quand un pilote agit sur le mini-manche, ses ordres sont envoyés aux calculateurs
de commandes de vol. Quand les deux pilotes agissent sur leur mini-manche,
dans le même sens ou dans des sens opposés, les ordres sont algébriquement ajoutés
et envoyés aux calculateurs(1).
Le pilotage simultané est détecté lorsque des déflections de plus de 2° sont
appliquées sur chacun des deux mini-manches pendant un laps de temps appelé
temps de confirmation. Les deux voyants « SIDE STICK PRIORITY » s’illuminent
en vert et le message vocal « DUAL INPUT » est généré. Il peut se passer environ
deux secondes entre la détection des déflections simultanées dépassant 2° et la
génération de l’alarme « DUAL INPUT ». Ceci est dû au temps de confirmation et au
temps de calculs inter-calculateurs.
(1)
La somme est
limitée à l’équivalent
d’un ordre plein
manche à cabrer
d’un seul pilote.
En appuyant sur le bouton du mini-manche, un pilote prend la priorité des commandes
le temps de la pression. Quand le commandant de bord prend la priorité, le voyant
« SIDE STICK PRIORITY » s’illumine en vert devant lui, et la flèche s’illumine en rouge
du même voyant en face du copilote. Le message vocal « PRIORITY LEFT » est généré.
Le pilote qui prend les commandes doit respecter l’annonce suivante :
« I have control ». L’autre pilote accepte en annonçant « you have control » avant de
laisser les commandes.
Enseignement de la prise de priorité
L’enseignement de la reprise des commandes s’effectue en plusieurs phases
uniquement lors de la qualification de type. Le stagiaire acquiert d’abord
la connaissance théorique du fonctionnement du système et de la procédure, puis en
voit la démonstration de façon analytique au simulateur. Il la met ensuite en pratique
lors de deux autres séances.
119
SX-BHS - 29 mars 2013
Enseignement théorique
Les principes de design, de logique de priorité et de reprise des commandes sont
exposés en deux phases. La première en cours au sol le premier jour de la qualification
de type. La deuxième lors de l’apprentissage des systèmes (formation sur ordinateur
CBT (Computer Based Training). Les documents à disposition du stagiaire sont le
FCOM et le FCTM.
Enseignement pratique
Lors de la première séance de simulateur (séance 1), l’exercice est conduit au FL120,
en vol en palier AP/FD OFF et A/THR ON. L’instructeur indique au stagiaire les interfaces
(takeover P/B sur le manche, indications visuelles avec flèches et couleurs associées).
Il indique notamment l’addition algébrique des entrées manche. L’objectif est
de démontrer au stagiaire qu’un seul pilote doit agir sur les commandes à la fois
et l’importance de la reprise de priorité par appui continu sur le « disconnect P/B »
associé à l’annonce « I have control ».
Lors des deux autres séances (séances 5 et 6), la reprise des commandes est enseignée
lors d’un exercice simulant une incapacité d’un pilote. Seul l’un des deux stagiaires
est briefé sur la nature de l’erreur à commettre afin de générer un effet de surprise
adéquat pour l’autre. L’objectif est de pratiquer la reprise des commandes lors d’une
phase dynamique et critique du vol. L’exercice est pratiqué au décollage, l’un des
deux pilotes cabre de façon excessive lors de la 5 ème séance et oublie d’effectuer la
rotation lors de la 6 ème séance. Dans les deux cas, l’autre stagiaire doit alors reprendre
les commandes de façon adéquate. Le constructeur indique que lors de ces exercices,
environ 75 % des stagiaires réalisent correctement la procédure dès la première fois.
Procédure évacuation d’urgence
La procédure « EMERGENCY EVACUATION » est une procédure d’urgence présente
dans le FCOM, le FCTM et la QRH du constructeur et de l’exploitant.
Cette procédure s’effectue en deux temps. La première phase n’engage pas
formellement l’équipage à procéder à l’évacuation. Elle permet à l’équipage d’effectuer
les premiers items nécessaires à la mise en sécurité de l’appareil (notamment couper
les moteurs et l’APU et informer les PNC et l’ATC de la situation). La deuxième phase
indique la procédure à suivre après la prise de décision de l’équipage de faire évacuer
ou non l’avion.
Enseignement au simulateur
Lors de la qualification de type, la procédure est enseignée durant une séance de
simulateur (FFS 6). Le scénario prévoit un décollage interrompu (RTO), suivi d’une
procédure d’évacuation.
Lors de l’entraînement périodique, la procédure d’évacuation fait généralement
suite chez les exploitants :
ˆ ˆ à un arrêt du décollage suite à une panne grave de type feu moteur ;
ˆ ˆ à un atterrissage avec notamment un feu moteur ou APU non maitrisé ou un
exercice de feu/fumées à bord.
Les scénarios d’entraînement à l’évacuation n’incluent pas le cas de la sortie de piste
comme déclencheurs de la procédure d’évacuation d’urgence.
120
SX-BHS - 29 mars 2013
SX-BHS - 29 mars 2013
121
annexe 2
¡
…’
¢…’
„˜…Ž‡
†ŸŽ…’
€……‰ŠŽœ„’¢Žˆ…
…’
€…’
€š……ˆ„„†„Š
•–„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š
ˆ…„
ˆ„…
•–„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š
ˆ…„’’††…˜„†
•–„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š
ˆ…’Š…š‰
•¡–„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š
ˆ‚Š‘Ž
……”‘Ž…Ž„ˆ
•–
„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š
ŽŽ……š…•™™Ž…š„™———–
•£–„Ž…Ž„†…œŠ
• –„„Ž‰„Ž
…†…’„„„’
•–…’„„Ž‰„Ž
…†…’„
ˆŠ……
…”ž…‚„
Ž“…Š˜ˆš……Ž†…
•———–
„„Ž‰„Ž
…†…’„‚‹
†…ˆ…š…ˆ„†Ž…†Žš„ˆ
•¤–…¥…„™¥Ž„
•¦–Ž™ˆ’…
•§–
„’’Ž„…†…„†Ž„¨ˆ…™†Ž„ˆ„Ž†Ž
ˆŸ…
”„…
•–
„Œ‹”Š‘Ž…—
•ŒŒŒ–„„Ž‰„Ž
…†…’„
„„Š…ˆ‰Ž…š…
‰…
‚…„†Žˆ……Ž…Š…Žˆ…œ‘Ž…ˆ‚……‰…’……ˆ
„†‚Ž…„Ž…
‘Ž‚Ž…œˆ…
…ˆ†…ŠšŠ…’……†…ˆ‚’„
”ž…†‚Ž
„…†…
ˆ„‰…—„Š‘Ž……™ˆ‚…
Š„†‚Ž
…ˆ†„Ž’……‘Ž…ˆ
ˆŽ…Œ“’…
Ž†……—
…š„Œ†…’…’˜…†ŸŠ‘Ž
‰…„
ˆŠ…††…„ˆ„…Š
Š…
„Ž†…ˆŠ—­…ŽŒŽ…„ˆ„…
„†Š†Š…ŽŒŽ…š„Œ™˜Ž…ˆ’…Š‰ˆ…’………†Ž—
Transcription CVR


­€‚ƒ€­€
­
„…†…
…‡ˆ‚…‰…Š„
„‹„ŒŽ
Š‹

…‘ŽŽ…
Š……ˆ
„†…ŠˆŠ’…‘Ž„
Ž“…„’
Ž„Ž†…ˆ‚…Œ
ˆ„„†…
ˆ‚……‰…Ž
”„‘Ž…•–—……
„„’
…†ˆ…Š”‰………ˆ…’…’˜…†…ˆ‚Š‘Ž
‰…™ˆ…
’…‰…†…†„ŠˆŠ
”„……†…˜Ž†š…„…
„†
…Œ…’
ˆ…‡†…’›Žš…†…Šˆ……Ž„Ž‡†…
ˆ’…—
SX-BHS - 29 mars 2013
122
­­€‚‚ƒ
­‚€‚‚‡
­€‚
­‡€‡
­‡‡€ ­­ƒ€
­€
‘Œ‹Œ
­€
­‡€‚‡
­­€ ­ƒ€­‚‚
­ €
­‚€ ‚ ­€‚ ­‡€
­€­ ­­‚€ƒ‡
­‡‚€­ƒ‚
­‡€ƒ
­‡­ƒ€‚
­‡­€
­­€
­­ƒ€‚
­­ƒ€ ƒ
­­€ƒ‚ ­ƒƒ€ƒ
­ ­ €­‡
†•’ ­‚€­
­‚ €ƒ
­‚‚€­‡
­‚€­
­‚ €‡
…¤
­‚€ƒ
Ÿ‰¢¢Š‰†‘’‘€„…†€†
’
ˆ‰£…’€†‘’‘€„”
ˆ‰‹Œ ‰› ‰”…œ™
“
š
ˆ‰£‘••ˆ•€„…†€†‘’‘€•’•‘•
ˆ‰˜•• ‰™•’
ˆ‰•’š
‰› ˆ‰…”…‹Œ•’œš
‰›€€€‹œ‘•’„…œ’„•’Œ ˆ‰˜
’•’
‰› ž‰…„•„
ž‰…
ž‰…
ž‰…
ž‰…
ˆ‰‹Œ ‰‹Œ ž‰…†•…
ž‰…†•…
ˆ‰‹ŠŒ‹Œ
ž‰
•’
Ÿ‰ˆ¡Šˆ¢Š‰†‘’‘€‘••€…
„…†
ˆ‰Šˆ‰‹Œ‹Ž…‘’Œ
‰‹Œ
ˆ‰‹Œ ‰“”…€“”… ˆ‰‹Œ ‰‹Œ€’„‹•’Œ€–’„…———‹‘




SX-BHS - 29 mars 2013
123
­Ž€ Ž
ˆ„Š———ŒŠ•€–‹˜‹‹Œ
Ҡ

 ­€‚
ƒ„…†‡‡†
 ­€‚
ˆ„‰Š‹Œ ­€‚­Ž
‘„
­€ ‘„‡‹ ­€
‘„‡‹
­‚€­‚
‘„
­‚€Ž­
‘„‡‹
­ €
ƒ„Š’Œ ­ €‚
‘„
­ €‚‚
‘„‡‹
­Ž€
‘„‡‹
­Ž€­ ‘„‡‹
­€­­ ‘„
­€‚
‘„‡‹
­­€­
‘„
ܠ
­­€
ƒ„“”ƒ„…ŠŒŠ•€–†Œ
­­€­
“„ŠŒ
­­€‚ ‚
‘„Š•€–Œ
­­€‚Ž
‘„
­­€‚Ž­ ‘„
­€ 
ƒ„Š———ŒŠ•€–‹˜‹‹Œ
­€‚
ˆ„Š———Œ
­€  ƒ„Š’Œ ­€ ‚
ˆ„”
­€ Ž
ƒ„‰™
­€ ­‚ ˆ„‰™š
­€‚
‘„‡‹
­€
ˆ„ŠŒ ­€ Ž
ƒ„›Š’Œš€Š’Œ
­€‚‚Ž
‘„
­€ ‚
ˆ„Š———ŒŠ•€–‹˜‹‹Œ
­ €‚‚
‘„
­ € ­
ˆ„Š———ŒŠ•€–‹˜‹‹Œ
­ €Ž
ƒ„Š———Œ
­Ž€‚ Ž
‰„œœ”•„‡‡†‹‹Š’Œ™

­Ž€ ƒ„…™‡‡† ­Ž€Ž
ˆ„Š’Œ ­Ž€‚
ƒ„žŸ——— ­Ž€‚­
ˆ„‹‹
­Ž€‚‚­‚‚
ƒ„…‹‹ƒ‹¡‡‡†‹†‹‹

­Ž€‚­‚‚
‰„œœ”•„‡‡†¡
SX-BHS - 29 mars 2013
124
™
™
™™
™
™
‹
šœ­˜‚
™™™
™
’ˆ…’ˆš
‹
™™™
™‹
™‹
‡Šš‡
ˆ“ˆ“ˆ’‡š
‹
ˆ“‡…–‡€›
™
“‡…–‡€
“‡…–‡
‹
‹
™‹
‹
‹
›
™
‹
‹
‹
ˆ“ˆ“ˆ
‹
­˜‚ ’
Œ…ŠŠŸ‡­˜‚
£Ÿœ€€€œˆ­‡’š¡Ÿ‚•…œŠ‡¤
¢œ€€€šœ­œ‚š‡…ŠŠŠ“ˆ—
£Š‡¤Ÿ‡ššœ
…šŠ­˜‚‡€
ž ­˜‚ œ…€€€œŠ’‡’‡­‡…‚œ­…
Š‚‡­˜‚£Š‡¤Ÿ‡š
Œ¡Žƒ‘Š‘ˆ’‡ˆ•…ŠŠ‡
”ŠŠ•…Š‘Š‘ˆ’‡ˆ“’ˆ
”ŠŠ•…‡Š•…Š‘Š‘ˆ’‡ˆ“’
”ŒŸ‡Šš‡•…šˆ‡š‡Š
”­˜‚ Œ—­˜‚
”­˜‚ Œ—‘Š‘ˆ’‡ˆŠŠ‡‡Šš‡
Œ—›‘Š‘ˆ’‡ˆŠ‡œ‡…Š— ”žœ‡…“ˆ“ˆ“ˆ
Œ—‘Š‘ˆ’‡ˆŠŠ’‡‡š‡‡Š“ˆ
Œ—‘Š‘ˆ–‡‡’­˜‚
­˜‚ ­€€€‚­ƒ„…†‡ˆ‡‡ˆ‰‡Š…Š…ˆ‡‚
…Š‘…
…Š‘…
­˜‚ Œ—‘Š‘ˆ’‡ˆŠŠ’‡‡š‡‡Š“ˆ
”ŠŠ‡‡•…Š‘Š‘ˆ’‡ˆ“’ˆ
”ˆ“ˆ“ˆ‘Š‘ˆ’‡ˆŠ‡




­€€€‚­ƒ„…†‡ˆ‡‡ˆ‰‡Š…Š…ˆ‡‚
­€€€‚
ŒŽŽƒ‘Š‘ˆ’‡ˆŠŠ‡‡Š
SX-BHS - 29 mars 2013
125
‹ŒŽ‘’“”‰“—‰
ƒ˜•‰”–‰“”‰“—ˆ ‹ŒŽ‘’ˆ ƒ˜ƒ‰‰ —“”‰“™ ” “ ƒ˜•‰ ”–‰“”‰“
‹ŒŽ‘’‹•‰”–‰‰•‰”–‰
Š
  
ƒ„…†„‡ˆ‰†
ŠŠŠ
ƒ„…† „…† ƒ „…† ‹ŒŽ‘’“”‰“ ‰‰•‰ €‚
€‚
€
ƒ›–‰
›–‰
ƒ˜ƒ‰‰ —“”‰“™ ” “ £”
‚­‚
„š†››”Š
‚­
ƒ„…† ‚‚
‘‰
­
„ŠŠŠ†„’œž‰“‰‰ “Ÿ ‰“‰ †
ƒ„ŠŠŠ†
€€
‰—••¡ ™ŠŠŠ‰•‰
‰™“„…†•‰
‰™“ˆ•‰ˆ‰™¢
€‚­
ƒŠŠŠ
€‚‚
„…† ‰„…† ‰ €
„…†‰
‰ ™•‰
‰™“”
€­­
ƒ„…† €‚‚
•‰
‰™“ ™ €­‚
‰
€‚€
‹
‰”
€€‚
ƒ£‘ƒ˜„†„’œž‰“‰¤†
€
£„†
€
„’œž™‰“‰†
€­

€
‹ŒŽ‘’“”‰“
€€­€
ƒ˜¤‰
€­
‹ŒŽ‘’“”‰“ ‰‰ ›
–‰
€
ƒ˜‹‰›–‰“”‰“‰
­‚
­
‚­€
™‰–‰
‚€€
­€‚
­­
­
­€
­
­€
­­€
”–‰—ˆ—ˆ
­€‚
­‚­
SX-BHS - 29 mars 2013
126

 ­€‚ƒ„ƒ…†…„„‡„„„
ˆ„
‰
Š‹ŒŽ ‰‰
Š‘ˆ‹ŒŽ’
‰““
”•
‰“
Š‹ŒŽ ‰
”€‹ŒŽˆ–––‹ŒŽ‹ŠŽ’‹ŠŽ
‰“
—„ƒˆ
‰‰“
Š‹”…Ž‹ŒŽ
‰““
—
‰
”‹˜™Ž
‰‰
Š‹ŒŽ ‰‰
”˜™–––’™ ‰‰
Š‹˜™Ž
‰“
”˜™™’ˆˆ•†Ž‹ŒŽ ‰“
Š‹ŒŽ ‰‰
”™‹ŒŽ
‰‰‰
Š‹ŒŽ ‰‰““‰
”‘‹ŒŽ
‰““
”‹ŒŽ ‰‰
—
‰
 ­€‚ƒ„ƒ…†…„„’…„ˆ’’
…„
“
Šš’…’’…ƒ„ƒ…†…„– 
Š„„
‰“
”‘ ‰‰
Šš„„Šˆ‡„ƒ„ƒ…†…ˆ†ˆ…ˆ

 ­€‚ƒ„ƒ…†…‡„„
–

”‹ŒŽ ‰“
—„ƒˆ
‰““
—
‰‰‰
Š‹ŒŽ‹’„Ž‹ŒŽ
‰‰
”‹Ž‹ŒŽ ‰‰‰
Š‹ŒŽ ‰‰
—„ƒˆ
‰
 ­€‚ƒ„ƒ…†…„›’
†„„™
‰
Šš’ƒ„ƒ…†…„ ‰
Šš„›Šœˆ‡žƒ„ƒ…†…ˆ†ˆ…ˆ
‹Ÿ¡ŠŽ

 ­€‚ƒ„ƒ…†…•­
€…‡
‰
”•­€…‡„
¢†
SX-BHS - 29 mars 2013
127
ƒƒ – €ˆƒ„ …
‹– €ˆƒ„ …
›ƒƒ¡ˆ ‚ƒ—  …ˆ
‹Œ‘Ž ›ƒƒ¡ˆ ‹–ƒ …ˆ—•† † „
… „ …Œ‘Ž
“‰
˜ …€ŒˆŽ Œ‘Ž ›ƒƒ¡ˆ ‚ƒ—‰ …ˆŒƒ‰Žƒ …ˆˆ
‹˜ ­— 
‹˜œ ™™™œ ‚ƒ€ ˆŒ‘Ž
ˆ— …€ˆ…ƒŒ‘Žž
’…
ŸŒ‘Ž
’ …‚ƒ‚
’
’ “­ ‹˜ƒ  „ƒ …ˆŒ‘Ž
› ‹˜ Œ‘Ž ‹˜ Œ‘Ž ‹— …Œ‘Ž
‹Œ™™™Ž
Œ™™™ŽŒ¡¢…Ÿƒœ¢…
‰£€ ƒƒ¡ˆ ˆ„„…ƒœ¤ˆ
šŠ
– † † „¥ Š
Šš
š
šš
ŠŠ
š
šš
šŠŠ
šš
š
šš
šš
Š
Šš
”— Ž š
Š
š
š
 ­ €‚ƒ€ƒ„ …† ‡ˆ‡€‰ 
€ Š
‹Œ ­ €‚ŽŒ‘Ž
ŠŠ
’ “­ Š
” Œ‘ŽŒ
…ŽŒ‘ŽŒ
…Ž•… „„–‰—‰
‰—‰—‰—„€‰— ‹­ ­——
„€
ŠŠŠ
‹˜ Œ‘Ž ‹˜Œ‘ŽŒˆ
ˆ –— …
—ŽŒ‘Ž
Š
Œ™™™Ž
Šš
‹›
Œ™™™Ž
­—
„€•… „„–‰
‹­—
„€
Š
œ–—— …€œ ƒ…ƒŒ…Ž— —™™™
SX-BHS - 29 mars 2013
128
 ­€—“ƒ€‡€‡€”­‡€ˆŽ‡€­†€
‡€…€‚
‹‹
 ­€‚Ž„•†€ƒ­ˆ”€ƒ­•ˆ€ƒ€ƒ­
ˆ‚
Š–
 ­€‚€ƒ­­€€ƒ­ˆ
ƒ”€­ƒ
€ƒˆ€ƒ‘’€‡€‡€‰˜
‹
 ­€ €€†ˆŽ‡€”­€‰‡€­†‡€†
…€Ž„•€€ƒ­ ‹
 ­€‚ˆ”€ƒ­•€”€‡€‡€ˆ
ƒ€ˆ€ƒ­ƒ
€€”€‚
–Š
 ­€‚‘’€‡€‡€˜
Š
 ­€€€†ˆŽ‡€„†”­‡€”€…€
Ž„•€ƒ­†­‡‡‚
–Š
 ­€‚€ƒ­­€ƒ­ˆ€ƒ­„€…€ƒ­
ˆ
ƒ‰­ƒ
€ˆŽ‚
‹‹
 ­€‚‘’€‡€‡€ˆŽ
 ­€™­š€›ƒ€†‡€”­”€”€‡€­†
€”€…€
‹‹
 ­€€€†‡€”­”€”€‡€­†‡€
Ž…€‚ ‹
 ­€‚Ž„•€€ƒ­ˆ”€ƒ­•
€ƒ­ˆ‚
Š‹
 ­€‚
ƒ€‰­ƒ
€€‘’€‡€‡€
ˆ€ƒ
–ŠŠ
 ­€€ ­€  ­€€‡€‡€”­€ˆ€ƒ‡€­†‡€
ˆ€ƒ…€‚
ŠŠŠ
 ­€‚Ž„•€€ƒ­ˆ”€ƒ­•”€
‡€‡€ˆ
–
 ­€’€‡€‡€”­”€‡€­†€ˆ€ƒ
…€‚
Š
 ­€‚„•€€ƒ­ˆ”€ƒ­•‰
‡€‡€ˆ ™†
 
 ­€‚€ƒ­„€…€†‡€‡€ˆ€ƒ­„€…‰‰
‡€‡€ˆ‚
Š‹
Œ 
 ­€‚
ƒ†­ƒ
€Ž Š
 ‹
 ­€‘’€‡€‡€ˆ€ƒ
‹
 ­€“Ž€†ˆŽ‡€„†”­‡€”€…€
Ž„•ˆŽ‡€‡€‚
‹–‹
 ­€‚†€ƒ­­ˆ€ƒ‡€‡€ˆ€ƒ­
„€…€ƒ­ˆ‚
––
 ­€‚
ƒ­ƒ
€”€‘’€‡€‡€ˆŽ
SX-BHS - 29 mars 2013
129

 ­  
€‚ƒƒ„…
Ҡ
•–‚‘¢’………Ž Œ’„ ŒŽ­­ ““
›¤‹’………„‹’¢………­žŽ “š
¢žŽ………
‘ƒ‘­‹’…
“
¢žŽ¤­ ƒ‘’‹ŒŽ­ 
Œ‹„ 
““““
¢žŽˆ‘Š„­‘„ „
™‘
†
‡–‘’
†“
›Ÿœ ………Œ ………¡ ­„Œ’ ‘
­ ††“
›„  ………ˆ‰Š‘‘ šš
¢žŽ£‡‘‹‘…
¢ž”‘ „Ž 
‘”‘
š†“
¢žŽ’­­”­
­ ‚‹Œ–…
 „Ž„…
“
¢žŽ‹”ƒ…
Ҡ
¢žŽ‡ „ ­‹ ­
‘
ƒ‘­‹’…
“
¢žŽ¤­ ƒ‘’‹ŒŽ­ 

†
¢žŽŒ‹„ ‘„­‘
•–‚——‹‘‹ˆ‰Š‹„‘ƒ “š
›˜ˆ‰Š­‘‹„‘ƒ——‹‘‹ †
›„‘ƒˆ‰Š
†††
•–‚——‹‘‹¢­‹„‘
ƒŽ ““
‡˜„‘ƒŽ——„ƒ………‹‘‹
†
‡ƒƒ„ˆ‰Š‹ŒŽ‘ 
‘
 „ƒƒ­ Œ’‘
ƒƒ­
“
 Œ’””ƒƒ­
 ‘ 
­‹
††
•–‚——‹‘‹Ž Œ… €‚ƒƒ­ ““†
‡˜™‹”——‹‘‹ ˆ‰Š‘­‹ƒ
•–‚‡

†š
›ˆ‰Š †“
‡ˆ‰Š ††“
›œ ………ƒ­ ’’ˆ‰Š
Œ’ˆŠ ­
†š“
›ˆ‰Š„ … ………žŽˆ„Š………„‘’
SX-BHS - 29 mars 2013
130
 ­€‚€ƒ€€„…‚€ƒ†€†
 ­€
‡„„
€
‡„„
ˆ
 ­€‰Š‚‹€Œ‚€‡€Ž€Ž€…€‰Š‚‘€†€’€
Œ‡‚‡€„€…“­

 ­€ƒ€”‡„…€€‡
…€•

 ­€ ­€’†
Š­…€€‡
€€€”€–
—„€€Œ„•

 ­€
€ †„”­‡„†„
ƒ€……†‡…

 ­€
…€‹€Œ‚’€˜€€”­”
€‡Œ‡†Ž€•
™ˆ
š’‹˜ŠŠŒ„€Œ‡Œ‡”€„Ž€­€”‡‡ƒ
”€„­ƒ€†

 ­€—€”€€…Œ…
€€„
Ž€„€…Œƒ€•

—›…‡„‡Œ‡”€„Ž€”€„­ƒ€†
ŠŠ
Œ„€Œ ™ˆ
 ­€œ€…€Ž€„ƒ€Œ‚‡­…€
˜˜‚€Œ”€€ 
 ­€ž‡„Ÿ”…€„•

‘ƒ¡”­€

—¢ ˆ
‘¡”­€ 
—ž£Ÿ…‡„‡Œ‡”€„Ž€
”€„Ž€ƒ€ ™ˆ
‘ƒƒ
™ˆ
—€”Œ
”€„Ž€

‘—ƒ•­•••…•••••• ‡„†„ž”€Ÿ
†

‘žŸ…‡„‡Œ‡€„Ž€ž¡„€Ÿ€‚”­€
€•••€…ŒŽ€„ƒ€
ˆˆ
‘…‡„‡Œ‡€„Ž€
ˆˆ
—’„¤
™
‘ž’„­Ÿ
••…•••
„ž£Ÿ€…€Ž€ƒ€Œ‚‡­
…€ ˆ
‘˜˜”€ƒ‡€”€€
™
—¡•••‡€”Œ‚‡­ 
‘¢¡…€„„­ž£Ÿž‡€‡Ÿ
ˆ
—˜„¤

‘ž£Ÿ‡‡¡‚€ƒ€€„†€†
‚€ƒ‡€
ˆ
‘ €‡
€„„
™™
—’„

‘’„„ ¥„

…

SX-BHS - 29 mars 2013
131
ŠŠ­
€–—šƒ‹Œ‡‰‡ˆ‰„…
Ž ‘‡„‰Ÿ‡ˆ‰
ŠŽ­
€—ƒ‡Œƒ‹
…‰‡ˆ‰‡„
ƒ‰ƒƒ‡„‰ƒ
ƒƒ†„ƒ†„„„–
Š €–“†ƒ†„„‚‚‚‹•ƒƒ
„‚ƒ……ƒ„…œƒƒœƒ
—ƒ‡ˆ‰
Š­ ˜ƒƒœƒ
Š €„†…Œ†
ƒ‚‹ƒ†„
ŠŽ
‡‘……‰
ŠŽŠ €‡ˆ‰‚‹ƒ†„
Š Ž
” Š­Ž
€„‚‹›—ƒ†ƒ¡ƒƒ…„
‡“†‰
ŠŠ­ ž•
ŠŠŽ­
€„„
ƒ‡‰‡ˆ‰„‡„‰‡ˆ‰ ŠŽ­
ž›š’¢„¢‹ƒ‹
ƒ
„ƒ……ƒ
£
­­Š
€„ƒ‡ˆ‰—ƒ‡ˆ‰
ž•
€“†ƒƒœƒ•ƒ‡‰
„‡ƒ‰‚
‡’žš‰‡’žš‰‚‡‰‡›‰—
Š
€–“†ƒ†„„„‚ƒ™—†“‡ˆ‰‚‹
‚‹‡ˆ‰–
­
€–‡‡ˆ‰‰…‹‚‹‚‹–
ŽŠ
€–„„†‚ƒ†ƒ†„‚‡ˆ‰ƒƒƒ
ƒ‚‹‡ˆ‰–

­
€‚ƒ„…‚ƒ††„„…‚ƒ
ƒ‡ˆ‰‡ƒ‰
Š ­
‡ˆ‰‡‹Œ…‰ Š­ ­
€†‹Œ…‚ƒ††„„
Ž
‘„ƒŒƒ†‹Œ…Œƒ†’’
ŽŠŠ
€’’ƒ
ŽŽŠ
‡ˆ‰ Ž
€†ƒƒ†„
Ž­­ Œ…‡ˆ‰‚‹ƒ††ƒ†„‚ƒ†‹’’
‡‚‹ƒ†„‚‚‰‡ˆ‰
ŠŠ
€ƒ†“
Š ƒ††“
Ž­
€”“‡ˆ‰ƒŒ‚•„†
•„‚ƒ†•ƒ†ƒ•„– €–‡…‹ƒ‰‡ˆ‰†„„‚ƒ—‡ˆ‰˜™šƒ›…‡ˆ‰ƒ‹ƒ
Œ†‚ƒ‡ˆ‰– €–‚˜™šƒƒ—ƒ‚ƒ‚‹ƒ‚‚‡‚……‹…‰‡ˆ‰
‚……‹…ƒ‚ƒ†œƒ‡ˆ‰–
Š­
€–„†‚š—š‡ˆ‰‚……‹…ƒƒœƒ‡ˆ‰‚’ž—™’
SX-BHS - 29 mars 2013
132
ƒ ‚­
ƒ­€
 ‚
ƒ „…Š•ˆŒœŠ•¦’§Œ ‰…£’Š‹Œ
§Š‹Œ ‰…Š‹Œ
¢ˆ
­€ƒ ‰…Š‹Œ ­ €
„…†„Ž‘’‡ˆˆ
ˆ“
ˆ“
­ƒ­
”…•–—•…‡‡ˆ‘’
­‚
‰…Š‹ŒŠ˜‰ŒŠ‹Œ™ˆŠ‹Œ’Š‹Œš
’›
­ ƒ
‰…›ˆ’’œˆˆ’
ˆˆ›
­­­€
‰…›Š‹Œ
’Š’Œ
› ­­‚­
‰…›
Š™Œ’ž
žžžˆŠ‹Œ›
€ƒ
‰…›žžž
’žžžžžž’ €­
„…Š‹Œ €€
‰…Ÿœ’žžžŸœ’’›
€€€
‰…›’žžž’žžž
’’ˆ
„ˆˆš›
€ƒ
‰…›ˆŠ‹Œ €ƒ­
„…ŠŸ¡Œ
€ƒ­
‰…ŠŒ’žžž’ˆ’žžž› € ƒ
‰…›ˆˆ’ˆ
žŸ’žžž¢¢£ž¤›
‚‚ƒ€
‰…›™ž ‚ €
¥…’‡’
‚€ƒƒ
‰…ˆ¡
‚€€
¥…’
‚­­
¥…’
‚ ‚
‰…Š‹Œˆ“¡ ‚­ƒ‚
„…£™ˆˆ’
ƒ­ƒ ‰…¤ ƒ‚­‚
„…Š‹Œ ƒ‚ƒ
‰…’’
ƒ­
„…Š¤’œŒŠ‹Œ
ƒ­ƒ­
‰…¤ ƒ€€
”…•–—•…‡‡ˆ““
ˆ“œ ƒ  „…†šˆˆ““
ˆ“
‡‡ˆ
ƒ 
‰…”œˆ“
’ˆ““

­€‚ƒ
„…†
‡‡ˆ
SX-BHS - 29 mars 2013
133
 ­€ ‚ ‚€„€…“€¥
Œ
Ž
ŽŽŽ
  Œ
Œ‡
ŒŒŽ
 … €†
ŒŒ‡Œ
ŒŽ
Ž
“€„€€‚
Ž
ˆ‰•‹€…€
‹­„‚­‚ ‚€¤“€ ­€
ŒŽŽ
ŽŽ
—­
—— ­€ Š€’€…‚ ‚ “€…†††¥
ˆ„€…“€Š‚…
¡ˆ”„‚­‚ ‚€„€…“€Š‚…†
ˆ‰¦‹€
€Š€’€… ­€ ­€„€…
ˆ‰•­€„€…“€¤“€ „  ­€
¥€¦‹€
€€¤“€ „ … €†
ˆ‰•­€¤“€ ­€  ¡™¡ ›€…€
„‚­‚ ‚€¤“€Š‚… ˆˆ”
 ­€ ‚ ‚€¤“€
ˆ™š› ¡‚
 ­€ ‚ ‚€¤“€
ˆ‰•­„‚­‚ ‚€¤“€ ­€ 
ŒŒ
ˆ‰•­ƒ€“€“€ ­€ †
–€
€
‚€­
ˆ—ˆ˜ —™š›„€‚­
ˆ—ˆ™›™œ…ž€ €Ÿ›
—™›
–™œ…ž„€ €›
¡™š› ¡¢ …†††€ƒ€­‹£€£
ˆ™…›
 ­€ ‚ ‚€¤“€
‡Ž
ŽŽ
‡Ž
Œ
‡‡
‡
‡
Œ
Œ‡
 ­€ €‚‚€ƒ€­
ƒ€„ … €†
‡
ˆ‰ƒ€ƒ€„  ­€ Š‹
ŒŒ
ƒ€­ƒ€„  ‡‡‡Ž
ˆ‰ƒ€­ƒ€„  ­€ Š‹
Ž‡Œ
ˆ‰‚‚ˆ€‘‚Š€’€… ­€ ­ƒ€
“€“€
ƒ€­“€”€ ŽŒ
 ­€ Š€’€…ƒ€“€“€
SX-BHS - 29 mars 2013
134
€‚Ž 
€‚ƒ­†ŒŽ†…­ƒ­
„
„„„
‹…­…… – – ‘
… …–ƒ­
‘‘
ˆ‰‚‹­– – 
… …–ƒ­‡‡
­
‚¡ž­ “ ¥ ††…‹­– – 
—¡’Œ€’ ­
ˆ‰‚Ž “ ¥ †‡‡­ ­– –  Œ
„‘
—¡ „„‘
ˆ ”””Œ ­ ”
„
‡‡ ƒƒ†ƒ
–‚Ž ­
…†ƒ­¢† „
‡‡ ƒƒ†ƒ
–‚Ž ­
…†ƒ­¢† „‘
ˆ‰£Ž †……‡‡­ š
„
‡‡­   ‚Ž • Œ – …Œ Œ ‹“Ž“Ž
„‘‘
ˆ‰Œ – Œ Œ ‹‡‡­ “Ž
„‘„
ˆŸŒ…… Œ˜¤™ ŒŽ €‚ ‹
“…
„‘
€‚Ž Š ‹‹ƒ…‹
†‹ †ž “› •  †ŒŽŒ
€‚Ž  ……ƒ– Œ  †‹†‹

 †…Ž ‹Š 
‘
€‚Ž … Œ“…Ž
†‹ Œ ‹ †– ­‹ †
Š 
€‚Ž “…Ž  † †…­Œ
“ Š †‹“ Š”””
„‘
ˆŸŽŒ… Œ“…Ž‹ šŸ  † †”
— ­‹…­…… – – ˜“…†™
ˆˆŠ
ˆ€‹  š
€‚Ž ‚Ž ›ƒ†
‡Ž‹ ˆ…  ‹
ˆ‰• ­­†””” – – ­‡­
… Œ“…Ž
†
­† †”””† … †”
‡­  †
­’
ˆ‰Š­ † ‹ †ŒŽƒ­‡
„

„
„„„
œˆ­ ­”
 ­€‚ƒ­   …… †‡ 
„„
­ 
­ 
„‘
‹  
„‘
SX-BHS - 29 mars 2013
135

ƒƒ
ƒƒ
ƒ


‰
‰
‰


‰
‰
‰
‰
ƒƒ
ƒ‰‰
ƒ‰
ƒ
ƒ

‰‰
†‘
‰‰
Œ‹‹ŒŽ
ƒ‰‰
†
†‚•Ž
‰


‰
ƒ
Œ
ƒ‰
‰‰



ƒ
ƒ

‰

“‚•Ž

“
†
œˆ“’‘
Œ­†
žˆ‹ŒŽ
Ž†ŸŽ††‘
„‚ 
‚­’Œ „Œ
˜¡Žš
„˜¡Žš‚†
’­
„‡ˆ
Œ
„Œ‹ŒŽ
‡‹ŒŽ†Ž¢ „‡Ž†‘• ‡Ž†‘•††­¢
„ˆ­
˜œ†Žš
­†
„‚•Ž•Ž œ
„‡‹ŒŽ
‡”…‡ˆ­’‚Ž††
„‡Ž†‘
‡”…‡ˆ†Ž­››‘Ž†•‘
‡‹ŒŽ‹ŒŽ
„‡‹ŒŽ
‡‹ŒŽ
„˜™š ‡”…‡ˆ–†–ŒŒ­‘’­•
†Ž
“„Ž†‘‹‹ŒŽ–†–
‡”…‡ˆ–†–€
†††ŒŽ†
‡‚
“”•Œ–†–—Ž†­Œ
 ­­€‚
„… 
†‡ˆ
„‚†
†­
… „Š
­­‹ŒŽŽ†‚†‘’
†
SX-BHS - 29 mars 2013
136

 ­ ƒ„ …† ‡ˆ‡‰Š‰‹
Œ‹
Ž†„Ž‘‰Š‰’
‰ˆˆ“
ˆ‹‹Œ”•
¡Š
€
ƒ’ˆ—†Š­ €‚‚
Ž†„Ž‘˜–Š‰““ˆŠˆ•
…Ž”““ˆ—†ˆ™‰šŠˆ
‡ˆ‡‰Š‰•
‚
„ ‚
ƒ™š‹
‚€
ƒ“™
š
“‹
ƒ““ˆ
€
ƒƒ““ˆ •••ˆˆŠ““ˆ €
”ˆ
ƒƒ““ˆ›“
€‚
Ž”
‚
ƒ™œš
€
—‹› ‹’‹ —’”Š“ž“‰ˆ›“‹
ˆŠ
€‚
ƒ•••—ˆ’‹•••• €€
ƒ‰


‰

 “ˆŠ
„““
ƒ„ ƒ

ƒƒ
 
‚‚€

ˆ”

‚
ƒ” “‰ “ ‚

ˆ‹‹Œ
€
ƒ” “‰ “ —’Š
‚
ƒ‹‹ ™ˆ“š €
„ ƒ“‹ˆ““
ˆ €
 ­ ƒŸŠ­
‚‚
ƒ‘™œš‹‹Œ
†‰” “ˆ™‰šŠˆ
€
ƒ‘™—†
š›“‹ˆ ™‹‰š™Šˆ
š›‰
‚
…‹‹Œ”‹‰ˆ ‡ˆ‡•••‰ŠŒ

“‹ –Š
Ž†„Ž‘‰Š‰ˆˆ““ˆˆ “’ˆ—†˜
€‚‚
ˆŠ­
SX-BHS - 29 mars 2013
137
ƒš­…‡ˆˆ­ ­€Œ ‡“‡“†Œ­†
ƒ„ ­ˆ†­…‡ˆ
ƒ„ ƒ”ƒ ”ƒ ”„”–†Œ­†­…‡­…‡ˆ€‡˜…
 ……
ƒ­ Ž †
ƒ‹‡
’†“ˆ­…‡­­Š‡­†
”ƒ•
’†“ˆ­…‡­­Š‡­†‡ˆ–
ƒƒ‹
ƒ‡ˆ‡
‹Š­…†Š… ­—…­

‡˜‡‡€­ˆ†ˆ†ŒŒŒ­­…‡‡
 ­€
ƒ„­…†­‡­ˆ…
„ ƒ‡­€Š­……
‡‹…­€Œ­ ­€…Š­…†
‰
”ƒ ‘
ƒ­…‡­‹› ‚‚‰
­…‡ … ‚
ƒƒ‹
‰
ƒ„­…††ŠŒ­­‡
‰‚
„­…˜
ƒ‹
‚‘
™ ‰
ƒŠ†Š†Š†Š†Š†Š†Š†Š†Š ­€
Œ ‡ ­
€Œ­Œ­‡…
‡œ
‚
ƒ­­Š­…ŒœœœŒ ‡ ­
›
‰‰
„ ‰‘‚‘
ƒ„Š­…‡­
‘‰
‡œœœ
ƒ”‹ †
‡‹‡…‡†­‡…
‡
…œœœ †
‡‹ž
‘
ƒž‡Š­‡…
‡…€…‡€­Œ­Œ­
‡…
‡
……
‚‰
ƒ„­……€†
‡Š­…‡­€
‘
”‹
ŸŒ
‚
‰
‚‚
ˆ ‰
‚
‚‰
‘
‚‚
‘‚‚
‰
‘
™Ž­€­Ž­
‘‘
‚‘‘
‚
‘
‘
‘‘‚
‹€Š­… ‡
SX-BHS - 29 mars 2013
138
‹•‰Š€ƒ€‚””‚šššˆ‚Ž˜

‰‰˜ƒ
‹‰Ž›ƒ”‚ˆ‚“€ƒ‰˜
„€
‰
•œž”‚ˆ‚Ž›ƒƒ‰˜“
•œžŸ‰Šˆ“„
ˆƒš
‹œ¡
ˆƒ”‚ˆ‚ ’ˆˆ‰˜‘‰ƒ

¢ƒƒ
•œž‹€“ˆ‚ˆ‚
‹“ˆ”‚ˆ‚ £—‹•ƒ¤¥ £‹Žƒ€ˆ
£—‹„˜ƒ …†‡ – …‘¡˜ƒƒ‡
–ƒƒ
š’„¦
—
ˆ

„˜ƒ‚˜ƒš 
…ƒ‡…†‡
„€

‘ššš
„

€ƒ

€ƒ„
– ƒšššŽ‰
‚
ƒƒ 
ƒŽ„
ƒššš
§… ƒƒ‡
ƒŽ„‰
Œ
£ˆ
™
­­
™
“ˆ
­
ˆŸ
­
­
­
™
™
­
™­­
­
™
­
­
­™
­­
­­
­­
­™
­­
­
­
­
­™­
­­
­
­­
­™
­­
­
•’–•—•„‚ˆ‚‰‰Š€ƒ€‚Ž˜Ž˜
­

 
 €‚ƒ
„…†‡€‚ƒ
ƒƒˆ‰Š€‚
‹ŒŽ‘’“ˆ””‚ˆ‚

­
­­
­
SX-BHS - 29 mars 2013
139
‰Š
‰
ŠŠ
ŠŠ‰
‰
ŠŠ
‰
Š
‰
‰
‰
‰
Š
‰
‰
‰
Š
‰
‰
‰‰
‰
‰
‰ŠŠ
‰
‰
‰‰Š
‰
‰Š
‰Š
‰
‰‰
‰‰
‰
 ­€‚
ƒ‚‚€‚
„…†‡ ‚‚… ‚€‚­ ˆ‚‡ …†‡ „…‹ Œ Ž‚‡ …†‡ ‚€  ‘
„’‚ ƒ“ €‚ €  ”
•„ˆŽ‚
‚
„’‚ •
‚– …„‡ ‚‘ „’‚ ƒ”‚€‚
—€ “
ƒ˜Ž
ƒ €Ž
ƒŽ
„…™‚‚ ‡
’‚ ƒ“‚Ž
ƒš‚
ƒš‚
ƒš‚
„„ ‚ „ ‚ „‚ˆ‚
ƒ‚ ƒ›€
€ „‚‚ˆ‚œ
•€‚ˆ­ •€‚€ €‚‚ €‚ …œ‡ •€‚€ž‚ˆ‚‚‚˜ „…†‡…œ‡
 Ž
„…†‡ …‡ Ž…‡
 Ž
„™‚‚‚“‚ ‘ …‡…†‡
”™š‚‚Ÿ‚‚ˆ‚‚ ‚‚ˆ‚‘
¡…’‚“‚ ‡…†‡‚‚Ÿ‚‚ˆ‚‚ ‚‚ˆ‚
”™š’‚Ž € ‚€“Ž‘
—‚
SX-BHS - 29 mars 2013
140
’
“
 ŒŒ…­‹€€€  Ž€€€  Ž ­…€€€­••‹

‡ˆ‰…
˜Œ­
‚Œ
˜Œ™
‚ƒ­•‹ƒŒ
˜Œ˜ ­ Ž ­…š
šˆ…… •™ˆ…™
…Ž Œ
ˆ…™ˆ…€€€­…€€€­…… ••™ˆ…™
œ’”“ €€€’€€€“
ˆ…… ••™
ˆŒŒ€€€ ˆ˜ƒ€€€€€€Œ… Š­­ž™
Ÿ
Œ¡
¢ ­­ Œ•Œ€€€­Œ€€€­Œ Œ
’”“’Œ•‚“’”“’Œ•‚“
¡’”“ Ÿ
Œ¡
¡’“
’“
¡’“
‡ˆ‰•–ƒ‚ƒƒ… ­ŽŽ‚™
†‘
†
†„†
††††
‡ˆ‰‡Š‚ ¡’“’‰¤ œƒ˜Š‚ •ƒŒ
“ ¡‚
Ÿ•‹£
Š
ž­ ‚•­‚­€€€­ ‚•­‚­
š
˜˜Œ…­ƒ
˜€€€
˜Œ­˜Š
‡ˆ‰‡ŠŽ­ŒŒ˜˜  €€€­ 
‹’“€€€•­˜ƒ€€€­ƒ€€€­­›••€€€­›•‚
‘„
‘†„‘
‘‘
’”“€š
‘„‘†
ԠԠ
‘‘„
Ԡ
‘„„„
‘„
‘
‘„
‘„
‘„‘
‘„„
‘„„†††
†„„
†„„†
†‘
††‘†
†‘
††
„‘†
Ԡ
­… ‘††
‘
  ­€€€
‚ƒ
‚ƒ­ ­… ‡ˆ‰‡Š­‹ŒŒ‚Ž
‡Š ’€€€“
’”“’“
…’€€€“ ­…•…•
‡ˆ‰•–ƒ‚ƒ…— 
˜Œ­‚™
„
„†
‘
††
„
„
„†
„„„
SX-BHS - 29 mars 2013
141
Ž™†’†€€…‡„€‚ 
‰Š‰„‘€ †‡‡…€„“““’“““’š‡‡…€Œ‘€ Œ€Œ 
›† €‡
‡Œ†ƒ˜  šœ­­ˆˆ ‰Š†‹‚…€‚€’‘‡€ŒŒ ‡€ƒ€†”
•
•
ˆ
Œ€€
••
ˆˆ
ˆ
Ž™’†€š‚‘
€ƒ‡’Œ€€…‡„“
ˆˆ
‰Š‰„‘‘ “““€ƒ€†Œ“““€„™
ˆ
‰Š™ “““’‚‡‡†Œ€Œ€
…† “““€„
„‘€ “
ˆ••ˆ
Ÿ€‘…€‘
ˆ•••
Ž€ ‡†‘€ „Œƒ…†‘“““‘Œ€€…‡„ƒ 
’š‘…€€Œ
ˆ•ˆ
¤‡
…¡
€ ‡†‹ƒ ¢š‡‚€ ‡“ ˆ•
‰Š‰„‘“““‘…€…€„‚ ‡„€ŒŒ
¤…
ˆˆ
Žž€ †„‡€ ˆ
‰Š‰„„‘€ ˆ•ˆˆ
Ÿ¡
€‡€…¢Œ€…‘
ˆ
£€ †€š‚€
€‡€…¢€’š¡
ˆˆ
›
‡¤¥
ˆ•
Š‘‘€ ††’‘”
ˆ•
¤¥Ž£”
ˆ•
¤
ˆ
¤¥Ž
ˆ
› ­Œ†€‚€
ˆˆˆ
‰Š‹†‹‚…€‚€ €
‡
ˆˆ
Ž£ ˆ•ˆ•
‰Š‰„ “““’€ ‡†“““†€‘€ ‡„
…€†
 “““€€
€ƒ‡€‘‘€ƒ€†™
ˆˆ•
‰Š™ “““€€‚”
ˆˆ
ŽŠ‘€ƒ€†’“““’ƒ  ‡‡‘’€ “““™
Ž €‚‘Œ€ ‰Š‰‚‘Œ€ ’“““’‡ ††” Ž ‡ “““…‚€‚‘Œ€ ‡ ‚
‰Š‰„€‚‘Œ€ ‡ ‚„‘€ ‰Š†‹‚…€‚‘†…€ …€€†€ƒ€†”
Ž‘…
‰Š–…€ …€€†€ƒ€†”
Ž—‚‘ƒ€†‘’‡‡€“““€˜ †’’€…Œ ’‘™
 ­€‚€ƒ„…€ †‚‡
 ‰Š†‹‚…€‚Œ
€ƒ‡…‚ ƒ€Œ€ ‡€
ˆ
ƒ€† ˆ
ˆˆˆˆ
ˆ•
SX-BHS - 29 mars 2013
142
˜
˜
ˆ™Š•ƒ€„ •€
 ­€ ‚ƒ„ ƒƒ …„ †…ƒ‡€ ‡€„ƒ…
š … Œ  ›œ…„ƒ€
…„ „ƒ € ’
Ž‘– ƒ
ƒ—… „€……•‹ “ƒ
ƒ—… ……
 ­€ ‚ƒ„ ƒƒ …„ †…ƒ‡€ ‡€„ƒ…
ˆ‰‡ Š ‹ ƒ€…‡Š Œƒƒ€‡
Ž‘’‡ ’ „ ƒ „ “ €”€ƒ…• €–
šŒ ˆ‰
€ “…
ƒžŸ ˆ¡ƒƒƒƒƒ‡ƒœƒ€•Œ ˜
¢Œ… ‡ ƒ
žžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžž
£Žˆ¤¥¡¥¥¥¦œ¥¡§¤¥¥£¥¥ˆ¤‰¥
ˆŽ¡‰£¥¡‰¥¦
žžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžžž
annexe 3
Planches de paramètres FDR
143
SX-BHS - 29 mars 2013
144
SX-BHS - 29 mars 2013
145
SX-BHS - 29 mars 2013
146
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 4
Approche ILS 36R (IAF ARBON) après une STAR MEZIN 1D
Les informations ci-après sont fondées sur le manuel d’exploitation Tour-Approche
de Lyon Saint-Exupéry et sur l’entretien réalisé avec le responsable de la qualité
de service du service de la navigation aérienne de l’aérodrome.
Approche ILS 36R (IAF ARBON) après une STAR MEZIN 1D
La fiche AD2 LFLL IAC 03 de l’AIP France décrit les trajectoires pour rejoindre l’axe
d’approche depuis le repère d’approche initial ARBON. Cette approche initiale est
suivie d’une approche intermédiaire et finale ILS Z ou LOC 36 R.
Le FAF utilisé lors d’une approche par ARBON (en guidage radar ou en procédure
normale) est le FAP de l’approche ILS 36R Z situé à 6,9 NM / 3 000 ft.
Note : seules les approches par GOMET (approche ILS 36R Y) utilisent le FAP situé à 10 NM / 4 000 ft. Il est
prévu à court terme que le FAF pour l’approche par GOMET soit également positionné à 3 000 ft (FAP
unique pour toutes les approches).
147
SX-BHS - 29 mars 2013
Cartes Jeppesen en vigueur et à disposition de l’équipage du SX-BHS
L’écoute du CVR indique que le briefing du PF reprend la trajectoire telle que décrite
sur les fiches Jeppesen. Il mentionne uniquement une altitude de 4 000 ft ce qui
semble indiquer que l’équipage n’utilise pas la bonne carte d’approche et prévoit une
approche ILS 36R Y dont le FAP est à 10 NM et 4 000 ft (au lieu de la carte d’approche
ILS 36R Z).
148
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 5
Manual of EBT - Airbus competencies
149
SX-BHS - 29 mars 2013
150
SX-BHS - 29 mars 2013
151
SX-BHS - 29 mars 2013
KNOWLEDGE (Source : Airbus technical competencies)
Competency description
Knowledge and understanding of relevant information, operating instructions, aircraft systems, and the operating environment
Performance indicators
ˆ ˆ Demonstrates practical and applicable knowledge of limitations and systems and
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
their interaction;
Demonstrates required knowledge of published operating instructions;
Demonstrates knowledge of the physical environment, the air traffic environment
including routings, weather, airports and the operational infrastructure;
Demonstrates knowledge of the applicable legislation;
Knows where to source required information.
152
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 6
IRBA
Service de santé des armées
Direction Centrale du Service de Santé des Armées
Institut de Recherche Biomédicale des Armées
Pôle Facteurs Humains
Département Neurosciences & contraintes opérationnelles (NCO)
Unité Fatigue et Vigilance
Rapport d’expertise
Titre
Etude « Fatigue – BEA » accident A321 SX-BHS
Rédacteurs du rapport :
MP SAUVET Fabien, M. CHENNAOUI Mounir
DIFFUSION RESTREINTE
153
SX-BHS - 29 mars 2013
154
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 1/37
SYNTHÈSE
ORGANISME
DEPARTEMENT
N° DE L’ÉTUDE
IRBA Brétigny sur Orge
NCO, Unité Fatigue et Vigilance
2014/DRS/NCO/Vigilance/01
RESPONSABLE SCIENTIFIQUE
CLASSIFICATION
M. Mounir CHENNAOUI (IRBA/NCO/Fatigue et Vigilance)
Institut de recherche biomédicale des armées
BP 73 91223 Brétigny sur Orge
DIFFUSSION RESTREINTE :
IRBA/DIR, IRBA/DRS/NCO,
IRBA/DRS/ACSO, BEA
TITRE DE L'ETUDE
TYPE D’ETUDE
Etude « Fatigue – BEA » accident A321-SX BHS
Expertise
PARTENAIRE
TYPE PARTENARIAT
Bureau d’Enquêtes et d’Analyse pour la sécurité civile, Aéroport Contrat de prestation
du Bourget, 200 rue de Paris, 93352 Le Bourget Cedex.
VERSION / DATE
Version 4 /24avril 2014
Contexte.
Dans le cadre de l’enquête de sécurité ouverte à la suite de la sortie de piste de l’Airbus A321
immatriculé SX-BHS survenue le 29 mars 2013 sur l’aéroport de Lyon (LYS), le Bureau d’Enquête et
d’Analyse (BEA) pour la sécurité civile a sollicité l’Institut de recherche biomédicale des armées
(IRBA) afin de lui fournir une évaluation du niveau de fatigue de l’équipage.
Objectif de l’étude.
L’objectif de cette expertise était d’évaluer l’impact des altérations du cycle veille/sommeil et des
activités aéronautiques sur le risque de fatigue, dans cette situation.
Descriptif des travaux.
L’expertise a été réalisée à partir des documents présentés par les enquêteurs du BEA (activités
aéronautiques, horaires de travail, conditions de sommeil, enquête technique…) des pilotes le jour
de l’accident et les 2 mois précédents). Les données présentées ont été comparée à celles décrites
dans la littérature scientifique et aux valeurs obtenues avec un modèle bio-mathématique de gestion
du risque fatigue (Modèle SAFTETM) (Hursch et al. 2004).
Résultats.
Les enquêteurs du BEA ont relevé, au cours du vol, des erreurs techniques et non techniques,
pouvant être imputées à une dégradation des performances cognitives, caractérisée notamment par
155
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 2/37
des troubles de la mémoire de travail, de la prise de décision et de la conscience de la situation,
évocatrices d’un état de fatigue de l’équipage.
Nous n’avons pas identifié d’altérations du cycle veille/sommeil (dette aigüe ou cumulée,
modification du rythme circadien) susceptibles de favoriser à elles seules l’apparition d’un tel état de
fatigue. La modélisation bio-mathématique, ne met pas en évidence de score à risque de fatigue au
cours de la journée de l’accident ou au cours des jours précédents (score d’efficacité minimal de 86 %
à la fin du 3ème vol et moyenne pour les 3 vols à 91,9 % ± 0,9 %).
Par contre, le temps de service en vol particulièrement long (14h30) est compatible avec une
augmentation importante du risque d’accidents (Goode et al. 2013) et de fatigue ressentie par les
équipages. Cet état a pu être notamment majoré par le nombre de vols réalisés au cours de la
journée, des durées d’escale courtes ne permettant pas de période de repos et une charge de travail
importante.
Conclusion.
Le principal facteur de fatigue identifié au cours de la journée de l’accident est un temps de service
particulièrement long. Cette expertise illustre l’intérêt de mieux prendre en compte le temps de
service en vol et le nombre d’escales dans les modèles bio-mathématiques de prédiction du risque
fatigue en aéronautique.
Signatures :
156
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 3/37
TABLE DES MATIERES
I.
INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 4
I.1. LE MANDAT ...................................................................................................................................................... 4
I.1. PRESENTATION DU GROUPE D’EXPERTS ................................................................................................................... 4
I.2. DEFINITION DES CONCEPTS UTILISES ....................................................................................................................... 6
I.3. LA PROBLEMATIQUE ........................................................................................................................................... 8
I.4. LES OBJECTIFS DE L’EXPERTISE ............................................................................................................................... 9
II.
MATERIELS ET METHODE....................................................................................................................... 9
II.1. DOCUMENTATION RELATIVE A L’ACCIDENT ............................................................................................................. 9
II.2. CALCUL DES PARAMETRES ................................................................................................................................... 9
II.3. MODELISATION DE LA FATIGUE .......................................................................................................................... 10
II.4. ANALYSE DE LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE........................................................................................................... 11
III.
RESULTATS .......................................................................................................................................... 12
III.1. HISTORIQUE DE L’ACCIDENT ............................................................................................................................. 12
III.3. ACTIVITES AERONAUTIQUES DES PERSONNELS NAVIGANTS ...................................................................................... 13
III.4. CYCLES VEILLE/SOMMEIL ................................................................................................................................. 14
III.5. MODELISATION DE LA FATIGUE ......................................................................................................................... 14
IV.
DISCUSSION ......................................................................................................................................... 16
IV.1. FATIGUE DE L’EQUIPAGE.................................................................................................................................. 16
IV.1. ALTERATIONS DU CYCLE VEILLE/SOMMEIL.......................................................................................................... 17
IV.3. AMPLITUDES D’ACTIVITES AERONAUTIQUE ...................................................................................................... 18
IV.4. MODELISATION DE LA FATIGUE ......................................................................................................................... 20
V.
CONCLUSION ....................................................................................................................................... 21
VI.
REFERENCES ........................................................................................................................................ 21
VII.
ANNEXE 1 : DEMANDE DU BEA (4/07/2013) ........................................................................................ 24
VIII.
ANNEXE 2 : PROGRAMME D’ACTIVITE INDIVIDUELLE (OPL) ................................................................. 25
IX.
ANNEXE 3 : PROGRAMME D’ACTIVITE INDIVIDUELLE (CDB) ................................................................ 28
157
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
I.
Page 4/37
INTRODUCTION
I.1. LE MANDAT
Dans le cadre de l’enquête de sécurité, ouverte à la suite de la sortie de piste de l’Airbus A321
immatriculé SX-BHS survenue le 29 mars 2013 sur l’aéroport de Lyon Saint Exupéry (LYS), le Bureau
d’enquête et d’analyse (BEA) pour la sécurité civile a sollicité le directeur de l’Institut de recherche
biomédicale des armées (IRBA) (courrier du 04/07/2013, annexe 1) afin de lui fournir une évaluation
du niveau de fatigue de l’équipage, liée en particulier aux activités aéronautiques le jour de l’accident
et les éventuelles dettes de sommeil induites par les activités aéronautiques au cours des jours
précédents. L’unité Fatigue et Vigilance de l’IRBA (département Neurosciences et Contraintes
Opérationnelles du Pôle Facteurs Humains) a été désignée pour répondre à cette demande
d’expertise. Cette expertise a été réalisée dans le cadre d’un contrat de prestation entre l’IRBA et le
BEA pour la sécurité civile.
Figure 1. Photographies parues dans la presse relative à l’accident
I.1. PRESENTATION DU GROUPE D’EXPERTS
Cette demande rentre dans le périmètre de recherche et d’expertise de l’unité Fatigue et Vigilance
de l’IRBA, créé en septembre 2011 pour répondre aux questions des forces et des états-majors
relatives aux conséquences et à la gestion de la fatigue induite par les situations opérationnelles.
L’unité Fatigue et Vigilance, dirigée par Mounir Chennaoui, est composée de 14 personnels (médecin,
chercheurs, ingénieurs, techniciens, doctorants …). Ses personnels conduisent depuis plus de dix ans
des projets de recherche et d’expertise sur les conséquences physiologiques des altérations du cycle
veille/sommeil et du temps passé à la tâche, en laboratoire ou sur le terrain en situation
opérationnelle. Ils étudient principalement les effets de ces altérations sur les réponses
endocriniennes, immuno-inflammatoires, cardio-vasculaires et cognitives. Ils évaluent aussi
l’efficacité de contremesures (stratégies nutritionnelles et pharmacologiques, sieste,
luminothérapie…) dans ces situations dégradées.
L’unité Fatigue et Vigilance est notamment experte pour la France pour le STANAG 3527 aircrew
fatigue management et assure le suivi de l’instruction N° 744/DEF/DCSSA/AST/TEC relative à
« l’utilisation des substances modifiant la vigilance en opération ». Ses personnels dispensent les
cours relatifs à la gestion de la vigilance en opération dans le cadre des brevets de médecine
158
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 5/37
aéronautique et spatiale (BMAS, BMAS+, brevet européen), interviennent lors des journées sécurité
des vols et dans la formation des moniteurs de sport militaire, des personnels navigants au profit de
compagnies aériennes civiles. L’unité est également un terrain de stage pour les étudiants du
diplôme universitaire « Facteurs Humains pour la conception de systèmes homme-machine en
aéronautique de l’université Paris Descartes».
Les spécificités et le caractère unique de l’unité sont ses compétences scientifiques et techniques
multidisciplinaires et transversales (neurosciences, physiologie, psychologie et biologie). L’unité
dispose également de plusieurs plateaux techniques : un plateau de biologie moléculaire et
biochimie, un appartement de sommeil équipé en polysomnographie et en surveillance vidéo (6
chambres), un plateau technique ambulatoire de monitorage en électrophysiologie, température,
actimétrie, GPS et exploration cardiovasculaire et un plateau un plateau d’explorations
neurophysiologiques (cage de Faraday).
L’unité Fatigue et Vigilance est labélisée E.A. (Equipe d’accueil) par l’Agence d’évaluation de la
recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) à compter du 01/01/2014 avec le Centre du
Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel Dieu (APHP). L’unité collabore avec l’Ecole supérieure de
physique et de chimie de la ville de Paris (ESCPI), avec le Laboratoire de Physiologie de l'Exercice de
l’Université de Saint-Etienne et avec la Military Performance Division de l’United States Army
Research Institute of Environmental Medicine (USARIEM. Natick, USA). Elle participe également à des
travaux au profit des fédérations françaises de football (FFF), d’athlétisme (FFA) et de cyclisme (FFC),
le Paris Saint Germain football club (PSG), l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la
Performance (INSEP) et le Qatar Orthopaedic and Sports Medicine Hospital (ASPETAR, Doha, Qatar).
L’expertise a été réalisée par :
- Mounir Chennaoui. Docteur en sciences, titulaire d’une Habilitation à Diriger la Recherche
(HDR), il dirige l’unité Fatigue et Vigilance depuis sa création. Ancien officier supérieur du
service de santé des armées, il travaille depuis plus de 19 ans dans le Pole Facteurs Humains de
l’Institut de médecine aérospatiale du service de santé des armées (IMASSA) puis de I’IRBA. Il a
publié plus de 40 articles internationaux et chapitres de livres dans le domaine de la fatigue et
de la performance.
- Fabien SAUVET. Docteur en médecine, praticien certifié de recherche du Service de santé des
armées, titulaire d’une thèse d’université en physiologie, spécialiste du sommeil et de
médecine et biologie du sport. Après une première partie de carrière dans les forces il exerce
depuis 2007 à l’IMASSA puis à l’IRBA où il a mené des travaux de recherche portant
principalement sur les effets de la privation de sommeil.
Le docteur Mounir CHEANNAOUI et le médecin principal Fabien SAUVET n’ont aucun conflit d’intérêt
de type commercial, scientifique ou réglementaire pouvant interférer avec la réalisation de ce travail.
Ils ne bénéficient d’aucun intérêt financier personnel.
159
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 6/37
I.2. DEFINITION DES CONCEPTS UTILISES
I.2.2. LA SOMNOLENCE ET LA VIGILANCE
La vigilance désigne la capacité du système nerveux central à répondre à un stimulus ou à un
évènement, à maintenir une surveillance attentive, sans défaillance (Wright et McGown 2001;
Caldwell et al. 2009). Classiquement, on entend par état de vigilance, l’état d’éveil de l’organisme.
Le déclin de la vigilance au cours de la journée constitue un phénomène physiologique normal qui
dépend principalement de la durée de l’éveil et de l’heure de la journée (Akerstedt and Folkand
1986) mais aussi de caractéristiques individuelles, familiales, de la qualité du sommeil la nuit
précédente, de la nature des tâches accomplies… (Wegmann et al. 1986, Coroenne et al. 2013b).
L’état de vigilance est physiologiquement au plus bas entre 1 heure et 5 heures du matin (Akerstedt
and Folkand 1986).
La diminution de la vigilance, notamment observée au cours de périodes de travail prolongées ou
nocturnes, est fréquentes dans le milieu aéronautique (Caldwell et al. 2009; Yen et al. 2009). Les
variations du niveau de vigilance au cours de la journée sont aussi accompagnées de fluctuations de
la performance. Or, le pilotage est une tâche complexe qui requiert un niveau optimum d’éveil pour
garantir la sécurité (Wright et al. 2005). Ainsi, la diminution de la vigilance, est un facteur de risque
majeur d’accident dans l’aviation (Caldwell et al. 2009; Yen et al. 2009), d’augmentation du temps de
réaction et d’erreurs (Bourgeois-Bougrine et al. 2003a).
La somnolence se définit comme un état intermédiaire entre la veille et le sommeil caractérisé par
une tendance irrésistible à l’assoupissement si la personne n’est pas stimulée. La somnolence
correspond donc à une diminution de l’éveil physiologique manifestée par un besoin de dormir
(Billiard et Deauvilliers 2009).
La probabilité de s’endormir à un moment donné est la résultante de 2 pressions : la pression de
sommeil qui dépend de facteurs homéostatiques et du facteur circadien, la pression de veille,
dépendant de stimuli internes (horloge biologique) et externes (exposition à la lumière,
synchroniseurs sociaux, stimuli psychophysiologiques…) (Billiard et Deauvilliers 2009). En pratique,
l’augmentation de la somnolence est corrélée à une diminution de la vigilance (Caldwell et al. 2008 ;
Wright et McGown 2001, Chennaoui et al. 2011). Cependant, la somnolence diminue avec la prise de
sommeil mais pas après le repos. Le seul traitement efficace de la somnolence est un sommeil
proportionné (Caldwell et al. 2009 ; Philip et al. 2005).
1.2.3. LA FATIGUE
Définition de la fatigue
Actuellement, il n’y a pas de définition de la fatigue universellement acceptée. Néanmoins, le terme
« fatigue », fait référence à une combinaison de signes fonctionnels, tels que l’altération des
performances physiques ou mentales, la sensation subjective de somnolence, une diminution de la
motivation… La fatigue est favorisée par de nombreux facteurs tels que la privation de sommeil, les
activités prolongées, la perturbation des rythmes circadiens, la réalisation de taches complexes et
prolongée, d’effort physiques (Chennaoui et Lagarde 2013) mais aussi par l’âge, des maladies, les
160
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 7/37
pathologies du sommeil, des troubles psychiques... (Philip et al. 2005). En aéronautique, la fatigue est
une problématique majeure du fait de ses conséquences sur la sécurité (Caldwell et al. 2009). 25%
des accidents dans l’US Air Force ont été attribués à la fatigue des pilotes (Caldwell et al. 2009).
Ainsi, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a retenue dans la convention relative à
l’aviation civile internationale (annexe 6, 15 juin 2011), la définition suivante de la fatigue : « état
physiologique de capacités mentales ou physiques réduites résultant d’une perte de sommeil ou
d’une période d’éveil prolongée qui peut affecter la vigilance d’un membre d’équipage et sa
capacité de travailler dans un avion ou effectuer des taches de sécurité de manière efficace ».
Cependant, il est difficile de mesurer la fatigue réelle des pilotes et il n’y a pas actuellement de
méthode de mesure directe de l’apparition de l’état de fatigue d’un pilote (Good 2003 ; Caldwell et
al. 2009).
Néanmoins, fatigue et somnolence coexistent lors d’activité de conduite prolongée, de pilotage ou
après privation de sommeil (Philip et al. 2005 ; Caldwell et al. 2009). Dans le milieu aéronautique et
dans de nombreuses publications scientifiques, les mots fatigue/hypersomnolence/hypovigilance
sont même souvent associés ou confondus (Caldwell et al. 2009). En pratique, de nombreux auteurs
(Barth et Holding 1976, Bougrine et al. 2003, Colqhoun 1976, Lille et al. 1980, Jackson et al. 2013,
Ballenky et al. 2003) ont développé à partir d’étude portant sur les modifications de l’état d’éveil en
vol, des relations empiriques entre les horaires et amplitudes de travail et la dégradation des
performances.
La fatigue en vol, évaluée par la sensation de diminution de l’éveil, est observée dans 20% des vols
moyens courrier et dans 40% des vols long-courriers (Bourgeois-Bougrine et al. 2003a). Entre 41% et
5% des pilotes reconnaissent que la « fatigue a sévèrement impacté la sécurité d’un vol au moins une
fois dans leur carrière » (Yen et al. 2009) et 50% des pilotes de l’US Air Force admettent être tombé
de sommeil involontairement en vol, au moins une fois, pendant une mission (Caldwell et Gilreath
2002). Des enregistrements du sommeil en vol ont mis en évidences des périodes de micro-sommeil
chez 40 à 50% des pilotes au cours de vols prolongés de nuit, notamment entre 1 et 5 heures du
matin (Wright et McGown 2001, Wright et al. 2005, Cabon et al. 2003, Coroenne et al. 2013b).
Ces résultats confirment de récents travaux menés dans le transport automobile qui ont mis en
évidence que le principal facteur de somnolence n’était pas lié à la durée de conduite mais aux
perturbations du cycle veille/sommeil et à l’heure de la journée (Philip et al. 2005 ; Valent et al.
2010). De nombreux travaux ont mis en évidence que la privation de sommeil diminue le temps de
réaction, les performances mentales et augmente le nombre d’erreurs (Pikker et Huffcutt 1996) et
ce, dès deux heures de privation de sommeil (Belenky et Bissel 1994).
La fatigue dans l’aéronautique peut être favorisée par 3 composantes principales (Hursh 2005,
Powell et al. 2010) :
- la composante circadienne (l’heure de la journée),
- les dettes de sommeil (dette cumulée de sommeil au cours des jours précèdent, durée
d’éveil continue),
- le temps de service.
Dans l’aviation, les causes de la fatigue sont multiples tels que l’accumulation de décalages horaires,
de réveils précoces successifs, de vols de nuits répétés, de repos insuffisants entre les vols, les vols
successifs au cours d’une même journée qui concourt à la survenue de niveau élevés, voire
inacceptables de fatigue et de somnolence pendant les vols (Powell et al. 2002, Caldwell et al. 2009).
161
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 8/37
Figure 2. Facteurs influençant l’éveil et la performance cognitive (Hursh 2005)
I.3. LA PROBLEMATIQUE
Dans l’aviation, la question de la fatigue est un problème facteur humain majeur (Caldwell et al.
2009). Ne pas prendre en compte ou sous-estimer le signal d’alarme qu’est la fatigue ressentie
expose les personnels navigants à ne pouvoir mettre en œuvre leurs capacités au meilleur niveau et
à se situer en deçà de l'attente de performance et de sécurité. Il y a là un réel enjeu d'arbitrage dans
la gestion de la fatigue d’un équipage et le maintien d’un niveau élevé de performance et de
rentabilité pour une compagnie aérienne. En conséquence, de nombreux états et organisations ont
développé des règles et des normes, qui fixent des durées minimales de repos et maximales d’emploi
des équipages afin de limiter l’apparition et l’amplitude de la fatigue tout en maintenant un niveau
d’emploi compatibles avec des impératifs économiques. Ces normes, compromis entre les exigences
de sécurité et de rentabilité, prennent en compte de nombreux paramètres tels que : le nombre
d’heures de vol (par jour, semaine, trimestre et année), les temps de service, et le temps de repos
avant le vol en tenant compte du type d’équipage (augmenté ou non augmenté), de l’horaire du vol
(jour/nuit) et du nombre de fuseaux horaires franchis.
Malgré de nombreuses tentatives, il n’y a pas actuellement de consensus international (Caldwell et
al. 2009) et des différences importantes demeurent selon les pays. Une récente volonté
d’harmonisation des normes au niveau européen, votée au parlement européen le 9 octobre 2013
(EASA 2013), a provoqué un vif débat dans la population des pilotes, des experts et des scientifiques
(ETSC 2013). D’autre part, aucune norme ne peut prendre en compte l’ensemble des facteurs
contribuant à la fatigue au risque d’être trop complexe et inexploitable. En particulier, certains
facteurs sont peu pris en compte tels le rythme circadien, le décalage horaire et d’autres ignorés tels
la complexité des vols ou la variabilité individuelle. Une alternative a été proposée, consistant à
utiliser des modèles mathématiques multiparamétriques d’estimation du niveau de fatigue (cf.
paragraphe précédent) afin de fixer les périodes d’activité et de repos.
162
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 9/37
I.4. LES OBJECTIFS DE L’EXPERTISE
L’objectif de cette expertise était d’évaluer l’impact de l’activité aéronautique et des éventuelles
altérations du cycle veille-sommeil sur le risque fatigue dans l’accident du 29 mars 2013, à partir des
éléments apportés par les enquêteurs du BEA (par exemple les horaires de travail des pilotes le jour
de l’accident et le mois précédent...). Cette expertise a été réalisée au regard de la littérature
scientifique actuellement disponible et d’un modèle bio-mathématique validé de gestion du risque
fatigue dans l’aviation civile (Modèle SAFTE) (Hursch et al. 2004). Nous avons laissé le soin aux
experts de la sécurité aérienne d’interpréter nos résultats et conclusions dans le contexte global de
l’enquête.
II.
MATERIELS ET METHODE
II.1. DOCUMENTATION RELATIVE A L’ACCIDENT
L’expertise a été réalisée à partir des documents présentés par les enquêteurs du BEA (descriptif de
l’accident, activités aéronautiques, horaires de travail, conditions de sommeil…), lors d’une réunion
de travail le 28 juin 2013 à l’IRBA (locaux de l’unité Fatigue et Vigilance à l’Hôtel dieu).
Le planning d’activités aéronautiques du Commandant de bord (Cdb) et de l’Officier pilote de ligne
(OPL) au cours des 2 mois précédents l’accident sont présenté en annexes 2 et 3.
Les auteurs de ce rapport n’ont jamais rencontré les personnels impliqués dans l’accident ni eu de
contact avec eux. Ils n’ont pas utilisés d’informations relatives à l’accident autres que celles
transmise par le BEA.
II.2. CALCUL DES PAR AMETRES
D’après les définitions du règlement EU-OPS (sous partie Q),, nous avons calculé :
- Temps de vol « cale à cale ». Le temps écoulé entre le moment où l'avion se déplace de son lieu
de stationnement en vue de décoller, jusqu'au moment où il s'immobilise sur la position de
stationnement désignée et que tous les moteurs ou toutes les hélices sont arrêtés.
- Temps de service de vol (TSV). Toute période au cours de laquelle une personne exerce à bord
d'un avion en tant que membre de son équipage. Ce temps est compté depuis le moment où le
membre d'équipage doit se présenter, à la demande d'un exploitant, pour un vol ou une série de
vols et se termine à la fin du dernier vol au cours duquel le membre d'équipage est en fonction.
- Temps de service. Temps écoulé entre le moment où un membre d'équipage doit commencer
un service à la demande d'un exploitant jusqu'au moment où il est libéré de tout service.
-
Temps de repos. Une période ininterrompue et définie pendant laquelle un membre
d'équipage est libérée de tout service ainsi que de toute réserve à l'aéroport.
163
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 10/37
II.3. MODELISATION DE LA FATIGUE
Des nombreux modèles mathématiques ont été développés pour évaluer les modifications de la
vigilance et de prédire l’apparition de la fatigue et son importance (Jewett et al. 1999, Hursh et al.
2004, Neri 2004). Ces modèles ont été créés à partir de résultats d’études en laboratoire et de terrain
basées sur des questionnaires subjectifs et de test de performance mentale (temps de réaction
principalement) (Van Dongen et al. 2007).
Seulement quelques modèles ont été validés sur le terrain en environnement opérationnel (Spencer
et Robertson 2007, Hursh et al. 2006). Le modèle de prédiction de la fatigue Sleep, Activity, Fatigue,
and Task Effectiveness (SAFTETM), développé initialement par la défense américaine a été validé par
rapport au risque d’accident et d’erreur dans l’aviation et le transport ferroviaire (Jewett et al. 1999,
Hursh et al. 2004, CASA 2010). Ce modèle est aujourd’hui utilisé dans la programmation des vols
dans l’armée américaine, de compagnies aériennes civiles, des compagnies ferroviaires ou de
transport routier et nucléaire. Des logiciels (FAST, FlyAwake…) ont été conçus pour utiliser plus
facilement ce modèle et estimer l’apparition et l’ampleur de la fatigue, ce qui permet d’optimiser la
gestion des équipages et l’utilisation des contremesures (siestes, sommeil de récupération,
caféine…).
Le modèle SAFTE prend en compte le réservoir de sommeil, le rythme circadien, l’inertie du sommeil,
et le temps estimé de sommeil (lorsqu’il n’est pas connu) à partir de l’horaire en tenant compte de la
physiologie du sommeil (CASA 2010). En sortie, le modèle SAFTE estime l’efficacité cognitive, qui
dépend de la balance entre les processus de régulation du sommeil, les processus circadiens et
l’inertie du sommeil (Figure 3). Le risque d’accidents liés aux facteurs humains est élevé lorsque le
score d’efficacité est inférieur à 82.5% et augmente progressivement avec la baisse de l’efficacité.
Lorsque le score d’efficacité est inférieur à 77.5 %, la chance de survenue d’un accident lié au facteur
humain est de 65% plus important que la chance (Hursh et al. 2006).
TM
Figure 3. Modèle Sleep, Activity, Fatigue, and Task Effectiveness (SAFTE ) (Hursh, 2003)
164
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 11/37
L’estimation du niveau de fatigue de l’OPL et du Cdb a été réalisée à l’aide du modèle SAFTE (Hursh
2005) en utilisant le logiciel FlyAwake2.0® (FlyAwake.org, MACROsystems, Inc). Ce logiciel, initialement
créé pour le ministère de la défense américain (US Department of Defense, DoD), permet d’estimer
l’efficacité cognitive, dont la dégradation est le reflet de la fatigue et de l’augmentation du risque
d’accident.
Nous avons entré dans le logiciel, les données relatives au type d’équipage, les horaires et lieu de
décollage et d’atterrissage, les périodes de sommeil (connues ou estimées), les temps de préparation
de vol, la prise éventuelle d’une substance éveillante (café, thé…) et la réalisation de siestes.
En sortie, le logiciel donne un score d’efficacité cognitive en fonction du temps, et calcule pour
chaque vol la valeur moyenne, minimale et maximale d’efficacité. Le calcul tient compte notamment
de l’heure de la journée, du réservoir de sommeil, de la durée de l’éveil, des décalages horaires, de
l’inertie au réveil…
Le graphique de résultat comprend une zone rouge dite d’ « efficacité critique », qui indice un score
inférieur au seuil de 77.5%. L’objectif est de maintenir la performance au-dessus du seuil de 82,5%
(Beshany 2009) (Tabeau 1).
Catégories
Score d’Efficacité (SE)
Verte
SE 82.5 %
Jaune
80 % < SE 82,5 %
Orange
77.5 % < SE 80 %
Rouge (zone critique)
SE 77.5 %
Tableau 1. Analyse qualitative des scores d’efficacité prédits avec le logiciel FlyAwake
II.4. ANALYSE DE LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE
Les activités aéronautiques et les résultats de l’analyse mathématique ont été interprétés au regard
de la littérature scientifique accessible via la base de donnée PubMed de (US National Library of
Medicine National Institutes of Health, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed) et Google Scholar
(http://scholar.google.fr/) en privilégiant les publications dans des revues scientifiques à comité de
lectures ou les travaux de groupes d’experts reconnus. Les principaux mots clefs utilisés pour la
recherche ont été : aerospace medicine, aviation, circadian rhythm, duty, drowsiness fatigue, flight
duty, flight, in-flight sleep, karolinska sleepiness scale, modeling, performance, pilot, psychomotor
vigilance task, rest, risk management, safety, sleep, split duty…
165
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 12/37
III. RESULTATS
III.1. HISTORIQUE DE L’ACCIDENT
- Le Commandant de bord (Cdb) et l’Officier pilote de ligne (OPL) ont été déclarés apte
médicalement.
- La veille de l’accident, après un vol de mise en place (MEP), les pilotes sont arrivés à leur hôtel le
28/03/13 à 14:01 UTC. Le commandant de bord venait d’Athènes (UTC + 2) et l’OPL de Valence
(UTC + 1). Le Cdb et l'OPL disent s’être couchés vers 22:00 locale (21:00 UTC). Ils ne relatent pas
de difficultés particulières pour dormir.
- Le jour de l’accident (29/03/2013), avant le vol, l'équipage s'est présenté à l'aéroport vers 5:15
UTC soit 1 heure avant l'heure « block » prévue à 6:15 (UTC).
- L’équipage de l’Airbus A321 immatriculé SX-BHS, exploité par la compagnie Hermès Airlines,
effectue un vol aller-retour entre les aéroports de Lyon Saint-Exupéry (France) et Dakar (Sénégal)
dans le cadre d’un vol de transport public de passager non régulier pour le compte d’Air
Méditerranée :
l’équipage décolle de Lyon à 06:44 et atterrit à Dakar à 12:03. A Dakar, des problèmes
d’approvisionnement des repas les retardent d’environ 30 minutes ;
l’équipage décolle de l’aérodrome de Dakar à 13:44 et atterrit à Agadir à 16:13 pour une
escale technique.
L’équipage décolle d’Agadir à 17:02 à destination de Lyon ;
à 19:46 min 03, l’équipage atterrit à Lyon. L’avion touche la piste à environ 1600 m du
seuil de piste, sort longitudinalement de la piste et s’immobilise à environ 300 m du seuil.
Nous observons que le temps d’escale entre les vols est court : 1 h 40 environ entre de 1er et le
2ème vol et seulement 50 minutes entre le 2ème et e 3ème (Tableau 2).
Vols
Décollage
Atterrissage
Temps de vol
1
Lyon-Saint-Exupéry
code AITA : LYS
code OACI : LFLL
6h44
Léopold-Sédar-Senghor Dakar
code AITA : DKR
code OACI : GOOY
12h03
5h19
2
Aéroport int. Dakar
code AITA : DKR
code OACI : GOOY
13h44
Agadir - Al Massira, Agadir
code AITA : AGA
code OACI : GMAD
16h13
2h29
3
Agadir - Al Massira,
code AITA : AGA
code OACI : GMAD
17h02
Lyon-Saint-Exupéry
code AITA : LYS
code OACI : LFLL
19h46
2h44
Problèmes
problèmes
d’approvisionneme
nt des repas
retard 30 min.
19h46 min 03,
Sortie de piste
Tableau 2. Récapitulatif des activités aériennes du 29/03/2013 (A321 SX- BHS)
166
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 13/37
III.3. ACTIVITES AERONAUTIQUES DES PE RSONNELS NAVIGANTS
Les données relatives aux activités aéronautique de commandant de bord (Cdb) et de l’officier pilote
de ligne (OPL) sont présentés dans les tableaux 3 et 4.
Commandant de bord (Cdb)
Temps de vol
Officier Pilote de Ligne (OPL)
Non augmented crew
Non augmented crew
10 h 32 min
10 h 32 min
14 h 30 min
14 h 30 min
14 h 30 min
14 h 30 min
15 h 00 min
15 h 00 min
(29/03/2013)
Temps de service en vol
(29/03/2013)
Temps de service
(29/03/2013)
Temps de repos
Activité la veille du vol
-vol de Mise en place (MEP) :
-vol de Mise en place (MEP) :
(28/03/2013) (UTC)
07:05-10:35 ATH CDG (A3610)
06:05-08:15 VLC CDG (UX1005)
12:20-13:30 CDG LYS (AF7644)
12:20-13:30 CDG LYS (AF7644)
-Hotel du 28/03/13 14:01
-Hotel du 28/03/13 14:01
au 29/03/13 5:14
au 29/03/13 4:59
Derniers vols
20/03/13 équipage non augmenté :
24/03/13 équipage augmenté :
(UTC)
10:30-11:29 ARN c/in
0300-0359 CDG c/in
11:30-12:35 ARN GOT HRM 2009
0400-0850 CDG VDA BIE 4266
14:00-18:25 GOT EBL HRM 2009
1015-1550 VDA CDG BIE 4267
01:55-EBL CDG HRM 950F positioning
crew
1551-1605 CDG c/out
Tableau 3. Activités du Cdb et de l’OPL au moment de l’accident (29/03/2013).
Heures de vol
Commandant de bord (Cdb)
Officier Pilote de Ligne (OPL)
Total chez Hermes Airline
CPT : 425 h 38m, F/O: 405 h 20m
F/O: 313 h 19m
180 jours
272 h 47m
153 h 13m
90 jours
138 h 55m
55 h 30m
30 jours
68 h 31m
45 h 45m
7 jours
14 h 30 min
27 h 35 m
Tableau 4. Temps de vols cumulés du Cdb et de l’OPL
167
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 14/37
III.4. CYCLES VEILLE/SOMMEIL
Les pilotes ont déclaré s’être couchés à 22:00 locale (21:00 UTC) et avoir bien dormis. Le 29/03/2013,
ils ont quitté leur hôtel à 4:59 UTC pour le Cdb et 5:15 UTC pour l’OPL. L’opportunité maximale de
sommeil est donc de 8 heures. Il est impossible de connaitre la durée réelle de leur sommeil, mais il
peut être estimé entre 6h30 et 7h30 heures au maximum en tenant compte des périodes d’activité
nécessaires à d’hygiène et à l’habillement… La durée moyenne de sommeil étant de 7 h 40 (Billiard et
Dauvillier 2009) on peut estimer leur dette de sommeil inférieure à 2 heures. L’OPL Venant de
Valence (UTC +1) et le Cdb d’Athènes (UTC + 2) ils n’ont pas subi de décalage horaire.
Au moment de l’accident (19:46 UTC), on peut estimer leur durée d’éveil entre 15h00 et 16h00.
L’OPL et le Cdb ont déclaré ne pas avoir fait de sieste au cours de la journée.
Par contre, leur mise en place s’est faite après un vol matinal, notamment pour l’OPL avec un
décollage de Valence à 6:05 UTC (soit 7:05 locale), ce qui a probablement généré une nuit courte. Le
Cdb a décollé la veille d’Athènes à 7:05 (soit 09:05 locale).
III.5. MODELISATION DE LA FATIGUE
A. JOURNEE DU 29 MARS 2013
Au cours de la journée du 19 mars 2013, la modélisation de la fatigue à l’aide du logiciel FlyAwake a
mis en évidence une efficacité estimée toujours supérieure aux valeurs critiques, considérées comme
la zone d’apparition de la fatigue (figure 4 et 5). En effet, la valeur moyenne au cours des 3 vols
(moyenne ± écart type) était de 90,1 ± 0,8 % pour l’OPL et de 93,6 ± 0.9 % pour le CDB. La valeur
minimale, observée à la fin du 3ème vol était de 86 % pour l’OPL et 89,2 % pour le CDB.
Figure 4. Modélisation de la fatigue (inverse de l’effectiveness) de L’OPL au cours du 28 et du 29/03/2013 (En
jaune les périodes de vol et en bleu de sommeil) .
168
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 15/37
Figure 5. Modélisation de la fatigue (inverse de l’effectiveness) du Cdb au cours du 28 et du 29/03/2013 (En
jaune les périodes de vol et en bleu de sommeil) .
B. 2 MOIS PRECEDENTS L’ACCIDENT
B1. Commandant de bord (Cdb)
Au cours des 2 mois précédents l’accident, la modélisation de la fatigue induite par l’activité
aéronautique du Cdb n’a pas mis en évidence de valeur d’efficacité entrant dans la zone critique
pendant un vol (figure 6). Au cours de la période étudiée, le 3/03/2013 a été la journée avec le plus
d’heure de vol (11h) et de temps de service en vol (14h45). Le 29/03/13 arrive en seconde position.
Figure 6. Modélisation de la fatigue (inverse de l’effectiveness) du Cdb au cours des 10 jours précédents
l’accident
169
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 16/37
B2. Officier pilote de ligne (OPL)
L’analyse des activités aéronautiques au cours des 2 mois précédent a révélé une intrusion dans la
zone critique 6 jours avant l’accident survenu le 24/03/2013 au soir (figure 7). Cette période a été
suivi par un vol de retour sur Valence le 25/03/2015 et 2 jours de repos sans vol. Le 29/03/13, jour de
l’accident a été la journée avec le plus d’heure de vol et de temps de service en vol au cours de la
période étudiée.
Figure 7. Modélisation de la fatigue (inverse de l’effectiveness) de l’OPL au cours des 10 jours précédents
l’accident
IV.
DISCUSSION
IV.1. FATIGUE DE L’EQUIPAGE
L’enquête réalisée par le BEA à partir des témoignages de l’équipage, l’écoute des enregistrements
audio, les données de vols ainsi que sur l’ensemble de la documentation de la compagnie et du
constructeur, a mis en évidence des altérations du niveau de performance de l’équipage,
caractérisées par des erreurs techniques et non-techniques analysées selon les critères de L’annexe 1
Core competencies and behavioural indicators de la documentation Doc9995 AN/497 de l’OACI
Manual of Evidence-based Training.
Pour la partie technique, l’équipage a été évalué sur : sa capacité à mettre en application des
procédures (briefings, procédures et checklists, annonces), la qualité du pilotage en mode manuel et
en mode automatique et les connaissances à la fois théoriques et procédurales.
Pour la partie non technique, l’équipage a été évalué sur : la conscience de la situation, la capacité de
communication, le leadership et le travail en équipage, la capacité de résolution de problème et les
processus de décision la gestion de la charge de travail.
170
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 17/37
Certains des éléments, objectivant la diminution des performances de l’équipage, peuvent être
considérés comme des symptômes de fatigue et imputé à une diminution des performances
cognitives:
- difficultés du pilote à mémoriser et à restituer les données qui traduit une probable
altération de la mémoire de travail ;
- Application partielle des procédures, une dégradation du CRM et du partage des tâches
prévu
- erreur de prise de décision, caractérisée par l’absence de génération d’option et de toute
considération d'une alternative à l'atterrissage (possible remise de gaz, attente,
dégagement) ;
- mauvaise conscience de la situation et l’absence d’identification de menaces (vent arrière,
piste mouillée, mauvaise visibilité, vitesse élevée, risques induits par la sortie de piste…) ;
En effet, de nombreuses études en laboratoire, simulateurs ou en vol réels ont apporté la preuve que
la fatigue était induite par des altérations du système nerveux central (Caldwell et al. 2009). En
particulier, la fatigue est associée à des dégradations des performances cognitives caractérisées par
une diminution des capacités d’attention, une altération de la prise de décision et du raisonnement
logique, une mauvaise conscience de la situation, une absence d’identification des risques (Hursh et
al. 2004, Jackson et al. 2013). Ces dysfonctions sont compatibles avec les erreurs observées au cours
du vol concerné par cette enquête qui sont la conséquence de la diminution de la performance et de
l’efficacité des pilotes (Jewett et al. 1999, Hursh et al. 2004, Neri 2004, Van Dongen et al. 2007).
La fatigue des pilotes, en général, est principalement induite par les altérations du cycle
veille/sommeil et/ou une charge de travail difficile et prolongée (Caldwel et al. 2009, Cabon et al.
2012). Néanmoins, l’expérience des pilotes (Cabon et al. 2012, Caldwell et al. 2009) et l’application
de contremesures (courte sieste, adaptation des stratégies) sont efficaces pour maintenir un niveau
de performance acceptable et diminuer le risque d’accident. Les informations transmises par le BEA
ne font pas état de mise en place de contremesures spécifiques au cours du vol pour prévenir
l’apparition de la fatigue.
IV.1. ALTERATIONS DU CYCLE VEILLE/SOMMEIL
Dans cette étude nous avons observé que le temps maximal de sommeil pouvait être estimé entre
6h30 et 7h30, sans décalage horaire, soit une dette de sommeil probablement inférieure à 2 heures.
De nombreux auteurs recommandent que les pilotes aient une opportunité de sommeil d’au moins 8
à 8h30 heures par 24 heures afin de procurer au pilote au moins 7h à 7h30 de sommeil, si possible
dans des horaires favorables au sommeil (22:00 – 8:00) (Goode 2003, Caldwell et al. 2009, Cabon et
al. 2012).
Un sujet qui n’a pas de dette de sommeil, en bonne santé, peut très bien supporter 2 à 3 h de dette
de sommeil (Belenky et al. 2003). Cela est vrai si l’on bénéficie d’un sommeil de bonne qualité et
d’absence de restriction de sommeil au cours des jours précédents. En effet, un sujet qui n’a pas pu
bénéficier d’un sommeil de bonne qualité et en quantité suffisante, peut souffrir de quelques heures
de privation de sommeil (Belenky et al. 2003, Van Dongen et al. 2006).
Ayant peu volé au cours des jours précédents, ils ne présentaient donc pas de risque d’altération du
cycle veille-sommeil liée à l’activité aéronautique ou aux déplacements professionnels. Seul l’OPL a
enchainé 2 courtes nuits de suites (<7 h de sommeil), la première nuit courte ayant été induite par un
171
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 18/37
vol matinal de mise en place. L’enchainement de courtes nuits, notamment avec réveils précoces est
un facteur bien connu de fatigue et de dégradation des performances (Belenky et al. 2003,
Bourgeois-Bougrine et al. 2003b). Néanmoins, les périodes de sommeil ont pu être réalisées au cours
des heures favorables au sommeil et pas de décalage horaire de plus d’1 h puisque le Cdb et l’OPL
étaient arrivés la veille. Le décalage horaire est un facteur majeur d’augmentation de la fatigue dans
l’aviation civile, dès 2 heures de décalage (Bourgeois-Bougrine et al. 2003a, Powell et al. 2008).
L’OPL et le Cdb ont déclaré aux enquêteurs du BEA avoir passé une bonne nuit de sommeil.
Néanmoins, cela n’exclut pas la présence chez ces personnels de troubles du sommeil pouvant être
induits par le stress professionnel, des contraintes familiales, les enfants en bas âge (Coroenne et al.
2013a), une pathologie du sommeil, une mauvaise hygiène du sommeil (Philip et al 2005). Ces
facteurs seraient à rechercher systématiquement dans le cadre d’une expertise en utilisant les
questionnaires validés, et notamment l’Echelle de somnolence d’Epworth afin d’évaluer l’impact de
la somnolence diurne excessive (Coroenne et al. 2013a).
La durée d’éveil continue (estimée entre 15 h à 16 h d’éveil) n’est pas suffisante pour entrainer une
augmentation de la somnolence observée à partir de 17 h d’éveil chez des sujets soumis à une
activité cognitive continue (Angus et Heslegrave 1985). Par contre, une diminution de la vigilance et
de la performance mentale est observée chez ces sujets après 16 heures d’éveil (Angus et Heslegrave
1985). La simulation de la fatigue confirme cette analyse. Nous n’avons pas mis en évidence de score
de performances inférieures au seuil critique au cours de la journée de l’accident, survenu à un
horaire « favorable » à l’éveil physiologique
En conclusion, le planning aéronautique le jour de l’accident et au cours des 2 mois précédents ne
semble pas, à lui seul, être susceptibles de favoriser l’apparition de la fatigue dans cette situation.
Cette analyse est confortée par la modélisation de l’état de fatigue par le modèle SAFTE qui montre
un score d’efficacité toujours supérieur à 86% au cours des vols et en particulier au moment de
l’accident. Cependant, le score de performance le plus faible a été observé au moment de l’accident.
IV.3. AMPLITUDES D’ACTIVITES AERONAUTIQUE
L’équipage a cumulé un temps de service d’environ 14 h 30 au cours de cette journée. Plusieurs
études ont mis en évidence une relation entre le temps de service en vol et la somnolence ressentie,
la fatigue ressentie (Bourgeois-Bougrine et al. 2003b, Powell et al. 2007, Powell et al. 2008), la
fréquence des rapports sécurité des vols (Air safety reports, ASR) dans des compagnies aérienne
régionales (Cabon et al. 2012) et la fréquence des accidents (Good 2003). En particulier, dans une
étude réalisée aux Etats Unis, sur plus de 1 million d’heure de vol, il a été mis en évidence que 20%
des accidents liés aux facteurs humains, survenaient au-delà de 10 h de services en vol (Good 2003).
Ramené à la quantité relative d’heure de vol, cette étude révèle une légère augmentation du risque
d’accident entre 10 et 12 h de service en vol (risque relatif, RR= 1,65) qui devient très significative audelà de 13 h d’activité (RR = 5,6) (figure 8).
Goode (2003) suggère de durcir la limitation du temps de service en vol par 24 h des pilotes pour
limiter le risque d’accident dans les vols commerciaux. Ces résulats ont été confirmés par Powell et
al, qui ont observé une augmentation proportionnelle de la fatigue resentie avec le temps de service
en vol avec des variations importante en fonction de l’heure de la journée. Les valeurs sont
maximales lorsque la période d’activité commence entre 18:00 et 03:00 ou se terminent entre 00:00
et 09:00 (Powell et al. 2008).
172
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 19/37
Figure 8 : proportion relative d’exposition aux accidents en fonction du temps d’activité (Goode 2003)
Le conseil européen de sécurité dans les transports (ETSC 2013), a récemment publié des
recommandations concernant la durée maximale de temps de service en vol au cours d’une journée.
Ils recommandent en se basant sur des données de la littérature scientifique, de modifier la durée
des périodes d’activité en fonction de l’heure de la journée. Ils recommandent par exemple, pour
une prise de service entre 06:00 et 07:00 un temps de service en vol maximal de 12 h. Le temps de
service en vol maximal de 14 h pouvant être seulement pris avec une prise de service entre 08:00 et
11:00.
L’activité aérienne au cours de l’accident est également caractérisée par plusieurs vols et des
escales de courte durée (1 h 45 entre de 1er et le 2ème vol et d’ 50 minutes entre le 2ème et le 3ème vol).
Peu de données existent sur les effets du nombre de vol au cours de la journée sur la fatigue et le
risque d’accident et plusieurs auteurs reconnaissent la connaissance insuffisante des effets des
atterrissages multiples (ETSC 2013). Des études complémentaires sont nécessaires (Moebus 2008).
Néanmoins, plusieurs auteurs ont observé une relation entre le nombre de vols successifs et la
fatigue ressentie (Bourgeois-Bougrine et al. 2003, Powell et al. 2007, Cabon et al. 2012). Un
consensus d’expert a recommandé (Moebus 2008) que le temps de service en vols au cours de
journée avec plusieurs vols, ne dépasse pas 14 h et ne commence jamais avant 0:00 et ne se termine
après 22:00.
Après un vol de 3 h 30 en monomoteur, Sauvet et al. (2009) ont observé un score d’hypovigilance
altéré immédiatement et 2 h 30 après la fin du vol (figue 9). Dans son analyse, validée par un groupe
d’expert, Moebus (2008) recommande que la période de repos entre deux vols soit égale à au moins
un tiers de la durée du dernier vol et que des conditions adéquates au sommeil puissent être
proposées aux pilotes qui souhaitent faire une sieste.
173
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Omissions (%)
40
Temps de réaction (ms)
890
**
830
30
20
Page 20/37
*
*
*
770
710
10
650
0
13:30
16:00
18:30
21:00
06:45
13:30
16:00
18:30
21:00
06:45
Figure 9 : Evolution de performance à un test de vigilance avant () et après (▲) un vol de 3 h 30 (10h00
a.m. à 1 h 30 p.m.) * différence entre les valeurs observées à la même heure *p<0,05, **p<0,01 (Sauvet et al.
2009).
En conclusion. Les périodes de service en vol de plus de 14 h dépassent les limites physiologiques et
sont compatible avec l’apparition de la fatigue, le nombre d’ASR et le risque d’accident. La fatigue
induite par le temps de service en vol, peut être majorée par des facteurs ajoutés (vol de nuit, charge
de travail mental important, multiplication des vols…).
IV.4. MODELISATION DE LA FATIGUE
Dans notre analyse, la modélisation de la fatigue induite par les activités aéronautiques n’a pas mis
en évidence de score critique au cours de la journée de l’accident. Il convient cependant de tirer
quelques leçons sur la méthode bio-mathématique utilisée. Tout d’abord, la question de ce qui est
du niveau maximum acceptable de risque de fatigue reste encore controversée à la fois en
aéronautique mais aussi dans le dans le monde des transports. Actuellement, il n’y a pas de méthode
validée de détection de l’apparition de la fatigue et de son amplitude (Caldwell et al. 2009).
L’utilisation des modèles bio-mathématiques a montré son efficacité sur la fatigue ressentie
(Beshany 2009) par rapport à l’application des règles aéronautiques. En effet, ces modèles offrent
une bonne prise en compte du rythme circadien et de la physiologie du sommeil (durée d’éveil,
heure de lever, sieste…). Cependant, ils ne prennent pas en compte le nombre de vol et le temps de
service en vol (Rangan et Van Dongen 2013) qui sont des facteurs important de fatigue, notamment
lors des vols moyen-courriers répétés (Bourgeois-Bougrine et al. 2003, Powell et al. 2007, Cabon et
al. 2012). Des travaux récents, Rangan et Van Dongen (2013), proposent de nouvelles approches qu’il
faudra évaluer, tels l'approximation de premier ordre du risque de fatigue, proportionnelle à la fois
au temps de service passé, à l’horaire mais aussi à l’aire sous la courbe d’efficacité (intégrale du score
d’efficacité en fonction du temps) qui prend mieux en compte le temps de service aérien.
En conclusion, la gestion de la fatigue en vol et la prédiction de sa survenue et de son ampleur sont
des problèmes complexes. Les modèles bio-mathématiques, bien adaptés à la modélisation des
effets de la privation de sommeil et des altérations du rythme circadien doivent être améliorés pour
prendre en compte le temps de service en vol et les vols multiples. Cette expertise illustre la
nécessité de confronter ces modèles de prédiction du risque fatigue à l’analyse d’éléments objectifs
de fatigue des pilotes (ASR, accidents, analyse systématique des vols…).
174
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
V.
Page 21/37
CONCLUSION
Les horaires de travail le jour de l’accident et au cours des 2 mois précédents ne semblent pas, à elle
seule, avoir entrainé des altérations du cycle veille/sommeil susceptibles d’avoir induit un état de
fatigue important. Cette analyse est confortée par la modélisation de l’état de fatigue par le modèle
SAFTE qui montre un score d’efficacité toujours supérieur à 86 % au cours des vols. Cependant, le
temps de service en vol important (14 h 30), est associé dans la littérature scientifique avec une
augmentation du risque de sensation de fatigue, d’ASR et d’accident. Cet état de diminution des
performances est renforcé par la multiplication des vols et leur complexité. La gestion de la fatigue
en vol est un problème complexe. Les modèles bio-mathématiques, bien adaptés à la modélisation
des effets de la privation de sommeil et des altérations du rythme circadien doivent être améliorés
pour prendre en compte le temps de service en vol et les vols multiples.
VI. REFERENCES
Akerstedt T (2003). “Shift work and disturbed sleep/wakefulness”. Occup Med. 53:89-94.
Akerstedt T, Folkand S (1986). “Prediction duration of sleep from the three model of regulation of
aterness”. Occup Envirom Med. 53:136-41.
Angus R, Heslegrave R (1985). “Effects of sleep loss on sustained cognitive performance during a
command and control simulation”. Behav Res Methods Instrum Comput. 17:55–67.
Barth J, Holding DH (1976). “Risk versus effort in the assessment of motor fatigue”. Journal of
motor Behavior. 8:189-94.
Belenky G, Wesensten NJ et al. (2003).“Patterns of performance degradation and restoration
during sleep restriction and subsequent recovery: a sleep dose-response study”. J Sleep Res. 12:112.
Beshany RP (2009). “Analysis of navy flight scheduling methods using flyawake”. Thèse, Naval
postgraduate school, Monterey, California, USA, 61 pages.
Billiard M, Dauvilliers Y (2009). “Les troubles du sommeil”. Masson. p.18-34.
Bourgeois-Bougrine S, Cabon P, Mollard R, Coblentz A, Speyer JJ (2003b). “Fatigue in aircrew from
short-haul flights in civil aviation: the effects of work schedules”, Hum Fact Aerosp Safety. 3(2):
177-87.
Bourgeois-Bougrine S, Carbon P et al. (2003a). "Perceived fatigue for short- and long-haul flights:
a survey of 739 airline pilots." Aviat Space Environ Med 74(10):1072-7.
Cabon P, Bourgeois-Bougrine S, Mollard R, Coblentz A, Speyer JJ (2003) “Electronic pilot-activity
monitor: a countermeasure against fatigue on long-haul flights”. Aviat Space Environ Med.
74(6):679-82.
Cabon P, Deharvengt S, Grau JY, Maille N, Berechet I, Mollard R (2012). “Research and guidelines
for implementing Fatigue Risk Management Systems for the French regional airlines”. Accid Anal
Prev. S45:41-4.
Caldwell JA, Gilreath SR (2002). "A survey of aircrew fatigue in a sample of U.S. Army aviation
personnel." Aviat Space Environ Med 73(5): 472-80.
Caldwell JA, Mallis MM et al. (2009). "Fatigue countermeasures in aviation". Aviat Space Environ
Med 80(1): 29-59.
175
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 22/37
CASA 2010. “Biomathematical fatigue modelling in civil aviation fatigue risk management.
Application guidance". Civil Aviation Safety Autority (CASA), Australia, 15 mars 2010.
http://www.casa.gov.au/wcmswr/_assets/main/aoc/fatigue/fatigue_modelling.pdf.
(dernier
accès le 25/10/2013).
Chennaoui M, Lagarde D (2013). « Le sommeil et la fatigue en condition extrême chez le
militaire », in « Sport et Sommeil », Leger D etDuforez F. Collection Sport et Santé, ed. Chiron,
Paris.
Chennaoui M, Sauvet F et al. (2011). “Effect of one night of sleep loss on changes in tumor
necrosis factor alpha (TNF-α) levels in healthy men”. Cytokine. 56(2):318-24.
Colquhoun L. (1976). “Psychological and psychophysiological aspects of work and fatigue”.
Activitas nervosa Superio, 18: 257-63.
Coroenne M, Lely L et al. (2013a). « Hypovigilance chez les personnels de la patrouille maritime,
enregistrements électrophysiologiques au cours de vols réels ». Médecine aéronautique et
spatiale. 54:125-33.
Coroenne M, Sauvet F et al. (2013b). « Etude des facteurs de risque individuels d’hypovigilance
chez les personnels de la patrouille maritime ». Médecine aéronautique et spatiale. 53:129-37.
Dinges DF (2004). “Critical research issues in development of biomathematical models of fatigue
and performance”. Aviat Space Environ Med. 75(S3):A181-91.
Dussault C, Lely L, Langrume C, Sauvet F, Jouanin JC (2009.) “Heart Rate and sympathovagal
balance after military flight in war zones”. Aviat Space Env Med. 80:796-802.
EASA 2013. “EASA welcome new flight time limitations rules”. European Aeronautical Safety
Agency (EASA). 09/10/2013. Communiqué de presse, (dernier accès le 22/10/2013).
http://easa.europa.eu/communications/press-releases/EASA-press-release.php?id=124
ETSC 2013. “ETSC Position on Flight Time Limitations”. European Transport Safety Council (ETSC),
mai 2013. http://www.etsc.eu/documents/ETSC_position_FTL.pdf, (dernier accès le 22/10/2013).
Gillberg M (1995). “Sleepiness and its relation to the length, content, and continuity of sleep”. J
Sleep Res. 4(S2): 37-40.
Goode JH (2003). “Are pilots at risk of accidents due to fatigue?” J Safety Research. 34:309-313.
Hursh SR, Raslear TG, Kaye AS, Fanzone JF (2006). “Validation and Calibration of a Fatigue
Assessment Tool for Railroad Work Schedules”. Technical report DOT/FRA/ORD-06/21, U.S.
Department of Transportation, Federal Railroad Administration.
Hursh SR, Redmond DP et al. (2004). “Fatigue models for applied research in warfighting”. Aviat
Space Environ Med. 75(S3):A44–53.
Jackson ML, Gunzelmann G et al. (2013). “Deconstructing and reconstructing cognitive
performance in sleep deprivation”. Sleep Med Rev. 17(3):215-25.
Jewett ME, Bordely AA, Czeisler CA (1999). “Proceedings of the workshop models of circadian
rhythmicity, sleep regulation, and neurobehavioral function in humans”. Journal of biological
rhythms. 14(6):429-624.
Lagarde D, Batejat D (1994). “Evaluation of drowsiness during prolonged sleep deprivation”.
Neurophysiol Clin. 24(1):35-44.
Lille F, Cheliout F, Burnod Y, Hazemann P (1979). “Effects of aging and occupational activity on
active wakefulness”. Gerontology, 25(6): 337-44.
Neri D (2004). “Preface: fatigue and performance modeling workshop, June 13-14, 2002”.
Aviation, space and environmental medicine. 75(3):A1-3.
Philip P, Sagaspe P et al. (2005). “Fatigue, sleep restriction and driving performance”. Accid Anal
Prev. 37(3):473-8.
176
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 23/37
Powell D, Spencer M, Holland D & Petrie K (2008), “Fatigue in two-pilot operations: implications
for flight and duty time limitations”. Aviat, Space Environ Med. 79(11):1047-50.
Powell DM, Spencer MB, Holland D, Broadbent E, Petrie KJ (2007). “Pilot fatigue in short-haul
operations: effects of number of sectors, duty length, and time of day”. Aviat Space Environ
Med.78:698-701.
Powell DMC, Spencer MB, Petrie KJ (2010). “Fatigue in airline pilots after an additional day’s
layover period”. Aviat Space Environ Med. 81:1-5.
Rangan S, Van Dongen HP (2013). “Quantify fatigue risk in model based fatigue risk
management”.Aviat Space Environ Med. 84(2):155-7.
Sauvet F, Jouanin JC et al. (2009) “Heart rate variability in novice pilots during and after a multi-leg
cross-country flight.” Aviat Space Env Med. 80:862-9.
Smart TL, Singh B (2006). Excessive daytime sleepiness in a trained military pilot. Aviat Space
Environ Med. 77:753-7
Spencer MB, Robertson KA (2007) “The application of an alertness model to ultra-longue range
civil air operations”. Somnologie. 11(3):159-66.
Van Dongen HPA, Maislin G, Mullington JM, Dinges DF (2003). “The cumulative cost of additional
wakefulness: Dose-response effects on neurobehavioral functions and sleep physiology from
chronic sleep restriction and total sleep deprivation”. Sleep. 26:117-26.
Van Dongen HPA, Mott CG et al. (2007) “Optimization of biomethematical model prediction for
cognitive performance impairment in individuals: accounting for unknown traits and uncertain
states in homeostatic and circadian process”. Sleep. 30(9):1125-39.
Wegmann, HM, Gundel A et al. (1986) "Sleep, sleepiness, and circadian rhythmicity in aircrews
operating on transatlantic routes." Aviat Space Environ Med. 57: B53-64.
Wright N, McGown A (2001) "Vigilance on the civil flight deck: incidence of sleepiness and sleep
during long-haul flights and associated changes in physiological parameters." Ergonomics.
44(1):82-106.
Wright N, Powell D et al. (2005) "Avoiding involuntary sleep during civil air operations: validation
of a wrist-worn alertness device." Aviat Space Environ Med. 76(9): 847-56.
Yen JR, Hsu CC et al. (2009) "Investigation of fatigue issues on different flight operations" J
transport Manag. 5(5): 236-40.
177
SX-BHS - 29 mars 2013
178
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 25/37
VIII. ANNEXE 2 : PROGRAMME D’ACTIVITE INDIVIDUELL E (OPL)
«HERMES AIRLINES » - PROGRAMME D'ACTIVITE INDIVIDUELLE
Officier pilote de ligne OPL (First Officer)
Edité le 13.05.13 _ 10:54:10 Date du/au.. 29.01.13 / 29.03.13 GMT
Temps total du 29.01.13 au 29.03.13 Vols en fonction : 45h45 , Vols en MEP : 23h45
! Date HrD_b HrFin ApD ApA Cie/N°Vol Avion Typ Aff Dur_e Fonct Activit_ / Commentaires ! GMT
! MAR 29JAN ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 30JAN ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 31JAN ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 01FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 02FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 03FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 04FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 05FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 06FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 07FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 08FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 09FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 10FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 11FEV ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 12FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 13FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 14FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 15FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 16FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 17FEV REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 18FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 19FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 20FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 21FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 22FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 23FEV ! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
DIM 24FEV ! REPOS!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 25FEV! 6:20 8:30 VLC FCO IB 5716 2:10!
! LUN 25FEV! 10:00 12:00 FCO ATH A3 651 2:00!
! LUN 25FEV! 12:01 23:59 ATH ATH HOT!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 26FEV! 0:00 6:59 ATH ATH HOT 6:59!
! MAR 26FEV! 7:00 15:00 ATH ATH BUR 8:00 BUREAU!
! MAR 26FEV! 16:01 23:59 ATH ATH HOT 7:58!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 27FEV! 0:00 6:59 ATH ATH HOT 6:59!
179
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 26/37
! MER 27FEV! 7:00 13:00 ATH ATH BUR 6:00 BUREAU!
! MER 27FEV! 14:15 17:45 ATH CDG A3 618 3:30!
! MER 27FEV! 17:46 23:59 CDG CDG HOT 6:13!
! MER 27FEV! 19:00 23:59 CDG CDG REPOS!
+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 28FEV! 0:00 23:59 CDG CDG REPOS!
+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 01MAR! 0:00 7:00 CDG CDG REPOS!
+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 02MAR! 12:05 13:04 CDG CDG CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! SAM 02MAR! 13:40 16:35 CDG OUD BIE 9300 2:55 !
! SAM 02MAR! 17:40 20:25 OUD CDG BIE 9301 2:45 !
! SAM 02MAR! 20:26 20:40 CDG CDG DBF 0:14 DEBRIEF !
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 03MAR! 0:00 23:59 CDG CDG HOT 23:59!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 04MAR! 0:00 21:09 CDG CDG HOT 21:09!
! LUN 04MAR! 21:10 23:10 CDG VLC AF 2330 2:00!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 05MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 06MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 07MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 08MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 09MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 10MAR! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 11MAR! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 12MAR! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 13MAR! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 14MAR! 12:00 14:10 VLC CDG AF 2531 2:10!
! JEU 14MAR! 14:11 23:59 CDG CDG HOT 9:48!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 15MAR! 9:00 9:59 CDG CDG CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! VEN 15MAR! 10:00 13:10 CDG OUD BIE 4258 3:10!
! VEN 15MAR! 14:30 17:35 OUD CDG BIE 4259 3:05!
! VEN 15MAR! 17:36 17:50 CDG CDG DBF 0:14 DEBRIEF!
! VEN 15MAR! 17:51 23:59 CDG CDG HOT 6:08!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 16MAR! 0:00 4:59 CDG CDG HOT 4:59!
! SAM 16MAR! 5:00 5:59 CDG CDG CNV0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! SAM 16MAR! 6:00 8:30 CDG ALG BIE 4322 2:30!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 16MAR! 9:35 12:15 ALG CDG BIE 4323 2:40!
! SAM 16MAR! 12:16 12:30 CDG CDG DBF 0:14 DEBRIEF!
! SAM 16MAR! 15:00 16:20 CDG TLS AF 7786 1:20!
! SAM 16MAR! 16:21 23:59 TLS TLS HOT 7:38!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 17MAR! 0:00 13:04 TLS TLS HOT 13:04!
! DIM 17MAR! 13:05 14:04 TLS TLS CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! DIM 17MAR! 14:05 15:10 TLS BOD BIE 4560 1:05!
! DIM 17MAR! 15:55 18:50 BOD RAK BIE 4560 2:55!
! DIM 17MAR! 18:51 19:05 RAK RAK DBF 0:14 DEBRIEF!
! DIM 17MAR! 19:06 23:59 RAK RAK HOT 4:53!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 18MAR! 0:00 16:09 RAK RAK HOT 16:09!
! LUN 18MAR! 16:10 17:09 RAK RAK CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! LUN 18MAR! 18:25 21:05 RAK LYS BIE 933T 2:40!
! LUN 18MAR! 21:06 21:20 LYS LYS DBF 0:14 DEBRIEF!
! LUN 18MAR! 21:21 23:59 LYS LYS HOT 2:38!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
!MAR19MAR! 0:00 6:04 LYS LYS HOT 6:04!
! MAR 19MAR! 11:00 13:00 ZRH VLC LX 2142 2:00!
! MAR 19MAR! 20:00 23:59 VLC VLC 3:59! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 20MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 21MAR! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 22MAR! REPOS !
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
180
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 27/37
! SAM 23MAR! 6:05 8:15 VLC CDG UX 1005 2:10!
! SAM 23MAR! 8:16 23:59 CDG CDG HOT 15:43!
! DIM 24MAR! 0:00 2:59 CDG CDG HOT 2:59!
! DIM 24MAR! 3:00 3:59 CDG CDG CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! DIM 24MAR! 4:00 8:50 CDG VDA BIE 4266 4:50!
! DIM 24MAR! 10:15 15:50 VDA CDG BIE 4267 5:35!
! DIM 24MAR! 15:51 16:05 CDG CDG DBF 0:14 DEBRIEF!
! DIM 24MAR! 16:06 23:59 CDG CDG HOT 7:53!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 25MAR! 0:00 9:09 CDG CDG HOT 9:09!
! LUN 25MAR! 9:10 11:10 CDG VLC UX 1006 2:00!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 26MAR! REPOS!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 27MAR! REPOS!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 28MAR! 0:00 6:00 VLC VLC 6:00 REPOS!
! JEU 28MAR! 6:05 8:15 VLC CDG UX 1005 2:10!
! JEU 28MAR! 12:20 13:30 CDG LYS AF 7644 1:10!
! JEU 28MAR! 13:31 23:59 LYS LYS HOT 10:28!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 29MAR! 0:00 5:29 LYS LYS HOT 5:29!
! VEN 29MAR! 5:30 6:29 LYS LYS CNV 0:59 DEBUT DE CONVOCATION!
! VEN 29MAR! 6:30 12:10 LYS DKR BIE 7816 5:40!
! VEN 29MAR! 13:30 16:20 DKR AGA BIE 7817 2:50!
! VEN 29MAR! 16:45 19:50 AGA LYS BIE 7817 3:05!
! VEN 29MAR! 19:51 20:05 LYS LYS DBF 0:14 DEBRIEF!
! VEN 29MAR! 20:06 23:59 LYS LYS HOT 3:53! Programmée
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 30MAR! 0:00 23:59 LYS LYS HOT 23:59!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 31MAR! 0:00 8:49 LYS LYS HOT 8:49!
! DIM 31MAR! 8:50 10:00 LYS CDG AF 07641 1:10!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 31MAR! 11:25 14:40 CDG ATH AF 01832 3:15!
! DIM 31MAR! 14:41 23:59 ATH ATH HOT 9:18!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 01AVR! 0:00 23:59 ATH ATH HOT 23:59!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 02AVR! 0:00 3:29 ATH ATH HOT 3:29!
! MAR 02AVR! 3:30 6:20 ATH ZRH LX 1843 2:50!
! MAR 02AVR! 10:00 12:00 ZRH VLC LX 2142 2:00!
181
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 28/37
IX. ANNEXE 3 : PROGRAMME D’ACTIVITE INDIVIDUELL E (CDB)
« HERMES AIRLINES » - PROGRAMME D’ACTIVITE INDIVIDUELLE
Commandant de bord (captain)
Edit_ le 13.05.13 _ 12:24:07 Date du/au. 29.01.13 / 29.03.13 GMT
Temps total du 29.01.13 au 29.03.13, Vols en fonction : 100h25, Vols en MEP :75h35
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! Date HrD_b HrFin ApD ApA Cie/N°Vol Avion Typ Aff Dur_e Fonct Activit/Commentaires!
+----------------------GMT------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 29JAN! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 30JAN! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 31JAN! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 01FEV! 7:05 10:35 ATH CDG A3 610. 3:30!
! VEN 01FEV! 15:00 16:10 CDG LYS AF 7646 1:10!
! VEN 01FEV! 16:11 23:59 LYS LYS HOT 7:48!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 02FEV! 0:00 6:59 LYS LYS HOT 6:59!
! SAM 02FEV! 7:00 7:59 LYS LYS CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION!
! SAM 02FEV! 8:15 10:05 LYS FCO BIE 9860 1:50!
! SAM 02FEV! 11:10 13:10 FCO TLS BIE 997F 2:00!
! SAM 02FEV! 13:55 15:40 TLS FCO BIE 9972 1:45!
! SAM 02FEV! 16:40 18:50 FCO CDG BIE 986F 2:10!
! SAM 02FEV! 18:51 19:05 CDG CDG DBF 0:14! DEBRIEF!
! SAM 02FEV! 19:06 23:59 CDG CDG HOT 4:53!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 03FEV! 0:00 14:49 CDG CDG HOT 14:49!
! DIM 03FEV! 14:50 15:49 CDG CDG CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! DIM 03FEV! 15:50 18:40 CDG DJE BIE 4312 2:50!
! DIM 03FEV! 19:50 23:05 DJE CDG BIE 4313 3:15!
! DIM 03FEV! 23:06 23:20 CDG CDG DBF 0:14! DEBRIEF!
! DIM 03FEV! 23:21 23:59 CDG CDG HOT 0:38!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 04FEV! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 05FEV! 0:00 11:44 CDG CDG HOT 11:44!
! MAR 05FEV! 11:45 15:05 CDG ATH A3 611 3:20!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 06FEV! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 07FEV! 6:05 7:30 ATH SOF A3 7307 1:25!
! JEU 07FEV! 7:31 23:59 SOF SOF HOT 16:28!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 08FEV! 0:00 8:29 SOF SOF HOT 8:29!
! VEN 08FEV! 8:30 9:40 SOF ATH KM 781 1:10!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 09FEV! 9:00 12:00 ATH ATH BUR 3:00! BUREAU! +---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 10FEV! 9:00 12:00 ATH ATH BUR 3:00! BUREAU !
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 11FEV! 9:00 12:00 ATH ATH BUR 3:00! BUREAU!
! LUN 11FEV! 20:00 23:59 ATH ATH REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 12FEV! REPOS!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 13FEV! REPOS!
! MER 13FEV! 9:00 12:00 ATH ATH BUR 3:00! BUREAU!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 14FEV! 7:05 10:35 ATH CDG A3 610. 3:30!
! JEU 14FEV! 10:36 23:59 CDG CDG HOT 13:23!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 15FEV! 0:00 8:39 CDG CDG HOT 8:39!
! VEN 15FEV! 8:40 11:20 CDG OUD BIE 4258 2:40!
! VEN 15FEV! 12:45 15:45 OUD CDG BIE 4259 3:00!
! VEN 15FEV! 18:35 21:50 CDG ATH A3 619 3:15!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 16FEV! REPOS!
182
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 29/37
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 17FEV! 14:40 18:10 ATH BRU SN 6524 3:30!
! DIM 17FEV! 19:25 21:05 BRU GOT SN 2319 1:40!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
DIM 17FEV! 21:06 23:59 GOT GOT HOT 2:53!
+------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 18FEV! 0:00 11:39 GOT GOT HOT 11:39!
! LUN 18FEV! 11:40 12:25 GOT CPH AF 437 0:45!
! LUN 18FEV! 15:30 17:30 CPH MAN HRM 2014 2:00!
! LUN 18FEV! 17:31 17:45 MAN MAN DBF 0:14! DEBRIEF!
! LUN 18FEV! 17:56 23:59 MAN MAN HOT 6:03!
+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 19FEV! 0:00 23:59 MAN MAN HOT 23:59!
+-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 20FEV! 0:00 14:29 MAN MAN HOT 14:29!
! MER 20FEV! 14:30 15:29 MAN MAN CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION!
! MER 20FEV! 16:25 19:10 MAN ARN HRM 2015 2:45!
! MER 20FEV! 19:11 19:25 ARN ARN DBF 0:14! DEBRIEF!
! MER 20FEV! 19:26 23:59 ARN ARN HOT 4:33!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 21FEV! 0:00 7:29 ARN ARN HOT 7:29!
! JEU 21FEV! 7:30 8:29 ARN ARN CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION!
! JEU 21FEV! 8:40 11:05 ARN MAN HRM 2016 2:25!
! JEU 21FEV! 11:06 16:19 MAN MAN HOT 5:13!
! JEU 21FEV! 16:20 18:30 MAN GOT HRM 2013 2:10!
! JEU 21FEV! 18:31 18:45 GOT GOT DBF 0:14 DEBRIEF !
! JEU 21FEV! 18:46 23:59 GOT GOT HOT 5:13!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 22FEV! 14:50 17:00 GOT CDG AF 3223 2:10!
! VEN 22FEV! 19:50 20:55 CDG NTE AF 7728 1:05!
! VEN 22FEV! 20:56 23:59 NTE NTE HOT 3:03!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 23FEV! 0:00 15:29 NTE NTE HOT 15:29!
! SAM 23FEV! 15:30 16:19 NTE NTE CNV 0:49! DEBUT DE CONVOCATION !
! SAM 23FEV! 16:25 17:20 NTE BES BIE 5116 0:55!
! SAM 23FEV! 17:55 21:30 BES TFS BIE 5116 3:35!
! SAM 23FEV! 23:20 3:30 TFS LYS BIE 1985 4:10!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 24FEV! 3:31 3:45 LYS LYS DBF 0:14! DEBRIEF!
! DIM 24FEV! 3:46 15:04 LYS LYS HOT 11:18!
! DIM 24FEV! 15:05 16:15 LYS CDG AF 7645 1:10!
! DIM 24FEV! 18:35 21:50 CDG ATH A3 619 3:15!
+--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 25FEV! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 26FEV! 9:00 12:00 ATH ATH BUR 3:00! BUREAU!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 27FEV! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 28FEV! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 01MAR! 0:00 7:00 ATH ATH REPOS!
! VEN 01MAR! 7:05 10:35 ATH CDG A3 0610 3:30!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
+VEN 01MAR! 12:20 13:30 CDG LYS AF 7644 1:10!
! VEN 01MAR! 13:31 23:59 LYS LYS HOT 10:28!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 02MAR! 0:00 5:54 LYS LYS HOT 5:54!
! SAM 02MAR! 5:55 6:54 LYS LYS CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! SAM 02MAR! 7:25 11:35 LYS TFS BIE 1984 4:10!
! SAM 02MAR! 12:25 15:50 TFS NTE BIE 5117 3:25!
! SAM 02MAR! 15:51 16:05 NTE NTE DBF 0:14! DEBRIEF !
! SAM 02MAR! 17:55 19:00 NTE CDG AF 7731 1:05!
! SAM 02MAR! 19:01 23:59 CDG CDG HOT 4:58!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 03MAR! 0:00 7:59 CDG CDG HOT 7:59!
! DIM 03MAR! 8:00 8:59 CDG CDG CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! DIM 03MAR! 9:25 14:10 CDG VDA BIE 4266 4:45!
! DIM 03MAR! 15:30 16:30 VDA TLV BIE 4266 1:00!
! DIM 03MAR! 17:30 22:45 TLV CDG BIE 4266 5:15!
! DIM 03MAR! 22:46 23:00 CDG CDG DBF 0:14! DEBRIEF !
! DIM 03MAR! 23:01 23:59 CDG CDG HOT 0:58!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 04MAR! 0:00 11:44 CDG CDG HOT 11:44!
! LUN 04MAR! 11:45 15:05 CDG ATH A3 0611. 3:20!
! LUN 04MAR! 20:00 23:59 ATH ATH 3:59 REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 05MAR! REPOS!
183
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 30/37
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 06MAR! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 07MAR ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
!VEN 08MAR! 0:00 7:04 ATH ATH 7:04 REPOS!
! VEN 08MAR! 7:05 10:35 ATH CDG A3 610 3:30!
! VEN 08MAR! 12:20 13:30 CDG LYS AF 7644 1:10!
! VEN 08MAR! 13:31 23:59 LYS LYS HOT 10:28!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 09MAR! 0:00 5:54 LYS LYS HOT 5:54!
! SAM 09MAR! 5:55 6:54 LYS LYS CNV 0:59 ! DEBUT DE CONVOCATION !
! SAM 09MAR! 7:20 12:05 LYS TFS BIE 1984 4:45!
! SAM 09MAR! 13:10 16:30 TFS NTE BIE 5117 3:20!
! SAM 09MAR! 16:31 16:45 NTE NTE DBF 0:14! DEBRIEF !
! SAM 09MAR! 16:46 23:59 NTE NTE HOT 7:13!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 10MAR! 0:00 10:24 NTE NTE HOT 10:24!
! DIM 10MAR! 10:25 11:30 NTE CDG AF 7725 1:05!
! DIM 10MAR! 11:31 15:34 CDG CDG HOT 4:03!
! DIM 10MAR! 15:35 16:34 CDG CDG CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! DIM 10MAR! 17:50 20:55 CDG DJE BIE 2932 3:05!
! DIM 10MAR! 21:40 0:40 DJE CDG BIE 2933 3:00!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 11MAR! 0:41 0:55 CDG CDG DBF 0:14! DEBRIEF !
! LUN 11MAR! 0:56 11:44 CDG CDG HOT 10:48!
! LUN 11MAR! 11:45 15:05 CDG ATH A3 611 3:20!
! LUN 11MAR! 20:00 23:59 ATH ATH 3:59! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 12MAR! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 13MAR! REPOS!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 14MAR! REPOS!
-!VEN 15MAR! 7:05 10:35 ATH CDG A3 610 3:30!
! VEN 15MAR! 10:36 23:59 CDG CDG HOT 13:23!
+---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 16MAR! 0:00 17:54 CDG CDG HOT 17:54!
! SAM 16MAR! 17:55 18:54 CDG CDG CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! SAM 16MAR! 18:55 23:50 CDG TFS BIE 4644 4:55!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 17MAR! 0:45 4:50 TFS CDG BIE 4645 4:05!
! DIM 17MAR! 4:51 5:05 CDG CDG DBF 0:14! DEBRIEF !
! DIM 17MAR! 5:06 16:54 CDG CDG HOT 11:48!
! DIM 17MAR! 16:55 19:00 CDG FRA LH *1043 2:05!
! DIM 17MAR! 19:40 21:35 FRA ARN LH *808 1:55!
! DIM 17MAR! 21:36 23:59 ARN ARN HOT 2:23!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 18MAR! 0:00 18:49 ARN ARN HOT 18:49!
! LUN 18MAR! 18:50 19:49 ARN ARN CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION!
! LUN 18MAR! 19:50 0:10 ARN ISU HRM 2017 4:20!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 19MAR! 1:30 6:55 ISU ARN HRM 2018 5:25!
! MAR 19MAR! 6:56 7:10 ARN ARN DBF 0:14! DEBRIEF!
! MAR 19MAR! 7:11 23:59 ARN ARN HOT 16:48!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 20MAR! 0:00 10:29 ARN ARN HOT 10:29!
! MER 20MAR! 10:30 11:29 ARN ARN CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION!
! MER 20MAR! 11:30 12:35 ARN GOT HRM 2009 1:05!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 20MAR! 14:00 18:25 GOT EBL HRM 2009 4:25!
! MER 20MAR! 20:15 1:55 EBL CDG HRM 950F 5:40!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 21MAR! 1:56 11:59 CDG CDG HOT 10:03!
! JEU 21MAR! 12:00 15:00 CDG ATH A3 611 3:00!
! JEU 21MAR! 18:00 23:59 ATH ATH 5:59! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 22MAR! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 23MAR! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 24MAR! REPOS!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! LUN 25MAR! REPOS !
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MAR 26MAR! REPOS!
184
SX-BHS - 29 mars 2013
Rapport d’expertise IRBA BEA - A321 SX-BHS 2014 version 3_17 avril 2014
Page 31/37
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! MER 27MAR ! REPOS!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! JEU 28MAR! 0:00 6:00 ATH ATH 6:00! REPOS!
! JEU 28MAR! 7:05 10:35 ATH CDG A3 610 3:30!
! JEU 28MAR! 12:20 13:30 CDG LYS AF 7644 1:10!
! JEU 28MAR! 13:31 23:59 LYS LYS HOT 10:28!
+----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! VEN 29MAR! 0:00 5:29 LYS LYS HOT 5:29!
! VEN 29MAR! 5:30 6:29 LYS LYS CNV 0:59! DEBUT DE CONVOCATION !
! VEN 29MAR! 6:30 12:10 LYS DKR BIE 7816 5:40!
! VEN 29MAR! 13:30 16:20 DKR AGA BIE 7817 2:50!
! VEN 29MAR! 16:45 19:50 AGA LYS BIE 7817 3:05!
! VEN 29MAR! 19:51 20:05 LYS LYS DBF 0:14 DEBRIEF!
! VEN 29MAR! 20:06 23:59 LYS LYS HOT 3:53!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! SAM 30MAR! LYS LYS HOT 23:59!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
! DIM 31MAR! 0:00 8:49 LYS LYS HOT 8:49!
! DIM 31MAR! 8:50 10:00 LYS CDG AF 7641 1:10!
! DIM 31MAR! 11:25 14:40 CDG ATH AF 1832 3:15!
+-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+
185
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 7
Manuels d’exploitations Hermes Airlines
1 - Manuel d’exploitation (revision 0 et révision 1) en vigueur à la date de
l’accident
1.1 Extraits des Parties A et D relatives aux pré-requis des PNT exigés
186
SX-BHS - 29 mars 2013
187
SX-BHS - 29 mars 2013
188
SX-BHS - 29 mars 2013
1.2 Extraits des Parties B relatives aux procédures normales lors d’une approche
de précision
Pour les approches et l’atterrissage, le chapitre 2 – Operations Manual Part B A320-FNormal Procedures demande de se réferer au FCOM Vol 3.03.16 et à l’AFM Ch. Normal
Procedures.
1.2.1 FCOM Hermes Airlines – Standard Operating Procedures – Precision
Approach (applicable to MSN 642)
189
SX-BHS - 29 mars 2013
190
SX-BHS - 29 mars 2013
191
SX-BHS - 29 mars 2013
192
SX-BHS - 29 mars 2013
1.2.2 Manuel d’Exploitation Partie B - Chapitre 13 - Company Policy
193
SX-BHS - 29 mars 2013
2. Manuel d’exploitations (revision 2) en vigueur après l’accident
2.1 Extraits des Parties A et D relatives aux pré requis des PNT exigés
194
SX-BHS - 29 mars 2013
195
SX-BHS - 29 mars 2013
2.2 Extraits des Parties B relatives aux procédures normales lors d’une approche
de précision
Seul le manuel d’exploitation Partie B - Capitre 13 - Company Policy est modifié.
196
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 8
Analyse des vols par Hermes Airlines
Statistiques 2012
2012
janvier
février
mars
avril
mai
juin
Vols
98
167
275
476
640
782
Double
11,2 %
17,96 %
9,09 %
1,47 %
12,5 %
23,78 %
pilotage
Approche non
13/3/2
29/8/2
40/12/8
135/23/10
163/26/12
210/29/25
stabilisée
18,37 %
23,35 %
21,81 %
35,29 %
31,40 %
33,76 %
Reduction
23/46/9
59/69/6
82/130/14
121/167/27
201/175/43
272/253/33
tardive de
79,6 %
78,44 %
82,18 %
66,17 %
65,47 %
71,35 %
5/0/2
32/9/3
42/11/2
48/13/4
77/12/7
118/30/9
7,14 %
26,35 %
20 %
13,66 %
15 %
20 %
Atterrissage
1/4/2
16/9/2
30/20/10
77/26/8
103/51/19
136/88/32
long
7,14 %
16,17 %
21,81 %
23,32 %
27,03 %
32,74 %
l’ATHR
Arrondi long
2012
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Vols
789
665
603
399
245
156
Double
34,34 %
30,97 %
27,03 %
29,57 %
30,61 %
30,12 %
Approche non
230/42/18
213/40/17
168/29/10
117/9/6
72/10/6
40/6/3
stabilisée
36,75 %
40,60 %
34,33 %
33,08 %
35,92 %
31,41 %
Reduction
260/242/42
214/221/40
196/177/43
127/128/30
63/108/24
58/63/11
tardive de
68,95 %
71,43 %
68,99 %
71,43 %
79,59 %
84,61 %
121/34/12
90/25/3
84/20/1
48/11/7
48/11/7
14/3/0
21,7 %
17,74 %
17,41 %
16,54 %
16,54 %
10,9 %
Atterrissage
148/113/49
123/95/52
133/73/40
99/57/21
42/22/11
31/12/4
long
39,30 %
40,60 %
41,46 %
44,36 %
30,61 %
30,13 %
pilotage
l’ATHR
Arrondi long
Rapport annuel 2012
Dans le rapport annuel de 2012, les points suivants sont mentionnés :
„„Nombre de vols
197
SX-BHS - 29 mars 2013
„„Double pilotage
Le double pilotage est caractérisé lorsque la déflection entre les deux mini-manches
est supérieure à 0,5°.
Le rapport mentionne les suggestions suivantes : « The bad and possible hazardous
habit of the dual input must be addressed to the crews. The numbers appear to be
great but the fact that the parameter is set at only ½ degree displacement increases the
numbers due to inadvertent movement of the side stick during normal operations ( mike
button etc.). A reevaluation of setting the parameters to a more realistic figure for every
day operations may be considered ».
„„Approche non stabilisée
Le degré de gravité des approches non stabilisées dépend des 3 altitudes AGL
en dessous desquelles l’approche est considérée non stabilisée (au moins l’un des
critères de stabilisation n’est pas respecté).
ˆ ˆ X = 1000 ft (light)
ˆ ˆ X = 500 ft (medium)
ˆ ˆ X = 300 ft (high)
Le rapport mentionne les suggestions suivantes : « An increase of the stabilization
height to 1000’ regardless of meteorological conditions will reduce the rates as previous
experience has shown. Crews must be made aware that a “rushed” high energy approach
has more dangers than benefits from gaining 1 or 2 minutes less flying time. Crews that
show a repetitive tendency must be called and made aware of this fact ».
198
SX-BHS - 29 mars 2013
„„Atterrissage long
Le rapport mentionne les suggestions suivantes : « Crews should be made aware that
« eating » the runway in order to achieve a smooth landing is not a safe practice. Further
analysis to follow so as to see if these events are from specific crews ».
Les réductions tardives de l’A/THR lors de l’atterrissage et les arrondis longs ne sont
pas évoqués dans le rapport.
Hermes Airlines a cependant fournit au BEA ces statistiques :
„„Réduction tardive de l’ATHR lors de l’atterrissage
La réduction de la poussée est considérée tardive lorsqu’elle intervient en dessous
des altitudes suivantes :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
X = 10 ft (light)
X = 5 ft (medium)
X = 0 ft (high)
Arrondi long
„„Arrondi long
L’arrondi est considéré long lorsque la durée entre le passage des 30 ft radiosonde et
le touché des roues est supérieur à :
ˆ ˆ Time = 9 secondes (light)
ˆ ˆ Time = 11 secondes (medium)
ˆ ˆ Time = 13 secondes (high)
199
SX-BHS - 29 mars 2013
Statistiques 2013
Les chiffres ci-dessous sont ceux fournis par Hermes.
„„Nombre de vols
„„Double pilotage
„„Approche non stabilisée
200
SX-BHS - 29 mars 2013
„„Atterrissage long
201
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 9
évènements antérieurs
1 - Anomalie de l’A/THR
„„Incident grave survenu le 11 juillet 2011 à Bamako (Mali) à l’Airbus
A320‑214 immatriculé 6V-AII exploité par Senegal Airlines
A la date de la rédaction de ce rapport, le rapport final de cet incident grave n’est pas
publié par les autorités Maliennes.
Le lundi 11 juillet 2011, l’Airbus A320-214 immatriculé 6V-AII, exploité par Senegal
Airlines effectue le vol de transport public régulier de passagers au départ de Dakar
(Sénégal) et à destination de Bamako (Mali). Les conditions météorologiques sont
VMC.
L’équipage effectue une approche ILS piste 06 (2700 m). La vitesse d’approche calculée
par le FMGC (PN B546CAM0102 ou PN B546CAM0104) est de 139 kt en configuration
« FULL ».
Lors du passage des 500 ft AGL, les paramètres significatifs sont les suivants :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
l’avion a capturé le Localizer ;
l’avion n’a pas encore capturé le Glide Slope (capture à 400 ft AGL) ;
la CAS est de 172 kt (Vapp + 34 kt) en diminution ;
la composante du vent arrière enregistrée dans le FDR est de 9 kt.
A une hauteur radiosonde d’environ 150 ft, les N1 sont à 28 % et commencent
à augmenter.
A une hauteur radiosonde de 50 ft l’avion passe au-dessus du seuil 06. La CAS
est de 146 kt et l’assiette de l’avion se stabilise autour de 5° à cabrer. Quelques
secondes plus tard, le régime des N1 atteint 66 %.
A une hauteur radiosonde d’environ 30 ft les manettes de commande de poussée sont
positionnées sur « IDLE » et L’A/THR se désengage. Les N1 diminuent et atteignent
environ 29 % en 6 secondes.
L’avion touche la piste à environ 1 500 mètres du seuil de piste 06. La CAS est de 129 kt.
L’avion sort longitudinalement de la piste à environ 48 kt et s’immobilise une centaine
de mètres après le seuil. Les passagers et les membres d’équipages sont indemnes et
l’avion n’est pas endommagé.
2 - Approche non stabilisée et sortie de piste
„„Incident grave survenu le 7 septembre 2010 à Lyon(69) au Boeing 737-400
immatriculé TC-TLE exploité par Tailwind Airline(1)
A l’arrivée à Lyon Saint-Exupéry, l’équipage effectue une approche classique
localizer/DME pour la piste 36R. La hauteur du plafond nuageux est proche de la
MDA. La descente finale commence avant le point d’approche finale publié pour
l’altitude de l’avion et reste en dessous du profil théorique d’approche. Une alarme
MSAW est générée dans la tour de contrôle. Le contrôleur ordonne une remise de gaz.
L’équipage remet les gaz. La hauteur minimale fournie par le radioaltimètre est de
250 ft à 1,4 NM du seuil de la piste.
SX-BHS - 29 mars 2013
(1)
http://www.bea.
aero/docspa/2010/
tc-e100907/pdf/
tc-e100907.pdf
202
L’enquête a montré que l’incident résulte :
ˆ ˆ d’une erreur d’identification du repère de descente par l’équipage ;
ˆ ˆ d’un contrôle inadapté du plan de descente finale par l’équipage.
La publication de deux FAP, dont l’un est à utiliser sur instruction du contrôleur,
son usage étendu à l’approche classique et l’absence d’information à l’équipage quant
à l’identification exacte de la procédure d’approche finale à utiliser, ont constitué des
facteurs contributifs.
Le BEA a adressé à la DGAC quatre recommandations de sécurité relatives :
ˆ ˆ à la communication aux équipages de l’identification complète de la procédure
d’approche finale ;
ˆ ˆ au recensement et à la suppression d’éventuelles publications d’approches
classiques comportant plusieurs FAF ;
ˆ ˆ à la clarification des documents de référence utilisés par les concepteurs
de procédures ;
ˆ ˆ aux pratiques de guidage radar.
« L’enquête a mis en évidence que la mise en descente prématurée par l’équipage a été
rendue possible par :
ˆ ˆ la publication de deux points de début de descente (FAP) dans la carte d’approche
utilisée par l’équipage :
„„ l’un, à 4 000 ft, représenté dans les bases de données de navigation embarquées ;
„„ l’autre, à 3 000 ft, utilisable sur instruction du contrôleur et absent des bases de
données.
ˆ ˆ le guidage radar systématique, en approche de précision comme en approche
classique et pour les avions en provenance de GOMET comme pour les autres, vers le
palier intermédiaire à 3 000 ft.
De plus, les procédures du SNA ne prévoient pas que les équipages soient informés, avant
le début de l’approche, de l’identification exacte de la procédure d’approche finale en
vigueur.
En conséquence, le BEA recommande que :
ˆ ˆ la DGAC s’assure que les équipages sont informés avec un préavis suffisant
de l’identification complète de la procédure d’approche finale à suivre
[FRAN-2013-001]
ˆ ˆ la DGAC recense les éventuelles cartes d’approches classiques comportant
plusieurs repères de descente finale (FAF) et supprime ce type de publication.
[FRAN-2013-002]
ˆ ˆ La DGAC s’assure que les pratiques de guidage radar incluent la nécessité de
guider les équipages à une altitude publiée pour le début de l’approche finale.
[FRAN‑2013‑004]».
Recommandation FRAN-2013-001 :
Réponse de la DGAC du 4 juillet 2013 :
« La DSNA fera un rappel aux chefs de services exploitations des SNA pour que les
contrôleurs communiquent dès que possible aux équipages à l’arrivée l’identification
complète de la procédure d’arrivée en service pour l’atterrissage.»
203
SX-BHS - 29 mars 2013
Avis du BEA du 9 octobre 2013 :
« Le BEA considère la réponse de la DGAC comme partiellement adéquate.
En effet, la recommandation porte sur l’identification complète de l’approche finale, et
non sur celle de la procédure d’arrivée. Ce dernier terme désigne la trajectoire permettant
de rejoindre le point d’approche initial depuis la phase en route ».
Réponse complémentaire de la DGAC du 12 janvier 2015
L’utilisation du terme procédure d’arrivée pouvait effectivement prêter à confusion,
et c’est bien l’identification complète de la procédure d’approche finale qui était
visée dans la réponse de la DGAC. Les consultations initiales menées suite à cette
réponse ont déjà fait apparaître pour certaines approches des axes d’amélioration
sur l’identification de la procédure d’approche. La réponse préliminaire est donc
modifiée comme suit :
« La DNSA a demandé aux chefs de services exploitations des SNA de vérifier les procédures
employées pour informer, avec un préavis suffisant, les équipages de l’identification
complète de la procédure d’approche finale en service ; une vigilance particulière est
notamment à porter aux phases de changement de piste en service. Les actions de
sensibilisation des contrôleurs, et le cas échéant, de révision de méthode de travail seront
lancées. »
Recommandation FRAN-2013-002 :
Réponse de la DGAC du 4 juillet 2013 :
« Dans un premiers temps les SNA recensent les éventuelles procédures d’approches
classiques qui comportent plusieurs FAF puis procèderont à la réédition de ces
publications »
Recommandation FRAN-2013-004 :
Réponse de la DGAC du 4 juillet 2013 :
« La mise en oeuvre des actions annoncées pour les recommandations précédentes
vont conduire les contrôleurs à utiliser une altitude d’interception de l’approche finale
univoque : en effet, chaque procédure d’approche classique comportant plusieurs FAF
sera remplacée par plusieurs procédures comportant un seul FAF, par indexation de
chacune d’entre elles (Z, Y, W ...). Chaque procédure identifiée ne comportera donc plus
qu’un seul et unique palier avant la mise en descente finale. Cette altitude utilisée par
les contrôleurs lors du guidage radar sera identique à celle de la procédure suivie par les
équipages et intégrée dans le FMS le cas échéant. »
204
SX-BHS - 29 mars 2013
Avis du BEA du 9 octobre 2013 :
« Le BEA considère la réponse de la DGAC comme inadéquate.
En effet, si le besoin exprimé par cette recommandation est en théorie couvert par les
réponses aux recommandations précédentes pour les approches classiques, la possibilité
d’utiliser plusieurs FAP pour les approches de précision demeure. C’était d’ailleurs le cas
pour l’incident étudié : les contrôleurs Lyonnais guidaient les avions vers un FAF non
publié d’une approche classique (ILS sans glide) de la même manière qu’ils guidaient les
avions vers l’un des deux FAP publiés pour l’approche de précision (ILS complet). Cette
extension des pratiques de guidage des approches de précision aux approches classiques
pourrait exister dans d’autres SNA. Le besoin d’adapter le guidage radar à l’approche
finale correctement identifiée, en tenant compte de l’altitude du FAF publié ou des FAP
publiés, doit donc faire l’objet d’une information adéquate aux contrôleurs aériens ».
Réponse complémentaire de la DGAC du 12 janvier 2015 :
Les volets de procédure mixtes ILS et LOC (glide en panne) apparaissant sur une
même carte, la DSNA va procéder à un examen des volets ILS/LOC afin de ne maintenir
qu’un seul et unique FAF utilisable à l’altitude nominale de la procédure publiée, à
l’exception de Strasbourg où un second FAF uniquement utilisable dans le cadre de
l’API continuera à être publié avec la mention restrictive d’emploi. Les actions de
sensibilisation des contrôleurs, et le cas échéant, de révision de méthode de travail
complèteront le dispositif ; la réponse préliminaire est donc modifiée comme suit :
« La mise en oeuvre des actions annoncées pour les recommandations précédentes
vont conduire les contrôleurs à utiliser une altitude d’interception de l’approche finale
univoque : en effet, chaque procédure d’approche classique comportant plusieurs FAF
sera remplacée par plusieurs procédures comportant un seul FAF, par indexation de
chacune d’entre elles (Z, Y, W ...). Chaque procédure identifiée ne comportera donc plus
qu’un seul et unique palier avant la mise en descente finale. Cette altitude utilisée par
les contrôleurs lors du guidage radar ser identique à celle de la procédure suivie par les
équipages est intégrée dans le FMS le cas échéant.
Pour les approches ILS, les besoins opérationnels exigent le maintien de plusieurs FAP sur
certaines plates-formes. Les situations de panne de glide étant rares, l’existence d’un seul
FAF, tel que proposé dans la recommandation, est considéré comme opérationnellement
acceptable. La France ayant fait le choix de publier de façon conjointe les procédures ILS
et LOC sur un même volet, la DSNA va procéder à un réexamen des volets ILS/LOC afin
que, même lorsque plusieurs FAP existent, un seul et unique FAF utilisable à l’altitude
nominale de la procédure soit publié. Une exception est faite pour Strasbourg où un
second FAF uniquement utilisable dans le cadre de l’API continuera à exister avec la
mention restrictive d’emploi correspondante.
Les actions de sensibilisation des contrôleurs, et le cas échéant, de révision des méthodes
de travail compléteront le dispositif : les chefs de service exploitations des SNA s’assureront
que les contrôleurs lorsqu’ils guident les avions vers une approche classique, nonobstant
les altitudes différentes pouvant être utilisées en guidage radar pour les approches de
précision, utilisent exclusivement l’altitude d’interception unique publiée sur le volet de
procédure. »
205
SX-BHS - 29 mars 2013
„„Accident survenu le 16 octobre 2012 sur l’aérodrome de Lorient Lann
Bihoué (56) au Bombardier CRJ-700 immatriculé F-GRZE exploité par
BritAir(2)
L’équipage est autorisé pour une approche ILS RWY 25. Au cours de la descente,
le contrôleur l’informe d’un vent du 160° pour 17 kt avec des rafales de 26 kt et d’un
grain fort et durable. La visibilité est réduite entre 2 000 et 3 000 m et la piste est
mouillée avec des flaques d’eau. Il signale que l’avion précédent a rencontré des
difficultés lors de son atterrissage en raison de phénomène « d’aquaplaning ».
(2)
http://www.bea.
aero/docspa/2012/fze121016/pdf/fze121016.pdf
L’équipage effectue l’approche en configuration volets 30°. L’approche ILS 25 est
stable à 1 000 ft. Le pilote automatique (PA) est déconnecté vers 500 ft. Le train
principal de l’avion touche la piste à environ 1 100 m de la fin de piste.
L’avion sort de la piste, heurte les antennes du LOC avec l’aile gauche et s’immobilise
dans un champ en herbe à environ 200 m du seuil 07.
L’enquête a montré que l’accident était dû à l’absence de décision de l’équipage
d’interrompre l’atterrissage alors qu’il n’avait pris conscience ni de la contamination
de la piste ni de la longueur de piste restante.
La poursuite de l’atterrissage peut s’expliquer par :
ˆ ˆ une conscience de la situation insuffisante liée:
„„au niveau de la performance de l’équipage, celui-ci étant par ailleurs degradé
par la fatigue et la routine ;
„„à une méconnaissance des marges de sécurité et à une formation TEM inadaptée.
ˆ ˆ une approche de la sécurité ne conduisant pas suffisamment les équipages à
remettre en cause leur projet d’action.
Les facteurs suivants ont contribué à l’événement :
ˆ ˆ la sous-estimation par l’équipage des conditions météorologiques ;
ˆ ˆ des consignes opérationnelles parfois peu claires ou contradictoires fragilisant
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
le travail en équipage ;
les caractéristiques de la piste 25, par ailleurs non documentées dans le MANEX
de Brit Air ;
l’organisation de l’exploitation de l’aérodrome contribuant à ne pas corriger dans
des délais raisonnables les écarts identifiés concernant la piste 25 ;
l’absence d’une phraséologie commune garantissant aux équipages et aux
contrôleurs une connaissance partagée de l’état réel de la piste ;
l’organisation des entraînements et des contrôles ne permettant pas suffisamment
à l’exploitant de connaître et d’améliorer sa performance de sécurité ;
la prise en compte incomplète du risque fatigue par la compagnie.
Le BEA a adressé quinze recommandations de sécurité dont certaines relatives aux
points suivants :
ˆ ˆ à la gestion des menaces et des erreurs ;
ˆ ˆ à la gestion de la fatigue ;
ˆ ˆ la DGAC vérifie que les exploitants d’aérodrome et d’aéronefs détenteurs d’un CTA
évaluent les recommandations du plan d’actions européen (EAPPRE) au travers
de leur propre SGS.
206
SX-BHS - 29 mars 2013
Réponse préliminaire de la DGAC du 3 avril 2014 :
« Le plan d’actions européen pour la prévention des sorties de pistes, établi sous l’égide
d’Eurocontrol rassemble des recommandations pour prévenir et réduire ce risque en
s’adressant à l’ensemble des opérateurs concernés ainsi qu’aux régulateurs et autorités
de surveillance. La DSAC et la DSNA ont participé à son élaboration.
La DGAC soutient ce type d’initiative qui recense de manière la plus exhaustive possible
des bonnes pratiques et laisse la flexibilité à chaque acteur de les évaluer et de mettre en
oeuvre celles qui sont les plus pertinentes pour ses risques propres.
La DGAC a priorisé les recommandations qui concernaient les autorités au sein de la
revue de sécurité du programme de Sécurité de l’Etat et a transmis le plan EAPPRE aux
opérateurs qu’elle surveille en mettant l’accent sur certaines recommandations pour
chaque domaine.
La modification des procédures de surveillance DSAC mentionnée en réponse aux
recommandations précédentes considérera les recommandations issues du plan EAPPRE
comme bonnes pratiques identifiées devant être évaluées par les opérateurs au sein de
leur SGS ».
3 -Double pilotage
La liste ci-dessous détaille quelques évènements similaires de survenue du
phénomène de double pilotage.
„„Incident grave survenu le 28 mai 2006 à Sarragosse (Espagne), Airbus A320 (3)
Résumé :
« The aircraft, an Airbus A320, en route from Barcelona to Santiago de Compostela, passed
through an area of strong turbulence while at FL325 that caused the aircraft to descend
sharply while banking significantly to either side. As a consequence of the aircraft’s
sudden motion, four passengers and three flight attendants were slightly injured. The
crew managed to stabilize the aircraft at FL310 and continue on to its destination.
http://www.
fomento.gob.es/NR/
rdonrdonlyres/213
13F00.98A2_4F14_
A582_4D0A8FA188/
2006.029.IN.ENG.pdf
(3)
The investigation revealed that this incident resulted from the wake turbulence of a
preceding Airbus A340-300 that was on the same airway, 10.13 NM ahead of the Vueling
Airbus A320-200 and on the same heading. It was also flying to point “Kuman” at FL330.
The crew’s actions were not in compliance with the procedures for flying the aircraft and
served to exacerbate the effects of the external disturbance ».
Extraits du rapport :
« both pilots providing simultaneous inputs to their sidesticks starting practically at
the same time and continuing for 21 seconds, from 12:38:37 to 12:38:58. During the 21
seconds of dual inputs to the sidesticks, aural “dual inputs” messages sounded in the
cockpit. The captain states that he did not hear the messages. The copilot did hear them,
although he immediatly released control to the captain when he did so.The copilot did
not notice the luminous signs that should have turned on the instant when the captain
pressed his override button and that indicate which sidestick has priority ».
« The maximun sidestick inputs to either side induced the aircraft to suffer banking
movements. As for the pitch commands, the fact that the crew’s inputs were largely in
opposing directions meant that the resulting movement was smooth, and thus had little
effect on the pitch of the aircraft ».
207
SX-BHS - 29 mars 2013
Safety Recommendations
« When an abnormal or emergency situation occurs during a flight, the crew must take
immediate actions to neutralize it by following the proper procedures. In order to execute
these actions quickly and accurately, the crew must carry them out « automatically ».
This is achieved through instruction and training.
The investigation into this incident revealed that the crew did not properly adhere to the
procedures required by the situation. As a result, and in an effort to improve the safety of
operations, the following safety recommendation is issued.
REC 03/11 It is recommended that the aircraft operator, Vueling, review and enhance
its Airbus A-320 crew training programs so as to improve the crews’ knowledge and
application of aircraft procedures, in particular as these apply to dual sidestick inputs,
flying in severe turbulence and rudder use.»
La CIAIAC a fourni au BEA les réponses aux recommandations qu’ils avaient émises :
« 1. Since 2011, all new pilots in the company are trained and verified in Flight in
Turbulence & Jet Upset Recovery in their Operator Conversion Training.
2. All active pilots in the company as part of its Recurrent training have completed :
Ground training :
ˆ ˆ 2011 - June-July: e-learning in Flight Turbulence & Jet Upset Recovery (training and
testing) ;
ˆ ˆ 2012 - May-June: e-learning Flight in Turbulence & Jet Upset Recovery (training and
testing) ;
ˆ ˆ 2015 - January: Next e -learning in Flight Turbulence & Jet Upset Recovery planned
(training and testing).
Simulator training :
ˆ ˆ Every 6 months as part of the simulator training: Briefing reinforcing and emphasizing
to Task shearing and Workload management. Since 2006, training and simulator
checks have been standardized through a variety of methods/actions.
Every 6 months new syllabus for training and testing simulator sessions are developed
and these are followed strictly applying the following policy :
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
PF and PNF and other divisions of tasks the flight crew ;
Positive Transfer of aircraft control ;
Philosophy consistent checklist ;
Emphasis on prioritizing tasks (« fly , navigate , communicate ») ;
Proper use of all levels of automation flight.
In addition to the frequency of 1 time every 3 years , in maneuvers practiced in the
simulator, train and verify the procedures Jet Upset Recovery (high altitude stall,
unreliable speed). The last time was from the first half of November 2012 to June 2013.
3. The Vueling SMS nor FDM has detected any similar event from the 2006 incident.»
208
SX-BHS - 29 mars 2013
„„Accident survenu le 14 février 2012 à London Lutton, Airbus A319 (4)
Résumé
« The flight crew carried out a manually flown ILS approach to Runway 26 at London
Luton Airport. Shortly before touchdown, both pilots sensed the aircraft was sinking
and a go-around was initiated. The aircraft made firm contact with the runway before
starting to climb. The normal acceleration recorded at touchdown was 2.99g, which is
classified as a Severe Hard Landing. The subsequent landing was uneventful. All three
landing gear legs exceeded their maximum certified loads and were replaced; there was
no other damage to the aircraft. »
(4)
http://www.
aaib.gov.uk/
publications/
bulletins/
january_2013/
airbus_
a319_111__g_
ezfv.cfm
Conclusion
« Both pilots responded to an increased rate of descent approaching touchdown and
each initiated a TOGA 10 go-around. Their initial sidestick inputs were in opposition
and, without the use of the takeover sidestick pushbutton, the net effect was a pitchdown control input. If the commander had operated the sidestick takeover pushbutton,
his nose-up pitch input would not have been counteracted by the nose-down input of
the Capt under training. In the event, his control input reduced the effect of the nosedown input made by the Capt under training ».
„„Phénomène de double pilotage mentionné dans la base de données des
ASR de la DGAC
La base de données de la DGAC indique que 145 rapports d’incidents à déclaration
obligatoire (ASR) d’équipages d’exploitants français relatifs à des déclenchements
de l’alarme « DUAL INPUT » ont été enregistrés.
Les cas de double pilotage se décomposent majoritairement suivant les scénarios
cités ci-dessous en fonction de leur fréquence d’occurrence :
ˆ ˆ lors de la phase d’approche finale ou lors de l’arrondi alors que l’OPL est PF.
Dans de nombreux cas l’OPL est en AEL ;
ˆ ˆ en approche interrompue ;
ˆ ˆ lors de turbulences ;
ˆ ˆ action involontaire de l’un des membres d’équipage sur son mini-manche.
4 - Information de vent fournie aux équipages
Au cours de l’année 2013 le BEA a publié une étude (5) sur les pertes de contrôle en
phase d’approche lors d’une interruption de l’approche. Un aspect mentionné dans
cette étude traite de l’information de vent fournie aux équipages dont plusieurs
extraits sont repris ci-dessous :
http://www.
bea.aero/etudes/
parg/parg.php
(5)
« Airbus A 330
Le vent est calculé dans chacun des 3 ADIRU par différence entre le vecteur vitesse
sol (calculé par la centrale à inertie) et le vecteur vitesse air (calculé par la centrale
anémométrique en tenant compte d’un dérapage nul).
Le vent est représenté sur les écrans de navigation (ND) des deux pilotes, en haut
à gauche, par une flèche accompagnée de valeurs numériques sous la forme DDD/VV
(où DDD est la direction du vent en degrés magnétiques et VV la vitesse en noeuds). [...]
[...] En fonctionnement normal, le vent présenté sur le ND de gauche est le vent calculé
par l’ADIRU 1 et sur le ND de droite, celui calculé par l’ADIRU 2.
209
SX-BHS - 29 mars 2013
Les imprécisions de calcul de la vitesse sol rendent la précision du vent calculé assez
médiocre : sans erreur sur la vitesse air, autour de 8 à 9 kt en vitesse et de 10° en direction,
pour un vent réel d’au moins 50 kt. Cependant aucune indication sur sa précision ne
figure dans le manuel de vol ou le FCOM. Sur A 380, le vent est de meilleure précision
lorsque l’information GPS est disponible : de l’ordre de quelques degrés en direction et
avec une erreur de moins de 5 kt. [...]
Utilisation opérationnelle du vent affiché ˆ ˆ Selon le constructeur
Les procédures opérationnelles d’Airbus et de Boeing ne prévoient pas que les pilotes
utilisent les valeurs de vent affiché pour prendre des décisions, en particulier à
l’atterrissage. Le vent qui doit être utilisé par les pilotes pour prendre la décision d’atterrir
ou non, y compris en présence de rafales, est le vent donné par la tour de contrôle, qui
est moyenné sur deux minutes. En dernier ressort, il revient au commandant de bord de
prendre la décision.
Toutefois, Boeing précise que les informations de vent déterminées par le FMC
sont précises.
ˆ ˆ Selon certaines compagnies
Les compagnies participant à l’étude ont toutes indiqué que leurs pilotes utilisaient les
informations de vent présentées dans l’avion comme une aide à la décision de remises de
gaz. La formation enseigne aux pilotes d’utiliser cette information de manière qualitative.
Les compagnies indiquent que le plus souvent cette information leur a paru fiable. Les
témoignages indiquent que la précision de l’information de vent fournie par l’ATC peut
varier de manière significative d’un continent à l’autre. [...]
Vent présenté aux équipages
Le vent est une source d’information indispensable aux équipages pour la conduite du
vol et en particulier lors de la décision d’effectuer une remise de gaz, notamment en cas
de vent arrière.
Deux sources d’informations sont utilisées par les équipages :
ˆ ˆ le vent ATC fourni par les services du contrôle ;
ˆ ˆ le vent Avion calculé par les ADIRU seules ou associées à l’information GPS.
Réglementairement, seul le vent ATC fait foi. Mais, quatre problèmes ont été mis en
évidence lors de l’étude : ˆ ˆ le vent ATC n’est pas un vent instantané mais un vent moyenné ;
ˆ ˆ le degré de confiance accordé par les équipages au vent ATC diffère d’un continent à
l’autre ;
ˆ ˆ en cas de vent arrière, le vent au sol est généralement significativement inférieur au
vent en altitude rencontré lors de l’approche. Cela peut créer un conflit lors de la prise
de décision d’une remise de gaz ;
ˆ ˆ le vent présenté aux équipages et affiché sur le ND ou la page associée du FMS est
souvent utilisé par les équipages pour la prise de décision.
Or, les équipages ne connaissent ni la précision du vent présenté ni sa source. A titre
d’exemple, sur A 330, le vent Avion est calculé uniquement à partir des ADIRU, et n’est pas
garanti en dessous de 50 kt de force. A contrario, un vent Avion incluant l’information
GPS est très précis (sur A 380 ou B 777 par exemple).
SX-BHS - 29 mars 2013
210
Quelle que soit la source, les équipages ont tendance à faire confiance au vent Avion
au détriment du vent ATC. Malheureusement, de nombreux aéronefs de transport public
n’utilisent pas la source GPS pour fournir aux équipages un vent précis. Cette information
n’est pas documentée dans les FCOM.
La problématique du vent Avion dépasse le cadre de cette étude. Le vent est un paramètre
essentiel pris en compte dans le pilotage et les stratégies adoptées. Sans remettre en
cause l’aspect réglementaire du vent ATC, le BEA estime que l’information de vent Avion
doit être la plus précise possible et que les équipages doivent également connaître la
précision des informations présentées. »
5 - Evénement antérieur chez Hermes Airlines : incident grave survenu
le 11 avril 2012, à Lyon Saint-Exupéry, Airbus(6)
Déroulement du vol
http://www.bea.
aero/docspa/2012/
sx-v120411/pdf/
sx-v120411.pdf
(6)
L’équipage décolle d’Ajaccio (2A) pour un vol à destination de Lyon Saint-Exupéry.
Le vol est affrété par la compagnie Air Méditerranée et effectué par la compagnie
Hermes Airlines. Le commandant de bord est instructeur, PNF, et assis en place droite.
L’élève pilote commandant de bord est PF et assis en place gauche.
Le contrôleur d’approche de Lyon annonce un vent faible et propose un guidage
radar pour une approche ILS sur la piste 36L que l’équipage accepte. Il fait nuit et les
conditions météorologiques sont IMC. L’équipage constate des incohérences sur les
distances DME affichées sur le ND : le PNF annonce 99 NM et le PF annonce 40 NM(7).
Environ une minute après le début du guidage radar, le contrôleur, qui s’aperçoit
que l’avion est haut sur le plan, demande «…fourty nautical […] is that OK for you,
four zero ? ». L’équipage, programmant le FMGS pour l’approche ILS 36L, répond
« Actually we…we’ll need to make a thirty six ». Le contrôleur, qui interprète la réponse
de l’équipage comme une confirmation d’un atterrissage en piste 36, ne comprend
pas que l’équipage souhaite effectuer un virage de retardement de 360°. Il fournit
un cap au 315° vers l’axe du localizer de la piste 36L. L’ILS AC d’Ajaccio n’ayant pas
été désélectionné, le FMGS ne sélectionne pas automatiquement l’ILS de la piste 36L
de Lyon.
Le contrôleur donne un cap 320° afin que l’avion intercepte l’axe du localizer de la
piste 36L. La fréquence de l’ILS de la piste 36L n’étant pas active, l’avion traverse l’axe
sans l’intercepter. L’équipage affiche alors l’ILS de la piste 36L. Alors que le mode
Capture s’engage pour une altitude sélectionnée de 3 000ft à une vitesse de 240 kt,
l’équipage décide de sélectionner une altitude de 400 ft sur son pupitre de commande
(FCU)(8), ce qui entraîne une réversion de mode du pilote automatique de ALT* en VS
-1 200 ft/min, vitesse verticale de l’avion à cet instant. Il arme le mode approche et
engage le pilote automatique AP 2. L’équipage vire à gauche afin d’intercepter l’axe
du localizer, puis l’avion passe sous l’altitude minimale de sécurité radar de 3 000 ft.
(7)
Lors de la
préparation
des moyens de
radionavigation au
décollage, le PNF
insère manuellement
la fréquence de l’ILS
AC d’Ajaccio dans la
page RADIO NAV du
pupitre de navigation
(MCDU) afin de
préparer un éventuel
demi-tour (QRF).
Cette fréquence va
rester sélectionnée
tout au long du vol
jusqu’à l’approche.
(8)
Altitude inférieure
à l’altitude du
seuil de piste.
Le contrôleur demande à l’équipage s’il a la bonne fréquence de l’ILS, ce qu’il confirme.
211
SX-BHS - 29 mars 2013
Alors que l’avion est en configuration lisse à une vitesse de 230 kt et à une altitude
de 2 460 ft (hauteur de 950 ft), l’alarme GPWS « TERRAIN TERRAIN PULL UP PULL UP »
se déclenche. L’instructeur intervient seul sur les commandes, met les manettes de
poussée dans le cran TOGA et affiche une assiette maximale de 9,5° sans annoncer la
prise de commande. Les pilotes automatiques AP 1 et 2 se désengagent. L’avion étant
en configuration lisse, le mode SRS ne s’engage pas et ne donne pas à l’équipage
les ordres à cabrer attendus qui correspondraient à la manœuvre d’évitement en
cours. Les modes de guidage vertical et horizontal VS -1200 et HDG sont toujours
actifs(9). Alors que l’assiette de l’avion atteint 9°, l’instructeur donne des ordres
à piquer.
En réaction à une alarme MSAW se déclenchant quelques secondes plus tard,
le contrôleur annonce : « you maintain 2 500 ft, you are too low, you are below the glide »
et demande à être rappelé quand l’avion sera établi sur le plan. L’avion est à 2 420 ft
en montée. L’instructeur poursuit les ordres à piquer tout en convergeant vers l’axe
du localizer et accuse simultanément réception du message. Il cherche probablement
à stabiliser l’avion à l’altitude de 2 500 ft. Les ordres à piquer sont maintenus pendant
une vingtaine de secondes. La manette de poussée est positionnée dans le cran CLIMB.
L’équipage à cet instant attend les ordres du contrôleur pour monter. La vitesse
conventionnelle augmente fortement et l’avion se remet en descente jusqu’à une
altitude de 2 150 ft. A 320 kt et à une hauteur de 900 ft, les manettes de poussée sont
positionnées sur le cran IDLE. A cet instant, une seconde alerte MSAW se déclenche.
Le contrôleur intervient de nouveau : « …check your altitude immediatly, you are too
low ».
Le mode commun
de guidage GA ne
peut s’engager
que si la manette
de commande
des volets est au
moins positionnée
dans le cran 1.
(9)
Quelques secondes plus tard, l’élève, en place gauche, actionne le mini-manche à
cabrer pendant une dizaine de secondes tandis que l’instructeur donne un ordre
inverse. L’alarme sonore et visuelle DUAL INPUT se déclenche pendant une minute.
Au cours de cette phase de double pilotage manuel, le PNF continue de communiquer
avec l’ATC et demande un guidage radar pour l’interruption de l’approche.
Les communications, faisant probablement référence à la prise de commande,
sont confuses « PF : « [laisse le, laisse le] », PNF « [prends le toi] », PF « [J’ai les commandes,
5 000 ft, laisse le, 5 000…. ;] ». Le contrôleur demande à l’équipage de monter vers
5 000 ft. Parallèlement aux actions à cabrer de l’instructeur, l’élève donne des ordres
à piquer. Pendant cette période l’avion remonte. L’équipage positionne les manettes
de poussée dans le cran CLIMB.
L’alarme DUAL INPUT s’arrête. L’instructeur en place droite reprend alors
les commandes. Le pilote automatique AP 2 est engagé.
Les paramètres de l’avion se stabilisent. Une seconde approche est réalisée et
l’équipage atterrit sur la piste 36L.
L’enquête a mis en évidence les points suivants :
Gestion du vol
L’absence de vérifications de la page RADIO NAV du FMGS, normalement réalisées en
passant le FL100 en montée et lors de la préparation de l’approche, n’a pas permis
à l’équipage de détecter que le FMGS n’avait pas sélectionné automatiquement l’ILS
de la piste 36L de Lyon Saint Exupéry et que l’ILS AC d’Ajaccio était toujours actif
à l’arrivée.
212
SX-BHS - 29 mars 2013
Lors des tentatives de capture de l’axe du localiser, les ressources de l’équipage ont
été mobilisées par la gestion de l’affichage de la fréquence de l’ILS au détriment
du suivi de la trajectoire de l’avion dans le plan vertical, et de sa configuration.
La sélection au FCU d’une altitude cible de 400 ft alors que l’altitude de l’aéroport
de Lyon est de 880 ft indique une perte de conscience de la situation et a introduit
un risque de rapprochement dangereux avec le sol.
Au cours de la procédure d’urgence GPWS PULL UP, l’absence de maintien du
manche en butée arrière n’a pas permis d’obtenir la meilleure pente de montée,
dans un environnement nocturne et par conditions météorologiques dégradées où
l’équipage n’avait pas ou peu de références visuelles extérieures. L’assiette de 9,5°
affichée ne correspond ni à l’assiette d’interruption de l’approche (15°) ni à celle de
la procédure GPWS (manche en butée arrière).
Au moment de la première alarme MSAW, le contrôleur n’est pas informé que
l’équipage réagissait aux alarmes GPWS. La procédure d’urgence GPWS PULL UP ne
prévoit pas de message d’information à l’intention du contrôleur. Les modifications
de trajectoire effectuées par l’équipage sans en informer le contrôleur n’ont pas aidé
ce dernier à comprendre les intentions de l’équipage.
La période de double pilotage intervient après la décision de l’équipage d’interrompre
l’approche, à l’issue de la seconde alarme MSAW. On observe une période de confusion
lors d’une phase de vol intrinsèquement dynamique nécessitant un pilotage précis,
particulièrement à vitesse élevée.
La survenue du double pilotage, qui est une action réflexe, peut être favorisée par
une combinaison de plusieurs facteurs :
ˆ ˆ l’instructeur ne formalise pas sa reprise des commandes (absence d’annonce « I h ave
control ») ; même si le double pilotage n’est pas immédiatement consécutif, la
reprise des commandes non annoncée perturbe la répartition des rôles ;
ˆ ˆ l’équipage a une grande expérience sur avion à commandes de vol conjuguées
et l’instructeur est bi-qualifié sur Boeing 737 et A320 dont l’interface des
commandes de vol est très différente.
Critères d’exercice de la fonction commandant de bord
L’élève-pilote/commandant de bord avait été récemment recruté par la compagnie
pour exercer les fonctions de commandant de bord sur Airbus A320. Il était en
adaptation en ligne et totalisait une expérience de 25 heures de vol sur Airbus A320.
Il n’avait pratiquement pas d’expérience dans la fonction de commandant de bord.
Les deux membres d’équipage avaient une grande expérience du vol sur Boeing 737
sur lequel les logiques de fonctionnement et de présentation des informations sont
différentes de celles de l’Airbus A320.
Causes
L’incident est dû :
ˆ ˆ initialement, à la poursuite de la descente au cours de l’approche ILS 36L alors
que l’avion n’était ni configuré, ni stabilisé sur l’axe du localizer, qui a conduit à
un rapprochement dangereux de l’avion avec le sol ;
ˆ ˆ après la première alarme GPWS, à une application inadéquate de la procédure
d’urgence GPWS, notamment l’affichage de l’assiette.
213
SX-BHS - 29 mars 2013
Ont contribué à l’incident :
ˆ ˆ une application inadéquate des procédures normales, de la répartition des
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
ˆˆ
tâches et des procédures d’urgence ayant entraîné un niveau de conscience de
la situation de l’équipage très dégradé (position dans l’espace, configuration) ;
le niveau d’expérience sur type faible des deux membres d’équipage ;
de la volonté de l’exploitant de former rapidement comme commandant de bord
un pilote ayant une faible expérience sur type ;
des critères d’accession à la fonction de commandant de bord variables ;
l’utilisation d’une phraséologie MSAW inadaptée par le contrôleur.
Note : l’autorité d’enquêtes grecque (AAISB) a formulé le commentaire suivant : « dans les facteurs
contributifs cités dans le § 3.3 « causes », le BEA pourrait ajouter « le manque de CRM de l’équipage ».
Le BEA partage cet aspect de l’analyse mais considère que ce manque de CRM résulte
d’une application inadéquate des procédures normales, de la répartition des tâches et
des procédures d’urgence. Ces éléments sont déjà cités dans les facteurs contributifs.
« Au cours du vol, aucune prise de priorité n’a été enregistrée. Pendant la phase de
double pilotage, les ordres donnés par les deux pilotes étaient souvent de sens contraire.
L’altitude de l’avion a évolué de 2 200 ft jusqu’à 4 460 ft puis 4130 ft et l’assiette de l’avion
a varié entre -1° et 15° ».
214
SX-BHS - 29 mars 2013
annexe 10
Airbus information letter et SIB EASA
215
SX-BHS - 29 mars 2013
216
SX-BHS - 29 mars 2013
217
SX-BHS - 29 mars 2013
218
SX-BHS - 29 mars 2013
Bureau d’Enquêtes et d’Analyses
pour la sécurité de l’aviation civile
10 rue de Paris
Zone Sud - Bâtiment 153
Aéroport du Bourget
93352 Le Bourget Cedex - France
T : +33 1 49 92 72 00 - F : +33 1 49 92 72 03
www.bea.aero
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement