FR - Europa

FR - Europa
DÉCISION DE LA COMMISSION
du 16 juillet 2003
relative à une procédure d’application de l’article 82 du traité CE
(COMP/38.233 –Wanadoo Interactive)
(le texte en langue française est le seul faisant foi)
Dans la version publique de cette décision, des informations ont été supprimées conformément aux articles 20(2)
et 21(2) du règlement du Conseil (CE) n° 17/62 (remplacés par les articles 28(2) et 30(2) du règlement du
Conseil (CE) n° 1/2003) concernant la non-divulgation des secrets d’affaires et autres informations
confidentielles. Les omissions sont indiquées par […]*. Quand cela était possible, les informations omises ont
été remplacées par des fourchettes de chiffres ou une description générale.
LA COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES,
vu le traité instituant la Communauté européenne,
vu le règlement n° 17 du Conseil du 6 février 1962, premier règlement d’application des
articles 85 et 86 du traité1, modifié en dernier lieu par le règlement (CE) n° 1216/19992, et
notamment son article 3 et son article 15, paragraphe 2,
vu la décision de la Commission du 27 juillet 1999 d’ouvrir une enquête de secteur dans le
domaine des télécommunications,
vu la décision de la Commission du 19 décembre 2001 d’ouvrir une procédure dans cette
affaire,
après avoir donné aux entreprises intéressées l’occasion de faire connaître leur point de vue au
sujet des griefs retenus par la Commission, conformément à l’article 19, paragraphe 1, du
règlement n° 17 et au règlement (CE) n° 2842/98 de la Commission du 22 décembre 1998
relatif à l’audition dans certaines procédures fondées sur les articles 81 et 82 du traité CE3,
après consultation du comité consultatif en matière d’ententes et de positions dominantes,
vu le rapport du conseiller-auditeur,
1
2
3
FR
JO 13 du 21.2.1962, p. 204/62.
JO L 148 du 15.6.1999, p. 5.
JO L 354 du 30.12.1998, p. 18.
FR
considérant ce qui suit:
I. LES FAITS
A. Introduction....................................................................................................................... 5
B. L’entreprise concernée ...................................................................................................... 6
C. Les services concernés....................................................................................................... 8
1. Introduction : l’accès à Internet en France .......................................................................... 8
2. Les services concernés : l’accès à Internet à haut débit pour les clients résidentiels ............ 8
D. Les produits ADSL grand public de Wanadoo Interactive et les recettes correspondantes 10
1. Wanadoo ADSL et eXtense.............................................................................................. 10
2. Les recettes totales et unitaires provenant des produits Wanadoo ADSL et eXtense ......... 12
1.La recette totale des services en 2001 ................................................................................ 12
2. La recette unitaire théorique des abonnements.................................................................. 12
3. La recette unitaire moyenne d’abonnement observée........................................................ 12
4. Les revenus de contenus................................................................................................... 14
E. Les coûts supportés par Wanadoo Interactive................................................................... 15
1. Périmètre des coûts pris en compte dans l’analyse............................................................ 15
2. Les coûts de réseau .......................................................................................................... 16
1. Le coût de l’accès............................................................................................................. 17
2. Les coûts de la collecte..................................................................................................... 17
3. Les coûts de la connectivité internationale........................................................................ 19
4. Dédommagements […] en 2001 ...................................................................................... 20
3. Les coûts d’acquisition ou de conquête de la clientèle ...................................................... 20
1. La publicité, les actions commerciales et les promotions .................................................. 20
2. La rémunération du réseau de vente ................................................................................. 22
3. Les frais d’accès au service .............................................................................................. 22
4. Les autres coûts de production ......................................................................................... 23
F. Le degré de couverture des coûts par les recettes.............................................................. 23
1. La couverture des coûts complets instantanés................................................................... 24
FR
FR
2. La couverture effective des coûts retraités ........................................................................ 24
1. Couverture des coûts variables unitaires........................................................................... 26
2. Couverture des coûts complets unitaires ........................................................................... 27
3. Analyse par générations successives de nouveaux abonnés .............................................. 28
1. Analyse des coûts retraités pour les seules nouvelles générations d’abonnés .................... 28
2. Invalidité d’une analyse en termes de cash flow dans le cas d’espèce ............................... 29
4. La couverture des coûts retraités prévisible ex ante .......................................................... 31
5. Conclusion sur la couverture des coûts............................................................................. 33
G. Les documents internes à l’entreprise relatifs à une stratégie de préemption du marché du
haut débit ............................................................................................................... 34
1. La formulation de l’intention de préempter le marché du haut débit ................................. 34
2. La réflexion interne sur le niveau des prix et la connaissance par Wanadoo Interactive de
l’impact économique et financier du développement de ses services ADSL............ 36
3. La connaissance par Wanadoo Interactive de l’existence de risques juridiques ................. 39
4. Les éléments de contexte témoignant d’une stratégie de cantonnement et de refoulement
des concurrents....................................................................................................... 40
H. Procédure ........................................................................................................................ 43
1. Déroulement de la procédure............................................................................................ 43
2. Accès au dossier............................................................................................................... 44
3. Contestation de Wanadoo Interactive au sujet de la lettre du 16 janvier 2003 ................... 46
II - EVALUATION JURIDIQUE
A. Article 82 du traité .......................................................................................................... 47
B. Le marché en cause ......................................................................................................... 47
1. Le marché de services ...................................................................................................... 47
1. Introduction ..................................................................................................................... 47
2. Différences d’usages ........................................................................................................ 49
3. Spécificités techniques et performances ........................................................................... 51
4. Différences de prix des services et différences de revenu par abonné................................ 54
5. Appréciation du degré de substituabilité ........................................................................... 55
FR
FR
6. Conclusion sur le marché de service................................................................................. 58
2. Le marché géographique .................................................................................................. 59
C. La position dominante ..................................................................................................... 59
1. Aspects généraux ............................................................................................................. 59
2. Les parts de marché.......................................................................................................... 60
3. L’adossement à France Télécom ...................................................................................... 65
1. Les synergies à l’intérieur d’un grand groupe................................................................... 66
2. L’adossement technique ................................................................................................... 67
3. L’adossement commercial................................................................................................ 68
4. L’adossement logistique et financier ................................................................................ 71
4. La position occupée par Wanadoo Interactive sur les marchés d’édition des annuaires ..... 71
5. Conclusion ....................................................................................................................... 73
D. L’abus de position dominante.......................................................................................... 73
1. Matérialité de l’abus : la non couverture des coûts dans le cadre d’un plan visant à
préempter le marché ............................................................................................... 73
1. La couverture des coûts.................................................................................................... 73
2. Contestation par l’entreprise de l’interprétation donnée à sa pratique de prix.................... 75
3. L’intention d’éviction de la concurrence .......................................................................... 77
4. Objectifs poursuivis par Wanadoo Interactive au moyen de la stratégie de préemption..... 83
5. Conclusion sur l’intention de préemption ......................................................................... 85
2. Applicabilité de la notion de prédation à un secteur en forte croissance............................ 85
3. Absence de justifications objectives à la tarification en dessous des coûts ........................ 87
1. Economies d’échelles et effets d’apprentissage ................................................................ 87
2. Absence de justification par des externalités positives...................................................... 88
3. L’argument de l’alignement sur les prix des concurrents .................................................. 89
4. Probabilité d’une récupération des pertes ......................................................................... 94
1. Freins à la mobilité des abonnés existants......................................................................... 96
2. Les coûts d’entrée et d’acquisition d’une taille critique sur un marché de masse............... 97
3. Coût des solutions alternatives à l’offre de revente proposée par France Télécom aux
fournisseurs d’accès ............................................................................................. 102
4. La reconstitution et l’accroissement des marges de Wanadoo Interactive, indice révélant la
probabilité d’une récupération à terme des pertes initiales .................................... 104
FR
FR
5. Conclusion sur la probabilité d’une récupération des pertes............................................ 104
5. Conclusion sur l’abus ..................................................................................................... 105
E. Repercussions de l’abus sur la concurrence.................................................................... 105
1. Effets sur le marché en 2001 et 2002 de la stratégie poursuivie par Wanadoo Interactive 105
a) Evolution des parts de marché et des rythmes de croissance ........................................... 105
b) Interprétation des évolutions constatées sur le marché.................................................... 107
2. Effets à l’issue de l’abus à moyen terme......................................................................... 110
F. Effets sur le commerce entre Etats membres .................................................................. 112
G. Article 3 du règlement N° 17......................................................................................... 113
H. Article 15 du Règlement n° 17 ...................................................................................... 113
1. Gravité de l’infraction .................................................................................................... 114
1. Nature de l’infraction ..................................................................................................... 114
2. Impact sur le marché ...................................................................................................... 114
3. Etendue du marché géographique en cause..................................................................... 115
4. Conclusion sur la gravité de l’infraction ......................................................................... 115
2. Durée de l’infraction ...................................................................................................... 115
3. Circonstances atténuantes ou aggravantes ...................................................................... 116
FR
FR
I. LES FAITS
A. INTRODUCTION
FR
(1)
Le développement de l’accès à Internet à haut débit est un élément-clé dans
l’avènement de la société de l’information en Europe. Par la rapidité, la facilité et le
confort qu’il introduit dans l’utilisation d’Internet, par l’élargissement des applications
et des usages qu’il autorise, l’accès à Internet à haut débit contribue notamment au
développement du commerce électronique et à l’émergence de nouveaux modes de
distribution de contenus par voie électronique, ce qui lui confère une dimension
économique et stratégique de première importance. La dissémination de l’accès à
Internet à haut débit en Europe dépend dans une large mesure du déploiement des
services de ligne numérique d'abonné (« digital subscriber line » ou DSL) sur les
réseaux d’accès local détenus par les opérateurs historiques de télécommunications.
Ces réseaux d’accès local raccordant au réseau général de télécommunications les
utilisateurs finals sont désignés sous le nom de boucle locale. Le déploiement des
services DSL a véritablement démarré sur une base commerciale en Europe dans le
courant de l’année 1999.
(2)
Dans ce contexte, la Commission a décidé en juillet 1999 l’ouverture d’une enquête
sectorielle au titre des pouvoirs qui lui sont conférés par l’article 12, paragraphe 1, du
règlement n° 17 4, comportant un volet dédié à la fourniture de services d’accès à la
boucle locale et d’utilisation de la boucle locale résidentielle. Les objectifs de cette
enquête de secteur consistaient notamment à rechercher des preuves de l’existence de
tarifications anticoncurrentielles des services utilisant la boucle locale, de la mise en
place de barrières à l’entrée ainsi que de l’existence de prix prédateurs.
(3)
Dans le cadre de cette enquête de secteur, les informations recueillies auprès de France
Télécom et de sa filiale Wanadoo Interactive d’une part, et les faits rapportés par
plusieurs fournisseurs d’accès à Internet concurrents de Wanadoo Interactive d’autre
part, ont conduit la Commission à examiner en détail les conditions tarifaires de
fourniture par Wanadoo Interactive de services d’accès à Internet à haut débit à
destination de la clientèle résidentielle en France. A cette fin, la Commission a ouvert
une procédure d’office en septembre 2001. Elle a complété l’instruction au moyen de
plusieurs lettres de demandes de renseignements tant à France Télécom et Wanadoo
Interactive qu’auprès des concurrents de cette dernière, ainsi qu’au moyen d’une
inspection réalisée dans les locaux de l’entreprise en avril 2002. La Commission a
adressé à Wanadoo Interactive successivement deux communications des griefs, les 19
décembre 2001 et 9 août 2002, auxquelles Wanadoo Interactive a répondu les 4 mars
2002 et 23 octobre 2002 respectivement.
(4)
La période couverte par la présente décision s’étale de mars 2001 à octobre 2002. Elle
coïncide avec un essor très important du marché de l’accès à Internet à haut débit en
France. Sur moins de deux ans, le parc d’abonnés à des services d’accès à Internet à
4
Décision C(99)2435 du 27 juillet 1999.
FR
haut débit est passé d’environ 200 000 à plus d’un million d’unités, enregistrant ainsi
un quintuplement. Cette croissance a pour l’essentiel bénéficié à Wanadoo Interactive,
filiale du groupe France Télécom, dont la part de marché s’élevait en fin de période à
plus de [70-80]* %.
(5)
Les faits retracés dans ce qui suit concernent les pratiques de tarification en dessous
des coûts menées par Wanadoo Interactive de mars 2001 à octobre 2002 sur le marché
de l’accès à Internet à haut débit. Ces pratiques ont porté sur les deux produits haut
débit de Wanadoo Interactive destinés à la clientèle résidentielle, Wanadoo ADSL et
eXtense, reposant tous les deux sur la technologie ADSL5, laquelle constitue une
variante des technologies DSL6. Les développements qui suivent incorporent une
analyse détaillée des recettes et des coûts des deux services en question et exposent la
méthode retenue par la Commission pour examiner si les prix pratiqués sont
susceptibles, sous réserve de l’analyse juridique qui suit, de recevoir la qualification de
prédateurs. Ils retracent également un certain nombre d’éléments factuels recueillis au
sein de l’entreprise à l’occasion de l’inspection, qui reflètent la réflexion interne à
Wanadoo Interactive sur le niveau des prix ainsi que ses orientations stratégiques
concernant le haut débit.
B. L’ENTREPRISE CONCERNEE
(6)
Wanadoo Interactive est une société du groupe France Télécom. Son capital est détenu
à 99,9% par Wanadoo SA. La participation de France Télécom dans le capital de
Wanadoo SA a oscillé entre 70 % et 72,2 % pendant la période concernée par la
présente décision. France Télécom est pour sa part contrôlée à hauteur de 56 % par
l’Etat français. Avant le début de l’année 2001, Wanadoo Interactive portait le nom de
France Télécom Interactive7. Le groupe formé par Wanadoo SA et ses filiales (ciaprès “le groupe Wanadoo”) rassemble toutes les activités Internet du groupe France
Télécom ainsi que les activités d’édition d’annuaires téléphoniques. Les activités du
groupe Wanadoo englobent ainsi l’accès à Internet, des portails généralistes ou
thématiques, le commerce électronique, les annuaires dans leurs versions imprimés,
Minitel et Internet, ainsi que des services Internet aux professionnels. Au sein du
groupe, Wanadoo Interactive assure les responsabilités opérationnelles et techniques
liées aux services d’accès à Internet sur le territoire français, y compris les services
ADSL dont il est question dans la présente décision.
(7)
Schématiquement, l’activité du groupe Wanadoo se divise en deux grands ensembles :
le segment accès, portails et commerce électronique d’une part, et le segment
annuaires et services aux professionnels d’autre part. Sur la période 2000-2002, le
groupe Wanadoo a connu une croissance particulièrement dynamique de son chiffre
5
« Asymmetric Digital Subscriber Line ».
L’ADSL est une technologie qui permet de numériser la partie terminale du réseau téléphonique en
utilisant les bandes de fréquences supra-vocales susceptibles d’être supportées par une paire de cuivre.
Le service téléphonique de base occupe une bande de fréquences de quelques kHertz. L’installation
d’un modem et d’un filtre propre à l’ADSL, à chaque extrémité de la paire de fils de cuivre, permet
d’exploiter des fréquences allant de 20 kHertz à plus de 1 Mega Hertz. La ligne ainsi enrichie peut
supporter un trafic de données bidirectionnel allant de quelques centaines de kilobit/s à plusieurs
megabit/s, tout en permettant l’usage simultané du téléphone.
Dans la suite de la présente décision, dans un souci de simplicité et quelle que soit la période concernée,
l’entreprise sera toujours désignée sous le nom de “Wanadoo Interactive”.
6
7
FR
FR
d’affaires sur le premier segment. Cette croissance est notamment tirée par deux
éléments, une progression importante du parc d’abonnés actifs et une progression des
revenus d’accès par abonné stimulée par le développement des offres d’accès à
Internet à haut débit.
(8)
Au cours de l’année 2000, le groupe Wanadoo a réalisé un chiffre d’affaires consolidé
pro forma de 1 111 millions d’euros, un EBITDA8 de - 66,4 millions d’euros, et un
résultat net consolidé de -102 millions d’euros9. L’activité d’annuaires et de services
aux professionnels représentait en 2000 un chiffre d’affaires de plus de 741 millions
d’euros, soit plus des deux tiers du chiffre d’affaires consolidé de Wanadoo SA et de
ses filiales10. Les revenus du segment accès, portails et commerce électronique
totalisaient 370 millions d’euros. Le chiffre d’affaires de l’accès à Internet représentait
pour sa part 22 % du chiffre d’affaires total consolidé11. Alors que le segment accès,
portails et commerce électronique enregistrait en EBITDA des pertes à hauteur de 285
millions d’euros, le segment annuaires et services aux professionnels dégageait un
EBITDA positif de plus de 225 millions d’euros.
(9)
Le groupe Wanadoo a réalisé un résultat opérationnel avant dotation aux
amortissements de – 63,534 millions d’euros en 2001 et de + 28,5 millions d’euros au
premier semestre 2002. Le résultat net consolidé s’est établi respectivement à – 193,2
millions d’euros et – 38,5 millions d’euros pour ces deux périodes. La contribution des
deux grands segments d’activité du groupe peut être brièvement décrite de la façon
suivante. Au titre de ses activités Internet, le groupe a réalisé respectivement 715
millions et 516 millions d’euros de chiffre d’affaires (soit 45 % du total du groupe) en
2001 et au premier semestre 2002 ; ce même segment a produit respectivement – 359
millions et – 112 millions d’euros de résultat opérationnel au cours de ces deux
périodes. L’activité annuaires et services aux professionnels a représenté 848 millions
d’euros de chiffre d’affaires (54 % du total du groupe) en 2001 et 401 millions d’euros
(43 % du total du groupe) au premier semestre 2002. Au cours de ces deux périodes, le
résultat opérationnel de ce segment s’est établi respectivement à 218 millions d’euros
et 125 millions d’euros.
(10)
Les comptes consolidés de Wanadoo ont donc fait apparaître des pertes significatives
tant en 2000 qu’en 2001, les profits tirés par le deuxième segment d’activité ne
compensant pas complètement les pertes importantes enregistrées sur le premier
segment. Au premier semestre 2002, le groupe Wanadoo est parvenu à l’équilibre de
son résultat opérationnel du fait d’une amélioration des conditions d’exploitation des
activités d’accès à Internet.
(11)
La filiale Wanadoo Interactive, visée par la présente décision et spécialisée dans les
activités d’accès à Internet sur le territoire français, a pour sa part réalisé en 2001 un
chiffre d’affaires de 402 millions d’euros, un résultat opérationnel de – 92 millions
d’euros (soit -23 % du chiffre d’affaires) et un résultat net de – 89 millions d’euros.
Au premier semestre 2002, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 305 millions d’euros,
8
Résultat opérationnel avant dotation aux amortissements et provisions.
Les informations relatives à cet exercice sont tirées du rapport annuel 2000 de Wanadoo.
Les seuls revenus publicitaires “papier” représentaient plus de 558 millions d’euros, soit la moitié du
chiffre d’affaires total.
Avec des revenus de près de 250 millions d’euros.
9
10
11
FR
FR
un résultat opérationnel de 31 millions d’euros et un résultat net de 26 millions
d’euros.
(12)
Au 30 juin 2001, Wanadoo Interactive comptait en France 2,33 millions d’abonnés
Internet actifs, et la filiale britannique du groupe Wanadoo, Freeserve, acquise au
début de ladite année, en recensait 2,03 millions au Royaume Uni. Wanadoo recensait
plus de six millions de clients en Europe au 1er janvier 2002, et plus de sept millions
en septembre 2002.
C. LES SERVICES CONCERNES
1. Introduction : l’accès à Internet en France
(13)
Les services d’accès à Internet consistent en la fourniture par un fournisseur d’accès à
Internet d’une possibilité de se connecter à Internet au moyen d’un terminal, et de
bénéficier de la sorte d’une gamme étendue de services de navigation, de courrier
électronique, de téléchargement de fichiers et d’applications, d’hébergement de pages
personnelles, d’activités en réseau d’utilisateurs, etc. Dans l’immense majorité des cas,
les abonnés à Internet sont reliés à leur fournisseur d’accès à Internet soit par une
liaison téléphonique 12, soit, dans les secteurs géographiques équipés de réseaux de
câblo-opérateurs, par le câble, soit, enfin, par des liaisons dédiées. Pendant la période
couverte par la présente décision et encore à ce jour, l’accès à Internet par des
terminaux mobiles13 a occupé une place très marginale.
(14)
Au premier semestre 2001, on estimait à plus de 6,1 millions le nombre
d’abonnements à Internet en France. Au 31 mars 2002, on évaluait à 7,72 millions le
nombre d’abonnements à Internet en France, un chiffre en progression de 29 % par
rapport à celui observé un an auparavant. Au 30 septembre 2002, on recensait en
France plus de 8,46 millions d’abonnés à Internet actifs14.
2. Les services concernés : l’accès à Internet à haut débit pour les clients
résidentiels
(15)
L’accès à Internet à haut débit constitue une modalité spécifique de l’accès à Internet.
Il suppose la maîtrise de modes d’accès permettant des trafics en haut débit. Les
spécificités respectives du ‘bas débit’ et du ‘haut débit’ sont bien identifiées par les
prestataires de services comme par les consommateurs.
(16)
L’accès à haut débit a d’abord pour propriété d’offrir un confort d’utilisation
d’Internet très sensiblement supérieur à l’accès à Internet classique, en particulier
grâce à :
12
Les recensements systématiques font défaut. Sur la base des chiffres publiés par l’Association des
Fournisseurs d’Accès ou par l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART), on peut
toutefois estimer que pour la clientèle résidentielle, l’accès à Internet par la ligne téléphonique fixe
représentait encore à la fin du premier trimestre 2001 plus de 95 % du total des accès.
Services « WAP » sur les réseaux GSM.
Source : Association des fournisseurs d’accès à Internet, chiffres au 30 juin 2001, 31 mars 2002 et 30
septembre 2002.
13
14
FR
FR
(17)
–
des débits dans le sens ascendant et descendant très supérieurs à ceux de
l’internet à bas débit,
–
la faculté d’être connecté en permanence et d’utiliser simultanément une même
ligne d’accès pour effectuer des appels téléphoniques ou d’autres
communications (télécopie, par exemple) tout en restant connecté à Internet15.
D’un point de vue pratique, pour l’usager résidentiel, il est actuellement possible
d’obtenir une connexion à Internet haut débit par deux moyens alternatifs 16, dont les
différences de performances sont relativement peu discernables mais qui sont soumis à
des contraintes techniques différentes:
–
soit par une ligne téléphonique adaptée pour les besoins d’une technologie
ADSL, avec des équipements (modem, filtres) séparant les fréquences dédiées
au trafic voix de celles consacrées au trafic de données pour permettre
notamment un usage simultané du téléphone et d’Internet ; la performance est
d’autant meilleure que la distance est courte entre l’emplacement du local de
l’abonné et le répartiteur où le multiplexeur de l’opérateur est installé17 ;
–
soit par un câble équipé d’un modem relié au réseau d’un câblo opérateur;
toutefois, en raison même de l’architecture « en cascade » des réseaux câblés,
des problèmes de saturation peuvent apparaître en cas d’usage simultané par un
grand nombre d’abonnés dans un même secteur géographique.
Dans les deux cas, les offres commerciales des prestataires tiennent compte des
risques inhérents au mode d’accès en question, tant dans leurs promesses de débit
que dans leurs promesses de disponibilité du service18. Bien que les débits ne soient
pas toujours absolument garantis, les prestataires s’engageaient généralement sur une
performance de 512 kbit/s en débit descendant (du réseau vers l’abonné) et 128 kbit/s
en débit ascendant (de l’abonné vers le réseau) au cours de la période visée par la
présente décision.
(18)
Pour disposer d’un accès à Internet à haut débit, l’utilisateur résidentiel doit avoir à sa
disposition une ligne téléphonique ou un câble d’accès équipés pour supporter un haut
débit d’une part, un abonnement à un fournisseur d’accès à Internet lui permettant
d’accéder à des contenus d’autre part. Le consommateur peut faire le choix de se
procurer séparément l’accès à haut débit, par exemple auprès de France Télécom ou
d’un câblo-opérateur, et l’abonnement à Internet auprès d’un prestataire spécialisé. Cet
15
A l’inverse, l’accès à Internet à bas débit suppose l’établissement à chaque session d’utilisation d’une
connexion spécifique qui prive l’utilisateur de la faculté d’effectuer et de recevoir des appels
téléphoniques simultanément sur la même ligne.
A ces deux moyens techniques, il faudrait ajouter, pour le segment du haut débit pour la clientèle
professionnelle, la fibre optique, et les liaisons louées. La boucle locale radio et le satellite ne paraissent
pas encore, à ce stade, être des moyens techniques adéquats pour assurer une pénétration rapide auprès
d’une clientèle de masse.
Des problèmes de saturation peuvent également survenir en raison du partage entre les clients de
l’utilisation de certaines infrastructures de concentration du trafic, comme il est expliqué […]*.
Par rapport à l’ADSL, les services d’Internet à haut débit par câble modem représentent une formule
légèrement dégradée, au moins pour les utilisateurs très intensifs, dans la mesure où au-delà d’un
certain trafic mensuel (ou d’une certaine durée de consultation mensuelle), un supplément de prix est
souvent demandé.
16
17
18
FR
FR
achat séparé lui donne la faculté de résilier son abonnement à l’une des deux
composantes du service à volonté. Au contraire, le consommateur peut préférer se
procurer simultanément et par une transaction unique un ensemble comportant à la fois
le service d’accès à haut débit et le service Internet proprement dit.
(19)
Parmi les acteurs du marché, France Télécom occupe une position particulière en tant
qu’opérateur du réseau d’accès téléphonique local connu sous le nom de boucle locale.
L’opérateur historique de télécommunications ne commercialise pour sa part que la
composante « ligne d’accès à haut débit », laissant à Wanadoo Interactive le soin de
commercialiser abonnement d’accès à Internet, portail et contenus. France Télécom
commercialise depuis la fin de l’année 1999 sous le nom de Netissimo 1 un service
d’accès ADSL destiné à la clientèle résidentielle. Les clients de France Télécom ayant
souscrit le service Netissimo 1 ont la possibilité d’avoir recours, pour l’accès aux
contenus Internet, au fournisseur d’accès à Internet de leur choix.
(20)
Les principaux fournisseurs d’accès à Internet à haut débit utilisant la technologie
ADSL étaient, pendant la période visée par la présente décision, Wanadoo Interactive,
Club Internet (T-Online France), Nerim, Easynet, Mangoosta19, Infonie 20, TiscaliLiberty Surf et 9Online. Les premières offres émanant de ces fournisseurs sont
intervenues à l’extrême fin de l’année 1999.
(21)
Les principaux câblo-opérateurs impliqués dans la fourniture d’accès à Internet à haut
débit sont Est Vidéocommunication, France Télécom Câble, filiale de France Télécom
assurant le support technique de l’offre Câble Wanadoo, NC Numéricâble, Noos, UPC
France. Pour tous ces opérateurs, la commercialisation de l’accès à Internet
proprement dit est liée à celle de l’accès à haut débit. Les abonnés de Noos achètent
aussi le service Internet de Noos, ceux de UPC le service Internet de Chello, ceux de
NC Numéricâble le service Internet d’AOL, et ceux de France Télécom Câble le
service Internet de Wanadoo Interactive. Historiquement, l’accès à Internet par câble
modem a été commercialisé dès la fin de l’année 1997.
D. LES PRODUITS ADSL GRAND PUBLIC DE WANADOO INTERACTIVE ET LES
RECETTES CORRESPONDANTES
(22)
Wanadoo Interactive commercialise à la fois des services d’accès à Internet à haut
débit par la technologie ADSL, et des services d’accès par le câble. Ces derniers,
commercialisés sous la marque Wanadoo Câble, ne sont pas visés par la présente
décision, qui concerne les seuls services Wanadoo ADSL et eXtense.
1. Wanadoo ADSL et eXtense
(23)
Wanadoo Interactive a entrepris la fourniture sous sa propre marque d’accès Internet à
haut débit à la fin de l’année 1999. Jusqu’en janvier 2001, l’entreprise a simplement
proposé, sous le nom « Wanadoo ADSL », l’adjonction à la prestation Netissimo 1 de
France Télécom (c’est-à-dire la fourniture d’une ligne ADSL), de son propre service
d’accès à haut débit. Dans cette configuration, l’abonné de Wanadoo ADSL doit donc
19
Société reprise par Nerim en août 2001.
Les activités de fournisseur d’accès à internet d’Infonie ont été reprises par Liberty Surf le 23 novembre
2001.
20
FR
FR
acquitter mensuellement l’abonnement à France Télécom au titre de la prestation de
service21, la location du modem ADSL auprès de France Télécom, ainsi que
l’abonnement à Wanadoo Interactive en sa qualité de fournisseur d’accès à Internet
(soit 135 francs français (FRF) ou 20,58 euros TTC par mois).
(24)
Cette première offre a été complétée par une offre dite « packagée » proposée par
Wanadoo Interactive depuis le 8 janvier 2001. Cette offre vise la même clientèle.
Depuis cette date, sous le nom « eXtense »22 ou « kit eXtense », Wanadoo Interactive
vend de manière regroupée le service Netissimo 1 de France Télécom et l’accès à
Internet forfaitaire illimité, pour un abonnement mensuel tout compris de 298 FRF
TTC ou 45,42 euros. Dans cette solution, l’abonné n’a pas besoin de conserver une
relation spécifique avec France Télécom pour le service ADSL proprement dit, car le
modem n’est plus loué par l’utilisateur auprès de France Télécom, mais purement et
simplement acheté au prix de 990 FRF ou 150 euros TTC23.
(25)
L’introduction de l’offre « eXtense » a donné un essor vigoureux au développement
des services ADSL commercialisés par Wanadoo Interactive. Comme le montre le
tableau 1, on observe, depuis cet événement, une progression relativement lente de la
clientèle du service Wanadoo ADSL, et, corrélativement, une croissance très vive de
celle du Pack eXtense. Au second trimestre 2002, […]* en raison de l’interdiction faite
par le Conseil de la concurrence français de poursuivre la commercialisation des packs
dans les agences de France Télécom24.
Tableau 1 : parc d’abonnés ADSL à 512 kbit/s de Wanadoo Interactive
21
22
23
24
FR
Wanadoo ADSL
eXtense
Total
déc-00
[…]*
[…]*
[…]*
mars-01
[…]*
[…]*
[…]*
juin-01
[…]*
[…]*
[…]*
sept-01
[…]*
[…]*
[…]*
déc-01
[…]*
[…]*
[…]*
mars-02
[…]*
[…]*
[…]*
juin-02
[…]*
[…]*
[…]*
Le prix de détail du service fourni par France Télécom à l’utilisateur final a varié de 30,18 euros TTC
au début de 2001 à 25 euros TTC à compter d’octobre 2002.
Pendant les premiers mois de l’année 2001, cette offre a porté le nom de Xtense. Elle a ensuite été
rebaptisée eXtense, dénomination qui sera conservée dans la suite de la présente décision.
Le coffret vendu par Wanadoo Interactive comporte un modem USB plug and play, un cédérom de
configuration, un cédérom d’installation du modem, trois filtres distribués, un câble de raccordement RJ
11, un manuel d’installation et un guide d’utilisation, et une carte de trente minutes de communications
pour assistance téléphonique.
Décision n° 02-MC-03 du 27 février 2002 relative à la saisine et à la demande de mesures
conservatoires présentée par la société T-Online France.
FR
Août 2002
[…]*
[…]*
[…]*
2. Les recettes totales et unitaires provenant des produits Wanadoo ADSL et
eXtense
1.La recette totale des services en 2001
(26)
Selon Wanadoo Interactive, le service eXtense a produit en 2001 environ […]*
d’euros de revenus d’abonnement, le service Wanadoo ADSL produisant pour sa part
[…]* d’euros de recettes25. Au premier semestre 2002, le service eXtense a dégagé
une recette de […]* d’euros et le service Wanadoo ADSL une recette de […]*
d’euros.
2. La recette unitaire théorique26 des abonnements
(27)
Dans le cas du service Wanadoo ADSL, la recette unitaire mensuelle facturée à chaque
client s’élevait au cours de la période en cause à 113 FRF ou 17,2 euros HT. Le
service eXtense produit une recette unitaire mensuelle théorique de 249 FRF ou 37,98
euros HT. Dans les deux cas, les recettes d’abonnement représentent des revenus à
caractère récurrent. En outre, lors de l’abonnement au service, les clients ne disposant
pas encore d’un modem font l’acquisition du coffret. Dans la suite de l’analyse, le prix
de vente du coffret ne sera pas considéré comme un produit, mais les pertes sur coût
de revient seront traitées comme coûts nets d’acquisition à caractère non récurrent. Les
promotions sur les prix d’abonnement ou le prix d’achat du coffret réalisées sur la
période ont été traitées par la Commission comme des coûts d’acquisition non
récurrents et non pas comme des pertes sur les recettes récurrentes.
3. La recette unitaire moyenne d’abonnement observée
(28)
Les recettes unitaires effectivement observées sur les abonnements ADSL de
Wanadoo Interactive d’un mois sur l’autre s’écartent dans la réalité des tarifs faciaux
d’abonnement mensuel évoqués au point 27, au moins en raison de deux phénomènes.
(29)
En premier lieu, les recettes mensuelles nettes moyennes d’abonnement sont
mécaniquement inférieures à la recette faciale théorique en raison d’un décalage entre
l’inscription des clients dans le parc d’abonnés et la mise en service de leur
abonnement, d’une part, et la comptabilisation des premières recettes d’abonnement
correspondantes, d’autre part. Le décalage entre l’inscription dans le parc des
nouveaux abonnés et l’enregistrement des premières facturations s’élève à […]* en
moyenne. De la sorte, les nouveaux abonnés enregistrés au cours d’un mois donné
génèrent en moyenne […]* % de la recette théorique d’un abonné en mois plein27.
L’impact de ce décalage, que Wanadoo Interactive qualifie « d’effets de bord », est
25
[…]*.
La recette moyenne réelle s’écarte de la recette faciale ainsi qu’il est expliqué aux points 28 à 34.
Dans sa réponse du 24 avril 2002, au point 7, Wanadoo Interactive explique en détail les phénomènes
de décalage entre l’inscription des clients dans le parc et la comptabilisation des abonnements dans le
chiffre d’affaires (pp. 4714 et ss du dossier). Cette analyse, d’après Wanadoo Interactive, est également
valable pour 2002 (p. 6096 du dossier).
26
27
FR
FR
d’autant plus significatif que le parc de clientèle connaît une croissance vigoureuse,
comme c’est le cas pour celui de Wanadoo Interactive depuis le début de 2001.
(30)
En second lieu, au cours de l’année 2001, […]* 28. Ces manques à gagner avaient été
évaluées en juillet 2001 à environ […]* FRF pour les six premiers mois de l’année
200129, soit l’équivalent de […]* FRF ([…]* euros) par mois en moyenne par abonné
aux services Wanadoo ADSL ou eXtense. Fin octobre 2001, ces pertes de chiffre
d’affaires étaient évaluées à […]* FRF30 pour les dix premiers mois de l’année, soit en
moyenne […]* FRF ([…]* euros) par mois et par client abonné à un service ADSL. A
cette époque, Wanadoo Interactive estimait que […]* % du parc d’abonnés avait en
moyenne été affecté par de tels problèmes depuis le début de l’année 2001.
(31)
Wanadoo Interactive a contesté devant la Commission la valeur comptable des
montants précités mais n’a pas été en mesure de fournir une évaluation détaillée des
manques à gagner […]* sur la période considérée31. Elle n’a pas non plus été en
mesure, de manière générale, de fournir une explication aux écarts entre le chiffre
d’affaires moyen théorique et le chiffre d’affaires moyen comptable que laisseraient
inexpliqués les « effets de bord ». Cependant, pour les cinq derniers mois de l’année
2001 et pour les six premiers mois de l’année 2002, il est possible de trouver une
approximation de ces écarts inexpliqués en comparant le chiffre d’affaires effectif
moyen d’un abonné ADSL au chiffre d’affaires théorique corrigé des effets
mécaniques de la croissance du parc (ou « effets de bord »).
(32)
En effet, les phénomènes purement mécaniques de décalage de chiffre d’affaires
exposés au point 29 n’expliquent qu’en partie l’écart constaté. La comparaison entre le
chiffre d’affaires moyen réel et le chiffre d’affaires théorique32 laisse une différence
inexpliquée, de l’ordre de […]* euro par mois pour le Pack eXtense pour la période du
1er août au 15 octobre 2001, de […]* euro pour la période du 15 octobre 2001 au 15
février 2002, et de […]* euro pour la période de février à juin 2002. Ces manques à
gagner doivent être pris en compte lors de toute évaluation ex post de la rentabilité des
services en cause.
(33)
De janvier 2001 à octobre 2002, le revenu moyen hors taxes des abonnements aux
services Wanadoo ADSL et eXtense a donc été significativement inférieur au revenu
moyen théorique mensuel, en raison notamment des deux phénomènes évoqués aux
28
L’article 5 des conditions générales de vente du service Pack eXtense prévoit le versement d’une
indemnité d’un mois d’abonnement au client en cas d’incapacité de Wanadoo Interactive d’assurer un
rétablissement du service au cours du jours ouvrable suivant celui où le dérangement a été signalé. Audelà de cet engagement juridique, des mois d’abonnement gratuits sont accordés aux clients mécontents
dans le but de les fidéliser.
[…]* (pp. 4657 et ss du dossier).
[…]* (pp. 4915 et ss du dossier).
En dernier lieu, dans sa réponse du 4 mars 2003 (paragraphe 77), Wanadoo Interactive a contesté avoir
jamais […]* mais cette affirmation est en contradiction frontale avec les documents internes évoqués
aux notes de bas de page 30 et 31de la présente décision pour l’année 2001, et, pour l’année 2002, en
contradiction directe avec la réponse de Wanadoo Interactive du 13 décembre 2002 à une demande de
renseignements de la Commission (p. 6097 du dossier).
Voir l’annexe 16. Pour l’année 2002, les écarts calculés dans cette annexe ne tiennent pas compte des
mois d’abonnement offerts aux clients lors de la souscription, lesquels sont traités comme des coûts de
promotion dans l’analyse de la Commission. Pour l’année 2001, il n’existait pas de promotions sous
forme de mois d’abonnement gratuits lors de la souscription.
29
30
31
32
FR
FR
points 29 et 30. Wanadoo Interactive, après être convenue avec la Commission d’une
méthode de calcul des écarts inexpliqués de chiffre d’affaires33, a finalement récusé la
prise en compte de ces écarts car ils auraient un caractère imprévisible34. La
Commission observe cependant que ce revenu moyen mensuel comptable est pris en
compte par Wanadoo Interactive dans ses propres indicateurs de gestion, comme
l’attestent plusieurs documents de présentation budgétaire émanant de l’entreprise35.
Dans un document de l’entreprise de décembre 2001, on voit ainsi le chiffre d’affaires
moyen par abonné progresser de […]* FRF (soit […]* euro) par mois en janvier 2001
à […]* FRF (soit […]* euros) en octobre 200136. Un document de janvier 2002 fait
état d’un chiffre d’affaires moyen de […]* euros par abonné eXtense sur l’année 2001,
soit […]*% de moins que le chiffre d’affaires d’abonnement théorique moyen37. Un
document de novembre 2001 évoque un revenu moyen par abonné pour les clients
eXtense de […]* euros en 2001 et […]* euros en 2002, soit toujours environ […]* %
en-deçà du revenu théorique moyen38. Wanadoo Interactive ne peut donc valablement
arguer ne pas avoir connaissance de ce type de décalages ni les méconnaître dans ses
analyses financières.
(34)
Dans ce qui suit, seront prises en compte les recettes théoriques moyennes corrigées
des déperditions de chiffre d’affaires non expliquées par les « effets de bord », qui
correspondent notamment à des dédommagements de clients non satisfaits. Le manque
à gagner apparent lié au décalage temporel entre l’inscription des nouveaux abonnés et
la comptabilisation des recettes ne sera pas en revanche pris en compte, car il résulte
exclusivement du fait que le parc d’abonnés s’accroît à un rythme élevé.
4. Les revenus de contenus
(35)
Outre les recettes d’abonnement et éventuellement d’achat du coffret, les clients des
services ADSL génèrent de manière plus indirecte des recettes de publicité en ligne, de
commerce électronique et d’audience. Bien que ces produits découlent d’une activité
distincte de l’accès à Internet, ils sont inséparables de celui-ci. La Commission a donc
intégré dans son analyse les recettes qui en sont issues. Ces recettes avaient été
évaluées à titre prévisionnel à […]* euro HT par abonné et par mois pour 2001. Les
évolutions du marché ont conduit en réalité en 2001 à des résultats très inférieurs, de
l’ordre de […]* euro par abonné et par mois. Ces résultats plus décevants ont été
connus de manière définitive avant le début de l’année 200239. Pour 2002, ces recettes
étaient estimées à un niveau modeste, compris entre […]* euro et […]* euro par mois
et par abonné 40. Au premier semestre 2002, ces revenus ont été de l’ordre de […]*
euro par mois et par abonné 41.
33
[…]* (pp. 4994-4995 du dossier).
Mémoire du 4 mars 2003, paragraphe 78.
Ces documents, de même que les documents internes de Wanadoo Interactive auxquels il est fait
référence dans ce qui suit, ont été recueillis lors de l’inspection dans les locaux de l’entreprise les 4 et 5
avril 2002.
[…]* (p. 2745 du dossier).
[…]* (pp. 2766 du dossier) […]*.
[…]* (p. 2870 du dossier).
En tout état de cause, Wanadoo Interactive a eu connaissance de ces performances plus décevantes que
prévu avant le […]* p. 2768 du dossier).
Point 2 de la lettre de Wanadoo Interactive du 27 septembre 2002.
Point 4 de la lettre de Wanadoo Interactive du 28 novembre 2002.
34
35
36
37
38
39
40
41
FR
FR
E. LES COUTS SUPPORTES PAR WANADOO INTERACTIVE
1. Périmètre des coûts pris en compte dans l’analyse
(36)
On distingue traditionnellement les coûts variables (ou opérationnels) et les coûts fixes
(ou de structure). Le Plan comptable général français de 1982 définit le coût variable
comme « le coût constitué seulement par les charges qui varient avec le volume de
l’activité de l’entreprise, sans qu’il y ait nécessairement exacte proportionnalité entre
la variation des charges et la variation du volume de produits.». Cette définition est
conforme à celle retenue par la Cour de justice des Communautés européennes, de
coûts qui varient « en fonction des unités produites »42. Il convient de souligner que
cette définition n’exige pas une stricte concomitance temporelle entre la survenance de
la charge et la production d’une unité de bien ou de service.
(37)
A cette première distinction se superpose une seconde, entre les coûts directs et les
coûts indirects. D’après le plan comptable français de 1982, les coûts directs d’un
produit ou d’un service se définissent comme les charges qui lui sont directement
affectées (il s’agit alors le plus souvent de charges variables ou charges
opérationnelles) et les charges, variables ou fixes, « qui peuvent être rattachées à ce
coût sans ambiguïté même si elles transitent dans la comptabilité analytique par des
centres d’analyse » correspondant à des fonctions de l’entreprise non exclusivement
dédiées à la production du bien ou du service considéré. Les coûts directs se
confondent souvent avec les charges variables, mais ils peuvent aussi inclure des coûts
fixes ou de structure, comme ceux d’une immobilisation spécifiquement dédiée à la
production du bien ou du service en cause. Les coûts indirects sont au contraire des
charges qui ne sont pas directement imputables à telle ou telle unité de produit, mais
qu’il est nécessaire de répartir selon des clés définies entre les différents produits,
reflétant autant que possible des liens de causalité indirecte. La combinaison des coûts
directs et des coûts indirects forme les coûts complets. Les coûts complets excluent
toutefois généralement les charges dites non incorporables, telles que les charges
financières générales et les charges exceptionnelles dépourvues de lien avec la
production du bien ou du service en cause.
(38)
On doit enfin distinguer, dans l’analyse des coûts, entre les charges récurrentes et les
charges non récurrentes. Les charges récurrentes, dans un service tel qu’un
abonnement à Internet à haut débit, sont celles qui surviennent de manière périodique.
Dans ce type d’activité, les charges non récurrentes sont au contraire des charges ne
survenant qu’une fois (ou de façon très occasionnelle ou accidentelle) par abonné, par
exemple les frais associés à la conquête d’un client.
(39)
Wanadoo Interactive distingue schématiquement les coûts suivants pour ses produits
ADSL :
42
FR
–
des coûts de réseau,
–
des coûts d’acquisition ou de conquête,
–
des autres coûts de production.
Arrêt de la Cour de Justice des Communautés européennes du 3 juillet 1991 dans l’affaire C-62/86,
Akzo Chemie BV / Commission, Rec. 1991, p. I-03359, point 71.
FR
(40)
En 2001, ces trois catégories de coût ont représenté respectivement[…]* %, […]* % et
[…]* % des coûts des deux services confondus. Pour le service eXtense, on doit
observer que les coûts d’acquisition représentent une proportion de […]* % des coûts
totaux.
(41)
Ces trois types de coûts et leur caractérisation au regard des différentes catégories de
coûts évoquées aux points 36, 37 et 38 sont examinés aux points 42 à 69.
2. Les coûts de réseau
(42)
FR
Pour que les abonnés résidentiels puissent disposer d’un service d’accès à Internet à
haut débit de bout en bout, le trafic Internet doit être maîtrisé à trois niveaux.
Wanadoo Interactive a donc recours à trois services différents fournis par France
Télécom et calqués sur l’architecture de réseau requise pour assurer la connectivité
Internet.
(a)
Wanadoo Interactive s’appuie tout d’abord sur un service portant le nom de
IP/ADSL (ci-après « service d’accès ADSL ») qui est le strict équivalent en
gros du service de détail Netissimo 1 de France Télécom. Ce service assure la
liaison ADSL entre l’abonné au réseau téléphonique de France Télécom et un
« broadband access server » (ci-après « BAS ») généralement implanté à
l’échelon régional. Ce tronçon recouvre le segment d’accès local du réseau
téléphonique commuté, c’est-à-dire la ligne téléphonique, le répartiteur local de
rattachement équipé d’un multiplexeur Asynchronous Transfer Mode (ATM),
et un tronçon régional de dorsale ATM reliant ce multiplexeur à un BAS.
Wanadoo Interactive a souscrit un premier contrat au titre du service d’accès
IP/ADSL 1 le […]*, peu avant le lancement de son offre « packagée »
eXtense43.
(b)
La prestation commercialisée sous le nom de service de collecte IP de trafic
ADSL (ci-après « service de collecte » ou « service de collecte IP ») permet la
collecte et le transport du trafic depuis des BAS jusqu’à un site central servant
de plateforme de services pour le fournisseur d’accès à Internet. France
Télécom raccorde la plateforme du prestataire client à son réseau au moyen
d’un raccordement à très haut débit à l’extrémité duquel France Télécom
installe un routeur.
(c)
Enfin, au-delà de son point de livraison de service, Wanadoo Interactive doit
être naturellement en mesure de relier l’abonné à l’ensemble des réseaux
Internet mondiaux et souscrit à cette fin un contrat de connectivité
internationale avec France Télécom.
(43)
Il importe de distinguer entre le produit Wanadoo ADSL d’une part, et le service
eXtense d’autre part. Dans le premier cas, l’utilisateur est en relation directe avec
France Télécom qui lui fournit la ligne ADSL (via son service Netissimo 1), c’est-àdire le premier tronçon de service évoqué au point 42. Dans cette configuration,
Wanadoo Interactive prend à sa charge les seuls second et troisième services, c’est-à-
43
Contrat n°00000031 entre France Télécom Interactive et France Télécom pour la fourniture des services
IP /ADSL 1 et IP/ADSL / 2 transmis en annexe de la lettre de France télécom du 20 février 2001 en
réponse à la demande de renseignements de la Commission du 29 janvier 2001.
FR
dire celui de collecte IP et celui de connectivité internationale. Dans le second cas, au
contraire, Wanadoo Interactive fournit directement à son client un continuum de
services, et recourt aux services de gros de France Télécom pour la couverture des
trois tronçons de services décrits au point 42. Dans ce cas, Wanadoo Interactive se
comporte donc comme un revendeur du service technique fourni par France Télécom.
(44)
Wanadoo Interactive est cliente de France Télécom pour ces services depuis […]* en
ce qui concerne le service de collecte IP et le service de connectivité internationale, et
depuis […]* en ce qui concerne le service d’accès ADSL. En outre, Wanadoo
Interactive est liée depuis le […]* à France Télécom par une convention de service de
connectivité Internet internationale.
1. Le coût de l’accès
(45)
France Télécom facture le service d’accès ADSL en multipliant le nombre d’abonnés
ADSL par le tarif de base calculé par ligne d’abonné. Chaque abonné pris
individuellement génère un coût d’abonnement récurrent à ce service. Il s’agit de coûts
variables directs à caractère récurrent.
(46)
On doit distinguer trois périodes :
–
de novembre 1999 à juillet 2001, le service d’accès IP/ADSL était facturé
[…]* ; pour Wanadoo Interactive le coût était de […]* FRF (ou […]* euros) ;
–
du 1er août 2001 au 15 octobre 2002, le service d’accès IP/ADSL a été facturé
de manière uniforme par client, quel que soit le nombre de clients raccordés ; le
tarif avait alors été diminué par rapport à celui de la première période,
s’établissant à 140 FRF ou 21,34 euros par abonné;
–
à compter du 15 octobre 2002, le prix du service a été une nouvelle fois revu à
la baisse, s’établissant à 101,67 FRF ou 15,5 euros par abonné, les principes de
facturation demeurant inchangés par rapport à la période antérieure.
2. Les coûts de la collecte
FR
(47)
Chaque client aux services ADSL de Wanadoo Interactive exerce un effet sur le
volume de trafic traité par France Télécom dans le cadre du service de collecte IP, tant
du fait des règles d’ingénierie et des principes statistiques qui relient le nombre
d’abonnés et le débit utilisé, que des règles de facturation appliquées par France
Télécom.
(48)
Depuis le début de l’année 2001, le service en question a été tarifé de plusieurs
manières différentes. Dans un premier temps, jusqu’en août 2001, le tarif a été calculé
[…]*. Cette […]*, chaque abonné étant supposé consommer de l’ordre de […]* à
l’heure chargée. Dans un deuxième temps, d’août 2001 à mars 2002, le service a été
facturé comme […]* de […]* par abonné connecté. Enfin, dans un troisième temps,
les facturations du service de collecte ont été établies sur la base […]*. Dans tous les
cas, sur toute la période visée par la présente décision, le trafic facturé dépend très
étroitement de l’effectif d’abonnés aux services ADSL, et constitue un coût variable
direct.
FR
(49)
Le service facturé comporte en fait plusieurs composantes : une composante
« raccordement », avec des frais d’installation et une redevance mensuelle
d’abonnement 44 ; une composante « bande passante IP », faisant l’objet d’une
redevance mensuelle, correspondant au trafic échangé entre la plateforme du
fournisseur d’accès et les utilisateurs finals. Jusqu’en octobre 2002, il a existé deux
variantes du service de collecte, déterminant l’application de deux grilles tarifaires
distinctes. Le prestataire pouvait souscrire au service de collecte régionale pour la
desserte de ses clients implantés dans la même région que sa propre plateforme de
livraison du service. Il pouvait parallèlement souscrire au service de collecte nationale,
lorsque ses clients sont situés en dehors de cette région. Dans le deuxième cas, la
tarification était plus élevée. Depuis octobre 2002, il n’existe plus de distinction
tarifaire entre les deux types de collecte.
(50)
Pour la période d’août 2001 à mars 2002, les règles de facturation de l’utilisation de
bande passante ont été dans leur application […]*45. Pour la fin de l’année 2001,
[…]*. En effet, plusieurs indices recueillis chez Wanadoo Interactive lors de
l’inspection attestent que la consommation de bande passante par abonné connecté
était, dès […]* 2001, de l’ordre de […]* et non de […]* 46. Les informations en
provenance des concurrents et de France Télécom même montrent une augmentation
tendancielle et régulière de ce trafic dans les premiers mois de l’année 2002, à des
niveaux supérieurs à 40 kbit/s. Des mesures […]* entreprises par France Télécom
depuis mars 2002 font état pour la période d’avril à juin 2002 de débits de l’ordre de
[…]* à […]* pour Wanadoo Interactive47.
(51)
Les factures émises par France Télécom sur Wanadoo Interactive pour le service de
collecte à la fin de 2001 ont été établies […]* 48, […]*. Les taux de connexion étant
inférieurs à l’hypothèse faite jusqu’à l’automne 2001 par Wanadoo Interactive, les
débits moyens par abonné à l’heure chargée facturés par France Télécom se sont
avérés inférieurs à la prévision. Ils ont oscillé entre […]* et […]* kbit/s entre août et
septembre 2001. Ils ont ensuite été compris entre […]* kbit/s et […]* kbit/s entre
février et juin 2002 49. Le coût effectif facturé par France Télécom à Wanadoo
Interactive au titre du service de collecte pour les cinq derniers mois de 2001 et le
début de 2002 a donc été sensiblement inférieur aux prévisions.
(52)
L’évolution des tarifs du service de collecte en 2002 a été moins favorable que prévu.
En octobre 2001, Wanadoo Interactive anticipait une diminution de ces tarifs au
niveau de […]* euros par Mbit/s en moyenne dès le début de l’année 2002, en baisse
de[…]* % par rapport au tarif alors existant. En avril 2002, dans son compte de
44
Il est à noter, toutefois, que l’offre de collecte sur mesure à l’intention de Wanadoo Interactive en
vigueur jusqu’au 1er août 2001 ne prévoyait pas d’abonnement mensuel pour la composante
raccordement.
Point 1 de la lettre de France Télécom du 24 avril 2002 à la demande de renseignements de la
Commission du 12 avril 2002.
[…]* pp. 4645 et ss. du dossier […]* (pp. 4503. et ss. du dossier) […]* (pp. 3545 et ss. du dossier).
Lettre de France Télécom du 20 décembre 2002 (p. 6107 du dossier). Des mesures effectuées sur la
période de juillet à septembre 2002 (lettre de France Télécom du 5 février 2003) mettent en évidence
[…]*.
Annexes 1 et 2 de la lettre de France Télécom du 24 avril 2002 (pp. 4722 et ss. du dossier).
Source : exploitation des tableaux fournis par France Télécom les 3 et 29 mai 2002 en réponse à la
demande de renseignements de la Commission du 14 mars 2002 ; courrier à la Commission de de
Wanadoo Interactive, en date du 7 mai 2002, p. 3 (p. 4897 et ss du dossier) ; […]*.
45
46
47
48
49
FR
FR
résultat cible pour les produits eXtense et Wanadoo ADSL, elle avait déjà revu à la
hausse cette estimation au niveau de […]* euros par Mbit/s en moyenne à partir du
moment où les nouveaux tarifs seraient appliqués. Finalement, les nouveaux tarifs de
collecte applicables à Wanadoo Interactive pour son trafic sur le territoire
métropolitain ont été fixés en juillet 2002 au niveau de 448 euros par Mbit/s à compter
du 15 octobre 2002.
(53)
Pour la période postérieure à mars 2002, France Télécom a facturé à Wanadoo
Interactive en […]* 50, […]* 51. Ce changement de méthode de la part de France
Télécom a conduit à une facturation complémentaire au titre des mois […]*.
Toutefois, France Télécom a facturé […]* les trafics de type Netissimo 1 et Netissimo
2. Il est donc difficile d’isoler la part exacte de trafic de Netissimo 1 dans le
supplément de facturation et la Commission ne tient pas compte du léger
renchérissement du coût par abonné qui en résulterait, au demeurant faible52.
(54)
L’impact des frais du service de collecte liés aux raccordements décrits au point 49
(mise en place du raccordement et abonnement mensuel) apparaît comme relativement
marginal en regard des autres coûts. Ces coûts récurrents de location des raccordement
ne seront pas examinés dans l’analyse des coûts variables et des coûts complets.
(55)
On peut évaluer 53 le coût du service de collecte par abonné ADSL à […]* euros (FRF
[…]*) pour la période de janvier à juillet 2001, à […]* euros ([…]* FRF) pour la
période d’août 2001 à mi-octobre 2001, à […]* euros (FRF […]*) pour la période de
mi-octobre 2001 à février 2002, et à […]* euros pour la période de février à octobre
2002.
3. Les coûts de la connectivité internationale
(56)
Le service de connectivité internationale sert à véhiculer l’ensemble du trafic généré
par tous les internautes abonnés à Wanadoo Interactive lorsqu’ils naviguent à
l’extérieur de la plateforme de Wanadoo Interactive. Bien que, à la différence des deux
autres services déjà décrits, ce service ne soit pas spécifique à la prestation d’accès à
Internet à haut débit, il est indéniable que chaque abonné aux services Wanadoo ADSL
et Pack eXtense génère un certain volume de trafic et que celui-ci vient s’ajouter au
débit total demandé par Wanadoo Interactive. L’entreprise, dans ses propres prévisions
internes, intègre d’ailleurs bien ces charges parmi les coûts de réseau de ses services
ADSL54. La rémunération versée par Wanadoo Interactive à France Télécom constitue
un coût variable, puisqu’elle est tributaire du nombre d’abonnés à Wanadoo
Interactive.
(57)
Le niveau de ce coût de connectivité internationale, stable en 2000 et 2001, a diminué
au début de l’année 2002, du fait […]*. On peut ainsi évaluer que le coût de
50
[…]* (p. 5904 du dossier de la Commission).
[…]* (pp. 6807 et ss du dossier).
[…]* (p. 5904 du dossier de la Commission), […]*.
Voir l’annexe 17 de la présente décision.
Point 6 de la réponse de France Télécom du 6 décembre 2001 à la lettre de demande de renseignements
de la Commission du 23 novembre 2001.
51
52
53
54
FR
FR
connectivité internationale lié à un abonné ADSL aurait diminué à compter de février
2002, de […]* euros à […]* euros en moyenne 55.
(58)
Il convient toutefois de souligner que l’évaluation du coût de la connectivité
internationale pour la fin de 2001 et le début de 2002 présentée au point 57 repose sur
une hypothèse favorable à Wanadoo Interactive. En effet, il est supposé que le trafic
de connectivité internationale mesuré par abonné est égal […]* du trafic par abonné
facturé dans le cadre du service de collecte. […]*, le service de connectivité
internationale de France Télécom est facturé sur la base d’un débit effectivement
mesuré et observé au niveau de points de présence56, et […]*. […]*. De la sorte,
l’application d’un coefficient de […]* % de la bande passante théorique facturée dans
le cadre du service de collecte pour estimer le trafic de connectivité internationale
conduit à sous-estimer la réalité. Cette réserve étant faite, la Commission, faute de
données plus précises sur la réalité du trafic, retient néanmoins pour la période
antérieure à avril 2002 l’estimation fournie par Wanadoo Interactive.
(59)
Pour la période à partir d’avril 2002, la Commission a retenu pour l’évaluation du coût
de la connectivité internationale une hypothèse de […]* % de la bande passante
observée par France Télécom en avril, mai et juin 200257.
4. Dédommagements en 2001
(60)
[…]*. Ces sommes doivent venir en déduction des coûts de réseau réellement
supportés par Wanadoo Interactive en 2001 dans l’analyse ex post des coûts.
3. Les coûts d’acquisition ou de conquête de la clientèle
(61)
Pour un fournisseur d’accès à Internet, on désigne sous le nom de coûts d’acquisition
de la clientèle (ou coût de conquête selon la terminologie de Wanadoo Interactive) les
charges induites par les opérations destinées à attirer le client potentiel vers les
services vendus, à lui faire décider de s’abonner au service, ainsi que les coûts liés à la
mise en place de l’abonnement et du service. Pour chaque abonné nouveau, ces coûts
n’interviennent qu’une fois, au moment où se noue la relation avec le prestataire.
Wanadoo Interactive identifie plusieurs postes de coûts constituant les coûts
d’acquisition de la clientèle : les coûts de publicité, la rémunération du réseau de
vente, les frais d’accès au service, les promotions et opérations assimilées, le coût du
coffret eXtense, les autres coûts de structure.
1. La publicité, les actions commerciales et les promotions
(62)
Les actions de publicité exercent un impact direct sur le volume des abonnements
nouveaux. Dans le présent cas, seules ont été prises en compte les actions publicitaires
et commerciales spécifiques aux services ADSL de Wanadoo Interactive, à l’exclusion
de toute action publicitaire générique sur le haut débit ou visant de manière générale à
promouvoir la marque Wanadoo ou les services de ce prestataire sans distinction.
55
Voir l’annexe 18 de la présente décision.
Explications fournies par France Télécom au point 4 de sa lettre à la Commission du 13 novembre
2002.
Lettre de France Télécom du 20 décembre 2002, p. 6108 du dossier.
56
57
FR
FR
(63)
Wanadoo Interactive a contesté l’assimilation de la publicité à une charge variable.
Elle a notamment invoqué des décisions de la Commission en matière de
concentrations présentant les coûts de campagnes publicitaires comme des coûts non
récupérables58.
(64)
Il convient tout d’abord d’observer que la qualification de coût non récupérable
donnée aux dépenses de publicité dans les décisions de la Commission invoquées par
Wanadoo Interactive ne s’oppose pas à leur traitement comme des coûts variables.
Tout coût non récupérable ne constitue pas nécessairement un coût fixe 59. En outre, en
comptabilité analytique les coûts de publicité afférents à un produit en particulier sont
généralement considérés comme des charges variables directes60. Même si dans le très
court terme les dépenses de publicité peuvent être considérées comme des coûts fixes,
car elles n’entretiennent pas de lien absolument instantané avec le niveau des ventes,
dans un terme rapproché, en tout état de cause inférieur à quelques semaines, elles
exercent un impact évident sur le niveau de celles-ci. Ceci est particulièrement le cas
dans une configuration de marché en phase de croissance, caractérisée par des
campagnes de communication axées sur les nouveaux produits ou sur des offres
promotionnelles saisonnières. Il pourrait en aller différemment de dépenses de
communication générales simplement destinées à faire connaître l’entreprise et sa
marque en général, et non un produit en particulier. En l’espèce, les coûts de publicité
recensés sont bien des coûts parfaitement spécifiques et correspondent à des
campagnes successives fortement orientées sur la promotion des ventes. Ainsi, on
observe une forte corrélation entre les campagnes de communication et l’évolution des
ventes de Wanadoo Interactive61, avec un coefficient de corrélation de [>0,53]*. Le
fait que, dans la chronologie des opérations, la publicité soit le fait générateur des
ventes et non pas un coût résultant de chaque vente prise individuellement ne modifie
58
Décision de la Commission du 25 juin 2002 dans l’affaire IV/M. 2817- Barilla-BPL-Kamps (JO C 198
du 21.8.2002, p. 4) et décision de la Commission du 21 juin 1994 dans l’affaire IV/M.430-Procter and
Gamble/VP Schickedanz (JO L 354 du 31.12.1994, p. 32) citées aux paragraphes 260 et 261 de la
réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 en réponse à la communication des griefs du 9 août
2002. La décision de 1994 indique bien qu’une campagne dans un magazine ou un média particulier
comporte une composante de coût fixe indépendante du volume des ventes, mais elle ne déduit pas non
plus que toutes les campagnes publicitaires et promotionnelles en général sont dans leur intégralité
constituées de coûts fixes.
William J. Baumol and Robert D. Willig, « Fixed costs, sunk costs, entry barriers and sustainability of
monopoly », Quarterly Journal of economics, August 1981, p. 407 notamment.
Voir à cet égard, en particulier, A. Mikol, J.C. de Guardia et H. Stolowy, « Comptabilité analytique et
contrôle de gestion », Dunod, 1991, p. 100.
Voir l’annexe 21. Le coefficient de corrélation linéaire est calculé selon la formule mathématique
usuelle, comme le rapport entre la covariance et la racine carrée du produit des variances. Un taux de
corrélation est toujours compris entre –1 (corrélation inverse) et +1 (corrélation parfaite), les valeurs
aux voisinages de 0 indiquant une corrélation nulle. Wanadoo Interactive prétend dans sa réponse du 4
mars 2003 (paragraphe 60) qu’un coefficient de [>0,53]* n’est pas probant. Cette affirmation n’est pas
cohérente avec une pièce jointe fournie par l’entreprise à l’appui de ses commentaires retraçant des
éléments de théorie statistique, qui identifie précisément le chiffre de [[>0,53]* comme la frontière
entre une « corrélation moyenne » et une « corrélation forte ». En outre, compte tenu de l’effectif de
couples de données disponibles ([…]* couples de variables), un coefficient de [>0,53]* doit être
considéré comme particulièrement significatif d’une corrélation statistique entre les deux séries de
données (dépenses de publicité d’une part, croissance du parc d’autre part), avec un très faible risque
d’erreur. En effet, on peut montrer mathématiquement que, pour un tel effectif de couples de variables,
celles-ci doivent être considérées comme significativement corrélées, avec un risque d’erreur inférieur à
1 % dès lors que le coefficient de corrélation est supérieur à 0,53 ; cette condition est vérifiée ici.
59
60
61
FR
FR
pas la conclusion62, non plus que le fait qu’il n’y ait pas nécessairement un strict
rapport de proportionnalité entre le coût des campagnes publicitaires et chaque unité
de produit 63. Dans le cas d’espèce, l’ampleur des campagnes de publicité et de
communication a été calibrée en fonction du résultat escompté, et les coûts en question
ont été déterminés par rapport à un objectif d’acquisition de clientèle.
(65)
Au-delà de ses interrogations sur la nature des coûts de publicité, Wanadoo Interactive
conteste en réalité la prise en compte de ces dépenses dans le cadre d’un test de
prédation. La Commission considère cette objection comme non pertinente dans le cas
d’espèce. En effet, dans la mesure où ces dépenses conditionnent dans un marché en
croissance le développement du parc de clientèle de l’entreprise en cause, et donc la
puissance de marché qu’elle acquiert ou renforce, elles constituent une variable
essentielle de l’analyse.
(66)
Les actions de promotion s’inscrivent dans la même logique d’acquisition de la
clientèle que les campagnes publicitaires. Leur coût doit être assimilé à des charges
variables, d’autant plus qu’il résulte par nature directement de l’acte d’achat de chaque
unité nouvelle de produit vendue (ristourne, offre de remboursement, etc.).
2. La rémunération du réseau de vente
(67)
La rémunération du réseau de vente est également strictement proportionnelle au
nombre d’unités nouvelles vendues. En effet, les nouveaux abonnements donnent lieu
au versement d’une commission unitaire au point de vente, qu’il s’agisse de points de
vente relevant du réseau des agences de France Télécom, ou d’autres points de
distribution. […]*. Le coût variable moyen de rémunération des points de vente est
donc issu […]*.
3. Les frais d’accès au service
(68)
Les frais d’accès au service sont facturés par France Télécom à Wanadoo Interactive
pour chaque nouvel abonnement au service eXtense. Ils se sont élevés pendant toute la
période à 53,4 euros. Toutefois, entre le 15 octobre 2001 et le 15 février 2002 d’une
part, puis à compter de septembre 2002 d’autre part, France Télécom a offert à tous les
fournisseurs d’accès à Internet la gratuité de ces frais d’accès au service.
62
Wanadoo Interactive a prétendu (paragraphe 60 du mémoire du 4 mars 2003, p. 6871 du dossier) qu’un
lien de corrélation ne signifiait pas nécessairement l’existence d’une relation de causalité, en raison de
ce que les statisticiens qualifient de « facteur de confusion ». Les exemples cités par Wanadoo
Interactive (une corrélation forte entre le rendement des impôts en Angleterre et la criminalité au Japon,
ou entre le prix du blé et la population des rongeurs) sont sans rapport avec le cas d’espèce. Surtout,
l’entreprise ne parvient nullement à identifier ce qui dans le cas d’espèce constituerait un tel « facteur
de confusion ».
Wanadoo Interactive a indiqué que, dans son analyse, la publicité ne peut pas constituer un coût
variable puisqu’elle n’entretient pas une relation proportionnelle constante avec la croissance du parc
(paragraphes 63 à 65 du mémoire du 4 mars 2003, pp. 6873-6875 du dossier). Or, dans le présent cas, la
Commission estime que la croissance du parc n’est pas strictement proportionnelle aux dépenses
publicitaires (ce qui supposerait une fonction de type : y=a.x), mais qu’elle est reliée à celles-ci par une
relation linéaire de type y=a.x + b. Concrètement, cela signifie que le parc croît pour partie à proportion
des dépenses de publicité, et pour partie en raison de facteurs exogènes, ce qui confirme une intuition
logique simple.
63
FR
FR
4. Les autres coûts de production
(69)
Les autres coûts de production identifiés par Wanadoo Interactive sont : des coûts de
plateforme ; le coût du service client, dont l’essentiel correspond à un coût direct lié au
service de hot line ; des coût de gestion de la clientèle, liés notamment à la facturation
et aux impayés ; des coûts de fidélisation. La Commission retient dans son analyse
toutes les explications fournies par Wanadoo Interactive sur la structure, la
décomposition et l’évolution de ces coûts et leur classification comme coût variable et
coût fixe.
F. LE DEGRE DE COUVERTURE DES COUTS PAR LES RECETTES
(70)
FR
Dans la présente section, la Commission expose et commente différentes approches
alternatives envisageables dans le cadre d’un test de prédation, ainsi que les résultats
des calculs correspondants compte tenu des recettes et coûts examinés aux sections I.D
et I.E :
–
couverture des coûts complets instantanés tels qu’enregistrés dans la
comptabilité de l’entreprise ;
–
couverture des coûts complets et des coûts variables unitaires retraités par
rapport aux données comptables en étalant certains coûts sur plusieurs
exercices ;
–
couverture des coûts variables pour les différentes générations d’abonnés prises
séparément ;
–
couverture des coûts prévisible ex ante par l’entreprise, épurés d’éléments
accidentels ou fortuits ayant affecté les prévisions initiales.
(71)
Pour toutes ces approches, la Commission fait commencer son analyse à compter de
mars 2001 64. Bien que les services ADSL de Wanadoo Interactive aient été lancés sur
une base commerciale dès la fin de 1999 et que des pertes significatives aient été
enregistrées en 2000, la Commission estime que le marché du haut débit n’avait pas
alors atteint un stade de développement suffisant pour qu’un test de prédation soit
significatif.
(72)
Les mérites et les limites conceptuelles de ces différentes approches sont exposés dans
ce qui suit. Au terme de son analyse, la Commission considère que seule l’approche
des coûts retraités permet véritablement de conclure, les autres approches ne
permettant que d’apporter un éclairage complémentaire.
64
Bien que la période visée par la présente décision débute au 1er mars 2001, les données retracées dans
les tableaux 2 et 3 englobent également les mois de janvier et de février 2001. En effet, l’information
disponible ne présentait pas un niveau de désagrégation suffisant pour permettre d’extraire de la
présentation chiffrée les données afférentes spécifiquement aux mois de janvier et février 2001, non
pertinentes pour l’analyse. Cette inclusion dans les tableaux 2 et 3 est sans effet sur l’appréciation de la
durée de l’infraction.
FR
1. La couverture des coûts complets instantanés
(73)
Les coûts et recettes instantanées désignent dans cette approche les coûts et les recettes
tels qu’ils apparaissent au fil du temps et tels qu’ils sont, mois après mois, retracés
dans la comptabilité analytique de l’entreprise. Dans cette approche, les recettes
totales dégagées et les coûts complets supportés par les deux services ADSL de
Wanadoo Interactive s’établissent approximativement aux niveaux indiqués au tableau
2 sur la période considérée.
Tableau 2 : revenus et coûts complets des services ADSL de Wanadoo Interactive (en
millions d’euros)
Recettes
Coûts
Recettes –
coûts
Taux de
couverture des
coûts complets
Janvier-juillet 2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Août-décembre 2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Janvier-juin 2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
*Estimation provisoire
(74)
Les taux de couverture des coûts complets instantanés s’établissent ainsi à des niveaux
faibles, respectivement de […]* % et […]* % au cours des deux périodes successives
de l’année 2001. Au premier semestre 2002, ce taux de couverture s’est amélioré65.
(75)
L’analyse du taux de couverture des coûts instantanés comporte une limite importante
qui empêche de conclure sur cette base. En effet, dans un contexte de marché en phase
de croissance, où les coûts d’acquisition de la clientèle représentent une part
significative des dépenses, l’objectif d’une entreprise opérant dans des conditions
normales ne peut être une couverture immédiate des coûts complets. Les taux de
couverture indiqués au tableau 2 ne peuvent donc en eux-mêmes s’avérer concluants
pour qualifier des prix de prédateurs, et ne sont indiqués que pour mémoire.
2. La couverture effective des coûts retraités
FR
(76)
Dans cette approche, il est considéré que l’objectif pour l’entreprise n’est pas de
réaliser immédiatement un résultat comptable positif instantané. Il est plutôt considéré
qu’il s’agit pour l’entreprise d’atteindre un niveau de couverture des coûts récurrents
(coûts de réseau et coûts de production) suffisant pour que la marge dégagée sur ces
coûts récurrents couvre à un horizon de temps raisonnable les coûts variables non
récurrents investis dans le développement commercial des produits en cause (publicité,
promotions, actions commerciales, etc.). Les coûts variables non récurrents sont donc
65
A la date de la présente décision, il est impossible de connaître précisément les coûts effectifs pour le
premier semestre 2002. Les données retracées dans les éléments fournis par Wanadoo Interactive,
directement issues de la comptabilité analytique (p. 6 de la lettre de Wanadoo Interactive du 13
décembre 2002, p. 6099 du dossier), ne prennent pas en compte certains éléments de coût. La réalité du
taux de couverture des coûts s’est vraisemblablement située sensiblement plus bas.
FR
retraités et étalés sur une certaine durée, selon le principe de l’amortissement d’une
immobilisation66. Cette méthode suppose que ce qui anime l’entreprise est davantage
une logique de retour sur investissement à un horizon raisonnable qu’une logique de
couverture immédiate de l’ensemble des coûts. Elle suppose que, pour l’entreprise en
cause, les prix puissent ne pas couvrir entièrement les coûts dès les premiers exercices
de l’activité, mais que ces prix ne conduisent pas à écarter du marché des concurrents
financièrement moins résistants qui investiraient en fonction d’un objectif de
rentabilité acceptable.
(77)
Pour apprécier l’équilibre économique des services ADSL de Wanadoo Interactive, la
Commission a ainsi pris l’hypothèse d’un étalement des coûts d’acquisition de la
clientèle sur quarante-huit mois. La souscription de l’abonnement au service eXtense
astreint le client à une fidélité d’un an au minimum. Le choix de cette durée d’un an
pour l’étalement des coûts d’acquisition n’aurait cependant pas reflété les conditions
normales du marché, les abonnés restant en moyenne certainement plus qu’une année
avec le même fournisseur d’accès.
(78)
Wanadoo Interactive a souscrit à cette analyse, tout en indiquant dans sa réponse
d’octobre 2002 que dans son analyse, la durée de vie moyenne des clients serait plutôt
[…]*67. Dans sa lettre du 4 mars 2003, Wanadoo Interactive soutient que l’estimation
de quatre ans serait une «[…]*» et qu’une durée «[…]* ne serait pas déraisonnable 68»
en se fondant sur les taux de rotation de la clientèle observés entre août 2001 et juin
200269. La Commission estime, pour des raisons énoncées dès la communication des
griefs du 19 décembre 2001, que les taux de rotation observés pendant une période de
croissance vigoureuse du parc d’abonnés ne peuvent être tenus pour représentatifs,
seuls étant révélateurs pour le calcul de la durée de vie moyenne du client les taux qui
seraient observés sur un parc d’abonnés stabilisé.
(79)
Il convient de relever que les entreprises concurrentes procèdent aussi dans leur plans
d’affaires à un étalement dans le temps des coûts variables non récurrents, mais sur
des durées inférieures à celles utilisées par la Commission dans le cas d’espèce70. Dans
ses simulations d’effets de ciseau, le régulateur français, l’Autorité de régulation des
télécommunications (ART), utilise aussi une durée inférieure à celle de quatre années
retenue dans le cas présent 71. Enfin, il convient d’observer que sur la période visée par
66
Il convient cependant de rappeler que, d’un point de vue comptable, Wanadoo Interactive ne pratique
pas de tels amortissements et que les dépenses en cause sont comptabilisées au moment de leur
survenance, à l’instar de charges courantes ordinaires.
Voir les paragraphes 321 et 322 de la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (p. 6314 du
dossier).
Voir le paragraphe 29 du mémoire de Wanadoo Interactive du 4 mars 2003 (p. 6866 du dossier).
Wanadoo Interactive identifie ainsi un taux de rotation annuel de […]* % pour eXtense et […]* % pour
Wanadoo ADSL. S’agissant de Wanadoo ADSL, l’entreprise a toutefois commis une erreur de calcul,
en ne retenant que les résiliations, et non également les migrations de clientèle vers d’autres produits de
l’entreprise. En réalité, le taux de rotation en équivalent annuel des clients de Wanadoo ADSL
(migrations sortantes + résiliations / parc moyen) s’élève à […]*%, ce qui équivaudrait selon Wanadoo
Interactive à une durée de vie moyenne de […]* ans.
Par exemple, Oreka amortit ses dépenses d’acquisition sur une durée moyenne de dix-huit mois (voir p.
6113 du dossier), tandis que Tiscali et T-Online France étalent respectivement sur douze mois et deux
ans les coûts nets de leurs offres promotionnelles sur les modems ADSL (pp. 5365 et 5378 du dossier).
L’ART déprécie ainsi les frais d’accès au service de 53 euros facturés par France Télécom sur une
durée de trois ans. Voir l’avis n° 02-346 de l’ART en date du 30 avril 2002 sur la décision tarifaire n°
67
68
69
70
71
FR
FR
la présente décision, le choix de la durée d’étalement des coûts non récurrents est sans
effet sur le constat de la non-couverture des coûts complets, qui resteraient non
couverts avec des durées d’amortissement infinies72.
(80)
On entendra dans la présente décision par « coûts unitaires retraités » la somme des
coûts unitaires récurrents constatés mensuellement et des coûts d’acquisition (non
récurrents) divisés par quarante-huit.
(81)
La Commission examine d’une part la couverture des coûts variables unitaires retraités
aux points 82 et 83, d’autre part la couverture des coûts complets unitaires retraités
aux points 84 à 86. La Cour de justice73 prévoit en effet deux tests de couverture de
coût, selon que les agissements de l’entreprise dominante s’inscrivent ou non dans le
cadre d’un plan visant à écarter des concurrents. La Commission estimant dans le cas
d’espèce que les intentions de Wanadoo Interactive sont avérées74, il importe
d’examiner les résultats obtenus au moyen de ces deux tests.
1. Couverture des coûts variables unitaires
(82)
Selon la méthode de retraitement des coûts d’acquisition utilisée par la Commission75,
les taux de couverture des coûts variables unitaires s’établissent aux niveaux retracés
dans le tableau 3. Ce tableau présente également une moyenne pondérée76 pour
l’ensemble constitué par les deux services, en fonction de leur part respective dans le
chiffre d’affaires de la période en cause77.
Tableau 3 : couverture des coûts variables retraités
1er janvier -31 juillet 2001
72
73
74
75
76
77
FR
eXtense
Wanadoo
ADSL
Ensemble
[…]* %
[…]* %
[…]* %
2002033 relative à l’évolution de l’offre de collecte IP/ADSL et sur les propositions tarifaires relatives
aux offres IP/ADSL annoncées par France Télécom, point III.1.
Voir le point 86.
Voir l’arrêt Akzo précité, point 71.
Voir la section I.G.
Les calculs détaillés sont exposés aux annexes 1 à 8 de la présente décision.
Voir les calculs à l’annexe 15 de la présente décision.
Dans sa réponse du 4 mars 2003, aux points 14 à 20 (pp. 6861-6863 du dossier), Wanadoo Interactive a
contesté cette méthode de pondération, la Commission ayant antérieurement utilisé comme facteur de
pondération les effectifs de clients des deux services. La Commission considère cependant que, pour
calculer un taux global de couverture des coûts (recettes globales des deux services divisées par les
coûts des deux services pris ensemble), il convient de pondérer les taux de couverture observés
respectivement pour les deux produits, soit par la recette totale, soit par le coût total de chacun d’eux.
Faute de disposer sur toute la période d’éléments relatifs au coût total, la Commission a ici retenu la
recette totale. Le choix des effectifs de clients comme facteur de pondération serait arithmétiquement
erroné ; en effet il surévaluerait gravement le poids du produit Wanadoo ADSL en le traitant comme s’il
donnait lieu aux mêmes coûts et revenus que le service eXtense, alors que ses coûts et revenus par
abonné sont deux fois inférieurs à ceux de eXtense. La Commission estime ne pouvoir se tenir liée par
une erreur de calcul effectuée à un stade antérieur de la procédure, dès lors qu’elle donne à l’entreprise
l’occasion de faire valoir ses observations sur la rectification de l’erreur dans le cadre des droits de la
défense, comme elle l’a fait dans le présent cas au moyen de sa lettre du 16 janvier 2003.
FR
(83)
1er août 2001-15 octobre 2001
[…]* %
[…]* %
[…]* %
15 octobre 2001-15 février 2002
[…]* %
[…]* %
[…]* %
15 février 2002-15 octobre 2002
[…]* %
[…]* %
[…]* %
Pour la période qui s’achève au mois d’août 2001, on observe en outre que les recettes
récurrentes ne couvrent même pas les dépenses récurrentes, indépendamment des
coûts variables non récurrents : la couverture des coûts récurrents s’établit alors
respectivement à […]* % et […]* % pour les services eXtense et Wanadoo ADSL78.
2. Couverture des coûts complets unitaires
(84)
L’analyse des coûts complets est nécessaire compte tenu de la jurisprudence
communautaire relative à la prédation. Elle se justifie d’autant plus dans le cas
d’espèce que, […]* 79. Ce raisonnement en coûts complets s’imposait particulièrement
à Wanadoo Interactive qui a dégagé un résultat net négatif de 1999 à 2001.
L’entreprise ne pouvait s’autoriser à raisonner en faisant abstraction d’un certain
impératif de couverture des coûts complets pour chacun des produits de sa gamme,
puisqu’aucun produit ne dégageait au cours de ces différents exercices de marge
suffisante pour pouvoir dispenser les autres activités du portefeuille de cet objectif80.
(85)
La non couverture des coûts complets pendant les sept premiers mois de 2001 ne fait
pas de doute, compte tenu du niveau de couverture des coûts variables. Pour la période
postérieure au 1er août 2001, les taux de couverture des coûts complets s’établissent
de la façon suivante81.
Tableau 4 : couverture des coûts complets unitaires
Wanadoo
ADSL
Ensemble
1er août 2001-31 décembre 2001
[…]* %
[…]* %
[…]* %
1er janvier – 15 octobre 2002
[…]* %
[…]* %
[…]* %
(86)
Les coûts complets unitaires retraités ne sont donc jamais couverts sur la période de
janvier 2001 à octobre 2002. Il convient de préciser que le choix de la durée
d’amortissement des coûts non récurrents est neutre sur le constat de l’incapacité de
78
Voir les annexes 1 et 2 de la présente décision.
Ce fait est établi par tous les documents internes de l’entreprise portant sur les comptes de résultats
prévisionnels, les budgets par produit et les bilans financiers des différentes offres. Une énumération
exhaustive des pièces recueillies auprès de Wanadoo Interactive serait longue, et l’on se bornera à citer
en guise d’exemples […]* (pp. 2869 et 2870 du dossier), […]* » (p. 2770 du dossier). […]* p. 2982
du dossier
Cet impératif d’une contribution suffisante de la marge brute pour couvrir les coûts complets de
l’entreprise est d’ailleurs rappelé dans […]* p. 2885 du dossier
Pour le calcul du taux de couverture d’ensemble, on a pondéré par la part respective dans le chiffre
d’affaires, comme indiqué au point 82 (voir les annexes 13.2, 14.3 et 15.1 de la présente décision).
79
80
81
FR
eXtense
FR
l’entreprise à couvrir ses coûts complets pendant la période en cause. Pour le produit
eXtense, la marge sur coûts de production totaux a été constamment négative sur la
période, de sorte qu’aucune contribution ne pouvait être apportée à la couverture des
coûts d’acquisition non récurrents, même avec des durées d’amortissement infinies82.
Pour le produit Wanadoo ADSL, la marge sur coûts totaux de production a été
également négative jusqu’en décembre 2001 ; à partir de janvier 2002 elle est devenue
légèrement positive, mais en ne permettant d’amortir les coûts d’acquisition que sur
une durée de plus de quatre-vingt-seize mois.
3. Analyse par générations successives de nouveaux abonnés
(87)
Dans sa réponse du 23 octobre 2002, Wanadoo Interactive a critiqué la méthode de
retraitement des coûts d’acquisition utilisée par la Commission, qui conduit à leur
lissage sur quarante-huit mois 83. Selon Wanadoo, il convenait, dans l’analyse du taux
de couverture des coûts, de raisonner non sur l’ensemble de l’activité, mais sur les
générations successives de nouveaux abonnés. Wanadoo Interactive en vient ainsi à
suggérer deux méthodes : d’une part, dans l’analyse de la couverture des coûts
variables et des coûts complets, ne considérer pour chaque période que les nouvelles
générations d’abonnés ; d’autre part, effectuer une analyse par nouvelle génération
d’abonnés sous forme de cash flow actualisé.
1. Analyse des coûts retraités pour les seules nouvelles générations d’abonnés
(88)
La méthode suggérée par Wanadoo Interactive revient à ne pas tenir compte, pour
chaque nouvelle génération d’abonnés, des coûts d’acquisition subis par les
générations antérieures d’abonnés 84. Ce faisant, elle minimise, dans l’évaluation de
l’équilibre de l’activité, le poids des pertes supportées au cours de la phase initiale de
développement. Concrètement, par exemple, la thèse de Wanadoo Interactive revient à
affirmer que dans l’équilibre économique de l’activité ADSL, les coûts d’acquisition
qui grevaient les abonnés nouveaux enregistrés pendant la période de janvier à juillet
2001 ne doivent plus être pris en compte dans l’analyse de l’équilibre économique de
l’activité à la fin de l’année 2001, compte tenu de l’arrivée d’une nouvelle génération
d’abonnés nouveaux. Ainsi, Wanadoo Interactive remet en cause le principe même du
lissage des coûts d’acquisition. La thèse de Wanadoo Interactive mérite toutefois
d’être étudiée, malgré cette réserve de principe, dans le cadre d’une analyse destinée à
déterminer la période sur laquelle ses pratiques tarifaires ont pu constituer un obstacle
à l’entrée et au développement de concurrents sur le marché en cause.
(89)
Dans cette analyse complémentaire, la Commission considère ainsi les coûts
réellement supportés par chaque nouvelle génération d’abonnés. Il est inutile de
revenir sur la période du mois de janvier à août 2001, pour laquelle le défaut de
couverture des coûts variables n’est pas mis en question. Pour les trois périodes
82
Par exemple, avec une durée d’amortissement des coûts d’acquisition égale à dix années, le taux de
couverture des coûts complets aurait été pour eXtense de […]* % d’août à décembre 2001, et de […]*
% à partir de janvier 2002. Pour le produit Wanadoo ADSL, avec une telle durée d’étalement le taux de
couverture se serait établi à […]* % pour la période d’août à décembre 2001, et à […]* % pour la
période suivante.
Voir le paragraphe 289 et l’annexe 9 de l’appendice D à la réponse de Wanadoo Interactive du 23
octobre 2002.
Voir les paragraphes 282 et 286 de la réponse du 23 octobre 2002.
83
84
FR
FR
suivantes, on obtient des résultats en définitive très voisins (à 1,5 % près) de ceux
retracés au tableau 3 pour l’ensemble de la population d’abonnés85. On relève
d’ailleurs, en pondérant les taux de couverture calculés pour les deux services par leur
part respective dans la progression du chiffre d’affaires, que l’on obtient un résultat
légèrement plus défavorable qu’avec la méthode précédente pour la période d’août à
octobre 2001, d’une part, et pour la période de février à septembre 2002, d’autre part.
2. Invalidité d’une analyse en termes de cash flow dans le cas d’espèce
(90)
Wanadoo Interactive suggère dans sa réponse d’octobre 2002 d’examiner si chaque
nouvelle génération d’abonnés présente un cash flow cumulé par client positif sur
l’horizon de vie moyenne de l’abonné retenue 86. La méthode esquissée par Wanadoo
Interactive comporte plusieurs écueils de principe qui conduisent à la rejeter.
(91)
En premier lieu, cette analyse ne permet pas de conclure au sujet de la prédation. Une
politique de prédation suppose, dans les configurations les plus fréquentes, que les
entreprises envisagent une récupération à moyen ou long terme des pertes intiales,
sous une forme ou une autre. Dans cette logique, la perte initiale destinée à refouler les
concurrents moins résistants doit être compensée à moyen terme par des marges
positives. Il n’est donc pas du tout antinomique d’une logique de prédation qu’un
abonné génère un cash flow actualisé positif sur toute sa durée de vie, même si au
début du cycle de vie la perte subie a été élevée pour l’entreprise.
(92)
En second lieu, l’analyse par population d’abonnés conduit à segmenter
artificiellement les différentes vagues successives de clients, dont seule l’agrégation
revêt en définitive une signification économique et financière. Quand bien même on
souscrirait à la méthode suggérée par Wanadoo Interactive en ce qui concerne les
générations d’abonnés acquis antérieurement, il n’est pas possible d’admettre que
l’impact des générations futures d’abonnés soit méconnu. En effet, la rationalité de
l’acquisition de nouveaux abonnés par Wanadoo Interactive ne doit pas s’apprécier à
la lumière des seuls cash-flows actualisés d’une cohorte d’abonnés recrutés au cours
d’une période donnée, mais également en fonction des perspectives de croissance pour
les périodes ultérieures. La stratégie d’une entreprise ne repose pas exclusivement sur
la tarification individuelle d’un produit, mais combine d’autres éléments, notamment
le taux de croissance et ses traductions en termes d’objectifs commerciaux. La
méthode suggérée par Wanadoo Interactive conduit à ignorer cette dimension.
(93)
Supposons, par exemple, que les abonnés recrutés à compter du mois t de l’année N
permettent d’envisager un cash-flow positif à un horizon de temps compatible avec la
durée de vie moyenne de l’abonné. Une analyse sommaire pourrait conduire à
conclure que le recrutement des abonnés du mois t de l’année N est rentable. Or,
même si individuellement ces abonnés peuvent générer un cash flow positif à terme, la
croissance même des ventes au cours des mois (t+1), (t+2), etc., entraîne des coûts
d’acquisition qui dégradent la rentabilité d’ensemble de l’activité. L’analyse
segmentée des nouveaux recrutements conduirait à méconnaître l’équilibre d’ensemble
de l’activité en cause, qui en définitive importe seul à l’entreprise. La dynamique des
85
Voir les annexes 3.2., 4.2., 5.2., 6.2., 7.2., 8.2. et 15.2 de la présente décision.
Voir les paragraphes 333 à 341 de la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (pp. 6316 et
6317 du dossier) et les paragraphes 23 à 25 du mémoire du 4 mars 2003 (p 6865 du dossier).
86
FR
FR
ventes et des coûts d’acquisition est telle que l’acquisition de nouveaux abonnés,
apparemment rentables individuellement sur le moyen terme, conduit en réalité à une
dégradation de la situation nette cumulée de l’activité dans son ensemble dans le court
terme. Ce phénomène mérite d’autant plus considération que les services ADSL de
Wanadoo Interactive croissent à un rythme soutenu, et que l’entreprise envisage que
cette croissance se poursuive jusqu’en 2004 au moins. Ainsi, alors même qu’un
abonné peut éventuellement apparaître individuellement comme générant un cash flow
actualisé net positif sur trois ans, l’équilibre de l’activité ADSL de Wanadoo
Interactive pourrait continuer d’être globalement déficitaire pendant un nombre
d’exercices beaucoup plus élevé.
(94)
A la limite, dans le court terme, le recrutement de nouveaux abonnés apparemment
rentables n’apporte d’amélioration de la situation nette globale de l’activité considérée
que si l’inéquation suivante est vérifiée :
(Xt-1 + xt).m > a.xt
où « Xt-1 » désigne l’effectif total cumulé du mois (t-1), « xt » l’effectif de nouveaux
abonnés du mois t, « m » la marge par abonné et « a » le coût d’acquisition par
nouvel abonné. Cette condition revient à (Xt-1 + xt).m - a.xt > 0. En d’autres termes,
le recrutement de nouveaux abonnés n’exerce d’effets positifs sur la situation nette
de l’entreprise que si le taux de croissance de l’activité est inférieur au ratio m/(a-m)
Il est intéressant d’observer 87 que sur la période de janvier 2001 à juin 2002,
l’inéquation n’est jamais vérifiée pour le produit eXtense. Ainsi, indépendamment de
la valeur à moyen terme des abonnés successifs pris individuellement, le recrutement
de nouveaux abonnés a sans cesse dégradé la situation nette de l’activité au cours de
cette période.
(95)
Dans ces conditions, la Commission considère que l’analyse des cash-flows actualisés
ne peut se substituer à une analyse de la situation globale de l’activité, car elle conduit
à un effet d’optique donnant une vision artificiellement optimiste des conditions
d’entrée et de développement sur le marché en cause.
(96)
La troisième difficulté dans l’approche suggérée par Wanadoo Interactive réside dans
le défaut d’information permettant de reconstituer d’un strict point de vue matériel les
marges futures de l’entreprise telles qu’anticipées par celle-ci. Bien que des
appréciations sur l’évolution des coûts soient présentes ici ou là dans les documents
internes de l’entreprise, ces éléments dispersés ne permettent pas de reconstituer
rétrospectivement de manière exacte les flux de revenus futurs escomptés par
Wanadoo Interactive au moment où celle-ci a arrêté sa stratégie de développement
commercial. L’évolution même des prix des offres de Wanadoo Interactive au cours
des exercices 2003 et 2004 n’était pas fixée de manière certaine à l’avance. Différents
documents de l’entreprise évoquent par exemple un prix cible inférieur à […]* FRF
TTC à l’horizon 2004 pour le Pack eXtense88, mais l’évolution au cours du temps de la
marge anticipée par l’entreprise n’était pas claire.
87
Voir l’annexe 20 de la présente décision.
[…]* (pp. 2901 et 2907 du dossier).
88
FR
FR
4. La couverture des coûts retraités prévisible ex ante
(97)
Il est important, pour analyser la politique tarifaire de Wanadoo Interactive, de
reconstituer la situation de couverture des coûts variables et complets pour la fin de
l’année 2001 et pour les premiers mois de 2002 telle qu’elle pouvait alors être
raisonnablement estimée sur la base des hypothèses alors utilisées par Wanadoo
Interactive pour les nouvelles générations d’abonnés89. En effet, ainsi qu’il est décrit
au point 99, de nombreux éléments accidentels sont venus infléchir les données réelles
de la fin de 2001 et du début de l’année 2002. S’agissant de la fin de l’année 2001, ces
éléments ne pouvaient être envisagés avec certitude à l’été 2001. De même, s’agissant
de ceux afférents à l’année 2002, ils ne pouvaient être raisonnablement envisagés
avant le début de l’exercice 2002.
(98)
Wanadoo Interactive n’a pas contesté le principe d’un tel examen des coûts prévisibles
effectué dans la communication des griefs complémentaire du 9 août 2002. Elle s’est
bornée à indiquer que certaines baisses de coût n’étaient pas accidentelles mais que,
bien que non retracées dans les évaluations budgétaires et les comptes-cibles, elles
étaient espérées90. Elle cite à cet égard un seul exemple concret, celui des coûts […]*,
qui faisaient l’objet d’une négociation commerciale au cours du […]*. La Commission
considère que les négociations commerciales ont abouti trop tard91 […]* pour que
Wanadoo Interactive ait pu raisonnablement les escompter au moment où elle a pris
ses orientations de développement commercial pour le second semestre 2001.
(99)
On peut considérer qu’à l’été 2001, Wanadoo Interactive, dans ses propres analyses de
rentabilité, ne pouvait pas tenir compte des éléments « accidentels » suivants :
–
la baisse des coûts […]* ;
–
les dédommagements […]92 et les pertes de chiffres d’affaires du fait de […]* ;
–
la facturation de consommation de bande passante à un niveau sensiblement
inférieur aux […]*;
–
la répartition réelle des abonnés entre l’Ile-de-France et le reste du pays,
[…]*93.
(100) En revanche, Wanadoo Interactive anticipait une gratuité des frais d’accès au service
dès […]*, alors qu’en pratique celle-ci est intervenue le 15 octobre 2001 seulement.
En outre, il est supposé que Wanadoo Interactive, qui anticipait une reprise du marché
de la publicité en ligne à l’automne, envisageait des revenus de publicité et d’audience
conformes à ses prévisions budgétaires initiales.
89
90
91
92
93
FR
Le test de prédation de court terme préconisé par Areeda et Turner repose d’ailleurs sur la notion de
tarification en deçà des coûts tels qu’ils pouvaient être raisonnablement prévus (« reasonably
anticipated »).
Note de bas de page n°101 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6272 du dossier).
[…]* la lettre de Wanadoo Interactive du 7 mai 2002 adressée à la Commission, p. 4904 du dossier.)
[…]* en annexe à la réponse du 7 mai 2002 à une demande de renseignements de la Commission, p.
4913 du dossier).
Il est rappelé que la répartition des abonnés entre la région parisienne et le reste du pays a exercé
jusqu’à l’automne 2002 un effet sensible sur les coûts, les tarifs de collecte de France Télécom étant
[…]* élevés en province.
FR
(101) Ainsi, sur la base des hypothèses alors utilisées par Wanadoo Interactive, celle-ci, si
elle avait utilisé une méthode de retraitement des coûts d’acquisition analogue à celle
utilisée par la Commission, aurait pu envisager des taux de couverture des coûts
variables (retraités) aux niveaux suivants pour le second semestre 2001 :
Tableau 5 : couverture des coûts variables prévisible pour la fin 2001
Pack eXtense
Wanadoo ADSL
Ensemble
[…]* %
[…]* %
[…]* %
(102) S’agissant maintenant des coûts complets prévisibles pour la fin de l’année 2001, le
plan d’affaires cible des deux services pour la fin de l’année 2001 évoqué dans la
communication des griefs du 19 décembre 200194, faisait ressortir des niveaux de
couverture des coûts de l’ordre de […]* %, hors coûts d’acquisition95, tels qu’ils
étaient alors envisagés par Wanadoo Interactive selon ses propres méthodes. Ces
niveaux confirment qu’à la mi-octobre 2001 l’entreprise n’était toujours pas en mesure
d’anticiper une couverture des coûts complets retraités pour les dernières semaines de
l’exercice 2001, tant pour le service eXtense que pour le service Wanadoo ADSL.
(103) L’exercice de restitution des coûts tels qu’ils pouvaient être prévus par l’entreprise à la
fin de l’année 2001 pour l’exercice 2002 est plus délicat. L’entreprise avait émis des
hypothèses très favorables pour l’évolution de certains coûts, mais elle savait que ces
baisses de coût n’interviendraient pas dès le début de l’année. Wanadoo Interactive
savait ainsi que l’année serait divisée en deux périodes, avant et après l’entrée en
vigueur de la baisse des tarifs des services d’accès et de collecte de France Télécom.
(104) Ainsi, sur le début de l’année 2002 et avant l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs des
services de gros de France Télécom, l’entreprise ne pouvait que raisonnablement
anticiper une prolongation des tendances de la fin de l’exercice 2001, corrigée
toutefois par un certain nombre de facteurs importants :
94
95
FR
–
la gratuité des frais d’accès au service pour Wanadoo Interactive, soit par une
facturation de ces frais au client, soit grâce à des promotions périodiques de
France Télécom ;
–
la baisse des coûts […]*, désormais connue […]* ;
–
la réduction à […]* du coût net du modem pour Wanadoo Interactive ;
Points 49 et 56 de la communication des griefs du 19 décembre 2001.
Les coûts en question n’ont pas subi de retraitement, contrairement à ceux retenus dans les évaluations
selon la méthode de la Commission. Mais cette différence n’affecte guère la comparaison entre les
résultats, puisque l’évaluation de Wanadoo Interactive ne reprend pas les coûts d’acquisition, dont
l’impact est très fortement minimisé par un étalement sur quatre exercices dans la méthode de la
Commission. C’est pourquoi les ordres de grandeur dans les estimations de la Commission et le compte
de résultat-cible sont assez semblables.
FR
–
la diminution des coûts de la connectivité internationale, avec toutefois le
maintien d’une hypothèse de consommation de bande passante égale à celle de
200196.
(105) Sur la base de ces hypothèses, on peut estimer qu’au début de l’année 2002, avant
l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs de collecte, Wanadoo Interactive pouvait miser
sur des conditions de rentabilité de ses nouveaux abonnés telles que retracées dans le
tableau 6, selon la méthode des coûts retraités utilisée par la Commission. Au total,
compte tenu de la part largement majoritaire du produit eXtense dans les objectifs de
vente de 2002 97, il n’était pas possible pour l’entreprise d’envisager de couvrir
complètement ses coûts variables.
Tableau 6 : couverture des coûts variables prévisible pour le début 2002
Pack eXtense
Wanadoo ADSL
Ensemble
[…]* %
[…]* %
[…]* %
(106) S’agissant de la seconde période de l’année 2002, celle à partir de laquelle Wanadoo
Interactive anticipait une baisse très importante des coûts, l’entreprise était en mesure,
sur la base de ses prévisions, d’envisager une couverture de l’ordre de 100 % des coûts
complets retraités selon la méthode de la Commission.
5. Conclusion sur la couverture des coûts
(107) Il ressort de ce qui précède que sur toute la période de janvier 2001 à octobre 2002,
Wanadoo Interactive n’a jamais couvert les coûts variables et les coûts complets
afférents à ses services ADSL, tels qu’ils ressortent de ses données comptables. Même
pendant l’année 2002, époque à laquelle les conditions de rentabilité s’étaient
améliorées, chaque mois supplémentaire, avec ses cohortes de nouveaux abonnés, a
entraîné une dégradation de la situation nette de l’activité en cause. Ce constat simple
n’est rappelé que pour mémoire.
(108) La Commission a eu recours a une méthode destinée à évaluer si les services ADSL de
Wanadoo Interactive ont dégagé une marge de production suffisante pour couvrir les
coûts d’acquisition des abonnés nouveaux, coûts d’acquisition eux-mêmes dépréciés
sur une durée de quarante-huit mois. Pour compléter cette analyse, et compte tenu de
l’intervention à la fin de l’année 2001 d’événements fortuits, la Commission a évalué
dans quelle mesure, tant pour le second semestre 2001 que pour le début de l’année
2002, l’entreprise était en mesure d’apprécier positivement la rentabilité de ses
96
97
FR
On doit observer qu’au tout début de l’année 2002, Wanadoo Interactive n’était pas en mesure de savoir
que la bande passante par abonné serait finalement évaluée sur une base […]*. Ce point n’est d’ailleurs
même pas évoqué dans la réponse de Wanadoo Interactive du 4 mars 2002 à la communication des
griefs du 19 décembre 2001.
Pendant les deux premiers mois de l’année 2002, eXtense a représenté […]* % des ventes de produits
ADSL de Wanadoo Interactive sur le marché résidentiel, contre […]* % au cours du dernier trimestre
2001. C’est seulement l’interdiction de commercialisation des packs eXtense dans les agences décidée
par le Conseil de la concurrence en février 2002 qui a […]*. Cet […]* n’était pas prévisible.
FR
services ADSL sur le fondement des hypothèses de travail alors disponibles au sein de
l’entreprise.
(109) La Commission conclut de cette méthode, ainsi que des différentes évaluations
complémentaires exposées dans la présente section que :
–
du 1er janvier au 31 juillet 2001, l’entreprise n’a pas couvert les coûts variables
de ses services ADSL ;
–
du 1er août 2001 au 15 octobre 2002, l’entreprise, sans jamais couvrir ses coûts
complets, a couvert de justesse ou pratiquement couvert ses coûts variables
retraités, sans d’ailleurs être en mesure de le prévoir ex ante jusqu’en mars
2002 ;
–
après le 15 octobre 2002, l’entreprise couvre ses coûts retraités selon la
méthode établie par la Commission.
G. LES DOCUMENTS INTERNES A L ’ENTREPRISE RELATIFS A UNE STRATEGIE DE
PREEMPTION DU MARCHE DU HAUT DEBIT
1. La formulation de l’intention de préempter le marché du haut débit
(110) Plusieurs documents écrits recueillis au sein de Wanadoo Interactive attestent
l’existence d’une stratégie de préemption du marché du haut débit ou du « marché de
l’ADSL ». En particulier :
–
un document de juillet 200098 […]*99;
–
[…]* 100;
–
[…]* 101;
–
[…]*;
–
[…]* rappelle pour la période 2001-2003102 […]* .
(111) Cet objectif de préemption du marché du haut débit correspond à une déclinaison à
l’échelon du fournisseur d’accès à Internet de l’objectif assigné en matière d’ADSL au
groupe France Télécom par son président, de « préempter le marché, en coupant
l’herbe sous le pied de [ses]concurrents »103.
(112) La traduction de cette notion de préemption en termes d’objectifs de parts de marché
transparaît dans plusieurs documents, qui attestent que Wanadoo Interactive ne
98
99
100
101
102
103
FR
[…]* (p. 3827 du dossier).
Cette formule désigne le produit qui sera plus tard baptisé «eXtense ».
[…]* (p. 3142 du dossier).
[…]* (p. 3764 du dossier).
[…]* (p. 4261 du dossier).
Cité dans l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 9 avril 2002 dans l’affaire France Télécom / T-Online,
p. 4.
FR
cherchait pas simplement à être « leader » sur le marché, mais à acquérir puis
conserver des parts de marché extrêmement importantes.
(113) […]* 104.
(114) […]*
–
[…]* 105 ;
–
[…]* 106 […]*
(115) […]*107, […]* 108. […]* 109.
(116) […]* 110. […]* 111. […]*
(117) […]* 112. […]*
(118) Cette stratégie sur le marché du haut débit s’inscrit dans le cadre plus général d’une
augmentation des parts de marché sur l’ensemble des modes d’accès à Internet. […]*
113
. […]*
(119) Wanadoo Interactive a contesté la portée des documents cités et la signification de
l’expression de « préemption » employée, ainsi que la pertinence des ambitions
affichées en termes de parts de marché. Selon elle, les propos invoqués par la
Commission ne seraient que le reflet de la dialectique du processus décisionnel dans
une grande organisation, ils n’engageaient que leurs auteurs et non la personne morale
de l’entreprise. Il s’agirait d’autre part de modes d’expression informels et spontanés,
voire de messages spontanés et irréfléchis114.
(120) La Commission, d’un strict point de vue factuel, se doit de réfuter l’argumentation de
l’entreprise.
(121) Il convient d’abord de relever que les propos cités sur l’objectif de préemption ne
peuvent être assimilés, dans leur grande majorité, à des « conversations à bâtons
rompus », comme a pu le prétendre Wanadoo Interactive115. Trois des cinq passages
cités évoquant l’objectif de préemption émanent de présentations formelles en
réunions de direction. Un quatrième passage […]* n’est nullement un document de la
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
FR
[…]* (p. 3764 du dossier).
[…]* (p. 3276 du dossier).
L’évaluation par Wanadoo Interactive de sa part de marché à cette date est nettement en deçà de la
réalité d’alors.
[…]* (p. 4155 du dossier).
[…]* (p. 4157 du dossier).
[…]* (p. 3095 du dossier).
[…]*
[…]* (pp. 2708 et ss. du dossier).
p. 3316 du dossier de la Commission.
[…]* (p. 2897 du dossier).
Paragraphe 181 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6289 du dossier).
Paragraphe 182 de la réponse du 23 octobre 2002 (ib.).
FR
direction des ventes de Wanadoo Interactive conçu pour la motivation d’agents de
terrain comme l’a soutenu l’entreprise 116.
(122) Même si certains documents, […]*, pourraient être qualifiés d’informels, il est
d’autant plus intéressant d’observer la capillarité de l’objectif de préemption du
marché, qui transparaît dans des documents de type bien différents. Ainsi, par delà la
diversité des documents apparaît concrètement l’unité de l’objectif de l’entreprise.
Contrairement à ce que prétend Wanadoo Interactive, l’objectif même de préemption
du marché ne fait pas l’objet de la moindre discussion entre les auteurs de ces
documents, mais il constitue de façon évidente leur postulat de départ commun.
(123) En outre, les citations relevées n’émanent pas d’employés subalternes de l’entreprise
en question, mais, dans tous les cas, de cadres appartenant au personnel de direction de
l’entreprise, voire […]*. Il est donc douteux qu’il se soit agi de prises de position
spontanées et irréfléchies117.
(124) Wanadoo Interactive a relevé à juste titre que les objectifs affichés de parts de marché
n’étaient pas absolument homogènes, les estimations de part de marché sur le haut
débit étant comprises entre […]* % et […]* %, avec l’exception d’un document
évoquant un chiffre de […]* %. L’entreprise a reproché à la Commission de ne pas
avoir tenté de hiérarchiser l’importance relative de ces différentes évaluations 118. Il
importe donc de se référer au document présentant le plus grand degré d’autorité, à
savoir […]*. C’est dans cette présentation qu’ont été affichés les objectifs de parts de
marché à l’horizon 2004 de […]* % et […]* % respectivement pour les offres ADSL
dissociées de type Wanadoo ADSL et les offres ADSL packagées de type eXtense.
L’objectif de maîtrise de […]* % du créneau des offres ADSL dissociées à l’horizon
2004 a d’ailleurs été confirmé dans un document immédiatement postérieur119.
2. La réflexion interne sur le niveau des prix et la connaissance par Wanadoo
Interactive de l’impact économique et financier du développement de ses services
ADSL
(125) Au cours de ses investigations, la Commission a pris connaissance de la réflexion
interne à Wanadoo Interactive sur la fixation des prix des services en cause et la
traduction économique et financière des choix de tarification retenus. Les
développements qui suivent visent à donner un aperçu des matériaux recueillis dans
l’entreprise.
(126) Un grand nombre de documents de l’entreprise, […]* confirment que l’entreprise
avait très tôt mesuré les risques associés à la tarification de ses services ADSL. Ces
documents témoignent clairement de ce que Wanadoo Interactive a exercé en
connaissance de cause un arbitrage entre un objectif de rentabilité à court terme et un
objectif de pénétration vigoureuse du marché, et que le premier objectif a été
délibérément sacrifié au second. […]*
116
117
118
119
FR
Paragraphes 162 et 175 de la réponse du 23 octobre 2002 à la communication des griefs du 9 août 2002.
On doit relever, en outre, que leur tonalité tout à fait mesurée n’emprunte nullement à une phraséologie
de combat ou à une rhétorique d’exhortation comme celles qui ressortent des exemples fournis par
Wanadoo Interactive (note de bas de page n°141 de la réponse du 23 octobre 2002).
Note de bas de page n°150 de la réponse du 4 novembre 2002.
[…]* p. 3316 du dossier […]*
FR
(127) Le prix du service Wanadoo ADSL a été fixé à 135 FRF TTC (ou 20,58 euros TTC)
[…]*120. […]*121. […]* ce prix qui constituait initialement une offre promotionnelle122
est devenu un prix permanent.
(128) Le prix de l’abonnement au Pack eXtense a été fixé à 298 FRF TTC par mois à
compter de janvier 2001. Sa fixation, ainsi que celle du prix du coffret contenant le
modem (le « pack ») avait fait l’objet d’hypothèses variées depuis plus d’un an.
(129) Ainsi, très en amont […]*123, une cible de prix de […]* FRF TTC pour l’abonnement
du produit projeté, alors baptisé […]* , avait été évoquée […]*
(130) Au cours du printemps 2000, alors que se précisaient les perspectives de lancement
d’une offre « packagée » par Wanadoo Interactive, un prix d’abonnement […]* FRF
TTC par mois a été évoqué 124. […]*125. […]* Ce scénario est cependant passé au
second plan à partir de l’été 2000, après un […]*.
(131) A partir de l’été 2000, plusieurs scénarios alternatifs de combinaison de prix du coffret
et de tarif d’abonnement ont été évoqués126. Selon les différentes hypothèses alors
étudiées127, les tarifs d’abonnement s’étageaient pour 2000 et 2001 entre […]* et […]*
FRF TTC, le prix du pack entre […]* FRF TTC et […]* FRF TTC. L’un des scénarios
envisagés était baptisé « scénario central ». Il prévoyait un abonnement mensuel à
[…]* FRF TTC et un prix du coffret à […]* FRF. Dans cette réflexion, la
combinaison de prix qui sera finalement adoptée n’était pas étudiée128 : avec les
hypothèses alors utilisées par Wanadoo Interactive, on peut toutefois reconstituer que
la tarification au prix effectivement retenu en janvier 2001 aurait engendré des déficits
très lourds, et une valeur actualisée nette fin 2003 négative de […]* FRF 129.
(132) De nouvelles prévisions sur les coûts du service, notamment des hypothèses plus
favorables quant aux évolutions du coût du réseau, ont alimenté la réflexion sur le
niveau des prix au cours des mois […]* 130. La réflexion s’est cristallisée dans les
jours suivants, pour aboutir, dans une version de la présentation du budget datée du
[…]*, à un prix de […]* FRF TTC pour toute l’année 2001, tarification reprise dans le
projet de budget de Wanadoo Interactive. Le prix de l’abonnement a finalement été
légèrement revu dans le courant de l’automne, pour s’établir en janvier 2001 à 298
FRF TTC, le prix du coffret étant pour sa part fixé à 990 FRF TTC.
(133) La réflexion sur le niveau des prix du Pack eXtense a donc été marquée par des
hésitations pendant une assez longue période de l’année 2000. Il convient de relever
toutefois que dans tous les scénarios envisagés, il était prévu des pertes importantes en
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
FR
[…]* (p. 3155 du dossier). […]* (p. 3367 du dossier) […]*
[…]* – p. 2790 du dossier.
[…]*.
[…]* p. 3362 du dossier.
[…]* (p. 2598 du dossier) ; […]* (p. 2600 du dossier).
[…]* (p. 3134 du dossier).
Voir la présentation simplifiée de ces scénarios à l’annexe 10.
pp. 2606-2651 du dossier.
[…]* pp. 3133-3134 du dossier.
Voir l’annexe 19 de la présente décision.
[…]* (p. 3055 du dossier).
FR
2001, même en faisant l’hypothèse d’application de tarifs favorables pour la collecte et
pour Netissimo dès le 1er janvier 2001.
(134) […]* 131, […]* 132. […]* 133.
(135) Le choix d’un prix d’abonnement légèrement inférieur à […]* FRF TTC pour le Pack
eXtense traduit une volonté de développer la pénétration sur ce marché à un rythme
rapide, sans considération des intérêts financiers à court terme. […]* 134.
(136) La version du budget 2001 datée du […]* 135 prévoyait pour le Pack eXtense et
Wanadoo ADSL réunis une marge brute sur coûts de production de […]* de FRF et
une marge nette, après prise en compte des coûts d’acquisition, de […]* de FRF. La
version du budget 2001 datée du […]* 136, après avoir rappelé que l’ADSL dégagerait
une marge brute de […]* de FRF en 2000, évoquait une marge brute unitaire moyenne
de […]* FRF par mois pour l’année 2001, soit une marge brute totale de […]* de FRF
et une marge nette de […]* de FRF137. La version du budget 2001 datée du […]*
prévoyait pour sa part une marge de production de […]* de FRF sur les mêmes
produits, et une marge nette de […]* de FRF compte tenu des coûts d’acquisition.
[…]* 138.
(137) A la fin de l’année 2000 et au début de l’année 2001, il était clair que les services
ADSL de Wanadoo Interactive se distinguaient au sein du portefeuille de produits par
leur situation très déficitaire. Cette situation est particulièrement instructive sur
l’arbitrage effectué par Wanadoo Interactive entre pénétration du marché et respect
des équilibres économiques fondamentaux dans le court terme. La version définitive
du budget 2001139 prévoyait une marge sur coûts de production de […]* FRF par mois
et par abonné ADSL en 2001, […]*.
(138) Le constat de ces indicateurs économiques a nourri une discussion sur le niveau du
tarif du Pack eXtense pendant une partie du premier semestre 2001 au sein de
l’entreprise. En particulier, la baisse attendue du niveau des tarifs de collecte de trafic
et Netissimo ayant tardé à se matérialiser, les hypothèses de coûts retenues dans le
budget s’avéraient trop optimistes. […]* 140. […]* 141. Des hypothèses de tarification à
[…]* euros ([…]* FRF)142 ou à […]* FRF TTC par mois ont été évoquées en interne
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
FR
[…]* p. 2642 du dossier.
Dans ces estimations, le coût total de l’acquisition de la clientèle était intégralement imputé à l’exercice
au cours duquel les dépenses avaient pris naissance.
[…]* p. 2626 du dossier.
[…]* pp. 2652 et ss. du dossier.
[…]* (p. 2974 du dossier).
[…]* (p. 3323 du dossier).
Cette version était bâtie notamment sur les hypothèses suivantes : coût de l’accès Netissimo à […]*
FRF, coût du transport de trafic IP revenant à […]* FRF, coût de la connectivité internationale revenant
à […]* FRF par mois. Cette dernière composante est apparue surestimée par rapport à la réalité
observée. En revanche les deux premières estimations se sont révélées optimistes, y compris par rapport
aux coûts moyens effectivement observés dans la période postérieure à juillet 2001. Ces hypothèses ont
été reprises dans le budget 2001 définitif dans sa forme du début de l’exercice 2001.
[…]* (p. 3275 du dossier).
[…]* (p. 4351 du dossier).
[…]* (p. 3020 du dossier). […]*
[…]* (p 2803 du dossier) […]*
[…]* (pp. 3233 et 3234 du dossier).
FR
entre mars et mai 2001 pour l’abonnement, ainsi qu’un relèvement du prix du
coffret 143. […]* 144. […]*.
(139) La modification des tarifs de collecte de trafic IP/ADSL et d’accès Netissimo
intervenue en août 2001 a conduit à un assainissement partiel de la situation.
Toutefois, en dépit de cette amélioration, les documents internes traduisent la
persistance d’inquiétudes sérieuses au sein de l’entreprise sur l’économie de l’ADSL
pour la fin de l’année 2001 et même le début de l’année 2002[…]*
(140) […]* 145. […]* 146. […]* 147.
(141) […]* 148. […]* 149, […]* 150 ; […]* 151, […]* 152. Cette formulation trahit une
appréciation extrêmement réservée sur la logique financière, pour Wanadoo
Interactive comme pour ses concurrents, d’un développement à échelle significative
sur le marché du haut débit en 2002.
3. La connaissance par Wanadoo Interactive de l’existence de risques juridiques
(142) La documentation interne recueillie au sein de l’entreprise montre que Wanadoo
Interactive a été précocement sensibilisée aux risques juridiques associés à une
tarification de ses services de détail en dessous des coûts. […]* 153 […]* 154 […]* 155
[…]*156.
(143) Dans sa réponse d’octobre 2002, Wanadoo Interactive a fait valoir que les documents
cités étaient dépourvus de valeur car n’émanant pas de son département juridique.
Selon la Commission, il est bien au contraire révélateur que les préoccupations sur la
licéité des pratiques aient été diffusées dans l'entreprise au-delà du cercle des
spécialistes du droit. […]* Wanadoo Interactive fait enfin observer 157 […]* 158. Cette
observation est sans objet, car la phrase en cause ne visait nullement l’écart entre les
prix des produits de détail de Wanadoo Interactive et les coûts sous-jacents, mais
l’articulation entre l’offre de gros de France Télécom dénommée ADSL Connect
ATM, destinée à des opérateurs de télécommunications alternatifs, d’une part, et les
prix de gros d’offres de revente de services à des fournisseurs d’accès à Internet,
d’autre part.
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
FR
[…]* (p. 3211 du dossier).
[…]* (p. 3106 du dossier) […]*
[…]* (pp. 2921 et ss. du dossier). […]* p. 3110 du dossier), […]*.
[…]* (pp. 3110 et ss. du dossier).
[…]* (p. 3511 du dossier).
[…]* (p. 2978 du dossier).
[…]* p. 2870 du dossier.
[…]* (p. 2880 du dossier). […]*
[…]* (p. 3097 du dossier).
[…]*
[…]* (pp. 2826 et ss. du dossier).
Cette appellation désigne le service d’accès ADSL IP/ADSL, alias Netissimo 1.
Il s’agit ici du service de collecte IP de trafic ADSL.
[…]* pp. 3080 et ss. du dossier
Réponse du 23 octobre 2002, paragraphe 101.
[…]* (pp. 3294 et ss. du dossier).
FR
(144) La Commission considère que, sans être nécessairement avertie de la qualification de
prédatrice que pouvait revêtir son prix 159, Wanadoo Interactive était fortement
sensibilisée à la problématique d’un effet de ciseau entre prix de détail et prix de gros
pour la fourniture de services ADSL au consommateur final. En effet Wanadoo
Interactive avait bien identifié dès l’été 2000 le risque juridique […]* Cette sensibilité
aurait dû lui inspirer une certaine discipline dans sa politique de prix et l’inciter à
tarifer ses services au-dessus des coûts.
4. Les éléments de contexte témoignant d’une stratégie de cantonnement et de
refoulement des concurrents
(145) La fixation de prix en dessous des coûts n’est pas le seul moyen utilisé par Wanadoo
Interactive et par son actionnaire principal pour endiguer le développement des
concurrents et détourner à son profit la croissance du marché du haut débit. D’autres
moyens semblent bien avoir été utilisés. Bien qu’ils ne soient que pour partie
imputables à Wanadoo Interactive, et qu’ils ne constituent pas des griefs à l’égard de
celle-ci, ces éléments revêtent une importance particulière pour la compréhension du
contexte de la présente affaire. Ils mettent en effet en lumière la façon dont la politique
de ventes à pertes de Wanadoo Interactive dans un but de préemption du marché s’est
inscrite dans une stratégie d’ensemble.
(146) Tout d’abord, Wanadoo Interactive a bénéficié de conditions privilégiées pour l’accès
à l’information relative à l’éligibilité des lignes téléphoniques à la technologie ADSL,
et d’une façon générale pour la mise en oeuvre opérationnelle du raccordement ADSL.
Au contraire, ses concurrents sur le créneau de l’ADSL se voyaient proposer une
procédure longue, difficilement compatible avec une commercialisation de masse,
notamment en grande distribution. Les documents internes à l’entreprise attestent que
Wanadoo Interactive avait bien conscience du privilège discriminatoire que lui donnait
la vérification immédiate de l’éligibilité des lignes, puisqu’elle avait été informée de la
consigne de silence donnée aux agences France Télécom sur ce sujet 160. Cette situation
a motivé une saisine du Conseil de la concurrence français en demande de mesures
conservatoires par la société T-Online France. Le Conseil de la concurrence, par une
décision du 27 février 2002161, a estimé qu’il existait un risque de discrimination
structurelle dans la mise en oeuvre du contrat IP/ADSL au profit de Wanadoo
Interactive, source d’un handicap grave pour une commercialisation de masse, et a
demandé à France Télécom d’y mettre un terme. Cette décision a été confirmée par un
arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 9 avril 2002.
159
On doit cependant relever que dès juin 2001 l’ART évoqua de façon très directe dans un avis public, au
sujet des services ADSL de Wanadoo Interactive, la possibilité d’une politique prédatrice, dans les
termes suivants : « (…) les conditions de l’offre faite [par France Télécom] à Wanadoo sont telles
qu’elles conduisent cette dernière à supporter des pertes importantes, compte tenu du niveau de prix
pratiqué sur le marché résidentiel depuis la mise sur le marché des packs. Cette situation pourrait être
de nature à révéler un comportement prédateur, mis en oeuvre par France Télécom et sa filiale
Wanadoo sur le marché de l’ADSL grand public » (Avis n° 01-548 de l’ART en date du 19 juin 2001
sur les décisions tarifaires n° 2001482 relative à l’évolution des services Netissimo 1 et Netissimo 2 et
n° 2001480 relative aux évolutions de l’offre de fourniture d’accès IP ADSL et de collecte IP ADSL).
160
[…]* (p. 3632 du dossier)
Décision n°02-MC-03 du 27 février 2002 relative à la saisine et à la demande de mesures conservatoires
présentée par la société T-Online France (pp. 1557 à 1569 du dossier.)
161
FR
FR
(147) Sur ce point, Wanadoo Interactive ne nie pas les faits relevés par la Commission et se
borne à faire observer que depuis juillet 2002, le Conseil de la concurrence estime que
son injonction de février 2002 ayant conduit à la suspension de la commercialisation
des packs a été respectée et que l’interdiction est levée 162. Les éléments de fait relevés
à cet égard par la Commission restent donc valides pour la période antérieure à l’été
2002, et n’ont pas été contestés par Wanadoo Interactive pour cette période.
(148) En second lieu, les approvisionnements en modems ADSL ont été probablement
utilisés de manière conjointe par France Télécom et Wanadoo Interactive, pour freiner
le développement des concurrents en phase de démarrage, du moins au cours des
premiers mois de l’année 2001. France Télécom détenait le pouvoir d’homologuer les
modems ADSL pour utilisation sur son réseau. Il semble que cette faculté ait été
utilisée pour différer l’élargissement de la gamme de fournisseurs potentiels de
modems et consolider la situation de pénurie dans laquelle se trouvait le marché au
début de l’année 2001. D’un côté, France Télécom retardait l’homologation des
modems du fabricant ECI, intervenue finalement le 19 mars 2001, et a attendu une
décision de l’ART suite à une procédure de règlement des différends, en novembre
2001163, pour accepter l’installation par les fournisseurs d’accès à Internet de modems
non homologués jusqu’alors. De l’autre, les commandes de modems conjointes de
France Télécom et de Wanadoo Interactive avaient eu pour effet de quasiment saturer
les capacités de production du seul fournisseur alors autorisé, Alcatel, au détriment des
approvisionnements des concurrents164. […]* 165, […]* 166. […]* 167. Ce
« verrouillage » du marché des modems pendant les premiers mois de l’année 2001 a
eu pour résultat de ralentir fortement le développement initial des concurrents. Ainsi,
par exemple, alors que Wanadoo Interactive disposait dès décembre 2000 d’au moins
[…]*, T-Online France n’avait pu s’en procurer que dix fois moins en janvier 2001.
(149) Wanadoo Interactive n’a pas commenté les éléments relevés par la Commission et les
citations employées. L’entreprise a simplement invité la Commission à se référer sur
ce sujet à une décision du Conseil de la concurrence de juin 2002 rejetant une saisine
en demande de mesures conservatoires de la société Olitec 168. Celle-ci, fabricante
d’appareils terminaux, se plaignait de l’absence de transparence de la procédure
d’homologation des modems et des appels d’offres organisés par France Télécom. Le
162
163
164
165
166
167
168
FR
Décision n°02-D-46 du 19 juillet 2002 du Conseil de la concurrence relative à l’application de l’article
3 de la décision n°02-MC03 du 27 février 2002, citée au paragraphe 247 de la réponse du 23 octobre
2002 (p. 6300 du dossier).
Décision n°01-1112 de l’ART en date du 16 novembre 2001 se prononçant sur le différend opposant
Liberty Surf à France Télécom relatif aux conditions de choix de modems clients dans le cadre du
contrat d’accès IP/ADSL. Cette décision enjoint notamment à France Télécom d’établir une procédure
transparente de test pour examiner l’interopérabilité des modems soumis par les fournisseurs d’accès et
de lever explicitement les obstacles au raccordement par les fournisseurs d’accès de modems de leur
choix, sous réserve de ces tests (pp. 1673 à 1688 du dossier.)
De janvier 2000 à juin 2001, le groupe France Télécom a ainsi représenté […]* % du total des
livraisons de modems ADSL d’Alcatel en France, le solde des livraisons se répartissant entre sept
fournisseurs d’accès à Internet (source Alcatel, réponse à la question 1 de la demande de
renseignements de la Commission du 31 mai 2002, p. 5023 du dossier).
[…]* (p. 2792 du dossier).
[…]* p. 5096 du dossier
[…]* p. 3109 du dossier[…]* p. 3214 du dossier
Décision n°02-D-40 du 25 juin 2002 relative à la saisine et à la demande de mesures conservatoires
présentées par la société Olitec, mentionnée au paragraphe 249 de la réponse de Wanadoo Interactive
du 23 octobre 2002 (p. 6300 du dossier).
FR
Conseil de la concurrence a fait remarquer que depuis la décision de l’ART de
novembre 2001, suivie d’une modification du contrat IP/ADSL de France Télécom en
mars 2002, les difficultés liées à la procédure d’homologation étaient désormais
contournables. Pour la période antérieure, le Conseil de la concurrence considère
qu’Olitec n’a pas été en mesure d’apporter des indices suffisamment probants pour
établir que les modalités de référencement des modems reflétaient des pratiques
discriminatoires. Sur ce point, la Commission observe que lors de sa décision, le
Conseil de la concurrence n’avait pas connaissance de l’existence des documents
évoqués au point 148, qui semblent indiquer que l’homologation des modems ne
répondait pas exclusivement à des paramètres techniques mais aussi à des critères
d’opportunité.
(150) Enfin, à l’automne 2001, France Télécom a proposé aux fournisseurs d’accès à
Internet une « offre de partenariat »169, valable à partir de décembre 2001, qui
comportait des risques sérieux de restriction de la concurrence. A cette époque,
l’amélioration relative des tarifs des services d’accès IP/ADSL et de collecte rendait
économiquement moins irréaliste la fourniture d’offres ADSL par les concurrents, et
plusieurs fournisseurs d’accès à Internet tentaient de mettre en place une politique de
commercialisation en grande distribution. Le principe de l’offre de partenariat
consistait, pour France Télécom, à commercialiser en association avec des
fournisseurs des accès ADSL sous forme packagée, à un tarif imposé : […]* FRF TTC
à payer dans le magasin, et […]* FRF TTC d’abonnement mensuel comportant […]*
FRF TTC par mois d’abonnement au fournisseur d’accès. Les fournisseurs d’accès à
Internet devaient ainsi bénéficier de l’image de marque de France Télécom, et de son
réseau de distribution. En contrepartie, les prix de détail étaient imposés, de même que
la rémunération à verser au point de vente, de […]* FRF par abonnement activé. Cette
opération avait sans doute pour but de décourager la fourniture par des opérateurs de
télécommunications concurrents de services analogues à Netissimo170, et donc de
restreindre, pour les fournisseurs d’accès, la possibilité de différenciation technique
par rapport à l’offre de Wanadoo Interactive. Elle avait aussi pour conséquence, en
encadrant les prix de détail et les commissionnements à verser aux distributeurs, de
priver les fournisseurs d’accès d’éléments importants de marge de manoeuvre dans
leur politique commerciale. Cette « offre de partenariat », bien qu’elle ne soit pas
imputable à Wanadoo Interactive mais à l’actionnaire majoritaire de Wanadoo,
témoigne d’un objectif de contrôle du développement du marché171, et d’une volonté
de dissuader les concurrents de différencier leurs offres par rapport à celles de
l’entreprise en cause.
(151) Sur ce dernier point, Wanadoo Interactive ne conteste pas l’existence de cette offre de
partenariat, et se borne à observer que cette offre de partenariat n’a pas été mise en
oeuvre172. La Commission relève que l’absence de mise en oeuvre de cette offre
provient d’une part de la réaction négative des entreprises auxquelles elle avait été
169
170
171
172
FR
pp. 1580 à 1590 du dossier.
[…]* (p. 3036 du dossier).
Dans son avis 02-35 du 9 janvier 2002 au Conseil de la concurrence sur la demande de la société TOnline France, au point 3.4., l’ART indique qu’avec cette offre de partenariat « France Télécom
encadrerait de manière très stricte d’une part la politique de prix des FAI (prix de vente au client final)
et d’autre part la politique commerciale de ces derniers en leur imposant le prix de rémunération du
réseau de distribution » (p. 1553 du dossier).
Paragraphe 250 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6300 du dossier).
FR
proposée, d’autre part de l’action du Conseil de la concurrence 173. En aucun cas
l’absence de mise en oeuvre de cette proposition ne relève d’un retrait unilatéral par
France Télécom de sa proposition commerciale.
H. PROCEDURE
1. Déroulement de la procédure
(152) Par courrier du 18 septembre 2001, la Commission a fait connaître à France Télécom
et à Wanadoo Interactive que les éléments rassemblés dans le cadre de l’enquête
sectorielle sur le dégroupage de la boucle locale, tant auprès de ces deux entreprises
que des entreprises concurrentes, justifiaient l’ouverture d’une instruction spécifique
sur les conditions de tarification des produits ADSL commercialisés par Wanadoo. La
Commission a complété ses informations au moyen de différentes demandes de
renseignements.
(153) Cette phase d’investigations a abouti à l’envoi à Wanadoo Interactive d’une
communication des griefs, en date du 19 décembre 2001. Wanadoo Interactive a fait
valoir ses observations sur cette communication des griefs dans une réponse du 4 mars
2002 et à l’occasion d’une audition orale le 18 mars 2002. Plusieurs entreprises
concurrentes, AOL France, Mangoosta (entreprise en liquidation judiciaire), Tiscali
France, Easynet et Noos, avaient obtenu la qualité de parties tierces intéressées et été
admises à participer à l’audition orale.
(154) Au cours d’une réunion tenue dans les locaux de la Commission le 19 mars 2002, des
représentants de le société France Télécom174, tout en contestant l’existence d’une
infraction, ont présenté un remède visant à mettre fin à la situation de non couverture
des coûts, sous forme d’une refonte importante des tarifs d’accès IP/ADSL et de
collecte de France Télécom175.
(155) Les 4 et 5 avril 2002, les fonctionnaires de la Commission ont effectué une visite dans
les locaux de l’entreprise, sur le fondement de l’article 14, paragraphe 2, du règlement
n° 17. A cette occasion, Wanadoo Interactive a présenté ses estimations de revenus et
de coûts des activités en cause pour 2001 et 2002. Les fonctionnaires de la
Commission ont pour leur part pris copie de nombreux documents de l’entreprise.
(156) Le 9 août 2002, la Commission a adressé à Wanadoo Interactive une communication
des griefs complémentaire. L’objet de celle-ci consistait à compléter sur un certain
nombre de points de fait et de droit l’analyse développée dans la communication des
griefs du 19 décembre 2001, en intégrant en particulier les éléments d’information
recueillis par la Commission depuis le début de l’année 2002 auprès de Wanadoo
173
174
175
FR
Dans sa décision n° 02-D-46 précitée, à l’article 4, le Conseil de la concurrence a interdit dans ces
termes la mise en oeuvre de l’offre de partenariat : « Il est enjoint à la société France Télécom de
suspendre toute offre multi-FAI destinée à être commercialisée dans la grande distribution et associant
la fourniture de son offre de service ADSL Netissimo à une offre de fourniture d’accès à Internet qui
présenterait les mêmes caractéristiques que celles détaillées à l’annexe 10 de la saisine [de T-Online] »
(p. 1569 du dossier).
Cette réunion eut lieu en la présence des avocats représentant Wanadoo Interactive.
Les propositions tarifaires de France Télécom au sujet des offres d’accès IP/ADSL et de collecte ont été
rendues publiques le 11 avril 2002 (pp. 2564 et ss. du dossier).
FR
Interactive et de ses principaux concurrents au moyen de demandes de
renseignements, ainsi que les enseignements que la Commission retirait de sa visite
des 4 et 5 avril 2002.
(157) Wanadoo Interactive a déposé ses observations sur cette communication des griefs
complémentaire dans une réponse du 23 octobre 2002, et n’a pas demandé la tenue
d’une audition orale.
(158) Le 16 janvier 2003, la Commission a adressé à Wanadoo Interactive une lettre
retraçant des éléments de fait (ci-après la « lettre factuelle ») non mentionnés dans les
communications des griefs et susceptibles d’être pris en compte dans le cadre d’une
décision. La majeure partie de ces éléments de fait consistaient en mises à jour de
tableaux transmis à l’entreprise en cause en accompagnement de la communication
des griefs complémentaire. La lettre indiquait explicitement que les éléments qu’elle
contenait n’étaient pas de nature à allonger la période couverte par l’infraction
présumée ni à modifier en aucune façon l’appréciation portée par la Commission sur le
degré de gravité de l’abus.
(159) Wanadoo Interactive a sollicité par lettre du 31 janvier 2003 adressée au conseillerauditeur, uneprolongation du délai de réponse, initialement fixé à quatre semaines. Le
conseiller-auditeur n’a pas fait droit aux raisons invoquées par l’entreprise à l’appui de
sa requête, mais a accordé à Wanadoo Interactive un délai supplémentaire de dix jours
ouvrables afin qu’elle puisse, en tant que de besoin, solliciter des services de la
Commission les éclaircissements éventuellement nécessaires sur la lettre en question.
Par courrier du 26 février 2003, les représentants de Wanadoo Interactive ont ainsi
demandé à la Commission de lui fournir quelques éclaircissements sur plusieurs
aspects de la lettre factuelle. La Commission a répondu par lettre du 28 février 2003.
Le 4 mars 2003, Wanadoo Interactive a répondu au fond à la lettre du 16 janvier.
2. Accès au dossier
(160) Tout au long de la procédure, Wanadoo Interactive a exercé à plusieurs reprises son
droit à l’accès au dossier : les 7 et 23 janvier 2002 après l’envoi de la première
communication des griefs, les 20 et 21 août 2002 après l’envoi de la communication
des griefs complémentaire, et les 23 et 27 janvier 2003 après l’envoi de la lettre
factuelle. Enfin, par courrier du 6 juin 2003 la Commission a fait parvenir à Wanadoo
Interactive les copies numérotées des pièces non couvertes par le secret d’affaires
intégrées dans le dossier depuis le mois de janvier précédent 176.
(161) Wanadoo Interactive a mis en cause dans plusieurs courriers 177 l’exhaustivité de
l’accès au dossier. Premièrement, Wanadoo Interactive a reproché à la Commission de
n’avoir pas fourni d’accès au dossier de l’enquête sectorielle sur le dégroupage de la
boucle locale, estimant pouvoir recueillir dans les contributions d’entreprises
concurrentes des éléments susceptibles de venir à l’appui de son argumentation.
176
177
FR
Cette transmission était accompagnée d’une liste exhaustive de l’ensemble des pièces figurant dans le
dossier de la Commission, mise à jour depuis janvier 2003. Wanadoo Interactive a presenté des
observations sur certaines des nouvelles pièces dans un courrier du 18 juin 2003.
Lettres des avocats de Wanadoo Interactive du 14 janvier 2002, du 22 janvier 2002, du 8 février 2002,
du 10 septembre 2002 et du 30 septembre 2002 (respectivement pp. 847, 871, 5546, 5854 et ss. du
dossier).
FR
Wanadoo Interactive a fait grief à la Commission d’avoir sélectionné certains
documents de l’enquête sectorielle et délaissé d’autres documents à dessein.
Deuxièmement, l’entreprise a contesté l’inaccessibilité des pièces fournies par certains
concurrents, et reproché à la Commission de ne pas avoir donné d’indications sur le
contenu de ces documents. Troisièmement, enfin, Wanadoo Interactive estime ne pas
avoir eu accès à l’intégralité du dossier d’instruction de la Commission, au motif que
certaines pièces ne seraient pas incluses dans la liste énumérative des documents qui
lui a été fournie.
(162) Sur la première question, il a lieu d’admettre que l’enquête de secteur a, en quelque
sorte, servi de catalyseur aux investigations à l’origine de l’ouverture d’une procédure
spécifique à l’encontre de Wanadoo Interactive, comme il est d’ailleurs dans la
vocation de toute enquête sectorielle. L’enquête sectorielle traitait cependant de la
problématique de l’accès local en général, et notamment des offres d’accès totalement
dégroupé ou partagé et d’offres d’accès indirect destinées à des opérateurs. Elle
couvrait donc un champ beaucoup plus vaste que les sujets qui ont fait l’objet des
investigations dans le cadre de la présente procédure. Dans l’intérêt d’une bonne
administration, deux dossiers distincts ont été constitués, certaines des pièces du
dossier de l’enquête sectorielle étant copiées et insérées dans le nouveau dossier
concernant Wanadoo Interactive. L’entreprise a reproché à la Commission une
approche discriminatoire dans la sélection des pièces alimentant le dossier Wanadoo
Interactive. Afin de mettre Wanadoo Interactive en mesure d’apprécier son objectivité
dans la sélection des pièces à insérer dans le nouveau dossier, la Commission a
transmis à Wanadoo Interactive le 18 février 2002 une liste exhaustive et numérotée
de l’intégralité des documents du dossier de l’enquête sectorielle en France. Wanadoo
Interactive n’a pas jugé utile de formuler des requêtes spécifiques pour obtenir un
accès à tel ou tel des documents dont la liste lui était ainsi communiquée. La
Commission observe en outre qu’elle a publié en mars 2002 un rapport sur la question
du dégroupage de la boucle locale comportant une annexe détaillée sur la France,
reprenant toutes les conclusions qui pouvaient être retirées de cette enquête178.
(163) Sur la question de l’accessibilité des pièces, la Commission estime devoir respecter un
juste équilibre entre l’exercice des droits de la défense et la protection des intérêts des
entreprises qui lui ont, à sa requête, confié des secrets d’affaires. La communication de
la Commission relative aux règles de procédure interne pour le traitement des
demandes d’accès au dossier dans les cas d’application des articles 85 et 86 du traité
CE, des articles 65 et 66 du traité CECA et du règlement (CEE) n°4064/89 du
Conseil179, et notamment son point II.D.2, définit pour la Commission une ligne de
conduite ayant pour objectif le respect de cet équilibre, s’agissant notamment des
affaires d’abus de position dominante. En effet, selon cette communication, dans les
cas d’abus de position dominante, les entreprises concurrentes sont particulièrement
exposées à des risques de mesures de rétorsion en raison des pressions commerciales
fortes que l’entreprise dominante peut exercer sur elles, ce qui exige des précautions
particulières. La Commission, d’une manière générale, a donc respecté la
178
179
FR
Le rapport en cause est consultable librement sur le site Internet de la Direction générale de la
concurrence (http://europa.eu.int/comm/competition/antitrust/others/sector_inquiries/local_loop/local_
loop_unbundling_inquiry.pdf). La publication de ce rapport et de ses annexes sur ce site a été annoncée
par la Commission à Wanadoo Interactive dans le courrier du 17 janvier 2002 (p. 858 du dossier).
JO C 23 du 23.1.1997, p. 3.
FR
confidentialité des informations transmises par les entreprises concurrentes
lorsqu’elles en faisaient la demande. Parallèlement, en donnant systématiquement
accès à Wanadoo Interactive au contenu des demandes de renseignements adressées
par la Commission à ces entreprises, tant dans le cadre de l’enquête sectorielle que
dans celui des investigations spécifiques à la présente affaire, elle a mis celle-ci en
mesure d’apprécier l’objet et le périmètre des indications fournies par les concurrents.
Lorsque les entreprises avaient ajouté dans leurs réponses des éléments allant au-delà
de l’objet des questions posées, une indication succincte de la nature de ces
commentaires a été portée sur la liste des pièces au dossier fournies à Wanadoo
Interactive. En outre, lorsque Wanadoo Interactive en a fait une demande motivée, la
Commission a obtenu des concurrents des versions non confidentielles des réponses et
transmis celles-ci à l’entreprise180.
(164) Sur la question des documents non numérotés et non inclus dans la liste énumérative,
la Commission observe qu’il s’agit de documents à caractère entièrement public, tels
que des articles de presse et des rapports publics d’institutions internationales. Aucun
de ces documents ne sert de preuve ou d’élément d’incrimination dans la présente
affaire. Ces documents sont librement accessibles au public. En outre, la Commission,
bien que s’abstenant de les numéroter, a donné accès à tous ces documents à Wanadoo
Interactive, dont les représentants légaux ont réalisé des copies intégrales tant en
janvier 2002 qu’en août 2002 et en janvier 2003.
(165) La Commission estime avoir suivi sur ces différents points une approche respectueuse
des intérêts légitimes des concurrents et permettant à Wanadoo Interactive d’exercer
pleinement ses droits à la défense. Elle s’est expliquée à plusieurs reprises à
l’entreprise au sujet de cette approche, tant à l’occasion d’entretiens qu’au moyen de
divers courriers181.
3. Contestation de Wanadoo Interactive au sujet de la lettre du 16 janvier 2003
(166) Wanadoo Interactive a soulevé ce qu’elle interprète comme une difficulté de
procédure, à savoir le sens et la portée de la lettre factuelle envoyée par la Commission
le 16 janvier 2003. Dans un courrier du 31 janvier 2003 adressé au conseiller-auditeur,
l’entreprise a contesté le principe même de la lettre factuelle, indiquant que la nature
de son contenu aurait exigé l’envoi d’une troisième communication des griefs pour un
juste exercice des droits de la défense.
(167) Le conseiller-auditeur, dans sa réponse du 18 février 2003, a fait observer que la lettre
des services de la Commission ne conduisait nullement à étendre le champ couvert par
les deux communications des griefs successives, ni à modifier dans un sens
défavorable à Wanadoo Interactive l’appréciation de la Commission, et que cette
assurance, fournie dans plusieurs passages du courrier en cause, se déduisait
suffisamment du contexte et de la nature des commentaires dans les paragraphes où
elle n’était pas explicite. Le conseiller-auditeur a ainsi estimé que, dans ces conditions,
180
181
FR
Lettres de la Commission aux avocats de Wanadoo Interactive des 11 et 15 octobre 2002 (pp. 5888 et
5893 du dossier).
Lettres des services de la Commission aux avocats de Wanadoo Interactive des 17 et 28 janvier 2002,
du 18 février 2002, du 20 septembre 2002, entretien du 23 janvier 2002, lettre du conseiller-auditeur
aux mêmes avocats du 4 mars 2002 et du 15 octobre 2002 (pp. 852, 870, 909, 927 bis, 5561 et 5897 du
dossier).
FR
il n’était pas nécessaire que la Commission adressât à Wanadoo Interactive une
nouvelle communication des griefs complémentaire.
II - APPRECIATION JURIDIQUE
A. ARTICLE 82 DU TRAITE
(168) Selon l’article 82 du traité, est incompatible avec le marché commun et interdit, dans
la mesure où le commerce entre Etats membres est susceptible d’en être affecté, le fait
pour une entreprise d’exploiter de façon abusive une position dominante sur le marché
commun ou dans une partie substantielle de celui-ci. Ces pratiques peuvent consister
notamment à imposer de façon directe ou indirecte des prix d’achat ou de vente non
équitables.
B. LE MARCHE EN CAUSE
1. Le marché de services
1. Introduction
(169) Dans la communication des griefs du 19 décembre 2001, la Commission s’est
proposée de retenir comme marché pertinent celui de l’accès à Internet à haut débit
pour la clientèle résidentielle. Sur ce marché, les fournisseurs d’accès à Internet
proposent à une clientèle pour l’essentiel composée de ménages des accès à Internet
pour poste unique, avec des débits de l’ordre de 512 kbit/s en sens descendant 182 et de
128 kbit/s en sens ascendant pendant la période visée par la présente décision. Ces
services sont tarifés de manière forfaitaire. Ils sont assortis d’une possibilité
d’utilisation illimitée et de la faculté d’utiliser simultanément la ligne téléphonique
pour effectuer des appels et en recevoir. A ces services d’accès à Internet sont associés
un hébergement possible de site web et la fourniture de facilités de courrier
électronique, notamment un certain nombre d’adresses de courrier électronique. Les
offres commerciales comportent des fonctionnalités très comparables. Elles présentent
des caractéristiques de prix homogènes. La documentation commerciale des
prestataires est basée sur deux messages principaux, la rapidité de téléchargement et le
confort que représente l’utilisation simultanée du téléphone et d’Internet.
(170) Dans le périmètre de cette définition de marché sont incluses tant les offres reposant
techniquement sur la solution ADSL que les offres reposant sur la technologie du
câble modem. Bien que le potentiel de pénétration géographique de ces deux
technologies soit très différent, l’ADSL apparaissant comme beaucoup plus
prometteur, et bien que les performances techniques ne soient pas parfaitement
semblables, en raison de risques de congestion plus grands sur les réseaux câblés, il est
apparu que, du côté de la demande, la substituabilité entre ces différents types d’offres
182
FR
L’offre de débit descendant de 768 kbit/s lancée par Freesurf le 23 octobre 2001 est restée jusqu’à
l’automne 2002 la seule qui s’écartait d’un ensemble d’offres jusqu’à présent relativement peu
différenciées. A partir de l’automne 2002, à l’issue de la période concernée par la présente décision, des
offres de débit plus variées ont été lancées sur le marché.
FR
était suffisante pour justifier en l’espèce leur inclusion dans le périmètre du même
marché de services. Il convient cependant de souligner que les offres des câbloopérateurs ont toujours présenté depuis le début de l’année 2001 un potentiel de
croissance très inférieur à celui des offres reposant sur la technologie ADSL. Au 1er
janvier 2001, les réseaux câblés de télévision desservaient environ huit millions de
ménages français, alors que la technologie ADSL déployée sur le réseau téléphonique
fixe permettait à cette époque de couvrir environ onze millions de lignes
téléphoniques. En outre, sur les 8,4 millions de prises câblées commercialisables,
seulement la moitié avaient fait l’objet des adaptations nécessaires pour pouvoir
supporter un trafic Internet à haut débit. Enfin les câblo-opérateurs opèrent dans le
cadre de franchises communales ou locales et n’ont qu’une présence fragmentée sur le
territoire national, alors que les prestataires utilisant la technologie ADSL ne sont
soumis qu’aux contraintes de déploiement de la technologie ADSL par France
Télécom. La capacité de pénétration des prestataires était donc dès la fin de l’année
2000 a priori supérieure avec l’ADSL.
(171) La Commission a également jugé que l’accès à Internet à haut débit pour la clientèle
résidentielle se distingue de l’accès à Internet à haut débit pour la clientèle
professionnelle. Les différences sont au moins au nombre de trois: des gammes de prix
bien différenciées ; des fonctionnalités généralement sensiblement supérieures pour la
clientèle professionnelle ; une gamme de choix techniques plus étendue pour l’accès.
Les prix se situent tout d’abord à des niveaux couramment trois à cinq fois plus élevés
que ceux proposés à la clientèle résidentielle. Cette tarification à des niveaux plus
élevés reflète évidemment des fonctionnalités plus riches. Les produits destinés à la
clientèle professionnelle offrent des débits en sens descendant au moins deux fois plus
élevés que ceux précédemment décrits pour la clientèle résidentielle, des capacités
d’hébergement de pages web supérieures, ainsi qu’une possibilité d’utilisation
multipostes permettant une exploitation en réseau. Ils font parfois l’objet d’une
adaptation sur mesure de leurs caractéristiques techniques et tarifaires, impossible
pour le marché de masse. Techniquement, enfin, l’accès à Internet à haut débit pour la
clientèle professionnelle peut être réalisé par des solutions plus variées que pour la
clientèle résidentielle. Le recours à des lignes louées, à la boucle locale radio ou à la
transmission par satellite, actuellement inenvisageables pour la clientèle résidentielle
compte tenu des budgets qu’il suppose, peut être envisagé pour une clientèle
professionnelle.
(172) L’inclusion dans le marché de services des offres des câblo-opérateurs et l’exclusion
de ce même marché des offres destinées à une clientèle de professionnels n’ont pas été
contestées par Wanadoo Interactive.
(173) En revanche, Wanadoo Interactive a contesté la distinction faite par la Commission
entre l’accès à Internet à haut débit et l’accès à Internet à bas débit. Wanadoo
Interactive identifie ainsi seulement un marché de l’accès à Internet dans son
ensemble. Selon elle, l’accès à Internet croîtrait de façon régulière, une proportion
grandissante de consommateurs étant cependant attirée, dans les années 2000 à 2010,
par les offres d’accès à Internet à haut débit, au détriment des offres d’accès à Internet
à bas débit. Le haut débit et le bas débit constitueraient ainsi simplement deux
segments d’un même marché. Au terme du processus de migration, le segment du bas
débit n’aurait plus qu’une importance résiduelle. On assisterait ainsi à une simple
montée en gamme progressive avec une tendance au remplacement de la version
ancienne du service (bas débit) par la version nouvelle (haut débit), qui serait une
FR
FR
tendance lourde du marché 183. L’argumentation de Wanadoo Interactive se fonde sur
le fait que, faute de maturité des contenus spécifiques au haut débit, les utilisations du
haut débit permises en 2001 et en 2002 auraient en fait été similaires à celle du bas
débit. Wanadoo Interactive souligne en particulier la similitude, à ses yeux, entre les
offres forfaitaires d’accès à bas débit au-delà de 20 heures qui se rapprocheraient des
forfaits illimités, lesquels seraient proposés par « de nombreux fournisseurs »
concurrents, mais dont elle ne cite que deux exemples ayant trait à AOL184. En réalité,
ce ne serait pas le débit que rechercheraient les adeptes du haut débit, mais bien plutôt
le caractère forfaitaire et illimité des offres commerciales correspondantes. Pour les
raisons exposées aux points 174 à 202, la Commission considère que le marché
pertinent de services se limite en l’espèce au seul accès à Internet à haut débit à
l’exclusion du marché du bas débit.
2. Différences d’usages
(174) Wanadoo Interactive conteste qu’il puisse exister une distinction entre « haut débit » et
bas débit au motif que les usages ne sont pas radicalement différents, et que les
utilisateurs utilisent majoritairement le même type d’applications et de fonctionnalités
de l’accès à Internet quel que soit le mode d’accès.
(175) Indéniablement, il existe entre l’accès à Internet à haut débit et l’accès à Internet à bas
débit un même socle d’usages communs : courrier électronique ; recherche
d’informations, navigation, « chat », téléchargement de fichiers, etc. Il importe
cependant de souligner qu’une partie des usages du haut débit n’est possible avec le
bas débit que dans des conditions de qualité et de confort extrêmement dissuasifs,
tandis que certaines applications disponibles avec le haut débit sont simplement
inenvisageables avec le bas débit. Par exemple les téléchargements de fichiers très
volumineux de type vidéo ou les jeux interactifs en réseau sont très difficilement
praticables, voire impraticables, avec un accès à Internet à bas débit. Wanadoo
Interactive reconnaît d’ailleurs dans sa réponse du 4 mars 2002 à la communication
des griefs qu’il existe bien « […]* % d’activités audiovisuelles / multimédia plus
spécifiques à l’ADSL185 ». Le président directeur général de Wanadoo a confirmé à
l’automne 2002 que pour les jeux en réseau un débit de 128 kbit/s est insuffisant, et
que donc ces applications n’étaient possibles qu’avec des débits plus élevés186. On
peut relever que le fait que certaines applications sont impraticables avec un accès à
Internet à bas débit est un élément pris en compte par d’autres autorités de concurrence
et de régulation187 pour identifier deux marchés distincts188.
183
184
185
186
187
188
FR
pp. 22 et ss. de la réponse du 4 mars 2002 (p. 1727 et ss. du dossier).
p. 20 de la réponse du 4 mars 2002 (p. 1725 du dossier).
p. 18 de la réponse du 4 mars 2002 (p. 1723 du dossier).
Dépêche de Reuters du 11 octobre 2002 à 11 :23, « Wanadoo lance une offre ADSL à 30 euros par
mois »
Voir à cet égard, par exemple : Federal Communications Commission, Applications for consent to the
transfer of control and licences and section 214 authorizations by Time Warner Inc. and America
Online Inc., Transferors, to AOL Time Warner Inc., transferee, CS Docket N°00-30, FCC, 11.01.2001,
points 69 et 71 notamment.
Cette opinion est également soutenue dans le monde académique. Voir Jerry A. Hausman, J. Gregory
Sidak and Hal J. singer, Cable Modems and DSL : Broadband Internet access for residential
Customers, 91 Am. Econ. Ass’n papers and Proc (2001) ; Robert W. Crandall, J. Gregory Sidak, Hal J.
Singer, The Empirical case against asymmetric regulation of broadband Internet access, Mars 2002.
FR
(176) Le confort d’utilisation que procure l’accès à Internet à haut débit explique que les
abonnés présentent en fait des profils d’usages bien singularisés. Les utilisateurs du
haut débit en France seraient près de 58 % à utiliser des applications audio-vidéo,
contre moins de 25 % pour l’ensemble de la population d’internautes ; ils seraient plus
de 45 % à utiliser Internet pour le transfert de fichiers, contre moins de 21 % pour
l’ensemble des internautes189. Wanadoo Interactive évaluait pour sa part en octobre
2001 à […]* % la proportion des abonnés à eXtense effectuant des téléchargements de
fichiers audio. D’une manière générale, les internautes disposant d’un accès à Internet
à haut débit sont généralement assimilés à des gros consommateurs190.
(177) L’abonné au haut débit est connecté beaucoup plus souvent que l’utilisateur d’Internet
à bas débit. Un des avantages des offres haut débit réside dans l’élimination du temps
de connexion, dont l’établissement peut nécessiter 45 secondes pour un accès bas
débit. Cette caractéristique favorise les consultations isolées et fréquentes d’Internet,
par exemple pour la recherche d’une information particulière. Ainsi, d’après Wanadoo
Interactive, […]* % des utilisateurs de l’ADSL utilisent Internet plusieurs fois par
jour, contre […]* % pour l’ensemble de ses clients toutes catégories confondues 191.
(178) En outre et surtout, l’abonné au haut débit est connecté en moyenne beaucoup plus
longtemps que l’utilisateur du bas débit. Les données provenant de Wanadoo
Interactive confirment que la durée d’utilisation et la fréquence d’utilisation d’Internet
croissent de façon considérable lors de la migration du bas vers le haut débit. D’après
un document interne de l’entreprise daté d’octobre 2001, la durée mensuelle
d’utilisation effective déclarée passe ainsi de […]* heures à […]* heures 192, tandis que
[…]*% utilisent Internet plusieurs fois par jour au lieu de […]* % lorsqu’ils n’avaient
pas encore souscrit l’offre eXtense. Un autre document daté du 13 juillet 2001193
montre qu’en avril 2001 les abonnés ADSL de Wanadoo Interactive consommaient en
moyenne [150-250]* heures par mois, contre une moyenne de [0-100]* heures pour
les clients abonnés au forfait bas débit « Intégrales 100 heures ».
(179) Selon Wanadoo Interactive, les abonnés au haut débit ne recherchent pas la vitesse ou
le confort d’utilisation, mais plutôt des offres à caractère illimité. L’entreprise en veut
pour preuve la citation fréquente du caractère illimité de l’offre comme motivation de
choix du haut débit par les utilisateurs194. En réalité, cette caractéristique renvoie
simplement au fait que jusqu’en août 2002, les conditions n’étaient pas vraiment
réunies pour le développement d’offres de bas débit illimitées dans des conditions de
coût acceptables et à des niveaux de prix attrayants pour le client final, ce qui incitait
les utilisateurs du bas débit attirés par le caractère illimité à se reporter vers les offres
de haut débit 195.
189
190
191
192
193
194
195
FR
Ces chiffres sont extraits d’une étude de NetValue d’octobre 2001 citée dans le Journal du Net.
Propos du président directeur général de Wanadoo Interactive recueillis le 20 août 2001 par le Journal
du Net.
[…]*. Document recueilli pendant l’inspection.
[…]* étude réalisée par […]* (p. 4147 du dossier).
P. 4586 du dossier.
Paragraphe 37 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6255 du dossier).
AOL avait lancé une offre forfaitaire illimitée de bas débit en 2000, mais dut en doubler les tarifs en
juillet 2001 en raison du niveau des coûts. C’est seulement à partir d’août 2002, grâce à une évolution
des tarifs d’interconnexion, que Tiscali et AOL ont pu introduire des offres de bas débit illimité
commercialement plus intéressantes et économiquement plus rentables. L’offre de bas débit de
FR
(180) Enfin, le profil particulier des utilisateurs du haut débit se mesure par la bande
passante consommée par ce type de service. Les concurrents de Wanadoo Interactive
sur le créneau de l’ADSL soulignent ainsi que les débits réels observés pour les
abonnés étaient au début de l’année 2002 en moyenne supérieurs à 20 kbit/s par
abonné raccordé, contre 1 kbit/s environ en moyenne pour les utilisateurs du bas
débit 196. Il existe ainsi un rapport de 1 à 15 au moins entre la bande passante
consommée par utilisateur du haut débit et un internaute adepte du bas débit. Cet écart
témoigne de la réalité d’utilisations très différenciées, beaucoup plus lourdes dans le
cas du haut débit.
3. Spécificités techniques et performances
(181) Une particularité technique importante de l’accès à Internet à haut débit réside dans la
spécificité des modems utilisés. Un modem d’accès à Internet à haut débit ne peut être
utilisé pour le bas débit, et réciproquement.
(182) Dans sa réponse du 4 mars 2002, Wanadoo Interactive a estimé qu’une définition de
marché ne pouvait reposer sur des différences de performances entre des produits, dès
lors que les usages sont relativement convergents et similaires. Au contraire, ces
différences de performances seraient simplement symptomatiques d’un processus de
montée en gamme dans un marché en constante évolution. Des produits de
performances supérieures viendraient progressivement remplacer des générations
antérieures de produits présentant des caractéristiques inférieures. Pour étayer son
appréciation, Wanadoo Interactive a identifié dans le secteur de l’accès à Internet une
analogie avec celui des ordinateurs personnels et celui des serveurs. Wanadoo
Interactive s’est ainsi référée à trois décisions de la Commission dans des cas de
contrôle de concentration concernant ce secteur des équipements bureautiques et
informatiques197. Selon Wanadoo Interactive, dans ces différentes décisions, la
Commission aurait choisi de ne pas distinguer différents marchés pour des produits
présentant des caractéristiques d’une technologie évolutive198.
(183) A supposer que l’analogie avec le secteur des équipements informatiques soit
pertinente, il convient tout d’abord de souligner qu’en réalité, dans les décisions
évoquées par l’entreprise, la Commission n’avait pas conclu sur les définitions de
196
197
198
FR
Wanadoo Interactive baptisée « Intégrale 100 heures » n’est pas à proprement parler une offre illimitée,
puisqu’elle prévoit une durée maximale de consommation inférieure à la durée moyenne d’utilisation
des consommateurs de haut débit. Elle n’a d’ailleurs trouvé qu’un écho assez limité, avec […]* abonnés
au 31 mars 2002, soit […]* moins que le parc ADSL de Wanadoo Interactive à cette époque. Cette
offre a d’ailleurs été remplacée fin 2002 dans le catalogue par les « Intégrales 60 heures ». A l’annexe
20 de sa réponse en réponse du 23 octobre 2002, Wanadoo Interactive a fourni […]* à en croire la
pièce jointe 27 à la réponse du 23 octobre 2002 citant les propos suivants émanant de la présidente de
Club Internet : « Les forfaits illimités n’ont de sens qu’en haut débit, et ce pour deux raisons : c’est
dans ce type d’utilisation intensive d’Internet que le confort et la rapidité du haut débit se justifient
pleinement, et, en outre, seul celui-ci permet de libérer sa ligne téléphonique, ce qui est crucial si on
veut pouvoir continuer à téléphoner. »
Déclaration du représentant de la société Easynet France lors de l’audition orale du 18 mars 2002.
Décision du 26 mai 1997 dans l’affaire IV/M.920, Samsung / AST (JO C 203 du 3.7.1997, p. 3);
décision du 30 septembre 1999 dans l’affaire IV/JV.22, Fujitsu / Siemens (JO C 318 du 5.11.1999, p.
15), décision du 31 janvier 2002 dans l’affaire IV/M.2609, HP/Compaq (JO C 39 du 13.2.2002, p. 23).
Réponse du 4 mars 2002, paragraphes 80 à 84.
FR
marché. L’extrait cité par Wanadoo Interactive de la décision Fujitsu/Siemens199 n’est
en réalité que le reflet de l’opinion d’un certain nombre de parties tierces lors des
investigations, la Commission rappelant immédiatement après dans le texte de la
décision qu’en tout état de cause il n’était pas nécessaire de conclure sur cette question
aux fins du cas d’espèce. De même, la décision HP/Compaq reconnaît qu’il convient
de distinguer trois marchés distincts de serveurs sur la base de fonctionnalités bien
différenciées, approximativement lisibles dans les prix des différentes catégories de
serveurs200. On peut aussi remarquer que dans un tout autre secteur, celui des
véhicules particuliers, la Commission, tout en laissant également ouverte la définition
du marché, a reconnu qu’il était possible d’identifier plusieurs marchés distincts en
fonction de critères objectifs tels que la taille et la puissance du moteur201, alors même
que la finalité ultime de la détention d’un véhicule, à savoir parcourir des distances sur
un réseau routier, est toujours identique. Ainsi, des différences techniques de
performance, sans être nécessairement le fondement unique de la définition de marché,
peuvent concourir à celle-ci202. Il est donc utile d’examiner plus en détail les
différences de performances entre l’accès à Internet à bas débit et l’accès à Internet à
haut débit.
(184) Il n’existe pas de définition technique absolue de la frontière entre les ‘bas débits’ et
les ‘hauts débits’. Toutefois, un consensus se dessine autour de l’idée que constituent
du ‘haut débit’ les services permettant des débits sensiblement supérieurs à ceux
autorisés par la technologie RNIS (alias ISDN203). L’Organisaion de Coopération et de
Développement Economiques (OCDE) considère comme service à haut débit tout
service d’accès permettant un débit en sens descendant supérieur à 256 kbit/s 204. La
Federal Communications Commission (FCC) délimite le haut débit à partir de débits
en sens descendant supérieurs à 200 kbit/s, c’est-à-dire clairement supérieurs aux
débits permis par la technologie “primary ISDN” ou RNIS. Le régulateur britannique
Oftel fait pour sa part commencer au-dessus de 128 kbit/s le domaine du ‘haut
débit’205. Dans le cas du marché français qui nous intéresse ici, on doit observer que
sur la période étudiée, de janvier 2001 à octobre 2002, toutes les offres prévoyaient
des débits en sens descendant de l’ordre de 512 kbit/s, c’est-à-dire environ quatre fois
supérieurs à ceux qu’autorise la technologie RNIS sur des réseaux à bas débit. Les
offres sur le marché français se situent donc très significativement au-dessus de la
frontière évoquée tant par l’OCDE que par la FCC.
199
200
201
202
203
204
205
FR
Cette citation employée par Wanadoo Interactive (paragraphe 82 du mémoire du 4 mars 2002) est :
« une distinction entre les différentes catégories d’ordinateurs personnels n’est pas justifiée » (p. 1729
du dossier).
Décision HP/Compaq précitée, paragraphes 20 à 22.
Décision du 12 mai 1999 dans l’affaire IV/M.1519, Renault/Nissan (JO C 178 du 23.6.1999, p. 14),
paragraphes. 19 et 20.
Applications for consent to the transfer of control and licences and section 214 authorizations by Time
Warner Inc. and America Online Inc., Transferors, to AOL Time Warner Inc., transferee, CS Docket
N°00-30, 11.01.2001, point 63.
Integrated systems digital networks. Cette technologie autorise des débits allant jusqu’à 128 kbit/s,
sensiblement inférieurs à ceux atteignables au moyen de la technologie ADSL. L’accès à Internet par ce
mode est généralement tarifé à la minute d’utilisation, contrairement aux offres de haut débit.
Rapport de l’OCDE daté du 29 octobre 2001 intitulé The development of broadband access in OECD
countries, p. 6.
Office of Telecommunications, Direction to resolve a dispute between BT, Energis and Thus
concerning xDSL interconnection at the ATM switch, 21.06.2002, paragraphe. E 12.
FR
(185) Dans le cas de l’internet à haut débit, les offres commerciales des opérateurs français
pendant la période couverte par l’infraction faisaient état de débits descendants
couramment égaux ou supérieurs à 512 kbit/s. Pour l’internet classique, le débit
descendant sur une ligne analogique est de 56 kbit/s. La technologie RNIS permet
certes de faire monter le débit du trafic sur la ligne téléphonique à 128 kbit/s. Mais
outre qu’elle offre des potentialités inférieures à celles requises pour la définition
généralement acceptée du haut débit évoquée au point 184, la technologie RNIS
représenterait en France à peine 0,3 % de l’accès à Internet domestique206. Elle a joué
un rôle tout à fait marginal pendant la période considérée. Il n’existe pas d’offre
d’accès à Internet par RNIS à caractère illimité. Wanadoo Interactive insiste sur le
lancement des offres ADSL à 128 kbit/s en sens descendant à l’automne 2002, qui
témoigneraient de la continuité entre le bas et le haut débit. Ces offres sont apparues à
la fin de l’année 2002, à l’issue de la période visée par la présente décision. Il n’y a
pas lieu pour la Commission de se prononcer sur leur appartenance au marché du haut
ou du bas débit. La Commission ne dispose pas d’indications permettant d’évaluer leur
degré de substituabilité avec les offres de débit à 512 kbit/s. Militeraient cependant en
première analyse contre leur appartenance au marché de l’accès à Internet à haut débit
leurs performances techniques et une vitesse quatre fois inférieures à celles des offres
à 512 kbit/s ainsi qu’une gamme de prix nettement plus proche des offres de bas débit
illimité207.
(186) Dans l’immense majorité des cas, on peut dire qu’au cours de la période visée par la
présente décision, l’accès à Internet à haut débit a offert une promesse de débit à la
seconde pratiquement dix fois plus importante que l’accès à Internet à bas débit. Tel
est d’ailleurs le message commercial sur lesquels les fournisseurs ont mis l’accent
constamment pendant la période examinée. Dans le cadre de la définition d’un marché,
un tel rapport de performances de 1 à 10 est constitutif d’une différence très
significative.
(187) Les différences de performances entre les deux catégories de produits sont
parfaitement identifiées par les consommateurs. Selon les services marketing de
Wanadoo Interactive, l’ADSL est choisi par les internautes au premier chef pour
208
[…]*
[…]*209. En outre, toujours selon la documentation interne de Wanadoo
Interactive, « l’ADSL est préféré à l’illimité pour[…]*»210 On ne peut ainsi prétendre
que les différences de performances sont tenues pour marginales par les utilisateurs.
Au demeurant, l’analyse des écarts de prix entre les offres de bas débit et de haut débit
montre que le consommateur est prêt à accepter un différentiel de prix en contrepartie
du supplément de performance et de confort.
206
207
208
209
210
FR
Source : The Development of Broadband Access Platforms in Europe, BDRC Ltd, Août 2001, p. 79.
Il n’est pas à exclure que ces nouvelles offres ADSL de faible débit constituent des exemples d’offres
de bas débit illimité déguisées, portées par l’habillage plus attrayant d’une technologie nouvelle, et
offrant l’avantage de la disponibilité de la ligne téléphonique. Un des objectifs de ces offres serait de
développer des offres illimitées n’offrant pas les performances du haut débit, mais permettant aux
fournisseurs d’accès d’éviter de supporter les contributions au financement du service universel fondées
jusqu’en 2003 sur la mesure du trafic de bas débit, pénalisantes pour leur équilibre économique. Dans
sa publication « Internet, un bilan du marché » du 18 mars 2003, l’ART évoque, pour caractériser ce
type d’offre, une notion de « moyen débit ».
[…]* p. 3104 du dossier […]* p. 3121 du dossier […]* pp. 3143 et ss. du dossier […]* pp. 4074 et ss.
du dossier[…]* pp. 4136 et ss. du dossier.
[…]* p. 3222 du dossier
[…]* p. 2083 du dossier
FR
4. Différences de prix des services et différences de revenu par abonné
(188) En contrepartie de la rapidité et du confort de service qu’il offre, l’accès à Internet à
haut débit implique un mode de tarification différent de celui de l’accès classique. Il
est difficile de dresser une comparaison stricte entre les gammes tarifaires de l’accès à
Internet classique et de l’accès à Internet à haut débit, en raison de la richesse des
choix proposés par les différents prestataires, et de l’importance des offres sans
abonnement et des tarifications à la minute. Plusieurs exercices de comparaison
permettent néanmoins de cerner approximativement les écarts de prix entre le haut et
le bas débit pendant la période visée par la présente décision.
(189) En premier lieu, la comparaison entre le revenu moyen mensuel procuré à Wanadoo
Interactive par l’ensemble de ses abonnés, d’une part, et le revenu moyen mensuel
moyen de ses abonnés ADSL, d’autre part, permet d’établir une approximation par
défaut de la différence entre le prix moyen d’un accès à Internet à bas débit et le prix
moyen d’un abonnement à Internet à haut débit. Au premier semestre 2001, le revenu
mensuel par internaute client de Wanadoo Interactive s’établissait en moyenne (y
compris les abonnements ADSL) à […]* euros211, alors qu’à cette date on peut estimer
que le revenu moyen mensuel des abonnés ADSL de ce fournisseur d’accès, en
pondérant les deux services en cause, s’établissait à […]* euros par mois et par
abonné, soit à un niveau […]* fois supérieur à la moyenne agrégée.
(190) Une seconde méthode de comparaison de prix est possible, en s’appuyant sur la
suggestion faite par Wanadoo Interactive, dans sa réponse du 4 mars 2002 à la
communication des griefs, que les termes de comparaison pertinents avec l’accès à
Internet à haut débit sont plutôt les offres forfaitaires et illimitées d’accès à Internet à
bas débit. Les offres forfaitaires illimitées à proprement parler, mis à part l’expérience
initiée par AOL en 2000 et 2001, ne se sont développées en France qu’à partir d’août
2002. Les offres forfaitaires de vingt heures, trente heures ou quarante heures
existaient en revanche dès 2001. Quand on compare, pour chaque fournisseur, le tarif
de son offre d’accès à Internet à haut débit au tarif de son offre forfaitaire ou illimitée
d’accès à Internet à bas débit la plus onéreuse de sa gamme, on observe que le rapport
n’est jamais inférieur à 1,8 et que dans la grande majorité des cas il est sensiblement
supérieur à 2212. On peut ainsi dire que, en général, sur la période de janvier 2001 à
octobre 2002, les offres d’accès à Internet à haut débit résidentiel ont été environ deux
fois plus onéreuses que les offres d’accès à bas débit 213 qui s’en rapprochent le plus au
sein de la gamme des services d’accès à bas débit, sans même évoquer le cas des
offres d’accès à bas débit meilleur marché.
(191) Wanadoo Interactive explique dans sa réponse que les prix actuels des offres d’accès à
Internet à haut débit sont trop élevés et nuisent à la diffusion de ce mode d’accès 214 et
en déduit que les prix devraient baisser dans un avenir rapproché. Cette hypothèse de
réduction d’un écart de prix dans le futur ne saurait être retenue aux fins de
l’évaluation du périmètre du marché pertinent en 2001 et 2002.
211
212
213
214
FR
Communiqué de presse de Wanadoo du 26 juillet 2001.
Voir l’annexe 24.
Les écarts présentés à l’annexe 24 sous-estiment l’écart moyen de prix, car ils reposent sur le calcul
d’une moyenne arithmétique. Un calcul d’écart sur la base d’une moyenne pondérée par l’importance
du parc de chaque prestataire aurait conduit à des résultats plus élevés.
Réponse du 4 mars 2002, p. 22, paragraphes 68 à 72 (p. 1726 du dossier).
FR
(192) Un rapport de prix et de revenu de un à deux au moins entre deux services ne saurait
être tenu pour minime. Il peut servir comme élément de délimitation de deux marchés
distincts.
5. Appréciation du degré de substituabilité
(193) Le bas débit et le haut débit présentent, sans nul doute, un certain degré de
substituabilité. En effet, d’après les analyses de marché effectuées par les services
marketing de Wanadoo Interactive, une variation des tarifs des offres dites
« illimitées » ou Intégrales (forfaits de 20, 30, 40, 50, 60 ou 100 heures par mois) est
susceptible de provoquer un infléchissement de la trajectoire de croissance des offres à
haut débit. Plusieurs documents recueillis auprès de Wanadoo Interactive attestent que,
par exemple, une tarification de l’abonnement au Pack eXtense de l’ordre de […]*
FRF par mois aurait nui au développement de ce service, au bénéfice des offres dites
intégrales215. Wanadoo Interactive insiste dans son argumentation sur le risque de
« cannibalisation » entre les offres forfaitaires ou illimitées d’une part, et les offres
ADSL d’autre part, dans le recrutement des nouveaux abonnés. La Commission estime
que l’argumentation développée par l’entreprise n’a pas d’autre effet que de montrer
qu’il existe une probabilité forte de migration des abonnés à des offres à bas débit vers
des offres d’accès à Internet à haut débit, qu’elle n’a elle-même jamais mise en doute.
(194) Or, cette observation sur les migrations probables du bas vers le haut débit ne permet
pas en soi de conclure à l’existence d’une substituabilité suffisamment significative
entre les services en cause. S’il existe une certaine forme de substituabilité, celle-ci
fonctionne de manière profondément asymétrique, compte tenu de la valeur accordée
par les utilisateurs aux caractéristiques intrinsèques du haut débit216.
(195) A cet égard et ainsi que le montre le tableau 7, les données recueillies auprès de
Wanadoo Interactive indiquent que les migrations de clients d’offres « haut débit »
vers des offres « bas débit » sont […]* par rapport aux migrations d’offres dites
intégrales vers le «haut débit »217. Les taux de migration comparés sont très
dissemblables. Or, si les produits étaient parfaitement substituables du point de vue de
la demande, les taux de migration devraient être sinon identiques, du moins d’ordres
de grandeur comparables.
Tableau 7 : migrations d’abonnés de Wanadoo entre les offres illimitées et l’ADSL
Taux de migration « intégrales » è « haut débit »
215
216
217
FR
Décembre
2001
Février
2002
[…]* %
[…]*%
On doit remarquer que l’offre « Intégrale 100 h » de Wanadoo Interactive qui, tarifée à 9 euros par mois
en dessous du Pack eXtense, est l’offre qui en termes d’accès illimité et de prix se rapproche le plus des
offres d’accès à haut débit dans la gamme de Wanadoo, ne comptait au 31 mars 2002 que […]* abonnés
(soit […]* fois moins que les offres ADSL) et se développait à un rythme plus de […]* inférieur à celui
des offres ADSL (pp. 2577 à 2579 du dossier).
Pour le marché britannique, cette idée de substituabilité asymétrique a été avancée par l’Office of
Telecommunications dans sa Direction to resolve a dispute between BT, Energis and Thus concerning
xDSL interconnection at the ATM switch, précitée, paragraphe E 16.
Données extraites des […]* (pp. 4132 et ss. et 4240 et ss. du dossier).
FR
%
Taux de migration « haut débit » è « intégrales »
Ratio entre les taux de migration è « haut débit » et è
« intégrales »
[…]* %
[…]* %
[…]*
[…]*
(196) Ces données tendent à montrer que la propension des abonnés « intégrales » à migrer
vers les offres « haut débit » est en moyenne […]* fois supérieure à celle des abonnés
« haut débit » à migrer vers des offres de type « intégrales ». De toute évidence, s’il
avait existé une substituabilité symétrique forte entre ces services, les écarts de taux de
migration n’auraient pas été aussi disproportionnés.
(197) La faiblesse des flux migratoires des abonnés à l’ADSL en direction des offres
« intégrales » est d’autant plus révélatrice que, sur la période visée par la présente
décision, le prix horaire du catalogue de ces offres forfaitaires a été généralement
orienté à la baisse 218, alors que les prix des services eXtense et Wanadoo ADSL
demeuraient stables. Si les produits avaient effectivement été interchangeables aux
yeux des abonnés de Wanadoo, une telle modification des prix relatifs aurait dû se
traduire par des mouvements de migration au bénéfice des offres forfaitaires de bas
débit 219. Or, tel n’a pas été le cas, les offres ADSL de Wanadoo poursuivant leur
croissance dynamique et n’enregistrant que des mouvements migratoires limités220.
(198) De façon générale, les mouvements de migration sortants d’abonnés à Wanadoo de
l’ADSL vers d’autres offres du même fournisseur sont extrêmement faibles : on peut
les estimer en moyenne à […]* % du parc par mois pour le service eXtense entre août
2001 et juin 2002 et à […]* % du parc par mois pour le service Wanadoo ADSL entre
218
219
220
FR
Entre septembre 2001 et mars 2003, le prix horaire (hors option fidélité qui génère un rabais de 20%) de
l’offre « intégrales » 10 heures a baissé de 1,04 à 1 euro (- 4 %). Le prix de l’offre d’entrée (3 heures fin
2001 puis cinq heures début 2003) a baissé de 1,93 euro à 1,6 euro (- 17%). Les prix de l’offre de 20
heures par mois sont restés stables. L’offre forfaitaire de 30 heures à 0,75 euro de l’heure a été
remplacée par des forfaits de 40 heures et 60 heures à 0,5 euro et 0,42 euro de l’heure (respectivement
en baisse de 34 % et 45 % par rapport à l’offre antérieure de 30 heures).
Le phénomène d’évolution différenciée des prix des offres de bas débit et de haut débit n’est pas
spécifique à la France. Ainsi, entre 2001 et 2002, les prix de l’ADSL en Europe ont en moyenne
diminué de 11,4 % alors que, dans le même temps, les prix de 40 heures de consommation sur le bas
débit baissaient de plus de 33 % (Teligen Total Research, Report on Internet access costs via a
standard telephone line, ADSL and Cable modem, July 2002, p. 60). Pourtant, dans toute l’Europe, les
offres d’accès à haut débit ont poursuivi leur croissance à un rythme bien supérieur aux offres de bas
débit. Aux Etats-Unis, des analyses économétriques montrent que le prix incrémental de l’accès à
Internet à bas débit est sans corrélation avec le prix de l’accès à Internet à haut débit et que le bas débit
n’exerce donc pas de contrainte sur la tarification du haut débit (voir Jerry Hausman and J. Gregory
Sidak, Cable modems and DSL : Broadband Internet Access for residential customers.)
Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre à Wanadoo Interactive mais caractérise l’ensemble des
acteurs du marché français. Entre janvier 2001 et janvier 2002, les prix de l’accès à Internet à haut débit
sont demeurés stables. Dans le même temps, les prix des forfaits de 20 heures, 40 heures et 50 heures
par mois enregistraient des diminutions respectivement de 5,3 %, de 5 % et de 9,6 % (source :
« Internet, un bilan du marché français, mars 2003 », ART). Le prix relatif des offres forfaitaires de bas
débit se rapprochant le plus de formules illimitées a donc diminué entre janvier 2001 et janvier 2002.
Or, pendant l’année 2001 le rythme de croissance du marché du haut débit, mesuré en nombre de
nouveaux abonnés par semaine, n’a cessé de s’accélérer pendant toute l’année 2001 (+ 74 % entre le
deuxième semestre 2000 et le premier trimestre 2001, + 19% au second trimestre 2001, + 4% au
troisième trimestre 2001, et + 91 % au dernier trimestre 2001).
FR
janvier et juin 2002 221. Or, ces taux (en particulier pour Wanadoo ADSL) ne sont
qu’une estimation par excès des flux migratoires de l’ADSL vers le bas débit,
puisqu’ils incluent des mouvements migratoires entre les produits ADSL eux-mêmes
qui devraient en être distraits pour une juste appréciation222.
(199) A titre subsidiaire, pour compléter l’évaluation de la connaissance des reports de
clientèle du haut débit vers le bas débit en présence d’une variation modérée des prix,
la Commission a fait procéder à un sondage 223 auprès d’un échantillon représentatif224
d’abonnés résidentiels à des services d’accès à Internet à haut débit225. Le sondage a
consisté à interroger l’échantillon sur ses réactions en présence d’une augmentation
générale des prix d’abonnement du haut débit de 10 %. Le sondage révèle que 80 %
des abonnés conserveraient leur abonnement à Internet à haut débit en présence d’une
augmentation de prix de 10%, tandis que 7 % résilieraient toute connexion à Internet,
et que 13% se tourneraient vers des formules d’abonnement à Internet à bas débit, la
moitié de cette dernière catégorie optant alors pour des forfaits illimités. Pour
apprécier si l’augmentation des prix serait profitable à l’entreprise et compléter ainsi
l’évaluation du degré de contrainte concurrentielle exercé sur les services de haut débit
par les services de bas débit, il convient d’examiner l’impact d’une telle augmentation
sur la marge sur coûts variables récurrents. D’un côté, pour 80 % de ses abonnés,
l’entreprise réaliserait par une augmentation de prix de 10 % un gain net d’environ 3,8
euros pour eXtense et de 1,72 euros pour Wanadoo ADSL. De l’autre, l’entreprise
perdrait 20 % de ses abonnés et les marges correspondantes. Compte tenu des niveaux
de marge sur coûts variables récurrents constatés pour les produits eXtense et
Wanadoo ADSL depuis 2001 jusqu’à la date de la présente décision, le différentiel des
profits supplémentaires et des pertes de profit est toujours positif 226. Inversement, pour
que cette condition ne fût pas vérifiée, il aurait fallu que le niveau de marge sur coûts
récurrents atteigne pour les deux produits en cause un niveau de 40 %, ce qui ne s’est
pas produit depuis le lancement des produits ADSL, et qui semble difficilement
atteignable dans un avenir proche compte tenu des caractéristiques du marché.
(200) On doit relever que parmi les motivations pour la conservation de l’abonnement
mentionnées par les internautes sondés, la souscription d’engagements d’un an
d’abonnement auprès du fournisseur, pourtant très répandue227, n’est perçue comme
221
222
223
224
225
226
227
FR
Les mouvements de migration sortante sont retracés à l’annexe 16 dans la rubrique « migrants
sortants ». Sur la période étudiée, le service eXtense a enregistré des migrations sortantes de 418 unités
par mois en moyenne (sur un parc moyen de 263 000 unités sur la même période). Pour Wanadoo
ADSL, la moyenne des migrations sortantes est de 985 par mois (sur un parc moyen de 120 000 unités).
Dans la pratique, il s’agit très majoritairement de mouvements migratoires des abonnés au produit
Wanadoo ADSL en direction du produit eXtense.
Sondage réalisé par la société Novatris en juin 2002 pour le compte de la Commission (pp. 5115 à 5174
du dossier).
L’échantillon portait sur 789 abonnés à Internet à haut débit résidentiels, par l’ADSL ou par le câble.
Wanadoo Interactive a contesté dans sa réponse du 23 octobre 2002 le choix de l’échantillon, et
préconisé le recours à un échantillon couvrant l’intégralité de la population française, pour mieux
apprécier le comportement des personnes ayant l’intention de s’abonner, mais non encore abonnés à
l’une ou l’autre formule. La Commission avait écarté cette méthode, jugeant que pour valablement
évaluer la disposition des utilisateurs du haut débit à migrer vers le bas débit, il convenait d’étudier une
population d’individus ayant déjà testé les fonctionnalités et les caractéristiques d’usage des services
d’accès à Internet à haut débit. […]* p. 3234 du dossier).
Voir l’annexe 25 pour les calculs détaillés.
Les deux tiers des interrogés indiquent avoir souscrit une offre d’engagement d’un an ou plus.
FR
une contrainte décisive que par une population extrêmement minoritaire228. On
n’observe pas non plus de différence de réaction significative selon que les abonnés
ont loué ou acheté leur modem. Finalement, les sondés mettent en avant le caractère
illimité de l’offre et la rapidité pour expliquer leur décision de conserver l’abonnement
en dépit de l’augmentation de prix, plutôt que des contraintes objectives (engagement
d’un an par exemple). De la sorte, il semble bien que les utilisateurs accordent un prix
et une valeur particulière aux spécificités qualitatives du haut débit.
(201) Les résultats du sondage évoqués aux points 199 et 200229 ne permettent pas de
conclure à une substituabilité suffisante entre les offres de bas débit et les offres de
haut débit pour qu’en présence d’une variation significative des prix de ces dernières,
les abonnés migrent de façon massive du haut débit vers le bas débit. Au contraire, ils
attestent l’existence chez les abonnés au haut débit d’une préférence nette pour les
conditions de confort et de performance offertes par le haut débit. Ils démentent
également l’hypothèse faite par Wanadoo Interactive dans sa réponse du 4 mars 2002
« qu’une augmentation du prix de l’accès à haut débit contribuerait à un report de la
clientèle vers le bas débit. »230 Au contraire, la Commission doit conclure à l’absence
d’interchangeabilité significative entre les deux catégories de services.
(202) Enfin, force est de constater que, de manière révélatrice, les réflexions internes à
Wanadoo Interactive conduisent les services concernés231 à considérer que « l’ADSL
est un marché […]*232 par rapport à l’illimité. ».
6. Conclusion sur le marché de service
(203) Compte tenu de l’analyse effectuée, la Commission estime que le marché de service
pertinent pour l’analyse des faits reprochés à Wanadoo Interactive est celui de l’accès
à Internet à haut débit pour la clientèle résidentielle.
(204) Il convient d’observer, à cet égard, que cette définition de marché est plus large que
celle retenue par l’ART 233. L’ART identifie bien un marché de l’accès à Internet à
haut débit 234 pour la clientèle résidentielle mais distingue à l’intérieur de celui-ci un
marché d’accès à Internet à haut débit par la technologie ADSL235, notamment en
228
229
230
231
232
233
234
235
FR
Seuls 6 % des interrogés conservant leur abonnement haut débit en présence d’une hausse de prix de
10% citent l’existence d’un engagement d’un an parmi les facteurs de motivation, et 2 % seulement
comme leur motivation principale.
Les résultats de ce sondage sont corroborés par un sondage réalisé auprès de 955 internautes en août
2002, selon lequel 0 % des utilisateurs du haut débit seraient disposés à revenir au bas débit (article du
Figaro du 18 octobre 2002 : « Le boom de l’Internet à haut débit », communiqué à l’annexe 2 de la
réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002, p. 6450 du dossier).
Réponse du 4 mars 2002, p. 22, paragraphe 72 (p. 1727 du dossier).
[…]* (p. 3224 du dossier). […]*.
[…]*.
Le Conseil de la concurrence ne s’est quant à lui pas à ce jour prononcé au fond sur les contours du
marché pertinent. Le Conseil de la concurrence a cependant observé, confirmé en cela par la Cour
d’Appel de Paris, que « il ne peut être exclu que le groupe France Télécom détienne une position
dominante (…) pour la fourniture de l’accès à Internet à haut débit » (Décision n° 02-MC-03 précitée).
Voir notamment l’avis n° 02-35 de l’ART en date du 9 janvier 2002 au Conseil de la concurrence sur la
demande de la société T-Online France à l'encontre des pratiques de la société France Télécom sur les
marchés liés à la fourniture d’accès à Internet par l’ADSL.
Voir l’avis n° 00-28 de l’ART en date du 7 janvier 2000 relatif à la demande d’avis du Conseil de la
concurrence sur la saisine et la demande de mesures conservatoires présentées par 9 Télécom relatives à
FR
raison de son différentiel de potentiel de pénétration avec l’accès à Internet par le
câble.
2. Le marché géographique
(205) Les fournisseurs d’accès à Internet présents sur le marché de l’accès à Internet à haut
débit et les opérateurs de télécommunications présents sur le marché de services
ADSL opèrent sur une base nationale. Même si, à l’heure actuelle, les offres d’accès à
Internet à haut débit de certains d’entre eux sont limitées à des zones bien déterminées
en raison de contraintes de déploiement technique, il est clair que tous ces prestataires
partagent les mêmes ambitions de déploiement et de croissance au niveau national. De
plus, les prix sont fixés au niveau national. Les fournisseurs d’accès à Internet
fournissent un service qui s’adresse à la population résidant sur le territoire national et
sont assujettis à une réglementation nationale.
(206) Pour toutes ces raisons, il est considéré que le marché géographique en cause est le
marché national français. Cette définition est partagée par Wanadoo Interactive236.
C. LA POSITION DOMINANTE
(207) Afin d’examiner la position occupée par Wanadoo Interactive sur le marché en cause,
la Commission examine successivement plusieurs facteurs : les parts de marché
détenues depuis le début de l’année 2001, les effets d’adossement au groupe France
Télécom, la position prééminente occupée dans le domaine de l’accès à Internet
classique et dans le domaine des annuaires.
1. Aspects généraux
(208) Wanadoo Interactive rappelle que la position dominante est, selon la Cour de justice,
« une position de puissance économique détenue par une entreprise qui lui donne le
pouvoir de faire obstacle au maintien d’une concurrence effective sur le marché en
cause en lui fournissant la possibilité de comportements indépendants dans une
mesure appréciable vis-à-vis de ses concurrents, de ses clients, et, finalement, des
consommateurs237 ». Selon Wanadoo Interactive les choix de tarification effectués par
elle ont été conditionnés par l’attitude des concurrents, et l’entreprise serait en réalité
« sous pression de ses concurrents actuels et potentiels.238 » Dans cette analyse, le
niveau même des prix pratiqués serait la démonstration de la réalité de cette pression
concurrentielle.
236
237
238
FR
certaines pratiques de France Télécom sur le marché des services d’accès à Internet à haut débit via les
technologies xDSL, dans sa section 3.1. sur l’analyse concurrentielle, l’avis n° 02-346 de l’ART en date
du 30 avril 2002 sur la décision tarifaire n° 2002033 relative à l’évolution de l’offre de collecte
IP/ADSL et sur les propositions tarifaires relatives aux offres IP/ADSL annoncées par France Télécom,
notamment la section II.2., l’avis n° 01-548 de l’ART en date du 19 juin 2001 sur les décisions
tarifaires n° 2001482 relative à l’évolution des services Netissimo 1 et Netissimo 2 et n° 2001480
relative aux évolutions de l’offre de fourniture d’accès IP ADSL et de collecte IP ADSL, en sa section
II.1.
Réponse du 4 mars 2002, p. 30 (p. 1735 du dossier).
Arrêt de la Cour du 14 février 1978 dans l’affaire C–27/76, United Brands Company e.a. / Commission,
Rec. 1978, p. 207, point 65.
Réponse du 4 mars 2002, p. 32, paragraphe 110 (p. 1737 du dossier).
FR
(209) La Commission considère que Wanadoo Interactive interprète de manière erronée la
notion de comportement indépendant requise par le juge communautaire. En effet,
cette notion n’implique pas que l’entreprise dominante se trouve dans une position de
totale invulnérabilité vis-à-vis des concurrents existants ou potentiels. Une telle
exigence d’invulnérabilité, à la limite, enlèverait toute pertinence à la notion même
d’abus de position dominante puisque dans un tel cas, l’entreprise dominante, à l’abri
de tout risque concurrentiel, n’aurait nul besoin de se livrer à des pratiques visant à
écarter les entreprises rivales. La détention d’une position dominante n’implique pas
l’inexistence d’une pression concurrentielle. La position dominante met simplement en
mesure l’entreprise concernée « sinon de décider, tout au moins d’influencer
notablement les conditions dans lesquelles cette concurrence se développera et, en
tous cas, de se comporter dans une large mesure sans devoir en tenir compte et sans
pour autant que cette attitude lui porte préjudice.239» La Commission considère dans
le présent cas que les différents éléments de dominance décrits aux points 211 à 252
ont donné les moyens à Wanadoo Interactive de se livrer à une stratégie de pénétration
du marché à grande échelle non soutenable pour ses concurrents, dans l’incapacité de
l’imiter.
(210) Wanadoo Interactive a formulé plusieurs observations particulières sur certains des
facteurs de dominance identifiés par la Commission, et estimé qu’aucun de ces
facteurs pris isolément ne permettait de conclure à une quelconque dominance. A titre
liminaire, avant d’entrer dans le détail des points soulevés par l’entreprise, la
Commission doit observer qu’elle n’a elle-même pas considéré, dans son analyse, un
facteur unique, mais bien une combinaison d’éléments qui, par leur réunion, sont de
nature à conférer à Wanadoo Interactive une position dominante sur le marché en
cause.
2. Les parts de marché
(211) Le tableau 8 retrace l’évolution de la part de marché de Wanadoo Interactive depuis le
début de l’année 2001 parmi les prestataires de services ADSL et de services d’accès à
Internet à haut débit par câble modem240. La part de marché de Wanadoo Interactive
reprend à la fois les abonnés ADSL de Wanadoo Interactive et les abonnés au service
Câble Wanadoo. En effet, dans ses propres analyses de marché, l’entreprise reprend à
son compte les abonnés au service Câble Wanadoo241, porteur de sa marque
commerciale, bien que techniquement la prestation du service soit assurée par France
Télécom Câble.
Tableau 8 : parts de marché de Wanadoo Interactive sur le marché du haut débit
239
240
241
FR
Arrêt de la Cour du 13 février 1979 dans l’affaire 85/76, Hoffmann-La Roche & Co. AG / Commission,
Rec. 1979, p. 461, point 39.
Pourcentages établis à partir des réponses fournies à différentes demandes de renseignements par
Wanadoo Interactive, Noos, NC Numéricâble, UPC France, Est Vidéocommunications, T-Online
France, Tiscali France, AOL France, 9Télécom, Easynet, Nerim, BD Multimédia, NetUltra, Infonie,
Oreka.
Voir par exemple les documents internes suivants recueillis auprès de Wanadoo Interactive : […]* (pp.
4236 et ss. du dossier) ; […]* (pp. 4128 et ss. du dossier) ; […]* (pp. 4155-4156 du dossier) ; […]* (p.
4254 et ss. du dossier) ; […]* […]*(p. 4263 du dossier); […]* (pp. 4278 et ss. du dossier); […]* (p.
4350 et ss. du dossier).
FR
31/12/2000 31/03/2001 30/06/2001 30/09/2001 31/12/2001 31/03/2002 30/06/2002 30/08/2002
Total
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Wanadoo [40-50]* % [50-60]* % [50-60]* % [60-70]* %
[…]*
[60-70]*%
[…]*
[70-80]* % [70-80]* %
[…]*
[70-80]*%
(212) Des parts de marché très importantes, supérieures à 50 %, doivent être considérées
comme des indices sérieux, voire suffisants242, d’une position dominante, sauf
circonstances exceptionnelles. Toutefois, dans le contexte d’un marché encore à un
stade peu avancé de maturité au début de l’année 2001, il importe de compléter cette
lecture des parts de marché absolues par deux considérations essentielles à l’analyse
du cas d’espèce.
(213) Il convient en premier lieu d’examiner la position relative de Wanadoo Interactive par
rapport aux concurrents qui la suivent immédiatement243. Dès le 1er janvier 2001,
Wanadoo Interactive recensait […]*fois plus d’abonnés que le plus important de ses
concurrents, le câblo-opérateur Noos244. A partir du premier semestre 2001, Wanadoo
Interactive a distancé fortement ce premier concurrent. Dès le premier trimestre 2001,
son rythme de croissance était plus de […]* fois plus élevé que celui de Noos.
Wanadoo Interactive pouvait ainsi revendiquer un effectif d’abonnés […]* fois
supérieur à Noos à la fin mars et […]* fois supérieur à la fin juin. Un an plus tard, à la
fin juin 2002, Wanadoo Interactive représentait environ […]* fois plus d’abonnés que
ce premier concurrent. Quant aux autres concurrents, que ce soit sur le créneau des
offres par câble modem ou des offres ADSL, aucun n’a jamais dépassé une part de
marché de 8 % au cours de la période examinée. Ainsi que le montre le tableau 9, non
seulement sur toute la période Wanadoo Interactive a nettement devancé son premier
concurrent, mais encore elle a creusé son écart avec lui d’une manière particulièrement
prononcée.
Tableau 9 : rapport entre les parts de marché de Wanadoo Interactive et celles du
premier concurrent sur le marché du haut débit
31/12/2000
31/03/2001
30/06/2001
30/09/2001
31/12/2001
31/03/2002
30/06/2002
31/08/2002
[1-5]*
[1-5]*
[1-5]*
[1-5]*
[1-5]*
[5-10]*
[5-10]*
[5-10]*
(214) En outre, une attention particulière doit être portée, au sein du marché pertinent, au
segment des offres par la technologie ADSL. Le segment des offres par modem câble
est moins prometteur en termes de capacité de déploiement géographique que le
segment de l’ADSL245. Si l’on considère le seul segment des services d’accès à
242
243
244
245
FR
Arrêt Akzo précité, point 60.
La position de Wanadoo Interactive par rapport à l’ensemble des autres concurrents est examinée à la
section II.E.1.
Voir les parcs respectifs de Wanadoo Interactive et Noos fin 2000 et début 2001 à l’annexe 25.
Au 1er janvier 2001, on comptait en France 4,9 millions de prises de câble aptes à supporter des
services de haut débit, contre plus de 11 millions de lignes immédiatement raccordables à l’ADSL. Les
seize câblo-opérateurs les plus importants présentent des réseaux fragmentés géographiquement et
FR
Internet résidentiel au moyen de l’ADSL, les parts de marché de Wanadoo Interactive
ont été très importantes : toujours voisines de[90-100]* % depuis le début de
l’exercice 2001 jusqu’à la fin de l’été 2002 ; elles atteignaient encore [80-90]* % en
août 2002246. Ainsi que le montre le tableau 10, depuis la fin de l’année 2000,
Wanadoo Interactive a toujours détenu un parc d’abonnés ADSL plus de […]* fois
supérieur au premier de ses concurrents sur ce créneau.
Tableau 10 : rapport entre les parts de marché de Wanadoo Interactive et celles du
premier concurrent sur le créneau de l’ADSL247
31/12/2000
31/03/2001
30/06/2001
30/09/2001
31/12/2001
31/03/2002
30/06/2002
31/08/2002
Parc ADSL de
Wanadoo / parc
du premier
concurrent
ADSL
[10-15]*
[10-15]*
[10-15]*
[15-20]*
[20-25]*
[10-15]*
[5-10]*
[5-10]*
Parc haut débit
de Wanadoo /
parc du premier
concurrent
ADSL
[20-25]*
[15-20]*
[15-20]*
[15-20]*
[20-25]*
[10-15]*
[5-10]*
[5-10]*
(215) La part de marché relative, tout comme le rapport entre les parts de marché détenues
par l’entreprise concernée et par ses concurrents, en particulier ceux qui la suivent
immédiatement, constituent selon la Cour de Justice des indices valables dans la
détermination d’une position dominante248. Dans ces conditions, les parts de marché
détenues par Wanadoo Interactive depuis le début de 2001, compte tenu des
considérations qui précèdent, constituent un indice sérieux de dominance.
(216) Wanadoo Interactive estime que les parts de marché constituent un indice peu fiable
dans le contexte d’un marché émergent caractérisé par une base de clientèle encore
limitée. Wanadoo insiste sur la nécessité de développer une approche prospective de la
part de marché. Au-delà de cette appréciation sur la validité des parts de marché,
Wanadoo Interactive exprime des doutes sur la possibilité de déterminer une position
dominante sur un marché émergent249 et assimile le secteur de l’accès à Internet à un
246
247
248
249
FR
techniquement disparates, alors que le réseau téléphonique support de l’ADSL est unifié techniquement.
La région parisienne elle-même, point de forte implantation des câblo-opérateurs, présente une
mosaïque de plaques territoriales relevant d’opérateurs différents. Enfin, les câblo-opérateurs se voient
interdire par la loi de desservir plus de huit millions d’habitants, ce qui contraint fortement l’extension
de leurs réseaux. Les faiblesses des réseaux câblés par rapport à l’ADSL dans le déploiement du haut
débit sont analysées dans plusieurs décisions ou documents publics de l’ART (voir, en particulier, l’avis
de l’ART n°00-28 du 7 janvier 2000, et le rapport sur la situation des câblo-opérateurs consultable sur
son site : http://www.art-telecom.fr, rubrique « les grands dossiers », « réseaux câblés »).
Pourcentages calculés à partir des données brutes provenant des réponses des prestataires mentionnées à
la note 240.
L’amélioration relative de la situation du premier concurrent sur le segment de l’ADSL au premier
trimestre 2002 résulte principalement du ralentissement des ventes de Wanadoo Interactive résultant de
l’interdiction de commercialisation des packs eXtense dans les agences France Télécom imposée par le
Conseil de la concurrence dans sa décision précitée du 27 février 2002.
Arrêt Hoffmann- La Roche précité, point 48.
Réponse du 4 mars 2002, paragraphe 154 (p. 1749 du dossier).
FR
métier de la nouvelle économie, dans laquelle les parts de marché ne constitueraient
qu’un indice très peu fiable250. Ces remarques appellent les commentaires suivants.
(217) Premièrement, d’une façon générale, un secteur en croissance ne saurait échapper en
tant que tel à l’application des règles de concurrence, et notamment de l’article 82 du
traité. L’analyse de la position de marché doit certes faire appel à une démonstration
qui, au-delà de l’observation des parts de marché, tienne compte des particularités
d’un marché en phase de croissance dynamique. C’est précisément ce que la
Commission a entendu faire dans le cadre de la présente décision. La Commission ne
peut toutefois s’interdire d’examiner la position d’une entreprise dans un marché en
phase de croissance, sauf à attendre une consolidation définitive de celui-ci, entérinant
ainsi ex post les abus éventuellement commis.
(218) Deuxièmement, s’il n’est pas exclu que la qualification de marché émergent puisse
être valablement prêtée au marché de l’accès à Internet à haut débit251, la Commission
considère en tout état de cause qu’il est impossible de considérer le marché en cause
comme entièrement nouveau ou en phase de pure expérimentation. En effet, dès la fin
du mois de juin 2000, le marché de l’accès à Internet à haut débit pour la clientèle
résidentielle comptait déjà environ 100 000 abonnés, et au terme de l’année 2000 il
dépassait 180 000 abonnés en France. Dès le premier trimestre 2001 le marché a
progressé de plus de 5 000 abonnés nouveaux par semaine. Même si la qualification de
marché émergent peut être admise pour cette période charnière, il est du moins tout à
fait clair qu’à cette date les services d’accès à Internet à haut débit avaient largement
dépassé le stade de la pure expérimentation commerciale ou technique. Dans d’autres
pays, les services d’accès à haut débit recensaient déjà à la fin de l’année 2000 un
nombre d’abonnés important. L’Allemagne comptait ainsi dès la fin de l’année 2000
près de 450 000 abonnés à des services d’accès à Internet à haut débit, et les EtatsUnis plus de cinq millions 252. En outre, si le haut débit est bien constitutif d’un marché
distinct, les services d’accès à Internet et certains des usages liés aux services de haut
débit n’étaient pas d’un type nouveau. Ainsi le marché du haut débit s’est développé
en France à partir de 1997 dans le prolongement d’un marché existant, celui des offres
d’accès à Internet à bas débit. Or, à la fin de l’année 2000, on recensait en France
environ 5 millions d’abonnés à Internet. Même si l’accès à Internet à haut débit a
présenté certaines caractéristiques d’un marché émergent, il est impossible d’affirmer
que le développement de Wanadoo Interactive sur le marché en cause à partir de 2001
250
251
252
FR
Ib., paragraphe 121.
Il convient cependant de souligner que Wanadoo Interactive fonde son appréciation (réponse du 4 mars
2002, note de bas de page 80 – p. 1739 du dossier) sur une décision de non-opposition à une
concentration de la Commission datant de mai 2000, dans laquelle le marché des équipements xDSL
était qualifié d’émergent (Décision de la Commission du 19 mai 2000 dans l’affaire IV/M.1908,
Alcatel/Newbridge Networks, point 12 – JO C 169 du 17.6.2000, p. 7). Cette décision est antérieure de
plus de sept mois au début de la période visée par la présente décision. En outre, elle vise le seul
segment de la technologie xDSL, laquelle s’est développée plus tardivement que la technologie du
modem câble.
The development of broadband access platforms in Europe, BDRC, August 2001, pp. 83 et 126. On sait
que Wanadoo Interactive observait la situation à l’étranger dans la phase initiale de développement des
services ADSL. Le […]* (p. 3146 du dossier) comporte par exemple le paragraphe suivant : « Aux
Etats-Unis (source étude […]* janvier 2000) [la] demande pour du haut débit grimpe en flèche dans
les villes dans lesquelles l’ADSL est déployé (un tiers de la demande). Cette demande progresse plus
rapidement sur le marché résidentiel et est drivée par le besoin des clients de vitesse, de contenus à
valeur ajoutée et de confort d’utilisation. »
FR
s’est inscrit dans un contexte d’incertitude ou d’instabilité lié à un produit de type
entièrement nouveau.
(219) Troisièmement, le risque de part de marché fluctuante qui pourrait, selon l’entreprise
en cause, affecter un marché en phase de forte croissance, ne semble pas concerner
Wanadoo Interactive dans le cas d’espèce. En effet la part de marché de l’entreprise a
constamment et régulièrement progressé sur l’ensemble du marché du haut débit, et la
pénétration de l’entreprise sur le segment des offres ADSL est étonnamment stable sur
la période. On ne saurait ainsi prétendre à l’existence de fluctuations amples et
erratiques de parts de marché sur le haut débit en France depuis le début de 2001
trahissant l’absence d’une position dominante.
(220) Quatrièmement, Wanadoo Interactive suggère qu’une analyse prospective ou
dynamique des parts de marché vienne compléter l’observation des parts de marché
existantes en 2001 et au début de 2002. Selon Wanadoo Interactive, il serait nécessaire
d’examiner la concurrence non seulement actuelle, mais également potentielle de
concurrents futurs. Pour apprécier la perception par l’entreprise en cause de la réalité
et de l’ampleur de la menace représentée par ces derniers, il est utile de se référer aux
simulations effectuées par Wanadoo Interactive elle-même. L’entreprise envisageait
en mars 2001 un parc de clients de [>1,5]* million à la fin de l’année 2004, tant en
ADSL qu’en formule d’accès par le câble253. A la même époque, d’après les
documents internes de l’entreprise, le marché des accès à haut débit pouvait être
environ estimé à [>2,5]* millions d’abonnés254 à la fin de 2004. La prévision effectuée
par Wanadoo Interactive équivalait ainsi à [50-60]* % du total du marché à la fin
2004. Cette prévision de pénétration par Wanadoo Interactive a été réévaluée en juin
2001 à […]* millions au même horizon, accès par câble non compris. Ainsi, Wanadoo
Interactive pensait alors détenir [...]* du segment de l’ADSL fin 2004, et donc au
moins [50-60]* % du marché de l’accès à Internet à haut débit résidentiel255. A
l’époque où ces prévisions ont été établies, l’entreprise n’envisageait nullement
d’érosion importante de sa part de marché dans le haut débit. Au contraire, l’entreprise
prévoyait une augmentation régulière de ses parts de marché sur le créneau de
l’ADSL256. Les propres analyses prospectives de Wanadoo Interactive tendent à
montrer que l’entreprise était confiante dans sa capacité à conserver sur le moyen
terme des parts de marché très élevées, et ne se sentait pas menacée dans sa position
dominante. En tout état de cause, une légère érosion de parts de marché très
importantes ne peut constituer la preuve de l’absence de position dominante257.
(221) Wanadoo Interactive a évoqué dans sa réponse du 23 octobre 2002 les campagnes
commerciales de ses concurrents au moment de la fête de l’internet en mars 2002.
Mais l’entreprise ne prouve pas que celles-ci aient pu avoir un effet déstabilisateur sur
les parts de marché qu’elle détenait. On relève au contraire, d’après les chiffres
253
254
255
256
257
FR
[…]* (p. 4254 du dossier).
pp. 7 et 13 de l’annexe 31 de la réponse de Wanadoo Interactive du 4 mars 2002 à la communication
des griefs (pp. 2076 et 2082 du dossier).
[…]* (p. 2907 du dossier).
[…]* (p. 2907 du dossier), dont il ressort à l’horizon 2004 une part de marché de Wanadoo de […]* %
sur le créneau de l’ADSL.
Arrêt du Tribunal de première instance des Communautés européennes du 8 octobre 1996 dans les
affaires liées T-24/93, T25/93, T26/93 et T28/93, Compagnie maritime belge / Commission, Rec. 1996,
p. II – 1201, point 77.
FR
indiqués au tableau 8, que la part de l’entreprise est restée inentamée au premier
semestre 2002, malgré les efforts des concurrents. D’ailleurs, Wanadoo Interactive ne
cite explicitement comme concurrent crédible que T-Online France, titulaire de la
marque Club Internet, dont « l’intention affichée est de prendre 15 % de ce segment
[de l’ADSL] »258. A supposer qu’effectivement T-Online France parvienne dans le
futur à conquérir 15 % du segment de l’ADSL sur le marché du haut débit, la position
de Wanadoo Interactive ne semble pas de nature à être remise en cause par une telle
pénétration. Dans sa réponse du 23 octobre 2002, Wanadoo Interactive décrit aussi les
campagnes et les ambitions de ses concurrents, sur la base des annonces publiques
faites par ceux-ci à l’automne 2002. En réalité, même durant cette période d’efforts
exceptionnels de la part des concurrents, Wanadoo Interactive a absorbé plus de [5060]* % de la croissance du marché du haut débit. Si les campagnes commerciales des
concurrents dans un contexte de concurrence assaini sont susceptibles d’entraîner une
certaine érosion des parts de marché de l’entreprise en cause, sa dominance en parts de
marché sur le marché pertinent ne semble pas menacée.
(222) En conséquence de ce qui précède, on ne peut donc arguer d’une quelconque volatilité,
fragilité ou instabilité de la position occupée par Wanadoo Interactive sur un marché
émergent, qui rendrait inopérant un examen des parts de marché et leur prise en
compte parmi les facteurs établissant la dominance.
3. L’adossement à France Télécom
(223) Parmi les fournisseurs d’accès à Internet en France, Wanadoo Interactive occupe une
position particulière du fait de son appartenance au groupe France Télécom.
L’appartenance de Wanadoo Interactive au groupe France Télécom lui offre des
facilités de déploiement technique et commercial ainsi qu’une possibilité d’appui
financier susceptibles de revêtir une importance critique pour une pénétration massive
sur un marché dans une phase de développement d’une activité d’un type nouveau.
(224) D’une façon générale, Wanadoo Interactive a contesté l’avantage de l’appui fourni par
France Télécom à sa filiale en soulignant que d’autres fournisseurs d’accès à Internet à
haut débit disposaient de l’appui d’entreprises mondiales puissantes259. Plus
précisément, Wanadoo Interactive a évoqué le cas d’AOL France et de T-Online
France, respectivement composantes des groupes AOL-Time Warner et Deutsche
Telekom, et de Tiscali.
(225) A cet égard, il y a lieu de relever que selon la Cour de justice, ni la taille, ni la
puissance financière et le degré de diversification des concurrents sur le plan mondial
ne sont nécessairement de nature à éliminer la position privilégiée de l’entreprise
dominante260. Il convient donc d’analyser la situation des entreprises visées par
Wanadoo Interactive à la lumière des circonstances du cas d’espèce.
(226) Tiscali est un groupe spécialisé dans l’accès à Internet, sans ressources diversifiées qui
assureraient une certaine sécurité de revenus, à la différence du groupe France
Télécom. T-Online France est bien une sous-filiale de Deutsche Telekom, mais cette
258
259
260
FR
Réponse du 4 mars 2002, paragraphe 118 (p. 1740 du dossier).
Réponse du 4 mars 2002, paragraphes 123 et 149 (p. 1748 du dossier).
Arrêt de la Cour du 9 novembre 1983 dans l’affaire C-322/81, NV Nederlandsche Banden Industrie
Michelin / Commission, Rec. 1983, p. 3461, point 59.
FR
dernière ne détient pas de position sur le marché géographique pertinent qui serait
comparable à celle de la maison-mère de Wanadoo, de sorte que ses appuis sont
forcément de nature financière seulement. AOL France est bien adossée à un groupe
au portefeuille relativement diversifié, mais celui-ci n’a occupé jusqu’à la fin de 2002
qu’une position très faible sur le marché de l’Internet à haut débit en France261.
(227) L’argument de Wanadoo Interactive sur la prétendue puissance de ses concurrents et
leur adossement stratégique à de grands groupes internationaux est d’autant moins
pertinent qu’aucun d’entre eux n’occupe de place prééminente sur le marché du bas
débit, qui constitue l’un des réservoirs possibles de croissance du marché du haut
débit. Au contraire, Wanadoo Interactive est de loin le premier fournisseur d’accès à
Internet à bas débit en France. La part de Wanadoo Interactive sur le marché des accès
à Internet à bas débit était estimée262 en 2001 entre [30-40]* %. En comparaison, le
concurrent sur le marché du bas débit venant immédiatement ensuite, AOL, ne
détenait guère plus de [10°-20] % du marché à cette date, soit […]* moins que
Wanadoo Interactive 263. Un sondage publié en novembre 2001 auprès d’un échantillon
d’internautes sur la question “quel est votre fournisseur d’accès ou votre FAI
principal ?” créditait Wanadoo de 39 %, AOL de 16 %, Tiscali de 9 % et Club
Internet de 6,5 % 264. Ainsi, les positions détenues sur le marché du bas débit par les
concurrents en cause étaient insuffisantes pour faire contrepoids aux atouts dont jouit
Wanadoo Interactive sur le marché pertinent.
(228) Quelle que soit la disposition des groupes en question à soutenir les investissements et
les initiatives commerciales de leurs filiales françaises, force est de souligner qu’aucun
d’eux ne pouvait prétendre faire bénéficier celles-ci d’un adossement technique, d’un
adossement logistique et d’un adossement en termes de réseau commercial en France
aussi déterminant que ceux qu’offre France Télécom à Wanadoo Interactive, tel qu’il
est retracé aux points 229 à 246.
1. Les synergies à l’intérieur d’un grand groupe
(229) Dans son prospectus d’introduction en Bourse en juillet 2000, Wanadoo exposait en
ces termes les avantages que lui procure, de façon générale, l’adossement au groupe
France Télécom : « Le groupe [Wanadoo] bénéficie de synergies fortes avec France
Télécom. Sur le plan de la distribution, France Télécom distribue les kits de connexion
Wanadoo dans les 700 points de vente de France Télécom et assure la notoriété du
groupe par sa forte implantation régionale. Le groupe a hérité du savoir-faire de
France Télécom en matière de marketing grand public et professionnel. Le groupe tire
profit de l’infrastructure de France Télécom dans le domaine IP et des investissements
de France Télécom visant à promouvoir les nouvelles technologies d’accès, telles que
(…) l’ADSL. Le groupe bénéficie enfin du formidable réservoir de savoir-faire
professionnel que représente France Télécom.265 ».
261
262
263
264
265
FR
Jusqu’à la fin de l’année 2002, AOL a occupé moins de 3 % du marché de l’accès à Internet à haut débit
en France.
Réponse du 4 mars 2002, paragraphe 114 (p. 1738 du dossier).
Ib., note de bas de page 76 (ib.).
Etude sur l’accès à Internet du Benchmark Group auprès de 60 000 internautes, retracée dans le Journal
du Net du 15 novembre 2001.
Prospectus d’introduction en Bourse de Wanadoo SA, juillet 2000, p. 52.
FR
(230) Au-delà de cette affirmation d’ordre général provenant de l’entreprise elle-même, il
convient de décrire plus précisément la nature des avantages que procure à Wanadoo
Interactive l’adossement à France Télécom dans le déploiement de ses offres ADSL
pour la clientèle résidentielle de masse.
2. L’adossement technique
(231) Sur le plan technique, Wanadoo Interactive bénéficie de l’appui des solutions de
France Télécom. France Télécom est l’opérateur historique des télécommunications en
France. Il exploite soit directement, soit indirectement au travers de sa filiale
Transpac, des réseaux de longue distance sur le territoire français utilisés pour
véhiculer le trafic Internet. Surtout, France Télécom est propriétaire du réseau d’accès
local de télécommunications raccordant à son réseau l’ensemble des abonnés au
téléphone. L’utilisation du réseau d’accès local de France Télécom est indispensable
pour la fourniture d’un service ADSL. Pendant toute la période visée par la présente
décision, France Télécom a maîtrisé la quasi-totalité des connexions ADSL en France.
(232) Concrètement, l’adossement technique à France Télécom a procuré à Wanadoo
Interactive un avantage compétitif important pendant toute l’année 2000 et les sept
premiers mois de l’année 2001. Contrairement aux autres fournisseurs d’accès à
Internet ayant recours à la technologie ADSL pour le déploiement d’offres d’accès à
Internet rapide, Wanadoo Interactive a bénéficié d’un traitement préférentiel de la part
de l’opérateur historique des télécommunications pendant toute cette période. En effet,
France Télécom a offert à Wanadoo Interactive un service de collecte nationale et
régionale de trafic IP sur mesure dès la fin de l’année 1999. Or, à la même époque, les
autres fournisseurs d’accès se voyaient exclusivement proposer266 l’offre de collecte
Turbo IP, beaucoup plus contraignante en ce qu’elle les obligeait à déployer des points
de présence dans chacune des 41 plaques géographiques définies par France Télécom
pour atteindre une couverture territoriale maximale. Dès lors, la présence
géographique de Wanadoo Interactive n’a été contrainte que par le seul rythme de
déploiement de la technologie ADSL par France Télécom, alors que les autres
fournisseurs de services ADSL devaient établir de nombreux points de présence pour
être présents en dehors de Paris, ce que peu d’entre eux se sont risqués à faire. […]*
267
. […]* 268. A la même époque, les concurrents de Wanadoo Interactive, notamment
Noos, étaient presque exclusivement représentés en région parisienne , voire, pour les
fournisseurs s’appuyant sur la technologie ADSL, dans quelques arrondissements de la
capitale seulement.
(233) L’offre sur mesure a finalement disparu en août 2001, avec l’entrée en vigueur le 20
juillet 2001269 de sa décision tarifaire n° 2001480 relative aux évolutions des offres
IP/ADSL et Collecte IP/ADSL et la généralisation à tous les fournisseurs d’accès à
Internet de l’offre de collecte régionale et nationale IP de trafic ADSL. Mais, au
266
267
268
269
FR
Jusqu’en octobre 2000, l’offre Turbo IP était d’ailleurs non seulement proposée, mais imposée à
quiconque souhaitait souscrire à une des offres IP/ADSL 1 ou IP/ADSL 2.
[…]* (pp. 255 et ss. du dossier).
Fin janvier 2001, la bande passante réservée totale par Wanadoo Interactive au titre de flux de type
Netissimo 1 était d’environ […]* Mbit/s pour Paris et l’Ile-de-France, contre […]* Mbit/s pour le reste
du territoire (annexe de la réponse de France Télécom du 16 mai 2001, pp. 113 et ss. du dossier).
Consécutive à l’homologation de cette décision tarifaire par le ministère de l’économie, des finances et
de l’industrie.
FR
printemps 2001 comme à l’été 2001, Wanadoo Interactive était confiante en la
disposition de France Télécom à lui accorder une seconde offre sur mesure pour
réduire ses coûts de production en cas de nécessité 270.
(234) Un autre avantage technique a résidé dans la facilité pour Wanadoo Interactive d’avoir
accès, en temps réel, à l’information permettant de relier les adresses des clients
potentiels aux répartiteurs de France Télécom correspondants, de sorte que le
prestataire était en mesure de faire savoir dans un délai très court au client intéressé si
la zone dans laquelle il réside est couverte par un service ADSL. Les concurrents de
Wanadoo Interactive doivent, au contraire, formuler une requête spécifique auprès de
France Télécom pour tester l’éligibilité à l’ADSL des clients potentiels. Il en résulte
pour eux des pertes de temps qui peuvent nuire à la concrétisation du lien avec le
client potentiel271.
(235) Les avantages techniques évoqués aux points 232 à 234, l’offre sur mesure et l’accès
aux fichiers des lignes convertibles en haut débit, reflètent une situation d’intégration
verticale entre Wanadoo Interactive et France Télécom, qui est de très loin son
principal fournisseur. La Cour de justice a reconnu qu’un effet d’intégration verticale
pouvait être analysé comme un des éléments concourant à établir la dominance272. La
circonstance que, dans le cas d’espèce, Wanadoo Interactive soit une entité
juridiquement distincte de France Télécom n’enlève rien aux effets de l’intégration
verticale du groupe dans son ensemble.
(236) Wanadoo Interactive n’a pas contesté que l’offre sur mesure en 2001 ait pu constituer
un avantage substantiel dans le déploiement de ses services. En revanche, elle a
contesté que l’accès à la connaissance du réseau ADSL de France Télécom et à
l’éligibilité des lignes ait pu constituer un avantage. Elle estime qu’à compter
d’octobre 2001, tous les concurrents ont bénéficié d’un serveur d’éligibilité de même
nature. Elle reconnaît que le Conseil de la concurrence a décidé de mesures
conservatoires en février 2002273, mais souligne que cette décision n’emporte pas le
fond. La Commission considère pour sa part que les conditions relatives au serveur
d’éligibilité ne sont plus discriminatoires depuis juillet 2002, époque où le Conseil de
la concurrence a constaté le respect des mesures conservatoires par lui décidées. Il
reste que le traitement privilégié de Wanadoo a joué pendant près d’un an et demi,
dans une étape importante de développement du marché.
(237) L’adossement technique à France Télécom confère à Wanadoo Interactive un avantage
auquel n’ont pas accès ses concurrents, qui doit être considéré comme constitutif
d’une barrière à l’entrée stratégique et, de ce fait, comme un facteur de dominance.
3. L’adossement commercial
(238) Sur le plan commercial, Wanadoo Interactive bénéficie du support de France Télécom,
dont le maillage des agences lui offre une présence physique ubiquitaire sur tout le
territoire national. La commercialisation des produits en cause donne certes bien lieu à
une rémunération des points de vente de France Télécom. Il n’en reste pas moins que
270
271
272
273
FR
[…]* (p. 2909 du dossier), […]* (p. 3317 du dossier).
[…]*
Arrêt United Brands précité, points 70 et 71.
Décision précitée du Conseil de la concurrence du 27 février 2002.
FR
la présence de l’enseigne Wanadoo dans les 700 agences commerciales de l’opérateur
historique et l’exclusivité dont ont joui ses offres ADSL dans ce réseau lui ont assuré
une visibilité permettant d’atteindre facilement la clientèle potentielle dans l’ensemble
du territoire national274. La densité du réseau permet de déceler plus facilement des
prospects commerciaux, d’une part, et d’orienter vers les offres d’accès de Wanadoo
Interactive la clientèle déclarant un intérêt pour des services ADSL, d’autre part. Cet
aspect est d’autant plus important que, pour accéder à un service ADSL de type
« dissocié », et quelle que soit l’identité du fournisseur d’accès à Internet auquel ils
envisagent initialement de se lier, les consommateurs sont dans tous les cas dans
l’obligation de solliciter auprès de leur agence France Télécom de rattachement
l’établissement d’une ligne ADSL275. A cette occasion, il n’est pas exclu que, dans la
pratique, et surtout depuis la commercialisation du Pack eXtense regroupant la ligne
ADSL et l’accès fournis par Wanadoo, […]*.
(239) Pour mieux apprécier l’avantage que représentait cette présence commerciale, il
importe de comparer le réseau de 700 agences de sa maison-mère dans lequel
Wanadoo Interactive était représenté, aux 26 points de vente propres de Noos, son
principal concurrent au début de l’année 2001 276. Au cours de l’année 2001, et plus
particulièrement à partir de septembre 2001, il est vrai que le mode de distribution
s’est élargi. A la fin de l’année 2001, les services haut débit de Wanadoo Interactive
étaient ainsi commercialisés dans […]* points de vente, tant boutiques de France
Télécom que grandes surfaces et détaillants spécialisés277. Les concurrents ont
également progressivement développé leur réseau de points de vente. Il reste qu’au
début de l’année 2002, le premier concurrent, Noos, n’était représenté que dans moins
de […]* points de vente278, soit […]* fois moins que Wanadoo Interactive279.
(240) En outre, l’efficacité des réseaux de distribution accessibles aux concurrents est bien
inférieure à celle qu’offre le réseau des agences de France Télécom. En effet, aucun
des concurrents de Wanadoo Interactive ne jouit d’une relation d’exclusivité avec un
distributeur dédié à des services de télécommunications et d’accès à Internet
comparable à celle qui unit France Télécom et Wanadoo Interactive. […]*280 :
l’exclusivité dont bénéficient les services haut débit de Wanadoo Interactive dans les
274
275
276
277
278
279
280
FR
Les produits de Wanadoo Interactive sont en outre commercialisés dans […]* surfaces commerciales
généralistes ou spécialisées ainsi que dans un réseau de petits revendeurs indépendants regroupant […]*
points de vente (lettre de France Télécom du 22 novembre 2001, pp. 689 et ss. du dossier).
On rappelle que, en matière d’accès à Internet haut débit par l’ADSL, les consommateurs résidentiels
ont le choix entre soit faire l’acquisition d’une formule “packagée” (qui regroupe la prestation de ligne
haut débit avec la prestation d’accès à Internet proprement dit), soit contracter séparément auprès de
France Télécom pour la fourniture du service Netissimo 1 (ligne d’accès ADSL) et auprès du
fournisseur d’accès à Internet de leur choix (Wanadoo Interactive ou un autre) pour l’accès à Internet
proprement dit.
Courrier électronique de Noos à la Commission en date du 7 octobre 2002, p. 5338 du dossier. A la
même époque, Club Internet ne disposait pas de boutique propre ni de réseau de revente (lettre de TOnline France du 28 février 2002, p. 1359 du dossier).
Lettre de France Télécom à la Commission du 22 novembre 2001, p. 706 du dossier.
Courrier électronique de Noos à la Commission du 30 août 2002, p. 5240 du dossier.
Au début de 2002, les produits de T-Online (Club Internet), alors le deuxième concurrent du marché par
ordre d’importance numérique, étaient présents en stock dans un réseau de moins de 500 revendeurs
généralistes ou spécialisés (lettre de T-Online à la Commission du 28 février 2002, p. 1359 du dossier)
soit plus de quatre fois moins que Wanadoo Interactive.
[…]* (p. 4180 du dossier).
FR
agences de France Télécom a donc représenté un véhicule très important de conquête
du marché.
(241) Ainsi, pendant toute l’année 2001, le réseau des agences de France Télécom a
représenté un support décisif à la commercialisation des services ADSL de Wanadoo
Interactive, et du Pack eXtense en particulier. Pendant l’année 2001, plusieurs
documents internes de l’entreprise281 évoquent la très forte motivation des agences de
France Télécom pour le produit eXtense. Début 2001, l’entreprise estimait que pour
toute l’année 2001, les agences France Télécom placeraient entre […]* % des packs
eXtense et des abonnements ADSL vendus 282, c’est-à-dire une proportion très
sensiblement supérieure à la moyenne observée pour l’ensemble des produits de la
gamme de Wanadoo Interactive283. Fin 2001, Wanadoo Interactive voyait encore dans
les agences de France Télécom le principal canal de distribution des produits ADSL
sur le marché résidentiel, avec […]* % des ventes prévues en 2002284.
(242) A titre accessoire, on doit également relever, au titre de ce soutien commercial, que
Wanadoo Interactive bénéficie indirectement de la publicité faite par France Télécom
sur la thématique du haut débit. Cette publicité incite les consommateurs potentiels à
se rendre auprès de leur agence France Télécom, où ils sont susceptibles d’être
orientés vers les services de Wanadoo Interactive285. Or, France Télécom aurait
consacré environ […]* d’euros286 à des publicités presse et radio de ce type en 2001, à
rapprocher des quelque […]*’euros de campagnes publicitaires de Wanadoo
Interactive sur l’ADSL.
(243) Dans son arrêt Michelin, la Cour de justice a analysé l’existence d’un réseau
commercial étendu donnant un accès direct aux consommateurs ainsi que les
possibilités de synergies commerciales avec d’autres éléments de la gamme de
produits d’une entreprise ou du groupe auquel elle appartient comme un facteur
concourant à l’établissement de la dominance 287. Dans le cas d’espèce, l’apport que
représente pour Wanadoo Interactive sa présence exclusive dans les agences de France
Télécom constitue un facteur de nature à conforter sa dominance d’une importance
toute particulière, dans un contexte de produits entrés dans une phase d’expansion
rapide. Le coût et les délais nécessaires à la constitution d’un réseau de distribution
propre ou caractérisé par une relation d’exclusivité commerciale comparable à celui
dont bénéficie Wanadoo doit être considéré comme un obstacle à la pénétration des
concurrents sur le marché, et comme un facteur important de sa situation dominante,
tout particulièrement au début de la période considérée.
281
282
283
284
285
286
287
FR
[…]* à (p. 3211 du dossier) […]* (p. 3859 du dossier). […]
[…]* (p. 3853 du dossier). (p. 4329 du dossier). […]* (pp. 2434 et ss du dossier).
[…]* (p. 3954 du dossier).
[…]* (p. 3104 du dossier).
A cet égard, on doit remarquer que même parmi les clients ayant finalement opté pour une offre
« dissociée », de janvier à septembre 2001, époque où le service Netissimo était presque exclusivement
commercialisé en agence, plus […]* ont opté pour le service Wanadoo ADSL, le solde se répartissant
entre tous les autres fournisseurs. Sans constituer un élément de preuve, cet élément semble être un
indice d’une orientation préférentielle vers le service de Wanadoo pour les consommateurs ayant visité
une agence France Télécom.
Source Sécodip citée par un concurrent de Wanadoo Interactive dans sa réponse à une demande de
renseignements de la Commission en mars 2002.
Arrêt Michelin précité, points 55, 56 et 58.
FR
4. L’adossement logistique et financier
(244) Enfin, Wanadoo Interactive bénéficie d’un soutien logistique et financier de la part de
France Télécom. L’exemple du circuit d’acquisition et de commercialisation des
coffrets du Pack eXtense est révélateur. En effet, c’est France Télécom qui achète les
modems et constitue les coffrets en passant des commandes auprès des différents
fournisseurs. […]*288. La prise en charge de ces éléments de coûts par France Télécom
dans l’intervalle qui sépare l’entrée en stock des coffrets de leur vente à la clientèle,
intervalle généralement de plusieurs semaines, représente un avantage significatif pour
Wanadoo Interactive, puisqu’elle réduit son besoin en fonds de roulement, avantage
dont ses concurrents ne bénéficiaient pas.
(245) De manière plus anecdotique, France Télécom, en sa qualité de principal fournisseur
de Wanadoo Interactive, a fait bénéficier cette dernière de délais de paiement
289
favorables […]* alors que les autres fournisseurs d’accès à Internet étaient facturés à
dates régulières par France Télécom, voire en partie par anticipation290. Wanadoo
Interactive […]* s’est bornée à observer que le service d’accès IP/ADSL avait été en
2001 facturé en retard pour plusieurs concurrents291, ce qui n’était pas pertinent par
rapport au problème soulevé par la Commission.
(246) La Commission estime que le support logistique fourni pour l’approvisionnement en
coffrets eXtense, l’économie de besoin en fonds de roulement représentée par leur
circuit de commercialisation et les délais de facturation que France Télécom a
occasionnellement consentis à l’égard de sa filiale, constituent dans le contexte d’un
marché en phase d’expansion des avantages très appréciables qui concourent à la
dominance de Wanadoo Interactive.
4. La position occupée par Wanadoo Interactive sur les marchés d’édition des
annuaires
(247) En 2000, France Télécom a regroupé au sein de Wanadoo les activités d’édition des
annuaires téléphoniques et de vente d’espaces publicitaires dans les annuaires
professionnels, naguère réparties entre ses propres services et l’Office d’Annonces
(ODA). Ces activités sont la source de recettes très importantes et sont des activités
très largement bénéficiaires du groupe Wanadoo. Dans une décision de mars 1998292,
le Conseil de la concurrence a estimé que France Télécom et l’ODA bénéficiaient
d’une position dominante respectivement sur le marché de l’édition des annuaires
professionnels et sur celui de la commercialisation d’espaces publicitaires dans les
annuaires professionnels.
288
289
290
291
292
FR
[…]* (p. 3637 du dossier.)
[…]*pp. 251 et ss. du dossier […]* […]* p. 633 du dossier […]* pp. 4727 et ss. du dossier […]* pp.
4765 et ss. du dossier […]* (p. 5904 du dossier
Voir la réponse de France Télécom du 1er août 2001 à la lettre de demande de renseignements en date
du 10 juillet 2001. De cette réponse (annexe 2a), il ressort ainsi qu’[…]*. Les réponses de France
Télécom du 14 mars 2002 et du 4 novembre mettent en évidence un phénomène équivalent pour 2002.
Réponse du 4 mars 2002, paragraphe 142.
Décision n°98-D-16 du 3 mars 1998 relative à des pratiques mises en oeuvre par l’Office d’annonces
dans le secteur de la commercialisation des espaces publicitaires dans les annuaires téléphoniques.
FR
(248) Sans qu’il y ait lieu d’examiner, aux fins de la présente procédure, si Wanadoo SA et
sa filiale Pages Jaunes, successeurs de France Télécom et de l’ODA pour les activités
en cause, détiennent une position dominante, on doit observer que la présence dans le
portefeuille du groupe de ces activités très profitables est de nature à atténuer de
manière considérable l’effet pour la valeur du groupe et du titre coté d’une politique de
vente à pertes de la filiale Wanadoo Interactive sur le marché de l’accès à Internet à
haut débit. En 2000 et en 2001, Wanadoo a ainsi réalisé sur son segment d’activités
« annuaires et services aux professionnels » des résultats avant amortissements
respectivement de 225 millions d’euros et de 238 millions d’euros293. De toute
évidence, Wanadoo Interactive aurait envisagé de manière différente les pertes très
importantes enregistrées sur le marché de l’accès à Internet à haut débit si l’impact de
ce choc économique de grande ampleur n’avait été amorti, au niveau du groupe
Wanadoo, par les profits très importants issus de l’activité d’édition d’annuaires et
surtout de commercialisation d’espaces publicitaires. La composition du portefeuille
d’activités du groupe Wanadoo lui confère ainsi une puissance financière considérable
qui concourt à établir sa dominance sur le marché en cause.
(249) Wanadoo Interactive a contesté l’avantage lié aux revenus procurés au groupe par
l’activité d’annuaires. Elle estime au contraire que seule compte véritablement la
trésorerie constituée lors de l’introduction en Bourse de Wanadoo en 2000, à hauteur
de […]*d’euros294.
(250) La Commission […]*considère que la trésorerie constituée en 2000 a représenté un
avantage très appréciable pour supporter financièrement une activité dégageant une
trésorerie négative comme le haut débit. Wanadoo Interactive prétend que les
concurrents de Wanadoo Interactive sont « tous adossés à des groupes financièrement
puissants »295, sans nullement étayer son affirmation d’un point de vue factuel. La
Commission estime au contraire que ce niveau de trésorerie était à la source d’une
asymétrie financière forte par rapport à certains opérateurs comme Mangoosta.
(251) De plus, la Commission estime que le niveau de trésorerie en début de période n’est
pas le seul paramètre à prendre en considération. En effet, une entreprise ne peut gérer
sa trésorerie en faisant abstraction de la manière dont le niveau de celle-ci est affecté
par ses conditions d’exploitation courantes. Ainsi, la marge de manoeuvre offerte à
Wanadoo par sa trésorerie aurait été plus réduite si la dégradation de trésorerie liée aux
activités Internet déficitaires n’avait été compensée par les apports de trésorerie nette
générés par une activité bénéficiaire.
(252) La Commission estime que les bénéfices tirés de l’activité des annuaires étaient de
nature à renforcer la dominance sur le marché de l’accès à Internet à haut débit, en
particulier dans une période de retournement conjoncturel et de tarissement des
ressources financières disponibles pour le secteur de l’internet296.
293
294
295
296
FR
Annexe des comptes consolidés de Wanadoo au 31 décembre 2001, p. 14 (document transmis par
Wanadoo Interactive le 15 mars 2002, p. 2369 du dossier).
Point 3 de l’appendice C à la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (pp. 6366 et ss. du
dossier).
Point 2 de l’appendice C à la réponse du 23 octobre 2002.
Dans sa publication précitée « Internet, un bilan du marché français / mars 2003 », l’ART décrit ainsi ce
phénomène : « A partir de mi-2000, notamment à cause de revenus publicitaires qui n’avaient pas
atteint les niveaux prédits, les investisseurs ont diminué les montants placés dans les sociétés de
FR
5. Conclusion
(253) L’existence d’une position dominante peut résulter de la réunion de plusieurs facteurs
qui, pris isolément, ne seraient pas nécessairement déterminants297. Dans le cas
d’espèce, la Commission considère que les parts de marché détenues depuis le début
de l’année 2001 par Wanadoo Interactive, les multiples effets d’adossement au groupe
France Télécom et la position occupée par le groupe Wanadoo sur le marché des
annuaires, sont, par leur combinaison, de nature à conférer à Wanadoo Interactive le
caractère d’entreprise dominante sur le marché français de l’accès Internet à haut débit
pour la clientèle résidentielle.
D. L’ABUS DE POSITION DOMINANTE
(254) La présente section montre comment la pratique de tarification en dessous des coûts
mise en oeuvre par Wanadoo Interactive s’est inscrite dans le cadre d’une stratégie
intentionnelle de prédation en vue de préempter un marché en plein développement et,
de ce fait, en quoi elle constitue un abus de position dominante au sens de l’article 82
du traité.
(255) Les arguments présentés par Wanadoo Interactive portent sur l’applicabilité de
l’article 82 du traité à un secteur en émergence, sur les justifications objectives à une
tarification en dessous des coûts, et sur la question des barrières à l’entrée et de la
récupération des pertes initiales. Ils sont examinés en détail dans la présente section.
1. Matérialité de l’abus : la non couverture des coûts dans le cadre d’un plan
visant à préempter le marché
(256) La jurisprudence communautaire298 a consacré l’existence de deux méthodes d’analyse
différentes lorsqu’il s’agit de vérifier si une entreprise a pratiqué des prix prédateurs,
l’une fondée sur les coûts variables, l’autre sur les coûts complets. Ainsi, l’existence
de prix prédateurs est établie dans les situations suivantes :
–
la non couverture des coûts variables unitaires moyens, dont le constat suffit en
lui-même à établir l’abus ;
–
la non couverture des coûts complets moyens, lorsque celle-ci s’accompagne
d’un plan révélant une intention d’éviction des concurrents.
1. La couverture des coûts
(257) Depuis le début de l’année 2001, compte tenu des précisions données dans la section
I.F., on peut distinguer schématiquement distinguer trois périodes :
297
298
FR
l’Internet. Les levées de fonds et les introductions en bourse sont devenues plus difficiles. Cette
raréfaction des financements a conduit à une évolution des modèles économiques. (…) les sociétés
Internet ne pouvaient pas continuer sur une stratégie d’acquisition de clients à n’importe quel coût et
ont dû trouver un modèle économique rentable ».
Arrêt United Brands précité, point 66.
Arrêt – Akzo précité, points 71 et 72. Arrêt de la Cour du 14 novembre 1996 dans l’affaire C-333/94 P,
Tetra Pak International SA / Commission, Rec. 1996, page I-05951, point 41.
FR
–
du 1er janvier au 31 juillet 2001, Wanadoo Interactive a été très éloignée d’une
couverture des coûts variables (retraités) des services en cause ;
–
du 1er août 2001 au 15 octobre 2002, Wanadoo Interactive s’est située dans le
voisinage immédiat du test retenu par la Commission, mais sans jamais
l’atteindre : Wanadoo n’a pas couvert ses coûts complets (retraités 299) ;
accessoirement, bien qu’elle ait couvert ses coûts variables retraités (en réalisé)
sur une partie de la période, elle n’était pas en mesure avant mars 2002 de
prévoir ex ante de parvenir à cette couverture;
–
à compter du 15 octobre 2002, Wanadoo Interactive a clairement satisfait au
test de couverture des coûts retenu par la Commission, tant pour les coûts
complets que pour les coûts variables, même si en instantané ses revenus ont
pu être inférieurs à ses coûts comptables.
(258) L’absence de rationalité à court terme du déploiement commercial pour les sept
premiers mois de l’année 2001 ne fait aucun doute.
(259) Pour la période suivante, bien que les coûts comptables n’aient jamais été couverts, et
que jusqu’en octobre 2002 chaque mois supplémentaire ait apporté une nouvelle
dégradation au résultat cumulé de l’activité, l’entreprise s’est située en bordure, mais
toujours légèrement en deçà, de la frontière de rationalité économique utilisée par la
Commission dans la présente décision. Ses prévisions ne lui permettaient pas
d’envisager favorablement l’impact financier à court terme du développement
commercial de ses produits ADSL avant que n’entrent en vigueur les nouveaux tarifs
de collecte et d’accès de France Télécom en 2002. Seule l’introduction des nouveaux
tarifs de France Télécom le 15 octobre 2002, conjuguée à une décision de l’opérateur
de télécommunications d’offrir la gratuité des frais d’accès en service à tous les
fournisseurs d’accès, a permis à Wanadoo Interactive de satisfaire sans ambiguïté au
test utilisé par la Commission et d’entrer dans une zone de rationalité financière de
court terme.
(260) Wanadoo Interactive reproche à la Commission d’avoir dans son analyse négligé les
caractéristiques propres au démarrage d’un nouveau produit.
(261) Ce reproche est infondé. Dans son analyse, la Commission a au contraire apporté un
important aménagement dans l’application du test de prédation posé par l’arrêt Akzo,
dans le sens d’un assouplissement.
(262) En premier lieu, au lieu de se borner à l’examen des coûts et des recettes tels qu’ils
sont enregistrés dans la comptabilité de l’entreprise, ainsi que le suggère l’arrêt Akzo,
la Commission a procédé à un étalement des coûts d’acquisition de la clientèle sur
quarante-huit mois, assimilant en quelque sorte ces coûts à un investissement
commercial à amortir sur une durée de vie réaliste d’un client. L’assouplissement
apporté par ce biais à l’application du test Akzo est important, puisqu’il conduit à très
fortement minimiser l’incidence des coûts d’acquisition de la clientèle, qui
299
FR
Il est rappelé, à titre accessoire, que sur cette même période Wanadoo Interactive n’a pas non plus
couvert les coûts variables non retraités, tels qu’ils ressortent de la comptabilité.
FR
représentent pourtant […]* % des coûts subis par Wanadoo Interactive en 2001300. En
outre, dans son évaluation des revenus générés par les abonnements, la Commission a
retenu un revenu facial théorique d’abonnement, et non le revenu moyen effectivement
observé, constamment entre […]* % et […]* % en deçà du revenu théorique : ce
faisant, elle a neutralisé l’effet mécanique lié à la croissance du parc d’abonnés
expliqué au point 29. L’effet combiné de ces deux correctifs revient à améliorer de
plus de [10-30]* points les taux de couverture des coûts utilisés dans la présente
décision par rapport à ce qu’aurait produit l’établissement d’un simple taux de
couverture établi sur la base des données comptables non retraitées.
(263) De plus, la Commission n’a pas pris en compte le coût du capital dans son analyse.
Enfin, s’agissant de l’évaluation de certaines composantes de coût, la Commission, en
présence d’incertitudes, a toujours retenu les hypothèses les plus favorables à
l’entreprise en cause.
(264) Ainsi, la méthode d’appréciation de la couverture des coûts retraités s’est révélée tout
à fait respectueuse du contexte d’un marché en phase d’expansion, et apporte un
éclairage beaucoup plus nuancé que ne l’aurait fait le constat brut des coûts
comptables enregistrés pendant cette période. La Commission considère avoir atteint,
dans le cas d’espèce, la limite des adaptations de méthode auxquelles il était possible
de procéder sans dénaturer la logique d’un test de prédation.
2. Contestation par l’entreprise de l’interprétation donnée à sa pratique de prix
(265) Selon Wanadoo Interactive, il manquerait au cas d’espèce plusieurs ingrédients qui
seuls permettraient de donner la qualification de prédatrice à la stratégie poursuivie par
Wanadoo Interactive. Il aurait fallu en particulier assister à une baisse soudaine des
prix, que cette baisse fût sélective en faveur d’une catégorie de clients donnée, et que
cette baisse fût accompagnée de signaux de prédation sur le marché, c’est-à-dire de
menaces à l’égard des concurrents afin de les dissuader d’opérer sur le marché301.
Enfin, il aurait fallu que la baisse fût suffisamment durable pour produire des effets.
(266) La Commission considère que les précédents de jurisprudence n’épuisent pas les
configurations possibles de prédation. La prédation peut revêtir des formes différentes
de l’écartement radical et l’élimination en série de tous les concurrents du marché 302.
Plus généralement, la prédation peut seulement consister à contraindre ou inhiber le
comportement concurrentiel d’un rival existant ou potentiel303. Dans cette approche, le
300
301
302
303
FR
Le « poids » apparent des coûts d’acquisition de la clientèle dans l’analyse est, selon les périodes,
ramené à des proportions comprises entre [0-10]*% pour le service eXtense, et entre [0-10]* % pour le
service Wanadoo ADSL dans le calcul des taux de couverture retracés dans la section I.F., soit environ
[10-30]* points et plus en deçà de leur part dans les coûts réels comptabilisés.
Paragraphes 205 à 215 de la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (pp. 6293 et ss. du
dossier).
David E.M. Sappington et Gregory Sydak, « Are Public Enterprises the only credible predators ? », The
university of Chicago Law Review, 271, 2000, p. 274-275.
P. Bolton, Brodley, Riordan, 2000, Predatory pricing : strategic theory and legal policy, 88, Georgetown
Law Journal, p. 3 et p. 36 : « The disciplining of rivals is itself exclusionary since its object is to exclude
the growth and expansion of the prey or the prey’s entry into new markets ».[« Le fait de contraindre
les concurrents comporte en lui-même un effet d’exclusion puisque son objet est d’empêcher la
croissance et le développement de la victime ou bien l’entrée de la victime sur des nouveaux marchés »
(traduction non officielle)]
FR
prix prédateur est simplement celui qui conduit à une maximisation du profit par ses
effets d’exclusion ou d’autres effets anti-concurrentiels.
(267) Wanadoo Interactive évoque la nécessité d’une baisse des prix pour que l’on puisse
parler de prédation. La Commission estime que l’argument sur la nécessité d’une
baisse des prix, n’a pas véritablement de sens s’agissant de l’introduction de nouveaux
produits sur un marché, l’essentiel étant alors plutôt la tarification en dessous des
coûts304. Au demeurant, d’un strict point de vue factuel, l’argument de Wanadoo
Interactive est douteux dans le cas d’espèce. En effet, le lancement des offres
packagées à la fin de l’année 2000 a représenté une nouvelle baisse du prix de revient
pour l’abonné de l’ordre de 21 %305 par rapport aux formules d’offres ADSL
dissociées qui existaient auparavant.
(268) La doctrine économique ne borne nullement le comportement prédateur à des
stratégies sélectives visant à la récupération de tel ou tel client. Une telle restriction de
l’analyse serait dépourvue de signification dans le cas d’espèce. En effet, le marché en
cause est un marché résidentiel de masse. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un marché
d’approvisionnement d’un nombre limité de gros clients générant individuellement un
fort chiffre d’affaires comme dans les précédents évoqués par Wanadoo Interactive,
qui présentent des configurations dans lesquelles des pratiques de prix sélectifs
peuvent s’avérer rationnelles.
(269) Enfin, selon Wanadoo Interactive le prix de ses services ADSL n’aurait jamais
constitué un élément de sa stratégie de développement, non plus qu’un instrument
manipulé dans le but d’éliminer des concurrents. Wanadoo Interactive relève ainsi que
toute référence aux prix serait absente de ses plans marketing 2001 et 2002, axés sur
d’autres éléments de stratégie. Le prix des services aurait en quelque sorte constitué
une donnée exogène du marché, et non une composante de la stratégie de l’entreprise.
Wanadoo, dans sa politique de fixation de prix, n’aurait été guidée que par le souci
d’atteindre la rentabilité de ses offres306.
(270) La Commission considère au contraire que plusieurs documents internes de
l’entreprise établissent le lien entre le niveau de tarification et la stratégie de
développement de Wanadoo Interactive, tant au moment des réflexions préliminaires à
la fixation du prix, qu’au cours de discussions ultérieures sur d’éventuels
repositionnements de prix tout au long de 2001. Dans un courrier de juillet 2000,
304
305
306
FR
Janusz A. Ordover et alii, op. cité, p. 9.
Avec la formule Wanadoo ADSL, le prix de revient à la fin de l’année 2000 s’élevait à 378 FRF TTC,
hors frais d’installation et de mise en service (768,57 FRF TTC). Le prix de revient de la formule
packagée eXtense s’élevait pour sa part à 298 FRF TTC, soit un niveau de 21 % inférieur au premier.
Wanadoo Interactive veut pour preuves de son assertion deux documents, l’un de juillet 2000, l’autre de
mai 2001 ( […]*, p. 3142 du dossier, et […]*, p. 3106 du dossier, cités au paragraphe 89 de la réponse
de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002.) Or, ces deux documents ne sont pas véritablement
pertinents pour l’analyse du cas d’espèce. Le premier remonte à l’été 2000, à une époque où l’entreprise
accordait une préférence à une tarification de l’abonnement à […]* FRF TTC ; elle précède donc de
plusieurs mois la décision de Wanadoo Interactive sur le prix de détail de l’abonnement au Pack
eXtense à 298 FRF TTC. Le second document fait état des réflexions personnelles de deux salariés de
Wanadoo Interactive sur la facturation à l’abonné des frais d’accès au service (et non sur le prix
d’abonnement). Or, ces réflexions n’ont pas été suivies, […]*. Ainsi, si un objectif d’amélioration de la
rentabilité a pu effectivement guider la réflexion de certains cadres de l’entreprise, il n’a pas exercé
d’incidence sur les choix tarifaires effectifs de l’entreprise.
FR
[…]*307Au printemps 2001, […]*308. Un mois plus tôt, […]*309. Au demeurant, la
Commission considère que ce n’est pas tant le niveau de prix en tant que tel qui
importe dans le cas d’espèce, que l’écart entre le prix et les coûts.
3. L’intention d’éviction de la concurrence
(271) Selon la Commission310, la preuve de l’intention d’éviction de la concurrence peut
prendre la forme de documents internes de la société dominante, qui révèlent
l’existence d’un projet visant à nuire à des concurrents. A défaut de documents qui en
apporteraient la preuve directe, l’intention d’évincer les concurrents peut
éventuellement se déduire de circonstances du cas d’espèce, et d’une série d’indices
sérieux et concordants311.
a) Le projet de préemption du marché
(272) Les documents internes à l’entreprise décrits à la section I.G.1 font état d’une stratégie
délibérée de préemption par Wanadoo Interactive du marché du haut débit, et tout
spécialement du créneau de l’ADSL.
(273) La Commission estime que, dans le contexte d’un marché nouveau entré dans un
phase de croissance dynamique, et compte tenu des avantages tirés par Wanadoo de
son appartenance au groupe France Télécom, ce projet de préemption doit être en luimême assimilé à une intention d’éviction de la concurrence.
b) Le choix d’une stratégie de prix et de volumes non réplicable par la concurrence
(274) L’intention d’endiguement de la concurrence se révèle aussi au travers de
l’appréciation ex ante par Wanadoo Interactive des conditions de rentabilité des
services en cause au moment où l’entreprise a établi ses objectifs de pénétration du
marché. Pendant les sept premiers mois de l’année 2001, Wanadoo Interactive a en
toute connaissance de cause fixé ses tarifs et promu ses ventes de services d’accès à
Internet à haut débit en sachant parfaitement que les prix étaient situés à un niveau très
inférieur aux coûts variables312. Lorsque Wanadoo Interactive a fortement révisé à la
hausse ses objectifs quantitatifs de ventes pour le second semestre 2001, en juin-juillet
2001313, elle n’était pas non plus en situation d’envisager une marge brute positive314
avant la fin de l’année, malgré […]*. De même, lorsqu’elle a établi les objectifs
quantitatifs pour 2002, fixés alors à un niveau de[10-20]* % supérieur à ce qui était
envisagé initialement315, Wanadoo Interactive n’était pas en mesure d’évaluer
307
308
309
310
311
312
313
314
315
FR
[…]*
[…]* (p. 3109 du dossier)
[…]* (p. 3234 du dossier).
Décision de la Commission du 14 décembre 1985 dans l’affaire IV/30.698 – ECS/ Akzo Chemie (JO
n°L 374 du 31/12/1985) point 81.
Voir l’arrêt du Tribunal du 6 octobre 1994 dans l’affaire T-83/91, Tetra Pak SA / Commission, Rec.
1994, p. II-00755, point 151.
Voir la section I.G.2.- retraçant l’évolution des réflexions internes à l’entreprise sur les niveaux de prix
et de marge des services ADSL pendant les années 2000 et 2001.
[…]* (p. 3316 du dossier). […]*
Voir la section I.G.2.
[…]* Wanadoo Interactive évoque un objectif de parc de […]* […]* p. 2907 du dossier). On évoque
ensuite un objectif de pénétration de […]* (p. 3074 du dossier).
FR
positivement l’économie de l’ADSL, au moins pour les premiers mois de l’année
2002, sur la base des informations et prévisions alors disponibles.
(275) A l’évidence, ses concurrents présents sur le créneau de l’ADSL n’étaient a fortiori
pas en mesure d’envisager davantage de couvrir leurs coûts variables pendant toute la
fin de l’année 2001, compte tenu de leur degré d’information sur le coût de revient des
services d’accès IP/ADSL et de collecte IP de trafic ADSL. C’est seulement à partir de
décembre 2001, au plus tôt316, que les concurrents ont pu progressivement prendre
connaissance du fait qu’en « réalisé », l’économie de l’ADSL leur était moins
défavorable qu’ils ne l’avaient anticipé, du fait des règles de mesure du trafic
consommé finalement adoptées par France Télécom, règles que les dispositions du
contrat de collecte IP/ADSL ne permettaient pas de prévoir.
(276) La connaissance du coût des prestations de France Télécom était d’ailleurs encore si
imparfaite au début de l’année 2002, même pour des observateurs avertis, que dans
son avis du 30 avril 2002 l’ART estimait encore les reversements des fournisseurs
d’accès à France Télécom au titre de l’accès et de la collecte de trafic ADSL
supérieurs à leurs revenus317.
(277) Dans l’analyse des intentions de Wanadoo Interactive par rapport à ses concurrents, la
perception ex ante par l’entreprise elle-même des perspectives de rentabilité lors de la
définition de ses objectifs quantitatifs importe plus que le réalisé, connu de manière
définitive plusieurs semaines après la fin de l’exercice 2001. En effet, c’est bien cette
perception des conditions économiques tout au long de l’année 2001 qui a conditionné
l’idée que les concurrents positionnés sur le créneau de l’ADSL se faisaient de la
détermination mise par Wanadoo Interactive à les frustrer dans leurs espérances en
matière de taux de croissance, d’acquisition de parts de marché ou de restauration de
leurs marges 318.
(278) Il était clair, durant toute l’année 2001, que l’entreprise en cause avait délibérément
fait le choix d’une stratégie de développement en matière de haut débit qui était
problématique pour ses propres résultats. Ainsi Wanadoo Interactive a clairement et
sciemment exercé un arbitrage entre un objectif de rentabilité minimale qui aurait
permis de récupérer dans un délai raisonnable les coûts d’acquisition de la clientèle, et
un objectif de pénétration ambitieuse du marché au détriment de ses concurrents.
(279) Pendant l’année 2001, Wanadoo Interactive a constaté à plusieurs reprises que sa
propre stratégie, qui combinait une tarification non rentable et des volumes de ventes
importants, n’était pas soutenable économiquement pour ses concurrents et ne pouvait
316
317
318
FR
[…]* pp. 2293 et ss. du dossier). […]*.
Avis de l’ART n°02.346 du 30 avril 2002 et dossier de presse établi par le régulateur à cette occasion.
Selon les estimations alors effectuées par l’ART, « sur la base d’un débit moyen par abonné de 23
kbit/s, conforme aux conditions actuelles d’exploitation », un fournisseur d’accès « verse actuellemnt à
France Télécom des charges au titre des offres IP/ADSL (collecte + accès) s’élevant à 39,7 € HT par
mois par abonné, excédant ses revenus» , revenus évalués à 38 euros HT à partir du tarif pratiqué par
Wanadoo Interactive (p. 4956 du dossier.) L’avis de l’ART indique tout aussi explicitement :
« s’agissant des FAI, ces derniers ont eu à supporter des reversements à France Télécom de 39,7 € par
mois et par abonné les conduisant à consentir des pertes pour s’établir sur le marché et concurrencer
Wanadoo »
Voir la décision Akzo Chemie précitée, point 79.
FR
de ce fait être reproduite, du moins à une échelle comparable. […]* 319, […]* 320. Elle
savait également que la raison qui retenait un concurrent tel qu’AOL, acteur important
du bas débit, d’entrer sur le marché du haut débit, était l’impossibilité de suivre les
tarifs de détail de Wanadoo sans subir des pertes321.
(280) […]* ses concurrents sur le créneau de l’ADSL se situaient mécaniquement plusieurs
points de rentabilité en dessous d’elle-même. Ce désavantage pour les concurrents
résultait principalement de la structure des barèmes du service de collecte, défavorable
aux fournisseurs disposant de moins de 20 000 ou 30 000 abonnés, et de la nécessité
pour les fournisseurs d’accès desservant un faible nombre d’abonnés de répartir les
coûts de raccordement (fixes dans le court terme) sur un parc restreint. Ces éléments
avaient été diagnostiqués par Wanadoo Interactive, qui avait procédé à des estimations
détaillées de l’écart de marge brute selon la volumétrie des débits de trafic, mettant en
évidence les avantages dont elle bénéficiait en sa qualité de premier acteur du
marché322. Le désavantage en matière de coûts subi par les concurrents résulte
également d’autres facteurs moins aisément quantifiables. Par exemple, à la différence
de Wanadoo Interactive, tous les fournisseurs d’accès à Internet ne disposent pas de
facilités financières limitant le besoin de financement externe d’activités déficitaires,
et devaient donc ajouter aux charges d’exploitation des frais financiers issus des pertes
réalisées323.
(281) Pour toutes ces raisons, si Wanadoo Interactive elle-même n’atteignait pas une
couverture de ses coûts complets retraités, ses concurrents non seulement ne
couvraient pas leurs coûts complets retraités, mais avaient toutes les chances de ne pas
non plus couvrir leurs coûts variables. Même lorsque Wanadoo Interactive anticipait, à
la fin de l’année 2001, de dégager une marge légèrement positive sur ses coûts de
production au cours de l’année suivante324, il était clair que ses concurrents ne seraient
319
320
321
322
323
324
FR
[…]* […]* (p. 3213 du dossier de la Commission).
[…]*(p. 3158 du dossier).
[…]*[…]* La pièce jointe retrace une intervention de M. Treppoz, président directeur général d’AOL
France : « Du temps où notre actionnaire était Cégétel, nous avions lancé une offre avec Monaco
Telecom et disposions de 500 abonnés. Nous ne l’avons pas lancée en France car l’offre de revente
ADSL de France Télécom ne nous permet pas aujourd’hui de gagner de l’argent. Techniquement, nous
sommes prêts, mais nous n’avons pas vocation à perdre de l’argent. » (p. 3065 du dossier).
Le document […]* analyse en détail, en fonction du débit et de la taille des raccordements, les
hypothèses de marge sur coûts de réseau résultant de l’entrée en vigueur du nouveau contrat de collecte
nationale et régionale IP de trafic ADSL (pp. 2921 et ss. du dossier). Il ressort de ce document qu’un
concurrent disposant d’un trafic moindre que Wanadoo Interactive bénéficiera de marges sur coûts de
réseau inférieures de plusieurs points à celles prévues pour Wanadoo Interactive : ainsi, un très petit
concurrent disposant simplement de liens de raccordement de […] Mbit/s devait dégager un taux de
marge sur coûts de réseau négatif, et de […]* points inférieur à celui de Wanadoo ; un concurrent de
taille moyenne disposant déjà d’un effectif d’abonnés plus conséquent et de raccordements de […]*
Mbit/s, se situait toujours à […]* points de marge en deçà de Wanadoo ; enfin, un concurrent de taille
plus importante disposant de raccordements à […]* Mbit/s parvenait à réduire à […]* points de marge
l’écart avec Wanadoo.
A cet égard, on peut estimer que le coût de financement externe du déficit supporté par Wanadoo
Interactive en 2001 sur ses activités ADSL (pertes de l’ordre de […]* d’euros) aurait entraîné des frais
financiers de l’ordre de […]* euro par mois et par abonné.
Pour Wanadoo Interactive, le coût complet retraité du service eXtense a été pendant les derniers mois
de 2001 et le premier semestre 2002 environ […]* % au-dessus du coût variable retraité. On peut
estimer de plus sur la base des différentiels de coûts de réseau, qu’un concurrent moyen se situe
mécaniquement à […]* points de rentabilité en-deçà de Wanadoo Interactive. Ainsi, si pendant cette
période la couverture des coûts complets s’établissait à […]*% pour Wanadoo (soit […]* % des coûts
FR
pas en mesure de couvrir leurs coûts variables et donc de donner un sens économique
au développement de leurs activités haut débit.
(282) Ainsi, il est considéré que pendant toute l’année 2001 la stratégie de Wanadoo
Interactive avait pour objectif de recruter le plus grand nombre d’abonnés possibles
alors même que les conditions économiques n’étaient pas réunies. […]* De la sorte, la
stratégie de Wanadoo Interactive a eu pour effet d’écarter ou de marginaliser les
concurrents incapables de s’aligner sur cette stratégie. Cette stratégie s’est poursuivie
325
en 2002, […]*
(283) Pour autant, Wanadoo Interactive n’a nullement amendé sa politique commerciale. Les
prix sont demeurés inchangés326. Les objectifs de pénétration quantitative du marché
327
n’ont pas été modifiés. […]* Ainsi, alors même que Wanadoo Interactive avait reçu
la première communication des griefs de la Commission quelques semaines
auparavant, l’hypothèse d’une fuite en avant pour la conquête de la clientèle était
encore à l’étude pour les exercices suivants.
(284) Dans ce contexte, l’affichage328 par Wanadoo Interactive en 2001 comme au début de
2002 d’objectifs commerciaux particulièrement ambitieux, inatteignables pour une
entreprise non dominante dans les conditions de rentabilité défavorables du moment,
avait pour effet de décourager les entreprises rivales et participait de l’objectif
d’éviction ou d’endiguement de la concurrence poursuivi par l’entreprise. A cet égard,
il est impossible de souscrire à l’analyse de Wanadoo Interactive, qui voit dans
l’expression de sa stratégie de préemption une simple intention subjective329. Au
contraire, l’expression de l’intention de préemption est relayée et corroborée par des
éléments économiques indiscutables et la mise en oeuvre de l’intention dans la
politique commerciale. Il est impossible de considérer qu’une stratégie de
développement commercial qui met à l’épreuve la capacité de résistance financière des
concurrents procède d’une concurrence par les mérites. Ainsi, la Commission doit
considérer que la dynamique et l’ampleur des ventes à pertes pendant la période
concernée constituent en elles-mêmes un indice de l’intention d’éviction de la
concurrence330.
325
326
327
328
329
330
FR
variables), les concurrents se situaient mécaniquement à un taux de couverture des coûts variables
nécessairement inférieur à […]*%.
Voir le point 139.
[…]* (pp. 3216, 3217 et 3233 du dossier).
[…]* (pp. 3534 et ss. du dossier
Les objectifs et performances commerciales de Wanadoo Interactive sont occasionnellement
communiqués à la presse. Cité dans un article du quotidien Les Echos du 7 septembre 2001, le président
directeur général de Wanadoo, Nicolas Dufourcq, évoquait un objectif de 300 000 abonnés ADSL à la
fin de l’année et l’acquisition de 1000 nouveaux abonnés ADSL par jour. Un article du Journal du net
du 4 octobre 2001 faisait état des 210 000 abonnés ADSL alors recensés, d’une progression des
abonnements de 10 000 unités par semaine et d’un objectif de « 300.000 avant la fin de l’année ». Un
article des Echos du 21 février 2002 donnait le chiffre de 457 000 abonnés ADSL et affichait l’objectif
d’un million d’abonnés à la fin de 2002. Dans un article du même quotidien du 23 janvier 2002, il était
fait mention du recrutement de 140 000 abonnés entre les mois d’octobre et de décembre précédents.
Voir les paragraphes 117, 118 et 133 à 137 de la réponse du 23 octobre 2002 (pp. 6276 et ss. du
dossier).
Arrêt du Tribunal Tetra Pak précité, points 151 et 190.
FR
c) Un élément de contexte : la politique d’ensemble du groupe France Télécom face à
la concurrence dans le marché du haut débit
(285) Afin de mieux apprécier la portée de la politique de Wanadoo Interactive et son
insertion dans un plan d’ensemble, il est utile de mettre en perspective le
comportement de la filiale dans la problématique du groupe France Télécom. Les
éléments décrits aux points 286 à 290 ne constituent pas des griefs à l’encontre de
Wanadoo Interactive. Mais la stratégie poursuivie par la filiale n’est pas complètement
dissociable des objectifs de la société-mère.
(286) Tout d’abord, il est intéressant de se référer au comportement de France Télécom sur
le marché de gros. Les conditions tarifaires et commerciales des solutions d’accès en
gros baptisées options 1, 2, et 3 dans le vocabulaire réglementaire français331 ne sont
pas visées par la présente procédure. A leur égard, la Commission se bornera
simplement à rappeler que l’ART a estimé jusqu’à l’été 2002 que les tarifs adoptés par
France Télécom ne permettaient pas aux différents acteurs potentiels de trouver leur
place dans la chaîne de création de valeur de l’accès à Internet à haut débit, évoquant
une situation de « blocage de la concurrence » sur le marché de l’ADSL 332.
(287) La stratégie tarifaire de France Télécom concernant l’option 5, qui recouvre dans le
vocabulaire français la combinaison des prestations du service d’accès IP/ADSL et de
collecte IP de trafic ADSL expliquées au point 42, présente dans ce contexte un intérêt
tout particulier. […]* Le tableau 11, qui retrace les résultats prévisionnels des services
d’accès (en gros) IP/ADSL et collecte IP, en fournit une illustration.
Tableau 11 : Compte d’exploitation prévisionnel des services d’accès Internet haut
débit par ADSL de France Télécom (en million d’euros) 333
Chiffre d'affaires
Total coûts complets
Résultat
Taux de marge nette
Marge nette cumulée depuis
2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
2003
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
2004
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
(288) Le bénéfice cumulé réalisé par France Télécom sur ses services de gros, […]*, est à
mettre en regard des pertes cumulées de Wanadoo Interactive sur ses services ADSL
331
332
333
FR
L’option 1 désigne l’accès totalement dégroupé à la paire de cuivre, l’option 2 désigne l’accès partagé à
la paire de cuivre, l’option 3 recouvre une offre d’accès indirect à la paire de cuivre via le réseau ATM
de l’opérateur historique.
Voir le point III.1.3. de l’avis n° 02-346 de l’ART précité. Voir également le communiqué de presse et
les transparents publiés sur le site de l’ART le 7 mai 2002. Dans sa réponse du 4 mars 2003
(paragraphe103 – p. 6883 du dossier), Wanadoo Interactive indique d’ailleurs : […]*
Tiré du compte prévisionnel établi par France Télécom pour ses services de gros IP/ADSL et de
collecte IP en 2001, point 3 de la lettre de France Télécom à la Commission du 9 avril 2002, p. 2573 du
dossier.
FR
de 2000 à 2002, […]* 334. […]* la filiale Wanadoo Interactive commercialisait le
produit de détail en revendant à perte les mêmes produits de gros, dans des conditions
de rentabilité très défavorables.
(289) Wanadoo Interactive n’a pas commenté au fond les éléments fournis dans ce
tableau 335. Elle se borne à observer que, d’une part, les tarifs de gros de France
Télécom sont homologués par le régulateur national des télécommunications, ce qui
limiterait la marge de manoeuvre de France Télécom, et d’autre part, que France
Télécom et Wanadoo Interactive sont des personnes morales distinctes dotées d’un
actionnariat propre336. Sur le premier point, la Commission relève que si les tarifs de
gros sont effectivement homologués par le ministre en charge des télécommunications
après avis de l’ART, le régulateur national n’a aucun pouvoir d’initiative quant à leur
niveau, et doit simplement formuler un avis sur des propositions émanant de France
Télécom, sans avoir la faculté de réformer celles-ci d’une quelconque manière 337.
Dans le meilleur des cas, le régulateur a seulement la faculté, comme il l’a d’ailleurs
fait au printemps 2002, de rejeter en bloc une proposition tarifaire jugée non
satisfaisante, et de demander à France Télécom de soumettre une nouvelle offre, sans
toutefois être en mesure de prescrire le contenu de celle-ci. Il est donc erroné de
prétendre que France Télécom ne dispose pas d’une marge de manoeuvre suffisante
pour établir ses tarifs de sa propre initiative. Sur le second point, relatif à la séparation
juridique entre France Télécom et Wanadoo Interactive, la Commission doit
simplement souligner la force des liens d’actionnariat et la cohésion à l’intérieur du
groupe à travers son comité exécutif.
(290) Enfin, la Commission a exposé à la section I.G.4. différents éléments complémentaires
reflétés dans des documents de l’entreprise, qui constituent des indices révélateurs
d’une intention de rétrécir l’espace concurrentiel laissé aux rivaux de sa filiale
Wanadoo Interactive : politique de « verrouillage » du marché des modems pendant
les premiers mois de l’année 2001, régime d’information des fournisseurs d’accès à
Internet sur l’éligibilité des lignes ADSL discriminatoire pendant deux ans et demi,
proposition d’entente sur les rémunérations des réseaux de grande distribution et sur
les prix de détail pour la commercialisation des packs ADSL. Ces faits n’entrent pas
dans le champ des griefs examinés dans le cadre de la présente procédure. Par
conséquent, la Commission ne se prononce pas sur leur compatibilité avec le droit de
la concurrence communautaire. Ces éléments, pour autant, n’en appartiennent pas
moins à une stratégie d’ensemble destinée à contenir aussi longtemps que possible le
développement des concurrents dans d’étroites limites et sont à cet égard utiles pour
334
335
336
337
FR
[…]*
Ce tableau lui avait été communiqué dans la lettre factuelle de la Commission du 16 janvier 2003.
Paragraphes 104 à 107 de la lettre de Wanadoo Interactive du 4 mars 2003 (p. 6884 du dossier).
Selon l’article L. 36-7., alinéa 5, du Code des Postes et Télécommunications français, l’ART « émet un
avis sur (…) les tarifs des services pour lesquels il n’existe pas de concurrents sur le marché,
préalablement, lorsqu’ils y sont soumis, à leur homologation par les ministres chargés des
télécommunications et de l’économie. » Il ressort ainsi des textes français que l’ART n’a pas autorité
pour se prononcer sur les tarifs de détail de Wanadoo Interactive. S’agissant des offres de gros de
France Télécom, dans son avis du 19 juin 2001 sur les offres IP/ADSL et de collecte, l’ART n’a en
outre pas estimé que la proposition tarifaire de l’opérateur historique était satisfaisante dans l’absolu,
mais seulement qu’elle conduisait simplement à « améliorer sensiblement la situation du marché de
détail » dont elle avait dressé dans le même avis un bilan préoccupant. Dans son avis du 7 mai 2002,
l’ART n’a pas prescrit à France Télécom les niveaux de prix des offres, et s’est bornée à indiquer les
conditions auxquelles les nouvelles offres devaient au minimum répondre.
FR
mieux appréhender le contexte et apprécier les intentions de Wanadoo Interactive. Ils
fournissent en effet des illustrations d’une stratégie multiforme destinée à contenir le
développement de la concurrence dans des bornes très resserrées338.
(291) Ainsi, la stratégie intentionnelle de préemption du marché de l’accès à Internet à haut
débit pour la clientèle résidentielle poursuivie en 2001 et 2002 par Wanadoo
Interactive s’est inscrite dans un ensemble de pratiques mises en place à l’intérieur du
groupe France Télécom, qui donnent plus de relief à la politique de sa filiale. La
politique commerciale de vente en dessous des coûts de Wanadoo Interactive, non
soutenable par les concurrents, a participé d’un plan délibéré pour détourner la
demande de services haut débit au profit du groupe France Télécom dans son
ensemble, à différents échelons de la chaîne de valeur, et pour en quelque sorte lui
réserver les premières années de croissance du marché.
4. Objectifs poursuivis par Wanadoo Interactive au moyen de la stratégie de
préemption
(292) La mobilisation de Wanadoo Interactive sur l’objectif de préemption du marché du
haut débit, alors que les conditions économiques n’étaient pas réunies, trouvait sa
rationalité dans des objectifs de moyen terme pertinents développés aux points 293 à
298. La préemption du marché du haut débit grâce à des prix inférieurs aux coûts
devait permettre la maximisation des revenus et des marges sur les abonnements
ADSL, la stabilisation de ces mêmes revenus au moyen d’une fidélisation croissante
des abonnés, mais aussi la maximisation des revenus sur des marchés connexes,
notamment celui de la publicité et celui du commerce électronique. En outre, elle
devait permettre d’acquérir une position de force sur le marché de l’acquisition de
contenus spécifiques au haut débit.
(293) En premier lieu, la position occupée sur le marché du haut débit devait permettre à
terme une reconstitution des marges de l’entreprise sur ses produits ADSL. Différents
documents de l’entreprise donnent des horizons plus ou moins reculés pour la
339
restauration de marges positives sur les produits en cause. […]*
[…]* Dans sa
réponse du 23 octobre 2002, Wanadoo Interactive a transmis un tableau faisant
ressortir des marges de […]* euros par mois en moyenne pour le Pack eXtense à
compter de novembre 2002, se maintenant dans la suite à ce niveau jusqu’en […]*340.
L’entreprise a d’autre part indiqué341 que cette hypothèse de marge de […]* euros était
en elle-même conservatrice et évoqué une « tendance croissante en termes de
marges » que ne refléterait pas correctement son hypothèse simplifiée, sans toutefois
fournir de simulations d’évolution des marges dans les années à venir. En toute
hypothèse, quels que soient le niveau exact des marges et la date précise de réalisation
338
339
340
341
FR
Dans sa décision n°02-D-38 du 19 juin 2002 relative à une saisine et à une demande de mesures
conservatoires présentées par la société Liberty Surf, le Conseil de la concurrence, sans disposer des
mêmes pièces que la Commission évoque d’ailleurs une « stratégie commune » à France Télécom et
Wanadoo, une « communauté d’intérêts » et indique que le degré d’autonomie de Wanadoo Interactive
par rapport à France Télécom influe sur « l’imputabilité des pratiques mais non sur leur matérialité ».
p. 2957 du dossier.
Annexe 9 de l’appendice D à la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (p. 6379 du
dossier).
Voir les paragraphes 327 et 336 de la réponse de Wanadoo Interactive du 23 octobre 2002 (p. 6315 du
dossier).
FR
de cet objectif, il est clair que Wanadoo prévoyait bien, sur un horizon de quelques
années, de réaliser sur cette activité d’accès pur des marges conséquentes. A la lumière
de ces réflexions internes à l’entreprise, il apparaît que la rationalité d’une politique de
prédation pour Wanadoo Interactive résidait moins dans un improbable relèvement des
prix d’abonnement pour l’accès à Internet, que dans une récupération des pertes
initiales grâce à la reconstitution progressive de marges sur les produits d’accès.
(294) Non seulement les abonnés aux services de haut débit devaient à terme générer un
chiffre d’affaires et des marges supérieurs aux abonnés à des services de bas débit,
mais encore ils devaient constituer une source de revenus plus stable. Le marché de
l’accès à Internet à bas débit est perçu par Wanadoo Interactive comme un marché de
« churn », c’est-à-dire un marché de rotation rapide de la clientèle, celle-ci passant
aisément d’une prestataire à un autre. Au contraire, le taux de « churn » pour les
abonnés à des services haut débit serait selon Wanadoo […]* fois plus faible que pour
les abonnés bas débit 342. L’acquisition d’une clientèle plus stable est évidemment un
facteur de sécurité pour les revenus de l’entreprise 343, et participe d’un objectif de
fidélisation des abonnés et de maximisation du rendement des clients au cours de leur
durée de vie.
(295) En second lieu, le potentiel de chiffre d’affaires des clients ADSL devait, dans
l’analyse de Wanadoo, se situer non seulement au niveau des revenus d’accès, mais
également au niveau des revenus de portail et de commerce électronique liés à un
usage plus intense d’Internet, et provenir ainsi de marchés connexes au marché en
cause344. En effet, comme l’explique un document interne de l’entreprise, […]*) 345.
Un document de Wanadoo Interactive évoque ainsi, au sujet des abonnés ADSL,
347
[…]*346. Le plan marketing
[…]*. Avec l’ADSL, il s’agissait notamment […]* 348.
[…]*349. Il s’agissait également, avec l’ADSL, d’améliorer les perspectives de revenus
publicitaires. Dans cette optique, l’acquisition de parts de marché importantes est
stratégique car, comme il est rappelé dans les réflexions internes à l’entreprise autour
du plan stratégique 2004 350, […]*D’ailleurs, sur la période 2001-2004 Wanadoo
Interactive prévoyait une augmentation […]* des revenus de contenus, de commerce
342
343
344
345
346
347
348
349
350
FR
En 2000, pour l’ensemble des abonnés de Wanadoo, tous services d’accès confondus, le taux de
« churn » annuel en moyenne s’établissait à […]* % […] p. 3438 du dossier. En 2001 et 2002, le taux
de « churn » annuel moyen observé pour eXtense était de l’ordre de […]* % (paragraphe 31 de la
réponse du 4 mars 2003, p. 6867 du dossier) ; le service eXtense enregistrait ainsi un taux de « churn »
plus de […]* fois inférieur à celui observé pour les produits bas débit en 2000. En janvier 2002, le taux
de « churn » mensuel s’établissait à […]* % pour les offres de bas débit dites classiques, à […]* % pour
les offres dites « intégrales » et à […]* % pour le haut débit ; en février 2002, les taux de « churn »
mensuels s’établissaient respectivement à […]* %, […]* % et […]* % […] p. 4134 du dossier. Ainsi le
taux de rotation des offres de bas débit apparaît comme […]* fois supérieur à ceux des offres de haut
débit.
[…]* (p. 3412 du dossier).
La littérature économique admet d’ailleurs que la récupération des pertes initiales ne se fasse pas
seulement sur le marché en cause, mais sur des marchés étroitement liés. M. Canoy, P. de Bijl, Ron
Kemp, « Access to Telecommunications Networks », miméo, CPB, oct. 2002 , p. 30.
[…]* (p. 3223 du dossier).
[…]* (p. 2655 du dossier).
[…]* (p. 3409 du dossier).
Ib.
L’étude […]*précise ainsi, p. 10 : « […]* ont déjà effectué des achats en ligne. » (p. 4145 du dossier).
[…]* (p. 4249 du dossier).
FR
électronique et de publicité, dont le volume total devait […]*de 2000 à 2004, et dont
le niveau moyen par abonné devait […]* sur cette période351.
(296) Troisièmement, l’antériorité de présence sur le marché de l’accès à Internet à haut
débit exerce aussi des effets très directs sur les approvisionnements en contenus. Le
fait d’avoir acquis une avance considérable dans le déploiement de l’offre
commerciale d’accès à Internet confère au fournisseur d’accès un avantage important
dans l’acquisition des contenus352.
(297) Enfin, la préemption du marché du haut débit était conçue comme un élément
important dans la consolidation de l’image du fournisseur d’accès353. L’objectif d’une
354
présence précoce sur le marché en cause s’expliquait […]*
[…]* 355[…]* 356
[…]*357. L’objectif de la stratégie était clair : il s’agissait de conduire, aux yeux du
consommateur, à une identification forte entre la marque Wanadoo et l’idée de haut
débit, de manière à s’assurer dans la suite d’une part prééminente de la croissance du
marché. A cet égard l’année 2001 fut une année décisive : grâce à son positionnement
en termes de prix, […]* 358.
(298) Le raisonnement économique d’ensemble qui sous-tend la stratégie de préemption du
359
marché est finalement résumé de la manière suivante dans une note […]*
[…]* La
Commission estime que cette analyse synthétise parfaitement la logique de prédation
et de préemption mise en oeuvre par Wanadoo Interactive, tout à fait rationnelle
stratégiquement pour l’entreprise.
5. Conclusion sur l’intention de préemption
(299) La Commission estime que Wanadoo Interactive s’est délibérément engagée dans une
stratégie de développement de ses services haut débit combinant des prix en dessous
des coûts et des volumes de vente importants, non soutenable par ses concurrents.
2. Applicabilité de la notion de prédation à un secteur en forte croissance
(300) Dans sa réponse du 23 octobre 2002, Wanadoo Interactive soutient qu’il est en tout
état de cause impossible d’appliquer un grief de prédation à un secteur d’activité ne
présentant pas un degré de maturité suffisant, et que de ce fait un tel grief ne saurait lui
351
352
353
354
355
356
357
358
359
FR
[…]* (pp. 3437 et ss. du dossier).
Il n’est pas indifférent, par exemple, que Microsoft ait choisi en octobre 2002 comme véhicules de sa
nouvelle plateforme de jeux interactifs Xbox Live les fournisseurs Wanadoo Interactive et Noos, qui
occupaient alors respectivement le premier et le deuxième rang sur le marché français, et non d’autres
fournisseurs comme T-Online France ou Tiscali (Reuters, « Microsoft to pilot Xbox Live in Europe in
Nov », dépêche du 25 septembre 2002, 4:21).
p. 3415 du dossier.
[…]* (p. 3409 du dossier).
[…]* (p. 3415 du dossier).
L’étude […]* précitée indique que sur le marché résidentiel, […]* % des nouveaux abonnés au produit
eXtense ont connu l’offre de Wanadoo par « le bouche-à-oreille », une proportion deux fois supérieure
à celle de ceux qui l’ont connue par la presse ou la publicité en ligne. Le même document indique que
[…]* % des abonnés au Pack eXtense recommanderaient ce produit dans leur entourage, contre […]*
% pour l’ensemble des abonnés à Wanadoo Interactive, tous services confondus.
[…]* (p. 3086 du dossier).
[…]* (p. 4157 du dossier).
[…]* (pp. 2958 et 2959 du dossier).
FR
être imputé360. Elle met en question la pertinence de l’application de la jurisprudence
traditionnelle de la Cour de justice à un secteur qu’elle qualifie d’émergent361. Dans le
contexte d’un nouveau service, l’enregistrement de pertes importantes constituerait en
quelque sorte une fatalité, et la rentabilité immédiate serait « par définition
impossible »362 sur un marché caractérisé par de fortes incertitudes économiques363.
(301) A cet égard, il y a lieu de rappeler que rien dans l’article 82 du traité ou dans la
jurisprudence communautaire en la matière ne prévoit d’exception d’application des
règles de concurrence aux secteurs n’ayant pas encore atteint une phase de complète
maturité ou qui seraient considérés comme des marchés « émergents ». Faire dépendre
l’application des règles de la concurrence d’une stabilisation complète du marché
reviendrait à priver les autorités de concurrence de la faculté d’intervenir en temps
utile avant que les abus constatés n’aient exercé la plénitude de leurs effets et que les
positions acquises indûment ne soient ainsi définitivement consolidées. Il ressort au
contraire de la jurisprudence qu’une pratique de prix prédateurs doit pouvoir être
sanctionnée dès qu’il existe un risque d’élimination des concurrents car l’objet
poursuivi par le traité, qui est de rechercher une concurrence non faussée364, ne permet
pas d’attendre qu’une telle stratégie aboutisse à l’élimination effective des
concurrents365.
(302) Même s’il n’est pas exclu que le marché de l’accès à Internet à haut débit doive
effectivement être considéré comme un marché émergent, il constitue en tout état de
cause un marché de type spécifique justifiant une vigilance particulière du point de
vue des autorités de concurrence communautaires. Ce marché présente en effet un fort
degré de connexité avec le marché de l’accès local dans le secteur des
télécommunications, qui, pour sa part, ne présente aucune caractéristique d’un marché
émergent. Le secteur des télécommunications, et l’accès local en particulier, restent en
effet profondément marqués par la prépondérance de l’ancien monopole dans le
secteur des télécommunications, qui détient la maîtrise de la quasi-totalité des accès au
consommateur final. Quand bien même l’accès à Internet à haut débit serait assimilé à
un marché émergent, sa connexité avec un marché en phase de libéralisation et les
risques d’effet de levier qui en découlent interdisent de lui appliquer des règles
dérogatoires au droit commun de la concurrence communautaire.
(303) A titre complémentaire, la Commission observe que, dans le contexte du
développement des produits ADSL, l’objectif d’une rentabilité rapide n’était pas hors
de portée, en dépit du caractère nouveau des produits en cause. […]*366, […]* . Les
éléments chiffrés provenant de France Télécom montrent donc que, contrairement à ce
que soutient Wanadoo Interactive, le caractère nouveau des services ADSL ne
360
361
362
363
364
365
366
FR
Voir les paragraphes 188 et 191 de la réponse du 23 octobre 2002 dans lequel Wanadoo Interactive
évoque la nécessité d’un « marché mature sur lequel l’opérateur incriminé est en position dominante
depuis une durée significative » ou caractérisé par un « développement limité » et le marché « très
éprouvé » (p. 6291 du dossier).
Voir les paragraphes 193 à 196 de la réponse du 4 mars 2002 et le paragraphe 348 de la réponse du 23
octobre 2002 (p. 6319 du dossier).
Voir le paragraphe 57 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6262 du dossier).
Voir les paragraphes 84 à 87 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6270 du dossier).
Conformément à l’objectif défini à l’article 3, point g), du traité.
Arrêt de la Cour Tetra Pak précité, point 44.
Voir […].
FR
s’opposait nullement à un objectif de rentabilité relativement rapide. La réalisation de
pertes importantes sur un produit de type nouveau comme l’ADSL ne peut donc
nullement être considérée comme le résultat d’une fatalité ou d’une nécessité.
(304) Dans ce contexte, la Commission estime que l’article 82 du traité est applicable et
qu’un grief de prédation ne peut être écarté dans le cas d’espèce au motif que le
marché aurait un caractère émergent.
3. Absence de justifications objectives à la tarification en dessous des coûts
(305) Selon Wanadoo Interactive, la règle établie par le test de prédation défini par l’arrêt
Akzo n’est pas absolue et doit être appréciée à la lumière des caractéristiques
économiques du cas d’espèce. L’entreprise a soutenu qu’une tarification en dessous
des coûts pouvait parfaitement se légitimer par des objectifs étrangers à une volonté
d’éviction de la concurrence. D’une part, l’entreprise ambitionnerait d’atteindre des
économies d’échelles et, d’autre part, sa pratique de tarification à bas prix bénéficierait
au marché dans son ensemble. Une tarification en dessous des coûts conduisant à
subventionner le client serait même socialement optimale367. Enfin, l’entreprise, même
dominante, serait obligée de s’aligner sur les prix déterminés par les autres concurrents
en raison de la pression concurrentielle existante ou potentielle. Ces différentes séries
d’arguments sont examinées aux points 306 à 331.
1. Economies d’échelles et effets d’apprentissage
(306) Wanadoo Interactive souligne que le coût variable de certains produits diminue avec la
quantité produite et dépend du volume de la demande, tandis qu’un volume élevé de
production peut aider à accumuler de l’expérience et donc à diminuer les coûts de
production futurs368.
(307) Cet argument, au lieu de légitimer la prédation de manière objective, met au contraire
en exergue un des objectifs rationnels de celle-ci. Un des objectifs de la tarification en
dessous des coûts peut consister à réserver à l’entreprise se livrant à cette pratique le
bénéfice des économies d’échelle sur le marché, et à retarder d’autant pour les
concurrents leur arrivée à ce même seuil en volume qui autorise les économies
d’échelle. Pour qu’une argumentation relative aux gains d’efficacité soit recevable, il
faut qu’il puisse être prouvé que de tels gains n’auraient pu être réalisés par des
moyens alternatifs à une stratégie de vente en dessous des coûts. Dans le cas d’espèce,
rien n’assure que de tels gains n’auraient pu être réalisés si le marché s’était développé
de manière équilibrée. D’autre part, un apprentissage en avance sur les concurrents, lié
à une production accrue grâce à la tarification en dessous des coûts, peut exercer des
effets d’exclusion susceptibles de conforter l’entreprise dominante dans son
hégémonie 369.
(308) Dans le cas d’espèce, la conquête de parts de marché au début de l’année 2001 sans
considération des pertes induites a permis à Wanadoo Interactive d’atteindre
précocement des économies d’échelle. Les effets d’apprentissage sont difficilement
mesurables, sauf peut-être dans la réduction de certains coûts de gestion de la
367
368
369
FR
Voir les paragraphes 227 et 228 de la réponse du 4 mars 2002 (p. 1766 du dossier).
Réponse du 4 mars 2002, paragraphes 161 et 162 (p. 1752 du dossier).
Voir notamment P. Bolton et al. , op. cité, p. 51.
FR
clientèle, perceptibles dès la fin de 2001. Les économies d’échelle sont beaucoup plus
perceptibles dans un domaine comme la collecte de trafic ADSL. Jusqu’en octobre
2002, les tarifs de collecte ont été caractérisés par une forte dégressivité370 en fonction
du volume de trafic. En fonction du volume de trafic, le tarif au Mbit/s de la prestation
de collecte régionale de trafic variait dans une proportion de […]* à […]* et le tarif de
la prestation de collecte nationale dans une proportion de […]* à […]*. Or le tarif est
tributaire du nombre d’abonnés. Ainsi, à la fin de 2001 ou au début de 2002, en
application des barèmes du service de collecte371, un opérateur en démarrage d’activité
desservant environ 8000 abonnés répartis équitablement entre la région parisienne et le
reste du territoire métropolitain supportait un coût moyen de collecte par abonné […]*
plus élevé que celui que subissait Wanadoo Interactive. En effet, Wanadoo Interactive
avait pour sa part atteint dès avant l’été 2001 un effectif de clientèle lui permettant de
se voir appliquer les tarifs les plus favorables. Compte tenu de la courbe de
dégressivité du barème372, le tarif de collecte le plus favorable ne pouvait alors être
obtenu que si l’on disposait environ de plus de 16 000 abonnés ADSL en région
parisienne et de plus de 81 000 abonnés en province. En août 2002, aucun des
concurrents de Wanadoo Interactive sur le créneau de l’ADSL n’avait encore atteint
ces deux seuils. Wanadoo Interactive, pour sa part, les avait franchis dès avril 2001,
grâce à son développement rapide et à sa tarification en dessous des coûts.
(309) Ainsi, si la recherche d’économies d’échelle et d’effets d’apprentissage peut entrer
dans les justifications rationnelles d’un comportement prédateur, elle ne peut servir de
légitimation de cette pratique au regard du droit de la concurrence, puisque
précisément elle aboutit à donner une structure de coûts plus favorable à l’entreprise
dominante, au détriment de ses concurrents.
2. Absence de justification par des externalités positives
(310) Wanadoo Interactive suggère qu’elle aurait dans un premier temps choisi de sacrifier
sa rentabilité au bénéfice d’un développement du marché, dans le but de contribuer à
mieux faire connaître le haut débit, ce qui aurait en retour bénéficié à ses concurrents
et au marché des contenus spécifiques au haut débit, et dans le but de faire diminuer
les coûts de réseau.
(311) Cet argument n’est pas recevable. Une entreprise en position dominante n’a nul besoin
de pratiquer des prix prédateurs pour attirer de nouveaux clients et faire connaître le
produit auprès des consommateurs373.
(312) Il manque surtout à l’argument de Wanadoo Interactive une condition essentielle de
validité, à savoir la preuve que seule la stratégie conduite par l’entreprise permettait
d’atteindre l’objectif recherché de développement de l’usage du haut débit en France.
Les effets positifs liés à la croissance du marché auraient pu être atteints si le marché
s’était développé dans des conditions équilibrées entre fournisseurs. S’il avait
véritablement été dans les intentions du groupe France Télécom de développer le
marché du haut débit au bénéfice de tous les acteurs, il aurait été possible à France
370
371
372
373
FR
[…]* (p. 274 du dossier) […]*
On fait ici l’hypothèse d’une consommation de bande passante de l’ordre de 15,8 kbit/s par abonné.
Même hypothèse qu’à la note 371.
P. Areeda et D. Turner, Predatory pricing and related practices under section 2 of the Sherman Act,
Harvard Law Review, vol. 88, p. 714.
FR
Télécom de tarifer l’ensemble de ses produits de gros, depuis l’accès partagé ou
totalement dégroupé à la boucle locale jusqu’aux services d’accès IP/ADSL et de
collecte, à des niveaux faibles encourageant l’entrée des concurrents. Au contraire, le
groupe France Télécom a choisi de localiser les pertes liées au développement du haut
débit au niveau de sa filiale chargée de la vente au détail, détournant ainsi à son profit
la croissance du marché. On ne peut donc valablement soutenir que le groupe France
Télécom, et Wanadoo Interactive en particulier, ont été guidés par une volonté de
développer le marché au bénéfice de toutes les parties prenantes374. Si tel avait été le
cas, il aurait été possible à France Télécom de mettre en oeuvre de manière beaucoup
plus précoce le remède finalement proposé après l’engagement de la procédure à
l’encontre de Wanadoo Interactive.
(313) Wanadoo Interactive a également soutenu que sa politique de tarification a exercé des
externalités positives en provoquant une diminution des coûts des modems et des
équipements ADSL en France 375. Cet argument ne résiste pas à l’examen. Alcatel,
principal fournisseur d’équipements ADSL en France, a produit dans son usine de
Belgique en 2000 et 2001 plus de six millions de modems376. Dès la fin de l’année
2001 on comptait environ 15 millions de connexions DSL dans le monde377. Le total
des connexions ADSL sur le marché français en 2001 était de l’ordre de 392 000
unités, et seulement une partie de ces connexions étaient équipées de modems Alcatel.
L’expansion du marché français n’a donc pas été décisive sur les volumes de
production de ce fournisseur ni sur le niveau de ses coûts de fabrication et ses prix de
vente, car tous les modems d’une même famille sont techniquement identiques378.
3. L’argument de l’alignement sur les prix des concurrents
(314) A plusieurs reprises, Wanadoo Interactive a affirmé avoir été contrainte de s’aligner
sur les prix pratiqués par les concurrents379 en sa qualité de prétendu nouvel entrant sur
le marché en cause. Cette affirmation appelle plusieurs séries d’observations, sur la
validité de l’argument de l’alignement sur le plan des principes, sur la position de
marché effectivement occupée par les entreprises visées, et, enfin, sur des points
factuels infirmant factuellement la thèse de Wanadoo Interactive.
(315) En premier lieu, sur le plan des principes, il est vrai que de nouveaux entrants ou des
entreprises n’exerçant pas de position dominante sont en droit de pratiquer des prix
promotionnels pour des durées limitées dans le temps. Leur seul objet consiste à attirer
l’attention du consommateur sur l’existence même du produit, de manière plus
persuasive que par un simple message publicitaire 380, et ces offres n’exercent pas
d’effets négatifs sur le marché. En revanche, l’alignement de l’opérateur dominant sur
les prix promotionnels de l’opérateur non dominant n’est pas justifié. S’il est vrai qu’il
n’est pas, dans l’absolu, interdit à l’opérateur dominant de s’aligner sur les prix des
374
375
376
377
378
379
380
FR
L’ART relevait d’ailleurs, dans un document d’avril 2002 intitulé « l’Accès à Internet, premier bilan »,
p. 10, que « si des FAI alternatifs avaient réellement les moyens de concurrencer les offres de
Wanadoo, on peut imaginer que le rythme de pénétration [du haut débit] serait nettement plus élevé."
Présentation par Wanadoo Interactive lors de l’audition orale du 18 mars 2002.
Point 5 de la lettre d’Alcatel à la Commission du 12 juin 2002 (pp. 5026-5027 du dossier).
Intervention du représentant d’Easynet lors de l’audition orale du 18 mars 2002.
Point 6 de la lettre d’Alcatel précitée.
Réponse du 4 mars 2002, paragraphes 185, 186, 199 à 202, section 3.4.6.2.
P. Areeda et al., op. cité, p. 715-716.
FR
concurrents381, il n’en reste pas moins que cette faculté doit lui être refusée lorsqu’elle
implique une non couverture par l’entreprise dominante des coûts du service en cause.
Si une position dominante ne saurait priver une entreprise se trouvant dans une telle
position du droit de préserver ses propres intérêts commerciaux, lorsque ceux-ci sont
menacés, l'on ne peut admettre de tels comportements lorsqu'ils ont précisément pour
objet de renforcer cette position dominante et d'en abuser382. Il incombe ainsi à
l’entreprise dominante une responsabilité particulière de ne pas porter atteinte par son
comportement à une concurrence effective et non faussée dans le marché commun383.
(316) Wanadoo Interactive prétend avoir été contrainte d’aligner le prix de son service
eXtense fixé à l’automne 2000 sur ceux des offres de trois concurrents : le câbloopérateur Noos utilisant la technologie du câble modem, et les fournisseurs d’accès à
Internet par ADSL Club Internet (T-Online France) et Mangoosta. Aucun de ces trois
opérateurs ne peut être qualifié de dominant ni être réputé avoir exercé objectivement
une menace sérieuse sur les intérêts de l’entreprise dominante. Leurs situations
respectives à la fin de l’année 2000 et au début de l’année 2001 sont commentées
brièvement aux points 317 à 319.
(317) Le câblo-opérateur Noos ne peut être qualifié d’opérateur dominant sur le marché
national. L’opérateur est confiné dans son déploiement à la région parisienne 384, et
encore un nombre significatif de communes de cette région, notamment dans la petite
couronne parisienne, échappent à son emprise. Pratiquement dépourvu de points de
distribution propres, il est doté d’un réseau de commercialisation limité. L’entreprise
ne dispose nullement des atouts que procurent à Wanadoo Interactive les multiples
effets d’adossement à France Télécom. Elle ne jouissait d’aucune expérience dans
l’accès à Internet à bas débit et devait ainsi non seulement entrer sur un marché
nouveau pour elle, mais également s’initier à un métier qu’elle n’avait jamais pratiqué.
[…]* dès l’année 2000 et le premier trimestre 2001, Wanadoo Interactive était
engagée sur un rythme de croissance constamment de […]* fois supérieur au rythme
de développement de Noos sur ce marché385. Il était clair dès le lancement de la
technologie ADSL en France à la fin de l’année 1999, que Noos serait rapidement
distancée et qu’elle n’occuperait pas de position dominante à l’échelle nationale sur le
marché de l’accès à Internet à haut débit.
(318) T-Online France, quant à elle, ne présentait à l’époque en cause aucune caractéristique
d’une entreprise dominante sur le marché géographique concerné. Son entrée sur le
marché du haut débit en France était encore symbolique. L’entreprise recensait en juin
2000 […]* fois moins d’abonnés à Internet à haut débit que Wanadoo Interactive. En
381
382
383
384
385
FR
Arrêt Akzo précité, point 135.
Voir l’arrêt du Tribunal dans l’affaire T-65/89 du 1er avril 1993, BPB Industries Plc et British Gypsum
Ltd / Commission, Rec. 1993, page II-0389, point 117 ; arrêt United Brands précité, point 189 ; arrêt
Compagnie maritime belge précité, points. 146 et 147.
Arrêt Michelin précité, point 57. Arrêt du Tribunal du 7 octobre 1999 dans l’affaire T-228/97, Irish
Sugar Plc / Commission, Rec. 1999, page II-2969, point 112.
Wanadoo Interactive fait observer dans sa réponse du 4 mars 2003 (paragraphe 37, p. 6868 du dossier)
que Noos disposait d’une concession exclusive à Paris. L’exclusivité de cette concession est en
l’occurrence sans objet, puisqu’elle portait sur l’infrastructure de réseau câblé de télévision, et non sur
la fourniture de services haut débit. Noos ne jouissait donc d’aucune exclusivité territoriale au regard du
haut débit, le réseau téléphonique étant au moins aussi étendu que le réseau câblé de Noos.
Les parcs comparés de Noos et leur croissance entre la fin 1999 et le premier trimestre 2001 sont
retracés en détail à l’annexe 23 de la présente décision.
FR
septembre 2000 comme à la fin de l’année 2000, le rapport entre les parcs d’abonnés
de T-Online France et de Wanadoo Interactive était […]*, et à la fin du premier
trimestre 2001 […]*386. Au cours du second semestre 2000, le parc d’abonnés aux
services d’accès à Internet à haut débit de Wanadoo Interactive a crû à un rythme
[…]* fois supérieur à celui de T-Online France, et au premier trimestre 2001 à un
rythme […]* fois supérieur387.
(319) Mangoosta, enfin, n’a pas davantage occupé de position dominante sur le marché en
cause. Contrairement à Wanadoo Interactive, établie sur le marché de l’accès à
Internet à bas débit depuis plus de cinq ans, Mangoosta était une entreprise
entièrement nouvelle, sans antécédents ni moyens logistiques comparables à ceux dont
jouissait Wanadoo Interactive. Son parc d’abonnés ADSL n’a jamais excédé 5000
unités.
(320) En second lieu, à titre surabondant, il convient de relever que les affirmations de
Wanadoo Interactive sont inexactes sur le plan factuel. Les cas des deux produits de
Wanadoo Interactive visés par la présente décision et la chronologie des décisions
tarifaires des différents acteurs du marché sont examinés aux points 321 à 331.
(321) Le cas du service Wanadoo ADSL est simple. Comme il a été indiqué au point 127, le
prix de ce service a été fixé avant le mois d’avril 1999. A cette époque, la question de
l’alignement ne se posait pas. Club Internet n’annonça pour sa part son prix de vente
que le 22 octobre 1999, et dut s’aligner sur le tarif fixé par Wanadoo Interactive
comme il a été évoqué au point 127. Il n’est donc pas possible d’alléguer un
quelconque alignement sur les prix d’un concurrent pour ce produit qui, au milieu de
l’année 2002, représentait plus du tiers des abonnés à haut débit résidentiels de
l’entreprise.
(322) Le cas du service eXtense mérite de plus longues explications. Le prix de ce service
sera successivement examiné dans sa relation avec les prix pratiqués par Noos, par
Club Internet (T-Online France) et par Mangoosta.
(323) A partir mai 2000 388, Noos a proposé un abonnement au service d’accès à haut débit
Noosnet pour un total mensuel de 378 FRF TTC par mois (soit 58 euros)389. Ce niveau
de prix impliquait une dépense mensuelle de 27 % plus élevée que l’abonnement
retenu quelques mois plus tard pour eXtense par Wanadoo Interactive. En outre, Noos
exigeait de l’abonné une mise de fonds initiale390 de 1200 FRF (soit 183 euros),
386
387
388
389
390
FR
Voir l’annexe 23 de la présente décision.
Ib.
Historiquement, l’offre de Noos, alors baptisée Cybercâble, avait été lancée en 1998. Au second
semestre 1999 et pendant les deux premiers mois de l’année 2000, l’offre de Noos avait été suspendue
techniquement. Elle n’a repris qu’en mars 2000, avec un tarif différencié selon que l’abonné à Internet
était ou non également abonné à un service de télévision par câble : dans le premier cas, le tarif était de
299 FRF TTC, et dans le second cas de 389 FRF TTC. Dès mai 2000, les tarifs ont été unifiés et
remodelés.
Ce montant se décomposait en 299 FRF (soit 45,58 euros) TTC au titre de l’accès à Internet et 79 FRF
(soit 12,04 euros) TTC au titre de la location du modem.
Cette immobilisation financière initiale se décomposait en frais d’installation à hauteur de 700 FRF
TTC, et en un dépôt de garantie de 500 FRF pour la location du modem. Le dépôt de garantie est
récupérable à l’issue du contrat, mais pas les frais d’installation de 700 FRF TTC. Au contraire,
l’acquéreur du Pack eXtense ne réalisait aucune perte nette, puisqu’aucun frais d’installation n’est
FR
supérieure de 21 % au montant nécessaire à l’acquisition d’un coffret eXtense de
Wanadoo Interactive. De la sorte, l’offre de Noos était sensiblement plus onéreuse que
celle que proposa quelques mois plus tard Wanadoo Interactive.
(324) En réalité, Wanadoo Interactive a établi le prix de son service eXtense légèrement en
dessous d’une offre promotionnelle et temporaire de Noos. En effet, Noos a proposé
un abonnement à 299 FRF TTC391 sur une durée d’un an pour les seuls nouveaux
clients recrutés392 entre le 28 août 2000 et le 21 janvier 2001. Cette offre
promotionnelle a été finalement étendue jusqu’au 1er mars 2001. Mais cette offre
constituait clairement une promotion à caractère éphémère, présentée publiquement
comme telle, et un avantage limité dans le temps. En outre elle ne portait que sur
l’abonnement, et non sur la mise de fonds initiale évoquée au point 323, de sorte
qu’elle restait toujours sensiblement moins avantageuse que l’offre tarifaire retenue
par Wanadoo Interactive. De surcroît, dès février-mars 2001, quelques semaines à
peine après le lancement du produit eXtense, tous les prix proposés par Noos ont
enregistré une augmentation les replaçant nettement au-dessus des tarifs de Wanadoo,
tant du fait de la fin de la période de promotions qu’en raison des facturations de
dépassement de limites d’upload393, et en raison de l’apparition de l’offre « Noosnet
forfait 1 Go » destinée aux plus gros utilisateurs, désormais la seule offre de Noos
véritablement comparable à eXtense 394.
(325) Ainsi, le tarif d’abonnement mensuel de l’offre de Noos n’a jamais été meilleur
marché que celui de Wanadoo Interactive. Même pendant la période promotionnelle
de Noos, qui ne recouvre que les sept premières semaines de la commercialisation du
service eXtense, la mise de fonds initiale exigée du client par le câblo-opérateur a
toujours été de 20 % supérieure à celle exigée pour l’acquisition du coffret du Pack
eXtense.
(326) T-Online France, pour sa part, avait rendu public le lancement de son offre quelques
semaines avant Wanadoo Interactive, le 22 novembre 2000 395, pour un démarrage des
ventes le 1er décembre 2000. La documentation interne de Wanadoo Interactive révèle
qu’après quelques hésitations, le prix fut en réalité fixé en interne à […]* FRF TTC
(avant d’être […]* à 298 FRF TTC) dès la première quinzaine du mois d’octobre
2000, soit plus de six semaines avant que T-Online ne rende publique son offre de
service packagé, et plus de deux semaines avant que T-Online n’ait arrêté son prix en
interne. Le prix de […]* FRF TTC un moment évoqué pendant l’été n’apparaît plus
dans aucun document budgétaire à partir du 5 octobre 2000. Il semble donc que
l’argument de Wanadoo Interactive est factuellement inexact.
391
392
393
394
395
FR
facturé par Wanadoo Interactive et que le client est propriétaire du modem qui constitue un actif
cessible.
Concrètement, Noos mettait le modem gratuitement à disposition du client pendant un an à compter de
la souscription de l’abonnement.
Les clients recrutés antérieurement au 28 août 2000 conservaient l’abonnement à 378 FRF TTC.
Cette facturation de limites d’upload a perduré de février à novembre 2001.
A partir de mars 2001, les gros utilisateurs se sont vu proposer une déclinaison spéciale de l’offre
Noosnet, baptisée « Noosnet forfait 1 Go », au tarif de 499 FRF + 79 FRF de location du modem. […]*
p. 3266 du dossier).
Article du Journal du Net du 23 novembre 2000 : « Pack ADSL : Club Internet tire le premier ».
FR
(327) Wanadoo Interactive prétend que les présentations budgétaires telles que celles
recueillies par la Commission auprès de la direction financière de l’entreprise ne
constituent pas des décisions formelles du même type qu’une décision tarifaire396.
Dans sa réponse du 23 octobre 2002, l’entreprise a soutenu avoir prévu jusqu’au
dernier moment une tarification du service eXtense à […]* FRF par mois 397. Le prix
de l’abonnement aurait été fixé définitivement le 22 novembre 2000, jour de la
publication par Club Internet des caractéristiques de son offre. Pour preuve de cette
affirmation, elle produit un courrier électronique rédigé par […]* le 22 novembre
2000 […]* comportant l’indication suivante : « Je vous confirme le prix de
l’abonnement de 298 F TTC (au lieu de [ …]* FTTC) à partir du 1er janvier. »
(328) La Commission doit observer en premier lieu que, dans une entreprise de la taille de
celle en cause ici, une présentation budgétaire est un exercice extrêmement sérieux.
Les hypothèses de prix formalisées dans la première quinzaine du mois d’octobre 2000
ne constituaient nullement des scénarios exploratoires, mais bien une hypothèse quasidéfinitive. En tout état de cause, le simple courrier électronique extrêmement succinct
produit par Wanadoo Interactive ne saurait être considéré comme un document revêtu
d’un formalisme plus grand que les présentations budgétaires évoquées au point 326,
ni attester que les réflexions de Wanadoo Interactive laissaient encore une place
importante à l’idée d’une tarification à […]* FRF TTC. Il ne prouve en rien que
l’entreprise avait décidé un prix ferme de lancement à ce niveau. Il indique tout au
plus qu’un certain degré d’hésitation sur le niveau définitif du prix a pu subsister
jusqu’à cette époque, et n’être dissipé qu’alors de manière définitive. L’entreprise n’a
d’ailleurs pas produit d’autres éléments de preuve attestant une subsistance, autre que
résiduelle, de l’hypothèse d’une tarification à […]* FRF pendant la période écoulée
[…]*.
(329) S’agissant du cas de Mangoosta, enfin, ce concurrent avait lancé son service
« packagé » au prix de 330 FRF TTC par mois, location du modem comprise, le 23
octobre 2000. Ce lancement avait été annoncé dans la presse le 6 octobre 2000398.
Wanadoo Interactive se serait donc également alignée sur ce concurrent.
(330) L’argument employé par Wanadoo Interactive appelle plusieurs observations. Tout
d’abord, le tarif facial proposé par Mangoosta se situait 11 % au dessus du prix auquel
s’établira l’offre de Wanadoo Interactive quelques semaines plus tard. En outre,
Mangoosta, sauf pour les 1000 premiers abonnés recrutés pendant une période de
promotion longue de dix-neuf jours 399, facturait au consommateur les frais
d’installation, à hauteur de 500 FRF TTC, à la différence de Wanadoo Interactive.
Celle-ci souligne que le prix d’abonnement de Mangoosta incorporait la location du
modem et du coffret d’installation. Un calcul400 simple montre cependant qu’il était
plus avantageux de souscrire à l’offre de Wanadoo Interactive pour une durée
396
397
398
399
400
FR
Note de bas de page n°86 de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6268 du dossier).
Voir les paragraphe 77 et suivants de la réponse du 23 octobre 2002 (p. 6268 du dossier).
Article du Journal du Net du 6 octobre 2000 : « Yahoo France se lance dans l’ADSL avec Mangoosta ».
Pour les abonnés inscrits entre le 6 et le 23 octobre, Mangoosta offrait le premier mois d’abonnement
ainsi que les frais d’installation.
Le calcul consiste à recherche la variable X vérifiant l’égalité suivante : 500 + 330X = 995 + 298X.
FR
supérieure ou égale à 15 mois401. Enfin, dès février 2001, quelques semaines à peine
après le lancement par Wanadoo Interactive de son produit eXtense, Mangoosta a
redressé son prix d’abonnement mensuel de 20%, qui devenait dès lors très peu
compétitif par rapport à ceux de Wanadoo Interactive. Si Wanadoo Interactive avait
effectivement fixé ses prix par crainte d’être évincée par Mangoosta, rien ne
l’empêchait alors de réviser son prix à la hausse.
(331) Les documents cités par Wanadoo Interactive402 sur la perception en interne du degré
de pression potentielle exercée par les concurrents conduisent tout au plus à conclure
qu’au cours du second semestre 2000 l’entreprise a peut-être surévalué la réalité de la
menace concurrentielle potentielle et défini une stratégie d’occupation préventive du
terrain en guise de riposte. […]* Une telle perception erronée ne peut toutefois servir
de justification à une tarification en dessous des coûts. Elle reviendrait à admettre
qu’une entreprise dominante est en droit de fixer sa politique commerciale dans le but
de faire pièce aux ambitions de concurrents purement virtuels. […]* Dans un tel
contexte, quand bien même l’argument de l’alignement sur les prix des concurrents
aurait été recevable sur le plan des principes, il perdait tout fondement factuel dès
[…]*. La présente décision ne reproche ainsi à l’entreprise pas tant la fixation des prix
à la fin de l’année 2000 à un niveau inférieur au coût, que le maintien de ce prix dans
la suite à un tel niveau dans le cadre d’une stratégie d’envergure de préemption du
marché qui s’est déployée à l’échelle nationale à partir du début du mois de mars
2001.
4. Probabilité d’une récupération des pertes
(332) Wanadoo Interactive soutient qu’une stratégie de prédation ne peut être considérée
comme viable et réaliste que si la structure du marché et la présence de barrières à
l’entrée suffisantes403 garantissent à l’entreprise dominante la faculté de jouir ensuite
de marges stables élevées sur le marché en cause et de récupérer ainsi les pertes
supportées initialement.
(333) Il convient d’observer que ni la jurisprudence de la Cour de Justice404 ni la pratique
décisionnelle de la Commission405 n’exigent la preuve de la réalité de la récupération
des pertes initiales pour la constatation de l’abus de prix prédateur. L’intervention des
autorités de concurrence est justifiée dès qu’il existe un risque de concurrence faussée,
indépendamment des perspectives de récupération des pertes.
(334) Au demeurant, si la récupération des pertes initialement consenties peut constituer un
objectif rationnel associé à la prédation, des configurations différentes sont
parfaitement envisageables. Dans certains cas particuliers, l’entreprise peut s’engager
dans une stratégie de prédation avec d’autres visées que la réalisation de marges
401
402
403
404
405
FR
En outre l’abonné à Wanadoo, par l’acquisition du coffret, se rendait propriétaire d’un actif cessible, à
la différence de l’abonné à Mangoosta pour lequel la mise de fonds initiale représentait au contraire une
perte nette.
Voir les paragraphes 61 et 62, 71 à 75 et 166 de la réponse du 23 octobre 2002 (pp. 6203, 6267 et 6287
du dossier).
Notamment paragraphes 253 à 300 de la réponse du 4 mars 2002 ; paragraphes 197 à 200 et pp. 14 à 18
de l’annexe 1 de la réponse du 23 octobre 2002
Arrêt de la Cour Tetra Pak précité, point 44.
Décision de la Commission 2001/354/CE du 20 mars 2001 dans l’affaire COMP/35.141 – Deutsche
Post AG (JO L 125 du 5.2.2001, p. 27).
FR
d’exploitation supérieures à celles qui prévaudraient dans un contexte concurrentiel.
Par exemple, dans des configurations d’actionnariat bien spécifiques, l’entreprise peut
n’accorder qu’une valeur secondaire à l’objectif de récupération des pertes406. Elle
peut aussi renoncer à couvrir l’intégralité des pertes initiales et se concentrer plutôt sur
l’équilibre de ses coûts et revenus futurs407. Elle peut enfin viser une récupération à
long terme par d’autres moyens que les résultats d’exploitation408.
(335) Dans ces conditions, la Commission considère que la démonstration d’une
récupération des pertes n’est pas un préalable à la constatation d’un abus de prix
prédateur.
(336) A titre subsidiaire, on doit relever que la récupération des pertes est en l’espèce rendue
plausible par la structure du marché et par les perspectives de revenus qui lui sont
associées.
(337) Une stratégie de prédation semble d’autant plus rémunératrice que le fonctionnement
du marché est caractérisé par l’existence de barrières à l’entrée significatives, de
nature à faciliter la récupération des pertes. La probabilité d’une récupération des
pertes sera moins forte dans un marché où les entrants ont accès à la même
technologie que l’entreprise en place, où il y a moins de coûts irréversibles, et où les
entreprises peuvent entrer et quitter le marché sans difficulté et sans surcoût409.
Inversement, il n’est pas nécessaire à la récupération des pertes que les barrières à
l’entrée soient absolument infranchissables410, car dans cette hypothèse l’entrée de
concurrents est totalement improbable et le recours à une stratégie de prédation dans
un but de dissuasion ne se justifie même plus. Il suffit que les obstacles à l’entrée
garantissent à l’entreprise dominante le maintien à terme d’un fort degré de
concentration du marché en sa faveur pour que la récupération des pertes devienne une
perspective vraisemblable. Les barrières peuvent être multiformes. Il peut s’agir de
barrières absolues, infranchissables, comme des obstacles réglementaires, juridiques
406
407
408
409
410
FR
Certains travaux d’économistes soulignent par exemple que pour une entreprise publique une stratégie
de prédation sans récupération des pertes initiales est parfaitement concevable, car la nécessité d’une
récupération à terme des pertes s’impose moins du fait de la garantie de viabilité finalement offerte par
l’actionnaire étatique (voir à cet égard David E.M. Sappington et J. Gregory Sidak, Competition Law
for State-Owned Enterprises, décembre 2002). Dans le cas d’espèce, on peut observer que Wanadoo
Interactive, détenue à plus de 70 % par France Télécom elle-même propriété de l’Etat, est une
entreprise publique. L’objectif de récupération des pertes s’impose encore moins lorsque l’entreprise
publique dispose dans son portefeuille d’activités d’autres produits très rentables réduisant la nécessité
de compenser les pertes suscitées par la prédation, ce qui est le cas ici.
P. Bolton, J. Brodley et M. Riordan, « Predatory Pricing : response to critique and further elaboration »,
The Georgetown Law Journal, vol. 89, 2001, p. 2512-2513.
Il est également possible d’envisager une stratégie de prédation dont le but ne serait pas une
maximisation des revenus et des profits d’exploitation par le biais de prix ou de marges supracompétitives, mais une simple augmentation de la valeur de l’entreprise liée à l’accroissement de son
portefeuille de clients et donc de la valeur potentielle future de son fonds de commerce. Cette
augmentation de valeur reçoit une traduction financière pour les actionnaires de l’entreprise au moment
de la cession de l’activité ou de tout exercice de valorisation de l’entreprise (par exemple à l’occasion
d’échanges de titres).
Voir Baumol, « Contestable Markets : an uprising in the theory of industry structure », American
Economic Review, vol. 72, p. 1 et ss. (March 1982).
En raison des risques que pourrait comporter une approche trop restrictive des barrières à l’entrée,
certains économistes préfèrent le terme d’obstacle à l’entrée ou de conditions d’entrée (voir Joskow et
al., op. cité, p. 227)
FR
ou techniques. Il peut s’agir aussi de barrières qui, sans être nécessairement
infranchissables, constituent néanmoins des obstacles à l’entrée ralentissant la
progression des nouveaux venus. Ces obstacles existent dès que le nouvel entrant sur
le marché en cause est désavantagé par rapport à l’opérateur en place du seul fait que
celui-ci est déjà en activité411. Des coûts de production unitaires plus faibles grâce à
des économies d’échelles, l’image de marque, un accès privilégié à l’information sur
les coûts et leur évolution, le comportement même de l’entreprise dominante de nature
à décourager l’entrée412, sont susceptibles de constituer des obstacles à l’entrée. Plus
les coûts d’entrée non récupérables sont importants, plus le marché se caractérise par
de forts obstacles à l’entrée, car le risque lié à une entrée infructueuse est élevé.
(338) Bien que la preuve de la possibilité de récupérer effectivement les pertes initiales ne
soit pas requise par le droit communautaire, la Commission entend, à titre accessoire,
examiner les barrières à l’entrée et les coûts d’entrée qui caractérisent le marché en
cause et qui rendent plausible une récupération des pertes à terme pour la firme
dominante. Il convient d’identifier d’une part les éléments qui font obstacle à la
redistribution des abonnés existants à la date de la fin de l’abus, d’autre part les
éléments qui rendent difficile l’appropriation par les entreprises concurrentes de parts
significatives de la croissance du marché consécutive à la fin de l’abus.
(339) Les barrières stratégiques liées aux effets de l’adossement au groupe France Télécom,
avec les synergies multiples qu’ils impliquent, ont été exposées à la section II.C.3.
Plusieurs autres obstacles à l’entrée et au développement des concurrents doivent être
recensés, qui sont susceptibles de revêtir une importance particulière à l’issue de
l’abus : les freins à la mobilité des abonnés existants, le coût nécessaire pour acquérir
une notoriété suffisante sur un marché de masse, le coût de la mise en place de
solutions alternatives à l’offre de gros de France Télécom. Par ailleurs, le niveau de la
marge enregistrée par Wanadoo Interactive depuis octobre 2002 constitue un indice de
la capacité de l’entreprise à récupérer ses pertes à moyen terme.
1. Freins à la mobilité des abonnés existants
(340) Il convient tout d’abord d’examiner si la clientèle existante des services ADSL de
Wanadoo Interactive est susceptible de changer facilement de fournisseur.
(341) Comme il a été observé au point 294, le marché de l’accès à Internet à haut débit se
différencie de celui du bas débit car il n’est pas un marché de rotation rapide de la
clientèle, avec un taux de « churn » trois fois inférieur à la moyenne observée pour
l’ensemble des internautes.
(342) Outre la fidélité à la marque et la satisfaction de la clientèle par rapport à la qualité du
service fourni, plusieurs facteurs objectifs peuvent concourir à expliquer la faible
mobilité des abonnés.
(343) Tout d’abord, pratiquement toutes les offres du marché, et en particulier l’abonnement
au service eXtense, comportent des périodes d’engagement d’un an ou de deux ans et
prévoient des pénalités financières en cas de rupture du contrat avant son terme.
411
412
FR
Ordover et al., op. cité, p. 11.
Voir Scherer and Ross, Industrial market structure and economic performance, pp. 360-361.
FR
(344) Ensuite, à supposer ce premier obstacle résolu, et que l’abonné soit libéré de sa
période d’engagement, deux cas doivent être envisagés. Dans un premier cas, l’abonné
souhaite passer d’un fournisseur ADSL à un fournisseur de haut débit par le câble, ou
vice-versa : il doit alors changer obligatoirement changer de modem et supporter un
coût potentiellement dissuasif. Dans un second cas, l’abonné souhaite passer d’un
fournisseur de service ADSL à un autre fournisseur de service ADSL. Le changement
de modem n’est alors pas nécessaire lorsque l’équipement est compatible avec les
spécifications techniques de l’opérateur de télécommunications assurant la gestion du
service. Mais deux configurations doivent à leur tour être envisagées. Dans la
première, le fournisseur d’accès à Internet vers lequel le consommateur a choisi de
migrer est opérateur de télécommunications et maîtrise la chaîne de valeur : il existe
alors des risques d’interruption du service de plusieurs jours car il n’existe pas à ce
jour de procédure de migration d’une offre ADSL de France Télécom vers une offre
ADSL d’un autre opérateur de télécommunications. Dans la seconde, le consommateur
se tourne vers un fournisseur ADSL qui est en réalité simple revendeur du service
proposé par France Télécom : il faut alors que le fournisseur d’accès acquitte auprès
de France Télécom les frais de mise en service de 53,4 euros. L’enchaînement de ces
causes explique que la tentation de migration des abonnés existants de Wanadoo
Interactive vers des fournisseurs concurrents, et en particulier vers les fournisseurs
proposant des offres à meilleur marché, soit en réalité relativement faible413.
(345) En raison des freins à la mobilité des abonnés existants, l’essentiel de l’effort de
reconquête de parts de marché par les concurrents doit donc porter sur des nouveaux
clients.
2. Les coûts d’entrée et d’acquisition d’une taille critique sur un marché de masse
(346) Il est habituel414 de considérer qu’une entrée précoce sur le marché procure un
avantage important à l’entreprise lorsque celle-ci a su établir une préférence
significative pour sa marque aux yeux du consommateur, non pas en produisant un
service objectivement meilleur que ses concurrents, mais du seul fait d’avoir été en
413
414
FR
Les cas des fournisseurs concurrents de services ADSL Free et Oreka sont à cet égard significatifs. Le
prix de l’offre d’Oreka à partir d’août 2002 s’est établi à 39,95 euros TTC, soit près de 12 % en dessous
des prix de la majorité des fournisseurs de produits comparables. Le prix de l’offre de Free lancée en
septembre 2002 s’élève à 29,9 euros TTC, soit environ 34 % en dessous du prix de ses concurrents.
Oreka, dont Wanadoo Interactive décrit la politique de prix comme « agressive » (paragraphe 105 de la
réponse du 23 octobre 2002 - p. 6274 du dossier), n’a gagné au total que 1500 abonnés ADSL au cours
des quatre mois qui ont suivi le lancement de son offre (lettre d’Oreka à la Commission du 2 janvier
2003, p. 6112 du dossier). Pour sa part, Free a recruté un nombre de clients supérieur à 100 000 dans le
même intervalle de temps, mais une faible proportion provient de fournisseurs ADSL concurrents et
donc a fortiori de Wanadoo Interactive. L’effectif des abonnés de Free provenant de tous les autres
concurrents, fourni à la Commission, est couvert par le secret des affaires (p. 5386 du dossier), mais il
est inférieur à 10 % (p. 6838 du dossier). Ainsi, sur les mois de septembre à décembre 2002, ce sont
donc moins de […]* abonnés aux services Wanadoo ADSL ou eXtense qui ont migré vers Oreka et
Free, soit moins de […]* % du parc moyen de Wanadoo Interactive au cours de la période. Il convient à
cet égard d’indiquer qu’à cet époque plus de […]* abonnés de Wanadoo Interactive étaient libres de
migrer vers un fournisseur différent, soit qu’ils fussent clients du service Wanadoo ADSL, soit qu’ils
fussent des clients de l’offre eXtense depuis plus d’un an. Ce sont donc moins de […]* % des abonnés
de Wanadoo Interactive libres de migrer qui ont quitté ce fournisseur pour les concurrents meilleur
marché.
Voir par exemple Paul Joskow and Alvin Klerovick, A Framework for analyzing Predatory pricing
policy, The Yale Law Journal, vol. 89, Nb 2, December 1979, pp. 228-229.
FR
premier sur le marché ou d’avoir réalisé d’importantes dépenses d’image. Dans un tel
contexte, le nouvel entrant doit non seulement investir les ressources techniques
nécessaires à la production et à la distribution du bien, mais aussi prévoir
d’importantes dépenses promotionnelles pour donner une notoriété suffisante à son
offre.
(347) Les marchés de l’accès à Internet se caractérisent par des barrières à l’entrée
significatives, contrairement à ce que Wanadoo Interactive a prétendu. Wanadoo
Interactive a cité le prospectus d’introduction en Bourse de juillet 2000 à l’appui de sa
position, caractérisant le marché comme pourvu de faibles barrières à l’entrée. Ce
commentaire sommaire contenu dans un document public doit être complété tant par
l’observation des développements des marchés en cause survenus depuis cette prise de
position que par les documents internes à l’entreprise également postérieurs. Dès lors,
l’éventuelle validité de l’analyse faite par Wanadoo dans son prospectus
d’introduction en Bourse au premier semestre 2000 a pu perdre de sa valeur avec le
temps, compte tenu des comportements des acteurs présents dans ce secteur d’activité.
(348) Il serait d’ailleurs erroné de considérer la structure d’un marché comme une donnée
parfaitement exogène et immuable. Au contraire le comportement des firmes sur un
marché, et en particulier le comportement de la firme présente en premier sur celui-ci
ou bénéficiant d’autres avantages historiques, est de nature à modifier les conditions
d’entrée ou de développement sur ce même marché des entreprises concurrentes.
L’engagement précoce d’une entreprise sur un marché apparaissant en première
analyse comme relativement ouvert peut justement avoir pour objectif, non seulement
de tirer avantage de conditions de production plus favorables, mais aussi d’augmenter
les coûts d’entrée des concurrents potentiels 415.
(349) […]*, Wanadoo Interactive souligne […]*416. Pour un acteur nouveau, sans notoriété,
il est ainsi difficile de s’établir rapidement comme un fournisseur reconnu. Même les
fournisseurs d’accès à la marque reconnue doivent consentir des efforts de
communication extrêmement importants, comme en témoigne le tableau 12, tiré d’un
document interne de Wanadoo Interactive417, qui retrace les dépenses de
communication des principaux fournisseurs d’accès français en 2001.
Tableau 12 : dépenses de communication des fournisseurs d’accès à Internet en
2001 (bas débit et haut débit confondus)
415
416
417
418
419
FR
Montants en millions
d’euros
Rapport au chiffre
d’affaires Internet
Wanadoo Interactive
[…]*
[…]*
AOL418
[…]*
non connu
Liberty Surf419
[…]*
[…]*
Elie Appelbaum and Chin Lim, Contestable markets under uncertainty, Rand Journal of Economics,
vol. 16, No. 1, Spring 1985, p. 28.
[…]* ( p. 4249 du dossier).
[…]* (p. 4068 du dossier de la Commission).
AOL France n’a pas rendu public son chiffre d’affaires 2001.
Chiffre d’affaires des activités Internet seulement, hors produits télécom.
FR
Club Internet420
[…]*
non connu
Free
[…]*
[…]*
(350) Des dépenses de publicité atteignant de tels ordres de grandeur, tant en valeur absolue
qu’en proportion du chiffre d’affaires, surtout de la part d’entreprises jouissant déjà
d’une forte notoriété dans le métier de fournisseur d’accès, témoignent de l’importance
des coûts à consentir pour acquérir une notoriété et une visibilité suffisantes sur un
marché résidentiel de masse. Pour un acteur nouveau sur le marché de l’accès à
Internet à haut débit, sans antécédents dans l’accès à Internet à bas débit, comme
l’était Mangoosta, il n’est pas techniquement impossible d’entrer sur le marché, mais il
est extrêmement douteux qu’un nouvel entrant de ce type soit en mesure de combler
son déficit d’image au moyen d’une campagne de communication de très grande
envergure et de susciter l’intérêt d’une fraction suffisante des consommateurs pour
mettre en péril la position d’un acteur dominant. A fortiori, le nouvel entrant sans
notoriété qui n’engage pas de campagne de communication massive se voit réserver
une place faible ou négligeable sur le marché. Tel est le cas sur le marché français de
deux acteurs apparus au cours de l’année 2002 421. Ainsi, les véritables nouveaux
entrants dépourvus de notoriété, sans être absolument empêchés de pénétrer sur le
marché, se voient réserver des stratégies de niche, sauf à engager des dépenses de
communication sans commune mesure avec leurs capacités d’investissement
commercial. Cet avantage de notoriété pour la firme installée constitue une barrière à
l’entrée élevée pour les nouveaux entrants potentiels dans le métier de l’accès à
Internet.
(351) S’agissant du marché de l’accès à Internet à haut débit en particulier, […]*422. Les
fournisseurs d’accès doivent, dans cette phase de développement du marché du haut
débit, d’une part se construire une image de fournisseur de référence sur un produit
perçu par le consommateur comme techniquement sophistiqué, d’autre part acquérir
une taille suffisante pour bénéficier d’économies d’échelle.
(352) Dans ce processus, la séquence chronologique de l’entrée sur le marché est loin d’être
neutre. Il est clair que le fournisseur d’accès qui a pris une avance considérable sur ses
concurrents dans la phase initiale de croissance du marché est en mesure de capitaliser
sur la dynamique ainsi créée. Au contraire, les concurrents retardataires doivent
consentir des efforts d’acquisition de clientèle beaucoup plus importants s’ils veulent
compenser le retard accumulé et le déficit d’image qui en résulte, et conférer à leur
420
421
422
FR
T-Online France n’a pas rendu public son chiffre d’affaires 2001.
Dans sa réponse du 4 mars 2002 et à l’occasion de l’audition du 18 mars 2002, Wanadoo Interactive a
prétendu qu’il était aisé de pénétrer sur le marché, même pour un nouvel entrant pur. Elle citait à cet
égard l’exemple de Dixinet (réponses du 4 mars 2002, paragraphe 299, et du 23 octobre 2002, pièce
jointe 1, p. 16), offrant depuis le début de l’année 2002 un service ADSL. Or, outre que ce service était
facturé à un prix de 46 euros TTC, supérieur à celui de Wanadoo Interactive, Dixinet s’est en réalité
limitée à une simple expérimentation sur un effectif d’abonnés encore dépourvu de toute signification
statistique sur le marché français à la fin de l’année 2002. En effet, à la fin du mois d’août 2002, Dixinet
ne recensait que dix abonnés à ses services ADSL et de téléphonie (lettre de BD Multimédia à la
Commission du 26 septembre 2002, p. 5327 du dossier). Le cas de Net pratique, également mis en
exergue par Wanadoo Interactive, est aussi révélateur. L’entreprise avait lancé son service à l’été 2002
et ne comptait à la fin de l’année 2002 qu’environ 1400 abonnés (lettre de Net Ultra à la Commission
du 12 décembre 2002, p. 5393 du dossier).
p. 3414 du dossier de la Commission.
FR
service haut débit la même notoriété que celle de l’offre phare de l’entreprise
dominante. Dans cette configuration, les nouveaux concurrents ne sont pas seulement
confrontés à la nécessité d’engager les dépenses techniquement requises pour la
fourniture du service, mais aussi d’effectuer des dépenses de publicité et de promotion
substantielles, à la fois pour faire connaître leur produit et pour contrarier la fidélité à
la marque de l’entreprise dominante.
(353) Une industrie dans laquelle les dépenses de publicité sont très significatives, en
particulier lorsque les montants des dépenses publicitaires sont dans la même gamme
d’ordres de grandeur que les recettes issues des ventes associées, doit être considérée
comme une industrie caractérisée par des coûts d’entrée conséquents423. Les dépenses
de publicité déjà réalisées procurent un avantage à la firme installée et créent un
handicap symétrique pour les nouveaux entrants : les dépenses de publicité et de
promotion sont généralement coûteuses et moins efficaces que celles de la firme déjà
présente424. Bien que les avantages tirés de son antériorité par la firme établie puissent
progressivement s’éroder au fil du temps, les nouveaux entrants sur le marché se
voient obligés de supporter des coûts publicitaires plus importants pendant une période
de temps plus longue que la firme établie pour pouvoir rivaliser avec la position de
marché de celle-ci425. Le cas d’espèce fournit une illustration de ce type de situation.
(354) Wanadoo Interactive analyse la floraison d’offres promotionnelles à partir d’octobre
2002 comme une preuve de la vitalité de la concurrence et de l’assainissement des
conditions du marché. L’interprétation qu’en fait la Commission est différente. Ces
actions promotionnelles de grande ampleur entreprises par les concurrents sont, à ce
stade de développement du marché et compte tenu de l’avance prise par Wanadoo
Interactive, le seul moyen d’éviter une éviction complète et de gagner une certaine
visibilité dans l’objectif d’acquérir une taille critique. L’analyse des dépenses de
communication et de promotion engagées par les concurrents426 atteste d’ailleurs que
ces dépenses représentent un coût d’entrée très significatif. Il en ressort en particulier
trois éléments saillants.
(355) Premièrement, Wanadoo Interactive a engagé sur la période 2001-2002 près de […]*
d’euros au titre des campagnes de communication, de promotion et d’action
commerciale diverses relatives à ses services eXtense et Wanadoo ADSL, dont
427
[…]* […]* , et plus […]* des budgets de communication totaux sur l’ensemble de
leur gamme de services de Tiscali-Liberty Surf et T-Online France - Club Internet428.
Sans même évoquer le cas des nouveaux entrants sans expérience et sans notoriété sur
le marché de l’accès à bas débit, il est probable que même des entreprises solidement
implantées sur le marché de l’accès à Internet à bas débit peuvent se montrer
hésitantes à engager sur le haut débit des campagnes de publicité et de promotion à la
423
424
425
426
427
428
FR
Scherer and Ross, Industrial market structure and economic performance, p. 436-438.
Voir notamment William S. Commanor and Thomas A. Wilson, « Advertising market structure and
performance », Review of Economics and statistics, volume XLIX, Novembre 1967.
William S. Comanor and Thomas A. Wilson, The effect of advertising on competition : a survey,
Journal of economic litterature, vol. XVII (June 1979), pp. 453-454 notamment.
Voir l’annexe 22.
Sont évoqués ici uniquement les services Wanadoo ADSL et eXtense offrant des débits descendants de
512 kbit/s, à l’exclusion des autres produits ADSL de Wanadoo Interactive.
[…]* p. 4068 du dossier.
FR
même échelle de volume que Wanadoo Interactive en 2001 et surtout 2002. En effet,
bien que les dépenses de publicité axées sur l’acquisition de nouveaux clients aient la
nature de coût variable, et qu’elles ne se perpétuent pas si l’entreprise décide
d’interrompre le recrutement de nouveaux abonnés, elles n’en représentent pas moins
un coût d’entrée élevé susceptible de se révéler dissuasif lorsque l’entreprise vise une
part de marché qui ne soit pas négligeable. Or, d’une part pour bénéficier économies
d’échelle liées à l’activité en cause, notamment pour bénéficier des tarifs de collecte IP
les plus favorables, et d’autre part pour engager une dynamique de croissance
autonome grâce à une taille critique429, il convient d’acquérir un effectif de plusieurs
dizaines de milliers de clients430, ce qui nécessite en soi un effort de communication et
de promotion très important, lequel vient s’ajouter aux autres coûts d’acquisition du
client.
(356) Deuxièmement, les dépenses de publicité et de promotion engagées sont très
importantes en comparaison des recettes. On peut approximativement estimer qu’en
2002, l’effort de publicité et de promotion consenti par les concurrents de Wanadoo
Interactive a été équivalent à environ 38 % de leur chiffre d’affaires haut débit total et
à 102 % du chiffre d’affaires supplémentaire généré par la croissance de leur parc
d’abonnés haut débit en 2002. Pour Wanadoo Interactive, les mêmes ratios auront été
respectivement de […]* % et de […]* %. Ces ratios sont très élevés, surtout pour les
concurrents de Wanadoo Interactive, et attestent qu’une entrée sur le marché à grande
échelle est particulièrement coûteuse.
(357) Troisièmement, non seulement les dépenses de publicité et de promotion nécessaires
aux concurrents pour acquérir une certaine visibilité sont importantes, mais encore
elles se caractérisent par une moindre efficacité que celles de Wanadoo Interactive en
raison des avantages de notoriété déjà développés par cette entreprise sur le marché en
cause. Pendant l’année 2001, Wanadoo Interactive a engagé, au titre des campagnes de
communication, de promotion et d’actions commerciales diverses relatives à ses
services ADSL, environ […]* euros par nouvel abonné. Au premier semestre 2002,
l’entreprise a consacré aux mêmes postes environ […]* euros par abonné acquis. Au
dernier trimestre 2001 et au premier semestre 2002, pour l’acquisition de chaque client
supplémentaire, les concurrents ont quant à eux engagé […]* à […]* fois plus de
ressources de publicité, de marketing direct, de promotions et de dépenses de
communication que les montants indiqués pour Wanadoo Interactive en 2001 et
jusqu’à l’automne 2002. Au second semestre 2002, on observe une convergence des
montants moyens par abonné acquis entre Wanadoo Interactive d’une part et ses
concurrents d’autre part. Toutefois, si l’on retranche de l’échantillon le fournisseur
Free, dont le produit, sensiblement meilleur marché que celui de la concurrence,
nécessite des efforts de différenciation publicitaire moindres431, les dépenses de
publicité et de promotion des concurrents sont encore […]* fois supérieures à celles de
Wanadoo Interactive. Dès lors, s’il n’est pas impossible pour les acteurs ayant des
antécédents de notoriété forts sur le marché du bas débit de reconquérir des parts de
429
430
431
FR
Les effets de réseau liés à un parc d’abonnés important jouent notamment par l’intermédiaire du
« bouche-à-oreille » dans le recrutement des abonnés nouveaux.
Il est expliqué à la section II.B.3.1. qu’il était nécessaire, avant octobre 2002, d’atteindre un effectif de
plus de 95 000 abonnés pour bénéficier des tarifs de collecte IP les plus favorables.
Il convient de noter que le modèle économique de l’offre de Free ne peut être reproduit par n’importe
quel opérateur, comme il est indiqué aux points 361et 362.
FR
marché sur le haut débit, l’ampleur de cet effort de reconquête sera nettement plus
important que l’effort initialement consenti par Wanadoo Interactive en 2001.
(358) Ainsi, la structure du marché à l’issue de la stratégie de prédation de Wanadoo
Interactive n’est pas telle qu’elle empêche absolument l’entrée et le développement sur
le marché du haut débit de fournisseurs d’accès jouissant déjà d’une notoriété sur le
marché du bas débit. En revanche, elle affecte très fortement l’échelle et le volume de
leur entrée sur le marché et leur capacité à obtenir une taille critique. Ainsi, ce n’est
donc pas tant la nature et le montant unitaire par nouvel abonné des dépenses de
publicité et de promotion, que le volume global des engagements nécessaires pour
acquérir un parc d’abonnés critique, qui font des dépenses de publicité et de promotion
un coût d’entrée potentiellement dissuasif. Même des entreprises solidement
implantées sur le marché de l’accès à Internet à bas débit peuvent se montrer
hésitantes à engager des campagnes de publicité et de promotion à la même échelle de
volume que Wanadoo Interactive432. Dans ce contexte, les efforts à consentir par les
concurrents pour dépasser un simple « bruit de fond » doivent être analysés comme
une barrière à l’entrée et à la réentrée pour les nouveaux entrants du type de
Mangoosta433, ou comme un coût d’entrée significatif pour les acteurs déjà présents
sur le marché du bas débit, qui favorisent l’une et l’autre un degré élevé de
concentration du marché. La difficulté prévisible pour les concurrents à acquérir une
taille critique sur un marché de masse permettait à Wanadoo d’envisager comme
parfaitement plausible un marché suffisamment concentré pour autoriser une
récupération des pertes.
3. Coût des solutions alternatives à l’offre de revente proposée par France Télécom
aux fournisseurs d’accès
(359) Plutôt que de recourir à l’offre de gros de France Télécom, qui combine les offres
d’accès et de collecte IP/ADSL, les concurrents positionnés sur le créneau de l’ADSL
peuvent choisir de construire leur propre réseau de télécommunications dans le but de
s’affranchir des conditions économiques associées à cette offre de revente et,
432
433
FR
Un analyste commentait ainsi la situation à la fin de l’année 2002 : « En France, Tiscali n’a plus les
moyens financiers de baisser ses prix de manière agressive et de lancer de vastes campagnes
marketing. » (Article des Echos du 9 septembre 2002, Wanadoo et T-Online se ruinent à l’extérieur).
Dans sa décision Barilla-BPL-Kamps précitée, au point 21, la Commission a déjà eu l’occasion de
reconnaître que la publicité pouvait constituer une barrière à l’entrée significative, comme le relève
Wanadoo Interactive dans sa réponse du 23 octobre 2002, paragraphe 201 (p. 6293 du dossier). De
même, dans sa décision Procter and Gamble / VO Schickedanz précitée, au point 145, la Commission a
décrit de la sorte un processus analogue à celui observé dans la présente affaire : « En termes de
barrière à l'entrée, la progression importante du coût de la publicité de fidélisation à la marque a
beaucoup élevé le niveau des dépenses qu'un nouvel entrant doit supporter pour se démarquer et se
faire entendre au-dessus du «bruit» de ce soutien promotionnel, ce qui fait que le montant absolu des
dépenses nécessaires pour surmonter la barrière promotionnelle à l'entrée a considérablement
augmenté. Qui plus est, l'effet de cette augmentation sur le niveau de base des dépenses publicitaires a
pour effet d'accroître la part de marché minimale viable car l'entrant potentiel sait qu'il lui faut vendre
assez pour pouvoir financer de tels efforts compétitifs de publicité. (…) Pour les entreprises en place
qui détiennent des parts de marché appréciables, la riposte est peu coûteuse et facile et, jusqu'à ce que
le nouvel entrant gagne une part de marché comparable, elles ont un avantage de coût pour un des
paramètres fondamentaux de la compétitivité. »
FR
éventuellement, de proposer à l’utilisateur final un produit caractérisé par un meilleur
rapport qualité / prix.
(360) Un tel choix de stratégie expose toutefois l’entreprise à des obstacles qui ne se
présentent pas avec la solution d’une simple revente au détail des services de gros
d’accès et de collecte fournis par France Télécom.
(361) Il convient tout d’abord que le réseau de télécommunications national et régional du
fournisseur atteigne un degré de capillarité suffisant pour assurer la desserte du
territoire. L’opérateur Free, titulaire d’une licence d’opérateur de télécommunications
depuis le début de 1999, a par exemple dû consacrer plus de trois ans à déployer un
réseau de fibres optiques de plusieurs milliers de kilomètres, représentant un
investissement compris entre 15 et 30 millions d’euros434, pour ne couvrir finalement
que les principales métropoles du pays. Un investissement d’une telle ampleur ne peut
être réalisé de manière rapide et sans une mise de fonds initiale très importante.
(362) En outre, pour maîtriser les différents tronçons du service de télécommunications, un
fournisseur faisant ce choix d’investissement doit avoir recours, pour atteindre le client
final, à la solution de dégroupage de la boucle locale. Cette solution comporte des
coûts fixes élevés. La location par France Télécom des paires de cuivre aux entreprises
tierces implique en effet pour celles-ci non seulement des charges récurrentes, mais
également des frais fixes et non récupérables très importants, notamment liés au
transfert des lignes et aux prestations de mise à disposition d’emplacements pour les
équipements des tiers dans les locaux de France Télécom. La mise de fonds initiale est
importante, et en tout état de cause hors d’atteinte pour un entrant ne disposant pas de
moyens financiers très importants. Dans le cas de Free, elle est estimée à environ 10
millions d’euros dans un premier temps435 pour le seul volet dégroupage et à 70
millions436 pour l’ensemble des investissements liés à l’activité ADSL en 2003, en
dehors des coûts d’infrastructure de réseau de transport déjà évoqués. En outre, le
processus même de dégroupage de la boucle locale est particulièrement long et
techniquement difficile.
(363) Wanadoo Interactive a fait observer 437 que même s’ils ne sont pas opérateurs de
réseaux à l’instar de Free, les fournisseurs d’accès à Internet peuvent utiliser le support
de l’infrastructure de l’opérateur de télécommunications alternatif LDCom. Cette
réponse est factuellement exacte, car LDCom offre des services de réseau à des
fournisseurs d’accès, avec un recours aux solutions dites option 1 et option 3 dans le
vocabulaire réglementaire français, mais elle appelle deux observations. D’une part, le
recours aux services d’un vendeur en gros introduit une intermédiation dans la chaîne
de valeur, créant un surcoût par rapport à une gestion directe du réseau par le
fournisseur d’accès lui-même, et restreint son degré de liberté sur le plan technique et
financier. D’autre part, LDCom est confronté lui-même aux difficultés et besoins
financiers exposés au point 362, de sorte que les solutions techniques qu’il propose
sont à ce jour partielles et géographiquement très limitées438.
434
435
436
437
438
FR
Article en ligne du 13 juin 2002 (http://qualitysteam.fr/actualités/juin02/13-06-2002-1.html)
Article des Echos : Free propose un accès ADSL à 30 euros, 23.09.2002.
Article de La Tribune: Le fournisseur d’accès Free tire la croissance d’Iliad , 5.03.2003
Réponse du 4 mars 2003, paragraphe 103 (p. 6883 du dossier).
A la fin de l’année 2002, LDCom offrait […]* fois moins de lignes ADSL que France Télécom.
FR
(364) La construction d’un réseau de télécommunications alternatif et le recours à la solution
de dégroupage de la boucle locale impliquent des délais importants et des
immobilisations initiales de montants élevés. Dans ces conditions, ce modèle qui seul
permet de s’affranchir des conditions techniques et financières n’est mis en oeuvre que
de manière très progressive, et, à la date de la présente décision, très marginale439. Le
coût et le temps nécessaires pour la mise en place d’un réseau ADSL comparable à
celui de France Télécom sont tels qu’ils limitent fortement pour les fournisseurs
concurrents la possibilité de proposer un modèle économique plus attrayant pour le
consommateur. Ils doivent donc également s’interpréter comme barrière à l’entrée.
4. La reconstitution et l’accroissement des marges de Wanadoo Interactive, indice
révélant la probabilité d’une récupération à terme des pertes initiales
(365) Wanadoo Interactive a confirmé dans sa réponse d’octobre 2002 440 que sa marge brute
de production sur le service Pack eXtense serait supérieure à […]* euros par mois (soit
un taux de marge de […]* %) à compter de 2003, et que cette marge s’accroîtrait
tendanciellement au fil du temps. Un tel niveau de marge permettrait ainsi une
couverture des dépenses d’acquisition de clientèle en un an environ pour chaque
nouvel abonné au produit eXtense. Globalement, si l’on fait l’hypothèse,
conformément aux indications de Wanadoo, d’un maintien des niveaux de marge des
services eXtense et Wanadoo ADSL à […]* euros et […]* euros respectivement
pendant l’année 2003, les seuls abonnés recrutés au 31 mars 2003 généreraient une
marge sur coûts récurrents de plus de […]* d’euros441, très largement suffisante pour
couvrir les coûts non récurrents liés à l’acquisition des nouveaux clients442, et
apportant une contribution significative à la couverture des pertes subies au cours des
exercices précédents. Bien qu’il soit difficile de prédire à quelle date les pertes
initiales auront été récupérées, il est vraisemblable qu’une récupération interviendra en
l’espace de quelques exercices.
(366) Le niveau des marges à l’issue de l’abus évoqué par Wanadoo Interactive, et leur
maintien ou leur progression à travers le temps, sont un indice important de la faculté
probable de l’entreprise en cause à récupérer ses pertes initiales à un horizon de temps
raisonnable grâce à des marges reconstituées.
5. Conclusion sur la probabilité d’une récupération des pertes
(367) La Commission considère qu’il existe bien des barrières à l’entrée significatives et des
coûts d’entrée élevés pour l’acquisition d’une taille critique, mêmes si ces obstacles ne
439
440
441
442
FR
Au 30 juin 2002, on recensait en France, selon les estimations, entre 500 et 750 lignes dégroupées sur
un total de plus de 33 millions de lignes téléphoniques (Voir Commission européenne, Huitième
rapport sur la mise en oeuvre de la réglementation en matière de télécommunications, annexe 3, p. 72).
Au 1er février 2003, on recensait environ 10 400 lignes dégroupées en France (http://www.arttelecom.fr, rubrique actualité du dégroupage). A supposer que la totalité de ces lignes supportent une
connexion ADSL, ce chiffre reste négligeable (moins de 1 %) par rapport à la totalité du parc ADSL à
la même date.
Paragraphes 327 et 338 de la réponse du 23 octobre 2002 de Wanadoo Interactive, pp. 6312 et 6313 du
dossier.
Ce montant n’est qu’une appréciation largement par défaut de la marge totale générée sur l’année,
puisqu’il faudrait y ajouter celle produite par les clients qui seront recrutés d’ici à la fin de l’exercice.
Il est rappelé qu’en 2002 les dépenses de publicité, d’action commerciale et de promotion de Wanadoo
Interactive pour ses services ADSL ont été de l’ordre de[…]* d’euros.
FR
revêtent pas un caractère absolu. Contrairement à ce que soutient Wanadoo
Interactive, l’entrée (ou le retour) et l’acquisition d’une taille critique sur le marché
pertinent apparaissent comme coûteuses et longues. Ces caractéristiques créent un
environnement favorable d’une part au maintien pour Wanadoo Interactive d’une
position très largement dominante, d’autre part empêchent le développement de
concurrents dangereux pour Wanadoo Interactive. Dès lors la récupération des pertes
initiales par Wanadoo Interactive constitue un scénario vraisemblable. Dans ce
contexte, la stratégie prédatrice mise en place en 2000 apparaît comme pertinente.
5. Conclusion sur l’abus
(368) Compte tenu de ce qui précède, la Commission considère que la tarification des
services eXtense et Wanadoo ADSL à des niveaux ne permettant pas de couvrir les
coûts variables de mars à août 2001 et ne permettant pas de couvrir les coûts complets
d’août 2001 à octobre 2002, dans le cadre d’un plan visant à préempter le marché de
l’accès à Internet à haut débit dans une phase importante de son développement,
constitue une infraction à l’article 82 du traité.
E. REPERCUSSIONS DE L’ABUS SUR LA CONCURRENCE
1. Effets sur le marché en 2001 et 2002 de la stratégie poursuivie par Wanadoo
Interactive
a) Evolution des parts de marché et des rythmes de croissance
(369) Le premier effet de la stratégie prédatrice de Wanadoo Interactive a été l’éviction et la
disparition définitive au premier semestre 2001 de l’entreprise qui constituait alors le
concurrent le plus déterminé et le plus avancé dans le déploiement de ses offres
ADSL, la société Mangoosta.
(370) Plus généralement, la progression comparée des ventes des différents concurrents sur
le marché de l’accès à Internet à haut débit pendant l’année 2001 et jusqu’à l’automne
2002, figurant au tableau 13, est un indice révélateur de l’effet d’endiguement et
d’éviction de la concurrence résultant des prix prédateurs de Wanadoo Interactive.
Tableau 13 : progression hebdomadaire de Wanadoo Interactive et de ses
concurrents en nombre d’abonnés
S 1 2000 S 2 2000 Q 1 2001 Q 2 2001 Q 3 2001 Q 4 2001 Q 1 2002 Q 2 2002 Q 3 2002
FR
Wanadoo
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Câbloopérateurs
concurrents
771
1 315
1 415
888
280
238
-68
838
375
Fournisseurs
ADSL
concurrents
63
131
470
591
299
666
2 847
2 296
1 240
FR
(371) De janvier à décembre 2001, Wanadoo Interactive a recruté plus de […]* abonnés par
semaine au titre des services Wanadoo ADSL et Pack eXtense. L’ensemble de ses
concurrents réunis sur le segment des services ADSL à la clientèle résidentielle a
progressé au rythme d’environ […]* abonnés par semaine pendant l’année 2001.
Pendant cette période, ses concurrents sur le créneau de l’accès à haut débit par câble
modem ont progressé pour leur part à raison de moins de […]* nouveaux abonnés par
semaine. Surtout, le rythme de croissance des câblo-opérateurs a marqué un très net
décrochage dès le début du premier trimestre 2001, au moment même où les ventes de
Wanadoo Interactive enregistraient une accélération. Ainsi, Wanadoo Interactive s’est
développée en 2001 à un rythme hebdomadaire […]* fois supérieur à l’ensemble de
tous ses concurrents réunis. L’écart dans les rythmes de progression des ventes s’est
accentué aux troisième et quatrième trimestres 2001, Wanadoo Interactive se
développant sur le marché en cause à des rythmes […]* fois plus rapides que
l’ensemble de ses concurrents réunis 443. Globalement, pendant toute l’année 2001
Wanadoo Interactive a absorbé [80-90]* % de la croissance du marché du haut débit.
(372) Pendant les huit premiers mois de 2002, le rythme de progression de Wanadoo
Interactive s’est élevé à plus de […]* nouveaux abonnés par semaine, soit […]* fois
plus que l’ensemble de tous les concurrents réunis. Pendant cette période, les câbloopérateurs ont conservé leur rythme de croissance lente. Les concurrents sur le
créneau de l’ADSL, tout en enregistrant un rythme de progression […]* fois inférieur
à celui de Wanadoo Interactive, ont pendant cette période quelque peu réduit l’écart de
croissance avec l’entreprise dominante, en raison d’efforts commerciaux très
importants au moment de la fête de l’internet (février-mars 2002), et surtout de
l’interdiction faite à France Télécom par le Conseil de la concurrence jusqu’en juillet
2002 de poursuivre la commercialisation dans ses agences du Pack eXtense de sa
filiale. Globalement, pendant cette période, Wanadoo a encore absorbé plus de [7080]* % de la croissance du marché.
(373) Ainsi que le montre le tableau 14, le résultat des distorsions dans les rythmes de
croissance introduites par la politique de prix de Wanadoo Interactive a été une très
forte dégradation des parts de marché des câblo-opérateurs concurrents pendant la
période couverte par la présente décision, ainsi que le maintien des concurrents sur le
créneau de l’ADSL à des niveaux de pénétration du marché extrêmement faibles.
Tableau 14 : parcs d’abonnés haut débit et parts de marché de Wanadoo et des
concurrents
31/12/2000 31/03/2001 30/06/2001 30/09/2001 31/12/2001 31/03/2002 30/06/2002 31/08/2002
Wanadoo
Câblo-opérateurs
concurrents
(ensemble)
443
FR
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
92 602
110 997
122 536
126 173
129 263
128 381
139 275
144 155
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
Le rythme de progression des ventes est passé à plus de […]* abonnés supplémentaires par semaine en
septembre, et à plus de […]* en octobre et novembre 2001 (voir l’annexe 3).
FR
Fournisseurs
ADSL concurrents
(ensemble)
Total
5 064
11 172
18 852
22 740
31 393
68 408
98 250
114 367
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*%
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
(374) En septembre 2001, les parts de marché des concurrents sur le créneau de l’ADSL
étaient si faibles que Wanadoo Interactive jugeait alors que les câblo-opérateurs
étaient alors les seuls véritables concurrents sur le marché de l’accès à Internet à haut
débit 444. Sur le créneau de l’ADSL, Wanadoo Interactive voyait alors un « marché fin
2001 dominé par Wanadoo mais peu actif dans l’ensemble. »445
(375) A la fin de l’année 2001, sur un marché de l’accès à Internet à haut débit estimé par la
Commission à 568 000 abonnés résidentiels, Wanadoo Interactive détenait [70-80]*
%, ses seuls accès ADSL desservant [60-70]* % du marché. La part de Wanadoo
Interactive sur le créneau de l’ADSL s’élevait à [90-100]* %. La situation a peu
évolué pendant les huit premiers mois de l’année 2002. Pendant cette période, la part
de Wanadoo Interactive sur le segment de l’ADSL est passée à [80-90]* %.
Globalement, les produits ADSL de Wanadoo Interactive ont vu leur part dans le
marché du haut débit s’accroître de [60-70]* % tandis que, en incluant Câble
Wanadoo, la part de marché d’ensemble de l’entreprise restait stable à [70-80]*%.
(376) Non seulement la part de marché de Wanadoo Interactive a progressé très fortement en
2001 pour se maintenir ensuite à un niveau élevé, mais encore la fragmentation des
concurrents s’est accentuée. Pendant cette période, Wanadoo Interactive a ainsi creusé
de manière considérable l’écart la séparant de son premier concurrent, passé de […]* à
[…]*. Alors qu’à la fin de l’année 2001, le premier concurrent disposait encore d’une
part de marché supérieure à 15 %, plus aucun concurrent ne dépassait une part de
marché de 10 % en août 2002. A la réserve de T-Online France, dont la part de marché
approchait de 8 % à cette époque, aucun des fournisseurs concurrents de services
ADSL ne disposait alors d’une part de marché supérieure à 2,5 %. Ainsi, le marché a
été marqué, entre le début de l’année 2001 et l’automne 2002, par un double
phénomène : une augmentation importante de la part de marché de Wanadoo
Interactive, et une fragmentation croissante des concurrents subsistants.
b) Interprétation des évolutions constatées sur le marché
(377) L’orientation préférentielle des clients ADSL vers les offres de Wanadoo Interactive
ne peut être attribuée à une qualité intrinsèque supérieure de celles-ci. En effet, la
partie « ligne d’accès ADSL » des services proposés par les concurrents est
strictement équivalente à celle fournie par Wanadoo Interactive (dans le cas du service
Pack eXtense) ou France Télécom (dans le cas du service Wanadoo ADSL), puisqu’il
s’est agi en fait dans tous les cas du service Netissimo 1 jusqu’à l’automne 2002. En
outre, pour la partie « accès à Internet » proprement dite, les concurrents de Wanadoo
444
445
FR
Dans le document […]* de Wanadoo Interactive (p. 4005 du dossier).
[…]* (p. 3073 du dossier).
FR
Interactive occupent des positions sur le marché du haut débit infiniment moins
favorables que celles qu’ils détiennent sur le marché de l’accès à Internet classique,
alors même que la prestation n’est pas techniquement différente.
(378) Wanadoo Interactive a attribué la lenteur de la progression des concurrents jusqu’à
l’automne 2002 à un comportement passif et attentiste, et en veut pour témoignage les
dépenses publicitaires consenties par ses concurrents sur le bas débit en 2001 446. La
Commission estime au contraire que la cause du retard des concurrents dans le
déploiement de leurs offres ne réside aucunement dans un défaut de perception de
l’intérêt stratégique de l’accès à Internet à haut débit. Les opérateurs attendaient
simplement que les prix de gros fixés par France Télécom et les prix de détail
déterminés par Wanadoo Interactive s’établissent à des niveaux permettant aux
concurrents d’établir des plans d’affaires cohérents acceptables par des investisseurs.
AOL avait entrepris de premiers essais dès 1999 en vue de la fourniture d’un service
ADSL, mais y avait renoncé faute de rentabilité. Liberty Surf, devenu par la suite
Tiscali France, avait entrepris dès 2000 447 également de mettre au point une offre
reposant sur l’offre d’accès indirect baptisée ADSL Connect ATM, et y avait renoncé
en raison du niveau insatisfaisant des services de gros, créateur d’un effet de ciseau
tarifaire selon elle. Easynet a pour sa part été le premier opérateur à souscrire à l’offre
IP/ADSL448. Nerim449 avait, quant à elle, lancé son offre dès le début de l’automne
1999, au même moment que Club Internet450. Ainsi, il n’est pas possible de prétendre
que les concurrents de Wanadoo Interactive n’aient pas perçu dès les origines les
enjeux liés au haut débit.
(379) Les concurrents de Wanadoo Interactive sur le segment de l’accès à Internet à haut
débit par ADSL ont confirmé qu’il leur était impossible de s’aligner sur les prix
pratiqués par Wanadoo Interactive, compte tenu des coûts supportés, sans enregistrer
des pertes importantes. Les décisions tarifaires adoptées par France Télécom en août
2001 ont conduit à une amélioration de la situation. Mais les témoignages recueillis
par la Commission et les simulations chiffrées soumises par les fournisseurs d’accès à
Internet concernés451 montrent que même après cette date, un alignement sur les tarifs
de Wanadoo Interactive était de nature à engendrer des pertes.
446
447
448
449
450
451
FR
Mémoire du 4 mars 2003, paragraphe 102 (p. 6883 du dossier).
Article du Journal du Net du 13 avril 2000, « Liberty Surf s’essaye à l’ADSL ».
Déclaration du représentant de la société Easynet France lors de l’audition orale du 18 mars 2002.
Article du Journal du Net du 5 octobre 1999 : « Nerim.net mise tout sur l’ADSL ».
Article du Journal du Net du 22 octobre 1999 : « Une offre ADSL à 440 F tout compris pour Club
Internet ».
Dans une lettre à la Commission en date du 26 octobre 2001, Easynet indique : “Avant le changement
des conditions tarifaires d’IP/ADSL (…) et des conditions tarifaires et techniques de “collecte
IP/ADSL” (…), il nous était totalement impossible de réaliser un Pack ADSL au prix du marché
(référence Pack EXtense de Wanadoo à 298 F TTC) dans des conditions économiquement viables. Nous
ne vendions que le service IP à 120 F TTC par mois. Les nouvelles conditions tarifaires (…) nous ont
permis de positionner à fin septembre le Pack ADSL Easyconnect non loin des conditions du marché
(bien que supérieur au Pack de Wanadoo)”[soulignements ajoutés]. Easyconnect est en effet tarifé à
327,98 FRF TTC mensuels (soit 10 % au dessus de l’abonnement Pack eXtense), le coffret étant vendu
à 1402,54 FRF TTC, “ce qui est bien supérieur au Pack EXtense positionné à 999 F TTC depuis
janvier 2001”. Dans une autre correspondance datée du 5 novembre 2001, Easynet précise que le prix
de 327,98 FRF par mois lui est nécessaire pour atteindre l’équilibre. En outre, dans des tableaux chiffrés
transmis à la Commission le 7 septembre 2001 (dont le contenu exact est couvert par le secret des
affaires), Liberty Surf entend démontrer qu’il n’est pas possible, pour un fournisseur d’accès à Internet,
FR
(380) L’éclosion progressive de différentes offres à partir du printemps 2001, et surtout de
l’automne 2001, illustre dans la grande majorité des cas une stratégie de simple
présence passive sur le marché, le principe étant pour les fournisseurs d’accès
concernés de répondre à la demande spontanée et de faire migrer leurs clients existants
abonnés à des offres à bas débit, sans rechercher la prospection et l’acquisition de
clients nouveaux. Au cours de l’audition du 18 mars 2002, les fournisseurs d’accès
AOL France et Tiscali France ont déclaré se reconnaître dans cette caractérisation.
452
453
[…]* Wanadoo Interactive évoquait d’ailleurs […]* […]* . […]*
(381) En fait, les pratiques de prix de Wanadoo Interactive ont mis ses concurrents effectifs
ou potentiels sur le segment de l’ADSL face aux options suivantes:
–
soit s’aligner sur les prix du prestataire dominant (voire légèrement en-dessous)
et enregistrer des pertes ;
–
soit conserver des prix plus élevés et risquer une éviction complète du
marché454 ;
–
soit s’abstenir de pénétrer sur le marché ou sur un segment de celui-ci, ou y
entrer de façon passive, en minimisant certains postes de dépenses
stratégiques455 comme les coûts d’acquisition de la clientèle, en particulier la
publicité, et en minimisant les objectifs quantitatifs de vente456.
(382) Dans le premier cas, l’objectif des fournisseurs d’accès à Internet concernés a consisté
à gagner ou à conserver une certaine visibilité sur un marché émergent, sans toutefois
se livrer à une commercialisation dynamique de ces produits457, de manière à ne pas
supporter de pertes excessives, car ces prestataires ne bénéficient souvent pas d’une
possibilité de subventions croisées entre activités semblable à celle du groupe
Wanadoo. Il s’agissait pour ces prestataires de faire face à une demande spontanée de
leur clientèle existante, et non véritablement de stimuler la demande.
(383) Dans le deuxième et le troisième cas, ces concurrents ont privilégié la sécurité
financière458 au détriment de leur présence sur le marché.
452
453
454
455
456
457
458
FR
d’atteindre un équilibre économique en pratiquant le même prix de détail que Wanadoo Interactive, y
compris après l’entrée en vigueur des décisions tarifaires de l’été 2001. La Commission a reçu
d’autres témoignages antérieurs aux décisions tarifaires de France Télécom de juillet 2001, qui mettent
l’accent sur les conditions plus défavorables encore qui prévalaient à cette époque.
[…]* (pp. 4165 et 4167 du dossier).
Ib.
Le prix est un critère important du choix du client résidentiel. D’après l’étude […]*
D’après l’étude […]*citée à la note 455, […]*.
Les fournisseurs d’accès ont le moyen de calibrer leurs efforts de publicité et de promotion en fonction
de l’objectif quantitatif d’acquisition de nouveaux clients.
Par exemple, avec une concentration des efforts sur l’Ile-de-France et des investissements publicitaires
limités.
Cet argument de sécurité financière et de rentabilité minimum est essentiel pour les fournisseurs d’accès
à Internet ne bénéficiant pas d’un adossement à un groupe susceptible de pouvoir absorber des pertes.
Dans un courrier à la Commission du 29 juin 2001, un fournisseur d’accès ADSL indépendant évoquait
ainsi, comme conséquence des bas prix de détail imposés par Wanadoo Interactive un “préjudice (…)
absolument énorme (…) en terme de capacité à mobiliser des investisseurs sur cette activité”.
FR
(384) Certains opérateurs ont combiné différentes options ou oscillé entre elles au cours du
temps. L’exemple de Mangoosta est à cet égard instructif. Ce prestataire indépendant
ambitionnait un développement important et national sur le marché de l’accès à
Internet à haut débit résidentiel. Il a dans un premier temps, à la fin de l’année 2000,
lancé ses produits sur une base tarifaire légèrement supérieure à celle de Wanadoo
Interactive459, avec un certain succès commercial. Pour juguler les pertes qui en
résultaient, Mangoosta a finalement relevé ses prix de près de 20 % à la fin de l’hiver
2001460, ce qui n’a pas empêché sa mise en redressement judiciaire le 2 août 2001. La
faillite de Mangoosta fournit un exemple type d’éviction d’un nouvel entrant par des
prix prédateurs, dans lequel le nouvel entrant, après avoir lui-même pendant un temps
tarifé en dessous de ses coûts, adopte ensuite une politique commerciale plus
restrictive et finit par être complètement marginalisé461.
(385) La politique de développement de Wanadoo Interactive en 2001 et 2002, loin d’être
fondée sur une concurrence par les mérites, a au contraire mis à l’épreuve la capacité
de résistance financière des différents concurrents. Il apparaît ainsi que la politique
tarifaire de Wanadoo Interactive a eu pour effet d’entraîner une régression forte de la
part de marché de son premier concurrent et d’empêcher la progression de tous les
concurrents, voire de les exclure complètement du marché de l’accès à Internet à haut
débit pour la clientèle résidentielle jusqu’au mois d’octobre 2002462. La circonstance
que, pendant la période de l’abus, certains des concurrents subsistants aient vu leur
part de marché progresser légèrement, ne signifie pas l’absence d’abus au sens de
l’article 82 du traité ou même l’absence d’effets de l’abus, dans la mesure où, en
l’absence de la pratique reprochée à Wanadoo Interactive, les parts de marché de ces
concurrents auraient pu augmenter de façon plus significative463.
2. Effets à l’issue de l’abus à moyen terme
(386) Dans son argumentaire Wanadoo Interactive a insisté sur la grande vitalité du marché
de l’accès à Internet à haut débit à partir du mois de septembre 2002. La Commission
ne nie nullement que les conditions de concurrence soient restaurées depuis l’entrée en
vigueur le 15 octobre 2002 des nouveaux tarifs des services d’accès 464 et de collecte465
de France Télécom, qui avaient été présentés comme un remède lors de la réunion du
19 mars 2002 466. Au contraire, les différentes mesures tarifaires adoptées par France
Télécom tant dans le sillage de la présente procédure que sous l’effet de l’avis de
l’ART du 16 avril 2002, ont eu pour effet à la fois la mise en cohérence des prix des
459
460
461
462
463
464
465
466
FR
A 330 FRF TTC d’abonnement mensuel pour une offre « packagée » combinant l’accès ADSL et le
service de Yahoo.
Les tarifs de Mangoosta ont été relevés de 330 à 390 FRF d’abonnement mensuel TTC le 19 mars 2001.
P. Bolton, et al., « Predatory pricing : strategic theory and legal policy ».
On doit en outre relever, d’après l’étude […]* […]* que […]*% des clients du Pack eXtense sont
d’anciens abonnés à des accès Internet à bas débit auprès d’autres fournisseurs d’accès (contre […]* %
d’anciens abonnés aux offres bas débit de Wanadoo). Ainsi, il semble que le Pack eXtense affecte
également le marché de l’accès à Internet à bas débit et peut en modifier les équilibres.
Arrêt Compagnie maritime belge précité, point 149.
Les nouveaux tarifs de l’accès IP/ADSL sont de […]* % inférieurs à ceux qui prévalaient auparavant.
Les nouveaux tarifs de collecte se situent depuis le 15 octobre 2002 en moyenne 45 % en-deçà des
niveaux antérieurs. De plus, la dégressivité des tarifs de collecte en fonction du volume de trafic a été
très fortement atténuée, de sorte que les fournisseurs de taille modeste ne subissent plus qu’un handicap
de coût modeste.
Voir la section I.H.1.
FR
différentes solutions techniques de déploiement de l’ADSL, y compris à travers le
dégroupage de la boucle locale467, mais encore une baisse très significative du coût de
l’offre de revente. Ainsi, d’une part la combinaison des services d’accès IP/ADSL et
de collecte formant l’option 5 permet aux fournisseurs d’accès de fournir un service
reposant sur un modèle économiquement viable, d’autre part une gamme plus large de
solutions d’accès est désormais une alternative réaliste à l’option 5. On peut donc
estimer que la prise d’effet de ces différentes mesures tarifaires le 15 octobre 2002 a
conduit à un déverrouillage du segment de l’accès à haut débit par la technologie
ADSL.
(387) Au dernier quadrimestre 2002, période d’efforts promotionnels et commerciaux sans
précédent de la part des concurrents, Wanadoo Interactive a absorbé encore [50-60]*
% de la croissance du marché du haut débit, le solde se répartissant entre une dizaine
de concurrents. Au cours de cette période, Wanadoo Interactive n’a en effet nullement
relâché ses efforts de commercialisation, accentuant le rythme de ses ventes et
décidant, à l’instar de plusieurs concurrents, d’offrir gratuitement les modems à partir
d’octobre 2002. Club Internet / T-Online France ne constitue à l’issue de cette période
pas la menace de grande ampleur invoquée par Wanadoo Interactive468. A la fin de
l’année 2002, la part de marché de Wanadoo Interactive avait reculé à [60-70]* %,
mais aucun des concurrents, malgré de très importants efforts commerciaux, ne
parvenait à totaliser plus de 9 % de part de marché. Au premier trimestre 2003, la fête
de l’internet a été marquée par un renforcement des efforts commerciaux des
concurrents. Au 31 mars 2003, la part de marché de Wanadoo Interactive s’établissait
à près de [60-70]* %. Un seul concurrent était parvenu à dépasser légèrement 10 % de
part de marché. Malgré la percée de ce concurrent, dont le parc d’abonnés restait
encore plus de quatre fois inférieur à celui de Wanadoo Interactive, la concurrence
était émiettée. Sur la période d’août 2002 à mars 2003, Wanadoo Interactive a encore
absorbé [40-50]* % de la croissance du marché, loin devant le premier de ses
concurrents.
(388) Il est délicat d’effectuer des spéculations à moyen terme sur l’évolution des parts de
marché sur la base des tendances observées au cours des mois qui ont immédiatement
suivi l’abus. Toutefois, même avec des hypothèses très conservatrices de croissance
pour Wanadoo Interactive, et des hypothèses optimistes pour ses concurrents
immédiats, les chances de rattrapage de Wanadoo Interactive par ses concurrents
paraissent quasi inexistantes, puisqu’aucune autre entreprise n’absorbe davantage de
nouveaux abonnés que l’entreprise dominante469.
467
468
469
FR
France Télécom a cependant contesté devant la juridiction administrative française suprême en juin
2002 (requête n°247.866) tous les aspects de la décision de l’ART du 16 avril 2002 relatifs aux tarifs de
dégroupage partiel et total, et déposé son mémoire complet ampliatif au Conseil d'Etat le 16 décembre
2002. Les tarifs de dégroupage actuels sont donc suspendus à l’examen par le juge administratif, ce qui
crée un contexte d’incertitude.
Dans sa réponse du 23 octobre 2002, paragraphe 16, Wanadoo Interactive prête à T-Online France un
objectif de pénétration en parts de marché de […]* % du haut débit en 2003. Or, à la lecture de l’article
de presse dont Wanadoo Interactive fait une citation tronquée (p. 6246 du dossier), il apparaît seulement
que T-Online France présage pour la fin 2003 que l’accès à Internet à haut débit représentera une
proportion de 35 % de l’accès à Internet dans son ensemble, sans nullement faire référence à ses propres
objectifs de pénétration. La citation employée est donc sans valeur.
Si les tendances de croissance (en global et par fournisseur) constatées sur la période de septembre 2002
à mars 2003 devaient se prolonger jusqu’à la fin 2004, et en écartant l’hypothèse de regroupement de
FR
(389) Le scénario le plus vraisemblable est le maintien d’une part de marché de Wanadoo
Interactive durablement voisine de [50-60]* %. Ainsi, si sur le moyen terme la
croissance des concurrents peut conduire à une certaine érosion des parts de marché de
Wanadoo Interactive dans l’accès à Internet à haut débit, il n’est pas à exclure qu’un
rattrapage soit d’ores et déjà hors de portée pour les concurrents, et que la puissance de
marché de Wanadoo Interactive soit durablement installée grâce à l’avantage acquis
pendant la période concernée par l’abus incriminé. Toutefois, compte tenu du potentiel
de croissance de ce marché dans les années à venir, il est probable que les effets de la
stratégie conduite par Wanadoo jusqu’à la fin de 2002 ne seront pas irréversibles.
D’un côté, la grande majorité des abonnés acquis par Wanadoo durant la période
litigieuse restera probablement de manière durable attachée à ce fournisseur. D’un
autre côté, il est vraisemblable que la distribution des nouveaux abonnés se fera de
façon plus équilibrée entre les différents fournisseurs, à condition que Wanadoo
Interactive s’abstienne de renouer avec ses pratiques de tarification en-dessous des
coûts.
(390) Wanadoo Interactive assure aussi qu’il importe finalement peu de savoir si ses
concurrents atteindront un jour une taille suffisante pour faire jeu égal avec Wanadoo
Interactive, mais plutôt de déterminer si ces concurrents sont en mesure d’exercer une
pression concurrentielle sur son comportement.
(391) Sur le plan des principes, il est impossible de souscrire à l’argument de Wanadoo
Interactive, qui irait à l’encontre de l’objectif de concurrence non faussée énoncé par
l’article 3, point g), du traité. En outre, indépendamment de toute considération liée à
la protection des intérêts des entreprises établies dans le marché commun, la
Commission estime qu’il n’est nullement neutre du point de vue du bien-être collectif
que des concurrents ne soient jamais en mesure de rattraper la part de marché de
Wanadoo Interactive, d’autant plus que les effets de la position occupée sur le marché
en cause par celle-ci débordent sur des marchés et des revenus connexes, tels que la
publicité en ligne, la vente de contenus payants et le commerce électronique.
F. EFFETS SUR LE COMMERCE ENTRE ETATS MEMBRES
(392) La politique de prix prédateurs de Wanadoo Interactive a eu pour conséquence de
rendre difficile, voire impossible, la pénétration sur le marché des services d’accès
Internet à haut débit pour la clientèle résidentielle. Dans ces conditions, les
fournisseurs d’accès à Internet implantés dans d’autres Etats membres ont pu
difficilement entreprendre une activité d’accès à Internet à haut débit en France sans
supporter des pertes élevées. En outre, les conditions de développement de ce marché
ont été de nature à favoriser Wanadoo Interactive sur des marchés connexes liés à la
publicité et au commerce électronique. Le comportement de Wanadoo Interactive a
concurrents, Wanadoo Interactive occuperait à cette date une part de marché de l’ordre de [40-50]* %,
[…]* fois supérieure au premier concurrent, aucun des autres concurrents ne dépassant une part de
marché de 9 %.
FR
FR
exercé des répercussions sur la structure de la concurrence dans le marché commun470.
Le commerce entre Etats membres a ainsi pu en être affecté471.
G. ARTICLE 3 DU REGLEMENT N° 17
(393) En vertu de l’article 3 du règlement n° 17, si la Commission constate, sur demande ou
d’office, une infraction aux dispositions de l’article 82 du traité, elle peut obliger par
voie de décision les entreprises intéressées à mettre fin à l’infraction constatée.
(394) Bien que certains éléments donnent à penser que les produits en cause sont vendus à
des prix supérieurs aux coûts depuis octobre 2002, il est dans la mission de la
Commission de tout mettre en oeuvre pour garantir que Wanadoo Interactive a
véritablement mis fin, de manière durable, à sa politique de prédation sur le marché de
l’accès à Internet à haut débit, et qu’elle s’abstiendra à l’avenir de renouer avec une
telle conduite 472.
(395) Or, à cet égard, il convient d’observer qu’à la fin mars 2002, alors même que
Wanadoo Interactive se savait l’objet de la procédure ouverte en décembre précédent
par la Commission au sujet de pratiques de prix prédateurs, un scénario de reprise de
pratiques de ventes en dessous des coûts était à l’étude au sein de sa direction […]*
474
473
. Ce scénario prévoyait […]* […]*475 […]*476. Le retour de Wanadoo Interactive
à de telles pratiques de prix en dessous des coûts aurait eu pour effet de compromettre
gravement l’amélioration de la situation concurrentielle observée à l’issue de l’abus à
l’automne 2002. Dans ces conditions, la Commission considère opportun d’adopter
une décision477.
H. ARTICLE 15 DU REGLEMENT N° 17
(396) En vertu de l’article 15, paragraphe 2, du règlement n° 17, la Commission peut, par
voie de décision, infliger des amendes dans la limite de dix pour cent du chiffre
d'affaires réalisé au cours de l'exercice social précédent, lorsque, de propos délibéré ou
par négligence, une entreprise a commis une infraction aux dispositions de l’article 82
du traité.
470
471
472
473
474
475
476
477
FR
Arrêt United Brands précité, point 201 ; arrêt de la Cour du 25 octobre 1979 dans l’affaire 22/79,
Greenwich Film Production / SACEM, Rec. 1979, p. 3275, point 11.
Voir les arrêts de la Cour du 30 juin 1966 dans l'affaire 56/65, Société Technique Minière /
Maschinenbau Ulm GmbH (MBU), Rec. 1966, p. 281 et notamment p. 303; du 21 janvier 1999 dans les
affaires jointes C-215/96 et C-216/96, Carlo Bagnasco e.a., Rec. 1999, p. I-135, point 47; du 19 février
2002 dans l'affaire C-35/99, Arduino, Rec. 2002, p. I-1529, point 33, et du 19 février 2002 dans l'affaire
C-309/99, Wouters, Rec. 2002, p. I-1577, point 95 avec autres renvois; voir aussi l’arrêt du Tribunal du
6 avril 1995 dans l'affaire T-143/89, Ferriere Nord SpA/Commission, Rec. 1995, p. II-917, point 20.
Arrêt de la Cour du 2 mars 1983 dans l'affaire 7/82, GVL / Commission, Rec. 1983, p. 502, points 24 et
suivants. Arrêt du Tribunal du 6 juillet 2000 dans l’affaire T-62/98, Volkswagen AG /. Commission,
Rec. 2000, p. II-02707, point 199.
[…]* (pp. 3534 et ss. du dossier).
[…]*
[…]*
[…]*
Voir décision de la Commission Deutsche Post AG précitée, point 48.
FR
(397) Le degré de connaissance par Wanadoo Interactive des coûts supportés, en particulier
tels qu’ils ressortent des plans d’affaires des services en cause, établit suffisamment
que l’entreprise avait pleinement connaissance des effets qu’auraient ses prix sur sa
rentabilité à court terme, du fait de l’ampleur de sa stratégie de conquête. La
documentation interne de l’entreprise révèle également que les risques juridiques
associés à des ventes en dessous des coûts ne lui étaient pas inconnus. Ainsi
l’entreprise savait que sa conduite pouvait avoir pour effet de fausser la concurrence
dans le marché commun. L’infraction a donc été commise de propos délibéré478. Pour
déterminer le montant de l’amende, la Commission doit tenir compte de la gravité et
de la durée de l’infraction, conformément à l’article 15, paragraphe 2, du règlement n°
17, ainsi que d’éventuelles circonstances aggravantes ou atténuantes dans les
conditions prévues par les lignes directrices pour le calcul des amendes infligées en
application de l’article 15, paragraphe 2, du règlement n° 17 et de l’article 65,
paragraphe 5, du traité CECA479 (ci-après « les lignes directrices »).
1. Gravité de l’infraction
(398) L’évaluation du degré de gravité de l’infraction doit prendre en compte la nature
propre de l'abus, son impact concret et l’étendue du marché géographique concerné.
1. Nature de l’infraction
(399) Dans la détermination de la gravité de l’infraction, la Commission se propose de tenir
compte du fait que l’infraction a délibérément visé à la préemption d’un marché en
plein développement, qui occupe une place très importante dans l’avènement de la
société de l’information. Des pratiques de prix prédateurs, c’est-à-dire de vente à des
prix inférieurs aux coûts par une entreprise dominante ont été sanctionnées par la Cour
de justice et la Commission à plusieurs reprises.
2. Impact sur le marché
(400) La part de l’entreprise sur le marché de l’accès à Internet à haut débit pour la clientèle
résidentielle a progressé de [40-50]* % à [70-80]*% au cours de la période en cause.
Un concurrent a été éliminé, les parts de marché de plusieurs concurrents ont très
fortement reculé, et celles des autres concurrents subsistants ont progressé très
lentement ou sont demeurées stationnaires à un niveau négligeable480. Bien qu’il ne
soit pas établi que les évolutions observées sur le marché soient exclusivement
imputables au comportement reproché à Wanadoo Interactive, il est clair que la
politique de prix prédateurs de Wanadoo Interactive a exercé des répercussions
négatives sur la concurrence.
(401) L’impact de l’infraction est renforcé du fait du moment auquel elle est intervenue,
coïncidant avec une période de forte demande du marché pour les produits d’accès à
Internet à haut débit. Les premières offres d’accès à haut débit par câble modem sont
certes apparues en France au cours de l’année 1997, mais les conditions du marché de
détail ont été affectées en profondeur par la commercialisation à la fin de l’année 1999
478
479
480
FR
Arrêt de la Cour du 8 février 1990 dans l’affaire C-279/87, Tipp-Ex/Commission, Rec. 1990, p. I-261,
et arrêt BPB Industries Plc et British Gypsum Ltd / Commission précité, point 165.
JO C 9 du 14.1.1998, p. 3 .
Voir la section II.E.
FR
des solutions d’accès à haut débit par l’ADSL. L’infraction a coïncidé avec l’essor de
l’ADSL en France et avec une période où des opérateurs de télécommunications
alternatifs tentaient, au moyen du dégroupage de la boucle locale, de mettre en place
des solutions techniques substituables au réseau d’accès de France Télécom481.
L’infraction a profondément affecté la structure du marché.
3. Etendue du marché géographique en cause
(402) Les effets anticoncurrentiels du comportement en cause sont localisés dans l’ensemble
d’un Etat membre, la France.
4. Conclusion sur la gravité de l’infraction
(403) Le comportement en cause correspond à une infraction à la dimension
anticoncurrentielle marquée, dans un secteur jugé stratégique dans le développement
de la société de l’information. Il est la traduction d’un plan de préemption d’un marché
nouveau à fort potentiel, intervenu à un stade important de son développement. Par sa
nature même et par son impact sur le marché dans tout un Etat membre, le
comportement en cause correspond à une infraction grave.
(404) Compte tenu de ce qui précède, il convient de fixer le montant de départ de l’amende à
imposer, défini au regard de la gravité de l’infraction, à 9 millions d’euros.
2. Durée de l’infraction
(405) Wanadoo Interactive estime que l’infraction, pour autant qu’il y ait infraction, a débuté
fin mars 2001, date du démarrage de la commercialisation à grande échelle du produit
eXtense, et s’est achevée en août 2001, époque à partir de laquelle l’entreprise a tout
juste couvert ses coûts variables retraités selon la méthode de la Commission.
Wanadoo soutient ainsi que la période de vente en-deçà des coûts n’aurait pas excédé
quatre mois et aurait ainsi trop peu duré pour exercer des effets sensibles sur la
structure du marché.
(406) A titre liminaire, la Commission rappelle que l’année 2001 a été précédée d’une
période de plus d’un an au cours de laquelle Wanadoo Interactive a vendu à perte son
service Wanadoo ADSL. En outre, dès les mois de janvier et de février 2001,
Wanadoo Interactive s’est engagée sur un sentier de croissance de son parc d’abonnés
à haut débit environ deux fois supérieur à son rythme de croissance de l’année 2000.
La seule annonce de la commercialisation des packs eXtense a exercé des effets
immédiats sur le marché, notamment sur les prises de commandes auprès de la société
Mangoosta482. Quoique de telles ventes, en particulier à partir de janvier 2001, aient pu
481
482
FR
Le règlement (CE) nº 2887/2000 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif au
dégroupage de l'accès à la boucle locale (JO L 336 du 30.12.2000 p. 4) est entré en application, en
France comme dans les autres Etats membres, au 1er janvier 2001.
Voir la présentation du représentant du liquidateur de Mangoosta lors de l’audition du 18 mars 2002
retraçant l’impact du lancement du service eXtense sur les taux de contact et d’abandon de commandes
auprès de ce fournisseur, entre les semaines 44 de l’année 2000 et 11 de l’année 2001 (pp. 1493 et 1494
du dossier). Le représentant de Mangoosta a décrit l’impact sur son plan de développement de la simple
annonce du lancement du Pack eXtense. Indépendamment de ses effets commerciaux, traduits par une
chute immédiate des commandes reçues par Mangoosta, le déploiement par Wanadoo Interactive de sa
FR
revêtir certaines caractéristiques d’un comportement infractionnel, la Commission
considère qu’il n’est pas opportun de constater une infraction à cet égard, compte tenu
des caractéristiques du marché483 durant la période en cause. Le début de la période
d’infraction est ainsi fixé au 1er mars 2001.
(407) Compte tenu de l’intention de préemption du marché, matérialisée dans une stratégie
de refoulement des concurrents, la Commission estime devoir appliquer un test de
couverture des coûts variables jusqu’en août 2001, et de couverture des coûts complets
après août 2001, conformément à la jurisprudence en la matière. Dans ce cadre, il
apparaît que l’abus a pris fin le 15 octobre 2002, date de l’entrée en vigueur du remède
présenté par France Télécom en mars 2002.
(408) La Commission considère donc que l’infraction s’est étalée sur une période couvrant
dix-neuf mois et demi. Il s’agit donc d’une infraction de moyenne durée.
Conformément aux lignes directrices, la Commission juge appropriée une majoration
de 15 % pour la période de mars 2002 à octobre 2002.
(409) Il en résulte que le montant de base de l’amende doit s’élever à 10,35 millions d’euros.
3. Circonstances atténuantes ou aggravantes
(410) Wanadoo Interactive a demandé qu’il ne soit pas infligé d’amende, au motif que le
standard de coût appliqué serait différent des précédents de la jurisprudence
communautaire. La Commission estime qu’il n’y pas lieu de faire droit à cette
observation. En effet, la méthode retenue par la Commission n’est pas nouvelle,
puisqu’elle repose sur une jurisprudence établie par l’arrêt Akzo. Dans l’application
des tests prévus par l’arrêt Akzo, la Commission a simplement procédé à un étalement
des coûts d’acquisition de la clientèle sur une durée voisine de la durée de vie
moyenne du client. Cet ajustement, justifié par les circonstances du cas d’espèce, est
au demeurant favorable à Wanadoo Interactive par rapport aux conclusions auxquelles
une analyse purement comptable, davantage en ligne avec la pratique décisionnelle
existante, aurait conduit 484.
(411) L’importance des ajustements des tarifs de gros effectués par France Télécom à l’été
2002 ne peut davantage être retenue comme une circonstance atténuante. L’ampleur de
l’effort consenti par France Télécom sur ses tarifs de gros s’explique par l’action
conjuguée des autorités de régulation et de concurrence nationales et communautaire,
et non par une quelconque orientation spontanée de sa part. De plus, France Télécom a
contesté devant les juridictions nationales les nouveaux tarifs de dégroupage, qui
constituent un volet significatif dans l’assainissement de la situation de concurrence.
(412) Wanadoo Interactive a, enfin, invoqué comme circonstances atténuantes sa
transparence et sa pleine coopération dans le déroulement de la présente procédure. La
Commission constate cependant que l’entreprise s’est simplement conformée de
483
484
FR
stratégie commerciale aurait conduit à la rupture des négociations entre l’entreprise et ses créanciers, et
ainsi fortement entamé sa viabilité.
Le marché comportait en 2000 moins de 200 000 abonnés et croissait à un rythme relativement lent. En
outre, c’est seulement à partir de mars 2001 que Wanadoo Interactive a nettement distancé Noos à la
faveur du lancement de sa campagne nationale de déploiement du Pack eXtense.
Voir la section I,F,1.
FR
manière normale aux obligations d’information de la Commission qui lui incombent
en vertu du règlement n° 17.
(413) La Commission considère ainsi qu’il n’y a pas de circonstances atténuantes ou
aggravantes dans le cas d’espèce.
(414) En conclusion, le montant de l’amende à infliger, conformément à l’article 15,
paragraphe 2, point a), du règlement n° 17 doit être fixé à 10,35 millions d’euros,
A ARRÊTÉ LA PRÉSENTE DÉCISION:
Article premier
De mars 2001 à octobre 2002, la société Wanadoo Interactive a enfreint l’article 82 du traité
CE en pratiquant pour ses services eXtense et Wanadoo ADSL des prix prédateurs ne lui
permettant pas de couvrir ses coûts variables jusqu’en août 2001 et ne lui permettant pas de
couvrir ses coûts complets à partir d’août 2001, dans le cadre d’un plan visant à préempter le
marché de l’accès à Internet à haut débit dans une phase importante de son développement.
Article 2
Wanadoo Interactive met définitivement fin à l’infraction visée à l’article 1er, si elle ne l’a
pas déjà fait. Elle s’abstient, dans le cadre de ses services ADSL visées à l’article 1er , de tout
comportement qui pourrait avoir un objet ou un effet identique ou similaire à celui de
l’infraction.
Article 3
Wanadoo Interactive transmet à la Commission, à l’issue de chaque exercice et jusqu’à
l’exercice 2006 compris, le compte d’exploitation de ses différents services ADSL, faisant
apparaître les revenus comptables, les coûts d’exploitation et les coûts d’acquisition de la
clientèle.
Article 4
Compte tenu de l’infraction mentionnée à l’article 1er, une amende de 10,35 millions d’euros
est infligée à Wanadoo Interactive.
Le montant de cette amende est payable en euros, dans un délai de trois mois à compter de la
réception de la notification de la présente décision, au compte bancaire n°001-3953713-69
(Code IBAN BE 71 0013 9537 1369 ; Code swift : GEBABEBB) ouvert au nom de la
Commission européenne auprès de la FORTIS BANQUE, Rue Montagne du Parc 3, 1000
Bruxelles.
A l’expiration de ce délai, des intérêts de retard sont automatiquement dus au taux d’intérêt
appliqué par la Banque centrale européenne à ses opérations principales de refinancement au
FR
FR
premier jour du mois au cours duquel la présente décision a été arrêtée, majoré de 3,5 points
de pourcentage, soit un taux global de 5,6 %
Article 5
La société Wanadoo Interactive, 48 rue Camille Desmoulins, F - 92791 Issy les Moulineaux
Cedex, est destinataire de la présente décision.
La présente décision forme titre exécutoire conformément à l’article 256 du traité CE.
Fait à Bruxelles, le […]
Par la Commission
[…]
Membre de la Commission
FR
FR
ANNEXES
FR
Annexe 1 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture du 8 janvier au 31
juillet 2001 (en réalisé)
Annexe 2 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 1er janvier au 31
juillet 2001 (en réalisé)
Annexe 3 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture du 1er août au 15
octobre 2001 (en réalisé)
Annexe 4 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 1er août au 15
octobre 2001 (en réalisé)
Annexe 5 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture du 15 octobre 2001 au
15 février 2002 (en réalisé)
Annexe 6 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 15 octobre 2001
au 15 février 2002 (en réalisé)
Annexe 7 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture du 15 février au 30
septembre 2002 (en réalisé)
Annexe 8 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 15 février au 30
septembre 2002 (en réalisé)
Annexe 9 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture prévisible au second
semestre 2001, nouveaux abonnés seulement
Annexe 10 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture prévisible au second
semestre 2001, nouveaux abonnés seulement
Annexe 11 :
Coûts variables retraités du service eXtense : couverture prévisible de janvier à
mars 2002
Annexe 12 :
Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture prévisible de janvier
à mars 2002
Annexe 13 :
Coûts complets : réel 2001
Annexe 14 :
Coûts complets : estimations pour 2002
Annexe 15 :
Synthèse des indicateurs de couverture des coûts
Annexe 16 :
Reconstitution du chiffre d’affaires sur eXtense et Wanadoo ADSL d’août à
juin 2002
Annexe 17 :
Coût de la bande passante de trafic IP facturée par France Télécom de
septembre 2001 à juin 2002
119
FR
FR
Annexe 18 :
Evaluation du coût de la connectivité internationale de février à juin 2002
Annexe 19 :
Plan d’affaires pour 2001
Annexe 20 :
Estimation de l’évolution de la marge sur coûts directs cumulée des services
eXtense et Wanadoo ADSL de janvier 2001 à décembre 2002
Annexe 21 :
Dépenses publicitaires et croissance du parc d’abonnés
Annexe 22 :
Dépenses de publicité et de promotions de Wanadoo Interactive et de ses
concurrents sur le haut débit (offres 512 kbit/s)
Annexe 23 :
Comparaison des parcs d’abonnés haut débit de Noos, Club Internet et
Wanadoo Interactive de décembre 1999 à mars 2001.
Annexe 24 :
Comparaison des offres d’accès à haut débit et à bas débit
Annexe 25 :
Interchangeabilité du haut et du bas débit
Annexe 26 :
Evolution du rythme de croissance de Wanadoo et de ses concurrents
120
FR
ANNEXE 1 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture du 8 janvier au 31 juillet 2001 (en
réalisé)
Nomenclature des coûts
Collecte nationale et régionale
Coût de IP ADSL 1
Dédommagements […]*
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents mensuels
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en F
[…]*
Le chiffre inclut […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Hypothèse de […]* % de nouveaux abonnés et de […]* % de migrants
[…]*
[…]*
Coût moyen pondéré janvier-juin d'une part, juillet d'autre part
[…]*
[…]*
Revenus mensuels
Tarif détail Pack Xtense HT
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
249
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 2 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 1er janvier au 31 juillet 2001 (en
réalisé)
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements […]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts des kits
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Tarif détail Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Le chiffre inclut […]*
Chiffre indiqué par Wanadoo Interactive le 4 avril 2002.
Mémoire en réponse du 4 mars 2002, annexe 1, p. 8
[…]*
113
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les revenus
mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 3 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture du 1er août au 15 octobre 2001 (en réalisé)
3.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Montant en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Voir calcul en annexe 17
Hypothèse de consommation de […]* débit facturé pour la collecte
Reprise de l'hypothèse de Wanadoo
Chiffre fourni par Wanadoo lors de la réunion du 4 avril 2002
La proportion des migrants sur la période est de […]* %
Moyenne pondérée
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les revenus
mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
3.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Montant en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Montant en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
ANNEXE 3 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture du 1er août au 15 octobre 2001 (en réalisé)
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Coût du pack Xtense
Promotions
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Mémoire en défense du 23 octobre 2002
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les revenus
mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
ANNEXE 4 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 1er août au 15 octobre 2001 (en
réalisé)
4.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Montant en €
[…]*
Montant en F
[…]*
Voir calcul en annexe 17
Hypothèse de consommation de […]* débit facturé pour la
collecte
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Présentation de Wanadoo à la Commission du 4 avril 2002
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
Total des revenus mensuels
[…]*
[…]*
Couverture des coûts récurrents par des recettes
récurrentes
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée depuis début année 2001
Revenus mensuels moyens
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
4.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en € Montant en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 5 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture du 15 octobre 2001 au 15 février
2002 (en réalisé)
5.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Frais de mise en service
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée tenant compte de la gratuité à partir du
15/10
Remboursement et chèque cadeau
[…]*
[…]*
Répartition des promotions sur l'ensemble du parc existant au
15/02/02
Coût du pack Xtense
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée du coût du pack depuis le début de l'année
2001
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Montant indiqué dans la réponse de Wanadoo du 18/04/2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
[…]*
[…]*
Voir annexe 17
Bande passante internationale de […]* kbit/s
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Couverture des coûts récurrents par des recettes
récurrentes
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les revenus
mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
5.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Remboursement et chèque cadeau
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Gratuité des frais d'accès au service du 15/10 au 15/02
Coût de l'opération pour les nouveaux abonnés
Pondération octobre-décembre 01/ janvier-février 02
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les revenus
mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
ANNEXE 6 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 15 octobre 2001 au 15 février
2002 (en réalisé)
6.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en € Montant en F
[…]*
[…]*
Voir annexe 17
[…]*
[…]*
Hypothèse de bande passante internationale de […]* kbit/s
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée depuis début 2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Total des revenus mensuels
[…]*
[…]*
Couverture des coûts récurrents par des
recettes récurrentes
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les
revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
6.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en € Montant en F
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée depuis octobre 2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Total des revenus mensuels
[…]*
[…]*
Couverture des coûts récurrents par des
recettes récurrentes
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les
revenus mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 7 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture du 15 février au 30 septembre 2002
(en réalisé)
7.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Promotions eXTense fin 2001 et mars-sept 2002
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition
Montants en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Voir annexe 17
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffres d'affaires (cf annexe 16)
Voir annexe 18
Pondération des coûts en 2001 et sur le parc acquis en 2002
Répartition sur l'ensemble du parc des coûts recensés en 2001 et en 2002
Coût moyen pondéré pour l'ensemble du parc
Pondération du réalisé 2001 et du réalisé jusqu'au 30/09/2002
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
[…]*
Couverture des coûts variables par les
revenus mensuels
[…]*
7.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Remboursement 45 €
Remboursements 75 et 150 €
Publicité
Coûts directs d'acquisition
Montants en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Voir annexe 17
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffres d'affaires (cf annexe 16)
Voir annexe 18
Rétablissement des frais d'accès au service à compter du 15 février 2002
Revenus mensuels
Revenu unitaire mensuel eXtense HT
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
[…]*
[…]*
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
[…]*
Couverture des coûts variables par les
revenus mensuels
[…]*
ANNEXE 8 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture du 15 février au 30 septembre 2002
(en réalisé)
8.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Dédommagements [...]*
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Promotions
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montants en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Promotions du printemps 2002 réparties sur le parc au 30/09/2002
[…]*
Moyenne pondérée depuis le début de 2001
[…]*
[…]*
Pondération du réalisé 2001 avec le prévisionnel 2002
[…]*
[…]*
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
Revenus mensuels moyens
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
Revenus d'audience et de publicité
Total des revenus mensuels
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
8.2. ABONNES ACQUIS DEPUIS LE DEBUT DE LA PERIODE SEULEMENT
Nomenclature des coûts
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Deux mois gratuits
Remboursement 45 €
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montants en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Réponse du 24/12/2002, moyenne pondérée
[…]*
[…]*
Présentation de Wanadoo du 4 avril 2002
Revenus mensuels moyens
Revenu unitaire mensuel Wanadoo ADSL
[…]*
Revenus d'audience et de publicité
[…]*
Total des revenus mensuels
[…]*
Couverture des coûts récurrents par des recettes récurrentes
[…]*
Prise en compte des pertes de chiffre d'affaires (cf annexe 16)
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 9 - Coûts variables retraités du service eXTense : couverture prévisible au second semestre 2001,
nouveaux abonnés seulement
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
La proportion des migrants sur la période est de […]* %
[…]*
[…]*
Coût prévu au second semestre 2001
[…]*
Idem
[…]*
Revenus mensuels
Tarif détail Pack Xtense HT
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
37,98
[…]*
[…]*
Hypothèse du budget 2001
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 10 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture prévisible au second semestre 2001,
nouveaux abonnés seulement
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Montant indiqué dans la présentation à la Commission du 4 avril 2002
[…]*
Montant indiqué dans la présentation à la Commission du 4 avril 2002
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Tarif détail Wanadoo ADSL
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
17,2
[…]*
[…]*
Hypothèse du budget 2001
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 11 - Coûts variables retraités du service eXtense : couverture prévisible de janvier à mars 2002
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de IP/ADSL 1
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Frais de mise en service
Coût du pack Xtense
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montant en €
[…]*
Hypothèse de […]* €/Mbit/s (présentation Wanadoo du 04/04/2002)
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels
Tarif détail Pack Xtense HT
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
37,98
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par
les revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 12 - Coûts variables retraités de Wanadoo ADSL : couverture prévisible de janvier à mars 2002
Nomenclature des coûts
Collecte de trafic nationale ou régionale
Coût de la connectivité internationale
Coût de gestion clientèle
Total coûts variables récurrents
Rémunération des points de vente
Coûts kits et packs
Publicité
Coûts directs d'acquisition de la clientèle
Montants en €
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Revenus mensuels moyens
Tarif détail Wanadoo ADSL
Revenus de portails
Total des revenus mensuels
17,2
[…]*
[…]*
Hypothèse d'amortissement des coûts non récurrents sur quatre ans
Total coûts variables récurrents par mois
Marge sur coûts variables récurrents
Total coûts variables par mois
Marge sur total coûts variables
Couverture des coûts variables récurrents par les
revenus mensuels
Couverture des coûts variables par les revenus
mensuels
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 13 - Coûts complets : réel 2001
13.1. Bilan budgétaire réalisé à l'automne 2001
(Source : Wanadoo Interactive, […]*)
ARPU moyen
Coût réseau
Marge / coûts de réseau
Autres coûts de production
Marge brute sur coûts de production
Coût d'acquisition retraité sur 48 mois
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
2001
eXTense Wanadoo
ADSL
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Taux de couverture des coûts complets
[…]*
[…]*
Nota : la rubrique "Wanadoo ADSL" englobe le produit Wanadoo ADSL 1 et le produit "Wanadoo Pro"
C'est pourquoi le chiffre d'abonnement indiqué est plus élevé que le chiffre d'abonnement théorique de Wanadoo ADSL
13.2. Bilan financier des offres 2001 : réel août-décembre 2001 (retraité)
(d'après document remis à la Commission par Wanadoo Interactive le 4 avril 2002)
Revenu facial d'abonnement
Coûts de réseau
Marge sur coûts de réseau
Autres coûts de production
Marge brute sur coûts de production
Coûts d'acquisition retraité sur 48 mois
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
Taux de couverture des coûts complets
eXTense Wanadoo
ADSL
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Dans cette présentation, on inclut les frais de structure et indivis parmi les coûts complets.
On a incorporé les pertes de chiffre d'affaires constaté en annexe 16 pour eXtense, en faisant pour Wanadoo ADSL
l'hypothèse que ces pertes sont deux fois inférieures à celles observées pour eXtense.
ANNEXE 14 - Coûts complets : estimations pour 2002
14.1. Prévision budgétaire réalisée à l'automne 2001 pour l'année 2002
(Source : Wanadoo Interactive, […]*)
2002
eXTense
ARPU moyen
Coût réseau
Marge / coûts de réseau
Autres coûts de production
Marge brute sur coûts de production
Coût d'acquisition retraité sur 48 mois
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Wanadoo
ADSL
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Taux de couverture des coûts complets
[…]*
[…]*
Hypothèses budgétaires alors utilisées
1) baisse du coût de la collecte IP à […]* en 2002
2) stabilité du coût de l'accès Netissimo 1
3) imputation des frais d'accès au service au client final et non à Wanadoo Interactive
14.2. Plans d'affaires cibles 2002 (après entrée en vigueur des nouveaux tarifs de France Télécom)
(d'après document remis à la Commission par Wanadoo Interactive le 4 avril 2002)
eXTense
Wanadoo
ADSL
Revenu facial d'abonnement
[…]*
[…]*
Coûts de réseau
[…]*
[…]*
Marge sur coûts de réseau
[…]*
[…]*
Autres coûts de production
[…]*
[…]*
Marge brute sur coûts de production
[…]*
[…]*
Coûts d'acquisition retraité sur 48 mois
[…]*
[…]*
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
[…]*
[…]*
Taux de couverture
[…]*
[…]*
Dans cette présentation, on inclut les frais de structure parmi les coûts complets.
Cette présentation surestime sans doute la marge réelle, puisqu'elle ne tient pas compte des pertes de chiffres
d'affaires enregistrées par rapport à l'abonnement facial.
Hypothèses 2002 :
1) Baisse de […]* % du tarif de la collecte IP/ADSL
2) Baisse de […]* % du tarif de la connectivité internationale
3) Maintien du coût du reséau d'accès à […]* €
4) Prise en charge par Wanadoo Interactive des frais d'accès au service
ANNEXE 14 - Coûts complets : estimations pour 2002
14.3. Couverture des coûts complets retraités de février à juin 2002 : ensemble du parc cumulé
(d'après document de présentation des cibles remis à la Commission par Wanadoo Interactive le 4 avril 2002)
eXTense
Revenu réel d'abonnement
Coûts de réseau
Marge sur coûts de réseau
Autres coûts de production
Marge brute sur coûts de production
Coûts d'acquisition retraité sur 48 mois
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Wanadoo
ADSL
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Taux de couverture
[…]*
[…]*
Dans cette évaluation, on a corrigé les hypothèses du tableau 3 en retenant un coût de collecte de […]* € par
abonné et par mois, au lieu de […]* €. Le coût d'acquisition est la pondération des coûts d'acquisition des clients acquis en 2001
et 2002 par leurs parts respectives dans le parc au 30/06/2002. Les coûts d'acquisition en 2002 sont évalués sur la
base des prévisions présentées le 4 avril 2002 par l'entreprise et des éléments d'information sur les coûts des campagnes de
publicité et de promotions au premier semestre 2002 tels que retracés par l'entreprise.
On a retranché du chiffre d'affaires théorique les pertes de chiffre d'affaires inexpliquées par la croissance du parc.
(cf annexe 16)
14.4. Couverture des coûts complets retraités de février à juin 2002 : abonnés recrutés à partir du 15 février seulement
(d'après document de présentation des cibles remis à la Commission par Wanadoo Interactive le 4 avril 2002)
eXTense
Revenu réel d'abonnement
Coûts de réseau
Marge sur coûts de réseau
Autres coûts de production
Marge brute sur coûts de production
Coûts d'acquisition retraité sur 48 mois
Marge nette retraitée unitaire mensuelle
Taux de couverture
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Wanadoo
ADSL
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Cette évaluation ne diffère de celle du tableau 14.4 que pour les coûts d'acquisition, qui n'incorporent
plus de pondération des abonnés acquis en 2001.
On a retranché du chiffre d'affaires théorique les pertes de chiffre d'affaires inexpliquées par la croissance du parc.
(cf annexe 16)
ANNEXE 15 - Synthèse des indicateurs de couverture des coûts
15.1. ENSEMBLE DU PARC CUMULE
Couverture des coûts
variables retraités
Août-15 octobre 2001
15 Octobre 2001- 15
février 2002
15 février 2002- 30
septembre 2002
Couverture des coûts
complets retraités
Août-décembre 2001
Janvier-juin 2002
eXTense
Wanadoo ADSL
Chiffre
Taux de
Chiffre
Taux de
d'affaires couverture d'affaires couverture
Moyenne pondérée
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
eXTense
Wanadoo ADSL
Chiffre
Taux de
Chiffre
Taux de
d'affaires couverture d'affaires couverture
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Nota
Pour la période d'août à décembre 2001, le système comptable de Wanadoo Interactive
ne permettait pas d'identifier spécifiquement les recettes issues de Wanadoo ADSL 1.
Pour ces mois, on a donc pris comme hypothèse le revenu théorique qui aurait été perçu si
la recette moyenne par abonné avait été égale au revenu théorique d'abonnement.
La recette théorique du parc est reconstituée comme suit :
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Parc fin
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Parc moyen Revenu théorique
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
15.2. NOUVEAUX ABONNES DE CHAQUE PERIODE SEULEMENT
La pondération s'effectue en fonction du poids des produits dans la progression du chiffre d'affaires sur la période
Couverture des coûts
variables retraités
Août- octobre 2001
Octobre 2001-février
2002
Février 2002-sept.
2002
eXTense
Delta
Taux de
chiffre
couverture
d'affaires
[…]*
[…]*
Wanadoo ADSL
Delta
Taux de
chiffre
couverture
d'affaires
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
15.3. PREVISIBLE EX ANTE, NOUVEAUX ABONNES SEULEMENT
Couverture des coûts
variables retraités
eXTense
Delta
Taux de
chiffre
couverture
d'affaires
[…]*
[…]*
Wanadoo ADSL
Delta
Taux de
chiffre
couverture
d'affaires
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée
août-décembre 2001
Premier semestre
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
2002*
* Avant l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs de gros de France Télécom
[…]*
[…]*
On considère que pour le début du premier semestre 2002, Wanadoo Interactive ne pouvait envisager
l'interdiction de la commercialisation des packs eXTense (27 février 2002) et anticipait ainsi une
croissance des revenus des deux services dans des proportions comparables à celle de la période
antérieure.
ANNEXE 16 - Reconstitution du chiffre d'affaires sur eXtense et Wanadoo ADSL d'août 2001 à juin
2002
16.1. eXTense
août-01
sept-01
Abonnés Coef
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires comptable en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
CA
2001
Abonnés Coef
CA
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
nov-01
déc-01
CA
janv-02
Abonnés Coef
CA
Abonnés Coef
CA
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
févr-02
mars-02
Abonnés Coef
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires comptable en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
CA
[…]*
Abonnés Coef
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires comptable en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
Octobre
Abonnés Coef
CA
avr-02
Abonnés Coef
CA
Abonnés Coef
CA
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
mai-02
juin-02
Abonnés Coef
CA
Abonnés Coef
CA
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
Ecart moyen août-octobre 2001
Ecart moyen octobre 2001-janvier
2002
Ecart moyen août-décembre 2001
Ecart moyen février-juin 2002
[…]*
€
[…]*
€
[…]*
€
[…]*
€
[…]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 16 - Reconstitution du chiffre d'affaires sur eXtense et Wanadoo ADSL d'août 2001 à juin
2002
16.2. WANADOO ADSL
janv-02
févr-02
Abonnés Coef
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires comptable en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
CA
CA
Abonnés Coef
CA
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
avr-02
mai-02
Abonnés Coef
Parc début de mois
Nouveaux abonnés
Migrants entrants
Migrants sortants
Résiliations
Total
Moyenne du mois
Chiffre d'affaires comptable en K €
Chiffre d'affaires moyen comptable
Différence moyenne reconstitué comptable
mars-02
Abonnés Coef
CA
juin-02
Abonnés Coef
CA
Abonnés Coef
CA
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]* […]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
€
Ecart moyen février-juin 2002
Ecart moyen janvier-juin 2002
[…]*
€
Nota : on a réintégré dans le chiffre d'affaires des mois de mars à juin […]*
ANNEXE 17 - Coût de la bande passante de trafic IP facturée par France Télécom de septembre 2001 à juin
2002
Sources
Données de trafic fournies par France Télécom (courriers électroniques de […]* et pièces jointes
des 3 mai 2002 et 21 novembre 2002)
Données de parc moyen d'abonnés extraites des informations fournies par Wanadoo interactive.
Connectés Connectés
Coût
Netissimo Netissimo 1 abonnés
1 Paris
Province
Paris
recensés
recensés
Coût
abonnés
Province
Coût Total
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Coût moyen
par abonné
Moyenne pondérée septembre-octobre 2001
Moyenne pondérée octobre 2001-février 2002
Moyenne pondérée février 2002-juin 2002
[…]*
[…]*
[…]*
Débit moyen
par abonné
Moyenne pondérée septembre-octobre 2001
Moyenne pondérée octobre 2001-février 2002
Moyenne pondérée février 2002-juin 2002
[…]*
[…]*
[…]*
sept-01
oct-01
nov-01
déc-01
janv-02
févr-02
mars-02
avr-02
mai-02
juin-02
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Nombre
Coût
total
moyen
moyen
par
d'abonnés abonné
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Débit
moyen
par
abonné
Taux de
connexion
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 18 - Evaluation du coût de la connectivité internationale de février 2002 à juin 2002
France Télécom a mesuré précisément les flux de trafic ADSL à partir d'avril 2002 seulement en
identifiant les flux de type Netissimo 1.
Pour la période du 15 février au 31 mars 2002, on suppose que le trafic de connectivité internationale est
[…]* du trafic de collecte ADSl facturé par France Télécom. […]*
Ce trafic facturé est
retracé à l'annexe 17.
Pour la période du 31 mars au 30 juin, on s'appuie sur les données fournies par France Télécom dans
la réponse du 20/12/2002.
La moyenne est calculée sur la base d'une pondération des trafics par le parc total ADSL moyen.
févr-02
mars-02
avr-02
mai-02
juin-02
Trafic
Parc moyen
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Moyenne pondérée
Coût moyen
[…]*
[…]*
ANNEXE 19 - Plans d'affaires pour 2001
HYPOTHESES DE L'ETE 2000 : les différents scenarios étudiés pour la tarification du pack eXtense
Combinaison de scenarios de prix d'abonnement et de pack envisagées au début de l'été 2000
(source : Wanadoo Interactive)
Prix abonnement
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Prix du Pack
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Taux d'actualisation
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Valeur actuelle nette 2000-2003
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Petit équilibre
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Grand équilibre
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Simulation d'un scenario d'abonnement à […]* non explicitement envisagé en juillet 2000
sur la base des hypothèses de coût en vigueur au début de l'été 2000
2000
2001
2002
2003
Cumul
Recettes totales
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Coûts de production
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Coûts d'acquisition
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Marge nette
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Marge nette actualisée
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
La méthode de la Commission dans ce tableau a consisté à corriger les chiffres ressortant de la simulation de Wanadoo
avec un abonnement à […]* F et un pack à […]* F, en appliquant au parc moyen une variation de recette d'abonnement
ramenant celle-ci à […]* F par mois, et en appliquant au "delta parc" une baisse de […]* F par client nouveau des coûts
d'acquisition. On suppose que l'abonnement reste stable à […]* F TTC sur toute la période.
BILAN FINANCIER DES OFFRES, BUDGET 2001
(source : Wanadoo Interactive, dossier budgétaire 2001, […]*)
Chiffres unitaires ADSL, en F par abonné
ARPU / mois
Coût de production
Marge brute unitaire mensuelle
Coût d'acquisition sur 48 mois
Marge nette unitaire mensuelle retraitée
Hypothèse de prix d'abonnement :
Hypothèses sur les coûts :
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Chiffres total ADSL, en MF
Chiffre d'affaires
Coût de production
Marge brute annuelle
Coût d'acquisition
Marge nette annuelle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
BILAN FINANCIER DES OFFRES, BUDGET 2001
(Source : Wanadoo Interactive, dossier budgétaire 2001, version définitive, document du 20/02/2001)
Chiffres unitaires ADSL, en F par abonné
ARPU / mois
Coût de production
Marge brute unitaire mensuelle
Coût d'acquisition sur 48 mois
Marge nette unitaire mensuelle retraitée
Hypothèses de prix d'abonnement :
Hypothèses sur les coûts:
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Chiffres total ADSL, en MF
Chiffre d'affaires
Coût de production
Marge brute annuelle
Coût d'acquisition
Marge nette annuelle
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 20 - Estimation de l'évolution de la marge sur coûts directs cumulée des services eXtense et
Wanadoo ADSL de janvier 2001 à décembre 2002
eXTense
janvier-01
février-01
mars-01
avril-01
mai-01
juin-01
juillet-01
août-01
septembre-01
octobre-01
novembre-01
décembre-01
janvier-02
février-02
mars-02
avril-02
mai-02
juin-02
juillet-02
août-02
septembre-02
octobre-02
novembre-02
décembre-02
Wanadoo
ADSL
janvier-01
février-01
mars-01
avril-01
mai-01
juin-01
juillet-01
août-01
septembre-01
octobre-01
novembre-01
décembre-01
janvier-02
février-02
mars-02
avril-02
mai-02
juin-02
juillet-02
août-02
septembre-02
octobre-02
novembre-02
décembre-02
Effectif
cumulé
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Effectif
cumulé
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Croissance Marge sur
mensuelle
coûts
variables
récurrents
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Coût
Estimation Marge sur coûts
d'acquisition marge sur coûts directs cumulée
unitaire
directs
Croissance Marge sur
mensuelle
coûts
variables
récurrents
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Coût
Estimation Marge sur coûts
d'acquisition marge sur coûts directs cumulée
unitaire
directs
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 21 - Dépenses publicitaires et croissance du parc d'abonnés
janv-01
févr-01
mars-01
avr-01
mai-01
juin-01
juil-01
août-01
sept-01
oct-01
nov-01
déc-01
janv-02
févr-02
mars-02
avr-02
mai-02
juin-02
juil-02
août-02
sept-02
oct-02
nov-02
déc-02
Publicité
(en 100 €)
Croissance du
parc ADSL
(unités par
mois)
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
1
1
1
1
1
1
0
Publicité
(en 100 €)
Croissance du parc ADSL
(unités par mois)
0
0
0
ja
nv
-0
m 1
ar
s01
m
ai
-0
1
ju
il0
se 1
pt
-0
1
no
v01
ja
nv
-0
m 2
ar
s02
m
ai
-0
2
ju
il0
se 2
pt
-0
2
no
v02
0
Les dépenses mensuelles de publicité et d'actions publiciataires et commerciales ont été évaluées
sur la base des réponses de Wanadoo Interactive des 13 novembre et 5 décembre 2001
et des 15 mars, 18 avril et 6 décembre 2002.
ANNEXE 21 - Dépenses publicitaires et croissance du parc d'abonnés
Publicité
(en 100 €)
xi
Croissance
du parc
ADSL
(unités par
mois)
xi-X
yi-Y
(xi-X)(yi-Y)
(xi-X)²
(yi-Y)²
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
yi
janv-01
févr-01
mars-01
avr-01
mai-01
juin-01
juil-01
août-01
sept-01
oct-01
nov-01
déc-01
janv-02
févr-02
mars-02
avr-02
mai-02
juin-02
juil-02
août-02
sept-02
oct-02
nov-02
déc-02
Moyenne
Somme
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
X et Y désignent les moyennes des valeurs des xi et yi
xi et yi désignent les valeurs prises successivement par x et y au cours de la période
de janvier 2001 à décembre 2002.
Mesure de la corrélation linéaire
[…]*
Croissance du parc d'abonnés
Coefficient de corrélation linéaire :
70000
60000
50000
40000
30000
20000
10000
0
0
10000
20000
Publicité (en […]*)
30000
40000
ANNEXE 22 - Dépenses de publicité et de promotions de Wanadoo Interactive et de ses concurrents sur le
haut débit (offres 512 kbit/s)
22.1. DEPENSES DE PUBLICITE ET DE PROMOTION DES CONCURRENTS
(en milliers d'euros sauf mention contraire)
Données agrégées issues des réponses de Club Internet, AOL, Tiscali, Easynet, 9Online, Free
Net Pratique, NC Numéricâble, UPC France, Noos, Nerim
La gratuité des frais d'accès au service offerts par certains fournisseurs n'a pas été considérée comme promotion
PLV
Publicité
Promotions
Total
Croissance En € par
du parc
abonné
20.253
210
71.342
203
#VALUE! #VALUE!
829
Dernier trimestre 2001
185
2.225
4.257
1.935
7.095
5.435
14.465
Premier semestre 2002
Second semestre 2002
1.275
10.337
16.105
27.717
Pour mémoire : second
Non communicable*
> 240
semestre 2002 hors Free
Total année 2002
3.210
17.432
21.540
42.182
#VALUE! #VALUE!
* La communication des données de cette ligne conduirait à révéler les chiffres spécifiques à Free
22.2. DEPENSES DE PUBLICITE ET DE PROMOTION DE WANADOO
(en milliers d'euros sauf mention contraire)
Dépenses de publicité / promotion de Wanadoo Interactive en 2001
Dépenses pub janvier-oct. 2001
[…]*
Réponses du 13/11/2001 et 06/12/2002
Promotions et actions janvier-oct. 2001
[…]*
Réponse des 5/12/2001point 9 et 7/12/2002
Pub.novembre 2001
[…]*
Réponse du 05/12/2001 point 8
Dépenses publicitaires décembre 2001
[…]*
Réponse du 15/03/2002
Actions publicitaires décembre 2001
[…]*
Idem
Promotions fin d'année 2001
[…]*
Réponse du 18/04/2002
Total 2001
[…]*
Moyenne par acquis en 2001
[…]*
Dépenses de publicité / promotions de Wanadoo Interactive au premier semestre 2002
Publicité janvier 2002
[…]*
Réponse du 15/03/2002
Actions publicitaires janvier 2002
[…]*
Idem
Campagnes publicitaires février
[…]*
Réponse du 18/04/2002
Actions publicitaires février 2002
[…]*
idem
Campagnes publicitaires mars 2002
[…]*
idem
Campagnes publicitaires avril à juin 2002
[…]*
Réponses du 01/08/2002 et 06/12/2002
Actions publicitaires avril à juin 2002
[…]*
Réponses du 01/08/2002 et 06/12/2002
Remboursement 45 € février-juin 2002
[…]*
Réponse du 06/12/2002
Mois gratuits Wanadoo ADSL 1
[…]*
Réponse du 06/12/2002
Actions publicitaires mars
[…]*
Réponse du 18/04/2002
Total premier semestre 2002
[…]*
Moyenne par acquis premier semestre 2002, en €
[…]*
Dépenses de publicité / promotions de Wanadoo Interactive au second semestre 2002
Communication
[…]*
Réponse du 06/12/2002
Actions publicitaires et commerciales
[…]*
idem
Remboursement de 75 €
[…]*
idem
Remboursement 150,92 € étudiants
[…]*
idem
Total deuxième semestre 2002
[…]*
Moyenne par acquis second semestre 2002, en €
[…]*
Moyenne Wanadoo ensemble 2002, en €
[…]*
ANNEXE 22 - Dépenses de publicité et de promotions de Wanadoo Interactive et de ses concurrents sur le
haut débit (offres 512 kbit/s)
22.3. EVALUATION DE L'EFFORT DE PUBLICITE ET DE PROMOTIONS PAR RAPPORT AU CHIFFRE
D'AFFAIRES
Année 2002
Effectif au 31/12/2001
Croissance du premier semestre
Croissance juillet-août 2002
Croissance septembre-décembre 2002
Simulation ventes nouvelles HT en 2002
Simulation CA HT en 2002
Total publicité promotions 2002
Pub et promos / delta ventes 2002
Pub et promos / CA total 2002
Hypothèses simplifiées
Concurrents
Wanadoo
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Effort de publicité et de promotion de
Wanadoo en 2001 sur chiffre d'affaires :
[…]*
. les abonnés du premier semestre ont été en moyenne 9 mois dans le parc
. les nouveaux de juillet-août 2002 ont été en moyenne cinq mois dans le parc
. les nouveaux de septembre-décembre 2002 ont été en moyenne 2 mois dans le parc
. abonnement à 45 € TTC pour les concurrents de Wanadoo Interactive**
. Wanadoo : pour le premier semestre 2002 prise en compte du CA réel,
pour le deuxième semestre reconstitution du CA sur la base
Pour les concurrents de Wanadoo l'évaluation du chiffre d'affaires est établie par excès, d'une part en raison
des offres non packagées meilleur marché, d'autre part en raison de l'offre de Free à 30 euros.
Il n'est toutefois pas possible de fournir des données désagrégées sans révéler des secrets d'affaires des concurrents.
ANNEXE 23 - Comparaison des parcs d'abonnés haut débit de Noos, Club Internet et Wanadoo
Interactive de décembre 1999 à mars 2001
Wanadoo
Interactive
Parc ADSL
Parc Câble
Parc total
(A)
(B)
(C)
Croissance hebdomadaire
(D)
T-Online France Parc total
(E)
(Club Internet) Croissance hebdomadaire
(F)
Noos
Parc total
(G)
Croissance hebdomadaire
(H)
Comparaison Wanadoo / T-Online ADSL
(A)/(E)
Parc total (C)/(E)
Croissance (D)/(F)
Comparaison Wanadoo / Noos
Parc total (C)/(G)
Croissance (D)/(H)
31-déc-99 30-juin-00 30-sept-00
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
31-déc-00 31-mars-01
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
ANNEXE 24 - Comparaison des offres d'accès à haut débit et à bas débit
Abonnements
juin 2001 en €
Club Internet
AOL
Infonie
Liberty Surf
Mangoosta
Netup
Netclic
Nerim
Noos
Oreka
UPC
9Telecom
Worldonline
Wanadoo
Moyenne
Haut débit
Bas débit
Bas débit
Bas débit
'résidentiel' forfait 20 h forfait 30 h forfait 40 h
512
44,9
14,8
45,6
44,9
59,5
15,0
14,5
29,0
10,5
13,7
19,7
Abonnement haut
débit / forfait bas
débit le plus élevé
3,0
23,6
1,6
3,1
65,2
57,5
12,0
44,0
12,0
66,5
45,4
52,6
14,9
13,4
22,7
22,6
23,0
24,3
2,9
2,0
2,2
Haut débit
Bas débit
Bas débit
Bas débit Bas débit forfait
Abonnements
mi-Octobre 2002 'résidentiel' forfait 20 h forfait 30 h forfait 40 h
50 h
en €
512
Bas débit
illimité
Club Internet
45,00
14,00
19,00
AOL
44,99
16,90
24,99
Cario
18,50
Dixinet
46,00
Easynet
50,00
Free
30,00
14,94
Freesurf
45,00
Tiscali
44,90
14,48
22,50
24,95
Nerim
42,46
Noos
39,00
Oreka
39,95
12,00
UPC
43,99
9Online
45,00
12,00
24,00
Worldonline
66,53
22,71
Wanadoo
45,43
15,00
20,00
25,00
Moyenne
44,9
14,1
20,7
22,0
Pour AOL et Cario, on a assimilé respectivement à des forfaits 20 et 30 h des forfaits 15 et 25 h.
Abonnement haut
débit / forfait bas
débit le plus élevé
2,4
1,8
1,8
3,3
1,9
2,9
1,8
2,0
ANNEXE 25 - Interchangeabilité du haut et du bas débit
Hypothèses de réactions des usagers à des variations de prix : sondage Novatris.
Hypothèses de marge : marges sur coûts récurrents de Wanadoo Interactive.
eXtense
Périodes depuis janvier 2001
Prix de détail HT
Hausse de 10 %
Marge unitaire sur coûts variables
Gain supplémentaire
Déperdition de profit
Variation du profit après hausse de 10 %
janvierjuillet 2001
aoûtoctobre
2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
janvierjuillet 2001
aoûtoctobre
2001
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
novembre
2001février
2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
févrierseptembre
2002
Après
octobre
2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
novembre
2001février
2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
févrierseptembre
2002
Après
octobre
2002
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Wanadoo ADSL
Périodes depuis janvier 2001
Prix de détail HT
Hausse de 10 %
Marge unitaire sur coûts variables
Gain supplémentaire
Déperdition de profit
Variation du profit après hausse de 10 %
Conclusion : sur toute la période, la hausse de prix de 10 % est profitable et le test est vérifié.
ANNEXE 26 - Evolution du rythme de croissance de Wanadoo et de ses concurrents
S 1 2000 S 2 2000 Q 1 2001Q 2 2001 Q 3 2001 Q 4 2001Q 1 2002 Q 2 2002 Q 3 2002Q 4 2002
Wanadoo
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Total fournisseurs par
câble-modem (hors
Wanadoo)
771
1.315
1.415
888
280
238
-68
838
375
-329
Total fournisseurs par
ADSL (hors Wanadoo)
63
131
470
591
299
666
2.847
2.296
1.240
10.270
Total général
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
Part de Wanadoo dans la
croissance
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
[…]*
12.000
10.000
Wanadoo
8.000
6.000
Total fournisseurs par
câble-modem (hors
Wanadoo)
4.000
Total fournisseurs par
ADSL (hors Wanadoo)
2.000
20
0
2 0
20
Q 00
1
2
Q 001
2
2
Q 001
3
2
Q 001
4
2
Q 001
1
2
Q 002
2
2
Q 002
3
2
Q 002
4
20
02
0
S
S
1
-2.000
Le graphique illustre l'évolution de la croissance hebdomadaire des parcs d'abonnés de Wanadoo d'une part,
et de l'ensemble de ses concurrents par modem-câble et par ADSL d'autre part.
On observe un effrondement des ventes des câblo-opérateurs dès le premier trimestre 2001.
Les ventes des fournisseurs ADSL concurrents ne décollent qu'à partir d'octobre 2002 (fin de l'abus).
La diminution des ventes de Wanadoo au printemps 2001 s'explique par les effets de l'interdiction de la
commercialisation de eXTense dans les agences consécutive à la décision du conseil de la concurrence de
février 2002.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising