Canada - Buyandsell.gc.ca

Canada - Buyandsell.gc.ca
Public Works and Government Services
Canada
Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada
1 1
RETURN BIDS TO:
RETOURNER LES SOUMISSIONS À:
Title - Sujet
Bid Receiving - PWGSC / Réception des
soumissions - TPSGC
11 Laurier St. / 11, rue Laurier
Place du Portage , Phase III
Core 0B2 / Noyau 0B2
Gatineau, Québec K1A 0S5
Bid Fax: (819) 997-9776
Solicitation No. - N° de l'invitation
Date
F7049-140431/A
2015-04-22
Client Reference No. - N° de référence du client
GETS Ref. No. - N° de réf. de SEAG
F7049-140431
PW-$$MD-027-25097
INVITATION TO TENDER
APPEL D'OFFRES
Tender To: Public Works and Government Services
Canada
We hereby offer to sell to Her Majesty the Queen in right of
Canada, in accordance with the terms and conditions set
out herein, referred to herein or attached hereto, the goods,
services, and construction listed herein and on any attached
sheets at the price(s) set out therefor.
Soumission aux: Travaux Publics et Services
Gouvernementaux Canada
Nous offrons par la présente de vendre à Sa Majesté la
Reine du chef du Canada, aux conditions énoncées ou
incluses par référence dans la présente et aux annexes
ci-jointes, les biens, services et construction énumérés
ici et sur toute feuille ci-annexée, au(x) prix indiqué(s).
Comments - Commentaires
CCGS HENRY LARSEN-VLE DRYDOCK REFIT
File No. - N° de dossier
CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME
027md.F7049-140431
Solicitation Closes - L'invitation prend fin Time Zone
Fuseau horaire
at - à 02:00 PM
Eastern Daylight
Saving Time EDT
on - le 2015-05-29
F.O.B. - F.A.B.
Plant-Usine:
Destination:
Other-Autre:
Buyer Id - Id de l'acheteur
Address Enquiries to: - Adresser toutes questions à:
027md
Haydock(MDDIV), Mark
Telephone No. - N° de téléphone
FAX No. - N° de FAX
(819) 956-0645 (
( )
)
-
Destination - of Goods, Services, and Construction:
Destination - des biens, services et construction:
DEPARTMENT OF FISHERIES AND OCEANS
C/O SUPPLY DEPOT
SOUTHSIDE RD P.O.BOX 5667
ST JOHNS
Newfoundland and Labrador
A1C5X1
Canada
Instructions: See Herein
Instructions: Voir aux présentes
Vendor/Firm Name and Address
Raison sociale et adresse du
fournisseur/de l'entrepreneur
Delivery Required - Livraison exigée
Delivery Offered - Livraison proposée
See Herein
Vendor/Firm Name and Address
Raison sociale et adresse du fournisseur/de l'entrepreneur
Issuing Office - Bureau de distribution
Telephone No. - N° de téléphone
Facsimile No. - N° de télécopieur
Ship Refits and Conversions / Radoubss et
modifications de navires and / et
11 Laurier St. / 11, rue Laurier
6C2, Place du Portage
Gatineau, Québec K1A 0S5
Name and title of person authorized to sign on behalf of Vendor/Firm
(type or print)
Nom et titre de la personne autorisée à signer au nom du fournisseur/
de l'entrepreneur (taper ou écrire en caractères d'imprimerie)
Signature
Canada
Page 1 of - de 2
Date
Solicitation No. - N° de l'invitation
Amd. No. - N° de la modif.
F7049-140431/A
Buyer ID - Id de l'acheteur
027md
Client Ref. No. - N° de réf. du client
File No. - N° du dossier
F7049-140431
027mdF7049-140431
CCC No./N° CCC - FMS No/ N° VME
CETTE PAGE A ÉTÉ
INTENTIONNELLEMENT
LAISSÉE VIDE
Page 2 of - de 2
TABLE DES MATIÈRES
PARTIE 1 – RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
1.1
1.2
1.3
Introduction
Sommaire
Compte rendu
PARTIE 2 – INSTRUCTIONS À L’INTENTION DES SOUMISSIONNAIRES
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
Instructions, clauses et conditions uniformisées
Présentation des soumissions
Demandes de renseignements en période de soumission
Lois applicables
Conférence des soumissionnaires
Visite facultative des lieux – Navire
Période des travaux – Maritime
PARTIE 3 – INSTRUCTIONS POUR LA PRÉPARATION DES SOUMISSIONS
3.1
Instructions pour la préparation des soumissions
PARTIE 4 – PROCÉDURES D’ÉVALUATION ET MÉTHODE DE SÉLECTION
4.1
4.2
4.3
Procédures d’évaluation
Méthode de sélection
Produits livrables après l’attribution du contrat
PARTIE 5 – ATTESTATIONS
5.1
Attestations obligatoires préalables à l’attribution du contrat
5.1.1 Dispositions relatives à l’intégrité – Renseignements connexes
5.1.2 Programme de contrats fédéraux pour l'équité en matière d'emploi – Attestation
5.1.3 Études et expérience
5.1.4 Statut et disponibilité du personnel
PARTIE 6 – EXIGENCES FINANCIÈRES ET AUTRES EXIGENCES
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
6.6
6.7
6.8
6.9
6.10
6.11
6.12
Capacité financière
Garantie financière du contrat
Frais de transfert du navire
Installation de carénage
Indemnisation des accidents de travail – Lettre d’attestation de régularité
Convention collective valide
Calendrier de travail préliminaire
Mesures de sécurité pour l’approvisionnement et le débarquement du carburant
ISO 9001:2008 – Systèmes de management de la qualité
Santé et sécurité
Procédures de protection-incendie, de lutte contre les incendies et de formation
Déchets dangereux
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 1 of - de 102
6.13
6.14
6.15
6.16
6.17
6.18
6.19
Exigences en matière d’assurance
Certification relative au soudage
Services de gestion de projet
Liste des sous-traitants proposés
Plan de contrôle de la qualité
Plan d’inspection et d’essai
Protection de l’environnement
PARTIE 7 – CLAUSES DU CONTRAT SUBSÉQUENT
7.1
7.2
7.3
7.4
7.5
7.6
7.7
7.8
7.9
7.10
7.11
7.12
7.13
7.14
7.15
7.16
7.17
7.18
7.19
7.20
7.21
7.22
7.23
7.24
7.25
7.26
7.27
7.28
7.29
7.30
7.31
7.32
7.33
7.34
7.35
7.36
7.37
7.38
7.39
7.40
7.41
7.42
7.43
Besoin
Définitions
Clauses et conditions uniformisées
Durée du contrat
Responsables
Paiement
Instructions relatives à la facturation
Attestations
Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Manquement de la part de
l’entrepreneur
Lois applicables
Ordre de priorité des documents
Exigences en matière d’assurance
Limite de la responsabilité de l’entrepreneur pour les dommages subis par le Canada
Garantie financière
Ressortissants étrangers (entrepreneur canadien)
Liste des contrats de sous-traitance et des sous-traitants
Calendrier des travaux et rapports
Matériaux isolants – sans amiante
Titre professionnel
ISO 9001:2008 – Systèmes de management de la qualité
Services de gestion de projet
Plan de contrôle de la qualité
Plan d’inspection et d’essai
Équipement/Systèmes : Inspection/essai
Protection de l’environnement
Déchets dangereux
Approvisionnement et débarquement du carburant sous supervision
Protection- incendie, lutte contre les incendies et formation
Prêts d’équipement – Maritime
Certification relative au soudage
Procédures pour modifications de conception ou travaux supplémentaires
Radoub du navire avec équipage
Radoub du navire sans équipage
Réunion préalable au radoub
Réunions d’avancement
Travaux non complétés et acceptation
Rebuts et déchets
Stabilité
Navire – Accès du Canada
Titre de propriété du navire
Indemnisation des accidents du travail
Règlement des différends
Défaut de livraison
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 2 of - de 102
7.44
7.45
7.46
7.47
7.48
7.49
7.50
7.51
Soin, garde et contrôle
Permis, licences et certificats
Licences d’exportation
Frais de subsistance et de déplacement – Directive sur les voyages du Conseil national mixte
Équivalence de l’équipement
Rajustement de fluctuation du taux de change
Matériel fourni par le gouvernement
Équipement fourni par le gouvernement
Liste des annexes
Annexe A
Annexe B
Annexe C
Annexe D
Annexe E
Annexe E
Annexe F
Annexe G
Annexe H
Annexe H
Annexe H
Annexe I
Annexe I
Annexe I
Annexe J
Annexe K
Énoncé des travaux
Base de paiement
Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Attestation de
soumission
Exigences en matière d'assurance
Garantie
Appendice 1 – Formulaire de réclamation au titre de la garantie
Procédure de traitement des travaux imprévus
Contrôle de la qualité/inspection
Fiche de présentation de la soumission financière
Appendice 1 – Fiche de données sur les prix
Appendice 2 – Fiche de données sur les prix cumulatifs
Transfert du navire
Appendice 1 – Certificat d’acceptation
Appendice 2 – Certificat d’acceptation
Livrables et attestations
Formulaire PWGSC-TPSGC 450 – Demande de rajustement du taux de change
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 3 of - de 102
PARTIE 1 – RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
1.1
Introduction
La demande de soumissions contient sept parties, ainsi que des pièces jointes et des annexes, comme
suit :
Partie 1
Renseignements généraux : renferme une description générale du besoin;
Partie 2
Instructions à l'intention des soumissionnaires : renferme les instructions, les clauses et les
conditions applicables à la demande de soumissions. On y précise que le soumissionnaire
accepte de se conformer aux clauses et aux conditions dans toutes les parties de la demande
de soumissions;
Partie 3
Instructions pour la préparation des soumissions : donne aux soumissionnaires les
instructions pour préparer leurs soumissions;
Partie 4
Procédures d'évaluation et méthode de sélection : décrit la façon selon laquelle se déroulera
l'évaluation et présente les critères d'évaluation auxquels on doit répondre dans la
soumission, s'il y a lieu, ainsi que la méthode de sélection;
Partie 5
Attestations : comprend les attestations à fournir;
Partie 6
Exigences financières et autres exigences : comprend des exigences particulières auxquelles
les soumissionnaires doivent répondre;
Partie 7
Clauses du contrat subséquent : contient les clauses et les conditions qui s'appliqueront à tout
contrat subséquent.
Parmi les annexes figurent notamment les suivantes : Spécifications techniques, Base de paiement,
Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Attestation, Exigences en matière
d’assurance.
1.2
Sommaire
1.2.1
Le besoin vise à :
1.2.2
effectuer le carénage, l'entretien et le réaménagement du navire de la Garde côtière
canadienne (NGCC) Henry Larsen conformément aux spécifications techniques connexes qui
figurent à l'annexe A;
1.2.3
effectuer tous les travaux imprévus autorisés par l’autorité contractante.
1.2.4
Conformément aux dispositions relatives à l’intégrité de la section 01 des Instructions
uniformisées 2003, les soumissionnaires doivent fournir une liste des propriétaires et/ou des
directeurs ainsi que tout renseignement connexe, au besoin. Consulter la section 4.21 du Guide
des approvisionnements pour obtenir plus de renseignements sur les dispositions relatives à
l’intégrité.
1.2.5
Ce besoin est exclu des dispositions de l’annexe 4 de l’Accord sur les marchés publics de
l’Organisation mondiale du commerce (AMP-OMP) et de l’alinéa 1(a) de l’Annexe 1001.2B du
chapitre 10 de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il est cependant assujetti aux
dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur. La stratégie de sélection des fournisseurs
sera limitée aux entrepreneurs de l’Est du Canada, conformément à la Politique sur la
construction, la réparation, la révision et la modernisation des navires (1996-12-19).
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 4 of - de 102
1.2.6
Le Programme de contrats fédéraux (PCF) pour l’équité en matière d’emploi s’applique au
présent besoin. Consulter la partie 5 – Attestations, la partie 7 – Clauses du contrat subséquent,
et l’annexe intitulée « Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi –
Attestation ».
1.3 Compte rendu
Les soumissionnaires peuvent demander un compte rendu des résultats du processus de demande de
soumissions. Les soumissionnaires devraient en faire la demande à l'autorité contractante dans les
15 jours ouvrables suivant la réception des résultats du processus de demande de soumissions. Le
compte rendu peut être fourni par écrit, par téléphone ou en personne.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 5 of - de 102
PARTIE 2 – INSTRUCTIONS À L’INTENTION DES SOUMISSIONNAIRES
2.1
Instructions, clauses et conditions uniformisées
Toutes les instructions, clauses et conditions identifiées dans la demande de soumissions par un titre, un
numéro et une date sont reproduites dans le Guide des clauses et conditions uniformisées d'achat
(https://achatsetventes.gc.ca/politiques-et-lignes-directrices/guide-des-clauses-et-conditionsuniformisees-d-achat) publié par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
Les soumissionnaires qui présentent une soumission s'engagent à respecter les instructions, les clauses
et les conditions de la demande de soumissions, et acceptent les clauses et les conditions du contrat
subséquent.
Le document 2003 (2014-09-25), Instructions uniformisées – biens ou services – besoins concurrentiels,
est incorporé par renvoi dans la demande de soumissions et en fait partie intégrante.
2.2
Présentation des soumissions
Les soumissions doivent être présentées uniquement au Module de réception des soumissions de
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) au plus tard à la date, à l'heure et à
l'endroit indiqués à la page 1 de la demande de soumissions.
2.3
Demandes de renseignements en période de soumission
Toutes les demandes de renseignements doivent être présentées par écrit à l'autorité contractante au
plus tard cinq (5) jours ouvrables avant la date de clôture des soumissions. Pour ce qui est des
demandes de renseignements reçues après ce délai, il est possible qu'on ne puisse pas y répondre.
Les soumissionnaires devraient indiquer aussi fidèlement que possible l'article numéroté de la demande
de soumissions auquel se rapporte leur demande de renseignements. Ils doivent prendre soin d'expliquer
chaque question en donnant suffisamment de détails pour permettre au Canada de fournir une réponse
exacte. Les demandes de renseignements techniques qui ont un caractère exclusif doivent porter
clairement la mention « exclusif » vis-à-vis de chaque article pertinent. Les éléments portant la
mention « exclusif » feront l'objet d'une discrétion absolue, sauf dans les cas où le Canada considère que
la demande de renseignements n'a pas un caractère exclusif. Dans ce cas, le Canada peut réviser les
questions ou peut demander au soumissionnaire de le faire, afin d'en éliminer le caractère exclusif, et
permettre la transmission des réponses à tous les soumissionnaires. Le Canada peut ne pas répondre
aux demandes de renseignements dont la formulation ne permettrait pas de les diffuser à tous les
soumissionnaires.
Toute précision ou tout changement apporté à la demande de soumissions à la suite des questions et
réponses sera inclus dans la demande de soumissions, sous la forme d'une modification.
2.4
Lois applicables
Tout contrat subséquent sera interprété et régi selon les lois en vigueur en ____________, et les
relations entre les parties seront déterminées par ces lois.
À leur discrétion, les soumissionnaires peuvent indiquer les lois applicables d'une province ou d'un
territoire canadien de leur choix, sans que la validité de leur soumission ne soit mise en question, en
supprimant le nom de la province ou du territoire canadien précisé et en insérant le nom de la province
ou du territoire canadien de leur choix. Si aucun changement n'est indiqué, cela signifie que les
soumissionnaires acceptent les lois applicables indiquées.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 6 of - de 102
Se reporter à l’annexe J1 pour consulter les livrables/attestations.
2.5
Conférence des soumissionnaires
Une conférence des soumissionnaires présidée par l'autorité contractante aura lieu à St. John’s (T.-N.-L.)
le 8 mai 2015 à 10 h. Dans le cadre de la conférence, on examinera la portée du besoin précisé dans la
demande de soumissions et on répondra aux questions qui seront posées. On recommande aux
soumissionnaires qui ont l’intention de présenter une soumission de participer à la conférence ou d’y
envoyer un représentant.
Les soumissionnaires sont priés de communiquer avec l’autorité contractante avant la conférence pour
confirmer leur participation. Ils devraient fournir à l'autorité contractante, par écrit, une liste des personnes
qui assisteront à la conférence et des questions qu'ils souhaitent y voir abordées, au moins
trois (3) jours ouvrables avant la conférence.
Toute précision ou tout changement apporté à la demande de soumissions à la suite de la conférence
des soumissionnaires sera inclus dans la demande de soumissions, sous la forme d'une modification.
Les soumissionnaires qui ne participeront pas à la conférence pourront tout de même présenter une
soumission.
2.6
Visite facultative des lieux – Navire
On recommande au soumissionnaire ou à l’un de ses représentants de visiter le lieu des travaux. Des
dispositions ont été prises à cet égard. La visite aura lieu les 6 et 7 mai 2015 à 9 h, à la base de la
Garde côtière canadienne à St. John’s (T.-N.-L.). Les soumissionnaires doivent communiquer avec
l’autorité contractante au plus tard trois (3) jours ouvrables avant la visite prévue, pour confirmer leur
présence et fournir le nom des personnes qui assisteront à la visite. Les soumissionnaires qui ne
confirmeront pas leur participation et qui ne fourniront pas le nom des personnes qui participeront à la
visite se verront refuser l'accès au site. On demandera aux soumissionnaires de signer une feuille de
présence. Les soumissionnaires qui ne prendront pas part à la visite ou qui n’y enverront pas de
représentant n’auront pas la possibilité d’avoir un autre rendez-vous, mais ils pourront tout de même
présenter une soumission. Toute précision ou tout changement apporté à la demande de soumissions à
la suite de la visite des lieux sera inclus dans la demande de soumissions, sous la forme d'une
modification.
2.7
Période des travaux – Maritime
Les travaux doivent débuter et prendre fin aux dates suivantes :
Début : le 2 juillet 2015
Fin : le 20 mai 2016
En présentant une soumission, le soumissionnaire confirme qu'il a suffisamment de matériel et de
ressources humaines affectées ou disponibles et que la période de travail ci-dessus permettra de
terminer les travaux prévus ainsi qu'une quantité raisonnable de travaux imprévus.
2.7.1 Instructions supplémentaires relatives à la période de travail
À compter de la date de début des travaux de radoub (2 juillet 2015) jusqu’au 20 mai 2016, le navire sera
sans équipage pendant la période des travaux et sera considéré comme étant hors service. Durant cette
période, la charge ou la garde du navire sera assurée par l’entrepreneur et il en aura le contrôle.
L’équipage du navire devra être en mesure d’habiter le navire au plus tard le 9 mai 2016.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 7 of - de 102
PARTIE 3 – INSTRUCTIONS POUR LA PRÉPARATION DES SOUMISSIONS
3.1
Instructions pour la préparation des soumissions
a) Copies de la soumission : Le Canada demande que les soumissionnaires fournissent leur soumission
en sections distinctes, comme suit :
Section I : Soumission technique 1 copie papier et 1 copie électronique sur DVD
Section II : Soumission technique 1 copie papier et 1 copie électronique sur DVD
Section III : Attestations 1 copie papier et 1 copie électronique sur DVD
En cas d’incompatibilté entre le libellé de la copie électronique et de la copie papier, le libellé de la
copier papier aura préséance sur celui de la copie électronique.
Les prix doivent figurer dans la soumission financière seulement. Aucun prix ne doit être indiqué dans
une autre section de la soumission.
b) Format de la soumission : Le Canada demande que les soumissionnaires suivent les instructions de
présentation décrites ci-après pour préparer leur soumission :
i)
ii)
utiliser du papier de 8,5 po x 11 po (216 mm x 279 mm);
utiliser un système de numérotation correspondant à celui de la demande de soumissions.
c) Politique d’achats écologiques du gouvernement : En avril 2006, le Canada a émis une politique
exigeant que les ministères et organismes fédéraux prennent les mesures nécessaires pour
incorporer les facteurs environnementaux dans le processus d'approvisionnement, soit la Politique
d'achats écologiques (http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/ecologisation-greening/achatsprocurement/politique-policy-fra.html). Pour aider le Canada à atteindre ses objectifs, on encourage
les soumissionnaires à :
1) utiliser du papier de 8,5 po x 11 po (216 mm x 279 mm) contenant des fibres certifiées provenant
d'un aménagement forestier durable et/ou contenant au moins 30 % de matières recyclées;
2) utiliser un format qui respecte l'environnement : impression noir et blanc, recto-verso/à double
face, broché ou agrafé, sans reliure Cerlox, reliure à attaches ni reliure à anneaux.
Section I : Soumission technique
Les soumissionnaires doivent fournir tous les livrables, conformément à l’annexe J1 – Livrables et
attestations.
Section II : Soumission financière
Les soumissionnaires doivent présenter leur proposition financière conformément aux instructions de la
demande de soumissions et à la fiche de présentation de la soumission financière figurant à l’annexe H, y
compris la fiche de données sur les prix (appendice 1 de l’annexe H) et la fiche de données sur les prix
cumulatifs aux fins d’évaluation (appendice 2 de l’annexe H). Le montant total des taxes applicables doit
être indiqué séparément.
Section III : Attestations
Les soumissionnaires doivent présenter les attestations exigées à la partie 5.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 8 of - de 102
3.1.1
Travaux imprévus et prix d’évaluation
Dans tout contrat de radoub, de réparation ou de carénage de navires, des travaux imprévus
s'imposeront après que le navire et son équipement auront été ouverts et inspectés.
Un coût prévu pour les travaux imprévus sera inclus dans le prix d’évaluation. Celui-ci sera calculé en
incluant un nombre estimatif d’heures-personnes additionnelles multiplié par un tarif horaire ferme
d’imputation pour la main-d’œuvre pour les travaux imprévus, ajouté au prix ferme pour les travaux
prévus.
Le prix d’évaluation sera utilisé pour évaluer le prix de la soumission. Le nombre d’heures-personnes
additionnelles pour les travaux imprévus sera fondé sur l’expérience passée et il n'y a aucun montant
minimal ou maximal pour les travaux imprévus, pas plus qu'il n'y a de garantie relative à ces travaux.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 9 of - de 102
PARTIE 4 – PROCÉDURES D’ÉVALUATION ET MÉTHODE DE SÉLECTION
4.1
Procédures d’évaluation
a) Les soumissions seront évaluées par rapport à l’ensemble des exigences de la demande de
soumissions, incluant les critères d’évaluation techniques et financiers.
b) Une équipe d'évaluation composée de représentants du Canada évaluera les soumissions.
Section I – Soumission technique/attestations
On examinera chaque soumission pour déterminer si elle satisfait aux exigences obligatoires de la
demande de soumissions. Tous les éléments de la demande de soumissions désignés précisément par
les termes « doit », « doivent » ou « obligatoire » constituent des exigences obligatoires. Les soumissions
qui ne respectent pas chacune des exigences obligatoires seront déclarées irrecevables et rejetées. Les
exigences obligatoires sont les suivantes :
a) les produits livrables obligatoires qui doivent être présentés avec les documents du
soumissionnaire afin d’être jugés recevables sont décrits à l’annexe J1;
b) les soumissionnaires doivent présenter une fiche de données sur les prix cumulatifs aux fins
d’évaluation (appendice 2 de l’annexe H), qui doit être remplie conformément aux procédures
précisées ci-dessous;
c) les coûts indiqués à l’article B5 ci-dessus doivent figurer dans la fiche de données sur les prix
cumulatifs aux fins d’évaluation (appendice 2 de l’annexe H).
Procédures sur la façon de remplir l’appendice 2 de l’annexe H
1) Pour un élément du tableau FICHE DE DONNÉES SUR LES PRIX CUMULATIFS AUX FINS
D’ÉVALUATION pour lequel les soumissionnaires souhaitent présenter une soumission, ils
doivent proposer un prix ferme total et un prix cumulatif. Dix points sont attribués pour chaque
élément pour lequel un soumissionnaire a présenté une soumission.
2) L’appendice 2 indique l’ordre de priorité des travaux de la Garde côtière canadienne (GCC) à
accomplir dans le respect du budget disponible, l’élément 1 étant le plus prioritaire et le dernier
élément étant le moins prioritaire. Les soumissionnaires doivent soumettre des prix pour chaque
élément du tableau de manière séquentielle, c.-à-d. en n’omettant pas de soumettre un prix pour
les éléments ayant une priorité élevée dans le tableau. Si aucun prix ferme total ou prix cumulatif
n’est proposé pour un élément de la séquence, la soumission sera déclarée irrecevable et sera
disqualifiée.
3) On demande aux soumissionnaires d'entrer « 0,00 $ » pour tout élément qu'il ne compte pas
facturer ou qui a déjà été ajouté à d'autres prix dans le tableau. À l’exception des autres éléments
indiqués en 5 ci-dessous, si le soumissionnaire laisse vide un espace réservé pour un prix ou
insère une autre information que le prix, le Canada considérera qu’il s’agit de « 0,00 $ » pour les
besoins de l’évaluation et peut demander au soumissionnaire de confirmer qu’il en est bel et bien
ainsi. Aucun soumissionnaire ne sera autorisé à ajouter ou à modifier un prix durant cette
confirmation. Si le soumissionnaire refuse de confirmer que le prix d'un espace vierge ou d’un
espace où de l’information autre que le prix a été insérée est de 0,00 $, sa soumission sera
déclarée non recevable.
4) Les soumissionnaires entrent leurs soumissions dans l'ordre dans la FICHE DE
RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L'ÉTABLISSEMENT DES PRIX CUMULÉS, en
respectant l'ordre de la liste, et continuent à entrer les prix et les prix cumulés pour chaque
élément. Les soumissionnaires entrent les prix et les prix cumulés pour chaque élément afin
que leur soumission se rapproche de 17000000$ (sans dépasser ce montant) tout en étant
égal ou supérieure à 16100000$. Si la soumission contient un prix ferme sur tous les 82
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 10 of - de 102
éléments avec un nombre de points maximum de 820, un prix ferme inférieur à 16100000$
sera accepté.
5) La procédure de soumission pourrait entraîner une liste d’éléments pour lesquels un prix a été
proposé qui est plus courte que la liste d’éléments figurant dans l’appendice. Dès que les
soumissionnaires auront indiqué leur prix de manière séquentielle, ils auront atteint la totalité des
éléments pour lesquels ils souhaitent proposer un prix, et leur soumission sera dans la fourchette
financière permise, comme il est indiqué en 4) ci-dessus, et ils devront cesser d’inscrire des prix
dans l’appendice 2. L’espace réservé pour l’élément le moins prioritaire pourrait donc être laissé
en blanc. Dans ce cas-là seulement, le reste des cases vides ne sera pas considéré comme
« 0,00 $ »; il s’agira plutôt des travaux qui ne seront pas inclus dans le contrat subséquent.
6) Les soumissionnaires doivent prendre note que, conformément au contrat subséquent, les
travaux qui ne sont pas inclus dans la soumission de l’entrepreneur ne pourront être exécutés
dans le cadre du contrat, y compris la conclusion d’un contrat pour travaux imprévus.
7) Au moment où le soumissionnaire cesse de soumissionner, le prix cumulatif offert (n’excédant
pas 17 000 000 $) doit être indiqué à l’annexe H1 – Prix pour évaluation, élément A – Travaux
prévus, et les points cumulatifs associés à l’article des spécifications doivent être indiqués dans
l’annexe H1 – Prix pour évaluation, élément F, Points cumulatifs.
Procédures sur la façon de remplir l’appendice 1 de l’annexe H
L’appendice 1 de l’annexe H comprend de l’information qui figurera dans l’annexe B du contrat
subséquent. On demande aux soumissionnaires d’indiquer dans l’appendice 1 les mêmes données qui
ont été saisies dans l’appendice 2. Ces renseignements devraient être fournis et présentés avec la
soumission, mais ils peuvent être fournis plus tard. Le cas échéant, l'autorité contractante en informera le
soumissionnaire et lui donnera un délai afin de se conformer aux exigences. Le défaut de répondre à la
demande de l'autorité contractante et de se conformer aux exigences dans les délais prévus aura pour
conséquence que la soumission sera déclarée non recevable.
En cas de divergence entre le contenu des deux appendices, le contenu de l’appendice 2 prévaut.
Procédures d’évaluation pour les produits équivalents – À l`exception de l`annexe A Produits de
spécification
La présente demande de soumissions comprend des exigences relatives à la proposition de matériel
dont la marque, le modèle et/ou le numéro de pièce ont été précisés afin d’en assurer la compatibilité,
l’interopérabilité et l’interchangeabilité avec le matériel existant appartenant au Canada. À l`exception
des produits décrits ou énumérés à l`annexe A, spécification 19, les procédures suivantes s`appliquent:.
a) Les produits dont la forme, l'ajustage, la fonction et la qualité sont équivalents et qui sont
entièrement compatibles, interchangeables et interopérables avec le matériel existant
appartenant au Canada seront pris en considération si le soumissionnaire :
i)
indique clairement la marque, le modèle et/ou le numéro de pièce du produit
équivalent proposé;
ii)
démontre que l’équivalent proposé est entièrement compatible, interopérable et
interchangeable avec les éléments précisés dans la présente demande de
soumissions;
iii)
fournit les spécifications complètes et la documentation technique descriptive pour
chaque élément équivalent proposé;
iv)
fournit la preuve de la conformité du produit équivalent qu’il propose en démontrant
que ce dernier satisfait à tous les critères de rendement obligatoires qui sont
précisés dans la présente demande de soumissions;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 11 of - de 102
v)
énumère clairement les parties des spécifications et de la documentation technique
descriptive qui démontrent l’équivalence du produit proposé.
c) Sur demande durant l'évaluation, le soumissionnaire doit fournir à l’autorité contractante un
échantillon de tout produit équivalent proposé pour essai.
d) Sur demande durant l'évaluation, le soumissionnaire doit faire une démonstration du produit
équivalent proposé.
e) Les produits équivalents proposés seront jugés irrecevables si :
i) la soumission ne fournit pas tous les renseignements exigés pour permettre à
l'autorité contractante d'évaluer l'équivalence de l'équivalent proposé, y compris les
renseignements supplémentaires demandés par l'autorité contractante durant
l'évaluation afin de compléter les renseignements fournis dans la soumission
(Remarque : Il incombe au soumissionnaire d'inclure tous les renseignements exigés
afin d'évaluer l'équivalence, comme décrits ci-dessus; toutefois, tous les
soumissionnaires reconnaissent que le Canada aura le droit, mais non l'obligation, de
demander durant l'évaluation tous les renseignements supplémentaires dont il a
besoin pour évaluer l'équivalence);
ii) l'autorité contractante détermine que l'équivalent proposé ne respecte ou ne dépasse
pas les exigences obligatoires énoncées dans la présente demande de soumissions;
iii) l’autorité contractante détermine que la forme, l’ajustage, la fonction ou la qualité de
l’équivalent proposé n’est pas équivalent aux éléments précisés dans la présente
demande de soumissions ou que l’équivalent proposé n’est pas entièrement
compatible, interopérable et interchangeable avec le matériel existant appartenant au
Canada.
Section II – Soumission financière
Afin d’être jugée recevable, la soumissionnaire du soumissionnaire doit, à la satisfaction du Canada,
respecter toutes les exigences et fournir tous les renseignements requis de la partie 3, Section II –
Soumission financière.
Le Canada se réserve le droit de demander de l’information afin d’appuyer l’une ou l’autre des exigences.
On demande au soumissionnaire de traiter chaque exigence de manière suffisamment approfondie afin
d’en permettre l’analyse et l’évaluation complètes par l’équipe d’évaluation. La soumission sera jugée
recevable si elle répond à toutes les exigences obligatoires.
4.1.1
Évaluation du prix
Le prix de la soumission sera évalué en dollars canadiens, taxes applicables en sus, destination FAB,
incluant les droits de douane et les taxes d’accises canadiens.
4.2
Méthode de sélection
Une soumission doit respecter les exigences de la demande de soumissions et satisfaire à tous les
critères d'évaluation techniques obligatoires pour être déclarée recevable. La soumission recevable ayant
le prix le plus bas par point, selon la formule figurant à l’annexe H, H1 Prix pour l’évaluation, sera
recommandée pour l’attribution du contrat.
Les soumissionnaires devraient prendre note que toutes les attributions de contrats sont soumises au
processus d’approbation interne du Canada, qui comprend une exigence relative à l’approbation du
financement de tout contrat proposé. Même si un soumissionnaire peut avoir été recommandé pour
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 12 of - de 102
l’attribution d’un contrat, l’émission de tout contrat dépendra de l’approbation interne conformément aux
politiques du Canada. Si cette approbation n'est pas accordée, aucun contrat ne sera attribué.
4.3 Produits livrables après l’attribution du contrat
Consulter l’annexe J2.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 13 of - de 102
PARTIE 5 – ATTESTATIONS
Pour qu’un contrat leur soit attribué, les soumissionnaires doivent fournir les attestations et les
renseignements connexes exigés.
Les attestations que les soumissionnaires remettent au Canada peuvent faire l’objet d’une vérification à
tout moment par ce dernier. Le Canada déclarera qu’une soumission n’est pas recevable ou qu’un
entrepreneur ne respecte pas l’une de ses obligations en vertu du contrat, s’il est établi que le
soumissionnaire a fourni, sciemment ou non, une attestation qui est fausse, pendant la période
d’évaluation des soumissions ou d’exécution du contrat.
L’autorité contractante aura le droit de demander des renseignements supplémentaires pour vérifier les
attestations du soumissionnaire. À défaut de répondre ou de coopérer à toute demande ou exigence
imposée par l’autorité contractante, la soumission peut être déclarée non recevable, ou constituer un
manquement aux termes du contrat.
5.1
Attestations obligatoires préalables à l’attribution du contrat
5.1.1
Dispositions relatives à l’intégrité – Renseignements connexes
En présentant une soumission, le soumissionnaire atteste que ses affiliés et lui-même respectent les
dispositions indiquées à la section 01, Dispositions relatives à l’intégrité – soumission, des instructions
uniformisées 2003. Les renseignements connexes requis dans les dispositions relatives à l’intégrité
aideront le Canada à confirmer que les attestations sont véridiques.
5.1.2
Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Attestation
En présentant une soumission, le soumissionnaire atteste que lui et tout membre de la coentreprise, si le
soumissionnaire est une coentreprise, ne sont pas nommés dans la Liste d’admissibilité limitée à
soumissionner au Programme de contrats
fédéraux (http://www.travail.gc.ca/fra/normes_equite/eq/emp/pcf/liste/inelig.shtml) disponible sur le site
Web d’Emploi et Développement social Canada (EDSC) – Travail.
Le Canada aura le droit de déclarer une soumission non recevable si le nom du soumissionnaire, ou celui
de tout membre de la coentreprise si le soumissionnaire est une coentreprise, figure dans la « Liste
d’admissibilité limitée à soumissionner au PCF » au moment de l’attribution du contrat.
Le Canada aura aussi le droit de résilier le contrat pour manquement si le nom de l’entrepreneur, ou celui
de tout membre de l’entrepreneur si ce dernier est une coentreprise, figure dans la « Liste d’admissibilité
limitée à soumissionner au PCF » pendant la période du contrat.
L´entrepreneur doit fournir à l´autorité contractante l’annexe C avant l’attribution du contrat. Si le
soumissionnaire est une coentreprise, il doit fournir à l’autorité contractante l’annexe intitulée
« Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Attestation » remplie pour chaque
membre de la coentreprise.
5.1.3
Études et expérience
Le soumissionnaire atteste qu'il a vérifié tous les renseignements fournis dans les curriculum vitæ et les
documents à l'appui présentés avec sa soumission, plus particulièrement les renseignements relatifs aux
études, aux réalisations, à l'expérience et aux antécédents professionnels, et que ceux-ci sont exacts. En
outre, le soumissionnaire garantit que chaque personne qu’il a proposée est en mesure d’exécuter les
travaux prévus dans le contrat subséquent.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 14 of - de 102
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
5.1.4 Statut et disponibilité du personnel
Le soumissionnaire atteste que, s'il obtient le contrat découlant de la demande de soumissions, chaque
individu proposé dans sa soumission sera disponible pour exécuter les travaux, tel qu'exigé par les
représentants du Canada, au moment indiqué dans la demande de soumissions ou convenue avec ce
dernier. Si pour des raisons hors de son contrôle, le soumissionnaire est incapable de fournir les services
d'un individu identifié dans sa soumission, le soumissionnaire peut proposer un remplaçant ayant des
compétences et une expérience similaires. Le soumissionnaire doit aviser l'autorité contractante de la
raison pour le remplacement et fournir le nom, les qualifications et l'expérience du remplaçant proposé.
Aux fins de cette clause, seules les raisons suivantes seront considérées comme étant hors du contrôle
du soumissionnaire : la mort, la maladie, le congé de maternité et parental, la retraite, la démission, le
congédiement justifié ou la résiliation par manquement d'une entente.
Si le soumissionnaire a proposé un individu qui n'est pas un employé du soumissionnaire, le
soumissionnaire atteste qu'il a la permission de l'individu d'offrir ses services pour l'exécution des travaux
et de soumettre son curriculum vitæ au Canada. Le soumissionnaire doit, à la demande de l'autorité
contractante, fournir une confirmation écrite, signée par l'individu, de la permission donnée au
soumissionnaire ainsi que de sa disponibilité. Le défaut de répondre à la demande pourrait avoir pour
conséquence que la soumission soit déclarée non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 15 of - de 102
PARTIE 6 – EXIGENCES FINANCIÈRES ET AUTRES EXIGENCES
6.1
Capacité financière
6.1.1
Exigences en matière de capacité financière
Le soumissionnaire doit avoir la capacité financière nécessaire pour répondre à ce besoin. Afin d'évaluer
la capacité financière du soumissionnaire, l'autorité contractante pourrait, dans un avis écrit à l'intention
du soumissionnaire, exiger que ce dernier fournisse une partie ou la totalité des renseignements
financiers dont il est question ci-dessous durant l'évaluation des soumissions. Le soumissionnaire doit
fournir à l'autorité contractante les renseignements suivants dans un délai de quinze (15) jours ouvrables
suivant la réception d'une demande de l'autorité contractante ou dans un délai précisé par l'autorité
contractante dans l'avis.
a. Les états financiers vérifiés ou, si ces derniers ne sont pas disponibles, les états financiers
non vérifiés (préparés par la firme de comptabilité externe du soumissionnaire, s'il y a lieu, ou
encore préparés à l'interne si aucun état financier n'a été préparé par un tiers) pour les trois
derniers exercices financiers du soumissionnaire ou, si l'entreprise est en exploitation depuis
moins de trois ans, pour toute la période en question (incluant au minimum le bilan, les états
des bénéfices non répartis, l'état des résultats et les notes afférentes aux états financiers).
b. Si les états financiers mentionnés au paragraphe a) datent de plus de cinq (5) mois
précédant la date à laquelle l’autorité contractante demande l’information, le soumissionnaire
doit également fournir, à moins que ce ne soit interdit par une loi dans le cas des sociétés
ouvertes au public, les derniers états financiers trimestriels (comprenant un bilan et un état
des résultats depuis le début de l’exercice), datant de deux (2) mois précédant la date à
laquelle l’autorité contractante demande cette information.
c.
Si le soumissionnaire n’exerce pas ses activités depuis au moins un exercice complet, il doit
fournir les renseignements suivants :
i. le bilan d'ouverture en date de début des activités (dans le cas d'une corporation, un
bilan à la date de la constitution de la société);
ii. les derniers états financiers trimestriels (comprenant un bilan et un état des résultats
depuis le début de l'exercice) datant de deux mois précédant la date à laquelle
l'autorité contractante demande cette information.
d. Une déclaration du directeur financier ou d’un signataire autorisé du soumissionnaire attestant
que les renseignements financiers fournis sont exacts et complets.
e. Une lettre de confirmation émise par toutes les institutions financières ayant offert du
financement à court terme au soumissionnaire. Cette lettre doit faire état du montant total des
marges de crédit accordées au soumissionnaire ainsi que du crédit toujours disponible, et non
utilisé, un mois précédant la date à laquelle l’autorité contractante demande cette information.
f. Un état mensuel détaillé des flux de trésorerie portant sur toutes les activités du
soumissionnaire (y compris le besoin) pour les deux premières années du besoin visé par la
demande de soumissions, à moins que ce ne soit interdit par une loi. Cet état doit contenir des
détails sur les principales sources de financement du soumissionnaire et sur le montant de ce
financement, ainsi que sur les principaux décaissements réalisés chaque mois, dans le cadre
de toutes les activités du soumissionnaire. Toutes les hypothèses devraient y être expliquées,
ainsi que toute information sur le mode de financement des déficits.
g. Un état mensuel détaillé des mouvements de trésorerie du projet couvrant les deux premières
années du besoin visé par la demande de soumissions, à moins que la législation ne
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 16 of - de 102
l’interdise. Cet état doit contenir des détails sur les principales sources de financement et sur
le montant de ce financement du soumissionnaire, ainsi que sur les principaux décaissements
réalisés chaque mois dans le cadre du besoin. Toutes les hypothèses devraient y être
expliquées, ainsi que toute information sur le mode de financement des déficits.
6.1.2 Si le soumissionnaire est une coentreprise, les renseignements financiers exigés par l'autorité
contractante doivent être fournis par chaque membre de la coentreprise.
6.1.3 Si le soumissionnaire est une filiale d’une autre entreprise, les renseignements financiers
mentionnés aux paragraphes 1. a) à f) ci-dessus, exigés par l’autorité contractante doivent être fournis
par la société mère. Toutefois, la fourniture des renseignements financiers de la société mère ne répond
pas à elle seule à l’exigence selon laquelle le soumissionnaire doit fournir ses renseignements financiers,
et la capacité financière de la société mère ne peut pas remplacer la capacité financière du
soumissionnaire, à moins qu’un consentement de la société mère à signer une garantie de la société
mère, rédigée par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC), ne soit fourni avec
les renseignements exigés.
6.1.4 Renseignements financiers déjà fournis à TPSGC
Le soumissionnaire n’est pas tenu de soumettre de nouveau des renseignements financiers demandés
par l’autorité contractante qui sont déjà détenus en dossier à TPSGC par la Direction des services des
politiques, de la vérification et de l’analyse des coûts du Secteur de la politique, du risque, de l’intégrité et
de la gestion stratégique, à condition que dans le délai susmentionné :
a. le soumissionnaire indique par écrit à l’autorité contractante les renseignements précis qui
sont en dossier et le besoin à l’égard duquel ces renseignements ont été fournis;
b. le soumissionnaire autorise l'utilisation de ces renseignements pour ce besoin.
Il incombe au soumissionnaire de confirmer auprès de l'autorité contractante que ces
renseignements sont encore détenus par TPSGC.
6.1.5 Autres renseignements
Le Canada se réserve le droit de demander au soumissionnaire tous les autres renseignements dont le
Canada a besoin pour effectuer une évaluation complète de la capacité financière du soumissionnaire.
6.1.6 Confidentialité
Si le soumissionnaire fournit au Canada, à titre confidentiel, les renseignements exigés ci-dessus et
l'informe de la confidentialité des documents divulgués, le Canada doit traiter ces documents de façon
confidentielle, suivant les dispositions de la Loi sur l'accès à l'information, L.R., 1985, ch. A-1,
alinéas 20(1) b) et c).
6.1.7 Sécurité
Pour déterminer si le soumissionnaire a la capacité financière requise pour répondre au besoin, le
Canada pourrait prendre en considération toute garantie que le soumissionnaire pourrait lui offrir, aux
frais du soumissionnaire (par exemple, une lettre de crédit irrévocable provenant d'une institution
financière enregistrée et émise au nom du Canada, une garantie d'exécution provenant d'une tierce
partie, ou toute autre forme de garantie exigée par le Canada).
6.2
Garantie financière du contrat
6.2.1
À l’annexe D, Fiche de présentation de la soumission financière, le soumissionnaire doit indiquer
ce qui suit :
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 17 of - de 102
a) le type de garantie financière du contrat qu’il a l’intention de fournir si le contrat lui est
attribué;
b) le coût, pour lui, de la garantie financière du contrat.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.2.2
Si cette soumission est acceptée, le soumissionnaire devra fournir la garantie financière
conformément à l’alinéa 7.12 dans les cinq (5) jours ouvrables suivant la date d’attribution du
contrat.
6.2.3
Si, pour une raison quelconque, le Canada ne reçoit pas la garantie financière précitée dans les
délais indiqués, il pourra accepter une autre offre, lancer une nouvelle invitation à soumissionner,
négocier un contrat ou n’accepter aucune offre, comme il le jugera approprié.
6.3
Frais de transfert du navire
Les frais de transfert du navire s’appliqueront au prix d’évaluation pour cette demande de soumissions.
1.
Le prix d’évaluation doit inclure les frais de transfert du navire du port d’attache jusqu’au chantier
naval ou à l’installation de radoub où les travaux seront exécutés, et de son retour au port
d’attache une fois les travaux terminés, conformément à ce qui suit :
a)
Le soumissionnaire doit fournir l'emplacement du chantier naval ou de l'installation de radoub où
il propose d'exécuter les travaux ainsi que les frais applicables de transfert du navire, à partir de
la liste fournie au paragraphe 2, et ces renseignements doivent être saisis dans le tableau H1 D).
b)
Si l'emplacement du chantier naval ou de l'installation de radoub où le soumissionnaire a
l'intention d'exécuter les travaux n'apparaît pas sur la liste fournie au paragraphe 2 de cette
clause, le soumissionnaire doit, au moins dix (10) jours civils avant la date de clôture des
soumissions, aviser par écrit l'autorité contractante de l'emplacement proposé pour l'exécution
des travaux. L'autorité contractante confirmera par écrit au soumissionnaire, au moins
cinq (5) jours civils avant la date de clôture des soumissions, l'emplacement du chantier naval
ou de l'installation de radoub et les frais applicables de transfert du navire.
Toute soumission précisant un emplacement pour l’exécution des travaux qui ne figure pas sur la liste au
paragraphe 2 de cette clause et pour laquelle un avis écrit n’a pas été reçu par l’autorité contractante
comme cela est indiqué ci-dessus, sera déclarée non recevable.
2.
Liste des chantiers navals ou des installations de radoub ainsi que des frais applicables de
transfert du navire :
Navire :
NGCC Henry Larsen
Port d’attache : St. John’s (T.-N.-L.)
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 18 of - de 102
Dans le cas des navires transférés avec un équipage du gouvernement, les frais de transfert incluent le
coût du carburant à la vitesse de transit du navire le plus économique et le coût des travaux de radoub
sans équipage seulement, ainsi que les frais de transport de l’équipage responsable de la livraison,
basés sur le port d’attache du navire et du chantier naval ou de l’installation de radoub. Les frais de
transport de l’équipage n’incluent pas les frais pour les membres de l’équipage de livraison qui
demeurent au chantier naval ou à l’installation de radoub afin d’exécuter les tâches du projet liées au
transfert du navire.
Dans le cas des navires transférés sans équipage par remorquage commercial, par chemin de fer, par
route ou tout autre moyen de transport convenable, les frais de transfert doivent :
i)
faire partie de la soumission financière du soumissionnaire lorsque celui-ci est responsable du
transfert;
ii)
être identifiés en tant que frais applicables de transfert du navire, selon la liste ci-dessous, lorsque
le Canada est responsable du transfert.
Chantier naval/installation de radoub
Entreprise
Verreault Navigation
Frais applicables de transfert du
navire
Ville
Les Méchins, Québec
Davie
Lévis, Québec
New Dock St John’s
Dockyard Limited
Irving Shipbuilding Inc.,
St. John's, TerreNeuve-et-Labrador
Halifax, NouvelleÉcosse
Pictou, NouvelleÉcosse
Hamilton, Ontario
Pictou Shipyard
Heddle Marine Service Inc.
Frais de transfert
Emplacement proposé pour la mise en cale sèche : ________________________________
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.4
Installation de carénage
Avant l´attribution du contrat, le soumissionnaire retenu pourra être appelé à démontrer à la satisfaction
du Canada que la capacité certifiée de son installation de carénage, incluant tout moyen utilisé pour
retirer le navire de l´eau, est appropriée au chargement prévu conformément aux plans connexes de
carénage et autres documents. Le soumissionnaire retenu sera avisé par écrit et disposera d´une période
raisonnable pour fournir des dessins détaillés de distribution de la charge et de la stabilité des blocs, ainsi
que les calculs nécessaires pour démontrer le caractère adéquat des installations de carénage
proposées.
À la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit fournir une attestation courante et valide de la
capacité et de l´état des installations de carénage devant être utilisées pour les travaux. Cette attestation
doit être fournie par un expert-conseil reconnu ou une société de classification reconnue et avoir été
émise au cours des deux dernières années.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 19 of - de 102
Bien que la capacité totale d'une installation de carénage puisse être supérieure au navire à radouber, la
distribution de poids du navire peut excéder la charge maximale de blocs individuels. Aussi, bien que les
dimensions physiques d'une installation de carénage puissent paraître acceptables pour le radoub d'un
navire précis, d'autres facteurs limitatifs comme l'espacement des rails d'un slip de carénage, les piliers
de béton des butées d'une cale sèche voisine peuvent empêcher de considérer une installation comme
site de cale sèche et rendre la soumission non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.5 Indemnisation des accidents de travail – Lettre d’attestation de régularité
Le soumissionnaire doit avoir un compte en règle auprès de la Commission des accidents du travail de la
province ou du territoire concerné.
Le soumissionnaire doit fournir une lettre ou un certificat délivré par la Commission des accidents du
travail attestant que son compte est en règle. Le défaut de répondre à la demande pourrait avoir pour
conséquence que la soumission soit déclarée non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.6
Convention collective valide
Si le soumissionnaire est lié par une convention collective ou par un autre instrument adéquat à ses
travailleurs syndiqués, la convention collective ou l'instrument doit être valide pour la durée de la période
proposée de tout contrat subséquent. La preuve documentaire de la convention collective ou de
l'instrument doit être fournie au plus tard à la clôture des soumissions. Si ces renseignements ne sont pas
fournis, la soumission sera jugée comme étant non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.7
Calendrier de travail préliminaire
6.7.1 Au moment de la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit présenter au Canada
une (1) copie d’un calendrier de travail préliminaire sous forme de diagramme de Gantt. Ce calendrier
doit mettre en évidence les dates cibles pour les étapes énumérées en 6.7.2 ci-dessous et les éléments
de travail dont les prix sont indiqués à l’annexe H. En ce qui concerne le calendrier, l’entrepreneur
assurera la mise en cale sèche du navire le 2 juillet 2015.
6.7.2 Le calendrier de l'entrepreneur doit comprendre les dates cibles de chacune des étapes
importantes suivantes :
a. le début des travaux tel qu’indiqué à l’article 7.3.1;
b. la période en cale sèche;
c. tous les éléments de travail dont les prix sont indiqués à l’annexe H Appendice 2;
d. le calendrier du représentant détaché pour les éléments de travail faisant l’objet d’un prix;
e. l’achèvement des travaux tel qu’indiqué à l’article 7.3.1;
f. la période des essais à quai et en mer;
g. la reprise de garde du navire par le Canada.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.8
Mesures de sécurité pour l´approvisionnement et le débarquement du carburant
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 20 of - de 102
L´approvisionnement en carburant et le débarquement du carburant des navires du gouvernement
canadien devront être effectués sous la supervision d´un superviseur responsable possédant la formation
et l’expérience nécessaires à de telles opérations.
À la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit fournir au Canada le détail de ses mesures de
sécurité pour l´approvisionnement en carburant et le débarquement du carburant, ainsi que le nom et les
compétences de la personne chargée de cette activité. Si ces renseignements ne sont pas fournis, la
soumission sera jugée comme étant non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.9 ISO 9001:2008 – Systèmes de management de la qualité
Le soumissionnaire doit avoir en place un système de gestion de la qualité inscrit à ISO 9001:2008 ou un
système de gestion de la qualité modélisé sur ISO 9001-2008, et il doit fournir à la clôture des
soumissions :
- ses certifications ISO 9001-2008 valides, s’il est inscrit;
- un exemple de plan de contrôle de la qualité conformément à la clause 6.17.
Les documents et les procédures des soumissionnaires pourront faire l’objet d’une évaluation du système
de qualité de la part du responsable technique durant la période d’évaluation des soumissions.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.10 Santé et sécurité
Le soumissionnaire doit certifier dans sa soumission qu’il a un système de santé et sécurité documenté
qui est entièrement conforme à tous les règlements fédéraux, provinciaux et municipaux en vigueur. Si
ces renseignements ne sont pas fournis, la soumission sera jugée comme étant non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les exigences relatives aux livrables.
6.11 Procédures de protection incendie, de lutte contre les incendies et de formation
Le soumissionnaire doit fournir avec sa soumission une preuve objective qu’il a des procédures de
protection incendie, de lutte contre les incendies et de formation documentées qui sont conformes aux
règlements en vigueur et aux exigences relatives aux assurances. Une fois que ces procédures auront
été acceptées par le Canada, elles feront partie intégrante du contrat. Se reporter à la clause 7.25. Si ces
renseignements ne sont pas fournis, la soumission sera jugée comme étant non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les exigences relatives aux livrables.
6.12
Déchets dangereux
1. L'entrepreneur reconnaît que le Canada a fourni suffisamment de renseignements concernant
l'emplacement et la quantité approximative de déchets dangereux tels que l'amiante, le plomb, les BPC,
la silice ou d'autres produits dangereux ou substances toxiques.
2. Le prix comprend tous les coûts associés à l'enlèvement, à la manutention, à l'entreposage, à
l'élimination et/ou au travail effectué à proximité de produits dangereux tels que l'amiante, le plomb, les
BPC, la silice et les autres produits dangereux ou substances toxiques se trouvant à bord du navire. Le
prix comprend aussi les coûts liés à l'obligation de se conformer aux lois et aux règlements qui
s'appliquent à l'enlèvement, à la manutention, à l'élimination ou à l'entreposage de déchets dangereux ou
de substances toxiques.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 21 of - de 102
3. La date d'achèvement des travaux tient compte du fait que l'enlèvement, la manutention,
l'entreposage, l'élimination et/ou le travail à proximité de produits dangereux tels que l'amiante, le plomb,
les BPC, la silice et les autres produits dangereux ou substances toxiques pourraient être visés par la
nécessité de se conformer aux lois ou aux règlements applicables et que cela ne constituera pas un
retard excusable.
6.13
Exigences en matière d’assurance
Le soumissionnaire doit fournir dans sa soumission une lettre d'un courtier ou d'une compagnie
d'assurances autorisé à faire des affaires au Canada stipulant que le soumissionnaire, s'il obtient un
contrat à la suite de la demande de soumissions, peut être assuré conformément aux exigences en
matière d'assurance décrites à l'annexe D. Si ces renseignements ne sont pas fournis, la soumission
sera jugée comme étant non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.14
Certification relative au soudage
1.
Le soudage doit être effectué par un soudeur approuvé par le Bureau canadien du soudage selon
les exigences des normes suivantes de l´Association canadienne de normalisation (CSA) :
a)
CSA W47.1-03, Certification des compagnies de soudage par fusion de l'acier (division 2.1 au
minimum);
b)
CSA W47.2-M1987 (R2003), Certification des compagnies de soudage par fusion de
l'aluminium (division 2.1 au minimum).
Le soumissionnaire doit fournir, avec sa soumission, une preuve de certification selon laquelle il respecte
les exigences de la norme CSA W47.1-03, Certification des compagnies de soudage par fusion de
l'acier (division 2.1 au minimum).
La certification doit demeurer valide durant la période du contrat. Si la preuve de certification par rapport
à la norme CSA W47.1-03, Certification des compagnies de soudage par fusion de l'acier (division 2.1 au
minimum) n’est pas fournie, la soumission sera jugée non recevable.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.15
Services de gestion de projet
Le soumissionnaire doit fournir une équipe de gestion de projet qui a de l’expérience et est en mesure de
bien gérer le contrat de radoub de navire défini aux présentes. Le personnel de gestion du projet, les
services et les produits livrables doivent respecter les exigences décrites dans le contrat.
1. But
a) Les titres de postes utilisés dans la présente annexe visent uniquement à fournir des éclaircissements
pour ce document. L’entrepreneur est libre de choisir des titres de postes qui conviennent à son
organisation.
b) L’entrepreneur, par l’entremise de son équipe de gestion de projet, doit assumer les fonctions et fournir
les produits livrables requis dans le cadre du contrat et des spécifications.
2. Gestionnaire de projet
a) L'entrepreneur doit fournir un gestionnaire de projet expérimenté.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 22 of - de 102
b) Le gestionnaire de projet doit posséder au moins deux années d’expérience acquise au cours des
cinq dernières années dans la gestion d’un projet maritime.
3. Équipe de gestion de projet
En plus du gestionnaire de projet, l’entrepreneur doit affecter et déployer du personnel convenant à son
organisation, pourvu que le curriculum collectif de l’équipe de gestion de projet permette de garantir le
contrôle efficace des éléments du projet, notamment :
i.
ii.
iii.
iv.
v.
vii
l’ingénierie;
la fabrication;
l’assurance de la qualité;
la planification et l’établissement du calendrier;
les tests et les essais;
l’achat.
4. Éléments livrables de l’invitation
Noms, résumés de CV et liste des tâches de chaque membre de l’équipe pour s’assurer que tous les
éléments de projet énumérés aux articles 2 et 3i à 3vi inclusivement ont été respectés.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.16
Liste des sous traitants proposés
Lorsque la soumission comprend le recours à des sous-traitants, le soumissionnaire doit fournir une liste
de tous les sous-traitants, y compris une description des articles à acheter, une description des travaux à
exécuter avec les spécifications et l’emplacement où ces travaux seront exécutés. La liste ne devrait pas
comprendre l’achat d’articles et de logiciels du commerce, et des articles et du matériel standard
fabriqués habituellement par les fabricants dans le cours normal de leurs affaires ou la fourniture des
services connexes qui peuvent habituellement faire l’objet de sous-traitance dans le cadre de l’exécution
des travaux, p. ex. la sous-traitance évaluée à moins de 5 000 $ pour l’ensemble du projet.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.17
Plan de contrôle de la qualité
À la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit fournir au Canada un exemple de son plan de
contrôle de la qualité qu’il a appliqué dans le cadre de projets antérieurs de même nature.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.18
Plan d’inspection et d’essai
À la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit fournir au Canada un exemple d’un plan
d’inspection et d’essai complet, avec les exigences et les rapports d’inspection établis dans le cadre de
projets antérieurs de même nature.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
6.19
Protection de l’environnement
À la clôture des soumissions, le soumissionnaire doit fournir au Canada les détails de son plan
d’intervention en cas d’urgence environnementale, de ses procédures de gestion des déchets et/ou de la
formation environnementale officielle suivie par ses employés.
Consulter l’annexe J1 pour les livrables/attestations.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 23 of - de 102
PARTIE 7 – CLAUSES DU CONTRAT SUBSÉQUENT
Les clauses et conditions suivantes s'appliquent à tout contrat subséquent découlant de la demande de
soumissions et en font partie intégrante.
7.1
Besoin
L’entrepreneur doit :
a)
effectuer le carénage, l'entretien et le réaménagement du navire de la Garde côtière
canadienne (NGCC) Henry Larsen conformément aux spécifications techniques connexes
énoncées dans la section Besoin et jointes à l’annexe A.
b)
effectuer tous les travaux imprévus autorisés par l'autorité contractante.
7.2
Définitions
Aux fins du présent contrat, à moins que le contexte n'exige une interprétation différente :
« NGCC » désigne navire de la Garde côtière canadienne.
« Modification de la conception » désigne toute modification apportée aux dessins, aux spécifications ou
aux énoncées des exigences approuvés. Les travaux nécessaires afin d’éliminer les obstructions ou de
corriger les erreurs commises par l’entrepreneur ne constituent pas une « modification de la conception »
au sens de la présente section.
« MPO » désigne le ministère des Pêches et des Océans.
Le dollar ($) constitue le pouvoir libératoire du Canada.
La « bonne qualité marine » signifie qu’il s’agit de matériaux ne devant pas être affectés par l’humidité,
les embruns (eau salée et atmosphère saline), les températures extrêmes ainsi que toute autre menace
du milieu marin, et devant y résister; ils doivent avoir été conçus et construits de manière à remplir les
fonctions voulues dans les conditions du milieu marin de l’océan Atlantique, ainsi qu’à résister aux
mouvements dynamiques et aux charges cycliques d’un milieu marin. Le matériel doit aussi avoir été
conçu et construit de manière à assurer la facilité et la sécurité des opérations dans des conditions
dynamiques; la durée de vie opérationnelle du matériel doit être égale ou supérieure à la dure de vie utile
à laquelle on peut raisonnablement s’attendre dans des conditions d’exploitation similaires et nécessiter
un entretien minime à la suite de son exploitation dans de telles conditions en milieu marin.
« Jalon » désigne un événement dont l’achèvement suppose une réalisation importante et mesurable
dans le cadre de l’exécution des travaux.
« FEO » désigne le fabricant d’équipement d’origine.
« Propriétaire » désigne Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministère des
Pêches et des Océans.
« Représentant du propriétaire » désigne le chef mécanicien du Henry Larsen ou son remplaçant.
« TPSGC » désigne Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
« Jour ouvrable » désigne un jour autre que le samedi, le dimanche ou un jour férié dans les provinces de
Terre-Neuve-et-Labrador, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et du Québec, ou dans la fonction publique
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 24 of - de 102
du Canada; toute référence dans les présentes à un jour ou à des jours désigne des jours civils, sauf s’il
est expressément indiqué qu’il s’agit de « jours ouvrables ».
Les termes en lettres majuscules qui ne sont pas définis dans les articles de la convention portant les
numéros 1 à 49 inclusivement, mais qui sont définis dans les conditions générales et supplémentaires
dont il est question à la section 7.3 auront le sens qui leur est donné dans ces annexes.
7.3
Clauses et conditions uniformisées
Toutes les clauses et conditions identifiées dans le contrat par un numéro, une date et un titre sont
reproduites dans le Guide des clauses et conditions uniformisées d'achat publié par Travaux publics et
Services gouvernementaux Canada (TPSGC). Le guide est disponible sur le site Web de TPSGC à
l’adresse suivante :
https://achatsetventes.gc.ca/politiques-et-lignes-directrices/guide-des-clauses-et-conditionsuniformisees-d-achat.
7.3.1
Conditions générales
Le document 2030 (2014-09-25), Conditions générales – besoins plus complexes de biens,
s'applique au contrat et en fait partie intégrante.
Le document 2030 (2014-09-25), Conditions générales – besoins plus complexes de biens, est
par la présente modifié comme suit :
Section 22 Garantie
1.
Si le Canada en fait la demande, l'entrepreneur doit remplacer ou réparer à ses propres frais tous
travaux achevés (à l'exclusion des fournitures de l'État incorporées aux travaux) qui sont devenus
défectueux ou ne répondent pas aux exigences du contrat suite à quelque défaut ou inefficacité
dans la fabrication, les matériaux ou l'exécution du travail.
2.
Malgré l'acceptation des travaux achevés et sans restreindre la portée d'aucune autre clause du
contrat ni de quelque condition, garantie ou disposition imposée en vertu de la loi, l'entrepreneur
garantit que les travaux suivants seront exempts de tout défaut et seront conformes aux
exigences du contrat :
a) La peinture de la partie immergée de la coque durant une période de 365 jours à compter de
la date de sortie du bassin, sauf que l'entrepreneur ne sera tenu de réparer et/ou de
remplacer les éléments en question que selon une valeur déterminée comme suit :
Le coût initial pour le Canada des travaux de peinture immergée, divisé par 365 jours et
multiplié par le nombre de jours restants dans la période de garantie. La somme établie par
ce calcul représentera le « crédit en dollars » dû au Canada par l'entrepreneur.
b) Tous les autres travaux de peinture durant une période de 365 jours à compter de la date
d’acceptation des travaux;
c) tous les autres travaux durant une période de quatre-vingt-dix (90) jours à compter de la date
d'acceptation des travaux, sauf que :
i)
la garantie portant sur les travaux liés à un système ou à de l'équipement qui n'est pas
immédiatement mis en place ou en service continu sera d'une durée de quatre-vingtdix (90) jours à compter de la date d'acceptation du navire;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 25 of - de 102
ii)
la garantie portant sur tous les défauts, les écarts et les travaux en suspens énumérés dans
le document d'acceptation à la livraison sera d'une durée de quatre-vingt-dix (90) jours à
partir de la date d'acceptation subséquente de chaque article.
3.
L’entrepreneur accepte de céder au Canada, et d’exercer au nom de celui-ci toutes les garanties
portant sur le matériel fourni ou détenu par l’entrepreneur dont la durée excède les périodes
précisées ci-dessus.
4.
Consulter l’annexe E et ses appendices pour les formulaires et les procédures de réclamation au
titre de la garantie.
Le document 1031-2 (2012-07-16), Principes des coûts contractuels, s’applique au contrat
et en fait partie intégrante.
7.3.2
Conditions générales supplémentaires
1029 (2010-08-16) Réparation de navires
4001 (2013-01-28) Achat, location et maintenance de matériel
4003 (2010-08-16) Logiciels sous licence
7.4
Durée du contrat
7.4.1
Période des travaux – Maritime
1.
Les travaux doivent débuter et prendre fin aux dates suivantes :
Début : le 2 juillet 2015
Fin : le 20 mai 2016
2.
L’entrepreneur convient que le temps indiqué ci-dessus (période des travaux) est suffisant pour
l’exécution des travaux mentionnés et pour absorber une quantité raisonnable de travaux
imprévus. L’entrepreneur atteste qu’il a suffisamment de matériaux et de ressources humaines
attribuées ou disponibles pour exécuter les travaux en question et une quantité raisonnable de
travaux imprévus durant la période des travaux.
Le Canada a le droit de reporter l’arrivée du navire aux installations de l’entrepreneur selon les
conditions suivantes :
a)
Le Canada donne un avis préalable de 30 jours civils pour un retard de tout au plus 15 jours.
L’entrepreneur ne peut réclamer aucun coût additionnel si le navire arrive à ses installations avec
un retard de tout au plus 15 jours civils suivant la date du début des travaux indiquée ci-dessus.
La date d’achèvement sera prolongée d’une période égale à la durée du retard.
b)
En cas de retard, le Canada ne donne pas d’avis préalable de 30 jours civils.
La date d’achèvement sera ajustée raisonnablement selon l’incidence du retard, et le Canada
versera seulement les frais de service quotidiens indiqués dans la base de paiement pour la
période de retard.
7.4.2
Instructions supplémentaires relatives à la période des travaux
À compter de la date de début des travaux de radoub (2 juillet 2015) jusqu’au 20 mai 2016, le navire sera
sans équipage pendant la période des travaux et sera considéré comme étant hors service. Durant cette
période, la charge et la garde du navire seront assurées par l’entrepreneur et il en aura le contrôle.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 26 of - de 102
7.5
Responsables
7.5.1
Autorité contractante
L’autorité contractante pour le contrat est :
Mark Haydock
Secteur des projets de défense et des grands projets
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Place du Portage, Phase III, 6C2
11, rue Laurier
Gatineau (Québec) K1A 0S5
Téléphone : 819-956-0645
Télécopieur : 819-956-7725
Courriel : mark.haydock@tpgsc-pwgsc.gc.ca
L'autorité contractante est responsable de la gestion du contrat et toute modification doit être autorisée,
par écrit, par l'autorité contractante. L'entrepreneur ne doit pas effectuer de travaux dépassant la portée
du contrat ou des travaux qui n'y sont pas prévus suite à des demandes ou instructions verbales ou
écrites de toute personne autre que l'autorité contractante.
7.5.2
Responsable technique
Le responsable technique pour le contrat est :
D.P. Clarke
Directeur de la production
Génie maritime
Services techniques intégrés
Région de l’Atlantique
Ministère des Pêches et des Océans
Garde côtière canadienne
Téléphone : 709-772-4983
Télécopieur : 709-772-3652
Courriel : Dean.Clarke@dfo-mpo.gc.ca
Le responsable technique représente le ministère ou l'organisme pour lequel les travaux sont exécutés
en vertu du contrat. Il est responsable de toutes les questions liées au contenu technique des travaux
prévus dans le contrat. On peut discuter des questions techniques avec le responsable technique;
cependant, celui-ci ne peut pas autoriser les changements à apporter à l'énoncé des travaux. Ces
changements peuvent être effectués uniquement au moyen d'une modification au contrat émise par
l'autorité contractante.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 27 of - de 102
7.5.3
Responsable de l’inspection
Le responsable de l’inspection pour le contrat est la Garde côtière canadienne.
Le nom sera déterminé au moment de l’attribution du contrat.
Nom :
Téléphone :
Cellulaire :
Télécopieur :
Courriel :
__À déterminer____________
_________________________
_________________________
_________________________
_________________________
Le responsable de l’inspection représente le ministère ou l’organisme pour lequel les travaux sont
exécutés conformément au contrat et est responsable de l’inspection des travaux et de
l’acceptation des travaux achevés. Le responsable de l'inspection pourra être représenté sur
place par un inspecteur désigné et tout autre inspecteur du gouvernement du Canada désigné de
temps à autre pour soutenir l'inspecteur désigné.
7.6
Paiement
7.6.1
Base de paiement – Prix ferme
À condition de remplir de façon satisfaisante toutes ses obligations dans le cadre du contrat,
l'entrepreneur sera payé le prix ferme indiqué à l’annexe B – Base de paiement, pour les travaux prévus.
Les taxes applicables sont en sus, s’il y a lieu. Le paiement pour les travaux imprévus sera effectué
conformément à l’annexe B.
Aucune augmentation de la responsabilité totale du Canada ou du prix des travaux découlant de tout
changement de conception, de toute modification ou de toute interprétation des spécifications ne sera
autorisée ou payée à l'entrepreneur, à moins que ces changements de conception, modifications ou
interprétations n'aient été approuvés, par écrit, par l'autorité contractante avant d'être intégrés aux
travaux.
7.6.2
Modalités de paiement – Paiements progressifs
1.
Le Canada effectuera les paiements progressifs conformément aux dispositions de paiement du
contrat, à raison de une fois par mois tout au plus, pour les frais engagés dans l'exécution des
travaux, jusqu’à concurrence de 90 p. 100 du montant réclamé et approuvé par le Canada si :
a)
une demande de paiement exacte et complète en utilisant le formulaire PWGSC-TPSGC 1111,
Demande de paiement progressif (http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/appacq/forms/documents/1111.pdf), et tout autre document exigé par le contrat ont été présentés
conformément aux instructions relatives à la facturation fournies dans le contrat;
b)
le montant réclamé est conforme à la base de paiement;
c)
la somme de tous les paiements progressifs effectués par le Canada ne dépasse pas 90 p.
100 de la totalité du montant à verser en vertu du contrat;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 28 of - de 102
d)
toutes les attestations demandées sur le formulaire PWGSC-TPSGC 1111 ont été signées par
les représentants autorisés respectifs.
2.
Le solde du montant dû sera payé conformément aux dispositions de paiement du contrat
lorsque tous les travaux exigés au contrat auront été complétés et livrés si les travaux ont été
acceptés par le Canada et une demande finale pour le paiement est présentée.
3.
Les paiements progressifs ne sont que des paiements provisoires. Le Canada peut procéder à
une vérification gouvernementale et à des vérifications provisoires du temps et des coûts et
apporter, s'il y a lieu, des correctifs au contrat pendant l'exécution des travaux. Tout paiement en
trop qui résulte du versement des paiements progressifs ou d'une autre cause doit être
remboursé rapidement au Canada.
7.6.3
Droit de rétention – Article 427 de la Loi sur les banques
1.
Si un droit de rétention quelconque, en vertu de l'article 427 de la Loi sur les banques, L.C. 1991,
ch. 46, existe relativement à des matériaux, pièces, travaux en cours ou travaux complétés pour
lesquels l'entrepreneur a l'intention de réclamer des paiements, l’entrepreneur s’engage à en
informer l’autorité contractante immédiatement et s’engage, sauf instructions contraires de
l’autorité contractante, soit :
a. à faire lever ce droit par la banque et à fournir à l'autorité contractante une confirmation écrite
de la banque à ce sujet;
b. à fournir à l'autorité contractante un engagement de la banque par lequel la banque ne fera
aucune réclamation, en vertu de l'article 427 de la Loi sur les banques, sur les matériaux,
pièces, travaux en cours ou travaux complétés pour lesquels des paiements à l’entrepreneur
sont faits dans le cadre du contrat.
2.
Le défaut d'informer l'autorité contractante d’un tel droit de rétention ou de se conformer au
paragraphe 1a. ou b. ci-dessus constituera un manquement selon l’article sur le manquement
des Conditions générales et permettra au Canada de résilier le contrat.
7.6.4
Limite de prix
Le Canada ne paiera pas l'entrepreneur pour tout changement à la conception, toute modification ou
interprétation des travaux, à moins que ces changements à la conception, ces modifications ou ces
interprétations n'aient été approuvés par écrit par l'autorité contractante avant d'être intégrés aux travaux.
7.6.5
Contrôle du temps
Le Canada pourra vérifier le temps imputé et l’exactitude du système d’enregistrement du temps de
l’entrepreneur, avant ou après le versement du paiement à ce dernier. Dans le cas où l’on effectue la
vérification après le paiement, l’entrepreneur s’engage à rembourser le trop-payé, dès que le Canada lui
en fera la demande.
7.7
Instructions relatives à la facturation
L’entrepreneur doit présenter les factures conformément aux exigences énoncées à la disposition 13 des
Conditions générales – besoins plus complexes de biens, et aux articles 7.5 – Paiement, et 7.7 –
Instructions relatives à la facturation.
7.7.1
Factures
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 29 of - de 102
1.
Les factures doivent être envoyées à l’adresse suivante :
NGCC, STI, Génie maritime, PVU
200, rue Kent, pièce 7N-157
Ottawa, Canada
À l’attention de : Vicki Robson
et
La facture originale doit être acheminée aux fins de vérification à l’adresse suivante :
Secteur des projets de défense et des grands projets
Direction des systèmes maritimes
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Place du Portage, Phase III, 6C2
11, rue Laurier
Gatineau (Québec) K1A 0S5
À l’attention de : Mark Haydock
2.
Le Canada n’effectuera de paiement que sur présentation de factures satisfaisantes et dûment
appuyées sur les documents de sortie précisés ou tout autre document exigé en vertu du contrat.
3.
L'entrepreneur ne doit pas soumettre de facture avant l'achèvement et l'acceptation des travaux
ou l'expédition des biens auxquels elle se rapporte.
7.7.2
Instructions relatives à la facturation – Paiement progressif
1.
L'entrepreneur doit soumettre une réclamation de paiement en utilisant le formulaire PWGSCTPGSC 1111, Demande de paiement progressif (http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/appacq/forms/documents/1111.pdf).
Chaque demande doit comprendre :
a) toute l’information exigée sur le formulaire PWGSC-TPSGC 1111;
b) toute information pertinente détaillée à la section 13 des Conditions générales intitulée
« Présentation des factures ».
2.
Les taxes applicables doivent être calculées sur la somme totale de la réclamation avant
l’application de la retenue. Lorsque la retenue sera exigée, il n’y aura aucune taxe à payer étant
donné qu’elle était exigée et payable lors des précédentes demandes de paiement progressif.
3.
L’entrepreneur doit préparer et certifier un (1) original et deux (2) copies de la demande sur le
formulaire PWGSC-TPSGC 1111, et les envoyer à l’autorité contractante identifiée sous l’article
intitulé « Responsables » du contrat aux fins d’attestation après l’inspection et l’acceptation des
travaux.
L’autorité contractante fera ensuite parvenir l´original et les deux (2) copies de la demande à
l’autorité contractante pour attestation et présentation au Bureau du traitement des paiements
pour toutes autres attestations et opérations de paiement.
4.
L'entrepreneur ne doit pas soumettre de demandes avant que les travaux identifiés sur la
demande soient exécutés.
7.7.3
Retenue de garantie
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 30 of - de 102
Une retenue de garantie de 5 % du prix total du contrat, selon la dernière modification (taxes applicables
en sus) sera appliquée à la demande de paiement finale. Cette retenue sera payable par le Canada à
l’échéance de la période de garantie de 90 jours qui s’applique aux travaux. Les taxes applicables, selon
le cas, doit être calculée pour le montant total de la demande, avant l’application de la retenue de 5 %.
Au moment de la levée de la retenue, il n’y aura aucune taxe à payer, puisque les taxes applicables
étaient incluses dans les paiements précédents.
7.8
Attestations
7.8.1
Conformité
Le respect des attestations fournies par l'entrepreneur avec sa soumission est une condition du contrat et
pourra faire l'objet d'une vérification par le Canada pendant la durée du contrat. En cas de manquement à
toute déclaration de la part de l'entrepreneur ou si on constate que les attestations qu'il a fournies avec
sa soumission comprennent de fausses déclarations, faites sciemment ou non, le Canada aura le droit de
résilier le contrat pour manquement conformément aux dispositions du contrat en la matière.
7.9
Programme de contrats fédéraux pour l’équité en matière d’emploi – Manquement de la
part de l’entrepreneur
L'entrepreneur comprend et convient que l'entente de mise en œuvre de l'équité en matière d'emploi
conclue dans le cadre du Programme du travail d'Emploi et Développement social Canada (EDSC) doit
demeurer valide pendant toute la durée du contrat. Si cette entente devient invalide, le nom de
l’entrepreneur sera ajouté à la Liste d’admissibilité limitée à soumissionner au PCF. L'imposition d'une
telle sanction par EDSC fera en sorte que l’entrepreneur sera considéré non conforme aux modalités du
contrat.
7.10
Lois applicables
Le contrat doit être interprété et régi selon les lois en vigueur en ____ et les relations entre les parties
seront déterminées par ces lois.
7.11
Ordre de priorité des documents
En cas d'incompatibilité entre le libellé des textes énumérés dans la liste, c'est le libellé du document qui
apparaît en premier sur la liste qui l'emporte sur celui de tout autre document qui figure plus bas sur la
liste.
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
i)
j)
k)
l)
m)
n)
o)
p)
les articles de la convention;
les Conditions générales 2030, Conditions générales – besoins plus complexes de biens;
les Conditions générales supplémentaires 1029 (2010-08-16), Réparation des navires;
les Conditions générales 1031-2 (2008-05-12), Principes des coûts contractuels;
le document 4001 (2013-01-28), Achat, location et maintenance de matériel;
le document 4003 (2010-08-16), Logiciels sous licence;
l’annexe A, Énoncé des travaux;
l’annexe B, Base de paiement;
l’annexe C, Programme de contrats fédéraux pour l'équité en matière d'emploi – Attestation;
l'annexe D, Exigences en matière d'assurance;
l’annexe E, Garantie;
l’annexe F, Procédure de traitement des travaux imprévus;
l’annexe G, Contrôle de la qualité/inspection;
l’annexe H, Fiche de présentation de la soumission financière;
l’annexe I, Transfert du navire;
l’annexe J, Livrables et attestations;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 31 of - de 102
q)
r)
l’annexe K, Formulaire PWGSC-TPSGC 450 – Demande de rajustement du taux de change;
la soumission de l'entrepreneur en date du ____ (inscrire la date de la soumission), modifiée
le ____ (inscrire la ou les dates des modifications, s’il y a lieu).
7.12
Exigences en matière d’assurance
L'entrepreneur doit respecter les exigences en matière d'assurance prévues à l'annexe D. L'entrepreneur
doit maintenir la couverture d'assurance exigée pendant toute la durée du contrat. Le respect des
exigences en matière d'assurance ne dégage pas l'entrepreneur de sa responsabilité en vertu du contrat,
ni ne la diminue.
L'entrepreneur est responsable de décider si une assurance supplémentaire est nécessaire pour remplir
ses obligations en vertu du contrat et pour se conformer aux lois applicables. Toute assurance
supplémentaire souscrite est à la charge de l'entrepreneur ainsi que pour son bénéfice et sa protection.
L'entrepreneur doit faire parvenir à l'autorité contractante, dans les dix (10) jours ouvrables suivant la
date d'attribution du contrat, un certificat d'assurance montrant la couverture d'assurance et confirmant
que la police d'assurance conforme aux exigences est en vigueur. L'assurance doit être souscrite auprès
d'un assureur autorisé à faire affaire au Canada. L'entrepreneur doit, à la demande de l'autorité
contractante, transmettre au Canada une copie certifiée de toutes les polices d'assurance applicables.
7.13
Limite de la responsabilité de l’entrepreneur pour les dommages subis par le Canada
1. Cet article s’applique malgré toute autre disposition du contrat et remplace l’article des conditions
générales intitulé « Responsabilité ». Dans cet article, chaque fois qu'il est fait mention de dommages
causés par l'entrepreneur, cela renvoie également aux dommages causés par ses employés, ainsi que
par ses sous-traitants, ses mandataires, ses représentants, ou leurs employés.
2. Si la réclamation est fondée sur un contrat, un délit ou toute autre cause d'action, la responsabilité
de l'entrepreneur pour tous les dommages causés par l'exécution ou l'inexécution du contrat est limitée à
10 000 000 $ par incident ou occurrence, jusqu’à concurrence d’un montant annuel cumulatif de
20 000 000 $, pour les pertes ou dommages causés au cours d'une année donnée d’exécution du
contrat, chaque année commençant à la date d'entrée en vigueur du contrat ou à sa date d'anniversaire.
Cette limitation de la responsabilité de l’entrepreneur ne s’applique pas et n’inclut pas :
a) toute violation aux droits de propriété intellectuelle;
b) tout manquement aux obligations de garantie;
c) toute responsabilité du Canada à l’égard d’un tiers découlant d’un acte ou d’une omission de
l’entrepreneur durant l’exécution du contrat;
d) toute perte pour laquelle les polices d’assurance indiquées dans le contrat ou toute autre police
d’assurance de l’entrepreneur offriraient une couverture.
3. Chaque partie convient qu'elle est pleinement responsable des dommages qu'elle cause à un tiers
dans le cadre du contrat, que la réclamation soit déposée par le tiers auprès du Canada ou de
l'entrepreneur. Si le Canada doit, en raison d’une responsabilité conjointe et individuelle, payer un tiers
pour des dommages causés par l’entrepreneur, l’entrepreneur doit rembourser ce montant au Canada.
4.
Les parties conviennent que rien dans la présente ne vise à limiter les intérêts assurables de
l’entrepreneur ni à limiter les montants pouvant par ailleurs être recouvrés au titre d’une police
d’assurance. Les parties conviennent que, si la couverture que l’entrepreneur doit maintenir dans le cadre
du contrat ou toute autre couverture supplémentaire qu’il maintient, selon le montant le plus élevé, est
supérieure aux limitations de responsabilité indiquées au paragraphe 2), les présentes limitations sont
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 32 of - de 102
augmentées en conséquence, et que l’entrepreneur devra être responsable selon le montant le plus
élevé correspondant au maximum du produit de l’assurance récupéré.
5.
Si, à un moment ou à un autre, la responsabilité totale cumulative de l’entrepreneur pour toutes
les pertes ou dommages subis par le Canada en raison de l’exécution ou de la non-exécution du contrat,
à l’exception des responsabilités décrites aux alinéas 2 a), b), c) et d), dépasse 40 millions de dollars,
chaque partie peut résilier le contrat en donnant un avis écrit à l’autre partie, et aucune des parties
n’intentera une réclamation contre l’autre pour des dommages, des coûts, des profits escomptés ou toute
autre perte découlant de la résiliation. Toutefois, une telle résiliation ou l’échéance du contrat ne doit pas
diminuer ou annuler les responsabilités qui se sont accumulées à la date d’effet de la cessation du
contrat, mais ces responsabilités seront soumises aux limitations indiquées aux paragraphes 1) à 4) cidessus.
6.
Conformément au présent article, la date de résiliation sera la date indiquée par le Canada dans
son avis de résiliation, ou si c’est l’entrepreneur qui exerce le droit de résiliation, dans l’avis que le
Canada fera parvenir à l’entrepreneur en réponse à cet avis. La date de cessation devra être déterminée
à la discrétion du Canada, jusqu’à un maximum de 12 mois après l’avis original de résiliation donné par
l’une ou l’autre des parties, conformément au paragraphe 5 ci-dessus.
7.
Les autres recours du Canada ne seront nullement limités, y compris le droit du Canada de
résilier le contrat pour manquement de la part de l’entrepreneur à l’une de ses obligations en vertu du
présent contrat, à moins que l’entrepreneur ait atteint la limite de sa responsabilité.
7.14
Garantie financière
7.14.1 Durée de la garantie financière
Toute obligation, lettre de change, lettre de crédit ou autre garantie fournie par l’entrepreneur au Canada
en conformité avec les modalités du contrat ne doit pas prendre fin moins de 90 jours après la date
d’achèvement indiquée dans le contrat. L’autorité contractante peut, à son entière discrétion, exiger le
prolongement de la période de la garantie, à l’égard de laquelle l’entrepreneur pourra demander une
compensation financière.
L’autorité contractante peut, à son entière discrétion, retourner la garantie à l’entrepreneur avant son
échéance, pourvu qu’aucun risque n’en découle pour le Canada.
7.14.2 Garantie financière du contrat
1.
L´entrepreneur doit fournir l´une des garanties financières contractuelles suivantes dans les
cinq (5) jours ouvrables suivant la date d´attribution du contrat :
a) un cautionnement d’exécution (formulaire PWGSC-TPSGC 505) ainsi qu’un
cautionnement pour le paiement de la main-d’œuvre et des matériaux (formulaire PWGSCTPSGC 506), chacun représentant 20 p. 100 du prix du contrat;
OU
b) un dépôt de garantie tel qu´il est défini ci-dessous, représentant 10 p. 100 du prix du
contrat.
Tout cautionnement doit être accepté à titre de garantie par une des compagnies de
cautionnement énumérées à l’appendice L, Compagnies de cautionnement reconnues, de la Politique sur
les marchés du Conseil du Trésor (http://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=12027). Les formulaires
de cautionnements mentionnés en a) ci-haut sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.tpsgcpwgsc.gc.ca/app-acq/forms/formulaires-forms-fra.html.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 33 of - de 102
2.
Si, pour une raison quelconque, le Canada ne reçoit pas le dépôt de garantie selon le montant
établi ci-haut dans le délai prescrit, l'entrepreneur sera en défaut. Le Canada peut, à sa discrétion, résilier
le contrat pour manquement, conformément aux dispositions du contrat en la matière, accepter une autre
soumission ou émettre une nouvelle demande de soumissions.
3.
Les dépôts de garantie sous forme d´obligations garanties par le gouvernement qui comprennent
des coupons seront acceptés seulement si tous les coupons non échus, lorsque le dépôt est fourni, sont
attachés aux obligations. L'entrepreneur doit fournir des instructions écrites concernant le traitement des
coupons qui viendront à échéance pendant que les obligations sont retenues à titre de garantie, lorsque
ces coupons excèdent les exigences du dépôt de sécurité.
4.
Si le dépôt de garantie est sous forme d'une lettre de change, le Canada déposera la lettre de
change dans un compte ouvert au Fonds du revenu consolidé. Les lettres de change qui sont déposées
au Fonds du revenu consolidé produiront des intérêts simples, calculés selon les taux qui sont en vigueur
pendant la période où le dépôt de garantie est conservé.
Ces taux sont publiés chaque mois par le ministère des Finances et correspondent au rendement
moyen des bons du Trésor de quatre-vingt-dix (90) jours, moins 1/8 de 1 %. L’intérêt sera versé
annuellement ou au moment où le dépôt de garantie est retourné à l’entrepreneur, selon la première
occurrence. Toutefois, l’entrepreneur peut demander au Canada de conserver la lettre de change sans
l’encaisser; dans ce cas, aucun intérêt ne sera versé.
5.
Le Canada peut convertir le dépôt de garantie pour son usage si les circonstances lui permettent
de résilier le contrat pour manquement; cette action ne constitue toutefois pas la résiliation du contrat.
6.
Lorsque le Canada convertit le dépôt de garantie :
a) le Canada utilisera la somme pour achever les travaux selon les conditions du contrat, dans la
mesure du possible, et tout solde sera retourné à l'entrepreneur à la fin de la période de
garantie;
b) si le Canada conclut un contrat pour achever les travaux, l'entrepreneur :
i) sera considéré avoir irrévocablement abandonné les travaux;
ii) demeurera responsable des frais excédentaires pour l'achèvement des travaux si le
montant du dépôt de garantie n'est pas suffisant à cette fin. « Frais excédentaires »
désigne toute somme dépassant la partie du prix contractuel qui reste à payer en plus du
montant du dépôt de garantie.
7.
Si le Canada ne convertit pas le dépôt de garantie pour son usage avant la fin de la période du
contrat, le Canada retournera le dépôt de garantie à l'entrepreneur dans un délai raisonnable après cette
date.
8.
Si le Canada convertit le dépôt de garantie pour des raisons autres que la faillite, la garantie
financière doit être rétablie à la valeur du montant mentionné ci-haut pour que ce montant soit et continue
d'être disponible jusqu'à la fin de la période du contrat.
9.
Dans le présent article,
« dépôt de garantie » désigne
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 34 of - de 102
a) une lettre de change payable au Receveur général du Canada et certifiée par une institution
financière agréée ou tirée par une telle institution sur elle-même;
b) une obligation garantie par le gouvernement;
c) une lettre de crédit de soutien irrévocable;
d) toute autre garantie jugée acceptable par l'autorité contractante et approuvée par le Conseil
du Trésor.
« institution financière agréée » désigne :
a) toute société ou institution qui est membre de l'Association canadienne des paiements;
b) une société qui accepte des dépôts qui sont garantis par la Société d'assurance-dépôts du
Canada ou la Régie de l'assurance-dépôts du Québec jusqu'au maximum permis par la loi;
c) une caisse de crédit au sens du paragraphe 137(6) de la Loi de l'impôt sur le revenu;
d) une société qui accepte les dépôts du public, dans la mesure où le remboursement des
dépôts est garanti par une province canadienne ou un territoire.
e) la Société canadienne des postes.
« obligation garantie par le gouvernement » désigne une obligation du gouvernement du Canada ou une
obligation dont le principal et l'intérêt sont garantis inconditionnellement par le gouvernement du Canada
et qui est :
a)
payable au porteur;
b)
accompagnée d'un acte de transfert au Receveur général du Canada, dûment signée en
conformité avec le Règlement sur les obligations intérieures du Canada;
c)
enregistrée au nom du Receveur général du Canada.
« lettre de crédit de soutien irrévocable »
i)
ii)
désigne tout accord quel qu'en soit le nom ou la description, en fonction duquel une
institution financière (« l’émetteur ») agissant conformément aux instructions ou aux
demandes d'un client (le « demandeur »), ou en son nom,
i)
versera un paiement au Canada, en tant que bénéficiaire;
ii)
acceptera et paiera les lettres de change émises par le Canada;
iii)
autorise une autre institution financière à effectuer un tel paiement ou à accepter
et à payer de telles lettres de change;
iv)
autorise une autre institution financière à négocier, à la suite d'une demande
écrite de paiement, à condition que les modalités de la lettre de crédit soient
respectées.
doit préciser la somme nominale qui peut être retirée;
iii) doit préciser sa date d'échéance;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 35 of - de 102
iv) prévoir le paiement à vue au Receveur général du Canada à partir de la lettre de change de
l'institution financière sur présentation d'une demande écrite de paiement signée par le
représentant ministériel autorisé identifié dans la lettre de crédit par son bureau;
v) doit prévoir que plus d'une demande écrite de paiement puisse être présentée à condition
que la somme de ces demandes ne dépasse par la valeur nominale de la lettre de crédit;
vi) doit prévoir son assujettissement aux Règles et usances uniformes (RUU) relatives aux
crédits documentaires, révision de 2007, publication de la Chambre de commerce
internationale (CCI) no 600; conformément Règles et usages uniformes relatifs aux crédits
documentaires de la CCI, un crédit est irrévocable même s’il n’y a aucune indication à cet
égard;
vii) doit être émise (émetteur) ou confirmée (confirmateur), dans l'une ou l'autre des langues
officielles, par une institution financière qui est membre de l'Association canadienne des
paiements et qui est sur le papier en-tête de l'émetteur ou du confirmateur. La mise en page
est laissée à la discrétion de l'émetteur ou du confirmateur.
7.15
Ressortissants étrangers (entrepreneur canadien)
L'entrepreneur doit se conformer aux exigences canadiennes en matière d'immigration relatives aux
ressortissants étrangers qui doivent séjourner temporairement au Canada pour exécuter le contrat. Si
l'entrepreneur souhaite embaucher un ressortissant étranger pour travailler au Canada, pour exécuter le
contrat, il devrait communiquer immédiatement avec le bureau régional de Service Canada le plus près,
pour obtenir des renseignements sur les exigences de Citoyenneté et Immigration Canada en ce qui
concerne la délivrance d'un permis de travail temporaire à un ressortissant étranger. L’entrepreneur est
responsable de tous les frais découlant du non-respect des exigences en matière d’immigration.
7.16
Liste des contrats de sous-traitance et des sous-traitants
L’autorité contractante doit être avisée, par écrit, de tout changement apporté à la liste des sous-traitants,
avant qu’ils commencent à travailler.
Lorsqu’un entrepreneur sous-traite certains travaux, un exemplaire du bon de commande de soustraitance doit être remis à l’autorité contractante. En outre, l’entrepreneur doit surveiller les progrès des
travaux en sous-traitance et informer le responsable de l’inspection des étapes pertinentes des travaux
afin d’en permettre l’inspection lorsque ce dernier le juge nécessaire.
7.17
Calendrier des travaux et rapports
Au plus tard cinq (5) jours civils après l’attribution du contrat, le calendrier préliminaire des travaux
accompagnant la soumission doit être révisé, détaillé et soumis de nouveau en vue de la réunion suivant
l’attribution du contrat.
L’entrepreneur doit fournir un calendrier détaillé des travaux précisant les dates de début et
d’achèvement des travaux au cours de la période des travaux, y compris des dates cibles réalistes pour
les jalons importants.
Pendant la période des travaux, le calendrier sera réévalué sur une base continue par le responsable de
l’inspection et par l’entrepreneur, mis à jour au besoin et disponible dans le bureau de l’entrepreneur aux
fins d’examen par les représentants du Canada pour déterminer l’avancement des travaux.
7.18
Matériaux isolants – sans amiante
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 36 of - de 102
Tous les matériaux utilisés pour isoler ou isoler de nouveau certaines surfaces à bord du navire doivent
respecter les normes maritimes de Transports Canada concernant les travaux relatifs à la navigation
commerciale et doivent, pour tous les travaux, être exempts de toute forme d’amiante. L’entrepreneur
devra veiller à ce que toutes les machines et l’équipement situés dessous ou adjacents à des surfaces
devant être réisolées soient adéquatement couvertes et protégées avant d’enlever l’isolation existante.
7.19
Titre professionnel
L’entrepreneur doit faire appel à des gens de métier qualifiés, certifiés (le cas échéant) et compétents et
les superviser pour garantir un niveau élevé uniforme de qualité d’exécution. Le responsable technique
peut demander de consulter et d'inscrire les détails des attestations et/ou des compétences des gens de
métier de l'entrepreneur. Cette demande ne doit pas être exercée indûment, mais viser uniquement à
garantir que ce sont des gens de métier qualifiés qui exécutent les travaux nécessaires.
7.20
ISO 9001:2008 – Systèmes de management de la qualité
Pour l'exécution des travaux décrits dans le contrat, l'entrepreneur doit satisfaire aux exigences
suivantes :
ISO 9001:2008 – Systèmes de management de la qualité – Exigences, publié par l'Organisation
internationale de normalisation (ISO), édition courante à la date de soumission de l'offre de
l'entrepreneur.
Le système de management de la qualité de l’entrepreneur doit tenir compte de chacune des exigences
de la norme; toutefois, l’entrepreneur n’est pas tenu d’obtenir l’enregistrement à la norme visée.
7.21
Services de gestion de projet
L'entrepreneur devra fournir sa propre équipe de gestion du projet, dont les membres devront posséder
l'expérience nécessaire et être en mesure de gérer le contrat de réparation du navire en cause. Le
personnel de gestion du projet, les services et les produits livrables devront respecter les exigences
décrites dans le contrat.
Introduction
« Gestion du projet » fait référence à l’intégration du système, au contrôle technique ainsi qu’à la gestion
des activités du projet de radoub visant le prolongement de la durée de vie du NGCC Henry Larsen.
L’entrepreneur doit fournir ce qui suit dans les quinze (15) jours suivant l’attribution du contrat :
Plan d’action du projet (PAP)
L’entrepreneur doit documenter la gestion du projet dans un plan d’action du projet et doit mettre à jour
ce plan une fois par mois ou plus fréquemment, à la demande de l’autorité contractante.
Le PAP doit comprendre :
i) l’organigramme de l’organisation;
ii) un calendrier principal, les calendriers de soutien, les calendriers des sous-traitants et des
travaux;
iii) à tout le moins, les dates de livraison de l’équipement fourni par le gouvernement (EFG) et de
l’équipement fourni par l’entrepreneur (EFE).
Les mises à jour mensuelles au PAP doivent comprendre les mises à jour du calendrier, un rapport
d’étape et des dates de réunions d’examen. Les parties du PAP et les mises à jour sont décrites ci-après.
1) Gestion de l’intégration de projet
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 37 of - de 102
L’entrepreneur doit fournir un organigramme de l’organisation dans le cadre du projet indiquant tous les
membres du personnel clé et les sous-traitants. Il doit aussi indiquer les travaux liés au contrat dont est
responsable chacun des sous-traitants.
2) Registre de gestion du changement
L’entrepreneur doit fournir un registre de gestion du changement devant être utilisé tout au long du projet,
afin de gérer les changements apportés au projet.
Le registre de gestion du changement doit permettre de faire le suivi des enjeux liés au projet au moyen
des critères suivants :
i) le numéro de suivi individuel;
ii) la date de signalement de l’enjeu;
iii) la date de résolution prévue;
iv) la date de résolution de l’enjeu;
v) le résumé lié à la résolution de l’enjeu;
vi) la personne qui a signalé l’enjeu;
vii) la personne désignée pour résoudre l’enjeu;
viii) les facteurs de risque.
3) Plan de gestion des risques
L’entrepreneur doit répertorier les risques émergents et les classer en fonction de leur incidence sur les
travaux. Des stratégies d’atténuation doivent être indiquées pour tous les risques « élevés ». Le plan de
gestion des risques doit être mis à jour au moins aux deux semaines et transmis au responsable
technique et à l’autorité contractante. Le plan de gestion des risques doit être inclus dans les comptes
rendus des décisions des réunions d’examen mensuel.
4) Calendrier
L’entrepreneur doit fournir un calendrier qui présente les travaux au niveau du système et des éléments.
Le calendrier doit inclure les calendriers des sous-traitants au même niveau. L’entrepreneur doit mettre à
jour le calendrier une fois par mois et les mises à jour doivent être communiquées à l’autorité
contractante, au responsable de l’inspection et au responsable technique.
Le calendrier doit indiquer tous les travaux à exécuter dans le cadre du projet. Il doit comprendre les
articles à long délai de livraison, l’EFG, le démontage, la production, le montage, l’installation, l’essai au
banc, la mise en service du système, les essais ainsi que les ressources prévues et requises.
Le calendrier doit indiquer les principaux jalons, le cheminement critique et les interrelations entre les
tâches. Il doit s’agir d’un calendrier de base.
Le guide du référentiel des connaissances en gestion de projet, édition 2005, doit servir de référence
pour l’établissement du calendrier.
5) Rapports sur le projet
L’entrepreneur doit fournir un rapport d’étape mensuel décrivant en guise d’introduction l’état
d’avancement du projet, l’échéancier, les coûts et le rendement. L’échéancier, les coûts et le rendement
doivent ensuite être abordés en détail. Le rapport doit recenser les risques importants liés au programme
ainsi que les mesures prises pour les résoudre. L’analyse des risques doit permettre de cerner toute
répercussion à la livraison et les mesures prises pour rattraper tout retard pouvant avoir une incidence
sur la date de livraison prévue au contrat. Le rapport, en format papier ou électronique, doit être produit
tous les mois, et transmis au gestionnaire de contrat, au responsable de l’inspection et au responsable
technique trois (3) jours ouvrables avant la réunion d’examen de l’avancement des travaux. Le rapport
d’étape doit comprendre les activités des sous-traitants et les volets importants des activités des
fournisseurs.
L'entrepreneur doit préparer et mettre à jour les rapports et les documents de gestion suivants et les
transmettre au Canada, conformément au contrat ou à la demande de l'autorité contractante :
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 38 of - de 102
i.
ii
iv
le calendrier des travaux de production;
le rapport sommaire d’inspection;
le résumé de l’accroissement des travaux.
7.22
Plan de contrôle de la qualité
L’entrepreneur doit mettre en œuvre et suivre le plan de contrôle de la qualité qui a été préparé selon la
dernière édition (à la date du contrat) de la norme ISO10005:2005 Systèmes de management de la
qualité – Lignes directrices pour les plans qualité, et qui a été approuvé par le responsable de l’inspection
et le responsable technique. Le plan de contrôle de la qualité doit décrire comment l’entrepreneur entend
se conformer aux exigences de qualité spécifiées dans le contrat et préciser comment les activités reliées
à la qualité se dérouleront incluant l’assurance de la qualité des sous-traitants. L’entrepreneur doit inclure
une matrice qui permet de retracer les éléments des exigences de la qualité spécifiés aux paragraphes
du plan de contrôle de la qualité où l’élément a été traité. Le plan de contrôle de la qualité doit être mis à
la disposition du responsable de l’inspection et du responsable technique aux fins d’examen et
d’approbation dans les cinq (5) jours civils suivant l’attribution du contrat.
Les documents mis en référence dans le plan de contrôle de la qualité doivent être disponibles à la
demande du responsable de l'inspection.
L’entrepreneur doit effectuer les modifications appropriées au plan pendant la durée du contrat de façon
à refléter les activités de qualité en cours ou planifiées. Le responsable de l’inspection et le responsable
technique doivent être en accord avec les modifications apportées au plan de contrôle de la qualité.
Consulter l’annexe G pour obtenir des détails.
7.23
Plan d’inspection et d’essai
L’entrepreneur doit, à l’appui de son plan de contrôle de la qualité, mettre en œuvre un plan d’inspection
et d’essai approuvé.
L’entrepreneur doit fournir, sans frais supplémentaires pour le Canada, toutes les données d’essai
pertinentes, toutes les données techniques, les pièces d’essai et les échantillons pouvant
raisonnablement être demandés par le responsable de l’inspection pour vérifier s’ils sont conformes aux
exigences contractuelles. L’entrepreneur doit expédier, à ses frais, ces données techniques et pièces
d’essai de même que ces échantillons à l’endroit indiqué par le responsable de l’inspection.
Consulter l’annexe G pour obtenir des détails.
7.24
Équipement/systèmes : Inspection/essai
Les inspections et les essais de l’équipement, des machines et des systèmes doivent être réalisés
conformément à la spécification. L'entrepreneur doit effectuer ou faire effectuer tous les essais et toutes
les inspections nécessaires pour confirmer que le matériel ou les services fournis sont conformes aux
exigences du contrat.
Consulter l’annexe G pour obtenir des détails.
7.25
Protection de l’environnement
L’entrepreneur et ses sous-traitants qui effectuent des travaux sur un navire de l’État doivent respecter
les normes de l’industrie, les règlements et les lois environnementales qui s’appliquent aux niveaux
municipal, provincial et fédéral.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 39 of - de 102
L’entrepreneur doit avoir des procédures détaillées pour répertorier, enlever, entreposer, transporter et
éliminer tous les polluants possibles et les matières dangereuses afin de respecter les exigences
susmentionnées. L’entrepreneur doit maintenir en application toutes ses procédures en matière de
protection de l’environnement, pendant toute la durée du contrat.
Tous les certificats d'élimination des déchets doivent être remis au responsable technique, et des
exemplaires doivent être envoyés à l'autorité contractante. De plus, l’entrepreneur doit remettre sur
demande de l’autorité contractante des preuves supplémentaires du respect des lois et des règlements
environnementaux municipaux, provinciaux et fédéraux.
L’entrepreneur doit disposer de procédures et/ou de plans d’intervention en cas d’urgence
environnementale. Les employés de l’entrepreneur et des sous-traitants doivent avoir reçu une formation
appropriée sur la préparation aux situations d’urgence et l’intervention en cas d’urgence. Le personnel de
l’entrepreneur qui mène des activités susceptibles d’avoir un impact sur l’environnement ou un problème
de non-conformité doit posséder les compétences sur les plans des études, de la formation ou de
l’expérience.
7.26
Déchets dangereux
1.
L'entrepreneur reconnaît que le Canada a fourni suffisamment de renseignements concernant
l'emplacement et la quantité approximative de déchets dangereux tels que l'amiante, le plomb, les BPC,
la silice ou d'autres produits dangereux ou substances toxiques.
2.
Le prix comprend tous les coûts associés à l'enlèvement, à la manutention, à l'entreposage, à
l'élimination et/ou au travail effectué à proximité de produits dangereux tels que l'amiante, le plomb, les
BPC, la silice et les autres produits dangereux ou substances toxiques se trouvant à bord du navire. Le
prix comprend aussi les coûts liés à l'obligation de se conformer aux lois et aux règlements qui
s'appliquent à l'enlèvement, à la manutention, à l'élimination ou à l'entreposage de déchets dangereux ou
de substances toxiques.
3.
La date d'achèvement des travaux tient compte du fait que l'enlèvement, la manutention,
l'entreposage, l'élimination et/ou le travail à proximité de produits dangereux tels que l'amiante, le plomb,
les BPC, la silice et les autres produits dangereux ou substances toxiques pourraient être visés par la
nécessité de se conformer aux lois ou aux règlements applicables et que cela ne constituera pas un
retard excusable.
7.27
Approvisionnement et débarquement du carburant sous supervision
L'entrepreneur doit s'assurer que l'approvisionnement en carburant et le débarquement du carburant des
navires du gouvernement canadien sont effectués sous la supervision d'un superviseur responsable
possédant la formation et l'expérience nécessaires à de telles opérations.
L’approvisionnement en carburant et le débarquement du carburant du NGCC Henry Larsen doivent être
effectués conformément aux procédures acceptées soumises par l’entrepreneur.
7.28
Protection-incendie, lutte contre les incendies et formation
L’entrepreneur doit maintenir en vigueur des procédures en matière de protection-incendie, de lutte
contre les incendies et de formation pendant toute la durée du contrat.
7.29
Prêts d’équipement – Maritime
L’entrepreneur peut demander l’emprunt d’outils spéciaux du gouvernement et d’équipement d’essai
propre au navire précisé dans les spécifications. Le reste de l’équipement nécessaire à l’exécution des
travaux, selon les spécifications, incombe entièrement à l’entrepreneur.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 40 of - de 102
L’équipement prêté en vertu de cette disposition doit être utilisé uniquement pour effectuer les travaux
prévus en vertu du présent contrat et pourra faire l’objet de frais de surestaries s’il n’est pas retourné à la
date indiquée par le Canada. En outre, l’équipement prêté en vertu de cette disposition devra être
retourné en bonne condition, compte tenu de son usure normale.
Une liste de l'équipement du gouvernement que l'entrepreneur compte demander doit être présentée à
l'autorité contractante dans les trois (3) jours suivant l'attribution du contrat, afin de permettre qu'il lui soit
fourni en temps opportun ou que d'autres dispositions puissent être prises. La demande doit préciser la
période au cours de laquelle l’équipement sera requis.
Consulter l'annexe J2 pour les livrables/attestations.
7.30
Certification relative au soudage
1.
L’entrepreneur doit s’assurer que les travaux de soudage sont exécutés par un soudeur accrédité
par le Bureau canadien du soudage selon les exigences des normes suivantes de l’Association
canadienne de normalisation (CSA) :
a)
CSA W47.1-03, Certification des compagnies de soudage par fusion de l'acier (division 2.1 au
minimum);
b)
CSA W47.2-M1987 (R2003), Certification des compagnies de soudage par fusion de
l'aluminium (division 2.1 au minimum).
2.
En outre, le soudage doit être effectué conformément aux exigences des dessins et des
spécifications qui s'appliquent.
3.
Avant le début de tout travail de fabrication, et à la demande du responsable technique,
l’entrepreneur doit fournir des procédures de soudage approuvées et/ou une liste du personnel qu’il
souhaite utiliser pour effectuer les travaux. Cette liste doit préciser les qualifications que possède chaque
personne relativement aux procédures de soudage du Bureau canadien de soudage et doit être
accompagnée d’une copie de la certification actuelle de chaque personne en matière de soudure, selon
les normes du Bureau canadien du soudage.
7.31
Procédures pour modifications de conception ou travaux supplémentaires
Ces procédures doivent être suivies pour toute modification de conception ou travaux supplémentaires.
1.
Lorsque le Canada demande une modification de conception ou des travaux supplémentaires :
a. Le responsable technique fournira à l’autorité contractante une description de la modification
de conception ou des travaux supplémentaires en donnant suffisamment de détails pour
permettre à l’entrepreneur de fournir les renseignements suivants :
i. tout impact de la modification de conception ou des travaux supplémentaires sur les
exigences du contrat;
ii. une ventilation des prix (avec augmentation ou diminution) découlant de la mise
en œuvre de la modification de conception ou de l'exécution des travaux
supplémentaires, au moyen du formulaire PWGSC-TPSGC 1686, Soumission pour
modification du plan ou travail supplémentaire, ou du formulaire PWGSC-TPSGC 1379
(PDF 56KB) – (Aide sur les formats de fichier), Travaux imprévus ou nouveaux travaux;
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 41 of - de 102
iii. un calendrier de modification de la conception ou d'exécution des travaux
supplémentaires ainsi que l'impact sur le calendrier d'exécution du contrat.
b. L´autorité contractante transmettra ensuite cette information à l'entrepreneur.
c. L´entrepreneur retournera le formulaire rempli à l'autorité contractante pour évaluation et
négociation. Lorsqu'une entente est conclue, le formulaire doit être signé par toutes les
parties dans les blocs-signature appropriés. Cela constituera l'autorisation écrite permettant à
l'entrepreneur d'exécuter les travaux, et le contrat sera modifié en conséquence.
2.
Lorsque l´entrepreneur demande une modification de conception ou des travaux
supplémentaires :
a. L’entrepreneur doit fournir à l’autorité contractante une demande de modification de conception
ou de travaux supplémentaires en donnant suffisamment de détails pour permettre au Canada de
l’examiner.
b. L’autorité contractante transmettra la demande au responsable technique pour examen.
c. Si le Canada convient qu’une modification de conception ou que des travaux supplémentaires
sont requis, les procédures figurant au paragraphe 1 devront être suivies.
d. Si le Canada détermine que la modification de conception ou les travaux supplémentaires ne
sont pas requis, l’autorité contractante en informera l’entrepreneur par écrit.
3.
Approbation
L'entrepreneur ne doit effectuer aucune modification de conception ou exécuter des travaux
supplémentaires sans avoir obtenu l'autorisation écrite de l'autorité contractante. Tout travail exécuté
sans l'autorisation écrite de l'autorité contractante sera considéré comme étant hors de la portée du
contrat et aucun paiement ne sera versé pour ces travaux. Clause B5007C du Guide des CCUA (201001-11) Procédures pour les modifications de conception ou les travaux supplémentaires
Consulter aussi l’annexe F.
7.32
Radoub du navire avec équipage
1. Le navire aura un équipage durant la période des travaux et il sera considéré comme étant « en
service ». Durant cette période, la charge ou la garde du navire sera assurée par l'entrepreneur et il
en aura le contrôle.
2. Du matériel de lutte contre les incendies doit être facilement accessible et fourni par l’entrepreneur en
cas d’urgence. L’entrepreneur doit prendre les mesures adéquates lorsque des travaux de brûlage et
de soudure sont exécutés dans des compartiments ou d’autres espaces clos du navire.
3. Un équipage sera à bord du navire pendant plus ou moins une semaine après son arrivée à
VLE Shipyard, puis de nouveau pendant deux semaines avant la fin de la période des travaux. Le
navire devra être habitable durant ces trois semaines. L'équipage y apportera son équipement
personnel, vivra dans des cabines et utilisera les toilettes et la cuisine fonctionnelle. Pendant cette
période, le navire aura à son bord l'« effectif minimal de sécurité », qui compte 22 membres
d'équipage.
Consulter l’annexe K pour obtenir des détails.
7.33
Radoub du navire sans équipage
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 42 of - de 102
Le navire sera sans équipage durant la période des travaux, à l’exception de la période précitée à la
section 7.32, et il sera considéré comme n'étant « pas en service ». Durant cette période, la charge ou la
garde du navire sera assurée par l'entrepreneur et il en aura le contrôle.
Consulter l’annexe K pour obtenir des détails.
7.34
Réunion préalable au radoub
Une réunion préalable au radoub sera convoquée et dirigée par l’autorité contractante à l’installation de
l’entrepreneur, à une date qui est à déterminer. Lors de cette réunion, l’entrepreneur présentera tout son
personnel de direction conformément à son organigramme, et le Canada présentera les responsables.
Les détails concernant l’arrivée du navire et le début des travaux seront discutés.
7.35
Réunions d’avancement
Les réunions d’avancement, présidées par l’autorité contractante, auront lieu à l’installation de
l’entrepreneur, au besoin, généralement une fois par mois. D’autres réunions pourront également être
organisées. L’entrepreneur sera représenté à ces réunions, à tout le moins, par le gestionnaire de projet,
le gestionnaire de la production (directeur) et le gestionnaire de l’assurance de la qualité. Les réunions
d’avancement incorporeront généralement des réunions techniques devant être présidées par le
responsable technique.
À chaque réunion d’examen de l’avancement des travaux (REAT), l’entrepreneur doit faire le point sur
l’ensemble du projet visé par le contrat, y compris les éléments programmatiques, la production, les
essais, le soutien logistique intégré, la sous-traitance, les risques et les progrès réalisés par rapport au
plan d’action du projet (PAP) et au calendrier de même que la structure de répartition du travail
correspondante. Pour chaque REAT, l’entrepreneur doit effectuer ce qui suit :
a) L’entrepreneur doit s’assurer que ses données, son personnel et ses installations sont
disponibles pour chaque réunion officielle afin que celles-ci se déroulent efficacement.
b) Inclure les points suivants à l’ordre du jour aux fins de discussion et de résolution :
i. le PAP et les mises à jour;
ii. les questions relatives au contrat;
iii. les questions financières;
iv. les questions techniques;
v. les questions liées à l’environnement, à la santé et à la sécurité;
vi. les mesures de suivi antérieures.
L’autorité contractante de TPSGC ou le représentant autorisé présidera les REAT et approuvera les
décisions avant la levée de la REAT. Les décisions en question seront indiquées dans le compte rendu
de réunion.
7.36
Travaux non complétés et acceptation
1.
Le responsable de l’inspection, en collaboration avec l’entrepreneur, établira une liste des travaux
non complétés à la fin de la période des travaux. Cette liste formera les annexes au document
officiel d’acceptation pour le navire. Une réunion suivant la fin du contrat sera organisée par le
responsable de l’inspection à la date d’achèvement des travaux pour examiner et signer le
formulaire PWGSC-TPSGC 1205, Acceptation. En plus du montant retenu en vertu de la clause
de retenue de la garantie, une retenue correspondant au double de la valeur estimative des
travaux non complétés s’appliquera jusqu’à l’achèvement des travaux.
2.
L’entrepreneur doit remplir le formulaire ci-dessus en trois (3) exemplaires qui seront distribués
par le responsable de l’inspection de la façon suivante :
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 43 of - de 102
a) l’original à l’autorité contractante;
b) une copie à l’autorité contractante;
c) une copie à l’entrepreneur.
Voir l’annexe I pour les détails concernant les procédures d’acceptation et les rapports.
7.37
Rebuts et déchets
Malgré toute autre disposition du contrat, les rebuts et les déchets découlant du contrat, autres que les
pièces recensées, appartiendront à l'entrepreneur comme faisant partie du prix contractuel.
7.38
Stabilité
L'entrepreneur sera l'unique responsable de la stabilité et de l'assiette du navire durant la période où le
navire se trouve dans les installations de l'entrepreneur, y compris l'amarrage et le désamarrage.
L'entrepreneur doit consigner les renseignements relatifs au changement de poids ayant une incidence
sur la stabilité du navire durant la période d’amarrage du navire. Lors de la remise du navire, le
responsable technique fournira à l'entrepreneur les courbes de stabilité, les courbes hydrostatiques, l'état
des réservoirs et la localisation du centre de gravité, ainsi que d'autres renseignements pertinents
concernant l'état du navire.
7.39
Navire – Accès au Canada
Le Canada se réserve le droit de faire exécuter par son personnel des travaux limités à l'égard de
l'équipement situé à bord du navire. Ces travaux seront effectués à des moments mutuellement
acceptables pour le Canada et l'entrepreneur.
7.40
Titre de propriété du navire
Si l'entrepreneur manque à une de ses obligations prévues au contrat, le Canada, ou son mandataire,
aura dès lors le droit de pénétrer dans le chantier naval, sans obtenir au préalable une ordonnance du
tribunal, et de prendre possession du navire et de tout autre bien qui lui appartiendrait, y compris, mais
sans s'y limiter, les travaux en cours exécutés sur les lieux, et d'exécuter tous les travaux requis pour
permettre l'enlèvement du navire et des autres biens du chantier naval.
7.41
Indemnisation des accidents du travail
L'entrepreneur doit avoir un compte en règle auprès de la Commission des accidents du travail de la
province ou du territoire concerné pour la durée du contrat.
7.42
Règlement des différends
Les parties conviennent de suivre les procédures suivantes en cas de différends pouvant survenir dans le
cadre du contrat, avant de faire appel à des procédures judiciaires :
a)
Les différends survenant durant le contrat seront tout d'abord examinés par l'autorité contractante
et l'administrateur de contrats de l'entrepreneur dans un délai de quinze (15) jours ouvrables ou
dans un délai plus long suivant un accord mutuel des deux parties.
b)
À défaut de régler le différend de la manière décrite au point a) ci-dessus, le gestionnaire de la
Division de la réparation des navires (MD), Direction des systèmes maritimes, TPSGC, et le
superviseur représentant l’entrepreneur tenteront de régler le différend dans un nouveau délai de
quinze (15) jours ouvrables.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 44 of - de 102
c)
À défaut de régler le différend de la manière décrite aux points a) et b) ci-dessus, le directeur
principal de la Direction des systèmes maritimes, TPSGC, et le cadre supérieur de l’entrepreneur
tenteront de régler le différend dans un nouveau délai de trente (30) jours ouvrables.
d)
Malgré ce qui précède, toute partie peut faire appel à des procédures judiciaires durant cette
période.
7.43
Défaut de livraison
Les délais sont de rigueur dans le présent contrat. Les modifications de la date d’achèvement dont le
Canada n’est pas responsable et qui sont des manquements de la part de l’entrepreneur causeront
préjudice au Canada et sont aux frais de l’entrepreneur. La date d’achèvement ne sera reportée que si
les mesures de rechange de l’entrepreneur sont acceptables pour le Canada sur le plan du rajustement
du prix, de la garantie ou des services à fournir.
7.44
Soin, garde et contrôle
Consulter l’annexe I et l’article 09, Navire désarmé, des Conditions générales supplémentaires 1029
(2010-08-16) Réparation des navires.
Consulter l’annexe I et l’article 08, Navire armé, des Conditions générales supplémentaires 1029 (201008-16) Réparation des navires.
7.45
Permis, licences et certificats
Il incombe à l’entrepreneur d’obtenir et de garder à jour tous les permis, licences ou certificats
d’approbation requis pour exécuter les travaux en vertu des lois fédérales, provinciales ou municipales
pertinentes. Tous les frais imposés en vertu de ces lois et règlements seront à la charge de
l’entrepreneur. Sur demande, l’entrepreneur doit fournir au Canada une copie des permis, licences ou
certificats susmentionnés.
7.46
Licences d’exportation
Lorsque du matériel doit être importé au Canada, il incombe à l’entrepreneur d’obtenir toutes les licences
d’exportation nécessaires auprès du pays d’origine suffisamment à l’avance pour permettre l’exportation.
7.47
Frais de subsistance et de déplacement – Directive sur les voyages du Conseil national
mixte
L'entrepreneur sera remboursé pour les frais autorisés de déplacement et de subsistance qu'il a
raisonnablement et convenablement engagés dans l'exécution des travaux, au prix coûtant, sans aucune
indemnité pour les frais généraux et/ou le profit, conformément aux indemnités relatives aux repas, à
l'utilisation d'un véhicule privé et aux faux frais qui sont précisées aux appendices B, C et D de la
Directive sur les voyages du Conseil national mixte, et selon les autres dispositions de la directive qui font
référence aux « voyageurs » plutôt qu’aux « employés ».
Tout déplacement doit être approuvé au préalable par l’autorité contractante.
Tous les paiements sont assujettis à une vérification par le gouvernement.
Coût estimatif : 43 000 $
7.48
Équivalence de l’équipement
a)
L'entrepreneur garantit que l'équipement livré dans le cadre du contrat est :
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 45 of - de 102
b)
i)
équivalent du point de vue de la forme, de l'ajustage, de la fonction et de la qualité à
l'équipement existant que possède le Canada et qui était décrit dans la demande de
soumissions donnant lieu au contrat;
ii)
entièrement compatible, interchangeable et interexploitable avec l'équipement existant que
possède le Canada.
L'entrepreneur assure également que toute garantie obtenue auprès d'un tiers concernant
l’équipement existant appartenant au Canada ne sera pas touchée par l'utilisation que fait celui-ci
de l'équipement qui lui est livré en vertu du contrat (p. ex., par l'interconnexion) ni par tout autre
service fourni par l'entrepreneur en vertu du contrat. Si le Canada détermine, à sa discrétion,
qu'une telle garantie est touchée, l'entrepreneur doit :
i)
verser au Canada la somme que ce dernier doit verser au fournisseur initial (ou à un
distributeur autorisé de ce fournisseur) afin de certifier de nouveau l'équipement existant
du Canada aux fins de la garantie, ainsi que tout autre montant versé par le Canada à un
tiers afin de restituer l'état de la garantie à sa pleine capacité;
ii)
effectuer tous les travaux de garantie sur l'équipement existant du Canada au lieu du
fournisseur initial;
iii)
verser au Canada la somme que ce dernier doit verser au fournisseur initial (ou à un
distributeur autorisé de ce fournisseur) pour effectuer les travaux de maintenance sur
l'équipement qui seraient normalement couverts par la garantie.
c)
L’entrepreneur convient que si le Canada, pendant la durée du contrat, détermine qu’une partie
de l’équipement n’équivaut pas, sur le plan de la forme, de l’ajustement, de la fonction et de la
qualité, à l’équipement existant appartenant au Canada ni n’est entièrement compatible,
interchangeable et interexploitable avec l’équipement existant appartenant au Canada,
l’entrepreneur doit immédiatement et entièrement à ses frais prendre les mesures qui s’imposent
pour s’assurer que l’équipement satisfait à ces exigences (par exemple, en implantant un autre
logiciel ou micrologiciel), faute de quoi le Canada aura le droit de résilier immédiatement le
contrat pour manquement. Si le Canada résilie le contrat pour ce motif, l’entrepreneur accepte de
lui payer le coût d’achat de l’équipement auprès d’un tiers et la différence, s’il y a lieu, du prix
payé par le Canada à un tiers. L’entrepreneur reconnaît qu’à défaut de livrer un matériel
équivalent qui satisfait aux exigences mentionnées précédemment, l’entrepreneur (et ses filiales
et toute autre entité avec qui il a un lien de dépendance) ne pourra pas proposer une solution de
remplacement équivalente en réponse à une demande de soumissions future de TPSGC.
7.49
Rajustement de fluctuation du taux de change
1. Le montant en monnaie étrangère (MME) est l’élément du prix ou du taux qui varie directement
en fonction des fluctuations du taux de change. Ce montant comprend l’ensemble des taxes, des
droits et des autres frais payés par le soumissionnaire et qui seront compris dans le facteur de
rajustement.
2. Pour chaque élément pour lequel un montant en monnaie étrangère est déterminé, le Canada
assume les risques et les avantages liés à la fluctuation du taux de change, conformément à la
base de paiement. Pour ces éléments, le montant de la fluctuation du taux de change est
déterminé conformément à la disposition de la présente clause.
3. Le prix total payé par le Canada sur chaque facture sera rajusté au moment du paiement, en
fonction du montant en monnaie étrangère et des dispositions sur la fluctuation du taux de
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 46 of - de 102
change énoncées dans le contrat. Le rajustement du taux de change en dollars canadiens sera
calculé en utilisant la formule suivante :
Rajustement = MME x Qté x (i1 - i0) / i0
où les variables de la formule correspondent à :
MME = montant en monnaie étrangère (par unité);
i0 = taux de change initial ($ CAN par unité de monnaie étrangère [p. ex. 1 $ US]);
i1 = taux de change aux fins des rajustements ($ CAN par unité de monnaie étrangère [p.
ex. 1 $ US]);
Qté = quantité d’unités.
4. Le taux de change initial correspond habituellement au cours à midi, publié par la Banque du
Canada à la date de clôture de la demande de soumissions.
5. Pour les biens, le taux de change aux fins du rajustement correspondra au cours à midi, publié
par la Banque du Canada à la date de livraison des biens. Pour les services, le taux de change
aux fins du rajustement correspondra au cours à midi, publié par la Banque du Canada pour le
dernier jour ouvrable du mois durant lequel la prestation a eu lieu. Pour les paiements anticipés,
le taux de change aux fins du rajustement correspondra au cours à midi à la date à laquelle le
paiement était dû. Le plus récent cours du midi sera utilisé pour les jours non ouvrables.
6. L’entrepreneur doit indiquer le montant total de rajustement du taux de change (soit à la hausse,
à la baisse ou invariable) séparément sur chaque facture ou demande de paiement présentée
dans le cadre du contrat. Dans le cas où un rajustement s’applique, l’entrepreneur doit joindre à
sa facture le formulaire PWGSC-TPSGC 450, Demande de rajustement du taux de change.
7. Le montant de rajustement sera uniquement appliqué lorsque le pourcentage de changement du
taux de change est plus grand que plus ou moins 2 %, calculé conformément à la colonne 8 du
formulaire PWGSC-TPSGC 450 (p. ex. [i1 - i0] / i0).
8. Le Canada se réserve le droit de vérifier toute révision de coûts et prix en vertu de cette clause.
7.50
Matériel fourni par le gouvernement
Le matériel fourni par le gouvernement (MFG) appartient au gouvernement du Canada. L’entrepreneur
doit tenir des dossiers précis sur l’utilisation du MFG. Le MFG décrit aux présentes doit être utilisé pour la
fabrication des articles mentionnés dans le contrat. Seule la quantité de matériel énoncé aux présentes
sera fournie par le Canada sans frais. Si le MFG n’est pas conforme aux exigences d’incorporation dans
les travaux, l’entrepreneur fera une demande de MFG de remplacement par écrit au Canada dans les
30 jours suivant la réception du MFG. Selon les instructions du Canada, l’entrepreneur doit remplacer ou
réparer tout MFG conformément aux prix et aux dispositions du contrat relatif aux travaux
imprévus. L’entrepreneur doit remplacer ou réparer à ses frais tout MFG qui n’est pas conforme aux
exigences du contrat en raison d’un défaut de découpage ou de fabrication ou d’un travail lacunaire.
Advenant des problèmes avec le MFG, l’entrepreneur doit en informer immédiatement l’autorité
contractante, en précisant les problèmes particuliers. Si l’entrepreneur exécute les travaux sans avoir
obtenu des consignes de l’autorité contractante, il sera responsable de tous les frais engagés, ainsi que
de toute perte du MFG.
L’entrepreneur doit réparer ou remplacer à ses propres frais le MFG endommagé ou perdu pendant qu’il
en a la garde.
Même si une comptabilisation du MFG n’est pas automatiquement requise pour chaque contrat, le
Canada se réserve le droit de demander une comptabilisation finale à tout moment pendant une période
d’un an suivant la date d’achèvement du contrat.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 47 of - de 102
Les éléments suivants seront considérés du matériel fourni par le gouvernement (MFG) dans le cadre du
projet lié au navire Henry Larsen :
Élément
i) Antennes
ii) Système CCTV et bâtis d’équipement
Référence de l’annexe A
52.3.12
53.1.3
iii) Câble de capteur
iv) Éléments de moniteur
v) Cartouches à filtre/séparateur d’eau
57.3.1
67.3.10
67.3.11
vi) Gel de silice
vii) Appareils d’éclairage internes
67.3.12
7.51
Quantité
3
1 Système CCTV
comptant 6 caméras et
4 bâtis d’équipement
120 pieds
4
2 éléments coalesceurs
1 élément séparateur
6 kg
Équipement fourni par le gouvernement
L'entrepreneur doit utiliser les biens de l'État aux seules fins de l'exécution du contrat et ces biens
demeurent la propriété du Canada. L’entrepreneur doit tenir un registre comptable adéquat de tous les
biens de l’État et, si possible, les identifier comme des biens appartenant au Canada.
L’entrepreneur doit prendre soin de tous les biens de l’État pendant qu’ils sont sous sa
responsabilité. L’entrepreneur est responsable des pertes et des bris causés par le non-respect
des règles, à l’exception de l’usure normale. Tous les biens de l'État qui ne sont pas intégrés aux travaux
doivent être retournés au Canada sur demande. Tous les résidus et toutes les matières de rebut, les
articles ou choses qui sont des biens de l'État demeurent la propriété du Canada et l'entrepreneur ne
peut en disposer que conformément aux directives du Canada, sauf disposition contraire dans le contrat.
À la fin du contrat et sur demande de l'autorité contractante, l'entrepreneur doit fournir au Canada
l'inventaire de tous les biens de l'État se rapportant au contrat.
Les éléments suivants seront considérés comme de l'équipement fourni par le gouvernement :
Élément
Référence de l’annexe A
i) Système d’inclinaison rapide et de
stabilisation en roulis de type Intering
21.3
ii) Projecteur Norselight XS3000 R60
230V NR de 3000 watts avec un réflecteur
spécial Rhodium en nickel
46.2.1.2
iii) Alimentation électrique pour la série EX
de Norselight Zenon de 1000 à 3000 watts
46.2.1.3
iv) Panneau de commande du projecteur R60
de nouvelle génération de Norselight
46.2.1.4
v) Friteuse
49.3.2
vi) Système VHF
51.1.2
vii) Système de loch Doppler
52.1.3
viii) Système récepteur Navtex
54.1.2
ix) Système Sailor Fleet Broadband 500 55.1.12
x) Système double GP-150D GPS/DGPS
de Furuno
58.3.11
xi) Réchauffeur
1209-14-10
xii) Dispositif de retenue du réchauffeur
1209-19-1
xiii) Dispositif de retenue du réchauffeur
1209-19-2
xiv) Dispositif de retenue du réchauffeur
1209-20-14
xv) Chenille1
1208-224-1
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 48 of - de 102
Quantité
1
1
1
1
1
3
1
1
1
1
4
13
120
4
1
xvi) Pignon d’engrenage
1163-13-2
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 49 of - de 102
ANNEXE A
Spécifications techniques
CCGS Leonard J. Cowley VLE remise en état 2015 (rév 25)
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 50 of - de 102
Annexe B
Base de paiement
L'annexe B sera la base de paiement du contrat résultant. Ne pas remplir cette section. Cette section
sera remplie à l'adjudication du contrat.
B1
Prix ferme du contrat
A)
Travaux prévus Pour les travaux indiqués à l'article7.1, précisés à l'annexe A et détaillés dans
les Fiches de renseignements concernant l'établissement des prix cumulés ci-jointes, pour un
PRIX FERME de :
______________$
B)
TPS/TVH si applicable pour la ligne a) seulement
______________$
C)
Coût de la garantie financière selon la clause 7.13
______________$
D)
Prix total ferme, TPS ou TVH incluse :
______________$
B2
Travaux non prévus
L'entrepreneur sera payé pour les travaux imprévus, tel qu´autorisé par le Canada. Les travaux
imprévus autorisés seront calculés comme suit:
Nombre d'heures (à négocier) X _________$, montant correspondant au tarif d'imputation
horaire ferme de l'entrepreneur pour la main-d'œuvre, y compris les frais généraux, les consommables et
les bénéfices, plus le prix de revient réel des matériaux, auquel sera ajoutée une marge bénéficiaire de
10 %, plus les taxes applicables, le cas échéant, du coût total du matériel et de la main-d'œuvre.
Il s'agira de taux moyens englobant toutes les catégories de main-d'œuvre, d'ingénierie et de
contremaître, ainsi que tous les frais généraux, la supervision et les bénéfices.
Le tarif d'imputation horaire ferme et la marge bénéficiaire sur le matériel demeureront fermes pour la
durée du contrat et toutes autres modifications s'y rattachant.
B 2.1: Nonobstant les définitions ou les termes utilisés ailleurs dans le présent document ou dans le
Système de gestion des coûts du soumissionnaire, lors de la négociation des heures de travail pour les
travaux imprévus, TPSGC tiendra uniquement compte des heures de travail directement liées aux
travaux pertinents.
Les éléments des frais de main-d'œuvre connexes identifiés au point B2.2 ci-dessous ne seront
pas négociés, mais seront pris en compte en conformité à B2.2.
B2.2: Une indemnité pour les frais de main-d'œuvre connexes comme la gestion, la supervision, les
achats et la manutention des matériaux, l'assurance de la qualité et les rapports, les premiers soins, les
inspections de dégazage et les rapports, et la préparation des soumissions pour les travaux non prévus,
sera incluse comme frais généraux pour établir le tarif d'imputation pour la main-d'œuvre inscrits à la
ligne B2 ci-dessus.
B2.3: Le taux de majoration de 10 % pour les matériaux s'appliquera également aux coûts des contrats
de sous-traitance. Le taux de majoration comprend toutes les indemnités pour la gestion des matériaux
et de la sous-traitance qui n'entrent pas dans le tarif d'imputation pour la main-d'œuvre. L'entrepreneur
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 51 of - de 102
n'aura pas droit à une indemnité distincte pour l'achat et la manutention des matériaux ou pour
l'administration de la sous-traitance.
Prix des travaux non prévus au prorata
Les heures et les prix correspondant aux travaux imprévus seront basés sur des renseignements
historiques comparables, applicables à des travaux similaires effectués dans les mêmes
installations, ou seront déterminés grâce à la répartition au prorata des coûts indiqués pour les travaux
dans le contrat, lorsqu'ils seront exécutés dans des secteurs semblables du navire.
B3
Heures supplémentaires
L'entrepreneur ne devra pas faire d'heures supplémentaires dans le cadre du contrat à moins
d'avoir obtenu une autorisation préalable écrite de l'autorité contractante. On ne paiera pas les heures
supplémentaires effectuées dans le cadre des travaux prévus. Toute demande de paiement doit être
accompagnée d'une copie de l'autorisation des heures supplémentaires et d'un rapport renfermant le
détail des heures supplémentaires effectuées conformément à cette autorisation. Aucune heure
supplémentaire ne pourra être facturée sans l'autorisation écrite préalable de l'autorité contractante et
uniquement dans le cadre des travaux supplémentaires autorisés.
Le paiement pour les heures supplémentaires autorisées sera calculé comme suit.
Voici les taux d'heures supplémentaires :
Taux et demi : $________ / par personne par heure
Taux double : $________ / par personne par heure
Il s'agira de taux moyens englobant toutes les catégories de main-d'œuvre, d'ingénierie et de
contremaître, ainsi que tous les frais généraux, la supervision et les bénéfices.
Ces taux demeureront fermes pour la durée du contrat, y compris toutes les modifications et sont sujet à
une vérification si le Canada le juge nécessaire.
* Heures normales : jour de travail de 8 heures
** Heures supplémentaires taux et demi: Temps au-delà des heures normales.
*** Heures supplémentaires Taux double: dimanches et jours fériés.
B4
Frais de service quotidiens
Dans l'éventualité d'un délai dans l'exécution des travaux, et si ce délai est reconnu et accepté
par l'autorité contractante comme attribuable au Canada, le Canada acceptera de payer l'entrepreneur
des frais de service quotidiens décrits ci-après pour chaque journée d'un tel délai. Ces frais
constitueraient la seule responsabilité du Canada envers l'entrepreneur pour ce délai.
Prix ferme pour frais de service quotidiens
(a)
Pour une journée de travail:
_______________$
(b)
Pour une journée de repos :
_______________$
Les frais ci-haut incluent mais sans s'y limiter tous les aspects des coûts suivants : services de
gestion de projet, soutien administratif, services de production, assurance qualité, soutien pour la gestion
du matériel, entretien prévu et services aux navires, et toute autre ressource et coût direct requis afin de
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 52 of - de 102
maintenir le navire aux installations de l'entrepreneur. Ces frais sont fermes et ne seront sujet à aucune
charge additionnelle, commission ou profit.
B5
Coûts – Navire, radoub, réparation ou amarrage
Les coûts suivants doivent être inclus dans le prix d'évaluation
1.
Services de navire : comprend tous les coûts pour les services de navire comme l'eau, la
vapeur et l'électricité, nécessaires à l'entretien du navire pour la durée du contrat.
2.
Amarrage et appareillage:
(a)
tous les coûts relatifs à la mise en cale sèche, à la mise à quai, à la sécurité, à la
mise sur berceaux ou au déplacement du navire dans les installations du soumissionnaire retenu.
(b)
larguer les amarres.
les coûts des services nécessaires pour amarrer le navire le long du quai et pour
Sauf indication contraire, le navire sera livré par le Canada aux installations du soumissionnaire
retenu le long du quai à un point de transfert sûr mutuellement convenu, à flot et droit, et le
soumissionnaire retenu fera de même à la fin des travaux. Les coûts des services nécessaires pour
amarrer le navire le long des installations et pour larguer les amarres doivent être inclus dans le prix
d'évaluation.
3.
Services de représentant ou de superviseur sur le terrain : comprend tous les coûts des
services de représentant ou de superviseur sur le terrain, y compris les représentants et les ingénieurs du
fabricant. L'entrepreneur est responsable du rendement de tous les sous-traitants représentants des
services techniques.
Ces services ne sont pas des frais supplémentaires sauf lorsque des travaux imprévus exigeant
ces services sont ajoutés au contrat.
4.
Enlèvements : comprend tous les coûts pour les enlèvements nécessaires pour exécuter
les travaux, et pour lesquels le soumissionnaire retenu sera responsable, qu'ils soient ou non indiqués
dans les spécifications, sauf les enlèvements non évidents lorsqu'on examine le navire ou les dessins.
Le soumissionnaire retenu devra aussi assurer l'entreposage sûr des éléments enlevés, et leur
réinstallation à la fin des travaux. Il devra assumer le renouvellement des éléments endommagés
pendant l'enlèvement.
5.
Mise à l'abri, installation des échafaudages, manutention par grue et transport :
comprend le coût de toutes les activités de mise à l'abri, d'installation d'échafaudage, y compris les
rampes, de manutention par grue et transport, en vue d'exécuter les travaux indiqués.
L'entrepreneur retenu sera responsable du coût de toutes les modifications d'installations
nécessaires pour se conformer aux règlements applicables de sécurité.
B6
FEUILLES DE RENSEIGNEMENTS SUR LES PRIX
Les paramètres des feuilles de renseignements sur les prix seront utilisés à la discrétion du
Canada pour déterminer les prix des travaux non prévus.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 53 of - de 102
ANNEXE « C »
de la PARTIE 5 - DEMANDE DE SOUMISSIONS
PROGRAMME DE CONTRATS FÉDÉRAUX POUR L'ÉQUITÉ EN MATIÈRE
D'EMPLOI - ATTESTATION
Je, soumissionnaire, en présentant les renseignements suivants à l'autorité contractante,
atteste que les renseignements fournis sont exacts à la date indiquée ci-dessous. Les
attestations fournies au Canada peuvent faire l'objet d'une vérification à tout moment. Je
comprends que le Canada déclarera une soumission non recevable, ou un entrepreneur en
situation de manquement, si une attestation est jugée fausse, que ce soit pendant la période
d'évaluation des soumissions, ou pendant la durée du contrat. Le Canada aura le droit de
demander des renseignements supplémentaires pour vérifier les attestations d'un
soumissionnaire. À défaut de répondre à toute demande ou exigence imposée par le Canada,
la soumission peut être déclarée non recevable ou constituer un manquement aux termes du
contrat.
Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Programme de contrats fédéraux pour
l'équité en matière d'emploi, visitez le site Web de Développement social Canada
(EDSC) - Travail.
Date : ___________(AAAA/MM/JJ) [si aucune date n'est indiquée, la date de clôture de la
demande de soumissions sera utilisée]
Compléter à la fois A et B.
A.
Cochez seulement une des déclarations suivantes :
( )
A1. Le soumissionnaire atteste qu'il n'a aucun effectif au Canada.
( )
A2. Le soumissionnaire atteste qu'il est un employeur du secteur public.
( )
A3. Le soumissionnaire atteste qu'il est un employeur sous réglementation fédérale, en vertu de
la Loi sur l'équité en matière d'emploi.
( )
A4. Le soumissionnaire atteste qu'il a un effectif combiné de moins de 100 employés au Canada
(l'effectif combiné comprend les employés permanents à temps plein, les employés permanents à temps
partiel et les employés temporaires [les employés temporaires comprennent seulement ceux qui ont
travaillé pendant 12 semaines ou plus au cours d'une année civile et qui ne sont pas des étudiants à
temps plein]).
A5.
Le soumissionnaire a un effectif combiné de 100 employés ou plus au Canada; et
( )
A5.1. Le soumissionnaire atteste qu'il a conclu un Accord pour la mise en oeuvre de l'équité en
matière d'emploi valide et en vigueur avec EDSC - Travail.
OU
( )
A5.2. Le soumissionnaire a présenté l' pour la mise en oeuvre de l' en matière d' (LAB1168) à
EDSC - Travail. Comme il s'agit d'une condition à l'attribution d' contrat, remplissez le formulaire intitulé
Accord pour la mise en oeuvre de l'équité en matière d'emploi (LAB1168), signez-le en bonne et due
forme et transmettez-le à EDSC - Travail.
B.
Cochez seulement une des déclarations suivantes :
( )
B1. Le soumissionnaire n'est pas une coentreprise.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 54 of - de 102
OU
( )
B2. Le soumissionnaire est une coentreprise et chaque membre de la coentreprise doit fournir à
l'autorité contractante l'annexe Programme de contrats fédéraux pour l'équité en matière d'emploi Attestation. (Consultez la section sur les coentreprises des instructions uniformisées.)
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 55 of - de 102
Annexe D
Exigences relatives aux assurances
D1
Assurance responsabilité de réparateur de navires
1.
L'entrepreneur doit souscrire et maintenir pendant toute la durée du contrat une assurance
responsabilité de réparateur de navires d'un montant équivalant à celui habituellement fixé pour un
contrat de cette nature; toutefois, la limite de responsabilité ne doit pas être inférieure à 10000000 $ par
accident ou par incident et suivant le total annuel.
2.
La police d'assurance responsabilité des réparateurs de navires doit comprendre les éléments
suivants:
a.
Assuré additionnel : Le Canada est désigné comme assuré additionnel, mais seulement en ce qui
concerne les responsabilités qui peuvent découler de l'exécution du contrat par l'entrepreneur. L'intérêt
du Canada en tant qu'assuré additionnel devrait se lire comme suit : Le Canada, représenté par Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada.
b.
Renonciation des droits de subrogation : L'assureur de l'entrepreneur doit renoncer à tout droit de
subrogation contre le Canada, représenté par Environnement Canada et par Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada relativement à toute perte ou dommage au navire, peu importe la cause.
c.
Avis d'annulation : L'assureur s'efforcera de donner à l'autorité contractante un avis écrit de trente
(30) jours en cas d'annulation de la police.
d.
Responsabilité contractuelle générale : La police doit, sur une base générale ou par renvoi
explicite au contrat, couvrir les obligations assumées en ce qui concerne les dispositions contractuelles.
e.
Responsabilité réciproque/Séparation des assurés : Sans augmenter la limite de responsabilité,
la police doit couvrir toutes les parties assurées dans la pleine mesure de la couverture prévue. De plus,
la police doit s'appliquer à chaque assuré de la même manière et dans la même mesure que si une police
distincte avait été émise à chacun d'eux.
D2.
Assurance de responsabilité civile commerciale
1.
L'entrepreneur doit obtenir et maintenir pour toute la durée du contrat une police d'assurance
responsabilité civile commerciale d'un montant équivalant à celui habituellement fixé pour un contrat de
cette nature; toutefois, la limite de responsabilité ne doit pas être inférieure à 10 000000v$ par accident
ou par incident et suivant le total annuel.
2.
La police d'assurance responsabilité civile commerciale doit comprendre les éléments suivants:
a.
Assuré additionnel : Le Canada est désigné comme assuré additionnel, mais seulement en ce qui
concerne les responsabilités qui peuvent découler de l'exécution du contrat par l'entrepreneur. L'intérêt
du Canada devrait se lire comme suit : Le Canada, représenté par Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada.
b.
Blessures corporelles et dommages matériels causés à des tiers découlant des activités de
l'entrepreneur.
c.
Préjudice personnel : Sans s'y limiter, la couverture doit comprendre la violation de la vie privée,
la diffamation verbale ou écrite, l'arrestation illégale, la détention ou l'incarcération et la diffamation.
d.
Responsabilité réciproque/Séparation des assurés : Sans augmenter la limite de responsabilité,
la police doit couvrir toutes les parties assurées dans la pleine mesure de la couverture prévue. De plus,
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 56 of - de 102
la police doit s'appliquer à chaque assuré de la même manière et dans la même mesure que si une police
distincte avait été émise à chacun d'eux.
e.
Responsabilité contractuelle générale : La police doit, sur une base générale ou par renvoi
explicite au contrat, couvrir les obligations assumées en ce qui concerne les dispositions contractuelles.
f. Les employés et (s'il y a lieu) les bénévoles doivent être désignés comme assurés additionnels.
g.
Responsabilité de l'employeur (ou confirmation que tous les employés sont protégés par la
Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) ou
par un programme semblable).
h.
Avis d'annulation : L'assureur s'efforcera de donner à l'autorité contractante un avis écrit de
trente (30) jours en cas d'annulation de la police.
i.
S'il s'agit d'une police sur la base des réclamations, la couverture doit être valide pour une
période minimale de douze (12) mois suivant la fin ou la résiliation du contrat.
j.
Responsabilité civile indirecte du propriétaire ou de l'entrepreneur : Couvre les dommages
découlant des activités d'un sous-traitant que l'entrepreneur est juridiquement responsable de payer.
k.
Pollution subite et accidentelle (minimum 120 heures) : Pour protéger l'entrepreneur à l'égard
des responsabilités découlant de dommages causés par la pollution accidentelle.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 57 of - de 102
Annexe E
Garantie
Procédures de garantie
1.
Portée
a.
Voici les procédures qui s'appliquent aux exigences particulières de garantie pour un navire, une
fois le réaménagement effectué.
2.
Déclaration des défauts aux fins de garantie
a.
Le but initial de la préparation d'un rapport de défaut vise à faciliter la décision de savoir s'il faut
ou non y faire intervenir la notion de garantie et de prendre les mesures pour effectuer les réparations.
Par conséquent, en plus de préciser le défaut, de préciser l'emplacement, etc., le rapport doit contenir
des détails du défaut. Les décisions touchant la garantie, en règle générale, doivent être prises à l'échelle
locale et le processus administratif doit être conforme aux procédures établies.
b.
Ces procédures sont nécessaires car le fait d'invoquer une garantie ne signifie pas
nécessairement que le garant effectuera automatiquement les réparations à ses propres frais. L'examen
du défaut pourrait entraîner une renonciation de responsabilité. Par conséquent, il est essentiel que, lors
de cet examen, le ministère soit directement représenté par un responsable technique compétent en
mesure d'accepter ou de refuser les assertions du garant. Étant donné que le responsable de l'inspection
est celui qui connait le mieux les travaux réalisés, il doit assumer ce rôle.
3.
Procédures
a.
Dès que les employés se rendent compte qu'un équipement ou qu'un système ne respecte pas
les normes établies ou est devenu défectueux, il faut suivre les procédures suivantes aux fins d'enquête
et de rapport
i.
Les responsables du navire doivent aviser le responsable technique lorsqu'un défaut, considéré
comme étant directement lié aux travaux de réaménagement, a été remarqué.
ii.
Après examen de la spécification et du document d'acceptation, le responsable technique, en
collaboration avec le personnel du navire, doit compléter les données de base et la section 1 du
formulaire de réclamation au titre de la garantie (appendice 1 de l'annexe E) et faire parvenir l'original à
l'entrepreneur aux fins d'examen, avec copie à l'autorité contractante de TPSGC. Si cette dernière ou le
responsable de l'inspection est incapable de justifier une mesure visant la garantie, le formulaire de
réclamation de défaut doit être retourné à son auteur accompagné d'une brève justification. (Il est à
remarquer que dans ce dernier cas, TPSGC avisera l'entrepreneur de sa décision et aucune autre
mesure ne sera requise de la part de l'entrepreneur.)
Les défauts en vertu de la garantie peuvent être communiqués par courrier, par télécopieur ou par
courriel, selon la méthode la plus appropriée.
iii..
Si l'entrepreneur accepte l'entière responsabilité des réparations, il doit remplir les sections 2 et 3
du formulaire de réclamation, le retourner au responsable de l'inspection, qui confirmera que les mesures
correctrices ont été prises et qui distribuera des exemplaires du formulaire au responsable technique et à
l'autorité contractante de TPSGC.
b.
Si l'entrepreneur conteste la réclamation ou accepte d'en partager la responsabilité, il doit remplir
les sections 2 et 3 du formulaire de réclamation, et fournir les renseignements appropriés et le faire
parvenir à l'autorité contractante, qui en distribuera des exemplaires aux personnes nécessaires.
c.
Lorsque l'entrepreneur conteste une réclamation de défaut lié à la garantie, le responsable
technique peut prendre les dispositions nécessaires pour que les ressources internes corrigent le défaut
ou que le travail soit donné en sous-traitance. Tous les coûts connexes doivent être surveillés et notés et
pourront être imputés à l'entrepreneur par TPSGC. Le coût des matériaux et de la main-d'œuvre
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 58 of - de 102
consacrés à la correction du défaut devra être inscrit à la section 5 du formulaire de réclamation de
défaut par le responsable technique, qui fera parvenir le formulaire à l'autorité contractante de TPSGC, à
des fins de suivi. Les pièces d'équipement défectueuses doivent être conservées jusqu'au règlement de
la réclamation.
d.
L'équipement défectueux visé par une réclamation possible de garantie ne doit pas normalement
être enlevé avant que le représentant de l'entrepreneur ait eu l'occasion d'observer le défaut. Les travaux
nécessaires doivent être entrepris en suivant les méthodes habituelles de réparation; les coûts pertinents
doivent être notés distinctement et pourront être imputés à l'entrepreneur par TPSGC.
4.
Responsabilité
a.
L'entente entre l'autorité contractante, le responsable de l'inspection, le responsable technique et
l'entrepreneur entraînera l'un des résultats suivants
I.) L'entrepreneur accepte l'entière responsabilité des frais de réparation en vertu des dispositions de
garantie du contrat;
Ii.) Le responsable technique accepte l'entière responsabilité des réparations concernant l'élément visé;
ou
Iii.) L'entrepreneur et le responsable technique acceptent de partager la responsabilité des coûts de
réparation de l'élément inutilisable, auquel cas l'autorité contractante de TPSGC négociera la meilleure
entente possible de partage des coûts.
b.
Dans l'éventualité d'un désaccord, comme le stipule le paragraphe 5c TPSGC prendra les
dispositions nécessaires avec l'entrepreneur, alors que le responsable technique informera ses cadres
supérieurs en leur fournissant les données pertinentes et des recommandations.
c.
Le coût total de traitement des réclamations de garantie doit inclure les frais de déplacement et
d'hébergement des employés de l'entrepreneur et tenir compte des contraintes opérationnelles et du
temps d'arrêt de l'équipement et des systèmes. Par conséquent, l'autorité contractante/le responsable de
l'inspection et le responsable technique discuteront du coût de la main-d'œuvre et du matériel requis pour
la prise des mesures correctives, en vue de déterminer la meilleure solution.
5.
Période de vérification et de réparation visée par la garantie
a.
Dans la mesure du possible, une période à quai doit être prévue juste avant l'expiration de la
période de garantie de 90 jours. Cette période vise à fournir le temps nécessaire pour effectuer les
réparations visées par la garantie et leur vérification par l'entrepreneur.
b.
Peinture sous-marine: Advenant un problème pendant la période de garantie, l'entrepreneur est
uniquement responsable des réparations jusqu'à un montant maximum défini ainsi : le coût original du
Canada pour la peinture et la préservation de la section sous-marine de la coque, divisé par 365 jours et
multiplié par le nombre de jours restant de la période de garantie de 365. La somme établie par ce calcul
représentera le « crédit en dollars » dû au Canada par l'entrepreneur.
c.
Le système de peinture sous-marine avant l'expiration de la garantie, doit être vérifié par des
plongeurs. L'autorité technique doit organiser l'inspection et s'assurer qu'un représentant de
l'entrepreneur sera présent. L'autorité technique informera l'autorité contractante de tout résultat négatif.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 59 of - de 102
Annexe F
Procédure de traitement des travaux imprévus
1.
But
La procédure de traitement des travaux imprévus a été établie pour répondre aux besoins
suivants:
a.
établir une méthode de traitement uniforme des demandes concernant des travaux imprévus;
b.
obtenir l'approbation nécessaire de l'autorité fonctionnelle et celle de l'autorité contractante avant
que les travaux ne soient entrepris;
c.
offrir le moyen de tenir un registre des travaux supplémentaires nécessaires, y compris les
numéros de série, les dates et le coût cumulatif. Toutes les attestations figurant au verso du formulaire
précité doivent être signées par les personnes indiquées ou leurs délégués.
2.
Définitions
a.
La procédure concernant les travaux imprévus est une procédure contractuelle au moyen de
laquelle la portée des travaux spécifiés dans le contrat peut être modifiée, définie et évaluée, pour
ensuite faire l'objet d'une entente entre les parties. Une telle modification peut découler de:
i.
travaux imprévus découverts lors du démontage de la machinerie ou à la suite de
l'inspection de l'équipement et du matériel
ii.
b.
nouveaux travaux non spécifiés à l'origine, mais jugés nécessaires sur le navire.
La procédure ne permet pas de corriger les lacunes de la proposition de l'entrepreneur.
c.
Aucun travail imprévu ne sera exécuté par l'entrepreneur sans l'autorisation écrite de l'autorité
contractante, sauf dans les circonstances urgentes décrites dans le sous-paragraphe 3(b) Travaux
imprévus
d.
Les travaux entrepris sans l'autorisation écrite de l'autorité contractante seront la responsabilité
de l'entrepreneur et il devra en assumer les coûts.
e.
La forme appropriée de TPSGC est le résumé final de la définition des exigences en matière de
travaux imprévus, ainsi que des coûts négociés et acceptés.
3.
Procédures
a.
La procédure fait appel à la formule TPSGC 1379, pour les travaux de radoub et de réparation et
cette formule sera la seule utilisée pour autoriser tous les travaux imprévus.
b.
Selon la présente procédure, il incombe à l'entrepreneur de prendre les mesures d'urgence
jugées nécessaires pour éviter toute perte ou dommages relatifs au navire. La responsabilité du coût de
telles mesures sera déterminée conformément aux conditions du contrat.
c.
L'autorité technique entreprendra le processus de demande d'estimation des travaux en
définissant la nature des travaux imprévus à exécuter. Il joindra à la demande les plans, les esquisses,
les devis techniques supplémentaires et tout autre détail approprié, puis attribuera un numéro de série à
la demande.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 60 of - de 102
d.
Indépendamment de ce qui précède, l'entrepreneur peut indiquer à l'autorité fonctionnelle, soit
par lettre, soit par tout autre avis de défectuosité (formulaire de l'entrepreneur), qu'il y aurait lieu
d'exécuter certains travaux imprévus.
e.
Qu'elle accepte ou qu'elle rejette une telle proposition, l'autorité fonctionnelle en informera
l'entrepreneur ainsi que l'autorité contractante. L'acceptation de la proposition ne doit pas être interprétée
comme une autorisation de procéder à l'exécution des travaux. Au besoin, l'autorité fonctionnelle définira
les travaux imprévus nécessaires conformément aux indications données au sous-paragraphe 3. (c).
f.
L'entrepreneur soumettra par voie électronique sa proposition à l'autorité contractante avec
l'information demandée sur la justification des prix, les qualifications, les remarques ou autres.
La justification des prix doit expliquer la relation entre la portée des travaux, les coûts estimés de
l'entrepreneur et le prix de vente. Il s'agit d'une ventilation des tarifs unitaires de l'entrepreneur, des
estimations des heures-personnes par métier, de l'estimation des coûts du matériel par article pour
l'entrepreneur et tous ses sous-traitants, des estimations de toute répercussion, ainsi que de l'évaluation
du temps nécessaire à l'entrepreneur pour réaliser les travaux imprévus.
g.
L'entrepreneur doit fournir des exemplaires des bons d'achat et des factures payées pour des
sous-contrats et du matériel, y compris des articles en inventaire. L'entrepreneur doit fournir au moins
deux estimations pour les sous-contrats et le matériel. Si l'estimation recommandée n'est pas la plus
basse ni celle d'un fournisseur unique, il faut le noter. À la demande de l'entrepreneur, l'autorité
contractante peut être autorisée à rencontrer tout sous-traitant ou fournisseur de matériel afin de discuter
du prix en compagnie du représentant de l'entrepreneur.
h.
À la suite de discussions entre l'autorité contractante et l'entrepreneur et si aucune négociation
n'est nécessaire, l'autorité contractante recevra la confirmation de l'autorité technique d'approuver la
forme. Si l'autorité fonctionnelle opte pour l'exécution des travaux, il signe la formule et autorise
l'exécution des travaux imprévus.
i.
Dans l'éventualité où l'autorité fonctionnelle ne désirerait pas que l'on entreprenne les travaux
proposés, il annulerait la demande s'y rapportant en communiquant par écrit avec l'autorité contractante.
j.
S'il advenait que la négociation comprenne l'attribution d'un crédit, on remplirait la formule
TPSGC appropriée en y inscrivant la mention "crédit".
k.
Si l'autorité technique demande des travaux imprévus urgents ou que les négociations sont dans
une impasse, le début des travaux imprévus ne doit pas être retardé indûment et les travaux doivent être
traités en fonction des étapes ci-dessous. L'entrepreneur remplira la formule TPSGC 1379 en y indiquant
le coût proposé et transmettra la formule à l'autorité contractante. Si l'autorité fonctionnelle désire que les
travaux soient réalisés, l'autorité contractante et l'autorité fonctionnelle signeront la formule TPSGC
appropriée sur laquelle on inscrira la mention "PRIX PLAFOND SUJET À UNE RÉVISION À LA BAISSE",
puis ils attribueront à la formule un numéro de série se terminant par la lettre "A". Les travaux pourront
ainsi commencer, étant entendu que le coût sera définitivement fixé après une vérification des coûts réels
assumés par l'entrepreneur pour réaliser les travaux décrits, soit au prix plafond, soit à un prix inférieur
selon les résultats de la vérification. Un nouveau formulaire TPSGC sur lequel figureront les coûts
définitifs sera alors rempli, signé et émis. Le formulaire portera le même numéro de série, sans la lettre «
A », mais avec la mention que ce formulaire annule et remplace le formulaire émis précédemment sous le
même numéro suivi de la lettre « A ».
REMARQUE
Les formulaires TPSGC portant un numéro de série avec la lettre « A » ne doivent pas être inclus dans
des modifications au contrat et, par conséquent, aucun paiement ne sera fait avant l'atteinte d'une
résolution finale concernant le prix et l'ajout d'une modification au contrat.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 61 of - de 102
4.
Avenant au contrat ou à l'entente officielle
De temps en temps, il arrivera que le contrat sera modifié conformément aux conditions prévues afin
d'inclure les coûts autorisés au moyen des formules TPSGC appropriées.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 62 of - de 102
Annexe G
Inspection/Contrôle de la qualité
G1
Plan de contrôle de la qualité
L'entrepreneur doit mettre en œuvre et suivre le plan de contrôle de la qualité qui a été préparé selon la
dernière édition (à la date du contrat) de la norme ISO10005:2005 Systèmes de management de la
qualité - Lignes directrices pour les plans qualité, et qui a été approuvé par le responsable de l'inspection
et le responsable technique. Le plan de contrôle de la qualité devra décrire comment l'entrepreneur
entend se conformer aux exigences de qualité spécifiées dans le contrat et préciser comment les
activités reliées à la qualité se dérouleront incluant l'assurance de la qualité des sous-traitants.
L'entrepreneur doit inclure une matrice qui permet de retracer les éléments des exigences de la qualité
spécifiés aux paragraphes du plan de contrôle de la qualité où l'élément a été traité. Le plan de contrôle
de la qualité doit être mis à la disposition du responsable de l'inspection et du responsable technique aux
fins d'examen et d'approbation dans les cinq (5) jours civils suivant l'attribution du contrat.
Les documents cités en référence dans le plan de contrôle de la qualité doivent être disponibles dans les
deux (2) jours ouvrables suivant la demande du responsable de l'inspection.
L'entrepreneur doit effectuer les modifications appropriées au plan pendant la durée du contrat de façon à
refléter les activités de qualité en cours ou planifiées. Le responsable de l'inspection et le responsable
technique doivent être en accord avec les modifications apportées au plan qualité.
G2
Plan des essais et des inspections
1.
L'entrepreneur devra préparer un plan des essais et des inspections comprenant des plans
individuels d'essais et d'inspection pour chaque spécification de ce projet, selon la norme de qualité et le
plan de contrôle de la qualité. Le plan des essais et des inspections doit être remis au responsable de
l'inspection aux fins d'examen et modifié par l'entrepreneur à la satisfaction du responsable de
l'inspection.
a.
Le plan des essais et des inspections doit contenir tous les points d'inspection indiqués dans les
spécifications et souligner tous les points obligatoires qui doivent être examinés par le responsable de
l'inspection, ainsi que les points en suspens imposés par l'entrepreneur pour assurer la qualité des
travaux.
b.
La date de présentation du plan des essais et des inspections est précisée dans le contrat;
cependant, les plans individuels doivent être présentés au fur et à mesure qu'ils sont élaborés pour
examen.
2.
Codes
a.
Chaque plan des essais et des inspections doit être codé aux fins d'identification pour démontrer
clairement l'utilisation d'une approche systématique similaire à l'approche suivante (le système de
l'entrepreneur doit être établi dans son plan de contrôle de la qualité)
i.
Préfixes pour les inspections, les tests et les essais:
Le préfixe « 1 » représente une inspection de l'entrepreneur; par exemple 1H-10-01, 1H-10-02;
Le préfixe « 2 » représente un test après réparation de l'entrepreneur; par exemple 2H-10-01;
Le préfixe « 3 » représente un essai après réparation de l'entrepreneur; par exemple 3H-10-01.
b.
Les codes des spécifications suivis des numéros de séquence pour les processus d'inspection à
l'intérieur de chaque code des spécifications;
c.
Renvoi au numéro d'un document de vérification.
G3
Critères visant le plan des essais et des inspections
Les critères d'inspection, les procédures et les exigences sont stipulés dans les spécifications, les
dessins, les ordres techniques et les normes de référence stipulées dans les spécifications. Les
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 63 of - de 102
documents d'essais pourront également être inclus ou cités dans les spécifications. Un plan individuel
des essais et des inspections est requis pour chaque élément des spécifications.
a.
Tous les plans des essais et des inspections doivent être préparés par l'entrepreneur
conformément aux critères susmentionnés, son plan de contrôle de la qualité et doivent fournir les
renseignements de référence suivants
i. le nom du navire;
ii.
le numéro de l'élément de la spécification;
iii.
la description de l'équipement ou du système et un énoncé définissant le paramètre qui doit faire
l'objet d'une inspection;
iv.
une liste des documents pertinents cités ou précisés dans la procédure d'inspection;
v.
les exigences en matière d'essai ou d'inspection précisées dans la spécification:
vi.
les outils et l'équipement nécessaires pour effectuer l'inspection;
vii.
les conditions environnementales dans lesquelles les inspections doivent être effectuées et les
tolérances au chapitre des conditions d'inspection;
viii.
une procédure détaillée de la façon dont chaque inspection doit être effectuée, les paramètres de
conformité, les critères d'acceptation ou de rejet et l'inscription des résultats, des lacunes et des mesures
correctrices requises;
ix.
le nom et la signature de la personne qui a préparé le plan, la date de préparation et le niveau de
modification;
x.
le nom et la signature des personnes qui ont effectué l'inspection ou l'essai ou qui en ont été
témoins.
4.
Essais imposés par l'entrepreneur
Les essais qui viennent s'ajouter à ceux que l'on retrouve dans la spécification doivent être approuvés par
le responsable de l'inspection.
a.
Modifications : Les modifications visant les plans des essais et des inspections doivent être
continues tout au long du réaménagement et refléter les exigences en matière d'inspection pour les
travaux imprévus. Les modifications doivent être présentées au fur et à mesure, mais au moins à toutes
les deux semaines.
G4 Déroulement des inspections
1.
Les inspections doivent être effectuées conformément au plan des essais et des inspections et à
l'article G4.
2.
L'entrepreneur doit fournir ses propres employés ou sous-traitants pour effectuer les inspections
et les essais; mis à part le responsable technique ou le responsable de l'inspection qui peuvent être
désignés dans les spécifications. Dans ce cas, l'entrepreneur doit s'assurer que ses propres employés
soient présents pour appuyer les inspections ou les essais.
3.
L'entrepreneur doit veiller à ce que les conditions énoncées dans le plan des essais et des
inspections prévalent au début de chaque essai ou inspection et pendant toute leur durée.
4.
L'entrepreneur doit veiller à ce que les employés nécessaires pour faire fonctionner l'équipement
et pour prendre des notes pendant les essais et les inspections soient dûment informés et disponibles au
début des essais et des inspections et pendant toute leur durée. Les gens de métier ou les inspecteurs
de maintenance qui doivent apporter des ajustements ou des changements mineurs doivent être
disponibles à court préavis.
5.
L'entrepreneur doit coordonner les activités de tous les employés qui participent à chaque essai
ou inspection et veiller à ce qu'ils se déroulent de façon sécuritaire.
G5
Rapports et dossiers d'inspection
1.
L'entrepreneur doit inscrire les résultats de chaque inspection dans le registre
d'inspection ou sur les feuilles d'essai, le cas échéant. L'entrepreneur doit conserver des dossiers des
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 64 of - de 102
inspections effectuées, conformément à la norme de qualité ou à son plan de contrôle de la qualité pour
le projet.
2.
Le représentant de l'entrepreneur au chapitre du contrôle de la qualité (et l'inspecteur de
la maintenance, au besoin) doit apposer sa signature comme témoin des inspections ou des essais dans
le registre des inspections. L'entrepreneur doit acheminer les originaux des dossiers d'inspection, ainsi
que les feuilles d'essai dûment remplies au responsable de l'inspection, dans le dossier du certificat
d'acceptation provisoire.
3.
Les résultats des essais ou des inspections jugés insatisfaisants, pour lesquels des
mesures correctrices ne peuvent pas être apportées dans le cadre normal de l'essai ou de l'inspection
exigeront de l'entrepreneur qu'il en établisse la cause, à la satisfaction du responsable de l'inspection.
Les représentants du Canada pourront participer à cette identification, au besoin.
4.
L'entrepreneur doit présenter au responsable des inspections, par écrit, les mesures
correctrices visant à supprimer la cause des inspections insatisfaisantes, aux fins d'approbation avant
d'effectuer les réparations nécessaires et de reprendre les essais ou les inspections jugés insatisfaisants.
Ces avis doivent être incorporés au registre final remis au responsable des inspections.
5.
L'entrepreneur doit corriger les lacunes liées à ses installations ou aux réparations et ce,
dès que possible. Il doit organiser ces réparations à ses propres risques.
6.
L'entrepreneur doit reprendre les inspections jugées insatisfaisantes lorsque les
réparations nécessaires ont été effectuées.
7.
Les documents d'essais, d'inspection et de contrôle de la qualité qui prouvent le respect
des exigences établies, y compris les dossiers de mesures correctrices, doivent être conservés par
l'entrepreneur pendant une période de trois (3) ans à compter de la date d'achèvement du contrat et
devront être remis au responsable de l'inspection, sur demande.
G6
Processus d'essai et d'inspection
1.
Dessins et bons de commande
a.
Après avoir reçu deux (2) exemplaires de chaque dessin ou bon de commande, le responsable
des inspections désigné en examine le contenu par rapport aux dispositions des spécifications. Lorsqu'il
relève des divergences, le responsable de l'inspection prévient officiellement tous les intéressés par écrit,
au moyen d'un avis de divergence. L'entrepreneur et les autres responsables de l'État doivent se
consulter au sujet des divergences ainsi relevées.
Le responsable des inspections n'est PAS responsable de la correction des divergences.
2.
Inspection
a.
Sur réception et acceptation du plan des essais et des inspections de l'entrepreneur, l'inspection
comportera un certain nombre de points, complétés par les autres inspections, essais, démonstrations et
tests que le responsable de l'inspection désigné peut juger nécessaires pour pouvoir attester que les
travaux ont été exécutés conformément aux dispositions de la spécification. L'entrepreneur doit faire
connaître au responsable des inspections désigné la date à laquelle l'ouvrage pourra être inspecté, en lui
donnant un préavis suffisant pour qu'il puisse prendre des mesures pour effectuer l'inspection voulue.
b.
Le responsable des inspections examine les matériaux, l'équipement et les travaux pour
l'ensemble du projet par rapport aux dispositions du devis; lorsqu'il relève des cas de non-conformité, il
établit les RAPPORTS D'INSPECTION DE NON-CONFORMITÉ pertinents.
c.
Lorsqu'un contrat oblige à appliquer un système d'assurance et de contrôle de la qualité, le
responsable des inspections doit exiger que l'entrepreneur lui fournisse un exemplaire de son rapport
d'inspection interne se rapportant à l'ouvrage visé avant de procéder à l'inspection demandée. S'il faut
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 65 of - de 102
demander à des tiers de faire des inspections conformément au contrat (par exemple, en faisant appel à
un inspecteur de soudage agréé selon la norme BCS 178,2), les rapports doivent être déposés avant que
le responsable des inspections de TPSGC examine les travaux.
d.
Il faut mettre sur pied un système d'assurance et de contrôle de la qualité (AQ/CQ). Par
conséquent, lorsqu'on présente au responsable des inspections, avant l'inspection, les documents
confirmant que les travaux sont satisfaisants, mais que le responsable des inspections constate que ces
travaux n'ont pas été examinés de manière satisfaisante, le responsable de l'inspection doit établir un
Rapport d'inspection de non-conformité par rapport aux travaux et un autre rapport en ce qui concerne
les lacunes du système d'AQ/CQ de l'entrepreneur.
e.
Avant d'examiner des travaux, le responsable des inspections de TPSGC doit passer en revue
les exigences relatives à ces travaux et les normes d'acceptation et/ou de rejet à appliquer. Lorsqu'il faut
appliquer plusieurs normes ou exigences qui pourraient se contredire, le responsable des inspections doit
consulter l'ordre de priorité des documents dans le contrat afin de connaître les normes ou exigences à
appliquer d'abord.
3.
Rapport d'inspection de non-conformité
a.
Il faut établir un Rapport d'inspection de non-conformité pour chaque cas de non-conformité
relevé par l'inspecteur. Chaque rapport doit porter un numéro de référence unique, être signé et daté par
le responsable des inspections et décrire le cas de non-conformité.
b.
Lorsque l'entrepreneur a corrigé le problème de non-conformité et que l'ouvrage a été inspecté
de nouveau et accepté par le responsable des inspections, ce dernier complète le rapport en y ajoutant
une mention pertinente, qu'il doit signer et dater.
c.
À la fin du projet, le contenu de tous les Rapport d'inspection de non-conformité qui n'ont pas été
approuvés par le responsable des inspections est transcrit dans les documents d'acceptation avant que
le responsable des inspections atteste ces documents.
4. Tests, essais et démonstrations
a.
Pour permettre au responsable des inspections d'attester que les travaux ont été exécutés de
manière satisfaisante, conformément au contrat et aux spécifications, l'entrepreneur doit programmer,
coordonner, exécuter et enregistrer l'ensemble des tests, des essais et des démonstrations précisés et
exigés par le responsable des inspections.
b.
Lorsque la spécification fait état d'une exigence précise pour ce qui est de l'exécution d'un
composant, d'un bien d'équipement, d'un système ou d'un sous-système, l'entrepreneur doit les
soumettre à des essais à la satisfaction du responsable des inspections, pour démontrer qu'ils produisent
le rendement spécifié et qu'ils fonctionnent conformément aux spécifications.
c.
Les tests, essais et démonstrations doivent se dérouler conformément à un calendrier logique et
systématique, qui doit permettre de s'assurer qu'on met à l'épreuve tous les composants et biens
d'équipement connexes avant la démonstration ou la mise à l'essai des sous-systèmes et que ces soussystèmes sont mis à l'épreuve avant la démonstration ou la mise à l'essai des systèmes.
d.
Lorsque les spécifications ne comprennent pas d'exigences propres au rendement d'un
composant, d'un bien d'équipement, d'un système ou d'un sous-système, l'entrepreneur doit faire la
démonstration du rendement de ce composant, de ce bien d'équipement, de ce système ou de ce soussystème à la satisfaction du responsable des inspections.
e.
L'entrepreneur doit soumettre son plan des essais et des inspections conformément à l'article G1.
f.
L'entrepreneur doit coordonner l'ensemble des tests, essais et démonstrations avec les parties
intéressées, y compris le responsable de l'inspection; les autorités contractantes et techniques; les
autorités réglementaires; la société de classification et les sous-traitants, entre autres. L'entrepreneur doit
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 66 of - de 102
envoyer un préavis au responsable de l'inspection et aux autres autorités de l'État au moins cinq (5) jours
ouvrables avant la tenue de tests, d'essais ou de démonstrations.
g.
L'entrepreneur doit conserver des relevés écrits sur l'ensemble des tests, des essais et des
démonstrations effectués. Ce dernier peut se servir des RELEVÉS D'ESSAIS ET DE TESTS
NORMALISÉS DE TPSGC, qu'il peut adapter aux différents essais ou tests à effectuer. On peut se
procurer ces relevés sur support numérique en s'adressant au responsable de l'inspection.
h.
L'entrepreneur doit être en tout point responsable du déroulement de l'ensemble des essais et
des tests conformément aux exigences du contrat.
i.
Le responsable de l'inspection et le responsable technique se réservent le droit de reporter le
début ou la suite des tests en mer pour tout motif raisonnable, notamment les intempéries, la visibilité,
une panne ou la détérioration de l'équipement, l'absence d'employés compétents et l'application
insuffisante des normes de sécurité.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 67 of - de 102
Annexe H
Feuille de présentation de la soumission financière
H1
A)
Prix pour évaluation
Travaux prévus Pour les travaux prévus à la clause 1,2 de la Partie 1,
précisés à l'annexe A et détaillés à l'Appendice 2 de la présente annexe annexe H, Feuilles de renseignements sur les prix cumulés, pour un PRIX
FERME de :
Égal ou supérieur à 16 100 000 $ sans excéder 17 000 000 $.
_______________$
Inférieur à 16 100 000 $ seulement si tous les 82 éléments font l’objet d’un
prix avec les 820 points).
B)
B1. Coût de main-d'œuvre des travaux imprévus: estimation du nombre
d'heures à un taux horaire ferme incluant les frais généraux et les bénéfices
aux fins d'évaluation seulement : 5000 personnes-heures X _____ $ par
heure pour un PRIX de: voir article H2.1 et H2.2 ci-dessous.
_______________$
B2. Prime pour taux et demi estimation du nombre d'heures aux fins
d'évaluation seulement: 500 personnes-heures X _____ par heure pour un
PRIX de : voir article H3 ci-dessous.
_______________$
B3. Prime pour taux double estimation du nombre d'heures aux fins
d'évaluation seulement: 300 personnes-heures X ______ $ par heure pour
un PRIX de : voir article H3 ci-dessous.
_______________$
Note : La prime représente la différence entre le taux applicable à l’Article H3
a) et H3 b) et le coût de main d’œuvre côté ci-dessus au point B1
* Les heures régulières sont définies par une journée de travail de 8 heures.
** Les heures supplémentaires en B2 ci-dessus sont définies par les heures
excédant les heures régulières.
C)
*** Les heures supplémentaires en B3 ci-dessus est définies par les
dimanches et les jours fériés.
Frais de services quotidiens, selon la clause H4
i)
ii)
D)
Dix (10) journées de travail X ______ $ /frais de services quotidiens
fermes = ___________$
_______________$
ii) Quatre (4) jours non ouvrables X ____$ /frais de services
quotidiens fermes = ___________$
_______________$
Coût de transfert du navire conformément à la clause H7 Chantier naval ou
installation de radoub : ____________________
E)
Coût de la garantie financière selon la clause 6.2
F)
POINTS CUMULÉS (détaillés à l'appendice2 de l'annexe H des Fiches de
renseignements concernant l'établissement des prix cumulés ci-jointes)
_______________$
_______________$
G)
PRIX D'ÉVALUATION, (Taxes applicables exclues)
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 68 of - de 102
_______________$
[A + B + C+ D + E] :
Pour un PRIX D'ÉVALUATION de (Taxes applicables exc.):
H)
_______________$
PRIX PAR POINT = [G] / [F]
$________/ POINT
Le prix le plus bas par point sera accordé le contrat
H2
Travaux imprévus
L'entrepreneur sera payé pour les travaux imprévus, tel qu'autorisé par le Canada. Les travaux imprévus
autorisés seront calculés comme suit :
Nombre d'heures (à négocier) X _________$, montant correspondant au tarif d'imputation horaire ferme
de l'entrepreneur pour la main-d'œuvre, y compris les frais généraux, les consommables et les bénéfices,
plus le prix de revient réel des matériaux, auquel sera ajoutée une marge bénéficiaire de 10 %, plus les
taxes applicables, le cas échéant, du coût total du matériel et de la main-d'œuvre.
Il s'agira de taux moyens englobant toutes les catégories de main-d'œuvre, d'ingénierie et de
contremaître, ainsi que tous les frais généraux, la supervision et les bénéfices. Le tarif d'imputation
horaire ferme et la marge bénéficiaire sur le matériel demeureront fermes pour la durée du contrat et
toutes autres modifications s'y rattachant
H2.1 Nonobstant les définitions ou les termes utilisés ailleurs dans le présent document ou dans le
Système de gestion des coûts du soumissionnaire, lors de la négociation des heures de travail pour les
travaux imprévus, TPSGC tiendra uniquement compte des heures de travail directement liées aux
travaux pertinents.
Les éléments des frais de main-d'œuvre connexes identifiés au point H2.2 ci-dessous ne seront pas
négociés, mais seront pris en compte en conformité de la note H2.2. Il incombe donc au soumissionnaire
de présenter une soumission appropriée qui assurera une rémunération juste, sans égards au système
de gestion des coûts.
H2.2 Une Indemnité pour les frais de main-d'œuvre connexes comme la gestion, la supervision
directe, les achats, la manutention, l'assurance de la qualité et les rapports, les premiers soins, les
inspections de dégazage et les rapports, et l'établissement de prévisions, sera incluse comme frais
généraux pour établir le tarif d'imputation pour la main-d'œuvre inscrits à la ligne H2 ci-dessus.
H2.3 Le taux de majoration de 10 % pour les matériaux s'appliquera également aux coûts des contrats
de sous-traitance. Le taux de majoration comprend toutes les indemnités pour la gestion des matériaux
et de la sous-traitance qui n'entrent pas dans le tarif d'imputation pour la main-d'œuvre. L'entrepreneur
n'aura pas droit à une indemnité distincte pour l'achat et la manutention des matériaux ou pour
l'administration de la sous-traitance.
H3
Heures supplémentaires
L'entrepreneur ne devra pas faire d'heures supplémentaires dans le cadre du contrat à moins
d'avoir obtenu une autorisation préalable écrite de l'autorité contractante. On ne paiera pas les heures
supplémentaires effectuées dans le cadre des travaux prévus. Toute demande de paiement doit être
accompagnée d'une copie de l'autorisation des heures supplémentaires et d'un rapport renfermant le
détail des heures supplémentaires effectuées conformément à cette autorisation. Aucune heure
supplémentaire ne pourra être facturée sans l'autorisation écrite préalable de l'autorité contractante et
uniquement dans le cadre des travaux supplémentaires autorisés.
Le paiement pour les heures supplémentaires autorisées sera calculé comme suit.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 69 of - de 102
Voici les taux d'heures supplémentaires :
a) Taux et demi : $________ / par personne par heure
b) Taux double : $________ / par personne par heure
Il s'agira de taux moyens englobant toutes les catégories de main-d'œuvre, d'ingénierie et de
contremaître, ainsi que tous les frais généraux, la supervision et les bénéfices.
Ces taux demeureront fermes pour la durée du contrat, y compris toutes les modifications et sont sujet à
une vérification si le Canada le juge nécessaire.
* Heures normales : jour de travail de 8 heures
** Heures supplémentaires taux et demi: Temps au-delà des heures normales.
*** Heures supplémentaires Taux double: dimanches et jours fériés
H4
Frais de service quotidiens
Dans l'éventualité d'un délai dans l'exécution des travaux, et si ce délai est reconnu et accepté par
l'autorité contractante comme attribuable au Canada, le Canada acceptera de payer l'entrepreneur des
frais de service quotidiens décrits ci-après pour chaque journée d'un tel délai. Ces frais constitueraient la
seule responsabilité du Canada envers l'entrepreneur pour ce délai.
Prix ferme pour frais de service quotidiens
(a)
Pour une journée de travail : _______________ $
(b)
Pour une journée de repos : _______________ $
Les frais ci-haut incluent mais sans s'y limiter tous les aspects des coûts suivants : services de gestion
de projet, soutien administratif, services de production, assurance qualité, soutien pour la gestion du
matériel, entretien et services aux navires et toutes autres ressources et coûts directs requis afin de
maintenir le navire aux installations de l'entrepreneur. Ces frais sont fermes et ne seront sujets à aucune
charge additionnelle, commission ou profit.
H5
Coûts - Navire, radoub, réparation ou amarrage
Les coûts suivants doivent être inclus dans le prix d'évaluation
1.
Services : comprend tous les coûts pour les services de navire comme l'eau, la vapeur,
l'électricité, etc., nécessaires à l'entretien du navire pour la durée du contrat.
2.
Amarrage et désarrimage comprend
a)
tous les coûts relatifs à la mise en cale sèche, à la mise à quai, à la sécurité, à la mise
sur berceaux et(ou) au déplacement du navire dans les installations du soumissionnaire retenu.
b)
les amarres.
les coûts des services nécessaires pour amarrer le navire le long du quai et pour larguer
Sauf indication contraire, le navire sera livré par le Canada aux installations du soumissionnaire retenu le
long du quai à un point de transfert sûr mutuellement convenu, à flot et droit, et le soumissionnaire retenu
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 70 of - de 102
fera de même à la fin des travaux. Les coûts des services nécessaires pour amarrer le navire le long des
installations et pour larguer les amarres doivent être inclus dans le prix d'évaluation.
3.
Inspecteurs de maintenance/Services de supervision : comprend tous les coûts pour les services
d'inspecteurs de maintenance ou des services de supervision incluant les services de représentants des
fabricants, les ingénieurs, etc.
Ces services ne sont pas des frais supplémentaires sauf lorsque des travaux imprévus exigeant ces
services sont ajoutés au contrat.
4.
Enlèvements : comprend tous les coûts pour les enlèvements nécessaires pour exécuter les
travaux, et pour lesquels le soumissionnaire retenu sera responsable, qu'ils soient ou non indiqués dans
les spécifications, sauf les enlèvements non évidents lorsqu'on examine le navire ou les dessins. Le
soumissionnaire retenu devra aussi assurer l'entreposage sûr des éléments enlevés, et leur réinstallation
à la fin des travaux. Il devra assumer le renouvellement des éléments endommagés pendant
l'enlèvement.
5.
Mise à l'abri, installation des échafaudages, manutention par grue et transport : comprend le coût
de toutes les activités de mise à l'abri, d'installation d'échafaudage, y compris les rampes, de
manutention par grue et transport, en vue d'exécuter les travaux indiqués.
Le soumissionnaire retenu sera responsable du coût de toutes les modifications d'installations
nécessaires pour se conformer aux règlements applicables de sécurité.
H6
Frais de transfert du navire
1.
Le prix d'évaluation doit inclure les frais de transfert du navire du port d'attache jusqu'au chantier
naval ou à l'installation de radoub où les travaux seront exécutés, et de son retour au port d'attache une
fois les travaux terminés, conformément à ce qui suit:
a)
Le soumissionnaire doit fournir l'emplacement du chantier naval ou de l'installation de radoub où
il propose d'exécuter les travaux ainsi que les frais applicables de transfert du navire, à partir de la liste
fournie au paragraphe 2 de cette clause doit être dans la table H1.
b)
Si l'emplacement du chantier naval ou de l'installation de radoub où le soumissionnaire a
l'intention d'exécuter les travaux n'apparaît pas sur la liste fournie au paragraphe 2 de cette clause, le
soumissionnaire doit, au moins 5 jours civils (insérer le nombre de jours) avant la date de clôture des
soumissions, aviser par écrit l'autorité contractante de l'emplacement proposé pour l'exécution des
travaux. L'autorité contractante confirmera par écrit au soumissionnaire, au moins 3 jours civils (insérer le
nombre de jours) avant la date de clôture des soumissions, l'emplacement du chantier naval ou de
l'installation de radoub et les frais applicables de transfert du navire.
Toute soumission précisant un emplacement pour l'exécution des travaux qui ne figure pas sur la liste au
paragraphe 2 de cette clause et pour laquelle un avis écrit n'a pas été reçu par l'autorité contractante
comme cela est indiqué ci-dessus, sera déclarée non recevable.
2.
Liste des chantiers navals ou des installations de radoub ainsi que des frais applicables de
transfert du navire
Navire:
NGCC Henry Larsen
Port d'attache: St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador
Dans le cas des navires transférés avec un équipage du gouvernement, les frais de transfert incluent le
coût du carburant à la vitesse de transit du navire la plus économique et le coût des travaux de radoub
sans équipage seulement, ainsi que les frais de transport de l'équipage responsable de la livraison,
basés sur le port d'attache du navire et du chantier naval ou de l'installation de radoub. Les frais de
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 71 of - de 102
transport de l'équipage n'incluent pas les frais pour les membres de l'équipage de livraison qui demeurent
au chantier naval ou à l'installation de radoub afin d'exécuter les tâches du projet liées au transfert du
navire.
Dans le cas des navires transférés sans équipage par remorquage commercial, par chemin de fer, par
route ou tout autre moyen de transport convenable, les frais de transfert doivent:
i)
faire partie de la soumission financière du soumissionnaire lorsque celui-ci est responsable du
transfert; ou
iii)
être identifiés en tant que frais applicables de transfert du navire, selon la liste ci-dessous,
lorsque le Canada est responsable du transfert.
Chantier naval/installations de réparation de navires
Entreprise
Ville
Coût de transfert du navire applicable
Group Verreault Navigation
Inc.
Davie
Les Méchins, Québec
Radoub sans
équipage
C$50,274.00
Lévis, Québec
C$45,391.00
New Dock St John’s
Dockyard Limited
Irving Shipbuilding Inc.,
St. John's,
Newfoundland
Halifax, Nova Scotia
C$0.00
C$28,957.00
Pictou Shipyard
Pictou, Nova Scotia
C$27,177.00
Heddle Marine Service Inc.
Hamilton, Ontario
C$64,771.00
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 72 of - de 102
Appendice 1 de l'annexe H
FICHES DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L'ÉTABLISSEMENT DES PRIX
NOMDELACOMPAGNIE:
Section
1
N°de
spéc.
Description
Nombre
total
d'heure
s
Coûttotal
dessousͲ
traitantset
des
représentan
tsdétachés
$
$
$
Coût
unitaire
1.4
Ensemblededocuments
techniques
h
$
$
$ 1.5
Bureauetréunions
d'avancement
h
$
$
$ 1.6
Installationsàl'intentiondu
personnelgouvernemental
h
$
$
$ 1.7
Espaced'entreposage
$
$
$ 1.8
Fraisetcoûts
$
$
$ 1.9Ͳ
1.12
AssurancedelaqualitéPièces
derechange
$
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$
$
$
$
$
$ 1.13
Gestiondeprojet
1Ͳ1.13
Exigencetotaledelaspéc.1
h
h
h
h
h
Remarquestechniques
générales
3
3.0Ͳ
3.10
Caractéristiquesmécaniques
4
4.0Ͳ
4.14
Caractéristiquesélectriques
etélectroniques
5.0Ͳ
5.5
Interférence
électromagnétique
6.1
Dessins
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 73 of - de 102
Prixferme
total
h
2.1Ͳ
2.9
6
Coûttotal
desmatériaux
Objet/Renseignements
générauxsurle
navire/Travaux/portéedu
projet
1.1Ͳ
1.3
2
5
Coûttotalde
lamainͲ
d'œuvre
7
6.2
Manuelsetregistres
6.0Ͳ
6.2
Exigencetotaledelaspéc.6
h
h
7Ͳ7.3
Tests,essaisàquaietessais
enmer
h
8.1
$
$
$ $
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$
$
$
$ $ $/m3
$ $/m3
$
$
$ $
$
$
$
$
$
$ $ $/litre
$ $/m2
$
$
$ $
$
$ $/kw/h
$
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$
$ $
$/tube
$/tube
h
h
h
h
h
Accostageetamarrage
Services
Eaupotable
Eaunonpotable
Raccordementpourles
eauxusées
8.2
h
h
h
Enlèvementdesordures
Eauhuileusedecale
8
ProtègeͲplanchers(5615pi2)
Grue(20tonnes)
Alimentationélectriqueà
quai
9
10
8.3
Miseencalesèche
8.4
Remiseàflot
8.5
Sûretédunavire
8.0Ͳ
8.5
Exigencetotaledelaspéc.8
300.00
8,000.
00
h
h
h
h
h
16.0Ͳ
16.5
Désamiantageet
nouvelleisolation
27
Déposedel'éclairageinterne
27.3.2
Tubesde4pi
27.3.2
Tubesde2pi
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 74 of - de 102
Exigencetotaledela
spéc.27
h
12.0Ͳ
12.4
Réparationdelaprised'eau
derefoulement
h
14
Renouvellementdu
systèmePCCI
14.3.1
Représentantdétaché
14.3.2
AnodesPCCI(4)
14.3.2
Électrodesderéférence(2)
14.3.5
Panneaudecommandede
PCCI
h
h
h
Mécanismesdemiseàla
massedel'arbre(2)
h
27.0Ͳ
27.5
11
12
14.3.7
13
14
15
$
$
$ $ $/anode
$
$
$ $
$
$ $
$
$
$
$ $ $/anode
$
$
$ $
$ $/m
$/anode
$
$
$ $
$
$ $
$
$
$ $
$/m2
$/m2
h
h
14.3.1
1
Anodesenzinc(20)
14.0Ͳ
14.5
Exigencetotaledela
spéc.14
20
Renouvellementdu
systèmeantisalissuredela
tuyauterie
20.3.1
Représentantdétaché
20.3.2
Câble(300m)
h
20.3.3
Anodes(20)
20.3.6
PanneauMGPSde20W
20.0Ͳ
20.5
Exigencetotaledela
spéc.20
13.0Ͳ
13.5
h
h
h
Renouvellementdes
conduitsdusystèmeàbulles
d'air
15
Revêtementsdelacoque
15.3.8
Décaperànul'acier
15.3.1
8
Peinture
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 75 of - de 102
h
15.0Ͳ
15.5
Exigencetotaledela
spéc.15
34
Revêtementderéservoirdu
systèmeIntering
34.3.6
$
$
$ $
Décapage
34.3.6
Revêtement
$/m2
$/m2
34.3.7
Citernedestabilitéavant
$
$
$ 34.3.8
Citernedestabilitéarrière
$
$
$ 34.3.9
Caissed'inclinaisonavant
$
$
$ 34.3.1
0
Caissed'inclinaisonarrière
$
$
$ 34.0Ͳ
34.5
Exigencetotaledela
spéc.34
$
$
$ $
36
Revêtementsde
l'espacemort
36.3.6
Décapage
36.3.6
Revêtement
$/m2
$/m2
h
$
$
h
$ $
$
h
$ $
$
h
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$ $
$
$
40,000.00
$ $
h
h
h
h
h
16
36.3.1
0
Espacemortn°4àbâbordet
àtribord
Espacemortn°3àbâbordet
àtribord
Espacemortn°2àbâbordet
àtribord
Espacemortn°1àbâbordet
àtribord
36.3.1
1
Cofferdamavant
36.3.1
2
Cofferdamarrière
36.3.1
3
Tunnelàtuyaux
36.0Ͳ
36.5
Revêtementsdel'espace
mortdetypetotal
h
h
h
h
Remiseenétatdu
hangard'hélicoptères
h
36.3.7
36.3.8
17
36.3.9
18
28.0Ͳ
28.5
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 76 of - de 102
19
29
Réparationdel'acierde
l'atelierd'hélicoptère
29.3.1
1a)
Apprêtépoxydique
Amerlock2deDexͲOͲTex
$ 29.3.1
1b)
SousͲcouchedeDeckliteA60
deDexͲOͲTexrésistantaufeu
$ $ $
$
$ $
29.3.1
1c)
21
Exigencetotaledela
spéc.29
h
30
Réparationdel'acierdu
pontd'envol
h
19
Modernisationdu
systèmed'alarmeetde
surveillance
19.5.2
Piècesderechange
$
19.0Ͳ
19.5
Exigencetotaledela
spéc.19
$
$
$ $
24
Systèmedecommunication
interne
24.3.1
5
Représentantdétaché
$ 29.0Ͳ
29.5
20
SousͲcouchedefinition
époxydiqueVLWdeDexOTex
h
24.3.4
0
Coûtunitairepourcoin,
modulesetchâssisRotex
24.3.4
1
24.3.4
2
Câbleàfibresoptiques
Câbledecatégorie5e
$/ensemble
Rotex
$/10m
$/10m
22
24.3.4
8
$/disp.
defix.en
acierinox.
$/10m
$/10m
$/10m
Dispositifsdefixationen
acierinoxydable
24.3.5
5
Câblenavalde10/4AWG
24.3.5
6
Câblenavalde12/3AWG
24.3.6
0
Câblenavalde14/3AWG
$
$
$ 24.0Ͳ
24.5
Exigencetotaledelaspéc.24
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 77 of - de 102
$
h
h
23
9.0Ͳ
9.5
Bouchonsdevidange(radoub)
24
10.0
10.5
Aboutsetjointsde
coque(radoub)
11
Caissond'eaudemer,coffre
debordet
cofferdam(radoub)
25
26
27
28
11.3.9
Exigencetotaledelaspéc.11
78
Ancresetchaînes
78.3.5
Réparerlesgoujonslâches
78.3.5
Réparationdegoujon
78.0Ͳ
78.5
Exigencetotaledela
spéc.78
72
Inspectiondel'arbrede
tribord
72.3.1
2
Représentantdétaché
$
$ $
$
$
$ $
$/vis
$
$
$
$
$
$
$
$
$/goujon
$
$
$ $
10,000.00 $
$
$ $
$ $
$
$
$/m2
$/m2
$
$
$ $
11.0Ͳ
11.5
h
h
h
h
72.0Ͳ
72.5
Exigencetotaledela
spéc.72
73
PresseͲétoupedu
tubed'étambottribord
73.3.1
Représentantdétaché
Exigencetotaledela
spéc.73
h
74.0Ͳ
74.5
Usuredel'arbreportehélice
h
35
Revêtementdesciternesde
ballast
35.3.6
Décapageaujetabrasif
35.3.6
Revêtement
73.0Ͳ
73.5
29
Visenacier
$
30
35.3.9
Décapageaujetduréservoir
ducoqueronavant
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 78 of - de 102
$
$
$
35.3.1
0
Décapageaujetduréservoir
ducoqueronavant
h
$
$
$ $
35.3.1
2
Décapageaujetdela
caissed'assietteavant
h
$
$
$ $
35.3.1
4
Décapageaujetdela
caissed'assiettearrière
h
$
$
$ $
Décapageaujetduréservoir
ducoqueronarrière
h
$
$
$ $
Exigencetotaledela
spéc.35Revêtementdes
citernesdeballast
h
$
$
$ $
Revêtementdespuitsaux
chaînes
h
$
$
$ $
Certificationdelasoupape
dedécharge
h
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
35.3.1
6
35.0Ͳ
35.5
31
32
37.0Ͳ
37.5
60.0Ͳ
60.5
h
h
h
33
70.0Ͳ
70.5
Essaisaumégohmmètre
34
75.0Ͳ
75.5
Analysethermographique
35
59.0Ͳ
59.5
Entretiendesradeauxde
sauvetage
36
71.0Ͳ
71.5
Extincteursportatifs
61
SystèmesFM200etdeCO2
61.1.3
Représentantdétaché
$ 61.0Ͳ
61.5
Exigencetotaledela
spéc.61
h
$
$
$ $
62.0Ͳ
62.5
Systèmesde
détectiond'incendie
h
$
$
$ $
67.0Ͳ
67.5
Entretiendusystèmede
ravitaillementd'hélicoptères
h
$
$
$ $
38
Réservoirsd'eaupotable
38.3.3
Enlèvementdel'eau
$/m3
38.3.9
Décapageavecdesoutilsà
moteur
$/m2
$
$
$ $
37
38
39
40
38.0Ͳ
38.5
Exigencetotaledela
spéc.38
h
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 79 of - de 102
41
42
43
44
66.0Ͳ
66.5
77.0Ͳ
77.5
46
Nettoyagedesconduitsde
locaux
69.0Ͳ
69.5
Réparationduplancherdela
salledecommandedes
moteurs
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$ $
$
$ $
h
h
h
65.3.1
65.0Ͳ
65.5
ContacteursVacumaticFPE
52
Remplacementduloch
52.3.1
3
Fournitureetinstallationde
câblage
$/m3
52.4.2
.1
Représentantdétaché
$ 52.0Ͳ
52.5
Exigencetotaledela
spéc.52
$
$
$
$
$
$/m
$/m
$/m
$/m
$/m
$
$
$
$
Remplacementdetélévisionen
circuitfermé
h
53.3.1
1
CâbleBoschMIC
53.3.1
1
Câblesdecatégorie5e
53.3.1
1
48
$
ContacteursVacumaticFPE
Représentantdétaché
53
47
$
Nettoyagedes
conduitsd'extractiondes
sécheusesdebuanderiedans
diverslocaux
76.0Ͳ
76.5
65
45
h
Nettoyagedeshottesde
cuisineetduventilateur
d'évacuation
CâbleRGͲ06
53.0Ͳ
53.5
Exigencetotaledelaspéc.53
56
Horlogemaîtresse
h
56.3.7
Retraitdecâbles
56.3.1
4
Fournir/installeruncâblede
catégorie5e
56.0Ͳ
56.5
Exigencetotaledelaspéc.56
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 80 of - de 102
$
17
17.3.3
.3
17.3.3
.3
17.3.3
.3
17.3.3
.3
49
Remplacementdu
systèmegénéralde
tuyauterie
Systèmedecollecteur
d'incendie:unesection
d'un(1)mètredetuyausoudé
droitavecbrides
$/unité
$/unité
Systèmedecollecteur
d'incendie:une(1)pièceenT
Victaulicaudiamètreextérieur
de125mm
Systèmedecollecteur
d'incendie:un(1)coudeà
90degrésVictaulicau
diamètreextérieurde125mm
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
17.3.4
.4
Unesectiond'un(1)mètrede
tuyausoudédroitavecbrides
17.3.4
.4
Une(1)pièceenTVictaulicau
diamètreextérieurde125mm
17.3.4
.4
Un(1)coudeà90degrés
Victaulicaudiamètreextérieur
de125mm
Systèmed'eauxnoires:une
sectiond'un(1)mètrede
tuyaudroitVictaulic
Systèmed'eauxnoires:une
sectiond'un(1)mètrede
tuyausoudédroitavecbrides
Systèmed'eauxnoires:une(1)
pièceenTVictaulicaudiamètre
extérieurde125mm
17.3.5
.4
17.3.4
.4
17.3.5
.4
Systèmedecollecteur
d'incendie:unesection
d'un(1)mètrede
tuyaudroitVictaulic
Systèmedecollecteur
d'incendie:unesection
d'un(1)mètrede
tuyaudroitVictaulic
17.3.5
.4
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 81 of - de 102
17.3.5
.4
17.3.6
.3
17.3.6
.3
17.3.6
.3
17.3.6
.3
17.3.7
.8
17.3.7
.8
17.3.7
.8
17.3.7
.8
17.0Ͳ
17.6
50
18.0Ͳ
18.5
Systèmed'eauxnoires:un(1)
coudeà90degrésVictaulicau
diamètreextérieurde125mm
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$/unité
$
$
$ $
Systèmedecollectedes
eauxgrises:unesection
d'un(1)mètrede
tuyaudroitVictaulic
Systèmedecollectedes
eauxgrises:unesection
d'un(1)mètredetuyausoudé
droitavecbrides
Systèmedecollectedes
eauxgrises:une(1)pièceenT
Victaulicaudiamètreextérieur
de125mm
Systèmedecollectedes
eauxgrises:Un(1)coudeà
90degrésVictaulicaudiamètre
extérieurde125mm
Systèmedeventilationetde
sondage:unesection
d'un(1)mètrede
tuyaudroitVictaulic
Systèmedeventilationetde
sondage:unesection
d'un(1)mètredetuyausoudé
droitavecbrides
Systèmedeventilationetde
sondage:une(1)pièceenT
Victaulicdediamètreextérieur
de125mm
Systèmedeventilationetde
sondage:un(1)coudeà
90degrésVictaulicde
diamètreextérieurde125mm
h
Exigencetotaledela
spéc.17
Drainsdepontpoureauxgrises
etsoupapesantisiphoniques
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 82 of - de 102
51
43.0Ͳ
43.5
Remiseàneufdescabinesde
douche
h
52
47.0Ͳ
47.5
Remiseàneufdel'équipement
delacuisine
h
53
48.0Ͳ
48.5
Accèstemporaireàlacuisine
49
55
59
Équipementdelacuisine
$
49.3.1
4
Plaquesdecouvertureen
acierinoxydable
h
$
$
$ 49.0Ͳ
49.5
Exigencetotaledelaspéc.49
$
$
$ $
35,000.00
$ $
$
$ $
$ $
$
$ $
$ $
$
$ $
$ $
$
$ $
50.0Ͳ
50.5
21.3.1
22
58
21.0Ͳ
21.5
57
21
56
49.3.2
54
Remplacementdel'équipement
delacuisine
h
22.1.1
Remplacementdespanneaux
duplafonddelacuisine
Renouvellementdu
systèmeIntering
Représentantdétaché
Exigencetotaledelaspéc.21
Commandedel'appareilà
gouverner
Représentantdétaché
22.0Ͳ
22.5
Exigencetotaledelaspéc.22
68
Remplacementduconvertisseur
68.3
Représentantdétaché
68.0Ͳ
68.5
Exigencetotaledelaspéc.68
79
Remplacementduchargeurde
batterie
79.3
79.0Ͳ
79.5
Représentantdétaché
Exigencetotaledelaspéc.79
44
Remplacementdesprojecteurs
bâbordettribord
44.3.1
5
Transformateurmonophaséà
boîtierde600/220V
60
h
h
h
h
h
h
h
h
h
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 83 of - de 102
44.0Ͳ
44.5
61
62
63
45.0Ͳ
45.5
Remplacementdu
projecteurarrière
46
Remplacementdu
projecteurcentral
Représentantdétaché
46.0Ͳ
46.5
Exigencetotaledelaspéc.46
32
Réparationdes
conduitsd'échappement
Réparationsd'isolant
Exigencetotaledelaspéc.32
64
42.0Ͳ
42.5
Écoutillesdesauvetage
65
33.0Ͳ
33.5
Portesextérieures
66
25.0Ͳ
25.5
Remplacementdesfeuxdecôté
67
63.0Ͳ
63.5
Feuxdenavigation
39
Revêtementsdemâts
39.3.4
39.3.4
39.3.8
68
39.3.1
0
h
h
h
h
h
Décapageàtrèshautepression
Grenaillage
Utilisationd'outilsàmoteur
Mâtavant:Amerlock400gris
Mâtavant:Amerlock400jaune
39.3.1
2
Mâtavant:Matchless732
Dorrychamois
39.3.2
4
Mâtarrière:Amerlock400gris
39.3.2
4
Mâtarrière:Amerlock400noir
39.3.2
4
h
h
32.0Ͳ
32.5
39.3.4
Mâtarrière:Amerlock400
jaune
$
$
$ $
$
$
$ $
$ $
$
$ $
$/m2
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$
$
$ $
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
46.5.3
.1
32.3.8
h
h
Exigencetotaledelaspéc.44
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 84 of - de 102
39.3.2
4
39.00Ͳ
39.5
80
80.3.1
0
69
RéparerleDexͲOͲTex
$/m2
$
$
$ $
$/m2
$/m2
80.5.2
Piècesderechange
$
80.0Ͳ
80.5
Exigencetotaledelaspéc.80
h
$
$
$ $
$/m2
$/m2
81.3.9
Renouvellementsdes
revêtementsdepont:pontdes
embarcationsetpontsupérieur
RéparerleDexͲOͲTex
RéparerleDecklite
80.5.2
Piècesderechange
$
81.0Ͳ
81.5
Exigencetotaledelaspéc.81
h
$
$
$ $
$/m2
$/m2
$
h
$
$
$ $
$/m2
$/m2
$/m2
82
82.3.9
82.3.9
82.5.2
82.0Ͳ
82.5
40
40.3.5
72
Renouvellementsdes
revêtementsdepont
h
RéparerleDecklite
81.3.9
71
Exigencetotaledelaspéc.39
80.3.1
0
81
70
Mâtarrière:Matchless732
Dorrychamois
40.3.5
40.3.7
40.3.7
Renouvellementsdes
revêtementsde
pont:pontpasserelleetpont
desofficiers
RéparerleDexͲOͲTex
RéparerleDecklite
Piècesderechange
Exigencetotaledelaspéc.82
Revêtementsdela
superstructure
Décapageàtrèshautepression
Grenaillage
Amerlock400
Matchless700blanc
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 85 of - de 102
$/m2
40.0Ͳ
40.5
41
41.3.4
41.3.4
73
41.3.6
41.3.6
41.0Ͳ
41.5
31
74
Revêtementsdupontdes
embarcations
64.3.6
64.3.6
75
64.3.6
64.3.7
64.3.7
64.3.8
64.0Ͳ
64.5
26.0Ͳ
26.5
$ $
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$
$
$ $
h
$ $
h
$
$
$ $
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$/m2
$
$
$ $
$
Grenaillage
Amerlock400blanc
Amerlock400gris
Exigencetotaledelaspéc.40
Appareilsd'éclairagede
l'héliplateforme
Piècesderechange
64.3.4
$
31.5.2
64.3.4
$
Décapageàtrèshautepression
Représentantdétaché
64
h
31.3.1
.13
31.0Ͳ
31.5
76
Exigencetotaledelaspéc.40
Exigencetotaledelaspéc.31
Renouvellementdurevêtement
dupontavant
h
Décapageàtrèshautepression
Grenaillage
Amerlock400gris
Matchless700blanc
Matchless708noir
Amerlock400noir
Amerlock400gris
Amerlock400blanc
Exigencetotaledelaspéc.64
Compresseurd'airdenavire
inactif
h
h
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 86 of - de 102
77
23.0Ͳ
23.5
55
55.3.9
78
Fourniretinstalleruncâblec.a.
dequalitémarine
55.3.1
4
Fourniretinstallerun
câbleEcoflex15plusà
faibleperte
55.3.1
6
Fourniretinstallerun
câble1300SBapprouvépar
l'ABS
57
Exigencetotaledelaspéc.78
InstallationduIMIC3
Installationdudouble
systèmeGPS/DGPS(radoub)
58.3.1
2
Fourniretinstallerle
câbleBelden9328
58.3.1
2
Fourniretinstalleruncâbleà
c.a.3C14AWG
Fourniretinstallerun
câbleLMR240
58.0Ͳ
58.5
Exigencetotaledelaspéc.58
81
RemplacementdesémetteursͲ
récepteursVHFFM
$/10m
$/10m
$/10m
$/10m
$
$
$ $
$
$
$ $
$/10m
$/10m
$/10m
$/10m
$
$
$ $
$/unité
$/m
$/m
$/m
h
h
h
GarnituresapprouvéesparLRS
Enlèvementetéliminationdu
câbled'antenneRG214
51.3.1
4
Enlèvementetéliminationdu
câbleRG213
51.3.1
2
Fourniretinstallerun
câblecoaxialLMRͲ400UFͲFR
51.3.1
3
$
58.3.1
2
51.3
$ Fourniretinstallerun
câbleBelden9314
51.3.5
$
58.3.1
2
51
$
58
80
h
Fourniretinstallerle
câbleLMR400
55.3
55.0Ͳ
55.5
79
Réparationdupavoisdegaillard
RemplacementdusystèmeSat
B
Fourniretinstalleruncâblede
calibre22AWG
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 87 of - de 102
82
51.0Ͳ
51.5
Exigencetotaledelaspéc.51
54.0Ͳ
54.5
InstallationdusystèmeNavtex
h
h
$
$
$ $
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 88 of - de 102
ANNEXE H - APPENDICE 2
FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L'ÉTABLISSEMENT DES PRIX CUMULÉS
AVIS AUX SOUMISSIONNAIRES:
(1) Les soumissionnaires entrent leurs soumissions dans l'ordre dans la FICHE DE
RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L'ÉTABLISSEMENT DES PRIX CUMULÉS, en
respectant l'ordre de la liste, et continuent à entrer les prix et les prix cumulés pour chaque
élément. Les soumissionnaires entrent les prix et les prix cumulés pour chaque élément afin
que leur soumission se rapproche de 17000000$ (sans dépasser ce montant) tout en étant
égal ou supérieure à 16100000$. Si la soumission contient un prix ferme sur tous les 82
éléments avec un nombre de points maximum de 820, un prix ferme inférieur à 16100000$
sera accepté.
(2)Si un prix ou un prix cumulé manque, la soumission sera considérée comme irrecevable.
(3)On rappelle aux soumissionnaires que les prix cumulés ne peuvent à aucun moment
dépasser le budget prévu de 17000000$. Les soumissionnaires arrêtent de renseigner les prix et
les prix cumulés dans l'appendice2 lorsque leur soumission se rapproche du budget prévu (sans
le dépasser). Si le prix cumulé dépasse 17000000$, la soumission sera considérée comme
irrecevable.
(4)Le soumissionnaire peut arrêter de faire une offre pour chaque élément lorsqu'un prix cumulé
de 16100000$ est atteint. Si le prix cumulé minimum ne dépasse pas 16100000$, la soumission
sera considérée comme irrecevable.
(5)10points seront assignés à chaque élément pour lequel le soumissionnaire a fait une offre. On
rappelle aux soumissionnaires de ne pas entrer des montants anormalement faibles sur des
éléments qu'ils ne souhaitent pas réaliser durant le réaménagement pour gagner plus de points
cumulés. Le processus d'acceptation1205 déduira deux fois le montant nécessaire à la
réalisation de l'élément qui figure dans le contrat (et non pas deux fois le montant qui se trouve
dans le contrat).
(6)Lorsque le soumissionnaire arrête de faire des offres, le prix cumulé (ne dépassant pas
17000000$) doit être indiqué dans l'annexeH1 – Prix aux fins d'évaluation, ÉlémentA Travaux
prévus.
(7)Lorsque le soumissionnaire arrête de faire des offres, les points cumulés associés aux
éléments remplis au moment où le soumissionnaire s'arrête doivent être indiqués dans
l'annexeH1 – Prix aux fins d'évaluation, ÉlémentE POINTS CUMULÉS.
(8)Les éléments pour lesquels le soumissionnaire n'a fait aucune offre ne figureront pas dans le
contrat comme des nouveaux travaux ou des travaux imprévus.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 89 of - de 102
NOMDELACOMPAGNIE:
Section
N°de
spéc.
Description
Prixfermetotal
Prixcumulatif
Points
parspéc.
Points
cumulatifs
1
1 Remarquesgénérales
$
10
10
2
3
2 Remarquestechniquesgénérales
3 Caractéristiquesmécaniques
$
$
10
10
20
30
4
4 Caractéristiquesélectriquesetélectroniques
$
10
40
5
6
5 Interférenceélectromagnétique
6 Documents
$
$
10
10
50
60
7
7 Tests,essaisàquaietessaisenmer
$
10
70
8
Accostage,amarrage,miseencalesècheet
8 remiseàflot,sécuritédunavire
$
10
80
16 Désamiantageetnouvelleisolation
$
10
90
10
27 Renouvellementdel'éclairageinterne
$
10
100
11
12 Réparationdelaprised'eauderefoulement
$
10
110
12
14 RenouvellementdusystèmePCCI
$
10
120
13
20 latuyauterie
$
10
130
14
15
Renouvellementdesconduitsdusystèmeà
13 bullesd'air
15 Revêtementsdelacoque
$
$
10
10
140
150
16
17
34 RevêtementderéservoirdusystèmeIntering
36 Revêtementsdel'espacemort
$
$
10
10
160
170
18
28 Remiseenétatduhangard'hélicoptères
$
10
180
19
29 Réparationdel'acierdel'atelierd'hélicoptère
$
10
190
9
Renouvellementdusystèmeantisalissurede
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 90 of - de 102
20
30 Réparationdel'acierdupontd'envol
$
10
200
21
Modernisationdusystèmed'alarmeetde
19 surveillance
$
10
210
22
23
24 Systèmedecommunicationinterne
9 Bouchonsdevidange(radoub)
$
$
10
10
220
230
24
10 Aboutsetjointsdecoque(radoub)
$
10
240
25
26
11 cofferdam(radoub)
78 Ancresetchaînes
$
$
10
10
250
260
27
72 Inspectiondel'arbredetribord
$
10
270
28
29
73 Presseétoupedutubed'étambottribord
74 Usuredel'arbreportehélice
$
$
10
10
280
290
30
35 Revêtementdesciternesdeballast
$
10
300
31
37 Revêtementsdespuitsauxchaînes
$
10
310
32
33
34
60 Certificationdelasoupapededécharge
70 Essaisaumégohmmètre
75 Analysethermographique
$
$
$
10
10
10
320
330
340
35
36
59 Entretiendesradeauxdesauvetage
71 Extincteursportatifs
$
$
10
10
350
360
37
61 SystèmesFM200etdeCO2
$
10
370
38
62 Systèmesdedétectiond'incendie
$
10
380
39
40
Entretiendusystèmederavitaillement
67 d'hélicoptères
38 Réservoirsd'eaupotable
$
$
10
10
390
400
41
Nettoyagedeshottesdecuisineetdu
66 ventilateurd'évacuation
$
10
410
Caissed'eaudemer,coffredebordet
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 91 of - de 102
42
Nettoyagedesconduitsd'extractiondes
77 sécheusesdebuanderiedansdiverslocaux
$
10
420
43
76 Nettoyagedesconduitsdelocaux
$
10
430
44
45
46
Réparationduplancherdelasallede
69 commandedesmoteurs
65 ContacteursVacumaticFPE
52 Remplacementduloch
$
$
$
10
10
10
440
450
460
47
48
53 Remplacementdetélévisionencircuitfermé
56 Horlogemaîtresse
$
$
10
10
470
480
49
17 tuyauterie
$
10
490
50
18 soupapesantisiphoniques
$
10
500
51
43 Remiseàneufdescabinesdedouche
$
10
510
52
53
47 Remiseàneufdupontdecuisine
48 Accèstemporaireàlacuisine
$
$
10
10
520
530
54
49 Remplacementdel'équipementdelacuisine
$
10
540
55
Remplacementdespanneauxduplafondde
lacuisine
50
$
10
550
56
21 RenouvellementdusystèmeIntering
$
10
560
57
22 Commandedel'appareilàgouverner
$
10
570
58
68 Remplacementduconvertisseur
$
10
580
59
79 Remplacementduchargeurdebatterie
$
10
590
60
Remplacementdesprojecteursbâbordet
tribord
44
$
10
600
Remplacementdusystèmegénéralde
Drainsdepontpoureauxgriseset
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 92 of - de 102
61
45 Remplacementduprojecteurarrière
$
10
610
62
46 Remplacementduprojecteurcentral
$
10
620
63
64
65
32 Réparationdesconduitsd'échappement
42 Écoutillesdesauvetage
33 Portesextérieures
$
$
$
10
10
10
630
640
650
66
67
68
25 Remplacementdesfeuxdecôté
63 Feuxdenavigation
39 Revêtementsdemâts
$
$
$
10
10
10
660
670
680
69
80 Renouvellementdesrevêtementsdepont
$
10
690
70
81 pontdesembarcationsetpontsupérieur
$
10
700
71
82 pont:pontpasserelleetpontdesofficiers
$
10
710
72
40 Revêtementsdelasuperstructure
$
10
720
73
41 Revêtementsdupontdesembarcations
$
10
730
74
31 Appareilsd'éclairagedel'héliplateforme
$
10
740
75
Renouvellementdurevêtementdupont
64 avant
$
10
750
76
26 Compresseurd'airdenavireinactif
$
10
760
77
23
$
10
770
78
55 RemplacementdusystèmeSatB
$
10
780
79
57 InstallationduIMIC3
$
10
80
58 (radoub)
$
10
Renouvellementsdesrevêtementsdepont:
Renouvellementdesrevêtementsde
Réparationdupavoisdegaillard
790
InstallationdudoublesystèmeGPS/DGPS
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 93 of - de 102
800
81
82
Remplacementdesémetteursrécepteurs
51 VHFFM
54 InstallationdusystèmeNavtex
PRIX FERME TOTAL
ReporteràH1Tableaud'évaluationligneA
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 94 of - de 102
$
10
10
TOTAL
DES
POINTS
810
820
ANNEX I
GARDE DU NAVIRE
I1
Garde du navire
1.
Ces travaux s'effectueront pendant que le navire sera « indisponible » et donc sous le « contrôle
et la garde » de l'entrepreneur.
2.
Un « CERTIFICAT D'ACCEPTATION - ACCEPTATION DE NAVIRES CSM PAR LES
CHANTIERS NAVALS » doit être rempli, au besoin, et l'exemplaire final signé doit être remis au
L'AUTORITÉ D'INSPECTION. (Échantillon annexé à l’appendice 1 de la présente annexe)
3.
Pour faciliter ce transfert, les représentants de l'entrepreneur et du Canada devront confirmer
l'état du navire.
4.
Un rapport sur l'état du navire doit être joint au certificat susmentionné et doit être accompagné
de photographies couleur ou de vidéos numériques ou conventionnels.
5.
Lorsque le navire revient sous la « garde et surveillance » du Canada, un CERTIFICAT
D'ACCEPTATION - « REPRISE DE LA GARDE D'UN NAVIRE CMS PAR LE COMMANDANT DES
NAVIRES » (Appendice 2 de la présente Annexe H) doit être rempli et l'exemplaire final signé doit être
remis au L'AUTORITÉ D'INSPECTION aux fins de distribution.
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 95 of - de 102
ANNEXE I – APPENDICE 1
CERTIFICAT D'ACCEPTATION
ACCEPTATION DE GARDE DE NAVIRES CMS PAR LES CHANTIERS NAVALS
ACCEPTATION DE __________________________________
1.
Le soussigné, au nom de la Garde côtière canadienne et de ___________________________,
reconnaît avoir remis et reçu respectivement le NGCC ___________________________ aux fins de
réaménagement, en conformité des modalités du contrat de TPSGC portant le numéro de série
_______________________ ainsi que les documents qui font partie intégrante dudit contrat.
2.
Il est mutuellement convenu par toutes les parties que le rapport sur l'état du navire par
compartiment ou par secteur doit être considéré comme un addenda à la présente entente; et qu'il soit
considéré comme un document valide dans la prise en charge du navire par l'entrepreneur, même si
l'inspection et la signature surviennent après la signature de l'entente, mais à l'intérieur de la période
convenue de dix (10) jours.
SIGNÉ À _____________________ DANS LA PROVINCE DE _____________________,
LE __________________ JOUR DU MOIS DE ________________ 2014.
À __________________ HEURES.
POUR : ___________________________
Entrepreneur
POUR : _________________________
Garde côtière canadienne
TÉMOIN :
__________________________________________________
TRAVAUX PUBLICS ET SERVICES GOUVERNEMENTAUX
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 96 of - de 102
ANNEXE I – APPENDICE 2
CERTIFICAT D'ACCEPTATION
REPRISE DE GARDE DE NAVIRES CSM PAR LES CHANTIERS NAVALS
ACCEPTATION DU NGCC __________________________
1.
Le soussigné, au nom de ___________________________ et du ministère ____________________,
reconnaît avoir remis et reçu respectivement le NGCC ___________________________, qui avait été reçu par
____________________ le ____________________(date) aux fins de réaménagement, en conformité des
modalités du contrat de TPSGC portant le numéro de série _______________________.
2.
Il est mutuellement convenu par toutes les parties que les responsabilités de
………………………………………, tel que défini dans l'article 9 des Conditions générales supplémentaires 1029
de TPSGC visant les réparations de navires, pour un navire indisponible, cesseront automatiquement à
……………………………………… heures le…………………………………….. (date).
3.
À compter de _____________ heures le ________________(date), l'article 8 de TPSGC 1029 pour un
navire « en service » s'appliquera, et que la responsabilité de la garde et de la protection dudit navire reviendra
au Canada.
SIGNÉ À _____________________ DANS LA PROVINCE DE _____________________,
LE __________________ JOUR DU MOIS DE ________________ 2014.
À __________________ HEURES.
POUR :
___________________________
Entrepreneur
POUR :
_________________________
Garde côtière canadienne
TÉMOIN :
__________________________________________________
TRAVAUX PUBLICS ET SERVICES GOUVERNEMENTAUX
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 97 of - de 102
ANNEXE J
ÉLÉMENTS LIVRABLES ET CERTIFICATIONS
J1
Liste de vérification sur les éléments livrables obligatoires
Nonobstant les exigences touchant les produits livrables précisés dans la demande de soumissions et
ses spécifications spécifiques techniques connexes (annexe A), les produits livrables obligatoires, qui
doivent être présentés avec les documents du soumissionnaire afin d'être jugés recevables, sont décrits
ci-dessous.
Le soumissionnaire doit remettre l’annexe J1, Éléments livrables et certifications, remplie.
Les éléments ci-dessous sont obligatoires et la proposition du soumissionnaire sera évaluée en fonction
des exigences décrites. Le soumissionnaire doit se conformer à chaque élément pour que sa soumission
soit recevable.
Section
1
2
NOMDELACOMPAGNIE:
Description
Appeld'offres,partie1page1,complétéetsigné
1copiepapieret1copieélectroniqueforchacunedes3sections,
Article3.1.
Complétéetjoint
3
AnnexeHcomplétée,Fichedeprésentationdelasoumission
financière,clausesG1àG6
4
Fichededonnéessurlesprixcomplétée,conformémentàla
clause3.1SectionII,annexeH,appendice1
5
Fichededonnéessurlesprixcumulatifscomplétée,
conformémentàlaclause3.1SectionII,annexeH,
appendice2
6
7
AnnexeJ1complétéeLivrablesetattestations
Modificationsapportéesauxloisapplicables(lecaséchéant),
conformémentàlaclause2.4
8
Dispositionsrelativesàl'intégrité–Renseignements
connexes,section5.1.1
9
Programmedecontratsfédérauxpourl'équitéenmatière
d'emploi,compléterlasection5.1.2
10
Études et expérienceconformémentàlaclause5.13
Statut et disponibilité du personnel, conformémentàlaclause
11
5.14
12
Garantie financière du contrat conformémentàlaclause6.2.1 etannexeH
13
Fraisdetransfertdunavire,conformémentàlaclause6.3et
àl'annexeH
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 98 of - de 102
J2
14
15
Installationdecarénage,conformémentàlaclause6.4
PreuvedecompteenrègleauprèsdelaCommissiondes
accidentsdutravail,conformémentàlaclause6.5
16
Preuvedeconventioncollectivevalideoud'uninstrument
semblablecouvrantlapériodedetravail,conformémentàla
clause6.6
17
Calendrierdetravailpréliminaire,conformémentàla
clause6.7
18
Mesuresdesécuritépourl'approvisionnementetle
débarquementducarburant,conformémentàlaclause6.8
19
S'ilestinscrit,sescertificationsISO9001Ͳ2008valides,
conformémentàlaclause6.9
20
Systèmedesantéetsécuritédocumenté,conformémentàla
clause6.10
21
Preuveobjectivequ'iladesprocéduresdeprotection
incendie,deluttecontrelesincendiesetdeformation
documentées,conformémentàlaclause6.11
22
Exigencesenmatièred'assurance,conformémentàla
clause6.13
23
Preuvedecertificationrelativeausoudage,conformémentà
laclause6.14
24
25
26
Gestiondeprojetconformémentàlaclause6.15
Listedessoustraitants,conformémentàlaclause6.16
Exempledesonplandecontrôledelaqualité,conformément àlaclause6.17
27
Exempled'unpland'inspectionetd'essaiconformémentàla
clause6.18
28
Détailsdupland'interventionencasd'urgence
environnementale,détailsdelaformationenvironnementale
officielleconformémentàlaclause6.19
29
l`Entrepreunerdoitindiquerlamargeetlamodéledeleur
systèmedecommunicationinterneavecleursoumission,tel
queréférrédanslaspecificationaAnnexA24.3.
Éléments livrables après l'attribution du contrat
Élément
1
2
Description
Exigences en matière d’assurances, annexe
C
Calendrier révisé des travaux
Référence
Clause 7.11 et
annexe D
Clause 7.16
3
Garantie financière du contrat
Clause 7.13
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 99 of - de 102
Échéance
10 jours ouvrables après
l’attribution du contrat
5 jours civils après
l’attribution du contrat
5 jours ouvrables après
4
Plan d’assurance de la qualité de
l’entrepreneur
Liste de l’équipement spécialisé prêté par le
gouvernement que l’entrepreneur prévoit
demander
5
J3
Clause 7.21
Clause 7.28
l’attribution du contrat
5 jours civils après
l’attribution du contrat
3 jours civils après
l’attribution du contrat
Livrables avant l'attribution du contrat (si demandé)
Élément
1
Description
Capacité financière
Référence
Clause
6.1
Échéance
5 jours ouvrables avant la date
d’attribution du contrat, si demandé
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 100 of - de 102
Formulaire PWGSC-TPSGC 450 – Demande de rajustement du taux de change
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 101 of - de 102
Part - Partie 2 of - de 2 / Page 102 of - de 102
ANNEXE A :Prolongement de vie de
navire (PVN)
NGCC Henry Larsen
Prolongement de vie du navire
Garde côtière canadienne
Services de soutien des navires
Région de l'Atlantique
C.P. 5667
St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador)
A1C 5X1
TABLE OF CONTENTS
PROLONGEMENT DE VIE DE NAVIRE (PVN) .................................................................... 1
NGCC HENRY LARSEN ............................................................................................................ 1
PROLONGEMENT DE VIE DU NAVIRE ............................................................................... 1
1.0
REMARQUES GÉNÉRALES ....................................................................................... 14
1.1 INTRODUCTION..................................................................................................................... 14
1.2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LE NAVIRE ..................................................................... 15
1.3 TRAVAUX/PORTÉE DU PROJET .............................................................................................. 16
1.4 DOSSIER DE DONNÉES TECHNIQUES ...................................................................................... 18
1.5 BUREAU ET RÉUNIONS D'AVANCEMENT ................................................................................ 21
1.6 INSTALLATIONS À L'INTENTION DU PERSONNEL GOUVERNEMENTAL .................................... 21
1.7 ESPACE D'ENTREPOSAGE ...................................................................................................... 22
1.8 FRAIS ET COÛTS ................................................................................................................... 22
1.9 ASSURANCE DE LA QUALITÉ ................................................................................................. 23
1.10 INSPECTION INITIALE .......................................................................................................... 23
1.11 PROPRIÉTÉ DU CANADA ..................................................................................................... 23
1.12 PIÈCES DE RECHANGE ......................................................................................................... 24
1.13 GESTION DE PROJET ........................................................................................................... 25
2.0
GÉNÉRALITÉS TECHNIQUES .................................................................................. 28
2.1 CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT DE L'ÉQUIPEMENT ......................................................... 28
2.2 PROTECTION DU PERSONNEL ................................................................................................ 29
2.3 SYSTÈME D'INFORMATION SUR LES MATIÈRES DANGEREUSES UTILISÉES AU TRAVAIL
(SIMDUT)................................................................................................................................. 31
2.4 PROTECTION DE L'ÉQUIPEMENT ............................................................................................ 31
2.5 ACCÈS AU NAVIRE ET À L'ÉQUIPEMENT ................................................................................ 32
2.6 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS ET DE L'ÉQUIPEMENT DES SYSTÈMES ................................. 32
2.7 SOUDAGE ............................................................................................................................. 33
2.8 PEINTURE ............................................................................................................................. 35
2.9 IDENTIFICATION ................................................................................................................... 36
2.9.4 NETTOYAGE ...................................................................................................................... 37
3.0
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES .................................................................... 39
3.1 GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................... 39
3.2 TUYAUTERIE ........................................................................................................................ 39
3.3 POMPES ................................................................................................................................ 54
3.4 VANNES ET ROBINETS .......................................................................................................... 56
3.5 ISOLATION DE LA MACHINERIE ............................................................................................. 57
3.6 AMÉNAGEMENT DU COMPARTIMENT DES MACHINES ............................................................ 60
3.7 INSTRUMENTS DES MACHINES .............................................................................................. 61
3.8 SOCLES DE L'ÉQUIPEMENT .................................................................................................... 63
3.9 SUPPORTS ANTIVIBRATOIRES POUR L'ÉQUIPEMENT .............................................................. 63
1
3.10 STRUCTURE DE LA COQUE .................................................................................................. 64
4.0
CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES ......................... 65
4.0 GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................... 65
4.2 NOUVELLES MACHINES ROTATIVES ...................................................................................... 66
4.3 RÉCHAUFFEURS ANTICONDENSATION .................................................................................. 68
4.4 PLAQUES SIGNALÉTIQUES POUR L'ÉQUIPEMENT ÉLECTRIQUE ............................................... 69
4.5 CÂBLES ................................................................................................................................ 70
4.6 SÉPARATION DES CÂBLES ..................................................................................................... 72
4.8 COMMANDES DE MOTEURS ................................................................................................... 74
4.9 TRANSFORMATEURS............................................................................................................. 75
4.10 INSTALLATION DE L'ÉQUIPEMENT ÉLECTRONIQUE .............................................................. 76
4.11 INTERRUPTEURS DE SÉCURITÉ ............................................................................................ 77
4.12 MONTAGE SUR BÂTI OU CONSOLE ...................................................................................... 78
4.13 MONTAGE SUR CLOISON OU SUR TABLE ............................................................................. 78
4.14 MONTAGE SUSPENDU ......................................................................................................... 79
5.0
INTERFÉRENCE ÉLECTROMAGNÉTIQUE .......................................................... 80
5.1 GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................... 80
5.2 LIMITES D'INTERFÉRENCE..................................................................................................... 80
5.3 SUPPRESSION D'INTERFÉRENCE ............................................................................................ 81
5.4 BLINDAGE DES CÂBLES ........................................................................................................ 81
5.5 MISE À LA MASSE ET MÉTALLISATION .................................................................................. 82
6.0
DOCUMENTS................................................................................................................. 84
6.1 DESSINS ............................................................................................................................... 84
6.2 MANUELS ET REGISTRES ...................................................................................................... 87
6.3 PHOTOGRAPHIES ET IMAGES - GÉNÉRALITÉS ........................................................................ 90
7.0
TESTS, ESSAIS À QUAI ET ESSAIS EN MER ......................................................... 92
7.1 EXIGENCES GÉNÉRALES ....................................................................................................... 92
7.2 SYSTÈMES MÉCANIQUES ET TUYAUTERIE ............................................................................. 93
8.0
ACCOSTAGE, AMARRAGE, MISE EN CALE SÈCHE ET REMISE À FLOT,
SÉCURITÉ DU NAVIRE .......................................................................................................... 96
8.1
ACCOSTAGE ET AMARRAGE ........................................................................................... 96
8.2
SERVICES ....................................................................................................................... 96
8.4 REMISE À FLOT ................................................................................................................... 102
8.5 SÛRETÉ DU NAVIRE ............................................................................................................ 103
9.0
9.1.
9.2
9.3
9.4
9.5
10.0
10.1
BOUCHONS DE VIDANGE (RADOUB) .................................................................. 104
IDENTIFICATION ........................................................................................................... 104
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 104
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ..................................................................................... 105
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 105
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 105
ABOUTS ET JOINTS DE COQUE (RADOUB) ....................................................... 107
IDENTIFICATION ........................................................................................................... 107
2
10.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 107
10.1.1 10.2.2....................................................................................................................... 107
10.1.2 10.2.3....................................................................................................................... 107
10.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 108
10.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 108
10.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 109
11.0
11.1
11.2
11.3
11.4
11.5
12.0
PRISE D’EAU À LA MER ET COFFERDAM (RADOUB) .................................... 110
IDENTIFICATION ........................................................................................................... 110
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 110
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 111
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 112
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 112
RÉPARATION DE LA SORTIE D'EAU DE MER .................................................. 114
12.1 IDENTIFICATION (EC NO 24) ......................................................................................... 114
12.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 114
12.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 114
12.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 119
12.4.2 ATTESTATION .......................................................................................................... 119
ANNEXE A ............................................................................................................................... 121
ANNEXE B ............................................................................................................................... 122
ANNEXE C ............................................................................................................................... 132
13.0
13.1
13.2
13.3
13.4
13.5
14.0
14.1
14.2
14.3
14.4
14.5
15.0
RENOUVELLEMENT DES CONDUITS DU SYSTÈME À BULLES D'AIR ...... 142
IDENTIFICATION (EC NO 57) ......................................................................................... 142
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 142
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 143
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 149
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 150
RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME PCCI ........................................................... 151
IDENTIFICATION (EC NO 102) ....................................................................................... 151
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 151
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 152
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 154
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 154
REVÊTEMENTS DE LA COQUE ............................................................................. 160
15.1 IDENTIFICATION (EC NO 26 ET NO 27) .......................................................................... 160
15.2 RÉFÉRENCES .................................................................................................................... 160
15.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 160
15.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 164
15.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 165
16.0
16.1
16.2
16.4
DÉSAMIANTAGE ET NOUVELLE ISOLATION .................................................. 166
IDENTIFICATION (EC NO 39) ......................................................................................... 166
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 167
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 174
3
16.5
17.0
17.1
17.2
17.3
17.5
17.6
18.0
18.1
18.2
18.3
18.4
18.5
19.0
19.1
19.2
19.3
19.4
19.5
20.0
20.1
20.2
20.3
20.4
20.5
21.0
21.1
21.2
21.3
21.4
21.5
22.0
22.1
22.2
22.3
22.4
22.5
23.0
23.1
23.2
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 174
REMPLACEMENT DU SYSTÈME GÉNÉRAL DE TUYAUTERIE .................... 178
IDENTIFICATION (EC NOS 3, 20 ET 30) .......................................................................... 178
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 178
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 179
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 189
DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE ......................................................................................... 190
DRAINS DE PONT POUR EAUX GRISES ET SOUPAPES ANTISIPHONIQUES
197
IDENTIFICATION (EC NO 33) ......................................................................................... 197
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 197
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ........................................................................... 198
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 201
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 202
MISE À NIVEAU DU SYSTÈME D'ALARME ET DE SURVEILLANCE .......... 203
IDENTIFICATION (EC NO 180) ....................................................................................... 203
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 203
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 206
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 212
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 213
RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME ANTISALISSURE DE LA TUYAUTERIE
215
IDENTIFICATION (EC NO 101) ....................................................................................... 215
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 215
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 215
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 217
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 217
RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME INTERING ................................................ 220
IDENTIFICATION (EC NO 185) ....................................................................................... 220
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 220
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 221
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 223
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 224
COMMANDE DE L'APPAREIL À GOUVERNER ................................................. 225
IDENTIFICATION (EC NO 188) ....................................................................................... 225
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 225
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 235
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 245
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 246
RÉPARATION DU PAVOIS DE GAILLARD.......................................................... 247
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 247
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 247
4
23.3
23.4
23.5
24.0
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 247
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 249
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 249
SYSTÈME DE COMMUNICATION INTERNE ...................................................... 250
24.1 IDENTIFICATION (EC NO 150) ........................................................................................... 250
24.2 RÉFÉRENCES : ......................................................................................................... 250
24.3 DESCRIPTION TECHNIQUE ................................................................................... 252
24.5 PRODUITS LIVRABLES .......................................................................................... 279
25.0 REMPLACEMENT DES FEUX DE CÔTÉ .................................................................. 280
25.1
25.2
25.3 25.4
25.5
26.0
26.1
26.2
26.3
26.4
26.5
27.0
27.1
27.2
27.3
27.4
27.5
28.0
28.1
28.2
28.3
28.4
28.5
29.0
29.1
29.2
29.3
29.4
29.5
30.0
30.1
30.2
30.3
IDENTIFICATION (EC NO 40) ......................................................................................... 280
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 280
SPECIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 281
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 282
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 283
COMPRESSEUR D'AIR DE NAVIRE INACTIF .................................................... 284
IDENTIFICATION (EC NO 113) ....................................................................................... 284
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 284
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 285
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 287
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 287
RENOUVELLEMENT DE L'ÉCLAIRAGE INTERNE .......................................... 289
IDENTIFICATION (EC NO 123) ....................................................................................... 289
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 289
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 290
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 291
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 291
REMISE EN ÉTAT DU HANGAR D'HÉLICOPTÈRES ........................................ 293
IDENTIFICATION (EC NO 140) ....................................................................................... 293
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 293
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 294
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 297
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 297
RÉPARATION DE L'ACIER DE L'ATELIER D'HÉLICOPTÈRE ...................... 299
DESCRIPTION ............................................................................................................... 299
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 299
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 300
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 302
PRODUITS LIVRABLES.................................................................................................. 302
RÉPARATION DE L'ACIER DU PONT D'ENVOL ............................................... 308
DESCRIPTION ............................................................................................................... 308
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 308
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 309
5
30.4
30.5
31.0
31.1
31.2
31.3
31.4
31.5
32.0
32.1
32.2
32.3
32.4
32.5
33.0
33.1
33.2
33.3
33.4
33.5
34.0
34.1
34.2
34.3
34.4
34.5
35.0
35.1
35.2
35.3
35.4
35.5
36.0
36.1
36.2
36.3
36.4
36.5
37.0
37.1
37.2
37.3
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 311
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 312
APPAREILS D'ÉCLAIRAGE DE L'HÉLIPLATEFORME ................................... 313
DESCRIPTION ............................................................................................................... 313
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 313
ASPECTS TECHNIQUES .................................................................................................. 314
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 318
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 318
RÉPARATION DES CONDUITS D'ÉCHAPPEMENT........................................... 320
IDENTIFICATION (EC NO 61) ......................................................................................... 320
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 320
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 321
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 322
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 323
PORTES EXTÉRIEURES ........................................................................................... 324
IDENTIFICATION (EC NO 31) ......................................................................................... 324
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 324
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 325
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 326
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 327
REVÊTEMENT DE RÉSERVOIR DU SYSTÈME INTERING ............................. 328
IDENTIFICATION (EC NO 23) ......................................................................................... 328
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 328
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 329
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 332
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 333
REVÊTEMENT DES CITERNES DE BALLAST.................................................... 335
IDENTIFICATION (EC NO 21) ......................................................................................... 335
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 335
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 336
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 339
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 340
REVÊTEMENTS DE L'ESPACE MORT ................................................................. 341
IDENTIFICATION (EC NO 22) ......................................................................................... 341
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 341
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 342
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 346
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 347
REVÊTEMENTS DES PUITS AUX CHAÎNES ....................................................... 348
IDENTIFICATION (EC N° 25) ......................................................................................... 348
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 348
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 349
6
37.4
37.5
38.0
38.1
38.2
38.3
38.4
38.5
39.0
39.1
39.2
39.3
39.4
39.5
40.0
40.1
40.2
40.3
40.4
40.5
41.0
41.1
41.2
41.3
41.4
41.5
42.0
42.1
42.2
42.3
42.4
42.5
43.0
43.1
43.2
43.3
43.4
43.5
44.0
44.1
44.2
44.3
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 351
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 351
RÉSERVOIRS D'EAU POTABLE ............................................................................. 353
IDENTIFICATION (EC N° 42) ......................................................................................... 353
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 353
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 354
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 356
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 357
REVÊTEMENTS DE MÂTS ....................................................................................... 359
IDENTIFICATION (EC NO 29) ......................................................................................... 359
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 359
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 360
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 362
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 363
REVÊTEMENTS DE LA SUPERSTRUCTURE ...................................................... 364
IDENTIFICATION (EC NO 29) ......................................................................................... 364
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 364
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 365
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 366
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 366
REVÊTEMENTS DU PONT DES EMBARCATIONS ............................................ 368
IDENTIFICATION (EC N° 28) ......................................................................................... 368
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 368
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 368
PREUVE DE PERFORMANCE........................................................................................... 369
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 370
ÉCOUTILLES DE SAUVETAGE .............................................................................. 371
IDENTIFICATION (EC N° 7) ........................................................................................... 371
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 371
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 372
PREUVE DE PERFORMANCE........................................................................................... 373
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 374
REMISE À NEUF DES CABINES DE DOUCHE .................................................... 375
IDENTIFICATION (EC N° 34) ......................................................................................... 375
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 375
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 376
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 378
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 378
REMPLACEMENT DES PROJECTEURS BÂBORD ET TRIBORD .................. 380
IDENTIFICATION (EC N° 160, 161, 162) ....................................................................... 380
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 380
ASPECTS TECHNIQUES .................................................................................................. 381
7
44.4
44.5
45.0
45.1
45.2
45.3
45.4
45.5
46.0
46.1
46.2
46.3
46.4
46.5
47.0
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 385
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 385
REMPLACEMENT DU PROJECTEUR ARRIÈRE ............................................... 386
IDENTIFICATION (EC N° 161) ....................................................................................... 386
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 386
ASPECTS TECHNIQUES .................................................................................................. 387
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 390
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 390
REMPLACEMENT DU PROJECTEUR CENTRAL .............................................. 392
DESCRIPTION ............................................................................................................... 392
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 392
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 393
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 396
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 396
REMISE À NEUF DU PONT DE CUISINE .............................................................. 398
47.1 IDENTIFICATION (EC N° 34) ......................................................................................... 398
47.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 398
47.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 398
47.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 400
47.5 PRODUITS LIVRABLES....................................................................................................... 400
48.0
48.1
48.2
48.3
48.4
48.5
49.0
49.1
49.2
49.3
49.4
49.5
50.0
50.1
50.2
50.3
50.4
50.5
51.0
51.1
51.2
51.3
ACCÈS TEMPORAIRE À LA CUISINE .................................................................. 401
IDENTIFICATIONS (EC N° 120) ..................................................................................... 401
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 401
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 402
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 403
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 404
REMPLACEMENT DE L'ÉQUIPEMENT DE LA CUISINE ................................ 407
IDENTIFICATION (EC N° 120) ....................................................................................... 407
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 407
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 408
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 410
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 410
REMPLACEMENT DES PANNEAUX DU PLAFOND DE LA CUISINE............ 411
DESCRIPTION (EC N° 121) ........................................................................................... 411
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 411
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 412
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 413
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 413
REMPLACEMENT DES ÉMETTEURS-RÉCEPTEURS VHF-FM...................... 415
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 415
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 415
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 416
8
51.4
51.5
52.0
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 421
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 421
REMPLACEMENT DU LOCH DOPPLER .............................................................. 423
52.1 IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 423
52.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 423
52.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 424
52.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 428
52.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 429
53.0
53.1
53.2
53.3
53.4
53.5
54.0
54.1
54.2
54.3
54.4
54.5
55.0
55.1
55.2
55.3
55.4
55.5
56.0
REMPLACEMENT DE TÉLÉVISION EN CIRCUIT FERMÉ ............................. 430
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 430
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 430
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 431
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 436
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 436
INSTALLATION DU SYSTÈME NAVTEX ............................................................. 438
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 438
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 438
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 439
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 440
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 441
REMPLACEMENT DU SYSTÈME SAT B .............................................................. 442
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 442
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 442
SPÉCIFICATION TECHNIQUES ........................................................................................ 443
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 445
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 445
HORLOGE MAÎTRESSE ........................................................................................... 447
56.1 IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 447
56.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 447
56.2.3 NORMES .................................................................................................................. 448
56.3 SPÉCIFICATION TECHNIQUES ........................................................................................ 448
56.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 451
56.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 451
57.0
57.1
57.3
57.4
57.5
58.0
INSTALLATION DU IMIC3 ...................................................................................... 453
IDENTIFICATION (RADOUB) .......................................................................................... 453
SPÉCIFICATION TECHNIQUES ........................................................................................ 454
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 455
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 456
INSTALLATION DU DOUBLE SYSTÈME GPS/DGPS (RADOUB) ................... 460
58.1 DESCRIPTION.................................................................................................................... 460
58.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 460
58.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 461
9
58.4 PREUVE DE RENDEMENT................................................................................................... 464
58.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 465
59.0
ENTRETIEN DES RADEAUX DE SAUVETAGE ................................................... 466
59.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 466
59.2 RENSEIGNEMENTS SUR L'ÉQUIPEMENT ............................................................................. 466
59.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 467
59.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 467
59.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 467
60.0
CERTIFICATION DE LA SOUPAPE DE DÉCHARGE ........................................ 469
60.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 469
60.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 469
60.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 471
60.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 471
60.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 472
61.0
61.1
61.2
61.3
61.4
61.5
62.0
62.1
62.2
62.3
62.4
62.5
63.0
63.1
63.2
63.3
63.4
63.5
64.0
SYSTÈMES FM200 ET DE CO2 ................................................................................. 473
DESCRIPTION ............................................................................................................... 473
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 473
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 476
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 477
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 477
SYSTÈMES DE DÉTECTION D'INCENDIE........................................................... 479
DESCRIPTION ............................................................................................................... 479
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 479
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 480
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 480
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 481
FEUX DE NAVIGATION............................................................................................ 482
DESCRIPTION ............................................................................................................... 482
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 482
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 483
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 486
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 487
RENOUVELLEMENT DU REVÊTEMENT DU PONT AVANT .......................... 488
64.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 488
64.2 RÉFÉRENCES .................................................................................................................... 488
64.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 488
64.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 490
64.4 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 490
65.0
65.1
65.2
65.3
CONTACTEURS VACUMATIC FPE ....................................................................... 492
DESCRIPTION ............................................................................................................... 492
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 492
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 493
10
65.4
65.5
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 493
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 494
66.0 NETTOYAGE DES HOTTES DE CUISINE ET DU VENTILATEUR
D'ÉVACUATION ..................................................................................................................... 495
66.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 495
66.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 495
66.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 495
66.4 PREUVE DE RENDEMENT................................................................................................... 497
66.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 497
67.0
67.1
67.2
67.3
67.4
67.5
68.0
ENTRETIEN DU SYSTÈME DE RAVITAILLEMENT D'HÉLICOPTÈRES..... 499
DESCRIPTION ............................................................................................................... 499
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 499
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 500
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 502
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 502
REMPLACEMENT DU CONVERTISSEUR ........................................................... 503
68.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 503
68.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 503
68.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 504
68.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 511
68.5 PRODUITS LIVRABLES....................................................................................................... 511
69.0 RÉPARATION DU PLANCHER DE LA SALLE DE COMMANDE DES
MOTEURS ................................................................................................................................ 513
69.1
69.2
69.3
69.4
69.5
70.0
70.1
70.2
70.3
70.4
70.5
71.0
DESCRIPTION ............................................................................................................... 513
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 513
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ..................................................................................... 514
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 515
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 515
ESSAIS AU MÉGOHMMÈTRE ................................................................................. 516
DESCRIPTION ............................................................................................................... 516
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 516
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 517
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 518
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 518
EXTINCTEURS PORTATIFS .................................................................................... 519
71.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 519
71.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 519
71.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 531
71.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 532
71.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 532
72.0
INSPECTION DE L'ARBRE DE TRIBORD ............................................................ 533
72.1 IDENTIFICATION ............................................................................................................... 533
11
72.2
72.3
72.4
72.5
73.0
73.1
73.2
73.3
73.4
73.5
74.0
74.1
74.2
74.4
74.5
75.0
75.1
75.2
75.3
75.4
75.5
76.0
76.1
76.2
76.3
76.4
76.5
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 533
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 533
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 541
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 542
PRESSE-ÉTOUPE DU TUBE D'ÉTAMBOT TRIBORD ........................................ 545
DESCRIPTION ............................................................................................................... 545
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 545
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 545
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 546
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 546
USURE DE L'ARBRE PORTE-HÉLICE .................................................................. 548
DESCRIPTION ............................................................................................................... 548
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 548
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 549
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 549
ANALYSE THERMOGRAPHIQUE ......................................................................... 551
DESCRIPTION ............................................................................................................... 551
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 551
SPÉCIFICATION TECHNIQUES ........................................................................................ 554
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 555
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 555
NETTOYAGE DES CONDUITS DE LOCAUX ....................................................... 557
DESCRIPTION ............................................................................................................... 557
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 557
SPÉCIFICATION TECHNIQUES ........................................................................................ 557
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 558
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 559
77.0 NETTOYAGE DES CONDUITS D'EXTRACTION DES SÉCHEUSES DE
BUANDERIE DANS DIVERS LOCAUX .............................................................................. 560
77.1
77.2
77.3
77.4
77.5
78.0
DESCRIPTION ............................................................................................................... 560
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 560
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 561
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 561
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 562
ANCRES ET CHAÎNES............................................................................................... 563
78.1 DESCRIPTION ............................................................................................................... 563
78.2 RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 563
78.3 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES .......................................................................................... 563
78.4 PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 565
78.5 PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 565
79.0
79.1
REMPLACEMENT DU CHARGEUR DE BATTERIE .......................................... 567
DESCRIPTION ............................................................................................................... 567
12
79.2
79.4
79.5
80.0
80.1
80.2
80.3
80.4
80.5
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 567
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 574
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 574
RENOUVELLEMENTS DU REVÊTEMENT DU PONT PRINCIPAL ................ 575
DESCRIPTION ............................................................................................................... 575
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 575
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 576
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 578
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 578
81.0 RENOUVELLEMENTS DES REVÊTEMENTS DE PONT ET DU PONT DES
EMBARCATIONS ................................................................................................................... 579
81.1
81.2
81.3
81.4
81.5
DESCRIPTION ............................................................................................................... 579
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 579
SPÉCIFICATIONS TECHNICQUES .................................................................................... 580
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 581
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 582
82.0 RENOUVELLEMENTS DE LA PASSERELLE ET DE LA PASSERELLE DES
OFFICIERS ............................................................................................................................... 583
82.1
82.2
82.3
82.4
82.5
DESCRIPTION ............................................................................................................... 583
RÉFÉRENCES ................................................................................................................ 583
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 584
PREUVE DE RENDEMENT .............................................................................................. 585
PRODUITS LIVRABLES .................................................................................................. 586
ANNEX A - ABRÉVIATIONS ............................................................................................... 587
DÉFINITIONS ET SIGLES ............................................................................................................ 587
ANNEX B – DESSINS .............................................................................................................. 599
LISTE DES DESSINS DU NAVIRE ................................................................................................. 599
ANNEX C – PLAN D'ISOLATION ........................................................................................ 605
ANNEX D – TUYAUTERIE GÉNÉRALE ET EAUX GRISES .......................................... 610
ANNEX E – ORGANIGRAMME TECHNIQUE.................................................................. 617
ANNEX F – LISTE DES APPAREILS D'ÉCLAIRAGE ..................................................... 630
ANNEX G – RENOUVELLEMENT DU PONT DE HANGAR .......................................... 634
ANNEX J – AMIANTE ............................................................................................................ 639
FORMULAIRE DE NOTIFICATION ET DE RECONNAISSANCE DE L'ENTREPRENEUR ....................... 639
ANNEX K – DESSINS DE L'APPAREIL À GOUVERNER ............................................... 641
ANNEX L – GPS/DGPS ........................................................................................................... 671
13
1.0 REMARQUES GÉNÉRALES
1.1 Introduction
Les présentes exigences du projet sont fournies à l'entrepreneur et définissent les objectifs,
le rendement, les normes et les exigences d'ingénierie concernant le radoub de
prolongement de vie du NGCC Henry Larsen à l'intention de la Garde côtière canadienne,
Pêches et Océans Canada.
Il incombe à l’entrepreneur de veiller à ce qui suit :
1)
2)
que l'exécution des travaux indiqués dans les présentes répond aux exigences
des autorités responsables de l'inspection et des organismes de réglementation;
que tous les éléments et tout l'équipement fournis sont jugés nécessaires pour
garantir la navigabilité et le fonctionnement sécuritaires du navire
conformément aux exigences visant un navire de cette catégorie.
Les sections 8 à 82 du présent devis définissent chaque élément des travaux dont l'entrepreneur a
la responsabilité dans le cadre du projet de prolongement de vie du NGCC Henry Larsen.
Les exigences de rendement présentées dans les sections 1 à 7 du présent devis doivent
s'appliquer en tout point aux sections 8 à 37. Il se peut que le devis, dans les sections 8 à 37, ne
renvoie pas directement aux sections 1 à 7; cependant, celles-ci doivent tout de même
s'appliquer.
Les abréviations utilisées dans le présent devis figurent à l'annexe A.
Une liste complète des dessins du NGCC Henry Larsen se trouve à l'annexe B.
L'équipage ne sera pas à bord du navire pendant la majeure partie du contrat. Toutefois, des
membres d'équipage se trouveront à bord environ une semaine après l'arrivée du navire au
chantier du PVN, et un mois avant la fin des travaux. Pendant ces cinq semaines, le navire doit
être habitable. L'équipage doit pouvoir ranger leur équipement personnel à bord, vivre dans leurs
cabines, utiliser les toilettes ainsi que la cuisine. Pendant cette période, le navire sera pourvu d'un
effectif minimal de sécurité, c.-à-d. 22 membres d'équipage.
14
1.2 Renseignements généraux sur le navire
Nom :
NGCC Henry Larsen
Type :
Brise-glace de taille moyenne de type 1200,
Cotes glace
Lloyd's Register ?100A1 cote glace 1A Super ? LMC
Règlement sur la prévention de la pollution des
eaux arctiques par les navires
Cote arctique 4
Année de construction
Classe de voyage
Constructeur
1987
Illimitée - plus de 200nm
Burrard Yarrows Corporation, Vancouver (C.-B.)
Principales dimensions :
Longueur
Largeur hors membrures
Tirant d'eau à pleine charge
Jauge
99,8 mètres
19,51 mètres
57,2 mètres
6 166,5 tonnes brutes, 1756.6 tonnes nettes
Le NGCC Henry Larsen est muni de trois moteurs diesel Wartsila VASA 32, de
16 cylindres en V, de deux moteurs de propulsion synchrones, de deux
cycloconvertisseurs c.a./c.a. et de deux compresseurs pour système à bulles d'air de
600 chevaux alimentés par 4160 V.
15
1.3 Travaux/Portée du projet
Les travaux suivants doivent être réalisés :
Élimination de l'amiante :
Le présent devis porte sur les travaux à réaliser à bord du
NGCC « Henry Larsen » afin de retirer les matériaux
contenant de l'amiante (MCA) présents dans une couche
du produit à pulvériser, le « Weathershield ». Le produit
« Weathershield » a servi à lier le produit pulvérisé à la
surface de l'isolant qui a été utilisé dans tout le navire.
Bien que le produit « Weathershield » ait été appliqué
aux surfaces de l'isolant de tous les plafonds et cloisons,
seuls les locaux indiqués sur le dessin du guide
d'isolation de référence, J13069-A01, sont les endroits
d'où il doit être retiré avant la mise en place du nouvel
isolant.
Renouvellement des conduits
du système à bulles d'air :
Renouvellement des conduits à parois épaisses du
système à bulles d'air.
Prise d'eau de refoulement :
Dépose de l'acier corrodé dans la prise d'eau de
refoulement.
Commande du système Intering : Retrait de la commande actuelle du système Intering
pour la remplacer par une nouvelle commande Hoppe
Marine (MFG).
Tuyauterie
Retrait et remplacement de la tuyauterie d'eaux usées
sanitaires, d'eau de mer et de certaines parties des
collecteurs d'incendie, de la tuyauterie destinée aux eaux
noires et aux eaux grises, notamment les raccords de
drainage.
Machines auxiliaires :
Retrait et remplacement du compresseur d’air de secours.
Réservoirs d'eau :
Élimination du revêtement actuel et application d'un
revêtement époxydique approuvé pour les réservoirs de
stockage d'eau potable, conformément aux exigences
réglementaires, réparation des revêtements actuels dans
les citernes de ballast et recouvrement à l'aide d'un
nouveau revêtement époxydique.
Travaux sur la coque :
Remplacement de l'acier sur la partie encastrée de
l'étrave supérieure. Revêtement de la coque au-dessus et
en dessous de la ligne de flottaison. Systèmes de
revêtements de la superstructure et des mâts.
16
Modernisation de l'appareil
à gouverner :
Remise en état de la console de l'actuelle salle de
commande des moteurs et modernisation des consoles de
passerelle centrale et latérale par la mise en place de
panneaux encastrés dans les consoles actuelles, afin de
faciliter la modernisation de la commande de propulsion
et de la commande de gouverne.
Feux de navigation :
Retrait et remplacement des feux de navigation existants
Éléments électroniques :
Remplacement du système de communication interne.
17
1.4 Dossier de données techniques
L'entrepreneur doit recevoir les ensembles de documents suivants qui doivent complètement
définir la portée des travaux du projet de prolongement de vie du NGCC Henry Larsen.
x
Spécifications techniques (le présent devis)
x
Plans de conception – format électronique
x
Normes et lignes directrices pertinentes de la GCC – format électronique
x
MPO 5847 – Norme sur les peintures et revêtements de coque
x
MPO 9415 – Soudage de l'aluminium et des alliages d'aluminium
x
MPO 5737 – Manuel de sécurité de la Flotte
x
30-000-000-ES-TE-001 – Normes relatives au code de couleur pour la
tuyauterie
Documents supplémentaires (non fournis par la GCC) :
x
ASTM F1321-92 (2004) – Standard Guide for Conducting a Stability Test
(Lightweight Survey and Inclining Experiment) to determine the Light Ship
Displacement and Centers of Gravity of a Vessel (Guide
x
ASTM G82-95 (2003) – Standard Guide for Development and Use of a
Galvanic Series for Predicting Galvanic Corrosion Performance
x
CAN/CGSB-1.193-99 – Revêtement aux résines époxydiques, à pouvoir
garnissant élevé, marin
x
CAN/CGSB 1.61-2004 – Peinture-émail aux résines alkydes, d'extérieur et
d'intérieur, marine
x
CAN/CGSB 3-GP-11D – Mazout marin, 2002-11-01
x
CAN/CGSB 4.155-M88 – Résistance à l'inflammation des revêtements de sol
mous - Plans d'échantillonnage
x
CAN/CGSB 51.53-95 – Poly (chlorure de vinyle) en feuille pour gaines de
tuyauteries, récipients et conduits cylindriques isolés
x
CAN/ULC-S102-03 – Caractéristiques de combustion superficielle des
matériaux de construction et assemblages
x
CAN/ULC-S109-03 – Essais de comportement au feu des tissus et pellicules
ininflammables
x
Règlements sur les machines et les coques de la Loi sur la marine marchande
du Canada qui se rapportent à un navire de recherche dont les renseignements
généraux sont indiqués à la section 1.2
x
CSA C22.1 SB-06 – Code canadien de l'électricité, 1re partie : norme de
sécurité relative aux installations électriques
x
CSA C22.2 – No 0-M91 (R2006) – Code canadien de l'électricité, 2e partie –
Exigences générales
x
CSA CAN3-Z299.3-85 (R2002) – Programme d'assurance de la qualité –
Catégorie 3
x
CSA W47.1 03 – Certification des compagnies de soudage par fusion de l'acier
x
CSA W47.2-M1987 (R2003) – Certification des compagnies de soudage par
fusion de l'aluminium
18
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
IEC 60092-504 Ed. 3.0 en : 2001 – Installations électriques à bord des navires Partie 504 : Caractéristiques spéciales – Conduite et instrumentation
CAN/CSA-C22.2 No 60529-05 Degrés de protection procurés par les
enveloppes (Code IP)
CEI 60533 Deuxième édition – Installations électriques et électroniques à bord
des navires - Compatibilité électromagnétique
IEEE 45 STD -2002 – Recommended Practice for Electrical Installations
Shipboard
IEEE STD 315-1975 (Réaffirmé en 1993) – Graphic Symbols for Electrical
and Electronics Diagrams
ISO 4406 – 1999 – Transmissions hydrauliques – Fluides – Méthode de
codification du niveau de pollution particulaire solide
ISO 18413:2002 – Transmissions hydrauliques – Propreté des pièces et
composants – Documents de contrôle et principes d'extraction et d'analyse des
polluants et d'expression des résultats
ISO/TR 10949:2002 – Transmissions hydrauliques – Propreté des composants
– Lignes directrices pour l'obtention et le maintien de la propreté des
composants, de leur fabrication jusqu'à leur installation
ISO/TS 16431:2002 – Transmissions hydrauliques – Vérification de la propreté
ISO 15748-1:2002 – Navires et technologie maritime – Approvisionnement en
eau potable sur navires et structures maritimes – Partie 1 : Planification et
conception
ISO 15748-2:2002 – Navires et technologie maritime – Approvisionnement en
eau potable sur navires et structures maritimes – Partie 2 : Méthode de calcul
ISO 2081 – 1986 – Revêtements métalliques – Dépôts électrolytiques de zinc
sur fer ou acier;
règles de la société de classification Lloyd's Register pour la classification des
navires
DORS/2010-120 – Règlement sur la sécurité et la santé au travail (navires)
Guide PMBok 5e édition – Lignes directrices en matière de gestion de projet du
Project Management Institute
Industrial Health Regulations du ministère du Travail provincial en ce qui a
trait à l'élimination de l'amiante
SNAME – Rules/Guidelines for Shop and Installation Trials – dernière édition
SNAME (3-47)*1989 – Rules/Guidelines for Sea Trials – dernière édition
SOLAS – Recommandations
TP 11469 F – Guide sur la protection contre l'incendie à la construction
TP 127F (2002) – Normes d'électricité régissant les navires
TP 11469 – Guide sur la protection contre l'incendie à la construction – 1993
TP 1861F – Normes concernant les feux de navigation, marques, appareils de
signalisation sonore et réflecteurs radar (1991)
TP 2072F – Code de sécurité des pontées (1974)
TP 7301 – Normes de stabilité, de compartimentage et de lignes de charge
(1975)
Bulletin de Transports Canada sur la sécurité maritime 06/1989 – « Sécurité de
mise à la masse en cale sèche »
19
x
UL 1309 – Standard for Safety for Marine Shipboard Cable
Les publications TP sont disponibles à l'adresse suivante :
http://www.tc.gc.ca/fra/securitemaritime/tp-menu-515.htm
Les normes et publications de l'ONGC sont disponibles à l'adresse suivante :
http://www.scc.ca
Les normes et publications ULC sont disponibles à l'adresse suivante :
http://canada.ul.com/fr/
Les normes de l'Association canadienne de normalisation sont disponibles à
l'adresse suivante :
http://www.csa.ca/cm/ca/fr/home
Les normes de l'Organisation internationale de normalisation sont disponibles à
l'adresse suivante :
http://www.iso.org/iso/fr/home.htm?=
Les normes et publications de l'Institute of Electrical and Electronics Engineers
sont disponibles à l'adresse suivante :
http://www.standards.ieee.org
Les normes de la British Standards Institution sont disponibles à l'adresse
suivante :
http://www.bsi-global.com
Les normes de l'American National Standards Institute sont disponibles à l'adresse
suivante :
http://www.ansi.org
Les normes de la American Society for Testing and Materials sont disponibles à
l'adresse suivante :
http://www.astm.org
Les normes de la American Society of Mechanical Engineers sont disponibles à
l'adresse suivante :
http://www.asme.org
Society of Naval Architects and Marine Engineers Les règles et lignes directrices
sont disponibles à l'adresse suivante :
http://www.sname.org
Les lignes directrices du Project Management Institute sont disponibles à l'adresse
suivante :
http://pmi.org
20
1.5 Bureau et réunions d'avancement
L'entrepreneur doit prévoir un bureau adapté pour les réunions, et des réunions doivent
être organisées tous les mois, ou plus souvent, selon les directives établies par l'autorité
contractante.
1.6 Installations à l'intention du personnel gouvernemental
L'entrepreneur doit mettre à la disposition du personnel de la Garde côtière canadienne et de
TPSGC au moins 500 pieds carrés d'espace de bureau respectant les exigences suivantes :
1) deux (2) bureaux verrouillables d'au moins 200 pieds carrés chacun;
2) une (1) salle de conférence meublée pouvant accueillir dix (10) personnes (elle
doit contenir une grande table et des chaises pour dix personnes); La salle de
conférence doit également être équipée d'un tableau blanc de 4 pieds sur 6 pieds,
accroché à un mur;
3) trois (3) bureaux de taille normale sur supports doubles équipés de tiroirs;
a)
les tiroirs des bureaux doivent être verrouillables;G
b)
l'un (1) des bureaux doit être de type secrétaire en forme de « L » équipé
de tables latérales;G
4) une (1) table de la taille d'un bureau;
5) dix (10) chaises, dont six (6) doivent être complètement réglables et équipées
d'une base pivotante et de roulettes (en plus des meubles de la salle de
conférence);
6) deux (2) bibliothèques de 4 pieds de largeur par 6 pieds de hauteur;
7) trois (3) classeurs, chacun équipé de quatre (4) tiroirs. Tous les classeurs doivent
être verrouillables;
8) quatre (4) clés doivent être fournies pour chaque porte, bureau et classeur
verrouillable;
9) trois (3) téléphones à ligne directe, dont un (1) doit se trouver dans la salle de
conférence;
10) trois (3) connexions Internet haute vitesse;
11) un télécopieur (1) avec sa propre ligne externe. Le télécopieur doit utiliser du
papier ordinaire;
12) Une (1) photocopieuse de bureau capable de prendre en charge des feuilles de
8,5 sur 11 pouces, de 8,5 sur 14 pouces et de 11 sur 17 pouces. La photocopieuse
doit être équipée d'un dispositif d'alimentation automatique des feuilles et
pouvoir être dépannée dans les deux (2) heures en cas de défaillance.
Les bureaux doivent être dotés d'un système de CVC et d'un éclairage, conformément aux
règlements provinciaux en matière de santé et d'occupation.
Des installations sanitaires doivent se trouver à proximité.
Six (6) espaces de stationnement doivent être mis à disposition pour le personnel
gouvernemental dans les limites du chantier naval. Les espaces doivent être clairement indiqués
et les laissez-passer requis doivent être fournis au personnel du gouvernement.
21
L'ensemble de l'équipement et des installations ci-dessus doit être en bon état, à la satisfaction du
Canada.
Le Canada doit avoir accès aux installations énumérées ci-dessus pendant environ 10 jours
ouvrables après la livraison du navire.
1.7 Espace d'entreposage
L'entrepreneur doit fournir 3 000 pieds carrés d'espace d'entreposage sécurisé, à environnement
contrôlé, pour l'équipement du navire. L'espace d'entreposage doit être maintenu à 15 degrés
Celsius et à une humidité relative maximale de 70 p. 100 pendant toute la durée du contrat.
L'espace d'entreposage doit également compter 5 000 pieds carrés d'étagères classiques de sept
(7) pieds de hauteur, composées de cinq (5) étagères espacées de manière égale sur 3 000 pieds
carrés, et de trois (3) étagères espacées de manière égale sur 2 000 pieds carrés.
L'entrepreneur doit fournir 150 palettes neuves pour l'entreposage d'articles.
Tous les articles doivent être entreposés de manière à être facilement accessibles aux fins
d'inspection. Aucun article ne doit être entreposé directement sur le sol.
L'espace d'entreposage doit contenir un (1) bureau et deux (2) chaises.
L'espace d'entreposage doit se trouver dans les locaux de l'installation de l'entrepreneur, ou à
proximité.
L'entrepreneur doit fournir un (1) camion de trois (3) tonnes avec conducteur pendant 30 heures
afin d'aider le Canada à vider le navire.
L'entrepreneur doit fournir un (1) chariot élévateur à fourche avec conducteur pendant 30 heures
afin d'aider le Canada à vider le navire.
L'entrepreneur doit fournir un (1) camion de trois (3) tonnes avec conducteur pendant 30 heures
afin d'aider le Canada à réapprovisionner le navire.
L'entrepreneur doit fournir un (1) chariot élévateur à fourche avec conducteur pendant 30 heures
afin d'aider le Canada à réapprovisionner le navire.
L'entrepreneur doit fournir l'entreposage pour le carburant restant à bord pendant la durée du
contrat. Aux fins du présent devis, l'entrepreneur doit donner un prix pour l'entreposage de
40 tonnes de carburant diesel. Si la quantité de carburant n'équivaut pas à 40 tonnes, le prix de
l'entreposage doit être revu à la hausse ou à la baisse à l'aide du formulaire 1379.
1.8 Frais et coûts
Danssasoumission,l'entrepreneurdoitindiquerlesfrais,coûtsetdépensesnécessairespourréaliserles
travaux:
22
1)
Les services sont définis à la section 8.2 ci-après;
1) Services
2) Organismes de réglementation
3) Inspections de la société de classification
4) Représentants de l'entretien du fabricant
5) Tests et essais de l'équipement et du navire
6) Prestation de services de sécurité, p. ex., dégazage des réservoirs, protection
contre les incendies, coconisation des zones contenant de l'amiante;
7) Certification des appareils de levage au besoin
8) Sauf indication contraire, l'approbation type de la société de classification pour
l'équipement à installer représente la norme.
1.9 Assurance de la qualité
Le Canada peut vérifier le programme d'assurance de la qualité.
L'entrepreneur doit présenter, dans le cadre de son dossier de soumission, la confirmation
que son programme d'assurance de la qualité respecte les normes susmentionnées.
1.10 Inspection initiale
En collaboration avec l'autorité technique et l'autorité d'inspection, l'entrepreneur doit effectuer
une inspection opérationnelle du navire. Toutes les parties doivent signer l'évaluation
opérationnelle de l'équipement et des systèmes du navire. Cette activité doit être réalisée avant
que l'entrepreneur assume la responsabilité du navire. L'entrepreneur doit fournir un relevé
photographique de l'inspection à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique.
Cette inspection doit répondre aux exigences de la section 6.6 du présent devis.
1.11 Propriété du Canada
Généralités
Tous les matériaux et l'équipement retirés du navire par l'entrepreneur demeurent la propriété du
Canada, sauf si les exigences du projet prévoient explicitement leur aliénation.
L’entrepreneur doit conserver et maintenir ces matériaux et cet équipement « en l'état » en
attendant les instructions de l'autorité contractante.
L'entrepreneur peut obtenir l'approbation de l'autorité contractante pour l'aliénation de matériaux
et d'équipement dont la valeur marchande est nulle après leur retrait du navire.
Catégorisation
Tout élément appartenant au Canada qui doit être retiré du navire temporairement ou
définitivement doit être classé dans l'une des trois (3) catégories ci-dessous :
Catégorie A
Ces articles doivent être définitivement retirés du navire et demeurent la propriété du Canada.
L'entrepreneur doit entreposer et protéger ces articles contre les intempéries, les dommages
23
matériels ou la perte totale. L'entrepreneur doit entreposer ces articles sur des palettes, des platesformes ou dans des conteneurs adaptés à l'expédition jusqu'à ce que le Canada les ait inspectés et
ait accepté de les prendre en charge et de les conserver. L'entrepreneur doit assurer l'entreposage
de ces articles pour le Canada pendant toute la durée du contrat. Il incombe au Canada de retirer
ces articles des locaux de l'entrepreneur.
Catégorie B
Ces articles demeurent la propriété du Canada et doivent être retirés temporairement de leur
emplacement à bord du navire pendant les travaux contractuels. Ils doivent être remis à leur
emplacement d'origine à bord du navire avant que le navire quitte l'installation de l'entrepreneur.
L'entrepreneur doit protéger ces articles contre les intempéries, les dommages matériels ou la
perte totale. Ces articles doivent être entreposés de manière à pouvoir être déplacés, afin d'y
permettre l'accès aux fins d'inspection, de remise à neuf ou d'entretien au besoin. L'entrepreneur
doit prendre soin de ne pas endommager l'équipement et le matériel.
Catégorie C
Une fois retirés, ces articles deviennent la propriété de l'entrepreneur qui doit les éliminer
conformément aux lois, aux règles et aux règlements en vigueur.
Avant de retirer un article du navire, il faut y apposer des étiquettes magnétisées afin d'indiquer
clairement s'il appartient à la catégorie A, B ou C; conformément aux instructions du mécanicien
en chef.
Cette exigence s'ajoute à celles visant toute pièce de rechange requise aux fins de réglementation.
Toutes ces pièces de rechange doivent être fournies emballées et marquées individuellement avec
la description de l'équipement, le numéro du modèle et le numéro de catalogue ou de pièce.
1.12 Pièces de rechange
Toutes les pièces de rechange des systèmes doivent figurer sur une liste de pièces de rechange
fournie par l'entrepreneur sous forme électronique, sur une feuille de calcul MS Excel, qui
répertorie pour chacune la quantité recommandée.
Toutes les machines et tout l'équipement neufs fournis par l'entrepreneur aux fins d'installation à
bord du navire doivent être complets et livrés avec suffisamment de pièces de rechange
recommandées par le fabricant pour 6 mois ou 2 000 heures de fonctionnement, selon la plus
lointaine de ces échéances, ou à moins d'indication contraire.
Toutes les pièces de rechange des systèmes doivent figurer sur une liste de pièces de rechange
fournie par l'entrepreneur sous forme électronique, sur une feuille de calcul MS Excel, qui
répertorie le nombre de chaque pièce de base installée et le prix unitaire de chaque pièce de
rechange. Cette liste doit comprendre les champs suivants :
le fournisseur;
le fabricant;
le numéro de pièce du fabricant;
le prix unitaire;
la définition des quantités (unitaire, caisse, etc.);
la quantité recommandée;
24
le système ou l'équipement connexe.
Un exemplaire électronique de la liste des pièces de rechange doit être remis à l'autorité
d'inspection et à l'autorité technique.
L'entrepreneur doit aviser l'autorité d'inspection et l'autorité technique lorsque les pièces de
rechange en question ont été reçues.
L'entrepreneur doit entreposer les pièces de rechange conformément aux exigences du fabricant
et s'assurer qu'elles sont protégées contre les intempéries, les dommages matériels ou la perte
totale.
L'entrepreneur doit livrer les pièces de rechange à l'adresse suivante :
Garde côtière canadienne
NGCC Henry Larsen
A/S Pièces de rechange techniques de la flotte
280, Southside Rd.
St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador A1M IC5
1.13 Gestion de projet
Introduction
La gestion de projet désigne l'intégration des systèmes, le contrôle technique et la gestion des
activités qui se rapportent au projet de prolongement de vie du NGCC Henry Larsen.
NOTA :
les articles ci-dessous marqués d'un astérisque (*) doivent être livrés accompagnés
de la proposition du soumissionnaire, c.-à-d. 1.13.2, 1.13.3, 1.13.4, 1.13.5 et
1.13.6.
Plan d'action du projet (PAP)*
L'entrepreneur doit consigner la gestion des travaux du projet dans un PAP et mettre à jour le
plan chaque mois ou plus souvent, selon les exigences de l'autorité contractante.
Au minimum, le PAP doit comprendre des tableaux de structure organisationnelle, un calendrier
principal, des calendriers secondaires, des calendriers pour les sous-traitants et leurs travaux et
pour la livraison d'équipement fourni par le gouvernement (ÉFG) et par l'entrepreneur.
Les mises à jour mensuelles du PAP doivent comprendre des mises à jour des calendriers, un
rapport d'étape et des réunions d'examen. Les éléments qui composent le PAP et ses mises à jour
sont décrits dans les sous-sections suivantes.
Gestion de l'intégration des projets*
L'entrepreneur doit fournir un organigramme de l'ensemble du projet qui indique tous les
principaux membres du personnel et les sous-traitants. De plus, il doit indiquer les tâches
contractuelles attribuées à chacun des sous-traitants.
25
Registre de gestion des changements*
L'entrepreneur doit fournir un registre de gestion des changements qui servira tout au long du
projet pour gérer les changements au projet.
Le registre de gestion des changements doit permettre d'assurer le suivi des problèmes liés au
projet selon les critères suivants :
1)numéro de suivi individuel;
2)date à laquelle le problème a été soulevé;
3)date de solution prévue;
4)date à laquelle le problème a été résolu;
5)brève note sur la solution du problème;
6)personne qui a soulevé le problème;
7)personne responsable de la solution du problème;
8)facteur de risque.
Si des problèmes exigent une modification des travaux, il faut remplir un formulaire 1379 de
TPSGC.
Gestion du risque*
L'entrepreneur doit déterminer les risques émergents et les classer selon leur incidence
sur les travaux. Des stratégies d'atténuation doivent être élaborées pour tous les risques
« élevés ». Le « plan de gestion des risques » doit être mis à jour au moins toutes les deux
semaines à l'autorité technique et à l'autorité contractante. Le « plan de gestion des
risques » doit être inclus dans le compte rendu des décisions des réunions mensuelles sur
l'état d'avancement.
Planification*
L'entrepreneur doit fournir un calendrier de répartition des travaux jusqu'au niveau des systèmes
et des composants. Ce calendrier doit intégrer les calendriers des sous-traitants jusqu'au même
niveau. L'entrepreneur doit mettre à jour les calendriers tous les mois et présenter les mises à jour
à l'autorité contractante, à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique.
Les calendriers doivent indiquer tous les travaux du projet. Ils doivent inclure les articles à long
délai de livraison, l'ÉFG, les démontages, la production, l'assemblage, l'installation, les essais au
banc, la mise en service des systèmes et les tests et essais, et les ressources prévues et requises.
Les calendriers doivent indiquer les étapes principales, le cheminement critique, et tous les liens
entre les tâches. Les calendriers doivent présenter la situation de départ.
Le calendrier initial doit être livré 21 jours civils après l'attribution du contrat.
Un calendrier d'étapes doit être fourni dans la présentation du soumissionnaire.
26
Le guide d'ensemble des connaissances en gestion de projets, 5e édition, doit être utilisé à titre de
référence aux fins de planification.
Rapports de projet
L'entrepreneur doit présenter un rapport d'étape mensuel dont l'introduction doit décrire l'état
d'avancement, les coûts et le rendement du projet. Les délais, les coûts et le rendement seront
ensuite examinés en détail en vue de démontrer clairement la valeur acquise à l'aide de l'IPC et
l'IPS. Le rapport doit indiquer les risques importants pour le programme et les mesures prises
pour les prévenir. L'analyse des risques doit relever toute incidence sur la réalisation du projet et
déterminer les mesures prises pour rattraper les retards qui peuvent avoir des répercussions sur la
date d'achèvement du contrat. Le rapport, présenté sur support papier ou électronique, doit être
remis chaque mois, trois (3) jours ouvrables avant la réunion d'examen de l'avancement des
travaux, au gestionnaire de contrats, à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique. Le rapport
d'étape doit faire état de l'activité des sous-traitants et des fournisseurs de composants
principaux.
27
2.0 GÉNÉRALITÉS TECHNIQUES
2.1 Conditions de fonctionnement de l'équipement
Toutes les machines et tout l'équipement neufs fournis et installés doivent être conçus
afin de fonctionner dans les conditions suivantes :
1) Température de l'air extérieur :
2) -40 °C en hiver,
3) 35 °C en été,
4) Température de l'eau :
i. 0 °C en hiver;
ii. 30 °C en été;
5) vitesse du vent de 80 nœuds;
6) état de la mer 6;
7) un roulis pouvant atteindre 35 degrés d'un côté ou l'autre du navire avec une
fréquence de 10 secondes et d'un tangage de 10 degrés avec une fréquence de
5 secondes et une accélération linéaire maximale de 1 g;
8) une gîte permanente de 22,5 degrés à bâbord ou à tribord, et une assiette
permanente de 10 degrés d'avant en arrière.
Équipement sous le pont
L'ensemble de l'équipement doit pouvoir fonctionner comme prévu dans des conditions
ambiantes de 95 p. 100 d'humidité relative, à des températures pouvant atteindre
50 degrés Celsius.
Équipement sur le pont
L'équipement doit être protégé par un abri et pouvoir fonctionner comme prévu sur le
pont supérieur en étant à l'abri des embruns.
Compartiments d'équipement électronique
Les compartiments qui contiennent de l'équipement électronique doivent faire l'objet des
services à bord afin de conserver les conditions suivantes :
Compartiments avec membres d'équipage :
1) Température de la pièce : de 20 °C à 25 °C
2) Humidité relative : De 5 à 70 %
3) niveau de bruit : 65 dBA.
Compartiments sans membres d'équipage :
1) Température intérieure : de 20 °C à 25 °C
2) Humidité relative : De 40 à 70 %
3) niveau de bruit : 80 dBA.
Vibration
Tout l'équipement à bord, les bâtis, les câbles et les autres accessoires doivent être fixés
de façon à fonctionner comme prévu dans les conditions suivantes :
28
Vibrations à bord du navire :
1) jusqu'à 13,2 Hz avec une amplitude de déplacement de +/- 1 mm;
2) de 13,2 à 80 Hz avec une amplitude d'accélération de ± 0,7 g avec une
accélération maximale de 0,7 g;
3) les fréquences naturelles des supports d'équipement ou de pièces d'équipement
ne doivent pas se situer dans la plage de 0 à 80 Hz, sauf s'il est impossible de les
maintenir à l'extérieur de cette plage malgré les méthodes de conception de la
construction; les vibrations doivent alors être amorties afin d'éviter une
amplification excessive.
2.2 Protection du personnel
Généralités
L'entrepreneur doit s'assurer d'éliminer tous les coins rugueux, les pointes, les rebords tranchants
et les saillies produits au cours des travaux.
Il est interdit de fumer à bord du navire.
Travail à chaud
L'entrepreneur doit prendre les précautions suivantes s'il doit réaliser des travaux à chaud :
1) le dégazage des compartiments doit être attesté par un chimiste de la marine
certifié ou toute autre personne qualifiée. L'entrepreneur doit remettre à l'autorité
d'inspection des copies de tous les certificats. Les certificats doivent préciser
« sans danger pour les personnes » ou « sans danger pour le travail à chaud »
selon le cas. L'entrepreneur doit afficher une copie de tous les certificats à
l'entrée des espaces concernés;
2) il faut utiliser des matériaux de protection pour empêcher la propagation
d'étincelles et pour protéger les câbles électriques et d'autres services;
3) il faut prévoir des piquets d'incendie dans chacun des espaces où des travaux de
soudage, de meulage et de brûlage sont réalisés, et dans tous les espaces
adjacents. Les personnes qui assurent ces piquets doivent être équipées d'un
extincteur et formées de manière à l'utiliser correctement. Elles doivent assurer
le piquet à l'endroit désigné pendant au moins trente (30) minutes après la
réalisation des travaux à chaud.
Tous les travaux à chaud effectués à bord du navire pendant la période du contrat doivent être
réalisés conformément aux procédures du Système de gestion de sécurité et de sûreté de la flotte
de la Garde côtière canadienne (SGSSF de la GCC) et aux instructions de travail à bord du
navire. Des copies du manuel et des instructions de travail propres au site sont disponibles auprès
de l'autorité technique. Les procédures normales d'exploitation (PNE) de l'entrepreneur peuvent
remplacer la présente exigence après examen et acceptation de ces PNE par l'autorité
contractante et l'autorité technique.
29
Accès aux espaces clos
L'entrepreneur doit fournir une copie du certificat de dégazage d'un chimiste de la marine certifié
ou d'une autre personne qualifiée à l'autorité d'inspection avant le début des travaux. Les
certificats doivent préciser « sans danger pour les personnes » ou « sans danger pour le travail à
chaud ».
Tout accès aux espaces clos pendant la période du contrat doit être géré conformément aux
procédures du SGSSF de la GCC et aux instructions de travail à bord du navire. Les procédures
normales d'exploitation (PNE) de l'entrepreneur peuvent remplacer la présente exigence après
examen et acceptation de ces PNE par l'autorité contractante et l'autorité technique.
Machines rotatives
Les machines neuves qui sont installées doivent être équipées d'un dispositif de protection pour
empêcher tout contact avec des éléments rotatifs, conformément aux exigences de la
section 3.8.3 du présent devis.
Équipement électrique
Lorsque des travaux sont réalisés sur l'équipement électrique, celui-ci doit être isolé grâce au
verrouillage électrique et des étiquettes de mise en garde électrique doivent être posées sur les
interrupteurs qui alimentent l'équipement faisant l'objet de l'entretien sur le panneau principal
d'alimentation et de distribution, et il faut vérifier aux bornes que l'alimentation est bien coupée.
Toutes les exigences de verrouillage à bord du navire pendant la période du contrat doivent être
respectées conformément aux procédures du SGSSF de la GCC et aux instructions de travail à
bord du navire. Les procédures normales d'exploitation (PNE) de l'entrepreneur peuvent
remplacer la présente exigence après examen et acceptation de ces PNE par l'autorité
contractante et l'autorité technique.
Travail en hauteur
Tous les travaux effectués en hauteur doivent l'être conformément aux procédures du SGSSF de
la GCC et aux instructions de travail à bord du navire. Les procédures normales d'exploitation
(PNE) de l'entrepreneur peuvent remplacer la présente exigence après examen et acceptation de
ces PNE par l'autorité contractante et l'autorité technique.
Amiante
Il est interdit d'utiliser des matériaux contenant de l'amiante. Toute manipulation de matériaux
contenant de l'amiante doit être effectuée par un personnel formé et certifié, conformément aux
règlements provinciaux sur le travail. L'entrepreneur doit fournir les attestations du personnel
certifié à l'autorité d'inspection avant le début des travaux.
Il incombe à l'entrepreneur d'éliminer tous les matériaux contenant de l'amiante de façon
sécuritaire, le cas échéant. L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection des copies des
30
attestations concernant l'élimination de matériaux contenant de l'amiante, conformément aux
règlements fédéraux, provinciaux et municipaux.
Remarque : La Garde côtière canadienne a détecté la présence de divers matériaux contenant de
l'amiante non friable à bord du NGCC Henry Larsen.
Un rapport d'inventaire des matériaux contenant de l'amiante, indiquant les emplacements et les
quantités des matériaux, est disponible pour consultation auprès de l'autorité technique ou d'un
représentant autorisé.
Le Formulaire de notification et de reconnaissance de l’entrepreneur (annexe J) doit être rempli
et signé par l’entrepreneur et présenté à l'autorité technique avant le début des travaux.
L'entrepreneur est responsable de s'assurer que ses employés et sous-traitants, et les employés
des sous-traitants, sont conscients de la présence de divers matériaux contenant de l'amiante non
friable à bord du NGCC Henry Larsen et d’en informer le mécanicien en chef/coordonnateur
chargé des questions d'amiante avant d’entreprendre les travaux décrits dans le Formulaire de
notification et de reconnaissance de l’entrepreneur.
2.3 Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT)
L'autorité technique doit indiquer à l'entrepreneur toutes les matières dangereuses à bord du
navire conformément au SIMDUT.
L'autorité technique doit fournir à l'entrepreneur des Fiches signalétiques sur la sécurité des
produits (FSSP) pour les matières dangereuses désignées à bord du navire.
L'entrepreneur est responsable de l'ensemble des produits et des matériaux qu'il fournit et utilise
sur le navire. Il doit indiquer ces matériaux à l'autorité technique et à l'autorité d'inspection. Un
exemplaire des fiches techniques sur la sécurité du matériel doit être remis à l'autorité
d'inspection et à l'autorité technique.
2.4 Protection de l'équipement
L'entrepreneur doit prendre des mesures pour veiller à ce que toutes les surfaces et tous les
éléments des matériaux ou de l'équipement installés à bord du navire, les surfaces finies, les
couches de finition et tout autre travail final soient à l'abri des dommages, des salissures ou des
contaminants.
Tout au long des travaux prévus dans le contrat, l'ensemble de l'équipement et des composants
électriques et électroniques doit être protégé contre les dommages physiques directs ou indirects
et contre les effets de températures ou d'autres conditions environnementales préjudiciables.
Toutes les surfaces et tout l'équipement, le mobilier ou le décor visés par les travaux, qui ont été
endommagés avant l'acceptation par le Canada, doivent retrouver leur état d'origine, et ce, sans
frais pour le Canada.
Toutes les ouvertures des machines ou des systèmes doivent être couvertes à l'aide de couvercles
ou de bouchons en tout temps en attendant de faire les raccordements.
31
L'entrepreneur doit obtenir et suivre les instructions de ses sous-traitants concernant les mesures
de protection spéciales nécessaires pour l'équipement qu'ils fournissent au cours des travaux. Ces
instructions doivent être transmises à l'autorité technique et à l'autorité d'inspection.
L'entrepreneur doit veiller à ce que les machines, l'équipement et les systèmes du navire soient
protégés contre tous les risques, notamment les dommages entraînés par les travaux en cours, la
corrosion, le sablage au jet (direct ou indirect), la surpulvérisation de peinture, les travaux à
chaud, les températures préjudiciables ou tous les autres contaminants et conditions
environnementales.
2.5 Accès au navire et à l'équipement
Accès pour l'installation et l'enlèvement
Si l'entrepreneur prévoit de modifier la structure physique du navire pour simplifier la dépose ou
l'installation, il doit obtenir l'approbation de l'autorité technique et de l'autorité d'inspection au
préalable.
Sauf indication contraire, tous les éléments faisant obstacle, qui sont protégés, retirés ou
endommagés au cours d'une remise en état, d'une dépose ou d'une installation, notamment
l'isolant et les revêtements calorifuges, doivent être remis dans leur état d'origine à l'issue des
travaux.
Percées
Le bouchage des percées excédentaires doit être réalisé de manière acceptable pour la SMTC
(Sécurité maritime de Transports Canada). L'entrepreneur doit aviser l'autorité d'inspection des
percées qui ont été bouchées et fournir des exemplaires de tous les documents de la SMTC.
Accès pour l'entretien
La disposition des machines et de l'équipement doit être conçue de manière à permettre un accès
facile aux fins d'inspection, d'entretien et de réparation sans perturber d'autres machines,
structures ou pièces d'équipement. Il faut prévoir des aménagements pour la dépose des pièces de
machines.
2.6 Assemblage des composants et de l'équipement des systèmes
Immobilisation des ensembles de composants et de l'équipement des systèmes
Tous les systèmes, l'équipement et les composants, anciens ou nouveaux, qui sont installés ou
déplacés en raison des travaux doivent être protégés de manière à prévenir les dommages
entraînés par les conditions de fonctionnement du navire, conformément à la section 2.1 du
présent devis.
L'entrepreneur doit suivre les recommandations des fabricants concernant la configuration des
installations. Si ces renseignements ne sont pas disponibles, les dispositions d'immobilisation
doivent être approuvées en fonction des exigences réglementaires avant que l'entrepreneur
commence les activités d'immobilisation.
32
L'entrepreneur doit respecter les spécifications de couple de serrage du fabricant. Si le fabricant
ne fournit pas ces renseignements, il faut utiliser des couples de serrage standard de la SAE pour
les boulons et écrous.
Nettoyage
L'entrepreneur doit s'assurer qu'une fois l'installation terminée, les pièces et l'équipement
assemblés sont nettoyés afin d'éliminer les taches, les éclaboussures ou les excès de brasure, le
métal d'apport, les éclats de métal ou toute autre matière étrangère. Cela inclut toute particule qui
pourrait se déloger ou se déplacer au cours de la durée de vie normale prévue de l'équipement.
Tous les matériaux corrosifs doivent être éliminés. Ce nettoyage doit avoir lieu avant
l'assemblage définitif des pièces d'équipement. Il faut remettre en état la peinture endommagée
avant de fermer les machines.
Éléments endommagés
Les panneaux, les capots, les pièces et l'équipement endommagés par l'entrepreneur doivent être
remplacés sans frais pour le Canada.
2.7 Soudage
Généralités
En ce qui concerne le soudage par fusion de l'acier, l'entrepreneur doit être certifié par le Bureau
canadien de soudage (BCS) conformément à la sous-section 2.1 de la norme CSA\ACNOR
W47.1, 1983. L'entrepreneur doit fournir une preuve de sa certification à l'autorité d'inspection.
Toutes les soudures doivent être conformes à la norme W59M de la CSA « Construction soudée
en acier (soudage à l'arc) (version métrique) ».
Toutes les soudures de l'aluminium doivent être conformes aux exigences de la norme CSA
W47.2-M1987 (R1998) « Certification des compagnies de soudage par fusion des structures en
aluminium », sous-section 2.1, et doivent être effectuées par des personnes certifiées par le BCS
conformément à la norme CSA W47.2-M1987 (R1988). Des preuves de certification doivent être
remises à l'autorité d'inspection.
L'entrepreneur doit fournir une copie de tous les certificats de soudage avant le début des
travaux.
L'entrepreneur doit soumettre les spécifications de soudage portant l'estampille du BCS et les
fiches d'information sur les méthodes de soudage à la SMTC au besoin. Les méthodes de
soudage pour le raccordement des canalisations doivent être consignées et approuvées par le
BCS conformément à la section IX de l'ASME.
Toutes les méthodes de travail à chaud décrites à la section 2.2.2 doivent être respectées.
33
Dépose des pièces de fixation
Les taquets, les anneaux de levage et les fixations temporaires utilisés au cours de l'entretien des
structures doivent être retirés par brûlage ou meulage, et les irrégularités qui restent doivent être
meulées à ras de la surface de la plaque de base. Toute la peinture endommagée doit être refaite.
Exigences concernant la conception de soudage
La taille, la longueur et les détails des soudures doivent être approuvés par la SMTC.
34
2.8 Peinture
Généralités
L'entrepreneur doit préparer un calendrier des travaux de peinture et le présenter à l'autorité
technique et à l'autorité d'inspection aux fins d'examen et d'acceptation. Le calendrier des travaux
de peinture doit répertorier tous les compartiments du navire visés par les travaux dans le cadre
du projet et indiquer le type de peinture proposé, l'agencement des couleurs, la préparation des
surfaces, le type de revêtement, le nombre de couches, l'épaisseur et la couleur. Toute la peinture
utilisée doit être compatible avec la peinture qui recouvre déjà le navire.
Les indications sur les tuyaux doivent être conformes à la norme 308-00-03 du MFGC relative
au code de couleurs pour la tuyauterie
Tous les éléments en acier et en aluminium, neufs et déplacés, doivent être peints conformément
à la publication MPO 5847 et aux spécifications du fabricant de peinture.
Toutes les peintures doivent convenir à l'utilisation en milieu marin et respecter les normes
CAN/CGSB 1.61-2004 – Peinture-émail aux résines alkydes, d'extérieur et d'intérieur, marine et
CAN/CGSB 1.193-99 – Revêtement aux résines époxydiques, marin. Les peintures, les vernis et
les autres revêtements utilisés sur les surfaces intérieures doivent figurer dans la liste de la
SMTC des produits approuvés, TP 438.
Chaque couche de peinture doit être d'un ton différent, ce qui permet de voir si la couverture est
adéquate, et doit être complètement sèche avant l'application des couches suivantes. La première
couche d'apprêt, au moins, doit être appliquée au pinceau ou par pulvérisation sans air comprimé.
Les dernières couches de finition doivent être protégées des salissures ou des dommages jusqu'à
ce que le navire soit remis au Canada. L'Entrepreneur doit s'assurer que le mobilier et
l'équipement sujets à des dommages plus graves en cas de surpulvérisation sont protégés de
manière adéquate au moment d'appliquer la peinture.
Les éléments ci-dessous ne doivent PAS être peints :
filets de vis
graisseurs
goupilles en bronze
moustiquaires
plaques signalétiques
joints
éléments en acier inoxydable ou en alliage Monel;
surfaces usinées
instruments
caillebotis intérieurs
fils électriques, isolant et accessoires
panneaux électriques
joints en caoutchouc sur les portes et les écoutilles étanches
joints des portes coupe-feu;
en général, tous les éléments mobiles.
35
Revêtements contenant des métaux lourds
Il ne faut pas utiliser de peinture contenant du plomb, du mercure ou du cuivre.
2.9 Identification
Plaques signalétiques
Il faut apposer des plaques signalétiques sur tout l'équipement, les compartiments, les portes et
les fermetures neufs.
Toutes les plaques signalétiques doivent être rédigées en anglais, sauf si la SMTC exige qu'elles
soient rédigées en anglais et en français pour les situations d'urgence.
Les inscriptions doivent être claires et concises tout en limitant le plus possible l'utilisation des
abréviations. La taille des caractères des renseignements principaux doit être supérieure à celle
des caractères des renseignements secondaires.
Le type de plaque signalétique doit correspondre à l'emplacement sur le navire :
Il faut utiliser du plastique dans les locaux et les espaces de navigation où la plaque signalétique
n'est pas exposée aux dommages mécaniques et ne risque pas d'être recouverte de glace, de
peinture, d'huile, de graisse ou de saleté.
Les plaques signalétiques doivent être de type rigide en résine phénolique stratifiée et fixées à
l'aide de vis à métaux en acier inoxydable ou en laiton; les inscriptions doivent être gravées
mécaniquement. Sauf indication contraire, les inscriptions des plaques signalétiques doivent être
blanches sur fond noir lorsqu'il s'agit de panneaux courants, et blanches sur fond rouge lorsqu'il
s'agit de panneaux d'avertissement et d'urgence.
Plaques signalétiques en plastique stratifié, noir avec fond blanc, inscription gravée jusqu'au
centre, à fournir pour tous les dispositifs fixés aux surfaces extérieures du tableau de distribution.
Les plaques signalétiques doivent être fixées au tableau de distribution avec des vis à métaux. La
taille et les inscriptions des plaques signalétiques neuves qui doivent être posées sur le tableau de
distribution existant doivent correspondre à celles qui sont déjà installées. Les plaques
signalétiques pour les circuits d'alimentation doivent indiquer le nom et le numéro de chaque
circuit, de même que la taille du fusible ou la valeur de déclenchement du disjoncteur.
Les plaques signalétiques d'avertissement ou de mise en garde doivent être en plastique stratifié
rouge avec centre blanc, gravées jusqu'au centre. Elles doivent indiquer les disjoncteurs munis de
bobines de déclenchement qui nécessitent l'installation de circuits à distance avant de
fonctionner, de même que les disjoncteurs dont la source d'alimentation pourrait être branchée
des deux côtés, ou toute autre situation éventuellement dangereuse.
36
Des plaques signalétiques en métal, en acier inoxydable ou en laiton gravées doivent être
utilisées dans les salles des machines et dans les lieux exposés aux intempéries. Les plaques
signalétiques en métal gravé doivent être fixées au moyen de vis mécaniques en acier inoxydable
ou en laiton; leurs inscriptions doivent être accentuées à l'aide de cire noire.
Avant de commander ou de fabriquer les plaques, il faut soumettre la liste complète des dessins
de plaques signalétiques, précisant la taille des plaques et la taille des lettres et leur inscription,
aux fins d'examen et d'acceptation par l'autorité d'inspection et l'autorité technique.
Étiquettes pour clés
Des étiquettes en plastique doivent être fournies pour toutes les nouvelles clés. Elles doivent
comporter des indications permettant de reconnaître l'endroit qu'elles servent à verrouiller. La
description doit être identique à celle utilisée pour la plaque signalétique d'identification de
l'espace ou de l'équipement. La liste complète des nouvelles clés et étiquettes doit être remise à
l'autorité d'inspection et à l'autorité technique.
Toutes les nouvelles clés et étiquettes doivent être remises à l'Autorité technique dans le cadre du
processus d'acceptation du navire.
Panneaux liés à la sécurité
Tous les nouveaux panneaux doivent être rédigés en anglais, sauf si la SMTC exige qu'ils soient
rédigés en anglais et en français pour des raisons de sécurité.
Les panneaux peints indiquant les directions vers les postes de rassemblement, les postes
d'incendie, le matériel d'urgence, etc., doivent être fournis et installés en fonction de
l'approbation de la SMTC.
L'entrepreneur doit préparer et présenter un dessin indiquant l'emplacement, le type et la taille
des inscriptions de tous les panneaux. Ce dessin doit être présenté à la SMTC aux fins
d'approbation avant la fabrication ou la pose des panneaux.
2.9.4 Nettoyage
L'entrepreneur doit s'assurer que le navire est propre. Les débris et les déchets doivent être retirés
du navire et éliminés à la fin de chaque journée de travail.
Les matières dangereuses, comme les produits inflammables et les déchets toxiques, doivent
faire l'objet d'une attention particulière. Elles doivent être éliminées conformément aux
règlements fédéraux, provinciaux et municipaux.
Avant le début des travaux dans les salles des machines, il faut nettoyer la cale. Le nettoyage
doit comprendre le pompage et l'élimination de l'eau de cale, et le nettoyage des cales afin de
retirer la graisse, l'huile et les contaminants. L'élimination des déchets doit être conforme à tous
les règlements fédéraux, provinciaux et municipaux. Il faut remettre des certificats d'élimination
à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique dans les 24 heures suivant toute élimination ou
tout transfert du navire. L'entrepreneur doit présenter une soumission pour l'élimination de
37
5 000 litres de déchets de cale. Il faut utiliser le formulaire 1379 pour modifier le coût de
l'élimination des déchets de cale à la hausse ou à la baisse, selon le cas.
Afin d'assurer la propreté du navire, l'entrepreneur doit aussi veiller à ce que les compartiments
de cale soient exempts d'huile, d'eau ou de débris tout au long du projet.
Avant l'acceptation par la Garde côtière, l'entrepreneur doit nettoyer à fond tous les espaces du
navire, notamment tous les compartiments de cale.
38
3.0 CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES
3.1 Généralités
L'entrepreneur doit fournir tous les matériaux ou l'équipement dans le cadre des exigences du
présent devis.
Les machines, l'équipement et les raccords de rechange doivent tous être neufs et n'avoir jamais
servi, avoir été fabriqués par un fabricant reconnu, ayant mis sur pied des installations conçues
pour la production et la distribution des pièces et du service en Amérique du Nord.
Les machines et l'équipement doivent tous être approuvés par une société de classification pour
leur utilisation à bord de cette catégorie de navires et doivent respecter tous les règlements de la
SMTC en vigueur. L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique
des copies des certificats d'homologation de la société de classification. Les certificats
d'homologation doivent être à jour et correspondre au type et au modèle d'équipement installé
par l'entrepreneur. L'entrepreneur doit se reporter à la section 6 pour obtenir l'intégralité des
exigences relatives aux documents.
Toutes les machines doivent pouvoir fonctionner dans les conditions établies à la section 2.1 du
présent devis. Il faut installer toutes les machines selon les recommandations du fabricant, en
portant une attention particulière à l'atténuation de la transmission du bruit et des vibrations.
Toutes les machines rotatives doivent être installées selon un axe longitudinal ou vertical, sauf si
la SMTC a approuvé un axe différent. L'emplacement de toutes les unités doit tenir compte de
l'accessibilité, de la maintenance et des réparations.
3.2 Tuyauterie
Installation générale
La tuyauterie doit être installée de façon à ne pas nuire à ce qui suit :
le passage par les portes, les écoutilles, les écoutillons, les ouvertures couvertes par des tôles
amovibles ou les zones de travail. Dans les zones de passage fréquemment utilisées, la hauteur
libre minimale de la tuyauterie doit être de 6 pieds et 6 pouces;
le fonctionnement de la machinerie, l'équipement, les commandes et l'entretien périodique de la
machinerie et de la structure du navire;
les trajets d'enlèvement de l'équipement désigné ou les parties structurales amovibles du navire
fournis pour l'accès à l'équipement, l'enlèvement ou l'entretien de l'équipement.
La tuyauterie doit être installée à un endroit où elle ne sera vraisemblablement pas exposée à des
dommages physiques. La protection de la tuyauterie doit être assurée quand la vulnérabilité aux
dommages physiques est inévitable. Les canalisations doivent être aussi directes que possible et
utiliser la quantité minimale de raccords qui accentueraient les caractéristiques de résistance de
l'écoulement dans la canalisation. La tuyauterie doit être amovible près des systèmes
mécaniques, électriques ou hydrauliques qui exigent une remise en état périodique. Des vannes
d'isolement doivent être fournies afin de faciliter le déplacement des canalisations, de façon à
réduire au minimum les effets sur le fonctionnement du reste du système.
39
Lorsque des points élevés et bas sont inévitables dans la tuyauterie, des drains de ventilation ou
d'autres moyens efficaces doivent être installés pour garantir un fonctionnement adéquat du
système. Les tuyaux d'aspiration des pompes doivent être aussi courts que possible, de diamètre
suffisant et mis en place de manière à ne pas former de coudes qui produiraient
vraisemblablement des poches d'air. Les raccords de tuyaux arrière doivent être à 0,5 D audessus du fond du réservoir, au point le plus profond, D correspondant au diamètre intérieur du
tuyau d'aspiration.
Les cloisons et les ponts doivent généralement être percés près des limites des compartiments. Il
n'est pas permis de couper les renforts de cloison et les barrots de pont ou les embouts et les
joints des tôles sans l'approbation de la Sécurité maritime de Transports Canada.
Les tuyaux ne doivent pas traverser les réservoirs et les espaces morts intérieurs du fond, sauf si
cela est indispensable pour alimenter les réservoirs eux-mêmes, ou pour éviter les pénétrations de
réservoirs de carburant, d'eau potable et de ballast par des tuyaux moins souhaitables à des
endroits autres que les réservoirs et les espaces morts intérieurs du fond. La tuyauterie sous
pression ne doit pas passer par des espaces morts, des cofferdams et d'autres espaces qui ne sont
généralement pas aérés.
Les déflexions des cloisons, des ponts et d'autres structures qui découlent de l'exploitation du
navire doivent être prises en compte, et la tuyauterie doit être disposée de façon à offrir l'espace
et la flexibilité nécessaires.
La quantité de tuyaux qui traversent les carrés et les espaces habitables doit être réduite au
minimum. Dans ces endroits, les tuyaux doivent être installés de façon symétrique et de façon à
offrir l'espace et la flexibilité nécessaires. La tuyauterie ne doit pas passer par la salle de
commande des machines.
La tuyauterie ne doit pas traverser les espaces suivants, sauf si c'est nécessaire pour les
desservir :
Puits aux chaînes;
chemins de câbles et boîtiers.
Au cas où le passage d'autres systèmes que ceux qui desservent un réservoir ou des réservoirs
semblables à travers les réservoirs de mazout ou de carburant diesel est autorisé, il faut utiliser
une tuyauterie d'épaisseur de nomenclature 80 et souder les joints.
Les supports doivent être conçus et situés de façon à soutenir en toute sécurité le poids de la
tuyauterie, de son fluide de fonctionnement ou d'essai (celui qui est le plus lourd), de son isolant
et de son calorifugeage (le cas échéant). Les supports doivent également résister aux charges
imposées par la dilatation et la contraction de la tuyauterie et des travaux sur le navire.
Le nombre de supports installés, leur type et leur emplacement doivent empêcher la vibration
excessive de la tuyauterie dans toutes les conditions de fonctionnement du circuit. Ils ne doivent
exercer de contrainte sur les tuyaux dans aucune condition de fonctionnement, car cela
entraînerait un transfert de charge excessif du support aux tuyaux ou d'un support à l'autre, ou la
transmission d'une tension excessive des tuyaux aux machines, à l'équipement ou à la structure
du navire.
40
Les ancrages rigides doivent être conçus afin que le bruit et les vibrations des composants de la
tuyauterie et la chaleur excessive des circuits à température élevée ne soient pas transférés aux
zones avoisinantes par l'intermédiaire de la pièce d'ancrage.
Les changements de direction de la tuyauterie doivent être effectués au moyen de coudes et de
déviations de tuyauterie là ou l'espace le permet; autrement, les sections droites de tuyaux et
tuyauterie indiqués pour le système doivent être utilisées. Il faut autoriser l'utilisation
d'assemblage à onglet uniquement sur les tuyaux tels que les évents d'échappement d'air et les
trop-pleins, lorsque leur utilisation ne risque pas d'entraîner de chute de pression inacceptable ou
de turbulence dans le débit des fluides. Les raccords de branchement doivent être situés de façon
à réduire au minimum l'écoulement turbulent et le type utilisé (croix, et tés à 90° à un et deux
embranchements cintrés, raccords en Y et latéraux) et ils doivent convenir aux caractéristiques
de débit requises.
Des thermomètres à lecture directe, des manomètres ou des manovacuomètres doivent être
installés à des emplacements où on peut les lire facilement, à l'abri des dommages. Tous les
manomètres et manovacuomètres doivent être fournis avec un robinet d'isolement.
La corrosion galvanique doit être réduite au minimum dans les systèmes d'eau de mer où sont
raccordés des métaux de nature différente. On peut assurer le contrôle de la corrosion galvanique
par le couplage d'une portion de matériau cathodique relativement petite à une portion
importante de matériau anodique, ou par la séparation des métaux de nature différente au moyen
d'une courte longueur de tuyau en acier galvanisé très lourd (éléments destinés à l'élimination).
La différence de potentiel permise ne doit pas être supérieure à 0,4 volt. Ce dispositif doit être
installé uniquement lorsque cela est indiqué. La différence de potentiel permise ne doit pas être
supérieure à 0,4 volt.
Les brides à face surélevée ne doivent pas être utilisées contre des vannes, des raccords ou des
brides en bronze ou d'une autre composition relativement faible.
Là où les tuyaux passent par des trous dans la structure non étanche, des dispositions doivent être
prises pour empêcher qu'ils s'appuient sur la structure.
Choix des matériaux
La figure 3-1 indique les matériaux dont l'utilisation est acceptable dans des tuyauteries
particulières. Les figures 3-2 à 3-8 indiquent des matériaux concernant des tuyauteries et
composants divers.
Les tuyauteries et les composants doivent être conformes au présent devis, sauf si le matériau
indiqué est incompatible avec les matériaux qui restent dans le système. L'usage d'autres tuyaux
non répertoriés est permis seulement s'ils sont approuvés ou recommandés par le fabricant
d'équipement d'origine ou le fournisseur de cet équipement ou composant. Dans de telles
situations, l'autorité technique doit donner des instructions avant la poursuite des travaux.
Les tuyaux en acier utilisés pour l'eau brute doivent être galvanisés par immersion à chaud à la
fin de la fabrication.
41
42
Figure 3-1 : Produits acceptables dans chaque tuyauterie
Élément ou système
Systèmes d'eau brute
Collecteur principal d'incendie, service
sanitaire (eau noire), eaux usées, ballast,
AFFF, aspiration des cales (séparation
huile-eau)
Systèmes principaux et auxiliaires
Combustible pétrolier, diesel marin et
distillat
Remplissage et transfert
Réservoirs intérieurs
Eau douce
Potable (y compris évents, trop-pleins,
tubes de sondage, aspirations des
réservoirs intérieurs), système sanitaire
(eaux grises)
De circulation (moteurs)
Huile de graissage
Service général (cote PSIG de 150)
Huile hydraulique
Vapeur (150 psig)
Eau d'alimentation, condensat
Air comprimé
3 000 PSIG 150º F
250 PSIG 150º F
Drains et dalots de pont
Tous « conformes à l'exécution »
Figure correspondant au matériau
Références
4t, 6b, 1a, 2a, 3a, 6a, 7a, 3fl, 4fl, 5fl,
11fl, 12fl, 1f, 2f, 3f, 4f, 19f, 20f, 21f, 1v,
2v, 3v, 5v, 6v, 7v, 8v, 22v, 5g (AFFF
11g seulement) (4b hors cales)
4t, 9v, 10v, 11v, 12v, 8f, 9f, 10f, 11f,
12f, 20f, 21f, 4fl, 5fl, 5g, 6g, 7g, 1b, 2b,
6b, 1a, 2a, 4a
Références
4t, 1b, 6b, 6g, 7g, 1a, 5a, 6a, 4fl, 5fl, 8f,
9f, 10f, 9v, 10v, 19v
1b, 6b, 6g, 4fl, 8f, 9f
Références
3t, 5g, 4b, 1a, 2a, 3a, 6a, 1fl, 2fl, 1f, 3f,
4f, 5f, 3fl, 1v, 2v, 3v, 5v, 6v, 7v, 8v
(le corps des vannes peut être utilisé
conformément à la norme ASTM B62,
les garnitures conformément à la norme
ASTM B61)
5t, 5g, 2b, 6b, 1a, 2a, 3a, 6a, 3fl, 4fl, 5fl,
11fl, 12fl, 8f, 9f, 10f, 11f, 12f, 19f, 20f,
21f, 9v, 10v, 11v, 12v, 13v, 14v, 18v
19v, 20v
Références
4t, 6g, 7g, 1b, 6b, 1a, 5a, 4fl, 12fl, 8f, 9f,
10f, 21f, 9v, 10v, 11v
8t, 9t, 1b, 1g, 1a, 6fl, 12fl, 13f, 14f, 15f,
21f, 22f, 14v
Références
3t, 4t, 3g, 1b, 6b, 1a, 1fl, 2fl, 12fl, 1f, 2f,
4f, 5f, 21f, 1v, 2v, 3v, 4v, 6v (le corps
des vannes peut être conforme à la
norme ASTM B62, les garnitures à la
norme ASTM B61)
Références
1t, 2g, 1a, 17f, 16f, 21v
5t, 3g, 1b, 6b, 1a, 4fl, 5fl, 8fl, 12fl, 8f,
9f, 10f, 11f, 12f, 21f, 4v, 6v, 9v, 11v,
12v, 13v
Références
5t, 4b, 6b, 5g, 6g, 4fl, 8f, 9f
43
Figure 3-2 : Matériau pour les tuyaux et les tubes
Description
Tube – sans soudure (tuyau
destiné à des pressions
supérieures à 150 PSI)
Importante
ASTM B466-79
2t
Tube, sans soudure
ASTM B466-79,
Alliage 706
90-10 CU-NI
3t
Tube, sans soudure
ANSI/ASTM B88-78
Cuivre
4t
Tuyau, sans soudure
ANSI/ASTM A 53 GR
A ou B Sch 40
Acier
5t
Tuyau, sans soudure
ANSI/ASTM A 53 GR
A ou B Sch 40
Acier ordinaire
6t
Tube
ANSI/ASTM A376-79B
Type d'acier
inoxydable 316L
7t
Tube
ASTM B59-78
Acier doux
8t
Tube, sans soudure
ASTM A179
Acier ordinaire de
qualité
hydraulique
9t
Tuyau, sans soudure
ANSI/AASTM A37679B AISI 316
Acier inoxydable
1t
70-30 CU-NI
44
Figure 3-3 : Matériau pour les vannes
1v
Description
À soupape d'équerre
Importante
ANSI/ASTM B 61-76
2v
Régulateur de pression
ANSI/ASTM B 61-76
3v
Décharge
ANSI/ASTM B 61-76
4v
Filtres en Y
ANSI/ASTM B 61-76
5v
Diaphragme
ANSI/ASTM B 61-76
6v
Clapet antiretour et à levée
verticale
ANSI/ASTM B 61-76
7v
Papillon
ANSI/ASTM B 61-76
8v
Robinet-vanne à brides
ANSI/ASTM B 61-76
9v
Soupape d'équerre et clapet
antiretour
Acier
10v
Robinet-vanne
Acier
11v
De surpression
Acier
12v
Régulateur de pression
Acier
13v
Soupape à boulet, de décharge,
clapet antiretour, à purge de
contrôle, à tournant sphérique
Acier ordinaire
14v
Soupape d'équerre, robinet-vanne
à tournant sphérique (résistant
aux incendies)
Acier inoxydable de type 316
18v
D'équerre, de décharge
Acier inoxydable de type 316
19v
Papillon
Fonte à graphite sphéroïdal ou acier
moulé
20v
Tailles diverses
AISI 304, 316/A51M, A 182 garniture en
téflon
21v
Tailles diverses
Alliage 642
22v
Soupapes de commande de
ASTM B61
45
Description
gicleurs
Importante
46
Figure 3-4 : Matériau pour les raccords
1f
Description
Brasage
2f
À brides
Matériau
ANSI/ASTM B61 seulement (ne pas
utiliser la norme ASTM B 150)
ANSI/ASTM B61 seulement
3f
Fileté
ANSI/ASTM B61 (125 psi nominal)
4f
Raccords
ANSI/ASTM B61 seulement
5f
Joint à brasure tendre
Cuivre battu ANSI B16.22
6f
Bossages de brasage
ANSI/ASTM B61 seulement
7f
Réfrigération
Cuivre battu ANSI B16.22
8f
Soudage en bout
ANSI/ASTM A234-WPB
9f
Emboîtements à souder
ANSI/ASTM A 105
10f Bossages de soudage
ANSI/ASTM A 105
11f Fileté
ANSI/ASTM A 105
12f Raccord
ANSI/ASTM A 105
13f Emboîtements à souder
AISI 316L
14f Soudage en bout
AISI 316L
15f Brides
AISI 316L
16f Brasage
Bronze
17f Raccord
Bronze
18f Soudage en bout
90-10 CU-NI
19f Raccord Victaulic
Fonte à graphite sphéroïdal pour tuyau à
extrémité rainurée
20f Raccords de tubes
21f Tous types de raccords de
compression
Acier inoxydable (Swagelok)
316L ou acier ordinaire
47
48
Figure 3-5 : Matériau pour les brides
1fl
Description
Brasage
Matériau
ANSI/ASTM B61 seulement
2fl
Fileté
ANSI/ASTM B61 seulement
3fl
Composite
ANSI/ASTM B61 – anneau de brasage,
avec bride coulissante conformément à
ANSI/ASTM A181-77 GR1 et à
ANSI/ASTM A181-GR1
4fl
Collerette à souder, à
emboîtement, coulissante
ANSI/ASTM A181-GR1
5fl
Collerette à souder à rallonge
ANSI/ASTM A181-GR1
6fl
Soudé
AISI 304L, 316L
8fl
Collerette à souder à
emboîtement
ANSI/ASTM A105-GR-2
9fl
SAE 4 Boulon à fente, solide
Acier au carbone
10fl
Composite
Bride intérieure 90-10 CU-NI
Bride extérieure acier ordinaire
11fl
Victaulic
Fonte à graphite sphéroïdal pour tuyau à
extrémité rainurée
12fl
Brides Swagelok
316L ou acier au carbone
49
Figure 3-6 : Matériau pour les joints
1g
Description
Joint torique
Matériau
Buna N
2g
Joint torique
Buna N
3g
Rondelle pleine
Fiche de mesure de classification Sans
graphite
4g
Rondelle pleine
Fiche de mesure de classification Avec
graphite
5g
Rondelle pleine
Caoutchouc synthétique, temp. max.
180º F
6g
Rondelle pleine
Buna N
7g
Joint annulaire plat
Téflon
8g
Garniture d'étanchéité en spirale
Imprégnée de téflon
11g
Feuille
Terpolymère d'éthylène-propylène-diène
(EPDM)
50
Figure 3-7 : Matériau pour les écrous et les boulons
Description
Boulons
Entièrement fileté
Goujon ou tête hexagonale
Filet d'implantation
Écrous : hexagonal, HSF
Matériau
ANSI/ASTM A193-79A
GR B16
ANSI/ASTM A193-79A
GR B16
ANSI/ASTM A194-79A GR4
2b
Boulons
Entièrement fileté
Goujon ou tête hexagonale
Filet d'implantation
Écrous : hexagonal, HSF
Phosphore, Bronze ASTM
ANSI/ASTM B139-79
Alliage B1 ou B2
4b
Boulons
Goujon ou tête hexagonale
Écrous hexagonaux
Acier doux
Galvanisé par immersion à chaud
5b
Goujons
Entièrement fileté
Filet d'implantation
Écrous : hexagonal, HSF
6b
Boulons : tête hexagonale
Écrous : hexagonaux
Boulons : tête hexagonale
Écrous : tête hexagonale
1b
7b
ASTM A-307 Cadmié
ASTM A-320 Acier inoxydable
51
Figure 3-8 : Matériau pour les composants divers
1a
Description
Crochets de fixation
Matériau
Acier
2a
Diaphragmes
Monel
3a
Crépines
À plaque
Panneau plat
En Y
Grille-panier
ANSI/ASTM B 61-76
ANSI/ASTM B 61-76
ANSI/ASTM B 61-76
ANSI/ASTM B 61-76
4a
Crépines
En Y
Grille-panier
Acier
5a
Crépines
En Y
Acier inoxydable 304
6a
Fermeture pour tube de sondage
Bronze
7a
Tuyau d'incendie – collecteur
d'alimentation
Bronze
52
Systèmes de protection contre les incendies
La tuyauterie des systèmes de protection contre les incendies FM2000 doit être conforme aux
règlements de la Sécurité maritime de Transports Canada (SMTC) et aux spécifications du
fabricant.
Tuyauterie d'échappement
La tuyauterie d'échappement doit être constituée des matériaux indiqués sur les plans d référence.
Les brides doivent être fabriquées en acier forgé de 1 035 kPa, « Light Pattern », selon la norme
ASTM A181-59T. La flexion des pièces d'expansion doit s'ajuster aux joints des brides, l'une
fixe et l'autre flottante, et aux manchons en acier inoxydable internes (Senior FlexsonicMC ou
l'équivalent, adaptés à la fonction de l'échappement à la température de fonctionnement du
système).
Fabrication de la tuyauterie
Les faces des brides doivent se situer sur un plan perpendiculaire à l'axe longitudinal du tuyau,
du tube ou du raccord auquel elles sont fixées. Tous les composants et les ensembles de
composants doivent être complètement nettoyés après la fabrication et avant l'installation sur le
navire. Les corps étrangers, comme la saleté, la grenaille et les copeaux, doivent être éliminés
par des méthodes et des matériaux qui sont compatibles avec les liquides employés par le service
à bord du navire.
Pièces de cloison et de pont
Les pièces de cloison et de pont doivent être à trois brides conformes aux normes de qualité
marine en acier, galvanisées pour l'eau de mer, noires pour l'huile. Les pénétrations doivent être
en tuyau très lourd. Pour les tuyaux en cuivre, pénétrations en bronze, avec un écrou de chaque
côté de la pièce de cloison ou de pont.
Joints et raccords
Il faut, dans la mesure du possible, utiliser des joints brasés dans les systèmes non ferreux et des
joints soudés dans les systèmes en acier ordinaire et en alliage. Le nombre de joints doit être
réduit au minimum par cintrage des tuyaux. Pour les rayons de courbure 3D et inférieurs, des
coudes préfabriqués doivent être utilisés. Il faut, autant que possible, utiliser des systèmes de
tuyauterie préfabriqués. La fabrication des joints à bord du navire doit avoir lieu dans des
endroits suffisamment dégagée pour permettre des activités de soudage et de brasage. Les joints
de démontage doivent être situés de façon à permettre un dégagement suffisant pour assurer un
assemblage et un entretien appropriés. Les joints situés dans des endroits inaccessibles pour
l'entretien doivent être soudés ou brasés. Tous les joints de tuyauterie à bride doivent être
raccordés à l'aide des produits de jointoiement appropriés pour le service prévu, et approuvés par
la SMTC.
Les robinets d'étranglement et les soupapes automatiques ou semi-automatiques, comme les
soupapes de sécurité, les soupapes de décharge et les soupapes régulatrices, doivent être dotées
53
de brides, à moins que leur alésage nominal soit égal ou inférieur à 3/4 po, auquel cas elles
peuvent être dotées d'un raccord fileté.
Bandes de contact
Tous les joints en cuivre isolés par assemblage avec d'autres matériaux doivent être dotés de
bandes de contact fixées solidement d'une bride à l'autre, afin de présenter un circuit continu
dans les canalisations.
Tuyauterie hydraulique
La tuyauterie hydraulique doit être décapée au phosphate, neutralisée, rincée à l'huile et séchée
au jet d'air avant l'installation.
Identification de la tuyauterie
L'ensemble de la tuyauterie doit être identifié conformément à la norme 308.00.03
d'identification de la tuyauterie du MFGC de la GCC.
3.3 Pompes
Généralités
Les pompes, à l'exception des pompes entraînées par moteur, doivent être fournies en entier,
avec moteurs électriques adaptés à l'alimentation électrique indiquée sur le schéma unifilaire. Les
caractéristiques des moteurs et des démarreurs de pompe doivent se conformer aux indications
de la section 4 du présent devis.
Les pompes entraînées par moteur doivent être du modèle courant du fabricant de moteurs. Il
faut tenir compte des exigences spécifiques en matière d'installation au moment de préciser les
paramètres de fonctionnement des pompes.
Les caractéristiques de fonctionnement des pompes doivent correspondre à l'ensemble du ou des
systèmes auxquels elles sont raccordées. Les pompes doivent fonctionner à leur capacité
nominale ou tout près. Les pompes installées sur des supports élastiques doivent être dotées de
raccords d'aspiration et de refoulement flexibles qui résistent aux déflexions entraînées par les
charges axiales et les charges de choc.
Les paliers radiaux et les paliers de butée doivent être à surface coulissante ou à contact de
roulement. Le choix des paliers de butée doit tenir compte du roulis et du tangage du navire qui
pourraient imposer une poussée axiale, même quand les pompes sont en équilibre hydraulique.
Des bagues d'usure doivent être fixées aux corps de toutes les pompes centrifuges. Des bagues
d'usure doivent être fixées à tous les rotors qui sont entraînés à une puissance nominale au frein
égale ou supérieure à 10 BHP. Les presse-garnitures de pompe doivent comporter des joints
mécaniques. Le corps des pompes doit être muni d'un raccord d'évent à l'étage de refoulement, et
d'un raccord de vidange de la carcasse.
54
Les pompes qui fonctionnent en parallèle doivent pouvoir le faire en régime stable et continu.
Les éléments rotatifs majeurs de toutes les pompes ainsi que tous les appendices raccordés
doivent être équilibrés dynamiquement. Une preuve documentée doit en être remise à l'autorité
d'inspection.
Pompes centrifuges
Les pompes centrifuges, sauf indication contraire, doivent présenter les caractéristiques
suivantes :
en porte-à-faux verticales, en ligne;
corps en bronze à plan de joint radial;
arbre en acier inoxydable;
joint d'arbre mécanique;
rotor en cuproaluminium;
bagues d'usure remplaçables;
cales d'arbre amovibles;
paliers lubrifiés par le liquide pompé pour les applications à paliers lisses, ou paliers à rouleaux
bourrés de graisse.
Les pompes doivent être munies des accessoires suivants :
manomètre de refoulement, rempli de liquide, avec robinet d'isolement;
manovacuomètre d'aspiration, rempli de liquide, avec robinet d'isolement;
plateau d'égouttage;
tous les éléments de protection applicables.
La conception de la pompe doit permettre de retirer l'ensemble rotatif complet sans déplacer la
tuyauterie.
Dans les cas où la tête de refoulement peut dépasser la pression nominale d'une des éléments du
système de tuyauterie raccordé, les pompes doivent être munies d'une soupape de décharge.
Pompes volumétriques
Sauf indication contraire, les pompes doivent présenter les caractéristiques suivantes :
1) vis rotative à débit constant;
2) corps en fonte modulaire avec 18 % d'allongement maximal;
3) rotor en acier;
4) soupape de décharge intégrée réglable;
5) joint mécanique.
Les pompes doivent être munies des accessoires suivants :
1) manomètre de refoulement, rempli de liquide, avec robinet d'isolement;
2) manovacuomètre d'aspiration, rempli de liquide, avec robinet d'isolement;
3) plateau d'égouttage;
4) tous les éléments de protection applicables.
55
3.4 Vannes et robinets
Tous les corps de robinets et vannes doivent indiquer la pression nominale, le nom du fabricant
ou la marque de commerce à l'aide d'un marquage coulé ou forgé sur le corps de soupape ou
estampillé dans un endroit protégé du dispositif. Les volants de manœuvre doivent être situés à
un endroit où l'on peut facilement les faire fonctionner.
Lorsqu'un système peut être alimenté par plus d'une pompe, des clapets antiretour doivent être
installés dans l'orifice de refoulement de chaque pompe pour prévenir l'inversion de
l'écoulement.
Des clapets antiretour et des robinets à soupape antiretour doivent être installés afin que le disque
s'ouvre avec le débit, et qu'il se referme par gravité ou à l'aide de ressorts. Des clapets antiretour
doivent être installés aux endroits où l'inversion de l'écoulement nuirait au bon fonctionnement
du système, ou dans les endroits où l'inversion de l'écoulement inonderait un espace.
Les robinets à soupape et les robinets d'équerre utilisés pour l'isolement doivent être posés pour
que la pression ou la dépression du système ne soient pas exercées sur le joint de tête de soupape
ou sur les garnitures de tige de manœuvre lorsque le robinet est fermé.
Des collecteurs doivent être utilisés dans la mesure du possible.
Les soupapes de décharge et de sécurité et la tuyauterie connexe doivent être installées afin que
leur décharge n'endommage pas la machinerie ni l'équipement, et ne mettent pas le personnel en
danger.
Les robinets des conduites secondaires doivent être posés à proximité de la conduite principale
d'alimentation afin de maintenir l'intégrité du système advenant la défaillance d'une conduite
secondaire.
Les vannes à papillon ou les robinets à tournant sphérique ne doivent pas être utilisés comme
vannes d'isolement de coque. Les vannes d'isolement de coque doivent être conçues selon le
règlement sur les machines de la CSA.
Des indicateurs de position sont requis sur toutes les vannes dont la rotation de l'arbre est
supérieure à 360 degrés. Les seules exceptions concernent des robinets et vannes particuliers, où
la position est évidente à partir du fonctionnement du système, ou de la position de la tige (à
moins d'indication contraire de la SMTC).
Des clapets antiretour doivent être installés dans tous les endroits où l'inversion de l'écoulement
nuirait au bon fonctionnement du système ou dans les endroits où l'inversion de l'écoulement
inonderait un espace.
Tous ces robinets et vannes à fonctionnement automatique doivent être dimensionnés de manière
à répondre aux exigences relatives à la capacité. Ils doivent avoir la sensibilité et l'ajustement de
contrôle nécessaires à toutes les conditions de fonctionnement. Lorsqu'une sensibilité extrême est
requise, il faut installer des robinets et vannes à commande par pilote ou à commande
pneumatique. Les robinets d'étranglement à commande manuelle et leur mécanisme de
fonctionnement doivent être pourvus de la sensibilité de commande nécessaire.
56
Les soupapes de décharge doivent être installées pour protéger les réservoirs sous pression, les
échangeurs de chaleur, les systèmes de tuyauterie, la machinerie et l'équipement contre les
dommages causés par une pression excessive. Les soupapes de décharge doivent avoir une
capacité suffisante pour prévenir une augmentation de pression supérieure à 10 % de la pression
de fonctionnement autorisée du système.
Une crépine doit être installée dans la tuyauterie d'aspiration, et un manomètre sur la tuyauterie
de refoulement à partir de chaque réducteur de pression. Une soupape de décharge doit être
installée dans la tuyauterie de refoulement, à moins d'indication contraire. La crépine doit être
installée en amont du réducteur de pression et en aval de la soupape de dérivation d'isolement. Le
manomètre et la soupape de décharge doivent être installés en amont du réducteur de pression et
de la soupape de dérivation. Les soupapes de décharge doivent être dimensionnées selon
l'hypothèse que le réducteur de pression pourrait rester grand ouvert. Le diamètre de la tuyauterie
de refoulement doit être augmenté pour être conforme aux caractéristiques de débit du système
Un tuyau droit, d'une longueur recommandée par le fabricant du réducteur de pression, doit être
installé à l'extrémité la plus grande d'un raccord conique. Une dérivation doit être installée autour
de chaque réducteur de pression, à moins d'indication contraire. La soupape de la dérivation doit
être un robinet d'étranglement à commande manuelle qui ne doit pas permettre un débit plus
important que la capacité du réducteur de pression.
Les soupapes de décharge ne doivent pas être munies d'un presse-étoupe de tige. Les soupapes
de décharge qui évacuent aux aspirations de pompe ou à la tuyauterie d'aspiration ne doivent pas
être fixées avec des manchons de joint de tige en néoprène. La conception de ressort fermé à
l'aide de couvercles étanches doit être utilisée pour les services suivants :
1) un écoulement vers un système ou un réservoir fermé qui soumet la sortie de la
soupape à une contre-pression quand la vanne est fermée;
2) un écoulement vers un système ou un équipement fermé qui soumet la sortie de
la soupape à une pression sous-atmosphérique, quand la vanne est fermée;
3) des liquides inflammables ou combustibles;
4) des gaz toxiques et explosifs.
Toutes les vannes de plus de 3/4 po doivent être munies de raccords à brides. Toutes les vannes
dont le diamètre est supérieur à 1 1/2 po doivent être munies d'un chapeau boulonné, de pressegarnitures et de sièges vissés remplaçables.
Les plaques signalétiques qui identifient le service doivent être installées sur les vannes neuves
ou remises en place, selon les indications de la section 2.9. Les vannes installées sous les tôles de
pont doivent être munies de couvercles d'accès à charnières. Les plaques signalétiques doivent
être apposées sur la tôle de pont.
3.5 Isolation de la machinerie
57
Généralités
L'isolant neuf sans amiante, approuvé par une société de classification, doit être installé sur
toutes les parties de la tuyauterie, de la machinerie et de l'équipement, aux endroits où l'isolant a
été enlevé et sur l'équipement nouvellement installé qui doit être isolé. Les vannes et les
raccords doivent être isolés au moyen des matériaux nécessaires et selon l'épaisseur requise pour
la tuyauterie située à proximité. L'entrepreneur doit présenter le calendrier complet des travaux
de revêtement calorifuge et de pose d'isolant à l'autorité technique et à l'autorité d'inspection aux
fins d'examen 48 h avant de commander les matériaux. Tout l'isolant et le revêtement calorifuge
doivent répondre aux exigences de l'organisme de réglementation.
La tuyauterie et les équipements dont la température nominale interne est supérieure à
150 degrés Celsius doivent être isolés de leurs supports, ou les supports isolés des structures
auxquelles ils sont fixés.
Les supports de tuyauterie pour les tuyaux dont la température interne est inférieure à 5 degrés C
doivent être isolés de la structure d'acier à laquelle ils sont fixés. La tuyauterie exposée aux
intempéries doit être isolée correctement contre le gel. Cette exigence ne n'applique pas aux
systèmes dans lesquels un liquide s'écoule normalement, ou lorsque la partie exposée d'un
système concerné peut être sécurisée et vidangée pour prévenir le gel.
Dans la mesure du possible, les matériaux isolants doivent provenir d'un seul fabricant.
Revêtement calorifuge
Il faut poser un revêtement calorifuge neuf, approuvé, ne contenant pas d'amiante. Le revêtement
calorifuge (recouvrement ou couche de protection sur les matériaux isolés) doit
convenir à la température et à l'emplacement et doit correspondre à l'une des
descriptions suivantes :
1) Toile de fibre de verre, ruban et fil, FlextraMC ou l'équivalent
2) Écrans protecteurs mécaniques en aluminium, lisse ou martelé, mis en place
à l'aide de fixations rapides.
L'isolant de la tuyauterie et/ou de l'équipement non exposés aux intempéries doit être recouvert
d'un revêtement d'une toile ou d'un ruban calorifuges, lorsqu'il ne s'agit pas de prérevêtement
calorifuge. La toile calorifuge doit être fixée à l'aide d'un adhésif ou cousue. Le ruban calorifuge
doit être enroulé en spirale et chaque spirale doit chevaucher la précédente d'au moins 3/8 po, et
ses extrémités doivent être fixées à l'isolant et/ou au revêtement à l'aide d'adhésif ou d'agrafes ou
doit être cousu. L’isolant et les colles utilisés pour le revêtement calorifuge doivent être
conformes à la norme ONGC 51.9-92 et à la norme CAN/ULC-S102-M. Hyperliens :
https://www.scc.ca/fr/standardsdb/standards/13174 et
http://www.scc.ca/fr/standardsdb/standards/25791.
Les enveloppes isolantes, la toile, le mat de fibres de verre, ainsi que les emballages et les
adhésifs doivent être ignifuges avec un indice maximal de propagation des flammes de 25, et un
indice maximal de dégagement de fumée de 100, lorsque ces éléments font l'objet d'un essai
conformément à la norme CAN/ULC S102-M.
58
L'isolant sur la tuyauterie ou l'équipement exposés aux intempéries ou à l'humidité excessive doit
être protégé par l'application d'un revêtement résistant aux intempéries de 1/4 po d'épaisseur, et
doit être fixé avant l'application du revêtement calorifuge. Il faut éviter la présence de fissures ou
d'ouvertures dans la continuité du revêtement calorifuge installé, surtout aux vannes, aux brides
et aux raccords, afin de prévenir la pénétration d'humidité, de brouillard ou d'eau. Dans le cas des
pénétrations du pont, l'isolant doit être protégé par des garde-pieds en acier de six pouces de
hauteur, soudés au pont et recouverts du même revêtement isolant.
Aux endroits où l'isolant et le revêtement calorifuge pourraient facilement être endommagés, un
écran de protection en tôle galvanisée no 2 USSG doit être installé. Si l'écran de protection en
métal doit être enlevé fréquemment aux fins d'entretien de la machinerie, il doit être en
aluminium lisse ou martelé, fixé par des pinces rapides.
Dispositifs de fixation
Tous les matériaux isolants doivent être fixés pour prévenir leur tassement et pour favoriser la
dépose rapide aux fins d'entretien de l'équipement.
Tous les systèmes de tuyauterie à haute température doivent être isolés à l'aide de revêtements
préfabriqués réutilisables faits des matériaux suivants, de la surface des tuyaux
vers l'extérieur :
1) maille Monel;
2) mat de fibre de verre, dont la densité est d'environ 9 lb/pi2, qui ne doit
contenir aucun liant chimique et doit être résistant à des températures de
service jusqu'à 450 degrés C;
3) revêtement calorifuge en fibre de verre, recouvert de silicone, doublé de
feuille métallique, fixé à l'isolant par des agrafes : tous les bords doivent être
scellés.
Les revêtements doivent être munis de pinces en acier inoxydable ou en Monel, fixées à l'aide de
crochets traversants autour desquels un fil de liaison peut être enroulé aux fins de montage et de
fixation.
L'isolant, dont tous les joints sont étroitement aboutés, doit être fixé aux extrémités des tuyaux à
l'aide d'au moins deux bandes de métal par section, de 3/4 po de largeur minimale, dotées de
pinces rapides.
Dans les endroits où l'isolant du tuyau s'aboute aux brides et aux raccords, les extrémités de
l'isolant doivent être coniques pour permettre d'enlever les boulons.
Épaisseur de l'isolant
La température de surface de l'isolant ne doit pas dépasser 150 degrés F. Les températures
maximales doivent déterminer l'épaisseur de l'isolant et correspondre à 10 % de surcharge d'une
machine ou d'un moteur donné. Lorsque l'épaisseur totale requise de l'isolant est supérieure à un
pouce, il faut poser deux couches. Les couches doivent être d'épaisseur égale. Tous les
chevauchements doivent être décalés et tous les joints d'extrémité doivent se chevaucher.
59
Isolant, anticondensation
La tuyauterie et l'équipement d'eau froide, notamment les tuyaux d'eaux usées, doivent être isolés
à l'aide d'un isolant anicondensation. L'isolant anticondensation, autre que le plastique alvéolaire
élastomère, doit être recouvert d'une toile ou d'un ruban calorifuge, fixé à l'aide d'un adhésif pour
donner une finition à l'épreuve de l'humidité. L'isolant anticondensation doit être protégé par un
revêtement calorifuge ou un grillage protecteur aux endroits où il peut être endommagé.
Lorsque les tuyaux traversent la cuisine ou d'autres espaces très humides, l'isolant doit être
doublé et l'extérieur de chaque couche doit être étanche.
Isolant, couvercles ou tampons amovibles et réutilisables
Les brides, les raccords à brides, les joints flexibles, les pièces d'expansion ou les composants de
la machinerie ou de la tuyauterie susceptibles d'être démontés, aux fins d'inspection et de
maintenance, doivent être recouverts de couvercles ou de tampons amovibles et réutilisables. Ils
doivent être faits du même matériau que l'isolant de la tuyauterie principale. Les vides entre les
tampons et l'isolant installé doivent être suffisamment bourrés de pièces de tissu feutré pour
prévenir la circulation d'air.
Conduits
Tous les conduits doivent être isolés à l'aide d'un isolant de conduit étanche à la vapeur d'au
moins deux pouces d'épaisseur, avec pare-vapeur appliqué en usine (Manson AK FlexMC ou
l'équivalent). Le revêtement du pare-vapeur doit être un produit Chil-PermMC CP30 avec toile de
renfort en fibre de verre ou l'équivalent. Deux (2) couches de bandage de toile de 16 oz doivent
être posées à l'aide de colle pour isolant BakorMC ou l'équivalent, comme finition finale, sur tous
les conduits. Des produits de rechange peuvent être utilisés avec l'approbation de l'autorité
technique.
Les pénétrations des conduits d'air doivent être scellées à l'aide de calfeutrage à base de silicone
antiretrait non durcissant.
3.6 Aménagement du compartiment des machines
Généralités
Les compartiments des machines doivent être dotés d'échelles, de caillebotis et de tôles
varangues afin d'offrit un accès pratique à différents niveaux à tous les composants de la
machinerie aux fins d'utilisation et d'entretien de routine.
Tôles varangues
Les tôles varangues doivent être des tôles gaufrées en aluminium antidérapantes « multi-grip »
de 20 lb, appuyées sur des supports en acier et fixées à l'aide de vis à tête fraisée en acier
inoxydable de 1/2 po sur les côtés. Les tôles ne doivent pas dépasser 4 pi sur 6 pi. Des tôles plus
petites et portatives doivent être fournies dans la mesure du possible, quand un accès fréquent est
requis. Des ouvertures portatives à charnières doivent être aménagées au-dessus des vannes, des
60
robinets et des crépines, et identifiées à l'aide de plaques signalétiques en laiton. Il faut fermer les
contours ouverts en y aménageant une bordure verticale, sauf dans les cas d'ouvertures d'accès au
bas des machines. Les supports de tôles varangues doivent être peints. Les supports fournis
doivent pouvoir supporter le poids de la machinerie pendant les radoubs (charges concentrées
admissibles de 600 lb).
Écrans de protection
Des écrans de protection doivent être posés sur tous les entraînements rotatifs accessibles au
personnel. Ils doivent être légers et portatifs. Les écrans de protection ouverts doivent être en
métal déployé et laminé, et les écrans fermés en acier ou en aluminium. Les écrans de protection
doivent permettre la visibilité des entraînements et la dissipation de la chaleur. Il faut prévoir un
accès aux centres des lignes d'arbres.
Aspiration à la mer et évacuation à la mer
Tous les nouveaux dispositifs d'aspiration et d'évacuation à la mer doivent être fabriqués en tôle
d'acier comme celle qui est utilisée pour la coque, et protégés au moyen d'anodes sacrificielles.
Tous les composants doivent être recouverts d'un système de revêtement de coque complet.
Vannes d'isolement de coque
Chaque conduite d'aspiration à la mer doit avoir une vanne d'isolement de coque fixée le plus
près possible de la prise d'eau. Les vannes d'aspiration à la mer doivent être approuvées par la
société de classification, en acier moulé avec garniture en acier inoxydable.
Les vannes doivent être fixées par des boulons à un socle en acier, doté de trous de boulonnage
aveugles taraudés, soudé directement à la coque ou au coffre de prise d'eau du navire. S'il n'est
pas possible de fixer la vanne directement à la coque ou au coffre de prise d'eau, des rallonges
approuvées par la SMTC doivent être installées entre la vanne et le socle en acier. La rallonge
doit être aussi courte que possible et doit être raccordée uniquement à la vanne et au socle.
Les vannes d'isolement de coque doivent être à soupape à grande course. Des vannes d'équerre à
grande course peuvent être utilisées s'il est impossible d'installer des vannes à soupape. La taille
minimale des fixations utilisées pour les raccords côté mer des vannes d'isolement doit être de
3/4 po. Le matériau des boulons doit être un bronze phosphoreux, de catégorie d'alliage B1 ou
B2 conforme à la norme ANSI/ASTM B139-79.
Lorsqu'une pompe ou un éducteur, qui aspirent directement de la mer, sont situés dans un
compartiment éloigné de la vanne d'isolement à la mer, une autre vanne d'isolement doit être
située dans le compartiment de la pompe.
3.7 Instruments des machines
61
Manomètres et manomètres d'aspiration
Sauf indication contraire, seuls des manomètres de 4½ po de diamètre (ou plus gros) doivent être
utilisés pour les instruments.
Tous les manomètres dont la pression dépasse 1 000 lb/po2 (7 000 kPa) ou qui sont utilisés avec
des fluides compressibles doivent être des manomètres de sécurité avec un dispositif arrière de
surpression.
Toutes les conduites de manomètre doivent être munies d'un té d'essai bouché. Tous les
manomètres doivent être munis de vannes d'isolement à pointeau. Des amortisseurs de pulsation
doivent être fixés pour maintenir la pulsation du manomètre en-deçà de 5% de toute la plage de
mesure. L'indication du manomètre doit être à la moitié ou aux deux tiers de sa plage de mesure
respectivement pour la pression de fonctionnement à l'état variable ou stable.
Toutes les pompes doivent être munies d'un manovacuomètre d'aspiration et d'un manomètre de
refoulement.
Tous les compresseurs de réfrigération doivent être dotés de manomètres d'aspiration et de
refoulement, et des valves Schroeder doivent être posées aux conduites de manomètre pour le
raccordement de collecteurs de jauge de réfrigération portatifs.
Toutes les mesures des nouveaux manomètres doivent être en unités impériales (lb/po2) et
métriques (kPa ou bar). La face des cadrans doit être blanche avec des caractères noirs, et
l'aiguille doit être à réglage micrométrique. Les mouvements de manomètres doivent être en
acier inoxydable avec des bagues et des butées de surpression et de sous-pression en acier
inoxydable. Les tubes de bourdon doivent être en bronze ou en acier inoxydable de type 316 et
dotés de douilles en laiton ou en acier inoxydable de type 316. La précision du manomètre doit
être de ±0,5 % de la plage, selon la norme ASME B40.1, qualité 2A. Les manomètres doivent
être remplis de glycérine ou de silicone en fonction des exigences de la température ambiante ou
de l'importance de la vibration prévue.
Thermomètres
À moins d'indication contraire, tous les thermomètres doivent être des thermomètres gradués
standard de 9 pouces, munis d'une tige universelle à angle réglable, d'un boîtier en fonte
d'aluminium recouvert d'un revêtement de poudre de polyester durci, d'un verre transparent et
d'un puits thermométrique amovible en laiton. Les thermomètres doivent être munis d'une fenêtre
en acrylique résistant jusqu'à 300 degrés Fahrenheit et d'un verre de sécurité à double épaisseur
pour des températures supérieures à 300 degrés Farenheit.
Tous les thermomètres doivent être logés dans un puits thermométrique en acier inoxydable de
type 304 ou 316 pour permettre le retrait du thermomètre sans nuire au processus de mesure. Le
thermomètre et le puits thermométrique doivent s'enfoncer d'au moins la moitié du diamètre du
tuyau dans le procédé mesuré. Lorsque les thermomètres sont installés dans les tuyaux isolés, il
faut utiliser des thermomètres à tige plus longue avec des puits thermométriques amovibles à col
de prolongement. Les cols de prolongement doivent mesurer au moins 2 po de longueur.
62
Les thermomètres qui servent à mesurer la température de l'air doivent être munis d'une tige
protectrice perforée et d'une bride de fixation, au lieu d'un puits thermométrique amovible en
laiton.
Tous les thermomètres doivent être remplis d'alcool rouge. La sélection des plages de
thermomètres doit se faire afin que la température de fonctionnement du processus mesuré se
trouve à environ la moitié de la plage. La face de l'échelle de graduation doit être blanche avec
des chiffres noirs, et doit comporter les graduations en degrés Farenheit et en degrés Celsius.
L'exactitude du thermomètre doit être de ±1 division.
3.8 Socles de l'équipement
Des socles en acier ou en aluminium doivent être installés pour tous les moteurs, machines et
pompes, et pour tout l'équipement nouveau ou déplacé. L'échantillonnage des socles doit
présenter une résistance et une épaisseur adéquates et doit être approuvé par la SMTC, au besoin.
Des raidisseurs supplémentaires doivent être installés au besoin pour répartir les charges et
réduire les vibrations.
Des gattes doivent être installées autour de tous les systèmes hydrauliques et de toutes les
pompes installés pendant le prolongement de vie du navire.
Un isolant doit être posé entre les matériaux ou équipements ferreux et non ferreux.
3.9 Supports antivibratoires pour l'équipement
Tous les moteurs principaux et groupes électrogènes d'alimentation du navire doivent être
montés sur supports antivibratoires. L'entrepreneur doit coordonner les exigences d'installation
de l'équipement avec le fournisseur ou le fabricant de l'équipement en tenant compte de ce qui
suit :
1) le poids de l'équipement ajouté à celui de la sous-base;
2) le centre de gravité de l'équipement;
3) l'exigence visant à limiter les mouvements verticaux, longitudinaux et
latéraux de l'équipement en vue de réduire au minimum les répercussions
sur les systèmes et les services auxiliaires tout en conservant l'isolement
requise.
Les mouvements prévus du navire sont décrits à la section 2.1 du présent devis; les supports
antivibratoires doivent permettre un isolement compris entre 75 et 85 % de l'ensemble des
vibrations générées par l'équipement sur la structure de la coque.
Les supports antivibratoires doivent être installés avec un dispositif antichoc doté d'une butée
élastique supportant une accélération pouvant atteindre 5 g. Les pièces métalliques des supports
antivibratoires doivent être protégées contre la corrosion à l'aide de Fe/Zn 8C conformément à la
norme ISO 2081 pour le milieu marin. Les supports élastiques doivent être protégés par un
couvercle pour éviter toute contamination des éléments d'amortissement.
63
3.10 Structure de la coque
La solidité structurale doit être préservée et toute question concernant ladite solidité doit être
transmise à la SMTC aux fins de résolution.
Toutes les soudures doivent être effectuées conformément aux exigences de la norme sur le
soudage du Bureau canadien de soudage ou des règles de la société de classification, les plus
contraignantes étant appliquées.
Pour les nouvelles structures et les endroits où un démontage permanent de raccords entraînera la
nécessité d'installer des tôles encastrées dans le bordé, les cloisons étanches ou les ponts
étanches, la procédure suivante doit être suivie :
1) l'entrepreneur doit préparer et soumettre un schéma de soudage approuvé par un
ingénieur du Bureau canadien de soudage aux fins d'approbation par la SMTC;
2) Les éléments encastrés dans le bordé doivent être de niveau.
3) tous les éléments sous-marins encastrés doivent être soumis à une radiographie
totale une fois les travaux terminés;
4) les réservoirs nouveaux et existants ainsi que les espaces morts et les endroits où
des éléments encastrés ont été installés doivent faire l'objet d'essais
hydrostatiques avec une charge hydraulique de 2,5 mètres. Ces essais doivent
être enregistrés et effectués en présence de la SMTC et de l'autorité d'inspection;
5) L'emplacement de toutes les nouvelles tôles encastrées doit être noté sur le plan
de développement du bordé du navire.
64
4.0 CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES ET
ÉLECTRONIQUES
4.0 Généralités
Les exigences de la présente section s'appliquent à tous les travaux d'électricité. Les
modifications électriques apportées au navire doivent respecter les normes TP 127F et IEEE 45
STD-2002 avec l'approbation de la SMTC.
Tout l'équipement et tous les raccords et les appareils électriques et électroniques démontés
temporairement aux fins d'accès doivent être remis en place et fixés, et toutes les zones doivent
être remises dans leur état d'origine.
L'équipement fourni par l'entrepreneur doit respecter les exigences de la cote IP56, de la norme
CEI 60529 et de la section 2.1 Conditions de fonctionnement de l'équipement du présent
devis.
L'entrepreneur doit se reporter à la section 6 pour consulter les exigences en matière de
documentation à propos du système électrique.
Les surfaces de conductivité électrique, les surfaces de transfert de chaleur et les grilles de
ventilation ne doivent pas être peints. Ces endroits doivent être protégés contre la poussière et les
débris, y compris la surpulvérisation de peinture, pendant toute la durée du contrat.
L'entrepreneur doit retirer tout l'équipement électronique des compartiments dans lesquels des
travaux de découpage, de soudage et de meulage, entre autres, sont réalisés. L'entrepreneur doit
obtenir l'approbation de l'autorité technique pour l'équipement qui restera en place, et ladite
approbation doit exiger que l'équipement soit protégé contre tous les dangers possibles.
4.1 Schéma électrique unifilaire
L'entrepreneur doit tenir à jour un schéma électrique unifilaire dont une version électronique doit
être présentée à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique au moment de l'examen mensuel
des progrès ou de chaque modification technique ayant une incidence importante sur le système
électrique, conformément aux décisions prises par l'AT.
Le schéma électrique unifilaire définitif « tel que construit » doit être approuvé par la SMTC.
65
4.2 Nouvelles machines rotatives
Les moteurs doivent être de qualité marine commerciale et respecter toutes les exigences
réglementaires. Les boîtiers des moteurs à installer doivent respecter la norme CEI 60529.
www.nema.org/Standards/.../ANSI-IEC-60529.pdf
Les moteurs doivent présenter une puissance nominale continue, sauf pour les machines de pont
où une (1) pleine charge nominale et une charge légère en fonctionnement continu peuvent être
utilisées.
Les enroulements de tous les moteurs doivent être enduits d'un matériau isolant de classe F,
résistant à l'huile et à l'eau. Les moteurs doivent fonctionner à une température ambiante de
50 °C lorsqu'ils sont installés dans les salles des machines et de 40 °C lorsqu'ils sont installés sur
des ponts fermés. Pour les moteurs qui fonctionnent sur le pont découvert, la température
ambiante minimale prise en compte doit se situer à -40 °C. Les augmentations de température,
mesurées par un thermomètre après un essai thermique de 8 h, ne doivent pas dépasser celles
énoncées par la SMTC, dans la norme TP 127F pour la classe B.
Les enroulements et les compartiments des machines rotatives munies de bagues collectrices ou
de collecteurs ne doivent pas contenir de matériau imprégné de silicone.
Tout l'équipement rotatif muni de balais doit être doté de fenêtres d'inspection.
Tous les moteurs c.a. dont la puissance nominale dépasse 0,37 kW (1/2 ch) doivent être des
moteurs asynchrones à cage d'écureuil, conçus pour fonctionner en continu et capables
d'atteindre les paramètres de conception avec une alimentation triphasée de 600 Volts, 60 Hz,
sauf indication contraire. Des moteurs asynchrones dont la puissance nominale est inférieure ou
égale à 0,37 kW peuvent être conçus pour fonctionner sur alimentation monophasée de
120 Volts.
Il faut choisir avec soin les moteurs asynchrones pour que chacun ne soit pas trop gros pour
l'usage prévu de façon à éviter le faible facteur de puissance inhérent aux moteurs asynchrones
en sous-charge.
Les moteurs asynchrones à une vitesse doivent être équipés de 4 pôles et fonctionner à
1 800 tr/min, sauf indication contraire.
Les moteurs de 0,18 kW (1/4 ch) et plus doivent être équipés de paliers antifrottement conçus
pour répondre à la poussée imposée et aux charges radiales. Lorsque les moteurs sont utilisés
avec des accouplements solides, un palier résistant à la poussée doit être fixé au carter à
66
l'extrémité de l'arbre, et le jeu axial de l'arbre se limite au jeu du palier. Il ne faut pas utiliser de
roulements à billes en tandem pour les charges de poussée axiale.
Les moteurs équipés de paliers à roulement antifrottement utilisant des raccords graisseurs à
pression doivent être dotés d'un moyen positif d'empêcher l'expulsion de la graisse vers les
enroulements du moteur, que ce soit par des bouchons ou des raccords de décharge de pression,
ou par un système différentiel de décharge.
Lorsque des paliers antifrottement (roulements à billes) sont prescrits pour les machines rotatives
électriques, ils doivent :
1) être conçus pour fonctionner avec le bon type de moteur et y être adaptés;
2) faire l'objet d'un test de bruit;
3) être des roulements à billes à gorges profondes lorsque l'entraînement produit
une poussée d'extrémité;
4) être prélubrifiés, sauf indication contraire.
Les moteurs de ventilateurs axiaux doivent être équipés de roulements à billes prélubrifiés
scellés à l'usine ou de logements de roulements à billes prélubrifiés scellés à l'usine. Le logement
du roulement ne doit pas être percé.
Les moteurs utilisés avec une courroie en V doivent être dotés de roulements conçus à cette fin.
Les moteurs dont la puissance nominale dépasse 0,75 kW (ch) doivent disposer de rotors
équilibrés statiquement et dynamiquement. Tous les enroulements doivent être imprégnés sous
vide puis polymérisés au four. Il faut porter une attention particulière à l'élimination de la
poussière et des pièges à impuretés dans les enroulements et la carcasse du moteur. Les données
sur l'équilibrage statique et dynamique doivent être remises à l'autorité d'inspection et à l'autorité
technique, 24 heures avant l'installation.
Les moteurs asynchrones qui entraînent des ventilateurs ou des pompes qui fonctionnent à
régime élevé et bas doivent être des moteurs à deux vitesses et à deux enroulements dont la
vitesse maximale ne dépasse pas celle des appareils à quatre pôles, sauf indication contraire.
L'entrepreneur doit confirmer toutes les caractéristiques pertinentes des moteurs de rechange
avant leur achat afin de garantir leur compatibilité avec les exigences des machines conservées.
67
Avant de passer une commande, l'entrepreneur doit soumettre à l'examen et à l'approbation de
l'autorité technique la liste de tous les moteurs électriques à installer. Cette liste doit être fournie
à l'AT au moins 72 heures avant de passer une commande. Cette liste doit préciser ce qui suit :
1) le nom du fabricant;
2) le facteur d'utilisation/de surcharge;
3) la puissance en kilowatt et le régime à pleine puissance;
4) le type de boîtier;
5) le rendement;
6) le facteur de puissance à pleine charge, à ¾ de charge et à ½ charge (moteurs
c.a.);
7) le couple et le courant à rotor bloqué;
8) le poids;
9) les caractéristiques de conception du Northeast Energy and Mines Advisory
Committee (NEEMAC);
10) la classe d'isolement;
11) le courant à pleine charge;
12) la classe d'échauffement;
13) la tension;
14) la fréquence;
15) les dimensions du boîtier.
4.3 Réchauffeurs anticondensation
Des appareils de chauffage autonomes sans lumière, tubulaires ou à résistance chauffante plate
doivent être installés sur tous les nouveaux moteurs et générateurs d'une puissance nominale de
15 kW ou plus, et sur tout l'équipement électrique installé sur les ponts découverts ou dans des
espaces humides ou non chauffés, lorsque c'est précisé. Ces appareils de chauffage autonomes
doivent être adaptés pour fonctionner à partir d'une source d'alimentation distincte. Les
réchauffeurs doivent être adaptés à une utilisation sur alimentation monophasée de 120 V c.a.,
60 Hz.
Le poste de commande de l'équipement doit comporter un dispositif nominal de verrouillage afin
que le réchauffeur soit désactivé lorsque l'équipement connexe démarre.
Un voyant de marche/arrêt doit être installé sur le poste de commande de l'équipement comme
suit :
1) pour les moteurs, sur leurs postes de commande ou leurs panneaux de
commande locaux respectifs;
2) pour l'équipement de commande électrique, sur le panneau pertinent.
68
Des sectionneurs ou d'autres dispositifs de désactivation au poste de commande doivent être
installés pour l'équipement qui nécessite un entretien local lorsque le disjoncteur du dispositif
d'alimentation n'est pas visible. Le sectionneur ou le poste de verrouillage doit être visible à
partir de l'équipement protégé.
4.4 Plaques signalétiques pour l'équipement électrique
Tout l'équipement électrique doit être doté de plaques signalétiques. Chaque plaque signalétique
doit désigner l'équipement et indiquer le nom du fabricant, le type, le numéro de série, le numéro
du modèle, la puissance nominale et la date de fabrication de l'équipement.
Toutes les précautions particulières et les instructions d'entretien ou de fonctionnement doivent
être inscrites sur la plaque signalétique ou sur une plaque distincte fixée à l'équipement.
Tout l'équipement électrique qui fonctionne sur des tensions dangereuses et les compartiments
où on les trouve doivent présenter un avertissement signalant qu'il existe un danger et doivent
préciser la tension maximale du système.
Les tableaux de distribution doivent être dotés des plaques signalétiques indiquant ce qui suit :
1) Le nom du tableau de distribution;
2) Le fabricant;
3) Le No de série (le cas échéant);
4) La date de fabrication.
Chaque disjoncteur doit être doté d'une plaque signalétique indiquant le nom et la fonction du
circuit ainsi que la configuration du disjoncteur. L'entrepreneur doit correctement désigner les
fonctions et le nom de chaque instrument, interrupteur, etc. sur le tableau de distribution et
marquer d'une ligne rouge la valeur de pleine charge ou de fonctionnement normal.
Les panneaux de distribution doivent être dotés de plaques signalétiques indiquant :
1) L'espace, le service, l'appareil ou les circuits commandés et la désignation du
conducteur d'alimentation.
À l'intérieur, les tableaux et les panneaux de distribution et les commandes de moteurs doivent
présenter des plaques signalétiques pour identifier les barres omnibus et les bornes. Les phases
des barres omnibus doivent être identifiées au moyen d'un code couleur.
Les boîtiers électriques où sont logés plusieurs appareils et dispositifs électriques ou
électroniques doivent présenter un code d'identification unique pour chaque appareil, et chaque
appareil doit être étiqueté en conséquence. Des dessins de montage des boîtiers doivent
69
clairement indiquer le montage et les codes d'identification des appareils qui se trouvent dans le
boîtier.
Les borniers et le câblage des bornes doivent être marqués avec la désignation des circuits et
doivent être traités comme appareils à l'intérieur des boîtiers. Les borniers doivent être étiquetés
consécutivement et par ordre croissant de gauche à droite et de haut en bas.
La taille et les autres caractéristiques des plaques signalétiques doivent respecter les indications
de la section 2.9.
4.5 Câbles
Tous les câbles doivent respecter les exigences de la norme TP127F, et doivent être fabriqués,
testés et installés conformément aux exigences des dernières publications de la SMTC, de l'IEEE
et de la société de classification.
L'entrepreneur doit produire un schéma indiquant tous les nouveaux câbles électriques qui
doivent être installés et tous les câbles existants qui doivent être réutilisés. Pour chaque câble, les
éléments suivants doivent être indiqués :
1) Calibre des conducteurs
2) Courant nominal
3) Longueur estimative
4) Numéro d'identification et nom du fabricant
5) Poids approximatif
6) Chute de tension
7) Niveau d'isolant (tension)
8) Désignation du type d'isolant et température maximale permise
Ce schéma doit être soumis à l'examen et à l'approbation de l'autorité technique 48 heures avant
d'installer ou enlever un câble quelconque. Le schéma peut être soumis par sections à mesure que
la conception détaillée est élaborée.
Aucune épissure ne doit être effectuée sur les nouveaux câbles. La SMTC peut permettre
l'épissage des câbles existants de 600 V c.a. ou moins, du moment que les épissures sont
effectuées conformément à la norme TP 127F. Les câbles coaxiaux pour radiofréquences ne
doivent pas être épissés. Il ne faut pas utiliser de connecteurs en ligne sur de tels câbles, sauf
pour terminer le câble. Toutes les extrémités des câbles et des fils doivent respecter la
norme TP127F.
Là où les câbles pénètrent dans des compartiments, des moteurs ou d'autres équipements abrités
ou étanches, il faut utiliser des manchons de raccordement ou des dispositifs réducteurs de
tension approuvés par la SMTC. L'entrée des câbles dans les compartiments abrités doit se faire
par le fond ou le côté. Si des câbles pénètrent dans un compartiment par le côté, ils doivent courir
vers le bas du compartiment avant de remonter vers le haut.
70
Un espace libre d'au moins 15 % doit être laissé pour chaque nouveau chemin de câble et pour
tous les parcours de câble modifiés.
Les câbles doivent être dissimulés, sauf dans les salles des machines, les ateliers et les salles
d'entreposage. L'emplacement des parcours de câble, des boîtes de connexion, des dispositifs de
suspension, etc., dissimulés par des panneaux ou des revêtements doit être clairement indiqué sur
les dessins « conformes à l'exécution ». Les boîtes de connexion dissimulées doivent présenter la
désignation des circuits, estampillée ou peinte sur une partie de la boîte qui ne doit pas être
démontée.
Les câbles installés en permanence et tous leurs points de connexion doivent porter une étiquette
désignant leur circuit, et ce, des deux côtés des cloisons et des ponts. Les étiquettes doivent être
en métal compatible avec le gainage des câbles. Les deux extrémités des étiquettes doivent être
fixées au câble par une attache en métal une fois la peinture terminée. Les attaches doivent
passer par des trous dans les étiquettes afin que celles-ci soient bien sécurisées. Les extrémités
des attaches doivent être pliées et serties en permanence.
Des étiquettes d'identification en plastique adhésives ou imprimées de manière indélébile sur
chaque câble et conducteur peuvent être utilisées à l'intérieur des compartiments d'équipement et
des bâtis d'équipement.
Toutes les marques d'identification des conducteurs et toutes les étiquettes de câbles doivent être
reportées sur les dessins du système « tel que construit » et doivent respecter les instructions
suivantes :
1) les étiquettes de câbles doivent être imprimées avec de l'encre indélébile et ne
doivent pas être écrites à la main;
2) chaque câble doit porter l'identificateur unique de l'installation;
3) chaque étiquette de câble doit présenter les renseignements suivants :
désignation unique du câble et emplacement de chaque extrémité;
4) les marques d'identification des conducteurs doivent être fixées aux conducteurs
afin qu'elles ne s'en séparent pas lorsque le conducteur est branché à un appareil.
Les conducteurs de rechange d'un câble ne doivent pas être dénudés ni raccourcis et doivent être
repliés sur eux-mêmes, fixés et étiquetés correctement comme conducteurs de rechange. Les
câbles de commande et les câbles utilisés pour le système d'alarme et de surveillance doivent
comprendre au moins 10 % de conducteurs de rechange. Le blindage des câbles de commande
blindés doit être mis à la terre à une seule extrémité du parcours de câble, de préférence à
l'extrémité d'entrée du signal. Le câble ne doit pas être mis à la terre aux deux extrémités.
Pour éviter l'interférence mutuelle, les câbles doivent être regroupés et séparés conformément à
la figure 4-1. Si l'espacement n'est pas réalisable, un blindage supplémentaire doit être fourni
avec l'approbation de la SMTC.
Des câbles coaxiaux à faible perte d'une impédance appropriée doivent être utilisés pour les
lignes d'alimentation d'antenne.
71
Si des câbles diélectriques à âme en mousse sont utilisés, il faut installer des connecteurs à sertir
blindés. L'entrepreneur ne doit pas utiliser de connecteurs à souder.
Le parcours des nouveaux câbles des génératrices de service du navire doit être aussi direct que
possible, et les câbles doivent passer sur les chemins de câbles utilisés pour les câbles des
génératrices existantes ou, lorsque c'est impossible, sur des chemins de câbles spécialement
conçus à cette fin. Lorsque l'on fait courir les câbles des génératrices vers leurs machines
respectives, un jeu suffisant doit être laissé pour permettre à la machine d'être par la suite
débranchée et rebranchée sans endommager le câble.
4.6 Séparation des câbles
L'entrepreneur doit se reporter à la figure 4-1 indiquant la séparation physique qui doit être
maintenue entre les diverses catégories de câbles. Les séparations ne s'appliquent pas aux câbles
qui se croisent à un angle droit ou presque. Tous les types de câbles doivent être maintenus à
bonne distance des antennes, des coupleurs ou des lignes d'alimentation d'antennes. Toute
dérogation doit être approuvée au préalable par la SMTC et l'autorité technique, et la
documentation relative aux dérogations approuvées doit être transmise à l'autorité d'inspection.
Les câbles doivent être regroupés en fonction de leur catégorie indiquée à la figure 4-1 et
conformément aux lignes directrices suivantes :
1) les câbles des groupes A à E inclus peuvent être regroupés avec des câbles des
mêmes groupes et partager un même chemin de câbles avec des câbles des autres
groupes;
2) le regroupement des câbles des groupes F à K devrait être évité et, au besoin, un
matériau de séparation supplémentaire doit être fourni;
3) les câbles des groupes F à K devraient utiliser des chemins de câbles distincts
dans la mesure du possible.
72
Figure 4-1 : Séparation recommandée des câbles (en pouces)
Groupe
de
câbles
A
Classification du
groupe de câbles
Séparation recommandée (en pouces) entre les groupes de
câbles
A
B
C
D
E
F
G
H
J
K
Alimentation électrique
et éclairage du navire
–
4
2
2
4
12
18
18
18
18
B
Câbles des antennes
réceptrices
4
–
4
2
2
12
18
18
18
18
C
Câbles des dispositifs
de commande
2
4
–
2
4
12
18
18
18
18
D
Câbles de distribution
d'antenne TV et VHF
2
2
2
–
2
12
18
18
18
18
E
Câbles de distribution
téléphonique et audio
4
2
4
2
–
12
18
18
18
18
F
Transducteur
d'échosondeur
12
12
12
12
12
–
18
18
18
18
G
Câbles d'alimentation
du coupleur de
l’antenne/l'émetteur
18
18
18
18
18
18
–
18
18
18
H
Câbles de coupleur et
d'antenne
18
18
18
18
18
18
18
–
18
18
J
Câbles d'émetteurrécepteur/d'antenne
VHF/UHF
18
18
18
18
18
18
18
18
–
18
K
Guide coaxial et guide
d'ondes pour émetteurrécepteur radar
18
18
18
18
18
18
18
18
18
–
4.7 Disjoncteurs
Les disjoncteurs doivent être équipés de connecteurs isolés, renforcés et protégés
individuellement. On doit pouvoir clairement déterminer qu'un disjoncteur a été déclenché quand
la poignée se trouve entre les positions marche/arrêt ou au moyen d'un indicateur visuel.
Tous les disjoncteurs doivent être calibrés selon leur utilisation en tenant bien compte de la
tension, de l'intensité, de la valeur d'interruption, du nombre de pôles, des auxiliaires, etc.,
conformément à l'« analyse du courant de court circuit » définitive approuvée (4.4), et doivent
être choisis en fonction de l'étude de coordination.
Les disjoncteurs doivent être étalonnés à 50 °C.
Les disjoncteurs doivent convenir à l'utilisation en milieu marin;
1) ils doivent être dotés d'un boîtier moulé;
73
2) ils doivent être conçus pour une tension nominale de 600 V c.a., de 240 V c.a. ou
de 120 V c.a.;
3) ils doivent être à fermeture et ouverture rapides;
4) ils doivent présenter des caractéristiques à temps inverse de surintensité;
5) ils doivent être dotés d'un dispositif de surcharge pour chaque phase.
4.8 Commandes de moteurs
Les commandes de moteurs doivent convenir à une utilisation en milieu marin. Les commandes
de moteurs et les contacteurs qui commandent les machines qui doivent fonctionner en continu
doivent être installés avec un déclencheur à basse tension accompagné d'un circuit de
temporisation, réglable de 0,5 à 10 secondes, qui doit remettre tous les moteurs en marche en cas
de panne d'électricité de courte durée.
Les moteurs de 30 kW et plus doivent être équipés de démarreurs à tension réduite à semiconducteur (démarrages progressifs) pour limiter l'appel de courant.
Chaque démarreur qui commande des moteurs c.a. triphasés doit se conformer aux dernières
versions des normes TP 127F et IEEE STD 45-2002, et doit :
1) être doté d'un moyen permettant d'isoler localement le moteur lorsque le
démarreur n'est pas près du moteur;
2) être doté de voyants lumineux au démarreur pour indiquer l'état du sectionneur;
3) être doté d'un disjoncteur à boîtier moulé pour chaque circuit moteur afin d'isoler
l'alimentation électrique et offrir une protection contre les courts-circuits. Le
disjoncteur doit disposer d'un moyen permettant d'indiquer son état localement et
présenter des contacts auxiliaires aux fins de surveillance à distance;
4) être doté de deux voyants lumineux : l'un pour indiquer que le moteur connexe
est en marche, et l'autre pour indiquer qu'il est à l'arrêt;
5) disposer de voyants lumineux à DEL;
6) être doté de boutons poussoirs de MARCHE et d'ARRÊT abrités ou étanches;
7) être doté d'un (1) bouton actionné de l'extérieur pour la réinitialisation en cas de
surcharge, installé à l'avant, pour l'ensemble des trois relais de surcharge;
8) être doté d'un contact auxiliaire pour faire fonctionner les réchauffeurs
anticondensation, au besoin;
9) permettre le passage des câbles par le fond au moyen de manchons de
raccordement;
10) être doté d'un ampèremètre avec sélecteur pour la lecture de l'intensité sur
chaque phase dans le cas des moteurs d'une puissance nominale de 20 kW ou
plus.
Lorsque des voyants d'alarme sont fournis au poste de commande local, les installations doivent
permettre de procéder à un essai des voyants.
74
Lorsque des sonneries d'alarme sont fournies aux postes de commande locaux, il faut un
dispositif pour les mettre en sourdine.
Les démarreurs qui commandent les moteurs monophasés d'une puissance inférieure à 0,37 kW,
à moins qu'ils ne soient prévus pour un fonctionnement automatique, peuvent être des
interrupteurs manuels, bipolaires, dans un boîtier entièrement fermé et convenant à une
utilisation en milieu marin, dotés de dispositifs de protection contre les surcharges, du moment
que la protection requise est incluse dans le boîtier de commutateurs.
Tout le câblage interne doit être numéroté en permanence. Cette numérotation doit être incluse
dans les schémas de câblage qui doivent être fournis en vertu de l'exigence relative aux dessins
« tel que construit ». Chaque commande ou démarreur de moteur doit présenter un schéma de
câblage à l'intérieur de la porte ou du couvercle.
Un schéma doit être présenté à l'AT pour chaque démarreur 48 heures avant l'installation. Dans
le cas où plusieurs moteurs auraient le même schéma de commande, il suffit de présenter un seul
schéma, du moment que ce schéma renvoie à un tableau énumérant l'identification des
conducteurs pour chaque circuit.
L'entrepreneur doit soumettre à l'examen et à l'approbation de l'autorité technique la liste de tous
les démarreurs pour les moteurs devant être installés pendant le prolongement de vie du navire,
dans les 10 jours après l'attribution du contrat. Cette liste doit préciser ce qui suit :
1) Nom du fabricant;
2) Service;
3) Type de démarreur;
4) Type de protection – contre les surtensions ou les sous-tensions;
5) Poids;
6) Boîtier;
7) Schéma de câblage;
8) Taille du démarreur.
4.9 Transformateurs
Lorsqu'un bloc transformateur triphasé est requis, il doit se composer de trois (3) transformateurs
monophasés en connexion triangle-triangle, sauf indication contraire. Les transformateurs
doivent être équipés de boucliers électrostatiques.
De manière générale, les principes suivants doivent s'appliquer aux transformateurs :
1) Ils doivent être monophasés (sauf indication contraire).
2) Ils doivent être adaptés à un fonctionnement triphasé, en connexion triangletriangle.
3) Ils doivent être adaptés à une installation sur une cloison ou un pont, jusqu'à
50 kVA, et à une installation sur une plateforme ou un pont, au-delà de 50 kVA.
75
4)
5)
6)
7)
Ils doivent être refroidis à l'air.
Ils doivent être logés dans une enceinte abritée dotée de volets.
Ils doivent être munis d'un isolant d'enroulement de classe F ou mieux.
Ils doivent présenter une température de fonctionnement finale ne dépassant pas
une augmentation de température de classe B.
8) Ils doivent présenter des bornes de ± 2 ½ % et de ± 5 % sur tous les
enroulements primaires (2 en pleine capacité au-dessus de la tension normale et
2 en pleine capacité en dessous de la tension normale).
9) Ils doivent être fournis avec des enroulements en cuivre.
10) Ils doivent être fabriqués conformément à la dernière version de la
norme TP 127F et de la norme IEEE 45 STD-2002.
11) Leurs niveaux sonores doivent être conformes aux dernières normes de
l'Association canadienne de normalisation ou inférieurs.
12) Les transformateurs doivent disposer de plaques signalétiques comprenant les
éléments suivants :
a) le nom du fabricant;G
b) la puissance nominale en kVA;G
c) l'augmentation de température à pleine charge nominale;G
d) les tensions nominales primaire et secondaire;G
e) la fréquence en Hz;G
f) l'impédance nominale;G
g) le niveau de bruit.G
G
Lorsqu'un transformateur doit être mis hors tension pendant des périodes relativement longues,
l'enceinte du transformateur doit comprendre un appareil de chauffage autonome, conformément
à la section 4 Réchauffeurs anticondensation. Les appareils de chauffage autonomes doivent être
en mesure d'augmenter la température interne à 5 °C au-dessus de la température ambiante, et de
la maintenir. L'autorité technique peut renoncer à cette exigence si le transformateur se trouve
dans un espace chauffé et sec.
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique les certificats
d'approbation de la SMTC pour tous les transformateurs qui présentent une puissance nominale
de 15 kVA ou plus, 48 heures avant l'installation du transformateur. Les documents de
certification doivent être conformes à la section 6.2.5 du présent devis.
4.10 Installation de l'équipement électronique
L'entrepreneur doit préparer des schémas de montage indiquant l'emplacement de l'équipement
électronique, tant pour le bâti que pour la console et pour le compartiment. Ces schémas doivent
être préparés pour tous les compartiments contenant de l'équipement électronique. Un schéma
d'implantation d'antenne doit également être préparé, au besoin.
L'entrepreneur doit préparer les schémas d'après les données d'installation des fabricants. Ces
schémas doivent montrer les détails électriques de l'installation de chaque système électronique
76
(par exemple, des détails sur les câbles comme leur numéro d'identification et leur type, des
détails sur les connecteurs ou des détails sur l'alimentation). Les détails concernant les
connexions de point doivent être fournis séparément, mais le schéma doit faire référence à la
source.
L'entrepreneur doit fournir une liste des appareils énumérant tous les renseignements qui les
concernent ainsi que les données du fabricant relatives aux pièces connexes. Lorsque les
appareils sont configurables au moyen de logiciels ou de matériel (par exemple, commutateurs
DIP et paramètres de mémoire), l'entrepreneur doit consigner tous les réglages de configuration
logicielle et matérielle et les fournir, avec la documentation de l'appareil, à l'autorité technique et
à l'autorité d'inspection en format électronique modifiable.
Chaque appareil de terrain qui se trouve dans un emplacement distinct doit avoir une
identification unique. Cette identification doit correspondre à l'identification de l'appareil de
terrain utilisée dans tous les autres documents.
Les étiquettes d'identification des appareils de terrain doivent comprendre les renseignements
suivants :
1) l'emplacement de l'appareil de terrain;
2) le dessin principal associé à l'appareil de terrain.
Les documents sur les appareils de terrain ont pour objet de fournir un système par lequel chaque
appareil présente un identifiant unique, permettant ainsi le renvoi vers toutes les données sur les
FEO connexes, les paramètres de configuration propres aux appareils, les schémas de principe et
les branchements électriques vers un appareil particulier au sein du système.
4.11 Interrupteurs de sécurité
Il faut être en mesure de désactiver localement chaque appareil électronique. Cela peut être
obtenu au moyen d'un interrupteur normalement fourni sur le panneau avant. Pour l'équipement
qui ne présente pas cette fonction et qui est activé à distance, un interrupteur de sécurité
MARCHE/ARRÊT doit être installé.
Lorsqu'une unité électronique ou une boîte à bornes est dissimulée par des carreaux de plafond
ou de revêtement, un accès à l'équipement dissimulé doit être prévu. Le panneau d'accès doit
présenter clairement et en permanence l'identification de l'équipement dissimulé, comme
l'indique la section 2. Identification, plaques signalétiques.
77
4.12 Montage sur bâti ou console
Le montage sur bâti ou console est la méthode à privilégier pour le montage d'équipement
électronique. L'entrepreneur doit fournir les consoles ou les bâtis requis pour monter
l'équipement électronique.
Les bâtis ou les consoles doivent tous être des constructions soudées en acier et doivent être bien
fixés en position verticale. Les bâtis ou les consoles doivent être renforcés comme il convient
pour répondre aux exigences en matière de chocs et de vibrations énoncées à la section 2.
Vibration
Les bâtis et les consoles doivent être conçus pour un montage rétractable et coulissant d'un
équipement électronique standard de 19 pouces (483 mm) pouvant atteindre une profondeur de
24 pouces (600 mm). La hauteur de la console doit être le maximum compatible avec son utilité
et son environnement.
Les glissières de montage doivent se composer de deux pièces, l'une fixée au bâti et l'autre à
l'équipement. Un dispositif doit être fourni pour éviter tout accrochage des câbles au moment de
l'escamotage ou de l'extension des glissières.
Les bâtis doivent être conçus avec des panneaux latéraux amovibles. Ils doivent être organisés de
manière à ce que des bâtis adjacents puissent être boulonnés les uns aux autres sans présenter de
panneaux latéraux à l'intérieur. La priorité doit être donnée aux bâtis qui s'adaptent facilement à
une ventilation forcée.
Le montage de l'équipement doit se faire au moyen de glissières rétractables. Tout l'équipement
qui n'est pas monté de cette manière doit être soutenu par en dessous. L'équipement doit être
retenu dans le bâti par les vis de retenue du panneau avant. Les vis de retenue doivent être
normalisées aux fins d'entretien.
L'équipement lourd doit être posé au bas du bâti, tandis que l'équipement plus léger, sans
commandes sur le panneau avant, doit se trouver en haut. L'équipement qui nécessite des
mesures de contrôle ou d'entretien fréquentes doit être monté au centre du bâti.
4.13 Montage sur cloison ou sur table
L'équipement monté sur des cloisons doit être fixé directement ou indirectement à la structure du
navire. En aucun cas un équipement ne doit être soutenu par des panneaux de revêtement ou des
carreaux de plafond.
78
Un montage sur table de l'équipement est acceptable, mais l'utilisation des appuis de fenêtre doit
être évitée, sauf approbation de la part de l'autorité technique. Il faut utiliser au maximun les
accessoires de montage standard du fabricant. Tout l'équipement monté doit être orienté de
manière à servir au mieux l'opérateur.
Les boîtiers de tout l'équipement monté sur cloison ou sur table doivent être mis à la masse à la
structure métallique du navire.
4.14 Montage suspendu
Le montage suspendu de l'équipement électronique doit être évité et ne doit être utilisé
que lorsque les autres méthodes se révèlent irréalisables. Cette méthode doit utiliser une
console suspendue, fixée solidement à la structure du navire et conçue pour permettre un
accès facile pour l'entretien. L'installation de toute console de ce type doit être faite de
manière à ce qu'il n'y ait aucun risque de blessure au personnel. Tout équipement monté
de la sorte doit être mis à la masse à la coque du navire.
79
5.0 INTERFÉRENCE ÉLECTROMAGNÉTIQUE
5.1 Généralités
L'entrepreneur doit déterminer les sources d'interférence électromagnétique causées par
l'installation de l'équipement, et supprimer toute interférence subséquente.
Les normes suivantes comportent des limites acceptables des fréquences indiquées du courant
RF et des champs de rayonnement :
x CEI no 60533 éd. 2.0, 1999 (en anglais); Electrical and electronic installations in
ships - Electromagnetic compatibility
x BS 5260:1975 Projet de code de bonne pratique pour l'antiparasitage des
installations marines, ainsi que la norme Code of Practice for Immunity (projet
de code de bonne pratique pour l'immunité);
x Annexe 7 de la norme 45 de l'IEEE, std-2002 Recommended Practice for
Electrical Installations on Shipboard;
5.2 Limites d'interférence
Des limites distinctes sont définies en ce qui concerne le brouillage rayonné, c.-à-d. transmis par
les airs; et le brouillage par conduction, c.-à-d. transmis par fil. Chaque type d'interférence
présente différents niveaux tolérés supérieurs et inférieurs à 15 kHz.
Brouillage rayonné (30 Hz à 15 kHz)
Les limites d'interférence acceptables pour les fréquences entre 30 Hz et 15 kHz, ainsi que les
méthodes de suppression utilisées, sont décrites dans la norme 1597:1985 de la British Standard
« Limites et méthodes de mesurage du brouillage électromagnétique provoqué par les
équipements et les installations maritimes - spécifications ».
Brouillage rayonné (supérieur à 15 kHz)
Le niveau du brouillage rayonné doit être mesuré aux bornes d'entrée du système de réception, en
s'assurant de déconnecter le coaxial de l'antenne et de le connecter à une résistance d'adaptation
adéquatement blindée. Dans ces circonstances, le niveau d'interférence ne doit pas dépasser
2 microvolts.
Brouillage par conduction (30 Hz à 15 kHz)
Le niveau, ayant été mesuré aux bornes d'entrée d'un panneau de distribution électrique, ne doit
pas dépasser 3 % de distorsion harmonique d'alimentation totale. Lorsqu'elle est mesurée aux
bornes de l'équipement électronique, la distorsion totale ne doit pas dépasser 1 %. La distorsion
totale se définit comme étant le rapport entre la valeur résultante quadratique de toutes les
tensions de perturbation et la valeur résultante quadratique des tensions fondamentales et de
toutes les tensions de perturbation.
80
Brouillage par conduction (supérieur à 15 kHz)
Les niveaux de perturbation de tension mesurés aux bornes d'une seule pièce d'équipement
électrique ne doivent pas dépasser les niveaux prescrits par le ministère des Communications
dans la circulaire no S11-10-47, Interference Suppression in Marine Craft (suppression
d'interférence à bord des navires).
Des limites de classe 1 doivent s'appliquer lorsque de l'équipement ou des câbles sont mal
blindés, par exemple :
x Tout endroit situé au-dessus du pont, sauf si un blindage adéquat a été utilisé;
x Là où se trouve un couplage serré entre l'équipement touché et les câbles
connexes.
Des limites de classe 2 doivent s'appliquer au blindage adéquat, notamment :
x À l'intérieur de la structure métallique du navire;
x Là où du blindage a spécialement été fourni.
Des mesures doivent être prises à l'aide d'appareils conformes à la norme C108.1.1 du Conseil
canadien des normes. http://www.scc.ca/fr/standardsdb/standards Les mesures doivent être
prises dans les conditions les plus défavorables.
5.3 Suppression d'interférence
Les interférences doivent être supprimées à leurs sources ou au récepteur conformément aux
lignes directrices suivantes :
Tous les appareils électroniques sensibles doivent être logés dans une enceinte mise à l'essai et
certifiée qui offre un blindage d'au moins 40 dBm pour l'environnement électromagnétique à
bord;
1) Il importe de respecter les séparations de câbles minimales;
2) Si des condensateurs sont utilisés, ils doivent se trouver sur le côté équipement
d'un sectionneur, ou le condensateur doit être doté d'une ligne de fuite sans
coupure;
3) Les condensateurs ne doivent pas servir à supprimer les arcs entre les contacts
électriques;
4) Les composants logés dans des boîtiers métalliques doivent disposer d'un boîtier
mis à la masse au métal de la source d'interférence;
5) Les transformateurs d'isolation à blindage électrostatique ou les stabilisateurs de
tension secteur adéquats doivent être intégrés aux lignes électriques destinées à
l'équipement électrique, de préférence à l'extrémité équipement du coaxial;
6) Il importe d'utiliser, dans la mesure du possible, des cartes de circuits imprimés à
double côté.
5.4 Blindage des câbles
Le blindage des câbles doit respecter les règles de base suivantes :
1) L'efficacité du blindage doit être d'au moins 90 %;
81
2) Les câbles à basse fréquence (c.-à-d. sous 15 kHz) doivent être dotés d'un
blindage ferreux mis à la masse à un seul point;
3) Les câbles à haute fréquence doivent être dotés, dans la mesure du possible, d'un
blindage en bronze, en cuivre ou en aluminium, et doivent être mis à la masse à
des intervalles inférieures à 0,15 longueurs d'onde à la fréquence d'intérêt la plus
haute;
4) Les gaines métalliques peuvent offrir un blindage adéquat à condition qu'elles
soient mis à la masse à l'endroit où elles traversent les cloisons, et que les joints
soient soudés en continu.
5.5 Mise à la masse et métallisation
La mise à la masse et la métallisation doivent être conformes à la norme TP127E.
Bâtis et consoles
Les mesures suivantes s'appliquent à la mise à la masse des bâtis d'équipement et des
consoles :
1) Les bâtis et les consoles doivent être entièrement soudés et disposer d'une
connexion électrique directe entre le bâti ou la console et la partie métallique du
navire. Lorsqu'il est impossible de réaliser une connexion directe, il faut utiliser
des tresses de masse.
2) L'utilisation de bâtis et de consoles non soudés peut être envisagée à condition
que chaque composant individuel soit mis à la masse adéquatement. Chaque
composant peut être mis à la masse, ou métallisés ensemble à l'aide d'une tresse.
La continuité électrique entre chaque composant adjacent ne doit pas différer en
raison de sa proximité ou de son raccordement mécanique.
Casiers d'équipement
Les casiers d'équipement doivent comporter des capacités d'atténuation d'au moins 40 dB.
La tôle d'acier doit être privilégiée. Chaque casier d'équipement doit être mis à la masse
de la façon suivante :
1) Il doit être connecté au rail de masse ou au métal du bâti ou de la console dans
lequel il est installé;
2) Chaque casier doit être mis à la masse, c.-à-d. qu'il est interdit de connecter les
casiers les uns aux autres pour les mettre à la masse;
3) Dans la mesure du possible, l'équipement d'un même système doit être regroupé
ensemble et branché à un point de masse unique;
4) La mise à la masse des casiers d'équipement ne doit pas se faire aux fixations;
5) Les portes ou les couvercles d'accès doivent être métallisés au casier
d'équipement;
6) L'équipement monté sur glissière doit être doté de tresses permettant le retirer
l'équipement;
7) Sur l'équipement installé en permanence, la tresse de masse doit être la plus
courte possible;
8) Les tresses de masse flexibles doivent être utilisées uniquement s'il est
nécessaire de déplacer l'équipement ou du composant.
82
Méthodes et matériel
Les éléments suivants s'appliquent aux méthodes et au matériel servant à métalliser ou
mettre à la masse un composant :
1) Toutes les surfaces de contact doivent être propres et exemptes de peinture,
d'écaille, de rouille ou de tout autre matériau susceptible de nuire au contact
adéquat des surfaces;
2) La surface de contact doit être aussi grande que possible.
3) Les surfaces de contact doivent être métallisées à l'aide d'une méthode qui ne
porte pas atteinte à l'efficacité du contact, c.-à-d. le soudage d'un goujon à
souder, etc.;
4) Les tresses doivent être fabriquées de cuivre massif d'une largeur de 2,5 cm
(1 po) et d'une épaisseur de 0,6 mm (0,025 po), et le plus court possible afin
d'éviter la formation de coudes en équerre et de coins;
5) Toutes les sangles de masse et tous les joints doivent être facilement accessibles
pour les besoins de l'entretien.
6) La SMTC peut approuver aux fins d'utilisation d'autres matériaux à faible
résistance, chimiquement compatibles et résistants à la corrosion;
7) Tous les fixations de métallisation doivent être de faible résistance, résistantes à
la corrosion et de préférence en acier inoxydable. Les pièces de fixation du pont
supérieur doivent être fabriquées en acier inoxydable.
Précautions supplémentaires
Une attention particulière doit être portée à la mise à la masse et la métallisation des structures
métalliques et de l'équipement dans les endroits à niveaux élevés d'énergie de fréquence radio,
comme les salles des radios et de l'équipement électronique. Les antennes, les blocs d'accord
d'antenne et les émetteurs-récepteurs radars sont également essentiels, peu importe leur
emplacement. Dans ces endroits, toutes les structures métalliques flottantes comme les conduits,
les conduits de distribution d'air, la tuyauterie, les boîtes de câbles, le blindage des câbles et les
bâtis de support métalliques pour le carton doublure et les carreaux de plafond doit être mise à la
masse à des intervalles de moins de 1 m (3 pi). Il importe d'éviter d'utiliser dans ces endroits un
carton doublure ou des carreaux de plafond à parements métalliques.
Toutes les structures métalliques situées sur le pont supérieur, comme les tuyaux, les rails, les
jambettes et les enceintes doivent être reliées à la partie métallique du navire.
83
6.0 DOCUMENTS
Tous les documents fournis par l'entrepreneur deviennent la propriété de l'État. Cela comprend
également les supports électroniques. Ces supports ne doivent pas être protégés pour en
empêcher la copie aux fins d'utilisation interne.
Tous les documents fournis par l'entrepreneur, comme l'indique la présente section, doivent être
remis en anglais à l'autorité technique et à l'autorité d'inspection.
6.1 Dessins
Généralités
Tous les dessins fournis par l'entrepreneur doivent être en format AutoCAD 2000 DWG. Les
dessins électroniques ne doivent pas être protégés pour en faire des fichiers en lecture seule. Les
polices de caractères du texte doivent correspondre au format AutoCAD 2000 standard. Les
blocs ne doivent pas être groupés. L'ensemble du texte inclus dans un bloc doit correspondre à un
attribut.
Une liste complète des noms des couches et une brève description de l'utilité de chaque couche
doivent accompagner tous les fichiers. Les noms de couches, les codes couleurs de couches et les
types de lignes de couches doivent être uniformes dans les dessins ou les types de dessins.
Les dessins électroniques doivent être fournis à l'autorité technique sur un support de stockage
CD-ROM. Tous les disques doivent recevoir une étiquette indiquant clairement le numéro de
projet, les noms de fichiers et les numéros de dessins. Si une liste complète dépasse la taille
maximale possible, un fichier « readme.txt » en format ASCII doit être fourni avec chaque
disque. Un exemplaire imprimé du fichier « readme » doit accompagner chaque disque. Les
disques doivent recevoir une étiquette de « dessins d'exécution » pour les dessins qui ont été
approuvés et finalisés.
Une liste complète des noms de symboles (blocs) avec une description de chaque symbole doit
être fournie. Un bloc par dessin doit être fourni en format électronique compatible avec
AutoCAD 2000. Les dimensions des feuilles de dessin, y compris, dans la mesure du possible,
les dessins des fournisseurs, doivent être conformes aux normes ANSI avec une marge standard
et un bloc titre dans la section de la mise en page.
Les représentations graphiques et les imprimés des plans « conformes à l'exécution » ne doivent
pas contenir de marque ou de correction inscrites à la main, p. ex., à l'aide d'un marqueur, d'un
stylo ou d'un crayon.
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique tous les dessins
demandés ou produits par les sous-traitants.
84
Les schémas de principe des systèmes doivent inclure tous les renseignements des systèmes
pertinents, notamment en ce qui concerne les tailles, les dimensions, les étiquettes,
l'emplacement de l'équipement et tous les renseignements qui renvoient à l'appareillage des
systèmes.
L'entrepreneur doit disposer d'un système complet pour consigner et contrôler tous les dessins et
toutes les révisions de dessins qui découlent des travaux. L'entrepreneur doit maintenir une liste à
jour des dessins et des révisions et fournir cette liste à l'autorité d'inspection et à l'autorité
technique au cours de la réunion mensuelle sur l'état d'avancement. Cette liste doit inclure une
colonne où sont énumérés tous les dessins soumis à la SMTC aux fins d'approbation.
Plans de conception
La Garde côtière canadienne fournit tous les dessins de référence technique à l'entrepreneur aux
fins de référence seulement. L'entrepreneur doit produire des dessins d'exécution et veiller à ce
que tous ces dessins reçoivent l'approbation réglementaire pertinente. L'entrepreneur doit prendre
note que les dessins de référence fournis ne sont pas tous des dessins « tel que construit ».
L'entrepreneur doit vérifier physiquement chacun des éléments touchés ainsi que toutes les
dimensions requises pour les travaux.
Dessins d'exécution
L'entrepreneur doit élaborer les détails concernant les dessins d'exécution de tous les travaux du
projet selon l'approbation de réglementation de l'organisme de réglementation. Toutes les
variations doivent être incluses dans les révisions des dessins d'exécution.
Les dessins d'exécution doivent indiquer clairement les matériaux ou l'équipement fournis, tous
les détails de construction, les dimensions précises, la capacité, les caractéristiques
opérationnelles et le rendement. Chaque dessin d'exécution doit comporter un numéro
d'identification unique, et des blocs de numéros doivent servir à identifier les divers éléments du
devis. Lorsque plusieurs dessins d'exécution sont requis, chaque dessin doit indiquer le nombre
total de feuilles de sa série.
Chaque dessin d'exécution concernant les articles qui ne font pas partie du catalogue doit être
préparé spécialement pour ce projet. Les dessins d'exécution et les brochures des articles du
catalogue doivent être clairement signalés pour montrer les articles fournis.
L'entrepreneur doit approuver tous les dessins d'exécution et indiquer ce qui suit :
a) Que la conformité du dessin avec toutes les exigences de la spécification a
été vérifiée.
b) Que l'équipement a été coordonné avec l'autre équipement auquel il est fixé
ou connecté.
c) Que toutes les dimensions ont été vérifiées afin de garantir l'installation
appropriée de l'équipement à l'intérieur de l'espace disponible.
85
Dessins d'exécution – Présentation à TPSGC et à la GCC aux fins d'examen
6.1.4.1
L'entrepreneur doit soumettre à l'autorité technique deux (2) exemplaires de tous
les dessins d'exécution, les dessins d'atelier et les échéanciers requis pour les
travaux. Les dessins doivent être soumis à l'autorité technique et l'autorité
d'inspection au moins quatorze (14) jours avant le début des travaux visés par les
dessins. L'autorité d'inspection et l'autorité technique doivent examiner les dessins
dans les cinq (5) jours ouvrables. Cet examen comprend la vérification de
l'observation des exigences du devis. Au besoin, l'autorité technique remettra un
(1) exemplaire du dessin à l'entrepreneur, accompagné des commentaires de
l'autorité d'inspection et de l'autorité technique. L'entrepreneur doit apporter toutes
les modifications nécessaires et retourner deux (2) exemplaires du dessin révisé,
accompagné des dates de révision et des numéros de révision, à l'autorité
technique.
6.1.4.2
Les dessins révisés ne peuvent être modifiés d'aucune façon sans l'autorisation
écrite de l'autorité technique. Dans l'éventualité où des révisions subséquentes des
dessins ont déjà été révisées, le dessin complet (toutes les feuilles, révisées ou
non) doit être présenté de nouveau aux fins d'examen.
6.1.4.3
Les dessins d'exécution doivent comporter un espace pour permettre à l'autorité
d'inspection et l'autorité technique d'inscrire les dates d'examen et d'apposer leur
signature.
6.1.4.4
Les dessins présentés aux fins d'examen, sauf indication contraire, doivent être
sous forme d'originaux tracés. Les fiches techniques imprimées du fabricant pour
les éléments standard sont acceptables pourvu que les caractéristiques pertinentes
soient indiquées et concernent les éléments indiqués.
Dessins d'exécution – Présentation aux fins d'approbation de la SMTC
6.1.5.1
L'entrepreneur doit soumettre à la SMTC des exemplaires, au besoin, des dessins
d'exécution, des dessins du navire ou des diagrammes, les échéanciers et les
calculs requis aux fins d'approbation de la SMTC.
6.1.5.2
L'entrepreneur a la responsabilité de veiller à ce que les dessins d'exécution soient
approuvés par la SMTC avant d'entreprendre les travaux d'une section quelconque
de ce devis qui doit être approuvée par la SMTC.
6.1.5.3
Les dessins d'exécution doivent comporter de l'espace pour permettre à la SMTC
d'apposer ses sceaux d'approbation. Cet espace doit être exempt de tout
renseignement technique et ne doit pas se trouver à l'arrière des fiches.
6.1.5.4
L'entrepreneur doit communiquer avec le bureau d'approbation de la SMTC
respectif afin de déterminer les quantités et le type de matériaux requis pour les
soumissions aux fins d'approbation.
86
6.1.5.6
L'entrepreneur doit soumettre à l'autorité technique un (1) exemplaire des dessins
originaux estampillés, et trois (3) exemplaires de tous les dessins approuvés par la
SMTC.
6.1.5.7
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité technique quatre (4) exemplaires numérisés,
en format TIF, de tous les dessins approuvés par la SMTC sur des CD-ROM
individuels.
Dessins « tel que construit »
Une fois tous les travaux terminés, l'entrepreneur doit transférer toutes les annotations des
dessins d'exécution dans une révision finale de tous les dessins du navire touchés par les travaux
du projet. Ces dessins doivent devenir les dessins « tel que construit » des travaux du projet.
L'entrepreneur doit mettre à jour tous les dessins du navire touchés par les travaux du projet.
Après l'acceptation du navire, l'entrepreneur doit fournir les éléments suivants:
a) quatre (4) exemplaires tracés de la dernière révision de chacun des dessins
« conformes à l'exécution »;
b) quatre (4) exemplaires électroniques de la dernière révision de chaque
dessin « conforme à l'exécution », chacun sur son support CD-ROM
individuel en format AutoCAD 2000 DWG. Le support de CD-ROM doit
être fourni avec des listes détaillées des fichiers pour chaque CD-ROM;
c) Tous les dessins deviennent la propriété de l'État.
d) Les dessins tracés doivent être présentés sur support papier standard de
l'ANSI.
Si aucun fichier de dessin AutoCAD n'a été produit, il faut fournit des fichiers numérisés (format
de trame) à l'autorité technique en format TIF.
Les dessins « tel que construit » doivent être livrés dans les 15 jours suivant la fin des essais en
mer.
Dessins encadrés
Les dessins suivants, modifiés en dessins « tel que construit », doivent être imprimés, encadrés et
fixés à bord du navire à des endroits désignés par l'autorité technique :
x Dessins de disposition générale, vue en plan de tous les ponts et vue de profil
x Plan de capacité
x Système de lutte contre les incendies et équipement de sauvetage.
6.2 Manuels et registres
Généralités
Chaque manuel d'instructions et registre doit être relié dans un cahier à 3 anneaux à couverture
rigide pouvant accueillir des feuilles de 8 1/2 po sur 11 po. Cahiers à 3 anneaux en « D »
87
comportant des mécanismes de verrouillage par enclenchement. Les dessins et les documents de
plus grande taille doivent être pliés en accordéon. Les renseignements suivants doivent être
imprimés sur la couverture :
x NGCC Henry Larsen – Prolongement de vie du navire
x Identification de l'équipement ou des systèmes
x fabricant de l'équipement;
x numéro de révision et date.
Toutes les sections des manuels doivent être dotées d'onglets plastifiés. Les principaux
composants de l'équipement doivent être subdivisés en sections distinctes dans les manuels.
Un index principal doit se trouver au début de chaque cahier et indiquer tous les éléments inclus
dans chaque section.
Une liste des noms, adresses et numéros de téléphone des personnes-ressources associées aux
fabricants d'équipement doit accompagner le document afin de la consulter après l'achèvement
du projet aux fins d'entretien et de gestion de l'information.
Un exemplaire de la version finale et approuvée des dessins « tel que construit » doit se trouver
dans le manuel d'entretien.
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité technique quatre (4) exemplaires en format papier de tous
les manuels et les fiches techniques en anglais des éléments d'équipement fournis par
l'entrepreneur avant l'échéance du contrat.
L'entrepreneur doit fournir quatre (4) exemplaires à l'autorité technique de tous les manuels et de
toutes les fiches techniques sur CD-ROM individuels, en format PDF, avant l'échéance du
contrat.
Manuels de fonctionnement – « tel que construit »
Les manuels de fonctionnement doivent comprendre les éléments suivants :
1) une description générale de la séquence de fonctionnement de l'équipement;
2) une procédure détaillée qu'il importe de suivre pour la mise en service de
l'équipement;
3) un schéma fonctionnel des connexions de l'équipement installé;
4) tous les critères de fonctionnement pertinents de l'équipement.
5) Quand les systèmes sont accompagnés de logiciels ou de matériel, un manuel
d'utilisation doit comporter les éléments suivants :
a) le manuel complet de la documentation des logiciels propre au système, et
dans un format CD-ROM, afin que le Canada puisse réviser les programmes
sans avoir recours à l'entrepreneur.
b) La documentation minimale des logiciels doit comprendre :
i. des schémas du niveau du système décrivant le plan d'ensemble des
logiciels ou du matériel;
6) les spécifications fonctionnelles qui doivent décrire en détail les capacités
fonctionnelles du système et de chaque composant logiciel;
88
7) la liste des programmes propres au projet, y compris tous les commentaires
décrivant les particularités des fonctions de codes;
8) l'ensemble des listes, fichiers, manuels et documents connexes doit être livré et
devient la propriété du Canada.
L'entrepreneur doit fournir le nombre d'exemplaires, sur support papier et électronique, des
manuels d'exploitation indiqués à la section Manuels et dossiers, généralités.
Manuels d'entretien – « tel que construit »
Ces manuels doivent comprendre ce qui suit :
1) les instructions d'entretien du fabricant pour chaque élément d'équipement qui
doit être entretenu;
2) les instructions doivent comprendre les instructions d'installation, les numéros
de pièces, les listes de pièces, les dessins-maîtres et les vues éclatées
accompagnés de l'identification de toutes les pièces mécaniques, électriques et
électroniques, et le nom des fournisseurs;
3) une liste sommaire de chaque élément d'équipement qui doit être lubrifié,
comportant le nom de chaque élément, l'emplacement de tous les points de
lubrification, le type de lubrifiant recommandé et la fréquence de lubrification;
4) les sections de dépannage doivent être incluses pour tout l'équipement dans le
manuel d'entretien sous un en-tête distinct.
L'entrepreneur doit fournir, sur supports papier et électronique, le nombre d'exemplaires des
manuels d'entretien indiqué à la section Manuels et dossiers, généralités.
Registres des tests, des essais et des inspections
L'entrepreneur doit préparer un cahier à anneaux distinct, disposé selon la section 6.2.1, pour
assembler tous les tests, les essais et les inspections. Le cahier doit être indexé pour chacun des
tests, des essais et des inspections réalisés.
L'entrepreneur doit maintenir un registre complet et exact des tests, des essais et des inspections
réalisés pendant les travaux. Cela doit comprendre les tests, les essais et les inspections réalisés
aux installations des sous-traitants. Les registres doivent inclure tous les documents pertinents,
toutes les procédures de tests et les fiches de tests connexes, y compris les données de tests
effectués en atelier, les données des tests, essais et inspections, et les résultats des observations.
Les registres originaux des tests, des essais et des inspections doivent être signés par la SMTC,
l'entrepreneur et, s'il y a lieu, les sous-traitants ou le représentant de service sur place qui ont
assisté aux tests.
Les tests et inspections réalisés expressément pour répondre aux exigences de la SMTC
concernant la mise à jour du navire en fonction du Système de rapports d'inspection des navires
(SRIN), doivent être consignés dans des documents signés qui respectent les exigences de la
SMTC afin d'indiquer clairement quel système ou pièce d'équipement sur place, doté d'un
numéro connexe, a fait l'objet d'un test et donner les résultats des tests réalisés. Tous les
89
exemplaires des documents doivent être datés et signés par l'inspecteur de la SMTC présent et
par l'entrepreneur.
Registre des attestations
L'entrepreneur doit préparer un cahier à anneaux distinct, disposé selon la section 6.2.1, pour
assembler tous les registres des attestations. Le cahier doit être indexé pour chacun des éléments
ou chacune des pièces d'équipement pour lesquels des attestations sont disponibles.
L'entrepreneur doit maintenir un registre complet et exact de toutes les attestations concernant les
travaux réalisés. Les attestations et certificats doivent être à jour et correspondre au type
d'équipement installé par l'entrepreneur. Lorsque des certificats d'approbation de la société de
classification sont requis, conformément à la section 3.1, l'entrepreneur doit veiller à ce qu'ils
soient insérés dans le cahier prévu à cet effet. Lorsque les fabricants fournissent des certificats
d'équipement dans les manuels d'exploitation, des copies de ces certificats doivent être indexées
dans le cahier du registre des attestations. L'entrepreneur doit aussi obtenir et indexer tous les
certificats émis par ses sous-traitants.
L'entrepreneur doit fournir, sur supports papier et électronique, le nombre d'exemplaires des
registres de tests, d'essais et d'inspections indiqués à la section 6.2.1.
REMARQUE : Lorsque des attestations originales sont fournies, surtout s'il s'agit de certificats
de la SMTC, l'un des trois exemplaires présentés sur support papier doit être le document
original.
6.3 Photographies et images - Généralités
Photographies et images initiales
L'entrepreneur doit faire appel à un photographe professionnel afin de livrer 1 000 images
numériques en format JPEG de haute résolution (8 mégapixels minimum). Les images doivent
être stockées sur un CD-ROM. L'autorité d'inspection et l'autorité technique doivent être
présentes pour toutes les images prises. L'ensemble du navire doit être photographié avec
suffisamment de détail pour qu'il soit possible d'indiquer certaines pièces ou certains composants
en particulier. Si le Canada exige que d'autres images soient prises, le prix devra être calculé au
prorata.
L'entrepreneur doit répondre à cette exigence en liaison avec la section 1 Relevé photographique
du présent devis.
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique deux (2) exemplaires
de toutes les images numériques initiales sur CD-ROM à la première réunion d'avancement,
après la livraison du navire à ses installations.
90
Photographies/images des progrès
L'entrepreneur doit fournir des images numériques en format JPEG de haute résolution
(8 mégapixels minimum) sur CD-ROM de l'avancement des travaux pendant chaque phase du
projet. Il faut commencer à prendre des photos dès le début des travaux sur le navire, et continuer
pendant toute la durée des travaux.
L'entrepreneur doit prendre suffisamment de photos pendant le projet de modernisation pour
s'assurer de présenter un dossier adéquat de l'avancement des travaux. La date à laquelle la photo
a été prise doit figurer automatiquement sur toutes les images.
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité d'inspection et l'autorité technique deux (2) exemplaires de
chaque photographie sur l'avancement des travaux sur CD-ROM individuels, en format JPEG,
aux réunions mensuelles sur l'état d'avancement.
91
7.0 TESTS, ESSAIS À QUAI ET ESSAIS EN MER
7.1 Exigences générales
L'entrepreneur doit démontrer que les travaux effectués et l'équipement sont conformes aux
exigences de rendement décrites dans le présent devis. L'entrepreneur doit élaborer des
procédures de tests et d'essais, et doit également effectuer tous les tests et essais exigés dans le
présent devis ou par les organismes de réglementation afin de permettre la délivrance des
certificats appropriés pour le navire. L'entrepreneur doit obtenir, avant l'achèvement du contrat,
tous les certificats nécessaires pour que le navire soit entièrement certifié et en bon état de
naviguer, pour un navire de sa classe.
L'entrepreneur doit préparer le calendrier des essais indiquant les dates, la séquence, les
procédures et la durée de chaque essai ou ensemble d'essais. Ce calendrier, y compris les fiches
de registre des essais proposés pour l'ensemble des essais, doit être présenté à l'autorité technique
et à l'autorité d'inspection pour examen et approbation vingt (20) jours ouvrables avant le
commencement des tests et essais. L'entrepreneur doit coordonner le calendrier des essais avec la
Sécurité maritime de Transports Canada (SMTC) afin d'assurer sa participation, s'il y a lieu.
L'entrepreneur doit assurer la disponibilité d'un représentant détaché (RD) ou obtenir
l'autorisation écrite du fabricant avant la mise en marche initiale de l'équipement récemment
installé ou modifié. L'autorité d'inspection, ainsi que, au besoin, la SMTC, les RD et tous les
sous-traitants, doit assister à tous les essais. Tous les tests doivent être effectués sur chaque
composant des systèmes. Toutes les défectuosités doivent être corrigées à la satisfaction de
l'autorité d'inspection, de la SMTC et du RD sur place. Une fois les défectuosités corrigées, les
tests et essais doivent être répétés à la satisfaction de l'autorité d'inspection, et de la SMTC s'il y
a lieu.
Les procédures d'essai en atelier, à quai et en mer doivent être conformes aux normes exigées par
la SMTC. Si la SMTC n'a pas d'exigences concernant les essais en atelier, l'entrepreneur doit se
conformer aux lignes directrices de la Society of Naval Architects and Marine Engineers, comme
l'indique la section 1.4 du présent devis. La norme minimale pour tous les essais électriques à
quai et en mer doit être conforme aux normes de la SMTC, TP127E et IEEE 45-2002. Tous les
tests statiques de l'équipement électronique doivent être effectués avant les essais en mer. Seuls
les essais opérationnels doivent être effectués en mer.
Les systèmes mécaniques et de tuyauterie doivent être mis à l'essai conformément à la
section 7.2.
Les essais hydrostatiques de la tuyauterie et des composants faisant partie d'un système
quelconque doivent être effectués avant les essais opérationnels du système. L'entrepreneur doit
disposer de fiches d'essai signées devant témoin indiquant le résultat des essais hydrostatiques
avant le commencement des essais opérationnels du système. Au minimum, l'autorité
d'inspection doit être avisée de tous les essais hydrostatiques de composants.
92
L'entrepreneur doit fournir à l'autorité technique une liste complète des services et des systèmes
déplacés à bord du navire et qui nécessitent des essais fonctionnels et opérationnels avant
l'achèvement de chaque exigence du devis. L'entrepreneur doit élaborer des procédures d'essai
particulières pour vérifier l'état opérationnel et fonctionnel de chacun des services et des
systèmes du navire qui ont été déplacés. L'entrepreneur doit présenter, à l'autorité d'inspection et
à l'autorité technique, la liste des services et des systèmes déplacés du navire, ainsi que les
procédures d'essai particulières connexes, aux fins d'examen vingt (20) jours ouvrables avant
l'essai de ces systèmes.
L'entrepreneur doit se reporter à la section 6.1.5 en ce qui concerne les exigences
d'enregistrement des tests, des essais et des registres d'inspection.
7.2 Systèmes mécaniques et tuyauterie
Tous les sous-ensembles et systèmes de tuyauterie fabriqués par l'entrepreneur doivent être
soumis à un essai hydrostatique équivalant à 1,5 fois la pression de fonctionnement du système et
doivent démontrer leur étanchéité à la satisfaction de l'autorité d'inspection avant l'installation à
bord du navire.
Les machines et l'équipement ne doivent pas être exposés à des pressions plus élevées que la
pression de fonctionnement maximale permise pendant les essais de pression sur le système. Il
est possible de fermer les vannes des composants ou d'obturer les raccords pour protéger les
composants contre une pression excessive. Si la tuyauterie entre le robinet d'isolement d'un
réservoir et l'extrémité ouverte du tuyau arrière comporte des joints à brides, ou si un robinet
d'isolement du réservoir n'a pas été installé, le joint à bride, près de l'extrémité ouverte du tuyau
arrière, doit être obturé temporairement afin qu'un essai sous pression du système puisse être
effectué jusqu'à ce point. Les instruments, les pressostats et les autres composants qui pourraient
être endommagés par une pression excessive pendant les essais du système devront être retirés
ou autrement protégés.
Pour les essais, des manomètres étalonnés doivent être installés aux raccords aménagés sur la
tuyauterie du manomètre à cette fin. Pendant les essais, les lectures des manomètres installés
doivent être vérifiées au moyen d'indicateurs étalonnés. Les manomètres installés doivent être
réglés, au besoin, pour indiquer la pression exacte. L'entrepreneur doit fournir, à l'autorité
d'inspection et à l'autorité technique, les certificats d'étalonnage de tous les instruments utilisés
au cours de l'essai des systèmes.
Si la durée d'un essai sous pression n'est pas indiquée, la pression d'essai doit être maintenue
assez longtemps pour permettre un examen exhaustif du circuit visant à déceler les fuites à la
satisfaction de l'autorité d'inspection.
93
Les soupapes de décharge et de sécurité, et tout autre composant installé afin de limiter la
pression de fonctionnement, doivent être retirés, obturés ou contournés afin qu'il soit possible
d'atteindre la pression nécessaire pour l'essai. Une fois les essais du système réussis, tous les
composants retirés doivent être réinstallés et mis à l'essai sous pression pour vérifier qu'ils
fonctionnent aux pressions de consigne approuvées. Les pressions de consigne indiquées sur les
plaques signalétiques des soupapes doivent être conformes aux pressions de consigne
approuvées.
Tous les composants nécessaires au fonctionnement sécuritaire du système doivent être examinés
et réglés au cours des essais de fonctionnement pour qu'ils soient conformes aux exigences
précisées et approuvées pour le système. Les essais de fonctionnement doivent démontrer que la
conception et l'installation de la tuyauterie répondent adéquatement aux exigences de service.
Les composants, tels que les étriers de ressort, doivent être réglés au besoin, et le fonctionnement
des joints coulissants des raccords flexibles, des joints d'expansion et des raccords d'isolation
acoustique doivent être examinés pendant que le système dans lequel ils sont installés est en
marche.
Lorsque les pompes ou les éjecteurs sont dotés d'un conduit d'aspiration connecté à des
réservoirs ou à des compartiments, l'essai de fonctionnement doit démontrer la capacité du
système à retirer le liquide de service jusqu'au niveau de l'extrémité ouverte de la colonne
d'aspiration.
Les systèmes ouverts tels que les conduits d'évacuation, les trop-pleins et les drains de pont
doivent être mis à l'essai pour vérifier qu'il n'y a pas de blocage de l'écoulement. Cet essai doit
être effectué au moyen d'un débit d'air comprimé ou d'eau ne dépassant pas 100 psi. Les
systèmes de pompes manuelles, les installations de drainage portatives et autres systèmes divers
doivent être soumis à un essai de fonctionnement, ainsi qu'à l'essai de pression précisé. Les essais
de pression doivent précéder les essais de fonctionnement.
Tous les systèmes doivent être soumis à une inspection visuelle et se révéler étanches au cours
des essais indiqués.
Tous les essais de pression et de fonctionnement doivent être terminés avant les essais des
systèmes.
Si des réservoirs ont été ouverts pour qu'on y effectue des travaux, ils doivent tous être vidés,
nettoyés et inspectés par l'autorité d'inspection avant leur fermeture. Le fait de ne pas informer
l'autorité d'inspection ne dégage pas l'entrepreneur de sa responsabilité de lui donner l'occasion
d'inspecter toutes les tâches effectuées. L'inspection de tous les réservoirs ou espaces menée par
l'autorité d'inspection ne remplace pas les inspections requises menées par la SMTC. Une fois
l'inspection terminée, il faut installer sur tous les couvercles de réservoirs un nouveau joint
d'étanchéité avant de les refermer.
94
Lorsque des travaux ont été effectués à une partie structurale d'un réservoir, celui-ci doit faire
l'objet d'un essai de pression hydrostatique à une hauteur de colonne d'eau de 8 pi (2,5 m).
L’autorité d'inspection et la SMTC doivent assister à l'essai de pression. Les essais de pression
hydrostatiques doivent être consignés conformément à la section 6.1.5 du présent devis.
7.3 Essais de rendement du navire en mer
Outre les essais à quai et les essais de mise en service des systèmes individuels du navire
précisés dans ce devis, l'entrepreneur doit effectuer un programme complet d'essais en mer
conformément au « Guide for Sea Trials » publié par la Society of Naval Architects and Marine
Engineers (Section 1.4 du présent devis). L'entrepreneur doit élaborer toutes les procédures et
fiches de données pour les essais en mer. Les procédures des essais en mer, de même que les
fiches de données, doivent être présentées à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique aux
fins d'examen et d'approbation vingt (20) jours avant le début des essais en mer.
95
8.0 ACCOSTAGE, AMARRAGE, MISE EN CALE
SÈCHE ET REMISE À FLOT, SÉCURITÉ DU
NAVIRE
8.1
Accostage et amarrage
L'entrepreneur doit fournir tous les matériaux et toute la main-d'œuvre nécessaires pour la
manœuvre, la mise en cale sèche et l'armement d'un navire faisant l'objet des spécifications de la
section 1.2 du présent devis. Les détails concernant les installations d'accostage et d'amarrage
doivent être compris dans la proposition du soumissionnaire.
L'entrepreneurdoitêtreresponsabledel'accostageetdel'amarragedunavirepourtouteladuréedu
radoub.LaCouronnedoitavoirlibreaccèsaunavireentouttemps.
Lenaviredoitsetrouverdanslesinstallationsdel'entrepreneurpendanttouteladuréeduradoub.
L'eau doit être suffisamment profonde pour empêcher le navire de toucher le fond à marée basse
ou en conditions de basses eaux. L'entrepreneur doit s'assurer qu'il y a suffisamment d'eau sous la
quille pour permettre l'essai du système de propulsion pendant les essais à quai.
L'entrepreneur doit fournir toutes les lignes d'amarre et toute la main-d'œuvre requises pour les
manœuvres d'accostage, d'amarrage, d'essai à quai et de remise à flot du navire. L'entrepreneur
peut se servir des amarres du navire pour l'amarrer à l'arrivée, mais il doit immédiatement les
remplacer. Les amarres du navire doivent être entreposées. L'entrepreneur doit fournir tout le
matériel et toute la main-d'œuvre nécessaires pour la mise en cale sèche et la remise à flot du
navire, y compris les déplacements du navire, les services de remorqueurs, et le personnel
d'amarrage.
8.2
Services
L'entrepreneur doit empêcher que des rats ou de la vermine ne s'installent à bord du navire
pendant le déroulement du contrat. L'entrepreneur doit éliminer tous les rats ou la vermine
trouvés à bord du navire si ceux-ci y pénètrent pendant la durée du contrat.
Les services suivants doivent être fournis et raccordés au navire en cale sèche et à flot pendant
les périodes de radoub où l'équipage est à bord, et débranchés au départ du navire. L'entrepreneur
doit fournir tous les matériaux au point de connexion à bord du navire. L'entrepreneur doit
inclure dans son devis l'ensemble des échafaudages et des grues requis pour le raccordement et le
débranchement des services. L'entrepreneur est responsable de tous les autres raccordements
requis à la suite du déplacement du navire entre les postes d'amarrage et la cale sèche.
L'entrepreneur doit indiquer les tarifs généraux et quotidiens.
Le prix indiqué doit être réparti par tâche.
Passerelles : L'entrepreneur doit fournir et installer une passerelle munie d'un filet de sécurité
conforme au Code canadien du travail tant que le navire est accosté dans ses installations.
L'entrepreneur est responsable de la sécurité de la passerelle.
96
L'entrepreneur doit fournir et installer des passerelles conformes au Code canadien du travail tant
que le navire est accosté. Le navire doit être doté de deux accès séparés et indépendants en tout
temps. Les passerelles doivent être sécuritaires et structuralement adaptées au passage de
l'équipage du navire et des ouvriers, conformément à la Section 2 du Règlement sur la santé et la
sécurité au travail en milieu maritime. Les passerelles doivent être bien éclairées la nuit. Les
passerelles doivent être disposées aux deux extrémités du navire, conformément aux directives
du commandant. L'entrepreneur est responsable de la sécurité des passerelles.
Eau potable et non potable : Le soumissionnaire doit présenter une estimation écrite du prix de
la consommation par mètre cube d'eau potable, d'eau non potable et d'eau de mer.
L'entrepreneur doit fournir et installer un débitmètre étalonné pour chaque conduite
d'approvisionnement en eau domestique raccordée au navire pour la durée des essais. Les
débitmètres doivent être adaptés aux services visés. Les registres d'étalonnage des débitmètres
doivent être présentés à l'autorité d'inspection. L'entrepreneur doit lire tous les débitmètres au
début et à la fin de la période contractuelle, et avant et après tous les déplacements du navire en
direction et en provenance du mur d'armement ou de la cale sèche, en présence de l'autorité
d'inspection. Les raccordements suivants sont nécessaires afin d'effectuer les travaux :
Collecteur d'incendie : Le collecteur d’incendie du navire doit être alimenté en eau à une
pression de 550 kPa (80 psi), en continu 24 heures sur 24, tous les jours et à l’aide de deux
(2) boyaux.. Les boyaux doivent être branchés au raccord international de jonction avec la terre
situé près de la membrure 100 (bâbord et tribord) du pont supérieur.
Un détendeur avec manomètre doit être installé en amont du raccord de soupape à bord du
navire. L’approvisionnement en eau doit être raccordé immédiatement après l'accostage du
navire. Il ne doit y avoir aucune interruption de cet approvisionnement pendant la durée du
radoub. Il ne doit y avoir aucune interruption de cet approvisionnement pendant la durée du
contrat. La consommation d'eau se fera au besoin aux fins de lutte contre les incendies et de
nettoyage.
Raccordements d'eau de refroidissement : Lorsque le navire est en cale sèche, l'entrepreneur
doit raccorder trois (3) boyaux d'eau de refroidissement de 38 mm (1½ po) de diamètre au
système de refroidissement central. Un boyau d'alimentation doit être branché au raccordement
d'eau de mer de 38 mm (1½ po), situé près des postes de ravitaillement bâbord et tribord sur le
pont supérieur. Un autre boyau d'alimentation doit relier la vanne de changement de régime à
3 voies de 38 mm (1½ po) située dans le local AG1 bâbord (étiquetée « Alimentation centrale
refroidissement cale sèche ») et la soupape d'admission de 63,5 mm (2½ po) située près du local
AG1, côté tribord. Un boyau d'écoulement doit évacuer les refroidisseurs à plaques du système
de refroidissement central à la mer, à l'endroit le plus pratique. La pression doit être assurée à
l'aide d'un détendeur avec manomètre à 350 kPa (50 psi). Les boyaux d'eau de refroidissement
doivent être retirés à terre une fois la période de mise en cale sèche terminée.
Eau douce potable : L'alimentation en eau potable doit se faire au moyen d'une conduite de
remplissage avec un détendeur et un manomètre au raccord de remplissage en eau douce du
navire, sur la membrure 29 (bâbord ou tribord) du pont supérieur.
97
Environ huit (8) mètres cubes d'eau douce doivent être fournis par jour pendant que les membres
de l'équipage sont à bord.
L'entrepreneur doit fournir l'eau douce utilisée pour le nettoyage, les essais ou le rinçage des
réservoirs, comme l'exige le devis, en plus de la quantité mentionnée ci-dessus.
L'entrepreneur doit fournir les résultats des essais réalisés au cours du dernier mois et indiquant
que l'eau est conforme aux normes provinciales en matière d'eau potable, et ce, avant le
raccordement au navire.
L'approvisionnement en eau doit être raccordé immédiatement avant l'arrivée de l'équipage pour
les essais. Il ne doit y avoir aucune interruption de cet approvisionnement après le raccordement.
Le navire consomme environ 8 000 litres d'eau potable une fois l'équipage à bord. L'entrepreneur
doit fournir une estimation de ce service en fonction d'un approvisionnement de 7 jours.
Raccordement pour les eaux usées : Une évacuation par-dessus bord des eaux usées, de
100 mm de diamètre et située près de la membrure 85 côté tribord, nécessite un tuyau de
raccordement soudé à la coque avec un boyau fixé à l'extrémité libre pour évacuer les eaux usées
du côté du navire vers la canalisation des eaux usées de l'entrepreneur.
Pour toutes les canalisations d'eau raccordées qui approvisionnent le navire, il incombe à
l'entrepreneur de prendre toutes les précautions nécessaires pour s'assurer que les lignes ne gèlent
pas par temps froid. Une attention particulière doit être prêtée à la ligne d'approvisionnement du
collecteur d'incendie.
Enlèvement des ordures : Des conteneurs à déchets d'une capacité minimale de 6 m3 (215 pi3)
doivent être fournis et utilisés. Cela comprend les boues et débris issus du nettoyage des
réservoirs. Il incombe à l'entrepreneur de fournir des conteneurs adéquats et de prendre en charge
tous les coûts associés aux règlements en vigueur en matière d'élimination des déchets. Cela
inclut les matières dangereuses. L'entrepreneur doit aviser de l'existence de tels règlements et
pratiques provinciaux ou fédéraux à la réunion préalable au radoub.
Le coût du grutage et du remorquage doit être inclus dans le devis. Le conteneur à déchets doit
être placé dans une zone adéquate approuvée par l'entrepreneur et le mécanicien en chef.
Le conteneur doit être mis en place près de la passerelle du navire. Les déchets de ce conteneur
doivent être ramassés tous les jours lorsque l'équipage se trouve à bord du navire.
Eau huileuse de cale : L'entrepreneur doit indiquer un prix pour l'élimination d'environ vingt
(20) mètres cubes de mélange huile-eau des cales du navire. Il doit indiquer un prix unitaire pour
chaque mètre cube supplémentaire. Aux fins d'estimation, le prix indiqué doit porter sur un
mélange de 25 % d'huile et 75 % d'eau. Cette tâche doit être ajustée à la hausse ou à la baisse sur
présentation des factures. Les quantités de cette tâche s'appliquent aux besoins du navire et ne
doivent pas être incluses dans les besoins de l'entrepreneur concernant l'exécution des tâches du
devis. L'entrepreneur doit fournir l'identité de la ou des entreprises agréées pour le pompage et
l'élimination de l'huile usée. L'entrepreneur doit fournir les reçus pour l'élimination des
hydrocarbures du navire en vue de leur inclusion dans le livret de service des hydrocarbures.
Protège-planchers : Protection du pont : les coursives du navire, y compris la timonerie et
l'ensemble des escaliers, doivent être recouverts de panneaux de Masonite de 1/8 po (3 mm)
d'épaisseur. L'entrepreneur doit mettre en place les protège-planchers dans les 48 heures suivant
l'arrivée du navire à ses installations.
98
Tous les rebords et joints doivent être solidement collés à l'aide de ruban adhésif. Tous les
protège-planchers endommagés au cours du radoub doivent être remplacés.
Surfaces à recouvrir :
Pont principal : de la membrure 30 à la membrure 165, des deux côtés, y compris toutes les
coursives transversales et entrées des cabines, à l'exception de la cuisine, de la cafétéria de
l'équipage et du garde-manger. Surface totale = 200 m2 (2150 pi.ca.).
Pont supérieur : de la membrure 121 à la membrure 139, des deux côtés, y compris toutes les
coursives transversales et le bureau de l'ingénieur. Surface totale = 117 m2 (1264 pi.ca).
Pont des embarcations : de la membrure 121 à la membrure 139, des deux côtés et les coursives
transversales. Surface totale = 31 m2 (336 pi.ca.).
Passerelle des officiers : de la membrure 121 à la membrure 139, des deux côtés et la coursive
transversale. Surface totale = 28 m2 (305 pi.ca.).
Passerelle de navigation : de la membrure 113 à la membrure 149, y compris toute la zone
recouverte de tapis de la timonerie et la coursive vers la salle de navigation spéciale. Surface
totale = 100 m2 (1100 pi.ca.).
Escaliers : Surface totale = 40 m2 (430 pi.ca.).
Cabines : L'entrepreneur doit indiquer un prix pour les protège-planchers des ponts dans cinq
cabines : mécanicien en chef, ingénieur principal, électricien principal, capitaine en second et
cabine de réserve. Surface totale des cabines = 30 m2.
Remarque : Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer un prix unitaire par
mètre carré.
Tous les protège-planchers doivent être retirés du navire et transférés à terre à la fin des travaux.
L'entrepreneur doit s'assurer que toutes les marques de ruban adhésif laissées sur le pont par
l'immobilisation des protège-planchers sont nettoyées. L'entrepreneur doit retirer les protègeplanchers au plus tôt 24 heures avant le départ du navire de ses installations.
Grue : L'entrepreneur doit fournir une grue ayant une capacité de 20 tonnes, ainsi que le
personnel nécessaire pour la manœuvrer afin de charger et de décharger le matériel du navire. La
soumission de l'entrepreneur doit prévoir 300 heures d'utilisation de la grue.
Alimentation électrique à quai : Les installations d'alimentation électrique à quai doivent être
fournies au moyen de deux (2) sources de de 600 V c.a., 60 Hz, triphasé, 400 ampères. Les
câbles et raccords fournis par l'entrepreneur doivent être utilisés. Les câbles doivent être
connectés à deux (2) prises d'alimentation électrique à quai femelles fournies par le propriétaire
et isolés. Les câbles et connexions doivent être testés au mégohmmètre avant le branchement.
99
Les prises doivent être branchées à deux (2) fiches mâles sur la boîte de connexion
d'alimentation à quai, à l'extrémité arrière du pont supérieur.
i) L'entrepreneur doit indiquer un prix pour l'alimentation de 8 000 kW/h par jour multipliée par
le nombre de jours (10) prévus pour la partie du radoub où les employés sont à l'œuvre. Aux fins
de rajustement, l'entrepreneur doit inclure dans le devis le taux unitaire par kW/h.
ii) Une fois les travaux de radoub terminés et l'alimentation à quai retirée, les prises doivent être
débranchés des câbles et remis à l'officier électricien du navire.
iii) Les spirales de raccordement des prises ne doivent pas être coupées au débranchement des
câbles d'alimentation à quai.
iv) Des lectures doivent être prises au wattmètre du navire, situé dans la salle de commande. Ces
lectures doivent être enregistrées par l'entrepreneur et l'officier électricien du navire au moment
du branchement et du débranchement.
v) L'entrepreneur est informé que le navire nécessite une alimentation à quai de la date de début
où les employés sont à l'œuvre jusqu'à la date de fin du contrat. L'alimentation dont le prix est
indiqué doit servir à la propre utilisation du navire.
vi) Avant la clôture des soumissions, l’entrepreneur doit fournir une lettre déclarant qu'il respecte
cette exigence de fournir l'alimentation à quai telle que définie dans le devis, et ce, pour la durée
du radoub pendant laquelle l'équipage est présent.
vii) REMARQUE : Si l'entrepreneur alimente le navire à l'aide d'une génératrice diesel installée
sur le pont, il est responsable du personnel de quart ou du carburant de la génératrice.
L'entrepreneur doit fournir une estimation en fonction d'une alimentation de 10 jours avec
l'équipage à bord.
Chauffage : L'entrepreneur doit fournir le chauffage dans tout le navire au moyen d'une unité de
fluide thermique de location avec pompes de circulation. L'entrepreneur peut fabriquer et
installer des raccordements de tuyauterie avant les soupapes de régulation de pression pour
accéder au système de circulation du navire. Il incombe à l'entrepreneur de s'assurer que le
chauffage et la déshumidification sont maintenus pendant toute la durée du projet.
L'entrepreneur doit assurer la surveillance des conditions environnementales à bord du navire
pour toute la durée de la période contractuelle afin de prévenir les dommages liés aux variations
de température. Cette surveillance doit comprendre la protection contre le gel de tous les
systèmes de tuyauterie contenant des liquides, et la protection contre la surchauffe dans tous les
espaces où de l'équipement électronique est susceptible de subir des dommages, comme la salle
de l'équipement électronique, la timonerie ou la salle de commande des machines.
8.3 Mise en cale sèche
L'entrepreneur doit fournir l'ensemble de la main-d'œuvre, des matériaux et des installations
nécessaires à la mise en cale sèche et à la remise à flot du navire afin d'effectuer les travaux
exigés dans le présent devis.
Le navire sera livré à l'entrée du chantier naval. L'entrepreneur doit fournir les ressources
nécessaires pour la manutention des lignes d'amarre du navire et l'aide au remorquage, au besoin,
pour procéder à la mise en cale sèche et à la remise à flot du navire, et pour effectuer tout autre
100
déplacement pendant toute la durée du contrat. L'entrepreneur est responsable de tous les frais
connexes.
Les caractéristiques du navire se trouvent à la section 1.2 du présent devis. Dans ses documents
de soumission, l'entrepreneur doit fournir la preuve que les installations d'accostage sont
certifiées pour la mise en cale sèche de navires comportant ces caractéristiques.
Les livrets sur la stabilité sont compris dans les documents fournis aux soumissionnaires.
Un plan d'amarrage est disponible à bord du navire. Il en va de la responsabilité de l'entrepreneur
de s'assurer que le dessin est ramené au navire une fois les travaux terminés.
La mise en cale sèche doit avoir lieu immédiatement après l'arrivée du navire au chantier naval
pour le radoub.
L'entrepreneur doit préparer les cales et les étais nécessaires pour conserver le parfait alignement
de la coque et des machines du navire durant toute la période de mise en cale sèche.
L'entrepreneur doit amarrer et désamarrer le navire et prévoir suffisamment de jours de relâche
pour mener à bien les travaux décrits dans le présent document ainsi qu'une marge suffisante
pour effectuer les travaux imprévus. L'entrepreneur doit inclure dans le devis le nombre total de
jours de relâche et le coût unitaire par jour de relâche.
L'entrepreneur est responsable de consigner tous les renseignements sur les sondages des
réservoirs, le tirant d'eau, l'assiette et le gîte du navire, et doit effectuer les calculs de stabilité
nécessaires pour bien amarrer le navire. Ces calculs doivent être transmis à l'autorité technique et
à l'autorité d'inspection aux fins d'examen 48 heures avant la mise en cale sèche du navire.
Le navire doit être amarré afin que les bouchons de vidange à l'accostage, les transducteurs, les
anodes et les grilles de prise d'eau soient dégagés et accessibles. Il doit y avoir un dégagement
d'au moins 1,3 mètre (4 pieds) sous la quille. Au cas où les accessoires de la coque sont
recouverts, l'entrepreneur doit fournir toute la main-d'œuvre et le matériel nécessaires pour
prendre d'autres mesures pour vider les réservoirs, et enlever les cales pour permettre l'accès aux
endroits où les travaux indiqués doivent être effectués. L'entrepreneur doit se reporter au dessin
d'amarrage.
L'entrepreneur doit installer des raccords de drainage aux divers dalots du pont ou conduits
d'évacuation si ceux-ci gênent les travaux d'une façon quelconque. L'entrepreneur doit indiquer
un prix pour l'installation de cinq (5) drains temporaires pour les dalots du pont et les conduits
d'évacuation.
L'entrepreneur doit être responsable du transfert sécuritaire du navire du poste d'amarrage ou de
l'emplacement où il se trouve jusqu'aux cales d'amarrage. Au moment de mettre en cale sèche, le
contact radio doit être maintenu entre le commandant du navire et le maître radoubeur de
l'entrepreneur. Au besoin, l'entrepreneur doit inclure dans sa soumission les services de
remorquage et/ou de pilotage et de déglaçage. Tous les coûts de manutention des cordages et du
maître radoubeur certifié sont la responsabilité de l'entrepreneur.
L'entrepreneur doit fournir un câble de masse pour relier le navire au quai pendant que le navire
est à quai, conformément au Bulletin de la sécurité des navires 6/89 de la Sécurité maritime de
Transports Canada.
101
Dans les deux heures suivant l'amarrage, les œuvres vives doivent être nettoyées à l'eau douce à
haute pression (2 000 PSI minimum) pour enlever toute la végétation marine et permettre la
tenue d'une inspection préliminaire de la coque.
Avant le lavage au jet d'eau, tout l'équipement de la coque et toutes les ouvertures doivent être
entièrement protégés.
Les renseignements suivants doivent être inscrits dans les rapports sur l'état du navire :
a) Avant la mise en cale sèche, tous les réservoirs du navire doivent être mesurés et leur contenu
consigné. Le document doit être signé par le capitaine du navire, le mécanicien en chef et le
maître radoubeur de l'entrepreneur.
b) Au moment de la mise en cale sèche, tous les réservoirs vides doivent être répertoriés, et
l'entrepreneur et le mécanicien en chef doivent détenir les copies.
c) Au moment de la remise à flot, tous les réservoirs doivent être remplis afin d'obtenir le même
tirant d'eau et la même assiette qu'au moment de la mise en cale sèche et les conditions doivent
être acceptées par le maître radoubeur, le capitaine du navire et le mécanicien en chef.
8.4 Remise à flot
Avant de remettre le navire à l'eau, l'entrepreneur doit s'assurer que tous les réservoirs sont
remplis afin d'atteindre les mêmes conditions qu'au moment de la mise en cale sèche.
L'entrepreneur est responsable de la remise à flot sécuritaire du navire, en tenant compte des
changements de stabilité occasionnés par les travaux prévus au présent devis. L'entrepreneur doit
effectuer les calculs de stabilité nécessaires pour la remise à flot du navire. Ces calculs doivent
être transmis à l'autorité d'inspection et à l'autorité technique aux fins d'examen 48 heures avant
d'inonder la cale sèche.
Avant d'inonder la cale sèche, l'entrepreneur doit s'assurer que toutes les ouvertures le long du
navire, notamment les vannes et les bouchons de vidange à l'accostage, sont bien fermées.
L'entrepreneur doit fournir et installer puis retirer, une fois les travaux terminés, tous les raccords
et les bornes nécessaires pour effectuer les travaux indiqués dans le présent devis. Lorsque les
bornes ou les raccords sont installés et retirés, les soudures doivent être meulées à ras de la
coque. Tous les travaux de peinture endommagée doivent être effectués conformément aux
exigences du fabricant de peinture, et la peinture doit être appliquée conformément au schéma
des couleurs et marques extérieures du navire.
L'entrepreneur doit fournir toute la main-d'œuvre nécessaire à la manutention des amarres du
navire pendant la remise à flot. L'entrepreneur doit fournir les services de remorquage
nécessaires pour remettre le navire à flot en toute sécurité et éviter les dommages pendant la
remise à flot.
102
8.5 Sûreté du navire
L'entrepreneur doit veiller à la sûreté du navire pendant qu'il est sous ses soins, sa garde et son
contrôle. Cela doit comprendre des dispositions pour prévenir les dommages causés au navire par
le vent, l'action des vagues, la marée, une inondation, le feu et les conditions météorologiques.
Afin de répondre aux exigences susmentionnées, l'entrepreneur doit surveiller régulièrement les
lignes d'amarre, et augmenter la fréquence des activités de surveillance en cas de mauvaises
conditions météorologiques.
L'entrepreneur doit fournir le personnel spécialisé pour exercer à bord une surveillance constante
de l'intérieur et de l'extérieur du navire. En plus des exigences relatives au travail à chaud,
l'entrepreneur doit effectuer des rondes de sûreté du navire, au minimum toutes les quatre heures,
en dehors des heures normales de travail. Ces rondes doivent comprendre une inspection visuelle
de chaque compartiment, et s'il survient des problèmes, des mesures doivent être prises
immédiatement. Les registres de ces rondes doivent être présentés à l'autorité d'inspection, sur
demande.
L'entrepreneur doit mettre en place un système d'alerte afin d'intervenir en cas d'urgence, y
compris un personnel qualifié pour remédier à ces situations et prévenir tout dommage éventuel
au navire.
103
9.0 BOUCHONS DE VIDANGE (RADOUB)
9.1. Identification
L'entrepreneur doit enlever les bouchons de vidange suivants pour éliminer l'accumulation d'eau.
L'emplacement des bouchons est indiqué sur le plan d'amarrage :
9.2
Références
9.2.1 Renseignements concernant l'équipement
Caisson d'eau de mer de décharge(mbr. 84, ligne de quille)
Caisson d'eau de mer d'aspiration (mbr. 87, ligne de quille)
Réservoir du coqueron arrière (mbr. G)
Avant Réservoir de stabilité (mbr. 140 bâbord et tribord)
Réservoir de stabilité arrière (mbr. 127 bâbord et tribord)
Caisse d'assiette arrière (mbr. 16)
(Remarque : les bouchons de vidange du ballast et des espaces morts sont des bouchons
encastrés carrés de 25 mm de côté. Les bouchons de vidange des réservoirs de carburant et
d'huile de lubrification sont encastrés carrés à 19 mm.
9.2.2 Dessins
Numéro de dessin
13-0078-01
Description
Plan d'amarrage
Numéro électronique
9.2.3 Règlements
9.2.3.1
S.O.
9.2.4 Normes
9.2.4.1
S.O.
9.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
9.2.5.1
Conformément au Programme d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
104
9.3
Spécifications techniques
9.3.1.1
Tous les bouchons de vidange doivent être étiquetés immédiatement après leur
dépose, puis ils doivent être rangés dans un contenant approprié et remis au chef
officier. Un officier du navire doit être présent au moment de la dépose et de la
pose des bouchons de vidange. L'emplacement des bouchons est indiqué sur le
dessin d'amarrage.
9.3.1.2
Il faut passer un taraud sur le filetage dans le trou. Au besoin, les filets des
bouchons de vidange doivent être nettoyés sur un tour. L'entrepreneur doit inclure
dans le devis le nettoyage de 6 bouchons de vidange sur un tour. Aucun bouchon
de vidange ne doit être retiré des ballasts tant qu'ils n'ont pas été vidés le plus
possible par le personnel du navire.
9.3.1.3
Il importe de boucher temporairement, à l'aide de chevilles de bois, toutes les
ouvertures des bouchons de vidange retirés pour éviter la contamination des
réservoirs pendant les travaux de sablage, peinture, etc.
9.3.1.4
Une fois les réservoirs vidés, et à la demande du mécanicien en chef, tous les
bouchons de vidange doivent être installés à l'aide d'une ficelle d'étanchéité et de
blanc de plomb.
9.4
Preuve de rendement
9.4.1 Inspections
9.4.1.1
Tous les bouchons de vidange doivent être étiquetés immédiatement après leur
dépose, puis ils doivent être rangés dans un contenant approprié et remis au
mécanicien en chef.
9.4.2 Tests et essais
9.4.2.1
Un officier du navire doit être présent au moment de la dépose et de la pose des
bouchons de vidange.
9.4.3 Certification.
9.4.3.1
9.5
S.O.
Produits livrables
9.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
9.5.1.1
S.O.
9.5.2 Pièces de rechange
105
9.5.2.1
S.O.
9.5.3 Formation
9.5.3.1
S.O.
106
10.0 ABOUTS ET JOINTS DE COQUE (RADOUB)
10.1 Identification
Le présent devis a pour objet d'effectuer une inspection de la coque du navire, prendre en note
l'état des abouts et joints de coque, et quantifier l'étendue des réparations nécessaires.
10.2
Références
10.2.1 Renseignements concernant l'équipement
10.2.1.1
S.O.
10.2.2 Dessins
Numéro de dessin
Description
Numéro électronique
10.2.3 Règlements
10.2.3.1
CSA, Règlements sur la construction des coques (versions les plus récentes).
10.2.4
Normes
10.2.4.1
Les travaux de soudage doivent être effectués conformément aux spécifications de
soudage de la GCC concernant les matériaux ferreux, révision 4 (TP6151 E).
10.2.4.2
L'entrepreneur doit être certifié par le Bureau canadien de soudage conformément
à la sous-section I, II ou III de la version la plus récente de la norme CWB 47.1 au
moment de la clôture des soumissions.
10.2.4.3
L'entrepreneur doit fournir une lettre de validation valable provenant du Bureau
canadien de soudage montrant sa conformité avec la norme W47.1 de l'Association
canadienne de normalisation, sous-section I, II ou III (version la plus récente).
10.2.4.4
L'entrepreneur peut être tenu de fournir des fiches de données approuvées pour
chaque type de joint et position de soudage qui seront utilisés pour ce radoub.
L'entrepreneur peut être tenu de produire une certification valide de soudage pour
chaque soudeur qui participera à ce radoub.
107
10.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
10.2.5.1
10.3
Une copie électronique du Manuel de sûreté et sécurité de la flotte (en format
Adobe Acrobat.pdf) est disponible à l'adresse suivante : http://142.130.14.20/fleetflotte/Safety/main_e.htm
Spécifications techniques
10.3.1
Les soudures bout à bout et les joints du bordé de la coque qui doivent être réparés
doivent être définis au moment de l'inspection de la coque par le représentant de la
SMTC et le mécanicien en chef.
10.3.2
Les soudures bout à bout et les joints du bordé qui doivent être réparés doivent être
marqués, nettoyés jusqu'au métal sain à l'arc-air ou par meulage et ramenés au
niveau initial au moyen de matériaux et techniques de soudage approuvés.
10.3.3
L'entrepreneur doit indiquer un prix pour le gougeage de 1 500 pieds linéaires et
pour le meulage de 1 000 pieds linéaires, et mentionner un coût unitaire pour
chaque tâche.
10.3.4
Le montant du gougeage et/ou du meulage doit être rajusté à l'aide du
formulaire 1379.
10.3.5
L'entrepreneur doit utiliser des électrodes de soudage adaptées à l'acier EH-36.
Diamètre recommandé des électrodes : 4,76 mm (3/16 po).
10.3.6
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit doit indiquer un prix pour le soudage
de cordons de 7 500 pieds, ainsi qu'un prix par pied de cordon.
10.3.7
Après la réparation des joints, le profil de surface doit être préparé en vue de
l'application d'un revêtement sur la coque, conformément aux spécifications
connexes.
10.3.8
Les soudures bout à bout et les joints soudés près des réservoirs de carburant
nécessitent que ceux-ci soient dégazés et certifiés sécuritaires pour le travail à
chaud.
10.3.9
Les soudures bout à bout et les joints dans les citernes de ballast et des espaces
morts qui doivent être peints doivent être retouchés aux endroits endommagés.
Cela sera traité à l'aide du formulaire TPSGC 1379.
10.4
Preuve de rendement
10.4.1 Inspections
108
10.4.1.1
Tous les travaux doivent être approuvés par la Sécurité maritime de
Transports Canada et le mécanicien en chef.
10.4.2 Tests et essais
10.4.2.1
À la demande de la SMTC.
10.4.3 Certification
10.4.3.1
10.5
Signé par la SMTC.
Produits livrables
10.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
10.5.1.1
S.O.
10.5.2 Pièces de rechange
10.5.2.1
S.O.
10.5.3 Formation
10.5.3.1
S.O.
109
11.0 PRISE D’EAU À LA MER ET COFFERDAM
(RADOUB)
11.1 Identification
Cette tâche du devis porte sur l'ouverture des espaces suivants aux fins de nettoyage,
d'inspection, de validation par la SMTC et d'application de revêtement, puis sur leur fermeture à
la fin des travaux.
11.2
Références
11.2.1 Renseignements concernant l'équipement
Les sept (7) compartiments suivants doivent être ouverts pour le nettoyage et l'inspection par le
mécanicien en chef et la SMTC : Remarque : Le caisson d'évacuation d'eau de mer principal
doit faire l'objet d'une autre spécification de réparation.
Dimensions
Caisson/Coffre
Emplacement
No de champ
Coffre de bord principal, bâbord
Mbr. 83 à 89
3L026
2,5
Coffre de bord principal principal, tribord
Mbr. 83 à 89
3L025
2,5
Bouilleur de coffre de bord, tribord
Mbr. 80 à 81
3L022
0,9
Coffre de bord bâbord arrière
Mbr. 59 à 61
3L019
1,5
Caisson d'eau de mer d'aspiration principal
Mbr. 86 à 89
3L024
19,0
Caisson d'eau de mer de refoulement principal Mbr. 83 à 86
3L023
19,0
11.2.2 Dessins
Numéro de dessin
Description
Numéro électronique
11.2.3 Règlements
11.2.3.1
Selon le système de gestion de la sécurité, les caissons d'eau de mer et les coffres
de bord sont considérés comme des espaces clos.
11.2.4 Normes
11.2.4.1
S.O.
11.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
110
11.2.5.1
11.3
Conformément au Programme d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
Spécifications techniques
11.3.1
Pour accéder aux coffres de bord, il est nécessaire de retirer les couvercles de trou
d'homme sur l'extérieur du navire.
11.3.2
L'accès au coffre de bord principal bâbord se fait par un trou d'homme situé dans la
cabine du steward n°133 sur le pont principal. L'accès au coffre de bord principal
tribord se fait par un trou d'homme situé dans le salon de l'A.P. sur le pont
principal.
11.3.3
L'accès aux caissons d'eau de mer d'aspiration/de refoulement principaux est
possible en retirant les couvercles de trou d'homme situés dans la salle des
machines auxiliaire.
11.3.4
Au total, 32 plaques de fixation doivent être remplacées aux goujons de retenue du
couvercle de trou d'homme. Les plaques sont en acier inoxydable, et mesurent ¼" x
1" x 3". Toutes les arêtes vives doivent être adoucies à la meule.
11.3.5
Toutes les crépines et les surfaces internes de caissons d'eau de mer/coffres de bord
doivent être nettoyées à l'aide d'un outil à moteur conformément à la norme SSPCSP11 avant l'application de deux (2) couches d'International Intershield ENA 300,
5 à 8 mils, selon les spécifications du fabricant. Il faut vérifier avec soin s'il y a des
piqûres autour de la zone de la ligne de flottaison.
11.3.6
Le bouilleur de coffre de bord et les coffres de prise d'eau principaux de bâbord et
de tribord doivent être nettoyés à l'aide d'un outil à moteur conformément à la
norme SSPC-SP11 avant l'application de deux (2) couches d'International
Intershield ENA 300, 5 à 8 mils, selon les spécifications du fabricant. Superficie
approximative dans le bouilleur de coffre de bord : 14 m2. La superficie
approximative dans les coffres de bord principaux est de 36 m2.
11.3.7
L'entrepreneur est tenu d'assurer une ventilation complète et minutieuse des coffres
de bord pour garantir un séchage intégral de la peinture.
11.3.8
Les trous de crépines dans la coque et dans les couvercles de trou d'homme doivent
être nettoyés par décapage hydraulique ou alésés au moyen d'un foret bien ajusté.
Le diamètre de chaque trou de crépine est de 25 mm.
11.3.9
Toutes les vis à tête fraisée doivent être nettoyées au moyen d'un écrou taraudeur et
les trous de vis doivent être taraudés. L'entrepreneur doit faire une soumission sur la
fourniture et l'installation de 75 vis à tête fraisée en acier inoxydable (19 mm) pour
remplacer toutes les vis des couvercles de trou d'homme des caissons d'eau de
mer/coffres de bord. Le coût unitaire doit également être indiqué.
111
11.3.10
De nouvelles plaques de fixation en acier inoxydable doivent être soudées une fois
les couvercles de trou d'homme et les goujons de fixation installés. Toutes les
soudures doivent être meulées à ras.
11.3.11
À la fin des travaux, les caissons d'eau de mer et les coffres de bord doivent être
inspectés par le mécanicien en chef et par la SMTC avant de les fermer.
11.3.12
Toutes les crépines et les couvercles de trou d'homme doivent être solidement fixés
en place. L'entrepreneur doit fournir et installer de nouveaux joints d'étanchéité sur
les trous d'homme. Un composé anti-grippant doit être appliqué à tous les filetages.
11.4
Preuve de rendement
11.4.1 Inspections
11.4.1.1
À la fin des travaux, les caissons d'eau de mer et les coffres de bord doivent être
inspectés par le mécanicien en chef et par la SMTC avant leur fermeture.
11.4.1.2
La Garde côtière fera appel aux services d'un expert-conseil indépendant afin de
vérifier que la préparation et le revêtement des surfaces sont conformes aux
spécifications, de même que l'entreposage, la préparation et l'application des
matériaux. Le paiement de l'expert-conseil se fera directement par la Garde côtière
en dehors de ce contrat.
11.4.2 Tests et essais
11.4.2.1
S.O.
11.4.3 Certification
11.4.3.1
11.5
Il incombe à l'entrepreneur de prendre les dispositions pour l'inspection et les
approbations par la SMTC, etc.
Produits livrables
11.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
11.5.1.1
S.O.
11.5.2 Pièces de rechange
11.5.2.1
S.O.
112
11.5.3 Formation
11.5.3.1
S.O.
113
12.0 RÉPARATION DE LA SORTIE D'EAU DE MER
12.1
Identification (EC no 24)
Cette spécification vise à fournir une base de référence de la portée des travaux relatifs aux
renouvellements de l'acier au caisson de prise d'eau de refoulement du NGCC Henry Larsen, à la
suite de l'analyse par ultrasons effectuée par les Services techniques de l'Est.
12.2
Références
12.2.1 Annexe C Services techniques de l'Est
Rapport no 13-362 de Génie et services
techniques, daté du 23 mai 2013.
12.2.2 Matériaux et soudage
a) Sauf indication contraire, toute la tôle neuve doit être de nuance A, conforme au
Lloyd's Register, tel qu'approuvé par l'inspecteur de la SMTC. Un certificat de
l'acier doit être fourni à l'autorité technique.
b) Toutes les soudures doivent être effectuées au moyen d'électrodes 480xx ou
l'équivalent, ou conformément aux exigences concernant les procédés de
soudage particuliers.
c) Toutes les nouvelles connexions en T doivent être assemblées par soudure
d'angle double en continue, 6 mm de côté.
12.3
Spécifications techniques
12.3.1 Exécution des travaux
En général, l'entrepreneur doit faire progresser les travaux, d'une manière qui :
a) tient compte des conditions météorologiques dominantes et prévues, afin que les biens
et l'équipement de la GCC soient adéquatement protégés s'il y a lieu;
b) ne compromet pas la solidité structurale du navire;
c) permet des inspections périodiques et systématiques, par la SMTC et la GCC, des
travaux en cours et des travaux terminés.
12.3.2 En préparation pour le remplacement de l'acier, l'entrepreneur doit :
a) fournir tous les services accessoires nécessaires à la réalisation de la réparation en
question. Ces mesures peuvent inclure, sans toutefois s'y limiter, le démontage, les
grues, les aires de repos, le nettoyage, l'enlèvement des débris, l'alimentation en eau,
l'alimentation à quai, etc.
b) retirer les meubles, les accessoires, les appareils d'éclairage, les revêtements de pont,
la tuyauterie, etc., au besoin, pour effectuer le découpage et le remplacement de
l'acier. Remarque : voir l'annexe A pour une description des principaux systèmes de
tuyauterie existants sur le dessus du réservoir près du caisson d'eau de mer, ce qui
pourrait nécessiter une dépose temporaire.
114
c)
fournir tous les permis appropriés pour les travaux de soudage qui doivent être
amorcés et achevés dans des espaces clos.
s'assurer que les nouveaux éléments en acier sont traités par grenaillage et enduits
d'un apprêt soudable avant leur installation à bord.
d)
12.3.3 Pendant l'exécution du travail à chaud, l'entrepreneur doit :
a) assurer un piquet d'incendie pendant le travail à chaud, avec un extincteur
d'incendie portatif chargé de classe appropriée et prêt à utiliser.
b) tenir compte des soudures et des joints existants et les utiliser si possible lors du
renouvellement des plaques. S'il n'y a aucune soudure ni aucun joint à proximité
de la nouvelle tôle en acier, les coins doivent être arrondis à un rayon minimum de
100 mm.
c) faire inspecter les travaux de concert avec l'inspecteur de la Lloyd's Register en
poste.
12.3.4 Une fois les travaux à chaud terminés dans des endroits particuliers du navire,
l'entrepreneur doit :
a)
effectuer des essais non destructifs demandés par la SMTC, et soumettre les
travaux à des inspections finales.
b)
nettoyer les espaces touchés et enlever les débris du navire.
c)
nettoyer les joints soudés et d'autres endroits perturbés et les enduire d'un
apprêt. Appliquer, à l'intérieur et à l'extérieur, deux (2) couches d'International
Intershield ENA 300, 5 à 8 mils, selon les spécifications du fabricant.
d)
remettre les systèmes de canalisations et autres éléments à l'état d'origine.
12.3.5 PORTÉE DES RENOUVELLEMENTS
12.3.5.1
Le renouvellement des plaques de caissons d'eau de mer et la pose de raidisseurs
doivent être effectués dans les emplacements énumérés ci-dessous.
Les surfaces indiquées sont approximatives et doivent être confirmées par
l'entrepreneur sur place avant le renouvellement, en collaboration avec la GCC ou
son représentant autorisé.
12.3.5.2
Les références au rapport de mesure de l'épaisseur sont énoncées en fonction des
rapports produits par Génie et services techniques. Voir l'annexe B pour obtenir
des croquis et des représentations pertinents pour les zones sujettes au
renouvellement, et l'annexe C pour les rapports de de mesure de l'épaisseur en
référence.
115
La diminution de la tôle originale est évaluée comme suit :
Épaisseur originale de la
tôle/raidissement
12,5 mm
10,0 mm
9,5 mm
avec diminution de 30 %
8,8 mm
7,0 mm
6,6 mm
Tôle de plafond de ballast
1.
2.
Étendue longitudinale
Étendue transversale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
Membrure 84.5 à
membrure 86
100 mm devant la
membrure 84 à la
membrure 86
Poutre no 5P à poutre
no 6P
Joint à la ligne d'axe
vers la poutre no 5P
13-362
1,15 m²
1/2 po
13-362
3,70 m²
1/2 po
Cloison arrière de caisson d'eau de mer (mbr. 83)
1.
Étendue transversale
Étendue verticale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
Poutre no 5P à poutre
no 6P
À partir du fond
intérieur jusqu'à une
distance de 300 mm
13-362
0,50 m²
1/2 po
Cloison arrière de caisson d'eau de mer (mbr. 86)
Étendue transversale
Étendue verticale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
1.
300 mm à l'intérieur
de la poutre no 1S à
150 mm à l'extérieur
de la poutre no 3P
13-362
1,78 m²
1/2 po
2.
300 mm à l'intérieur
de la poutre no 1S à
150 mm à l'extérieur
Depuis le bordé
inférieur à la ligne
d'axe vers le haut à
une distance de
500 mm
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
13-362
2,24 m²
1/2 po
116
de la poutre no 3S
Tôle transversale de plancher (mbr. 84)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Étendue transversale
Étendue verticale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
LIGNE D'AXE
Poutre à 150 mm à
l'extérieur de la
poutre no 1P
300 mm à l'intérieur
de la poutre no 3P à la
poutre no 5P
Poutre no 5P à poutre
no 6P
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
13-362
1,45 m²
3/8 po
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
13-362
2,18 m²
3/8 po
Du bordé de fond vers
le haut sur une
distance de 300 mm
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
13-362
0,47 m²
3/8 po
13-362
1,29 m²
3/8 po
13-362
1,73 m²
3/8 po
13-362
1,82 m²
3/8 po
13-362
1,68 m²
3/8 po
Ligne d'axe Poutre à
poutre no 1S
Poutre no 1S à poutre
no 3S
Poutre no 3S à poutre
no 5S
Poutre no 5S à poutre
no 6S
Remarques :
1. Les poutres 1 et 3 recoupent la tôle de plancher à la membrure 84 en raison d'une
construction de type « cloisonnement ». La continuité des nouveaux planchers et poutres
demeure à la discrétion de l'entrepreneur.
2. De nouveaux raidisseurs verticaux méplats de 4 po x 1/2 po ou de 4 po x 5/8 po (le cas
échéant) doivent être installés conformément à la disposition actuelle et des raccords
d'extrémité, à 375 mm à l'intérieur de la poutre no 5 et à 600 mm à l'intérieur de la
poutre no 6.
117
Raidissement transversal (membrure 85)
1.
2.
Étendue transversale
Étendue verticale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Longueur
approximative
Nouveau
raidissement
minimal
Depuis la ligne d'axe,
une distance de
300 mm vers bâbord
et tribord.
Étendue complète du
caisson d'eau de mer
[vers la poutre no 6
(B/T)]
Raidisseur complet
13-362
0,6 m
6 po x3 po x
5/16 po - hors
tout
Raidisseur complet
13-362
14 m
8 po x 4 po x
3/8 po hors
tout
Étendue verticale
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
approximative
Nouvelle tôle
Épaisseur
Poutres de tôle longitudinale
Emplacement
transversal / étendue
longitudinale
1.
Ligne d'axe Poutre /
Étendue complète du
13-362
1,07 m²
1/2 po
Membrures 83.5-86
caisson d'eau de mer
2. Poutre no 1S /
Étendue complète du
13-362
0,95 m²
1/2 po
membrures 84-86
caisson d'eau de mer
3. Poutre no 3S /
Étendue complète du
13-362
0,95 m²
1/2 po
membrures 84-86
caisson d'eau de mer
Remarque : de nouveaux raidisseurs verticaux méplats de 6 po x 1/2 po doivent être installés à
la membrure 85 conformément à la disposition actuelle (chevauchement sur les raidisseurs
transversaux).
Découpes temporaires pour l'insertion du nouvel acier
Si des découpes temporaires sont requises pour accéder à des emplacements, les critères associés
à la reprise du soudage, la mise à l'essai et le revêtement des tôles encastrées existantes doivent
être semblables à ceux prescrits pour les renouvellements à la section 4.
118
SOMMAIRE DES RENOUVELLEMENTS
Bordé
Renforts
Total
ESTIMATION DES SUPERFICIES
DÉSIGNÉES (tôles de 1/2 po)
7,50 m²
-
12,35 m²
~1 230 kg
ESTIMATION DES SUPERFICIES
DÉSIGNÉES (tôles de 3/8 po)
10,62 m²
-
10,62 m²
~790 kg
LONGUEURS ESTIMATIVES
DÉSIGNÉES (6 po x 3 1/2 po x 5/16 po
hors tout)
-
0,6 m
~8,8 kg
LONGUEURS ESTIMATIVES
DÉSIGNÉES (8 po x 4 po x 1/2 po hors
tout)
-
14,0 m
~409 kg
Remarque : Le tableau ci-dessus doit uniquement être pris en compte aux fins d'estimation,
jusqu'à ce que la portée définitive des renouvellements soit connue.
12.4
Preuve de rendement
12.4.1 Inspections
12.4.1.1
L'entrepreneur doit réaliser des essais non destructifs, comme le demande la
sécurité maritime et soumettre les travaux aux inspections finales.
12.4.1.2
L'entrepreneur doit établir les étapes essentielles où les travaux pourront faire
l'objet d'une inspection.
12.4.1.3
Tous les travaux doivent être réalisés à la satisfaction de la GCC et de la SMTC.
12.4.2 Attestation
12.4.2.1
Approbations de la SMTC, un TI-7 a été émis à l'égard du navire pour la présence
de corrosion dans ce caisson d'eau de mer. L'entrepreneur doit s'assurer que toutes
les inspections requises sont obtenues pour satisfaire aux exigences des inspecteurs
de la SMTC en poste afin d'annuler la TC-7.
12.4.2.2
Certifications de classification comme indiqué ci-dessus pour les procédures de
soudage.
12.4.2.3
Certificats de classification pour l'acier de nuance A conforme à la Lloyds.
119
12.5
Produits livrables
12.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
12.5.1.1
Conformément à la section 6, un rapport comprenant des photos de la progression
des travaux et tous les dessins d'exécution doivent être compilés.
12.5.2 Pièces de rechange
12.5.2.1
S.O.
12.5.3 Formation
12.5.3.1
S.O.
120
Annexe A
Tuyauterie de prise d'eau de refoulement faisant obstacle
121
Annexe B
Croquis et représentations pertinents aux zones sujettes au renouvellement
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
Annexe C
Rapport d'essai aux ultrasons de la prise d'eau de refoulement
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
13.0 RENOUVELLEMENT DES CONDUITS DU
SYSTÈME À BULLES D'AIR
13.1
Identification (EC no 57)
13.1.1
13.2
L'objectif de cette section consiste à remplacer la majorité des conduits de
refoulement du système à bulles d'air comme l'indique le dessin 22-0716-01-MU.
Références
13.2.1
Renseignements concernant l'équipement
13.2.2
Dessins
Numéro de dessin
22-0716-01-MU
22-0716-01-R2
23-0716-01-R1
23-0716-01-R2
12-0001-01
12-0003
12-0004
12-0013-01
12-0014-01
12-0015-01
12-0016-01
12-0016-02
12-0018-01
1-1110-19-9401
13.2.3
Description
Schéma du système à bulles d'air (marquage)
Schéma du système à bulles d'air (après le radoub)
Disposition du système à bulles d'air (d'origine)
Disposition du système à bulles d'air (2 feuilles) (après
le radoub)
Développement du raidissage
Porques 61-125
Porques 125-175
Cloisons transversales, membrures 61 et 89
Cloisons transversales, membrures 127 et 140
Cloisons transversales, membrures 150 et 265
Développement du bordé (arrière)
Développement du bordé (avant)
Plan de la lisse
Disposition structurale à la hauteur des caisses de
stabilisation et d'inclinaison
Guide de dépose des conduits du système à bulles d'air
Format
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
PDF
TIF
TIF
PDF
PDF
PDF
Règlements
13.2.3.1
Loi sur la marine marchande du Canada, 2001
13.2.3.2
Règlement sur les machines de navires
13.2.3.3
Règlement sur la construction des coques
13.2.3.4
Règlement sur l'inspection des coques
13.2.3.5
Règlement sur la prévention de la pollution des eaux arctiques par les navires
13.2.4
Normes
142
13.2.4.1
Rules and Regulations for Steel Ships de Lloyd's Register.
13.2.4.2
Exigences de l'International Association of Classification Societies concernant les
tuyaux et la pression à bord des navires.
13.2.4.3
Règles de classe polaire de l'International Association of Classification Society.
13.2.4.4
Les tuyaux filetés doivent être conformes aux Rules and Regulations for the
Classification of Steel Ships, chapitre 12, de Lloyd's Register. Section 2.3, soussections 2.3.1, 2.5, 12.2.1, 2.10, tableaux 12.2.6, 2.11, pour les exigences en matière
de conception de la tuyauterie.
13.2.4.5
L'entrepreneur doit respecter les remarques générales des schémas et des dessins.
13.2.4.6
Toutes les soudures doivent être conformes à une norme acceptée et approuvée par
Transports Canada et convenir à l'application en question. En général, les soudures
doivent être conformes à toutes les sections applicables des Rules and Regulations
for the Classification of Ships de Lloyd's et des Registry Rules for the Manufacture,
Testing, and Certification of Materials de Lloyd's.
13.2.4.7
Tous les tuyaux en acier doivent être conformes à la norme ASTM A.53.
13.2.4.8
Tous les composants structuraux en acier doivent être de nuance A comformément
au Lloyd's Register, à moins qu'un acier à plus haute résistance de nuance E ou
nuance EH36 soit mentionné.
13.2.4.9
Les soudeurs de l'entrepreneur doivent être certifiés conformément aux normes du
Bureau canadien de soudage (BCS) pour tous les procédés de soudage employés.
Les certifications doivent être présentées à Transports Canada et au représentant du
propriétaire sur demande.
13.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
13.2.5.1
Les travaux doivent être réalisés selon une norme acceptée par les autorités
d'inspection et technique ou leurs délégués.
13.2.5.2
Les travaux doivent être réalisés selon une norme acceptée par l'inspecteur et le
représentant du propriétaire.
13.3
Spécifications techniques
13.3.1
Généralités
13.3.1.1
L'entrepreneur doit mesurer toutes les dimensions et tous les rayons de tous les
tuyaux/raccords remplacés, avant de procéder à la dépose.
143
13.3.1.2
Avant d'effectuer des travaux, l'entrepreneur doit prendre les précautions et les
mesures de sécurité nécessaires pour protéger les zones environnantes, prévenir les
incendies, protéger les composants électriques de la poussière et installer des tentes
pour contenir la poussière afin de prévenir les dommages et les possibles
réparations aux zones environnantes.
13.3.1.3
Conformément aux exigences de l'ingénieur des systèmes, tous les systèmes
doivent être verrouillés et étiquetés, autant du point de vue électrique que
mécanique.
13.3.1.4
Lorsqu l’on ne procède pas à des travaux, les tuyaux ouverts doivent être obturés
afin d'assurer leur propreté et leur protection, et empêcher que des matières
étrangères s'y infiltrent.
13.3.1.5
Tous les étriers de suspension de tuyauterie retirés au cours du remplacement des
tuyaux doivent être remis en place comme à l'origine.
13.3.1.6
Tout le cintrage des tuyaux en acier doit mesurer au moins cinq diamètres (5D), à
moins qu'il en soit déterminé autrement par la mesure du tuyau.
13.3.2
Travaux de structure
13.3.2.1
À moins d'indication contraire dans le présent devis, tous les tuyaux doivent être
retirés par des accès découpés dans le bordé et dans la structure du navire.
L'entrepreneur doit retirer chaque section indiquée du bordé et de la structure de
soutien en un bloc, afin de réduire le nombre de soudures requises pour réparer la
structure une fois les travaux terminés. Toute la structure à enlever doit être
indiquée sur le dessin 12-0001-01, et dans les croquis nos 3 à 7 du guide de dépose
des tuyaux du système à bulles d'air. Les porques doivent uniquement être
enlevées pour remplacer les tuyaux du niveau inférieur.
13.3.2.2
L'entrepreneur doit enlever la structure de la coque (bâbord et tribord) seulement
d'un compartiment à la fois. Par exemple, membrures 89 à 108 ou membrures 108
à 127. Le tuyau du système à bulles d'air doit être détaché des cloisons du
compartiment en enlevant les soudures qui fixent le tuyau à la cloison, laissant
ainsi la cloison intacte. D'autres méthodes peuvent être proposées par
l'entrepreneur aux fins d'approbation par l'inspecteur.
13.3.2.3
Le retrait des tuyaux inférieurs qui sont intégrés aux porques nécessite d'enlever
les porques conformément à l'exemple illustré dans le croquis no 1 du guide de
dépose des tuyaux du système à bulles d'air, en l'adaptant à l'emplacement
particulier du tuyau. Il faut prendre soin d'éviter d'endommager la structure
adjacente, comme le dessus d'un réservoir, au moment d'enlever les tuyaux qui
sont trop proches. L'étendue de la ligne de dépose représente l'étendue
recommandée de structure qui peut être déposée de manière sécuritaire sans
endommager les échantillons environnants. Selon les méthodes utilisées,
l'entrepreneur peut proposer une étendue de dépose différente aux fins
d'approbation par l'inspecteur.
144
13.3.2.4
Lorsque les tuyaux inférieurs passent à l'intérieur de la porque, la section complète
de la porque adjacente au tuyau doit être enlevée, comme le montre l'exemple dans
le croquis no 2 du guide de dépose des tuyaux du système à bulles d'air.
L'entrepreneur doit installer des renforts temporaires de la manière illustrée avant
la dépose de la porque.
13.3.2.5
Tous les tuyaux supérieurs doivent être enlevés par les ouvertures du haut
illustrées dans les croquis nos 3 à 7 du guide de dépose des tuyaux du système à
bulles d'air. Veuillez noter que les ouvertures du haut sont uniquement situées
entre des porques adjacentes, et qu'elles s'étendent le long du pont inférieur et des
limons de déglaçage no 4. Si l'entrepreneur souhaite que ces ouvertures soient
grandes sur le plan vertical ou longitudinal, l'approbation de l'inspecteur doit être
obtenue avant d'enlever une autre structure.
13.3.2.6
Une fois que la structure a été enlevée, les bords de la structure restante doivent
être adoucis et dressés à la meule, et rainurés au besoin, pour permettre d'effectuer
des soudures à pénétration complète dont la résistance devra être identique à celle
de l'élément structural d'origine.
13.3.2.7
Tous les matériaux de remplacement doivent être de qualité égale ou supérieure
aux matériaux enlevés. Cela comprend, entre autres, la résistance, la dureté, la
composition chimique, la condition de fourniture, la mise à l'essai et
l'homologation des matériaux. Tous les matériaux doivent être conformes aux
règles du Lloyd's Register concernant la fabrication, la mise à l'essai et
l'homologation des matériaux.
13.3.2.8
En général, le bordé et les éléments de renfort de déglaçage sont en acier de haute
résistance de nuance EH36. Toutefois, l'entrepreneur doit définir, avant la dépose,
la nuance d'acier qui s'applique d'après les dessins fournis. Lorsqu'il a été établi
que des nuances de matériau inférieures ont été utilisées, une nuance inférieure
correspondante peut être utilisée pour la pièce de remplacement.
13.3.2.9
Le soudage des matériaux de nuance EH 36 doit être effectué à l'aide de produits
consommables de nuance 3Y, conformément aux règles de Lloyd's Register
concernant la fabrication, la mise à l'essai et l'homologation des matériaux,
chapitre 11, section 1, tableau 11.1.1.
13.3.2.10
Pour les besoins de l'établissement des coûts, pour les travaux de structure,
l'entrepreneur doit supposer :
x que [80 %] des tuyaux inférieurs du système à bulles d'air sont intégrés aux
porques;
x que [20 %] des tuyaux inférieurs du système à bulles d'air passent à l'intérieur
des porques;
x que tous les tuyaux supérieurs du système à bulles d'air passent à l'intérieur des
porques.
145
13.3.3
Tuyaux du système à bulles d'air
13.3.3.1
L'entrepreneur doit enlever et remplacer tous les tuyaux du système à bulles d'air
indiqués sur le dessin 02-0716-01-MU. Il doit remplacer tous les tuyaux
d'écoulement du système à bulles d'air de dimension inférieure à 600 mm, à
l'arrière de la cloison 165, et tous les tuyaux de 125 mm situés à l'avant de la
cloison 165.
13.3.3.2
L'entrepreneur doit fabriquer et souder toute la tuyauterie possible dans un atelier,
afin de mieux contrôler la qualité des soudures. La longueur maximale des sections
de tuyau doit être définie par le chantier naval en fonction de la capacité maximale
de levage et d'élingage, et en fonction des dimensions des ouvertures de la coque
nécessaires à la dépose ou au remplacement des tuyaux du système à bulles d'air.
Des dispositifs temporaires d'élingage, au besoin, doivent être installés dans
chaque réservoir afin de permettre la dépose et le remplacement des tuyaux.
13.3.3.3
L'entrepreneur doit définir des tronçons de tuyau individuels afin que les soudures
effectuées à l'intérieur du navire soient uniquement effectuées sur des sections
droites de tuyau. Tous les coudes doivent être soudés sur des sections adjacentes
de tuyau droit en atelier afin que la qualité des soudures soit uniforme.
13.3.3.4
Lorsqu'il faut poser des tuyaux d'embranchement à partir des tuyaux de 500 mm,
400 mm, 350 mm et 300 mm, des tronçons courts et droits de tuyaux
d'embranchement doivent être soudés en atelier au tuyau principal, et le restant de
la canalisation d'embranchement doit être raccordée une fois que le tuyau principal
a été soudé en place.
13.3.3.5
Tous les tuyaux du système à bulles d'air situés à l'arrière de la cloison 165 qui
sont déposés doivent l'être de la manière suivante :
x Par la coque, à l'aide des accès décrits dans les croquis nos 1 à 7 du guide de
dépose des tuyaux du système à bulles d'air pour les tuyaux situés à
l'intérieur des réservoirs.
x Par les voies d'accès de la salle des machines principale pour les tuyaux
situés dans l'atelier d'électricité et l'atelier des mécaniciens.
x Par les accès aux réservoirs existants pour les tuyaux situés à l'arrière de la
cloison 89.
13.3.3.6
Tous les tuyaux de 125 mm situés à l'avant de la cloison 165 qui sont déposés
doivent l'être en passant par les voies d'accès actuelles des compartiments.
13.3.3.7
Tous les raccordements de la coque existants pour les tuyaux de 125 mm doivent
être enlevés en meulant uniquement les soudures intérieures et extérieures. Les
nouveaux tuyaux de 125 mm doivent être raccordés à la coque conformément au
détail « A » du dessin 22-0716-01. Toutes les soudures doivent être mises à l'essai
d'une manière qui convient à Transports Canada. Lorsqu'il y a corrosion excessive
visible sur la coque, près des pénétrations de la coque, le bordé doit être coupé à au
moins 300 mm avant le centre de la pénétration de la coque et remplacé à l'aide
d'acier neuf de nuance E ou EH36 qui répond aux spécifications de la coque
146
d'origine. Les soudures extérieures de la coque doivent être meulées à ras de la
surface carénée de la coque.
13.3.3.8
Tous les tuyaux du système à bulles d'air situés dans les réservoirs de carburant
no 5 (bâbord et tribord), à l'arrière de la cloison 83, doivent être enlevés sans être
remplacés. Les huit pénétrations de la coque (quatre par côté) raccordées à ces
tuyaux doivent être fermées définitivement à l'aide d'une tôle encastrée. Cette tôle
doit être réalisée en acier de nuance EH36 et de même calibre que la coque
environnante. Toutes les soudures extérieures doivent être meulées à ras de la
surface carénée de la coque. La pénétration dans la cloison 83, et toutes les
pénétrations dans les porques où les tuyaux du système à bulles d'air étaient soudés
dans les porques, doit être réparée en permanence au moyen d'une tôle encastrée de
nuance « A ».
13.3.3.9
Les tuyaux de 300 mm situés entre les membrures 83 è 89 doivent être coupés aux
limites étanches du caisson d'eau de mer (cloisons 83 et 89). Un nouveau tronçon
de tuyau de 300 mm, de 300 mm de longueur, doit être installé dans l'ouverture
existante située dans la cloison 89. Les tuyaux de 300 mm doivent dépasser de
300 mm la cloison 89, et doivent être obturés à l'aide d'un capuchon arrondi. Le
tuyau de 125 mm doit être relié au tuyau de 300 mm à cette extrémité de
capuchon.
13.3.3.10
Les tuyaux de 300 mm situés entre la membrure 121 et la cloison 127 doivent être
acheminés par l'ouverture dans la coque indiquée dans le croquis no 4 du guide de
dépose des tuyaux du système à bulles d'air. Lorsque les tuyaux situés à la
membrure 124 sont soudés sur la porque, le tuyau doit être coupé des deux côtés
de la porque pour l'enlever. La porque 124 ne doit pas être coupée pour enlever
cette section de tuyau.
13.3.3.11
Les robinets d'isolement suivants côté refoulement du compresseur de bullage
doivent être remplacées :
x AB-010-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
x AB-011-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
x AB-012-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
x AB-013-350 – robinet à papillon à commande hydraulique.
13.3.3.12
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que les
tuyaux et les raccords suivants du système à bulles d'air doivent être remplacés :
x 125 mm, série 160 :
o Tuyauterie = 250 mètres (en tenant compte d'environ 4 m pour
chaque dispositif de décharge);
o Coude à 45° = 150 (en tenant compte de 3 pour chaque dispositif
de décharge);
x 300 mm, série XS :
o Tuyauterie
= 40 mètres;
o Coudes à 45°
= 2;
o Capuchons d'extrémité =10;
147
x
350 mm, série XS :
o Tuyauterie
= 40 mètres;
o Coudes à 45° = 7;
o Coudes à 90° = 10;
o Tés
= 4;
o Brides boulonnées = 6
x 400 mm, série 40 :
o Tuyauterie
= 10 mètres;
o Capuchons d'extrémité = 2;
x 500 mm, série 30 :
o Tuyauterie
= 50 mètres;
o Coudes à 45°
= 10;
o Coudes à 90°
= 4;
o Brides boulonnées = 4;
x Raccords de réduction :
o 300 à 125 mm= 2;
o 350 à 300 mm= 8;
o 400 à 300 mm= 2;
o 500 à 350 mm= 2;
o 500 à 400 mm= 4;
o 600 à 500 mm= 8;
x Robinets et vannes :
o AB-010-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
o AB-011-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
o AB-012-350 – robinet à papillon à commande hydraulique;
o AB-013-350 – robinet à papillon à commande hydraulique.
x Pénétrations dans la coque :
o On doit supposer que vingt pénétrations dans la coque nécessitent le
remplacement du bordé.
x Soudures :
o Tuyau – tuyau, soudures bout à bout :
ƒ 125 mm
= 300;
ƒ 300 mm
= 40;
ƒ 350 mm
= 50;
ƒ 400 mm
= 20;
ƒ 500 mm
= 50;
ƒ 600 mm
= 4 (raccords de réduction de 600 à 500 mm);
o Tuyau – cloison, soudures d'angle :
ƒ 125 mm
= 56 (pénétrations dans la coque);
ƒ 300 mm
= 6;
ƒ 350 mm
= 4;
ƒ 400 mm
= 4;
ƒ 500 mm
= 16.
ƒ
La longueur des tuyaux se fonde sur les longueurs réelles qui doivent être remplacées.
L'entrepreneur doit inclure son taux de gaspillage estimatif pour l'installation des longueurs de
tuyau indiquées et inclure ce montant dans son estimation des coûts.
148
Les soudures de tuyaux se fondent sur les tronçons de tuyaux existants, comme l'indique le
dessin 23-0716-01. L'entrepreneur peut proposer d'autres types de procédés de soudage en
fonction des longueurs de tuyau qu'il a prévues. Toutes les hypothèses doivent figurer dans
l'estimation des coûts.
13.4
Preuve de rendement
13.4.1 Inspections
13.4.1.1
L'entrepreneur doit inspecter visuellement tous les tuyaux et les raccords
directement raccordés aux sections enlevées afin de détecter tous les dommages
avant de fermer le système. Tous les dommages doivent être réparés à la
satisfaction de l'inspecteur. Aux fins d'établissement des coûts, l'entrepreneur doit
indiquer deux [2] sections de tuyau endommagées.
13.3.1.2
Avant de procéder à un essai de fonctionnement, l'entrepreneur doit s'assurer que le
système est bien aligné et que les compresseurs sont en état de fonctionner.
13.4.2 Tests et essais
13.4.2.1
Avant la remise à flot, chaque tronçon de tuyau remplacé doit être inspecté pour en
assurer l'intégrité et occasionnellement mise à l'essai selon aux pressions et
dépressions fonctionnelles normales, pour déceler la présence de fuites. Des
réparations doivent être effectuées lorsque des fuites sont détectées. Il faut ensuite
procéder à un nouvel essai. Cette tâche doit être répétée jusqu'à ce que toutes les
fuites soient définitivement réparées. Toute la pression doit être éliminée du
système avant que des réparations soient effectuées. Tous les systèmes doivent être
mis à l'essai selon les procédures opérationnelles avant la remise à flot.
13.4.2.2
L'entrepreneur doit effectuer des essais non destructifs sur toutes les soudures aux
perforations de la coque, des ponts et des cloisons de manière acceptable pour
Transports Canada. Au minimum, l'entrepreneur doit effectuer un essai au savon
pour produire des bulles sur l'endroit soudé du pont. Un jet d'air de 80 lb/po2 doit
être appliqué d'un côté de la soudure, et une solution de savon liquide appliquée de
l'autre côté. Toutes les soudures qui fuient doivent être meulées puis soudées à
nouveau selon les exigences de l'inspecteur.
13.4.2.3
Une fois l'essai à l'air terminé, l'entrepreneur doit procéder à un essai de
fonctionnement des systèmes afin de vérifier si les raccords qui ont été ouverts
pendant le radoub comportent des fuites. Cet essai doit être réalisé de manière
acceptable pour Transports Canada et les autorités d'inspection et technique ou leurs
délégués après avoir obtenu leur accord.
13.4.2.4
Aux fins d'estimation des coûts, l'entrepreneur doit tenir compte de ce qui suit :
x toutes les soudures du bordé doivent être inspectées par radiographie;
149
x
x
x
x
toutes les soudures des pénétrations de la cloison doivent être inspectées en
utilisant la méthode de ressuage ou le contrôle magnétoscopique, et doivent
être soumises à un essai à la mousse de savon;
25 % des soudures de la structure doivent être inspectées en utilisant la
méthode de ressuage ou le contrôle magnétoscopique;
les autres soudures de la structure doivent être inspectées visuellement;
Une fois le système entièrement installé, toutes les soudures des tuyaux
doivent être inspectées en utilisant la méthode de ressuage ou le contrôle
magnétoscopique, et être soumises à un essai à la mousse de savon.
13.4.3 Certification
13.4.3.1
13.5
Les systèmes qui nécessitent une approbation obligatoire doivent être mis à l'essai
et certifiés, selon les exigences de Transports Canada.
Produits livrables
13.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
13.5.1.1
13.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire du registre des essais pour chaque section
de tuyaux du système à bulles d'air, signé par le représentant autorisé de
l'entrepreneur, l'inspecteur de la Sécurité maritime de Transports Canada et les
autorités d'inspection et technique ou leurs délégués.
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire des registres des essais pour les soupapes
antisiphoniques, signé par le représentant autorisé de l'entrepreneur, l'inspecteur de
la Sécurité maritime de Transports Canada et les autorités d'inspection et technique
ou leurs délégués.
13.5.2 Pièces de rechange
13.5.2.1
S.O.
13.5.3 Formation
13.5.3.1
S.O.
150
14.0 RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME PCCI
14.1 Identification (EC no 102)
14.1.1
La présente section couvre, a) les produits et les travaux nécessaires pour réparer,
moderniser selon le besoin, mettre à l'essai et remettre en marche le système actuel
de protection cathodique de la coque par courant imposé (PCCI) et, 2) retirer les
anodes sacrificielles épuisées, et fournir et installer de nouvelles anodes.
14.2
Références
14.2.1 Renseignements concernant l'équipement
14.2.1.1
Le système PCCI comprend un panneau d'alimentation et de commande
« Skarpenord », une alimentation électrique de 575 V/3 ph/60 Hz, une puissance de
sortie de 300 A (c.c.), six anodes et deux électrodes de référence. Le panneau est
situé dans le compartiment des machines auxiliaires. L'ensemble balai de mise à la
masse de l'arbre est installé à la membrure 40 sur les arbres intermédiaires d'hélice
bâbord et tribord et comprend des balais de mise à la masse et un balai de potentiel
connecté à un millivoltmètre, au panneau de commande. Les anodes et les
électrodes de référence doivent être remplacées; voir la section 3.3.
14.2.2 Dessins
Numéro de dessin
34-0823-01
Description
Système de protection cathodique
Anode C 12300 de MPE Cathodic, telle
que modifiée
Électrode de référence C12350 de
MPE Cathodic
PCCI 2014 de Larsen
Numéro électronique
14.2.3 Règlements
14.2.3.1
Transports Canada TP 127
Règles de Lloyd's Register
Règlements locaux sur la sécurité applicables au chantier naval
14.2.4 Normes
14.2.4.1
Toutes les soudures doivent être conformes aux normes commerciales suivantes :
CSA W47.1 et CSA W59 pour l'acier.
Toutes les inspections des soudures doivent être conformes aux normes
commerciales suivantes : Normes CSA W178.1 et CSA W178.2.
151
14.3 Spécifications techniques
L'entrepreneur doit retenir les services de la personne suivante :
14.3.1
M. Yeatman, Andover Management Inc.
7, rue Canal, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 2W1, cellulaire : 902-488-4119,
andover@eastlink.ca afin qu'il supervise les travaux, procède à des essais lorsque
les travaux sont terminés et présente un rapport à la GCC.
Avant les travaux, l'entrepreneur doit communiquer avec le mécanicien en chef afin
d'effectuer l'isolation et le verrouillage de l'alimentation du système PCCI.
14.3.2
Nouvelles anodes PCCI et nouvelles électrodes de référence.
L'entrepreneur doit acheter quatre nouvelles anodes et deux nouvelles électrodes de
référence à MPE Cathodic AS, de Moss, Norvège, www.mpecathodic.no,
conformément aux dessins fournis. À noter que les plaques d'appui des anodes
existantes sont incompatibles avec le nouveau type d'anode. Les plaques doivent
être découpées, retirées de la coque et éliminées. Les nouvelles plaques d'appui sont
intégrées au cofferdam et sont fournies par MPE. MPE doit fabriquer des plaques
d'appui qui s'ajustent au diamètre et à l'épaisseur de l'ouverture dans la coque. Des
cofferdams destinés aux anodes et aux électrodes de référence seront munis de
certificats de matériel. Les nouvelles électrodes de référence nécessitent de plus
petites ouvertures dans la coque, et l'entrepreneur doit fabriquer et installer des
anneaux de compensation conformément au dessin joint à la présente spécification.
Les nouvelles anodes doivent être installées aux membrures 56-57 et 67-68, côtés
bâbord et tribord, afin de remplacer les quatre anodes arrière existantes.
14.3.3
Les anodes existantes des membrures 128-129, côtés bâbord et tribord, ne seront
pas remplacées. L'entrepreneur doit les retirer en même temps que les plaques
d'appui et les cofferdams, ainsi que les câbles connexes. La bordure du trou obtenu
doit être chanfreinée en « V » pour le soudage, et une tôle d'épaisseur et de nuance
d'acier équivalentes doit être encastrée de manière à affleurer le bordé, soudée à
pénétration complète, et à la satisfaction de Sécurité maritime Transports Canada
ou de l'inspecteur de la société de classification.
14.3.4
Les quatre anodes et les deux câbles de référence qui restent doivent être
débranchés au panneau et dans les anciens cofferdams avant la dépose des anodes et
des électrodes de référence avec les cofferdams, et être mises à l'essai pour vérifier
la masse et la discontinuité. Un prix distinct doit être négocié pour le remplacement
des câbles défectueux, au moyen du formulaire 1379. Les câbles doivent être
étiquetés afin d'indiquer l'anode ou l'électrode à laquelle ils sont branchés.
14.3.5
Nouveau panneau d'alimentation et de commande de PCCI
L'entrepreneur doit débrancher et retirer le panneau de commande existant, puis
acheter un nouveau panneau et l'installer au même endroit en modifiant
l'emplacement des sièges, au besoin. Les fournisseurs approuvés pour le nouveau
panneau sont MPE Cathodic (voir 14.3.2), ou un équivalent.
Le nouveau panneau doit présenter les caractéristiques suivantes :
Alimentation électrique de 575 V/3 ph/60 Hz, intensité 200 A (c.c.), quatre sorties
d'anode, deux entrées de référence; fonctionnement en mode automatique, en mode
152
d'attente et en mode manuel; point de référence réglable, paramètres d'alarme de
sous-protection et de surprotection.
Le nouveau panneau doit comprendre un millivoltmètre double pour enregistrer les
potentiels d'arbre; sinon, un millivoltmètre distinct peut être fourni et installé sur le
panneau PCCI ou à proximité.
14.3.6
Après l'installation des nouvelles anodes et des électrodes de référence sur les
cofferdams, tous les câbles doivent être branchés ensemble dans les cofferdams,
puis ceux-ci doivent être remplis de Vaseline et rendus étanches. Avant de
rebrancher les câbles au panneau, le représentant détaché doit effectuer des tests de
résistance avant et après que le navire ait été remis à l'eau.
14.3.7
L'entrepreneur doit acheter et installer deux nouveaux mécanismes de mise à la
masse de l'arbre. Les nouveaux mécanismes de mise à la masse de l'arbre doivent
être installés au même emplacement que les mécanismes existants, qui se trouvent
près de la membrure 40, côtés bâbord et tribord sur les arbres intermédiaires
d'hélice de 480 mm de diamètre. Chaque mécanisme doit être constitué d'un portebalais double de mise à la masse et d'un porte-balais simple de captage du potentiel,
complété de trois balais en graphite argenté de 20 mm sur 10 mm. Les nouvelles
bagues collectrices doivent être plaquées argent. Les porte-balais de mise à la masse
et de potentiel doivent être isolés de leurs montants. Les fournisseurs approuvés
sont MPE Cathodic (voir ci-dessus) et Jastram Technologies (voir ci-dessus). Les
câbles qui s'étendent du porte-balais au millivoltmètre doivent être vérifiés, et un
prix distinct doit être négocié s'ils doivent être remplacés.
14.3.8
Le câble de mise à la masse de la mèche de gouvernail doit être inspecté et un prix
distinct doit être négocié s'il doit être remplacé.
14.3.9
Pour ce qui est de la remise en état de la peinture et des écrans diélectriques après
l'installation des nouvelles anodes et électrodes de référence, veuillez consulter la
section 15 du devis de revêtements de coque.
14.3.10
Après la remise à l'eau du navire, l'alimentation du panneau de PCCI doit être
rétablie en communiquant avec le mécanicien en chef et en suivant les procédures
de verrouillage et d'étiquetage, puis le représentant détaché doit rebrancher les
câbles d'anodes et d'électrodes de référence pour ensuite effectuer un essai complet
du système, aidé de l'entrepreneur.
14.3.11
De nouvelles anodes sacrificielles en zinc (20 anodes pour le caisson d'eau de mer,
20 anodes EFL-Z-26 du gouvernail, ou l'équivalent) doivent être fournies et
installées sur les coffres de bord et sur le gouvernail après avoir retiré les anodes
épuisées. Une anode EFL-Z-12 ou l'équivalent doit être installée dans chaque
élément structural du caisson d'eau de mer de refoulement principal (membrures à
double fond 83-86). Les anodes doivent être conformes à la norme
MILSPEC A18001.
153
14.4
Preuve de rendement
14.4.1 Inspections
14.4.1.1
L'entrepreneur doit aider la GCC et ses représentants à vérifier les travaux une fois
terminés. En particulier, les anodes de la coque (PCCI et sacrificielles) et les
électrodes de référence doivent être propres et exemptes de surpulvérisation avant
la remise à flot du navire. Voir la section 15 pour la peinture de la coque et les
écrans diélectriques.
14.4.2 Tests et essais
14.4.2.1
L'entrepreneur doit organiser un essai de fonctionnement complet du système au
bénéfice du représentant détaché au moment de la remise à flot du navire.
L'entrepreneur doit fournir les services d'un électricien, conformément au devis du
système antisalissure de la tuyauterie.
14.4.3 Certification
14.4.3.1
14.5
L'entrepreneur doit prendre des dispositions auprès de la SMTC pour présenter les
procédés de soudage, obtenir les approbations pour l'installation et organiser
l'inspection de la SMTC, au besoin, pendant la mise en place de l'installation et les
essais une fois terminée.
Produits livrables
14.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
14.5.1.1
Les documents doivent inclure le rapport du représentant détaché, les dessins des
nouvelles électrodes et des électrodes de référence, et le manuel d'instructions du
nouveau panneau PCCI.
14.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir un ou des dessins « conformes à l'exécution » du
système en format Autocad 2011 et livrer une copie électronique, et deux copies
papier. Les dessins doivent décrire le nouveau panneau, les cofferdams, les anodes,
les électrodes et les parcours de câbles.
14.5.2 Pièces de rechange
14.5.2.1
S.O.
154
14.5.3 Formation
14.5.3.1
Le représentant détaché doit expliquer le fonctionnement du système au mécanicien
en chef et à l'officier électricien et doit consigner les lectures d'origine, et expliquer
les mesures prévues, notamment le réglage du système une fois stabilisé.
155
156
157
158
159
15.0
REVÊTEMENTS DE LA COQUE
15.1 Identification (EC no 26 et no 27)
15.1.1
L'entrepreneur doit préparer et repeindre la totalité de la surface de la coque du
navire à partir de la virure de quille (virure comprise) jusqu'à la partie supérieure
des pavois situés sur les côtés du navire, en incluant le gouvernail. La surface
totale à traiter est d'environ 3 820 m2.
15.2 Références
15.2.1 Renseignements concernant l'équipement
15.2.1.1
S.O.
15.2.2 Dessins
Numéro de dessin
13-0072-01
12-0016-02
12-0016-01
Description
Numéro électronique
Aménagement général – Profil
Développement du bordé (avant)
Développement du bordé (arrière)
15.2.3 Règlements
15.2.3.1
S.O.
15.2.4 Normes
15.2.4.1
Norme SSPC-SP-7 (sablage léger).
15.2.4.2
Norme SSPC-SP-10 (sablage très soigné)
15.5.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
15.2.5.1
15.3
Inspection de la NACE. Conformité absolue avec les instructions et les restrictions
en matière de préparation et d'application du fabricant.
Spécifications techniques
Préparation
15.3.1
Dans les quatre heures suivant l'entrée au bassin, les œuvres vives jusqu'au niveau
du pont principal (8,08 m au-dessus de la quille), y compris le gouvernail et la
jaumière, doivent être nettoyées par décapage hydraulique (jet d'eau à haute
pression, 5 000 psi minimum) afin de retirer la végétation marine, la peinture qui
s'écaille et les dépôts de sel.
160
15.3.2
L'entrepreneur doit fournir tous les échafaudages, les grues, les écrans, et autres
appareils de contrôle de l'environnement nécessaires, les dispositifs d'éclairage et
autres services, équipements et matériaux qu'il faut pour l'exécution des travaux
décrits dans le présent devis.
15.3.3
Des installations d'entreposage adéquates doivent être prévues à proximité du lieu
de travail pour les matériaux et l'équipement. Ces installations doivent être
maintenues à la température recommandée par le fabricant du revêtement afin d'en
faciliter la préparation et assurer une application adéquate.
15.3.4
La surface à traiter mesure 2 700 m2. Une fois le nettoyage terminé, les œuvres
vives doivent être inspectées à la recherche d'éventuelles surfaces nues et où la
peinture s'est écaillée.
15.3.5
La zone de la coque située au-dessus de l'eau, de la ligne de flottaison à la partie
supérieure des pavois (1 120 m2) doit être nettoyée à haute pression afin d'éliminer
toute la rouille détachée et les couches qui s'écaillent.
15.3.6
Toute la surface de la coque doit ensuite être inspectée par le mécanicien en chef et
l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
15.3.7
La surface complète de la coque indiquée dans la section 14.3.4 doit être décapée
au jet abrasif à l'aide de scories tamisées, conformément à la norme SSPC-SP-7
(sablage léger) afin d'éliminer toute la peinture qui s'écaille et de produire le profil
de surface nécessaire afin d'assurer la bonne adhérence du nouveau revêtement sur
le matériau existant.
15.3.8
Une fois le sablage léger terminé, les surfaces d'acier nu doivent être décapées au
jet abrasif, conformément à la norme SSPC-SP-10 (sablage très soigné).
L'entrepreneur doit faire une offre pour décaper 810 m2 d'acier à nu, conformément
à la norme SSPC-SP-10. S'il se produit de l'oxydation pendant la période entre le
décapage par projection et l'application du revêtement, la surface doit être décapée
à nouveau conformément à la norme de préparation de la surface indiquée. Les
bords du revêtement de coque intact adjacents aux surfaces nues doivent être
amincis à un minimum de 15 cm. Le profil de surface doit présenter une rugosité
minimale de 3 mil.
15.3.9
L'entrepreneur doit indiquer un coût unitaire par mètre carré pour le décapage
jusqu'à l'acier nu par sablage très soigné, aux fins d'ajustement.
15.3.10
L'entrepreneur doit s'assurer que le décapage au jet d'abrasif et/ou l'application des
couches de peinture n'entraînent pas de dommages, de nettoyage inutile ou de
réparations. Il importe de s'assurer que la grenaille utilisée pour le décapage au jet
ne puisse s'infiltrer nulle part dans le navire. L'entrepreneur doit s'assurer que toutes
les ouvertures du navire qui pourraient donner lieu à une infiltration de grenaille ou
de sable et entraîner des dommages sont protégées de manière adéquate, y compris
les éléments suivants :
161
a) tubes d'étambot;
b) caissons d'eau de mer, coffres de bord;
c) toutes les soupapes de décharge à la mer;
d) 3 plénums d'admission d'air des moteurs principaux;
e) ventilateurs d'arrivée et d'extraction de la salle des machines;
f) évents des réservoirs (remarque : la prudence s'impose pendant le nettoyage
et l'aération des réservoirs);
g) fouloir du gouvernail dans l'espace mort de la jaumière.
15.3.11
L'entrepreneur doit prendre des mesures pour éviter l'application de peinture sur les
surfaces et l'équipement autres que ceux prescrits et pour empêcher que la peinture
obstrue les orifices d'aspiration ou de refoulement de la coque. Toutes les machines
de pont doivent être protégées contre les projections d'abrasifs et de peinture, et
contre les revêtements.
15.3.12
L'entrepreneur doit boucher tous les dalots de pont et les sorties d'eau et prendre
toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'eau ou tout autre liquide de
contaminer les surfaces préparées ou peintes.
15.3.13
Les éléments suivants doivent être correctement protégés contre tous les
dommages pendant le nettoyage de la coque, le décapage au jet et l'application de
nouveaux revêtements. Tous les éléments endommagés doivent être
réparés/remplacés aux frais de l'entrepreneur et conformément aux exigences du
représentant du propriétaire. Tout l'équipement de la coque, y compris :
a) les anodes (6),
b) les électrodes de référence (2),
c) les échosondeurs (2),
d) le loch (1).
15.3.14
La zone autour des quatre nouvelles anodes à courant imposé (environ
trois mètres de diamètre chacune) doit être décapée conformément à la norme
Sa 2-1/2. Ces zones doivent ensuite recevoir une couche en bande d'Inerta 160 (ou
l'équivalent), épaisseur du feuil sec de 300 microns, pour correspondre à la surface
carénée de la coque, en allant aussi près que possible de la face de l'anode. Cette
zone doit ensuite être recouverte de la même manière que le reste de la coque,
selon les détails du devis.
15.3.15
L'entrepreneur doit remplacer le composé de carénage qui manque près des
supports de transducteurs des échosondeurs bâbord et tribord (mbr. 132, bâbord et
tribord) avant d'appliquer la peinture sur la coque. Le composé de carénage doit
être compatible avec le composé existant et la surface peinte doit être aussi lisse
que possible pour minimiser les irrégularités. Le composé de carénage doit être
entièrement durci avant d'être peint.
Application du revêtement – Surface de la carène
162
15.3.16
Toutes les surfaces d'acier nu situées entre la quille et la ligne de charge doivent
être recouvertes d'une couche d'Intershield 163 ou d'Inerta 160 noir, épaisseur du
feuil sec de 20 mil.
15.3.17
De la même manière, toutes les surfaces nues situées dans la zone de l'étrave, entre
la ligne de charge à la membrure 170 et le bord supérieur du logement de l'ancre et
autour de l'étrave jusqu'au même emplacement du côté opposé, doivent être
recouvertes d'une couche d'Intershield 163 ou d'Inerta 160 rouge, épaisseur du feuil
sec d'au moins 20 mil.
15.3.18
L'entrepreneur doit fournir un coût unitaire par mètre carré pour l'application d'une
couche de retouche d'Intershield 163 ou d'Inerta 160, épaisseur du feuil sec d'au
moins 20 mil.
15.3.19
Après l'application des retouches sur les surfaces nues, la totalité des zones de la
carène mentionnées dans la section 15.3.16 doivent être recouvertes d'une couche
complète d'Intershield 163 ou d'Inerta 160 noir, afin d'obtenir une épaisseur du feuil
sec d'au moins 10 mil.
15.3.20
Une fois la couche complète appliquée sur la carène, l'entrepreneur doit appliquer
une couche complète d'Intershield 163 ou d'Inerta 160 rouge à partir de 30 cm en
dessous de la ligne de flottaison jusqu'à 70 cm au-dessus de la ligne de flottaison,
afin d'obtenir une épaisseur du feuil sec d'au moins 10 mil. L'entrepreneur doit
appliquer le revêtement en ligne droite et égale tout le long du dessus et du dessous
de la ligne de flottaison de la coque.
15.3.21
De la même manière, la zone de l'étrave doit être traitée comme il est indiqué dans
la section 15.3.17 – l'entrepreneur doit appliquer une couche complète
d'Intershield 163 ou d'Inerta 160 rouge, afin d'obtenir une épaisseur du feuil sec
d'au moins 10 mil.
Application du revêtement au-dessus de la ligne de flottaison
15.3.22
L'entrepreneur doit inclure dans sa soumission la préparation de la surface à
nettoyer par décapage par projection d'abrasif, conformément à la norme SSPC-SP10. La zone environnante doit être amincie jusqu'à une bordure saine. S'assurer que
la surface est propre et sèche avant d'appliquer l'Interprime 198. Faire chevaucher
l'apprêt sur les revêtements existants sur environ deux à trois centimètres.
15.3.23
Aux fins de soumission, l'entrepreneur doit inclure dans le devis un prix pour 10 %
de la surface à partir de la ligne de charge jusqu'à la partie supérieure des pavois
(112 m2). L'entrepreneur doit inclure dans le devis l'application de deux couches
d'apprêt fourni par lui-même sur les surfaces nues. La première couche doit être de
l'Interprime CPA 098 gris et la deuxième couche doit être de l'Interprime 099
rouge.
163
15.3.24
Deux couches supplémentaires de finition acrylique rouge Intersheen 579 doivent
être appliquées. La première doit recouvrir les 112 m2 apprêtés et la deuxième
couche doit recouvrir la surface totale de la ligne de charge jusqu'à la partie
supérieure des pavois. La surface totale à traiter est de 1 120 m2.
15.3.25
En outre, l'entrepreneur doit appliquer une couche de finition blanche
Intersheen 579 sur les marques suivantes de la coque :
Nom du navire bâbord et tribord, proue et poupe
Tirant d'eau et lignes de charge, bâbord et tribord
Symboles des propulseurs et des hélices, bâbord et tribord
Logos d'identification du gouvernement, bâbord et tribord (les pochoirs fournis par
le navire doivent être utilisés)
Remarque : L'entrepreneur doit nettoyer et remettre en caisse les pochoirs du
navire une fois les travaux terminés. La perte des pochoirs, ou les dommages,
relèvent de la seule responsabilité de l'entrepreneur, qui devra les remplacer
immédiatement.
15.4
Preuve de rendement
15.4.1 Inspections
15.4.1.1
La Garde côtière fera appel aux services d'un expert-conseil indépendant afin de
vérifier que la préparation des surfaces est conforme aux spécifications et aux
instructions du fabricant, de même que l'entreposage, la préparation et l'application
des matériaux.
15.4.1.2
Le paiement de l'expert-conseil se fera directement par la Garde côtière en dehors
de ce contrat.
15.4.1.3
L'entrepreneur doit assurer à l'expert-conseil un accès sécuritaire et facile aux lieux
où seront effectués les travaux visés par les présentes spécifications, y compris les
lieux d'entreposage et de mélange, dans la mesure où l'expert-conseil juge cet
accès nécessaire pour vérifier que la préparation et le revêtement des surfaces sont
conformes au devis, de même que l'entreposage, la préparation et l'application des
matériaux.
15.4.1.4
L'inspecteur de la NACE devra inspecter tous les composants aux fins de la
préparation de surface et en vue de chacune des applications du système de
revêtement, notamment les processus liés à l'environnement, à l'équipement, au
mélange et à l'application. Il incombe à l'entrepreneur de faire en sorte que
l'inspecteur de la NACE soit présent aux moments requis pour inspecter la
préparation et les applications. Le revêtement à chaque étape doit aussi répondre
aux exigences du mécanicien en chef ou de son délégué.
15.4.1.5
Une fois le nettoyage terminé, les œuvres vives doivent être inspectées à la
recherche d'éventuelles surfaces nues et où la peinture s'est écaillée.
164
15.4.1.6
Une fois le décapage hydraulique terminé, toute la zone de la coque doit être
inspectée par le mécanicien en chef, l'inspecteur de la NACE et l'inspecteur de la
SMTC présents sur les lieux.
15.4.1.7
Une fois le décapage à la brosse terminé et avant le décapage des zones de métal
nu, le représentant de l'entrepreneur, le mécanicien en chef ou son délégué et
l'inspecteur de la NACE doivent inspecter la coque du navire pour déterminer les
zones réellement nues afin d'ajuster de manière appropriée le prix de la
soumission.
15.4.2 Tests et essais
15.4.2.1
Conformément aux exigences des inspecteurs de la NACE, au minimum, avant les
activités de préparation de la surface, après la préparation de la surface, avant le
début du revêtement et entre chaque application de revêtement, après que toutes
les applications sont terminées aux fins de la détection des défectuosités et après
que les défectuosités aient été corrigées.
15.4.3 Certification
15.4.3.1
15.5
L'entrepreneur doit organiser l'inspection de la carène par la SMTC et veiller à
l'obtention des approbations. Il faut ensuite fournir des exemplaires de l'inspection
au mécanicien en chef et à l'autorité technique après avoir terminé les travaux.
Produits livrables
15.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
15.5.1.1
Les détails concernant les exigences en matière de documents sont consignés ici.
Préciser tous les détails concernant les dessins, les documents, les copies papier et
électroniques et indiquer leur nombre.
15.5.2 Pièces de rechange
15.5.2.1
S.O.
15.5.3 Formation
15.5.3.1
S.O.
165
16.0 DÉSAMIANTAGE ET NOUVELLE ISOLATION
16.1
Identification (EC no 39)
16.1.1
Le présent devis porte sur les travaux à réaliser à bord du NGCC « Henry Larsen »
afin de retirer les matériaux contenant de l'amiante (MCA) présents dans une couche
du produit à pulvériser, le « Weathershield ». Le produit « Weathershield » a servi à
lier le produit pulvérisé à la surface de l'isolant qui a été utilisé dans tout le navire.
Bien que le produit « Weathershield » ait été appliqué aux surfaces de l'isolant de
tous les plafonds et cloisons, seuls les locaux indiqués sur le dessin du guide
d'isolation de référence, J13069-A01, sont les endroits d'où il doit être retiré avant la
mise en place du nouvel isolant.
16.1.2
Il convient de noter que, afin de retirer le produit « Weathershield » aux
emplacements indiqués, le produit isolant pulvérisé qu'il recouvre doit également être
retiré. Les zones désignées pour le désamiantage sont indiquées dans la section
Équipement du présent devis qui décrit les exigences en matière de décapage.
16.1.3
Aux emplacements désignés pour le désamiantage, il existe des cas de
surpulvérisation, où le produit « Weathershield » a adhéré aux chemins de câbles et
aux conduits de ventilation, etc. On constate qu'il sera impossible d'éliminer la
totalité de cette surpulvérisation, mais si cette surpulvérisation s'est détachée, adhère
mal ou s'écaille et présente un risque pour la santé, elle doit être raclée et éliminée à
ces emplacements.
16.1.4
Au cours d'autres travaux de radoub, l'entrepreneur sera confronté au produit
« Weathershield » partout dans le navire. Tout le « Weathershield » trouvé sur
l'équipement, les systèmes et les composants connexes, etc. doit être éliminé ou
assaini et remplacé à l'aide d'un nouvel isolant (coupe-feu, thermique ou les deux).
Le présent devis, notamment le dessin de référence J13069-A01, couvre le
remplacement de l'isolant décapé, situé dans les locaux d'habitation, par un nouvel
isolant thermique et coupe-feu coté A-60, et ne traite pas des travaux
d'assainissement qui seront requis pendant les autres travaux de radoub.
16.1.5
En plus du dessin de référence indiqué ci-dessus qui définit les zones comprenant des
matériaux qui contiennent de l'amiante et qui nécessitent un assainissement, un
document accompagne le présent devis sous la forme d'une annexe E intitulée
« tableau de répartition des travaux ». Ce document indique les espaces et les limites
à l'intérieur de chaque espace qui nécessitent un assainissement. Ce tableau décrit les
éléments faisant obstacle typiques qui sont susceptibles de survenir, évalue la
superficie d'isolant qui doit être assainie et remplacée, et définit le type d'isolant qui
doit être posé. Les éléments faisant obstacle énumérés dans ce tableau donnent une
indication des éléments qui peuvent survenir à chaque endroit de séparation, mais
n'en définissent pas complètement le nombre et l'étendue. Dans certains cas, les
éléments faisant obstacle peuvent être contournés, et dans d'autres cas ils doivent être
retirés, puis réinstallés. Pendant la visite des soumissionnaires, l'entrepreneur doit
166
établir quels éléments peuvent être contournés et quels éléments nécessitent une
dépose temporaire afin d'obtenir un accès adéquat.
16.2
Références
16.2.1 Renseignements concernant l'équipement
16.2.1.1
Isolant Roxul, certificat d'approbation de Transports Canada et instructions
d'installation.
16.2.2 Dessins
Numéro de dessin
J13069-A01
Description
Programme de désamiantage – plafonds
et cloisons
Numéro électronique
J13069-A01_R0
16.2.3 Règlements
16.2.3.1
Code canadien du travail, Règlement sur la santé et la sécurité au travail,
paragraphe 124, Obligations des employeurs. Partie X; Substances dangereuses.
Mai 1999.
16.2.3.2
Règlement sur la sécurité et la santé au travail (navires)
16.2.3.3
Réglementation provinciale sur la sécurité et la santé au travail.
16.2.3.4
Loi sur la marine marchande du Canada – Règlement sur la construction des
coques – Partie X.
16.2.4 Normes
16.2.4.1
Plan de gestion de l'amiante de la Garde côtière canadienne.
16.2.4.2
Manuel de sécurité et de sûreté de la flotte de la GCC, Section 7.0; Élaboration de
plans pour les opérations à bord. Paragraphe 7.F.8 : Contrôle des matières
contenant de l'amiante.
16.2.4.3
Santé Canada, Guide de l'évaluation de la santé au travail, annexe 2 : Expositions
aux substances dangereuses. Janvier 2002.
16.2.4.4
Publication de Transports Canada TP 11469, Guide sur la protection contre
l'incendie à la construction.
167
16.2.4.5
Publication de Transports Canada TP 14612, Procédure d'homologation des engins
de sauvetage et des systèmes, des équipements et des produits de protection contre
l'incendie.
16.2.4.6
Publication de Transports Canada TP 15211, Supplément canadien à la convention
SOLAS.
16.2.4.7
Index des catalogues des produits approuvés de Transports Canada.
16.2.4.8
Code FTP de l'OMI – Code international pour l'application des méthodes d'essai au
feu.
Remarque : En cas de conflit entre deux normes, quelles qu'elles soient, la plus stricte a
préséance.
16.2.1
16.2.2
16.2.3
16.2.4
16.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
16.2.5.1
16.3
ISO 9001:2008
Spécifications techniques
16.3.1 Exigences en matière de décapage (isolation des plafonds)
16.3.1.1
L'isolant existant et le produit « Weathershield » à pulvériser doivent être retirés
du dessous du plafond des ponts suivants, conformément à la disposition qui
figure dans le dessin de référence, J13069-A01.
16.3.1.2
L'isolant des plafonds doit être entièrement décapé jusqu'aux parois de la cloison
des espaces, et jusqu'à la tôle du bordé pour les espaces du pont principal. L'isolant
des plafonds qui se prolonge vers le bas le long de la cloison doit également être
décapé (c.-à-d. l'isolant qui se prolonge pour offrir une protection contre le gel ou
une protection coupe-feu). Au cas où la cloison est entièrement isolée et que
l'isolant est censé rester en place (dans tous les cas pour l'isolant de la tôle du
bordé que l'on trouve sur le pont principal), l'isolant doit uniquement être retiré sur
la cloison ou la tôle du bordé à la profondeur requise pour poser le nouvel isolant
du plafond.
168
16.3.1.3
Pont de passerelle de navigation et timonerie
Isolant thermique sur le dessous du toit de la timonerie et du pont de passerelle de navigation.
Isolant coupe-feu coté A-60 sur le dessous de l'extrémité avant de la cheminée, aux environs des
membrures 100 et 105.
16.3.1.4
Passerelle des officiers
Isolant coupe-feu coté A-60 sur le dessous du pont au niveau de la timonerie et des espaces de
commande désignés situés plus haut.
Isolant thermique sous le pont près des zones exposées du pont de passerelle de navigation
situées plus haut.
16.3.1.5
Pont d'envol et pont des embarcations
Isolant thermique sur le périmètre du pont situé plus haut, à 600 mm tout le tour.
16.3.1.6
Pont supérieur
Isolant thermique au plafond des espaces habitables sous le pont d'envol et le pont des
embarcations, aux emplacements indiqués sur le dessin de référence, J13069-A01.
Les compartiments nos 260, 262, 266 et 277 ont déjà fait l'objet de l'assainissement de l'isolant du
plafond et du revêtement à l'amiante « Weathershield » à pulvériser, et le plafond de ces espaces
a été de nouveau isolé. Il reste une question en suspens concernant les travaux d'assainissement
qui ont été effectués dans les cabinets de toilette situés dans ces quatre compartiments
(compartiments nos 261, 263, et 267), et on demande à l'entrepreneur de vérifier l'état des
surfaces du plafond de ces cabinets et de tenir l'autorité technique informée de ses résultats.
Isolant coupe-feu coté A-60 au plafond des espaces habitables sous le pont d'envol situé plus
haut, comme il est indiqué sur le dessin de référence, J13069-A01.
16.3.1.7
Pont principal
Isolant thermique au plafond des espaces habitables sous le pont supérieur situé plus haut,
comme il est indiqué sur le dessin de référence, J13069-A01.
16.3.2 Exigences en matière de décapage (isolation des cloisons)
L'isolant coupe-feu, l'isolant thermique et le produit « Weathershield » à pulvériser actuellement
posés sur les cloisons de l'ensemble du pont de passerelle de navigation et de la timonerie
doivent être retirés du navire. L'isolant et le produit « Weathershield » doivent être complètement
retirés. Cela nécessitera la dépose temporaire des cloisons, des revêtements et des équipements
de menuiserie dans tous ces endroits, voir également la section 16.3.3.
169
16.3.2.1
Exigences en matière de décapage (généralités)
Toutes les cloisons et les revêtements de menuiserie des zones du pont de passerelle de
navigation et de la timonerie doivent être déposés et entreposés temporairement pendant qu'on
enlève et qu'on assainit l'isolant. Il faudra retirer les profilés de soutien du haut afin d'enlever les
revêtements de menuiserie. La dépose des revêtements de menuiserie comprendra le
débranchement des prises et des interrupteurs encastrés.
16.3.2.2
Exigences en matière de décapage (procédures d'élimination)
L'entrepreneur doit s'assurer que des procédures d'élimination sécuritaires et conformes sont
employées afin d'assurer la protection du personnel, l'isolation et la mise en quarantaine, et la
manutention des déchets. Ces procédures visent à protéger le personnel de l'entrepreneur, ainsi
que le personnel de la GCC et les autres entrepreneurs. Les procédures protègent également le
public et l'environnement. L'entrepreneur doit élaborer un plan d'élimination qui décrit les
procédures ci-dessus et qui démontre la conformité avec la réglementation provinciale sur la
sécurité et la santé au travail de Terre-Neuve-et-Labrador, le plan de gestion de l'amiante de la
GCC et le manuel de sécurité de la flotte de la GCC, et ce plan doit être soumis à la GCC avant
le début des travaux d'élimination.
Il est jugé souhaitable que le démontage des panneaux et des revêtements de plafond nécessaires
pour offrir un accès à l'isolant et au revêtement à l'amiante à pulvériser, suivi d'une mise en
quarantaine de la zone par une équipe d'élimination, avant de décaper les matériaux concernés,
soit effectué pont par pont.
Au sujet de la séquence selon laquelle les travaux de décapage et d'élimination sont menés,
certains équipements et éléments faisant obstacle devront être retirés par une équipe
d'élimination plutôt que par une équipe de chantier naval type qui n'est pas formée ni équipée
pour faire face au danger lié aux matériaux contenant de l'amiante (MCA). L'entrepreneur doit
définir l'étendue des éléments qui peuvent être retirés de manière sécuritaire avant le déploiement
d'une équipe d'élimination et la mise en quarantaine associée des espaces.
16.3.3 Nouvel isolant (généralités)
16.3.3.1
Isolant de plafond
Le nouvel isolant qui doit être installé sous les ponts du navire aux mêmes où l'isolant actuel a
été décapé, doit être de type thermique ou coupe-feu ou une combinaison des deux, en fonction
de l'emplacement.
Le nouvel isolant thermique des plafonds doit présenter une épaisseur d'au moins 100 mm
(50 mm au-dessus des raidisseurs), être doté d'un pare-vapeur en aluminium, être constitué de
deux couches distinctes, de 50 mm d'épaisseur chacune, et installé de façon à ce que les joints
soient alternés. L'isolant doit être une paroi Rockwool Searox SL720 ou l'équivalent, avec une
densité de 32 kg par mètre cube. L'isolant doit comprendre un certificat de sécurité maritime
170
valide de Transports Canada. L'isolant thermique doit s'étendre d'au moins 460 mm au-delà des
limites exposées aux intempéries.
Le nouvel isolant coupe-feu coté A-60 posé dans les plafonds doit présenter une épaisseur d'au
moins 50 mm (38 mm au-dessus des raidisseurs) et être doté d'un pare-vapeur en aluminium.
L'isolant doit correspondre à une barrière Roxul RHM 60A ou 60AC, ou l'équivalent, avec une
densité de 96 kg par mètre cube. L'isolant doit être accompagné un certificat de sécurité maritime
valide de Transports Canada. L'isolant coupe-feu doit s'étendre d'au moins 380 mm au-delà des
limites du pont et du plafond.
Dans les plafonds où un isolant coupe-feu est nécessaire en plus d'une protection thermique,
deux couches d'isolant coupe-feu Roxul RHM 60A ou 60AC, ou l'équivalent d'une épaisseur de
50 mm doivent être posées. Ces deux couches doivent être posées en alternant les joints.
Lorsqu'un isolant coupe-feu et un isolant thermique sont nécessaires, l'isolant doit se prolonger
sur au moins 460 mm au-delà des limites du pont et de la cloison.
Le nouvel isolant des plafonds doit s'étendre complètement jusqu'aux parois de la cloison des
espaces, et jusqu'à la tôle du bordé extérieur pour les espaces du pont principal. Un nouvel
isolant du pont doit être posé de manière à s'étendre jusqu'à la cloison sur 380 mm ou 460 mm,
comme l'indique le dessin de référence. Dans les cas où l'isolant de la cloison doit rester en place
(dans tous les cas pour l'isolant de la tôle du bordé extérieur), la prolongation du nouvel isolant
n'est pas requise.
Sur le dessous des ponts, après la pose du nouvel isolant, l'entrepreneur doit appliquer une ligne
de peinture rouge en aérosol de 50 mm de largeur afin de bien mettre en évidence la limite entre
le nouvel isolant et l'isolant existant. Cette ligne doit servir d'indicateur clair à l'équipage du
navire et aux entrepreneurs, afin de compléter le plan de gestion de l'amiante du navire.
Les endroits où est posé le nouvel isolant thermique et le nouvel isolant coupe-feu sont indiqués
ci-dessous. Pour obtenir plus de renseignements, l'entrepreneur doit consulter le dessin de
référence, J13069-A01.
16.3.3.2
Pont de passerelle de navigation et timonerie
Nouvel isolant thermique sur le dessous du toit de la timonerie et sur la partie supérieure du pont
de passerelle de navigation au niveau des cabines et des espaces situés en dessous.
Nouvel isolant coupe-feu coté A-60 sur le dessous de la cheminée, aux environs des
membrures 100 et 105.
16.3.3.3
Passerelle des officiers
Nouvel isolant coupe-feu coté A-60 à installer sous le pont près de la timonerie et des espaces de
commande désignés situés plus haut.
Nouvel isolant thermique sous le pont près des zones exposées du pont de passerelle de
navigation situées plus haut.
171
16.3.3.4
Pont d'envol et pont des embarcations
Nouvel isolant thermique sur le périmètre du pont situé plus haut, à une épaisseur de 600 mm sur
tout le bord intérieur.
16.3.3.5
Pont supérieur
Nouvel isolant thermique au plafond des espaces habitables sous le pont d'envol et le pont des
embarcations, aux emplacements indiqués sur le dessin de référence, J13069-A01.
Nouvel isolant thermique et coupe-feu coté A-60 au plafond des espaces habitables sous le pont
d'envol situé plus haut, aux environs des membrures 28 à 65, comme l'indique le dessin de
référence, J13069-A01.
16.3.3.6
Pont principal
Nouvel isolant thermique au plafond des espaces habitables sous le pont supérieur situé plus
haut, comme l'indique le dessin de référence, J13069-A01. L'étendue de l'isolant est décrite de
manière définitive sur le dessin d'orientation.
Dans tous les cas, l'isolant doit être fixé au moyen de tiges métalliques et d'attaches rapides
espacées au maximum à 305 mm d'entraxe, et conformément aux recommandations du fabricant.
16.3.4
Isolant des cloisons (thermique)
Les cloisons situées sur tout le périmètre du pont de passerelle de navigation et de la timonerie
correspondent sont quelques exemples seulement d'isolant de cloisons du navire qui doivent être
pris en compte pour la dépose et l'assainissement (à l'exception de l'isolant des plafonds qui a été
prolongé jusqu'à la cloison pour offrir une protection contre le gel ou une protection coupe-feu).
C'est nécessaire en raison de la nécessité constante de retirer des éléments d'équipement des
cloisons à ces endroits ou de les y fixer, d'où la probabilité accrue d'endommager l'isolant et le
revêtement à l'amiante « Weathershield » d'origine à pulvériser.
Le nouvel isolant thermique des cloisons doit présenter une épaisseur d'au moins 100 mm
(50 mm au-dessus des raidisseurs), être doté d'un pare-vapeur en aluminium, être constitué de
deux couches distinctes, de 50 mm d'épaisseur chacune, et posé en alternant les joints. L'isolant
doit correspondre à une barrière Roxul SL720, ou l'équivalent, avec une densité de 32 kg par
mètre cube. L'isolant doit comprendre un certificat de sécurité maritime valide de
Transports Canada. L'isolant thermique doit s'étendre d'au moins 460 mm au-delà des limites
exposées aux intempéries. Le dessin de référence, J13069-A01, illustre la quantité d'isolant
thermique requise.
L'isolant doit être posé conformément aux recommandations ou aux lignes directrices indiquées
sur le certificat d'approbation de la SMTC concernant l'isolant.
Dans tous les cas, l'isolant doit être fixé au moyen de tiges métalliques et d'attaches rapides
espacées au maximum à 305 mm d'entraxe, et conformément aux recommandations du fabricant.
172
16.3.4.1
Isolant des cloisons (coupe-feu)
Le dessin de référence décrit également les endroits où il faut poser un isolant coupe-feu sur les
cloisons du pont de passerelle de navigation et du pont de timonerie. Les cloisons intérieures du
compartiment du pont de passerelle de navigation, ainsi qu'une partie de la cloison arrière de la
timonerie sont les endroits où il faut poser un isolant coupe-feu. Le nouvel isolant coupe-feu coté
A-60 posé dans ces endroits doit présenter une épaisseur d'au moins 75 mm (38 mm au-dessus
des raidisseurs) et être doté d'un pare-vapeur en aluminium. L'isolant doit correspondre à une
barrière Roxul RHM 60A ou 60AC, ou l'équivalent, avec une densité de 96 kg par mètre cube.
L'isolant doit comprendre un certificat de sécurité maritime valide de Transports Canada.
L'isolant coupe-feu doit s'étendre d'au moins 380 mm au-delà des limites du pont et des cloisons.
L'isolant doit être posé conformément aux recommandations ou aux lignes directrices indiquées
sur le certificat d'approbation de la SMTC concernant l'isolant.
Dans tous les cas, l'isolant doit être fixé au moyen de tiges métalliques et d'attaches rapides
espacées au maximum à 305 mm d'entraxe, et conformément aux recommandations du fabricant.
16.3.5
Réinstallation des éléments faisant obstacle, des panneaux de plafond et des
éléments d'aménagement
16.3.5.1
Après l'isolation des espaces de plafond assainis, les éléments faisant obstacle du
plafond, les panneaux de plafond et les autres éléments d'aménagement qui ont été
temporairement déposés pour permettre la poursuite du travail doivent être
réinstallés. Les éléments d'aménagement qui ont été accidentellement endommagés
au cours de l'assainissement doivent être remplacés. Des travaux de peinture et de
nettoyage doivent être entrepris pour ramener l'espace à son état précédant le
radoub.
16.3.5.2
La superstructure des panneaux de plafond qui ont été exposés à l'isolant et au
revêtement à l'amiante « Weathershield » à pulvériser, précédemment installés,
doivent être nettoyés à fond afin d'éliminer les pièces d'isolant ou de revêtement ou
les autres résidus contaminés avant leur réinstallation à bord.
16.3.6
Réinstallation des éléments faisant obstacle, des panneaux de cloison et des
éléments d'aménagement
16.3.6.1
Après l'installation d'un nouvel isolant sur les cloisons extérieures de la timonerie
et sur les cloisons intérieures près du pont de passerelle de navigation, les éléments
faisant obstacle de la cloison, les panneaux de revêtement de la cloison et tous les
autres éléments d'aménagement qui ont été temporairement retirés pour permettre
la poursuite des travaux doivent être réinstallés. Les éléments d'aménagement qui
ont été accidentellement endommagés au cours de l'assainissement doivent être
remplacés. Des travaux de peinture et de nettoyage doivent être entrepris pour
ramener l'espace à son état précédant le radoub.
173
16.3.6.2
16.4
L'arrière des panneaux de menuiserie et des revêtements de cloison qui ont été
exposés à l'isolant et au revêtement à l'amiante « Weathershield » à pulvériser,
précédemment posés, doivent être nettoyés à fond afin d'éliminer les pièces
d'isolant ou de revêtement ou les autres résidus contaminés avant leur réinstallation
à bord. Il faut prendre bien soin de ne pas endommager ou percer le nouvel isolant
ou le pare-vapeur pendant la réinstallation des panneaux de menuiserie et des
revêtements de cloison.
Preuve de rendement
16.4.1 Inspections
16.4.1.1
Les inspections et essais doivent répondre aux exigences du mécanicien en chef ou
du représentant de l'autorité technique.
16.4.1.2
Les inspections doivent être menées par le mécanicien en chef ou le représentant
de l'autorité technique. Le représentant doit mener une inspection finale afin de
déterminer si les travaux sont acceptables. L'entrepreneur doit également inspecter
les travaux de manière à veiller à ce que les méthodes d'installation et l'exécution
soient conformes aux dessins et au devis.
16.4.1.3
Toute défectuosité décelée par l'entrepreneur doit être portée à l'attention de l'agent
de projet ou du représentant de l'autorité technique, et doit être rectifiée, inspectée
de nouveau et certifiée conforme avant que le projet soit approuvé comme étant
terminé.
16.4.2 Tests et essais
16.4.2.1
Les systèmes ou l'équipement qu'il a fallu débrancher ou retirer temporairement
pendant les travaux d'assainissement doivent faire l'objet de tous les essais qui
s'appliquent une fois rebranchés, afin de s'assurer qu'ils fonctionnent correctement.
16.4.3 Certification
16.4.3.1
16.5
Tout l'isolant qui a été posé doit être fourni avec des certificats de sécurité
maritime valides de Transports Canada.
Produits livrables
174
16.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
16.5.1.1
Plan d'élimination du projet de l'entrepreneur.
16.5.2 Pièces de rechange
16.5.2.1
Sans objet
16.5.3 Formation
16.5.3.1
Sans objet
175
176
177
17.0 REMPLACEMENT DU SYSTÈME GÉNÉRAL DE
TUYAUTERIE
17.1
Identification (EC nos 3, 20 et 30)
Le but de la présente section est de remplacer les sections de tuyauterie, sur les systèmes
suivants, réputés ne pas respecter les exigences d'épaisseur minimale de la paroi.
•
Cales et ballasts (BB)
•
Collecteur d'incendie (FM)
•
Eaux noires (BW)
•
Eaux grises (GW)
•
Évents et sondages (VS)
17.2
Références
17.2.1 Renseignements concernant l'équipement
17.2.1.1
Sans objet
17.2.2 Dessins
Numéro de dessin
22-0709-01
22-0711-01
22-0706-01
22-0708-01
22-0733-01
22-0733-02
Description
Schéma des cales et des ballasts
Schéma du système d'incendie et de
nettoyage des ponts
Schéma des canalisations (eaux noires)
Schéma des dalots et drains de ponts
intérieurs et du système de récupération
des eaux grises
Évents et sondages
Évents et sondages
Numéro électronique
17.2.3 Règlements
17.2.3.1
Loi sur la marine marchande du Canada, 2001
17.2.3.2
Règlement sur les machines de navires
17.2.3.3
Règlement sur la construction des coques
178
17.2.3.4
Règlement sur l'inspection des coques
17.2.3.5
Règlement sur la prévention de la pollution des eaux arctiques par les navires
17.2.4 Normes
17.2.4.1
Rules and Regulations for Steel Ships de Lloyd's Register.
17.2.4.2
International Association of Classification Societies Requirements Concerning
Pipes and Pressure Vessels.
17.2.4.3
Les tuyaux filetés doivent être conformes aux Rules and Regulations for the
Classification of Steel Ships, chapitre 12, de Lloyd's Register. Section 2.3, soussections 2.3.1, 2.5, 12.2.1, 2.10, tableaux 12.2.6, 2.11, pour les exigences en matière
de conception de la tuyauterie.
17.2.4.4
Les tuyaux et les raccords en PVC doivent être conformes aux Rules and
Regulations for the Classification of Steel Ships, chapitre 12, de Lloyd's Register.
Section 5.0, sous-sections 5.1, 5.2 et 5.3, pour les exigences en matière de
conception de la tuyauterie.
17.2.4.5
L'entrepreneur doit respecter les remarques générales des diagrammes et des
dessins.
17.2.4.6
Toutes les soudures de tuyaux doivent être conformes à une norme acceptée et
approuvée par Transports Canada et convenir à l'application en question.
17.2.4.7
Tous les tuyaux en acier doivent être conformes à la norme ASTM A.53.
17.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
17.2.5.1
Les travaux doivent être réalisés conformément aux normes et aux pratiques
internes approuvées de l'entrepreneur en matière d'assurance de la qualité.
17.2.5.2
Les travaux doivent être réalisés selon une norme acceptée par l'inspecteur
technique et le représentant du propriétaire.
17.3
Spécifications techniques
17.3.1 Généralités
17.3.1.1
Lorsque des tuyaux sont remplacés, l'entrepreneur doit employer de bonnes
pratiques de raccorderie.
179
17.3.1.2
Avant d'effectuer des travaux, l'entrepreneur doit prendre les précautions et les
mesures de sécurité nécessaires pour protéger les zones environnantes, prévenir les
incendies, protéger les composantes électriques de la poussière et installer des abris
pour contenir la poussière afin d'empêcher les dommages et les possibles
réparations aux zones environnantes.
17.3.1.3
Conformément aux exigences de l'ingénieur des systèmes, tous les systèmes doivent
être verrouillés et étiquetés, autant du point de vue électrique que mécanique.
17.3.1.4
Lorsqu'on ne procède pas à des travaux, les tuyaux ouverts doivent être obturés afin
d'assurer leur propreté et leur protection, et empêcher que des matières étrangères
s'y infiltrent.
17.3.1.5
L'entrepreneur doit mesurer toutes les dimensions et tous les rayons de tous les
tuyaux/raccords remplacés, avant de procéder à la dépose.
17.3.1.5
Tous les étriers de suspension de tuyauterie retirés au cours du remplacement des
tuyaux doivent être remis en place comme à l'origine.
17.3.1.6
Toute la peinture aux endroits où des travaux de soudure doivent être réalisés doit
être retirée jusqu'au métal de base afin d'assurer des soudures et des ajustements de
qualité. Pour ce qui est des tuyaux en PVC, l'entrepreneur doit veiller à ce que la
colle adhère correctement.
17.3.1.7
Tout le cintrage des tuyaux en acier doit mesurer au moins cinq diamètres (5D). La
flexion des tuyaux Victaulic préfabriqués peut être de 3D si la section de tuyaux en
place présente également une flexion de 3D.
17.3.1.8
L'entrepreneur ne doit pas utiliser de ruban pour filetages sur les tuyaux filetés; il
doit plutôt employer un scellant liquide pour filet en téflon, comme le scellant
Loctite 567 ou un équivalent.
17.3.1.9
Tous les tuyaux et tous les raccords Victaulic doivent être installés conformément
au manuel 1-100 de Victaulic. La lubrification des joints Victaulic doit être
conforme aux normes canadiennes qui s'appliquent.
17.3.1.10
Tous les tuyaux doivent être remis à leur état d'origine avec les revêtements de
peinture conformes au document 30-000-000-ES-TE-001-Normes relatives au code
de couleurs pour la tuyauterie. Les revêtements de peinture choisis doivent être
conçus pour l'utilisation qui convient, comme pour les réservoirs, les cales ou les
locaux d'habitation.
180
17.3.2 Remplacement des tuyaux
17.3.2.1
L'entrepreneur doit remplacer l'ensemble des sections et des raccords de tuyau
définis dans les sections 17.3.3 à 17.3.7. Le cas échéant, des photographies de la
section exacte du tuyau à remplacer figurent à la section 17.6.
17.3.2.2
Tous les tuyaux adjacents aux sections à remplacer doivent faire l'objet d'une
inspection visuelle interne, et lorsqu'un découvre une érosion ou une corrosion
importantes, des mesures de l'épaisseur de la paroi doivent être prises. Lorsque
l'épaisseur de la paroi est inférieure à l'épaisseur de paroi minimale admissible, cette
section de tuyau doit également être remplacée. L'épaisseur minimale est établie
conformément au tableau 3 des exigences de l'International Association of
Classification Societies concernant les tuyaux et les réservoirs sous pression. Pour
les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer un total de
[120] mesures de l'épaisseur aux ultrasons.
17.3.2.3
Les extrémités des raccords Victaulic adjacents doivent être inspectées pour vérifier
si elles présentent de la corrosion et pour établir si la connexion est réutilisable.
Lorsque le tuyau ou le raccord n'est pas réutilisable, il doit être retiré et remplacé
par un tuyau ou un raccord identique neufs.
17.3.2.4
Des boulons, des écrous et des joints Victaulic neufs doivent être utilisés pour la
réinstallation.
17.3.2.5
Les dimensions des pénétrations dans les ponts et les cloisons doivent être décrites
dans le Tableau 1.
Tableau 1: Dimensions des pénétrations dans les ponts
Dimensions
nominales de la
tuyauterie
2 pouces/50 mm
3 pouces/75 mm
4 pouces/100 mm
5 pouces/125 mm
6 pouces/150 mm
8 pouces/200 mm
10 pouces/350 mm
17.3.2.6
DE
(pouces)
DI
(pouces)
3,125
4,000
5,250
6,625
7,750
10,00
11,750
2,500
3,563
4,625
5,625
6,750
8,750
10,938
Épaisseur
de paroi
(pouces)
0,313
0,219
0,313
0,500
0,500
0,630
0,406
Longueur
(pouces)
3,25
3,25
3,25
3,25
3,25
3,25
3,25
Les pénétrations qui mesurent jusqu'à 1 ½ po peuvent être brasées à l'argent à l'aide
d'une coupelle à souder 5 ou être soudées. Toutes les pénétrations qui mesurent 2 po
et plus doivent être soudées. Un trou d'aération de 1/8 po est nécessaire pour la
ventilation et doit être soudé une fois que les deux extrémités de la pénétration
auront été soudées de manière étanche.
181
17.3.3 Circuit de cales et de ballast
17.3.3.1
L'entrepreneur doit remplacer les sections BB suivantes de la tuyauterie, comme
indiqué dans le plan 22-0709-01, Schéma des cales et des ballasts, ainsi que dans le
Tableau 2 :
Tableau 2: Cales et ballasts
Mesure
no :
1
60
61
68
69
Emplacement
Salle des machines
auxiliaires – à tribord de la
porte qui mène à la salle des
moteurs de propulsion
Salle de la génératrice
principale – section verticale
du système d'aspiration d'eau
de cale tribord de l'espace
mort n° 2
Salle de la génératrice
principale – section verticale
du système d'aspiration d'eau
de cale tribord de l'espace
mort n° 3
Citerne morte no 1 – bâbord
Citerne morte no 1 – bâbord
Tronçon de
tuyau
Diamètre
extérieur
(mm)
Type
Longueur
(mm)
Photo
044-BB-075
75
Victaulic
1 000
BB1
035-BB-075
75
Victaulic
1 000
BB2
033-BB-075
75
Victaulic
1 000
BB2
018-BB-125
056-BB-125
125
125
Soudé
Soudé
3 000
5 000
BB3
BB4
17.3.3.2
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que la
longueur de chaque section de la tuyauterie correspond au diamètre, à la longueur et
au type indiqués dans le Tableau 2. Lorsque la longueur réelle diffère de la valeur
indiquée, l'écart sera rajusté au moyen du formulaire 1379.
17.3.3.3
Aux fins d'établissement des coûts des travaux émergents seulement, l'entrepreneur
doit indiquer un coût unitaire divisé entre la main-d'œuvre et les matériaux pour le
remplacement d'autres sections de la tuyauterie et de raccords et la réalisation des
réparations. Pour ces coûts « unitaires », une unité est définie comme suit :
x
x
x
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau droit Victaulic avec raccords et joints d'étanchéité
pour les tuyaux de diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
Une section d'un (1) mètre de tuyau soudé droit avec brides pour les tuyaux de
diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
Une (1) pièce en T Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et joints
d'étanchéité;
Un (1) coude à 90 degrés Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et
joints d'étanchéité;
182
17.3.3.4
Tous les travaux émergents doivent être lancés au moyen d'un formulaire 1379.
17.3.4 Système de collecteur d'incendie
17.3.4.1
L'entrepreneur doit remplacer les sections FM suivantes de la tuyauterie, comme
l'indique le plan 22-0711-01, Schéma du système d'incendie et de nettoyage de
ponts, ainsi que dans le Tableau 3 :
Tableau 3: Collecteur d'incendie
Mesure
no :
7
34
35
39
40
56
76
Emplacement
Salle des moteurs de
propulsion – réducteur inférieur
(derrière la porte tribord)
Salle des machines auxiliaires –
sur le système à pression
constante, après la vanne FM039-40
Salle des machines auxiliaires –
à partir du réservoir à pression
constante
Gaillard – poste d'incendie no 21
Gaillard – poste d'incendie no 20
Pont principal, poste d'incendie
nº 7
Salle des machines auxiliaires –
tuyau vertical à partir de la
pompe de cale/de ballast
Tronçon de
tuyau
Diamètre
extérieur
(mm)
Type
Longueur
(mm)
Photo
024-FM-050
50
Victaulic
2 500
FM1
049-FM-040
40
Fileté
200
FM2
047-FM-040
40
Fileté
200
FM2
031-FM-65
030-FM-65
65
65
Soudé
Soudé
1 000
1 000
FM3
FM4
038-FM-65
65
Victaulic
45 degrés
FM5
085-FM-100
100
Victaulic
4 000
FM6
17.3.4.2
Une fois l'essai applicable réalisé sur le collecteur du pont de gaillard, du ruban
chauffant, l'isolant thermique avec revêtement protecteur en acier inoxydable doit
être remis en place. Le ruban chauffant devra être mis à l'essai pour en vérifier le bon
fonctionnement. Tout l'isolant doit être peint à l'aide d'un revêtement adéquat à
l'épreuve des intempéries, puis scellé de manière étanche au pont à l'aide d'un
scellant non siccatif adéquat.
17.3.4.3
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que la
longueur de chaque section de la tuyauterie correspond au diamètre, à la longueur et
au type indiqués dans le Tableau 3. Lorsque la longueur réelle diffère de la valeur
indiquée, l'écart sera rajusté au moyen du formulaire 1379.
17.3.4.4
Aux fins d'établissement des coûts des travaux émergents seulement, l'entrepreneur
doit indiquer un coût unitaire divisé entre la main-d'œuvre et les matériaux pour le
remplacement d'autres sections de la tuyauterie et de raccords et la réalisation des
réparations. Pour ces coûts « unitaires », une unité est définie comme suit :
183
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau droit Victaulic avec raccords et joints d'étanchéité
pour les tuyaux de diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau soudé droit avec brides pour les tuyaux de
diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
x
Une (1) pièce en T Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et joints
d'étanchéité;
x
Un (1) coude à 90 degrés Victaulic de diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et
joints d'étanchéité;
17.3.4.5
Tous les travaux émergents doivent être lancés au moyen d'un formulaire 1379.
17.3.5 Système d'eaux noires
17.3.5.1
L'entrepreneur doit remplacer les sections BW suivantes de la tuyauterie, comme
indiqué dans le plan 22-0706-01, Schéma des canalisations, et dans le
Tableau 4 :
Tableau 4: Système d'eaux noires
Mesure
no :
13
17.3.5.2
Emplacement
Salle 133 – tribord, cabine
des stewards, au-dessus du
meuble-lavabo
Tronçon de
tuyau
Diamètre
extérieur
(mm)
Type
Longueur
(mm)
Photo
S.O.
50
Soudé
1 000
BW1
Le système de récupération des eaux noires doit être nettoyé et chloré conformément
aux normes sans gaz avant l'ouverture du système.
17.3.5.3
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que la
longueur de chaque section de la tuyauterie correspond au diamètre, à la longueur et au type
indiqués dans le
Tableau 4. Lorsque la longueur réelle diffère de la valeur indiquée, l'écart sera rajusté au moyen
du formulaire 1379.
17.3.5.4
x
Aux fins d'établissement des coûts des travaux émergents seulement, l'entrepreneur
doit indiquer un coût unitaire divisé entre la main-d'œuvre et les matériaux pour le
remplacement d'autres sections de la tuyauterie et de raccords et la réalisation des
réparations. Pour ces coûts « unitaires », une unité est définie comme suit :
Une section d'un (1) mètre de tuyau droit Victaulic avec raccords et joints d'étanchéité
pour les tuyaux de diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
184
x
x
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau soudé droit avec brides pour les tuyaux de
diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
Une (1) pièce en T Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et joints
d'étanchéité;
Un (1) coude à 90 degrés Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et
joints d'étanchéité;
17.3.5.5
Tous les travaux émergents doivent être lancés au moyen d'un formulaire 1379.
17.3.6
Système de collecte des eaux grises
17.3.6.1
L'entrepreneur doit remplacer les sections GW suivantes de la tuyauterie, comme
indiqué dans le plan 22-0708-01, Schéma des dalots et des drains de ponts
intérieurs et du système de récupération des eaux grises, et dans le Tableau 5 :
Tableau 5: Eaux grises
Mesure
no :
64
Emplacement
Salle du moteur de
propulsion – 1,5 po de la
pièce en Y, vers l'avant à
partir du drain de la cuisine
Tronçon de
tuyau
Diamètre
extérieur
(mm)
Type
Longueur
(mm)
Photo
S.O.
75
Soudé
1 000
GW1
17.3.6.2
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que la
longueur de chaque section de la tuyauterie correspond au diamètre, à la longueur et
au type indiqués dans le Tableau 5. Lorsque la longueur réelle diffère de la valeur
indiquée, l'écart sera rajusté au moyen du formulaire 1379.
17.3.6.3
Aux fins d'établissement des coûts des travaux émergents seulement, l'entrepreneur
doit indiquer un coût unitaire divisé entre la main-d'œuvre et les matériaux pour le
remplacement d'autres sections de la tuyauterie et de raccords et la réalisation des
réparations. Pour ces coûts « unitaires », une unité est définie comme suit :
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau droit Victaulic avec raccords et joints d'étanchéité
pour les tuyaux de diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau soudé droit avec brides pour les tuyaux de
diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
185
x
Une (1) pièce en T Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et joints
d'étanchéité;
x
Un (1) coude à 90 degrés Victaulic au diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et
joints d'étanchéité;
17.3.6.4
Tous les travaux émergents doivent être lancés au moyen d'un formulaire 1379.
17.3.7 Système de ventilation et de sondage
17.3.7.1
L'entrepreneur doit remplacer les sections suivantes du système de ventilation et de
sondage, comme l'indiquent les plans 22-0733-01 et 22-0733-02, Schéma du
système d'évent et de sondage, ainsi que le Tableau 66 :
Tableau 6 : Ventilation et sondage
Mesure
no :
Mesure
Emplacement
6
Pont supérieur
7
Pont supérieur
16
Pont supérieur
23
31
Pont supérieur
Pont supérieur
Salle de
génératrice
principale
Salle de
génératrice
principale
Salle de
génératrice
principale
Salle des
moteurs de
propulsion
45
46
50
52
Diamètre
extérieur
(mm)
Type
Longueur
(mm)
125
Soudé
22000
Évent
125
Soudé
2000
Évent
100
Soudé
2000
Évent
65
65
Soudé
Soudé
2000
2000
Évent
Évent
Réservoir d'évacuation de mazout
40
Soudé
5 500
Sonde
Réservoir de trop-plein de
mazout
40
Soudé
5 500
Sonde
Caisse de cale huileuse
40
Soudé
5 500
Sonde
Réservoir de mazout no 2,
membrures 30-61, tribord
40
Soudé
5 500
Sonde
40
Soudé
7 000
Sonde
40
Soudé
7 000
Sonde
Réservoir
Réservoir de mazout no 8
Réservoir, membrures 150-165,
bâbord
Réservoir de mazout no 8
Réservoir, membrures 150-165,
tribord
Réservoir de mazout no 6,
membrures 89-120, bâbord, avant
Réservoir d'huiles usées
Réservoir d'eau douce, cofferdam
Citerne morte no 1,
membrures 18-30, bâbord
Citerne morte no 1,
membrures 18-30, tribord
Type
53
En réservoir
55
En réservoir
57
Salle de
génératrice
principale
Réservoir de boue du purificateur
de mazout, bâbord
40
Soudé
2000
Sonde
65
Pont supérieur
Réservoir d'eau de
refroidissement de la génératrice,
axe du bateau
50
Soudé
2000
Sonde
186
66
Pont supérieur
Réservoir de boues d'huile de
graissage
50
Soudé
2000
Évent
17.3.7.2
Toutes les mesures de l'épaisseur aux ultrasons du pont supérieur ont été prises à
moins de 3 po de la pénétration dans le pont. Les conduits de ventilation désignés sur
le pont supérieur doivent être remplacés de la pénétration dans le pont jusqu'au
bouchon d'évent.
17.3.7.3
Toutes les mesures de l'épaisseur aux ultrasons des tubes de sondage ont été prises
aussi près que possible du dessus du réservoir ou de la pénétration dans le pont. Les
tubes désignés qui se terminent dans l'espace des machines doivent être entièrement
remplacés, de la plaque d'impact jusqu'à la soupape. Pour ce qui est des tubes de
sondage qui partent d'un réservoir et qui sont remplacés, il faudra percer un trou de
½ po dans le tuyau situé juste en dessous du dessus du réservoir pour assurer la
ventilation.
17.3.7.4
Les tubes de sondage qui se terminent sur le pont supérieur doivent être remplacés à
partir de la première bride sous le pont jusqu'à l'extrémité. Les soupapes ou les
bouchons doivent être remplacés par de nouvelles pièces, puis étiquetés de la même
manière que les soupapes en place.
17.3.7.5
Tous les tubes de sondage dans tous les réservoirs seront inspectés aux plaques
d'impact pour voir s'il y a des dommages. Les plaques doivent être remplacées si les
dommages dépassent une usure jugée raisonnable et ne peuvent pas durer pendant
toute la prolongation de 15 ans. Aux fins d'établissement de coûts, l'entrepreneur doit
prévoir le remplacement de [10] plaques d'impact.
17.3.7.6
Pour ce qui est terminaisons de conduits de ventilation retirés, la face des brides sera
protégée et la bride des conduits, obturée. Une étiquette non destructible doit
identifier le conduit de ventilation du réservoir. Sur les évents retirés, toutes les
étiquettes endommagées au point d'être inutilisables ou perdues doivent être
remplacées.
17.3.7.7
Pour les besoins de l'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que la
longueur de chaque section de la tuyauterie correspond au diamètre, à la longueur et
au type indiqués dans le Tableau 66. Lorsque la longueur réelle diffère de la valeur
indiquée, l'écart doit être rajusté au moyen du formulaire 1379.
17.3.7.8
Aux fins d'établissement des coûts des travaux émergents seulement, l'entrepreneur
doit indiquer un coût unitaire divisé entre la main-d'œuvre et les matériaux pour le
remplacement d'autres sections de la tuyauterie et de raccords et la réalisation des
réparations. Pour ces coûts « unitaires », une unité est définie comme suit :
187
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau droit Victaulic avec raccords et joints d'étanchéité
pour les tuyaux de diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
x
Une section d'un (1) mètre de tuyau soudé droit avec brides pour les tuyaux de
diamètre extérieur de 50 mm à 150 mm par échelons de 25 mm;
x
Une (1) pièce en T Victaulic de diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et joints
d'étanchéité;
x
Un (1) coude à 90 degrés Victaulic de diamètre extérieur de 125 mm avec raccords et
joints d'étanchéité;
17.3.7.9
17.4
Tous les travaux émergents doivent être lancés au moyen d'un formulaire 1379.
Preuve de rendement
17.4.1 Inspections
17.4.1.1
L'entrepreneur doit inspecter visuellement tous les tuyaux et les raccords
directement reliés aux sections retirées afin de déceler tous les blocages ou
dommages avant la fermeture du système. Tous les blocages doivent être éliminés
et les tuyaux endommagés doivent être remplacés selon les exigences de
l'inspecteur. Aux fins d'établissement de coûts, l'entrepreneur doit indiquer
[10] tuyaux bloqués.
17.4.1.2
Avant de procéder à des essais opérationnels, l'entrepreneur doit s'assurer que
l'alignement du système a été effectué, qu'il n'y a aucune extrémité ouverte et que
les pompes fonctionnent et peuvent pomper ou évacuer leur contenu par-dessus
bord.
17.4.2 Tests et essais
17.4.2.1
Chaque portion de tuyau remplacée sera inspectée pour en assurer l'intégrité sur le
système et sera occasionnellement mise à l'essai aux pressions et dépressions de
fonctionnement normales. À la fin des travaux, le système ne doit présenter aucune
fuite. Des réparations doivent être effectuées lorsque des fuites sont détectées. Il
faut ensuite procéder à un nouvel essai. Toute la pression doit être éliminée du
système avant que des réparations soient effectuées. Le fonctionnement de tous les
systèmes doit être mis à l'essai avant les essais en mer.
17.4.2.2
Avant de réparer les revêtements de pont à proximité, l'entrepreneur doit effectuer
des essais non destructifs sur toutes les soudures aux pénétrations de pont et de
cloison d'une manière acceptable pour Transports Canada. Au minimum,
188
l'entrepreneur doit effectuer un essai au savon pour produire des bulles sur l'endroit
soudé du pont. Un jet d'air de 80 lb/po2 doit être appliqué d'un côté de la soudure, et
une solution de savon liquide appliquée de l'autre côté. Toutes les soudures qui
fuient doivent être meulées puis soudées à nouveau selon les exigences de
l'inspecteur.
17.4.2.3
Une fois l'essai à l'air terminé, l'entrepreneur doit procéder à un essai de
fonctionnement des systèmes afin de vérifier si les raccords qui ont été ouverts
pendant le radoub comportent des fuites. Cet essai doit être réalisé de manière
acceptable pour Transports Canada et pour le représentant du propriétaire, après
avoir obtenu leur accord.
17.4.3 Certification
17.4.3.1
17.5
Les systèmes qui nécessitent une approbation obligatoire doivent être mis à l'essai
et certifiés, selon les exigences de Transports Canada.
Produits livrables
17.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
17.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire du registre des essais pour chaque drain
de pont, signé par le représentant autorisé de l'entrepreneur, l'inspecteur de la
Sécurité maritime de Transports Canada et le représentant du propriétaire.
17.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire des registres des essais pour les soupapes
antisiphoniques, signé par le représentant autorisé de l'entrepreneur, l'inspecteur de
la Sécurité maritime de Transports Canada et le représentant du propriétaire.
17.5.2 Pièces de rechange
17.5.2.1
Sans objet
17.5.3 Formation
17.5.3.1
Les tuyauteurs de l'entrepreneur doivent recevoir une formation sur les procédés
d'installation des systèmes de canalisations Victaulic. Bonne mise en place de la
tuyauterie en acier, exécution soudures bout à bout, de l'espace de dégagement pour
les emboîtements soudés. Aménagement des tuyaux de PVC. Tuyaux filetés.
Système de canalisation en cupro-nickel brasé à l'argent
17.5.3.2
Les soudeurs de l'entrepreneur doivent être certifiés conformément aux normes du
BCS pour tous les procédés de soudage employés. Les certifications doivent être
présentées à Transports Canada et au représentant du propriétaire sur demande.
189
17.6
Dossier photographique
BB1
BB2
190
BB3
191
BB4
192
FM1
o
n 3
no 3
FM2
193
FM3
FM4
194
FM5
FM6
195
BW1
GW1
196
18.0 DRAINS DE PONT POUR EAUX GRISES ET
SOUPAPES ANTISIPHONIQUES
18.1 Identification (EC no 33)
Aux termes de la présente section, l'entrepreneur doit remplacer les drains d'eaux grises internes
de ponts ainsi que les sections désignées de la tuyauterie d'eaux grises et déterminer où placer et
installer des soupapes antisiphoniques sur le système de récupération des eaux grises.
18.2
Références
18.2.1
18.2.1.1
Renseignements concernant l'équipement
Voir les dessins et les détails à l'annexe D. Des exemplaires pleine grandeur des
dessins seront mis à la disposition de l'entrepreneur.
18.2.2
Dessins
Numéro de dessin
22-0708-01
22-0708-05
18.2.3
Description
Schéma des dalots et drains de ponts
intérieurs et du système de récupération
des eaux grises.
Détails de l'installation et du
remplacement des drains de pont
Numéro électronique
Règlements
18.2.3.1
Loi sur la marine marchande du Canada, 2001
18.2.3.2
Règlement sur les machines de navires
18.2.3.3
Règlement sur la construction des coques
18.2.3.4
Règlement sur l'inspection des coques
18.2.3.5
Règlement sur la prévention de la pollution des eaux arctiques par les navires
18.2.4
18.2.4.1
Normes
Rules and Regulations for Steel Ships de Lloyd's Register.
18.2.4.2
International Association of Classification Societies Requirements Concerning
Pipes and Pressure Vessels.
18.2.4.3
Les tuyaux filetés doivent être conformes aux Rules and Regulations for the
Classification of Steel Ships, chapitre 12, de Lloyd's Register. Section 2.3, sous197
sections 2.3.1, 2.5, 12.2.1, 2.10, tableau 12.2.6, 2.11, pour les exigences en matière
de conception de la tuyauterie.
18.2.4.4
Les tuyaux et les raccords en PVC doivent être conformes aux Rules and
Regulations for the Classification of Steel Ships, chapitre 12, de Lloyd's Register.
Section 5.0, sous-sections 5.1, 5.2 et 5.3, pour les exigences en matière de
conception de la tuyauterie.
18.2.4.5
L'entrepreneur doit respecter les remarques générales des diagrammes et des
dessins.
18.2.4.6
Toutes les soudures doivent être conformes à une norme acceptée et approuvée par
Transports Canada et convenir à l'application en question.
18.2.4.7
Tous les tuyaux en acier doivent être conformes à la norme ASTM A.53.
18.2.5
18.2.5.1
Normes en matière d'assurance de la qualité
Les travaux doivent être réalisés conformément aux normes et aux pratiques
internes approuvées de l'entrepreneur en matière d'assurance de la qualité.
18.2.5.2
Les travaux doivent être réalisés selon une norme acceptée par l'inspecteur et le
représentant du propriétaire.
18.3
SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES
18.3.1 Généralités
18.3.1.1
Lorsque des tuyaux sont remplacés, l'entrepreneur doit employer de bonnes
pratiques de raccorderie.
18.3.1.2
Avant d'effectuer des travaux, l'entrepreneur doit prendre les précautions et les
mesures de sécurité nécessaires pour protéger les zones environnantes, prévenir les
incendies, protéger les composantes électriques de la poussière et installer des abris
pour contenir la poussière afin d'empêcher les dommages et les possibles
réparations aux zones environnantes.
18.3.1.3
Conformément aux exigences de l'ingénieur des systèmes, tous les systèmes doivent
être verrouillés et étiquetés, autant du point de vue électrique que mécanique.
18.3.1.4
Lorsque des travaux ne sont pas effectués, les tuyaux ouverts doivent être obturés
afin d'assurer leur propreté, de les protéger, et de prévenir l'infiltration de matières
étrangères.
18.3.1.5
Tous les étriers de suspension de tuyauterie retirés au cours du remplacement des
tuyaux doivent être remis en place comme à l'origine.
198
18.3.1.6
Toute la peinture aux endroits où des travaux de soudure doivent être réalisés doit
être retirée jusqu'au métal de base afin d'assurer des soudures et des ajustements de
qualité. Pour ce qui est des tuyaux en PVC, l'entrepreneur doit veiller à ce que la
colle adhère correctement.
18.3.1.7
Tout le cintrage des tuyaux en acier doit mesurer au moins cinq diamètres (5D). Le
cintrage des tuyaux Victualic préfabriqués peut être de 3D si la section de tuyaux en
place présente un cintrage de 3D.
18.3.1.8
L'entrepreneur ne doit pas utiliser de ruban pour filetages sur les tuyaux filetés; il
doit plutôt employer un scellant liquide pour filetages en téflon, comme le scellant
Loctite 567 ou un équivalent.
18.3.1.9
Tous les tuyaux et tous les raccords Victaulic doivent être installés conformément
au manuel 1-100 de Victaulic. La lubrification des joints Victaulic doit être
conforme aux normes canadiennes qui s'appliquent.
18.3.1.10
Tous les tuyaux doivent être remis à leur état d'origine avec les revêtements de
peinture conformes au document 30-000-000-ES-TE-001- Normes relatives au code
de couleurs pour la tuyauterie. Les revêtements de peinture choisis doivent être
conçus pour l'utilisation qui convient, comme pour les réservoirs, les cales ou les
locaux d'habitation.
18.3.2 Drains de pont pour les eaux grises
18.3.2.1
Remplacer tous les drains de pont indiqués à la section 18.3.2.6 et illustrés sur le
dessin 22-0708-01- Schéma des dalots et drains de ponts et du système de
récupération des eaux grises. Tous les drains au-dessus du pont principal doivent
être remplacés jusqu'à la tuyauterie en PVC en place (environ 3 à 4 pi) par un tuyau
en acier galvanisé, nomenclature 40 conforme aux normes ANSI/ASTM A53,
nuance A.
18.3.2.2
L'entrepreneur doit veiller à ce que le système soit isolé adéquatement, nettoyé et
vidé de tout le liquide avant de défaire un raccord.
18.3.2.3
Raccorder et tuyauter l'équipement de la cuisine qui doit être drainé jusqu'aux
drains d'eaux grises selon des exigences du fournisseur. Cela comprend les lavevaisselle, les hottes de ventilation, les tables à vapeur, les machines à glace et les
broyeurs à déchets. L'ensemble de l'équipement de la cuisine doit être raccordé à
l'aide de tuyaux en cuivre-nickel 90/10 uniquement avec des joints brasés en argent;
aucun nettoyage ne doit être effectué.
18.3.2.4
Rebrancher et sonder les drains de l'office des officiers selon les exigences des
fournisseurs.
199
18.3.2.5
Les drains des ponts coulés (toilettes, douches) doivent être installés selon le
dessin 22-0708-05 Détails de l'installation et du remplacement des drains de pont.
Pour les coursives, les casiers à matériel et tous les espaces avec un pont peint, les
drains doivent être encastrés. En ce qui concerne les ponts à revêtement de
carreaux, comme la cuisine, les drains doivent être installés à ras du pont et les
carreaux doivent être jointoyés à fleur de la surface. Des anneaux de garniture
doivent être installés aux endroits nécessaires.
18.3.2.6
L'entrepreneur doit perturber les ponts le moins possible. Les parties perturbées ou
retirées des revêtements de pont doivent être remises en état à fleur des zones
environnantes; les revêtements de plancher endommagés doivent être agencés le
plus possible avec les revêtements existants. Avant l'installation, l'entrepreneur doit
consulter le mécanicien en chef pour faire approuver les produits de recouvrement
des planchers.
18.3.2.7
Liste des drains pour chacun des ponts :
x
x
x
x
x
x
Pont de timonerie (2) 40 mm/1½ po
Pont de la passerelle de navigation (4) 40 mm/1½ po
Passerelle des officiers (23) 40 mm/1½ po
Pont des embarcations (24) 40 mm/1½ po Un des drains doit être muni d'un bouchon.
Pont supérieur (54) 40 mm/1½ po Trois des drains doivent être munis d'un bouchon
dans l'infirmerie.
Pont principal (68) – [58 de 40 mm/1½ po, 10 de 65 mm/2½ po, 2 des drains de
65 mm/2½ po doivent être munis d'un obturateur verrouillable].
18.3.3 Soupapes antisiphoniques
18.3.3.1
Inspecter toutes les soupapes antisiphoniques comme l'indique le dessin 22-0708-01
Schéma des dalots et drains de ponts et du système de récupération des eaux grises.
18.3.3.2
Si aucune soupape antisiphonique n'est trouvée, l'entrepreneur doit installer de
nouvelles soupapes conformément au dessin 22-0708-01 Schéma des dalots et
drains de ponts et du système de récupération des eaux grises. Aux fins
d'établissement des coûts, l'entrepreneur doit supposer que [toutes les 14] soupapes
antisiphoniques manquent.
18.3.3.3
L'entrepreneur doit veiller à ce que le système soit isolé adéquatement, nettoyé et
vidé de tout le liquide avant de défaire un raccord.
18.3.3.2
Liste des soupapes antisiphoniques
x
x
x
Timonerie (1)
Pont de passerelle de navigation (2)
Passerelle des officiers (3)
200
x
x
x
18.4
Pont des embarcations (2)
Pont supérieur (4)
Pont principal (2)
Preuve de rendement
18.4.1 Inspections
18.4.1.1
L'entrepreneur doit inspecter visuellement les tuyaux en PVC directement raccordés
au drain de pont ainsi que les tuyaux près des soupapes antisiphoniques pour relever
tout blocage avant de fermer le système. Tous les blocages doivent être éliminés et
les tuyaux endommagés doivent être remplacés selon les exigences de l'inspecteur.
Aux fins d'estimation des coûts, l'entrepreneur doit supposer que [20] des conduites
de drainage sont bloquées.
18.4.1.2
Avant de procéder à des essais opérationnels, l'entrepreneur doit s'assurer que
l'alignement du système a été effectué, qu'il n'y a aucune extrémité ouverte et que
les pompes fonctionnent et peuvent pomper ou évacuer par-dessus bord.
18.4.2
Tests et essais
18.4.2.1
Avant de réparer les revêtements de pont environnants, l'entrepreneur doit effectuer
des essais non destructifs sur toutes les soudures près des remplacements de drains
de pont et d'une manière acceptable pour Transports Canada. Au minimum,
l'entrepreneur doit effectuer un essai au savon pour produire des bulles sur l'endroit
soudé du pont. Un jet d'air de 80 lb/po2 doit être appliqué d'un côté de la soudure, et
une solution de savon liquide appliquée de l'autre côté. Toutes les soudures qui
fuient doivent être meulées puis soudées à nouveau selon les exigences de
l'inspecteur.
18.4.2.2
Une fois l'essai à l'air terminé, l'entrepreneur doit procéder à un essai de
fonctionnement des drains de pont afin de vérifier si le boîtier du pont et toutes les
connexions jusqu'à la tuyauterie en acier et en PVC présentent des fuites. Pour ce
faire, l'entrepreneur devra faire couler de l'eau dans le drain pendant au moins 60
secondes afin de repérer toute fuite sur le nouveau système de canalisation et de
Nables de pont et tout blocage en aval de la zone d'essai. L'entrepreneur doit aviser
le mécanicien en chef 24 heures avant cet essai. L'entrepreneur doit aviser le
mécanicien en chef juste avant de réaliser les essais pour que ce dernier soit présent.
Il incombe à l'entrepreneur de réparer et de procéder à un nouvel essai d'étanchéité
de la tuyauterie.18.4.2.3
L'entrepreneur doit effectuer un essai de
fonctionnement sur chacune des soupapes antisiphoniques pour démontrer la libre
circulation de l'air par les soupapes.
18.4.3
Certification
201
18.4.3.1
18.5
Sans objet
Produits livrables
18.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
18.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire du registre des essais pour chaque drain
de pont, signé par le représentant autorisé de l'entrepreneur, l'inspecteur de la
Sécurité maritime de Transports Canada et le représentant du propriétaire.
18.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir un exemplaire des registres des essais pour les soupapes
antisiphoniques, signé par le représentant autorisé de l'entrepreneur, l'inspecteur de
la Sécurité maritime de Transports Canada et le représentant du propriétaire.
18.5.2
18.5.2.1
18.5.3
18.5.3.1
Pièces de rechange
Sans objet.
Formation
Les tuyauteurs de l'entrepreneur doivent recevoir une formation sur les procédés
d'installation des systèmes de canalisations Victaulic. Bonne mise en place de la
tuyauterie en acier, exécution de soudures bout à bout, espace de dégagement pour
les emboîtements soudés et mise en place de la tuyauterie en PVC.
202
19.0 MISE À NIVEAU DU SYSTÈME D'ALARME ET
DE SURVEILLANCE
19.1
Identification (EC no 180)
19.1.1
Aux termes de la présente section, l'entrepreneur doit moderniser le système de
gestion de l'alimentation, d'alarme et de surveillance Siemens Step 5 pour mettre en
place de nouvelles composantes Siemens Step 7. La modernisation vise également
l'interface humain-machine de SCADA (commande de système et acquisition de
données) de même que les ordinateurs et le logiciel. Toutes les composantes
Siemens seront conservées.
19.1.2
Les soumissionnaires doivent se engager Siemens Canada de fournir des
équipements, l'ingénierie, l'intégration et la supervision de tous les travaux.
Le système complet doit satisfaire toutes les exigences de la SMTC et de classe applicables.
19.2
Références
•
TP 127F
Sécurité maritime de Transports Canada; Normes d'électricité
régissant les navires, édition actuelle
•
IEEE 45-2014 – Recommended Practice for Electrical Installations on Shipboard
•
Tank Sensors Existing Nov 2014.pdf
19.2.1 Renseignements concernant l'équipement
•
LSU-1 Contrôleur programmable, Siemens S5-155U, membrure 61T, salle du moteur de
propulsion, tribord
•
LSU-2 Commande programmable, Siemens S5-155U, membrure 80B, salle du
réchauffeur à fluide thermique
•
LSU-3 Commande programmable, Siemens S5-155U, membrure 115, salle des machines
principale, avant
•
LSU-4 Commande programmable, Siemens S5-155U, membrure 115, salle des machines
principale, avant
•
LSU-5 Commande programmable, Siemens S5-155U, membrure 115, salle des machines
principale, avant
•
LSU-6 Commande programmable, Siemens S5-155U, membrure 114TT, salle des
machines principale, partie avant supérieure
•
LSU-7 Commande programmable, Siemens S5-155U, cubicule C2, salle de commande
principale
•
LSU-7.1 Commande programmable, Siemens S5-155U, cubicule C2, salle de commande
principale
•
PMS Commande programmable, Siemens S5-155U, cubicule C3, salle de commande
principale
•
DSS51 Génératrice auxiliaire no 1, automate programmable Siemens S5-95U, console de
la salle de commande principale
203
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
DSS51 Génératrice auxiliaire no 2, automate programmable Siemens S5-95U, armoire
AG2 de la salle de commande principale
LSU- 7.2 Génératrice auxiliaire no 2, automate programmable Siemens S5-95U,
compartiment AG2, passerelle des officiers
DSS51 Génératrice diesel no 1, automate programmable Siemens S5-95U, console de la
salle de commande principale
DSS51 Génératrice diesel no 2, automate programmable Siemens S5-95U, console de la
salle de commande principale
DSS51 Génératrice diesel no 3, automate programmable Siemens S5-95U, console de la
salle de commande principale
Télégraphe/enregistreur de propulsion, automate programmable Siemens S5-95U,
imprimante dans la salle de commande, console de la salle de commande principale
PCN54, automate programmable de commande de la pompe, automate programmable
Siemens S5-95U, cubicule C3, salle de commande principale
PCN54, automate programmable de commande de la pompe, automate programmable
Siemens S5-95U, cubicule C3, salle de commande principale
IGSS no 1, ordinateur du serveur 1, console de la salle de commande principale
IGSS no 2, ordinateur du serveur 2, console de la salle de commande principale
WRKSTN1, ordinateur de surveillance du poste de travail, console de la salle de
commande principale
WRKSTN2, ordinateur de surveillance du bureau du mécanicien, bureau du mécanicien,
pont supérieur
WRKSTN3, ordinateur de surveillance du mécanicien en chef, cabine du mécanicien en
chef, pont d'envol et pont des embarcations
Panneau de surveillance du niveau de réservoir no 1, membrure 61B, espace de machine
auxiliaire
Panneau de mesure du niveau de réservoir no 2, membrure 118B, salle des machines
principale
Laserjet 4, console de la salle de commande principale, approbation de la société de
classification non requise
19.2.3 Dessins
Numéro de dessin
Description
G62001-E0078-S001 Aperçu du système de commande,
d'alarme et de surveillance
Numéro électronique
G62001-E0078-S001
34-0832-01 00-33
34-0832-01 (mis à jour en fonction des
originaux) schéma du câblage des alarmes et
de la surveillance 1-64 feuilles
34-0832-01 00-33
001e0082
AG2 001e0082 Génératrice auxiliaire
no 2, 1-64 feuilles
Enregistreur d'événements 001f0015, 116 feuilles
Alimentation centrale, 1-10 feuilles
Normes de configuration et de dessin, 123 feuilles
LSU, 1-7 001e0078, 1-317 feuilles
PMS 001e0080, 1-212 feuilles
Matériel, PMS, 008e0080, 1-4 feuilles
001e0082
001f0015
001e0083 1-10
G62001-E0078
001e0078
001e0080
008e0080
001f0015
001e0083
G62001-E0078
001e0078
001e0080
008e0080
204
008e0081
Matériel des pompes et des soupapes,
008e0081, 1-5 feuilles
SOUPAPES, 001e0081, 1-98 feuilles
Matériel, S5, 008e0078, 1-7 feuilles
Vue en plan de la configuration des
machines sur le pont inférieur et vue en
élévation, tribord
Liste des machines (révision 8)
Plan des chemins de câbles du pont, pont
d'envol et des embarcations, centre,
membrures -67.5 à -150.5
Plan des chemins de câbles du pont, pont
supérieur, avant, membrures -119,5 à
150 et pont de gaillard
Chemins de câbles sous le pont principal,
membrures 29,5 à 77,5
Plan des chemins de câbles sous le pont
principal, membrures 77,5 à 126,5
Plan des chemins de câbles sous le pont
inférieur, membrures 29,5 à 46,5,
feuille 2 de 2
Plan des chemins de câbles sous le pont
inférieur, membrures 29,5 à 77,5,
feuille 1 de 2
Plan des chemins de câbles sous le pont
inférieur, membrures 77,5 à 127,5
001e0081
008e0078
23-0600-02
23-0600-06
33-0882-04
33-0882-07
33-0882-11
33-0882-12
33-0882-13
33-0882-13
33-0882-14
19.2.3.1
008e0081
001e0081
008e0078
23-0600-02
23-0600-06
33-0882-04
33-0882-07
33-0882-11
33-0882-12
33-0882-13
33-0882-13
33-0882-14
Aux fins de soumission, tous les dessins sont fournis en format PDF. Les dessins
AutoCAD réels seront fournis au soumissionnaire retenu. Tous les dessins doivent
être modifiés afin d'être « tel que construit » pour illustrer le nouveau système
connecté, et ce, aux frais de l'entrepreneur. Tous les dessins AutoCAD doivent être
compatibles avec la version 2011 d'AutoCAD. Cette exigence n'inclut pas les
dessins en surbrillance au bas du tableau précédent.
19.2.4 Règlements
19.2.4.1
Tous les travaux exécutés et les diverses modifications apportées doivent être
conformes à la plus récente version en vigueur de la Loi sur la marine marchande
du Canada et plus particulièrement aux règlements sur les machines de navires.
Par ailleurs, les travaux doivent respecter les règlements sur les règlements de
classification approuvés par Transports Canada.
19.2.5 Normes
205
x
x
TP 127F
Sécurité maritime de Transports Canada; Normes d'électricité
régissant les navires
IEEE 45 – Recommended Practice for Electrical Installations on Shipboard
19.2.6 Exigences environnementales
L'équipement doit être conçu pour fonctionner dans les conditions suivantes :
x Plage de température de l'air variant de 0°C à 55°C; l'équipement doit être
fonctionnel et ne subir aucune détérioration lorsque la température de l'air s'élève
jusqu'à 70°C.
x Température de l'eau: -2°C l'hiver; 30°C l'été
x Inclinaison dans toutes les directions par rapport à la position de montage : 22,5,
roulis : 22,5°, période complète de 10 secondes; accélération linéaire verticale de
± 1,0 g
x Une inclinaison permanente de 15°, bâbord ou tribord, sans compter le roulis
x Tangage du navire, ± 12°, fréquence du cycle : 6 secondes
x Assiette permanente de 5° au-dessus ou en dessous de la ligne horizontale, sans
compter le tangage
x Selon les conditions suivantes d'humidité relative : humidité relative de 95 % à
des températures allant jusqu'à 45°C; humidité relative de 70 % à toutes les autres
températures pertinentes.
x Charge de choc : 2,5 g à l'horizontale, 1,5 g à la verticale
x Selon les conditions de vibration suivantes : – 2,0-13,2 Hz, amplitude de
déplacement de ± 1,0 mm; – 13,2-80,0 Hz, amplitude d'accélération de ± 0,7 g,
accélération maximale de 0.7 g. Les fréquences naturelles des supports
d'équipement ou de pièces d'équipement ne doivent pas se situer dans la plage de
0 à 80 Hz, sauf s'il est impossible de les maintenir à l'extérieur de cette plage
malgré les méthodes de conception de la construction; les vibrations doivent alors
être amorties afin d'éviter une amplification excessive.
x Pour ce qui est des conditions non mentionnées, l'entrepreneur doit suivre la
version la plus récente des normes TP 127F ou IEEE45-2002.
19.2.7 Normes en matière d'assurance de la qualité
19.2.7.1
19.3
L'intégrateur de système doit soumettre une procédure d'essai détaillée et un
calendrier des essais pour toutes les composantes et tous les logiciels avant et après
l'installation. Cette procédure doit être soumise à l'autorité technique après
l'attribution du contrat. Les essais doivent inclurent tous les points d'alarme et les
écrans SCADA tels qu'ils existent dans le système d'origine, et tous les points
d'alarme et les écrans SCADA nouvellement configurés.
Spécifications techniques
206
19.3.1
19.3.2 -19.3.7
Les automates programmables et les ordinateurs existants décrits à la
section 19.2.1 doivent être mis à niveau pour devenir des automates
programmables Siemens Step 7 avec un logiciel compatible d'IHM de SCADA
équivalent à Siemens SIMOS IMAC 55. Cette mise à jour inclura de nouveaux
automates configurés pour une sauvegarde à chaud.
Supprimer
19.3.8
La prise en charge du matériel des automates programmables doit être assurée au
moins jusqu'en 2029. L'intégrateur de système doit fournir une preuve écrite du
fabricant de produit que les pièces et le service seront disponibles au moins
jusqu'en 2029.
19.3.9
Personne-ressource de Siemens connaissant la configuration et la disposition
actuelles :
Tom Penton
Gestionnaire de compte
Division des services à la clientèle
Siemens Canada
709-722-7282 poste 111
Cell. : 709 689 3562
thomas.penton@siemens.com
19.3.10
Les nouveaux ordinateurs SCADA doivent fonctionner sur le système
d'exploitation Microsoft présentement pris en charge avec du matériel qui dépasse
les exigences acceptables du logiciel SCADA.
19.3.11
Les bus A et B en place du Sinec H1 doivent être remplacés par un bus de
communication compatible avec les nouveaux automates programmables. Les
connexions Ethernet existantes aux ordinateurs IGSS IHM SCADA peuvent être
utilisées de nouveau si elles se révèlent compatibles et fiables après les essais.
L'entrepreneur doit être avisé que les chemins de câbles à l'extérieur de la salle des
machines peuvent contenir des poussières d'amiante à éliminer. Toute activité
d'élimination de l'amiante doit être traitée au moyen d'un formulaire 1379.
19.3.12
Une fois le nouveau système en place, les points d'alarme existants doivent être
mis à l'essai pour en vérifier le fonctionnement. Si un point d'alarme en particulier
ne peut être simulé, une simulation est possible au moyen d'équipement
d'étalonnage de signal approuvé utilisé au point le plus près possible du dispositif
d'alarme visé pour minimiser les erreurs de câblage. Un certificat d'étalonnage
récent doit être fourni pour de l'équipement d'étalonnage en question. Toute
défaillance du câblage d'alarme extérieur ne découlant pas d'une action directe de
la mise à niveau sera réglée au moyen du formulaire 1379.
19.3.13
Les panneaux de surveillance de réservoir existants (comme détaillé dans 19.2.1)
doivent être mis à niveau afin qu'ils puissent profiter de l'industrie de traitement du
signal 4-20 mA standard. Capteurs de réservoir incompatibles doivent être
identifiés et remplacée dans le cadre de la présente spécification. À la suite de ce
207
remplacement, où le dégazage est requise lorsqu'une citerne ou l'espace impliqué
ne est pas déjà ouvert et le gaz libéré pour un autre article de spécification ou le
remplacement du câble à être couverts par 1,379 action. Il ya un total de 15 0-1mA
capteurs qui devront être remplacés et sont identifiés dans les capteurs réservoir
existant novembre 2014.pdf inscription inclus dans le package de dessin. Deux
réservoirs de carburant (n ° 8 de bâbord et tribord) et les réservoirs de couteau
arrière et FWD ont bridé citernes capteurs de style bas situés dans les réservoirs.
Tous les autres capteurs sont montés sur le côté du réservoir individuel et sont
accessibles à travers un robinet d'isolement monté adjacent au capteur. Les
réservoirs de carburant # 8 sera nettoyée avant à ce contrat, mais devront être
confirmés gaz libéré avant l'entrée ou au travail est effectué. Les réservoirs de
couteau arrière et FWD seront ouverts dans le cadre de la spécification barboteur
tuyauterie de remplacement. Entrepreneur responsable des coûts associés aux
procédures d'entrée dans les espaces confinés nécessaires pour remplacer les
capteurs.
19.3.14
Le bus de communication doit être configuré de manière à ne pas interrompre la
communication dans le système si une ligne du bus tombe en panne. Une telle
erreur dans le système de communication (p. ex., bris de câble ou défaillance
d'équipement) déclenche une alarme pour indiquer le problème sur les écrans
IHM.
19.3.15
Si l'un des serveurs IHM tombe en panne, une alarme se déclenche sur le serveur
restant pour décrire le problème.
19.3.16
La mise à niveau des automates programmables prendra autant de place que les
composantes Step 5 retirées.
19.3.17
Il incombe à l'entrepreneur de désigner et de consigner la fonction adéquate de
tous les paramètres d'alarme pour les automates programmables et le système
SCADA. Cela inclut tous les points d'alarme de niveau élevé/faible, les préalarmes
et les délais.
19.3.18
L'entrepreneur doit confirmer qu'il comprend la fonction adéquate et le
fonctionnement de toutes les fonctions de gestion de l'alimentation et de
commande des pompes telles qu'elles sont. Cela fera partie du programme d'essai
comme il est indiqué dans 19.2.7.1
19.3.19
Après la mise à niveau, l'entrepreneur doit mettre à l'essai toutes les fonctions de
gestion de l'alimentation, le système de commande des pompes et les alarmes pour
en assurer le bon fonctionnement.
19.3.20
L'entrepreneur doit prendre des notes de tous les points et de tous les écrans alors
qu'ils font l'objet d'une surveillance à l'aide du logiciel existant IGSS SCADA. Au
minimum, le nouveau logiciel SCADA doit imiter tous les points et les interfaces
utilisateurs graphiques tels qu'ils sont.
208
19.3.21
Le logiciel SCADA pourra noter les points d'alarmes dans un registre indiquant la
date et l'heure, et ce, selon leur ordre d'occurrence. Ce registre des alarmes et tous
les écrans pourront être imprimés au moyen de la nouvelle imprimante couleur
Laserjet qui pourra se brancher à tous les ordinateurs SCADA dans la salle de
commande principale.
19.3.22
Les points d'alarme seront configurés afin que toutes les alarmes actives s'affichent
sur un écran principal, avec les alarmes les plus récentes tout en haut. À mesure
que de nouvelles alarmes s'activent, l'écran se remettra à jour automatiquement.
Tout point en état de préalarme s'affichera en jaune alors qu'un point en état
d'alarme s'affichera en rouge. Un retour à la normale sera indiqué en vert, ou sans
couleur. Tous les points indiqueront l'état ou la valeur du contact ainsi que le seuil
du point d'alarme.
19.3.23
Alarme et surveillance – Généralités :
i) Tous les points d'alarme doivent présenter des paramètres de délais;
ii) Tous les points en état d'alarme doivent afficher un message textuel clair sur
chacun des écrans graphiques (clignotement rouge);
ii) Tous les points en état d'alarme reconnus doivent afficher un message textuel
clair sur chacun des écrans graphiques (rouge sans clignotement);
ii) Tous les points qui étaient en état d'alarme et qui sont revenus à la normale,
mais sans avoir été reconnus, doivent afficher un message textuel clair sur chacun
des écrans graphiques (vert sans clignotement);
v) Il sera possible de bloquer les alarmes en groupes en cas de panne de machines
et pour imiter le schéma existant;
vi) Collecte de données concernant les valeurs des systèmes importants, stockée
sur le disque local, mais disponible à partir du réseau local;
vii) Toutes les alarmes doivent pouvoir être imprimées sur l'imprimante locale
dans la salle de commande principale, en indiquant l'heure et la date de
l'événement, ainsi qu'un message textuel de l'état d'alarme;
viii) Possibilité de changer manuellement les seuils des alarmes pour tous les
points d'alarme;
ix) Le fait de couper les nouvelles alarmes à l'aide de l'avertisseur local provoque
un arrêt temporaire de l'alarme sonore sur tous les postes actifs à bord du navire. À
partir de ce moment, l'opérateur aura deux (2) minutes pour se rendre à l'un des
trois (3) ordinateurs SCADA dans la salle de commande principale pour accepter
l'alarme de manière définitive, sans quoi les alarmes sonores se déclencheront de
nouveau. Si une deuxième alarme se déclenche au cours de ce délai de deux (2)
minutes, la séquence d'alarmes sonores se réactive. L'ordinateur portatif de
programmation et de diagnostic doit être configuré de manière à pouvoir faire
taire/accepter et bloquer les alarmes;
x) Seuls la salle de commande principale et les ordinateurs portatifs de
programmation pourront faire taire/accepter et bloquer les alarmes en mode
opérateur;
xi) Une réinitialisation de toutes les défaillances d'automates programmables doit
être offerte sur les écrans d'affichage de données.
209
19.3.24
Le système doit être fourni avec trois licences de visualisation Web et les adresses
TCP doivent correspondre au réseau du navire pour permettre l'affichage
d'information sur le réseau à bord du navire.
19.3.25
Le logiciel SCADA aura la capacité de prendre note de toutes les alarmes bloquées
sur un seul écran d'alarme. De plus, les alarmes bloquées ou débloquées doivent
être consignées dans le registre.
19.3.26
Le logiciel SCADA pourra consigner en temps réel au moins 12 points multiples
sur une interface graphique en indiquant l'état du contact ou le niveau analogique
selon le point à surveiller. Cette tendance peut être rappelée à partir d'autres postes
d'opérateur. Elle pourra être enregistrée afin d'être affichée à une date ultérieure
aux fins de consultation et de diagnostic.
19.3.27
Le logiciel SCADA pourra afficher au moins quatre écrans fractionnés sur un seul
moniteur. Il pourra aussi accueillir toute combinaison d'écrans sur un ordinateur
SCADA selon les configurations établies. Le format des nouveaux écrans de
surveillance sera de 16:9; ces écrans seront aussi grands que possible. Une
fonction d'écran tactile sera intégrée, mais il ne s'agira pas de la seule méthode de
commande. Chaque ordinateur sera équipé d'un clavier et d'une souris avec fil.
Aucune commande sans fil ne sera permise..
19.3.28
Le logiciel SCADA sera protégé de tout accès non autorisé et offrira différents
niveaux d'accès pour le personnel. Il permettra la modification des points de
consigne du système à l'aide d'une protection par mot de passe pour les différents
niveaux de système et sera constitué d'au moins quatre niveaux. Tous les
ordinateurs auront tous le même nom d'utilisateur et les mêmes mots de passe pour
l'ensemble des niveaux. Les modifications apportées à partir du niveau
administrateur et des niveaux supérieurs seront automatiquement appliquées aux
autres ordinateurs SCADA après un message d'avertissement de programmation
indiquant que des changements seront appliqués sur les autres ordinateurs du
réseau.
1.
Niveau opérateur. - Affichage de l'ensemble des alarmes/pages et registres,
reconnaître, accepter et couper les alarmes. Les utilisateurs de ce niveau ne
pourront pas apporter de modifications aux points d'alarme.
2.
Niveau administrateur. - Toutes les fonctions indiquées en 1, en plus du réglage
des délais et de l'activation et de la désactivation des alarmes.
3.
Niveau programmation. - Toutes les fonctions en 1 et 2, en plus de la capacité de
changer les écrans et les paramètres du programme.
4.
Niveau capitaine - Toutes les fonctions en 1, 2 et 3, en plus de la capacité
d'apporter des modifications de haut niveau.
19.3.29
Les automates programmables mis à niveau avec Step 7 utiliseront les câbles en
place raccordés aux points de connexion externes (points d'alarme numériques et
210
analogiques). Lorsque les câbles ne sont pas assez longs, de nouveaux câbles
doivent être branchés à partir des borniers dans la barrette de raccordement
adjacente. L'entrepreneur n'est en aucun cas autorisé à utiliser des prolongateurs
bout à bout ou des rallonges.
19.3.30
Les nouveaux câbles employés doivent être de fabrication et de couleur semblables
aux câbles originaux avec un système de numérotation des fils équivalent.
19.3.31
Toutes les nouvelles composantes, y compris les ordinateurs personnels fixés de
manière permanente, les automates programmables et le logiciel, doivent être
approuvées par une société de classification reconnue par la SMTC dans le cadre
du PDIO (Lloyd’s Register of Shipping, American Bureau of Shipping,
Germanischer Lloyd, Det Norske Veritas ou Bureau Veritas). Les preuves de
certification de la société de classification doivent être fournies avec la
soumission..
19.3.32
Un ordinateur portatif de dépannage pouvant communiquer avec le programme
SCADA et possédant le logiciel de programmation afin de modifier et
visualiser/surveiller chacun des programmes des automates programmables sera
fourni. Un point de connexion à chacun des automates programmables doit être
fourni par l'intégrateur de système pour permettre l'utilisation de cette fonction.
Les changements de programmation seront possibles à partir de cet ordinateur
portatif de manière à pouvoir les tester sans nuire au reste du système SCADA.
19.3.33
Tous les nouveaux câbles doivent être des câbles marins approuvés par Transports
Canada conformément à la section 13 de TP 127F. L'installation doit satisfaire aux
exigences prescrites à la section 13 de TP 127F. Tous les câbles doivent être dotés
d'étiquettes d'identification métalliques non corrosives à chacun des points d'entrée
et de sortie et aux traversées. Les étiquettes doivent être maintenues en place à
l'aide de fixations métalliques non corrosives. L'installation et les coûts de
l'ensemble des nouveaux supports, des traversées, des chemins de câbles et des
dispositifs de fixation incombent à l'entrepreneur. Tous les câbles doivent être
fixés à l'aide d'agrafes et d'attaches métalliques non corrosives. L'autorité
technique doit approuver tous les chemins de câbles avant l'installation.
19.3.34
Le logiciel fourni pour l'utilisation de l'ensemble du nouvel équipement sera offert
avec des copies entièrement autorisées du logiciel sur disque ou clé USB qui
pourront être installées et utilisées sur place et hors ligne sans communiquer avec
le fabricant, étant donné le manque de fiabilité des communications dans
l'Arctique. Des versions électroniques et imprimées complètes de la
programmation des logiciels avec la nomenclature du système pour l'ensemble des
programmes des automates programmes seront fournies. Tous les mots de passe
principaux du fournisseur d'origine pour activer et désactiver l'ensemble des
fonctions du système installé doivent être remis à l'autorité technique et au
mécanicien en chef. Tous les ordinateurs et ordinateurs portatifs doivent être
fournis avec des disques durs miroités de secours pour chaque unité conformément
à la version finale d'installation.
211
19.3.35
Plaques signalétiques - Tous les appareils doivent être identifiés au moyen d'une
plaque signalétique en plastique noir laminé avec des gravures blanches, en
français et en anglais. Ces plaques doivent être fixées solidement à l'aide de vis
afin d'empêcher qu'elles se libèrent à cause d'importantes vibrations.
19.3.36
Les ordinateurs/l'équipement d'essai spécial (ordinateur portatif) de diagnostic
seront fournis avec un logiciel de communication approprié et des câbles pour
surveiller/diagnostiquer/modifier la programmation au besoin. Tous les outils
spéciaux et l'équipement d'essai requis dans le cadre d'essai de routine/de
calibrations et d'entretien doivent être fournis par l'intégrateur de système.
19.3.37
Toutes les pièces enlevées doivent être déposées à terre et éliminées aux frais de
l'entrepreneur conformément aux règlements environnementaux locaux.
19.3.38
Tous les câbles qui ne peuvent pas servir au nouveau système installé (c.-à-d. bus
de communication) doivent être retirés et éliminés aux frais de l'entrepreneur.
Toutes les traversées ouvertes non utilisées pour de nouveaux câbles doivent être
remises en état de manière à assurer une protection ignifuge et imperméable
comme à l'origine selon les endroits et à la satisfaction des exigences du
mécanicien en chef et de Transports Canada.
19.4
Preuve de rendement
19.4.1 Inspections
19.4.1.1
Toutes les installations et tous les câbles doivent être inspectés et obtenir
l'approbation du mécanicien en chef ou de son remplaçant désigné, et de
l'inspecteur de la SMTC présent.
19.4.2 Tests et essais
19.4.2.1
Tous les points d'alarme, y compris les seuils, les états de contact et la logique de
programmation, doivent être comparés aux dessins originaux fournis afin qu'aucun
changement ne soit apporté depuis à la mise en service initiale. Pour ce faire, il
faudra également consigner les écrans et les configurations d'IGSS.
19.4.2.2
Une fois le nouveau système en place, les points d'alarme existants doivent être
mis à l'essai dans la mesure du possible pour en vérifier le fonctionnement. Si un
point d'alarme en particulier ne peut être simulé en raison de difficultés d'accès
(p. ex., capteurs de réservoir), une simulation est possible au moyen d'équipement
d'étalonnage de signal approuvé utilisé au point le plus près possible du dispositif
d'alarme visé pour minimiser les erreurs de câblage. Un certificat d'étalonnage
récent doit être fourni pour de l'équipement d'étalonnage en question. Toute
défaillance du câblage d'alarme extérieur qui ne découle pas d'une action directe de
la mise à niveau sera réglée au moyen du formulaire 1379.
212
19.4.3 Certification
19.4.2.1
19.5
Toutes les pièces d'équipement doivent être accompagnées d'une copie des
certificats de la société de classification indiquant l'approbation et toutes les dates
d'échéance, s'il y a lieu.
Produits livrables
19.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
19.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir trois (3) exemplaires papier et deux (2) exemplaires
électroniques des documents suivants :
•
Tous les manuels concernant l'équipement conforme à l'exécution en anglais, et un
exemplaire électronique en français doivent être fournis, s'ils sont disponibles auprès du
fabricant.
19.5.2
Pièces de rechange
19.5.2.1
L'entrepreneur doit fournir un ensemble de pièces de rechange incluant au moins
un type de chaque composante faisant partie du système d'automates
programmables.
19.5.2.2
L'entrepreneur doit fournir un ordinateur SCADA entièrement fonctionnel avec un
moniteur, un clavier et une souris ainsi que le logiciel déjà installé et des
instructions afin que l'on puisse le remplacer par une unité installée de manière
permanente.
19.5.2.3
Tous les cinq (5) ordinateurs SCADA fournis doivent être dotés d'un disque dur
miroité comportant la version finale du logiciel et des points d'alarmes tels que
configurés et conformes à l'exécution. L'entrepreneur doit inclure une copie du
logiciel de création de l'image aux fins de sauvegarde ou de mise à jour.
19.5.3
Formation
19.5.3.1
L'entrepreneur doit prévoir les services requis d'un représentant détaché pour
l'organisation de deux séances de formation d'une demi-journée destinées à
l'équipage, avec un formateur, pour bien expliquer le mode de fonctionnement.
Une formation supplémentaire de deux jours sera offerte aux officiers électriciens,
à l'officier mécanicien principal et au mécanicien de chacun des deux navires (pour
un total de quatre jours). L'entrepreneur doit prévoir du matériel de formation pour
huit personnes par quart en indiquant les renseignements en lien aux coûts
supplémentaires pour chaque personne en plus du nombre prescrit de
213
huit personnes par quart. Le matériel de formation doit inclure un exemplaire
papier par personne des procédures de fonctionnement et d'entretien conformément
aux directives du formateur. L'entrepreneur doit fournir un exemplaire
électronique du matériel de formation à l'autorité technique et au mécanicien en
chef.
214
20.0 RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME
ANTISALISSURE DE LA TUYAUTERIE
20.1
Identification (EC no 101)
20.1.2
20.2
Cette tâche du devis porte sur les activités d'approvisionnement et les travaux
nécessaires afin de renouveler, réparer au besoin, mettre à l'essai et réactiver le
système antisalissure de la tuyauterie d'eau de mer.
Références
20.2.1
Renseignements concernant l'équipement
20.2.1.1
Le système antisalissure comprend un panneau de commande situé dans l'espace
principal des machines, 120 V, monophasé, 60 Hz, et 20 anodes, dont 10 en cuivre
et 10 en aluminium, situées dans les coffres de prise d'eau principaux et auxiliaires.
Le dessin 34-0823-02 s'applique, exception faite des anodes dans le caisson d'eau
de mer, qui pourraient avoir été retirées et remplacées par des anodes sacrificielles.
20.2.2
Dessins
Numéro de dessin
590—96
34-0823-02
Description
Plan d'amarrage
Installation des anodes
Manuel du système
Numéro électronique
20.2.3
Règlements
20.2.3.1
Transports Canada TP 127
20.2.3.2
Règles de Lloyd's Register
20.2.3.3
Règlements locaux sur la sécurité applicables au chantier naval
20.2.4
Normes
20.2.4.1
Plan d'assurance de la qualité sur les chantiers navals
20.3
20.3.1
Spécifications techniques
L'entrepreneur doit obtenir les services de M. Yeatman, Andover Management Inc.
7, rue Canal, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 2W1, no de téléphone cellulaire :
902-488-4119, andover@eastlink.ca afin qu'il supervise les travaux, procède à des
essais lorsque les travaux sont terminés et présente un rapport à la GCC.
215
Avant les travaux, l'entrepreneur doit communiquer avec le mécanicien en chef
afin d'effectuer l'isolation et le verrouillage de l'alimentation du système.
20.3.2
De nouveaux câbles doivent être installés. Ces câbles doivent être des câbles
blindés monoconducteurs navals approuvés de calibre 14 AWG. Si des câbles
unifilaires ne sont pas disponibles, d'autres types de câbles seront envisagés. Il y a
20 câbles d'anode et 3 câbles de masse. Environ 300 mètres de câbles seront
nécessaires. Les câbles doivent être dotés d'extrémités à sertissage droites adaptées
au bornier dans les panneaux, et de cosses rectangulaires adaptées aux câbles
arrière des anodes. Il faut remplacer tous les presse-étoupes défectueux sur les
capuchons de sécurité.
20.3.2
Retraits. L'entrepreneur doit retirer toutes les 20 anodes antisalissures et les
entreposer dans les magasins du navire portant la mention rebut, peu importe leur
degré d'épuisement, et nettoyer les capuchons de sécurité et le bordé à l'endroit où
elles sont installées. Il faut remplacer les capuchons de sécurité sévèrement
corrodés ou endommagés par des nouveaux.
20.3.3
Nouvelles anodes. Le propriétaire doit fournir 20 nouvelles anodes et les pièces de
fixation conformément aux dessins (les anodes illustrées sur le dessin 34-0823-02,
sauf les 14 anodes dans le caisson d'eau de mer numérotées AP9 – AS21, qui ont
été retirées de manière permanente); et l'entrepreneur doit acheter six (6)
capuchons de sécurité de rechange de l'ancien type d'EMCS Industries Ltd., 2066,
avenue Henry Ouest, Sidney (Colombie-Britannique) V8L 5Y1, courriel :
emcsltd@ramsaygroup.com. Les pièces de fixation doivent convenir aux
capuchons de sécurité de l'ancien type.
20.3.4
Les anodes doivent être serrées à un couple de 90 à 100 lb/pi, et les câbles
rebranchés. Les couvercles de capuchons de sécurité ne doivent pas être installés
avant l'essai de flottaison du navire, et ils doivent être inspectés pour y déceler la
présence de fuites. Une fois leur étanchéité démontrée, les capuchons doivent être
remplis de Vaseline et les couvercles doivent être installés avec de nouveaux joints
toriques, au besoin.
20.3.5
Le panneau de commande actuel peut être retiré et remplacé au même endroit par
une unité à la fine pointe de la technologie conçue pour commander le courant de
la plage de 0,2 à 2,0 A pour 20 anodes. Le câble d'alimentation 3c#14, 120 V,
monophasé, 60 Hz du panneau P-101 peut être réutilisé s'il est jugé en bon état.
20.3.6
L'entrepreneur doit fournir le nouveau panneau de commande. L'entrepreneur doit
fournir et installer un panneau MGPS de 20 W disponible auprès de Jastram
Technologies Ltd., 22, croissant Trider, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3B 1R6.
Tél. : 902-468-6450 Courriel : mstarratt@jastram.com.
20.3.7
Après avoir remis le navire à flot et avant de rebrancher les câbles au panneau, le
représentant détaché doit vérifier la résistance et le potentiel. L'alimentation doit
être rétablie au panneau et le représentant détaché doit rebrancher les câbles
d'anode et d'électrode de référence.
216
20.4
Preuve de rendement
20.4.1
Inspections
19.4.1.1
L'entrepreneur doit aider la GCC et ses représentants à vérifier les travaux une fois
terminés.
20.4.2
Tests et essais
20.4.2.1
Alors que le navire est remis à flot, l'entrepreneur doit fournir la main-d'œuvre
nécessaire pour surveiller les presse-étoupes des anodes afin d'en assurer
l'étanchéité.
20.4.2.2
Le représentant détaché doit procéder à une vérification complète du système une
fois le navire remis à flot. Un électricien du chantier naval doit être présent et prêt
à aider.
20.4.3
Certification
20.4.3.1
S.O.
20.5
Produits livrables
20.5.1
Documentation, manuels et rapports
20.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir les manuels pour le nouveau panneau de commande.
20.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir au représentant détaché un rapport accompagné d'une
feuille des lectures et d'une liste des pièces de rechange recommandées.
20.5.1.3
L'entrepreneur doit fournir les dessins du système. L'entrepreneur doit élaborer un
dessin du système dans AutoCad 2007 qui comprend toutes les anodes, les parcours de câbles et
les nouveaux panneaux de commande incluant leurs emplacements, le type d'anode, les parcours
de câbles et les identifiants, ainsi que la position du panneau et des identifiants.
20.5.2
Pièces de rechange
20.5.2.1
S.O.
20.5.3
Formation
20.5.3.1
L'entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires pour qu'un représentant
détaché donne deux heures de formation à un officier électricien et à un officier
217
mécanicien afin de montrer les procédures d'exploitation et d'entretien qui
conviennent.
218
219
21.0 RENOUVELLEMENT DU SYSTÈME INTERING
21.1
Identification (EC no 185)
Aux termes de la présente section, l'entrepreneur doit moderniser les commandes et
remettre en état diverses composantes du système de stabilisation combinée de
l'inclinaison et du roulis du navire. Système de stabilisation du roulis et d'inclinaison
rapide Intering. Le système de stabilisation du roulis et d'inclinaison rapide Intering utilise
quatre paires de réservoirs interconnectés en forme de « U » sur les côtés opposés du
navire. Les réservoirs peuvent être pressurisés à l'aide de compresseurs de type Roots qui
forcent l'air d'un côté du navire vers l'autre pour stabiliser l'inclinaison ou encore ventilés
pour permettre la circulation libre de l'eau comme dans un réservoir antiroulis passif. Les
soupapes en direction et en provenance des réservoirs de même que leurs évents sont
commandés automatiquement ou manuellement à partir d'un système de commande.
21.2
Références
21.2.1
Renseignements concernant l'équipement
21.2.1.1
Système : Antiroulis/inclinaison – S2 – K4 – 1126
21.2.2
Dessins
Numéro de dessin
1126
1126-7
1126-19
1126-12
Description
Configuration Intering
Schéma des câbles Intering
Schéma du système pneumatique Intering
Schéma fonctionnel Intering
Numéro électronique
21.2.3
Règlements
21.2.3.1
Conformément au Règlement de Transports Canada. TP127
21.2.3.2
Règles de Lloyd's Register
21.2.4
Normes
21.2.4.1
Plan d'assurance de la qualité sur les chantiers navals
220
21.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
21.2.5.1
L'entrepreneur doit soumettre une procédure d'essai détaillée et un calendrier des
essais pour toutes les composantes et tous les logiciels avant et après l'installation
au mécanicien en chef et l'autorité technique. Il est toléré de réaliser un essai avant
la simulation d'installation; une installation ultérieure requiert la réalisation d'essais
fonctionnels.
21.3
Spécifications techniques
21.3.1
L'entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires afin d'obtenir les services
de Hoppe-Bordmesstechnik GmbH, Kieler Straße, 318, D-22525 Hambourg,
Allemagne. Wolfgang Shultz – courriel : w.shultz@hoppe-marine.com
Site Web : www.hoppe-marine.com
Tél. : +49 40 561949 0
Télécopieur : +49 40 561949 99
Remarque : En préparant sa soumission, l'entrepreneur doit prévoir 35 000 $ pour
un représentant détaché. Les dépenses en rapport avec les déplacements seront
traitées au moyen du formulaire 1379 sur présentation des factures.
21.3.2
Commandes
21.3.2
L'entrepreneur doit retirer l'unité de commande en place et installer une nouvelle
unité fournie par le propriétaire à l'emplacement de l'unité retirée. Les câbles
existants doivent demeurer en place.
21.3.3
L'entrepreneur doit retirer de la porte de sortie l'unité de commande qui y est fixée
et y installer une nouvelle unité fournie par le propriétaire.
21.3.4
L'entrepreneur doit retirer l'unité de commande de la console sur la passerelle et
installer une nouvelle unité de commande fournie par le propriétaire.
21.3.5
Stabilisateur du module pneumatique 1.
21.3.6
L'entrepreneur doit retirer 12 électrovannes NG6 et installer une trousse de
remplacement de soupapes ISO-2.
21.3.7
L'entrepreneur doit retirer deux filtres et installer des remplacements F64GK.
21.3.8
L'entrepreneur doit remplacer les pressostats par six pressostats Pre10.
21.3.9
Module pneumatique 11 + 111
21.3.10
L'entrepreneur doit retirer huit électrovannes NG6 et installer une trousse de
remplacement de soupapes ISO-2.
21.3.11
L'entrepreneur doit retirer deux filtres et installer des remplacements F64GK.
221
21.3.12
Soupapes stabilisatrices
21.3.13
L'entrepreneur doit retirer 24 soupapes et les démonter pour les inspecter.
21.3.14
Les soupapes doivent être nettoyées en profondeur et l'intérieur du corps des
soupapes doit être peint. Le soutien de l'entrepreneur est nécessaire.
21.3.15
Les soupapes doivent être remontées à l'aide des sièges, des joints et des vis de
soupape fournis par le propriétaire.
21.3.16
Les soupapes doivent être réinstallées à l'endroit où elles ont été retirées.
21.3.17
Système d'inclinaison du groupe de soupapes
21.3.18
L'entrepreneur doit retirer huit soupapes et les démonter pour les inspecter.
21.3.19
Les soupapes doivent être nettoyées en profondeur et l'intérieur du corps des
soupapes doit être peint. Le soutien de l'entrepreneur est nécessaire.
21.3.20
Les soupapes doivent être remontées à l'aide des sièges, des joints et des vis de
soupape fournis par le propriétaire.
21.3.20
Les soupapes doivent être réinstallées à l'endroit où elles ont été retirées.
21.3.21
Système d'inclinaison du groupe de soupapes
21.3.22
L'entrepreneur doit retirer 4 soupapes et les démonter pour les inspecter.
21.3.23
Les soupapes doivent être nettoyées en profondeur et l'intérieur du corps des
soupapes doit être peint.
21.3.24
Les soupapes doivent être remontées à l'aide des sièges, des joints et des vis de
soupape fournis par le propriétaire.
21.3.25
Les soupapes doivent être réinstallées à l'endroit où elles ont été retirées.
21.3.26
Robinets des réservoirs d'inclinaison
21.3.27
L'entrepreneur doit retirer 8 robinets à papillon et en installer de nouveaux.
21.3.28
Compresseur
21.3.29 Lesdeuxcompresseursdoiventêtredémontés,solidementmisencaisseetenvoyésàl'usine
pourqu'ilssoientremisenétat.
Renseignementsurlescompresseurs:AerzenGMb14.10A,nosdesérie:269489et269490,
45,0m³/min,54.3kWͲ550mbar.
222
x
x
x
•
PersonneͲressource:AlaricHaerens,directeurgénéral
Tél.:1450424Ͳ3966,poste223Téléc.:1450Ͳ424Ͳ3985
Alaric.Haerens@aerzen.ca
UsinesituéeàMontréal,auCanada.
•
Lescoûtsliésàl'expédition,laremiseàneufetlesessaisseronttraitésaumoyendu
formulaire1379surprésentationdesfactures.
21.3.30
L'entrepreneur doit retirer deux moteurs de compresseur du navire.
21.3.31
Les moteurs doivent être nettoyés en profondeur et vérifiés à l'aide d'un
mégohmmètre. Les paliers doivent être remplacés.
Renseignements sur les moteurs : AEG-250MB4-3029847MR,
575V-Delta-75A, 1 780 t/min / 60 Hz
Rotor DS4 I.C.IF-IP54, VDE 0530 KT45º - 417 kg.
21.3.32
Le représentant détaché doit retirer l'armoire du démarreur de moteur en place et
en installer une nouvelle fournie par le propriétaire.
21.3.33
Le représentant détaché doit retirer et remettre en état deux unités de réduction de
pression en utilisant les pièces fournies par le propriétaire, puis réinstaller les
unités en bon état.
21.3.34
Le représentant détaché doit remplacer deux filtres d'aspiration par des filtres
fournis par le propriétaire.
21.3.35
À la réception des compresseurs remis en état à l'usine, l'entrepreneur doit les
assembler de même que les moteurs et les réinstaller à bord du navire.
21.4
Preuve de rendement
21.4.1
Inspections
21.4.1.1
Toutes les installations et tous les câbles doivent être inspectés et obtenir
l'approbation du mécanicien en chef ou de son remplaçant désigné, et de
l'inspecteur de la SMTC présent.
21.4.2
Tests et essais
21.4.2.1
L'alignement des ensembles moteurs et compresseurs doit être mesuré et pris en
note avant le démontage.
21.4.2.2
L'alignement des ensembles moteurs et compresseurs doit être mesuré et pris en
note après l'installation.
21.4.2.3
Une fois l'installation terminée, le système doit être entièrement mis à l'essai dans
tous les modes d'exploitation selon les exigences du mécanicien en chef.
223
21.4.2.4
Une fois le navire remis à flot et jugé prêt sur le plan opérationnel pour les essais
en mer, le système doit être entièrement mis à l'essai dans tous les modes possibles
en fonction des limites environnementales.
21.4.2.5
L'entrepreneur doit planifier les essais après avoir discuté avec le représentant
détaché de manière à simplifier la mise à l'essai complète de la fonction de stabilité
et d'inclinaison.
21.4.3
Certification
21.4.3.1
L'équipement installé doit être approuvé par une société de classification.
21.5
Produits livrables
21.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
21.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir les manuels d'exploitation conformément à la
section 6.2 pour le nouveau panneau de commande.
21.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir une liste à jour des pièces pour le système.
21.5.2
Pièces de rechange
21.5.2.1
L'entrepreneur doit fournir une liste des pièces de rechange recommandées
accompagnée des coûts et délais de livraison
21.5.3
Formation
21.5.3.1
L'entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires pour qu'un représentant
détaché donne deux heures de formation afin de montrer les procédures
d'exploitation et d'entretien qui conviennent.
224
22.0 COMMANDE DE L'APPAREIL À GOUVERNER
22.1
Identification (EC no 188)
22.1.1
Aux termes de la présente section, l'entrepreneur doit obtenir les services d'un
représentant détaché approuvé de Jastram Engineering Ltd qui supervisera et
dirigera les travaux de remplacement et d'installation des composantes
hydrauliques et électriques du nouvel appareil à gouverner S4-700-1-35 de
Jastram. Toutes les nouvelles pièces doivent être fournies par le propriétaire;
certaines pièces en place doivent être remplacées conformément aux sections à ce
sujet et/ou selon le tableau 1 Liste des nouvelles composantes, le dessin C-8-904
Rev B, Schéma de la tuyauterie du système en place et le dessin D-8-927, Schéma
du système en place.
22.1.2
Sauf indication contraire, l'entrepreneur doit fournir tous les matériaux, tout
l'équipement et toutes les pièces nécessaires à la réalisation des travaux indiqués.
Les travaux doivent être effectués conformément aux manuels d'installation et
d'entretien fournis.
22.2
Références
22.2.1
Données de la plaque signalétique :
Spécification :
Appareil à gouverner :
Couple :
Angle du gouvernail :
Giration du gouvernail :
Mode de pilotage :
22.2.2
S4-700-1-35
506 311 pi/lb
35° / 35°
20 secondes (35° / 35°)
Puissance, électrique, suivi intégral, 75 HP, 575 V
Plans de conception
(Voir l'annexe K)
Remarque : Les dessins comportent des sections de notes; assurez-vous de bien lire et
comprendre ces notes.
Numéro de dessin
Description
D-611656
Schéma hydraulique pour le radoub de l'appareil à
gouverner
Remarque : Les éléments 4 à 8 sont nouveaux.
L'élément 9 a été conservé des éléments originaux.
Schéma de la tuyauterie pour le radoub de l'appareil à
gouverner
Dimensions du bloc hydraulique
D-601870
D-521430
Numéro
électronique
225
C-521429
D-751876
D-751922
D-721432
C-721220
C-721396
B-721400
B-721319
C-721147
B-721223
A-721018
B-721242
C-721204
B-721334
A-721291
C-721333
B-721
C-721401
C-721393
B-721230
C-8-904 B
D-8-927
Diamètre extérieur du bloc hydraulique
Schéma de câblage des commandes de gouverne
Schéma de câblage des alarmes et des démarreurs de
moteurs
Dimensions hors tout du palonnier de gouverne
Dimensions hors tout du boîtier d'ASN
Dimensions hors tout de la boîte de jonction MCP 10022
Dimensions hors tout du boîtier de pilotage
Dimensions hors tout du panneau de commande CP 375
Dimensions hors tout du dispositif de rétroaction du
gouvernail (RFU 2000)
Dimensions hors tout de la commande à manette
(LC 300)
Dimensions hors tout du levier de direction
Indicateur de l'angle du gouvernail (RAI 380)
Dimensions hors tout de l'indicateur à trois faces de
l'angle du gouvernail (RAI 3300)
Dimensions hors tout du convertisseur c.a./c.c. de
l'indicateur
Dimensions hors tout du potentiomètre gradateur RAI
(ROI)
Dimensions hors tout de la boîte de jonction du poste
d'urgence
Dimensions hors tout du panneau de continuité
opérationnelle CP-36-2
Dimensions hors tout des démarreurs de moteurs et
alarmes
Dimensions hors tout des démarreurs de moteurs et
alarmes
Dimensions hors tout de l'interface de processeur de
blocage hydraulique
Schéma de la tuyauterie du système en place
Schéma hydraulique du système en place
Manuel pour l'installation et l'entretien de système
Jastram
226
22.2.3
Tableaux
22.2.3.1
Tableau 1. Liste des nouvelles composantes (fournie par le propriétaire)
Numéro
d'article
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
Description
Quantité
Bloc hydraulique, de 75 HP, proportionnel
Bloc d'alimentation hydraulique de secours de 10 chevaux, un
interrupteur marche/arrêt
Commande de gouverne numérique, avec 2 processeurs de
commande de modes, 24 V c.c.
MCP100-20 – Processeur de commande des modes, 2 DSC
HLA – Ensemble collecteur avec barre de blocage hydraulique
Interface de processeur d'alarme de blocage hydraulique
Timonerie électrique EW200-21, avec potentiomètres s
JO100-2 – interrupteur d'à-coups, avec 2 ensembles de
microcontacts
JO100-1 – interrupteur d'à-coups
LC300-2 – Commande à manette de style « yacht », avec
potentiomètre simple
RAI/ROI 380, indicateur (de l'état) de l'angle du gouvernail,
face du cadran de 3,8 po, 24 V c.c.
Indicateur de l'état du gouvernail ROI 280, face du cadran
2,8 po, 24 V c.c.
RAI 3300 – Indicateur panoramique de l'angle du gouvernail
RAI 3300 – Bloc d'alimentation c.a./c.c.
CP-375 – Panneau de commande et de sélection des modes, à
membrane, numérique, 3 po x 6 po, 7 boutons
CP-600 – Panneau de commande et de sélection des modes, à
membrane, numérique, 3 po x 6 po, 7 boutons max.
Panneau de continuité opérationnelle
Dispositif de réaction de l'angle du gouvernail RFU 2000
ESJB-1 – Boîte de jonction de gouverne d'urgence
Boîte de jonction de commande de la vanne de débit élevé
Ensemble du pupitre de barre
Pilote automatique Navpilot 4000 de Sperry
MSA (75 HP, 575 V), automate programmable
MSA 300 (1-10 HP, 575 V), automate programmable
AP-600 – Panneau de démarreurs de moteurs et d'alarmes, à
membrane, avec une fonction de démarrage/arrêt, 3 po x 6 po
AP-375 – Panneau d'alarmes, à membrane, 3 po x 3¾ po
Manuel technique
2
1
2
2
2
1
1
3
1
3
3
1
1
1
2
1
1
2
1
1
1
1
2
1
3
3
4
227
22.2.3.2
Schéma de câbles (fourni par l'entrepreneur)
Câble no
AWG
Blindé
Longueur/emplacement des câbles
18
18
Nbre de
conducteurs
6
3
12D
12D1
Oui
Oui
12D2
18
3
Oui
14
16
3
Non
14A
14A1
18
18
6
3
Non
Non
14A2
18
3
Non
14B
14B1
18
18
6
3
Non
Non
14B2
18
3
Non
14C
14C1
18
18
6
3
Non
Non
14C2
18
3
Non
16PA
14
5
Oui
16PB
14
3
Oui
16SA
14
5
Oui
16SB
14
3
Oui
16R
14
2
Oui
19PA
18
8
Oui
19PB
20
11
Oui
19SA
18
8
Oui
19SB
20
11
Oui
21A
16
4
Oui
SWE
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
SWE
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
SWE
25 m (de la console centrale jusqu'à
l'aileron bâbord)
25 m (de la console centrale jusqu'à
l'aileron bâbord)
SWE
25 m (de la console centrale jusqu'à
l'aileron tribord)
25 m (de la console centrale jusqu'à
l'aileron tribord)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
228
21B
16
4
Oui
23A
18
5
Oui
23B
16
5
Oui
23C
16
5
Oui
24A
18
6
Oui
24B
18
3
Oui
24C
18
3
Oui
26
16
2
Oui
31
18
4
Oui
33
18
5
Oui
36
16
2
Oui
41
16
3
Oui
43
16
2
Oui
46
16
2
Oui
52P
22
Oui
52S
22
53
16
2 (1 paire
torsadée
blindée)
2 (1 paire
torsadée
blindée)
2
56
61P1
16
18
2
7
Non
Oui
Oui
Non
8 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
1 m (dans le palonnier de gouverne de la
passerelle)
25 m (de l'aileron bâbord au palonnier de
gouverne de la passerelle)
25 m (de l'aileron tribord au palonnier de
gouverne de la passerelle)
1 m (dans le palonnier de gouverne de la
passerelle)
25 m (de l'aileron bâbord au palonnier de
gouverne de la passerelle)
25 m (de l'aileron tribord au palonnier de
gouverne de la passerelle)
De l'alimentation de 24 V c.c. du navire,
(longueur variant selon l'emplacement de
la source)
1 m (dans le palonnier de gouverne de la
passerelle)
1 m (dans le palonnier de gouverne de la
passerelle)
10 m (du palonnier de gouverne de la
passerelle au bloc d'alimentation de
l'indicateur de l'angle du gouvernail du
plafond)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au bloc d'alimentation de
l'indicateur de l'angle du gouvernail du
plafond)
2 m (du bloc d'alimentation de
l'indicateur de l'angle du gouvernail à
l'indicateur de l'angle du gouvernail)
Câble en place, mais devrait être blindé
(EL102-9)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale de la
passerelle)
1 m (dans le palonnier de gouverne de la
passerelle)
Câble en place (L113-12)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
229
61P2
20
16
Oui
61S1
18
7
Oui
61S2
20
16
Oui
71S
18
3
Oui
1PA
18
Oui
1PB
18
1SA
18
1SB
18
2P1
18
2P2
18
2S1
18
2S2
18
5PA
14
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
4 (2 paires
torsadées
blindées)
5
5PB
14
4
Non
Oui
Oui
Oui
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au système de surveillance des
alarmes de la salle de commande des
machines)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale de la
passerelle près du palonnier)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale de la
passerelle près du palonnier)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
Oui
5 m (dans le pupitre de barre de la
passerelle)
Oui
5 m (dans le pupitre de barre de la
passerelle)
Oui
5 m (dans le pupitre de barre de la
passerelle)
Oui
5 m (dans le pupitre de barre de la
passerelle)
Oui
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle) Ce câble transporte une
tension de 24 V c.c. à partir du
compartiment de l'appareil à gouverner et
son calibre doit être accru de 14 AWG à
10 AWG en raison de la longueur du
câble.
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
230
5PC
14
4
Non
5SA
14
5
Oui
5SB
14
4
Non
5SC
14
4
Non
5R
16
3
Oui
6P
14
4
Oui
6S
14
4
Oui
8PA
16
8PB
18
4 (2 paires
Oui
torsadées
blindées
individuellem
ent)
4
Oui
8SA
16
8SB
18
4 (2 paires
Oui
torsadées
blindées
individuellem
ent)
4
Oui
8R
16
3
Oui
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle) Ce câble transporte une
tension de 24 V c.c. à partir du
compartiment de l'appareil à gouverner et
son calibre doit être accru de 14 AWG à
10 AWG en raison de la longueur du
câble.
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle) Ce câble transporte une
tension de 24 V c.c. à partir du
compartiment de l'appareil à gouverner et
son calibre doit être accru de 14 AWG à
10 AWG en raison de la longueur du
câble.
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle) Ce câble transporte une
tension de 24 V c.c. à partir du
compartiment de l'appareil à gouverner et
son calibre doit être accru de 14 AWG à
10 AWG en raison de la longueur du
câble.
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
231
9
16
4
Oui
9A1
18
8
Oui
9A2
18
8
Oui
9PA1
18
8
Oui
9PA2
20
11
Oui
9PA3
18
8
Oui
9PA4
18
8
Oui
9PB1
20
5
Oui
9PB2
20
8
Oui
9PC1
20
5
Oui
9PC2
20
8
Oui
9SA1
18
8
Oui
9SA2
20
11
Oui
9SA3
18
8
Oui
9SA4
18
8
Oui
9SB1
20
5
Oui
9SB2
20
8
Oui
9SC1
20
5
Oui
9SC2
20
8
Oui
10P
18
6
Oui
10S
18
6
Oui
11A
16
2
Oui
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la console centrale avant de
la passerelle)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle et le palonnier de gouverne)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
25 m (de la console centrale avant de la
passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle)
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle)
232
11B
18
Oui
5 m (dans la console centrale avant de la
passerelle)
16
4 (2 paires
torsadées
blindées)
2
11C
Oui
12A
12A1
18
18
8
4
Oui
Oui
12A2
18
4
Oui
12B
12B1
18
18
6
3
Oui
Oui
12B2
18
3
Oui
12C
12C1
18
18
6
3
Oui
Oui
12C2
18
3
Oui
3 m (24 V c.c. au boîtier de pilotage pour
pilote automatique, utiliser EP101-9 au
moyen d'une alimentation de 24 V c.c.)
1 m (dans le palonnier de gouverne)
5 m (dans la console avant de la
passerelle)
5 m (dans la console avant de la
passerelle)
SWE
25 m (du palonnier de gouverne avant de
la passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
25 m (du palonnier de gouverne avant de
la passerelle jusqu'à l'aileron bâbord)
SWE
25 m (du palonnier de gouverne avant de
la passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
25 m (du palonnier de gouverne avant de
la passerelle jusqu'à l'aileron tribord)
61PA
18
7
Non
61PB
20
16
Non
61SA
18
7
Non
61SB
20
16
Non
64P
16
2
Non
64S
16
2
Non
64R
16
2
Non
65P
18
3
Non
65S
18
3
Non
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
125 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner au palonnier de gouverne de la
passerelle)
Alimentation auxiliaire de 24 V c.c. du
tableau de distribution d'urgence (à
déterminer)
Alimentation auxiliaire de 24 V c.c. du
tableau de distribution d'urgence
(à déterminer)
Alimentation auxiliaire de 24 V c.c. du
tableau de distribution d'urgence
(à déterminer)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
233
65R
18
3
Non
68PA
-
4
Non
68PB
-
4
Non
68SA
-
4
Non
68SB
-
4
Non
68RA
-
4
Non
68RB
-
4
Non
69P
20
21
Non
69S
20
21
Non
69R
20
21
Non
70P
18
2
Non
70S
18
2
Non
70R
18
2
Non
71A
16
4
Non
71B
16
4
Non
85P
18
4
Non
85S
18
4
Non
87P
18
4
Non
87S
18
4
Non
90P
18
8
Non
90S
18
8
Non
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
Câble actuellement branché à un
commutateur de transfert
Conducteurs du câble en place à
déterminer
Câble actuellement branché à un
commutateur de transfert
Conducteurs du câble en place à
déterminer
Conducteurs du câble en place à
déterminer
Conducteurs du câble en place à
déterminer
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la salle de commande des
machines)
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la salle de commande des
machines)
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la salle de commande des
machines)
Facultatif pour l'alarme à action retardée
des mécaniciens (urgence)
Facultatif pour l'alarme à action retardée
des mécaniciens (unité 1)
Facultatif pour l'alarme à action retardée
des mécaniciens (unité 1)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
5 m (dans le compartiment de l'appareil à
gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
10 m (dans le compartiment de l'appareil
à gouverner)
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la salle de commande des
machines) « utilisation facultative » de
l'alarme et de la surveillance
60 m (du compartiment de l'appareil à
gouverner à la salle de commande des
234
machines) « utilisation facultative » de
l'alarme et de la surveillance
22.2.4
Normes
22.2.4.1
Manuel de sûreté et sécurité de la Flotte (MPO 5737)
22.2.4.2
TP 127 – Norme d'électricité régissant les navires
22.2.4.3
IEEE 45:2002 – Recommended Practice for Electrical Installation on Shipboard
22.2.4.4
Normes de la Society for Protective Coatings (SSPC)
22.2.5
Règlements
22.2.3.1
navires.
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada, Règlement sur les machines de
22.2.6
Normes en matière d'assurance de la qualité
22.2.4.1
Conformément au programme d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
22.3
Spécifications techniques
22.3.1
Généralités
22.3.1
L'entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires pour qu'un représentant
détaché de Jastram Engineering supervise l'installation du système de gouverne
S4-700-1-35 lors de l'installation, de la mise en service et des essais en mer.
Coordonnées du représentant détaché :
Tim O'Connor
East Coast Hydraulics
9, avenue Sagona
Mount Pearl (Terre-Neuve-et-Labrador)
Téléphone : 709 747-2121
Courriel : toconnor@eastcoasthydraulics.ca
22.3.2
Il incombe à l'entrepreneur de prendre les dispositions nécessaires pour qu'un
représentant de la SMTC soit présent afin d'obtenir une preuve d'inspection une
fois cette tâche du devis terminée.
Il incombe à l'entrepreneur de repérer les éléments qui font obstacle, de les retirer
et de les entreposer, puis de les réinstaller à bord.
235
22.3.3
L'entrepreneur doit fournir tout l'équipement, les enceintes, la ventilation, les
échafaudages, les palans à chaîne, les grues, les élingues et toutes les manilles
nécessaires à l'exécution des travaux. Tout l'équipement de levage doit être adapté
à l'utilisation visée et doit être accompagné d'une certification en vigueur indiquant
la charge maximale sécuritaire qu'il peut soulever, ou porter une marque
permanente mentionnant cette information. Tous les supports ou les autres
fixations soudées nécessaires dans le cadre de ce devis doivent être installés par
des soudeurs certifiés par le Bureau canadien de soudage, conformément à la
norme W47,1 Div.1, tous les travaux hydrauliques effectués par les techniciens
qualifiés en hydraulique, et les travaux d'électricité par un technicien en électricité
certifié.
22.3.4
Avant d'entamer le travail à chaud, l'entrepreneur doit veiller à ce que la zone des
travaux et l'ensemble de l'équipement, du câblage, des traversées, etc. sont
suffisamment protégés des étincelles et de la limaille. L'entrepreneur doit aussi
veiller à ce que la zone des travaux, le système et tous les espaces adjacents sont
certifiés dégazés et adaptés au travail, conformément au préambule.
22.3.5
L'entrepreneur doit veiller à ce que tous les endroits sont complètement nettoyés et
exempts de débris produits pendant l'exécution de la présente tâche.
22.3.6
L’entrepreneur doit prévoir toutes les déposes temporaires et permanentes afin de
satisfaire à cet élément du devis. À moins d’avis contraire de la part du
représentant du propriétaire, l’entrepreneur doit éliminer tous les éléments déposés
en permanence.
22.3.7
L'entrepreneur doit éliminer les projections de soudure, adoucir les joints de
soudure et les bords tranchants et enlever toutes les traces de graisse, de fumée et
de suie conformément à la norme SSPC-SP1. Toutes les soudures doivent être
nettoyées à l'aide d'un outil à moteur conformément à la norme SSPC-SP3.
22.3.8
L'entrepreneur doit appliquer deux couches d'apprêt Amercoat rouge oxyde sur les
surfaces en acier neuves et touchées par la chaleur, suivies de deux couches de
finition Amercoat 5450 de la couleur correspondante sur toutes les surfaces pour
obtenir une épaisseur de feuil sec de 3,5 mil. Tous les enduits doivent être fournis
par l'entrepreneur.
22.3.9
L'entrepreneur doit fournir toutes les fiches techniques du SIMDUT concernant les
produits chimiques, les enduits, les solvants, etc. qui sont employés pour cet
élément du devis en format PDF avant de les utiliser à bord du navire. Tous les
contenants de ces produits doivent être retirés du chantier à la fin de chaque
journée de travail.
22.3.10
L'entrepreneur doit veiller à ce que toutes les parties isolées de la tuyauterie du
système de gouverne soient fermées et verrouillées en suivant la procédure de
verrouillage et d'étiquetage décrite dans le préambule.
236
22.3.11
L'entrepreneur doit veiller à ce que toutes les sources d'alimentation désignées du
système soient isolées et verrouillées à l'aide de la procédure de verrouillage et
d'étiquetage décrite dans le préambule.
22.3.12
Les parties isolées des systèmes électriques sont les suivantes :
x Alarme de panne de courant du système de gouverne
x Pilote automatique de la timonerie
x Moteur de l'appareil à gouverner (bâbord)
x Moteur de l'appareil à gouverner (tribord)
x Moteur de l'appareil à gouverner d'urgence
22.3.13
L'entrepreneur doit purger la quantité nécessaire d'huile hydraulique du système
afin que les travaux puissent être réalisés sur le système et pour remplir le système
d'huile perdue au cours des travaux. L'huile réapprovisionnée doit être du même
type que celle utilisée et être filtrée dans une unité de filtration portable de
3 microns avant d'être versée dans le système.
22.3.14
L'entrepreneur doit collaborer avec le technicien en électronique de la Garde
côtière, le mécanicien en chef et le premier lieutenant afin de superviser
l'installation du nouveau système de gouverne de manière à assurer la conformité
avec les normes de la Garde côtière; tous les travaux doivent être réalisés à la
satisfaction du mécanicien en chef. L'entrepreneur doit respecter le manuel
d'installation et d'entretien Jastram pour l'installation.
22.3.15
Les dessins provisoires sont fournis à titre indicatif seulement; les dessins finaux
doivent être fournis par un représentant détaché au moment des travaux.
22.3.16
Avant d'entamer les travaux, les dessins comprenant toutes les connexions et
l'emplacement des composants ainsi que l'installation de l'équipement doivent être
approuvés par le mécanicien en chef et le représentant détaché.
22.3.17
L'entrepreneur doit fournir la totalité des tuyaux, des tubes, des raccords et des
boyaux requis pour l'installation de l'appareil à gouverner à l'aide des pièces qu'il
aura fournies. Il ne faut pas utiliser de tuyau en fer noir. Toutes les nouvelles
conduites flexibles doivent être soumises à un essai de pression et nettoyées
conformément à la norme NAS 6, tous les essais de pression et les inspections de
propreté doivent être accompagnés d'un certificat attestant que la pression de
fonctionnement du test est de 1,5 X et que la propreté est conforme à la norme
NAS 6. Toutes les nouvelles canalisations rigides doivent être nettoyées à un
niveau de propreté NAS 6 et la référence à la procédure, et les résultats doivent
figurer dans un certificat signé fourni par Jastram et approuvé par le sous-traitant
des circuits hydrauliques.
22.3.18
Tous les câbles connexes doivent être enlevés à moins que l'on approuve leur
réutilisation après les avoir mis à l'essai conformément aux directives du
propriétaire, et uniquement si le représentant détaché est d'accord, pourvu que
toutes les normes requises soient respectées.
237
Câblageàenlever
COMPARTIMENTDEL'APPAREILÀGOUVERNER
À
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
JB7
LPͲ7
3
14
JB3
RATͲ1
5
14
Portno1RRB
JB5
LPͲ5
4
14
JB7
Interrupteur
d'isolement
Wagner
LPͲ3
3
14
Portno1RRB
PartiedeJB1
LPͲ1
3
14
Solénoïden 2
TRIBORD
JB6
LPͲ8
3
14
TRIBORDN°2RRB
JB4
LPͲ6
4
14
TRIBORDN°2RRB
PartiedeJB1
LPͲ2
3
14
LPͲ4
3
LPͲ28
DE
Solénoïdeduport
no1
Portno1
RRB
Blindage
Longueur
(m)
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
14
Armatureen
bronze
3
14
Armatureen
bronze
LPͲ10
3
14
Armatureen
bronze
LPͲ38
3
14
LPͲ37
3
14
RA1Ͳ1
5
14
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
LPͲ32
3
14
Armatureen
bronze
LPͲ31
3
14
Armatureen
bronze
??
3
14
Armatureen
bronze
LPͲ29
3
14
Armatureen
bronze
o
JB6
Panneaude
démarragede
pompedesecours
Pompedesecours
etsolénoïde
Interrupteur
d'isolement
Wagner
Interrupteur
d'isolement
Wagner
Interrupteur
d'isolement
Wagner
Interrupteur
SélecteurSperry
d'isolementWagner
Interrupteur
SélecteurSperry
d'isolementWagner
Interrupteur
JB3
d'isolementWagner
Panneaude
démarragedu
SélecteurSperry
o
moteurn 2tribord
Panneaude
démarragedu
SélecteurSperry
moteurbâbordno1
Panneaude
Blocd'alimentation
démarragedu
de24Vc.c.
moteurno2tribord
Panneaude
Blocd'alimentation
démarragedu
de24Vc.c.
238
moteurbâbordno1
Blocd'alimentation
de24Vc.c.
Blocd'alimentation
de24Vc.c.
SélecteurSperry
??
3
14
SélecteurSperry
LPͲ33
3
14
SélecteurSperry
JB3
??
3
14
SélecteurSperry
JB2
?
3
14
SélecteurSperry
JB5
?
3
14
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Câblageàretirer
COMPARTIMENTDEL'APPAREILÀGOUVERNERͲͲPONT
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
Systèmedel'unité
électroniqueno1
LPͲ1
3
14
SélecteurSperry
JB4
LPͲ35
3
14
SélecteurSperry–
JB5
SélecteurSperry–
JB2
Systèmedel'unité
électroniqueno2
LPͲ12
3
14
JB8
LPͲ36
3
14
JB3
JB9
SGͲ11
8
14
PartiedeJB1
Systèmedel'unité
électroniqueno2
LPͲ2
3
14
DE
À
PartiedeJB1
Blindage
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Longueur
(m)
~120
~120
~120
~120
~120
~120
Câblageàretirer
GALERIEDEPONTͲ PONT
DE
À
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
JB9
RAIbâbordTB32
LPͲ13
5
14
??
3
14
SGͲ11A
3
14
JB4
JB9
Systèmedel'unité
électroniqueno1
Systèmedel'unité
électroniqueno1
JB9
RAITRIBORD
LPͲ15
5
14
JB9
RAIcentral
LPͲ46
5
14
Blindage
Longueur
(m)
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
239
RAIàtroisfaces
(plafond)
Conditionneur
d'énergie
Systèmedel'unité
électroniqueno1
Systèmedel'unité
électroniqueno2
Conditionneur
d'énergie
Systèmedel'unité
électroniqueno2
JB9
JB9
Conditionneur
d'énergie
JB8
JB8
Conditionneur
d'énergie
LPͲ45
5
14
LPͲ41
3
14
LPͲ43
3
14
LPͲ42
3
14
SGͲ12A
3
14
LPͲ44
3
14
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Armatureen
bronze
Longueur
(m)
Câblageàretirer
PONT
DE
À
Consoled'aileron
bâbord(modenon
asservi)
Consoled'aileron
bâbord(mode
asservi)
Consoled'aileronde
bâbord(modenon
asservi)
Consoled'aileronde
bâbord(mode
asservi)
Palonnierde
gouverne
Palonnierde
gouverne
Palonnierde
gouverne
Palonnierde
gouverne
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
Blindage
LPͲ17
6
14
Armatureen
bronze
~20
LPͲ19
8
14
Armatureen
bronze
~20
~20
~20
LPͲ21
6
14
Armatureen
bronze
LPͲ23
8
14
Armatureen
bronze
Câblageàretirer
ALARMESDEL'APPAREILÀGOUVERNERÀBÂBORD
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
Blindage
Longueur
(m)
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
SGͲ1
2
14
Armatureen
bronze
Consoledelasalle
desmachines(SCM)
SGͲ3
6
14
Armatureen
bronze
Palonnierde
gouverne(timonerie
SGͲ11
8
14
Armatureen
bronze
~120
DE
À
Capteurdeniveau
debâbord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
Panneaude
démarragede
240
l'appareilà
gouvernerbâbord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
Consoledelasalle
desmachines
(SCM)
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernerbâbord
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
Passerelle)
TimonerieConsole
centrale(passerelle)
SGͲ13
10
14
Armatureen
bronze
~120
TimonerieConsole
centrale(passerelle)
SGͲ5
6
14
Armatureen
bronze
Consoledelasalle
desmachines(SCM)
SGͲ15
4
14
Armatureen
bronze
Systèmed'alarmeet
desurveillance
EAͲLU7Ͳ
JB7/20
6
14
Armatureen
bronze
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
ELͲ101Ͳ6
2
14
Armatureen
bronze
Consoled'aileron
bâbord(passerelle)
SGͲ7
2
14
Armatureen
bronze
~20
Consoled'aileron
bâbord(passerelle)
SGͲ8
2
14
Armatureen
bronze
~20
Consoled'aileron
bâbord(passerelle)
EPͲ101Ͳ9Ͳ
DC1
2
14
Armatureen
bronze
~20
Câblageàretirer
ALARMESDEL'APPAREILÀGOUVERNERÀTRIBORD
Étiquette
ducâble
Node
câble
AWG
Blindage
Longueur
(m)
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
SGͲ2
2
14
Armatureen
bronze
Consoledelasalle
desmachines(SCM)
SGͲ4
6
14
Armatureen
bronze
Consoledelasalle
desmachines(SCM)
SGͲ16
4
14
Armatureen
bronze
DE
À
Capteurdeniveau
tribord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
241
gouvernertribord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
Consoledelasalle
desmachines
(SCM)
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
Panneaude
démarragede
l'appareilà
gouvernertribord
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
TimonerieConsole
centrale
(passerelle)
TimoneriePalonnier
degouverne(pont)
SGͲ14
10
14
Armatureen
bronze
~120
TimonerieConsole
centrale(passerelle)
SGͲ6
6
14
Armatureen
bronze
Systèmed'alarmeet
desurveillance
EAͲLU7Ͳ
JB7/23
6
14
Armatureen
bronze
Alimentationde
120Vc.a.
14
Armatureen
bronze
Consoled'aileronde
tribord(passerelle)
SGͲ9
2
14
Armatureen
bronze
~20
Consoled'aileronde
tribord(passerelle)
SGͲ10
2
14
Armatureen
bronze
~20
Consoled'aileronde
tribord(passerelle)
EPͲ101Ͳ
??ͲDC3
2
14
Protectionen
bronze
~20
22.3.19
Tous les câbles de signalisation, d'alimentation et de transmission doivent être
passés le plus loin possible les uns des autres pour minimiser l'interférence. Le
passage doit être approuvé par le mécanicien en chef et le représentant détaché.
22.3.20
L'entrepreneur a la responsabilité de fournir et de poser le nouveau câblage
nécessaire à l'installation de l'appareil à gouverner, et d'utiliser le schéma de
câblage 22.2.3.2 pour les longueurs estimatives nécessaires. Tout le câblage doit
être adapté à l'utilisation à bord des navires.
22.3.21
Au cours de l'installation, tout le câblage doit être étiqueté conformément à la
trousse d'installation de Jastram.
22.3.22
Tout le câblage doit suivre les chemins de câbles en place partout à bord du navire.
Tout le câblage installé doit être fixé conformément à la norme TP 127.
22.3.23
Il incombe à l'entrepreneur de modifier les consoles et les panneaux existants s'il y
a lieu, et de les renforcer au besoin. Toutes les modifications apportées aux
consoles doivent correspondre à la finition antérieure des panneaux ou des
consoles.
242
22.3.24
Appareil à gouverner
22.3.25
L'installation des composants de l'appareil à gouverner doit respecter les manuels
d'installation et d'entretien de Jastram.
22.3.26
L'entrepreneur doit utiliser les dessins DS-8-927 et C-8-904 B à titre de référence
pour la dépose de l'équipement existant qui ne sera pas réutilisé. L'entrepreneur
doit enlever l'équipement électrique local du compartiment de l'appareil à
gouverner, à l'exception de la boîte de transfert de l'alimentation. L'entrepreneur
doit enlever les blocs hydrauliques existants (3). Tous les flexibles existants
doivent être enlevés et remplacés pour s'adapter au nouveau système de gouverne.
22.3.27
L'entrepreneur doit installer les deux (2) blocs hydrauliques, de 75 chevaux,
proportionnels (élément 1 - tableau 1) au bloc électro-hydraulique existant en
utilisant la base sur laquelle le bloc électro-hydraulique est installé. Des coussinets
amortisseurs doivent être fournis par l'entrepreneur et utilisés conformément à la
configuration existante avec le bloc électro-hydraulique.
La configuration du bloc électro-hydraulique doit comprendre trois (3) sections :
1.
Réservoir et composants.
2.
Base
3.
Groupe motopompe
L'entrepreneur doit réassembler le bloc électro-hydraulique au moment de
l'installer, et le représentant détaché doit diriger la séquence et superviser cette
section des travaux. Il importe ensuite de raccorder les boyaux et la tuyauterie en
acier au bloc électro-hydraulique entre le groupe motopompe électrique et le
réservoir.
22.3.28
L'entrepreneur doit installer un (1) nouveau bloc d'alimentation hydraulique de
secours de 10 chevaux, un interrupteur marche/arrêt (élément 2 – tableau 1) dans
l'emplacement du bloc électro-hydraulique existant en utilisant la base sur laquelle
le bloc électro-hydraulique est installé. Des coussinets amortisseurs doivent être
fournis par l'entrepreneur et utilisés conformément à la configuration existante
avec le bloc électro-hydraulique.
La configuration du bloc électro-hydraulique doit comprendre trois (3) sections :
1.
Réservoir et composants.
2.
Base
3.
Groupe motopompe
L'entrepreneur doit réassembler le bloc électro-hydraulique au moment de
l'installer, et le représentant détaché doit diriger la séquence et superviser cette
section des travaux. Il importe ensuite de raccorder les boyaux et la tuyauterie en
acier au bloc électro-hydraulique entre le groupe motopompe électrique et le
réservoir.
22.3.29
L'entrepreneur doit installer les deux (2) commandes de gouverne numérique
(élément 3 – tableau 1), dans l'un des espaces convenables suivants, d'abord sous le
pupitre de barre existant, ou, si ce n'est pas impossible, dans un autre endroit
243
approuvé de la timonerie, et enfin, si aucun autre endroit n'est possible, dans la
galerie de pont sous la timonerie.
22.3.30
L'entrepreneur doit installer les deux (2) processeurs de commande des modes
MCP 100-20 2x DSC (élément 4 – tableau 1), dans l'un des espaces convenables
suivants, d'abord sous le pupitre de barre existant, ou, si ce n'est pas impossible,
dans un autre endroit approuvé de la timonerie, et enfin, si aucun autre endroit
n'est possible, dans la galerie de pont sous la timonerie.
22.3.31
L'entrepreneur doit installer les deux des trois (2 de 3) interrupteurs d'à-coups
JO100-2 (élément 7 – tableau 1) dans les consoles d'ailerons bâbord et tribord (3
de 3 au pupitre de barre central) dans la timonerie.
22.3.32
L'entrepreneur doit installer l'interrupteur d'à-coups JO100-1 (élément 9 –
tableau 1) dans le compartiment de l'appareil à gouverner à un endroit attribué par
le mécanicien en chef.
22.3.33
L'entrepreneur doit installer le contrôleur à manette de style Yacht LC300-2, avec
potentiomètre simple (élément 10 – tableau 1) dans la console existante de la
timonerie.
22.3.34
L'entrepreneur doit installer deux des trois (2 de 3) indicateurs (de commande) de
l'angle du gouvernail, face du cadran de 3,8 po, 24 V c.c. (élément 11 – tableau 1),
soit une dans chacune des consoles d'ailerons de bâbord et de tribord. (3 de 3 à la
console de barre centrale) dans la timonerie.
22.3.35
L'entrepreneur doit installer l'indicateur panoramique d'angle de gouvernail RAI
330 (élément 13 – tableau 1) dans la timonerie dans un emplacement approuvé par
le mécanicien en chef.
22.3.36
L'entrepreneur doit installer le bloc d'alimentation c.a./c.c. RAI 3300 (élément 14 –
tableau 1) dans la timonerie dans un emplacement approuvé par le mécanicien en
chef.
22.3.37
L'entrepreneur doit installer le panneau de commande et de sélection tactile CP375, numérique de 3 po x 6 po, 7 boutons (élément 15 – tableau 1) dans les
consoles de gouverne de bâbord et tribord de la timonerie.
22.3.38
L'entrepreneur doit installer les deux (2) dispositifs de réaction de l'angle du
gouvernail RFU 2000 (élément 18 – tableau 1) dans le compartiment de l'appareil
à gouverner dans un emplacement approuvé par le mécanicien en chef.
22.3.39
L'entrepreneur doit installer la boîte de jonction de gouverne d'urgence ESJB-1
(élément 19 – tableau 1) dans le compartiment de l'appareil à gouverner dans un
emplacement approuvé par le mécanicien en chef.
244
22.3.30
L'entrepreneur doit installer la boîte de jonction de commande de la vanne de débit
élevé (élément 20 – tableau 1) dans le compartiment de l'appareil à gouverner dans
un emplacement approuvé par le mécanicien en chef.
22.3.31
L'entrepreneur doit installer le pupitre de barre (élément 21 – tableau 1) dans la
timonerie.
22.3.32
L'entrepreneur doit installer le pilote automatique Navpilot 4000 de Sperry
(élément 22 – tableau 1) et ses éléments connexes dans la timonerie.
22.3.33
L'entrepreneur doit installer trois (3) unités de démarreur et d'alarme (éléments 23
et 24 du tableau 1) dans le compartiment de l'appareil à gouverner conformément
au dessin D-751922 et l'emplacement doit être approuvé par le mécanicien en chef.
22.3.34
L'entrepreneur doit apporter toutes les modifications nécessaires pour installer les
composants, et il doit veiller à ce que tous les renforts soient utilisés, le cas
échéant, et que toutes les modifications respectent les profils existants et reçoivent
une finition assortie.
22.4
Preuve de rendement
22.4.1 Inspections
22.4.1.1
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux. En
élaborant le plan de ces travaux, l'entrepreneur doit prendre les dispositions
nécessaires pour les points d'arrêt pour inspection conformément aux exigences de
l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
22.4.2 Tests et essais
22.4.2.1
La mise en service du système de gouverne et de commande doit être réalisée sous
la supervision d'un représentant détaché de Jastram Engineering et de Jastram
Field Engineer, et conformément aux pratiques du fabricant.
22.4.2.2
Le système doit être mis à l'essai afin de confirmer que tous ses éléments
respectent les exigences de Transports Canada et de la société de classification
compétente de manière à garantir une installation approuvée. L'ensemble des
essais et des résultats doit faire l'objet d'un rapport soumis à l'autorité technique
(AT) avant l'acceptation de cette tâche.
22.4.2.3
Il faut effectuer des essais à quai afin de vérifier le fonctionnement de l'ensemble
des nouveaux composants dans diverses conditions opérationnelles, notamment en
mode asservi et non asservi, avec une et deux pompes, en fonctionnement
d'urgence, ainsi que les mouvements synchronisés du gouvernail conformément
aux exigences de la SMTC et de la société de classification.
245
22.4.2.4
Il faut aussi effectuer des essais en mer de quatre (4) heures afin de vérifier le
fonctionnement des nouveaux composants et l'intégration du système avec les
commandes du pilote automatique.
22.4.3
Certification
22.4.3.1
Tous les certificats originaux d'homologation par catégorie pour chacun des
composants du système doivent être soumis au propriétaire avant l'acceptation de
cette tâche.
22.5
Produits livrables
22.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
22.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir au mécanicien en chef un rapport dactylographié de ses
travaux sur support papier et électronique détaillant l'inspection et toutes les
modifications ou réparations effectuées avant l'acceptation de cette tâche.
22.5.1.2
L'entrepreneur doit s'assurer que tous les manuels d'exploitation, d'entretien et
d'installation fournis avec l'équipement neuf sont remis au propriétaire avant
l'acceptation des travaux.
22.5.2
Pièces de rechange
22.5.2.1
L'entrepreneur doit fournir une liste des pièces de rechange recommandées
accompagnée des coûts et délais de livraison
22.5.2.2
L'entrepreneur doit retourner tous les articles fournis par le propriétaire pour cette
tâche, qui n'ont pas été utilisés avant l'acceptation de cette tâche.
22.5.3
Formation
22.5.3.1
L'entrepreneur doit offrir une (1) séance de formation de huit (8) heures à bord du
navire une fois terminées l'installation et la mise en service de l'ensemble des
régulateurs et des commandes de gouverne. Cette formation doit être offerte au
personnel concerné et être donnée par le FEO du système. Elle doit englober tous
les éléments prescrits dans les instructions fournies par le FEO sur l'utilisation et
l'entretien.
246
23.0 RÉPARATION DU PAVOIS DE GAILLARD
23.1
Identification (radoub)
23.1.1
Aux termes de la présente section, l'entrepreneur doit remplacer une section
endommagée du pavois de gaillard.
23.1.2
Les travaux ci-dessous doivent être exécutés en même temps que les tâches du
devis suivantes
x Tâche 15 revêtements de la coque
23.2
Références
23.2.1
Renseignements concernant l'équipement
23.2.1.1
L'acier remplacé mesure 6,5 mm et est de nuance A.
23.2.2
Dessins
Numéro de dessin
12-0016-01
Description
Développement du bordé
Numéro électronique
23.2.3
Règlements
23.2.3.1
Règlement sur la construction des coques de la CSA
23.2.4
Normes
23.2.4.1
Normes du BCS pour les métaux ferreux.
23.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
23.2.5.1
Conformément au programme d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
23.3
23.3.1
Spécifications techniques
L'entrepreneur doit remplacer l'acier endommagé côté bâbord du pavois du gaillard
d'avant.
247
23.3.2
Avant de poursuivre les travaux d'électricité, l'entrepreneur doit communiquer
avec l'officier électricien du navire afin de s'assurer que les systèmes sont
verrouillés adéquatement et que toutes les procédures de verrouillage et
d'étiquetage sont respectées conformément à la procédure de verrouillage et
d'étiquetage des entrepreneurs.
23.3.3
La prise électrique sur le côté tribord de la cloison du gaillard d'avant doit être
débranchée et le câble retiré des agrafes de soutien, puis protégé et immobilisé
hors de la zone des travaux.
23.3.4
Les haut-parleurs d'interphone doivent être retirés du support de pavois, puis
protégés et mis `l'écart de la zone des travaux.
23.3.5
La caméra d'étrave du navire doit être débranchée et retirée par l'équipage du
navire. Les câbles doivent être retirés des agrafes et protégés à l'écart de la zone de
travail.
23.3.6
L'entrepreneur doit retirer la tôle de pavois endommagée à partir d'environ 2 po de
la membrure de bâbord jusqu'à 2 po de l'axe et du rail supérieur de la barre
d'ampoules jusqu'à la soudure inférieure sur le bordé d'étrave, et à partir du
chaumard de l'axe. La dimension approximative est de 55 po sur 38 po.
23.3.7
Une fois la tôle endommagée retirée, l'entrepreneur doit redresser le bordé d'étrave
pour bien l'aligner avec la nouvelle tôle.
23.3.8
Les bords de la tôle de pavois, où la tôle a été retirée, doivent être préparés pour
permettre un bon ajustement et le soudage de la nouvelle tôle.
23.3.9
Une nouvelle tôle doit être découpée pour correspondre à l'ouverture du pavois. La
nouvelle tôle doit être installée et soudée aux tôles existantes et au chaumard
conformément au procédé de soudage approuvé.
23.3.10
Une fois le soudage, une nouvelle tôle d'appui pour l'interphone doit être installée.
L'entrepreneur doit installer de nouvelles agrafes de câble servant à l'unité
d'interphone, la prise électrique et le câblage de la caméra du navire. Indiquer un
prix pour l'installation de 15 agrafes.
23.3.11
Une fois les travaux terminés, les zones perturbées et l'intérieur de la nouvelle tôle
doivent être recouverts de deux couches d'apprêt Amerlock 400 (fournies par
l'entrepreneur) et de deux couches de Matchless 700 (également fournies par
l'entrepreneur). Le côté coque de la tôle doit être enduit d'une couche
d'Interprime 098 gris et d'une couche d'Interprime 099 rouge. La couche de finition
doit être appliquée en même temps que les revêtements au-dessus de la ligne de
flottaison.
23.3.12
L'unité d'interphone doit être réinstallée sur le nouveau support et ses câbles
réinstallés dans les nouvelles agrafes. La prise électrique doit être branchée et ses
248
câbles fixés dans les agrafes. Les câbles de la caméra doivent être fixés dans les
nouvelles agrafes, puis ils doivent être fixés par l'équipage du navire.
23.4
Preuve de rendement
22.4.1
Inspections
23.4.1.1
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
23.4.2 Tests et essais
23.4.2.1
S.O.
23.4.3 Certification
23.4.3.1
23.5
Les systèmes qui nécessitent une approbation obligatoire doivent être testés et
certifiés, selon les règlements de Transports Canada.
Produits livrables
23.5.1
Tests et essais
23.5.1.1
S.O.
23.5.2
Pièces de rechange
23.5.2.1
S.O.
23.5.3
Formation
23.5.3.1
S.O.
249
24.0 SYSTÈME DE COMMUNICATION INTERNE
24.1 Identification (EC no 150)
24.1.1 Le but du présent devis est de remplacer l'ensemble du système de communication
interne existant à bord du navire par un système de communication interne neuf fourni
par l'entrepreneur avec des pièces de rechange recommandées par le fabricant. Veuillez
vous reporter au paragraphe 24.1.2.6.
24.1.2 Ces travaux doivent être exécutés en même temps que la tâche suivante :
54.0 Remplacement de l'horloge maîtresse.
24.1.3 Sauf indication contraire, l’entrepreneur doit fournir tous les matériaux et toutes les
pièces nécessaires à la réalisation des travaux indiqués.
24.1.4 Il incombe à l'entrepreneur de repérer les éléments faisant obstacle, de les retirer et de les
entreposer temporairement, puis de les réinstaller à bord. Les éléments faisant obstacle
pourront être examinés avant la conférence avec le soumissionnaire.
24.2
RÉFÉRENCES :
24.2.1 Dessins de référence et données de plaque signalétique
Numéro de dessin
13-0073-01
13-0074-01
13-0075-01
13-0076-01
13-0077-01
33-0845-01
33-0845-02
33-0845-03
33-0845-04
Description
Disposition générale, pont de passerelle
de navigation et timonerie
Disposition générale, passerelle des
officiers
Disposition générale, pont d'envol/des
embarcations
Disposition générale, pont supérieur
Disposition générale, pont principal
Disposition générale, pont inférieur
Disposition générale, plafond de ballast
Plan du pont du SCI, pont de navigation
et timonerie
Plan du pont du SCI, passerelle des
officiers
Plan du pont du SCI, pont des
embarcations arrière
Plan du pont du SCI, pont de
gaillard/des embarcations
Numéro électronique
250
33-0845-05
33-0845-06
33-0845-07
33-0845-08
33-0845-09
33-0845-10
33-0845-11
33-0845-12
33-0845-13
33-0845-14
65405517
65412301
8010-100-CCGHL
Plan du pont du SCI, pont supérieur
arrière
Plan du pont du SCI, pont principal
milieu
Plan du pont du SCI, pont supérieur
avant
Plan du pont du SCI, pont principal
arrière
Plan du pont du SCI, pont principal
milieu
Plan du pont du SCI, pont principal
avant
Plan du pont du SCI, pont inférieur
arrière
Plan du pont du SCI, pont inférieur
avant
Plan du pont du SCI, plafond de ballast
arrière
Plan du pont du SCI, plafond de ballast
avant
SCI SX100
Schéma fonctionnel du système intégré
de communications
Disposition générale du PCI
24.2.2 Normes
24.2.2.1 Manuel de sûreté et sécurité de la flotte (MPO 5737)
24.2.2.2 TP127F – Normes d’électricité régissant les navires
24.2.2.3 IEEE 45:2002 – Recommended Practice for Electrical Installation on
Shipboard
24.2.2.4 Guide général d’installation du matériel électronique à bord des navires
(70-000-000-EU-JA-001)
24.2.2.5 Approbation d'une société de classification reconnue par la SMTC
24.2.2.6 Rules and Regulations for the Classification of Ships
24.2.2.7 Groupe technique pour l'architecture des systèmes informatisés de
bord
24.2.3 Règlements
24.2.3.1 Loi sur la marine marchande du Canada, 2001
24.2.3.2 Supplément canadien à la convention SOLAS TP15221E,
paragraphe 3.7.1.1
24.2.3.3 Chapitre II-2, partie D du règlement 12.3 sur la SOLAS
24.2.3.4 Chapitre III, partie B du règlement 6.5.1 sur la SOLAS
251
24.2.3.5
24.2.3.6
24.2.3.7
24.2.3.8
Chapitre III, partie B du règlement 6.5.2 sur la SOLAS
Chapitre III, partie B du règlement 6.5.3 sur la SOLAS
Chapitre II-1, partie D du règlement 43.2.4.1 sur la SOLAS
Chapitre III, partie B du règlement 6.5.4 sur la SOLAS
24.2.4 Emplacement
Tous les espaces régulièrement et normalement occupés seront touchés par cette
installation.
Pont de passerelle de navigation et timonerie
Passerelle des officiers
Pont d'envol/des embarcations et pont de gaillard
Pont supérieur
Pont principal
Pont inférieur
Dessus du réservoir
24.3
DESCRIPTION TECHNIQUE
Généralités
24.3.1 Il incombe à l'entrepreneur de retirer et d'éliminer tous les câbles provenant du système
intégré de communications United Marine (PA-PBX) d'origine. Il incombe à
l'entrepreneur de retirer tous les composants du système intégré de communications (PAPBX) United Marine d'origine et de les restituer à l'État, qui les utilisera comme pièces de
rechange pour des équipements semblables de la flotte de la GCC.
L'entrepreneur doit noter que sept boîtes à bornes ou de raccordement (TB-1 à TB-7)
doivent également être retirées, conformément aux dessins de référence.
Lesdites boîtes de jonction peuvent être réutilisées si l'entrepreneur juge qu'elles sont
appropriées dans une autre installation.
24.3.2 L'entrepreneur doit fournir et installer un système de communication interne approuvé
type et reconnu par l'une ou l'ensemble des sociétés de classification suivantes : 1)
Bureau Veritas, 2) Det Norske Veritas, 3) Germanischer Lloyd ou 4) Lloyds Register. Il
doit également fournir un autocommutateur privé maritime (MPBX) fondé sur le
protocole Internet (IP) équipé d'une interface de divertissement audio avec système
intégré de communications (ICS) interne conventionnel.
24.3.3 Exigences relatives au système intégré de communications internes
1)
Le système doit utiliser uniquement des câbles en cuivre de catégorie 6A ou 7
approuvés pour les navires conformément aux recommandations du fabricant, des
câbles à fibres optiques multimode approuvés pour les navires (selon les exigences
du fabricant, et des câbles blindés à paire torsadée de calibre 16 et de qualité marine
approuvés. Les appareils IP doivent être raccordés à l'aide de jacks RJ45
252
(appropriés au câblage type), conformément aux normes TIA/EIA 568B ou câblés,
le cas échéant, indépendamment du type d'équipement. Les raccordements ou
dispositifs extérieurs doivent être conformes ou supérieurs aux normes
environnementales IP66.
2)
Le PBX doit être fondé sur l'IP. Le système de communication interne doit être
conçu de sorte que la panne de l'un des systèmes n'ait aucune incidence sur le
fonctionnement des autres systèmes. Une configuration de système A/B à des fins
de redondance doit être fournie.
3)
Les bâtis d’équipement principaux doivent être protégés contre les chocs et être
équipés de ventilateurs de refroidissement à commande thermostatique. Les bâtis
doivent contenir le système de communication interne, le contrôleur de secours du
système de communication interne, le système PBX VoIP et tout l'équipement
nécessaire à la connexion des dispositifs terminaux (haut-parleur, téléphone,
gyrophare, etc.). Les bâtis doivent être installés dans l'espace duquel les bâtis du
panneau de contrôle de l'équipement (ECP) 1 à 3 ont été préalablement retirés. Les
nouveaux bâtis d'équipement doivent être adaptés à l'espace des anciens bâtis de
l'ECP avec le dégagement recommandé par le fabricant. Se reporter au dessin de
référence pour connaître la disposition et les dimensions de la salle de l'ICS.
4)
Les bâtis d'équipement doivent être alimentés par une source d'alimentation
d'urgence de 115 V c.a. ainsi qu'une source d'alimentation essentielle de 115 V c.a.
au moyen d'un dispositif d'inversion (commutateur) automatique. Le système doit
comprendre une alimentation sans interruption (UPS) « conditionnée »
approuvée pour une utilisation marine dans chaque armoire afin de maintenir
l'alimentation du système pendant au moins 30 minutes. De cette manière, on
produit une source d'énergie sans coupure et propre ou conditionnée.
24.3.4 Exigences relatives au système de communication interne
1)
Un système de communication interne de qualité marine doté de fonctions de
radiomessagerie multicanal doit être installé. Le système doit être conçu
conformément à toutes les sociétés de classification (c.-à-d. Lloyds Register).
-
Le système de communication interne doit offrir des installations de diffusion
de routine ou d'urgence.
Le système de communication interne doit comporter un haut-parleur.
Le système de communication interne doit diffuser dans toutes les zones du
navire.
Le système de communication interne doit être audible dans toutes les zones du
navire.
Le système de communication interne doit pouvoir sélectionner les zones de
diffusion du navire.
Le volume du système de communication interne doit être supérieur au bruit
ambiant dans toutes les zones du navire, conformément aux paragraphes 7.2.2.1
253
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
et 7.2.2.2 du Recueil international de règles relatives aux engins de
sauvetage (ES).
Le volume du système de communication interne doit être supérieur au bruit
ambiant le plus élevé pendant la navigation dans les glaces, le déglaçage ou
l'éperonnage.
Le système de communication interne doit fournir deux options pour la
diffusion de messages : (1) un combiné doté de boutons-poussoirs à sélection
dédiée et (2) des postes téléphoniques à programmation particulière.
Le système de communication interne doit être organisé en fonction des groupes
sélectionnables suivants : 1) divertissement général, 2) groupe de cabine, 3)
groupe de pont, 4) groupe moteur, 5) groupe de travail, 6) tous les appels, 7)
tous les appels d'urgence.
Le système doit comporter un bouton-poussoir de sélection distinct et dédié (sur
les panneaux de commande principale du système de communication interne)
pour chaque zone de diffusion du système de communication interne.
Chaque bouton-poussoir de sélection dédié doit être configuré de manière à
diffuser les messages du système de communication interne à une zone de
diffusion distincte dans le navire.
Le système de communication interne doit diffuser les messages dans les zones
de diffusion correspondantes au bouton-poussoir sélectionné.
Le système téléphonique qui accède aux zones de diffusion du système de
communication interne doit être configurable.
Le système de communication interne doit disposer d'un élément de commande
et de surveillance accessible à partir du navigateur installé sur votre ordinateur.
Le système de communication interne doit être doté de deux amplificateurs
indépendants et distincts.
Le système de communication interne doit comporter au moins deux boucles
séparées sur la longueur.
Le système de communication interne doit être branché à la source d'urgence
d'alimentation électrique du navire et à la source principale (essentielle)
d'alimentation électrique, accompagné d'un dispositif d'inversion intégré.
Le système de communication interne doit déclencher automatiquement un
signal d'alarme discret si l'une des sources d'alimentation électrique (d'urgence
ou principale) du système est défaillante.
Les amplificateurs du système de communication interne doivent fournir une
puissance nominale continue correspondante à l'alimentation maximale qu'ils
requièrent pour produire un signal sonore et des signaux de tonalité d'alarme
dans le système.
Les amplificateurs du système de communication interne et les haut-parleurs
doivent être sélectionnés et disposés de façon à prévenir la réaction acoustique
et les autres interférences.
Le système de communication interne doit pouvoir mettre en sourdine l'alarme
générale et l'alarme d'incendie pendant les annonces du système de
communication interne.
Le système de communication interne doit être disponible dans les locaux
d'habitation, les espaces de service, les postes de commande, les ponts
découverts, le poste de rassemblement, les postes d’embarquement et les
espaces des machines.
254
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Les haut-parleurs du système de communication interne doivent être situés
stratégiquement sur le navire afin que les messages d'alarme et du système de
communication interne soient diffusés et audibles partout dans le navire.
Le système de communication interne doit disposer d'une fonction d'interruption
d'urgence accessible à partir des panneaux de commande principale du système
de communication interne.
La fonction d'interruption d'urgence doit pouvoir diffuser des messages
d'urgence sur le système de communication interne, y compris : la diffusion de
message dans tout haut-parleur désactivé de la zone visée, la diffusion de
message dans tout haut-parleur de zone dont le volume est baissé, et la diffusion
dans tout haut-parleur servant à d'autres fonctions.
Les haut-parleurs doivent être intégrés au système de communication interne.
Les haut-parleurs doivent être à pavillon, de 30 W, et à l'épreuve des
intempéries (protection contre l'infiltration par l'eau équivalente ou supérieure
à IP67).
Les haut-parleurs doivent être accessibles à partir des panneaux de commande
principale du système de communication interne.
Le système de communication interne doit pouvoir communiquer avec le
système de divertissement.
Le système de communication interne doit permettre la configuration de la
diffusion de la sortie audio du système de divertissement dans les zones de
diffusion du système de communication interne.
Le système de communication interne met automatiquement en sourdine la
sortie audio du système de divertissement pendant les annonces du système de
communication interne.
La diffusion de la sortie audio du système de divertissement doit revenir
automatiquement à la normale une fois l'annonce du système de communication
interne terminée.
Le système de communication interne met automatiquement en sourdine la
sortie audio du système de divertissement pendant l'activation de l'alarme
générale.
Le système de communication interne doit fournir des signaux discrets pour
mettre en sourdine la distribution audio du système de divertissement.
Le système de communication interne doit pouvoir communiquer avec le
système de surveillance des alarmes du navire.
L'équipement relatif au système de communication interne doit comporter les
indices de protection suivants :
x
x
x
x
haut-parleur de plafond pour les cabines et les espaces communs (IP22 ou
supérieur);
haut-parleur à pavillon pour les salles des machines (IP66 ou supérieur);
haut-parleur à pavillon pour les espaces extérieurs (IP66 ou supérieur);
haut-parleur pour les espaces extérieurs avec bouton-poussoir pour
transmission de messages (IP67 ou supérieur);
255
x
x
x
x
mégaphone pour la passerelle fermée, le hangar à hélicoptère et le pont
supérieur côtés bâbord et tribord, alimentation de 115 V/60 Hz (IP67 ou
supérieur);
installations intégrées pour la mise en sourdine du système récréatif et de
divertissement du navire et des alarmes générales;
installations intégrées pour la mise en sourdine du système de protection
contre les incendies;
commande de station principale.
24.3.5 Exigences du système VoIP
Le système doit permettre aux opérateurs de passer et de recevoir des
communications libres entre tous les espaces indiqués.
Fonctions du système
x Unité autonome
x Identification de l'appelant
x Programmation à partir d’une interface Web
x Renvoi automatique d'appel
x Transfert d'appel
x Garde par indicatif
x Messagerie vocale
x Système de conférence à trois
x Système de réveil
x Émission/réception de communications extérieures – Programmable
(raccordement quai-navire, satellite, cellulaire)
x Acheminement des appels entrants
x Interface de sonorisation
x Entretien et diagnostics à distance
x Sonnerie de nuit
Chaque téléphone IP doit pouvoir communiquer avec tous les autres
téléphones à bord du navire et accéder à la liaison avec le rivage et aux
autres systèmes de communication externe par l'intermédiaire de la
programmation (pendant la mise en service, l'Autorité technique de la GCC
doit fournir une liste des personnes qui doivent avoir accès à des liaisons
précises). Les téléphones IP doivent convenir à l'utilisation marine et être
adaptés au montage sur une cloison ou un bureau. Ils doivent également être
protégés contre les gouttes d'eau ou étanches à l’eau, en fonction de leur
emplacement. Dans les zones très bruyantes, des gyrophares (bleus)
auxiliaires de signalisation visuelle doivent être fournis et installés pour
signaler les appels entrants.
-
Le terminal d'utilisateur doit donner accès au service téléphonique traditionnel à
quai lorsque le navire est à quai.
L'accès au service téléphonique traditionnel à quai (fourni par le terminal
d'utilisateur) doit être configurable.
256
-
-
-
-
-
-
Les terminaux d'utilisateur doivent donner accès aux groupes de diffusion du
système de communication interne (zones de diffusion).
L'accès aux zones de diffusion du système de communication interne doit être
configurable.
Le terminal d'utilisateur doit être doté de dispositifs de retenue du combiné de
qualité marine.
Les terminaux d'utilisateur sur le pont doivent avoir la capacité de répondre à un
appel.
Les terminaux d'utilisateur sur le pont doivent être dotés de la fonction de
renvoi automatique en cas d'occupation à un autre terminal du pont.
Une liste des postes doit se trouver à chaque terminal et être configurable par la
suite afin de correspondre à l'annuaire téléphonique existant du navire.
Les terminaux d'utilisateur du système téléphonique installés à l'extérieur
doivent être imperméables avec une protection contre l'infiltration par l'eau d'au
moins IP66, et être équipés d'un signal sonore ou visuel indiquant les appels
arrivant au terminal.
Les terminaux d'utilisateur du système téléphonique installés à l'extérieur
doivent être placés dans une armoire à l'épreuve des intempéries avec une cote
de protection contre l'infiltration d'au moins IP66.
Le terminal d'utilisateur du système téléphonique installé dans les espaces pour
les machines, l'équipement mécanique et les espaces opérationnels doit
comprendre un combiné avec options pour combiné, présenter une cote IP44 ou
supérieure, pouvoir être encastré ou fixé à la cloison, et être équipé d'un feu à
éclats auxiliaire distinct et d'une lentille de signalisation visuelle bleue.
Le feu à éclats de signalisation pour le terminal d'utilisateur doit être activé à la
réception d'un appel (sur le terminal d'utilisateur).
Le feu à éclats de signalisation pour le terminal d'utilisateur (activé en raison de
la réception d'un appel) doit se désactiver lorsque l'utilisateur répond à l'appel
ou y met fin.
Le système téléphonique doit pouvoir communiquer avec le système de
communication interne.
Le système téléphonique doit faire l'interface avec le système téléphonique sans
fil existant du navire EnGenius et requiert quatre (4) liaisons ou rallonges
analogiques.
Le système téléphonique doit inclure six (6) liaisons analogiques à interface
FXO au service téléphonique traditionnel à quai.
Les liaisons à interface du système téléphonique doivent être dotées d'une
protection contre la foudre.
Le système téléphonique doit offrir des interfaces de liaison avec le système
cellulaire.
Le système téléphonique doit pouvoir communiquer avec les téléphones
satellites.
Le système téléphonique doit donner accès au terminal satellite afin d'offrir la
fonction de télécopie.
Le système VoIP doit être fourni avec quatre (4) boîtes de raccordement
quai-navire (comprenant 150 pi de câble de raccordement quai-navire), chacune
équipée de quatre lignes, et doit pouvoir accéder aux lignes quai-navire au
besoin.
257
-
Il doit pouvoir communiquer avec un télécopieur à bord du navire.
L'équipement du système PBX (VoIP) doit comporter les indices de
protection suivants :
x
x
x
x
x
x
x
téléphone IP (installation sur cloison ou sur un bureau);
prise RJ45 pour téléphone;
téléphone IP (pour les espaces des machines ou de l'équipement mécanique)
avec prise casque et gyrophare, et casque (espaces des machines ou de
l'équipement mécanique) fixé au mur (IP44 ou supérieur);
téléphone IP extérieur (à l'épreuve des intempéries);
raccordement quai-navire (4 lignes avec 150 pi de câble de raccordement
quai-navire), 120 V c.a., 60 Hz;
interface IP (pour système Iridium, téléphone satellite et cellulaire),
115 V c.a., 60 Hz;
interface IP (pour télécopieur), 115 V c.a., 60 Hz.
24.3.6 Exigences relatives aux systèmes de divertissement à bord
L'ICS doit être en mesure de recevoir quatre (4) entrées audio de niveau ligne pour le
système de divertissement à bord. La distribution du son du système de divertissement
(musique, annonces enregistrées, etc.) pour les cabines et les bureaux doit pouvoir être
programmée à l'aide d'un logiciel de configuration du système. Le contrôle des sources
audio et du volume dans les différents espaces doit se faire par téléphone local. Le son
du système de divertissement doit pouvoir être coupé automatiquement en cas de
déclenchement d'une alarme ou du passage d'une annonce sur le système de
communication interne.
24.3.7 Exigences relatives au système téléphonique sans fil
Un système téléphonique sans fil qui fonctionne sur IP et qui compte trois appareils
portables (au moins) doit être fourni pour les opérations sur la passerelle. Le système
doit fonctionner en parallèle avec le système PBX susmentionné. La commande de base
doit être connectée au PBX au moyen d'un câble de catégorie 6A ou 7.
Le système doit comprendre ce qui suit :
x unité de base IP VoIP;
x téléphones portables IP VoIP (avec chargeurs).
24.3.8 Trousse d'équipement
Les soumissionnaires doivent attester que toutes les exigences (en matière d'équipement,
de matériel ou de câbles, d'installation, de conception, de dessins, de type et de
disposition de câbles, de pont de l'ICS et de disposition des câbles sur les plans
d'ensemble du navire, de disposition des composants sur les plans d'ensemble du navire,
de boîtes de jonction, de boîtiers, de borniers, et de tuyauterie) sont incluses dans leur
soumission.
258
L'entrepreneur doit indiquer la marque et le modèle dans son dossier de soumission.
L'entrepreneur retenu doit fournir des renseignements détaillés (liste des sous-composants
du fabricant, dessins de conception et d’installation, disposition des composants sur les
plans d'ensemble du navire, disposition des câbles de l'ICS pour chaque pont sur les plans
d'ensemble du navire, renseignements du fournisseur : Manuel d'installation, de
réparation et de remise en état, et d'exploitation), au plus tard quatre semaines après
l'attribution du contrat, aux fins d'examen par la GCC.
24.3.9 L'entrepreneur doit veiller à ce qu'un représentant détaché (RD) procède à la mise en
service (essai d’acceptation de site) et à la mise en marche de l'ICS. Il faut se procurer
une procédure d'essai et la respecter, conformément aux pratiques du fabricant.
24.3.10
L'entrepreneur doit collaborer avec le technicien en électronique de la Garde côtière
pour superviser l'installation du nouveau système intégré de communications, de
manière à assurer la conformité avec les normes de la Garde côtière qui s'appliquent
et à déterminer l'emplacement où les composants supplémentaires fournis avec le
système doivent être définitivement installés. Tous les raccordements doivent être
effectués par l'Autorité technique de la GCC, conformément aux spécifications du
fabricant.
24.3.11
Avant d'entamer le travail à chaud, l'entrepreneur doit veiller à ce que la zone des
travaux et l'ensemble de l'équipement, du câblage, des traversées, etc. soient
suffisamment protégés contre les étincelles et la limaille.
24.3.12
L'entrepreneur doit veiller à ce que toutes les sources d'alimentation désignées du
système soient isolées et verrouillées à l'aide de la procédure de verrouillage et
d'étiquetage décrite dans le préambule.
24.3.13
Tous les composants électroniques retirés du navire au cours de cette tâche doivent
être remis au propriétaire aux fins d'élimination ou de réutilisation.
24.3.14
L'entrepreneur doit veiller à ce que tous les endroits soient complètement nettoyés et
exempts de débris produits pendant l'exécution de la présente tâche.
24.3.15
L'entrepreneur doit retirer un total de 207 haut-parleurs, ainsi que les boutons de
contrôle du volume correspondants (136 encastrés dans le plafond, dotés d'un boîtier
de soutien et de boutons de commande du volume; 5 mégaphones; 32 interphones à
haut-parleur imperméables; 36 haut-parleurs à pavillon situés sur la partie supérieure
de la timonerie, sur la passerelle de navigation, sur le pont de passerelle, sur la
passerelle des officiers, sur le pont d'envol/des embarcations, sur le pont supérieur,
sur le pont principal, sur le pont inférieur, et sur le dessus des réservoirs). Le retrait
de ces haut-parleurs comprend le retrait des câbles jusqu'aux points d'origine,
conformément aux dessins de référence (33-0845-01 à 33-0845-14) des plans du pont
de l'ICS.
259
24.3.16
L'entrepreneur doit installer 263 nouveaux haut-parleurs (155 encastrés dans le
plafond ou fixés aux cloisons, 5 mégaphones, 64 haut-parleurs à pavillon [IP66 ou
supérieur] et 39 haut-parleurs extérieurs [IP67] sur la partie supérieure de la
timonerie, sur la passerelle de navigation, sur le pont de passerelle, sur le pont de
gaillard, sur le pont supérieur, sur le pont principal et sur le pont de la soute),
conformément aux dessins de référence qui doivent être fournis par le fabricant.
24.3.17
L'entrepreneur doit encastrer 136 des 155 nouveaux haut-parleurs dans l'espace vide
où se trouvaient les anciens haut-parleurs à l'aide d'une tôle de 12-1/2 po x 12-1/2 po
x 1/16 po aux bords arrondis. Ces nouveaux haut-parleurs occuperont le plus grand
espace libéré par les anciens haut-parleurs. Les 19 haut-parleurs restants doivent être
encastrés aux endroits indiqués sur les dessins de référence fournis par le fabricant en
découpant les panneaux du plafond. L'emplacement des haut-parleurs
supplémentaires est présenté à la section ci-dessous.
Emplacement des haut-parleurs
PONT DE PASSERELLE ET PARTIE SUPÉRIEURE DE LA TIMONERIE
-
Installer 16 nouveaux haut-parleurs encastrés aux endroits suivants :
4 haut-parleurs encastrés sur la passerelle de navigation;
1 haut-parleur encastré dans les toilettes, salle 409, pour remplacer l'ancien;
4 haut-parleurs encastrés dans les couloirs;
2 haut-parleurs encastrés dans la salle des cartes de navigation spéciale 404;
2 haut-parleurs encastrés dans la salle radio 405;
2 haut-parleurs encastrés dans la salle de l'équipement électronique 406;
1 haut-parleur encastré dans la salle de l'ICS 403.
Installer 4 nouveaux haut-parleurs à pavillon aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur à pavillon dans la salle du dissipateur thermique de
refroidissement du générateur auxiliaire;
- 2 haut-parleurs à pavillon dans la salle du générateur auxiliaire;
- 1 haut-parleur à pavillon dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 80 de
la cheminée, pour remplacer l'ancien.
Installer 2 mégaphones (30 W chacun) à la place des anciens dans la partie
supérieure de la timonerie, à bâbord et à tribord.
Installer 4 nouveaux haut-parleurs extérieurs (IP67) aux endroits suivants :
- à la membrure 95, à bâbord;
- à la membrure 77, à tribord;
- 1 interphone dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 135 de la partie
supérieure de la timonerie du mât avant, pour remplacer l'ancien;
- à la membrure 118 dans la partie supérieure de la timonerie, sur le mât
principal, orienté vers l'arrière, pour remplacer l'ancien.
260
PASSERELLE DES OFFICIERS
Installer 14 nouveaux haut-parleurs encastrés aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine du premier lieutenant, salle 378, pour
remplacer l'ancien;
- 2 haut-parleurs encastrés dans les cabines de jour et de nuit du capitaine en
second, salles 381 et 380, pour remplacer les anciens;
- 1 haut-parleur encastré dans la salle du scientifique principal 383, pour
remplacer l'ancien;
- 2 haut-parleurs encastrés dans les cabines de jour et de nuit du commandant,
salles 390 et 387, pour remplacer les anciens;
- 1 haut-parleur encastré dans le bureau de pont, salle 373, pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'agent des communications, salle 367,
pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la buanderie, salle 365, pour remplacer l'ancien;
- 5 haut-parleurs encastrés dans les coursives, pour remplacer les anciens.
Installer 5 nouveaux haut-parleurs à pavillon aux endroits suivants :
- 2 haut-parleurs à pavillon dans la salle de la génératrice de secours;
- 1 haut-parleur à pavillon dans la salle de halon;
- 1 haut-parleur à pavillon dans la salle d'inverseur statique, pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur à pavillon dans la salle de ventilateurs.
Installer 6 nouveaux haut-parleurs extérieurs (IP67) aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur à la membrure 68;
- 1 interphone près de l'embarcation rapide de sauvetage bâbord;
- 2 interphones près des postes de canots de sauvetage bâbord et tribord;
- 2 haut-parleurs à la membrure 121 bâbord et tribord, pour remplacer les anciens.
PONT D'ENVOL ET PONT DES EMBARCATIONS
Installer 13 haut-parleurs encastrés aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine du premier mécanicien, salle 339, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'ingénieur d'hélicoptère, salle 341,
pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine du pilote d'hélicoptère, salle 343, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine des fonctionnaires, salle 352, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine des hauts fonctionnaires, salle 350, pour
remplacer l'ancien;
- 2 haut-parleurs encastrés dans les cabines de jour et de nuit du mécanicien en
chef, salles 347 et 349, pour remplacer les anciens;
261
-
1 haut-parleur encastré dans la cabine du deuxième mécanicien, salle 345, pour
remplacer l'ancien;
5 haut-parleurs encastrés dans les couloirs, pour remplacer les anciens.
Installer 16 nouveaux haut-parleurs extérieurs (IP67) aux endroits suivants :
- 2 haut-parleurs à la membrure 30, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 interphones à la membrure 38, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 interphones à la membrure 42, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 80, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 interphones à la membrure 90, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 interphones à la membrure 120, bâbord et tribord, pour remplacer les
anciens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 199, bâbord et tribord, pour remplacer les
anciens;
- 1 interphone à la commande de guindeau, membrure 185, pour remplacer
l'ancien;
- 1 interphone dans l'axe longitudinal du navire, membrure 208, pour remplacer
l'ancien.
Installer 6 nouveaux haut-parleurs à pavillon aux endroits suivants :
- 2 haut-parleurs à pavillon dans le hangar à hélicoptère (à l'épreuve des
menaces et des explosions);
- 1 haut-parleur à pavillon dans l'atelier hélicoptère;
- 2 haut-parleurs à pavillon dans la salle du refroidisseur de climatisation;
- 1 haut-parleur à pavillon dans le compartiment des ventilateurs.
PONT SUPÉRIEUR
Installer 45 nouveaux haut-parleurs encastrés aux endroits suivants :
2 haut-parleurs encastrés dans le salon des officiers, salle 225, pour remplacer
les anciens;
- 2 haut-parleurs encastrés dans le mess des officiers, salle 226, pour remplacer
les anciens;
- 1 haut-parleur encastré dans le carré des officiers, salle 229, pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans l'infirmerie, salle 228, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans l'office des officiers, salle 231, pour remplacer
l'ancien;
- 13 haut-parleurs encastrés dans les couloirs et les escaliers;
- 1 haut-parleur encastré dans les toilettes, salle 230, pour remplacer l'ancien;
- 2 haut-parleurs encastrés dans le bureau du navire, salle 242;
- 1 haut-parleur encastré dans le bureau de l'approvisionnement, salle 244, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine du médecin, salle 260, pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'observateur des glaces, salle 262,
pour remplacer l'ancien;
-
262
-
1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'officier électricien subalterne,
salle 264, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'officier électricien principal,
salle 266, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de réserve, salle 268, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de réserve, salle 270, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans le poste du quartier-maître bâbord, salle 272, pour
remplacer l'ancien;
2 haut-parleurs encastrés dans les cabines de jour et de nuit de
l'ingénieur-mécanicien principal, salles 274 et 276, pour remplacer les anciens;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de réserve, salle 293, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'officier électricien pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans le poste du quartier-maître tribord, salle 290, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de l'officier de logistique, salle 287, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des manœuvriers, salle 285, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la salle 283 (2 élèves-officiers) pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la salle 281 (2 élèves-officiers) pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la salle 279 (2 élèves-officiers) pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la salle 277 (2 élèves-officiers) pour remplacer
l'ancien;
2 haut-parleurs encastrés dans le vestiaire de l'officier mécanicien (salle 251);
1 haut-parleur encastré dans le bureau du mécanicien, salle 249, pour remplacer
l'ancien.
263
Installer 13 nouveaux haut-parleurs extérieurs (IP67) aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur dans l'axe longitudinal à l'arrière du navire, près du chaumard
multi-angles, pour remplacer l'ancien;
- 1 interphone à la membrure 0, pour remplacer l'ancien;
- 2 interphones à la membrure 11, pour remplacer les anciens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 58, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 100, bâbord et tribord, pour remplacer les
anciens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 140, bâbord et tribord, pour remplacer les
anciens;
- 2 interphones à la membrure 165, bâbord et tribord, pour remplacer les
anciens;
- 1 interphone près de la ligne de quille pour remplacer l'ancien à proximité du
treuil d'amarrage.
Installer 8 nouveaux haut-parleurs à pavillon aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur à pavillon dans l'atelier de l'équipement de récupération, de
plongée, et de remorquage, salle 221, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur à pavillon dans la salle de ventilateurs (salle 222);
- 2 haut-parleurs à pavillon à la membrure 40, bâbord et tribord, pour remplacer
les anciens;
- 2 haut-parleurs à pavillon dans le tambour machine;
- 2 haut-parleurs à pavillon dans le magasin des manœuvriers.
PONT PRINCIPAL
Installer 66 nouveaux haut-parleurs encastrés aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur fixé à la cloison à la membrure 5, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans le magasin de l'appareil à gouverner, salle 100,
pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans le vestiaire de l'équipage, salle 103;
- 1 haut-parleur fixé à la cloison à la membrure 29, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la salle 111, à la membrure 8, à tribord, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 32,
pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur fixé à la cloison dans la cambuse de fruits et légumes, salle 109,
pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur fixé à la cloison dans la chambre fraîche pour les produits laitiers,
salle 110, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur fixé à la cloison dans la chambre froide, salle 115, pour
remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur fixé à la cloison dans la salle de manutention pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré dans la cambuse de pommes de terre pour remplacer
l'ancien;
- 3 haut-parleurs encastrés dans la cafétéria de l'équipage, salle 117, pour
remplacer les anciens;
264
-
3 haut-parleurs encastrés dans la cuisine, pour remplacer les anciens;
1 haut-parleur encastré dans la cambuse de vivres secs, salle 121, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cambuse de vivres, salle 136, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cambuse de vivres, salle 137, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans les toilettes, membrure 71, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine du maître-cuisinier, salle 130, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine du second cuisinier, salle 131, pour
remplacer l'ancien;
3 haut-parleurs encastrés dans le salon de l'équipage, salle 134, pour remplacer
les anciens;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de steward, salle 132, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de steward, salle 133, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine du magasinier, salle 157, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de réserve, salle 158, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 159, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 160, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 161, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 162, pour
remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot, salle 163, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot, salle 164, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot, salle 165, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine de matelot, salle 166, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des huileurs, salle 167, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des huileurs, salle 168, pour remplacer
l'ancien;
2 haut-parleurs encastrés dans le vestiaire, salle 152, pour remplacer les anciens;
1 haut-parleur encastré dans l'atelier d'électricité, salle 151, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la buanderie, salle 153, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans l'entrepôt de stockage, salle 186;
1 haut-parleur encastré dans la cantine, salle 180, pour remplacer l'ancien;
265
-
2 haut-parleurs encastrés dans le gymnase, salle 183, pour remplacer les
anciens;
1 haut-parleur encastré dans la salle de surveillance et le vestiaire, salle 184,
pour remplacer l'ancien;
2 haut-parleurs fixés à la cloison dans le magasin central, salle 188;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des huileurs, salle 190, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des huileurs, salle 191, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la cabine des huileurs, salle 192, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la salle des techniciens de la salle des machines,
salle 193, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans la buanderie, salle 200, pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 67,
pour remplacer l'ancien;
2 haut-parleurs encastrés à la membrure 78, couloirs bâbord et tribord, pour
remplacer les anciens;
2 haut-parleurs encastrés à la membrure 100, couloirs bâbord et tribord, pour
remplacer les anciens;
1 haut-parleur encastré dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 122,
pour remplacer l'ancien;
2 haut-parleurs encastrés à la membrure 136, bâbord et tribord, pour remplacer
les anciens;
1 haut-parleur encastré à la membrure 155, coursive bâbord, pour remplacer
l'ancien;
1 haut-parleur encastré à la membrure 170 pour remplacer l'ancien;
1 haut-parleur encastré dans l'axe longitudinal du navire 168 pour remplacer
l'ancien.
Installer 12 nouveaux haut-parleurs à pavillon aux endroits suivants :
- 2 haut-parleurs dans le compartiment de l'appareil à gouverner;
- 2 haut-parleurs dans la zone de réapprovisionnement de secours à la
membrure 20, pour remplacer les anciens;
- 1 haut-parleur dans la salle de cargaison réfrigérée, salle 105, pour remplacer
l'ancien;
- 1 haut-parleur dans la salle de l'incinérateur, salle 139, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur dans le tambour machine;
- 1 haut-parleur dans la salle de ventilateurs 189;
- 1 haut-parleur dans l'atelier de menuiserie, salle 203, pour remplacer l'ancien;
- 2 haut-parleurs dans le compartiment de la machine à bulles d'air, salle 207,
pour remplacer les anciens;
- 1 haut-parleur dans l'axe longitudinal du navire, membrure 122, dans le puits
aux chaînes, pour remplacer l'ancien.
266
PONT INFÉRIEUR
Installer 16 nouveaux haut-parleurs à pavillon ou encastrés aux endroits
suivants :
- 2 haut-parleurs à la membrure 45, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens,
orientés dans le même sens;
- 1 haut-parleur à la membrure 62, près de l'élément 113 du plan d'aménagement
d'ensemble;
- 1 haut-parleur à la membrure 77, près de l'escalier, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur à la membrure 77, à bâbord, pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur encastré au-dessus du bureau du poste de travail dans la salle de
commande des moteurs, élément 111 du plan d'aménagement d'ensemble;
- 2 haut-parleurs à la membrure 83, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens,
orientés dans le même sens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 90, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens,
orientés dans le même sens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 113, bâbord et tribord;
- 1 haut-parleur dans l'atelier des mécaniciens pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur dans l'atelier de soudure;
- 1 haut-parleur dans l'atelier d'électricité pour remplacer l'ancien;
- 1 haut-parleur dans le compartiment du propulseur d'étrave pour remplacer
l'ancien.
PLAFOND DE BALLAST
Installer 13 nouveaux haut-parleurs aux endroits suivants :
- 1 haut-parleur dans l'axe longitudinal du navire, à la membrure 30, pour
remplacer l'ancien, orienté dans le même sens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 60, bâbord et tribord (pour remplacer celui de la
membrure 60 dans l'axe longitudinal du navire);
- 2 haut-parleurs à la membrure 63, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens,
orientés dans le même sens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 88, bâbord et tribord, orientés vers l'arrière à
45 degrés;
- 2 haut-parleurs à la membrure 90, bâbord et tribord, pour remplacer les anciens,
orientés dans le même sens;
- 2 haut-parleurs à la membrure 126, bâbord et tribord (pour remplacer celui de la
membrure 126 dans l'axe longitudinal du navire);
- 2 haut-parleurs à la membrure 110, bâbord et tribord.
24.3.18
L'entrepreneur doit installer cinq (5) mégaphones là où se trouvaient les anciens,
conformément aux dessins de référence que doit fournir le fabricant. Au besoin,
l'entrepreneur doit modifier les supports afin de mettre en place les nouveaux
mégaphones.
24.3.19
L'entrepreneur doit installer 63 haut-parleurs à pavillon. Certains remplaceront les
anciens modèles et d'autres seront installés en plus. Se reporter aux dessins de
267
référence de la disposition du pont de l'ICS d'origine, et aux dessins qui doivent être
fournis par le fabricant.
24.3.20
Conformément aux dessins de référence, l'entrepreneur doit retirer 67 téléphones, et
les câbles connexes jusqu'aux points d'origine. Il doit également retirer toutes les
prises de téléphones à cadran ainsi que les câbles correspondants, conformément aux
dessins de référence du plan du pont de l'ICS.
24.3.21
L'entrepreneur doit enlever huit (8) dispositifs auxiliaires de signalisation visuelle
(gyrophares bleus) dans les endroits suivants : salle de la génératrice de secours,
atelier du hangar à hélicoptère, compartiment de la machine à bulles d'air,
compartiment de l'appareil à gouverner, salle des moteurs, salle des machines
auxiliaires, salle de la génératrice principale et compartiment du propulseur d'étrave.
Il doit également retirer le câble de signal, conformément aux dessins de référence.
Le dispositif d'isolement électrique pour ces appareils de signalisation est TEP101-9.
Le branchement électrique doit demeurer en place, car il sera utilisé pour raccorder
de nouveaux gyrophares bleus.
24.3.22
L'entrepreneur doit installer neuf (9) nouveaux gyrophares (bleus), dont huit (8)
remplaceront ceux qui ont été enlevés et réutiliseront l'alimentation de 115 V c.a. du
TEP101-9, et le dernier doit être branché à la boîte de jonction la plus proche du
même circuit. L'emplacement de ces boîtes de jonction est indiqué sur les dessins de
référence du plan du pont de l'ICS ci-joints.
24.3.23
L'entrepreneur doit enlever quatre (4) têtes de commande IDCH-7200 et le câblage
des consoles d'information situées à l'avant et à l'arrière de la passerelle, de la salle de
commande des moteurs et de la salle du SCI, conformément aux dessins de
référence.
24.3.24
L'entrepreneur doit installer quatre (4) nouveaux postes de commande avec
expansion munis de combinés dans les espaces libérés par les anciens. Les postes de
commande installés à ces endroits doivent l'être à l'aide de plaques adaptatrices. Les
têtes de commande et les combinés doivent être fixés à ces plaques. Les plaques
doivent être de la même couleur que la surface sur laquelle elles sont installées.
24.3.25
L'entrepreneur doit installer 105 nouveaux téléphones (78 téléphones IP fixés à la
cloison, 17 téléphones robustes, 9 téléphones imperméables d'extérieur et les
haut-parleurs d'aigu connexes [120 V c.a. à conserver pour les nouveaux indicateurs]
et 1 station de base DECT portative équipée de 3 combinés portables avec chargeur),
conformément aux dessins de référence du pont de l'ICS d'origine et à ceux qui
doivent être fournis par le fabricant.
24.3.26
L'entrepreneur doit installer ces téléphones dans l'espace libéré par les anciens
téléphones. Les 38 autres téléphones doivent être installés conformément aux
dessins de référence fournis par le fabricant et aux détails présentés ci-dessous.
268
Emplacement des téléphones et des postes de commande
PONT DE PASSERELLE ET PARTIE SUPÉRIEURE DE LA TIMONERIE
Installer 8 nouveaux téléphones ou postes de commande aux endroits suivants :
- 1 téléphone de bureau dans la salle de l'ICS, salle 403;
- 1 téléphone de bureau dans la salle des cartes de navigation spéciales, salle 404,
pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la salle de l'équipement électronique, salle 406, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la salle radio, salle 405, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau sur la passerelle de navigation;
- 1 station de base sans fil DECT équipée de 3 combinés et de 3 chargeurs;
- 2 postes de commande principaux pour remplacer les anciens postes de
commande.
PASSERELLE DES OFFICIERS
Installer 11 nouveaux téléphones aux endroits suivants :
- 1 téléphone robuste dans la salle de la génératrice de secours avec un gyrophare
bleu et un combiné pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans la salle d'inverseur statique pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la salle de l'agent des communications, salle 367,
pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans le bureau de pont, salle 373, pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du premier lieutenant, salle 378, pour
remplacer l'ancien;
- 2 téléphones de bureau dans les cabines de jour et de nuit du capitaine en
second, salles 380 et 381, pour remplacer les anciens;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du scientifique principal, salle 385, pour
remplacer l'ancien;
- 2 téléphones de bureau dans les cabines de jour et de nuit du commandant,
salles 390 et 387, pour remplacer les anciens;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du second officier, salle 385, pour
remplacer l'ancien.
PONT D'ENVOL ET PONT DES EMBARCATIONS
Installer 11 nouveaux téléphones aux endroits suivants :
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du premier mécanicien, salle 339, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'ingénieur d'hélicoptère, salle 341, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du pilote d'hélicoptère, salle 343, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des fonctionnaires, salle 352, pour
remplacer l'ancien;
269
-
-
1 téléphone de bureau dans la cabine des hauts fonctionnaires, salle 350, pour
remplacer l'ancien;
2 téléphones de bureau dans les cabines de jour et de nuit du mécanicien en
chef, salles 347 et 349, pour remplacer les anciens;
1 téléphone de bureau dans la cabine du deuxième mécanicien, salle 345, pour
remplacer l'ancien;
2 téléphones extérieurs installés dans un boîtier étanche pour remplacer les
anciens à la membrure 92, bâbord et tribord, et un dispositif de signalisation à
chaque poste indiquant d'utiliser l'alimentation de 115 V c.a. existante;
1 téléphone robuste dans l'atelier hélicoptère et un gyrophare bleu pour
remplacer l'ancien.
PONT SUPÉRIEUR
Installer 37 nouveaux téléphones aux endroits suivants :
- 1 téléphone robuste dans le magasin des manœuvriers pour remplacer l'ancien;
- 2 téléphones extérieurs installés dans un boîtier étanche pour remplacer les
anciens à la membrure 165, bâbord et tribord, et un dispositif de signalisation à
chaque poste indiquant d'utiliser l'alimentation de 115 V c.a. existante;
- 2 boîtes de raccordement quai-navire étanches à la membrure 134, bâbord et
tribord, pour remplacer les anciennes;
- 1 téléphone de bureau dans le poste du quartier-maître, tribord;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'officier électricien pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de réserve, salle 293, pour remplacer
l'ancien;
- 2 téléphones de bureau dans les cabines de jour et de nuit du mécanicien en
chef, salles 274 et 276, pour remplacer les anciens;
- 1 téléphone de bureau dans le poste du quartier-maître, bâbord, salle 272;
- 1 téléphone de bureau dans le fumoir, salle 270, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'officier de logistique, salle 287, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de réserve, salle 268, pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des manœuvriers, salle 285, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans le vestiaire de l'officier mécanicien, salle 251, pour
remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans le bureau du mécanicien, salle 249, pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'officier électricien principal, salle 266,
pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine pour 2 élèves-officiers, salle 283;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'officier électricien subalterne,
salle 264, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine pour 2 élèves-officiers, salle 281;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de l'observateur des glaces, salle 262, pour
remplacer l'ancien;
270
-
-
1 téléphone de bureau dans la cabine pour 2 élèves-officiers, salle 279;
1 téléphone de bureau dans la cabine du médecin, salle 260, pour remplacer
l'ancien;
1 téléphone de bureau dans la cabine pour 2 élèves-officiers, salle 277;
1 téléphone de bureau dans le bureau du navire, salle 242, pour remplacer
l'ancien;
1 téléphone de bureau dans la salle d'ordinateurs publics 244, pour remplacer
l'ancien;
1 téléphone de bureau dans l'office des officiers pour remplacer l'ancien;
1 téléphone de bureau dans le carré, salle 229, pour remplacer l'ancien;
1 téléphone de bureau dans l'infirmerie, salle 228, pour remplacer l'ancien;
1 téléphone de bureau dans le salon des officiers, salle 225, pour remplacer
l'ancien;
1 téléphone de bureau dans la salle à manger des officiers, salle 226, pour
remplacer l'ancien;
2 boîtes de raccordement quai-navire étanches à la membrure 17, bâbord et
tribord, pour remplacer les anciennes;
2 téléphones extérieurs installés dans un boîtier étanche pour remplacer les
anciens à la membrure 12, bâbord et tribord, et un dispositif de signalisation à
chaque poste indiquant d'utiliser l'alimentation de 115 V c.a. existante;
1 téléphone extérieur installé dans un boîtier étanche pour remplacer l'ancien à
la membrure 1, à bâbord, et un dispositif de signalisation au poste indiquant
d'utiliser l'alimentation de 115 V c.a. existante.
271
PONT PRINCIPAL
Installer 34 nouveaux téléphones aux endroits suivants :
- 1 téléphone robuste dans le compartiment de la machine à bulles d'air avec un
gyrophare bleu et un combiné pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans l'atelier de menuiserie, salle 203, pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans le magasin, salle 209, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la buanderie, salle 200;
- 1 téléphone de bureau dans le magasin central, salle 188, pour remplacer
l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la salle 193 du technicien de la salle des machines;
- 1 téléphone de bureau dans le gymnase, salle 183, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des huileurs, salle 192;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des huileurs, salle 191;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des huileurs, salle 190;
- 1 téléphone de bureau dans le vestiaire, salle 152;
- 1 téléphone de bureau dans l'atelier d'électricité, salle 151;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 162;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 161;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot de 1re classe, salle 159;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de réserve, salle 158;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de magasinier, salle 157;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des huileurs, salle 168;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine des huileurs, salle 167;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot, salle 166;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot, salle 165;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot, salle 164;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de matelot, salle 163;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de steward, salle 133;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine de steward, salle 132;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du second cuisinier, salle 131;
- 1 téléphone de bureau dans la cabine du maître-cuisinier, salle 130;
- 2 téléphones de bureau dans le salon de l'équipage, salle 134, pour remplacer les
anciens;
- 2 téléphones de bureau dans la cafétéria de l'équipage, salle 117, pour remplacer
les anciens;
- 1 téléphone robuste dans la cuisine, salle 118, pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans le vestiaire de l'équipage, salle 103;
- 1 téléphone robuste dans le compartiment de l'appareil à gouverner avec un
gyrophare bleu et un combiné pour remplacer l'ancien.
272
PONT INFÉRIEUR
Installer 4 nouveaux téléphones et 1 nouveau poste de commande aux endroits
suivants :
- 1 téléphone robuste dans le compartiment du propulseur d'étrave avec un
gyrophare bleu et un combiné pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans l'atelier d'électricité pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans l'atelier des mécaniciens pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone de bureau dans la salle de commande des moteurs à proximité du
poste de travail informatisé;
- 1 poste de commande principal dans la salle de commande des moteurs pour
remplacer l'ancien sur le bureau du poste de travail informatisé.
PLAFOND DE BALLAST
Installer 5 nouveaux téléphones aux endroits suivants :
- 1 téléphone robuste à la membrure 60 de la salle des moteurs avec un gyrophare
bleu et un combiné pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste dans le compartiment du propulseur d'étrave avec un
gyrophare bleu et un combiné pour remplacer l'ancien;
- 1 téléphone robuste à la membrure 70 de la salle des machines auxiliaires avec
un gyrophare bleu et un combiné;
- 2 téléphones robustes dans la salle de génératrice principale, un à la
membrure 90 au centre et un à la membrure 126, tous deux avec un gyrophare
bleu et un combiné pour remplacer les anciens.
24.3.27
L'entrepreneur doit retirer les ECP nos1, 2 et 3 des armoires de commande du système
de communication interne de l'équipement principal, ainsi que le commutateur
téléphonique (EPBX) de la salle de l'ICS sur la passerelle de navigation, entre les
membrures 100 et 107. L'entrepreneur doit retirer la totalité du câblage
correspondant à ces deux armoires. Il incombe également à l'entrepreneur d'isoler
l'alimentation c.a. avant la dépose, EP101-4, EP101-5, et TEP-101-16. Ces circuits
doivent être conservés et réutilisés pour le nouveau système.
24.3.28
L'entrepreneur doit installer un relais à proximité du système d'alarme générale pour
la connexion de l'ICS à ce panneau, afin de permettre de couper l'alarme générale
pendant une annonce du système de communication interne. L'entrepreneur doit
conserver le câble ICS-467 pour le brancher au nouvel équipement, afin de couper
l'alarme générale et l'alarme incendie pendant la transmission du système de
communication interne. Il doit également conserver le câble ICS-469 aux fins de
raccordement à des liaisons (communications cellulaires et télécommunications par
satellite du navire).
24.3.29
L'entrepreneur doit installer de nouveaux bâtis d'équipement fournis par le fabricant
dans la salle de l'ICS. Si la longueur maximale de câble dépasse la limite de 100 m
autorisée dans le cadre d'une alimentation électrique par câble Ethernet, il peut être
273
nécessaire de décentraliser les bâtis pour les téléphones IP seulement. Les bâtis
doivent être installés afin de permettre d'accéder aux composants situés à l'intérieur.
Une UPS marine « conditionnée » approuvée par type doit être installée sous
chaque bâti d'équipement, non fixée au pont. Les emplacements exacts et la
configuration de montage doivent être déterminés sur place.
24.3.30
L'entrepreneur doit savoir qu'aucune nappe de câble pour téléphone IP ne doit
dépasser 100 m étant donné que les composants du système sont alimentés par câble
Ethernet et qu'il s'agit de la norme en matière d'alimentation électrique par câble
Ethernet.
24.3.31
Pour ce qui est des pénétrations des ponts et des cloisons, l'entrepreneur doit utiliser
celles qui existent autant que possible.
L'entrepreneur doit fournir et installer seize (16) cadres peints S 4x1 Roxtec ainsi que
36 modules RM20 Roxtec par cadre, un ensemble d'attaches galvanisées par cadre et
six (6) plaques de maintien par cadre. L'entrepreneur peut utiliser des modules
RM15 ou d'autres types à la place des modules RM20.
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire pour la
fourniture et l'installation d'un (1) cadre peint S 4x1 Roxtec assorti de 36 modules
Roxtec RM20, et d'un ensemble d'attaches galvanisées et de plaques de maintien.
24.3.32
L'entrepreneur doit prévoir la fourniture et l'installation de 200 m (2 nappes) de câble
à fibres optiques approuvé pour une utilisation marine permettant d'interconnecter les
bâtis d'équipement s'ils doivent être décentralisés; s'ils peuvent être installés au
même endroit, il n'existe aucune exigence relative à ce câble. Le cas échéant, le
câble à fibres optiques doit appartenir au câblage de la série Drake, ou être conforme
aux recommandations du fabricant.
L'entrepreneur doit fournir et installer 3 boîtiers de branchement pour fibre optique à
4 ports Almond, ainsi que 12 coupleurs LCD (duplex) à installer au dos de chaque
bâti, le cas échéant.
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire de la fourniture
et de l'installation de 10 m de ce type de câblage.
L'entrepreneur doit fournir et installer (8) câbles à fibres optiques LC à SC de
1 mètre entre les boîtiers de branchement de fibre optique et les interrupteurs, le cas
échéant.
24.3.33
L'entrepreneur doit fournir et installer 15 000 m de câble de catégorie 6A ou de
catégorie supérieure (catégorie 6A approuvée pour une utilisation à bord)
conformément aux recommandations du fabricant en ce qui concerne le
raccordement des téléphones IP et d'autres appareils et accessoires, selon les
indications figurant sur les dessins de référence du fabricant.
274
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire de
l'approvisionnement et de l'installation de 10 m de câble de catégorie 6A, le cas
échéant.
24.3.34
L'entrepreneur doit permettre le passage de 105 nappes de câbles de catégorie 6A ou
de qualité supérieure, le cas échéant, entre chaque téléphone et bâti d'équipement,
conformément aux dessins de référence fournis par le fabricant.
24.3.35
L'entrepreneur doit permettre l'approvisionnement et l'installation de paires de câbles
blindées torsadées de calibre 16 de qualité marine (c.-à-d. nombre de paires par
câble) que doit fournir le fabricant pour l'installation du système. Il incombe à
l'entrepreneur d'établir le passage des câbles.
24.3.36
En ce qui concerne les téléphones de bureau IP, l'entrepreneur doit fournir et installer
quatre-vingts (80) boîtes murales RJ45 pour chaque téléphone de bureau installé dans
les cabines et les bureaux du navire, ainsi que dans l'espace laissé vacant par les
anciens téléphones retirés et aux nouveaux emplacements indiqués sur les dessins qui
doivent être fournis. Les nappes de câbles derrière les panneaux de cloison doivent
être convenablement protégées et sécurisées. Tous les téléphones de bureau doivent
être installés sur la cloison.
24.3.37
Il faut poser sur tous les câbles de dispositifs terminaux une étiquette estampillée en
métal conformément aux dessins de référence fournis par le fabricant, aux deux
extrémités du câble ainsi que de chaque côté de toute traversée dans laquelle il est
inséré.
24.3.38
L'entrepreneur doit remplacer ou remettre à neuf tous les attache-câbles et les bases
de fixation des haut-parleurs ou des téléphones extérieurs qui ne sont plus en état de
servir. L'entrepreneur doit veiller à ce que le nouveau câble de catégorie 6A ou de
catégorie supérieure et le câble STP de calibre 16 soient bien fixés entre la sortie de
chacun des manchons de raccordement extérieurs et le point de raccordement de
chacun des haut-parleurs. L'espace entre les attaches ne doit pas être supérieur à
300 mm. Dans le cas contraire, il faut poser des attaches en acier inoxydable.
L'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire de l'approvisionnement et de
l'installation de 10 attaches en acier inoxydable.
24.3.39
Après l'installation, une étiquette estampillée en métal doit être solidement fixée à
chacune des extrémités des câbles électriques pour en indiquer la désignation,
conformément aux dessins d'installation ou selon la source d'alimentation de chacun
des câbles.
24.3.40
Tout le câblage doit suivre les chemins et les traverses de câbles en place sur tout le
navire. Tout le câblage installé doit être fixé conformément à la norme TP 127. Les
dessins du plan des chemins de câbles sont joints à titre de référence.
24.3.41
L'entrepreneur doit fournir et installer 10 m de câble de calibre 10/4 adapté à
l'utilisation à bord des navires afin de relier une alimentation supplémentaire aux
armoires des systèmes de communication interne et PBX principales.
275
24.3.42
L'entrepreneur doit fournir et installer un nouvel inverseur automatique à proximité
de l'armoire des systèmes de communication interne et PBX s'il n'est pas fourni avec
le bâti d'équipement. Cet inverseur sera alimenté par un circuit à partir d'un panneau
TEP101-16 (40 A) de 115 V c.a. existant et d'un autre circuit de réserve de 115 V c.a.
sur le bus essentiel. Le fonctionnement de l'alimentation normale et d'urgence du
commutateur de transfert doit être indiqué. L'alimentation normale doit provenir du
bus essentiel et de l'alimentation de secours, à partir du tableau de distribution
d'urgence. L'inverseur doit être équipé d'un contact à chaque entrée, afin de détecter
les pannes de chaque circuit d'alimentation et il doit être en mesure de faire
fonctionner une alarme sonore et visuelle intégrée au système d'alarme et de
surveillance des navires. L'inverseur doit être installé à côté du nouveau
transformateur. L'inverseur doit répondre aux exigences de la Lloyd's.
Il doit respecter le règlement 18.3 concernant les systèmes de communication interne
figurant à la section des (renseignements généraux des Rules and Regulations for the
Classification of Ships).
L'inverseur automatique doit répondre aux exigences de la Lloyd's.
24.3.43
L'entrepreneur doit fournir et installer 100 m de câble de 10/4 AWG adapté à
l'utilisation à bord des navires afin de brancher ces composants.
24.3.44
L'entrepreneur doit fournir et installer 100 m de câble de calibre 10/3 adapté à
l'utilisation à bord des navires afin de brancher des dispositifs de signalisation
supplémentaires.
24.3.45
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire de la fourniture
et de l'installation de 10 m de ce type de câblage.
24.3.46
L'entrepreneur doit fournir et installer une UPS « conditionnée » approuvée pour
une utilisation marine pour chaque bâti d'équipement utilisé, de taille appropriée
afin de respecter la capacité maximale du système. Cette UPS doit être installée à
proximité de chaque bâti d'équipement.
24.3.47
L'entrepreneur doit fournir et installer 100 m de câble de calibre 14/3 adapté à
l'utilisation à bord des navires pour tout dispositif requérant 115 V c.a., le cas
échéant.
24.3.48
Aux fins de rajustement, l'entrepreneur doit indiquer le coût unitaire de la fourniture
et de l'installation de 10 m de ce type de câblage.
24.3.49
Le système doit permettre l'installation de quatre (4) liaisons analogiques et de
4 rallonges pour les intégrer au système téléphonique sans fil à lignes multiples
EnGenius du navire. Le service d'ingénierie du navire utilise ce système avec quatre
(4) combinés pour permettre d'y accéder dans l'ensemble du navire.
276
24.3.50
24.3.51
24.4
Le système doit être de type A/B redondant et être équipé des sorties de signal
d'alarme discret suivantes aux fins d'intégration au système d'alarme et de
surveillance du navire :
- système d'interruption principal ou d'urgence A;
- système d'interruption principal ou d'urgence B;
- système d'interruption de l'UPS A;
- système d'interruption de l'UPS B;
- système d'interruption du système de communication interne A;
- système d'interruption du système de communication interne B;
- interruption des systèmes téléphoniques.
L'entrepreneur doit assurer la disponibilité d'un RD pour effectuer l'intégration.
L'entrepreneur doit fournir deux câbles adaptés à l'utilisation à bord des navires
(4 x 2 x 0,75 mm2) et les installer entre les composants du bâti d'équipement et le
système d'alarme et de surveillance du navire.
PREUVE DE RENDEMENT :
24.4.1 Inspection
24.4.1.1
Le mécanicien en chef ou une personne déléguée et l'inspecteur présent
sur les lieux doivent assister à tous les travaux.
24.4.2 Essais
24.4.2.1
L'essai de mise en service ou d'acceptation de site du nouvel ICS doit être
réalisé par un RD, conformément aux pratiques recommandées par le
fabricant.
24.4.2.2
L'entrepreneur doit prévoir un montant de 20 000 $ pour les services des
représentants détachés pour cette tâche du devis. Le coût inclut le tarif
quotidien, l’hébergement, les repas et le transport.
24.4.2.3
Le système doit être testé afin de confirmer que tous ses éléments
respectent les exigences de Transports Canada et de la société de
classification compétente, de manière à obtenir l'approbation de
l'installation. Un rapport sur l'ensemble des essais et des résultats doit être
présenté au propriétaire avant l'acceptation de cette tâche.
24.4.2.4
La programmation du système doit être effectuée par un représentant en
détachement lors de l'installation.
24.4.2.5
L'entrepreneur doit respecter l'architecture technique standard des
systèmes informatisés de bord (section 5.2 Exigences d'essai de câble)
pour réaliser les essais et fournir les résultats conformément aux
277
annexes H et I de la présente norme concernant les câbles de catégorie 6A
et les câbles à fibre optique.
24.4.3
Certification
24.4.3.1
Tous les certificats originaux d'homologation par catégorie pour chacun
des composants du système doivent être présentés au propriétaire avant
l'acceptation de cette tâche.
278
24.5
PRODUITS LIVRABLES
24.5.1 Documents (dessins, rapports et manuels)
24.5.1.1
L’entrepreneur doit fournir à l'autorité technique un rapport de ses travaux sur
support papier et électronique (MS Word 2010) détaillant les inspections et toutes les
modifications ou réparations effectuées avant l'acceptation de cette tâche.
24.5.1.2
Des plans conformes à l'exécution doivent être fournis. Ils doivent comprendre au
minimum des dessins ou des documents distincts pour :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
L'emplacement des appareils (indiqué sur le plan d'aménagement général
du navire, fourni).
Des données sur les nappes de câbles et les pénétrations du pont et des
cloisons (indiquées sur le plan d'aménagement général du navire, fourni)
Un schéma fonctionnel indiquant les détails des connexions et l'alimentation
électrique.
Schéma général de câblage du système.
Les exigences réglementaires et juridiques. Trois (3) exemplaires
imprimés en format A2 ISO et un exemplaire électronique ACAD 2013 en
format .dwg.
Annuaire téléphonique du navire. Une copie par poste téléphonique au
format Microsoft Excel 2010 imprimée et plastifiée dans des pochettes en
plastique de 10 mil. Une copie au format électronique doit être envoyée
au mécanicien en chef aux fins de consignation.
Plans du pont de l'ICS.
L'entrepreneur doit fournir à la GCC une liste ventilée (bordereaux d’emballage)
comportant les détails et les numéros de série de tous les éléments remplaçables
utilisés pour l'installation. Ainsi, la GCC pourra saisir tous les éléments dans le
Système de gestion des actifs.
Un fichier de programmation et de configuration conforme à l'exécution (sur clé
USB ou CD).
24.5.1.3
L'entrepreneur doit s'assurer que deux exemplaires de tous les manuels
d'exploitation, d'entretien et d'installation fournis avec l'équipement neuf sont
remis au propriétaire avant l'acceptation de la présente tâche.
24.5.2 Pièces de rechange
24.5.2.1
Les pièces de rechange doivent inclurent quatre (4) haut-parleurs de chaque type
utilisé dans le système, quatre (4) téléphones de chaque type utilisés dans le système
ainsi que la liste de pièces de rechange recommandée par le fabricant.
24.5.2.2
La liste des pièces de rechange conseillées doit être restituée au mécanicien en chef
avant l'acceptation de la présente tâche.
279
24.5.3 Formation
24.5.3.1
L'entrepreneur doit offrir une (1) séance de formation de huit (8) heures à bord du
navire une fois terminées l'installation et la mise en service de l'ensemble des
composants du nouveau système. La formation doit être offerte aux membres du
personnel du navire qui utilisent le système (les deux équipages) et aux
techniciens de la GCC qui en assurent l'entretien. La formation doit être donnée
par le représentant détaché du fabricant. Elle doit porter sur tous les éléments
indiqués dans les instructions fournies par le fabricant sur l'utilisation et
l'entretien. Ces éléments peuvent être fournis une fois les travaux de
prolongement de vie du navire terminés, en fonction de l'accès au navire pendant
lesdits travaux.
25.0 REMPLACEMENT DES FEUX DE CÔTÉ
25.1
Identification (EC no 40)
25.1.1
L'objectif de cette spécification est de remplacer 10 feux de côté par de nouveaux
feux fournis par l'entrepreneur.
25.1.2
25.2
Le remplacement doit se dérouler en même temps que les tâches des
sections suivantes du présent devis :
x PVN EC no 39 Assainissement des matériaux contenant de l'amiante
x PVN EC no 27 Revêtements au-dessus de la ligne de flottaison.
Références
25.2.1
Renseignements concernant l'équipement
25.2.1.1
Les feux de côté d'origine sont fournis par Pyramid Transit Products Limited de
Montréal. Les feux de côté ont une zone de projection dégagée de 350 mm et un
diamètre extérieur d'ergot de 410 mm.
Cabine et espace
Occupant
Feux à remplacer
192
Technicien de la salle
1
280
des machines
193
Technicien de la salle
des machines
1
130
Cabine du maître
cuisinier
1
131
Second cuisinier
1
Mess de l'équipage
132
3
Matelot de pont
1
166
1
Gymnase
25.2.2 Dessins
Numéro de dessin
15-0212-01
15-0212-02
Avant (1)
Description
Liste des fenêtres et des feux de côté
Détails et disposition des fenêtres et des
feux de côté
Numéro électronique
25.2.3 Règlements
25.2.3.1
Conformément aux règlements applicables de la SMTC.
25.2.4 Normes
25.2.4.1
L'entrepreneur doit présenter un procédé de soudage approuvé pour le
remplacement des feux de côté.
25.2.4.2
Manuel de sûreté et sécurité de la flotte (MPO 5737)
25.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
25.2.5.1
25.3
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
Specifications techniques
25.3.1
L'entrepreneur doit remplacer 10 feux de côté aux endroits indiqués ci-dessus.
Tous les feux de côté, avec contre-hublots, doivent être fournis par l'entrepreneur.
25.3.2
L'entrepreneur doit retirer toutes les garnitures autour du feu de côté, et tout
l'isolant doit être enlevé et éliminé. Le cadre de la fenêtre peut être enlevé au
281
besoin pour permettre l'accès aux soudures. Les garnitures enlevées des cadres de
fenêtre doivent être sauvegardées et protégées pour les réinstaller une fois
l'installation terminée. *Remarque : Il y a de l'amiante dans le produit coupe-feu à
pulvériser sur une bonne partie de l'isolant à bord, il importe de respecter les
techniques d'enlèvement et d'élimination appropriées.
25.3.3
Avant de découper ou souder dans les espaces habitables, ces derniers doivent être
correctement protégés contre tous les dommages.
25.3.4
Les feux de côté doivent être retirés de la partie latérale du navire, et la coque du
navire doit être adéquatement préparée pour l'installation des nouveaux feux de
côté.
25.3.5
Pendant l'enlèvement des feux de côté, l'entrepreneur doit s'assurer que les
ouvertures des feux sont étanches afin d'éviter les dommages causés par l'eau.
25.3.6
Les nouveaux feux de côté doivent être fixés sur les ouvertures existantes avec
6 mm d'ergot sur le côté extérieur. Les feux de côté doivent affleurer le côté du
navire. Les ergots doivent être fixés par des soudures d'angle sur les deux bords
des feux de côté, sur toute la circonférence.
25.3.7
Le feu de côté dans la cabine 132 est muni d'un écran qui le protège contre les
dommages causés par le bossoir Miranda. Un nouvel écran doit être fabriqué,
conformément à celui d'origine, et installé dans le nouvel ergot de feu de côté.
25.3.8
Une fois les travaux de soudage terminés, on doit vérifier l'étanchéité des
nouveaux feux de côté au jet d'eau à la satisfaction de l'inspecteur de la SMTC
présent sur les lieux. Toutes les nouvelles soudures et les surfaces en acier
endommagées doivent être enduites de deux couches d'apprêt fournies par
l'entrepreneur.
25.3.9
Il faut faire la démonstration que les contre-hublots installés fonctionnent
correctement. La position et le réglage des dispositifs de retenue des contre-hublots
doivent être vérifiés au besoin pour assurer un bon fonctionnement.
25.3.10
Une fois les essais terminés, les zones autour des feux de côté doivent être isolées
comme à l'origine. La garniture existante doit être remise en place.
25.4
Preuve de rendement
25.4.1
Inspections
25.4.1.1
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
25.4.2 Tests et essais
282
25.4.2.1
Toutes les soudures doivent être mises à l'essai conformément aux exigences de
l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
25.4.2.2
Une fois les installations terminées, on doit vérifier l'étanchéité de tous les feux de
côté au jet d'eau.
25.5
Produits livrables
25.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
25.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir une copie des documents utilisés pour la commande ou
l'achat des feux de côté de remplacement, y compris les détails du fournisseur, le
numéro de modèle, le délai de livraison et les coûts.
25.5.2 Pièces de rechange
25.5.2.1
S.O.
25.5.3 Formation
25.5.3.1
S.O.
283
26.0
26.1
COMPRESSEUR D'AIR DE NAVIRE INACTIF
Identification (EC no 113)
26.1.1
L'objectif de cette tâche est de retirer complètement le module de compresseur
d'air du navire inactif et d'en installer un nouveau fourni par l'entrepreneur et
approuvé par la société de classification, puis d'obtenir une preuve d'inspection
pour le compresseur d'air du navire inactif.
26.1.2
L'entrepreneur doit organiser la visite des inspecteurs de la SMTC, au besoin.
26.2
Références
26.2.1
Renseignements concernant l'équipement
26.2.1.1
Le module existant de compresseur d'air du navire inactif est le compresseur
Hamworthy 2SM10A 15 m3/h, 3 000 kPa, entraîné par un moteur diesel de modèle
NRE673 LHK Hatz.
26.2.1.2
Situé dans la salle de la génératrice de secours sur la passerelle des officiers.
26.2.1.3
L'entrepreneur doit fournir un module de compresseur d'air de démarrage à vide,
conformément à l'article 26.5.2. Disponibles : Marine and Offshore Canada, au
(905) 688-4922.
26.2.2 Dessins
Numéro de dessin
13-0074-01
1110-16-0023-02
Description
Numéro électronique
Disposition générale, passerelle des
officiers
Socles pour passerelle des officiers, salle
de génératrice de secours, zone
023, unité 731, tableau de
distribution, transformateur,
réservoir de mazout, bouteille de
démarrage pneumatique,
compresseur de démarrage à vide
26.2.3
Règlements
26.2.3.1
Règlement sur la santé et la sécurité de la flotte (navires), manuel de sécurité et de
sûreté de la flotte
284
26.2.3.2
Règlements sur les coques et les machines de navires de la SMTC.
26.2.3.3
L'entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires pour l'inspection, les
approbations et la signature du rapport d'inspection de Division III du navire par la
SMTC.
26.2.4 Normes
26.2.4.1
L'ensemble moteur diesel et compresseur doit être approuvé par la société de
classification.
26.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
26.2.5.1
26.3
Conformément au programme de l'entrepreneur.
Spécifications techniques
26.3.1
Verrouillage et étiquetage des services électriques et d'air comprimé.
26.3.2
L'entrepreneur doit utiliser ses propres dispositifs de verrouillage et d'étiquetage, et
remplir le registre de verrouillage/d'étiquetage du navire.
26.3.3
S'assurer de remplir le formulaire ESAT (Évaluation de la sécurité avant les
travaux, MSF 10.A.7.4).
26.3.4
Avant de commencer le travail à chaud, s'assurer d'obtenir un permis de travail à
chaud (MSF 7.B.4).
26.3.5
Avant de retirer quelque isolant que ce soit de la salle de la génératrice de secours
ou de la chambre de réfrigération afin de faciliter le travail à chaud, il importe de
consulter le plan de gestion de l'amiante du navire en collaboration avec le
mécanicien en chef. (MSF, 7.A.10).
26.3.6
Drainer et éliminer à terre le carburant du réservoir de carburant des moteurs
diesel. Le carburant doit être éliminé conformément aux règlements provinciaux
sur l'environnement.
26.3.7
Désaccoupler la tuyauterie d'échappement du moteur et de refoulement de l'air
comprimé et débrancher les connexions électriques. La garniture du système
d'échappement existante doit être retirée et mise de côté en vue de la réinstaller une
fois les travaux terminés.
26.3.8
Démonter le module du compresseur d'air du navire inactif, et le retirer pour le
déposer dans les installations d'entreposage désignées pour l'entrepreneur du
285
navire. Le module du compresseur d'air du navire inactif doit être protégé contre
les intempéries, fixé à une palette et manipulé de manière à éviter les dommages.
26.3.9
Le socle existant pour le module du compresseur d'air du navire inactif doit être
enlevé, puis il faut préparer le pont pour la pose du nouveau socle.
26.3.10
L'entrepreneur doit fournir un nouveau socle qui correspond au nouveau module
du compresseur d'air du navire inactif.
26.3.11
Avant de poser le socle, l'entrepreneur doit consulter le mécanicien en chef, ou son
délégué, pour décider de l'emplacement du socle en vue de faciliter le
raccordement à la tuyauterie d'échappement et d'air existant et tenir compte des
considérations ergonomiques pour le démarrage manuel.
26.3.12
Il peut être nécessaire de modifier le filtre pour accepter le socle et le module du
compresseur. Installer le socle.
26.3.13
Appliquer une couche d'apprêt fourni par l'entrepreneur sur le nouveau socle et
tous les éléments en acier endommagés.
26.3.14
Installer le nouveau module du compresseur d'air du navire inactif sur le nouveau
socle.
26.3.15
Raccorder de la canalisation d'évacuation d'air comprimé au compresseur et
l'échappement du moteur diesel à la sortie d'échappement existant. L'entrepreneur
doit prendre les dispositions nécessaires pour atténuer les vibrations en utilisant
des conduites flexibles convenables entre le nouveau module et les services
existants montés de façon rigide.
26.3.16
Brancher les circuits électriques aux circuits existants.
26.3.17
Remplir le réservoir de carburant du moteur diesel, et le carter de compresseur
ainsi que les systèmes de refroidissement/carter du moteur avec des liquides ou du
carburant approuvés par le fabricant.
26.3.18
L'entrepreneur, en présence du mécanicien en chef ou de son délégué, doit remettre
en état le module du compresseur conformément aux instructions du fabricant.
26.3.19
L'entrepreneur doit isoler la tuyauterie d'échappement et les brides du moteur
diesel à la cloison à l'aide des garnitures amovibles sans amiante existantes.
26.3.20
Après un démarrage d'essai réussi, l'entrepreneur doit demander à l'inspecteur de la
SMTC sur les lieux de procéder à une inspection ou un essai au besoin.
286
26.4
Preuve de rendement
26.4.1
Inspections
26.4.1.1
Attendre pour connaître l'emplacement du support de montage.
26.4.1.2
Attendre pour la confirmation du remplissage de liquide approuvé.
26.4.2
Tests et essais
26.4.2.1
L'entrepreneur, en présence du mécanicien en chef ou de son délégué, doit remettre
en service le module diesel et compresseur conformément aux instructions du
fabricant.
26.4.2.2
Une fois la mise en service réalisée, l'entrepreneur doit drainer le réservoir d'air
comprimé et mettre à l'essai les fonctions du module.
26.4.2.3
L'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux doit procéder à l'inspection ou l'essai
au besoin.
26.4.3 Certification
26.4.3.1
26.5
Approbation de la SMTC.
Produits livrables
26.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
26.5.1.1
Documents d'approbation provenant de la Société de classification pour le module.
26.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir au mécanicien en chef une copie de tous les formulaires
du système de gestion de la sécurité et des permis dûment remplis pour la présente
spécification.
26.5.1.3
L'entrepreneur doit fournir un document écrit attestant qu'il a obtenu la preuve
d'inspection fournie par la SMTC pour les installations.
26.5.1.4
L'entrepreneur doit fournir la documentation qui contient les coordonnées des
fournisseurs, les délais de livraison des pièces de rechange recommandées et les
coûts, et la facture.
26.5.1.5
Spécifications du compresseur d'air de démarrage à vide :
x Compresseur d'air de secours HATLAPA, modèle L14 ou l'équivalent.
x Compresseur à refroidissement par air à deux étages.
x Capacité de 15 m3/h minimale.
x La pression de fonctionnement minimale est de 30 bars.
x Entraîné par moteur diesel.
287
x
x
x
x
x
x
Démarrage manuel à bouton-poussoir électrique (12 V c.c.), et le
démarrage manuel avec manivelle. Un système de charge n'est pas
nécessaire.
Le compresseur d'air de démarrage à vide doit être livré assemblé, sur un
socle prêt pour l'installation. L'empreinte et les dimensions globales sont
importantes, car l'appareil doit être installé à la place de l'original. Les
dimensions hors-tout maximales de l'appareil doivent être de 36 po sur
36 po.
Le moteur diesel et le compresseur d'air doivent être des modèles de série
courants et approuvés par le fabricant pour être utilisés comme
compresseur d'air de démarrage à vide à bord des navires.
Le compresseur d'air de démarrage à vide doit être entièrement autonome,
à l'exception de l'alimentation de 12 V c.c. fournie au démarreur électrique.
Tous les outils spéciaux d'entretien du fabricant doivent être inclus pour le
compresseur et le moteur diesel.
Toutes les pièces de rechange recommandées par le fabricant pour une
année d'entretien de niveau un, et pour effectuer une remise en
état/inspection complète doivent être incluses.
26.5.1.6
Il faut inclure des copies originales du manuel d'utilisation, d'entretien ou d'atelier
(à l'intention des techniciens qui réalisent la remise en état), et du manuel des
pièces, y compris les numéros de pièces des fabricants d'origine, la description, les
quantités et les vues éclatées des pièces. Deux copies originales pour chaque
manuel en anglais.
26.5.1.7
Deux copies de chaque manuel mentionné ci-dessus en français s'ils sont
disponibles.
26.5.2 Pièces de rechange
26.5.2.1
Il faut inclure toutes les pièces de rechange recommandées par le fabricant pour
une année d'entretien de niveau un, et pour effectuer une remise en état/inspection
complète.
26.5.3 Formation
26.5.3.1
S.O.
288
27.0
27.1
RENOUVELLEMENT DE L'ÉCLAIRAGE
INTERNE
Identification (EC no 123)
27.1.1
L'objectif de cette spécification est de remplacer les appareils d'éclairage
fluorescent métriques dans les espaces habitables, conformément à la liste cijointe, et dans la coursive d'habitation avec des appareils éclairage T8 standard.
27.1.2
Les travaux ci-dessous doivent être exécutés en même temps que les tâches du
devis suivantes :
x PVN EC no 39 Assainissement des matériaux contenant de l'amiante
x PVN EC no 121 Renouvellement du panneau de plafond de la cuisine
27.2
Références
27.2.1
Renseignements concernant l'équipement
27.2.1.1
Luminaire de quatre pieds de 2 X 40 watts (voir la liste ci-jointe)
27.2.1.2
Luminaire de deux pieds de 2 X 40 watts (voir la liste ci-jointe)
27.2.1.3
Luminaire de quatre pieds de 1 X 40 watts (voir la liste ci-jointe)
27.2.1.4
Annexe « F » de la liste des luminaires
27.2.2
Dessins
Numéro de dessin
35-0880-01
33-0880-01 à -15
Description
Liste des luminaires
Plan d’éclairage du pont
Numéro électronique
27.2.3
Règlements
27.2.3.1
Conformément aux règlements applicables de la SMTC.
27.2.3.2
Toutes les tâches d'élimination doivent être effectuées conformément aux
règlements provinciaux sur l'environnement.
27.2.4
Normes
27.2.4.1
Normes d'électricité régissant les navires – TP 127.
27.2.4.2
Tout l'éclairage doit être de qualité marine UL98A, et accepter les tubes T8 à
mesure impériale.
289
27.2.4.3
Manuel de sûreté et sécurité de la flotte (MPO 5737)
27.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
27.2.5.1
Conformément au programme d'assurance de la qualité de l'entrepreneur.
27.3
Spécifications techniques
27.3.1
L'entrepreneur doit indiquer un prix pour l'installation des luminaires qu'il doit
fournir, conformément à la liste jointe à l'annexe « F ». Les luminaires doivent
être de configuration semblable aux luminaires actuels et comporter des lentilles
couvrant les deux côtés de luminaire.
27.3.2
L'entrepreneur doit fournir tous les tubes T-8 des nouveaux luminaires installés
dans le cadre du présent devis. L'entrepreneur doit présenter une soumission
portant sur la fourniture de 360 tubes de 4 pieds et 250 tubes de 2 pieds.
27.3.3
Les luminaires pour les renouvellements de la cabine seront fournis par le
propriétaire.
27.3.4
Avant d'entreprendre le renouvellement des luminaires, l'entrepreneur doit
communiquer avec l'officier électricien affecté au navire pour s'assurer que toutes
les procédures de verrouillage et d'étiquetage appropriées ont été suivies, et que
tous les lumianres sont verrouillés avant qu'on les enlève.
27.3.5
En même temps que l'assainissement des matériaux contenant de l'amiante, et
avant de réinstaller les panneaux de plafond, l'entrepreneur doit débrancher les
luminaires dans chacun des espaces énumérés. Les bâtis de support doivent être
retirés de l'appareil d'éclairage existant et réinstallés au nouvel appareil. Le bâti
pour les luminaires de 2 pieds devra être démonté, puis remonté pour installer les
nouveaux luminaires. De nouvelles fixations fournies par l'entrepreneur doivent
être utilisées pour attacher les bâtis aux luminaires.
27.3.6
Les nouveaux luminaires doivent être fixés sur les bâtis du panneau de plafond.
Ces luminaires doivent être centrés dans les panneaux du plafond au moment de
les réinstaller. Les nouveaux luminaires doivent être rebranchés aux câbles en
place. Une fois les panneaux du plafond remplacés, les luminaires doivent être
centrés dans l'ouverture et les panneaux fixés à la bride de luminaire.
27.3.7
L'entrepreneur doit retirer les luminaires des cloisons de la coursive et les
débrancher du câblage existant.
27.3.8
Les nouveaux luminaires simples doivent être rebranchés au câblage existant et
fixés aux cloisons.
290
27.3.9
27.4
L'entrepreneur doit prendre note de tous les éclairages de secours lorsqu'ils sont
retirés et marquer les nouveaux luminaires de la lettre rouge « E », au besoin. Les
marques doivent être approuvées par l'inspecteur de la SMTC.
Preuve de rendement
27.4.1
Inspections
27.4.1.1
Tous les travaux doivent répondre aux exigences du mécanicien en chef et de
l'officier électricien du navire.
27.4.2 Tests et essais
27.4.2.1
Tous les circuits d'éclairage visés par la présente tâche du devis doivent être
vérifiés à l'aide d'un mégohmmètre avant d'enlever les appareils. Les lectures
doivent être consignées et présentées à l'officier électricien. Les lectures doivent
être consignées pour les documents d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
27.4.2.2
Une fois l'installation des luminaires terminée, tous les circuits d'éclairage doivent
être mis à l'essai à l'aide d'un mégohmmètre, les mesures doivent être consignées et
comparées aux mesures d'origine, documentées, enregistrées et présentées comme
ci-dessus. Les mesures doivent être comparées et toutes les lacunes recensées
doivent être corrigées.
27.4.2.3
Il faut prouver que tous les luminaires fonctionnent à la fin des travaux.
27.4.2.4
Il faut prouver que les circuits d'éclairage d'urgence fonctionnent en mode
« urgence ».
27.4.3
Certification
27.4.3.1
Tous les luminaires doivent être de qualité marine UL168A.
27.4.3.2
Fournir des détails pour la certification de l'équipement des pièces d'équipement,
c.-à-d. les certifications de classification, les approbations signées par la SMTC,
etc.
27.5
Produits livrables
27.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
27.5.1.1
Résultats des lectures au mégohmmètre.
291
27.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir la documentation qui contient les coordonnées des
fournisseurs, les numéros de pièces, les délais de livraison et les coûts, ainsi que la
facture.
27.5.2
Pièces de rechange
27.5.2.1
S.O.
27.5.3 Formation
27.5.3.1
S.O.
292
28.0 REMISE EN ÉTAT DU HANGAR
D'HÉLICOPTÈRES
28.1
Identification (EC no 140)
28.1.1
28.2
L'objectif de cette tâche du devis consiste à remettre en état le système du hangar
télescopique de DAF et installé sur le NGCC Henry Larsen en fonction des
problèmes notés par CME Ltd.
Références
28.2.1
DÉTAILS DU HANGAR, poids estimatif du hangar (15 100 lb), chemin de
roulement (3 500 lb)
Hangar télescopique en aluminium pour hélicoptères
Fabriqué par Daf Indal Ltd.
3570 Hawkestone Rd.
Mississauga (Ontario)
28.2.2
Rapport d'inspection du NGCC Henry Larsen - du hangar télescopique de DAF,
CME Ltd.
28.2.3
RD
Dean Mitchell
Canadian Maritime Engineering Ltd
Siège social : 90, promenade Thornhill, Dartmouth, Nouvelle-Écosse, Canada
B3B 1S3
Tél. : 902 468-1888 Téléc. : 902 468-1890
28.2.4
Dessins
Numéro de dessin
Description
Numéro électronique
28.2.5
Règlements
28.2.5.1
Conformément aux règlements applicables de la SMTC.
28.2.6
Normes
28.2.6.1
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
28.2.7
Assurance de la qualité
293
28.2.7.1
28.3
Conformément au programme d'assurance de la qualité de l'entrepreneur.
Spécifications techniques
28.3.1
L'entrepreneur doit prévoir une allocation de 40 000 $ pour les services du
représentant détaché de CME Ltd en vue de superviser, diriger et effectuer les
travaux sur le hangar d'hélicoptères.
28.3.2
Toutes les pièces requises dans le cadre de la remise en état du hangar doivent être
fournies par le gouvernement. Il importe d'utiliser le formulaire 1379 pour toutes
les pièces requises en plus de l'EFG.
28.3.3
L'entrepreneur doit, en collaboration avec l'officier électricien, verrouiller le
hangar d'hélicoptères afin d'en garantir la sécurité pour l'entretien. Système
d'entraînement du hangar, chauffage du chemin de roulement, éclairage,
interrupteurs de fin de course, etc. Tous les fils du hangar qui sont alimentés d'une
section à l'autre doivent être étiquetés et consignés à l'aide de photographies pour
s'assurer de recâbler le hangar comme à l'origine.
28.3.4
Section principale du hangar
28.3.5
Le panneau de démarrage du moteur pour l'entraînement du hangar et le panneau
de démarrage pour l'entraînement de la porte de la section principale doivent être
ouverts aux fins d'inspection. Il importe de vérifier que toutes les connexions sont
bien serrées et de réaliser une inspection visuelle de tous les composants.
28.3.6
L'entrepreneur doit fermer les panneaux lorsqu'on a vérifié l'état et que les
vérifications sont terminées.
28.3.7
Les guides du chemin de roulement et les mécanismes des roues doivent être
démontés aux fins d'inspection. L'entrepreneur doit inspecter les mécanismes des
roues de toutes les sections du hangar, y compris les roulettes fixées à la partie
supérieure et sur le côté pour vérifier s'il y a des méplats, de l'usure conique, des
dommages, de la corrosion, ou un désalignement conformément aux instructions
du représentant détaché. L'entrepreneur doit vérifier toutes les bagues phénoliques
de roues et les goupilles en acier inoxydable pour y déceler l'usure. Une fois
l'inspection terminée, l'entrepreneur doit informer le mécanicien en chef de toute
défectuosité observée. L'entrepreneur doit assembler de nouveau tous les
mécanismes des roues, les installer et les lubrifier.
28.3.8
Les bandes d'usure phénoliques doivent être remplacées dans les sections
principale, intermédiaire et arrière (10 au total).
28.3.9
Il importe de régler les ressorts de tension du rideau de la porte du hangar situés à
la partie supérieure de la porte.
294
28.3.10
De nouvelles jupes inférieures en caoutchouc doivent être installées sur la section
principale.
28.3.11
L'interrupteur de fin de course de la section principale doit être remplacé.
28.3.12
Section arrière
28.3.13
Les bandes d'usure phénoliques doivent être remplacées.
28.3.14
De nouvelles jupes inférieures doivent être installées sur la section arrière.
28.3.15
Section fixe
28.3.16
La porte du personnel doit être lubrifiée pour assurer son fonctionnement en
douceur, et la zone d'étanchéité doit être vérifiée pour veiller à ce que les surfaces
entrent complètement en contact.
28.3.17
Section de la porte
28.3.18
L'entrepreneur doit inspecter et vérifier l'état de l'entraînement manuel (supérieur
et inférieur). Les mécanismes d'entraînement doivent être lubrifiés et examinés
pour y déceler l'usure possible. L'état des clavettes et des chemins de clavettes doit
être vérifié, ainsi que le serrage des vis de calage.
28.3.19
Les boîtes de réduction (2) d'entraînement de trajet du hangar doivent être
enlevées, démontées aux fins d'inspection et assemblées conformément à la
disposition d'origine.
28.3.20
La boîte d'engrenages de la porte du hangar doit être vidangée de son huile et
ouverte aux fins d'inspection. La boîte d'engrenages doit être remise en place et
remplie d'huile jusqu'au niveau opérationnel.
28.3.21
Éléments électriques
28.3.22
Les câbles (8) de réchauffage doivent être remplacés au moment d'installer les
chemins de roulement du hangar.
28.3.23
Les moteurs suivants doivent être soumis à un essai de charge, et l'appel de courant
doit être mesuré et consigné.
x Moteur de frein à disque. 440 V; 0,07 A.
x Moteur de la porte du hangar, 440 V, 3,2 A.
x Moteur d'entraînement de trajet du hangar, 440 V, 3,2 A.
28.3.24
Freins
28.3.25
Les mécanismes de freins doivent être démontés aux fins d'inspection et d'essai.
Les plaquettes de freins doivent être vérifiées pour y détecter tous les signes
295
d'usure ou de dommages. Après l'assemblage, les mécanismes doivent être mis à
l'essai pour en assurer le bon fonctionnement.
28.3.26
Chemin de roulement en aluminium
28.3.27
Les sièges du chemin de roulement en aluminium sont corrodés. Les chemins
doivent être enlevés et remplacés. Les chemins de roulement mesurent environ
42 pi pour le chemin du milieu, et 58 pi pour le chemin intérieur.
28.3.28
La zone du pont en acier sous le chemin de roulement est corrodée et doit être
décapé au jet et enduite de deux couches d'apprêt de qualité marine et de deux
couches d'émail alkyde marin Amercoat 5450 pour obtenir un feuil sec de 2 mil
par application. Les sections du hangar et le chemin de roulement doivent être
enlevés pour pouvoir accomplir ce travail. L'entrepreneur doit s'assurer que les
ferrures et les oreilles de levage, fournies et installées par l'entrepreneur, sont
suffisamment résistantes et placées de manière à ne déformer aucune section
pendant le levage.
28.3.29
L'entrepreneur doit fournir la grue, le grutier et un personnel suffisant pour retirer
les sections du hangar en toute sécurité.
28.3.30
L'entrepreneur doit installer les chemins de roulement conformément aux
directives du représentant détaché, y compris les nouveaux trous de fixation, le
tout aux tolérances appropriées d'alignement et de mise à niveau.
28.3.31
Une fois les réchauffeurs correctement mis en place, les chemins de roulement du
hangar doivent être réinstallés et alignés. L'entrepreneur doit fournir 100 litres (par
côté) de cire d'abeille qui doivent être réchauffés et versés une fois que les chemins
sont posés pour empêcher l'accumulation d'eau entre les coussinets situés en
dessous des chemins.
28.3.32
Réinstallation
28.3.33
L'entrepreneur doit installer chaque section du hangar, y compris le rideau de porte
boulonné, qui a été retirée en assurant le bon alignement.
28.3.34
L'entrepreneur doit mettre à l'essai le fonctionnement manuel du trajet des sections
du hangar avant d'en vérifier les circuits électriques.
28.3.35
L'entrepreneur doit rebrancher toutes les connexions électriques et tous les blocs
d'alimentation verrouillés conformément à la procédure de verrouillage et
d'étiquetage des entrepreneurs.
28.3.36
L'entrepreneur doit vérifier le fonctionnement du système du hangar télescopique,
y compris le fonctionnement du mécanisme d'entraînement de la porte et du trajet
des sections du hangar. Sous la direction du représentant détaché, l'entrepreneur
doit régler tous les interrupteurs de fin de course afin d'assurer le bon
296
fonctionnement des déplacements de la porte et du trajet des sections du hangar
qui se déploient et s'escamotent complètement aux positions extrêmes.
Liste des pièces fournies par le gouvernement pour les réparations
4 appareils de chauffage 1209-14-10
4 appareils de chauffage 1209-14-11
13 dispositifs de retenue pour appareil de chauffage 1209-19-1
120 dispositifs de retenue pour appareil de chauffage 1209-19-2
4 dispositifs de retenue pour appareil de chauffage 1209-20-1
1 ensemble de chemin de roulement 1208-224-1
2 pignons 1163-13-2
28.4
Preuve de rendement
28.4.1
Inspections
28.4.1.1
L'entrepreneur doit fournir une preuve de rendement de tous les travaux. Il faut au
minimum : des copies de tous les points d'inspection déterminés dans le cadre du
programme d'assurance de la qualité proposé par l'entrepreneur, et ceux qui sont
désignés par les règles et les codes applicables.
28.4.2
Tests et essais
28.4.2.1
L'entrepreneur doit effectuer des essais afin que toutes les exigences du devis
soient respectées. Avant la mise à l'essai, l'entrepreneur doit inspecter visuellement
tous les composants pour en évaluer la qualité d'exécution, la conformité avec le
présent devis et la sécurité intégrée du fonctionnement de l'équipement. Au
minimum, l'entrepreneur doit fournir un ensemble d'instructions détaillées donnant
un programme de test et d'essais.
28.4.3
Certification
28.4.3.1
28.4.3.1 S.O.
28.5
Produits livrables
28.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
28.5.1.1
L'entrepreneur doit fournir deux exemplaires du rapport du représentant détaché de
service en format PDF dans les deux semaines suivant la fin des travaux.
28.5.2
Pièces de rechange
28.5.2.1
S.O.
297
28.5.3
Formation
28.5.3.1
S.O.
298
29.0 RÉPARATION DE L'ACIER DE L'ATELIER
D'HÉLICOPTÈRE
29.1
Description
Aux termes du présent devis, l'entrepreneur doit faire des réparations permanentes de
l'acier sur le pont des embarcations près de l'atelier du hangar d'hélicoptères, à la suite de
l'analyse par ultrasons effectuée par Eastern Technical Services et d'une inspection
visuelle.
REMARQUE : Le nombre de renouvellements décrits dans le présent devis est sujet à
l'approbation de la SMTC.
29.2
Références
29.2.1 Renseignements concernant l'équipement
29.2.2 Dessins
Numéro de dessin
Rapport no 14-252 de
l'ETS
Dessin PMC
No 14-027-101
13-0075-01
Description
Rapport de mesure de l'épaisseur de
Eastern Technical Services
Renouvellement de l'acier dans l'atelier
du hangar
Disposition générale, pont d'envol et des
embarcations
Numéro électronique
S.O.
S.O.
S.O.
29.2.3 Règlements
29.2.3.1
Tous les travaux exécutés et les diverses modifications apportées doivent être
conformes à la plus récente version en vigueur de la Loi sur la marine marchande
du Canada et plus particulièrement au Règlement sur les machines de navires. Par
ailleurs, les travaux doivent respecter les règlements de classification approuvés
par Transports Canada.
29.2.4
Normes
29.2.4.1
IACS no 47 – Shipbuilding and Repair Quality Standard (Norme de qualité dans la
construction et la réparation navales)
29.2.4.2
Lloyd's Register – Thickness Measurement and Close-up Survey
29.2.4.3
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux plus récentes normes
sur la réparation des navires. Les travaux terminés doivent faire l'objet d'une
inspection visuelle intégrale.
299
29.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
29.2.5.1
Conformément au programme d'assurance de la qualité des entrepreneurs.
29.3
Spécifications techniques
29.3.1
Les renouvellements seront effectués dans l'atelier du hangar d'hélicoptères sur le
pont des embarcations. La surface indiquée ci-dessous est approximative, et doit
être confirmée par l'entrepreneur sur place avant le renouvellement. Les références
au Rapport sur la mesure de l'épaisseur sont énoncées en fonction de la production
de rapports de Eastern Technical Services. Voir dessin PMC No 14-027-101 pour
les croquis pertinents aux zones sujettes au renouvellement, et le rapport no 14-252
de l'ETS pour les rapports sur la mesure de l'épaisseur en référence.
29.3.2
La diminution de la tôle originale est évaluée comme suit :
1.
Tôle originale
avec diminution de 30 %
7 mm
4,9 mm
Étendue longitudinale
Étendue transversale
Rapport sur
la mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
Membrure 60 à membrure
65 environ.
Dessin No 14-027-101
14-252
6 m²
5/16 po
29.3.3
Tous les travaux dans cette zone doivent être effectués en même temps que la
tâche portant sur le renouvellement du chemin de roulement du hangar et de
l'acier, ainsi que l'élimination de l'amiante pour le pont supérieur.
29.3.4
Sauf indication contraire, toutes les tôles neuves doivent être accompagnées de la
certification de nuance A de Lloyd's Register, tel qu'approuvé par l'inspecteur de la
SMTC sur les lieux.
29.3.5
Toutes les soudures doivent être effectuées au moyen d'électrodes 480xx ou
l'équivalent, ou conformément aux exigences concernant les procédés de soudage
particuliers. L'entrepreneur doit soumettre les procédés de soudage, à la demande
de l'inspecteur de la SMTC sur les lieux, nécessaires pour l'installation des
nouvelles tôles sur d'autres tôles neuves ou existantes.
29.3.6
Il incombe à l'entrepreneur de soumettre les procédés de soudage et les certificats
de l'acier à la SMTC, et d'organiser les inspections périodiques.
29.3.7
L'entrepreneur doit débrancher et retirer les éléments et l'équipement entreposés
dans l'atelier du hangar d'hélicoptères. Cela comprend le système FM200 et la base
(le système FM200 doit être enlevé et remis en service par le personnel d'entretien
autorisé sur le système FM200), l'établi, le vestiaire et l'équipement des pompiers,
300
les étagères et l'armoire à outils Mac. Tout l'équipement doit être entreposé dans
un endroit à l'abri des intempéries pendant toute la durée des travaux de soudage.
Tous les articles qui restent dans le compartiment doivent être couverts afin de les
protéger de la poussière et des débris provenant de l'enlèvement du plancher et de
l'acier. Tous les articles retirés de l'atelier doivent être réinstallés par l'entrepreneur
à la fin des travaux.
29.3.8
Pendant l'exécution de la présente tâche du devis, l'entrepreneur doit être
responsable de l'enlèvement et de la remise en place des canalisations
d'approvisionnement et d'évacuation d'eau sous l'évier dans cet espace.
29.3.9
Il incombe à l'entrepreneur de débrancher, d'enlever et de réinstaller tout le câblage
qui passe sur le pont et qui nuit au renouvellement de l'acier. La dépose des câbles
doit être approuvée par le mécanicien en chef. Tout le câblage qu'il est impossible
d'enlever en raison de traversées corrodées doit être réparé ou remplacé
conformément au formulaire 1379. L'entrepreneur doit remplacer tout le câblage
qu'il aura endommagé pendant les travaux, à ses propres frais. Tout le câblage qui
est débranché et/ou enlevé doit être mis à l'essai à l'aide d'un mégohmmètre par
l'entrepreneur et inspecté par le mécanicien en chef avant le retrait et après la
réinstallation.
29.3.10
Une fois tous les matériaux du pont défectueux enlevés et éliminés à terre, les
surfaces en acier touchées doivent être découpées du pont. La superficie d'acier
touchée qui doit être remplacée doit être désignée avec le mécanicien en chef et
l'inspecteur de SMTC sur les lieux. L'entrepreneur doit indiquer un prix pour le
remplacement de l'acier en fonction d'une superficie de 2 133 sur 5 486 mm qui
sera rajustée à l'aide du formulaire 1379 une fois la dimension réelle connue et
convenue par le chef mécanicien et l'inspecteur de la SMTC. L'entrepreneur doit
également utiliser les mesures ci-dessus pour réinstaller le revêtement de sol DexO-Tex requis.
29.3.11
Une fois les réparations de l'acier terminées et inspectées, l'entrepreneur doit
nettoyer le pont en acier sous la réparation et appliquer dans l'ordre les produits
Dex-O-Tex suivants.
a.
Application sur l'acier nu d'une couche d'apprêt époxydique Amerlock 2 de
Dex-O-Tex
b.
Application d'une sous-couche de Decklite A-60 de Dex-O-Tex résistant au
feu, équivalente à A30 minimum
c.
Application d'une sous-couche de finition époxydique VLW de Dex-O-Tex
jusqu'à l'épaisseur souhaitée.
29.3.12
L'épaisseur totale du produit Dex-O-Tex doit affleurer l'épaisseur du revêtement
existant, ce qui correspond à environ 27 mm aux fins de soumission. Toutes les
instructions d'application du fabricant Dex-O-Tex doivent être respectées et une
copie des instructions pertinentes et des fiches techniques sur la sécurité doit être
remise au mécanicien en chef.
301
29.4
Preuve de rendement
29.4.1
Inspections
29.4.1.1
Tous les travaux de soudage doivent répondre aux exigences du mécanicien en
chef et de l'inspecteur de la SMTC sur les lieux. Des essais non destructifs, aux
frais de l'entrepreneur, seront effectués conformément aux exigences de la SMTC
sur toutes les soudures.
29.4.2
Tests et essais
29.4.2.1
Tous les drains, les raccordements de l'eau et le câblage électrique des systèmes
FM200 doivent démontrer un fonctionnement à la satisfaction du mécanicien en
chef.
29.4.3.1
Les certificats de l'acier doivent être remis au mécanicien en chef.
29.5
Produits livrables
29.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
29.5.1.1
Deux exemplaires papier et un exemplaire électronique en format PDF de tous les
essais non destructifs et des certificats de l'acier seront remis au mécanicien en
chef.
29.5.2
Pièces de rechange
29.5.1.2
S.O.
29.5.3
Formation
29.5.1.3
S.O.
302
303
304
305
306
307
30.0 RÉPARATION DE L'ACIER DU PONT D'ENVOL
30.1
Description
30.1.1
30.2
La présente tâche du devis a pour objet de procéder au renouvellement de l'acier du
pont d'envol, plus précisément les tôles de fond du chemin de roulement du hangar
d'hélicoptères, sous les côtés du hangar, aux membrures 20 à 61 environ.
Références
30.2.1
Renseignements concernant l'équipement
30.2.1.1
Les tâches de renouvellement de l'acier doivent se dérouler en même temps que
d'autres travaux en cours concernant le prolongement du PVN (prolongement de
vie du navire). Ces travaux doivent comprendre :
x
x
la dépose des panneaux du plafond sous le pont d'envol, ainsi que le
démontage des autres dispositifs et des pièces l'équipement afin d'éliminer
l'isolant à l'amiante.
la dépose du hangar d'hélicoptères, et des chemins de roulement, des
engrenages et des plaques de fixation bimétalliques.
À ce titre, il en va de la responsabilité de l'entrepreneur de procéder à la dépose de
tous les matériaux et de tout l'équipement nécessaires pour effectuer le travail à
chaud normalement requis, et la remise en place sans incidence sur le coût du
présent devis.
30.2.1.2
30.2.2
En dépit des renseignements indiqués précédemment, l'entrepreneur doit faire
progresser les travaux, d'une manière qui :
x
tient compte des conditions météorologiques dominantes et prévues, afin que
les biens et l'équipement de la GCC soient adéquatement protégés s'il y a lieu;
x
ne compromet pas la solidité structurale du navire;
x
permet des inspections périodiques et systématiques, par la SMTC et la GCC,
des travaux en cours et des travaux terminés.
Dessins
Documentation
Description
14-198-001 rév 1
NGCC Henry Larsen - renouvellement
de l'acier du pont d'envol (hangar)
Rapport de Eastern Technical Services
No 14-725 de l'ETS
Numéro électronique
308
30.2.3
Règlements
30.2.3.1
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et Règlement sur la construction
de coques, section 7.
30.2.4
Normes
30.2.4.1
Lloyd's Register | Thickness Measurement and Close-Up Survey Guidance, v6,1
mai 2012.
30.2.4.2
Sauf indication contraire, l'ensemble du nouveau bordé doit être conforme au
Lloyd's Register, de nuance A, ou l'équivalent, tel qu'approuvé par l'inspecteur de
la SMTC sur les lieux.
30.2.4.3
Toutes les soudures doivent être effectuées au moyen d'électrodes 480xx ou
l'équivalent, ou conformément aux exigences concernant les procédés de soudage
particuliers. Le soudage doit être effectué conformément aux normes CAN/CSA
W59 et W47.1.
30.2.4.4
Toutes les nouvelles connexions en T doivent être assemblées par soudure d'angle
double en continu, 6 mm de côté. Toutes les nouvelles soudures bout à bout et tous
les joints doivent être à pénétration complète. Les soudures à pénétration partielle
s'appliquent uniquement aux tôles de fermeture qui ne forment pas une limite
étanche, et avec l'approbation de l'inspecteur de la SMTC sur les lieux.
30.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
30.2.5.1
30.3
30.3.1
30.3.2
Conformément au programme d'assurance de la qualité de l'entrepreneur.
Spécifications techniques
En préparation au remplacement de l'acier, l'entrepreneur doit :
•
fournir tous les services accessoires nécessaires à la réalisation de la
réparation en question. Ces services peuvent inclure, sans toutefois s'y
limiter, les grues, les aires de repos, le nettoyage, l'élimination des débris,
l'alimentation en eau, l'alimentation à quai, etc.
•
fournir tous les permis appropriés pour les travaux de soudage qui doivent
être amorcés et achevés dans des espaces clos.
•
s'assurer que les nouveaux éléments en acier sont traités par grenaillage et
enduits d'un apprêt soudable avant leur installation à bord.
Pendant l'exécution du travail à chaud, l'entrepreneur doit :
x
assurer un piquet d'incendie pendant le travail à chaud, avec un extincteur
d'incendie portatif chargé de classe appropriée et prêt à utiliser.
309
30.3.3
30.3.4
x
tenir compte des soudures et des joints existants et les utiliser si possible
pendant le renouvellement des tôles. S'il n'y a aucune soudure ni aucun joint à
proximité de la nouvelle tôle en acier, les coins doivent être arrondis à un
rayon minimum de 100 mm.
x
faire inspecter les travaux en coordination avec l'inspecteur de la SMTC sur les
lieux.
Une fois les travaux à chaud terminés dans des endroits particuliers du navire,
l'entrepreneur doit :
x
effectuer des essais non destructifs demandés par la SMTC, et soumettre les
travaux à des inspections finales.
x
nettoyer les espaces touchés et enlever les débris du navire.
x
nettoyer les joints soudés et d'autres zones perturbées et les enduire d'un apprêt.
Appliquer les revêtements interne et externe conformément aux directives du
personnel de la GCC.
Portée des renouvellements
Le renouvellement des tôles de fond du chemin de roulement du hangar doit être effectué dans
les emplacements énumérés ci-dessous.
Les superficies indiquées sont approximatives et doivent être confirmées par l'entrepreneur
sur place avant le renouvellement, en collaboration avec la GCC ou son représentant
autorisé.
Les références au rapport de mesure de l'épaisseur sont énoncées en fonction des rapports
produits par Génie et services techniques. Voir l'annexe C pour obtenir un croquis et des dessins
pertinents pour les zones sujettes au renouvellement, et l'annexe G pour les rapports de mesure
de l'épaisseur en référence.
La diminution de la tôle originale est évaluée comme suit :
Épaisseur originale de la
tôle/des éléments de
raidissement
avec diminution de
10 %
avec diminution de
20 %
avec diminution de
30 %
9,5 mm
8,5 mm
7,6 mm
6,6 mm
310
Tôles de fond du chemin de roulement du hangar de bâbord- pont d'envol
Étendue longitudinale
1.
Étendue transversale
300 mm derrière la
Conformément au
membrure 21 à 100 mm croquis, voir
derrière la
l'annexe G
membrure 61
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
14-725
8,4 m²
3/8 po
Tôle de fond du chemin de roulement du hangar de tribord - pont d'envol
Étendue longitudinale
1.
Étendue transversale
300 mm derrière la
Conformément au
membrure 21 à 100 mm croquis, voir
derrière la
l'annexe G
membrure 61
Rapport de
mesure de
l'épaisseur
Superficie
Nouvelle
approximative tôle
Épaisseur
14-725
8,4 m²
3/8 po
30.3.5
Découpes temporaires pour l'insertion de l'acier neuf
30.3.5.1
Si des découpes temporaires sont requises pour accéder à des emplacements, les
critères associés à la reprise du soudage, la mise à l'essai et le revêtement des tôles
encastrées existantes doivent être semblables à de qui est prescrit pour les
renouvellements.
30.3.6
Sommaire des renouvellements
Estimation des superficies désignées
(tôles de 3/8 po)
Tôles
Renforts
Total
16,8 m²
–
16,8 m²
~1 250 kg
Remarque : Le tableau ci-dessus doit uniquement être pris en compte aux fins d'estimation,
jusqu'à ce que la portée définitive des renouvellements soit connue.
30.4
30.4.1
Preuve de rendement
Inspections
311
30.4.1.1
Tous les travaux peuvent faire l'objet d'une inspection de la part de la GCC et
Transports Canada, à des intervalles convenus avec l'entrepreneur, et une fois les
travaux terminés.
30.4.2
Tests et essais
30.4.2.1
Tous les endroits en réparation doivent subir un essai d'étanchéité au jet d'eau.
30.4.2.2
Tous les travaux doivent faire l'objet d'essais non destructifs conformément aux
exigences de la Sécurité maritime de Transports Canada.
30.4.3 Certification
30.4.3.1
30.5
Toutes les tôles neuves doivent être accompagnées de la certification de nuance A
de la Lloyd's Register, tel qu'approuvé par l'inspecteur de la SMTC sur les lieux.
Produits livrables
30.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
30.5.1.1
Tout rapport produit au cours des essais non destructifs des soudures doit être
soumis à la GCC en format PDF, à la fin des essais.
30.5.2
Pièces de rechange
30.5.2.1
S.O.
30.5.3
Formation
30.5.3.1
S.O.
312
31.0 APPAREILS D'ÉCLAIRAGE DE
L'HÉLIPLATEFORME
31.1
Description
31.1.1
La présente tâche du devis porte sur le remplacement des feux d'atterrissage
désuets pour hélicoptères par un nouveau type d'appareil d'éclairage à DEL de
marque Glamox/Aqua Signal, avec écran de protection intégré.
31.1.2
Cette tâche doit être réalisée en même temps que les suivantes :
•
PVN EC no 39 Assainissement des matériaux contenant de l'amiante
31.2
Références
31.2.1 Renseignements concernant l'équipement
31.2.1.1
31.2.1.2
Appareil d'éclairage d'origine. Appareil d'éclairage étanche Appleton Kondu KM-9
pour emplacements dangereux.
Appareil d'éclairage de rechange. Appareil d'éclairage Glamox/Aqua Signal,
NS0270, HX55P-R, LED/110/230V avec écran de protection intégré.
31.2.2 Dessins
Numéro de dessin
33-0880-03
12-0043-01
Description
Plan de l'éclairage du pont d'envol et des
embarcations arrière
Tôles du pont d'envol et des
embarcations
Numéro électronique
31.2.3
Règlements
31.2.3.1
Tous les travaux exécutés et les diverses modifications apportées doivent être
conformes à la plus récente version en vigueur de la Loi sur la marine marchande
du Canada et plus particulièrement au Règlement sur les machines de navires. Par
ailleurs, les travaux doivent respecter les règlements de classification approuvés
par Transports Canada.
31.2.4
Normes
31.2.4.1
Sécurité maritime de Transports Canada; Normes d'électricité régissant les navires
TP 127E
313
31.2.4.2
IEEE 45-2014 – Recommended Practice for Electrical Installations on Shipboard.
31.2.4.3
Norme CAP 437, volume II, annexe 14 de l'OACI.
31.2.5
Normes en matière d'assurance de la qualité
31.2.5.1
Conformément au programme d'assurance de la qualité de l'entrepreneur.
31.3
Aspects techniques
31.3.1.1
Les vingt (20) appareils d'éclairage Appleton Kondu de l'héliplateforme doivent
être remplacés par de nouveaux appareils d'éclairage à DEL de type Glamox/Aqua
Signal HL55-P R. On doit installer 20 appareils d'éclairage et fournir 2 appareils
de rechange.
•
Numéro de pièce : NS0270, HX55P-R, LED/110/230V, de couleur verte,
quantité : 22
31.3.1.2
Il incombe à l'entrepreneur d'acheter et de fournir tous les appareils d'éclairage à
ses propres frais. Il incombe à l'entrepreneur de fournir et de fabriquer des joints
étanches, le cas échéant, pour les appareils d'éclairage installés.
31.3.1.3
Des appareils d'éclairage équivalents peuvent être utilisés, mais il incombe à
l'entrepreneur de les fournir à la satisfaction du mécanicien en chef.
31.3.1.4
Le nouvel appareil d'éclairage doit être conforme à la norme CAP 437, volume II,
annexe 14 de l'OACI.
31.3.1.5
Les appareils d'éclairage existants présentent les dispositions de montage
suivantes :
Dimensions de l'appareil d'éclairage d'origine :
314
31.3.1.6
L'entrepreneur doit s'assurer, en collaboration avec l'officier électricien du navire,
que les appareils d'éclairage d'hélicoptère sont verrouillés électriquement, au
panneau L112, situé dans la timonerie, à l'aide des disjoncteurs 8, 9 et 10, avant le
début des travaux.
31.3.1.7
L'entrepreneur doit débrancher les appareils d'éclairage. Les câbles doivent être
protégés pour qu'ils soient branchés aux nouveaux appareils d'éclairage.
315
31.3.1.8
Les appareils d'éclairage existants sont fixés au moyen de six vis dans le pont du
hangar. L'entrepreneur doit enlever les appareils d'éclairage du pont et les éliminer.
Les cinq appareils d'éclairage intérieurs à la membrure 26 se trouvent à l'intérieur
du navire. Trois appareils d'éclairage se trouvent au plafond de la salle du
ventilateur no 3 et sur le casier des plongeurs, et deux appareils d'éclairage sont
fixés aux conduits des ventilateurs bâbord et tribord. Il incombe à l'entrepreneur de
répertorier tous les éléments faisant obstacle, de les enlever et de les remettre en
place. L'entrepreneur est responsable d'enlever l'isolant et de le remettre en place
après le remplacement. Ce remplacement doit être effectué en même temps que
l'enlèvement de l'amiante.
31.3.1.9
Les trous de boulonnage existants doivent être soudés et meulés à ras du pont du
hangar. Quatre (4) nouveaux trous, alignés pour l'installation des nouveaux
appareils d'éclairage, doivent être percés et taraudés pour pouvoir recevoir un
boulon UNC de 3/8 po. Les nouveaux appareils d'éclairage doivent être encastrés
dans le pont, avec un nouveau joint d'étanchéité (matériel fourni par l'entrepreneur)
et être fixés à l'aide de nouveaux boulons de 3/8 po à tête fraisée en acier
inoxydable fournis par l'entrepreneur. L'entrepreneur doit également appliquer un
produit d'étanchéité Marine RTV entre le joint d'étanchéité, l'appareil d'éclairage et
le pont.
31.3.1.10
Toutes les surfaces perturbées de l'acier doivent recevoir deux couches d'apprêt de
qualité marine et une couche de finition blanche Matchless 700 sur la partie située
en dessous du pont, et une couche de produit Matchless 740 gris foncé sur
l'héliplateforme.
31.3.1.11
L'entrepreneur doit mettre à l'essai à l'aide d'un mégohmmètre tous les anciens
câbles branchés aux nouveaux appareils d'éclairage. Les câbles qui ne répondent
pas aux exigences de la norme TP 127E seront remplacés à la boîte de jonction la
plus proche à l'aide du formulaire 1379.
31.3.1.12
Tous les câbles doivent être fixés conformément aux exigences de la norme
TP127F avec de nouvelles traversées étanches.
31.3.1.13
La personne-ressource à qui s'adresser pour les détails sur l'appareil d'éclairage
acceptable est la suivante :
John O'Driscoll | Directeur général | Glamox Canada Inc.
20 Crosbie Place, St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador), Canada, A1B 3Y8
Tél. +1 709-753-2373 | Téléc. +1 709-753-2180 | Cell. +1 709-685-6014
Courriel : johnod@glamox.ca | Web : www.glamox.com/gmo
1.3.1.14
Les nouveaux appareils d'éclairage à DEL de marque Glamox/Aqua Signal,
doivent avoir les dimensions suivantes :
316
317
31.4
Preuve de rendement
31.4.1
Inspections
31.4.1.1
Les installations doivent répondre aux exigences du mécanicien en chef.
31.4.2
Tests et essais
31.4.2.1
Tous les circuits doivent être mis à l'essai à l'aide d'un mégohmmètre afin de
veiller à ce que les câbles n'aient pas été endommagés.
31.4.2.2
Tous les appareils d'éclairage doivent être mis à l'essai pour en assurer le bon
fonctionnement.
31.4.2.3
Tous les appareils d'éclairage doivent être mis à l'essai à la lance d'incendie à un
minimum de 40 lb/po2 pour en assurer l'étanchéité.
31.4.3
Certification
31.4.3.1
S.O.
31.5
Produits livrables
31.5.1
Documents (rapports, dessins et manuels)
31.5.1.1
Dès l'achèvement des travaux, l'entrepreneur doit fournir deux exemplaires papier
et un exemplaire électronique de toutes les lectures et les rapports d'essai.
31.5.2
Pièces de rechange
31.5.1.2
L'entrepreneur doit fournir les pièces de rechange suivantes :
Qté : 2 Appareil d'éclairage Glamox/Aqua Signal HL55-P R à DEL, no de pièce
NS0270, HX55P-R, LED/110/230V
31.5.3
Formation
31.5.1.3
S.O.
318
319
32.0 RÉPARATION DES CONDUITS
D'ÉCHAPPEMENT
32.1
Identification (EC no 61)
32.1.1
32.2
La présente tâche porte sur le remplacement des supports élastiques fixes et des barres
stabilisatrices sur les conduits d'échappement et de faire les réparations nécessaires aux
éléments de dilatation et au calorifugeage.
Références
32.2.1
Renseignements concernant l'équipement
Article installé
Supports
Moteur principal bâbord
Moteur principal central
Moteur principal tribord
Génératrice auxiliaire no 1
Unité de fluide thermique de
bâbord
Unité de fluide thermique de
tribord
Incinérateur
8 supports élastiques fixes et 11 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
8 supports élastiques fixes et 9 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
8 supports élastiques fixes et 11 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
8 supports élastiques fixes et 13 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
4 supports élastiques fixes et 8 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
4 supports élastiques fixes et 8 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
4 supports élastiques fixes et 8 barres stabilisatrices
et éléments de tension-compression
32.2.2 Dessins
Numéro de dessin
22-0741-01
22-0741-02
Description
Diagramme des échappements diesel et
des conduits
Diagramme des échappements diesel et
des conduits
Numéro électronique
32.2.3 Règlements
32.2.3.1
320
32.2.4 Normes
32.2.4.1
Tous les travaux doivent être effectués conformément aux exigences du
mécanicien en chef et de l'inspecteur de la SMTC présent sur les lieux.
32.2.5 Normes en matière d'assurance de la qualité
32.2.5.1
32.3
Conformément au programme d'assurance de la qualité de l'entrepreneur.
Spécifications techniques
32.3.1
L'entrepreneur doit fournir tout l'équipement, les enceintes, la ventilation, les
échafaudages, les palans à chaîne, les grues, les élingues et toutes les manilles
nécessaires à l'exécution des travaux. Tout l'équipement de levage doit être adapté
à l'utilisation visée et doit être accompagné d'une certification en vigueur
indiquant la charge maximale sécuritaire qu'il peut soulever, ou porter une marque
permanente mentionnant cette information.
32.3.2
Tous les articles doivent être fournis par l'entrepreneur, y compris les supports
élastiques fixes requis et les barres stabilisatrices, les éléments de tensioncompression et les joints de dilatation de l'échappement requis.
32.3.3
Chaque support élastique fixe doit être remplacé par un support de rechange
adéquat. Les supports doivent être remplacés un à la fois et l'échappement doit
être soutenu pendant les remplacements. De nouvelles fixations fournies par
l'entrepreneur doivent être installées sur tous les supports.
32.3.4
Toutes les modifications requises pour que les supports puissent accueillir les
nouveaux supports de soutien doivent être effectuées au moyen du formulaire
1379.
32.3.5
L'entrepreneur doit remplacer toutes les barres stabilisatrices et tous les éléments
de tension-compression. L'entrepreneur doit mesurer la longueur des barres
stabilisatrices avant de les remplacer afin que le système d'échappement reprenne
la même position après le remplacement. Les barres stabilisatrices doivent être
remplacées une à la fois, afin que l'échappement soit soutenu de manière adéquate
en tout temps.
32.3.6
L'entrepreneur doit réparer l'isolant utilisé pour le système d'échappement sur le
silencieux du moteur principal tribord, côté extérieur, au niveau du pont supérieur.
Il faut enlever l'isolant de la zone endommagée, puis installer un nouvel isolant en
blocs de silicate de calcium et le soutenir correctement. Une fois les réparations
terminées, la zone doit être recouverte d'un tissu à l'épreuve du feu comme Alpha
Maritex 2025/9383 et bien scellée. La superficie visée par les réparations est
d'environ 0,5 m2.
321
32.3.7
Au niveau du pont principal de la cheminée, l'isolant doit être enlevé dans la zone
du support élastique, sur le côté extérieur tribord du moteur principal.
L'entrepreneur doit faire appel aux services d'une entreprise certifiée pour réaliser
les essais non destructifs à cet endroit. L'entrepreneur doit employer un procédé de
soudage adapté aux les réparations nécessaires et réparer toutes les fissures
détectées. Une fois l'inspection et les réparations terminées, l'entrepreneur doit
poser un nouveau panneau isolant en silicate de calcium, puis le couvrir
adéquatement, comme il a été décrit ci-dessus. La superficie visée par les
réparations est d'environ 0,5 m2.
32.3.8
L'entrepreneur doit indiquer un coût unitaire pour des réparations de 1 m2 d'isolant
additionnel.
32.3.9
L'entrepreneur doit enlever le matelas isolant sur l'échappement du moteur
principal bâbord, du joint de dilatation supérieur, au-dessus du silencieux. Le
système d'échappement doit être correctement soutenu et le joint de dilatation
retiré.
32.3.10
Un joint de dilatation et des joints d'étanchéité neufs fournis par l'entrepreneur
doivent être installés sur l'échappement. Le joint de dilatation doit être mis en
place à l'aide de fixations neuves fournies par l'entrepreneur.
32.3.11
Une fois l'installation terminée et les essais d'étanchéité réussis, un nouveau
matelas d'échappement fourni par l'entrepreneur doit être installé.
32.3.12
Sur les échappements des unités de fluide thermique de bâbord et de tribord,
l'entrepreneur doit retirer les matelas isolants à partir des joints de dilatation
supérieurs situés au-dessus des silencieux d'échappement. Les deux joints de
dilatation doivent être enlevés et des joints de dilatation et des joints d'étanchéité
neufs fournis par l'entrepreneur doivent être réinstallés. L'échappement de l'unité
de bâbord mesure 350 mm de diamètre et l'échappement de l'unité de tribord,
450 mm de diamètre.
32.3.13
Les deux échappements doivent être convenablement soutenus pendant
l'installation des nouveaux joints de dilatation. De nouveaux joints de dilatation
doivent être mis en place au moyen de nouvelles fixations fournies par
l'entrepreneur. Une fois l'installation terminée et les essais d'étanchéité réussis, un
nouveau matelas isolant fourni par l'entrepreneur doit être installé sur le joint de
dilatation.
32.4
Preuve de rendement
32.4.1 Inspections
32.4.1.1
Une inspection visuelle complète doit avoir lieu avant avant de poser les
revêtements calorifuges sur les ouvrages neufs et endommagés. Un essai de
fonctionnement doit être réalisé une fois les machines principales et auxiliaires
remises en service.
322
32.4.2 Tests et essais
32.4.2.1
Le bon fonctionnement de l'ensemble de l'installation doit être vérifié à la
satisfaction du mécanicien en chef. Il faut vérifier l'étanchéité des joints de
dilatation avant d'installer des matelas isolants.
32.4.3 Certification
32.4.3.1
32.5
Fournir des détails pour la certification des pièces d'équipement, c.-à-d. les
certifications de la société de classification, les approbations signées par la SMTC,
etc.
Produits livrables
32.5.1 Documents (rapports, dessins et manuels)
32.5.1.1
S.O.
32.5.2 Pièces de rechange
32.5.2.1
S.O.
32.5.3 Formation
32.5.3.1
S.O.
323
33.0 PORTES EXTÉRIEURES
33.1
Identification (EC no 31)
33.1.1
33.2
La présente tâche consiste à remplacer les portes extérieures usées et
endommagées, actuellement en place, par des portes semblables neuves.
Références
33.2.1 Renseignements concernant l'équipement
Article installé
Type
Entrée de la timonerie de bâbord
Entrée de la timonerie de tribord
Entrée double de la salle de
ventilation
Entrée de la chambre de
refroidissement
Salle de la génératrice de secours
33.2.3
Porte étanche, à ouverture vers la gauche et vers
l'intérieur à 2 tourniquets (Joiner Systems) avec fenêtre
Porte étanche, à ouverture vers la droite et vers
l'intérieur à 2 tourniquets (Joiner Systems) av