liste des pages en vigueur - Autorité de l`Aviation civile du Tchad

liste des pages en vigueur - Autorité de l`Aviation civile du Tchad
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
1 de 130
01
08/02/2012
LISTE DES PAGES EN VIGUEUR
0
PAGE
N
AMDT
PG
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
DATE
PAGE
N
AMDT
DATE
PAGE
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
0
N
AMDT
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
DATE
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
0
0
PAGE
N
AMDT
DATE
PAGE
N
AMDT
DATE
PAGE
117
118
119
120
121
122
1
1
1
1
1
1
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
123
124
125
126
127
128
1
1
1
1
1
1
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
129
130
131
132
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Page:
Révision:
Date:
0
N
AMDT
1
1
1
1
2 de 130
01
08/02/2012
DATE
08/02/12
08/02/12
08/02/12
08/02/12
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
3 de 130
01
08/02/2012
TABLE DES MATIÈRES
Page
1
OBJET
4
2
DOMAINE D’APPLICATION
4
3
RÉFÉRENCES
4
4
DÉFINITIONS / ABRÉVIATIONS
4
4.1
Définitions
4
4.2
Abréviations
5
5
6
7
8
GÉNÉRALITÉS
10
5.1
Système d’Amendement
10
5.2
Langue de Rédaction du Manuel d’Exploitation
10
FORMAT ET PRÉSENTATION DU MANUEL
13
6.1
Papier
13
6.2
Mise En Page
13
6.2.1
Format
13
6.2.2
Reliure
13
6.2.3
Marges
13
6.2.4
Pagination
13
6.2.5
Intercalaires
14
COMPOSITION DU MANUEL
14
7.1
Manuel Composé d’un Document Unique
14
7.2
Manuel Composé de Plusieurs Documents
14
STRUCTURE GÉNÉRALE DU MANUEL
15
8.1
Généralités
15
8.2
Structure Standard du Manuel
15
8.3
Contenu Détaillé
16
ANNEXE 1 MANUEL D’EXPLOITATION
17
Partie A – Généralités/Fondements
21
Partie B – Utilisation de l’Avion – Éléments Relatifs au Type
73
Partie C – Consignes et Informations sur les Routes et les Aérodromes
116
Partie D – Formation
119
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
4 de 130
01
08/02/2012
OBJET
1.
(a) Le présent guide de rédaction du Manuel d’Exploitation a pour objectif d’aider à la rédaction de
Manuel d’Exploitation. Il explicite et détaille le contenu acceptable pour chacun des chapitres
demandés par la réglementation
DOMAINE D’APPLICATION
2.
(a) Ce guide est applicable à toutes les entreprises de transport aérien détentrices ou postulant à un
Certificat de Transport Aérien (CTA) redevable de la réglementation en vigueur.
3.
4.
RÉFÉRENCES

RAT 06 Edition du 29 février 2008;

Guide de rédaction d’un Manuel d’Exploitation DGAC édition Jan 2006 Révision 00 ;

Airbus Operation Policy Manual Issue 2;

DOC 9376-AN/914 OACI rédaction d’un Manuel d’Exploitation 2
ème
édition 1997.
DÉFINITIONS /ABRÉVIATIONS
4.1 DÉFINITIONS
(a) Dans le présent guide les termes et expressions ci-après ont les significations suivantes :
(1)
Aérodrome. Surface définie sur terre ou sur l'eau (comprenant, éventuellement,
bâtiments, installations et matériel), destinée à être utilisée, en totalité ou en partie, pour
l'arrivée, le départ et les évolutions des aéronefs à la surface.
(2)
Aérodrome de dégagement. Aérodrome vers lequel un aéronef peut poursuivre son
vol lorsqu'il devient impossible ou inopportun de poursuivre le vol ou d'atterrir à
l'aérodrome d'atterrissage prévu.
(3)
Liste d'écarts de configuration (LEC/CDL). Liste établie par l'organisme responsable
de la conception de type, avec l'approbation de l'Etat de conception, qui énumère les
pièces externes d'un type d'aéronef dont on peut permettre l'absence au début d'un vol,
et qui contient tous les renseignements nécessaires sur les limites d'emploi et
corrections de performance associées.
(4)
Liste minimale d'équipements (LME/MEL). Liste prévoyant l'exploitation d'un
aéronef, dans des conditions spécifiées, avec un équipement particulier hors de
fonctionnement ; cette liste, établie par un exploitant, est conforme à la LMER de ce
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
5 de 130
01
08/02/2012
type d'aéronef ou plus restrictive que celle-ci.
(5)
Liste minimale d'équipements de référence (LMER/MMEL). Liste établie pour un
type particulier d'aéronef par l'organisme responsable de la conception de type, avec
l'approbation de l'État de conception, qui énumère les éléments dont il est permis qu'un
ou plusieurs soient hors de fonctionnement au début d'un vol. La LMER peut être
associée à des conditions, restrictions ou procédures d'exploitation spéciales.
(6)
Période de repos. Toute période de temps au sol pendant laquelle un membre
d'équipage de conduite est dégagé de tout service par l'exploitant.
(7)
Période de service de vol. Temps total depuis le moment où un membre d'équipage
de conduite prend son service immédiatement après une période de repos et avant
d'effectuer un vol ou une série de vols, jusqu'au moment où il est dégagé de tout
service après avoir accompli ce vol ou cette série de vols.
(8)
Permis d'exploitation aérienne (PEA, AOC ou CTA). Permis autorisant un exploitant
à effectuer des vols de transport commercial spécifiés.
(9)
Pilote commandant de bord. Pilote désigné par l'exploitant, ou par le propriétaire dans
le cas de l'aviation générale, comme étant celui qui commande à bord et qui est
responsable de l'exécution sûre du vol.
(10) Plan de vol. Ensemble de renseignements spécifiés au sujet d'un vol projeté ou d'une
partie d'un vol, transmis aux organismes des services de la circulation aérienne.
(11) Plan de vol exploitation. Plan établi par l'exploitant en vue d'assurer la sécurité du vol
en fonction des performances et limitations d'emploi de l'avion et des conditions
prévues relatives à la route à suivre et aux aérodromes intéressés.
(12) Portée visuelle de piste (RVR). Distance jusqu'à laquelle le pilote d'un aéronef placé
sur l'axe de la piste peut voir les marques ou les feux qui délimitent la piste ou qui
balisent son axe.
(13) Principes des facteurs humains. Principes qui s'appliquent à la conception, à la
certification, à la formation, aux opérations et à la maintenance aéronautiques et qui
visent à assurer la sécurité de l'interface entre l'être humain et les autres composantes
des systèmes par une prise en compte appropriée des performances humaines.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
6 de 130
01
08/02/2012
4.2 ABRÉVIATIONS
(a) Dans le présent guide, les abréviations ci-après ont les significations suivantes
(1)
AFM:
Aircraft Flight Manual;
(2)
FCOM:
Flight Crew Operating Manual;
(3)
ADAC:
Autorité de l’Aviation Civile du Tchad;
(4)
AOC:
(Air Operator Certificate) : Certificat de Transport Aérien (CTA) ;
(5)
APRS:
Approbation Pour Remise en Service;
(6)
ATA:
Air Transport Association;
(7)
ATC :
(Air Traffic Control) services de la circulation aérienne;
(8)
ATP :
Air Traffic Pilot;
(9)
ATPL:
Airline Transport Pilot Licence;
(10) AWO :
(All Weather Operations) : Opérations tout-temps;
(11) B-RNAV :
(Basic RNAV) : navigation de surface de base;
(12) CA :
(services de la) Circulation Aérienne;
(13) CAC :
Code de l'Aviation Civile;
(14) CAT :
Catégorie;
(15) CDB :
Commandant De Bord;
(16) CDL :
(Configuration Deviation List) : liste de tolérances des éléments
structuraux;
(17) CDN :
Certificat De Navigabilité;
(18) CDNI :
Certificat De Navigabilité Individuel;
(19) CEMPN :
Centre d Expertise Médicale du Personnel Navigant;
(20) CMP ETOPS :
(Configuration, Maintenance and Procédure standards ETOPS) ;
(21) CN :
Consigne de Navigabilité;
(22) CPL :
(Commercial Pilot Licence) ;
(23) CRM :
en matière d'entretien : Compte Rendu Matériel, en matière de
formation (Crew ressource management) : gestion des ressources de
l'équipage;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
7 de 130
01
08/02/2012
(24) CSS :
Certificat Sécurité Sauvetage;
(25) CTA :
Certificat de Transporteur Aérien;
(26) CTE :
Contrôleur Technique d’Exploitation;
(27) CVR :
(Cockpit Voice Recorder) : enregistreur de conversations;
(28) DA :
Decision Altitude;
(29) DH :
Decision Height (hauteur de décision)
(30) ETOPS :
(Extended
range
for
twin
engines
operations),
autorisation
d'éloignement accordée à un bimoteur dont la route comporte un
point situé à plus de 60 minutes d'un aérodrome adéquat;
(31) EVASAN :
Evacuation Sanitaire;
(32) FAA :
(Federal Aviation Administration) : Aviation Civile des Etats-Unis;
(33) FCOM :
(Flight Crew Operating Manual) ;
(34) FH :
facteurs humains;
(35) GPWS :
(Ground Proximity Warning System) : dispositif avertisseur de
proximité du sol;
(36) HSI :
Horizontal Situation Indicator;
(37) IFR :
(Instrument Flight Rules) : règles de vol aux instruments;
(38) ILS :
(Instrument
Landing
System)
:
système
d'atterrissage
aux
instruments;
(39) IMN :
Instructeur Mécanicien Navigant;
(40) INAC :
Ingénieur Navigant de l’Aviation Civile;
(41) INOP :
Inopérant;
(42) LME :
liste minimale d'équipements;
(43) LMER :
Liste Minimale d'Équipement de Référence;
(44) LOFT :
(Line Oriented Flight Training) : programme d’entraînement au vol
orienté ligne;
(45) LVP :
(Low Visibility Procedures) : procédures d'exploitation par faible
visibilité;
(46) LVO :
(Low Visibility Operations) : opérations par faible visibilité;
(47) LVTO :
Low Visibility Take Off;
(48) Manex :
Manuel d'Exploitation;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
8 de 130
01
08/02/2012
(49) MDA :
Minimum Descent Altitude;
(50) MDH :
(Minimum Descent Height) MEA : Minimum En route Altitude;
(51) MEL :
(Minimum Equipment List) : liste minimale d'équipements (LME) ;
(52) MLW :
Maximum Landing Weight;
(53) MMEL :
(Master Minimum Equipment List) liste minimale d'équipement de
référence (LMER);
(54) MMO :
Mach Maximum Operating;
(55) MMSD :
Masse Maximale Structurale au Décollage;
(56) MNPS :
(Minimum Navigation Performance Specifications) : spécifications
minimales de performances de navigation;
(57) MOE :
(Maintenance Organisation Exposition): Manuel de l'organisme
d'entretien;
(58) MOCA :
Minimum Obstruction Clearance Altitude;
(59) MORA :
Minimum Off Route Altitude;
(60) MRB:
Maintenance Review Board;
(61) MRW:
Maximum Ramp Weight;
(62) MSAW :
Minimum Safety Altitude Warning;
(63) MTO :
Météo;
(64) MTOW:
(Maximum Take Off Weight ou Masse maximale certifiée au
décollage);
(65) MZFW:
Maximum Zero Fuel Weight;
(66) NOTOC :
Notification to Captain;
(67) NOTAM :
Notice to Airmen;
(68) OAT :
Outside Air Temperature;
(69) OACI :
Organisation de l'Aviation Civile Internationale;
(70) OMN :
Officier mécanicien navigant;
(71) OPL :
Officier pilote de ligne (co-pilote) ;
(72) OPR :
Officier Pilote de Renfort;
(73) OTOW :
Operational Take Off Weight;
(74) PAX :
Passagers;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
9 de 130
01
08/02/2012
(75) PCB :
Personnel complémentaire de bord;
(76) PEQ :
Équipage (personnel navigant technique) ;
(77) PF :
(Pilot Flying) pilote en fonction;
(78) PL :
Pilote de ligne;
(79) PLN CA :
Plan de vol Circulation Aérienne;
(80) PLN :
Plan de vol Exploitation;
(81) PNC :
Personnel navigant PNC, personnel navigant commercial;
(82) PNF:
(Pilot non Flying), pilote non en fonction;
(83) PNT :
Personnel navigant technique;
(84) PP :
Pilote privé;
(85) P-RNAV :
(Precision RNAV) : navigation de surface de précision;
(86) PV :
Plan de vol;
(87) QRI :
Qualification radio internationale;
(88) RCA :
Réglementation de la Circulation Aérienne;
(89) RNP :
Required Navigation Performance;
(90) RNAV :
(Area Navigation) : navigation de surface;
(91) RTOW :
Ramp Take Off Weight;
(92) RPL :
Repetitive flight PLan;
(93) RTA :
Réglementation du Transport Aérien;
(94) RVR :
(Runway Visual Range) : portée visuelle de piste;
(95) RVSM :
(Reduced Vertical Separation Minima) : minimum de séparation
verticale réduit;
(96) SAR :
(Search and Rescue) : services de recherche et de sauvetage;
(97) SB :
Service Bulletin;
(98) SFI :
(Synthetic Flight Instructor) : instructeur sur entraîneur synthétique de
vol;
(99) SIGMETs :
Significant Meteorological Information;
(100) SNOWTAMS :
Snow notices to airman;
(101) STC :
Supplemental Type Certificate;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
5.
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
10 de 130
01
08/02/2012
(102) TCAS :
Traffic Collision Avoidance System;
(103) TRE :
(Type Rating Examiner) : examinateur de qualification de type;
(104) TRI :
(Type Rating Instructor) : instructeur de qualification de type;
(105) TSO :
Technical Standard Order;
(106) VFE :
Velocity Flap Extended;
(107) VFR :
(Visual Flight Rules) : règles de vol à vue.
GÉNÉRALITÉS
(a) Le Manuel d'Exploitation est l'un des moyens principaux par lesquels l'exploitant s'assure de la
sécurité de l'exploitation. Il est donc un élément fondamental pour la délivrance du CTA. Les
informations que contient ce manuel sont nombreuses, très variées et en constante évolution
L’exploitant doit établir, à titre de guide à l’usage du personnel intéressé, un Manuel
d’Exploitation conforme aux dispositions de la Réglementation Aéronautique du Tchad
(chapitre 3 du RAT 06) L’exploitant doit ajouter au Manuel d’Exploitation les éléments
obligatoires dont l’État de l’exploitant exigera l’insertion. Les normes, les pratiques, les
procédures et les spécifications que contiendra le manuel seront conformes au Règlement de
l'aviation de l’État du Tchad, aux normes pertinentes pour la zone et le type d'exploitation.
(b) Le contenu du Manuel d'Exploitation, y compris l'ensemble des amendements ou révisions, ne
doit pas contrevenir aux conditions stipulées dans le Certificat de Transporteur Aérien, ou à toutes
autres règles applicables, il doit être acceptable ou, si nécessaire, approuvé par l'Autorité. Le
Manuel d’Exploitation sera modifié ou révisé suivant les besoins, de manière à être tenu
constamment à jour. Les modifications ou révisions seront communiquées à toutes les
personnes qui devront utiliser le manuel par le Responsable des Opérations à qui les
remarques et suggestions devront être soumises.
5.1 SYSTÈME D’AMENDEMENT ET DE RÉVISION
(a) Tout amendement du Manuel d’Exploitation doit être diffusé à l’Autorité et aux personnels
d’exploitation avant sa mise en vigueur conformément à la réglementation en vigueur S’il s’agit
d’un amendement relatif à une approbation, l’exploitant doit obtenir l’approbation de l’Autorité
avant l’entrée en vigueur dudit amendement. Lorsque des amendements ou révisions immédiats
sont nécessaires, dans l’intérêt de la sécurité, ils peuvent être publiés et appliqués
immédiatement, à condition que toute approbation exigée ait été demandée. L’exploitant et
l’Autorité devront s’accorder sur les modalités de gestion des amendements du Manuel
d’Exploitation, afin que la date de mise en vigueur d’un amendement du Manuel d’Exploitation soit
clairement établie. Lorsque l’examen d’un amendement par l’Autorité amène à une remise en
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
11 de 130
01
08/02/2012
cause de l’acceptation initiale, celle-ci en fera part à l’exploitant dans les meilleurs délais. Chaque
amendement doit être daté et numéroté; des indications seront reportées sur chaque page
modifiée. Une indication succincte, mais suffisamment explicite, des changements qui ont motivé
l'émission de l'amendement sera formulée sur la page d'amendement et dans la lettre
d'accompagnement si nécessaire. Tout amendement sera effectué par l'insertion des pages
nouvelles et le retrait des pages à remplacer. Les révisions temporaires, fournies sur des pages
de couleur jaune serviront à couvrir des sujets d’importance capitale se produisant entre les
révisions normales. Elles devront être accompagnées d’instructions d’insertion. Toute insertion
d’une révision normale ou temporaire doit faire l’objet du remplissage de la feuille de révision
appropriée. L’exploitant doit fournir à l'Autorité les amendements et révisions prévus avant
la date de leur entrée en vigueur. dès lors que l'amendement concerne une partie
quelconque du Manuel d’Exploitation devant être approuvé.
(b) Tout détenteur d’une copie du Manuel d’Exploitation sera responsable de sa conservation, de
l’insertion des amendements et révisions et pour son maintien à jour.
5.2 LANGUE DE RÉDACTION DU MANUEL D'EXPLOITATION
(a) Le manuel d'exploitation doit être conforme aux dispositions de la section 8.6.1.5 du RAT 08
partie 1 concernant la langue de rédaction.
(b) La politique suivante relative à la langue de rédaction du manuel d’exploitation a été définie par
l’ADAC uniquement afin d’assurer la sécurité de l’exploitation en s’appuyant notamment sur les
exigences de la section 8.6.1.5 du RAT 08 partie 1 qui exige que l'exploitant s'assure que :
(1) tous les membres d'équipage puissent communiquer sans problème dans une même langue ;
(2) tout le personnel d'exploitation puisse comprendre la langue dans laquelle sont écrites les
parties du manuel d'exploitation concernant ses tâches et responsabilités.
(c) Compte tenu des critères techniques, il est acceptable que les éléments suivants ne soient pas
traduits en langue française :
(1) légendes et certaines instructions élémentaires des courbes, graphes ou schémas rédigées
en langue anglaise ;
(2) descriptifs de formation délivrée en langue anglaise
(d) A l’exception des éléments couverts par le principe défini aux sous paragraphes (c) (1) (2) ci
dessus :
(1) les parties A et D du manuel d'exploitation doivent être rédigées en langue française ;
(2) s'agissant de la partie B du manuel d'exploitation :
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
(i)
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
12 de 130
01
08/02/2012
les chapitres B0, B1, B4, B5, B6, B7, B10 et B11 doivent être rédigés en langue
française tout en respectant les spécificités d'affichage à bord de l'aéronef ;
(ii)
s'agissant des chapitres B2 et B3, les procédures peuvent être rédigées en langue
française, ou anglaise selon le choix de l’exploitant sous réserve que les désignations
utilisées soient identiques à celles utilisées en exploitation et pour la formation.
Les préambules et les commentaires développés relatifs à chacune des actions doivent
cependant être libellés en langue française.
(iii) le chapitre B 8 doit être rédigé en langue française, ou en langue française, doublé
intégralement en langue anglaise.
(iv) s’agissant du chapitre B 9, considérant que certains pilotes identifient mieux le libellé des
items des MEL (LME) en langue anglaise, il est acceptable que le libellé de chacun des
items affectés d'une sous numérotation ATA soit rédigé :
(A)
en langue française mais en utilisant la langue anglaise pour les termes
techniques qui assurent une meilleure identification du système concerné et sous
réserve du respect des spécificités d’affichage à bord de l’aéronef ;
(B)
ou uniquement en langue française sous réserve que les spécificités d’affichage à
bord de l’aéronef soient respectées, que toute opération de maintenance
nécessitant une APRS soit effectuée dans des escales francophones et que la
formation des pilotes garantisse que ces derniers identifient parfaitement les items
de la LME lorsqu’ils sont rédigés en langue française ;
(C)
ou uniquement en langue anglaise sous réserve que les spécificités d’affichage à
bord de l’aéronef soient respectées et que la formation des pilotes garantisse que
ces derniers identifient parfaitement les items de la LME lorsqu’ils sont rédigés en
langue anglaise.
(D)
ou enfin, en langue française doublé intégralement en langue anglaise
(E)
les titres de colonnes du tableau de présentation et les développés apparaissant
dans la colonne "conditions d'application / remarques / exceptions" notamment les
procédures opérationnelles (o) applicables par l'équipage et les informations
relatives aux procédures (m) dont l'équipage doit avoir connaissance soient
rédigés en langue française, doublés intégralement en langue anglaise.
(v) s’agissant du chapitre B.12, il peut être rédigé en langue française ou anglaise.
(e) Dans le cas d'escale à l'étranger, l’ADAC devra s'assurer que les éléments pertinents du manuel
d'exploitation ont été traduits dans une langue comprise par les personnels de l'escale et mis à
leur disposition (B.7 notamment). De même, si l'entreprise emploie des personnels d'exploitation
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
13 de 130
01
08/02/2012
étrangers, l’ADAC devra s'assurer que les éléments pertinents du manuel d'exploitation ont été
traduits dans une langue comprise par ces derniers.
6.
FORMAT ET PRÉSENTATION DU MANUEL
(a) Un exploitant peut être autorisé (par l'Autorité) à présenter tout ou partie du Manuel
d’Exploitation sous une forme différente de celle d'une impression papier. Dans ce cas, un
niveau acceptable d'accessibilité, d'utilisation et de fiabilité doit être assuré. Un Manuel
d’Exploitation peut être édité en plusieurs volumes.
(b) Il est recommandé de présenter le Manuel d’Exploitation selon les prescriptions énoncées cidessous.
6.1 PAPIER
(a) Le papier utilisé est de couleur blanche de préférence, assez résistant. L'impression recto verso
est déconseillée. Les photocopies d'un format convenable sont acceptées à condition d'être
lisibles.
6.2 MISE EN PAGE
6.2.1 FORMAT
(a) Le format des pages est en principe celui du type commercial normalisé (21x 29,7cm).
6.2.2 RELIURE
(a) Toutes les pages sont perforées pour être classées sous couverture résistante à brochage mobile
permettant une insertion ou un retrait facile des pages lors d'une mise à jour.
(b) Le nom de l'entreprise de transport aérien est inscrit sur la couverture et sur le dos du manuel
déposé par l'entreprise.
6.2.3 MARGES
(a) Les pages comportent une marge de 2.5 cm de chaque côté.
6.2.4 PAGINATION
(a) Chaque page doit comporter un cartouche comprenant :
(1) le nom et ou le logo de l’exploitant ;
(2) la désignation du manuel (Manuel d’Exploitation) ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
14 de 130
01
08/02/2012
(3) le numéro de page ;
(4) la révision ;
(5) la date de révision.
Exemple de présentation du cartouche supérieur de la page 2 d’un manuel d’Exploitation
comportant 32 pages
Logo de l’Exploitant
Page : 2 - 32
Manuel d’Exploitation
(Nom de l’Exploitant)
Révision:
Date :
(b) Chaque page doit comporter un cartouche inférieur comprenant:
(1) la désignation du manuel ;
(2) le numéro d’édition.
Exemple de présentation du cartouche inférieur d’un manuel d’Exploitation édition 01
Manuel d’Exploitation
Edition 01
6.2.5 INTERCALAIRES
(a) Pour faciliter l'emploi du Manuel d’Exploitation les chapitres et éventuellement les sous-chapitres
sont séparés. Les séparations (intercalaires, onglets, etc.) portent le numéro et le titre du chapitre
(ou du sous-chapitre).
7.
COMPOSITION DU MANUEL
(a) Un exploitant peut combiner un grand nombre de ces manuels en un ou plusieurs volumes.
7.1 MANUEL COMPOSÉ D’UN DOCUMENT UNIQUE
(a) Le Manuel d’Exploitation peut être en un seul volume dont la teneur variera d’un exploitant à
l’autre, mais les parties A, B, C et D ainsi que les chapitres devront être séparées par des
intercalaires identifiés.
7.2 MANUEL COMPOSÉ DE PLUSIEURS DOCUMENTS
(a) Le Manuel d’Exploitation peut être édité en plusieurs volumes en fonction de l’importance de
l’exploitation. Une description des volumes devra être incluse dans le chapitre A.0
ADMINISTRATION ET CONTROLE DU MANUEL. Les volumes devront être conçus de sorte que
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
15 de 130
01
08/02/2012
chacun soit complet. Dans le cas où cela ne serait pas possible, cas du manuel des
Performances qui pourra être en plusieurs volumes, ils devront être numérotés logiquement. Il
est d’usage de différencier les volumes du Manuel d’Exploitation qui sont propres à un type
d’aéronef particulier et d’identifier les volumes qui sont d’une application générale.
8.
STRUCTURE GÉNÉRALE DU MANUEL
8.1 GÉNÉRALITÉS
(a) La structure générale
du
Manuel d’Exploitation
doit être acceptée avant
le début de
l’exploitation Cette acceptation est délivrée si la structure détaillée est conforme à celle précisée
dans la procédure d’application PA 6.3.2.9 et si chacun des chapitres est pourvu. Dans
l’hypothèse où cette structure serait différente, l’acceptation pourra néanmoins être prononcée à
condition qu’une table de référence croisée entre la structure détaillée prévue par la PA 6.3.2.9 et
celle du Manuel d’Exploitation soit fournie par l’exploitant.
8.2 STRUCTURE STANDARD DU MANUEL
(a) En tête du Manuel d’Exploitation on trouve les pages suivantes:
(1) page de garde qui précise :
(i)
nom officiel de l'Exploitant;
(ii) adresse, numéros de téléphone et de fax du Siège Social;
(iii) la rubrique de l’approbation par l’Autorité;
(iv) numéro d'identification du manuel/Edition/Date/Référence.
(2) table des matières
(3) liste des pages en vigueur
(4) liste des éditions/amendements du document avec les dates d'édition/amendement
associées ;
(5) page d'amendement ;
(6) liste des destinataires.
(b) Dans le corps du Manuel on doit trouver les parties suivantes :
(1) Partie A Généralités / Fondements : Cette partie comprendra l'ensemble des politiques,
consignes et procédures d'exploitation non liées à un type d'avion, nécessaires à une
exploitation sûre.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
16 de 130
01
08/02/2012
(2) Partie B - Points relatifs à l'utilisation de l'avion : Cette partie doit traiter l'ensemble des
consignes et procédures relatives à un type d'avion, nécessaires à une exploitation sûre. Elle
doit tenir compte des différences entre les types ou variantes d'avions, ou entre les différents
appareils d’un même type ou variante, utilisés par l'exploitant.
(3) Partie C -Informations et consignes sur les routes et aérodromes : traitera des consignes et
informations se rapportant à la zone d'exploitation.
(4) Partie D -Formation et maintien des compétences
qui comprendra l'ensemble des
dispositions relatives à la formation et au maintien des compétences du personnel et
nécessaires pour assurer la sécurité de l’exploitation.
8.3 CONTENU DÉTAILLÉ DU MANUEL
(a) Le contenu détaillé des chapitres de chaque partie du Manuel d’exploitation figure à l’annexe
1 du présent guide.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
17 de 130
01
08/02/2012
ANNEXE 1
MANUEL D’EXPLOITATION
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
18 de 130
01
08/02/2012
TABLE DES MATIÈRES
Partie A: Généralités / Fondements7
A.0
Administration et Contrôle du Manuel d'Exploitation
A.0.1
Introduction19
A.0.2
Système d'Amendements et de Révision
A.1
Organisation et Responsabilités
A.1.1
Structure de l'Organisation
A.1.2
Responsables Désignés
A.1.3
Responsabilités et Tâches de l'Encadrement Opérationnel
A.1.4
Autorités, Tâches et Responsabilités du Commandant de Bord
A.1.5
Tâches et Responsabilités des Membres d'Équipage Autres que le Commandant de Bord
A.2
Contrôle et Supervision de l'Exploitation
A.2.1
Supervision de l'Exploitation par l'Exploitant
A.2.2
Système de Diffusion des Consignes et Informations Opérationnelles Complémentaires
A.2.3
Prévention des Accidents et Sécurité des Vols
A.2.4
Contrôle de l'Exploitation
A.2.5
Pouvoirs de l'Autorité
A.3
Système Qualité
A.4
Composition de l'Équipage
A.4.1
Composition de l'Équipage
A.4.2
Désignation du Commandant de Bord
A.4.3
Incapacité de l'Équipage de Conduite
A.4.4
Exploitation de Plus d'un Type/Variante
A.5
Exigences en Matière de Qualifications
A.5.1
Description des Licences
A.5.2
Équipage de Conduite
A.5.3
Équipage de Cabine
A.5.4
Personnel d'Entraînement, de Contrôle et de Supervision
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
A.5.5
Autres Personnels d'Exploitation
A.6
Précautions en Matière de Santé
A.7
Limitations des Temps de Vol
A.8
Procédures d'Exploitation
A.9
Marchandises Dangereuses et Armes
A.10
Sûreté
Page:
Révision:
Date:
19 de 130
01
08/02/2012
A10.1 Consignes et Conseils Non Confidentiels en Matière de Sûreté
A10.2 Description des Mesures Préventives et de la Formation Concernant la Sûreté
A.11
Traitement des Accidents et Incidents
A.11.1 Procédures Relatives au Traitement, à la Notification et au C/ Rendu d’Événements
A.12
Règles de l'Air
A. 13
Location
Partie B: Utilisation de l'Avion - Éléments Relatifs au Type
B.0
Informations Générales et Unités de Mesure
B.1
Limitations
B.2
Procédures Normales
B.3
Procédures Anormales et d’Urgence
B.4
Performances
B.5
Préparation Du Vol
B.6
Masse et Centrage
B.7
Chargement
B.8
Liste des Déviations Tolérées par Rapport à la Configuration Type
B.9
Liste Minimale d’Équipements
B.10
Équipement e Sécurité Sauvetage, Oxygène Compris
B.11
Procédures d’Évacuation d’Urgence
B.12
Systèmes Aéronef
Partie C: Consignes et Infos sur les Routes et Aérodromes
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
20 de 130
01
08/02/2012
Partie D : Formation
D.1
Programmes de Formation et de Contrôle – Généralités
D.2
Les Programmes de Formation et de Contrôle
D.3
Procédures
D.4
Description des documents Devant être Archivés et des Durées d’Archivage
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
21 de 130
01
08/02/2012
PARTIE A
GÉNÉRALITÉS / FONDEMENTS
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
A.0 ADMINISTRATION
ET
CONTRÔLE
Page:
Révision:
Date:
DU
22 de 130
01
08/02/2012
MANUEL
D'EXPLOITATION
A.0.1 INTRODUCTION
(a) Le postulant dans ce sous chapitre doit rédiger une déclaration selon laquelle le manuel
contient :
(1) l'ensemble des règlements applicables ainsi que les termes et conditions du Certificat de
Transporteur Aérien applicable ;
(2) les consignes d'exploitation auxquelles doit se conformer le personnel concerné.
(b) Une liste et brève description des différentes parties, de leur contenu, de leur domaine
d'application et de leur utilisation doivent être présentée dans ce sous chapitre.
(c) Les explications et définitions des termes et mots nécessaires à l'utilisation de ce manuel devront
être fournies.
(d) La déclaration doit bien couvrir les sous paragraphes (a) (1) (2).
(e) Lorsqu’une modification intervient les paragraphes (b) et (c) doivent être amendés.
Exemple d’introduction :
Ce Manuel d’Exploitation est l'un des moyens principaux par lesquels la Compagnie XXXXX s'assure
de la sécurité de l'exploitation. Il est donc un élément fondamental pour la délivrance du CTA. Les
informations que contient ce manuel sont nombreuses, très variées et en constante évolution. Le
présent Manuel d’Exploitation, rédigé sous l’autorité du XXXXX (titre du responsable de l’exploitation)
a été préparé dans le but de guider le personnel d'exploitation dans l'exécution de ses tâches. Il
reflète l'engagement résolu de la compagnie XXXXX (nom de la compagnie) en matière de sécurité. Il
incombera à chaque employé de s'assurer qu'il en connaît le contenu et qu'il suivra les procédures qui
y sont décrites. Les normes, les pratiques, les procédures et les spécifications que contient le présent
manuel sont conformes aux Règlements de l'Aviation Civile de l’État du Tchad et aux normes
pertinentes.
Le présent Manuel d’Exploitation est composé des parties suivantes :

PARTIE A : GÉNÉRALITÉS/FONDEMENTS. Cette partie comprend l’ensemble des
politiques, consignes et procédures d'exploitation non liées à un type d'avion, nécessaires à
une exploitation sûre. Elle est subdivisée en 13 chapitres (Citer et donner une brève
description de chaque chapitre).

PARTIE B : UTILISATION DE L'AVION - ÉLÉMENTS RELATIFS AU TYPE. Cette partie
comprend l'ensemble des consignes et procédures relatives à un type d'aéronef, nécessaires
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
23 de 130
01
08/02/2012
à une exploitation sûre. Elle tient compte des différences entre les types ou variantes
d'avions, ou entre les différents appareils d’un même type ou variante, utilisés par la
compagnie XXXXX. Elle est subdivisée en 12 chapitres (Citer et donner une brève description
de chaque chapitre).

PARTIE C : CONSIGNES ET INFORMATIONS SUR LES ROUTES ET AÉRODROMES.
Comprend les consignes et informations se rapportant à la zone d'exploitation.

PARTIE D – FORMATION. Traite l'ensemble des dispositions relatives à la formation et au
maintien des compétences du personnel et nécessaires pour assurer la sécurité de
l’exploitation.
Acceptations/approbations fondamentales :
PA 6.3.2.9 : Structure du Manuel d’Exploitation.
Acceptations/approbations particulières :
Le postulant à un CTA ne doit pas être détenteur d’un CTA délivré par une autre Autorité sauf
approbation des deux Autorités.
A.0.2 SYSTÈME D'AMENDEMENT ET DE RÉVISION
(a) L’exploitant doit dans ce sous chapitre définir et/ou prendre en compte les éléments suivants :
(1)
la personne responsable de l'édition et de l'insertion des amendements et révisions ;
(2)
enregistrement des amendements/ révisions, dates d'insertion et d'entrée en vigueur ;
(3)
interdiction des révisions manuscrites, sauf circonstances exigeant l'adoption immédiate ;
(4)
la description du système d'annotation des pages et leurs dates d'entrée en vigueur ;
(5)
une liste des pages en vigueur ;
(6)
l'annotation des modifications (sur les pages de texte et, autant que possible, sur les
schémas et diagrammes) ;
(7)
les révisions temporaires ;
(8)
une description du système de diffusion des manuels, des amendements et des révisions.
Remarques

Les paragraphes (a) (2), (3), (4), (5), (6), (7), (8) sont exigibles au premier amendement après
diffusion du manuel.

La forme du Manuel d’Exploitation doit être compatible avec les exigences de maîtrise
documentaire.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad

GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
24 de 130
01
08/02/2012
Les amendements devront mettre en évidence les éléments qui ont été modifiés par rapport à la
version précédente.

Pour le paragraphe (a) (8), s’il existe des manuels séparés (sûreté, manuel qualité, manuel
sécurité sauvetage) l’exploitant doit s’assurer que les personnels concernés ont bien toutes les
informations relatives à leurs tâches.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
25 de 130
01
08/02/2012
A.1 ORGANISATION ET RESPONSABILITÉS
A.1.1 STRUCTURE DE L'ORGANISATION
(a) Dans ce sous chapitre la description de la structure de l'organisation comprenant l'organigramme
général de la société et celui du département exploitation doit être faite. L'organigramme doit
décrire les rapports existants entre le département exploitation et les autres départements de la
société. Les liens hiérarchiques et fonctionnels de l'ensemble des divisions, départements, etc.,
portant sur la sécurité des opérations aériennes, doivent notamment être décrits.
(b) Les organigrammes précités doivent être présents et cohérents avec les informations portées par
ailleurs. Ils doivent faire apparaître la structure complète de la compagnie ainsi que les
personnes responsables telles qu’exigées par le règlement en vigueur :
(1)
Dirigeant Responsable ;
(2)
Responsable Qualité ;
(3)
Responsable Désigné opérations aériennes ;
(4)
Responsable Désigné opérations au sol ;
(5)
Responsable Désigné formation et entraînement des équipages ;
(6)
Responsable Désigné système d'entretien.
(c) Les liens fonctionnels entre les différentes bases d’exploitation et escales doivent apparaître.
Note Ce sous chapitre peut ne contenir que des organigrammes.
Acceptations/approbations fondamentales :
6.3.2.9 Dirigeant Responsable
A.1.2 RESPONSABLES DÉSIGNÉS
(a) Les noms des responsables désignés pour les opérations aériennes, le système d'entretien, la
formation des équipages et les opérations au sol tels que prescrits par le sous paragraphe
6.3.2.10 (a) doivent êtres indiqués. Une description de leurs fonctions et responsabilités doit être
incluse.
(b) Les fonctions et responsabilités de chaque responsable désigné devront être décrites
individuellement (référence possible à certains paragraphe précis du sous chapitre 1.3)
Acceptations/approbations fondamentales :
6.3.2.9 Responsables désignés : opérations aériennes, opérations au sol, formation et entraînement
des équipages système d'entretien
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
26 de 130
01
08/02/2012
Acceptations / approbations particulières :
Niveau de qualification technique et d’expérience acquise pour être désigné comme responsable’
Nomination d’un responsable désigné déjà responsable chez un autre exploitant.
Acceptation pour qu’une même personne assume plus d’un poste désigné.
A.1.3 RESPONSABILITÉS ET TÂCHES DE L'ENCADREMENT OPÉRATIONNEL
(a) L’exploitant doit faire une description des tâches, responsabilités et autorité de l'encadrement
opérationnel, se rapportant à la sécurité des opérations aériennes et leur conformité aux règles
applicables.
(b) L’exploitant doit donner une description des tâches, responsabilités des personnes en charge des
domaines indiqués ci-dessous :
(1) programme de prévention des accidents et de sécurité des vols ;
(2) encadrement des PNT ;
(3) encadrement des PNC ;
(4) encadrement des personnels au sol dont le chef d'escale et le chef du contrôle de
l'exploitation
(c) Le rôle de l'encadrement opérationnel en matière de sûreté pourra être décrit ici, ou à défaut au
sous-chapitre A.10.1.
A.1.4 AUTORITÉ, TÂCHES ET RESPONSABILITÉS DU COMMANDANT DE
BORD
(a) L exploitant doit faire une déclaration définissant l'autorité et les responsabilités du Commandant
De Bord pour définir ses relations avec les autorités, les membres d’équipage, les passagers etc.
(b) Il est souhaitable que la description des tâches, responsabilités et autorité du commandant de
bord:
(1) distingue les différentes phases de l'exploitation d'un vol : avant, pendant et après le vol ;
(2) traite les fonctions instruction et contrôle (adaptation en ligne, reconnaissance de ligne et
contrôle en ligne).
(3) présente le rôle du commandant en matière de sûreté (référence possible aux éléments
pertinents du sous chapitre A.10.1).
A.1.5 TÂCHES ET RESPONSABILITÉS DES MEMBRES D’ÉQUIPAGE AUTRES
QUE LE COMMANDANT DE BORD.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
27 de 130
01
08/02/2012
(a) Ce sous chapitre doit traiter des tâches et responsabilités de toutes les catégories de membres
d'équipage (OPL, OPR, Instructeur, examinateur, contrôleur, OMN, PNC, PCB) pendant toutes
les phases de l'exploitation d'un vol.
Remarque. : La répartition des tâches du commandant de bord et des autres membres d'équipage
peut être décrite de manière détaillée au chapitre A.8.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
28 de 130
01
08/02/2012
A.2. CONTRÔLE ET SUPERVISION DE L'EXPLOITATION
A.2.1 SUPERVISION DE L'EXPLOITATION PAR L'EXPLOITANT
(a) L’exploitant doit faire une description de son système de supervision de l'exploitation. Il doit
spécifier comment la sécurité des opérations aériennes et les qualifications du personnel sont
supervisées. En particulier, les procédures concernant les points suivants doivent être décrites:
(1) validité des licences et qualifications;
(2) compétence du personnel d’exploitation;
(3) et contrôle, analyse et stockage des comptes-rendus, documents de vol, informations et
données supplémentaires.
Note : La compréhension de cette notion est jugée essentielle pour assurer le début de l’exploitation.
(b) L’exploitant doit donner une définition de la notion de supervision et traiter au moins les points
suivants :
(1) une supervision de la fonction planning (la description détaillée de cette surveillance peut être
effectuée dans le sous chapitre A.4.1):
(i) comment l’encadrement suit de façon continue la situation de chaque personnel navigant
(validité de la licence et des qualifications sur les types et variantes, aptitude médicale,
entraînements et contrôles périodiques, compétences particulières aux approches de
précisions, de route et d’aérodromes, expérience globale et récente, temps de travail et
de repos) ;
(ii) comment il s’assure de la programmation et de la réalisation dans les délais voulus des
entraînements et contrôles périodiques ;
(iii) comment il empêche la mise en ligne de tout personnel navigant ayant une inaptitude
médicale ou n’étant pas à jour de ses entraînements ou contrôles périodiques ;
(iv) comment il s’assure lors de la programmation des équipages, du respect de la législation
sur les temps de travail, et du respect des règles d’appariement des équipages (exercices
dans les deux sièges, pilote inexpérimenté) ;
(v) comment il s’assure en application de la réglementation, que les compétences
particulières des personnels navigants ainsi que l’équipement des aéronefs répondent
aux exigences relatives à la zone, à la route, aux aérodromes et au type d’exploitation ;
(2) comment l’exploitant s'assure des compétences des personnels chargés des opérations au
sol ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
Page:
Révision:
Date:
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
29 de 130
01
08/02/2012
(3) comment en application de la section 8.6.1.20 l’exploitant s'assure que les routes et
aérodromes qui doivent être utilisés sont adéquats et que les équipages disposent de la
documentation appropriée, en particulier celle nécessaire au vol.
(c) Pour la supervision à posteriori, ce sous chapitre doit notamment indiquer:
(1) comment son encadrement s'assure que les comptes-rendus et documents de vol sont
complets et ont été utilisés conformément aux spécifications du Manuel d’Exploitation
(2) comment, en application de la section 8.6.2.11 il s'assure de la qualité et de la durée
d'archivage des documents ;
(3) comment il s’assure que les comptes-rendus d’incident ayant trait à la sécurité des vols ont
bien été soumis à l'Autorité dans les délais prescrits
(d) Ces dispositions doivent naturellement être plus ou moins développées selon la taille de
l’exploitant et la nature de l’activité (transport régulier ou à la demande).
Approbations/acceptations particulières :
Autorisation pour ne pas tenir de carnet de route si autre document.
A.2.2 SYSTÈME
DE
DIFFUSION
DES
CONSIGNES
ET
INFORMATIONS
OPÉRATIONNELLES COMPLÉMENTAIRES
(a) L’exploitant doit décrire tout système de diffusion d'informations pouvant se rapporter à
l'exploitation, mais complémentaire à celles du Manuel d’Exploitation. Le domaine d'application de
ces informations et les responsabilités de cette diffusion doivent également être décrits. La
documentation du constructeur, les notices internes, les documents de l Autorité, ou tout autre
document jugé nécessaire par l’Autorité doivent être traités.
(b) Ce sous chapitre doit décrire, en application de la réglementation tout moyen de communication,
de consignes ou d’informations utilisées par l’exploitant, autre que le manuel, pour diffuser à ses
employés et notamment les personnels navigants toute spécification opérationnelle nouvelle
provenant notamment d’exigences réglementaires nouvelles, de recommandations ou de
consignes opérationnelles émises par l'Autorité, des OPS Service Bulletins et Alert OPS Service
Bulletins du constructeur, de toute mesure corrective décidée par l’exploitant, suite par exemple à
des conclusions du programme de prévention des accidents et de sécurité des vols ou des
résultats d’audits du système Qualité ).
(c) Il doit également décrire un mode de diffusion de consignes urgentes .
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
30 de 130
01
08/02/2012
A.2.3 PRÉVENTION DES ACCIDENTS ET SÉCURITÉ DES VOLS
(a) Le programme de sécurité des vols doit être correctement défini dans ce sous chapitre. Certains
aspects du programme ne seront pas complètement mis en œuvre dès le début de l’exploitation, il
est alors acceptable que ces derniers ne soient pas complètement décrits. Les moyens et
méthodes utilisés par l’exploitant pour répondre aux exigences de la section 8.1.1.2 doivent
présenter correctement les points suivants:
(1) le système de recueil et d’analyse des comptes-rendus d’incidents ;
(2) le système d’analyse des vols (fondé principalement sur l’analyse des paramètres de vol par
rapport à des fenêtres, pour les aéronefs de plus de 10 tonnes ou 20 sièges passagers), le
système devrait vérifier que le pourcentage de vols analysés est proches de 100%, fixer des
délais et assurer un suivi statistique périodique de l’évolution des taux d’anomalies de
certains paramètres ;
(3) les procédures de contact des équipages et de retour d’information garantissant l’anonymat ;
(4) le programme permettant d’assurer et maintenir la conscience du risque (y compris C.R.M et
Facteurs Humains), il peut prévoir des cours au sol et des stages de rafraîchissement sur les
domaines sensibles et la publication de bulletins de sécurité des vols.
(b) La personne responsable de ce programme (parfois appelée Officier Sécurité des vols) doit être
clairement identifiée.
(c) Ces dispositions doivent naturellement être plus ou moins développées selon la taille de
l’exploitant et la nature de l’activité (transport régulier ou à la demande).
(d) Le programme de prévention et de sécurité des vols fournit des résultats qui devront être pris en
compte par le système qualité lequel n’intervient donc qu’en aval. Le système qualité n’intervient
pas sur les aspects purement techniques et opérationnels (notamment le choix des paramètres et
des seuils d’écart admissible analysés, les méthodes d’analyse).
A.2.4 CONTRÔLE DE L’EXPLOITATION
(a) Ce sous chapitre doit décrire les procédures et responsabilités nécessaires à l'exercice du
contrôle de l'exploitation en ce qui concerne la sécurité des vols.
(b) L’exploitant doit présenter ici le fonctionnement du service qui assure la permanence
opérationnelle de suivi des vols et notamment les moyens, informations et procédures utilisées,
ainsi que les responsabilités au sein de ce service.
(c) Le contrôle de l’exploitation concerne la gestion en temps réel des irrégularités de vol (retards,
annulations, affrètements dans l’urgence,) qui conduisent à effectuer dans l’urgence des
reprogrammations ou programmations nouvelles :
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
31 de 130
01
08/02/2012
(1) d’aéronefs dont l’exploitant doit vérifier l’adéquation des équipements aux routes et
aérodromes;
(2) ou d’équipages, dont l’exploitant doit vérifier les compétences, les qualifications et le respect
des règles d’appariement, des temps de repos.
(d) En conséquence ces procédures de vérifications doivent être décrites et pertinentes.
(e) Dans le cas d’un petit exploitant, le contrôle de l’exploitation peut être assuré par une personne
compétente voire par le commandant de bord du vol.
Approbations/acceptations fondamentales :
Méthode de contrôle des opérations aériennes
A.2.5 POUVOIRS DE L'AUTORITÉ
(a) Il est recommandé de rappeler dans ce sous chapitre les pouvoirs de contrôle en vol et au sol de
l’Autorité ainsi que les devoirs de conservation et de remise à l’Autorité des enregistreurs de vol et
les conditions dans lesquelles les enregistrements peuvent être utilisés Il convient par ailleurs de
fournir aux employés les informations sur la manière de faciliter les inspections par du personnel
de l’Autorité.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
32 de 130
01
08/02/2012
A.3 SYSTÈME QUALITÉ
(a) L’exploitant doit faire la description du système qualité adopté y compris au moins :
(1) la politique de la qualité ;
(2) la description de l'organisation du système qualité;
(3) et la répartition des tâches et responsabilités.
(b) L'exploitant doit décrire dans un manuel qualité séparé ou dans ce chapitre la façon dont
notamment les exigences ci-dessous sont prises en compte au sein de son entreprise :
(1) politique qualité et but du système qualité;
(2) description de l’organisation du système qualité avec notamment une description:
(i) des tâches et responsabilités du dirigeant responsable, du ou des responsables qualité et
des correspondants éventuels ;
(ii) de la revue de direction et système de retour d'information au Dirigeant Responsable;
(iii) du référentiel documentaire (structure documentaire, maîtrise documentaire interne et
externe, liste de référence documentaire) ;
(3) programme d'audits, auditeurs ;
(4) formation de l'encadrement.
(c) Dans le cas où le système qualité n’est pas décrit dans un document unique pour les aspects
exploitation et entretien, la partie qualité du Manuel d’Exploitation doit être cohérente avec celle
du MME.
(d) L’exploitant doit indiquer les procédures d’élaboration de rapports d’audit et de suivi et mise en
œuvre des actions correctives
Approbations/acceptations fondamentales:
Système Qualité - Responsable Qualité.
Approbations/acceptations particulières :
Acceptation de la sous-traitance de la fonction surveillance de la qualité de l'entretien.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
33 de 130
01
08/02/2012
A.4 COMPOSITION DE L'ÉQUIPAGE
A.4.1 COMPOSITION DE L'ÉQUIPAGE
(a) L’exploitant doit expliquer la méthode permettant d'établir la composition de l'équipage en tenant
compte de ce qui suit :
(1) type d'aéronef utilisé ;
(2) zone et type d'exploitation effectuée ;
(3) phase de vol ;
(4) exigences minimales sur l'équipage et période de service de vol prévue ;
(5) expérience (totale et sur le type), expérience récente et qualification des membres
d'équipage ;
(6) désignation du Commandant De Bord et, si la durée du vol le rend nécessaire, procédures
de suppléance du Commandant De Bord et de tout autre membre de l’équipage de
conduite;
(7) et désignation du chef de cabine et, si la durée du vol le rend nécessaire, procédures de
suppléance du chef de cabine et de tout autre membre de l’équipage de cabine.
(b) Le statut de toute personne pouvant être inscrite sur la liste des membres d'équipage
(accompagnateur de fret, PNC en supplément de ceux requis, personnel de cabine non détenteur
du CSS, autre personnel complémentaire de bord...) doit être défini dans ce sous chapitre.
(c) Ce sous chapitre doit comprendre également une description de la procédure (ou méthode)
utilisée pour planifier la composition de l'équipage.
(d) En conséquence, cette procédure ou méthode définit clairement les responsabilités de chacun
pour vérifier l'adéquation de l'équipage à l'exploitation prévue en traitant les paragraphes (a) (1)
(7) exigés par la réglementation comme suit :
(1) définition de l'équipage minimal de conduite et de cabine par type d’aéronef, une référence à
la partie B du Manuel d’exploitation est acceptable;
(2) zone et type d’exploitation, la composition de l’équipage prend en compte si possible les
caractéristiques suivantes :
(i) l’ETOPS, LVP, RVSM, transocéanique, qualification à la compétence de route et
d’aérodrome (dans ce sous chapitre ou dans le sous chapitre A.2.1 l’exploitant devra
décrire la méthode par laquelle il s’assure que l’équipage a reçu la formation appropriée à
l’exploitation prévue) ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
34 de 130
01
08/02/2012
(ii) vols de reconnaissance en ligne (route et aérodrome), d’adaptation en ligne, de contrôle
en ligne. Il est acceptable que la description de la composition de l’équipage de conduite
pour ces trois types de vol soit décrite au sous chapitre A.5.1, auquel cas il est
recommandé d’y faire référence ;
(3) préciser quels sont la position (place droite, gauche, poste de repos…) et le statut de chacun
des membres d'équipage (PNT, PNC et autres membres d'équipage) pendant chacune des
phases du vol [y compris pour les types d'exploitation décrits au paragraphe (d) (2)]. Une
référence précise aux informations des sous chapitres A.1.4 et A.1.5 ou à des procédures
générales de conduite du vol au sous chapitre A.8.3 est acceptable si celles-ci sont
correctement développées dans ces sous-chapitres.
(4) décrire sommairement la procédure par laquelle l’exploitant s'assure que l'équipage est
renforcé lorsque c'est nécessaire. Les responsabilités de chacun sont clairement établies
dans cette procédure (en planification, et pendant le vol). Une référence au chapitre A.2 est
acceptable.
(5) définir la notion de membre d'équipage de conduite inexpérimenté conformément aux
dispositions de la section 8.9.1.21 et la méthode d’appariement des équipages.
(6) composition de l’équipage lorsqu’il y a suppléance en vol de l’équipage de conduite
Approbations/acceptations fondamentales :
Procédures d’appariement des équipages de conduite
A.4.2 DÉSIGNATION DU COMMANDANT DE BORD
(a) La méthode de désignation du Commandant De Bord pour tous les types de vols (exploitation
courante, instruction, entraînement, etc.) doit être décrite dans ce sous chapitre.
A.4.3 INCAPACITÉ DE L'ÉQUIPAGE DE CONDUITE, INSTRUCTIONS POUR LA
SUCCESSION DU COMMANDEMENT EN CAS D'INCAPACITÉ DE
L'ÉQUIPAGE DE CONDUITE –
(a) Les instructions pour la succession du commandement en cas d'incapacité de l'équipage de
conduite doivent être précisées par l’exploitant. (elle est généralement dévolue à la personne
inscrite en second sur la liste des membres d'équipage).
A.4.4 EXPLOITATION DE PLUS D'UN TYPE / VARIANTE
(a) L’exploitant doit présenter une déclaration indiquant quels avions sont considérés comme un type
pour:
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
35 de 130
01
08/02/2012
(1) la programmation de l'équipage de conduite ;
(2) la programmation de l'équipage de cabine.
(b) L’exploitant doit décrire correctement sa pratique en matière d’exercice sur plus d’un type
/variante de ses PNT et PNC.
Approbations/acceptations particulières:
Utilisation d'une dispense en ce qui concerne les exigences d'entraînement, de contrôle et
d'expérience récente pour les membres d'équipage de conduite
Approbation d'une procédure appropriée et/ou des restrictions opérationnelles pour toute activité sur
plus d'un type.
Utilisation de plus de trois spécialisations pour un PNC.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
36 de 130
01
08/02/2012
A.5 EXIGENCES EN MATIÈRE DE QUALIFICATION
A.5.1 DESCRIPTION DES LICENCES, QUALIFICATIONS ET COMPÉTENCES
(a) L'exploitant doit décrire la procédure établie pour s'assurer que son personnel d'exploitation
satisfait aux exigences suivantes (si cette procédure n'est décrite ni au sous chapitre A.2.1 ni au
sous chapitre A.4.1):
(1) détention des licences, qualifications, certificats et attestations requis ;
(2) acquisition de la compétence et l'expérience nécessaires pour l'exercice de ses fonctions ;
(3) maintien de cette compétence par un entraînement adapté ;
(4) réalisation des contrôles périodiques requis ;
(5) respect des conditions d'expérience récente.
(b) Cette procédure doit clairement établir les responsabilités de chacun pour s'assurer qu'une
fonction n'est assurée par un personnel d'exploitation que lorsque celui-ci a les licences,
qualifications, expériences, compétences et autres critères requis.
(c) Les critères que la compagnie s'est fixée afin de désigner les personnels navigants assurant
chaque fonction doivent être décrits. L'expérience requise par l'exploitant (totale et sur le type)
doit être en adéquation avec l'exploitation prévue. S'agissant des exigences en matière de
qualification et d'expérience récente, un simple renvoi aux sous chapitre A.5.2 à A.5.5 est
considéré comme acceptable. Il est recommandé que seules les informations complémentaires à
ces sous chapitres soient inscrites au sous chapitre A.5.1.
Approbations /acceptations particulières :
Autorisation d'emploi de simulateur pour l'expérience récente des membres d'équipage de conduite
Autorisation d'emploi de simulateur pour la qualification à la compétence d'un aérodrome de catégorie
C du commandant de bord
A.5.2
ÉQUIPAGE DE CONDUITE
(a) L’exploitant dans ce sous chapitre doit définir la liste des membres d’équipage de conduite:
(1) Commandant De Bord ;
(2) pilote suppléant le commandant de bord ;
(3) copilote ;
(4) pilote supervisé ;
(5) membre d'équipage chargé de la fonction mécanique (O.M.N. ou INAC) ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
37 de 130
01
08/02/2012
(6) exploitation de plus d'un type ou variante.
(b) L’exploitant doit ici la liste des formations, expériences et autres critères requis pour chaque
fonction (CDB, Pilote suppléant le CDB, OPL, pilote supervisé, instructeur, examinateur,
contrôleur, CDB agréé, OMN), sur chaque type d’appareil, et pour chaque type d’exploitation.
Chaque module de formation est décrit à la partie D. Il sera souhaitable qu’apparaissent :
(1)
une définition du niveau minimum d'expérience en vol pour être Commandant De Bord (en
distinguant, le cas échéant, les aéronefs certifiés à un seul pilote des autres). Cette
information peut être déjà indiquée au sous chapitre A.4.1 ou A.4.2 ;
(2)
et la nécessité d'effectuer un stage spécifique de commandement.
(c) Les titres, formations et autres critères doivent être également correctement décrits. Il peut s'agir
notamment :
(1)
de la licence PL ou PP, ATPL et CPL, OMN ou INAC ;
(2)
du certificat de droit aérien ou équivalent ;
(3)
du certificat transocéanique et polaire pour le long-courrier ou équivalent ;
(4)
de la QRI (Qualification Radio Internationale) ou des nouvelles dispositions relatives à
l'utilisation de la langue anglaise ;
(5)
de la qualification de type;
(6)
de la qualification de vol aux instruments ;
(7)
de la formation au travail en équipage (FTE) ;
(8)
de la qualification pour effectuer des procédures d'exploitation par faible visibilité (LVP), de
l'ETOPS ;
(9)
de l'attestation de la formation aux lois, réglementations et procédures relatives à leurs
tâches ;
(10) de l’attestation du stage spécifique de commandement.
(d) Si l'exploitant engage à titre occasionnel des membres d'équipage de conduite, il doit décrire la
procédure par laquelle il s'assure du respect des exigences de la réglementation en vigueur.
Approbations/acceptations particulières :
Catégorisation des aérodromes et des routes définies par l'exploitant pour la compétence de route et
d'aérodrome du commandant de bord ou du pilote auquel la conduite du vol peut être déléguée par le
CDB..
A.5.3
ÉQUIPAGE DE CABINE
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
38 de 130
01
08/02/2012
(a) L’exploitant dans ce sous chapitre doit définir la liste des membres d’équipage de cabinie:
(1) chef de cabine ;
(2) membre d’équipage de cabine ;
(3) membre d’équipage de cabine requis ;
(4) membre d’équipage de cabine supplémentaire et membre d’équipage de cabine lors des vols
de familiarisation ;
(5) exploitation de plus d’un type ou variante.
(b) Comme c’est le cas pour l’équipage de conduite, les spécialisations, titres et attestations requis
des PNC, du chef de cabine, des PNC en supplément de l’effectif réglementaire doivent être
correctement décrits. Pour le PNC il s’agit notamment du CSS et d’une attestation professionnelle
à l’en tête de l’entreprise.
Approbations/acceptations particulières :
utilisation de plus de trois spécialisations pour un PNC.
A.5.4
PERSONNEL D'ENTRAINEMENT, DE CONTRÔLE ET DE SUPERVISION;
(a) L’exploitant doit définir ici le personnel d’entraînement, de contrôle et de supervision :
(1) pour l'équipage de conduite ;
(2) pour l'équipage de cabine.
(b) Avant que l’exploitant ne procède à une activité d’entraînement, de contrôle etc., il doit définir qui
est apte à réaliser l'entraînement, un contrôle hors ligne, un contrôle LVP, un contrôle en ligne, et
des contrôles sécurité sauvetage et sûreté.
Approbations/acceptations fondamentales :
Superviseur pour les vols en ligne sous supervision lors des stages d’adaptation de l’équipage de
conduite.
Agrément des contrôleurs en ligne de l'équipage de conduite.
Agrément des personnels chargés des contrôles des PNC
A.5.5
AUTRE PERSONNEL D'EXPLOITATION
(a) L’exploitant doit définir ici les qualifications / spécialisations minimales des personnels effectuant
les tâches de l’exploitation.
(b) Le cas de la formation des agents d'opérations, des PNC en supplément de ceux requis peut être
traité dans ce sous chapitre ou à la partie D du manuel.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
39 de 130
01
08/02/2012
A.6 PRÉCAUTIONS EN MATIÈRE DE SANTÉ
(a) L’exploitant dans ce chapitre doit les réglementations pertinentes et conseils donnés à l'équipage
en matière de santé y compris :
(1) alcool et autres boissons alcoolisées ;
(2) narcotiques ;
(3) médicaments ;
(4) somnifères ;
(5) préparations pharmaceutiques ;
(6) vaccination ;
(7) plongée en eau profonde ;
(8) dons de sang ;
(9) précautions alimentaires avant et pendant le vol ;
(10)sommeil et repos ;
(11)opérations chirurgicales.
(b) Cette partie peut contenir un avertissement indiquant que chacun des sujets des paragraphes (a)
(1) à (11) évoqués peut avoir une influence sur l’aptitude médicale des navigants et ces sujets
peuvent être détaillés.
(c) Les dispositions de la section 1.1.2.9 du RAT 01 relatives aux boissons alcoolisées et aux
narcotiques doivent être correctement reprises par l’exploitant.
(d) Les éléments suivants peuvent être repris :
(1)
alcool et autres boissons alcoolisées : Incapacité du navigant à exercer ses fonctions en cas
de consommation d’alcool dans les 8h précédant le vol ou une période de réserve, ni durant
un service ;
(2)
narcotiques (tels que les antidépresseurs, psycho stimulants, neuroleptiques….) : Inaptitude
médicale rendant impossible l’exercice des fonctions du navigant, l’aptitude étant recouvrée
dès la cessation de cet évènement (sans passage d’un examen médical par anticipation);
(3)
médicaments : certains médicaments peuvent avoir une influence négative sur la vigilance.
Il pourrait être utile que l’exploitant donne les consignes suivantes à ses PN :
(i) lors d’une prescription médicale, l’exploitant doit demander à ses PN de préciser la
nature de leurs activités professionnelles à leur médecin et de vérifier auprès de ce
dernier la compatibilité de la prescription avec une activité aérienne PN ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
40 de 130
01
08/02/2012
(ii) lors d’une automédication, l’exploitant doit demander au PN de bien lire la notice afin
qu’il s’assure de l’absence d’effets secondaires qui pourraient nuire à la sécurité du vol.
(4)
somnifères : il pourrait être utile de contre-indiquer aux PN de manière générale l’usage des
somnifères. L’exploitant pourrait néanmoins tolérer leur usage sous les réserves suivantes:
(i) contrôle médical pour assurer l’utilisation avec la dose minimale efficace de produits à
élimination rapide, et n’entraînant pas de dépendance;
(ii) test de la tolérance du produit en dehors d’une période de service ;
(5)
préparations pharmaceutiques (mêmes consignes que pour les médicaments)
(6)
vaccination : il pourrait être utile de rappeler aux PN d’éviter de se faire vacciner le même
jour qu’une activité en vol. NB : s’agissant de la fièvre jaune, des effets négatifs
apparaissent 4 à 7 jours après la vaccination.
(7)
plongée en eau profonde : il pourrait être utile que l’exploitant rappelle que ce sport
comporte des risques à prendre en compte si l’on effectue un vol. En dehors des cas de
plongée peu profonde (quelques mètres), la pratique de ce sport doit être déconseillée dans
les 24 heures précédant un vol;
(8)
dons de sang : il pourrait être utile de les limiter à 500 ml et les déconseiller dans les 48 H
précédant une activité aérienne;
(9)
précautions alimentaires avant et pendant le vol : Différenciation des prestations PNT repas
différents pendant les 12 heures précédant le vol et pendant le vol ;
(10)
sommeil et repos : remarques générales visant au respect par les PN de leurs besoins de
repos ;
(11)
opérations chirurgicales : remarques générales pour que les PN veillent au maintien de leur
aptitude médicale.
(e) Enfin, l’exploitant pourrait rappeler les points suivants :
(1) après une incapacité de travail d’au moins 30 jours due à une maladie, un accident ou une
intervention chirurgicale, une visite CEMPN (centre d’expertise médicale du personnel
navigant) est obligatoire et après un arrêt médical de plus de 21 jours, une visite médicale de
reprise à la médecine du travail est obligatoire ;
(2) il est nécessaire d’amener une paire de lunettes en supplément du moyen de correction
visuelle utilisée par tout membre d’équipage de conduite.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
41 de 130
01
08/02/2012
A.7 LIMITATION DES TEMPS DE VOL
(a) Ce chapitre du manuel d’exploitation doit être au moins conforme aux dispositions pertinentes du
chapitre 8.10 et de la PA 8.10.1.3 du RAT 08 partie 1 ainsi que de la section 8.8.1.4 et de la PA
associée du RAT 08 partie 3.
(b) Si l’exploitant a conclu un accord d’entreprise, dans le manuel d’exploitation doivent être présents:
(1) les dispositions de l'accord relatives au régime de travail des navigants ;
(2) ainsi que, le cas échéant, c'est-à-dire dans l'hypothèse où l'accord négocié est dérogatoire
aux normes réglementaires, l'arrêté autorisant la mise en œuvre de ce régime de travail.
(c) Si l’exploitant n’a pas conclu d’accord d’entreprise, les dispositions pertinentes du règlement
aéronautique du Tchad doivent être utilisées.
(d) Dans un cas comme dans l’autre, les items suivants doivent figurer dans le Manex :
(1) définition des termes utilisés ;
(2) limitations d'activité exprimées en temps de vol ;
(3) modalités des temps d'arrêt.
(e) L’exploitant doit prévoir le cas de l’affrètement, et correctement identifier sous quel régime il se
trouve pour ces vols.
(f) L’exploitant s’assurera que son personnel navigant susceptible d’exercer dans une autre
entreprise, est responsabilisé en matière de gestion des temps de vol.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
42 de 130
01
08/02/2012
A.8
PROCÉDURES D'EXPLOITATION
A.8.1
CONSIGNES POUR LA PRÉPARATION DU VOL EN FONCTION DU
TYPE D'EXPLOITATION
(a) L’exploitant doit indiquer que toute nouvelle exploitation de ligne est précédée d’une
étude technique particulière.
A.8.1.1
ALTITUDES MINIMALES DE SÉCURITÉ
(a) L’exploitant dans cette section doit procéder à la description de la méthode de détermination et
d'application des altitudes minimales comprenant:
(1) une procédure de détermination des niveaux de vol et altitudes minimums pour les vols
VFR ;
(2) une procédure de détermination des niveaux de vol et altitudes minimums pour les vols IFR.
(b) Cette section doit comprendre :
(1) une description des principes généraux de la procédure de détermination des altitudes
minimales de vol de l’exploitant.
(c) A cette fin l’exploitant doit correctement décrire :
(1) les abréviations utilisées pour les marges et altitudes minimales au décollage MFO et en route
MOCA, MEA, MORA, MORA grille etc.…
(2) la méthode utilisée pour déterminer les altitudes minimales en route compte tenu des
contraintes liées à la prise en compte de la panne moteur pour les multimoteurs
Approbations/acceptations fondamentales :
Méthode de détermination des altitudes minimales de vol.
A.8.1.2
CRITÈRES DE DÉTERMINATION DE L'ACCESSIBILITÉ DES AÉRODROMES
(a) L’exploitant doit définir correctement la notion d’accessibilité. Pour ce faire, ce chapitre doit définir
correctement :
(1) la notion d’aérodrome adéquat (ouverture, moyens SSLIA, balisage, services CA, dimensions
et caractéristiques de la piste compte tenu des performances de l’avion, assistance
passagers et avion...) en traitant le cas de l'ETOPS si nécessaire (référence possible au sous
chapitre A.8.5) ;
(2) les conditions météorologiques à prendre en compte.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
43 de 130
01
08/02/2012
(b) L'exploitant devra en particulier définir les services CA qu'il estime nécessaire en fonction des
types d'exploitation. Dans l'hypothèse où l'exploitant s'autorise à effectuer du transport public sur
des aérodromes sans organisme de circulation aérienne. il s’assurera de la cohérence de cette
section avec les exigences réglementaires.
A.8.1.3
MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES MINIMA OPÉRATIONNELS D’AÉRODROMES
(a) Méthode d'établissement des minima opérationnels des aérodromes pour les vols IFR
conformément à la réglementation relative aux minima opérationnels. Référence doit être faite
aux procédures de détermination de la visibilité et de la portée visuelle de piste et d'applicabilité
de la visibilité réellement constatée par les pilotes, de la visibilité et de la portée visuelle de piste
transmises.
(b) L’exploitant doit décrire dans cette section les principes généraux de sa méthode de
détermination des minima opérationnels :
(1) la référence à Jeppesen, Atlas, SIA … sera acceptable, à condition d’avoir identifié les cas où
ces publications ne permettraient pas de respecter les dispositions du 8.6.2.5 du RAT 08
partie 1;
(2) dans le cas où l'exploitant élabore sa propre documentation, la méthode détaillée de
détermination des minima opérationnels peut être décrite dans un autre document que le
Manuel d’Exploitation.
(c) Dans tous les cas, l’exploitant doit mettre en place une procédure permettant de
s’assurer que la RVR utilisée par l’équipage respecte le plus contraignant des
dispositions de des minima publiés par l’État. Il est acceptable que cette procédure
indique qu’il revient au commandant de bord d’effectuer cette vérification.
(d) La description des principes généraux comprend au moins :
(1) la classification des avions par catégorie Cette classification doit être permanente et
indépendante des conditions des opérations aériennes ;
(2) une description des différents types de procédures d'approches et de décollages effectués
par l'exploitant : Approche classique (directe et indirecte), Approche de précision CAT I, CAT
II et CAT III, décollages normaux ou par faible visibilité LVTO,MVL, MVI approches à vue.
Pour les approches de précision d’avions exploités monopilotes, il est rappelé qu’une RVR
inférieure à 800 m n’est pas autorisée sauf en cas d’utilisation d’un PA approprié couplé à
un ILS ou MLS auquel cas les minimums normaux s’appliquent. La hauteur de décision
appliquée ne doit pas être inférieure à 1.25 fois la hauteur minimale d’emploi du pilote
automatique.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
44 de 130
01
08/02/2012
(3) une indication, le cas échéant, de l’utilisation de minima opérationnels particuliers liés à une
classe d’aéronefs ou à l’exploitation sur un aérodrome. En particulier, il est rappelé aux
exploitants d’avions multimoteurs exploités suivant la classe de performance B, que les
minimums opérationnels au décollage doivent être définis en fonction des performances au
décollage ;
(4) les documents auxquels les personnels navigants techniques doivent se reporter
pour connaître les minima opérationnels de référence.
(5) la façon dont doivent être utilisées les informations sur la visibilité (RVR ou visibilité météo).
Il convient de rappeler notamment que les tableaux de conversion visibilité/RVR peuvent
être utilisés en vol (sur la base des prévisions météo transmises) mais pas pour la
préparation du vol.
Approbations/acceptations fondamentales:
Méthode de détermination des minimums opérationnels.
Approbations /acceptations opérationnelles
Se renseigner auprès de l’organisme de tutelleOpérations de catégorie II ou III et utilisation de minimums de décollage en dessous des minimums
spécifiés
A.8.1.4
MINIMA OPÉRATIONNELS EN ROUTE POUR LES VOLS VFR OU PORTIONS DE VOL
VFR ET POUR LES MONOMOTEURS, INSTRUCTIONS SUR LA SÉLECTION DE LA
ROUTE EN CE QUI CONCERNE LA DISPONIBILITÉ DE SURFACES PERMETTANT UN
ATTERRISSAGE FORCE EN SÉCURITÉ
(a) Si l’exploitant s’autorise des vols VFR, un rappel suffisant de la réglementation doit être effectué
dans le Manuel d’Exploitation. (Visibilité et distance par rapport aux nuages en fonction des
différents types d'espace tel que défini dans la réglementation de la circulation aérienne RCA 1).
(b) Les conditions nécessaires pour effectuer des vols IFR devront être conformes et plus restrictives
que celles prévues par la réglementation.
NB : Par minimums opérationnels en VFR, il convient de comprendre les conditions météorologiques
nécessaires pour effectuer des vols VFR.
(c) Les approbations/acceptations ci-dessous font l’objet d’un dossier complémentaire, l’exploitant se
renseignera auprès de l’organisme de tutelle
Approbations/acceptations particulières :
Approbation pour ne pas utiliser, en route, un site terrestre en cas d’atterrissage forcé (avions
monomoteurs de classe de performance B).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.8.1.5
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
45 de 130
01
08/02/2012
PRÉSENTATION ET APPLICATION DES MINIMA OPÉRATIONNELS D'AÉRODROME
ET EN-ROUTE.
(a) L’exploitant doit décrire clairement ses méthodes d’application des minima en précisant les rôles
et responsabilités de chacun (CDB, copilote, circulation aérienne).
(b) Une référence à JEPPESSEN est acceptable tout en spécifiant la nécessité de vérifier que les
minima appliqués sont supérieurs aux valeurs minimales de l’Autorité. Si JEPPESEN est utilisé, il
est recommandé de décrire le format JEPPESEN et de présenter des exemples éventuels.
(c) S’agissant de l’utilisation pour la préparation du vol, l’exploitant doit décrire correctement les
minima opérationnels à prendre en compte à la préparation du vol pour l’aérodrome de départ, de
dégagement au décollage, de destination et de dégagement en route et à destination en précisant
dans quels cas :
(1) il est nécessaire de retenir un aérodrome de dégagement au décollage ;
(2) il est nécessaire de retenir deux aérodromes de dégagement à destination ;
(3) si nécessaire, dans quels cas il est possible de ne pas sélectionner d’aérodrome de
dégagement à destination.
(d) S’agissant de l’utilisation avant le décollage, l’exploitant doit définir les règles permettant
d’entreprendre le décollage en fonction des dernières conditions météo prévues à l’aérodrome de
destination et/ou à l’aérodrome (aux aérodromes) de dégagement.
Approbations/acceptations particulières :
Conditions pour effectuer, en classe de performance A, des procédures d’approche à forte pente sur
pistes sèches.
A.8.1.6
INTERPRÉTATION DES DONNÉES MÉTÉOROLOGIQUES
(a) L’exploitant doit prévoir des documents explicatifs sur le décodage des messages d'observations
et de prévision météorologiques concernant la zone d'exploitation, et sur l'interprétation des
expressions conditionnelles.
(b) Le manuel doit donner une explication suffisante des codes habituels, mais aussi de ceux utilisés
plus rarement (SNOWTAMS, SIGMETS) ou indiquer où il est possible de trouver cette explication.
Il est recommandé que cette section contienne aussi des informations sur les services
automatisés d’assistance météo.
(c) Une définition de la composition du dossier météorologique de vol doit être donnée dans cette
section ou toute autre section du sous-chapitre A.8.1.
(d) cette définition doit présenter:
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
46 de 130
01
08/02/2012
(1) d’une part, l’ensemble des informations qu’il est souhaitable de trouver si celles-ci sont
disponibles. Pour chaque type d'exploitation, le dossier «normal» doit comporter les données
météorologiques de surface et d'altitude tant s'agissant de la situation MTO connue au
moment de la préparation du vol que s'agissant des prévisions pertinentes pour l'exécution du
vol,
(2) et d’autre part, les consignes que l’exploitant donne à ses Commandants De Bord afin de ne
pas débuter un vol s’il n’a pas l’ensemble des informations pertinentes en fonction du type
d’exploitation prévue (réseau, zone géographique des escales, climat tropical, climat froid….)
et de l’expérience de l’exploitant.
A.8.1.7
DÉTERMINATION DES QUANTITÉS DE CARBURANT, DE LUBRIFIANT ET D'EAUMÉTHANOL TRANSPORTÉES
(a) L’exploitant doit définir les méthodes selon lesquelles les quantités minimales de carburant,
lubrifiant et eau-méthanol devant être embarquées seront déterminées et contrôlées en vol. Cette
section doit également inclure des consignes sur la quantité et la répartition des fluides
embarqués à bord. De telles consignes devront tenir compte de toutes les circonstances
susceptibles de se produire en vol, notamment l'éventualité d'une replanification en vol et d'une
défaillance d'une ou plusieurs installations motrices de l'avion. Le système de conservation des
relevés carburant et lubrifiant doit être décrit.
(b) Cette section doit comporter:
(1) les méthodes compagnies quant aux choix de la réserve de route,du calcul de la réserve de
dégagement, des procédures particulières utilisées ; (point de décision, …) ;
(2) si le type d’appareil ou les routes exploitées le justifient exemple ETOPS, la prise en compte
pour le calcul de la réserve additionnelle de la panne d’un moteur, de pressurisation et de la
panne de deux moteurs pour les tri ou quadrimoteurs lorsque la route s’éloigne à plus
de 90 minutes – à la vitesse de croisière Long Range tous moteurs en
fonctionnement, à la température standard et en air calme – d’un aérodrome
permettant un atterrissage (classe de performances A).
(c) Il est recommandé de dissocier dans le Manuel d’Exploitation la présentation du calcul de la
quantité de carburant devant être embarquée au moment de la préparation du vol et celle de la
gestion du carburant pendant le suivi du vol.
A.8.1.8
MASSE ET CENTRAGE
(a) les principes généraux de masse et de centrage suivants doivent être décrits y compris :
(1) définitions ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
47 de 130
01
08/02/2012
(2) méthodes, procédures et responsabilités en matière de préparation et d'acceptation des
calculs de masse et centrage ;
(3) politique d'utilisation des masses réelles ou forfaitaires ;
(4) méthode de détermination des masses des passagers, des bagages et du fret applicables;
(5) masse des passagers et des bagages applicables pour différents types d'exploitations et
différents types d'avions ;
(6) consignes et informations générales nécessaires au contrôle des différents types de
documents de masse et centrage en usage ;
(7) procédures de changements de dernière minute ;
(8) densités du carburant, du lubrifiant et du mélange eau-méthanol ;
(9) et procédures et politiques d'attribution des sièges.
(b) Les points suivants doivent être correctement décrits :
(1) les définitions ;
(2) la méthode d’évaluation de la masse des passagers (forfait, déclaration orale + incrément,
pesée), des bagages enregistrés (pesée, forfait) en fonction du type d'appareil et de
l'exploitation réalisée, et la méthode d’évaluation de la masse du fret. Si les valeurs
forfaitaires sont utilisées, vérifier qu’elles sont indiquées et conformes à la réglementation;
(3) principes généraux de détermination des marges de centrage, prises en compte pour le calcul
de l’enveloppe opérationnelle de centrage ;
(4) méthode éventuelle d’attribution des sièges;
(5) contenu de la documentation de masse et centrage ;
(6) procédure de préparation et d'acceptation du document de masse et centrage : rédaction du
document initial, plan de chargement, document définitif, acceptation par le Commandant De
Bord, procédures de modification de dernière minute.
(c) L’exploitant devra décrire les procédures par lesquelles il s’assure que le chargement réel de
l’avion, aussi bien au niveau des soutes que de la cabine, est cohérent avec le chargement prévu
par le calcul de masse et centrage. Ces consignes peuvent figurer au sous paragraphe A.8.2.2 (a)
(11).
(d) En outre, dans le cas où la compagnie utilise un système informatique pour le calcul de la
documentation de masse et centrage, elle décrira les procédures par lesquelles elle s’assure que
toutes les modifications de masse et centrage sont correctement prises en compte.
(e) Certains points évoqués ci-dessus peuvent être décrits en partie B.6.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
48 de 130
01
08/02/2012
(f) Les approbations/acceptations ci-dessous font l’objet d’un dossier complémentaire; l’exploitant se
renseignera auprès de l’Autorité.
Approbations/acceptations particulières :
Marges de centrage et procédures opérationnelles associées
Utilisation de masses forfaitaires spéciales pour les éléments de chargement .autres que les
passagers et les bagages
Autres masses forfaitaires de l’équipage pour le calcul du centrage
Approbation de la campagne de pesée
Approbation des valeurs forfaitaires de masses passagers et bagages définies par l’exploitant
Omission de certaines informations sur le document de masse et centrage
Utilisation de systèmes embarqués de masse et centrage comme source primaire
Utilisation de procédures non standard concernant la documentation de masse et centrage
A.8.1.9
PLAN DE VOL CIRCULATION AÉRIENNE
(a) Les procédures et responsabilités pour la préparation, le dépôt et les modifications du plan de vol
circulation aérienne doivent être déterminées par l’exploitant. Les éléments à prendre en compte
comprennent la méthode de dépôt et de modification des plans de vol individuels et répétitifs.
(b) L’exploitant doit clairement définir :
(1) sa politique en matière de dépôt de plan de vol (RPL/FPL/Plan de Vol réduit) en précisant les
vols pour lesquels un plan de vol circulation aérienne est requis ;
(2) le contenu de sa procédure de dépôt ou de modification de plan de vol précisant les
responsabilités de chacun ;
(3) comment et par qui le document est émis, utilisé...
(c) La présence d’un exemple de plan de vol CA est recommandée.
A.8.1.10
PLAN DE VOL EXPLOITATION
(a) L’exploitant doit définir ici les procédures et responsabilités pour la préparation et l'acceptation du
plan de vol exploitation. L'utilisation du plan de vol exploitation doit être décrite, avec des
exemples de formulaires de plan de vol utilisés.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
49 de 130
01
08/02/2012
(b) Cette section doit contenir :
(1) système informatique chargé de la préparation du vol et des codes utilisés ;
(2) une description détaillée du contenu du Plan de Vol exploitation, qui doit être conforme au
sous chapitre 8.6.1 du RAT 08 partie 1;
(3) une description de l’utilisation de ce document;
(c) Donner un exemple d’utilisation du PV exploitation (remplissage type avant le vol et pendant le
vol).
A.8.1.11
COMPTE-RENDU MATÉRIEL DE L'EXPLOITANT
(a) Les responsabilités et l'utilisation du compte rendu matériel doivent être décrites, avec des
exemples du formulaire utilisé.
(b) L'exploitant doit présenter ici le ou les documents de support de CRM et son contenu en l’illustrant
notamment par un exemple de formulaire rempli, et décrira la procédure de rédaction et
d'utilisation du CRM (compte rendu matériel) avec les différents intervenants :
(1) avant vol : APRS, Potentiel Restant, acceptation ou non des tolérances ;
(2) après le vol : mentions à reporter, ajout éventuel de plaintes CRM ;
(c) Cette partie du Manuel d’Exploitation doit être cohérente avec celle pertinente du MME .
Approbations /acceptations fondamentales :
6.3.3.3 CRM de l’exploitant
A.8.1.12
LISTE DES DOCUMENTS, FORMULAIRES ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES
À TRANSPORTER.
(a) Cette liste doit comprendre les Informations Aéronautiques (cartes nécessaires pour un vol IFR /
VFR, NOTAM, Suppléments) et les documents de bord.
(b) Il est recommandé de définir dans cette section les documents à conserver au sol durant le vol.
Approbations/acceptations particulières :
Conditions de dispense d’emport du manuel de vol
Support autre que support papier pour les informations supplémentaires et formulaires de bord
A.8.2
CONSIGNES RELATIVES Á L'ASSISTANCE AU SOL
A.8.2.1
PROCÉDURES D'AVITAILLEMENT
(a) Le détail des procédures d'avitaillement doit être traité y compris:
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
50 de 130
01
08/02/2012
(1) mesures de sécurité lors des opérations d'avitaillement et de vidange carburant, y compris
avec un groupe auxiliaire de puissance en fonctionnement ou avec une turbine tournante et le
frein d'hélice actionné ;
(2) avitaillement et vidange carburant avec passagers embarquant, à bord ou débarquant;
(3) précautions à prendre pour éviter tout mélange de carburants.
(b) Les points suivants doivent être correctement traités :
(1) mesures de sécurité lors des opérations d'avitaillement et de vidange carburant :
(i) règles générales : Périmètre de sécurité et zone particulièrement dangereuse où il y a
interdiction d’utilisation des appareils radio ou radar de bord, interdiction de procéder à
des
génératrices
manipulations
d’étincelles.
Opérations
générales,
véhicule
d’avitaillement prêt à démarrer rapidement mise au même potentiel interdiction de fumer
et précautions à
adopter pour les aéronefs stationnant au voisinage d’un point
d’avitaillement;
(ii) surveillance de l’avitaillement par une personne appropriée (fonction des réservoirs à
remplir en premier, de la répartition par réservoir et de la quantité maximale par réservoir
à embarquer si le plein n’est pas demandé...) ;
(iii) consignes particulières:
(A) moteur tournant : avitaillement interdit pendant le fonctionnement des moteurs de
propulsion ;
(B) groupe auxiliaire de puissance tournant (APU) : condition d’arrêt obligatoire et en cas
de fonctionnement distance à respecter derrière l’APU en marche ;
(C) procédure d’utilisation des groupes de piste (arrêt sauf si à l’extérieur de la zone de
sécurité ou si conforme à la réglementation relative au matériel utilisable en
atmosphère explosif, de groupe auxiliaire de bord).
(iv) mesure de prévention et lutte contre l’incendie (présence d’extincteurs normalisés) ;
(v) dispositions prises dans des conditions particulières : en cas de déversement de
carburant, perturbations orageuses ;
(vi) utilisation des véhicules de service et manipulation de fret pendant l’opération de
ravitaillement - Dispositions prises pour les opérations de reprise de carburant des
réservoirs (interdiction de reprise dans un bac à air libre - cas d’une petite quantité de
carburant restant dans le réservoir) ;
(2) avitaillement et vidange carburant avec passagers embarquant, à bord ou débarquant :
(i) Interdit en cas d’utilisation de carburant volatile (Avgaz, essence ou Jet B ou équivalent).
En cas d’indisponibilité du SSLIA (Service de sauvetage et de lutte contre les incendies
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
51 de 130
01
08/02/2012
d’aéronef, décrire les moyens d’extinction minimum requis pour que l’opération soit
possible ;
(ii) Dans les autres cas, il est possible sous réserve du respect des conditions fixées. Si
l’exploitant ne s’interdit pas l’avitaillement avec passagers, il doit donner :
(A)
la description des moyens préventifs (moyens d’extinction pendant la durée des
pleins, zone dégagées au sol pour déploiement des toboggans et évacuation
d’urgence) ;
(B)
les consignes de surveillance de la cabine : annonce par un PNC au moyen du PA :
ceintures détachées et défense de fumer et d’utiliser des objets susceptibles de
produire des étincelles ;
(C)
les consignes pour que la cabine soit prête à une évacuation rapide et sûre :
maintenir les portes d’accès ouvertes, rideaux de séparation ouverts, pas
d’encombrement des couloirs et des issues;
(D)
les dispositions prises en cas d’alerte incendie ou d’écoulement de carburant .
(3) Carburant utilisé : précautions à prendre pour éviter tout mélange de carburant :
(i) un renvoi au chapitre B.1 limitations peut être accepté pour s’assurer que le carburant
proposé correspond à celui utilisé pour le type d’aéronef ;
(ii) quand le mélange de kérosène et de carburant volatile est possible (doc. constructeur)
précautions supplémentaires mises en place et vérification du respect des conditions
fixées par la réglementation.
A.8.2.2
PROCÉDURES D'ASSISTANCE DES PASSAGERS, DES MARCHANDISES ET DE
L'AVION RELATIVES À LA SÉCURITÉ
(a) L’exploitant doit décrire les procédures d'assistance à utiliser pour l'attribution des sièges,
l'embarquement et le débarquement des passagers et le chargement et déchargement de l'avion.
Toute autre procédure destinée à assurer le maintien de la sécurité lorsque l'avion est au parking
doit également être spécifiée. Les procédures d'assistance devront porter sur :
(1)
les enfants et les bébés, les passagers malades et à mobilité réduite avec l’existence de
consignes ;
(2)
le transport de passagers non admissibles, expulsés ou aux arrêts, les consignes fixant le
nombre maxi;
(3)
la dimension et la masse autorisées des bagages à main, l’acceptation de bagages
volumineux;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
(4)
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
52 de 130
01
08/02/2012
le chargement et l'arrimage des articles à bord de l'avion, les précautions pour éviter les
accidents ou dégâts ;
(5)
les chargements spéciaux et la classification des compartiments cargo ;
(6)
la position du matériel au sol; les règles de circulation dans le périmètre de sécurité ;
(7)
le fonctionnement des portes de l’avion, trappes de soute, avec les instructions (en partie B
aussi) ;
(8)
la sécurité au parking, et notamment la prévention incendie, le périmètre de sécurité, les
zones de souffle et d'aspiration réacteur;
(9)
les procédures de démarrage, de départ et d'arrivée au parking ; pour le personnel, les
passagers, le matériel ;
(10) le service des avions ;
(11) les documents et les formulaires relatifs à l'assistance des avions; devis de poids, NOTOC,
ordre de plein ;
(12) et l'occupation à plusieurs d'un même siège.
(b) Les règles générales fixant le nombre maximum de passagers admissibles le nombre de PNC
(personnel navigant commercial) prévu doivent être données notamment :
(1)
existence de consignes fixant les conditions particulières d’acceptation au transport de
certains passagers malades, des femmes enceintes, de passagers ayant besoin d’oxygène,
épileptiques, handicapés, et indiquant les moyens mis en place et les traitements assurés
par la compagnie :
(i) consignes d’embarquement/débarquement des passagers ;
(ii) consignes de sécurité ;
(iii) rôle de l’assistant en escale (transmission de l’information aux escales de transit et
d’arrivée par l’escale de départ pour présence des moyens demandés à l’arrivée) fixant
l’attribution des places :
(A) sièges soumis à utilisation conditionnelle (à proximité des issues de type III) ;
(B) sièges spécifiques pour passagers à mobilité réduite ;
(C) affectation des places enfants/bébés en fonction des masques à oxygène;
(2)
existence de consignes fixant le nombre maximum de passagers non admissibles, expulsés
ou aux arrêts ; le contrôle et le traitement de ces passagers (pré-embarquement et postembarquement, installation en cabine, prise en compte en escale) ;
(3)
existence d'une procédure de vérification de la dimension et de la masse autorisée des
bagages à main dans les consignes d'embarquement des passagers. Si des bagages
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
53 de 130
01
08/02/2012
volumineux sont acceptés en cabine (violoncelle) ou en soute (vélo, planche à voile etc.) en
décrire le stockage et l’arrimage;
(4)
existence de consignes générales de chargement du fret en fonction des caractéristiques
de soute (accessibilité soute/cabine, classification de sécurité incendie, ventilation,
chauffage, volume offert, limite de charge plancher) et des dimensions des portes fixant les
masses et dimensions de colis admissibles. Précautions obligatoires pour éviter les
accidents corporels et dégradations de l’avion (protection des planchers, seuils et cadres de
portes). Ordre de chargement (par exemple Soute Avant en priorité) utilisation de la béquille
si nécessaire. Renvoi aux chapitres B.5-B.6 et/ou règles de l’art de l’arrimage du fret.
(5)
les conditions de transport des frets spéciaux identifiés par leurs codes IATA et limitations
spécifiques à chacun des types d’appareil exploités.
(6)
règles de circulation dans le périmètre de sécurité « anti-collision » (parallèlement à l’avion,
sauf véhicules prévus pour approche frontale marche arrière guidée etc.), règle de
stationnement des matériels autour de l’avion dans cette zone.
(7)
présence d’instructions :
(i) d’ouverture et fermeture depuis l’intérieur et depuis l’extérieur de chacune des portes
passagers, porte cargo, porte de service ;
(ii) d’ouverture depuis l’intérieur et depuis l’extérieur de chacune des issues de secours,
trappe d’évacuation équipage;
(iii) d’ouverture et fermeture de trappe(s) de soute.
Ceci peut également figurer en partie B pour chacun des types d’avion.
(8)
définition d’un périmètre de «sécurité incendie» et d’une zone dangereuse «moteur/APU»
indiquant les dimensions de la zone de souffle à l’arrière des moteurs et en sortie d’APU et
de la zone d’aspiration à l’avant des moteurs au régime ralenti et au régime de mise en
mouvement ;
(9)
présence d’une procédure indiquant les consignes de sécurité lors des phases de
démarrage de départ et d’arrivée au parking :
(i) pour le personnel (feux anti-collision, mise en route, zone de souffle et d’aspiration libres
et à l’arrivée attendre l’arrêt complet des moteurs) ;
(ii) pour les passagers (pas de circulation à proximité d’un poste où l’avion a ses moteurs en
fonctionnement) ;
(iii) pour le matériel (avant mise en route aucun matériel ou véhicule en zone critique
moteur/APU ;
(iv) pour l’avion (portes fermées pendant le fonctionnement des moteurs).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
54 de 130
01
08/02/2012
(10) les documents comprennent au moins le plan de chargement, le devis de masse et
centrage, l’ordre de plein carburant, et le document de transport de marchandises
dangereuses (NOTOC) ;
(11) l’occupation à plusieurs d’un même siège est possible s’il s’agit d’un adulte et d’un bébé
uniquement.
A.8.2.3
PROCÉDURES DE REFUS D'EMBARQUEMENT
(a) L’exploitant doit établir des procédures pour s'assurer que les personnes semblant intoxiquées ou
qui montrent par leur comportement ou certaines indications physiques - qu'elles sont sous
l'influence de médicaments ou de drogues, à l'exception des patients sous surveillance médicale
appropriée, sont refusées à l'embarquement.
A.8.2.4
DÉGIVRAGE ET ANTI-GIVRAGE AU SOL
(a) L’exploitant doit procéder à la description de la politique et des procédures de dégivrage et d'antigivrage des avions au sol. Elle doit comporter une description des types et effets du givre et
autres contaminants sur les avions immobilisés sur la piste, lors des déplacements au sol et lors
du décollage. De plus, la description doit porter sur les types de liquides utilisés, y compris :
(1)
noms de marque ou dénominations commerciales ;
(2)
caractéristiques ;
(3)
et précautions et limites d’utilisation du fluide(dilution, basse température, chauffage,
pression) ;
(4)
temps de protection HOT ;
(5)
incidences sur les performances de l'avion ;
(b) Lorsque l’exploitant peut être exposé à des conditions givrantes régulièrement, cette section doit
comprendre :
(1) un rappel des effets des «contaminants» sur la surface de l’avion ;
(2) un rappel des conditions propices à la formation de givre ;
(3) une description des procédures de dégivrages/antigivrage que l’exploitant met en œuvre et
dans quelles conditions ces procédures sont mises en œuvre ;
(4) un tableau de synthèse indiquant pour chacun des types de fluides utilisés les durées de
protection estimées avant le décollage en fonction du produit, de la méthode utilisée, de sa
dilution, des conditions MTO. Il spécifiera que ces tableaux ne sont que des guides ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
55 de 130
01
08/02/2012
(5) le mode opératoire pour le dégivrage et antigivrage (avec prise en compte de la configuration
APU, moteurs à l’arrêt ou en fonctionnement. de l’écart entre la température OAT et le point
de congélation du liquide protecteur);
(6) un énoncé des limitations aux décollages induites par ces opérations (limitation de masse) et
des procédures de manœuvre (effort au manche, taux de montée) écrite par le constructeur.
Renvoi au programme d’entraînement et contrôle périodique de la partie D possible ;
(7) lorsque le dégivrage/antigivrage de l’aéronef est assuré par un sous-traitant, un énoncé des
informations que les équipages doivent fournir au sous-traitant ou obtenir de ce dernier ;
(8) le cas échéant, un renvoi aux consignes particulières liées au type d’aéronef décrites à la
partie B.
A.8.3
OPÉRATION EN VOL
A.8.3.1
POLITIQUE VFR / IFR
(a) L’exploitant doit procéder à une description de la politique pour autoriser les vols VFR ou pour
exiger que les vols soient IFR ou pour passer de l'un à l'autre.
(b) Cette section doit indiquer clairement si l’exploitant s’autorise ou s’interdit l’exploitation en VFR et
présenter clairement sa politique IFR/VFR
(c) Lorsque la société autorise un changement de régime de vol, justifié par des raisons
opérationnelles, lister toutes les précautions à prendre lors de la phase transitoire (règles de l'air,
fréquences à contacter…).
(d) En particulier, l’annulation d’un IFR ou les plans de vol mixtes IFR -> VFR devraient rester
exceptionnels.
A.8.3.2
PROCÉDURES DE NAVIGATION
(a) L’exploitant doit procéder à une description de l'ensemble des procédures de navigation
correspondant au type et à la zone d'exploitation. Pour ce faire, Il faut prendre en compte :
(1) des procédures de navigation standard, y compris les méthodes permettant d'effectuer des
contrôles croisés indépendants de la saisie de données sur clavier, lorsque celle-ci affecte la
trajectoire de vol de l'avion ;
(2) de la navigation MNPS et polaire et de la navigation dans d'autres régions désignées ;
(3) de la navigation de surface (RNAV) ;
(4) de la replanification en vol ;
(5) des procédures en cas de dégradation des systèmes ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
56 de 130
01
08/02/2012
(6) et de la séparation verticale réduite (RVSM).
(b) Chacune des procédures de navigation utilisées par l’exploitant doit être correctement décrite
(Standard, MNPS, RNAV/RNP, RVSM).
(c) L'exploitant doit décrire la procédure générale de replanification en vol et la procédure en cas de
dégradation des systèmes en vol compte tenu du type d'exploitation effectuée et des espaces
traversés (référence à la partie B et à la partie C possible).
(d) les approbations et acceptations opérationnelles ci-dessous font l’objet d’un dossier spécifique;
l’exploitant doit se renseigner auprès de l’Autorité.
Approbations/acceptations opérationnelles :
MNPS.
RNAV/RNP
RVSM.
A.8.3.3
PROCÉDURES DE CALAGE ALTIMÉTRIQUE
(a) L’exploitant doit définir le calage altimétrique à utiliser en fonction des différentes phases de vol
en prenant en compte le cas des zones particulières RVSM.
A.8.3.4
PROCÉDURES DU SYSTÈME AVERTISSEUR D'ALTITUDE
(a) L’exploitant doit décrire l’utilisation de ce système.
A.8.3.5
PROCÉDURES DU DISPOSITIF AVERTISSEUR DE PROXIMITÉ DU SOL
(a) La réponse du pilote aux différents types d’alarme (E)GPWS doit être correctement décrite en
citant chaque message dans les différents modes. Cette description doit être exhaustive et
citer chaque message dans les différents modes de (E)GPWS (au maximum 7 modes)
installés sur les aéronefs de l'exploitant. Ces informations peuvent figurer en partie B.
(b) L’exploitant doit définir des consignes aux équipages en cas d’alerte MSAW (action et
phraséologie).
A.8.3.6
POLITIQUE ET PROCÉDURES D'UTILISATION DES SYSTÈMES ANTI-ABORDAGE
(TCAS ET ACAS)
(a) La réponse du pilote aux avis et alarmes (TCAS) doit être correctement décrite. Ces informations
peuvent figurer en partie B. Les instructions pertinentes publiées et destinées aux exploitants sur
les programmes de formation à l’utilisation de l’ACAS II doivent être prises en compte par
l'exploitant.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.8.3.7
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
57 de 130
01
08/02/2012
POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION EN VOL DU CARBURANT
(a) L’exploitant doit correctement définir:
(1) quand les comparaisons entre le carburant prévu et celui consommé seront effectuées par le
Commandant De Bord ;
(2) dans quelles conditions le Commandant de bord doit envisager d’anticiper le
dégagement en route ;
(3) quand le commandant de bord devra se déclarer en situation d’urgence.
A.8.3.8
CONDITIONS ATMOSPHÉRIQUES DÉFAVORABLES ET PRÉSENTANT UN RISQUE
POTENTIEL
(a) L’exploitant doit définir les procédures pour exploiter en conditions atmosphériques présentant un
risque potentiel et pour les éviter, notamment :
(1)
orages ;
(2)
conditions givrantes ;
(3)
turbulences ;
(4)
cisaillement de vent ;
(5)
jet-stream ;
(6)
nuage de cendres volcaniques ;
(7)
fortes précipitations ;
(8)
tempêtes de sable ;
(9)
ondes de relief ;
(10)
inversions significatives de température ;
(11)
et rabattants.
A.8.3.9
TURBULENCE DE SILLAGE ET SOUFFLE ROTOR
(a) L’exploitant doit définir les critères de séparation liés aux turbulences de sillage et au souffle rotor
compte tenu des conditions de vent et de la localisation de la piste.
A.8.3.10
MEMBRES DE L'ÉQUIPAGE DE CONDUITE Á LEURS POSTES
(a) L’exploitant doit définir les exigences pour les membres d'équipage d'occuper leurs postes ou
sièges respectifs lors des différentes phases de vol ou lorsque cela est estimé nécessaire dans
l'intérêt de la sécurité.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.8.3.11
UTILISATION
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
DES
CEINTURES
DE
SÉCURITÉ
PAR
Page:
Révision:
Date:
58 de 130
01
08/02/2012
L'ÉQUIPAGE
ET
LES
PASSAGERS
(a) L’exploitant doit définir les exigences relatives à l'utilisation des ceintures de sécurité et des
harnais par les membres d'équipage et les passagers pendant les différentes phases du vol ou
lorsque cela est estimé nécessaire dans l'intérêt de la sécurité.
A.8.3.12
ADMISSION AU POSTE DE PILOTAGE
(a) L’exploitant doit définir les conditions d'admission au poste de pilotage de personnes autres que
les membres de l'équipage de conduite. La politique d'admission d'inspecteurs de l'Autorité doit
également être incluse.
(b) La politique d'admission au poste de pilotage doit être strictement conforme aux sections
8.5.1.13 et 8.5.1.14 du RAT 08 partie 1. Il convient en particulier de rappeler que le
commandant de bord doit s'assurer que:
(1) dans l'intérêt de la sécurité, l'admission au poste de pilotage n'entraîne pas de distraction ni
ne nuit au déroulement du vol ;
(2) et toutes les personnes transportées dans le poste de pilotage sont familiarisées avec les
procédures de sécurité applicables.
(c) La politique en matière de sûreté pour l’accès au poste de pilotage peut être décrite dans cette
section ou au chapitre A.10.
A.8.3.13
UTILISATION DE SIÈGES ÉQUIPAGE VACANTS
(a) L’exploitant doit définir les conditions et procédures d'utilisation des sièges équipage vacants.
A.8.3.14
INCAPACITÉ DE MEMBRES DE L'ÉQUIPAGE DE CONDUITE
(a) L’exploitant doit définir les procédures à suivre en cas d'incapacité en vol de membres de
l'équipage de conduite. Des exemples types d'incapacité et les moyens de les reconnaître doivent
être spécifiés.
A.8.3.15
EXIGENCES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ CABINE
(a) L’exploitant doit mentionner les procédures portant sur :
(1) la préparation de la cabine pour le vol, les exigences en vol et la préparation de l'atterrissage,
y compris les procédures relatives à la sécurité de la cabine et des offices ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
59 de 130
01
08/02/2012
(2) les procédures permettant de s'assurer que les passagers sont assis à l'endroit où, au cas où
une évacuation d'urgence est requise, ils peuvent assister le mieux
et ne pas entraver
l'évacuation de l'avion ;
(3) les procédures à suivre durant l'embarquement et le débarquement des passagers ;
(4) les procédures à suivre dans le cadre d'un avitaillement avec des passagers à bord,
embarquant ou débarquant.
(b) IL doit exister une check-list par appareil en vue de la préparation de la cabine avant le vol et la
manière dont le Commandant De Bord s’assure de son exécution (possibilité de faire référence à
la partie B).
(c) L'exploitant doit définir des procédures appropriées de vérification après l'embarquement
s'agissant de la position des passagers particuliers (personnes âgées, handicapés, enfants, mais
aussi passagers non admissibles...) et de la position des bagages afin de laisser libres les
couloirs et issues, ainsi qu’une procédure de vérification des toilettes, requis seulement si 1 PNC
est requis).
(d) Les particularités liées à l’exploitation d’avions sans PNC doivent être prises en compte.
A.8.3.16
PROCÉDURES D'INFORMATION DES PASSAGERS
(a) L'exploitant doit définir les contenus, dispositifs et moment de l'information des passagers
conformément à la réglementation applicable.
A.8.3.17
PROCÉDURES D'EXPLOITATION DES AVIONS LORSQUE DES SYSTÈMES DE
DÉTECTION
DE
RADIATIONS
COSMIQUES
OU
SOLAIRES
ÉXIGÉS
SONT
EMBARQUÉS
(a) L'exploitant doit définir les procédures d'utilisation des systèmes de détection des radiations
cosmiques ou solaires et d'enregistrement des relevés, comprenant les actions à entreprendre en
cas de dépassement des valeurs limites spécifiées dans le Manuel d’Exploitation. Egalement
procédures, y compris celles de circulation aérienne, à suivre suite à une décision de descente ou
de déroutement.
A.8.4
OPÉRATIONS TOUT TEMPS
(a) L'exploitant doit décrire les procédures opérationnelles associées aux opérations tout temps.
(b) L’exploitant doit décrire s’agissant de l’utilisation des minima au décollage, comment le CDB
s’assure que la RVR ou la visibilité dans le sens du décollage est supérieure aux minima
applicables en traitant notamment les points suivants:
(1) les possibilités d'évaluation de la RVR/Visibilité par le pilote ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
60 de 130
01
08/02/2012
(2) les cas ou le CDB doit s'assurer que les LVP sont en vigueur ;
(3) les cas d'exigence de RVR multiples ;
(4) éventuellement les conditions particulières relatives aux LVTO avec RVR<150/200m.
(c) S’agissant de l’utilisation des minima opérationnels pendant le vol pour les exploitants détenant
une autorisation LVP, cette section comprend également :
(1) les conditions pour poursuivre vers l'aérodrome de destination en fonction des dernières
informations météo disponibles ;
(2) les conditions pour le commencement et la poursuite de l'approche ;
(3) les règles d'utilisation du tableau de conversion visibilité / RVR ;
(4) les références visuelles minimales à la décision ;
(5) l'effet sur les minima opérationnels de la défaillance d'équipements au sol
Approbations/acceptations opérationnelles :
Opérations de catégorie II ou III et utilisation de minimums de décollage en dessous des minimums
spécifiés.
Nombre d’approches effectuées lors de l’évaluation initiale du système embarqué pour les opérations
par mauvaise visibilité avec une DH ≥ 50 ft :références visuelles non standard pour les approches
classiques
Programme de démonstration réduit pour l’utilisation d’aéronef déjà approuvé Cat II /Cat III dans un
autre état
Approbations / acceptations particulières :
Si l’opérateur désire changer la catégorie de ses avions en leur imposant de manière permanente une
masse maxi à l’atterrissage inférieure pour les approches de précision de catégorie I
A.8.5
ETOPS
(a) L’autorisation ETOPS fait l’objet d’un dossier spécifique .Un guide détaillant comment constituer
le dossier de demande est disponible auprès de l’Autorité.
Approbations / acceptations opérationnelles
8.6.3.8 Autorisation ETOPS.
A.8.6
UTILISATION DES LISTES MINIMALES D'ÉQUIPEMENTS ET DE
DEVIATIONS TOLÉRÉES PAR RAPPORT Á LA CONFIGURATION
TYPE
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
61 de 130
01
08/02/2012
(a) Une liste minimale d'équipements (L.M.E.) approuvée par l'Autorité est établie par l’exploitant
pour chaque aéronef. Celle-ci est basée sur la liste minimale d'équipements de référence ou
Master MEL (L.M.E.R.) du constructeur de l’aéronef qui ne sera exploité qu'en conformité avec la
L.M.E. sauf autorisation de l'Autorité, Une telle autorisation ne permettra en aucun cas une
exploitation en dehors des restrictions de la L.M.E.R. Le préambule de la LME peut figurer ici ou
au chapitre B.9. selon le choix de l’exploitant.
A.8.7
VOLS NON COMMERCIAUX
(a) L’exploitant doit définir les .procédures et limitations relatives aux :
(1)
vols d'entraînement ;
(2)
vols de contrôle ;
(3)
vols de livraison ;
(4)
vols de convoyage ;
(5)
vols de démonstration ;
(6)
vols de mise en place ;
ainsi que le type de personnes pouvant être transportées lors de tels vols.
(b) L’exploitant doit définir les méthodes d’exploitation et la composition de l’équipage lors de tels
vols.
(c) En particulier, pour ce qui concerne les avions monopilotes exploités à deux, définir
impérativement la composition de l’équipage lors des vols de convoyage et de mise en place.
(d) Indiquer, le cas échéant, les conditions d’archivage des dossiers de vol des vols particuliers
notamment pour tenir compte des temps de vol, de service et de repos des équipages ainsi que
du suivi de l’entretien des aéronefs.
A.8.8
EXIGENCES EN MATIÈRE D'OXYGÈNE
(a) L’exploitant doit clairement définir dans son Manuel d’Exploitation l’équipement en oxygène ainsi
que les conditions d’utilisation adaptées à chaque avion. Ne mentionner que les équipements
installés dans les avions concernés.
(b) L'exploitant doit faire un rappel suffisant de la réglementation compte tenu de son exploitation. Ce
rappel doit présenter le nombre de systèmes distributeurs, les décrire (masque à pose rapide ou
non, bouteilles portatives...) et les quantités requises.
(c) Si l'équipement de la flotte de l'entreprise est standardisé, il est recommandé que la description
des systèmes distributeurs d'oxygène et leurs modes d'utilisation figure dans cette section. Dans
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
62 de 130
01
08/02/2012
le cas contraire, il est souhaitable que cette description figure dans les différentes parties B du
Manuel d’Exploitation.
(d) Ce sous chapitre peut être structuré en deux sections de la manière suivante :
(1)
A.8.8.1
explications des conditions dans lesquelles l'oxygène doit être fourni et utilisé ;
(2)
A.8.8.1
exigences en matière d'oxygène spécifiées pour :
(i) l'équipage de conduite ;
(ii) l'équipage de cabine ;
(iii) et les passagers.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
A.9
MARCHANDISES DANGEREUSES ET ARMES
A.9.1
GÉNÉRALITÉS
63 de 130
01
08/02/2012
(a) L’exploitant doit traiter dans ce sous chapitre des éléments suivants :
(1) la politique de l'exploitant en matière de transport de marchandises dangereuses ;
(2) les conseils relatifs aux exigences en matière d'acceptation, d'étiquetage, de manutention,
d'arrimage et de séparation des marchandises dangereuses ;
(3) les procédures de réponse à des situations d'urgence impliquant des marchandises
dangereuses ;
(4) les tâches de tous les personnels impliqués, conformément à la réglementation applicable ;
(5) les instructions pour le transport destiné aux employés de l'exploitant.
(b) L’exploitant doit rappeler que le transport d’armes ou de munitions de guerre ou éléments d’armes
est interdit sauf avec la dérogation de l’autorité nationale et des autorités des pays survolés .Elles
ne devront pas être à un endroit accessible aux passagers au cours du vol; le commandant de
bord doit être informé avant le vol
A.9.1
CONDITIONS
DE
TRANSPORT
D’ARMES
ET
MUNITIONS
DE
GUERRES ET DE SPORT
(a) L’exploitant doit traiter dans ce sous chapitre des conditions inhérentes au transport des d’armes
et munitions de guerres et de sport.
Acceptations/approbations opérationnelles :
Autorisation de transport de marchandises dangereuses
Programme de formation au transport aérien des marchandises dangereuses (voir partie D du Manuel
d’Exploitation)
Acceptations/approbations particulières :
Conditions spéciales de transport des munitions de guerre (sûreté + marchandises dangereuses)
Autres procédures de rangement si les armes de sport ne peuvent être rangées en zone inaccessible
aux passagers (sûreté + marchandises dangereuses).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
64 de 130
01
08/02/2012
A.10
SÛRETÉ
A.10.1
CONSIGNES ET CONSEILS NON CONFIDENTIELS EN MATIÈRE DE
SÛRETÉ
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre des consignes et conseils non confidentiels en
matière de sûreté devant inclure le pouvoir et les responsabilités du personnel d'exploitation. Les
politiques et procédures permettant d'appréhender et de reporter des délits criminels à bord, tels
qu'une intrusion illégale, un sabotage, des menaces d'attentat à la bombe et un détournement
doivent également être spécifiées.
(b) La description du programme de sûreté est considérée comme partie intégrante du Manuel
d’Exploitation. Les dispositions non confidentielles de cette description doivent couvrir l’ensemble
des dispositions de pertinentes du Plan National de Sûreté.
(c) Les points suivants doivent être correctement traités par l’exploitant:
(1) nomination d’un correspondant sûreté ;
(2) définition de la sûreté et ses objectifs, la politique sûreté de l’exploitant et engagement de
l’exploitant que ses personnels respectent les règles et les dispositions particulières de sûreté
en vigueur sur les aéroports qu’il dessert ;
(3) organisation de la sûreté au sein de l’entreprise :
(i) description du programme en tant que « système sûreté » cohérent avec le réseau des
vols, l'identité des vols assurés et la flotte exploitée. Ce système doit être capable de
traiter différentes natures de menaces, qu'elles soient permanentes ou temporaires;
(ii) mise en évidence des liens hiérarchiques entre le responsable sûreté et les responsables
désignés et des liens fonctionnels avec les chefs des escales et le chef des PN ;
(iii) description du retour d'information au responsable sûreté ;
(iv) description des moyens de communication et d'adaptation à de nouvelles menaces (pour
décider si nécessaire de mesures supplémentaires et communication aux commandant
de bord et chefs d'escales).
(4) maîtrise de l'information :
(i) références réglementaires. L'exploitant connaît-il les mesures de sûreté à mettre en
œuvre au départ de chaque escale desservie ?
Note : En cas d'escales étrangères, conformément aux dispositions de l'annexe 17 de l'OACI,
les exploitants doivent se conformer aux exigences sûreté étrangères à mettre en oeuvre au
départ de chaque escale desservie (en effet, chaque État définit les mesures à appliquer par
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
65 de 130
01
08/02/2012
les exploitants au départ de son territoire). Ils doivent en outre prévoir et décider des mesures
complémentaires à mettre en œuvre soit à la demande de l’ADAC soit à leur propre initiative.
(ii) description de tous les véhicules d'information disponibles : il doit exister un moyen rapide
d'information aux équipages et chefs d'escale au départ de chaque escale (exemple :
message SITA) ;
(iii) gestion de la confidentialité des informations relatives aux mesures à appliquer (exemple :
diffusion contrôlée et restreinte d'au moins la partie confidentielle du chapitre 10) ;
(5) programme de suivi de la sûreté : dispositions pour le contrôle du respect de la qualité et de
l’efficacité des mesures sûreté applicables, compte-rendu des incidents de sûreté (chapitre
8.12) adressé au responsable sûreté, et en cas de détournement, rapport d'événement
adressé à l'Autorité ;
(6) plans d'actions en urgence et notamment prévoir des mesures de sauvegarde en cas d'acte
illicite afin d'en limiter les conséquences et l'usage des règles de l'air ;
(7) maîtrise des sous-traitants : description des clauses contractuelles utilisées en matière de
formation et d'application des mesures sûreté exigées (exemple : contrat IATA).
A 10.2
DESCRIPTION
DES
MESURES
PRÉVENTIVES
ET
DE
LA
FORMATION CONCERNANT LA SÛRETÉ
Note : il est possible de préserver le caractère confidentiel de certaines parties des consignes et
lignes de conduite en matière de sûreté.
(a) Dans ce sous chapitre chacun des domaines suivants doit être traités par l’exploitant :
(1) la protection des aéronefs, dont l'accès aux aéronefs en stationnement pendant les escales
courtes, longues et de nuit, l'accès au poste de pilotage en vol et les visites de sûreté de
l'aéronef;
(2) le traitement des passagers, dont la concordance documentaire du passager, le transport de
personnes d'escorte armées et de diplomates ;
(3) le traitement des bagages de soute, dont l'acceptation de bagages dévoyés, la protection des
bagages des équipages, et le rapprochement entre le passager et son bagage selon au
moins deux niveaux de menace ;
(4) le traitement du fret, du courrier et des colis express. L’exploitant doit mentionner la
conformité du programme aux conditions du RAT 19, et les liens avec les programmes de
marchandises dangereuses ;
(5) le traitement du commissariat de bord ;
(6) le traitement de vol classé sensible par l'État.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
66 de 130
01
08/02/2012
(b) Chacune de ces mesures doit être complétées de mesures additionnelles ou renforcées dans les
cas suivants :
(1) élévation générale de la menace ;
(2) évolution de l'identité de l'exploitant commercial (code du vol) ;
(3) évolution du réseau desservi.
(c) Les modalités d'application doivent être décrites de manière à ce que le commandant de bord
puisse en contrôler le respect.
Approbations/acceptations fondamentales :
Programme de formation à la sûreté
Approbations/acceptations particulières :
Conditions spéciales de transport des armes (sûreté)
Autres procédures de rangement si les armes de sport ne peuvent être rangées en zone inaccessible
aux passagers (sûreté)
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.11
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
67 de 130
01
08/02/2012
TRAITEMENT, NOTIFICATION ET COMPTE RENDU DES
ÉVÉNEMENTS
A.11.1
PROCÉDURES RELATIVES AU TRAITEMENT, À LA NOTIFICATION ET
AU COMPTE RENDU D’ÉVÉNEMENTS
(a) L’exploitant doit dans ce sous chapitre reprendre les définitions données dans la section 13.1.1.2
du RAT 13 de l’accident, de l’incident et de l’incident grave. Par ailleurs ce sous chapitre doit
reprendre la liste des évènements à rapporter contenu dans le chapitre 1.14 du MME ou 6.14 du
MME/MOE.
Note : Si la compagnie est autorisée à effectuer du transport de marchandises dangereuses, il est
recommandé que le manuel d'exploitation définisse les notions d'incident, incident grave et accident
concernant des marchandises dangereuses.
(b) Ce sous chapitre doit présenter tous les types de formulaires utilisés par l'exploitant ainsi qu’une
liste des types d’événements devant faire l’objet d’un compte-rendu par le Commandant De
Bord. Les formulaires de compte-rendu doivent être à jour, contenir toutes les informations
requises et couvrir tous les cas cités par la réglementation dont notamment :
(1) le compte rendu par le CDB à l’ADAC dans les 72 heures de tout accident/incident de
préférence au moyen du CEE (constat des évènements en exploitation) et/ou le rapport de
péril aviaire, foudroiement.....
(2) le compte rendu par le CDB ou son représentant, en utilisant un formulaire conforme au
modèle prévu à cet effet, de tout incident de CA dans un délai de deux semaines à l’ADAC ;
(3) le rapport circonstancié par l'exploitant à l’ADAC dans les 72 heures de tout incident lié au
transport de marchandises dangereuses et le cas de marchandises dangereuses non
déclarées ou mal déclarées et découvertes dans le fret ou les bagages des PAX (section
19.7.1.1 du RAT 19)
(4) le rapport à l’ADAC par le CDB de toute intrusion illicite (paragraphe 8.12.1.5 (a) du RAT 08
partie 1)
(5) le rapport d'incident post crise de tout acte illicite à bord de l'avion par le CDB ou l'exploitant,
transmis au responsable de la sûreté de l'exploitant, lequel le retransmet à la Mission Sûreté
Défense de l’Etat
NB : Par ailleurs, il convient de noter que la délivrance de certaines autorisations particulières
d'exploitation (ETOPS, RVSM, etc.) est subordonnée à la mise en œuvre de procédures de
surveillance générale de l'exploitation, qui prévoient des comptes-rendus d'incidents spécifiques.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
68 de 130
01
08/02/2012
L'exploitant doit donc coordonner les informations du manuel d'exploitation relatives aux
incidents/accidents avec ces conditions de délivrance des autorisations particulières.
(c) Le Manuel d’Exploitation doit également dans ce sous chapitre définir les consignes pour tout
membre d’équipage, de l’escale ou de la compagnie aérienne en cas d’accident .Il est
recommandé de dissocier les actions à effectuer immédiatement pendant l’exploitation du vol
(notification, déclaration etc..) des autres (comptes-rendus etc.…).
(d) S’agissant des consignes à appliquer pendant l’exploitation du vol, ce sous chapitre du manuel
doit décrire :
(1)
l’organisation des premières mesures de secours par le CDB ou tout autre membre
d'équipage valide. L’organisation des secours depuis la permanence OPS le cas
échéant (transmission de la liste de matériel de sécurité/sauvetage, nombre et
identité des pax...) ;
(2)
le rôle de l’équipage en cas d’accident au niveau de la conservation des éléments
d’enquête
et
de
l’utilisation
des
enregistreurs
de
vol :
interdiction
d'arrêter
volontairement les enregistreurs de paramètres et le CVR, sauf si les données du
CVR à préserver pour une enquête serait autrement effacée;
(3)
le rôle du CDB pour la mise à jour du compte rendu matériel ;
(4)
une notification immédiate à l’autorité des enquêtes sur les accidents et incidents:
(i) lorsque l'accident intervient dans la juridiction Congolaise:
(A) une déclaration de l'incident/accident est effectuée sans retard par le CDB à
l'organisme de circulation aérienne avec lequel il est en contact ou à défaut au
responsable de l'aérodrome le plus proche. Si le commandant de bord est dispensé
de cette obligation de déclaration, l’ADAC vérifiera qu'une procédure de recueil et
de protection des informations a été agréée par l’autorité des enquêtes sur les
accidents et incidents;
(B) en cas d'empêchement du CDB, la déclaration de l'incident/accident à l’autorité des
enquêtes sur les accidents et incidents par l'exploitant de l'aéronef ;
(ii) lorsque l'accident intervient en dehors de la juridiction du Tchad, la déclaration est
effectuée par l'exploitant sans retard à l’autorité des enquêtes sur les accidents et
incidents.
Note: Après le vol, ces consignes doivent prévoir l'usage (par le CDB ou le cas échéant par
l'exploitant) du formulaire de compte rendu adapté à chaque type d’incident/accident, décrit au
paragraphe (b) ci-dessus.
(e) Ce sous chapitre doit prévoir les procédures de notification immédiate par le CDB à l'ATC:
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
69 de 130
01
08/02/2012
(1) de conditions dangereuses influant sur le vol et intéressant les autres appareils (dont
événement météo inhabituel, nuage de cendres volcaniques, niveau de radiation élevé) ;
(2) de tout incident CA ;
(3) de péril aviaire ;
(4) d'urgence en vol avec Marchandises Dangereuses ;
(5) d'irrégularité des installations de navigation ;
(6) d'acte illicite en cours;
(f)
Ce sous chapitre doit prévoir les procédures de comptes-rendus écrits relatifs aux incidents de la
circulation aérienne.
(g) Ce sous chapitre doit prévoir les procédures de compte rendu par tout membre d'équipage au
CDB (ex: incidents cabine) et les systèmes de recueil des témoignages par l'exploitant dans le
cadre du programme de prévention des accidents et de sécurité des vols.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.12
(a)
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
70 de 130
01
08/02/2012
RÈGLES DE L'AIR
L’exploitant doit dans ce chapitre décrire toutes les informations sur les règles de l'air y compris :
(1)
les règles de vol à vue et aux instruments ;
(2)
l'application territoriale des règles de l'air ;
(3)
les procédures de communication, y compris les procédures en cas de panne des
dispositifs de communication ;
(4)
les informations et consignes afférentes à l'interception des avions civils ;
(5)
les circonstances dans lesquelles une veille radio doit être maintenue ;
(6)
les signaux ;
(7)
le système horaire utilisé en exploitation ;
(8)
les clairances du contrôle de la circulation aérienne, la conformité au plan de vol et les
comptes-rendus de position ;
(9)
les signaux visuels utilisés pour avertir un avion non autorisé qu'il survole ou qu'il est sur
le point de survoler une zone dangereuse, interdite ou réglementée ;
(10) les procédures à appliquer par les pilotes témoins d'un accident ou recevant un message
de détresse ;
(11) les codes visuels sol-air réservés à l'usage des survivants, la description et l'utilisation
des aides à la signalisation ;
(12) et les signaux d'urgence et de détresse.
(b)
Ce chapitre doit au minimum comprendre une copie conforme de la réglementation en vigueur à
la date de rédaction. Il convient donc de préciser la version du RCA (règlement de la circulation
aérienne) utilisée pour la rédaction de cette partie.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
A.13
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
71 de 130
01
08/02/2012
LOCATION
(a) L’exploitant doit dans ce chapitre faire une description des dispositions contractuelles prises dans
le cadre opérationnel en cas de location, des procédures associées et des responsabilités de
l’encadrement.
(b) L’exploitant doit décrire ici les procédures mises en œuvre dans les différents cas de location:
(1) prise en location coque nue (la compagnie loue un aéronef coque nue et l’inscrit sous son
CTA) ;
(2) mise en location coque nue (la compagnie donne un aéronef coque nue en location et le retire
de son CTA) ;
(3) prise en location avec équipage complet (la compagnie affrète une autre compagnie) ;
(4) mise en location avec équipage complet (la compagnie est affrétée par une autre compagnie).
(c) Selon la nationalité de l’exploitant avec lequel le contrat est passé, ces procédures doivent décrire
les cas où l’Autorité doit donner son approbation tel que requis par la réglementation, les
responsabilités de l’exploitant lors des opérations, les cas de sous-affrètement.
(d) L’exploitant doit aussi décrire la procédure de sélection de ces partenaires (méthode, services en
charge) puis s’il existe le suivi particulier qui en est réalisé.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
72 de 130
01
08/02/2012
PARTIE B
UTILISATION DE L'AVION - ÉLÉMENTS RELATIFS AU
TYPE
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
73 de 130
01
08/02/2012
B.0 INFORMATIONS GÉNÉRALES ET UNITÉS DE MESURE
NB : La langue de rédaction d’une partie B est traitée dans le sous chapitre 5.2 «langue de rédaction
d’un manuel d’Exploitation » du présent guide.
(a) L’exploitant doit dans ce chapitre présenter le plan en trois vues ainsi que les dimensions de
l’aéronef.
(b) Il doit entre autre faire une description des unités de mesure utilisées pour l’exploitation du type
d’aéronef concerné ainsi que les tables de conversion.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
74 de 130
01
08/02/2012
B.1 LIMITATIONS
(a) Dans ce chapitre l’exploitant doit faire la description des limitations certifiées et des limitations
opérationnelles applicables notamment:
(1)
les bases de certification (Autorité, FAR, JAR 23, JAR 25, annexe 16 de l'OACI, etc.) ;
(2)
la disposition des sièges passagers pour chaque type d'avion avec schéma ;
(3)
les types d'exploitation approuvés (IFR/VFR, CAT II/III, type de RNP, vols en conditions
givrantes connues, etc.);
(4)
la composition de l'équipage ;
(5)
la masse et le centrage ;
(6)
les limitations de vitesses ;
(7)
le domaine de vol;
(8)
les limitations de vents y compris les exploitations sur pistes contaminées ;
(9)
les limitations de performances en fonction de la configuration applicable ;
(10) la pente de la piste ;
(11) les limitations sur pistes mouillées ou contaminées ;
(12) la contamination de la cellule ;
(13) et les limitations des systèmes.
(b) L'exploitant doit spécifier, lors de la description des limitations, celles qui correspondent à des
limitations issues du manuel de vol (éléments ci-dessous suivis d'un *), et celles qui relèvent de
considérations opérationnelles (éléments ci-dessous suivis précédés de **).
B.1.1
BASES DE CERTIFICATION
(a) L’exploitant doit dans ce sous chapitre décrire les bases de certification de son aéronef
notamment*:
(1)
version du JAR ou de la FAR utilisée pour la certification ou tout autre document utilisé*;
(2)
référence du CDN de type et date de certification et/ou des extensions de ce CDN*;
(3)
référence et date du CLN démontrant la conformité de l'appareil aux exigences d'un des
chapitres la partie 1 du RAT 20*.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.1.2
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
75 de 130
01
08/02/2012
DISPOSITION DES SIÈGES PASSAGERS
(a) L’exploitant doit dans ce sous chapitre décrire les différentes configurations des sièges
passagers :
(1) nombre maximal de passagers prévu par le CDN individuel* ;
(2) plan d'aménagement des différentes configurations prévues par l'exploitant y compris en
version mixte, cargo ou sanitaire. Les sièges passagers doivent être clairement différenciés
des autres sièges de structure. Le plan d'aménagement peut figurer au chapitre B.6**.
(3) configuration maximale en sièges passagers (qui doit être approuvée lorsqu'elle est différente
de celle figurant au manuel de vol)**
B.1.3
TYPES D'EXPLOITATION APPROUVÉS
(a) L’exploitant doit ici décrire les types d’exploitation approuvés :
(1)
VFR**;
(2)
IFR**;
(3)
ETOPS : préciser la durée maximale d'éloignement**;
(4)
B-RNAV : préciser le niveau de RNP**;
(5)
RVSM**;
(6)
LVTO : RVR autorisée**;
(7)
CAT II / CAT III : DH et RVR autorisées**;
(8)
MNPS**;
(9)
vol en conditions givrantes connues**;
(10) approches fortes pente**;
(11) marchandises dangereuses**;
B.1.4
COMPOSITION DE L’ÉQUIPAGE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre la composition de l’équipage:
(1) équipage de conduite : nombre minimal certifié et/ou opérationnel des PNT requis**
(2) équipage de cabine : nombre minimal certifié et/ou opérationnel de PNC requis par version
d'aménagement**.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.1.5
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
76 de 130
01
08/02/2012
MASSE ET CENTRAGE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les éléments suivants :
(1) limitations de masses structurales certifiées : MTOW - MLW - MZFW - MRW – MOW*;
(2) limites de centrage certifiées* ;
(3) résistance structurale maximale des planchers* ;
(4) charge maximale et volume admissible dans chaque compartiment bagage*.
B.1.6
LIMITATIONS DE VITESSES
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les éléments suivants :
(1) vitesses maximales : VNE, VMO, MMO* ;
(2) vitesses limites associées à la manœuvre et à l'utilisation du train, des volets et des becs* ;
(3) vitesses minimales de contrôles et vitesse de décrochage (une référence peut être faite au
chapitre B.4 - Performances)*;
(4) vitesses maximales diverses : manœuvre et d'utilisation des phares escamotables, des
aérofreins, des essuie-glaces (VA, VFE, VLO, VMCG …)*.
B.1.7
DOMAINE DE VOL
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les éléments suivants du domaine de vol:
(1) facteurs de charge*;
(2) rallumage vol des réacteurs et de l'APU*;
(3) limitation de températures*;
(4) plafond d'exploitation*.
B.1.8
LIMITATIONS DE VENTS
(a) Ces limitations doivent être présentées pour les pistes sèches, mouillée ou contaminées pour
tous les types d'exploitation envisagés par l'exploitant (y compris en opérations de Cat II).
(1) vent effectif de face maximal*;
(2) vent effectif arrière maximal*;
(3) vent traversier maximal*.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.1.9
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
LIMITATIONS
DE
PERFORMANCES
EN
Page:
Révision:
Date:
77 de 130
01
08/02/2012
FONCTION
DE
LA
CONFIGURATION APPLICABLE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les limitations de performances en fonction de la
configuration applicable:
(1) limitation de braquage des volets pour chaque phase du vol*;
(2) limitations relatives au vol train et/ou volets sortis*.
B.1.10
PENTE DE LA PISTE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les éléments relatifs à la pente de la piste :
(1) pente montante maximale admissible* ;
(2) pente descendante maximale admissible*.
B.1.11
LIMITATIONS SUR PISTES MOUILLÉES OU CONTAMINÉES
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les limitations sur pistes mouillées ou contaminées
notamment :
(1) hauteur maximale du contaminant en fonction de sa nature*.
B.1.12
CONTAMINATION DE LA CELLULE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les limitations relatives à la contamination de la
cellule notamment:
(1) limitations relatives à la protection de l'appareil à l'égard du givrage*.
B.1.12
LIMITATIONS DES SYSTÈMES
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre les limitations des systèmes:
(1) un classement par ATA des limitations systèmes est acceptable*.
Approbations/acceptations particulières :
Configuration maximale en sièges passagers.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
78 de 130
01
08/02/2012
B.2 PROCÉDURES NORMALES
(a) L’exploitant doit décrire dans ce chapitre les procédures normales et tâches assignées á
l'équipage listes de vérification appropriées, méthode d'utilisation des listes de vérification, et
instructions relatives aux procédures de coordination nécessaires entre équipages de conduite et
de cabine.
(b) Les procédures normales et tâches décrites ci-après doivent être incluses:
(1)
prévol;
(2)
avant départ ;
(3)
calage et contrôle altimétriques ;
(4)
roulage, décollage et montée ;
(5)
procédures antibruit ;
(6)
croisière et descente ;
(7)
approche, préparation et briefing pour l'atterrissage ;
(8)
approche à vue ;
(9)
approche aux instruments ;
(10) approche à vue et indirecte ;
(11) approche interrompue ;
(12) atterrissage normal ;
(13) après atterrissage ;
(14) exploitation sur pistes mouillées et contaminées.
(c) L’exploitant doit inclure dans ce chapitre :
(1) un préambule définissant :
(i) l’architecture du chapitre (table des matières, sommaire ou autre plus éventuellement des
commentaires) ;
(ii) la symbologie et les codes utilisés dans ce chapitre avec éventuellement un exemple de
check-list ;
(iii) les consignes associées aux procédures correspondant à toutes les phases de vol (y
compris pendant la préparation du vol, la prévol, le transit) en précisant les principes
généraux de répartition des tâches (PF/PNF/OMN, et/ou CDB/OPL/OMN) pour:
(A) le déclenchement des actions;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
79 de 130
01
08/02/2012
(B) le déclenchement des check-lists ;
(C) l’utilisation des check-lists (appel/réponse) ;
(D) la clôture des check-lists ;
(E) les règles de contrôle mutuel.
(iv) les autres consignes en précisant à chaque fois les principes généraux de répartition des
tâches (PF/PNF/OMN, et/ou CDB/OPL/OMN) pour :
(A) l’utilisation des automatismes : directeur de vol (FD), pilote automatique (AP), auto
manette ou auto poussée (A/THR), affichage des paramètres (cap, vitesse, et
altitude) ;
(B) le transfert de pilotage ;
(C) la navigation (moyens conventionnels ou autres) ;
(D) les télécommunications ;
(E) les annonces techniques.
(2) la répartition des tâches qui doit être précisée item par item au niveau des procédures
développées. Cependant, si les principes de répartition des tâches sont décrits de façon
précise (PF/PNF/OMN, CDB/OPL/OMN) dans un préambule, la description de la répartition
des tâches item par item n’est plus nécessaire (sauf pour les procédures pour lesquelles les
principes généraux décrits dans le préambule ne s’appliquent pas) ;
(3) les procédures couvrant l’ensemble des domaines prévus par les paragraphes (a) (1) à (14) (y
compris la préparation du poste) ;
(4) les « procédures développées » rédigées par l’exploitant. Il n’est pas acceptable de n’utiliser
que la documentation réduite établie par le constructeur en lieu et place des procédures
normales développées dans ce chapitre B.2 ;
(5) les schémas (synoptiques, profils de vol ou autres) se rapportant aux phases de vol
concernées:
(i) décollage normal ;
(ii) décollage normal avec procédure antibruit ;
(iii) approche à vue ;
(iv) approche de précision ;
(v) approche classique directe ;
(vi) approche classique indirecte ;
(vii) approche interrompue.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
80 de 130
01
08/02/2012
(6) les listes de vérifications (check-lists) pour chaque phase de vol. Il est recommandé que ces
check-lists soient établies par l’exploitant, et il est nécessaire qu’elles prévoient au moins les
vérifications proposées par le constructeur. Il est toléré que, pour les check-lists, l’exploitant
renvoie à de la documentation réduite établie par le constructeur (QRH ou autre…) sous
réserve que la cohérence de ces check-lists avec les procédures développées soit assurée et
que chacun des personnels navigants dispose d’un exemplaire (et des mises à jour
correspondantes) de ce document.
Approbations / acceptations opérationnelles :
Opérations de catégorie II et III et utilisation de minima de décollage en dessous des minima
spécifiés.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
81 de 130
01
08/02/2012
B.3 PROCÉDURES ANORMALES ET D'URGENCE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce chapitre les procédures anormales et d'urgence et tâches
assignées á l'équipage, listes de vérification appropriées, méthode d'utilisation des listes de
vérification et instructions relatives aux procédures de coordination nécessaires entre équipages
de conduite et de cabine.
(b) Les procédures anormales et d'urgence et tâches décrites ci-après doivent être incluses:
(1)
incapacité de l'équipage ;
(2)
procédures feu et fumée ;
(3)
vol non pressurisé et partiellement pressurisé ;
(4)
dépassement des limitations structurelles tel qu'un atterrissage en surcharge ;
(5)
dépassement des limites de radiations cosmiques ;
(6)
foudroiement ;
(7)
messages de détresse et alerte du contrôle de la circulation aérienne en cas d'urgences ;
(8)
panne moteur ;
(9)
pannes des systèmes ;
(10) conduite pour un déroutement en cas de défaillance technique grave ;
(11) alarme de proximité du sol ;
(12) alarme TCAS ;
(13) cisaillement de vent ;
(14) et atterrissage ou amerrissage d'urgence.
(c) L’exploitant doit inclure dans ce chapitre :
(1)
le préambule définissant :
(i) l’architecture du chapitre,(table des matières, sommaire ou autres plus éventuellement
les commentaires). Le respect de la classification ATA est recommandé. S’il s’agit d’un
avion muni d’ECAM ou d’EICAS, l’exploitant explicitera comment il distingue les
procédures ECAM/EICAS ;
(ii) la description des check-lists et la symbologie utilisée;
(iii) la classification en sous chapitres distincts des procédures en procédures d’urgence
d’une part et en procédures anormales d’autre part;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
82 de 130
01
08/02/2012
(iv) les consignes d’utilisation des procédures anormales et d’urgence en précisant les
principes généraux de répartition des tâches et l’application des règles de contrôle
mutuel :
(A) en identifiant les procédures à effectuer de mémoire, celles à effectuer avec un
support (papier ou ECAM/EICAS);
(B) les modaités de traitement des pannes ;
(v) la répartition des tâches qui doit être précisée item par item au niveau des procédures
développées. Cependant, si les principes de répartition des tâches sont décrits de
façon précise (PF/PNF/OMN, CDB/OPL/OMN) dans un préambule, la description de la
répartition des tâches item par item n’est plus nécessaire (sauf pour les procédures
pour lesquelles les principes généraux décrits dans le préambule ne s’appliquent pas) ;
(2)
les procédures couvrant l’ensemble des domaines prévus par les paragraphes (a) (1) à
(14) :
(i) l’exploitant doit disposer sur support papier de toutes les procédures des paragraphes
(a) (1) à (14), il n’est donc pas acceptable que des procédures décrites dans
l’ECAM/EICAS ne soient pas reprises sur support papier dans le manuel d’exploitation
(ceci est vrai à fortiori our les procédures non ECAM/EICAS).
(ii)
l’ensemble des procédures anormales et d’urgence prévues par le constructeur dans le
manuel doit être repris ;
(iii)
l’exploitant doit developper dans ce chapitre les procédures anormales et d’urgence
non traitées par le constructeur, requises par la réglementation opérationnelle et donc
relatives à l’exploitation en ligne (par opposition aux procédures relatives aux vols de
formation…). Il peut s’agir par exemple des procédures:
(A) dépassement limites de radiations cosmiques ;
(B) foudroiement ;
(C) message de détresse et alerte du contrôle de la circulation aérienne en cas
d’urgence ;
(D) arrêt décollage ;
(E) descente d’urgence ;
(F) risques d’abordage (alarme TCAS /ACAS) ;
(G) cisaillement de vent ;
(H) feu cabine pour les avions exploités sans PNC…
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
(iv)
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
83 de 130
01
08/02/2012
certaines procédures anormales et d’urgence développées dans la partie A du Manuel
d’Exploitation. Il est nécessaire que ces procédures soient reprises en partie B sauf si
aucune disposition de ces procédures spécifique au type d’appareil n’existe. Dans ce
cas l’exploitant peut ne faire figurer en partie B qu’un renvoi à la partie A ;
(v) Il n’est pas acceptable de n’utiliser que la documentation réduite établie par le
constructeur en lieu et place des procédures anormales et d’urgence exigées dans le
chapitre B.3. En revanche, il est admis que la documentation réduite établie par le
constructeur (QRH ou autre…) soit utilisée à bord par l’exploitant. Dans ce cas, le
chapitre B.3 doit être cohérente avec cette documentation réduite, et les commentaires
«développés» proposés par le constructeur doivent être traduits en langue française
dans la partie B.
Approbations / acceptations opérationnelles :
opérations de Catégorie II et III et utilisation de minima de décollage en dessous des minima
spécifiés.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
B.4
PERFORMANCES
B.4.0
GÉNÉRALITÉS
Page:
Révision:
Date:
84 de 130
01
08/02/2012
(a) Les données relatives aux performances doivent être fournies de façon à être utilisables sans
difficulté.
(b) Le chapitre B.4 apporte, entre autres, les éléments en matière de performances et de limitations
opérationnelles pour la préparation des vols. Dans cette optique elle doit être rédigée de manière
cohérente, structurée, complète et présentée sous une forme suffisamment pratique d’usage,
pour que l’équipage soit à même de préparer sa mission de manière complète et efficace.
(c) Le recours et le renvoi aux manuels du Constructeur (AFM Aircraft Flight Manual et FCOM Flight
Crew Operating Manual), souvent rencontré dans certaines rédactions, doit se limiter à certaines
données
propres
à
des
situations
bien
particulières
auxquelles
l’équipage
ne
sera
qu’exceptionnellement confronté. En effet, le renvoi à ces documents, outre le fait qu’il peut être
anti-ergonomique, peut introduire des sources d’erreur.
(d) En application de ce concept, il est souhaitable que le chapitre B.4 soit structuré de la manière
suivante et contienne les éléments suivants :
(1) un préambule ;
(2) le rappel des exigences réglementaires pour chaque phase de vol ;
(3) les consignes, méthodes et données élaborées par la compagnie pour satisfaire à ces
exigences, par phase de vol, dans des situations d’exploitation normales ;
(4) les éléments et données additionnels relatifs à des situations occasionnelles ou à des vols
particuliers, non rencontrés habituellement en exploitation ;
(e) les éléments décrits dans le chapitre B.4 sont à adapter en fonction de la classe de performance
de l'aéronef telle que définie dans la réglementation.
(f) Pour la rédaction de ce chapitre, la structure suivante pourrait être adoptée :
PRÉAMBULE
(a) Il devrait comporter:
(1) une introduction indiquant l’objet du chapitre et sa structure ;
(2) un rappel des documents constructeurs desquels sont tirées les données figurant dans le
présent chapitre ;
(3) un rappel des références de la motorisation de l’avion à laquelle se rapportent les courbes de
performances produites;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
85 de 130
01
08/02/2012
(4) les systèmes particuliers de l’avion, si installés et divergeant du modèle standard, qui ont été
pris en compte pour la production des performances;
(5) un passage indiquant la référence à la classe de performances qui a servi de base à
l’élaboration du présent chapitre ;
(6) une liste de définitions propre aux éléments de limitations et de performances utilisés dans le
chapitre.
LE RAPPEL DES EXIGENCES RÈGLEMENTAIRES
(a) Sauf si déjà données dans la partie A, ce rappel devrait couvrir chaque phase et situation de vol :
décollage, arrêt-décollage, trajectoire au décollage, montée, croisière, descente, attente, remise
de gaz en approche, remise de gaz à l’atterrissage.
(b) Ce sous chapitre doit rappeler les éléments de limitation de la classe de performance
correspondant à l’avion considéré figurant dans le RAT 08 et prenant en compte:
(1) longueurs utilisables déclarées ;
(2) distances nécessaires ;
(3) vitesses associées et coefficients pondérateurs ;
(4) marges de franchissement ;
(5) pentes requises ;
(6) conditions associées
(c) Ce sous chapitre doit présenter également le profil standard d’une trajectoire de décollage, avec
les éléments associés (issus de la certification) à savoir:
(1) les pentes;
(2) les vitesses ;
(3) les configurations avion (positions des traînées).
LES MÉTHODES COMPAGNIE ET DONNÉES DANS DES CONDITIONS
D’EXPLOITATION NORMALES
(a) Elles servent à déterminer les performances afin de satisfaire les limitations exigées aux souschapitres précédents.
(b) Pour des raisons d’homogénéité de présentation, ce sous chapitre doit être traité par phase de vol
et dans l’ordre chronologique de son déroulement. Il devrait présenter:
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
86 de 130
01
08/02/2012
(1) la méthode d’utilisation des différentes planches de données (courbes ou tableaux) et des
éventuels outils informatiques, avec des exemples concrets de calcul ;
(2) un rappel des hypothèses retenues, concernant la configuration avion (braquage becs,volets),
les conditions des systèmes (ANTI-SKID, prélèvements d’air), de l’aérodrome et
météorologiques (pistes mouillées/contaminées), sur lesquelles sont fondées les données de
performances fournies dans le chapitre ;
(3) une table dressant la configuration avion prédéfinie (train, becs, volets, régime moteurs) dans
les phases de décollage et d'atterrissage ;
(4) les différentes lois de montée, de descente et régimes de croisière possibles, et celles
préférentielles choisies par l’exploitant ;
(5) le mode opératoire défini par l’exploitant sous forme de consignes aux équipages pour la
détermination des performances, par phase de vol;
(6) les planches de données nécessaires au calcul des performances. Ces planches doivent
correspondre à la version de l’avion et à la motorisation concernée, et doivent couvrir tout le
domaine d’exploitation envisagé par l’exploitant. Elles doivent intégrer tous les éléments
influant sur les performances relatifs:
(i) aux conditions atmosphèriques du moment (température, vent, givrage);
(ii) à l’infrastructure aeroportuaire (pente piste, prologement dégagé, prolongement d’arrêt);
(iii) à l’ètat de la piste (sèche, mouillée, contaminée);
(iv) à la configuration avion (ex : braquage becs/volets, inverseurs de poussée, prélèvement
d’air, ANTI-SKID, ANT-ICE).
(7) les données doivent également établir les différentes vitesses à adopter qui sont associées
aux planches de données correspondantes (V1, Vr, V2, V3,…VREF), et les corrections
éventuelles à y apporter suivant les dégradations des conditions de piste.
(8) des corrections à appliquer doivent être fournies lorsque les conditions portant sur l’état de la
piste ou sur la configuration avion divergent de celles sur lesquelles s’appuient les données
de performances (ex: piste mouillée / contaminée, conditions givrantes connues, ANTI-SKID
ou ANTI-ICE inopérants, REVERSES inopérantes).
(c) Une attention particulière doit être portée sur les données relatives aux pistes mouillées et
contaminées, qui devront être approuvées ou acceptées par l'Autorité.
LES ÉLÉMENTS ET DONNÉES CORRESPONDANT À UNE EXPLOITATION NON
STANDARD
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
87 de 130
01
08/02/2012
(a) Ce sous chapitre décrit les éléments et données correspondant à une exploitation non standard
liée à une dégradation des systèmes avion ou à une utilisation particulière de l’avion. Il prévoit
selon les cas, les éventualités suivantes:
(i)
la perte d’un moteur en montée et la poursuite du vol sur (N-1) moteurs (montée,croisière,
descente et atterrissage) ;
(ii)
la perte d’un moteur en croisière associée aux altitudes de rétablissement (courbes de
Drift-Down) ;
(iii)
pour les tri ou quadrimoteurs, la perte de deux moteurs en croisière et les altitudes de
rétablissement associées;
(iv)
la pratique d’approches sous forte pente;
(v)
l’utilisation de procédures d‘atterrissage court;
(vi)
les vols réalisés avec certains éléments de la CDL manquants;
(vii)
le vol de convoyage avec train sorti;
(viii)
le vol de convoyage avec un moteur en panne;
(ix)
le vol de convoyage en condition dépressurisée.
B.4.1
DONNÉES RELATIVES AUX PERFORMANCES
(a) Les éléments relatifs aux performances, qui fournissent les données nécessaires pour se
conformer aux exigences relatives aux performances, doivent être inclus pour pouvoir déterminer:
(1)
les limitations de montée au décollage - masse, altitude, température ;
(2)
la longueur de piste au décollage (sèche, mouillée, contaminée) ;
(3)
la trajectoire nette de vol pour le calcul du passage des obstacles ou le cas échéant, la
trajectoire de vol au décollage ;
(4)
les pertes de pente lors de montées en virages ;
(5)
les limitations de pente en route ;
(6)
les limitations de pente en approche ;
(7)
les limitations de pente à l'atterrissage ;
(8)
la longueur de piste à l'atterrissage (sèche, mouillée, contaminée) y compris les effets d'une
panne en vol, d’un système ou d'un composant, si cette panne affecte la distance
d'atterrissage ;
(9)
les limitations dues aux énergies de freinage ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
88 de 130
01
08/02/2012
(10) les vitesses applicables aux différentes phases de vol (en considérant l'état de la piste,
mouillée ou contaminée).
B.4.1.1
DONNÉES
SUPPLÉMENTAIRES CONCERNANT
LES
VOLS
EN
CONDITIONS
GIVRANTES
(a) Toute performance certifiée relative à une configuration autorisée ou une déviation de la
configuration telle qu'une défaillance du dispositif anti-patinage doit être prise en compte.
B.4.1.2
DONNÉES RELATIVES AUX PERFORMANCES NON DISPONIBLES
(a) Si les données relatives aux performances, requises pour la classe de performances considérée,
ne sont pas disponibles dans le manuel de vol approuvé, alors d'autres données acceptables par
l'Autorité doivent être incluses. Par ailleurs le Manuel d’Exploitation peut contenir des références
aux données approuvées contenues dans le manuel de vol, lorsque de telles données ne sont
pas susceptibles d'être utilisées souvent ou en cas d'urgence.
B.4.2
DONNÉES SUPPLÉMENTAIRES RELATIVES AUX PERFORMANCES
(a) Les données supplémentaires relatives aux performances comprenant selon le cas :
(1) la montée tous moteurs en fonctionnement ;
(2) la descente progressive (drift down) ;
(3) les effets des fluides de dégivrage ;
(4) le vol avec train d'atterrissage sorti ;
(5) les vols de convoyage un moteur en panne, pour les avions à 3 moteurs et plus ;
(6) les vols effectués en vertu des dispositions de la CDL.
Approbations/acceptations particulières :
Acceptation dans le Manuel d’Exploitation de données supplémentaires relatives aux performances
non disponibles dans le manuel de vol
Données ‘équivalentes’ relatives aux performances, en classe de performance A, sur pistes mouillées
et contaminées
Utilisation, en classe de performance A, des angles d’inclinaison latérale élevés pour le
franchissement d’obstacles au décollage
Utilisation d'une méthode alternative de vérification de la masse approche en classe de performance
A
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
89 de 130
01
08/02/2012
Conditions pour effectuer, en classe de performance A, des procédures d’approche à forte pente sur
pistes sèches
Utilisation, en classe de performance A et pour les procédures d’approche à forte pente, du facteur
60% ou 70% basé sur une hauteur au seuil non standard (compris entre 35 ft et 50 ft)
Décollages en classe de performance B et C, des facteurs de correction pour des pistes de pente
supérieure à 2%
Utilisation, en classe de performance B et pour les procédures d’approche à forte pente et
d’atterrissage court, du facteur 70% basé sur une hauteur au seuil non standard (compris entre 35 ft
et 50 ft)
Données ‘équivalentes’ relatives aux performances, en classe de performance B et C, sur pistes
mouillées et contaminées
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
90 de 130
01
08/02/2012
B.5
PRÉPARATION DU VOL
B.5.1
DONNÉES ET CONSIGNES NÉCESSAIRES Á LA PRÉPARATION ET Á
LA GESTION DU VOL
(a) L’exploitant doit dans ce sous chapitre décrire les données et consignes nécessaires à la
préparation et a la gestion du vol y compris des facteurs, tels que les tableaux de vitesses et les
paramètres moteur. Le cas échéant, les procédures avec un ou plusieurs moteurs en panne, les
vols ETOPS (notamment la vitesse de croisière un moteur en panne et la distance maximum
d'éloignement d'un aérodrome adéquate déterminée conformément à la réglementation en
vigueur) et les vols vers un aérodrome isolé devront être incluses.
B.5.2
MÉTHODE DE CALCUL DU CARBURANT NÉCESSAIRE
(a) Ce sous chapitre doit décrire la méthode de calcul du carburant nécessaire aux différentes
phases du vol conformément à la réglementation applicable.
(b) De manière générale les informations déjà présentes dans d’autres parties du manuel peuvent ne
pas être reprises lors de la rédaction de ce chapitre.
(c) Toutefois, un chapitre B.5 bien fait peut constituer un bon résumé de l'exploitation de la machine,
pour inclusion dans la documentation réduite à bord de l'avion.
(d) Les principaux éléments pouvant être trouvés au chapitre B.5 sont listés ci-dessous. Une
parenthèse en italique indique dans quelles autres parties du manuel ces éléments peuvent aussi
se trouver :
(1) tableaux ou abaques permettant le pré-calcul du carburant réglementaire pour chaque phase
du vol (tableaux de marche par phase de vol ou tableaux d'étape, donnant les
consommations de carburant en fonction de la masse avion, du niveau de vol, de la distance,
de la température…).L'exploitant spécifie lorsqu'il utilise des forfaits. Un exemple chiffré de
préparation du vol doit être fourni;
(2) vitesses et paramètres moteur en procédures normales et/ou N-1. (B.2, B.3) ;
(3) consignes de préparation des vols applicables aux vols ETOPS (A.8.5) ;
(e) D'autres éléments peuvent également se trouver au chapitre B.5, mais ont plutôt vocation à être
trouvées dans d'autres parties ou chapitres mentionnés en italique, notamment :
(1) limitations de masse en fonction du vent, de la température et du QFU pré-calculées sur les
terrains usuels (partie C);
(2) description de l'utilisation des cartons décollage/atterrissage avec exemple(s) chiffré(s). (B.2
ou partie C) et description des fiches de limitation de masse (OTOW, RTOW) (partie C).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Page:
Révision:
Date:
91 de 130
01
08/02/2012
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.6
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
92 de 130
01
08/02/2012
MASSE ET CENTRAGE
(a) Dans ce chapitre l’exploitant définit les consignes et données de calcul de la masse et du
centrage y compris:
(1) système de calcul (par exemple système d'index);
(2) informations et consignes d'établissement des documents de masse et centrage, y compris
ceux de type manuel et informatique;
(3) limites de masses et centrage pour les types ou variantes d’avions ou les différents appareils
d’un même type ou variante utilisés par l'exploitant;
(4) masse à vide en ordre d'exploitation et centrage ou index correspondant.
(b) Des aspects généraux déjà présents en A.8.1.8 peuvent ne pas être repris (rappels sur la
terminologie, les méthodes, procédures et responsabilités en matière de préparation et
d'acceptation des calculs de masse et centrage (manuels ou informatisés), la politique d'utilisation
des masses réelles ou forfaitaires, etc.).
(c) Les éléments suivants, spécifiques au type, doivent être décrits (et cohérents avec le «Weight
and Balance Manual » ou autre document équivalent) :
(1) le plan d'aménagement des différentes configurations cabine (pax, cargo, mixte) que la
compagnie s’autorise d’exploiter;
(2) les masses/index des aéronefs et des différentes versions, en veillant à bien préciser ce qui
est pris en compte dans les masses affichées, et en indiquant les corrections usuelles.
(3) les limites opérationnelles associées aux variantes/versions utilisées :
(i) limitations Take Off Weight (et en particulier quand des limitations spéciales sont
imposées);
(ii) limitations de centrage (limites certifiées et limites opérationnelles pour tenir compte des
diverses variations en vol);
(iii) limitations de chargement (limites liées à l’utilisation de soute, penderie, et tout
compartiment pertinent.).
Acceptations/approbations particulières :
Utilisation de masses forfaitaires spéciales pour la charge marchande.
Marges de centrage et procédures opérationnelles associées.
Autres masses forfaitaires de l’équipage pour le calcul du centrage.
Valeurs forfaitaires de masses passagers et bagages définies par l’exploitant.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
93 de 130
01
08/02/2012
Omission de certaines informations sur le document de masse et centrage.
Utilisation de systèmes embarqués de masse et d’établissement de valeurs forfaitaires révisées de
masse des passagers et des bagages centrage.
Utilisation d'une procédure alternative d'établissement de masse et centrage.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.7
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
94 de 130
01
08/02/2012
CHARGEMENT
(a) L’exploitant dans ce chapitre doit décrire les procédures et dispositions pour le chargement et
l'arrimage du chargement à bord de l'avion.
(b) Les aspects qui présentent un caractère suffisamment général peuvent figurer au chapitre A.8
(règles de l’art en particulier). Peuvent rentrer dans cette catégorie les instructions relatives aux
plans de chargement (Définition, responsabilités, rédaction, vérifications, confirmation de
chargement réel, dispatch et archivage des différents exemplaires).
(c) En lien avec la section A.8.2.2, l’exploitant doit décrire ici les consignes de transport des bagages
et du fret spécifiques au type d’avion (bagages cabine, articles soumis à conditions et articles
interdits) et les consignes de chargement et déchargement (pas de vrac ou d’objet pouvant
transpercer le filet éventuel…), portes (accès pax, soutes, service), chargement/déchargement de
soute, arrimage (filets, sangles, mats/points de fixation, soutes, vrac…).
(d) Dans ce chapitre (et sous réserve de l’application des paragraphes précédents) doivent figurer les
caractéristiques, méthodes d’utilisation, et limites associées aux :
(1) cabines passagers ;
(2) soutes bagages/cargo :
(i) caractéristiques (préciser type, ventilation, pressurisation, accès, systèmes de
détection et extinction incendies ;
(ii) dimension / emplacement ;
(iii) capacité) ;
(3) galleys/rangements ;
(4) filets/arrimage (protection porte cargo, filets de cloisonnement, arrimage);
(5) consignes de chargement concernant la cabine passagers, bagages et cargo,transports
spéciaux, transports d’animaux vivants en soute.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.8
Page:
Révision:
Date:
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
95 de 130
01
08/02/2012
LISTE DES DÉVIATIONS TOLÉRÉES PAR RAPPORT À LA
CONFIGURATION TYPE
(a) La liste des déviations tolérées par rapport à la configuration type (CDL), lorsque fournie par le
constructeur, prenant en compte les types et variantes de l'avion en exploitation, y compris les
procédures à suivre lorsqu'un avion est mis en ligne conformément aux termes de la liste de
déviations tolérées.
(b) La rédaction d'une CDL par l'exploitant répond à la même logique que celle d'une LME (MEL en
anglais) établie à partir d'une liste minimale d'équipements de référence LMER (MMEL en
anglais) elle même élaborée par le constructeur ou par un organisme habilité.
(c) Par analogie, la CDL de l'exploitant doit être au moins aussi restrictive que celle du constructeur.
L’absence de publication par le constructeur d'une CDL équivaut à une déclaration de sa part qu'il
n'envisage aucune déviation de configuration par rapport à la configuration type c'est-à-dire au
C.D.N et implique également un NOGO si un élément structural est manquant.
(d) De même lorsqu'une CDL est publiée, tout élément structural constaté manquant et non spécifié
dans cette liste entraîne un NOGO.
(e) La présentation du chapitre B.8 est identique à celle du chapitre B.9, à l'exception des délais de
remise en état.
ENGAGEMENTS À PRENDRE AU NIVEAU DE LA RÉDACTION DU PRÉAMBULE
OU DE LA LETTRE D’ENVOI
(a) Dans la lettre d’envoi du projet de CDL ou dans le préambule de cette CDL, l’exploitant doit
s’engager :
(1) sur la conformité de la CDL à la CDL du constructeur ;
(2) sur la conformité de la CDL à toute CN ;
(3) sur
l’adéquation
entre
la
CDL
et
les
avions
(n°
de
série,
modèle,
Services
Bulletins,équipements) ;
(4) sur les types d’exploitation envisagés ;
(5) sur le mode d’amendement de la CDL. Un amendement doit être effectué :
(i) en cas de CN, de SB ou de modifications ;
(ii) en cas de révision de la CDL du constructeur, dans un délai de 90 jours ;
(iii) en cas d’évolution de la réglementation (opérationnelle, ATC…).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
96 de 130
01
08/02/2012
(6) sur le mode de diffusion des amendements, afin de s’assurer que toutes les personnes
concernées reçoivent les amendements (si le mode de diffusion n’est pas décrit dans une
autre partie du Manuel d’Exploitation).
RÉDACTION DU PRÉAMBULE
(a) Un sommaire peut être souhaitable pour faciliter l’accès au document et aider les pilotes à
identifier une tolérance offerte par la CDL. Idéalement, ce sommaire liste les éléments structuraux
selon la nomenclature ATA.
(b) Il s’agira également dans le préambule de décrire aussi clairement que possible le mode d’emploi
de la CDL. A ces fins, il s’agit d’indiquer notamment :
(i) la procédure choisie pour enregistrer les déviations et informer les équipages des déviations
non soldées ;
(ii) que la décision d’accepter une déviation revient au Commandant de Bord ;
(iii) que le cumul de déviations n’est pas forcément prévu par la CDL et nécessite une analyse
particulière.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.9
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
97 de 130
01
08/02/2012
LISTE MINIMALE D'ÉQUIPEMENTS
(a) La liste minimale d'équipements (L.M.E.) prend en compte les types et variantes d'avion et les
types et zones d'exploitation. La L.M.E. doit comprendre les équipements de navigation et
prendre en compte les performances de navigation requises sur la route et/ou la zone
d'exploitation.
(b) Lorsqu'un exploitant souhaite sur un ou plusieurs points particuliers proposer une solution
alternative, il convient qu'il justifie cette demande par exemple en raison de contraintes
d'exploitation spécifiques. Cette demande ne pourra être acceptée que si elle garantit un niveau
de sécurité équivalent.
(c) La LME approuvée au moyen de cette solution alternative ne doit pas être moins restrictive que
celle qui résulterait de l'application du moyen de conformité retenu par l'Autorité.
DOCUMENTS NÉCESSAIRES
(a) Afin de rédiger une LME, la connaissance de la Liste Minimale d’Équipements de Référence
(L.M.E.R) approuvée ou acceptée par l’Autorité à jour de la dernière révision, ainsi que celle de la
politique générale LME sont indispensables.
ENGAGEMENTS À PRENDRE AU NIVEAU DE LA RÉDACTION DU PRÉAMBULE
OU DE LA LETTRE D’ENVOI
(a) Dans la lettre d’envoi du projet de LME ou dans le préambule de cette LME, l’exploitant doit
s’engager sur:
(1) la conformité de la LME à la LMER ;
(2) la conformité de la LME à la MEL Policy (politique générale LMEdéfini par la TGL) ;
(3) la conformité de la LME à toute CN ;
(4) l’adéquation entre la LME et les avions (N° de série, modèle, Services Bulletins,équipements);
(5) les types d’exploitation envisagés :
(i) préciser IFR et/ou VFR ; de jour et/ou de nuit ;
(ii) préciser l’utilisation en conditions givrantes prévues ou connues ;
(iii) préciser les exploitations particulières envisagées (B-RNAV, RVSM, MNPS,ETOPS…) ;
(iv) si la LME du Manuel d’Exploitation est utilisée pour des vols autres que de transport
public, le préciser ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
98 de 130
01
08/02/2012
(6) sur le mode d’amendement de la LME. Un amendement doit être effectué dans les
circonstances suivantes :
(i) en cas de CN, de SB ou de modifications ;
(ii) en cas de révision de la LMER, dans un délai de 90 jours après la date de réception ou
de notification de tous les éléments de la révision de la LMER ;
(iii) en cas d’évolution de la réglementation opérationnelle, (exemple
réglementation
ATC…).
(7) sur le mode de diffusion des amendements, afin de s’assurer que toutes les personnes
concernées reçoivent les amendements (si le mode de diffusion n’est pas décrit dans une
autre partie du Manuel d’Exploitation).
RÉDACTION DU PRÉAMBULE
(a) Le préambule doit inclure une terminologie. Doivent notamment être définis:
(1) la nature des documents de référence utilisés (origine de la LMER utilisée avec N° d’édition et
de révision);
(2) la symbolique (O), (M), et (*) ;
(3) les délais de remise en état A, B, C et D ;
(4) les conditions dans lesquelles les délais B et C et D peuvent être doublés, le cas échéant, les
termes qui sont utilisés par la suite.
(b) Un sommaire peut être souhaitable pour faciliter l’accès au document et aider les pilotes à
identifier une tolérance offerte par la LME. Idéalement, ce sommaire liste les systèmes et/ou
équipements selon la nomenclature ATA.
(c) Il s’agit également dans le préambule de décrire aussi clairement que possible le mode d’emploi
de la LME. A ces fins, il s’agit d’indiquer notamment:
(1) quand il faut utiliser la LME. Elle est :
(i) nécessairement appliquée en cas de panne détectée avant le moment où l'aéronef se
déplace dans le but de regagner l'aire de décollage;
(ii) consultée en cas de panne détectée entre le moment où l'aéronef se déplace dans le but
de gagner l'aire de décollage et le lâcher des freins au décollage;
(iii) consultative en vol.
(2) dans quelles conditions utiliser les tolérances offertes par la LME :
(i) la possibilité de rectifier le défaut avant le vol doit systématiquement être envisagée ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
99 de 130
01
08/02/2012
(ii) la décision d’accepter une tolérance revient au Commandant de Bord.
(d) Le préambule de la LME doit indiquer comment interpréter les termes de la LME, et préciser en
particulier :
(1) que certains éléments indispensables au vol ne sont évidemment jamais présents dans une
LME (voilure, gouvernes, moteurs); que certains éléments n’intéressant pas la navigabilité
n’entrent pas dans le cadre de la LME (éléments de confort passagers, galleys …) ; et
comment évaluer si la panne d’un élément non listé dans la LME a ou non un impact sur la
sécurité de l’exploitation;
(2) comment interpréter l’absence d’un système dans la LME : si un sous-système est inopérant,
et que ce dernier n’est pas détaillé dans la LME, alors tout le système doit être considéré
inopérant. Si un système est inopérant, et que ce dernier n’est pas dans la LME, alors il n’y a
pas de tolérance;
(3) que le cumul de tolérances techniques n’est pas forcément prévu par la LME et nécessite une
analyse particulière, notamment en ce qui concerne les interférences possibles liées à la
panne simultanée de deux systèmes, et en ce qui concerne la charge de travail du (des)
pilote(s).
(4) dans quels cas une procédure de maintenance (M) n'est pas soumise à APRS. Il est
recommandé que l’exploitant distingue en deux catégories les procédures (M) nécessitant
une approbation pour remise en service (APRS) par du personnel d’un organisme entretien
agréé des autres procédures (M).
Note : Un exemple de préambule est préconisé en annexe 2
PRÉSENTATION DES TOLÉRANCES
(a) Il est fortement recommandé de présenter les tolérances sur chaque équipement ou système en
les ordonnant par chapitre, selon la norme ATA 100.
(b) Les tolérances se présentent dans un tableau de 5 colonnes, comme présenté en annexe 3:

Colonne 1 : numéro et description de chaque système (il est souhaitable qu’il y ait
correspondance avec la numérotation de la LMER) ;

Colonne 2 : Délai de remise en état ;

Colonne 3 : Nombre installé ;

Colonne 4 : Nombre requis pour le départ ;

Colonne 5 : Remarques ou Exceptions : Cette colonne indique les conditions dans lesquelles;

le départ est possible.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
100 de 130
01
08/02/2012
DÉFINITION DES TOLÉRANCES
(a) Introduction :
(1) en pratique, il s’agit de reprendre aussi fidèlement que possible la LMER, en ajoutant les
restrictions nécessaires au type d’exploitation et au type d'avion.
(b) Items sur lesquels une tolérance est possible, nombre minimal requis, conditions associées et
délais de remise en état :
(1) ces colonnes sont renseignées sans dépasser les tolérances offertes dans la L.M.E.R.
Toutefois :
(i) les procédures de maintenance (M) relevant du niveau de la visite prévol pourront être
transformées en procédures opérationnelles (O) ;
(ii) concernant les items requis par les RAT 10 partie 1 et 3, la L.M.E.R devra être respectée
en fonction des types d’exploitation prévus;
(iii) pour les monomoteurs et pour les petits bimoteurs, si la politique MEL est inapplicable
compte tenu du niveau d’équipement de base de ces appareils, d'autres tolérances
pourront être soumises à l’Autorité compétente ;
(iv) le délai de remise en état D (120 jours) peut concerner les équipements optionnels, ou
bien les équipements surnuméraires par exemple en plus de ceux exigés par les RAT 10
partie 1 et 3 (i.e. 3
ème
récepteur VHF).
(2) toute CN devra être prise en compte ;
(3) adaptation aux différences au sein d’une même flotte :
(i) le texte de la tolérance, présenté dans une LMER (ou bien les restrictions imposées par
le biais d’une CN), peut varier en fonction du n° de série des appareils, de l’application ou
non de SB… Il peut également renvoyer au manuel de vol. Dans ce cas, la tolérance sera
souvent différente d’un appareil à un autre, au sein d’un même type. Il est alors
nécessaire d’adapter la LME à la flotte exploitée.
(c) Nombre installé. Il doit être conforme au standard réellement présent sur les machines. Le
nombre installé peut varier au sein d’une même flotte en fonction des équipements optionnels
choisis lors de l’achat d’un appareil, ou bien par application de modifications par SB, STC… Dans
ce cas, la LME devra distinguer les différents cas possibles pour chaque version du même avion.
La symbolique ‘ – ‘ ne devrait être utilisée dans une LME que pour les éléments dont le nombre
installé à bord est variable pour un même appareil (gilets de sauvetage…).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
101 de 130
01
08/02/2012
DESCRIPTION DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES ET DE MAINTENANCE
(a) Les procédures Opérationnelles (O) peuvent être décrites en annexe à la LME ou bien, lorsque la
place le permet, directement dans la colonne 5 du tableau des tolérances. En général il ne s’agit
pas de recopier la LMER mais de définir une procédure qui permette d’atteindre les objectifs de
ces documents de référence.
(b) Il n’est pas nécessaire de développer dans la LME une procédure (M) que l’équipage n’est pas
habilité à exécuter. En effet, seul le personnel habilité à l’exécuter doit la connaître dans le détail.
(c) En revanche, l’équipage doit être informé des cas où l’ouverture d’une tolérance est conditionnée
par la mise en œuvre d’une de ces procédures.
(d) Parallèlement, le Responsable Désigné Entretien s’assure que les techniciens de maintenance
disposent des qualifications et des procédures nécessaires à l’exécution des tâches d’entretien
(ceci n’entre pas dans le cadre de la rédaction ou de l’approbation de la LME).
Acceptations/approbations fondamentales :
Approbation de la liste minimale d’équipements.
Acceptations/approbations délivrées par l’ADAC.
Approbation ou acceptation de la liste minimale d’équipement de référence.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
102 de 130
01
08/02/2012
EXEMPLE D’UN PRÉAMBULE TYPE D’UNE LISTE MINIMUM
D’ÉQUIPEMENTS
1 INTRODUCTION
(a) Cette Liste Minimale d’Équipements (LME) est basée sur la Liste Minimale d’Équipements de
Référence (LMER) – édition xx révision xx du xxxx approuvée par xxxxx
(b) Cette LME prend en compte les normes définies par la réglementation pertinente et notamment le
Règlement de la Circulation Aérienne, les règlements RAT 08 et RAT 06 et n’est en aucun cas
moins restrictive que la LMER.
(c) Toute consigne de navigabilité ou exigence réglementaire impérative prévaut sur la LME. Ainsi,
cette LME ne s’écartera pas des règlements applicables, consignes de navigabilité ou exigences
supplémentaires.
(d) Cette LME prend également en compte les équipements particuliers et optionnels inscrits sur la
liste de flotte de la compagnie XXXX ainsi que les conditions d’exploitation de ces appareils à
savoir :
(1) le VFR de jour ;
(2) le vol IFR ;
(3) la B-RNAV ;
(4) le RVSM ;
(5) (liste non exhaustive).
(e) Cette LME sera amendée :
(1) en cas de CN, de SB ou de modifications ;
(2) en cas de révision de la LMER, dans un délai de 90 jours suivant la date de réception ou de
notification de tous les éléments de la révision de la LMER ;
(3) en cas d’évolution de la réglementation ;
Note : L’exploitant décrira le mode d’amendement.
(f) L’exploitant transmettra les amendements à toutes les personnes concernées. (décrire le mode
de diffusion).
(g) Cette LME est rédigée afin de permettre à la compagnie XXXXXX d’utiliser l’avion avec certaines
pièces, fonctions, certains systèmes et fonctions ou composants inopérants le temps pour elle de
procéder à leur remise en état.
(h) Cette remise en état doit intervenir dans les plus brefs délais.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
103 de 130
01
08/02/2012
(i) Les conditions d’application ou limitations envisagées par la LME ne déchargent pas le
Commandant de Bord de juger si l’état de l’appareil permet une exploitation sûre avec les
systèmes et composants inopérants prévus par la LME.
(j) La LME est applicable tant que le vol n’a pas débuté. En cas de panne pendant le roulage et
avant le décollage, le Commandant de bord s’informera, avant de continuer le vol, des éléments
correspondants de la LME.
(k) Par l’approbation de la LME, l’Autorité permet la mise en exploitation de l’appareil pour des vols
de transport public ou d’entraînement avec certains systèmes ou composants inopérants, pourvu
qu’un niveau de sécurité acceptable peut être maintenu par des procédures opérationnelles, par
des actions de maintenance, par le transfert de la fonction d’un composant inopérant vers un
autre en état de fonctionnement, ou par la référence à d’autres instruments ou composants
fournissant l’information requise.
Note : La mise en exploitation d’un appareil avec des éléments structuraux manquants doit faire
référence à la Liste de Déviation de Configuration (CDL).
(l) L’original de cette LME ainsi que les documents ayant servi à son élaboration se trouvent dans
les locaux de la compagnie.
2 CONTENU DE LA LME
(a) La LME ne concerne que les équipements requis par les règlements opérationnels ou les
systèmes relevant de la navigabilité de l’appareil qui peuvent être inopérants pour la mise en
exploitation de l’avion pourvu que les procédures et/ou les limitations appropriées soient
appliquées.
(b) Les composants et équipements nécessaires à la certification tels que les ailes, gouvernes, volets
moteurs, ou train d’atterrissage ne sont pas concernés par la LME et doivent être en état de
fonctionnement pour tout vol. Il est important de noter que :

Tous les équipements ou composants nécessaires á la navigabilité de l’aéronef ou
requis par la réglementation opérationnelle qui ne sont pas cités dans cette LME
doivent impérativement être en état de fonctionnement.
(c) Le système de classement des items est établi suivant la spécification ATA 100.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
2
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
CATÉGORIE
SYTÈME – ÉQUIPEMENT
Page:
Révision:
Date:
QUANTITÉ INSTALLÉE
1
104 de 130
01
08/02/2012
3
QUANTITÉ REQUISE POUR LE DÉPART
4
(1) REMARQUES OU EXCEPTION
Colonne 1 : Circuits, équipements, pièces, systèmes ou fonctions.
Colonne 2 : Catégorie : Les éléments inopérants dont la réparation a été reportée doivent être
réparés avant la fin du délai accordé et précisé par la lettre figurant dans cette colonne
(catégorisation voir paragraphe 5).
Note : Aucun dépassement de la durée de tolérance prévue par la LME ne peut se faire sans
autorisation spécifique délivrée par l’autorité compétente selon la procédure décrite dans le MME.
Colonne 3 : Le nombre dans la colonne 3 indique la quantité d’éléments normalement installés sur
l’avion. Un tiret dans cette colonne signifie qu’un nombre variable d’équipement peut
être installé.
Colonne 4 : Donne le nombre d’équipements requis pour le départ sous tolérance, compte tenu des
conditions d’application de la colonne 5. Un tiret dans cette colonne signifie qu’un
nombre variable d’équipement peut être requis et précisé en colonne 5.
Colonne 5 : Remarques relatives à l’application de la tolérance.

Le signe (*) dans la colonne 5 indique que l’élément inopérant doit être signalé à l’équipage par
une étiquette INOP mais ne dispense aucunement de la mention obligatoire de la tolérance
technique utilisée sur le CRM.

Le signe (O) dans la colonne 5 indique à l’équipage qu’il existe une procédure opérationnelle
décrite en colonne 5 ou renvoyant à un autre endroit du Manuel d’Exploitation.

Le signe (M) dans la colonne 5 indique à l’équipage qu’il existe une procédure de maintenance.
Celle-ci est effectuée par du personnel d’un organisme agrée et suivie d’une APRS.

Le signe (M’) ou équivalent dans la colonne 5 indique à l’équipage qu’il existe une procédure de
maintenance, qui ne nécessite pas l’apposition d’une APRS.
3 CRITÈRES POUR LA MISE EN EXPLOITATION DE L’AVION
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
105 de 130
01
08/02/2012
(a) La décision du Commandant De Bord de faire réparer, préalablement au vol, certains
équipements pouvant être déclarés inopérants prévaut sur les conditions d’application de la LME.
Il peut également exiger un niveau d’équipement supérieur au minimum autorisé par la LME
chaque fois qu’il estime que ces équipements sont essentiels à la sécurité d’un vol selon les
circonstances particulières prévues pour ce vol.
(b) La LME ne peut prendre en compte tous les cas de pannes multiples. C’est pourquoi, avant la
mise en exploitation d’un avion avec plusieurs équipements inopérants prévus par la LME, il
convient de s’assurer que la simultanéité des tolérances ne conduit pas à une dégradation du
niveau de sécurité ou à une surcharge de travail inacceptable pour l’équipage.
(c) C’est particulièrement dans les cas de pannes multiples et notamment lorsque des systèmes
interdépendants sont concernés que le bon sens, basé sur l’évaluation des conditions
d’exploitation du jour, incluant les conditions météorologiques, doit prévaloir.
4 ACTIONS DE MAINTENANCE
(a) Tous les efforts doivent être entrepris par la maintenance pour corriger les défauts constatés dans
les plus brefs délais et permettre la sortie d’atelier d’un appareil totalement opérationnel. Le
Commandant De Bord doit être tenu informé le plus tôt possible par la maintenance de
l’impossibilité de procéder à la correction d’un défaut avant le vol.
(b) Chaque fois qu’un appareil est libéré par la maintenance pour la mise en exploitation avec des
équipements ou composant inopérants, les dispositions suivantes doivent être prises :
(2) le CRM de l’appareil doit préciser clairement les éléments inopérants et conseils particuliers à
l’équipage, ce dernier devant être informé, si nécessaire, des actions correctives déjà
entreprises ;
(3) lorsqu’ils sont accessibles en vol par l’équipage, les commandes et/ou indicateurs relatifs aux
éléments inopérants doivent porter une étiquette INOP clairement reconnaissable ;
(4) si son utilisation accidentelle peut s’avérer dangereuse, un tel équipement doit être
physiquement désactivé par l’application de l’action de maintenance appropriée ;
(5) les procédures opérationnelles et actions de maintenance appropriées sont contenues dans
XXXX (identifier les sections et chapitres des manuels approuvés par l’autorité compétente).
5 DÉLAIS DE REMISE EN ÉTAT
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
106 de 130
01
08/02/2012
(a) Les systèmes ou composants inopérants dont la remise en état a été reportée conformément aux
dispositions de la LME doivent être remis en état préalablement ou à la fin du délai précisé par la
lettre figurant dans la colonne « catégorisation » de la LME.
Catégorie A
Pas de limite standard dans le délai spécifié, cependant les éléments concernés doivent être
remis en état selon les conditions exposées dans la colonne « Remarques » de la LME. Quand
un délai est spécifié en jour, celui-ci débute à 00h01 le jour calendaire suivant celui de la
découverte de la panne (le jour de la découverte est exclu).
Catégorie B
Les équipements de cette catégorie doivent être réparés dans les 3 jours, exception faite du jour
de la découverte de la panne.
Catégorie C
Les équipements de cette catégorie doivent être réparés dans les 10 jours, exception faite du jour
de la découverte de la panne.
Catégorie D
Les équipements de cette catégorie doivent être réparés dans les 120 jours, exception faite du
jour de la découverte de la panne.
NB : lorsque le délai des tolérances est prévu en heures, il faut préciser si celui-ci est en heure locale
ou UTC.
6 VOL DE CONVOYAGE
(a) Un vol de convoyage peut être réalisé en dehors du champ d’application de la LME, après accord
des services techniques de l’entreprise.
7 DÉFINITIONS
(a) Dans le cadre de cette LME, les définitions suivantes sont utilisées :
(1) Conditions Météorologiques de vol à vue (VMC) signifient que les conditions atmosphériques
sont de nature à permettre le vol en procédant suivant les règles de vol à vue. Ceci n’exclut
pas les opérations selon les règles de vol aux instruments.
(2) Vol de jour est un vol réalisé entre le point décollage et celui d’atterrissage entre le lever du
soleil moins 30 minutes et le coucher du soleil plus 30 minutes.
(3) Tiret (-) dans les colonnes « quantité installée » et « quantité requise pour le vol » signifie
qu’un nombre variable d’équipements peut être installé.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
107 de 130
01
08/02/2012
(4) Conditions givrantes signifient que l’environnement atmosphérique est tel que de la glace
puisse se former sur l’avion ou dans les moteurs.
(5) Inopérant associé à un élément, une fonction, un composant ou un système, signifie que cet
élément, fonction, composant ou système et fonction n’accomplit pas les fonctions pour
lesquelles il a été conçu ou que ses performances ne sont pas dans les limites de ses
spécifications. Certains systèmes ont été conçus pour être tolérants à la panne et sont
monitorés par des calculateurs digitaux qui transmettent les messages de panne à un
calculateur centralisé à des fins de maintenance. L’existence de ce type de message ne
signifie pas obligatoirement que le système est inopérant.
(6) Matériaux combustibles sont des matériaux susceptibles de s’enflammer et de brûler.
(7) Condamné ou désactivé: l’élément spécifié doit être mis dans un état acceptable pour la
sécurité du vol.
Note : Cette liste n’est pas exhaustive et les exploitants doivent inclure dans leur LME toute définition
pertinente.
8 SYSTÈME DE MESSAGES CENTRALISÉS (si approprié)
(a) Cet appareil est équipé d’un système (tel que ECAM/EICAS) fournissant divers niveaux de
messages d’information (Warning, Caution, Advisory, Status, Maintenance, etc..). Tout message
affectant la mise en exploitation de l’appareil doit normalement avoir un niveau « Status » ou
supérieur. C’est pourquoi la situation des systèmes uniquement affectés par un message de
niveau « Maintenance » ne sera pas prise en compte par la LME, puisque ceux-ci n’interdisent
pas la libération de l’appareil. Quoi qu’il en soit, les messages de niveau « Maintenance » devront
être enregistrés et leur correction, telle que prévue par le manuel d’entretien approuvé, être
effectuée.
Note : Le modèle de préambule n’est qu’un exemple de ce qui est demandé et les exploitants
peuvent, en accord avec l’Autorité, modifier le format et le contenu de leur LME conformément à leurs
besoins et à leurs nécessités.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
108 de 130
01
08/02/2012
EXEMPLE DE PRÉSENTATION DES TOLÉRANCES
1
PRÉSENTATION SOUS FORME DE TABLEAU
(a) Le tableau ci-dessous est un tableau type de présentation des tolérances
(1) numéro et dénomination
du système
(2) Délai de réparation
(3) Nombre Installé
(4) Nombre Requis
(5) Remarques ou Exceptions
1. ITEM
2
A
1
0
Détail des conditions permettant de tolérer
la panne.
ORDONNANCEMENT DES ITEMS
(a) Le classement par chapitre selon la norme ATA 100 est fortement recommandé.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.10
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ SAUVETAGE,
109 de 130
01
08/02/2012
OXYGÈNE
COMPRIS
(a) Tout ou partie de cette section peut être traité dans un manuel spécifique (manuel PNC). Dans ce
cas, l'exploitant doit y faire référence et considérer le manuel PNC comme faisant partie
intégrante du Manuel d’Exploitation.
B.10.1
LISTE DES ÉQUIPEMENTS DE SURVIE
(a) L’exploitant doit ici décrire la liste des équipements de survie devant être embarqués pour chaque
itinéraire suivi et les procédures de contrôle de la disponibilité de ces équipements avant le
décollage. Les consignes concernant l'emplacement, l'accessibilité et l'utilisation de ces
équipements de sécurité-sauvetage et les listes de vérification correspondantes doivent
également être incluses.
(b) Le sous chapitre B.10.1 associé au chapitre B.11 a vocation à regrouper les mêmes informations
qu’un manuel Sécurité Sauvetage dans sa partie spécifique à l’avion; tandis que des extraits
pertinents de la partie A (particulièrement
les sections
A.4, A.8.3.10 à 16) ont vocation à
regrouper les mêmes informations qu’un manuel Sécurité Sauvetage dans sa partie générale.
(c) Pour les avions sans PNC, ces parties ont vocation à couvrir l’ensemble de l’activité sécurité
sauvetage à connaître et à réaliser par les pilotes. Il s’agit de:
(1) décrire l’emplacement de chaque équipement de sécurité-sauvetage en s’assurant que
l’emplacement choisi pour chaque équipement garantit son accessibilité ;
(2) décrire chaque équipement de sécurité-sauvetage installé ainsi que son utilisation
notamment :
(i)
système d’interphone et d’annonces passagers ;
(ii)
éclairage normal et de secours cabine ;
(iii)
sièges, ceintures, harnais… ;
(iv)
notices individuelles de sécurité ;
(v)
issues (si non décrits ailleurs) ;
(vi)
dispositifs d’évacuation d’urgence (toboggans…) ;
(vii)
trousse de premier soins/d’urgence ;
(viii) extincteurs ;
(ix)
oxygène, y compris masques PNT ;
(x)
hache et pieds de biche ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
(xi)
mégaphones ;
(xii)
gilets de sauvetage, canots, équipements de survie ;
Page:
Révision:
Date:
110 de 130
01
08/02/2012
(xiii) ELTs ;
(xiv) le mode de test d’équipements automatiques tels les extincteurs automatiques de
toilettes ou les détecteurs de fumée peut également être décrit (le cas échéant).
Note 1 : Une bonne description de l’utilisation de ces appareils passe souvent par des schémas. Des
rappels de réglementation sont le plus souvent inutiles car redondants avec la partie A (ou avec la
partie générale du manuel Sécurité Sauvetage).
Note 2 : Des renvois particuliers à la partie A (ou à la partie générale du manuel Sécurité Sauvetage)
peuvent être effectués pour des équipements communs à tous les appareils de la flotte. Des reports à
la section 11 partie B sont possibles pour les équipements utiles en cas d’urgence.
(3) fournir une check-list cabine (liste de vérification des équipements de sécurité sauvetage,
composition PNC standard et, le cas échéant, composition PNC réduite).
B.10.2
DÉTERMINATION DE LA QUANTITÉ D'OXYGÈNE
(a) L’exploitant doit ici décrire la procédure de détermination de la quantité d'oxygène requise et de la
quantité effectivement disponible. Le profil de vol, le nombre d'occupants et une éventuelle
dépressurisation doivent être pris en compte. L'information fournie doit l'être sous une forme
utilisable sans difficulté.
B.10.2.1
QUANTITÉ D’OXYGÈNE REQUISE
(a) Il s’agit de calculer la quantité minimale d’oxygène que doit pouvoir fournir le système principal de
distribution d’oxygène de l’appareil en admettant que les systèmes portatifs fonctionnent. En
général, le système principal couvre la distribution de l’oxygène de subsistance et de l’oxygène de
protection respiratoire des PNT. Il peut également couvrir l’oxygène de premier secours.
(b) La quantité d’oxygène requise dépend en général du nombre de PN et de passagers à bord ; des
profils de descente possibles et du système de distribution propre à l’appareil. Vu la diversité des
systèmes de distribution (avec ou sans dilution…), le calcul doit systématiquement se baser sur
des données du manuel de vol. Lorsque le manuel de vol présente des données FAR ou autres,
il est nécessaire de les convertir pour obtenir la quantité requise par la réglementation en
vigueur. Afin de présenter une information lisible sans difficulté, il est conseillé d’employer des
forfaits minimaux dans les cas simples, par exemple :
(1) avions limités au FL250, routes permettant un rétablissement au FL130 ;
(2) avions limités au FL250, autres routes ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
111 de 130
01
08/02/2012
(3) avions non limités au FL250, profil de descente type jusqu’au FL100 (absence de limitation
obstacles ou carburant) ;
(4) avions non limités au FL250, autres profils de descente.
(c) Les forfaits peuvent être présentés pour le nombre maximum de passagers et de membres
d’équipage ou par tranche (0 à 30 pax, 31 à 60 pax…).
B.10.2.2
QUANTITÉ D'OXYGÈNE DISPONIBLE
(a) La quantité d'oxygène disponible doit être vérifiée :
(1) circuit d’oxygène fixe et les bouteilles portatives : lire les manomètres de pression
(2) -pour les générateurs chimiques s'assurer de leur non percussion.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
112 de 130
01
08/02/2012
B.11
PROCÉDURES D'ÉVACUATION D'URGENCE
B.11.1
CONSIGNES DE PRÉPARATION À UNE ÉVACUATION D'URGENCE
Y
COMPRIS
LA
COORDINATION
DE
L'ÉQUIPAGE
ET
L'AFFECTATION AUX POSTES D'URGENCE.
(a) Tout ou partie de ce sous chapitre peut être traité dans un manuel spécifique (manuel Sécurité
Sauvetage). Dans ce cas, l'exploitant doit y faire référence et considérer le manuel Sécurité
Sauvetage comme faisant partie intégrante du Manuel d’Exploitation.
(b) Des reports au chapitre B.10 (schémas et paragraphes) sont possibles pour les consignes de
préparation à une évacuation d'urgence.
(c) Des schémas sont souhaitables pour définir les postes d’urgence et les plans d'évacuation.
(d) L'exploitant doit mettre en évidence les distinctions à faire entre une préparation d’une évacuation
sur terre ou sur mer.
(e) Prévoir le cas du traitement des passagers à mobilité réduite, enfants UM ou non.
(f) Faire figurer les check-lists destinées aux PNC.
B.11.2
PROCÉDURES D'ÉVACUATION D'URGENCE
(a) L’exploitant doit faire la description des tâches assignées à l'ensemble des membres de
l'équipage pour l'évacuation rapide d'un avion et la prise en charge des passagers en cas
d'atterrissage forcé, d'amerrissage ou tout autre cas d'urgence.
(b) Faire figurer les procédures d’évacuation d’urgence
(1) avec préparation;
(2) sans préparation;
(3) avec préparation minimale.
(c) L’utilisation des moyens d’évacuation doit être décrite avec schémas à l’appui (issues, toboggans,
glaces cockpit, cordes/sangles,…). Qui les actionne et sur quel ordre ? Prévoir le cas où l’issue
serait inutilisable.
(d) Bien préciser la répartition des tâches au sein des PNC et entre PNT et PNC (phases de
préparation éventuelle et de déclenchement). Une phraséologie précise doit être décrite.
(e) Décrire éventuellement les spécificités de certaines procédures d’évacuation suite à :
(1) accélération / arrêt;
(2) feu/fumée à bord ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
113 de 130
01
08/02/2012
(3) problème technique divers ;
(4) alerte à la bombe ;
(5) détournement ;
(6) etc…
(f) Décrire les particularités de l’amerrissage.
(g) Faire figurer les check listes destinées aux PNC.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
B.12
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
114 de 130
01
08/02/2012
SYSTÈMES AVION
(a) L’exploitant doit faire une description des systèmes avion, commandes et indications associées et
de leurs procédures d'utilisation.
(b) Cette partie est une description des systèmes avions, des différentes composantes de ces
systèmes, de leur fonctionnement en mode normal ou en cas de panne et des procédures
permettant de les utiliser avec un descriptif des éléments visuels, des indicateurs permettant
l’utilisation et le contrôle de ces systèmes.
(c) Il est souhaitable que les exploitants classent les systèmes selon la numérotation ATA.
(d) Cette partie est basée sur la documentation fournie par les constructeurs et/ou les
équipementiers, adaptée par l’exploitant en tenant compte des particularités éventuelles de
chacun des avions, même si parfois la documentation constructeur peut être reprise telle quelle.
Le cas échéant il est acceptable de renvoyer à la documentation du constructeur qui doit se
trouver à bord de l’avion.
Acceptation/approbations particulières :
Autres systèmes de guidage pour les opérations tout temps
Approbation pour remplacer l’équipement radar météo par un autre système pour les avions de
masse maximale certifiée au décollage ≤ 5,7 T et de configuration maximale approuvée en siège
passagers ≤9.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
115 de 130
01
08/02/2012
PARTIE C
CONSIGNES ET INFORMATIONS SUR LES ROUTES ET
AÉRODROMES
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
116 de 130
01
08/02/2012
(a) La partie C rassemble les informations qui sont spécifiques aux aérodromes et routes utilisés. Les
consignes d'exploitation générales doivent, elles, figurer en partie A.
(b) Il convient que l'exploitant s'engage à s'assurer qu'il détient bien la documentation à jour
correspondant à sa zone d'exploitation.
(c) La partie C doit contenir les informations suivantes, ou décrire le(s) document(s) contenant ces
informations:
(1) pour chaque aérodrome devant être utilisé de manière répétitive :
(i)
les fiches de terrain décrivant:
(A) les minima opérationnels pour les aérodromes de départ, de destination, de
dégagement, et de déroutement;
(B) les procédures d'arrivée, d'approche, d'approche interrompue et de départ y
compris les procédures de réduction de bruit ;
(ii)
la description des moyens de communication et aides à la navigation disponibles dans
l'aérodrome;
(iii)
la description des procédures à appliquer en cas de panne des moyens de
communication lors des phases de départ, d'approche et d'arrivée (la procédure
générale peut figurer en partie A, les procédures spécifiques à chaque terrain figurent
en partie C) ;
(iv)
les services d'information aéronautiques et météorologiques disponibles dans
l'aérodrome ;
(v)
les données sur la piste et l'infrastructure de l’aérodrome ;
Note: Pour les sous paragraphes (c) (1), (i), (ii), (iii), (iv) et (v) la référence à une documentation
opérationnelle de type "Jeppesen", "Atlas", "Lido", ou équivalent… est acceptable. Dans ce cas,
l'exploitant doit indiquer quelle partie de cette documentation opérationnelle décrit chacun de ces
paragraphes.
(vi)
les moyens d’assistance de l'aérodrome (pour l'entretien et le Handling);
(vii)
les limitations d'aérodrome (limitations de performances au
décollage et à
l’atterrissage);
(viii) les procédures opérationnelles particulières (telles que procédures de dégivrage…);
(2) pour tout aérodrome devant être utilisé :
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
117 de 130
01
08/02/2012
(i) catégorisation des aérodromes pour la qualification de l'équipage de conduite,
identification des aérodromes catégorisés en C ou en B pour la qualification de l'équipage
de conduite utilisés a priori.
(ii) le Manuel d’Exploitation ne pouvant pas être amendé facilement en fonction de tout
changement de réseau, il est acceptable que cette liste figurant au Manuel d’Exploitation
ne soit pas exhaustive. Cependant, l’exploitant doit indiquer comment il met à jour une
liste spécifique décrivant l’ensemble des aérodromes utilisés et la catégorisation de ces
aérodromes. Il doit indiquer qui est responsable de la tenue à jour de cette liste, et les
critères utilisés pour la catégorisation. La méthode de catégorisation peut figurer en partie
C ou en partie A :
(iii) liste non exhaustive d’aérodromes pouvant être classés en catégorie C;
(iv) liste non exhaustive d’aérodromes devant être classés au minimum en catégorie B;
(3) pour les routes devant être utilisées de manière répétitive:
(i)
altitude ou niveau de vol minimum;
(ii)
moyens de communication et aides à la navigation;
(iii)
procédures de communication et de navigation en route;
(iv)
procédures en cas de panne des moyens de communication;
(v)
moyens de recherche et de sauvetage lorsque la zone que l'avion doit survoler
présente des particularités;
(vi)
une description des cartes aéronautiques devant être à bord eu égard à la nature du vol
et à la route à suivre;
(vii)
disponibilité des services d'information aéronautiques et météorologiques;
(viii) toutes limitations liées à une particularité de la route ou de la zone survolée (ex :zones
MNPS, RVSM, zone polaire, emport d’oxygène supplémentaire pour le survol d’un relief
élevé, etc...), ou à une particularité d’exploitation (ex : aérodrome isolé, route ETOPS,
etc...). Certains de ces éléments peuvent figurer en partie A.
Note: Les informations demandées dans les sous paragraphes (c) (3) (i), (ii) sont en général fournies
par les routiers demandés au sous paragraphe (vi). Une partie de ces informations peut également
figurer dans un document séparé du Manuel d’Exploitation lorsqu'elles correspondent à une zone
spécifique telle qu'indiquée au sous paragraphe (viii).
Pour l'ensemble de ces sous paragraphes, la référence à une documentation opérationnelle de type
"Jeppesen", "Atlas", "Lido", ou équivalent…est acceptable (pour le sous paragraphe (viii), complétée
si nécessaire par des procédures décrites au chapitre A.8). Dans ce cas, l'exploitant doit indiquer
quelle partie de cette documentation opérationnelle décrit chacun de ces sous paragraphe.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
118 de 130
01
08/02/2012
PARTIE D
FORMATION
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
119 de 130
01
08/02/2012
PARTIE D FORMATION
Note: Le contenu des différents chapitres de la partie D doit être traité par des responsables de
l’exploitation. Les éléments qui concernent les personnels navigants doivent être traités sous la
supervision du responsable désigné formation PN.
D.1
PROGRAMMES DE FORMATION ET DE CONTRÔLE GÉNÉRALITÉS
(a) L’exploitant doit décrier les programmes de formation et de contrôle de tous les personnels
d’exploitation assignés à des tâches opérationnelles en relation avec la préparation ou la conduite
du vol.
(b) Il doit décrire d’une manière générale les différentes formations réalisées au sein de la
compagnie.
(c) Il est souhaitable de faire également figurer la terminologie des abréviations utilisées souvent
propres à la compagnie.
(d) Dans le cas ou des procédures ou consignes sont rédigées dans une autre langue que la langue
des personnels qui seront amenés à les appliquer, l'exploitant doit décrire la façon dont il s'assure
que les personnels concernés comprennent bien ces consignes ou procédures (exemple :
personnels d'exploitation non francophones dans une escale à l'étranger, utilisation de documents
en anglais par les personnels navigants, etc.…).
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
D.2
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
120 de 130
01
08/02/2012
LES PROGRAMMES DE FORMATION ET DE CONTRÔLE
(a) Dans les sous chapitres D 2.1 à D 2.4 ci-après, l’exploitant doit décrire pour chaque formation:
(1) l’objectif;
(2) les personnels concernés par la formation et à quel moment elle doit être suivie;
(3) les instructeurs habilités à délivrer la formation;
(4) les instructeurs/contrôleurs habilités à effectuer les contrôles associés à la formation. Cette
information pourra également être présentée dans un tableau récapitulatif indiquant quel type
d’instructeur/contrôleur (TRI, TRE, etc.…, contrôleur agréé PNC, formateur sûreté, etc.) est
habilité à réaliser quel type de contrôle, entraînement, formation ;
(5) les lieux et moyens didactiques utilisés, les sous-traitants éventuels (pour les simulateurs, le
stage CRM, le stage sécurité - sauvetage…) ;
(6) la durée ;
(7) les documents et formulaires associés à chacun des stages ;
(8) le programme : le programme de formation est souvent fonction des stages ou formations
suivis antérieurement par chaque stagiaire. Lorsque c’est le cas, décrire les différents
programmes associés à chaque type de stagiaire .Exemples :
(i) stage de commandement pour un pilote ayant déjà été CDB dans une autre compagnie;
(ii) stage d’adaptation pour un pilote ayant déjà piloté sur le même type d’avion ou stage
d’adaptation pour un pilote n’ayant jamais piloté sur ce type d’avion
Note: si le programme s’étale sur plusieurs années, donner la répartition des formations sur le
nombre d’années concernées.
(9) Les programmes détaillés des contrôles (scénarios, durée) ainsi que les formulaires
associés. L’exploitant doit veiller à l’adéquation du programme de contrôle avec le temps
imparti pour chaque contrôle. Pour les contrôles PNT en simulateur, il veillera également à
leur faisabilité technique (logique des enchaînements…).
Note: L’exploitant d’une compagnie non autorisée au transport de marchandises dangereuses
doit décrire la formation aux marchandises dangereuses fournie à son personnel. D’autre
part, la description de la formation des navigants aux marchandises dangereuses ou à la
sûreté pourra figurer à la partie D 2.1 ou D.2.3.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
121 de 130
01
08/02/2012
POUR L’ÉQUIPAGE DE CONDUITE
D.2.1
(a) L’exploitant doit pour l’équipage de conduite décrire tous les points pertinents de la
réglementation relative à l’équipage de conduite et de la réglementation relative aux minima
opérationnels.
D.2.1.1
FORMATION
LOIS
RÈGLEMENTS
ET
PROCÉDURES
–
FORMATION
COMPLÉMENTAIRE AU DROIT NATIONAL
(a) L’exploitant doit ici décrire les formations qu’il dispense aux équipages de conduite dans les
domaines suivants:
(1)
lois règlements et procédures;
(2)
formation complémentaire au droit national.
D.2.1.2
FORMATIONS LIÉES AUX AUTORISATIONS SPÉCIFIQUES DE L'EXPLOITANT
(a) En cas d'évolution du type d'exploitation de l’exploitant, celui-ci doit décrire ici les formations
relatives aux autorisations spécifiques notamment :
(1) ETOPS
(2) B-RNAV ET MNPS ;
(3) RVSM ;
(4) Opérations par faible visibilité : formation initiale LVP- formation additionnelle LVP ;
(5) GNSS, RNP ;
STAGE D’ADAPTATION DE L’EXPLOITANT
D.2.1.3
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions du stage d’adaptation notamment:
(1) expérience minimum
(2) organisation et responsabilité;
(3) contenu du stage de formation:
(i)
formation et contrôle au sol (systèmes avion, procédures normales, anormales et
d’urgence);
(ii)
formation et contrôle de sécurité-sauvetage (à effectuer avant le début de la formation
sur avion);
(iii)
formation à la gestion des ressources de l’équipage;
(iv)
formation sur avion ou simulateur de vol et contrôle hors ligne associé ;
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
122 de 130
01
08/02/2012
(v)
adaptation en ligne sous supervision et contrôle en ligne sous supervision ;
(vi)
formation/information à la qualité ;
(vii)
formation initiale à la sûreté;
(viii) formation initiale aux marchandises dangereuses (cette formation peut être décrite en
D.2.3) ;
(4) particularités du stage d’adaptation (CDB ou OPL déjà qualifié sur le type, intégrant la
compagnie ou changeant de type, ou intégrant la compagnie sans QT):
(i) CDB ou OPL intégrant la comagnie déjà qualifié sur le type ;
(ii) CDB ou OPL de la comagnie changeant de type ;
(iii) OPL intégrant la comagnie sans QT sur le type ;
(iv) CDB intégrant la comagnie sans QT sur le type.
Note : Si l'exploitant détient certaines autorisations spécifiques pour le type avion considéré, les
modules correspondants de formation prévus à la partie D doivent être intégrés dans le stage
d'adaptation.
D'autre part, il convient d'apporter une attention particulière aux formations sur TCAS et EGPWS au
cours des stages d'adaptation.
D.2.1.4
FORMATION AUX DIFFÉRENCES ET DE FAMILIARISATION
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions de la formation aux différences:
D.2.1.5
DÉSIGNATION COMME COMMANDANT DE BORD
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions de désignation comme Ccommandant De
Bord notamment:
(1) première accession à la fonction CDB sur avion multipilote, stage d’accession à la fonction
CDB;
(2) autres…
D.2.1.6
FORMATION INITIALE À LA QUALIFICATION POUR EXERCER DANS L’UN OU
L’AUTRE DES SIÈGES PILOTES
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions de la formation initiale á la qualification pour
exercer dans l’un ou l’autre des sièges pilotes.
D.2.1.7
SUPPLÉANCE DU CDB PAR UN OPL DE RENFORT
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
123 de 130
01
08/02/2012
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions de formation pour suppléance du CDB par
un OPL de renfort.
FORMATION INITIALE EN VUE DE L’OBTENTION DE LA QUALIFICATION Á LA
D.2.1.8
COMPÉTENCE DE ROUTE ET D’AÉRODROME
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions de formation initiale en vue de l’obtention
de la qualification á la compétence de route et d’aérodrome.
D.2.1.9
ENTRAÎNEMENTS ET CONTRÔLES PÉRIODIQUES
(a) L’exploitant doit ici décrire les méthodes et conditions d’entraînements et contrôles périodiques
notamment:
(1)
cours au sol (tous les ans). Ces cours concernent principalement:
(i)
1/3 des systèmes avion et les révisions des différences entre 2 types ou variantes le
cas échéant. Ils prennent en compte les autorisations spécifiques de l'exploitant sur le
type avion considéré;
(ii)
procédure de dégivrage et anti-givrage (prévoir une formation supplémentaire en cas
d’introduction d’une nouvelle procédure, d’un nouveau type de fluide et/ou
d’équipement, et d’un nouveau type d’avion);
(iii)
incapacité du pilote (périodicité : 1 an pour les cours au sol, 3 ans pour l’entraînement
pratique si un simulateur est disponible) ;
(iv)
(2)
bilan des accidents, incidents et événements ( périodicité 1 an) ;
entraînement sur avion/simulateur de vol (périodicité 1 an portant sur l’entraînement aux
procédures de secours et d’urgence concernant les systèmes avion vus en cours sol et
prenant en compte les autorisations spécifiques de l'exploitant sur le type avion considéré)
(3)
Sécurité sauvetage, sûreté et marchandises dangereuses :
(i)
sécurité sauvetage (périodicité : 1 an ou 3 ans selon le cas) ;
(ii)
rafraîchissement des connaissances sûreté (périodicité 1an). Cette formation peut
être décrite en D.2.3 ;
(iii)
maintien des compétences marchandises dangereuses (périodicité 2 ans). Cette
formation peut être décrite en D.2.3 ;
(4)
CRM (tous les ans avec l’ensemble du programme vu sur un cycle de 4 ans ou moins) ;
(5)
le cas échéant, procédures radio téléphoniques en langue anglaise ;
(6)
contrôle de prorogation de QT ou qualification de classe pouvant être associé à un CHL
(périodicité 1 an) ;
(7)
contrôle hors ligne (périodicité 6 mois);
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
124 de 130
01
08/02/2012
(8)
contrôle en ligne (périodicité 1 an) ;
(9)
contrôle de prorogation des aptitudes LVP (Low Visibility Procedure) (périodicité 6 mois) ;
(10) prorogation de la qualification à la compétence de route et d’aérodrome( périodicité 12 mois
calendires) ;
(11) prorogation de la qualification pour exercer dans l’un ou l’autre des sièges pilotes
(périodicité 6 mois, contrôle à faire à chaque CHL) ;
(12) prorogation de l’aptitude à la suppléance du CDB par un OPL de renfort (périodicité 6 mois,
contrôle à faire à chaque CHL) ;
Note : il convient d'apporter une attention particulière aux formations sur TCAS et EGPWS au cours
des entraînements et contrôles périodiques.
Approbations/acceptations fondamentales :
Système qualité
Programme du stage d’adaptation de l’exploitant.
Programme d’entraînement et de contrôle périodiques des équipages de conduite.
Approbations/acceptations opérationnelles :
MNPS/RVSM
RNAV/RNP
ETOPS
CAT II/CAT III et utilisation de minima de décollage en dessous des minima spécifiés
Programme d’entraînement et de contrôle aux opérations par mauvaise visibilité.
Approbations/acceptations particulières :
Formation abrégée aux opérations par mauvaise visibilité.
Formation sur avion (hélicoptère) pour les décollages par mauvaise visibilité (RVR<150/200m)
lorsqu’aucun simulateur n’existe.
Programme d’entraînement et de contrôle pour exercer dans l’un ou l’autre des sièges pilotes.
D.2.2
POUR L’ÉQUIPAGE DE CABINE
(a) L’exploitant doit pour l’équipage de conduite décrire tous les points pertinents de la
réglementation relative à l’équipage de cabine.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
D.2.2.1
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
125 de 130
01
08/02/2012
FORMATION LOIS RÈGLEMENTS ET PROCÉDURES
(a) L’exploitant doit ici décrire les formations qu’il dispense aux équipages de conduite dans les
domaines suivants:
(1) lois règlements et procédures;
(2) formation complémentaire au droit national.
D.2.2.2
FORMATION/INFORMATION À LA QUALITÉ
(a) L’exploitant doit ici décrire les formations et informations qu’il dispense aux équipages de cabine
dans le domaine de la qualité.
D.2.2.3
STAGE DE SPÉCIALISATION TYPE AVION
(a) L’exploitant doit ici décrire les conditions et les méthodes des stages de spécialisation type avion.
D.2.2.4
SÉCURITÉ – SAUVETAGE, SÛRETÉ, TYPE AVION, SECOURISME
(a) L’exploitant doit ici décrire les conditions et les méthodes des stages sécurité – sauvetage, sûreté,
type avion, secourisme.
(b) Un stage par période de référence de 12 mois identiques d’une année sur l’autre . La formation à
la sûreté peut être décrite au sous chapitre D.2.3.
D.2.2.5
FORMATION AUX MARCHANDISES DANGEREUSES
(a) L’exploitant doit ici décrire les conditions et les méthodes de formation aux marchandises
dangereuses.
(b) Intervalles de temps n’excédant pas 2 ans. Cette formation pourra être décrite au sous chapitre
D.2.3.
D.2.2.6
ACTUALISATION DES COMPÉTENCES
(a) L’exploitant doit ici décrire les conditions et les méthodes d’actualisation des compétences de
l’équipage de cabine.
Approbations/acceptations fondamentales
Système qualité
Méthodes d’entraînement des PNC
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
D.2.3
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
126 de 130
01
08/02/2012
POUR TOUS LES PERSONNELS D’EXPLOITATION
(a) L’exploitant doit décrire pour tous les personnels d’exploitation, y compris les équipages :
(1) tous les points pertinents prescrits par la réglementation relative aux marchandises
dangereuses ;
(2) et tous les points pertinents prescrits par la réglementation relative à la sûreté ;
(b) Les formations ci-dessous peuvent être décrites au sous chapitre D.2.1 pour l'équipage de
conduite ou au sous chapitre D.2.2 pour les équipages de cabine.
D.2.3.1
FORMATION SÛRETÉ
(a) L’exploitant doit ici décrire le programme de formation en sûreté comprenant :
(1)
formation initiale ;
(2)
rafraîchissement des connaissances (cycles de 3 ans) ;
D.2.3.2
FORMATION MARCHANDISES DANGEREUSES
(a) L’exploitant doit ici décrire le programme de formation en marchandises dangereuses
comprenant :
(1)
formation initiale,
(2)
maintien des compétences (intervalles de temps n’excédant pas 2 ans) ;
Approbations / acceptations fondamentales :
Programmes de formation à la sûreté.
Approbations / acceptations opérationnelles :
Programme de formation au transport aérien de marchandises dangereuses
D.2.4
POUR
LES
PERSONNELS
D’EXPLOITATION
AUTRES
QUE
L’ÉQUIPAGE
(a) L’exploitant doit décrire dans ce sous chapitre pour les personnels d’exploitation autres que
l’équipage (tels que répartiteurs, manutentionnaires, etc.) : tous les points pertinents de la
réglementation relatifs à leurs tâches.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
D.2.4.1
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
127 de 130
01
08/02/2012
FORMATION LOIS RÈGLEMENTS ET PROCÉDURES
(a) L’exploitant doit ici décrire les formations qu’il dispense aux personnels d’exploitation autres que
l’équipage dans les domaines suivants:
(1) lois règlements et procédures;
(2) formation complémentaire au droit national.
D.2.4.2.
FORMATION QUALITÉ
(a) L’exploitant doit ici décrire les formations et informations qu’il dispense aux personnels
d’exploitation autres que l’équipage dans le domaine de la qualité.
D.2.4.3
COMPÉTENCE DU PERSONNEL D’EXPLOITATION
(a) L’exploitant doit ici décrire les conditions et les méthodes de formation et de maintien des
compétences des personnels d’exploitation autres que l’équipage y compris :
(1) agent technique d’exploitation ;
(2) trafic ;
(3) passage ;
(4) piste ;
(5) fret ;
(6) agents chargés du contrôle de l'exploitation.
D.2.4.4
DÉGIVRAGE/ANTIGIVRAGE
(a) L’exploitant doit prévoir une formation supplémentaire en cas d'introduction d'une nouvelle
procédure, d'un nouveau type de fluide et/ou d'équipement, et d'un nouveau type d'avion.
Approbations/acceptations fondamentales :
Système qualité.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
Page:
Révision:
Date:
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
D.3
PROCÉDURES
D.3.1
PROCÉDURES DE FORMATION ET DE CONTRÔLE
128 de 130
01
08/02/2012
(a) L’exploitant doit donner dans ce sous chapitre:
(1) un rappel du principe des validités et de l’anticipation des contrôles ;
(2) les exigences d’expérience récente ;
(3) l’architecture de l’année programme : descriptif
d’une année type d’entraînements et
contrôles périodiques d’un PNT
D.3.2
PROCÉDURES À APPLIQUER DANS LE CAS OÙ LE PERSONNEL
N'ATTEINT PAS OU NE MAINTIENT PAS LE NIVEAU REQUIS
(a) L’exploitant doit décrire ici les procédures à appliquer dans le cas où le personnel n'atteint pas ou
ne maintient pas le niveau requis.
D.3.3
PROCÉDURES
POUR
S'ASSURER
QUE
DES
ANORMALES OU D'URGENCE NÉCESSITANT
SITUATIONS
L'APPLICATION,
TOTALE OU PARTIELLE, DES PROCÉDURES ANORMALES OU
D'URGENCE
ET
LA
SIMULATION
DE
L'IMC
(CONDITIONS
MÉTÉOROLOGIQUES DE VOL AUX INSTRUMENTS) PAR DES
MOYENS ARTIFICIELS, NE SONT PAS SIMULÉES PENDANT LES
VOLS DE TRANSPORT AÉRIEN PUBLIC
(a) L’exploitant doit décrire ici les procédures à appliquer pour s'assurer que des situations anormales
ou d'urgence nécessitant l'application, totale ou partielle, des procédures anormales ou d'urgence
et la simulation de l'IMC (conditions météorologiques de vol aux instruments) par des moyens
artificiels, ne sont pas simulées pendant les vols de transport aérien public.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
D.4
Page:
Révision:
Date:
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
DESCRIPTION
DES
DOCUMENTS
129 de 130
01
08/02/2012
DEVANT
ÊTRE
ARCHIVÉS ET DES DURÉES D'ARCHIVAGE
(a) L'exploitant doit s'assurer que les informations et documents mentionnés ci-après sont archivés
sous une forme acceptable et accessibles à l'Autorité pendant les durées indiquées dans les
tableaux ci-dessous.
Tableau 1 – Relevés de l’équipage de conduite
Relevés de l'équipage de conduite
Stage d'adaptation et contrôle associé
3 ans
Stage Commandant De Bord (contrôle compris)
3 ans
Entraînement et contrôles périodiques
3 ans
Formation et contrôle pour opérer dans chacun des sièges pilotes
3 ans
Expérience récente
15 mois
Compétence de route et d'aérodrome
3 ans
Formation et qualification pour des exploitations spécifiques lorsque exigées
(ex. ETOPS, CAT. II/III)
3 ans
Formation marchandises dangereuses comme appropriées
3 ans
Tableau 2 - Relevés de l'équipage de cabine
Relevés de l'équipage de cabine
Formation initiale et adaptation et formation aux
différences (contrôles compris)
aussi longtemps que le membre d'équipage de
cabine est employé par l'exploitant et 3 ans
après que le PNC ait quitté l’exploitant.
Entraînement et remise à niveau (contrôles
compris)
12 mois après que le membre d’équipage de
cabine a quitté le service de l’exploitant.
Formation aux marchandises
comme appropriées
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
dangereuses
3 ans
Édition 01
Autorité de l’Aviation Civile
du Tchad
GUIDE DE RÉDACTION D’UN
MANUEL D’EXPLOITATION
Page:
Révision:
Date:
130 de 130
01
08/02/2012
Tableau 3 - Relevés des autres personnels d'exploitation
Relevés des autres personnels d'exploitation
Relevés de formation et de qualification des
autres membres du personnel pour lesquels un
programme de formation approuvé est exigé.
Guide de Rédaction d’un Manuel d’Exploitation
2 derniers rapports de formation
Édition 01
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement