World Bank Document

World Bank Document
Public Disclosure Authorized
Public Disclosure Authorized
Public Disclosure Authorized
E1587 v11
AUTORITE DU BASSIN DU NIGER
NIGER BASSIN AUTHORITY
Secrétariat Exécutif
B.P 729, Niamey (Niger)
Executive Secretariat
P.O.Box 729, Niamey (Niger)
Projet de Développement des Ressources en Eau et Gestion Durable des
Écosystèmes dans le Bassin du Niger
CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (CGES)
Public Disclosure Authorized
RAPPORT DÉFINITIF REVISE
Janvier 2012
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Elaboré par :
LI0062A
Révisé par :
Février 2007
L’Unité de Gestion et Coordination du Projet – DREGDE / ABN
B. P. :729, Niamey - Tél. : (227) 20 31 50 36/37 - Fax : (227) 20 31 50 09
E-mail : sec-executif@abn.ne - http:// www.abn.ne
(1ère révision Janvier 2012)
RAPPORT FINAL REVISE
i
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES CARTES ..................................................................................................................................... V
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................................ V
LISTE DES ABREVIATIONS........................................................................................................................ VI
RÉSUMÉ VIII
EXECUTIVE SUMMARY ..........................................................................................................................XVIII
1.
INTRODUCTION .............................................................................................................................. 1
1.1
Contexte et objectifs du projet PDREGDE/BN et du projet en cours de préparation
pour l’appui au programme de Kandadji ................................................................................. 1
1.2
Objectif du CGES ........................................................................................................... 2
1.3
Méthodologie ................................................................................................................. 2
2.
DESCRIPTION DU PROJET............................................................................................................ 4
2.1
Objectif et contexte du projet ....................................................................................... 4
2.2
Description des composantes de la première phase du projet .................................. 5
2.3
Description des composantes du projet est en cours de préparation afin d’appuyer
le programme Kandadji: ........................................................................................................... 6
3.
CADRE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL .................................................................................. 16
3.1
3.2
3.2.1
3.2.2
3.2.3
Délimitation de la zone d’étude................................................................................... 16
Environnement biophysique ....................................................................................... 17
Bassin du Niger ........................................................................................................... 17
Les contextes hydrographique et hydrologique........................................................ 22
Partie Béninoise du bassin ......................................................................................... 23
3.2.3.1
3.2.3.2
3.2.4
Partie guinéenne du bassin ........................................................................................ 26
3.2.4.1
3.2.4.2
3.2.5
Démographie .............................................................................................................................. 42
La santé ....................................................................................................................................... 43
Activités socio-économiques ...................................................................................................... 44
La femme et les aspects genre dans la zone ................................................................................ 45
La question foncière dans la zone ............................................................................................... 45
Cadre socio-économique de Guinée .......................................................................... 46
3.3.3.1
3.3.3.2
3.3.3.3
3.3.3.4
3.3.3.5
3.3.4
Description physique .................................................................................................................. 35
Description biologique ................................................................................................................ 37
Environnement humain ............................................................................................... 41
Contexte socio-économique général du bassin ........................................................ 41
Cadre socio-économique du Bénin ............................................................................ 42
3.3.2.1
3.3.2.2
3.3.2.3
3.3.2.4
3.3.2.5
3.3.3
Description physique .................................................................................................................. 30
Description biologique ................................................................................................................ 30
Partie Malienne du bassin ........................................................................................... 35
3.2.6.1
3.2.6.2
3.3
3.3.1
3.3.2
Description physique .................................................................................................................. 26
Description biologique ................................................................................................................ 28
Partie Nigérienne du bassin ........................................................................................ 30
3.2.5.1
3.2.5.2
3.2.6
Description physique .................................................................................................................. 23
Description biologique ................................................................................................................ 24
Démographie .............................................................................................................................. 46
La santé ....................................................................................................................................... 47
Activités socio-économiques de la zone ..................................................................................... 47
La femme et les aspects genre dans la zone ................................................................................ 49
La question foncière dans la zone ............................................................................................... 49
Cadre socio-économique du Mali ............................................................................... 50
3.3.4.1
3.3.4.2
Démographie .............................................................................................................................. 50
La santé ....................................................................................................................................... 51
RAPPORT FINAL REVISE
ii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.3.4.3
3.3.4.4
3.3.4.5
Activités économiques de la zone du projet................................................................................ 51
La femme et les aspects genre dans la zone ................................................................................ 53
La question foncière ................................................................................................................... 54
3.3.5
Cadre socio-économique du Niger ............................................................................. 55
4.
3.3.5.1
Démographie .............................................................................................................................. 55
3.3.5.2
La santé ....................................................................................................................................... 56
3.3.5.3
Activités socio - économiques dans la zone du projet ................................................................ 56
3.3.5.4
La femme et la question genre dans la zone ............................................................................... 58
3.3.5.5
La question foncière ................................................................................................................... 59
CADRE INSITUTIONNEL ET REGLÉMENTAIRE ......................................................................... 61
4.1
Cadre institutionnel et règlementaire béninois ......................................................... 61
4.1.1 Cadre législatif et réglementaire ................................................................................. 61
4.1.2 Cadre institutionnel et administratif ........................................................................... 62
4.2
Cadre institutionnel et réglementaire guinéen .......................................................... 63
4.2.1 Cadre législatif et réglementaire ................................................................................. 63
4.2.2 Cadre institutionnel et administratif ........................................................................... 65
4.3
Cadre institutionnel et règlementaire malien ............................................................. 69
4.3.1 Cadre législatif et réglementaire ................................................................................. 69
4.3.2 Cadre institutionnel et administratif ........................................................................... 71
4.4
Cadre institutionnel et règlementaire nigérien .......................................................... 73
1.4.1 Cadre législatif et réglementaire ................................................................................. 73
4.4.1 Cadre institutionnel et administratif ........................................................................... 79
4.5
Politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale..................................................... 80
Politique d’accès à l’information ............................................................................................ 86
4.6
Schéma institutionnel de la mise en œuvre du Projet............................................... 87
5.
SCREENING ET EVALUATION DES SOUS - PROJETS ............................................................. 88
5.1
5.2
5.3
Démarche environnementale ...................................................................................... 88
Étapes de screening et évaluation ............................................................................. 90
Synthèse des responsabilités ..................................................................................... 98
6.
IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PDREGDE/BN ....................................... 101
6.1
6.2
Impacts sociaux du PDREGDE/BN ........................................................................... 101
Impacts environnementaux du PDREGDE/BN ......................................................... 107
7.
PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE ....................................................... 112
7.1
7.2
7.3
7.3.1
7.4
7.4.1
7.4.2
7.5
Mesures d’atténuation ............................................................................................... 112
Surveillance et suivi environnemental ..................................................................... 116
RESPONSABILITES ET DISPOSITIONS INSTITUTIONNELLES DE MISE EN OEUVRE
116
Recommandations pour la gestion environnementale et sociale du Projet .......... 117
Mesures de renforcement des capacités des acteurs ............................................. 121
Mesures de formation, d’information et de sensibilisation .................................... 121
Concertation entre les différents acteurs et l’ABN .................................................. 123
Coûts de mise en œuvre du PGES ........................................................................... 123
8.
9.
ANALYSE DES ALTERNATIVES ................................................................................................ 128
CONSULTATION DU PUBLIC ..................................................................................................... 129
9.1
9.2
9.3
9.3.1
9.3.2
Résultats des consultations du CGES de 2007 ....................................................... 129
Résultats des consultations du CGES de 2011 ....................................................... 130
Mécanismes et procédures de consultation publique ............................................ 132
Contexte et Objectif du Plan de consultation .......................................................... 132
Mécanismes et procédures de consultation ............................................................ 133
RAPPORT FINAL REVISE
iii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
9.3.3
9.3.4
9.3.5
Stratégie ..................................................................................................................... 134
Étapes de la consultation .......................................................................................... 135
Processus de consultation ....................................................................................... 136
10.
SUIVI – EVALUATION ................................................................................................................. 138
10.1
10.2
Objectifs et stratégie ................................................................................................. 138
Indicateurs environnementaux et sociaux ............................................................... 139
ANNEXES.................................................................................................................................................. 141
ANNEXE A : FORMULAIRE DE CARACTÉRISATION ENVIRONNEMENTALE DES SOUS-PROJETS 142
ANNEXE B : CHECKLIST DES IMPACTS ET MESURES D’ATTÉNUATION ......................................... 148
ANNEXE C : TERMES DE RÉFÉRENCES TYPE D’EIE .......................................................................... 158
ANNEXE D : MESURES ENVIRONNEMENTALES POUR LES ENTREPRISES.................................... 162
ANNEXE E : RÉSULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE DE 2007 ............................................. 165
ANNEXE F : RÉSULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE DE 2011 ............................................. 185
RAPPORT FINAL REVISE
iv
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
LISTE DES CARTES
CARTE 1 : LE BASSIN DU NIGER ET SES DIFFERENTES ZONES (SOURCE : BANQUE MONDIALE-ABN) .................. 19
CARTE 2 : LES GRANDES ZONES CLIMATIQUES DU BASSIN DU NIGER (SOURCE : ARCHIVES ABN) ...................... 21
LISTE DES TABLEAUX
TABLEAU 1 : DESCRIPTION DES COMPOSANTES DU PROJET ................................................................................ 9
TABLEAU 2 : SUPERFICIE DE LA ZONE DU PROJET ............................................................................................ 17
TABLEAU 3 : CATEGORIES DES EIE SUR LA BASE DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE.......................................... 91
TABLEAU 4 : INDICATEURS DE SUIVI DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX.......................................... 96
TABLEAU 5 : RECAPITULATIF DES ETAPES DU SCREENING / EVALUATION DES RESPONSABLES .......................... 100
TABLEAU 6 : IMPACTS SOCIAUX PROBABLES DES SOUS – PROJETS DU PDREGDE/BN .................................... 104
TABLEAU 7 : IMPACTS PROBABLES DU PDREGDE/BN SUR L’ENVIRONNEMENT BIOPHYSIQUE .......................... 109
TABLEAU 8 : MESURES D’ATTENUATION DES IMPACTS NEGATIFS DU PDREGDE/BN ....................................... 113
TABLEAU 9 : RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PGES ........................................ 117
TABLEAU 10 : COUTS DES MESURES D’ATTENUATION ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ..................................... 124
TABLEAU 11 : STRUCTURE D’UNE CONSULTATION LOCALE.............................................................................. 135
TABLEAU 12 : CANEVAS D’ENQUETE PUBLIQUE .............................................................................................. 136
RAPPORT FINAL REVISE
v
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
LISTE DES ABREVIATIONS
ABE :
ABN :
BEEEI :
BGGA :
CGES :
CENAGREF :
CENATEL :
CNEDD :
CSS :
COFO :
COFOB :
CPRP :
CRD :
CTE :
DE :
DFRN :
DNAU :
DNEF :
DN H :
DNGR :
DNM :
DNPCA :
DNSP :
DRE :
EES :
EIE :
ETP :
FAO :
LPDA :
MDR :
MEHU :
MEMH :
ODRS :
PAR :
PDREGDE/BN :
Agence Béninoise de l’environnement
Autorité du Bassin du Niger
Bureau d’évaluation environnementale et d’étude d’impact
Bureau guinéen de la géologie appliquée
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
Centre National de Gestion des Réserves de Faune
Centre National de Télédétection et de surveillance
Conseil National de l’Environnement pour un Développement
Durable
Cellule de sélection des sous - projets
Commission Foncière
Commission Foncière de Base
Cadre de politique de réinstallation des populations
Comités ruraux de développement
Comité technique d’évaluation
Direction de l’environnement
Direction des forêts et des ressources naturelles
Direction nationale de l’aménagement et de l’urbanisme
Direction nationale des eaux et forêts
Direction Nationale de l’Hydraulique
Direction nationale de génie rurale
Direction nationale de la météorologie
Direction nationale de la pêche continentale et l’aquaculture
Direction nationale de la santé publique
Direction Régionale de l’Environnement
Évaluation environnementale et sociale
Étude d’impact environnemental
Évapotranspiration potentielle
Food Agriculture Organisation
Lettre de Politique de Développement Agricole
Ministère du Développement Rural
Ministère de l’environnement, de l’habitat et de l’urbanisme
Ministère de l’Énergie, des mines et de l’Hydraulique
Office du développement rural de Sélingué
Plan d’action de la réinstallation
Projet de Développement des Ressources en Eau et de Gestion
Durable des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
RAPPORT FINAL REVISE
vi
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
PDC :
PGES :
PNAE :
PO :
SEG :
SNAPE :
TDR :
Plan de développement communal
Plan de gestion environnementale et sociale
Plan National d’Action Environnementale
Politique opérationnelle
Service des Eaux de Guinée
Service national d’aménagement de points d’eau
Termes de référence
RAPPORT FINAL REVISE
vii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
RÉSUMÉ
L’objectif de développement du projet de Développement des Ressources en Eau et
Préservation des Écosystèmes du Bassin du Niger (PDREGDE/BN) est de parvenir à une
augmentation durable de l’ensemble de la productivité des ressources en eau pour faciliter le
développement économique dans les pays du Bassin du Fleuve Niger. Pour atteindre cet
objectif, le projet mettra l’accent sur (i) le renforcement de la capacité institutionnelle de l’ABN et
de ses cellules nationales ; (ii) la réhabilitation des infrastructures hydrauliques existantes ; et
(iii) la restauration de l’environnement sérieusement dégradé dans les régions ciblées, toutes
choses qui ont un effet sur les ressources naturelles du bassin.
Le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) devra permettre d’évaluer, de façon
large et prospective, pour chaque sous - projet, les impacts environnementaux et sociaux des
activités futures, et de prévoir une grille d’évaluation des projets ainsi que des mesures
d’atténuation ou de compensation. Le CGES aura une portée nationale, avec un focus
particulier sur la réhabilitation des retenues d’eau, l’aménagement de périmètres irrigués,
l’aménagement des forêts, le traitement des koris, la gestion de bassins versants et reboisement
et des activités économiques ciblées pour valoriser les infrastructures.
Le contexte politique et juridique du secteur environnemental et des secteurs d’intervention du
PDREGDE/BN est marqué par l’existence de documents de planification stratégiques ainsi que
des textes pertinents au plan législatif et réglementaire. Tous les pays disposent des textes de
lois qui régissent l’étude d’impact environnemental et social de projets pouvant avoir une
incidence sur le milieu biophysique et humain, comme outil de décision. Mais les textes des
pays s’adressent à des projets localisés. Les différents textes ne font pas référence à
l’élaboration du cadre de gestion environnementale et sociale CGES à l’étape de préparation de
projet. Au niveau institutionnel, particulièrement dans les régions, des insuffisances sont notées
en termes de capacités, de coordination et de synergie dans la planification et le suivi de la mise
en œuvre des projets. Ce contexte restera donc à être renforcé.
Le PDREGDE/BN comprend trois composantes inter liées qui vont contribuer à la réduction de
la pauvreté et par la suite renforcer la coopération et la croissance économique dans le Bassin :
(i) appui et renforcement institutionnel de l’ABN ; (ii) réhabilitation et mise à niveau
d’infrastructures existantes et (iii) restauration et préservation de zones dégradées. Les
composantes 2 et 3 du PDREGDE/BN, objet du CGES, touchent le Bénin, la Guinée, le Mali et
le Niger. .
Outre ces trois premières composantes, dans le cadre de la préparation de la Banque mondiale
du projet visant à appuyer le programme de Kandadji de Régénération des Écosystèmes et de
Mise en valeur de la vallée du Niger .pour un montant de 150 millions de dollars US, trois
composantes potentielles dont la description sera affinée ont été identifiées dans le cadre de ce
financement en cours de préparation à savoir : (i) Composante 1 relative au renforcement
RAPPORT FINAL REVISE
viii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
institutionnel ; (ii) Composante 2 relative au financement de la station électrique ; et (iii)
Composante 3 relative au développement de l’irrigation (incluant la réhabilitation potentielle de
périmètres) et le développement communautaire local. La zone touchée par les sous – projets
du PDREGDE/BN et par e projet en cours de préparation pour la contribution au programme de
Kandadji couvre 58% de la superficie totale du bassin du Niger.
Le fleuve du Niger, long environ de 4.200 km, prend sa source en Guinée, dans le Massif du
Daro, à une altitude de 1.068m dans le village de Farokoniah dans la Sous préfecture de
Kobokoro (Préfecture de Faranah), à la frontière de la Sierra Léone. Il se dirige vers le Nord- Est
et forme en saison de pluie, une vaste plaine d’inondation au Mali, appelée le Delta Intérieur ou
la cuvette lacustre. A la sortie du Delta Intérieur, le fleuve décrit une boucle au Mali, puis coule
vers le Sud- Est jusqu’au Nigéria où il est rejoint par la Bénoué avant de se jeter dans l’Océan
Atlantique. Son bassin de drainage couvre environ une superficie de 2.170.500 km² dont
1.500.000 km² de bassin actif. L’ensemble géographique est composé de vastes zones
désertiques, de plaines d’inondation et de zones marécageuses, caractérisé par la présence de
grandes vallées qui s’assèchent progressivement avec les aléas climatiques, de plus en plus
prononcés actuellement en raison de la persistance des intempéries et des actions dégradantes
de l’homme sur la nature.
Le bassin du fleuve Niger regroupe essentiellement des pays pauvres faisant partie des pays les
moins avancés (PMA). Certains sont sahéliens enclavés et soumis à un climat tropical de type
soudano sahélien caractérisé par des sécheresses répétées ces dernières décennies et une
désertification croissante. En plus de cet environnement physique des plus austères, ces pays
évoluent dans un contexte économique difficile avec une économie dominée par l’agriculture et
l’élevage. Ces activités génèrent 40 à 60% de leurs recettes d’exportation et occupent 80 à 90%
de la population active. Les autres pays ne faisant pas partie des PMA, demeurent tout de
même pauvres malgré l’existence de ressources autres que agricoles mais encore
insuffisamment ou mal exploitées (mines d’or, pétrole, etc.).
Les conflits sociaux liés à l’exploitation des ressources du bassin sont assez courants et
opposent le plus souvent, les agriculteurs aux éleveurs ou les autochtones aux migrants. Outre
ces aspects sociaux récurrents, l’économie du bassin souffre de la faiblesse et de l’insuffisance
des infrastructures et équipements socio-économiques (adduction d’eau potable,
assainissement, retenue d’eau et périmètres hydro-agricole, hydraulique pastorale, équipements
électriques et sanitaires, routes etc.). L’ensemble de ces insuffisances entraîne des
conséquences négatives et accroît la pauvreté de ces populations.
De nombreuses activités économiques menées dans le bassin dépendent directement de
l’exploitation des ressources naturelles (eau, sols, faune et flore). En dehors des aménagements
et ouvrages hydrauliques, ces activités (agricoles, pastorales et minières particulièrement) sont
pratiquées de manière extensive ou artisanale. A ce titre, l’économie rurale reste largement
tributaire de l’environnement. Les forêts sont défrichées à des rythmes plus importants que ceux
RAPPORT FINAL REVISE
ix
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
de la régénération naturelle et les environnements dégradés offrent moins de ressources aux
pauvres dont la population s’accroît de jour en jour.
Les conséquences des déséquilibres économiques et de la dégradation de l’environnement se
font ainsi sentir à travers notamment :
 l’attrait des populations rurales vers les villes, ce qui conduit à une implantation dans
les zones périphériques marginales et à l’adoption d’un mode de vie urbain, c’est-àdire un style de vie urbanisé basé essentiellement sur les ressources de la zone
rurale ;
 une augmentation de la population urbaine et une forte demande en énergie qui est
généralement satisfaite par l’utilisation du bois et du charbon de bois, contribuant
ainsi à la dégradation du couvert végétal et à l’érosion des sols des zones
d’exploitation.
Les principaux impacts potentiels du projet sur l’environnement biophysique sont établis comme
suit :
1. Pollution des ressources en eaux : dont la principale source serait l’utilisation irrationnelle
des engrais et des pesticides.
2. Dégradation des sols : par salinisation au niveau de la zone du Delta qui entraîne une
diminution de la fertilité des sols et une chute progressive des rendements et par
alcalinisation due à une élévation du pH du sol susceptible d’entraîner le blocage de certains
oligo-éléments (zinc) et la volatilisation de l'azote et de certains éléments fertilisants. La
sodisation par l’augmentation du sodium échangeable au niveau des argiles (au détriment du
calcium) est susceptible d’entraîner un effondrement de la structure du sol et son
imperméabilisation à l'eau et à l'air. Les sols fortement alcalinisés et sodisés deviennent
impropres à toute culture.
3. Dégradation des ressources forestières : Les forêts qui bordaient les berges du fleuve ont
disparu avec l’aménagement de ses rives. Les zones béninoises, maliennes, guinéennes et
nigériennes présentent par ailleurs des forêts protégées et autres galeries forestières à
prendre en considération dans la définition des activités du programme en vue de réduire au
maximum de tels effets sur les ressources forestières.
4. Régression de la faune : Aujourd'hui, la plupart de la faune originelle a régressé dans la
vallée du fleuve du Niger. Les aménagements prévus dans le cadre du projet sont
susceptibles de contribuer à la modification des écosystèmes déjà entamés par la
construction des retenues et les aménagements déjà réalisés et contribuer à la dégradation
des habitats de la faune dans la vallée .
5. Pullulation d’oiseaux granivores : Les oiseaux granivores constituent au niveau de la vallée
du fleuve Niger l’un des fléaux majeurs des cultures en irriguées, principalement le riz. Avec
RAPPORT FINAL REVISE
x
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
l’extension des zones irriguées prévues dans le cadre du projet, ces fléaux prendront encore
de l’ampleur.
6. Impacts sur les ressources halieutiques : Les ressources halieutiques ont fortement régressé
depuis les dernières sécheresses et la mise en œuvre des barrages qui ont profondément
modifié le régime des eaux. Les activités du projet seront appelées à remédier à certains
problèmes du secteur de la pêche, notamment la prolifération des plantes envahissantes.
7. Impacts potentiels sur les changements climatiques : S’agissant d’un projet de
développement de gestion des ressources en eau et de développement des usages
multiples de l’eau, il participe à la fois d’une façon positive et négative aux processus des
changements climatiques. En effet, à travers sa 2ème composante, il, favorisera la création de
certaines sources d'émissions de gaz à effet de serre et par conséquent de changements
climatiques relatives au secteur de l’agriculture tels que le changement d'affectation des
terres, le déboisement, la gestion du fumier, les sols agricoles, la combustion sur place de
déchets agricoles et autres. Ces sources ne feront qu’amplifier les impacts déjà observés
des changements climatiques dans le bassin du fleuve Niger.
Les principaux impacts d’ordre humain et socio-économique du Projet se résument en :
8. Impacts négatifs limités sur les personnes et les biens : Étant donné que les projets et
activités du projet concernent la petite irrigation, la nécessité d’expropriation des terres
demeure limitée. Les impacts seront limités à la nécessité d’occuper temporairement des
terres pour les périodes des travaux et l’acquisition des terres au bénéfice des irrigants.
Le projet nécessitera donc peu de déplacement de population.
9. Réduction de la pauvreté rurale et amélioration de la production agricole : La
diversification de la production agricole est une orientation retenue dans les différentes
stratégies régissant le secteur agricole des États-membres de l’ABN. La réhabilitation
des infrastructures et des aménagements prévus par le projet induira principalement
l’augmentation du revenu agricole et la création d’emplois pour la population cible.
10. Augmentation des superficies cultivées et amélioration de la sécurité alimentaire :
L’extension des superficies emblavées et l’accroissement de la productivité des terres
qui seront induites par l’irrigation et l’amélioration des techniques culturales, vont
engendrer un gain substantiel au niveau de la production agricole et sont par conséquent
susceptibles de contribuer à la sécurité alimentaire des États-membres.
11. Diminution de l’exode et reconstitution du tissu familial : La migration et l’exode rural
représentent une caractéristique de la dynamique des populations de certains pays du
bassin du fleuve. Cette mobilité a pour conséquence de changer la répartition et la
concentration géographique des populations et d’influencer les conditions de réussite
des projets de développement dont la mise en œuvre nécessite une contribution
importante de la main d’œuvre villageoise. Avec les opportunités d’emploi et
RAPPORT FINAL REVISE
xi
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
l’amélioration des revenus de la population cible, le projet permettra de limiter l’exode et
contribuera à la reconstitution du tissu familial.
12. Développement de la vie associative : Le développement de la vie associative constitue
l’un des éléments clés du projet d’autant plus que sa mise en œuvre doit permettre
d’assurer une plus grande durabilité et intégrité de l’ensemble des actions du projet. Les
activités des organisations paysannes seront très diversifiées. Elles concernent
principalement le développement de la production agro-pastorale, le maraîchage,
l'arboriculture fruitière, la pêche, la commercialisation et l'artisanat, l'exploitation et la
transformation des produits forestiers, les actions de gestion des ressources naturelles et
de protection de l'environnement.
13. Redynamisation de l’activité de pêche : La mise en œuvre du projet va permettre de
contribuer à redynamiser l’activité de la pêche à travers un plan optimal de promotion et
de gestion des ressources halieutique et en considérant l’impératif d’une meilleure
intégration de la production halieutique dans les systèmes agricoles.
14. Amélioration de la situation de la femme : La contribution de la femme rurale à la
production agricole et la commercialisation des produits de pêche prend de plus en plus
de l’ampleur avec les mutations que connaît le monde rural par le fait de l’exode rural,
l’émigration ou la pluriactivité des époux, la scolarisation des enfants et la demande
croissante en main d’œuvre engendrée par le développement des systèmes intensifs
dans l’agriculture. Dans ce sens, les activités du projet seront bénéfiques pour les
femmes sur les plans économique et social.
15. Conflits sociaux : L’accès à la terre constitue une source de conflits sociaux qui
empêchent une utilisation efficace et durable du sol, menacent les relations socioéconomiques et renforcent la résistance d’une large proportion des populations contre
toute intervention de réformes agraires. Le système de gestion de la terre en vigueur ne
facilite pas l’accès au petit exploitant et aux groupes vulnérables en particulier la femme
rurale. Eu égard au caractère intersectoriel des ces problèmes, le projet s’adonnera à
atténuer l’ampleur de ces conflits en adoptant une approche d’intervention basée sur la
gestion holistique plutôt qu’une approche se concentrant uniquement sur les mesures
directement relatives aux ressources en eau naturelles.
16. Impacts sur la santé humaine et animale :
o
Développement de maladies d’origine hydrique dont la zone du Programme
souffre déjà.
o
Impacts de l’utilisation des pesticides sur la santé humaine et animale.
L’élaboration du cadre de gestion environnementale et sociale a été réalisée en étroite
collaboration avec les structures nationales de l’ABN, avec les populations bénéficiaires du
projet et en conformité avec les politiques et directives opérationnelles en vigueur de la Banque
Mondiale. Les conditions de réussite du projet ressorties par les acteurs :
RAPPORT FINAL REVISE
xii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
1) Implication des populations à toutes les étapes des sous-projets à identifier et réaliser
- Informer les populations suffisamment pour qu’elles puissent formuler leurs sous
projets en toute connaissance de cause et assurer leur mise en œuvre.
2) L’appui technique aux populations
- Renforcer des capacités des prestataires et de la population
- Éviter que les coûts de ces appuis ne deviennent un handicap pour les populations dans
la formulation des sous projets.
3) Le déplacement des populations du fait de la réalisation de sous-projets
- Engager une procédure d’indemnisation qui débouche sur des actes légaux,
conformément à la réglementation nationale en vigueur et la PO 4.12 de la Banque
Mondiale pour une compensation claire des préjudices.
- Encourager la solidarité communautaire.
4) Le renforcement des capacités des acteurs
- Renforcer la capacité de l’ensemble des acteurs impliqués ou concernés
- Établir pour chaque catégorie d’acteurs, un programme approprié
d’Information, d’Éducation et de Communication (IEC).
5) Le processus de tri, d’approbation et de suivi de l’exécution des sous-projets
- Élaborés les structures de tri des sous-projets, de suivi et de contrôle des réalisations en
tenant des besoins des populations.
- Mettre en place un mécanisme de tri et d’analyse technique des dossiers simple et
proche des populations.
6) Le financement des actions de surveillance et de suivi
- Développer une politique de prise en charge d’une partie des moyens de travail des
structures pour les équiper afin de les rendre plus fonctionnelles et plus efficaces.
7) Mesures d’accompagnement
- S’assurer que chaque sous-projet élaboré comporte un volet d’activités génératrices de
revenus pour avoir les moyens d’assurer la maintenance des infrastructures réalisées.
Le CGES inclut un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) du PDREGDE/BN.
Le PGES identifie le cadre d’orientation des interventions futures en termes de priorités
nationales de gestion environnementale et sociale, en tenant compte des exigences des
politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale. Le PDREGDE/BN est directement concerné
par certaines politiques de sauvegarde, comme indiqués dans le tableau ci-dessous.
Politique de sauvegarde du PDREGDE
4.01 - Évaluation environnementale
4.04 - Habitats naturels
Applicable
Oui
Oui
RAPPORT FINAL REVISE
xiii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
4.09 – Lutte antiparasitaire
4.11-Ressources culturelles physiques
4.12 - Réinstallation Involontaire
4.36 – Forêts
4.37 - Sécurité des barrages
7.50 - Projets relatifs aux voies d’eau internationales
Oui
Oui
Oui
Oui
Oui
Oui
Afin d’éliminer ou au moins atténuer les nuisances potentielles du Programme et bonifier ses
impacts positifs, plusieurs mesures environnementales et sociales ont été préconisées :
1.
Mesures de protection des ressources en eaux : La première mesure sera le respect
des codes de l’eau des quatre États membres concernés par le Projet. Pour pallier à la
pollution des eaux par les engrais et les pesticides, les mesures d’atténuation suivantes
sont recommandées :

Assurer des systèmes de drainage efficaces et contrôlés.

Application rigoureuse des normes de rejet des eaux usées dans les affluents du
fleuve.

Suivi régulier du niveau de pollution des eaux par les services compétents.

L’aménagement des périmètres irrigués doit tenir compte de la faisabilité technique
d’un drainage collectif afin de minimiser les points de rejet dans le fleuve et ses
affluents, ce qui facilite le contrôle de la qualité de ces eaux.
2. Mesures de protection des aménagements et de réduction des risques d’inondation :
Mise en place de ceintures vertes et de brises vents autour des périmètres et des
infrastructures hydro-agricoles, reboisement et ensemencement à des fins pastorales
des zones à faibles aptitudes à l’irrigation, implantation de haies vives pour la protection
des cultures contre la divagation des animaux, balisage des couloirs de passage et la
délimitation des aires pastorale, etc.
3. Mesures de protection de l’environnement lors de l'exécution des travaux : Choix de la
date de démarrage des travaux dès la fin de l’hivernage, arrêt de toute activité agricole
au cours de la saison de culture précédant la période des travaux, limitation des actions
de déboisement (débroussaillement, arrachage et essouchement des arbres gênants),
particulièrement en ce qui concerne les essences utiles et précieuses, déplacement de la
couche arable du sol en cas d’intervention de grands engins de travaux, valorisation des
produits de défrichement et de déboisement en bois d’énergie, consultation des
populations sur les lieux sacrés à ne pas perturber, gestion rationnelle des déchets de
chantier, la remise en état des zones de travaux, etc.
4. Mesures relatives aux ressources végétales : Préservation des peuplements existants et
leur régénération en les protégeant (clôture) et en reboisant les zones dénudées,
RAPPORT FINAL REVISE
xiv
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
protection et régénération des forêts, définition de modèles d'aménagement des forêts
classées, développement de l’agroforesterie irriguée en tant que technologie intégrée
destinée à assurer la protection des sols, prise en compte de la dimension protection des
peuplements forestiers dans l’élaboration et l’application des plans d’aménagement et
d’occupation des sols, application rigoureuse des dispositions des codes forestiers des
pays membres, etc.
5. Mesures relatives aux ressources fauniques : Une meilleure vulgarisation des moyens
d’intégration de la production halieutique dans la production agricole en développant le
recyclage des nutriments dans des systèmes intégrés agri aquaculture, un
encouragement de la pisciculture dans les périmètres irrigués, créer une zone intégrale
d’habitat dans les forêts classées, un renforcement à l’accès aux matériels adéquats
pour la pisciculture, une intensification du repeuplement des masses d’eau naturelles ou
artificielles, uniformiser et appliquer rigoureusement les codes de la pêche des quatre
États membres et promouvoir et assister le développement d’activités de conservation
des ressources halieutiques.
6. Gestion des pestes et pesticides : Sensibilisation /vulgarisation des bonnes pratiques sur
l’utilisation des pesticides, vulgarisation de la gestion intégrée de la production afin de
limiter l’usage des pesticides.
7. Mise en place d’un programme de gestion de la réinstallation des populations
déplacées : Un Cadre de réinstallation des populations déplacées a été réalisé pour ce
programme (en document séparé).
8. Mesures de gestion de conflits sociaux reliés à l’accès à la terre : Concertation avec les
usagers et sensibilisation afin de limiter les conflits, adopter une approche participative
qui doit permettre d'intégrer les profondes mutations générées par la présence du
domaine irrigable dans la vallée du fleuve Niger, encore marquée par un mode de vie et
des pratiques culturales traditionnelles et de renforcer la complémentarité entre les
activités générées dans le domaine irrigable et les différentes activités productives de la
vallée (agriculture irriguée, de décrue et pluviale, élevage, foresterie, pêche, chasse,
écotourisme,...).
9. Mesures de contrôle des maladies d’origine hydrique : Contrôle du développement des
vecteurs des maladies, pistage épidémiologique et traitement.
10. Campagnes de sensibilisation sur les IST/SIDA
11. Mesures de contrôle de conflits agriculteurs /éleveurs : Mettre en place des comités des
infrastructures, aménager des couloirs de passage des animaux, création des zones
tampons entre les zones agricoles et celles de pâturage dans l’exploitation des forêts
classées
RAPPORT FINAL REVISE
xv
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
12. Mesures d’adaptation du projet aux changements climatiques : Promotion de méthodes
durables de gestion forestière, de boisement et de reboisement, mesures visant à
accroître l'absorption par les puits (éviter le déboisement et encourager le reboisement,
les retenues d’eau, mesures de gestion et utilisation rationnelle des eaux, etc.). Ces
mesures doivent être prises en compte lors de l’élaboration des études de détail des
différentes composantes du Projet, mesures de renforcement des capacités, information
et sensibilisation afin de promouvoir des technologies, savoir-faire, pratiques et procédés
écologiquement rationnels présentant un intérêt du point de vue des changements
climatiques.
13. Mesures de surveillance et de suivi environnemental : Ces mesures concernent :

Le suivi de l’exécution des mesures environnementales.

Le programme de surveillance environnementale qui contiendra :
a. Les indicateurs de suivi par composante ou par activité ;
b. Le Suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface ;
c. Le Suivi de la dégradation des sols ;
d. Le Suivi biologique des ressources halieutiques : campagnes d’analyses écotoxicologiques ;
e. La Mise en place de sites sentinelles de surveillance épidémiologique.
14. Mesures d’appui institutionnel et de renforcement de capacités : Renforcement des
capacités d’intervention de la cellule de coordination du Projet et des différentes
structures techniques impliquées dans le Projet en matière de mise en place des
mesures environnementales et de suivi environnemental et social (moyens logistiques et
humains), renforcement des concertation entre les différents intervenants, formation des
agents de santé à la surveillance épidémiologique des maladies liées à l’eau,
sensibilisation des populations riveraines regroupées en associations aux impacts
environnementaux et sanitaires des activités du Projet, appui aux laboratoires existants
en matière de suivi de la qualité des eaux et des sols et des écosystèmes aquatiques en
moyens humains et équipements d’échantillonnage et d’analyses, etc.
Le suivi de l’exécution des mesures environnementales sera assuré par l’Unité de Gestion et de
Coordination du Projet (UGCP) et les structures nationales et locales. Cette structure soustraitera les services déconcentrés de l’État et les autres structures actives dans la zone. La
surveillance environnementale concerne les phases de préparation, de construction et
d’exploitation des composantes du Projet. L’environnementaliste de l’UGCP travaillera en
collaboration avec les points focaux environnement nationaux pour les besoins du suivi. Au
niveau de chaque pays le point focal environnement national s’appuiera sur les acteurs de
RAPPORT FINAL REVISE
xvi
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
proximités que sont les points focaux environnement régionaux et locaux ainsi que les
communautés bénéficiaires.
La mise en œuvre du plan de gestion environnementale et sociale nécessite la mobilisation de
ressources financières conséquentes. Le budget à allouer est estimé à 2 295 000 $US qui est à
inclure dans le budget global du projet.
RAPPORT FINAL REVISE
xvii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
EXECUTIVE SUMMARY
The developmental objective of the project is to achieve a sustainable increase in the overall
productivity of water resources so as to facilitate economic development in the countries of the
River Niger Basin. To achieve this objective, the Water Resources Development and
Sustainable Ecosystem Management (WRD-SEM) will focus on (i) institutional capacity building
for the NBA and its national focal structures; (ii) the rehabilitation of the existing hydraulic
infrastructure; and (iii) the restoration of the environment seriously degraded in the targeted
regions, with the understanding that all these three things affect the natural resources of the
basin.
The Environmental and Social Management Framework (ESMF) serves as a screening tool to
screen , in a large and prospective manner, each sub-project for its environmental and social
impacts and to decide on follow up actions: i) no action; ii) preparation of an Environmental and
Social Impact Assessment (ESIA); iii) Preparation of an Environmental and Social Management
Plan (ESMP). The ESMP includes for this purpose a screening form, a project assessment grid
as well as mitigation or compensation measures. The ESMF will be of national scope, with a
particular focus on the rehabilitation of water reservoirs, the development of irrigated perimeters,
forest development, koris rehabilitation, the rehabilitation and management of water catchment
areas and re-afforestation in order to protect watersheds and targeted economic activities so as
to valorize the infrastructure.
The political and legal context of the environmental sector and the intervention sectors of the
WRD-SEM is characterized by the existence of documents of strategic planning as well as
pertinent texts at the legislative and regulatory level. All the countries have legislative texts
governing the study and mitigation of environmental and social impacts of projects as well as
serving as an informed decision making tool. But the texts of the Niger Basin countries are not
meant for sub-projects for which the location is unknown. The various texts do not make
reference to a requirement to prepare environmental and social management framework (EMSF)
at the project preparation stage. At the institutional level, in all the Niger Basin countries,
shortcomings are noted in terms of capacity., coordination, synergy in project implementation
and monitoring. Capacity building shall be therefore be part of the present project.
The WRD-SEM comprises 3 components which will support poverty reduction and reinforce
cooperation and economic growth in the region, (i) assistance and institutional reinforcement, (ii)
rehabilitation and upgrading of the existing infrastructures and (iii) restoration and preservation
of the degraded zones. Components 2 and 3 of the WRD-SEM, for which this ESMF is prepared,
covers Benin, Guinea, Mali, and Niger.
In addition to these first three components, in the context of the World Bank’s preparation of a
project to support the program for Ecosystem Regeneration and Development of the Niger valley
(Kandadji program), for an amount of 150 million USD, three potential components, for which
RAPPORT FINAL REVISE
xviii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
description will be refined, were identified as part of that funding under preparation: (i)
Component 1 on institutional strengthening, (ii) Component 2 on the financing of the power
station, and (iii ) Component 3 on the development of irrigation (including rehabilitation of
irrigation schemes) and local community development. The area affected by the sub - projects of
WRD-SEM the project currently under preparation for the contribution to Kandadji program
covers 58% of the total area of the Niger Basin.
With a length of about 4.200 km, the River Niger takes its source in Guinea, in the Daro Massif,
at an altitude of 1,068m in the village of Farokoniah in the sub-district of Kobokoro (District of
Faranah), at the border of Sierra Leone. It goes North- East and, during the rainy season, forms
a vast flood plain in Mali, the Inner Delta or the lacustrian basin. At the exit of the Inner Delta,
the river takes the form of a loop in Mali, then goes south-East down to Nigeria where it receives
the Benue river before pooring into the Atlantic Ocean. Its drainage basin covers a surface area
of about 2,170,500 km² including 1,500,000 km² of active basin. It is composed of vast desert
zones, flood plains and swampy zones, characterized by the presence of big valleys which
gradually dry up because of the climatic risks, presently increasingly severe because of the
persistence of the bad weather and the degrading actions of man on nature.
The River Niger basin countries are basically composed of poor countries forming part of the
less developed countries (LDC) countries in Africa. Some of them are Sahelian, landlocked and
have a tropical Sudano-Sahelian climate characterized over the last few decades by repeated
droughts and an increasing desertification. In addition to this physical environment which is one
of the most austere environments in the Africa region, these countries evolve in a difficult
economic context with an economy dominated by agriculture and animal rearing. Theses
activities generate 40 to 60% of the export income and are performed by 80 to 90% of the active
population. The other remaining countries are not part of the LDC but they nevertheless remain
poor despite the existence of resources other than agricultural but insufficiently or poorly
exploited (mines gold, oil, etc.).
The social conflicts associated with the exploitation of the natural resources of the basin are
frequent enough and most often oppose farmers to herders or autochthons to migrants. Besides
these recurrent social aspects, the economy of the basin is facing the weakness and
insufficiency of socio-economic infrastructure and equipment (drinking water supply, sanitation,
water reservoirs and hydro-agricultural systems, livestock wells, electric and sanitary equipment,
roads, etc..). All these shortcomings have negative consequences and increase the poverty of
these populations.
Several activities conducted in the basin directly depend on the exploitation of natural resources
(water, soils, fauna and flora). Apart from the development of irrigation systems and hydraulic
infrastructure, these activities (agricultural, pastoral and mining in particular) are conducted in an
extensive or handicraft manner. As such, the rural economy remains largely dependent on the
natural environment. Forests are cleared at rates much higher than those of the natural
RAPPORT FINAL REVISE
xix
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
regeneration and the degraded environment offers less resources to the poor whose population
is increasing one day after the other.
The consequences of the economic imbalances and environmental degradation are felt
especially through :
 The attraction of the rural populations towards the cities, which leads to settlement in
the marginal peripheral zones of urban areas and the adoption of an urban living
mode, i.e. an urbanized life style essentially based on the resources of the rural zone;
 An urban population growth and high demand for energy which is generally satisfied
through the utilization of firewood and charcool, contributing thus to the degradation
of the vegetative cover and the erosion of the lands of the nearby exploitation zones.
The main potential impacts of the project on the bio-physical environment are classified as
follows :
1. Pollution of water resources: whose main source would be the irrational utilization of
fertilizers and pesticides.
2. Degradation of lands : through salinization at the level of the Delta which leads to a reduction
of land fertility and a gradual decline of the outputs and through alkalinization due to a high
pH likely to cause the blockage of some trace elements (zinc) and the volatilization of
nitrogen and some fertilizing elements. The sodization through the increase of the sodium
exchange at the level of clays (at the expense of calcium) is likely to lead to a subsidence of
the soil structure and its imperviousness to both water and air. The highly alkanized and
sodized land become improper to agriculture.
3. Degradation of forest resources : The gallery forests which used to border the banks of the
river disappeared with the development of its banks. The Benin, Mali, Guinea and Niger
zones present protected forests and other gallery forests to be taken in to consideration in
the definition of the activities of the program in order to reduce as much as possible such
effects on forest resources.
4. Fauna regression: Today, most of the original fauna has disappeared from the Niger Niger
valley. The developments planned under the project are likely to contribute to the
modification of the ecosystem which already began with the construction of dams and
reservoirs and the economic developments of the last 50 years.
5. Pullulation of granivorous birds : The granivorous birds constitute at the level of the Niger
River valley one of the great plagues of irrigated crops, especially rice. With the extension of
the irrigated zones planned under this project, these plagues shall take a larger scope.
6. Impacts onfisheries resources : Fisheries resources have substantially regressed since the
last droughts and the construction of dams which seriously modified the water flows. The
project activities shall have to remedy some problems of the fishing sector, especially the
proliferation of invading plants.
RAPPORT FINAL REVISE
xx
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
7. Potential impacts on climatic change : As this relates to a project of development of water
resources and development of the multiple utilizations of water resources, it participates at
the same time in a positive and negative manner in the climatic changes processes. In fact,
through the second component, it will promote the creation of some minor sources of
emissions of greenhouse gases and therefore contribute to worldwide climatic change, which
might also affect the Niger Basin countries.
The major human and socio-economic impacts of the project can be summarized as follows :
8. Negative impacts limited to persons an goods : Considering that the project and its
activities relate to small scale irrigation, the necessity of expropriation of lands remains
limited. The impacts shall be limited to the necessity to occupy temporally land during the
construction period and the acquisition of land for the newcomers. The project will thus
require a slight displacement of population.
9. Alleviation of rural poverty and enhancement of agricultural production: The
diversification of agricultural production is an orientation retained in the various strategies
governing the agricultural sector in the NBA member States. The rehabilitation of the
infrastructure and developments planned by the project shall mainly induce the increase
in the agricultural income and the creation of jobs for the target population.
10. Increase in cultivated surface areas and enhancement of food security : The extension
of the planted surface areas and the increase in land productivity which shall result from
irrigation and the enhancement of cropping techniques shall lead to a substantial gain at
the level of the agricultural production and are therefore likely to contribute to food
security in the member States.
11. Reduction of the rural exodus and reconstitution of the family relationship : Migration and
rural exodus represent one characteristics of the dynamics of the populations of some
countries of the Niger River basin. The consequence of this mobility is to change the
geographical distribution and concentration of the populations and to influence the
conditions of success of development projects whose implementation requires an
important contribution of the village based man-power. With the job opportunities and the
enhancement of the incomes of the target population, the project shall make it possible to
limit the rural exodus and contribute to to the reconstitution of the family relationship.
RAPPORT FINAL REVISE
xxi
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
12. Development of associative life: The development of associative life constitutes one of
the key elements of the project especially as its implementation must make it possible to
ensure a greater sustainability and integrity of all the actions of the project. The activities
of the farmer’s organizations will be very diversified. They mainly relate to the
development and improvement of agro-pastoral production systems, market gardening,
fruit tree planting, fishing, commercialization and handicraft, exploitation and processing
of forest products, actions aimed at the management of natural resources and
environmental protection.
13. Revitalization of fishing activity.: The implementation of the project hall make it possible
to contribute to the revitalization of fishing activities through the promotion of a
sustainable development and management fisheries resources plan while taking in to
consideration the imperative of a better integration of fisheries production in the
agricultural systems.
14. Enhancement of women situation : The rural woman’s contribution to agricultural
production and to the commercialization of fishing products is taken a greater scope with
the changes facing the rural world through rural exodus, emigration or the multi-activity of
their husbands, children’ schooling, and the increasing demand for manpower generated
by the development of the intensive systems in agriculture. In that respect, the project
activities shall be beneficial for women at the economic and social level.
15. Social Conflicts : Access to land constitutes a source of social conflicts which prohibit an
efficient and sustainable utilization of lands, threaten socio-economic relationships and
reinforce the resistance of a large portion of the populations against any intervention of
land reform. The land management system in force is not beneficial to the small farmer
and to the vulnerable groups, in particular to rural woman. Considering the inter-sectoral
nature of these problems, the project shall make sure to mitigate the scope of these
conflicts by adopting an intervention approach based on historical management rather
than an approach exclusively concentrating the measures directly relating to natural and
water resources.
16. Impacts on human and animal health
o
Development of waterborne diseases from which the zone is largely suffering.
o
Impacts of pesticide utilization on human and animal health.
The development of the Environmental and Social Management Framework (ESMF) was
conducted in close collaboration with the NBA’s national structures, the populations benefiting
from the project and in conformity with operational policies and directives in force at the level of
the World Bank. The conditions of the successful implementation of the project pointed out by
the actors :
RAPPORT FINAL REVISE
xxii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
1) Involvement of the populations in all the phases of the identification and implementation
of the sub-projects
- To sufficiently inform the populations so that they can formulate their sub-projects
with full knowledge of the facts and ensure their implementation.
2) Technical support to the populations
- To proceed to capacity building for the service providers and the population
- To avoid that the costs of these supports become a handicap for the populations
in the formulation of the sub-projects.
3) The displacement of the populations because of the implementation of the sub-projects
- To initiate a compensation procedure which leads to legal acts, in conformity with
the national regulation in force and O.P 4.12 the Involuntary Resettlement
Safeguard Policy of the World Bank for an adequate compensation of the
prejudices.
- To encourage community solidarity.
4) Capacity building for the actors
- To proceed to capacity building for all the actors involved or concerned
- To develop for each category of actors an appropriate program of Information,
Education and Communication (IEC).
5) The process of selection, approval and monitoring of the execution of the sub-projects
- To develop the structures of selection of the sub-projects, monitoring and control
of the implementation taking in to account the needs of the populations.
- To set up a mechanism of selection and technical analysis of procedures which is
simple and friendly to the populations.
6) Funding of surveillance and monitoring actions
- To develop a policy to monitor the adequate functioning of the sub-projects,
ensure that the right equipment will be provided and to make them more
operational and efficient.
7) Support measures
- To ensure that each sub-project developed includes a component on income
generating activities in order to have the means to ensure the maintenance of the
infrastructure constructed.
The ESMF includes an Environmental and Social Management Plan (ESMP). The ESMP
identifies the mitigation measuresfor the potential impacts of the future interventions of subprojects taking into account national priorities of environmental and social management and the
requirements of the safeguard policies of the World Bank. The PDREGDE/BN triggers the
following safeguard policies, as indicated in the table below.
RAPPORT FINAL REVISE
xxiii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Safeguard policies triggered
4.01 – ENVIRONMENTAL ASSESSMENT
4.04 – Naural habitats
4.09 – Pest management
4.11 – Physical cultural Resources
4.12 – Involuntary Resettlement
4.36 –
Forests
4.37 – Dam Safety
7.50 – International Waterways Projects
Applicable
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
In order to eliminate or at least mitigate the potential impacts of the Project andto improve its
positive impacts, several environmental and social measures are suggested:
1.
Water resources protection measures: the first measure shall be the respect of the water
codes of the four member States involved in the Project. To remedy the pollution of
water by fertilizers and pesticides, the following mitigation measures are recommended:

To ensure efficient and controlled drainage systems;

Rigorous enforcement of the norms of rejection of waste water in the main river and
its tributaries;

Regular monitoring by the competent services of the level of water pollution;

The development of irrigated perimeters must take into account the technical
feasibility and environmental soundness of collective drainage in order to minimize
impacts such as the rejection into the river and its tributaries.
2. Measures to protect the sub-projects against outside influences and to minimize flood
risks : development of green belts and wind breaks around the irrigation perimeters and
the hydro-agricultural infrastructure, reforestation and sowing of zones with low irrigation
aptitude for pastoral purposes, implantation of live fences for the protection of crops
against cattle straying, creation of animals corridors and delimitation of pastoral surface
areas, etc.
3. Environmental protection measures during the execution of the works : Selection of the
date of commencement of the works right after the end of the rainy season after the
cessation of every agricultural activity during the cropping season before the works can
start, limitation of deforestation activities (clearing off scrub, uprooting and grubbing up of
trees in the right of way of the development perimeter) especially with regard to useful
and precious species, conservation of the top soil layer in the event of intervention large
machinery, valorization of the products of the land clearing and deforestation into fire
RAPPORT FINAL REVISE
xxiv
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
wood, consultation with the population with regard to sacred locations not to be
disturbed, rational management of site waste, enforcement of environmental and social
clauses included into the contractors contracts, etc,
4. Vegetative resources protection measures: Preservation of the existing vegetation and
their regeneration by protecting them (fence) and by afforesting the degraded zones,
protection and regeneration of forests, definition of models for the development of
classified forests, development of irrigated agro-forestry as an integrated technology
meant for ensuring soils protection, taking into account and enforcement of the aspects
of “vegetation protection” in the development of land and occupancy plans, rigorous
enforcement of the provisions of the forestry codes of the member countries, etc.
5. Fauna resources protection measures : A better integration of fisheries production into
agricultural production by developing the recycling of nutrients into integrated agricultural
- aquaculture systems, promotion of pisciculture in irrigrated perimeters, creating integral
natural habitat protection zones in classified forests, providing access to adequate
equipment for pisciculture, intensification of control of illegal fishing activities in natural or
artificial water bodies, to uniformize and apply rigorously the fishing codes of the four
member States and to promote and assist in the development of sustainable fishing
activities.
6. Pests and pesticides management : Sensitization/extension of good practices on the
utilization, storage and disposal of pesticides, extension on integrated pest management
in agricultural production systems so as to limit the utilization of pesticides.
7. Preparation of Resettlement Action Plans if needed : A Resettlement Policy Framework
for guidance on eventual resettlement of displaced people was prepared for this program
(as a separate document).
8. Measures of management of conflicts associated with access to lands : Consultation with
the users and sensitization in order to limit conflicts, to adopt a participatory approach
which must enable the management of conflicts generated by the presence of the
irrigable areas in the Niger River Valley still characterized by a given mode of living and
traditional cultural practices and to reinforce the complementarity between the activities
generated in the irrigable area and rain fed agriculture, animal rearing, forestry, fishing,
hunting, ecotourism,...).
9. Waterborne diseases control measures: Control of the development of the vectors of
these diseases, epidemiological tracking and treatment. Especially with regard to
intestinal and urinary bilharzia and malaria.
10. Sensitization campaigns on the STDs/AIDS
11. Measures of control of farmers / herders conflicts: To create management committees for
the infrastructure financed by the project, to develop livestock corridors, creation of buffer
RAPPORT FINAL REVISE
xxv
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
zones between the agricultural zones and the grazing lands and introduce sustainable
management methods in the exploitation of classified forests.
12. Measures of adaptation of the project to climatic change : Promotion of sustainable
methods of management of forests, afforestation and deforestation, measures aimed at
increasing the infiltration rates of water in order to restore groundwater resources,avoid
deforestation and encourage reforestation, create water reservoirs for dry spell periods,
measures for the management and the rational utilization of water resources, etc. These
measures must be taken into account during the preparation of the technical and
environmental studies for the sub-projects , as well capacity building measures,
information and sensitization of communities so as to promote new technologies, knowhow, ecologically sustainable practices and procedures in order to adapt to changing
climatic conditions.
13. Measures of surveillance and environmental monitoring: These measures relate to:

The monitoring of the execution of the environmental measures.

The program of environmental surveillance which shall include :
a. The indicators of monitoring per component or per activity;
b. The monitoring of ground and surface water quality;
c. The monitoring of land degradation;
d. The biological monitoring of fisheries resources, including eco-toxicological
analysis campaigns.
e. The selection of epidemiological monitoring sites for waterborne diseases.
14. Measures for institutional support and capacity building: Reinforcement of the
intervention capacity of the national coordination agencies of the project and the various
technical structures involved in the project in the area of development of environmental
management as well as environmental and social monitoring measures (logistic and
human means), reinforcement of the consultation among the various interveners, training
of the health agents in epidemiological surveillance of waterborne diseases, sensitization
of the riparian populations grouped in associations with regard to the environmental and
health impacts of the project activities, support to the existing laboratories in the area of
monitoring of land and water quality and the aquatic ecosystems with respect to human
use and the provision of sampling and analysis equipment, etc.
The monitoring of the execution of the environmental measures shall be conducted by the
Project Coordination and Management Unit (PCMU) and the national and local structures. The
WRD-SEM structure will sign a sub-contract with the decentralized services of the State and the
other structures which are active in the zone. The environmental surveillance relates to the
phases of preparation, construction and exploitation of the components of the project. The
RAPPORT FINAL REVISE
xxvi
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
PMCU Environmental Expert shall work in collaboration with the environmental focal points
based in the countries for the monitoring activities. In each country, the national environmental
focal point shall rely on the proximity actors, i.e. the regional environmental focal points as well
the beneficiary communities.
The implementation of the environmental and social management plan requires the mobilization
of consequent financial resources. The budget to be allocated is estimated to US $2 295 000 to
be included in the overall budget of the project.
RAPPORT FINAL REVISE
xxvii
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
1. INTRODUCTION
1.1
Contexte et objectifs du projet PDREGDE/BN et du projet en cours de préparation pour
l’appui au programme de Kandadji
La sauvegarde du fleuve Niger, en vue d’assurer un développement durable pour les
populations riveraines, ainsi que la lutte contre l’ensablement, figurent parmi les priorités définies
par les Conseils des ministres et les Sommets des Chefs d’État et de gouvernement des États
membres de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) depuis 1994. Dans le but d’assurer non
seulement, une cohérence stratégique des actions initiées et le processus de Vision partagée
lancé en 2002, mais aussi de rechercher une synergie et les complémentarités entre toutes les
initiatives en cours ou à venir, un plan quinquennal d’actions (2003-2007) a été initié en
décembre 2002 à Niamey avec comme objectif global de préparer les conditions appropriées en
terme de connaissance du bassin et de ses ressources, des principaux usages, etc. et de
permettre à l’ABN de s’engager fermement dans le processus de planification pour le
développement harmonieux et durable du bassin. Le plan quinquennal inclut plusieurs projets ou
programmes dont :
 la gestion intégrée des ressources en eau ;
 le projet « inversion des tendances à la dégradation des terres et des eaux dans le bassin du
Niger» ;
 le programme de lutte contre l’ensablement dans le bassin du Niger ;
 l'amélioration des connaissances et le renforcement des capacités de l’ABN.
Dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan d’actions l’ABN a initié et soumis à la Banque
Mondiale la requête de financement du projet de Développement des Ressources en Eau et de
Gestion Durable des Écosystèmes dans le Bassin du Niger (PDREGDE/BN). L’objectif du projet
est d’améliorer de manière durable la productivité des ressources en eau pour renforcer le
développement économique dans les pays du Bassin où le projet sera mis en œuvre à savoir
(Bénin, Guinée, Mali, Niger et Nigeria).
La première phase du projet DREGDE s’articule autour de trois composantes qui sont : (i) le
renforcement des capacités des institutions actrices et de l’ABN ; (ii) la réhabilitation,
l’optimisation et le développement des infrastructures régionales ; (iii) la gestion durable des
écosystèmes dégradés prioritaires et la réhabilitation des petites infrastructures hydrauliques.
Outre ces trois premières composantes, dans le cadre de la préparation de la Banque mondial
du projet visant à appuyer le programme de de Régénération des Écosystèmes et de Mise en
valeur de la vallée du Niger (programme de Kandadji) pour un montant de 150 millions de
dollars US, trois composantes potentielles dont la description sera affinée ont été identifiées
dans le cadre de ce financement en cours de préparation à savoir : (i) Composante 1 relative au
renforcement institutionnel ; (ii) Composante 2 relative au financement de la station électrique ;
1
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
et (iii) Composante 3 relative au développement de l’irrigation (incluant la réhabilitation
potentielle de périmètres) et le développement communautaire local.
Mais la mise en œuvre des activités des composantes 2 & 3 du projet en cours de préparation
pour l’appui au programme de Kandadji pourrait exiger l’application des dispositions
réglementaires nationales en vigueur au Niger ainsi que les directives opérationnelles de
sauvegardes environnementale et sociale de la Banque Mondiale, en l’occurrence la PO 4.01
relative à l’évaluation environnementale et sociale.
Le présent document est une mise à jour du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
(CGES) du projet DRDGDE réalisé en 2007 et intègre la prise en compte des différents aspects
environnementaux et sociaux soulevés par les activités des composantes 2 & 3 concernées par
le projet en cours de préparation pour l’appui au programme de Kandadji. Cette mise à jour est
réalisée pour rendre ces composantes conforment à la législation en matière de protection
environnementale et sociale en vigueur au Niger et aux politiques opérationnelles de la Banque
Mondiale.
1.2
Objectif du CGES
L’objectif du cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) vise à établir un mécanisme
pour déterminer et évaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels futurs des
projets/sous-projets à financer par le projet PDREGDE/BN. En outre le CGES définit les
mesures d’atténuation, de surveillance et les dispositions institutionnelles à prendre durant la
mise en œuvre du programme et la réalisation des activités y relatives pour éliminer ou réduire à
des niveaux acceptables, les impacts environnementaux et sociaux défavorables qui en seront
générés,. Il convient de noter qu’une grande partie des investissements concerne des
équipements et infrastructures de proximité.
La portée de l’étude vise à définir un Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) pour
les composantes du programme : développement institutionnel et investissements physiques en
conformité avec les politiques et les lignes directrices des pays et de la Banque mondiale.
1.3
Méthodologie
La méthodologie qui a été adoptée pour la mise à jour du CGES du projet DREGDE est basée
sur une approche systémique, en concertation avec l’ensemble des acteurs et partenaires du
projet. Elle est articulée autour des étapes suivantes :
o
o
Mise en place d’une équipe pluridisciplinaire composée des experts du projet pour
l’élaboration des documents ;
Exploitation de la documentation du projet et d’autres documents stratégiques du Niger,
pays bénéficiaire du financement additionnel ;
2
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
o
Rencontres avec les acteurs institutionnels au niveau central (Ministères techniques et
autres structures concernées par la mise en œuvre du Programme « Kandadji ») et local
(institutions déconcentrées de l’Etat, Projets, ONG et Associations de la région de
Tillabéri notamment) pouvant être concernés par le financement additionnel ;
o
Analyse des informations et études environnementales.
3
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
2. DESCRIPTION DU PROJET
2.1
Objectif et contexte du projet
Le fleuve Niger long de près de 4200 Km (3ème d’Afrique et le 9ème du monde), draine un bassin
actif de l’ordre de 1.500.000 km² avec d’importantes ressources naturelles jusque-là faiblement
exploitées mais qui se fragilisent progressivement. Il est partagé par neuf (9) États d’Afrique de
l’Ouest et du Centre qui ont créé en 1980, l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) en lieu et place
de la Commission du Fleuve Niger (CFN) qui avait vu le jour en 1964. Ce sont : le Bénin, le
Burkina, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad.
Malgré l’énorme potentiel de développement et d’investissement du bassin, il demeure sousdéveloppé, limitant ainsi la croissance économique et l’aptitude d’améliorer les moyens
d’existence des populations du bassin. Le potentiel d’amener le fleuve à produire de
l’hydroélectricité, utiliser les terres irrigables pour la productivité agricole et les voies d’eau en
vue de promouvoir le commerce et le mouvement des populations à travers les frontières
demeure sous-développé, retardant davantage le développement économique du bassin. A ce
jour, sept des neuf pays du bassin ont été identifiés comme faisant partie des 20 pays les plus
pauvres du monde. Près des 75% de la population du bassin vit dans les zones rurales où la
sécurité alimentaire et le bien-être social sont directement fonction du fleuve et des
infrastructures y afférentes. Cette forte dépendance des ressources en eau place le Fleuve
Niger au centre de tout processus viable d’intégration régionale par le leadership de l’Autorité du
Bassin du Niger (ABN). Créée en 1964 l’ABN a pour mandat de donner des conseils en général
et de promouvoir la coordination entre les neuf pays riverains en vue d’assurer le
développement intégré et la croissance économique soient réalisés dans l’ensemble du bassin
grâce au développement de ses terres et de ses eaux.
L’objectif de développement du projet est de parvenir à une augmentation durable de l’ensemble
de la productivité des ressources en eau pour faciliter le développement économique dans les
pays du Bassin du Fleuve Niger. Pour atteindre cet objectif, le projet mettra l’accent sur (i) le
renforcement de la capacité institutionnelle de l’ABN et de ses cellules nationales ; (ii) la
réhabilitation des infrastructures hydrauliques existantes ; et (iii) la restauration de
l’environnement sérieusement dégradé dans les régions ciblées, toutes choses qui ont un effet
sur les ressources naturelles du bassin.
Les résultats attendus comprennent : (i) l’amélioration de la capacité de gestion de l’ABN ; (ii) la
livraison et la gestion efficientes des infrastructures hydrauliques ; et (iii) la restauration et
l’amélioration des pratiques en vue d’une gestion durable des écosystèmes dégradés dans le
bassin. Le projet est censé bénéficier directement à plus de cinq millions d’habitants dans le
Bassin et indirectement à environ dix millions d’habitants. Le projet PDREGDE/BN va toucher
cinq pays du bassin du Niger à savoir : Bénin, Guinée, Niger, Nigéria et Mali. Le projet en cours
4
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
de préparation pour l’appui au programme de Kandadji va concerner environ 3 millions
d’habitants dont les principales occupations sont l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’artisanat.
Les populations dans la zone concernée par le financement additionnel ne peuvent pas
satisfaire leurs besoins fondamentaux en termes de nutrition, d'habitat et l’accès aux services
vitaux, tels que l'adduction en eau potable, l'assainissement, les soins médicaux et
l'enseignement. L’impact du projet en cours de préparation pour l’appui au programme de
Kandadji sur les bénéficiaires se traduira par (i) l’amélioration de leur capacité de production
agricole et animale, de l’accès à l’électricité et à l’eau, du cadre et de l’espérance de vie ; (ii) le
renforcement des capacités économiques des communautés de base, et l’amélioration des
conditions de vie des groupes vulnérables; et (iii) la création de conditions favorables à la
réduction des risques climatiques et à l’adaptation au changement climatique. Les bénéficiaires
participeront aux prises de décisions dans le cadre de consultations dans le choix des
investissements prévus par le financement additionnel.
2.2
Description des composantes de la première phase du projet
Le projet PDREGDE/BN interviendra sur 3 axes principaux tels que décrits au tableau 1, chaque
axe correspondant à une composante du programme :
-
Composante 1 : Le renforcement des institutions et des capacités de l’ABN
Composante 2 : La réhabilitation, l’optimisation et le développement
-
infrastructures régionales ;
Composante 3 : La gestion durable des écosystèmes dégradés prioritaires et la
réhabilitation des petites infrastructures hydrauliques.
des
Le tableau 1 présente les composantes du projet ainsi que les sous - composantes.
-
Composante 1
Cette composante vise à mettre en place les outils de planification et de gestion afin permettre
un suivi et une allocation rationnelle de la ressource.
- Composante 2
La réhabilitation des infrastructures hydrauliques existantes mettra l’accent sur des actions
concrètes dans le domaine des infrastructures hydrauliques du bassin notamment les petites
retenues d’eau et les grandes infrastructures (barrages de Kainji et Jebba au Nigéria). La
conception des sous- composantes comprend tous les aspects critiques tels que la sécurité, la
réhabilitation, l’amélioration et le développement à but multiple.
-
Composante 3
5
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Cette composante s’articulera autour de petites infrastructures de mobilisation des ressources
en eau dans des zones cibles pauvres et fortement dégradées du bassin. Ces infrastructures
seront associées autant que possible à des activités génératrices de revenus dans des zones
ciblées et contribuer à la restauration et à la préservation des zones les plus affectées par la
dégradation environnementale.
Cette composante va plancher sur le contrôle de la dégradation environnementale dans des
régions choisies du bassin. Son but est de combiner le développement et la gestion des
infrastructures hydrauliques avec la restauration et la préservation de l’environnement ainsi que
les activités génératrices de revenus qui vont servir de motivation pour une participation active
des populations. Elle touche quatre du bassin du Niger que sont le Bénin, la Guinée, le Niger et
le Mali.
2.3
Description des composantes du projet est en cours de préparation afin d’appuyer le
programme Kandadji:
Outre les trois composantes du PDREGDE sus cités, un projet est en cours de préparation afin
d’appuyer le programme Kandadji pour un montant de 150 millions de dollars US. Trois
composantes potentielles dont la description sera affinée ont été identifiées à savoir :
 Composante 1 relative au renforcement institutionnel ;

Composante 2 relative au financement de la centrale électrique du barrage de
Kandadji ; et

Composante 3 relative au développement de l’irrigation (incluant la
réhabilitation potentielle de périmètres) et le développement communautaire
local.
Composante 1 :
Cette composante a pour objectif d’apporter un appui à l’ABN sur le financement de
l’unité de projet pour la mise en œuvre du projet en cours de préparation. Elle
comportera aussi un financement d’experts pour l’appui à l’ABN dans le cadre de la mise
en œuvre de la Charte de l’Eau via le financement de missions du panel d’experts, et la
contribution à des études clés comme le plan stratégique et la mise à jour de l’audit
organisationnel de l’ABN.
Composante 2 équipement de la centrale électrique:
Cette composante concerne l’équipement de la centrale hydroélectrique dont les
activités incluent, entre autres, la fourniture, le transport, le montage, les essais, la mise
en service et la formation du personnel d’exploitation des équipements destinés à l’usine
électrique de KANDADJI située sur le fleuve Niger au Niger. Les équipements de la
centrale comprennent quatre (04) groupes turbines-alternateurs identiques, de 32,5 MW
de puissance nominale unitaire, soit une puissance totale installée de 130 MW. Par
6
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
ailleurs, des transformateurs de distribution de 10 MVA pour l’alimentation des auxiliaires
du barrage et de l’usine, ainsi que le réseau de distribution local sont prévus dans le
poste.
Le coût total estimé de la centrale électrique est de l’ordre de 180 MUS$. La contribution
de la Banque serait de 80 MUS$. Lors de la table ronde pour le financement de la
deuxième phase, que le Gouvernement du Niger a organisé, quatre partenaires ont fait
des promesses de dons : la BAD, la BID, l’AFD, et la Bm. Dans le cadre de cette
composante, il sera aussi compris le financement d’une moyenne de deux missions par
an du panel d’experts de sécurité de barrage et le panel d’expert environnemental et
social. Des études portent sur les aspects institutionnels en relation avec les aspects
énergétiques seront aussi prévues telles que la revue et la conception de l’opérateur de
barrage couplée avec les possibilités de partenariat public privé (PPP), en incluant
potentiellement un schéma directeur pour le secteur énergétique.
Composante 3: Le Développement de l’irrigation et le Developpement communautaire local
Cette composante se focalise sur le développement de l’irrigation et le développement
communautaire local et est constituée de 3 sous composantes.
o
o
o
La sous-composante 3.1 se focaliserai sur la consolidation des investissements
de sécurité alimentaire en réhabilitant de l’ordre de 700 ha dans le sillage du
DREDGE et des Projets d’Urgence d’appui à la sécurité alimentaire (PUSA 1& 2)
dans le Cadre du Fonds fiduciaire de réponse à la crises des prix alimentaires
(GFRP);
la sous-composante 3.2 porterai sur le pilotage d’un pôle de croissance agrobusiness sur 1 500 à 2 000 ha environ de cultures de diversification répartis entre
exploitations familiales en faveur des populations locales et exploitations privées
qui ont besoin d’une viabilisation de l’espace (foncier, électrification, stations de
pompage et conduites primaires, services, les aménagements secondaires et
tertiaires étant à leur charge). L’installation d’entreprises en amont et aval sera
encouragée et supportée partiellement par le projet. Ce développement
expérimental de terrasses sera entrepris dans le cadre des études
APS/APD/DAO prévues sur 4 000 ha. et avec le développement du potentiel de
l’irrigation. Des études institutionnelles relatives aux aspects d’irrigation (incluant
la revue de possibilité de PPP) et explorant un développement qui inclus aussi
des secteurs tels que la pêche, l’élevage, etc seront prévues.
la sous composante 3.3 se focaliserai sur le développement local qui inclut (i)
le renforcement des capacités des communes et des partenaires dans le sillage
du schéma directeur et de la politique de décentralisation, pour la planification et
la mise en œuvre des plans locaux de développement et d’investissement, (ii)
l’appui financier pour la mise en œuvre des plans d’investissement
(essentiellement sur les investissements collectifs d’accès aux services de base
et la gestion des ressources naturelles (sur le modèle du projet d’action
communautaires financé par la Banque mondiale) et ; et (iii) la mise en place d’un
fonds d’appui aux initiatives locales axées sur le micro-entreprenariat pour les
jeunes et les femmes).
7
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
La mise à jour du CGES concerne principalement les activités des composante 3 du projet est
en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji..
Le tableau 1 donne à titre indicatif les activités éligibles au financement du projet. Les sous –
projets de la composante 3 et les sous projets du projet est en cours de préparation afin
d’appuyer le programme Kandadji, objet de la présente mise à jour du CGES, peuvent être
groupées en 6 catégories :
Réhabilitation de petites retenues d’eau ;
Aménagement / réhabilitation de périmètres pour la petite irrigation ;
Gestion des bassins versants et le reboisement ;
Aménagement participatif des forêts classées ;
Stabilisation des berges de koris et lutte contre l’érosion des sols ;
Activités économiques ciblées (agriculture, élevage, pêche, pisciculture…etc.) associées
aux infrastructures hydrauliques.
7. Développement de l’irrigation et consolidation des investissements de sécurité
alimentaire ;
8. Diversification des cultures ;
9. Développement communautaire local.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
8
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 1 : Description des composantes du projet
Composante 1 : Modernisation de l’ABN, des structures focales nationales et renforcement des capacités des acteurs
Sous-composantes
Actions à entreprendre
Modernisation de l’Autorité du (i) le renforcement des capacités dans les domaines stratégiques
bassin du Niger et de ses
pour l’accomplissement des missions ; (ii) la mise en place d’une
structures focales nationales stratégie de communication capable de promouvoir l’image de l’ABN ;
(iii) la mise en place de mécanismes d’évaluation de performances
des ressources humaines et leur motivation ; (iv) appui à certaines
structures techniques d’encadrement et de gestion
Mise en place de
mécanismes institutionnels et
d’instruments juridiques
complémentaires
Renforcement des
capacités des acteurs
(i) une structure régionale de planification ; (ii) une commission
permanente des eaux associée à des sous commissions pour une
meilleure allocation de la ressource et une coordination des actions ;
et (iii) des instruments juridiques relatifs aux financements, à la
propriété commune des ouvrages et aux modes de partage des
bénéfices, à la résolution des conflits et arbitrages, à l’allocation de la
ressource en eau etc.
(i) mise en place de programme de formation cible pour l’ABN et les
structures focales nationales ; (ii) mobilisation et formation des
acteurs locaux ; et (iii) mise en place de structures de gestion des
petites infrastructures hydrauliques
Institutions et pays
concernés
ABN et ses structures focales
(les 5 pays)
Structure régionale de
planification et Commission
permanente (les 5 pays)
ABN et ses structures
focales, et les acteurs locaux
(les 5 pays) et structures de
gestion des petites
infrastructures hydrauliques
(tous les pays, sauf le
Nigéria)
Tableau 1 : Composantes du projet (suite)
Composante 2 : Modernisation, amélioration et planification des infrastructures hydrauliques à retombée nationale ou régionale
9
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Sous-composantes
Actions à entreprendre
Modernisation et amélioration S’articuleront autour des aspects suivants : (i) la sécurité des
des infrastructures existantes ouvrages ; (ii) la réhabilitation et la mise à niveau des ouvrages ; (iii)
l’amélioration de la gestion ; (iv) la modernisation des équipements
associés ; et (v) le développement des usages multiples selon les
scénarios appropriés
Planification de nouvelles
infrastructures hydrauliques
l’appui à des études de faisabilité requises pour les
ouvrages
(ii)
Analyse environnementale et sociale
(iii)
l'appuie au complément des études pour les barrages
multi-usages
(iv)
Analyse environnementale et sociale
(iii) l’évaluation des options stratégiques de réalisation de ces
ouvrages
(i)
10
Ouvrages et pays
concernés
Barrages de Kainji et Jebba
(Nigéria) pour les grands
ouvrages
Petits ouvrages de retenues
dans des zones cibles
(Bénin, Niger, Mali, Guinée)
Ouvrages de Fomi (Guinée)
et Zunguerou (Nigeria)
Ouvrages de Taoussa (Mali)
et Kandadji (Niger)
Tous les ouvrages actuels et
projetés (tous les pays)
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 1 : Composantes du projet (suite)
Composante 3 : Restauration et préservation des zones à fortes dégradations environnementales
Ouvrages et pays
concernés
Gestion des bassins versants (i) construction de petites retenues d’eau ; (ii) aménagement et Secteurs choisis de Fouta
et reforestation
curage des chenaux, drains et collecteurs principaux ; (iii) des actions Djalon (Guinée) et des eaux
d’accompagnement intégrées autours de ces infrastructures incluant tributaires (Bénin)
l’aménagement des bas-fonds, le reboisement, les barrages antiérosions et l’aménagement des coteaux, le développement d’autres
activités cibles (agriculture, pisciculture…etc.) associées aux
infrastructures
Sous-composantes
Actions à entreprendre
Stabilisation des berges et (i) construction d'infrastructures principales de stabilisation et de Secteurs choisis le long des
contrôle de l'érosion des sols contrôle de l’érosion ; (ii) aménagement des berges ; (iii) des actions kori et des dallols (Bénin,
d’accompagnement intégrées autours de ces infrastructures incluant Niger et Mali)
l’aménagement des bas-fonds, le reboisement, les barrages antiérosions et l’aménagement des coteaux, le développement d’autres
activités cibles (agriculture, pisciculture…etc) associées aux
infrastructures
11
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Composante 1 projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji: Renforcement institutionnel de l’ABN et
du HCAVN
Sous-composantes
Appui à l’ABN
Ouvrages et pays
concernés
Actions à entreprendre
(i) financement de l’unité de projet pour la mise en œuvre du
financement additionnel, (ii) le financement d’experts pour l’appui à
l’ABN dans le cadre de la mise en œuvre de la Charte de l’Eau via le Infrastructures régionale de
financement de missions du panel d’experts, et (iii) la contribution à
des études clés comme le plan stratégique et la mise à jour de l’audit Kandadji (NIGER)
organisationnel de l’ABN.
(i) financement de personnel pour le renforcement de la mise en
œuvre du projet,
(ii) financement d’études critiques pour la préparation de la mise en
œuvre du Programme « Kandadji » et particulièrement des activités
du financement additionnel. Ces études portent sur les aspects
institutionnels en relation avec les aspects énergétiques et avec le
développement du potentiel de l’irrigation.
Appui au HCAVN
Renforcement des capacités du HCAVN dans les domaines
stratégiques pour l’accomplissement des missions ;
Infrastructures régionale de

Mise en place d’une stratégie de communication capable de Kandadji (NIGER)
promouvoir l’image du HCAVN ;
 Mise en place de mécanismes d’évaluation de performances
des ressources humaines et leur motivation ;
 Appui à certaines structures techniques d’encadrement et de
gestion.
 Mise en place de programme de formation cible pour le
HCAVN et le Comité technique de coordination ;
Composante 2 du projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji: Financement de l’infrastructure
régionale du barrage de Kandadji
12
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Sous-composantes
Financement de
l’infrastructure régionale du
barrage de Kandadji
Actions à entreprendre
Acquisition et Installation des Equipements de la Centrale Hydroélectrique et Activités connexes
Financement de deux missions par an du panel d’experts (PSB et
PES)
Ouvrages et pays
concernés
Infrastructures régionale de
Kandadji (NIGER)
Tableau 1 : Composantes du projet (suite)
Composante 3 du projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji: développement de l’irrigation (incluant
la réhabilitation potentielle de périmètres) et le développement communautaire local
Sous-composantes
Sous composante 3.1 :
Consolidation des
investissements de sécurité
alimentaire
Actions à entreprendre






Aménagement des périmètres irrigués et Développement de
l’irrigation
Amélioration des espèces cultivées et la mise en place de
systèmes de culture et d'élevage aptes à assurer une
production rentable tout en étant plus efficientes et plus
économes en eau
Restauration des terres dégradées
Gestion des bassins versants et reboisement
Stabilisation des berges de koris et lutte contre l’érosion des
sols
Appui aux femmes pour des activités génératrices de revenu
relatives au petit élevage, les embouches ovine et bovine, la
conservation/transformation des produits, le tressage, la
couture, le commerce et autres activités économiques
prometteuses.
13
Ouvrages et pays
concernés
Infrastructures régionale de
Kandadji (NIGER)
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Sous composante 3.2 :
Diversification des cultures

Appui aux jeunes (18-25 ans) et aux personnes les plus
vulnérables par l’octroi de fonds de roulement afin qu’elles
puissent participer pleinement aux opportunités offertes par le
Programme.

Octroi des crédits agricoles pour améliorer les productivités Infrastructures régionale de
Kandadji (NIGER)
des écosystèmes (agricoles, pastoraux, aquatiques, etc.),
Intensification de la production céréalière car elle constitue la
base sur laquelle repose l’autosuffisance alimentaire des
populations de la zone.
Appui à la production horticole (maraîchage, etc.) et à
l’arboriculture fruitière autour du réservoir.
Appui à la mise en place de jardins écologiques et au
compostage de plantes aquatiques envahissantes.



Sous composante 3.3 :
Développement
communautaire local (appui
au financement
d’infrastructures socioéconomiques et culturelles,
appui aux AGR, appui à la
gestion des ressources
naturelles)








Infrastructures régionale de
Développement des infrastructures socioéconomiques
Désenclavement de la rive droite, au Nord comme au Sud de Kandadji (NIGER)
la rivière Gorouol.
Intensification des systèmes agraires,
Appui aux opportunités d’aménagement du territoire et
utilisation optimale des disponibilités en eau du réservoir de
Kandadji afin de maximiser la capacité de production du
milieu.
Amélioration des semences,
Formation et équipement des communautés de pêches
Action de lutte contre la désertification (CES/DRS,
afforestation, fixation des dunes, protection des berges et des
koris, Régénération naturelle assistée, etc.),
Ensemencement dans les mares d’essences aquatiques de
14
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé




même que plantation autour des mares d’essences forestières
appréciées par les animaux.
Appui à la vaccination à large échelle, à l’acquisition d’intrants
zootechniques (aliments bétail, etc.) et renforcement de la
chaîne d’approvisionnement en produits vétérinaires.
Embouches ovine et bovine et introduction de nouvelles races
de vaches laitières plus productives.
Appui aux petits élevages (poules, pintades, canards, etc.)
pour les femmes.
Renforcement des capacités des hommes et des femmes
économiquement actifs dans leur communauté et des
entreprises, de leurs organisations professionnelles, et de
leurs diverses structures d’encadrement.
15
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3. CADRE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL
3.1
Délimitation de la zone d’étude
Les composantes 2 et 3, objet du CGES, touchera le Bénin, la Guinée, le Niger et le Mali. Avec
l’avènement de la décentralisation, soutenue par la réforme de l’administration territoriale, la
zone du bassin béninois du fleuve Niger est à cheval sur trois départements que sont l’Alibori (6
communes : Banikoara, Gogounou, Kandi, Karimama, Malanville, Segbana), l’Atacora (2
communes : Kérou et Péhunco) et le Borgou (4 communes : Bembèréké, Kalalé, Nikki et
Sinendé) soit 12 communes.
En Guinée, le Bassin versant du Niger couvre le territoire de dix (10) Préfectures à savoir :
Faranah, Dinguiraye, Dabola, Kissidougou, Beyla, Kérouané, Kankan, Mandiana, Kouroussa et
Siguiri.
La portion nigérienne du Bassin du Niger concerne sept (7) des huit (8) Régions du pays et
couvre :
a) totalement les Régions de Tillabéry, Tahoua, Maradi, Dosso et la Communauté
Urbaine de Niamey ; et
b) partiellement les Régions d'Agadez (département de Tchirozérine et Communauté
Urbaine d'Agadez) et de Zinder (le haut bassin de la Tarka dans le département de
Tanout). Cette dernière est à tout point de vue négligeable.
Toutes les régions du Mali sauf la région de Kayes sont en partie concernées par le bassin du
fleuve Niger. Le cours d’eau principal du fleuve Niger traverse l’espace territorial de 108
communes reparties dans le district de Bamako et les Régions de Koulikoro, Ségou, Mopti,
Tombouctou, et Gao (dont 14 communes urbaines)
Le tableau 2 donne une synthèse des caractéristiques physiques de la zone de projet. La zone
touchée par les sous – projets du PDREGDE/BN composante couvre 58% de la superficie totale
du bassin du Niger.
16
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 2 : Superficie de la zone du projet
Superficie des
Pays (Km²)
Bénin
114.763
46.384
% de la portion
nationale par
rapport à la
superficie
totale du pays
40.4
Guinée
245.857
97.168
40
5
Mali
1.241.000
570.000
46
29
Niger
1.267.000
427.323
34
22
923.768
629.545
68
32
3.792.388
6.148.500
1.870.518
1.985.552
49.3
-
94
-
Pays
Nigéria
Zone projet
Total général
3.2
3.2.1
Superficie de
la portion
nationale du
bassin (Km²)
% de la portion
nationale par
rapport au
bassin général
2
Environnement biophysique
Bassin du Niger
Le fleuve du Niger, long environ de 4.200 km, prend sa source en Guinée, dans le Massif du
Daro, à une altitude de 1.068m dans le village de Farokoniah dans la Sous préfecture de
Kobokoro (Préfecture de Faranah), à la frontière de la Sierra Léone. Il se dirige vers le Nord- Est
et forme en saison de pluie, une vaste plaine d’inondation au Mali, appelée le Delta Intérieur ou
la cuvette lacustre. A la sortie du Delta Intérieur, le fleuve décrit une boucle au Mali, puis coule
vers le Sud- Est jusqu’au Nigéria où il est rejoint par la Bénoué avant de se jeter dans l’Océan
Atlantique. Son bassin de drainage couvre environ une superficie de 2.170.500 km² dont
1.500.000 km² de bassin actif. L’ensemble géographique est composé de vastes zones
désertiques, de plaines d’inondation et de zones marécageuses, caractérisé par la présence de
grandes vallées qui s’assèchent progressivement avec les aléas climatiques, de plus en plus
prononcés actuellement en raison de la persistance des intempéries et des actions dégradantes
de l’homme sur la nature.
Le bassin actif du fleuve Niger est partagé par neuf (9) pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre,
membres de l’Autorité du Bassin du Niger, soit, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte
d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigéria et le Tchad.
17
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Vu sous l’angle des ressources en eau, le bassin du Niger, peut schématiquement être divisé en
quatre (4) zones aux caractéristiques physico-géographiques plus ou moins homogènes (voir
Carte 1).
Le Niger Supérieur (Mali-Guinée-Côte d’Ivoire) s’étend sur une superficie de 257 000 km2 dont
100 000 km2 située en Guinée sert de château d’eau et est supposé offrir la possibilité de
régulation partielle des écoulements sur toute la longueur du fleuve. Les zones de la Dorsale
guinéenne connaissent actuellement un essor dans les activités minières et l’exploitation
forestière ; ce qui crée des opportunités économiques mais, en même temps, entraîne des
risques de pollution en amont et d’accélération de l’ensablement du lit du fleuve.
Le Delta Intérieur ou Central du Fleuve Niger, qui va de Ké-Macina (entrée du Delta) à
Koriomé, situé à 19 km au Sud de la ville de Tombouctou est une vaste zone plate d'épandage
des eaux du fleuve et de dépôts d’alluvions entre Markala et Tombouctou d'environ 84 500 km2
formée d'un réseau très complexe de bras, de défluents et de lacs. On distingue d'amont en aval
plusieurs régions caractéristiques : le Delta Mort occupé partiellement par les aménagements
hydro-agricoles de l'Office du Niger, le Delta Vif entre Ké-Macina et la sortie du lac Débo, l'Erg de
Niafunké ou nord dunaire, les zones lacustres en rives gauche et droite. En amont de
Tombouctou, le fleuve alimente un ensemble de cuvettes irrégulièrement inondées et
partiellement occupées par des terroirs agricoles ; il s’agit en rive gauche du système des lacs
Tanda, Kabara, Tagadji, Horo, Fati, Télé, Gouber et Faguibine d’une superficie maximum de 10
400 km2 et en rive droite des lacs Aougoungou, Niangaye, Do, Garou et Aribongo d’une
superficie totale de 4. 000 km2. Certains lacs comme le Débo et le Horo sont classés sites
protégés Ramsar (Convention relative aux zones humides d'importance internationale,
particulièrement comme habitats des oiseaux d'eau). Le Delta Intérieur intéresse les régions de
Mopti, Ségou et Tombouctou situées au Mali.
Le Niger Moyen (Mali-Niger-Bénin-Burkina Faso) va de Tombouctou (Mali) à Malanville (Bénin)
avec une superficie d’environ 900 000 km2 dont 230 000 km2 sont inactifs ; il est constitué d’une
série de terrasses irriguées. Les écoulements y sont largement dépendants des apports en
provenance du Delta Intérieur et la présence de rapides rend la navigation difficile.
Le Niger Inférieur (Nigéria-Cameroun-Tchad) est caractérisé par de grands barrages pour la
production hydroélectrique et pour l’irrigation et par une production industrielle plus marquée
que sur le reste du bassin. La production d’énergie provient principalement de quatre (3)
barrages : Kainji, Jebba Siroco et Lagdo. Kainji et Jebba fournissent ensemble 68 % de la
production en énergie hydroélectrique du Nigeria, et 22 % de la production totale de l’énergie du
Nigeria.
18
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
LE BASSIN DU NIGER ET SES ECO-REGIONS
DELTA INTERIEUR
NIGER MOYEN
NIGER SUPERIEUR
NIGER INFERIEUR
Carte 1 : Le bassin du Niger et ses différentes zones (Source : Banque Mondiale-ABN)
19
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
En l’absence de relief élevé (les plateaux du Fouta Djallon ont 1100 m d’altitude en moyenne),
l’écologie du bassin est fortement déterminée par les facteurs climatiques dont notamment la
pluviométrie et la température. On distingue ainsi, quatre (4) zones climatiques distinctes
traversées par le fleuve Niger et ses affluents ; il s’agit de :
- la zone guinéenne (humide à très humide),
- la zone soudano-guinéenne (semi-humide),
- la zone sahélienne (semi-aride),
- et la zone sub - désertique (aride).
Aussi les principales zones climatiques sont en bandes Est-Ouest, sensiblement parallèles
comme l’illustre la carte 2. Ces zones sont caractérisées par l’alternance d’une saison des pluies
centrée sur le mois d’août qui dure 2 à 3 mois au Nord, 6 à 8 mois au Sud et d’une saison sèche
marquée par l’Harmattan.
La température moyenne diminue du Nord au Sud. La moyenne mensuelle est très élevée en
avril/mai au Nord du Niger supérieur, dans le Delta Intérieur et dans le Niger Moyen et en mars
dans le Niger Inférieur (Lokoja au Nigeria). Dans les zones sahélienne et semi-désertique (Delta
Intérieur et Niger Moyen), les températures maximales observées d’avril à juin, peuvent parfois
avoisiner les 50°C. Par exemple, enregistre 42°C en avril / mai à Niamey et 43°C à Gao (Mali).
Les températures deviennent basses en août, dans presque toutes les zones du bassin en
raison de la saison pluvieuse.
Le taux d’humidité oscille entre un minimum inférieur à 20% et un maximum de 50 à 60% dans
le Delta Intérieur et dans le Niger moyen par exemple et le taux maximal atteint 70% au Sud et
plus de 90% à l’embouchure du fleuve.
L’évaporation annuelle varie en moyenne entre 1400/1500 mm au Sud dans le Golfe de Guinée
à 1900/2200 mm dans la boucle du Niger en zone sahélienne pour redescendre
progressivement à moins de 1800 mm à l’extrême Nord en Algérie.
20
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Carte 2 : Les grandes zones climatiques du bassin du Niger (Source : Archives ABN)
21
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.2.2
Les contextes hydrographique et hydrologique
D’une manière générale, le régime du fleuve Niger varie d’une zone climatique à une autre.
Ainsi, les écoulements dans les différents tronçons du cours principal du Niger au cours d’une
année hydrologique allant de juin à mai de l’année suivante, sont caractérisés par :
-
-
des crues bien marquées à Koulikoro (station de référence du Niger Supérieur)
de septembre-octobre ;
des crues amorties et étalées dans le Delta Intérieur (octobre-novembre) avec
d’importantes pertes d’eau par évaporation et infiltration ;
deux crues observées dans le Niger Moyen (à Niamey) après la frontière entre le
Mali et le Niger : la première dite ‘’locale’’ ou ‘’blanche’’ en septembre ou octobre
essentiellement provoquée par les apports des affluents rive droite nigéroburkinabé et la deuxième dite ‘’soudanienne’’ ou ‘’Noire ’’ apparaissant en
décembre-janvier voire février dont le maximum dépasse souvent celui de la crue
blanche suivant les années ;
des crues maximales sont observées dans le « Niger Inférieur » grâce aux
apports notamment de la Bénoué en septembre – octobre.
A Koulikoro, station représentative du bassin du Niger Supérieur, le débit moyen inter-annuel est
de 1 350 m3/s (moyenne 1929-1970) soit 42 milliards de m3/an et est de l’ordre de 1 039 m3/s
(moyenne 1971-2002) correspondant à environ 33 milliards m3/an soit une diminution de 23%. Il
y a une perte importante d’eau au profit surtout des écosystèmes du Delta Intérieur soit environ
20 milliards de m3 en année humide, 13 milliards de m3 en année moyenne et 11 milliards en
année sèche.
Dans le Niger Moyen, les écoulements sont largement dépendants des flux provenant du Delta
Intérieur et des apports des affluents de la rive droite que sont d’une part, le Gorouol, le Dargol,
la Sirba, le Diamangou, la Tapoa prenant leur source au Burkina Faso et d’autre part, la Mékrou,
l’Alibori et la Sota qui drainent le Nord du Bénin. Le débit moyen inter-annuel du Niger à Niamey
entre 1971 et 2002 est de 704 m3/s seulement contre 1 062 m3/s pour la période de 19291970 soit une diminution globale de l’ordre de 34%.
Dans le Niger Inférieur, le fleuve reçoit plusieurs affluents importants, comme le Sokoto, le
Kaduna et surtout la Bénoué, principal affluent du fleuve Niger issu des Monts Adamaoua
(Cameroun) et dont le bassin versant couvre 450 000 km². Son apport à sa confluence à Lokoja
avec le Niger est au moins équivalent à l’apport du fleuve lui-même : à Makurdi (avant sa
confluence), son débit moyen inter-annuel (1955-1995) est de 2 920 m3/s.
Le débit moyen inter-annuel du Niger en amont de Jebba et en aval du barrage de Kainji est de
1 454 m3/s. Après la confluence à Lokoja, il passe à 5 660 m3/s (moyenne de la période de 1915
22
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
à 2001). A l’instar du Niger Supérieur et du Niger Moyen, le Niger Inférieur connaît une baisse
notable des écoulements. La moyenne de 1929-1970 est de 6 055 m3/s contre 5 066 m3/s
(1971-2001) soit une diminution d’environ 17%.
3.2.3
3.2.3.1
Partie Béninoise du bassin
Description physique
Situé entre les méridiens 0°40’ et 3°50’ E, et entre les parallèles 6°10’ et 12°30’ N, le Bénin
couvre une superficie de 116 622 km2. On y trouve trois zones écologiques correspondant aux
zones climatiques à savoir : la zone subéquatoriale dans le sud ; la zone soudano guinéenne
(de transition entre les climats soudanien et subéquatorial) et la zone soudanienne semi aride
au Nord.
Sur le plan géologique, la portion béninoise du bassin comporte deux entités : les formations du
socle cristallin et les formations sédimentaires du plateau du Kandi d’environ 10 000 km² en
discordance sur le socle. Les deux formations sont recouvertes vers le Nord par une série
détritique (sableuse) appartenant au Continental Terminal et les dépôts d’alluvions de sables et
autres détritus du quaternaire dans les vallées des cours d’eau.
Dans la portion béninoise du Bassin du Niger, on distingue deux unités de relief à savoir :
- le plateau gréseux de Kandi d’environ 10 000 km² au Nord-Est couvert de grès
continentaux résistant à l’érosion et d’altitude relativement élevée séparés par de rares
vallées encaissées ;
- la pénéplaine dahoméyenne d’environ 34 395 km² (environ 80 % du bassin) comportant
les roches les plus dures du dahoméyen qui suivent des directions géologiques (les
collines sub-quartzites de Bembèrèkè) et les cuirasses anciennes sur les roches
basiques du groupe de Kandi et localisé dans l’interfluve entre le Mékrou et l’Alibori.
Les principaux sols rencontrés au Bénin sont :

Les sols minéraux bruts ou peu évolués : Ces sols se rencontrent au sommet des massifs
des roches les plus résistantes à l’érosion et à l’altération et sur les anciennes cuirasses qui
se sont développées essentiellement sur les séries les plus basiques du dahoméen.

Les sols ferralitiques : ils sont situés principalement au sud du pays où les conditions
climatiques sont relativement favorables à leur développement. On les rencontre sur de
grandes étendues sur les formations du Crétacé et du Continental Terminal où ils constituent
la «terre de barre». Au Nord, les sols ferralitiques rencontrés couvrent des surfaces
beaucoup plus restreintes. On les trouve essentiellement sur les sommets des reliefs
possédant une couverture végétale relativement importante.
23
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

Les sols ferrugineux tropicaux : ces sols occupent la quasi-totalité de la superficie au nord
de la latitude 7°30’ qui correspond à peu près à la limite Nord du plateau du Continental
Terminal du Bassin côtier.

Les vertisols : ils couvrent la quasi-totalité de la dépression de la Lama et se sont
développés à partir des formations de l’Éocène.

Les sols hydromorphes : on les rencontre essentiellement dans les bas-fonds des basses
vallées du Mono, de l’Ouémé et le Kouffo et dans les zones marécageuses du Sud Bénin.
Les sols du bassin du Niger au Bénin résultent essentiellement du processus de ferralitisation et
de ferrugination. Ils sont complétés par des sols hydromorphes, constitués de plaines alluviales
et de bas-fonds inondables, d’étendue relativement restreinte et à haut potentiel agricole. Ils
sont à plus de 90 % des sols ferrugineux tropicaux, favorables aux cultures de rente et aux
cultures vivrières. À l’instar de l’ensemble des sols du pays, les sols de la zone du Projet sont
soumis au lessivage, à l’appauvrissement et à l’inondation saisonnière, toutes choses qui
contribuent à l’accélération de la dégradation de l’environnement.
Six bassins fluviaux caractérisent le réseau hydrographique du pays. Il s’agit du :
- bassin de la Pendjari ou de la Volta ;
- bassin du Niger ;
- hauts bassins de la Kéran et de la Kara ;
- bassin de l’Ouémé.
Sur l’ensemble du pays, Le climat est de type soudanien avec une saison de pluie de cinq (05)
mois (mi-mai à mi-octobre) et une saison sèche de sept (07) mois (mi-octobre à mi-mai). Les
hauteurs moyennes annuelles de pluie varient entre 700 et 1000 mm réparties sur environ 75
jours. La température moyenne annuelle est de l’ordre de 27,5°C La durée moyenne annuelle
de l’insolation est d’environ 9 heures par jours. La moyenne annuelle de l’humidité relative, varie
entre 37 et 79 %. Celle de l’évapotranspiration potentielle (ETP) est de 1 738 mm. Les vents
soufflent en général dans la direction Est ou Nord-Est de novembre, à mars, et dans la direction
Sud-Est ou Sud-Ouest durant les autres mois de l’année. En moyenne, les vitesses sont faibles
(0-50 km/h) toute l’année et la répartition est uniforme. L’harmattan souffle pendant la saison
sèche, tandis que la portion béninoise du Bassin du fleuve Niger se trouve sous l’influence de la
mousson humide pendant la saison des pluies.
3.2.3.2
Description biologique
Flore et végétation
Les formations végétales de la partie béninoise du Bassin du fleuve Niger sont en général celles
des écosystèmes de la zone soudanienne entre 9° et 12° N et particulièrement celles comprises
24
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
entre la ligne Kalalé - Djougou et le fleuve Niger (Adjanohoun et al. 1989). C’est le domaine des
savanes soudaniennes où on note la diminution de la hauteur des espèces ligneuses et un
changement de la composition floristique des différentes formations.
A partir de la carte des Grands Types de Végétation du Bénin (Adjanohoun et al. 1989) et des
cartes écologiques du couvert végétal établi par le CENATEL en 1998, les formations végétales
les plus représentatives sont les suivantes :
-
-
-
-
-
les forêts riveraines et les forêts galeries à Cola laurifolia, Syzygium guineense, Morelia
senegalensis, Combretum lecardii, Crateva adansonii, Pterocarpus santalinoides, Vitex
chrysocarpa Khaya senegalensis, Bambusa vulgaris sur les berges du Mékrou, de l’Alibori,
de la Sota et autres affluents. Le sous-bois est constitué de bosquets impénétrables
d’Acacia ataxacantha ;
la forêt dense sèche à Combretaceae : Anogeissus leiocarpa, Combretum spp,Terminalia
spp, Daniellia oliveri, Ficus sycomorus, Ficus spp, Lannea microcarpa, Acacia spp Khaya
sénégalensis,Capparis spp, Zyziphus spp etc. Au Nord-Ouest du Bassin, des inclusions de
steppe à épineux (Acacia spp, Capparis spp, Ziziphus spp) et des peuplements purs
d’Acacia sieberiana aux abords des dépressions du Nord-Ouest et du Centre de la portion
béninoise du Bassin du fleuve sont observées ;
la forêt claire et la savane boisée à Isoberlinia doka, Isoberlinia tomentosa, Anogeissus
leiocarpa, Khaya senegalensis, Daniellia oliveri, Lonchocarpus laxiflorus, Diospyros
mespilifirmis, Kigelia africana, Tamarindus indica, Borassus aethiopum, Celtis integrifolia,
Sclerocarya bierrea, Afzelia africana ;
la savane arborée, sur sols hydromorphes mieux drainés et à submersion moins
importante présente des espèces comme Terminalia macroptera, Pseudocedrela kotschyi,
Gardenia ternifolia, Terminalia laxiflorus, Combretum gnasalense Crossopteryx febrifuga,
Terminalia avicennioides, Piliostigma thonningii, Vitellaria paradoxa, Combretum collinum,
Combretum micranthum, Guiera senegalensis. Sur les sols de bas-fonds mal drainés à
submersion plus longue nous avons : Mitragyna inermis Acacia spp, Combretum spp ; et,
sur les sols cuirassés, gravillonneux ou rocheux, elle renferme des espèce comme: Burkea
africana, Detarium microcarpum, Lannea acida, Strerculia setigera, Combretum
glutinosum, Vîtellaria paradoxa, etc. ;
les savanes arbustives à : Acacia spp, Commiphora africana, Crossopteryx febrifuga,
Combretum collinum Combretum spp, Lannea acida, Sclerocatya birrea, Bauhinia
reticulatum, Maytenus senegalensis, Terminalia avicennioides Capparis spp, Ximenia
américana, Adansonia digitata, Vîtellaria paradoxa,etc.
Les savanes arborée et arbustive occupent la majeure partie du Bassin béninois du fleuve
Niger. Elles peuvent être saxicoles généralement sous emprise agricole ou sur sols, cuirassés,
25
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
gravillonneux, pierreux ou rocheux. La strate graminéenne est généralement assez dense pour
favoriser des feux violents. Commiphora africana est assez fréquent.
Faune sauvage
La faune sauvage dans le bassin du Niger, au Bénin est variée et diversifiée. On y rencontre les
espèces comme : Syncerus caffer, Hippotragus equinus, Alcelaphus buselaphus, Gazella
rufifrons, Redunca redunca, Sylivicapra rimma, Cephatophus rufîlatus, Ourebia ourebia,
Tragelaphus scriptus, Damaliscus korringum, Phacochoerus eathiopicus, Panthera leo (lion),
Crocodylus niloticus, Python sebae, Struthio camelus, Balaeniceps rex, Francolinus squamatus,
Cigonia cigonia, etc. .
Certaines espèces telles que : Diceros bicornis et Giraffa camdopardalis ont déjà disparu tandis
que d’autres comme : Caninonyx jubatus, Damaliscus korringum et Trichechus senegalensis
sont en voie de disparition.
Faune aquatique
L’itchyofaune est assez riche et variée. On y rencontre des espèces comme : Clarias lazera,
Clarias spp, Tilapia galilleae, Tilapia spp, Gymnarchus niloticus, Heterobranchus bidorsalis,
Lates niloticus, Alestes spp, Hydrocynus brevis, Hydrocynus forshkali, Citharinus spp,
Distichodus rostratus, Distichodus spp, Labeo senegalensis, Labeo coubie, Labeo spp ,
Auchenoglanis occidentalis, Auchenoglanis spp, , Synodontis spp, Polypterus spp etc. .
3.2.4
3.2.4.1
Partie guinéenne du bassin
Description physique
Les influences combinées des facteurs climatiques, des conditions de sol et de relief et des
actions humaines, font de la République de Guinée un territoire hétérogène et original dans
l’Afrique de l’Ouest.
A partir d’une façade maritime assez étroite, 280 km en ligne droite, la Guinée, d’une superficie
de 245 857 Km², se situe entre le 8ème et le 15ème degrés de longitude Ouest et le 7ème et 13ème
degrés de latitude Nord.
Sur le plan géophysique, le pays est caractérisé par des plaines basses et des reliefs élevés
(1 538 m au Mont Loura dans le Massif du Tamgué près du Mali au Nord, 1 752 m dans les
monts Nimba à l’extrême Sud), des précipitations abondantes et des zones sèches, des régions
très peuplées et des zones à peu près vides de populations
26
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Sur le plan géologique, le socle précambrien inférieur de schistes surmontés par endroits par
d’épaisses masses gréseuses du précambrien terminal est percé de venues éruptives, dolérites,
kimberlites, syénites.
Le relief est très contrasté. Les estuaires envasés et les plaines littorales basses sont dominés
par les falaises escarpées de schistes et de grès de la bordure du massif du Fouta-Djallon. On
peut estimer que 20 à 25 % du territoire national ont une altitude supérieure à 1 000 m.
Les climats sont dominés par le déplacement des masses d’air tropicaux, avec l’alternance
saison de pluie/saison sèche et la zonation Sud-Nord. On distingue quatre (4) types de climat à
savoir :
- un climat guinéen forestier dans le Sud-Est, 1 700 à 2 700 mm d’eau avec moins de 2
mois secs ;
- un climat guinéen maritime, avec un contraste accentué entre les saisons, 2 500 à
4 500 mm et 5 à 6 mois secs dans la bande côtière ;
- un climat soudano-guinéen qui domine sur l’ensemble Nord-Est et Nord-Ouest du pays
avec une pluviométrie décroissante de 2 500 à 1 250 mm et une saison sèche de plus
en plus longue de 3 à 7 mois du Sud vers le Nord ;
- un climat foutanien avec des températures plus fraîches, des déficits de saturation
parfois plus bas et des brouillards en saison sèche.
La Guinée comprend quatre (4) régions naturelles à savoir : la Guinée Maritime, la Moyenne
Guinée, la Haute Guinée et la Guinée Forestière. Ces régions naturelles correspondent chacune
à un type de climat avec des particularités de température, de pluviométrie, de sol, de faune et
de flore. Le réseau hydrographique est inégalement réparti entre les quatre régions.
Le climat dans la zone du bassin du Niger Guinéen est de type sec, sub-soudanien. Les
précipitations annuelles moyennes varient de 1 300 à 2 000 mm. Les isohyètes sont plus faibles
vers le Nord. Deux saisons se succèdent : une saison sèche prononcée de 6 à 7 mois entre
Novembre et Mai et l’autre pluvieuse de Juin à Octobre. Les températures moyennes annuelles
varient entre 24 et 38° C. L’humidité relative est généralement inférieure à celle des autres
régions de la Guinée.
Le fleuve Niger, après la ville de Faranah, reçoit successivement les affluents Balé, Koba et
Niantan. Ces affluents sont caractérisés par des pentes fortes, ce qui explique les valeurs
élevées des pointes de crue du Niger à l’amont de Kouroussa. Au Km 480, la Mafou, premier
gros affluent de la rive droite, se jette dans le Niger avec une pente relativement forte.
Immédiatement après ce confluent, il descend de 10 mètres par une série de rapides, seul
accident de son cours jusqu’à Bamako. Après la ville de Kouroussa, le fleuve reçoit le Niandan,
l’un de ses principaux affluents. A l’aval de la confluence avec le Niandan, le Milo se jette sur sa
rive droite et le Tinkisso sur sa rive gauche. Par la suite, la Fié se jette sur la rive droite du fleuve
27
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
en territoire malien. Le Sankarani, dernier des principaux affluents, rejoint le Niger à 160 Km
avant Bamako sur sa rive droite. Le Dion est son principal affluent en Guinéen.
Du fait de la monotonie du relief, l’écoulement du Niger et de ses affluents cause d’énormes
effets d’érosion visibles par des dépôts de récentes alluvions sous forme de terrasses étagées
le long de leurs cours.
3.2.4.2
Description biologique
Flore et végétation
La Haute Guinée présente un aspect typiquement soudanien, avec une pluviométrie
décroissante du Sud-Ouest au Nord-Est (à Faranah on enregistre 1 500 à 1 600 mm d’eau dont
parfois 4 mois avec moins de 50 mm de pluie et à Siguiri, 1 200 à 1 300 mm dont 7 mois secs).
Cette région est marquée par de grandes plaines inondables du Niger et de ses affluents,
séparées par de vastes plateaux légèrement mamelonnés. Cette région était jadis couverte en
grande partie par une savane arborée à une seule strate d’arbres à lianes, plus ou moins
ouverte et un sous-bois irrégulier de bambous (Oxythenanthera abyssinica). Cette forêt dense
sèche a largement souffert des défrichements et des feux de végétation. A l’ouest de cette
région, les espèces végétales témoins des écosystèmes antérieurs sont constituées de grandes
légumineuses : Pterocarpus erinacens, Erythrophleum africanum, Pericopsis laxiflora, Prosopis
africana, Parkia biglobosa, avec des peuplements d’Oxythenanthera abyssinica.On y trouve
également des peuplements de Afzelia africana.
Au nord de cette région, sur sols sableux on a des forêts à Erythrophleum
pinnata, Schrebera sp., dans les reliefs entre Gaoual et Labè. A l’Est
Kérouané, on retrouve des peuplements à Isoberlinia doka, Isoberlinia
guineensis, Daniellia oliveri, Bombax costatum, Pterocarpus erinaceus,
Bombax costatum, etc.
guineense, Cordyla
de Dabola jusqu’à
dalzielli et Uapaca
Sterculia setigera,
Par ailleurs on retrouve de Faranah à Siguiri et de Dabola à Kérouané la savane de type
soudanien sub-humide, parcourue par de gigantesques feux de végétation, trouée au nord de
vallées alluviales et de très vastes bowé avec une strate d’Andropogoneae de 1,50 à 2 m de
haut et des arbres et buissons dispersés, composée surtout de Combretaceae et de
légumineuses : Daniellia oliveri, Albizzia zygia, Lophria lanceolata, Terminalia macroptera,
Hymenocardia acida, Securidaca longepedunculata, Cusonia djalonensis, etc.
La région de la Guinée Forestière est plus contrastée. La partie sud, aux nombreuses collines,
largement arrosée, composée d’une forêt dense semi décidue, parfois sempervirente, est
actuellement presque dénudée et couverte seulement de savanes peu arborées avec quelques
28
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
îlots et galeries forestières. Au Sud-Est de cette région sont localisées les forêts denses
ombrophiles classées en trois types à savoir :
-
la forêt dense ombrophile à Heritiera utilis avec de nombreuses essences de zone très
humide, Uapaca guineensis, Pycnanthus kombo, Alstonia congensis, Mapamis spp., avec
quelques arbres de valeur dispersés.
-
la forêt dense ombrophile à Lophira alata avec absence des espèces les plus hydrophiles :
Uapaca guineensis, Piptadenia africana et Entandophragma spp.
-
la forêt dense semi décidue (forêt dense ombrophile nettement plus héliophile et moins
humide) où se mêlent Triplochyton scleroxylon, Terminalia ivorensis, Terminalia superba,
Antiaris africana, Vitellaria paradoxa, etc. ; puis dans les zones moins arrosées on retrouve
Khaya grandifolia, Afzelia africana, etc.
Faune sauvage
Les inventaires des espèces fauniques n’ont été réalisés que partiellement et ceci surtout au
niveau des Parcs Nationaux dont celui du Haut Niger. Les espèces fauniques sauvages
recensées dans le Parc du Haut Niger dénombre : 101 espèces de mammifères, 303 espèces
d’oiseaux, 76 espèces d’amphibiens, 76 espèces de reptiles, 120 espèces de lépidoptères
rhopalocères et 67 espèces rares ou menacées1.
Au nombre des espèces de faunes sauvages rencontrées couramment dans les forêts classées,
parcs et zones cynégétiques en Haute Guinée et dans la Guinée Forestière, on peut citer :
Panthéra léo, Phantéra pardus, Pantroglodytes sp., Hyène hyena, Lexodonta agricana, Synerus
caffer, Gazella dorcas, Erythrocebus patas, Phacochoerus aethiopicus, Papio-papio, Antilopus
reotrogus, Testudo sulcata, Profetis aurata, Cephalophus rufilatus, Varanus glebopalina, Agama
agama, Leggada, Bitis gabonica, Typhlops punctatus, Trynorhys swinderia, Crycetomys
gambianus, etc.
Faune aquatique
S’agissant de la faune aquatique, en dehors des batraciens, on note plusieurs espèces dont
Hypoptapius amphibius, Ostéoclamus tétrapus, Chenidae spp., Hydrocynus, Lates niloticus,
Aleste nurste, etc.
1
Rapport de l’Etude sur le thème : « Etat des lieux des Ecosystèmes et Analyse de l’Evolution des
Systèmes de Production » Guinée 2002/2003
29
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.2.5
3.2.5.1
Partie Nigérienne du bassin
Description physique
Le Niger territoire sahélien, totalement enclavé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, a une superficie
de 1 267 000 km² entre les latitudes 1l°30’ et 23°17’ Nord et les longitudes 0°16’ et 16° Est. Il est
composé de deux principaux ensembles naturels à savoir : le Bassin Occidental,
correspondant exactement à la portion nigérienne du Bassin du fleuve Niger qui occupe
427 323 km² soit 33,7% de la superficie totale du pays et le Bassin Oriental ou partie
nigérienne du Bassin du Lac Tchad qui couvre 839 577 km² soit 66.3% de la superficie du
territoire national.
La portion nationale du Bassin du Niger est essentiellement constituée de succession de vallées
et de plateaux et dans une moindre mesure d’une petite partie de plaines dans la région de
Maradi. On y distingue quatre (4) grandes zones climatiques en forme de bande du Sud au
Nord : la zone soudanienne subhumide, la zone soudano sahélienne, la zone sahélienne, et la
zone saharienne (semi désertique et désertique). La vitesse moyenne mensuelle des vents à
10m au dessus du sol peut dépasser 10 m/s. La moyenne annuelle de l’Evapotranspiration
Potentielle est de 2227 mm dans la portion nigérienne du Bassin du fleuve Niger.
La structure des sols diffèrent en fonction de la zone climatique du bassin. En zone
soudanienne, ce sont des sols ferrugineux tropicaux, sablo limoneux, souvent lessivés dans les
faciès sableux, gravillonnaire à lithique sur les plateaux cuirassés ou limoneux, argileux et
hydromorphes dans les bas-fonds et sur les versants des vallées. En zone sahélienne on a des
sols tropicaux subarides dans le sahel sud ; subarides sableux peu évolués, subaride limono
sableux ou argilo limoneux dans le sahel nord. En zone saharienne, ce sont des sols sableux
peu évolués et des sols halomorphes. De façon générale, les sols ayant un potentiel agricole
très bon ou bon se concentrent en bordure du fleuve Niger et de ses principaux affluents.
Le climat est de type sahélien (aride et semi aride). Deux courants d’air dominent le régime des
vents : l’harmattan, vent chaud et sec qui souffle du Nord-Est à Est en saison sèche et la
mousson, vent humide et instable qui souffle au Sud-Ouest, pendant la saison des pluies. Les
températures moyennes annuelles sont généralement élevées 43°C à 50°C. L’Humidité relative
de l’air présente des valeurs moyennes mensuelles variant de 36% à 94%. L’évapotranspiration
potentielle (ETP) varie de 543 à 2700 mm à Agadez (zone saharienne).
3.2.5.2
Description biologique
Flore et végétation
La flore caractéristique du Niger est en relation étroite avec les zones agro climatiques. Il existe
une flore sahélienne caractéristique de l’aridité climatique et des formations à épineux,
discontinues ou buissonnantes. Dans le sahel nigérien, on rencontre des Gramineae du genre
30
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Aristida, Cenchrus, Loudetia, Cymbopogon, schoenefeldia etc. ; des Mimosaceae du genre
Acacia, Entada ; des Combretaceae du genre Combretum Terminalia etc. ; des Asclepiadaceae
du genre Leptadenia, Caralluma, Calotropis; des Rhamnaceae du genre Ziziphus. À la limite
méridionale du sahel et dans quelques biotopes spécifiques, on observe des espèces
transgressives du régime soudanienne ou à grande amplitude écologique.
Il existe des taxons physionomiquement remarquables tels que Hyphaene thebaïca dans les
plaines alluviales du fleuve Niger parfois en mélange avec le rônier Borassus aethiopum, et
rarement avec les palmiers dattiers Phoenix reclinata et Phoenix dactylifera.
Les climax rencontrés dans ces régions plus ou moins arides sont de rares îlots de : forêts
denses sèches , variantes arides des forêts claires soudanaises sont caractérisées par des
espèces les plus xérophytes (Saba senegalensis, Combretum micranthum, Boscia
senegalensis, Boscia angustifolia, Gardenia sokotensis, Acacia macrostachya, Combretum
nigricans, Combretum glutinosum, Guiera senegalensis, Pterocarpus erinaceus, Lannea acida,
Bombax costatum, Entada africana , Grewia bicolor, Balanites aegyptiaca, Tereminalia
avicennioides, Prosopis africana, Acacia albida, Acacia nilotica, Acacia spp, Anogeissus
leiocarpa, Diospyros mespiliformis, Ficus spp, etc.).
Les forêts marécageuses (dans leur faciès sahélien) dans les bas-fonds sahéliens sont
dominées par: Mitragyna inermis, Ficus spp. avec dans les aires aquatiques découvertes, des
espèces comme : Ludwigia abyssinica, Ludwigia repens, Ludwigia spp, Echinochloa stagnina,
Polygonum limbatum, Centrostachys aquatica, Aeshynomene crassicaulis, Aeschynomene
afraspera, Aeschynomene spp, Glinus litoides, Glinus spp, Vossia cuspidata, Oriza
logistaminata, Marsilea polycarpea, Vetiveria nigritana, Rhytachne triaristata, Lemna
paucicostata, Ipomoea aquatica, Neptunia oleracea, Typha australis, Eclipta alba, Pycreus
macrostahyos, Eichhornia natans, Pistia stratiotes, Scirpus jacobii, Cyperus alopecuroides,
Nymphaea maculata, Eleocharis acutangula etc.
Dans les fourrés à épineux constitués de groupements herbeux sur sols drainés, savanes ou
steppes ou pseudo steppes, on rencontre des thérophytes dominés par des Gramineae,
Cypéraceae, Légumineuseae avec des arbustes dispersés organisés en buissons dominées par
les espèces suivantes : Schoenefeldia gracilis, Cenchrus biflorus, Aristida mitabilis, Aristida
adscensioniste, Aristida stipoides, Pennisetum pedicellatum, Schizaghyrium exile, Elionurus
elegans, Ctenium elegans, Andropogons fastigiatus, Brachiaria distichophylla, Loudetia
hordeiformis, Diheteropogon hagerupii, Panicum nigerense, Microchloa indica, Stylosanthes
ercta, Zornia diphylla, Crotalaria micronata, Crotalaria atrorubens, Crotalaria spp, Tephrosia
pedicellata, Tephrosia lupinifolia, Tephrosia spp, Indigofera berhautiana, Indigofera spp,
Desmodium hirsutum, Hibiscus panduriformis, Gomphrena celosioides, Ipomoea vagans,
Polycarpea eriantha, Pandiaka heudelotii, Caralluma dalzielii, Blepfharis maderaspatensis,
31
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Polycarpea eriantha, Lepidagathis anobrya, Asparagus africanus, Endostemon teretecaulis,
Jacquemontia tamnifolia etc.
Dans la zone concernée par le projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme
Kandadji, la végétation est constituée de plusieurs espèces dont les plus caractéristiques sont :
Acacia albida, Balanites aegyptiaca, Piliostigma reticulatum, Combretum glutinosum, etc. Selon
les unités géomorphologiques, on rencontre les formations ci-après :
• la formation des plateaux qui est caractérisée par la dominance des combrétacées :
Combretum micranthum, Combretum nigricans, Guiera senegalensis (Ichaou, 1995).
Cette formation est contractée, d’où le nom de brousse tigrée. Le recouvrement moyen
de la végétation sur ces plateaux se situe entre 30% et 50% (Ambouta, 1996). On note
aussi des herbacés à dominance de Zornia glochidiata utilisée pour le fourage ;
• la formation des glacis et des jupes sableuses qui est caractérisée par une végétation de
type savane arbustive. Le tapis herbacé est composé essentiellement des espèces
annuelles telles que : Aristida mutabilis, Eragrostis tremula, Zornia glochidiata,
Mitacarpus scarber, etc. La strate ligneuse est dominée par des Combrétacées dont
Guiera senegalensis et Combretum glutinosum (Loireau et al, 1995) ;
• la formation des bas-fonds qui est caractérisée par une végétation composée d’espèces
comme Acacia albida, Acacia nilotica, Balanites aegyptiaca et Piliostigma reticulatum.
• La strate herbacée est constituée par un ensemble très varié, dominée par Zornia
glochidiata, Cenchrus biflorus, Aristida sp, Brachiaria sp, etc.
Les espèces les plus sollicitées qui jouent un rôle stratégique dans la vie des communautés et
qui peuvent être classées parmi les espèces prioritaires, sans être exhaustives, sont les
suivantes : Acacia senegal, Acacia nilotica, Faidherbia albida, Prosopis africana, Borassus
aethiopum, Boscia senegalensis, Parkia biglobosa, Ximenia americana, Ziziphus mauritiana,
Hyphaene thebaica, Adansonia digitata, Sclerocarya birrea, Lannea microcarpa, Tamarindus
indica, Balanites aegyptiaca, Detarium microcarpum, Maerua crassifolia, Eucalyptus
camaldulensis, Azadirachta indica, Moringa oleifera et Prosopis juliflora.
Dans cette zone, les formations végétales ligneuses jouent un rôle stratégique dans le maintien
du potentiel de production alimentaire, la satisfaction des besoins énergétiques des populations
et la préservation de l'environnement de manière générale. Sur le plan alimentaire, de
nombreuses espèces forestières contribuent à l’appoint alimentaire des populations dont elles
améliorent la santé et réduisent les déséquilibres alimentaires.
32
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Sur le plan médicinal, les populations rurales et de plus en plus de citadins ont recours à la
médecine traditionnelle, essentiellement basée sur la pharmacopée. Selon l'Organisation
mondiale de la santé (OMS), 80% de la population nigérienne y ont recours.
Sur le plan alimentation du bétail, les sous-produits forestiers (fruits et feuillages) occupe une
grande part dans la ration alimentaire des ruminants au Niger. Cet apport est d'autant plus
important puisqu'il intervient généralement en période de grand déficit alimentaire. Cette
alimentation très riche en azote est prélevée sur des espèces très prisées, comme Faidherbia
albida, Prosopis africana, Balanites aegyptiaca, Acacia raddiana, Comiphora africana, Bauhinia
rufescens, etc.
Sur le plan économique, les populations da la zone récoltent des produits forestiers non ligneux
aussi bien pour les besoins de consommation des ménages que de transformation et/ou de
commercialisation. Le revenu issu de la commercialisation des sous-produits forestiers et des
produits forestiers non ligneux en milieu rural est estimé à près du tiers du revenu extra agricole.
Il est cependant à noter que des menaces pèsent sur les espèces végétales. Elles sont
essentiellement attribuables au processus de changement naturel ou anthropique. Ce dernier
peut être intentionnel (direct) par une coupe excessive, le surpâturage, des jachères trop
brèves, etc., ou involontaire (indirect) en raison de la propagation d’espèces exotiques
envahissantes. La pauvreté, le manque d’opportunités économiques alternatives, ainsi que
divers facteurs culturels et démographiques, peuvent aussi constituer d’autres causes profondes
indirectes de dégradation.
Faune sauvage
Elle est assez riche et variée. Elle bénéficie d’un régime de protection en fonction du degré de
menace de l’espèce. Certaines espèces sont intégralement protégées : Hippopotamus
amphibius, Trichechus senegalensis, Orycteropus afer, Loxodonta africana, Giraffa
camelopardalis, Acinnonyx jubatus, Panthera pardus, Gazella dama, Crocodylus niloticus,
Testudo sulcata, Python sebae, Struthio camelus, Balaeniceps rex, Comatibis eremita,
Sagitarius serpentarius, Bicorvus abyssinicus etc. D’autres espèces sont partiellement
protégées : Panthera leo, Syncerus caffer savanensis, Hipotragus equinus, Adenota kob,
Redunca redunca, Varanus exanthematicus, Geochelon sulcat, etc.
Dans la zone concernée par le projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme
Kandadji, les reliques de peuplements végétaux constituent l’habitat naturel de la faune, mais
aussi un lieu de refuge face à la pression anthropique. La faune sauvage existante est dominée
surtout par la faune aquatique et l’avifaune. La faune terrestre est quasi inexistante car, elle
n’est constituée que de rares petits mammifères tels que le lièvre, l’écureuil, et le hérisson. Il
33
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
faut noter aussi la présence de quelques antilopes. Parmi les causes de la disparition des
grands mammifères, on peut citer la surexploitation par l’homme car, les animaux de forte taille
représentent un gibier attractif par leur masse de viande (animaux relativement lents, faciles à
repérer, donc à chasser).
Quant à l’avifaune, elle est représentée par des oiseaux remarquables comme la grue
couronnée, l’oie de Gambie, la poule d’eau, le héron cendré, le héron garde bœuf, les
vanneaux, les cigognes, le martin pêcheur, etc.
A ces différents groupes, s’ajoute celui des insectes dont le nombre est riche et varié. Les
annexes 4, 5 et 6 renseignent sur la diversité des espèces qu’on peut rencontrer dans la zone
d’étude.
Relativement à la réalisation de ce projet, on retiendra aussi que la zone d’étude n’abrite aucun
parc national ou réserve de faune, même si, le fleuve Niger joue son rôle traditionnel de zone
humide.
Faune aquatique
Au Niger la pêche et la pisciculture sont actives dans la frange sud du territoire où prévalent des
conditions hydrologiques favorables. Les cours et plans d’eau du bassin nigérien du fleuve Niger
renferment une ichtyofaune très diversifiée avec près de 100 espèces dans le fleuve. On
rencontre des espèces comme : Gymnarchus niloticus ,Clupsidius niloticus, Heterobranchus
bidorsalis, Clarias lazera, Clarias anguilaria, Lates niloticus, Alestes spp, Hydrocynus brevis,
Hydrocynus spp, Citharinus spp, Distichodus rostratus, Distichodus spp, Labeo senegalensis,
Labeo coubie, Labeo spp , Auchenoglanis occidentalis, Auchenoglanis spp, Tilapia galilleae,
Tilapia spp Synodontis spp, etc. .
Dans la zone concernée par le projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme
Kandadji, la faune aquatique, localisée surtout dans le fleuve, est composée par le crocodile, le
varan du Nil, l’hippopotame, le lamantin, et les poissons (Clarias anguillaris, Oreochromis
nilotica, Momyrus rume, Bagrus bayad, Protopterus annectens, Lates niloticus, Synodontis shall,
Shilbae mystus). Cependant, on a constaté ces dernières années la raréfaction et/ou la
disparition de certaines espèces comme Distichodus rostratus, Heterotis niloticus,
Auchenoglanis occidentalis et Lates niloticus, en raison sans doute des mauvaises pratiques de
pêche (utilisation d’engins prohibés), de l'ensablement des plans d'eau et de l’envahissement
des mares par Typha australis.
34
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.2.6
3.2.6.1
Partie Malienne du bassin
Description physique
Le Mali est un grand pays enclavé au cœur de l’Afrique de l’ouest entre les latitudes 10°30’ et
25°10’N et les longitudes 12°20’W et 04°20’E. Il partage 7 000 km de frontière avec l’Algérie au
nord, la Côte d’ivoire et la Guinée au sud, le Burkina Faso et le Niger à l’Est, le Sénégal et la
Mauritanie à l’Ouest. Il couvre une superficie de 1 241 000 km². Son relief au sud et à l’ouest est
un ensemble de plateaux gréseux souvent recouverts de cuirasses ferrugineuses dont le plus
important au nord du fleuve Niger (à Koulikoro) à la frontière du Sénégal est le Plateau
Mandingue qui culmine à 800 m.
Du cours supérieur du fleuve Niger au sud et de son affluent principal le Bani, jusqu’à la frontière
avec le Burkina Faso, les plateaux culminent à 791 m dans la falaise de Bandiagara. À l’Est, un
chapelet de buttes résiduelles prolonge ces plateaux dans la zone de Hombori où se situe le
point culminant du Mali à 1155 m d’altitude. Au nord du plateau Mandingue, dans la zone de
Nioro et Nara et, au centre du pays s’étend un ensemble de plaines d’altitude variable séparées
de la plaine du Gourma par des dunes et de petites collines rocheuses. Au nord - Est, l’Adrar
des Iforas (une extension des massifs cristallins du Sahara central) culmine à 890m près de la
frontière algérienne. À l’ouest de ce massif se dresse la vallée fossile du Tilemsi qui rejoint celle
du fleuve Niger près de la ville de Gao. Puis au sud-est du massif, on observe les plateaux et
plaines du Tamesna traversés par la vallée de l’Azaouad.
Le socle est composé de roches sédimentaires métamorphiques et du magma primordial sous
forme de gneiss, granite et micaschiste en affleurement dans les régions de Bougouni, Kéniéba
et Kayes :
- Les séries sédimentaires infracambriens affleurent dans le Gourma et la plaine de la
boucle du Niger. Les grès affleurent près de Sikasso et couvrent Koulouba.
- Les roches éruptives (dolorites, les basaltes et les gabbros) effleurent en forme de
digues isolés en de nombreux endroits et recouvrent la grande région entre Bafoulabé
et Yélimane. - La bande orientale au-dessus de la ligne allant de Nara au lac
Faguibine est formée de couches de sables bigarrés contenant beaucoup de fossiles
(dinosaures et autres reptiles).
- Les sols quartenaires résultent de dépôts lacustres et éoliens s’étendent du Nord-Est
au Delta intérieur. Ils sont bien drainés limono-sableux, argilo-sableux, sableux ou
ensablés ; hydromorphes dans les basses plaines alluviales, limoneuses ou sabloargileuses dans les dépressions.
- Les cuirasses latéritiques ou bowé dénudés, impropres à la culture, occupés par une
multitude de petites termitières à chapeaux, apparentes durant la saison sèche sont
abondantes et couvrent une grande superficie dans la région de Bamako à Sikasso.
35
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
Les masses alluviales anciennes ou actuelles qui longent les fleuves sur une bonne
partie de leurs cours lorsque la topographie le permet sont aussi assez remarquables.
Tenant compte des hauteurs des pluies, le pays est divisé en quatre (4) zones agro climatiques
que sont :
1. la zone soudano guinéenne ;
2. la zone soudanienne ;
3 .la zone sahélienne ;
4. la zone saharienne ou désertique.
La température est généralement élevée à très élevée (sauf en saison sèche fraîche mais avec
des écarts importants entre le jour et la nuit). Les minima sont de 10 à 1l°C en Janvier et les
maxima de 45 à 47°C en Juin et peuvent même dépasser 50°C.
Les vents dominants dus à l’harmattan, souffle de direction Nord - Nord-Est de 8 à 10 mois par
an. la vitesse moyenne est de 2 à 8 m/s selon les saisons et la mousson souffle de direction Sud
- Sud-Ouest.
L’évapotranspiration est élevée toute l’année et peut atteindre 2 780 mm/an. L’insolation
moyenne est d’environ 285 heures/mois. Sur le plan, hydrographique le fleuve Niger traverse
tout le pays sur 1.700 km de long avec un Bassin vaste de 570. 000 km² soit 38% du total du
Bassin du fleuve. Il est alimenté par deux principaux affluents, le Bani et le Sankarani. Au Mali,
ce Bassin est caractérisé par trois grands sous-bassins :
- Le haut Niger, qui va de la frontière Guinée-Mali jusqu’à Markala, où se situe le barrage
hydro-agricole permettant l’alimentation des périmètres aménagés de l’Office du Niger
(culture irriguée) au niveau du delta mort. Le haut Niger couvre les régions de Koulikoro,
Sikasso, Segou ainsi que le District de Bamako.
- Le Delta Intérieur ou Central du Fleuve Niger, qui va de Ké-Macina à Koriomé situé à 19
km au sud de la ville de Tombouctou couvre 84 500 km² est d’un réseau très complexe de
bras, de défluents et de lacs. Il intéresse les régions de Mopti, Ségou et Tombouctou.
- La boucle du Niger (536 km), va de Tombouctou à Labbézanga (frontière de la
République du Niger) et couvre les régions de Tombouctou et de Gao. En aval de
Tombouctou, il coule dans un sillon dunaire large de 2 à 8 km avec des berges rocheuses et
un lit étroit où le socle affleure formant une succession de rapides dont la pente varie de 2 à
6 cm/km d’amont en aval. Par endroits, le fleuve comporte de multiples îles avec plusieurs
chenaux parallèles au lit principal.
36
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.2.6.2
Description biologique
Flore et végétation
Suivant les types de climat l’ensemble de la végétation savanicole est parcourue par des
galeries forestières. La flore peut être caractérisée par un certain nombre d’espèces
préférentielles dont la fréquence et l’adaptation sont remarquables.
Sous les climats soudano guinéen, soudanien et sahélo soudanien, et sur les sols drainés
(limono sableux, argilo sableux, sableux ou ensablés), les associations les plus remarquables
avec les espèces caractéristiques sont les suivantes :
-
Forêts riveraines / forêts galeries le long des fleuves et des ruisseaux dont l’existence est
liée au cours d’eau et aux nappes phréatiques créées par ceux-ci. Il s’agit, en saison
pluvieuse, d’un rideau plus ou moins important de forêt dense de type semi caducifolié
avec une flore variant d’une zone climatique à une autre, mais de composition
spécifique. Les espèces sont : Morelia senegalensis, Pterocarpus santalinoides, Cola
cordifolia, Psophocarcus palustris, Paullinia pinnata, Canthium cornelia, Nauclea latifolia,
Athostema senegalense, Uvaria chamae, Olax subscorpiodea, Antiaris africana,
Holarrhena floribunda, Allophylus africanus, Pouteria alnifolia, Antidesma venosum,
Ceiba pentandra, Tetracera alnifolia, Pandanus candelabrum, Carapa procera, Berlinia
grandiflora, Anthocleista djalonensis, Uapaca heudolotii, Loeseneuriella africana,
Landolphia dulcis, Flabellaria paniculata, Manilkara multinervis, Alchornea cordifolia,
Sorindeia juglandifolia, Gardenia imperialis, Voacanca thomasii Rauvolfia vomitoria,
Pentadesma butyracea, Erythrophleum africanum, Raphia soudanica, etc.
-
Forêts denses sèches avec Ceiba pentandra, Anogeissus leiocarpa, Cola cordifolia,
Antiaris africana, Milicia excelsa, Sterculia tragacantha, Blighia sapida, Pouteria alnifolia,
Trichilia emetica, Khaya senegalensis, Psychotria psychtrioides etc. ; et des herbacées
du genre Anchomanes, Haemanthus, Stylochyton, Amorphophallus, Nervilia, Urginea.
-
Forêts claires et savanes boisées : Isoberlinia doka,Uapaca somon, Daniellia oliveri,
Terminalia glaucescens, Vitex doniana, Cussonia arborea, Crossopterix februfuga,
Parkia biglobosa, Securidaca longepedunculata, Xanthoxylum xanthoxyloides, Afzelia
africana, Vitellaria paradoxa, Guiera senegalensis, Monotes kerstingii ; Pterocarpus
erinaceus, Parinari polyandra, Ficus spp, Bombax costatum, Diospyros mespiliformis,
Pseudocedrela kotschyi Isoberlinia dalziellii, Terminalia spp, Lophira lanceolata,
Sterospermum kunthianum, , Pilistigma thonningii etc.; et des herbacées comme :
Andropogon tectorum, Pennisetum unisetum, Aframommu latifolium, Kaempferia
aethiopica, Hyparrhenia chrysargyrea, Cymbopogon giganteus Sphenostylis
schweinfurthii, Cassia nigricans, Brachiaria xantholeuca,Cuenfuegosia digitata etc.
37
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
Savanes arborées et arbustives de composition floristique variable avec la zone agro
écologique avec la dominance de quelques unes des espèces citées, différemment
organisées, de façon grégaire, en ilots ou dispersées par la fréquence et la virulence des
feux saisonniers mais de composition spécifique avec : Guiera senegalensis, Dalbergia
melanoxylon, Pterocarpus lucens, Acacia seyal, Combretum glutinosum, Leptadenia
pytechnica, Bauhinia rufescens, Panicum phragmitoides,
Hyparrhenlia spp,
Cymbopogon spp, Brachiaria Spp, Loudetia spp, Moncymnbium ceresiiforme, Loudetia
togoensis, Elyonorus elegans, Panicum subalbidum, Alysicarpus ovalifolius, et de
nombreuses légumineuses du genre Indigofera, Tephrosia, Crotalaria, etc.
Sur les sols hydromorphes des basses plaines alluviales limoneuses ou des dépressions sablo
argileuses ou dans les lacs, marigots, mares, se développent des hydrophytes, des hélophytes,
et de nombreuses plantes plus ou moins aquatiques (Pistia stratiotes, , Typha australis, Najas
liberiensis, Ceratopteris cornuta, Marsilea diffusa, Azolla africana, Cyperus articulatus,
Ceratophyllum demersum, Nymphaea sppa, Neptunia oleracea, Aeschynomene spp, Ludwigia
spp, Oryza longistaminata, Ipomoea aquatica, Echinochloa pyramidlis, Otelia ulvifolia Ipomoea
spp.,etc. ).
Dans les basses plaines alluviales on a : Vetiveria nigritana Hyparrhenia rufa, Mitragyna inermis,
Mimosa pigra, Cyperus alopecuroides, Althernanthera sessilis, Centella asiatica, Nymphaea
spp., etc.
Formations végétales saxicoles avec des sols squelettiques sur substrats rocheux d’importance
spatiale relativement moindres mais biologiquement intéressantes :
- Bowé ou dalles latéritiques recouvertes d’une mince couche de terre d’apports, saturés
d’eau en saison des pluies ; savane herbeuse à Loudetia simplex et Loudetia togoensis
au moment de l’optimum de la végétation.
- Dômes rocheux non latéritiques occupés par des phréatophytes et des Lichens avec des
de petites associations hydrophytiques à Afrotrilepis pilosa, Sporobolus pectinellus et
Cyanotis lanata ; à Isoetes nigritana, et Ophioglossum gomezianum ; à Dopatrium
senegalense et Marsilea polycarpa, etc.
Sous le climat sahélo saharien, s’étendent sur de grandes superficies les steppes et les
buissons caractérisées par des xérophytes, sclérophylles, cactiformes et des géophytes avec
des espèces caractéristiques comme : Ziziphus mauritiana, Calotropis procera, Leptadenia
hastata, Leptadenia pyrotechnica, Chloris prieurii, Aristida spp, Cyperus conglomeratus,
Salvadoria persica, Tephrosia uniflora, Caralluma retrospiciens, Heliotropium subulatum,
Sesamum alatum, Chrozophora brochiana, Acacca spp, Euphorbia balsamifera, Combretum
aculeatum, Boscia spp, Hyphaene thebaica, Sclerocaria birrea, Balanites eagyptiaca, Geigeria
38
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
alata, Cleome tenella, Tephrosia obcordata, Euphorbia scordifolia, Abutilon fruticosum,
Schoenefeldia gracilis, Schizachyrum gracilis, Cenchrus biflorus, Tetrapogon cenchriformis,
Sporobolus,helvolus.,
Sous le climat saharien, la flore est localisée dans les vallées fossiles à nappes phréatiques
fréquentes on peut citer : Farsetia ramosissima, Pergularia tomentosa, Schowia schimperi,
Hyphaene thebaica, Cymbopogon proximus, etc.
Faune sauvage
Elle est assez riche et variée. En fonction du degré de menaces, certaines espèces bénéficient
de protection particulière.
Espèces Intégralement protégées :
Mammifères : Pan troglodytes, Colobus sp, Panthera pardus, Acinonux jubatus, Felix
aurata, Lutrinae, Manis spp, Orycteropus afer, Addax nasoniaculatus, Oryx danimah, Gazella
dama, Ammortragus lervia, Damaliscus korrigum, Gazella dorcas, Cephalophus rufilat,
Choerepsis liberiensis, Syncerus caffer, Taurotragus derbianus, Girafa camelopardalis,
Loxodonta africana, Lyacaon pictus, Trichechus senegalensis,
Oiseaux : Balaenicep rex, Sagittarius serpentarius, Ephippiorhynchus senegalensis,
Comatibus eremita, Leptopti los crumcni ferus, Peudogyps africanus, Aegyppius monachus,
Torgos tracheliotus, Egretta ssp, Ciconiidae spp, Ardeola ibis, Scopus umbretta, Platalea alba,
Phoenicopterus spp, Pelicanus spp, Ibis spp, Bucorvus abyssinicus, Agelastes meleagrides,
Balearica pavonina, Falconi formes, Strigi formes, Struthio camelus.
Reptiles : Crocodylus niloticus, etc.
Espèces partiellement protégées
Mammifères : Panthera leo, Hippopotamus amphibus , Hippotragus equinus , Kobus
defassa , Alcephalus Buselaphus major, Redunca redunca, Felix caraexal,Felix cerval, Kobus
kob, Tragelaphus scriptus, Gazella rufifrons, Melivora capensis
Oiseaux : Otis arabs, Neeotis denhami (Outardes).
Reptiles : Cyclanorbis senegalensis, Trionux triangus Trionux triangus (tortues d’eau douce),
Testudo sulcata (tortues terrestres)
Animaux/ gibiers non protégés
39
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Mammifères : Phacochoerus aethopicus, Potamochoeunis porcus,Thryosonomis
swvinderianus, Hystrix cristata, Lepus spp, Procavia (Ruficeps) capensis, Dendrohyrax dorsalis,
Euxerus erythropus, Heliosciurus gambianus, Cricetomys ganbiarnis, Crocuta crocuta, Hyena
hyena, Canis aureus, Canis addristus, Vulpes paliida, Fennecus zerda, Felislibica, Viverra
civetta, Genetta genetta, Zorilla striatus, Icimeumia albicanda, Herpestes spp, Mungos mungos,
Bapio anubis, Cercopithecus aethiopis, Erythrocebus patas, Galago senegalensis.
Oiseaux : Eupodotis senegalensis, Mumidae meleagris, Francolinus bicaicratus,
Coturnix delegorguei, Ptcroclès ouadricinctus, Brirhinus senegalensis, Columba sp ntuhanin,
Treron waalia, Streptopelia senegalensis, Streptopelia dicipiens,Streptopelia vinacea,
Streptopelia semitorguala, Coluniba guinea, Ptilopachus petrosus, Burhinus senegalenis,
Crinifer piscator, Miisophaga violacea.
Oiseaux d’eau : Plectropterus gambensis, Sarkidiornis melanotus, Alprochen
aegyptiaca, Dendrocygna viduata, Dendrogygne bicolo (Gulna), Anas platyrhunchos, Anas
acuta, Anas ouerquedula, Nettapus auritus, Gallinula chloropus, Phalacrocorax africanus,
Charadricus sp, Vanellus sp, Galinago gallinago.
Reptiles: Python sebae, Python regieus, Varanus niloticus, Varanus exanthematicus,
Kinixys spp, etc.
Faune aquatique
La pêche au Mali est déterminée par le cycle hydrologique du fleuve Niger et plus de 130
espèces de poissons sont rencontrées dans le delta et les plus nombreux sont les Clarias et les
Tilapias. Cette activité pratiquée tout le long du fleuve est, plus importante dans la zone du delta
intérieure où le potentiel halieutique du Mali est concentré avec plus de 80 % du total.
Bien que les potentialités existent, le développement de la pisciculture et de l’aquaculture reste
encore à promouvoir. Les données statistiques de la pêche ne sont pas très fournies dans le
bassin du fleuve Niger au Mali. Toutefois l’ytchyofaune renferme des espèces comme : Clarias
lazera, Clarias spp, Tilapia spp, Gymnarchus niloticus ,Clupsidius niloticus, Heterobranchus
bidorsalis, Lates niloticus, Alestes spp, Hydrocynus spp, Citharinus spp, Distichodus rostratus,
Distichodus spp, Labeo senegalensis, Labeo coubie, Labeo spp , Auchenoglanis occidentalis,
Auchenoglanis spp, Synodontis spp etc. .
40
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.3
3.3.1
Environnement humain
Contexte socio-économique général du bassin
Le bassin du fleuve Niger regroupe essentiellement des pays pauvres faisant partie des pays les
moins avancés (PMA). Certains sont sahéliens enclavés et soumis à un climat tropical de type
soudano sahélien caractérisé par des sécheresses répétées ces dernières décennies et une
désertification croissante. En plus de cet environnement physique des plus austères, ces pays
évoluent dans un contexte économique difficile avec une économie dominée par l’agriculture et
l’élevage. Ces activités génèrent 40 à 60% de leurs recettes d’exportation et occupent 80 à 90%
de la population active. Les autres pays ne faisant pas partie des PMA, demeurent tout de
même pauvres malgré l’existence de ressources autres que agricoles mais encore
insuffisamment ou mal exploitées (mines d’or, pétrole, etc.).
Le contexte économique des États membres de l’ABN est marqué depuis plusieurs décennies
par la mise en œuvre de vastes programmes d’ajustement structurel avec l’appui des Institutions
de Bretton Woods (Banque Mondiale et Fonds Monétaire International). Ces programmes
d’ajustements successifs se sont traduits par la libéralisation des économies et la mise en
œuvre des réformes économiques et structurelles. Conjuguées à la dévaluation du franc CFA en
1994, ces réformes ont contribué à l’amélioration sensible des performances macroéconomiques. Le PIB global des neuf pays de l’ABN a atteint 70 milliards de FCFA en 2000,
avec un taux de croissance moyen de 3 %. Le PIB moyen par habitant est estimé à 350 $
EU/an en 2000.
Cette modeste croissance économique n’ayant pas été suivie par une véritable redistribution
des richesses, la situation des populations déjà pauvres et très largement majoritaires dans les
pays de l’ABN, n’a cessé de se détériorer. La pauvreté a atteint des proportions inquiétantes
dans la majorité des pays et surtout dans les pays sahéliens (Burkina Faso, Mali, Niger et
Tchad). Le seuil de pauvreté est de 46,4% au Burkina Faso, 50% au Cameroun, 63% au Niger,
60% au Tchad, et 38,4% en Côte d’Ivoire avec une prédominance en milieu rural : 96% des
pauvres sont des ruraux au Burkina Faso, 74% au Mali, 86% au Niger et 75% en Côte d’Ivoire.
Les femmes et les jeunes sont les plus touchés par la pauvreté.
Le contexte socio-économique du bassin comporte des caractéristiques pratiquement similaires
à celles de l’ensemble des pays avec cependant une prédominance des problématiques liées à
la gestion durable des ressources naturelles et en particulier l’eau. Le bassin demeure une zone
de peuplement assez ancien qui se caractérise par une diversité ethnique qui est à la base
d’une pluralité de conceptions de l’organisation de la vie sociale et des rapports de production. Il
constitue de nos jours une zone d’appel migratoire en raison des conditions agro écologiques
plus favorables.
Les conflits sociaux liés à l’exploitation des ressources du bassin sont assez courants et
opposent le plus souvent, les agriculteurs aux éleveurs ou les autochtones aux migrants. Outre
41
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
ces aspects sociaux récurrents, l’économie du bassin souffre de la faiblesse et de l’insuffisance
des infrastructures et équipements socio-économiques (adduction d’eau potable,
assainissement, retenue d’eau et périmètres hydro-agricole, hydraulique pastorale, équipements
électriques et sanitaires, routes etc.). L’ensemble de ces insuffisances entraîne des
conséquences négatives et accroît la pauvreté de ces populations.
De nombreuses activités économiques menées dans le bassin dépendent directement de
l’exploitation des ressources naturelles (eau, sols, faune et flore). En dehors des aménagements
et ouvrages hydrauliques, ces activités (agricoles, pastorales et minières particulièrement) sont
pratiquées de manière extensive ou artisanale. A ce titre, l’économie rurale reste largement
tributaire de l’environnement. Les forêts sont défrichées à des rythmes plus importants que ceux
de la régénération naturelle et les environnements dégradés offrent moins de ressources aux
pauvres dont la population s’accroît de jour en jour.
Les conséquences des déséquilibres économiques et de la dégradation de l’environnement se
font ainsi sentir à travers notamment :
 l’attrait des populations rurales vers les villes, ce qui conduit à une implantation dans
les zones périphériques marginales et à l’adoption d’un mode de vie urbain, c’est-àdire un style de vie urbanisé basé essentiellement sur les ressources de la zone
rurale ;
 une augmentation de la population urbaine et une forte demande en énergie qui est
généralement satisfaite par l’utilisation du bois et du charbon de bois, contribuant
ainsi à la dégradation du couvert végétal et à l’érosion des sols des zones
d’exploitation.
Au regard de tout ce qui précède, la lutte contre la pauvreté s’impose de nos jours à tous les
pays membres de l’ABN comme le défi majeur à relever.
3.3.2
3.3.2.1
Cadre socio-économique du Bénin
Démographie
La portion béninoise du bassin du Niger est située au Nord du pays. Elle couvre entièrement le
département de l’Alibori (6 Communes), la partie Nord du département du Borgou, soit quatre
Communes (Bembéréké, Sinendé, Nikki et Kalalé) sur les huit que compte celui-ci, et deux
Communes (Péhunco et Kérou) du département de l’Atacora, soit un total de douze (12)
Communes.
La population de la zone du projet renferme 50.16 % de femmes contre 49.84 % d’hommes ; ce
qui signifie, entre autres, que toute action de développement menée dans la cette portion du
Bénin et qui ignorerait les femmes, ou négligerait leur participation, serait une action vouée
42
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
d’avance à l’échec, ou qu’elle ne vise pas véritablement le développement social et socio
économique de cette région.
La population de la zone du projet est essentiellement rurale : 70.64 % de celle-ci vit en milieu
rural contre 29.36% en milieu urbain. La population de la zone est essentiellement jeune : 51.9%
ont moins de 15 ans et 43.6 % sont situés dans la tranche d’âge de 15 à 59 ans.
La zone est à forte immigration étrangère. Les trois départements la composant abritent 21.53%
de la totalité des immigrants étrangers au Bénin. Le département de l’Alibori est la deuxième
zone de prédilection des «étrangers au Bénin (19.09 %) avec une très forte population
nigérienne (72 % de la communauté étrangère dans le département).
A l’instar de l’ensemble du pays, la zone du projet dispose d’une diversité socio ethnique et
linguistique du fait qu’elle constitue un carrefour de plusieurs groupes socio culturels. En effet,
on y rencontre :

le groupe Bariba et Boo (41.82% de la population du bassin national),

le groupe Peulh : Peulh fulfudé et les Gando (33.31 %),

le groupe Dendi et Djerma (10.60 %),

le groupe Yoruba et Mokolé (3.33 %),

le groupe Otamari et Gourmantché (2.95 %).
Les autres groupes rencontrés sont estimés à 6.5 % de la population de la zone et comprennent
le groupe Fon (0.8%), le groupe Yoa- Lokpa (0.4%), le groupe Adja (0.18 %) et autres. Cette
diversité ethnique est porteuse de variété d’activités économiques, d’organisation sociale et
socio professionnelle, tous facteurs socio économiques qui joueront en faveur de la diversité des
actions d’accompagnement intégrées qui seront conduites autour des infrastructures
hydrauliques à réaliser.
3.3.2.2
La santé
La situation sanitaire dans la portion béninoise du bassin du Niger est comparable à celle du
pays entier. Elle est caractérisée par des pathologies tropicales variées et diverses, avec une
forte prédominance des affections endémo- épidémiques. Les plus courantes sont le paludisme,
les diarrhées et les gastro- entériques. A celles-ci s’ajoutent les maladies- cibles du Programme
Elargi de Vaccination telles que la rougeole, la poliomyélite, le tétanos, la coqueluche, la
tuberculose, la méningite. Le VIH/SIDA sévit également dans la zone. Il est une menace
permanente pour la santé des populations, notamment la couche juvénile. En 1997, la
couverture vaccinale était de 87.5 % dans la zone contre 88 % au plan national. La malnutrition
et l’anémie occupent une place importante parmi les problèmes de santé maternelle et infantile
43
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.3.2.3
Activités socio-économiques
Dans la zone, 56 % environ des ménages sont agricoles. La population agricole représente 78%
de la population totale de la zone. Les activités agricoles sont par conséquent la principale
occupation des populations.
 L’agriculture
Les conditions édaphiques de la zone du Projet sont naturellement favorables à la conduite des
activités agricoles, pastorales et halieutiques. Au plan de la production agricole, près de deux
millions d’hectares sont cultivables ; mais 25 % seulement de celles-ci sont mis en valeur. Les
systèmes de production sont encore traditionnels. On y cultive l’igname, le maïs, le sorgho, le
riz, l’oignon, la pomme de terre. La culture du coton s’est développée et généralisée dans toute
la zone depuis plusieurs décennies. Contrairement à la tendance générale de baisse de la
production du coton enregistrée dans le pays, la zone a connu, au cours des cinq dernières
années, un doublement des superficies, passant de 100.755 ha à 210.900 ha pour un
accroissement de production de moins de 5 % sur la même période, en dépit des perturbations
au plan national et international que connaît la filière.
La commune de Banikoara est la première zone productrice de coton- graine du pays avec une
production de 73.175 T au cours de la campagne agricole 2004- 2005. La production cotonnière
de la zone du Projet représente environ 54.6 % de la production nationale au cours de la
campagne 1998- 1999.
La culture du riz, bien qu’encore faible, a quadruplé de rendement et doublé de superficies en
moins d’une décennie. L’agriculture irriguée est restée embryonnaire et est essentiellement
localisée dans la commune de Malanville où il est aménagé un périmètre rizicole de 516
hectares irrigués et fonctionne par un système gravitaire. Il existe aussi de petits périmètres
irrigués individuels, installés dans la basse vallée de la Sota (affluent du Niger). Tout cet
ensemble totalise annuellement une superficie rizicole irriguée comprise entre 500 à 700 ha.
Si le taux de déstockage de la volaille, des ovins et des caprins est assez élevé pour des
raisons financières, celui des bovins est faible, ce qui pousse certaines personnes à dire que
l’objectif de l’élevage de ce type animal est moins économique que contemplatif ou thésaurisant.
En effet, des actions d’embouche sont rares et les animaux sont nourris pratiquement aux
pâturages naturels, lesquels deviennent rares pendant la saison sèche qui dure de Décembre à
Mai de chaque année. De ce fait, les éleveurs sont obligés d’aller en transhumance, loin de leur
résidence habituelle, à la recherche de pâturages et d’eau pour les animaux. Les conséquences
de cette pratique sont généralement graves et comportent soit, des conflits sociaux entre ces
éleveurs et les agriculteurs, dus à l’inexistence de couloirs pastoraux, soit que les animaux sont
exposés aux épizooties qui sévissent dans les régions fréquentées. L’idéal sera de faire de
l’élevage dans cette zone une activité économique plus organisée et plus rentable en le
44
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
sédentarisant et en le modernisant. Au quel cas, il faudra changer de comportement en utilisant
à une plus grande échelle les résidus de récolte (fanes d’arachide et de niébé), de l’ensilage et
de la complémentation minérale (pierre à lécher par exemple), ou des sous- produits agro
industriels (graines de coton sans gossypol, tourteaux d’oléagineux, les drêches de brasserie
etc.…).
 La pêche
Les activités de pêche sont peu développées dans la zone. Le peu qui se pratique, se fait de
manière traditionnelle sur le long du fleuve du Niger et sur certaines sections de ses affluents.
Toutefois, dans certaines localités (Tomboutou à Malanville où il existe une communauté de
pêcheurs, Madékali et Pékinga), l’activité de pêche est localement dense mais se pratique
artisanalement. Globalement, près de 700 pêcheurs opèrent dans la zone du projet et
comprennent des béninois, des nigériens, des maliens, des nigérians et des togolais. Parmi cet
effectif, il est recensé environ 200 pêcheurs professionnels dans la commune de Karimama
(dont 2/3 sont des nigériens et maliens) et près de 400 dans la Commune de Malanville dont la
plupart est originaire du Niger et du Mali. Le poisson pêché est fumé sur les lieux de pêche par
les femmes et vendu sur les marchés urbains de Malanville, Kandi et Parakou.
La pisciculture n’est pas développée dans la zone. Pourtant, elle est une activité potentielle, qui
pourra prendre un essor lorsque des actions de vulgarisation dans le domaine seront engagées,
ainsi que le financement des infrastructures y afférentes. Là également, il faudra compter avec
le changement de comportement des populations (reconversion professionnelle) et des
structures de développement. Avec la décentralisation, le développement local prendra
certainement en compte les spécificités des Communes plus que par le passé où les actions de
développement étaient décidées de très loin des acteurs et des bénéficiaires à la base.
3.3.2.4
La femme et les aspects genre dans la zone
Dans la zone du projet, les femmes représentent plus de 50 % de la population. Elles sont chefs
de ménage à hauteur de 11 % de l’ensemble des chefs de ménage de la zone. Sur le plan des
activités économiques, les femmes pratiquent l’agriculture et constituent une main d’œuvre
importante au niveau du champ familial. Pour leur propre compte, elles cultivent tous les types
de cultures y compris le coton pour lequel elles dépendent souvent de leurs maris pour le labour
(à la traction animale) et les traitements phytosanitaires. Toutefois, elles disposent entièrement
des revenus de leurs activités agricoles. Hormis les activités agricoles, les femmes pratiquent le
petit élevage (petits ruminants, volaille) et le petit commerce, notamment vivrier. Ces deux
secteurs (agriculture et commerce) occupent 85 % des femmes actives de la zone.
3.3.2.5
La question foncière dans la zone
Dans la zone du projet, les difficultés de cogestion de l’espace rural entre agriculteurs et
éleveurs, et entre autochtones et migrants constituent un handicap à l’accès plus sécurisé au
45
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
foncier. La précarité induite par les modes de faire- valoir indirect constitue un frein à la gestion
de la fertilité des sols.
La notion de la propriété foncière dans la zone ne prend pas encore d’ampleur comme dans le
centre et le sud du pays. La densité relativement faible de la population rend la terre encore
disponible pour des usages agropastoraux dans les zones rurales où le problème essentiel
réside dans l’exploitation des terres sans un effort de restitution de la fertilité. Les mesures à
préconiser doivent viser, entre autres, la formation des producteurs agricoles et des éleveurs en
vue de la sédentarisation de leurs unités d’exploitation. Ceci passera par un changement de
comportement des populations vis–à–vis de leur environnement. La formation continue des
professionnels agricoles en techniques de conduite et de gestion de leurs exploitations
permettra certainement d’obtenir, de manière progressive, ce nécessaire changement de
comportement.
En milieu urbain, et en raison du développement de la migration des populations vers les
centres urbains à la recherche de meilleures conditions de vie (accès plus facile aux services
sociaux de base), le phénomène foncier prend de l’ampleur. La notion de propriété foncière se
développe et rend l’accès à la terre plus difficile. Celle devient alors rare, et par conséquent,
plus prisée. Les terres agricoles se déclassent en terres pour bâtis, ou tout simplement sont
soumises aux spéculations.
La cohabitation des agriculteurs et des éleveurs devient de plus en plus difficile et engendre de
fréquents conflits sociaux dus à la divagation des animaux, à l’inexistence ou l’insuffisance
d’aires de pâturages ou de parcours pour les animaux.
3.3.3
3.3.3.1
Cadre socio-économique de Guinée
Démographie
La portion du bassin du Niger en Guinée d’où il prend sa source, a une superficie de 97.168 km²
et un cours d’eau principal long de 661 km. Le bassin du Niger en Guinée couvre principalement
la Haute Guinée avec ses huit (8) Préfectures (Faranah, Dinguiraye, Dabola, Kérouané, Kankan,
Mandiana, Kouroussa et Siguiri) et deux Préfectures de la Guinée Forestière (Beyla et
Kissidougou).
La population totale du bassin en Guinée est d’environ 2 283 898 habitants soit 25 % de la
population nationale. Le taux moyen d’accroissement de la population y est de 3.1 % (Haute
Guinée 3.1 ; Guinée Forestière 4.1 %) et une densité de l’ordre de 15 habitants au km² contre
37.2 au niveau national. La population âgée de moins de 20 ans représente environ 55 % de la
population du pays. En milieu rural, et dans l’ensemble du pays, on note un phénomène
important d’exode rural des jeunes de 10 – 15 ans vers les centres urbains, à la recherche de
conditions de vie meilleures
46
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
La zone du projet est caractérisée par un régime social de type patrilinéaire en matière de
descendance et de succession. L’unité de base de la vie sociale dans le milieu est la famille
régie par des relations patriarcales entre le chef de famille et les autres membres. La famille
correspond généralement à un quartier. La notion de clan reste fortement ancrée dans les
esprits en dépit d’une coexistence pacifique de différents groupes ethniques sur un même
territoire.
3.3.3.2
La santé
Les principales maladies de la zone sont le paludisme, les infections respiratoires, les
helminthiases, les maladies diarrhéiques et les carences nutritionnelles. A celles-ci, s’ajoutent
d’autres maladies à potentiel épidémique, dépistées dans le pays, soit le choléra, la méningite,
le SIDA, la schistosomiase, la trypanosomiase, la lèpre, la dracunculose etc.…Les conditions
sanitaires sont nettement plus préoccupantes en milieu rural qu’en milieu urbain. Par exemple,
le taux de mortalité infanto- juvénile est de 148.1 pour mille en zones urbaines contre 210.6 pour
mille en zones rurales. L’organisation du système de la santé et les efforts de financement
publics et privés permettent d’étendre progressivement la couverture sanitaire par la mise en
place d’infrastructures et d’équipements ainsi que le recrutement et /ou le déploiement du
personnel de santé. Tout ceci participe d’une nette amélioration du système sanitaire dans la
zone même si les objectifs sont loin d’être atteints.
3.3.3.3
Activités socio-économiques de la zone
 L’agriculture
A l’instar de l’ensemble du pays, la zone du Projet a une vocation agro pastorale. L’agriculture y
est pratiquée essentiellement pour l’autoconsommation. Les cultures pratiquées sont
essentiellement vivrières, basées sur les céréales qui occupent environ 70 % de la superficie
totale emblavée. Les cultures industrielles ou de rente, telles que l’arachide et le coton sont
également pratiquées. La traction animale est relativement développée dans la zone,
notamment dans les préfectures de Siguiri, Kouroussa, Kankan, Dabola et Mandiana), ce qui
favorise l’extension des superficies dans la région (13.8 % contre une moyenne nationale de
17.6 pendant la période de 1978 à 2002). Le taux de chimisation de l’agriculture est encore
faible et varie énormément d’une région à une autre. Par exemple, en 2000-2001, l’utilisation de
l’engrais est de 7.8% par rapport à l’ensemble des superficies emblavées dans la région de
Kankan et de 0.8% dans celle de Faranah. Pour l’utilisation des insecticides, le taux est
de13.1% et 2.9 % respectivement pour les mêmes zones.
Bien que la zone soit bien drainée par le Fleuve du Niger et ses affluents, le système d’irrigation
des exploitations agricoles est très faible, faute d’aménagement hydro agricole. Or, le potentiel
de terres aménageables est assez élevé : 31 % des bas fonds et 61 % des plaines sur les
104.000 ha de bas fonds et 92 100 ha de plaines pour l’ensemble du pays. Le niveau
47
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
d’aménagement est assez faible au niveau de la zone du bassin et est de l’ordre de 3.6 % pour
les bas fonds et 9.2 % pour les plaines (contre respectivement 8.6 et 8.3 % en moyenne pour le
pays).
Au total, l’agriculture dans la zone guinéenne du Projet a permis :
l’augmentation de la production notamment vivrière, en vue d’assurer l’auto
substance et la sécurité alimentaire, l’amélioration de l’état nutritionnel de la
population et l’accroissement des revenus des exploitants agricoles,
la création d’emplois agricoles,
le renforcement de la dynamique des organisations paysannes, et par
conséquent du pouvoir décisionnel paysan.
-
-
En revanche, l’accroissement des activités agricoles ont eu des impacts négatifs sur
l’environnement en termes de :
● dégradation des sols et destruction de la diversité biologique du fait de la pratique
d’une agriculture extensive,
● l’exacerbation de conflits fonciers dus à une plus forte demande de mise en valeur de
terres auprès des propriétaires terriens,
● le développement des conflits sociaux entre les différents usagers de l’espace.
 L’élevage
La zone du Projet est une région d’élevage de bovins, ovins caprins et de volailles. Le système
d’élevage de ces espèces animales est traditionnel. Il se pratique de façon sédentaire ou par
transhumance. L’élevage sédentaire est le mode le plus généralisé dans la zone, en dépit des
problèmes qu’il pose, à savoir, la divagation des troupeaux en saison pluvieuse dans les
agglomérations et dans les champs, et les difficultés d’abreuvement en saison sèche. Ces
problèmes sont souvent sources de conflits sociaux entre les éleveurs et le reste de la
population. L’élevage par voie de transhumance est très peu pratiqué dans la zone du Projet,
hormis dans la préfecture de Dinguiraye et le long de la frontière avec le Mali. D’après les
données de l’année 2000, la zone du projet pèse de 82 % du cheptel national, toutes catégories
confondues. La zone du Projet se révèle comme la région la plus pastorale de la Guinée. Elle
est toutefois confrontée à certains problèmes, tels que :
-
le tarissement des sources d’eau et la rareté de fourrages dans certaines localités
pendant la saison sèche, entraînant la divagation des animaux,
le risque permanent d’extension de la péripneumonie des bovins,
48
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
le faible niveau de technicité des éleveurs pour la protection sanitaire des
animaux,
la faible intégration agriculture/élevage
les difficultés d’accès aux ressources communautaires (terres et eau notamment).
 La pêche
Les ressources halieutiques ne sont pas suffisamment connues dans la zone du Projet.
Pourtant, le potentiel dans ce domaine était estimé, en 1996, entre 6000 et 8000 T de poissons,
soit, 60 à 80 % du potentiel de la pêche fluviale. La pêche est pratiquée par certains
autochtones et étrangers (notamment maliens). La tendance est à l’organisation des
professionnels de la pêche par préfecture. Leur fonctionnement reste à apprécier. La
pisciculture n’est pas encore rentrée dans les habitudes des populations de la zone.
3.3.3.4
La femme et les aspects genre dans la zone
L’exploitation agricole dans un ménage fait intervenir tous les membres actifs de ce ménage.
Elle est organisée autour d’un champ principal, dénommé le champ familial. Il est cultivé par
l’ensemble des membres de la famille. En plus de celui-ci, les femmes et les jeunes disposent
de leurs champs individuels et les endroits vides des concessions (tapades) pour les cultures de
case. La répartition des tâches selon le genre se fait de la façon suivante. Les hommes assurent
la préparation du sol, la récolte, le transport et la surveillance de la production. Les femmes se
chargent des travaux de semis, d’entretiens culturaux et participent aux récoltes,
conditionnement et assurent les charges ménagères. Les jeunes assurent le sarclage et la
surveillance des champs la journée. La population agricole est relativement importante. Elle est
relativement équilibrée en termes de ratio hommes/ femmes. En effet, les femmes constituent la
moitié de l’effectif de la population, notamment agricole de la zone du Projet.
Dans le domaine de l’élevage, les femmes jouent un rôle primordial dans les systèmes de
production animale en participant à :
3.3.3.5
la production, transformation et la commercialisation du lait,
l’élevage des petits ruminants : pacage, entretien des femelles et des jeunes, soins
aux animaux.
La question foncière dans la zone
Dans la zone nationale du bassin du Niger, le foncier est fortement marqué par les pratiques
traditionnelles qui se caractérisent, entre autres, par l’existence de grands propriétaires terriens
et la variabilité des conditions d’accès à la terre et de son utilisation. Le foncier y est régi par
deux types de réglementation, le droit coutumier et le droit moderne. Le droit coutumier est
marqué par des règles non écrites, variables d’une ethnie à une autre, et d’une région à une
autre. Le droit foncier moderne quant à lui, vise à sauter les blocages et les contraintes d’accès
49
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
à la terre, en créant des conditions d’égalité d’accès à tout exploitant agricole, notamment les
allogènes, les femmes. Il devrait favoriser la réalisation des aménagements dans les plaines et
les bas- fonds, ainsi que la promotion de l’investissement privé dans ces zones. Actuellement, le
droit foncier coutumier marque sa prépondérance sur le moderne.
Dans les zones de plaine, la répartition des terres est faite selon le droit coutumier. Elle est
stricte et on y respecte rigoureusement la division parcellaire établie par les familles fondatrices.
Cette répartition qui se fait sur la base coutumière laisse apparaître une grande inégalité dans la
détention des terres, notamment au niveau des plaines inondables qui sont potentiellement plus
fertiles et plus aptes à la production agricole. En effet, l’accès y est limité et sélectif, ce qui crée
une pénurie artificielle de terres agricoles, en raison des conditions drastiques qu’imposent les
propriétaires terriens qui entrent dans une relation de faire- valoir indirect du genre fermage.
Dans cette relation, le fermier paie une redevance très élevée qui ne tient pas toujours compte
du niveau de la production et des aléas climatiques.
Bien que la situation soit moins contraignante dans les zones du plateau (Préfectures de Dabola
et Kouroussa), la location de terres se fait contre la redevance de la dixième partie des
productions obtenues sur les parcelles de cultures. La situation préoccupe les autorités
nationales en charge de la question foncière. Des études ont été réalisées en vue d’élaborer
une réforme foncière moderne, capable de gommer ou de réduire les inégalités actuelles et qui
sont certainement sources de nombreux handicaps à l’amélioration des rendements, de la
production et la préservation de l’environnement.
3.3.4
3.3.4.1
Cadre socio-économique du Mali
Démographie
Le fleuve du Niger dans son parcours au Mali est caractérisé par trois grands sous- bassins, à
savoir : le Haut Niger, le Delta Intérieur et la boucle du Niger. Ailleurs, le fleuve comporte de
multiples îles avec plusieurs chenaux parallèles au lit principal. Dans tous les cas, toutes les
régions, sauf celle de Kayes, sont en partie concernées par le bassin du fleuve du Niger.
La population de la zone du Projet est de 8 436 596 habitants soit environ 86 % de la population
du Mali. Le développement socio économique du Mali dépend dans une large mesure des
ressources de la portion du bassin dans ce pays. La population est inégalement répartie entre
les régions. Ceci s’explique certainement par les conditions climatiques et la disponibilité des
ressources en eau et en terres cultivables. Il est à signaler toutefois que, compte tenu du
phénomène de la transhumance et de la migration très répandu dans la zone, il est difficile de
distinguer la population vivant réellement dans le bassin ou hors du bassin. La population rurale
(6 055 125 habitants du bassin national) représente près de 72 % de la population dudit bassin.
Les femmes émergent avec 50.4 % contre 49.6 % pour les hommes.
50
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
De nombreuses ethnies peuplent le bassin national du Niger. Celles sédentaires représentent
environ 83 % des ethnies de la zone, ce qui est un atout considérable pour des actions de
développement. Ce sont les groupes Madingues (Bambara, Malinkés, Dioulas), Soudaniens
(Sarakolés, Bozos, Somonos, Dogons), Sonrais ou Voltaïques (Mossis, Sénouffos, Miniankas et
Bobos. Les nomades (17%), sont représentés par des Touaregs, les Maures et certains Peulhs.
Les sédentaires sont généralement des agriculteurs et des pêcheurs, tandis que les nomades
sont surtout des éleveurs. Le bassin national malien est une zone intense d’émigration tant vers
l’extérieur que vers les pôles de développement à l’intérieur du pays.
3.3.4.2
La santé
La situation sanitaire au niveau du bassin du Niger n’est pas différente de celle du pays en
général. Elle se caractérise essentiellement par le faible niveau d’assainissement et
d’approvisionnement en eau potable et à la faible couverture sanitaire. En effet, la couverture
vaccinale est dangereusement basse, pendant que les enfants courent de grands risques de
développer les maladies infectieuses à haut potentiel épidémique comme la coqueluche, la
tuberculose, le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite. La politique de santé et d’hygiène publique
met l’accent tout particulièrement sur l’information et la formation des populations. La santé dans
le bassin du Niger rencontre de nombreux autres problèmes : éloignement des centres de santé
par rapport aux centres de référence, mauvais état des routes pour l’accès aux centres de soins,
manque de moyens de transport appropriés, insuffisance de personnel socio- sanitaire, etc.…
Selon une enquête effectuée en 2001 sur la démographie et la santé, citée par l’étude
multisectorielle nationale, les populations participent aux dépenses liées à l’amélioration de leur
santé à hauteur de 2.7 % des dépenses engagées par l’État. Même les ménages ruraux
consacrent une part de plus en plus importante aux dépenses annuelles de leur santé.
3.3.4.3
Activités économiques de la zone du projet
 L’agriculture
Le fleuve Niger et ses affluents sont largement utilisés pour l’agriculture. Les plans de
développement agricole mettent l’accent sur l’agriculture irriguée depuis quelques années.
Dans ce cadre, de nombreux périmètres inondables sont aménagés le long du fleuve et sur son
bassin. Le potentiel en charge démographique est important et peut atteindre 7 millions de
personnes. La mise en valeur de ce potentiel exige de sérieux efforts de mobilisation de moyens
financiers. Dans la zone du Projet, l’accès à la terre pour les cultures est dominé par les
hommes avec un degré d’accès de 80 % contre 20 % pour les femmes. La production céréalière
est la plus importante des productions agricoles. C’est dans la partie du Mali Sud et du Centre
que les conditions de production agricole sont les plus favorables (régions de Ségou, Sikasso et
Koulikoro). C’est la zone par excellence cotonnière du pays. La production du coton graine qui
était de 269.407 T en 1994-95, a atteint 522.899 T en 1997- 98 et contribue pour 45 % aux
recettes d’exportation du Mali en 1995-96 et a rapporté 80 % du total des recettes fiscales à
l’État pour la même année. La culture du riz se fait dans les bas- fonds, notamment dans les
51
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
zones sud du pays où l’Office du Niger dispose de 60.000 ha aménagés et non aménagés.
Globalement, la production agricole s’accroît d’une année à l’autre, mais au détriment de la
conservation des sols.
 L’Élevage
Le sous secteur de l’élevage occupe une place importante dans le secteur primaire de
l’économie du Mali. L’apport de ce sous secteur au Produit Intérieur Brut est d’environ de 12 %.
Sa contribution aux recettes d’exportation est de 17.5 % du total des opérations d’exportation.
Le dernier recensement du cheptel national remonte à 1991. Les données actuellement
existantes sont des estimations vétérinaires à travers les campagnes de vaccination effectuées
par les Services de l’Élevage.
L’élevage est pratiqué tout le long du bassin. Mais la partie saharienne du fleuve est une zone
d’élevage nomade, une zone de prédilection de l’élevage transhumant, en raison de ses
pâturages de décrue en saison sèche. Les vallées du fleuve et de ses affluents servent de
zones de repli pour la majorité du cheptel en saison sèche où de vastes superficies sont
couvertes de végétation abondante. Le Delta Intérieur offre le pâturage et l’eau pour environ un
million de bovins et deux millions d’ovins et caprins. Tout en produisant un important volume de
matières azotées utiles pour la production végétale, il faut mentionner que la concentration de
cet effectif du cheptel sur les sols semble dépasser largement la capacité de charge des
pâturages naturels disponibles. Ceux-ci sont en constante diminution du fait des pratiques telles
que les feux de brousse qui brûlent environ 14.5 millions d’hectares par an, la suppression des
couloirs de passage du bétail et la disparition des pistes de transhumance en raison d’une
concurrence croissante entre les espaces agricoles et les espaces pastoraux ainsi que les
conditions climatiques défavorables. Le surpâturage dû au système d’élevage transhumant et
extensif est aussi un facteur déstructurant des écosystèmes du bassin dans le pays. En matière
de santé animale, le cheptel est confronté aux maladies parasitaires usuelles dans les plaines
de la Delta Intérieur. La trypanosomiase et les maladies dues aux tiques sévissent dans la zone
du Projet et sont responsables de la mortalité de jeunes animaux, notamment de jeunes
ruminants.
 La pêche
La pêche représente 3 % du PIB du Pays. Elle participe de façon notable à l’économie
nationale, la sécurité alimentaire, la création d’emplois et de revenu aux populations. Elle est
pratiquée tout le long du fleuve du Niger et dans les autres cours secondaires. Cette activité est
importante dans la zone du delta intérieur où le potentiel halieutique y est concentré à hauteur
de plus de 80 % du potentiel national. La productivité halieutique dans la zone est de 15 à 75
kg/ha de poisson. Les techniques de conservation sont traditionnelles : le séchage, le fumage et
le brûlis.
52
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tout comme l’activité d’élevage, l’activité de pêche dans le Delta entre de plus en plus en
concurrence avec les activités agricoles, notamment dans les zones aménagées. Mais la
dynamisation de la filière poisson dans le bassin passe par l’aménagement des pêcheries
traditionnelles dans le delta central, l’organisation des professionnels et la promotion de la
pisciculture dans les périmètres irrigués en privilégiant l’installation des jeunes diplômés sans
emploi et autres opérateurs de la filière.
En matière d’activités de pisciculture dans la zone du projet, et suite au déficit de production
halieutique due à la persistance de la sécheresse, une aide d’urgence de l’Organisation de
l’Unité Africaine en 1986 tenta de promouvoir la pisciculture en étangs auprès des populations
rurales de la zone de l’Office du Niger. En effet, cette zone couvrait plus de 100 000 ha irrigués
et est favorable au développement de l’aquaculture.
Le système a été vulgarisé dans le milieu par l’Association Française des Volontaires de
Progrès et le Projet de Développement des Ressources Halieutiques dans le lac de Sélingué
(PDRHLS). Malheureusement, et en dépit des efforts déployés par les agents du Service de
Pêche pour vulgariser ce système de pêcherie, l’activité s’est globalement soldée par un échec.
La raison est que, une production aquacole commerciale n’est possible que lorsque certaines
conditions techniques, économiques et sociales sont réunies. Dans le cas d’espèce, si les
conditions techniques sont réunies du fait de l’existence de périmètres irrigués, le contexte
économique l’est bien moins, dans la mesure où ces zones irriguées sont également des zones
à forte activité halieutique, où le prix du poisson est bas. En outre, en raison de l’éloignement
des marchés et du manque de chaînes de froid, le poisson d’élevage est souvent transformé, ce
qui résulte en une mauvaise valorisation des produits. Par conséquent, dans le court terme,
l’émergence d’une aquaculture intensive, à vocation commerciale, ne semblerait pas être un
objectif économiquement réaliste.
3.3.4.4
La femme et les aspects genre dans la zone
Au Mali, les femmes représentent environ 52 % de la population nationale. Elles constituent un
groupe social défavorisé, voire marginalisé du fait que 71.7 % d’entre elles âgées de 15 à 49
ans ne sont pas scolarisées. Elles n’ont pas les mêmes droits d’accès aux ressources
naturelles, de par les pesanteurs sociologiques et culturelles.
La zone du Projet qui abrite 86 % de la population nationale enregistre 4. 252. 252 femmes soit
50.4 % de cette population. Par conséquent, toute politique prise par le Gouvernement malien
concernant la femme malienne, concerne directement et dans une large mesure les femmes de
cette zone, de par leur poids démographique et leur potentiel économique. En effet, les femmes
assurent 70 à 80 % de la production alimentaire, dominent le secteur de l’artisanat (69 %), et du
commerce (58 %). En dépit de leur importance démographique et économique, les femmes sont
confrontées à plusieurs types de problèmes dont notamment :
53
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
l’assujettissement aux travaux multiples et pénibles,
l’analphabétisme (64 % en 2002),
le faible taux de scolarisation (49 % à l’école primaire).
Par rapport à ces problèmes, des actions sont engagées dans le cadre de la lutte contre la
pauvreté. Ces actions visent notamment « une réduction significative et durable de la pauvreté à
travers l’éducation, la formation et l’alphabétisation. Le taux de scolarisation au niveau de
l’enseignement fondamental des filles devrait passer de 49 à 59 % au cours de la période 20022004».
Dans le domaine de l’agriculture, et selon une étude de l’Institut d’Économie Rurale, référencée
par l’étude multisectorielle nationale de décembre 2004, les femmes participeraient peu aux
opérations culturales au niveau des grands champs collectifs de l’exploitation dans la zone du
delta intérieur. Leurs activités seraient limitées aux opérations de vannage (30 %), de
gardiennage des cultures (20 %) et aux travaux de récolte (20 %). Cependant, elles cultivent
leurs propres parcelles de riz, d’arachide, de niébé et leur jardin maraîcher sans l’aide
masculine. A propos du maraîchage, ce sont les femmes qui détiennent le monopole des terres
avec 90 % contre 10 % pour les hommes. Ce sont les jeunes femmes et les vieilles qui y sont
les plus impliquées dans la proportion respective de 40 et 60 %. Les 10 % restant sont destinés
aux jeunes femmes.
La transformation des produits agricoles est l’apanage des femmes et se résume au pilage du
riz, à la mouture des céréales. Ce sont les filles qui sont les plus impliquées avec 50 %, les
jeunes femmes (40 %) et les vieilles (10 %).
En matière d’élevage, les femmes monopolisent les activités de transformation et de
commercialisation du lait et des produits laitiers. De plus en plus, les femmes peulhs s’adonnent
à la cueillette (amande de karité, noix de néré), ce qui participe de la diversification de leurs
revenus.
3.3.4.5
La question foncière
Le Mali est un vaste pays : 1 241 000 km² dont 60 % du territoire est constitué de zones vides
du point de vue démographique, et par conséquent, d’occupation et d’activités économiques. En
d’autres termes, la terre ne fait pas défaut. Cependant, la diversité des milieux écologiques
allant du désert à la zone soudano- guinéenne, et la fragilité particulière de l’écosystème font
que des problèmes de dégradation anthropique et de conservation des terres sont multiples et
variés. Et c’est à ce niveau que se situe le vrai problème lié à la terre, notamment dans la
portion malienne du bassin du Niger qui est la région peuplée du pays.
54
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
La dégradation des sols, due au ruissellement des eaux pluviales sur le sol, à l’action du vent
accéléré en l’absence de végétation, à l’excès d’humidité dans les zones inondables, aux
mauvaises pratiques d’irrigation ou à des techniques culturales inadaptées, limite le potentiel
productif de la terre et des autres ressources naturelles que sont l’eau, la flore et la faune de par
leur interaction. La zone pastorale est en proie à l’érosion éolienne, et parfois à l’érosion
hydrique. Les deux formes d’érosion sévissent sur les terres. Elles sont aggravées par les
méthodes d’exploitation traditionnelles caractérisées par l’agriculture itinérante et la culture sur
brûlis. Le défrichement de nouvelles terres vierges, l’action destructrice des feux de brousse et
la colonisation de nouvelles terres pour l’aménagement des périmètres agricoles participent de
la dégradation de l’environnement en général du foncier en particulier. Somme toute, la question
foncière au Mali ne se pose pas en termes de non disponibilité de ressources naturelles, mais
plutôt en termes d’accès à l’espace de production agricole, d’élevage, de pêche et de la
foresterie. La mise en cohérence des actions et la synergie entre les différents projets conçus et
mis en œuvre dans la portion malienne du bassin contribueront certainement à valoriser
davantage les ressources naturelles en général et le foncier en particulier.
3.3.5
3.3.5.1
Cadre socio-économique du Niger
Démographie
La portion nigérienne du bassin du fleuve Niger occupe une superficie de 427.323 km², soit 33.7
% du territoire national. Il est essentiellement constitué de successions de vallées et de plateaux
et dans une moindre mesure, d’une petite partie de plaine dans la région de Maradi. Sur le plan
administratif, la portion nationale du bassin au Niger concerne sept des huit régions du pays,
soit totalement les régions de Tillabéry, Tahoua, Maradi, Dosso et la Communauté Urbaine de
Niamey, et partiellement les Régions d’Agadez (département de Tchirozérine et la Communauté
Urbaine d’Agadez) et de Zinder (le haut bassin de la Tarka dans le département de Tarnout). Au
plan démographique, la zone du projet pèse d’un poids important par rapport à la démographie
nationale. En effet, la population de la zone représente 77 % de la population nigérienne. Elle
est rurale à plus de 83 % et urbaine à environ 17 %.
La zone concernée par le projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme
Kandadji compte environ 3 millions d’habitants dont 1,6 million de femmes. Elle couvre la
Région de Tillabéri, la Communauté Urbaine de Niamey et la Région de Dosso. Dans cette
zone, la population est en majorité exposée à des conditions climatiques très difficiles, à
l’insécurité alimentaire et une perpétuation de la pauvreté. Elles ne peuvent pas satisfaire leurs
besoins fondamentaux en termes de nutrition, d'habitat et l’accès aux services vitaux, tels que
l'adduction en eau potable, l'assainissement, les soins médicaux et l'enseignement. Le taux
d’émigration y est très élevé.
55
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.3.5.2
La santé
La bonne santé est une condition sine qua non pour le développement durable dans tout pays
du monde. Pendant longtemps, la politique sanitaire du pays était basée sur la médecine
curative individuelle. Afin de toucher un plus grand nombre d’une part, et former le citoyen à se
prendre en charge sur le plan sanitaire comme il le fait déjà sur le plan alimentaire d’autre part,
les différents plans de développement du pays s’appuient sur l’animation notamment rurale pour
impulser la participation communautaire avec la formation des équipes de santé villageoise,
gérées par les populations. Cette vision du développement sanitaire a permis de mettre en place
un processus d’appropriation par les populations en vue de la prise en charge de leurs
problèmes de santé et le financement de leurs infrastructures communautaires. Certes, nombre
de défis restent à relever tels, la lutte contre le paludisme, le VIH Sida, l’élimination de la
poliomyélite. Ces préoccupations ont été énoncées dans le Document de Stratégie de
Réduction de la Pauvreté de janvier 2002 et se traduisent, en termes d’objectifs comme suit :
-
3.3.5.3
accroître la couverture sanitaire de 48 à 60 % d’ici à l’an 2005,
accroître la couverture vaccinale de 18.4 à 50 % d’ici 2004,
réduire d’au moins 25 % la mortalité maternelle et infanto- juvénile d’ici 2004,
améliorer l’accessibilité équitable aux soins et services à tous les niveaux du
système d’ici 2004,
réduire de moitié la malnutrition protéino- énergétique d’ici 2015 et éliminer la
carence en vitamine A et en iode etc.…
Activités socio - économiques dans la zone du projet
 L’agriculture
L’agriculture est la première activité économique du Niger. Elle occupe 83 % de la population
active et a contribué au PIB pour 41 % en 2001. Elle est essentiellement dominée par les
cultures pluviales. Toutefois, il y est enregistré des cultures irriguées notamment le long du
fleuve du Niger. Les cultures céréalières sont dominantes et comprennent, le mil, le sorgho, le
riz (dans les régions du fleuve Niger et du Lac Tchad). Les cultures de rente du pays portent sur
le niébé, l’arachide, le souchet, le poivron, l’oignon, le sésame. Les cultures maraîchères se
pratiquent dans les bas fonds des vallées et dans les aménagements hydro agricoles.
Dans la zone du Projet, et à l’instar de l’ensemble du pays, l’agriculture est pour l’essentiel
encore pluviale, c'est-à-dire, tributaire de la pluviométrie et des autres aléas climatiques, alors
que les précipitations ne cessent de baisser depuis une trentaine d’années. D’une manière
générale, les systèmes de production sont extensifs et causent la dégradation continue des
ressources naturelles, la baisse de la fertilité des sols faute d’utilisation de fertilisants agricoles,
56
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
notamment la fumure organique. Il en découle des rendements bas, surtout au niveau des
céréales. Or, celles-ci constituent la base de l’alimentation des populations du pays.
Afin de maximiser l’utilisation des terres tout en réduisant les risques de production et préserver
la fertilité des sols, les agriculteurs pratiquent des cultures associées de divers types : céréales
et légumineuses (sorgho et niébé, sorgho et arachide) ou céréales entre elles (sorgho et millet).
Dans la zone du Projet, l’agriculture se caractérise par une grande diversité de spéculations :
outre les céréales (sorgho, mil, riz) les populations cultivent de l’oignon, du coton et des produits
maraîchers. La contribution de la zone du bassin nationale du Niger en productions agricoles de
base par rapport à la production nationale est très importante : 95.82 % en riz, 78.75% en mil,
76.90 en arachide, 71.14 % en niébé et 64.42% en sorgho. La zone pèse également d’un poids
important en superficies cultivées (95.96 % pour le riz et 76.28 % pour le sorgho par exemple).
Les rendements des cultures sont très faibles, tant dans la zone du bassin que sur l’ensemble
du pays, ce qui indique que les futurs sous projets liés à la production végétale à mettre en
œuvre dans le cadre du PDREGDE/BN, doivent mettre l’accent sur la productivité des cultures
en jouant surtout sur la maîtrise de l’eau. La formation des producteurs agricoles en
phytotechnie devra être l’une des mesures d’accompagnement à mener (agriculture intensive,
chimisation, semences à haut rendement etc.…).
La faiblesse des rendements des cultures due en grande partie aux aléas climatiques et à la
fragilité de l’écosystème a amené les services chargés de la vulgarisation agricole à vulgariser
la production sur des aires irriguées. L’effort s’est donc orienté vers le développement agricole
irrigué par la maîtrise et l’utilisation des eaux de surface et une meilleure mobilisation des eaux
souterraine. Ainsi, dans la zone du bassin, des cultures irriguées (riz et oignon) sont pratiquées
sur de petites superficies familiales de 0.25 à 0.50 ha sur les aménagements hydro agricoles
des régions de Tillabéry, Niamey et Dosso (8.500 ha environ). Ce mode d’exploitation des terres
et de production agricole ira certainement en s’intensifiant dans la mesure où le bassin nigérien
du fleuve Niger recèle d’un potentiel élevé en terres irrigables (environ 226.600 ha sur les
270.000ha du pays), soit 83.93% du potentiel national.
 L’élevage
Au Niger, l’élevage représente la seconde activité de la population, après l’agriculture. Il occupe
environ 20 % de la population nationale. Il participe à la formation du PIB à hauteur de 11 %,
soit 35 % du PIBA (Produit Intérieur Brut Agricole). Actuellement, les produits d’élevage
occupent la seconde place parmi les produits d’exportation du pays, derrière l’uranium. La zone
du bassin du Niger est une zone pastorale par excellence. Elle renferme environ 69 % du
cheptel bovin, 53 % des ovins et 58 % des caprins. Si l’on sait que ces espèces participent de la
fourniture de protéines animales aux populations, il se dégage l’importance de la zone en
matière de sécurité alimentaire. Les bovins servent à produire du lait, de la viande et constituent,
57
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
dans une moindre mesure, une source inexprimable de force de travail (traction, exhaure de
l’eau, transport). Quant aux asins, ils sont également utilisés pour le transport, l’exhaure de l’eau
et la culture attelée. Pour ces raisons, l’élevage de ces deux espèces animales se fait surtout
dans les zones agricoles.
L’aviculture, estimée à plus de 20 millions de volailles en 1996, selon les statistiques de la FAO
est essentiellement traditionnelle. Elle est une activité à la portée des femmes. Le système
d’élevage est majoritairement encore extensif, et par conséquent, transhumant surtout en saison
sèche, à la recherche de pâturages et de l’eau. Toutefois, dans la zone du bassin, il est conduit
un élevage agro pastoral où les activités agricoles et d’élevage sont intégrées dans une même
exploitation agricole. Dans ce cas, l’élevage sert d’épargne à terme, un moyen d’amélioration de
la fertilité des sols par la production de la matière organique que permet le parcage des
animaux. Au plan de la santé animale, on note la présence de plusieurs pathologies sur le bétail
et la volaille. Elles sont d’origine parasitaire, bactérienne ou virale. Les affections provoquées
font l’objet de traitement médical (parasitoses), soit de chimio prévention (trypanosomiases) soit
de prophylaxie médicale et sanitaire (peste, péripneumonie, charbon, pasteurellose). Dans
l’ensemble, la situation sanitaire dans le pays en général, et dans la zone nationale du bassin en
particulier est considérée comme satisfaisante les structures vétérinaires.
 La pêche
La pêche et la pisciculture sont pratiquées dans le pays mais de façon artisanale, dans le bassin
national du Niger, le bassin du Lac Tchad. Le bassin national du Fleuve Niger offre environ
20 000 ha en saison sèche et 170 000 ha en hautes eaux, ce qui représente un volume d’eau de
l’ordre de 32 milliards de m3.
La filière poisson dans le pays occupe à plein temps environ 1000 pêcheurs et fait vivre plus de
50 000 personnes. Elle participe à la formation du PIB à hauteur de 20 milliards de F CFA entre
2001 et 2003.
La pisciculture prend un essor dans la région de Tillabéry par la formation et le suivi d’une
vingtaine de pisciculteurs que suit une ONG de la localité. Elle pourra se développer davantage
avec les sous- projets en la matière dans le cadre de la mise en œuvre du PDREGDE/BN au
travers les actions d’accompagnement à mener pour valoriser et rendre durable les résultats
dudit projet sur les populations.
3.3.5.4
La femme et la question genre dans la zone
La zone du projet a une vocation essentiellement agro- pastorale. Les femmes y prennent une
part non négligeable dans les activités domestiques et agricoles. Le rôle des femmes dans le
développement agricole a largement progressé ces dernières années par rapport à un passé
récent, en raison de leur mobilisation sociale et de l’appui dont elles bénéficient de la
58
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Communauté internationale au nom de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes.
Dans la zone du projet, le rôle des femmes est plus palpable dans l’agriculture périurbaine
(maraîchage, petit élevage) et dans les périmètres hydro agricoles où la tradition cède
progressivement la place à une rationalité économique.
3.3.5.5
La question foncière
La situation socio-juridique depuis l’indépendance et jusqu’à très récemment est caractérisée par la
superposition de deux types principaux de systèmes fonciers : (i) un système juridique officiel et
moderne, caractérisé par le principe d’un droit éminent de l’État sur toutes les terres, et la
possibilité d’accès à une propriété privée selon la procédure de l’immatriculation ; et (ii) des
systèmes coutumiers différenciés selon les ethnies, fondés sur le droit d’usage (et non de
propriété), détenu par les exploitants. Compte tenu des différentes organisations sociales des
groupes au Niger (organisation socio-politique traditionnelle en chefferies, prédominance quasi
absolue des règles de filiation patrilinéaires, imbrication entre fractions minoritaires des groupes
dits nomades parmi les populations agricoles sédentaires), il apparaissait souvent des situations
foncières complexes, parfois conflictuelles, s’ajoutant aux problèmes liés à la superposition des
activités agricoles et de l’élevage.
La promulgation du code foncier rural en 1993 (ordonnance N°93-015) permet désormais de
clarifier cette situation. Les principes d’orientation du code rural fixent le cadre juridique des
activités agricoles, sylvicoles et pastorales dans la perspective de l’aménagement du territoire, de
la protection de l’environnement et de la promotion humaine. Le processus d’élaboration en cours
des textes relatifs au pastoralisme permettra également de mieux sécuriser les activités pastorales.
La mise en œuvre progressive de ces principes contribue à une plus grande sécurité foncière, à la
conservation et la gestion des ressources naturelles, et à l’organisation du monde rural. Il sert ainsi
désormais de cadre juridique incontournable à la gestion durable de toutes les composantes de
l’espace rural. Les instruments prévus par le code rural sont les suivants : (i) Une commission
foncière (COFO) mise en place dans chaque département et dans chaque commune ; elle est
présidée par le maire, et animée par un secrétaire permanent local. Les COFO sont notamment
consultées sur la gestion des ressources naturelles et participent également à l’élaboration des
schémas d’aménagement foncier à travers une démarche de concertation permanente. (ii) Un
secrétariat permanent sera institué dans chaque région, sous l’autorité du gouverneur. Il élaborera
le schéma d’aménagement foncier régional et sera chargé de la coordination des actions des
commissions foncières des arrondissements. (iii) Le comité national du code rural présidé par le
Ministre du développement agricole, suit la politique foncière, se prononce sur les schémas
régionaux d’aménagement foncier. Ce comité est assisté d’un comité consultatif ; le secrétariat
permanent du code rural en assure le secrétariat.
D’un point de vue pratique, cette politique de sécurisation foncière reçoit l’appui des bailleurs de
fonds pour l’installation et la formation des commissions foncières. Les COFO se mettent en place
59
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
progressivement sur le territoire national : 27 sur 36 ont été créées depuis 1994, grâce à l’appui
financier de divers partenaires au développement (USAID, Banque Mondiale, Danemark, BAD,
etc.). Il a également été mis en place durant cette période plus d’un millier de commissions
foncières de base (COFOB) au niveau des villages et tributs. La tâche est vaste et requiert
beaucoup de moyens, car outre la mise en place physique des COFO, il s’agit de mener de larges
campagnes de sensibilisation et d’explication du nouveau code rural au niveau de l’ensemble des
villages administratifs de chaque département. On note des résultats encourageants, notamment
une popularisation significative des textes du Code Rural, des demandes et délivrances croissantes
de titres fonciers, des aires de pâturage et des couloirs de passage bornés et enregistrés, etc. Ces
acquis, encore fragiles, constituent une première étape dans l’élaboration de schémas
d’aménagement foncier, véritables garanties de prévention des conflits ruraux et futurs outils pour
la planification du développement local.
60
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
4. CADRE INSITUTIONNEL ET REGLÉMENTAIRE
4.1
4.1.1
Cadre institutionnel et règlementaire béninois
Cadre législatif et réglementaire
La gestion de l’environnement au Bénin est régie par les lois et décrets suivants :

Loi n° 98-030 du 12 février 1999, portant loi cadre sur l’environnement en République du
Bénin.

Loi n° 90-32 du 11 décembre 1990, portant Constitution en République du Bénin.

Loi n°87-015 du 21 septembre 1987, portant Code de l’hygiène publique.

Loi n° 87-016 du 21 septembre 1987, portant Code de l’eau.

Loi n° 93-009 du 15 juillet 1993, portant régime des forêts

Loi n°97-029 du 15 janvier 1999, portant organisation des communes au Bénin.

Loi n°98-005 du 15 janvier 1999, portant organisation des communes à statut particulier au
Bénin.

Décret n° 2003-332 du 27 août 2003, portant gestion des déchets solides en République du
Bénin.

Décret n°° 2003-330 du 27 août 2003, portant gestion des huiles usagées en République du
Bénin.

Décret n°2001-190 du 19 juin 2001, portant organisation de la procédure d’audience
publique en République du Bénin.

Décrets n° 2001-110 du 4 avril 2001, fixant les normes de qualité des eaux résiduaires en
République du Bénin.

Décret n° 2001-096 du 20 février 2001 portant création, attribution, organisation et
fonctionnement de la police environnementale.

Décret n° 2001-094 du 20 février 2001, fixant les normes de qualité de l’eau potable en
République du Bénin.

Décret n° 2001-235 du 12 juillet 2001, portant réglementation de la procédure d’étude
d’impact environnemental au Bénin.

Décret n° 2001-095 du 20 février 2001, portant création, attribution, organisation et
fonctionnement des cellules environnementales en République du Bénin.
Les lois suivantes régissent le foncier :

Loi n° 97-028 du 16 janvier 1998, portant organisation de l’administration territoriale de la
République du Bénin.

Décret n°2001-092 du 20 février 2001 portant classement des voies d’intérêt économiques,
touristiques ou stratégiques.
61
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
La loi cadre sur l’environnement du 12 février 1999, constitue l’instrument fondamental de la
mise en œuvre de la politique du Bénin en matière de l’environnement. Le titre I de cette Loi
portant sur les dispositions générales a non seulement créé un organisme dénommé
Commission Nationale de Développement Durable, mais a créé également l’Agence Béninoise
pour l’Environnement (ABE), qui est un établissement public doté de la personnalité juridique et
de l’autonomie financière. La loi cadre sur l’environnement fait de l’évaluation environnementale
(Titre V articles 87 à 102) un outil indispensable pour l’intégration de l’environnement au
processus de prise de décision.
4.1.2
Cadre institutionnel et administratif
Les aspects techniques et administratifs de la gestion de l’environnement, des ressources
naturelles et de la biodiversité sont examinés au niveau de trois ministères. Au niveau du
ministère du développement rural (MDR) on note :

La Direction des forêts et Ressources Naturelles (DFRN) au niveau national ;

La Direction des Forêts et de la Protection des Ressources Naturelles (DFPRN) au niveau
des départements ;

Le Centre national de télédétection et de surveillance du couvert forestier doté d’un statut
rattaché à la DFRN ;

Le Centre national de gestion des réserves de faune (CENAGREF) chargé de la gestion des
aires protégées et des zones tampons ;

L’Unité de recherche forestière, entité qui occupe au sein de l’institut national des
recherches agricoles, d’expérimentations sur les ligneux.
Au niveau du Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme (MEHU), les
principaux intervenants sont la Direction de l’environnement et l’Agence béninoise de
l’environnement ABE. La Direction de l’environnement (DE) est chargée entre autre de
l’orientation, de la coordination et de l’initiation au besoin des actions relatives à
l’environnement, l’appui aux activités locales pour la prise en charge de la gestion de leur
environnement dans leur programme de développement et de la promotion de la recherche en
vue de la conservation des ressources naturelles renouvelables. L’ABE, quant elle, est chargée
de la mise en œuvre de la politique environnementale définie par le gouvernement dans le cadre
du plan général de développement.
Au niveau du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Hydraulique (MEMH), la Direction de
l’hydraulique et son hydrologie est chargée de la gestion des eaux de surface et des eaux
souterraines. La direction de l’hydraulique est le point focal de l’ABN dans chaque pays.
62
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
4.2
4.2.1
Cadre institutionnel et réglementaire guinéen
Cadre législatif et réglementaire
La Guinée s’est dotée d’un code sur la protection et la mise en valeur de l'environnement depuis
1987. Ce code porte sur la protection et la mise en valeur des milieux récepteurs (le sol, le soussol, les eaux continentales, les eaux maritimes et leurs ressources, l’air), la protection et la mise
en valeur du milieu naturel et de l’environnement humain (les établissements humains, la faune
et la flore), ainsi que sur la lutte contre les nuisances (les déchets, les installations et les
établissements classés, les substances chimiques, nocives ou dangereuses, le bruit et les
odeurs).
En 1989, un décret est venu codifier les études d'impact sur l'environnement en les rendant
obligatoires. Puis, en 1990, un arrêté a réglementé le contenu, la méthodologie et la procédure
administrative d'EIE. Selon cet arrêté, une étude d’impact sur l’environnement doit traiter les 5
chapitres suivants : (1) Description du projet ; (2) État initial du site et de son environnement
(géologie / pédologie, hydrogéologie, hydrologie, faune et flore, paysage et sites, bruits, odeurs
et pollution atmosphérique, circulation et infrastructure, activités socio-économiques) ; (3)
Analyse des effets du projet sur l’environnement ; (4) Justification du projet (choix du site et
choix du site d’exploitation) ; (5) Mesures d’atténuation, de compensation des impacts négatifs
et évaluation de leurs coûts.
L’arrêté d’Octobre 1993 a fixé la nomenclature technique des installations classées pour la
protection de l'environnement. Le Plan National d'Action Environnementale (PNAE) a été adopté
en 1994 comme document de planification et de stratégie environnementale.
La Guinée dispose
l’environnement :
de
plusieurs
codes
portant
directement
ou
indirectement
sur
-
Code de l’Environnement, promulgué par Ordonnance N° 45/PRG/SGG/87 du 28 Mai 1987,
qui traite particulièrement des eaux continentales (eaux souterraines et de surface), des
eaux maritimes ainsi que des établissements classés pour la protection de l’Environnement ;
-
Code Minier, promulgué en 1986 et révisé en 1995 ; il traite, entre autres, des eaux
souterraines et des gîtes géothermiques ;
-
Code Forestier, promulgué par Ordonnance N° 08/PRG/SGG/89 du 20 Décembre 1989 et
traitant de la conservation des eaux et des sols en relation avec les ressources forestières et
fauniques ;
-
Code Foncier et Domanial, promulgué par Ordonnance N° 92/019/PRG/SGG du 30 Mars
1992, il traite des problèmes d’assainissement et d’hydraulique urbaine ;
-
Code de Protection de la Faune Sauvage et Réglementation de la Chasse ;
-
Code de l’Eau ;
-
Code Minier ;
-
Code de la pêche ;
63
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
Code de la Santé ;
-
Code Pastoral ;
-
Code de l'Élevage et des Produits Animaux etc.
Aussi, elle dispose de plusieurs autres textes juridiques sectoriels ou de portée générale, ainsi
que d’un certain nombre d’institutions (dont le Conseil National de l’Environnement) œuvrant
dans le domaine de l’environnement : Textes réglementant les études d’impact sur
l’environnement, ceux relatifs aux installations classées, ceux relatifs à la préservation du milieu
marin, ceux relatifs à la gestion et au contrôle des substances chimiques nocives et
dangereuses, ceux portant sur les fonds de sauvegarde de l’environnement, réglementation de
la profession d'oiseleur, loi sur les pesticides, etc.
Les principales conventions internationales ratifiées par la Guinée sont :
-
Convention sur la diversité biologique ;
-
Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ;
-
Convention cadre des Nations Unies de lutte contre la désertification ;
-
Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants ;
-
Convention de Vienne sur la couche d’ozone et son protocole de Montréal ;
-
Protocole sur la biosécurité ;
-
Accords sous régionaux sur les fleuves internationaux, etc.
Enfin, depuis Mars 2004, l’environnement qui était au rang d’une direction (Direction Nationale
de l’Environnement) sous la tutelle du Ministère des Mines, de la Géologie et de
l’Environnement, est devenu au rang d’un ministère à part entière.
En République de Guinée, le principal instrument législatif régissant les ressources en eau est
constitué principalement par deux principales lois :

Loi 036/AL/81 du 9 novembre 1981 portant réglementation de l’exploitation des ressources
en eau : Elle a pour objectifs de réglementer l’utilisation des eaux sous quelques formes
qu’elles se présentent et définir les normes auxquelles doivent répondre les ouvrages,
constructions et installations édifiés pour régulariser le régime des eaux, satisfaire les
besoins en eau de la population et de l’économie nationale, prévenir et combattre les actions
destructrices des eaux et protéger les eaux contre la pollution et l’épuisement.

Loi L/94/005/CTRN du 14 Février 1994 portant « Code de l’eau ». Cette loi régit la gestion
rationnelle des ressources en eau du pays avec comme unité de base définie « le bassin
versant ou groupe de bassins versants ». Elle traite :
o
du régime juridique des ressources en eau ;
o
du droit d’utilisation et de l’ordre de priorité ;
o
des utilisations des ressources en eau ;
o
des eaux souterraines ;
64
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
o
de la prévention des effets nuisibles des eaux ;
o
des ouvrages et aménagements hydrauliques ;
o
de la protection de la qualité des eaux ;
o
des zones de protection et régions protégées ;
o
de la planification et de l’administration des ressources en eau ;
o
du financement et de la tarification ;
o
du fonds de l’hydraulique ; et
o
des eaux internationales.
Des textes d’application prioritaires sont déjà soumis au Gouvernement pour adoption et
promulgation et portent sur :

Projet de loi portant « redevances d’eau » (prélèvement et rejet) ;

Projet de loi portant « pénalités du Code de l’eau » ;

Projet de décret portant « procédures et nomenclature » (autorisation, permis et
concession) ;

Projet de décret portant « composition, organisation et fonctionnement du fonds de
l’hydraulique » ; et

Projet de décret portant « Commission Nationale de l’Eau ».
4.2.2
Cadre institutionnel et administratif
En République de Guinée, il existe à ce jour plusieurs Organismes et Services
gouvernementaux impliqués dans la gestion de l’environnement et des ressources en eau :

Ministère de l’Environnement : c’est le Département chargé de la conception, de
l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de la
gestion de l’environnement.

Bureau de Coordination de stratégies et de la planification et prospectives : rattaché au
Ministère de l’Environnement, ce bureau est chargé de l’évaluation des études d’impacts sur
l’environnement et de la conduite de la consultation publique.

Direction Nationale de la Protection de la Nature : Elle relève du Ministère de
l’Environnement et est chargée, entre autres, de :


Assurer la protection de l’environnement contre toutes les formes de dégradations ;

Assurer la préservation de la nature, ainsi que la valorisation et l’exploitation
rationnelle des ressources naturelles ;

Assurer la protection des écosystèmes et de la diversité biologique du territoire
national.
Direction Nationale de la Prévention et de la Lutte contre les Pollutions et Nuisances : Elle
relève du Ministère de l’Environnement et est chargée, entre autres de :
65
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

Lutter contre toute forme de pollution et de nuisance ;

Assurer l’amélioration de la qualité de l’environnement vital.

Ministère de l’Hydraulique et de l’Énergie (MHE) : c’est le Département chargé de la
conception, de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le
domaine des ressources en eau et de l’énergie. Les différents Services intervenant dans le
secteur des ressources en eau sont les suivants.

La Direction Nationale de l’Hydraulique (DNH) : placée sous la tutelle du Ministère de
l’Hydraulique et de l’Énergie a pour missions principales :

L’élaboration des éléments de la politique et des programmes d’action en matière
d’hydraulique et de ressource en eau ;

L’élaboration de la réglementation et des projets de lois dans ces domaines et le
suivi de leur application ;

L’administration des droits d’eau ;

La mise en œuvre de la coopération scientifique et technique dans le domaine de
l’hydraulique et des ressources en eau.
 Le Service National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE) : C’est un Établissement
Public placé sous la tutelle du Ministère de l’Hydraulique et de l’Énergie, doté de la
personnalité morale et jouit de l’autonomie financière. Les missions fondamentales du
SNAPE sont :

-
La participation à l’établissement d’un programme général de l’action publique
dans le domaine de l’hydraulique villageoise sur la base des objectifs
généraux fixés par le Gouvernement ;
-
La maîtrise d’œuvre de l’hydraulique villageoise en vue de la desserte en eau
potable des zones rurales ;
-
L’étude et l’aménagement des points d’eau sur l’ensemble du territoire
national ;
-
Le contrôle des travaux d’aménagement des points d’eau ;
-
L’organisation de l’entretien des ouvrages et des installations techniques ainsi
que l’éducation des usagers pour leur utilisation correcte.
Société des Eaux de Guinée (SEG) : la SEG a remplacé la Société Nationale des Eaux de
Guinée (SONEG) et la Société d’Exploitation des Eaux de Guinée (SEEG). La SEG a été
créée par le Décret N°D/2001/096/PRG/SGG du 18 décembre 2001 pour la période
transitoire en lieu et place de la SONEG et de son service d’exploitation des eaux de Guinée
(SEEG). C’est une société anonyme à participation publique. Elle est chargée de la gestion
du patrimoine et de tous les droits et obligations qui en découlent, de l’exploitation, de
l’entretien, de la réhabilitation, du renouvellement et du développement des installations de
l’hydraulique urbaine, en vue d’assurer la fourniture d’eau potable en République de Guinée.
66
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé




Direction Nationale de l’Agriculture : Elle relève du Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage,
et est chargée, entre autres, de :
-
Collecter les données agro météorologiques ;
-
Analyser ces données pour mieux orienter les producteurs
Direction Nationale de l’Élevage : Elle relève du Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, et
est chargée, entre autres, de :
-
Contribuer à la sécurité alimentaire grâce à l'accroissement des denrées
alimentaires d'origine animale afin de réduire la dépendance vis à vis des
importations et réaliser des économies de devises ;
-
Contribuer à l'amélioration des revenus monétaires des ruraux en favorisant la
régularité du revenu et la conservation d'une certaine sécurité à l'épargne
représentée par les animaux ;
-
Participer à la protection de l'environnement et à la conservation des
ressources renouvelables par l'adoption de nouvelles normes d'élevage et
d'exploitation du cheptel.
Direction Nationale du Génie Rural (DNGR) : chargée entre autres :
-
de veiller à la valorisation et à la protection des ressources en eau à des fins
agricoles ;
-
de réaliser et de superviser toutes les études relatives à la connaissance
approfondie des éléments contribuant à une gestion et à une utilisation
rationnelle des eaux de surface et des nappes peu profondes en zone rurale à
des fins agricoles et pastorales ;
-
de préparer les données techniques relatives à l’aménagement et à
l’amélioration des techniques de réalisation et d’exploitation des retenues
collinaires ;
-
d’élaborer les normes techniques devant régir l’exécution des petits
aménagements hydrotechniques ;
-
d’élaborer, mettre en œuvre et promouvoir les programmes et techniques
d’irrigation et de drainage.
Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF) : rattachée au Ministère de l’Agriculture et de
l’Élevage, elle a mis en place le Code forestier, promulgué en 1989 par Ordonnance N°
081/PRG/SGG/89 du 20/12/89. Ce Code agit principalement dans le domaine de la
protection de la ressource en eau, avec des actions de reboisement et d’aménagement des
têtes de sources, de protection des berges des cours d’eau et d’aménagements anti-érosifs,
l’étude de base des forêts classées en vue de leur aménagement et leur cogestion par l’État
et les populations concernées.
67
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

Direction Nationale de la Pêche Continentale et de l’aquaculture (DNPCA) : Elle est chargée
de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de pêche continentale et
d’aquaculture.

Direction Nationale de la Santé Publique (DNSP) : Elle est chargée de la mise en œuvre de
la politique sanitaire du Gouvernement, notamment la prévention et le traitement des
maladies d’origine hydrique. Le rôle de la DNSP est particulièrement important pour la
détermination et la surveillance des normes de qualité des eaux brutes et traitées destinées
à la consommation.

Direction Nationale de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme : La DATU est
chargée de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d’aménagement
du territoire et de l’urbanisme. Elle s’occupe de l’assainissement urbain à travers ses
Divisions Voiries Urbaines, Réseaux Divers et Assainissement. Elle définit la politique de
traitement des eaux usées et élabore les plans d’assainissement.

La Direction Nationale de la Météorologie (DNM) relève actuellement du Ministère des
Transports et est chargée notamment de :

-
Élaborer et appliquer la politique de développement dans les sous-secteurs
de la Météorologie ;
-
Installer, assurer la maintenance et le fonctionnement des Stations
Météorologiques ;
-
Observer, collecter, traiter et diffuser les informations météorologiques pour
répondre aux besoins des usagers ;
-
Entretenir des relations avec les services nationaux qui s'occupent d'eau,
d'environnement et avec les organisations internationales.
Bureau Guinéen de Géologie Appliquée (BGGA) : Il jouit d’une personnalité morale et d’une
autonomie financière et de gestion conformément au Décret N°95/146/PRG/SGG du
30/5/1995. Le BGGA a pour mission la mise en œuvre de la politique du Gouvernement
dans le domaine de la géologie appliquée. Il est particulièrement chargé de :
-
L’établissement des infrastructures hydrogéologiques et géotechniques du
territoire national au moyen des cartes à différentes échelles ;
-
La recherche, la prospection et l’évaluation des ressources en eau
souterraine ;
-
En plus de sa mission d’État, le BGGA réalise des prestations consultatives,
de marketing et d’ingénierie.
68
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Il est important de noter le rôle joué par les Comités Ruraux de Développement (CRD),
certaines Organisations Non Gouvernementales, les centres de recherches (tel que le CERE),
les leaders d’opinions (chefs religieux, chefs coutumiers, etc.) dans les procédures d’évaluation
des études d’impacts sur l’environnement menées en Guinée. Certains Consultants sont même
invités à des consultations publiques en tant que conseillers techniques.
4.3
4.3.1
Cadre institutionnel et règlementaire malien
Cadre législatif et réglementaire
En République du Mali, la constitution malienne du 25 Février 1992, en son article 15, fait de la
protection de l'environnement et de la promotion de la qualité de la vie, un devoir pour tous et
pour l'État. Cette préoccupation constitutionnelle trouve sa concrétisation entre autres dans
l’institution par la loi n°01-020/ AN-RM du 30 mai 2001 relative aux pollutions et aux nuisances
de l’obligation d’études d’impact sur l’environnement lors de la réalisation de certains travaux et
projets. La même loi institue un audit d’environnement et fixe les conditions de l’accès à
l’information environnementale.
Au Mali, le cadre institutionnel et réglementaire des études d'impact sur l'environnement est fixé
par la loi N°01-020 du 26/04/2001 et le décret N°03-594/P-RM du 31/12/2003 dont les
dispositions sont venues remplacer celles du décret N°99-189/P-RM. La loi N°01-020 du
26/04/2001 fixe les principes fondamentaux du contrôle des pollutions et des nuisances. Dans
ses 11 chapitres, cette loi traite, après les dispositions générales, de la procédure d’étude
d’impact sur l’environnement, de l’audit d’environnement, de l’accès à l’information
environnementale, des déchets, des bruits et des nuisances, de la protection des espaces verts,
des cimetières et des décharges, des substances chimiques, de la poursuite des sanctions,
ainsi que des dispositions finales.
Le décret N°03-594 fixe les règles et procédures relatives à l’Étude d’Impact sur
l’Environnement. Il comporte 7 chapitres traitant successivement des dispositions générales
(objet et définitions), de l’obligation de l’étude d’impact sur l’environnement, du rapport d’étude
et de la notice d’impact sur l’environnement, de la procédure à suivre pour la réalisation de l’EIE,
du suivi et de la surveillance de l’environnement, des violations et des sanctions, ainsi que des
dispositions finales.
L’article 35 précise que ce décret abroge toutes les dispositions antérieures contraires,
notamment le décret n°99-189/P-RM susmentionné portant institution de la procédure d’EIE. Est
annexée à ce décret la liste des projets soumis à l’étude d’impact sur l’environnement.
Les dispositions du décret N° 03 – 594 du 31 décembre 2003 relatif aux procédures d’étude
d’impact sur l’environnement visent à minimiser les incidences négatives des projets sur
l’environnement (ressources naturelles, population, cadre de vie etc.) et de proposer un plan de
mitigation des impacts issus des projets mais aussi un plan pour la surveillance et le suivi
environnementaux.
69
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
L’ensemble des dispositions qui définissent la réglementation touchant la santé, l’hygiène et la
sécurité est répertorié ci-dessous :

Loi N° 89 – 61 / AN – RM du 02 septembre 1989, portant répression de l’importation, du
transit de déchets toxiques ;

Décret N° 98 – 355 /P – RM du 08 août 1990, portant fixation de la liste des déchets
toxiques et des modalités d’application de la loi N° 89 – 61 /AN – RM ;

Ordonnance N° 98 – 027 / P – RM du 25 août 1998, portant création de la Direction
Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances ;

Décret N° 98 – 293 / P – RM du 8 septembre 1998, fixant l’organisation et les modalités
de fonctionnement de la Direction Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des
Pollutions et des Nuisances ;

Décret N° 98 – 306 / P – RM du 17 septembre 1998, déterminant le cadre organique de
la Direction Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des
Nuisances ;

Décret N° 98 – 371 / P – RM du 11 novembre 1998, portant création des services
régionaux de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances ;

Décret N° 98 – 373 / P – RM du 11 novembre 1998, déterminant le cadre organique des
services régionaux et sub-régionaux de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et
des Nuisances ;

Décret N° 01 - 394 / P – RM du 06 septembre 2001 fixant les modalités de gestion des
déchets solides ;

Décret N° 01 – 395 / P – RM du 06 septembre 2001 fixant les modalités de gestion des
eaux usées et des gadoues ;

Décret N° 01 – 396 / P – RM du 06 septembre 2001 fixant les modalités de gestion des
pollutions sonores ;

Décret N° 01 – 397/ P – RM du 06 septembre 2001 fixant les modalités de gestion des
polluants de l’atmosphère ;

la loi n° 02- 0 06 / AN - RM du 31 janvier 2002 portant Code de l’eau qui abroge entre
autres la loi n° 90 – 017/ AN - RM du 27 février 1990 fixant le régime des eaux constitue
à présent le principal instrument juridique de protection et de gestion du domaine
hydraulique : L’article 14 du Code de l’eau interdit tout déversement ou écoulement, rejet
ou dépôt direct ou indirect dans les eaux des matières de toute nature susceptibles de
porter atteinte à la santé publique ainsi qu’à la faune et à la flore aquatiques. Cette
disposition est renforcée par l’article 13 de la loi n°01- 020/ AN - RM du 30 mai 2001
relative aux pollutions et aux nuisances qui interdit de déverser non seulement dans les
cours d’eau, mais également dans les caniveaux ou autres lieux publics ou privés, les
déchets domestiques liquides non conformes aux normes de rejet.
70
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

Les périmètres de protection autour des ouvrages hydrauliques sont instituées par les
articles 26 et 27 de la loi N 90-27 AN-RM du 27 Février 1990 fixant le régime des eaux.
L'article 26 souligne que, autour de chaque forage, puits, fontaine, source ou autre
installation destinée à l'alimentation en eau potable des villes ou autres agglomérations
et villages, il est institué un périmètre de protection.

L'article 30 de la loi N 95-004 AN-RM du 18 Janvier 1995 portant conditions de gestion
des ressources forestières stipule que, avant de procéder à des fouilles dans le sol ;
d'exploiter des carrières ou des mines, d'ouvrir une voie de communication ou d'en
rectifier le tracé, d'édifier des ouvrages sur le domaine forestier, toute personne physique
ou moral est tenue :
4.3.2

d'en avoir l'autorisation préalable auprès des autorités compétentes ;

de prendre toutes les mesures de protections de l'environnement
prescrites par la législation en vigueur ;

Conformément à l'article 31 toute personne physique ou morale ayant
entrepris des travaux de prospection, de construction ou d'exploitation
dans le domaine forestier est tenue de remettre les lieux en l'état ou
d'effectuer des travaux compensatoires au profit du propriétaire du
domaine.
Cadre institutionnel et administratif
Pour concevoir et mettre en œuvre sa politique dans le domaine de l’environnement, le
Gouvernement du Mali a créé :

un Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement ;

une Direction Nationale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des
Nuisances ;

et des services régionaux de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des
Nuisances.
En République du Mali, la gestion actuelle des ressources en eau, en raison du caractère
transversal de la ressource eau relève d’une large gamme d’institutions techniques
gouvernementales, para étatiques et non gouvernementales. Toutes ces institutions ont des
préoccupations sectorielles. Dans le cadre institutionnel actuel au Mali, le rôle central est joué
par le Ministère des mines, de l’Énergie et de l’Eau. Ce Ministère a en charge d’élaborer et
mettre en œuvre la politique nationale en matière de ressources minérales, énergétiques et en
eau. A ce titre, il a la charge dans le domaine de l’eau de :

L’élaboration et le contrôle de l’application de la réglementation en matière d’eau ;

Le développement des ressources en eau en vue d’assurer notamment la couverture
des besoins du pays en eau potable ;
71
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

La réalisation des études et travaux d’aménagement des cours d’eau, à l’exception des
aménagements hydro-agricoles.
Le ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau comprend :

La Direction Administrative et Financière ;

La Direction Nationale de la Géologie et des Mines ;

La Direction Nationale de l’Énergie ;

La Direction Nationale de l’Hydraulique ;

L’autorité pour l’Aménagement de Taoussa ;

Le Centre National de l’Énergie Solaire et des Énergies Renouvelables ;

Le Laboratoire de la qualité des Eaux ;

La cellule Nationale de Planification, de Coordination du Développement du Bassin du
Fleuve Sénégal (Cellule OMVS) ;

La Cellule de Planification et de Statistique.
Le Ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau possède en outre des structures décentralisées
et déconcentrées au niveau régional. Les missions de la DNH sont définies dans l’Ordonnance
n°99-014/P-RM du 01 avril 1999 portant création de la Direction Nationale de l’Hydraulique qui
stipule en son article 2 : « la Direction Nationale de l’Hydraulique a pour mission l’élaboration
des éléments de la politique nationale en matière d’hydraulique, la coordination et le contrôle
technique des services régionaux, sub-régionaux et des services rattachés qui concourent à la
mise en œuvre de ladite politique ».
Les autres ministères concernés par l’eau sous l’une ou l’autre de ses formes ou de ses
utilisations sont :

Ministère chargé de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche ;

Ministère chargé de la santé ;

Ministère chargé de l’industrie ;

Ministère chargé des collectivités territoriales.
Dans l’administration du secteur de l’eau, il faut évoquer le rôle assez important des organismes
personnalisés placés sous la tutelle des différents Ministères. Il s’agit notamment de :

La société privé Energie du Mali (EDM-SA), qui exerce ses attributions dans le cadre
d’une convention de concession distincte de celle de l’électricité avec l’État du Mali. Son
domaine de compétence couvre la création, la gestion et la protection des installations
de captage, d’adduction, de traitement et de distribution d’eau potable pour les besoins
urbains et industriels des grands centres définis d’accord- partie ;

L’Office du Niger ;

L’Office Riz Ségou ;
72
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

L’Office Riz Mopti ;

L’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN) ;

L’office du périmètre irrigué de Baguineda (OPIB) ;

L’Office du Développement Rural de Sélingué (ODRS) ;

L’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN), créée par ordonnance N°02-049/P-RM du
29 mars 2002. Cette ordonnance confère à l’Agence du Bassin du Fleuve Niger, un
établissement public administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie
financière.
Les organes consultatifs et de coordination :

le Comité Interministériel de coordination du secteur de l’eau et de l’assainissement a
été créé par décret n°95-447/PM-RM du 27 décembre 1995, pour des besoins de
consultation et de coordination dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement. Ce
Comité est présidé par le Ministre chargé de l’Eau et comprend deux Commissions
de travail ;

la Commission « Gestion des Eaux » présidée par le Directeur National de
l’Hydraulique et de l’Énergie ; et

la Commission «Environnement et Santé» présidée par le Directeur National de la
Santé Publique.
Au titre des organes de coordination et de consultation, on peut aussi citer :
4.4
1.4.1

Le Conseil National de l’Eau a pour missions d’émettre un avis sur toutes questions
relatives à l’eau ;

Les Conseils Régionaux et Locaux de l’Eau, ayant pour missions d’émettre un avis
sur toutes questions relatives à l’eau soumises par l’Administration chargée de l’eau ;

Les Comités de bassins ou de sous bassins dont la mission consiste à garantir une
gestion concertée des ressources à l’échelle du bassin ou du sous bassin. A ce jour,
il existe deux comités de bassins créés par Arrêtés interministériels. Le Comité de
Bassin du Bani (Arrêté Interministériel n°04-1802 du 13 septembre 2004) et le
Comité de Bassin du Niger Supérieur (Arrêté Interministériel n°02-1878 du 14
septembre 2002).
Cadre institutionnel et règlementaire nigérien
Cadre législatif et réglementaire
Au Niger, la protection de l’environnement constitue un des axes prioritaires des politiques
devant contribuer à la réalisation des objectifs du développement durable. Plusieurs textes
législatifs et réglementaires ont ainsi été adoptés. Ainsi, ce chapitre présente de manière
73
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
succincte les textes législatifs et réglementaires en vigueur en matière de gestion de
l’environnement et des études d’impact environnemental.
Les principaux textes y relatifs et qui peuvent être mis en application dans le contexte du
PDREGDE/BN sont les suivants :

La constitution du 25 novembre 2010 qui stipule en son article 35 (titre II) que «Toute
personne a droit à un environnement sain. L’État a l’obligation de protéger
l’environnement dans l’intérêt des générations présentes et futures. Chacun est tenu de
contribuer à la sauvegarde et à l’amélioration de l’environnement dans lequel il vit».

La loi N°2008-37 du 10 juillet 2008, modifiant et complétant la Loi N°61-37 du 24
novembre 1961 réglementant l’expropriation pour cause d’utilité publique et l’occupation
temporaire, en rapport avec le déplacement des populations dans le cadre de la mise en
œuvre d’une opération. Aux termes de l’article premier de la Loi 2008-37 du 10 juillet
2008 « L’expropriation est la procédure par laquelle l’Etat peut, dans un but d’utilité
publique et sous réserve d’une juste et préalable indemnité, contraindre toute personne à
lui céder la propriété d’un immeuble ». L’alinéa 3 stipule que lorsque l’expropriation
entraîne un déplacement des populations, l’expropriant est tenu de mettre en place un
plan de réinstallation des populations affectées par l’opération.

Loi No 2004-040 du 8 juin 2004 portant régime forestier au Niger. La section 1 fixe les
conditions de défrichement. L’article 37 indique que tout défrichement portant sur une
portion de forêt supérieure à une superficie donnée, fixée par voie réglementaire, est
soumis à une autorisation préalable du Ministère chargé des forêts, après avis des
collectivités territoriales concernées. Il doit être précédé d’une étude d’impact sur
l’environnement effectuée conformément à la législation en vigueur. L’article 39 précise
que les défrichements dans les forêts non classées doivent être prévus par les schémas
d’aménagement foncier. Ils sont soumis à une autorisation préalable de l’autorité
compétente et font l’objet d’un permis délivré par le service local.

La Loi N° 2004-048 du 30 juin 2004 portant loi cadre relative à l’Élevage. Elle rassemble
toutes les dispositions relatives aux animaux, à leur environnement, à leurs produits et à
la santé publique vétérinaire.

La loi No 2001-032 du 31 décembre 2001, portant orientation de la politique
d’Aménagement du Territoire. Ce texte qui fixe le cadre juridique de toute les
interventions de l’État et des autres acteurs ayant pour effet la structuration, l’occupation
et l’utilisation du territoire national et de ses ressources, stipule en son article 34 : «
l’État veille à la prise en compte de la dimension environnementale lors de la formulation
des programmes et des projets en y incluant notamment des études d’impact
74
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
environnemental intégrant les aspects biologiques, socioéconomiques et culturels. Il
veille également, au respect des conventions internationales en la matière par tous les
acteurs au développement. » ;

La loi n°98-56 du 29 décembre 1998 portant loi-cadre sur la gestion de l’environnement.
Elle constitue le cadre juridique global de gestion des questions environnementales par
des mesures relatives à la protection de l’atmosphère, des ressources en eau, des sols
et sous sols, des établissements humains, la gestion des déchets, des substances
chimiques nocives ou dangereuses, des nuisances sonores et olfactives, des risques
industriels et naturels et la lutte contre la désertification et l’atténuation des effets de la
sécheresse. Cette Loi reprend en son article 31, les termes de l’article 4 de l’Ordonnance
97-001 sur les EIE. La Loi-cadre est un texte fédérateur en matière de gestion de
l’environnement et doit servir de référence à toutes les questions environnementales.
Elle fixe le cadre Juridique général et les principes fondamentaux de la gestion de
l’environnement au Niger soulevée par d’autres textes : Codes Minier, Code forestier,
Code rural, Code de l’eau etc.

Loi No 98 – 042 du 07 décembre 1998 portant régime de la pêche. Le titre III relatif à la
protection des poissons, mollusques, crustacés et algues, en son article 16 interdit entre
autres :
o la destruction de l’habitat et des frayères des poissons et des autres animaux de
l’aquitaine ;
o

la propagation ou la culture de toutes plantes aquatiques dont le développement
constitue un danger pour les poissons, les crustacés et les mollusques.
Loi No 98 – 007 du 29 avril 1998 fixant le Régime de la chasse et de la protection de la
faune. L’article 21 repartit les espèces animales sauvages présentes au Niger en trois
régimes de protection :
o
liste I : les espèces animales intégralement protégées ;
o
liste II : les espèces animales bénéficiant de limitation d’abattage ou de capture et
dites partiellement protégées ;
o
liste III : les espèces animales soumises à une réglementation dans les limites de
la compétence du Niger, quand la coopération avec d’autres pays est nécessaire
pour en empêcher ou restreindre l’exploitation.

La Loi n° 61-30 du 19 juillet 1961, fixant la procédure de confirmation d’expropriation des
droits fonciers coutumiers au Niger ;

L’Ordonnance N°2010-09 du 1er avril 2010 portant Code de l’Eau au Niger. Elle
détermine les modalités de gestion de l’eau sur toute l’étendue du territoire de la
75
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
République du Niger. Elle précise aussi les conditions de l’approvisionnement en eau
des populations et du cheptel d’une part, et celles relatives aux aménagements hydro
agricoles d’autre part.;

L’Ordonnance n°93-15 du 2 mars 1993 relative aux principes d’orientation du Code rural
déterminant la mise en place des commissions foncières afin de favoriser un accès
équitable aux ressources naturelles, un règlement durable des conflits, une sécurisation
des investissements agricoles et pastoraux pour une gestion saine des ressources
naturelles communes ;

L’Ordonnance n° 99-50 du 22 Novembre 1999, portant fixation des tarifs d’aliénation et
d’occupation des terres domaniales au Niger ;

L’Ordonnance n°97-001 du 10 janvier 1997 portant institutionnalisation des études
d’impacts ».

L’Ordonnance 96-008 du 21 mars 1996, relative à la protection des végétaux et le Décret
96-68/PCSN/MDRH/E du 21 mars 1996 portant application de cette Ordonnance. Ce
texte concerne le projet en ce qui à trait à la gestion des produits phytosanitaires qui
peuvent être utilisés dans le cadre des activités de production agricole ;
L’ensemble de ces textes traite du problème environnemental de façon parcellaire et la plupart
ont connu une application limitée notamment en raison du contexte socioculturel et économique.
Le Niger ne s’est engagé officiellement dans le processus des évaluations environnementales
qu’en 1997 avec l’adoption de l’Ordonnance 97-001 du 10 janvier 1997 portant
institutionnalisation des Études d’Impact sur l’Environnement (EIE). L’article 4 de cette
ordonnance précise que : «Les activités, projets ou programmes de développement, qui, par
l’importance de leurs dimensions ou leurs incidences sur les milieux naturel et humain peuvent
porter atteinte à ces derniers sont soumises à une autorisation préalable du Ministre chargé de
l’Environnement. Cette autorisation est accordée sur la base d’une appréciation des
conséquences des activités, du projet ou du programme mis à jour par une EIE élaborée par le
Promoteur».
Notons que la même ordonnance crée au sein du Ministère chargé de l’environnement, un
Bureau d’Évaluation Environnementale et des Études d’Impact (BEEEI) qui a pour tâche
l’examen du rapport d’Étude d’Impact sur l’Environnement (EIE), entre autres.
En 1998, une Loi-cadre est élaborée et votée : Loi N°98-56 du 29 décembre 1998 portant Loicadre relative à la gestion de l’environnement.
76
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Au cours de l’année 2000, les textes d’application relatifs aux EIE ont été adoptés. Il s’agit :

Du décret N°2000-369/PRN/ME/LCD du 12 octobre 2000 portant Attributions, Organisation
et Fonctionnement du Bureau d’Évaluation Environnementale et des Études d’Impact
(BEEEI) ;

Du Décret N°2000-397/PRN/ME/LCD du 20 octobre portant Procédure Administrative
d’Évaluation et d’Examen des Impacts sur l’Environnement. Ce décret précise la démarche
administrative à suivre pour une intégration des préoccupations environnementales dans la
planification des programmes, projets et activités de développement socio-économique ;

Du Décret N°2000-398/PRN/ME/LCD du 20 octobre 2000 déterminant la liste des Activités,
Travaux et Documents de planification assujettis aux EIE. Le Projet PADL – Diffa est
assujetti à cet effet à une EIE compte tenu des aménagements qu’il compte réaliser.
D’autres décrets dans le sens d’application des textes ci-dessus ont également été adoptés. Ce
sont, entre autres :

Le décret No 97 – 006 / PRN/ MAG/E du 10 janvier 1997 portant réglementation de la
mise en valeur des ressources naturelles rurales. En son article 3 il précise que les
ressources naturelles font partie du patrimoine commun de la Nation. Une obligation de
mise en valeur pèse sur toute personne titulaire des droits reconnus par la loi sur l’une
quelconque de ces ressources. Toutes actions négatives de mise en valeur telles que
prévues par l’annexe du décret feront l’objet de sanction. Selon l’article 36 l’effectivité de
la mise en valeur des ressources naturelles rurales donne lieu à un contrôle, périodique
organisé par les commissions foncières créées par l’article 118 de l’ordonnance No 93015 du 2 mars 1993 portant principes d’Orientation du Code rural.

Le Décret n°59-180 qui réglemente la circulation et le droit de pâturage du bétail dans les
zones de culture ;

Le Décret du 26 juillet 1932, portant Réglementation de la propriété foncière;

Le Décret n° 97-007/PRN/MAG/EL du 10 janvier 1997, fixant Statut des terroirs d’attache
des pasteurs.

Le Décret n° 97-367/PRN/MAG/EL du 2 octobre 1997, déterminant les modalités
d’inscription des droits fonciers au Dossier Rural;
77
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

Le décret N°2009-224/PRN/MU/H du 12 août 2009 fixant les modalités d’application des
dispositions particulières de la loi 61-37 du 24 novembre 1961 réglementant
l’expropriation pour cause d’utilité publique et l’occupation temporaire modifiée et
complétée par la loi n°2008-37 du 10 juillet 2008.
Plusieurs conventions internationales qui ont adopté les principes d’EIE ont été signées et
ratifiées par le Niger. C’est le cas entre autres de :

La Convention sur la Diversité Biologique qui en son article 14 (1 a,b) dit que – «Chaque
Partie contractante…. Adopte des procédures permettant d’exiger l’évaluation des impacts
sur l’environnement des projets qu’elle a proposés et qui sont susceptibles de nuire
sensiblement à la diversité biologique en vue d’éviter et de réduire au minimum de tels
effets, et, s’il y a lieu, permet au public de participer à ces procédures.» ; - «Chaque Partie
prend les dispositions voulues pour qu’il soit dument tenu compte des effets sur
l’environnement de ses programmes et politiques susceptibles de nuire sensiblement à la
diversité biologique» ;

La Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques qui prévoit
l’utilisation des EIE (Article 41t) pour réduire au minimum les effets préjudiciables liés au
Changements Climatiques sur la santé, l’économie etc. ;

La Convention sur la Lutte Contre la Désertification préconise la promotion de nouveaux
moyens d’existence et d’amélioration de l’environnement (Article 10.4).
En plus de ces trois conventions, le Niger a également souscrit à d’autres Conventions et
Accords Internationaux qui pourraient être concernées par les activités du PDREGDE/BN. Il
s’agit, entre autres, de la Convention Africaine sur la conservation de la nature et des
ressources naturelles (dite convention d’Alger), la Convention pour la protection du patrimoine
mondial, culturel et naturel, la Convention de RAMSAR relative aux zones humides d’importance
internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, l’Engagement de Bamako sur
l’Environnement et le Développement Durable, etc.
Au plan bilatéral, il s’agit du protocole d’accord entre le Niger et le Nigeria relatif au partage de la
mise en valeur, de la conservation et de l’utilisation de leurs ressources communes (bassin
fluvial de Gada et Goulbi de Maradi, bassin de la Komadougou Yobé etc.).
78
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
4.4.1
Cadre institutionnel et administratif
Le cadre institutionnel relatif aux études d’impact sur l’environnement au Niger date de 1997
avec l’adoption de l’Ordonnance 97-001 du 10 décembre 1997 portant institutionnalisation des
EIE et la Loi 98-56 du 29 décembre 1998 portant Loi cadre relative à la gestion de
l’environnement. En effet, cette loi confirme le rôle que certaines institutions déjà en place
doivent jouer dans le cadre de la gestion de l’environnement comme le CNEDD, le ministère
chargé de l’environnement, le Bureau d’Évaluation Environnementale et d’Étude d’Impact
(BEEEI), les ministères chargés de la Santé, de l’hydraulique, de l’agriculture, de l’élevage, de
l’Urbanisme et de l’habitat, de l’Équipement et de l’Aménagement du Territoire, des finances, du
Développement Communautaires et la Société civile.
Créé depuis 1982, et plusieurs fois réorganisé, le ministère chargé de l’environnement,
aujourd’hui Ministère de l’Hydraulique et de l’Environnement, a pour missions, entres autres : la
conception, l’élaboration et la mise en œuvre des politiques adoptées par le Gouvernement en
matière de préservation et de développement des ressources forestières, halieutiques et
fauniques, de lutte contre la désertification, de prévention et de contrôle en matière de pollution
et nuisances et de gestion de l’environnement. Pour accomplir ses missions, le ministère
renferme en son sein un certain nombre de directions dont entre autres : i) la Direction Générale
de l’Environnement et des Eaux & Forêts regroupant des directions centrales à savoir la
Direction de l’Environnement et du Cadre de Vie; le Direction des Inventaires et de
l’Aménagement Forestiers, la Direction de la Faune, de la Chasse et des Aires Protégées; la
Direction de la Pêche et de l’Aquaculture; ii) le Bureau d’Évaluation Environnementale et des
Études d’Impact (BEEEI) iii) le Centre National de Suivi et de Surveillance Écologique (CNSE),
iv) le centre national des semences forestières, v) la Direction des Études et de la
programmation, etc.
Créé par Décret n°96-004/PM du 9 janvier 1996 modifié et complété par le décret 2000272/PRN/PM du 04 août 2000, le CNEDD est un organe délibérant qui a pour mission
d’élaborer, de faire mettre en œuvre, de suivre et d’évaluer la mise en œuvre du PNEDD. Il est
surtout chargé de veiller à la prise en compte de la dimension environnementale dans les
politiques et programmes de développement socio-économique du Niger. Il est rattaché au
cabinet du Premier Ministre et le Directeur de Cabinet assure la présidence. Pour assurer ses
fonctions d’organe national de coordination, le CNEDD est doté d’un Secrétariat Exécutif qui, luimême est appuyé au niveau central par des commissions techniques sectorielles créées par
arrêtés du Premier Ministre et au niveau régional par des conseils régionaux de l’environnement
pour un développement durable. A ce titre, le CNEDD à travers son Secrétariat Exécutif est
régulièrement consulté pour donner des avis sur les rapports d’EIE et sur tout dossier de projet,
de programme et de plan en cours d’élaboration pour les différents secteurs de l’environnement.
Institué par l’Ordonnance n°97-001 du 10 janvier 1997, le BEEEI est la structure nationale
responsable de la gestion administrative de la procédure d’évaluation environnementale et des
études d’impact du pays. A ce titre, et selon le Décret N°2000-369/PRN/ME/LCD du 12 octobre
79
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
2000 portant attribution, organisation et fonctionnement du BEEEI, ce dernier est chargé entre
autres de contrôler, d’évaluer et de valider les EIE mais ne les exécute pas. Le BEEEI est doté
de membres issus de différentes spécialités de divers domaines de l’environnement qui sont
chargés de l’appréciation correcte des différents rapports d’EIE et des conséquences des
différents projets et programmes comme celui d’hydraulique rurale sur tous les aspects de
l’environnement. Le BEEEI dispose des représentations régionales qui sont logées dans
certaines régions au sein des directions régionales de l’environnement.
D’autres structures ministérielles ont institué en leur sein des cellules internes de gestion
sectorielle de l’environnement chargées du dossier des études d’impacts relatifs à leur domaine.
C’est le cas entre autres, du Ministère de l’Équipement, du Ministère des Mines, du Ministère de
la santé Publique.
4.5
Politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale
Les activités prévues dans le cadre PDREGDE/BN sont financées par la Banque Mondiale et
sont en conséquence soumises aux Politiques de Sauvegarde de cette institution. Les Politiques
de Sauvegarde concernent à la fois la gestion des ressources naturelles et des considérations
sociales. Elles ont été élaborées pour protéger l’environnement et les populations des effets
négatifs des projets de développement. La pertinence des Politiques de Sauvegarde a été
vérifiée en relation avec le projet. Dans ce qui suit, il est présenté une analyse succincte des
Politiques de Sauvegarde applicables au projet.
Les sous - projets du PDREGDE/BN seront classés en accord avec les politiques
opérationnelles de la Banque mondiale en trois catégories :
A - Projet « avec risque environnemental et social majeur certain » ;
B - Projet « avec risque environnemental et social majeur possible », selon la nature des
travaux ;
C - Projet « sans impacts significatifs » sur l’environnement.
-
Catégorie A : un projet envisagé est classé dans la catégorie A s’il risque d’avoir sur
l’environnement des incidences très négatives, névralgiques (c'est-à-dire irréversibles ou
impliquant des impacts importants sur les habitats naturels, les populations autochtones, le
patrimoine culturel), ou sans précédent. Ces effets peuvent être ressentis dans une zone
plus vaste que les sites ou les installations faisant l’objet des travaux. Pour un projet de
catégorie A, l’EIES consiste à examiner les incidences environnementales négatives et
positives que peut avoir le projet, à les comparer aux effets d’autres options réalisables (y
compris, le cas échéant, du scénario « sans projet »), et à recommander toutes mesures
80
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
éventuellement nécessaires pour prévenir, minimiser, atténuer ou compenser les incidences
négatives du projet et améliorer sa performance environnementale.
-
Catégorie B : un projet envisagé est classé dans la catégorie B si les effets négatifs qu’il est
susceptible d’avoir sur les populations humaines ou sur des zones importantes du point de
vue de l’environnement - zones humides, forêts, prairies et autres habitats naturels, etc.sont moins graves que ceux d’un projet de catégorie A. Ces effets sont d’une nature très
locale ; peu d’entre eux (sinon aucun), sont irréversibles ; et dans la plupart des cas, on peut
concevoir des mesures d’atténuation plus aisément que pour les effets des projets de
catégorie A. L’EIES peut, ici, varier d’un projet à l’autre mais elle a une portée plus étroite
que l’EIES des projets de catégorie A. Comme celle-ci, toutefois, elle consiste à examiner
les effets négatifs et positifs que pourrait avoir le projet sur l’environnement, et à
recommander toutes mesures éventuellement nécessaires pour prévenir, minimiser,
atténuer ou compenser les effets négatifs et améliorer la performance environnementale.
-
Catégorie C : un projet envisagé est classé dans la catégorie C si la probabilité de ses
effets négatifs sur l’environnement est jugée minime ou nulle. Après l’examen
environnemental préalable (Analyse environnementale), aucune autre mesure d'EIES n’est
nécessaire pour les projets de catégorie C.
Le projet est classé comme Catégorie A sur la base des investissements en infrastructures de la
Composante 2. Toutefois, les sous-projets de la composante 3 et certains de la composante 2
sont classés comme étant des projets de Catégorie B et C. Les politiques de sauvegarde
environnementale et sociale de la Banque Mondiale comprennent à la fois, les Politiques
Opérationnelles (OP), les Directives Opérationnelles (DO) et les Procédures de la Banque (PB).
Les politiques de sauvegarde environnementale et sociale applicables au projet sont les
suivantes :
 PO/PB 4.01 Évaluation environnementale
 PO/PB 4.04 Habitats naturels
 PO 4.09 Lutte anti-parasitaire
 PO/PB 4.12 Réinstallation involontaire
 PO 4.36 Foresterie
 PO/PB 4.37 Sécurité des barrages
 PO/PB 7.50 Projets affectant les eaux internationales
PO 4.01 : Évaluation environnementale
PO/PB 4.01, Évaluation environnementale consiste en un examen préalable aux premiers
stades pour déceler les impacts potentiels et sélectionner l’instrument approprié pour évaluer,
minimiser et atténuer les éventuels impacts négatifs. Elle concerne tous les projets
81
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
d’investissement et requiert une consultation des groupes affectés et des ONG le plus en amont
possible (pour les projets de catégories A et B).
Le présent rapport constitue l'évaluation environnementale et sociale stratégique (EES) du
projet. L’EES présente, de façon intégrée, le contexte naturel et social du projet. L’évaluation
environnementale et sociale a tenu compte des différents exercices de planification
environnementale au niveau national, des législations nationales et des capacités
institutionnelles des secteurs concernés par le PDREGDE/BN, ainsi que des obligations des
pays en rapport avec les activités du projet, en vertu des traités et accords internationaux
pertinents sur l’environnement. En outre, le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale a été
élaboré, avec à l’appui des procédures détaillées, pour assurer que les impacts
environnementaux et sociaux négatifs du PDREGDE/BN seront pris en compte et seront
atténués ou évités dans les années à venir. Le CGES inclut des mesures de renforcement
institutionnelles au niveau des acteurs principalement interpellés par le projet. Les activités de
projet et sous-projets qui ne peuvent pas être définies à l’heure actuelle, pendant la préparation
du PDREGDE/BN, seront soumises à des évaluations environnementales et sociales
spécifiques, dès qu’elles seront identifiées durant la phase d’exécution. Sous ce rapport, les
composantes du PDREGDE/BN sont en conformité avec cette Politique de Sauvegarde à
condition que les recommandations prescrites dans le Cadre de Gestion Environnementale et
Sociale soient mises en œuvre. Pour assurer la mise en œuvre du CGES, ce dernier sera
intégré dans le budget du PDREGDE/BN et exécuté pendant le projet.
Politique de Sauvegarde 4.04, Habitats Naturels
PO/PB 4.04, Habitats naturels n’autorise pas le financement de projets dégradant ou
convertissant des habitats critiques. Les sites naturels présentent un intérêt particulier et sont
importants pour la préservation de la diversité biologique ou à cause de leurs fonctions
écologiques. La Banque appuie les projets qui affectent des habitats non critiques uniquement
s’il n’y a pas d’autres alternatives et si des mesures d’atténuation acceptables sont mises en
place. La Banque Mondiale ne peut pas financer des projets qui impliquent une conversion
significative d’un habitat naturel critique. La Politique de sauvegarde intéresse tous les projets
d’investissement et demande une consultation des populations locales au niveau de la
planification, de la conception et du suivi des projets. Les habitats naturels méritent une
attention particulière lors de la réalisation d’évaluations d’impacts sur l’environnement. Par la
prescription d’une analyse environnementale et sociale préalable à tout sous - projet, le
PDREGDE/BN est en conformité avec cette politique, sans nécessité de recours à des mesures
supplémentaires.
Politique de Sauvegarde 4.09, Lutte anti-parasitaire
PO 4.09, Lutte anti-parasitaire appuie les approches intégrées sur la lutte anti-parasitaire. Elle
identifie les pesticides pouvant être financés dans le cadre du projet et élabore un plan
82
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
approprié de lutte anti-parasitaire visant à traiter les risques. Toutes les opérations de prêt sont
soumises à cette PS. La consultation des populations locales au niveau de la planification, de la
conception et du suivi des projets est requise. Le projet financera des petits périmètres
d’irrigation avec une utilisation très limitée des pesticides. Au Mali, Bénin et en Guinée, pour
répondre aux exigences de l'OP, des Plans de Gestion des Pestes et des Pesticides (PGPP)
récents, élaborés dans le cadre de projets financés par la Banque Mondiale, approuvés et
publiés dans les pays et dans Infoshop, ont été adaptés au contexte du PDREGDE/BN et
serviront de cadre afin de minimiser les effets potentiels négatifs spécifiques sur la santé
humaine et animale et l'environnement, et pour promouvoir la lutte phytosanitaire intégrée. Par
rapport aux activités entrant dans le cadre du projet en cours de préparation afin d’appuyer le
programme Kandadji, elles ne prévoient pas l’achat de pesticides. Toutes fois, les activités de
développement de l’irrigation et de diversification des cultures pourraient se traduire par une
utilisation probable de pesticides. Pour être en conformité avec cette politique, le Plan de Lutte
Antiparasitaire et de Gestion des Pesticides élaboré dans le cadre des études complémentaires
du Programme « Kandadji » sur financement de la Banque Mondiale servira de cadre pour
limiter ou atténuer les effets liés à la mise en œuvre de ces activités. Ce Plan couvre à la fois les
activités du PDREGDE/BN et les activités du programme Kandadji.
PO 4.11 Ressources culturelles physiques
L’objectif de la PO 4.11 est d’éviter ou atténuer des impacts des projets financés par la Banque
sur les Ressources culturelles physiques. Cette politique procède à une enquête sur les
ressources culturelles potentiellement affectées et leur inventaire. Elle intègre des mesures
d’atténuation quand il existe des impacts négatifs sur des ressources culturelles matérielles. Les
collectivités possèdent un patrimoine culturel qui n’est pas spécifiquement visé par les activités
du Projet. Dans tous les cas, des dispositions seront prises pour protéger les sites culturels
(patrimoine national et mondial) et même protéger les éventuelles découvertes archéologiques.
Sous ce rapport, le Projet est en parfaite conformité avec les exigences de cette Politique de
Sauvegarde. Dans le contrat de l’entreprise on inclura une clause de « Chance Find » pour la
protection des ressources culturelles physiques.
PO 4.12 Déplacement et réinstallation involontaire
PO/PB 4.12, Réinstallation involontaire aide les personnes déplacées dans leurs efforts pour
améliorer ou du moins rétablir leurs niveaux de vie. La PS vise les situations qui impliquent
l’acquisition de terrain, les restrictions à des aires protégées et la réinstallation des populations.
Elle s’applique à tous les projets d’investissement et exige la consultation des personnes
réinstallées et des communautés hôtes ; elle garantit l’intégration des points de vue exprimés
83
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
dans les plans de réinstallation et fournit le listing des choix faits par les personnes réinstallées.
Cette politique recommande la compensation ainsi que d’autres mesures d'assistance et
dédommagement afin d’accomplir ses objectifs ; de plus, elles prévoient que les emprunteurs
préparent des instruments adéquats pour la planification de la réinstallation avant que la BM
n’approuve les projets proposés. Dans le PDREGDE/BN, qui va impliquer des sous - projets de
retenues d’eau, cette politique peut être activée. Les actions prévues dans le cadre du projet
est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji peuvent également activer
cette politique.
Cette politique couvre les conséquences économiques et sociales directes qui, tout à la fois,
résultent de projets d'investissement financés par la Banque et sont provoquées par :
le retrait involontaire de terres provoquant : (i) une relocalisation ou une perte
d'habitat ; (ii) une perte de biens ou d'accès à ces biens ; ou (iii) une perte de
sources de revenu ou de moyens d'existence, que les personnes affectées aient ou
non à se déplacer sur un autre site ; ou
la restriction involontaire de l'accès à des parcs définis comme tels juridiquement,
et à des aires protégées entraînant des conséquences négatives sur les moyens
d'existence des personnes déplacées.
Les interventions du PDREGDE/BN peuvent nécessiter la réinstallation involontaire de
population. Pour répondre aux premières exigences de la politique, un Cadre de Politique de
Réinstallation (CPR) a été élaboré pour le PDREGDE/BN pour guider la préparation des plans
spécifiques de réinstallation (ou autres outils) et leur mise en œuvre, si nécessaire. Le CPR se
trouve en document séparé.
PO 4.36, Foresterie
PO 4.36, Foresterie apporte l’appui à la sylviculture durable et orientée sur la conservation de la
forêt. Elle n’appuie pas l’exploitation commerciale dans les forêts tropicales humides primaires.
La Banque Mondiale ne peut pas financer des projets qui impliquent une conversion significative
d’une forêt critique. Son objectif global vise à réduire le déboisement, à renforcer la contribution
des zones boisées à l’environnement, à promouvoir le boisement, à lutter contre la pauvreté et à
favoriser le développement économique. Pour atteindre ces objectifs, la Banque mondiale : ne
finance pas les opérations d’exploitation commerciale ou l’achat d’équipements destinés à
l’exploitation des forêts tropicales primaires humides ; traite la foresterie et la conservation dans
une perspective sectorielle ; associe le secteur privé et les populations locales à la conservation
et à l’aménagement des ressources forestières. Le projet financera des sous – projets
d’aménagement participatif des forêts classées et le reboisement. Par la prescription d’une
84
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
analyse environnementale et sociale préalable à tout sous - projet, le PDREGDE/BN est en
conformité avec cette politique, sans nécessité de recours à des mesures supplémentaires.
PO 4.37
Sécurité des barrages
PO/PB 4.37, Sécurité des barrages recommande pour les grands barrages la réalisation d’une
étude technique et d’inspections sécuritaires périodiques par des experts indépendants
spécialisés dans la sécurité des barrages. Le projet PDREGDE/BN prévoit la réhabilitation des
barrages de Kainji et Jebba et financera une étude sur la sécurité des deux barrages dans le
cadre de sa préparation.
La Banque fait une distinction entre grands barrages et petits barrages.
a) Les petits barrages font généralement moins de 15 mètres de haut. Cette catégorie
englobe, par exemple, les lacs collinaires, les barrages locaux de lutte contre l’érosion,
les petits remblais réservoirs.
b) Les grands barrages font 15 mètres ou plus de hauteur. Les ouvrages d.une hauteur
comprise entre 10 et 15 mètres sont traités comme des grands barrages si leur
conception présente des aspects complexes particuliers. Par exemple, un grand
nombre de spécifications inhabituelles pour la maîtrise des crues, la localisation dans
une zone très exposée aux séismes, des préparatifs difficiles et complexes pour
l’installation des fondations ou la rétention des matières toxiques.
Les barrages d’une hauteur inférieure à 10 mètres sont traités comme des grands barrages s’il
est envisagé de les surélever pendant leur exploitation. Pour les retenues d’eau, qui ne
dépassent pas 2 m, les mesures génériques de sécurité des barrages conformément aux règles
de l’art sont appropriées. Ainsi, le PDREGDE/BN est en conformité avec cette Politique de
Sauvegarde.
Le projet, va déclencher cette politique projet est en cours de préparation afin d’appuyer le
programme Kandadji, intervient dans le processus global de la construction du barrage de
Kandadji.. Pour être en conformité avec cette politique, le projet, dans le cadre de sa 1ère phase
a prévu des études techniques relatives à la sécurité du barrage, ainsi que la mise d’un Panel
d’experts indépendants. Ainsi, le projet, dans le cadre du financement additionnel, est en
conformité avec cette politique.
Politique de Sauvegarde 7.50
Projets relatifs aux voies d’eau internationales
PO/PB 7.50, Projets affectant les eaux internationales vérifie qu’il existe des accords riverains et
garantit que les États riverains sont informés et n’opposent pas d’objection aux interventions du
projet. Tous les projets d’investissement sont concernés. Il n’y a pas de consultation publique
mais la notification aux riverains est une condition requise.
85
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
La présente politique opérationnelle s’applique aux types de voies d’eau internationales suivants
:
a) tout fleuve, rivière, canal, lac ou étendue d’eau analogue formant une frontière entre
deux États ou plus, qu’ils soient membres de la Banque ou non, ou tout fleuve, rivière,
ou étendue d’eau de surface traversant deux États ou plus, qu’ils soient membres de la
Banque ou non ;
b) tout affluent ou autre étendue d’eau de surface qui est une composante d’une voie
d’eau telle que définie au a) ci-dessus ; et
c) tout golfe, baie, détroit ou canal bordé par deux États ou plus, ou tout golfe, baie, détroit
ou canal situé dans un seul État, mais reconnu comme seule voie de communication
entre la haute mer et d’autres États, et tout fleuve ou rivière se jetant dans ledit golfe,
baie, détroit ou canal.
La présente politique s’applique aux types de projets ci-dessous :
a) projets d’hydroélectricité, d’irrigation, de lutte contre les crues, de navigation, de
drainage, d’alimentation en eau et d’égout, et projets industriels et autres qui impliquent
l’utilisation d’une voie d’eau internationale ou qui risqueraient de polluer une voie d’eau
internationale selon la définition du par. 1 ci-dessus ; et
b) plans d’exécution et études techniques détaillés relatifs aux projets visés au par. 2 (a)
ci-dessus, y compris ceux qui doivent être effectués par la Banque en tant qu’agent
d’exécution ou à tout autre titre.
Le PDREGDE/BN est susceptible de financer des sous projets d'irrigation à petite échelle dont
l'eau nécessaire est tirée de rivières ou fleuves internationaux, notamment le fleuve Niger. Dans
certains cas, les pompages d'eau (cumulatifs) peuvent être suffisamment importants pour faire
atteinte aux droits sur l'eau des utilisateurs d'autres pays en aval. Tout comme le projet prévoit
la réhabilitation des barrages. Cette PO est donc interpellée par le PDREGDE/BN. La réponse
relative à cette politique juridique de sauvegarde est apportée au niveau du projet plutôt qu'à
celui du sous-projet. Tous les pays doivent être informés du projet sur les activités du projet
envisagé et sur les quantités prévisionnelles d'eau à extraire. Le traitement des exigences de
ces politiques n'est pas explicitement effectué lors de la préparation du sous-projet et de son
approbation. L’ABN a la responsabilité d’informer tous les pays et d’obtenir leur accord avant la
mise en œuvre du projet PDREGDE/BN. Le Programme « Kandadji » bénéficiant du
financement additionnel a fait l’objet de Notification conformément aux exigences de la PO. 7.
50
Politique d’accès à l’information
La Banque mondiale est consciente du fait que transparence et responsabilité sont essentielles
au processus de développement et à la réalisation de sa mission de réduction de la pauvreté. La
Banque a toujours reconnu qu’une politique d’information marquée par l’accès réel et libre est
86
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
fondamentale pour remplir les rôles multiples qu’elle assume. La politique d’accès à l’information
de la Banque mondiale repose sur cinq principes : Porter à son maximum l’accès à
l’information ; Dresser une liste d’exceptions claire ; Préserver le processus de délibération ;
Définir des procédures claires pour la publication d’informations ; Reconnaître le droit des
demandeurs à un processus d’appel. Le projet respectera dans sa mise en œuvre cette
politique.
En conclusion, on peut affirmer que le PDREGDE/BN est en conformité avec les Politiques de
Sauvegarde, sans pour autant que des mesures spéciales soient prises, à condition que les
prescriptions décrites dans le Plan de Gestion Environnementale et Sociale du présent rapport
soient mises en œuvre.
4.6
Schéma institutionnel de la mise en œuvre du Projet
Les arrangements institutionnels retenus pour ce programme s’établissement comme suit :
Au niveau régional

L’Autorité du Bassin Niger (ABN) sera l’agence de Coordination et de mise en œuvre du
projet par l’intermédiaire de la Direction Technique.

Une Unité de gestion et de coordination du programme en assurera la mise en œuvre.

Un Comité Régional de Pilotage donne des orientations et approuve, entre autres, le Plan
de Travail et le budget y relatif. Ce Comité Régional est commun à l’ensemble des
Projets et Programmes en cours d’exécution par l’ABN.
Le Pool Ouest-Africain d’Energie Electrique (WAPP – West African Power Pool), en tant
qu’organisme chargé de la coordination des grandes infrastructures électriques en
Afrique de l’Ouest, travaille avec l’ABN pour la coordination des activités de réhabilitation
des infrastructures liées à l’approvisionnement de l’électricité et participera à leur
supervision dans le bassin du Niger.

Au niveau régional
 Le projet est placé sous la responsabilité institutionnelle des Ministères de tutelle de
l’ABN des cinq Etats membres bénéficiaires des actions prioritaires de la première phase.
 Les Structures Focales Nationales (SFN), outils techniques permanents des Ministères de
tutelle de l’ABN qui coordonnent et suivent les activités mises en œuvre dans la partie
nationale du bassin du Niger, sont chargées de la supervision et de la coordination des
Agences Nationales d’Exécution (ANE).
 Les ANE, au nombre de une (au Bénin, en Guinée, au Mali et au Nigeria), à travers
l’approche « faire faire » mettront en œuvre les activités du projet par le truchement de
sous-traitance avec des structures nationales (bureaux d’études, ONG, prestataires
privés). Les ANE engagées dans la mise en œuvre du Projet sont :
1. le Centre Régional pour la Promotion Agricole du Borgou-Alibori (CeRPA), au
Bénin ;
2. la Direction Nationale du Génie Rural (DNGR), en Guinée ;
3. l’Agence d’Exécution des Travaux d’Infrastructures et d’Equipements Ruraux
(AGETIER), au Mali ;
87
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé

4. la Direction Générale du Génie Rural (DGGR) pour le PDREGDE/BN et le Haut
Commissariat à l’Aménagement de la Vallée du Niger (HCAVN) au Niger pour le
projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji;
5. Le Power Holding Company (PHCN) au Nigeria.
5. SCREENING ET ÉVALUATION DES SOUS - PROJETS
L’objectif du projet global est d’améliorer de manière durable la productivité des ressources en
eau pour renforcer le développement économique dans les pays du Bassin du Niger où le projet
sera mis en œuvre. Le projet s’articule autour de trois composantes : 1) appui et renforcement
institutionnel de l’ABN ; 2) réhabilitation et mise à niveau des d’infrastructures existantes et 3)
restauration et préservation de zones dégradées.
5.1
Démarche environnementale
La démarche d’intégration de la dimension environnementale dans la mise en œuvre des sousprojets financés par le Développement des Ressources en eau et Préservation des
Écosystèmes du Bassin du Niger (PDREGDE/BN) ne doit pas ralentir inutilement les activités du
projet en retardant la réalisation des sous-projets d’impact faible ou nul, pour lesquels une étude
d’impact environnemental n’est pas nécessaire ou doit rester légère. La démarche proposée a
comme objectif de faciliter l’intégration de la dimension environnementale dans la mise en
œuvre des sous-projets sans prolonger le délai d’exécution.
Les réglementations des pays (Bénin, Guinée, Mali et Niger) n’exigent pas la réalisation des
études d’impact pour la majorité des sous – projets financés par le PDREGDE/BN. Suivant les
directives de la Banque Mondiale, ils sont majoritairement de catégories B et non sujets à une
évaluation environnementale légère.
Pour les sous-projets qui peuvent apparaître comme étant sources importantes d’effets négatifs
sur l’environnement (suite à l’examen du dossier préparé par le promoteur), ils seront classés de
catégorie A. Ces sous – projets à reformuler afin de rendre les impacts négatifs à un niveau
acceptable pour un financement par le PDREGDE/BN.
La démarche environnementale proposée comporte les 7 étapes suivantes :
1. Identification (Screening) des impacts : déterminer les sous – projets du
PDREGDE/BN susceptibles d'avoir des impacts négatifs au niveau
environnemental et social, indiquer les activités susceptibles d'impliquer
l'acquisition de terres ; les activités qui appellent à la gestion des pesticides et
autres mesures de Sauvegarde ;
2. Détermination des catégories environnementales : déterminer les mesures
d'atténuation appropriées pour les activités ayant des impacts préjudiciables ;
88
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
3.
4.
5.
6.
7.
Identification des sous – projets nécessitant des EIE détaillées ;
Examen et approbation de la sélection ;
Consultations publiques et diffusion ;
Indicateurs de suivi ;
Surveillance et suivi environnemental.
La description et l'explication ci-dessous de ces différentes étapes incluent les responsabilités
de gestion et de mise en œuvre de chaque étape. Le montage institutionnel proposé ici est basé
sur notre analyse des besoins, l'organisation administrative au niveau de chaque pays et la
gestion environnementale existante des projets actuels de l’ABN. Il s'intègre entièrement dans le
processus général de sélection, d’évaluation, de mise en œuvre et suivi des sous-projets du
PDREGDE/BN.
Ainsi, afin de rendre effective la gestion environnementale dans le cadre du PDREGDE/BN, les
responsabilités dans l'exécution de chaque étape de la gestion environnementale et sociale des
sous-projets sont assignées aux parties prenantes déjà opérationnelles. Aussi, ce partage des
rôles a été guidé par l'organisation administrative des structures chargées de l'environnement
dans chaque pays. En effet, le Ministère de l'Environnement dispose, selon les pays, au niveau
central d'une direction de l'environnement ou une agence de l’environnement qui est
responsable des études d’impact environnemental et social. Cependant au niveau décentralisé,
la structuration s'arrête au niveau régional avec les Directions Régionales de l'Environnement ou
représentations des agences environnementales.
De ce fait, pour opérer la gestion environnementale des sous-projets au niveau local, nous
proposons l'appui de structures décentralisées d'autres ministères techniques et de parties
prenantes et structures constituées au niveau local. Dans les contrats des entreprises on inclura
des clauses environnementales et sociales ou alternativement pour les sous-projets plus grands
les entreprises préparent et exécutent leur propre PGES Entreprise. Les ingénieurs conseils
seront responsable pour la surveillance de ces clauses environnementales et sociales et la
surveillance des PGESs Entreprise. On pourra aussi impliquer des ONGs qui ont en charge
l'appui des Communautés rurales et villages dans la traduction des idées de projet en projet,
des comités d’élaboration et de suivi des sous – projets qui sont des organes communautaires,
des services techniques déconcentrés départementaux et communaux. Ces parties prenantes
sont organisées au sein d'un comité de suivi de sous – projets local.
Au niveau régional, nous proposons la création d'un comité ad hoc, homologue de la Cellule de
Sélection des Sous – projets CSS, composé des services déconcentrés des autres ministères
techniques sous la supervision du chef de la Direction régionale de l’Environnement ou de
l’Agence régionale.
89
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
5.2
Étapes de screening et évaluation
Étape 1 : Screening
Cette étape s’effectue à la phase de préparation du sous-projet par le producteur ou association
de producteurs appuyés par les ONG et les bureaux d’études. Les parties prenantes à la
réalisation de cette étape sont organisées comme suit :
-
-
un Point Focal Environnement Local désigné au sein de la structure déconcentrée la plus
pertinente fonctionnelle au niveau local (services de l’environnement, Eaux et Forêt,
hydraulique, etc.) ; la désignation est négociée entre le PDREGDE/BN et les autorités de
la structure.
Création d'une commission environnement locale ou renforcement d’une structure
existante avec comme leader le Point Focal Environnement Local ; elle est composée
des organes communautaires, des structures déconcentrées présentes, des structures
d'appui au Communautés rurales dans le cadre du PDREGDE/BN.
Les comités communautaires réalisent le screening d'un projet déterminé à soumettre pour
financement avec l'appui des ingénieurs conseils et la collaboration des populations
concernées. Ils procèdent au remplissage du « guide formulaire » de caractérisation
environnementale de sous projet présenté à l’annexe A. En plus des impacts environnementaux
et sociaux potentiels, les résultats du screening indiqueront également : (i) le besoin de
l'acquisition des terres ; et (ii) le type de consultations publiques qui ont été menées pendant
l'exercice de sélection. Les formulaires complétés, accompagnés d'une copie des plans des
infrastructures, seront transmis à la commission environnement locale qui organisera la revue et
l'approbation des résultats de screening par le comité ad hoc au niveau régional.
En plus des impacts environnementaux et sociaux potentiels, les résultats du screening
indiqueront également l'application des politiques de sauvegarde (voir annexe B pour les actions
recommandées). Pour appuyer ce processus, le PDREGDE/BN sera doté d’un cadre de
politique de réinstallation des populations CPRP et d’un guide de vulgarisation des bonnes
pratiques pour l’utilisation des pesticides.
Étape 2 : Détermination des catégories environnementales
Sur base des résultats du screening, la catégorie environnementale appropriée pour l'activité du
PDREGDE/BN proposée sera déterminée. Cette étape sera menée par le comité ad hoc
régional composé des structures déconcentrées des ministères techniques avec comme leader
le Directeur de la Direction Régionale de l'Environnement qui est le Point Focal Environnement
Régional. Après avoir déterminé la bonne catégorie environnementale, le Comité ad hoc
déterminera l'ampleur du travail environnemental requis, soit : (a) Catégorie C - un travail
90
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
environnemental ne sera pas nécessaire ; (b) Catégorie B2 - de simples mesures d'atténuation
suffiront ; ou (c) Catégorie BI - une Évaluation d'Impact Environnemental (EIE) séparée sera
effectuée.
La détermination des catégories environnementales des sous-projets du PDREGDE/BN sera
comme suit :

La catégorie environnementale A indique que l'activité proposée est susceptible d'avoir
des impacts négatifs importants et irréversibles et nécessitera donc une EIE complète.
Cependant, comme les sous – projets du PDREGDE/BN sont classés comme B, le
projet ne financera pas des activités classées dans la catégorie environnementale A.
Ces sous – projets sont à reformuler pour les rendre acceptable pour un financement par
le PDREGDE/BN.

La catégorie environnementale B, ce qui veut dire que leurs impacts environnementaux
négatifs potentiels sur les populations humaines ou les zones importantes sur le plan
environnemental - y compris les terres humides, les forêts, les pâturages et autres
habitats naturels - sont spécifiques pour un site, peu nombreux si jamais les impacts sont
irréversibles, et peuvent être atténués dans l'immédiat. Les activités du PDREGDE/BN
classées dans la catégorie "B" nécessiteront un travail environnemental, soit la
préparation d'une EIE séparée (Catégorie Bl) soit l'application de mesures d'atténuation
simples (Catégorie B2). La distinction entre B I et B2 sera déterminée sur base des
implications des Politiques de Sauvegarde tel qu'indiqué dans les instructions du
tableau 3.

La catégorie environnementale C Si le formulaire de screening contient que les mentions
'NON', la catégorie environnementale C s'applique, ce qui indique que les impacts
environnementaux et sociaux éventuels sont considérés comme peu importants et ne
nécessitent pas de mesures d'atténuation. Par exemple, certaines activités de
réhabilitation (réfections mineures, etc.) pourraient être classées comme C.
Tableau 3 : Catégories des EIE sur la base des Politiques de sauvegarde
Détermination des catégories environnementales des sous –
projets
PO
4.01
Évaluation Identifier et évaluer les impacts environnementaux probables du
environnementale
sous – projet. Si nécessaire :
- Préparer les TDR pour EIE (Cat. BI)
- Faire réaliser l’EIE par un prestataire de service
- Revoir et approuver l’EIE
PO
4.12 Réinstallation Éviter des sous – projets impliquant l’acquisition de terrains,
Politique de sauvegarde
91
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
involontaires
empêchement d’accéder à des biens de production ou perte de
ceux-ci, perte de revenus ou réinstallation.
- Lorsqu’inévitable, les instructions du CPR s’appliquent.
Étape 3 : Exécution de l’étude environnementale
Sous-projets de Catégorie B2 - Analyse simple des mesures d'atténuation
Le checklist de mesures d'atténuation (Annexe B) servira comme base pour les Comités
Communautaires appuyés par les Ingénieurs-Conseils pour déterminer les simples mesures
d'atténuation à appliquer au sous-projet en question. Cette détermination sera effectuée en
consultation avec les personnes affectées.
Sous-projets de Catégorie BI - Évaluation d'impact Environnemental (EIE) séparée
Lorsqu'une étude d'impact est nécessaire le processus administratif édicté par le Ministère de
l'Environnement du pays sera suivi et exécuté par le PDREGDE/BN avec approbation de l'EIE
par le Comité d’évaluation agréé.
Il revient au Point focal environnement national en collaboration avec le Point focal
environnement régional et sous la supervision de l’environnementaliste de l’ABN d’organiser : (i)
la préparation des termes de référence pour l'EIE ; (ii) le recrutement des consultants pour
effectuer l'EIE ; (iii) et la tenue des consultations publiques conformément aux termes de
référence. Pour déterminer les mesures d'atténuation à insérer dans les TDR du sous-projet en
question, le checklist des impacts et des mesures d'atténuation (Annexe B) servira comme
base. En plus, les TDR doivent vérifier que les contenus des PGES des sous-projets sont
conformes aux instructions du tableau ci-dessus. Pour faciliter la formulation des TDR, un TDRtype a été élaboré et placé en Annexe C.
Étape 4 : Examen et approbation
Revue et approbation des sous-projets C et B2
Le Point Focal Environnement Régional et les membres du comité ad hoc examineront et
vérifieront : (i) les résultats et recommandations présentés dans les formulaires de screening
92
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
environnementale et sociale ; (ii) les mesures d'atténuation proposées figurant dans les listes de
contrôle environnementales et sociales pour assurer que tous les impacts environnementaux et
sociaux ont été identifiés et que des mesures d'atténuation ont été proposées.
Sur la base des résultats du processus d'analyse susmentionné, et des discussions avec les
partenaires concernés et les personnes susceptibles d'être affectées, le Point Focal
Environnement Régional du PDREGDE/BN approuve ou désapprouve pour compléments le
screening. Une fois le screening approuvé, le comité ad hoc procède à la classification
environnementale du projet en indiquant sa catégorie et le travail environnemental nécessaire.
93
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Revue et approbation du sous-projet catégorie BI
Quant il s'agit de sous-projet de catégorie BI nécessitant une EIE et particulièrement dans les
cas complexes, l'examen de l'EIE est effectué par le Comité Technique d'Évaluation mis en
place par l'autorité environnementale nationale. Le CTE est l'organe qui a légalement la tâche
de procéder à l'analyse de l'EIE suivant la procédure qui suit. Le consultant ayant réalisé l'EIE le
multiplie en plusieurs exemplaires et la dépose au niveau du Secrétariat de cette instance. Le
document est distribué aux experts membres pour lecture et analyse. Le CTE est ensuite
convoqué en séance de validation au cours duquel le consultant va présenter l'EIE et va
recueillir tous les commentaires pour leur prise en compte. Le Point focal environnement
national du PDREGDE/BN et le Point Focal Environnement Régional concerné par le projet
seront invités par le CTE pour participer à cette séance. Après la procédure d'examen, l'EIE
finale est renvoyé par le consultant au CTE (Comité Technique d'évaluation) pour l'approbation
ou la désapprobation de l'activité du PDREGDE/BN proposée en fonction de la prise en charge
des commentaires issus de la séance de validation. Le CTE notifiera la validation ou non de
l'EIE au Consultant et au Point focal environnement national du PDREGDE/BN. En cas de
validation le Coordonnateur Environnement en averti la chaîne de décision environnementale et
le Coordonnateur national du PDREGDE/BN concerné pour la mise en œuvre du projet.
Étape 5 : Consultation publique et diffusion
Les consultations publiques sont essentielles tout au long du processus de screening,
d'évaluation des impacts et de suivi environnemental des sous-projets du PDREGDE/BN, et
notamment dans la préparation des propositions des sous-projets susceptibles d'avoir des
impacts sur l'environnement et la population. La première étape est de tenir des consultations
publiques avec les communautés locales et toutes les autres parties intéressées /affectées au
cours du processus de screening et au cours de la préparation de l'EIE.
Ces consultations devraient identifier les principaux problèmes et déterminer comment les
préoccupations de toutes les parties seront abordées, par exemple dans les Termes de
Référence pour l'EIE. Les résultats des consultations seront incorporés dans le formulaire de
screening par les comités communautaires appuyés par les ingénieurs conseil sous la
supervision des Points Focaux Environnement Locaux.
En plus, en respect à la procédure des pays de participation du public à l'EIE, les résultats de
l'étude d'impact seront partagés avec la population au niveau local lors d'une audience publique
en présence des membres du Comité Technique d'Évaluation CTE. Auparavant le CTE dépose
un exemplaire du rapport au niveau de la collectivité concernée, informe à la charge du
promoteur par affiche (mairie, communauté rurale, gouvernance) ou communiqué le public sur
l'étude d'impact. Après l'audience publique, les préoccupations du public sont intégrées par le
promoteur/consultant sur la base du rapport préparé par le CTE.
94
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Étape 6 : Élaboration des indicateurs de Suivi
Les mesures de suivi sont axées sur des indicateurs clés ressortis notamment par les impacts
tant positifs que négatifs. Les indicateurs sont des paramètres dont l'utilisation fournit des
informations quantitatives et/ou qualitatives sur les impacts directs et indirects et les bénéfices
environnementaux et sociaux du PDREGDE/BN en exprimant les évolutions dans un secteur
donné dues à la réalisation des projets. Le choix des indicateurs sera orienté par les
caractéristiques de pertinence, de fiabilité, d'utilité et de mesurabilité.
En vue d'évaluer l'efficacité des activités de la PDREGDE/BN, nous proposons d'utiliser les
indicateurs indiqués dans le tableau ci-dessous. Cependant en rapport avec le type de projet les
indicateurs pertinents détaillés seront ressortis. Les directives environnementales pour les
entreprises serviront aussi d'indicateurs (cf. annexe D).
Si un projet est catégorisé B2, le Point Focal environnement local indiquera en fonction des
mesures de mitigation de l'Annexe C les indicateurs de suivi pertinents. S'il s'agit d'un projet BI,
le consultant ayant réalisé l'EIE fera ce travail aussi sur la base de l'Annexe C également.
95
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 4 : Indicateurs de suivi des impacts environnementaux et sociaux
Éléments
de
suivi
et
indicateurs
Eaux
Pollution
Eutrophisation
Sédimentation
Régime
hydrologique
Sols
Érosion
ravinement
Pollution/
dégradation
/
Végétation
Taux
de
dégradation
Taux
de
reboisement
Feux de brousse
Plantations
linéaires
Environnement
humain
Cadre de vie
Activités
socioéconomiques
Occupation de sol
Hygiène et santé
Pollution
et
nuisances
Sécurité dans les
chantiers
Méthodes et dispositif de suivi
Responsables
Période
-
Suivi des procédures et installations des rejets
d’eaux usées
- Contrôle de la qualité des eaux autour des
chantiers
- Suivi des activités d’utilisation des eaux de
surface
- Suivi des mesures prises pour le contrôle de
l’érosion
- Contrôle des mesures d’atténuation de la
sédimentation
- Évaluation des mesures de lutte contre la
salinisation
- Évaluation visuelle des mesures de contrôle
de l’érosion des sols
- Nombre de carrières régalées et reboisées
Points focaux environ.
PDREGDE/BN
Service hydraulique
Agence
environnementale
Début
Mi-parcours
Fin
des
travaux
Points focaux environ.
PDREGDE/BN
Agence
environnementale
Début
Mi-parcours
Fin
des
travaux
- Évaluation visuelle de la dégradation de la
végétation
- Évaluation des mesures de reboisement
- Contrôle des activités de défrichage
- Contrôle et suivi des zones sensibles
- Contrôle des impacts sur la faune
Points focaux environ.
PDREGDE/BN
Services forestiers
Agence
environnementale
Début,
miparcours et fin
des travaux
Bureau de contrôle
PDREGDE/BN
Services techniques
Début,
miparcours et fin
des travaux
Points focaux environ.
PDREGDE/BN
Services techniques
Agence
environnementale
Début,
miparcours et fin
des travaux
Bureau de contrôle
Mensuel
- Contrôle de l’adéquation des champs privées /
champs agricoles
- Embauche de la main-d’œuvre en priorité
- Respect du patrimoine historique et des sites
sacrés
- Contrôle des effets sur les sources de
production
Vérification :
- de la présence des vecteurs de maladies et
l’apparition de maladies liées aux travaux
- des maladies diverses liées aux projets
(IST/VIH, paludisme, etc.)
- Du respect des mesures d’hygiène sur les
sites
- Degré d’intensification agricole et d’utilisation
des pesticides
Vérification :
- de la disponibilité des consignes de sécurité
en cas d’accident
- de l’existence d’une signalisation appropriée
- du respect des dispositions de circulation
- Du de la limitation de vitesse
- Du port d’équipements adéquats de protection
96
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Étape 7 : Surveillance et suivi environnemental
Le suivi environnemental concerne aussi bien la phase de construction que les phases
d'exploitation du projet. Le programme de suivi peut permettre, si nécessaire, de réorienter les
travaux et éventuellement d'améliorer le déroulement de la construction et de la mise en place
des différents éléments du projet. Le suivi va de pair avec l'établissement des impacts et la
proposition de mesures de prévention, d'atténuation ou de compensation. Le suivi est essentiel
pour s'assurer que :
les prédictions des impacts sont exactes (surveillance des effets) ;
des mesures de prévention, d'atténuation et de compensation permettent de
réaliser les objectifs voulus (surveillance des effets) ;
les règlements et les normes sont respectés (surveillance de la conformité)
les critères d'exploitation de l'environnement sont respectés (inspection et
surveillance.
Le suivi environnemental des activités de PDREGDE/BN sera mené dans le cadre du système
de suivi général du projet PDREGDE/BN au niveau local, régional, et national et de l’ABN. Le
système de suivi s'appuie sur un ensemble de fiches à préparer et à introduire en vue de
s'assurer que toutes les recommandations en matière environnementale et sociale, les mesures
d'atténuation - mitigation et élimination voire de renforcement, sont appliquées. S'agissant du
suivi, ces fiches peuvent être :
-
Une fiche de vérification : sur la base des différents impacts du projet et des mesures
édictées, un plan de vérification de leur mise en œuvre est adopté.
Une fiche de contrôle : elle sert à détecter le non-respect de prescriptions
environnementales, les risques potentiels environnementaux non signalés parmi les
impacts. Ceci amène à des demandes de mise en conformité et de réalisation d'action
préventive.
En ce qui concerne le suivi, les fiches lorsque pertinentes, seront élaborées en rapport avec les
paramètres à suivre (cf. étape suivante : indicateurs de suivi).
Pour les petits sous-projets B1 on inclura des clauses environnementales et sociales dans les
contrats des entreprises. Pour les sous-projets B1 plus grands les entreprises préparent et
exécutent leur propre PGES Entreprise. L’ingénieur conseil (Bureau de contrôle) sera
contractuellement responsable pour la surveillance de l’exécution adéquate de ces clauses
environnementales et sociales et des PGESs Entreprises.
97
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Pour les sous-projets B2 on inclura des clauses environnementales et sociales dans les contrats
des entreprises. L’ingénieur conseil (Bureau de contrôle) sera contractuellement responsable
pour la surveillance de l’exécution adéquate de ces clauses environnementales et sociales.
Au niveau local, le suivi des mesures environnementales est effectué sous la responsabilité du
Point Focal Environnement Local en collaboration avec les populations concernées. Le Point
Focal se fait appuyer par les structures techniques d'appui à la mise en œuvre du
PDREGDE/BN (comme les comités de gestion / suivi qui sont des organes communautaires),
ainsi que les services techniques déconcentrés, tous regroupés au sein de la Commission
Environnement Local. Les Communautés rurales et les communes participeront ainsi et de fait
au suivi de proximité de la mise en œuvre des activités du PDREGDE/BN dans leur localité.
Le suivi permanent de la mise en œuvre des mesures environnementales sur le terrain est fait
par le Bureau de contrôle des sous-projets du PDREGDE/BN, ce bureau doit avoir en son sein
un responsable ayant des connaissances et une sensibilité environnementale et sociale, et qui
pourrait éventuellement déjà avoir une autre attribution dans le contrôle. La mission de contrôle
doit consigner par écrit (fiches de conformité ou de non-conformité) les ordres de faire les
prestations environnementales, leur avancement et leur exécution suivant les normes.
En cas de non-respect ou de non-application des mesures environnementales, le Point Focal
Environnement Local, en relation avec le Bureau de contrôle, initie le processus de mise en
demeure adressée à l'entreprise concernée. En plus de ce processus direct de suivi, un suivi au
niveau régional, national et central de l’ABN sera effectué.
Au niveau régional le comité ad hoc supervisé par le Point Focal Environnement Régional,
assure dans la région, de par sa composition multidisciplinaire, le suivi de l'efficacité des
mesures de mitigation, la détection des impacts non prévus par les études. Au niveau national,
le Coordonnateur Environnement du PDREGDE coordonne le suivi à partir de vérifications
périodiques des procès-verbaux de chantier, des descentes sur le terrain ou au moment de la
réception des travaux. Au niveau de l’ABN le Coordonnateur du suivi –évaluation du projet
intègre les données du suivi sur la base des rapports nationaux.
5.3
Synthèse des responsabilités
Pour mieux identifier les responsabilités pour l'exécution des étapes I - 7 de la gestion
environnementale des sous-projets du PDREGDE/BN, nous donnons ci-dessous un aperçu
global des responsabilités institutionnelles, en distinguant les responsabilités de gestion et de
mise en œuvre. La responsabilité globale pour l'exécution des sept étapes environnementales
dans chaque pays est du ressort du Point focal environnement national sous la supervision de
l’environnementaliste de l’ABN basé à Niamey. L’environnementaliste de l’ABN intégrera les
données globales de suivi à Niamey. Le montage institutionnel proposé est basé sur notre
98
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
analyse des tâches à accomplir et sur l'analyse de la gestion environnementale existante des
projets actuels de l’ABN.
99
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 5 : Récapitulatif des étapes du screening / évaluation des responsables
Étapes
Screening environnemental et social
du projet
Détermination
des
catégories
environnementales
- Validation de la sélection
- Classification du projet et
détermination du travail à
faire
Exécution
des
études
environnementalistes si nécessaires
Préparation des TDR
Choix du consultant
Réalisation de l’étude
Revue et approbation des catégories
environnementales
Sous – projets B1
Sous – projets B2
Responsable de la gestion
Point focal Environnement local
Responsabilités d’exécution
Comités
communautaires
ingénieurs conseils/ONG
Point focal Environnement Régional
Comité Ad oc
Environnementaliste ABN
Point focal environnement national
Point focal Environnement Régional
Point focal Environnement local
Comité Ad oc
Consultants
Ministère environnement
Point focal Environnement Régional
Comité technique d’évaluation
Comité Ad oc
Consultation et diffusion
Point focal Environnement local
Direction régionale de l’environnement
Point focal Environnement local
Point focal Environnement Régional
Point focal Environnement national
Environnementaliste ABN
Commission environnement local
Comité technique d’évaluation
Bureau de contrôle
Point focal Environnement local
Point
focal
Environnement
Régional
Point
focal
Environnement
national
Environnementaliste ABN
Surveillance et suivi
Élaboration des indicateurs
Point focal Environnement local
/
- Consultants,
si
projet
catégorie B1
- Point focal Environnement
local si projet catégorie B2
100
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
6. IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PDREGDE/BN
6.1
Impacts sociaux du PDREGDE/BN
Les différentes actions qui seront réalisées dans le cadre du PDREGDE/BN auront des impacts
environnementaux et des impacts socio économiques sur la zone d’intervention. Mais au-delà
de ces deux types d’impacts, le PDREGDE/BN se réalisera dans un contexte politique de
développement régional, sous l’égide de l’ABN, instrument de coopération entre les pays
membres, en matière de gestion rationnelle des ressources naturelles, notamment l’eau du
Bassin du fleuve Niger. Par conséquent, l’analyse des impacts du projet prendra aussi en
compte les impacts au plan de la coopération régionale, notamment en ce qui concerne les
infrastructures hydroélectriques (barrages de Kainji et Jebba) qui fournissent de l’énergie à
d’autres pays que le Nigéria.
Le Projet prévoit dans chacun des quatre pays éligibles, la réhabilitation de retenues d’eau
existantes. Autour de ces infrastructures, il sera possible d’aménager en leur aval, des bas
fonds pour la culture intensive irriguée de riz et des cultures de décrue. Avec ces infrastructures,
il sera également possible de réaliser d’autres activités génératrices de revenus telles que les
cultures maraîchères de contre-saison par les femmes en groupements, la pisciculture et autres.
Les activités génératrices de revenu ainsi envisagées seraient un moyen de mobilisation sociale
des populations autour de leurs intérêts et de ceux de la communauté locale et de tout le pays
entier. Les principaux impacts d’ordre humain et socio-économique du PDREGDE/BN se
résument en :
-
Impacts négatifs limités sur les personnes et les biens : Étant donné que les projets et
activités du projet concernent la petite irrigation, la nécessité d’expropriation des terres
demeure limitée. Les impacts seront limités à la nécessité d’occuper temporairement des
terres pour les périodes des travaux et l’acquisition des terres au bénéfice des irrigants.
Le projet nécessitera donc peu de déplacement de population.
-
Réduction de la pauvreté rurale et amélioration de la production agricole : La
diversification de la production agricole est une orientation retenue dans les différentes
stratégies régissant le secteur agricole des États-membres de l’ABN. La réhabilitation
des infrastructures et des aménagements prévus par le projet induira principalement
l’augmentation du revenu agricole et la création d’emplois pour la population cible.
-
Augmentation des superficies cultivées et amélioration de la sécurité alimentaire :
L’extension des superficies emblavées et l’accroissement de la productivité des terres
qui seront induites par l’irrigation et l’amélioration des techniques culturales, vont
engendrer un gain substantiel au niveau de la production agricole et sont par conséquent
susceptibles de contribuer à la sécurité alimentaire des États-membres.
101
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
Diminution de l’exode et reconstitution du tissu familial : La migration et l’exode rural
représentent une caractéristique de la dynamique des populations de certains pays du
bassin du fleuve. Cette mobilité a pour conséquence de changer la répartition et la
concentration géographique des populations et d’influencer les conditions de réussite
des projets de développement dont la mise en œuvre nécessite une contribution
importante de la main d’œuvre villageoise. Avec les opportunités d’emploi et
l’amélioration des revenus de la population cible, le projet permettra de limiter l’exode et
contribuera à la reconstitution du tissu familial.
-
Développement de la vie associative : Le développement de la vie associative constitue
l’un des éléments clés du projet d’autant plus que sa mise en œuvre doit permettre
d’assurer une plus grande durabilité et intégrité de l’ensemble des actions du projet. Les
activités des organisations paysannes seront très diversifiées. Elles concernent
principalement le développement de la production agro-pastorale, le maraîchage,
l'arboriculture fruitière, la pêche, la commercialisation et l'artisanat, l'exploitation et la
transformation des produits forestiers, les actions de gestion des ressources naturelles et
de protection de l'environnement.
-
Redynamisme de l’activité de pêche : La mise en œuvre du projet va permettre de
contribuer à redynamiser l’activité de la pêche à travers un plan optimal de promotion et
de gestion des ressources halieutique et en considérant l’impératif d’une meilleure
intégration de la production halieutique dans les systèmes agricoles.
-
Amélioration de la situation de la femme : La contribution de la femme rurale à la
production agricole et la commercialisation des produits de pêche prend de plus en plus
de l’ampleur avec les mutations que connaît le monde rural par le fait de l’exode rural,
l’émigration ou la pluriactivité des époux, la scolarisation des enfants et la demande
croissante en main d’œuvre engendrée par le développement des systèmes intensifs
dans l’agriculture. Dans ce sens, les activités du projet seront bénéfiques pour les
femmes sur les plans économique et social.
-
Conflits sociaux : L’accès à la terre constitue une source de conflits sociaux qui
empêchent une utilisation efficace et durable du sol, menacent les relations socioéconomiques et renforcent la résistance d’une large proportion des populations contre
toute intervention de réformes agraires. Le système de gestion de la terre en vigueur ne
facilite pas l’accès au petit exploitant et aux groupes vulnérables en particulier la femme
rurale. Eu égard au caractère intersectoriel des ces problèmes, le projet s’adonnera à
atténuer l’ampleur de ces conflits en adoptant une approche d’intervention basée sur la
gestion holistique plutôt qu’une approche se concentrant uniquement sur les mesures
directement relatives aux ressources en eau naturelles.
-
Impacts sur la santé humaine et animale :
o
Développement de maladies d’origine hydrique dont la zone du Programme
souffre déjà.
102
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
o
-
-
Impacts de l’utilisation des pesticides sur la santé humaine et animale.
Création d’emplois : Durant la phase de construction /réhabilitation des infrastructures
(scolaires, sanitaires, adduction d’eau, de production (aménagement des périmètres
irrigués), etc.) les travaux auront un impact positif par la création d’emploi dans les
communautés rurales. On note également la possibilité induite de création d’emplois
compte tenu de la nature des activités du projet à travers la mise en œuvre des plans
d’investissements axés essentiellement sur les investissements collectifs d’accès aux
services de base et la gestion des ressources naturelles, l’appui aux initiatives locales
axées sur le micro entreprenariat pour les jeunes et les femmes.
Amélioration des conditions de vie des populations : les investissements collectifs
d’accès aux services de base et l’appui aux initiatives locales axées sur le micro
entreprenariat induira l’amélioration de la disponibilité en eau, des conditions de santé et
du taux de scolarisation dans les villages, l’allègement des taches pour les femmes,
l’épanouissement social, culturel et économique des jeunes, des femmes et des
populations en général.
-
Le tableau 6 résume les impacts sociaux probables du projet.
103
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 6 : Impacts sociaux probables des sous – projets du PDREGDE/BN
Type de sous – projets
Construction / réhabilitation
des retenues d’eau
Impacts sociaux positifs
Expansion de superficies agricoles emblavées
Amélioration de l’élevage
Création d’emplois
Amélioration de la production agricole et de la
sécurité alimentaire
- Amélioration des conditions de vie des femmes
- Désenclavement par le passage créé sur le talweg
-
-
Aménagement des périmètres
pour la petite irrigation
- Amélioration du revenu agricole
- Diminution de l’exode rural
- Amélioration de la production agricole et de la
sécurité alimentaire
- Diversification des productions locales
- Création d’emplois
- Réduction de la dépendance des revenus des
exploitants principalement de la production pluviale
- Renforcement des capacités techniques des
populations
-
Stabilisation des berges
-
Gestion des bassins versants
et reboisement
Aménagement des forêts et
reboisement
Appui aux activités multiples
Création d’emplois
Sécurisation des biens et des personnes
Sécurisation de la production
Reforestation
Contrôle de l’érosion des sols
protection des ouvrages
Diversification des sources de revenus
Réduction des conflits d’utilisation des ressources
naturelles
- Amélioration du cadre de vie des populations
concernées
- Durabilité des avantages pour la société
- Diminution de l’exode rural
-
-
Impacts sociaux négatifs
Risques de transmission des maladies notamment
IST/VIH SIDA
Développement des maladies d’origine hydrique
Risques d’accidents au moment des travaux
Risques de partage non équitable des ressources
Risques de conflits des éleveurs et les agriculteurs
Prolifération des insectes et autres de maladies
Déplacement des personnes et de biens
Destruction des récoltes sur l’emprise
Frustration de la population si la main-d’œuvre locale
n’est pas employée
Prolifération des insectes et autres maladies
Risque d’intoxication aux pesticides
Déplacement des personnes et de biens
-
Risque de conflits entre les populations autochtones
et les allochtones
Risque de conflits fonciers avec les communes
Risque de perturbation des sites religieux ou culturels
-
Arrivée des populations étrangères avec risques de
104
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Type de sous – projets
Appui aux infrastructures
hydrauliques (forages, mini
adduction d’eau potable, puits
villageois)
Appui aux infrastructures
scolaires (salles de classe,
centre d’alphabétisation pour
jeunes et adultes, centre de
formation des jeunes)
Appui aux infrastructures
sanitaires et d’hygiène (cases
de santé, centre de santé
intégré, dépôts
pharmaceutiques et latrines)
Appui aux infrastructures de
désenclavement
(aménagement /réhabilitation
de pistes rurales)
Appui aux infrastructures de
commercialisation
( marchés, magasins de
stockage, banques
-
Impacts sociaux positifs
Amélioration des niveaux de vie en milieu rural
Redynamisation de l’activité de pêche
Amélioration de la situation de la femme
Une réduction de la pauvreté rurale
Augmentation de la production halieutique
Impacts sociaux négatifs
conflits
Amélioration de la disponibilité en eau au village
réduisant ainsi, le temps et l’énergie que consacrent les
femmes à chercher de l’eau.
- Amélioration des conditions de santé des populations
en mettant à leur disposition de l’eau potable
- Relèvement du taux de scolarisation.
- Disponibilité de ressources humaines locales qui
seront directement impliquées dans la gestion de
leurs communes
-
- Amélioration de la qualité et de l’accessibilité aux soins,notamment dans le domaine de la santé maternelle
- Accès plus facile aux médicaments de base
- Amélioration des conditions d’hygiènes des
populations
-
-
Désenclavement des zones de productions
Ecoulement des produits agricoles
- Amélioration des conditions de vie des populations
- Accès aux services sociaux, aux marchés
- Amélioration de la situation de l’emploi dans son
ensemble
- Formalisation du commerce des produits agricoles,
animaux , végétaux et du bétail.
- Amélioration de l’accès aux intrants et produits
agricoles
-
-
Déplacement involontaire de populations ou d’activités
économiques
Non fonctionnalité des forages des réseaux d’adduction
(absence d’entretien, défaut de pièces de rechanges,
etc.)
Déplacement involontaire de populations ou d’activités
économiques
Absence de mesures d’accompagnement (équipement,
personnel enseignant, latrines, etc.)
Pollution et nuisances pendant la phase de construction
Déplacement involontaire de populations ou d’activités
économiques
Absence de mesures d’accompagnement (équipement
biomédical, personnel de santé)
Pollution et nuisances pendant la période de construction
et d’exploitation
Déplacement de personnes et de biens
Pollution et nuisances pendant la période de
construction
Pollution et nuisances pendant la période de construction
105
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Type de sous – projets
céréalières, boutiques)
Impacts sociaux positifs
- Amélioration des revenus des populations
- Amélioration de la sécurité alimentaire par la
constitution de stocks de sécurité
Appui aux infrastructures de
- Allégement des tâches des femmes
transformation (moulin à grain, - Valorisation de la production agricole
décortiqueuse d’arachide,
- Amélioration des conditions de vie des femmes en
batteuse à pédale de riz, etc.)
milieu rural.
I Appui aux infrastructures
- Epanouissement social, culturel et économique des
socioculturelles (foyers des
jeunes et des femmes
jeunes, aménagements des
- Réduction des risques de développement de la
terrains et équipements
délinquance juvénile.
sportifs)
Appui aux AGR pour les
- Création d’emplois
jeunes et les femmes
- Augmentation des revenus familiaux
- Meilleur accès aux opportunités d’investissements
agricoles
- Amélioration des systèmes de production comme
l’aménagement de petits périmètres maraichers
- Diversification des productions locales
Appui à la gestion des ressources- Disponibilité accrue des ressources foncières dans les naturelles (aménagement des zones de production
forets,
reboisement,- Amélioration des techniques de gestion des ressourcesagroforesterie, mini pépinières, naturelles
fixation des dunes, régénération- Amélioration des revenus des producteurs
naturelle assistée, aménagement- Augmentation des productions agro sylvo pastorales
des terres de parcours, etc.)
- Diminution des conflits entre agriculteurs et éleveurs
ainsi que la mobilité pastorale.
Impacts sociaux négatifs
Absence d’équité et de transparence et
discrimination dans la procédure d’allocation et
d’appui aux AGR pourraient entrainer des
frustrations.
Risque de conflits fonciers avec les communes
106
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
6.2
Impacts environnementaux du PDREGDE/BN
Les principaux impacts potentiels sur l’environnement naturel des sous - projets et activités du
Projet s’établissent comme suit :
8. Dégradation des ressources en eaux : dont la principale source serait l’utilisation irrationnelle
des engrais et des pesticides.
9. Dégradation des sols : par salinisation au niveau de la zone du Delta qui entraîne une
diminution de la fertilité des sols et une chute progressive des rendements et par
alcalinisation due à une élévation du pH du sol susceptible d’entraîner le blocage de certains
oligo-éléments (zinc) et la volatilisation de l'azote et de certains éléments fertilisants. La
sodisation par l’augmentation du sodium échangeable au niveau des argiles (au détriment du
calcium) est susceptible d’entraîner un effondrement de la structure du sol et son
imperméabilisation à l'eau et à l'air. Les sols fortement alcalinisés et sodisés deviennent
impropres à toute culture.
10. Dégradation des ressources forestières : Les forêts qui bordaient les berges du fleuve ont
disparu avec l’aménagement de ses rives. Les zones béninoises, maliennes, guinéennes et
nigériennes présentent par ailleurs des forêts protégées à prendre en considération dans la
définition des activités du programme en vue de réduire au maximum de tels effets sur les
ressources forestières.
11. Régression de la faune : Aujourd'hui, la plupart de la faune originelle a disparu de la vallée
du fleuve du Niger. Les aménagements prévus dans le cadre du projet sont susceptibles de
contribuer à la modification de l’écosystème déjà entamée par la construction des retenues
et les aménagements déjà réalisés.
12. Pullulation d’oiseaux granivores : Les oiseaux granivores constituent au niveau de la vallée
du fleuve Niger l’un des fléaux majeurs des cultures en irrigué, principalement le riz. Avec
l’extension des zones irriguées prévues dans le cadre du projet, ces fléaux prendront encore
de l’ampleur.
13. Impacts sur les ressources halieutiques : Les ressources halieutiques ont fortement régressé
depuis les dernières sécheresses et la mise en œuvre des barrages qui ont profondément
modifié le régime des eaux. Les activités du projet seront appelées à remédier à certains
problèmes du secteur de la pêche, notamment la prolifération des plantes envahissantes.
14. Impacts potentiels sur les changements climatiques : S’agissant d’un projet de
développement de gestion des ressources en eau et de développement des usages
multiples de l’eau, il participe à la fois d’une façon positive et négative aux processus des
changements climatiques. En effet, à travers sa 2ème composante, il, favorisera la création de
certaines sources d'émissions de gaz à effet de serre et par conséquent de changements
climatiques relatives au secteur de l’agriculture tels que le changement d'affectation des
terres, le déboisement, la gestion du fumier, les sols agricoles, la combustion sur place de
107
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
déchets agricoles et autres. Ces sources ne feront qu’amplifier les impacts déjà observés
des changements climatiques dans le bassin du fleuve Niger.
D’un autre côté, à travers toujours sa 3ème composante, le projet appuiera la protection et le
renforcement des puits et des réservoirs des gaz à effet de serre liés aux changements de
vocation des terres et à la foresterie (aménagements de retenues d’eau, appui pour la mise en
œuvre des plans d’investissement essentiellement axés sur la gestion des ressources
naturelles, etc.).
Le tableau 7 résume les impacts du projet sur les composantes du milieu biophysique.
108
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 7 : Impacts probables du PDREGDE/BN sur l’environnement biophysique
Type de sous - projets
Construction / réhabilitation
des retenues d’eau
Impacts environnementaux positifs
-
Disponibilité des ressources
Création d’un micro-climat
Impacts environnementaux négatifs
-
Aménagement /réhabilitation
des périmètres irrigués.
-
-
Limitation de la demande en nouvelles terres
agricoles
Amélioration de l’efficience de l’eau pour
l’agriculture
Meilleur contrôle des quantités d’eau utilisée
Stabilisation des berges
-
Stabilisation des sols
Gestion des bassins versants
et reboisement
-
Fixation des sols
Reforestation des terres
Lutte contre la désertification
Restauration des sols dégradés
Régénération et conservation du couvert végétal
Gestion des écosystèmes et de la biodiversité
Reconstitution de l’habitat pour la faune
Augmentation de la capacité de séquestration
du carbone
Restauration des sols dégradés
Diminution de la pression sur les terres
agricoles
-
Aménagement participatif des
forêts et reboisement
Appui aux activités multiples
-
-
-
Dégradation de la qualité des ressources en
eau
Risque d’eutrophisation des eaux
Assèchement suite à la mise en place des
digues
Salinisation des sols
Sodisation et alcalinisation de sols
Dégradation des ressources forestières
Pullulation des oiseaux carnivores
La prolifération des végétaux flottants
Dégradation de la qualité des ressources en
eau
Risque d’eutrophisation des eaux
Salinisation des sols
Sodisation et alcalinisation de sols
Dégradation des ressources forestières
Régression de la faune terrestre et aquatique
La prolifération des végétaux flottants
Nouvelles occupations dans l’espoir d’une
régularisation
Perte d’habitat dans les zones de culture
Risque d’expansion des habitations
Risque d’appauvrissement des terres
agricoles
Pollution des eaux dues à la pisciculture
109
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Type de sous - projets
Construction /réhabilitation
d’infrastructures hydrauliques
(forages et mini adduction
d’eau potable, puits villageois)
Construction /réhabilitation
d’infrastructures scolaires
(salles de classe, centre
d’alphabétisation pour jeunes
et adultes, centre de formation
des jeunes)
Impacts environnementaux positifs
Impacts environnementaux négatifs
-
-
-
-
dégradation des sols des parcours et des
pourtours des forages.
effets mineurs en période d’exploitation :
compactage et décapage des sols, destruction du
couvert végétal, érosions liées aux zones d’emprunt.
Dégradation de l’environnement en milieu scolaire
due à l’absence de dispositions d’entretien ou le
mauvais fonctionnement des latrines
Construction /réhabilitation
d’infrastructures sanitaires et
d’hygiène (cases de santé,
centre de santé intégré,
dépôts pharmaceutiques et
latrines)
Construction /réhabilitation
d’infrastructures de
désenclavement
(aménagement /réhabilitation
de pistes rurales)
Infrastructures
de
commercialisation
( marchés, magasins de
stockage, banques
céréalières, boutiques)
Infrastructures de transformation
(moulin à grain, décortiqueuse
d’arachide, batteuse à pédale de
riz, etc.)
-
-
effets mineurs en période d’exploitation :
compactage et décapage des sols, destruction du
couvert végétal, érosions liées aux zones d’emprunt.
-
-
effets mineurs en période d’exploitation :
compactage et décapage des sols, destruction du
couvert végétal, érosions liées aux zones d’emprunt.
-
légère dégradation des zones d’implantation de ces
équipements.
-
légère dégradation des zones d’implantation de ces
équipements
Infrastructures socioculturelles
(foyers des jeunes, les
aménagements des terrains et
équipements sportifs)
-
-
-
Amélioration des conditions de vente et de
stockage, création d’un cadre satisfaisant pour
le commerce de rue (hygiène salubrité)
-
110
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Type de sous - projets
Appui aux AGR pour les
jeunes et les femmes
Impacts environnementaux positifs
-
Appui à la gestion des ressourcesnaturelles (aménagement desforets,
reboisement,agroforesterie, mini pépinières,fixation des dunes, régénérationnaturelle assistée, aménagementdes terres de parcours, etc.)
-
Impacts environnementaux négatifs
Préservation des ressources naturelles
- Production de fumier pouvant améliorer la
structure des sols (cas de l’élevage)
-
Protection des cultures
Restauration du couvert végétal et de la biodiversité
Lutte contre l’érosion (hydrique et éolienne)
Alimentation de nappes phréatiques
Diminution du processus de dégradation des sols
Reconstitution des ressources agro sylvo pastorales
Amélioration de la qualité des sols et la productivité
des terres
Récupération d’importantes superficies de terres
dégradées
Préservation et exploitation rationnelle et durable
des ressources.
Amélioration des habitats fauniques.
-
Exploitation abusive des ressources
forestières, importante production de déchets
dues à certaines activités de transformation
agro-alimentaires.
111
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
7. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE
Lors de la mise en œuvre de certaines activités du Projet PDREGDE/BNN, notamment les sousprojets concernant la réhabilitation des retenues d’eau, la gestion des bassins versants, la
reforestation, la stabilisation des berges et le contrôle de l'érosion des sols, les impacts
environnementaux et sociaux potentiels, tels qu’énuméré au chapitre 6, doivent être pris en
compte et gérés aussi bien que la mise en œuvre, la construction et le fonctionnement des
projets eux-mêmes. Les impacts doivent être mitigés, atténués ou évités pour répondre d’abord
aux exigences de la législation de tous les pays et aussi en vue des exigences des Politiques de
Sauvegarde de la Banque Mondiale.
L'objectif du PGES est de décrire les mécanismes institutionnels relatifs à : (i) l'identification des
impacts environnementaux et sociaux potentiels pouvant découler des activités du
PDREGDE/BN ; (ii) la mise en œuvre des mesures d'atténuation proposées ; (iii) le suivi et la
mise en œuvre des mesures d’atténuation ; (iv) le renforcement des capacités ; (v) la bonne
gestion
Des déchets, l'utilisation rationnelle des pesticides et l'aménagement sécuritaire des micros
barrages ; la protection de la biodiversité et de la santé humaine et (vi) les allocations
budgétaires pour la mise en œuvre ainsi que la chronologie. Le PGES est à inclure dans le
Manuel des Opérations du projet PDREGDE/BN.
Le PGES présenté sous forme de tableau ci-dessous met l'accent sur les mesures d'atténuation
(annexe B) concernant les activités de réhabilitation d'infrastructures diverses, les activités
agricoles, etc., les études d'impacts environnementaux, et le renforcement des capacités.
Plusieurs intervenants sont interpellés dans sa mise en œuvre de ces mesures, ce qui implique
la nécessité d'une étroite coordination entre le PDREGDE/BN et les différents ministères
techniques et Projets afin que les activités de mitigation des impacts négatifs et de
sensibilisation soient prises en compte dans leur budget. Cependant, il est prévu que les
mesures d'atténuation souples financièrement soient prises en compte dans le budget des sous
projets concernés. Les activités de renforcement des capacités, de mise en
Œuvre d’EIE éventuellement sont prises en charge dans le budget du PDREGDE/BN.
7.1
Mesures d’atténuation
Les mesures d’atténuation ou de maximisation visent à minimiser les impacts négatifs et à
maximiser les impacts positifs des activités qui seront mises en œuvre dans le cadre du
PDREGDE/BN. Le tableau ci-dessous présente les mesures d’atténuation proposées par type
d’impact.
112
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 8 : Mesures d’atténuation des impacts négatifs du PDREGDE/BN
Mesures d’atténuation
Impacts Négatifs potentiels
Déplacement
des
personnes et des biens
-
Conflits sociaux
l’accès à la terre
-
Prolifération des maladies
d’origine hydrique
Prolifération du VIH SIDA
Frustration
des
populations locales
Risques d’intoxication aux
pesticides
-
Contrôle du développement des vecteurs des maladies et lutte contre les vecteurs
Pistage épidémiologique et traitement
Mener des campagnes de sensibilisation sur les IST/SIDA
Employer de la main-d’œuvre locale en priorité
Mettre un critère d’emploi de la main-d’œuvre locale dans l’évaluation des entreprises
Sensibilisation /vulgarisation des bonnes pratiques sur l’utilisation des pesticides
vulgarisation de la gestion intégrée de la production afin de limiter l’usage des pesticides.
Evaluation périodique de la contamination des résidus de pesticides dans les systèmes irrigués
-
Risques
de
partage
inéquitable des ressources
-
Mise en place d’un système de classification clair (critères d’éligibilité) et transparent
Mises en place des comités de gestion des ouvrages à même d’assurer la bonne gouvernance.
-
Risques
de
conflits
agriculteurs /éleveurs
-
Mettre en place des comités des infrastructures
Aménager des couloirs de passage des animaux
Création des zones tampons entre les zones agricoles et celles de pâturage dans l’exploitation des forêts
classées
-
Dégradation
ressources en eau
-
Respect des accords régionaux pour l’usage de la ressource
Création d’une zone tampon autour des retenues d’eau
Respect des codes de l’eau nationaux
Assurer des systèmes de drainage efficaces et contrôlés
-
liés
à
des
-
Mise en œuvre du CPRP
Élaborer un PAR pour tout sous – projet impliquant un déplacement
-
-
Concertation avec les usagers et sensibilisation afin de limiter les conflits
Adopter une approche participative qui doit permettre d'intégrer les profondes mutations générées par la
présence du domaine irrigable dans la vallée du fleuve Niger, encore marquée par un mode de vie et des
pratiques culturales traditionnelles et de renforcer la complémentarité entre les activités générées dans le
domaine irrigable et les différentes activités productives de la vallée (agriculture irriguée, de décrue et
pluviale, élevage, foresterie, pêche, chasse, écotourisme,...).
113
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Application rigoureuse des normes de rejet des eaux usées dans les cours d’eaux,
Suivi régulier du niveau de pollution des eaux par les services compétents
L’aménagement des périmètres irrigués doit tenir compte de la faisabilité technique d’un drainage
collectif afin de minimiser les points de rejet dans le fleuve et ses affluents.
- Formation et sensibilisation des irrigants sur les bonnes pratiques d’utilisation et de gestion de l’eau
Information et sensibilisation des producteurs sur les risques liés à l’utilisation des pesticides
-
-
Dégradation
des
ressources forestières
-
-
Régression de la faune
terrestre et aquatique
-
-
Adaptation du projet aux
changements climatiques
-
Protection et régénération des forêts ;
Élaboration d’un plan d’aménagement participatif avec toute exploitation des forêts classées
Développement de l’agroforesterie irriguée en tant que technologie intégrée destinée à assurer la
protection des sols, la production de bois (bois de chauffe et de service), l’amélioration des rendements
agricoles (maraîchage et arboriculture fruitière) et la promotion du petit élevage familial (chèvre, moutons
etc.)
Prise en compte de la dimension protection des peuplements forestiers dans l’élaboration et l’application
des plans d’aménagement et d’occupation des sols ;
Vulgarisation des techniques d’exploitation et de restauration des terres ;
Priorité aux groupements des riverains pour l’exploitation ;
Ajustement le niveau d’aménagement à l’état de chaque massif forestier ;
Application rigoureuse des dispositions des codes et plans d’actions forestiers des États.
une meilleure vulgarisation des moyens d’intégration de la production halieutique dans la production
agricole en développant le recyclage des nutriments dans des systèmes intégrés agri aquaculture ;
un encouragement de la pisciculture dans les périmètres irrigués ;
créer une zone intégrale d’habitat dans les forêts classées ;
un renforcement à l’accès aux matériels adéquats pour la pisciculture ;
une intensification du repeuplement des masses d’eau naturelles ou artificielles : la fertilisation, la lutte
contre les prédateurs, l’amélioration des habitats et l’élevage en nasse, la lutte contre le typha ;
Uniformiser et appliquer rigoureusement les codes de la pêche des quatre États membres
Promouvoir et assister le développement d’activités de conservation des ressources halieutiques
Promotion de méthodes durables de gestion forestière, de boisement et de reboisement
Mesures visant à accroître l'absorption par les puits (éviter le déboisement et encourager le reboisement,
les retenues d’eau, mesures de gestion et utilisation rationnelle des eaux, etc.). Ces mesures doivent être
114
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
-
Dégradation des sols
-
prises en compte lors de l’élaboration des études de détail des différentes composantes du Projet
Mesures de renforcement des capacités, information et sensibilisation afin de promouvoir des
technologies, savoir-faire, pratiques et procédés écologiquement rationnels présentant un intérêt du point
de vue des changements climatiques.
protection des aménagements hydro-agricoles et d'une manière générale, des cultures contre l'érosion
éolienne et hydrique ;
aménagement de périmètres hydro-agricoles conformes aux normes établies et aux diverses formes
d'occupation des terres ;
la réalisation de réseau de drainage pour limiter l'accumulation de carbonates dans les horizons
supérieurs des sols ;
la réalisation du planage des parcelles afin d'éviter la stagnation de l'eau.
Formation des producteurs sur la maitrise des techniques agricoles de contrôle de salinité et de maintien
de fertilité des sols
-
Exploitation abusive des
ressources forestières
-
Pour les activités de transformation de produits agricoles, éviter la consommation excessive de bois,
promouvoir l’utilisation des foyers améliorés.
-
Non fonctionnalité des
Equipements
collectifs
(absence d’entretien)
-
Renforcement des capacités des acteurs appelés à gérer ces infrastructures
-
Pollution et nuisances
pendant la phase de
construction
des
infrastructures
-
Contrôle de la pollution de l’air et de l’eau, choix minutieux des zones d’emprunt et des sites
d’entreposage des déblais, contrôle de l’érosion, élimination des déchets de façon sécuritaire, etc.
.
115
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
7.2
Surveillance et suivi environnemental
Le suivi de l’exécution des mesures environnementales sera assuré par l’Observatoire de
l’Environnement de l’ABN et les structures nationales et locales. Cette structure sous-traitera
les services déconcentrés de l’État et les autres structures actives dans la zone. La surveillance
environnementale concerne les phases de préparation, de construction et d’exploitation des
composantes du Projet. Les indicateurs sont définis au chapitre 10 .
7.3
RESPONSABILITES ET DISPOSITIONS INSTITUTIONNELLES DE MISE EN
OEUVRE
Plusieurs institutions seront appelées à intervenir pour réaliser le P-DREGDE et pour s’assurer
de la prise en compte des mesures de sauvegardes environnementales et sociales. Le tableau 9
décrit brièvement la structure institutionnelle de mise de œuvre du PGES et les responsabilités
en découlant.
Tableau 9 : Dispositif institutionnel global de mise en œuvre du PGES
ACTEURS
L’Observatoire
Niger
du
bassin
RESPONSABILITES
du
L’Unité de Gestion et de
Coordination du Projet (UGCP)
Système d’échange d’Energie
Electrique Ouest Africain
(WAPP)
Les Structures Focales
Nationales (SFN)
Les
Agences
Nationales
d’Exécution (ANE)
L’Unité de Gestion du Projet
(UGP)
du
Power
Holding
Company of Nigeria (PHCN)
La Direction Générale de Fomi
Le
Haut
Commissariat
à
l’Aménagement de la Vallée du
Niger (HCAVN)
Les
Services
techniques
de
Suivi de l’évolution du bassin dans ses dimensions hydrologiques, socioéconomiques et environnementales et production de l’information
périodique aux acteurs et aux décideurs.
Gestion et coordination du projet au niveau régional sous la
responsabilité du Secrétariat Exécutif de l’ABN.
Assurer de façon systématique la prise en compte des questions
environnementales et sociales dabs le projet.
Coordination des efforts autour du développement des infrastructures
électriques dans le bassin du Niger.
Coordination et supervision des Agences Nationales d’Exécution (ANE).
Mettre en œuvre les activités du projet par le truchement de soustraitance avec des structures nationales à travers l’approche « faire
faire »
Responsable de la mise en œuvre directe du PGES des barrages de
Jebba et de Kainji à travers l’ Unité Environnementale et Sociale (UES)
Améliorer la gestion environnementale, la santé et la sécurité au sein
des barrages de Kainji et Jebba.
Suivi et supervision des études complémentaires conformément aux
réglementations nationales et aux standards internationaux en matière
de sauvegardes environnementales et sociales.
 Suivi et supervision des études complémentaires conformément aux
réglementations nationales et aux standards internationaux en
matière de sauvegardes environnementales et sociales.
 Responsable de la mise en œuvre générale de toutes les activités
du projet objet du financement additionnel pour le Programme
Kandadji.
Appui technique aux ANE dans le cadre de la mise en œuvre depuis la
116
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
l’administration impliqués dans
la mise en œuvre de la
composante 3
Les Ministères en charge de
l’environnement
Les institutions nationales en
charge des Evaluations
Environnementales et Sociales
Les communes
ONG, Organisations
communautaires de base et
Associations locales
Entreprises de travaux, Bureaux
d’Etudes et consultants
Bureaux d’Etudes et consultants
Les services techniques l’Etat et
leurs structures déconcentrées:
Les populations (bénéficiaires et
affectées), les élus locaux, la
société civile
7.3.1
phase conceptuelle jusqu’à la fin des travaux. Mise en œuvre d’un volet
du Projet en fonction de leurs domaines de compétences.
Délivrance du certificat de conformité environnementale pour la
réalisation des sous projets
Surveillance, suivi et évaluation de la mise en œuvre des plans issus
des évaluations environnementales et sociales.
Maîtrise d’ouvrage et bénéficiaires des projets du financement
additionnel. Élaboration de PDC et stratégies de développement local, y
compris la gestion RN et la lutte contre la dégradation du cadre de vie.
Identification des priorités locales et des projets. Participation aux
concertations. Participation au suivi de mise en œuvre et à l’évaluation
des projets. Établissement des mécanismes de financement et
implication dans le processus de mobilisation des fonds.
Préparation de stratégies de gestion et d’exploitation des projets réalisés
Exécution des actions sur le terrain ; Participation au suivi-évaluation
des mesures d’atténuation et de bonification.
Responsables des travaux et de la mise en œuvre des mesures de
mitigation. Elles sont chargées de préparer leur propre PGES et de
recruter le personnel qualifié pour son exécution.
Réalisation des études
Responsables de la bonne exécution des PGES.
Appui à la définition et la hiérarchisation des priorités. Sensibilisation,
formation et information.
Appui à l’organisation de concertations. Coordination des actions au
niveau local.
Participation à la mise en œuvre des programmes de suivi
environnemental ; Appui-conseil ; Mise en cohérence et articulation des
différents projets / programmes.
Relayer les informations et encourager la participation des
communautés locales.
Témoigner de la qualité des services reçus et faire part de leurs
commentaires, suggestions et doléances.
Recommandations pour la gestion environnementale et sociale du Projet
La prise en compte des aspects environnementaux et sociaux dans le PGES doit être garantie
afin de s'assurer que les projets mis en œuvre dans le cadre des objectifs du projet
n'engendrent pas des effets qui pourraient annihiler tous les bénéfices escomptés. A cet effet, il
est pertinent de mettre en place un dispositif performant pour la prise en charge des aspects
environnementaux et sociaux des différents projets qui seront exécutés. Ce dispositif à l'instar
du montage institutionnel pressenti, sera transversal du niveau national au niveau local. Les
recommandations clefs pour le renforcement institutionnel du PDREGDE/BN répondant aux
besoins sont présentées au tableau 9.
Tableau 9 : Renforcement institutionnel pour la mise en œuvre du PGES
117
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Actions proposées
Désignation d’un point focal
environnement national dans
chaque pays
Désignation de Point Focal
Environnement Régional
(Directeur régional de
l’environnement)
Mise en place d’un comité Ad oc
régional
Désignation du Point focal
Environnement Local (chef de
service départemental ou
communal)
Mise en place d’une commission
environnementale locale
Mise place ou renforcement des
comités communautaires
Appui au suivi environnemental
Responsables
Ministère de l’environnement et
PDREGDE/BN
Ministère de l’environnement
Gouverneur ou Préfet
Ministère technique pertinent sur
demande
Moyens et échéancier
Signature d’une convention entre
le PDREGDE/BN et le ministère
de l’environnement au
démarrage du projet
Signature d’une convention entre
le PDREGDE/BN et le ministère
de l’environnement au
démarrage du projet
Arrêté du gouverneur au
démarrage du PDREGDE/BN
Signature d’une convention avec
le ministère technique et le projet
au démarrage
Préfet
Arrêté préfectoral au démarrage
Conseil communal
Conseil communal dès l’éligibilité
du sous – projet
Au cours de l’exécution du projet
PDREGDE/BN
Ainsi, il apparaît indispensable de renforcer le personnel de l'Unité de Gestion du Projet par un
expert en environnement chargé de la supervision nationale. Il sera pertinent de créer le poste
d’environnementaliste national du PDREGDE/BN chargé des aspects environnementaux et
sociaux au sein de la coordination nationale du projet chargée de la mise en œuvre du
PDREGDE/BN dans chaque pays. Il est sous l'autorité directe du coordonnateur national et est
responsable de la mise en œuvre du PGES. Ce poste sera occupé par un environnementaliste,
familiarisé avec les procédures d'évaluation environnementale et sociale des projets. Il (elle)
pourrait être soit recruté par le PDREGDE/BN soit détaché par le Ministère de l'Environnement
dans chaque pays.
Au niveau régional, il va s'appuyer sur les directions régionales de l'environnement. Dans
chaque direction il sera désigné un Point Focal Environnement Régional (PFERPDREGDE/BN), de préférence le directeur de division, sur la base d'une convention signée
avec le PDREGDE/BN, qui va coordonner le fonctionnement d'un Comité ad hoc Régional
Environnement formé des agents des autres des structures gouvernementales décentralisées
chargées de : la planification, la pêche, les eaux et forêts, l'agriculture, l'hydraulique, la santé,
les travaux publics et équipements, etc.) et autres acteurs sur arrêté du Gouverneur de région.
En effet tous les dossiers ne pourront certainement pas être approuvés au niveau central au
risque de retarder le processus de mise en œuvre des projets. A fin de permettre l'approbation
118
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
des dossiers au niveau régional, la Direction de l’environnement devra susciter la revue du
décret organisant le Comité Technique d'Évaluation (CTE).
Au niveau local, un Point Focal Environnement Local, capable de servir d'interlocuteur du projet
sur les aspects environnementaux et sociaux dans toutes les composantes, devra être désigné.
La mise en place de ce point focal répond au souci de doter le PGES du PDREGDE/BN de
mécanismes de coordination plus efficace des activités, en vue de garantir la prise en compte
des aspects environnementaux et sociaux dans la mise en œuvre des activités, mais aussi
d'assurer le suivi des indicateurs environnementaux et sociaux.
Le Point Focal Environnement Local participera aussi aux séances d'animation et de
sensibilisation des acteurs à la base. Le Point Focal Environnement Local sera désigné au
niveau départemental parmi les services déconcentrés présents (une convention sera signée
entre le ministère technique de tutelle de son service et le PDREGDE/BN) ; il va coordonner les
activités d'une commission environnement mise en place par arrêté préfectoral et composé des
services techniques présents (comités de suivi et comités de gestion). Dès qu'un projet sera
éligible dans une localité, ces types de comités devront être mis sur pied.
L'intervention des Points focaux, des membres des comités ad hoc régionaux et des services
techniques des commissions environnement locales se fera sur la base de la signature d'une
convention avec le PDREGDE/BN au niveau national ou régional. Ce dispositif est complété par
les ingénieurs conseils sélectionnés par appel d'offre, qui auront dans leur cahier des charges
des composantes claires quant aux exigences environnementales déclinées dans les PGES des
projets. Ils devront proposer une équipe comportant un environnementaliste confirmé. Tous les
animateurs communautaires éventuels devront en plus de leur expertise en animation sociale,
avoir des compétences environnementales avérées.
Les entreprises de réalisation des sous-projets sont responsables de la mise en œuvre des
mesures de mitigation comme l'indique les « Directives environnementales pour les entreprises
» y compris la réhabilitation des carrières.
7.3.2 Recommandations pour la gestion environnementale et sociale des activités du
projet est en cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji
Afin de coordonner les interventions des différentes parties prenantes, il est recommandé que la
mise en œuvre du PGES (du financement additionnel) soit sous la responsabilité du Haut
Commissariat à l’Aménagement de la Vallée du Niger (HCAVN) qui répondra des résultats
atteints auprès du Comité de pilotage et du bailleur de fonds (la Banque mondiale).
a. Mesures de renforcement institutionnel
119
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Renforcement de l’expertise environnementale et sociale des cellules en charge des
questions environnementales et sociales du HCAVN : Dans le cadre de la mise en œuvre des
composantes du financement additionnel, il s’agira de renforcer davantage, les compétences des
cellules existantes à savoir : le Département Environnement, le Département Affaires Sociales, le
Département Développement économique, la Cellule Communication et Relations extérieures et le
Département juridique en les organisant sous forme de structures spécialisées capables de
répondre aux exigences de la mise en œuvre des plans socio environnementaux du Programme.
b. Mesures de renforcement technique
Les mesures de renforcement technique concernent l’élaboration d’un manuel de procédures
environnementales, l’élaboration d’un manuel d’entretien et de maintenance des infrastructures et
équipement, la réalisation des Etudes d’impact environnemental et le suivi – évaluation des
activités du projet.
(i) Elaboration de directives environnementales et sociales à insérer dans les travaux : Il
s’agira d’élaborer un manuel de procédures environnementales et sociales qui précisera tous les
outils qui seront utilisés dans le cadre de la mise en œuvre du PGES (formulaire de présentation
des sous projets, dispositions environnementales à insérer dans les TDR, les dossiers d’appel
d’offres, les clauses – types environnementales à insérer dans les dossiers d’exécution, les
indicateurs environnementaux de suivi, etc.).
manuel d’entretien et de maintenance des infrastructures et équipements qui inclura des bonnes
pratiques environnementales au niveau des phases construction et exploitation des microprojets
d’appui aux infrastructures, rapport type de surveillance et de suivi environnemental, etc.).
(ii) Elaboration d’un manuel d’entretien et de maintenance des infrastructures et
équipements : le projet prévoit dans sa composante 3 potentielle, prévoit l’appui financier pour la
mise en œuvre des plans d’investissements (essentiellement axés sur les investissements
collectifs d’accès aux services de base et la gestion des ressources naturelles). A l’issue des
travaux, il se posera aux structures locales de gestion, notamment les services techniques
centraux et municipaux, la question de l’entretien et la maintenance régulière. Il s’agira de mettre à
leur disposition un manuel d’entretien qui les guidera sur les dispositions primaires d’entretien et de
maintenance des infrastructures et équipements. Ce manuel inclura les bonnes pratiques
environnementales au cours de la construction et l’exploitation et permettra d’assurer une meilleure
gestion et un suivi performant des infrastructures et équipements à construire dans le cadre de
l’appui financier.
(iii) Réalisation des Etudes de sauvegardes environnementales et sociales : Les sous projets
sélectionnés feront l’objet d’une évaluation préliminaire (screening), un formulaire de sélection
environnementale et sociale est en annexe du CGES. Sur la base des résultats du screening, les
catégories environnementales et sociales appropriées et l’ampleur du travail environnemental
requis de l’activité proposée seront déterminés. Si les résultats du screening révèlent la réalisation
d’EIE et des études d’impact social, le Projet devra prévoir une provision qui servira à la réalisation
de ces études et à leur validation.
(iv) Suivi – évaluation des activités du projet : Le champ d’application du projet, nécessite
également un système de Suivi-Evaluation solide et décentralisé afin de faciliter la collecte
systématique de donnée. Pour ce faire, il est important de disposer des capacités de suivi –
évaluation. Le personnel de suivi évaluation du Programme Kandadji sera défini dans le PGES mis
120
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
à jour pour le barrage. Le programme de suivi et d’évaluation spécifique du projet s’intègrera dans
le système de suivi évaluation global des plans sociaux environnementaux du Programme
Kandadji. Il portera sur la surveillance (contrôle d’exécution), le suivi permanent, la supervision,
l’évaluation et la capitalisation. Dans le cadre du financement additionnel, il est nécessaire de
prévoir un budget relatif au suivi au niveau national, régional et local afin de permettre à toutes les
parties prenantes d’y participer. En plus, le projet devra également prévoir une évaluation à mi
parcours et une évaluation finale à la fin du projet.
c. Formation et sensibilisation des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du CGES :
Il s’agit de mettre en place un programme qui améliore les compétences des différents
intervenants, plus particulièrement les acteurs locaux. Ce programme doit en même temps
répondre aux principaux enjeux environnementaux soulevés par la présente étude.
Les modules formation information sensibilisation ci-après ont été définis en rapport avec les
principaux besoins en matière de renforcement des capacités :
 Les enjeux environnementaux et sociaux des travaux liés au développement de l’irrigation
et le développement local ;
 Les bonnes pratiques et ou mesures conservatoires de l’environnement
 Les notions de base sur les études d’impact environnemental (EIE) ;
 Le cadre législatif et institutionnel et la procédure administrative des EIE au Niger ;
 Les politiques opérationnelles de la Banque mondiale ;
 La procédure de sélection et de classification des sous projets;
 L’élaboration des termes de référence ;
 Le contrôle environnemental des chantiers et le suivi environnemental.
Les principales cibles de ce programme de formation sont les suivantes :
 Les cadres du HCAVN ;
 Les cadres Régionaux et les Services Techniques Déconcentrés ;
 Les porteurs de projets ;
 Les responsables des conseils communaux ;
 Les prestataires de services.
7.4
7.4.1
Mesures de renforcement des capacités des acteurs
Mesures de formation, d’information et de sensibilisation
L’objectif du renforcement des capacités est d’aider les acteurs à la mise en œuvre des activités
du projet dans le respect des ressources naturelles et de l’environnement et de les assister à la
mise en œuvre des mesures d’atténuation et des mesures de suivi environnemental nécessaires
pour assurer des activités durables. Des formations spécifiques doivent être dispensées aux
différents acteurs selon leurs rôles attribués.
121
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Les services techniques déconcentrés et la cellule de coordination doivent bénéficier d’un
renforcement de capacités dans le domaine de l’évaluation et de gestion de l’environnement
ainsi que les politiques opérationnelles de la banque mondiale et les réglementations nationales
applicables pour ce projet. Ces actions peuvent se dérouler sous forme d’ateliers dans les
départements concernés au sein de chaque pays du bassin concerné.
Par ailleurs et pour assurer le suivi environnemental du projet, un Projet de renforcement des
capacités en matériel et en personnel est nécessaire dans les domaines suivants :
-
Suivi de la qualité des eaux avant le rejet dans le fleuve Niger, suivi de la qualité des
eaux souterraines ;
-
Suivi analytique des ressources en sols ;
-
Suivi épidémiologique (Relation avec les maladies d’origine hydrique) ;
-
Suivi biologique par des tests éco toxicologiques des ressources halieutiques.
La formation, l’information et la sensibilisation des populations doivent porter sur la protection
des ressources naturelles communes. Ces actions doivent viser les populations et les
communautés bénéficiaires du projet. Ces actions peuvent porter sur :
-
des informations sur la gestion intégrée des ressources naturelles à l’échelle
communautaire ;
-
des informations sur la bonne gouvernance ;
-
des informations sur les bonnes pratiques agricoles (gestion des eaux, gestion des
intrants agricoles, etc.)
Les campagnes de sensibilisation et d’information pour le public doivent commencer avec le
commencement des activités du Projet à l’aide de supports de communication appropriés
(réunions, radios rurales, journaux, télévisions, affiches, etc.). Un plan de communication
prenant en compte les enjeux d’une bonne gestion des ressources naturelles et de
l’environnement naturel et socio-économique doit être élaboré. Ce plan de communication doit
pouvoir permettre la mise en œuvre d’actions ciblées et soutenues visant à :
-
instaurer un espace de dialogue et de concertation entre tous les acteurs du Projet ;
-
informer les parties prenantes sur leurs contributions et responsabilités dans le Projet ;
-
informer sur les atouts et les vulnérabilités environnementales et sociales des zones
d’intervention du Projet ;
-
informer sur les procédures et les services offerts par les différents partenaires du Projet
dans chaque pays ;
-
diffuser le manuel de procédures du Projet dans les langues locales ;
-
et créer un environnement participatif et de transparence dans l’objectif de faire face à
des problématiques communes.
122
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
7.4.2
Concertation entre les différents acteurs et l’ABN
Le projet doit impliquer la communauté scientifique des quatre États bénéficiaires. L’objectif est
d’assurer une meilleure connaissance des ressources en eau en particulier et des ressources
naturelles en général ainsi que des aspects sociaux et socio-économiques spécifiques à chaque
zone d’intervention. Le renforcement des capacités de concertation entre les différents
intervenants et l’ABN permettra de favoriser la mise en place d’un cadre d’échanges
d’expériences et de connaissances des différents intervenants sur les questions
environnementales qui se posent dans les zones d’intervention du projet.
Par ailleurs, la Cellule de Coordination du Projet et les différents intervenants centralisés et
décentralisés des quatre États doivent servir de support pour assurer l’information et la
sensibilisation des populations bénéficiaires des actions du projet dans l’exécution de ces
actions et des mesures d’atténuation éventuelles des impacts négatifs du projet. Ces
populations doivent être sensibilisées, entre autres, sur les bonnes pratiques de gestion des
eaux. Les échanges entre les différents acteurs jouent un rôle important dans ce processus de
diffusion de l’information permettant aux acteurs et aux populations de participer activement
dans le processus d’exécution et de suivi des actions du Projet.
7.5
Coûts de mise en œuvre du PGES
Le coût total de mise en œuvre du PGES est estimé à 2 300 000 $US. Ce coût ne tient pas
compte du budget de la réinstallation qui est inclus dans le document séparé du Cadre de
Politique de Réinstallation du PDREPE/BN.
123
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Tableau 10 : Coûts des mesures d’atténuation et de suivi environnemental
Mesures
d'atténuations
environnementales
1- Mesures de
protection des
ressources en eau
(respect de la charte
et des codes de l’eau,
coordination avec des
Projets existants,
application des
normes de rejet,
drainage collectif,
actions de
sensibilisations, etc.)
Capacité
institutionnelle
d’exécution et de
contrôle
Cellule de
coordination du
projet, CLC,
Services
techniques
spécialisés
régionaux,
services de
contrôle
environnementaux
et de l’hydraulique
2- Mesures de
protection des
aménagements et
réduction des risques
d’inondations
(ceintures vertes,
brises vent, haies
vives contre les
animaux, couloirs de
passage, délimitation
des aires pastorales,
etc.)
3- Stations de suivi
épidémiologique
(relation avec les
maladies d’origine
hydrique)
Cellule de
coordination du
projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
régionaux
4- Mesures de
Cellule de
Projet de suivi et
de renforcement
de capacités
Période /
Fréquence de
mise en œuvre
Suivi de la qualité
des eaux avant
rejet, suivi de la
qualité des eaux
souterraines,
élaboration
d’indicateurs de
suivi par
composante,
renforcement des
capacités,
renforcement des
labos existants en
matériel
d’analyses sur
terrain
Équipements à
acquérir au plus
tôt
Suivi de la qualité
des eaux de
surface et
souterraine :
régulier
(trimestriel /
chaque saison) et
à long terme
Aménagements à
réaliser en même
temps que la mise
en œuvre des
différents sous projets
Stations de suivi à
mettre en place
au plus tôt
Opérations de
suivi : régulière
(trimestrielle /
chaque saison) et
à long terme
Aménagements à
Coûts en US$
250 000 US$
50 000 US$
100 000 US$
100 000 US $
124
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
protection et de
régénération des
ressources végétales
5- Mesures de
protection des
ressources en sols
(protection contre
l’érosion, conformité
aux plans
d’occupations des
sols, etc.)
6- Plan de gestion
des pestes et
pesticides
7- Sensibilisation sur
le VIH /SIDA
8- Ajustement du
projet aux
changements
climatiques
9- Aménagement des
couloirs de passage
des animaux
(minimisation des
conflits sociaux)
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
régionaux)
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques et de
contrôle
spécialisés
régionaux,
laboratoires
spécialisés)
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques et de
contrôle
spécialisés
régionaux)
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
régionaux
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
régionaux
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
réaliser en même
temps que la mise
en œuvre des
différents sousprojets
Suivi analytique
des ressources en
sols
Suivi : Avant et
après les
périodes des
pluies / A long
terme
Renforcement des
capacités des
intervenants
Vulgarisation des
bonnes pratiques
d’utilisation des
pesticides
200 000 US$
125 000 US $
75 000 $US
150 000 $US
Aménagements à
réaliser en même
temps que la
mise en œuvre
des différents
projets du Projet
50 000 US$
125
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
10- Mise en place
d’un système clair et
transparent ainsi que
des comités
d’usagers à même
d’assurer la bonne
gouvernance
11- Formations
spécifiques aux
services techniques
et la cellule de
coordination dans le
domaine de
l’évaluation et de
gestion de
l’environnement ainsi
que les directives de
la banque mondiale
applicables pour ce
projet.
régionaux)
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
Autorités
régionales
Cellule de
coordination du
Projet, CLC,
services
techniques
spécialisés
régionaux)
HCAVN,
Communes,
Porteurs de
projets,
Prestataires de
services
12- Plan de
communication et
exécution du plan
(matériel, expertise,
frais divers)
Cellule de
coordination du
Projet, CNC, CLC,
communes,
services
déconcentrés
13- Mesures
institutionnelles
Cellule de
coordination du
Projet, CNC, CLC,
Communes,
services
déconcentrés
Cellule de
coordination du
Projet, CNC, CLC,
Communes,
services
déconcentrés
14 Mesures
techniques
Avant le
lancement des
sous - projets
Formations
spécifiques aux
services techniques
et la cellule de
coordination dans le
domaine de
l’évaluation et de
gestion de
l’environnement
ainsi que les
directives de la
banque mondiale
applicables pour ce
projet.
Démarrage du
Projet et session
dans chaque
pays
125 000 US$
Démarrage du
Projet
100 000 US $
500 000 $US
Désignation des
points focaux
nationaux,
régionaux et locaux
dans les pays
Suivi – évaluation
Réalisations des
EIE du PGES
Elaboration manuel
de procédures E&S
et manuel
d’entretien et de
maintenance des
infrastructures et
À la charge
des
bénéficiaires
Unité de
coordination,
Directions de
l’environnement
Communautés
PDREGDE/BN
70 000
$US
126
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
équipements.
TOTAL GENÉRAL
2 295 000
$US
127
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
8. ANALYSE DES ALTERNATIVES
La zone concernée par le Projet de développement des ressources en eau et préservation des
écosystèmes est une portion importante du bassin dans son ensemble. A l’instar de tout le
bassin, la zone regorge d’importantes ressources naturelles (eau et terres notamment).
L’agriculture et l’élevage sont les principales activités économiques des populations de la zone,
ce qui devrait constituer un atout important pour la réalisation de l’autosuffisance alimentaire et
le bien-être de la population. Malheureusement, la zone est soumise à de rudes intempéries et
aléas climatiques, ce qui ne favorise pas les conditions de production agricole. Toutefois, la
ressource en eau de surface y existe. Elle est constituée d’un important réseau hydrographique
à partir du fleuve du Niger et ses affluents ainsi que d’autres cours d’eau. Mais ce réseau ne
peut être exploité pour l’alimentation des populations en eau potable, l’abreuvement du cheptel
dont regorge cette zone, les activités agricoles et de pêche que si des investissements
importants sont réalisés avec la complicité des populations.
La non-réalisation du projet aura des effets néfastes sur le bien-être des populations pouvant
bénéficier des retombées socio-économiques dudit projet et le développement des régions vers
une autonomie et une mise en valeur des ressources disponibles. En plus, la non-réalisation du
projet ne fera qu’accentuer les problématiques environnementales et sociales actuelles des
régions. Une telle situation constituerait un frein à la volonté et à la politique agricole des pays.
Dans le même temps, elle marquerait un manque d’ambition et surtout un rejet des initiatives de
lutte contre la pauvreté en milieu rural.
La situation de projet permettra d’apporter aux diverses régions des rajouts et des innovations à
même de pouvoir assurer à la population rurale d’autres revenus, et des pratiques agricole
innovantes. Toutefois, diverses mesures d’accompagnement seront nécessaires pour une
bonne réussite de ce processus et sa durabilité.
128
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
9. CONSULTATION DU PUBLIC
9.1
Résultats des consultations du CGES de 2007
L’élaboration du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du « Projet de
Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes » (PDREPE), a
prévu un processus de consultation et de communication avec les différents types d’acteurs
concernés ou impliqués dans le projet. Par conséquent, un programme est élaboré avec un
contenu précis pour orienter les actions à mener dans ce domaine.
La mise en œuvre du projet vise à obtenir la participation des différents groupes d’acteurs à
toutes les étapes du projet afin de prendre en compte leurs préoccupations et avis pour
harmoniser le projet avec les attentes du milieu.
De façon plus explicite, le programme de consultation et de communication vise à :
- informer l’ensemble des catégories d’acteurs concernés ou impliqués dans le Projet
- recueillir et analyser leurs préoccupations et avis
- analyser les résultats de la consultation afin de les intégrer au processus de
conception, de décision et de réalisation du Projet,
- connaître la zone d’influence sur le plan socio économique et culturel,
identifier les enjeux potentiels et proposer des mesures d’atténuation afin d’éviter des
situations de crise au moment de la mise en œuvre du Projet.
- réduire les divergences lors de la mise en œuvre des activités afin d’éviter
l’augmentation des délais et des coûts.
Pour ce faire, les actions ci-après seront mises de l’avant pour l’ensemble du processus actuel
et à venir :
- une réunion de cadrage avec les cadres de l’ABN à Niamey,
- une réunion de concertation avec les acteurs dans chacun des cinq pays concernés,
- une réunion de restitution de l’audit des barrages de Kainji et Jebba (Nigéria),
- une réunion de restitution des travaux de collecte d’informations de terrain à Niamey,
une réunion de réunion de diffusion et d’information sur les résultats dans les pays
concernés,
- un atelier de validation des rapports provisoires au siège de l’ABN à Niamey,
- un atelier de diffusion des rapports définitifs au siège de l’ABN à Niamey.
En octobre 2006 avait lieu la réunion de cadrage et les réunions de concertation avec les
acteurs des pays concernés par le projet. Ces réunions visaient à répondre aux deux premiers
objectifs du programme de consultation.
Les principales préoccupations identifiées par les acteurs (rapport de consultation annexe E)
sont les suivantes :
129
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
8) Implication des populations à toutes les étapes des sous-projets à identifier et réaliser
- Informer les populations suffisamment pour qu’elles puissent formuler leurs sous
projets en toute connaissance de cause et assurer leur mise en œuvre.
9) L’appui technique aux populations
- Renforcer des capacités des prestataires et de la population
- Éviter que les coûts de ces appuis ne deviennent un handicap pour les populations dans
la formulation des sous projets.
10) Le déplacement des populations du fait de la réalisation de sous-projets
- Engager une procédure d’indemnisation qui débouche sur des actes légaux,
conformément à la réglementation nationale en vigueur et la PO 4.12 de la Banque
Mondiale pour une compensation claire des préjudices.
- Encourager la solidarité communautaire.
11) Le renforcement des capacités des acteurs
- Renforcer la capacité de l’ensemble des acteurs impliqués ou concernés
- Établir pour chaque catégorie d’acteurs, un programme approprié
d’Information, d’Éducation et de Communication (IEC).
12) Le processus de tri, d’approbation et de suivi de l’exécution des sous-projets
- Élaborés les structures de tri des sous-projets, de suivi et de contrôle des réalisations en
tenant des besoins des populations.
- Mettre en place un mécanisme de tri et d’analyse technique des dossiers simple et
proche des populations.
13) Le financement des actions de surveillance et de suivi
- Développer une politique de prise en charge d’une partie des moyens de travail des
structures pour les équiper afin de les rendre plus fonctionnelles et plus efficaces.
14) Mesures d’accompagnement
- S’assurer que chaque sous-projet élaboré comporte un volet d’activités génératrices de
revenus pour avoir les moyens d’assurer la maintenance des infrastructures réalisées.
9.2
Résultats des consultations du CGES de 2011
Les consultations ont été réalisées sous forme de consultations villageoises. Elles visaient les
populations potentiellement concernées par le projet. Elles avaient pour but :
 D’informer les populations sur le projet objet du financement additionnel pour le
Programme Kandadji ;
 De s’assurer de la compréhension du projet par les populations ;
 De recueillir et analyser les préoccupations et les avis des populations ;
 D’analyser les résultats de la participation publique, afin de les intégrer dans le
processus de conception, de décision, et de réalisation du projet
130
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Les consultations publiques ont eu lieu dans six villages (Famalé, Gabou, Sanguilé, Ayorou
GoungouKoirey, Garey et Alsilamey) situés dans les communes de Dessa, Ayorou et
Bibiyergou. Six réunions de consultation ont été conduites en décembre 2011 en concertation
avec les membres de la cellule PR/PDL de l’Unité d’Exécution du Programme (UEP) et des
autorités administratives des localités concernées. Les réunions se sont déroulées dans chaque
village en présence du chef de village, des doyens, des femmes, des jeunes, des leaders
religieux, des organisations locales, etc. (Voir liste de présence en annexe). Ces réunions ont
été conduites auprès de 405 personnes et le nombre de participants par village était en
moyenne de 68.
Les réunions se sont articulées autour des points suivants :




Présentation de l’objet de la mission, buts et objectifs du CGES et du CPRP ;
Présentation sur les composantes potentielles du projet ;
Impacts potentiels sur les composantes socio-économiques et biophysiques ;
Echanges sur les préoccupations et attentes des populations sur le projet .
Tous les villages sont favorable à la réalisation du barrage ainsi que les actions prévues dans le
cadre du financement additionnel. La forte participation des femmes a été un des points forts
des ces réunions de concertation. Les jeunes étaient également présents et ont participé de
manière constructive aux échanges. Au regard des informations mises à leurs disposition, elles
nous ont cependant fait part, de leurs préoccupations et attentes qui se résument à :
Préoccupations :

La préoccupation la plus commune exprimée au niveau de la majorité des villages se
résume au problème d’accès à l’eau potable. Le souhait premier des populations est de
multiplier les infrastructures hydrauliques afin qu’elles puissent accéder à l’eau potable ;

De nombreuses préoccupations ont été exprimées, elles sont relatives à l’insuffisance des
infrastructures sanitaires et scolaires ainsi qu’au personnel qualifié et au désœuvrement des
jeunes. Les populations souhaitent bénéficier des infrastructures sanitaires telles que les
cases de santé, les centres de santé intégré, etc.) pour améliorer l’accès aux soins de santé.
Elles souhaitent également bénéficier des infrastructures scolaires (salles de classe, centre
d’alphabétisation pour jeunes et adultes, centre de formation des jeunes, etc.) ;

De nombreuses questions ont porté sur l’irrigation, pratiquée dans certains villages et
méconnue dans d’autres. La majorité des villages sont favorables à la conversion des
populations de l’agriculture pluviale à l’agriculture irriguée si ils arrivent à bénéficier des
formations et de l’appui technique nécessaires ;

Des interrogations ont porté sur les éventuelles pertes de terres. Le projet a précisé qu’en
cas d’expropriation, les personnes affectées seront compensées de façon juste et équitable ;

Des inquiétudes ont été notées par rapport au manque de terres. Le projet a précisé que
l’aménagement des périmètres irrigués et l’accroissement de la productivité des terres qui
seront induites par l’irrigation et l’amélioration des techniques culturales, vont engendrer un
131
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
gain substantiel au niveau de la production agricole et sont par conséquent susceptibles de
contribuer à la sécurité alimentaire ;

Par rapport à l’emploi des jeunes sur le chantier du barrage ou sur les parcelles irriguées qui
seront mises en valeur, la majorité des villages demandent de favoriser les jeunes de la
région pour les emplois non qualifiés ;

Inquiétudes pour les femmes des villages insulaires et ceux situés au bord de l’eau sur les
activités qu’elles ne seront plus à mesure de pratiquer quand elles seront sur les sites de
réinstallation. Il s’agit des activités telles la poterie, la vannerie, etc. Crainte pour
l’identification des voies de reconversion possible une fois qu’elles seront sur les sites de
réinstallation. Souhait de bénéficier d’un appui pour pratiquer des AGR.
Attentes :










L’appui au renforcement des capacités des acteurs à travers la formation et la
sensibilisation ;
L’appui au renforcement des capacités des ressources humaines locales (adultes hommes
et femmes) à travers l’alphabétisation fonctionnelle ;
En plus des canaux traditionnels de communication, les populations souhaitent bénéficier
des canaux modernes de communication tels que la radio, la télévision, la presse écrite,
etc. ;
L’accès aux équipements collectifs de base (infrastructures hydrauliques, sanitaires,
scolaires, etc.) ;
L’accès des femmes aux équipements pour la transformation des produits agricoles (moulin
à grain, décortiqueuse d’arachide, batteuse à pédale de riz, etc.) ;
L’accès au crédit et aux activités génératrices de revenus (AGR) ;
L’accès à l’électrification rurale car les populations estiment que l’énergie électrique pourrait
leur permettre de s’ouvrir au monde, d’accéder au réseau télévisuel, de réaliser des
aménagements hydroagricoles, etc. ;
L’accès aux infrastructures socioculturelles comme la construction ou la réhabilitation des
ateliers divers (couture, tissage, peinture, etc.), les aménagements de terrains et
équipements sportifs pour les jeunes ;
L’accès aux infrastructures de commercialisation telles que les marchés à bétail, les stands
et hangars pour la commercialisation des produits agricoles, les banques céréalières, les
magasins de stockage, etc. ;
L’accès au petit matériel et équipements agricoles au profit des activités de maraichage, et
des opérations de restauration des terres (plantations d’arbres, confection d’ouvrages
antiérosifs, etc.).
9.3
9.3.1
Mécanismes et procédures de consultation publique
Contexte et Objectif du Plan de consultation
Le Plan cadre de consultation publique ambitionne d’assurer l’acceptabilité sociale du
PDREGDE/BN à l’échelle locale, en mettant tous les acteurs dans un réseau de partage de
l’information aussi bien sur l’environnement que sur le projet proprement dit. Le plan de
132
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
consultation poursuit des objectifs reposant sur la pertinence d’une communication sociale des
investissements du PDREGDE/BN. Il ambitionne d’amener les acteurs à avoir, à l’échelle des
communes une vision commune et des objectifs partagés des actions entreprises par le projet
dans une logique tridimensionnelle : avant le projet (phase d’identification et de préparation) ; en
cours de projet (phase d’exécution) ; après le projet (phase de gestion, d’exploitation et de
d’évaluation rétrospective). Il devra également prendre en compte les contextes culturels locaux,
les canaux de communication traditionnelle et les conditions de publication de la Banque
mondiale et de ses partenaires.
Le plan de consultation doit mettre l’accent sur le contexte environnemental et social en rapport
avec les composantes du PDREGDE/BN. Les aspects institutionnels et organisationnels
doivent cadrer l’analyse du milieu de façon à offrir plus de lisibilité à l’interaction des acteurs et
aux dynamiques de conflits qui structurent les initiatives envisagées. L’objectif est : (i) de mettre
à disposition l’information environnementale et le contexte du projet ; (ii) d’avoir une base de
discussion et un outil de négociation entre les différents acteurs ; (iii) de disposer d’un référentiel
pour organiser le Partenariat et la participation qui sont des attributs essentiels de la bonne
gouvernance. La consultation devra être conduite par une équipe pluridisciplinaire et suppose
une intégration harmonieuse de méthodes participatives et celles quantitatives. Il doit être de
style simple et accessible. Les échanges constants entre ceux chargés de son élaboration et les
porteurs d’information sont essentiels. Les points de vue des populations et des autres acteurs
doivent être rigoureusement pris en compte.
Le plan de consultation renvoie à la nécessité d’associer pleinement les populations dans
l’identification des besoins, le suivi des activités et leur évaluation dans une perspective de
contrôle citoyen, de partage des connaissances et des savoirs, de participation et d’efficacité
sociale. Le Plan de communication doit tenir compte de l’environnement socio économique et
culturel dans ses objectifs stratégiques et opérationnels. L’esprit de l’exercice est d’amener les
différents acteurs à en avoir une compréhension commune sur la base de convictions mutuelles,
de principes communs et d’objectifs partagés. Le concept renvoie aussi au contrôle citoyen des
différentes composantes du projet, notamment dans ses procédures d’identification, de
formulation, d’exécution, de suivi de la mise en œuvre et surtout de gestion et d’exploitation
quotidienne.
9.3.2
Mécanismes et procédures de consultation
Les mécanismes et procédures pour l'information, la concertation et la négociation à mettre en
place devront reposer sur les points suivants :
-
connaissances sur l’environnement des zones d’intervention du Projet ;
L’acceptabilité sociale du PDREGDE/BN
133
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Les outils et techniques de consultations devront se conformer à une logique de communication
éducative et de communication sociale.
La communication éducative doit s’articuler avec des stratégies (démarches pour atteindre un
objectif ou une famille d’objectifs) de manière directe, localisée dans le cadre d’un cheminement
participatif où chaque étape est réalisée avec un support de communication adéquat. Ce
système de communication s’assimile à une démarche de « négociation » pour amener les
populations par le biais de groupes organisés à participer à la gestion durable du Projet.
La communication sociale permet de renforcer la réflexion et la prise de conscience sur les
enjeux qui structurent l’information environnementale. De manière plus spécifique, elle vise le
dialogue, la concertation et la participation. En définitive, la stratégie du Plan de consultation doit
alimenter, régulariser le jeu inter-actif d’information sur l’environnement et sur le projet entre
tous les acteurs.
9.3.3
Stratégie
Le début de la planification stratégique et de la mise à disposition de l’information
environnementale du projet devra être marqué soit par des journées de lancement, soit par une
série d’annonce publiques. Les objectifs visés sont :
- la mise en réseau des différents acteurs par rapport à un ensemble de connaissances sur
l’environnement et de la région et sur le PDREGDE/BN ;
- la mise en place de groupes intersectoriels référencés aux différentes composantes du
Projet ;
- la mise en place d’un comité de coordination à l’échelle national et local.
Dans le domaine de la consultation environnementale, il sera nécessaire de bien mettre place,
au niveau de chaque région, un comité de coordination dont le rôle sera :
- d’appuyer l’institution régionale dans le fonctionnement local et l’appropriation sociale du
projet ;
- de mobiliser auprès des partenaires nationaux et locaux dans la mise en œuvre des
activités du projet ;
- d’appuyer la région à développer une capacité d’identification de partenaires et de
mobilisation de financement ;
- de servir de cadre de résolution à l'amiable d'éventuels conflits (fonciers ou autres)
- de dégager des critères de membership des groupes sectoriels ou socioprofessionnels ;
- de réviser les objectifs selon les opportunités et les contraintes ;
- de disséminer les résultats obtenus sur tout le cycle du projet.
134
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
9.3.4
Étapes de la consultation
Le Plan de consultation peut se dérouler à travers trois cheminements méthodologiques
modulables selon la taille, le contexte culturel et l’expérience en matière de planification
stratégique concertée sur le plan environnemental et de la gestion urbaine.
La consultation locale ou l’organisation de journées publiques
La consultation locale permet de :
- Recenser, examiner et approfondir les problèmes prioritaires posés par l’environnement
communal et ayant une incidence particulière sur la croissance et le développement de la
cité
- Réunir les principaux acteurs (public, privé, communautaire, politique etc. en vue
d’approuver un processus amélioré de gestion de la Ville avec en perspective l’instauration
de partenariats dans la gestion et la planification environnementale
- Définir les préoccupations partant des problèmes prioritaires de l’environnement
- Convenir d’un cadre institutionnel approprié pour le programme
- Mobiliser un soutien social et politique et l’engagement social nécessaire afin de rendre
opérationnels des groupes de travail intersectoriels pour traiter les problèmes recensés et
convenus dans le cadre de la gestion environnementale et de suivi des activités
La consultation locale remplit donc une double fonction. Une fonction de mise en réseau et
d’accords sur les préoccupations environnementales et une fonction de mécanisme participatif
permettant aux citoyens de rechercher collectivement des solutions à des problèmes
intersectoriels.
L’organisation d’une consultation locale peut être placée dans le démarrage des activités du
PDREGDE/BN et se fonde sur des principes ascendant, participatif et intersectoriel. En tant que
processus, elle favorise la solution collective des problèmes, la négociation, la résolution des
conflits, le consensus et le partenariat. Elle exige une participation importante et efficace des
partenaires à la prise de décision
Tableau 11 : Structure d’une consultation locale
La consultation locale qui peut durer de 2à 4 jours dépendamment de la taille de la ville peut être
structurée en plusieurs sessions ou modules :
Module 1 : Ouverture ou aperçu général où il sera question d’exposer un document de
description de la commune en français et dans les langues nationales. Ce document peut être
le plan de développement de la commune rurale ou sa synthèse, un profil environnemental,
ou un document faisant la synthèse de l’analyse des besoins dans le contexte du
PDREGDE/BN, une évaluation environnementale etc.
Module 2 : Identification et examen des problèmes environnementaux
Module 3 : démonstration d’une méthode pour traiter les questions spécifiques
135
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
-
-
Module 4 : examen du cadre institutionnel
Module 5 : Résumé et conclusion de la consultation locale
Module 6 Clôture et proposition d’un pacte sur la base des conclusions de la consultation
locale
Module 7 : La mise en place de groupes de travail intersectoriels qui vont assurer la gestion et
le suivi des activités
L’organisation de Forums communautaires
Les forums communautaires empruntent la même démarche méthodologique que la
consultation locale, mais sont organisés dans des quartiers directement concernés par des
problèmes sectoriels et territorialisés à l’échelle des périmètres ruraux (infrastructures de base,
équipements socio éducatifs, de Santé, équipements marchands, équipements
environnementaux etc.
9.3.5
Processus de consultation
Le processus de consultation publique devra être structuré autour des axes suivants :
- préparation de dossiers de consultations publiques comprenant les rapports d’étude
(rapports d’évaluation environnementale et sociale), descriptif des activités déjà identifiées
(localisation, caractéristiques, etc.) et des fiches d’enquêtes ;
- missions préparatoires dans les sites de projet et de consultation ;
- annonces publiques ;
- enquêtes publiques et collecte de données sur les sites de projets ;
- présentation des résultats de l’enquête publique lors d’ateliers de validation des évaluations
environnementales sectorielles (pour chaque projet)
Tableau 12 : Canevas d’enquête publique
Le canevas de l’enquête publique devra, entre autres, aborder les thèmes suivants :
- Implantation du site (enquête sur les alternatives)
- Installations et équipements proposés (enquêtes sur les normes des infrastructures
et équipements concernées)
- Mesures en matière de maintenance et d’entretien des infrastructures et équipements
(enquêtes sur les modes et les capacités institutionnelles de gestion)
- Mesures en matière d’hygiène, sécurité et qualité des produits (enquête sur les
normes et règles environnementales)
- Actions en matière de protection du milieu biophysique (enquête sur les mesures à
caractère écologique)
- Actions pilotes de recherche/développement ; de développement de méthodes
techniques et technologiques (enquête sur les améliorations méthodologiques).
Des méthodes accélérées de recherches participatives (MARP) pourraient être utilisées
136
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
comme approche pour créer une culture activée de développement.
Les outils et méthodes participatives utilisées au cours des enquêtes, devront être poursuivis
lors des études thématiques et des actions de suivi et évaluation.
Dans ce domaine, les approches généralement adoptées par les Collectivités locales, les
services techniques et de leurs partenaires (ONG, société civile, partenaires au développement)
reposent sur les points essentiels suivants :
- la connaissance du milieu avec la réalisation d’un diagnostic participatif ;
- la concertation dans l’établissement des priorités ;
- le développement des capacités locales dans l’action.
Les processus mis en place devront porter essentiellement sur : l’information et la sensibilisation
du public, le diagnostic participatif, la définition des priorités en fonction des besoins identifiés à
la base, les réunions de restitution et la préparation de plans d’actions. Dans ce domaine
particulier, les ONG nationales, impliquées dans la réalisation de programmes de
développement local, sont généralement dotés de mécanismes et d’outils participatifs, ce qui
leur permet de livrer des services essentiels aux structures communales et aux groupes
organisés.
137
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
10. SUIVI – ÉVALUATION
10.1
Objectifs et stratégie
La surveillance environnementale a pour but de s’assurer du respect :
-
des mesures proposées dans l’étude d’impact, incluant les mesures d’élimination,
d’atténuation, de compensation et/ou de bonification;
des conditions fixées dans le code de l’environnement et son décret d’application ;
des engagements des maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre
aux autorisations
ministérielles ;
des exigences relatives aux lois et règlements pertinents.
La surveillance environnementale concerne les phases d’implantation, de construction,
d’exploitation des composantes du PDREGDE/BN. Le programme de surveillance peut
permettre, si nécessaire, de réorienter les travaux et éventuellement d’améliorer le déroulement
de la construction et de la mise en place des différents éléments du projet.
Le programme de surveillance environnementale doit notamment contenir :
-
-
la liste des éléments ou paramètres nécessitant une surveillance environnementale ;
l’ensemble des mesures et des moyens envisagés pour protéger l’environnement ;
les caractéristiques du programme de surveillance, lorsque celles-ci sont prévisibles (ex :
localisation des interventions, protocoles prévus, liste des paramètres mesurés, méthodes
d’analyse utilisées, échéancier de réalisation, ressources humaines et financières affectées
au programme) ;
un mécanisme d’intervention en cas d’observation du non-respect des exigences légales et
environnementales ou des engagements de l’initiateur ;
les engagements des maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre quant au dépôt des rapports
de surveillance (nombre, fréquence, contenu).
Quant au suivi environnemental, il permettra de vérifier, sur le terrain, la justesse de l’évaluation
de certains impacts et l’efficacité de certaines mesures d’atténuation ou de compensation
prévues par le PGES, et pour lesquelles subsiste une incertitude. Les connaissances acquises
avec le suivi environnemental permettront de corriger les mesures d’atténuation et
éventuellement de réviser certaines normes de protection de l’environnement. Le Programme
de suivi décrit : (i) les éléments devant faire l’objet d’un suivi ; (ii) les méthodes/dispositifs de
suivi ; (ii) les responsabilités de suivi ; (iv) la période de suivi.
L’objectif de ce programme de suivi environnemental est de s’assurer que les mesures sont
exécutées et appliquées selon le planning prévu.
138
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
Pour la vérification de l’exécution des mesures environnementales, il est proposé de l’effectuer à
deux niveaux :
- au niveau régional, par points focaux locaux, en rapport avec le point focal régional
(supervision),
- au niveau national, par les Points Focaux Environnement nationaux avec l’appui des points
focaux régionaux.
- Au niveau de l’ABN par l’environnementaliste avec l’appui des points focaux nationaux.
Par contre, le suivi permanent de la mise en œuvre des mesures environnementales sur le
terrain est fait par le bureau de contrôle qui devra de préférence avoir en son sein, un
responsable ayant une sensibilité environnementale et sociale et qui pourrait déjà avoir une
autre attribution dans le contrôle.
La mission de contrôle doit consigner par écrit (fiches de conformité ou de non conformité) les
ordres de faire les prestations environnementales, leur avancement et leur exécution suivant les
normes. La mission de contrôle doit aussi saisir la Cellule Environnement du PDREGDE/BN
pour tout problème environnemental particulier non prévu.
La supervision est faite par les points focaux nationaux et régionaux:
-
à partir de vérifications périodiques soit par les procès-verbaux de chantier, soit par des
descentes sur le terrain,
au moment de la réception des travaux.
En cas de non respect ou de non application des mesures environnementales, le
PDREGDE/BN, en relation avec le bureau de contrôle, initie le processus de mise en demeure
adressée à l’entreprise.
Les mesures de surveillance et de suivi-évaluation (élaboration d’un système d’indicateurs
permettant de suivre et d’évaluer les impacts et d’un programme de surveillance) seront
structurées comme indiqué ci-dessous.
10.2
Indicateurs environnementaux et sociaux
Les indicateurs sont des signaux pré-identifiés qui expriment les changements dans certaines
conditions ou résultats liés à des interventions spécifiques. Ce sont des paramètres dont
l’utilisation fournit des informations quantitatives ou qualitatives sur les impacts et les bénéfices
environnementaux et sociaux du PDREGDE/BN. Les indicateurs servent, d’une part, à la
description, avec une exactitude vérifiable, de l’impact généré directement ou indirectement par
les activités des composantes du PDREGDE/BN et, d’autre part, à la mise en exergue de
l’importance de l’impact. Ils fournissent une description sommaire des états et des contraintes
et permettent d’observer le progrès réalisé ou la dégradation subie dans le temps ou par rapport
139
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
à des cibles. Ils révèlent des tendances passées et servent, dans une certaine mesure,
d’instruments de prévision. En tant que tel, ils constituent une composante essentiel dans
l’Évaluation Environnementale et Sociale du PDREGDE/BN. Pour ce qui concerne le choix des
indicateurs environnementaux et sociaux, les critères d’analyse doivent porter sur la pertinence,
la fiabilité, l’utilité et la mesurabilité. Les indicateurs de suivi ont été définis dans les sections
précédentes. Les indicateurs d’exécution résultent directement des activités à mettre en œuvre.
140
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
ANNEXES
141
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif révisé
ANNEXE A : FORMULAIRE DE CARACTÉRISATION ENVIRONNEMENTALE DES SOUSPROJETS
142
FORMULAIRE DE CARACTÉRISATION ENVIRONNEMENTALE DES SOUS - PROJETS
Le présent formulaire de sélection a été conçu pour aider dans la sélection initiale des activités du PDRE/PEB. Le
formulaire a été conçu pour mettre les informations entre les mains des exécutants et des analystes afin que les
impacts environnementaux et sociaux et les mesures d’atténuation y relatives, s’il y en a, soient identifiés et/ou que
les exigences en vue d’une analyse environnementale plus poussée soient déterminées. Le formulaire de sélection
contient des informations qui permettront aux analystes de déterminer les aspects caractéristiques de l’environnement
biophysique local et social aux fins d’évaluer les impacts environnementaux et socio-économiques potentiels de
l’activité. Si le formulaire de sélection contient des réponses affirmatives quelques « Oui », ou celles négatives
apparemment injustifiées « Non », la demande du projet devrait expliquer de manière adéquate et démontrer que le
sujet a été appréhendé pour éviter les effets/impacts négatifs inacceptables
Situation du projet
Village :
Communauté Rurale:
Commune :
Responsables du projet :
Nom de la personne à contacter :
Nom de l’Autorité qui Approuve :
Personne chargée de remplir le présent formulaire.
Nom :
Fonction :
Numéro de Téléphone :
Numéro du fac-similé :
Adresse électronique :
Date :
Signatures :
143
PARTIE A
Brève description du Projet PDREGDE
Prière de fournir les informations sur le type et les dimensions du projet (superficie, terrain nécessaire,
taille approximative de la surface totale à bâtir, etc).
Fournir les informations sur toutes les activités à mener pendant les phases de préparation du terrain et
de construction des infrastructures installations.
Décrire comment l’installation fonctionnera, notamment les activités d’appui et les ressources nécessaires
pour le faire fonctionner (les routes, les sites d’évaluation, l’adduction d’eau, les besoins en énergie, les
ressources humaines, etc.).
144
Partie B
Identification des impacts environnementaux et sociaux consultations
Impacts environnementaux et sociaux
Préoccupations environnementales et sociales
Ressources du secteur
Le projet nécessitera t-il des volumes importants de matériaux de
construction dans les ressources naturelles locales (sable, gravier, latérite,
eau, bois de chantier etc.)
Nécessitera-t-il un défrichement important
Le projet peut-il occasionner des variations du niveau de la nappe d’eau
souterraine, du débit des cours d’eau ?
Le projet peut-il entraîner une diminution qualitative et quantitative des
ressources naturelles (eau, bois, braconnage, exploitation forestière,
extraction minière, etc.) ?
Diversité biologique
Le projet risque-t-il de causer des effets sur des espèces rares, vulnérables
et/ou importants du point de vue économique, écologique, culturel
Y a-t il des zones de sensibilité environnementale qui pourraient être
affectées négativement par le projet ? Forêt, zones humides (lacs, rivières,
zones d’inondation saisonnières)
Zones protégées
La zone du projet (ou de ses composantes) comprend-t-elle des aires
protégées (parcs nationaux, réserve nationales, forêt protégée, site de
patrimoine mondial, etc.)
Si le projet est en dehors, mais à faible distance, de zones protégées,
pourrait-il affecter négativement l’écologie dans la zone protégée ? (P.ex.
interférence avec les vols d’oiseau, avec les migrations de mammifères)
Géologie et sols
Y a-t-il des zones instables d’un point de vue géologique ou des sols
(érosion, glissement de terrain. Effondrement) ?
Y a-t-il des zones à risque de salinisation ?
Paysage / esthétique
Le projet aurait t-il un effet adverse sur la valeur esthétique du paysage ?
Plantes nuisibles et insectes
Le projet risque t-il de promouvoir la dispersion de plantes / insectes / autre
espèces nuisible envahissantes le long de routes de distribution ?
Sites historiques, archéologiques ou culturels
Le projet pourrait-il changer un ou plusieurs sites historique, archéologique,
ou culturel, ou nécessiter des excavations ?
Perte d’actifs et autres
Est-ce que le projet déclenchera la perte temporaire ou permanente de
culture, de terres agricole, de pâturage, d’arbres fruitiers et d’infrastructure
domestique (grenier, toilettes et cuisines extérieures, etc. ?
Pollution
Le projet pourrait-il occasionner un niveau élevé de bruit ?
Le projet risque t-il de générer des déchets solides et liquides ?
Si «Oui» l’infrastructure dispose t-elle d’un plan pour leur collecte et
élimination
Y a-t-il les équipements et infrastructure pour leur gestion ?
Le projet risque pourrait-il affecter la qualité des eaux de surface,
souterraine, sources d’eau potable
Le projet risque t-il d’affecter l’atmosphère (poussière, gaz divers)
Oui
Non
Observation
145
Le projet entraîne t-il une forte utilisation de pesticides ?
Si ‘’Oui’’, l’OP 4.09 ‘’lutte anti parasitaire’’ est déclenchée. Prière faire appel
au PGPP phase reconnaissance et recommander l’élaboration d’un plan de
gestion des pesticides (PGP-2) (plan opérationnels et spécifiques de
gestion des pesticides)
Le projet entraîne t-il une bonne forte utilisation d’engrais ?
Mode vie
Le projet peut-il entraîner des altérations des modes de vie des populations
locales ?
Le projet peut-il entraîner une accentuation des inégalités sociales ?
Le projet peut-il entraîner des utilisations incompatibles ou des conflits
sociaux entre les différents usagers ?
Le projet peut-il entraîner un meilleur accès à des biens et services
(éducation, soins médicaux, services de santé, marchés, lieux de cultes,
etc.)
Santé sécurité
Le projet peut-il induire des risques d’accidents des travailleurs et de la
population ?
Le projet peut-il causer des risques pour la santé des travailleurs et de la
population ?
Le projet peut-il entraîner une augmentation de la population des vecteurs
de maladies ?
Revenus locaux
Le projet permet-il la création d’emploi
Le projet favorise t-il l’augmentation des productions agricoles et autres
Le projet permet-il l’écoulement des productions locales
Préoccupation de genre
Le projet assure t-il aux femmes un meilleur accès aux soins de santé ?
Le projet permet-il aux femmes d’accéder et de se maintenir dans le
système éducatif ?
Le projet favorise t-il une intégration des femmes et autres couches
vulnérables ?
Le projet prend t-il en charge les préoccupations des femmes et favorise t-il
leur implication dans la prise de décision ?
Consultation du public
La consultation et la participation du public ont-elles été recherchées ?
Oui___ Non___
Si ‘’Oui’’, décrire brièvement les mesures qui ont été prises `cet effet.
146
Partie C
Mesures d’atténuation
Au vu de l’annexe C, pour toutes les réponses ‘’Oui’, décrire brièvement les mesures prises à cet effet.
Partie D
Classification du projet et travail environnemental
(Réservée au Comité a d’hoc)
Projet de type : A
B1
B2
C
Travail environnemental nécessaire
Pas de travail environnemental
Simples mesures de mitigation
Étude d’impact Environnemental
147
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
ANNEXE B : CHECKLIST DES IMPACTS ET MESURES D’ATTÉNUATION
148
CHECKLIST DES IMPACTS ET MESURES D’ATTÉNUATION
L’objectif de cette annexe est d’indiquer les mesures d’atténuation type à appliquer pour
résoudre ou baisser l’intensité des impacts négatifs répertoriés pouvant découler de la
réalisation de certains sous - projets du PDREGDE/BNassurant leur management
environnemental et social permettant la consolidation de l’atteinte de leur objectif premier. Ainsi,
en rapport avec ces impacts, des orientations relatives au renforcement des impacts positifs et
d’autres relatives à la prévention, l’atténuation de la compensation des impacts négatifs sont
déclinés. Ces directives générales sont formulées en tenant compte de la réglementation des
pays en vigueur et des exigences des politiques de sauvegarde de la Banque mondiale dont
nous avons jugé, par ailleurs, de l’opportunité de leur considération.
a. Mesures générales d’atténuations des impacts négatifs
Les activités du PDREGDE/BNdevront faire l’objet d’une évaluation environnementale et sociale
avant tout démarrage, y compris un Plan d’Action pour la Réinstallation en cas de déplacements
involontaires (délocalisation de personnes, pertes de biens, etc.). En plus, il s’agira : d’élaborer
des manuels de procédures et d’entretien, des directives environnementales et sociales à
insérer dans les marchés de travaux ; d’élaborer des indicateurs environnementaux en milieu
rural. Les autres mesures d’ordre technique, à réaliser aussi bien lors de la phase de
construction qu’en période d’exploitation, sont consignées dans le tableau ci-dessous.
149
Tableau 1 : Mesures d’atténuation générales pour l’exécution des tous les sous-projets
Mesures
Mesures
réglementaires et
techniques
-
Mesures
d’exécution
-
Actions proposées
Réalisation d’Études environnementales et sociales pour les projets
programmés du PDRE/PEB
Élaboration de manuel de procédures et des directives environnementales
et sociales à insérer dans les marchés de travaux
Pour ce qui concerne déplacement involontaire de populations ou
d’activités économiques voir le CPRP (document séparé)
Procéder au choix judicieux et motivé des sites d’implantation
Élaborer un plan d’action pour la réinstallation en cas de déplacement
involontaires des populations
Mener une campagne de communication et de sensibilisation avant les
travaux
Veiller au respect des mesures d’hygiène et de sécurité des installations
de chantiers
Procéder à la signalisation des travaux
Employer la main-d’œuvre locale en priorité
Veiller au respect des règles de sécurité lors des travaux
Assurer la collecte et l’élimination des déchets issus des travaux
Prévoir dans le projet des mesures d’accompagnement
Mener des campagnes de sensibilisation sur les IST/VIH/SIDA
Impliquer étroitement les services communaux dans le suivi de la mise en
œuvre
Réhabiliter les carrières et autres sites d’emprunts
Respects des espèces protégées notamment les arbres.
150
b. Mesures d’atténuation impact spécifiques par secteur d’investissement
Tableau 2 : Mesures d’atténuations des impacts négatifs systèmes de retenues d’eau et
mares
Activités
spécifiques
Phase
préparatoire et
chantier
Impacts négatifs potentiels
Phase
d’exploitation
-
Développement du paludisme et
de la bilharziose
Accroissement de la compétition
sur l’utilisation des ressources
Risque d’épuisement prématuré
Risques de conflits sociaux avec
les populations riveraines
Mesure d’atténuation
Étude d’impact sur l’environnement
Sensibilisation des populations sur les
mesures de prévention du paludisme
(moustiquaire imprégnées)
Sensibilisation des populations sur les
risques de fréquentation des ouvrages à
des fins de baignade ou de lessive
Traitement des plans d’eau
Concertation avec les usages
Tableau 3 : Mesures d’atténuations des impacts négatifs des micro-barrages
Activités
spécifiques
Impacts négatifs potentiels
Mesure d’atténuation
Phase
préparatoire et
chantier
Perturbation des écosystèmes environnants
(cours d’eau, point d’eau,….)
Étude d’impact sur l’environnement
Élaborer un plan de réinstallation
comprenant une indemnisation des
personnes affectées
Phase
d’exploitation
Problème d’utilisation de l’eau en aval
Salinisation des sols
Engorgement des terres
Prolifération de végétaux envahissants
Subventions d’espèces végétales
Développement d’insectes et autres
vecteurs de maladies liées à l’eau
Réduction de surfaces cultivables et
pastorales
Accroissement induit de la population
Effectuer une visite environnementale
avant implantation afin d’éviter des
conflits et détail
151
Ci-dessous figurent des mesures de mitigation détaillées. Cependant il faut signaler que les
projets du PDREGDE/BN au vu de leur envergure ne vont pas créer une prolifération de
végétaux envahissants de sorte à nécessiter l’emploi de produits chimiques ou la technique de
brûlage. Aussi l’engorgement des terres sera improbable. Ces détails sont donnés dans le but
informationnel pour les impacts majeurs provenant de ces types de projet.
Salinisation des terres
Mesures d’atténuation :
La salinisation de la zone racinaire peut bien entendu être évitée par des systèmes de drainage
profond. Il est possible de maintenir le sel à un niveau acceptable dans les parcelles par un
drainage des sols en début de campagnes et deux à trois évacuations de la lame d’eau durant la
campagne. Bien entendu ceci nécessite la présence d’un réseau drainage afin d’évacuer les
eaux usées.
En termes de mesures d’accompagnement, il faut encourager les agriculteurs privés à adopter
des méthodes d’irrigation localisées qui réduisent considérablement les apports et les besoins
de drainage à la parcelle. Des facilitations pourront être recherchées pour l’acquisition du
matériel d’irrigation localisée par des mesures financières incitatives.
Engorgement de sols :
Mesures d’atténuation :
L’engorgement des sols pourra être prévu par l’application des techniques culturales adéquates
et une professionnalisation de la gestion de l’eau à l’entrée et à la sortie. Les apports d’eau
d’irrigation doivent être gérés correctement en fonction de la demande climatique pour limiter au
maximum la remontée des nappes phréatiques et éviter les pertes par percolations. Là
également, le programme doit prévoir un appui à la professionnalisation dans la gestion des
eaux d’irrigation pour les de diversification et promotion de la petite irrigation.
Les maladies hydriques
Mesures d’atténuation :
Les mesures recommandées relevant du renforcement des services d’approvisionnement en
eau potable et d’assainissement dans les zones d’habitation (forage, puits, gestion des eaux
usées et des excrétas). Dans les zones irriguées, seuls le renforcement des revêtements des
canaux et la clôture des points d’eau sont préconisés. A ces remèdes, il convient d’ajouter la
mise en place de service d’assainissement dans les périmètres et la promotion de
comportement hygiénique des exploitants (comportement hygiénique) de manière à créer des
barrières de transmission des maladies, Il s’agira d’étendre les dispositifs d’assainissement dans
les périmètres et d’amener les personnes actives dans ces zones d’adopter des comportements
en mesure de minimiser les risques de péril fécal et la prolifération des déchets dangereux
comme le emballages et contenants des produits toxiques.
Des mesures sur le plan technique peuvent être recommandées dans le cas de certaines
maladies hydriques. La succession d’assèchements s’oppose au développement des
152
mollusques hôtes dans les bilharzioses. Cette technique a été expérimentée avec succès au
Maroc. Des traitements de masse par praziquantel ont été pratiqués dans des villages du
Nigeria atteints par une épidémie de bilharziose urinaire, avec des résultats positifs. Mais c’est
sur la prévention préconisée plus haut que tous les experts mettent l’accent.
La subvention d’espèces végétales au droit des sites de retenus d’eau
Mesures d’atténuation :
Les mesures recommandées relèvent de la prévention, de l’information et la sensibilisation. Les
études des bases, les études d’exécution des micro-barrages devront nécessairement contenir
un chapitre sur la question des risques de submersion de l’amont des micro-barrages. Un
inventaire exhaustif des espèces ligneuses situées dans es zones qui seront couvertes par le
plan d’eau devra être effectué, afin de quantifier les pertes en ressources végétales. Des
mesures de reboisement compensatoires pourront être préconisées. En rapport avec les
services de l’environnement, des Eaux et forêts, des permis de coupe devront être délivrés aux
populations riveraines afin d’exploiter les ressources ligneuses situées dans ces endroits.
La réduction des surfaces cultivables et pastorales, l’accroissement de la population aux
environs des retenues d’eau.
Mesures d’atténuation :
Intégrer le programme de création de retenues dans le cadre global d’un plan d’occupation et
d’affectation des sols pour chaque communauté rurale éligible aux activités de cette nature.
Pour endiguer les conflits résultant des interactions entre différents usagers de l’espace et des
aménagements hydro-agricoles, usagers aux intérêts souvent divergents (agriculteurs,
pêcheurs, pasteurs), des approches d’élaboration de plan d’occupation des sols (POS) étant
réellement participatives doivent être adoptés. Aussi un cadre de gestion des conflits sera
préparé ou une prise en charge efficace et durable en rapport avec les autorités chargées de
l’aménagement du territoire sous l’impulsion du PDRE/PEB. En tous les cas toute source de
conflit devrait être minimisée au maximum dans le cadre du PDRE/PEB.
153
Tableau 4 : Synthèse des impacts négatifs et des mesures d’atténuation micro-barrage
Désignation de l’impact
Salinisation des terres
Activité en cause
Création de retenue
Engorgement de sols
Création de retenue
Les maladies hydriques
Création de retenue
La submersion d’espèces
végétales au droit des sites de
retenus d’eau
Création de retenue
La réduction des surfaces
cultivables et pastorales,
l’accroissement de la
population aux environs des
retenus d’eau
Création de retenue, piste rurales
Mesures d’atténuation
Drainage gestion de
l’eau
Drainage gestion de
l’eau
Prévention, programme
d’AEP, assainissement,
latrinisation
Gestion intégrée de
ressources en eau,
coupe et exploitation
forestière préventive,
reboisement alternatif
Gestion intégrée de
ressources en eau,
planification locale et
POAS
Tableau 5 : Mesures d’atténuation des impacts négatifs pépinières, maraîchage et autres
activités agricoles
Sous-secteur
Pépinière arbre
fruitier
Promotion
activités
agricole
Maraîchage
Impacts négatifs potentiels
- Destruction d’habitat sensible
- Érosion des sols, perturbation du
cycle hydrologique
- Perte de terre agricole, de pâturage
- Sur utilisation d’engrais
- Utilisation des pesticides
- (pollution nappe souterraine – cours
d’eau – plan d’eau)
- Contamination du bétail par
l’abreuvage
- Intoxication en cas de mauvaise
utilisation
- Résidus sur les produits
- Mauvaise gestion d’emballages
- Destruction des non cibles
- Défrichement de zones boisées
Mesures d’atténuation
- Rétablir le couvert forestier
pertinent et de manière
adéquate ; éviter les pentes,
les sols sujets à l’érosion
- Choix raisonné du site
- Plan de GES
- Plan de gestion des pestes
et pesticides
154
Tableau 6 : Mesures d’atténuation des impacts négatifs activités d’élevage
Sous-secteur
-
Élevage
Mesures d’atténuation
Impacts négatifs potentiels
-
Rupture de la capacité de charge des
pâturages
Aggravation de l’érosion
Dégradation de la végétation autour
des points d’eau
Prélèvements excessifs des eaux
souterraines
Élimination des déchets solides et
liquides si en stabulation
(engraissement)
Nombre de site, durée de pâture et
site en fonction de cette capacité et
de la sensibilité du terrain
Multiplier les sources d’eau
Plan de gestion des déchets
(valorisation)
Tableau 7: Mesures d’atténuation des impacts négatifs de la pisciculture
Sous-secteur
Impacts négatifs potentiels
-
Pisciculture
-
-
Occupation des terres des milieux
humides
Disparition de pâturage
Altération du débit des eaux
Risque d’inondation
Concurrence avec d’autres
usages de l’eau
Approvisionnement des
populations halieutiques
sauvages locales
Développement des maladies
humaines liées à l’eau
Mesures d’atténuation
-
-
-
Restriction des défrichements
Choix du site en fonction des
usagers et de l’hydrologie
Évaluer l’utilisation traditionnelle
et la demande des ressources
en eau
Veiller à la capacité de dilution
de l’exutoire, transfert et
vannage fréquent
Produire les larves et les alevins
dans des viviers
Contrôler le développement des
insectes vecteurs et mesures de
prévention
155
Tableau 8: Mesures d’atténuation des impacts négatifs de la gestion des forêts naturels
Sous-secteur
Impacts négatifs potentiels
-
Gestion
forêts
naturelles
Érosion due à la perturbation du
sous bois et du sol, fragilité
croissante devant l’érosion par
l’eau
Diminution la biodiversité par la
coupe sélective
Perturbation des habitats, des
voies migratoires et destruction
d’essences dont dépendent les
espèces sauvages
Augmentation des ruissellements
et des débits de crue
Déplacement vers une économie
plus monétaire et transformation
des habitudes de vie
La chasse, la cueillette et
l’exploitation traditionnelle des
forêts perturbées
Saturation des infrastructures et
des services sociaux dus à la
migration instinctive des ouvriers
forestiers
des
-
-
-
-
Mesures d’atténuation
-
Éviter la coupe pendant la
saison des pluies, établir des
critères pour l’exploitation
forestière sur des terrains de
pente
Considérer différentes méthodes
de régénération et d’exploitation
Vérifier tout particulièrement la
présence et l’utilisation des
voies migratoires des espèces
menacées
Préserver la végétation aux
alentours des étendues d’eau
Intégrer les communautés
locales dans la planification et la
mise en œuvre du projet
Développer des infrastructures
locales
Protéger les éléments
importants du patrimoine culturel
ainsi que les usages
traditionnels des terres et des
ressources
-
-
-
Tableau 9: Mesures d’atténuation des impacts des pépinières villageoises
Sous-secteur
Impacts négatifs potentiels
-
Pépinière
villageoises/
communautaires
-
Perte de terre agricole, de
pâturage
Sur utilisation d’engrais
Utilisation des pesticides
Pollution nappe souterraine, plan
d’eau
Intoxication en cas de mauvaise
utilisation
Mauvaise gestion des emballages
Destruction des non cibles
Défrichement de zones boisées
Mesures d’atténuation
-
-
Rétablir le couvert forestier
pertinent et de manière
adéquate ;
éviter les pentes, les sols sujets
à l’érosion
Choix raisonné du site
Vulgarisation des bonnes
pratiques d’utilisation des
pesticides
156
Tableau 10: Mesures d’atténuation des impacts de plantation et reboisement
Sous-secteur
Impacts négatifs potentiels
-
Plantation
reboisement
et
-
-
Érosion des sols due au
défrichement de l’emplacement
Perte des matières organiques et
des éléments nutritifs due à
l’enlèvement de la végétation et
au lessivage des sols
Transformation chimique et
biologique du sol à mesure que la
litière constituée d’une ou de
quelques espèces
prédominantes altère les
processus de décomposition
Perte d’habitats et diminution de
la biodiversité due au
remplacement de forêts
naturelles par des plantations
composées d’un nombre limité
d’espèces
Problèmes relatifs au droit foncier
et à l’utilisation des terres et des
ressources entraînant une
répartition inéquitable des coûts
et des bénéfices du projet
Mesures d’atténuation
-
-
-
-
-
-
Rétablir le couvert végétal
aussitôt que possible après le
défrichement
Replanter rapidement
Limiter l’étendue des plantations
et alterner avec les peuplements
naturels
Protéger les régions forestières
naturelles abritant la biodiversité
importante
Restreindre les plantations à des
endroits dégradés ou pauvres
en diversité biologique
Faire en sorte que les
communautés locales prennent
véritablement part à la
conception et à la mise en
œuvre du projet
Proposer des solutions de
remplacement qui permettent de
compenser équitablement les
populations locales ayant subi
des pertes
157
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
ANNEXE C : TERMES DE RÉFÉRENCES TYPE D’EIE
158
TERMES DE REFERENCES TYPE D’EIE
I. Introduction et contexte
Cette partie sera complétée au moment opportun et devra donner les informations nécessaires
relatives au contexte et les approches méthodologiques à entreprendre.
II. Objectifs de l’étude
Cette section montrera (i) les objectifs et les activités du sous - projet prévu dans le cadre du
PDRE/PEB, et (ii) indiquera les activités pouvant avoir des impacts environnementaux et
sociaux et qui nécessitent des mesures d’atténuation appropriées.
III. Le Mandat du Consultant de :
1. Mener une description des caractéristiques biophysiques de l’environnement dans
lequel les activités du projet PDREGDE/BNauront lieu, et mettre en évidence les
contraintes majeures qui nécessitent d’être prise en compte au moment de la
préparation du terrain, de la construction ainsi que durant l’installation des
équipements, au moment de l’exploitation.
2. Évaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels dus aux activités du projet
et recommander des mesures d’atténuation appropriées y compris les estimations de
coûts.
3. Évaluer les besoins de collectes des déchets solides est liquides, leur et éliminations
ainsi que leur gestion dans les infrastructures, et faire des recommandations.
4. Évaluer dans els projets de santé, les pratiques d’élimination des déchets médicaux en
vigueur dans les infrastructures y compris le stockage, le transport et l’élimination
finale, et faire des recommandations appropriées pour une bonne gestion des déchets
médicaux.
5. Mener une revue des politiques, législations, et les cadres administratifs et
institutionnelles nationales respectives en matière d’environnement par rapport aux 10
politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale, indiquer laquelle de ces politiques
est applicable aux activités du projet PDREGDE/BN, identifier toutes les lacunes qui
pourraient exister et faire des recommandations de les combler dans le contexte des
activités du PDREGDE/BN.
6. Examiner les conventions et protocoles dont le Sénégal est signataire en rapport avec
les activités du PDREGDE/BN.
7. Identifier les responsabilités et acteurs pour mettre en œuvre les mesures de mitigation
proposées.
8. Évaluer la capacité disponible à mettre en œuvre les mesures d’atténuation
proposées, et faire des recommandations appropriées, y compris les besoins en
formation et en renforcement des capacités ainsi que leurs coûts
159
9. Préparer un Plan de Gestion Environnemental (PGE) pour le projet. Le PGE doit
montré (a) les impacts environnementaux et sociaux potentiels résultant des activités
du projet qui tient compte des mesures d’atténuation contenues dans le check-list des
mesures d’atténuation du CGES ; (b) les mesures d’atténuation proposées ; (c) les
responsabilités institutionnelles pour l’exécution des mesures d’atténuation ; (d) les
indicateurs de suivi ; (e) les responsabilités institutionnelles pour le suivi de
l’application des mesures d’atténuation ; (f) estimation des coûts pur toutes ces
activités ; et (g) le calendrier pour l’exécution du PGE.
10. Consultations public. Les résultats de l’évaluation d’impact environnemental ainsi que
les mesures d’atténuations proposées seront partagés avec la population, les ONG.
L’administration locale et les secteurs privés œuvrant dans le milieu où l’activité sera localisée.
Le procès verbal de cette consultation devra faire partie intégrante du rapport.
IV. Plan du rapport
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
page de garde
table des matières
liste des abréviations
résumé analytique (si nécessaire en anglais et en français)
introduction
description des activités du projet proposé dans le cadre du PDRE/PEB
description de l’environnement de la zone de réalisation du projet
description du cadre politique, institutionnel et réglementaire
Méthodes et techniques utilisées dans l’évaluation et analyse des impacts du projet
proposé
10. Description des impacts environnementaux et sociaux des diverses composantes
du projet proposé
11. Plan de Gestion Environnementale (PGE) du projet comprenant les mesures de
mitigation des impacts négatifs et de bonification des impacts positifs du projet
proposé, les acteurs de mis en œuvre, le suivi ainsi que les indicateurs de suivi et
les différents acteurs à impliquer
12. Recommandations
13. Références
14. Liste des individus/institutions contactées
15. Tableau de résumé du Plan d’Atténuation Environnementale
V. Profil du consultant
Le consultant doit disposer d’un agrément du Ministère de l’Environnement pour la conduite des
études d’impact.
160
VI. Durée du travail et spécialisation
La durée de l’étude sera déterminée en fonction du type de projet
VII. production du rapport final
Le consultant produira le rapport final deux semaines après avoir reçu les commentaires du
PDRE/PEB. Le rapport final devra tenir compte de tous les commentaires.
VIII. Supervision de l’étude
Le travail du consultant sera supervisé par le point focal environnement du PDREGDE/BNen
collaboration avec les comités ad hoc régional ou le comité local.
161
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
ANNEXE D : MESURES ENVIRONNEMENTALES POUR LES ENTREPRISES
162
MESURES ENVIRONNEMENTALES POUR LES ENTREPRISES
Les mesures générales d’atténuation s’appliquent à l’ensemble des interventions pour la
réalisation du projet. Elles visent à atténuer les nuisances environnementales reliées au chantier
et sont à intégrer dans le cahier de charges des entreprises candidates au marché des travaux.
Ces mesures incluent :
1. L’interruption de la circulation routière pendant la durée des travaux doit être
évitée;
2. Les chantiers seront signalés de manière à être visibles de jour comme de nuit,
particulièrement dans les sections habitées;
3. Le sol devra être arrosé à la traversée des villages et dans les zones d’emprunt
pour éviter des émissions de poussières trop importantes;
4. Des mesures de sécurité appropriées doivent être mise en place sur le chantier
pour la protection des ouvriers;
5. L’élaboration d’un plan d’intervention rapide à mettre en exécution en cas
d’accidents sur le chantier notamment un déversement de produits dangereux;
6. Les engins utilisés devront être de taille et de conception adaptées à la nature des
travaux et équipés d’avertisseur de recul. Si possible, il faudra recourir à des
engins ayant une faible pression de contact. Les engins très bruyants devront être
insonorisés le plus possible;
7. L’intégralité des déchets solides et liquides générés par le chantier, y compris
emballages, déchets alimentaires devront être collectés et évacués vers une
décharge adéquate. En particulier, les huiles de vidange seront soigneusement
recueillies dans des récipients étanches, déposées dans les lieux où elles ne
menaceront pas l’environnement et ne devront en aucun cas être déversées dans
les fossés latéraux;
8. Il est interdit de jeter les déchets dans les cours d’eau, les marécages ou tout autre
habitat propice à la faune aquatique ou terrestre;
9. Les engins et véhicules de chantier devront le plus possible utiliser les pistes
existantes pour accéder au chantier et éviter de couper à travers les terres
avoisinantes. Ils devront absolument respecter les parcelles cultivées et les arbres
situés en dehors de la zone d’emprise et des bandes de circulation, et éviter de
s’approcher trop près des habitations;
10. Dans les zones d’emprunt, la terre végétale superficielle sera décapée et mise en
réserve avant l’extraction des matériaux routiers utilisables;
163
11. Les zones d’emprunt doivent être réaménagées après exploitation pour en
restituer le plus possible la morphologie d’un milieu naturel en comblant les
excavations et en restituant la terre végétale mise en réserve ;
12. Les arbres appartenant aux espèces menacées ou d’un diamètre de plus de 30
cm ne doivent être coupés qu’en cas d’absolue nécessité, décidée par le bureau
de contrôle de chantier ;
13. En aucun cas, du matériel granulaire ne doit être prélevé sur le lit et les berges
d’une rivière pour servir de remblai ;
14. A la fin des travaux, les sols agricoles compactés par les passages des engins
devront être ameublis et remis dans un état propice à la culture. Tous les objets et
déchets laissés par le chantier devront être enlevés.
164
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
ANNEXE E : RÉSULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE DE 2007
INTRODUCTION
L’élaboration du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du « Projet de
Développement des Ressources en Eau et Préservation des Ecosystèmes » (PDREPE), a prévu
un processus de consultation et de communication avec les différents types d’acteurs concernés
ou impliqués dans le projet. Par conséquent, un programme est élaboré avec un contenu précis
pour orienter les actions à mener dans ce domaine.
La mise en œuvre du programme vise à obtenir la participation des différents groupes d’acteurs
à toutes les étapes du projet afin de prendre en compte leurs préoccupations et avis pour
harmoniser le projet avec les attentes du milieu.
I- PLACE DU PLAN DE CONSULTATION ET DE COMMUNICATION DANS LE PROCESSUS
D’ELABORATION DE LA GESTION ENVIRONNEMENTALE
Afin de créer les conditions favorables de participation des différents groupes d’acteurs
concernés par le futur PDRE/PEB, les termes de référence de l’étude de gestion
environnementale et sociale prévoient la mise en œuvre d’un plan de consultation publique à
toutes les étapes du processus de réalisation des quatre études.
A la première étape de l’étude environnementale et sociale, étape destinée à la collecte des
données dans les pays concernés par le projet (Bénin, Guinée, Mali Niger et Nigéria), la
consultation vise à collecter les préoccupations des différents types d’acteurs prenant part aux
réunions de concertation.
Dans un deuxième temps, elle exposera aux acteurs rencontrés à la première étape le contenu
du rapport provisoire issu de la collecte de données, et approfondira avec les acteurs directs,
bénéficiaires potentiels des futurs sous projets, les aspects environnementaux et sociaux des
futurs sous projets qu’auront à élaborer les populations. Par conséquent, elle se déroulera dans
les zones du projet en vue de faire approprier par les populations à la base la démarche
participative concernant la dimension environnementale et sociale du CGES.
De façon plus explicite, le programme de consultation et de communication vise à :
- informer l’ensemble des catégories d’acteurs concernés ou impliqués dans le Projet ;
-
recueillir et analyser leurs préoccupations et avis ;
165
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
-
analyser les résultats de la consultation afin de les intégrer au processus de conception,
de décision et de réalisation du Projet ;
-
connaître la zone d’influence sur le plan socio économique et culturel ;
-
identifier les enjeux potentiels et proposer des mesures d’atténuation afin d’éviter des
situations de crise au moment de la mise en œuvre du Projet ;
-
réduire les divergences lors de la mise en œuvre des activités afin d’éviter
l’augmentation des délais et des coûts.
De ces points de vue, le programme de consultation et de communication se révèle comme le
principal mécanisme par lequel :
- l’information sur le projet est diffusée de première main, ce qui évite des situations de
désinformations des acteurs concernés ou impliqués ;
- les comportements de chaque catégorie d’acteurs vis-à-vis des autres peuvent être
harmonisés en vue d’un consensus éventuel sur les préoccupations de base en termes
d’objectifs, de buts ou d’approches) ou pour identifier des aspirations spécifiques de
chaque catégorie d’acteurs ;
- la promotion humaine des acteurs concernés peut être organisée à travers des actions
de renforcement de leurs capacités pour pouvoir supporter les buts et les objectifs du
projet ;
- les mécanismes appropriés de réalisation et de développement durable peuvent être
identifiés et établis.
Pour ce faire, la mission a programmé, pour l’ensemble du processus actuel et à venir les
actions ci-après:
- une réunion de cadrage avec les cadres de l’ABN à Niamey ;
-
une réunion de concertation avec les acteurs dans chacun des cinq pays concernés ;
-
une réunion de restitution de l’audit des barrages de Kainji et Jebba (Nigéria) ;
-
une réunion de restitution des travaux de collecte d’informations de terrain ;
-
une réunion de consultation publique sur les rapports provisoires dans les pays
concernés ;
-
un atelier de validation des rapports provisoires au siège de l’ABN à Niamey ;
-
un atelier de validation des rapports définitifs au siège de l’ABN à Niamey.
II- METHODOLOGIE UTILISEE
Dans le souci d’appliquer une démarche participative qui caractérise habituellement la méthode
de travail de CIMA, le programme de consultation et de communication a été exécuté à deux
166
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
niveaux, au cours de cette étape de collecte de données : au siège de l’ABN à Niamey et dans
les cinq pays concernés par le projet.
Au niveau du siège de l’ABN à Niamey, le démarrage de l’étude de la gestion environnementale
et sociale du PDREPE a été marqué par une réunion de cadrage entre les cadres de cette
institution et l’équipe des experts de CIMA le 10 octobre 2006. Le but de la séance de travail est
d’harmoniser entre les deux parties, la compréhension des termes de référence de l’étude et le
mandat du consultant.
167
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
Au terme de la rencontre, l’itinéraire de la mission a été balisé comme suit :
Structure ou pays
Date
Réunion de cadrage avec ABN
10 Octobre 2006
Réunion de concertation Bénin
16 Octobre 2006
Réunion de concertation Nigeria
18 Octobre 2006
Réunion de concertation Guinée
25 Octobre 2006
Réunion de concertation Mali
26 Octobre 2006
Réunion de concertation Niger
31 Octobre 2006
Réunion de debreefing avec le Directeur
Technique de l’ABN
Départ du premier groupe de l’équipe des
experts
Départ du second groupe de l’équipe
31 Octobre 2006
31 Octobre 2006
4 Novembre 2006
Le démarrage de la mission à l’ABN à Niamey a coïncidé avec une formation des points focaux
des pays membres de l’institution sur l’élaboration et la gestion de projets. L’occasion a été
saisie par le consultant pour présenter aux intéressés le contenu et la planification de la mission
au cours d’une réunion tenue le 11 octobre 2006.
III- DEROULEMENT DES REUNIONS DE CADRAGE ET DE CONCERTATION AVEC LES
ACTEURS
3- 1. Réunion de cadrage avec les cadres de l’ABN
Elle a été présidée par le Directeur Technique de l’ABN, M. Idé BANA. Après la présentation des
participants, la réunion s’est déroulée autour des points de l’ordre du jour ci- après :
-
Présentation par l’ABN de la conception initiale du PDREPE
Présentation par l’équipe de CIMA des composantes du projet et de la méthodologie
de l’étude environnementale et sociale
Débat et échange sur les présentations faites.
Divers.
168
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
3-1. 1. Présentation de la conception initiale du PDREPE par l’ABN
La présentation de la conception initiale du PDREPE a été faite par M. Joseph N’GUESSAN,
Chef de la Division des opérations au niveau de l’Autorité du Bassin du Niger.
Dans son intervention, il a rappelé que l’ABN s’est engagée dans un processus de « vision
partagée », consistant en une politique de planification pour le développement harmonieux et
durable du bassin. Dans ce processus, l’ABN bénéficie de l’appui de ses partenaires au
développement dont le chef de file est la Banque Mondiale.
L’objectif du processus de la vision partagée est de créer un environnement propice à la
coopération entre les États membres et les partenaires au développement et d’élaborer un
« Programme d’Action pour le Développement Durable (PADD)» acceptés par tous les acteurs
du bassin. Ainsi, un plan quinquennal est élaboré couvrant la période 2003- 2007. Son objectif
global est de préparer les conditions appropriées en terme de connaissance du bassin et de ses
ressources, des principaux usages de ces ressources, des méthodes et techniques adaptées à
la mise en valeur de ces ressources.
Dans la mise en œuvre de ce plan qui comporte plusieurs projets ou programmes, des
partenaires soutiennent les actions de l’ABN, notamment la Banque Mondiale qui a accepté de
financer le projet « Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes
du Bassin du Niger », objet de la présente étude relative à l’élaboration du Cadre de Gestion
Environnementale et Sociale (CGES) dudit projet.
En guise de conclusion de son intervention, M. N’GUESSAN affirme que la méthodologie de
l’étude telle que proposée par le Consultant CIMA International, dans son offre technique, cadre
bien avec les grandes lignes de la conception initiale du projet.
3-1.2. Présentation par l’équipe de CIMA International des composantes du PDREPE et du
mandat du consultant.
Elle a été faite par le Chef de mission, Dr Laouali GARBA et complétée par chaque expert dans
son domaine. En effet, après la présentation du PDREPE et de ses trois composantes, le chef
de mission a ensuite exposé le mandat de son institution. Celui-ci porte sur l’étude d’impact
environnemental et social et s’inscrit dans la phase de préparation dudit projet. Dans ce cadre,
les objectifs assignés au mandat portent sur :


l’élaboration d’un Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
l’élaboration d’un Cadre de Politique de Réinstallation des Populations (CPRP)
169
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif


la réalisation d’une Étude socio- économique
la réalisation d’un Audit environnemental des barrages de Kainji et Jebba
La méthodologie de travail et le calendrier des experts de l’équipe ont été également exposés.
Après les présentations des deux parties, un débat s’est instauré pour échanger sur les points
qui paraissent essentiels en vue d’harmoniser la compréhension sur les composantes du
PDREPE le mandat du consultant.
L’essentiel des débats a porté notamment sur :


l’incidence financière éventuelle du nombre d’experts qui est passé de 5 à 6 entre le
temps de l’offre validée de CIMA et la composition actuelle de l’équipe,
le terme de «consultations publiques des acteurs » est apparu inadapté de par les
connotations politiques, juridiques ou philosophiques que celui-ci peut avoir dans les
différents pays membres et/ou au niveau de certaines institutions telle que la Banque
Mondiale. Selon chacune de ces considérations, le contenu du terme varie d’un contexte
à un autre. Pour éviter toute confusion éventuelle, il a été retenu, de commun accord,
d’utiliser dans le contexte de l’étude, les terminologies ci-après :
o « réunions de concertation avec les acteurs ». Ce sont des rencontres
techniques d’une journée à tenir au niveau central dans chaque pays où se
déroule l’étude pour une popularisation des objectifs des différentes composantes
du PDREPE et du mandat du consultant, ainsi que pour collecter des données
complémentaires.
o « réunions de consultation avec les acteurs directs ». Elles sont à organiser
ultérieurement, à partir des rapports provisoires qui exposent les résultats des
études de la première étape. Ces réunions se dérouleront prioritairement dans
les zones où se déroulera le projet afin de permettre aux populations,
bénéficiaires directs des sous projets futurs de s’approprier de la compréhension
des différents aspects environnementaux et sociaux des sous projets ainsi que
le processus de leur élaboration, de mise en œuvre et de suivi- évaluation. En
tout état de cause, le but de ces différentes rencontres est d’enrichir les rapports
par des apports des différents groupes d’acteurs dans chaque pays membre.
 La nécessité d’exploiter les rapports de certaines études déjà effectuées au niveau de
l’ABN pourrait éviter des duplications par rapport à la présente étude. Par exemple, une
étude sur l’identification des besoins en formation des cadres et techniciens est en
cours de réalisation dans le cadre du programme de lutte contre l’ensablement dans le
bassin du Niger.
170
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
Une étude de gestion environnementale et sociale est déjà réalisée sur les projets pilotes de
démonstration et du programme des micros subventions du Fonds Environnemental Mondial
(FEM), relatif au projet « Inversion des tendances à la dégradation des terres et des eaux du
bassin du fleuve Niger ». Par conséquent, il est vivement conseillé d’exploiter au mieux la
documentation de l’ABN et des structures nationales.
3-1.3. Divers
Les points abordés dans cette rubrique ont concerné essentiellement l’organisation pratique de
l’étude dans les différents pays. La présence au siège, des responsables des points focaux des
pays membres de l’ABN, a été une opportunité qui a permis à la mission de discuter avec les
intéressés de l’organisation de la collecte des données dans leurs pays respectifs.
En concluant la réunion de cadrage, le Directeur technique de l’ABN, Monsieur Idé BANA, a
estimé que la rencontre a été utile dans la mesure où elle aura permis certainement aux uns et
aux autres d’avoir une meilleure compréhension du mandat de CIMA. Il a assuré l’équipe de
CIMA International de la disponibilité de son institution à aider l’organisation des réunions dans
les pays concernés par l’étude en mettant à contribution les points focaux des structures
nationales de ces pays afin que la mission se déroule dans de bonnes conditions.
3-2. Les réunions de concertation avec les acteurs dans les pays concernés par l’étude
Elles se sont déroulées selon l’ordre du jour–type ci-après :
1 - Présentation du PDREPE et ses composantes
2 - Présentation du mandat du consultant
3 - Présentation d’une esquisse de procédure et d’un schéma de tri et
d’approbation des futurs sous projets

Échange sur les préoccupations et les attentes des acteurs
5Échange et approfondissement de points ciblés relatifs
 aux procédures et modalités de mise en œuvre des sous- projets ;
 au mécanisme institutionnel d’analyse technique et d’approbation des sous
projets ;
 à l’implication des populations et des communautés à la base ;
 à la durabilité des résultats des sous projets.
171
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
1 - Présentation du « Projet de Développement des Ressources en Eau et
Protection des Écosystèmes »
Récapitulatif des principales activités prévues par institution ou pays :
Institution ou pays
ABN
Bénin
Guinée
Activités prévues
 Modernisation de l’institution et de ses structures focales
nationale
 Mise en place de mécanismes institutionnels et d’instruments
juridiques complémentaires
 Renforcement des capacités des acteurs
 Renforcement des capacités de la structure focale
nationale
 Mobilisation et formation des acteurs locaux
 Mise en place des structures de gestion des petites
infrastructures hydrauliques
 Construction et réhabilitation des petits ouvrages de
retenues d’eau
 Évaluation des options stratégiques de réalisation des
nouvelles infrastructures hydrauliques planifiées
 Gestion des bassins versants et reforestation







Mali



Renforcement des capacités de la structure focale
nationale
Mobilisation et formation des acteurs locaux
Mise en place des structures de gestion des petites
infrastructures hydrauliques
Construction et réhabilitation des petits ouvrages de
retenues d’eau
Appui à l’étude de faisabilité du barrage de FOMI
Évaluation des options stratégiques de réalisation des
nouvelles infrastructures hydrauliques planifiées
Gestion des bassins versants et reforestation dans les
secteurs de Fouta Djalon
Renforcement des capacités de la structure focale
nationale
Mobilisation et formation des acteurs locaux
Mise en place des structures de gestion des petites
172
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif






Niger







infrastructures hydrauliques
Construction et réhabilitation des petits ouvrages des
retenues d’eau
Appui au complément d’études pour le barrage multi
usages de Taoussa
Évaluation des options stratégiques de réalisation des
nouvelles infrastructures hydrauliques planifiées
Stabilisation des berges et contrôle de l’érosion des sols
Actions d’accompagnement intégrées autour des petites
infrastructures hydrauliques dans les secteurs choisis le
long des koris et des dallols
Renforcement des capacités de la structure focale
nationale
Mobilisation et formation des acteurs locaux
Mise en place des structures de gestion des petites
infrastructures hydrauliques
Construction et réhabilitation des petits ouvrages des
retenues d’eau
Appui au complément d’études pour le barrage multi
usages de Kandadji
Évaluation des options stratégiques de réalisation des
nouvelles infrastructures hydrauliques planifiées
Stabilisation des berges et contrôle de l’érosion des sols
Actions d’accompagnement intégrées autour des petites
infrastructures hydrauliques dans les secteurs choisis le
long des koris et des dallols

Nigéria




Renforcement des capacités de la structure focale
nationale
 Mobilisation et formation des acteurs locaux
 Mise en place des structures de gestion des petites
infrastructures hydrauliques
 Réhabilitation des barrages de Kainji et Jebba
Amélioration de la gestion de ces barrages réhabilités
Modernisation des équipements associés
Développement
des
usages
multiples
(mesures
d’accompagnement)
Appui à des études de faisabilité requises pour les ouvrages de
173
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif

Mambilla et Zunguerou
Évaluation des options stratégiques de réalisation
nouvelles infrastructures hydrauliques planifiées
des
174
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
2 - Présentation du mandat du consultant CIMA International
Objectifs généraux du mandat du consultant
 Analyser les impacts environnementaux et sociaux potentiels de la mise en œuvre du projet

Rendre le projet conforme aux réglementations nationales et aux politiques de sauvegarde
de la Banque Mondiale notamment:
-
Évaluation Environnementale (PO 4.01)
-
Réinstallation Involontaire des personnes (PO 4.12)
-
Sauvegarde des forêts (PO 4.36)
-
Sécurité des barrages (PO 4.37)
-
Projets relatifs aux voies d’eau internationales (PO 7.50)
-
Mise à disposition et divulgation de l’information (Politique de « Disclosure »)
17.50)
(PO
Tâches du consultant
Élaboration d’un Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Les objectifs dans ce domaine sont :
- mettre en place des procédures et méthodologies explicites pour la planification
environnementale, l’évaluation, l’approbation et la mise en œuvre des sous projets
devant être financés dans le cadre du projet,
-
préciser les rôles et responsabilités respectifs des différents groupes d’acteurs
concernés ou impliqués
-
ébaucher les procédures nécessaires et de remise de rapports pour gérer un suivi/
évaluation des problèmes environnementaux et sociaux liés aux sous projets
Élaboration d’un Cadre de Politique de Réinstallation des Populations (CPRP)
Les objectifs du CPRP visent à :
- définir une politique de réinstallation/ compensation claire qui indique en amont le cadre
d’investigation de toutes les acquisitions de terrain et de mitigation des contraintes
identifiées
-
décrire les principes, objectifs, dispositifs institutionnels et procédures communs qui
régissent les activités de réinstallation dans la totalité des sous projets afin d’éviter aux
différentes catégories d’acteurs concernés ou impliqués de renégocier les accords de
base.
Réalisation d’une étude socio-économique
L’étude socio économique vise à :
175
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
-
évaluer les aspects sociaux et économiques dans les zones d’intervention
-
du projet,
identifier les parties prenantes,
-
concevoir des provisions sociales et formuler une stratégie pour la mise en œuvre
participative du Projet
Réalisation d’un Audit environnemental et social des barrages de Kainji et de Jebba
Objectif principal:
 Dresser un bilan des impacts environnementaux et sociaux des deux barrages,
de l’efficacité des mesures de mitigation et du respect de la réglementation en
vigueur ;

Objectifs spécifiques ;
 Décrire l’état environnemental et social actuel ;
 Décrire les composantes des deux barrages et les activités de réhabilitation prévues dans le
cadre du projet ;
 Analyser les impacts des deux barrages et des activités de leur réhabilitation ;
 Élaborer un plan des mesures d’atténuation et de réhabilitation.
3- Échange et débats sur les présentations faites
Les points ciblés pour orienter les discussions et profiter de l’expérience des participants aux
diverses réunions de concertation ont porté sur :
(a) Aménagement et réhabilitation des retenues d’eau (ancrage institutionnel, conditions
de durabilité, etc…) ;
(b) Actions d’accompagnement (types d’actions, bénéficiaires, durabilité, etc.) ;
(c) Processus de tri, et d’approbation des sous – projets (préfectoral, central, par qui?) ;
(d) Procédure environnementale des sous – projets du PDRE/PEBN ;
(e) Déplacement des populations et/ou des activités (préoccupations et attentes pour
minimiser les risques de dérapage) ;
(f) Implication des communautés dans la mise en œuvre et le suivi des sous – projets:
comment l’assurer.
L’exercice consiste à passer en revue les expériences antérieures ou en cours dans chacun des
pays en matière d’approche environnementale et sociale des projets ou sous projets financés
dans le bassin du Niger ou dans d’autres régions des pays et qui visent à réduire la pauvreté
des populations, projets dans lesquels celles-ci prennent une certaine participation et
176
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
responsabilité. Le diagnostic de la situation de ce point de vue a fait ressortir un flot de
problèmes ou de contraintes qui sont d’une manière ou d’une autre, sources d’impacts
environnementaux et sociaux. Ces impacts sont soit positifs, soit négatifs sur le milieu humain,
biophysique ou animal.
L’identification des sources d’impacts positifs et négatifs permettra d’élaborer une stratégie
d’action environnementale et sociale ainsi que des procédures de suivi et d’évaluation qui
atténuent dans une certaine mesure les effets négatifs potentiels du projet.
IV- RESULTATS DES REUNIONS DE CONCERTATION AVEC LES ACTEURS
Au regard des actions en perspective dans le cadre du PDREPE, la mise en œuvre du plan de
consultation et de communication de cette première étape de la mission a identifié les types
de problèmes environnementaux et sociaux potentiels ci-après :
-
Au niveau de l’implication des populations à toutes les étapes des sous projets à
identifier et réaliser:
Au plan environnemental et social, il ressort que la meilleure acceptabilité d’un
sous- projet est la communauté. Un petit sous projet bien conçu et exécuté par les
populations à la base peut avoir plus de valeur ajoutée sur celles-ci qu’un grand projet
dans lequel elles ne s’y retrouvent pas.
Pour avoir ces impacts sociaux positifs des sous projets sur les populations, il
convient de veiller à donner suffisamment d’informations auxdites populations afin
qu’elles puissent formuler leurs sous projets en toute connaissance de cause et
assurer leur mise en oeuvre.
-
L’appui technique aux populations
L’appui des prestataires de services aux populations (étatiques ou privés) pour la formulation
des sous- projets s’avère important. Il détermine la nature et la qualité des impacts potentiels de
ceux-ci sur l’environnement physique, humain et socio économique des populations concernées.
La compétence de ces prestataires est déterminante pour la qualité de l’élaboration et la
réalisation des sous projets.
Le renforcement de leurs capacités ainsi que celles des populations devient un
élément important des actions.
Les populations n’ont pas toujours les moyens d’engager sur leurs fonds propres des
prestataires de services. Cet état de chose peut constituer un handicap à la formulation de sous
projets de qualité. Le coût de ces appuis pourrait faire l’objet d’une réflexion au plan financier du
PDREPE afin qu’il ne constitue pas un handicap pour les populations dans la formulation des
sous projets.
177
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
3- Le déplacement des populations du fait de la réalisation de sous- projets.
Toute action humaine, programmée et planifiée, devra dans la mesure du possible éviter le
déplacement de populations.
En effet, le coût environnemental et social du déplacement est important et diminue
considérablement les ressources destinées aux réalisations proprement dites, alors qu’on peut
l’éviter quelquefois. Les frustrations des populations du fait de leur déplacement engendrent des
revendications sociales souvent mal satisfaites et s’étalent indéfiniment dans le temps.
Au cas où l’on est obligé de procéder au déplacement d’activités ou des populations, il faudra
éviter des solutions de raccourci qui sont souvent sources d’autres types de problèmes et
restent longtemps insolubles. Par conséquent, il faut engager une procédure d’indemnisation
qui débouche sur des actes légaux, conformément à la réglementation nationale en vigueur
pour une compensation claire des préjudices.
Dans certains cas, la solidarité communautaire peut être utilisée (donation de terre par
exemple). Dans ce cas, il faudra établir en bonne et due forme un acte légal qui précise tous les
contours de la question (durée, superficie, mode de compensation, etc…).
4- Le renforcement des capacités des acteurs
La compétence des acteurs dans un système de formulation, d’exécution, de suivi et
d’évaluation de projet détermine la qualité des résultats. Il importe que tous les acteurs justifient
d’un minimum de compétence afin de garantir sur toute la ligne le succès des actions. Pour ce
faire, il convient de veiller à renforcer, de façon systémique, la capacité de l’ensemble des
acteurs impliqués ou concernés (populations, prestataires de services, structures d’approbation,
organes de contrôle, de suivi/évaluation etc…).
Pour chaque catégorie d’acteurs, établir un programme approprié d’Information, d’Éducation et
de Communication (IEC).
5- Le processus de tri, d’approbation et de suivi de l’exécution des sous projets
Les pays concernés par le projet sont tous engagés dans un processus de décentralisation et de
la déconcentration des structures étatiques en vue d’enraciner la démocratie à la base et
assurer un développement local. De ce point de vue, les projets, notamment les sous projets qui
doivent être élaborés par les populations doivent tenir compte de ces considérations afin
d’obtenir une participation plus grande des populations, voire leur responsabilisation aux actions
leur concernant.
178
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
Les structures de tri des sous projets, de suivi et de contrôle des réalisations doivent être
proches des populations. Le mécanisme de tri et d’analyse technique des dossiers à mettre en
place doit être léger et proche des populations afin de leur éviter des tracasseries inutiles, qui
pourraient être source d’impacts négatifs sur l’engagement des populations.
Des comités d’approbation des sous projets pourraient être au niveau provincial (région ou
département).
Un comité national d’homologation coordonnerait les actions qui remontent du niveau inférieur
(comités de tri et d’analyse technique) pour s’assurer de la conformité du dossier aux différentes
conditions d’éligibilité des sous projets.
Les différents comités auraient une composition paritaire :
(organisations socio professionnelles).
Etat, ONG,
Populations
La surveillance environnementale et sociale est une mission régalienne de l’Etat. Elle est
exclusive aux structures compétentes de l’Etat.
Pour éviter un coût élevé de cette action, des dispositions administratives méritent d’être prises
par l’ABN et chaque pays concerné pour décentraliser également la surveillance
environnementale et sociale des sous- projets.
Le suivi environnemental et social quant à lui, peut être effectué par plusieurs catégories
d’acteurs dont les populations concernées par les actions prévues et engagées (démarche
participative et auto évaluation assistée).
Au niveau régional (ABN), les données relatives à la surveillance et au suivi environnementaux
et sociaux seront enregistrées, analysées, capitalisées par l’Observatoire de l’institution selon un
mécanisme qui met le met en relation avec les structures focales nationales en termes de
canevas et de périodicité).
6- Le financement des actions de surveillance et de suivi
La surveillance et le suivi environnementaux et sociaux ont un coût qu’il faut assumer.
Les structures étatiques sont seules habilitées à assurer la surveillance environnementale et
sociale des sous projets. Or le plus souvent, ce sont des structures qui manquent de moyens
matériels (appareillage de mesure, véhicules). Une politique de prise en charge d’une partie des
moyens de travail de ces structures doit être développée pour les équiper afin de les rendre plus
fonctionnelles et plus efficaces dans leur mission régalienne.
179
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
7- Mesures d’accompagnement
Toute infrastructure réalisée doit générer de revenu pour le groupe socio professionnel
bénéficiaire et pour la communauté. Ce principe contribuera certainement à lutter contre la
pauvreté en milieu rural et suscitera un certain intérêt de la part des populations vis-à-vis de
leurs actions de développement. Pour ce faire, chaque sous projet élaboré doit comporter un
volet d’activités génératrices de revenus pour avoir les moyens d’assurer la maintenance des
infrastructures réalisées.
LISTE DES PERSONNES CONSULTÉES
PAYS : BENIN
Réunion de concertation avec les acteurs institutionnels
(Cotonou, le 16 octobre 2006)
Liste des participants
N°
d’Ordre
1
Nom et prénoms
Structure
Fonction
Coordonnées
HOUNKODE Gaston
DFRN
C/DSAC
95 84 78 39
2
GUEDEGBE Bonaventure
ABE
EEEG
95 71 22 94
3
SOLOMEY Armelle
ABE
EEEG
90 01 90 14
4
ADJAOKE Nathaniel
DGR/MAEP
C/SSE
5
MAMA Djima
DE/MAEP
C/DAPRN
20 21 32 09
90 03 24 27
90 03 85 62
6
HOUNSOU6 VE Guillaume
MAEP
MAEP
90 92 19 87
7
ADISSO Pierre
DGH
Point focal ABN
8
DAH DOSSOUNON
MEPN
SG
95 45 96 85
93 66 08 59
95 28 31 20
9
ZODEHOUGAN Koukpolou
Euphrasie
DPS
MDEF
95 06 15 45
10
ICHOLA Rihanalth
DE/MEPN
SPRN
90 93 09 31
11
ALLOMASSO Tchoponhoué
DG EAU
CN- MS PP
PAYS : BENIN
Rencontre avec les membres de l’UDOPER à Gogounou a/s retenue
d’eau de karakou- Darou en prévision de sa réhabilitation (Gogounou, le 17 octobre 2006)
N°
Nom et prénoms
Structure
Fonction
Coordonnées
180
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
d’ordre
1
OROU Ouétido Dramane
UDOPER
Coordonnateur
2
CLARAC Murielle
UDOPER/ AFDI
3
DJIALIRI Maodé
UDOPER
Assistante
Technique
Trésorier
23 63 53 52
95 15 79 11
23 61 20 49
97 13 77 52
23 63 53 52
4
TIDJANI Aboubakar
UDOPER
Président
23 63 53 28
5
DEMMON Djegga
UDOPER
SG
6
AMADOU Dramane
Consultant
indépendant
7
ADJAOKE Nathaniel
DGR/MAEP
Consultant en
organisation et
gestion coopérative
C/SSE
23 63 53 52
97 44 88 42
23 61 20 13
90 03 50 10
8
ADISSO Pierre
DGH
Point focal ABN
20 21 32 09
90 03 24 27
95 45 96 85
93 66 08 59
PAYS : GUINEE
Projet d’Aménagement du Barrage de FOMI sur le Haut Niger (25 octobre 2006)
N° d’ordre
Nom et Prénoms
Fonction
Coordonnées
1
- M. Alkali Daouda YANSANE
Directeur Général
Tél. (224) 45 51 84
(224) 60 27 09 96
2
Dr Sidiki A. KONDE
Expert Hydrologue
3
M. Youssa Condé SIDI
Hydraulicien
4
M. Mamady CISSE
Énergéticien
5
M. Almamy Fodé TOURE
Point focal national ABN
(224) 60 27 09 49
almamyfode yahoo.fr
PAYS : GUINEE
LISTE DES PARTICIPANTS A LA REUNION DE CONCERTATION AVEC LES ACTEURS
(Conakry le 26 octobre 2006)
N°
d’ordre
1
2
Nom et Prénoms
Structure
Fonction
Coordonnées
Mme BARRY Oumou
Salamata
MOUSSA Kourouma
MAEF/DNGR
Chef service
Suivi et contrôle
Conseiller
technique
Consultant
projet PADD
(Environnement)
C/Division
Pêche
60 26 35 53
oumousalamata@yahoo.fr
60 99 76 97
3
KRAMKIMEL JeanDenis
4
GARBA Say Ibrahima
ONG Benso
Siguiri
ABN
MPA
60 27 01 97
181
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
5
CONDE Ben
Abdoulaye
6
7
Moussa Condé
DIALLO Thierno
Daouda
Ministère
Hydraulique
Environnement
MHE
Direction Eaux et
Forêts
8
KONATE Ahmad
Direction Pollution
9
Kandjoura Konat2
Ministère
Environnement
10
TRAORE Lanciné
Direction Élevage
11
DAOUDA Kanté
12
13
14
CONDE Laciné
YANSANE Alkaly
Daouda
CISSE Mamady
15
TOURE Almamy Fodé
Ministère
Environnement
BCCPA
Projet FOMI
(MHE)
Projet FOMI
(MHE)
MHE
Continentale
C/Division
Etablissement
humain
Chargé d’études
Membre point
focal national
ABN
C/Section
Déchet
C/section
Assainissement
et Hygiène
Section
Zootechnie
C/division
60 54 54 55
60 34 00 11
60 39 15 80
60 29 46 52
60 52 05 04
60 54 53 82
60 54 05 39
Chargé d’études
Directeur
Général
Chargé d’études
60 37 44 83
60 27 09 96
30 45 51 84
60 47 58 38
Point focal/ABN
(224)60 27 09 49
almamyfode@yahoo.fr
PAYS : MALI
REUNION DE CONCERTATION AVEC LES ACTEURS
(Bamako, le 27 octobre 2006)
N°
d’ordre
1
Nom et prénoms
Structure
Fonction
Coordonnées
FEM/Bassin
Niger
DN/Pêche
Coordonnateur
DIARRA Chéikana
(221)279 28 18
ou 647 38 40
639 97 27
2
3
DOLO apam
DAOUDA Simpara
DNDS
C/section
Aménagement
C/Section
Stratégies et
Programmes
Service des
Etudes
643 60 36
4
FOUTOU Ambroise
Urbain
EDMSA
5
COULIBALY
Dounnouké
GIRE/DNA
-
221 95 91
6
DEMBELE Aly
ONG/GASFN
Président
221 3877
7
MAIGA Yacouba
DNGR
Chef section
22 58 50
DNPD
Planificateur
644 69 48
8
223 47 62
YOUSSOUF
Mamoudou
182
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
9
Mme COULIBALI Lala
10
GIRE
Économiste
221 95 91
DNA
CM
222 28 77
DNPIA
C/section
621 62 72
BENGALY Hamadou
11
FOFANA Souleymane
12
AA Tonoussa
DG
221 95 29
13
DEMBELE Karim
CISSE Navon
DNH
C/Section
649 23 29
14
SANOGO Abdoul
DNCN
DEP
637 67 62
15
COULIBALY SIDI
DNE
C/Section Études
684 41 62
16
DNACPN
C/Section EIE
679 56 06
17
BAKAYOKO
Famoussa
MOUTALLAH Traoré
OMVF
DGA
948 28 57
18
KONE Bakary
DNS/DHPS
222 29 21
19
SOUMAGUEL
Abdouhamane
ABFN
Chargé de
Programmes
Gestion Eau
DCI/MAECI
Conseiller
644 96 26
AM
CEDRVDCAFO
DNH
Élu municipal
Chargé Eau
615 98 58
673 03 25
Point focal
national/ABN
672 28 48 ou 221 95 91
pnemali@afribone.net.ml
20
21
22
CHEIBANI Baba
KONE Abdoulaye
CISSE Aloliana Kaya
23
MAIGA Housseini
689 87 88
PAYS : NIGER
REUNION DE CADRAGE AVEC LES CADRES DE L’ABN
(Niamey, le 10 octobre 2006)
N° ordre
1
NOM et Prénoms
AMADOU Issaka
2
3
ENOMBA Henri Claude
OUSMANE Diallo
4
N’GUESSAN Joseph
5
DESSOUASSI Robert
6
SEYNI Seydou
7
BANA Idé
Fonction
Expert Régional
EIE/SE
CDPE/ABN
Coordonnateur
Régional FEM/ABN
C/ Division des
Opérations
Responsable
Observatoire ABN
Coordonnateur
Régional PLCE
Directeur Technique
Coordonnées
(227) 96 97 68 93
96 57 90 32
96 40 29 41
96 87 28 13
93 93 95 57
96 87 06 13
96 49 52 53
20 31 52 39
183
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
PAYS : NIGER
Liste des participants à la réunion de concertation avec les acteurs
(Niamey, le 31 octobre 2006)
N°
d’ordre
1
Nom et Prénoms
Structure
Fonction
Coordonnées
GUERO Abdou
DRE/MHE
2
3
4
5
6
7
8
9
10
ABOU Mahamane
ALI Ranao
YAKANO Ousmane
VIRGILE Alain
KOÏRANGA Amina
AHMED Oumarou
TAHER Ousmane
MOUSSA Issilawey
MAMANE Chaïbou
DEP/MSP
DGPS/MFE
DEP/E/CUN
SATDCNY
DDPF/MPF/PE
BEEE
ONAHA
DHP/ES/MSP/LCE
DE/MHE/LCD
96 99 46 10
(227) 20 72 23 63
96 48 17 12
96 229 21 32
96 96 10 53
93 80 32 87
96 97 33 39
96 97 83 39
96 97 31 93
96 89 24 03
96 99 33 99
11
HAROUNA Talatou
DFPP/MHE
Directeur.
Point focal ABN
DERP
C/Div Hydrau
Directeur
C/Service
C/BAF
C/Service
DI
C/Div HP
Chargé de
programme
Chef Div
12
13
14
15
BELLO Mathieu
Mme MARIKO Salamatou
GAGARA Soumana
SAÏDOU Baraou
DEP
ONG/RESED
DRH/CUN
DAERA/MDA
MHE
Présidente
Chargé d’Études
93 93 24 25
20 73 82 04
96 27 37 07
96 98 65 39
96 59 65 65
93 91 13 68
PAYS : NIGERIA
Barrages
Kainji
Localités
New Bussa
Nassarawa
Jebba
Mazhi
Personnes rencontrées
Comité des populations réinstallées
AHMED Issa, premier adjoint au roi
ADAM Abubakar, responsable à l’animation
BALA Saadu, responsable de la communauté des
étrangers,
IBRRAHIM Bidi, interface avec les communautés,
El Hadj UMAR Mohamed, guide du roi
MOUSSA Dalaou, chef du village
GARBA Bako, adjoint au chef village
IBRAHIM Arouna, responsable des étrangers
AMADOU Mahalibi, chef des chasseurs
MOHAMED Gana, chef de village
JIBRIL Ladan, notable
ABDULAHI Usmane, notable
USMAN Saba
MOHAMED Kolo
ABDULAHI Saba
MOHAMED Alashan
DANJUMA Mohamed (notre interprête)
184
AUTORITÉ DU BASSIN DU NIGER (ABN) – NIGER BASSIN AUTHORITY
Projet de Développement des Ressources en Eau et Préservation des Écosystèmes dans le Bassin du
Niger
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
Rapport définitif
ANNEXE F : RÉSULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE DE 2011
185
Résultats des consultations publiques de 2011
Approche méthodologique et objectifs
Les consultations ont été réalisées sous forme de consultations villageoises. Elles
visaient les populations potentiellement concernées par le projet. Elles avaient pour but :
 D’informer les populations sur le projet objet du financement additionnel pour le
Programme Kandadji ;
 De s’assurer de la compréhension du projet par les populations ;
 De recueillir et analyser les préoccupations et les avis des populations ;
 D’analyser les résultats de la participation publique, afin de les intégrer dans le
processus de conception, de décision, et de réalisation du projet
Organisation
Les consultations publiques ont eu lieu dans six villages (Famalé, Gabou, Sanguilé,
Ayorou GoungouKoirey, Garey et Alsilamey) situés dans les communes de Dessa,
Ayorou et Bibiyergou. Six réunions de consultation ont été conduites en décembre 2011
en concertation avec les membres de la cellule PR/PDL de l’Unité d’Exécution du
Programme (UEP) et des autorités administratives des localités concernées. Les
réunions se sont déroulées dans chaque village en présence du chef de village, des
doyens, des femmes, des jeunes, des leaders religieux, des organisations locales, etc.
(Voir liste de présence en annexe). Ces réunions ont été conduites auprès de 405
personnes et le nombre de participants par village était en moyenne de 68.
Les réunions se sont articulées autour des points suivants :




Présentation de l’objet de la mission, buts et objectifs du CGES et du CPRP ;
Présentation sur les composantes potentielles du projet ;
Impacts potentiels sur les composantes socio-économiques et biophysiques ;
Echanges sur les préoccupations et attentes des populations sur le projet .
Déroulement et résultats des consultations
Tous les villages sont favorables aux actions prévues dans le cadre du financement
additionnel. La forte participation des femmes a été un des points forts des ces réunions
de concertation. Les jeunes étaient également présents et ont participé de manière
constructive aux échanges.
Au regard des informations mises à leurs dispositions, ils nous ont cependant fait part,
de leurs préoccupations et attentes qui se résument à :
Préoccupations :
186

La préoccupation la plus commune exprimée au niveau de la majorité des villages se
résume au problème d’accès à l’eau potable. Le souhait premier des populations est
de multiplier les infrastructures hydrauliques afin qu’elles puissent accéder à l’eau
potable ;

De nombreuses préoccupations ont été exprimées, elles sont relatives à
l’insuffisance des infrastructures sanitaires et scolaires ainsi qu’au personnel qualifié
et au désœuvrement des jeunes.

De nombreuses questions ont porté sur l’irrigation, pratiquée dans certains villages
et méconnue dans d’autres. La majorité des villages sont favorables à la conversion
des populations de l’agriculture pluviale à l’agriculture irriguée si ils arrivent à
bénéficier des formations et de l’appui technique nécessaires ;

Des interrogations ont porté sur les éventuelles pertes de terres. Le projet a précisé
qu’en cas d’expropriation, les personnes affectées seront compensées de façon
juste et équitable ;

Des inquiétudes ont été notées par rapport au manque de terres. Le projet a précisé
que l’aménagement des périmètres irrigués et l’accroissement de la productivité des
terres qui seront induites par l’irrigation et l’amélioration des techniques culturales, vont
engendrer un gain substantiel au niveau de la production agricole et sont par conséquent
susceptibles de contribuer à la sécurité alimentaire ;

Par rapport à l’emploi des jeunes sur le chantier du barrage ou sur les parcelles
irriguées qui seront mises en valeur, la majorité des villages demandent de favoriser
les jeunes de la région pour les emplois non qualifiés ;

Inquiétudes pour les femmes des villages insulaires et ceux situés au bord de l’eau
sur les activités qu’elles ne seront plus à mesure de pratiquer quand elles seront sur
les sites de réinstallation. Il s’agit des activités telles la poterie, la vannerie, etc.
Crainte pour l’identification des voies de reconversion possible une fois qu’elles
seront sur les sites de réinstallation. Souhait de bénéficier d’un appui pour pratiquer
des AGR.
Attentes :



L’accès aux équipements collectifs de base (infrastructures hydrauliques,
infrastructures sanitaires (cases de santé, centres de santé intégré, etc.),
infrastructures scolaires (salles de classe, centre d’alphabétisation pour jeunes et
adultes, centre de formation des jeunes, etc.)) ;
La compensation juste et équitable des biens perdus et amélioration des conditions
de vie ;
L’appui au renforcement des capacités des acteurs à travers la formation et la
sensibilisation ;
187








L’appui au renforcement des capacités des ressources humaines locales (adultes
hommes et femmes) à travers l’alphabétisation fonctionnelle ;
En plus des canaux traditionnels de communication, les populations souhaitent
bénéficier des canaux modernes de communication tels que la radio, la télévision, la
presse écrite, etc. ;
L’accès des femmes aux équipements pour la transformation des produits agricoles
(moulin à grain, décortiqueuse d’arachide, batteuse à pédale de riz, etc.) ;
L’accès au crédit et aux activités génératrices de revenus (AGR) ;
L’accès à l’électrification rurale car les populations estiment que l’énergie électrique
pourrait leur permettre de s’ouvrir au monde, d’accéder au réseau télévisuel, de
réaliser des aménagements hydroagricoles, etc. ;
L’accès aux infrastructures socioculturelles comme la construction ou la réhabilitation
des ateliers divers (couture, tissage, peinture, etc.), les aménagements de terrains et
équipements sportifs pour les jeunes ;
L’accès aux infrastructures de commercialisation telles que les marchés à bétail, les
stands et hangars pour la commercialisation des produits agricoles, les banques
céréalières, les magasins de stockage, etc. ;
L’accès au petit matériel et équipements agricoles au profit des activités de
maraichage, et des opérations de restaurations des terres (plantations d’arbres,
confection d’ouvrages antiérosifs, etc.).
188
Réunions de concertation avec les populations bénéficiaires du projet est en
cours de préparation afin d’appuyer le programme Kandadji
Réunion de concertation avec les populations de Famalé (le 13 décembre 2011)
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
1 Amadina Hassane
Maire (commune)
35 Ramata Morou
ménagère
2 Tahirou Djibo
Chef de village
36 Kadi Idrissa
ménagère
3 Abdoulaye Amadou
Liman
37 Karimatou Issou
ménagère
4 Mounkaila Hamani
cultivateur
38 Ramatou Amadou
ménagère
5 Chaibou Issaka
cultivateur
39 Hassi Koussa
ménagère
6 Abdouka Farha
cultivateur
40 Aissata Hamani
ménagère
7 Harouna Issaka
cultivateur
41 Balkissa Soumana
ménagère
8 Seibou Moussa
cultivateur
42 Kogo Idrissa
ménagère
9 Salou Mounkaila
cultivateur
43 Djama Seini
ménagère
10 Adam Bokar
cultivateur
44 Mariama Issifi
ménagère
11 Amadou Idrissa
cultivateur
45 Fati Lamido
ménagère
12 Almoustapha Hamani
cultivateur
46 Lamissi Amadou
ménagère
13 Soumana Ahmadou
cultivateur
47 Safi Daoui
ménagère
14 Alzouma Boukadou
cultivateur
48 Aissata Ousseini
ménagère
15 Dibo Doungouri
cultivateur
49 Sougou Arkassi
ménagère
16 Adizatou Moulkouss
ménagère
50 Kadia Younoussou
ménagère
17 Bibata Mossi
ménagère
51 Aissa midou
ménagère
18 Maimouna Daouda
ménagère
52 Haoua Yacouba
ménagère
19 Zeinaba Salou
ménagère
53 Rouki Boubacar
ménagère
20 Adidjatou Hassane
ménagère
54 Fatoumata Hamidou ménagère
21 Hadjara Houlay
ménagère
55 Saley Halidou
ménagère
22 Aissata Hamidou
ménagère
56 Mariama Abarssi
ménagère
23 Aissata Idrissa
ménagère
57 Alimatou Ayouba
ménagère
24 Zalika Ousseini
ménagère
58 Zara Maouri
ménagère
25 Maimouna Tchirgni
ménagère
59 Bibata Hamani
ménagère
26 Sadatou Moussa
ménagère
60 Biba Aljari
ménagère
27 Zeinaba Djirmey
ménagère
61 Hama Souna
ménagère
28 Aissata Amadou
ménagère
62 Amina Tawey
ménagère
29 Salamata Morou
ménagère
63 Alimata Moumouni
ménagère
30 Hadjo Hamidou
ménagère
64 Maimouna Garba
ménagère
31 Hamsata Alio
ménagère
65 Maimouna Adam
ménagère
32 Mamata Douma
ménagère
66 Latchi Moussa
ménagère
33 Mariama Hassane
ménagère
67 Hado Abdou
ménagère
189
34 Mariama Issaka
ménagère
68 Ami Moussa
ménagère
Réunion de concertation avec les populations de Gabou (le 13 décembre 2011)
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
1
Amadina Hassane
Maire (commune)
23
Hama Moussa
ménagère
2
Mohamed Alhassane
Chef de village
24
ménagère
3
4
Harouna Dallay
Mahamadou Soumaila
25
26
5
Abdoulaye Talamine
cultivateur
cultivateur
cultivateur
Aissa Elgou
Tamomane
Houmbou
Haoua Adamou
27
Didjo Amoud
ménagère
28
Tamey Beigou
ménagère
29
Fatimata Alfari
ménagère
30
Hourey Souley
ménagère
31
Tidiwely Idrissa
ménagère
32
Weytagui Fantou
33
Hamida Sayyadine
ménagère
cultivateur
6
Mahamadou Abdoulaye
7
Soli Beigou
8
Harouna Loumada
9
Alhamdou Ikna
10
Zakari Mahamadou
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
11
Idrissa Saliha
12
Adizatou Arzake
ménagère
34
Ayouba Guimba
13
Darfo Assaguey
ménagère
35
14
Adiza Tafa
ménagère
36
Bouba Ali
Alhassane
Mounkaila
15
Assiatou Adamou
ménagère
37
Alhassane Idrissa
16
Mariama Alfou
ménagère
38
Maliki Akri
17
Balkissa Abdourahamane
ménagère
39
Mohamed Harouna
18
Darfo Liko
ménagère
40
Abdoulaye Oumar
19
Boussoura Beigou
ménagère
41
Idrissa Intagber
20
Salamatou Bachir
ménagère
42
Ali Guimba
21
Fomou Hamadou
ménagère
43
Alhassane Agali
22
Fadimata Inzaleyta
ménagère
44
Mohamed Hamzou
ménagère
ménagère
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
Réunion de concertation avec les populations de Sanguilé (le 13 décembre 2011)
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
1 Mohamed Karimou
Chef de Village
58 Adiza Ismaguil
ménagère
2 Ali Washi
cultivateur
59 Alkamissa Agali
ménagère
3 Mohamed Souheye
cultivateur
60 Fati Mamane
ménagère
4 Alhado Mahamane
cultivateur
61 Haoua Moussa
ménagère
5 Moussa Naweye
cultivateur
62 Ardjana Ali
ménagère
6 Amadou Moussa
cultivateur
63 Ousseini Touré
ménagère
7 Moumouni Souheye
cultivateur
64 Falmata Koumbo
ménagère
190
8 Ibrahim Attaher
cultivateur
65 Hawa Ahmid
ménagère
9 Moussa Ahmid
cultivateur
66 Aichatou Abdoulaye
ménagère
10 Mohamed Tafa
cultivateur
67 Maimouna Ousseini
ménagère
11 Mohamed Agali
cultivateur
ménagère
12 Djibo Tourabi
cultivateur
68 Amina Agaissa
Boussoura
69 Abdoulaye
13 Ousmane Moussa
cultivateur
70 Boussoura Albadé
ménagère
14 Hassane Abdoulaye
cultivateur
71 Habsey Boubacar
ménagère
15 Adamou Harouna
cultivateur
72 Amina Alhassane
ménagère
16 Moussa Albachir
cultivateur
73 Fati Agaicha
ménagère
17 Hassane Moussa
cultivateur
74 Salamata Toden
ménagère
18 Ismaguil Toden
cultivateur
75 Maimouna Souley
ménagère
19 Malik Rhissa
cultivateur
76 Zeinaba Kambey
ménagère
20 Adamou Ider
cultivateur
77 Tidew Toden
ménagère
21 Wassala Ider
cultivateur
78 Nafi Goumour
ménagère
22 Djibrilla Abou Mahamane
cultivateur
79 Hali Beidou
ménagère
23 Almahamoud Boubacar
cultivateur
80 Zeinabou Illa
ménagère
24 Alhassane Adamou
cultivateur
81 Attawa Djingarey
ménagère
25 Moustapha Mamane
cultivateur
82 Leyla Zeidine
ménagère
26 Oumarou Harouna
cultivateur
83 Adizo Anasbogore
ménagère
27 Salou Salaou
cultivateur
84 Assagad Iday
ménagère
28 Hargo Soumana
cultivateur
85 Nafissatou Boubacar ménagère
29 Aichatou Hamey
cultivateur
86 Aichatou Mahamane ménagère
30 Salamatou Amadou
cultivateur
87 Falmata Boubacar
ménagère
31 Amana Sadou
cultivateur
88 Tima Djingarey
ménagère
32 Adiza Abdourhamane
cultivateur
89 Hali Hamidou
ménagère
33 Djittou Souheyè
cultivateur
90 Maimouna Moussa
ménagère
34 Tidjibitt Toden
cultivateur
91 Salma Toden
ménagère
35 Hamsatou Hassane
cultivateur
92 Abdoulaye Kadri
Directeur Ecole
36 Boussoura Nouhou
cultivateur
93 Ali Hamidou
cultivateur
37 Asssagadou Sadou
cultivateur
cultivateur
38 Mariama Ilèle
cultivateur
94 Ibrahim Ismaguil
Boubacar
95 Mahamadou
39 Hadi Harouna
cultivateur
cultivateur
40 Ramatou Djibo
ménagère
96 Toha Agali
Abdoulaye
97 Mohamed
41 Hadiza Mahamane
cordonnière
98 Almahamoud Illa
cultivateur
42 Adama Mounkaila
ménagère
cultivateur
43 Mamata Moumouni
ménagère
99 Ismaguil Mohamed
Mohamed
100 Abdoulaye
ménagère
cultivateur
cultivateur
cultivateur
191
44 Madane Idder
ménagère
101 Zeidine Boubacar
cultivateur
45 Mariama René
ménagère
102 Malik Mohamed
cultivateur
46 Halimata Djingarey
ménagère
cultivateur
47 Ramatou Inoussa
ménagère
103 Agali Mohamed
Youssoufa
104 Mohamed
48 Adiza Zakari
ménagère
105 Almahamoud Sidi
cultivateur
49 Ramatou Souleymane
ménagère
106 Salou Almahamoud
cultivateur
50 Zaba Ahmid
ménagère
107 Ouda Seybou
cultivateur
51 Fati Boureima
ménagère
108 Abdoulaye Djingala
cultivateur
52 Ramatou Anasbogore
ménagère
109 Assid Hamadou
cultivateur
53 Aichatou Issa
ménagère
110 Souleymane Zakari
cultivateur
54 Azarha Agali
ménagère
111 Seybou Moussa
cultivateur
55 Oumou Amoumane
ménagère
cultivateur
56 Bibata Assmane
ménagère
112 Abdoulaye Almodjid
Almahamoud
113 Takouba
57 Amina Djingareye
ménagère
cultivateur
cultivateur
Réunion de concertation avec les populations de Alsilamey (le 14 décembre 2011)
N°
NOMS-PRENOMS
1 Filou Alatabe
2 Almoustapha Ibichakante
Mahamoud
3 Abdourahamane
4 Mohamed Almoumaine
5 Imeka Litinine
6 Dadifa Izia
7 Abdoulahi Moussa
8 Almahoumoud Alhassane
9 Maloh Ibrahim
10 Abdoussalam Ibrahim
11 Mohamedine Alkarim
TITRE/ACTIVITE
Maire (Commune
Bibiyergou)
N°
Cultivateur
Cultivateur
24 Idrissou Ibickakante
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Chef de tribu N°1
Liman
Cultivateur
12 Hami Boujahma
Chef de tribu N°2
Cultivateur
14 Nassala Issaguid
15 Alhousseini Bozi
16 Abdou Reri
17 Asouhel Tibangoli
18 Bouchoura Alhousseini
TITRE/ACTIVITE
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
25 Idrissa Heroum
Cultivateur
13 Amadou Arab
NOMS-PRENOMS
Mahamad
23 Alwahoussou
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Ménagère
26 Aboubacar Ibrahim
27 Issaguid Alwahissou
28 Inazome Doua
29 Abouba maza
30 Ousmane Wassila
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
31 Halimatou Azingidon
Ménagère
32 Ramlata Ahmad
Ménagère
33 Absatou Noh
Alhalamate
34 Aboubakar
Ménagère
35 Rahmatou Guissa
Abounawat
36 Jadalhaina
Ménagère
37 Zenaba Azingane
Ménagère
38 Assalamatt Nassirou
Ménagère
39 Alboucha Arkob
Ménagère
40 Azey Yakakaire
Ménagère
Cultivateur
Cultivateur
192
19 Adamou Abdoulahi
20 Agali Iday
21 Foutaha Guissa
22 Soli Wssilla
Cultivateur
Cultivateur
Cultivateur
41 Aminatou Noh
Ménagère
42 Arahamat Hemane
Ménagère
43 Aminatou Aboubakar
Ménagère
Cultivateur
Réunion de concertation avec les populations de Garey (le 14 décembre 2011)
N°
NOMS-PRENOMS
N°
25 Inizibi Inhohi
Abdourahamane
26 Abakrène
cultivateur
2 Mohamed Ahmid
TITRE/ACTIVITE
Maire (Commune
Ayorou)
Représentant chef
du village
3 Souley Youssouf
cultivateur
27 Abdoulaye Halidou
cultivateur
4 Almeimoun Issa
cultivateur
28 Mohamed Mada
cultivateur
5 Sidi Biga
cultivateur
29 Abola Almahmoud
cultivateur
6 Hamidou Harouna
cultivateur
30 Taletou Birgui
ménagère
7 Abdoulaye Silla
cultivateur
31 Zeinaba Djalé
ménagère
8 Idrissa Yacouba
cultivateur
32 Souptourey Djalé
ménagère
9 Falké Ichatane
cultivateur
33 Mariama Youssouf
ménagère
10 Inizibi Biga
cultivateur
34 Aminatou Hamey
ménagère
11 Souleymane Arzakey
cultivateur
35 Mariama Mohamed
ménagère
12 Alhado Adam
cultivateur
36 Oumou Youssouf
ménagère
13 Ousmane Winisnine
cultivateur
37 Mariama Mousleha
ménagère
14 Djambara Idrissa
cultivateur
38 Bachirou Meha
ménagère
15 Mahamoud Ahmid
cultivateur
ménagère
16 Djibrilla Abdourahame
cultivateur
17 Bakène Manana
cultivateur
39 Alzou Aliad
Aroumeissa
40 Youssouf
Assalamatt
41 Alhassane
18 Ahmide Mouna
Abdourahamane
19 Mohamed
cultivateur
42 Bouchira Dikane
ménagère
cultivateur
43 Bouchira Ousmane
ménagère
20 Mohamed Komi
cultivateur
44 Bouchira Idé
ménagère
21 Agali Arzakey
cultivateur
45 Hali Sani
ménagère
22 Bella Arzakey
cultivateur
46 Halimatou Alousseini
ménagère
23 Abdouramane Komi
cultivateur
47 Halimatou Bella
ménagère
24 Hassimi Lassane
cultivateur
1 Zakaria Moussa
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
cultivateur
ménagère
ménagère
193
Réunion de concertation avec les populations de Ayorou Goungou Koarey (le 14 décembre
2011)
N°
NOMS-PRENOMS
1 Zakaria Moussa
2
3
4
5
Ismaila Zeini
Zakaryaou Issifou
Liman : Mossi Issaka
Moussa Souley
6 Alassane Mamoudou
7 Salou Soumana
8 Idrissa Younoussou
9 Djibo Missini
10 Issifou Younoussou
11 Kouiwou Hassane
12 Hamidou Hassoumi
13 Seyni Koda
14 Soumana Aziz
15 Amadou Ousseini
16 Salou Safiou
17 Djibo Alzouma
18 Adamou Younoussou
19 Youne Kassoum
20 Illiassou Anafi
21 Aziz Yupa
22 Kouiwou Younoussou
23 Souley Mamoudou
24 Issifou Nawal
25 Illiaouss Douwa
26 Abdoulkarim Yalilou
27 Harouna Yalilou
28 Sandi Souley
29 Seydou Woguia
30 Salou Mamadou
31 Moussa Ragao
32 Mounkaila Hamidou
33 Issifou Koda
34 Allassane Djibo
35 Allassane Mamoudou
TITRE/ACTIVITE
Maire (Commune
Ayorou)
Chef du village
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
cultivateur
N°
NOMS-PRENOMS
TITRE/ACTIVITE
cultivateur
37 Birgui Douwa
38
39
40
41
Salou Adamou
Yeya Yougo
Bassirou Zazza
Meiro Oiaharé
cultivateur
cultivateur
cultivateur
ménagère
42 Bourou Tchebaria
ménagère
43 Satou Djato
ménagère
44 Guika Boulassane
ménagère
45 Aromata Hama
ménagère
46 Aminatou Kouri
ménagère
47 Haoua Salou
ménagère
48 Aminatou Saridou
ménagère
49 Bibata Mamoudou
ménagère
50 Aissa Dissa
ménagère
51 Saley Issifou
ménagère
52 Seitou Kassoum
ménagère
53 Adama Yacouba
ménagère
54 Kadidja Hassane
ménagère
55 Satou Sari
ménagère
56 Zahara Idrissa
ménagère
57 Adjaratou Daoudou
ménagère
58 Aramata Gatari
ménagère
59 Fati Djibo
ménagère
60 Fati Mossi
ménagère
61 Bibata Koundoum
ménagère
62 Haoua Allassane
ménagère
63 Hamata Hama
ménagère
64 Kadidja Amadou
ménagère
65 Saleye Aido
ménagère
66 Hebi Douway
ménagère
67 Adizatou Kassoum
ménagère
68 Belié Boubou
ménagère
69 Sérifatou Akilou
ménagère
70 Labata Balla Mossi
ménagère
71 Labata Azizi
ménagère
194
36 Soumaila moussa
cultivateur
195
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising