Manuel de gestion de l`environnement

Manuel de gestion de l`environnement
Manuel de gestion de
l'environnement
Ministère des Transports
du Nouveau-Brunswick
Quatrième édition
Janvier 2010
1
/;;)
Bru1is\Vrck
Be...in this place. £tre...ici on Ie peut
MANUEL DE GESTION DE L'ENVIRONNEMENT
POUR LE
MINISTERE DES TRANSPORTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK
APPROBATION DU MANUEL DE GESTION DE
L'ENVIRONNEMENT
~,.~
M.G. Trites, ing
Sous-ministre adjoint
et ingemieur en chef
Quatrieme edition
Janvier 2010
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Table des matières
Résumé ............................................................................................................................. 1
Utilisateurs du présent document .................................................................................. 2
Responsabilités ............................................................................................................. 2
Permis et exemptions.................................................................................................... 2
Abréviations .................................................................................................................. 5
Acronymes .................................................................................................................... 5
Définitions ..................................................................................................................... 8
1.0
Introduction.......................................................................................................... 17
1.1
But et objectifs ................................................................................................. 17
1.2
Organisation .................................................................................................... 18
1.3
Liens avec d'autres engagements et documents ayant
trait à l'environnement .................................................................................... 18
2.0
Lois, politiques, procédures et directives environnementales ............................. 19
2.1 Lois et politiques environnementales .................................................................... 19
2.1.1 Lois et règlements fédéraux ............................................................................... 19
Tableau 2.1 – Lois, politiques, directives et règlements fédéraux........................... 20
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale ................................................. 21
Loi canadienne sur la protection de l'environnement .............................................. 21
Loi sur les espèces sauvages au Canada............................................................... 21
Code de pratique pour la gestion environnementale des sels de voirie .................. 22
Politique fédérale sur la conservation des terres humides ...................................... 22
Loi sur les pêches ................................................................................................... 23
Loi sur les Indiens ................................................................................................... 23
Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs ....................................... 24
Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs .................................................... 24
Loi sur la protection des eaux navigables ............................................................... 24
Loi sur les espèces en péril ..................................................................................... 25
2.1.2 Lois et règlements provinciaux ........................................................................... 26
Tableau 2.2 – Lois, politiques, directives et règlements provinciaux du NouveauBrunswick ................................................................................................................ 26
Lignes directrices préliminaires pour l'atténuation sur les terres humides .............. 28
Loi sur les compagnies de cimetière ....................................................................... 28
Loi sur l'assainissement de l'air ............................................................................... 29
Loi sur l'assainissement de l'environnement ........................................................... 29
Règlement sur la qualité de l'air .............................................................................. 30
Règlement sur la qualité de l'eau ............................................................................ 30
Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers ..................... 30
Loi sur l'assainissement de l'eau ............................................................................. 30
Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage ........................... 31
Règlement sur les puits d'eau ................................................................................. 31
Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l’obturer) des puits d’eau...... 32
Règlement sur la classification des eaux ................................................................ 32
Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres humides ................... 33
Décret de désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques ................ 34
Politique de protection des zones côtières .............................................................. 35
Règlement sur les études d'impact sur l'environnement ......................................... 36
Loi sur le poisson et la faune .................................................................................. 36
Règlement sur la prise d’animaux à fourrure .......................................................... 36
i
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Règlement sur le contrôle des animaux de la faune nuisibles (97-141).................. 36
Loi sur les espèces menacées d'extinction ............................................................. 37
Loi sur les incendies de forêt du Nouveau-Brunswick............................................. 37
Loi sur la protection des lieux historiques ............................................................... 38
Loi sur les parcs ...................................................................................................... 38
Loi sur les pipelines ................................................................................................. 38
Loi sur les zones naturelles protégées .................................................................... 38
Loi sur l'exploitation des carrières ........................................................................... 39
Loi sur la protection de la couche arable ................................................................ 39
Politique de conservation des terres humides......................................................... 39
3.0 Planification des routes ............................................................................................. 41
3.1 Identification du projet ........................................................................................... 41
3.2 Identification des contraintes ................................................................................. 41
3.3
Autres possibilités du projet, choix du tracé et conception préliminaire .......... 42
3.4 Approbation ministérielle ....................................................................................... 43
3.5 Consultation publique ............................................................................................ 43
3.6 Évaluation environnementale ................................................................................ 44
Enregistrement et évaluation environnementale ..................................................... 44
Règlement sur les études d'impact sur l'environnement du Nouveau-Brunswick ... 44
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale ................................................. 45
4.0 Tracé des routes ....................................................................................................... 49
4.1 Choix du tracé ....................................................................................................... 50
4.2 Arpentage.............................................................................................................. 51
4.3 Enquêtes géotechniques....................................................................................... 53
4.4 Conception ............................................................................................................ 55
Considérations conceptuelles pour la protection du poisson et de son habitat....... 58
Considérations conceptuelles pour la navigabilité .................................................. 59
Considérations conceptuelles pour la protection contre l'érosion et la sédimentation
................................................................................................................................ 60
Considérations conceptuelles pour prévenir l'exhaure de formations rocheuses
acides ...................................................................................................................... 61
Considérations conceptuelles pour la protection des terres humides ..................... 61
Considérations conceptuelles pour la protection de la faune et de son habitat ...... 62
Considérations conceptuelles pour la protection contre les facteurs liés au climat 62
Changement climatique .......................................................................................... 63
Embâcles ................................................................................................................ 64
Formation de bassins d'air froid .............................................................................. 64
4.5
Documents relatifs aux mesures de protection de l'environnement propres à
un projet ...................................................................................................................... 65
4.5.1 Plans de gestion environnementale propres au projet ................................... 65
Tableau 4.1 – Table des matières du plan de gestion environnementale ............... 66
4.5.2 Plans de protection de l'environnement propres au site ................................ 67
4.5.3 Mesures de compensation pour l'habitat du poisson ..................................... 68
5.0
Construction et EER ............................................................................................ 71
5.1
Béton bitumineux ............................................................................................. 72
5.2
Déplacement des castors et enlèvement des barrages de castors ................. 73
5.3
Défrichage ....................................................................................................... 75
5.4
Ponceaux ........................................................................................................ 79
5.4.1 Installation des ponceaux à petit diamètre .................................................. 79
ii
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.5
Déviations ........................................................................................................ 93
5.6
Contrôle de la poussière ................................................................................. 95
5.6.1
Eau .......................................................................................................... 96
5.7
Gestion de l'érosion et de la sédimentation..................................................... 99
5.7.1 Lutte contre l'érosion ................................................................................... 99
5.7.1.1 Terre végétale ................................................................................... 101
5.7.1.2 Paillage .............................................................................................. 104
5.7.1.3 Ensemencement hydraulique ............................................................ 107
5.7.1.4 Toiles de jute ..................................................................................... 111
5.7.1.5 Perrés ................................................................................................ 114
5.7.1.6 Gazon de placage ............................................................................. 117
5.7.1.7 Arbres et arbustes ............................................................................. 119
5.7.1.8 Autres types de mesures de lutte contre l'érosion ............................. 121
5.7.2 Retenue des sédiments ............................................................................. 123
5.7.2.1 Barrières de retenue des sédiments .................................................. 123
5.7.2.2 Bassins de décantation ..................................................................... 130
5.7.2.3 Ouvrages de lutte contre l'érosion ..................................................... 133
5.7.2.4 Canaux sur appuis (tuyaux de drainage inclinés) .............................. 145
5.7.2.5 Autres mesures de protection ............................................................ 148
5.7.3 Creusement d'un fossé.............................................................................. 148
5.8
Excavation, dynamitage et production de granulats ...................................... 151
5.8.1 Excavation ................................................................................................. 152
5.8.2 Dynamitage ............................................................................................... 153
5.8.3 Concassage, tamisage et lavage .............................................................. 156
5.9
Exploitation des traversiers ........................................................................... 158
5.9.1 Eau de cale................................................................................................ 158
5.9.2 Travaux d'entretien mineurs des traversiers ............................................. 159
5.9.3 Mazoutage et transfert de carburant ......................................................... 160
5.9.4 Câbles des traversiers ............................................................................... 161
5.9.5 Eaux usées et poubelles ........................................................................... 162
5.9.6 Nettoyage des débarcadères .................................................................... 163
5.9.7 Construction de la rampe .......................................................................... 164
5.9.8 Application et enlèvement des enduits de protection ................................ 165
5.9.9 Stockage du sel et du sable ...................................................................... 167
5.10 Plan d'urgence et de prévention des incendies ............................................ 167
5.11 Essouchement ............................................................................................... 169
5.12 Gestion des déversements ............................................................................ 171
Petits déversements .............................................................................................. 172
Déversements importants ..................................................................................... 174
Déversements lors de l'exploitation routière ......................................................... 177
5.13 Stockage et manutention des produits pétroliers ........................................ 178
5.13.1
Stockage temporaire des produits pétroliers ......................................... 179
5.13.2
Stockage permanent des produits pétroliers ......................................... 181
5.13.3
Ravitaillement en carburant et transport du carburant .......................... 183
5.13.3.1
Manutention et transfert du carburant sur les chantiers ................ 183
5.13.3.2
Ravitaillement en carburant aux centres d'entretien ...................... 186
5.13.4
Réservoir d'huile usée et élimination des huiles usées ......................... 188
5.13.5
Intercepteurs et séparateurs d'eau et d'huile ......................................... 189
5.13.6
Drains de plancher ................................................................................ 191
iii
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.13.7
Enlèvement et remplacement d'un réservoir ......................................... 192
5.14 Stockage et manutention d'autres matières dangereuses ............................ 194
Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail
(SIMDUT) .......................................................................................................... 195
Fiches signalétiques (FS) .................................................................................. 197
Centre canadien d'urgence transport (CANUTEC) ........................................... 197
Transport des marchandises dangereuses (TMD) ............................................ 197
5.14.1 Peinture de signalisation routière ............................................................... 199
5.15 Ouvrages ....................................................................................................... 200
5.15.1 Construction d'ouvrages ............................................................................. 200
5.15.1.1 Nappe filtrante ..................................................................................... 201
5.15.1.2 Construction de batardeaux ................................................................ 203
5.15.1.3 Excavation et construction des culées et des fondations .................... 206
5.15.1.4 Construction de levées de terre .......................................................... 209
5.15.2 Entretien des ponts .................................................................................... 210
5.15.2.1 Application et enlèvement des enduits de protection .......................... 211
5.15.2.2
Entretien des infrastructures et des superstructures ..................... 215
5.15.2.3 Revêtement des tabliers en pierres concassées bitumées ................. 217
5.15.2.4
Nettoyage des ponts ...................................................................... 219
5.15.2.5
Contrôle de la glace ....................................................................... 220
5.15.3 Enlèvement des ponts ................................................................................ 221
5.16 Entretien des routes en été ........................................................................... 224
5.16.1 Rapiéçage .................................................................................................. 224
5.16.2 Terrassement ............................................................................................. 226
5.16.3 Entretien des fossés ................................................................................... 227
5.16.4 Contrôle de la végétation ........................................................................... 229
5.16.5 Marquage de la chaussée .......................................................................... 230
5.17 Gestion des installations auxiliaires .............................................................. 231
temporaires ............................................................................................................... 231
5.17.1 Installations mobiles de préparation d'asphalte ......................................... 231
5.17.2 Sites d'extraction ........................................................................................ 234
5.17.3 Mise en tas ................................................................................................. 235
5.17.4 Carrières .................................................................................................... 236
5.17.5 Routes d'accès temporaires ....................................................................... 239
5.17.6 Traverses temporaires de cours d'eau ou de terres humides .................... 240
5.17.6.1 Traverses temporaires de cours d'eau ou de terres humides au moyen
d'un pont ............................................................................................................ 240
5.17.6.2 Passages à gué................................................................................... 243
5.17.7 Cours de rassemblement et zones d'entreposage ..................................... 244
5.17.8 Stockage des explosifs .............................................................................. 245
5.17.9 Campements .............................................................................................. 246
5.17.10 Désaffectation des installations auxiliaires temporaires ........................... 247
5.18 Terre végétale ............................................................................................... 249
5.19 Gestion des véhicules et du matériel ............................................................ 250
5.19.1 Entretien et réparation ................................................................................ 250
5.19.2 Marche au ralenti ....................................................................................... 251
5.20 Gestion des déchets ...................................................................................... 253
5.20.1 Lieux d'élimination ...................................................................................... 254
5.20.2 Débris de construction et de démolition ..................................................... 255
iv
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.20.3 Déchets et autres ....................................................................................... 256
5.20.4 Poubelles et collecte des ordures .............................................................. 258
5.20.5 Recyclage et réutilisation des déchets de construction routière ................ 259
5.20.6 Déchets végétaux ...................................................................................... 260
5.21 Entretien des routes en hiver ........................................................................ 262
5.21.1 Déneigement et élimination de la neige ..................................................... 262
5.21.2 Épandage de sable .................................................................................... 263
5.21.3 Épandage de sel ........................................................................................ 264
5.21.4 Stockage des matériaux d'entretien en hiver ............................................. 265
5.22 Avancement des travaux ............................................................................... 267
5.23 Travaux à proximité de zones écosensibles ................................................. 270
5.23.1 Terres agricoles ......................................................................................... 271
5.23.2 Ressources archéologiques, patrimoniales et paléontologiques ............... 272
5.23.3 Ressources forestières............................................................................... 273
5.23.4 Puits d'eau souterraine ............................................................................... 275
5.23.5 Ressources minérales ................................................................................ 276
5.23.6 Zones sensibles au bruit ............................................................................ 277
5.23.7 Plantes rares .............................................................................................. 278
5.23.8 Cours d'eau, poisson et habitat du poisson ............................................... 279
5.23.9 Zones de protection du bassin hydrographique et du champ de captage.. 281
5.23.10 Terres humides ........................................................................................ 283
5.23.11 Faune et habitats fauniques ..................................................................... 285
5.24 Travaux à proximité des pipelines et autres services publics souterrains ..... 287
5.25 Gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations
rocheuses acides .......................................................................................... 289
6.0 Références et ressources ....................................................................................... 297
Annexe A –
Listes de contrôle et rappels
Annexe B –
Permis
Annexe C –
Renseignements sur les roches sulfurées
Annexe D –
Lignes directrices relatives à l'arrêt des travaux en temps de pluie
v
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Résumé
Le Manuel de gestion de l'environnement (MGE) est un document exhaustif qui explique
la philosophie générale du ministère des Transports relative à diverses activités faisant
partie intégrante des buts et objectifs du plan stratégique. L'approche adoptée par le
ministère en matière de protection de l'environnement accorde une grande priorité à
l'évitement de l'impact et vise les méthodes et modalités relatives à la planification, la
conception, la construction, l'exploitation, l'entretien et la remise en état (EER).
Chaque secteur couvert dans une section contient une courte explication, suivie des
mesures de protection générales appliquées par le ministère.
Pour les grands projets, la Direction de la planification et de la gestion des terrains
(DPGT) collabore avec les principaux organismes et ministères fédéraux et provinciaux
dès le début de la planification pour établir une cartographie thématique
environnementale et matérielle en vue du choix des corridors. Elle obtient aussi d'autres
renseignements et des réactions lors de séances et de rencontres d'information
publique. La Direction enregistre également les projets importants auprès du ministère
de l'Environnement pour évaluation environnementale. D'autres études sont souvent
nécessaires à ce stade et l'obtention de l'approbation du projet exige habituellement le
respect de certaines modalités et conditions pendant la conception, la construction et
l'exploitation.
Les responsabilités de la Direction du tracé des routes comprennent aussi des
considérations environnementales dans le choix du tracé vertical et horizontal final et la
protection de l'environnement, ainsi que la prise de mesures pour atténuer les impacts
environnementaux pendant les travaux d'arpentage et les enquêtes souterraines.
La section sur la construction et l'EER décrit et illustre les mesures de protection de
l'environnement appliquées dans différents travaux en plus du défrichage,
l'essouchement, l'excavation, l'installation de ponceaux, l'EER en été et en hiver, les
lieux de dépôt, la manutention des matières dangereuses, l'entretien des ponts et
l'exploitation des traversiers.
Le MGE contient des méthodes précises et des mesures de protection pour les zones
écosensibles comme les terres agricoles, les sources d'approvisionnement en eau
domestique, les bassins hydrographiques désignés, les plans d'eau classés, les zones
écosensibles, l'habitat des espèces menacées, les terres humides, les estuaires,
l'habitat du poisson, les ressources forestières, les ressources historiques et l'habitat
faunique.
Le présent document est de nature générique et il est prévu qu'il soit révisé
périodiquement pour tenir compte des modifications apportées aux modalités et aux
1
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
politiques, des connaissances obtenues grâce aux efforts de surveillance et des
modifications technologiques favorables à la protection de l'environnement.
Utilisateurs du présent document
En plus des employés du ministère des Transport du Nouveau-Brunswick (MDTNB), le
MDTNB retient également les services d'experts-conseils, d'arpenteurs, d'entreprises de
location d'équipement et d'autres types d'entreprises, en fonction des tâches précises à
effectuer. Ces personnes et entreprises travaillant pour le ministère doivent se
conformer au présent MGE le cas échéant.
Les routes du MDTNB sont construites en vertu de contrats attribués par un processus
d'appel d'offres public. Les documents contractuels contiennent une description du
travail, des normes à respecter pour son exécution et des résultats attendus. Les devis
comprennent des mesures de protection de l'environnement comme le décrit le présent
MGE. Toutes les mesures de protection nouvelles ou propres au site, déterminées par
les organismes de réglementation ou par le processus d'étude d'impact sur
l'environnement (EIE) ou de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale
(ACEE), sont détaillées dans les plans et les spécifications particulières du contrat.
Toute personne employée par le MDTNB doit avoir sa propre copie du MGE et en
connaître le contenu.
Le présent Manuel de gestion de l'environnement (MGE) remplace le Plan de protection
de l'environnement (PPE) publié en mai 1998 et le Guide environnemental (GE) publié
en août 1998.
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les experts-conseils, les promoteurs et les exploitants
sont responsables de veiller à ce que les mesures de protection décrites dans le présent
document soient respectées.
Permis et exemptions
Avant le début des travaux, le personnel du MDTNB, les entrepreneurs et/ou les
experts-conseils doivent être conscients de leur milieu. Certaines zones écosensibles
doivent être examinées et identifiées. La section 5.23 du présent MGE traite d'un bon
nombre de zones écosensibles qui peuvent être présentes sur les lieux lors des activités
de construction et/ou d'exploitation, d'entretien et de remise en état (EER).
Les travaux doivent être exécutés conformément aux lois et règlements de la province
du Nouveau-Brunswick ou du gouvernement du Canada portant sur la protection de
l'environnement et en conformité avec toute autorisation ou tout permis émis par le
2
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
MDTNB. Même si la plupart des permis pouvant être requis pour les activités sont
décrits aux sections 4.0 et 5.0 du présent MGE, les travaux effectués à l'intérieur ou à
proximité d'une zone écosensible peuvent exiger des permis ou des exemptions
supplémentaires.
3
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
4
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Glossaire
Abréviations
cm
centimètre
dBA
décibel pondéré en gamme A (mesure du bruit)
ha
hectare
km
kilomètre
km/h
kilomètres à l'heure
L
litre
Leq
niveau acoustique équivalent
m
mètre
mg
milligramme
mm
millimètre
Acronymes
Agence CEE
Agence canadienne d'évaluation environnementale
AHC
Aires d’hivernage du chevreuil
ATC
Association des transports du Canada
CANUTEC
Centre canadien d'urgence transport
CCME
Conseil canadien des ministres de l'environnement
CDC CA
Centre de données sur la conservation du Canada atlantique
CRT
Comité de révision technique
CSA
Association canadienne de normalisation
DDPP
DDSPBH
DDSPCC
Détérioration, destruction ou perturbation possibles de l'habitat
du poisson
Décret de désignation du secteur protégé de bassins
hydrographiques
Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage
5
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Acronymes
DPGT
Direction de la planification et de la gestion des terrains
E&C
Entretien et circulation
EC
Environnement Canada
EE
Évaluation environnementale
EER
Exploitation, entretien et remise en état
EFRA
Exhaure de formations rocheuses acides
EIE
Étude d'impact sur l'environnement
EPA É.-U.
Agence de protection de l'environnement des États-Unis
FFA
Forêt de feuillus appalachienne
FS
Fiches signalétiques
LCEE
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale
LCOM
Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs
LCPE
Loi canadienne sur la protection de l'environnement
LEP
Loi sur les espèces en péril
LPEN
Loi sur la protection des eaux navigables
MAANB
Ministère
de
l'Agriculture
Nouveau-Brunswick
MCETH
Modification des cours d'eau et des terres humides (règlement)
MDTNB
Ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
MENB
Ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick
MGE
Manuel de gestion de l'environnement
MMECSNB
Ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport du
Nouveau-Brunswick
MPO
Ministère des Pêches et des Océans
MRNNB
Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick
6
et
de
l'Aquaculture
du
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Acronymes
OLE
Ouvrage de lutte contre l'érosion
OR
Organismes de réglementation
PGE
Plan de gestion environnementale
pH
Potentiel hydrogène
PMCETH
Permis de modification d'un cours d'eau et d'une terre humide
PP
Polarisation provoquée
PPEPS
Plan de protection de l'environnement propre au site
PPZCNB
Politique
de
protection
Nouveau-Brunswick
RS
Roches sulfurées
SCF
Service canadien de la faune
SIMDUT
Système d'information sur les matières dangereuses utilisées
au travail
TMD
Transport des matières dangereuses
USA
Unité des services archéologiques
ZE
Zone écosensible
ZSB
Zone sensible au bruit
des
zones
côtières
du
7
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Alignement
Désigne la ligne médiane d'une chaussée.
Anthropique
Dû ou lié à l'influence des activités humaines sur la nature ou causé
par elle.
Arrêt-barrage à eau
provisoire
Voir Digue. Sert à empêcher un cours d'eau ou une terre humide de
pénétrer dans l'aire des travaux.
Atténuation
Mesures visant à éviter ou à compenser les effets
environnementaux découlant des activités du projet.
Bassin de décantation
Étendue creusée ou entourée de levées de terre utilisée pour
recueillir les eaux de ruissellement chargées de sédiments avant
qu'elles se déversent dans un cours d'eau ou dans une terre
humide.
Bassin de dissipation
Ouvrage ou excavation ouverte au bas d'un exutoire, d'un conduit,
d'une chute, d'une dénivellation ou d'un déversoir pour réduire
l'énergie du cours d'eau descendant.
Batardeau
Structure érigée dans un cours d'eau pour en exclure l'eau afin que
les fondations d'un pont ou d'autres structures puissent être
réparées ou construites.
Berge
Limites normales du lit d'un cours d'eau en dehors des périodes
d'inondation.
Canal sur appuis
Canal ou fossé dans lequel l'eau s'écoule du haut d'une pente vers
le bas.
Carrière
Lieu d'où l'on extrait des matériaux de construction (pierre, roche).
Chenal
Cours d'eau naturel, permanent ou intermittent, permettant à l'eau
de s'écouler; fossé ou autre passage d'eau, sans égard à sa forme
ou à sa dimension, creusé ou construit pour amener de l'eau.
8
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Chicanes
Aubes, déversoirs, guides, grilles, caillebotis ou dispositifs
semblables placés dans un conduit et qui servent à modifier le sens
de l'écoulement, à concentrer l'écoulement ou à le régulariser.
Concentration
Quantité relative d'une substance mélangée ou combinée à
d'autres substances.
Corridor
Correspond au parcours de la route en général, mais ne désigne
pas spécifiquement la zone qui sera touchée par la construction.
Cours d'eau
La largeur et la longueur totales, y compris le lit, les berges, les
bords et la ligne du rivage, ou toute autre partie d’une rivière, d’une
source, d’un ruisseau, d’un lac, d’un étang, d’un réservoir, d’un
canal, d’un fossé ou de tout autre canal à ciel ouvert, naturel ou
artificiel, dont la principale fonction est de transiter ou de retenir de
l’eau, que l’écoulement soit continu ou non.
Culée
Élément porteur de l'extrémité d'un pont.
Décapage
Enlèvement du sol organique (terre végétale) après
l'essouchement; aussi, l’enlèvement des roches sous-jacentes
indésirables ou non nécessaires, des granulats ou des sols qui se
prêtent à la construction de plates-formes routières.
Dépôt
Accumulation de matières qui se déposent en raison du
ralentissement de l'agent de transport, comme l'eau ou l'air.
Déversoir
Petit barrage à crête déversante qui a pour objet de relever le
niveau d'une rivière ou d'un cours d'eau.
Digue
Accotement de terre (ou sacs de sable) construit pour retenir l'eau
ou tout autre liquide afin de l'empêcher de pénétrer dans une zone
ou d'en sortir, de façon provisoire ou permanente.
Drainage
Écoulement des eaux souterraines ou des eaux de surface
excédentaires d'un territoire donné à l'aide de drains souterrains ou
de surface.
Eau de cale
Eau accumulée dans la cale d'un navire (p. ex. un traversier) qui
peut contenir du pétrole et de l'huile.
9
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Eau de surface
Surface totale de l'eau exposée à l'atmosphère.
Eaux souterraines
Eau présente dans le sous-sol, dans les interstices des particules
de roches et de sol, ou dans les crevasses et fissures des roches.
Empreinte
Zone touchée par les activités associées à la construction.
Emprise
Terres réservées et sécurisées pour l'utilisation de la route par le
public.
Emprunt
Endroit d'où sont extraits la terre, le gravier ou la roche utilisés à la
construction; généralement recueillis à l'extérieur du site.
En aval
Direction normale de l'écoulement de l'eau dans un cours d'eau.
Ensemencement
hydraulique
Mélange de diverses graines d'herbe, d'engrais, de paillis
hydraulique et d'eau et d'un agent liant, normalement utilisé pour
lutter contre l'érosion.
Envasement
Voir également « sédimentation ». Relatif à la pollution d'un cours
d'eau, de terres humides ou d'un milieu marin par la présence de
sédiments.
Érodable
Sensible aux agents de l'érosion.
Érosion
Processus d'altération du sol et du roc causé par des éléments
naturels (c.-à-d. gravité, eau, vent, glace).
Érosion en nappe
Érosion du sol causée par le ruissellement en nappe, soit l'eau qui
s'écoule en une couche mince à la surface du sol, contrairement à
un écoulement concentré.
10
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Espèces en péril
Toutes les espèces énumérées dans l'annexe 1 de la Loi sur les
espèces en péril comme étant « disparues du pays », « en voie de
disparition » ou « menacées », ou énumérées dans la Loi sur les
espèces menacées d'extinction du Nouveau-Brunswick comme
étant des « espèces en voie de disparition » ou des « espèces
régionales menacées ».
Espèces préoccupantes
Espèce qui n'est pas protégée par la Loi sur les espèces en péril ni
par la Loi sur les espèces menacées d'extinction du
Nouveau-Brunswick (c.-à-d. énumérée dans la Loi sur les espèces
en péril mais pas comme étant « disparue du pays », « en voie de
disparition » ou « menacée » dans l'annexe 1; énumérée comme
étant une « espèce préoccupante » dans l'annexe 1 de la Loi sur
les espèces en péril; ou classée dans la catégorie S1, S2 ou S3 par
le Centre de données sur la conservation du Canada atlantique et
désignée également comme étant « en péril », « possiblement en
péril » ou « sensible » par le MRNNB).
Essouchement
Enlèvement des racines et souches faisant suite au défrichement, à
la suite duquel la terre végétale peut être récupérée.
Faune
Animaux
Fines
Désignent généralement les particules de la dimension du limon ou
de l'argile retrouvées dans le sol.
Flore
Plantes
Fond d'un cours d'eau
supportant l'écoulement de
l'eau
Fond d'un cours d'eau supportant l'écoulement de l'eau.
Fosse à sédiments
Agrandissement d'un fossé de drainage permettant la
sédimentation des débris transportés en suspension.
Fossé de dérivation
Chenal creusé pour détourner un cours d'eau, de façon provisoire
ou permanente.
11
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Gabions
Cages grillagées en acier galvanisé ou en acier enduit de PVC
remplies de roches, mis bout à bout et empilées les unes sur les
autres afin de retenir les pentes et de protéger les berges.
Géotextile
Produit textile ou grille synthétique utilisé principalement pour ses
fonctions de drainage, de filtration, de séparation et de
renforcement.
Gué
Passage situé dans un cours d'eau où l'eau est peu profonde pour
permettre aux véhicules motorisés de traverser et où les rives et le
lit du chenal sont assez stables pour ne pas être perturbés.
Habitat
Environnement qui répond aux besoins vitaux d'une plante ou d'un
animal.
Habitat du poisson
Frayères, aires d'alevinage, de croissance et d'alimentation ainsi
que les routes migratoires dont dépend, directement ou
indirectement, la survie des poissons.
Levée de terre
Remblai construit avec des matériaux du sol ou des roches sur
lequel une plate-forme routière est construite.
Lit de cours d'eau
Fond d'un cours d'eau supportant l'écoulement de l'eau.
Lutte contre la
sédimentation
Lutte contre l'érosion
Utilisation de produits naturels ou fabriqués pour recueillir les
particules de sol avant de libérer l'eau dans le milieu avoisinant. Les
barrières de retenue des sédiments, les ouvrages de lutte contre
l'érosion et les bassins de décantation sont de bons exemples de
mesures de lutte contre la sédimentation.
Utilisation de matériaux naturels ou fabriqués pour empêcher ou
réduire au minimum l'érosion (terre végétale, paillage,
ensemencement hydraulique, toiles de jute, perrés, gazon de
placage, arbres et arbustes).
Matières dangereuses
Tout produit dont l'utilisation est interdite, restreinte ou contrôlée.
Mazoutage
Approvisionnement en combustible (mazout).
12
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Milieu marin
Zones soumises aux effets de l'eau salée, y compris les estuaires,
les zones marines côtières et sublittorales, de même que la pleine
mer.
Nappe filtrante
Géotextile suspendu ou supporté à la verticale qui sert à contenir
une partie de cours d'eau pour minimiser le transport des
sédiments.
Nivellement
Action de modifier la surface du terrain pour obtenir la pente ou le
contour voulu par l'excavation, le remblayage, le nivelage ou
l'aplanissement.
Oiseaux migrateurs
Oiseaux protégés au Canada en vertu de la Loi sur la Convention
concernant les oiseaux migrateurs, qui sont énumérés dans la
Publication hors-série no 1 du Service canadien de la faune, édition
de 1991.
Ouvrages régulateurs des
eaux provisoires
Gestion de l'eau sur le site du projet y compris la conception,
l'approvisionnement, la mise en place et le retrait de barrières à eau
et de dérivations.
Paillage
Opération qui consiste à recouvrir les pentes et d'autres parties du
sol exposées d'une couche de foin, de paille ou de paillis
hydraulique comme mesure provisoire pour éviter l'érosion du sol
exposé et l'envasement des cours d'eau et des terres humides.
Paillis hydraulique
Papier journal, fibres de bois ou paille déchiquetés utilisés comme
couverture végétale lors de l'ensemencement hydraulique.
Partie intéressée
Personne ou membre d'un groupe ayant un intérêt direct dans le
projet.
Pente
Niveau ou inclinaison d'une route, d'un canal ou d'un sol naturel.
Permis de modification d’un
cours d’eau ou d’une terre
humide
Permis signé par le ministre de l'Environnement et délivré
conformément au Règlement sur la modification des cours d'eau et
des terres humides en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau.
Perré
Mélange de roches graduées que l'on entasse sur un sol pour servir
de protection contre l'érosion ou l'envasement.
13
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
pH
Unité de mesure permettant d'évaluer l'acidité ou l'alcalinité d'un
milieu. Un pH de 7 est synonyme de neutralité. Si le pH est inférieur
à 7, le milieu est acide, s'il est supérieur à 7, il est alcalin.
Ponceau
Conduit destiné à emprisonner un cours d'eau. Il sert généralement
à faire passer l'eau sous une route, un chemin de fer, une voie
d'accès ou une levée de terre.
Pont
Ouvrage d'une longueur de portée de plus de 3 m qui assure le
passage des véhicules ou des piétons.
Rigole (érosion en rigoles)
Petit canal, dont la profondeur ne dépasse généralement pas
0,30 m, que creusent par érosion à la surface du sol les eaux de
ruissellement.
Roches sulfurées
Roches contenant des minéraux sulfurés qui peuvent générer des
eaux de drainage acides si elles sont exposées à l'air et à l'eau.
Ruissellement
Partie des précipitations qui s'écoule de la zone de drainage par le
biais de canaux. Inclut l'écoulement de surface, l'écoulement
souterrain et le suintement.
Sédiment
Particules de terre fines produites par l'érosion.
Sédimentation
Transport et dépôt de particules du sol qui se sont détachées sous
l'effet de l'érosion.
Sédiments en suspension
Sédiments flottant ou dispersés dans l'eau.
Site d'élimination
Endroit approuvé par le MDTNB pour éliminer les résidus de
construction non dangereux et les résidus de l'EER.
Solvant
Liquide organique dans lequel d'autres matières organiques (telles
que la graisse ou l'huile) sont dissoutes.
Sous-sol rocheux
Roche plus ou moins solide s'étendant sous le sol ou exposée à la
surface.
14
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Soute
Réservoir ou magasin utilisé pour entreposer; réservoir de
carburant dans un navire (p. ex. un traversier).
Stabilisation
Utilisation de matériaux naturels ou fabriqués pour contrôler
l'érosion, comme le paillage et l'ensemencement hydraulique.
Stériles acidogènes
Roches contenant du minéral sulfuré qui peuvent générer des eaux
de drainage acides si elles sont exposées à l'air et à l'eau.
Substrat
Matière minérale ou organique qui forme le lit d'un cours d'eau.
Suintement
Fuite d'eau à la surface de la terre se produisant généralement sur
une grande surface, contrairement à une source, dont l'eau se
déverse dans un endroit précis.
Tablier
Matériau ou revêtement qui protège une surface contre l'érosion.
Terres humides
Toile de jute
Terre où, de façon périodique ou permanente, la nappe phréatique
se trouve à la surface, près de la surface ou au-dessus de la
surface ou terre qui est saturée d'eau. Les terres humides sont
caractérisées par des sols mal drainés et une végétation
principalement hydrophyte ou aquatique.
Tapis en mailles fait de fil de jute tissé torsadé que l'on dispose
dans les fossés ou sur les pentes comme moyen provisoire de
contrôler l'érosion jusqu'à ce qu'il soit possible de stabiliser le fossé
ou la pente.
Topographie
Configuration de la surface de la terre, y compris la forme,
l'élévation et la position géographique de ses éléments naturels et
artificiels.
Toxicité
Caractère de ce qui est nocif pour les plantes ou les animaux;
degré relatif de gravité de cette caractéristique.
Toxines
Substances toxiques ou nocives pour les plantes ou les animaux.
Utilisateurs
Conducteurs qui utilisent le réseau routier.
15
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Définitions
Tuyau de drainage incliné
Conduite qui s'étend du sommet au bas d'une pente de remblais ou
de déblais.
Végétation hydrophyte
Plante qui pousse dans l'eau ou dans un sol qui est trop saturé
d'eau pour la survie de la plupart des plantes.
Voie d'accès
Voie qui permet aux propriétaires de se rendre à des terrains où la
route qui s'y rendait a été enlevée en raison de l'aménagement de
la nouvelle route.
Zone de drainage (bassin
hydrographique)
Territoire ou plan d'eau d'où s'écoule l'eau vers un point commun.
Zone intertidale
Zone littorale comprise entre les limites extrêmes de la marée haute
et de la marée basse.
Zone riveraine
Zone attenante à un cours d'eau qui contient des éléments
d'écosystèmes aquatiques et terrestres.
16
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
1.0 Introduction
1.1 But et objectifs
Le MGE indique les méthodes utilisées par le MDTNB pour planifier, concevoir,
construire, exploiter, entretenir et remettre en état les installations routières (chaussées
et structures) de façon à limiter au minimum les effets sur l'environnement,
conformément aux règlements environnementaux fédéraux et provinciaux applicables
au Nouveau-Brunswick.
La stratégie du MDTNB en matière de développement durable sur le plan
environnemental est axée sur une méthode proactive en matière de protection
environnementale :
•
•
•
la priorité est accordée à l'évitement des zones pouvant susciter des
préoccupations pour l'environnement et par conséquent à l'évitement des risques
d'impact;
si les zones de préoccupation environnementale ne peuvent pas être évitées,
des mesures d'atténuation adéquates sont précisées afin de prévenir les effets
négatifs importants;
une compensation est assurée dans des cas uniques, s'il est déterminé que les
travaux auront des effets néfastes importants sur l'environnement.
Le MGE fournit :
•
•
•
de la documentation sur les préoccupations environnementales et les mesures
de protection appropriées relativement aux activités;
des lignes directrices pour le personnel concernant les méthodes à adopter afin
de protéger l'environnement et limiter au minimum les effets néfastes sur
l'environnement;
un document de référence pour la mise en place des mesures de protection de
l'environnement.
Plus précisément, les objectifs du MGE sont les suivants :
•
•
•
•
fournir des lignes directrices pour la protection de l'environnement;
faciliter l'acquisition des agréments et des permis exigés en vertu des divers lois
et règlements, et veiller à ce que les conditions normales du permis soient
incluses comme modalités normalisées d'exploitation et de construction;
expliquer les normes de l'environnement au personnel du MDTNB et aux autres
utilisateurs du document et indiquer comment ces normes doivent être
respectées;
fournir aux organismes de réglementation, aux entrepreneurs et au public une
description de l'approche adoptée par le MDTNB pour la planification, la
conception, la construction et l'EER des routes; et
17
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
veiller à ce que les normes de l'environnement soient pratiques et réalistes,
compte tenu des méthodes de planification, de conception, de construction et
d'EER qui doivent être appliquées.
Toutefois, le MGE ne peut pas couvrir en détail toutes les situations pouvant surgir. Des
plans ou des mesures de protection de l'environnement propres au site sont également
élaborés en consultation avec les organismes ou les ministères provinciaux et fédéraux
appropriés.
Le personnel sur le terrain du MDTNB et les autres utilisateurs doivent faire preuve de
jugement et prendre de bonnes décisions pour assurer une protection environnementale
adéquate tout au long des phases de planification, de conception, de construction et
d'EER. Le MGE donne des renseignements et des lignes directrices servant à la prise
des décisions.
Le présent MGE remplace le Plan de protection de l'environnement publié en mai 1998
et le Guide environnemental publié en août 1998.
1.2 Organisation
Le MGE est disposé comme suit :
Section 1 – Introduction
Section 2 – Processus d'approbation environnementale
Section 3 – Planification
Section 4 – Conception
Section 5 – Construction et EER
Section 6 – Références
Annexes
1.3 Liens avec d'autres engagements et
documents ayant trait à l'environnement
Le présent MGE fournit des mesures générales de protection de l'environnement à
mettre en œuvre pour tous les projets du MDTNB. Voici d'autres mesures de protection :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
18
les normes en matière de protection de l'environnement pour l'industrie du
transport;
les lois, règlements, directives, politiques et permis fédéraux et provinciaux;
l'expérience professionnelle du personnel du MDTNB;
le manuel d'entretien des ponts du MDTNB;
le manuel de gestion de l'entretien des routes du MDTNB;
le Plan de gestion des sels de voirie du MDTNB (ébauche);
les plans de gestion environnementale propres aux projets (le cas échéant);
les plans de protection de l'environnement propres aux sites (le cas échéant);
tout autre document interne du MDTNB.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
2.0 Lois, politiques, procédures et directives
environnementales
Le processus d'approbation environnementale commence à la phase initiale d'un projet
et se poursuit tout au long de la planification, de la conception, de la construction, de
l'exploitation, de l'entretien et de la remise en état (EER) du projet. Pour mener à bien un
tel processus tout en garantissant un niveau élevé de protection environnementale, il
convient de posséder une bonne connaissance des lois et des politiques
environnementales régissant le processus.
Au MDTNB, la Direction de la planification et de la gestion des terrains (DPGT) et la
Direction du tracé des routes sont toutes les deux engagées dans des activités
d'évaluation environnementale. En outre, elles mettent régulièrement au point des
mesures de protection de l'environnement en consultation avec la Direction de la
construction et la Direction de l'entretien et de la circulation. La DPGT, la Direction du
tracé des routes, la Direction de la construction et la Direction de l'entretien et de la
circulation (E&C) sont toutes les quatre engagées dans le processus d'approbation.
La section suivante présente les éléments des lois, des politiques, des procédures et
des directives fédérales et provinciales qui s'appliquent à la construction, à la conception
ainsi qu'à l'EER des chaussées et des structures. Elle fournit une indication sur les
activités ayant une incidence sur l'environnement qui peuvent être réglementées.
Des exigences environnementales, telles que les mesures d'atténuation, la surveillance,
etc., sont déterminées pendant le processus d'évaluation des effets environnementaux
qui est effectué conformément à la Loi sur l'assainissement de l'environnement du
Nouveau-Brunswick ou à la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale lors des
phases de planification et de conception des projets. Ces exigences environnementales
sont ensuite appliquées durant les phases de construction et d'EER.
2.1 Lois et politiques environnementales
2.1.1 Lois et règlements fédéraux
Au Nouveau-Brunswick, la gestion et la protection de l'environnement relèvent
principalement de la responsabilité du gouvernement provincial. Toutefois, les lois
fédérales s’appliquent à chaque fois qu’une autorité fédérale a une responsabilité
décisionnelle bien précise par rapport à un projet, que l’on désigne aussi à l’aide de
l’expression « élément déclencheur » dans le cas d’une évaluation environnementale.
Plus particulièrement, cela s’applique quand une autorité fédérale :
•
•
•
propose un projet;
accorde une aide financière à un promoteur pour l’aider à réaliser un
projet;
autorise la cession par vente ou bail, ou transfère l’administration et le
contrôle du territoire domanial, en vue de la mise en œuvre d’un projet;
19
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
délivre une licence, une autorisation ou un permis cités dans le
Règlement sur les dispositions législatives et réglementaires désignées
en vue de permettre la mise en œuvre d’un projet.
Au Nouveau-Brunswick, le financement et les permis fédéraux constituent les éléments
déclencheurs les plus courants pour les projets de construction routière.
Les lois et règlements applicables sont résumés dans le tableau 2.1.
Tableau 2.1 – Lois, politiques, directives et règlements fédéraux
Lois, politiques, directives et règlements fédéraux
Relève de
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale
Agence canadienne
d'évaluation
environnementale
Site Web
http://laws.justice.gc.ca/fra/C-15.2/index.html
Loi canadienne sur la protection de l'environnement
Site Web
http://www.ec.gc.ca/registrelcpe/the_act/default.cfm
Loi sur les espèces sauvages au Canada
Site Web
Environnement Canada
Environnement Canada
http://laws.justice.gc.ca/fra/W-9/index.html
Code de pratique pour la gestion environnementale des sels
de voirie
Site Web http://www.ec.gc.ca/nopp/roadsalt/cop/fr/rs_main.htm
Environnement Canada
Politique fédérale sur la conservation des terres humides
http://www.qc.ec.gc.ca/faune/atlasterreshumides/html/
Site Web
programmes_politique_f.html
Environnement Canada
Loi sur les pêches
Site Web
http://laws.justice.gc.ca/fra/F-14/index.html
Loi sur les Indiens
Site Web
20
Ministère des Affaires
indiennes et du Nord
canadien
http://laws.justice.gc.ca/fra/I-5/index.html
Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs
Site Web
MPO/
Environnement Canada
http://laws.justice.gc.ca/fra/M-7.01/index.html
Environnement Canada
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Loi sur la protection des eaux navigables
Site Web
http://laws.justice.gc.ca/fra/N-22/index.html
Loi sur les espèces en péril
Site Web
Transports Canada
MPO/
Environnement Canada/
Parcs Canada
http://www.sararegistry.gc.ca/approach/act/default_f.cf
m
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale
La LCEE relève de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale (Agence CEE).
La LCEE a été élaborée afin d'assurer un équilibre entre les facteurs environnementaux
et les facteurs socioéconomiques lors de la prise de décisions concernant des projets.
Les objectifs principaux de la LCEE sont les suivants :
•
•
•
•
minimiser ou éviter les effets environnementaux avant qu'ils ne surviennent;
prendre en compte les facteurs environnementaux dans le processus de prise de
décisions;
offrir au public la possibilité de participer;
promouvoir le développement durable.
Loi canadienne sur la protection de l'environnement
La Loi canadienne sur la protection de l'environnement (LCPE) relève
d'Environnement Canada et de Santé Canada et est une composante importante de la
législation environnementale fédérale au Canada. La LCPE a pour objectif de prévenir la
pollution, de protéger l'environnement et la santé humaine et de promouvoir le
développement durable. La LCPE comprend des règlements dont le but est de contrôler
le rejet d'émissions et d'effluents toxiques dans l'environnement (y compris les produits
pétroliers et les sels de voirie), ainsi que le transport, le stockage, l'utilisation et
l'élimination des substances toxiques.
La LCPE comprend également le Règlement sur l'immersion en mer qui relève
d'Environnement Canada.
Loi sur les espèces sauvages au Canada
La Loi sur les espèces sauvages au Canada permet au ministre de l'Environnement
fédéral d'acquérir des terrains à des fins de recherche, de conservation et
d'interprétation des espèces sauvages, et de prendre les mesures jugées nécessaires à
la protection de toute espèce sauvage en voie de disparition. Cette loi s'applique à tous
les territoires domaniaux, aux eaux se trouvant sur ces territoires ou les traversant, aux
ressources naturelles sur le territoire et aux eaux intérieures du Canada. Elle contient
également des dispositions relatives à la protection des espèces en voie de disparition.
Les terres protégées par la Loi sur les espèces sauvages au Canada sont concernées
par le Règlement sur les réserves d'espèces sauvages (interdictions spécifiques visant à
21
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
leur protection) susceptible de limiter ou d'interdire l'aménagement de routes. Dans la
mesure du possible, ces terres doivent être évitées.
Code de pratique pour la gestion environnementale des sels de voirie
En 2004, Environnement Canada a publié le Code de pratique pour la gestion
environnementale des sels de voirie (EC 2004, le « Code de pratique »). Le Code de
pratique a été développé en majeure partie à la suite des effets environnementaux
causés par une augmentation des concentrations de chlorure sur l'environnement
naturel. Étant donné que l'interdiction complète des sels de voirie aurait un effet néfaste
sur la sécurité humaine, l'objectif de la gestion des risques présentés par ces sels est de
mettre en place des mesures visant à optimiser les pratiques d'EER des routes en hiver,
tout en limitant l'utilisation des sels de voirie, en particulier à proximité des « régions
vulnérables » (régions présentant un milieu récepteur particulièrement sensible aux sels
de voirie). Selon Environnement Canada, l'élaboration et l'amélioration des plans de
gestion des sels de voirie représentent le meilleur moyen d'atténuation des effets
environnementaux potentiels.
Le MDTNB a préparé une ébauche d'un plan de gestion des sels de voirie dans lequel il
s'engage à optimiser l'utilisation des sels de voirie au Nouveau-Brunswick grâce à
l'utilisation d'une nouvelle technologie présentant une efficacité opérationnelle améliorée
et à la mise en œuvre de meilleures pratiques de gestion.
Politique fédérale sur la conservation des terres humides
Bien que la Politique fédérale sur la conservation des terres humides
(Environnement Canada, 1991) ne constitue pas une loi à proprement parler, elle inclut
des objectifs, des principes et des stratégies qui font partie intégrante des mandats
fédéraux existants. Cette politique relève du Service canadien de la faune, qui fait partie
d'Environnement Canada. Elle a pour objectif de « favoriser la conservation des terres
humides du Canada en vue du maintien de leurs fonctions écologiques et
socioéconomiques, pour le présent et l'avenir ». La réalisation de cet objectif général
passe par celle d'objectifs plus spécifiques, tels que l'utilisation des terres humides de
façon à garantir une utilisation productive et durable par les générations futures, ainsi
que par l'absence de perte nette des fonctions des terres humides sur tous les territoires
domaniaux, l'ensemble des eaux ou toute autre terre pour laquelle une évaluation
environnementale est requise en vertu de la LCEE. Dans la pratique, tout projet
nécessitant un enregistrement provincial en vue d'une étude d'impact sur
l'environnement ou un permis provincial de modification d'un cours d'eau ou d'une terre
humide afin de permettre des travaux sur des terres humides ou à proximité de celles-ci
doit être conforme à la Politique fédérale sur la conservation des terres humides.
L'expression « fonctions des terres humides » est définie comme suit dans la Politique
fédérale sur la conservation des terres humides (Environnement Canada, 1991) :
« ...les processus naturels, les avantages et les valeurs associés aux
écosystèmes des terres humides, notamment la production de ressources
renouvelables (comme la tourbe, les cultures, le riz sauvage et les produits
forestiers des tourbières), l'habitat du poisson et des autres espèces fauniques,
22
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
le stockage de carbone organique, l'approvisionnement en eau et l'épuration de
celle-ci, (alimentation des eaux souterraines, protection contre les inondations,
régularisation des débits, protection contre l'affouillement des rives), la
conservation des sols et des eaux et les possibilités touristiques, culturelles,
récréatives, éducatives, scientifiques et esthétiques. »
Loi sur les pêches
Bien que la Loi sur les pêches relève principalement du MPO, l'article 36 de la Loi sur
les pêches, qui traite des substances nocives, relève d'Environnement Canada.
La Loi sur les pêches interdit le dépôt (comme le déchargement direct, l'immersion,
l'écoulement, le déversement) de substances nocives dans les eaux où vivent des
poissons ou d'autres animaux marins. Cela inclut les lacs, les rivières, les océans ainsi
que les collecteurs d'eaux pluviales se déversant dans des cours d'eau. Les substances
nocives les plus courantes dans les projets d'aménagement de routes sont les produits
pétroliers (p. ex. essence, diesel et huile hydraulique) et les sédiments en suspension.
La Loi sur les pêches interdit également la détérioration, la destruction ou la perturbation
possibles de l’habitat du poisson, la destruction de poissons par tout autre moyen que la
pêche (y compris la mortalité accidentelle causée par le dynamitage) ainsi que
l'empêchement de la migration des poissons.
La Loi sur les pêches contient six articles en vertu desquels les exigences en matière
d'autorisation constituent des éléments déclencheurs selon la LCEE, dont seul le
paragraphe 35(2) s'applique à l'aménagement des routes. En vertu du paragraphe 35(2)
de la Loi sur les pêches, il est interdit d'exploiter des ouvrages ou entreprises entraînant
la détérioration, la destruction ou la perturbation de l'habitat du poisson sans
l'autorisation du ministre du MPO. En pratique, au Nouveau-Brunswick, une autorisation
en vertu du paragraphe 35(2) (également appelée Demande d'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson ou « autorisation de DDPP » aux
termes de la Loi sur les pêches) est requise pour toute installation de ponceau ou de
structure dans des cours d'eau contenant des poissons. La mise en place de mesures
de compensation pour l’habitat du poisson constitue une condition standard des
autorisations accordées en vertu de la Loi sur les pêches pour les ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson. La quantité et la qualité des mesures requises
est généralement fonction des cours d'eau.
Loi sur les Indiens
La Loi sur les Indiens relève du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien.
Cette loi vise à protéger le territoire propre aux Indiens et à interdire l'intrusion sans
autorisation sur les terres de réserve de personnes non autochtones, ainsi que le
prélèvement sans autorisation de ressources, dont des matières végétales et
géologiques.
La Loi sur les Indiens contient trois articles en vertu desquels les exigences en matière
d'autorisation ou de permis constituent des éléments déclencheurs selon la LCEE, dont
seul le paragraphe 28(2) s'applique à l'aménagement des routes. Le paragraphe 28(2)
donne l'autorisation à une personne non autochtone d'occuper ou d'utiliser une terre de
23
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
réserve. Par conséquent, une évaluation environnementale en vertu de la LCEE est
requise pour tous les travaux effectués sur des terres de réserve.
Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs
La Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs (LCOM) est une loi
internationale visant à protéger les oiseaux migrateurs du Canada et des États-Unis
contre un prélèvement inconsidéré et la destruction. La LCOM relève
d'Environnement Canada (au Canada) et interdit la perturbation, la destruction,
l'enlèvement ou la possession d'un oiseau migrateur, d'un nid, d'un œuf ou d'un nichoir
d'un oiseau migrateur. En outre, cette loi stipule qu'il est interdit de déposer ou de
permettre que soient déposés du pétrole, des résidus de pétrole ou d'autres substances
nocives pour les oiseaux migrateurs dans des eaux ou une région (comme des terres
humides) fréquentées par ces oiseaux. Présentement, aucune autorisation ni aucun
permis ne sont délivrés pour des projets d'aménagement de routes dans le cadre de la
LCOM. La LCOM est également liée à la LEP en ce qui concerne la protection des
habitats essentiels tels que définis dans la LEP.
Le Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs détermine les refuges établis en
vertu de la LCOM.
Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs
Le Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs, pris en vertu de la Loi sur la
Convention concernant les oiseaux migrateurs, relève d'Environnement Canada et
détermine les refuges établis au Nouveau-Brunswick et au Canada.
En vertu du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs, dans un refuge d'oiseaux
migrateurs, il est interdit :
•
•
•
•
•
de chasser des oiseaux migrateurs;
de déranger, de détruire ou de prendre des nids d’oiseaux migrateurs;
d'avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant, ou le cadavre, la peau,
le nid ou l’œuf d’un oiseau migrateur;
d'avoir en sa possession une arme à feu ou un engin de chasse; ou
de laisser son chien ou son chat circuler librement.
En outre, certaines activités spécifiques sont interdites à certaines périodes de l'année
dans divers refuges d'oiseaux migrateurs.
Le ministre peut délivrer des permis autorisant la possession et l'utilisation d'armes à
feu, ainsi que la possession d'oiseaux migrateurs, dans certaines parties de refuges
d'oiseaux migrateurs.
Loi sur la protection des eaux navigables
La Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) relève de Transports Canada. En
vertu de la LPEN, tout ouvrage dans des eaux navigables ou sur, sous, au-dessus ou à
24
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
travers celles-ci au Canada est interdit sans l'autorisation de Transports Canada. On
entend par ouvrage toute construction de pont, ponceau ou tunnel, l'immersion de
matériaux de remblai, la mise en place de fils aériens ou la construction de toute autre
structure pouvant entraver la navigation. De même, tout dépôt de substances pouvant
entraver la navigation est interdit dans les chenaux navigables.
La LPEN contient quatre articles en vertu desquels les exigences en matière
d'autorisation ou de permis constituent des éléments déclencheurs en vertu de la LCEE,
dont seul l'alinéa 5(1)a) s'applique à l'aménagement des routes. En vertu de
l'alinéa 5(1)a), il est interdit de construire ou de placer un ouvrage dans des eaux
navigables ou sur, sous, au-dessus ou à travers celles-ci à moins que l'ouvrage ainsi
que son emplacement et ses plans n'aient été approuvés par Transports Canada. Pour
amorcer ce processus, une demande en vertu de la LPEN doit être soumise à
Transports Canada. Cette demande doit inclure les plans de conception sur lesquels les
niveaux d'eau doivent être clairement indiqués. S'il s'agit d'un nouvel ouvrage, un
processus d'« approbation officielle » peut être requis. Ce processus est suivi lorsque
l'ouvrage risque de nuire considérablement à la navigation (tel que déterminé par les
agents de la Division de la protection des eaux navigables).
Loi sur les espèces en péril
La Loi sur les espèces en péril (LEP) fournit un cadre de travail pour la protection et le
rétablissement des espèces au Canada, où les espèces protégées comprennent des
mammifères, des oiseaux, des amphibiens, des reptiles, des poissons, des mollusques,
des lépidoptères (papillons nocturnes et diurnes) et des plantes. La LEP fournit une
protection légale aux espèces, sous-espèces et populations distinctes d'espèces
canadiennes répertoriées dans l'annexe 1 de la LEP sur les territoires domaniaux,
l'ensemble des eaux ou toute autre terre pour laquelle une évaluation environnementale
est requise en vertu de la LCEE. La LEP indique plusieurs interdictions, dont les trois
suivantes, qui s'appliquent aux projets d'aménagement de routes :
•
•
•
il est interdit de tuer un individu d’une espèce sauvage inscrite comme espèce
disparue du pays, en voie de disparition ou menacée, de lui nuire, de le harceler,
de le capturer ou de le prendre;
il est interdit d’endommager ou de détruire la résidence d’un ou de plusieurs
individus soit d’une espèce sauvage inscrite comme espèce en voie de
disparition ou menacée, soit d’une espèce sauvage inscrite comme espèce
disparue du pays;
il est interdit de détruire un élément de l’habitat essentiel d’une espèce sauvage
inscrite comme espèce en voie de disparition ou menacée — ou comme espèce
disparue du pays dont un programme de rétablissement a recommandé la
réinsertion à l’état sauvage au Canada.
En vertu de la LEP, l'évitement représente la mesure d'atténuation préconisée pour les
espèces protégées, leurs résidences et leur habitat essentiel. Si un projet risque de
nuire à un individu, à la résidence ou à l'habitat essentiel d'une espèce répertoriée dans
la LEP, l'autorité responsable (ci-dessous) doit envoyer un avis aux organismes
suivants, le cas échéant :
25
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
Pêches et Océans Canada (responsable des espèces aquatiques);
Environnement Canada (responsable des oiseaux migrateurs protégés par la Loi
sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs et de toutes les autres
espèces);
Parcs Canada (responsable de toutes les espèces se trouvant sur les terres
administrées par Parcs Canada).
Dans certains cas, lorsque l'évitement est impossible, des mesures d'atténuation ou de
compensation sont acceptables. La LEP comprend une disposition sur l'obtention d'un
permis autorisant la conduite d'activités nuisant aux espèces protégées, à leurs
résidences ou à leur habitat essentiel.
2.1.2 Lois et règlements provinciaux
La majorité des lois environnementales provinciales au Nouveau-Brunswick sont
administrées par le ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick (MENB). Les
autres organismes de réglementation comprennent le ministère des Ressources
naturelles du Nouveau-Brunswick (MRNNB), le ministère de l'Énergie (ME) du NouveauBrunswick, le ministère de la Santé (MS) et le ministère du Mieux-être, de la Culture et
du Sport du Nouveau-Brunswick (MMECSNB). En outre, certains processus
d'autorisation peuvent nécessiter la participation de plus d'un organisme de
réglementation. Par exemple, les demandes de permis émises dans le cadre du
Règlement sur la modification des cours d’eau et des terres humides sont généralement
examinées par le MENB, le MRNNB et Pêches et Océans Canada (MPO).
Chaque loi provinciale renferme des règlements, dont certains requièrent l'obtention de
permis ou d'autorisations avant la réalisation de tout ouvrage lié à l'aménagement de
routes. Les lois, politiques, directives et règlements applicables sont résumés dans le
tableau 2.2.
Tableau 2.2 – Lois, politiques, directives et règlements provinciaux du NouveauBrunswick
Lois, politiques, directives et règlements provinciaux
Lignes directrices préliminaires pour l'atténuation sur les terres
humides
Site Web
Loi sur les compagnies de cimetière
Site Web
26
Environnement
Environnement
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/c-06.htm
Règlement sur la qualité de l'air
Site Web
Santé
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/c-05-2.htm
Loi sur l'assainissement de l'environnement
Site Web
MRN
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/c-01.htm
Loi sur l'assainissement de l'air
Site Web
Relève de
http://www.gnb.ca/0062/regl/97-133.htm
Environnement
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Lois, politiques, directives et règlements provinciaux
Relève de
Règlement sur la qualité de l'eau
Environnement
Site Web http://www.gnb.ca/0062/regl/82-126.htm
Règlement sur le stockage et la manutention des produits
pétroliers
Site Web http://www.gnb.ca/0062/regl/87-97.htm
Environnement
Loi sur l'assainissement de l'eau
Environnement
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/c-06-1.htm
Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage
Site Web
Environnement
http://www.gnb.ca/0062/PDF-regs/2000-47.pdf
Règlement sur les puits d'eau
Environnement
Site Web http://www.gnb.ca/0062/PDF-regs/90-79.pdf
Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l'obturer) des
puits d'eau
Site Web http://www.gnb.ca/0009/0002-f.pdf
Environnement
Règlement sur la classification des eaux
Environnement
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/PDF-regs/2002-13.pdf
Loi sur l'assainissement de l'eau (suite)
Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres
humides
Site Web http://www.gnb.ca/0062/regl/90-80.htm
Décret de désignation du secteur protégé de bassins
hydrographiques
Site Web http://www.gnb.ca/0062/regl/2001-83.htm
Politique de protection des zones côtières
Site Web
ENV/MPO/MRN
Environnement
Environnement
http://www.gnb.ca/0009/0371/0002/coastal-f.pdf
Règlement sur les études d'impact sur l'environnement
Site Web http://www.gnb.ca/0062/regl/87-83.htm
Environnement
Loi sur le poisson et la faune
MRN
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/f-14-1.htm
Règlement sur la prise d’animaux à fourrure
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/PDF-regs/84-124.pdf
Règlement sur le contrôle des animaux de la faune nuisibles
Site Web
MRN
http://www.gnb.ca/0062/PDF-regs/97-141.pdf
Loi sur les espèces menacées d'extinction
Site Web
MRN
MRN
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/e-09-101.htm
27
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Lois, politiques, directives et règlements provinciaux
Relève de
Loi sur les incendies de forêt du Nouveau-Brunswick
MRN
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/f-20.htm
Loi sur la protection des lieux historiques
Site Web
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/h-06.htm
Loi sur les parcs
Site Web
Environnement
http://www.gnb.ca/0062/PDF-acts/t-07-1.pdf
Politique de conservation des terres humides
Site Web
MRN
http://www.gnb.ca/0062/PDF-acts/q-01-1.pdf
Loi sur la protection de la couche arable
Site Web
MRN
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/p-19-01.htm
Loi sur l'exploitation des carrières
Site Web
Énergie
http://www.gnb.ca/0062/acts/lois/p-08-5.htm
Loi sur les zones naturelles protégées
Site Web
Tourisme et Parcs/MRN
http://www.gnb.ca/0062/PDF-acts/p-02-1.pdf
Loi sur les pipelines
Site Web
Ministère du Mieux-être,
de la Culture et du Sport
MRN/Environnement
http://www.gnb.ca/0078/publications/wetlands.pdf
Lignes directrices préliminaires pour l'atténuation sur les terres humides
Les Lignes directrices préliminaires pour l'atténuation sur les terres humides du
Nouveau-Brunswick (MRNNB, 2003) visent à « favoriser le débat portant sur les
principes d'atténuation sur les terres humides au Nouveau-Brunswick afin de soutenir
l'objectif d'absence de perte nette des fonctions des terres humides défini dans la
Politique de conservation des terres humides du Nouveau-Brunswick ». Bien que ces
lignes directrices n'aient pas été approuvées par la province, elles sont actuellement
utilisées en partie par les organismes de réglementation pour la mise au point de plans
de compensation. Elles recommandent que la stratégie générale d'atténuation visant à
protéger les terres humides consiste en l'évitement, suivi de la réduction des impacts sur
l'environnement puis de la compensation physique. Ces lignes directives fournissent des
rapports généraux pour différents modes de compensation. La mise en place d'un
habitat similaire constitue le mode de compensation privilégié, avec une préférence pour
la restauration des terres humides existantes. Actuellement, les compensations
financières ne sont pas acceptées.
Loi sur les compagnies de cimetière
La Loi sur les compagnies de cimetière relève du ministère de la Santé du NouveauBrunswick. En vertu de cette loi, un cimetière (public ou privé) ne peut subir de
modifications sans l'approbation du ministère de la Santé. Nul n'est autorisé à déplacer
28
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
une tombe, un monument ou tout élément d'une concession de terrain. Cette loi
comprend de nombreuses interdictions, notamment :
•
•
•
•
la destruction des arbres, des arbustes et des plantes;
les nuisances;
la profanation d'une tombe, d'un monument, d'une pierre tombale ou de tout
autre élément d'un cimetière; ou
la destruction de toute clôture ou barrière érigée pour la protection du cimetière.
Loi sur l'assainissement de l'air
La Loi sur l'assainissement de l'air, et ses règlements, constitue le texte législatif de
référence en matière de protection de la qualité de l'air au Nouveau-Brunswick. Elle vise
à contrôler les émissions pouvant nuire à la qualité de l'air et stipule, qu'en l'absence de
l'autorité ou de la permission nécessaire, aucune personne ne peut causer ou permettre
d'émissions atmosphériques capables d'endommager des biens, de gêner de manière
importante la marche normale des affaires ou de nuire de manière importante à la
jouissance normale des biens.
Les types d'activités potentiellement réglementés par cette loi concernent les activités
générant de la fumée ou de la poussière.
Loi sur l'assainissement de l'environnement
La Loi sur l'assainissement de l'environnement constitue le texte législatif de référence
en matière de protection de la qualité de l'environnement au Nouveau-Brunswick. Cette
loi stipule que nul ne peut directement ou indirectement déverser, émettre, abandonner,
déposer ou jeter un polluant ou des déchets dans l'environnement en un lieu où ils
risquent de :
•
•
•
•
•
•
affecter les caractéristiques naturelles ou la composition de l'environnement
(physiques, chimiques ou biologiques);
compromettre la santé, la sécurité ou le confort d’une personne;
compromettre la santé de la vie animale;
endommager les biens;
endommager la vie végétale; ou
gêner la visibilité, la marche normale des affaires ou la jouissance normale de la
vie ou des biens.
Plusieurs règlements pris en vertu de la présente loi peuvent s'appliquer à la
construction routière et aux activités d'exploitation, d'entretien et de remise en état,
notamment :
•
•
Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers
Règlement sur la qualité de l'eau
29
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Règlement sur la qualité de l'air
Le Règlement sur la qualité de l'air, pris en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'air
du Nouveau-Brunswick, relève du MENB et stipule que :
Nul ne peut, sans autorisation, causer ou permettre d'émissions atmosphériques
capables de nuire de manière importante à la jouissance normale des biens, de
gêner de manière importante la marche normale des affaires ou d'endommager
des biens.
Les activités potentiellement régies par le Règlement sur la qualité de l'air concernent
l'incinération des débris et des rémanents forestiers, ainsi que les activités de
construction routière engendrant des émissions atmosphériques (p. ex. échappement ou
poussières). Bien que le MDTNB doive se conformer au Règlement sur la qualité de l'air
pour l'ensemble des activités de construction, aucune autorisation n'est normalement
requise pour ces activités à l'exception de l'incinération, qui n'est toutefois pas
recommandée par le MDTNB.
Règlement sur la qualité de l'eau
Le Règlement sur la qualité de l'eau du Nouveau-Brunswick, pris en vertu de la Loi sur
l'assainissement de l'environnement, relève du MENB et vise à protéger l'eau au
Nouveau-Brunswick, notamment : les eaux côtières, souterraines, courantes, stagnantes
et de surface, ainsi que la glace. En vertu du Règlement sur la qualité de l'eau, il est
interdit d'émettre, de déverser, de déposer, d'abandonner ou de jeter un polluant, ou de
construire, de modifier ou d'exploiter une source de pollution dans une source d'eau ou
à proximité de celle-ci, sans autorisation. Les polluants potentiels associés aux projets
d'aménagement de routes incluent les solides, les liquides, la chaleur, les sons et les
vibrations ou toute combinaison de ceux-ci. Bien que le MDTNB doive se conformer au
Règlement sur la qualité de l'eau pour l'ensemble des activités de construction et d'EER,
aucune autorisation n'est normalement requise pour ces activités en vertu de ce
règlement.
Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers
Le Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers, pris en vertu de
la Loi sur l'assainissement de l'environnement du Nouveau-Brunswick, relève du MENB.
Les activités réglementées comprennent le transport et la manutention des produits
pétroliers, l'utilisation des appareils de distribution, la prévention des déversements et
les mesures prises en cas de déversement ainsi que la conception et la construction de
réservoirs de stockage de produits pétroliers. Les réservoirs de stockage dont la
capacité totale dépasse 2 000 L doivent être enregistrés et autorisés en vertu de ce
règlement.
Loi sur l'assainissement de l'eau
La Loi sur l'assainissement de l'eau concerne toutes les activités touchant les eaux de
surface et les eaux souterraines, notamment toute activité ayant lieu à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide. En vertu de cette loi, le terme « eau »
30
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
comprend les eaux courantes ou stagnantes situées à la surface du sol ou sous la
surface du sol et la glace sur toute eau réceptrice.
Cette loi stipule que l'obtention d'un permis provincial de modification d'un cours d'eau
ou d'une terre humide est requise avant d'entreprendre ou d'entamer un projet qui
modifie ou détourne tout ou partie d'un cours d'eau ou d'une terre humide. Les types
d'activités potentiellement réglementées par cette loi comprennent toutes les structures
construites dans, sur ou autour des cours d'eau et des terres humides, ainsi que toute
activité pouvant engendrer le dépôt direct ou indirect de substances dans des eaux
souterraines ou de surface.
Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage
Au Nouveau-Brunswick, plus de 150 000 personnes bénéficient d'eau potable issue des
champs de captage municipaux protégés par le Décret de désignation du secteur
protégé du champ de captage du Nouveau-Brunswick, qui constitue un règlement pris
en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau. Le Décret de désignation du secteur
protégé du champ de captage relève de la Direction du développement durable, de la
planification et de l'évaluation des impacts du MENB. Les champs de captage peuvent
être pollués par des substances chimiques ou des bactéries suintant dans les eaux
souterraines. Les polluants potentiels associés à la construction et à l'exploitation des
routes comprennent les produits pétroliers, la peinture, les sels de voirie et les engrais.
La pollution peut résulter d'un stockage, d'une utilisation ou d'une élimination
inappropriés de ces polluants, ou être liée à un accident. Les activités de dynamitage
peuvent également avoir des répercussions sur les champs de captage.
Le Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage répartit les champs
de captage protégés en trois zones d'après la probabilité et la conséquence d'une
pollution selon la distance, par rapport aux champs de captage, des activités réalisées
dans le cadre de projets, ainsi que de la nature de l'écoulement souterrain. À cet égard,
les dimensions et la forme de ces zones sont propres à chaque champ de captage. Une
carte des zones relatives à chaque champ de captage protégé est fournie avec le Décret
de désignation du secteur protégé du champ de captage qui peut être obtenu auprès du
MENB.
Différentes interdictions s'appliquent au sein de chaque zone. L'aménagement de routes
est généralement autorisé dans les zones B et C, dans certaines conditions.
L'aménagement de routes dans la zone A nécessite une dérogation en vertu de la
Loi sur l'assainissement de l'eau. Le stockage (provisoire ou permanent) de produits
pétroliers et de sels de voirie n'est pas autorisé dans ces zones. Des amendes
importantes sont imposées à ceux qui ne respectent pas le Décret de désignation du
secteur protégé du champ de captage; néanmoins, des dérogations aux interdictions
peuvent être octroyées dans certaines conditions.
Règlement sur les puits d'eau
Le Règlement sur les puits d'eau, pris en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau,
relève du MENB.
31
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Des milliers de familles néo-brunswickoises habitant dans les petites villes et les zones
rurales obtiennent leur eau potable de puits individuels. Des substances naturelles et
artificielles peuvent influencer la qualité de l'eau des réservoirs aquifères. Il importe de
choisir l'emplacement du puits de façon à réduire le risque des effets d'autres
caractéristiques du site telles que les routes et les installations de fosses septiques. Le
Règlement sur les puits d'eau du Nouveau-Brunswick précise les distances entre
l'emplacement d'un puits et les ouvrages et les sources de polluants possibles.
La Loi sur l'assainissement de l'eau du Nouveau-Brunswick exige que tous les nouveaux
puits, le creusage des puits actuels et l'abandon des puits soient effectués par un
entrepreneur de forage de puits du Nouveau-Brunswick et un foreur de puits titulaire
d'un permis.
Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l’obturer) des puits d’eau
Les Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l’obturer) des puits d’eau
contiennent des conseils pour la désaffectation des puits forés à la sondeuse, creusés
et/ou de surveillance. L'article 27 du Règlement sur les puits d'eau stipule ce qui suit :
« Le propriétaire d’un puits non utilisé dont le maintien en existence pourrait constituer
un risque pour la santé ou serait susceptible de permettre la pénétration d’un polluant
dans l’aquifère doit le combler et l’obturer selon une méthode agréée par le Ministre et
propre à empêcher le mouvement vertical de l’eau dans le puits. »
Toute personne morale ou physique chargée des opérations relatives au comblement et
à l'obturation des puits d'eau doit être un entrepreneur de forage de puits titulaire d'un
permis d'entrepreneur de forage de puits valide au Nouveau-Brunswick.
Règlement sur la classification des eaux
Le Règlement sur la classification des eaux, pris en vertu de la Loi sur l'assainissement
de l'eau, relève du MENB. La classification des eaux vise à définir des objectifs en
matière de qualité des eaux de surface et à promouvoir la gestion des bassins
hydrographiques comme mode de gestion de l'eau. Le Règlement sur la classification
des eaux définit des classes de qualité des eaux, et les normes de qualité des eaux
connexes, et présente les exigences et les processus administratifs liés à la
classification des eaux. La classification des eaux répartit les eaux des lacs et de tout ou
partie des rivières en catégories et en classes, et ce, en fonction d'objectifs définis en
matière de qualité des eaux. Chaque classe est ensuite gérée conformément à l'objectif.
Ces objectifs associés à une catégorie précise sont définis en fonction des utilisations
prévues des eaux, ainsi que de la quantité et de la qualité des eaux nécessaires à la
protection des utilisations prévues.
La classification est la suivante :
•
•
32
Eaux naturelles exceptionnelles : eaux de qualité à l'état naturel et ayant été peu
altérées par les activités humaines.
Catégorie AP : eaux des bassins hydrographiques désignés comme bassins
d'approvisionnement en eau potable municipaux en vertu du Décret de
désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
Catégorie AL : cette catégorie renferme automatiquement tous les lacs non
répertoriés sous les catégories AP et Eaux naturelles exceptionnelles. Les lacs
sont connus pour être des systèmes très sensibles qui doivent être gérés
différemment des rivières et des cours d'eau.
Catégories A, B et C : ces catégories renferment les rivières et autres cours
d'eau non répertoriés dans les catégories susmentionnées.
Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres humides
Le Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres humides du
Nouveau-Brunswick, pris en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau, relève du
MENB. Son objectif est de protéger les cours d'eau, les rivières, les terres humides et
les lacs contre toute modification résultant de travaux ou d'activités de perturbation des
sols à proximité de la zone. La Loi sur l'assainissement de l'eau s'applique à l'ensemble
des cours d'eau douce. En vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau, le terme
« modification » désigne, dans le cas d’un cours d’eau ou d’une terre humide, tout
changement de nature provisoire ou définitive, apporté à ce cours d’eau ou à cette terre
humide ou à son débit ou à proximité de ce cours d’eau ou cette terre humide et
comprend :
•
•
•
•
•
•
•
•
les réparations, modifications ou suppressions de constructions existant sur le
cours d’eau ou la terre humide;
le fonctionnement de machines sur le lit d’un cours d’eau ou d'une terre humide
ailleurs qu’à un endroit reconnu comme passage à gué;
le fonctionnement de machines dans ou sur un cours d'eau ou une terre humide;
le dépôt ou l’enlèvement de matières dans un cours d’eau ou dans une terre
humide ou à moins de 30 mètres d’une terre humide ou d’un cours d’eau;
toute perturbation du sol à moins de 30 mètres d’une terre humide ou de la rive
d’un cours d’eau, à l’exception des activités agricoles qui surviennent à plus de
cinq mètres d’une terre humide ou de la rive d’un cours d’eau;
l’enlèvement ou la modification des barrages et huttes de castor, etc.;
l’enlèvement de la végétation sur le lit ou la rive d'un cours d'eau ou à moins de
30 mètres d'une terre humide ou de la rive d’un cours d’eau;
l’enlèvement de la végétation d’un cours d'eau ou d'une terre humide ou à moins
de 30 mètres d’un cours d'eau ou d'une terre humide, à l’exception des activités
agricoles, qui surviennent à plus de cinq mètres d’un cours d'eau ou d'une terre
humide.
La réalisation de toute activité susmentionnée requiert l'obtention, auprès du MENB,
d'un permis au titre du Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres
humides (souvent appelé « permis de modification d'un cours d'eau ou d'une terre
humide »). Un permis provisoire peut être délivré lorsque aucun renseignement n'est
requis du MPO ou du MRNNB, comme c'est le cas pour les activités géotechniques qui
respectent les conditions définies dans le permis provisoire. Dans tous les autres cas,
un permis standard est requis et contiendra probablement des conditions d'approbation
limitant les moyens et le temps pendant lequel les activités pourront être effectuées. Le
permis de modification d'un cours d'eau ou d'une terre humide nécessite des plans de
conception et des spécifications détaillés.
33
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Les cours d'eau qui correspondent à la définition technique des cours d'eau telle que
décrite dans la Loi sur l'assainissement de l'eau, mais qui ne figurent pas dans la
couche cartographique numérique de la base de données de cours d'eau du MRNNB ou
qui ne sont pas représentés sur les orthophotocartes en noir et blanc (à l'échelle de
1/10 000), ne nécessitent pas l'obtention d'un permis au titre du Règlement sur la
modification des cours d'eau et des terres humides. Toutefois, il convient d'aviser le
MENB de tous les travaux planifiés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau,
indépendamment de sa taille et de sa nature, afin que la dérogation soit valide.
Les Directives techniques relatives aux modifications de cours d’eau et de terres
humides (MENB, dernière version approuvée) fournissent des renseignements sur les
mesures d'atténuation standard devant être respectées le cas échéant.
Décret de désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques
Au Nouveau-Brunswick, plus de 300 000 personnes obtiennent leur eau potable de
bassins hydrographiques protégés par le Décret de désignation du secteur protégé de
bassins hydrographiques, qui constitue un règlement en vertu de la Loi sur
l'assainissement de l'eau. Le Décret de désignation du secteur protégé de bassins
hydrographiques relève de la Direction du développement durable, de la planification et
de l'évaluation des impacts du MENB. La pollution des bassins hydrographiques peut
résulter d'un stockage, d'une utilisation ou d'une élimination inappropriés de produits
pétroliers, de peinture, de sels de voirie et d'engrais, ou être liée à un accident. Les
polluants peuvent pénétrer dans un cours d'eau directement à partir d'une source
ponctuelle, telle qu'une conduite hydraulique percée d'un engin de chantier, ou
indirectement à partir de l'écoulement de surface des routes. En vertu de ce décret, les
sédiments sont également considérés comme des polluants.
Le Décret de désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques répartit les
bassins hydrographiques protégés selon les trois zones suivantes :
•
•
•
Zone A : le cours d’eau proprement dit
Zone B : une bande tampon de 75 m
Zone C : le reste du bassin hydrographique
Des cartes des zones de l'ensemble des bassins hydrographiques protégés sont
incluses dans le Décret de désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques.
Différentes interdictions s'appliquent au sein de chaque zone. La construction de routes
est généralement autorisée dans ces trois zones à condition d'obtenir une autorisation
en vertu du Règlement sur la modification des cours d'eau et des terres humides et de
respecter les spécifications définies dans le Décret de désignation du secteur protégé de
bassins hydrographiques. Ces spécifications concernent les fossés de dérivation, les
bassins de sédiments, les stabilisateurs d'enrochements, la largeur des accotements,
les plates-formes, les barres d'étanchéité, les emprunts, les fossés et les ponceaux. En
outre, elles sont spécifiées de façon à limiter l'érosion et la perturbation des sols. Le
Décret de désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques est disponible
auprès du MENB.
34
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Le stockage (temporaire ou permanent) de produits pétroliers et de sels de voirie n'est
pas autorisé dans les zones 1 et 2. Les nouveaux réservoirs de stockage de pétrole
peuvent être installés et exploités dans la zone 3 à condition que les activités
entreprises soient conformes au Règlement sur le stockage et la manutention des
produits pétroliers pris en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'environnement. Des
amendes importantes sont imposées à ceux qui ne respectent pas le Décret de
désignation du secteur protégé de bassins hydrographiques; néanmoins, des
dérogations aux interdictions peuvent être octroyées dans certaines conditions.
Politique de protection des zones côtières
La Politique de protection des zones côtières du Nouveau-Brunswick est supervisée par
la Direction du développement durable, de la planification et de l'évaluation des impacts
du MENB. Elle a été conçue selon les objectifs principaux suivants :
•
•
•
•
•
limiter les risques pour les humains provenant des ondes de tempête et des
inondations;
limiter la pollution des eaux côtières et des terres humides;
protéger l'arrière-pays des ondes de tempête;
conserver la faune et la flore côtières;
limiter les dépenses publiques nécessaires à la réparation des dommages
causés aux biens publics, tels que les routes et les ponts.
La Politique de protection des zones côtières répartit les zones côtières selon les trois
zones suivantes :
•
•
•
Zone A : la zone des caractéristiques des côtes
Zone B : une bande tampon de 30 mètres immédiatement du côté terre de la
zone A
Zone C : la zone de transition côtière
Des zones spécifiques ne sont pas fournies pour les côtes du Nouveau-Brunswick. La
détermination des zones pour une surface ou un projet donnés doit être réalisée par un
professionnel spécialiste des zones côtières agréé par la province. La liste actualisée
des professionnels spécialistes des zones côtières au Nouveau-Brunswick est
disponible auprès du MENB.
Il est indiqué dans la Politique de protection des zones côtières que les activités (p. ex.
le transport) qui doivent se dérouler dans ces zones peuvent bénéficier de dérogations
en vertu de cette loi à condition que des analyses appropriées soient réalisées.
L'annexe A de la Politique de protection des zones côtières contient la liste des types de
projets nécessitant un examen environnemental officiel en vertu du Règlement sur les
études d'impact sur l'environnement du Nouveau-Brunswick. Cette annexe contient
également la liste générale des mesures d'atténuation recommandées pour les projets
nécessitant un examen environnemental.
35
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Règlement sur les études d'impact sur l'environnement
Le Règlement sur les études d'impact sur l'environnement du Nouveau-Brunswick, pris
en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'environnement du Nouveau-Brunswick,
relève du MENB. Comme le stipule le document Étude d'impact environnemental au
Nouveau-Brunswick (NBENV, 2006a), une étude d'impact sur l'environnement (EIE)
est :
« Un processus qui, au tout début de la planification, cerne et évalue les
risques d’incidences environnementales découlant d’un projet prévu.
L’EIE établit les mesures qui peuvent être adoptées pour contrer les
effets environnementaux négatifs ou pour les réduire à des niveaux
acceptables au préalable. L’EIE représente donc une approche proactive
et préventive en matière de gestion et de protection environnementales. »
Loi sur le poisson et la faune
La Loi sur le poisson et la faune du Nouveau-Brunswick relève du MRNNB. En vertu du
paragraphe 34(4) de la Loi sur le poisson et la faune, « …le propriétaire ou l’occupant
d’une terre privée ou une personne qui aurait droit de détenir un permis délivré en vertu
de la présente loi ou des règlements et qui est désignée par un propriétaire ou un
occupant d’une terre privée peut, conformément aux règlements, chasser pendant une
journée quelconque et à toute heure, sauf pendant la nuit, ou piéger, prendre au collet,
enlever ou relocaliser pendant une journée quelconque et à toute heure tout animal de
la faune visé au paragraphe (5) qui se trouve sous ou sur cette terre privée ou
au-dessus de celle-ci, lorsque cela est nécessaire pour empêcher :
•
•
que des dommages ne soient causés à des biens privés; ou
que des blessures ne soient causées aux propriétaires de biens privés ou aux
propriétaires ou aux occupants d’une terre privée. »
Le paragraphe 34(5) de la Loi sur le poisson et la faune établit un certain nombre
d'animaux de la faune qui peuvent être chassés, piégés, pris au collet, enlevés ou
relocalisés, et ces animaux incluent les castors.
Règlement sur la prise d’animaux à fourrure
Le piégeage et l'enlèvement des castors requièrent un permis conformément au
Règlement sur la prise d’animaux à fourrure (84-124) pris en vertu de la Loi sur le
poisson et la faune. Le Règlement sur les réserves de la faune et sur les unités
d'aménagement de la faune indique les réserves de la faune et les unités
d'aménagement de la faune au Nouveau-Brunswick, ainsi que les activités interdites
dans ces zones.
Règlement sur le contrôle des animaux de la faune nuisibles (97-141)
Le Règlement sur le contrôle des animaux de la faune nuisibles, pris en vertu de la Loi
sur le poisson et la faune, relève du MRN. Ce règlement stipule que : « nul ne doit
exploiter un organisme de contrôle des animaux de la faune nuisibles, ou chasser,
piéger, prendre au collet, enlever ou relocaliser un animal de la faune nuisible à titre
36
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d’employé d’un organisme de contrôle des animaux de la faune, à moins d’être titulaire
d’un permis d’agent ». Il stipule également que : « le titulaire d’un permis d’agent doit
s’assurer que chaque piège ou collet tendu ou posé par le titulaire est vérifié au moins
une fois toutes les vingt-quatre heures après qu’il a été tendu ou posé et il doit s’assurer
que tout animal de la faune qui y est pris en est enlevé immédiatement ».
Loi sur les espèces menacées d'extinction
La Loi sur les espèces menacées d'extinction du Nouveau-Brunswick relève du MRNNB
et vise à protéger les espèces végétales et animales, ainsi que leur habitat, qui figurent
sur la liste des espèces menacées d'extinction. En vertu de la Loi sur les espèces
menacées d'extinction du Nouveau-Brunswick, nul ne peut :
•
•
•
•
intentionnellement ou sciemment tuer, blesser ou déranger tout ou partie d’un
membre d’une espèce menacée ou d’une espèce régionale menacée;
intentionnellement ou sciemment tenter de tuer, blesser ou déranger tout ou
partie d’un membre d’une espèce menacée ou d’une espèce régionale menacée;
intentionnellement ou sciemment détruire ou déranger le nid ou l’abri d’un
membre d’une espèce menacée de la faune ou d’une espèce régionale menacée
de la faune;
intentionnellement ou sciemment tenter de détruire ou déranger le nid ou l’abri
d’un membre d’une espèce menacée de la faune ou d’une espèce régionale
menacée de la faune.
Aucune dérogation ne sera accordée concernant ces interdictions. Par conséquent, les
espèces protégées et leur habitat essentiel devront être considérés comme une
contrainte lors de l'aménagement de routes.
Loi sur les incendies de forêt du Nouveau-Brunswick
La Loi sur les incendies de forêt du Nouveau-Brunswick relève du MRNNB et vise à
protéger les terres forestières situées à l'extérieur des limites municipales des cités et
des villes (à l'exception des terres agricoles) contre tout incendie qui pourrait survenir.
Pendant la saison des incendies de forêt (en été), un permis de brûlage est requis pour
tout feu en plein air prévu, à l'exception des feux de camp et de la plupart des petits feux
de broussailles prévus à l'extérieur des cités, des villes et de certains villages pour
lesquels il convient d'appeler la ligne d'information relative aux permis de brûlage
(1-866-458-8080) afin de déterminer si l'allumage de feux est autorisé dans le comté.
Lorsqu’une personne se trouve sur une terre forestière, elle doit s’abstenir :
•
•
de fumer en se déplaçant d’un endroit à un autre;
de jeter ou de laisser tomber une allumette enflammée, la cendre d’une pipe,
d’un cigare ou d’une cigarette, ou toute autre matière en ignition.
En vertu de la Loi sur les incendies de forêt du Nouveau-Brunswick, une personne qui
allume un feu ou en est responsable doit prendre toutes les précautions raisonnables
pour empêcher la propagation du feu et ne pas le laisser sans surveillance.
37
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Loi sur la protection des lieux historiques
La Loi sur la protection des lieux historiques du Nouveau-Brunswick relève du
MMECSNB et vise à protéger les ressources patrimoniales et archéologiques. En vertu
de la Loi sur la protection des lieux historiques, nul ne doit fouiller ni modifier en aucune
façon un lieu protégé ou en enlever ou en faire enlever un objet d’intérêt historique ou
anthropologique, à moins de détenir un permis. La Loi sur la protection des lieux
historiques ne s'applique pas aux sites non protégés. Par conséquent, aucun permis
n'est requis pour ces sites. Toutefois, une reconnaissance archéologique et patrimoniale
est généralement requise pour les projets d'aménagement de routes qui nécessitent une
autorisation en vertu du Règlement sur les études d'impact sur l'environnement du
Nouveau-Brunswick ou de la LCEE. Un mandat distinct est généralement délivré par le
MMECSNB pour la reconnaissance archéologique et patrimoniale dans le cas des
projets d'aménagement de routes à moyenne et à grande échelle.
Loi sur les parcs
La Loi sur les parcs relève de Tourisme et Parcs et du MRN. Cette loi régit l'utilisation et
la protection des parcs provinciaux au Nouveau-Brunswick. En particulier, elle stipule
que sans l'autorisation du ministre, nul ne peut, dans un parc provincial :
•
•
•
•
abattre, endommager ou enlever de plantes, d'arbustes, de fleurs ou d'arbres;
enlever tout artefact ou objet naturel, ou entreprendre des fouilles;
modifier, endommager ou détruire un lac, un cours d'eau ou une source; ou
enlever, endommager ou détériorer des biens réels ou personnels de la
Couronne.
En outre, nul n'est autorisé à jeter ou déposer des ordures ou des déchets dans un parc
provincial sauf dans un contenant à déchets ou un lieu désigné à cet effet.
Loi sur les pipelines
En vertu de la Loi sur les pipelines du Nouveau-Brunswick, toute personne qui se
propose d’entreprendre une perturbation du sol doit prendre toutes les précautions
raisonnablement nécessaires pour savoir si un pipeline existe dans le secteur où elle se
propose d’effectuer une perturbation du sol. Il incombe également à cette personne de
déterminer qui est le propriétaire ou l'exploitant de ce pipeline afin de l'aviser. Cette loi
contient également des plans de mesures d'urgence et d'intervention d'urgence.
Loi sur les zones naturelles protégées
La Loi sur les zones naturelles protégées du Nouveau-Brunswick relève du MRNNB et
vise à :
« Protéger la diversité biologique de la faune et de la flore à l’intérieur de la
province et les relations entre la faune et la flore et l’environnement en
protégeant, conservant et aménageant des terres (…) tout en offrant des
possibilités d’accès à ces terres ou à des parties de ces terres au public afin
38
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d’exercer des activités récréatives de plein air, des activités ayant des fins
éducatives et de la recherche scientifique ayant un impact minime sur
l’environnement. »
Cette loi définit les activités interdites dans les zones naturelles protégées établies. Lors
de la planification d'une nouvelle route, les zones naturelles protégées existantes
doivent être considérées comme une contrainte.
Loi sur l'exploitation des carrières
La Loi sur l'exploitation des carrières relève du MRN. Une « substance de carrière »
désigne les pierres ordinaires, de taille ou meulières, le sable, les graviers, la tourbe,
l’argile ou la terre. Cette loi s'applique à toutes les terres de la Couronne, ainsi qu'à toute
zone côtière désignée par le lieutenant-gouverneur en conseil.
En vertu de cette loi, nul ne doit enlever ni extraire des substances de carrière à moins
qu’il ne soit titulaire de permis d’exploitation de carrière.
Loi sur la protection de la couche arable
La Loi sur la protection de la couche arable relève du MRNNB. En vertu de cette loi, il
est interdit à quiconque d’enlever de la couche arable d’un endroit sans être titulaire d’un
permis.
Le ministre peut prendre un décret enjoignant à la personne de :
•
•
•
arrêter d’enlever de la couche arable d’un endroit ou de déplacer de la couche
arable d’une parcelle ou de permettre cet enlèvement ou ce déplacement;
o de façon permanente,
o pendant une période déterminée, ou
o dans les conditions indiquées dans le décret;
modifier le mode d’enlèvement de la couche arable d’un endroit; ou
effectuer la remise en état de l’endroit ou de la parcelle ou de prendre des
mesures correctrices relativement à l’endroit ou à la parcelle d’où la couche
arable est ou a été enlevée ou déplacée.
Politique de conservation des terres humides
La Politique de conservation des terres humides du Nouveau-Brunswick vise à protéger
les terres humides. L'objectif principal de cette politique est de prévenir la perte d'habitat
de terres humides d'importance provinciale et la moindre altération des fonctions de
toutes les autres terres humides (p. ex. terres humides d'une superficie de plus d’un
hectare non considérées comme ayant une importance provinciale et terres humides
d'une superficie de moins d’un hectare contiguës à un autre plan d'eau). Le MENB est
chargé de l'application de cette loi par le biais de règlements existants pris en vertu de la
Loi sur l'assainissement de l'eau et de la Loi sur l'assainissement de l'environnement du
Nouveau-Brunswick.
39
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
40
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
3.0 Planification des routes
Les projets routiers d'envergure sont assujettis à une phase de planification de grande
envergure au sein de la Direction de la planification et de la gestion des terrains avant
d'obtenir l’approbation du Ministère pour passer à la conception détaillée. La Direction
est responsable d'entreprendre les travaux d'évaluation environnementale pour ces
grands projets routiers.
Pendant la phase de planification, les contraintes et préoccupations environnementales
sont identifiées à l'aide des données disponibles, de la collecte de données, de la
consultation auprès des ministères et organismes provinciaux et fédéraux et des
séances d'information publique. Ces contraintes et préoccupations sont ensuite
abordées pendant la planification et la conception au moyen des mécanismes suivants
par ordre de priorité :
•
•
•
évitement de tout impact;
limitation au minimum ou atténuation de l'impact;
compensation des impacts.
La planification d'un corridor nouveau ou élargi s'effectue habituellement dans l'ordre
suivant :
•
•
•
•
•
•
identification du projet;
identification des contraintes;
autres possibilités du projet, choix du tracé et conception préliminaire;
approbation ministérielle;
consultation publique;
évaluation environnementale.
3.1 Identification du projet
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick (MDTNB) identifie habituellement
un projet grâce à des études de besoin, au développement économique, aux initiatives
gouvernementales, à l'opinion du public, etc. Une fois la zone du projet définie, la
cartographie foncière et topographique de base, les cartes environnementales et les
photographies aériennes disponibles propres au corridor planifié sont assemblées.
3.2 Identification des contraintes
Une fois la cartographie assemblée, il est possible de communiquer avec les ministères
et organismes provinciaux et fédéraux pour demander de l'information et cerner les
contraintes environnementales. Les ministères et organismes provinciaux comprennent
notamment le ministère de l'Agriculture et de l'Aquaculture, le ministère de
l'Environnement, le ministère des Pêches, le ministère des Gouvernements locaux, le
ministère des Ressources naturelles, le ministère du Tourisme et Parcs, le ministère du
Mieux-être, de la Culture et du Sport et Énergie NB. Les ministères fédéraux peuvent
41
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
comprendre, par exemple, Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et
Transports Canada.
On peut alors ajouter des contraintes environnementales et physiques à la cartographie
de base pour faciliter le choix des corridors et des tracés routiers plus étroits en vue
d'une analyse plus approfondie.
3.3 Autres possibilités du projet, choix du tracé
et conception préliminaire
Différents tracés sont proposés pour le corridor projeté. Les tracés sont comparés en
fonction de différentes contraintes avant le choix de l’option préférée.
Généralement, le tracé sélectionné limite l'impact sur les contraintes environnementales
définies tout en assurant un équilibre entre les facteurs socioéconomiques et les
facteurs d'ingénierie. Le but est d'arriver à un corridor routier recommandé à présenter
au public pour obtenir plus d'information et de rétroaction.
Les caractéristiques ou les contraintes prises en compte à ce stade comprennent entre
autres :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
terres agricoles;
secteurs de terrain abrupt;
cimetières;
vitesse de référence et classement de la route;
secteurs de protection de l'eau souterraine désignés (champs de captage);
bassins hydrographiques désignés;
coûts de construction;
zones écosensibles;
plaines inondables, y compris zones inondables désignées;
lieux historiques et patrimoniaux;
emplacement d'autres routes et de chemins de fer ou d'autres installations de
transport;
sentiers récréatifs;
aménagement résidentiel, institutionnel, commercial et industriel;
parcs provinciaux et nationaux;
roches sulfurées;
services publics, lignes électriques, lignes en fibres optiques, etc.;
cours d'eau;
plans d'eau classifiés;
terres humides.
D'autres contraintes peuvent également être identifiées pendant la reconnaissance sur
le terrain.
42
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
3.4 Approbation ministérielle
Le ou les tracés privilégiés sont examinés à fond par le comité des routes de grande
communication, qui est composé de personnel technique du district approprié et de la
Direction de la planification et de la gestion des terrains, de la Direction du tracé des
routes, de la Direction de la construction et de la Direction de l'entretien et de la
circulation. Le projet est présenté aux membres du comité afin d'obtenir leurs opinions et
leur approbation. Les membres peuvent recommander des révisions aux plans en
fonction de leur expertise. Toutes les modifications applicables sont incluses et une
recommandation est élaborée aux fins d'examen par les cadres supérieurs.
Le projet est présenté aux cadres supérieurs afin d'obtenir leur approbation. Ces
derniers peuvent recommander des révisions aux plans avant de les présenter au
ministre afin d'obtenir son approbation.
3.5 Consultation publique
Une fois que le corridor routier recommandé a été examiné à fond au sein du ministère
et qu'il a été approuvé de façon préliminaire par le ministre, il est préparé pour être
présenté au grand public. En vertu du Règlement sur les études d'impact sur
l'environnement (EIE) du Nouveau-Brunswick, le ministère des Transports du NouveauBrunswick doit faire la preuve qu'il y a eu participation transparente et ouverte du public.
L'avis des séances est envoyé aux ministères et organismes provinciaux et fédéraux
pour leur permettre d'effectuer une étude plus approfondie et de soumettre d'autres
commentaires. Selon l'emplacement du projet, des rencontres peuvent avoir lieu avec
les élus municipaux ou les représentants des districts de services locaux afin de définir
les problèmes locaux et les principales préoccupations avant la tenue des consultations
publiques.
Les séances d'information publique sont généralement des séances « portes ouvertes ».
La Direction de la planification et de la gestion des terrains permet alors au public
d'examiner les plans. Les intéressés peuvent discuter des questions et de leurs
préoccupations concernant le tracé avec le personnel du Ministère. Ils sont également
invités à remettre leurs commentaires par écrit pendant la session ou après. D'autres
rencontres peuvent avoir lieu avec les propriétaires fonciers pour leur présenter les
plans d'accès aux terrains qui sont séparés. Ces questions sont cependant souvent
traitées lors de l'acquisition des emprises de route.
Le public identifie souvent de nouvelles caractéristiques ou préoccupations locales qui
nécessitent des modifications ou un changement complet du premier corridor routier
choisi. Si des changements importants sont apportés, les plans doivent être réexaminés
par les cadres supérieurs, obtenir une autre approbation ministérielle et doivent faire
l'objet d'une autre consultation publique au besoin.
43
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
3.6 Évaluation environnementale
Enregistrement et évaluation environnementale
En vertu des lois provinciales et fédérales, un projet routier proposé peut être assujetti à
une évaluation environnementale. Le but d'une évaluation environnementale est
d’identifier les impacts environnementaux possibles dès les débuts de la planification
afin d'en atténuer les effets négatifs pour protéger et préserver l'environnement existant.
Si un projet doit être assujetti à une évaluation provinciale et à une évaluation fédérale,
les deux gouvernements font leur possible pour harmoniser leurs évaluations
environnementales respectives afin d'éviter les doubles emplois inutiles.
Règlement sur les études d'impact sur l'environnement du Nouveau-Brunswick
Le Règlement sur les études d'impact sur l'environnement du Nouveau-Brunswick
comporte deux niveaux d'évaluation différents. Au premier niveau d'évaluation, il faut
enregistrer tous les projets proposés énumérés dans l'annexe A du présent règlement.
Comme l'indique la brochure Un guide aux études d'impact sur l'environnement au
Nouveau-Brunswick (Guide d'enregistrement; NBENV 2007), un document
d'enregistrement doit fournir « une description exacte et complète de l'emplacement du
projet, des activités proposées, du milieu actuel, des effets possibles et des mesures
d'atténuation proposées ».
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick prépare généralement un mandat
pour les promoteurs admissibles pour leur permettre d'effectuer une évaluation
environnementale et de remplir un document d'enregistrement qui soit conforme à la
Loi sur l'assainissement de l'environnement du Nouveau-Brunswick. Habituellement, des
études sur le terrain sont nécessaires pour identifier ou confirmer les zones de
préoccupation environnementale. Pour atteindre la zone du projet, le MDTNB demande
la permission au ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick d'établir une ligne
centrale étroite ou large. Lorsque les études sur le terrain sont terminées, le promoteur
prépare le document d'enregistrement et le présente au MENB au nom du MDTNB.
Le MENB examine le document d'enregistrement. Lors du processus d'examen, il peut
être possible d'apporter plusieurs amendements au document pour tenir compte des
préoccupations de l'organisme de réglementation et de la population. Une fois le
document terminé, le MENB prépare une recommandation à l'intention du ministre.
Le ministre prend alors une des mesures possibles suivantes :
•
•
•
•
approuve l'enregistrement tel quel;
approuve l'enregistrement avec conditions;
décide qu'une révision détaillée est exigée; ou
n'approuve pas le projet.
Si une révision détaillée est exigée, le MENB donnera alors des instructions propres au
projet pour que la révision détaillée soit entreprise. Historiquement, les projets routiers
44
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
ne font pas l'objet d'une révision détaillée en vertu du Règlement sur les études d'impact
sur l'environnement du Nouveau-Brunswick.
La durée normale du processus d'enregistrement, à partir du moment où le promoteur
est embauché jusqu'à l'approbation du projet, varie de 12 à 30 mois.
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale
La Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (LCEE) oblige les ministères
fédéraux et certains organismes désignés à s'assurer que l'évaluation environnementale
des projets qualifiés a été complétée avant de prendre des décisions irrévocables
concernant la mise sur pied du projet. Les projets du MDTNB engendrent le
déclenchement d'une évaluation environnementale en vertu de la LCEE s'ils répondent
à un ou plusieurs des critères ci-dessous :
•
•
•
une autorité fédérale accorde une aide financière pour la réalisation d'un projet;
une autorité fédérale autorise la cession par vente ou bail ou transfère
l'administration et le contrôle du territoire domanial;
une autorité fédérale délivre une licence, une autorisation ou un permis cité dans
le Règlement sur les dispositions législatives et réglementaires (p. ex. Demande
d'autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches, permis LPEN, permis pour l'immersion en
mer, etc.);
Les déclencheurs sont décrits plus en détail dans la liste d'inclusion de la LCEE (Agence
CEE, 1999). Les déclencheurs qui doivent recevoir une autorisation ou un permis en
vertu d'une loi sont qualifiés de déclencheurs selon le Règlement sur les dispositions
législatives et réglementaires désignées de la LCEE. Une ou plusieurs autorités
responsables seront nommées pour le projet en attendant le déclenchement de
l'évaluation environnementale. Une autorité responsable représente le Ministre dont
relève le Règlement sur les dispositions législatives et réglementaires désignées de la
LCEE; elle est l'ultime responsable de veiller à ce que l'évaluation environnementale du
projet soit réalisée. Les autorités responsables qui s'occupent habituellement des projets
routiers comprennent notamment :
•
•
•
Transports Canada (financement fédéral ou autorisation prévue à la Loi sur la
protection des eaux navigables);
Infrastructure Canada (financement fédéral); et/ou
Pêches et Océans Canada (autorisation prévue à la Loi sur les pêches).
Les autorités responsables devraient être consultées pour de plus amples détails avant
qu’une évaluation environnementale soit effectuée. Si une évaluation environnementale
provinciale et une évaluation fédérale sont nécessaires, l'Agence canadienne
d'évaluation environnementale joue le rôle de coordonnateur fédéral de l'évaluation
environnementale (FEAC).
Il existe quatre types d'évaluation environnementale en vertu de la LCEE : les examens
préalables, les études approfondies, les médiations et les commissions d'examen.
Généralement, tous les projets routiers d'une longueur de moins de 50 km sont
45
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
assujettis aux évaluations environnementales de type examen préalable, et tous les
projets routiers d'une longueur de plus de 50 km sont assujettis aux évaluations
environnementales de type étude approfondie. Les évaluations environnementales de
types médiation et commission d'examen sont plutôt rares dans le domaine des projets
routiers. Un projet peut être référé à un médiateur ou à une commission d'examen à la
suite de préoccupations publiques accrues. Une commission d'examen peut également
être nécessaire (même pour un examen préalable) si l'on détermine qu'un projet peut
avoir des effets négatifs importants sur l'environnement qui ne peuvent pas être
atténués. Il est possible d'éviter la tenue de commissions d'examen de cette nature en
modifiant la description du projet, ou en élaborant des mesures d'atténuation des effets
nocifs, de sorte qu'un effet environnemental important ne serait pas susceptible de se
produire. Les commissions d'examen sont des évaluations environnementales très
rigoureuses, dont la tenue prend beaucoup plus de temps et d'effort qu'un examen
préalable ou une étude approfondie. Pour ces raisons, et dans la mesure du possible, il
faut chercher à éviter les commissions d'examen.
Une autorité responsable peut prescrire des conditions d'approbation lorsqu'elle
approuve l'exécution d'un projet.
Si des modifications au tracé ou à la conception du projet sont requises en vertu des
approbations environnementales initiales (provinciales et/ou fédérales), le projet modifié
doit être réévalué. S’il est déterminé que les modifications ne sont pas rattachées aux
considérations contenues dans la première évaluation, ces modifications doivent être
évaluées, et d'autres informations ou d'autres études pourraient être requises.
Mesures de protection générales
La protection environnementale est prise en compte pendant la phase de planification
de la route, à partir de la collecte des données initiales et de l'aménagement du projet
jusqu'aux approbations des évaluations environnementales finales.
a)
La cartographie thématique sert à déterminer diverses caractéristiques
physiques et divers secteurs de préoccupation environnementale. La sélection
d'une zone de projet recommandée est ensuite effectuée de façon à éviter les
impacts dans la mesure du possible et à atténuer les impacts lorsqu'il est
impossible de les éviter. Les mesures de protection pour les zones de
préoccupation environnementale spéciale sont expliquées dans la section 5.23 –
Travail à proximité des zones écosensibles.
b)
Les séances et des rencontres d'information publique sont organisées afin de
fournir un forum pour permettre au public de faire connaître davantage ses
réactions et pour déterminer les contraintes et les questions de nature locale qui
risqueraient autrement de ne pas être signalées. Les séances sont aussi une
occasion pour les organismes et les ministères fédéraux et provinciaux
intéressés à examiner le projet.
c)
Des communications sont faites avec les principaux organismes et ministères
provinciaux et fédéraux dès le début de la planification pour obtenir de
l'information et définir les contraintes et les préoccupations environnementales.
46
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d)
Les processus fédéraux et provinciaux d'évaluation environnementale identifient
les mesures spécifiques de protection environnementale à prendre à chaque
phase du projet. Les engagements en matière d'atténuation à prendre et les
exigences en matière de suivi sont documentés dans l'enregistrement provincial
et dans le rapport d'examen préalable effectué en vertu de la LCEE. D'autres
exigences en matière d'atténuation et de suivi sont généralement précisées
comme conditions d'approbation dans le certificat de décision provincial et les
approbations ou autorisations fédérales.
e)
Les rapports d'évaluation environnementale et les documents d'approbation sont
envoyés à la Direction du tracé des routes, à la Direction de la construction et à
la Direction de l'entretien et de la circulation. Les conditions d'approbation sont
acheminées vers la direction appropriée pour s'assurer qu’elles sont exécutées
au stade de développement approprié. Les mesures de protection décrites dans
les rapports d'évaluation environnementale doivent également être mises en
place pendant la phase appropriée du projet. Chaque direction est chargée
d'examiner les rapports et de répartir les responsabilités appropriées à même
son personnel afin de s'assurer que les exigences sont respectées.
Responsabilités
Il incombe au MDTNB et/ou à ses agents de s'assurer que les processus d'évaluation
environnementale sont entrepris selon les exigences fédérales et provinciales
applicables.
47
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
48
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
4.0 Tracé des routes
Le tracé des routes est un processus selon lequel plusieurs différents composants sont
réunis en un produit final, prêt à construire. Le but du processus est de créer un produit
fini agréable sur le plan esthétique et qui présente le niveau prévu de service et de
sécurité. Pour atteindre ce but, la conception doit trouver un bon équilibre entre les
normes et les lignes directrices de conception, le jugement technique, les
préoccupations environnementales et les restrictions financières.
La mise au point de mesures de protection environnementale et d'atténuation provient
de plusieurs sources différentes, notamment :
•
•
•
•
•
Des engagements généraux et propres au site décrits dans les évaluations
environnementales particulières à un projet (p. ex. enregistrements
environnementaux provinciaux, ainsi que les examens préalables, les études
approfondies, les médiations et les commissions d'examen effectués en vertu de
la LCEE fédérale.
Exigences et lignes directrices d'agences de réglementation (p. ex. Directives
techniques relatives aux modifications de cours d'eau et de terres humides du
ministère de l'environnement, Lignes directrices pour la protection du poisson et
de son habitat : l'emplacement et la conception des ponceaux; Critères de
conception des passages à poissons dans des ponceaux du MPO, etc.).
Conditions d'approbation liées aux permis requis (p. ex. permis MCETH,
autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux
termes de la Loi sur les pêches, approbation LPEN, approbation en vertu de la
LCEE, certificat de décision provincial, etc.)
Mesures de protection de l'environnement décrites dans le Manuel de gestion de
l'environnement du MDTNB.
Exigences à la suite des consultations avec les résidents, les Premières nations,
les gouvernements fédéral, provincial et municipaux (p. ex. MENB, MRNNB,
MPO, villes, municipalités, villages, districts de services locaux, etc.)
La conception du tracé tient compte des contraintes environnementales, des
préoccupations et des considérations mises en relief par les sources mentionnées
ci-dessus et les traite à l'aide des mécanismes suivants, selon l'ordre de priorité suivant :
•
•
•
évitement de tout impact sur l'environnement;
s'il est impossible d'éviter tout impact, prendre des mesures qui réduiront et
atténueront les impacts;
compensation des impacts.
Le tracé des routes comprend quatre principales fonctions : choix du tracé, arpentage,
enquêtes géotechniques et conception. La fonction de conception comprend la
conception de la chaussée, des ponts, des structures, des ponceaux, des échangeurs
routiers, des passages étagés, des voies pour véhicules lents, des routes secondaires,
des entités hydrographiques, des installations et équipements auxiliaires. Les quatre
fonctions sont présentées en détail dans les sous-sections suivantes.
49
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
4.1 Choix du tracé
Description
Un nouvel alignement, ou un meilleur alignement, doit être conçu de manière à
minimiser les impacts sur le milieu avoisinant tout en étant rentable.
Le choix du tracé s'effectue souvent en même temps que l'évaluation environnementale.
De nombreux facteurs et caractéristiques influencent le choix du tracé, comme les
contraintes environnementales précisées lors de la phase de planification et de la phase
du tracé préalable, de même que les contraintes liées au tracé énumérées dans la
section 3.3 et les suivantes.
Préoccupations
Les préoccupations associées au choix du tracé comprennent les impacts potentiels aux
facteurs suivants :
• cours d'eau, terres humides, estuaires, zones intertidales et zones de la rive
marine;
• lieux historiques;
• terres agricoles;
• poisson et habitat du poisson;
• faune et habitat de la faune;
• espèces menacées et leur habitat;
• utilisation et aménagement des terres adjacentes;
• approvisionnement en eaux souterraines et eaux domestiques;
• zones écosensibles;
• parcs, sentiers et aires de récréation.
Permis requis
Aucun.
Mesures de protection générales
a) Les routes doivent être situées de façon qu'elles s'agencent bien avec la
topographie, lorsque cela est possible.
b) Les routes doivent être situées et le tracé doit être choisi de façon à éviter ou à
minimiser les effets environnementaux sur les facteurs de préoccupation décrits
ci-dessus tout en tenant compte du coût global du projet routier.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 4.1 – Liste de contrôle relative au choix du tracé par le MDTNB
50
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Le MDTNB et/ou ses agents sont responsables de s’assurer que le tracé est choisi en
fonction des mesures de protection décrites ci-dessus.
4.2 Arpentage
Description
L'arpentage comprend la collecte de données de terrain détaillées pour l'identification de
l'emprise de route et la conception de tous les projets de construction et de
reconstruction des routes et des structures.
Au besoin, les travaux d'arpentage comprennent la coupe de la ligne du centre et des
retraits transversaux d'une largeur suffisante afin de fournir une ligne de visibilité précise
pour le matériel d'arpentage et un accès au site pour le matériel d'analyse des sols.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'arpentage sont les suivants :
•
•
•
la protection des cours d'eau et des terres humides;
la perturbation des zones écosensibles;
l'utilisation sécuritaire de l'équipement et le stockage sécuritaire des carburants.
Permis requis
•
•
Les permis environnementaux ne sont généralement pas exigés pour les
méthodes standard d'arpentage, sauf si selon l'arpentage, il est nécessaire de
couper des arbres situés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Si selon l'arpentage, il est nécessaire de couper des arbres situés à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, un permis MCETH est
nécessaire. Dans bon nombre de cas, un permis provisoire pour le défrichage de
la ligne centrale peut être suffisant. Voir l'annexe B qui contient une copie du
formulaire d'avis de permis provisoire pour le défrichage de la ligne centrale de
même qu'une copie du permis de modification d'un cours d'eau ou d'une terre
humide (MCETH).
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservé sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) L'abattage des arbres doit être exécuté à la main, à l'aide d'équipement portatif
seulement.
51
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) L'équipement utilisé pour l'arpentage doit être en bon état de marche, et ne doit
pas présenter de fuite.
d) Aucun arbre ou arbuste ne doit être abattu à travers ou dans un cours d'eau.
e) L'accès aux côtés de chaque cours d'eau/terre humide est assuré par une
traverse de cours d'eau existante, située à proximité, ou en traversant le cours
d'eau ou la terre humide à gué.
f)
Toute végétation ligneuse et tous les rémanents doivent être déplacés dans des
endroits où les eaux de crue ne pourront pas les entraîner dans les cours d'eau
ou les terres humides.
g) Les combustibles à utiliser pendant l'arpentage doivent être manipulés avec soin.
h) Les combustibles à utiliser pendant l'arpentage doivent être entreposés à au
moins 30 mètres des cours d'eau et des terres humides.
i)
Le remplissage des réservoirs de l'équipement doit s'effectuer à au moins
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
j)
Les équipes d’arpentage doivent enlever tous les débris du lieu d'arpentage.
k) Les équipes d’arpentage doivent effectuer leur travail de façon à minimiser toute
perturbation du sol et l'exposition des sols.
l)
Les équipes d’arpentage doivent prendre les mesures nécessaires pour
s'assurer que leurs activités n'entraînent pas une grande quantité de sédiments
en suspension dans un cours d'eau.
m) Si le sol à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide devient
perturbé pendant l'arpentage, la zone doit être stabilisée à l'aide de branches de
conifères, de roches, de paillis à base de foin ou tout autre matériau qui prévient
l'érosion.
n) Suffisamment de végétaux doivent être laissés sur les rives d'un cours d'eau ou
d'une terre humide pour assurer la stabilité des rives et pour fournir suffisamment
d'ombrage à l'eau de façon à empêcher toute élévation de température néfaste
pour les poissons, leurs sources d'alimentation et leur habitat.
o) Les équipes d’arpentage doivent prendre toutes les précautions nécessaires
pour éviter de perturber les oiseaux migrateurs ou de détruire les arbres de
nidification pendant la période de nidification, principalement en ce qui concerne
les espèces en voie de disparition ou menacées, les rapaces ou les nids des
colonies.
52
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 4.2 – Liste de contrôle relative à l'arpentage effectué par le
MDTNB
Responsabilités
Le MDTNB est chargé de s'assurer que les permis requis ont été accordés avant la
coupe des arbres situés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Le MDTNB et/ou ses agents sont responsables de s’assurer que toutes les mesures de
protection décrites ci-dessus sont respectées pendant la durée de l'arpentage.
4.3 Enquêtes géotechniques
Description
L'emplacement et le tracé des routes dépendent en grande partie de facteurs
géotechniques, comme les conditions du sol et du sous-sol rocheux. Par conséquent,
une étude de l'information géologique et une analyse des sols doivent être faites pour
déterminer si le matériau « in situ » convient à la construction de la route.
L'analyse des sols pour un nouveau tracé de route est effectuée à l'aide d'excavatrices
et de matériel de forage chenillé. L'analyse des sols près d'une route existante est
habituellement effectuée à l'aide d'un appareil de forage à tarière monté sur un camion à
flèche qui ne quitte pas la surface de la route.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux enquêtes géotechniques sont
les suivants :
•
•
•
•
•
l'érosion causée par les sols exposés;
la sédimentation des cours d'eau attribuable aux déblais de forage et aux boues
de forage;
les effets sur le poisson et les habitats aquatiques résultant du franchissement
des cours d'eau avec l'équipement;
les effets sur les écosystèmes sensibles;
les déversements de carburant accidentels résultant des activités de
ravitaillement et d'entretien de l'équipement.
Permis requis
•
Un permis MCETH est exigé pour toute excavation de puits d'essai et tout
sondage de trous de forage à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une
terre humide, ou d’une terre humide qui mesure plus de un hectare ou est
adjacente à un cours d'eau.
53
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
Dans la plupart des cas, un permis provisoire s'applique; toutefois, si des travaux
dans un cours d'eau doivent être exécutés en amont de la ligne extrême des
eaux de marée, un permis standard indiquant les conditions propres au projet
devra être obtenu. Voir l'annexe B qui contient une copie du formulaire d'avis de
permis provisoire propre aux enquêtes géotechniques de même qu'une copie du
permisMCETH.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les équipes de forage doivent rapporter tout ce qu'elles ont apporté (p. ex. les
déchets domestiques).
c) Toutes les voies d'accès doivent demeurer dégagées.
d) Tous les puits d'essai doivent être remblayés et nivelés immédiatement après la
collecte des données requises.
e) Le sol exposé résultant des trous de forage, des puits d'essai et des traces de
véhicules et de l'appareil de forage doit être stabilisé en recouvrant la zone
exposée de branches de conifères ou de paillis à base de foin.
f)
Il faut éviter les traverses de cours d'eau ou de terres humides dans la mesure
du possible (p. ex. il faut prendre d'autres chemins pour atteindre les deux côtés
des cours d'eau ou des terres humides).
g) S'il est impossible d'éviter une traverse de cours d'eau ou de terre humide,
l'équipement utilisé (p. ex. appareil de forage, excavatrice, etc.) doit franchir un
cours d'eau ou une terre humide à un endroit existant ou sur un pont temporaire
qui rejoint l'autre rive du cours d'eau ou de la terre humide.
h) Des traverses temporaires doivent être installées afin de ne pas restreindre
l'écoulement naturel du cours d'eau ou de la terre humide.
i)
Dès que des ornières se produisent dans une terre humide ou à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, des nattes biodégradables
doivent être utilisées pour laisser passer l'équipement.
j)
Dès que l'opération est terminée, il faut enlever les nattes biodégradables et
niveler les ornières, les recouvrir de rémanents et les tasser.
k) Toutes les ornières dans le tapis de végétation ou les rives perturbées d'un cours
d'eau doivent être stabilisées contre l'érosion avec des pierres, des branches de
conifères, du paillis à base de foin ou d'autre matériau convenable, de façon à
prévenir l'érosion.
54
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l)
Il est interdit de creuser des puits d'essai dans le chenal.
m) Tout l'équipement utilisé doit être en bon état de marche.
n) Les surfaces de l'équipement doivent être exemptes de substances nocives
(comme l'huile, la graisse, etc.) avant que les travaux soient entrepris dans la
partie mouillée du cours d'eau ou de la terre humide.
o) L'équipement qui perd des liquides ou du carburant doit être réparé
immédiatement.
p) L'équipement doit être équipé d'une trousse en cas de déversement.
q) L'équipement doit être ravitaillé en carburant dans un lieu situé à au moins
30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits privé.
r) L'équipement doit être entretenu dans un lieu situé à au moins 30 mètres d'un
cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits privé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 4.3 – Liste de contrôle relative aux enquêtes géotechniques du
MDTNB
Responsabilités
Le MDTNB ou ses experts-conseils sont chargés d'obtenir les permis nécessaires à la
tenue des enquêtes géotechniques.
Le MDTNB et/ou ses agents sont responsables de s’assurer que les mesures de
protection décrites ci-dessus sont respectées.
4.4 Conception
Description
Le tracé des routes comprend la conception de la géométrie de la chaussée, des ponts,
des structures, des ponceaux, des échangeurs routiers, des passages étagés, des voies
pour véhicules lents, des routes secondaires, des structures de drainage, des
installations et équipements auxiliaires.
Les impacts environnementaux, les besoins en matière d'emprise de route et le coût
global du projet routier sont des variables qui dépendent du type ou de la catégorie de
route construite. Au Nouveau-Brunswick, il y a trois catégories de routes : route de
grande communication, route collectrice ou route locale. Chacune de ces catégories est
divisée en route rurale ou urbaine et a non seulement trait aux limites municipales mais
aussi aux utilisations des terres adjacentes. L'Association des transports du
55
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Canada (ATC) précise que la classification désigne la catégorie de la route pour ce qui
est de :
•
•
•
•
son environnement (rural ou urbain);
sa fonction (route de grande communication, route collectrice ou route locale);
sa coupe (à chaussée unique, à chaussée séparée);
sa vitesse de référence.
Le tracé des routes, y compris la géométrie verticale et horizontale et les éléments de
coupe, est contrôlé par les critères suivants :
•
•
•
•
•
•
•
le nombre et le type de véhicules qui utilisent la route;
l'utilisation et l'aménagement des terres adjacentes (actuelles et potentielles);
les chaussées, structures, ponceaux, intersections existants;
la classification/les normes de tracé souhaitées pour la route;
les contraintes environnementales;
la topographie locale;
les conditions du sol et du sous-sol rocheux.
Les normes de référence (vitesse de référence et classification) déterminent la coupe
normale qui doit être utilisée et les courbes horizontales et verticales qu'il faut respecter.
Les normes de référence ainsi que la topographie (terrain ondulé, plat ou accidenté) et
les conditions du sol ont un effet direct sur l'emprise de route requise et l'ampleur de
l'impact sur l'utilisation et l'aménagement des terres adjacentes.
La phase de conception comprend les quatre différentes étapes suivantes :
•
•
•
•
le tracé préalable;
le tracé préliminaire;
le tracé préalable à l'appel d'offres;
l'autorisation de construire le tracé.
L'étape du tracé préalable comprend généralement les enquêtes géotechniques et
l'arpentage; si elles sont nécessaires, les études environnementales de référence sont
également exécutées. Grâce à l'information recueillie lors des activités reliées au tracé
préalable, il est possible de commencer le travail lié au tracé préliminaire. Toute
l'information recueillie lors des phases du tracé préalable et du tracé préliminaire sert à
entamer les processus réglementaires (demandes de permis, autorisations,
approbations, enregistrements environnementaux, examen préalable) qui peuvent être
nécessaires. Une fois le processus réglementaire entamé et le tracé préliminaire
déterminé, un tracé plus détaillé est préparé en vue de la phase préalable à l'appel
d'offres. Le tracé préalable à l'appel d'offre est examiné par le personnel du Ministère qui
apporte les modifications finales nécessaires à la préparation du tracé final. Une fois le
tracé modifié et les approbations réglementaires obtenues, les documents finaux sont
préparés et le tracé est émis pour soumission.
Pendant la conception du tracé, nombreuses sont les possibilités de réduire les effets
environnementaux potentiels d'un projet en modifiant le tracé ou en y incorporant des
56
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
mesures de protection de l'environnement. Toute modification envisagée à un tracé doit
être faite sans compromettre la sécurité. Le but de présent document n'est pas
d'examiner tous les moyens possibles par lesquels la conception du tracé peut réduire
au minimum les effets environnementaux, ces derniers pouvant varier considérablement
selon la nature du travail et la nature de la zone du projet. Cependant, certaines
mesures de protection de l'environnement importantes dont il faut tenir compte dans la
conception de la plupart des projets sont décrites dans les sous-sections suivantes.
Préoccupations
Les préoccupations associées à la phase de conception comprennent les impacts
potentiels sur les facteurs suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
cours d'eau, terres humides, estuaires, zones intertidales et zones de la rive
marine;
o en raison de l'érosion et de la sédimentation;
o en raison de l'exhaure des roches sulfurées;
poisson et habitat du poisson;
qualité et quantité d'eau pour les installations d'aquaculture;
faune et habitat de la faune;
espèces menacées et leur habitat;
lieux historiques;
terres agricoles;
utilisation et aménagement des terres adjacentes;
approvisionnement en eaux souterraines et eaux domestiques;
zones écosensibles;
parcs, sentiers et aires de récréation.
Permis requis
•
•
•
•
•
La décision environnementale (EIE) est requise pour les projets qui doivent être
enregistrés en vertu du Règlement sur les études d’impact sur l’environnement
(87-83) de la Loi du Nouveau-Brunswick sur l’assainissement de
l’environnement.
L'approbation des évaluations environnementales est requise pour les projets qui
doivent faire l'objet d'un examen préalable, d'une étude approfondie ou d'une
médiation ou commission d'examen en vertu de la Loi canadienne sur
l'évaluation environnementale.
Un MCETH est requis pour effectuer des travaux à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches est requise si le MPO a établi que les
travaux entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de
l'habitat du poisson.
Une autorisation aux termes de la Loi sur la protection des eaux navigables
(LPEN) sera obtenue si un cours d'eau est jugé navigable par Transports
Canada.
57
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
D'autres permis peuvent être requis pour des projets spéciaux (comme
l'immersion en mer).
Mesures de protection générales
Considérations conceptuelles pour la protection du poisson et de son habitat
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin de réduire les effets
environnementaux négatifs potentiels sur le poisson et son habitat :
a) Le ministère des Pêches et des Océans, le ministère de l’Environnement du
Nouveau-Brunswick (et le ministère des Ressources naturelles du NouveauBrunswick - s'il y a lieu) seront consultés sur le tracé.
b) Dans la mesure du possible, le tracé évitera les habitats du poisson de haute
qualité.
c) Les chemins doivent être alignés pour traverser les cours d'eau à angle droit afin
de limiter la longueur des ponceaux et le nombre de piles de pont, limitant ainsi
la perte d'habitat.
d) Les traverses doivent être situées sur des sections droites des cours d'eau dans
la mesure du possible, limitant ainsi la perte d'habitat.
e) Les traverses doivent être situées dans les sections de cours d'eau avec des
abords au niveau et des rives stables.
f)
Les traverses ne doivent pas être situées là où l'installation des ponceaux
comportera d'importants remblais ou des abords avec des déblais profonds ou
longs.
g) Les échangeurs de route près des cours d'eau doivent être conçus de façon à
éviter ou minimiser l'installation de plusieurs ponceaux et la pose de grande
quantité de remblai près des cours d'eau.
h) Les piles de pont doivent être situées le plus près possible des rives d'un cours
d'eau ou dans les endroits peu profonds du cours d'eau.
i)
Les culées de pont doivent être situées de façon à minimiser les empiètements
de la consolidation des talus dans le cours d'eau.
j)
Dans la mesure du possible, les dérivations permanentes des cours d'eau
doivent être évitées.
k) Les caractéristiques naturelles utilisées pour la dérivation des cours d'eau, en
vertu des Directives techniques relatives aux modifications de cours d’eau et de
terres humides (MENB, dernière version approuvée), doivent être incorporées
dans le tracé.
58
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l)
Dans la mesure du possible, les modèles d'écoulement naturel doivent être
conservés.
m) Les critères et les lignes directrices définis par le MPO doivent être pris en
considération dans le tracé.
n) Les matériaux et les méthodes de lutte contre l'érosion et la sédimentation
doivent être déterminés et inclus dans le tracé.
o) La mise en place appropriée des matériaux et des méthodes de lutte contre
l'érosion et la sédimentation doit être déterminée et incluse dans le tracé.
p) La végétation existante le long des cours d'eau et des terres humides doit être
maintenue dans la mesure du possible.
q) Un permis MCETH doit être obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
r) Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches doit être obtenue si le MPO a établi que les
travaux entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de
l'habitat du poisson.
s) Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs au
poisson et à son habitat liés aux évaluations environnementales doivent être
incorporés dans le tracé.
t)
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs au
poisson et à son habitat liés au permis MCETH doivent être incorporés dans le
tracé.
u) Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux
termes de la Loi sur les pêches doivent être incorporés dans le tracé.
v) Des mesures de compensation pour l'habitat du poisson doivent être mises en
place pour les projets qui entraînent la détérioration, la destruction ou la
perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Considérations conceptuelles pour la navigabilité
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin de réduire les effets
environnementaux négatifs potentiels sur les eaux navigables :
a) Transports Canada doit être consulté afin de définir les exigences en matière de
navigabilité.
59
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) Des dispositions en matière de navigabilité doivent être incorporées dans le tracé
au besoin.
c) Une autorisation aux termes de la Loi sur la protection des eaux navigables doit
être obtenue au besoin.
d) Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'autorisation aux termes de la Loi sur la protection des eaux navigables doivent
être incorporés dans le tracé.
Considérations conceptuelles pour la protection contre l'érosion et la
sédimentation
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin de réduire les effets
environnementaux négatifs résultant de l'érosion et de la sédimentation :
a) La taille et l'étendue des zones qui font l'objet de travaux doivent être limitées
aux zones qui peuvent être achevées et stabilisées dans les 30 jours.
b) Une zone tampon d'au moins 30 mètres doit être maintenue en vue de
l'aménagement adjacent à un cours d'eau ou à une terre humide.
c) Dans la mesure du possible, le défrichage se limitera au secteur nécessaire à la
construction.
d) Les matériaux et les méthodes de lutte contre l'érosion et la sédimentation
doivent être déterminés et inclus dans le tracé.
e) La mise en place appropriée des matériaux et des méthodes de lutte contre
l'érosion et la sédimentation doit être déterminée et incluse dans le tracé.
f)
Des dissipateurs d'énergie doivent être utilisés aux ponceaux (p. ex. chicanes,
bassins de dissipation, grosses roches, perré).
g) Un permis MCETH doit être obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
h) Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'érosion et à la sédimentation liés aux évaluations environnementales doivent
être incorporés dans le tracé.
i)
60
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'érosion et à la sédimentation liés au permis MCETH doivent être incorporés
dans le tracé.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Considérations conceptuelles pour prévenir l'exhaure de formations rocheuses
acides
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin d'empêcher les effets
environnementaux négatifs résultant de l'exhaure de formations rocheuses acides :
Si des roches sulfurées (RS) ont été signalées, comme il est mentionné à la section 5.25
– Gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides, il faut
alors utiliser les méthodes suivantes afin de les éviter :
a) déplacer l'alignement sur l'horizontale pour contourner la zone;
b) déplacer l'alignement sur la verticale (vers le haut) pour minimiser
l’excavation.
Si des roches sulfurées ont été signalées et qu'il est impossible de déplacer les
alignements vertical et horizontal pour contourner la zone des roches sulfurées, il faut
alors se conformer aux Directives sur la gestion des roches sulfurées (MDTNB, 2002) en
consultation avec le MENB et Environnement Canada. Voir la section 5.25 – Gestion de
l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides pour de plus amples
renseignements sur les mesures de protection du tracé contre les roches sulfurées.
Considérations conceptuelles pour la protection des terres humides
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin de réduire les effets
environnementaux négatifs potentiels sur les terres humides sans compromettre la
sécurité :
a) Dans la mesure du possible, les terres humides doivent être évitées.
b) Si, dans les limites du possible, il est impossible d'éviter les terres humides ou si
les mesures d'évitement avaient des incidences environnementales
inacceptables sur d'autres contraintes, le MENB et le MRNNB doivent être
consultés sur le tracé.
c) Le système de ponceaux doit être prévu pour assurer l'uniformité du niveau
d'eau à travers les remblais, de façon à simuler les conditions naturelles.
d) Les débits de pointe doivent pouvoir se dissiper à des taux normaux et prévenir
l'endiguement.
e) Les régimes d’écoulement établis doivent être maintenus.
f)
La canalisation doit être minimale.
g) Les régimes de drainage diffus et souterrains doivent être maintenus.
h) Le drainage des eaux de surface doit être évité.
61
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
i)
Les matériaux et les méthodes de lutte contre l'érosion et la sédimentation
appropriés doivent être déterminés et inclus dans le tracé.
j)
Il faut assurer une mise en place appropriée des mesures de lutte contre
l'érosion et la sédimentation.
k) La création de flaques d'eau stagnante doit être évitée.
l)
Les débits des marées de pointe doivent être maintenus dans les deux
directions.
m) L'interférence avec les débits d'eau douce et des marées doit être évitée.
n) Les largeurs des terre-pleins centraux doivent être au minimum possible.
o) La pente des talus arrière et des talus avant doit être maximisée, là où c'est
possible.
p) La végétation existante le long des cours d'eau et des terres humides doit être
maintenue dans la mesure du possible.
q) Si le MENB l'exige, le plan visant à compenser les dommages aux terres
humides doit être mis en œuvre lorsqu'il est impossible d'éviter les terres
humides.
Considérations conceptuelles pour la protection de la faune et de son habitat
La conception du tracé doit tenir compte des facteurs suivants afin de réduire les effets
environnementaux négatifs potentiels sur la faune et son habitat :
a) Dans les zones où la concentration d'espèces fauniques (par exemple,
chevreuils et orignaux) est élevée, ou aux passages fauniques bien connus, ou
dans les zones d'hivernage, les mesures de protection de l'environnement
suivantes doivent être envisagées :
• l'installation de panneaux de signalisation;
• l'amélioration de la ligne de vision du conducteur;
• l'installation de clôtures de protection de la faune;
• l'installation de passages pour animaux.
b) L'emplacement des clôtures et des passages doit être déterminé conjointement
avec le MRNNB.
c) L'emplacement des clôtures et des passages doit être planifié conjointement
avec le MRNNB.
Considérations conceptuelles pour la protection contre les facteurs liés au climat
Le climat peut influencer les projets de construction de route d'une manière qui nuit à
l'environnement et aux infrastructures; des exemples de ces effets seraient les
62
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
embâcles, la formation de bassins d'air froid, les affaissements de terrain, l'élévation du
niveau de la mer et les inondations. Les changements climatiques peuvent endommager
l'infrastructure routière et réduire les capacités des ponts et ponceaux à minimiser les
inondations. Chacun de ces facteurs est étudié dans les prochains paragraphes.
Changement climatique
Il est généralement admis que le réchauffement climatique et les changements
climatiques prévus au pays signifient des hivers plus humides, des étés plus chauds et
des conditions climatiques extrêmes plus nombreuses (nombre accru de fortes
précipitations). Il y aurait alors une possibilité accrue de dommages et de perturbations
causés par les débits de crue dépassant la capacité des infrastructures existantes.
Les éléments suivants sont vulnérables aux incidences possibles des changements
climatiques :
•
•
•
•
•
•
ponts;
ponceaux;
ponts-jetées et routes côtières;
drainage de surface;
pentes et inclinaisons des versants;
aménagement dans des plaines inondables.
Les devis pour la conception des éléments énumérés ci-dessus sont en train d’être
modifiés pour exiger que les concepteurs tiennent compte des augmentations futures
des débits de crue, des ondes de tempête, de l'élévation du niveau des mers et de
l'affaissement du sol.
La conception de projets à exécuter à proximité des zones potentiellement vulnérables
aux conséquences des changements climatiques (y compris les zones côtières, les
vallées fluviales, les traverses de cours d'eau, etc.) doit être faite en consultation avec le
MENB.
a) Les traverses de cours d'eau seront conçues en fonction d'un débit nominal basé
sur une crue centennale.
b) Tous les ponceaux seront conçus en fonction de 90 % du débit nominal basé sur
une crue centennale.
c) Tous les développements le long des zones côtières seront conçus en fonction
de ce qui suit :
•
•
•
•
pleine mer supérieure, grande marée;
onde de tempête;
élévation du niveau de la mer;
affaissement de terrain.
63
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Embâcles
Les embâcles se produisent lorsque des fragments de glace qui flottent sur une rivière
s'amoncellent jusqu'à former un barrage temporaire et faire obstacle à l'écoulement de
l'eau. Ils résultent d'un dégel hivernal ou printanier des rivières. Les embâcles se
produisent généralement dans des endroits de la rivière où l'écoulement est restreint,
comme dans le coude ou le goulet, ou dans des endroits où la glace est plus solide,
comme à l'entrée des bassins d'amont. À l'endroit où un embâcle se produit, l'eau en
amont s'élève rapidement et sort de son lit pour inonder les routes, les résidences et
l'habitat de la faune. Les structures des traverses de cours d'eau, y compris les
ponceaux et les ponts, peuvent entraîner des embâcles si les structures (ou les supports
et les semelles) restreignent le passage des fragments de glace.
•
Les risques de formation d'embâcles et leurs incidences (advenant la formation
d'embâcles) doivent être pris en considération pour la conception des ponts et
ponceaux.
Formation de bassins d'air froid
La formation de bassins d'air froid est un phénomène météorologique moins connu qui
peut avoir des incidences sur les cultures agricoles sensibles au gel. La formation de
bassins d'air froid se produit généralement lorsque des masses d'air froid, associées aux
hauts plateaux, descendent dans les vallées. Lorsque ces masses d'air rencontrent une
résistance, comme une route, elles ralentissent et forment un bassin d’air froid
concentré. Si le bassin d’air froid se forme à proximité de cultures agricoles sensibles au
gel, celles-ci peuvent subir des dommages importants. Même s'il est généralement lié à
la topographie des montagnes, ou aux zones situées à proximité des glaciers, le
drainage de l'air froid peut se produire même si la différence d'élévation n'est que de
quelques mètres seulement. L'élévation n'est pas le seul facteur qui entraîne le drainage
de l'air froid. Pour qu'une formation de bassins d'air froid se produise, il doit également y
avoir une différence de température mesurable entre deux zones, la température la plus
froide se trouvant à plus haute altitude.
a) Dans les zones où la formation de bassins d'air froid peut causer des problèmes
(p. ex. avoir une incidence sur les cultures agricoles sensibles au gel, comme le
raisin, les bleuets, etc.), la conception du tracé doit tenir compte de la formation
possible de bassins d'air froid.
b) S'il est prévu que des bassins d'air froid se forment, et que les cultures qui s'y
trouvent sont sensibles au gel, il peut être justifié de trouver un autre tracé de
route ou d'établir des mesures de compensation. La décision sera prise en
consultation avec le MENB.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
64
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Le MDTNB et ses experts-conseils sont responsables de s’assurer que les mesures de
protection décrites ci-dessus soient incorporées dans le tracé.
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis, des approbations et des autorisations requis liés à son travail.
Le MDTNB et ses experts-conseils sont responsables de s’assurer que les conditions
d'approbation décrites dans les permis, autorisations et approbations ont été
incorporées dans le tracé et les documents d'appel d'offres.
Les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants qui désirent soumissionner un
contrat du MDTNB sont responsables d'obtenir une copie de toute la documentation
environnementale disponible (permis, approbations, autorisations, plan de gestion
environnementale, plan de protection environnemental propre au site, etc.).
Les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants qui désirent soumissionner un
contrat du MDTNB sont responsables de se familiariser avec la documentation
environnementale relative au contrat afin d'établir si les exigences environnementales
auront une incidence sur leur travail et de constater de quelle façon les
soumissionnaires préparent leur appel d'offres afin d'y incorporer les exigences.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures relatives à l'environnement décrites dans les considérations
conceptuelles sont mises en place.
4.5 Documents relatifs aux mesures de protection
de l'environnement propres à un projet
La présente section décrit les documents relatifs aux mesures de protection de
l'environnement propres à un projet préparés pour les projets faisant l'objet d'un
processus provincial ou fédéral d'évaluation environnementale. Ces documents ont été
préparés à la suite du processus d'évaluation environnemental (y compris les études sur
le terrain) et de la conception du projet, et ont pour but de communiquer au promoteur et
à l'entrepreneur de la construction de la route les engagements à prendre concernant
les mesures de protection de l'environnement.
4.5.1 Plans de gestion environnementale propres au projet
Description
En plus de respecter le présent MGE, auquel tous les projets du MDTNB doivent se
conformer, il peut être nécessaire de se conformer à un plan de gestion
environnementale (PGE) propre à un projet. L'obligation de se conformer à un PGE
propre à un projet sera déterminée en consultation avec les organismes de
réglementation fédéral et provincial.
65
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Le PGE propre à un projet contient des mesures de protection de l'environnement
supplémentaires propres à un projet, (c'est-à-dire qui dépassent celles comprises dans
le présent MGE), notamment des mesures découlant du processus d'approbation
environnemental.
Généralement, le PGE doit comprendre les renseignements suivants :
•
•
•
•
L'emplacement géographique, ou les emplacements géographiques, des zones
et des caractéristiques écosensibles y compris, sans toutefois s'y limiter,
l'emplacement ou les emplacements des éléments suivants :
o cours d'eau;
o terres humides;
o champs de captage et bassins hydrographiques désignés;
o puits d'eau potable;
o roches sulfurées;
o plantes rares;
o aires d’hivernage du chevreuil;
o ressources archéologiques et patrimoniales;
o zones sensibles au bruit.
Les mesures de protection de l'environnement propres aux zones et
caractéristiques écosensibles.
Les exigences en matière d'atténuation et de suivi propres à la construction et à
l'exploitation du projet.
Des plans d'intervention et des mesures d'urgence en cas d'accident, de
défaillances et d'imprévus, ou pour les événements qui se produiraient et qui
auraient un effet néfaste sur l'environnement, quelle que soit la probabilité que
cela se produise.
Un exemple de table des matières générale d'un plan de gestion environnementale à
laquelle il faut se conformer est présenté au tableau 4.1.
Tableau 4.1 – Table des matières du plan de gestion environnementale
Numéro
du
chapitre
Titre du chapitre
1
Introduction
2
Mesures d'atténuation et de suivi — Phase de
construction
66
Description du contenu de chapitre
•
•
•
•
•
Renseignements généraux
Organisation du PGE
Objectifs du PGE
Portée du PGE
Référence à d'autres sources pertinentes aux
engagements sur le plan environnemental
•
L'équipe de gestion de l'environnement
•
Engagement envers la formation pour le
personnel clé
•
Engagement envers le suivi de la conformité et
l'inspection environnementale
Engagements en matière de mesures d'atténuation et
de suivi pour la phase de construction propres au
projet.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Numéro
du
chapitre
Titre du chapitre
Description du contenu de chapitre
3
Mesures d'atténuation et de suivi — Phase
d'EER
Engagements en matière de mesures d'atténuation et
de suivi pour la phase d'EER propres au projet.
4
Plan d'intervention et des mesures d'urgence
Les plans d'intervention et des mesures d'urgence
propres au projet.
Annexe A
Cartes et figures
Annexe B
Index de renvoi aux documents
Annexe C
PPE propre au site
Les cartes et les figures du projet, y compris les
emplacements des zones et des caractéristiques
écosensibles.
L'index de renvoi qui relie le PGE à d'autres documents
d'approbation sur le plan environnemental (p. ex.
rapport d'évaluation environnementale) et d'autres
documents des procédures de protection de
l'environnement (p. ex. le MGE du MDTNB et les devis
types).
Le PPE propre au site pour les zones écosensibles
pour lesquelles des mesures d'atténuation propres au
site doivent être appliquées.
Permis requis
•
Chaque PGE propre au site est soumis au MENB aux fins d'examen et
d'approbation avant la construction.
Responsabilités
Le MDTNB est responsable de l’élaboration du PGE au besoin.
Les entrepreneurs sont responsables d'obtenir une copie du PGE lié au contrat.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que le PGE est mis en œuvre.
4.5.2 Plans de protection de l'environnement propres au site
Description
En plus de respecter le présent MGE, auquel tous les projets du MDTNB doivent se
conformer, et le PGE (au besoin), un plan de protection de l'environnement propre au
site (PPEPS) pourrait aussi être imposé. L'obligation de se conformer à un PPEPS sera
déterminée en consultation avec les organismes de réglementation fédéral et provincial.
Les plans de protection de l'environnement propres au site sont élaborés pour des
zones (ou sites) soumises à des mesures de protection de l'environnement spéciales.
Le PPEPS contient des mesures de protection de l'environnement propres à un certain
site, (c'est-à-dire qui dépassent celles comprises dans le présent MGE et dans le PGE).
Les mesures de protection décrites dans le PPEPS sont celles découlant des
engagements pris pendant le processus d'approbation environnemental.
67
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Les PPE propres au site sont généralement élaborés pour les travaux effectués à
proximité des cours d'eau, des terres humides, des régions hébergeant des plantes
rares et des régions au potentiel archéologique élevé.
Le PPEPS est une partie importante du processus de protection de l'environnement. Il
s'agit en fait d'un mécanisme qui permet de transmettre à chaque opérateur de machine,
contremaître de chantier et au personnel sur place tous les engagements propres au
site pris pendant le processus d'approbation environnemental. Il faut par conséquent
que les PPEPS soient élaborés de façon qu'ils soient facilement transmis aux
entrepreneurs, promoteurs et exploitants.
Le PPE propre au site comprend généralement des renseignements propres au site,
comme l'emplacement exact des éléments suivants :
•
•
•
•
•
•
•
mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation;
zones tampon;
plantes rares;
régions au potentiel archéologique élevé;
champs de captage et bassins hydrographiques protégés;
surveillance des ressources archéologiques;
emplacements d’autres zones écosensibles.
Permis requis
•
•
Chaque PPEPS est soumis au MENB aux fins d'examen et une approbation doit
être obtenue avant le début de la construction.
Si les PPEPS n'ont pu être élaborés au moment de l'examen du PGE, ils seront
soumis séparément au MENB aux fins d'examen et d'approbation, lorsqu'ils
deviennent disponibles.
Responsabilités
Le MDTNB est responsable de l’élaboration et de la distribution du PPE propre au site
au besoin.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que le PPE propre au site est mis en œuvre.
4.5.3 Mesures de compensation pour l'habitat du poisson
Pendant les phases de planification, de conception et de construction et d'EER, le
MDTNB tient compte des contraintes environnementales, des préoccupations et des
considérations en fonction des moyens de protection suivants, en ordre de priorité :
•
68
Évitement – prévenir les impacts sur l'habitat en modifiant les alignements, les
tracés, les emplacements du projet, etc.;
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
Diminution – réduire les effets négatifs d'un projet grâce à des mesures
d'atténuation lorsqu'il a été déterminé qu'il n'existe aucune solution de rechange
raisonnable pour permettre d'éviter les répercussions sur l'habitat;
Compensation – contrebalancer les pertes inévitables.
Le MDTNB n'a souvent pas d'autres solutions que de compenser les impacts à la suite
de la DDPP de l'habitat du poisson liée aux traverses de cours d'eau de l'infrastructure
routière.
La détérioration, la destruction ou la perturbation possibles (DDPP) de l'habitat du
poisson est réglementée en vertu du paragraphe 35(2) de la Loi sur les pêches qui
autorise une DDPP de l'habitat du poisson par le ministre ou par un règlement de la loi.
Des mesures de compensation de l'habitat (compensation de l'habitat du poisson)
doivent être mises en place si une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches est émise afin
d'assurer le respect du principe d'aucune perte nette de la capacité de production de
l'habitat en vertu de la Politique de la gestion de l'habitat du poisson (Politique de
l'habitat) (1986) du MPO.
Pour assurer le respect du principe d'aucune perte nette de la capacité de production de
l'habitat en vertu de la Politique de gestion de l'habitat du poisson (Politique de l'habitat)
(1986) du MPO lorsqu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant
l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches est émise, le MDTNB doit mettre
en place des mesures de compensation. La Politique de l'habitat du MPO définit la
compensation ainsi :
« Remplacement de l'habitat naturel, augmentation de la capacité de
production des habitats existants ou maintien de la production de poisson
par des moyens artificiels, dans des circonstances dictées par les conditions
socioéconomiques et lorsque les techniques d'atténuation ne parviennent
pas à maintenir la productivité des stocks de poisson. »
Une fois qu'un projet déclenche une DDPP, le MDTNB doit définir des projets de
mesures possibles de compensation des impacts sur l'habitat du poisson en consultation
avec d'autres membres du personnel de son ministère, des organisations non
gouvernementales, des organismes sans but lucratif et le MPO, pour compenser les
effets négatifs liés à la DDPP de l'habitat du poisson.
Pour chaque projet de mesures de compensation jugé faisable, un plan de
compensation est élaboré et soumis au MPO aux fins d'examen et d'approbation. Une
fois le projet approuvé par le MPO, il est alors mis en œuvre.
69
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
70
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.0 Construction et EER
La section qui suit contient de l'information sur des mesures de protection
environnementale précises applicables aux activités de construction et d'exploitation,
d'entretien et de remise en état (EER) du ministère des Transports du
Nouveau-Brunswick.
Phase de construction
La phase de construction d'un projet routier consiste en la mise en œuvre physique des
résultats des phases de planification et de tracé des routes. Les activités de construction
exigent généralement le déplacement de matériaux de déblai (sol et roches), ainsi que
la mise en place de granulats et l'application d'enduits superficiels (revêtement en
pierres concassées bitumées et bitume). Les activités de construction peuvent exposer
de grandes surfaces. Il s'agit des activités de construction suivantes :
•
•
•
•
•
•
défrichage;
essouchement;
excavation;
construction de levées de terre;
élimination des déchets;
utilisation de carrières de gravier ou de pierre.
Les sols exposés, en particulier les sols extrêmement érodables, peuvent être à l'origine
de problèmes environnementaux s'ils ne sont pas protégés. L'érosion des sols peut
entraîner la sédimentation des terres humides et des cours d'eau environnants. La
sédimentation peut avoir de lourdes conséquences à long terme pour les poissons et la
population.
En plus de l'érosion et de la sédimentation, les activités de construction peuvent
comporter d'autres risques environnementaux. La construction de chaussées et de
structures pourraient introduire de nouveaux dangers potentiellement néfastes pour
l'environnement.
Exploitation, entretien et remise en état (EER)
La phase d'EER comprend l'exploitation et la préservation des infrastructures existantes,
y compris l'entretien et la remise en état des chaussées et des structures.
La phase d'EER pose des problèmes environnementaux similaires à ceux de la phase
de construction, tels que l'érosion et la sédimentation; toutefois, il existe d'autres
préoccupations environnementales propres aux activités d'EER, comme le déneigement
et l'enlèvement de la glace, ou l'exploitation de traversiers.
71
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.1 Béton bitumineux
Description
Le béton bitumineux est un mélange de matériaux bitumineux, de gros granulats et de
granulats fins utilisé pour créer une surface carrossable pour la circulation des véhicules
et des piétons. La présente section porte sur le chargement, le transport, l'installation et
l'élimination du béton bitumineux traditionnel mélangé à chaud et du béton bitumineux
recyclé.
La présente section ne traite que du béton bitumineux. Les installations mobiles de
préparation d'asphalte sont traitées dans la section 5.17 – Gestion des installations
auxiliaires temporaires.
Préoccupations
Les effets environnementaux potentiels associés au chargement, au transport, à
l'installation et à l'élimination du béton bitumineux sont les suivants :
•
•
la manutention inappropriée des produits pétroliers et/ou des produits chimiques;
l'élimination inappropriée des résidus d'asphalte et de l'asphalte excédentaire.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Des agents d'enlèvement d'asphalte écologiques doivent être utilisés au lieu du
carburant diesel pour les caisses de camion et d'autres équipements tels que les
rouleaux.
b) Les agents d'enlèvement utilisés pour graisser les caisses de camion ne doivent
être utilisés qu'à l'installation de préparation d'asphalte dans un endroit où le
produit pulvérisé et déversé peut être contenu, afin d'éviter un rejet accidentel
dans l'environnement.
c) La gestion des déversements de solvants utilisés pour nettoyer les outils utilisés
pendant l'installation du béton bitumineux doit respecter les lignes directrices
indiquées dans la section 5.12 – Gestion des déversements.
d) L'élimination des matières dangereuses doit être conforme à la section 5-13 –
Stockage et manutention des produits pétroliers et à la section 5.14 – Stockage
et manutention d'autres matières dangereuses.
e) Les résidus d'asphalte et l'asphalte excédentaire doivent être correctement
éliminés, conformément à la section 5.20 – Gestion des déchets. L'asphalte durci
est considéré comme un « remblai propre » par le MENB s'il n'est pas exposé à
une source de chaleur.
72
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
L'équipement utilisé pour le chargement, le transport, l'installation et l'élimination
du béton bitumineux doit être en bon état et exempt de fuite.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.1 – Liste de contrôle relative au béton bitumineux
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.2 Déplacement des castors et enlèvement des
barrages de castors
Description
Le déplacement des castors et l'enlèvement de leurs barrages peuvent être nécessaires
en raison de l'impact des inondations et des remous qu'ils entraînent sur l'infrastructure
routière.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'enlèvement des barrages de
castors sont les suivants :
•
•
•
•
la sédimentation des cours d'eau ou des terres humides et l'érosion des routes
et des propriétés adjacentes;
la mise en danger de la faune qui pourrait vivre dans cette zone;
la destruction de l'habitat faunique;
les inondations et les dommages potentiels causés à la route si on laisse en
place un barrage de castors.
Permis requis
•
•
Un permis MCETH est nécessaire avant qu'un barrage de castors puisse être
enlevé. Un permis provisoire MCETH est généralement suffisant pour enlever un
barrage de castors dans la période libre de glace (de mai à novembre environ),
pendant laquelle toutes les conditions du permis provisoire peuvent être
atteintes. L'enlèvement des barrages en dehors de cette période nécessiterait un
permis MCETH standard.
Il faut déterminer si un étang de castors est une terre humide ou non avant la
délivrance d'un permis. Pour ce faire, il suffit de consulter l'inventaire des terres
humides du ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick, l'atlas
des terres humides du Service canadien de la faune, les photographies
aériennes et les biologistes spécialisés dans les terres humides.
73
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
La demande de permis MCETH pour l'enlèvement d'un barrage associé à un
étang de castors considéré comme une terre humide devra en plus être
minutieusement examinée par le MENB, et nécessitera peut-être des
compensations (voir la section 5.23.10 – Terres humides). Lorsqu'une terre
humide est concernée, prévoir suffisamment de temps (p. ex. au moins deux
mois) pour obtenir les permis standard MCETH.
Si une terre humide associée à un barrage de castors fait plus de 2 ha, un
enregistrement en vue d'une étude d'impact sur l'environnement est nécessaire,
à moins que l'enlèvement ne fasse partie d'un projet à plus grande échelle déjà
enregistré dans le cadre du Règlement sur les études d'impact sur
l'environnement.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) L'enlèvement des barrages de castors sera effectué conformément au Manuel de
gestion de l'entretien des routes.
c) Dans la mesure du possible, des outils de gestion des barrages de castors, tels
que les dispositifs de régulation du niveau des étangs, les grillages au niveau
des ponceaux et d'autres méthodes destinées à limiter le niveau de l'eau sans
nuire aux castors, doivent être envisagés comme une solution de rechange à
l'enlèvement des barrages. Ces dispositifs doivent prendre en compte le débit de
l'eau et le passage des poissons. Le MRNNB doit être consulté au moment du
choix de ces solutions de rechange.
d) Dans la mesure du possible, l'abaissement du niveau de l'eau et l'enlèvement
des barrages de castors dans les étangs ou les terres humides où l'on a observé
des espèces sauvagines en train de nidifier ou d'élever des petits, doivent être
effectués après le départ des nichées.
e) Le ou les castors doivent être déplacés par un agent de contrôle des animaux de
la faune nuisibles titulaire d'un permis ou un piégeur titulaire d'un permis avant
l'enlèvement du barrage. Il peut aussi s'agir d'un employé du ministère des
Transports du Nouveau-Brunswick qui a suivi le cours de formation au piégeage
du MRNNB et qui détient un permis de prise d'animaux à fourrure en vigueur, ou
encore d'un entrepreneur privé titulaire d'un permis.
f)
Une fois l'étang asséché, toutes les zones exposées doivent être stabilisées.
g) L'élimination des débris ou des matériaux de déblai liés à l'enlèvement du
barrage doit être effectuée conformément à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
74
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.2 – Liste de contrôle relative à l'enlèvement des barrages de
castors
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.3 Défrichage
Description
Le défrichage consiste à couper et à récupérer tout le bois d'œuvre commercialisable et
à se départir de tous les autres arbres, billes et broussailles. Le bois d'œuvre qualifié de
commercialisable est du bois pour lequel il existe un marché bien établi à proximité du
Contrat.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux travaux de défrichage sont
les suivants :
•
•
•
•
•
•
l'utilisation d'équipement lourd et l'enlèvement d'arbres matures et de rémanents
pendant les travaux de défrichage;
l'érosion et la sédimentation résultant de l'exposition du sol en raison de
l'utilisation d'équipement lourd et de l'enlèvement d'arbres matures et de
rémanents pendant les travaux de défrichage;
les pratiques de défrichage peuvent aussi créer divers problèmes comme des
problèmes de drainage, le dérangement du déplacement des poissons dans un
cours d'eau, le dérangement d'oiseaux dans une phase critique de la nidification,
la perturbation des aires d'hivernage du chevreuil, etc.;
la perturbation ou la destruction des zones écosensibles (ZE);
l'impact sur les cours d'eau et les terres humides;
un entretien inapproprié de l'équipement et une manutention inappropriée des
carburants.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Si le brûlage est autorisé, un permis de brûlage doit être obtenu auprès du
MENB et du MRNNB.
75
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les techniciens du MDTNB ou tout autre membre du personnel d'arpentage
doivent indiquer les limites du défrichage et toutes les ZE avant le début des
travaux de défrichage.
c) La plupart des travaux de défrichage de l'emprise ne doivent pas se faire
pendant la période de nidification des oiseaux migrateurs, généralement établie
er
entre le 1 mai et le 31 août.
d) Dans la mesure du possible, le défrichage doit avoir lieu en hiver sur sol gelé.
e) Il faut éviter de défricher pendant les périodes de neige abondante, lorsque le
déplacement des chevreuils est entravé ou que ceux-ci sont regroupés dans
leurs aires d'hivernage à l'intérieur ou à proximité de l'emprise.
f)
Des zones tampons s'étendront sur au moins 30 mètres de chaque côté d'un
cours d'eau ou d'une terre humide, et seront clairement indiquées. Dans le cas
des pentes raides ou des cours d'eau et des terres humides très sensibles, les
zones tampons pourront être étendues au besoin.
g) Il faut minimiser la perturbation du sol pour réduire le risque d'érosion et de
sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
h) Si les travaux de défrichage entraînent un orniérage ou une perturbation du sol,
le sol doit être immédiatement stabilisé. (Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion
et de la sédimentation)
i)
Il est interdit de pénétrer dans un cours d'eau ou une terre humide avec de
l'équipement.
j)
Il faut éviter d'utiliser de l'équipement lourd à moins de 10 mètres de la rive du
cours d'eau ou de la terre humide.
k) L'abattage directionnel manuel et la récolte manuelle doivent être effectués
lorsque les conditions du sol ne permettent pas l’accès de l'équipement lourd.
l)
Si des débusqueuses à câbles sont utilisées, tous les efforts doivent être
déployés pour prévenir l'orniérage des sols en utilisant les câbles à leur longueur
maximale.
m) Les arbres doivent être abattus de façon à tomber loin du cours d'eau ou de la
terre humide et non dans ceux-ci ou sur ceux-ci.
76
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
n) Il faut éviter de placer les longs débusquages de bois sur des pentes raides
voisines de cours d'eau ou de terres humides.
o) Les rémanents ne doivent être ni laissés ou placés dans les cours d'eau ou les
terres humides. Les arbustes, les rémanents et les autres débris doivent être
empilés à l'écart des cours d'eau ou des terres humides afin que les eaux de
crue ne les entraînent pas à l'intérieur de ceux-ci.
p) Dans la mesure du possible, il faut éviter les traverses de cours d'eau ou de
terres humides.
q) Le débusquage d'arbres en travers d'un cours d'eau ou d'une terre humide est
interdit.
r) Des ponts temporaires peuvent être utilisés pour faciliter la traverse des cours
d'eau ou des terres humides (Voir la section 5.17.6. – Traverses temporaires de
cours d'eau et de terres humides).
s) Les endroits où seront placés les traverses de pont temporaires et les passages
à gué doivent être approuvés par le MENB.
t)
Pendant l'installation des ouvrages de franchissement de cours d'eau, tout arbre
devant être coupé situé à moins de 10 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide doit être coupé soit à la main, soit avec un équipement restant à
l'extérieur de cette limite mais pouvant atteindre l'arbre pour le couper et pour
l'en sortir.
u) Le brûlage n'est généralement pas accepté dans l'emprise du MDTNB.
Toutefois, s'il est nécessaire de le faire, il faut consulter le MENB et le MRNNB et
obtenir une approbation avant de commencer le brûlage.
v) Le bois d'œuvre commercialisable doit être ébranché et enlevé du site, tandis
que le bois non commercialisable, les billes et les broussailles doivent être mis
en copeaux ou déchiquetés et laissés sur place ou enterrés dans les limites de
l'emprise (Voir la section 5.20 – Gestion des déchets).
77
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Zone correctement défrichée. Noter qu'il n'y a aucun arbre sur pied.
Plan rapproché de matières déchiquetées.
78
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
w) Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour éviter l'évacuation
ou le déversement de carburants ou d'huile dans l'environnement.
x) La machinerie et les polluants doivent être placés ou stockés dans des aires à
l'écart des inondations et qui se trouvent à au moins 30 mètres d'un cours d'eau,
d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
y) Toutes les routes empruntées pour le transport et pour accéder au chantier
pendant les travaux de défrichage devront respecter les mesures décrites dans
la section 5.17.5.
z) Tout l'équipement utilisé dans le cadre du défrichage doit être en bon état de
fonctionnement et exempt de fuite.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.3 – Liste de contrôle relative au défrichage
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.4 Ponceaux
Description
Un ponceau est un conduit destiné à contenir un cours d'eau. Il sert généralement à
faire passer l'eau sous une route, un chemin de fer ou une levée de terre. La présente
section décrit les préoccupations et les mesures de protection associées à l'installation,
à l'entretien et l'enlèvement des ponceaux.
L'installation peut être subdivisée en ponceaux à grand diamètre et en ponceaux à petit
diamètre. Il convient de souligner qu'une partie intégrante des travaux relatifs aux
ponceaux peut comprendre une dérivation provisoire ou permanente.
5.4.1
Installation des ponceaux à petit diamètre
Description
Les ponceaux à petit diamètre regroupent les ponceaux qui sont installés pour des voies
d'accès ou des accès à des propriétés dans les fossés de drainage et sous la surface
des routes pour le drainage transversal. Pour faire partie de cette catégorie, les eaux de
79
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
drainage passant par ces ponceaux ne devraient pas être considérées comme un cours
d'eau selon la définition du MENB.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'installation des ponceaux à
petit diamètre sont les suivants :
• l'érosion et la sédimentation pendant la construction;
• l'élimination des déchets;
• un entretien inapproprié de l'équipement et une manutention inappropriée des
carburants;
• les effets sur le poisson et son habitat;
• les impacts sur les cours d'eau et les terres humides.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) La taille des ponceaux devra être suffisante pour convenir à la dimension de la
zone de drainage concernée.
c) La dimension de la zone perturbée et la durée pendant laquelle elle est exposée
seront réduites au minimum.
d) La végétation existante doit être conservée à l'extérieur des limites de l'aire des
travaux.
e) Les sols exposés doivent être stabilisés quotidiennement au fur et à mesure de
l'avancement des travaux.
f)
Les activités de construction et d'exploitation, d'entretien et de remise en état
(EER) doivent coïncider avec la période de faible débit d'eau (du 1er juin au
30 septembre). La période des travaux effectués près des cours d'eau est
généralement limitée aux mois les plus secs de l'année, ce qui permet de réduire
les risques d'érosion et de sédimentation.
g) Pour que les travaux se fassent à sec et pour éviter que des sédiments pénètrent
directement dans les cours d'eau ou les terres humides, l'écoulement de surface
sera contrôlé des manières suivantes :
•
80
utilisation de la méthode d'endiguement et de pompage;
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
•
utilisation de digues et/ou de fossés pour dériver les eaux de ruissellement;
limitation de l'inclinaison des zones perturbées;
stabilisation des sols érodables avec du paillis, de la végétation, du perré;
rétention des sédiments à l'aide de barrages de retenue dans des fossés.
h) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront prises afin
d'éviter la sédimentation des cours d'eau et des terres humides environnantes
avant, pendant et immédiatement après l'installation des ponceaux, jusqu'à ce
que la zone soit définitivement stabilisée. (Voir la section 5.7 – Gestion de
l'érosion et de la sédimentation)
i)
Pour les ponceaux installés dans des pentes raides, des dissipateurs d'énergie
peuvent être nécessaires.
j)
L'entrée et la sortie du ponceau peuvent être protégées contre l'affouillement
(p. ex. bassin de dissipation d'énergie).
k) Les matériaux ou les déchets mis en tas doivent être placés loin du cours d'eau
ou de la terre humide et surveillés pour s'assurer qu'aucun sédiment ne pénètre
dans le cours d'eau ou la terre humide.
l)
L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
m) La stabilisation permanente doit être effectuée immédiatement après la fin des
travaux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.4.2
Installation des ponceaux à grand diamètre
Description
Les ponceaux à grand diamètre sont généralement les ponceaux installés pour les
traverses de cours d'eau et de terres humides et qui doivent laisser passer les poissons.
81
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'installation des ponceaux à
grand diamètre sont les suivants :
•
•
•
•
l'érosion causée par l'exposition des sols;
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels de carburant.
Permis requis
•
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Une consultation du MPO et/ou une autorisation pour détruire des poissons par
un moyen autre que la pêche dans le cadre de la Loi sur les pêches peuvent être
nécessaires si des travaux de dynamitage ont lieu à l'intérieur ou à proximité d'un
cours d'eau.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur
les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) La taille des ponceaux devra être suffisante pour convenir à la dimension de la
zone de drainage concernée.
c) La dimension de la zone perturbée et la durée pendant laquelle elle est exposée
seront réduites au minimum.
d) La végétation existante doit être conservée dans la mesure du possible.
e) Les sols exposés doivent être stabilisés quotidiennement au fur et à mesure de
l'avancement des travaux.
f)
82
Les activités de construction et d'exploitation, d'entretien et de remise en état
(EER) doivent coïncider avec la période de faible débit d'eau (du 1er juin au
30 septembre). La période d'exécution des travaux près de cours d'eau est
généralement limitée aux mois les plus secs de l'année, ce qui permet de réduire
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
les risques d'érosion et de sédimentation, ainsi que d'éviter les périodes de frai et
le début de la vie des poissons.
g) Les ponceaux à grand diamètre seront installés de manière à être isolés de
l'écoulement du cours d'eau. Pour que les travaux se fassent à sec et pour éviter
que des sédiments pénètrent directement dans les cours d'eau ou les terres
humides, l'écoulement de surface sera contrôlé des manières suivantes :
•
•
•
•
•
•
utilisation de la méthode d'endiguement et de pompage;
utilisation de digues et/ou de fossés pour dériver les eaux de ruissellement;
utilisation de dérivations provisoires ou permanentes;
limitation de l'inclinaison des zones perturbées;
stabilisation des sols érodables avec du paillis, de la végétation, du perré;
rétention des sédiments à l'aide de barrages de retenue dans des fossés.
h) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
i)
Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront prises afin
d'éviter la sédimentation des cours d'eau et des terres humides environnantes
avant, pendant et immédiatement après l'installation des ponceaux, jusqu'à ce
que la zone soit définitivement stabilisée. (Voir la section 5.7 – Gestion de
l'érosion et de la sédimentation)
j)
Pour les ponceaux installés dans des pentes raides, des dissipateurs d'énergie
peuvent être nécessaires.
k) L'entrée et la sortie du ponceau peuvent être protégées contre l'affouillement
(p. ex. bassin de dissipation d'énergie).
l)
Les matériaux ou les déchets mis en tas doivent être placés loin du cours d'eau
ou de la terre humide et vérifiés pour s'assurer qu'aucun sédiment ne pénètre
dans le cours d'eau ou la terre humide.
m) L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
n) La stabilisation permanente doit être effectuée immédiatement après la fin des
travaux.
Installation, inspection et réparation
Les installations de ponceaux à grand diamètre comprennent généralement :
1. l'arpentage et la conception du ponceau;
2. des permis et des approbations;
83
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
3. des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation à mettre en place avant
le début des travaux, notamment des barrières de retenue des sédiments le long
des rives des cours d'eau et des terres humides;
4. des dérivations provisoires ou permanentes au besoin;
5. le sauvetage de poissons au besoin;
6. l'excavation de tranchées pouvant nécessiter un dynamitage;
•
Les travaux de dynamitage à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau
doivent être effectués conformément aux Lignes directrices pour l'utilisation
des explosifs dans les eaux de pêche canadiennes. Il faut communiquer avec
le MPO, Programme de gestion de l'habitat, le plus tôt possible pour
déterminer les ressources à risque et dresser un plan d'atténuation efficace.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du
poisson aux termes de la Loi sur les pêches doit être obtenue, ce qui
nécessite au moins un examen préalable conformément à la LCEE si les
travaux dans le cours d'eau doivent entraîner une détérioration, une
destruction ou une perturbation possibles, telles qu'elles sont définies par le
MPO. Voir la section 5.8.2 – Dynamitage et la section 2.1.1 (Loi sur les
pêches).
•
Le dynamitage à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau ou d'une terre
humide peut être nécessaire pour l'installation de ponceaux. Le dynamitage
peut modifier ou perturber l'habitat du poisson ou encore blesser ou tuer des
poissons. Cela peut aussi avoir des conséquences sur les eaux souterraines
et déranger la population. Une détonation située à proximité de l'eau
provoque des ondes de choc qui ont un impact sur les poissons et sur leurs
œufs. L'ampleur des dommages dépend de facteurs tels que le type et la
taille de l'explosion, la profondeur de l'eau et les espèces concernées.
7. la préparation de la base (au besoin);
•
Le ponceau doit être installé sur un substrat solide. Un sol de fondation mou
doit être remplacé par un matériau granulaire propre (conformément aux
plans et aux spécifications) qui empêchera l'affaissement du ponceau.
8. le positionnement des ponceaux;
•
Le positionnement minutieux du ponceau conformément aux spécifications
de conception est essentiel pour qu'il soit efficace et que les poissons
puissent passer.
Le radier du ponceau doit être de 0,2 fois le diamètre du ponceau et être
placé à une profondeur maximale de 450 mm sous les seuils d'amont et
d'aval. De cette manière, la profondeur de l'eau dans le ponceau est égale à
celle du cours d'eau lorsque le débit des eaux est faible.
84
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Dérivation provisoire
Dérivation permanente
85
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
Le tuyau du ponceau doit dépasser de 0,3 mètre de chaque côté du remblai
placé autour de la structure.
•
Un perré et/ou des murs de tête en béton devront être placés à chaque
extrémité d'un ponceau à une hauteur d'au moins la moitié du diamètre du
tuyau au dessus du haut du tuyau et à une distante équivalente à au moins
un diamètre de tuyau de chaque côté du ponceau, immédiatement après
avec terminé l'installation du ponceau. Le reste des talus avant ne doit pas
avoir une pente supérieure à 2:1 (plan horizontal par rapport au plan vertical),
et doit être stabilisé de façon permanente contre l'écoulement.
9. le remblai de la tranchée;
10. le bassin de dissipation d'énergie (au besoin);
•
La construction d'un bassin de dissipation d'énergie pour le passage des
poissons et la dissipation de l'énergie s'effectue à la sortie des ponceaux
dans les cours d'eau poissonneux. Les bassins de dissipation d'énergie
favorisent le passage des poissons, créent une zone de repos pour les
poissons, réduisent l'affouillement et dissipent l'énergie. La largeur du bassin
doit être d'au moins deux fois le diamètre du ponceau et sa longueur doit être
équivalente à au moins trois fois le diamètre du ponceau, la profondeur
minimale étant d'un mètre.
Bassin de dissipation d'énergie
86
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
11. la stabilisation permanente.
•
L'utilisation de perré, de gabions, de géotextile (pas à l'intérieur du chenal),
d'ensemencement, de paillis ou d'une combinaison de ces méthodes est
nécessaire pour stabiliser la zone. Les nouveaux lits de cours d'eau peuvent
être revêtus de matériaux tels que du perré ou du gravier. Si les rives ont été
défrichées, il est recommandé de planter des arbres ou des arbustes.
•
Les talus en remblai de terre de chaque côté d'un ponceau placé dans un
cours d'eau poissonneux doivent être recouverts de roches propres (aussi
appelées protection contre l'érosion des talus en remblai avant), d'une
granulométrie de 50 à 250 mm, à une hauteur de 4 mètres au-dessus du
radier du ponceau ou à la couche de forme de l'accotement (selon celui qui
est le moins élevé), sur une distance de 25 à 75 mètres de chaque côté du
ponceau, en fonction de la topographie et de la dimension du ponceau. Un
paillis doit être placé au-dessus de ces talus de 4 mètres à la fin de chaque
journée de construction de remblai sur la même distance de chaque côté du
ponceau que pour la protection rocheuse (25 à 75 mètres). Lorsque la zone
doit faire l'objet d'un profilage de finition, des toiles de jute doivent être mises
en place, puis la zone doit être ensemencée hydrauliquement.
Stabilisation permanente du chantier, y compris la protection contre l'érosion des talus
en remblai avant
87
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou veillera à ce qu'ils soient surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.4.3
Dérivations de cours d'eau
Description
Les dérivations des cours d'eau permettent d'exécuter les travaux d'installation des
ponceaux à sec, pendant que l'eau et les poissons sont déviés de la zone de
construction. Les dérivations sont conçues pour permettre le passage des poissons
pendant la construction. Les dérivations peuvent être provisoires ou permanentes.
Une dérivation provisoire est utilisée pour dériver provisoirement le cours d'eau et
l'éloigner de la zone de construction du ponceau à l'aide de canaux ou par pompage.
Un canal de dérivation provisoire revêtu de plastique
88
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Une dérivation provisoire doit être capable de contrôler le débit du cours d'eau prévu.
Des pompes et des tuyaux (équipés de grillages) sont nécessaires, un ensemble pour
pomper l'eau et l'autre servant d'ensemble de secours.
Une dérivation permanente est créée lorsque le ponceau est installé à sec de manière
adjacente au lit naturel du cours d'eau. Après l'installation du ponceau, le cours d'eau
est dévié par les dérivations permanentes.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux dérivations sont les suivants :
•
•
•
•
l'érosion causée par l'exposition des sols;
la sédimentation du cours d'eau et/ou de la terre humide;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels de carburant.
Permis requis
•
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Une consultation du MPO et/ou une autorisation pour détruire des poissons par
un moyen autre que la pêche dans le cadre de la Loi sur les pêches peuvent être
nécessaires si des travaux de dynamitage ont lieu à l'intérieur ou à proximité d'un
cours d'eau.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur
les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les dérivations permanentes seront conçues en consultation avec le MPO.
c) Les dérivations doivent être construites conformément aux documents de
conception.
d) Des barrières provisoires seront utilisées pour isoler la dérivation du cours d'eau
pendant la construction.
89
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
e) Avant l'ouverture de la dérivation, le canal ne devra pas comporter de sédiments
et la zone environnante devra être stabilisée.
f)
Si l'eau ne s'écoule pas naturellement du chenal original après la dérivation du
cours d'eau, l'eau restante doit être pompée.
g) Si l'eau a une forte concentration en sédiments, elle devra être pompée vers un
bassin de décantation, un sac en toile filtrante ou une zone végétalisée à au
moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
h) Toutes les zones exposées seront stabilisées quotidiennement au fur et à
mesure de l'avancement des travaux. (Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion
et de la sédimentation.)
i)
Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
j)
Les pompes en service doivent être surveillées pour s'assurer de leur bon
fonctionnement.
k) Il faut minimiser la perturbation du sol.
l)
Le site doit être inspecté avant, pendant et après un événement pluvieux. Toute
lacune sera corrigée immédiatement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre des projets de construction ou d'EER, le MDTNB sera responsable de
planifier toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le
MDTNB surveillera les niveaux de TSS ou veillera à ce qu'ils soient surveillés au besoin.
90
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.4.4
Entretien des ponceaux
Description
Les ponceaux sont nettoyés et réparés au besoin pour garantir leur bon fonctionnement.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'entretien des ponceaux sont
les suivants :
•
•
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
l'érosion causée par les sols exposés;
les déversements accidentels de carburant;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Des mesures de lutte contre l'érosion appropriées doivent être mises en place
avant et pendant (au besoin) l'entretien, afin d'éviter que les sédiments ne
pénètrent dans le cours d'eau ou la terre humide.
c) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
d) Les matériaux indésirables (p. ex. des branches et des débris) doivent être
enlevés du ponceau ou du cours d'eau et doivent être correctement éliminés.
(Voir la section 5.20 – Gestion des déchets)
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
91
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou veillera à ce qu'ils soient surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.4.5
Enlèvement des ponceaux
Description
Les ponceaux peuvent devoir être remplacés à un moment donné en raison de leur âge,
de leur état, de leur défaillance, d'une capacité de débit insuffisante et/ou encore parce
qu’ils bloquent le passage des poissons.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'enlèvement des ponceaux sont
les suivants :
•
•
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
l'érosion causée par les sols exposés;
les déversements accidentels de carburant;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH et de l'autorisation pour des ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches (le
cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être
conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) L'enlèvement d'un ponceau existant doit être effectué de manière à ce que le
ponceau soit isolé de l'écoulement du cours d'eau.
c) Une dérivation effectuée à l'aide d'un endiguement et d'une pompe ou une
dérivation provisoire revêtue de plastique doit être utilisée pour garantir que le
92
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
débit naturel est ininterrompu et que la qualité de l'eau est maintenue pendant
l'enlèvement du ponceau. (Voir la section 5.4.3 – Dérivations de cours d'eau)
d) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
e) Tous les sols érodables exposés doivent être stabilisés par du perré, un
ensemencement hydraulique ou traditionnel et des couches de paillis à base de
foin ou de paille. (Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation)
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou veillera à ce qu'ils soient surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.5 Déviations
Description
Les activités de construction ou d'exploitation, d'entretien et de remise en état (EER) de
chaussées et de structures exigent souvent la déviation de la circulation autour du site
par l'utilisation de routes existantes ou la construction de déviations provisoires près du
site de construction.
Préoccupations
Les préoccupations environnementales associées à la déviation de la circulation sont les
suivantes :
• la pollution par le bruit;
• la pollution par la poussière;
• l'érosion ou la sédimentation.
93
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Toute structure provisoire requise dans le cadre d'une déviation doit être évaluée
par le MDTNB, en consultation avec les organismes de réglementation
appropriés, en tenant compte de l'hydrologie du cours d'eau, du moment de la
construction, du passage des poissons, de la navigation, des matériaux dans le
chenal du cours d'eau, du matériau sur la rive, du type et de la dimension de la
structure provisoire et des coûts généraux.
c) Des mesures de lutte contre l'érosion doivent être mises en place avant le début
des travaux de construction.
d) Les remblais des abords des structures de déviation provisoires doivent être
stabilisés contre l'érosion.
e) Sauf autorisation spéciale stipulée dans le permis MCETH, aucun remplissage
temporaire de tout ou partie d'un cours d'eau ou d'une terre humide n'est
autorisé lors de la construction d'une déviation.
f)
Les sites de déviation abandonnés doivent être profilés et stabilisés de façon
permanente. Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la sédimentation.
g) La pollution par la poussière doit être contrôlée conformément aux directives
définies dans la section 5.6 – Contrôle de la poussière.
h) La pollution par le bruit doit être contrôlée conformément aux directives définies
dans la section 5.23 –Travaux à proximité de zones écosensibles.
Installation, inspection et réparation
Lors de la construction d'une déviation, les procédures générales suggérées suivantes
devraient être respectées :
1. Circuler en véhicule le long de la déviation de jour comme de nuit. S'assurer que
les panneaux sont réfléchissants et qu'ils sont correctement installés. Dans le
cas contraire, les remplacer et les réinstaller
2. Circuler en véhicule le long de la déviation pour s'assurer que l'augmentation de
la circulation ne pose pas de problèmes d'érosion ou de sédimentation. En cas
94
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
de risque, mettre en place des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation.
3. S'assurer que la déviation ne pose pas de problème relativement à la poussière.
En cas de risque, s'assurer que des dépoussiérants sont disponibles.
4. S'assurer que l'augmentation de la circulation n'a pas d'incidence sur la pollution
par le bruit. En cas de risque, mettre en place des mesures de protection telles
que celles décrites dans la section 5.23 – Travaux à proximité de zones
écosensibles.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.5 – Liste de contrôle relative aux deviations
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.6 Contrôle de la poussière
Description
La poussière en suspension générée dans les conditions de sécheresse et de vent peut
représenter des risques, y compris pour la santé humaine. Des dépoussiérants, tels que
l'eau et les dépoussiérants chimiques, doivent être utilisés afin de limiter la quantité de
poussière en suspension.
Chantier nécessitant des dépoussiérants.
95
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.6.1
Eau
Description
L'eau, qui constitue le dépoussiérant le plus communément utilisé, peut être appliquée
sur des ouvrages afin de limiter les poussières diffuses.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation de l'eau comme
dépoussiérant sont les suivants :
•
•
•
•
en matière de contrôle de la poussière, l'eau ne constitue pas une solution
durable et plusieurs applications peuvent s'avérer nécessaires par jours secs et
venteux;
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides en raison de
l'écoulement de surface non maîtrisé;
les fuites de carburant accidentelles lors du pompage d'un cours d'eau ou d'une
terre humide;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée pour tout retrait d'eau d'un cours
d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) En cas de vents violents, les activités qui génèrent des poussières diffuses
doivent être limitées.
c) Le retrait d'eau des ruisseaux doit être limité afin de maintenir une profondeur et
un débit suffisants garantissant la protection de l'habitat et le passage des
poissons (p. ex. afin de ne pas réduire de manière significative le débit du cours
d'eau). Le retrait d'eau ne doit pas dépasser 37,5 % du débit moyen des mois de
juillet, août et septembre. Un lieu qui n'est pas un habitat du poisson, un grand
bassin ou un grand lac représente une source d'eau préférée pendant les mois
d'été alors que les écoulements des cours d'eau sont réduits.
d) Les camions d'eau ne doivent pas pénétrer dans les cours d'eau ou les terres
humides.
e) Les camions d'eau ne doivent pas descendre vers les rives des cours d'eau ou
des terres humides, à moins que la terre ne soit suffisamment ferme, afin d'éviter
la formation d'ornières.
96
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
En cas de perturbation du sol à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une
terre humide, le sol doit être stabilisé à l'aide d'une méthode de lutte contre
l'érosion approuvée. (Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.)
g) Le roc et le gravier peuvent être déplacés à la main afin d'obtenir une fosse pour
un tuyau d'aspiration, mais une fosse ne peut pas être créée à l'aide
d'équipement mécanique.
h) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
i)
Le ravitaillement en carburant et la réparation des camions d'eau, des pompes
ou de tout autre équipement ne doivent pas être effectués à moins de 30 mètres
d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
j)
Le stockage du carburant doit être effectué conformément aux directives définies
dans la section 5.13 – Stockage et manutention des produits pétroliers.
k) Du matériel de lutte contre les déversements doit être fourni avec l'équipement.
l)
Toute autre méthode de dépoussiérage que l'eau doit être approuvée par le
MDTNB.
m) L'eau utilisée pour le dépoussiérage ne doit pas s'écouler directement dans le
cours d'eau ou la terre humide.
n) Les camions d'eau doivent disposer d'un mode de contrôle du débit d'eau afin
qu'aucun excédent d'eau ne pénètre dans le cours d'eau ou la terre humide.
o) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place conformément aux documents de conception afin de lutter contre
l'écoulement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.6 – Liste de contrôle relative au contrôle de la poussière
Responsabilités
Dans le cadre des projets de construction, l'entrepreneur est responsable d'obtenir les
permis requis.
Dans le cadre des projets d'exploitation, d'entretien et de remise en état, MDTNB est
responsable d'obtenir les permis requis.
97
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.6.2
Dépoussiérants chimiques
Description
Les dépoussiérants chimiques peuvent être utilisés sur les chemins de terre pour le
contrôle de la poussière. Les dépoussiérants chimiques liquides doivent être appliqués
par des camions-citernes dans des conditions contrôlées. Les dépoussiérants chimiques
en poudre doivent être utilisés en application localisée dans des conditions contrôlées.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation des dépoussiérants
chimiques sont les suivants :
•
•
•
le renversement accidentel de matières dangereuses;
le stockage et la manutention de matières dangereuses;
l'utilisation de quantités inappropriées.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le document « Meilleures pratiques pour l’utilisation et l'entreposage des abatpoussières au chlore » (Environnement Canada, 2004b) doit être respecté.
b) Tous les dépoussiérants chimiques doivent être stockés conformément aux
directives définies dans la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres
matières dangereuses.
c) Les critères d'application doivent être conformes à ceux prescrits par le MDTNB
dans le Manuel de gestion de l’entretien des routes.
d) Leur application doit être restreinte à la surface de roulement.
e) Les camions-citernes utilisés pour appliquer le chlorure de calcium liquide ne
doivent pas être rincés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre
humide ou de toute autre zone écosensible.
f)
Les dépoussiérants chimiques ne doivent pas être appliqués à moins de
30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
g) Du ligninesulfonate ou de l'eau doit être utilisé dans les ZE reconnues.
98
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
h) Tous les dépoussiérants chimiques doivent être stockés conformément aux
directives définies dans la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres
matières dangereuses.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.6 – Liste de contrôle relative au contrôle de la poussière
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7 Gestion de l'érosion et de la sédimentation
5.7.1
Lutte contre l'érosion
Description
L'érosion correspond à la perte ou à l'enlèvement de terre ou de matériaux par l'action
du vent, de l'eau, du gel ou de la gravité. Voici quelques exemples d'érosion par l’eau :
•
•
•
•
•
érosion pluviale (par
éclaboussures);
érosion en nappe;
érosion en rigoles;
érosion en ravins;
érosion fluviale.
Les facteurs ayant
influence sur l'érosion
comprennent :
•
•
•
•
une
les caractéristiques
du sol;
la couverture végétale;
la topographie;
le climat.
Source : NRCS de l'USDA, 2002
La lutte contre l'érosion à l'aide de matériaux naturels ou fabriqués permet de prévenir et
de limiter l'érosion. Lorsque les mesures de lutte contre l'érosion sont correctement
mises en place et entretenues, elles peuvent aider à réduire la perte de terre et de
matériaux.
99
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux activités présentant un risque
d'érosion sont les suivants :
•
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
le contrôle de la poussière due à l'érosion éolienne;
les effets sur le poisson et son habitat.
Mesures de protection générales
Les mesures de protection générales suivantes doivent être envisagées lors de la
planification des activités de construction ou d'exploitation, d'entretien et de remise en
état présentant des risques d'érosion.
a) La dimension de la zone perturbée et la durée pendant laquelle elle est exposée
seront réduites au minimum.
b) La stabilisation des zones exposées doit être effectuée conformément aux
directives définies dans les permis applicables et dans la section 5.22 –
Avancement des travaux.
c) Les activités de construction et d'exploitation, d'entretien et de remise en état à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide doivent avoir lieu
entre le 1er juin et le 30 septembre.
d) Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place avant le début des travaux et selon les exigences ou les directives de
l'ingénieur pendant la durée des travaux.
e) La végétation existante doit être conservée dans la mesure du possible.
f)
Des saignées, des fossés et des digues doivent être utilisés pour dériver les
eaux de ruissellement vers des zones végétalisées à l'écart des cours d'eau et
des terres humides.
Les mesures de lutte contre l'érosion suivantes doivent être utilisées afin de prévenir et
de limiter l'érosion :
•
•
•
•
•
•
•
la terre végétale;
le paillage;
l'ensemencement hydraulique;
les toiles de jute;
les perrés;
le gazon de placage;
les arbres et arbustes.
Ces mesures de lutte contre l'érosion sont décrites en détail ci-dessous.
100
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.7.1.1
Terre végétale
Description
La terre végétale est un mélange de terre, de sable et de matières organiques appliqué
à l'aide de techniques d'ensemencement hydraulique afin de recouvrir les matières
érodables. La terre végétale favorise et permet la croissance de la végétation, aidant
ainsi à lutter contre l'érosion.
Afin d'être efficace, elle doit être utilisée conjointement avec d'autres méthodes de lutte
contre l'érosion.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'application de terre végétale
sont les suivants :
•
•
•
•
l'érosion des zones non établies;
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels et les fuites de carburant.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les surfaces devant être recouvertes de terre végétale doivent être profilées et
amenées à leur niveau final.
b) Les surfaces à recouvrir doivent être scarifiées ou ameublies à une profondeur
de 50 mm au plus une journée avant la mise en place de la couche de terre
végétale.
c) La terre végétale doit être appliquée également et uniformément sur les zones
préparées à une profondeur de 100 mm (+/- 25 mm).
d) Les grosses mottes de terre, racines, pierres et roches supérieures à 75 mm
devront être enlevées des talus.
e) Une fois que la terre végétale a été appliquée et que la zone a été débarrassée
des racines, des pierres, etc., la surface doit être aplanie afin de parvenir au
niveau final souhaité.
101
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Terre végétale sur un talus arrière. Enlèvement manuel des racines.
Ameublement de la terre végétale.
102
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Les tas de terre végétale doivent être situés à au moins 30 mètres des cours
d'eau ou des terres humides, où ils ne peuvent pas empêcher le drainage naturel
ni être une source d'envasement potentiel pour les cours d'eau et les terres
humides.
g) Les tas de terre végétale doivent être recouverts de paillis conformément aux
directives définies dans la section 5.22 – Avancement des travaux.
h) Une barrière de retenue des sédiments doit être installée autour des tas afin
d'empêcher la libération des sédiments dans les eaux de ruissellement.
i)
Une fois la terre végétale appliquée, la zone doit être stabilisée à l'aide de
techniques d'ensemencement hydraulique ou de paillage, conformément aux
directives définies dans les documents contractuels et dans les sections 5.7.1.2
et 5.7.1.3.
j)
Les ouvrages de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être installés
comme il est défini dans les documents contractuels et la section 5.7.2.
k) Les zones où de la terre végétale a été appliquée doivent être surveillées et
entretenues à compter de la date d'application de la terre végétale jusqu'à ce
que la végétation soit en mesure de remplir, de manière efficace, son rôle de
moyen de lutte contre l'érosion et la sédimentation.
l)
Avant, pendant et après tout événement pluvieux, la terre végétale doit être
inspectée pour d'éventuels signes d'érosion.
m) Toutes les anomalies observées pendant cette inspection devront être
immédiatement corrigées.
n) À moins d'être approuvée par le MDTNB, l'application de terre végétale n'est pas
autorisée après la semaine du 30 septembre.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
103
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.7.1.2
Paillage
Description
Le paillage permet de recouvrir provisoirement les sols exposés afin de réduire leur
érosion. Le paillage se fait sur les talus et autres zones exposées afin de prévenir
l'érosion et l'envasement des cours d'eau. Il peut également être utilisé conjointement
avec des techniques d'ensemencement hydraulique afin d'augmenter la température
des sols, de retenir l'humidité et de réduire le compactage, ce qui favorise la croissance
de la végétation.
Le paillis peut être composé des éléments suivants :
•
•
•
foin ou paille non traités en rouleaux ou en balles;
paille hachée, papier journal et fibres de coton traités (p. ex. en sacs
préemballés);
arbres déchiquetés (écorce ou matières ligneuses).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au paillage sont les suivants :
•
l'érosion et la sédimentation résultant :
o d'un avancement des travaux inapproprié;
o d'une application inappropriée (c.-à-d. durée d'exposition et moment
d'application du paillis);
o du manque d'entretien des zones recouvertes de paillis.
Permis requis
• L'obtention d'un permis MCETH est exigée pour tout retrait d'eau d'un cours
d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les zones exposées doivent être recouvertes de paillis conformément aux
directives définies dans la section 5.22 – Avancement des travaux.
c) Le paillis doit être exempt de mauvaises herbes et autres matières nuisibles.
d) Le paillis doit être conservé dans un endroit sec jusqu'à son application.
e) Les zones à recouvrir de paillis doivent être profilées et amenées à leur niveau
final avant l'application du paillis.
104
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Le paillage doit être effectué conformément aux documents contractuels ou aux
directives de l'ingénieur.
g) Un agent d'adhésivité (agent collant) doit être appliqué sur la zone recouverte de
paillis, conformément aux recommandations du fabricant, afin de s'assurer que le
paillis reste bien en place et qu'il ne peut être dispersé par l'eau ou le vent.
h) Lorsque la zone nécessitant une stabilisation provisoire est de petite dimension,
le paillis peut être appliqué manuellement en s'assurant que l'application se
fasse de manière égale et uniforme, et à une épaisseur qui permette de garantir
une protection efficace contre l'érosion et la sédimentation.
i)
Les zones recouvertes de paillis doivent être surveillées et entretenues à
compter de la date d'application du paillis jusqu'à ce que la végétation soit en
mesure de remplir, de manière efficace, son rôle de moyen de lutte contre
l'érosion et la sédimentation.
j)
Le paillis doit être inspecté avec attention avant, pendant et après tout
événement pluvieux.
k) Les zones recouvertes de paillis qui sont endommagées et/ou les zones
dénudées (à cause du vent, de l'eau ou autre) doivent être immédiatement
rétablies.
l)
Le paillage doit être effectué conformément aux directives définies dans la
section 5.22 – Avancement des travaux.
m) Le paillage représentant une mesure provisoire, donc les zones concernées
doivent être stabilisées de façon permanente le plus tôt possible.
n) S'il faut de l'eau, les camions d'eau ne doivent pas circuler dans le cours d'eau
ou la terre humide. Et ils ne doivent pas circuler sur les rives des cours d'eau ou
des terres humides, à moins que la terre ne soit suffisamment ferme, afin d'éviter
la formation d'ornières.
p) Le retrait d'eau des cours d'eau doit être limité afin de maintenir une profondeur
et un débit suffisants garantissant la protection de l'habitat et le passage des
poissons (p. ex. afin de ne pas réduire de manière significative le débit du cours
d'eau). Le retrait d'eau ne doit pas dépasser 37,5 % du débit moyen des mois de
juillet, août et septembre. Un habitat qui n'est pas un habitat du poisson, un
grand bassin ou un grand lac représente une source d'eau préférée pendant les
mois d'été alors que les écoulements des cours d'eau sont réduits.
q) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
105
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
r) Le paillis doit être maintenu en bon état depuis sa mise en place jusqu'à
l'achèvement des travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et l'écoulement printanier,
et/ou selon les conditions définies dans le permis MCETH.
s) Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion.
Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
Paillage – application à l'aide de méthodes mécaniques.
106
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Couverture appropriée.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Dans le cadre des projets de construction, l'entrepreneur est responsable d'obtenir les
permis requis.
Dans le cadre des projets d'exploitation, d'entretien et de remise en état, le MDTNB est
responsable d'obtenir les permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.3
Ensemencement hydraulique
Description
L'ensemencement hydraulique permet d'établir une croissance permanente de la
végétation dans des zones où le sol est exposé, et ce, afin de prévenir l'érosion.
L'ensemencement hydraulique consiste en l'application par pulvérisation d'un mélange
de semences, d'engrais, de paillis hydraulique, d'un agent d'adhésivité, d'un colorant
vert et d'eau.
107
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Il existe cinq types d'ensemencement hydraulique :
•
Ensemencement hydraulique
paillis.
Ensemencement hydraulique
sans paillis.
Ensemencement hydraulique
paillis.
Ensemencement hydraulique
avec paillis.
Ensemencement hydraulique
matrice de fibres liées.
•
•
•
•
de type A : mélange pour bords de route sans
de type AM : mélange pour terrains municipaux
de type B : mélange pour bords de route avec
de type BM : mélange pour terrains municipaux
de type C : mélange pour bords de route avec
Les types A et B (mélanges pour bords de route) sont généralement utilisés dans toutes
les activités de construction et d'exploitation, d'entretien et de remise en état. Les
types AM et BM (mélanges pour terrains municipaux) sont utilisés pour les terrains
municipaux et les pelouses résidentielles. Le type C est utilisé sur les pentes raides.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'ensemencement hydraulique
sont les suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation résultant :
o de l'avancement des travaux inapproprié (c.-à-d. durée d'exposition et
moment de l'ensemencement);
o d'un taux d'application inapproprié;
o du manque d'entretien des zones ensemencées.
les zones à ensemencer doivent être ameublies ou laissées telles quelles,
exemptes d'ornières, de sillons et de matériaux tels que des mauvaises herbes,
des branches, des racines ou des grosses pierres susceptibles d'empêcher la
croissance des semences et la tonte;
l'ensemencement hydraulique doit être effectué conformément aux documents
de conception ou aux directives de l'ingénieur.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée pour tout retrait d'eau d'un cours
d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
108
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) L'ensemencement hydraulique ne doit pas être effectué sur les sols durcis,
érodés ou couverts de couches durcies.
c) Les zones à ensemencer doivent être profilées ou amenées à leur niveau final
avant l'ensemencement.
d) L'ensemencement hydraulique doit être effectué dans les 48 heures suivant la
préparation de la surface.
e) Les semences doivent être conservées dans un endroit sec jusqu'à leur
application.
f)
Les grandes surfaces doivent être ensemencées à l'aide de méthodes
mécaniques.
Ensemencement hydraulique — application à l'aide de méthodes mécaniques.
g) Les petites surfaces peuvent être ensemencées manuellement à l'aide de
mélanges de semences commerciaux conformément aux directives du fabricant.
h) L'ensemencement doit être effectué de manière égale et uniforme. La présence
de colorant vert dans le mélange permet de vérifier visuellement
l'ensemencement.
109
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Couverture appropriée.
i)
Le taux d'application pour l'ensemencent hydraulique est indiqué dans le devis
type, à la section 614 – Ensemencement hydraulique.
j)
Après la fête du Travail, seul l'ensemencement hydraulique de type B est
autorisé.
k) L'ensemencement hydraulique est interdit après la semaine du 30 septembre.
Au-delà de cette date, une stabilisation est requise et elle doit être effectuée
conformément aux directives définies dans la section 5.7.1.2 – Paillage.
l)
L'ensemencement hydraulique ne doit pas être effectué par temps de vent ou de
forte pluie.
m) Les zones ensemencées doivent être surveillées et entretenues à compter de la
date d'application jusqu'à ce que la végétation soit en mesure de remplir, de
manière efficace, son rôle de moyen de lutte contre l'érosion et la sédimentation.
n) Les zones ensemencées doivent être inspectées avec attention avant, pendant
et après tout événement pluvieux.
o) Les zones ensemencées qui sont endommagées, les zones dont la surface n'est
pas correctement ensemencée et les zones dénudées doivent être
immédiatement rétablies.
110
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
p) L'ensemencement hydraulique doit être effectué conformément aux directives
définies dans la section 5.22 – Avancement des travaux.
q) Le retrait d'eau des cours d'eau doit être limité afin de maintenir une profondeur
et un débit suffisants garantissant la protection de l'habitat et le passage des
poissons (p. ex. afin de ne pas réduire de manière significative le débit du cours
d'eau). Le retrait d'eau ne doit pas dépasser 37,5 % du débit moyen des mois de
juillet, août et septembre. Un habitat qui n'est pas un habitat du poisson, un
grand bassin ou un grand lac représente une source d'eau préférée pendant les
mois d'été alors que les écoulements des cours d'eau sont réduits.
r) Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux doivent être équipés de grillages à
poissons conformément aux Directives concernant les grillages à poissons
installés à l’entrée des prises d’eau douce établies par le MPO.
s) L'ensemencement hydraulique doit être maintenu en bon état depuis sa mise en
place jusqu'à l'achèvement des travaux.
t)
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion.
Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Dans le cadre des projets de construction, l'entrepreneur est responsable d'obtenir les
permis requis.
Dans le cadre des projets d'exploitation, d'entretien et de remise en état, le MDTNB est
responsable d'obtenir les permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.4
Toiles de jute
Description
Les toiles de jute sont fabriquées à partir de fibres de jute, que l'on tisse afin d'obtenir un
filet présentant des ouvertures de maille qui permettent à l'herbe de pousser. Les toiles
de jute peuvent être utilisées dans les fossés ou sur les talus afin de limiter l'érosion
jusqu'à ce que ces zones soient revégétalisées. Les toiles de jute sont généralement
utilisées conjointement avec l'ensemencement hydraulique.
111
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux toiles de jute sont les
suivants :
•
•
•
l'avancement des travaux inapproprié (c.-à-d. durée d'exposition et moment de
mise en place de la toile de jute);
la mise en place inappropriée des toiles de jute;
le manque d'entretien des toiles de jute.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les toiles de jute doivent être mises en place conformément aux documents de
conception ou aux directives de l'ingénieur.
b) Les toiles de jute ne doivent être mises en place que si la végétation peut encore
profiter de la saison de croissance pour s'établir. Lorsque la saison est déjà trop
avancée, il convient de conserver les ouvrages de lutte contre l'érosion et
d'appliquer du paillis sur l'intégralité de la zone.
c) Les zones à recouvrir de toiles de jute doivent être profilées et amenées à leur
niveau final.
d) Tout ouvrage de lutte contre l'érosion installé dans un fossé doit être enlevé
avant la mise en place des toiles de jute.
e) Les toiles de jute doivent être mises en place sur toute la longueur du fossé et/ou
du talus préparé et fixées à l'aide d'agrafes.
f)
112
Pour la mise en place dans un fossé, respecter les étapes suivantes :
• Trois (3) nappes de toile de jute doivent être posées.
• La première nappe doit être posée dans le fond du fossé.
• Les deux autres nappes sont posées sur les talus avant et arrière, et doivent
chevaucher la nappe du fond sur 250 mm.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mise en place dans un fossé
g) Pour la mise en place sur des talus, respecter les étapes suivantes :
• Des nappes de toile de jute en nombre suffisant devront être utilisées pour
recouvrir la zone requise.
• Les nappes devront se chevaucher sur 250 mm.
h) Une fois mises en place, les toiles de jute devront être agrafées au sol afin de
rester en place.
i)
Les zones recouvertes de toiles de jute doivent immédiatement faire l'objet d'un
ensemencement hydraulique conformément aux directives définies dans la
section 5.7.1.3 – Ensemencement hydraulique.
Détail de l'agrafe
113
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
j)
Les zones recouvertes de toiles de jute doivent être inspectées avant, pendant et
après tout événement pluvieux.
k) Les zones recouvertes de toiles de jute qui sont endommagées doivent être
immédiatement recouvertes d'une nappe de toile de jute agrafée au sol.
l)
Les toiles de jute doivent être maintenues en bon état depuis leur mise en place
jusqu'à l'achèvement des travaux et jusqu'à ce que la végétation soit établie.
Mise en place de toiles de jute dans un fossé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.5
Perrés
Description
Les perrés sont généralement utilisés pour la lutte contre l'érosion sur les talus et les
fossés qui ont des pentes raides où un volume et un débit élevés d'eau sont attendus et
où la végétation a de la difficulté à s'établir. Ils peuvent également être utilisés si un
suintement se produit sur les talus, mais également afin de stabiliser les effondrements
114
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
de talus. En outre, les perrés peuvent servir de mesures de protection autour des
ponceaux et dans les chenaux de cours d'eau. Les perrés sont considérés comme des
mesures permanentes de lutte contre l'érosion.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux perrés sont les suivants :
•
l'érosion et la sédimentation résultant :
o de perrés de dimensions inappropriées provoquant le déplacement des
matériaux et des zones exposées qui deviennent ainsi sujettes à
l'érosion,
o de la mise en place inappropriée des perrés provoquant des
déplacements et des effondrements de talus.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les dimensions des perrés doivent être conformes aux exigences relatives à leur
utilisation et à leur application.
c) Leur mise en place doit être conforme aux documents de conception ou aux
directives de l'ingénieur.
d) Les perrés ne doivent pas provenir d'une source pouvant produire de l'acide.
e) Les talus, fossés et canaux à être recouverts de perrés doivent être construits
conformément aux documents de conception ou aux directives de l'ingénieur.
f)
Conformément aux documents contractuels ou aux directives de l'ingénieur, du
géotextile doit être installé et agrafé au sol afin de prévenir tout glissement avant
la mise en place des perrés. Nota : Le géotextile ne doit pas être utilisé dans ou
sur les rives des cours d'eau poissonneux.
g) Lorsque plusieurs couches de géotextile sont requises, elles doivent se
chevaucher.
115
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mise en place d'un perré sur un talus arrière.
h) Une protection de perré sera mise en place au pied du talus afin d'empêcher les
matériaux de glisser le long du talus avant.
i)
Une protection de perré sera mise en place au fond du talus arrière pour
empêcher les matériaux de glisser le long du talus.
j)
Les matériaux de déblai doivent être transportés dans un lieu situé à au moins
30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
k) Les déchets doivent être stabilisés.
l)
Les zones recouvertes de perrés doivent être maintenues en bon état depuis leur
mise en place jusqu'à l'achèvement des travaux.
m) Le perré doit être inspecté avant, pendant et après tout événement pluvieux.
n) Toute zone endommagée doit être immédiatement rétablie.
o) Lorsqu'un perré doit être mis en place à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou
d'une terre humide, un permis MCETH est requis.
p) Toutes les conditions du permis MCETH doivent être respectées.
116
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Perré utilisé comme protection d'un ponceau et d'un chenal.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.6
Gazon de placage
Description
Le gazon de placage est du gazon adulte précultivé, disponible en plaques ou en
rouleaux d'une certaine épaisseur, avec le sol sous-jacent et les racines. Le gazon de
placage peut être utilisé pendant l'arrière-saison pour recouvrir de petites surfaces
lorsqu'il est trop tard pour un ensemencement hydraulique, mais qu'une stabilisation
immédiate est requise. On le considère comme une mesure permanente de lutte contre
l'érosion.
117
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au gazon de placage sont les
suivants :
•
l'érosion et la sédimentation résultant :
o de l'avancement des travaux inapproprié (c.-à-d. moment de mise en
place du gazon de placage);
o de l'installation inappropriée du gazon de placage;
o du manque d'entretien des zones engazonnées.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le gazon de placage ne peut être utilisé que s'il peut encore profiter de la saison
de croissance pour s'établir.
b) Les surfaces à engazonner doivent être profilées et amenées à leur niveau final.
c) Les surfaces à engazonner seront recouvertes de terre végétale conformément
aux directives définies dans la section 5.7.1.1 – Terre végétale.
d) Les surfaces seront également recouvertes d'engrais avant d'être engazonnées.
e) L'intégralité des surfaces à engazonner sera arrosée avant la pose du gazon de
placage.
f)
Les plaques de gazon seront disposées de façon que les rangées contiguës
soient décalées pour s'assurer que les joints ne sont pas alignés (à la manière
de rangées de briques).
g) Sur les talus, le gazon de placage doit être maintenu en place à l'aide d'agrafes
ou de piquets.
h) Une fois le gazon de placage en place, il doit être arrosé abondamment.
i)
Les surfaces engazonnées doivent être arrosées quotidiennement jusqu'à ce que
le gazon soit établi.
j)
Le gazon de placage doit être surveillé et maintenu en bon état depuis sa mise
en place jusqu'à ce que la surface engazonnée soit en mesure de remplir, de
manière efficace, son rôle de moyen de lutte contre l'érosion et la sédimentation.
k) Le gazon de placage doit être inspecté avant, pendant et après tout événement
pluvieux.
118
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l)
Les surfaces engazonnées qui sont endommagées ou mortes doivent être
immédiatement rétablies.
Gazon de placage avant installation
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.7
Arbres et arbustes
Description
L'utilisation d'arbres et d'arbustes constitue une autre méthode de stabilisation des talus.
Leur système radiculaire pénètre profondément dans la couche inférieure du sol,
permettant ainsi d'accroître la stabilité de celui-ci. Ils peuvent également être utilisés
pour fournir de l'ombre aux cours d'eau afin de réduire la température de l'eau et
d'améliorer l'habitat du poisson.
119
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation d'arbres et
d'arbustes sont les suivants :
•
l'érosion et la sédimentation résultant :
o de l'avancement des travaux inapproprié (c.-à-d. moment de la plantation des
arbres et des arbustes);
o de la plantation inappropriée des arbres et des arbustes;
o de l'entretien inapproprié des arbres et des arbustes plantés.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les arbres et les arbustes ne peuvent être plantés que s'ils peuvent encore
profiter de la saison de croissance pour s'établir.
b) Les zones à planter doivent être profilées et amenées à leur niveau final.
c) Les arbres et les arbustes doivent
recommandations des fournisseurs.
être
plantés
conformément
aux
d) Les arbres et les arbustes doivent
recommandations des fournisseurs.
être
arrosés
conformément
aux
e) Les arbres et les arbustes doivent être surveillés et entretenus depuis leur
plantation jusqu'à ce qu'ils soient établis.
f)
120
Les arbres et les arbustes morts doivent être remplacés.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Arbres et arbustes plantés le long du chenal d'un cours d'eau.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.1.8
Autres types de mesures de lutte contre l'érosion
Description
Les autres matériaux pouvant être utilisés comme mesures de lutte contre l'érosion sont
les suivants :
•
Film plastique (polyéthylène)
o Du film plastique (polyéthylène) peut être utilisé pour recouvrir les
surfaces nécessitant une protection immédiate. Le film plastique est
généralement utilisé pour les dérivations provisoires des cours d'eau,
mais il peut également être utilisé pour recouvrir les petits tas.
121
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
Gravier
o Du gravier peut être utilisé pour recouvrir les matériaux érodables. Le
gravier doit être propre afin de ne pas provoquer de sédimentation.
•
Gabions
o Les gabions peuvent être utilisés sur les pentes raides où la stabilité est
primordiale.
Préoccupations
Chacun des matériaux susmentionnés présente des avantages et des inconvénients qui
doivent être pris en compte avant toute installation.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Le type de matériau à utiliser dépend de plusieurs facteurs, notamment :
•
•
•
•
la longueur et la pente du talus;
les conditions du sol;
la source d'eau (eau pluviale, ruissellement en nappe, suintement);
le volume d'eau attendu.
b) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
Liste de contrôle et rappels
Aucun signalé.
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
122
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.7.2
Retenue des sédiments
Description
On appelle « sédiments » les particules fines du sol produites par l'érosion, et
« sédimentation », le transport et le dépôt des sédiments produits par l'érosion. Les
mesures de lutte contre la sédimentation permettent de retenir, de contrôler et de filtrer
les eaux chargées de sédiments avant leur déversement. Lorsque les mesures de lutte
contre la sédimentation sont correctement mises en place et entretenues, elles peuvent
aider à réduire les effets liés à la sédimentation.
Dès que le sol est exposé, il y a risque que des sédiments pénètrent dans un cours
d'eau ou une terre humide. Afin de prévenir la sédimentation, le Ministère utilise, entre
autres, les mesures suivantes :
• les barrières de retenue des sédiments;
• les bassins de décantation;
• les ouvrages de lutte contre l'érosion;
• les canaux sur appuis (tuyaux de drainage inclinés).
Ces mesures de lutte contre la sédimentation sont décrites en détail ci-dessous.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux activités pouvant entraîner
une sédimentation sont les suivants :
• la sédimentation des cours d'eau peut avoir des effets néfastes sur l'habitat du
poisson;
• les matières en suspension peuvent endommage ou obturer les branchies des
poissons et les tuer;
• des particules peuvent se déposer dans les frayères étouffant et tuant ainsi les
œufs en incubation;
• la turbidité (manque de clarté de l'eau) diminue la quantité de lumière du soleil
dont disposent les algues et les plantes aquatiques, réduisant de ce fait les
réserves alimentaires nécessaires à la vie aquatique;
• le substrat de gravier engorgé de sédiments rendra la zone non propice au frai
des poissons;
• les dépôts de sédiments dans le chenal des cours d'eau peuvent réduire la
profondeur de l'eau et, de ce fait, augmenter la température de l'eau, ce qui peut
nuire à l'habitat du poisson;
• l'étouffement des sources d'alimentation et la réduction de la visibilité peuvent
nuire à l'alimentation de certaines espèces en raison de la turbidité plus élevée.
5.7.2.1
Barrières de retenue des sédiments
Description
Constituées de géotextile fixé à des poteaux, les barrières de retenue des sédiments
permettent de gérer la contrainte représentée par la charge sédimentaire. Il s'agit de
123
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
mesures provisoires qui permettent de contenir les sédiments présents dans le
ruissellement en nappe et, par conséquent, de protéger les cours d'eau et les terres
humides de la contamination des sédiments. Les barrières de retenue des sédiments
filtrent les sédiments en suspension du ruissellement en nappe. Les sédiments
s'accumulent derrière les barrières permettant ainsi leur enlèvement à une date
ultérieure ou leur stabilisation.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation de barrières de
retenue des sédiments sont les suivants :
•
•
l'avancement des travaux inapproprié (c.-à-d. moment de l'installation
inapproprié);
l'installation, l'inspection, l'entretien et la réparation incorrects des barrières.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les barrières de retenue des sédiments doivent être installées avant de
perturber le sol.
c) Les barrières de retenue des sédiments doivent être installées en aval des zones
perturbées.
d) Afin de pouvoir intercepter et filtrer les eaux de ruissellement avant qu'elles ne
s'écoulent dans les cours d'eau et les terres humides, des barrières de retenue
des sédiments doivent être installées le long des limites des zones sèches de
végétation non perturbées des cours d'eau et des terres humides.
e) Les barrières de retenue des sédiments ne doivent pas être installées en haut
d'une côte ni dans un fossé pour servir de barrages de retenue des sédiments.
f)
Les barrières de retenue des sédiments ne doivent pas être installées dans des
zones à écoulement concentré dans le chenal.
g) Les barrières de retenue des sédiments doivent être installées de manière
continue, perpendiculairement à la direction de l'écoulement.
124
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
h) Des barrières de retenue des sédiments doivent être installées dans les
situations ou lieux suivants :
•
•
•
•
•
i)
pour délimiter les zones tampons;
le long des contours des talus exposés;
au pied des levées de terre;
la pente descendante des grandes zones de déblai;
adjacentes aux cours d'eau et aux terres humides.
Les poteaux ou piquets doivent être en bois, en métal ou en matériau
synthétique. Ils doivent être d'une longueur minimale de 1 200 mm et être
installés à une profondeur minimale de 400 mm et à une distance maximale de
2 500 mm les uns des autres.
Détails des poteaux ou piquets.
j)
Les barrières de retenue des sédiments doivent être installées de façon à
dépasser de 700 à 800 mm au-dessus de la surface du sol et à être situées au
moins à 150 mm sous la surface dans une tranchée. Lorsqu'il n'est pas pratique
de creuser une tranchée, (p. ex. dans une zone non essouchée), la partie
inférieure du géotextile doit être placée à plat sur le sol. Dans les deux cas, la
partie inférieure du géotextile doit être recouverte de remblai de terre compactée
afin que l'eau ne puisse pas s'écouler sous la barrière.
125
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Installation d'une barrière de retenue des sédiments dans les zones essouchées.
Installation d'une barrière de retenue des sédiments dans les zones non essouchées.
k) Lorsque plusieurs rouleaux de géotextile sont requis, les extrémités doivent être
roulées ensemble de façon à assurer la continuité de la barrière.
Extrémités roulées ensemble.
126
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Sédiments contournant l'extrémité d'une barrière.
l)
Les poteaux doivent être placés en aval de l'installation, et ce, afin de réduire les
risques de déchirures dus à la charge sédimentaire.
m) Le géotextile doit être fixé aux poteaux de manière sécuritaire.
n) Lorsque la hauteur des sédiments accumulés atteint la moitié (au maximum) de
la hauteur de la barrière, les sédiments doivent être enlevés.
o) Les sédiments enlevés doivent être transportés dans un lieu situé à au moins
30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
p) Les barrières de retenue des sédiments doivent être inspectées avant, pendant
et après tout événement pluvieux.
q) Lors de la construction de levées de terre, les barrières de retenue des
sédiments doivent être inspectées quotidiennement afin de s'assurer qu'elles ne
sont pas endommagées par les matériaux des levées de terre.
r) Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
127
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
De grosses roches ont enfoui une barrière permettant ainsi aux sédiments de
passer.
s) Le géotextile doit seulement être réparé au niveau des poteaux.
t)
Si une section de la barrière est déchirée, la section au complet doit être
remplacée.
u) S'il est impossible de réparer la barrière, une nouvelle barrière doit être installée.
Installation appropriée d'une barrière de retenue des sédiments au pied d'un remblai.
128
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Installation inappropriée d'une barrière de retenue des sédiments
v) Une fois que des mesures de stabilisation permanentes ont été mises en place
et que les barrières de retenue des sédiments n'ont plus aucune utilité, elles
doivent être enlevées.
w) Avant de procéder à l'enlèvement d'une barrière de retenue des sédiments, les
sédiments restants doivent être enlevés et éliminés conformément aux directives
définies dans la section 5.20 – Gestion des déchets.
x) Après l'enlèvement de la barrière, toutes les zones exposées laissées par
l'enlèvement doivent être stabilisées.
y) Les barrières de retenue des sédiments doivent être maintenues en bon état
depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des travaux, y compris pendant les
périodes d'arrêt dues aux conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver
et l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions définies dans
le permis MCETH.
z) Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion.
Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
129
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
aa) La permission du propriétaire doit être obtenue pour déposer des sédiments sur
sa propriété.
bb) Les lieux d'élimination doivent être stabilisés.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.2.2
Bassins de décantation
Description
Les bassins de décantation permettent de contrôler et de contenir les eaux de
ruissellement chargées de sédiments avant qu'elles ne soient déversées dans un cours
d'eau ou une terre humide. Au lieu d'être déversés dans le cours d'eau ou la terre
humide, les sédiments se déposent au fond des bassins. L'eau propre s'écoule du
bassin par une goulotte, tandis que l'eau turbide peut être pompée et évacuée vers une
zone stable capable de filtrer l'effluent avant qu'il n'atteigne un cours d'eau ou une terre
humide.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation de bassins de
décantation sont les suivants :
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides résultant :
o de l'avancement des travaux inapproprié;
o du dimensionnement, de la construction, de l'inspection, de l'entretien et
de la réparation inappropriés des bassins de décantation.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
•
La permission du propriétaire doit être obtenue avant de procéder au pompage
de l'eau sur sa propriété.
130
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les bassins de décantation seront conçus par l'ingénieur de façon que leur
capacité soit appropriée à la dimension de la zone de drainage concernée.
c) En règle générale, pour chaque hectare de la zone de construction exposée, des
bassins de décantation ou des trappes à sédiments d'un volume de stockage
total d'au moins 190 mètres cubes doivent être mis en place pour l'interception
des eaux de ruissellement.
d) Les bassins de décantation doivent être construits conformément aux documents
de conception.
e) Dans la mesure du possible, les zones de drainage en cause doivent être
subdivisées en zones plus petites et plusieurs bassins de décantation doivent
être installés.
f)
Les bassins de décantation doivent être situés de façon à respecter une distance
minimale de 30 mètres entre le bassin et le cours d'eau ou la terre humide les
plus proches.
g) Les bassins de décantation doivent être construits conformément aux
dimensions requises.
h) Une barrière de sécurité doit être installée autour du périmètre du bassin.
i)
La barrière de sécurité doit être très visible par les piétons et les automobilistes.
j)
Les bermes et les talus exposés doivent être stabilisés à l'aide de plastique, de
géotextile, de paillis ou de roches.
k) La végétation existante doit être conservée entre le bassin et le cours d'eau ou la
terre humide afin de permettre à l'eau qui est évacuée du bassin d'être filtrée par
la végétation avant de pénétrer dans le cours d'eau ou la terre humide.
l)
Les bassins de décantation doivent être inspectés avant, pendant et après tout
événement pluvieux.
m) Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
n) Lorsque des pluies abondantes sont prévues, les bassins de décantation seront
asséchés et nettoyés afin qu'ils puissent accueillir la pluie et les eaux de
ruissellement.
131
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
o) Les bassins à assécher doivent être pompés de façon à s'assurer que les eaux
chargées de sédiments ne sont pas introduites dans un cours d'eau ou une terre
humide. L'assèchement ne doit pas engendrer une augmentation des
concentrations des matières en suspension dans la terre humide ou le cours
d'eau récepteurs de plus de 25 mg/L au-dessus des concentrations qui existaient
avant le début des travaux. L'effluent et les eaux réceptrices doivent être
surveillés afin de vérifier l'efficacité du traitement des matières en suspension.
p) Lorsqu'il y a peu ou pas de végétation pour filtrer les eaux évacuées, celles-ci
doivent être pompées vers un sac filtrant à sédiments.
q) Les sédiments des bassins doivent être enlevés lorsque leur niveau atteint la
moitié de la hauteur du déversoir.
r) Les sédiments enlevés du bassin doivent être transportés en un lieu situé à au
moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
s) Lorsque le bassin de décantation n'est plus nécessaire, le bassin doit être
remblayé, profilé et stabilisé.
t)
Un permis MCETH doit être obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
u) Les bassins de décantation doivent être maintenus en bon état depuis leur
installation jusqu'à l'achèvement des travaux, y compris pendant les périodes
d'arrêt dues aux conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions définies dans le
permis MCETH.
v) Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion.
Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
w) Le lieu d'élimination doit être stabilisé.
132
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Grand bassin de décantation avec barrière de sécurité
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou veillera à ce qu'ils soient surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.7.2.3
Ouvrages de lutte contre l'érosion
Description
Les ouvrages de lutte contre l'érosion sont des ouvrages provisoires installés dans des
fossés dans le but de ralentir l'écoulement concentré de l'eau et de permettre aux
133
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
sédiments de se déposer avant le déversement dans un cours d'eau ou une terre
humide.
Il existe quatre types d'ouvrages de lutte contre l'érosion :
•
•
•
•
Type A – Déversoir
o Les ouvrages de type A sont utilisés comme déversoirs pour les bassins
de décantation et sont installés à la transition entre le déblai et le remblai,
là où l'écoulement quitte le fossé pour entrer dans un cours d'eau.
Type B – Perré
o Les ouvrages de type B sont utilisés dans les fossés dont la pente
dépasse 8 % avec des débits moyens et élevés, ainsi que dans des
fossés rocheux.
Type C – Balles de paille et de foin
o Les ouvrages de type C sont utilisés dans les fossés ayant une pente
pouvant atteindre 8 % et/ou ayant des débits faibles (sauf dans les fossés
rocheux).
Type D – Balles de paille et de foin (conception alternative)
o Les ouvrages de type D peuvent aussi être utilisés dans les fossés ayant
une pente pouvant atteindre 8 % et/ou ayant des débits faibles (sauf dans
les fossés rocheux).
Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être installés à des intervalles de 200 m ÷
pente du fossé (%). Par exemple, si la pente du fossé est de 2 %, l'intervalle
recommandé est de 200 m ÷ 2 ou 100 m. L'intervalle est moindre si le sol a une forte
teneur en limon (si plus de 50 % du limon passe le tamis de 75 µm).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'utilisation d'ouvrages de lutte
contre l'érosion sont les suivants :
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides résultant de :
o l'avancement des travaux inapproprié;
o l'installation, l'inspection, l'entretien et la réparation inappropriés d'ouvrages
de lutte contre l'érosion.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les ouvrages de lutte contre l'érosion seront installés au fur et à mesure de
l'avancement des travaux et non après l’achèvement des travaux.
b) Les ouvrages de lutte contre l'érosion seront installés aux emplacements
indiqués dans les documents de conception ou selon les directives du MDTNB.
134
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de type A
a) Les ouvrages de type A sont généralement installés dans des fossés ou des
bassins de décantation terminés.
b) Les ouvrages doivent être installés à sec.
c) Pour les bassins de décantation,
• il faut construire une berme (digue) ou excaver un bassin de décantation
assez grand pour contenir un gros volume d'eau. Des matériaux de déblai
peuvent être utilisés pour construire la berme autour du bassin.
d) Pour les fossés,
• il faut construire une berme (digue) assez grande pour garder l'écoulement à
l'intérieur du fossé.
e) Pour le déversoir, il faut excaver un tablier de 3 mètres en aval de l'ouvrage
(300 mm de profondeur environ).
f)
Construire le déversoir en perré à une hauteur d'environ 300 mm plus bas que le
haut de la berme.
g) Étendre du géotextile sur le tablier, jusqu'au-dessus du déversoir en perré et en
bas de l'autre côté. Le textile devrait être déployé sur environ 300 à 400 mm
au-delà du déversoir.
h) Il faut recouvrir le textile de perré, mais pas le haut du déversoir.
i)
Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est bas pour que l'eau puisse
déborder.
135
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type A – Vue en plan
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type A – Coupes
136
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type A terminé
Ouvrage de type B
a) Les ouvrages de type B sont généralement installés dans des fossés terminés.
b) Les ouvrages doivent être installés à sec.
c) Construire une fosse à sédiments.
d) Étendre du géotextile au sol jusqu'au bord de la fosse à sédiments. S'assurer
que le textile est déployé assez loin pour recouvrir le tablier.
e) Recouvrir le textile exposé de perré et construire la berme (digue) et le tablier.
f)
Placer du géotextile en amont de la berme (digue) et l'étendre jusqu'en bas dans
la fosse à sédiments.
g) Pour terminer l'ouvrage, recouvrir le textile exposé de perré.
h) Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est bas pour que l'eau puisse
déborder.
137
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type B – Vue en plan
138
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type B – Coupes
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type B terminé
139
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de type C
a) Les ouvrages de type C sont généralement installés au fur et à mesure de
l'avancement des activités de construction de routes ou de creusement de
fossés. Il n'est pas nécessaire que les fossés soient terminés pour mettre en
place ce type d'ouvrage de lutte contre l'érosion.
b) Les ouvrages doivent être installés à sec.
c) Les balles doivent être « encastrées » dans le talus avant, le talus arrière ainsi
qu'au fond du fossé et installées de manière à s'assurer que l'eau coule audessus du centre de la digue et non autour de ses extrémités.
d) Si la tranchée creusée est plus grande que les balles, la zone restante doit être
remblayée et compactée.
e) Il faut s'assurer que la ficelle des balles ne touche pas le sol car elle pourrit plus
vite une fois en contact avec le sol.
f)
Les balles doivent être placées de manière que leur hauteur atteigne 450 mm.
g) Les interstices entre les balles doivent être remplis de paille ou de foin pour
éviter le suintement.
h) Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est bas pour que l'eau puisse
déborder. Pour ce faire, il suffit soit d'enfoncer la balle centrale plus
profondément dans le sol, soit de tourner la balle de façon qu'elle soit la moins
épaisse possible.
i)
Les piquets doivent être enfoncés à une profondeur minimale de 300 mm dans le
sol. Le haut des piquets doit être à égalité avec le haut de la balle.
j)
Construire une fosse à sédiments.
k) Construire une berme (digue) en matériaux de remblai ordinaires des deux côtés
des balles, afin de retenir l'eau.
l)
Placer le géotextile au-dessus des balles et des bermes en matériaux de remblai
ordinaires (digues).
m) Placer du perré par-dessus le géotextile des deux côtés de l'ouvrage pour garder
le géotextile au sol et maintenir les balles en place.
140
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type C – Vue en plan
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type C – Coupes
141
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type C terminé
Ouvrage de type D
a) Les ouvrages de type D sont généralement installés au fur et à mesure de
l'avancement des activités de construction de routes ou de creusement de
fossés. Il n'est pas nécessaire que les fossés soient terminés pour mettre en
place ce type d'ouvrage de lutte contre l'érosion.
b) Les ouvrages doivent être installés à sec.
c) Les balles doivent être « encastrées » dans le talus avant, le talus arrière ainsi
qu'au fond du fossé et installées de manière à s'assurer que l'eau coule
au-dessus du centre de la digue et non autour de ses extrémités.
d) Si la tranchée creusée est plus grande que les balles, la zone restante doit être
remblayée et compactée.
e) Les balles doivent être placées de manière que leur hauteur atteigne 450 mm.
f)
Les interstices entre les balles doivent être remplis de paille ou de foin pour
éviter le suintement.
g) La ficelle des balles ne doit pas entrer en contact avec le sol.
h) Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est bas pour que l'eau puisse
déborder.
142
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
i)
Les piquets doivent être enfoncés à une profondeur minimale de 300 mm dans le
sol. Le nombre de balles nécessaires dépend de la pente du talus avant et du
talus arrière. Plus l'inclinaison est faible, plus il faut de balles.
j)
Décaler les joints des balles en aval.
k) Construire une fosse à sédiments.
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type D – Vue en plan et coupe
143
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type D terminé
Pour tous les ouvrages de lutte contre l'érosion
a) Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être entretenus depuis leur
installation jusqu'à ce que la zone soit à nouveau végétalisée et/ou jusqu'à ce
que des toiles de jute soient posées.
b) Les sédiments retenus seront enlevés lorsqu'ils atteindront un niveau de 300 mm
sous le point inférieur de l'ouvrage de type A et de 100 mm sous le point inférieur
des ouvrages de types B, C et D.
c) Les sédiments enlevés doivent être transportés dans un lieu situé à au moins
30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
d) Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être inspectés avant, pendant et
après tout événement pluvieux.
e) Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
f)
Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être enlevés lorsqu'ils ne sont plus
nécessaires.
g) Une fois un ouvrage enlevé, les sédiments restants doivent être enlevés et
transportés dans un lieu situé à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre
humide.
h) La zone dans laquelle on a enlevé l'ouvrage de lutte contre l'érosion sera
stabilisée.
144
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
i)
Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être maintenus en bon état depuis
leur installation jusqu'à l'achèvement des travaux, y compris pendant les
périodes d'arrêt dues aux conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver
et l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions définies dans
le permis MCETH.
j)
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion.
Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
k) La permission du propriétaire doit être obtenue pour déposer des sédiments sur
sa propriété.
l)
Le lieu d'élimination doit être stabilisé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.2.4
Canaux sur appuis (tuyaux de drainage inclinés)
Description
Les canaux sur appuis (tuyaux de drainage inclinés) sont des chenaux ou des fossés
dans lesquels l'eau s'écoule du haut d'une pente vers le bas. Ces types d'ouvrages
limitent l'érosion d'une pente en concentrant l'eau dans une zone particulière. Les
canaux sur appuis peuvent être utilisés conjointement avec des tranchées parafouilles.
Les canaux sur appuis peuvent être construits à partir de différents types de matériaux,
dont du métal et du béton, mais, en général, ils sont plutôt construits avec du géotextile
et du perré.
Les canaux sur appuis sont des structures permanentes.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux canaux sur appuis sont les
suivants :
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides résultant de :
o la mauvaise dimension et la mauvaise construction des canaux sur appuis.
145
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les canaux sur appuis seront conçus de façon que leur capacité soit appropriée
à la dimension de la zone de drainage concernée.
c) Les canaux sur appuis seront construits conformément aux dimensions
précisées.
d) Dans la mesure du possible, les zones de drainage en cause doivent être
subdivisées en zones plus petites et plusieurs canaux sur appuis doivent être
installés.
e) Dans la mesure du possible, les canaux sur appuis seront situés dans des zones
de drainage naturel.
f)
Du géotextile sera placé dans le canal.
g) Lorsque plusieurs couches de géotextile sont utilisées, celles-ci seront disposées
conformément aux directives du fabricant et à l'article 601 du Devis type.
h) Du perré aux dimensions appropriées sera placé sur le dessus du géotextile.
i)
Une protection en perré sera placée au bas des canaux sur appuis.
j)
Les matériaux de déblai doivent être transportés en un lieu situé à au moins
30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
k) La permission du propriétaire doit être obtenue pour déposer des matériaux de
déblai sur sa propriété.
l)
146
Le lieu d'élimination doit être stabilisé.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Cette pente nécessite des canaux sur appuis (tuyaux de drainage inclinés) pour
permettre l'écoulement de l'eau du haut de la pente vers le fossé.
Canaux sur appuis terminés (tuyaux de drainage inclinés)
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
147
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.7.2.5
Autres mesures de protection
Lignes directrices relatives à l'arrêt des travaux en temps de pluie
En dépit de l'exigence de maintenir des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation tout au long des activités de construction et d'EER, il se peut que des
conditions météorologiques défavorables justifient parfois l'arrêt des travaux. La
poursuite des activités dans des conditions pluvieuses extrêmes peut entraîner une
perturbation inacceptable des sédiments et être à l'origine de déversements de
sédiments ultérieurs dans un cours d'eau ou une terre humide. L'arrêt des travaux est
décidé à la discrétion de l'ingénieur (pour les projets de construction) ou du superviseur
(pour les projets d'EER). Les Lignes directrices relatives à l'arrêt des travaux en temps
de pluie (annexe D) doivent être consultées lors de la prise de décision.
5.7.3
Creusement d'un fossé
Description
Les fossés sont avant tout construits pour éloigner l'eau des routes. Les tranchées
parafouilles sont utilisées pour capter l'eau qui s'écoule sur le chantier sur le dessus des
déblais ou au pied des remblais.
Le creusement d'un fossé est entrepris pour corriger des lacunes telles que l'érosion, la
non-conformité de l'inclinaison, l’alignement ou la section transversale du fossé,
l'accumulation d'eau sur la chaussée et la végétation restreinte qui obstruent le drainage
de la plate-forme routière.
Il existe trois types de configurations de fossés :
•
•
•
148
fossé en V;
fossé en ellipse;
fossé trapézoïdal.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Types de fossés
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au creusement d'un fossé sont les
suivants :
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Dans la mesure du possible, une zone tampon végétalisée de 30 mètres sera
maintenue entre l'extrémité du fossé et le cours d'eau ou la terre humide.
c) Le fossé sera construit selon la forme indiquée sur les plans de construction ou
selon les directives du MDTNB.
d) Le creusement d'un fossé commencera du point le plus bas jusqu'au point le plus
haut, permettant aux travaux d'être effectués à sec.
e) La végétation et le sol enlevés pendant le creusement doivent être transportés
en un lieu situé à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide.
f)
Les ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être installés au fur et à mesure de
l'avancement des travaux. Voir la section 5.7.2.3 – Ouvrages de lutte contre
l'érosion pour l'installation, l'entretien et l'enlèvement.
149
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
g) Les fossés ne briseront pas la rive d'un cours d'eau et ne pénétreront pas
directement dans une terre humide.
h) L'extrémité du fossé sera orientée vers une zone végétalisée.
i)
Dans la mesure du possible, le drainage naturel doit être conservé.
j)
Dans la mesure du possible, des fossés trapézoïdaux seront utilisés. Les fossés
en V ou en ellipse sont plus sujets à l'érosion. C'est pourquoi ils ne seront utilisés
que lorsqu'un fossé trapézoïdal ne pourra pas être construit.
k) Les fossés doivent être stabilisés par ensemencement hydraulique ou en les
revêtant de perré.
l)
Le type de stabilisation sera déterminé en fonction de la pente et du volume
d'eau prévu dans le fossé.
m) Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être maintenues
en bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des travaux, y compris
pendant les périodes d'arrêt dues aux conditions météorologiques, pendant les
mois d'hiver et l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH.
n) Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier doit être organisée
entre les différentes parties engagées dans le projet afin d'évaluer les conditions
du chantier et de déterminer les exigences propres à la lutte contre l'érosion et la
sédimentation. Toute anomalie doit être corrigée avant la période d'écoulement
printanier.
o) La permission du propriétaire doit être obtenue pour déposer des sédiments sur
sa propriété.
p) Le lieu d'élimination doit être stabilisé.
150
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Travaux de creusement d'un fossé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la
sedimentation
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.8 Excavation, dynamitage et production de
granulats
Description
La présente section traite des mesures de protection de l'environnement liées aux
activités d'excavation et à la production de granulats, y compris les questions de
dynamitage, de concassage et de tamisage.
151
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.8.1
Excavation
Description
Dans le cadre de cette sous-section, l'excavation désigne l'enlèvement, la mise en place
et/ou l'élimination de tout type de matériau dans une aire des travaux.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'excavation sont les suivants :
•
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau, des terres humides et des autres
zones écosensibles (ZE);
la création de rives ou de talus instables;
la pollution par le bruit;
la pollution par la poussière;
les dommages aux ressources en eau souterraine (qualité et quantité) et aux
infrastructures telles que les puits creusés, les puits forés à la sondeuse, les
lignes de flottaison et les fosses septiques.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Des mesures de lutte contre l'érosion doivent être mises en œuvre avant le début
des travaux conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.
c) Des lieux d'élimination doivent être aménagés conformément à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
d) La taille de la zone d'excavation sera réduite au minimum afin de minimiser les
surfaces exposées.
e) Les matières exposées qui proviennent des activités de déblayage et de
remblayage doivent être stabilisées conformément à la section 5.22 –
Avancement des travaux.
152
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Il faut porter attention aux prévisions météorologiques futures de façon à éviter
dans la mesure du possible d'avoir à travailler dans des conditions extrêmes de
pluie.
g) Les Lignes directrices relatives à l'arrêt des travaux en temps de pluie
(annexe D) doivent être respectées lors de conditions pluvieuses.
h) Les mesures de lutte contre l'érosion doivent être inspectées avant, pendant et
après tout événement pluvieux.
i)
Toute lacune sera corrigée immédiatement.
j)
L'excavation de stériles acidogènes sera effectuée conformément à la
section 5.25 – Gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations
rocheuses acides.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et
à la production de granulats
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que toutes les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.8.2
Dynamitage
Description
Le dynamitage des roches est nécessaire lorsque le défonçage n'est pas possible. Le
dynamitage peut être pratiqué dans les zones de débris rocheux de l'emprise ainsi que
dans des carrières dans le cadre de la construction de routes et de la production de
sources de granulats.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au dynamitage sont les suivants :
•
•
•
•
•
•
•
la perturbation de la faune et des habitats fauniques;
les effets sur le poisson et son habitat;
la pollution par le bruit;
les répercussions sur le paysage terrestre;
l'entreposage et la manipulation inadéquats des agents de sautage;
les effets sur les puits d'eau souterraine et les fosses septiques;
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
153
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
•
•
Un permis de dynamitage et un certificat de dynamiteur devront être obtenus
avant d'entreprendre toute activité de dynamitage.
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux
entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat
du poisson.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH et de l'autorisation pour des ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches (le
cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être
conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) Les explosifs doivent être utilisés de manière à minimiser les dommages aux
éléments du paysage terrestre, aux arbres et à tout autre objet aux alentours, ou
leur dégradation, en contrôlant la quantité de matière abattue qui est dispersée
au-delà des limites des activités de dynamitage.
c) Dans la mesure du possible, on doit adopter des plans et des procédures de
dynamitage qui minimisent les chocs ou les niveaux de bruit de crête instantané.
d) Aucun dynamitage ne doit être effectué à proximité des installations de stockage
de carburant.
e) Seul le personnel autorisé et formé détenant un certificat de dynamiteur valide
pourra utiliser des explosifs.
f)
Les puits et les fosses septiques doivent être repérés et surveillés pendant les
activités de construction (le cas échéant) lorsque les travaux se déroulent à
proximité des zones résidentielles.
g) Le dynamitage à proximité des puits d'eau souterraine ou de toute autre zone
écosensible doit être effectué conformément à la section 5.23 – Travaux à
proximité de zones écosensibles.
h) Les résidents habitant dans un rayon de 500 mètres d'une zone de dynamitage
doivent être informés du calendrier de dynamitage. Une attention particulière
sera accordée aux résidents locaux afin de réduire au minimum tout
dérangement.
i)
154
Le dynamitage ne sera permis que pendant la période s'échelonnant entre
30 minutes après le lever du soleil et 30 minutes avant le coucher du soleil. Le
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
dynamitage dans un rayon de 500 mètres de toute résidence ou entreprise ne
sera pas permis entre 19 h et 7 h du lundi au vendredi ou durant la fin de
semaine ou les jours fériés sans préavis à l'ingénieur et l'approbation préalable
de ce dernier.
j)
La surveillance de tous les coups de dynamite sera assurée conformément à un
calendrier approuvé pour les secousses (chocs d'explosion) et les vibrations du
sol.
k) Les explosifs doivent être entreposés, manipulés et utilisés conformément aux
règlements et permis fédéraux et provinciaux, et de manière à réduire les risques
éventuels pour l'environnement (voir la section 5.14 – Stockage et manutention
d'autres matières dangereuses).
Mesures de protection générales relatives au dynamitage à l'intérieur ou à
proximité des plans d'eau
Avant d'entreprendre tout dynamitage, consulter les « Lignes directrices concernant
l'utilisation d'explosifs à l'intérieur ou à proximité des eaux de pêche canadiennes »
(http://www.dfo-mpo.gc.ca/oceans-habitat/habitat/water-eau/explosivesexplosifs/pdf/explos_f.pdf).
a) Les activités de dynamitage prévues à l'intérieur ou à proximité de cours d'eau
ou de terres humides doivent être entreprises en consultation avec le MPO afin
de s'assurer que des mesures adéquates sont mises en œuvre pour protéger les
poissons et leur habitat.
b) Lors de conditions humides, les activités de dynamitage ne doivent être
entreprises que lorsqu'elles sont jugées nécessaires; de plus, elles doivent être
conformes aux dispositions précédentes et suivantes :
•
•
•
•
•
les activités de dynamitage doivent être menées de manière à s'assurer que
l'ampleur des explosions est restreinte à ce qui est absolument nécessaire;
le plan de minage doit être passé en revue par le personnel du Programme
de gestion de l'habitat du poisson du ministère des Pêches et des Océans
avant d'entreprendre des travaux à l'intérieur ou à proximité de cours d'eau
ou de terres humides;
avant d'entreprendre des activités de dynamitage à l'intérieur ou à proximité
d'un cours d'eau ou d'une terre humide, une reconnaissance visuelle de la
région doit être faite pour s'assurer qu'aucun mammifère ne s'y trouve et qu'il
n'y a pas de concentration d'oiseaux, de sauvagine ou de poissons. Dans de
telles circonstances, le dynamitage doit être retardé jusqu'à ce que les
animaux aient eu la chance de quitter la région d'eux-mêmes;
en aucun cas il ne sera permis de faire du bruit ou d'utiliser d'autres
méthodes pour harceler ou déranger ces animaux en vue de les inciter à
quitter la région de dynamitage proposée;
si des concentrations importantes de poissons sont observées dans la
région, les activités de dynamitage décrites ne peuvent être entreprises avant
que ces poissons n'aient quitté la région. Il pourrait être nécessaire de
155
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
procéder à des « opérations de sauvetage » des poissons afin de les retirer
du secteur d'impact estimé.
Mesures de protection générales pour les agents de sautage qui n'ont pas explosé
a) Dans le cas où on s'aperçoit qu'une charge n'a pas explosé, les mesures de
protection générales suivantes doivent être prises :
•
•
les explosifs doivent être lavés avec un mélange d'eau et d'air, puis toute eau
contaminée par des explosifs nitrate d’ammonium et du fuel-oil (ANFO) doit
être confinée et éliminée conformément à la section 5.14 – Stockage et
manutention d'autres matières dangereuses;
les agents de sautage qui n'ont pas explosé ne doivent pas être éliminés
avec la roche abattue.
b) Le dynamiteur doit faire la preuve qu'il détient un certificat de dynamiteur valide
avant d'entreprendre toute activité de dynamitage.
c) Une réunion sera organisée sur place avec le MPO préalablement à tout
dynamitage prévu à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et
à la production de granulats
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
L'entrepreneur a la responsabilité d'obtenir le permis de dynamitage et le certificat de
dynamiteur.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.8.3
Concassage, tamisage et lavage
Description
La matière abattue et les matériaux de déblai sont concassés, tamisés et lavés en vue
de les transformer en matériaux pour les routes comme couche de fondation, couche de
base et béton bitumineux. Le concassage, le tamisage et le lavage des granulats
peuvent être effectués au sein de l'emprise ou à une gravière ou carrière à l'extérieur du
site.
156
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au concassage, au tamisage et
au lavage sont les suivants :
•
•
•
la pollution par le bruit;
la pollution par la poussière;
l'érosion et la sédimentation.
Permis requis
•
Un permis d'exploitation d'une installation de préparation des granulats doit être
obtenu auprès du MENB. Cette question sera peut-être déjà réglée si
l'installation de granulats est associée à une carrière exploitée aux fins d'un
projet de construction routière pour lequel un permis a déjà été obtenu.
Mesures de protection générales
a) L'emplacement de l'usine de traitement des granulats doit être propice à la mise
en œuvre de stratégies de restriction du bruit et de la poussière, et à la
réglementation des eaux chargées de sédiments provenant du lavage des
granulats.
b) L'exploitant de l'installation doit s'assurer que les odeurs, les poussières, le bruit
et le ruissellement provenant de l'installation ou rejetés par celle-ci ne causent
pas d'effets néfastes pour l'environnement à l'extérieur du site. Des pratiques
exemplaires de gestion doivent être adoptées afin de réduire l'éventualité de tels
effets néfastes pour l'environnement et de les atténuer. Les pratiques
exemplaires de gestion comprennent notamment :
•
•
•
les jupes de caoutchouc contre la poussière;
le recours à des pulvérisateurs et à des brumisateurs;
l'utilisation de bassins de décantation pour contenir les eaux de lavage.
c) Les concasseurs doivent être placés dans les secteurs bas du site pour réduire
la ligne visuelle continue et la propagation du bruit aux récepteurs (zones
sensibles au bruit).
d) Des mesures de lutte contre l'érosion doivent être mises en place avant le début
des travaux conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.
e) Les eaux pluviales doivent être contrôlées pour détourner les eaux provenant de
l'extérieur du site et ainsi empêcher qu'elles s'infiltrent sur le site et se chargent
de sédiments, et pour réduire au minimum le volume d'eau qui doit être traité.
f)
L'utilisation de produits pétroliers comme agents de contrôle de la poussière est
interdite.
157
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et
à la production de granulats
Responsabilités
L'entrepreneur est chargé d'obtenir un permis d'exploitation pour les terres qui
n'appartiennent pas au MDTNB.
Le MDTNB est chargé d'obtenir un permis d'exploitation pour les terres qui lui
appartiennent.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9 Exploitation des traversiers
Un service de traversier pour véhicules de passagers est assuré aux endroits où il
n'existe aucun passage fixe. Le réseau de traversiers comprend des traversiers
automoteurs et des traversiers à câble.
Dans le cadre de l'exploitation des traversiers, plusieurs éléments comme l'eau de cale,
les travaux d'entretien mineurs des traversiers, le mazoutage et le transfert de carburant,
les câbles des traversiers, les eaux usées et les poubelles, le nettoyage des
débarcadères, la construction de la rampe, l'application et l'enlèvement des enduits de
protection, et le stockage du sel peuvent avoir des effets négatifs potentiels sur
l'environnement.
5.9.1
Eau de cale
Description
Les traversiers à câble sont tirés par un treuil le long d'un câble fixe. L'eau pénètre dans
les traversiers avec les câbles. L'eau de cale peut devenir contaminée par l'huile et la
graisse provenant du moteur et de l'équipement hydraulique. La cale des traversiers doit
être régulièrement vidée.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'eau de cale sont les suivants :
•
•
la manipulation et l'élimination inadéquates de l'eau de cale contaminée;
le déversement accidentel de matières dangereuses.
Permis requis
Aucun signalé.
158
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) L'eau contaminée par les hydrocarbures liquides doit être aspirée au moyen d'un
camion aspirateur aux fins de traitement, puis éliminée de façon appropriée.
b) L'eau de cale non contaminée par l'huile ou la graisse qui provient de
compartiments propres peut être pompée à la mer.
c) L'eau de cale non contaminée ne doit être pompée à la mer que lorsque la mer
est calme.
d) La cale au complet doit être nettoyée à la vapeur une fois par année.
e) Les résidus produits par le nettoyage à la vapeur doivent être recueillis et
éliminés.
f)
Tous les moteurs et l'équipement doivent être maintenus en bon état pour limiter
les fuites.
g) Toute fuite, le cas échéant, doit être réparée immédiatement.
h) Il faut vérifier que l'eau de cale n'est pas contaminée par de l'huile pour moteur
avant d'être éliminée.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.2
Travaux d'entretien mineurs des traversiers
Description
L'entretien et les réparations mineures sont effectués à bord par les opérateurs.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux travaux d'entretien mineurs
des traversiers sont les suivants :
•
le déversement accidentel de matières dangereuses.
159
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Une trousse en cas de déversements doit être gardée à bord pour réparer toutes
les petites fuites.
b) L'huile usée doit être recueillie dans un récipient fermé et déposée
immédiatement en lieu sûr.
c) Cette huile doit ensuite être transportée dès que possible dans un lieu desservi
par un transporteur d'huile usée agréé aux fins de recyclage ou d'élimination.
d) L'entretien des moteurs diesel doit être assuré selon les recommandations de
l'Agence de gestion des véhicules du MDTNB.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.3
Mazoutage et transfert de carburant
Description
Le carburant et les lubrifiants sont gardés à bord des traversiers de façon à répondre
aux exigences en matière de sécurité et de fonctionnement.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au mazoutage et au transfert de
carburant sont les suivants :
•
•
le déversement accidentel de matières dangereuses;
la manutention et l'entreposage inadéquats.
Permis requis
Aucun signalé.
160
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Le mazoutage et le transfert de carburant doivent être effectués conformément
aux directives expliquées dans le manuel d'exploitation des traversiers du
MDTNB.
b) Le mazoutage doit être effectué sous la surveillance du conducteur de traversier,
de l'ingénieur naval ou de son remplaçant désigné.
c) Le mazoutage ne doit pas avoir lieu pendant que le traversier est en activité ou
que des véhicules privés sont à bord.
d) En cas de déversement, les intervenants suivants doivent être avisés
immédiatement (voir la section 5.12 – Gestion des déversements) :
•
•
•
•
•
Garde côtière 1-800-565-1633
Surveillant du MDTNB
Service local de prévention des incendies
Direction de la sécurité des navires de Transports Canada 506-636-4748
Bureau régional du MENB
e) Une trousse en cas de déversements est gardée à bord pour réparer toutes les
petites fuites.
f)
Un poste d'intervention bien approvisionné en cas de déversement d'huile doit
être maintenu en bon état sur le traversier ou dans la remise à la rive.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que toutes les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.4
Câbles des traversiers
Description
Les câbles des traversiers doivent être remplacés lorsqu'ils sont usés.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au remplacement des câbles des
traversiers sont les suivants :
•
élimination inadéquate.
161
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Tous les câbles usés doivent être enlevés du cours d'eau et rembobinés sur
des bobinoirs.
b) Les bobinoirs de câbles usés seront récupérés par un ferrailleur qui les
recyclera.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.5
Eaux usées et poubelles
Description
Des toilettes publiques sont fournies sur les traversiers autopropulseurs. Des toilettes
portatives sont fournies aux débarcadères des traversiers à câble.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux eaux usées et aux poubelles
sont les suivants :
•
•
la manipulation et l'élimination inadéquates;
le déversement accidentel de matières dangereuses.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les toilettes sur la rive doivent être vidangées par un transporteur de boues
septiques titulaire d'un permis afin d'assurer des conditions hygiéniques.
b) Au besoin, les réservoirs d'eaux usées sur les traversiers autopropulseurs
doivent être vidangés par un transporteur de boues septiques titulaire d'un
permis pour assurer des conditions hygiéniques.
162
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Les poubelles situées aux débarcadères doivent être ramassées régulièrement
pour réduire au minimum les nuisances potentielles associées au site.
d) Les ordures ramassées doivent être acheminées au site d'enfouissement de la
commission de gestion des déchets solides régionale la plus proche.
e) Les toilettes, les réservoirs d'eaux usées et les poubelles seront inspectés
régulièrement pour s'assurer qu'ils ne fuient pas.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.6
Nettoyage des débarcadères
Description
Les débarcadères asphaltés sont nettoyés pour empêcher l'accumulation de saletés et
de débris.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au nettoyage des débarcadères
sont les suivants :
•
la sédimentation des cours d'eau et des voies navigables.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Lorsque l'accumulation des saletés et des débris est excessive, la zone du
débarcadère doit être grattée ou balayée avant d'être rincée.
163
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Toute la matière enlevée doit être transportée dans un lieu situé à au moins
30 mètres du cours d'eau, de manière à ne pouvoir se retrouver dans le cours
d'eau.
d) L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.7
Construction de la rampe
Description
Au printemps, les débarcadères doivent être surélevés en raison de la période des
hautes eaux. Des ajouts sont prévus aux rampes pour permettre aux traversiers de
poursuivre leurs activités.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la construction de la rampe sont
les suivants :
•
•
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
l'érosion des rives;
le déversement accidentel de matières dangereuses;
la gestion des déchets.
Permis requis
•
•
•
164
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) Des mesures de lutte contre l'érosion doivent être mises en place avant le début
des travaux conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.
c) Les ajouts aux rampes actuelles doivent être construits de sacs de sable doublés
d'un géotextile et remplis de gravier tout-venant propre. D'autres techniques de
construction des rampes peuvent être utilisées à condition qu'un niveau
semblable de protection contre l'érosion soit assuré.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.9.8
Application et enlèvement des enduits de protection
Description
Des enduits de protection sont appliqués sur les traversiers pour prévenir la corrosion
des composantes en acier. Au fil du temps, les enduits de protection commencent à se
détériorer et doivent être enlevés ou appliqués de nouveau.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'application et à l'enlèvement
des enduits de protection sont les suivants :
•
•
•
la manipulation inadéquate des enduits de protection;
l'élimination inadéquate des déchets;
le déversement accidentel de matières dangereuses.
165
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les mesures de protection énoncées dans les lignes directrices sur l'application
et l'enlèvement des couches protectrices préparées par le MENB (1993) doivent
être respectées.
b) Un enclos partiel doit être utilisé pour l'application manuelle et l'enlèvement des
enduits de protection, y compris l'écaillage, le décapage et la peinture au rouleau
ou au pinceau.
c) Un enclos complet doit être utilisé pour le décapage par projection d'abrasif et
l'application par pulvérisation des enduits de protection.
d) Les produits de décapage usés (p. ex. sablage) doivent être éliminés dans un
lieu d'élimination approuvé.
e) Lorsque les produits de décapage usés sont reconnus pour contenir du plomb ou
d'autres matériaux pouvant être dangereux, des analyses de laboratoire doivent
être effectuées pour déterminer la meilleure méthode d'élimination.
f)
Les solvants utilisés pour nettoyer le matériel de peinture doivent être recueillis
dans un récipient fermé et recyclés par un recycleur de solvants agréé.
g) Les boîtes vides d'enduits de protection et de solvants doivent être éliminées de
façon écologique (c.-à-d. broyées, mises en sac et éliminées à un site
d'enfouissement régional).
h) Tous les déchets seront adéquatement éliminés conformément à la section 5.20
– Gestion des déchets.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
166
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.9.9
Stockage du sel et du sable
Description
Le sel et le sable sont utilisés dans le cadre des activités d'EER des traversiers pendant
l'hiver. Le sel et le sable utilisés lors des activités d'EER sont entreposés aux voies
d'accès des traversiers.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage du sel et du sable
sont les suivants :
•
•
la manipulation et l'entreposage inadéquats du sel et du sable;
les déversements accidentels.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Tout le sel et tout le mélange de sel et de sable sont entreposés dans un
récipient à l'épreuve de l'eau.
b) Le sel et le sable renversés lors de leur utilisation sont remis dans le récipient de
stockage.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que toutes les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.10 Plan d'urgence
incendies
et
de
prévention
des
Description
L'objectif d'un plan d'urgence et de prévention des incendies en cas d'incendie sur un
chantier et aux environs est de réduire au minimum les possibilités de début d'incendie
et de s'assurer que les incendies qui se déclarent peuvent être circonscrits
immédiatement.
167
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux incendies sont les suivants :
•
•
la perte ou la destruction de propriétés et d'habitats fauniques;
les effets sur la qualité de l'air.
Permis requis
•
Si le brûlage est autorisé, un permis de brûlage doit être obtenu auprès du
MENB et du MRNNB.
Mesures de protection générales
a) Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour réduire la possibilité
d'incendies en contrôlant et en limitant les risques d'incendie sur le chantier.
b) Aucun déchet inflammable ne doit se trouver sur le chantier.
c) Aucune activité de brûlage ne doit avoir lieu sur le site avant que les permis
applicables et une autorisation préalable n'aient été obtenus auprès du MDTNB,
du MENB et du MRNNB.
d) Tout le matériel utilisé doit être en bon état de marche.
e) Le personnel sur place doit être prêt à circonscrire et à combattre les incendies
qui se déclareraient sur le chantier.
f)
Les entrepreneurs doivent avoir en leur possession suffisamment de matériel de
lutte contre l'incendie en bon état de marche lorsqu'ils travaillent en forêt, tel que
l'exige le MRNNB en vertu du Règlement général – Loi sur les incendies de forêt.
Les conditions requises pour la protection contre l'incendie doivent être
compatibles avec les conditions imposées dans la Loi pour les activités
forestières au Nouveau-Brunswick.
g) L'entrepreneur doit combattre tout incendie se déclarant dans l'aire des travaux
ou aux environs à la suite de travaux effectués par le MDTNB.
h) Tous les feux de forêt qui menacent l'habitat forestier ou qui s'y trouvent doivent
être signalés au MRNNB.
i)
On doit communiquer avec le bureau des Ressources naturelles le plus proche
ou composer le 911 et fournir les renseignements suivants :
•
•
•
•
168
Son nom
Son numéro de téléphone
L'emplacement exact du feu
Une description de ce qui brûle
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
L'importance du feu
Est-ce que quelqu'un s'affaire à combattre le feu?
L'accès au feu
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.10 – Liste de contrôle relative au plan d'urgence et de
prévention des incendies
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.11 Essouchement
Description
L'essouchement est l'enlèvement et l'élimination des souches et des racines. Une
dessoucheuse ou toute pièce d'équipement semblable permet d'extraire les souches et
les racines, et la terre végétale peut ensuite être récupérée.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'essouchement sont les
suivants :
•
•
•
•
l'élimination inadéquate des déchets;
l'avancement inadéquat des travaux;
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Si le brûlage est autorisé, un permis de brûlage doit être obtenu auprès du
MENB et du MRNNB.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
169
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) Des mesures de lutte contre l'érosion doivent être mises en place avant le début
des travaux conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.
c) Il faut maintenir, des deux côtés de chaque cours d'eau et autour des terres
humides, une zone tampon de 30 mètres au sein de laquelle aucun
essouchement ni remblayage ne sera effectué avant que des ouvrages de
drainage et des dispositifs de lutte contre l'érosion ne soient installés.
d) L'essouchement doit être effectué au moyen d'une dessoucheuse ou d'une pièce
d'équipement semblable afin de préserver le plus de terre végétale possible.
e) Les rémanents doivent être éliminés comme suit :
• En broyant les racines et les souches, ainsi que tous les rémanents, les
broussailles et le bois d'œuvre non commercialisable provenant des travaux
de défrichage, qui peuvent ainsi être utilisés comme paillis.
• En les enfouissant sous les remblais (qui devraient atteindre 5 mètres de
hauteur) et en les compactant en une masse maximale de 0,6 mètre
au-dessus du sol original.
• En les acheminant à un lieu d'élimination approuvé conformément à la
section 5.20 – Gestion des déchets.
La dessoucheuse est fixée à l'excavatrice pour extraire seulement les souches et les
racines.
f)
Le brûlage n'est généralement pas accepté dans l'emprise du MDTNB, mais,
dans le cas contraire, le MENB et le MRNNB doivent être consultés avant que
toute activité de brûlage ne débute.
g) Les rémanents ne doivent pas être déposés à moins de 30 mètres d'un ponceau,
d'un pont ou de toute autre structure.
170
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
h) Les dispositifs de lutte contre l'érosion appropriés doivent être installés avant de
commencer les opérations d'essouchement pour éviter que les sédiments de
l'aire des travaux ne migrent vers les cours d'eau, les terres humides ou des
propriétés privées.
i)
Les zones tampons seront clairement définies.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.11 – Liste de contrôle relative à l'essouchement
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.12 Gestion des déversements
Description
Des déversements accidentels de produits pétroliers ainsi que d'autres matières
dangereuses dans l'environnement peuvent se produire.
La présente section traite des déversements qui peuvent se produire au cours des
activités de construction et d'EER. Voir la section 5.13 – Stockage et manutention des
produits pétroliers et la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses pour connaître les mesures de protection associées au stockage et à la
manutention des produits pétroliers et des matières dangereuses.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux rejets accidentels de
polluants dans l'environnement, comme les déversements, les pertes liées au
ravitaillement en carburant et les fuites provenant de l'équipement sont les suivants :
•
•
•
la contamination des sols, des eaux souterraines, des cours d'eau et des terres
humides;
la migration des contaminants à l'extérieur du site vers des eaux souterraines,
des cours d'eau ou des terres humides en aval;
les effets sur la sauvagine, les poissons, les crustacés et la végétation.
Permis requis
Aucun signalé.
171
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Des plans et des procédures doivent être en place pour intervenir dans de telles
situations d'urgence.
b) En ce qui concerne les substances dangereuses, les fiches signalétiques du
SIMDUT seront examinées afin d'être bien au courant de la nature du produit,
des précautions à prendre pour sa manipulation et de tout autre renseignement
important.
c) Les ravitaillements en carburant effectués sur le site ne doivent pas avoir lieu à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau
privé.
d) Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage désignées sur un
chantier doivent se trouver à au moins 100 mètres d'un cours d'eau, d'une terre
humide ou d'un puits d'eau privé.
e) Les matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le nettoyage des
déversements doivent être disponibles durant toute activité de construction ou
d'EER entreprise à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau, d'une terre humide,
d'un puits d'eau privé ou d'une zone écosensible.
f)
L'équipement doit être inspecté quotidiennement pour déceler les fuites.
g) Toutes les fuites seront réparées immédiatement.
Petits déversements
En ce qui concerne les fuites localisées de produits pétroliers qui se produisent lors du
ravitaillement en carburant de la machinerie ou en raison de bris de canalisations
hydrauliques et qui peuvent être nettoyées facilement par des équipes sur place à l'aide
de matériel standard et de sorbants, les mesures de protection suivantes seront
respectées :
a) Identifier la substance dont il est question et consulter la fiche signalétique ou
communiquer avec le Centre canadien d'urgence transport (CANUTEC) au
1-613-996-6666 par mesure de précaution, au besoin.
b) Arrêter l'écoulement du produit qui se déverse, s'il est sécuritaire de le faire, en
prenant des précautions pour éviter de se blesser.
c) Contrôler et contenir le produit déversé, si cela peut être fait de façon sécuritaire,
à l'aide de la trousse de nettoyage en cas de déversement gardée sur le site. Les
matériaux et le sol contaminés doivent être éliminés à une installation
approuvée.
d) Inscrire les détails du déversement, notamment :
• le nom et les coordonnées de la personne qui signale le déversement;
172
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
•
•
•
•
•
la date et l'heure du déversement;
le type et la quantité approximative du produit qui a été déversé;
l'emplacement du déversement ou de la fuite;
la provenance du déversement ou de la fuite;
le type d'accident;
les conditions météorologiques;
la proximité du cours d'eau, de la terre humide ou des autres éléments
sensibles du milieu;
l'état du déversement (en cours ou confiné, efforts de nettoyage).
e) Communiquer avec le bureau régional du MENB ou composer le numéro en cas
d'urgence environnementale de la Garde côtière (1-800-565-1633).
f)
Signaler le déversement à l'ingénieur résident et au contremaître de construction
ou surveillant.
g) Les petits déversements (c.-à-d. moins de 20 L) qui se produisent aux centres
d'entretien du MDTNB sur un terrain de niveau, et qui peuvent facilement être
confinés et nettoyés, doivent être signalés et nettoyés en respectant les mesures
de protection décrites précédemment.
h) En cas de déversements aux installations de ravitaillement en carburant, les
personnes suivantes doivent également être avisées :
•
•
•
•
le surveillant du MDTNB;
l'Agence de gestion des véhicules;
la Direction de l'entretien et de la circulation;
le service local de prévention des incendies.
i)
Les centres d'entretien doivent être équipés d'au moins une trousse en cas de
déversement renfermant des tampons absorbants et des barrages flottants
absorbants pour les déversements de pétrole.
j)
Le contenu de la trousse de nettoyage doit être remplacé à mesure qu'il est
utilisé.
k) Des sacs de tourbe ou de sciure de bois doivent également être à portée de la
main pour contenir et nettoyer les petits déversements.
l)
Le sol contaminé sera enlevé, puis acheminé à une installation d'élimination
appropriée.
Liste de contrôle et rappels pour les petits déversements
Voir l'annexe A : Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
173
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Déversements importants
En ce qui concerne les déversements importants qui ne sont pas localisés et qui ne
peuvent être facilement nettoyés par les équipes sur place à l'aide du matériel standard
et de sorbants, et/ou lorsque le sol, les eaux souterraines ou l'eau de surface peuvent
être contaminés, les mesures de protection suivantes doivent être prises :
a) Arrêter l'écoulement du produit qui se déverse, s'il est sécuritaire de le faire, en
prenant des précautions pour éviter de se blesser.
b) Identifier la substance dont il est question et consulter la fiche signalétique ou
communiquer avec le Centre canadien d'urgence transport (CANUTEC) au
1-613-996-6666 par mesure de précaution, au besoin.
c) Procéder à une évaluation rapide du déversement :
•
•
•
•
Y a-t-il lieu d'être préoccupé pour la santé humaine? Si oui, un périmètre de
sécurité devrait-il être délimité?
Quelle est l'étendue du déversement?
Existe-t-il des cours d'eau, des terres humides ou d'autres éléments
sensibles du milieu à proximité et en aval du déversement?
Existe-t-il des systèmes de drainage qui mènent à ces éléments?
d) Contrôler et contenir le produit déversé, si cela peut être fait de façon sécuritaire,
à l'aide du matériel sur place.
e) Composer le numéro en cas d'urgence environnementale de la Garde côtière
(1-800-565-1633).
f)
Aviser l'ingénieur régional du MDTNB ou tout autre représentant désigné.
g) Dans les cas de déversements importants se produisant au centre d'entretien,
aviser les personnes suivantes :
•
•
•
•
le surveillant de l'entretien;
l'Agence de gestion des véhicules;
la Direction de l'entretien et de la circulation;
le service local de prévention des incendies.
h) Inscrire les détails du déversement, notamment :
•
•
•
•
•
•
•
174
le nom et les coordonnées de la personne qui signale le déversement;
la date et l'heure du déversement;
le type et la quantité approximative du produit qui a été déversé;
l'emplacement du déversement ou de la fuite;
la provenance du déversement ou de la fuite;
le type d'accident;
les conditions météorologiques;
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
la proximité du cours d'eau, de la terre humide ou des autres éléments
sensibles du milieu;
l'état du déversement (en cours ou confiné, efforts de nettoyage).
Options de confinement pour les déversements importants
Les options de confinement suivantes seront utilisées dans les cas de déversements
importants.
a) Sur un terrain de niveau, creuser une fosse (doublée de plastique si le sol est
poreux) et pomper le produit déversé dans un récipient temporaire ou tout autre
contenant non poreux.
b) Sur un terrain en pente, creuser une tranchée (doublée de plastique si le sol est
poreux) vers le bas de la pente de façon à intercepter le déversement.
Vue en plan d'une tranchée creusée de l'amont vers l'aval.
175
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Vue latérale d'une tranchée creusée.
c) Dans un fossé de drainage, un cours d'eau ou une terre humide, de nombreuses
options sont possibles :
i)
Un barrage partiel peut empêcher l'huile de pénétrer dans un ponceau. La
moitié supérieure du ponceau est obstruée, ce qui bloque l'huile à la surface
de l'eau tout en permettant à l'eau de s'écouler au-dessous. Si le niveau de
l'eau est trop bas, le ponceau doit être complètement obstrué de façon
temporaire.
Barrage partiel.
ii) Un barrage partiel peut être construit sur un petit cours d'eau à l'aide de
contreplaqué, de planches, de billes ou de tout autre matériau disponible fixé
solidement dans les rives du cours d'eau pour permettre à l'eau de s'écouler
au-dessous tout en captant l'huile au-dessus.
176
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Utilisation d'un barrage partiel sur un petit cours d'eau.
iii) Pour les cours d'eau importants, des barrages flottants absorbants peuvent
être utilisés pour intercepter la matière déversée en aval du déversement ou
la contenir dans le milieu marin.
Liste de contrôle et rappels pour les déversements importants
Voir l'annexe A : Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Déversements lors de l'exploitation routière
Pour les déversements qui se produisent lors de l'exploitation routière, les mesures de
protection suivantes doivent être prises :
a. La Procédure opérationnelle standard no 7 – Intervention d'urgence dans le cas
d'incidents de transport mettant en cause des marchandises dangereuses du
MDTNB (révisée en janvier 1995) sera adoptée sur le site d'un déversement.
b. Lorsque les employés chargés de l'entretien du réseau routier sont les premières
personnes à arriver sur les lieux d'un accident par hasard, ils doivent (en
présumant que la police, le service d'incendie et le service d'ambulance ont été
informés) :
177
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
•
supposer le pire et empêcher toute personne de pénétrer dans la zone de
danger;
s'ils ne courent aucun danger, tenter d'obtenir les numéros de téléphone
d'urgence requis auprès du conducteur (ou les documents de l'expéditeur)
afin d'identifier les matières en question et d'évaluer rapidement les risques
qu'elles comportent (l'annexe A de la procédure opérationnelle standard no 7
fournit un guide d'évaluation des dangers s'il est impossible d'obtenir le
numéro de téléphone d'urgence de l'expéditeur);
faire un compte rendu des renseignements obtenus au bureau central ou au
répartiteur (c.-à-d. selon le premier groupe sur les lieux de l'accident), selon
le cas;
déterminer si la Garde côtière (1-800-565-1633) a été informée et, sinon,
s'assurer qu'on lui communique tous les renseignements recueillis. La Garde
côtière enjoindra alors le MENB et l'Organisation des mesures d'urgence à
intervenir.
c. Au besoin, le MDTNB participera au nettoyage et fournira la signalisation et les
barrières pour diriger le public. Le ministère s'assurera que des routes spécifiées
demeurent ouvertes pour les véhicules d'urgence.
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.13 Stockage et
pétroliers
manutention
des
produits
Description
Le stockage, la manutention et l'utilisation adéquats des produits pétroliers peuvent
considérablement diminuer le risque de déversement accidentel dans l'environnement.
Le Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers (Règlement 8797) s'applique au stockage, au transport et à la manutention des produits pétroliers, y
compris l'asphalte, l'huile à moteur, l'essence et les lubrifiants. Les activités
réglementées comprennent le stockage des produits pétroliers, le transport et la
livraison de ces produits pétroliers aux appareils de distribution, l'utilisation d'appareils
de distribution, la prévention des déversements et les mesures prises en cas de
déversement d'un produit pétrolier dans l'environnement.
Le stockage est généralement divisé en deux classes : le stockage temporaire et le
stockage permanent.
178
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.13.1 Stockage temporaire des produits pétroliers
Description
Les projets de construction ont souvent recours au stockage temporaire des produits
pétroliers; des réservoirs de stockage hors-sol sont généralement utilisés pour des
installations auxiliaires comme des installations mobiles de préparation d'asphalte et des
réservoirs et récipients portatifs pour le remplissage ou pour d'autres utilisations.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage temporaire de
produits pétroliers sont les suivants :
•
•
•
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
les déversements accidentels;
les risques d'incendie.
Permis requis
•
•
Toutes les installations de réservoirs de stockage temporaires sur un site dont la
capacité est de 2 000 L ou plus doivent être enregistrées et approuvées en vertu
du Règlement 87-97. Toutes les installations de réservoirs doivent être installées
par un installateur agréé, comme le stipule le règlement. Le Règlement 87-97,
annexe A, Partie I et Partie II, contient une formule d'agrément d'emplacement et
une formule d'agrément écologique pour les nouvelles installations et pour les
modifications apportées à des installations existantes. Ces formules doivent être
envoyées au MENB au moins un mois avant le début prévu de la construction.
Le propriétaire d'un site dont la capacité de stockage est supérieure à 2 000 litres
doit enregistrer les réservoirs du site auprès du MENB et obtenir annuellement
une licence du site de stockage des produits pétroliers pour ses installations.
Mesures de protection générales
a) Tous les récipients qui servent au stockage temporaire de produits pétroliers
doivent être en bon état, et leur étanchéité doit être vérifiée régulièrement.
b) Les récipients doivent être clairement identifiés et entreposés dans des endroits
clairement identifiés, sur une surface plane, à au moins 100 m d'un cours d'eau,
d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
c) Tout récipient de carburant hors-sol dont la capacité est supérieure à 30 L doit
être placé sur un tapis imperméable et être entouré d'une digue imperméable
d'une dimension suffisante pour contenir au moins 110 % de la capacité du
réservoir, plus une revanche de 150 mm.
d) Le niveau de liquide et d'eau dans le fond de tout récipient de carburant hors-sol
dont la capacité est supérieure à 30 L doit être mesuré au moins une fois par
179
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
semaine (Voir la section 65 du Règlement sur le stockage et la manutention des
produits pétroliers – Loi sur l'assainissement de l'environnement [Règlement du
Nouveau-Brunswick 87-97]).
e) Les zones de stockage des carburants et les lignes de transfert fixes doivent être
clairement identifiées ou barricadées afin de ne pas être endommagées par les
véhicules qui circulent. Les marqueurs doivent être visibles dans les mauvaises
conditions météorologiques.
f)
La zone devrait être inclinée ou drainée de façon que tout matériau déversé
s'écoule vers une zone de collecte sécuritaire.
g) Il est interdit de fumer à moins de 10 mètres d'un lieu de stockage de carburant.
h) Les sites de projets doivent être équipés d'au moins une trousse de nettoyage
renfermant des tampons absorbants et des barrages flottants absorbants pour
les déversements de pétrole. Le contenu de la trousse doit être remplacé à
mesure qu'il est utilisé. Des sacs de tourbe ou de sciure de bois doivent
également être à portée de la main en cas de déversements plus importants.
i)
Les huiles, les lubrifiants ou les autres produits pétroliers usés doivent être
retenus dans un réservoir bien étiqueté ou dans un récipient fermé et recyclés ou
éliminés à une installation approuvée. Tout réservoir ou récipient de stockage
temporaire des liquides usés avant leur élimination doit être placé sur un tapis
imperméable et être entouré d'une digue imperméable d'une dimension
suffisante pour contenir au moins 110 % de la capacité du réservoir ou du
récipient, plus une revanche de 150 mm.
j)
Tous les récipients vides doivent être retournés à l'endroit désigné pour être
éliminés dans un lieu d'élimination adéquat. Il est interdit d'éliminer les récipients
vides sur le site.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
180
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.13.2 Stockage permanent des produits pétroliers
Description
Le stockage permanent des produits pétroliers est généralement limité aux centres
d’entretien du MDTNB et s'applique à la fois aux installations de réservoirs hors-sol et
souterrains.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage permanent de
produits pétroliers sont les suivants :
•
•
•
les déversements accidentels;
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
les risques d'incendie.
Permis requis
•
•
Les installations de réservoirs de stockage de produits pétroliers doivent être
enregistrées en vertu du Règlement sur le stockage et la manutention des
produits pétroliers – Loi sur l'assainissement de l'environnement (Règlement du
Nouveau-Brunswick 87-97), et s'y conformer, avant le début des opérations.
L'enregistrement ne s'applique pas aux sites dont la capacité totale est inférieure
à 2 000 L. Le Règlement 87-97, annexe A, Partie I et Partie II, contient une
formule d'agrément d'emplacement et une formule d'agrément écologique pour
les nouvelles installations et pour les modifications apportées à des installations
existantes. Ces formules doivent être envoyées au MENB au moins un mois
avant le début prévu de la construction. L'enregistrement doit être renouvelé
chaque année.
Tous les réservoirs de stockage hors-sol doivent se conformer au Code national
de prévention des incendies et au Règlement du Nouveau-Brunswick 87-97; les
réservoirs d'huile de chauffage doivent se conformer à la norme CSA B139.
Mesures de protection générales
a) Les huiles, les lubrifiants ou les autres produits pétroliers usés doivent être
retenus dans un réservoir bien étiqueté ou un récipient fermé et recyclés ou
éliminés à une installation approuvée. Tout réservoir ou récipient de stockage
temporaire des liquides usés avant leur élimination doit être placé sur un tapis
imperméable et être entouré d'une digue imperméable d'une dimension
suffisante pour contenir au moins 110 % de la capacité du réservoir ou du
récipient, plus une revanche de 150 mm.
b) Il est interdit de fumer à moins de 10 mètres d'un lieu de stockage de carburant.
c) Les centres d'entretien doivent être équipés d'au moins une trousse de
nettoyage renfermant des tampons absorbants et des barrages flottants
absorbants pour les déversements de pétrole. Le contenu de la trousse doit être
181
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
remplacé à mesure qu'il est utilisé. Des sacs de tourbe ou de sciure de bois
doivent également être à portée de la main en cas de déversements plus
importants.
d) La détection des dommages ou des fuites sur les réservoirs de stockage hors-sol
doit être effectuée par une inspection visuelle régulière (il est recommandé de la
faire chaque semaine).
e) Les niveaux de produits et d'eau dans les réservoirs d'essence et de carburant
diesel doivent être mesurés avec une jauge et leur rapprochement doit être
effectué tous les jours. Les niveaux de produits et d'eau dans les réservoirs
d'huile usée doivent être mesurés à la fin du dernier jour ouvrable de chaque
semaine et au début du premier jour ouvrable de chaque semaine (voir la
section 5.13.5 pour de plus amples renseignements sur les réservoirs d'huile
usée). Toute l'information doit être fournie sur le formulaire « Dossier d’inventaire
des produits pétroliers ». Lorsqu'on relève une perte de liquide ou un gain d'eau
de 5 mm ou plus, lorsque l'eau dans le fond du réservoir dépasse 50 mm, ou
lorsque l'alarme d'un panneau de détection se déclenche, le surveillant, le MENB
et la Direction de l’entretien et de la circulation doivent être avisés
immédiatement. Lorsque l'alarme d'un panneau de détection se déclenche, un
installateur de réservoir agréé doit faire une vérification et la Direction de
l'entretien et de la circulation doit être avisée.
f)
Les autres installations de réservoirs de stockage souterrains doivent être
vérifiées régulièrement (au moins une fois par semaine) conformément à
l'article 65 du Règlement du Nouveau-Brunswick 87-97. Cela comporte, sans y
être limité, la mesure des niveaux d'huile et d'eau avec une jauge, et le
rapprochement des dossiers qui doivent être tenus pour une période de deux
ans.
g) Les niveaux d'eau, de produits et de boue des réservoirs d'huile de chauffage
souterrains (et hors-sol) devraient être mesurés régulièrement (tous les trois
mois) avec une jauge enduite d'une pâte détectrice d'eau.
h) Le MENB doit être avisé si une fuite est soupçonnée ou si du liquide est
soupçonné de pénétrer dans le réservoir.
i)
Les essais de protection cathodique doivent être effectués sur toutes les
installations de réservoirs de stockage de produits pétroliers souterrains en acier,
et les résultats doivent être communiqués au MENB chaque année pour
démontrer que le système de protection fonctionne correctement. Un réservoir
ou les tuyaux qui y sont raccordés qui ne réussissent pas les essais doivent être
réparés ou enlevés par un installateur agréé.
j)
Les essais d'étanchéité de précision doivent être effectués sur des installations
de réservoirs de stockage souterrains à paroi simple qui sont installées depuis
au moins 20 ans, et les résultats doivent être communiqués au MENB tous les
deux ans (année paire), pour démontrer que les réservoirs et les tuyaux qui y
sont raccordés sont étanches. Les essais doivent être effectués par une
182
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
compagnie titulaire d'un permis, qui n'a aucun lien avec le propriétaire de
l'installation, à l'aide d'un appareil approuvé par le MENB.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.13.3 Ravitaillement en carburant et transport du carburant
5.13.3.1
Manutention et transfert du carburant sur les chantiers
Description
L'essence et le carburant diesel sont requis sur le chantier pour ravitailler l'équipement
en carburant. Il est possible de s'approvisionner en carburant à partir d'un réservoir de
stockage temporaire ou d'un équipement portatif, qui vient livrer le carburant sur le
chantier (camions-citernes).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage temporaire de
produits pétroliers sont les suivants :
•
•
•
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
les déversements accidentels;
les risques d'incendie.
Permis requis
•
Toutes les installations de réservoirs de stockage temporaires sur un site dont la
capacité est de 2 000 L ou plus doivent être enregistrées et approuvées en vertu
du Règlement 87-97. Toutes les installations de réservoirs doivent être installées
par un installateur agréé, comme le stipule le règlement. Le Règlement 87-97,
annexe A, Partie I et Partie II, contient une formule d'agrément d'emplacement et
une formule d'agrément écologique pour les nouvelles installations et pour les
modifications apportées à des installations existantes. Ces formules doivent être
envoyées au MENB au moins un mois avant le début prévu de la construction.
183
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
Le propriétaire d'un site dont la capacité de stockage est supérieure à 2 000 litres
doit enregistrer les réservoirs du site auprès du MENB et obtenir annuellement
une licence du site de stockage des produits pétroliers pour ses installations.
Mesures de protection générales
a. Seuls des récipients portables approuvés doivent être utilisés pour la collecte et
le transport de l'essence ou du mazout et pour faire le remplissage. Le récipient
doit être fait de métal ou de plastique et porter l'étiquette d'approbation ULC ou
CSA. Pour remplir un bidon d'essence en plastique, il faut le retirer du véhicule et
le poser sur le sol afin de réduire le risque que l'électricité statique n'enflamme
les vapeurs d'essence.
b) Prendre toutes les mesures de précaution nécessaires pour éviter le
déversement, le déplacement ou la perte des produits lors de leur manutention
ou de leur transfert afin de ne pas contaminer le sol, les cours d'eau, les terres
humides ou les eaux souterraines.
c) Les ravitaillements en carburant effectués sur le site ne doivent pas avoir lieu à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau
privé.
d) Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage désignées doivent se
trouver à au moins 100 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits
d'eau privé.
Produits pétroliers stockés trop près d'un cours d'eau.
184
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
e) L'équipement doit être inspecté quotidiennement pour déceler les fuites.
f)
Toutes les fuites doivent être réparées immédiatement.
g) Les matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le nettoyage des
déversements doivent être disponibles durant toute activité entreprise à l'intérieur
ou à proximité d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'une zone écosensible.
h) En cas de déversement, les lignes directrices de la section 5.12 – Gestion des
déversements seront suivies.
i)
En cas de déversement, tous les sorbants utilisés doivent être ramenés dans les
parcs d'entreposage appropriés pour être réutilisés ou pour être éliminés de
façon sécuritaire.
j)
Si le ravitaillement est effectué à partir d'une citerne, il est interdit de laisser le
boyau et la buse sans surveillance pendant l'opération; placer le boyau et la buse
dans la position appropriée une fois l'opération terminée.
k) Les sites de ravitaillement en carburant et les camions-citernes doivent être
équipés de trousses de nettoyage renfermant des tampons absorbants et des
barrages flottants absorbants pour les déversements mineurs qui peuvent
survenir pendant l'opération.
l)
Tous les récipients qui servent au stockage temporaire de produits pétroliers
doivent être en bon état, et leur étanchéité doit être vérifiée quotidiennement.
m) Le bec verseur doit être installé correctement et fermement sur les récipients de
carburant et bien vérifié avant de faire le plein.
n) Le remplissage doit s'effectuer sans renverser de carburant sur la machine.
o) Une fois le remplissage terminé, le couvercle du récipient de carburant et le
bouchon de la machine doivent être remis en place.
p) Le récipient de carburant de la machine sera éloigné avant de mettre la machine
en marche.
q) Tous les récipients vides seront retournés à l'endroit désigné pour être éliminés
dans un lieu d'élimination adéquat ou être réutilisés. Il est interdit d'éliminer les
récipients vides sur le site.
r) Il est interdit aux fournisseurs de produits pétroliers à qui on n'a pas montré la
licence valide pour l'installation de stockage de carburant de remplir les
réservoirs.
185
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.13.3.2
Ravitaillement en carburant aux centres d'entretien
Description
L'essence et le carburant diesel sont disponibles à la plupart des sites du MDTNB. Bon
nombre de sites sont équipés d'unités computrol qui permettent aux utilisateurs de
l'extérieur d'avoir accès 24 heures sur 24 au carburant.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage permanent de
produits pétroliers sont les suivants :
•
•
•
les déversements accidentels;
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
les risques d'incendie.
Permis requis
•
•
186
Les installations de réservoirs de stockage de produits pétroliers doivent être
enregistrées en vertu du Règlement sur le stockage et la manutention des
produits pétroliers – Loi sur l'assainissement de l'environnement (Règlement du
Nouveau-Brunswick 87-97), et s'y conformer, avant le début des opérations.
L'enregistrement ne s'applique pas aux sites dont la capacité totale est inférieure
à 2 000 L. Le Règlement 87-97, annexe A, Partie I et Partie II, contient une
formule d'agrément d'emplacement et une formule d'agrément écologique pour
les nouvelles installations et pour les modifications apportées à des installations
existantes. Ces formules doivent être envoyées au MENB au moins un mois
avant le début prévu de la construction. L'enregistrement doit être renouvelé
chaque année.
Tous les réservoirs de stockage hors-sol doivent se conformer au Code national
de prévention des incendies et au Règlement du Nouveau-Brunswick 87-97; les
réservoirs d'huile de chauffage doivent se conformer à la norme CSA B139.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Seuls des récipients portables approuvés peuvent être utilisés pour la collecte et
le transport de l'essence ou du mazout et pour faire le remplissage.
b) Le récipient doit être fait de métal ou de plastique et porter l'étiquette
d'approbation ULC ou CSA. Pour remplir un bidon d'essence en plastique, il faut
le retirer du véhicule et le poser sur le sol afin de réduire le risque que l'électricité
statique n'enflamme les vapeurs d'essence.
c) Les pompes, les tuyaux et les buses sont vérifiés pour déceler des signes de
fuite; ils doivent être entretenus régulièrement. Ils ne doivent pas être utilisés s'ils
fuient.
d) Aucun dispositif mécanique ne doit être utilisé pour garder la buse ouverte.
e) La buse ne doit pas être laissée sans surveillance.
f)
Les panneaux suivants doivent
d'approvisionnement en carburant :
•
•
•
•
•
être
maintenus
aux
installations
« Défense de fumer »;
« Éteindre le moteur »;
« Téléphone cellulaire interdit »;
« Ne pas laisser la buse sans surveillance »;
« Directives d'utilisation ».
g) En cas d'un déversement ou d'une fuite, les lignes directrices de la section 5.12
– Gestion des déversements doivent être suivies.
h) Pendant le ravitaillement en carburant, les moteurs seront coupés.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
187
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.13.4 Réservoir d'huile usée et élimination des huiles usées
Description
À la plupart des centres, on retrouve des réservoirs ou des barils d'huile usée pour le
stockage temporaire de l'huile et des produits d'huile usée provenant de l'entretien des
véhicules.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage temporaire de
produits pétroliers sont les suivants :
•
•
•
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
les déversements accidentels;
les risques d'incendie.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) En tout temps, il ne faut stocker plus de 500 litres d'huile usée sur le site, dans
des barils, des seaux, des fûts, etc.
b) Les barils seront placés sur une cuvette de rétention pour contenir les
déversements.
c) Les filtres à huile seront vidés des huiles usées pendant la nuit avant d'être
recyclés ou éliminés dans une installation d'élimination approuvée.
d) Les niveaux de produits et d'eau des réservoirs d'huile usée doivent être
mesurés avec une jauge le premier jour ouvrable et le dernier jour ouvrable de
chaque semaine.
e) La collecte et l'élimination de l'huile usée seront effectuées dans des lieux de
collecte et d'élimination spécifiés.
f)
La collecte et l'élimination de l'huile usée sont accordées par contrat par
l'entremise de l'Agence de gestion des véhicules à des lieux de collecte spécifiés
(composer le 506-453-2601).
g) Entre les collectes, l'huile usée doit être stockée dans un réservoir ou un
récipient fermé.
188
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.13.5 Intercepteurs et séparateurs d'eau et d'huile
Description
Il y a trois types de séparateurs d'eau et d'huile aux garages du MDTNB, notamment :
a) intercepteur d'huile (situé dans le plancher du garage);
b) séparateur ACO (situé dans le plancher du garage);
c) séparateur d'huile et d'eau (situé à l'extérieur du garage).
Tous ces systèmes fonctionnent selon le principe de la séparation par gravité selon
lequel l'huile plus légère flotte à la surface.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux intercepteurs et aux
séparateurs d'huile et d'eau sont les suivants :
•
la contamination des sols, des eaux de surface et des eaux souterraines.
Permis requis
•
•
Un permis de construction peut être requis au moment de l'installation
Les séparateurs d'huile et d'eau et les intercepteurs d'huile et d'eau dont la
capacité est de 900 L ou plus sont considérés comme des réservoirs de
stockage de produits pétroliers. Un permis doit donc être obtenu auprès du
MENB pour pouvoir les utiliser. (Voir la section 5.13.2 – Stockage permanent des
produits pétroliers)
189
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Séparateur d'huile et d'eau type
190
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Les fuites et les déversements doivent être nettoyés avant qu'ils n'atteignent les
drains de plancher.
b) Les huiles usées ne doivent pas être ajoutées délibérément aux séparateurs ou
aux drains.
c) Les exigences relatives à l'entretien du fabricant doivent être respectées pour
chaque type de séparateur.
d) L'épaisseur du produit dans les intercepteurs et les séparateurs d'huile et d'eau
doit être mesurée avec une jauge chaque semaine ou chaque fois qu'on
soupçonne la présence d'un déversement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.13.6 Drains de plancher
Description
Les drains de plancher permettent de recueillir les liquides dans un emplacement central
et de les enlever du centre d’entretien.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux drains de plancher sont les
suivants :
•
la contamination des sols, des eaux de surface et des eaux souterraines.
Permis requis
•
Un permis de construction peut être requis au moment de l'installation
191
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Les fuites et les déversements doivent être contenus et nettoyés avant qu'ils
n'atteignent les drains de plancher.
b) Les huiles usées ne doivent pas être ajoutées délibérément aux drains.
c) Un calendrier régulier de nettoyage des drains de plancher sera établi. Il est
recommandé de les nettoyer deux ou trois fois par année.
d) Une inspection périodique des drains de plancher sera effectuée afin de
déterminer si un entretien est requis.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.13.7 Enlèvement et remplacement d'un réservoir
Description
Lorsqu'un réservoir est devenu inutile ou qu'il est défectueux, il doit être enlevé et
éliminé afin de réduire au minimum les risques de répercussions sur l'environnement. La
section environnementale de la Direction de l'entretien et de la circulation s'occupe
habituellement des enlèvements et des remplacements de réservoirs.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'enlèvement et au
remplacement des réservoirs sont les suivants :
•
192
la contamination des sols, des eaux de surface et des eaux souterraines.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
•
Les installations de réservoirs de stockage de produits pétroliers doivent être
enregistrées en vertu du Règlement sur le stockage et la manutention des
produits pétroliers – Loi sur l'assainissement de l'environnement (Règlement du
Nouveau-Brunswick 87-97), et s'y conformer, avant le début des opérations.
L'enregistrement ne s'applique pas aux sites dont la capacité totale est inférieure
à 2 000 L. Le Règlement 87-97, annexe A, Partie I et Partie II, contient une
formule d'agrément d'emplacement et une formule d'agrément écologique pour
les nouvelles installations et pour les modifications apportées à des installations
existantes. Ces formules doivent être envoyées au MENB au moins un mois
avant le début prévu de la construction. L'enregistrement doit être renouvelé
chaque année.
Tous les réservoirs de stockage hors-sol doivent se conformer au Code national
de prévention des incendies et au Règlement du Nouveau-Brunswick 87-97; les
réservoirs d'huile de chauffage doivent se conformer à la norme CSA B139.
Mesures de protection générales
a) La formule du Règlement 87-97, annexe D du MENB sera remplie et envoyée au
MENB immédiatement après l'enlèvement de toute installation de stockage de
produits pétroliers (y compris les réservoirs d'huile de chauffage) sur un site de la
province du Nouveau-Brunswick ayant une capacité de stockage totale
supérieure ou égale à 2 000 L de produits pétroliers.
b) Tout sol contaminé doit être évalué par un spécialiste en évaluation des sites du
Nouveau-Brunswick ou être enlevé et acheminé à une installation d'élimination
approuvée.
c) Le MENB sera avisé de la date de l'enlèvement cinq jours avant l'enlèvement.
d) L'installation sera vidée de tous les produits avant son enlèvement.
e) Les produits dangereux seront éliminés dans une installation approuvée.
f)
Si l'on soupçonne que du sol est contaminé ou qu'on relève la présence de sol
contaminé, le MENB sera avisé.
g) Enlever le sol contaminé puis l'acheminer à une installation d'élimination
approuvée et/ou le faire évaluer par un spécialiste en évaluation des sites du
Nouveau-Brunswick.
h) La propreté des lieux sera rétablie.
i)
La zone perturbée sera stabilisée conformément à la section 5.7 – Gestion de
l'érosion et de la sédimentation.
193
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB et le personnel de l'entrepreneur sont responsables du stockage et de la
manutention sécuritaires des produits pétroliers utilisés pendant la construction et l'EER.
Le MDTNB, les utilisateurs des installations pétrolières et le personnel de l'entrepreneur
sont responsables de signaler tout déversement qui pourrait se produire.
5.14 Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses
Description
La présente section traite des matières dangereuses, autres que les produits pétroliers
et les explosifs, qui peuvent être stockées, manutentionnées et utilisées au cours des
activités de construction et d'EER.
Aux fins de ce manuel, une matière dangereuse est définie comme toute matière qui, en
raison de ses propriétés, présente un danger pour la santé ou l'environnement et qui est,
au sens des règlements pris en application de la présente loi, explosive, gazeuse,
inflammable, toxique, radioactive, corrosive, comburante ou lixiviable, ainsi que toute
matière ou objet assimilé à une matière dangereuse selon les règlements.
La peinture, les solvants, l'antigel, les sels de voirie et le sable pour l'hiver font partie des
matières dangereuses fréquemment utilisées.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage et à la manutention
des matières dangereuses sont les suivants :
•
•
•
les déversements accidentels;
la contamination du sol, des eaux de surface et des eaux souterraines;
les risques d'incendie.
Permis requis
•
194
Les matières dangereuses doivent être stockées dans des zones de stockage
appropriées, conformément aux lois et aux permis fédéraux et provinciaux.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Tous les produits doivent être stockés dans des zones de stockage approuvées
(p. ex. ayant une capacité de confinement des déversements) dans un endroit
bien ventilé.
b) Les matières dangereuses doivent être stockées à au moins 30 mètres d'un
cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé et en un lieu où les
produits perdus ou déversés ne peuvent pas pénétrer dans un cours d'eau, une
terre humide ou un puits d'eau privé.
c) Les déchets dangereux doivent être traités conformément aux règlements
fédéraux et provinciaux. Une entreprise professionnelle de gestion des déchets
dangereux doit être appelée pour l'élimination des déchets les plus dangereux.
d) La manutention de tous les produits doit être effectuée par du personnel formé et
qualifié.
e) Tous les produits et toutes les zones de stockage des produits doivent être
correctement étiquetés, les étiquettes étant visibles en tout temps.
f)
Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour réduire au minimum
les déversements, le déplacement ou la perte de matières dangereuses.
g) En cas de déversement, les lignes directrices de la section 5.12 – Gestion des
déversements seront suivies.
h) Le fumage doit être interdit à moins de 10 mètres d'un lieu de stockage de
matières dangereuses.
i)
Les sites de stockage doivent être inspectés régulièrement (au moins une fois
par semaine) pour vérifier leur conformité.
j)
Les déchets dangereux seront ramassés et éliminés dans une installation
d'élimination approuvée.
Il existe quatre programmes clés visant les mesures de protection utilisées par le
ministère des Transports pour l'identification, la manutention, le transport et le stockage
des produits dangereux, à savoir le Système d'information sur les matières dangereuses
utilisées au travail, les fiches signalétiques, le Centre canadien d'urgence transport et le
transport des marchandises dangereuses.
Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT)
Le SIMDUT est un système mis en place pour offrir un lieu de travail sécuritaire. Le
programme du SIMDUT fournit de l'information sur les produits à l'aide d'étiquettes, de
fiches signalétiques (FS) et de programmes de sensibilisation. Le stockage des matières
dangereuses (contrôlées) doit être conforme aux exigences du SIMDUT.
195
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Les produits contrôlés sont ceux qui correspondent aux catégories suivantes :
• Catégorie A – Gaz comprimés
• Catégorie B – Matières inflammables et combustibles
• Catégorie C – Matières comburantes
• Catégorie D1 – Matières ayant des effets toxiques immédiats et graves
• Catégorie D2 – Matières ayant d'autres effets toxiques
• Catégorie D3 – Matières infectieuses
• Catégorie E – Matières corrosives
196
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
• Catégorie F – Matières dangereusement réactives
Fiches signalétiques (FS)
Les FS fournissent des renseignements sur le produit contrôlé, notamment les
ingrédients dangereux qu'il contient, les risques pour la santé, les mesures de protection
et les procédures d'urgence. La FS d'un produit contrôlé doit être passée en revue avant
d'utiliser le produit.
Centre canadien d'urgence transport (CANUTEC)
CANUTEC relève de Transports Canada. Le mandat de CANUTEC est de fournir une
assistance par téléphone au personnel d'intervention d'urgence lorsqu'il traite une
situation d'urgence mettant en cause des marchandises dangereuses. CANUTEC
dispose d'une base de données scientifiques sur les produits et les substances
chimiques dans laquelle des renseignements techniques sont accessibles en cas
d'urgence, notamment :
•
•
•
•
•
•
les propriétés de la marchandise dangereuse;
les risques pour la santé et les premiers soins;
les risques d'incendie, d'explosion, de déversement ou de fuite;
les mesures correctives;
les distances d'évacuation;
les vêtements de protection individuelle et la décontamination.
Il est possible de joindre CANUTEC en cas d'un déversement ou
en cas d'urgence pour obtenir rapidement des conseils :
1-613-996-6666
Le personnel de CANUTEC fournit également un service d'information sur tous les
aspects des exigences réglementaires relatives à la manutention, aux services de
transport et au transport des marchandises dangereuses par tous les modes de
transport. CANUTEC est le premier point de contact pour la Direction générale du
transport des marchandises dangereuses en ce qui concerne les questions relatives aux
règlements sur le transport des marchandises dangereuses et aux produits chimiques.
Pour des renseignements généraux, communiquer avec CANUTEC par téléphone au
numéro 613-992-4624 pour libérer les lignes téléphoniques d'urgence.
Transport des marchandises dangereuses (TMD)
La Loi sur le transport des marchandises dangereuses est une loi fédérale destinée à
favoriser la sécurité publique pendant le transport de matières dangereuses. Les
197
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
marchandises peuvent être transportées par route, par chemin de fer, par voie d'eau ou
par voie aérienne.
Les lois fédérales et provinciales réglementent une longue liste de produits, de
substances ou d'organismes reconnus comme dangereux. Ceux-ci sont répartis dans
l'une des neuf classes suivantes. Des plaques et des étiquettes en forme de losange
servent à identifier les marchandises dangereuses.
Classe 1 : Explosifs
Classe 2 : Gaz
Classe 3 : Liquides inflammables
Classe 4 : Solides inflammables, matières
sujettes à l'inflammation spontanée et
substances qui, au contact de l'eau, dégagent
des gaz inflammables
Classe 5 : Matières comburantes et peroxydes
organiques
Classe 6 : Matières toxiques et matières
infectieuses
Classe 7 : Matières radioactives
Classe 8 : Matières corrosives
Classe 9 : Divers produits ou substances
• marchandises dangereuses identifiées
comme diverses
• certaines marchandises précises
considérées comme dangereuses pour
l'environnement
• déchets dangereux
198
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.14 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention d'autres matières dangereuses
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.14.1 Peinture de signalisation routière
Description
La peinture de signalisation routière est utilisée pour peindre des lignes pour le contrôle
de la circulation sur le réseau routier. Le MDTNB achète principalement la peinture de
signalisation routière dans des récipients consignés et réutilisables. Ces récipients en
vrac sont des bacs-citernes de 1 100 L et sont remplis fréquemment.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la peinture de signalisation
routière sont les suivants :
•
la contamination des sols, des eaux de surface et des eaux souterraines.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Dans la mesure du possible, de la peinture à base d'eau sera utilisée plutôt que
de la peinture à base d'huile.
b) Tous les solvants utilisés pour nettoyer l'équipement de pulvérisation ou tout
autre équipement doivent être ramenés dans les parcs d'entreposage appropriés
pour un stockage ou une élimination sécuritaires.
c) Les petites quantités de peinture devant être éliminées sont d'abord laissées à
durcir, puis sont éliminées dans un site d'enfouissement régional.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.14 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention d'autres matières dangereuses
199
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15 Ouvrages
Description
Un ouvrage est utilisé pour permettre aux véhicules, aux piétons et à la faune de
traverser un cours d'eau, une terre humide, un chemin de fer ou une route.
La construction, l'entretien et l'enlèvement d'ouvrages ont tous des répercussions
potentielles sur l'environnement. Les mesures de protection associées à la construction,
à l'entretien et à l'enlèvement d'ouvrages seront abordées dans les sections suivantes.
5.15.1 Construction d'ouvrages
Description
La construction d'ouvrages comprend des passages étagés, des traverses de cours
d'eau, des ouvrages longitudinaux, des passages de la faune, des quais et des
ponceaux de grand diamètre (diamètre ≥ 3 m ou surface équivalente).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux ouvrages sont les suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels.
Les activités suivantes font généralement partie de la construction d'un ouvrage dans un
cours d'eau, une terre humide ou un milieu marin :
a)
b)
c)
d)
e)
f)
l'installation de nappes filtrantes et/ou de barrages flottants;
l'installation de batardeaux;
l'installation d'ouvrages d'accès temporaires;
l'excavation pour les culées et les fondations;
la construction de fondations et de piles;
la construction de levées de terre.
Ces activités sont décrites plus en détail ci-dessous.
200
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.15.1.1 Nappe filtrante
Description
Une nappe filtrante est installée dans un plan d'eau pour contenir et confiner l'eau
chargée de sédiments provenant d'une zone perturbée adjacente à un plan d'eau ou
dans celui-ci. Les nappes filtrantes sont constituées de géotextile perméable suspendu
verticalement dans un plan d'eau et maintenu au fond du plan d'eau par des matériaux
lestés. Un barrage flottant peut être utilisé pour fixer le haut de la nappe filtrante à la
surface de l'eau.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux nappes filtrantes sont les
suivants :
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) Les nappes filtrantes seront conçues de façon à résister à toutes les forces
naturelles et aux conditions météorologiques prévisibles propres au site où elles
seront installées.
c) La partie du géotextile recouvrant le fond du cours d'eau doit être maintenue en
place de manière que l'eau ne puisse pas passer sous le géotextile.
d) Les nappes filtrantes seront installées sur le périmètre de l'aire des travaux avant
le début des travaux.
201
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
e) La nappe filtrante doit former une couverture continue, et les joints doivent être
exécutés conformément aux directives du fabricant en ce qui a trait aux
matériaux et à la méthode de fabrication.
f)
Les nappes filtrantes seront installées dans des lieux qui permettront le passage
continu des poissons et des bateaux ou des navires.
g) La nappe filtrante doit être maintenue en bon état de fonctionnement.
h) La nappe filtrante doit être inspectée tous les jours ainsi qu'avant, pendant et
après tout événement pluvieux.
Nappe filtrante placée dans un cours d'eau pour retenir le limon provenant des activités
de terrassement et pour empêcher qu'il ne soit emporté en aval. Remarquer que la
nappe filtrante est placée de telle façon que si des eaux de ruissellement chargées de
limon provenant du chantier pénètrent dans le cours d'eau, elles entreront dans la zone
de confinement.
i)
Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
j)
La nappe filtrante doit être enlevée du cours d'eau à l'achèvement des travaux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
202
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.1.2 Construction de batardeaux
Description
Les batardeaux sont utilisés pour que les travaux devant être effectués dans un plan
d'eau puissent l'être à sec, à l'écart du plan d'eau. Les batardeaux sont construits afin
d'isoler l'aire des travaux du plan d'eau. Les batardeaux peuvent être constitués de
palplanches, de bermes de terre recouvertes pour éviter la sédimentation, de sacs de
sable ou d'autres matériaux.
Un batardeau-palplanches et une nappe filtrante à une pile de pont pour isoler l'aire des
travaux du cours d'eau.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux batardeaux sont les suivants :
•
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
203
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) Une géomembrane imperméable doit être placée sur la face des batardeaux en
sacs de sable pour empêcher l'eau de s'écouler dans les batardeaux.
c) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place avant le début des travaux de terrassement.
d) Si l'on assèche l'intérieur du batardeau afin d'y contrôler ou d'y abaisser le
niveau de l'eau, l'eau sera pompée vers un bassin de décantation (voir la section
5.7.2.2 – Bassins de décantation) ou vers un sac filtrant, afin de s'assurer que la
concentration de sédiments (c'est-à-dire le total des solides en suspension
[TSS]) est inférieure aux normes réglementaires relatives aux déversements (en
général 25 mg/L) avant qu'ils n'atteignent un plan d'eau.
e) L'eau chargée de sédiments déversée pendant l'assèchement ne doit pas
pouvoir s'écouler directement dans un cours d'eau, une terre humide ou un
milieu marin.
f)
Un sac filtrant peut être utilisé au lieu d'un bassin de décantation s'il existe des
préoccupations relatives au déversement d'eau chargée de sédiments dans un
cours d'eau ou une terre humide.
g) Les matériaux enlevés du batardeau doivent être transportés en un lieu situé à
au moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
h) Les lieux d'élimination doivent être stabilisés après l'achèvement des travaux.
i)
204
Pendant l'assèchement, le déversement sera surveillé pour s'assurer que l'eau
chargée de sédiments ne pénètre pas de nouveau dans le cours d'eau ou la terre
humide.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
j)
cours d'eau ou la terre humide.
k) Le batardeau doit être maintenu en bon état de fonctionnement.
Sac filtrant installé sur un ouvrage d'accès temporaire avant l'assèchement.
Sac filtrant après le début de l'assèchement. Les sédiments sont retenus dans le sac et
celui-ci est transporté dans un site d'élimination approuvé après utilisation.
205
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l)
Le TSS sera surveillé à l'endroit où le déversement pénètre de nouveau dans le
Le batardeau doit être inspecté tous les jours ainsi qu'avant, pendant et après
tout événement pluvieux.
m) Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
n) Le batardeau doit être enlevé du cours d'eau à l'achèvement des travaux.
o) Les sacs filtrants et les sédiments retenus dans les sacs seront éliminés dans un
lieu d'élimination approuvé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou s’assurera qu'ils sont surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.15.1.3 Excavation et construction des culées et des fondations
Description
L'excavation et la construction de culées et de fondations comprennent l'enlèvement de
matériaux de l'intérieur du batardeau ou de la fondation; le battage des pieux (le cas
échéant); l'installation d'acier d'armature; l'utilisation de béton, de perrés ou de pierres
de carapace (le cas échéant). Les travaux peuvent nécessiter l'utilisation d'un ouvrage
d'accès temporaire ou de chevalets.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'excavation et à la construction
de culées et de fondations sont les suivants :
•
•
•
•
•
206
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
la pollution par le bruit;
les effets sur la navigabilité;
les déversements accidentels.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) L'excavation ne doit pas avoir lieu dans le cours d'eau sans la mise en place de
mesures de protection appropriées et sans avoir obtenu au préalable un permis
ou une autorisation.
c) S'il s'agit d'eaux navigables, il faut s'assurer que les travaux n’empêchent pas le
passage des bateaux et des navires.
d) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront mises en place
avant le début des travaux.
e) Dans la mesure du possible, la végétation doit être conservée.
f)
Les zones exposées seront stabilisées quotidiennement.
g) Dans la mesure du possible, les travaux doivent être effectués pendant la
période des basses eaux et/ou en période sèche.
h) L'excavation de fondations dans un cours d'eau doit être effectuée de façon à
limiter l'apport de sédiments dans les cours d'eau ou les terres humides. Des
méthodes comme l'utilisation de batardeaux, de nappes filtrantes, de techniques
de pompage, d'équipement d'excavation spécial, de chalands étanches et de
camions étanches peuvent être nécessaires.
i)
Les matériaux de déblai provenant de l'intérieur d'un batardeau doivent être
transportés en un lieu situé à au moins 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre
humide ou du milieu marin.
207
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
j)
Lorsque des sédiments marins sont enlevés et que leur élimination doit être
effectuée sur terre, il faut suivre les Lignes directrices pour l'emplacement et
l'exploitation d'un lieu d'élimination des déblais de dragage sur terre (MENB,
2001). Communiquer avec le MENB pour de plus amples renseignements.
k) Les ouvrages d'accès temporaires (p. ex. les chevalets et les ponts-jetées en
pierre) seront construits de façon à être isolés du plan d'eau à l'aide de nappes
filtrantes ou de batardeaux.
l)
Les ouvrages d'accès temporaires n’empêcheront pas la navigation dans les
eaux navigables.
m) Les ouvrages d'accès temporaires seront construits de façon à résister aux
mesures de contrôle de la glace et aux embâcles.
n) Les travaux de dynamitage à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau doivent
être effectués conformément aux Lignes directrices pour l'utilisation des explosifs
dans les eaux de pêche canadiennes et approuvés par le MPO.
o) Il faut communiquer avec le MPO, Programme de gestion de l'habitat, le plus tôt
possible pour déterminer les ressources à risque et dresser un plan d'atténuation
efficace.
p) Les activités de construction seront effectuées de manière à ne pas bloquer le
passage des poissons.
q) Les agressions sonores causées par le battage des pieux à proximité
d'ensembles
résidentiels
peuvent
entraîner
des
restrictions
dans
l'ordonnancement des travaux et les calendriers d'exécution.
r) L'équipement doit être en bon état de fonctionnement, et ne doit pas présenter
de fuite.
s) Les matières dangereuses seront stockées et manutentionnées conformément à
la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières dangereuses.
t)
Il est interdit de déverser du béton frais dans un cours d'eau.
u) Si les matériaux utilisés pour le perré, la pierre de carapace ou l'enrochement
sont douteux, ils seront analysés conformément à la section 5.25 – Gestion de
l'exhaure des formations rocheuses acides, pour garantir qu'ils ne produisent pas
d'acide.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
208
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
veiller à ce que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.1.4 Construction de levées de terre
Description
La construction de levées de terre peut être temporaire (pour créer un accès) ou
permanente (remblai d'approche de l'ouvrage) et nécessite généralement la mise en
place de matériaux à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Les travaux peuvent aussi comprendre la mise en place d'un drainage souterrain
(bassins de rétention et ponceaux) et/ou l'installation de perrés ou de pierres de
carapace.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la construction de levées de
terre sont les suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
la perte de zones de terres humides.
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux.
209
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) Les travaux ne doivent pas avoir lieu dans le cours d'eau sans la mise en place
de mesures de protection appropriées (p. ex. des batardeaux et des nappes
filtrantes) et sans avoir obtenu au préalable un permis ou une autorisation.
c) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront mises en place
avant le début des travaux.
d) Des matériaux propres seront utilisés comme remblais de levées de terres dans
un rayon de 30 mètres des cours d'eau ou des terres humides.
e) Les remblais de levées de terre situés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau
seront stabilisés à la fin de chaque journée.
f)
Du perré ou de la pierre de carapace sera utilisé au besoin.
g) Si les matériaux utilisés pour le perré, la pierre de carapace ou l'enrochement
sont douteux, ils seront analysés conformément à la section 5.25 – Gestion de
l'exhaure des formations rocheuses acides, pour garantir qu'ils ne produisent pas
d'acide.
h) Les tuyaux de drainage installés pour acheminer l'eau des bassins de rétention
au pied du talus doivent être pourvus d'un géotextile et de perré à la sortie pour
empêcher l'érosion.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.2 Entretien des ponts
Description
La réparation ou la remise en état des composantes endommagées ou détériorées du
pont sont entreprises au besoin pour garantir l'intégrité structurale du pont. Par ailleurs,
le renouvellement de la couche de surface du pont vise à prolonger la durée de vie de
ses composantes.
Les activités suivantes font généralement partie de la réparation ou de la remise en état
d'un ouvrage dans un cours d'eau, une terre humide ou un milieu marin :
210
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
a.
b.
c.
d.
e.
application et enlèvement des enduits de protection;
entretien des infrastructures et des superstructures;
revêtement des tabliers en pierres concassées bitumées;
réparation du béton;
nettoyage des ponts.
Les mesures de protection de l'environnement associées à ces activités sont traitées
dans les sections suivantes.
5.15.2.1 Application et enlèvement des enduits de protection
Description
Les enduits de protection sont appliqués sur les composantes structurales et les poutres
pour empêcher la détérioration et la corrosion de l'acier. Les enduits de protection
détériorés sont enlevés lorsqu'il a été déterminé qu'ils ne protègent plus les
composantes structurales.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'application et à l'enlèvement
des enduits de protection sont les suivants :
•
le stockage et la manutention inappropriés des matières dangereuses.
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) Avant le début des travaux sur les ponts, ils doivent être inspectés pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs.
211
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Dans la mesure du possible, les activités susceptibles de détruire les œufs ou de
tuer les oisillons ne doivent pas avoir lieu entre les mois de mai et de juillet sur
les sections des ponts où nichent des oiseaux migrateurs.
d) Lorsque les produits de décapage usés contiennent du plomb ou d'autres
matériaux pouvant être dangereux, des analyses de laboratoire doivent être
effectuées pour déterminer les meilleures méthodes d'élimination.
e) Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour éviter le
déversement ou la perte de matières ou de substances dangereuses dans le
cours d'eau.
f)
Des enclos doivent être utilisés pour éviter le déversement de matières dans un
cours d'eau ou une terre humide.
g) Les solvants utilisés pour nettoyer le matériel de peinture doivent être placés
dans un récipient fermé et recyclés par un recycleur de solvants agréé.
h) Tous les récipients vides d'enduits, de solvants pour peinture et de produits de
nettoyage doivent être éliminés de façon écologique (c.-à-d. broyés, mis en sac
et éliminés à un site d'enfouissement régional).
i)
Le stockage et la manutention des matières dangereuses doivent être effectués
conformément à la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses.
j)
Un plan du site précis sera en place
environnementales particulières existent.
là
où
des
préoccupations
k) Un enclos partiel est utilisé lorsque la préparation de la surface ou l'application
de l'enduit de protection produisent des copeaux, des rebuts et d'autres
matériaux ou débris qui risquent de s'échapper.
l)
Un enclos partiel sera utilisé pour l'enlèvement manuel (écaillage, décapage) et
l'application manuelle (rouleau ou pinceau) des enduits de protection.
m) Un enclos complet est nécessaire lorsque les opérations de préparation de la
surface ou d'application de l'enduit peuvent entraîner des rejets de poussière, de
peinture surpulvérisée et d'autres matériaux ou débris, et lorsque ces types de
rejets doivent être évités.
n) Un enclos complet sera utilisé pour le décapage par projection d'abrasif et
l'application par pulvérisation des enduits de protection.
o) Un enclos complet doté d'un système de pression négative est nécessaire
lorsque les opérations de préparation de la surface ou d'application de l'enduit
peuvent entraîner des rejets de poussière au-delà d'une distance précise
(10 mètres normalement) et lorsque le rejet de tous les autres matériaux ou
débris provenant de ces opérations doit être évité. Ce type d'enclos doit être
212
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
utilisé lorsqu'il existe de graves préoccupations pour la santé humaine, les biens
fonciers ou les poissons et leur habitat ou lorsqu'un enclos complet seul est jugé
insuffisant pour assurer une protection adéquate.
p) Pour le décapage par projection d'abrasif sous le tablier, un échafaudage sera
utilisé pour recueillir les produits de décapage usés. Du géotextile est placé audessus de l'échafaudage pour permettre l'aspiration des produits qui seront
ensuite adéquatement éliminés ou réutilisés. Des bâches sont aussi placées le
long du tablier du pont pour limiter les émissions fugitives.
Installation type pour des travaux sous le tablier. Remarquer la présence de géotextile
au-dessus de l'échafaudage pour recueillir les produits abrasifs usés.
q) Le taux de récupération normal des matières abrasives est de 85 % ou plus. Ce
taux doit être vérifié en comparant le poids des matières abrasives utilisées et le
poids des matériaux récupérés.
r) Pour le décapage par projection d'abrasif au-dessus du tablier, un échafaudage
sera dressé sur des sections du pont. Des bâches imperméables seront
installées à la partie supérieure de l'échafaudage pour maintenir l'aire des
travaux à sec. Les bâches sont généralement utilisées pour entourer le reste de
l'aire des travaux tandis que le tablier du pont sert à recueillir les produits de
décapage usés. Tous les drains du tablier du pont seront obturés. Les tabliers en
grille d'acier seront recouverts de géotextile ou autre pour recueillir les produits
de décapage usés.
213
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Installation type pour des travaux au-dessus du tablier. Des bâches filtrantes entourent
complètement l'aire des travaux pour empêcher les produits de décapage d'être rejetés
dans le cours d'eau sous-jacent.
s) Si des pulvérisateurs pneumatiques ou sans air comprimé sont utilisés, des
tentures et des rideaux similaires à ceux utilisés pendant le décapage par
projection d'abrasif seront mis en place pour éviter que de la peinture ne
s'échappe dans l'environnement.
t)
Les produits de décapage usés seront manutentionnés et éliminés
conformément
aux
lignes
directrices
du
MENB,
selon
leur
classification : « déchets solides non dangereux » ou « déchets solides
dangereux ».
u) Un essai de lixiviation sera effectué pour déterminer la classification.
v) S'il est considéré comme un déchet solide non dangereux, le produit de
décapage usé sera transporté du site du projet à un lieu d'élimination approuvé.
w) Une approbation écrite du MENB doit être obtenue pour l'élimination des produits
de décapage considérés comme des déchets dangereux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
214
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.2.2
Entretien des infrastructures et des superstructures
Description
La réparation ou le remplacement de composantes du pont endommagées ou
détériorées sont entrepris au besoin pour garantir l'intégrité structurale de l'ouvrage. Les
travaux peuvent comprendre les réparations de tabliers, de piles et de culées.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'entretien des superstructures
et des infrastructures sont les suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur la navigabilité;
les déversements accidentels.
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la
Loi sur les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent
être respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des
travaux. Le personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les
permis applicables.
b) Avant le début des travaux sur les ponts, ils doivent être inspectés pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs.
215
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Dans la mesure du possible, les activités susceptibles de détruire les œufs ou de
tuer les oisillons ne doivent pas avoir lieu entre les mois de mai et de juillet sur
les sections des ponts où nichent des oiseaux migrateurs.
d) S'il s'agit d'eaux navigables, il faut s'assurer que les travaux n’empêchent pas le
passage des bateaux et des navires.
e) Toutes les mesures de protection nécessaires contre l'érosion doivent être mises
en place avant le début des travaux pour éviter que du limon et des débris ne
soient emportés dans le cours d'eau.
f)
Si des réparations doivent être effectuées sur le tablier, il faut si possible éviter
de percer le tablier.
g) Les côtés du tablier seront recouverts pour éviter que des morceaux de béton ou
d'autres matériaux ne pénètrent dans le cours d'eau sous-jacent. Des panneaux
de contreplaqué ou des bâches peuvent être utilisés à cette fin.
h) Les drains du tablier du pont seront obturés.
i)
Lorsque des travaux de remplacement du béton sont nécessaires sur les
ouvrages, un échafaudage en bois sera dressé à côté de la face pour éviter que
du béton ne tombe dans l'eau ou un batardeau sera construit pour entourer la
zone. (Voir la section 5.15.1.2 – Construction de batardeaux)
j)
L'élimination du bois traité non récupérable doit être conforme à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
k) Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour prévenir le
déversement de matières ou de substances dangereuses dans le cours d'eau, y
compris, sans toutefois s'y limiter, des hydrocarbures, du béton (bitumineux et
Portland), du béton frais, du bois traité au créosote et des agents de
conservation.
l)
Lorsque les réparations des culées et des piles en béton sont effectuées sous
l'eau, le béton doit être complètement durci avant l'enlèvement des moules et
l'exposition de la réparation au courant.
m) Tous les déchets générés par l'enlèvement des composantes endommagées et
détériorées doivent être recueillis pour être adéquatement recyclés ou éliminés.
n) L'élimination de tous les déchets de bois traité doit être conforme à la
section 5.20 – Gestion des déchets.
o) Toutes les matières dangereuses utilisées pendant l'enlèvement d'un ouvrage
doivent être éliminées conformément à la section 5.14 – Stockage et
manutention d'autres matières dangereuses.
216
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
p) Toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour éviter le
déversement ou la perte de fines dans le cours d'eau.
q) L'équipement de pompage de coulis ne doit pas être nettoyé à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
r) Le surplus de coulis usé doit être laissé à sécher et transporté en un lieu situé à
au moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
s) Les zones exposées seront stabilisées après l'achèvement des travaux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.2.3 Revêtement des tabliers en pierres concassées bitumées
Description
Le revêtement en pierres concassées bitumées est appliqué sur les tabliers et les voies
d'accès pour améliorer la résistance au dérapage de la surface du tablier et pour
prolonger la durée de vie du tablier.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au revêtement en pierres
concassées bitumées sont les suivants :
•
la manutention inadéquate des matières dangereuses.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
217
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) Avant le début des travaux sur les ponts, ils doivent être inspectés pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs. Dans la mesure du possible,
les activités susceptibles de détruire les œufs ou de tuer les oisillons ne doivent
pas avoir lieu entre les mois de mai et de juillet sur les sections des ponts où
nichent des oiseaux migrateurs.
c) Aucun pont enjambant un cours d'eau ne doit être revêtu d'asphalte liquide, à
moins que les mesures nécessaires n'aient été prises pour empêcher la
pénétration d'asphalte dans le cours d'eau.
d) Lorsque l'asphalte appliqué risque de pénétrer dans le cours d'eau, les côtés de
l'ouvrage doivent être recouverts d'une jupe de polyéthylène (ou d'une protection
semblable).
e) Lorsque l'asphalte risque de s'infiltrer à travers le tablier et d'atteindre le cours
d'eau, le dessous du tablier du pont est recouvert de polyéthylène (ou d'une
protection semblable).
Cours d'eau adéquatement protégé pendant des travaux de revêtement en pierres
concassées bitumées.
f)
Lorsqu'il est jugé difficile de protéger un cours d'eau contre la contamination par
l'asphalte, aucun revêtement en pierres concassées bitumées ne doit être
installé.
g) Les drains du tablier seront recouverts avant de procéder au revêtement.
h) À la fin des travaux de revêtement en pierres concassées bitumées, les
protections de polyéthylène seront maintenues en place le temps que le
revêtement durcisse.
218
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
i)
Les protections de polyéthylène et les autres matériaux de protection seront
éliminés dans une installation approuvée.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.2.4
Nettoyage des ponts
Description
Le nettoyage est effectué pour éliminer le sable et les autres matériaux qui risquent
d'empêcher le drainage du pont.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au nettoyage des ponts sont les
suivants :
•
la sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Lorsque l'accumulation des saletés et des débris est excessive, les surfaces du
pont doivent être aspirées, grattées ou balayées avant que les saletés et les
débris ne soient enlevés avec de l'air comprimé ou de l'eau de rinçage.
c) Tous les matériaux aspirés ou grattés doivent être recueillis et éliminés à au
moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
219
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.2.5
Contrôle de la glace
Description
Il peut y avoir des circonstances où des embâcles peuvent menacer un ouvrage, ce qui
peut entraîner sa défaillance, ou causer des effets de remous ou eaux dormantes au
niveau des ponceaux. Il faut alors mettre en place des mesures de contrôle de la glace.
Parmi les options envisagées pour contrôler la glace, on retrouve l'utilisation
d'équipement lourd, dans la mesure du possible, ou l'utilisation de matériaux explosifs.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au contrôle de la glace sont les
suivants :
•
•
•
les effets sur la faune et les habitats fauniques;
les effets sur le poisson et son habitat;
le déversement accidentel de matières dangereuses.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les options de contrôle de la glace sont décrites dans le Guide des glaces
fluviales au Nouveau-Brunswick (Environnement Canada et MENB, 1989). La
mise en œuvre de techniques de réduction des gros embâcles est préférée à
l'enlèvement de la glace une fois qu'un embâcle s'est formé et menace un
ouvrage.
b) L'enlèvement mécanique de la glace est préféré pour les petits cours d'eau
accessibles à partir des rives, à l'aide d'engins de chantier tels que des pelles
rétrocaveuses mécaniques et des pelles à benne traînante. L'opérateur de
220
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l'équipement doit faire preuve de jugement au fur et à mesure que l'enlèvement
de la glace progresse, pour s'assurer que l'enlèvement se fait en toute sécurité et
pour réduire les risques d'impacts environnementaux, comme ceux qui peuvent
se produire si de l'équipement est tombé dans le cours d'eau.
c) Des explosifs placés aux bons endroits peuvent être utilisés pour enlever des
embâcles par le dynamitage de la nappe de glace qui retient l'embâcle.
Néanmoins, le dynamitage des embâcles est rarement efficace et est, en soi,
dangereux.
d) Les travaux de dynamitage doivent être effectués conformément aux Lignes
directrices pour l'utilisation des explosifs dans les eaux de pêche canadiennes du
MPO. Il faut communiquer avec le MPO, Programme de gestion de l'habitat, le
plus tôt possible pour déterminer les ressources à risque et dresser un plan de
réduction des dommages efficace.
e) Les ravitaillements en carburant effectués sur le site ne doivent pas avoir lieu à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau
privé.
f)
Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage désignées doivent se
trouver à au moins 100 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits
d'eau privé.
g) Les matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le nettoyage des
déversements doivent être disponibles durant toute activité de construction ou
d'EER entreprise à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau, d'une terre humide
ou d'une zone écosensible.
h) L'équipement doit être inspecté quotidiennement pour déceler les fuites.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.15.3 Enlèvement des ponts
Description
L'enlèvement d'un pont peut être requis lorsqu'une route est désaffectée ou lorsque des
ouvrages anciens doivent être remplacés.
221
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'enlèvement des ponts sont les
suivants :
•
•
•
•
•
•
la sédimentation et l'érosion des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels;
les poussières;
le bruit;
les effets sur la navigabilité.
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur
les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place avant le début des travaux.
c) Lorsqu'un ouvrage doit être enlevé complètement, la coupe initiale du cours
d'eau doit être rétablie.
d) Pour réduire le risque de sédimentation, il faut limiter la disparition de la
végétation.
e) Une fois l'enlèvement terminé, les rives du cours d'eau doivent être protégées
immédiatement en utilisant du perré ou au moyen de toute autre méthode de
consolidation des talus approuvée.
f)
222
L'élimination des déchets et des débris doit être conforme à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
g) L'excavation de fondations dans un cours d'eau doit être effectuée de façon à
limiter les rejets de sédiments dans les cours d'eau ou les terres humides. Des
méthodes exigeant l'utilisation de batardeaux, de nappes filtrantes, de méthodes
de pompage, d'équipement d'excavation spécial, de chalands étanches et de
camions étanches peuvent être nécessaires.
h) Les exigences en matière de navigation et les effets possibles des chevalets
temporaires sur le mouvement des glaces et les embâcles doivent être étudiés et
pris en considération durant les phases de conception et de construction des
chevalets ou des ponts-jetées.
i)
Dans la mesure du possible, les travaux seront effectués pendant la période des
basses eaux et/ou en période sèche.
j)
L'équipement doit être en bon état de fonctionnement.
k) Les matières dangereuses seront stockées conformément à la section 5.14 –
Stockage et manutention d'autres matières dangereuses.
l)
Les travaux de dynamitage à l'intérieur ou à proximité des cours d'eau doivent
être effectués conformément aux Lignes directrices pour l'utilisation des explosifs
dans les eaux de pêche canadiennes et en consultation avec le MPO qui doit
également donné son approbation. Le MPO, Programme de gestion de l'habitat,
doit être contacté le plus tôt possible pour déterminer les ressources à risque et
dresser un plan d'atténuation efficace.
m) Le passage des poissons doit être maintenu.
n) Les déchets enlevés doivent être transportés en un lieu situé à au moins
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
o) Lorsqu'il faut assécher l'intérieur des batardeaux et que la concentration du total
des solides en suspension (TSS) dépasse les normes réglementaires relatives
aux déversements (en général 25 mg/L au-dessus de la concentration de fond),
l'eau doit être traitée avant d'être déversée dans le cours d'eau.
p) Des mesures de protection doivent être envisagées pour contrôler ou limiter le
bruit et les poussières diffuses.
q) Aucune excavation n'aura lieu dans le cours d'eau tant que tous les permis et
toutes les approbations n'ont pas été obtenus et que toutes les mesures de
protection n'ont pas été mises en place.
r) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation adéquates doivent être
mises en place avant le début des travaux.
s) Avant le début des travaux sur les ponts, ils doivent être inspectés pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs. Dans la mesure du possible,
les activités susceptibles de détruire les œufs ou de tuer les oisillons ne doivent
223
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
pas avoir lieu entre les mois de mai et de juillet sur les sections des ponts où
nichent des oiseaux migrateurs.
t)
Tous les déchets produits pendant l'enlèvement des ouvrages doivent être
recueillis pour être adéquatement recyclés ou éliminés.
u) L'élimination de tous les déchets de bois traité doit être conforme à la
section 5.20 – Gestion des déchets.
v) Toutes les matières dangereuses utilisées pendant l'enlèvement d'un ouvrage
doivent être éliminées conformément à la section 5.14 – Stockage et
manutention d'autres matières dangereuses.
w) Les zones exposées seront stabilisées aussitôt après l'achèvement des travaux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Dans le cadre d'un projet de construction, le MDTNB sera responsable de planifier
toutes les réunions nécessaires avec le MENB et le MPO. Par ailleurs, le MDTNB
surveillera les niveaux de TSS ou s’assurera qu'ils sont surveillés au besoin.
Dans le cadre d'un projet d'EER, le MDTNB sera chargé de tous les éléments ci-dessus.
5.16 Entretien des routes en été
Description
Plusieurs activités d'entretien, tels que le rapiéçage, le terrassement, l'entretien des
fossés, le contrôle de la végétation et le marquage des chaussées, doivent être
entrepris, le cas échéant, afin de garantir l'intégrité et la sécurité du réseau routier.
5.16.1 Rapiéçage
Description
Des travaux de rapiéçage sont entrepris pour réparer les nids-de-poule, les dépressions,
les ornières, les bosses et les surfaces déformées sur les routes dont la surface a été
traitée.
224
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
La présente section traite de l'application de béton bitumineux à des fins d'entretien,
ainsi que de l'élimination des résidus d'asphalte excédentaires. Pour en savoir plus sur
les mesures de protection concernant le béton bitumineux, voir la section 5.1 – Béton
bitumineux, et pour en savoir plus sur celles concernant les installations de préparation
d'asphalte, voir la section 5.17 – Gestion des installations auxiliaires temporaires.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au rapiéçage sont les suivants :
•
•
•
•
•
•
l'entreposage et la manutention inadéquats des matières dangereuses;
la manutention inadéquate des produits pétroliers ou des produits chimiques;
l'élimination inadéquate des résidus d'asphalte et de l'asphalte excédentaire;
le nettoyage des outils et de l'équipement;
les déversements accidentels;
la contamination des sols, des eaux de surface et des eaux souterraines.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le rapiéçage doit être effectué conformément au Manuel de gestion de l'entretien
des routes.
b) Les pompes d'émulsion de bitume, les pelles, les râteaux et les autres outils
doivent être nettoyés seulement aux centres d'entretien.
c) Le nettoyage des outils et de l'équipement doit être effectué seulement à l'aide
d'agents d'enlèvement écologiques.
d) Le carburant utilisé doit être recueilli dans un récipient et recyclé, ou éliminé,
dans une installation approuvée.
e) Les barils vides doivent être retournés au centre d'entretien afin d'être
correctement éliminés.
f)
La gestion des déversements de solvants utilisés pour nettoyer les outils utilisés
pendant l'application du béton bitumineux doit respecter les lignes directrices
indiquées dans la section 5.12 – Gestion des déversements.
g) Afin de limiter la quantité des déchets, le personnel du MDTNB ne doit
commander que les quantités pouvant être utilisées avant que le mélange chaud
ne refroidisse au point que le compactage ne puisse plus se faire comme il se
doit.
h) Dans la mesure du possible, les matériaux en surplus doivent être utilisés dans
d'autres chantiers ou retournés au centre d'entretien pour être éliminés de la
225
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
manière appropriée. Les matières dangereuses doivent être éliminées
conformément aux lignes directrices indiquées dans la section 5.14 – Stockage
et manutention d'autres matières dangereuses.
i)
Les déchets issus du rapiéçage (asphalte durci), s'ils n'ont pas été exposés à
une source de chaleur, sont considérés comme du « remblai propre » par le
MENB. Ces déchets doivent être transportés en un lieu, sur une propriété du
MDTNB, situé à au moins 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou de
toute autre ZE afin qu'ils ne puissent pas être entraînés dans des ZE par les
eaux de ruissellement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Responsabilités
Le surintendant de la voirie doit s'assurer que le personnel d'entretien est adéquatement
formé à l'utilisation et à l'élimination des matériaux utilisés pour le rapiéçage et le
nettoyage.
5.16.2 Terrassement
Description
Le terrassement sert à reprofiler les chemins non asphaltés afin de maintenir un
bombement adéquat et d'enlever les ornières, les nids-de-poule et les conditions de
planche à laver.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au terrassement sont les
suivants :
•
•
la production de poussière;
l'empêchement du ruissellement en nappe.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le terrassement doit être effectué conformément au Manuel de gestion de
l'entretien des routes.
b) Afin de minimiser la production de poussière, le terrassement doit être
normalement effectué après des périodes de temps humide.
226
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Le terrassement ne doit pas laisser le long de la route des sillons qui
empêcheraient le ruissellement en nappe.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.16.3 Entretien des fossés
Description
L'entretien des fossés est entrepris pour permettre le drainage de la plate-forme routière
et pour corriger des lacunes telles que l'érosion, la non-conformité de la pente, des
lignes ou de la coupe du fossé, l'accumulation d'eau sur la route et la croissance
restreinte de la végétation qui nuit au drainage de la plate-forme routière. Des mesures
supplémentaires relatives au creusement des fossés sont données à la section 5.7.3 –
Creusement d'un fossé
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'entretien des fossés sont les
suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les déversements accidentels.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Dans la mesure du possible, une zone tampon de 30 mètres doit être établie
entre l'extrémité du fossé et les cours d'eau ou terres humides.
c) Les ouvrages de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être installés
avant le début des travaux.
227
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Des ouvrages de lutte contre l'érosion doivent être installés à la jonction du fossé
et de la zone tampon.
e) Des ouvrages de lutte contre l'érosion supplémentaires doivent être installés en
amont du fossé au besoin (voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation) et entretenus jusqu'à ce que les zones exposées aient été
revégétalisées et qu'elles ne présentent plus de risque d'érosion et de
sédimentation.
f)
La présence dans le fossé de matériaux contaminés par des produits pétroliers
doit être signalée au MENB et des mesures de redressement adéquates doivent
être adoptées conformément à la section 5-13 – Stockage et manutention des
produits pétroliers et à la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres
matières dangereuses.
g) L'emplacement de déversements d’eaux usées dans le fossé doit être signalé au
ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick.
h) Les pentes latérales doivent être aussi plates que possible dans les limites de
l'emprise et du terrain.
i)
Le drainage naturel doit être maintenu lorsque cela est pratique.
j)
Dans la mesure du possible, les fossés doivent être dirigés vers la végétation
adjacente plutôt que de se déverser dans un cours d'eau naturel ou une terre
humide.
k) Les sédiments déposés dans le fossé doivent être enlevés lorsque cela réduit la
capacité du chenal.
l)
Les matériaux et les sédiments enlevés doivent être transportés en un lieu situé
à au moins 30 mètres d'un cours d'eau et de façon à ne pas être entraînés par
les eaux de ruissellement dans un cours d'eau ou une terre humide.
m) Des matériaux de déblai adéquats doivent être utilisés au besoin pour remblayer
les secteurs érodés par l'eau, les dépressions et les caractéristiques semblables
sur les talus avant et arrière.
n) Du perré doit être utilisé au besoin pour revêtir le fond des fossés dont les pentes
sont raides et/ou qui ont subi une érosion excessive.
o) Pour assurer la stabilisation, le fossé peut être revêtu de paillis, ensemencé à la
main ou hydrauliquement ou revêtu d'une toile de jute, selon le risque d'érosion
du matériau sur place dans les fossés.
p) Une fois les travaux terminés, toutes les zones exposées doivent être stabilisées
contre les risques d'érosion et de sédimentation.
228
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.16.4 Contrôle de la végétation
Description
Le contrôle de la végétation se fait par la tonte de l'herbe et le débroussaillage le long
des routes, afin de maintenir des distances de visibilité sécuritaires, de faciliter le
déneigement, d'empêcher l'obstruction du drainage et d'améliorer l'apparence du bord
des routes.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au contrôle de la végétation sont
les suivants :
•
•
l'orniérage et la perturbation des sols meubles situés à proximité des cours d'eau
et des terres humides;
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis de modification d'un cours d'eau ou d'une terre humide,
dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être conservée sur
le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le terrain doit
connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) La tonte de l'herbe et le débroussaillage doivent être effectués conformément au
Manuel de gestion de l'entretien des routes.
c) Toute croissance de végétation doit être contrôlée par des moyens manuels ou
mécaniques. Les herbicides sont interdits.
229
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Afin d'empêcher la formation d'ornières, l'exposition du nouveau sol,
l'endommagement des racines et l'accumulation d'eau, la circulation de
l'équipement de tonte et de tout autre équipement est interdite lorsque le sol est
mou.
e) Les rémanents ne doivent pas pénétrer dans un cours d'eau ou une terre
humide; ils doivent être transportés en un lieu où les eaux de crue ne pourront
pas les y entraîner.
f)
Les broussailles seront déchiquetées et épandues (pas empilées) sur l'emprise.
Le brûlage est interdit.
g) Les zones à tondre ou à débroussailler doivent être clairement délimitées et
indiquées au personnel chargé de l'exécution des travaux.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.16.5 Marquage de la chaussée
Description
La présente section traite de l'application de la peinture de signalisation routière. Pour
obtenir plus de détails sur le stockage et la manutention de la peinture, voir la
section 5.14.1 – Peinture de signalisation routière.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au marquage de la chaussée sont
les suivants :
•
le stockage et la manutention inappropriés des matières dangereuses.
Permis requis
Aucun signalé.
230
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Au cours des travaux de peinture, il faut veiller à ne pas renverser de peinture.
b) Les déversements doivent être contenus et éliminés conformément à la
section 5.12 – Gestion des déversements.
c) L'équipement de pulvérisation doit être nettoyé en bordure de route, loin des
zones écosensibles, à l'aide d'un solvant volatil ou à base d'eau.
d) Le solvant doit être recueilli, puis ajouté au réservoir de peinture du véhicule de
marquage, ce qui facilite le séchage.
e) Lorsqu'il existe un risque de contamination de la végétation en bordure de route,
une feuille de polyéthylène (ou tout autre matériau approprié) recouverte d'un
matériau absorbant doit être utilisée pour contenir les déversements.
f)
Les ravitaillements en carburant effectués sur le site ne doivent pas avoir lieu à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau
privé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17 Gestion des installations auxiliaires
temporaires
5.17.1 Installations mobiles de préparation d'asphalte
Description
La présente section ne traite que des installations mobiles de préparation d'asphalte.
Bien que les installations permanentes de préparation d'asphalte détenues et exploitées
par des entreprises et des entrepreneurs privés ne soient pas traitées dans le présent
document, elles doivent posséder un permis d'exploitation valide émis par le MENB. En
outre, la présente section ne traite que du montage et de l'exploitation des installations
mobiles de préparation d'asphalte. (Voir la section 5.1 – Béton bitumineux pour obtenir
plus détails sur les mesures de protection relatives aux produits asphaltiques ou la
section 5.16 – Entretien des routes en été pour obtenir plus de détails sur les travaux de
rapiéçage).
231
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Des installations mobiles de préparation d'asphalte sont souvent mises en place à
proximité de chantiers de construction routière, car il est plus économique et pratique de
transporter des matières premières sur le chantier que de transporter les matériaux
depuis des installations permanentes. Les installations mobiles de préparation
d'asphalte sont généralement constituées d'une centrale d'enrobage d'asphalte à
tambour sécheur/enrobant, d'un filtre à manche, de réservoirs de stockage de produits
pétroliers et de bitume et de tas de granulats. Lorsqu'un dépoussiéreur par voie humide
est utilisé pour contrôler les émissions atmosphériques, un ou des bassins de
décantation sont mis en place.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'exploitation des installations
mobiles de préparation d'asphalte sont les suivants :
•
•
•
•
•
l'émission de gaz d'échappement et de gaz de procédé;
l'émission de poussières diffuses;
la gestion inappropriée des produits pétroliers et des produits chimiques;
la gestion inappropriée des déchets solides produits;
les nuisances acoustiques et par l’odeur.
Permis requis
•
•
•
•
L'installation mobile de préparation d'asphalte doit détenir un agrément en
vigueur conformément au Règlement sur la qualité de l'air établi en vertu de la
Loi sur l'assainissement de l'air. En outre, une demande de modification de
l'agrément doit être faite chaque fois que l'installation est déplacée, de façon à
inclure le nouvel emplacement dans l'agrément. Le MENB doit être avisé au
moins deux semaines avant qu'une installation de préparation d'asphalte ne soit
déplacée; de plus une autorisation écrite doit être obtenue avant de procéder au
déplacement.
Un permis d'exploitation est requis en vertu du Règlement sur la qualité de l'air
du Nouveau-Brunswick.
Une autorisation de stockage de produits pétroliers doit être obtenue en vertu du
Règlement sur le stockage et la manutention des produits pétroliers du NouveauBrunswick.
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, ou d'en extraire de
l'eau.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
232
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
b) Dans la mesure du possible, lors de l'étude de l'emplacement d'une installation
de préparation d'asphalte, l'Entrepreneur doit éviter certaines contraintes
environnementales, telles que :
•
•
•
•
•
les cours d'eau;
les terres humides;
les plans d'eau;
les zones résidentielles et les autres zones sensibles aux odeurs et aux
bruits;
les champs de captage.
c) Les installations de préparation d'asphalte et les autres installations doivent être
exploitées de façon à protéger les ressources en air et en eau, et ce, grâce à la
mise en place de mesures d'atténuation ou de contrôle de la pollution
environnementale conformément à la Loi sur l'assainissement de l'air, à la Loi
sur l'assainissement de l'eau et à toute autre loi applicable.
d) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place au site de l'installation de préparation d'asphalte afin de contrôler les eaux
de ruissellement lorsque cela est justifié (voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion
et de la sédimentation).
e) Lorsqu'un dépoussiéreur par voie humide est utilisé comme mesure de contrôle
de la pollution atmosphérique, l'eau du dépoussiéreur ne doit pas être déversée
dans l'environnement. Dans la mesure du possible, des bassins de décantation,
aux dimensions appropriées, doivent alimenter en eau propre le dépoussiéreur.
(Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la sédimentation.) Le surplus
d'eau doit être pompé et éliminé dans une installation d'élimination approuvée.
f)
L'utilisation et le stockage des produits pétroliers et des autres produits
chimiques à l'installation de préparation d'asphalte doivent être conformes aux
lignes directrices indiquées dans la section 5-13 – Stockage et manutention des
produits pétroliers et la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses.
g) La gestion des déversements de produits pétroliers et d'autres produits
chimiques aux installations de préparation d'asphalte doit être conforme aux
lignes directrices indiquées dans la section 5.12 – Gestion des déversements.
h) Dans les deux semaines suivant le déplacement de l'installation mobile de
préparation d'asphalte du site actuel, une restauration complète du site doit être
réalisée. Le site doit être ramené à un état équivalent à celui qui prévalait avant
que l'installation de préparation d'asphalte soit en exploitation.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
233
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.2 Sites d'extraction
Description
Les sites d'extraction sont aménagés afin d'assurer un approvisionnement en matériaux,
tels que des granulats et des matériaux d'emprunt, pour les activités de construction et
d'EER. Les « matériaux d'emprunt » sont des matériaux obtenus hors chantier et utilisés
pour amener les remblais au niveau de la couche de forme et pour d'autres aspects du
travail. Les matériaux d'emprunt peuvent être constitués de dépôts de morts-terrains/de
surface ou de déblais de substrats rocheux. L'aménagement d'un site d'extraction
comprend généralement des activités comme le défrichage (section 5.3) et
l'essouchement (section 5.11) du site, et l'excavation de matériaux, le dynamitage et la
mise en place (section 5.9).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux sites d'extraction sont les
suivants :
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur les ZE;
la production de poussière;
les bruits excessifs.
Permis requis
•
•
•
•
•
234
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, ou d'en extraire de
l'eau.
Si la source d'approvisionnement est située sur une terre de la Couronne, une
demande d'autorisation doit être effectuée auprès du MRNNB.
Des permis émis par des organismes gouvernementaux locaux, tels que les
municipalités et les villes, les districts de services locaux et les commissions
d'aménagement rurales (si le plan a été adopté), peuvent être requis.
Si les dispositions définies dans l’EIE le stipulent, il peut être nécessaire d'obtenir
un permis d'exploitation auprès du MENB pour l'exploitation des sources
d'emprunts.
Les permis peuvent ne pas être requis si les matériaux proviennent des limites
de l'emprise.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les sites d'extraction doivent être aménagés et exploités conformément aux
exigences provinciales applicables en matière de lignes directrices, de politiques,
de lois, de règlements et de permis.
c) Les sites d'extraction ne doivent pas être situés à moins de 30 mètres d'un cours
d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
d) Les nouveaux sites d'extraction doivent être situés à l'extérieur des zones
écosensibles.
e) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place afin de contrôler les eaux de ruissellement. Voir la section 5.7 – Gestion de
l'érosion et de la sédimentation.
f)
Dans la mesure du possible, des zones tampons végétalisées doivent être
conservées et entretenues autour des sites d'extraction afin de réduire le bruit et
la poussière générés sur ces sites.
g) Les sites d'extraction doivent être laissés dans un état propre et sécuritaire et
être exempts de talus en surplomb.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.3 Mise en tas
Description
Pendant la construction de la route, les matériaux tels que la terre végétale, les
emprunts et les granulats peuvent être temporairement mis en tas à l'intérieur de
l'emprise ou de toute autre installation auxiliaire temporaire.
235
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la mise en tas sont les
suivants :
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
Permis requis
•
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les matériaux mis en tas doivent être situés à au moins 30 mètres d'un cours
d'eau ou d'une terre humide.
b) Une barrière de retenue des sédiments doit être installée autour du périmètre
des tas afin de contenir les matériaux érodables et les sédiments.
c) Les matériaux mis en tas contenant des matériaux érodables (tels que la terre
végétale) doivent être stabilisées par paillage afin d'empêcher l'érosion.
d) Le drainage provenant des autres zones du site doit être éloigné des tas.
e) Dans des conditions de sécheresse et de vent, il peut être nécessaire d'arroser
les tas afin de contrôler la poussière et de réduire ainsi les effets sur
l'environnement au-delà du site.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.4 Carrières
Description
L'exploitation des carrières permet d'obtenir les matériaux bruts requis pour la
construction des infrastructures nécessaires à la croissance économique.
Généralement, le dynamitage et le traitement des matériaux sont des activités
effectuées dans les carrières (voir la section 5.8 – Excavation, dynamitage et production
de granulats).
236
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux carrières sont les suivants :
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
la production de poussière;
les effets sur les ZE;
les bruits excessifs.
L'aménagement des carrières a été reconnu comme une source de préoccupations. Il
existe un réel besoin d'équilibre entre l'accès aux matériaux extraits des carrières et la
protection des environnements sociaux et naturels.
Permis requis
•
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, ou d'en extraire de
l'eau.
Un permis d'exploitation doit être obtenu auprès du MENB pour toute exploitation
de carrières sur des terres de la Couronne et des terres franches de la province
(à l'exception des terres relevant du MRNNB).
Un permis doit être obtenu auprès du MRNNB pour extraire des matériaux des
terres de la Couronne relevant du MRNNB.
Les permis peuvent ne pas être requis si les matériaux proviennent des limites
de l'emprise.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Les carrières doivent être aménagées et exploitées conformément aux
exigences provinciales applicables en matière de lignes directrices, de politiques,
de lois, de règlements et de permis.
c) Sauf autorisation stipulée dans le permis, les carrières ne peuvent être
exploitées qu'entre 7 h et 19 h. En outre, sauf autorisation stipulée dans le
permis, aucune extraction ni aucun traitement ne sont permis les dimanches et
les jours fériés.
d) Le périmètre final de la carrière doit respecter les distances définies dans le
permis ou approuvées par le MENB.
e) Il est interdit de procéder au dynamitage les dimanches, les jours fériés ou en
dehors de la période comprise entre 8 h et 18 h.
237
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Une zone tampon intacte d'au moins 15 mètres de largeur doit être maintenue
entre le périmètre final d'une carrière et une route publique ou des propriétés non
résidentielles. Une zone tampon intacte d'au moins 50 mètres de largeur doit être
maintenue entre une carrière et des propriétés résidentielles. Dans les deux cas,
la largeur de la zone tampon peut être réduite après obtention d'une autorisation
écrite du propriétaire de la terre adjacente.
g) Aucune excavation ne peut avoir lieu à une profondeur qui aura un impact
permanent sur la nappe phréatique. Avant le début des travaux, l'exploitant ou le
propriétaire de la carrière doit prouver qu'aucun impact à long terme ne se
produira et doit obtenir une autorisation auprès du MENB.
h) Si un lieu historique est découvert dans une carrière, l'exploitant ou le
propriétaire doit cesser immédiatement les travaux et aviser l'Unité des services
archéologiques.
i)
Le promoteur doit effectuer une étude préalable représentative de l'impact du
dynamitage sur tous les ouvrages et tous les puits situés à moins de 500 mètres.
j)
La carrière doit être conçue de manière à contenir les eaux de ruissellement et
les sédiments à l'intérieur de la zone des travaux. Pour ce faire, des mesures de
traitement des eaux et de lutte contre la sédimentation peuvent être mises en
place.
k) Si les poussières diffuses risquent d'affecter les propriétaires fonciers adjacents,
l'exploitant ou le propriétaire de la carrière doit mettre en place des mesures
appropriées afin qu'aucune poussière ne soit visible à la limite de la propriété.
l)
L'exploitant ou le propriétaire de la carrière doit s'assurer que la pollution sonore
engendrée par les travaux dans la carrière n'affectera pas les propriétaires
fonciers adjacents.
m) La remise en état finale d'une carrière doit être effectuée conformément aux
directives du MENB.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
238
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.17.5 Routes d'accès temporaires
Description
Les routes d'accès temporaires sont nécessaires pendant les activités de construction.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux routes d'accès temporaires
sont les suivants :
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE;
les effets sur les rives des cours d'eau et des terres humides.
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) La pollution par la poussière doit être contrôlée conformément à la section 5.6 –
Contrôle de la poussière.
c) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place et entretenues conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de
la sédimentation.
d) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place avant la construction des routes d'accès temporaires.
e) Des fossés appropriés doivent être creusés afin d'empêcher les eaux de
ruissellement de s'écouler directement dans les cours d'eau ou les terres
humides.
f)
Des mesures supplémentaires de lutte contre l'érosion et la sédimentation
doivent être mises en place le long des routes d'accès temporaires, au besoin.
g) Les routes d'accès doivent être recouvertes de pierres et de gravier afin
d'empêcher toute sédimentation.
239
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
h) Le matériau de remblai des routes temporaires peut être appliqué sur du
géotextile pour réduire le mélange du sol existant avec le matériau de remblai,
pour faciliter l'enlèvement du matériau de remblai et pour faciliter la restauration
du site à son état d'origine une fois que la route n'est plus nécessaire.
i)
Les sites de déviation abandonnés doivent être nettoyés, et les voies d'accès et
les rives sont stabilisées par l'ensemencement et l'application de paillis, la pose
de perrés ou une combinaison de ces mesures.
j)
Lorsqu'une traverse temporaire de cours d'eau est requise, sa mise en place doit
être conforme à la section 5.17.6 – Traverses temporaires de cours d'eau ou de
terres humides.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.6 Traverses temporaires de cours d'eau ou de terres humides
5.17.6.1 Traverses temporaires de cours d'eau ou de terres humides au moyen
d'un pont
Description
Une traverse temporaire de cours d'eau est un pont mis en place à l'intérieur d'un cours
d'eau ou sur ce dernier pour permettre de traverser le cours d'eau pendant une période
limitée. Les traverses temporaires peuvent être utilisées pour permettre l'accès à
l'équipement lourd avant ou pendant la construction d'une traverse permanente, ou pour
assurer le passage des véhicules pendant la réparation ou le remplacement d'un
ponceau ou d'un pont existant.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux traverses temporaires de
cours d'eau ou de terres humides au moyen d’un pont sont les suivants :
•
•
240
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Un permis LPEN peut être nécessaire si les travaux sont entrepris dans un plan
d'eau navigable.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, du permis LPEN et de l'autorisation pour des
ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur
les pêches (le cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Dans la mesure du possible, des ponts temporaires seront utilisés au lieu des
ponceaux pour réduire l'impact sur l'habitat aquatique.
c) La conception et la taille des traverses temporaires tiendront compte des débits
de pointe prévus pendant la durée de vie de la traverse.
d) Les traverses de glace qui enjambent les cours d'eau peuvent être utilisées.
e) Les traverses seront situées à l'endroit où le chenal du cours d'eau est droit et
étroit.
241
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Traverse temporaire située à un emplacement étroit. Remarquer les bandes latérales
sur l'ouvrage pour limiter la quantité de débris qui peuvent pénétrer dans le cours d'eau.
f)
Dans la mesure du possible, les traverses temporaires seront construites
perpendiculairement au cours d'eau.
g) Lorsque la traverse et tous les matériaux de construction ne sont plus
nécessaires, ils doivent être enlevés du cours d'eau. Les rives et tout le sol
exposé doivent être stabilisés contre l'érosion et le chenal doit être ramené à son
état initial.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
242
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.17.6.2 Passages à gué
Description
Le passage à gué est le franchissement d'un cours d'eau où l'eau est assez peu
profonde pour permettre le passage des véhicules.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux passages à gué sont les
suivants :
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH et de l'autorisation pour des ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches (le
cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être
conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) Un passage à gué doit être considéré uniquement comme une solution
alternative à la construction d'un pont ou à la mise en place d'un ponceau.
c) L'emplacement des passages à gué doit être choisi de façon à perturber le moins
possible les rives.
d) Un passage à gué doit être construit perpendiculairement au cours d'eau.
e) L'équipement qui traverse les passages à gué doit être propre et exempt de fuite.
f)
Le nombre de traverses doit être maintenu au minimum et l'utilisation de celles-ci
er
doit se limiter à la période des basses eaux comprise entre le 1 juin et le
30 septembre.
g) Les approches de la traverse doivent être stabilisées et les routes d'accès
menant à la traverse doivent être recouvertes de gravier propre.
243
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
h) Les sols exposés doivent être stabilisés aux emplacements des traverses.
i)
Les arbres abattus, les rémanents et les débris ne doivent pas être traînés à
travers le cours d'eau ni y pénétrer.
j)
Les traverses doivent être enlevées dès qu'elles ne sont plus nécessaires et les
approches doivent être recouvertes de paillis ou autrement stabilisées de façon à
réduire au minimum la migration des sédiments dans le cours d'eau.
k) La zone de franchissement doit être ramenée à un état équivalent à celui qui
prévalait avant la construction.
l)
Les passages à gué sont interdits dans les cours d'eau situés dans les sources
d'approvisionnement en eau potable désignées.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.7 Cours de rassemblement et zones d'entreposage
Description
Les cours de rassemblement et les zones d'entreposage sont utilisées de façon
temporaire pour entreposer de l'équipement et des matériaux.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux cours de rassemblement et
aux zones d'entreposage sont les suivants :
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
le bruit;
les poussières diffuses.
Permis requis
•
244
Aucun signalé.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Localiser les cours de rassemblement et les zones d'entreposage en faisant
appel aux mêmes contraintes et aux mêmes facteurs environnementaux que
ceux utilisés lors de l'implantation des tracés de chaussées.
b) Les sites non cultivés ou abandonnés sont préférés aux nouveaux sites.
c) Les sites ouverts sont préférés aux sites boisés qui doivent être défrichés.
d) Incorporer les mesures de protection environnementale associées au défrichage
(section 5.3), au contrôle de la poussière (section 5.6), à la lutte contre l'érosion
et la sédimentation (section 5.7), à l'essouchement (section 5.11) et aux autres
sections pertinentes, au besoin.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.8 Stockage des explosifs
Description
La présente section traite du stockage des explosifs qui sont nécessaires dans le cadre
d'un projet de construction ou d'EER.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage des explosifs sont les
suivants :
•
la contamination d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'un puits d'eau privé.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Lorsque le stockage des agents de sautage se fait à l'extérieur du site à une
installation approuvée, seule la quantité de matériaux explosifs nécessaires pour
une journée sera transportée au site, au besoin. La Loi sur le transport des
marchandises dangereuses et le Règlement sur le transport des marchandises
245
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
dangereuses seront respectés. Tous les matériaux explosifs non utilisés doivent
être ramenés à l'installation de stockage approuvée.
b) Lorsqu'un dépôt temporaire est nécessaire pour le stockage d'explosifs sur le
site, une licence de dépôt temporaire d'explosifs doit être obtenue conformément
à l'annexe II du Règlement sur les explosifs de la Loi sur les explosifs fédérale.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.9 Campements
Description
Des campements temporaires pourraient être installés pour les employés selon
l'accessibilité du projet, la distance par rapport aux hébergements existants ou le coût
des autres modes d'hébergement.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux campements sont les
suivants :
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
l'élimination inadéquate des déchets.
Permis requis
Des permis seront requis pour l'élimination des déchets solides et liquides,
l'approvisionnement en eau et l'épuration des eaux usées s'ils n'ont pas déjà été
obtenus.
Mesures de protection
a) La taille de l'installation (surface, eau, installation septique) sera déterminée
d'après le nombre d'employés se trouvant sur le site et le nombre de logements.
b) Les campements ne doivent pas être situés à moins de 100 mètres d'un cours
d'eau ou d'une terre humide.
c) Les zones défrichées existantes seront utilisées pour les campements; toutefois,
si cela est impossible, la zone à défricher sera réduite au minimum.
246
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Dans la mesure du possible, la végétation existante doit être conservée.
e) Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place pour éviter la migration des sédiments.
f)
Les déchets seront déposés dans des récipients pour éviter qu'ils ne soient
éparpillés sur le terrain et pour réduire les risques de contacts imprévus avec la
faune.
g) L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
Liste de contrôle
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.17.10 Désaffectation des installations auxiliaires temporaires
Description
La désaffectation comprend l'enlèvement des routes d'accès temporaires, des cours de
rassemblement, des zones d'entreposage, des traverses temporaires de cours d'eau,
des sites d'entreposage des matériaux, des campements, des sites d'extraction, des
carrières et des sites d'emprunt.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la désaffectation des
installations auxiliaires temporaires sont les suivants :
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides.
Permis requis
Aucun signalé.
247
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
Outre les mesures de protection propres au site indiquées précédemment, les mesures
de protection suivantes doivent être mises en place durant la désaffectation des
installations auxiliaires temporaires.
a) Les sites comprenant des installations auxiliaires temporaires doivent être
nettoyés et stabilisés par l'ensemencement et l'application de paillis, la pose de
perrés ou une combinaison de ces mesures.
b) Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être maintenues
jusqu'à ce que la végétation soit établie et que les mesures de protection ne
soient plus justifiées.
c) L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 – Gestion des
déchets.
d) Des bassins de sédimentation contenant des matériaux « propres » (c.-à-d. des
matériaux provenant de tas de granulats ou de l'écoulement général du site)
doivent être vidés des sédiments qu'ils contiennent. Les sédiments enlevés
doivent être transportés en un lieu approuvé par l'Ingénieur situé à au moins
30 mètres d'un cours d'eau et de façon à ne pas pénétrer dans un cours d'eau.
Les lieux d'élimination doivent également être recouverts de paillis ou
ensemencés hydrauliquement. S'ils sont nécessaires pour le traitement de
l'écoulement du site, ils peuvent être maintenus et remplis ultérieurement avec
du remblai propre lorsqu'ils ne sont plus nécessaires.
e) Lorsque les bassins de décantation peuvent contenir des matériaux « douteux »,
(p. ex. des matériaux utilisés avec des dépoussiéreurs par voie humide à une
installation de préparation d'asphalte mobile), les sédiments enlevés du bassin
devraient être caractérisés par des essais en laboratoire pour déterminer s'il faut
les éliminer en tant que sédiments contaminés. Si les sédiments ne répondent
pas aux critères établis pour le remblai propre, alors ils doivent être éliminés en
tant que déchets contaminés à une installation d'élimination des déchets
dangereux approuvée. Le bassin de décantation doit être rempli avec du remblai
propre, puis être recouvert de paillis ou ensemencé hydrauliquement.
f)
Lorsque la qualité des sols touchés par la construction et l'exploitation des
installations auxiliaires temporaires ne permet pas la croissance de la végétation
(p. ex. en raison du compactage), le sol doit être rétabli et préparé adéquatement
à l'aide de moyens mécaniques ou en ajoutant de la terre végétale.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations
auxiliaires temporaries
248
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.18 Terre végétale
Description
La terre végétale est la couche de surface du profil du sol. Elle fournit l'eau et les
éléments nutritifs aux plantes. La terre végétale peut être récupérée sur place, si elle est
présente en quantité suffisante et qu'elle est de bonne qualité, ou elle peut provenir de
l'extérieur du site. La conservation et l’utilisation du sol non perturbé offrent un milieu de
plantation plus fertile. Une quantité de terre végétale peut être requise dans le cadre de
la planification et de la conception d'un site, ou le MDTNB peut demander à en obtenir.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la terre végétale sont les
suivants :
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les tas de terre végétale doivent être situés à au moins 30 mètres des cours
d'eau ou des terres humides, là où ils n'empêcheront pas le drainage naturel ni
ne constitueront une source possible de sédimentation des cours d'eau et des
terres humides.
b) Les tas de terre végétale doivent être recouverts de paillis conformément à la
section 5.17.3 – Paillage.
c) Une barrière de retenue des sédiments sera installée autour des tas afin de
contenir les sédiments.
d) Une fois que les surfaces auront été recouvertes de terre végétale,
l'ensemencement hydraulique y sera ajouté conformément à la section 5.7 –
Gestion de l'érosion et de la sédimentation.
e) Après la fin de semaine qui comprend le 30 septembre, les sols ne doivent pas
être recouverts de terre végétale sans l'approbation préalable du MDTNB et le
sol ne doit pas être mouillé ni gelé. Si la végétation ne peut s'établir avant le
début des conditions hivernales, le sol doit alors être stabilisé convenablement à
249
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
l'aide de mesures alternatives pour s'assurer qu'il n'y a aucun ruissellement vers
les cours d'eau à proximité.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.18 – Liste de contrôle relative à la terre vé
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.19 Gestion des véhicules et du matériel
5.19.1 Entretien et réparation
Description
L'entretien et les réparations mineures des véhicules et du matériel sont couramment
effectués sur le terrain (sur place) et aux centres d'entretien.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la gestion des véhicules et du
matériel sont les suivants :
•
•
la manipulation et l'entreposage inadéquats des matières dangereuses;
les déversements accidentels.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les camions-citernes ne doivent pas être lavés dans des endroits où l'eau de
lavage risque de s'écouler vers un cours d'eau ou une terre humide.
b) Aux sites sans séparateur d'huile et d'eau, la quantité d'eau de lavage doit être
réduite au minimum. L'emplacement des zones de lavage doit être choisi de
façon que les eaux de lavage ne s'écoulent pas directement vers un cours d'eau,
une terre humide, un puits d'eau privé ou un milieu marin. Le lavage du matériel
contaminé par des produits pétroliers est interdit à moins que l'eau de lavage
puisse être adéquatement confinée, recueillie et éliminée.
c) Quand ce sera possible, des lavages à l'eau de routine se feront aux sites
équipés d'un séparateur d'huile et d'eau afin d'éliminer les produits pétroliers
avant d'évacuer les eaux usées.
250
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Le lavage du matériel spécialisé (véhicules de revêtement bitumé, moteurs, etc.)
devrait seulement avoir lieu aux installations aménagées pour traiter les eaux
usées contaminées.
e) Les fuites du matériel doivent être réparées dès qu'elles sont décelées (voir la
section 5.12 – Gestion des déversements).
f)
Des précautions doivent être prises pour éviter que de l'huile, de l'antigel ou tout
autre liquide dangereux ne s'écoule dans les drains de plancher.
g) Des réserves de matériaux absorbants en cas de déversements doivent être
stockées à tous les centres d'entretien ainsi que dans les véhicules d'entretien
équipés pour réparer le matériel sur le terrain.
h) Pas plus que 500 litres d'huile usée ne doivent être stockés dans les récipients
de stockage temporaire.
i)
Tous les récipients, les barils et les seaux doivent être fermés et munis d'une
cuvette de rétention.
j)
Les filtres à huile doivent être complètement égouttés, mis dans un sac de
plastique fermé, puis recyclés ou éliminés à une installation d'élimination des
déchets solides.
k) L'entretien et la réparation des véhicules et du matériel doivent être effectués
conformément au manuel d'entretien ou être recommandés par l'Agence de
gestion des véhicules.
l)
Le matériel doit être inspecté quotidiennement pour s'assurer qu'il fonctionne
correctement et qu'il ne fuit pas.
m) Les fuites doivent être réparées immédiatement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.19 – Liste de contrôle relative à la gestion des
véhicules et du materiel
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.19.2 Marche au ralenti
Description
La marche au ralenti est le processus selon lequel le moteur d'un véhicule ou d'une
machine est en marche, mais n'est pas embrayé, et donc le véhicule n'avance pas et la
251
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
machine n'accomplit aucun travail. La marche au ralenti entretient plusieurs mythes et
idées fausses (source : Ressources naturelles Canada) :
Mythe : Il faut réchauffer le moteur avant de rouler.
Réalité : La façon la plus efficace de réchauffer un véhicule est de le conduire. Même
par des températures froides, 30 secondes de marche au ralenti suffisent.
Mythe : La marche au ralenti est recommandée pour le moteur.
Réalité : Un moteur qui tourne au ralenti produira des dépôts de suie qui peuvent
s'accumuler et contaminer l'huile, ce qui peut endommager les organes du moteur
comme les cylindres, les bougies d'allumage et le système d'échappement.
Mythe : Arrêter et redémarrer le véhicule use le moteur et consomme davantage
d'essence que de laisser tourner le moteur.
Réalité : De fréquents redémarrages ont très peu de répercussions sur les organes du
moteur comme la batterie et le démarreur.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la marche au ralenti sont les
suivants :
•
les répercussions sur la santé humaine et l'environnement.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
Le MDTNB a mis en œuvre une politique en matière de marche au ralenti qui propose
les mesures de protection suivantes :
a) Le moteur des machines de chantier fonctionnant au diesel qui ne sont pas
utilisées sera coupé.
b) Le moteur des camions à benne basculante tournant au ralenti depuis cinq
minutes ou plus sera coupé.
c) Le moteur des véhicules légers comme les camions d'un quart de tonne et d'une
demi-tonne qui sont laissés sans surveillance ou qui sont immobiles pendant
cinq minutes ou plus sera coupé.
d) Le réchauffage du moteur le matin sera limité à une période de trois à cinq
minutes.
e) Une aire de rassemblement sera prévue pour les camions qui attendent d'être
chargés ou déchargés afin de minimiser l'exposition du public aux émissions.
252
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Les machines tournant au ralenti seront placées loin des récepteurs sensibles
tels que les prises d'air frais des bâtiments.
g) Les restrictions liées à la marche au ralenti s'appliquent à tous les véhicules, peu
importe les circonstances, sauf dans les cas suivants :
•
•
•
•
•
•
lorsque le moteur est requis pour alimenter du matériel annexe (palan,
monte-charge, matériel informatique, feux de sécurité et équipement
intérieur);
lors de conditions météorologiques extrêmes (-10 °C ou au-dessous/+30 °C
ou au-dessus) ou dans toute autre circonstance nécessitant du chauffage ou
de la climatisation pour la santé et la sécurité des travailleurs;
lorsque le constructeur du matériel recommande expressément une période
de marche au ralenti plus longue pour un fonctionnement normal et efficace
du véhicule à moteur, auquel cas cette période recommandée ne doit pas
être dépassée;
aux fins d'entretien et de diagnostic des véhicules et du matériel;
lorsqu'on craint que l'appareil ne puisse être redémarré en raison de
problèmes mécaniques;
lorsqu'on apporte un secours sur les lieux d'une urgence.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.19 – Liste de contrôle relative à la gestion des véhicules et du
materiel
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20 Gestion des déchets
Description
La gestion des déchets est un enjeu environnemental important dans le cadre des
projets de construction du MDTNB et de l'exploitation des voies publiques. La présente
section donne un aperçu des exigences et des procédures relativement à ce qui suit :
•
•
•
•
•
•
lieux d'élimination;
débris de construction et de démolition;
déchets et autres;
poubelles et collecte des ordures;
recyclage et réutilisation des déchets de construction routière;
déchets végétaux.
253
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.20.1 Lieux d'élimination
Description
Les lieux d'élimination servent à se débarrasser des déchets générés par le défrichage,
l'essouchement, l'asphaltage, l'enlèvement des barrages de castors ainsi que des
matériaux d'excavation excédentaires qui ne seront pas mis en tas aux fins d'utilisation
future. Ces matériaux seraient définis comme du « remblai propre » aux termes des
lignes directrices régissant le remblai propre (MENB, 2002d).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la gestion des déchets sont les
suivants :
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur les ZE;
l'empêchement du drainage naturel;
la destruction du paysage terrestre.
Permis requis
•
•
•
Une autorisation devra être obtenue auprès du propriétaire foncier et du MDTNB
pour les lieux d'élimination situés à l'intérieur et à l'extérieur de l'emprise.
Une approbation devra être obtenue du MENB pour les sites d'élimination situés
à l'extérieur de l'emprise du MDTNB si le site proposé est à proximité d'une ZE.
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) On encouragera l'élimination du « remblai propre » dans les limites du projet.
c) L'emplacement des lieux d'élimination doit être défini.
d) L'emplacement des lieux d'élimination doit être choisi en tenant compte des
contraintes environnementales soulevées à la section 3.3 ainsi que des
contraintes conceptuelles présentées aux sections 4.1 et 4.4.
e) Les lieux d'élimination doivent être configurés de façon à s'intégrer à la
topographie environnante.
254
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Le MDTNB ainsi que le propriétaire foncier doivent approuver le lieu d'élimination
proposé. Le site proposé devra possiblement être inspecté pour s'assurer qu'il ne
s'agit pas d'une ZE et déterminer s’il requiert d’autres approbations du MENB.
g) Les lieux d'élimination doivent être situés à au moins 30 mètres d'un cours d'eau,
d'une terre humide ou d'un milieu marin et à des endroits où les eaux de
ruissellement provenant des lieux d'élimination ne peuvent s'écouler vers un
cours d'eau ou une terre humide ou entraîner la sédimentation d'un cours d'eau
ou d'une terre humide. D'autres normes relatives à la marge de retrait peuvent
s'appliquer aux bassins hydrographiques protégés et aux aires de protection des
eaux souterraines désignées, ou peuvent être justifiées par les conditions du
site.
h) Les lieux d'élimination proposés doivent être défrichés au besoin.
i)
Les lieux d'élimination ne doivent pas obstruer le drainage naturel.
j)
Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront mises en place
afin de contrôler l'écoulement.
k) Les lieux d'élimination doivent être bien entretenus et avoir une apparence finie,
et être stabilisés de façon permanente conformément à la section 5.7 – Gestion
de l'érosion et de la sédimentation.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Pour les projets de construction, l'entrepreneur a la responsabilité de déterminer
l'emplacement des lieux d'élimination et d'obtenir l'autorisation du propriétaire foncier et
l'approbation du MENB (s'il y a lieu) pour utiliser la propriété.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20.2 Débris de construction et de démolition
Description
La construction routière peut produire des débris de construction et de démolition, y
compris des matériaux provenant de la démolition des bâtiments et des ouvrages.
255
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux débris de construction et de
démolition sont les suivants :
•
l'élimination inadéquate des débris de construction et de démolition.
Permis requis
Une approbation doit être obtenue auprès du MENB, tant pour les sites d'élimination des
débris de construction et de démolition existants que pour les nouveaux sites, au besoin.
Ces deux options doivent respecter les lignes directrices suivantes :
•
•
Lignes directrices pour le choix de l'emplacement et l'exploitation d'un lieu de
récupération des sols de classe 1 utilisant des débris de construction et de
démolition (MENB, 2002b) dans le cas de chargements de plus de 100 camions
tandem;
Lignes directrices pour le choix de l'emplacement et l'exploitation d'un lieu de
récupération des sols de classe 2 utilisant des débris de construction et de
démolition provenant de la démolition d'un immeuble résidentiel ou d'un petit
édifice commercial (MENB, 2002c) dans le cas de chargements de moins de
100 camions tandem lorsqu'il n'existe pas d'installation d'élimination des débris
de construction et de démolition, de station de transfert ni de site
d'enfouissement sanitaire à proximité (à moins de 30 kilomètres).
Mesures de protection générales
a) Les débris de construction et de démolition seront éliminés à un lieu d'élimination
des débris de construction et de démolition approuvé.
b) Seuls les matériaux qui respectent la définition des débris de construction et de
démolition proposée par le MENB seront éliminés à un lieu d'élimination des
débris de construction et de démolition approuvé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20.3 Déchets et autres
Description
Les déchets dont il est question dans la présente section comprennent tous les déchets,
y compris les déchets de construction routière et d'EER, sauf :
256
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
•
les déchets qui conviennent comme « remblai propre » (section 5.20.1);
les débris de construction et de démolition (section 5.20.2);
les matériaux recyclables ou réutilisables (section 5.20.5).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux déchets et autres sont les
suivants :
•
•
•
la contamination des eaux souterraines;
la manipulation inadéquate des matières dangereuses;
les contacts imprévus avec la faune.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les chiffons et les autres substances potentiellement combustibles utilisés pour
l'entretien du matériel doivent être gardés séparément, dans un récipient avec
couvercle, jusqu'à ce que ces substances combustibles puissent être éliminées à
l'extérieur du site. Une entreprise professionnelle de gestion des déchets
dangereux doit être appelée pour l'élimination de tels déchets.
b) Le carburant diesel résiduaire, les huiles à transmission, les huiles hydrauliques
et l'huile moteur doivent être entreposés dans un réservoir ou baril étiqueté aux
fins de recyclage par une installation de recyclage des huiles usées située à
l'extérieur du site, conformément à la section 5.13.4 – Réservoir d'huile usée et
élimination des huiles usées.
c) Les déchets dangereux doivent être recueillis et éliminés à l'extérieur du site, à
une installation d'élimination reconnue et autorisée à recevoir des déchets
industriels liquides. Les solvants, les acides et les déchets liquides corrosifs
doivent être recueillis séparément et entreposés aux fins d'élimination par une
entreprise de gestion des déchets reconnue se spécialisant dans les déchets
liquides et dangereux.
d) Le brûlage des déchets est interdit sur le site.
e) Les déchets ménagers générés par les bureaux et les campements sur le site
doivent être ramassés quotidiennement et entreposés dans des récipients de
métal fermés aux fins d'élimination par une commission de gestion des déchets
solides régionale.
f)
Afin de réduire au minimum les contacts imprévus avec la faune, les déchets de
nourriture ne doivent pas être laissés sur le site.
257
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
g) Il faut envisager d'éliminer les déchets compostables de façon différente que les
déchets qui seront acheminés à un site d'enfouissement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20.4 Poubelles et collecte des ordures
Description
Des poubelles sont fournies à différents endroits le long des routes pour permettre au
public de jeter ses ordures.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux poubelles et à la collecte des
ordures sont les suivants :
•
•
•
l'entretien inadéquat des poubelles;
l'élimination inadéquate des ordures ramassées;
les contacts imprévus avec la faune.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Toutes les ordures ramassées doivent être acheminées au site d'enfouissement
de la commission de gestion des déchets solides régionale la plus proche.
b) Les poubelles doivent être ramassées régulièrement pour réduire au minimum
les nuisances potentielles associées au site.
c) On encourage le personnel chargé de l'entretien du réseau routier à ramasser
les ordures jetées le long de l'emprise.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
258
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20.5 Recyclage et réutilisation des déchets de construction routière
Description
Le MDTNB et les entrepreneurs doivent toujours examiner les possibilités de réduction,
de réutilisation et de recyclage des déchets. Le recyclage désigne le processus selon
lequel des matériaux existants sont utilisés dans la fabrication d'un nouveau produit. La
réutilisation suppose d'utiliser des matériaux existants plutôt que d'importer de nouveaux
matériaux. Dans le passé, les matériaux qui étaient jetés sur les chantiers de projets
routiers étaient en règle générale des matériaux de déblai comme la terre végétale, le
sous-sol mouillé ou de mauvaise qualité, et des morceaux de vieux béton bitumineux et
de ciment Portland.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au recyclage et à la réutilisation
des déchets de construction routière sont les suivants :
•
le recyclage et la réutilisation de matériaux existants peuvent signifier que ces
matériaux devront être stockés pendant un certain temps.
Permis requis
•
Un permis MCETH doit être obtenu avant de commencer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, ou si les matériaux sont
entreposés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Autant que possible, le MDTNB doit recycler le vieux revêtement en béton
bitumineux en le mélangeant à des granulats vierges et un mélange de nouveau
ciment bitumineux.
c) La terre végétale provenant des déblais et des remblais peu profonds sera
réutilisée pour les talus le long des routes.
d) Les entrepreneurs doivent utiliser le sous-sol de moins bonne qualité, qui est
habituellement le remblai obtenu plus en profondeur, et le sous-sol mouillé plutôt
que de s'en débarrasser.
259
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
e) Autant que possible, le MDTNB doit réutiliser les glissières en acier (après les
avoir redressées) et les poteaux de glissières.
f)
Les vieux panneaux d'aluminium doivent être recouverts d'une nouvelle pellicule
réfléchissante et être utilisés de nouveau. Les autres produits en aluminium
comme les poteaux pour les panneaux, les lampadaires, les poteaux de
signalisation, les panneaux de signalisation aérienne et les garde-fous des ponts
doivent être réutilisés ou, s'ils ne sont pas réutilisables, être vendus à un
ferrailleur aux fins de recyclage. L'acier provenant des opérations de recépage et
des vieux ponts doit également être recyclé.
g) Les matériaux mis en tas doivent être stabilisés conformément à la section 5.7 –
Gestion de l'érosion et de la sédimentation.
h) Les matériaux mis en tas doivent être à 30 mètres des cours d'eau, des terres
humides et des puits d'eau privés.
i)
Les matériaux jugés non recyclables doivent être éliminés conformément à la
section 5.20.2 – Débris de construction et de démolition.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.20.6 Déchets végétaux
Description
Il est possible que des déchets végétaux (copeaux de bois, souches, etc.) soient laissés
sur place après la fin des travaux de défrichage et d'essouchement.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'élimination des déchets
végétaux sont les suivants :
•
•
260
l'utilisation accrue des lieux d'élimination;
l'élimination inadéquate des matériaux.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
Un permis MCETH doit être obtenu avant de commencer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, ou si les matériaux sont
entreposés à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une approbation doit être obtenue auprès du MENB, tant pour les sites d'élimination des
débris de construction et de démolition existants que pour les nouveaux sites, au besoin.
Ces deux options doivent respecter les lignes directrices suivantes :
•
•
Lignes directrices pour le choix de l'emplacement et l'exploitation d'un lieu de
récupération des sols de classe 1 utilisant des débris de construction et de
démolition (MENB, 2002b) dans le cas de chargements de plus de 100 camions
tandem;
Lignes directrices pour le choix de l'emplacement et l'exploitation d'un lieu de
récupération des sols de classe 2 utilisant des débris de construction et de
démolition provenant de la démolition d'un immeuble résidentiel ou d'un petit
édifice commercial (MENB, 2002c) dans le cas de chargements de moins de
100 camions tandem lorsqu'il n'existe pas d'installation d'élimination des débris
de construction et de démolition, de station de transfert ni de site
d'enfouissement sanitaire à proximité (à moins de 30 kilomètres).
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) Une fois mis en copeaux, les déchets végétaux seront répandus sur le sol ou
utilisés comme matériaux de remblayage pour réduire au minimum la taille des
lieux d'élimination.
c) La végétation mise en copeaux ne doit pas être répandue dans les cours d'eau
ou sur les terres humides.
d) Les déchets végétaux mis en copeaux peuvent servir de paillis.
e) Les rémanents peuvent être placés en couche (ne dépassant pas
600 millimètres) comme remblais afin de réduire au minimum l'utilisation et la
taille des lieux d'élimination.
f)
Si les déchets végétaux ne peuvent être éliminés selon l'une des méthodes
décrites précédemment, ils seront enfouis ou acheminés à un site
d'enfouissement de la région.
g) Les matériaux mis en tas ou éliminés doivent être à 30 mètres des cours d'eau,
des terres humides et des puits d'eau privés.
261
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.21 Entretien des routes en hiver
Introduction
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick a élaboré la Politique des services
d'entretien en hiver qui décrit les objectifs et le calendrier du Ministère en matière de
déneigement selon les conditions climatiques ainsi qu'un guide d'intervention en cas de
tempête s'y rattachant pour aider le personnel à assurer un niveau de service constant
partout dans la province.
Les sous-sections suivantes présentent des mesures de protection générales pour
plusieurs aspects de l'entretien hivernal.
5.21.1 Déneigement et élimination de la neige
Description
Les routes, les intersections, les ponts, les passages à niveau et les terrains de
stationnement du MDTNB sont déneigés pour enlever la neige s'y étant accumulée. En
général, l'élimination de la neige n'est pas très répandue au Nouveau-Brunswick; seule
la neige accumulée à certaines installations choisies appartenant au Ministère est
éliminée.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au déneigement et à l'élimination
de la neige sont les suivants :
•
•
•
•
262
la contamination des cours d'eau, des terres humides et des eaux souterraines;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE;
l'empêchement du drainage naturel.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le déneigement et l'élimination de la neige doivent être réalisés conformément
au Manuel de gestion de l'entretien des routes.
b) Les lieux de stockage de la neige seront situés à l'écart des zones écosensibles.
c) Le personnel du MDTNB et les entrepreneurs en déneigement doivent
transporter la neige aux endroits désignés, loin des eaux de surface (cours d'eau
et terres humides) et des zones d'eau souterraine sensibles, particulièrement des
sources d'eau potable.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.21.2 Épandage de sable
Description
Le sable est répandu sur les revêtements routiers pour assurer une bonne adhérence
sur les surfaces glacées ou recouvertes de neige. De petites quantités de sel sont
ajoutées aux tas de sable l'hiver pour empêcher le gel du sable.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'épandage de sable sont les
suivants :
•
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE;
l’empêchement du drainage naturel;
les répercussions sur l'infrastructure.
Permis requis
Aucun signalé.
263
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) l'épandage de sable doit être effectué conformément au Manuel de gestion de
l'entretien des routes;
b) la quantité de sel ajoutée au sable l'hiver doit être minimale (de 2,5 % à 4 %) afin
de minimiser la quantité de sel déversée dans l'environnement;
c) un mélange de sable renfermant un pourcentage de sel supérieur à 4 % ne doit
être utilisé qu'en de rares circonstances, comme lorsqu'il est nécessaire de
déblayer des routes locales enneigées à des endroits où l'on n'utilise
habituellement pas de sel.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.21.3 Épandage de sel
Description
Du sel est répandu sur les revêtements routiers pour bien dégager les voies de
circulation ou une bande médiane en un temps raisonnable après une tempête.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'épandage de sel sont les
suivants :
•
•
•
•
•
•
la contamination des cours d'eau et des terres humides;
la contamination des eaux souterraines et des puits résidentiels;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE;
les effets sur les propriétés du sol;
les effets sur la végétation.
La principale préoccupation liée à l'épandage de sel est les effets du sel sur le milieu
naturel environnant.
Le lessivage d'importantes quantités de sel de voirie dans le sol peut contaminer les
eaux souterraines et l'approvisionnement en eau résidentiel, endommager la structure
des sols et avoir des effets néfastes sur la vie végétale.
264
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) L'ensemble du personnel doit recevoir une formation sur les stratégies de gestion
du sel de voirie.
b) L'épandage de sel doit être effectué conformément au Manuel de gestion de
l'entretien des routes.
c) Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick a adopté une politique de
gestion des sels de voirie et élaboré un plan de gestion des sels de voirie qui
prévoit un cadre de travail visant à s'assurer que le Ministère continue
d'améliorer la gestion des sels de voirie utilisés dans le cadre de ses activités
hivernales d'EER. Le document est dynamique pour permettre au MDTNB
d'incorporer graduellement de nouvelles approches et technologies liées à la
gestion des sels de voirie.
d) Afin de maximiser l'efficacité des activités d'épandage de sel tout en réduisant au
minimum les quantités de sel nécessaires, le sel doit être appliqué à un rythme
qui donne les résultats escomptés, sans que le milieu naturel environnant ne
devienne excessivement chargé en sel.
e) Afin de limiter l'utilisation excessive de sel, les épandeuses doivent toujours être
étalonnées et les roues à ailettes, ajustées pour éviter le gaspillage.
f)
Pour les ponceaux obstrués, un traitement à la vapeur est le premier choix, à
moins que la situation ou l'emplacement n'empêche l'utilisation de cette
méthode. Dans de rares cas, du chlorure de calcium est utilisé.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.21.4 Stockage des matériaux d'entretien en hiver
Description
Les matériaux requis pour les travaux hivernaux d'EER sont stockés aux centres
d'entretien. Le sel est entreposé à l'intérieur. Le sable est entreposé à l'intérieur ou à
l'extérieur, selon la capacité de stockage du site. Une proportion de sel est ajoutée (de
2,5 % à 4 %) aux tas de sable pour empêcher le sable de geler.
265
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés au stockage des matériaux
d'entretien en hiver sont les suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation des cours d'eau et des terres humides;
la contamination potentielle des eaux souterraines et de surface;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE;
l’empêchement du drainage naturel;
les répercussions sur l'infrastructure;
les effets sur les propriétés du sol;
les effets sur la végétation.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le stockage des matériaux d'entretien en hiver doit être effectué conformément
au Manuel de gestion de l'entretien des routes et au plan de gestion des sels de
voirie préliminaire.
b) Il faut s'assurer que seules des quantités minimes de matériaux d'entretien
hivernal sont entreposées sur le site (p. ex., seulement la quantité de matériaux
nécessaires pour une saison).
c) Tout le sel doit être entreposé dans une remise conçue à cette fin (dôme de sel
ou entrepôt de sel).
d) Le chargement de sel dans les véhicules doit se faire à l'intérieur de l'entrepôt ou
le plus près possible de l'entrée.
e) Pour réduire au minimum les déversements, les godets des chargeuses ne
doivent être que partiellement remplis pendant le chargement.
f)
Tout sel déversé dans la cour sera immédiatement ramassé et remis en tas.
g) Des balais et des pelles doivent être gardés à l'entrée du dôme afin d'être
facilement accessibles en cas de déversement de sel.
h) Le drainage du terrain sera dirigé loin des lieux de stockage.
i)
266
Le sable mélangé sera entreposé dans les dômes si possible.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
j)
Si le sable mélangé doit être entreposé à l'extérieur, on s'assurera que les
quantités sont minimes et que la mise en tas est réalisée le plus tard possible
dans la saison.
k) Les procédures de mise en tas décrites dans le Manuel de gestion de l'entretien
des routes doivent être respectées.
l)
Le drainage sera dirigé loin des tas de sable mélangés afin de réduire les
quantités de sel lessivées.
m) Les tas seront recouverts pour empêcher le lessivage du sel.
n) Une barrière de retenue des sédiments sera installée s'il y a des risques que des
eaux de ruissellement ne s'écoulent des tas de sable vers les propriétés
adjacentes et les cours d'eau ou les terres humides à proximité.
o) Dans la mesure du possible, le sable doit être mis en tas loin des lieux où il y a
des risques de contamination des sources d'eau souterraine.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.22 Avancement des travaux
Description
L'avancement des travaux désigne l'avancement méthodique et en temps opportun des
travaux d'excavation, de remblayage et de stabilisation pour les matériaux propices à
l'érosion aux fins de protection de l'environnement.
Le fait que les travaux avancent méthodiquement réduit au minimum toute érosion
éventuelle en limitant l'étendue de l'exposition et les délais d'exposition dans une région.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à l'avancement inadéquat des
travaux sont les suivants :
•
•
•
la contamination des cours d'eau et des terres humides;
les effets sur le poisson et son habitat;
les effets sur les ZE.
267
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH, dont les conditions d'approbation doivent être
respectées, doit être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le
personnel sur le terrain doit connaître les exigences définies dans les permis
applicables.
b) La végétation existante doit être conservée dans la mesure du possible.
c) Les aires des travaux seront définies avant que toute activité de terrassement ne
soit entreprise.
d) Les lieux d'élimination doivent faire partie des aires des travaux définies et être
stabilisés en conformité avec l'avancement des travaux et la section 5.7.
e) La taille de l'aire des travaux dépendra de la zone qui peut être achevée et
stabilisée dans les 30 jours après le commencement des travaux.
f)
La stabilisation désigne l'ensemencement hydraulique des matériaux érodables
ou le paillage lorsque l'ensemencement est jugé irréalisable.
g) Les déblais propices à l'érosion doivent être excavés de manière à ce que
l'écoulement soit dirigé vers un ou deux points de sortie.
Zone défrichée de toute végétation – Avancement inapproprié des travaux
268
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Zone stabilisée à mesure que les travaux progressent – Avancement approprié des
travaux
h) Le ruissellement sera contrôlé et des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation seront mises en place avant d'entreprendre les travaux et pendant
les travaux, selon les besoins.
i)
Dans les zones où les travaux ne peuvent être achevés dans la période de
30 jours en raison de trop grandes quantités de déblais et de remblais ou de
conditions pluvieuses qui se prolongent, les sols érodables doivent être
recouverts de paillis.
j)
Les travaux doivent se poursuivre diligemment sur ces déblais et ces remblais
qui doivent être stabilisés tous les 30 jours jusqu'à ce que le profilage final et
l'ensemencement hydraulique soient achevés.
k) Les zones décapées et essouchées, où les travaux de déblayage et de
remblayage ne sont pas terminés, qui n'ont pas été en construction continue et
diligente ou qui ont été abandonnées, doivent être recouvertes de paillis pour
éviter la sédimentation éventuelle des particules fines dans les cours d'eau ou
les terres humides.
l)
Les zones où les travaux ne sont pas terminés au moment de cesser les
opérations pour l'hiver doivent être recouvertes de paillis.
m) Les tas qui renferment des matériaux érodables doivent être recouverts de
paillis.
n) Avant, pendant et après une pluie, on doit procéder à l'inspection de l'aire des
travaux pour s'assurer que les travaux avancent de façon efficace. Une telle
269
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
inspection suppose de vérifier l'efficacité des ouvrages de lutte contre l'érosion et
la sédimentation qui ont été installés et d'assurer un suivi des zones stabilisées.
o) Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.22 – Liste de contrôle relative à l'avancement des travaux
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23 Travaux à proximité de zones écosensibles
Description
La présente section décrit brièvement les mesures de protection de l'environnement
prises pour réduire au minimum les effets potentiels de la construction et de l'exploitation
routières sur des secteurs préoccupants d'un point de vue de l'environnement qui ne
pouvaient pas être évités durant les phases de planification et de conception routières.
On reconnaît qu'en certaines circonstances exceptionnelles, il peut être nécessaire
d'élaborer des plans de gestion de l'environnement, des plans de protection de
l'environnement propres aux sites ainsi que d'autres mesures en consultation avec les
ministères provinciaux et fédéraux compétents.
Détermination et marquage des zones écosensibles
Dans le contexte d'études sur l'environnement, qui sont habituellement menées pour
appuyer une étude d'impact sur l'environnement, un certain nombre de zones
écosensibles peuvent être repérées à proximité de l'emprise finale. Les zones
écosensibles qu'il peut être nécessaire de marquer sont les suivantes :
•
•
•
•
•
les plantes rares;
les terres humides;
les ressources archéologiques et patrimoniales;
les aires protégées;
les aires d'hivernage du chevreuil.
Les zones écosensibles doivent être marquées par des personnes qui sont en mesure
de les reconnaître.
270
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.23.1 Terres agricoles
Description
Les terres agricoles productives représentent une ressource précieuse et doivent être
évitées dans la mesure du possible. Lorsque ce n'est pas possible, des mesures doivent
être prises au cours des activités de planification, de conception, de construction et
d'EER pour réduire au minimum les dommages et respecter les conditions du
propriétaire foncier qui souhaite continuer d'utiliser les terres avoisinantes.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux terres agricoles sont les
suivants :
•
•
•
la destruction ou la modification de terres agricoles productives;
les effets sur les terres adjacentes aux terres agricoles productives;
le ralentissement du développement ou de l'expansion des terres agricoles
existantes.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Lorsque les activités agricoles sont divisées par la construction routière, des
rencontres doivent avoir lieu avec les propriétaires fonciers concernés afin
d'établir des voies d'accès pour se rendre aux propriétés divisées. Bien que la
pratique normale soit d'établir un réseau de routes d'accès entre la propriété et la
voie publique la plus proche, la construction de passages inférieurs pour le bétail
et la machinerie est une option qui est également envisagée au cas par cas.
b) Au besoin, des arrangements doivent être pris avec les propriétaires fonciers
privés pour qu'ils puissent traverser l'emprise et avoir accès à leur propriété
pendant la construction.
c) Les routes pour les déplacements en direction et en provenance de la propriété
privée, telles qu'elles ont été établies au cours des consultations avec le
propriétaire, doivent être déterminées et clairement marquées. L'entrepreneur et
le personnel du MDTNB doivent emprunter seulement ces routes pour leurs
déplacements et la machinerie.
d) Si des clôtures de ferme ont été sectionnées dans le cadre des activités de
construction, elles doivent être immédiatement réparées à leur état original ou
remplacées lorsqu'elles servent d'enceinte pour les animaux de ferme.
e) Tout effet préjudiciable sur une propriété, comme les dommages aux chemins de
ferme ou d'accès, l'enlèvement de la source d'eau pour le bétail et/ou d'un
271
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
passage de cours d'eau agricole, les dommages aux bâtiments, aux systèmes de
drainage souterrains, aux ouvrages de lutte contre l'érosion et aux fossés de
drainage, causé par les travaux, doit être réparé de façon à remettre le plus
possible la propriété à son état initial ou bien le propriétaire doit être
dédommagé.
f)
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation doivent être mises en
place conformément à la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.2 Ressources archéologiques, patrimoniales et paléontologiques
Description
Les ressources historiques englobent les objets et les lieux historiques et
archéologiques qui sont protégés par la législation provinciale. Le principal moyen de
protection est l'évitement dans la mesure du possible. Toutefois, il est possible de
trouver des objets d'importance historique pendant la construction et les activités d'EER.
Des dispositions doivent être prises pour protéger les objets et les sites découverts.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux ressources archéologiques,
patrimoniales et paléontologiques sont les suivants :
•
la destruction de ressources archéologiques, patrimoniales et paléontologiques.
Permis requis
•
Un permis doit être obtenu auprès de l'Unité des services archéologiques pour
procéder aux travaux d'excavation d'un lieu protégé ou modifier ce lieu d'une
quelconque manière.
Mesures de protection générales
a) Lorsque les enquêtes archéologiques réalisées durant la phase de planification
et de conception routières permettent de déceler des ressources archéologiques
ou patrimoniales que le nouveau corridor routier pourrait détériorer, des mesures
de protection ou d'autres mesures d'atténuation sont élaborées conjointement
272
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
avec l'Unité des services archéologiques de la Direction du patrimoine du
ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport du Nouveau-Brunswick, puis
mises en œuvre par la suite.
b) Le Musée du Nouveau-Brunswick sera informé de toute découverte
paléontologique afin de déterminer les mesures d'atténuation applicables.
c) Dans le cas d'une découverte archéologique ou patrimoniale, tous les travaux
doivent être arrêtés dans le secteur immédiat de la découverte jusqu'à ce que le
personnel du MDTNB puisse aviser les personnes concernées de la procédure à
adopter et autoriser la reprise des travaux après avoir consulté l'Unité des
services archéologiques.
d) Tous les fossiles et autres restes, vestiges ou éléments présentant un intérêt ou
ayant une valeur d'un point de vue géologique ou archéologique qui sont
découverts pendant les travaux de construction ou d'exploitation routiers sont
considérés comme appartenant à la Couronne. L'entrepreneur et le MDTNB
doivent prendre toutes les précautions raisonnables pour empêcher les
employés ou d'autres personnes de déplacer ou d'endommager de tels éléments
ou objets.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Le MDTNB a la responsabilité de communiquer avec un archéologue qualifié et
d'embaucher un archéologue pour qu'il soit présent durant les travaux.
5.23.3 Ressources forestières
Description
La construction d'un réseau routier peut avoir une incidence sur les ressources
forestières au sein de l'emprise.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux ressources forestières sont
les suivants :
273
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
•
•
les effets sur les terres forestières;
la destruction de terres forestières.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Pendant les phases de planification et de conception routières, le MDTNB doit
réduire au minimum la superficie de terres forestières aménagées qui seront
déplacées.
b) Le MDTNB doit négocier l'achat du bien-fonds directement avec le propriétaire
foncier.
c) Au besoin, des arrangements doivent être pris avec les propriétaires fonciers
privés pour qu'ils puissent traverser l'emprise et avoir accès à leur propriété
pendant la construction et l'exploitation.
d) Au cours des activités de défrichage de l'emprise, le bois de valeur marchande
doit être récupéré conformément à la section 5.3 – Défrichage.
e) Le contrôle de la végétation doit être effectué conformément à la section 5.16 –
Exploitation, entretien et remise en état des routes en été et activités connexes.
f)
Les mesures de prévention des incendies doivent être respectées conformément
à la section 5.10 – Plan d'urgence et de prévention des incendies.
Installation, inspection et réparation
Aucune à signaler.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
274
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.23.4 Puits d'eau souterraine
Description
Les routes sont souvent situées à moins de 500 mètres des puits résidentiels. Les
activités de construction peuvent donc avoir une incidence sur les eaux souterraines et
les puits résidentiels.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux puits d'eau souterraine sont
les suivants :
•
•
•
•
l'augmentation des eaux de ruissellement;
la diminution de l'alimentation de la nappe souterraine;
la détérioration de la qualité des eaux souterraines et la diminution de la quantité
d'eau souterraine;
l'incidence sur les puits d'eau.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Les puits résidentiels à l’intérieur de l'emprise doivent être désaffectés selon les
Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l'obturer) des puits d'eau du
MENB (MENB, non daté).
b) En ce qui concerne les puits d'eau souterraine forés à la sondeuse situés à
moins de 500 mètres des activités de construction, une proportion de puits
représentatifs pourrait être examinée avant le dynamitage et ainsi servir de
référence pour comparer les changements survenant pendant ou après les
activités de construction si une plainte était déposée. L'inventaire des puits
résidentiels doit inclure un entretien avec le propriétaire du puits, la consignation
des données sur la construction du puits (rendement, profondeur et construction,
quand ces données sont disponibles), le prélèvement d'un échantillon d'eau aux
fins d'analyses chimiques et bactériologiques (alcalinité, pH, ions majeurs et
microbiologie) et la prise de photos pour montrer l'emplacement du puits.
c) Tout puits creusé situé à moins de 50 mètres d'un déblai important (> 5 mètres)
ou d'un pont prévu doit être inspecté, le niveau et la profondeur de l'eau doivent
être mesurés, et il doit être inventorié aux fins de référence future avant de début
de la construction.
d) Lorsqu'il est nécessaire de procéder à l'excavation du roc à proximité de puits
résidentiels, il est préférable d'avoir recours au défonçage plutôt qu'au
dynamitage dans la mesure du possible.
275
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
e) Si les travaux de construction ont des effets nuisibles sur les puits, un
approvisionnement en eau temporaire doit être fourni pendant la durée de la
construction.
f)
Les puits qui sont endommagés de façon permanente à la suite des activités de
construction seront réparés ou remplacés.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
Lors d'un projet de construction, l'entrepreneur sera chargé de l'examen des puits
résidentiels préalable au dynamitage et du suivi.
5.23.5 Ressources minérales
Description
En raison de la valeur économique et sociale que peuvent avoir les ressources
minérales, il faut faire en sorte que la construction d'installations routières n'ait pas ou
très peu d'effets négatifs sur ces ressources.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux ressources minérales sont les
suivants :
•
•
les effets sur l'exploitation minière présente et future;
l'affaissement potentiel du sol aux endroits déjà exploités.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le nombre de terres contenant des ressources minérales qui sont requises pour
l'aménagement du corridor routier sera le plus petit possible.
b) Dans la mesure du possible, les zones qui présentent des risques d'affaissement
seront évitées.
276
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
c) Au besoin, des arrangements doivent être pris avec les propriétaires fonciers
privés pour qu'ils puissent traverser l'emprise et avoir accès à leur propriété
pendant la construction et l'exploitation.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.6 Zones sensibles au bruit
Description
Les zones sensibles au bruit sont définies comme des zones résidentielles ou
commerciales touchées par le bruit de la machinerie utilisée pendant la construction et
l'EER d'installations routières. Les zones sensibles au bruit sont identifiées au cours des
phases de planification et de conception.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux zones sensibles au bruit sont
les suivants :
•
l'interférence avec les activités de la population vivant dans la zone sensible au
bruit et/ou dérangement de la population.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le matériel doit être en bon état de marche et conforme aux normes en matière
de suppression du bruit.
b) Si des plaintes de bruits excessifs sont reçues pendant la construction, un suivi
doit être réalisé et des mesures correctives doivent être prises au besoin lorsque
le niveau de bruit dépasse 65 décibels A (dBA) sur une période de 24 heures
(niveau acoustique équivalent). Les activités de construction pourraient être
restreintes de façon qu'elles n'aient lieu que durant les heures de clarté si le suivi
réalisé après la réception de plaintes permet de constater qu'il y a un problème.
277
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles.
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.7 Plantes rares
Description
Les plantes rares sont une ressource écologique qui est prise en considération durant la
planification et la conception routières. Bien que des efforts soient faits pour éviter les
plantes rares, des portions de populations peuvent se trouver dans l'emprise ainsi qu'à
proximité des limites de l'emprise.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux plantes rares sont les
suivants :
•
les effets sur les populations de plantes rares et la destruction de populations de
plantes rares.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Des mesures d'atténuation précises pour les plantes rares doivent être
examinées dans un plan de gestion environnementale élaboré pour chaque
projet ou dans un plan de protection de l'environnement propre au site.
b) Lorsque des populations de plantes rares sont présentes au sein de l'emprise ou
qu'elles sont proches de l'emprise, les limites du défrichage doivent être
indiquées clairement.
c) Le personnel sur le site sera informé de l'emplacement de toute plante rare.
d) Aucune installation auxiliaire ne sera établie à l'extérieur des limites de l'emprise,
aux endroits où des populations de plantes rares on été identifiées.
278
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles.
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.8 Cours d'eau, poisson et habitat du poisson
Description
En vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau du Nouveau-Brunswick, un cours d'eau
désigne la largeur et la longueur totales, y compris le lit, les berges, les bords et la ligne
du rivage, ou toute autre partie d'une rivière, d'une source, d'un ruisseau, d'un lac, d'un
étang, d'un réservoir, d'un canal, d'un fossé ou de tout autre canal à ciel ouvert, naturel
ou artificiel, dont la principale fonction est de transiter ou de retenir de l'eau, que
l'écoulement soit continu ou non. Néanmoins, aux fins du présent document, cours d'eau
peut également désigner les zones côtières de drainage, les zones intertidales et les
zones de terres humides.
Les zones côtières de drainage sont des terres côtières qui sont assez proches du
littoral pour avoir une incidence sur la zone intertidale; cette zone comprend
habituellement un secteur de 30 mètres du rivage de chaque cours d'eau dans la partie
du cours d'eau qui est sous l'influence de l'eau salée. La zone intertidale est le secteur
côtier principal entre les extrêmes des basses eaux et des hautes eaux.
La qualité de l'eau est reliée à la quantité de substances chimiques et physiques en
suspension ou dissoutes dans l'eau. Les activités qui se déroulent dans un cours d'eau
ou aux alentours ainsi que le matériel et le personnel présents peuvent entraîner la
sédimentation du cours d'eau. De plus, des matières dangereuses peuvent s'infiltrer
dans un cours d'eau par suite de l'exploitation ou de l'entretien du matériel.
La construction routière peut également nuire à l'habitat du poisson en détériorant la
qualité de l'eau ou en modifiant un cours d'eau.
Les sédiments présents dans un cours d'eau peuvent directement ou indirectement
nuire aux poissons. La mortalité directe par suffocation causée par l'obstruction de la
surface des branchies par les sédiments ou à la suite d'un stress extrême causé par
l'hyperventilation est un problème rare qui surviendra uniquement dans de graves
circonstances. Les effets indirects comme la destruction des habitats ou un
approvisionnement alimentaire insuffisant sont beaucoup plus fréquents. La turbidité
élevée causée par un excès de sédiments dans la colonne d'eau peut nuire au frai des
poissons et à leur efficacité à se nourrir, et endommager les organes respiratoires des
invertébrés aquatiques et obstruer leur appareil alimentaire. Cette situation peut
provoquer la perte de cette source d'aliments pour les espèces de poissons. Les
sédiments peuvent se déposer dans les fosses d'élevage, réduire le débit de l'eau à
279
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
travers le gravier dans les zones de frai et suffoquer les œufs des poissons et des
invertébrés aquatiques.
Dans le cadre des activités de construction et d'EER routières, les traverses de cours
d'eau peuvent provoquer la destruction d'une petite partie de l'habitat du poisson. Si les
travaux ne sont pas bien effectués, cela pourrait créer des obstacles pour la migration
du poisson. Les traverses aménagées dans les zones de frai peuvent détruire les œufs.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux cours d'eau, au poisson et à
l'habitat du poisson sont les suivants :
• l'érosion et la sédimentation;
• les déversements accidentels;
• la perturbation ou la modification de l'écoulement d'un cours d'eau;
• les effets sur le poisson et son habitat.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH et de l'autorisation pour des ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches (le
cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être
conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) Les mesures permettant de réduire les effets sur les cours d'eau, le poisson et
l'habitat du poisson pendant la phase de conception sont expliquées en détail à
la section 4.
c) D'autres mesures de protection concernant les activités de construction et d'EER
liées aux cours d'eau, au poisson et à l'habitat du poisson sont détaillées à la
section 5.
d) Les plans de lutte contre l'érosion et la sédimentation propres au site (ou les
plans de protection de l'environnement propres au site) élaborés pour les travaux
devant être entrepris à moins de 30 mètres d'un cours d'eau doivent être
respectés selon les besoins.
e) Aucun dynamitage ne doit avoir lieu à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau
avant d'avoir préalablement consulté le MPO ou obtenu son autorisation.
280
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Le matériel doit être en bon état de fonctionnement et sa surface, exempte de
substances nocives (p. ex. huile, graisse) avant d'entreprendre des travaux dans
la partie mouillée d'un cours d'eau.
g) Lorsqu'on travaille avec des machines à moins de 30 mètres d'un cours d'eau,
on doit avoir à portée de la main une trousse en cas de déversement pour
réparer rapidement les fuites.
h) Avant de procéder à l'installation ou à l'entretien d'un pont ou d'un ponceau, le
MPO peut exiger du MDTNB qu'il entreprenne des opérations de sauvetage des
populations de poissons lorsque ces activités risquent de leur nuire. Le
sauvetage des poissons doit être réalisé par des biologistes de la vie aquatique
qualifiés.
i)
Toutes les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation seront mises en
œuvre, inspectées et maintenues.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.9 Zones de protection du bassin hydrographique et du champ de captage
Description
Il existe deux sources d'eau potable : les eaux souterraines et les eaux de surface.
La majeure partie des eaux souterraines est obtenue dans des puits. Un champ de
captage est un groupe de puits qui, ensemble, puisent de l'eau dans l'aquifère pour
alimenter le réseau public d'eau. Un bassin hydrographique est un territoire qui draine
l'eau de surface d'un réseau de cours d'eau interdépendants et qui finit par se déverser
dans une rivière, un fleuve, une crique, un ruisseau ou tout autre plan d'eau vive en
particulier.
Parce que les champs de captage et les bassins hydrographiques représentent une
ressource importante, ils doivent tous les deux être protégés de la contamination
attribuable aux activités de construction ou d'EER. Malheureusement, il peut être
impossible d'éviter la zone de protection du bassin hydrographique ou du champ de
captage pendant les phases de planification et de conception.
281
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Voir la section 2.1.2 – Lois et règlements provinciaux pour obtenir de plus amples
renseignements sur les bassins hydrographiques et les champs de captage.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux activités de construction et
d'EER au sein des zones de protection du bassin hydrographique et du champ de
captage sont les suivants :
•
•
•
•
•
•
l'entreposage inadéquat des matières dangereuses et des produits pétroliers;
l'élimination inadéquate des matières dangereuses et des produits pétroliers;
les déversements accidentels;
la sédimentation des bassins hydrographiques;
les effets sur les zones de protection du bassin hydrographique ou du champ de
captage attribuables à la contamination;
les effets sur la qualité de l'eau et la quantité d'eau du réseau municipal
d'approvisionnement en eau.
Permis requis
•
•
Une exemption émise dans le cadre du Décret de désignation du secteur protégé
de bassins hydrographiques et du Décret de désignation du secteur protégé du
champ de captage en vertu de la Loi sur l'assainissement de l'eau doit être
accordée par le MENB afin de pouvoir travailler dans le secteur du bassin
hydrographique ou du champ de captage, ou y entreposer des matériaux.
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Mesures de protection générales
a) Le MENB sera contacté pour déterminer si les activités ont lieu dans la zone de
protection du bassin hydrographique. Le MENB tient à jour une liste complète
des zones de protection des bassins hydrographiques désignées, y compris leur
représentation sur carte. Des cartes des zones de l'ensemble des bassins
hydrographiques protégés sont incluses dans le Décret de désignation du
secteur protégé de bassins hydrographiques.
b) Le MENB sera contacté pour déterminer si les activités ont lieu dans la zone de
protection du champ de captage. Le MENB tient à jour une liste complète des
zones de protection des champs de captage désignées, y compris leur
représentation sur carte. Des cartes des zones de l'ensemble des champs de
captage protégés sont incluses dans le Décret de désignation du secteur protégé
du champ de captage.
c) Le MDTNB doit demander une exemption pour toute activité prévue dans une
zone de protection d'un bassin hydrographique ou d'un champ de captage.
L'exemption doit être obtenue avant le début des travaux.
282
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Une copie du permis MCETH, du Décret de désignation du secteur protégé du
champ de captage et du Décret de désignation du secteur protégé de bassins
hydrographiques, dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit
être conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
e) Le MDTNB doit s'assurer que les limites entre l'emprise et la zone de protection
du bassin hydrographique ou du champ de captage sont bien indiquées avant
d'entreprendre toute activité dans le secteur.
f)
En aucun cas, pendant les activités, le sol ne doit être perturbé (orniérage, etc.)
dans la zone de protection du bassin hydrographique ou du champ de captage à
moins que l'exemption ne l'autorise.
g) Le ravitaillement en carburant du matériel doit se faire à l'extérieur de la zone de
protection du bassin hydrographique ou du champ de captage.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.10 Terres humides
Description
Les terres humides sont définies comme des terres de transition entre les systèmes
terrestres et aquatiques; la nappe d'eau est habituellement à la surface ou près de la
surface ou le terrain est couvert d'une mince couche d'eau pendant la saison de
croissance. Les terres humides sont caractérisées par des sols mal drainés et une
végétation principalement hydrophyte ou tolérante à l'eau.
Les terres humides ont diverses fonctions importantes, notamment l'alimentation en eau
souterraine et l'évacuation de l'eau souterraine, le contrôle des inondations, le contrôle
de la qualité de l'eau, la stabilisation des sédiments, la transformation et le transport des
éléments nutritifs, l'habitat du poisson, les habitats fauniques, et la production et
l'exportation de la biomasse.
283
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux terres humides sont les
suivants :
•
•
•
•
l'érosion et la sédimentation;
les déversements accidentels;
la destruction de terres humides;
les effets sur les habitats fauniques.
Permis requis
•
•
L'obtention d'un permis MCETH est exigée avant de commencer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une autorisation pour des ouvrages ou entreprises modifiant l'habitat du poisson
aux termes de la Loi sur les pêches peut être nécessaire si les travaux entraînent
la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du
poisson.
Mesures de protection générales
a) Une copie du permis MCETH et de l'autorisation pour des ouvrages ou
entreprises modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches (le
cas échéant), dont les conditions d'approbation doivent être respectées, doit être
conservée sur le site pendant toute la durée des travaux. Le personnel sur le
terrain doit connaître les exigences définies dans les permis applicables.
b) Les mesures permettant de réduire les effets sur les cours d'eau, le poisson et
l'habitat du poisson pendant la phase de conception sont expliquées en détail à
la section 4.
c) D'autres mesures de protection concernant les activités de construction et d'EER
liées aux cours d'eau, au poisson et à l'habitat du poisson sont détaillées à la
section 5.
d) Les activités de construction et les activités connexes prévues sur une terre
humide doivent être restreintes à l'emprise.
e) Les véhicules et les machines utilisés pendant la construction doivent seulement
emprunter les routes et les voies d'accès désignées.
f)
284
La machinerie de construction doit être en bon état de fonctionnement et être
nettoyée de toute boue et de toute végétation avant de pénétrer dans une terre
humide ou de quitter une terre humide au sein de la zone de construction lors
d'activités qui brisent le sol (p. ex. l'essouchement et le nivellement), et ce, afin
de réduire au minimum la propagation des espèces de plantes envahissantes
(p. ex. la salicaire pourpre).
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
g) Au besoin, les terres humides qui subsistent après n'avoir subi que peu d'effets
néfastes à la suite d'activités de construction routière doivent par la suite être
surveillées afin d'évaluer visuellement l'hydrologie du milieu humide, la présence
d'espèces de plantes envahissantes, les concentrations de chlorure dans le sol
et l'utilisation de véhicules récréatifs.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.23.11 Faune et habitats fauniques
Description
Il est possible que les travailleurs rencontrent des animaux sauvages pendant qu'ils
effectuent des travaux dans l'emprise du MDTNB. Ces rencontres pourraient avoir des
effets néfastes pour l'environnement et avoir des répercussions sur les travailleurs
(interruption des travaux, blessures) et sur la faune (mortalité, destruction d'habitats ou
perturbation des cycles de croissance essentiels).
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la faune et aux habitats
fauniques sont les suivants :
•
•
•
•
le déplacement des espèces sauvages de leur habitat en raison des activités de
construction;
le risque de séparer les sentiers naturels empruntés par la faune, ce qui pourrait
tuer des animaux sur la route et créer une situation dangereuse pour les
voyageurs;
la fragmentation ou la destruction permanente d'habitats fauniques;
les effets sur les travailleurs et sur la faune.
Permis requis
Aucun signalé.
285
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Mesures de protection générales
a) Les mesures permettant de réduire les effets sur la faune et les habitats
fauniques pendant les phases de planification et de conception sont expliquées
en détail aux sections 3 et 4.
b) Dans les secteurs où on prévoit qu'une concentration élevée d'espèces
sauvages (p. ex. chevreuils ou orignaux) traversera la route, on étudiera la
possibilité d'intégrer des passages de la faune à la conception de la route.
L'analyse permet généralement d'examiner s'il est possible d'aménager un
passage pour la faune et comprend une analyse des coûts pour choisir le type
d'ouvrage le plus efficace. L'emplacement de ces passages est choisi en
consultation avec les biologistes de la faune du MRN.
c) En général et dans la mesure du possible, les travaux de construction doivent
être prévus de façon à éviter la période pendant laquelle les chevreuils se
regroupent dans une aire d'hivernage à proximité de l'emprise. Si cela s'avère
impossible, tout sera mis en œuvre pour réduire au minimum les interactions
avec les chevreuils dans le cadre des travaux de construction.
d) Les activités de défrichage seront menées conformément à la section 5.3 –
Défrichage afin de minimiser les effets sur les oiseaux migrateurs.
e) Pendant les travaux de construction, seules les routes et les voies d'accès
désignées doivent être utilisées à l'extérieur de l'empreinte de construction afin
de limiter les contacts avec la faune et les habitats fauniques.
f)
Les déchets ménagers générés par les bureaux et les campements sur le site, y
compris les déchets de nourriture, doivent être ramassés quotidiennement et
entreposés dans des récipients de métal fermés pour être acheminés à un site
d'enfouissement approuvé, et ce, afin d'éviter d'attirer des animaux nuisibles.
g) Dans le cas de contacts répétés avec des animaux sauvages, le personnel du
MDTNB doit aviser le bureau de district du MRNNB pour qu'il attrape ces
animaux nuisibles et les déplace au besoin.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de
zones écosensibles
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
286
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
5.24 Travaux à proximité des pipelines et autres
services publics souterrains
Description
La présente section traite des travaux (p. ex. excavation) susceptibles de déplacer ou
d'endommager les gazoducs de gaz naturel ou les oléoducs de pétrole brut souterrains
ou d'autres services publics souterrains pendant les activités de construction et d'EER
entrepris par le MDTNB et ses entrepreneurs. Par autres services publics souterrains,
on entend les lignes électriques, les câbles et les lignes téléphoniques, les conduites
d'eau et d'égout et les aiguilles de chemin de fer.
La partie 3, article 29(1) de la Loi sur les pipelines du Nouveau-Brunswick donne des
instructions sur les mesures à prendre avant d'excaver ou de creuser à proximité des
pipelines souterrains. Essentiellement, l'article décrit les communications qui doivent
avoir lieu entre les entrepreneurs et les fournisseurs de services publics souterrains
avant de commencer les travaux et stipule les mesures à prendre si le pipeline est percé
ou fissuré ou que sa surface en porte une éraflure, une rainure ou qu'elle est aplatie ou
enfoncée. Le Règlement sur les pipelines en vertu de la Loi précise en outre les marges
de retrait sécuritaires des pipelines souterrains pour permettre l'exécution des travaux.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés aux travaux à proximité des
pipelines et autres services publics souterrains sont les suivants :
•
•
•
•
•
le déversement accidentel de matières dangereuses;
les déversements accidentels;
les effets sur la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines;
la détérioration de la qualité de l'air;
les risques d'incendie.
Permis requis
Aucun signalé.
Mesures de protection générales
a) Le personnel du MDTNB ou les entrepreneurs doivent communiquer avec les
fournisseurs de services publics souterrains et recevoir l'autorisation de creuser.
b) Aucune excavation ou activité connexe, comme le forage géotechnique, ne doit
être entreprise tant que les services publics énumérés ci-après n'ont pas été
avertis et que tous les numéros d'homologation, lettres d'entente et autorisations
n'ont pas été obtenus.
c) Les lieux d'excavation doivent être marqués sur place avant même qu'une
demande d'autorisation n'ait été soumise.
287
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
d) Les demandes d'autorisation doivent être soumises au moins 48 heures avant le
début des travaux. Les numéros de téléphone des différents fournisseurs de
services publics souterrains sont donnés ci-après.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
S'il s'agit de lieux d'excavation situés dans les limites de la City of Saint John,
on peut composer le numéro suivant pour se procurer des renseignements
relatifs aux autorisations à obtenir pour tous les services publics à l'exception
de Rogers Cablesystems : 1-866-344-5463.
ÉLECTRICITÉ – Énergie NB – no de téléphone pour tout le
Nouveau-Brunswick : 1-800-663-6272; à Saint John, communiquer avec la
Saint John Energy au numéro 506-658-5252 ou 506-631-1469,
téléavertisseur (Cliff Carson).
TÉLÉPHONE – Bell Aliant – no de téléphone pour tout le
Nouveau-Brunswick : 1-800-332-3333.
EAU/ÉGOUT – Communiquer avec la municipalité concernée.
GAZ NATUREL – Enbridge Gaz – no de téléphone pour tout le
Nouveau-Brunswick : 1-800-994-2762.
GAZ NATUREL – Maritimes & Northeast Pipeline – no de téléphone pour tout
le Nouveau-Brunswick : 1-888-444-6677.
GAZ NATUREL, À PENOBSQUIS SUR LA ROUTE NO 114 OU ADJACENT
À CELLE-CI – Communiquer avec la Potash Corp. of Saskatchewan (PCS)
au numéro 506-432-8400 (George Bollman ou Ken Fenwick).
GAZ NATUREL – Brunswick Pipeline – no de téléphone pour tout le
Nouveau-Brunswick : 1-888-410-2220.
OLÉODUCS DE PÉTROLE BRUT – communiquer avec Les Pétroles Irving
au numéro 506-202-7072 (Greg McCluskey).
CÂBLE – Rogers Cablesystems – no de téléphone pour tout le NouveauBrunswick : 1-800-738-7893; *les vendredis, 1-877-935-7572.
CHEMINS DE FER DU CN – Group Telecom/360 Network (seulement si
vous êtes à moins de 50 pieds d'une emprise du CN – no de téléphone :
1-877-865-6193.
NB SOUTHERN RAILWAY – no de téléphone : 506-632-5828 (Steve Wills).
PROPRIÉTÉS PRIVÉES – Communiquer avec le propriétaire.
Remarque : S'il s'agit de zones situées au-delà des limites d'une propriété
privée, il faut communiquer avec les services publics appropriés au cas où il
faudrait effectuer des opérations hors site. Il faut également obtenir des
renseignements supplémentaires (p. ex. plans du site) avant d'exécuter toute
opération souterraine sur une propriété privée.
e) Si un gazoduc de gaz naturel ou un oléoduc de pétrole brut ou tout autre service
public souterrain est percé ou fissuré, que sa surface en porte une éraflure, une
rainure ou qu'elle est aplatie ou enfoncée, il faut cesser immédiatement les
travaux et aviser la compagnie appropriée et les organismes de réglementation.
f)
288
Dans un tel cas, il est primordial de rapporter l'incident rapidement et
efficacement. S'il s'agit d'un gazoduc de gaz naturel ou d'un oléoduc de pétrole
brut, il faut communiquer immédiatement avec le propriétaire/titulaire de
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
permis/titulaire de licence afin d'assurer une intervention en cas d'urgence
conformément à la Loi sur les pipelines. S'il s'agit de services publics
souterrains, il faut communiquer avec la compagnie touchée afin d'assurer une
intervention en cas d'urgence.
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.24 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité des
pipelines et autres services publics souterrains
Responsabilités
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
5.25 Gestion de l'exhaure des roches sulfurées et
des formations rocheuses acides
Description
Les unités de substrat rocheux qui contiennent du sulfure de fer comme la pyrite et la
pyrrhotite sont susceptibles de générer un drainage acide quand ces minéraux
réagissent avec de l'oxygène et de l'eau pour former de l'acide sulfurique. Bien que ces
substances soient présentes à l'état naturel, les travaux d'excavation augmentent la
surface active sulfurée exposée, ce qui fait augmenter considérablement la vitesse de
réaction comparativement à la vitesse de réaction observée dans des conditions
naturelles. Dans le contexte de travaux de construction routière, la source potentielle de
drainage acide la plus importante est donc la masse rocheuse enlevée par des coupes
dans la roche (plutôt que les talus arrière exposés ou les fossés).
La géologie du Nouveau-Brunswick est variée et complexe. La plupart des unités
lithologiques présentent très peu de minéralisation sulfurée, mais certaines comme
l'ampélite peuvent présenter des niveaux de minéralisation plus élevés. La
minéralisation peut se présenter sous différentes formes qui vont des filons et des
glèbes prononcés aux minéralisations microscopiques disséminées dans toute la masse
rocheuse. Les propriétés mécaniques de la roche hôte ont une incidence sur le niveau
d'interaction entre la minéralisation et l'environnement. Le quartzite à grains fins par
exemple réagirait lentement. La rouille causée par la météorisation de la surface de
fracture exposée indique que des réactions se produisent.
Le MDTNB cherche à découvrir la présence de roches sulfurées à toutes les étapes de
la planification, de la conception et de la construction des routes. La cartographie
géologique, les données géologiques publiées, les expériences passées et les levés
géophysiques de polarisation provoquée sont tous utiles pour évaluer les tracés routiers
proposés. Les résultats des levés sont utilisés pour déceler la minéralisation sulfurée
potentielle afin de concentrer les essais et l'échantillonnage sur le terrain dans ces
secteurs.
289
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
La présence de minéraux sulfurés laisse supposer que la roche a un potentiel
acidogène. Cependant, de nombreuses sortes de roches contiennent des carbonates
comme la calcite qui neutralisent l'acidité produite par les minéraux sulfurés. Que
l'excavation de matériaux rocheux génère réellement ou non un drainage acide dépend
de l'équilibre entre les minéraux acidogènes et les minéraux neutralisateurs des acides,
et la vitesse de réaction.
Le MDTNB emploie une méthodologie d'essais en laboratoire en deux étapes. Les
échantillons sont d'abord présélectionnés en fonction de leur teneur en soufre total. Les
échantillons dont la teneur en soufre total est supérieure à 0,3 % en poids sont ensuite
soumis à la méthode Sobek modifiée pour le bilan acide-base selon la teneur en soufre
total. Cette méthode comporte des analyses chimiques qui permettent de déterminer le
pouvoir de neutralisation d'acide (potentiel de neutralisation, PN) des minéraux dans
l'échantillon et le pouvoir acidogène (potentiel d'acidification, PA) des minéraux sulfurés
contenus dans l'échantillon. Le ratio du potentiel de neutralisation (RPN) est le rapport
entre le potentiel de neutralisation et le potentiel d'acidification.
Un RPN d'une valeur de 1 indique théoriquement que les minéraux échantillonnés n'ont
aucun potentiel acidogène. Il faut toutefois obtenir des valeurs supérieures pour justifier
d'aborder l'incertitude associée aux vitesses relatives de réaction (c.-à-d. un minéral
acidogène qui réagit plutôt rapidement combiné à un minéral neutralisateur des acides
qui réagit lentement). Le MDTNB définit les roches sulfurées comme ayant une teneur
en soufre total supérieure à 0,3 % en poids et un RPN inférieur à 3.
En raison des effets potentiels sur l'environnement attribuables aux roches acidogènes
ainsi que des coûts élevés associés aux mesures d'atténuation, on évite dans la mesure
du possible les roches sulfurées qui répondent aux critères susmentionnés aux étapes
de planification et de conception de l'aménagement routier. Les granulats importés
(autres que les granulats utilisés dans la production de béton bitumineux) doivent eux
aussi avoir un RPN supérieur à 3.
Le MDTNB a réuni un comité de gestion des roches sulfurées formé de membres de la
Direction de la planification et gestion des terrains, de la Direction du tracé des routes,
de la Direction de la construction et de la Direction du projet de la route
transcanadienne. Le comité se réunit selon les besoins pour traiter des questions à
mesure qu'elles se présentent. Des représentants du MENB, du MRN, du MPO et d'EC
peuvent être consultés s'il est impossible d'éviter les roches sulfurées ou si des roches
sulfurées sont découvertes dans un secteur improbable.
Préoccupations
Les préoccupations et les impacts potentiels associés à la gestion de l'exhaure des
roches sulfurées et des formations rocheuses acides sont les suivants :
•
•
•
•
290
un faible pH dans les cours d'eau et les terres humides;
la contamination des sols, et des réseaux d'eau souterraine et d'eau de surface
par les métaux;
la détérioration de la qualité de l'eau;
les effets sur le poisson et son habitat.
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Permis requis
•
Un permis d'immersion en mer devra être obtenu pour l'immersion en mer de
déchets.
Mesures de protection générales
a) Le MDTNB doit respecter un certain nombre de documents, de procédures et de
lignes directrices lorsque des roches sulfurées sont découvertes sur le terrain
(voir l'annexe C), notamment :
•
•
•
•
Protocole sur les roches acides (MDTNB, 2000);
Directives d'utilisation des roches sulfurées (MDTNB, 2002);
Évaluation des méthodes de surveillance sur le terrain utilisées pour les sites
contenant des matériaux rocheux pouvant produire un drainage acide (Al,
2007);
Effets sur l'environnement de l'exhaure des formations rocheuses acides :
critères d'interprétation des données de surveillance de la qualité de l'eau (Al,
2005).
b) Dans les régions où on a découvert des roches sulfurées, on doit les éviter
comme suit :
•
•
élever le niveau de la route pour éviter toute excavation;
déplacer le tracé horizontalement pour éviter la minéralisation.
c) Lorsqu'il est impossible d'éviter complètement les roches sulfurées, le MDTNB
doit se doter de plans de surveillance, et de plans de gestion et de mesures
d'urgence propres au site.
d) Dans les régions qui contiennent des matériaux rocheux pouvant produire un
drainage acide, les programmes de surveillance du MDTNB seront mis en œuvre
avant, pendant et après les travaux de construction, en conformité avec le
document Évaluation des méthodes de surveillance sur le terrain utilisées pour
les sites contenant des matériaux rocheux pouvant produire un drainage acide
(Al, 2007). Les effets environnementaux sont fondés sur les variations de
plusieurs paramètres clés (pH, SO4, Fe et Al) d'après le document « Effets sur
l'environnement de l'exhaure des formations rocheuses acides : critères
d'interprétation des données de surveillance de la qualité de l'eau » (Al, 2005).
Les deux références font partie de l'annexe C. De plus, le personnel du MDTNB
effectue un suivi hebdomadaire de la qualité de l'eau en prenant des lectures du
pH.
e) Les roches sulfurées découvertes pendant les travaux de construction routière
seront placées dans des remblais désignés à cet effet, puis recouvertes de
matériaux peu perméables. Une coupe transversale typique d'un lieu
d'élimination des roches sulfurées est présentée à l'annexe C.
291
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
f)
Dans le cadre de projets distincts sur les roches sulfurées, les coupes de roche
exposées sont vérifiées régulièrement par l'ingénieur géologue du MDTNB afin
de déceler toute autre zone minéralisée.
g) Les plans de dynamitage seront conçus de manière à réduire au minimum la
fragmentation des roches.
h) Les roches sulfurées qui sont découvertes doivent être isolées et transportées
séparément par camion dans une zone de remblai prévue pour les roches
sulfurées.
i)
Les lieux d'élimination doivent être situés à l'intérieur du périmètre du projet (si
possible) ou sur des terres appartenant au MDTNB. Les lieux d'élimination
doivent être déterminés et approuvés par le MDTNB en consultation avec les
organismes de réglementation.
j)
Les terres humides ne doivent pas servir de lieu d'élimination des roches
sulfurées, à moins qu'elles ne subissent déjà les impacts du projet (c.-à-d. la
route traverse la terre humide). Les terres humides qui sont touchées par le
projet sont des zones de contingence qui doivent être utilisées seulement si
aucun autre lieu d'élimination n'est disponible.
k) Les lieux d'élimination des roches sulfurées ne doivent pas être situés à moins
de 100 mètres d'une terre humide ou d'un cours d'eau. Cette distance peut être
augmentée si d'après la topographie les eaux de drainage semblent s'écouler
vers le cours d'eau ou la terre humide.
l)
Le pied du remblai du lieu d'élimination doit être essouché afin d'enlever les
souches et d'aplanir les ondulations du terrain qui pourraient favoriser le
lessivage des eaux vers le remblai de roches sulfurées.
m) Si d'après la topographie existante, les eaux de surface semblent pouvoir
s'écouler vers le remblai de roches sulfurées, un fossé de crête ou une berme
doit être construit.
n) Toute dépression adjacente au remblai où l'eau peut s'accumuler doit être
remplie et nivelée de façon que l'eau puisse s'écouler loin du remblai.
o) L'épaisseur de la levée de roches sulfurées doit être de 1,2 mètre (par rapport à
l'épaisseur normale de 1 mètre) pour permettre à la roche abattue
surdimensionnée d'être mieux incorporée dans le remblai.
p) Les roches sulfurées doivent être recouvertes de matériaux peu perméables.
Ces matériaux de recouvrement doivent avoir une épaisseur minimale de
600 millimètres au-dessous de la plate-forme routière et de 800 millimètres sur
les talus pour réduire au minimum l'infiltration d'eau dans les remblais de roches
sulfurées et les eaux de ruissellement s'écoulant des remblais.
292
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
q) Dans les terre-pleins centraux, l'épaisseur des matériaux de couverture des
remblais de roches sulfurées doit être augmentée à 1,4 mètre.
r) Les roches sulfurées seront recouvertes de matériaux de couverture peu
perméables au fur et à mesure.
s) Les matériaux de couverture peu perméables ne doivent pas être compactés sur
les talus de remblai avant.
t)
Les matériaux de couverture peu perméables doivent être placés dans des
couches d'une hauteur maximale de 300 millimètres, sauf pour la première
couche, qui peut atteindre une hauteur maximale de 1 mètre. Chaque couche
doit être compactée.
u) Les travaux de déblayage, de remblayage et de recouvrement de roches
sulfurées doivent se poursuivre de façon continue jusqu'à ce qu'ils soient
complétés. Comme le stipule la sous-section 946 de la section AVANCEMENT
DES TRAVAUX, les talus de remblai de roches sulfurées doivent être profilés,
recouverts de matériaux peu perméables, recouverts de terre végétale, puis
ensemencés hydrauliquement. Si le talus de remblai avant est abrupt (c.-à-d.
qu'il a une pente de 2:1), des toiles de jute devront être installées préalablement
à l'ensemencement hydraulique pour minimiser les risques d'érosion.
v) La zone terminée doit être ensemencée hydrauliquement au moyen de
semences de type « B » conformément à la section 5.7.1.3.
w) On doit entretenir les zones ensemencées dès l'application des semences et
jusqu'à ce que les zones soient de nouveau végétalisées.
x) Les zones ensemencées doivent être inspectées avant, pendant et après toute
chute de pluie. Toute lacune devra être corrigée immédiatement.
y) En ce qui concerne les terres non humides, une protection latérale étanche sera
installée pour les matériaux de roches sulfurées placés à côté d'un ponceau
dans une zone de remblai de roches sulfurées désignée afin d'éviter les fuites
(voir l'annexe C).
z) En ce qui concerne les zones de terres humides, une protection latérale sera
installée pour les matériaux de roches sulfurées placés à côté d'un ponceau
dans une zone de remblai de roches sulfurées désignée ainsi que pour le
ponceau lui-même, qui sera en outre recouvert de matériaux peu perméables
avant le dépôt des matériaux de roches sulfurées. De plus, les roches sulfurées
déposées dans la terre humide désignée seront placées à plus d'un mètre de la
nappe phréatique. Voir l'annexe C.
aa) Les matériaux de remblai requis sous les ponceaux installés dans les zones de
remblai de roches sulfurées ne devront pas être des matériaux sulfurés.
293
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
bb) Comme dans la pratique courante, les fossés et les terre-pleins centraux seront
conçus de façon à minimiser la formation d'eaux stagnantes, et donc l'infiltration
d'eau, dans la zone de remblai de roches sulfurées. Dans le cadre du tracé des
routes, les ponceaux transversaux feront en sorte qu'aucune eau stagnante ne
demeure dans les fossés.
cc) Le nivellement de la route et des fossés adjacents sera conçu de manière à
diriger l'eau loin des zones de remblai de roches sulfurées. Toute eau de
ruissellement s'écoulant en direction de la zone de remblai sera interceptée par
un fossé et dirigée à l'extérieur de la zone de remblai.
dd) Afin de réduire au minimum l'écoulement provenant des coupes de roches
sulfurées exposées qui pourrait atteindre un cours d'eau, le drainage des fossés
sera assuré, autant que possible, par des ponceaux transversaux aménagés de
façon que la sortie des ponceaux soit dirigée vers des zones boisées basses qui
ne s'écoulent pas directement dans un cours d'eau.
ee) Dans la mesure du possible, les eaux de drainage provenant des fossés rocheux
et des parois rocheuses le long des zones de déblai de roches sulfurées seront
dirigées vers des régions boisées adjacentes, loin des cours d'eau et des terres
humides.
ff) Les talus avant et les fossés dans les coupes de roches sulfurées doivent être
recouverts de terre végétale et ensemencés pour réduire au minimum
l'exposition de la roche.
gg) Si on découvre, alors qu'on ne s'y attendait pas, que le sous-sol rocheux d'une
région est acidogène, on mettra fin aux travaux à l'endroit où les roches sulfurées
ont été découvertes. Le site sera évalué et un plan de gestion propre au site sera
élaboré.
hh) Les eaux de ruissellement s'écoulant des zones de déblai et de remblai de
roches sulfurées doivent être surveillées, comme l'indique le plan de gestion
environnementale d'un projet, et, selon les besoins, elles doivent être traitées
avant d'être rejetées dans l'environnement.
ii) La surveillance des lieux d'élimination de roches sulfurées ainsi que les
réparations qui y sont effectuées doivent être faites conformément au Plan
générique des mesures d'urgence relatif aux roches sulfurées (voir l'annexe C).
Liste de contrôle et rappels
Voir l'annexe A : Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des
roches sulfurées et des formations rocheuses acides
294
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Responsabilités
La Direction de la planification et gestion des terrains a la responsabilité de coordonner
l'enregistrement du projet et les études environnementales pour les nouveaux tracés de
route.
La Direction du tracé des routes est responsable de découvrir les formations de roches
sulfurées par l'entremise de programmes sur le terrain. Elle est également chargée de
réaliser les travaux de configuration géométrique des tracés de route.
La Direction de la construction a la responsabilité de coordonner les programmes de
surveillance de la qualité de l'eau.
Le personnel du district est responsable de superviser les activités de construction
quotidiennes et les activités de surveillance de la qualité de l'eau hebdomadaires.
Le comité de gestion des roches sulfurées a la responsabilité de fournir une orientation
technique et stratégique sur les questions relatives aux roches sulfurées.
Le MDTNB est chargé de découvrir les formations de roches sulfurées sur le terrain.
Le MDTNB a la responsabilité de déterminer quels matériaux de couverture sont peu
perméables, de mettre à l'essai ces matériaux, puis de les approuver.
Sauf mention contraire dans les documents contractuels, le MDTNB est responsable de
l'obtention des permis requis.
Le MDTNB, les entrepreneurs, les promoteurs et les exploitants sont responsables de
s’assurer que les mesures de protection décrites ci-dessus sont respectées.
295
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
296
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
6.0 Références et ressources
Source
Date
Titre
ADI Limited
2003
Identification of a Realistic Provincial Standard Noise Threshold
Level. Préparé par ADI Limited pour le ministère des Transports du
Nouveau-Brunswick. Rapport : (55) 0600-454, le 1er avril 2003.
Évaluation des méthodes de surveillance sur le terrain utilisées
pour les sites contenant des matériaux rocheux pouvant produire
un drainage acide. Préparé pour le ministère des Transports du
Nouveau-Brunswick.
Effets sur l'environnement de l'exhaure des formations rocheuses
acides : critères d'interprétation des données de surveillance de la
qualité de l'eau. Préparé pour le ministère des Transports du
Nouveau-Brunswick, le 13 juin 2005.
Al, T.
2007
Al, T.
2005
Agence CEE
1999
Codification des règlements en vertu de la Loi canadienne sur
l'évaluation environnementale.
http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection/En105-58-2000F.pdf
MPO
1998
Lignes directrices pour la protection du poisson et de l’habitat du
poisson, l’installation et la conception des gros ponceaux
complexes. Pêches et Océans Canada, région des Maritimes.
MPO
1995
Environnement
Canada
1991
Environnement
Canada
2004a
Environnement
Canada
2007
Directives concernant les grillages à poissons installés à l’entrée
des prises d’eau douce
http://www.dfo-mpo.gc.ca/oceans-habitat/habitat/watereau/pipe/pdf/end-of-pipe_f.pdf
La Politique fédérale sur la conservation des terres humides.
Environnement Canada, Ottawa (Ontario).
http://www.wetlandscanada.org/La%20politique%20federale%2019
91.pdf
Code de pratique pour la gestion environnementale des sels de
voirie.
http://www.ec.gc.ca/nopp/roadsalt/cop/fr/rs_main.htm
http://www.ec.gc.ca/nopp/roadsalt/cop/pdf/1774_FreBook_00.pdf
Meilleures pratiques pour l’utilisation et l'entreposage des
abat-poussières au chlore, février 2007.
http://www.ec.gc.ca/nopp/roadsalt/reports/chlorideBP/fr/ChlorideBPf
.pdf
297
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Source
Date
Titre
1989
Guide des glaces fluviales au Nouveau-Brunswick. Préparé par le
Sous-comité responsable des glaces de cours d'eau du NouveauBrunswick – Environnement Canada, ministère de l'Environnement
et Direction des eaux intérieures du Nouveau-Brunswick.
http://www.gnb.ca/0009/0369/0004/index-f.asp
1995
A Standardized Fisheries Stream Survey for Atlantic Canada.
Ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie, Direction de la
pêche sportive et de la chasse, Fredericton (Nouveau-Brunswick).
MacDougall, A.
et Loo, J.
1998
Histoire naturelle de la forêt de feuillus de la vallée du Saint-Jean
située dans l'ouest du Nouveau-Brunswick et le nord-est du Maine.
Rapport d'information M-X-204F. Ressources naturelles Canada,
Service canadien des forêts, Centre de foresterie de l'Atlantique,
Fredericton (Nouveau-Brunswick).
http://scf.rncan.gc.ca/soussite/mx-204/accueil
MRNNB
2003
Lignes directrices préliminaires pour l'atténuation sur les terres
humides du Nouveau-Brunswick.
MRNNB et
MENB
2002
Politique de conservation des terres humides du NouveauBrunswick, juillet 2002.
http://www.gnb.ca/0078/publications/wetlands.pdf
MDTNB
1992a
Manuel de gestion de l'entretien des ponts.
MDTNB
1992b
Manuel de gestion de l’entretien des routes.
MDTNB
2000
Protocole sur les roches acides, octobre 2000.
MDTNB
2002a
Directives sur la gestion des roches sulfurées.
Environnement
Canada et
MENB
Hooper, W.C.,
McCabe, L. et
Robertson, T.
298
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Source
Date
Titre
MENB
1993
Lignes directrices sur l'application et l'enlèvement des couches
protectrices, février 1993.
MENB
2001
Lignes directrices pour l’emplacement et l’exploitation d’un lieu
d’élimination des déblais de dragage sur terre. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0024-f.pdf
2002a
Politique de protection des zones côtières pour le NouveauBrunswick. Direction de la planification durable. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0371/0002/Coastal-F.pdf
2002b
Lignes directrices pour le choix de l’emplacement et l’exploitation
d’un lieu de récupération des sols de classe 1 utilisant des débris
de construction et de démolition, le 1er février 2002. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0373/0001/0003-f.pdf
MENB
2002c
Lignes directrices pour le choix de l’emplacement et l’exploitation
d’un lieu de récupération des sols de classe 2 utilisant des débris
de construction et de démolition provenant de la démolition d’un
immeuble résidentiel ou d'un petit édifice commercial, le
1er février 2002. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0373/0001/0004-f.pdf.
MENB
2002d
Lignes directrices sur les remblais propres.
MENB
2004
Programme de protection des champs de captage du NouveauBrunswick. Site Web :
MENB
MENB
http://www.gnb.ca/0009/0371/0001/Wellfield-f.pdf
MENB
Sans
date
Programme de protection du bassin hydrographique du NouveauBrunswick. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0371/0004/watershed-f.pdf
MENB
Sans
date
Programme de classification des eaux du Nouveau-Brunswick.
Site web :
MENB
2005
http://www.gnb.ca/0009/0371/0003/waterclass-f.pdf
Un guide aux études d’impact sur l’environnement au NouveauBrunswick, avril. Site web :
http://www.gnb.ca/0009/0377/0002/11-04-f.pdf
299
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Source
Date
Titre
MENB
2005
Autre information requise pour les installations linéaires, version 0802-25. Site web :
http://www.gnb.ca/0009/0377/0002/0001/0011-f.pdf
MENB
2006a
Étude d'impact environnemental au Nouveau-Brunswick.
Publication en ligne. Site web :
http://www.gnb.ca/0009/0377/0002/0020-f.pdf
MENB
2006b
Directives techniques relatives aux modifications de cours d’eau et
de terres humides. (Dernière version approuvée)
http://www.gnb.ca/0009/0371/0005/0001-f.pdf
MENB
Sans
date
Lignes directrices pour la désaffectation (combler et l’obturer) des
puits d’eau. Site Web :
http://www.gnb.ca/0009/0002-f.pdf.
Savoie, R. et
Haché, D.
2002
Design Criteria for Fish Passage in New or Retrofit Culverts in the
Maritime Provinces, Canada. Pêche et Océans Canada, Moncton
(Nouveau-Brunswick), iv + 38 pp., 2 annexes.
Guide des évaluations environnementales à l'intention des
promoteurs en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation
environnementale. Préparé pour Transports Canada par
Laurie Bruce, Planning Solutions, et Vic Thom, Thomplan.
Transports
Canada
2006
Washburn &
Gillis
Associates Ltd.
1998
Guide environnemental. Préparé pour le ministère des Transports
du Nouveau-Brunswick, août 1998.
http://internal.dot.gnb.ca/const/reference/98-environ-field-guide.pdf
1998
Lignes directrices concernant l’utilisation d’explosifs à l’intérieur ou
à proximité des eaux de pêche canadiennes. Site web :
http://www.dfo-mpo.gc.ca/oceans-habitat/habitat/watereau/explosives-explosifs/pdf/explos_f.pdf
Wright, D.G. et
Hopky, G.E.
300
Copie papier seulement sur le site suivant :
http://www.tc.gc.ca/fra/programmes/environnementevaluationenvironnementale-publications-666.htm
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Annexe A – Listes de contrôle et
rappels
301
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
302
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du concepteur :
Expert-conseil :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à la
conception
Section 4.1 – Liste de contrôle relative au choix du tracé par le MDTNB
Commentaires
Choix du tracé
La route a-t-elle été située de façon qu'elle s'agence bien avec la topographie,
lorsque cela est possible?
La route a-t-elle été située et le tracé choisi de façon à éviter ou à minimiser les effets
environnementaux sur les éléments suivants tout en tenant compte du coût global du
projet routier?
•
cours d'eau, terres humides, estuaires, zones intertidales et zones de la rive
marine
•
lieux historiques
•
terres agricoles
•
poisson et habitat du poisson
303
304
•
faune et habitat de la faune
•
espèces menacées et leur habitat
•
utilisation et aménagement des terres adjacentes
•
approvisionnement en eaux souterraines et eaux domestiques
•
zones écosensibles
•
parcs, sentiers et aires de récréation
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à la
conception
Section 4.1 – Liste de contrôle relative au choix du tracé par le MDTNB
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom de l'arpenteur :
Expert-conseil en arpentage :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 4.2 – Liste de contrôle relative à l'arpentage effectué par le
MDTNB
Commentaires
L'abattage des arbres a-t-il été exécuté à la main, à l'aide
d'équipement portatif seulement?
L'équipement utilisé pour l'arpentage est-il en bon état de marche et
exempt de fuite?
Arpentage
Des arbres ou des arbustes ont-ils dû être abattus à travers ou dans
un cours d'eau?
L'accès aux côtés de chaque cours d'eau est-il assuré par une
traverse de cours d'eau existante, située à proximité, ou en traversant
le cours d'eau à gué?
Toute végétation ligneuse et tous les rémanents ont-ils été déplacés
dans des endroits où les eaux de crue ne pourront pas les entraîner
dans les cours d'eau?
Les combustibles à utiliser pendant l'arpentage ont-ils été manipulés
avec soin?
Les combustibles à utiliser pendant l'arpentage ont-ils été entreposés
à au moins 30 mètres des cours d'eau et des terres humides?
Le remplissage des réservoirs de l'équipement a-t-il été effectué à au
moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
305
Les équipes d'arpentage ont-elles enlevé tous les déchets du lieu
d'arpentage?
Les équipes d'arpentage ont-elles effectué leur travail de façon à
minimiser toute perturbation du sol et l'exposition des sols?
Si le sol à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide
a été perturbé pendant l'arpentage, la zone a-t-elle été stabilisée à
l'aide de branches de conifères, de roches, de paillis à base de foin ou
de tout autre matériau qui prévient l'érosion?
Suffisamment de végétaux ont-ils été laissés sur les rives d'un cours
d'eau pour assurer la stabilité des rives et pour fournir suffisamment
d'ombrage à l'eau de façon à empêcher toute élévation de
température néfaste pour les poissons, leurs sources d'alimentation et
leur habitat?
Un permis provisoire pour le défrichage de la ligne centrale a-t-il été
obtenu lorsque c'était nécessaire (c.-à-d. lorsque selon l'arpentage, il
est nécessaire de couper des arbres situés à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide)?
Les conditions d'approbations indiquées dans le permis provisoire
pour le défrichage de la ligne centrale ont-elles été respectées
pendant l'arpentage?
306
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 4.2 – Liste de contrôle relative à l'arpentage effectué par le
MDTNB
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien de l'équipe de forage :
Consultant en forage :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 4.3 – Liste de contrôle relative aux enquêtes
géotechniques du MDTNB
Commentaires
Enquêtes géotechniques
Les équipes de forage ont-elles rapporté tout ce qu'elles avaient
apporté (p. ex. les déchets domestiques)?
Les voies d'accès sont-elles toutes demeurées dégagées?
Tous les puits d'essai ont-ils été remblayés et nivelés immédiatement
après la collecte des données requises?
Le sol exposé résultant des trous de forage, des puits d'essai et des
traces de véhicules et de l'appareil de forage a-t-il été stabilisé en
recouvrant la zone exposée de branches de conifères ou de paillis à
base de foin?
Les traverses de cours d'eau ont-elles été évitées dans la mesure du
possible (p. ex. passage par d'autres chemins pour atteindre les deux
côtés des cours d'eau)?
S'il était impossible d'éviter une traverse de cours d'eau, un permis de
modification d'un cours d'eau ou d'une terre humide a-t-il été obtenu?
307
S'il était impossible d'éviter une traverse de cours d'eau, l'équipement
utilisé (p. ex. appareil de forage, excavatrice, etc.) a-t-il franchi le
cours d'eau à un endroit existant ou sur un pont temporaire qui rejoint
l'autre rive du cours d'eau?
Des traverses temporaires ont-elles été installées afin de ne pas
restreindre l'écoulement naturel du cours d'eau?
Dès que des ornières se sont produites dans une terre humide ou à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide, des
nattes biodégradables ont-elles été utilisées pour laisser passer
l'équipement?
Une fois l'opération terminée, les nattes biodégradables ont-elles été
enlevées et les ornières nivelées, recouvertes de rémanents et
tassées?
Toutes les ornières dans le tapis de végétation ou les rives perturbées
d'un cours d'eau ont-elles été stabilisées contre l'érosion avec des
pierres, des branches de conifères, du paillis à base de foin ou d'un
autre matériau convenable, de façon à prévenir l'érosion?
Si un forage rotatif doit avoir lieu à l'intérieur ou à proximité d'un cours
d'eau, une zone de confinement a-t-elle été établie pour empêcher la
boue de forage de pénétrer dans le cours d'eau?
Si un forage rotatif doit avoir lieu dans le chenal d'un cours d'eau,
l'appareil de forage
a-t-il été équipé de matériel de récupération pour empêcher la boue
de forage de pénétrer dans le cours d'eau?
L'équipe sait-elle qu'il est interdit de creuser des puits d'essai dans le
chenal?
308
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 4.3 – Liste de contrôle relative aux enquêtes
géotechniques du MDTNB
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 4.3 – Liste de contrôle relative aux enquêtes
géotechniques du MDTNB
Commentaires
Les surfaces de l'équipement ont-elles été nettoyées de façon à être
exemptes de substances nocives (comme l'huile, la graisse, etc.)
avant que les travaux soient entrepris dans la partie mouillée du cours
d'eau?
L'équipement a-t-il été inspecté à la recherche de fuites de carburant
ou de liquides avant son utilisation?
L'équipement qui perd des liquides ou du carburant a-t-il été réparé
immédiatement?
L'équipement a-t-il été entretenu dans un lieu situé à au moins
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Chaque pièce d'équipement est-elle équipée d'une trousse en cas de
déversement?
L'équipement a-t-il été ravitaillé en carburant dans un lieu situé à au
moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Un permis provisoire pour les enquêtes géotechniques a-t-il été
obtenu lorsque c'était nécessaire (c.-à-d. pour des enquêtes
géotechniques entreprises à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou
d'une terre humide)?
Les conditions d'approbation indiquées dans le permis provisoire pour
les enquêtes géotechniques ont-elles été respectées?
309
310
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du concepteur :
Expert-conseil :
Date :
Vérification effectuée par :
Protection du poisson et de son habitat
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Traverses de cours d'eau (y compris les ponts et les ponceaux à petit et à grand diamètres) et dérivations
Le ministère des Pêches et des Océans, le ministère de l'Environnement du
Nouveau-Brunswick (et le ministère des Ressources naturelles du NouveauBrunswick - s'il y a lieu) ont-ils été consultés sur le tracé?
Le tracé a-t-il évité les habitats du poisson de haute qualité dans la mesure du
possible?
Les chemins ont-ils été alignés pour traverser les cours d'eau à angle droit afin
de limiter la longueur des ponceaux et le nombre de piles de pont, limitant ainsi
la perte d'habitat?
Les traverses ont-elles été situées sur des sections droites des cours d'eau,
limitant ainsi la perte d'habitat?
Les traverses ont-elles été situées dans des sections de cours d'eau avec des
abords au niveau et des rives stables?
311
Les traverses ont-elles été évitées là où l'installation des ponceaux comportera
d'importants remblais ou des abords avec des déblais profonds ou longs?
Les échangeurs de route près des cours d'eau ont-ils été conçus de façon à
éviter ou à minimiser l'installation de plusieurs ponceaux et la pose de grande
quantité de remblai près des cours d'eau?
Les piles de pont ont-elles été situées le plus près possible des rives d'un cours
d'eau ou dans les endroits peu profonds?
Les culées de pont ont-elles été situées de façon à minimiser les empiètements
de la consolidation des talus dans le cours d'eau?
Les dérivations permanentes des cours d'eau ont-elles été évitées dans la
mesure du possible?
Les caractéristiques naturelles utilisées pour la dérivation des cours d'eau, en
vertu des Directives techniques relatives aux modifications de cours d'eau et de
terres humides (MENB, 2006b), ont-elles été incorporées dans le tracé?
312
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Les modèles d'écoulement naturel ont-ils été conservés dans la mesure du
possible?
Les critères et les lignes directrices définis par le MPO pour les éléments
suivants ont-ils été pris en considération dans le tracé?
(Remarque : Les documents suivants du MPO contiennent des renseignements
liés aux critères et aux lignes directrices définis pour le tracé des traverses de
cours d'eau; toutefois, ils peuvent ne pas être exhaustifs et il peut être
nécessaire de consulter le MPO :
Lignes directrices pour la protection du poisson et de son habitat :
l'emplacement et la conception des ponceaux (MPO, 1998).
Design Criteria for Fish Passage in New or Retrofit Culverts in the Maritime
Provinces, Canada (Savoie et Haché, 2002).
•
Type de ponceau
•
Dimension du ponceau (crue centennale)
•
Alignement des ponceaux
•
Type de passe à poisson
313
314
•
Détermination du débit
•
Profondeur d'écoulement minimale
•
Vitesse maximale d'écoulement de l'eau
•
Hauteur des chicanes
•
Dimension de l'encoche
•
Dénivellement entre les chicanes
•
Emplacements des chicanes
•
Espacement minimal entre les chicanes
•
Espacement maximal entre les chicanes
•
Inclinaison des ponceaux
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
•
Élévation en aval du radier
•
Élévation en amont du radier
•
Conception du bassin de dissipation d'énergie
•
Conception de l'entrée
•
Conception de la sortie
•
Dérivation provisoire
•
Ouvrages de lutte contre l'érosion dans un cours d'eau
•
Séquence de la construction
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Les matériaux et les méthodes de lutte contre l'érosion et la sédimentation ontils été déterminés et inclus dans le tracé?
La mise en place des matériaux et des méthodes de lutte contre l'érosion et la
sédimentation a-t-elle été déterminée et incluse dans le tracé?
315
Une évaluation environnementale fédérale du projet a-t-elle été menée lorsque
c'était nécessaire?
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences liés aux
évaluations environnementales ont-ils été incorporés dans le tracé?
Un permis MCETH a-t-il été obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences liés au permis
MCETH ont-ils été incorporés dans le tracé?
Une autorisation de DDPP a-t-elle été obtenue si le MPO a établi que les
travaux entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de
l'habitat du poisson?
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences liés à
l'autorisation de DDPP ont-ils été incorporés dans le tracé?
Des mesures de compensation ont-elles été mises en place pour les projets qui
entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de l'habitat
du poisson?
316
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
La végétation existante le long des cours d'eau et des terres humides a-t-elle
été maintenue dans la mesure du possible?
Une évaluation environnementale provinciale du projet a-t-elle été menée
lorsque c'était nécessaire?
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Navigabilité
Transports Canada a-t-il été consulté afin de définir les exigences en matière de
navigabilité?
Une autorisation aux termes de la Loi sur la protection des eaux navigables a-telle été obtenue au besoin?
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences liés à
l'approbation LPEN ont-ils été incorporés dans le tracé?
Protection contre l'érosion et la
sédimentation
Les dispositions en matière de navigabilité
ont-elles été incorporées dans le tracé?
La taille et l'étendue des zones qui font l'objet de travaux
ont-elles été limitées à ce qui peut être effectué à un moment donné?
Des zones tampons d'au moins 30 mètres ont-elles été maintenues en vue de
l'aménagement adjacent à un cours d'eau ou à une terre humide?
Les matériaux et les méthodes de lutte contre l'érosion et la sédimentation ontils été déterminés et inclus dans le tracé?
La mise en place des matériaux et des méthodes de lutte contre l'érosion et la
sédimentation a-t-elle été déterminée et incluse dans le tracé?
Des dissipateurs d'énergie ont-ils été utilisés aux ponceaux (p. ex. chicanes,
bassins de dissipation, grosses roches, perré)?
Un permis MCETH a-t-il été obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
317
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'érosion et à la sédimentation liés au permis MCETH ont-ils été incorporés dans
le tracé?
Protection des terres
humides
Protection contre
l'exhaure de formations
rocheuses acides
Les conditions d'approbation, les engagements et les exigences relatifs à
l'érosion et à la sédimentation liés aux évaluations environnementales ont-ils été
incorporés dans le tracé?
318
Si des roches sulfurées ont été signalées, l'alignement horizontal a-t-il été
déplacé pour contourner la zone?
Si des roches sulfurées ont été signalées, l'alignement vertical a-t-il été déplacé
(vers le haut) pour minimiser l'excavation?
Si des roches sulfurées ont été signalées et qu'il était impossible de déplacer les
alignements vertical et horizontal pour contourner la zone des roches sulfurées,
les Directives d'utilisation des roches sulfurées (MDTNB, 2002) ont-elles été
appliquées en consultation avec le MENB et Environnement Canada?
Les terres humides ont-elles été évitées dans la mesure du possible?
Si, dans les limites du possible, il était impossible d'éviter les terres humides ou
si les mesures d'évitement avaient des incidences environnementales
inacceptables sur d'autres contraintes, le MENB et le MRNNB ont-ils été
consultés sur le tracé?
Le système de ponceaux a-t-il été prévu pour assurer l'uniformité du niveau
d'eau à travers les remblais de façon à simuler les conditions naturelles?
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Les débits de pointe pourront-ils se dissiper à des taux normaux et prévenir
l'endiguement?
Les régimes d'écoulement établis ont-ils été maintenus?
La canalisation a-t-elle été maintenue au minimum?
Les régimes de drainage diffus et souterrains ont-ils été maintenus?
Le drainage des eaux de surface a-t-il été évité?
La création de flaques d'eau stagnante a-t-elle été évitée?
Les débits des marées de pointe ont-ils été maintenus dans les deux directions?
L'interférence avec les débits d'eau douce et des marées a-t-elle été évitée?
Les largeurs des terre-pleins centraux ont-elles été maintenues au minimum?
La pente des talus arrière a-t-elle été maximisée?
319
La végétation existante le long des cours d'eau et des terres humides a-t-elle
été maintenue dans la mesure du possible?
Protection de la faune et des habitats fauniques
Si le MENB l'a exigé, le plan visant à compenser les dommages aux terres
humides a-t-il été mis en œuvre lorsqu'il était impossible d'éviter les terres
humides?
320
Dans les zones où la concentration d'espèces fauniques (par exemple,
chevreuils et orignaux) est élevée, ou aux passages fauniques bien connus, ou
dans les zones d'hivernage, les mesures de protection de l'environnement
suivantes ont-elles été envisagées?
•
Installation de panneaux de signalisation
•
Amélioration de la ligne de vision du conducteur
•
Installation de clôtures de protection de la faune
•
Installation de passages pour animaux
L'emplacement des clôtures et des passages a-t-il été déterminé conjointement
avec le MRNNB?
L'emplacement des clôtures et des passages a-t-il été incorporé dans la
conception conjointement avec le MRNNB?
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Protection contre les
changements climatiques
Protection contre
la formation de
bassins d'air froid
Protection
contre les
embâcles
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Les risques de formation d'embâcles et leurs incidences (advenant la formation
d'embâcles) ont-ils été pris en considération pour la conception des ponts et
ponceaux?
Dans les zones où la formation de bassins d'air froid peut causer des problèmes
(p. ex. avoir une incidence sur les cultures agricoles sensibles au gel, comme le
raisin, les bleuets, etc.), la conception du tracé a-t-elle tenu compte de la
formation possible de bassins d'air froid?
S'il est prévu que des bassins d'air froid se forment, et que les cultures qui s'y
trouvent sont sensibles au gel, le MENB a-t-il été consulté pour déterminer si un
autre tracé de route ou des mesures de compensation sont justifiés?
La conception de projets à exécuter à proximité des zones potentiellement
vulnérables aux conséquences des changements climatiques (y compris les
zones côtières, les vallées fluviales, les traverses de cours d'eau, etc.) a-t-elle
été faite en consultation avec le MENB?
Les traverses de cours d'eau ont-elles été conçues en fonction d'un débit
nominal basé sur une crue centennale?
Tous les ponceaux ont-ils été conçus en fonction de 90 % du débit nominal basé
sur une crue centennale?
Dans la mesure du possible, les développements à l'intérieur et le long des
zones côtières ont-ils été conçus de manière à laisser au moins 2 mètres audessus de la hauteur « pleine mer supérieure, grande marée »?
321
Permis, approbations, autorisations
Une condition d'agrément de l'EIE a-t-elle été obtenue pour les projets qui
doivent être enregistrés en vertu du Règlement sur les études d'impact sur
l'environnement (87-83) de la Loi du Nouveau-Brunswick sur l'assainissement
de l'environnement?
L'approbation des évaluations environnementales a-t-elle été obtenue pour les
projets qui doivent faire l'objet d'un examen préalable, d'une étude approfondie
ou d'une médiation ou commission d'examen en vertu de la Loi canadienne sur
l'évaluation environnementale?
Un permis MCETH a-t-il été obtenu pour effectuer des travaux à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Une autorisation de DDPP a-t-elle été obtenue si le MPO a établi que les
travaux entraînent la détérioration, la destruction ou la perturbation possibles de
l'habitat du poisson?
Une autorisation aux termes de la Loi sur la protection des eaux navigables
(LPEN) a-t-elle été obtenue si un cours d'eau était jugé navigable par Transports
Canada?
D'autres permis ont-ils été obtenus pour des projets spéciaux (comme
l'immersion en mer, la destruction de poissons, etc.)?
322
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Documents relatifs aux mesures de la protection de l'environnement
propres aux sites (PGE, PPE propres au site)
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Élément intégré à
la conception
Section 4.4 – Liste de contrôle relative à la conception
environnementale par le MDTNB
Commentaires
Plans de gestion environnementale (PGE)
Un plan de gestion environnementale (PGE) propre au site est-il nécessaire?
Le PGE comporte-t-il l'emplacement géographique, ou les emplacements
géographiques, des zones et des caractéristiques écosensibles, y compris, sans
toutefois s'y limiter, l'emplacement ou les emplacements des éléments suivants :
•
cours d'eau
•
terres humides
•
puits d'eau potable
•
roches sulfurées
•
plantes rares
•
aires d'hivernage du chevreuil
•
ressources archéologiques ou patrimoniales
323
•
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Élément intégré à
la conception
Mesure de protection/
considération environnementale
zones sensibles au bruit
Le PGE comporte-t-il les mesures de protection de l'environnement propres aux
zones et aux caractéristiques écosensibles?
Le PGE comporte-t-il les exigences en matière d'atténuation et de suivi propres
à la construction et à l'exploitation du projet?
Le PGE comporte-t-il des plans d'intervention et des mesures d'urgence en cas
d'accident, de défaillances et d'imprévus mais probables, ou pour les
événements qui se produiraient et qui auraient un effet néfaste sur
l'environnement, quelle que soit la probabilité que cela se produise?
Le PGE se conforme-t-il à l'exemple de table des matières générale d'un plan de
gestion environnementale présenté au tableau 4.1 du manuel de gestion de
l'environnement du MDTNB?
Plans de protection de l'environnement propres aux sites (PPE propres au site)
Le PPE propre au site comprend-il les renseignements propres au site suivants :
324
•
Les emplacements exacts pour la mise en œuvre des mesures de lutte
contre l'érosion et la sedimentation
•
Les emplacements exacts des zones tampons
•
Les emplacements exacts des plantes rares
Commentaires
•
Les emplacements exacts des régions au potentiel archéologique élevé
•
Les emplacements exacts des activités de surveillance des ressources
archéologiques
•
Les emplacements exacts d'autres zones écosensibles
Sans objet
Inacceptable
Acceptable
Élément intégré à
la conception
Mesure de protection/
considération environnementale
Commentaires
325
326
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Béton
bitumineux
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.1 – Liste de contrôle relative au béton bitumineux
Commentaires
Y a-t-il des fuites de produits pétroliers provenant des camions ou de
l'équipement d'installation?
Les résidus ont-ils été éliminés correctement?
327
328
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Enlèvement des barrages de castors
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.2 – Liste de contrôle relative à l'enlèvement des barrages de castors
Commentaires
Est-il possible de limiter le niveau de l'eau autrement qu'en enlevant
le barrage?
Le permis MCETH approprié a-t-il été obtenu?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Les mesures de lutte contre l'érosion appropriées ont-elles été
mises en place en
aval du barrage avant la libération de l'eau accumulée?
L'étang semble-t-il servir de lieux de reproduction pour la
sauvagine? Si oui, le barrage de castors ne devrait être enlevé
qu'après le départ des nichées.
Les zones exposées ont-elles été stabilisées après l'assèchement
de l'étang?
329
330
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.3 – Liste de contrôle relative au défrichage
Commentaires
Le défrichage peut-il se faire en dehors de la période habituelle de
nidification des oiseaux migrateurs?
Les limites du défrichage ont-elles toutes été clairement indiquées?
Défrichage
Faut-il indiquer l'emprise?
Les zones tampons ont-elles toutes été clairement indiquées?
Les autres zones écosensibles ont-elles toutes été clairement
indiquées?
Si une traverse de cours d'eau ou de terres humides est proposée,
avez-vous demandé le permis approprié au MENB?
Le cas échéant, une copie du permis MCETH est-elle conservée sur
le site?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
331
Chaque zone tampon doit être examinée individuellement pour
déterminer si les travaux de défrichage doivent être effectués lorsque
le sol est gelé ou après l'installation de la dérivation.
Des mesures de lutte contre l'érosion
peuvent-elles être mises en place si les travaux de défrichage
venaient à perturber le sol?
332
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.3 – Liste de contrôle relative au défrichage
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident
Date
Vérification effectuée par :
Installation des ponceaux à grandes dimensions et à
petites dimensions
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer
des travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches
a été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et
le personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont
définies?
La taille des ponceaux est-elle suffisante pour convenir à la
dimension de la zone de drainage concernée?
Le cas échéant, avez-vous rencontré le MENB et le MPO avant le
début des travaux?
La perturbation du sol a-t-elle été réduite au minimum?
333
La végétation existante a-t-elle été conservée dans la mesure du
possible?
Les sols exposés ont-ils été stabilisés quotidiennement au fur et à
mesure de l'avancement des travaux?
Les activités de construction et d'entretien coïncident-elles avec la
période de faible débit d'eau (du 1er juin au 30 septembre)?
L'écoulement de surface a-t-il été contrôlé des manières suivantes
pour que les travaux se fassent à sec?
•
méthode d'endiguement et de pompage;
•
utilisation de digues et/ou de fossés pour dériver les eaux
de ruissellement;
•
limitation de l'inclinaison des zones perturbées;
•
stabilisation des sols érodables avec du paillis, de la
végétation, du perré;
•
rétention des sédiments à l'aide de barrages de retenue
dans des fossés.
Des mesures de lutte contre la sédimentation ont-elles été mises
en place afin d'éviter la sédimentation des cours d'eau et des
terres humides?
334
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
Le cas échéant, l'entrée et la sortie du tuyau ont-elles été
protégées contre l'affouillement?
Les matériaux mis en tas ont-ils été placés loin du cours d'eau ou
de la terre humide et surveillés pour s'assurer qu'aucun sédiment
ne pénètre dans le cours d'eau ou la terre humide?
S'assurer que les déchets sont adéquatement éliminés
conformément à la section 5.20 – Gestion des déchets.
La stabilisation permanente a-t-elle été effectuée immédiatement
après la fin des travaux?
Dérivations de cours d'eau
Les dérivations seront conçues en consultation avec le MPO.
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu et qu'une copie est
conservée sur le site.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches
a été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et
le personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont
définies?
Les dérivations ont-elles été construites conformément aux
documents de conception?
335
Avant l'ouverture de la dérivation, l'eau
était-elle exempte de sédiments et la zone environnante était-elle
stabilisée?
Des barrières provisoires ont-elles été utilisées pour isoler la
dérivation du cours d'eau pendant la construction?
Après la dérivation du cours d'eau, l'eau qui ne s'est pas écoulée
naturellement du chenal original a-t-elle été pompée?
Si l'eau avait une forte concentration en sédiments, l'eau a-t-elle
été pompée vers un bassin de décantation temporaire, un sac en
toile filtrante ou une zone végétalisée?
La perturbation du sol a-t-elle été réduite au minimum?
Les zones exposées ont-elles toutes été stabilisées
quotidiennement au fur et à mesure de l'avancement des travaux?
Lors du pompage du cours d'eau, les tuyaux ont-ils été équipés de
grillages à poissons conformément aux directives établies par le
MPO?
La durée de l'intervention dans le cours d'eau nécessaire pour
installer le ponceau a-t-elle été réduite au minimum?
Le site a-t-il été inspecté avant, pendant et après un événement
pluvieux? Toute lacune
a-t-elle été corrigée immédiatement?
336
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
Avez-vous pris des photos du site avant, pendant et après la
construction afin de consigner des informations sur le cours d'eau,
les mesures de lutte contre l'érosion et les ouvrages?
Enlèvement
des ponceaux
Entretien des ponceaux
Avez-vous conservé des dossiers quotidiens détaillés sur le
personnel présent sur le site (y compris les visites des agents de
réglementation), les conditions météorologiques, le calendrier des
travaux et les travaux achevés?
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu et qu'une copie est
conservée sur le site.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et
le personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont
définies?
Des mesures de lutte contre l'érosion appropriées sont-elles mises
en place avant et pendant (au besoin) l'entretien, afin d'éviter que
les sédiments ne pénètrent dans le cours d'eau ou la terre
humide?
Les matériaux indésirables (p. ex. des branches et des débris) ontils été enlevés du ponceau ou du cours d'eau et correctement
éliminés?
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et
le personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont
définies?
337
S'assurer que l'enlèvement d'un ponceau existant est effectué de
manière à ce que le ponceau soit isolé de l'écoulement du cours
d'eau.
Utiliser une dérivation effectuée à l'aide d'un endiguement et d'une
pompe ou une dérivation provisoire revêtue de plastique pour
garantir que le débit naturel est ininterrompu et que la qualité de
l'eau est maintenue pendant l'enlèvement du ponceau.
S'assurer que le canal de dérivation a une profondeur et une
largeur semblables à celles du cours d'eau existant dans les
environs immédiats de l'ouvrage à enlever.
Le nouveau canal est-il construit de façon à maintenir le passage
des poissons durant les périodes de faible débit?
Les sols érodables exposés sont-ils tous stabilisés?
338
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.4 – Liste de contrôle relative aux ponceaux
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.5 – Liste de contrôle relative aux deviations
Commentaires
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer des
travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Déviations
Le cas échéant, s'assurer qu'une réunion s'est tenue avec le MENB et
le MPO avant le début des travaux.
Les mesures de lutte contre l'érosion ont-elles toutes été mises en
place
Sauf autorisation spéciale stipulée dans le permis MCETH, aucun
remplissage temporaire de tout ou partie d'un cours d'eau ou d'une
terre humide n'est autorisé lors de la construction d'une déviation.
Cette déviation va-t-elle entraîner de la pollution par le bruit? Si oui,
voir la section 5.23 – Travaux à proximité de zones écosensibles.
Cette déviation va-t-elle entraîner de la pollution par la poussière? Si
oui, voir la section 5.6 – Contrôle de la poussière.
Les zones exposées ont-elles toutes été stabilisées?
339
S'assurer que les déchets sont adéquatement éliminés conformément
à la section 5.20 – Gestion des déchets.
Les sites de déviation abandonnés doivent être profilés et stabilisés de
façon permanente. Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la
sédimentation
340
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.5 – Liste de contrôle relative aux deviations
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.6 – Liste de contrôle relative au contrôle de la poussière
Commentaires
En cas de vents violents, essayer de limiter les activités qui génèrent
des poussières diffuses.
L'obtention d'un permis MCETH est exigée pour tout retrait d'eau d'un
cours d'eau
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Eau
Les camions d'eau ne doivent pas pénétrer dans les cours d'eau ou
les terres humides.
Les camions d'eau ne doivent pas descendre vers les rives des cours
d'eau ou des terres humides à moins que la terre ne soit
suffisamment ferme, afin d'éviter la formation d'ornières.
En cas de perturbation du sol existant, les matériaux requis pour la
mise en place immédiate des mesures de lutte contre l'érosion
appropriées sont-ils disponibles?
Le roc et le gravier peuvent être déplacés à la main afin d'obtenir une
fosse pour un tuyau d'aspiration, mais une fosse ne peut pas être
créée à l'aide d'équipement mécanique.
S'assurer que la quantité d'eau retirée du cours d'eau n'est pas
excessive.
341
S'assurer que l'entrée des prises d'eau est munie de grillages à
poissons appropriés.
Une trousse en cas de déversement est-elle disponible en cas de
fuite de produits pétroliers?
S'assurer que le camion d'eau ne présente pas de fuite de produits
pétroliers et ne pas procéder au ravitaillement en carburant ou à des
réparations du camion d'eau à moins de 30 mètres d'un cours d'eau
ou d'une terre humide.
Les camions d'eau doivent disposer d'un mode de contrôle du débit
d'eau afin qu'aucun excédent d'eau ne pénètre dans le cours d'eau
ou la terre humide.
Dépoussiérants
chimiques
S'assurer que les eaux de ruissellement ne s'écoulent pas
directement dans le cours d'eau ou la terre humide.
342
Des cours d'eau ou des terres humides sont-ils touchés par ce
projet? Des mesures appropriées ont-elles été prises pour empêcher
l'écoulement direct?
S'assurer que les dépoussiérants chimiques ne s'écoulent pas
directement dans un cours d'eau ou une terre humide.
S'assurer que les quantités appropriées sont respectées.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.6 – Liste de contrôle relative au contrôle de la poussière
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.6 – Liste de contrôle relative au contrôle de la poussière
Commentaires
Les dépoussiérants chimiques ne doivent pas être appliqués à moins
de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
S'assurer que du ligninesulfonate est utilisé dans les ZE reconnues.
Les camions-citernes utilisés pour appliquer le chlorure de calcium
liquide ne doivent pas être rincés à moins de 30 mètres d'un cours
d'eau, d'une terre humide ou de toute autre zone écosensible.
Leur application doit être restreinte à la surface de roulement.
343
344
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident
Vérification effectuée par :
Sans objet
Mesure de protection/
considération environnementale
Inacceptable
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Lutte contre l'érosion
La perturbation du sol a-t-elle réduite au minimum?
Généralités
Les zones exposées ont-elles été stabilisées?
Les activités de construction et d'entretien coïncident-elles avec
la période de faible débit d'eau (du 1er juin au 30 septembre)?
Des mesures de lutte contre la sédimentation ont-elles été mises
en place afin d'éviter la sédimentation des cours d'eau et des
terres humides?
La végétation existante a-t-elle été conservée dans la mesure du
possible?
Des saignées, des fossés et des digues
ont-ils été utilisés pour dériver les eaux de ruissellement vers
des zones végétalisées à l'écart des cours d'eau et des terres
humides?
345
La date limite d'application de terre végétale
est-elle dépassée? À moins d'être approuvée par le MDTNB,
l'application de terre végétale n'est pas autorisée après la
semaine du 30 septembre.
Si la date limite d'application de terre végétale est dépassée, la
zone a-t-elle été recouverte de paillis?
Terre végétale
Les surfaces à recouvrir de terre végétale ont-elles été profilées
et amenées à leur niveau final?
Les surfaces à recouvrir ont-elles été scarifiées ou ameublies
avant la mise en place de la couche de terre végétale?
La terre végétale a-t-elle été appliquée également et
uniformément sur les zones préparées à une profondeur de
100 mm
(+/- 25 mm)?
Les grosses mottes de terre, racines, pierres et roches
supérieures à 75 mm ont-elles été enlevées des talus?
Les tas de terre végétale sont-ils situés à au moins 30 mètres
des cours d'eau ou des terres humides, dans un endroit où ils ne
peuvent pas empêcher le drainage naturel ni être une source
d'envasement potentiel pour les cours d'eau et les terres
humides?
Les tas de terre végétale ont-ils été recouverts de paillis?
346
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Une barrière de retenue des sédiments a-t-elle été installée
autour des tas afin d'empêcher la libération des sédiments dans
les eaux de ruissellement?
Une fois la terre végétale appliquée, la zone
a-t-elle été stabilisée à l'aide de techniques d'ensemencement
hydraulique ou de paillage? En règle générale, une fois
l'ensemencement hydraulique ou le paillage effectué, aucune
zone exposée ne doit subsister.
Les ouvrages de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-ils
été installés comme requis?
Les zones où de la terre végétale a été appliquée ont-elles été
surveillées et entretenues à compter de la date d'application
jusqu'à l'établissement de la végétation?
Les zones recouvertes de terre végétale, ainsi que les tas de
terre végétale, ont-ils été inspectés avant, pendant et après tout
événement pluvieux?
Les anomalies ont-t-elles été immédiatement corrigées?
Paillage
Les zones ont-elles été préparées en vue du paillage? Les zones
à recouvrir de paillis doivent être profilées.
Le paillis est-il exempt de mauvaises herbes et autres matières
nuisibles?
Le paillis a-t-il été conservé dans un endroit sec jusqu'à son
application?
347
La zone a-t-elle été recouverte de paillis dans son intégralité? En
règle générale, une fois le paillage effectué, aucune zone
exposée ne doit subsister.
Un agent d'adhésivité (agent collant) a-t-il été appliqué sur les
zones recouvertes de paillis afin de s'assurer que le paillis reste
bien en place et qu'il ne peut être dispersé par l'eau ou le vent?
L'agent d'adhésivité a-t-il été appliqué dans les 48 heures
suivant le paillage?
Lorsque la zone nécessitant une stabilisation provisoire est de
petite dimension, le paillis peut être appliqué manuellement.
Les zones recouvertes de paillis ont-elles été surveillées et
entretenues à compter de la date d'application jusqu'à
l'établissement de la végétation?
Le paillis a-t-il été inspecté avec attention avant, pendant et
après tout événement pluvieux?
Les zones recouvertes de paillis endommagées et/ou dénudées
(à cause du vent, de l'eau ou autre) ont-elles été immédiatement
rétablies?
Si le paillage requiert l'utilisation d'eau, un permis MCETH a-t-il
été obtenu?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
348
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
S'assurer que les camions d'eau ne pénètrent pas dans les
cours d'eau ou les terres humides. En outre, ils ne doivent pas
circuler sur les rives des cours d'eau ou des terres humides, à
moins que la terre ne soit suffisamment ferme, afin d'éviter la
formation d'ornières.
Si l'application de l'agent d'adhésivité a nécessité l'utilisation
d'eau, la quantité d'eau retirée des cours d'eau a-t-elle été limitée
de façon à maintenir une profondeur et un débit suffisants
garantissant la protection de l'habitat et le passage des
poissons?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion?
Arbres et arbustes
Les anomalies ont-elles été corrigées avant la période
d'écoulement printanier?
Reste-t-il assez de temps pour que les arbres et les arbustes
puissent profiter de la saison de croissance pour s'établir?
Les zones à planter ont-elles été profilées et amenées à leur
niveau final?
Les arbres et les arbustes ont-ils été plantés conformément aux
recommandations des fournisseurs?
Les arbres et les arbustes ont-ils été arrosés conformément aux
recommandations des fournisseurs?
349
Les arbres et les arbustes ont-ils été surveillés et entretenus
depuis leur plantation jusqu'à ce qu'ils soient établis?
Les arbres et les arbustes morts ont-ils été immédiatement
remplacés?
Ensemencement hydraulique
La date limite d'ensemencement hydraulique est-elle dépassée?
À moins d'être approuvé par le MDTNB, l'ensemencement
hydraulique n'est pas autorisé après la semaine du
30 septembre.
Si la date limite d'application de terre végétale est dépassée, la
zone a-t-elle été recouverte de paillis?
Les zones ont-elles été préparées en vue de l'ensemencement
hydraulique? Le sol doit être ameubli avant l'ensemencement.
L'ensemencement hydraulique ne doit pas être effectué sur les
sols durcis, érodés ou couverts de couches durcies.
L'ensemencement hydraulique a-t-il été effectué dans les
48 heures suivant la préparation de la surface?
Les semences ont-elles été conservées dans un endroit sec
jusqu'à leur application?
S'assurer que les grandes surfaces sont ensemencées à l'aide
de méthodes mécaniques.
Les petites surfaces peuvent être ensemencées manuellement à
l'aide de mélanges de semences commerciaux conformément
aux directives du fabricant.
350
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
L'ensemencement a-t-il été effectué de manière égale et
uniforme? En règle générale, une fois l'ensemencement
hydraulique effectué, aucune zone exposée ne doit subsister. La
présence de colorant vert dans le mélange permet de vérifier
visuellement l'ensemencement.
Après la fête du Travail, seul l'ensemencement hydraulique de
type B est autorisé.
S'assurer que l'ensemencement hydraulique n'est pas effectué
par temps de vent ou de forte pluie.
Les zones ensemencées ont-elles été surveillées et entretenues
à compter de la date d'application jusqu'à l'établissement de la
végétation?
Les zones ensemencées ont-elles été inspectées avec attention
avant, pendant et après tout événement pluvieux?
Les zones ensemencées qui sont endommagées, les zones dont
la surface n'est pas correctement ensemencée et les zones
dénudées ont-elles été immédiatement rétablies?
Si l'ensemencement hydraulique requiert l'utilisation d'eau, un
permis MCETH a-t-il été obtenu?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
351
S'assurer que les camions d'eau ne pénètrent pas dans les
cours d'eau ou les terres humides. En outre, ils ne doivent pas
circuler sur les rives des cours d'eau ou des terres humides, à
moins que la terre ne soit suffisamment ferme, afin d'éviter la
formation d'ornières.
Si l'ensemencement a nécessité l'utilisation d'eau, la quantité
d'eau retirée des cours d'eau a-t-elle été limitée de façon à
maintenir une profondeur et un débit suffisants garantissant la
protection de l'habitat et le passage des poissons?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion?
Toiles de jute
Les anomalies ont-elles été corrigées avant la période
d'écoulement printanier?
La date limite d'ensemencement hydraulique est-elle dépassée?
Les toiles de jute ne doivent être mises en place que si la
végétation peut encore profiter de la saison de croissance pour
s'établir. Lorsque la saison est déjà trop avancée, il convient de
conserver les ouvrages de lutte contre l'érosion et d'appliquer du
paillis sur l'intégralité de la zone.
Les zones à recouvrir de toiles de jute ont-elles été profilées et
amenées à leur niveau final?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion installés dans les fossés
ont-ils été enlevés avant la mise en place des toiles de jute?
352
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Les toiles de jute ont-elles été mises en place sur toute la
longueur du fossé et/ou du talus préparé?
Une fois en place, les toiles de jute ont-elles été agrafées au sol
afin de rester en place?
Pour la mise en place dans un fossé, les toiles de jute doivent
être posées comme suit :
Trois (3) nappes de toile de jute doivent être posées.
La première nappe doit être posée dans le fond du fossé.
Les deux autres nappes sont posées sur les talus avant et
arrière, et doivent chevaucher la nappe du fond sur 250 mm.
Pour la mise en place sur un talus, les toiles de jute doivent être
posées comme suit :
Des nappes de toile de jute en nombre suffisant devront être
utilisées pour recouvrir la zone requise.
Les nappes devront se chevaucher sur 250 mm.
Les zones recouvertes de toile de jute ont-elles immédiatement
fait l'objet d'un ensemencement hydraulique?
353
Les zones recouvertes de toiles de jute ont-elles été inspectées
avec attention avant, pendant et après tout événement pluvieux?
Les zones recouvertes de toiles de jute endommagées ont-elles
été immédiatement recouvertes d'une nappe de toile de jute
agrafée au sol?
S'assurer que les toiles de jute sont maintenues en bon état
depuis leur mise en place jusqu'à l'achèvement des travaux et
jusqu'à ce que la végétation soit établie.
Reste-t-il assez de temps pour que le gazon de placage puisse
profiter de la saison de croissance pour s'établir?
Gazon de placage
Les surfaces à engazonner ont-elles été profilées et amenées à
leur niveau final?
Les surfaces à engazonner ont-elles été recouvertes de terre
végétale?
Les surfaces ont-elles également été recouvertes d'engrais avant
d'être engazonnées?
L'intégralité des surfaces à engazonner a-t-elle été arrosée avant
la pose du gazon de placage?
Les plaques de gazon ont-elles été disposées de façon que les
rangées contiguës soient décalées pour s'assurer que les joints
ne sont pas alignés?
Sur les talus, le gazon de placage a-t-il été maintenu en place à
l'aide d'agrafes ou de piquets?
354
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Après la mise en place du gazon de placage, celui-ci a-t-il été
arrosé abondamment?
Les surfaces engazonnées ont-elles été arrosées
quotidiennement jusqu'à l'établissement du gazon?
Le gazon de placage a-t-il été surveillé et entretenu à compter de
la date d'application jusqu'à l'établissement de la surface
engazonnée?
Les surfaces engazonnées endommagées ou mortes ont-elles
été immédiatement rétablies?
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis
MCETH est requis. Ne pas commencer les travaux tant que le
permis n'a pas été délivré.
Perrés
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
Les dimensions des perrés sont-elles conformes aux exigences
relatives à leur utilisation et à leur application?
De la roche abattue a-t-elle été utilisée au lieu de pierres des
champs rondes pour les perrés? Les pierres rondes bougent
plus facilement.
S'assurer que les perrés ne proviennent pas d'une source
pouvant produire de l'acide.
355
Les talus, fossés et chenaux à être munis de perrés ont-ils été
construits conformément aux documents de conception ou aux
directives de l'ingénieur?
Conformément aux documents contractuels ou aux directives de
l'ingénieur, du géotextile a-t-il été installé et agrafé au sol afin de
prévenir tout glissement avant la mise en place des perrés?
S'assurer que du géotextile n'est pas utilisé dans les cours d'eau
poissonneux.
Une protection de perré a-t-elle été mise en place au pied du
talus afin d'empêcher les matériaux de glisser le long du talus
avant?
Les zones munies de perrés ont-elles été maintenues en bon
état depuis leur mise en place jusqu'à l'achèvement des travaux?
Les zones endommagées ont-elles été immédiatement
rétablies?
Les matériaux de déblai ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
356
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Mesure de protection/
considération environnementale
Inacceptable
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Barrières de retenue des
sédiments
Retenue des sediments
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis
MCETH est requis. Ne pas commencer les travaux tant que le
permis n'a pas été délivré.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
Des barrières de retenue des sédiments
ont-elles été installées avant de perturber le sol?
Des barrières de retenue des sédiments
ont-elles été installées en aval des zones perturbées?
Afin de pouvoir intercepter les eaux de ruissellement avant
qu'elles ne s'écoulent dans les cours d'eau et les terres humides,
des barrières de retenue des sédiments
ont-elles été installées le long des rives des cours d'eau et des
terres humides?
S'assurer que les barrières de retenue des sédiments ne sont
pas installées en haut d'une côte ni dans un fossé pour servir de
barrages de retenue des sédiments.
S'assurer que les barrières de retenue des sédiments ne sont
pas installées dans des zones à écoulement concentré dans le
chenal.
357
Des barrières de retenue des sédiments
ont-elles été installées de manière continue, perpendiculairement
à la direction de l'écoulement?
Des barrières de retenue des sédiments doivent être installées
dans les situations ou lieux suivants :
•
pour délimiter les zones tampons;
•
le long des contours des talus exposés;
•
au pied des levées de terre;
•
le long de la pente descendante des grandes zones de
déblai;
•
adjacentes aux cours d'eau et aux terres humides.
Des poteaux ou piquets d'une longueur minimale de 1 200 mm
ont-ils été installés à une profondeur minimale de 400 mm et à
une distance maximale de 2 500 mm les uns des autres?
Des barrières de retenue des sédiments
ont-elles été installées de façon à dépasser de 700 à 800 mm
au-dessus de la surface du sol et à être situées au moins à
150 mm sous la surface dans une tranchée?
358
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Dans les cas où il n'est pas pratique de procéder à l'installation
en profondeur (p. ex. dans une zone non essouchée), la partie
inférieure du géotextile a-t-elle été recouverte de remblai de terre
compactée afin que l'eau ne puisse pas s'écouler sous la
barrière?
Dans le cas où plusieurs rouleaux de géotextile ont été requis,
les extrémités
ont-elles été roulées ensemble de façon à assurer la continuité
de la barrière?
Les poteaux ont-ils été placés en aval de l'installation?
Le géotextile a-t-il été fixé aux poteaux de manière sécuritaire?
Les sédiments ont-ils été enlevés après que la hauteur des
sédiments accumulés a atteint la moitié (au maximum) de la
hauteur de la barrière?
Les sédiments enlevés ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
La barrière de retenue des sédiments a-t-elle été examinée avec
attention avant, pendant et après tout événement pluvieux?
Lors de la construction de levées de terre, la barrière de retenue
des sédiments a-t-elle été inspectée quotidiennement afin de
s'assurer qu'elle n'était pas endommagée par les matériaux des
levées de terre?
359
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Les réparations apportées au géotextile ont-elles été effectuées
au niveau des poteaux seulement?
Le cas échéant, la section déchirée de la barrière a-t-elle été
remplacée au complet?
S'il est impossible de réparer une barrière existante, une
nouvelle barrière a-t-elle été installée?
Une fois que la barrière de retenue des sédiments n'avait plus
aucune utilité, a-t-elle été enlevée?
Avant l'enlèvement de la barrière de retenue des sédiments, les
sédiments restants ont-ils été enlevés aux fins d'élimination?
Après l'enlèvement de la barrière de retenue des sédiments, les
zones exposées ont-elles toutes été stabilisées?
Les barrières de retenue des sédiments ont-elles été maintenues
en bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des
travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH?
360
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
Bassins de décantation
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis
MCETH est requis. Ne pas commencer les travaux tant que le
permis n'a pas été délivré.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
Les bassins de décantation ont-ils été conçus par l'ingénieur de
façon que leur capacité soit appropriée à la dimension de la zone
de drainage concernée?
Dans la mesure du possible, les zones de drainage en cause
ont-elles été subdivisées en zones plus petites et plusieurs
bassins de décantation ont-ils été installés?
Les bassins de décantation ont-ils été installés de façon à
respecter une distance minimale de 30 mètres entre le bassin et
le cours d'eau ou la terre humide les plus proches?
361
Les bassins de décantation ont-ils été construits conformément
aux dimensions requises?
Une barrière de sécurité a-t-elle été installée autour du périmètre
du bassin?
La barrière de sécurité est-elle très visible par les piétons et les
automobilistes?
Les bermes et les talus exposés ont-ils été stabilisés à l'aide de
plastique, de géotextile, de paillis ou de roches?
La végétation existante a-t-elle été conservée entre le bassin et
le cours d'eau ou la terre humide afin de permettre à l'eau qui est
évacuée du bassin d'être filtrée par la végétation avant de
pénétrer dans le cours d'eau ou la terre humide?
Les bassins de décantation ont-ils été inspectés avant, pendant
et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Lorsque des pluies abondantes étaient prévues, les bassins de
décantation ont-ils été asséchés et nettoyés afin de pouvoir
accueillir la pluie et les eaux de ruissellement?
362
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Les bassins à assécher ont-ils été pompés de façon à s'assurer
que les eaux chargées de sédiments n'étaient pas introduites
dans un cours d'eau ou une terre humide?
L'effluent et les eaux réceptrices ont-ils été surveillés afin de
vérifier l'efficacité du traitement des matières en suspension?
Lorsqu'il y a peu ou pas de végétation pour filtrer les eaux
évacuées, celles-ci sont-elles pompées vers un sac filtrant à
sédiments?
Les sédiments des bassins ont-ils été enlevés lorsque leur
niveau a atteint la moitié de la hauteur du déversoir?
Les sédiments enlevés du bassin ont-ils été transportés en un
lieu situé à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre
humide?
Lorsque le bassin de décantation n'était plus nécessaire, le
bassin a-t-il été remblayé, profilé et stabilisé?
Les bassins de décantation ont-ils été maintenus en bon état
depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des travaux, y
compris pendant les périodes d'arrêt dues aux conditions
météorologiques, pendant les mois d'hiver et l'écoulement
printanier, ainsi que conformément aux conditions définies dans
le permis MCETH?
363
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type « A »
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
364
S'assurer que les ouvrages de lutte contre l'érosion sont installés
au fur et à mesure de l'avancement des travaux et non après
l'achèvement des travaux.
Les ouvrages de type A sont généralement installés dans des
fossés ou des bassins de décantation terminés.
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été installé à sec?
Pour les bassins de décantation, une berme (digue) a-t-elle été
construite, ou un bassin de décantation assez grand pour
contenir un gros volume d'eau a-t-il été excavé? Des matériaux
de déblai peuvent être utilisés pour construire la berme autour du
bassin.
Pour la mise en place dans un fossé, une berme (digue) assez
grande pour garder l'écoulement à l'intérieur du fossé a-t-elle été
construite?
Pour le déversoir, un tablier de 3 mètres
a-t-il été excavé en aval de l'ouvrage (300 mm de profondeur
environ)?
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Le déversoir en perré a-t-il été construit à une hauteur d'environ
300 mm plus bas que le haut de la berme?
Du géotextile a-t-il été étendu sur le tablier, jusqu'au-dessus du
déversoir en perré et en bas de l'autre côté? Le textile devrait
être déployé sur environ 300 à 400 mm au-delà du déversoir.
Le textile a-t-il été recouvert de perré? Ne pas recouvrir le haut
du déversoir.
Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est-il bas pour
que l'eau puisse déborder?
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été entretenu depuis son
installation jusqu'à ce que la zone ait été à nouveau végétalisée
ou jusqu'à ce que des toiles de jute aient été posées?
Les sédiments retenus ont-ils été enlevés lorsqu'ils ont atteint un
niveau de 300 mm sous le point inférieur de l'ouvrage de type A?
Les sédiments enlevés ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été inspectés avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été enlevés
lorsqu'ils n'étaient plus nécessaires?
365
Une fois un ouvrage enlevé, les sédiments restants ont-ils été
enlevés et transportés dans un lieu situé à au moins 30 m du
cours d'eau ou de la terre humide?
La zone dans laquelle on a enlevé l'ouvrage de lutte contre
l'érosion a-t-elle été stabilisée?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été maintenus en
bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des
travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
Ouvrage de
lutte contre
l'érosion de
type « B »
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
366
Ce type d'ouvrage de lutte contre l'érosion est généralement
installé dans les fossés terminés.
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été installé à sec?
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Une fosse à sédiments a-t-elle été construite?
Du géotextile a-t-il été étendu au sol jusqu'au bord de la fosse à
sédiments? S'assurer que le textile est déployé assez loin pour
recouvrir le tablier.
Le textile exposé a-t-il été recouvert de perré, et la berme (digue)
et le tablier ont-ils été construits?
Du géotextile a-t-il été placé en amont de la berme (digue) et
étendu jusqu'en bas dans la fosse à sédiments?
Pour terminer l'ouvrage, le textile exposé
a-t-il été recouvert de perré?
Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est-il bas pour
que l'eau puisse déborder?
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été entretenu depuis son
installation jusqu'à ce que la zone ait été à nouveau végétalisée
ou jusqu'à ce que des toiles de jute aient été posées?
Les sédiments retenus ont-ils été enlevés lorsqu'ils ont atteint un
niveau de 100 mm sous le point inférieur de l'ouvrage de type B?
Les sédiments enlevés ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été inspectés avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
367
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été enlevés
lorsqu'ils n'étaient plus nécessaires?
Une fois un ouvrage enlevé, les sédiments restants ont-ils été
enlevés et transportés dans un lieu situé à au moins 30 m du
cours d'eau ou de la terre humide?
La zone dans laquelle on a enlevé l'ouvrage de lutte contre
l'érosion a-t-elle été stabilisée?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été maintenus en
bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des
travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
368
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Ouvrage de lutte contre l'érosion de
type « C »
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
S'assurer que les ouvrages de lutte contre l'érosion sont installés
au fur et à mesure de l'avancement des activités de construction
de routes ou de creusement de fossés.
Ne pas oublier qu'il n'est pas nécessaire que les fossés soient
terminés pour mettre en place ce type de structure de lutte
contre l'érosion.
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été installé à sec?
Les balles ont-elles été « encastrées » dans le talus avant, le
talus arrière ainsi qu'au fond du fossé et installées de manière à
s'assurer que l'eau coule au-dessus du centre de la digue et non
autour de ses extrémités?
Si la tranchée creusée est plus grande que les balles, la zone
restante a-t-elle été remblayée et compactée?
Des précautions ont-elles été prises pour que la ficelle des balles
ne touche pas le sol? La ficelle pourrit plus vite une fois en
contact avec le sol.
Les balles ont-elles été placées de manière que leur hauteur
atteigne 450 mm?
Les interstices entre les balles ont-ils été remplis de paille ou de
foin pour éviter le suintement?
Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est-il bas pour
que l'eau puisse déborder? Pour ce faire, il suffit soit d'enfoncer
la balle centrale plus profondément dans le sol, soit de tourner la
balle de façon qu'elle soit la moins épaisse possible.
369
Les piquets ont-ils été enfoncés à une profondeur minimale de
300 mm dans le sol? Le haut des piquets doit être à égalité avec
le haut de la balle.
Une fosse à sédiments a-t-elle été construite?
Une berme (digue) en matériaux de remblai ordinaires a-t-elle
été construite des deux côtés des balles, afin de retenir l'eau?
Du géotextile a-t-il été placé au-dessus des balles et des bermes
en matériaux de remblai ordinaires (digues)?
Du perré a-t-il été placé par-dessus le géotextile des deux côtés
de l'ouvrage pour garder le géotextile au sol et maintenir les
balles en place?
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été entretenu depuis son
installation jusqu'à ce que la zone ait été à nouveau végétalisée
ou jusqu'à ce que des toiles de jute aient été posées?
Les sédiments retenus ont-ils été enlevés lorsqu'ils ont atteint un
niveau de 100 mm sous le point inférieur de l'ouvrage de type C?
Les sédiments enlevés ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été inspectés avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
370
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été enlevés
lorsqu'ils n'étaient plus nécessaires?
Une fois un ouvrage enlevé, les sédiments restants ont-ils été
enlevés et transportés dans un lieu situé à au moins 30 m du
cours d'eau ou de la terre humide?
La zone dans laquelle on a enlevé l'ouvrage de lutte contre
l'érosion a-t-elle été stabilisée?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été maintenus en
bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des
travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
371
Ouvrage de lutte contre l'érosion de type « D »
S'assurer que les ouvrages de lutte contre l'érosion sont installés
au fur et à mesure de l'avancement des activités de construction
de routes ou de creusement de fossés.
Ne pas oublier qu'il n'est pas nécessaire que les fossés soient
terminés pour mettre en place ce type de structure de lutte
contre l'érosion.
L'ouvrage de lutte contre l'érosion a-t-il été installé à sec?
Les balles ont-elles été « encastrées » dans le talus avant, le
talus arrière ainsi qu'au fond du fossé et installées de manière à
s'assurer que l'eau coule au-dessus du centre de la digue et non
autour de ses extrémités?
Si la tranchée creusée est plus grande que les balles, la zone
restante a-t-elle été remblayée et compactée?
Des précautions ont-elles été prises pour que la ficelle des balles
ne touche pas le sol? La ficelle pourrit plus vite une fois en
contact avec le sol.
Les balles ont-elles été placées de manière que leur hauteur
atteigne 450 mm?
Les interstices entre les balles ont-ils été remplis de paille ou de
foin pour éviter le suintement?
Le centre de l'ouvrage de lutte contre l'érosion est-il bas pour
que l'eau puisse déborder? Pour ce faire, il suffit soit d'enfoncer
la balle centrale plus profondément dans le sol, soit de tourner la
balle de façon qu'elle soit la moins épaisse possible.
372
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Les piquets ont-ils été enfoncés à une profondeur minimale de
300 mm dans le sol? Le haut des piquets doit être à égalité avec
le haut de la balle.
Saviez-vous que le nombre de balles nécessaires dépend de la
pente du talus avant et du talus arrière? Plus l'inclinaison est
faible, plus il faut de balles.
Les joints des balles en aval ont-ils été décalés?
Une fosse à sédiments a-t-elle été construite?
Les sédiments retenus ont-ils été enlevés lorsqu'ils ont atteint un
niveau de 100 mm sous le point inférieur de l'ouvrage de type C?
Les sédiments enlevés ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été inspectés avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été enlevés
lorsqu'ils n'étaient plus nécessaires?
Une fois un ouvrage enlevé, les sédiments restants ont-ils été
enlevés et transportés dans un lieu situé à au moins 30 m du
cours d'eau ou de la terre humide?
373
La zone dans laquelle on a enlevé l'ouvrage de lutte contre
l'érosion a-t-elle été stabilisée?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été maintenus en
bon état depuis leur installation jusqu'à l'achèvement des
travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt dues aux
conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver et
l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux conditions
définies dans le permis MCETH?
Avant la période d'arrêt hivernale, une réunion de chantier a-telle été organisée entre les différentes parties engagées dans le
projet afin d'évaluer les conditions du chantier et de déterminer
les exigences propres à la lutte contre l'érosion? Toute anomalie
doit être corrigée avant la période d'écoulement printanier.
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
Canaux sur
appuis (tuyaux
de drainage
inclinés)
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
374
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis
MCETH est requis. Ne pas commencer les travaux tant que le
permis n'a pas été délivré.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Les canaux sur appuis ont-ils été conçus de façon que leur
capacité soit appropriée à la dimension de la zone de drainage
concernée?
Dans la mesure du possible, les zones de drainage en cause
ont-elles été subdivisées en zones plus petites et plusieurs
canaux sur appuis ont-ils été installés?
Dans la mesure du possible, les canaux sur appuis ont-ils été
installés dans des zones de drainage naturel?
Du géotextile a-t-il été placé dans le canal?
Lorsque plusieurs couches de géotextile ont été utilisées, cellesci ont-elles été disposées conformément aux directives du
fabricant?
Du perré aux dimensions appropriées a-t-il été placé sur le
dessus du géotextile?
De la roche abattue a-t-elle été utilisée au lieu de pierres des
champs rondes pour les perrés? Les pierres rondes bougent
plus facilement.
S'assurer que les perrés ne proviennent pas d'une source
pouvant produire de l'acide.
Les matériaux de déblai ont-ils été transportés dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau ou de la terre humide?
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des matériaux de déblai sur sa propriété?
375
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis
MCETH est requis. Ne pas commencer les travaux tant que le
permis n'a pas été délivré.
Creusement d'un fossé
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans
le permis MCETH?
Dans la mesure du possible, une zone tampon végétalisée a-telle été maintenue entre l'extrémité du fossé et le cours d'eau ou
la terre humide?
Le fossé a-t-il été construit selon la forme indiquée sur les plans
de construction ou selon les directives du MDTNB?
Dans la mesure du possible, utiliser des fossés trapézoïdaux.
Saviez-vous que les fossés en V ou en ellipse sont plus sujets à
l'érosion et que c'est la raison pour laquelle ils ne doivent être
utilisés que lorsqu'un fossé trapézoïdal ne peut être construit?
Le creusement du fossé a-t-il commencé du point le plus bas
jusqu'au point le plus haut, permettant aux travaux d'être
effectués à sec?
Seule la zone à creuser a-t-elle été exposée?
376
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
La végétation et le sol enlevés pendant le creusement ont-ils été
transportés en un lieu situé à au moins 30 mètres du cours d'eau
ou de la terre humide?
Des ouvrages de lutte contre l'érosion ont-ils été installés au fur
et à mesure de l'avancement des travaux?
S'assurer que les fossés ne brisent pas la rive d'un cours d'eau
et qu'ils ne pénètrent pas directement dans une terre humide.
Le drainage naturel a-t-il été conservé dans la mesure du
possible?
Des structures de lutte contre l'érosion ont-elles été installées
dans les fossés?
Les fossés ont-ils été stabilisés par ensemencement hydraulique
ou en les revêtant de perré?
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ontelles été maintenues en bon état depuis leur installation jusqu'à
l'achèvement des travaux, y compris pendant les périodes d'arrêt
dues aux conditions météorologiques, pendant les mois d'hiver
et l'écoulement printanier, ainsi que conformément aux
conditions définies dans le permis de modification d'un cours
d'eau ou d'une terre humide?
La permission du propriétaire a-t-elle été obtenue pour déposer
des sédiments sur sa propriété?
377
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés?
378
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.7 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'érosion et de la sedimentation
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien
Nom de l'ingénieur résident
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et à la
production de granulats
Commentaires
Un permis MCETH doit être obtenu si l'excavation a lieu à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Excavation
Le permis MCETH est-il affiché sur le site?
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation sont-elles
toutes mises en place avant le début des travaux?
La taille de l'excavation doit être limitée aux zones qui pourront être
achevées dans les 30 jours.
Les matières exposées provenant des activités de déblayage et de
remblayage ont-elles été stabilisées conformément aux dispositions
relatives à l'avancement des travaux? Voir la section 5.22 –
Avancement des travaux.
Il faut porter attention aux prévisions météorologiques futures de
façon à éviter dans la mesure du possible d'avoir à travailler dans
des conditions extrêmes de pluie.
379
Les mesures de lutte contre l'érosion
ont-elles été inspectées avant, pendant et après tout événement
pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Si les travaux se déroulent à proximité des zones résidentielles, les
puits et les fosses septiques proches des activités de dynamitage
ont-ils été échantillonnés et surveillés?
Si des stériles acidogènes sont découverts, les travaux doivent être
effectués conformément à la section 5.25 – Gestion de l'exhaure
des roches sulfurées et des formations rocheuses acides.
Les lieux d'élimination doivent être conformes à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
Dynamitage
Un permis MCETH doit être obtenu si l'excavation a lieu à moins de
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Le permis MCETH est-il affiché sur le site?
Seul le personnel autorisé et formé détenant un certificat de
dynamiteur valide pourra utiliser des explosifs.
Avez-vous rencontré le MPO avant le dynamitage si celui-ci se
déroule à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide?
380
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et à la
production de granulats
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et à la
production de granulats
Commentaires
Aucun dynamitage ne doit être effectué à proximité des installations
de stockage de carburant.
Si les travaux se déroulent à proximité des zones résidentielles, les
puits et les fosses septiques proches des activités de dynamitage
ont-ils été échantillonnés et surveillés?
Si le dynamitage a lieu à proximité d'un puits d'eau souterraine, voir
la section 5.23 – Travaux à proximité de zones écosensibles.
Les résidents habitant dans un rayon de 500 mètres d'une zone de
dynamitage ont-ils été informés du calendrier de dynamitage?
La surveillance des coups de dynamite est-elle assurée
conformément à un calendrier approuvé pour les secousses (chocs
d'explosion) et les vibrations du sol?
Concassage,
tamisage et
lavage
Les explosifs sont-ils entreposés, manipulés et utilisés
conformément aux règlements et permis fédéraux et provinciaux, et
de manière à réduire les risques éventuels pour l'environnement?
Voir la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses.
L'usine de traitement est-elle au meilleur emplacement pour le site?
L'emplacement de l'usine de traitement des granulats doit être
propice à la mise en œuvre de stratégies de restriction du bruit et
de la poussière, et à la réglementation des eaux chargées de
sédiments provenant du lavage des granulats.
381
S'assurer que les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont mises en place avant le début des travaux.
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation sont-elles
toutes efficaces?
Les poussières diffuses générées par l'usine de traitement doiventelles être contrôlées?
Le bruit généré par l'usine de traitement doit-il être contrôlé?
382
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.8 – Liste de contrôle relative à l'excavation, au dynamitage et à la
production de granulats
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
Y a-t-il des fuites? Les fuites doivent être réparées immédiatement.
Eau de cale
Avez-vous vérifié si l'eau de cale était contaminée par de l'huile
pour moteur avant de l'éliminer?
L'eau est-elle contaminée par les hydrocarbures liquides? Si oui,
elle doit être aspirée au moyen d'un camion aspirateur aux fins de
traitement, puis éliminée de façon appropriée.
L'eau de cale non contaminée par l'huile ou la graisse qui provient
de compartiments propres peut être pompée à la mer.
Avez-vous effectué le nettoyage à la vapeur annuel de la cale au
complet?
Les résidus produits par le nettoyage à la vapeur doivent être
recueillis et éliminés.
Les moteurs et l'équipement sont-ils tous maintenus en bon état
pour limiter les fuites?
383
Travaux d'entretien mineurs des
traversiers
L'entretien des moteurs diesel a-t-il été effectué selon les
recommandations de l'Agence de gestion des véhicules du
MDTNB?
L'huile usée a-t-elle été recueillie dans un récipient fermé et
déposée en lieu sûr?
Cette huile doit ensuite être transportée dès que possible dans un
lieu desservi par un transporteur d'huile usée agréé aux fins de
recyclage ou d'élimination.
Disposez-vous à bord d'une trousse en cas de déversement pour
réparer toutes les petites fuites?
Disposez-vous d'un stock de matériaux absorbants et de récipients
servant à contenir et à recueillir les fuites?
Mazoutage et
transfert de
carburant
Si un matériau absorbant est utilisé, a-t-il été remplacé
immédiatement après son utilisation?
384
Le mazoutage et le transfert de carburant
ont-ils été effectués conformément aux directives expliquées dans
le manuel d'exploitation des traversiers du MDTNB?
Le mazoutage doit être effectué sous la surveillance du conducteur
de traversier, de l'ingénieur naval ou de son remplaçant désigné.
Le mazoutage ne doit pas avoir lieu pendant que le traversier est
en activité ou que des véhicules privés sont à bord.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
En cas de déversement, les intervenants indiqués à la section 5.12
doivent être avisés immédiatement.
Disposez-vous d'un poste d'intervention bien approvisionné en cas
de déversement d'huile sur le traversier ou dans la remise à la rive?
Disposez-vous à bord d'une trousse en cas de déversement pour
réparer toutes les petites fuites?
Disposez-vous d'un stock de matériaux absorbants et de récipients
servant à contenir et à recueillir les fuites?
Câbles des
traversiers
Les câbles usés ont-ils tous été enlevés du cours d'eau et
rembobinés sur des bobinoirs?
Eaux usées et
poubelles
Si un matériau absorbant est utilisé, a-t-il été remplacé
immédiatement après son utilisation?
Les toilettes sur la rive ont-elles été vidangées par un transporteur
de boues septiques titulaire d'un permis afin d'assurer des
conditions hygiéniques?
Les bobinoirs de câbles usés seront récupérés par un ferrailleur qui
les recyclera.
Les réservoirs d'eaux usées sur les traversiers autopropulseurs
ont-ils été vidangés par un transporteur de boues septiques titulaire
d'un permis pour assurer des conditions hygiéniques?
385
Les poubelles situées aux débarcadères
ont-elles été ramassées régulièrement pour réduire au minimum les
nuisances potentielles associées au site?
Les ordures ramassées doivent être acheminées au site
d'enfouissement de la commission de gestion des déchets solides
régionale la plus proche.
Les toilettes, les réservoirs d'eaux usées et les poubelles ont-ils été
inspectés régulièrement pour s'assurer qu'ils ne fuient pas?
Les eaux usées et les poubelles ont-elles été ramassées
régulièrement?
Nettoyage des
débarcadères
Y a-t-il une accumulation excessive de saletés et de débris?
La zone du débarcadère a-t-elle été grattée ou balayée avant d'être
rincée?
Toute la matière enlevée a-t-elle été transportée dans un lieu situé
à au moins 30 mètres du cours d'eau, de manière à ne pouvoir se
retrouver dans le cours d'eau?
L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
386
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Construction de la rampe
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer
des travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et
le personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont
définies?
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-elles
toutes été mises en place avant le début des travaux?
Les ajouts aux rampes actuelles doivent être construits de sacs de
sable doublés de toile filtrante et remplis de gravier tout-venant
propre.
D'autres techniques de construction des rampes peuvent être
utilisées à condition qu'un niveau semblable de protection contre
l'érosion soit assuré.
387
Les mesures de protection énoncées dans les lignes directrices sur
l'application et l'enlèvement des couches protectrices préparées
par le MENB (1993) ont-elles été respectées?
Enduits de protection
Un enclos partiel doit être utilisé pour l'application manuelle et
l'enlèvement des enduits de protection, y compris l'écaillage, le
décapage et la peinture au rouleau ou au pinceau.
Un enclos complet doit être utilisé pour le décapage par projection
d'abrasif et l'application par pulvérisation des enduits de protection.
Les produits de décapage usés (p. ex. sablage) ont-ils été éliminés
dans un lieu d'élimination approuvé?
Les produits de décapage usés sont-ils reconnus pour contenir du
plomb ou d'autres matériaux pouvant être dangereux?
Lorsque les produits de décapage usés contiennent des matières
dangereuses, des analyses de laboratoire ont-elles été effectuées
pour déterminer les meilleures méthodes d'élimination?
Les solvants utilisés pour nettoyer le matériel de peinture ont-ils été
recueillis dans un récipient fermé et recyclés par un recycleur de
solvants agréé?
388
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.9 – Liste de contrôle relative à l'exploitation des traversiers
Commentaires
Les boîtes vides d'enduits de protection et de solvants ont-elles été
éliminées de façon écologique (c.-à-d. broyées, mises en sac et
éliminées à un site d'enfouissement régional)?
Stockage du sel et
du sable
Les déchets ont-ils tous été éliminés adéquatement?
Le sel et les mélanges de sel et de sable sont-ils tous entreposés
dans un récipient à l'épreuve de l'eau?
Le sel et le sable renversés lors de leur utilisation ont-ils été remis
dans le récipient de stockage?
389
390
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par
Plan d'urgence et de prévention des incendies
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.10 – Liste de contrôle relative au plan d'urgence et de
prévention des incendies
Commentaires
Avez-vous obtenu tous les permis et toutes les approbations avant
de commencer le brûlage?
Les possibilités d'incendie sur un chantier et aux environs ont-elles
été réduites au minimum pour éviter la destruction de propriétés et
d'habitats?
Les précautions nécessaires ont-elles toutes été prises pour réduire
la possibilité d'incendies en contrôlant et en limitant les risques
d'incendie sur le chantier?
Des déchets inflammables se trouvent-ils sur le chantier?
Aucune activité de brûlage ne doit avoir lieu sur le site avant que
les permis applicables et une autorisation préalable n'aient été
obtenus auprès du MDTNB, du MENB et du MRNNB.
Tout le matériel utilisé est-il en bon état de marche?
Le personnel sur place est-il prêt à circonscrire et à combattre les
incendies qui se déclareraient sur le chantier?
391
L'entrepreneur a-t-il en sa possession suffisamment de matériel de
lutte contre l'incendie en bon état de marche lorsqu'il travaille en
forêt, tel que l'exige le MRNNB en vertu du Règlement général – Loi
sur les incendies de forêt?
Avez-vous le numéro de téléphone du service d'incendie le plus
proche?
Les feux de forêt qui menacent l'habitat forestier ou qui s'y trouvent
ont-ils tous été signalés au MRNNB?
392
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.10 – Liste de contrôle relative au plan d'urgence et de
prévention des incendies
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien
Nom de l'ingénieur résident :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.11 – Liste de contrôle relative à l'essouchement
Commentaires
Avez-vous obtenu un permis MCETH avant d'effectuer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Le cas échéant, une copie du permis MCETH est-elle conservée sur le
site?
Essouchement
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Avez-vous maintenu, des deux côtés de chaque cours d'eau et autour
des terres humides, une zone tampon de 30 mètres au sein de
laquelle aucun essouchement ni remblayage ne sera effectué avant
que des ouvrages de drainage et des dispositifs de lutte contre
l'érosion ne soient installés?
Les zones tampons ont-elles été clairement définies?
Les dispositifs de lutte contre l'érosion appropriés ont-ils été installés
avant de commencer les opérations d'essouchement pour éviter que
les sédiments de l'aire des travaux ne migrent vers les cours d'eau, les
terres humides ou des propriétés privées?
Les mesures de lutte contre l'érosion
ont-elles été correctement mises en place?
393
Noter quotidiennement les zones qui ont été essouchées.
S'assurer que les lignes directrices de la section 5.22 – Avancement
des travaux sont respectées.
S'assurer que les lieux et les sites d'élimination proposés ont été
approuvés et qu'ils respectent les lignes directrices de la section 5.20
– Gestion des déchets.
Le brûlage n'est généralement pas accepté dans l'emprise du MDTNB,
mais, s'il est nécessaire, le MENB et le MRNNB doivent être consultés
avant que toute activité de brûlage ne débute.
Toute la terre végétale est-elle récupérée?
394
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.11 – Liste de contrôle relative à l'essouchement
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Date :
Nom du technicien
Nom de l'ingénieur résident :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.11 – Liste de contrôle relative à l'essouchement
Commentaires
Avez-vous obtenu un permis MCETH avant d'effectuer des travaux à
moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
Le cas échéant, une copie du permis MCETH est-elle conservée sur le
site?
Essouchement
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Avez-vous maintenu, des deux côtés de chaque cours d'eau et autour
des terres humides, une zone tampon de 30 mètres au sein de
laquelle aucun essouchement ni remblayage ne sera effectué avant
que des ouvrages de drainage et des dispositifs de lutte contre
l'érosion ne soient installés?
Les zones tampons ont-elles été clairement définies?
Les dispositifs de lutte contre l'érosion appropriés ont-ils été installés
avant de commencer les opérations d'essouchement pour éviter que
les sédiments de l'aire des travaux ne migrent vers les cours d'eau, les
terres humides ou des propriétés privées?
Les mesures de lutte contre l'érosion
ont-elles été correctement mises en place?
395
Noter quotidiennement les zones qui ont été essouchées.
S'assurer que les lignes directrices de la section 5.22 – Avancement
des travaux sont respectées.
S'assurer que les lieux et les sites d'élimination proposés ont été
approuvés et qu'ils respectent les lignes directrices de la section 5.20
– Gestion des déchets.
Le brûlage n'est généralement pas accepté dans l'emprise du MDTNB,
mais, s'il est nécessaire, le MENB et le MRNNB doivent être consultés
avant que toute activité de brûlage ne débute.
Toute la terre végétale est-elle récupérée?
396
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.11 – Liste de contrôle relative à l'essouchement
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Commentaires
Disposez-vous de fiches signalétiques du SIMDUT pour les
substances dangereuses?
Généralités
Avez-vous examiné les fiches signalétiques et êtes-vous bien au
courant de la nature du produit, des précautions à prendre pour
sa manipulation et de tout autre renseignement important?
Les ravitaillements en carburant effectués sur le site ne doivent
pas avoir lieu à moins de 30 mètres d'une source connue d'eau
souterraine ou d'un puits d'eau privé.
Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage
désignées se trouvent-elles à au moins 100 mètres d'une source
d'eau souterraine ou d'un puits d'eau privé?
Disposez-vous de trousses en cas de déversement ou de
matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le nettoyage
des déversements?
L'équipement a-t-il été inspecté quotidiennement pour déceler
des fuites?
Les fuites ont-elles toutes été réparées immédiatement?
397
Avez-vous inspecté votre équipement et votre véhicule pour
déceler les fuites?
Petits déversements
Pouvez-vous identifier la substance qui s'est déversée?
Consulter la fiche signalétique ou communiquer avec le Centre
canadien d'urgence transport (CANUTEC) au
1-613-996-6666 par mesure de précaution, au besoin.
S'il est sécuritaire de le faire, pouvez-vous arrêter l'écoulement
du produit qui se déverse?
Si cela peut être fait de façon sécuritaire,
pouvez-vous contrôler et contenir le produit déversé à l'aide de la
trousse de nettoyage en cas de déversement gardée sur le site?
Avez-vous composé le numéro en cas d'urgence
environnementale de la Garde côtière
(1-800-565-1633)?
Avez-vous inscrit les détails du déversement, notamment :
398
•
le nom et les coordonnées de la personne qui signale le
déversement;
•
la date et l'heure du déversement;
•
le type et la quantité approximative du produit qui a été
déversé;
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Commentaires
•
l'emplacement du déversement ou de la fuite;
•
la provenance du déversement ou de la fuite;
•
le type d'accident;
•
les conditions météorologiques;
•
la proximité du cours d'eau, de la terre humide ou des
autres éléments sensibles du milieu;
•
l'état du déversement (en cours ou confiné, efforts de
nettoyage).
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Commentaires
Avez-vous signalé le déversement à l'ingénieur résident et au
contremaître de construction ou surveillant?
En cas de déversements aux installations de ravitaillement en
carburant, les personnes suivantes doivent également être
avisées :
•
le surveillant du MDTNB;
•
l'Agence de gestion des véhicules;
399
•
la Direction de l'entretien et de la circulation;
•
le service local de prévention des incendies.
Les centres d'entretien doivent être équipés d'au moins une
trousse en cas de déversement renfermant des tampons
absorbants et des barrages flottants absorbants pour les
déversements de pétrole.
Le contenu de la trousse de nettoyage a-t-il été remplacé à
mesure qu'il a été utilisé?
Des sacs de tourbe ou de sciure de bois doivent également être
à portée de la main pour contenir et nettoyer les petits
déversements.
Si vous avez utilisé une trousse en cas de déversement pour le
nettoyage, avez-vous pris les mesures nécessaires pour qu'une
autre trousse soit disponible?
Déversements
importants
Le cas échéant, avez-vous pris les mesures nécessaires pour
enlever le sol contaminé et l'acheminer à une installation
d'élimination?
400
Comme pour les petits déversements, sauf ce qui suit :
Aviser l'ingénieur régional du MDTNB ou tout autre représentant
désigné.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Commentaires
Déversements lors de l'exploitation routière
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.12 – Liste de contrôle relative à la gestion des déversements
Commentaires
Connaissez-vous la Procédure opérationnelle standard no 7 –
Intervention d'urgence dans le cas d'incidents de transport
mettant en cause des marchandises dangereuses du MDTNB
(révisée en janvier 1995) qui doit être adoptée sur le site d'un
déversement?
Avez-vous empêché toute personne de pénétrer dans la zone de
danger?
Pouvez-vous obtenir sans danger le numéro de téléphone
d'urgence de l'expéditeur auprès du conducteur ou d'après les
documents de l'expéditeur afin d'identifier les matières en
question et d'évaluer rapidement les risques qu'elles comportent?
Utiliser l'annexe A de la procédure opérationnelle standard no 7
pour évaluer les dangers s'il est impossible d'obtenir le numéro
de téléphone d'urgence de l'expéditeur.
Avez-vous fait un compte rendu des renseignements obtenus au
bureau central ou au répartiteur (c.-à-d. selon le premier groupe
sur les lieux de l'accident)?
Avez-vous communiqué avec la Garde côtière
(1-800-565-1633)?
La Garde côtière enjoindra alors le MENB et l'Organisation des
mesures d'urgence à intervenir.
Assurez-vous que vous participez au nettoyage et que vous
fournissez la signalisation et les barrières pour diriger le public.
401
402
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom de l'arpenteur :
Expert-conseil en arpentage :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Stockage temporaire
Les récipients sont-ils clairement identifiés, entreposés dans des
endroits clairement identifiés et situés à au moins 100 m d'un cours
d'eau ou d'une terre humide?
Les récipients de carburant hors-sol dont la capacité est supérieure
à 30 L sont-ils placés sur un tapis imperméable et entourés d'une
digue imperméable d'une dimension suffisante pour contenir au
moins 110 % de la capacité du réservoir, plus une revanche de
150 mm?
Le niveau de liquide et d'eau dans le fond de tout récipient de
carburant hors-sol dont la capacité est supérieure à 30 L est-il
mesuré au moins une fois par semaine (Section 65 du Règlement
87-97)?
Les zones de stockage des carburants et les lignes de transfert fixes
sont-elles lairement identifiées ou barricadées afin de ne pas être
endommagées par les véhicules qui circulent? Les marqueurs
doivent être visibles dans les mauvaises conditions
météorologiques.
Il est interdit de fumer à moins de 10 mètres d'un lieu de stockage
de carburant.
403
Les huiles, les lubrifiants ou les autres produits pétroliers usés sontils retenus dans un réservoir bien étiqueté ou dans un récipient
fermé et recyclés ou éliminés à une installation approuvée?
Les réservoirs ou récipients de stockage temporaire des liquides
usés (avant leur élimination) sont-ils placés sur un tapis
imperméable et entourés d'une digue imperméable d'une dimension
suffisante pour contenir au moins 110 % de la capacité du réservoir
ou du récipient, plus une revanche de 150 mm?
La zone est-elle inclinée ou drainée de façon que tout matériau
déversé s'écoule vers une zone de collecte sécuritaire?
Le site est-il équipé d'une trousse en cas de déversement?
Avez-vous signalé des déversements?
Avez-vous retourné les récipients vides à l'endroit désigné?
404
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Les huiles, les lubrifiants ou les autres produits pétroliers usés sontils retenus dans un réservoir bien étiqueté ou dans un récipient
fermé et recyclés ou éliminés à une installation approuvée?
Stockage permanent
Les réservoirs ou récipients de stockage temporaire des liquides
usés (avant leur élimination) sont-ils placés sur un tapis
imperméable et entourés d'une digue imperméable d'une dimension
suffisante pour contenir au moins 110 % de la capacité du réservoir
ou du récipient, plus une revanche de 150 mm?
Il est interdit de fumer à moins de 10 mètres d'un lieu de stockage
de carburant.
Les centres d'entretien sont-ils équipés d'au moins une trousse de
nettoyage renfermant des tampons absorbants et des barrages
flottants absorbants pour les déversements de pétrole? Le contenu
de la trousse est-il remplacé à mesure qu'il est utilisé?
Des dommages ou des fuites ont-ils été détectés sur les réservoirs
de stockage hors-sol par une inspection visuelle régulière (il est
recommandé de la faire chaque semaine)?
Les niveaux de produits et d'eau dans les réservoirs d'essence et de
carburant diesel
ont-ils été mesurés avec une jauge et leur rapprochement a-t-il été
effectué tous les jours? Les niveaux de produits et d'eau dans les
réservoirs d'huile usée doivent être mesurés à la fin du dernier jour
ouvrable de chaque semaine et au début du premier jour ouvrable
de chaque semaine (voir la section 5.13.5 pour de plus amples
renseignements sur les réservoirs d'huile usée).
405
Avez-vous avisé immédiatement le surveillant, le MENB et la
Direction de l'entretien et de la circulation lorsque vous avez relevé
une perte de liquide ou un gain d'eau de 5 mm ou plus, lorsque l'eau
dans le fond du réservoir a dépassé 50 mm, ou lorsque l'alarme d'un
panneau de détection s'est déclenchée?
Les autres installations de réservoirs de stockage souterrains
doivent être vérifiées régulièrement (au moins une fois par semaine)
conformément à l'article 65 du Règlement du Nouveau-Brunswick
87-97. Cela comporte, sans y être limité, la mesure des niveaux
d'huile et d'eau avec une jauge, et le rapprochement des dossiers
qui doivent être tenus pour une période de deux ans.
Les niveaux d'eau, de produits et de boue des réservoirs d'huile de
chauffage souterrains (et hors-sol) ont-ils été mesurés régulièrement
(tous les trois mois) avec une jauge enduite d'une pâte détectrice
d'eau?
Si vous soupçonnez une fuite ou si vous soupçonnez que du liquide
pénètre dans le réservoir, avez-vous avisé le MENB?
Les essais de protection cathodique ont-ils été effectués sur toutes
les installations de réservoirs de stockage de produits pétroliers
souterrains en acier, et les résultats ont-ils été communiqués au
MENB chaque année pour démontrer que le système de protection
fonctionne correctement?
Les essais d'étanchéité de précision ont-ils été effectués sur des
installations de réservoirs de stockage souterrains à paroi simple qui
sont installées depuis au moins 20 ans, et les résultats ont-ils été
communiqués au MENB tous les deux ans (année paire), pour
démontrer que les réservoirs et les tuyaux qui y sont raccordés sont
étanches?
406
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Les réservoirs de stockage hors-sol ont-ils été inspectés? Il est
recommandé de les inspecter chaque semaine.
Les niveaux de produits et d'eau dans les réservoirs ont-ils été
mesurés avec une jauge tous les jours et les rapprochements des
dossiers ont-ils été effectués?
Avez-vous signalé des déversements?
Avez-vous accès à une trousse en cas de déversement?
Ravitaillement en carburant et
transport du carburant
Votre licence de stockage de produits pétroliers a-t-elle été
renouvelée?
Seuls les récipients portables et approuvés doivent être utilisés pour
la collecte et le transport de l'essence ou du mazout.
Avez-vous pris toutes les mesures de précaution nécessaires pour
éviter le déversement, le déplacement ou la perte des produits lors
de leur manutention ou de leur transfert afin de ne pas contaminer le
sol, un cours d'eau ou une terre humide?
Des ravitaillements en carburant effectués sur le site ont-ils eu lieu à
moins de 30 mètres d'une source connue d'eau souterraine ou d'un
puits d'eau privé?
Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage désignées se
trouvent-elles à au moins 100 mètres d'une source d'eau souterraine
ou d'un puits d'eau privé?
407
L'équipement a-t-il été inspecté quotidiennement pour déceler des
fuites?
Les fuites ont-elles été réparées immédiatement?
Les matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le
nettoyage des déversements sont-ils disponibles durant toute
activité entreprise à l'intérieur ou à proximité d'un cours d'eau, d'une
terre humide ou d'une zone écosensible?
En cas de déversement, les lignes directrices de la section 5.12 –
Gestion des déversements doivent être suivies.
En cas de déversement, tous les sorbants utilisés ont-ils été
ramenés dans les parcs d'entreposage appropriés pour être
réutilisés ou pour être éliminés de façon sécuritaire?
Si le ravitaillement est effectué à partir d'une citerne, il est interdit de
laisser le boyau et la buse sans surveillance pendant l'opération;
placer le boyau et la buse dans la position appropriée une fois
l'opération terminée.
Les sites de ravitaillement en carburant et les camions-citernes sontils équipés de trousses de nettoyage renfermant des tampons
absorbants et des barrages flottants absorbants pour les
déversements mineurs qui peuvent survenir pendant l'opération?
Les récipients qui servent au stockage temporaire de produits
pétroliers sont-ils tous en bon état, et leur étanchéité est-elle vérifiée
quotidiennement?
408
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Le bec verseur est-il installé correctement et fermement sur les
récipients de carburant et bien vérifié avant de faire le plein?
Le remplissage a-t-il été effectué sans renverser de carburant sur la
machine?
Une fois le remplissage terminé, le couvercle du récipient de
carburant et le bouchon de la machine ont-ils été remis en place?
Le récipient de carburant a-t-il été éloigné avant de mettre la
machine en marche?
Les récipients vides ont-ils tous été retournés à l'endroit désigné
pour être éliminés dans un lieu d'élimination adéquat? Il est interdit
d'éliminer les récipients vides sur le site.
Voir la liste de contrôle sous Stockage temporaire.
Seuls les récipients portables et approuvés doivent être utilisés pour
la collecte et le transport de l'essence et pour faire le remplissage.
Le récipient est-il fait de métal ou de plastique et porte-t-il l'étiquette
d'approbation ULC ou CSA? Pour remplir un bidon d'essence en
plastique, il faut le retirer du véhicule et le poser sur le sol afin de
réduire le risque que l'électricité statique n'enflamme les vapeurs
d'essence.
Vérifier les pompes, les tuyaux et les buses pour déceler des signes
de fuite; les entretenir régulièrement. Ne pas les utiliser s'ils fuient.
409
Aucun dispositif mécanique ne doit être utilisé pour garder la buse
ouverte.
Ne pas laisser la buse sans surveillance.
En cas d'un déversement ou d'une fuite, les lignes directrices de la
section 5.12 – Gestion des déversements doivent être suivies.
Le moteur a-t-il été coupé avant le ravitaillement?
Le centre d'entretien est-il équipé d'une trousse en cas de
déversement?
410
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Réservoir d'huile usée et élimination des huiles
usées
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
En tout temps, il ne faut stocker plus de 500 litres d'huile usée sur le
site, dans des barils, des seaux, des fûts, etc.
Les barils sont-ils placés sur une cuvette de rétention pour contenir
les déversements?
Les filtres à huile ont-ils été vidés des huiles usées pendant la nuit
avant d'être recyclés ou éliminés dans une installation d'élimination
approuvée?
Les niveaux de produits et d'eau des réservoirs d'huile usée ont-ils
été mesurés avec une jauge le premier jour ouvrable et le dernier
jour ouvrable de chaque semaine?
La collecte et l'élimination de l'huile usée ont-elles été effectuées
dans des lieux de collecte et d'élimination spécifiés?
Entre les collectes, s'assurer que l'huile usée est stockée dans un
réservoir ou un récipient fermé.
Vérifier la quantité d'huile usée stockée. Si la quantité d'huile usée
stockée à l'installation est égale ou supérieure aux 500 litres permis,
il faut faire collecter l'huile usée.
411
Drains de plancher
Séparateurs et intercepteurs d'eau et
d'huile
412
S'assurer que les fuites et les déversements sont nettoyés avant
qu'ils n'atteignent les drains de plancher.
S'assurer que les huiles usées ne sont pas ajoutées délibérément
aux séparateurs ou aux drains.
Avez-vous respecté les exigences relatives à l'entretien du fabricant
pour chaque type de séparateur?
L'épaisseur du produit dans les intercepteurs et les séparateurs
d'huile et d'eau a-t-elle été mesurée avec une jauge chaque
semaine ou chaque fois qu'on soupçonne la présence d'un
déversement?
Avez-vous vérifié les intercepteurs et les séparateurs afin de
déterminer si un entretien est requis?
Les intercepteurs et les séparateurs ont-ils été inspectés cette
année?
Les fuites et les déversements ont-ils été contenus et nettoyés avant
qu'ils n'atteignent les drains de plancher?
S'assurer que les huiles usées ne sont pas ajoutées délibérément
aux drains.
Une inspection périodique des drains de plancher a-t-elle été
effectuée afin de déterminer si un entretien est requis?
Un calendrier régulier de nettoyage des drains de plancher a-t-il été
établi? Il est recommandé de les nettoyer deux ou trois fois par
année.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Enlèvement et remplacement d'un réservoir
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Si l'on soupçonne que du sol est contaminé, le MENB en a-t-il été
avisé pour qu'il inspecte l'enlèvement du sol contaminé?
En cas de contamination du sol, les services d'un spécialiste en
évaluation des sites du
Nouveau-Brunswick ont-ils été retenus?
Si le sol est contaminé, a-t-il été évalué par un spécialiste en
évaluation des sites du
Nouveau-Brunswick ou enlevé et acheminé à une installation
d'élimination approuvée?
Le MENB a-t-il été avisé de la date de l'enlèvement? Le propriétaire
d'une installation de stockage doit aviser le MENB cinq jours avant
l'enlèvement d'un réservoir.
L'installation a-t-elle été vidée de tous les produits avant son
enlèvement?
Les produits dangereux ont-ils été éliminés dans une installation
approuvée?
La propreté des lieux a-t-elle été rétablie?
La zone perturbée a-t-elle été stabilisée conformément à la section
5.7 – Gestion de l'érosion et de la sédimentation?
413
Avez-vous rempli la formule du Règlement
87-97, annexe D, du MENB et l'avez-vous envoyée au MENB
immédiatement après l'enlèvement de toute installation de stockage
de produits pétroliers (y compris les réservoirs d'huile de
chauffage)? Cela s'applique à toutes les installations dont la
capacité de stockage totale est égale ou supérieure à 2 000 L de
produits pétroliers.
414
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.13 – Liste de contrôle relative au stockage et à la
manutention des produits pétroliers
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.14 – Liste de contrôle relative au stockage et à la manutention
d'autres matières dangereuses
Commentaires
Tous les produits ont-ils été stockés dans des zones de stockage
approuvées (p. ex. ayant une capacité de confinement des
déversements), conformément aux lois et aux permis fédéraux et
provinciaux, dans un endroit bien ventilé?
Généralités
Les matières dangereuses ont-elles été stockées à au moins
30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide et en un lieu où les
produits perdus ou déversés ne peuvent pas pénétrer dans un cours
d'eau ou une terre humide?
Les déchets dangereux doivent être traités conformément aux
règlements fédéraux et provinciaux. Une entreprise professionnelle de
gestion des déchets dangereux doit être appelée pour l'élimination des
déchets les plus dangereux.
La manutention de tous les produits doit être effectuée par du
personnel formé et qualifié.
Tous les produits et toutes les zones de stockage des produits ont-ils
été correctement étiquetés, les étiquettes étant visibles en tout temps?
Toutes les précautions nécessaires ont-elles été prises pour réduire
au minimum les déversements, le déplacement ou la perte de
matières dangereuses?
415
En cas de déversement, les lignes directrices de la section 5.12 –
Gestion des déversements seront suivies.
Le fumage doit être interdit à moins de 10 mètres d'une zone de
stockage de matières dangereuses.
Les sites de stockage ont-ils été inspectés régulièrement (au moins
une fois par semaine) pour vérifier leur conformité?
Marquage de la
chaussée
Les déchets dangereux issus d'accidents ont-ils été ramassés et
éliminés dans une installation d'élimination approuvée?
416
Tous les solvants utilisés pour nettoyer l'équipement de pulvérisation
ou tout autre équipement ont-ils été ramenés dans les parcs
d'entreposage appropriés pour un stockage ou une élimination
sécuritaires?
S'assurer que les petites quantités de peinture devant être éliminées
sont d'abord laissées à durcir, puis sont éliminées dans un site
d'enfouissement régional.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.14 – Liste de contrôle relative au stockage et à la manutention
d'autres matières dangereuses
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Mesure de protection/
considération environnementale
Inacceptable
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Construction
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Nappe filtrante
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Les nappes filtrantes sont-elles conçues de façon à résister à toutes
les forces naturelles et aux conditions météorologiques prévisibles
propres au site où elles seront installées?
Les nappes filtrantes sont-elles installées dans des lieux qui
permettront le passage continu des poissons et des bateaux ou des
navires?
417
S'il s'agit d'eaux navigables, il faut s'assurer que les travaux
n'empêchent pas le passage.
Les nappes filtrantes sont-elles installées sur le périmètre de l'aire
des travaux avant le début des travaux?
La nappe filtrante forme-t-elle une couverture continue?
Le fond de la nappe filtrante est-il maintenu en place de manière
que l'eau ne puisse pas passer entre le fond du géotextile et le fond
du cours d'eau?
La nappe filtrante est-elle maintenue en bon état de
fonctionnement?
La nappe filtrante a-t-elle été inspectée tous les jours ainsi qu'avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
La nappe filtrante a-t-elle été enlevée du cours d'eau à l'achèvement
des travaux?
418
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Construction de batardeaux
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
S'assurer que des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont mises en place.
S'assurer qu'une géomembrane imperméable est placée sur la face
des batardeaux en sacs de sable ou de terre pour empêcher l'eau
de s'écouler dans les batardeaux.
S'assurer que, pendant l'assèchement, le déversement est surveillé
pour s'assurer que l'eau chargée de sédiments ne pénètre pas de
nouveau dans le cours d'eau ou la terre humide.
419
Le TSS est-il surveillé à l'endroit où le déversement pénètre de
nouveau dans le cours d'eau ou la terre humide?
Le batardeau a-t-il été maintenu en bon état de fonctionnement?
Le batardeau a-t-il été inspecté tous les jours ainsi qu'avant,
pendant et après tout événement pluvieux?
Toute lacune a-t-elle été corrigée immédiatement?
Un sac filtrant peut être utilisé au lieu d'un bassin de décantation s'il
existe des préoccupations relatives au déversement d'eau chargée
de sédiments dans un cours d'eau ou une terre humide.
Si un sac filtrant est utilisé, s'assurer que le sac filtrant et les
sédiments retenus dans le sac sont éliminés dans un lieu
d'élimination approuvé.
Les matériaux enlevés du batardeau ont-ils été transportés en un
lieu situé à au moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide?
S'assurer que le batardeau est enlevé du cours d'eau à
l'achèvement des travaux.
Les lieux d'élimination ont-ils été stabilisés après l'achèvement des
travaux?
420
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Excavation et construction des culées et des
fondations
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
S'assurer que des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont mises en place.
Dans la mesure du possible, la végétation existante a-t-elle été
conservée?
Dans la mesure du possible, les travaux doivent être effectués
pendant la période des basses eaux ou en période sèche.
421
L'excavation de fondations dans un cours d'eau a-t-elle été effectuée
de façon à limiter les rejets de sédiments dans les cours d'eau ou
les terres humides?
Les matériaux de déblai provenant de l'intérieur d'un batardeau ontils été transportés en un lieu situé à au moins 30 mètres d'un cours
d'eau ou d'une terre humide?
Si des sédiments marins sont enlevés et que leur élimination est
effectuée sur terre, il faut suivre les Lignes directrices pour
l'emplacement et l'exploitation d'un lieu d'élimination des déblais de
dragage sur terre (MENB, 2001).
S'assurer que les ouvrages d'accès temporaires sont construits de
façon à être isolés du plan d'eau à l'aide de nappes filtrantes ou de
batardeaux.
S'assurer que les ouvrages d'accès temporaires n'empêchent pas la
navigation dans les eaux navigables.
Le cas échéant, les ouvrages d'accès temporaires ont-ils été
construits de façon à résister aux mesures de contrôle de la glace et
aux embâcles?
422
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Les travaux de dynamitage à l'intérieur ou à proximité d'un cours
d'eau doivent être effectués conformément aux Lignes directrices
pour l'utilisation des explosifs dans les eaux de pêche canadiennes
et approuvés par le MPO.
S'assurer que les activités de construction sont effectuées de
manière à ne pas bloquer le passage des poissons.
Les agressions sonores causées par le battage des pieux à
proximité d'ensembles résidentiels peuvent entraîner des restrictions
dans l'ordonnancement des travaux et les calendriers d'exécution.
L'équipement est-il en bon état de fonctionnement, et présente-t-il
des fuites?
Les matières dangereuses sont-elles stockées et manutentionnées
conformément à la section 5.14 – Stockage et manutention d'autres
matières dangereuses?
S'assurer que du béton frais n'est pas déversé dans un cours d'eau.
Si le perré, la pierre de carapace ou l'enrochement proviennent
d'une source acidogène, ont-ils été analysés conformément à la
section 5.25 – Gestion de l'exhaure des formations rocheuses
acides?
Les zones perturbées ont-elles été stabilisées immédiatement?
423
Construction de levées de terre
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
S'assurer que des mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont mises en place avant le début des travaux.
Des matériaux propres sont-ils utilisés comme remblais de levées de
terres dans un rayon de 30 mètres des cours d'eau ou des terres
humides?
424
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Mesure de protection/
considération environnementale
Inacceptable
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Si le perré, la pierre de carapace ou l'enrochement proviennent
d'une source acidogène, ont-ils été analysés conformément à la
section 5.25 – Gestion de l'exhaure des formations rocheuses
acides?
Les remblais de levées de terre situés à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau sont-ils stabilisés à la fin de chaque journée?
Les zones perturbées ont-elles été stabilisées immédiatement?
Application et enlèvement des
enduits de protection
La sortie des tuyaux de drainage est-elle pourvue d'un géotextile et
de perré pour empêcher l'érosion?
Entretien
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
425
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Avant le début des travaux, avez-vous inspecté le pont pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs?
Lorsque les produits de décapage usés contiennent du plomb ou
d'autres matériaux pouvant être dangereux, des analyses de
laboratoire ont-elles été effectuées pour déterminer les meilleures
méthodes d'élimination?
Les précautions nécessaires ont-elles été toutes prises pour éviter le
déversement ou la perte de matières ou de substances
dangereuses dans le cours d'eau?
Avez-vous reçu une approbation écrite du MENB pour l'élimination
des produits de décapage considérés comme des déchets
dangereux?
Des enclos sont-ils utilisés pour éviter le déversement de matières
dans un cours d'eau ou une terre humide?
Un enclos partiel est utilisé lorsque la préparation de la surface ou
l'application de l'enduit de protection produisent des copeaux, des
rebuts et d'autres matériaux ou débris qui risquent de s'échapper.
426
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Un enclos complet est nécessaire lorsque les opérations de
préparation de la surface ou d'application de l'enduit peuvent
entraîner des rejets de poussière, de peinture surpulvérisée et
d'autres matériaux ou débris, et lorsque ces types de rejets doivent
être évités.
Pour le décapage par projection d'abrasif sous le tablier, s'assurer
d'utiliser un échafaudage pour recueillir les produits de décapage
usés. Placer du géotextile au-dessus de l'échafaudage pour
permettre l'aspiration des produits qui seront ensuite adéquatement
éliminés ou réutilisés.
Pour le décapage par projection d'abrasif au-dessus du tablier,
s'assurer de dresser un échafaudage sur des sections du pont.
Installer des bâches imperméables à la partie supérieure de
l'échafaudage pour maintenir l'aire des travaux à sec.
Les drains du tablier du pont sont-ils tous obturés? Les tabliers en
grille d'acier ajouré doivent être recouverts de géotextile ou autre
pour recueillir les produits de décapage usés.
Si des pulvérisateurs pneumatiques ou sans air comprimé sont
utilisés, mettre en place des tentures et des rideaux similaires à
ceux utilisés pendant le décapage par projection d'abrasif pour éviter
que de la peinture ne s'échappe dans l'environnement.
S'assurer que des produits de décapage usés sont manutentionnés
et éliminés conformément aux lignes directrices du MENB, selon
leur classification : « déchets solides non dangereux » ou « déchets
solides dangereux ».
S'assurer que les solvants utilisés pour nettoyer le matériel de
peinture sont placés dans un récipient fermé et recyclés par un
recycleur de solvants agréé.
427
Les récipients vides d'enduits, de solvants pour peinture et de
produits de nettoyage sont-ils tous éliminés de façon écologique
(c.-à-d. broyés, mis en sac et éliminés à un site d'enfouissement
régional)?
Le stockage et la manutention des matières dangereuses doivent
être effectués conformément à la section 5.14.
Entretien des infrastructures et des
superstructures
Le produit de décapage usé a-t-il été transporté du site du projet à
un lieu d'élimination approuvé?
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Les mesures de protection nécessaires contre l'érosion ont-elles
toutes été mises en place avant le début des travaux pour éviter que
du limon et des débris ne soient emportés dans le cours d'eau?
Avant le début des travaux, avez-vous inspecté le pont pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs?
428
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
S'il s'agit d'eaux navigables, il faut s'assurer que les travaux
n'empêchent pas le passage des bateaux et des navires.
Les côtés du tablier sont-ils recouverts pour éviter que des
morceaux de béton ou d'autres matériaux ne pénètrent dans le
cours d'eau sous-jacent?
Les précautions nécessaires ont-elles été toutes prises pour éviter le
déversement de matières ou de substances dangereuses dans le
cours d'eau?
Les drains du tablier du pont sont-ils obturés?
Les précautions nécessaires ont-elles toutes été prises pour éviter le
déversement ou la perte de fines dans le cours d'eau?
S'assurer que l'équipement de pompage de coulis n'est pas nettoyé
à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
S'assurer que le surplus de coulis usé est laissé à sécher et
transporté en un lieu situé à au moins 30 mètres d'un cours d'eau ou
d'une terre humide.
Les déchets générés par l'enlèvement des composantes
endommagées et détériorées ont-ils tous été recueillis pour être
adéquatement recyclés ou éliminés?
L'élimination de tous les déchets de bois traité est-elle conforme à la
section 5.20 – Gestion des déchets?
429
Les matières dangereuses utilisées pendant l'enlèvement d'un
ouvrage ont-elles toutes été éliminées conformément à la
section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses?
Revêtement des tabliers en pierres
concassées bitumées
Les zones perturbées ont-elles toutes été stabilisées après
l'achèvement des travaux?
430
S'assurer qu'un permis MCETH valide de même que tous les permis
appropriés ont été obtenus, et qu'une copie est disponible sur le site.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Avant le début des travaux, avez-vous inspecté le pont pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs?
Aucun pont enjambant un cours d'eau ne doit être revêtu d'asphalte
liquide, à moins que les mesures nécessaires n'aient été prises pour
empêcher la pénétration d'asphalte dans le cours d'eau.
Si l'asphalte appliqué risque de pénétrer dans le cours d'eau, avezvous vérifié si les côtés de l'ouvrage ont été recouverts d'une jupe
de polyéthylène (ou d'une protection semblable)?
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Lorsque l'asphalte risque de s'infiltrer à travers le tablier et
d'atteindre le cours d'eau, avez-vous vérifié si le dessous du tablier
du pont a été recouvert de polyéthylène (ou d'une protection
semblable)?
Lorsqu'il est jugé difficile de protéger un cours d'eau contre la
contamination par l'asphalte, aucun revêtement en pierres
concassées bitumées ne doit être installé.
Avez-vous recouvert les drains du tablier avant de procéder au
revêtement?
S'assurer qu'à la fin des travaux de revêtement en pierres
concassées bitumées, les protections de polyéthylène sont
maintenues en place le temps que le revêtement durcisse.
Les protections de polyéthylène et les autres matériaux de
protection ont-ils été éliminés dans une installation approuvée?
431
Nettoyage des ponts
S'assurer qu'un permis MCETH valide de même que tous les permis
appropriés ont été obtenus, et qu'une copie est disponible sur le site.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Lorsque l'accumulation des saletés et des débris est excessive, les
surfaces du pont doivent être aspirées, grattées ou balayées avant
que les saletés et les débris ne soient enlevés avec de l'air
comprimé ou de l'eau de rinçage.
Quelle méthode utilisez-vous pour recueillir et éliminer les matériaux
aspirés ou grattés?
Contrôle de la glace
Les matériaux aspirés ou grattés ont-ils tous été recueillis et
éliminés à au moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide?
432
Les options de contrôle de la glace sont décrites dans le Guide des
glaces fluviales au
Nouveau-Brunswick (Environnement Canada et MENB, 1989).
L'enlèvement mécanique de la glace est préféré pour les petits
cours d'eau accessibles à partir des rives, à l'aide d'engins de
chantier tels que des pelles rétrocaveuses mécaniques et des pelles
à benne traînante.
Si des travaux de dynamitage doivent être effectués, il faut le faire
conformément aux Lignes directrices pour l'utilisation des explosifs
dans les eaux de pêche canadiennes du MPO.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Si vous effectuez des travaux de dynamitage, avez-vous
communiqué avec le MPO? Avez-vous dressé un plan d'atténuation
efficace qui a été soumis à l'examen du MPO?
S'assurer que les ravitaillements en carburant effectués sur le site
n'ont pas lieu à moins de 30 mètres d'une source connue d'eau
souterraine ou d'un puits d'eau privé.
Les aires de ravitaillement en carburant et de stockage désignées
se trouvent-elles à au moins 100 mètres d'une source d'eau
souterraine ou d'un puits d'eau privé?
Les matériaux servant à faciliter le confinement rapide et le
nettoyage des déversements sont-ils disponibles durant les activités
de construction et d'entretien entreprises à l'intérieur ou à proximité
d'un cours d'eau, d'une terre humide ou d'une zone écosensible?
L'équipement a-t-il été inspecté quotidiennement pour déceler des
fuites?
Les récipients sont-ils clairement identifiés, entreposés dans des
endroits clairement identifiés et situés loin d'un cours d'eau ou d'une
terre humide?
Le site est-il équipé d'une trousse en cas de déversement?
433
Avez-vous signalé des déversements?
Avez-vous retourné les récipients vides à l'endroit désigné?
Enlèvement
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu avant de commencer
des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre
humide.
Enlèvement des ponts
S'assurer qu'un permis LPEN a été obtenu avant de commencer des
travaux dans des eaux navigables.
S'assurer qu'une autorisation pour des ouvrages ou entreprises
modifiant l'habitat du poisson aux termes de la Loi sur les pêches a
été obtenue avant de commencer des travaux qui entraînent la
destruction ou la perturbation possibles de l'habitat du poisson.
Une copie des permis applicables est-elle conservée sur le site et le
personnel sur le terrain connaît-il les exigences qui y sont définies?
Avant le début des travaux, le pont doit être inspecté pour déceler
tout signe de nidification des oiseaux migrateurs. Dans la mesure du
possible, les activités susceptibles de détruire les œufs ou de tuer
les oisillons ne doivent pas avoir lieu entre les mois de mai et de
juillet sur les sections des ponts où nichent des oiseaux migrateurs.
Aucune excavation n'aura lieu dans le cours d'eau tant que tous les
permis et toutes les approbations n'ont pas été obtenus et que
toutes les mesures de protection n'ont pas été mises en place.
434
Sans objet
Mesure de protection/
considération environnementale
Inacceptable
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-elles
toutes été mises en place avant le début des travaux?
S'assurer que les travaux n'entraînent pas d'orniérage dans la zone
tampon; le cas échéant, le sol doit être stabilisé.
S'assurer de limiter la disparition de la végétation pour réduire le
risque de sédimentation.
S'assurer que les rives du cours d'eau sont protégées
immédiatement après l'enlèvement en utilisant du perré ou au
moyen de toute autre méthode de consolidation des talus
approuvée.
S'assurer que l'excavation de fondations dans un cours d'eau est
effectuée de façon à limiter les rejets de sédiments dans les cours
d'eau ou les terres humides.
S'assurer qu'aucune activité pendant toutes les phases du projet
n'empêchera le mouvement des glaces.
435
S'il s'agit d'eaux navigables, il faut s'assurer que les travaux
n'empêchent pas le passage.
Dans la mesure du possible, les travaux sont effectués pendant la
période des basses eaux et/ou en période sèche.
L'équipement est-il en bon état de fonctionnement?
Les matières dangereuses seront stockées conformément à la
section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses.
Effectuez-vous des travaux de dynamitage à l'intérieur ou à
proximité d'un cours d'eau? Le cas échéant, ils doivent être
effectués conformément aux Lignes directrices pour l'utilisation des
explosifs dans les eaux de pêche canadiennes et en consultation
avec le MPO qui doit également donner son approbation.
Le passage des poissons est-il maintenu?
Les déchets enlevés ont-ils été transportés en un lieu situé à au
moins 30 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide?
S'il faut assécher l'intérieur des batardeaux et que la concentration
du total des solides en suspension (TSS) dépasse les normes
réglementaires relatives aux déversements , l'eau a-t-elle été traitée
avant d'être déversée dans le cours d'eau?
Des mesures de protection ont-elles été envisagées pour contrôler
ou limiter le bruit et les poussières diffuses?
436
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.15 – Liste de contrôle relative aux ouvrages
Commentaires
Lorsqu'un ouvrage doit être enlevé complètement, s'assurer que la
coupe initiale du cours d'eau est rétablie.
L'élimination des déchets et des débris doit être conforme à la
section 5.20 – Gestion des déchets.
Les zones perturbées ont-elles été stabilisées après l'achèvement
des travaux?
437
438
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Commentaires
S'assurer que les pompes d'émulsion de bitume, les pelles, les
râteaux et les autres outils sont nettoyés seulement aux centres
d'entretien.
Rapiéçage
S'assurer que le nettoyage des outils et de l'équipement est effectué
seulement à l'aide d'agents d'enlèvement écologiques.
Tout le carburant utilisé a-t-il été recueilli dans un récipient et
recyclé, ou éliminé, dans une installation approuvée?
Les barils vides ont-ils été retournés au centre d'entretien afin d'être
correctement éliminés?
Les solvants utilisés pour nettoyer les outils ou tout autre
équipement ont-ils tous été ramenés dans les parcs d'entreposage
appropriés pour un stockage ou une élimination sécuritaires?
En cas de déversement, les lignes directrices de la section 5.12 –
Gestion des déversements seront suivies.
La quantité des déchets a-t-elle été limitée en ne commandant que
les quantités nécessaires à un site en particulier?
439
Entretien des fossés
Terrassement
Dans la mesure du possible, s'assurer que les matériaux en surplus
sont utilisés dans d'autres chantiers ou retournés au centre
d'entretien pour être éliminés de la manière appropriée.
440
Afin de minimiser la production de poussière, le terrassement doit
être normalement effectué après des périodes de temps humide.
S'assurer que le terrassement ne laisse pas le long de la route des
sillons qui empêcheraient le ruissellement en nappe.
Obtenir un permis MCETH avant de commencer les travaux de
creusement d'un fossé si ceux-ci ont lieu à moins de 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide, ou s'il existe une possibilité que
des sédiments puissent y pénétrer.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Les ouvrages de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-ils tous
été mis en place avant le début des travaux?
Les mesures ont-elles toutes été prises pour réduire les possibilités
que des sédiments pénètrent dans un cours d'eau ou une terre
humide?
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Commentaires
Dans la mesure du possible, une zone tampon de 30 mètres a-t-elle
été établie entre l'extrémité du fossé et les cours d'eau ou terres
humides?
S'assurer qu'un ouvrage de lutte contre l'érosion est installé à la
jonction du fossé et de la zone tampon.
S'assurer que des ouvrages de lutte contre l'érosion
supplémentaires sont installés en amont du fossé au besoin et
entretenus jusqu'à ce que les zones exposées aient été
revégétalisées et qu'elles ne présentent plus de risque d'érosion et
de sédimentation.
Signaler au MENB la présence de tout matériau contaminé par des
produits pétroliers dans le fossé.
Signaler la présence de tout déversement d'eaux usées dans le
fossé au ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick.
S'assurer que les pentes latérales sont aussi plates que possible.
S'assurer que le drainage naturel est maintenu lorsque cela est
pratique.
Dans la mesure du possible, les fossés doivent être dirigés vers la
végétation adjacente plutôt que de se déverser dans un cours d'eau
naturel ou une terre humide.
Les matériaux et les sédiments enlevés ont-ils été transportés en un
lieu situé à au moins 30 mètres d'un cours d'eau et de façon à ne
pas être entraînés par les eaux de ruissellement dans un cours
d'eau ou une terre humide?
441
Les zones exposées ont-elles toutes été stabilisées afin de limiter
l'érosion et la sédimentation?
Contrôle de la végétation
L'exécution de travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau ou
d'une terre humide requiert l'obtention d'un permis MCETH.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
S'assurer que toute croissance de végétation est contrôlée par des
moyens manuels ou mécaniques. Les herbicides sont interdits.
Les zones à tondre ou à débroussailler ont-elles été clairement
délimitées? Le personnel chargé de l'exécution des travaux a-t-il été
mis au courant des travaux à effectuer?
S'assurer que l'équipement de tonte ou tout autre équipement n'est
pas utilisé lorsque le sol est mou.
S'assurer que les rémanents ne pénètrent pas dans un cours d'eau
ou une terre humide.
Marquage de la
chaussée
Les broussailles ont-elles été déchiquetées et épandues (pas
empilées) sur l'emprise? Le brûlage est interdit.
442
S'assurer que l'équipement de pulvérisation est nettoyé en bordure
de route, loin des zones écosensibles.
Lorsqu'il existe un risque de contamination de la végétation en
bordure de route, utiliser une feuille de polyéthylène (ou tout autre
matériau approprié) recouverte d'un matériau absorbant pour
contenir les déversements.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.16 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en été
Commentaires
Les déversements doivent être contenus et éliminés conformément
à la section 5.12 – Gestion des déversements.
S'assurer que le ravitaillement en carburant et l'entretien du camion
de pulvérisation sont effectués loin des zones écosensibles.
S'assurer que des matériaux absorbants sont disponibles au besoin.
443
444
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Installations mobiles de préparation d'asphalte
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Prendre en considération les éléments suivants lors du choix de
l'emplacement de l'installation :
•
cours d'eau;
•
terres humides;
•
plans d'eau;
•
zones résidentielles et autres zones sensibles aux odeurs et
aux bruits.
Le permis MCETH approprié a-t-il été obtenu?
Si l'installation se trouve sur une emprise du MDT, s'assurer que le
MDTNB a approuvé l'emplacement.
L'installation possède-t-elle un permis d'exploitation valide?
445
Les installations de préparation d'asphalte et les autres installations
sont-elles exploitées de façon à protéger les ressources en air et
en eau?
Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-elles
été mises en place au site de l'installation de préparation d'asphalte
afin de contrôler les eaux de ruissellement lorsque cela est justifié?
(Voir la section 5.7 – Gestion de l'érosion et de la sédimentation.)
S'assurer que l'eau du dépoussiéreur n'est pas déversée dans
l'environnement.
Les dimensions des bassins de décantation sont-elles
appropriées?
Le surplus d'eau a-t-il été pompé et éliminé dans une installation
d'élimination approuvée?
S'assurer que l'utilisation et le stockage des produits pétroliers et
des autres produits chimiques à l'installation de préparation
d'asphalte sont conformes aux lignes directrices indiquées dans la
section 5-13 – Stockage et manutention des produits pétroliers et la
section 5.14 – Stockage et manutention d'autres matières
dangereuses.
S'assurer que la gestion des déversements de produits pétroliers et
d'autres produits chimiques aux installations de préparation
d'asphalte est conforme aux lignes directrices indiquées dans la
section 5.12 – Gestion des déversements.
S'assurer que, dans les deux semaines suivant le déplacement de
l'installation mobile de préparation d'asphalte du site actuel, le site
est entièrement restauré.
446
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
S'assurer que les sites d'extraction sont aménagés et exploités
conformément aux exigences provinciales applicables en matière
de lignes directrices, de politiques, de lois, de règlements et de
permis.
Sites d'extraction
S'assurer que les sites d'extraction sont situés à plus de 30 mètres
d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Le permis MCETH approprié a-t-il été obtenu?
Le site d'extraction est-il situé à l'intérieur ou à proximité de zones
écosensibles?
Vérifier si des effets se feront sentir sur les ZE avant d'entreprendre
les opérations de défrichage et de décapage.
Entretenir des zones tampons végétalisées autour des sites
d'extraction afin de réduire le bruit et la poussière.
Les mesures de lutte contre la sédimentation ont-elles toutes été
mises en place avant le début des travaux?
Les sites d'extraction ont-ils été laissés dans un état propre et
sécuritaire, et sont-ils exempts de talus en surplomb?
447
Les matériaux mis en tas sont-ils situés à au moins 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide?
Mise en tas
Les mesures de lutte contre la sédimentation ont-elles toutes été
mises en place et sont-elles efficaces?
S'assurer qu'il n'y a pas d'érosion au niveau des tas.
Les matériaux mis en tas contenant des matériaux érodables (tels
que la terre végétale) ont-ils été stabilisés par paillage afin
d'empêcher l'érosion?
Les eaux de ruissellement et le drainage du terrain sont-ils dirigés
loin des tas?
Carrières
Dans des conditions de sécheresse et de vent, il peut être
nécessaire d'arroser les tas afin de contrôler la poussière et de
réduire ainsi les effets sur l'environnement au-delà du site.
S'assurer que les carrières sont aménagées et exploitées
conformément aux exigences provinciales applicables en matière
de lignes directrices, de politiques, de lois, de règlements et de
permis.
Le permis MCETH approprié a-t-il été obtenu?
Le promoteur détient-il un permis d'exploitation valide?
448
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
S'assurer que l'exploitation de la carrière n'a lieu qu'entre 7 h et
19 h. En outre, sauf autorisation stipulée dans le permis, aucune
extraction ni aucun traitement ne sont permis les dimanches et les
jours fériés.
Une zone tampon intacte d'au moins 15 mètres de largeur a-t-elle
été maintenue entre le périmètre final d'une carrière et une route
publique ou des propriétés non résidentielles? Une zone tampon
intacte d'au moins 50 mètres de largeur doit être maintenue entre
une carrière et des propriétés résidentielles.
S'assurer qu'aucune excavation n'a lieu à une profondeur qui aura
un impact permanent sur la nappe phréatique.
Le promoteur a-t-il effectué une étude préalable représentative de
l'impact du dynamitage sur tous les ouvrages et tous les puits
situés à moins de 500 mètres?
La carrière est-elle conçue de manière à contenir les eaux de
ruissellement et les sédiments à l'intérieur de la zone des travaux?
Routes
d'accès
temporaires
La carrière est-elle conçue de manière à contenir les poussières
diffuses à l'intérieur de la zone des travaux?
L'exploitant ou le propriétaire a-t-il prévu un dispositif permettant de
contrôler la pollution sonore engendrée par l'exploitation de la
carrière?
S'assurer que la remise en état finale d'une carrière est effectuée
conformément aux directives du MENB.
449
Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-elles
été mises en place avant la construction des routes d'accès
temporaires?
S'assurer que les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont inspectées et entretenues.
Une traverse de cours d'eau ou de terre humide est-elle requise? Si
c'est le cas, un permis MCETH a-t-il été délivré, y compris pour la
section concernée par la traverse?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Si une traverse temporaire de cours d'eau est requise, se reporter à
la partie relative aux traverses temporaires de cours d'eau de la
section 5.17.6.
S'assurer que des fossés appropriés sont creusés afin d'empêcher
les eaux de ruissellement de s'écouler directement dans les cours
d'eau ou les terres humides.
S'assurer que les routes d'accès sont recouvertes de pierres et de
gravier afin d'empêcher toute sédimentation.
S'assurer que le niveau de bruit émis est réduit au minimum si des
zones résidentielles sont situées à proximité.
S'assurer que les poussières diffuses sont réduites au minimum et
qu'un camion d'eau est disponible au besoin.
S'assurer que les sites de déviation abandonnés sont nettoyés, et
que les voies d'accès et les rives sont stabilisées.
450
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Traverses temporaires au moyen d'un pont
S'assurer qu'un permis MCETH a été obtenu et est respecté, et
qu'une copie est disponible sur le site.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
Dans la mesure du possible, des traverses temporaires seront
utilisées au lieu des ponceaux pour réduire l'impact sur l'habitat
aquatique.
La conception et la taille des traverses temporaires tiennent-elles
compte des débits de pointe prévus pendant la durée de vie de la
traverse?
Les traverses sont-elles situées à l'endroit où le chenal du cours
d'eau est droit et étroit?
Dans la mesure du possible, les traverses temporaires ont-elles été
construites perpendiculairement au cours d'eau?
S'assurer que les mesures de lutte contre la sédimentation ont été
mises en place et sont entretenues tel que requis.
S'assurer que la traverse et tous les matériaux de construction sont
enlevés du cours d'eau, et que les rives et tout le sol exposé sont
stabilisés.
451
Un passage à gué doit être considéré uniquement comme une
solution alternative à la construction d'un pont ou à la mise en place
d'un ponceau si le nombre de traverses doit être maintenu au
minimum et l'utilisation de celles-ci doit se limiter à la période des
basses eaux comprise entre le 1er juin et le 30 septembre.
La traverse a-t-elle été approuvée et un permis MCETH a-t-il été
délivré?
Passages à gué
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
S'assurer que toutes les conditions définies dans le permis MCETH
sont respectées.
L'emplacement des passages à gué a-t-il été choisi de façon à
perturber le moins possible les rives?
Les approches de la traverse ont-elles été stabilisées et les routes
d'accès menant à la traverse ont-elles été recouvertes de gravier
propre?
S'assurer que les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont mises en place et fonctionnent correctement.
S'assurer que le passage à gué est construit perpendiculairement
au cours d'eau.
S'assurer que les arbres abattus, les rémanents et les débris ne
sont pas traînés à travers le cours d'eau.
452
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
S'assurer que les sédiments ne sont pas entraînés dans le cours
d'eau.
S'assurer que les véhicules utilisant le passage à gué ne
présentent pas de fuites de carburant.
S'assurer que la traverse est enlevée dès qu'elle n'est plus
nécessaire.
S'assurer que la zone de franchissement est ramenée à son état
initial lorsqu'elle n'est plus nécessaire.
453
Campements
Stockage des explosifs
Cours de rassemblement
et zones d'entreposage
454
Les sites ouverts sont préférés aux sites boisés qui doivent être
défrichés.
S'assurer que les mesures de protection environnementale
associées au défrichage (section 5.3), au contrôle de la poussière
(section 5.6), à la lutte contre l'érosion et la sédimentation
(section 5.7), à l'essouchement (section 5.11) et aux autres
sections pertinentes sont mises en place, au besoin.
S'assurer que le bruit et la poussière sont limités au minimum.
S'assurer que le stockage des agents de sautage se fait à
l'extérieur du site, à une installation approuvée.
S'assurer que seule la quantité de matériaux explosifs nécessaires
pour une journée est transportée sur le site.
Tous les matériaux explosifs non utilisés doivent être ramenés à
l'installation de stockage approuvée.
S'assurer que la certification autorisant la manutention et le
transport est disponible.
Les permis nécessaires ont-ils été obtenus pour le site?
S'assurer que les campements ne sont pas situés à moins de
100 mètres d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.17 – Liste de contrôle relative à la gestion des installations auxiliaires temporaries
Commentaires
Utiliser les zones défrichées existantes pour les campements;
toutefois, si cela est impossible, la zone à défricher devra être
réduite au minimum.
Conserver la végétation existante, dans la mesure du possible.
Des mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ont-elles
été mises en place pour éviter la migration des sédiments?
Les déchets sont-ils déposés dans des récipients pour éviter qu'ils
ne soient éparpillés sur le terrain et pour réduire les risques de
contacts imprévus avec la faune?
Désaffectation des
installations
auxiliaires
temporaires
L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
S'assurer que les installations auxiliaires temporaires sont
nettoyées et stabilisées.
S'assurer que les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation sont entretenues jusqu'à ce que la végétation soit
établie.
L'élimination des déchets doit être conforme à la section 5.20 –
Gestion des déchets.
455
456
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.18 – Liste de contrôle relative à la terre vé
Commentaires
S'assurer que l'emplacement des tas de terre végétale a été approuvé
par le MDTNB.
Généralités
Les tas de terre végétale sont-ils situés à au moins 30 mètres d'un
cours d'eau ou d'une terre humide là où ils n'empêcheront pas le
drainage naturel?
Une barrière de retenue des sédiments a-t-elle été installée autour des
tas afin de contenir les sédiments?
Les tas de terre végétale ont-ils été recouverts de paillis conformément
aux lignes directrices indiquées dans la section 5.22 – Avancement
des travaux?
Des mesures de lutte contre l'érosion sont-elles mises en place en aval
des tas de terre pour s'assurer que les eaux de ruissellement ne
s'écoulent pas directement dans un cours d'eau ou une terre humide ?
Une fois les surfaces recouvertes de terre végétale, s'assurer qu'elles
sont stabilisées le plus tôt possible.
457
458
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.19 – Liste de contrôle relative à la gestion des
véhicules et du materiel
Commentaires
Entretien et réparation
S'assurer que les camions-citernes ne sont pas lavés dans des
endroits où l'eau de lavage risque de s'écouler vers un cours d'eau
ou une terre humide.
S'assurer d'effectuer des lavages à l'eau de routine aux sites équipés
d'un séparateur d'huile et d'eau afin d'éliminer les produits pétroliers
avant d'évacuer les eaux usées.
Aux sites sans séparateur d'huile et d'eau, l'emplacement des zones
de lavage doit être choisi de façon que les eaux de lavage ne
s'écoulent pas directement vers un cours d'eau ou une terre humide.
S'assurer que le lavage du matériel spécialisé (véhicules de
revêtement bitumé, moteurs, etc.) n'a lieu qu'aux installations
aménagées pour traiter les eaux usées contaminées.
L'entretien et la réparation des véhicules et du matériel ont-ils été
effectués conformément au manuel d'entretien ou été recommandés
par l'Agence de gestion des véhicules?
Le matériel est-il inspecté quotidiennement pour s'assurer qu'il
fonctionne correctement et qu'il ne fuit pas?
459
Le matériel qui perdait des liquides ou du carburant a-t-il été réparé
immédiatement? Voir la section 5.12 – Gestion des déversements.
Des précautions ont-elles été prises pour éviter que de l'huile, de
l'antigel ou tout autre liquide dangereux ne s'écoule dans les drains
de plancher?
Les filtres à huile ont-ils été complètement égouttés, mis dans un sac
de plastique fermé, puis recyclés ou éliminés à une installation
d'élimination des déchets solides?
S'assurer que pas plus que 500 litres d'huile usée ne sont stockés
dans les récipients de stockage temporaire.
Les récipients, les barils et les seaux sont-ils tous fermés et munis
d'une cuvette de rétention?
Marche au
ralenti
S'assurer que des réserves de matériaux absorbants en cas de
déversements sont stockées à tous les centres d'entretien ainsi que
dans les véhicules d'entretien équipés pour réparer le matériel sur le
terrain.
460
S'assurer que le moteur des machines de chantier fonctionnant au
diesel qui ne sont pas utilisées est coupé.
S'assurer que le moteur des camions à benne basculante tournant au
ralenti depuis cinq minutes ou plus est coupé.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.19 – Liste de contrôle relative à la gestion des
véhicules et du materiel
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.19 – Liste de contrôle relative à la gestion des
véhicules et du materiel
Commentaires
S'assurer que le moteur des véhicules légers comme les camions
d'un quart de tonne et d'une demi-tonne qui sont laissés sans
surveillance ou qui sont immobiles pendant cinq minutes ou plus est
coupé.
Si l'on prévoit du temps extrêmement froid, est-il possible d'abriter le
véhicule ou le matériel dans un garage fermé?
Limiter le réchauffage du moteur le matin à une période de trois à
cinq minutes.
S'assurer que les machines tournant au ralenti sont placées loin des
récepteurs sensibles tels que les prises d'air frais des bâtiments.
Rappelez-vous du chiffre 5… si le véhicule ou les machines
fonctionnent mais ne sont pas utilisés, si vous devez laisser votre
véhicule ou votre machine sans surveillance ou si vous devez
réchauffer le véhicule ou la machine le matin… coupez le moteur
après 5 minutes.
461
462
.
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Commentaires
L'emplacement des lieux d'élimination a-t-il été défini?
Lieux d'élimination
Le MDTNB a-t-il approuvé le lieu d'élimination proposé?
Le propriétaire foncier a-t-il approuvé le lieu d'élimination
proposé?
Le lieu proposé a-t-il été inspecté pour s'assurer qu'il ne s'agit
pas d'une ZE?
S'assurer que les permis MCETH sont obtenus lorsque c'est
nécessaire.
S'assurer que le lieu d'élimination est situé à plus de 30 mètres
d'un cours d'eau ou d'une terre humide.
Les lieux d'élimination obstruent-ils le drainage naturel?
S'assurer que toutes les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation appropriées sont mises en place et fonctionnent
correctement.
463
Déchets et autres
Débris de
construction
et de
démolition
Le lieu d'élimination est-il bien entretenu, a-t-il une apparence
finie et a-t-il été stabilisé de façon permanente?
Seuls les débris de construction et de démolition seront éliminés
à un lieu d'élimination des débris de construction et de démolition
approuvé.
S'assurer qu'une preuve du permis d'exploitation est disponible.
S'assurer que les chiffons et les autres substances
potentiellement combustibles utilisés pour l'entretien du matériel
sont gardés séparément, dans un récipient avec couvercle,
jusqu'à ce que ces substances combustibles puissent être
éliminées à l'extérieur du site.
Le carburant diesel résiduaire, les huiles à transmission, les
huiles hydrauliques et l'huile moteur ont-ils été entreposés dans
un réservoir ou baril étiqueté aux fins de recyclage par une
installation de recyclage des huiles usées située à l'extérieur du
site, conformément à la section 5.13.4?
Les déchets dangereux ont-ils été recueillis et éliminés à
l'extérieur du site, à une installation d'élimination reconnue et
autorisée à recevoir des déchets industriels liquides?
464
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Commentaires
Le brûlage des déchets est interdit sur le site.
S'assurer que les déchets ménagers générés par les bureaux et
les campements sur le site sont ramassés quotidiennement et
entreposés dans des récipients de métal fermés aux fins
d'élimination.
Poubelles et
collecte des
ordures
Les poubelles ont-elles été ramassées régulièrement pour
réduire au minimum les nuisances potentielles associées au site?
Recyclage et réutilisation
des déchets de
construction routière
Afin de réduire au minimum les contacts imprévus avec la faune,
les déchets de nourriture ne doivent pas être laissés sur le site.
Autant que possible, le MDTNB doit recycler le vieux revêtement
en béton bitumineux.
S'assurer que toutes les ordures ramassées sont acheminées au
site d'enfouissement de la commission de gestion des déchets
solides régionale la plus proche.
La terre végétale doit être récupérée et réutilisée pour les talus le
long des routes.
Utiliser le sous-sol de moins bonne qualité provenant du remblai
obtenu plus en profondeur et le sous-sol mouillé plutôt que de
s'en débarrasser.
Autant que possible, réutiliser les glissières en acier et les
poteaux de glissière.
465
Les vieux panneaux d'aluminium doivent être recouverts d'une
nouvelle pellicule réfléchissante.
Les produits en aluminium comme les poteaux pour les
panneaux, les lampadaires, les poteaux de signalisation, les
panneaux de signalisation aérienne et les garde-fous des ponts
doivent être réutilisés.
Déchets végétaux
Les matériaux qui ne sont pas réutilisables doivent être vendus à
un ferrailleur aux fins de recyclage.
466
Une fois mis en copeaux, s'assurer que les déchets végétaux
sont répandus sur le sol ou utilisés comme matériaux de
remblayage pour réduire au minimum la taille des lieux
d'élimination.
Les végétaux mis en copeaux peuvent servir de paillis.
Utiliser les rémanents présents dans les matériaux de
remblayage pour réduire au minimum la taille des lieux
d'élimination.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.20 – Liste de contrôle relative à la gestion des déchets
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Épandage de sel
Épandage
de sable
Déneigement et
élimination de la
neige
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Commentaires
S'assurer que les lieux de stockage de la neige sont situés à
l'écart des zones écosensibles.
S'assurer que le personnel du MDTNB et les entrepreneurs en
déneigement transportent la neige aux endroits désignés, loin des
eaux de surface (cours d'eau et terres humides) et des zones
d'eau souterraine sensibles, particulièrement des sources d'eau
potable.
S'assurer que la quantité de sel ajoutée au sable l'hiver est
minimale (de 2,5 % à 4 %) afin de minimiser la quantité de sel
déversée dans l'environnement.
S'assurer que la politique de gestion des sels de voirie et le plan
de gestion des sels de voirie sont respectés.
Afin de maximiser l'efficacité des activités d'épandage de sel tout
en réduisant au minimum les quantités de sel nécessaires,
s'assurer que le sel est appliqué à un rythme qui donne les
résultats escomptés, sans que le milieu naturel environnant ne
devienne excessivement chargé en sel.
467
S'assurer que les opérateurs connaissent le rythme d'application
prescrit.
S'assurer que les épandeuses de sel sont toujours étalonnées et
que les roues à ailettes sont ajustées pour éviter le gaspillage.
Stockage des matériaux d'entretien
en hiver
Un traitement à la vapeur doit être utilisé au lieu du chlorure de
calcium pour les ponceaux obstrués.
468
S'assurer que seules des quantités minimes de matériaux
d'entretien hivernal sont entreposées sur le site (p. ex. seulement
la quantité de matériaux nécessaires pour une saison).
S'assurer que tout le sel est entreposé dans une remise conçue à
cette fin (dôme de sel ou entrepôt de sel).
S'assurer que le chargement de sel dans les véhicules se fait à
l'intérieur de l'entrepôt ou le plus près possible de l'entrée.
Pour réduire au minimum les déversements, s'assurer que les
godets des chargeuses ne sont que partiellement remplis pendant
le chargement.
S'assurer que tout sel déversé dans la cour est immédiatement
ramassé et remis en tas.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.21 – Liste de contrôle relative à l'entretien des routes en hiver
Commentaires
Des balais et des pelles sont-ils gardés à l'entrée du dôme afin
d'être facilement accessibles en cas de déversement de sel?
S'assurer que le drainage du terrain est dirigé loin des lieux de
stockage et des matériaux mis en tas.
Si possible, s'assurer que le sable mélangé est entreposé dans
les dômes.
Si le sable mélangé doit être entreposé à l'extérieur, s'assurer que
les quantités sont minimes et que la mise en tas est réalisée le
plus tard possible dans la saison.
S'assurer que les procédures de mise en tas décrites dans le
Manuel de gestion de l'entretien des routes sont respectées.
Recouvrir les tas pour empêcher le lessivage du sel.
Dans la mesure du possible, le sable doit être mis en tas loin des
lieux où il y a des risques de contamination des sources d'eau
souterraine.
Une barrière de retenue des sédiments doit être installée s'il y a
des risques que des eaux de ruissellement ne s'écoulent des tas
de sable vers les propriétés adjacentes et les cours d'eau ou les
terres humides à proximité.
469
470
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.22 – Liste de contrôle relative à l'avancement des travaux
Commentaires
S'assurer que la taille de la zone perturbée et la durée pendant
laquelle elle est exposée sont réduites au minimum.
Dans la mesure du possible, s'assurer que la végétation existante est
conservée.
Généralités
S'assurer que les zones où les travaux ne peuvent être achevés dans
le temps imparti sont stabilisées en les recouvrant de paillis.
Des travaux doivent-ils être effectués à moins de 30 mètres d'un cours
d'eau ou d'une terre humide? Si c'est le cas, un permis MCETH est
requis. Ne pas commencer les travaux tant que le permis n'a pas été
délivré.
Les aires des travaux ont-elles été définies?
L'aire des travaux est-elle trop grande pour que les travaux puissent
être effectués en moins de 30 jours? Si c'est le cas, envisager de
réduire la taille de l'aire des travaux.
Un plan d'inspection de l'avancement des travaux a-t-il été établi?
L'aire des travaux doit être inspectée avant, pendant et après tout
événement pluvieux. Le cas échéant, les ouvrages de lutte contre
l'érosion et les zones stabilisées doivent être immédiatement réparés.
471
Le cas échéant, une méthode d'enlèvement des sédiments accumulés
derrière les ouvrages de lutte contre l'érosion a-t-elle été déterminée?
Le cas échéant, un lieu d'élimination des sédiments situé à au moins
30 mètres des cours d'eau et des terres humides a-t-il été établi?
Des arrangements ont-ils été pris pour stabiliser les zones exposées
(p. ex. par paillage ou ensemencement hydraulique)? Ces
arrangements doivent être pris avant la fin de la période de 30 jours, et
non le 30e jour.
472
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.22 – Liste de contrôle relative à l'avancement des travaux
Commentaires
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Des arrangements ont-ils été pris avec les propriétaires fonciers
privés pour qu'ils puissent avoir accès à leur propriété pendant la
construction?
Terres agricoles
Les accès ont-ils été déterminés et clairement marqués?
S'assurer que le personnel et la machinerie n'empruntent que les
accès déterminés.
S'assurer que toutes les mesures de lutte contre l'érosion ont été
mises en place.
S'assurer que les clôtures de ferme qui ont été sectionnées dans le
cadre des activités de construction sont immédiatement réparées à
leur état original ou remplacées lorsqu'elles servent d'enceinte pour
les animaux de ferme.
S'assurer que tout dommage causé à la propriété résultant de
l'exécution des travaux est réparé le plus tôt possible.
473
Ressources forestières
Ressources archéologiques,
patrimoniales et paléontologiques
474
S'assurer de communiquer avec le Musée du Nouveau-Brunswick
en cas de découverte paléontologique.
En cas de découverte, les travaux ont-ils été arrêtés jusqu'à ce que
les mesures d'atténuation applicables aient été déterminées?
S'assurer que tous les fossiles et autres restes, vestiges ou
éléments présentant un intérêt ou ayant une valeur d'un point de
vue géologique ou archéologique découverts restent la propriété de
la Couronne.
Toutes les précautions raisonnables ont-elles été prises pour
empêcher les employés ou d'autres personnes de déplacer ou
d'endommager de telles découvertes?
S'assurer qu'un archéologue qualifié est présent lorsque des
travaux sont effectués dans les zones concernées.
S'assurer que les activités de défrichage ne sont pas menées audelà des limites définies.
S'assurer que le bois de valeur marchande est récupéré pendant le
défrichage.
S'assurer que le contrôle de la végétation est effectué
conformément à la section 5.16 – Exploitation, entretien et remise
en état des routes en été et activités connexes.
S'assurer que les mesures de prévention des incendies sont
respectées conformément à la section 5.10 – Plan d'urgence et de
prévention des incendies.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Puits d'eau souterraine
Les puits résidentiels ont-ils tous été désaffectés selon les Lignes
directrices pour la désaffectation (combler et l'obturer) des puits
d'eau du MENB?
Un échantillon des puits d'eau souterraine situés à moins de
500 mètres de travaux de construction a-t-il été prélevé avant le
début des travaux (le cas échéant)?
Un échantillon des puits creusés à moins de 50 mètres de travaux
de construction a-t-il été prélevé avant le début des travaux (le cas
échéant)?
S'assurer que les documents appropriés ont été remplis avant de
commencer des travaux à proximité de puits résidentiels.
Si les travaux de construction ont des effets nuisibles sur les puits,
un approvisionnement en eau temporaire a-t-il été fourni au
propriétaire foncier?
Les puits qui sont endommagés de façon permanente à la suite des
activités du MDTNB seront réparés ou remplacés.
475
Ressources minérales
S'assurer que le nombre de terres contenant des ressources
minérales qui sont requises pour l'aménagement du corridor routier
est le plus petit possible.
Dans la mesure du possible, s'assurer que les zones qui présentent
des risques d'affaissement sont évitées.
Des arrangements ont-ils été pris avec les propriétaires fonciers
privés pour qu'ils puissent avoir accès à leur propriété pendant la
construction?
Les accès ont-ils été déterminés et clairement marqués?
Zones sensibles au
bruit
S'assurer que le personnel et la machinerie n'empruntent que les
accès déterminés.
476
Le matériel est-il en bon état de marche et conforme aux normes en
matière de suppression du bruit?
Si des plaintes de bruits excessifs sont reçues pendant la
construction, s'assurer qu'un suivi est réalisé et que des mesures
correctives sont prises au besoin.
Les activités de construction pourraient être restreintes de façon
qu'elles n'aient lieu que durant les heures de clarté si le suivi réalisé
après la réception de plaintes permet de constater qu'il y a un
problème.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Cours d'eau, poisson et habitat du
poisson
Plantes rares
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Lorsque des populations de plantes rares sont présentes au sein de
l'emprise ou qu'elles sont proches de l'emprise, s'assurer que les
limites du défrichage sont indiquées clairement.
Le personnel sur le site est-il informé de l'emplacement de toute
plante rare?
S'assurer qu'aucune installation auxiliaire n'est établie à l'extérieur
des limites de l'emprise, aux endroits où des populations de plantes
rares on été identifiées.
S'assurer que tous les permis MCETH sont obtenus avant de
commencer des travaux à moins de 30 mètres d'un cours d'eau.
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
S'assurer que toutes les conditions d'approbation définies dans les
permis requis sont respectées.
S'assurer que les plans de lutte contre l'érosion et la sédimentation
(ou les plans de protection de l'environnement propres au site)
élaborés pour les travaux devant être entrepris à moins de
30 mètres d'un cours d'eau sont respectés.
Toutes les mesures de lutte contre l'érosion et la sédimentation ontelles été mises en place, inspectées et maintenues?
477
S'assurer qu'aucun dynamitage n'a lieu à l'intérieur ou à proximité
d'un cours d'eau avant d'avoir obtenu l'autorisation du MPO.
S'assurer que le matériel est exempt de substances nocives (p. ex.
huile, graisse) avant d'entreprendre des travaux dans la partie
mouillée d'un cours d'eau.
Trouve-t-on une trousse en cas de déversement à l'intérieur des
machines utilisées à moins de 30 mètres d'un cours d'eau, ou en
trouve-t-on une à proximité pour réparer rapidement les fuites?
Zones de protection du
bassin hydrographique et
du champ de captage
Avant de procéder à l'installation ou à l'entretien d'un pont ou d'un
ponceau, des opérations de sauvetage des populations de
poissons ont-elles été entreprises dans les parties du cours d'eau
touchées par un biologiste qualifié?
478
Une dérogation a-t-elle été obtenue avant le début des travaux
dans une zone de protection d'un bassin hydrographique ou d'un
champ de captage?
Le permis MCETH approprié a-t-il été obtenu?
Le personnel sur le terrain connaît-il les exigences définies dans le
permis MCETH?
S'assurer que toutes les conditions d'approbation sont respectées.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
S'assurer que les limites des bassins hydrographiques et/ou des
champs de captage sont clairement indiquées sur le terrain.
Pendant le défrichage, s'assurer que les travaux n'entraînent pas la
perturbation du sol ou d'orniérage dans la zone de protection du
bassin hydrographique ou du champ de captage.
Effectuer un défrichage à la main si le sol est mou (s'il existe un
risque d'orniérage, par exemple).
S'assurer que le ravitaillement en carburant du matériel est effectué
à l'extérieur de la zone de protection du bassin hydrographique ou
du champ de captage.
Terres humides
S'assurer que les activités de construction et les activités connexes
prévues sur une terre humide sont restreintes à l'emprise.
S'assurer que les véhicules et les machines utilisés pendant la
construction empruntent seulement les routes et les voies d'accès
désignées.
S'assurer que toutes les mesures de lutte contre l'érosion et la
sédimentation applicables sont mises en place correctement.
S'assurer que tout le matériel est en bon état de fonctionnement et
qu'il ne fuit pas.
479
Afin de réduire la propagation des espèces de plantes
envahissantes, s'assurer que les machines sont nettoyées de toute
boue et de toute végétation avant de pénétrer dans une terre
humide ou de la quitter.
Faune et habitats fauniques
Au besoin, s'assurer que les terres humides qui subsistent après
n'avoir subi que peu d'effets néfastes à la suite d'activités de
construction routière sont surveillées afin d'évaluer visuellement
l'hydrologie du milieu humide, la présence d'espèces de plantes
envahissantes et l'utilisation de véhicules récréatifs.
480
Dans les secteurs où on prévoit qu'une concentration élevée
d'espèces sauvages (p. ex. chevreuils ou orignaux) traversera la
route, s'assurer d'étudier la possibilité d'intégrer des passages de la
faune à la conception de la route.
S'assurer que l'emplacement des passages de la faune est choisi
en consultation avec les biologistes de la faune du MRNNB.
Dans la mesure du possible, s'assurer que les travaux de
construction sont prévus de façon à éviter la période pendant
laquelle les chevreuils se regroupent dans une aire d'hivernage à
proximité de l'emprise.
S'assurer que seules les routes et les voies d'accès désignées sont
utilisées.
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.23 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité de zones écosensibles
Commentaires
Afin d'éviter d'attirer des animaux nuisibles, s'assurer que les
déchets ménagers générés par les bureaux et les campements sur
le site, y compris les déchets de nourriture, sont ramassés
quotidiennement et entreposés dans des récipients de métal fermés
pour être acheminés à un site d'enfouissement approuvé.
Dans le cas de contacts répétés avec des animaux sauvages,
avez-vous avisé le MRNNB?
S'assurer de documenter tout contact avec des animaux sauvages.
481
482
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.24 – Liste de contrôle relative aux travaux à proximité des pipelines et autres services publics souterrains
Commentaires
Généralités
Les fournisseurs de services publics souterrains ont-ils été contactés
avant de commencer les travaux de creusement?
S'assurer qu'aucune excavation ou activité connexe n'a lieu tant que
les autorisations requises n'ont pas été obtenues.
S'assurer que les lieux d'excavation sont marqués sur place avant
même qu'une demande d'autorisation n'ait été soumise.
S'assurer que les demandes d'autorisation sont soumises au moins
48 heures avant le début des travaux.
L'autorisation de creuser a-t-elle été accordée?
483
484
Nom du projet :
Numéro du contrat :
Nom du technicien :
Nom de l'ingénieur résident :
Date :
Vérification effectuée par :
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides
Commentaires
Généralités
S'assurer que les procédures et les lignes directrices suivantes sont
respectées lorsque des roches sulfurées sont découvertes sur le
terrain.
•
Protocole sur les roches acides (MDTNB, 2000);
•
Directives d'utilisation des roches sulfurées (MDTNB, 2002);
•
Évaluation des méthodes de surveillance sur le terrain
utilisées pour les sites contenant des matériaux rocheux
pouvant produire un drainage acide (Al, 2007);
Effets sur l'environnement de l'exhaure des formations
rocheuses acides : critères d'interprétation des données de
surveillance de la qualité de l'eau (Al, 2005).
•
Dans les régions où on a découvert des roches sulfurées, on doit les
éviter comme suit :
•
élever le niveau de la route pour éviter toute excavation;
•
déplacer le tracé horizontalement pour éviter la
minéralisation.
485
Lorsqu'il est impossible d'éviter complètement les roches sulfurées,
s'assurer que des plans de surveillance, et des plans de gestion et
de mesures d'urgence propres au site sont élaborés.
Dans les régions qui contiennent des matériaux rocheux pouvant
produire un drainage acide, s'assurer que les programmes de
surveillance sont mis en œuvre avant, pendant et après les travaux
de construction. De plus, s'assurer qu'un suivi hebdomadaire de la
qualité de l'eau est effectué au moyen de lectures du pH.
Le lieu d'élimination a-t-il été déterminé et approuvé?
S'assurer que les roches sulfurées découvertes pendant les travaux
de construction routière sont placées dans des remblais désignés à
cet effet, puis recouvertes de matériaux peu perméables.
S'assurer que les coupes de roche exposées sont vérifiées
régulièrement par l'ingénieur géologue du MDTNB afin de déceler
toute autre zone minéralisée.
S'assurer que les plans de dynamitage sont conçus de manière à
réduire au minimum la fragmentation des roches.
S'assurer que les lieux d'élimination sont situés à l'intérieur du
périmètre du projet (si possible) ou sur des terres appartenant au
MDTNB.
S'assurer que les terres humides ne servent pas de lieu d'élimination
des roches sulfurées, à moins qu'elles ne subissent déjà les impacts
du projet (c.-à-d. la route traverse la terre humide).
486
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides
Commentaires
S'assurer que les lieux d'élimination des roches sulfurées ne sont
pas situés à moins de 100 mètres d'une terre humide ou d'un cours
d'eau. Cette distance peut être augmentée si d'après la topographie
les eaux de drainage semblent s'écouler vers le cours d'eau ou la
terre humide.
Le pied du remblai du lieu d'élimination
a-t-il été essouché et les ondulations du terrain ont-elles été
aplanies?
La source des matériaux de couverture peu perméables a-t-elle été
déterminée et son utilisation a-t-elle été approuvée?
S'assurer que les roches sulfurées sont recouvertes de matériaux
peu perméables. Ces matériaux de recouvrement doivent avoir une
épaisseur minimale de 600 millimètres au-dessous de la plate-forme
routière et de 800 millimètres sur les talus pour réduire au minimum
l'infiltration d'eau dans les remblais de roches sulfurées et les eaux
de ruissellement s'écoulant des remblais.
S'assurer que les talus de remblai sont profilés, recouverts de
matériaux peu perméables, recouverts de terre végétale, puis
ensemencés hydrauliquement. Si le talus de remblai avant est
abrupt (c.-à-d. qu'il a une pente de 2:1), installer des toiles de jute
pour minimiser les risques d'érosion.
S'assurer que les travaux de déblayage, de remblayage et de
recouvrement de roches sulfurées se poursuivent de façon continue
jusqu'à ce qu'ils soient complétés.
En ce qui concerne l'élimination des roches sulfurées dans des
terres non humides, s'assurer que les ponceaux ont une protection
latérale étanche afin d'éviter les fuites.
487
En ce qui concerne l'élimination des roches sulfurées dans des
zones de terres humides, s'assurer qu'une protection latérale est
installée pour le ponceau, et qu'il est en plus recouvert de matériaux
peu perméables avant le dépôt des matériaux de roches sulfurées.
En ce qui concerne l'élimination des roches sulfurées dans les zones
de terres humides, s'assurer que les roches sulfurées sont placées à
plus d'un mètre de la nappe phréatique.
Les matériaux de remblai requis sous les ponceaux installés dans
les zones de remblai de roches sulfurées ne devront pas être des
matériaux sulfurés. Les matériaux placés à moins d'un mètre ne
devront pas être des roches sulfurées.
S'assurer que les fossés et les terre-pleins centraux (le cas échéant)
sont conçus de façon à minimiser la formation d'eaux stagnantes, et
donc l'infiltration d'eau, dans la zone de remblai de roches sulfurées.
S'assurer que le nivellement de la route et des fossés adjacents est
conçu de manière à diriger l'eau loin des zones de remblai de roches
sulfurées.
S'assurer que les fossés situés au pied du talus, en amont des
zones de roches sulfurées sont en pente loin des zones de remblai
de roches sulfurées.
S'assurer que l'épaisseur des matériaux de couverture des remblais
de roches sulfurées dans les terre-pleins centraux est d'au moins
1,4 mètre.
488
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides
Commentaires
Sans objet
Inacceptable
Mesure de protection/
considération environnementale
Acceptable
Section 5.25 – Liste de contrôle relative à la gestion de l'exhaure des roches sulfurées et des formations rocheuses acides
Commentaires
Afin de réduire au minimum l'écoulement provenant des coupes de
roches sulfurées exposées qui pourrait atteindre un cours d'eau, le
drainage des fossés sera assuré, autant que possible, par des
ponceaux transversaux aménagés de façon que la sortie des
ponceaux soit dirigée vers des zones boisées basses qui ne
s'écoulent pas directement dans un cours d'eau.
Dans la mesure du possible, s'assurer que les eaux de drainage
provenant des fossés rocheux et des parois rocheuses le long des
zones de déblai de roches sulfurées sont dirigées vers des régions
boisées adjacentes, loin des cours d'eau et des terres humides.
S'assurer que les eaux de ruissellement s'écoulant des zones de
déblai et de remblai de roches sulfurées sont surveillées et, selon les
besoins, traitées avant d'être rejetées dans l'environnement.
S'assurer que les talus avant et les fossés dans les coupes de
roches sulfurées sont recouverts de terre végétale et ensemencés
pour réduire au minimum l'exposition de la roche.
Si on découvre de façon inattendue des roches sulfurées, s'assurer
que les travaux sont arrêtés à cet endroit. S'assurer que le site est
évalué et qu'un plan de gestion environnementale est élaboré.
489
490
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Annexe B – Permis
491
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
492
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
493
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
494
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
495
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
496
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
497
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
498
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
499
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
500
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
501
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
502
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
503
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
504
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
505
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
506
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
507
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
508
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
509
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
510
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
511
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
512
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Annexe C – Renseignements sur les
roches sulfurées
513
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
514
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Octobre 2000
Ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Protocole sur les roches acides
Sélection du corridor de planification
Une fois que le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick (MDTNB) a choisi une
zone de projet où il est justifié d'examiner les options pour des travaux d'amélioration,
les ingénieurs de la planification routière définissent un large corridor de planification. En
règle générale, le corridor a une largeur d'un kilomètre et il est choisi en fonction des
besoins de transport et des caractéristiques qui peuvent être déterminées à partir de la
cartographie topographique disponible.
Identification des contraintes
Le choix du corridor de planification est acheminé à d'autres organismes provinciaux et
fédéraux en vue d'obtenir leurs commentaires sur les contraintes au sein de la zone
d'étude, notamment sur les roches acidogènes. Le personnel géotechnique et
géologique du MDTNB est également consulté à cette étape. Si une région est reconnue
pour ses formations rocheuses acides ou pour sa géologie possiblement associée à la
présence de roches acides, son emplacement est intégré à la cartographie thématique
du projet.
Voici les organismes externes avec qui on communique généralement à cette étape du
processus de planification :
Ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick (MENB)
Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick (MRNNB)
Ministère de l'Agriculture et de l'Aquaculture du Nouveau-Brunswick (MAANB)
Entreprises Nouveau-Brunswick (ENB)
Commission du district d'aménagement rural du Nouveau-Brunswick
Énergie NB
Aliant
Ministère des Pêches et des Océans (MPO)
Environnement Canada (EC)
Si l'on prévoit que le projet pourrait faire l'objet d'une présélection en vertu de la Loi
canadienne sur l'évaluation environnementale (LCEE) en raison de la participation du
gouvernement fédéral au financement, de la propriété des terres ou de tout autre article
déclencheur de la LCEE, on communiquera alors avec l'organisme fédéral concerné à
cette étape.
515
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Tracé préliminaire
À cette étape, le personnel de la planification indique les tracés préliminaires dans le
corridor de planification. S'il est déterminé que le substrat rocheux du corridor peut être
acidogène, il est d'usage pour le MDTNB d'éviter complètement la zone contraignante si
possible. Cependant, s'il est impossible d'éviter complètement la zone contraignante en
raison de facteurs d'ordre physique, social ou économique, l'incidence environnementale
potentielle sera réduite au minimum comme suit :
-
en réduisant au minimum la longueur du tracé qui traverse la zone définie;
en s'assurant que le tracé vertical est prévu de manière à minimiser l'excavation
du roc solide dans la zone contraignante ou, préférablement, à l'éviter
complètement.
Il faut souligner que l'incidence environnementale potentielle liée à l'excavation d'un
dépôt de roches acidogènes est considérable et que les coûts des mesures
d'atténuation connexes sont très élevés. Par conséquent, l'évitement complet de la zone
contraignante sera l'option de premier choix.
Examen par les parties intéressées du MDTNB
Les tracés préliminaires sont examinés par le personnel du ministère des Transports. Le
comité est formé du personnel technique affecté au tracé des routes, à la conception
des structures, à la conception hydraulique, à la construction et à l'entretien,
d'ingénieurs de la circulation et d'employés du district de la zone de projet. L'examen
comprend une explication des différents facteurs qui ont été pris en considération dans
le cadre de la conception des tracés, y compris les contraintes qui ont été soulevées et
tout effet potentiel sur les zones sensibles.
Selon leur expertise, les membres du comité peuvent recommander que les plans soient
revus.
Examen par les cadres supérieurs et approbation ministérielle
Les plans sont examinés avec les cadres supérieurs du ministère des Transports. Une
fois de plus, l'examen comprend une explication des différents facteurs qui ont été pris
en considération dans le cadre de la conception des tracés, y compris les contraintes qui
ont été soulevées et tout effet potentiel sur les zones sensibles. Les cadres supérieurs
peuvent recommander que les plans soient revus et choisir un tracé préféré avant de les
présenter au ministre aux fins d'approbation.
516
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Consultation publique
Les plans, qui sont encore considérés comme préliminaires à cette étape, sont
présentés au grand public dans le contexte d'une séance d'information « portes
ouvertes » informelle organisée dans la zone de projet. Le personnel de la planification
du MDTNB est présent pour expliquer les plans aux personnes qui assistent à la séance
d'information et pour prendre note de leurs préoccupations à l'égard du tracé.
Après la rencontre, le personnel de la planification étudie avec les parties intéressées du
MDTNB les questions soulevées à la séance d'information publique et recommande des
modifications selon les besoins. Si des changements importants sont apportés, les plans
doivent être réexaminés par les cadres supérieurs, ils doivent obtenir une nouvelle
approbation ministérielle et faire l'objet d'une autre consultation publique.
Plan et énoncés fonctionnels
Le plan et les énoncés fonctionnels sont des documents officiels qui décrivent les plans
des travaux d'amélioration de la province pour une zone de projet importante. Ils sont
élaborés par le personnel de la planification une fois que le processus de consultation
est terminé.
Enregistrement provincial en vue d'un examen environnemental préalable
Une fois que le processus de planification est terminé, le projet est enregistré auprès du
ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick (MENB) afin de déterminer ses
effets potentiels sur l'environnement le cas échéant. Le MENB fait circuler les plans
parmi les membres du comité de révision environnementale provincial formé
d'organismes provinciaux et fédéraux qui possèdent des connaissances spécialisées
dans les études d'impact sur l'environnement. Les études environnementales qui ont été
demandées sont achevées et les résultats sont présentés au comité aux fins
d'évaluation. Selon les recommandations du comité, le MENB prend une décision en ce
qui concerne le projet.
Demande d'approbation pour commencer les travaux d'arpentage
Le ministère des Transports demande l'autorisation du ministère de l'Environnement
pour commencer les travaux d'arpentage dans le corridor routier. L'autorisation est
accordée selon une ligne centrale d'arpentage large ou étroite qui permet au MDTNB
d'avoir accès à la zone de projet pour entreprendre les travaux d'arpentage préliminaires
et les études environnementales.
517
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Travaux d'arpentage/tracé préliminaire/analyse des sols
Les données recueillies dans le cadre des travaux d'arpentage préliminaires permettent
aux concepteurs de dessiner des tracés routiers horizontaux et verticaux préliminaires
dans la zone de projet. Les tracés et les données sur les travaux d'arpentage sont
acheminés au personnel géotechnique du ministère des Transports afin qu'un
programme d'analyse des sols puisse être instauré.
La cartographie géologique, les données géologiques publiées et les expériences
passées sont toutes utiles pour évaluer la possibilité de découvrir un substrat rocheux
acidogène dans le cadre des travaux de construction routière. Un plus grand nombre de
puits d'essai sont creusés et un plus grand nombre de carottes de substrat rocheux sont
prélevées dans les régions où le substrat rocheux est considéré acidogène que dans les
régions où le substrat rocheux n'est pas considéré comme tel.
Une excavatrice est utilisée pour creuser des puits d'essai le long du tracé routier
proposé. Les puits d'essai sont situés sur la ligne du centre et sur des déplacements
latéraux déterminés en fonction du nivellement proposé, du terrain et des types de sol
présents. Les puits d'essai sont creusés jusqu'à une profondeur de 6 mètres, selon le
nivellement proposé et le type de sol. Si on prévoit déblayer à plus de 6 mètres et
qu'aucun matériau acide ni roche hôte n'est découvert dans les couches moins
profondes, un appareil de forage à tarière est utilisé pour faire des analyses à une
profondeur d'un mètre au-dessous de la sous-fondation prévue.
Lorsqu'on atteint le substrat rocheux, des échantillons ponctuels sont prélevés à divers
endroits le long du tracé aux fins d'analyse. L'ingénieur géologue du MDTNB et un
géologue du ministère des Ressources naturelles inspectent les échantillons pour
vérifier la présence de minéraux sulfurés ou de substances potentiellement acidogènes.
Si l'une ou l'autre de ces inspections permet de déceler des substances potentiellement
acidogènes, les échantillons de substrat rocheux sont envoyés au Conseil de la
recherche et de la productivité (CRP) à Fredericton aux fins d'analyse pour déterminer le
pouvoir acidogène potentiel des échantillons. Si les résultats ne sont pas concluants ou
qu'ils doivent être vérifiés, un autre laboratoire indépendant est consulté. Le tableau
suivant décrit brièvement les exigences liées aux analyses en laboratoire des
échantillons.
518
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Condition
Exigences liées aux analyses
Présence évidente de sulfure et substance
Analyses limitées le cas échéant
supposément acide
Présence de sulfure en concentrations
Analyses
discutables
Analyses aléatoires requises sur 10 % des
Sulfure non probable, mais possible en échantillons. Augmenter le pourcentage
d'échantillons à analyser si la présence de
raison de l'unité géologique
minéraux sulfurés est vérifiée.
Présence de sulfure impossible selon la
Aucune analyse requise
géologie et les expériences passées
À l'étape finale des activités de reconnaissance du sol, des carottes de substrat rocheux
sont prélevées à différents endroits le long du tracé routier proposé en fonction du
nivellement proposé, du terrain et de la profondeur du substrat rocheux. Les carottes de
substrat rocheux sont ensuite soumises aux mêmes méthodes d'inspection et d'analyse
que les méthodes décrites précédemment pour les échantillons ponctuels de substrat
rocheux. Il arrive souvent dans les régions de la province où des claims miniers ont été
jalonnés que ce soit les personnes qui ont jalonné les claims qui inspectent les carottes
de substrat rocheux. Les résultats de ces examens, le cas échéant, sont également
considérés dans l'évaluation finale du potentiel acidogène du substrat rocheux.
Les résultats des activités de reconnaissance du sol sont acheminés aux concepteurs
des routes et des ouvrages.
Conception détaillée
À cette étape du projet (une fois que l'examen environnemental préalable est terminé),
le personnel du tracé des routes met la touche finale aux travaux de conception. Les
tracés horizontaux et verticaux finaux ainsi que les profils en travers sont établis en
fonction des normes applicables à la route prévue, du terrain existant, des activités de
reconnaissance du sol et d'autres facteurs physiques, environnementaux ou sociaux qui
ont été identifiés dans la zone de projet.
Si les résultats des activités de reconnaissance du sol indiquent la présence certaine ou
possible de roches acidogènes sur le tracé routier, les concepteurs étudieront la
519
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
possibilité de déplacer le tracé pour éviter ces roches. Le tracé horizontal pourrait être
déplacé pour éviter les roches acides ou les travaux de nivellement pourraient être
prévus de façon qu'aucune excavation de roc solide ne soit requise dans la zone définie.
Bien qu'on reconnaisse qu'il n'est pas toujours possible d'éviter l'excavation du substrat
rocheux acidogène, le concepteur doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour
ce faire. Les effets potentiels sur l'environnement du lessivage acide du substrat rocheux
et les coûts économiques des mesures d'atténuation connexes sont très importants. Par
conséquent, l'évitement sera l'option de premier choix.
Dans les cas où il n'est pas possible d'éviter complètement ces zones acidogènes, le
concepteur réduira au minimum la quantité de roc solide à creuser dans la zone définie.
Un comité d'« action » formé d'experts sera créé en vue d'élaborer un plan de gestion
environnementale propre au site. Le comité regroupera des membres du personnel de la
conception, de la construction et de la division géotechnique du MDTNB ainsi que des
représentants du MENB, du MRNNB et d'Environnement Canada. Voici des exemples
de mesures d'atténuation qui peuvent être recommandées pour éviter les effets sur
l'environnement : recouvrir le substrat rocheux exposé de membranes imperméables et
d'argile, submerger les matériaux de déblai dans l'eau et faire dévier l'eau hors du
substrat rocheux exposé pour éviter toute interaction.
Rédaction des contrats et soumission
En vue des appels d'offres, le personnel du tracé des routes finalise les projets de
contrat et les devis précis. Ces documents délimiteront clairement les zones potentielles
de roches acidogènes et exposeront en détail le plan de gestion environnementale.
Construction
En ce qui concerne les contrats dans le cadre desquels un substrat rocheux acidogène
pourrait être découvert, il est prévu qu'un géologue inspectera la roche creusée exposée
pendant toute la période d'excavation du roc solide. Des échantillons seront prélevés et
soumis aux méthodes d'inspection et d'analyse décrites à la section « Travaux
d'arpentage/tracé préliminaire/analyse des sols » ci-dessus. Pendant la phase de
construction, la gestion des méthodes d'inspection et d'analyse relèvera de la Direction
de la construction.
Dans les régions où on sait qu'on découvrira un substrat rocheux acidogène pendant les
travaux d'excavation et pour lesquelles un plan de gestion environnementale propre au
site a été élaboré pendant l'étape de la conception, le délai maximal entre la perturbation
des matériaux et leur recouvrement ou leur élimination sera de 30 jours. Bien qu'on
reconnaisse que ce délai ne pourra pas toujours être respecté, les raisons du retard
devront être justifiées sur le plan technique, bien notées puis classées de façon
appropriée par le personnel de la construction du MDTNB.
520
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
Si on découvre de façon inattendue que le substrat rocheux d'une région est acidogène,
toutes les perturbations ultérieures seront réduites au minimum et un comité d'« action »
formé d'experts sera créé en vue d'élaborer un plan de gestion environnementale propre
au site. Le comité regroupera des membres du personnel du tracé des routes, de la
construction et de la division géotechnique du MDTNB ainsi que des représentants du
MENB, du MRNNB et d'Environnement Canada. Les mesures d'atténuation
recommandées par le comité seront mises en œuvre dans les 30 jours suivant les
travaux d'excavation. Si le délai d'exécution de 30 jours n'est pas respecté, les raisons
du retard devront être bien notées et classées de façon appropriée par le personnel de
la construction du MDTNB.
Un programme de surveillance des cours d'eau sera mis en place pour les contrats pour
lesquels on sait ou on croit qu'on découvrira des roches acides pendant les travaux
d'excavation. L'acidité des cours d'eau situés dans la zone de contrat sera mesurée
avant les travaux de construction, régulièrement pendant toute la durée des travaux et
après les travaux. Un programme de surveillance des cours d'eau sera élaboré pour
chaque site, en consultation avec le MENB, le MRNNB et EC. La Direction de la
construction sera responsable de l'administration de ce programme.
521
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
522
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick
Manuel de gestion de l'environnement
Janvier 2010
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK
Directives sur la gestion des roches sulfurées
Révisées le 29 avril 2002
Ces directives donnent un aperçu des procédures adoptée