Approche contrastive du phénomèn système du français ontrastive

Approche contrastive du phénomèn système du français ontrastive
‫الجمھــــــورية الجـــــــــزائرية الديمقراطيــــــة الشعبيـــــــة‬
‫وزارة التعليـــــم العالي والبحــــــث العلمــــــي‬
UNIVERSITE DE SOUK-AHRAS
‫جامعة سوق أھراس‬
FACULTE DES LETTRES ET DES LANGUES
‫كلية اآلداب و اللغات‬
Ecole Doctorale de Français
‫مدرسة الدكتوراه في الفرنسية‬
Pôle Régional / Est
‫شرق‬/‫القطب الجھوي‬
Antenne de Souk-Ahras
‫فــرع سوق أھراس‬
MÉMOIRE
Présenté en vue de l’obtention du diplôme de Magister
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le
système du français et de ll’arabe
arabe dialectal.
Filière : Français
Option : Sciences du langage
Par
Ahmed DZIRI
Sous la direction du
Docteur Noureddine BAHLOUL
Jury :
Président :
Pr.Saddek AOUADI, Université d’ANNABA.
Rapporteur : Dr Noureddine BAHLOUL, MCA, Université d’ANNABA.
Membre(s): Dr Ali KHERBACHE, MCA, Université d’ANNABA.
Année
1 2013
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Au nom d’ALLAH le Clément
et le Miséricordieux.
Miséricordieux.
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Dédicace
A la mémoire de mes parents,
A ma femme et mes enfants,
A ma famille.
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Remerciements
A mon Directeur de recherche Monsieur Noureddine BAHLOUL, je vous
prie d’agréer Monsieur toute ma gratitude et remerciements pour
l’enthousiasme avec lequel vous avez accepté de bon cœur, de diriger ce
modeste travail. Vous ne m’avez privé ni de votre temps précieux, ni de
vos orientations et conseils. Je vous remercie Docteur BAHLOUL !
Je tiens à exprimer ma reconnaissance à mes encadreurs :
Ali KHERBACHE, Véronique TRAVERSO, Nathalie BLANC, Patricia
LAMBERT, Georgeta CISLARU, Franc JABLONCA, au défunt
Louis PANIER, à Driss ABLALI et à Mireille PIOT.
Je tiens également à remercier l’honorable jury d’avoir accepté de lire et
d’évaluer ce modeste travail.
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
TABLE DES MATIERES
A/
LES PREALABLES THEORIQUES
Chapitre I : Situation de contact de langues et notion de glissement
Introduction générale.
1.1
Approche de la notion d’alternance codique................................................................... …
07
1.1.1
Code mixing en sociolinguistique................................................................................................07
1.1.2
Code mixing en psychologie, psycholinguistique.................................................................
07
1.1.3
Déficit lexical et apprentissage............................................................................................
08
1.1.4
Différentes définitions et types d’alternance codique.........................................................
09
1.1.5
Approche de travaux sur l’alternance codique.....................................................................
10
1.1.6
Les causes et les déclencheurs de l’alternance codique.......................................................
12
1.2
L’interférence linguistique…............................................................................................... .
16
1.2.1
Problème définitoire de la notion d’interférence linguistique..............................................
16
1.2.2
Les manifestations linguistiques de l’interférence...............................................................
17
1.3
L’emprunt linguistique........................................................................................................
18
1.3.1
Définition et types d’emprunts............................................................................ ................
18
1.3.2
Le calque..................................................................................................................................... 19
1.3.4
Diglossie…...........................................................................................................................
19
Conclusion………………………………………………………………………………………...
21
Chapitre II : Le français de spécialité : quels apports pédagogiques ?
2.
Définition du domaine du FOS...........................................................................................
24
2.1
Quelles difficultés affrontent le FOS ?................................................................................
34
2.1.1
Les difficultés de l’apprenant du FOS……………………………………...…………....
35
2.1.2
Les caractéristiques du public FOS……………………………………………………....
37
2.1.3
Les composantes des besoins langagiers……………………………...………….……….
40
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
2.1.4
La motivation du public FOS………………………………………………..…………....
41
2.1.5
Méthodologie d’élaboration d’un cours de français sur objectifs spécifiques……........… 42
Conclusion……………….………………………………………….…………….………..……..….45
Chapitre III : Les techniques et les conditions actuelles de la communication dans le milieu
de la formation professionnelle algérienne
3.
Les stratégies de communication dans le contexte algérien...............................................
3.1
La spécificité du contexte algérien et apport de l’approche communicative dans la
47
formation professionnelle.................................................................................................
47
3.1.1
La description du contexte d’observation : la formation à L’INSFP de Souk Ahras…...
50
3.1.2
Les profil des apprenants. ........................................................................................................53
3.1.3
Un aperçu sur les organismes d’accueil…................................................................................53
B/ LE CADRAGE METHODOLOGIQUE
Chapitre IV : Collecte des données et présentation du protocole de recherche
Introduction………………………………………………………………………………………………………56
4.1
Collecte des données, instruments d’analyse du corpus et investigations du terrain…….
56
4.2
Analyse du phénomène de la variation linguistique…………………………..…….…...
58
4.2.1
Analyse du corpus oraux et interprétation des résultats : 1ère étape…………………...…
58
4.2.2
Analyse du corpus oraux et interprétation des résultats : 2ème e étape…………………..
63
4.3
Synthèse d’analyse de l’expérimentation : 1ère et 2ème étape…………………………....
72
Conclusion……………………………………………………………………………………………………..…. 76
4.4
Enquêtes : un état des lieux…………………………………………………………...…..…
76
Introduction…………………………….……………………………………………….....…76
4.4.1
Soutenance de mémoire de technicien supérieur en maintenance des véhicules industriels.. 76
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
4.4.2
Entretien avec les enseignants…………………………………………….…...………………
4.4.3 Enquête au niveau du milieu professionnel ………………………………………………………..…....
4.4.4 Analyse du questionnaire…………………………………………..…………………….…………...
79
82
95
Conclusions sur l’analyse des résultats et constats sur l’alternance codique……………...……… 103
Conclusion générale……………………………………………………….……………………...………
104
Proposition d’évolution pour une amélioration de l’enseignement professionnel. ……………
107
Réflexion sur l’élaboration d’un répertoire spécialisé en mécanique français-arabe-dialectal
110
Bibliographie…………………………………………………………………………….…………………
112
Sitographie……………………………………………………………………………………………..117
Annexes……………………………………………………………………………………………………….…….118
-
Transcription.
-
Programme d’étude (Formation)
-
Résumé.
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Introduction générale.
Le travail de recherche que nous présentons vise à décrire et à analyser les pratiques
langagières des apprenants de la maintenance et mécanique des véhicules légers au sein de
l’institut national spécialisé de la formation professionnelle de Souk-Ahras, Algérie.
Notre motivation personnelle quant au choix du thème est dictée par l’expérience acquise dans
ce domaine comme professeur spécialisé d’enseignement professionnel durant quinze années au
sein de cet institut de formation.
Notre travail se propose de s’interroger sur le recours de l’alternance codique des apprenants
pour la dynamisation de l’interaction lors de l’apprentissage.
Nous voulons également étudier l’ensemble des variations linguistiques qui affectent les formes
verbales et le système de pronominalisation du fait des échanges entre interlocuteurs en situation
de classe.
Notre travail est réparti en deux parties : en A (Les préalables théoriques) et en B (Le cadrage
théorique). La première partie est composée de trois chapitres.
Dans le premier chapitre nous présentons la situation de contact de langue et notion de
glissement.
Dans le second chapitre, nous présentons les apports pédagogiques sur le français de spécialité.
Le troisième chapitre est consacré aux techniques et conditions actuelles de la communication
dans le milieu de la formation professionnelle algérienne.
La seconde partie quant à elle est composée d’un chapitre où nous présentons la collecte des
données et protocole de recherche au niveau de trois enquétes de terrain.
Nous trouverons les différents types de l’alternance, de sa flexion, de sa grammaire et les
facteurs régissant l’apparition et le choix des codes au cours de l’interaction.Nous cloturons par
une proposition d’évolution pour une amélioration de l’enseignement professionnel.
Nous nous sommes inspirés des travaux de V.Castellotti sur la notion de support à la
communication et le recours aux alternances relais (Moore, 1996), des travaux de la
sociolinguistique interactionnelle inspirée par John Gumperz (1996) et de différentes études sur
les phénomènes issus du contact de langues en présence : TALEB-IBRAHIMI, KH. (1994,2004),
LAHLAH M. (2009), MORSLY.
1
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
A/ LES PREALABLES THEORIQUES
2
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Chapitre I
Situation de contact de langues et notion de glissement
3
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Introduction
Notre recherche s’intéresse au domaine de la lexicologie en français langue étrangère. A
ce sujet nous envisageons de réfléchir sur la notion de variation linguistique observée dans le
cadre des pratiques langagières conduites en classe de FLE, dans ce contexte, notre intérêt
portera sur l’étude des deux systèmes contrastés : celui de l’arabe et du français.
Pour ce faire, nous projetons d’orienter notre réflexion sur un discours spécialisé, celui des
sciences mécaniques.
Notre objectif est d’étudier l’ensemble des variations linguistiques qui affectent les
formes verbales et le système de pronominalisation du fait des échanges entre interlocuteurs en
situation de classe.
Aussi, nous voulons apporter une modeste contribution aux travaux de recherche sur les
sciences du langage s’intéressant au discours spécialisé, à savoir celui de la mécanique en tant
que spécialité enseignée en langue française dans le secteur de la formation et de l’enseignement
professionnels en Algérie, les travaux consultés nous ont permis de découvrir des champs de
recherche différents de ceux du contexte Algérien.
Il s’agit d’un discours qui fait intervenir une alternance codique et suppose donc de faire
acquérir une compétence communicative dans deux langues distinctes, différentes l’une de l’autre
mais qui entretiennent des rapports étroits au niveau de la variation linguistique.
Au niveau des communications quotidiennes des apprenants, il convient de constater du fait des
usages bilingues, arabe français, une transgression aux normes linguistiques, celles inhérentes au
système du français. Le « parler bilingue » en question est imprégné de mots remaniés affectés au
niveau de leur affixation. Nous retenons à titre d’exemple quelque cas de figure : graisser :
grissiha,
Démarrer : dimarriha.
Dans cette étude, nous allons tenter de mener des enquêtes qui vont offrir une possibilité
d’approcher la notion de variation linguistique par le biais de l’alternance codique mise en œuvre
par des apprenants algériens dans un atelier professionnel de maintenance automobile.
A ce propos, il est à rappeler que le secteur de la formation professionnelle est
opérationnel depuis 1958 en Algérie et il a toujours été l’un des piliers à satisfaire l’offre
d’emploi en matière de spécialité dans les différents secteurs de l’industrie.
4
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
L’enseignement est dispensé en français dans le but de préparer un potentiel humain apte à
s’intégrer, à s’adapter et à évoluer au sein du marché du travail.
La coopération avec les entreprises de l’époque constitue une donnée maîtresse qui les pousse à
faire perfectionner leur personnel au niveau du secteur de la formation professionnelle.
Aussi le pays venait à peine de se structurer après l’indépendance et c’étaient les
coopérants français qui exerçaient comme enseignants au niveau des «établissements de la
formation professionnelle » par l’utilisation d’un système d’enseignement authentiquement
français vu que la langue française était présente depuis 1830, date du débarquement des français
en Algérie. L’évolution des usages de la langue française connaît des développements soumis aux
exigences de la société et le français devient ainsi le langage d’enseignement au niveau des cours
préparatoires bien avant l’arabe littéral.
Notre travail de recherche tente d’approcher dans le cadre de l’analyse du discours pour
ce qui est du module : Technologie de la « maintenance des véhicules industriels », et les travaux
pratiques sur les moteurs à combustion interne, le phénomène de la variation linguistique. Ceci
nous conduit à formuler l’hypothèse selon laquelle le processus de l’alternance codique induit
une transgression de la norme linguistique et favorise, toutefois, la transmission du message
outre une intercompréhension entre le groupe –classe.
Dans ce contexte, nous essayons d’apporter quelques éléments de réponse à partir des
interrogations suivantes :
Quel est le rôle de l’alternance codique dans le milieu professionnel technique ?
Pourquoi les apprenants de la spécialité « maintenance des véhicules industriels »éprouvent-ils
des difficultés à assimiler un discours oral formulé uniquement en langue française ?
Comment procéder en situation concrète de classe pour mettre en place un enseignement
spécialisé par le biais de l’alternance codique et où le français est une langue dominante ?
Cela dit, nos hypothèses de départ projettent d’inscrire les préoccupations suivantes :
Hypothèse 1 :
L’alternance codique joue un rôle de premier plan dans l’acquisition du savoir en facilitant
une fluidité grâce à la récurrence des mots et types de déviations phonologiques avec les
contraintes lexicales et sémantiques.
5
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Hypothèse 2 :
L’incursion de la langue maternelle en classe de langue étrangère est une pratique
ponctuelle et non systémique permet aux apprenants de vaincre leurs appréhensions à l’égard du
français langue d’enseignement.
Pour ce faire, nous envisageons en suivant : 1- l’approche de la notion d’alternance codique , en
2 -les travaux et aspects liés au français de spécialité ou français sur objectif spécifique (FOS) qui
présentent les caractéristiques particulières par rapport au français dit « général ».
6
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
1.1 Approche de la notion d’alternance codique
Le code mixing est utilisé par de nombreux linguistes, il englobe le code switching et
l’emprunt (de mots ou de phrases). Il est généralement utilisé dans des études formelles telles
que la syntaxe, la morphologie…
Le code switching met l’accent sur le passage d’un système grammatical à un autre, le
code mixing suggère une forme hybride à partir des grammaires distinctes Bokamba1, en 1989
définit le code switching comme étant « un mélange de mots, d’expressions et de phrases de deux
systèmes ou sous- systèmes au-delà des limites de la phrase dans le même discours.. »,il définit
aussi le code mixing comme étant « l’intégration de diverses unités linguistiques telles que les
affixes, les mots, des phrases… »
1.1.1
Le code mixing en sosiolinguistique
Les sociolinguistiques ont fait de grands efforts pour différencier le phénomène de la
structure de la forme des mélanges. Pour eux, le code de commutation est associé à des effets
pragmatiques, (les fonctions du discours) ou à des associations avec l’identité du groupe. Dans
cette tradition, les termes de code mixing ou de l’alternance sont utilisés pour décrire des
situations plus stables dans de nombreuses langues qui sont utilisées sans pour autant avoir des
effets pragmatiques.
1.1.2 Le code mixing en psychologie et psycholinguistique
Le code mixing est utilisé dans les théories qui s’articulent sur les études de contact des
langues ou code switching pour décrire les structures cognitives qui sous tendent le bilinguisme.
Durant les années 1950 et 1960, Certains linguistes considéraient le bilingue comme étant
« deux monolingues en une seule personne. »
Cette « fraction d’avis » signifie qu’un orateur bilingue accomplit deux grammaires
mentales qui sont plus ou moins identiques au processus mental des grammaires monolingues et
qui ont été parfaitement conservées séparément.
1
Bokamba, E. Existe –t-il des contraintes syntaxiques sur le code mixing ? World englishes, 1989.
7
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Le code switching [appelé aussi « alternance de code », « alternance codique », qualifié de
« discours mélangé », Nissaboury 2 de « rencontre d’habitudes linguistiques » Charnet 3 , de
« heurt de deux langues » Lafont4 ont fait l’objet de nombreuses études se réclamant d’écoles,
d’approches et d’orientations différentes. Perçu jusqu'à une date récente comme une pratique
langagière « déviante », « marginale et transitoire » Gumperz5 le code switching commence à
susciter un intérêt certain en psycholinguistique
et sociolinguistique,il est considéré par
Weinreich 6 comme une manifestation d’un « bilinguisme idéal » du au contact des langues, ou
encore comme un stade intermédiaire dans l’évolution linguistique d’une langue ou variété de
langue entre l’emprunt et les interférences.
Qu’est ce que le code switching ?
L’appellation « switching » évoque à l’esprit à la fois « le processus intellectuel et
neurophysiologique lié à ce changement » et « le mode de parler ou l’on change fréquemment de
variétés » Gardner –chloros 7. « Switching », gérondif du verbe « to switch », off «éteindre », on
« mettre en marche».
1.1.3 Déficit lexical et apprentissage
Le déficit lexical des apprenants les conduit à l’évitement des réponses aux questions
posées et c’est pourquoi les enseignants devront-être attentif pour les pousser progressivement à
atteindre les sources du savoir pour acquérir le langage. Les outils fondamentaux du langage
doivent-être fixés par l’établissement dans le but d’acquérir un vocabulaire affiné, voire riche.
L’utilisation d’une variété de méthodes par le corps enseignant est nécessaire pour la garantie de
l’apprentissage.
L’apprenant doit-être doté d’une qualité décisive du vocabulaire pour vaincre ses
appréhensions à l’égard des mots difficiles et constituer ainsi un socle langagier progressif et
rigoureux notamment sur le sens des mots, leur composition, leur origine et leur orthographe
2
NISSABOURY A. Arabophone et Francophone du Maroc : un bilinguisme dynamique in Revue québécoise de
linguistique, n°1, 1999.
3
CHARNET, C. Ana je pose la question ou quelque façon de parler de locuteurs marocains : étude manifestation du
contact linguistique, in (sous la direction de MANZAN O,F), les langues du Maghreb et du Sud méditerranéen.
Rennes, P.U.R, 1999.
4
LAFONT, R. Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie. Paris, L’harmattan, 1997.
5
GUMPERZ, J.J. Sociolinguistique interactionnelle, une approche interactive. Paris, l’Harmattan, 1989.
6
WEINREICH, Uriel. Languages in contact. La Haye : Mouton ,1953
7
GARDNER –CHLOROS. Code switching : approche principales et perspectives. In la linguistique, vol 19, p25, 1983
8
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
ainsi que leur utilisation en approfondissant la connaissance réelle des composants de chacun des
termes.
Ainsi l’apprenant petit à petit va acquérir un vocabulaire spécifique suffisant pour entrer sans
rupture dans tous les champs disciplinaires.
1.1.4 Différentes définitions et types d’alternance codiques.
L’alternance codique peut se définir dans la conversation comme la juxtaposition à
l’intérieur d’un même échange verbal de passages ou le discours appartient à deux systèmes ou
sous-systèmes grammaticaux différents.
Le plus souvent l’alternance prend la forme de deux phrases qui se suivent, comme
lorsqu’un locuteur utilisé une seconde langue soit pour réitérer son message, soit pour répondre à
l’affirmation de quelqu’un d’autre » (Gumperz, p .57).
Le code switching « présuppose le maintien de deux systèmes distincts » (Lundi, 1986, p.156 cité
par Charnet, 1999).
« L’alternance codique est le fait de mêler sans les mélanger deux langues (ou plus) dans la prise
des paroles … » (Charnet, 1999, p.138).
Il faut noter que les définitions du code switching sont multiples. On s’accordera, toutefois, à
considérer cet aspect du contact linguistique comme : « l’emploi de deux variétés linguistiques ou
plus dans la même interaction (à l’exclusion des emprunts) ».
L’alternance peut être selon la structure syntaxique des segments alternés :
Intraphrastique, inter phrastique, extraphratique.
Elle est dite intraphrastique – intrasentential, lorsque deux structures syntaxiques appartenant à
deux langues coexistent à l’intérieur d’une même phrase, c'est-à-dire lorsque les éléments
caractéristiques des langues en cause sont utilisés dans un rapport syntaxique très étroit, du type
thème-commentaire, nom-complément, verbe- complément.
Exemple : Roditolna les soupapes wella mazel
(Roditolna : vous ayez rodez ; wella mazel : ou pas encore).
Il faut distinguer l’alternance de l’emprunt, on peut le faire en tenant compte de la contrainte de
l’équivalence énoncée par S.Poplack 8 , « l’alternance peut se reproduire librement entre deux
éléments quelconques d’une phrase, pourvu qu’ils soient ordonnés de la même façon selon les
règles de leurs grammaires respectives ».
8
POPLACK, Sahana. Conséquences linguistiques du contact des langues : modèle d’analyse variationniste. Langage
et société, 43,23-48,1988.
9
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Les prédictions de la contrainte d’équivalence posent que :
•
Aucun croisement n’est permis
•
Tout constituant monologue doit être grammatical
•
Il ne doit pas y avoir d’éléments omis ni répétés.
Si ces contraintes sont transgressées, on est alors dans un cas d’emprunt.
L’alternance inter phrastique dite aussi phrastique ou intersentential- est une alternance de
langues ou niveau d’unités plus langues, de phrases ou de fragments de discours dans les
productions d’un même locuteur ou dans les prises de parole entre interlocuteurs.
Exemple : Maret ebda el djoumla bila rabia « et je la termine en français (maret : des fois,
ebda : je commence ; el : la ; djoumla : phrase).
On a une alternance extra phrastique- tag switching-lorsque les segments alternés sont des
expressions idiomatiques, des proverbes …
Exemple : Il s’est taillé, ya3ni, il s’est sauvé : (ya3ni = ça veux dire).
L’alternance est fluide lorsqu’elle est produite sans pauses ni hésitations.
Elle est balisée quand le locuteur la signale au travers d’une quelconque marque de non fluidité
du discours, telles que les pauses, les ruptures, les hésitations, les commentaires
métalinguistiques…
1.1.5 Approche de travaux sur l’alternance codique.
Les travaux sur l’alternance codique peuvent se classer dans des catégories correspondant
à différentes approches de recherches.
Pour les études de GUMPERZ9, elles se donnent comme objectif d’étudier les effets du contact
des langues, et les fonctions conversationnelles et pragmatiques des alternances des codes
comme éléments modulateurs du discours. Les travaux de Gumperz ont donné naissance à
l’approche dite fonctionnelle, considérée plus tard comme l’approche conversationnelle. Ces
analyses s’inscrivent dans le cadre théorique de la sociolinguistique interactionnelle (Gumperz,
1982 ; Blom10 et Gumperz, 1972, Gumperz et Hymes, 1972).
Les travaux de S.Polack, D. Sankoff11 et des disciples de « l’école canadienne » ont adopté une
approche linguistique, qui privilégie les aspects formels de l’alternance codique et s’attache à
9
GUMPERZ John J (1982), Discourse stratégies, Cambridge : Cambridge university interprétative, Paris :
L’harmatton, 1989.
10
BLOM JAN P. et GUMPERZ John J. (1972). « Social meaning in structure: code- switching in Norway”, in Gumperz
John Jet Hymes Dell (éd), directions in Sociolinguistics, NewYork: Holt, Rinchartand Winston, 409-434.
11
SANKOFF David et POPLACK Shana (1981), “Aformal grammar for code switching”, Papers in linguistics, 14, 3-461.
10
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
montrer que le phénomène est régi par des règles formelles régulières, à déceler les points dans la
phrase où il est possible et à énoncer les contraintes qui les régissent.
Ces études s’inspirent de la démarche théorique de la sociolinguistique variationniste de
W.Labov (Sankiflet et Poplack, 1981 Poplack, 1988, Poplack, Sankoff et Miller, 1988 ; Diagma
1995).
Un point de discussion essentiel dans l’étude de l’alternance codique concerne les
motivations de l’alternance et la possibilité de conceptualisation des usages, de généralisation
théorique des analyses qui sont effectuées.
Un certain nombre d’auteurs considèrent l’alternance
codique comme un phénomène
occasionnel, accidentel ; les occurrences d’alternance codique seraient fonction de préférences
individuelles et leur applicabilité sociale serait imprévisible et ne se soumettrait pas à une
généralisation théorique.
Cette position de l’avis de C.Myers- Scotton12, est un développement à l’extrême de la thèse
originale de Gumperz, pour qui les motivations de l’alternance codique peuvent être répertoriées,
sans qu’il soit possible de construire une théorie générale de son applicationD’autres auteurs ont une démarche qu’on pourrait qualifier de taxinomique qui consiste
sur le plus souvent à dresser une liste de fonctions de l’alternance codique sur la base de corpus
de données. Ainsi en certains cas, le passage à un autre code permet de marquer la solidarité avec
le groupe, en d’autre, il signale à l’interlocuteur qu’ » on est au courant ».
Il faut noter, toutefois que ces listes ne peuvent jamais attendre.
L’exhaustivité, et les auteurs reconnaissent qu’il existe tout aussi bien d’autres fonctions, que
celles qu’ils ont répertoriées et dont ils trouvent l’illustration dans le corpus qu’ils traitent. Une
autre démarche plus conceptualisante, à partir de notions abstraites dans un cadre théorique plus
large et se fixe pour objectif de construire un modèle de la façon dont l’alternance codique
s’organise. Ainsi sont apparues, parmi d’autres, des
modèles comme celui du « jeu
transactionnel » (Parkins, 1974), où l’alternance codique est perçue comme une forme de
transaction de valeurs ethniques et socio-économiques entre les participants de l’interaction, ou
alors celui du « marquage » (Myers- Scotton, 1993) qui considère la motivation dans une
communauté donnée, de divers choix linguistiques, dont l’alternance codique , d’abord comme la
possibilité de négociations d’identités sociales, où le rôle de l’auditeur est un facteur aussi
déterminant que celui du locuteur dans le choix langagier.
12
MEYERS- Scotton, Carol Social motivations for code switching Oxford: Clarendon Press, 1993.
11
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
1.1.6 Les causes et les déclencheurs de l’alternance codique.
Divers éléments contribuent au déclenchement de la production de l’alternance codique chez
les apprenants Algériens.
Ainsi, serons- nous amené à nous interroger sur les conditions et le contexte du recours à la forme
alternée que constitue la pratique du code switching.
A cet effet, nous reprendrons les questions classiques de Fishman13 : Qui parle ? Quelle langue ?
A qui ? Où ?
Qui parle ?
Le sujet est un locuteur bilingue (Dans notre cas il s’agit de l’apprenant), c'est-à-dire disposant de
plusieurs répertoires linguistiques. En tant qu’acteur social et membre de réseau de
communication, il déterminera, selon des conditions contextuelles, son recours à l’alternance
codique. Ensuite, il adaptera, intentionnellement ou spontanément, son comportement langagier
en fonction de normes sociolinguistiques partagées par son groupe, notamment ses pairs. Ainsi, le
locateur « bilingue » est considéré comme agent actif dans le choix du code et dans la gestion du
discours métissé.
Quelle langue ?
Il s’agit d’un usage linguistique bilingue, c'est-à-dire
de la juxtaposition de deux
codes
linguistiques génétiquement distincts (le premier, issu d’une famille chamito-sémitique est
« darja » ; le second, dérivé de l’indo-européen : est le français). Ce type de discours hybride est
appelé « alternance codique ». La proportion des deux langues (langue maternelle et langue
étrangère) dans une même production verbale est principalement tributaire de l’appartenance
sociale du sujet.
Le phénomène d’alternance codique arabe dialectal (darja)/français caractérise davantage le
milieu urbain que le milieu rural. Il importe également de prendre en considération la donnée
socioculturelle du bain linguistique comme catalyseur du développement de cette double
compétence.
A qui ?
Comme facteur déterminant de la pratique du code switching, l’interlocuteur est considéré
comme élément fondamental dans le choix de tel ou tel code, d’où la contrainte de l’interlocuteur.
13
FISHMAN, J, A. et al language Problems of developing Nations. New York, 1968.
12
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
En effet, au cours d’un échange verbal on observe un ajustement réciproque des locuteurs en
présence : « Les bilingues n’utilisent pas habituellement le style des alternances codiques
lorsqu’ils sont en contact avec d’autres bilingues sans connaître d’abord le contexte de référence
et les attitudes
de l’auditeur.
Se comporter autrement serait risqué une incompréhension
grave ».Selon Gumperz14. Donc pour Gumperz, le recours à l’alternance codique ne représente
pas un gage suffisant pour assurer une communication satisfaisante. Il se trouve que le bilingue
doit « connaître le contexte de référence » ainsi que le comportement de son interlocuteur. Si ces
conditions ne sont pas réunies, la conversation en code switching peut occasionner
une
déficience communicationnelle.
Où ?
Généralement, le lieu est l’élément catalyseur essentiel de l’alternance codique ; le discours du
locuteur doit être en harmonie avec le contexte dans lequel il se déroule.
Par exemple, il est socialement répréhensible de tenir des propos inconvenants à l’intérieur d’une
mosquée ; en effet, ce lieu est considéré comme une contrainte qui pèse sur le comportement
verbal du sujet. DMorsly15, montre que le contexte appréhendé en tant qu’ « espace intervient
aussi comme sélecteur de parole ».
Aussi ajoute-t-elle que « Toute parole n’est pas préférable dans n’importe quel espace […]
l’espace définit donc la parole ou les paroles autorisées en même temps que les personnes
habilitées à proférer ces paroles autorisées […] la transgression langagière est mal tolérée
socialement ».
Pourquoi le mélange ?
L’apprenant alterne pour signaler son appartenance à un groupe socioculturel en tant que
référence implicite. Donc pour signaler une expérience linguistique de toute une micro
communauté qui entretient, au fil des trois, années en formation professionnelle, un lien
« ombilical » avec la langue française : c’est « une deuxième langue maternelle ».
D’autres motivent le recours au mélange des codes par un « déficit lexical » dans l’une
ou l’autre langue, à des degrés variables et selon les circonstances, l’emploi de la langue française
dans l’alternance codique obéit à une stratégie communicative.
14
GUMPERZ, J.J.Discourse strategies. Cambridge University Press.Traduction des chapitres 6 et 7 :
Sociolinguistique interactionnelle : une approche interprétative, p.67, Paris : Ed. L’Harmattan, 1982.
15
DMorsly, D. Espace de paroles : pratiques et enjeux, in Espace maghrébins : Pratiques et enjeux. Actes du
colloque de Taghit, 23-26 Novembre 1987, Alger : Ed. ENAG/URASC / pp.145-146 /1989.
13
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
La première raison avancée réside dans la disparité des deux langues en contact ; en effet, bien
qu’au plan théorique et moral, toutes les langues jouissent d’une égale valeur, il n’en demeure
pas moins que chacun des codes demeure marqué par son histoire et par les usages dont il fait
l’objet. A cet égard, le français et l’arbre algérien n’obéissent pas aux mêmes types d’usages.
Un échange verbal sur les différents modules, les cours, les TP…, etc. s’effectuera plus
naturellement en français qu’en arabe algérien.
L’alternance codique se produit obligatoirement, dans certaines situations formelles où le
français est de rigueur ; ce qui nous amène au choix des langues. En effet, d’après John Edwards
(2003), le choix des langues n’est jamais fait au hasard mais, il est fortement influencé par un
ensemble de contraintes ; emplacement, formalité/ informalité, Intimité, le sérieux du discours.
L’exemple suivant est celui donné par John Edwards pour son étude sur le choix des langues au
Paraguay.
Emplacement
Rural
(Guarani)
Non- rural
Formalité/ Informalité
Formel
Non- Formel
(Espagnol)
Intimité
Non intimité
(Espagnol)
Intimité
Le sérieux du discours
Non sérieux
(Guarani)
Sérieux
(Ici le choix de la langue dépend de facteurs comme
la première langue apprise, le sexe des
participants…)
14de John Edwards
Figure 01 : L’exemple de choix des langues
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Comme nous l’avons mentionné précédemment, l’une des raisons principales à l’origine du code
switching est le déficit lexical. Toutefois, il peut arriver que la langue matrice dispose de
l’efficience requise dans un domaine donné sans pour autant que disparaisse l’alternance ; les
notions de pudeur, les tabous, les impératifs moraux ont été intériorisés par le sujet au fil de
l’acquisition de sa langue maternelle.
La transgression des interdits la moins répréhensible socialement consiste à recourir à un code
second ; le locuteur peut ainsi jouer sur deux tableaux :
Contrevenir à la règle sociale tout en esquivant le rejet moral dont il aurait été l’objet, s’il avait
tenu des propos similaires dans sa langue native. Il s’agit là d’une forme courante de « stratégie
communicative d’évitement ».
Par ailleurs, l’empreinte du français scolaire et littéraire s’amplifie au gré du déroulement de la
formation et tend à se diffuser dans les domaines quotidiens d’échanges verbaux.
L’apprenant en formation professionnelle, s’éloigne progressivement de la pratique de sa langue
maternelle (l’arabe littéral et darja) en se familiarisant avec la langue de sa future profession. Sa
langue maternelle va intervenir, dans les conversations, comme une langue comblant un déficit
lexical dans le flux de son expression, évitant ainsi un éventuel « blocage expressif ». Il convient
de noter que l’usage du français en Algérie revêt une valeur d’estime liée à divers paramètres tels
que : l’héritage historico- culturel de la colonisation, Le passé prestigieux du français comme
langue de culture et de civilisation, l’extension de cette langue par les moyens modernes de
communication, etc.
Autre raison de l’alternance, le poids de l’habitude. Il est avéré qu’une observation même
superficielle des usages linguistiques en Algérie confirme l’omniprésence du français dans
toutes les strates sociales et au cours de la plupart des échanges. On peut même soutenir que
l’absence du français constitue l’exception.
15
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
1.2 L’interférence linguistique
1.2.1 Problème définitoire de la notion d’interferance linguistique
Lors d’un discours bilingue, constatations est faite qu’il y a presque toujours transfert
d’éléments d’une langue à l’autre.
Dans l’ancienne littérature, tous les exemples de transfert étaient incorporés sous le titre
« d’interférence ». En 1953, Weinreich16 pensait que l’interférence était « le cas des déviations
par rapport aux normes de l’une des deux langues qui se produisent dans le discours des bilingues
en raison de leur familiarité avec plus d’une langue, c'est-à-dire à la suite de contacts de
langues ».
Dans la définition de Mackey17aucune référence n’est faite à la norme ou a la déviation :
« L’interférence est l’utilisation de caractéristique appartenant à une langue, tout en parlant ou
en écrivant une autre ».Grosjean
18
comme Mackey préfère une définition neutre « the
involountary influence of one language on the other » qui différencie l’influence de l’emprunt
et de l’alternance codique qui sont involontaires et perceptibles lors d’une discussion entre
bilingues. Cependant trois points essentiels doivent être pris en considération :
•
Les locuteurs contrôlent tout le temps leurs discours afin d’éviter l’emprunt et le code
switching.
•
Les facteurs situationnels peuvent affecter l’interférence (la prononciation du [r] anglais
chez un bilingue hispano- anglais).
•
La distinction entre l’emprunt, le code switching et l’interférence sont moins nets chez un
jeune bilingue qui est en phase d’acquisition et une séparation entre les deux systèmes
linguistiques ne pourra exister puisque aucun des deux codes n’est pleinement et
fermement établi. La seule
et unique particularité est
l’abondance d’exemples de
mélanges (code mixing).
Dans une définition plus élaborée Josiane F. Hamers19considére l’interférence comme une
introduction de deux processus psycholinguistiques et même le produit linguistique, on conscient,
de cette interaction. Hamers pense aussi qu’une connaissance limitée d’une langue peut être à
l’origine de l’interférence qui se manifeste beaucoup plus dans la langue maternelle.
16
WEINREICH, Uriel. Languages in contact.La Haye : Mouton, 1970.
MACKEY, W. F. the description of bilinguilism, La Haye : Mouton, 1970.
18
GROSJEAN, F. Life two languages. Harvard University Press: Cambridge, MA, 1983.
19
HAMERS, Josiane F. et Blanc Michel. Blingualité et bilnguisme. Bruxelles : Mardaga, 1983.
17
16
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
1.2.2 Les manifestations linguistiques de l’interférence
a)-Interférence phonologique :
Les bilingues se référent inconsciemment aux particularités de leur langue maternelle :
rythme, accent tonique, affectant ainsi leur deuxième langue. Il est facile d’identifier les éléments
phonologiques d’une langue surtout quand ils sont absents dans l’autre langue ou différents.
Exemple : Un italien qui parle allemand ou anglais, ne peut distinguer entre les voyelles longues
et courtes comme dans beat et bit.
b)-Interférence grammaticale :
Ce type d’interférence inclut l’ordre des mots, l’utilisation des pronoms, déterminants,
prépositions, temps, aspects et modes.
Exemple : je suis né dans Souk-Ahras .‫ولدت في سوق أھراس‬
c)-Interférence lexicale :
L’interférence au niveau lexical est probablement la catégorie la plus problématique pour
un linguiste. Un bilingue peut emprunter un mot d’une autre langue en parlant à un monolingue
ou un bilingue. Ce mot emprunté peut être adéquat à la morphologie appropriée hitiste (‫)حيطيست‬.
Ceci explique un fait ou une incidence unique. Un autre type d’interférence lexicale touche le
sens du mot surtout dans le cas des expressions idiomatiques, les calques et les faux-amis.
Exemple: Je vais couper la route.‫سوف أقطع الطريق‬
Dans le cas des bilingues adultes, comme par exemple, les immigrants ayant vécu
longtemps dans un pays hôte, la deuxième langue affectera la langue maternelle.
d)-Interférence orthographique :
Ce type d’interférence est le transfert des conventions graphiques d’une langue à une
autre, par exemple un anglophone écrit addresse ou lesson en français.
17
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
1.3 Emprunt linguistique
1.3.1 Définition et type d’emprunts
L’emprunt est l’un des phénomènes dû au contact des langues et donc l’individu en est
affecté malgré lui. Le bilinguisme peut, entre autre, être une cause à l’emprunt et selon certains
sociolinguistes, il s’agit d’emprunter un mot, une expression .ou un morphème d’une langue sans
opérer de traduction, mais l’emprunt concerne t-il toute la langue ? Non, on emprunte à une
langue que certains mots appartenant aux classes lexicales ouvertes (noms, verbes …) et les
raisons peuvent-être très différentes. L’exemple phare est celui des langues dominantes
(économiquement, politiquement culturellement …) qui vont naturellement devenir donneuses
voire sources de mots à emprunter : le cas du Français, dont les autres langues ont emprunté le
vocabulaire militaire, ou celui de l’Anglais pour son importance actuelle dans le domaine de
l’informatique.
Contre toute attente, l’emprunt est considéré comme « un mécanisme normal de l’évolution
linguistique ».le mot emprunté, n’existe souvent pas dans la langue de l’individu qui emprunte. Il
s’agit d’un phénomène conscient sui engendre parfois des adaptations de type phonologique et
phonétique.
a)- Les types d’emprunt :
L’emprunt concerne les bilingues et est le résultat du contact des langues. Les
sociolinguistique ; Hamers, Blanc 20 arrivent par ailleurs à distinguer deux types d’emprunts :
l’emprunt de compétence et l’emprunt d’incompétence.
b)- l’emprunt de compétence :
Il est produit par les bilingues équilibrés, qui maitrisent parfaitement les deux langues. Ils
recouvrent à l’emprunt parce qu’ils ne trouvent
pas d’équivalences dans l’une des deux
langues, ou pour simplement créer un effet de style.
Exemple : Les jeunes entre eux préféreront dire « je te call plus tard » plutôt que « je t’appelle
plus tard » Parfois il s’agit seulement d’être plus éloquent.
Exemple : un Algérien qui parle français ; « Wallah, Je n’y étais pas ! »
20
Blanc, Michel et HAMERS, Josaine. Bilingualité et bilinguisme. Bruxelle, Margada, 1983.
18
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
c)- l’emprunt d’incompétence
Ce genre d’emprunt concerne les bilingues dominants qui font appel
maternelle chaque fois que les mots leur manquent
à leur langue
dans la langue cible. Et les emprunts
augmentent sous l’effet de la fatigue et du stress.
Dans les années 60, des chercheurs pensaient que la compétence bilingue chez les enfants,
constituait un handicap pour leur croissance cognitive. Ils attribuèrent notamment leurs difficultés
scolaires au bilinguisme. Cette idée fut tout de même traitée en 1962 lors d’une étude
comparative menée par Peal et Lambert qui ont comparé des enfants bilingues français –anglais à
des enfants monolingues. Leurs résultats attestent d’une supériorité verbale et non verbale pour
les bilingues. De nombreuses études menées par la suite ont affiné les résultats de Peal et
Lambert.
Il existe d’autres types d’emprunt dont le calque.
1.3.2 Le Calque
Le calque
est un genre particulier d’emprunt selon Darbelnet 21 puisqu’il s’agit
d’emprunter un mot, un syntagme…
Le calque est présent chez les enfants en phase d’apprentissage d’une seconde langue. En
communiquant dans celle –ci, il leur arrive de buter sur des obstacles et auront recours à leur
langue maternelle.
Exemple : « un bout de papier » ‫أعطيني‬
(Donne-moi)
En conclusion l’emprunt en tant que phénomène du au contact des langues, prouve la
compétence du locuteur, qui maitrise plus d’un système et qui y a recours quand le besoin se fait
ressentir.
1.3.4 Diglossie
Au début, le mot diglossie, fut utilisé comme synonyme au concept de bilinguisme.
Dans sa plus grande extension, le concept de diglossie est utilisé pour la description de
situations ou deux systèmes linguistiques coexistant pour les communications internes à cette
communauté. Ferguson 22dans les années 1958-60 définissait la diglossie comme : « l’usage dans
la communication de deux variétés d’une même langue, utilisées l’une ou l’autre en fonction des
21
22
DARBELNET, Jean Regards sur le français actuel. Montréal : Beauchemin , 1963.
FERGUSON, Ch. « diglossia », in World. Vol 15, 1959.
19
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
moments et des situations de discours ».Nous savons qu’une langue occupe la fonction variété
haute23 (H) et la fonction d variété basse24 (B).L’élite utilise la variété haute pour les situations
formelles tout en pouvant passer à la variété basse, alors que le reste de la communauté
communique seulement dans la seconde variété. Cas de la diglossie en Algérie : l’existence de
deux variantes d’une même langue (l’arabe) caractérise parfaitement la diglossie telle qu’elle est
définie. Par Ferguson (1950).
En effet bien qu’il n’occupe aucun statut officiel, l’arabe dialectal est quotidiennement
utilisé par la totalité de la population, alors que l’arabe classique (Standard) qui occupe un statut
officiel n’est utilisé que dans les situations formelles (Medias, écoles…). Cette définition servira
à établir clairement la différence entre une situation de diglossie et celle du bilinguisme, car là ou
le bilinguisme indique un état dans lequel l’individu peut mobiliser plus d’un code dans sa
communication, la diglossie elle, fait l’état d’un phénomène communautaire (sociétal).
Diglossie
Bilinguisme
Individu
Code A
Société
Code B
Code A
23
24
Cf. Glossaire
Cf. Glossaire
Classe inférieure
Classe
supérieure
Code B
Figure2 : Bilinguisme et diglossie
20
Code B
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conclusion
Pour conclure on peut dire que :
•
Le contact des langues inclut toute situation dans laquelle une présence simultanée de
deux langues affecte le comportement langagier d’un individu.
•
Le concept de contact de langues regroupe d’autres concepts comme le bilinguisme, code
switching …etc.
•
Un monolingue + un monolingue = bilingue (bilingualité), quand on parle de la société, il
s’agit alors de bilinguisme.
•
L’alternance codique est le passage dynamique d’une langue à une autre.
•
Il existe trois types d’alternance codique ; intra phrastique, inter phrastique et extra
phrastique.
•
L’alternance codique fait partie du bilinguisme, qui lui- même, fait partie du contact des
langues.
•
Pour certains linguistes le code switching fait partie du code mixing.
Contacts des langues
Bilinguisme
Bilingualité
Interférence
Emprunt
Code switchnig
Figure 3 : Le contact des langues et ses concepts
21
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
•
L’alternance codique, est un passage obligatoire pour tout monolingue ayant l’intention
de devenir bilingue.
•
Les apprenants algériens en langue française et plus précisément ceux de l’INSFP de
Souk-Ahras pratiquent amplement l’alternance codique, ce qui pourrait être interprété
comme une marque révélatrice d’un début de transition linguistique.
•
Ces apprenants utilisent la variété mésolectale.
•
Ces derniers alternent dans le but d’impressionner ou convaincre (Force illocutoire) leur
interlocuteur ou lorsqu’ils sont confrontés à une incapacité lexicale.
22
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Chapitre II
Le français de spécialité : quels apports pédagogiques ?
23
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
2. Définition du domaine du FOS
A partir des années quatre-vingt-dix du siècle précédent, le Français sur Objectifs
Spécifiques (FOS) commence à gagner du terrain malgré un certain essoufflement politique et
didactique.
Les services culturels relavant du Ministère des Affaires Étrangères proposent des formations
pour répondre à des besoins professionnels comme le français médical, le français des affaires, le
français des relations internationales, etc. A cela s’ajoute l’intérêt croissant porté à la formation
linguistique des étudiants étrangers :
« De fait, la formation linguistique d’étudiants de médecine, de droit, de sciences
exactes, est une des priorités de la coopération universitaire. On appelle ces étudiants des non
spécialistes (sous entendu : en français) ou encore des publics spécifiques. Cette priorité est
illustrée dans presque toutes les aires géographiques (…) Par ailleurs, du côté de la formation
initiale, presque toutes les maîtrises de FLE offrent une option français sur objectif spécifique.
De façon plus générale, en 1994-1995, la France a accueilli près de 135 000 étudiants étrangers,
soit environ 10 % de sa population estudiantine ce qui la mettait en proportion au premier rang
des pays industrialisés. Parmi ceux-ci, les étudiants dits scientifiques étaient particulièrement
ciblés par les services culturels, dont une des charges est de les orienter le plus efficacement
possible vers les formations idoines offertes par les universités » (Cuq & Cruca, 2003 : 325)
Quant au monde éditorial, il s’active afin de répondre au développement du FOS. La
preuve en est que Le Français dans le Monde a publié deux numéros spéciaux sur le FOS, l’un
Publics spécifiques et communications spécialisées en 1990, l’autre Français sur objectifs
spécifiques : de la langue aux métiers en 2004. De même, Eurin et Henao (1992) ont publié
Pratiques du français scientifique ainsi que Lehmann (1993) détaille, lui, ce français spécialisé
dans Objectifs spécifiques en langues étrangères. Notons aussi la récente publication de Le
français sur Objectifs spécifiques et la classe de langue (Carras, Kohler, Sjilagyi et Tolas, 2007).
L’appellation Français sur Objectifs Spécifiques (FOS) est calquée sur l’expression
anglaise English for Specific Purposes (ESP) et circule plus volontiers dans les milieux
didactiques que le terme « fonctionnel » qui donne lieu à plusieurs significations. Rappelons dans
ce contexte les critiques de certains didacticiens préférant l’appellation de l’« enseignement
fonctionnel du français » au « français fonctionnel ». Le FOS s’intéresse avant tout aux besoins
des apprenants (souvent des adultes et des professionnels) qui veulent suivre des formations bien
ciblées compte tenu de leur temps limité consacré à l’apprentissage. Leurs besoins
d’apprentissage déterminent les différentes composantes du processus de l’apprentissage.
24
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Le Français sur Objectifs Spécifiques trouve ses origines en Angleterre grâce aux travaux
de Hutchinson et Waters (1987). Ils s’inscrivent comme les pionniers de l’ESP qui a vu le jour
grâce à la publication de leur fameux livre English for Specific Purposes, A Learning centred
approche. Dans cet ouvrage, ils soulignent le principe fondamental du FOS: « Toutes les
décisions concernant le contenu et la méthodologie sont basées sur les raisons pour lesquelles
l’apprenant apprend une langue étrangère» (Hutchinson & Waters, 1987 : 19)
Selon les deux auteurs, l’évolution de l’ESP a connu cinq étapes distinctives :
- L’identification d’un registre grammatical et d’un registre lexical pour chaque « type» d’anglais
;
- Le recours à l’analyse du discours et à l’analyse « rhétorique » c’est-à-dire à l’aspect
communicatif. Au cours de cette étape, les deux auteurs font allusion à une confusion
entre la différenciation des formes de l’ESP par les modes d’organisation des discours et la
recherche générale d’une approche de la didactique fondée sur la communication et les
interactions ;
- L’analyse de la situation cible et des besoins afférents est liée à un type de processus
linguistique, parfois celui de la première phase ou plus généralement celui de la
deuxième (compréhension orale /écrit, expression orale/écrit) ;
- L’étude des compétences linguistiques (des skills) et des stratégies de compréhension et
d’expression. Dans ce contexte, Henri Portine souligne la différence entre la conception des skills
vue par Hutchinson et Waters et la conception classique de ces skills : celle-ci concerne le double
binône (compréhension orale, compréhension écrite, expression orale et expression écrite: « la
conception classique s’explicitait en termes de tâches alors que la conception exposée par T.
Hutchinson et A. Waters l’est en termes de ce processus de pensée », il y a là une différence qui
n’a peut-être pas été prise en considération (peut-être du fait de la difficulté à penser
l’articulation entre psychologie et didactique des langues» (Portine, 1990 : 66)
- La centration sur l’apprentissage (learning–centred approch) qui se caractérise par un double
rapport aux activités de l’apprenant. Ce dernier est lié à la fois aux activités langagières et
activités cognitives. Notons que l’ESP a connu deux centrations sur l’apprenant: l’une porte sur
les besoins de l’apprenant et l’autre concerne le « processus d’apprentissage » de l’apprenant. La
première est de type sociolinguistique alors que la deuxième est psycholinguistique.
Selon Portine (1990), l’ESP semble être l’espoir qui pourrait répondre aux préoccupations de
plusieurs disciplines (des théories linguistiques de l’énonciation et des théories concernant la
philosophie du langage comme celles de Searle (1972) ou de Jacques (1987) au sujet de la
25
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
compréhension de la cognition. A ce stade, il s’avère nécessaire de citer l’ouvrage de GallaisHamonno (1982) Langage, langue et discours économiques pour deux raisons. D’un côté, il
constitue un des travaux sur l’ESP faits hors du monde anglo-saxon sans oublier bien sûr ceux du
CRAPEL de l’Université de Nancy II. D’un autre côté, l’auteur s’intéresse à l’aspect cognitif.
D’après lui, le langage véhicule la théorie : « C’est la théorie et non des divergences
entre langues communes d’origine qui marque la distinction entre les différentes langues de
spécialité » (Gallais-Hamonno, 1982 : 251-252). Quand un discours s’adresse à un public, il
s’agit d’un discours scientifique, mais aussi un discours pédagogique destiné à un public visé.
Il note également que les travaux sont caractérisés par ce qu’il appelle « la puissance
structurante du concept » à laquelle il reproche le manque d’homogénéité linguistique.
Le FOS est marqué par sa centration sur l’apprenant qui est le point de départ de toute
activité pédagogique. Le souci de l’apprenant du FOS est la réalisation de son but le plus
rapidement possible et devient ainsi le centre d’intérêt dans toutes les activités pédagogiques. La
problématique essentielle du FOS est fondée sur certains critères. La préoccupation de
l’apprentissage du français s’opère suivant un besoin bien ciblé dans le temps et l’espace pour
atteindre l’objectif fixé au départ pour la majorité des professionnels et fonctionnaires.
D’où vient l’expression « objectifs spécifiques » ?
Le FOS est un contenu que l’on retrouve dans une variété de cours spécialisés. Dans un cours de
droit, par exemple, le lexique du droit, très particulier, fait partie du cours alors qu’il ne s’agit pas
d’un cours de FOS mais bien d’un cours de droit. Le FOS, quand il est l’objet privilégié d’un
cours attire de nombreux non-francophones en France.
Le concepteur élabore souvent des cours d’une discipline qu’il ignore complètement. Le choix du
domaine s’opère suivant la demande de la majorité des publics du FOS, c’est pourquoi, on
s’intéresse à présenter un guide de ressources du FOS qui pourrait assister le concepteur dans
l’élaboration des cours.
Le FOS a fait l’objet de multiples évolutions qui ont marqué son parcours historique et
méthodologique. « Au plan notionnel, pour qu’un nom ait droit au titre de terme, il faut qu’il
puisse, en tant qu’élément d’un ensemble (une terminologie), être distingué de tout autre » (Rey,
1979 : 20)
Ce chapitre propose de suivre le parcours du FOS tout au long de son histoire dans le but de
mieux cerner les caractéristiques de chaque étape de son développement. Pour ce faire, l’accent
26
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
sera mis sur les différents publics visés par cet enseignement spécialisé. Selon la nature de ces
publics, le FOS se voit adopter une approche méthodologique différente pour répondre à leurs
besoins spécifiques.
•
Le français militaire.
Le début de l’apprentissage du Français sur Objectifs Spécifiques remonte aux années vingt
du siècle précédent. Ces années connaissent la parution du premier manuel d’un français
spécialisé. Il s’agit d’un ouvrage intitulé Règlement provisoire du 7 juillet pour l’enseignement
du français aux militaires indigènes25 (1927). L’année suivante, on assiste à la naissance de la
deuxième partie du même ouvrage, publié toujours chez le même éditeur. Nous pouvons qualifier
le français enseigné dans ces deux manuels de « français militaire ». La commission de rédaction
est présidée par le général Monhoren, membre à l’époque du Comité consultatif de défense des
colonies. Cette commission comprend également un colonel, deux médecins militaires de
l’Inspection générale du service de santé des colonies, quatre chefs de bataillon et un lieutenant.
La commission de rédaction détermine les objectifs visés par ce type d’apprentissage spécifique :
« La guerre a mis en évidence les services que peuvent rendre les troupes indigènes et nous a
laissé de nombreuses formations aptes à alléger, dans une grande mesure, les charges militaires
qui, jusqu’alors, incombaient presque uniquement aux contingents de la Métropole. L’expérience
a montré que, pour donner à ces troupes toute leur valeur, il était indispensable de leur assurer,
dans la connaissance de notre langue, un bagage de plusieurs centaines de mots et d’expressions
facilitant les rapports de la vie courante militaire et devant, d’ailleurs, après leur retour à la vie
civile, contribuer au développement de la richesse de nos colonies en rendant plus aisées les
relations des indigènes avec nos administrateurs, nos commerçants et nos industriels »(Le
Règlement pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, 1927, repris par Khan, 1990
: 97)
Donc, il ne s’agit pas d’apprendre le français mais précisément un bagage de plusieurs
centaines de mots et d’expressions tout en favorisant la rentabilité de ce type du français
militaire. Ce règlement militaire se divise en deux parties principales. La première partie est
destinée à tous les tirailleurs. Elle contient des mots et des expressions indispensables aux
instructeurs pendant la période de débourrage. Quant à la deuxième partie, elle concerne les
engagés, les rengagés et les cadres où on peut trouver des notions d’écriture, de lecture, de calcul
25
Commission militaire (1927): Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux
militaires indigènes, Charles-Lavauzelle et Cie, Editeurs militaires, Paris, Limoges, Nancy.
27
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
et les éléments du système métrique. Cette partie reprend les mêmes sujets déjà abordés dans la
première partie tout en changeant le lexique utilisé et les tournures des phrases.
•
Le français scientifique et technique et le français fondamental.
Vers la fin des années 1950 et le début des années 1960, apparaissent deux nouveaux avatars
du FOS : le FST et le français fondamental. L’appellation du français scientifique et technique
était utilisée à l’époque pour cette langue de spécialité dans les domaines scientifique et
technique. Elle concerne des variétés de langue et des publics spécifiques sans préciser une
méthodologie particulière. « La désignation FST résulte d’une décision politique datant de la fin
des années 1950, prise dans un contexte de défense des intérêts économiques de la France, de
son influence géopolitique (en particulier dans les pays en voie de développement, dont les excolonies françaises » (Holtzer, 2004 : 15). Entre les appellations langue de spécialité et langue
spécialisée, Lerat P. (1995) accorde sa préférence à la langue spécialisée qu’il définit « l’usage
d’une langue naturelle pour rendre compte techniquement de connaissances spécialisées »
(Ibidem : 21). Une telle définition souligne, selon l’auteur, l’aspect unitaire de la langue et ses
usages.
Notons que le FSP fait son émergence grâce au soutien institutionnel des services chargés de la
diffusion du français à l’étranger. Nous en citons à titre d’exemple :
1- En 1961, la création du Centre scientifique et technique français de Mexico. Il
consacre ses débuts à la coopération technique et scientifique tout en organisant des cours de
français à des publics spécifiques,
2- En 1967, la tenue du colloque international à Saint-Cloud avec le soutien de
l’Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française
(AUPELF) et l’Association Internationale de Linguistique Appliquée (AILA),
3- Les services culturels à l’ambassade de France à Damas entament un enrichissement du
Français Fondamental pour les mathématiques,
4- À la commande du Ministère des Affaires Étrangères, les éditions Hâtier élaborent en 1971, un
nouveau manuel intitulé Français scientifique et technique par Masselin, Delsol et Duchaigne.
Dans ce contexte, nous assistons à une volonté politique adoptée par le Ministère des
Affaires Étrangères en faveur d’un discours qui est différencié selon les zones. Des citations de
documents internes au MAE reflètent clairement cette tendance :
1. « En Europe, la diffusion doit s’appuyer sur des institutions « ayant un effet réel sur l’opinion
(médias de masse) » ;
28
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
2. « Là où le français s’effrite (Amérique latine), les efforts doivent s’exercer sur les pays qui
présentent intérêt économique et politique majeure » ;
3. « Là où le français est distancié de façon irréversible (Asie du Sud-est), on limitera les
objectifs à des auditoires spécialisés et techniques et scientifique » (Ces citations sont reprises
par Lehmann, 1993 : 69)
Dans ce contexte, nous assistons à une volonté politique adoptée par le Ministère des
Affaires Étrangères en faveur d’un discours qui est différencié selon les zones. Des citations de
documents internes au MAE reflètent clairement cette tendance :
1. « En Europe, la diffusion doit s’appuyer sur des institutions « ayant un effet réel sur l’opinion
(médias de masse) » ;
2. « Là où le français s’effrite (Amérique latine), les efforts doivent s’exercer sur les pays qui
présentent intérêt économique et politique majeure » ;
3. « Là où le français est distancié de façon irréversible (Asie du Sud-est), on limitera les
objectifs à des auditoires spécialisés et techniques et scientifique » (Ces citations sont reprises
par Lehmann, 1993 : 69)
Cette tendance politique ne fait que préparer le terrain plus tard au français fonctionnel qui
connaîtra sa gloire au cours des années soixante-dix. À ce stade, ce qui importe, c’est de mettre
en lumière le contexte didactique pour mieux comprendre l’approche méthodologique du français
de spécialité. Utilisée au cours des années soixante, cette appellation est marquée par la
méthodologie structuro-global audiovisuelle (SGAV) de la première génération. Avec la
conception d’un cursus, l’enseignement du français de spécialité suit la progression suivante :
niveau 1, niveau 2 et perfectionnement. Cette progression méthodologie ne fait qu’emboîter le
pas à celle du Français Fondamental : FF1, FF2 et vocabulaire d’initiation.
L’intérêt est alors porté à la fois sur les lexiques spécialisés et la sélection syntaxique.
Notons que le Français Fondamental a une influence sur l’approche méthodologique du français
de spécialité. À la suite de la deuxième guerre mondiale, l’anglais devient de plus en plus la
langue des communications internationales et le français se sent alors menacé. La France a décidé
alors de renforcer son implantation dans les colonies, de restaurer son prestige à l’étranger et de
lutter contre l’essor de l’anglais sur la scène internationale. En 1951, le Ministère de l’Éducation
charge le Centre d’études du français élémentaire d’élaborer un inventaire facilitant
l’apprentissage du français. Sous la direction de Georges Gougenheim, une commission des
linguistes s’est réunie pour réaliser cette mission. Parmi ces linguistes, nous en citons Aurélien
Sauvageot, René Michéa, Emile Benvéniste et Paul Rivenc Le Français fondamental (1959) est
29
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
l’inventaire lexical des termes les plus fréquents du français, assortis des structures
grammaticales essentielles. Il est basé sur une gradation grammaticale et lexicale à partir de
l’analyse de la langue parlée. Il se présente sous forme d’une étude lexicale en deux listes :
1. Le Français Fondamental, premier degré, constitué de 1475 mots.
2. Le Français Fondamental, second degré de 3000 mots.
Le français fondamental est considéré comme une base indispensable pour une première étape
d’apprentissage du FLE pour des élèves en situation scolaire. Il leur propose une acquisition
progressive et rationnelle qui permet ainsi de mieux maîtriser le français. De point de vue
pédagogique, les manuels du français de spécialité suivent le cursus méthodologique du Français
Fondamental. Ce dernier se divise en premier degré, deuxième degré et au-delà.
Ce modèle s’applique sur les méthodes de langues de spécialité :
1. Niveau I : Les bases de la langue usuelle, avec un contenu basé sur FF1
2. Niveau II : Tronc commun scientifique reposant sur le Vocabulaire Général d’Orientation
Spécifique (VGOS).
3. Le perfectionnement : les langues spécialisées par discipline avec des Vocabulaires
d’initiation (Gaultier & Masselin, 1973)
•
Le français instrumental.
Au début des années soixante-dix, un autre type de français de spécialité
commence à gagner du terrain. Cette fois-ci, il s’agit du Français Instrumental dont
l’appellation a été lancée en Amérique latine. « L’adjectif « instrumental » véhicule l’image
d’une langue objet, d’une langue outil permettant d’exécuter des actions, d’effectuer des
opérations langagières dans une visée pratique et une sorte de transparence des messages »
(Holtzer., 2004, 13) Le français instrumental accorde une importance particulière à la lecture des
textes spécialisés. Son objectif principal consiste à mettre l’enseignement au service du
développement technique et scientifique. Aupècle et Alvarez voient le français instrumental ainsi
: « C’est l’enseignement du français, langue étrangère, à des étudiants qui, sans se
spécialiser en français, doivent avoir accès, en général dans leur pays, à des documents écrits de
caractère informationnel » (Aupècle & Alvarez, 1977: 101) En s’appuyant sur des textes
spécialisés, le FI prend en compte les publics auxquels ces textes s’adressent, ce qui a favorisé
certainement sa diffusion. Selon le FI, l’apprentissage du français n’est pas un objectif en luimême mais il n’est qu’un moyen, voire un « instrument » pour faciliter l’accès aux textes de
30
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
spécialité. Le public intéressé par ce type d’apprentissage est souvent des étudiants universitaires
ou des doctorants qui cherchent à suivre des cours qui puissent les rendre autonomes en
compréhension écrite. Cette expérience pédagogique du français instrumental a
eu un grand succès en Amérique latine : Brésil, Mexique, Argentine, etc. Il commence à occuper
le devant de la scène des colloques et des conférences des enseignants du FLE. Par exemple, lors
des séminaires des enseignants de français latino-américains, organisés dans le cadre des
SEDIFRALE (Sesiones para Docents e Investigadores de Frances Lengua extranjera) (Sessions
des doctorants et des chercheurs en français langue étrangère) qui se tiennent tous les deux ou
trois ans depuis la fin des années soixante-dix, un des axes de recherche abordés régulièrement
est celui du français instrumental. Rappelons également la création dès 1961 du Centre
scientifique et technique de Mexico. Reste à souligner qu’à l’École Normale Supérieure de Lima
(Pérou), un enseignement de mathématiques et d’informatiques est dispensé en français
accompagné d’une formation linguistique.
•
Le français fonctionnel.
Le français fonctionnel a vu le jour au cours de l’année 1974, riche en évolutions politiques
et économiques. Sur le plan économique, le monde est obligé alors de gérer la crise économique
due au choc pétrolier, situation qui a eu des répercussions négatives sur la diffusion du français à
l’étranger. La langue de Molière est victime d’un recul remarquable au niveau mondial qui se
manifeste à travers plusieurs changements (Lehmann, 1993) à savoir :
- Plusieurs pays décident de diminuer les heures consacrées à l’enseignement des langues
étrangères, y compris le français,
- Le recul du français gagne aussi les anciennes colonies en Afrique noire qui était
considérée comme un espace francophone traditionnel,
- Le gouvernement français mène des restrictions budgétaires vis-à-vis de la diffusion du français
à l’étranger :
* Disparition des « commissions audiovisuelles »,
* Diminution du nombre des coopérants culturels,
* Création des « bureaux pédagogiques ».
Face à cette dégradation de la diffusion du français à l’étranger, les responsables du
Ministère des Affaires Étrangères notamment ceux de la Direction Générale des Relations
culturelles, Scientifiques et Techniques (DGRCST) ont pris l’initiative de chercher de nouveaux
31
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
publics qui pourraient rendre au français sa position privilégiée à l’étranger. Les publics visés
sont à la fois des scientifiques, des techniciens et des professionnels. Cette volonté de récupérer la
position privilégiée du français sur la scène internationale est exprimée dans certains documents
internes du Ministère des Affaires Étrangères (MAE) :
-« La culture n’est pas seulement littéraire mais scientifique »,
-« Une attention particulière devra être portée à la catégorie des adultes motivés »,
-« Il importe d’étendre l’usage du français comme langue de spécialité »,
-« L’activité de nos missions à l’étranger doit être orientée vers les sciences
humaines » (MAE : documents internes repris par Lehmann, 1993 : 70)
Ces citations expriment clairement la forte volonté des décideurs de la diffusion du
français à l’étranger de développer cette langue en régression. Cette volonté est marquée par deux
aspects essentiels. D’une part, l’enseignement du français ne se limite pas à un public littéraire
(les étudiants des facultés des Lettres ou de Pédagogie) mais il s’adresse aussi à un public plus
diversifié qui touche tous les domaines professionnels. Alors, le champ du français s’élargit pour
atteindre de nouveaux publics, donc une demande croissante. D’autre part, on parle d’un français
fonctionnel plutôt que du français secondaire enseigné dans les écoles comme première ou
deuxième langue étrangère. Dans ce contexte, notons que le terme du« français fonctionnel » fait
son apparition notamment dans les textes officiels et les milieux
didactiques :
- En 1975, le CREDIF organise un séminaire intitulé : « Session de formation sur le
français fonctionnel »,
- « Approches d’un français fonctionnel », Études de linguistique appliquée N° 23, 1976,
- Aupècle, M. & Alvarez, G. Français instrumental et fonctionnel, AUPELF, 1977,
- Rencontres didactiques à Mexico « L’enseignement fonctionnel du français en Amériquelatine
en 1977 »
Cette volonté politique favorisant le français fonctionnel aboutit à une évolution
considérable de ce dernier. Cette évolution se concrétise par plusieurs mesures ayant pour
objectif de maintenir le français à l’étranger, mentionnons les plus importantes :
- Lancement par le Ministère des Affaires Étrangères de 14 films (1975-1978) intitulés
«Témoignages pédagogiques» dont dix sont consacrés à l’enseignement du français
fonctionnel ;
- Création en 1976 des centres d’études et de documentation scientifique et technique
32
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
(CEDST Mexico et à Lima par exemple) et des formations linguistiques à l’appui comme celles
menée à la faculté des sciences de Khartoum au Soudan ;
- Tentatives d’implanter des enseignements techniques et scientifiques aux universités à
l’étranger : Université de Hamadan en Iran et Collègue Technologique Swon en Corée ;
- Multiplication des missions portant sur le français fonctionnel à l étranger apportant des
formations, expertise et aussi assistance pédagogique en français fonctionnel ;
- Le programme intitulé «Formation des boursiers prioritaires» lancé en 1976 par le
gouvernement Chirac (1974-1976) dans le cadre du septième plan, concerne neuf pays
non-francophones avec lesquels la France veut développer ses relations. Les pays
concernés sont riches en matières dites stratégiques comme le pétrole et l’uranium. Ceci montre
les imbrications qui se sont établies entre la politique et le français fonctionnel.
Ce dernier semble alors être au service d’une politique adaptée par le gouvernement
Chirac. En 1977, on assiste à la publication du rapport François qui trace les grandes
lignes de cette politique : « Les actions de coopération devraient être redéployées de
manière à développer les actions de coopération des futurs élites des pays qui sont, ou
qui ont vocation de devenir des partenaires économiques privilégiés de notre pays »
(repris par Lehmann, 1993 : 71).
Le même rapport indique les caractéristiques des pays visés par ce programme de
formation. Ils sont des pays : « proches du décollage économique », « stables politiquement », «
aptes à jouer un rôle pilote dans une zone géographique donnée », « fortement solvables
(exportateurs de pétrole), « vendeurs des matières premières ou acheteurs de produits finis »
(Ibidem). Le « programme des boursiers prioritaires » assure à des étudiants d’élite une
formation souvent du troisième cycle. Cette formation se fait dans des établissements de
l’enseignement supérieur français. Le fait de centrer ce programme sur une catégorie particulière
d’étudiants étrangers indique la nature institutionnelle et politique du français fonctionnel. Lors
des rencontres interuniversitaires (1979, 1980, 1981), des formations linguistiques ont été prises
en charge par l’AUPELF et par le CREDIF. Notons également que ce programme est au centre
d’autres opérations du français fonctionnel comme :
- Cette vague du français fonctionnel a des effets éditoriaux. De 1970 à 1980, les matériels
pédagogiques et les réflexions méthodologiques se sont multipliés,
- Le Ministère des Affaires Étrangères a organisé, par le biais du CREDIF, le « Séminaire sur
l’enseignement fonctionnel du français » (1975-1979) qui était considéré comme la formation des
formateurs prioritaires.
33
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Cette tendance soutenue par les responsables politiques continue à occuper le devant de la scène
jusqu’à la fin des années soixante-dix. On souligne l’intervention du ministre François-Poncet à
propos de la politique culturelle et extérieure de la France. Il affirme l’importance de : «
s’adapter à la demande d’un public nouveau qui souhaite apprendre le français comme moyen
d’accès à une spécialisation scientifique ou technique, donc comme langue véhiculaire». (Ibidem
: 72)
2.1 Quelles Difficultés affrontent le FOS
Le concepteur comme l’apprenant enregistrent des difficultés quant au suivi et l’élaboration
d’une formation traditionnelle du FOS.
a) Le manque de formation en FOS :
Le FOS est souvent méconnu par les enseignants du français notamment dans les pays non
francophones de par sa réalité : son public, ses besoins, ses objectifs, sa méthodologie, etc. C’est
la raison qui les pousse à refuser d’élaborer des cours du FOS ou s’ils le font c’est sans se
soumettre à sa méthodologie, de cette manière l’aboutissement de la formation ne peut atteindre
les résultats escomptés ce qui va engendrer l’abandon des apprenants. Une formation
d’enseignants s’avère nécessaire pour la compréhension de la réalité du FOS.
b)
L’absence du contact avec les apprenants avant la formation :
Le concepteur reçoit normalement la demande de formation de la part d'une institution
sans pouvoir prendre contact avec les apprenants pour savoir leurs besoins langagiers qu'il faut
prendre en compte lors de la formation prévue. L'institution concernée donne au concepteur une
image globale des besoins des apprenants. Mais cette image reste toujours la vision de
l'administration formulée par des responsables. Certes, le concepteur doit la prendre en compte
mais l’absence du contact direct avec les apprenants rend la tâche du concepteur plus difficile.
Or, il commence à formuler des hypothèses sur les besoins langagiers et les situations-cibles.
Sans ce contact, très important, le concepteur ne peut confirmer ou infirmer ses hypothèses
qu'après le commencement de la formation, ce qui l'oblige à modifier souvent le contenu de
quelques cours. C'est pour cela, on recommande à tout concepteur des cours de FOS de prendre
contact direct (entretiens, discussion, etc.) ou indirect (sondage, grille d'analyse, etc.) avec les
34
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
apprenants avant la formation. Une telle démarche contribue à mieux savoir le niveau des
apprenants en langue cible, leurs objectifs, leurs besoins, etc.
c)
La spécialité du contenu des cours du FOS :
Le concepteur connait certains domaines plus que d’autres dépendamment des situations qu’il
a vécues. Il se trouve incapable de formuler tout seul des hypothèses sur les situations de
communications qu’affrontent les spécialistes de divers domaines tels que le tourisme,
l’ophtalmologie…, ce n’est pas sa mission ,mais il doit passer par une période de familiarisation
avec le domaine des cours du FOS en vue de savoir ses grandes lignes, sa structure, son
fonctionnement, ses acteurs, ses situations de communication ,son lexique récurrent…etc. Cette
étape a pour objectif d’aider le concepteur dans son élaboration des cours.
d)
L'évolution des besoins des apprenants lors de la formation:
Le concepteur des programmes constate parfois un changement des besoins des
apprenants au cours de la formation. Ils demandent d'aborder de nouveaux thèmes spécialisés qui
n'étaient pas prévus par le concepteur avant la formation. Une telle situation l'oblige à revoir le
contenu de ses cours. Alors, il abandonne parfois des cours déjà préparés tout en cherchant de
nouvelles données en vue d'élaborer d'autres cours sur les thèmes demandés par ses apprenants.
Certes, c'est difficile pour le concepteur de changer ses cours ou de les modifier mais il doit se
montrer souple vis-à-vis aux besoins de ses apprenants dans le but de réaliser les résultats
escomptés de la formation suivie.
2.1.1 Les difficultés de l'apprenant du FOS
a) L'absence du choix ;
Certains apprenants se voient parfois obligés par leur institution professionnelle de suivre des
cours du FOS sans savoir leur l'utilité. Ils assistent aux cours proposés sans avoir aucune
motivation. Celle-ci constitue un facteur-clé dans l'apprentissage en général et notamment celui
du FOS. Actuellement, on constate que des entreprises non francophones s'intéressent à avoir
relations commerciales avec leurs homologues en France. Donc, ils ont besoins de préparer leur
personnel afin de bien mener ces relations aussi bien à l'oral qu'à l'écrit. Dans une telle situation,
les apprenants ne sont pas consultés à propos de leurs besoins langagiers. On peut trouver la
35
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
même situation dans certaines universités non francophones qui accordent une importance à
ouvrir des filières francophones au sein de leurs établissements. Ces derniers imposent à ces
étudiants certaines de leurs spécialités enseignées en français. En vue de surmonter cette
difficulté, l'institution, qu'elle soit professionnelle ou universitaire, doit convaincre ses membres
des avantages qu'ils pourront tirer des cours en FOS. Par exemple, dans une entreprise, les cours
du FOS aident le personnel d'avoir une promotion au niveau professionnel. Une telle promotion
signifie certainement une augmentation de leur salaire. Dans le monde universitaire, les étudiants
du FOS seront mieux préparés au marché du travail qui demande de plus en plus des
professionnels maîtrisant des langues étrangères dans leur spécialité.
b) La difficulté temporelle :
La plupart des publics du FOS sont souvent des professionnels qui ont des occupations.
Celles-ci rendent limité leur temps consacré à l'apprentissage. Si l'institution des apprenants
propose de suivre des cours du FOS, les apprenants ont alors le temps pour le faire. Sinon ils sont
obligés de suivre ces cours après une longue journée du travail ou pendant leurs jours de congé.
S'ils ne sont pas motivés de suivre ces cours traditionnels du FOS, ils finissent par abandonner
l'apprentissage. il faut tenir compte du fait que le temps limité à l'apprentissage est une des
principales caractéristiques des publics du FOS.
c) La difficulté de déplacements :
Les apprenants du FOS sont parfois obligés de se déplacer à un endroit loin de leur domicile
ou de leur travail pour assister aux cours du FOS. Ces derniers se tiennent souvent dans les
grandes villes, alors les apprenants de province ont du mal à y assister régulièrement. Se déplacer
dans une autre ville ou même dans la même ville prend beaucoup de temps alors que les
apprenants du FOS ont du temps très limité pour l'apprentissage ce qu'on a souligné dans la
difficulté précédente. Face à problème, ce site a élaboré une formation à distance pour le FOS.
Les apprenants peuvent suivre des cours du FOS dans les quatre coins du monde sans avoir
besoin de se déplacer. Ceci donne aux apprenants la possibilité de choisir les heures
d'apprentissage selon leur emploi de temps professionnel.
36
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
d) La difficulté financière :
Le coût élevé des cours du FOS n'est que le résultat des difficultés précédentes. Les cours
traditionnels du FOS coûtent cher vu le temps de leur apprentissage et les déplacements à faire. A
cela s'ajoute le programme du FOS qui vi+-se principalement un public très limité dans une
spécialité pointue (chimie organique, ophtalmologie, chirurgie esthétique, gestion des entreprises,
etc.). Dans une telle situation, le concepteur se trouve souvent en face d'un petit nombre
d'apprenants lors de la formation. Il en résulte que la rentabilité des cours est, d'une part faible
pour le concepteur vu le temps qu'il a passé à élaborer les cours (analyse des besoins, collecte des
données, préparation des activités langagières...etc.). D'autre part, les apprenants payent cher les
cours du FOS à cause de leur nombre restreint en classe. Les TICE peuvent résoudre ce problème
en proposant une formation accessible pour un très grand nombre d'apprenants. Alors, elles
seront plus rentables pour le concepteur et moins chères pour les apprenants.
e) La difficulté psychologique :
La plupart des publics sont des adultes qui ont terminé leur apprentissage depuis un certain
temps où ils se sont engagés dans le monde professionnel. Il s'agit parfois de responsables et de
cadres qui ont du mal à reprendre le chemin de la classe. Ils se trouvent souvent à côté de jeunes
qui suivent la même formation. C'est pourquoi, ils hésitent à assister à ces cours traditionnels en
se contentant dans la plupart de temps d'acheter un manuel dans le domaine visé, ce qui ne
satisfait pas ses besoins de l'apprentissage.
2.1.2
Les caractéristiques des publics du FOS
Ce sont les publics qui constituent la particularité principale de cette branche du FLE. Ils se
distinguent par les points suivants:
a) La diversité des publics du FOS :
Les publics du FOS sont marqués par leur diversité qui comprend plusieurs catégories. Cette
diversité témoigne de la richesse de cette branche du FLE. Elle regroupe à la fois des travailleurs
migrants, professionnels, spécialistes ainsi que des étudiants Le public du FOS est marqué par sa
diversité qui comprend plusieurs catégories. Cette diversité témoigne de la richesse de cette
branche du FLE. Elle regroupe des travailleurs migrants, professionnels, spécialistes ainsi que
37
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
des étudiants poursuivant leurs études dans des universités francophones. Il s'avère important de
mettre l'accent sur les principaux acteurs de cette diversité:
b) Les professionnels et les spécialistes ne quittant pas leur pays :
Beaucoup de professionnels et de spécialistes non francophones ont besoin de français dans
leurs activités professionnelles. L'importance de ce besoin varie selon leurs activités selon le
milieu du travail. Il peut être primordial pour exercer leur métier. C'est le cas des guides
touristiques travaillant avec des touristes francophones. Dans leur cas, le français est d'une
importance capitale afin qu'ils puissent faire face aux situations de travail. Pour d'autres
professionnels, le FOS les aide à prendre contact avec leurs homologues francophones venant
participer à des projets communs. Prenons l'exemple des techniciens et des architectes égyptiens
travaillant avec leurs homologues français dans la construction du métro du Caire. Citons
également la tendance de la délocalisation de certaines entreprises françaises qui commencent de
plus en plus à s'installer dans des pays de l'Europe d'Est (La Roumanie, La Bulgarie, L'Hongrie,
etc.). Les ingénieurs et les techniciens locaux de ces pays ont besoin du FOS en vue de bien
mener leurs communications aux milieux professionnels. Reste à noter le besoin aléatoire de
certains spécialistes notamment universitaires qui se montrent de temps en temps intéressés à lire
des références et à participer à des colloques ou des conférences en français dans leur domaine de
spécialité.
c) Le public étudiant :
Le public étudiant constitue une composante importante dans la diversité du FOS. Il
représente la ressource inépuisable qui garantit la présence active du FOS au sein des universités
et des centres de langues. Dans ce contexte, on peut distinguer deux types d'étudiants. Le premier
type concerne ces étudiants étrangers, souvent boursiers, qui s'intéressent à poursuivre leurs
études supérieures dans des universités francophones (françaises, canadiennes, belges, etc.). Le
deuxième type s'agit d'étudiants qui restent dans leurs pays nataux en suivant des cours aux
filières francophones qui connaissent un grand succès dans le monde entier. Dans les deux cas,
ces étudiants ont besoin de suivre des cours, lire des références, rédiger des mémoires, voire des
thèses, discuter avec leurs professeurs, etc. Pour ce faire, ils doivent maîtriser plus ou moins le
français dans leur spécialité. Ils ont deux possibilités pour le faire: soit ils suivent un stage
intensif en FOS avant de partir à l'étranger, soit ils suivent des cours en FOS organisés par
38
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
certaines universités francophones au début de leurs études. Vu leur temps limité, ces cours
semblent insuffisants pour préparer les étudiants à accomplir leurs tâches mentionnées ci-dessus.
C'est pour pourquoi, beaucoup d'étudiants étrangers, malgré leurs compétences intellectuelles, ont
du mal à faire du progrès dans leurs études notamment lors de leurs premier mois aux universités
francophones. D'où vient l'idée d'élaborer une formation du FOS à distance à l'attention de ces
étudiants. Ces derniers peuvent suivre cette formation du FOS tout au long de l'année
universitaire selon leur emploi du temps.
d) Les besoins spécifiques des publics du FOS :
La présence des publics du FOS est liée toujours à la prise en considération de leurs besoins
spécifiques. En fait, la problématique principale du FOS tourne autour de ces besoins La présence
des publics du FOS est liée toujours à la prise en considération de leurs besoins spécifiques.
Ceux-ci constituent la particularité principale des publics du FOS. C'est grâce à ces besoins
spécifiques que les publics du FOS se distinguent par rapport aux autres publics du FLE. Ces
publics veulent avant tout apprendre DU français et non pas LE français. Cet apprentissage a
pour fonction de réaliser des buts précis dans des contextes donnés. Vu cette relation étroite entre
les publics du FOS et ses besoins, on les appelle parfois « publics des besoins spécifiques ». On
s'intéresse à mettre en relief les éléments suivants:
e) L'identification des besoins :
En fait, chaque concepteur des programmes du FOS doit avant tout identifier les besoins
de ses apprenants. Identifier les besoins des apprenants consiste à collecter les informations
concernant les situations cibles où les apprenants utiliseront la langue. Cette identification se fait
de manière directe dans la mesure où le concepteur a la possibilité de rencontrer ses apprenants
avant la formation en vue de discuter avec eux leurs besoins langagiers. Les apprenants peuvent
également exprimer leurs besoins en répondant à un questionnaire préparé par le concepteur. Une
fois que les besoins sont identifiés, le concepteur est en mesure de définir les objectifs à atteindre
lors de la formation prévue. Ces objectifs tournent autour de compétences linguistiques que les
apprenants doivent maîtriser dans un domaine donné. Enfin, le concepteur passe à la dernière
étape qui consiste à élaborer le contenu sensé répondre aux besoins des apprenants.
39
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
f)
La classification des besoins :
Pour mieux comprendre les besoins langagiers, beaucoup de didacticiens, à l'instar de
René Richterich, ont proposé plusieurs classifications. Chaque classification met l'accent sur une
caractéristique particulière du besoin langagier. A travers les classifications proposées, les
didacticiens soulignent la différence entre plusieurs types des besoins. On en cite:
- Les besoins individuels/ sociaux.
- Les besoins subjectifs/objectifs.
- Les besoins prévisibles/imprévisibles.
- Les besoins concrets/figurés.
Dans ces différentes classifications, on constate l'opposition entre les différents types de
besoins (individuels/sociaux, subjectifs/objectifs, prévisibles/imprévisible, etc.). Mais cette
opposition n'est que superficielle. Prenons l'exemple de la première classification des besoins
(individuels/sociaux). Si un apprenant du FOS a des besoins langagiers individuels (par exemple,
maîtriser le français du tourisme). Ce besoin apparemment individuel ne se réalise que dans un
contexte social, voire professionnel. Précisons également que ce besoin dit individuel trouve ses
origines dans les besoins sociaux. Ces derniers créent chez l'apprenant du FOS non seulement le
besoin mais aussi la volonté de suivre une formation dans un domaine donné. Certes, il y a des
besoins purement individuels mais ils sont d'une part rares et d'autre part ils peuvent se réaliser à
long terme dans un contexte social ou professionnel.
2.1.3 Les composantes des besoins langagiers
Le besoin langagier se compose de trois composantes principales:
a) La composante psycho-affective:
Il s'agit de ce sentiment d'insécurité qu'éprouve l'apprenant au début de son apprentissage
vis-à-vis d'une langue étrangère. Ce sentiment se manifeste souvent au début de l'apprentissage. Il
se demande s'il peut suivre cet apprentissage jusqu'au bout. Incapable de vaincre ce sentiment
d'insécurité linguistique, l'apprenant finit parfois par abandonner l'apprentissage du FOS. Pour
faire face à cette difficulté, il s'avère important de souligner le rôle de l'enseignant qui doit aider
40
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
l'apprenant à surmonter ce sentiment. Il peut encourager l'apprenant à suivre sa formation en lui
indiquant les avantages qu'il pourra avoir au terme de cet apprentissage.
b) La composante langagière :
Cette composante couvre trois domaines différents. D'abord, la communication en classe
qui se fait en langue étrangère non en langue maternelle des apprenants. L'enseignant donne de
temps en temps des consignes en français aux apprenants. Au début de l'apprentissage, les
apprenants ont du mal à comprendre ces consignes. C'est pourquoi, il est conseillé à l'enseignant
de commencer par des consignes faciles à retenir en les répétant plusieurs fois au cours de la
formation. Le deuxième domaine concerne cette différence entre la communication apprise en
classe et celle en situation réelle. Dans le cadre du FOS, le concepteur doit utiliser des documents
authentiques lors de la formation. Ces documents authentiques jouent un rôle de premier plan.
D'un côté, ils rendent les apprenants plus motivés à suivre cette formation et d'un autre côté ils les
préparent à mieux affronter les situations cibles aux milieux professionnel ou universitaire. Quant
au troisième domaine, il s'agit de l'apprentissage lui-même et ses représentations chez l'apprenant
en tant que valeur d'échange. Celles-ci peuvent soit faciliter ou freiner l'apprentissage.
c) La composante socio-culturelle :
Suivre des cours en FOS ne consiste non seulement à maîtriser l'aspect linguistique mais
aussi l'aspect socio-culturel de cette langue. Pour communiquer en langue étrangère, il faut
comprendre la culture de cette langue. Par exemple, un étudiant chinois venant poursuivre ses
études en France doit comprendre les spécificités de la culture française d'autant plus que sa
culture d'origine est complètement différente. C'est pourquoi les didacticiens du FOS se mettent
d'accord sur l'importance de souligner l'aspect interculturel dans le cadre des activités proposées.
2.1.4 La motivation des publics du FOS
Les apprenants du FOS sont marqués par leur motivation d'autant plus qu'ils suivent cette
formation spécifique pour réaliser un but précis aussi bien au niveau professionnel
qu'universitaire. La formation de FOS constitue "un accélérateur professionnel" dans la mesure
où elle ouvre aux apprenants, au terme de leur formation, d'autres débouchés plus privilégiés dans
le monde professionnel Les apprenants du FOS sont marqués par leur motivation d'autant plus
que ils suivent cette formation spécifique pour réaliser un but précis aussi bien au niveau
41
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
professionnel qu'universitaire. La formation en FOS constitue "un accélérateur professionnel"
dans la mesure où elle ouvre aux apprenants, au terme de leur formation, d'autres débouchés plus
privilégiés dans le monde professionnel. Prenons l'exemple d'une entreprise japonaise qui décide
d'avoir une branche dans un pays francophone. Alors, l'administration choisit, parmi son
personnel, les employés qui maîtrisent bien le français des affaires. Ses employés sont
certainement plus privilégiés au niveau de salaire par rapport à leurs collègues qui travaillent au
Japon.
Notons également que la motivation des publics du FOS est liée en grande partie au fait
qu'ils ont des objectifs précis de leur apprentissage. Ils suivent des cours du FOS pour réaliser un
objectif donné. Autrement dit, la prise de conscience de l'utilité des cours ne fait que favoriser
leur motivation. Par contre, les lycéens se montrent souvent désintéressés de suivre des cours du
FLE parce qu'ils sont, d'une part obligés d'assister aux cours et ils ne voient pas, d'autre part,
l'utilité de ces cours.
Il faut tenir compte du fait que la formation du FOS vise à réaliser des besoins non
seulement précis mais aussi urgents et immédiats. Ces besoins devraient être satisfaits juste après
la formation. Une telle situation rend les apprenants plus motivés par rapport aux autres
apprenants qui n'ont pas de besoins immédiats. Face aux difficultés qu'affronte le public du FOS,
c'est leur motivation qui les aide à y faire face. D'où vient l'importance du rôle de l'enseignant de
susciter chez ses apprenants leur motivation en leur rappelant de temps en temps les avantages de
suivre une telle formation.
2.1.5 Méthodologie d’élaboration d’un cours de français sur objectifs spécifiques
Afin de pouvoir satisfaire le public apprenant de F.O.S, qu’il soit professionnel ou
étudiant, et répondre pleinement à ses besoins langagiers, une méthodologie spécifique doit être
mise en place. Cette méthodologie ou démarche s’articule sur cinq étapes, à savoir :
- La demande ou l’offre de formation
- L’analyse des besoins
- La collecte des données
- Le traitement des données
- L’élaboration des activités didactiques
42
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
a) La formation entre la demande et l’offre :
Toute formation en F.O.S peut résulter d’une demande claire et précise formulée par un
client à l’adresse d’une institution pédagogique, comme elle peut se
présenter sous la forme d’une offre proposée dans un catalogue de formation à un public large
dont une catégorie pourrait manifester son intérêt pour une formation en F.O.S.
b) L’analyse des besoins :
Étape cruciale dans la mise en place d’une formation en F.O.S, l’analyse des
besoins, consiste en un recensement des situations communicatives dans lesquelles se trouvera
ultérieurement l’apprenant et surtout de prendre connaissance des discours qui sont mis à l’œuvre
dans ces situations.
Au cours de cette analyse, l’élaborateur du programme tente d’apporter des
réponses précises aux questions suivantes :
- A quelles utilisations du français l’apprenant sera-t-il confronté au moment de son
activité professionnelle ou universitaire ?
- Avec qui parlera-t-il ?
- A quel(s) sujet(s) ?
- De quelle manière ?
- Que lira-t-il ?
- Qu’aura-t-il à écrire ?
c) La collecte des données :
Dans l’élaboration d’un cours de français sur objectifs spécifiques, la collecte des données
succède à l’analyse des besoins, elle est nécessaire car elle constitue le centre de gravité de la
démarche F.O.S. Elle suppose un investissement personnel et parfois de longue haleine de la part
du concepteur. Cette collecte fournit au concepteur les informations et discours qui serviront de
socle pour la constitution du programme de formation linguistique. Elle lui permet également de
confirmer, compléter ou même largement modifier son analyse des besoins, une analyse qui reste
hypothétique tant qu’elle n’a pas été confirmée par le terrain.
d) Le traitement des données :
Dans un projet F.O.S, la phase de collecte des données laisse place à celle du traitement
de ces données recueillies.. S’agissant du public avancé en langue, il est plutôt préférable de ne
43
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
pas apporter des allégements sur le plan linguistique mais de proposer des contenus fortement
inscrits dans la complexité de la spécialité étudiée (droit, économie, etc.).
e)L’élaboration des activités pédagogiques :
La mise au point des activités didactiques proposées aux apprenants en F.O.S repose sur
des options méthodologiques sur lesquelles nous nous efforcions de nous appuyer dans nos cours
dans les établissements de la formation professionnelle. Ces options méthodologiques découlent
de l’approche communicative dont le F.O.S est l’expression la plus aboutie et l’essence même, et
peuvent être résumées comme suit :
- Développer des formes participatives de travail qui assurent l’apprentissage en
permettant un apport plus conséquent dans les activités des apprenants. Dans ce cas, loin de
s’éclipser complètement, l’enseignant est plutôt appelé à être plus discret et à faire que la classe
soit le champ d’action des apprenants.
- Favoriser les interactions permanentes des apprenants qui leur offrent la possibilité
d’avoir des communications authentiques en classe, notamment en laissant libre cours à leur
spontanéité dans des échanges d’informations et de concertation.
- Combiner le travail collectif avec des moments de travail individuel et autonome durant
lesquels, l’apprenant sera appelé à s’investir à travers des activités de
compréhension ou de production écrite ou orale, tout en sachant que cette autonomie
ne fera que motiver davantage l’apprenant, et l’amènera à s’épanouir et à se sentir
plus libre dans ses pensées.
44
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conclusion
Notre travail se situe dans la perspective de la satisfaction du public apprenant suivant son
besoin selon les situations des communications où il aura à utiliser le français et les problèmes
auxquels il sera confronté au moment de son activité professionnelle.
En fonction du niveau des apprenants dans un projet F.O.S, les données recueillies peuvent-étre
modifiées par le formateur et mieux adaptées aux divers situations.
Comme les options méthodologiques découlent de l’approche communicative dont le F.O.S est la
fondation, cela permet une pratique maximale de la langue en favorisant les interactions interapprenants.
Le secteur de la formation professionnelle en Algérie, lors de la conception des programmes, doit
faire participer les enseignants dans l’élaboration des contenus afin de leur permettre de se
familiariser avec les cours du F.O.S et de prendre en charge les besoins réels des apprenants pour
les motiver véritablement.
L’intégration des cours du F.O.S dans le cursus de la formation permet une meilleure préparation
au marché du travail et dont l’objectif est l’apprentissage du français afin de faciliter la rédaction
de leurs mémoires de fin d’étude, de communiquer avec leurs professeurs, ainsi la maitrise du
français dans leur spécialité s’avère indispensable.
45
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Chapitre III :
Les techniques et les conditions actuelles de la
communication dans le milieu de la formation
professionnelle algérienne
46
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
3. Les stratégies de communication dans le contexte algérien
3.1 La spécificité du contexte algérien et apport de l’approche communicative dans la
formation professionnelle
Le contexte Algérien diffère de celui de l’Europe et de l’Amérique. L’Algérie connaît de
par son histoire, une situation sociolinguistique bien particulière comme beaucoup de pays
Africains. Elle a été le théâtre d’invasions et aussi un carrefour de civilisation. En fait l’Algérie
est confrontée à un plurilinguisme surchargé du phénomène de diglossie et de l’alternance
codique.
Lors des interactions sociales, le locuteur algérien recourt à plusieurs variétés
langagières : l’arabe classique l’arabe moderne standard les variétés de l’arabe dialectal, la langue
berbère (le Tamazight) auquel s’ajoute le « mélange » arabe- français ou sabir franco-arabe ou
arabe- français. Ce comportement langagier peut se définir dans le sens de Gumperz de « code
switching », traduit sous la formule d’alternance codique. Cette situation sociolinguistique se
répercute sur le comportement verbal des apprenants Algériens d’une façon particulière et sur le
locuteur d’une façon générale. La situation est très complexe, il est difficile d’établir des
frontières entre ces langues ou variétés de langue. Le locuteur algérien fait alternance ces
déférentes variétés selon ses besoins. Le changement de code s’effectue selon les besoins. Une
variété de paramètres décide du choix du code linguistique à savoir l’espace géographique et
temporel, l’environnement socioculturel et tant d’autres paramètres.
Tous les chercheurs s’accordent à présenter la réalité linguistique algérienne de situation
plurilingue ou se colorent l’arabe aussi bien dans sa forme dite « classique » que moderne ou
dialectale, que le berbère et le français.
L’approche par compétence : Définir les compétences dont chaque apprenant a besoin pour
passer à l’étape suivante de son parcours professionnel, pour accéder à une qualification et pour
être préparé à l’apprentissage tout ou long de la vie.
Un mécanicien d’automobile doit avoir appris des éléments de mécanique de pneumatique et
d’électronique…, Mais il n’est pas considéré comme compétent que s’il est capable d’utiliser
toutes ses connaissances pour détecter, réparer la panne de la voiture.
A l’INSFP, on dit que l’apprenant a acquis une compétence lorsqu’il sait quoi faire, comment
faire et pourquoi faire dans une situation donnée.
47
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
L’approche par compétence met l’accent sur la capacité de l’apprenant d’utiliser correctement ce
qu’il a appris à l’institut des tâches et des situations nouvelles, et complexes.
L’approche par compétence est liée à l’idée d’établir des socles de compétences pour certains
moments du parcours de la formation. L’introduction de l’approche par compétence nécessite un
lourd investissement
des groupes de travail composés
d’enseignants, collaborateurs
scientifiques,…
Pour les constructivistes, l’apprentissage est le processus de modification des acquis antérieurs,
l’apprenant est le principal acteur de l’apprentissage. L’enseignant n’est pas maitre de
l’apprentissage, il contrôle seulement certaines conditions dans lesquelles il lance l’apprenant qui
devient ainsi créateur de connaissance.
Le processus d’apprentissage est favorisé par un climat sécurisant qui favorise la participation des
apprenants dans sa définition des objectifs à atteindre et l’évaluation de leurs performances.
L’approche par compétence à l’idée d’établir des socles de compétences pour certains moments
du parcours scolaire. Cette approche assure que tous les apprenants développent les mêmes
compétences essentielles.
L’approche est basée sur deux évaluations :
L’évaluation sommative qui se charge de l’établissement d’un bilan des acquisitions effective des
apprenants.
L’évaluation formative qui assure la régulation des processus de formation et fournie des
informations détaillées sur les processus ou les résultats d’apprentissage de l’apprenant.
L’approche par compétence dans la formation professionnelle :L’organisation des compétences
permet notamment une progression harmonieuse d’un objectif à l’autre afin de faire acquérir aux
apprenants toutes les compétences indispensables à la pratique du métier, le respect de la
chronologie des modules est indispensable.
Les modules de qualification sont des modules à grande partie pratique et c’est pourquoi il est
vivement recommandé de faire acquérir les compétences professionnelles visées par
l’enseignement de ces modules par le biais d’exercices pratiques décris dans les éléments de
contenus afin d’atteindre les objectifs intermédiaires et généraux escomptés.
a) Maitrise de la communication :
Pour s’exprimer efficacement et se libérer des tensions physiques, il faut acquérir les techniques
pour la mise en œuvre de sa stratégie de communication, travailler l’organisation et
48
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
l’enchainement des idées, de la voix, du geste et du regard. Le discours renforce l’impact et la
compréhension du message.
Les potentialités doivent se déployer de façon à pouvoir influencer, intéresser, convaincre et
persuader ses interlocuteurs par une écoute active et flexible. Il s’agit de savoir gérer son
appréhension, de se faire entendre et de se faire comprendre.
b) Communication de façon convaincante :
S’approprier des outils et méthodes pour l’amélioration des performances de la prise de parole est
indispensable et pour ce faire il faut s’entrainer à l’aide des moyens audiovisuels, rétroprojecteur,
multimédia…et des exercices pratiques en vue d’une prise de parole vivante. C’est ainsi qu’on
arrive à donner toute la puissance à nos messages et à prendre la parole dans les meilleurs
conditions possibles. S’exprimer de façon convaincante pour décrire, expliquer et faire valoir ses
idées.
49
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
3.1.1 Description du contexte d’observation : la formation à L’INSFP de Souk-Ahras
L’institut national spécialisé de la formation professionnelle est un établissement public à
caractère administratif, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, il est placé
sous la tutelle de Ministère chargé de la formation et de l’enseignement professionnels.
L’institut a pour objectifs dans les branches professionnelles de sa compétence :
•
D’assurer la formation initiale et continue des techniciens et techniciens supérieurs.
•
D’organiser et d’assurer en fonction de l’évaluation du marché de l’emploi, les stages de
reconversions de professionnels exerçants dans les secteurs d’activité de l’économie
nationale.
•
D’apporter aux établissements organismes et entreprises et à leur demande toute forme
d’assistance technique et pédagogique visant l’élévation du niveau de qualification du
personnel en activité.
•
De contribuer aux activités d’étude et de recherche en relation avec les organismes et
institutions concernés.
•
De participer, le cas échéant à la formation au perfectionnement ou à la reconversion des
formateurs.
•
D’assurer la collecte et la diffusion des documents et informations relatifs à son objet, de
favoriser et de promouvoir les échanges et rencontres.
L’INSFP assure deux modes de formation :
a) Le formation initiale résidentielle (présentielle) : cette formation se déroule à plein temps à
raison de huit heures par jour du début jusqu’à la fin de semaine et cela pendant 24 moins (04
semestres) ; un stage pratique est organisé en milieu professionnel à la fin du cursus de formation
d’une durée de six mois (5eme semestre) durant lequel les apprenants préparent le mémoire de fin
d’études suivant le thème correspondant à la spécialité et qui devra être présenté devant un jury
pour évaluation dont la finalité est l’obtention du diplôme de technicien supérieur.
Ce mode de formation peut être aussi organisé sous forme de cours du soir ou en formation
continue qui vise notamment les travailleurs, les universitaires désireux de se former ou de se
perfectionner pour améliorer leur situation socioprofessionnelle. Il se caractérise par des horaires
aménagés.
50
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
b) Formation par apprentissage :
C’est un mode de formation par alternance dont le volet relatif aux cours théoriques et
technologiques complémentaire doit faire l’objet d’une organisation permettant de dispenser pour
les groupes homogènes et pour la même spécialité le volume horaire hebdomadaire allant de 8h à
16h,selon le niveau de qualification visé et tel que prévu par la réglementation en vigueur. A cet
effet la redynamisation des relations avec les parties qui accueillent les apprentis doit-être basée
sur les actions suivantes :
-Recueillir les offres de formations disponibles au niveau des organismes et des entreprises et
procéder à leur classification selon la spécialité, de sorte à ce que l’établissement soit l’initiateur
et le responsable du poste et du contrat d’apprentissage .Il n’est en aucun cas admis que l’apprenti
soit l’interlocuteur.
-Sensibiliser les entreprises et les secteurs accueillant les apprentis à l’effet de les considérer en
position de formation et qu’il est formellement interdit de les utiliser à d’autres tâches que celles
prévues dans le programme de formation.
-Fournir aux organismes de contrôle, notamment l’inspection du travail et les inspecteurs de la
formation professionnelle les listes des entreprises accueillant les apprentis, à l’effet de procéder
à des contrôles réguliers pour vérifier que l’apprenti est en situation réglementaire.
La formation par apprentissage est un mode qui se déroule en alternance entre les établissements
de la formation et les entreprises étatiques ou privées. Les apprenants après le choix de la
spécialité sont orientés vers les entreprises répondant au profil de cette dernière afin d’acquérir
une formation technique en situation réelle de travail et se voient ainsi confier des tâches dont ils
assument les premiers jours la responsabilité sous la supervision des personnes expérimentées.
En plus de cette situation réelle du travail, les apprenants complètent cette pratique par des
notions théoriques technologiques complémentaire au niveau des établissements de la formation
professionnelle.
Le cursus pour ce mode de la formation s’effectue suivant un calendrier global, trois jours en
milieu professionnel et deux jours au niveau de l’établissement de la formation, soit cinq jours
par semaine et ceci durant trente mois ou un mémoire de fin de stage est élaboré par l’apprenant
durant les dernières six mois comme c’est le cas
résidentielle.
51
pour le mode de la formation initiale
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
c) La formation continue :
C’est une formation organisée exclusivement au profit des travailleurs et fonctionnaires en vue
d’améliorer leurs compétences et leurs rendements et d’acquérir les connaissances et les
nouvelles techniques et technologiques exigées par le poste de travail. Ce type de formation ne
peut-être organisé qu’en communication et en concertation avec le milieu professionnel.
d) Formation dispensée :
L’INSFP assure les formations diplômantes, qualifiantes et conventionnées.
•
Les formations diplômantes dans les spécialités suivantes :
1. Maintenance des véhicules industriels.
2. Maintenance automobile.
3. Maintenance des équipements Audio- visuels.
4. Maintenance des équipements d’irrigation.
5. Maintenance des équipements de confection habillement.
6. Maintenance des équipements informatiques.
7. Informatique option Réseaux.
8. Informatique option base de données.
9. Informatique option Web Multi- Médias.
10. Exploitant en informatique.
11. Urbanisme.
12. Dessinateur projeteur.en architecture.
13. Topographie.
14. Environnement et propreté.
15. Recyclage de déchets.
16. Gestion et économie de l‘eau.
17. Alimentation en eau potable.
18. secrétariat bureautique.
19. Documentation et archive.
20. gestion des ressources humaines.
21. Marketing
22. Comptabilité et gestion.
23. Education de première enfance.
Les formations qualifiantes :
52
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
•
Initiation en informatique
•
Couture prêt-à-porter.
•
Pâtisserie
•
Secourisme.
•
Les formations conventionnées
Toutes les spécialités diplomantes confondues suivant les besoins des entreprises en
perfectionnement et la convention établie en question.
3.1.2 Profil des apprenants
Les deux modes, formation initiale résidentielle et formation par apprentissage sont destinés aux
élèves issus des établissements de l’éducation nationale ayant acquis le niveau de deuxième
année secondaire (pour la formation de techniciens) et le niveau de troisième année secondaire
(pour la formation de technicien supérieurs)
Des filières scientifiques, mathématiques pour les spécialités techniques et littéraires pour
spécialités administratives.
Quant aux demandeurs des formations qualifiantes, ces dernières sont destinées particulièrement
aux travailleurs et aussi aux femmes au foyer.
3.1.3 Un aperçu sur les organismes d’accueil
a) Les organismes étatiques :
Les organismes étatiques reçoivent les apprenants des établissements de la formation
professionnelle pour effectuer des stages pratiques à leur niveau en leur facilitant l’accès à la
construction d’une expérience pratique et en les accompagnants dans l’acquisition des
compétences professionnelles.
Certains de ces organismes assurent l’encadrement des apprenants comme maître
d’apprentissage dans l’explicitation des savoir techniques.
b) Les organismes privés :
Les organismes privés conventionnés avec les établissements de la formation professionnelle
permettent aux apprenants l’acquisition des savoirs faire et des savoirs devenir grâce
aux
équipements dont ils disposent. La majorité des apprenants préfèrent le secteur privé à l’étatique
d’où une libre circulation et accès aux sources de savoir répondant à la technologie actuelle
surtout dans le domaine de la maintenance des équipements.
53
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
B/ LE CADRAGE METHODOLOGIQUE
54
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Chapitre IV
Collecte des données et présentation du protocole de
recherche
55
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Introduction
Nos investigations du terrain nous ont permis de mener trois enquêtes lesquelles nous ont aidé
à mieux définir et situer un nombre de difficultés inhérentes aux préoccupations retenues dans la
mise au point de notre problématique, soit l’étude du phénomène de la variation linguistique dans
les systèmes contrastés de l’arabe et du français. A ce sujet, nous avons envisagé de mener une
enquête auprès d’apprenants en formation professionnelle.
4.1 Collecte des données, instruments d’analyse du corpus et investigations du terrain
Vue l’intérêt que nous portons à la nature du sujet choisi, nous avons jugé utile de participer à la
tenue de cours présentés par des ensiegnants au sein de l’institut supérieur de la formation
professionnelle (INSFP). En tant qu’observateur, nous avons suivi les cours et noté l’ensemble
des dysfonctionnements langagiers inhérents au phénomène de la variation linguistique. Notre
recherche s’est étalée jusqu’à l’élaboration d’un questionnaire que nous avons soumis au groupe
d’apprenants avec qui nous avons eu un grand plaisir à travailler durant notre enquête de terrain.
Pour mieux approcher les glissements d’ordre linguistique, nous avons expérimenté une grille
d’analyse de corpus empruntée aux travaux de (C. Buridant : 1996).
Esquisse d’une grille typologique des erreurs en orthographe en français langue seconde. (C.Buridant : 1986)
1. Erreurs extra graphiques
1. erreurs liées aux composantes générales ou préalables d’une maîtrise du
code graphique.
Erreurs à dominante calligraphique pouvant relever d’un dysfonctionnement
de la lecture/écriture. Exemple : quart pour quatre (M.Rey Von Allem).
2. Erreurs liées aux composantes spécifiques de la maîtrise d’un code
graphique étranger.
Erreurs relevant d’un dysfonctionnement provoqué par le passage d’un type
ou d’un système d’écriture à un autre. -passage d’un type idéographique à un
type phonographique. exemple : du chinois>français
-passage d’un système d’écriture à un autre : écriture arabe > écriture latine
(sens d’écriture opposés ; calligraphe : difficultés de distinguer P/Q pour les
arabophones, etc.…).
3. Erreurs à dominante phonogrammique
a.altérant la valeur phonique
-homologie de la langue source selon le type de langue, touchant aussi la
morphologie
-effacement : absence de (e) final muet comme dans port (=(la)porte) ; cri
(=(il) crie) ; le géni ;
56
2. Erreurs liées à une mauvaise maîtrise linguistique du code
graphique de la langue première
l’on ne peut maîtriser le nouveau code cible que si l’on maîtrise
le code source
4-Erreurs à dominante graphique
Emploi des graphèmes de la langue source. Exemple : famigle
(famille) ; campane (campagne).
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-confusion : marches (marchent, téléscopage entre marques du pluriel) ;
fleurier (=fleurie).
-hypercorrection : le pavée
b) interférence du système phonologique de la langue source
celle-ci opère comme un crible phonologique et conditionne la perception :
conditionnement étroit lié aux caractéristiques du système de la langue source
pouvant jouer aussi dans le découpage erroné de la chaîne parlée. Exemple de
l’espagnol : - non reconnaissance de nasales du français : bianto (bientôt) ;
martan (martin)
-assourdissement des consonnes intervocaliques : possé pour (posé) ; ache
(âge) ; ils sont (ils ont)
-confusion : <b>/<v> : bœuf (veuf)
-découpage erroné de la chaîne parlée : mesme mage (même âge)
* les phonèmes de confusion se produisent de la même façon dans l’histoire
de la langue française : les confusions de graphèmes, de graphèmes parasites ,
les hypercorrections se multiplient à mesure que les consonnes finales
s’amuïssent.
c) n’altérant pas la valeur phonique
²graphèmes positionnels
5-Erreurs à dominante morphologique :
-morphorammes
a) grammaticaux : exemple :
confusion sur les marques verbales et absence d’accord : marche (merchent) ;
mangeait (mangés) ; les enfant ; j’aurait préféré,
absence de marque de genre : elle est joli.
- lexicaux
exemples : poliman (poliment) ; polimenté (poliment ; suffixe espagnol
(ment)
c.constructions-calques
exemple : il va vientons a arrivé
(il va bientôt arriver ; cf. espagnol venir a).
7-erreurs à dominante logogrammique
altérant en particulier les rapports entre bases et dévirées.
Exemples : paine (peine) ; mein (main)
9-Erreurs à dominante non-fonctionnelle
consonnes doubles : instantannement (instantanément) ; programé
(programmé)
57
6. erreurs à dominante morpho-lexicale : amigrapheshomographes
-paires de mots de même sens et de meme graphies dont la
prononciation est différente dans les deux langues : exemples :
différent (français)/different (anglais).
- parographes
mots communs à deux langues présentant des variations
graphiques plus ou moins grandes.exemple : véhicule
(français)/vehicle(anglais)
exemples : français/anglais :
-parographes touchant la morphologie du verbe :
-ic/-ique : electronic (électronique)
-ent/-ant : correspondent (correspondant)
-er/-eur :
nettoyer (nettoyeur)
-ité/-ity : humidité
(humidity)
-al/-el : cultural (culturel)
substantifs en – eur/-our : humeur (humour)
8-Erreurs à dominante idéogrammiques
exemples des majuscules : il faut se méfier des français pour un
anglais qui arrive en france.
10-Erreurs à dominante sémantique
en particulier substitution sémantique de mots appartenant au
même champs lexical pouvant relever d’une stratégie
d’évitement : exemple : où tu mets (où as-tu posé ?)
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
4.2 Analyse du phénomène de la variation linguistique
4.2.1 Analyse du corpus oraux et interpréttion des résultats : 1ère étape
Dans le cadre des travaux d’enquêtes que nous avons menés au niveau de l’INSFP, nous
avons procédé à des enregistrements
oraux. Ceux-ci ont été effectués dans un atelier de
maintenance et réparation des véhicules industriels de l’INSFP de Souk-Ahras en présence du
professeur de spécialité, ingénieur de formation, et de 18 apprenants.
Cet enregistrement va nous permettre de vérifier et de justifier la récurrence des mots et
types de déviations phonologiques avec les contraintes lexicales et sémantique et que cette
variation linguistique émerge dans le cadre de l’alternance
codique (analyse du discours des
interactants).
La situation mise en étude concerne les activités des apprenants engagées au moment de
nos observations durant le troisième mois du second semestre depuis leur incorporation.Ces
apprenants sont âgés de 18 à 25 ans ayant un profil répondant aux jeunes engagés dans les
spécialités techniques de formation recourant par alternance au français et à l’arbre dialectal.
Nous avons assisté au début de la séance de travaux pratiques où nous avons enregistré ce qui
suit : les apprenants sont réunis autour d’un établi sur lequel est déposé un moteur d’exercice nu
sans accessoires en annexe et vide de fluides ( huile et eau) et une caisse à outils comportant
l’outillage nécessaire au démontage du moteur et au rodage des soupapes.
Le professeur présente d’abord le T.P du jour qui s’intitule : « Rodage des soupapes ».
Le rodage des soupapes dont la durée de l’exercice est fixée à 3 heures 30 minutes, ensuite il
démontre la méthode d’exécution qui se résume en une série de verbes d’actions
A -Démontage de la culasse :
•
Démontez le cache culbuteur en vous servant de la clé 13 à fourche pour desserrer les
trois écrous.
•
Démontez la rampe de culbuteurs en dévissant les deux boulons à l’aide de la clé 12 à
pipe.
•
Dévissez les boulons qui relient la culasse au bloc moteur à l’aide de la clé
dynamométrique avec la douille 17 en suivant la méthode
technologie mécanique.
•
Déposez la culasse et séparez là de son joint.
58
circulaire étudiée en
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
•
Extraire de la culasse les soupapes d’admission et d’échappement à l’aide de la clé lève
soupapes.
B -Rodage des soupapes :
•
Nettoyez les sièges- soupapes et les têtes soupapes.
•
Mettez la pâte à roder sur le pourtour des têtes soupapes.
•
Rodez les soupapes à l’aide des ventouses sur leur siège.( bien tenir la ventouse entre les
deux mains)
•
Vérifiez l’étanchéité des soupapes en remplissant les chambres avec de l’essence.
Une fois la méthode d’exécution, bien explicitée par le professeur à l’aide du tableau, il
passe à l’action en respectant mécaniquement la chronologie des actions tout en remarquant que
ce TP est divisé en deux parties : Le démontage de la culasse et le rodage des soupapes. En se
servant de l’outillage du démontage, il répétait après chaque opération la chronologie des actions
dans le but est de faire assimiler à ses apprenants les connaissances techniques avec l’art et la
manière de bien faire.
•
Démontez le cache culbuteur.
•
Démontez la rampe de culbuteurs.
•
Dévissez les boulons de la culasse.
•
Déposez la culasse.
•
Extraire les soupapes.
•
Nettoyez les sièges et soupapes.
•
Rodez les soupapes.
•
Vérifiez l’étanchéité
□ Une illustration de corpus oraux
Après avoir terminé la série d’opérations, le professeur invite deux apprenants à faire la
démonstration à
leur camarade sur un autre établi où est disposé le même matériel que
précédemment.
(E : Enseignante ; A1 : Apprenant 1, A2 ; Apprenant 2).
A1à A2 : Dimonti lcache.
A2
: il démonte le cache culbuteur.
A2à A1 : Dimonti rampet lculbuteurs.
59
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
A1
: il démonte la rampe de culbuteurs.
A1à A2 : Divissi lboulonet ta3 lculassa.
: il dévisse les boulons de la culasse.
A2
A2à A1 : hat lculassa wextracti soupapet
A1
: il dépose la culasse et extrait les soupapes.
A1à A2 : Nittoyi soupapet o rodihum (u=o).
: il nettoie les soupapes et les rode en démontrant la technique du rodage.
A2
A1à A2 : arrodage kml, virifihum bl’éssence bach tchouf l’étanchéité.
Le professeur intervient en ce moment pour questionner les deux apprenants :
: Ki virifitu les soupapes qu’est ce que vous avez remarqué ?
P
Mme l’essence bka kaml fchambra
A1
:
P
: et cela explique quoi ?
A2
: l’étanchéité ta3 soupapet mliha
P
: Tout à fait d’accord avec vous, quand la quantité totale de l’essence tabka dans la
chambre, ça veut dire qu’il y a une bonne étanchéité des soupapes sur leur siège. Puis le
professeur ordonna aux apprenants de regagner leur poste respectif au nombre de six et de
commencer des tâches démontrées collectivement tout en respectant les deux phases séparément
(démontage de la culasse ; pause café de 15 minutes et Rodage des soupapes).Les temps alloués
pour chacune des phases étant fixé 1heure 30 minutes.Nous avons fait le tour des établis des six
groupes où, nous avons enregistré les mêmes propos de discours.
Dimonti, dimontiha, extracti soupapet, rodiha, virifihum, extractihum, nittoyihum.
Le professeur guide les gestes professionnels des apprenants en apportant des rectifications sur
le langage utilisé par la reformulation des verbes actionnels.
Le TP a duré quatre heures temps plein Dans notre cas les verbes d’action : Dimonti (hum),
Divissi (hum), extracti (hum), nittoyi (hum) il s’agit des flexions verbales qui ne
fonctionnement pas par ajout ou changement d’un morphème mais par un changement
phonétique du radical lui-même. Pour certaines linguistiques, il s’agit de l’effet d’un affixe
nommé « simulfixe ». Dans notre cas il s’agit de retenir les parlers hybrides alternés.
Les verbes de la langue française sont affectés de marque de conjugaison de la langue arabe.
Ainsi les verbes ci-dessus sur lesquels sont affixés la marque de la troisième personne du pluriel
60
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
sont construits au moyen des racines : mont, vis, extré, nettoi issues des verbes : monter, visser,
extraire, nettoyer. De même la voyelle (e) n’existe pas dans le système phonétique de l’arabe.
Les apprenants maitrisent mal la distinction entre les sons vocaliques /e/ et /i/ prononcent /i/ au
lieu de /e/.
Le code mixing est actuellement, pratiqué par des locuteurs alphabétisés mais qui ont
généralement une faible maitrise de l’une ou de l’autre langue composant le mélange, et dans
certains cas des deux langues à la fois. Taleb Ibrahimi,note à ce propos : « Nous observons depuis
quelques années l’extension de la pratique de ce sabir parmi les jeunes issus de l’école
algérienne, produit et conséquence de la dualité scolaire et de l’inadéquation de la pratique
méthodologique de l’enseignement des langues qui a fait de ces jeunes élèves des semi-lingues ne
maitrisant pas ni la langue arabe, ni la langue française. (1997 :116-117 ) ».
Ce phénomène d’hybridation se répété au niveau de tous les verbes d’action : Démontez,
Devisez, Déposez, Nettoyez, rodez, vérifier, et les pronoms viennent toujours se coller à la fin
d’où l’émergence d’un français parlé infiltre par l’incursion de pronoms et souvent d’expressions
dialectalisées exemple soupapet (354). Pour ces apprenants, le français parlé au contact de l’arbre
dialectal, assure lors de la conversation une sécurité linguistique, pour vu que le message soit
compris lors du tour de parole.
Parmi les interactions verbales qui prédominent dans le discours des sujets locuteurs
algériens, il est à retenir les parlers hybrides alternés (N. BAHLOUL : 2009, pp. 255-263).
▬ Un cas de figure :
Dans : Démonter : C V C V C C V C
Dimontiha : C V C V C C VCV : +1v (féminin)
Dimontihum : C V C V C C V C VC : +1v +1v (pluriel)
La répartition garde la même structure par rapport aux consonnes du radical, cependant on note
un changement au niveau du féminin et du pluriel par ajout d’une voyelle et d’une consonne ce
qui explique le changement du nombre de phonèmes.
Dans soupapet au lieu de soupapes, il s’agit d’un affixe flexionnel appelé souvent désinence ce
qui donne une modification au radical au contact de cette dernière.
Le « et » (t) en arabe dialectal désigne le pluriel.
Les emprunts de l’arabe dialectal dans interaction des apprenants A1 et A2 se résument ainsi :
61
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Arabe
Français
Algérien
Discours des interactants
I
terminaison du verbe ez-er
dimonti, divissi, extracti, diposi…
L
le, des
lcache, lculbuteurs, lculassa
Et
plusieurs
soupapet, rampet
ta3
de, celle
ta3 lculassa
A
e (Terminaison)
culassa
Hat
Dépose
hat lculassa
W
et aussi
Wixtracti
O
Et
o rodihum
Bel
Avec
bel’essence
Bach
Pour
bach tchouf l’étanchéité
Tchouf
Voir
tchouf,trodi
Bka
Reste
l’essence bka
Kamel
complètement
bka kamel
F
Dans
Fchambra
Mliha
Bonne
soupapet mliha
Tabka
Restera
l’essence tabka
Dans lcache, lculbuteur, lculassa l’article de l’arabe est agglutiné au nom et apparait sous
forme abrégée (l au lieu de : le, la, el)
Des noms de la langue française sont déterminés au moyen de la langue arabe à la manière
de la morphosyntaxique :
Culassa : A la racine culasse issue du nom culasse, est liée le suffixe de l’arabe la marque du
féminin singulier (culass+a)d’où :culassa
Chambra : A la racine chambr issue du nom chambre, est lié le suffixe de l’arabe la marque
du féminin singulier (chambr+a) d’où : chambra.
Après l’intervention des apprenant A1 et A2, c’est au tour du professeur de leur poser des
questions. Nous avons remarqué, qu’elle n’a eu recours à l’alternance qu’à deux reprisés : ki
virifitu, tabka.
62
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
ki= quand (utilisé, avant le verbe vérifier).
virifitu= vous avez vérifié
tabka= reste.
Pour comprendre la conjugaison de l’arabe, on doit se référer à la pronominalisation
arabe :
▬ Le cas des pronoms toniques :
Ana/ anaya : moi
Enta/ ntaya : toi (m)
Enti/ entiya : toi (f)
Huwa : lui
Hiya : elle
Hna/ hnaya : Nous
Entuma : vous (m)
Entuna : vous (f)
Hum : eux
Huna : elles
Hum : ils
Cette pronominalisation
s’attache aux expressions (verbes) français en suffixation pour
désigner le sujet.
4.2.2 Analyse du corpus oraux et interpréttion des résultats : 2ème e étape
Nous avons assisté avec les apprenants à un cours de technologie. Le professeur disposait
d’un moteur automobile en coupe fixé sur un socle et servant comme aide pédagogique pour la
démonstration du fonctionnement des organes. Les apprenants sont réunis autour du moteur et
sont munis de carnets pour la prise de notes.
Le professeur commence alors le cours.
« Vous avez devant vous un moteur à quatre temps ».
« Nous allons expliquer chaque temps à part ».
•
« 1er temps : c’est le temps admission ».
•
« Le démarreur fait tourner le volant moteur ».
63
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
•
« Le piston descend du PMH vers le PMB ».
(PMH= Point Mort Haut ; PMB = Point Mort Bas).
•
« La soupape d’admission s’ouvre ».
•
« Le mélange air- essence pénètre dans la chambre d’explosion ».
Le professeur demande aux apprenants de refaire la démonstration :
□ Une illustration de corpus oraux
(P : professeur, A : Apprenant).
A1 : 1er temps : ladmission. (10)
•
•
•
Démarreur idawar volant
Piston yanzel min lPMH nahwa PMB (285,286)
Soupape ta3 ladmission tatefteh
•
Youdkhal lmélange hwa zayed essence lchambra (245,60)
P : répète le cheminement des opérations.
•
•
•
•
Le piston est au PMH.
L’étape de l’admission du mélange commence
lkhalit remplit la chambre d’explosion
Le piston descend au PMB
A2 : ladmission
•
•
•
•
•
Démarreur itourni lvolant (405)
Piston fPMH (285)
La soupape ta3 ladmission tatefteh(10)
Youdkhal lkhalit air essence fchambra (60)
Piston yenzel nahwa l’ PMB
Lors de l’intervention de A1 et A2, le recours à l’alternance codique s’effectue sans complication,
on remarque la substitution d’un mot arabe (ou verbe) à un mot français. Pendant le 1er temps, la
substitution s’est effectuée ainsi :
Idawar au lieu de « fait tourner »
Yanzel au lieu de « descend »
Min au lieu de « du »
Nahwa au lieu de « vers »
64
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Ta3 au lieu de « celle »
Tatafteh au lieu de « s’ouvre »
Youdkhal au lieu de « pénètre »
El au lieu de « le »
Hwa au lieu de « air »
Zayed au lieu de « plus »
Chambra au lieu de « chambre »
Itourni au lieu de «il tourne »
F au lieu de « au »
Khalit au lieu du « mélange »
Dans ce phénomène d’hybridation, l’arabe
dialectal représente la langue première des
apprenants qui font usage spontanément lors des substitutions et représente aussi pour eux une
compétence langagière sécurisante lors de la communication.
En s’appropriant l’emprunt, ils se libèrent de chercher la lacune d’ordre lexicale en raison d’un
déficit linguistique.
A ce sujet, Bennaît Desland (1998), observateur de cet état de fait, noté : « L’arabe parlé […]
constitue, à l’exclusion de toute autre forme d’arabe, la langue maternelle du sujet parlant
arabophone. C’est la langue que parle spontanément tout arabophone, par elle s’exprime son
affectif. Elle est diverse et soumise à variation selon la région, l’âge, le sexe et le milieu social
du locuteur ». Quant au professeur, lors de la répétition, il n’a eu recours qu’une seule fois en
substituant mélange par « khalit », contrairement au discours des apprenants, il pouvait ne pas
recouvrir à cette dernière et de cette manière, il n’a fait qu’accentuer l’installation des formes
hybrides au niveau des pratiques langagières des apprenants.
2eme temps : Compression
P : Le piston remonte du PMB vers le PMH.
•
La soupape d’admission se ferme.
•
Le mélange air- essence se comprime o yatkalas (geste de minimisation avec la main).
La température atteint 300° dans la chambre.
2ème temps : lcompression (82)
A3 : Piston yatlaa min lPMB lPMH (285,286)
•
Soupape d’admission tatakfal
•
Khalit yatkalas fchambra. (60)
65
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
•
lharara toussal 300°
•
2ème temps : lcompression
A4 : Piston monte min lPMB lPMH(285,286)
•
Soupapa tetferma (354)
•
lmélange yetcomrima (245)
•
Température tetjawez 300°
P : redémontre une nouvelle fois le deuxième temps qui concerne la compression du mélange :
•
Le piston regagne le PMH
•
Lors de la remontée du piston, la soupape d’admission se ferme.
•
Le mélange en se comprimant se réduit
•
On enregistre une température avoisinant les 300°
Comme pour le 1er temps la substitution s’est effectuée de la même manière par 2 apprenants (A3
et A4) différents des deux premiers, nous avons enregistré les substitutions suivantes :
w au lieu de « et »
yatkalas au lieu de « se comprime »
yatlaa au lieu de « remonte»
l au lieu de « vers»
tatkfal au lieu de « se ferme »
lharara au lieu de «température »
toussal au lieu de « atteint »
tetferma au lieu de « se ferme »
yetcomprima au lieu de « se comprime »
tetjawez au lieu de « dépasse »
Nous avons dans tetferma, yetcomprima, des exemples mettant en évidence le « transfert
d’éléments » de la langue arabe dans la langue française. Ces verbes sont émaillés de singularité
morphosyntaxique, phonétiques, lexicales qu’un locuteur francophone ne peut saisir le sens s’il
ne connait pas l’arabe dialectal algérien.
tetferma (tet+a) est construit au moyen de la racine ferm issue du verbe fermer sur laquelle est
affixée la marque de la 2ème personne du singulier de l’inacompli (l’aspect inaccompli est
équivalent à un futur).
66
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Le terme « yetcomprima » est construit au moyen de la racine comprim issue du verbe
comprimer sur laquelle est affixée la marque de la deuxième personne du singulier. « Fermer » et
« comprimer » subissent ainsi une flexion suite aux deux sujets de l’arabe dialectal, l’un placé à
l’avant et l’autre à l’arrière. Après avoir suivi le cheminement des opérations des apprenants et le
recours à l’alternance codique pour combler les lacunes d’ordre lexicale, le professeur intervient
par une nouvelle reformulation afin d’installer une compétence linguistique technique répondant
aux besoins de l’apprentissage et la maîtrise des savoirs progressifs.
3eme temps : l’explosion
P : « La bougie libère une étincelle électrique
• Le mélange chaud s’explose
•
Le piston descend rapidement du PMH vers le PMB.
•
La soupape d’échappement s’ouvre partiellement.
•
Début d’évacuation des gaz brulés ».
A5 : l’explosion
•
ta3tina lbougie acharara (41)
•
lmélange yexplosi
•
piston yanzel bissour3a
•
soupape chatma s’ouvre chiouiya (135)
•
lghazet commence toukhrej
A6 : l’explosion
•
lbougie donne létincelle.
•
lmélange yanfajar (245)
•
piston descend bissouraa.
•
soupapet chatma tatefteh.(135)
•
sortie ghazet lbarra
Le professeur intervient une nouvelle fois.
67
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
3eme temps : c’est le temps d’explosion.
La bougie d’allumage libère une étincelle électrique.
Le mélange air- essence au contact de l’étincelle s’explose.
Le piston quitte rapidement le PMH.
La soupape d’échappement s’ouvre progressivement pour libérer les gaz
brulés « lghazet
lmahrouka ».
Le professeur par son intervention variée vise à mettre en place une compétence plurilingue
chez les apprenants, il ne sanctionne pas le recours à l’alternance codique, puisqu’il la permet
quand il voit ses apprenants se buter à des difficultés lors de la communication orale et basculer
ainsi vers la langue source (arabe dialectal) pour ne pas rompre la chaîne parlée. L’apprenant
utilise ainsi un mot ou plusieurs au milieu d’une phrase élaborée en français, et ceci parce qu’il
ne dispose pas du terme adéquat dans son répertoire (D. Moore 1996).
Dans ce contexte,
V.Castellotti reprend la notion de support à la communication déficitaire par l’alternance comme
pivot des interactions.
Celle-ci souligne un effet que pour maintenir la communication exolingue, il est nécessaire de
transiter temporairement par la langue source (L.S) « outre une fonction de continuation du
déroulement de la communication, le recours massif à ces « alternances relais » (Moore, 1996)
apparaît comme le moyen de garder les apprenants attentifs, en supposant que l’émergence de la
L1, ponctuant le discours à intervalles relativement, régulières » V.Castellotti (1997 : 406). Dans
le but d’éviter de les plonger dans « le ronronnement d’une L2 trop peu familière en début
d’apprentissage, tout particulièrement
au cours d’une activité d’expression orale qui exige de
gros efforts de leur part ».
Concernant l’A5 et l’A6, la substitution s’est effectuée de la manière suivante :
taatina au lieu de « nous donne ».
charara au lieu de « l’étincelle »
yexplosi au lieu de « s’explose »
bissouraa au lieu de « rapidement »
chatma au lieu de « échappement »
chiouiya au lieu de « peu »
lghazet au lieu de « gaz »
toukhrej au lieu de « s’évacue »
yanfajar au lieu de « s’explose »
68
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
lbarra au lieu de « à l’extérieur »
Ce qui est remarquable dans cette substitution, l’ajout d’un préfixe « y » au verbe exploser,
on a ainsi une modification sonore et le verbe exploser a subi une flexion qui est nommée une
flexion de conjugaison remplaçant ainsi le sujet (affixation de la marque de la troisième personne
du singulier de l’inaccompli).. Pour ce qui est de chatma (135), la majorité des locuteurs
algériens et surtout ceux du domaine de la mécanique nourrissant à partir du brassage des
langues en contact (arabe dialectal / français) chatma à échappement qui parait plus compliqué à
retenir et préfèrent dans le cadre des échanges l’incarnation de cette nouvelle norme attestée dans
le monde professionnel et c’est en quelque sorte des stratégies collectives assurant des vocables
équivalents.
4eme temps : L’échappement
P : Le piston remonte du PMB vers le PMH.
•
Lors de la remontée, on enregistre une opération de balayage des gaz brulés.
•
Les soupapes d’admission et échappement sont fermées.
A7 : chatma (135).
•
Piston monte l’ PMH (285)
•
•
Khourouj tam ta3 les gaz, opération kens lghazet (193)
Soupapet mfermiyim (37)
A8 : chatma
•
Piston yatla3 lPMH.
•
Les gaz sortent lbarra, Amalyet kens lghazet (193)
•
Soupapet mfermiyin
P : Le piston quitte le PMH vers le PMB.
•
Evacuation totale des gaz brulés : c’est le balayage.
•
Les deux soupapes restent fermées.
Pour A7 et A8, la substitution étant la suivante :
L’au lieu de « au ».
kens au lieu de « balayage ».
mfermiyin au lieu de « sont fermées ».
amaliet au lieu de « opération »
yetfermaw au lieu de « se referment »
69
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Notre attention est attirée par les conjugaisons du verbe fermer qui est construit au moyen de
la racine ferm issue du verbe fermer du préfixe m (mfermiyin) qui indique la troisième personne
du pluriel(m+ ferm) et du suffixe iyin marque de la troisième du pluriel (ferm+iyin) sur le
modèle de la conjugaison au passé. Dans le préfixe yet (yet+ferm) indique la troisième personne
féminin pluriel sur le modèle de la conjugaison à l’inaccompli (futur). Ainsi on a les lemmes
(mots) qui changent de forme selon leur rapport grammatical aux autres lemmes, en changeant de
forme sonore, ils ont subi le jeu de la flexion, Il s’agit donc d’affixes flexionnels appelés
désinences qui s’ajoutent au radical : l’information transmise par la désinence indique la
pronominalisation de la langue arable et devient ainsi une langue fusionnelle arabe- français.
Les apprenants sont des locuteurs bilingues qui disposent de plusieurs répertoires linguistiques
(arabe littéral, arabe dialectal, français), quand ils recourent au mélange des codes, cela est du au
déficit lexical dans le
flux de leur expression ( carence lexicale
affectant l’usage
conversationnel) d’une part, et une certaine faiblesse en langue française en essayant de
compenser les carences linguistiques pat l’incursion d’unités linguistiques de leur langue
maternelle dans le discours français.
Ce métissage est devenu une pratique linguistique courante chez les apprenants de la formation
professionnelle.
A travers le recours à l’A-C (alternance codique) des apprenants, on peut constater des
constructions hypothétiques, c'est-à-dire les lexèmes subissent des modifications et sont ainsi
admises dans le discours et acceptées par le formateur (mixing entre langue « source » et
« cible ». Si le formateur ne s’oppose pas à cette pratique langagière c’est parce qu’elle constitue
une des conditions de l’apprentissage.
L’arabe dialectal emprunte des lexies au français pour combler un vide lexical comme le
français emprunte aussi à l’arabe des lexies et se transforment ainsi en un sabir franco- arabe. Les
apprenants font alterner ces différentes variétés selon leur besoin. Nous pensons ici à Henri
Lopes qui affirme qui « en tout état de cause, le français n’est plus en Afrique une langue
étrangère. D’origine étrangère, cette langue est aujourd’hui africaine, au même titre que nos
langues maternelles ».
Elle évolue, elle s’’enrchit, elle nous enrichit, comme le dit si bien Jacques Berque en
parlant de l’œuvre d’Assia Djebar Femmes d’Alger dans leur appartement : « Le discours
70
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
d’Assia Djebar, où l’on croit entendre les halètements d’une conscience déchirée, fait mieux que
plier le français à ses véhémences. Il l’emplit d’une sorte de latinité africaine ». Sur l’ensemble
des interventions observées, nous avons pu remarquer que le professeur intervient beaucoup
plus que les apprenants, le temps de parole représente environ 65% du temps total, le professeur
devient ainsi le noyau central de la communication en guidant le travail par des démonstrations
itératives et en essayant à chaque fois de varier le lexique.
Nous Notons dans (41, 135, 245…), l’emprunt ou le calque de mots en arabe par les
apprenants qui leur permet
la vérification du contenu proposé s’il est acceptable par le
professeur. La stratégie interlinguale joue ici un rôle de tremplin (Moore, 1996 ; 108). L’A7 dans
« opération kens lghazet » et A8 dans « position yatlaa les gaz sortent lbarra » ces types
d’alternance sont déclenchées suite à une difficulté de langue ressentie lors des efforts de
production en langue cible et calquent leur équivalence en langue source, ces derniers mobilisent
ainsi l’ensemble des moyens linguistiques dans leur répertoire afin de résoudre une carence.
Enfin ces types d’alternance sont exploités comme un outil pédagogique à des fins
d’apprentissage.Les productions langagières des apprenants sont situées dans la perspective
communicative du parler bilingue tel qu’il a été dénommé par Ludi et Py (1986), c'est-à-dire une
« activité communicative » qui se caractérise par la présence des « marques transcodiques »
(code switching, calques, etc.) et de « changement de langues », (De Pietro : 1988).
Le mot qui manque en arabe dialectal ou en français, on le prend soit en français pour le
conjuguer en arabe ou inversement ce mot est trituré pour en faire un nouveau mot. Les mots
comme a soupapet, mfermiyin (37), yetfermaw (39), yexplosi (27) tetferma (22), yetcomprima
(23) sont des propos hybrides véhiculant la réalité algérienne et les apprenants s’y adaptent
facilement.
Dans cet ordre d’idée, le chef d’état actuel dans un de ses discours a déclaré : « Je ne parviens
pas à déterminer quelle langue parlent les Algériens. Ce n’est ni de l’arabe ni du français ni
même de l’amazigh (le berbère).Ce n’est qu’un mauvais mélange, des propos hybrides que l’on
comprend à peine. Prenons l’exemple du terme mayixistiche (cela n’existe pas), qui ne peut être
compris que par l’Algérien du XXIe siècle ». ( Lahlah Mouna : 2006).
71
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
4.3 Synthèse d’analyse de l’expérimentation : 1ère et 2ème étape
Dans le discours des interactants nous nous sommes concentrés sur la formation des mots et la
manière dont s’organisent les morphèmes entre eux pour former des mots.
Dans rampet, boulounet, soupapet, on enregistre un changement de son comparativement aux
phonèmes réalisés initialement par les noms : soupapes, boulons, rampes. Ces noms ou ces mots
ont changé de forme pour des motifs grammaticaux dont le « et » qualifié le pluriel en arabe
dialectal.
Le mode de formation du pluriel est variable, il ne répond à aucune norme systématique. Le
pluriel est formé selon le système français. La morphologie du pluriel arabe est supprimée et
laisse place au -s- du pluriel français. La formation du pluriel est une combinaison de deux
systèmes, c’est-à-dire il intègre à la fois un signifiant arabe et un signifiant français.
Ces mots, dans le discours de la mécanique ne peuvent être décomposés malgré qu’on
peut noter l’existence de deux ou trois morphèmes pour un seul mot, et on les qualifie qu’ils ne
sont composés que d’un seul morphème.Dans soupapes, assoupapet, soupapet (1) la racine et
soupap et fermer, mfermiyin, yatfermaw (2) la racine est ferm ces deux exemples ont été adjoint
de différents affixes pour former des nouveaux mots. Le sens principal étant porté par le
morphème lexical (racine).
Dans mfermiyin, yatfermaw, les affixes sont placées auteur du radical et appelés circonfixes
du latin circum-fixus., on peut également noter dans (1) des simulfixes (simul : « en même
temps ») où les phonèmes sont modifiés mais les apparences globales des termes sont
conservées : ce sont des flexions internes.
Quant aux verbes d’action divissi (hum), extracti (hum), nittoyi (hum) auxquels viennent
s’ajouter des suffixes (hum) ce sont les pronoms toniques de l’arabe qui marquent la 3eme
personne du pluriel (ils ou elles).
La focalisation sur les pronoms et certaines classes verbales s’opère de la même manière sur le
discours des interactants. La transformation des mots s’effectue à partir d’une racine lexicale
(substantif, verbe, adjectif..) qui porte le sens réel et à laquelle s’ajoute un certain nombre
d’affixes correspondant à des pronoms ou autre dont le but est de donner des indications d’ordre
grammatical (ex A1à A2 : divissi boulounet ta3 lculassa).
Dans ce dernier exemple les affixes donnent une seule information.
Dans soupape soupapa ; boulon boulona, culasse culassa en arabe algérien les noms
masculins se terminent généralement par une consonne, tandis que Les noms féminins se
72
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
terminent généralement par un « a » (soupapa, boulona, culassa…). L’arabe dialectal ou algérien
utilise un pluriel irrégulier pour de nombreux mots masculins :
rajelrijal (hommes)
Le suffixe (in) est utilisé pour tous les cas du pluriel
moumen (croyant) mouminin
mouslem (musulman) mouslimin
Pour les noms féminins, le pluriel est le plus souvent régulier obtenu par l’ajout du suffixe « et »
Bint banet/soupapsoupapet/boulonboulonet
(Fille) (Filles)
(Soupapes)
(Boulons)
Le pluriel irrégulier est utilisé pour certains mots
Tabla (la table) twabel (les tables)
Boulona la balen (les boulons)
La conjugaison est faite en ajoutant des affixes (préfixes, suffixes, les deux ou aucun)
L’article défini commence souvent par « a » ou « l » (lcache, lculbuteur, lculassa, asoupapa…).
« Le fait que les membres d’une communauté soient reliés extra eux par leur activité langagière
n’implique nullement qu’ils soient tous reliés de la même façon, il peut exister une organisation
de la diversité au sein de ce qui est possédé en commun » 26
-Principe de la compétence linguistique :
« Le code choisi sera celui pour lequel la somme des compétences linguistiques individuelles des
deux interlocuteurs est maximale.
Le choix d’un code est défini comme la décision du locuteur d’utiliser dans une situation donnée
un code plutôt qu’un autre. Par code, nous entendons aussi bien une langue qu’une variété de
langue, ou même certains mécanisme d’alternance comme le code switching »27
-les stratégies du locuteur :
J.Gumperz (1982) souligne, que « dans une situation de communication, les participants ont
le choix entre diverses façons de parler et que leur choix se fait en fonction du contexte. Le
langage s’adapte constamment aux dimensions sociales de la situation ; aux participants, au
but de la conversation, au déroulement de l’action. Les choix linguistiques se font aussi en
fonction des présupposés culturels et de l’expérience personnelles des participants. Il y a une
multitude de façons de parler, et le choix qu’on effectue a un sens social qui se trouve transmis
26
27
D.Hymes(1984), op cit, p42.
TALEB-IBRAHIMI, Kh. (1998) : Les algériens et leur(s) langue(s), Alger, Dar El Hikma.
73
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
aux auditeurs. Ces derniers vont à leur tour opérer un choix dans leur inventaire linguistique en
fonction, entre autres de leurs rapports interpersonnels »28.
L’analyse des réseaux de communication prouve
à l’évidence, que les locuteurs algériens
adaptent bien leurs conduites langagières en fonction des ressources que leur offre leur répertoire
verbal et qu’ils sont loin d’avoir un comportement unifié et constant.
-le 1er de ces phénomènes est « l’alternance de codes » ou « code –switching » (terme plus
célèbre) dont J. Hamers et M. Blanc disent :
« Une des stratégies les plus courantes des bilingues entre eux (et des plurilingues) est
l’alternance de codes (code switching).
Dans l’alternance de codes, deux codes (ou plusieurs) sont présents dans le discours, des
segments de discours alternent avec des segments de discours dans une ou plusieurs langues. Un
segment (x) appartient uniquement à la langue Ly, il en va de (y) qui fait partie uniquement de la
langue lx. Même pour un segment peut varier en ordre de grandeur allant d’un mot à un énoncé
ou un ensemble d’énoncés, en passant par un groupe de mots, une proposition ou une phrase.
Ensuite, il convient de distinguer entre l’alternance « entre phrase »ou « inter –énoncés »et
l’alternance inter-phrase dans laquelle les segments alternés sont des constituants de la même
phrase.29
- « Le mélange de code » (« code mixing ») est une stratégie de communication mais dans
laquelle de locuteur de Lx transfère des éléments ou règles de LY à quelque niveau linguistique
que ce soit ces éléments ne sont pas intégrés au système linguistique de LY sinon ils seraient
comme des emprunts.
Dans le mélange des codes, il y a nécessairement une langue de base et ou peut distinguer dans
l’énoncé des segments unilingues dans la langue de base qui alternent avec des segments qui font
simultanément appel à des règles des deux codes.30
J.Hamers et M.Blanc nous rappellent en définissant le mélange de code qu’il est caractérisé
par le transfert d’éléments d’une langue LY dans la langue de base LX ; dans l’énoncé mixte qui
en résulte ou peut distinguer des segments unilingues de LX alternant avec les éléments de Lx
qui font appel à des règles des deux codes. A la différence de l’emprunt, généralement limité à
28
J.Gumperz glasé par C.Bachman etal, op cit, p 180.
J.Hamers M.Blanc, op cit, pp.198-204.
30
Idem, pp204-205.
29
74
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
des unités lexicales, le mélange de codes transfère des éléments à des unités appartenant à tous
les niveaux linguistiques et pouvant aller de l’item lexical à la phrase entière ; si bien qu’à la
limite, il n’est pas toujours facile de distinguer le code mixing du code-switching comme
l’alternance des codes, le code mixing est une stratégie de bilingue alors que l’emprunt n’en est
pas nécessairement une mais peut être pratiqué par des monolingues en situation de contact de
langues .
Dans le mélange de codes la proportion de deux langues peut varier comme dans l’alternance31
•
Exemple de mélange de codes
Krazato tomobil ramasoh morsowet (une
automobile l’a écrasé et on l’a « ramassé » en
morceaux).
Nous voyons comment les éléments de la langue française sont mixés aux éléments de la
langue arabe dialectale: nous pouvons dire même qu’ils sont intégrés, au système de la langue.
Les verbes français sont conjugués à la manière des verbes arabes avec les suffixes et préfixes
caractéristiques, ils appartiennent alors au paradigme des verbes trilitères du dialectal et se
composent d’une manière identique (préfixes et suffixes des négation ma-s ajout de préfixes de
l’inaccompli, etc. ajout de pronom affixes sujets t [proposit], na etc, ainsi que des pronoms
affixes objets ex kovokine (1) / K(2) « n » pronom affixe sujet « nous » et « k » pronom affixe
objet « tot » ; les noms, eux, sont intégrés au modèle du noms arabe et reçoivent les mêmes
marques de genre et de nombre exemple : « morsowet », le mot morceau au pluriel, en arabe est
au féminin, alors il prend la marque spécifique arabe pluriel tandis que le mot « nniverser »
anniversaire, il prend son « a » et est assimilé aux noms débutant par un phonème solaire qui va
s’amalgamer avec l’article défini.
Certains mots relèvent de la catégorie de l’emprunt comme tomobil qui n’est plus perçu
comme étranger. [Khaoula. Taleb Ibrahimi].Il y a un mélange de code de la part des jeunes
apprenants. Est- ce la le signe d’une incompétence de s’exprimer correctement dans une des deux
langues ? D’une non- maîtrisé véritable de deux systèmes linguistiques qui conduit le locuteur à
emprunter chacun des deux les moyens qu’il peut ou bien est ce plutôt la conséquence et le
résultat de l’échec du système éducatif qui, par les différentes qu’il a subies a ballotté .ces jeunes
d’une classe bilingue vers une classe arabisée sans qu’ils arrivent, à maîtriser l’une ou l’autre
langue ? Telles sont les nombreuses questions auxquelles, en l’état actuel de la recherche,
sociolinguistique sur l’Algérie, nous ne pouvons apporter des réponses.
31
J.Hamers M.Blanc, op cit , pp.204-205.
75
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conclusion
Les investigations de terrain nous ont permis de cerner les difficultés retenues dans notre
problématique et noter l’ensemble des dysfonctionnements liés au phénomène de la variation
linguistique .A travers les enquêtes, nous avons retenus les parlers hybrides qui prédominent dans
le discours des apprenants de la formation professionnelle, des substitutions des mots arabes aux
mots français. Le recours à l’alternance codique n’est pas sanctionné par les professeurs vis-à-vis
des apprenants qui disposent de plusieurs répertoires linguistique .Ces alternances sont exploitées
comme une aide pédagogique à des fins d’apprentissage
4.4 Enquêtes : un état des lieux
Introduction
L’enseignement au sein de l’INSFP s’effectue dans un mixage de code .Les apprenants
sont appelés au niveau des spécialités de maintenance à assurer le service d’entretien, de
réparation et donc à choisir les méthodes de travail les plus efficaces , c’est la raison pour
laquelle ils passent un stage pratique de six mois en milieu professionnel dans le but de préparer
un mémoire de fin d’étude qui sera évalué par un jury spécialisé et tester, si ces apprenants ont les
aptitudes de véritables maintenanciers.
Nous avons alors jugé utile d’assister à la soutenance de fin d’étude, de visiter le milieu
professionnel et d’engager un entretien avec les enseignants pour mieux approcher les
glissements d’’ordre linguistique.
4.4.1 Soutenance de mémoire de technicien supérieur en maintenance des véhicules industriels
Nous avons assisté à la soutenance de mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de
technicien supérieur en maintenance des véhicules industriels (promotion Février 2009Septembre 2011). Le mémoire est préparé par un binôme d’apprenants durant la période du stage
pratique qui s’est étalée de février 2011 au mois d’aout 2011 dans un atelier privé appartenant à
Renault-Algérie. L’intitulé du thème est : Comparaison entre le moteur Diesel et le moteur à
essence.
Le jury est constitué des membres suivants : le président du jury, ingénieur en maintenance
industrielle, deux assesseurs, l’un ingénieur maintenancier en équipement et l’autre, une dame
ingénieur en mécanique des véhicules légers et enfin l’encadreur représentant l’atelier Renault76
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Algérie et réparateur mécanicien de formation. Le temps accordé par le président du jury aux
apprenants étant fixé à vingt minutes pour l’exposition du travail.
C’est alors que l’un d’eux commença à lire par le biais du data-show les différences de
fabrication des deux moteurs en question, ainsi que les ressemblances grâce aux schémas
présentés, ainsi qu’aux photos prises dans l’atelier. Son camarade enchaina dans la même
perspective pour noter au passage à travers la comparaison les avantages de leurs utilisations les
uns par rapport aux autres et que les moteurs Diesel sont puissants et coutent chers vu la
complexité de leur moulage, ainsi que la fonctionnalité et la complexité de la pompe d’injection,
des injecteurs et des régulateurs à dépression. Les moteurs Diesel sont utilisés surtout dans les
poids lourds, les engins de chantier, les bateaux et les trains (locomotives de tirage).
L’exposé s’est déroulé dans un français correct, le binôme se butait souvent à certaines
terminologies techniques dans la prononciation. Pour l’explication des schémas, ils recouraient à
l’alternance codique, vu que l’explication ne figurait pas en légende afin de pouvoir la lire
correctement.
Pour certaines questions que nous avons relevées par les membres de jury :
Q1 : Par quoi l’explosion est-elle assurée dans les deux moteurs ?
R1 : lmoteur (249) ta3 l’essence yexplozi bl’étincelle(165) dbougie électrique, wlmoteur ta3
diezel ki contacti lahwa chaud yexplozi de lui-même (auto-inflammation). « Le moteur à essence
s’explose grâce à l’étincelle électrique de la bougie et le moteur Diesel s’explose au contact de
l’air chaud ».
L’assesseur confirme par ces propos : il y a les moteurs à allumage commandé (par l’étincelle de
la bougie d’allumage) et qui sont ceux de l’essence et les moteurs à allumage par compression hia
Diesel. (hia au lieu de : sont les moteurs Diesel).
Q2 : A votre avis quels sont les gaz les plus toxiques, Ceux du Diesel ou ceux de l’essence ?
R2 :l’essence sem 3la Diesel Monsieur (sem au lieu de toxique et 3la au lieu de par rapport).
Q3 : D’après-vous c’est quoi un voiture écologique ?
R3 ; hia tprezervi l’environnement(152) hia au lieu de « c’est », tprezervi au lieu de « elle
préserve ».
77
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Q4 : Ça veut-dire quoi tprezervi l’environnement ? (lui-même il a utilisé le verbe préserver en le
conjuguant à la façon de la conjugaison arabe. « elle préserve ».
R4 : tiviti lpolution (303) walla dimini lpolution (303), « elle évite la pollution ou bien diminue la
pollution ».
Q5 : Vous avez-évalué les températures à 600° pour le Diesel et 300° pour l’essence lors de la
compression du mélange, de quel mélange s’agit-il benesba lelmazot et l’essence « benesba au
lieu de « par rapport », « lelmazot au lieu de Diesel ».
R5 : cheikh, mélange hwa-essence (1g hwa, 15g essence) pour l’essence. « Monsieur, mélange
air-essence (1 g d’air pour 15 g d’essence) ».
Pour lmazot hwa sitout (« hwa au lieu de air », « lmazot au lieu de Diesel » et « sitou au lieu de
seulement »).
Q6 : Vu que le carburant est précieux, cher et difficile à remplacer dans les deux moteurs, quelles
solutions possibles doit-on envisager pour le remplacer ?
R6 : Nitiliziw sirghaz fl’essence « on utilise sirghaz à la place de l’essence ».
Lgazwal économique 3la
l’essence flmazot. « Le gas-oil est économique par rapport à
l’essence ».
Q7 : Comment peut-on réduire la consommation fl’essence welmazot ? « Dans l’essence et le
gas-oil »
R7 : Nentreteniw lvéhicule, nvérifiw lgonflage des pneux,nrigliw l’allumage ou nitiliziw
lconomizeur nta3 lcarburant. « On entretien le véhicule, on vérifie le gonflage des pneux, on
règle l’allumage et on utilise l’économiseur du carburant ».
Intervention
du
membre
du
jury :
bon,
exact,
nvirifiw
aussi
le
circuit
de
refroidissement. « nvirifiw au lieu de : on vérifie ».
Q8 : Quelles sont les recommandations pour effectuer le vidange du moteur ?
R8 : lezm nvidangiw lmoteur à chaud fi blaça plate. « Il faut qu’on vidange le moteur à chaud
dans une place plate ».
Intervention du membre de jury : oui sur un plan horizontal et on vidange également la cloche du
filtre d’huile et on nettoie le tamis.
78
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Commentaire
Nous avons remarqué que les apprenants mélangent les codes en recourant à l’alternance
codique particulièrement quand il s’agit de répondre aux questions pertinentes formulées par les
membres du jury. Souvent ils sont confrontés à des situations de blocage engendrées par la
reformulation des questions des membres de jury n’ayant pas eu le même statut de formation.
Au cours de notre analyse des interactions verbales, les mécanismes interactionnels et certains
phénomènes linguistiques au sein de cette soutenance de fin d’étude pour l’obtention du diplôme
de technicien supérieur en maintenance des véhicules industriels ; nous avons observé la manière
dont les locuteurs interagissent dans un contexte de communication particulière. Le jury comme
les apprenants ont des objectifs précis à atteindre ; l’un pour l’évaluation du travail présenté et les
autres pour défendre leur projet. Durant l’enquête, nous avons remarqués aussi l’apparition de
certaines unités linguistiques telles que hein et des petits mots de l’oral comme voilà, alors,
bon… de la part des membres du jury pour confirmer ou infirmer les réponses des apprenants.
Ces petits mots qui sont des marqueurs de discours ou de structuration sont conditionnés par la
nature du sujet de recherche abordé par le statut des apprenants et par celui de leurs interlocuteurs
« Mazout, nom masculin, d’abord mazou(1899), puis mazout(1902),il est venu de la langue
russe de même sens mazut.Il est emprunté à l’arabe mahzutat «
restes, résidus,
déchets ».Cependant, il existe en russe dialectal mazutina « tache, tache de graisse » , issu du
russe mazzjt « graisser, enduire ».Ce mot russe est passé en anglais (1924 ,mazout et mazut) ».
4.4.2 Entretien avec les enseignants
Nous avons regroupé les enseignants des branches techniques pour nous entretenir avec-eux
sur les pratiques langagières avec leurs apprenants .Il s’agit des spécialités Maintenance
équipements hydrauliques, maintenance des équipements audio-visuels, de l’arboriculture et des
systèmes informatiques. L’ensemble des enseignants pensent que la classe favorise l’alternance
codique de part et d’autre et que l’arabe dialectale ou langue vernaculaire sert de passerelle et
consolide ainsi la langue étrangère.
Dépendamment des niveaux des apprenants, la majorité utilise dans leurs énoncés plusieurs
niveaux de langue. Durant les séances des travaux pratiques les échanges entre apprenants se
déroulent généralement en alternance codique.
79
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
La stratégie contrastive relevée par les formateurs relève les points communs et les différences
de deux systèmes linguistiques en présence dont l’un est déjà intériorisé chez les uns et les autres
s’agissant de leur langue maternelle et quant à l’autre système, il est en voie d’apprentissage pour
les apprenants .Hamers et Blanc soulignent que l’alternance codique est une « stratégie de
communication utilisée par les locuteurs bilingues entre-eux » (1982, p445). Les enseignants
eux-mêmes recourent à l’alternance codique quand l’intérêt de la classe tombe surtout lors des
explications reliées aux phénomènes de la terminologie des différentes spécialités.
Ahcène, hydraulicien ,professeur spécialisé d’enseignement professionnel au sein de
l’INSFP , prétend que quand il parle à ses apprenants dans leur langue(hybride arabe
dialectal /français),ces derniers suivent son langage dans sa totalité et portent un intérêt
particulier à l’acquisition des connaissances techniques car ils ont tous suivi la même
progression, le même programme scolaire dans le passé (lycée),il souligne aussi qu’il y a des
exceptions parmi son échantillonnage ou il y a certaines nuances remarquées et qui sont dues à
d’autres facteurs socio -culturels, ce qui l’a poussé à établir des fiches de renseignements de ses
apprenants lors du démarrage de la formation et sur lesquelles on a remarqué la profession des
parents, la langue préférée d’enseignement (arabe littéraire, arabe dialectal, et le français).
Les raisons qui ont poussé Ahcène à établir ces fiches, c’est pour qu’il soit fixé lui-même
sur le choix à opter dans le changement de code, lui qui est ingénieur d’état en hydraulique a fait
ses études secondaires en arabe avec recourt souvent à l’alternance codique et ses études
supérieures en langue française et grâce à son expérience de sept ans ,il ne trouve pas de
problème à communiquer dans les deux langues et déclare qu’un enseignement purement français
n’aboutit pas, de même pour l’arabe littéraire et préfère donc lors des situations de blocage
recourir à l’alternance codique afin que le français technique soit assimilé.
Monsieur Adel, spécialisé en maintenance des équipements audio-visuels partage l’avis
de Mr Ahcène. Nous avons même relevé un passage de communication entre lui et ses apprenants
lors de la remise en état et du contrôle d’un panneau électronique.
Adel, « Servez-vous du fer à souder ou soudiw les diodes électroniques bl’étain » (soudiw au
lieu de soudez, et bl’étain au lieu de avec l’étain).
Apprenant : Monsieur ndécapiw avant mnsoudiw ? (ndécapiw au lieu de : on va décaper et
mnsoudiw au lieu de : on va souder).
80
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Adel, souligne qu’il est indispensable de recourir à ce genre d’alternance qui est présente dans le
langage quotidien et qui donne une forme locale grâce au mixage des deux langues, le français et
l’arabe dialectal. Par contre lors des examens écrits, Adel déclare que ses apprenants s’appliquent
à utiliser un français correct sans conjuguer les verbes français à la façon arabe comme dans les
communications orales.
Pour ce qui est de la spécialité Arboriculture encadrée par l’ingénieur Abdelghani, il
confirme au démarrage il a eu des difficultés de communications avec ses apprenants
majoritairement filles (18 filles et 07 garçons) tous issus d’un niveau littéraire, pour leur adapter
un enseignement technique des modules de séchage de fruits, les huileries et l’amélioration
d’oléification, les pépinières ,élevage en matière de production laitière, mais au cours des
premiers mois et grâce au mélange des codes ,l’assimilation des connaissances techniques
s’opérait doucement et surement.
Quand à l’informaticienne Zyneb, ingénieur de formation, professeur spécialisé
d’enseignement professionnel, que nous avons trouvé entrain de travailler les applications sur
Google avec ses apprenants majoritairement filles (16 pour 08 garçons) prétend n’intervenir que
rarement en alternance codique et que ses apprenants n’ont pas suffisamment de connaissance en
programmation mais que des compétences logicielles. Parmi ses apprenants figurent 04
apprenants étrangers (Gabonais et Congolais) qui obligent Zyneb d’intervenir la plus part du
temps en langue française, mais nous signalons que ces derniers ont appris aussi le mixage des
codes à l’instar de leurs camarades algériens, à l’internat comme au restaurant, on les entend
dire : « zidni pain (encore du pain), beaucoup hlib (beaucoup de lait ». On peut conclure que si
les conditions d’apprentissages sont convenables, l’enseignement produit chez l’apprenant
un « bilinguisme additif » (Lambert et Peal), c’est-à-dire qu’il développe sa bilingualité en
additionnant une L2 à sa langue maternelle.
Le choix de l’alternance codique dépend notamment de la compétence présumée de
l’interlocuteur et du contexte. Les locuteurs produisent des alternances codiques qui revoient à
des stratégies communicatives diverses telle l’explication, le commentaire, la démonstration. Les
raisons qui motivent au recours de ce phénomène linguistique se présentent sous deux formes :
celles qui s’imposent par nécessité et celles qui sont liées à l’attitude du locuteur vis-à-vis du
français .Le choix du code à mélanger est tributaire de l’attitude du locuteur envers la langue à
choisir.
81
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
A travers notre enquête, on a enregistré des problèmes de défaillance de la mémoire,
souvent le terme existe en arabe dialectal mais à un certain niveau de discours, il y a un blocage
tant l’apprenant ne dispose pas du stock nécessaire dans la langue française, d’ou une
contribution limitée à l’évolution de cette langue. Les deux langues, l’arabe dialectal et le
français, sont structurées et présentes à L’INSFP parallèlement pour communiquer et surtout pour
apprendre. L’apprentissage n’est réussi que si les deux langues sont appréciées et intériorisées
positivement par les apprenants.
4.4.3 Enquête au niveau du milieu professionnel
Nous avons visité un atelier de réparation automobile équipé de tous les instruments et
outillages nécessaire à la réparation. Le propriétaire
de l’atelier est un mécanicien et titulaire
d’un certificat d’aptitude professionnelle depuis vingt ans. Il exerce dans la périphérie de la ville
de Souk-Ahras et partage l’atelier avec un autre mécanicien qui le seconde dans ses réparations et
enfin de trois apprentis issus du centre de formation dans lequel ils ont reçu une initiation aux
techniques de base de métier de mécanicien (niveau technicien).
Nous l’avons informé du projet du discours avec ses coéquipiers, ainsi que sur le vocabulaire
des mécaniciens. Il s’est montré coopératif pour la prise de notes.Les activités qui y sont attestées
consistent principalement en démontage, révision, réparation, réglage et remontage des moteurs
selon des méthodes et techniques bien spécifiques.
L’atelier est doté d’un grand tableau mural sur lequel sont fixés une variété de clés, marteaux,
pinces, tournevis, colliers de serrage, scies…ainsi que d’un chariot élévateur qui permet
d’extraire les moteurs de leurs berceaux sur les voitures et d’un chariot élévateur électrique
permettant de faire lever et descendre les véhicules. Après l’avoir mis en confiance, il nous a
appris la dénomination des pièces qui se trouvaient ça et là vu qu’un bon nombre de voitures
attendaient la réparation. La majorité des pièces, il les a nommé en français parce que dit-il, si je
m’amusai à les nommer en arabe c’est compliqué et pour un seul qualificatif telle que culasse
,elle est définie par une longue phrase difficile à retenir : koutlet rouos listiwanet
(propriétaire
du garage ).
Le chef d’atelier « ch.At » (propriétaire du garage), ordonna à ses apprentis de remettre en état
les organes mobiles du moteur démonté en leur montrant les pièces de rechange qu’ils devront
mettre en place : il s’agit de quatre pochettes de segments, un jeux de coussinets, un joint de
82
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
cratère, ainsi que de l’outillage indispensable pour effectuer les opérations à savoir un collier de
segments, des clés à pipe, une burette d’huile et des chiffons de nettoyage.
⌂ Méthode d’exécution :
Ch.At : montiw les segments fi lpistawet blcolier (51)
AP1 : nrespectiw les ouvertures chef ? (Apprentis= AP)
AP2 : sinon l’huile tremonti lchambra (60)
L’AP3 avec l’adjoint s’exécutent et placent les segments dans les rainures sur les pistons en les
tierçant (pour éviter la fuite d’huile)
Le chef d’atelier vérifier l’emplacement tandis que les deux autres apprentis nettoient le bloc
chemisé à l’aide des chiffons.
Les apprentis se retirent cette fois pour laisser place au chef d’atelier et son adjoint qui
introduisent doucement les pistons dans leur chemise en les imbibant d’huile.
Les apprentis se mettent à préparer le vilebrequin par un nettoyage soigneux, l’un s’adresse à
l’autre.
•
Débouchi trouet bach ngarantiw lgraissage (203)
Le chef d’atelier intervient pour leur ordonner :
•
Placiw les coussinets fi lbielles ou siriw chapowet comme il faut, après vérifiw arotation
ta3 lvilebrequin (63,397)
AP
: ki maytournich bien chef ?
Ch.At : grissiwhem ou tourniwhem sinon dibloquiwhem
Les apprentis revérifient la position, des coussinets et les graissent, cette fois le vilebrequin
tourne aisément.
Ch.At : placiw boumba d’huile ou fermiw lcarter, n’oubliez pas le joint
AP
: nbloquiw bien lcarter chef ? (59)
Ch.At : non, chouiya sinon tcraziw ajoint (226)
83
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Une fois la série d’opération effectuée sur l’ensemble des organes, une dernière vérification de la
part du chef d’atelier s’est opérée au niveau du volant- moteur pour contrôler la rotation du
vilebrequin et de conclure :
ki tourni facilement ça veut dire que votre travail est bien fait.
Ce remontage a duré une heure quarante minutes (de 14h30 à 16h10 mn).
Commentaire
Les interactions entre le chef d’atelier, son adjoint et les apprentis sont accompagnées de
manipulations d’objets et d’outillages et mettent en évidence les rapports subjectifs que les
praticiens entretiennent avec leu métier. Nous voyons la manière de l’explicitation des actions
propres à l’expérience professionnelle qui permet une conduite efficace des différentes activités.
Dans les interactions entre les acteurs, on note les verbes d’action : Montez, respectez, remontez,
débouchez, garantir, placez, serrez, vérifiez, tournez, graissez, fermez, bloquez, écrasez.
Tous ces verbes français sont conjugués à la manière des verbes arabes avec des affixes
caractéristiques :
Verbes
Commentaires
montiw
Ajout de pronom affixe sujet « iw » = nous
nrespectiw
Ajout de pronom affixe sujet « n / iw » = nous
tremonti
Ajout de pronom affixe sujet « t / iw » = elle/ voyelle i eu
arabe = voyelle e
débouchi, ngarantiw
Ajout de pronom affixe sujet « n / iw » = nous
placiw, siriw, verifiw
Ajout de pronom affixe flexionnel sujet = vous
Maytournich
Ajout de pronom affixe objet may sujet = il (ich)
grissiwhem,
tourniwhem, Ajout de pronom affixe flexionnel « iwhem » sujet = eux
dibloquiwhem
(objet)
placiw, fermiw
Idem que montiw
Nbloquiw
Ajout de pronom affixe sujet « n / iw » = nous
tecraziw
Ajout de pronom affixe sujet :vous « ta »
84
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Pour ce qui est des noms, ils sont intégrés au modèle du nom arabe et reçoivent les mêmes
marques de genre et de nombre.
Noms
lpistawet
Commentaires
Le mot piston au pluriel en arabe devient pistawet en prenant la
marque spécifique arabe plurielle.
Lchanbra
L’ajout du « l » dans (1), (3), (4) et (8) vient s’amalgamer avec les
noms pour indiquer les articles définis « les » et « le » /chnabre=
chambres
lgraissage
« l » ajout comme préfixe = article défini « le »
fi
Substitution = dans
chapowet
Le mot chapeau au pluriel en arabe est au féminin il prend la marque
spécifique arabe pluriel (« et » comme affixe).
arotation
Le mot rotation a gagné un a et assimilé à l’article défini « la ».
ta3
Substitution = celle
ki
Substitution = quand
boumba
Relève de la catégorie de l’emprunt qui n’est plus perçu comme mot
étranger.
lcarter
Idem que lchanbra
chouiya
Substitution = un peu
Commentaire
Nous constatons à travers ces interactions verbales dans cet atelier comme tant d’autres
comment les éléments de la langue française sont mélangés à ceux de l’arabe dialectal pour
donner un mélange de langues comprises naturellement par ces acteurs comme par le public
algérien en général. Le niveau scolaire étant acquis au niveau des centres de formation
professionnelle, celui du chef d’atelier (certificat d’aptitude professionnelle) et son adjoint, ainsi
que celui des apprenants (brevet de technicien en mécanique de réparation automobile).
85
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
La majorité des verbes utilisés sont calqués sur ceux des verbes de la langue arabe, les flexions
en affixation les justifient (grissiwhem, tourniwhem…), (nrespectiw, ngarantiw…). Les verbes
sont à la catégorie grammaticale et subissent par l’ajout de ces
affixations, le plus de
transformation morphologique.
La majorité de ces derniers (verbes français) ont des pronoms arabes affectés de morphèmes
flexionnels. A travers les énoncés des locuteurs on note la répétition du pronom sujet arabe
devant ou derrière le verbe et à chaque interaction, ils substituent des pronoms arabe qui sont
compatibles avec les verbes on a ainsi une conjugaison mixte et les éléments des phrases ou de
l’énoncée s’imbriquent les uns dans les autres ; il s’agit de la déconstruction d’un système qui est
reconstruit différemment au travers de ces pratiques langagières. Dans tous les énoncés on note
un mélange linguistique ou on a des combinaisons d’unités appartenant à deux langues dans une
même chaîne de discours.
La compétence des locuteurs n’est pas la même malgré qu’ils sont issus du secteur de la
formation professionnelle. Leur répertoire verbal s’étant développé dans différentes sphères de
socialisation telles que la famille, l’environnement et l’apprentissage c’est pourquoi le choix des
deux langues n’est pas linéaire et c’est ce qui confirme la dominance du français ou de l’arabe
dialectal dans les interactions comme différent chez les locuteurs.
Conclusion
L’utilisation de l’alternance codique permet aux locuteurs de communiquer d’une manière
souple et flexible. Dans les énoncés produits, les flexifs et les affixes sont les désinences de
temps, on note aussi la cooccurrence de deux constituants immédiats de l’arabe dialectal et du
français à l’intérieur d’une même phrase La majorité des affixes distincts sont juxtaposés aux
radicaux (cas des articles) pour exprimer les rapports syntaxiques.
b) Discours oral des mécaniciens :
Les termes spécifiques ou le vocabulaire des Mécaniciens en général puise dans la langue
française ses emprunts pour les dénominations des pièces, accessoires et annexes mécaniques.
Les objets et pièces utilisés dans le domaine de la mécanique doivent satisfaire une certaine
terminologie. Cette dernière fait appel en grande partie au français ainsi qu’à l’arabe dialectal.
86
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Nous nous référons à une étude sur le vocabulaire des mécaniciens intitulée « Un
spécimen de contact linguistique : la terminologie des mécaniciens » effectuée
par Taїeb
Baccouche en 1966. Le lexique comprend environ 150 termes qui désignent des outils et des
pièces détachées. Quatre décennies plus tard, ce lexique est dans sa globalité, parfaitement
conservé.
Comme nous sommes nous-mêmes enseignant dans ce domaine, avec l’évolution
technologique et la « Mécatronique » actuelle, un nouveau lexique vient s’ajouter à celui déjà
conservé.
c) Repères d’assemblage des emprunts lexicaux :
-
Interférence du système phonologique de la langue source
Les noms commençant par une voyelle sont influencés par la structure syllabique de la langue
réceptrice, i, e.
a)L’amuïssement de la voyelle initiale /e/, /a/ par apocope.
(161)-essieu e s j ø / s j ø
(135)-échappement e∫apmã / ∫atma
(140)-éjection eeksjõ
b) L’adjonction d’une consonne empruntée à la forme déterminative de l’arabe (e) l :
(05)-allumage lalyma
(163)-entraînement lãtrεnmã
(02)-arbre à cames larbakam
(03)-antibrouillard lãtibrujar
(04)-antenne lãtn
(146)-embrayage lõbraja
(151)-engrenage lãgrøna
(06)-accélérateurlakseleratœr
(01)-amortisseur(s) lamortisœr/ lamortisœrεt /mortisoer
87
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
D’autres noms se terminant initialement par /i/ connaissent une nouvelle finale en /a/ plus
conforme au système arabe.
(97)-culassa kylassa
(354)-soupapesupapa
(311)-ramperãmpa
(287)-pompepõpa/bumba32
(37)-bobine bobina
(60)-chambre ∫ãbra
(390)-tige tigea (tia)
(90)-coupelle kupala
(27)-barre barra,lbara
(44)-buse byza
(39)-boite bata,lbata
(54)-carcasse karkassa, lkarkassa
(88)-coque koka, lkoka
(104)-cale kala, lkala
(93)-courbe kurba
(49)-cataphote katafota, lkatafota
(295)-poussoir (s) lpusswar /pusswarεt
(128)-dose doza
(33)-bielle bijla lbijla
Par contre le modèle d’adaptation de l’emprunt n’est pas calqué sur la langue arabe.
Dans la dérivation de certains substantifs, le choix s’opère sur le suffixe eur dans clignoteur au
lieu d’ant de clignotant qui est motivé par l’importance du paradigme dérivationnel tels que :
carburateur « karbyratœr (57) », démarreur « demarœr (112), allumeur «almεr (5)»,
accélérateur «akseleratœr (6)», ralentisseur «ralãtissœr (310)», régulateur « «regylatœr(318)»,
redresseur « rødressœr(312) », générateur «eneratœr (196) », indicateur « dikatœr(216)»,
inducteur « dyktœr (218) »,
projecteur « proektœr(299) »,
Donc l’adaptation s’est inspirée de l’analogie au sein du système de la langue française.
-
Erreurs à dominante morpho-lexicale
L’emprunt demeure un modèle de coexistence de deux systèmes, le français et l’arabe dialectal :
a-roda (roue) et non pneu
b-dhaw (lumière) et non feux
c-khalit (mixage) et non mélange.
32
Ce phénomène se vérifie dans les emprunts relatifs au lexique de l’automobile comme mazout……….
88
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
d-yanfadjer (s’auto- enflamme) et non s’explose.
e-hwa (O2) et non air
f-yatlaε (monte) et non remonte
g-mazot (fod) et non gas- oil
L’emprunt au français est largement supérieur comparativement au recours à l’arabe dans
la structure du vocabulaire de la mécanique automobile et la maintenance des véhicules
industriels, cependant quand la variation est conditionnée, elle doit se soumettre à des règles
linguistiques et aussi extralinguistiques, voire toute une dimension culturelle ce qui n‘explique
pas l’existence des formes telles que : bomba pour pompe. bombe(intégration de l’emprunt
normalisé dans la langue de réception correspondant à des lexèmes en usage arabe dialectal).
L’établissement d’équilibre entre différents codes est assuré par une stabilité linguistique
au niveau de la terminologie de la mécanique dans le discours oral de type informel.
Cet équilibre entre les codes, celui de la langue prêteuse et celui de la langue emprunteuse se
remarque aux niveaux phonétique, morphosyntaxique et lexical.
Il est également à relever dans le système consonantique le passage de la sourde à la sonore dans
*/f/ /v/.
(40)-boite fusible bwatvisibl
*/p/ /b/
(265)-pare –brise barbriz
(276)-plaque d’immatriculation blaka
Et dans le système vocalique
*/y/ /e/
(345)-Supports lesypor
*/œ//u/
(249)-moteur motœr / lmotœr
*/o/ /u/
(342)-rodage roda
89
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
(337)-rotule rotyl
*Les phénomènes propres au français comme (/p/, /f/, /œ/, y etc.) ne sont pas transformés.
Par exemple nous notons le maintien du /f/ dans
(268)-faravã phare –avant
(171)-filtraεr filtre à air
(188)-føavã feu avant
Et celui du /p/ dans
(274)-pistõ pistons
(276)-plakεt dø fr Plaquette de freins
(271)-pinjõ pignon
-
Erreurs à dominante logogrammique altérant les rapports : bases/dérivés
La formation du pluriel des substantifs s’effectue selon les formes du model arabe par adjonction
de l’affixe dérivationnel (et, at) à la base du singulier.
(354)-Soupape (s) supap / supapεt
(390)-Tige ti / tiεt
(90)-Coupelle kupεl / gupalεt
(295)-Poussoir puswar / puswarεt
(44)-buse byz
Le garagiste comme les apprenants choisissent de réaliser le pluriel selon le modèle de l’arabe.
Cette stabilité terminologique qui se vérifie dans le code oral et jusque dans le discours
informel constitue un « lecte [qui] quelle que soit sa position dans la hiérarchie socialement
établie, représente une norme à laquelle se conforment les membres du groupe dans leurs
échanges linguistiques [et] dans le cadre de chaque norme figure un certain nombre de règles,
90
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
même si elles ne sont pas écrites et ne sont pas explicitement énoncées, [elles] conditionnement
les usages en vigueur » (Mejri 2001 :68)33 .
► Une illustration de glissement d’ordre lexical
A/
1
Amortisseur (s)
lamortisœr / lamortisœrεt
2
Arabe à cames
Larbakam
3
Anti – brouillard
Lãtibrujar
4
Antenne
lãtn
5
Allumeur
lalmεr
6
Accélérateur
Lakseleratœr
7
Alternateur
Lalternatœr
8
Anti feux
lãtifə
9
Aléseur
Lalezœr
10
Admission
Ladmisjõ
11
Ailettes
Elεt
12
Accumulateurs
Akimilatœr
13
Ampère
ɑmpr
14
Aspiration
Aspirasjõ
15
Avertisseur
Lavεrtisεr
16
Avance à l’allumage
Avãsalalimaz
17
Axe
Laks
18
Amplificateur
Làplifikatœr
19
Antigel
lɑtil
33
Mejri S. (2001), « norme et contre- norme (s) fonction identitaire et renouvellement du système », colloque
diversité culturelle et linguistique : quelles normes pour le français ?
91
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
20
Auto- serrage
otosera
21
Arrier- train
ariεrtr
22
Bague (s)
Bag
23
Baladeur
baladεr / lbaladεr
24
Balai(s)
bale/ balijεt/lbalijεt
25
Banc d’essai
bɑ dese
26
Barre de commande
bar də komãd
27
Barre de direction
bar də direksiõ /lbara
28
Barre de torsion
bar tursiõ
29
Base
Baz
30
Batterie d’accumulateurs
batri dakimilatœr
31
ben dix
bε.diks
32
Berline
Bεrlin
33
Bielle (s)
bijl (bijlεt)
34
Bloc- cylindre
bloksilindr
35
Bolc moteur
Blokmutœr
36
Blocage
bloka
37
Bobine (s)
bobin/ bobinεt
38
Bobinage
bobina
39
Boite de vitesses
Bwatvitεs
40
Bosh (injection)
bo∫ (eksjõ)
41
Bougie d’allumage
buzi dalyma
42
Bougie de préchauffage
buzi də pre∫ufa
43
Braquage
braka
44
Buse (s)
byz/byzεt
-B/
92
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
45
Butée (embrayage)
byte (ɑbraja)
46
Cadre de chassis
kadrda∫asi
47
Caisse
Kεs
48
Callage (allumage)
kala (alyma) lkala
49
Calorie
Kalori
50
Came (s)
kam/ kamεt
51
Caoutchouc
kaut∫u lkaut∫u
52
Capot
Kabbu
53
Caractéristique
karakteristik
54
Carcasse
karkas/, lkarkas
55
Carburant
Karbyrã
56
Carburation
Karbyrajiõ
57
Carburateur
karbyratœr / lkarbyratœr
58
Cardan
kardã/ lkardã/
59
Carrossage
karusa
60
Carter
kartεr /lkartεr
61
Chambre à air
∫ãbraœr
62
Chambre de combustion
∫ãbr də kumbystjiõ
63
Charge
sar
64
Châssis
ʃassi
65
Chemise
ʃəmiz
66
Cheval (unité)
ʃəval (ynite)
67
Circuit
Sirkwi
68
Circlips
Sirklips
69
Clapet
Slape
70
Clavetage
klaveta
71
Climatisation
Klimatizasjõ
-C/
93
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
72
Cliquetis
klikətis
73
Coefficient de frottement
koefisjõ də frutmõ
74
Cognement
koəmɑ
Conclusion
Lors de l’apprentissage d’une nouvelle langue ,l’apprenant est sourd à certains sons de la
langue cible (langue étrangère).En effet les sons ou les phonèmes sont filtés par un système
d’écoute controlé par le système phonologique de la langue maternelle et perturbe
l’identification et l’articulation des sons d’une langue étrangère.Ainsi les deux systèmes (arabedialectal et français) s’interfèrent,il y a un rapprochement entre les deux.Le rapprochement d’un
son proche est inévitable.Nous signalons des erreurs à dominante morpho-lexicale (mazot et non
gas-oil) ,des erreurs à dominante logogrammique altérant les rapports (réalisation du pluriel selon
le modèle arabe) et enfin une illustration de glissement de l’ordre lexical (arbre à cames
=larbakam).
94
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
4.4.4 Analyse du questionnaire et commentaire
Nous avons procédé à la soumission d’un questionnaire à uin groupe d’apprenants ; soit 30
individus dont 3 garçons représentant 10% .Ceci peut être justifié par le fait que les filières
littéraires sont les plus favorisées par les filles, surtout les langues (référence aux études déjà
faites). Vu ce taux très réduit; nous avons décidé de ne pas considérer le sexe comme critère de
tri des résultats ni d'analyse.
► Nombre d'enquêtés par niveau et sexe
1ere année
2éme année
Stage pratique
Filles
Garçons
Filles
Garçons
Filles
Garçons
8
0
7
1
12
2
8
8
30
95
14
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
b) Famille et société
Question
Quelle est votre langue
Quelle est la langue
Quelle est la langue
maternelle ?
dominante chez vous?
d'alternance ?
Français
Tamazight
Anglais
Arabe
dialectal
Anglais
Tamazight
Français
Anglais
Arabe
Tamazight
dialectal
Français
8
0
0
0
5
2
1
0
1
6
0
1
2éme Année
8
0
0
0
6
2
0
0
1
7
0
0
Stage pratique
12
2
0
0
8
3
3
0
1
11
0
0
Totaux
28
2
0
0
19
7
4
0
3
24
0
1
Taux%
93.33
6.67
00
00
63.33
23.33
13.33
00
10
80
00
3.33
-
Arabe
dialectal
1er Année
Niveau
Questionnement :
Questions
Alternez-vous en vous adressant à
Alternez-vous en vous adressant
vos voisins
aux membres de votre famille
Niveau
Oui
Non
Oui
Non
1ere Année
6
2
7
1
2eme Année
4
4
8
0
Stage pratique
11
3
12
2
Totaux
21
9
27
3
Taux%
70.00%
30.00%
90.00%
10.00%
96
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-
Commentaire:
•
La langue arabe représente la langue maternelle de la majorité des enquêtes.
•
La langue française, quant à elle, représente la langue d'alternance du premier rang.
•
La majorité des étudiants alternent en s'adressant à leurs voisins et aux membres de leurs
familles.
-
Analyse:
Le contact des langues est la cause naturelle de la nature bilingue de la famille et la société
algérienne. Cette nature se manifeste à travers ces résultats.
Dès qu'ils arrivent à maîtriser les deux langues , les apprenants algériens commencent à alterner
en famille et même en s'adressant à leur amis et voisins.
c) Cycle formation et enseignement professionnels
Questions
Votre deuxième langue du cycle
Filière de la terminale d'inscription
primaire
Niveau
Français
Autre
Lettre et science humaine
Technique ou autre
1err Année
8
0
4
4
2eme Année
8
0
1
7
Stage pratique
14
0
4
10
Totaux
30
0
9
21
Taux%
100%
00 %
30.00%
70.00%
97
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-
Appréciation :
Appréciation
Médiocre
Moyen
Assez bien
Bien
Excellent
1ere Année
0
0
0
8
0
2eme Année
0
2
4
1
1
Stage pratique
0
1
4
5
4
Totaux
0
3
8
14
2
Taux%
0.00%
10.00%
26.67%
46.67%
16.67%
Niveau
-
Commentaire:
La totalité des apprenants enquêtés avait la langue française comme deuxième langue du
•
cycle primaire jusqu'au cycle secondaire.
La majorité des enquêtés avait été inscrite avec une terminale de filière technique ou
•
autre.
-
Analyse:
La deuxième langue "français scolaire" explique le taux élevé des choix des inscriptions en
spécialités techniques.
98
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
d) Cycle formation Professionnelle
Choix et niveaux :
votre 1er choix.
Votre niveau
Moyen
Assez bien
1ere Année
0
2
5
1
7
1
2eme Année
1
3
4
0
4
4
Stage pratique
3
5
5
1
13
1
Totaux
4
10
14
2
24
6
Taux%
13.33
33.33
46.67
6.67
80.00
20.00
Niveau
-
Bien
Excellent
Oui
Non
Communication :
Alternez-vous en communiquant avec
Niveau
Enseignants
Administration
Collègues du
groupe
Apprenants que
vous ne connaissez
pas
Oui
Non
Oui
Non
Oui
Non
Oui
Non
1éreAnnée
3
5
7
1
8
0
4
4
2éme Année
4
4
6
2
7
1
5
3
Stage pratique
8
6
10
4
13
1
9
5
Totaux
15
15
23
7
28
2
18
12
Taux%
50
50
67.67
23.33
93.33
6.67
60.00
40.00
99
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-
But de l’alternance :
Alternez-vous dans le but de:
Impressionner
Convaincre ou
Exprimer vos
persuader
origines
Niveau
Oui
Non
Oui
Non
Oui
Non
1ére Année
7
1
6
2
4
4
2éme Année
7
1
4
4
5
3
Stage pratique
6
8
8
6
11
3
Totaux
20
10
18
12
20
10
Taux%
66.67
33.33
60.00
40.00
66.67
40.00
-
Etat de l’alternance :
Alternez-vous quand
Quelle serait la langue dominante?
vous étés énervé
Niveau
Anglais
Oui
Non
Arabe
Français
Tamazight
Ou autre
1ere Année
3
5
5
3
0
0
2eme Année
7
1
7
1
0
0
Stage pratique
13
1
5
8
1
0
Totaux
23
7
17
12
1
0
Taux%
76.67
23.33
56.67
40.00
3.33
00
Pour la question suivante nous avons crée 4 catégories de réponses à partir de celles des enquêtés.
100
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-
Carence des mots :
Que ferez-vous si vous ne trouvez pas les mots dans la langue que vous
parlez?
Niveau
Emprunter
Alterner
Expliquer plus (Ex: synonymes)
1ere Année
1
4
3
2éme Année
3
4
1
2
12
0
Totaux
6
20
4
Taux%
20.00%
66.67%
13.33%
Stage
pratique
Types d’alternance :
Types d'alternance
Niveau
D'une prise de
Intra phrastique
Inter phrastique
1er Année
6/8
2/8
2/8
6/8
2eme Année
6/8
6/8
2/8
7/8
Stage pratique
9/14
5/14
6/14
14/8
Totaux
23/30
13/30
10/30
21/30
Taux%
76.67%
43.33%
33.33%
70.00%
101
parole à une autre
Extra phrastique
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-
Constituants alternés :
Constituants alternés
Niveau
Pronom
Pronom
tonique
Déterminant
C.C.T
C.C.L
Verbe
1er Année
2/8
1/8
0/8
6/8
2/8
2/8
2eme Année
3/8
7/8
5/8
8/8
4/8
5/8
Stage pratique
8/14
9/14
7/14
4/14
6/14
11/14
Totaux
13/30
17/30
12/30
18/30
12/30
18/30
Taux%
43.33
56.67
40.00
60.00
40.00
60.00
102
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conclusions sur l’analyse des résultats et constats sur l’alternance codique.
Le contact mutuel entre deux langues, l’arabe dialectal et le français, produit des échanges
qui se traduisent par des emprunts réciproques. Le recours à l’arabe dialectal dans la production
des énoncés en français n’est pas un signe d’incompétence mais une stratégie importante. Le
rapprochement entre les deux langues peut aider les apprenants à la construction d’un savoir
linguistique solide, ils sont aidés par une approche contrastive qui leur permet de repérer
ressemblances et différences avec la français, ainsi que d’interagir et de maintenir la
communication.
Les apprenants, lors de l’apprentissage de la langue française transposent le système de
l’arabe dialectal sur la langue française. Les phénomènes d’interférences impliquent un va et
vient entre les deux langues.
[…] L’alternance devient un outil pour l’appropriation de la langue seconde ainsi que
pour le déroulement des discours de la classe34.
D’après Jean-Charles Pochard, le contexte de la classe de langue se caractérise par les
répertoires verbaux des apprenants et enseignants, la langue enseignée, le social de l’institution et
le dialecte dominant de la société où se situe l’institution éducative.
Nous pouvons dire que le recours à l’arabe dialectal joue un rôle facilitateur dans la
construction du sens en langue française. L’apprentissage du français est complexe vu que
l’appropriation de la langue étrangère repose sur les habitudes verbales de la langue maternelle.
L’apprenant transpose en français une structure étrangère (arabe dialectal), il effectue des
transferts transcodiques selon les linguistes. L’emprunt de l’arabe dialectal est très fréquent dans
toutes les pratiques des interactants, dans toutes les situations de communication de la vie de tous
les jours. Le contact mutuel entre les deux langues produit des échanges qui se traduisent par des
emprunts réciproques.
Les gens utilisent « une langue française qu’ils tordent dans tous les sens et dont ils
modifient les mots en les coupant, les renversant, la déstructuration dans les énoncés de
formes parasitaires qui sont construites par divers procédés formels ou empruntées à d’autres
dialectes et langues ».35
34
35
PORQUIER R. et P- B., Apprentissage d’une langue étrangère : Contextes et discours, Paris, Didier, 2004.
GOUDAILLER, J.-P. Comment tu tchatches ! Le Poiré-sur-vie : Compo-Méca s.a, 2001.ISBN 2-7068-1476-4, p.9
103
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conclusion générale
Le recours à l’arabe dialectal joue un rôle facilitateur dans la construction du sens en
langue française. L’analyse des interactions entre les apprenants de la formation professionnelle
au sein de l’INSFP a permis une analyse formelle et fonctionnelle de la variation linguistique
dans deux systèmes : le français et l’arabe dialectal.
Nos investigations de terrain nous ont permis de mener trois enquêtes qui nous ont aidées à une
meilleure définition et situation des difficultés inhérentes retenues dans notre problématique.
A travers ces enquêtes, nous confirmons que le recours à l’alternance codique est une stratégie
communicative répondant à deux fonctions essentielles : lors des interactions, elle remédie aux
asymétries langagières, comme elle élimine l’ambigüité de certains propos.
Au cours de nos enquêtes, nous avons jugé utile de participer :
A la diffusion de cours dispensés par les enseignants au sein de notre institut (INSFP), en notant
l’ensemble des dysfonctionnements langagiers inhérent au phénomène de la variation
linguistique.
•
Soumis un questionnaire au groupe d’apprenants pour évaluer la représentativité des deux
langues.
•
Procédé à des enregistrements oraux effectués dans un atelier de maintenance et réparation
des véhicules industriels qui nous ont permis de vérifier et de justifier la récurrence des mots
et types de déviations phonologiques avec les contraintes lexicales et sémantiques (analyse
du discours des interactants).
•
Assisté à la soutenance de mémoire de techniciens supérieurs en maintenance des véhicules
industriels (un état des lieux).
•
Engagé un entretien avec un groupe d’enseignants sur les pratiques langagières avec leurs
apprenants et enfin nous avons précédé à une enquête au niveau du milieu professionnel.
A travers les enquêtes, nous avons enregistré essentiellement plusieurs traits apparents : le code
mixing est une stratégie communicative qui répond aux besoins variés.
Le mélange des codes pourrait présenter certains intérets linguistiques au niveau de l’agencement
et de l’accord des éléments de langues differentes.Les deux langues, l’arabe dialectal et le
français, sont structurées et présentes à l’INSFP parallèlement pour communiquer et pour
104
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
apprendre une faible maitrise de l’une ou de l’autre langue composant le mélange et dans certains
cas des deux langues à la fois. Taleb IBRAHIMI note à ce propos : « Les jeunes élèves ne
maitrisant pas ni la langue arabe, ni la langue française » (1997 : 116-117).
L’appropriation de l’emprunt libère les apprenants de chercher la lacune d’ordre lexicale en
raison d’un déficit linguistique. Dans le phénomène d’hybridation, l’arabe dialectal représente
pour les apprenants une compétence langagière sécurisante lors de la communication.Le
métissage est devenu une pratique linguistique courante chez les apprenants de la formation
professionnelle.
Le recours à l’alternance des codes est indispensable puisqu’il permet d’acquérir une
compétence communicative dans les deux langues vu qu’elles entretiennent des rapports au
niveau de la variation linguistique et facilite la fluidité dans l’assimilation des connaissances
d’après les professeurs interrogés et qui justifient que ce recours est présent dans le langage
quotidien des apprenants. L’apprentissage n’est réussi que si les deux langues sont appréciées et
intériorisées positivement par les apprenants.L’utilisation de l’alternance codique permet aux
locuteurs de communiquer d’une manière souple et flexible. L’acception du mixage des codes au
début de la formation pour travailler la langue française au fil des exercices est une nécessité. Le
recours à l’arabe dialectal joue un rôle facilitateur dans la construction du sens de la langue
française.
Les alternances codiques sont considérées comme des éléments fonctionnels dans le
développement d’un répertoire langagier diversifié et permet aux apprenants la facilité de
compréhension en favorisant l’apprentissage.
Les apprenants usent de leurs répertoires linguistiques pour compenser les divergences
discursives rencontrées lors des communications. Ces derniers se servent des grammaires des
deux langues pour en construire une autre grammaire spécifique à l’alternance codique.
Pour finir, l’analyse a permis la mise en évidence des différentes manifestations de l’alternance
codique flexionnelle dans les pratiques de la formation professionnelle.
Le changement d’un code à l’autre s’opère d’une manière irrégulière au cours de la méme
interaction et par le même apprenant, ceci dans le but de converger vers son interlocuteur et
s’adapter à la situation de communication.
105
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Le recours à l’une ou l’autre langue est du à une maitrise insuffisante dans l’une des
langues.
L’alternance codique engendre une souplesse et une flexibilité dans la communication des
apprenants de la formation professionnelle et le choix des deux codes n’est pas linéaire.
Le vocabulaire des organes mécaniques est emprunté en majorité à la langue française. Souvent
l’adaptation oblige de recours au mécanisme de l’analogie. La terminologie de ces organes
mécaniques dans le discours oral établit un équilibre entre les deux codes au niveau phonétique,
morphosyntaxique et lexical.
Nous pouvons conclure que la comparaison entre les structures de la langue maternelle et
celle de la langue étrangère développe ce qu’on appelle la conscience métalinguistique « Nul ne
peut connaitre sa langue maternelle s’il ne connait pas une langue étrangère »Goethe.
Les raisons qui motivent au recours de ce phénomène linguistique se présentent sous deux
formes : celles qui s’imposent par nécessité et celles qui sont liées à l’attitude du locuteur vis-àvis du français. Le choix du code à mélanger est tributaire de l’attitude du locuteur envers la
langue à choisir.
A travers notre étude, on a enregistré souvent des problèmes de défaillance de la mémoire,
souvent le terme existe en arabe dialectal mais à un certain niveau de discours, il y a un blocage
tant que l’apprenant ne dispose pas du stock nécessaire dans la langue française, d’où une
contribution limitée à l’évolution de cette langue.
D’autres études de la grammaire de l’alternance codique que nous n’avons pas pu étudier
pour le moment au niveau de l’organisation structurelle des phrases alternées, de l’analyse
morphologique des alternances, de l’analyse syntaxique des segments alternés, des apprenants de
la formation professionnelle en Algérie pourront ètre une pespective à envisager dans un travail
ultérieur de recherche.
106
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Proposition d’évolution pour une amélioration de l’enseignement professionnel.
Au cours de nos séances d’évaluation, il s’est avéré que l’alternance codique (code
switching) prend une place importante dans l’interaction entre le professeur et ses apprenants.
L’alternance codique est un phénomène de contact qui apparait tout naturellement lors de la
rencontre de plusieurs langues. Heller et Pfaff en donnant la définition suivante: « Code
switchingis generally thougth of as the use of more the one linguistic variety, by a single speaker
in the course of a single conversation » (Heller et Pfaff, 1996:594)36.
Les professeurs alternent de langue afin de mieux expliquer une consigne, une
démonstration et cherchent la proximité et la chaleur humaine dans le contact avec les apprenants
(psychologie), ils tolèrent dans certains cas l’emploi de l’arabe dialectal par les apprenants et
donnent immédiatement l’équivalence en langue française.
Chaque apprenant élabore ses modes de structuration linguistique en fonction des visées
qu’il donne à son message destiné à être déchiffré. La majorité des apprenants juge l’alternance
codique comme nécessaire et normale. Le recours à l’A.C est une stratégie et solution pour pallier
les asymétries qui se manifestent pour réguler et organiser la parole en interaction comme c’est
aussi une compétence bilingue en construction qui leur facilite l’intercompréhension. C’est
également une stratégie contrastive mettant en rapport deux systèmes linguistiques en présence
dans l’un est déjà intériorisé chez les uns et les autres puisqu’il s’agit de leur langue maternelle,
quand à l’autre système, il est soit appris antérieurement, soit en voie d’apprentissage.
Les apprenants recourent à l’alternance codique comme stratégie discursive ou pour structurer
leurs échanges verbaux à plusieurs plans.
Nous avons décrit les particularités, le fonctionnement et les répertoires verbaux dans un
contexte où les apprenants ont tendance à alterner la majorité du temps, chaque langue a son
poids dans les échanges langagiers.
L’enseignement à L’INSFP s’effectue dans un contexte sociolinguistique particulier
qualifié de bilingue, dans la mesure où deux langues coexistent, le français et l’arabe dialectal et
que chacune occupe une place importante dans la société, l’environnement, la famille, l’école…
36
«
»
HELLER, M&C. Pfaff(1996). Code switching . Handbuch Kontaktlinguistik. Berlin & New York : Walter de Gruyter,
594-609.
107
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Les alternances codiques sont considérées comme des éléments fonctionnels dans le
développement d’un répertoire langagier diversifié. L’alternance codique permet de faciliter
l’expression, d’assurer la compréhension et de maintenir un climat de classe favorable à la
communication et aux apprentissages.
Les raisons amenant au changement de code visent à mieux éclairer les processus
communicatifs et interactionnels mise en œuvre en classe de langue étrangère. La nécessité de
l’emploi de l’alternance codique est une ressource supplémentaire qui s’impose d’elle-même dans
différentes situations de communication.
De nombreux locuteurs Algériens « switchent »en alternant deux langues ou plus. Ils sont
amenés souvent à produire des énoncés bi-plurilingues.
L’alternance codique peut-être un modèle d’homogénéisation des pratiques langagières
entre les locuteurs n’ayant pas la même compétence bilingue.
L’aspect linguistique qui caractérise l’échange verbal par la présence des énoncés de deux
systèmes différents soit par juxtaposition ou par succession laissent entendre que les apprenants
produisent des énoncés bilingues structurés grammaticalement sans qu’il y est rupture au niveau
de la forme.
La majorité des apprenants prétendent qu’ils comprennent le mélange des langues et
qu’ils sont compris aussi, c’est l’essentiel pour eux. Ils reconnaissent et acceptent set état de fait
qui les réunit sous une seule identité.
Rémy PORQUIER et Bernard Py (2004 :55) mettent l’accent sur la dimension temporelle de la
notion de contexte d’appropriation en précisant que :
[…] Les termes même d’appropriation, d’acquisition et d’apprentissage renvoient à un
processus dynamique, déroulé dans le temps : ce processus évolutif et développemental, est luimême constitutif du contexte, mais aussi constructif du contexte, modelé par la dynamique
acquisitionnel37.
37
P-B. (2004) : «Acquisition d’une langue étrangère et altérité », in LAURENT GAJO MARINETTE MATTHEY Daniele
Moore et CECILIA Serra (éds). Un parcours au contact des langues. Textes de Bernard Py commentés, Paris, Didier.
108
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
a) Par introduction d’un tronc commun :
Habituellement le choix des spécialités est laissé à l’initiative du candidat postulant un
poste de formation suivant les offres proposées à chaque rentrée. Un entretien est généralement
programmé avec la conseillère d’orientation qui organise à cette occasion une visite auprès des
ateliers afin que les candidats soient fixés sur leur choix de spécialité une fois en contact direct
avec le professeur et l’équipement.ils auront à cette occasion de visite des éclaircissements et des
explicitations sur le devenir de leur formation, sur les débouchées éventuelles d’accéder au
marché du travail.ils auront droit de réponses à toutes les questions qui les préoccupent.
Comme nous avons une expérience assez longue et au fil des années nous avons constaté
l’échec de cette orientation prématurée, car la majorité des candidats sont issus du système
scolaire et ne savent pas comment choisir la spécialité qui leur convienne vu qu’il n y a aucune
relation soit sur le plan pédagogique ou technique entre la formation professionnelle et le système
éducatif. Les candidats arrivent là dans l’espoir d’accéder à une formation et seule une minorité
est consciente de l’importance de la spécialité qui leur ouvre toutes grandes les portes d’avenir.
Nous proposons un tronc commun de formation aux spécialités techniques une fois le
concours de chaque rentrée organisé en identifiant les éléments de cohérence liés à l’intégration
de la diversité des métiers et des compétences acquises antérieurement. Cette formation doit-être
éclairée par quelques réflexions préalables sur les métiers et les contextes dans lesquels ils
exercent aujourd’hui et demain
Il convient de redéfinir les compétences et métiers devant répondre aux attentes du
marché du travail et de programmer éventuellement la formation des apprenants pour tel ou tel
métier. Pour ce faire, le tronc commun est le point de passage obligatoire de toutes les
promotions de techniciens supérieurs afin de travailler les individualités et de procéder à leurs
justes orientations.
Il s’agit d’abord de les faire travailler ensemble durant cette période en leur faisant
découvrir leurs champs respectifs de connaissance.
Le tronc commun doit comprendre une approche de grands domaines d’intervention
suivant la spécialité projetée ainsi que des connaissances de base de l’univers technique qui leur
permettront d’aborder leur futurs métiers. Il convient également de prévoir une sensibilisation
aux techniques de communication écrites et orales et aux modes d’expression notamment en
109
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
situation de crise ou de conflit auxquelles peuvent se trouver confrontés. Il est primordial que les
futurs techniciens supérieurs adhèrent aux objectifs du tronc commun et coopèrent activement à
leur formation, ce qui implique qu’ils soient acteurs. Il est par ailleurs souhaitable de bien utiliser
et valoriser l’expérience déjà acquise au cours de la première partie de leur vie professionnelle
ainsi que les connaissances particulières que peuvent posséder certains puisqu’il n y a pas de
limite d’âge en formation initiale .Cette valorisation et la constitution chaque fois que possible
d’équipes mixtes combinant connaissances théoriques et connaissances techniques est sans aucun
doute l’un des moyens les plus efficaces pour développer le sentiment d’appartenance à une
communauté de travail au-delà des spécialités de chacun. Les exemples développés dans le tronc
commun doivent permettre d’illustrer le plus souvent possible les conditions dans lesquelles les
connaissances scientifiques et techniques soient intégrées dans les pratiques professionnelles.
En conclusion, ce tronc commun aura pour objectif d’amener les apprenants à
s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences les rendant aptes à apprendre toute leur vie
et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle et à être responsable. Il
s’agit aussi de promouvoir le savoir agir, l’employabilité et la créativité chez les jeunes et les
préparer à devenir des acteurs performants dans la vie active et enfin accroitre le taux de
qualification professionnelle et technique au sein de la population. La durée du tronc commun ne
doit pas dépasser les six mois.
Réflexion sur l’élaboration d’un répertoire spécialisé en mécanique français-arabe-dialectal.
Vu les difficultés rencontrées par les apprenants lors de leur formation et
perfectionnement au niveau de l’assimilation des terminologies techniques se référant à leur
spécialité, nous avons jugé utile de réfléchir sur l’élaboration d’un répertoire spécialisé en
mécanique
automobile
français-arabe
dialectal
qui
sera
un
instrument
d’aider
à
l’encodage(production et rédaction d’énoncés techniques) qu’au décodage(décryptage de sens
d’un mot et des informations linguistiques : genre, nombre, variation orthographique,
prononciation etc. )
Ce répertoire comportera des définitions des deux langues, comme il aura spécifiquement un
public ciblé.
Pour ce faire, nous sommes entrain de réfléchir à axer notre recherche sur les points suivants :
-Délimiter le domaine de recherche.
110
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
-Approcher la notion mécanique-automobile.
-Travailler l’approche étymologique (sens du terme).
-Travailler l’approche contextuelle (construction des lexies.
-Identifier les termes techniques.
-Rechercher l’équivalence fonctionnelle.
Ce répertoire une fois élaboré peut assister les apprenants en formation professionnelle durant le
tronc commun et la suite de la formation globale.
111
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Bibliographie
ALVAREZ, G. et AUPÈCLE, M. « Français instrumental et français fonctionnel, Montréal,
AUPELF, 1977».
BOKAMBA, E. « Existe –t-il des contraintes syntaxiques sur le code mixing ? World
englishes, 1989».
BLOM JAN, P. et GUMPERZ, J. (1972). « Social meaning in structure: code- switching in
Norway, in Gumperz John Jet Hymes Dell (éd), directions in Sociolinguistics, NewYork:
Holt, Rinchartand Winston, 409-434».
BLANC, Michel. et HAMERS, Josaine. « Bilingualité et bilinguisme. Bruxelle, Margada,
1983 ».
CUQ, J-P. et GRUCA, I. « Cours de didactique du français langue étrangère et seconde,
Paris, PUG, 2003 ».
CARRAS, C. , KOHLER, P. , SJILAGYI, E. et TOLAS, J. « Le français sur objectifs
spécifiques et la classe de langue, Paris, Clé International, 2007 ».
CHARNET, C. « Ana je pose la question ou quelque façon
de parler de locuteurs
marocains : étude manifestation du contact linguistique, in (sous la direction de
MANZAN O,F), les langues du Maghreb et du Sud méditerranéen. Rennes, P.U.R, 1999 ».
J-P. CUQ, I. GRUCA, PUG, 2002 « Cours de didactique du français langue étrangère et
seconde ».
D-MORSLY, D. « Espace
de paroles : pratiques et enjeux, in Espace maghrébins :
Pratiques et enjeux. Actes du colloque de Taghit, 23-26 Novembre 1987, Alger : Ed.
ENAG/URASC / pp.145-146 /1989 ».
D.Hymes(1984). « op cit, p42 ».
112
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
DARBELNET, Jean. « Regards sur le français actuel. Montréal : Beauchemin, 1963 ».
D, LEHMANN (1996): « Le français sur objectifs spécifiques aujourd'hui: une approche
délinéarisée, linguistique et culturelle, in : L'avenir du français dans une Europe
pluriculturelle, Actes du 2ème Congrès national des professeurs de français, Université
Aristote, Thessalonique, 219-221 ».
DELPORTE, T. et LASCAR, M. (1968) : « Enseignement de la langue médicale à des
étudiants en médecine et à des médecins étrangers (Méthode pour débutants et
dossiers de perfectionnement), Le français dans le monde n° 61, pp.40-43 ».
D-LUSSIER, Hachette. : « Evaluer les apprentissages dans une approche communicative ».
FISHMAN, J, A. «language Problems of developing Nations. New York, 1968».
FERGUSON, Ch. « diglossia, in World. Vol 15, 1959 ».
G, Kahn. (1995): «Différentes approches pour l'enseignement du français sur objectifs
spécifiques, numéro spécial du Français dans le monde, Recherches et Applications,
Méthodes, janvier, 144-152».
GAULTIER, M - T. et MASSELIN, J. « L’enseignement des langues de spécialité à des
étudiants étrangers. Langue Française N° 17, 1973 ».
GOUDAILLER, J-P. « Comment tu tchatches ! Le Poiré-sur-vie : Compo-Méca s.a, 2001.ISBN
2-7068-1476-4, p.9 ».
GARDNER et CHLOROS. « Code switching : approche principales et perspectives. In la
linguistique, vol 19, p25, 1983».
GROSJEAN, F. «Life two languages. Harvard University Press: Cambridge, MA, 1983».
GALLAIS-HAMONNO, J. « Langage, langue et discours économiques, Paris, Klincksieck,
».Centre d’Analyse Syntaxique de l’Université de Metz, 1982.
113
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
HAMERS, Josiane F. et BLANC Michel. « Blingualité et bilnguisme. Bruxelles : Mardaga,
1983 ».
HELLER, M et C. Pfaff (1996). « Code switching . Handbuch Kontaktlinguistik. Berlin &
New York: Walter de Gruyter, 594-609».
HOLTZER, G. « Du français fonctionnel au français sur objectifs, histoire des notions et des
pratiques. Le Français sur objectifs spécifiques : de la langue aux métiers, Le
français dans le monde, Recherche et applications, 2004, p8-24 ».
KHAN, G. « Un manuel pour l’enseignement du français aux militaires indigènes. In
BEACCO, J-C. & LEHMANN, D. (dir.) Publics spécifiques et communications
spécialisées, Hachette, 1990, p97-103 ».
IDEM. « pp204-205 ».
J, Hamers. et M, Blanc. « op cit, pp.198-205 ».
JACQUES, F. De la signifiance en philosophie du langage. Revue Multilingue,
vol. 92, no2, 1987, p179-218.
J,BINON. et A-M, CORNU. (1982). «L'enseignement du vocabulaire: clef de voûte du
français fonctionnel ", in Hoedt Jorgen, lundquist Lita, Picht Heribrecht, Quistgard
Jacques (ed), Proceedings of the Thrid European Symposium on LSP, Copenhagen, The
Copenhagen School of Economica, pp 435- 460».
J, BINON. et S, VERLINDE.(2002). «Les langue (s) de spécialité (s): mythe ou réalité?
Lexicographie et langue (s) de spécialité (s)", in Des mots aux dictionnaires: travaux de la
section lexicologie, lexicographie, onomastique, toponymie. Actes du XXII Congès
international de linguistique et philologie romanes, Bruxelles, 23-29 juillet 1998,
Tubingen, Niemeyer, 616-628, 9 vls».
J, Courtillon. HACHETTE. «Fle, Collection F nouvelle formule».
114
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
LETERTRE, E. (2006). « Les mots pour construire: Lexique français de la maçonnerie.
Support de formation multimédia à destination des formateurs Bâtiment et FLE, Points
communs n°27, Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris. pp. 8-12».
LAFONT, R. «Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie. Paris, L’harmattan,
1997».
LEHMANN, D. & CHALLE, O. « Le français fonctionnel entre l’alternative politique et le
renouvellement méthodologique. In BEACCO, J.-C. & LEHMANN, D. (dir.), Publics
spécifiques et communications spécialisées, Le Français dans le monde, Recherches et
Application, 1990, p74-80».
LERAT, P. « Les langues spécialisées, Paris, PUF, 1995 ».
Les Algériens et leur (s) alngue(s). «Eléments pour une approche sociolinguistique de la
société Algériens. Khaoula Taleb Ibrahimi».
MACKEY, W. F. « the description of bilinguilism, La Haye : Mouton, 1970 ».
MEJRI S. (2001), « norme et contre- norme (s) fonction identitaire et renouvellement du
système, colloque diversité culturelle et linguistique : quelles normes pour le
français ? ».
MEYERS, Scotton. «Carol Social motivations for code switching Oxford: Clarendon Press,
1993».
MANGIANTE, J-J (2006). « Vers une ingénierie de formation en français langue
professionnelle, in Apprendre le français dans un contexte professionnel Actes de
rencontres de DGLF».
NISSABOURY, A. «Arabophone et Francophone du Maroc : un bilinguisme dynamique in
Revue québécoise de linguistique, n°1, 1999, l’Harmattan, 1989».
115
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
PORQUIER, R. et P-B. «Apprentissage d’une langue étrangère : Contextes et discours,
Paris, Didier, 2004».
POPLACK, Sahana. «Conséquences linguistiques du contact des langues : modèle
d’analyse variationniste. Langage et société, 43,23-48,1988».
PY, B. (2004) : «Acquisition d’une langue étrangère et altérité, in LAURENT GAJO
MARINETTE MATTHEY Daniele Moor et CECILIA Serra (éds). Un parcours au contact des
langues. Textes de Bernard Py commentés, Paris, Didier ».
PORTINE, H. « Les langues de spécialité » comme enjeux de représentations. In
BEACCO, J.-C. & LEHAMMAN D. (dir.) Publics spécifiques et communications
spécialisées, Hachette, 1990, p63-71 ».
REY, A. «Terminologie : noms et notions, Paris, PUF, 1979».
SANKOF, David. et POPLACK, Shana. (1981), «Aformal grammar for code switching,
papers in linguistics, 14, 3-461».
SEARLE, J.-R. « Les actes du langage, Essai de philosophie du langage, Paris, Hermann,
Coll. Savoir, 1972 ».
TALEB-IBRAHIMI, Kh. (1998), « Les algériens et leur(s) langue(s), Alger, Dar El Hikma ».
WEINREICH, Uriel. Languages in contact.La Haye : Mouton, 1970.
116
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Sitographie
http://www.le-fos.com/historique-3.htm : consulté le 02 mars 2013
http://www.le-fos.com/historique.htm : consulté le 02 mars 2013
http://www.le-fos.com/historique-5.htm : consulté le 02 mars 2013 ::
http://www.le-fos.com/historique-4.htm : consulté le 02 mars 2013
http://www.le-fos.com/historique-6.htm : consulté le 02 mars 2013
http://www.le-fos.com/profil.htm : consulté le 24 mai 2013
http://www.le-fos.com/diffcultes.appren.htm : consulté le 24 mai 2013
http://www.le-fos.com/formateurs.htm : consulté le 02 24 mai 2013
117
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Annexes
118
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Conventions de transcription(ICOR)
Conventions
Phénomène
1
Exemple
Participant
A, AB, ABC
la Participant identifié
CAR
?
lc Participant non identifié
?
((à B)) au début du tour
ld participant adressé
CAR
2
=
Tour de parole
2b Enchainement
[ ,]
immédiat
CAR
ça va=
(latching)
SAN
= non
2c Chevauchement (début et fin du
CAR
ç [a] va/
SAN
[n-]
chevauchement sont indiqués)
((action : description de l’action))
(( à SAN))
3
CAR
Action
j’avais pas le temps
((action : fait signe à SAN)
Blanc dans la colonne participant
4
(.)
6
(0.7)
micro pause (inférieures à0, 5 s)
((un coup de tonnerre retentit))
" Evénement extérieur "
Pauses
pauses
supérieures
à
0,5
chronométrées
5
Orthographe
Structure segmentales (St.S)
adaptée 5a Relation phonie-graphie
raisonnable
CAR
J’suis là
CAR
(inaud)
(inaud.) ou (inaudible)
5b
St.S inaudibles
CAR
( minima)
entre parenthèses
5c St.S incertaines
CAR
( parce que /car ce que
entre parenthèses, séparer par barre
5d
Alternatives
:( pas d’espace avant)
5e
Allongement
CAR
T’es ::
(-pas d’espace avant, espace après) 5f
Troncation
CAR
je retr-
.h,.h :,h :::
5g
Aspiration
CAR
.h je tr-
h,h:, h ::
5h
Expiration, soupir
CAR
h ::
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
<(( description))bla bla bla>
Les signes
7
délimitent le
Production
non
CAR
< ((en riant)) crois-tu > que :
morphémique
segment concerné. La production
CAR
est décrite entre deux parenthèses
pf ::
Note : d’autres productions sont
transcrites
⁄ \, si montée et chute forte ⁄⁄ \\
Capitales
Décrits entre doubles parenthèse
8
Prosodie
8a
Montrée et chute intonative
8b
saillance
9
Comportements non
Verbaux, co-actionnels
CAR
tu y vas/ (.) là – bas /
CAR
je MAN :ge
COR
((pointe vers le fil))
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Analyse du corpus (TP)
Nous nous sommes inspirés de la grille d’analyse conversationnelle de Madame
Véronique Traverso.
L’enregistrement du corpus a eu lieu dans un atelier de maintenance des véhicules
industriels à micro-découvert. Le fait que les apprenants soient dans un site est un élément
important de face à face ils possèdent ainsi une plateforme commune.
Ils sont soumis aux mêmes contraintes spatiales, ils partagent la même ambiance ils voient
les mêmes choses (le moteur d’exercice).
Les caractéristiques individuelles socio culturelles :
•
Apprenants de la formation professionnelle.
•
Leur âge : de 18 à 25 ans.
•
Leur sexe : masculin et féminin.
•
Leur appartenance géographique : région de Souk-Ahras -Algérie-
•
Leur langue : arabe dialectal
Nature de relation :
•
Relation institutionnelle (entre – apprenants)
•
Raison de rencontre = acquisition d’un métier
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
La Conversation (TP) : illustration de corpus oral
Participants : Apprenant 1 (A1), Apprenant 2 (A2), Prof (P)
Durée : 30 minutes
1. A1 à A2 : euh : / Dimonti/lcahe
2.
A2 : il démonte le cache
3. A2 à A1
: Dimonti(.) rampet h :: /lcu/buteur
4.
: il démonte la rampe de culbuteurs
A1
5. A1 à A2
: euh :Divissi/lboulanet/eh ::/(.)lculassa :
6.
: il divisse les boulons de la culasse.
A2
7. A2 à A1
: = hat/lculasse/(.)wex-tracti (0,4) soupapet
8.
: il dépose la culasse et extrait les soupapes
A1
9. A1 à A2
: .h nettoyi/soupapet/o(.) radihom
10.
: il nettoie les soupapes et les rades
A2
11. A2 à A1
: h:: aroda-ge/kmel/euh verifi-hum ( .)/blessence/bach/tchouf (0,7) l’étancheitè
12.
P
: Ki (.) verifitu/les soupapes (.)qu’est-ce que vous avez remarquez ?
13.
A1
: h ::: madame /l’essence /bka/kaml/f chambra
14.
P
: et c [e] la/explique/quoi?
15.
A2
: h ::: l’étan-chéité / ta3/soupap-et (.) mliha.
Commentaire :
Nous remarquons que chaque action implique la suivante. Cette organisation ne repose pas
seulement sur la successivité mais sur l’implication les lignes (2, 4, 6,8 et10) sont des exécutions
manuelles suites aux orientations de la ligne (1, 3, 5,7 et 9).
Concernant les lignes (11, 12, 13,14et15), le professeur cherche des informations de la part de ses
apprenants qui eux rapportent des réponses.
La co-construction de l’activité est déclenchée par le professeur.
Ce qu’on remarque aussi c’est qu’il n’ya pas de structures hypothétiques puisqu’ils’ agit
de mixage de deux langues, quoiqu’on note des hésitations. On repère également les
enchainements.
La structuration de la parole est construite entre deux apprenants A1 et A 2.
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
Les marqueurs descriptifs sont traduits par les verbes d’action (Démontez, dévissez, déposez,
rodez etc,).
La vérification s’opère après chaque opération exécutée quant aux modalités de construction c’est
le professeur qui s’en charge à encourager les apprenants à continuer. Les enchainements sont
directs puisqu’à chaque question, il ya l’application (l’exécution).
L’indice temporel est fixé au départ par le professeur (Durée de TP).
2ème conversation cours de technologie (2ème étape)
Participants : Professeur : P, Apprenant :A
A1 : Apprenant 1, A2 : Apprenant 2, A3 : Apprenant 3, A4 : Apprenant 4, A5 : Apprenant 5, A6 :
Apprenant 6, A7 : Apprenant 7 et A8 : Apprenant 8.
Durée : 15 minutes.
1er temps : L’admission.
1. A1
: .h / ladmi-sion
2.
= Démarreur /ida-war/(.)volon
3.
h :lpiston/yanzel/min/(0,4)LPMH /nahwa /Lpmb
4.
: euh : soupa-pa/ta3/ladmi-sion/(.)tataft :ah
5. P
répète le cheminement des opérations.
6. A2
h ::ladmi-sion
7.
La/soupa-p(e)/ta3/la(.)dmi-ssion/tat=aftah
8.
h :youd(.)khal/lkha(.)lit/air/essen(.)ce/fcham ::bra
9.
(0,3)lpiston/yanzel/nah ::wa/lPMB
2ème temps : La compression
10. A3
lcompré ::ssion
11.
Pist ::on/yat-la3/min/PMB/Lpmh
12.
Khalit+++ /yatka-las/fchambr(.)
13.
=lharar( )/tous+++al/300/de(.)ré
14. A4
pisto(.)/h. mont(e) /min/Lpmb/Lpmh
Approche contrastive du phénomène de la variation linguistique dans le système du français et l’arabe dialectale
15.
Soupap(a)/tet ::ferma
16.
Lmélang(e) /yat-comprima
17.
Températur(e)/tat :jawez/300/degr(e)
3ème temps : L’explosion
18. A5
l’explosuion
19.
:h ::ta3ti-na/lbougi(e)/acha+arara
20.
Lmélang(e)/yex :plozi
21.
:h piston/yanzel/bi+++sour3a
22.
Soupap(e)/chatma/s’ouvr(e) /chwiya
23.
Lghazet/commence/touk-raj
24. A6
l’explosion
25.
:h lbougi(e)/donn(e)/l’étin-celle
26.
Lmélang(e)/yanfa-jar
27.
Pist ::on/descend/bissour3a
28.
:h soupa-pet/chatm/tatafta( )
4ème temps : L’échappement
29. A7
chatma
30.
Piston/mont(e)/LPMH
31.
Khourou+++j/tam/ta3/les/gaz/opération/kens/lghaz-et
32.
Soupapet/mferm ::yin
33. A8
chatma++
34.
piston/yatla-3/l++PMH
35.
les/gaz/sor(e)/lba(.)ra+++/amli-yat /kens/lghaz-et
36.
soupapet/mferm ::yin
Nous avons seulement analysé la conversation des apprenants.
Approche contrastive du phénomèn
ne de la variation linguistique dans le système du fra
ançais et l’arabe dialectale
République Algérienne Démocratique et
Populaire
Ministère de la Formation et de l’enseignement
Professionnels
‫المـعــھـد الوطني‬
‫للتكوين والتعليم‬
‫المھنيـيــن‬
Institut National de
la Formation et de
l’Enseignement
Professionnels
PROGRAMME D’ETUDE
Maintenance des Véhicules Légers
Comité technique
d’homologation
Code N° MEE0718
Visa N° : MME03/07/08
BTS
2008
Niveau V
9. Chemin d’Hydra EL
EL-BIAR -Alger - (Tèl) : 92.24.27/36 (Fax) : 92.23.18
SOMMAIRE
Structure du programme …………………………………………………..….…..02
Présentation de l’UMQ1…………………………………………………………..03
Présentation de l’UMQ2…………………………………………………….…….55
Présentation de l’UMQ3…………………………………….…………….………70
Présentation des modules complémentaires…………………….…………………
Matrice des modules de formation de l’UMQ1…………….…….……………….80
Matrice des modules de formation de l’UMQ2…………………….……………..80
Matrice des modules de formation de l’UMQ3……………………..…………….80
Matrice des modules de formation de l’UMQ4………………...…………………80
STRUCTURE DU PROGRAMME
SPECIALITE : Maintenance des Véhicules Légers
Niveau de qualification : Niveau V
Diplôme :BTS ( Brevet de technicien supérieur).
Durée de la formation : 30 moins.
CODE
DESIGNATION (UMQ,UMF)
DUREE
UMQ.1
Entretien et Réparation des véhicules légers
1700 Heures
315 Heurs
UMQ.2
Réparation des circuits électroniques des
véhicules légers
Réception des véhicules
UMQ.3
181 Heures
Volume global de la formation : 3060 heures
Volume global des UMQ: 2196 heures
Volume global du Stage pratique : 864 heures
Fiche de présentation de l’ UMQ
UMQ : Entretien et réparation du véhicule
Code : MQ1
Durée : 1700 heures
Objectif de l’UMQ1
Comportement attendu :
A l’issue e cette unité, le stagiaire doit être capable de :
- Entretenir et réparé les véhicules légers
Conditions d’évaluation :
Individuellement
-
Sur des véhicules légers
À l’aide :
-
Instruments de mesure de contrôle et appareils
Outillage et équipement appropriés.
Moyens de recharge et produits
Moyens de sécurité
Manuel d’entretien et réparation
À partir
Directives
Problèmes réels ou simulés sur des véhicules légers
Critères généraux de performance :
-
Respect des règles sur la santé, la sécurité.
Utilisation appropriée de l’outillage et des. , instruments ; appareils et
équipements
Respect des recommandations du constructeur
Réparation fonctionnelle
Ordre et propreté dans l’exécution du travail.
Structure de l’UMQ1
UMQ : Entretien et réparation des véhicules légers
Code du module : UMQ1
Durée : 1700 heures
CODE
MQ 1.1
DESIGNATION DES MODULES
Réparer les moteurs des véhicules légers
DUREE
(HEURES)
120
MQ 1.2
Réparer les circuits de graissage et de refroidissement
des véhicules légers
60
MQ 1.3
Réparer le système d’alimentation essence des véhicules
légers
120
MQ 1.4
MQ 1.5
Réparer le circuit d’allumage des véhicules légers
Réparer le système d’alimentation diesel automobile.
80
120
MQ 1.6
MQ1.7
Réparer le système de direction et de suspension des
véhicules légers
Réparer le système de freinage des véhicules légers
100
85
MQ 1.8
Réparer la transmission a la boite a vitesse manuelle
d’automobile.
120
MQ 1.9
Entretenir la transmission a la boite a vitesse manuelle
d’automobile.
80
MQ 1.10
Réparer les systèmes de chauffage et de climatisation
d’automobile
80
MQ 1.11
MC 1
MC 2
MC 3
MC 4
MC 5
MC 6
MC 7
MI.1
Entretenir des véhicules légers
Analyser les circuits hydrauliques et pneumatiques
Analyser les circuits électriques et électroniques
Exploiter l’outil informatique.
Interpréter des dessins d’ensembles mécaniques
Effectuer le travail général d’atelier
Appliquer les règles d’hygiènes ; de santé et sécurité au
travail, et de l’environnement.
Choisir les huiles, les graisses et es carburants.
Réparer une voiture automobile
85
60
120
60
80
120
45
45
120
Fiche de présentation des modules
UMQ1 : Entretien et Réparation des véhicules légers.
Module : Réparation des moteurs des véhicules légers
Code du module : MQ 1.1
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les moteurs des véhicules légers.
Conditions d’évaluation :
A l’aide :
-
Du manuel de réparation, de l’outillage et de l’outillage et d’instruments de mesure
appropriés.
-
De la documentation technique du constructeur.
À partir :
- De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
- D’un moteur défectueux déposé et non déposé
Critères généraux de performance
- Respect des procédures de travail.
- Exactitude des contrôles et des mesures.
- Choix juste de l’outillage et des instruments de mesure.
- Respect du temps d’exécution.
- Ordre et propreté au véhicule et à ses composantes.
- Respect des règles de santé, de sécurité et de l’environnement.
UMQ1.1 : Réparation des moteurs des véhicules légers
Objectifs intermédiaires
Critères particuliers de
performances
-
Déposer et démonter le moteur
-
Vérifier l’état mécanique et
géométrique des pièces mobiles
et fixes.
Choix approprié de l’outillage
de démontage.
Respect des procédures de
dépose.
Exploitation correcte de la
documentation technique.
Respect des règles de santé,
de sécurité et de
l’environnement
-
Choix judicieux des
instruments de vérification.
- Exactitude des résultats de la
vérification.
- Identification précise des
réparations et des
remplacements nécessaires.
- Respect des règles de santé,
de sécurité et de
l’environnement
- Choix correct des pièces de
remplacements.
- Conformité des réparations
accomplies.
-
Réparer les éléments et les
systèmes du moteur.
Remonter et reposer le
moteur.
-
Contrôler la réparation
accomplie.
Eléments contenus
-
Respect du sens de montage
des pièces.
Conformité des réglages
accomplis.
Serrage des vis conforme aux
tensions préconisées par le
constructeur.
Respect correct des jeux de
fonctionnement.
Montage adéquat des
dispositifs d’étanchéité.
Conformité de mise en place
du moteur dans le véhicule.
Conformité de la disposition
correcte des éléments
accessoires sur le véhicule.
Détection minutieuse des
fuites.
-
-
Techniques de démontage
du moteur.
Les liens entre le
fonctionnement du moteur et
les pièces mécaniques.
Préparation la dépose du
moteur du véhicule.
Les techniques de dépose du
moteur.
La relation fonctionnelle
entre les circuits, accessoires
et le moteur « essence et
diesel ».
Nettoyage des éléments du
moteur.
Vérification du système de
graissage du moteur.
Vérification l’usure, les
fissures et la déformation des
éléments du moteur.
Rédaction du compte rendu
de vérification.
La culasse.
L’équipage mobile.
Le système de graissage.
La qualité des réparations
accomplies.
Les jeux fonctionnels du
moteur.
Le positionnement des
éléments du moteur.
L’étanchéité des
assemblages.
Les techniques de
remontage du moteur.
Les techniques de repose du
moteur sur le véhicule.
La conformité du montage.
Les techniques de contrôle
Les paramètres de
fonctionnement.
Compte rendu de conformité.
Diagnostiquer les anomalies de
fonctionnement du moteur.
-
Relevé précis des paramètres
de fonctionnements.
Fonctionnement correct du
moteur réparé.
Justesse du compte-rendu de
conformité.
Interprétation juste de la
donnée du constructeur.
Application des méthodes
appropriées de diagnostic
Exactitude du diagnostic.
-
L’importance du diagnostic
La documentation technique
les causes possibles aux
symptômes
L’outillage et appareilles de
diagnostic
Les techniques de diagnostic.
Rapport de diagnostic. .
Fiche de présentation du module
UMQ1 : Entretien et Réparation des véhicules légers
Module : Réparation des circuits de graissage et de refroidissement
des véhicules léger.
Code du module: MQ 1.2
Durée : 110h
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
-
Réparer les circuits de graissage et de refroidissement des véhicules léger.
Conditions d’évaluation :
À l’aide
- Outillage, instruments et appareils.
- Pièces de rechange.
- Manuel de réparation, manuel de réglage.
À partir :
-
Directives.
Problèmes réels ou simulés sur des circuits de graissage et de refroidissement
des moteurs de véhicules légers.
Critères généraux de performance :
-
Respect des règles de santé et sécurité au travail.
-
Utilisation appropriée de l’outillage, instruments et appareils.
-
Respect des recommandations du constructeur.
-
Fonctionnement adéquat des circuits de refroidissement après réparation.
-
Propreté, ordre et minutie dans le travail.
-
Respect du temps alloué.
Se préoccuper des risques
Objectifs intermédiaires
-
Respect des règles de santé et
-
Critères particuliers de
performance
Appliquer les techniques de
Mouvement des courroies .
Eléments contenus
Prince du refroidissement par
eau.
- Principe du refroidissement par
air .
- Régulation de la température.
- Documentation technique.
- Choix de l’outillage.
- Organisation du circuit :
• radiateur,
• pompe à eau,
• vase d’expansion,
• thermostat,
• durits,
- Ventilateur débrayable,
- Circuit électrique de la moto
ventilateur.
- Liquide de refroidissement
- Dispositifs d’entrainement
- Caractéristiques techniques
Outillages de vérification.
- Etat mécanique de la pompe à
eau.
- Etanchéité du radiateur et du
circuit.
- Fonctionnement du thermostat.
- Fonctionnement du système de
ventilation du radiateur.
- Indicateurs de contrôles de la
température du moteur.
Protection contre le gel du liquide de
refroidissement.
-
dépose et de repose des
éléments du système de
refroidissement
Dépose et repose correcte des
éléments.
Vérifier l’état fonctionnel du
circuit de refroidissement.
Diagnostic correct des anomalies de
fonctionnement.
Procéder au changement du
liquide de refroidissement
Choix adéquat du produit de
refroidissement
-
MQ1.2 Réparation les circuits de graissage et de refroidissement des
Consultation de la documentation
technique.
Vidange du circuit de
refroidissement.
Choix du niveau de protection
contre le gel .
Choix du liquide de
refroidissement.
Purge du circuit de
refroidissement.
véhiculés légers.
d’accident liés au travail sur le
syst2me de refroidissement .
-
Réparer le système de graissage .
-
sécurité au travail
Respect des procédures de
travail
Fonctionnement correct après
intervention sur le système
Effectuer le montage et réglage
du système de graissage et
systèmes de refroidissement
Conformité des réglages accomplis .
Etablir les cause des problèmes
de fonctionnement dues :
Justesse du diagnostic
- Ventilateur.
- Circuit sous pression
- Premiers soins
Procédures de travail sur les :
-
- Aux systèmes de graissage
-
Effectuer un essai de
fonctionnement
-
Vérification du fonctionnement
des circuits de refroidissement
et circuit de graissage
-
Filtres à huile .
Clapets de décharge
Ajustements et tolérances préconise
des composants
Réglages du circuit de
refroidissement
Caractéristiques techniques
Outillage de vérification
Etat mécanique de la pompe à eau .
Etanchéité du radiateur et du circuit
.
Fonctionnement du thermostat .
Fonctionnement du système de
ventilation du radiateur .
Indicateurs du contrôle de le
température du moteur .
Protection contre le gel du liquide de
refroidissement
Etat mécanique de la pompe à l’huile
Indicateurs de contrôle De la
pression d’huile
Etat du filtre a l’huile
Maitrise des méthodes d’essai et de
vérification
Justesse de l’évaluation du
rendement des circuit de
refroidissement
UQM1 : entretien et réparation des véhicules légers
Module : réparation des systèmes d’alimentation essence des véhicules légers
Code du module : MQ1.3
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module , le stagiaire doit être capable de :
- Réparer le système d’alimentation essence des véhicules légers
Condition d’évaluation :
A l’aide :
- Des outils et d’équitation appropriés .
- Du manuel du constructeur .
A partir :
- D’anomalies réelles.
- De moteurs à alimentation par injection
Critères généraux de performance :
- Exploitation correcte de le documentions technique .
- Respect des séquence de travail .
- Sois du véhicule .
- Respect des règles santé de sécurité .
- Respect des délais de réalisation .
MQ1.3 Réparation de système d’alimentation essence des véhicules légers
Objectifs intermédiaires
1. Réparer ,remplacer les
composants du système
d’alimentation (système
à carburateur )
Critères particulaires de
performances
-
-
-
Choix approprié
des éléments a
remplacer .
Conformé des
réparations avec
les normes du
constructeur
Respect des
règles de santé et
de sécurité .
Eléments contenus
-Les système d’
alimentation en essence .
- le phénomène de la
carburation et de la
combustion
- les composantes du
système d’alimentation du
système d’alimentation à
carburateur .
- démontage de la pompe à
essence.
- - les composantes du
carburateur
- démontage et remontage
du carburateur .
- le circuit de recirculation
des gaz d’échappement .
- Les canalisation
2. Diagnostiquer les
anomalies de
fonctionnement .(
système à carburateur ).
3. Régler le système
-
-
Exploitation
correcte des
appareils de
contrôle et de
diagnostic .
-
Respect des
-
-
L’essai de
fonctionnement du
moteur muni d’un
carburateur .
Analyse des gaz
d’échappement du
véhicule .
Les données
d’alimentation en
essence (système à
carburateur )
-
4. Démonter les élément
du système (
alimentation )
-
normes du
constructeur .
Conformité des
réglages
Respect des
règles de santé
de sécurité et de
l’environnement
Utilisation
adéquate des
outils de
démontage .
-
-
-
5. Remonter les éléments
du système
d’alimentation.(alimenta
tion à injection).
-
-
6. Diagnostiquer les
anomalies de
fonctionnement .(
alimentation à injection )
-
-
7. Contrôler le
fonctionnement du
système d’alimentation
en essence .
-
-
Respect des
donnes du
constructeur .
Travail soigne et
et précis .
Etanchéité des
raccords
concernant les
réglages à apporter
au carburateur
Analyse des gaz
d’échappement du
véhicule .
Les éléments du
système d’injection
essence .
Fonctionnement du
système .
Les méthodes de
démontage .
La documentation
technique .
-
Exploitation
correcte des
appareils de
contrôle et de
diagnostic
Justesse de
diagnostic
-
Conformité avec
les normes du
constructeur .
Justesse du copte
rendu de
conformité .
-
-
-
La méthode de
remontage
L’outillage
spécifique .
L’essai du véhicule
en panne .
Les outils de
diagnostic
Localisation de la
panne
L’essai du véhicule
détection des fuites
d’essence ou d’air
Analyse des gaz
d’échappement.
Objectifs intermédiaires
Démonter les éléments du
système.
Critères particuliers de
performance
-
Propreté et soins dans le
travail.
Rangement ordonné des
pièces démontées.
Nettoyage conforme des
éléments démontés.
Eléments contenus
-
Identification des systèmes
d’injection mécanique.
Le prince de fonctionnement du
système.
Le prince de fonctionnement du
système d’injection.
Le principe de fonctionnement
des éléments du système
d’injection.
Les méthodes de démontage aux
différents composants du
système d’alimentation diesel :
Filtres et pompes d’alimentation
Injecteurs
Différents types pompe
d’injections.
Turbocompresseur.
-
Documentation spécifique.
Démarche de remontage.
Outillage spécifique.
-
Purge du circuit d’alimentation.
Tarage les injecteurs.
Réglages des pompes.
D’injection sur banc d’essais.
-
Remonter les éléments du
système d’injection.
-
Régler le système.
-
Respect de l’ordre de
remontage préconisé.
Emploi des outils appropriés.
Respect des indications de
serrage.
Etanchéité du système.
Soins et minutie dans le
travail de remontage.
Intégrité de l’assemblage.
Conformité des réglages.
Préoccupation démontrée
pour le contrôle de la
pollution de l’air par les des
gaz d’échappement.
Calage de la pompe d’injection
sur le moteur.
MQ1.5. Réparation des systèmes d’alimentation diesel automobile.
Réparer les composants du
système d’injection.
-
Contrôler le fonctionnement
-
Du sytéme d’injection.
-
Diagnostiquer les anomalies
du fonctionnement.
-
Identifier les systèmes
d’injection électronique et les
systèmes Common-rail
-
Respect des normes du
constructeur.
Conformité des techniques
de réparations.
Choix appropriés des
éléments à remplacer.
Conformité de la réparation
accomplie.
Conformité des contrôles avec
les normes du constructeur.
Respect de la procédure
d’essai.
Conformité de fonctionnement
du système réparé.
Justesse du compte rendu de
conformité.
Interprétation correcte du
problème.
Exploitation de l’information
technique appropriée.
Utilisation correcte des
instruments de contrôle et de
diagnostic.
Justesse du diagnostic posé.
Interprétation correcte du
problème.
Exploitation de l’information
technique appropriée.
Utilisation correcte des
instruments de contrôle et de
diagnostic.
Justesse du diagnostic posé.
-
-
-
-
Réparer les canalisations.
Réparer les éléments du
circuit.
Réparer le système de
préchauffage.
Entretenir le système
d’admission d’air.
Vérifier l’état des
canalisations.
Techniques de contrôle et de
vérification.
Exploiter la documentation
technique.
Choisir les outils de
diagnostic.
Localiser la panne.
Exploiter la documentation
technique.
Principe de fonctionnement
des systèmes EDC :
Capteurs
Actionneurs
Localisation des composants
Principe de fonctionnement
des systèmes common-rail
Capteurs
Actionneurs
Localisation des composants
Fiche de présentation des modules
UMQ1 : Entretien et Réparation des véhicules légers.
Module : Réparation des systèmes d’alimentation diesel automobile
Code du module : MQ 1.5
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les systèmes d’alimentation diesel automobile
Conditions d’évaluation :
A l’aide :
- D’outils et d’instruments appropriés.
- d’anomalies réelles du système..
À partir :
- De moteurs équipes du système diesel.
- d’anomalies réelles du système.
Critères généraux de performance
-
Exploitation correcte de la documentation technique.
-
Respect des séquences de travail.
-
Respect des temps d’exécution.
-
Respect d’hygiènes et de sécurité.
-
Soins apportés au véhicule et ses composants.
Fiche de présentation des modules
UMQ1 : Entretien et Réparation des véhicules légers.
Module : Réparation des systèmes de direction et de suspension des véhicules légers.
Code du module : MQ 1.6
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer le système de direction et suspension des véhicules légers.
Conditions d’évaluation :
A l’aide :
- De l’outillage classique et spécifique.
- De l’équipement approprie.
- Du manuel de réparation du constructeur du véhicule.
À partir :
- De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
- D’un véhicule nécessitant une intervention.
Critères généraux de performance
-
Respect des procédures de travail.
Respect du temps de travail.
Choix appropriés de l’outillage et des appareils.
Utilisation correcte et soignées de l’outillage et des appareils.
-
Propreté et ordre dans le travail.
Respect des règles de santés de sécurité au travail.
MQ1.6 Réparation des systèmes de direction et de suspension des
véhicules légers.
Objectifs intermédiaires
1. Déposer et reposer les
éléments de la
suspension.
Critères particuliers de
performance
-
2. Réparer les éléments
de la suspension
-
3. Diagnostiquer les
anomalies de
fonctionnement du
système de
suspension.
4. Déposer et reposer les
éléments de la
direction.
-
-
Choix des pièces de
remplacement et des produits
appropriés.
Montage adéquat des
éléments de la suspension.
Montage adéquat des
éléments de la direction.
Lubrification appropriée des
éléments de la suspension et
de la direction.
Conformité de la réparation.
Fonctionnement correct des
éléments réparés.
Contrôle rigoureux de la
sécurité des éléments
montés.
Conformité des essais
effectués.
Justesse du-diagnostic.
Conformité des correctifs
proposés.
Choix des pièces de
remplacement et de produits
appropriés.
Montage adéquat des
éléments de la suspension.
Montage adéquat des
éléments de la direction.
Lubrification appropriée des
éléments de la suspension et
de la direction.
Eléments contenu
-
-
-
Les éléments spécifiques à la
suspension et à la direction.
Les moyens matériels relatifs
à la dépose.
La dépose et la repose des
éléments de la suspension.
La dépose et la repose des
éléments de direction.
Vérification de l’état
mécanique des éléments de
la suspension.
Remise en état de
fonctionnement des organes
de la, direction et de la
suspension.
La nature du problème
mécanique.
Vérification de l’état
mécanique des éléments du
système.
Etablir un rapport de
diagnostic.
Les éléments spécifiques à la
suspension et à la direction.
Les moyens matériels relatifs
à la dépose.
La dépose et la repose des
éléments de la suspension.
La dépose et la repose des
éléments de direction.
5. Réparer les éléments de
la direction
5. Régler la géométrie de
la direction.
-
Conformité de la réparation
Fonctionnement correct des
éléments répares.
-
Contrôle rigoureux de la
sécurité des éléments montés.
-
Association juste des
paramètres avec les
problèmes mécaniques.
Exactitude des réglages
effectués.
Conformité des essais de
contrôle.
Conformité de comportement
du véhicule réglé.
-
6. Diagnostiquer les
anomalies de
fonctionnement du
système de la direction
-
Conformité des essais
effectués.
Justesse du diagnostic.
Conformité des correctifs
proposés.
-
-
-
-
Vérification de l’état
mécanique des éléments de
la suspension.
Remise en état de
fonctionnement des organes
de la direction et des
suspensions.
Mise en œuvre la station de
contrôle et de réglage des
trains avant des véhicules
léger.
Contrôle la géométrie du
train-avant du véhicule
léger.
Réglage la géométrie des
trains roulants.
La nature du problème
mécanique.
Vérification de l’état
mécanique des éléments du
système.
Etablir un rapport de
diagnostic.
Fiche de présentation de module
UMQ 1 : Entretien et Réparation des véhicules légers.
Module : Réparation des systèmes de freinage des véhicules léger.
Code du module : MQ 1.7
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
-
Réparer le système de freinage des véhicules léger.
Conditions de réalisation :
À l’aide :
-
De l’outillage et de l’équipement appropriés.
D’un manuel d’entretien.
A partir :
-
De véhicules à freinage classique.
De composants présentant des problèmes réels.
Critères généraux de Performance :
-
Utilisation correcte de l’outillage et de l’équipement appropriés.
Soins du véhicule.
Respect du temps de travail.
-
Respect des règles d’hygiène et de sécurité au travail.
-
Exploitation correcte de la documentation technique.
MQ 1.7 Réparation des systèmes de freinage des véhicules légers
Objectifs intermédiaires
Critères particuliers de
Eléments contenu
performances
Déposer et démonter les
composants du système de
freinage.
-
Réparer les composants du
système de freinage
Remonter et régler les
composants du systèmes de
freinage.
Respect de la séquence de
démontage.
Propreté et ordre de
rangement des pièces.
Précautions adéquates
prises à la manutention du
fluide de freinage.
Respect des règles de santé,
sécurité et protection de
l’environnement.
- Respect des technique de
réparation.
- Conformité des réparations
avec les normes du
constructeur.
- Choix judicieux des solvants
et pièces de remplacement.
- Respect du mode de
nettoyage approprié.
Vérification attentive des
composants.
-
-
Respect des règles de santé,
sécurité et protection de
l’environnement.
Respect de la séquence de
remontage.
Etanchéité correcte du
système hydraulique.
Conformité des réglages avec
les spécifications du
constructeur.
Identification du sytéme de
freinage :
- a disques
- a tambours
- commandes mécaniques et
hydrauliques.
- Principe de fonctionnement
du système de freinage.
- Les procédures de dépose et
de démontage.
- Nettoyage les éléments de
frottement à disques et à
tambours.
- Nettoyage les éléments de la
commande hydraulique.
- Vérification de l’usure et l’état
des composants liés au
frottement.
- Vérification de l’état des
éléments la commande
hydraulique.
- Vérification de l’état des
composants du frein de secours.
- Choix les pièces de
remplacement.
- Réparation les éléments du
système hydraulique de freinage.
- Exploitation de la
documentation technique.
- Les méthodes de remontage.
- Outillage spécifique et son
utilisation.
- Réglage les éléments de
freinage.
- La purge les freins.
-
Faire l’essai consécutif à
l’intervention.
-
Diagnostiquer les problèmes
du système de freinage.
-
Respect de la démarche
d’essai.
Fonctionnement correct du
système de freinage.
Fiabilité de fonctionnement
du système.
Justesse du compte rendu
de conformité.
Interprétation correcte du
problème.
Respect de la procédure de
vérification.
Justesse du diagnostic.
-
La démarche d’essai.
Production d’un compte
rendu de conformitè.
-
Règles de sécurité lors de
vérification.
Consulter les informations
techniques.
Les causes possibles aux
symptômes.
Localisation des problèmes.
Etablir un rapport diagnostic.
-
Fiche de présentation de module
UMQ 1 : Entretien et réparation des véhicules légers
Module: Réparation de la transmission à boite à vitesse manuelle d’automobile
Code du module : MQ 1.8
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
-
Réparer la transmission à la boite de vitesse manuelle d’automobile
Conditions d’évaluation
À l’aide de :
-
De l’outillage et de l’équipement appropriés
De la documentation appropriée.
A partir de :
-
De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
D’un véhicule présentant les anomalies de transmission.
Critères généraux de performance
-
Choix exact de la documentation
Respect des règles de santé et de sécurité
Respect du temps alloué.
Vérification attentive de la qualité du travail.
Respect de la propreté de l’aire de travail.
MQ 1.8 Réparation
de la transmission à boite à vitesse manuelle
Objectifs intermédiaires
Critères particuliers de
Eléments contenu
performances
- Déposer et démontrer les
organes de transmission à boite
de vitesses manuelles.
- Choix approprié des outils.
- Principe de fonctionnement :
- Utilisation juste des outils.
- de l’embrayage mécanique.
- Respect de la procédure de dépose.
- de la boite de vitesses
mécanique.
- Repérage correct des pièces.
- Respect des règles de santé,
sécurité et protection de
l’environnement.
- des arabes de
transmission.
- des cardans.
- du différentiel.
- La technique de dépose et
de démontage.
Réparer les organes de
transmission à boite de vitesses
manuelle.
- Choix juste des pièces à remplacer
- Utilisation correcte des instruments
de mesure.
- Vérification exacte de l’état des
pièces.
- Respect de la procède de réparation.
- Conformité de la réparation avec les
normes du constructeur.
- Fonctionnement correct de l’organe
réparé.
- Utilisation de la
documentation technique.
- Nettoyage des éléments de
la transmission.
- Réparation des éléments de
transmission mécanique.
- La technique de réparation.
- La santé et la sécurité lors de
la manutention des organes
lourds.
Respect des règles de santé, sécurité
et protection de l’environnement.
Reposer les organes de
transmission à boite de vitesses
manuelle.
- Respect des différentes techniques
de remontage.
- La repose des organes de
transmission.
- Respect de la procédure de
remontage.
- La technique de remontage.
- Respect du couple de serrage.
- Contrôle la transmission
mécanique.
- Choix approprié du lubrifiant.
- Respect des règles de santé,
sécurité et protection de
l’environnement.
Effectuer les essais de la
transmission à boite de vitesses
manuelles.
- Choix pertinent des moyens d’essai.
- Fonctionnement correct de
transmission réparée.
- Justesse du compte rendu de
conformité.
Diagnostiquer les anomalies des
éléments de la transmission à
boite de vitesses manuelles.
- Régalage des paramètres de
fonctionnement de la
transmission mécanique.
- Contrôle la transmission
mécanique.
- Rédaction du compte de
rendu de conformité.
- Justesse du diagnostic.
- La détection des anomalies :
- Utilisation correcte des instruments
de contrôle.
- des roulements de roues.
- Interprétation juste des schémas.
- Respect de la procédure de
diagnostic.
- du différentiel.
- de la boite de vitesse
mécanique et sa commande.
- de l’embrayage et sa
commande.
MQ 1.8. Entretien la transmission à boite à vitesse automatique d’automobile.
Objectifs intermédiaires
Déposer la boite
automatique.
de
Critères particuliers de
performances
vitesse - Respect des règles de levage et la
dépose de la boite de vitesses.
Eléments
contenu
- Identification du convertisseur
de couple.
- Principe de fonctionnement
- Respect des règles propreté.
du convertisseur de couple.
- Les techniques de dépose
- Utilisation de la documentation
technique.
- Les règles de sécurité lors de
la dépose et de la repose.
Accomplir les opérations
d’entretien de la boite de vitesses
automatique.
- Choix approprié des pièces et des
huiles.
- Utilisation de la documentation
spécifique pour l’entretien.
- Respect de la procédure d’entretien.
- Vidange de la boite de vitesse
automatique
- Choix approprié de l’outillage et de
l’équipement.
- Conformité des opérations réalisées
avec les nomes du constructeur.
- Etanchéité correcte de la boite de
vitesses.
Reposer la boite de vitesses
automatique.
- Respect de la procédure de pose des
éléments.
- Les réparations externes
d’étanchéité de la boite de
vitesse automatique.
- La sécuritè lors du travail sur la
transmission à boite de vitesse
automatique.
- Les techniques de repose.
- Intégrité des montages.
- Fiabilité des montages.
Effectuer
les
essais
de - Conformité avec la liste de vérification.
fonctionnement consécutifs à une
- Justesse du compte rendu de
intervention
conformité.
- Consultation des données
d’essais.
Diagnostiquer les problèmes
d’une boite de vitesses
automatique.
- Interprétation des problèmes.
- Respect de la procédure de
diagnostic.
- Interprétation juste des problèmes
posés.
- Justesse du diagnostic.
- Contrôle la conformité de
l’intervention.
- Choix de la documentation.
- Faire un examen visuel.
- Interprétation des schémas.
Fiche de présentation de module
UMQ 1 : Entretien et Réparation des véhicules légers.
Module : Réparation des systèmes de chauffage et de climatisation d’automobile.
Code du Module : MQ 1.10
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
Réparer les systèmes de chauffage et de climatisation d’automobile.
-
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
Des outils et des instruments appropriés.
Des plans et schémas.
À partir :
-
Des composants types de système de chauffage et de climatisation.
D’un véhicule muni d’une boite de vitesses automatique dont la climatisation
peut présenter un problème
De composants et de systèmes présentant des problèmes réels.
Critères d’évaluations :
-
Application correcte des principes de la thermodynamique.
-
Respect des règles de santé et de sécurité au travail et à l’environnement.
-
Interprétation juste des plans, des schémas et des illustrations.
-
Respect de la terminologie appropriée.
-
Respect du temps d’exécution.
MQ.10. Réparation des systèmes de chauffage et de climatisation
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performance
Déposer et poser les composants
du système de climatisation.
- Respect de la séquence des
opérations.
- Identification du système de
climatisation.
- Respect des méthodes de vidange et
de remplissage de frigorigène.
- Les principes de la
thermodynamique.
- Respect de l’ordre et des méthodes
de rangement des pièces – Utilisation
adéquate des instruments et outils aux
opérations de pose et de dépose.
- Le principe de
fonctionnement du système.
- Respect des méthodes appropriées
de récupération et de recyclage du
frigorigène.
- Le principe de
fonctionnement du système.
- Appliquer les techniques de
pose.
- La santé et de la sécurité lors
de l’exercice de pose et de
dépose.
Réparer le circuit électrique et
frigorifique du système.
- Respect des techniques de réparation. - utilisation de la
documentation technique.
- Utilisation correcte des appareils.
-Détermination des
- Conformité des réparations avec les caractéristiques des éléments
normes du constructeur.
du système de réfrigération.
- Sélection judicieuse des pièces de - Réparation des éléments de
remplacement.
la réfrigération.
- Appliquer les techniques de
réparation.
- La santé et de la sécurité lors
du travail.
Identifier les composants de la
gestion électronique du système.
- Utilisation appropriée des instruments
de contrôle.
- Le principe de
fonctionnement du système.
- Respect des techniques de contrôle.
de contrôle.
- Choix de la documentation
technique.
- Utilisation des outils
spécifiques.
- Les techniques de contrôle
Effectuer les essais de
fonctionnement
- Respect de la démarche d’essai.
- Contrôle du fonctionnement
du système de chauffage /
- Fonctionnement correct du système dégivrage.
de chauffage et de climatisation.
- Contrôle du fonctionnement
- Justesse du compte rendu de du système de réfrigération.
conformité.
- La technique de vérification.
- Etablir un rapport de
conformité.
Diagnostiquer les problèmes du
système de chauffage et de
climatisation.
- Respect
vérification.
de
la
procédure
de - Le principe de
fonctionnement du boîtier
électronique de coupure de
- Interprétation correcte des données.
réfrigération.
- Utilisation adéquate des instruments - Exploitation la documentation
de mesure et des appareils.
technique.
- Justesse du diagnostic.
- Associer les causes
possibles aux symptômes.
- Localisation des pannes.
-Etablir un rapport de
diagnostic.
Fiche de présentation des modules UMQ 02
UMQ 1: Entretien et réparation des véhicules légers.
Module : Entretien des véhicules
Code du module : MQ1.11
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Entretenir le véhicule léger.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
De l’outillage et des appareils appropriés.
Du manuel d’entretien du constructeur et l’information .technique informatisée.
Des produits nécessaires.
À partir:
-
De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
D’une liste de vérification (Check List).
Critères généraux de performance :
-
Respect des procédures de travail.
Respect du temps alloué.
Respect des règles de propreté.
Soins du véhicule.
-
Utilisation rationnelle et sécuritaire des appareils et de l’outillage.
Respect des règles de santé et de sécurité au travail.
MQ.1.11. Entretien des véhicules légers.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performance
Collecter l’information technique
Réaliser l’entretien systématique
du véhicule .
Réaliser l’entretien conditionnel
du véhicule.
- Interprétation
juste
de
la
demande d’intervention.
Choix adéquat du canal
d’information.
Utilisation juste et
rationnelle de la documentation
électronique.
Interprétation exacte des
données techniques.
- Conformité avec la liste des
vérifications (check List).
- Conformité des opérations
effectuées.
- Observation des règles de
propreté en travaillant sur le
véhicule.
- Choix judicieux des produits
et des pièces de rechange.
- Soins du véhicule.
-
Effectuer les essais de
fonctionnement du véhicule.
-
Conformité avec la liste de
vérification (check list).
Conformité des opérations
effectuées.
Observation des règles.
Observation des règles de
propreté en travaillant sur le
véhicule.
Choix judicieux des produits et
des pièces de rechange.
Conformité avec la liste de
vérification (check list).
Prudence appliquée à l’essai
du véhicule.
Fonctionnement correct du
véhicule.
Justesse du compte rendu de
conformité.
-
Décodage de l’information.
Exploitation des sources
d’information.
Analyse de l’information.
Appliquer les techniques
d’exploitation des documents.
Exploitation des
informations liées à l’entretien
systématique du véhicule.
Choix les produits
d’entretien.
- Appliquer les techniques
d’entretien.
- Vérification de la conformité
des opérations accomplies.
- La sécurité au cours des
travaux d’entretien du
véhicule.
- Exploitation des informations
liées à l’entretien conditionnel
du véhicule.
- Choisir les produits
d’entretien.
- Vérifier la conformité des
opérations accomplies.
-
Préparation à l’essai de
fonctionnement du véhicule.
Analyse les informations.
Appliquer les techniques
d’essai du véhicule.
Vérification de la qualité de
l’essai.
Etablir un compte rendu de
vérification.
Fiche de présentation du module
UMQ 1 : Entretien et réparation des véhicules légers.
Module : Analyser les circuits hydrauliques et pneumatiques.
Code du module : MC 1
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- D’analyser les circuits hydrauliques et pneumatiques.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
-
D’outils et d’instruments appropriés.
De plans et des schémas.
À partir :
- De composants types de systèmes hydrauliques et pneumatiques.
- De composants présentant des problèmes réels.
Critères généraux de performance
- Application correcte des principes relatifs à la mécanique des fluides.
- Interprétation juste des plans et des schémas.
- Emploi de la terminologie appropriée.
- Respect des règles d’hygiène et de sécurité au travail.
MC1.Analyser les circuits hydrauliques et pneumatiques.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Faire l’essai de fonctionnement
des circuits hydraulique et
pneumatiques.
Interpréter les schémas des
circuits hydrauliques et
pneumatiques.
Vérifier les éléments des circuits
hydrauliques et pneumatiques.
- Détermination des
caractéristiques des circuits
hydrauliques et les circuits
pneumatiques.
- Détection de défectuosités
apparentes.
- Comparaison de l’effet des
produits aux effets attendus.
- La sécurité face aux pressions
élevées des systèmes.
- Interprétation juste des légendes.
- Utilisation de la terminologie liée
- Identification
exacte
des
aux circuits hydraulique et
symboles.
pneumatique.
- Rangement conforme au mode
- Lecture des plans des circuits
de classement.
hydraulique et pneumatique.
- Lecture des schémas des
circuits hydraulique et
pneumatiques.
- Utilisation adéquate des appareils - Vérification de la tuyauterie.
appropriés et instruments de
- Vérification de l’étanchéité.
mesure.
-
Conformité des essais.
Vérification
adéquate
d’étanchéité et l’état des
canalisations.
Utilisation
adéquate
des
instruments de mesure et
appareils appropriés.
- Application adéquate des lois de
la physique à l’hydraulique et à la
pneumatique.
- Appliquer une méthode de
vérification.
- Association juste des paramètres
avec les problèmes.
- Respect de la procédure de
vérification.
Etablir les causes de
dysfonctionnement des circuits
hydrauliques et pneumatiques.
- Bonne interprétation des données
d’identification des causes des
problèmes .
- Utilisation adéquate des
instruments de mesure et appareils
appropriés.
-
Utilisation des instruments de
mesure et l’outillage
spécifique.
Interprétation des données
d’identification des causes
des problèmes
Etablir un rapport de
vérification.
Fiche de présentation du module
UMQ 1 : Entretien et réparation des véhicules légers.
Module : Analyser les circuits électriques et électronique .
Code du module : MC 2
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- D’analyser les circuits électriques et électroniques.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
-
D’outils et d’instruments de mesure et d’équipement appropriés.
De schémas de circuits, de manuels techniques et de logiciels.
De composants de remplacement.
À partir :
- De circuits.
électriques
et électroniques du véhicules présentant
dysfonctionnement.
- D’un problème ou d’un entretien de routine recommandé.
Critères généraux de performance
- Respect des règles de santé, de sécurité et de l’environnement.
- Respect de la démarche de travail.
- Manipulation soigneuse du matériel.
un
MC2.Analyser les circuits électrique et électroniques
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Faire un essai de fonctionnement
du circuit électrique.
- Interprétation conforme des effets
du courant électrique.
.Interpréter les schémas
électriques
- Utilisation
maximale
de
l’information disponible.
- Localisation exacte des circuits
électriques partiels.
- Identification
exacte
des
symboles.
- Interprétation
correcte
des
légendes.
- Emploi
de
la
terminologie
appropriée.
- Rangement conforme au mode
de classement.
- Choix pertinent de l’instrument de
mesure.
- Respect des méthodes de
réglage de l’instrument.
- Sélection adéquate de la fonction
et de l’échelle.
Utiliser les appareils de mesure
électrique.
- Expliquer la nature de
l’électricité.
- Contrôler les propriétés de
l’électricité.
- Interprétation juste de la demande
- Transformer la loi d’ohm.
d’intervention.
- Déterminer la puissance
électrique.
- Conformité des essais réalisés.
. – Suivre la démarche de
vérification du circuit électrique.
- Choix judicieux des points de
mesure.
- Interpréter des symboles
électriques.
- Expliquer les circuits en série,
en parallèle et mixte.
- Préciser les normes de traçage
des plans électriques.
- Utiliser les schémas électriques.
.
- Différencier des appareils de
mesure de l’électrique.
- Utiliser des appareils de mesure.
- Découvrir les termes liés au
magnétisme.
- Contrôler le courant alternatif.
- Lecture et représentation exactes
des signaux relevés.
- Découvrir les termes alternatifs.
- Interprétation juste d’une fonction
fractionnelle sinusoïdale.
- Découvrir l’électromagnétisme.
- Découvrir les termes liés au
- Interprétation correcte de signaux. magnétisme.
- Inventorier des applications du
magnétisme et de
l’électromagnétisme dans le
véhicule.
- Vérifier l’état des circuits
électrique.
MC3. Exploiter l’ outil informatique
Objectifs intermédiaires
1. Différencier
éléments de l’outil
informatique .
2. Exploiter
l’environnement
Windows .
Critère particulier de performances
-
-
3. Installer les logiciels
-
4. Exploiter les
techniques
multimédia .
-
5. utiliser les services
-
-
.
Distinction appropriée de
l’outil.
Branchement adéquat des
différent élément
Utilisation correcte de
l’environnement Windows.
Utilisation correcte du
logiciel de traitement de
logiciel de traitement de
texte Word .
Utilisation correcte du
logiciel tableur Excel
Utilisation correcte de
l’imprimante .
Choix approprié des
logiciels .
Respect de procédure
d’installation
Essai conforme du logiciel
installé
Utilisation correcte des
technique multimédia .
• Lecteur CD
• Graveur
• Lecteur A/V
recherche rapide d’une
page web .
utilisation et choix
appropriés des moteurs de
recherche .
téléchargement et
enregistrement correct sur
un support de stockage
Eléments contenus
-
Intégrer un environnement
informatique.
Décrire l’unité central .
-
Utiliser l’interface Windows
Utiliser le logiciel de
traitement de texte
Microsoft Word
Utiliser le logiciel tableur
Microsoft Excel .
Utiliser l’imprimante
-
Choisir un logiciel .
Installer les logiciels.
-
personnaliser son ensemble
multimédia
présenter les différents
formats des fichiers
multimédia
-
-
-
utiliser les moteurs de
recherche
télécharger des
informations
utiliser la messagerie
électronique
Fiche de présentation du module
UMQ 1 :entretien et réparation des véhicules légers .
Module : interpréter des dessin d’ ensemble mécaniques
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A’ l’issue du module , le stagiaire doit être capable :
- d’interpréter des dessin d’ensembles mécaniques .
conditions d’évaluation :
A l’aide :
de la documentation appropriée
A partir :
- d’un dessin d’ensemble .
- d’un schéma d’ensemble
- de consignes
critères généraux de performance :
- utilisation soignée de la documentation .
- interprétation juste de la documentation
- exploitation correcte de la documentation
MC4. Interprétation des dessins d’ensembles mécaniques
Objectifs la intermédiaires .
Critères particuliers de
performances
Choisir la documentation
technique
Pertinence du choix
Lire les dessins d’ensemble
mécanique
-
-
-
-
Lire les schémas d’
ensembles mécaniques
-
-
identification
correcte des
éléments
identification
correctes des
dispositifs
l’immobilisation
des éléments
d’ensemble
mécanique .
identification
adéquate de la
position des
éléments .
Identification précise des
éléments .
Identification précise des
dispositifs
d’immobilisation et des
translation
Interprétation correcte
des symboles .
Identification correcte de
la chaine cinématique
Eléments contenus technique
-
différencier la documentation .
déterminer les condition
exploiter la source d’information
-
établir la relation entre le dessin
et la pièce réelle
établir la mise en page d’un
dessin
réaliser tracés géométriques
représentation des pièces en
coupe
représentation des pièces en
perspective
représentation un dessin
d’ensemble
appliquer les techniques de
lecture d’un dessin
représentation des pièces en
coupe
-
-
-
-
Interpréter les représentations
symbolique des éléments
mécaniques
Etablir la relation entre les entre
les symboles et le
fonctionnement des système
mécaniques
Interpréter la représentation des
ensembles mécaniques
UMQ 1 : entretien et réparation des véhicules légers
Module : effectuer le travail général d’atelier
Code du module : MC5
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A ’l’issue du module le stagiaire A doit être capable de :
- Effectuer le travail général d’atelier .
Condition d’évaluation :
A laide :
- De l’outillage manuel du mécanicien et de l’équipement d’atelier de
réparation automobile .
-
Des dispositifs d’assemblage manique démontables
Du matériel et de l’outillage
A partir :
-
De consignes et de demande du client .
Critères généraux de performance :
Emploi adéquat de l’outillage et des équipements d’atelier
Respect des consignes .
Respect des règles de santé au travail et de protection de l’environnement.
MC5.effectuer le travail général d’atelier .
Objectifs intermédiaires
Réaliser le démontage et le
remontage d’un ensemble
mécanique .
Critères particuliers de
performances
-
Emploi correct des
outil.
Respect des couple
de serrage
-
Différenciation juste
des matériaux
-
conformité de
l’assemblage .
Eléments contenus
- Participer à l’organisation matérielle
de l’atelier de mécanique .
- Chois les moyens matériels d’atelier
.
- appliquer les techniques de
démontage sur des remontages sur
des assemblages mécaniques .
- appliquer des serrages de précision.
Effectuer des mesures
dimensionnelles et de comparaison .
-
-
-
Ajuster des pièces mécaniques
-
-
interprétation
précise des
spécification
techniques des
systèmes d’unité
choix approprié de
l’instrument de
mesure
exactitude des
mesures prises
interprétation juste
des tolérances
utilisation correcte
des outils de coupe
et d’usinage manuel.
respect exact des
dimensions
respect de l’état de
finition
conformité de la
pièce avec le plan et
les prescriptions
-
-
-
-
inter les système d’unités
interpréter le système
d’unîtes international.
Choisir les instruments de
masure
Appliquer les technique de
mesure dimensionnelle
Appliquer les techniques
comparaison .
Réaliser des débits matière
Appliquer les techniques
d’ajustage manuel sur métaux
Réaliser des assemblages par
vis et écrou
Affuter les outils de coupe
Contrôler la conformité du
produit avec le plan de
réalisation
Se préoccuper de la sécurité
en milieu de travail
Réaliser des assemblages par
soudage
-
Oxyacétylénique
-
-
-
Choix approprié de
l’équipement de soudage
Différenciation juste des
métaux
Choix approprié du métal
d’apport
Préparation adéquat des
surfaces à souder
Port de l’équipement de
protection personnelle
approprié
Respect de la procédure
de mise en œuvre de
l’installation de soudage
Respect de la conformité
avec le plan de
réalisation
-
Choix approprié de
l’équipement de soudage
Différenciation précise
des métaux
Choix appropriée du
métal d’apport
Préparation adéquat des
surfaces à souder
Port de l’équipement de
protection personnelle
approprie
Respect de la procédure
de mise en œuvre de
l’installation de Storage
Respect de la conformité
avec le plan de
réalisation
-
-
-
-
Réaliser des assemblages par
soudage à l’arc électrique
-
-
-
-
-
Différencier les métaux
Choix le métal
Etablir la relation entre la
résistance des pièce et le
traitement thermique
Mètre en œuvre
l’installation de soudage
oxyacétylénique
Interprété un plan de
réalisation
Choix les moyens de
soudage
Appliquer les techniques
de soudage
Les regels de sécurité en
milieu de travail
Contrôler le conformité
du produit .
Mètre en œuvre
l’installation de soudage
électrique Arc (SEA)
Interpréter un plan de
réalisation
Choisir les moyens de
soudage
Préparer la moyens de
soudage
Préparer la matière
d’œuvre
Appliquer les techniques
de contrôle de la
conformité du produit
Les règles de sécurité en
milieu de travail
UMQ1 : entretien et réparation des véhicules légers
Module :
Appliquer les règles d’hygiènes ; de santé et de sécurité au travail et de l’environnement
Code du module : MC6
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module le stagiaire doit être de :
Appliquer les règles d’hygiènes ,de santé et et de l’environnement .
Condition d’évaluation :
A l’aide :
-
Moyennes de prévention et de protection
Moyens de lutte contre incendie
Trousse des premiers sois
Manuel d’instruction de conduite de l’Equipment
Règlements d’hygiène et sécurité , affiches des sécurités , nomes en vigueur, règlements de
protection de l’environnement
A partir :
- Directives
- Mise en situation
- Situation de travail
Critères généraux de performance :
-
Respect des règles de sécurité et protection de l’environnement
Pertinence des explications
Liste exhaustive des principaux risques et protection
Détermination exacte et ordonnée de prévention et de protection
Détermination exacte et ordonnée des étapes a suivre en cas d’accident ou d’incendie
Respect de l’ordre d’admission des premiers sois .
MC6.appliquer les règles d’hygiènes de santé et de sécurité au travail , et l’environnement .
Objectifs intermédiaires
Critères particulier de
performances
Eléments contenus
S’informer sur le cadre juridique
de le santé et de sécurité au travail
.
Se préoccuper des risques
généraux du métier
Pertinence des explications
Lois et réglementation sur la
santé et la sécurité au travail .
Pertinence des explication
Distinguer les droits et les
obligation des employeurs et les
employés
Compréhension correcte
Identifier les rôles et la
responsabilité des agents de
sécurité
Lise exhaustive des mesures
applicable
Principaux risques liés :
Certain travaux avec les produits
chimiques
- Utilisation des machines
équipements d’atelier .
- Droits et obligations des
employeur et des
employé .
Mesures préventive applicables
Moyens de prévention et de
protection individuels et collectifs
.
Exposer les mesures préventives
applicables
Liste exhaustive des mesures
applicable
Mesures préventives applicables
Moyens de prévention et de
protection individuels et
collectifs.
Appliquer les principales mesures à
prendre en cas d’accident ou
d’urgence
Utilisation appropriée du
matériel contre incendié
Information sur les types
d’incendie possible
Utilisation du matériel de sécurité
Utilisation des moyen et matériels
de lutte contre incendie
Utilisation appropriée du
matériel contre incendie
Information sur les types
d’incendie possible
Utilisation du matériel de sécurité
Exécuter les premiers sois en cas
d’accident possible
Respect de la limite du champ
d’intervention
Respect de l’ordre
D’admission des premiers
soins.
Composantes d’une trousse de
premier soin
Simulation des scènes
d’intervention
Mesure d’intervention sur des
cas possible d’accident de travail.
Fiche de présentation du module
UMQ 2 : Entretien et réparation des véhicules légers.
Module : Réparer le circuits de démarrage automobile .
Code du module : MQ 2.2
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer le circuit de démarrage automobile.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
D’outils et d’équipement appropriés.
Du manuel du constructeur.
À partir :
- De problèmes réels.
- D’un moteur en ordre de marche doté du circuits de démarrage.
Critères généraux de performance
-
Respect des séquences de travail.
Respect des règles de santé et de sécurité.
Respect des temps prévus pour le travail.
Soins du véhicule et de l’équipement.
Exploitation correcte de la documentation technique.
MC1.Analyser les circuits hydrauliques et pneumatiques.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Démonter les éléments du
système de démarrage et le
démarreur.
- Respect de la propreté et de - Identifier les composants du
l’odore de rangement.
système de démarrage.
- Utilisation correcte des outils - Etablir les liens entre les éléments
du système de démarrage et le
appropriés.
fonctionnement du système.
- Appliquer une méthode de
démontage.
- Se soucier des dangers associés
au travail sous le véhicule.
Réparer le démarreur.
Remonter et poser le démarreur
et les éléments du système.
- Conformité avec les normes du
constructeur.
- Choix approprié des pièces de
remplacement.
- Utilisation correcte des outils
appropriés.
- Contrôle correct des éléments.
- Déterminer les caractéristiques
des éléments du circuit de
démarrage.
- Respect des couples de serrage.
- Exploiter la documentation
spécifique.
- Réparer le système de
lancement.
- Conformité de la repose du
démarreur.
- Appliquer une technique de
remontage.
- Fonctionnement adéquat du
démarreur remonté.
- Respect des
constructeur.
Diagnostiquer les problèmes du
circuit de démarrage.
- Réparer le démarreur.
- Justesse
problème.
données
d’interprétation
du
du - Exploiter la documentation
technique.
- Justesse du diagnostic.
- Conformité
proposée.
de
l’intervention
- Appliquer une méthode de
diagnostic.
- Localiser la panne.
Exploitation
correcte
des - Etablir un rapport de diagnostic.
appareils de contrôle et de
diagnostic.
Contrôler le fonctionnement du
circuit de démarrage.
- Conformité des contrôles
accomplis.
- Fonctionnement correct du
circuit de démarrage réparé.
- Justesse du compte rendu de
conformité.
- Vérifier la conformité du montage.
- Vérifier les paramètres de
fonctionnement.
- Appliquer les techniques de
contrôle.
- Etablir un compte rendu de
conformité.
Fiche de présentation du module
UMQ II :.Réparation des circuits électroniques et électriques des véhicules automobiles
Module : Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile. .
Code du module : MQ 2.3
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
De la documentation spécifique
De l’outillage et de l’équipement appropriés.
À partir :
- De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
- D’un véhicule présentant des anomalies.
Critères généraux de performance
-
Respect des règles de santé et de sécurité.
Choix approprié de l’équipement et de l’outillage.
Respect des procédures d’intervention.
Respect des temps d’exécution.
Respect des règles de propreté.
Soins du véhicule.
MQ2.3.Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Contrôler le fonctionnement
- Concordance des paramètres de - Contrôler le fonctionnement de la
fonctionnement avec les données
ceinture de sécurité.
du constructeur.
- Contrôler le fonctionnement du
sac gonflable.
- Fonctionnement correct du
système.
- Contrôler le fonctionnement du
- Justesse du compte rendu de
freinage antiblocage (A.B.S.).
conformité.
- Contrôler le fonctionnement de
l’assistance au frein d’urgence
(A.F.U.).
- Contrôler le fonctionnement du
contrôle dynamique de conduite
(E.S.P.).
- Contrôler le fonctionnement de
l’anti démarrage.
Diagnostiquer les pannes
Vérifier et remplacer les
composants défectueux du
système.
- Choix
appropriés
de
la - Exploiter la documentation
documentation.
technique.
- Utilisation
correcte
de - Utiliser les outils de diagnostic.
- Localiser la panne.
l’équipement de diagnostic.
- Exactitude du diagnostic.
- Conformité avec les normes du - Appliquer une méthode de
constructeur.
démontage.
- Vérification juste des composants. - Utiliser une méthode de
vérification.
- Choix des composants de
remplacement appropriés.
- Choisir les composants à
remplacer.
- Utilisation efficace de la
documentation.
- Remonter les composants du
système.
Programmer la gestion
électronique du système.
- Conformité de la programmation - Adaptation des nouveaux
accomplie.
composants.
- Utilisation rationnelle et utilitaire
de l’outil de diagnostic.
Fiche de présentation du module
UMQ 2 :.Réparation des circuits électroniques et électriques des véhicules automobiles
Module : Réparer les circuits d’éclairage et les accessoires automobiles. .
Code du module : MQ 2.4
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les circuits d’éclairage et les accessoires automobiles.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
D’outils et d’équipement de contrôle appropriés.
Des schémas d’installation et de contrôle.
Des pièces nécessaires.
À partir :
- D’anomalies réelles su le véhicule et su des éléments détachés.
- D’une demande du client ou du reponsable..
Critères généraux de performance
-
Respect des séquences de travail.
Respect des règles de santé et de sécurité au travail.
Exploitation correcte de la documentation technique.
Soins du véhicule et du matériel.
Respect du temps prévu pou le travail.
MQ2.3.Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Déposer les éléments du circuit
- Respect de la séquence de - Principe de fonctionnement du
dépose.
système d’éclairage intérieur.
- Respect de l’ordre de rangement - Principe de fonctionnement du
système d’éclairage extérieur.
des pièces.
- Propreté dans la manipulation des - Principe de fonctionnement du
éléments du véhicule.
régulateur de vitesse du véhicule.
- Principe de fonctionnement du
système d’aide au stationnement.
- Principe de fonctionnement du
domaine de visibilité.
- Neutralisation du circuit d’airbag.
- Les méthodes de dépose.
Poser les éléments du circuit
- Respect de la séquence de
repose.
- Intégrité du montage.
- Raccordement correct du circuit
et de ses éléments.
- Les méthodes de pose.
- Les types de raccordement.
Régler le circuit
- Conformité des réglages avec la - Le principe de fonctionnement du
réglementation du constructeur.
boiter de servitude intelligent.
- Interpréter les informations
retrouvées su les afficheurs.
- Les méthodes de réglage des
afficheurs.
- Les spécifications de réglage de
phares.
- Réglage de l’orientation du
faisceau lumineux des phares.
Réparer les éléments du circuit
- Utilisation correcte des appareils - Utiliser l’outillage spécifique.
appropriés.
- Utiliser les techniques de
Choix des pièces de remplacement réparation.
appropriées.
- Réparer des accessoires
- Conformité des réparations électriques.
accomplies.
Contrôler le fonctionnement
- Conformité
contrôle.
des
essais
de - Appliquer une démarche de
contrôle.
- Justesse du compte rendu de - Interpréter les données du
conformité.
combiné.
-Etablir un compte rendu de
contrôle.
Diagnostic les problèmes du
circuit d’éclairage et des
accessoires.
- Interprétation juste du problème.
Utilisation
instruments de
contrôle.
- Exploiter la documentation
technique.
correcte
des
mesure et de - Utiliser les outils diagnostic.
- Localiser la panne
- Respect des spécifications du
- Proposer un diagnostic.
constructeur.
-Justesse de correctifs proposés.
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ 2 :.Réparation des circuits électriques et électroniques des véhicules automobiles
Module : Réparation des circuits électriques et électroniques d’un véhicules
automobiles.
Code : MI. 2
Durée : 45 heures
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer des circuits électriques et électroniques d’un véhicules automobile.
Conditions d’évaluation :
Individuellement.
-
Sur des systèmes électriques et électroniques d’un véhicules automobile
À l’aide :
-
Outillage et appareils.
Pièces de rechange et produits.
Moyens de sécurité.
Plans et schémas
Manuel de réparation.
-
Directives
Problèmes de fonctionnement réels ou simulés sur des circuits électrique et
électroniques des véhicules automobiles.
À partir :
Critères de performance
55
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
-
Respect des règles de santé et de sécurité au travail
Justesse du diagnostic.
Utilisation appropriée de l’outillage et appareils.
Interprétation juste des plans et schémas.
Réparation conforme aux recommandations du constructeur.
Ordre et propreté dans l’exécution du travail.
56
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
- Diagnostiquer les problèmes de
fonctionnement des systèmes
électriques et électroniques d’un
véhicules automobile :
•
•
•
•
-
Circuit des charge
Circuit de démarrage
Systèmes de sécurité
active et passive
Circuit d’éclairage et
accessoires
Effectuer la dépose et le
démontage des éléments
des circuits et systèmes
électriques et
électroniques d’un
véhicule automobile
- Justesse du diagnostic.
- Utilisation appropriée de l’outillage - Diagnostic des problèmes de
fonctionnement
des
systèmes
et appareils.
électriques et électroniques d’un
- Respect des règles de santé et véhicule automobile.
sécurité.
- Régler de santé et sécurité.
- Respect des règles de santé et
sécurité.
- Respect des séquences de
dépose.
- Utilisation
l’outillage.
Contrôler les composants
- Utilisation des outils de diagnostic.
appropriée
- Dépose et démontage des
éléments des circuits et systèmes
électriques et électroniques d’un
véhicule automobile.
de
- Utilisation approprié d’instruments - Techniques de contrôle des
et appareils.
composants des systèmes
électriques et électroniques
Identification
juste
des d’un véhicule automobile.
composants défectueux.
- Utilisation d’outillage et appareils.
- Normes du constructeur.
Réparer ou changer les
composants défectueux des
systèmes éclectiques et
électroniques d’un véhicule
automobile
-
Respect des règles de
santé et sécurité.
Respect
des
recommandations
du
constructeur.
Conformité de la réparation.
- Réparation des composants des
systèmes électriques et
électroniques d’un véhicule
automobile :
•
•
•
•
•
57
Du circuit de charge
Du circuit de démarrage
Du système d’allumage
Des circuits d’éclairage et
accessoires
Des systèmes de sécurité
actifs et passifs
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Programmer la gestion
électronique des systèmes
- Conformité de la programmation
- Utilisation appropriée
documentation.
de
- Procédures de programmation de
la gestion électroniques de
la systèmes.
Utilisation de la documentation.
- Vérifier le fonctionnement des
systèmes électriques et
électroniques d’un véhicule
automobile.
- Vérification exhaustive.
- Vérification du fonctionnement
des systèmes électriques et
- Respect des recommandations du électroniques d’un véhicules
constructeur.
automobile.
- Régler un compte rendu
- Pertinence des informations
- Présentation soignée
- Utilisation de la terminologie
appropriée.
58
- Méthode de présentation du
compte-rendu de la réparation.
- Éléments nécessaires.
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation de L’UMQ3
UMQ :.Réception des véhicules.
Code du module : UMQ 3
Durée : 165 heures
Objectif modulaire de L’UMQ3
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réceptionner les véhicules..
Conditions d’évaluation :
Individuellement.
À l’aide :
Moyens de communication.
Outils informatique.
Outils de diagnostic (numériseur).
Appareils et instruments de mesure.
Documentation technique.
Notes, compte rendu, devis.
À partir :
- Directives
- Une demande du client
- Normes et règlements
- Informations données par le client
- D’un véhicule léger présentant des anomalies de fonctionnement
Critères de performance
-
Respect des techniques de communication
Exploitation judicieuse des canaux de communication.
Respect des règles de politesse et de courtoise.
Respect des règles de santé de travail.
Bonne exploitation de la documentation technique.
Respect des techniques de travail.
59
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Structure de L’UMQ3
UMQ :.Réception des véhicules.
Code du module : UMQ 3
Durée : 181heures
CODE
MQ 3.1
MQ 3.2
DESIGNATION DES MODULES
Communiquer en milieu de travail
Réceptionner le véhicule
DUREE
(Heures)
30
30
MQ 3.3
Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement
76
MI.3
Accueillir le client et diagnostic des anomalies de
fonctionnement du véhicules automobile
45
60
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ 2 :.Réception des véhicules
Module : Communiquer en milieu de travail.
Code du module : MQ.3.1
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Communiquer en milieu de travail..
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
-
De l’équipement de communication employé dans un établissement de réparation
automobile.
À partir :
-
Respect des techniques de communication.
Exploitation des canaux de communication appropriés.
Respect des règles de politesse et de courtoisie.
Critères généraux de performance
- Respect de techniques de communication.
- Exploitation des canaux de communication appropriés.
- Respect des règles de politesse et de courtoisie.
61
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MQ3.1. Communiquer en milieu de travail.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Communiquer avec les collègues
de travail
-Utilisation adéquate du vocabulaire
propre au métier.
-
- Utilisation adéquate des outils de
communication.
-
- Ecoute attentive des propos.
Faire la Différence entre
l’information
et
la
communication.
Interpréter les schémas de
communication.
Utiliser une technique de
communication.
- Formulation claire des demandes
et des reposes.
- Participation active à une réunion
de travail.
- Animation efficace d’une réunion
de travail.
Communiquer avec les
responsables hiérarchiques.
- Respect de la hiérarchique
administrative.
- Utilisation correcte
communication écrite.
de
la
- Participation efficace à une
réunion de travail.
- Pertinence
questions.
de
choix
Interpréter
les
schémas
hiérarchiques.
Appliquer les techniques de
communication
avec
les
responsables hiérarchiques.
-
des
- Formulaire claire des réponse.
- Rigueur dans le suivi d’une
demande d’intervention.
Communiquer avec les clients.
-
Utilisation adéquate des
moyens de réception des
clients.
Exploitation judicieuse des
moyens de communication
à distance.
Ecoute
attentive
des
demandes du client.
62
-
Appliquer une technique
d’accueil.
Communiquer à distance
avec les clients.
Différencier les principales
étapes d’une
communication.
Faire l’entretien avec le
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
-
Interprétation juste des
observations des clients
Formulation
claire
des
propositions d’intervention.
Respect des directives de
l’établissement.
63
client.
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ 1 :.Entretien et Réparation des véhicules légers
Module : Choisir les huiles, les graisses et les carburants.
Code du module : MC.7
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Choisir et utiliser les huiles, les graisses et les carburants.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
-
De la fiche technique des produits
À partir :
-
De la fiche technique du véhicule
Critères généraux de performance
- Interprétation juste des spécifications techniques des produits.
- Respect des règles d’hygiène de sécurité et de l’environnement.
64
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MC7. Choisir les huiles, les graissages et les carburants.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Choisir les carburants pour les
moteurs thermiques
Différenciation juste
des
carburants pour moteurs.
- Conformité du carburant avec
les caractéristiques techniques
du moteur.
- Respect des règles d’hygiène
- Et de sécurité
.
-Différencier les carburants.
- Interpréter les spécifications
techniques des carburants.
-Déterminer les conditions de
stockage.
-Etablir la relation entre les
caractéristiques mécanique des
moteurs et les carburants.
Choisir les huiles.
-Différenciation juste des huiles à - Différencier les huiles.
moteur, a transmission et pour les
Interpréter
les
circuits hydrauliques.
commerciales des huiles.
normes
- Etabli la relation technique des
huiles
avec
les
systèmes
mécaniques.
Choisir les graisses
-Différenciation
juste
des
graisses.
Conformité
exacte
des
caractéristiques techniques de la
graisse avec le mécanisme ou
l’élément du mécanisme à
graisser.
65
- Différencier les graisses.
-Interpréter les normes
commerciales DES graisses.
- Etablir la relation technique des
graisses avec le système
mécanique.
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation de L’UMQ.2
UMQ : Réparation des circuits électroniques et électriques d.es véhicules automobiles.
Code du module: MQ2
Durée : 255 Heures
Objectif de l’UMQ 2
Comportement attendu :
A l’issue de cette unité, le stagiaire doit être capable de :
-Réparer les circuits électriques et électroniques des véhicules automobiles.
Conditions d’évaluation :
Individuellement
-Sur des systèmes électriques et électroniques des véhicules automobiles
À l’aide :
•
•
•
•
•
Instruments de mesure, de contrôle des appareils .
Outillage et équipements appropriés
Moyens de manutention.
Pièces de rechange et produits
Manuel d’entretien et réparation.
À partir de :
Directives
Problèmes réels ou simulés sur des systèmes électriques et électroniques des
véhicules automobiles..
Critères généraux de performance :
•
•
•
•
•
•
•
Respect des règles sur la santé, et la sécurité.
Utilisation appropriée de l’outillage et appareils.
Respect des recommandations du constructeur
Réparation fonctionnelle
Ordre et propreté dans l’exécution du travail
66
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Structure de l’UMQ2
UMQ : Réparation des circuits électroniques et électriques des véhicules automobiles.
Code du module : UMQ2.
Durée : 315 Heures.
CODE
DESIGNATION DES MODULES
DUREE
(Heures)
MQ 2.1
Réparer le système de charge automobile
60
MQ 2.2
Réparer le circuit de démarrage automobile
50
MQ 2.3
Réparer les systèmes de sécurité passive et
50
active automobile.
MQ 2.4
Réparer les circuits d’éclairage et les
75
accessoires automobiles
MI. 2
Réparer les systèmes électriques et
électroniques d’un véhicule automobile.
67
80
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ II : Réparation des circuits électroniques électriques des véhicules automobiles
Module : Réparer des moteurs à combustion interne.
Code du module : MQ 201
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de : Réparer le système de charge
automobile.
Conditions d’évaluation :
À partir :
•
•
D’anomalies réelles sur des composants.
D’anomalies sur un système monté dans un véhicule.
À l’aide :
• D’outils et d’équipement de contrôles appropriés.
• De pièces nécessaires à la réparation.
• Du manuel du constructeur.
Critères généraux de performance
•
•
•
•
Respect des séquences de travail.
Respect des règles de santé et de sécurité.
Respect du temps d’exécution.
Exploitation correcte de la documentation technique.
68
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Objectifs intermédiaires
Démonter les éléments du
circuit.
Critères particuliers de performances
- Choix des outils appropriés.
- Respect de la démarche de dépose et de
démontage préconisée.
- Respect de la propreté et de l’ordre de
rangement des pièces.
Eléments contenu
- Identifier le système de
charge.
- Etablir les liens entre les
éléments du système de
charge et le fonctionnement du
circuit.
- Soins apportés à la dépose et à la
manipulation de la batterie.
Réparer les éléments du
circuit.
- Utilisation correcte des appareils
appropriés.
- Choix appropriés des éléments à
remplacer.
- Conformité de la réparation accomplie.
- Entretien correct de la batterie.
Remonter les éléments du
circuit.
- Respect des données du constructeur.
- Respect du couple de serrage.
- conformité de l’opération de remontage des
éléments.
Régler le circuit
- Conformité de réglages de la courroie de
commande.
- Déterminer les
caractéristiques des éléments
des circuits de charge.
- Réparer l’alternateur.
- Entretenir la batterie.
- Recharger la batterie
- Exploiter la documentation
technique.
- Appliquer une technique de
remontage.
- Examiner les courroies de
commandes et le tensionneur.
Régler les courroies.
69
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Contrôler le fonctionnement
- Conformité des contrôles accomplis.
- Conformité de fonctionnement du système réparé.
- Justesse du compte rendu de conformité.
- Vérifier la conformité de
montage.
- Vérifier les paramètres de
fonctionnement.
- Appliquer une méthode de
contrôle.
- Les règles de sécurité lors du
travail sur un moteur en
marche.
- Etablir un rapport de
conformité.
70
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ 2 : Entretien et réparation des véhicules légers.
Module : Réparer le circuits de démarrage automobile .
Code du module : MQ 2.2
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer le circuit de démarrage automobile.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
D’outils et d’équipement appropriés.
Du manuel du constructeur.
À partir :
- De problèmes réels.
- D’un moteur en ordre de marche doté du circuits de démarrage.
Critères généraux de performance
-
Respect des séquences de travail.
Respect des règles de santé et de sécurité.
Respect des temps prévus pour le travail.
Soins du véhicule et de l’équipement.
Exploitation correcte de la documentation technique.
71
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MQ2.2. reparer les circuits de démarrage automobile .
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Démonter les éléments du
système de démarrage et le
démarreur.
- Respect de la propreté et de - Identifier les composants du
l’odore de rangement.
système de démarrage.
- Utilisation correcte des outils - Etablir les liens entre les éléments
du système de démarrage et le
appropriés.
fonctionnement du système.
- Appliquer une méthode de
démontage.
- Se soucier des dangers associés
au travail sous le véhicule.
Réparer le démareur.
Remonter et poser le démarreur
et les éléments du système.
- Conformité avec les normes du
constructeur.
- Choix approprié des pièces de
remplacement.
- Utilisation correcte des outils
appropriés.
- Contrôle correct des éléments.
- Déterminer les caractéristiques
des éléments du circuit de
démarrage.
- Respect des couples de serrage.
- Exploiter la documentation
spécifique.
- Réparer le système de
lancement.
- Conformité de la repose du
- Appliquer une technique de
démarreur.
remontage.
- Fonctionnement adéquat du
démarreur remonté.
- Respect des
constructeur.
Diagnostiquer les problèmes du
circuit de démarrage.
- Réparer le démarreur.
- Justesse
problème.
données
d’interprétation
du
du - Exploiter la documentation
technique.
- Justesse du diagnostic.
- Conformité
proposée.
de
l’intervention
- Appliquer une méthode de
diagnostic.
- Localiser la panne.
Exploitation
correcte
des - Etablir un rapport de diagnostic.
appareils de contrôle et de
72
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
diagnostic.
Contrôler le fonctionnement du
circuit de démarrage.
- Conformité des contrôles
accomplis.
- Fonctionnement correct du
circuit de démarrage réparé.
- Justesse du compte rendu de
conformité.
- Vérifier la conformité du montage.
- Vérifier les paramètres de
fonctionnement.
- Appliquer les techniques de
contrôle.
- Etablir un compte rendu de
conformité.
73
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MQ2.2. reparer les circuits de démarrage automobile .
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Démonter les éléments du
système de démarrage et le
démarreur.
- Respect de la propreté et de - Identifier les composants du
l’odore de rangement.
système de démarrage.
- Utilisation correcte des outils - Etablir les liens entre les éléments
du système de démarrage et le
appropriés.
fonctionnement du système.
- Appliquer une méthode de
démontage.
- Se soucier des dangers associés
au travail sous le véhicule.
Réparer le démareur.
Remonter et poser le démarreur
et les éléments du système.
- Conformité avec les normes du
constructeur.
- Choix approprié des pièces de
remplacement.
- Utilisation correcte des outils
appropriés.
- Contrôle correct des éléments.
- Déterminer les caractéristiques
des éléments du circuit de
démarrage.
- Respect des couples de serrage.
- Exploiter la documentation
spécifique.
- Réparer le système de
lancement.
- Conformité de la repose du
- Appliquer une technique de
démarreur.
remontage.
- Fonctionnement adéquat du
démarreur remonté.
- Respect des
constructeur.
Diagnostiquer les problèmes du
circuit de démarrage.
- Réparer le démarreur.
- Justesse
problème.
données
d’interprétation
du
du - Exploiter la documentation
technique.
- Justesse du diagnostic.
- Conformité
proposée.
de
l’intervention
- Appliquer une méthode de
diagnostic.
- Localiser la panne.
Exploitation
correcte
des - Etablir un rapport de diagnostic.
appareils de contrôle et de
74
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
diagnostic.
Contrôler le fonctionnement du
circuit de démarrage.
- Conformité des contrôles
accomplis.
- Fonctionnement correct du
circuit de démarrage réparé.
- Justesse du compte rendu de
conformité.
- Vérifier la conformité du montage.
- Vérifier les paramètres de
fonctionnement.
- Appliquer les techniques de
contrôle.
- Etablir un compte rendu de
conformité.
75
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ II :.Réparation des circuits électroniques et électriques des véhicules automobiles
Module : Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile. .
Code du module : MQ 2.3
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
De la documentation spécifique
De l’outillage et de l’équipement appropriés.
À partir :
- De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
- D’un véhicule présentant des anomalies.
Critères généraux de performance
-
Respect des règles de santé et de sécurité.
Choix approprié de l’équipement et de l’outillage.
Respect des procédures d’intervention.
Respect des temps d’exécution.
Respect des règles de propreté.
Soins du véhicule.
76
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MQ2.3.Réparer les systèmes de sécurité passive et active automobile.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Contrôler le fonctionnement
- Concordance des paramètres de - Contrôler le fonctionnement de la
fonctionnement avec les données
ceinture de sécurité.
du constructeur.
- Contrôler le fonctionnement du
sac gonflable.
- Fonctionnement correct du
système.
- Contrôler le fonctionnement du
- Justesse du compte rendu de
freinage antiblocage (A.B.S.).
conformité.
- Contrôler le fonctionnement de
l’assistance au frein d’urgence
(A.F.U.).
- Contrôler le fonctionnement du
contrôle dynamique de conduite
(E.S.P.).
- Contrôler le fonctionnement de
l’anti démarrage.
Diagnostiquer les pannes
Vérifier et remplacer les
composants défectueux du
système.
- Choix
appropriés
de
la - Exploiter la documentation
documentation.
technique.
- Utilisation
correcte
de - Utiliser les outils de diagnostic.
- Localiser la panne.
l’équipement de diagnostic.
- Exactitude du diagnostic.
- Conformité avec les normes du - Appliquer une méthode de
constructeur.
démontage.
- Vérification juste des composants. - Utiliser une méthode de
vérification.
- Choix des composants de
remplacement appropriés.
- Choisir les composants à
remplacer.
- Utilisation efficace de la
documentation.
- Remonter les composants du
système.
77
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Programmer la gestion
électronique du système.
- Conformité de la programmation - Adaptation des nouveaux
accomplie.
composants.
- Utilisation rationnelle et utilitaire
de l’outil de diagnostic.
78
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Fiche de présentation du module
UMQ 2 :.Réparation des circuits électroniques et électriques des véhicules automobiles
Module : Réparer les circuits d’éclairage et les accessoires automobiles. .
Code du module : MQ 2.4
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer les circuits d’éclairage et les accessoires automobiles.
Conditions d’évaluation :
À l’aide :
D’outils et d’équipement de contrôle appropriés.
Des schémas d’installation et de contrôle.
Des pièces nécessaires.
À partir :
- D’anomalies réelles su le véhicule et su des éléments détachés.
- D’une demande du client ou du reponsable..
Critères généraux de performance
-
Respect des séquences de travail.
Respect des règles de santé et de sécurité au travail.
Exploitation correcte de la documentation technique.
Soins du véhicule et du matériel.
Respect du temps prévu pou le travail.
79
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
MQ2.4.Réparer les circuits d’éclairage et les accessoires automobile.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
Déposer les éléments du circuit
- Respect de la séquence de - Principe de fonctionnement du
dépose.
système d’éclairage intérieur.
- Respect de l’ordre de rangement - Principe de fonctionnement du
système d’éclairage extérieur.
des pièces.
- Propreté dans la manipulation des - Principe de fonctionnement du
éléments du véhicule.
régulateur de vitesse du véhicule.
- Principe de fonctionnement du
système d’aide au stationnement.
- Principe de fonctionnement du
domaine de visibilité.
- Neutralisation du circuit d’airbag.
- Les méthodes de dépose.
Poser les éléments du circuit
- Respect de la séquence de
repose.
- Intégrité du montage.
- Raccordement correct du circuit
et de ses éléments.
- Les méthodes de pose.
- Les types de raccordement.
Régler le circuit
- Conformité des réglages avec la - Le principe de fonctionnement du
réglementation du constructeur.
boiter de servitude intelligent.
- Interpréter les informations
retrouvées su les afficheurs.
- Les méthodes de réglage des
afficheurs.
- Les spécifications de réglage de
phares.
- Réglage de l’orientation du
faisceau lumineux des phares.
80
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Réparer les éléments du circuit
- Utilisation correcte des appareils - Utiliser l’outillage spécifique.
appropriés.
- Utiliser les techniques de
Choix des pièces de remplacement réparation.
appropriées.
- Réparer des accessoires
- Conformité des réparations électriques.
accomplies.
Contrôler le fonctionnement
- Conformité
contrôle.
des
essais
de - Appliquer une démarche de
contrôle.
- Justesse du compte rendu de - Interpréter les données du
conformité.
combiné.
-Etablir un compte rendu de
contrôle.
81
INFEP / MME0718 – Maintenance des Véhicules Légers - BTS
Diagnostic les problèmes du
circuit d’éclairage et des
accessoires.
- Interprétation juste du problème.
Utilisation
instruments de
contrôle.
- Exploiter la documentation
technique.
correcte
des
mesure et de - Utiliser les outils diagnostic.
- Localiser la panne
- Respect des spécifications du
- Proposer un diagnostic.
constructeur.
-Justesse de correctifs proposés.
82
Fiche de présentation du module
UMQ 2 :.Réparation des circuits électriques et électroniques des véhicules
automobiles
Module : Réparation des circuits électriques et électroniques d’un véhicules
automobiles.
Code : MI. 2
Durée : 45 heures
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réparer des circuits électriques et électroniques d’un véhicules automobile.
Conditions d’évaluation :
Individuellement.
- Sur des systèmes électriques et électroniques d’un véhicules automobile
À l’aide :
Outillage et appareils.
Pièces de rechange et produits.
Moyens de sécurité.
Plans et schémas
Manuel de réparation.
À partir :
Directives
Problèmes de fonctionnement réels ou simulés sur des circuits
électrique et électroniques des véhicules automobiles.
Critères de performance
-
-
Respect des règles de santé et de sécurité au travail
Justesse du diagnostic.
Utilisation appropriée de l’outillage et appareils.
Interprétation juste des plans et schémas.
Réparation conforme aux recommandations du constructeur.
Ordre et propreté dans l’exécution du travail.
Programme d’étude
Objectifs intermédiaires
Critères particulier
Eléments contenus
de performances
- Diagnostiquer les problèmes de
fonctionnement des systèmes
électriques et électroniques d’un
véhicules automobile :
•
•
•
•
-
Circuit des charge
Circuit de démarrage
Systèmes de sécurité
active et passive
Circuit d’éclairage et
accessoires
Effectuer la dépose et le
démontage des éléments
des circuits et systèmes
électriques et
électroniques d’un
véhicule automobile
- Justesse du diagnostic.
- Utilisation appropriée de l’outillage - Diagnostic des problèmes de
et appareils.
fonctionnement
des
systèmes
électriques et électroniques d’un
- Respect des règles de santé et véhicule automobile.
sécurité.
- Régler de santé et sécurité.
- Respect des règles de santé et
sécurité.
- Respect des séquences de
dépose.
- Utilisation
l’outillage.
Contrôler les composants
- Utilisation des outils de diagnostic.
appropriée
- Dépose et démontage des
éléments des circuits et systèmes
électriques et électroniques d’un
véhicule automobile.
de
- Utilisation approprié d’instruments - Techniques de contrôle des
et appareils.
composants des systèmes
électriques et électroniques
Identification
juste
des d’un véhicule automobile.
composants défectueux.
- Utilisation d’outillage et appareils.
- Normes du constructeur.
Réparer ou changer les
composants défectueux des
systèmes éclectiques et
électroniques d’un véhicule
automobile
Programmer la gestion
électronique des systèmes
Programme d’étude
-
Respect des règles de
santé et sécurité.
Respect
des
recommandations
du
constructeur.
Conformité de la réparation.
- Réparation des composants des
systèmes électriques et
électroniques d’un véhicule
automobile :
Du circuit de charge
Du circuit de démarrage
Du système d’allumage
Des circuits d’éclairage et
accessoires
• Des systèmes de sécurité
actifs et passifs
- Conformité de la programmation
- Procédures de programmation de
la gestion électroniques de
- Utilisation appropriée de la systèmes.
documentation.
Utilisation de la documentation.
•
•
•
•
- Vérifier le fonctionnement des
systèmes électriques et
électroniques d’un véhicule
automobile.
- Vérification exhaustive.
- Vérification du fonctionnement
des systèmes électriques et
- Respect des recommandations du électroniques d’un véhicules
constructeur.
automobile.
- Régler un compte rendu
- Pertinence des informations
- Présentation soignée
- Utilisation de la terminologie
appropriée.
Programme d’étude
- Méthode de présentation du
compte-rendu de la réparation.
- Éléments nécessaires.
Fiche de présentation de L’UMQ3
UMQ :.Réception des véhicules.
Code du module : UMQ 3
Durée : 165 heures
Objectif modulaire de L’UMQ3
Comportement attendu :
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
- Réceptionner les véhicules..
Conditions d’évaluation :
Individuellement.
À l’aide :
Moyens de communication.
Outils informatique.
Outils de diagnostic (numériseur).
Appareils et instruments de mesure.
Documentation technique.
Notes, compte rendu, devis.
À partir :
- Directives
- Une demande du client
- Normes et règlements
- Informations données par le client
- D’un véhicule léger présentant des anomalies de fonctionnement
Critères de performance
-
Respect des techniques de communication
Exploitation judicieuse des canaux de communication.
Respect des règles de politesse et de courtoise.
Respect des règles de santé de travail.
Bonne exploitation de la documentation technique.
Respect des techniques de travail.
Programme d’étude
Structure de L’UMQ3
UMQ :.Réception des véhicules.
Code du module : UMQ 3
Durée : 181heures
CODE
MQ 3.1
MQ 3.2
DESIGNATION DES MODULES
Communiquer en milieu de travail
Réceptionner le véhicule
DUREE
(Heures)
30
30
MQ 3.3
Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement
76
MI.3
Accueillir le client et diagnostic des anomalies de
fonctionnement du véhicules automobile
45
Programme d’étude
Fiche de présentation du module
UMQ3 : Réception des véhicules
Module : Réceptionner le véhicule
Code du module : MQ 3.2
Objectif modulaire
Comportement attendu :
A l’issue du module , le stagiaire doit capable de :
-
Réceptionner le véhicule
Conditions d’évaluation :
A laide :
-
D’un outil informatique et de communication
De notes de comptes – rendus ou de schémas.
A partir :
-
-d’information données par le client
Un ensemble de normes et de règlements.
Critères généraux de performance :
Respect de la sur la protection du consommateur
Respect des techniques de travail
Soins du véhicule.
Programme d’étude
MQ3.2 Réceptionner le véhicule
Objectifs intermédiaires
1. Observer le
véhicule et
identifier les
besoins
2. identifier le
véhicule
-
Critères particulier de
performances
Accueil courtois
Utilisation d’un vocabulaire
approprié au client
Interprétation correcte de la
demande du client
examen visuel correct du
véhicule
justesse du pré diagnostic
pertinence des données
collectées nécessaires à
l’intervention juste des
caractéristiques.
Eléments contenus
-
-
-
3. Etablir un ordre de
réparation
-
Rédaction adéquate de
l’ordre de réparation
Réalisme du devis estimatif
-
4. Gérer les rendez –
vous
-
5. Rendre le véhicule
-
-
Programme d’étude
Utilisation efficace des moyens
de communications
(téléphone , fax…..)
Suivi rigoureux et précis des
appels
Clarté et cohérence de la
communication avec le client
Explication précises et
complètes :
• Du travail effectué
• Des élément retenus
pour l’évaluation du
cout
Adaptation du vocabulaire
approprié au client.
Relatifs à l’utilisation du
véhicule
-
-
recevoir le
client
établir un pré
diagnostic
Identifier la
marque et le
modèle du
véhicule
Décoder le
numéro
d’identification
Ecouter le client
Rédiger un
ordre de
réparation
Etablir un devis
estimatif
Utiliser les
moyens de
communication
Effectuer le
suivi des appels
-Remettre la facture
- conseiller le client
Fiche de présentation du module
UMQ3 : Réception des véhicules
Module : Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement
Code du module : MQ 3.3
Objectif modulaire
Comportement attendu :
-
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement.
Conditions d’évaluation :
A l’aide :
-
De l’outil de diagnostique.
De la documentation technique.
Des appareils de mesure.
A partir :
-
De la demande du client ou du responsable hiérarchique.
D’un véhicule présentant des anomalies de fonctionnement.
Critères généraux de performance :
-
Choix de la documentation technique.
Respect des règles de santé et sécurité au travail.
Respect des règles de propreté dans l’aire de travail.
Respect du temps d’exécution.
Soins du véhicule.
Programme d’étude
MQ3.3 Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement.
Objectifs intermédiaires
Critères particulier de performances
Interpréter les problèmes.
-
Choisir l’équipement de diagnostic.
-
Interprétation juste de l’information
reçue.
Pertinence de l’inspection préalable.
Conformité du pré diagnostic.
Consultation de l’information
pertinente.
Choix juste de l’équipement de
diagnostic.
Eléments contenus
-
-
Réaliser les essais de
fonctionnement.
-
Etablir les causes de
dysfonctionnement.
-
Conformité des essais.
Utilisation adéquate des instruments
et appareils appropriés.
Respect de la procédure de
vérification.
Identification précise des anomalies.
Identification exacte des causes de
dysfonctionnement.
Justesse des interventions de
remédiassions proposées.
-
-
Rédiger un rapport de diagnostic.
-
Programme d’étude
Utilisation correcte du langage
technique.
Exactitude du rapport avec le résultat
essais.
Conformité des interventions
correctives proposées.
-
-
Interpréter les
informations-reçues.
Constater le problème.
Proposer un pré diagnostic
Exploiter la documentation
technique des équipements
de diagnostic.
Etablir les liens entre la
nature de la panne et l’outil
de diagnostic à utiliser.
Utiliser les outils de
diagnostic.
Exploiter la documentation
technique.
Préparer les moyens
nécessaires pour l’essai de
fonctionnement.
Utiliser les techniques de
contrôle.
Interpréter des
informations prélevées à
l’aide d’instruments et par
les essais.
Identifier les causes de
dysfonctionnement.
Proposer des interventions
de remédiassions.
Evaluer le cout des pièces et
des produits nécessaires à
l’intervention.
Evaluer le temps
d’intervention.
Appliquer les techniques de
rédaction.
Fiche de présentation du module
UMQ3 : Réception des véhicules
Module : Accueil du client et diagnostic des anomalies de fonctionnement du véhicule
automobile.
Code du module : MI.3
Objectif modulaire
Comportement attendu :
-
A l’issue du module, le stagiaire doit être capable de :
Accueillir le client et diagnostiquer des anomalies fonctionnement du véhicule
automobile.
Conditions d’évaluation :
Individuellement.
A l’aide :
-
Moyens de communication.
Outils informatique.
Outils de diagnostic.
Appareils et instrument de mesure.
Documentation technique.
Supports de gestion (notes, compte rendu, devis).
A partir :
-
Directives.
Une demande du client.
Normes et règlements.
D’un véhicule léger présentant des anomalies de fonctionnement.
Critère de performance :
-
Respect des techniques de communication.
Respect des règles de politesse et de courtoisie.
Respect des règles de santé et sécurité.
Soin du véhicule.
Respect des techniques de travail.
Programme d’étude
Objectifs intermédiaires
Recueillir les informations relatives
aux dysfonctionnements du
véhicule léger.
Identifier le véhicule
Critères particulier de performances
-
Préparer le véhicule et le poste de
travail.
-
Respect des techniques d’accueil.
Collecte exhaustive des informations
nécessaires.
Pertinence des données techniques
relevées.
Interprétation juste des
caractéristiques.
Respect des règles de santé et sécurité.
Choix judicieux des outils d’aide au
diagnostic.
Eléments contenus
-
Diagnostiquer les causes des
problèmes de fonctionnement des
véhicules légers.
Rédiger un rapport de diagnostic
-
Etablir un ordre de réparation
-
-
Restituer le véhicule
-
-
Programme d’étude
Justesse du diagnostic
Utilisation adéquate des outils d’aide
au diagnostic.
Pertinence des informations.
Présentation soignée.
Utilisation de la terminologie
appropriée
Utilisation de la terminologie
appropriée.
Pertinence des éléments de l’ordre de
réparation.
Prise en considération de tous les
éléments du devis estimatif.
Pertinence des explications sur le
travail effectué et le cout de la
réparation.
Pertinence des conseils relatifs
l’utilisation du véhicule.
-
-
-
-
Technique d’accueil
Communication avec les
clients.
Marque, modèle du
véhicule léger
Caractéristiques techniques
du véhicule léger.
Préparation du véhicule
pour le diagnostic.
Choix des outils de
diagnostic.
Règles de santé et sécurité
particulières.
Utilisation des outils d’aide
au diagnostic.
Méthode de présentation
du compte rendu de
diagnostic.
Eléments nécessaires
Etablir un ordre de
réparation
Etablir un devis estimatif
Détails des éléments de la
facture.
Conseils techniques sur
l’utilisation du véhicule.
Compétences professionnelles
Interpréter des
dessins
d’ensembles
Effectuer le
travail général
d’atelier
Appliquer les
règles
d’hygiènes, De
santé et de
Choisir les huiles,
les carburants.
les graisses et les
carburants
Exploiter l’outil
informatique
Analyse les
circuits
électriques et
Analyser les
circuits
hydrauliques
Compétences
complémentaire
s
MATRICE DES MODULES DE FORMATION
Charge
horaire
60
120
60
80
120
45
45
ordre
5
6
19
4
2
1
3
Réparer les moteurs des véhicules légers
120
7
×
×
×
×
×
×
Réparer les circuits de graissage et de refroidissement des véhicules légers
60
8
×
×
×
×
×
×
Réparer les le système d’alimentation essence des véhicules légers
120
9
×
×
×
×
×
Réparer les circuit d’alimentation essence des véhicules légers
80
10
×
×
×
×
×
Répare les systèmes d’alimentation diesel automobile
120
11
×
×
×
×
×
Réparer le système de direction et de suspension des véhicules légers
100
12
×
×
×
×
×
Réparer le système de freinage des véhicules légers
85
13
×
×
×
×
×
Réparer la transmission à la boite à vitesse manuelle d’automobile
120
14
×
×
×
×
×
Réparer la transmission à la boite vitesse automatique d’automobile
80
15
×
×
×
×
×
Réparer le système de chauffage et de climatisation d’automobile
80
16
×
×
×
×
×
×
Entretenir le véhicule léger
85
17
×
×
×
×
×
×
Réparer une voiture automobile
120
18
Réparer le système de charge automobile
60
20
×
×
×
Réparer le circuit de démarrage de sécurité passive et active automobiles
50
21
×
×
×
Réparer les système de sécurité passive et active automobiles
50
22
×
×
×
Réparer le circuit d’éclairage et les accessoires automobiles
75
23
×
×
×
Réparer les système électrique et électroniques d’une voiture automobile
80
24
Communiquer en milieu de travail
30
25
Réceptionner le véhicule
30
26
×
×
×
Diagnostiquer les anomalies de fonctionnement
76
27
×
×
×
Module d’intégration
Module d’intégration
×
Accueillir le client et diagnostic des anomalies de fonctionnement du véhicule
automobile
45
28
Module d’intégration
Résumé
Notre étude s’inscrit dans le paysage linguistique et sociolinguistique algérien.
Le contact de langues dans le milieu de la formation et l’enseignement professionnels par les
apprenants, traduit des situations conversationnelles peu pratiques. Cette particularité favorise
la coexistence de deux langues : le français et l’arabe dialectal.
L’alternance codique dans les usages conversationnels des apprenants représente un
phénomène permanent et de ce fait le métissage est devenu une pratique linguistique courante.
L’arabe dialectal en est une issue qui représente une compétence langagière sécurisante lors
des stratégies de communication et sert d’outils de médiation dans l’appropriation
linguistique.
Notre approche contrastive, tentera d’apporter des éléments de réponse au niveau de la
variation linguistique flexionnelle dans le mixage des codes chez les apprenants de la
formation professionnelle.
Mots-clés : Variation linguistique, alternance codique, approche contrastive, situation
conversationnelles.
Abstract :
Our study layes in the algerian sociolinguistic context.The mixture of the languages in
vocational training by the learners (trainnees) and teachers
(trainers),explains the
conversational situation .
This specificity encourages the simultaneous use and the co-existence of French and
Arabic language.
Code switching is an actual and permanent phenomenon within any conversational
usage from the part of French language trainers.
The recourse to such pratice incites our thinking on its causes and releases.
Dialectal Arabic is a sound alternative to which trainees are quite interested in order to
deviate inter-comprehension difficulties in the course of interaction within work shop. For
that very reason, our hypothesis stipulates that dialectal Arabic will serve as a mediating and
reception tool in the linguistic appropriation of French language.
This constrative approch tries to find out elements and clues at linguistic flexional
variation as far as mixture of codes used by the trainees and trainer in vocational training. :
Keywords : Linguistic variation, code switching, contrastive analysis, conversational
situations
‫الـمــلخــــــــــــــص‪:‬‬
‫تندرج دراستنا ھذه في إطار العملية التعليمية للغة الفرنسية باعتبارھا من اللغات الحية األجنبية التي يقوم على‬
‫تلقينھا و تدريسھا مكوني التكوين المھني‪.‬‬
‫و من خالل احتكاك العملية التعليمية للغة الفرنسية باللغة العربية خارج السياقات البيداغوجية فإن حاالت تحوير‬
‫بعض المصطلحات الفرنسية وإخضاعھا إلى تقعيد بعيد عن مدلوالتھا بغرض تكييفھا لخدمة السياقات االتصالية المختلفة في‬
‫مزيج لغوي يصبح وسيلة يعبر بھا المتعلمين على مداركھم و مكتسباتھم في مجال التكوين المھني ‪.‬‬
‫و تتطور عملية التحرير و التكييف ھذه لتصبح مزيجا لغويا يتخذ كإستراتيجية للتواصل باللغة الفرنسية مستعينا‬
‫بسياقات اللغة الدارجة العامية و الھدف من ذلك التعبير عن الحاجات و إشباعھا و التواصل اآلني الفعال و عليه فھذه اللغة‬
‫المزيج و التي تميزھا القصدية في الغايات و التلقائية في االستعمال تعبر عن بديل لغوي ميزته السھولة في التواصل‬
‫الفتقاده لضوابط اللغة و قواعدھا حتى أصبح أداة وصل و ربط لغوية تستثمر الكتساب وتطوير الكفاءة و القدرة اللسانية في‬
‫اللغة الفرنسية ‪.‬‬
‫ومن ھنا تنبني إرادتنا في اإلجابة و الكشف عن مستويات التعبير اللغوية الممتدة في ازدواج الرموز عند مكوني‬
‫التكوين المھني‪.‬‬
‫الكلمات المفتاحية‪ :‬االختالف اللغوي‪ ،‬والتحول الرمزي‪ ،‬التحليل التقابلي‪ ،‬حاالت التخاطب‬
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising