Bien d ebuter sous Linux

Bien d ebuter sous Linux
Bien debuter sous Linux
Copyright c 1992{1994 Matt Welsh, adaptation francaise par Rene Cougnenc
Linux Installation and Getting Started, par Matt Welsh, Version 2.1.1, 10 Juillet 1994.
Adaptation francaise par Rene Cougnenc, Version 2.1.1, 22 Juillet 1994.
Cet ouvrage est un guide d'installation et d'initiation a Linux, destine aux nouveaux utilisateurs de
ce systeme d'exploitation, qu'ils soient novices ou experimentes. Vous y trouverez toutes les informations
necessaires pour obtenir Linux, l'installer et le congurer, une initiation pour les nouveaux venus a UNIX,
et une introduction a l'administration systeme.
Il est realise de telle sorte qu'il soit susament general, pour s'appliquer a n'importe quelle distribution du systeme Linux.
Il est conseille a toute personne desirant installer et utiliser Linux de commencer par lire cet ouvrage.
La distribution de ce document est libre, vous pouvez le copier et le redistribuer sous certaines conditions, que vous trouverez a la page xv.
Table des matieres
Preface
A qui s'adresse ce livre?
Organisation
Remerciements
Notes du traducteur
Credits et mentions legales
Conventions typographiques
xi
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
1 Introduction a Linux
A propos de ce livre
Bref historique de Linux
Caracteristiques du systeme
Applications
1.4.1 Commandes de base et utilitaires
1.4.2 Formatage de texte et traitement de texte
1.4.3 Langages et outils de programmation
1.4.4 Le systeme X Window
1.4.5 Reseau
1.4.6 Telecommunications et programmes de BBS
1.4.7 Interfacage avec MS-DOS
1.4.8 Autres applications
1.5 A propos du Copyright de Linux
1.6 Conception et philosophie de Linux
1.6.1 Conseils aux debutants sous UNIX
1.1
1.2
1.3
1.4
1
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
i
xi
xii
xiii
xiii
xiv
xvi
1
2
4
6
6
8
11
12
13
14
15
16
17
19
21
1.6.2 Conseils aux gourous UNIX
Dierences entre Linux et d'autres systemes
1.7.1 Pourquoi utiliser Linux ?
1.7.2 Linux contre MS-DOS
1.7.3 Linux contre les autres systemes
1.7.4 Autres implementations d'UNIX
Conguration materielle necessaire
1.8.1 Carte mere et microprocesseur
1.8.2 Memoire necessaire
1.8.3 Contr^oleurs de disques durs
1.8.4 Espace disque dur requis
1.8.5 E cran et carte video
1.8.6 Peripheriques divers
1.8.7 Cartes Ethernet
Sources d'informations sur Linux
1.9.1 Documentation en ligne
1.9.2 Livres et autres publications
1.9.3 Forums USENET
1.9.4 Listes de diusion Internet
Obtenir de l'aide
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
1.7
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
1.8
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
1.9
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
1.10
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
2 Se procurer et installer Linux
2.1 Distributions de Linux
2.1.1 Se procurer Linux par l'Internet
2.1.2 Se procurer Linux depuis d'autres sites informatiques
2.1.3 Se procurer Linux par correspondance
2.2 Preparatifs avant installation
2.2.1 Apercu de la procedure d'Installation
2.2.2 Partitions - concepts
2.2.3 Partitions necessaires
2.2.4 Repartitionner vos disques durs
2.3 Installation de Linux
2.3.1 Demarrer Linux
22
23
23
24
24
25
27
28
28
29
29
30
30
31
32
32
33
34
36
37
41
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
41
42
43
43
43
44
45
45
48
49
50
2.3.2 Disques et partitions sous Linux
2.3.3 Creation des partitions Linux
2.3.4 Creation de la partition de swap
2.3.5 Creation des systemes de chiers
2.3.6 Installation du systeme
2.3.7 Creation de la disquette d'amorce ou installation de LILO
2.3.8 Procedures d'installation additionnelles
2.4 Apres l'installation
2.5 En cas de probleme
2.5.1 Problemes d'amorcage du support d'installation
2.5.2 Problemes materiels
2.5.3 Problemes lors de l'installation du systeme
2.5.4 Problemes apres l'installation
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3 Didacticiel Linux
3.1 Introduction
3.2 UNIX, Concepts de base
3.2.1 Creation d'un compte utilisateur
3.2.2 Se loguer sur le systeme
3.2.3 Consoles virtuelles
3.2.4 Shells et commandes
3.2.5 Se deloguer
3.2.6 Changer votre mot de passe
3.2.7 Fichiers et repertoires
3.2.8 Arborescence de repertoires
3.2.9 Le repertoire courant
3.2.10 Se referer au repertoire personnel
3.3 Premiers pas sous UNIX
3.3.1 Se deplacer
3.3.2 Acher le contenu des repertoires
3.3.3 Creation de nouveaux repertoires
3.3.4 Copier des chiers
3.3.5 Deplacer des chiers
50
52
55
56
57
57
58
58
59
59
61
66
67
71
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
71
72
72
72
73
73
75
75
75
76
76
78
78
78
79
81
81
82
3.3.6 Eacer des chiers et des repertoires
3.3.7 Voir le contenu des chiers
3.3.8 L'aide en ligne
Resume des commandes de base
Exploration du systeme de chiers
Les dierents shells
Caracteres generiques
Entrees et sorties sous UNIX
3.8.1 Entree standard et sortie standard
3.8.2 Rediriger les entrees et les sorties
3.8.3 Faites des pipes !
3.8.4 Redirection non destructive
Droits d'acces aux chiers
3.9.1 Notions de permissions d'acces
3.9.2 Interpreter les permissions d'acces
3.9.3 Dependances
3.9.4 Changer les permissions
Les liens sur les chiers
3.10.1 Liens physiques
3.10.2 Les liens symboliques
Contr^ole de processus
3.11.1 Les processus
3.11.2 Avant-plan et arriere-plan
3.11.3 Mise en t^ache de fond et interruption
3.11.4 Stopper et relancer des processus
Utilisation de l'editeur vi
3.12.1 Concepts
3.12.2 Appel de vi
3.12.3 Insertion de texte
3.12.4 Suppression de texte
3.12.5 Remplacement de texte
3.12.6 Commandes de deplacement
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3.9
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3.10
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3.11
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
3.12
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
82
83
83
84
86
90
91
94
94
95
96
97
98
98
99
100
100
101
101
102
103
103
104
105
107
109
109
110
110
111
112
113
3.12.7 Sauver le chier et quitter vi
3.12.8 E diter un autre chier
3.12.9 Inclure un autre chier
3.12.10Lancer une commande shell
3.12.11Obtenir de l'aide
3.13 Congurer votre environnement
3.13.1 Shell scripts
3.13.2 Les variables et l'environnement
3.13.3 Scripts d'initialisation
3.14 Vous vous lancez dans l'aventure ?
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
4 Administration systeme
4.1 Les dangers du pouvoir
4.1.1 L'utilisateur root
4.1.2 Abus de pouvoir
4.1.3 Relations avec les utilisateurs
4.1.4 E tablir les regles
4.1.5 Mais encore ?
4.2 Amorcage du systeme
4.2.1 Utilisation d'une disquette d'amorce
4.2.2 Utilisation de LILO
4.3 Arr^eter le systeme
4.4 Gerer les utilisateurs
4.4.1 Concepts de base
4.4.2 Ajouter des utilisateurs
4.4.3 Supprimer des utilisateurs
4.4.4 Modications des parametres d'un utilisateur
4.4.5 Les groupes
4.5 Archivage et compression de chiers
4.5.1 Utilisation de tar
4.5.2 compress et gzip
4.5.3 Combiner tout ca
4.6 Disquettes et sauvegardes
114
114
115
115
116
116
117
118
121
121
123
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
123
123
125
125
126
126
127
127
128
129
130
130
132
133
133
133
134
134
136
136
138
4.6.1 Sauvegarde sur disquettes
4.6.2 Systemes de chiers sur disquettes
Mise a jour et installation de nouveaux programmes
4.7.1 Mise a jour du noyau
4.7.2 Mise a jour des librairies
4.7.3 Mise a jour de gcc
4.7.4 Mise a jour des autres programmes
Gestion des systemes de chiers
4.8.1 Montage des systemes de chiers
4.8.2 Verication des systemes de chiers
Utilisation d'un chier de swap
Divers
4.10.1 Fichiers d'initialisation systeme
4.10.2 Baptiser la machine
Que faire en cas d'urgence
4.11.1 Utilisation d'une disquette de maintenance
4.11.2 Corriger le mot de passe de root
4.11.3 Corriger un systeme de chiers endommage
4.11.4 Recuperer des chiers
4.11.5 Corriger une erreur sur les librairies
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
4.7
: : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
4.8
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
4.9
4.10
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
4.11
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
5 Techniques avancees
5.1 Le Systeme X Window
5.1.1 Conguration materielle necessaire
5.1.2 Espace disque
5.1.3 Installation de XFree86
5.1.4 Conguration de XFree86
5.1.5 Lancement de X
5.1.6 Quitter X
5.2 Acceder aux chiers MS-DOS
5.3 Reseau TCP/IP
5.3.1 Conguration materielle
5.3.2 Conguration de TCP/IP sur votre systeme
138
138
139
140
142
143
143
144
144
145
146
147
147
148
149
149
150
150
151
151
153
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
153
154
155
155
155
156
157
157
158
159
159
5.3.3 Conguration de SLIP
5.3.4 Utilisation de dip
5.4 Transferts de donnees par UUCP
5.5 Courrier electronique
5.6 Les News Usenet
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
A Sources d'informations sur Linux
A.1 Documents a telecharger
A.2 Manuels du groupe de documentation Linux
A.3 Livres et autres publications
A.3.1 Utilisation d'UNIX
A.3.2 Administration systeme
A.3.3 X Window
A.3.4 Programmation
A.3.5 Kernel Hacking
167
170
172
172
173
175
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
B Distributions de Linux et commandes par correspondance
B.1 Distributions Linux
B.1.1 Distribution Linux Slackware
B.1.2 Linux MCC Interim
B.1.3 Distribution TAMU
B.1.4 Distribution \Linux Support Team Erlangen" (LST)
B.1.5 S.u.S.E. GmbH German Linux CD-ROM
B.1.6 Distribution Linux Debian
B.1.7 CD-ROM Yggdrasil \Plug-and-Play Linux" et la \Bible Linux"
B.1.8 CD-ROM Linux de Nascent
B.1.9 Unix 1.02 CD-ROM
B.2 Revendeurs et divers
B.2.1 Clark Internet Services
B.2.2 Extent Verlag, LDP Distribution
B.2.3 Fintronic Linux Systems
B.2.4 InfoMagic Developer's Resource CD-ROM kit
B.2.5 Lasermoon Ltd.
175
178
178
179
179
180
180
181
183
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
183
183
185
185
186
187
188
189
190
191
192
192
193
194
195
196
viii
B.2.6 Linux Journal
B.2.7 Linux Quarterly CD-ROM
B.2.8 Linux Systems Labs
B.2.9 Mark Horton Linux Documentation Hardcopy Service
B.2.10 Paquetage developpement Motif Sequoia International
B.2.11 Manuels SSC du Linux Documentation Project
B.2.12 SW Technology Linux Systems
B.2.13 Takelap Systems Ltd.
B.2.14 CD-ROM Trans-Ameritech Linux plus BSD
B.2.15 Mastering CD-ROM sur mesures Unix
B.2.16 E tiquettes pour SLS et Slackware UPython
B.2.17 Wizvax Communications
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
C Didacticiel FTP et liste des sites
C.1
C.2
C.3
C.4
C.5
C.6
C.7
Lancer ftp
S'identier
Promenons nous un peu
Telecharger des chiers
Quitter FTP
Utilisation de ftpmail
Liste des sites FTP proposant LINUX
207
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
D Liste des BBS Linux
D.1 E tats Unis d'Amerique
D.2 Reste du monde
197
197
198
199
200
201
201
202
203
205
205
206
207
208
208
210
212
212
213
215
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
E Licence Publique Generale GNU
E.1 Preambule
E.2 Termes et conditions de copie, distribution et modication
E.3 Annexe: Coment appliquer ces directives a vos nouveaux programmes
221
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : :
F La GPL, texte original
F.1 Preamble
F.2 Terms and Conditions for Copying, Distribution, and Modication
215
217
221
222
226
229
: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
: : : : : : : : : :
229
230
ix
F.3 Appendix: How to Apply These Terms to Your New Programs
: : : : : : : : : : : :
234
x
Preface
\You are in a maze of twisty little passages, all alike."
1
Vous ^etes face au plus complexe, au plus intimidant, au plus fascinant systeme jamais realise.
Linux, le systeme d'exploitation gratuit pour les 80386 et 80486. Linux, le chef-d'uvre du monde du
graticiel. Linux, dont le nom sut a semer la terreur chez les ronds-de-cuir de la micro-informatique.
Linux fut realise par une equipe disparate composee d'experts UNIX, de programmeurs geniaux,
et d'informaticiens de base. Le systeme en lui-m^eme reete parfaitement cet heritage pour le moins
complexe. C'est une jungle tres particuliere. Vous entrez dans le royaume des sorciers de la programmation, des magiciens de l'assembleur, qui vous ont concocte un puissant systeme, souple, evolutif,
mais dont vous devrez dejouer tous les pieges Ne tentez pas de vous frayer un chemin tout seul
dans ce monde inconnu.
Votre salut est entre vos mains, sous la forme ce ce guide qui saura vous faire decouvrir ce
domaine si attirant mais redoutable qu'est Linux. Armes de ce livre, le debutant comme l'expert
n'auront plus jamais a redouter un mauvais coup. En fait, mettre en route votre propre systeme
Linux peut vous faire vivre des moments passionnants. Asseyez-vous. Detendez-vous. Lisez-donc la
suite.
Vous tenez entre les mains la seconde edition de cet ouvrage. La premiere edition etait specique
a la distribution SLS de Linux, qui etait assez populaire a cette epoque. Depuis, Linux a enormement
evolue, et beaucoup d'autres distributions voient regulierement le jour. Cette version est un guide
complet d'installation et d'initiation, susament general pour pouvoir s'appliquer a n'importe quelle
distribution.
:::
A qui s'adresse ce livre?
Cet ouvrage est destine a tout possesseur d'ordinateur personnel qui desire installer et utiliser
Linux. Nous considererons que vous avez des notions de base sur les micro-ordinateurs et
systemes d'exploitations comme MS-DOS. Aucune connaissance prealable de Linux ou d'UNIX n'est
necessaire.
Malgre cela, nous recommandons fortement aux personnes ne connaissant pas UNIX d'investir
1 \Vous ^
etes dans un labyrinthe plein de petits passages tordus, qui se ressemblent tous ". L'auteur fait allusion
a l'un des plus anciens jeux informatiques: Zork.
:: :
xi
xii
dans l'un des tres bons livres disponibles sur le sujet. (Plusieurs d'entre eux sont indiques dans
l'annexe A). Ce guide contient des informations utiles aux nouveaux venus a Linux, mais pour
obtenir des informations plus detaillees, vous devrez chercher ailleurs!
Organisation
Ce livre contient les chapitres suivants.
Le chapitre 1, Introduction a Linux, explique ce qu'est Linux, ce qu'il peut vous apporter, et
ce qui sera necessaire pour qu'il fonctionne chez vous. Il contient aussi quelques trucs utiles pour
obtenir de l'aide et eviter de trop s'enerver.
Le chapitre 2, Se procurer et installer Linux, explique comment et ou se procurer le systeme
Linux, et comment l'installer; depuis le partitionnement du disque dur jusqu'a la mise en route. Il ne
contient que des informations generales, et devra ^etre complete le cas echeant par la documentation
particuliere a votre distribution de Linux.
Le chapitre 3, Didacticiel Linux, constitue une initiation a l'utilisation de Linux pour les nouveaux
venus a UNIX. Si vous avez deja une experience sous quelque systeme UNIX que ce soit, le contenu
de ce chapitre devrait vous sembler evident.
Le chapitre 4, Administration systeme, presente les aspects les plus importants de l'administration
d'une machine UNIX, sous Linux. Il interessera egalement les administrateurs desirant prendre
connaissance des specicites Linux en ce domaine.
Le chapitre 5, Techniques avancees, presente au lecteur un certain nombre de caracteristiques,
applications ou extensions puissantes de Linux, comme par exemple X Window et TCP/IP.
L'annexe A, Sources d'informations sur Linux, recense les moyens d'obtenir des informations sur
le systeme et de se tenir au courant de son evolution, par Usenet, listes de diusion, documents a
telecharger, et publications.
L'annexe B, Distributions Linux, est une liste reduite des principales distributions toutes faites
du systeme.
L'annexe C, Didacticiel FTP et liste des sites, est une initiation au telechargement de Linux sur
l'Internet par le protocole FTP, et contient une liste des principaux sites de diusion de Linux.
L'annexe D, Liste des BBS Linux, propose une liste approximative de dierents BBS du monde
entier, proposant linux en telechargement. Elle est tres incomplete mais rendra service aux utilisateurs n'ayant aucun acces a l'Internet.
L'annexe E, Licence Publique Generale GNU, contient une copie de la \GPL", sous laquelle
Linux est distribue. Les utilisateurs de Linux doivent bien comprendre les termes de cette licence,
dont le but est de soutenir et proteger la liberte des logiciels sans leser les auteurs, mais qui para^t
assez confuse au premier abord.
xiii
Remerciements
Ce livre fut tres long a realiser, et a pu voir le jour gr^ace aux eorts de nombreuses personnes. En
particulier, je voudrais remercier Larry Greeneld et Karl Fogel pour leur travail sur la premiere
version du chapitre 3, et Lars Wirzenius pour son travail sur le chapitre 4. Merci a Michael K.
Johnson pour son aide concernant le projet et les conventions LaTEX utilisees dans ce manuel, et a
Ed Chi, qui eut la gentillesse de m'adresser une copie imprimee de ce livre pour l'edition. Un merci
tout particulier Melinda A. McBride de SSC, Inc., qui complta les index des chaptres 3, 4, et 5. Je
voudrais aussi remercier Andy Oram, Lar Kaufman, et Bill Hahn de O'Reilly and Associates pour
leur aide et l'inter^et qu'ils portent au Projet de Documentation Linux.
Et bien entendu, un grand merci a tous les \linux-activists", particulierement a Linus Torvalds
et Peter MacDonald, sans qui rien de tout ceci n'aurait ete possible.
Enn, merci aux myriades de lecteurs qui m'ont expedie commentaires et corrections. Nul besoin
de correcteur orthographique, avec autant de lecteurs !
Matt Welsh
13 Janvier 1994
Notes du traducteur
Cet ouvrage constitue l'adaptation francaise de la seconde edition du livre \Linux Installation and
Getting Started", par Matt Welsh. Par rapport a la version originale, certaines informations rendues
obsoletes ou erronees par la rapide evolution de Linux, ont ete remises a jour; certaines precisions
speciques a la France ont d^u ^etre ajoutees a divers endroits an que ce manuel conserve le caractere
pratique desire par l'auteur.
La traduction d'un ouvrage technique n'est pas chose aisee, particulierement dans le domaine
informatique ou sevit un jargon plus ou moins international, d'origine anglo-saxonne. La t^ache est
encore plus complexe dans le cas de Linux, lorsque le traducteur pratique le systeme de longue
date et doit resister a la tentation de completer ou preciser certains points omis par l'auteur, voire
rencherir sur certains traits d'humour !
En ce qui concerne les termes employes, il a ete decide d'utiliser leur equivalent francais dans
toute la mesure du possible, en fonction de ce qui est generalement admis pour la redaction de
documents informatiques ecrits: de nombreux manuels, livres, publications, traductions ont ete
consultes, et lorsqu'un doute subsistait le courrier electronique s'est avere fort utile pour demander
l'avis de specialistes en la matiere. Peu importe que dans la vie courante l'informaticien francais
\boote sa becane"; il doit ecrire qu'il \amorce son ordinateur". Il est certain que ce manuel, pour un
habitue des systemes UNIX rompu a la lecture de milliers de lignes de documentations en anglais,
peut par moments ^etre deroutant, voire pr^eter a rire. J'en suis parfaitement conscient : la premiere
fois que j'ai eu a utiliser une machine UNIX tournant sous un systeme (commercial) entierement
francise, je suis vite repasse en langue anglaise car je ne comprenais rien du tout de ce francais la,
par exemple le message d'erreur \Rupture du tuyau" me semblait moins parlant que le traditionnel
xiv
\Broken pipe". Helas, conserver les expressions originales, comme on le ferait dans la langue parlee,
est irrealiste. Un texte ainsi true de mots etrangers est insoutenable, autant ne pas le traduire du
tout.
Le respect du style de l'auteur n'est pas une mince aaire non plus, car ce qui semble elegant et
clair en anglais peut donner une impression fort dierente pour quelqu'un de culture francophone,
ce qui explique certaines parties semblant un peu maladroites. Malgre tout, j'espere que que ce
livre reste aussi comprehensible que l'a voulu l'auteur. Ne perdez pas de vue que nous somme tous
benevoles, et faisons de notre mieux pour le bien de la communaute Linux.
Rene Cougnenc
2 Juillet 1994
Credits et mentions legales
Le Linux Documentation Project est une equipe benevole de redacteurs, correcteurs, et editeurs qui
travaillent sur un jeu de manuel ociel pour Linux. Le coordinateur de ce projet est Matt Welsh,
aide par Lars Wirzenius et Michael K. Johnson.
Ce manuel n'est qu'un seul des nombreux autres qui sont distribues par le Linux Documentation
Project, comprenant un guide utilisateur de Linux, un guide d'administration systeme, et un guide
du noyau Linux. Ces manuels sont tous disponibles sous leur forme originale, en source LaTEX
ou au format Postscript sur des sites FTP anonyme comme sunsite.unc.edu, dans le repertoire
/pub/Linux/docs/LDP.
Nous encourageons quiconque ayant un penchant pour l'ecriture ou l'edition, a rejoindre notre
equipe an d'ameliorer la documentation de Linux. Si vous avez un acces au courrier electronique,
vous pouvez souscrire au canal DOC de la liste de diusion Linux-Activists, en ecrivant a
linux-activists-request@niksula.hut.fi
avec la ligne
X-Mn-Admin:
join DOC
comme toute premiere ligne du corps du message.
N'hesitez pas a contacter l'auteur et le coordinateur de ce manuel si vous avez des questions, des
cartes postales, de l'argent ou des idees. Matt Welsh peut ^etre contacte par courier electronique a
l'adresse mdw@sunsite.unc.edu, ou par courrier postal:
205 Gray Street
Wilson, N.C. 27893
U.S.A.
xv
UNIX est une marque deposee de X/Open.
Linux n'est pas une marque deposee, et n'a aucun rapport avec UNIXTM ou X/Open.
Le X Window System est une marque deposee du Massachusetts Institute of Technology.
MS-DOS et Microsoft Windows sont des marques deposees de Microsoft, Inc.
c 1992{1994 Matt Welsh
Copyright 205 Gray Street NE, Wilson NC, 27893 USA
mdw@sunsite.unc.edu
Bien debuter sous Linux (Linux Installation and Getting Started) peut ^etre reproduit et distribue
sous les conditions suivantes:
0. Le copyright ci-dessus et cette presente notice doivent ^etre inclus sans aucune modication,
sur toute copie complete ou partielle.
1. Toute traduction ou travail derive de ce livre doit faire l'objet d'une autorisation ecrite de
l'auteur avant distribution.
2. Si vous ne distribuez qu'une partie de cet ouvrage vous devez indiquer clairement comment
obtenir la version complete, et fournir un moyen de se la procurer.
3. De courts extraits peuvent ^etre reproduits a titre de citation dans des revues ou autres travaux
sans autorisation a condition d'indiquer l'origine du document.
4. La Licence Publice Generale GNU citee plus loin peut ^etre reproduite selon ses propres conditions.
5. Plusieurs parties de ce document sont soumises a un copyright separe. Lorsque c'est le cas,
ce copyright est precise. Si vous ne distribuez qu'une partie de cet ouvrage, et que
cette partie est protegee par un copyright separe, les conditions de ce copyright
s'appliquent.
xvi
Des exceptions a ces regles peuvent ^etre autorisees pour l'enseignement : ecrivez a Matt Welsh
a l'adresse ci-dessus, ou par courrier electronique a mdw@sunsite.unc.edu, et demandez ce qu'il en
est. Ces restrictions sont destinees a nous proteger en tant qu'auteurs, et non pas pour vous g^ener
en tant qu'enseignants ou eleves.
L'auteur encourage les distributeurs de Linux a utiliser ce livre comme guide d'installation et
d'initiation. Le copyright ci-dessus vous autorise a imprimer et distribuer des copies de ce manuel
avec votre distribution du systeme. Vous devrez neanmoins ajouter un petit supplement decrivant
l'installation de votre distribution, car ce guide ne contient que des informations tres generales sur
le sujet.
L'auteur tient a ^etre tenu au courant des projets commerciaux de publication et distributions de
cet ouvrage. Vous pourrez ainsi ^etre assure d'avoir une version a jour en fonction de chaque nouvelle
version; ceci peut vous permettre de retarder legerement votre publication si une revision est en
cours de realisation.
Si vous commercialisez ce livre, l'auteur appreciera toute retribution, don, et/ou copies imprimees. Ce type de contribution montrera votre inter^et pour le logiciel libre et le projet de documentation Linux.
Tout le code source de Bien debuter sous Linux est place sous la protection de la Licence Publique
Generale GNU. Vous trouverez une copie de cette \GPL" dans l'annexe E page 221.
Conventions typographiques
Ces conventions devraient vous para^itre evidentes, mais nous les expliquons tout de m^eme ici pour
eviter d'eventuels reproches.
Gras
Utilise pour signaler des nouveaux concepts, AVERTISSEMENTS, et motscles dans un langage.
italiques
Utilisees pour insister sur un texte, et occasionnellement pour des citations, ou de
courtes introductions precedent une section. Egalement utilisees pour indiquer les
commandes que l'utilisateur est cense taper lors d'un dialogue avec la machine (voir
plus bas).
hongletsi
Utilisees pour les meta-variables dans le texte, en particulier pour representer une
ligne de commande. Par exemple,
ls -l
hbidulei
ou hbidulei serait un nom de chier, comme /bin/cp.
T
el
etype
Utilise pour representer l'interactivite a l'ecran, comme dans
$
ls {l /bin/cp
-rwxr-xr-x
1 root
wheel
12104 Sep 25 15:53 /bin/cp
xvii
Aussi utilise pour les exemples de code, que ce soit du langage C, du shell-script, de
l'assembleur ou autres, et pour les chiers texte, comme les chiers de conguration.
Ces exemples pourront eventuellement ^etre encadres pour clarier la presentation.
Touche
Represente une touche a presser. Vous la verrez souvent sous cette forme:
Taper entree pour continuer.
3
Un losange dans la marge signie \danger" ou \attention." Lisez tres attentivement
les paragraphes signales de cette facon.
xviii
Chapitre 1
Introduction a Linux
Linux est probablement la realisation la plus importante parmi les graticiels depuis Space War, ou,
plus recemment, Emacs. Ce livre sera votre guide dans ce monde tourbillonnant a multiples facettes.
Linux est devenu un systeme d'exploitation pour l'industrie, l'education ou l'utilisation personnelle.
Il n'est plus destine aux wizards UNIX qui passent des heures devant leur ecran (bien que nous
puissions vous assurer qu'un bon nombre d'utilisateurs font partie de cette categorie). Cet ouvrage
vous aidera a obtenir le maximum de Linux.
Linux (se prononce en Finlande comme en francais le plus naturellement du monde) est un
clone du systeme d'exploitation UNIX, destine aux ordinateurs equipes de processeurs Intel 80386 et
80486. Il supporte une large gamme de programmes, de TEX a X-Window, le compilateur C/C++
GNU et TCP/IP. C'est une implementation multi-usages d'UNIX, distribuee gratuitement selon la
licence generale GNU (voir annexe E).
Linux peut transformer n'importe quel PC 386 ou 486 en station de travail. Il vous apportera
toute la puissance d'UNIX. Des societes commerciales installent des resaux entiers de machines
tournant sous Linux, destines a gerer des donnees nancieres ou medicales, des telecommunications,
et bien d'autres choses. Dans le monde entier, des universites utilisent Linux pour l'etude des
systemes d'exploitation, des passionnes d'informatique utilisent Linux chez eux pour programmer,
produire, etc
Ce qui rend Linux si dierent est qu'il est gratuit. Il est developpe par un groupe de volontaires,
au depart sur l'Internet, s'echangeant du code, notiant les bogues, et corrigeant les problemes selon
un modele de developpement ouvert a tous. Tout le monde est invite a participer : il sut de
posseder de bonnes bases de programmation et de se passionner pour les entrailles d'un clone de
systeme UNIX. Le livre que vous avez entre les mains est votre depliant touristique.
:::
1.1 A propos de ce livre
Cet ouvrage est un guide d'installation, et d'initiation pour les debutants, au systeme Linux. Son
but est de permettre aux nouveaux utilisateurs d'utiliser Linux, en rassemblant le plus possible
1
Chapitre 1. Introduction a Linux
2
d'informations importantes en un seul volume. Au lieu de decrire de nombreux petits details pouvant
changer au l des versions, nous vous orons ici une base solide qui vous permettra de decouvrir le
reste par vous m^eme.
Linux n'est pas dicile a installer et a utiliser. Toutefois, comme avec toute implementation
d'UNIX, obtenir un systeme qui fonctionne correctement semble parfois relever de la sorcellerie...
Nous esperons que ce guide vous permettra de decouvrir et ma^triser Linux, et vous montrera la
puissance et l'universalite de ce systeme d'exploitation.
Nous aborderons les sujets suivants :
Qu'est-ce que Linux ? La philosophie et l'organisation de ce systeme d'exploitation unique, et
ce qu'il peut vous apporter.
Tous les details necessaires pour exploiter Linux, avec quelques suggestions sur la conguration
materielle recommandee pour un systeme complet.
Comment obtenir et installer Linux.
Il en existe de nombreuses distributions. Nous en
presentons quelques unes, et expliquons comment installer le systeme a partir de l'une d'elles.
Une breve initiation a UNIX, pour les utilisateurs qui n'ont aucune experience de ce systeme.
Cette introduction devrait apporter susamment de connaissances de base aux novices pour
qu'ils puissent utiliser UNIX sans ^etre totalement perdus.
Une introduction a l'administration systeme, sous Linux. Elle couvre les t^aches les plus importantes que les nouveaux administrateurs Linux devront ma^itriser, comme la creation de
nouveaux utilisateurs, la gestion des systemes de chiers, etc...
Un apercu des possibilites avancees de Linux, comme le systeme X Window, le reseau avec
TCP/IP et SLIP, et la conguration du courrier electronique et des News Usenet.
Cet ouvrage s'adresse au possesseur de micro-ordinateur personnel desirant debuter sous Linux.
Nous considerons qu'il n'a aucune experience d'UNIX, mais partons du principe qu'il se referera
eventuellement a d'autres ouvrages plus specialises s'il en ressent le besoin. Une liste de sources
d'informations utiles est donnee dans l'annexe A. D'une maniere generale, ce livre est fait pour ^etre
lu en ayant a c^ote un autre ouvrage sur les concepts de base d'UNIX.
1.2 Bref historique de Linux
UNIX est l'un des systemes d'exploitation les plus populaires au monde, en raison du grand nombre d'architectures qu'il supporte. Il fut a l'origine developpe en tant que systeme d'exploitation
multit^aches pour mini-ordinateurs et grands systemes vers l'annee 1970, mais a bien evolue depuis
pour devenir l'un des systemes les plus utilises, en depit de son interface parfois deroutante et de
son manque de reelle standardisation.
La raison de la popularite d'UNIX ? Beaucoup de programmeurs le ressentent comme La Verite ;
Le Vrai Systeme d'Exploitation, presque de maniere religieuse. D'ou le developpement de Linux, par
1.2. Bref historique de Linux
3
un groupe evolutif de programmeurs UNIX desirant mettre les mains dans le cambouis et realiser
leur propre systeme.
Il existe des versions d'UNIX pour beaucoup d'ordinateurs, depuis les ordinateurs personnels
jusqu'aux grosses machines comme le Cray Y-MP. La plupart de ses implementations pour PC sont
lourdes et onereuses. A l'heure ou nous ecrivons ces lignes, une version pour une seule machine de
l'UNIX System V de AT&T pour i386 co^ute environ US$1500.
Linux est une version d'UNIX gratuite et librement diusable developpee a l'origine par Linus
Torvalds1 a l'universite de Helsinki, en Finlande. Linux a ete developpe avec l'aide de nombreux
programmeurs et specialistes UNIX, gr^ace au reseau mondial Internet, autorisant quiconque ayant
susamment de connaissances a participer activement a l'evolution du systeme. Le noyau de Linux
n'utilise aucun code en provenance de AT&T ou de quelque autre source proprietaire, et la plupart
des programmes disponibles pour Linux est developpee par le projet GNU a la Free Software Foundation a Cambrige, Massachusetts. Toutefois, des programmeurs du monde entier ont contribue a
l'ensemble.
Linux etait au depart un projet de loisirs de Linus Torvalds. Il fut inspire de Minix, un petit
systeme UNIX developpe par Andy Tanenbaum, et les premieres discussions a propos de Linux se
passerent sur le forum USENET comp.os.minix. Ces discussions portaient principalement sur le
developpement d'un petit systeme UNIX academique pour les utilisateurs de MINIX qui desiraient
mieux que cela.
Les premices du developpement de linux furent la ma^trise de la commutation de t^aches du mode
protege du processeur 80386, tout fut ecrit en assembleur. Linus ecrit :
\Apres ca, tout coulait de source : encore de la programmation touue, mais j'avais
quelques peripheriques, et le deboguage etait plus facile. C'est a ce stade que j'ai commence a utiliser le langage C, ce qui a certainement accelere le developpement. C'est
aussi a ce moment que j'ai commence a prendre au serieux mes idees megalo de faire un
"Minix meilleur que Minix". J'esperais un jour pouvoir recompiler gcc sous Linux
\Deux mois pour le code de base, puis un peu plus jusqu'a ce que j'aie un pilote de
disque dur (serieusement bogue, mais par chance il fonctionnait sur ma machine), et un
petit systeme de chiers. C'est a cette epoque que j'ai diuse la version 0.01 [n ao^ut
1991]: Ce n'etait pas tres beau, je n'avais pas de pilote de disquette, et ca ne pouvait
pas faire grand chose. Je ne pense pas que quelqu'un ait un jour compile cette version.
Mais j'etais pris au jeu, et je ne voulais plus m'arr^eter tant que je ne pouvais pas jeter
Minix aux orties."
:::
Aucune annonce de Linux version 0.01 ne fut jamais faite. Ce n'etait m^eme pas executable ;
l'archive ne contenait que les rudiments des sources du noyau, et considerait que vous aviez acces a
un systeme Minix pour compiler Linux et jouer un peu avec.
Le 5 octobre 1991, Linus annonca la toute premiere version \ocielle" de Linux, la version 0.02.
A ce moment, Linux etait capable d'exexuter bash (le Bourne Again Shell de GNU), mais pas grand
chose d'autre. Encore une fois, c'etait un systeme destine aux hackers, focalise sur le developpement
1 torvalds@kruuna.helsinki.fi
.
Chapitre 1. Introduction a Linux
4
du noyau. Le support utilisateurs, la documentation, la distribution, ou autres, n'avaient jamais ete
evoques. Aujourd'hui, la communaute Linux semble continuer a traiter ces choses la comme tres
secondaires en comparaison de la \vraie programmation", le developpement du noyau.
Linus ecrit dans comp.os.minix,
\ Vous regrettez les beaux jours de Minix-1.1, lorsque les hommes etaient des hommes
et ecrivaient leurs propres pilotes de peripheriques ? Vous manquez d'un superbe projet
et vous languissez apres un systeme que vous pourriez modier a votre convenance ?
Vous ^etes frustres que tout fonctionne sous Minix ? Plus de nuits blanches passees a
tenter de faire fonctionner un programme recalcitrant ? Alors ce message pourrait bien
^etre pour vous.
\ Comme signale il y a un mois, je travaille actuellement sur une version libre et
gratuite d'un systeme ressemblant a Minix pour les ordinateurs AT-386. J'ai nalement
atteint un stade ou il est utilisable (bien qu'il puisse ne pas l'^etre pour vous, selon ce que
vous desirez), et je compte diuser les sources pour une diusion plus large. Il s'agit juste
de la version 0.02 mais j'ai pu executer bash, gcc, gnu-make, gnu-sed, compress, etc.
avec succes sous ce systeme.
:::
Apres la version 0.03, Linus passa le numero de version directement a 0.10, puisque de plus en
plus de gens commencerent a travailler sur le systeme. Puis, apres plusieurs autres revisions, Linus
gona a nouveau le numero pour sortir la version 0.95, an de reeter son impression: Linux etait
pr^et pour une version \ocielle" tres prochainement. (Generalement, un programme ne se voit
attribuer le numero de version 1.0 que lorsqu'il est theoriquement complet, ou sans bogue). Ceci
se passait au mois de mars 1992. Presque un an et demi plus tard, n decembre 1993, le noyau de
Linux en etait encore a la version 0.99.pl14... Approchant 1.0 de maniere asymptotique. Certains
pensaient que la version 1.0 ne verrait jamais le jour.
Aujourd'hui, Linux est un systeme UNIX complet, capable d'executer X Window, TCP/IP,
Emacs, UUCP, le courrier electronique et les news Usenet, ou tout ce que vous voudrez. Pratiquement tout les programmes freewares importants ont ete portes sous Linux, et on commence a voir
appara^itre des applications commerciales. Linux supporte beaucoup plus de peripheriques que dans
ses premieres versions. Beaucoup de gens ont eectue des tests de machines 80486 sous Linux et
ont trouve des performances comparables aux stations de travail de milieu de gamme de Sun Microsystems et Digital Equipment Corporation. Qui aurait pu imaginer qu'un jour, ce \petit" clone
d'UNIX serait devenu si grand ?
1.3 Caracteristiques du systeme
Linux ore la plupart des possibilites oertes par d'autres implementations d'UNIX, plus quelques
unes que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Cette section fait un tour d'horizon des caracteristiques
du noyau de Linux.
Linux est un systeme d'exploitation multi-t^aches et multi-utilisateurs (exactement comme toute
autre version d'UNIX). Cela signie que plusieurs utilisateurs peuvent utiliser la m^eme machine en
m^eme temps, tout en utilisant simultanement de nombreux programmes dierents.
1.3. Caracteristiques du systeme
5
Le systeme Linux est compatible avec un certain nombre de standards UNIX (si tant est qu'UNIX
ait des standards) au niveau code source, incluant IEEE POSIX.1, System V, et a la fois BSD. Il a ete
developpe en ayant toujours en t^ete la portabilite au niveau source : par consequent, vous trouverez
sous Linux les caracteristiques les plus courantes que l'on rencontre sur diverses implementations. Un
tres grand nombre d'applications UNIX gratuites disponibles sur l'Internet ou ailleurs se compilent
sous Linux sans aucune modication. De plus, tout le code source du systeme, y compris le noyau, les
pilotes, bibliotheques, programmes utilisateurs, et outils de developpement, est gratuit et librement
distribuable.
Linux comprend d'autres caracteristiques speciques comme le contr^ole de processus POSIX
(utilise par des shells comme csh et bash), pseudo-terminaux (peripheriques pty), et le support
de claviers internationaux ou personnalises modiables dynamiquement. Linux supporte egalement
des consoles virtuelles, qui vous permettent de commuter le clavier et l'ecran entre plusieurs
sessions de travail en mode texte. Les utilisateurs du programme \screen" seront tres a l'aise avec
l'implementation des consoles virtuelles de Linux.
Le noyau etant capable d'emuler un co-processeur mathematique (387-FPU) par lui-m^eme, les
machines depourvues de tels processeurs peuvent tout de m^eme utiliser de maniere totalement
transparente des programmes qui utilisent ce co-processeur.
Linux possede dierents types de systemes de chiers pour stocker les donnees. Certains, comme
ext2fs , ont ete developpes specialement pour Linux. D'autres types de systemes de chiers, comme
Minix-1 et Xenix, sont aussi supportes. Le systeme de chiers MS-DOS a ete egalement implemente,
pour vous permettre d'acceder directement a vos disques MS-DOS depuis Linux, en montant une
partition ou une disquette le plus naturellement du monde. Le type CD-ROM ISO 9660, qui permet
de lire tous les formats standard de CD-ROM, est aussi supporte. Nous parlerons plus en detail des
systemes de chiers dans les chapitres 2, \2", et 4, \4".
Linux fournit une implementation complete du reseau TCP/IP. Ceci comprend les pilotes de
peripheriques pour beaucoup de cartes Ethernet populaires, SLIP (Serial Line Internet Protocol,
et PPP, Point to Point Protocol, qui vous permettent d'acceder a un reseau TCP/IP depuis une
connexion serie, avec un modem par exemple), NFS, et bien d'autres choses. La totalite des clients et
services TCP/IP est supportee, comme FTP, telnet, NNTP et SMTP par exemple. Nous parlerons
du reseau dans le chapitre 5.
Le noyau de Linux utilise les possibilites du mode protege des processeurs Intel 80386 et 80486.
En particulier, Linux utilise les primitives de gestion memoire et de t^aches, ainsi que d'autres caracteristiques techniques de ces processeurs. Toute personne familiere avec la programmation en
mode protege du 80386 sait que ce processeur fut realise pour les systemes multi-t^aches comme
UNIX (ou, en l'occurrence, Multics). Linux exploite ceci avec bonheur.
Le noyau Linux supporte le chargement a la demande des executables. C'est a dire que seuls
les segments d'un programme qui sont reellement utilises sont lus et charges en memoire. Linux
utilise aussi la technique de partage des pages memoire avec copie a l'ecriture, ce qui signie que
si plusieurs instances d'un m^eme programme sont utilisees en m^eme temps, elle partageront leurs
pages de memoire physique, ce qui reduit notablement la memoire globalement utilisee.
An d'augmenter la memoire disponible, Linux implemente egalement la pagination sur disque :
6
Chapitre 1. Introduction a Linux
Jusqu'a 256 Megaoctets d' \espace de swap"2 peuvent ^etre alloues sur le disque dur. Lorsque le
systeme a besoin de plus de memoire physique, il transfere les pages inactives sur le disque, vous
permettant ainsi de pouvoir utiliser de plus grosses applications ou de supporter plus d'utilisateurs
a la fois. Mais attention, la zone de swap ne remplace pas la memoire physique (RAM), c'est bien
entendu beaucoup, beaucoup plus lent !
Le noyau utilise aussi une reserve de memoire dynamique, commune aux programmes utilisateurs
et au cache disque. De cette facon, Linux utilise la totalite de la memoire RAM dont vous disposez
pour le cache disque, celui-ci etant reduit ou augmente en fonction des besoins en memoire des
programmes.
Les executables utilisent des bibliotheques partagees, ce qui signie que les binaires partagent le
code commun aux fonctions librairie, si 50 programmes utilisent printf(), le code de printf() ne sera
present qu'une seule fois en memoire. Ceci permet de reduire considerablement l'espace occupe par
les programmes. Il existe aussi bien entendu la possibilite d'utiliser des bibliotheques statiques pour
ceux qui ont besoin de deboguer un programme ou qui veulent conserver un executable \complet",
pouvant s'executer en l'absence des chiers de librairies partagees. Les librairies partagees de Linux
sont linkees dynamiquement a l'exexution, autorisant le programmeur a remplacer des modules des
librairies par ses propres routines s'il le desire.
An de faciliter le deboguage, le noyau de Linux genere des core dumps (sauvegarde d'image
memoire) a des ns d'analyse post-mortem des programmes. A l'aide d'un core-dump et d'un
executable compile en mode deboguage, il est possible de determiner la cause de l'erreur qui a
provoque la n prematuree du processus.
1.4 Applications
Dans cette section, nous allons vous presenter un certain nombre d'applications disponibles sous
Linux, et discuter des travaux les plus couramment eectues a l'aide d'un ordinateur. Apres tout, la
partie la plus importante du systeme, c'est le grand nombre de programmes qui y sont disponibles.
Le fait que l'essentiel de ces programmes soit gratuit et librement distribuable est encore plus impressionnant.
1.4.1 Commandes de base et utilitaires
Pratiquement chaque utilitaire que vous pouvez esperer trouver sur une implementation standard
d'UNIX a ete porte sous Linux. Ceci comprend bien entendu les commandes de base comme ls,
awk, tr, sed, bc, more, et ainsi de suite. Dites un nom au hasard, la commande existe sous Linux.
Par consequent vous pouvez esperer retrouver votre environnement de travail favori sous UNIX,
reproduit a l'identique sur votre systeme Linux. Toutes les commandes standards et les utilitaires
habituels sont la. (Les nouveaux utilisateurs peuvent se reporter au chapitre 3 pour une introduction
a ces commandes de base UNIX).
2 Le mot espace de swap est inappropri
e ici: Les processus ne sont jamais swappes en entier, ce sont des pages
memoire qui le sont, individuellement. Bien s^ur, dans beaucoup de cas des processus niront par ^etre entierement
swappes sur le disque, mais ce n'est pas forcement le cas a chaque fois.
1.4. Applications
7
De nombreux editeurs de texte sont disponibles, dont vi, ex, pico, jove, aussi bien que GNU
Emacs et ses variantes comme Lucid Emacs (avec ses extensions pour l'utilisation sous X Window)
et joe. Quel que soit l'editeur que vous ayez l'habitude d'utiliser sous UNIX, il y a de grandes
chances pour que vous le retrouviez sous Linux.
Le choix d'un editeur de texte est quelque chose d'interessant. Beaucoup d'utilisateurs chevronnes
d'UNIX utilisent toujours des editeurs \simples" comme vi (en fait, l'auteur a ecrit ce livre a l'aide
de vi sous Linux, et le traducteur egalement). Toutefois vi a beaucoup de limitations, en raison
de son a^ge, et des editeurs plus modernes (et plus complexes) comme Emacs deviennent de plus en
plus populaires.
Emacs supporte un interpreteur de macro-langage base sur LISP, une syntaxe de commande tres
puissante, et bien d'autres extensions originales.
Il existe des paquetages de macros Emacs pour lire directement le courrier electronique et les news
Usenet, editer le contenu de sous-repertoires, et m^eme engager une conversation psychotherapique
utilisant l'intelligence articielle. (Indispensable pour les programmeurs Linux a bouts de nerfs).
Il est important de noter que l'essentiel des utilitaires de base de Linux sont des programmes
GNU. Ces utilitaires GNU comprennent des extensions tres utiles aux commandes UNIX, par rapport aux versions standard de BSD ou AT&T. Par exemple, la version GNU de l'editeur de texte vi,
nommee elvis, comprend un macro-langage structure dierent de l'original implemente par AT&T.
Bien entendu les utilitaires GNU restent compatibles avec leurs equivalents BSD et System V. Beaucoup de gens considerent les versions GNU de ces programmes comme bien superieures aux versions
originales et les compilent sur leurs systemes UNIX commerciaux pour remplacer les commandes
d'origine.
L'utilitaire le plus important pour beaucoup d'utilisateurs est l'interpreteur de commandes, que
l'on appelle le shell. Le shell est un programme qui lit et execute les commmandes tapees au
clavier par l'utilisateur. De plus, plusieurs shells proposent des facilites supplementaires comme le
contr^ole de processus (permettant a l'utilisateur de gerer plusieurs processus a la fois sur un
m^eme terminal), redirections des entrees et sorties, et un langage de commande destine a ecrire des
shell scripts. Un shell-script est un chier texte contenant un programme dans le langage compris
par le shell, analogue a un \chier batch" sous MS-DOS (mais en beaucoup plus puissant).
Dierents types de shells sont disponibles sous Linux. La dierence la plus importante entre les
shells est leur langage de commande. Par exemple, le C Shell (csh) utilise un langage ressemblant
au langage C. Le classique Bourne Shell utilise un tout autre style de langage de commande. Le
choix personnel d'un shell est souvent base sur le type de langage qu'il utilise. Le shell que vous
utilisez denit pour partie votre environnement de travail sous Linux.
Peu importe le shell dont vous avez l'habitude, une de ses versions a probablement ete portee sous
Linux. Le plus populaire est le GNU Bourne Again Shell (bash), une variante du Bourne shell qui
apporte enormement de possibilites supplementaires, comme le contr^ole de processus, la completion
automatique des noms de chiers, un historique des commandes, une interface de type Emacs pour
editer la ligne de commande, et des extensions puissantes au langage de commande du Bourne shell
standard. Un autre shell tres populaire est tcsh, une version du C Shell orant des possibilites
supplementaires similaires a celles trouvees dans bash. Citons d'autres shells comme zsh, un petit
8
Chapitre 1. Introduction a Linux
Bourne-shell ; le Korn shell (ksh); le ash de BSD ; et rc, le shell Plan 9.
Qu'est-ce qui est si important dans tout cela ? Linux vous donne une chance unique, celle
d'ajuster exactement votre systeme a vos besoins. Par exemple, si vous ^etes le seul utilisateur de
votre machine, et que vous preferez utiliser exclusivement l'editeur vi et le shell bash, il n'y a aucune
raison pour que vous installiez d'autres editeurs de texte ou d'autres shells. Le \sur mesures" est
present a tous les niveaux dans Linux.
1.4.2 Formatage de texte et traitement de texte
Pratiquement chaque utilisateur d'ordinateur a besoin d'outils de redaction de documents. (Combien
de passionnes d'informatique utilisant encore un stylo et du papier ? Pas beaucoup je parie...) Dans
le monde PC, la norme est au traitement de texte : Cela sous-entend l'edition et la manipulation de
texte (souvent dans un environnement `What-You-See-Is-What-You-Get") et la realisation de copies
imprimees du document, comprenant des illustrations, des tableaux, et d'autres garnitures du genre.
Dans le monde UNIX, le formatage de texte est quelque chose de beaucoup plus commun, et c'est
assez dierent du concept classique du traitement de texte en bureautique par exemple.
Avec un formateur de texte, le texte est saisi par l'auteur en utilisant un \marquage" qui decrit
comment le texte devra ^etre presente. Au lieu d'^etre oblige de taper le texte sous un environnement
special de traitement de texte, le source peut ^etre modie avec n'importe quel editeur comme vi ou
Emacs. Une fois le texte source (incluant le marquage) saisi, l'utilisateur formate le texte avec un
programme separe, qui le convertit dans un format propre a l'impression.
Cette demarche est assez analogue a la programmation dans un langage comme C, suivi de
la \compilation" du document dans une forme imprimee. Il y a beaucoup de formateurs de
texte disponibles sous Linux. L'un deux est groff, la version GNU du classique formateur nroff,
developpe a l'origine aux Bell Laboratories et toujours utilise sur la plupart des systemes UNIX du
monde entier. Un autre formateur de texte moderne fonctionnant parfaitement sous Linux est TEX,
developpe par Donald Knuth. Les dialectes de TEX, comme LaTEX, sont egalement disponibles.
Les processeurs de texte comme TEX et groff dierent principalement dans la syntaxe et la
puissance de leur langage de formatage. Le choix d'un formateur se fait aussi en fonction du nombre
d'utilitaires disponibles satisfaisant vos besoins, et bien s^ur du go^ut de chacun.
Par exemple, certains considerent le langage de formatage de groff comme particulierement
obscur, alors ils utilisent TEX, qui est plus lisible pour un humain normalement constitue.
Toutefois, groff est capable de produire une sortie ASCII, lisible sur un terminal texte, alors
que TEX est avant tout destine a produire du code pilotant une imprimante. Bien s^ur, il existe tout
de m^eme des programmes pemettant de traduire des documents TEX en ASCII, ou de convertir du
code TEX en groff, par exemple.
texinfo est un autre formateur de texte, une extension a TEX utilise pour documenter les programmes de la Free Software Foundation. texinfo est capable de produire aussi bien un document
imprime, qu'un document hypertexte \Info" a partir d'un unique chier source. Les chiers Info
sont le format principal de documentation utilise pour les programmes GNU comme Emacs.
1.4. Applications
9
Les processeurs de texte sont enormement utilises dans la communaute informatique et scientique pour produire des articles, theses, magazines, et des livres (en fait, cet ouvrage a ete realise
avec LaTEX). La possibilite de traiter le langage en un chier purement texte ouvre la porte a de
nombreuses extensions au processeur de texte lui-m^eme. Comme les documents sources ne sont
pas stockes dans un format complexe, lisible uniquement par un traitement de texte particulier, les
programmeurs peuvent ecrire des analyseurs et translateurs du language de formatage an d'etendre
le systeme a l'inni.
A quoi ressemble un tel langage de formatage ? En regle generale, le code source contient
essentiellement le texte lui-m^eme, avec des \codes de contr^ole" ici et la, destines a produire un eet
particulier comme un changement de fonte, un alignement de marges, une creation de liste, etc...
A titre d'exemple, prenez le texte suivant:
Monsieur Torvalds:
Nous ne sommes pas d'accord sur vos projets concernant l'implementation de messages
subliminaux dans le code des contr^oleurs de terminaux de Linux. Ceci pour trois
raisons :
1. Ce type de message n'est pas seulement immoral, c'est une perte de temps ;
2. Il a ete prouve que ces \suggestions hypnotiques" sont sans eet sur un bon programmeur UNIX ;
3. Nous avons deja implemente par mesure de securite, des chocs electriques de haute
tension dans le code de /bin/login.
Nous esperons que vous allez reconsiderer cette idee.
Ce texte appara^trait dans le langage de formatage LaTEX sous la forme suivante:
\begin{quote}
Monsieur Torvalds:
Nous ne sommes pas d'accord sur vos projets concernant l'impl\'ementation de
{\em messages subliminaux \/} dans le code des contr\^oleurs de terminaux
de {\bf Linux}.
Ceci pour trois raisons\,:
\begin{enumerate}
\item Ce type de message n'est pas seulement immoral, c'est une perte
de temps\,;
\item Il a \'et\'e prouv\'e que ces ``suggestions hypnotiques'' sont sans effet
sur un bon programmeur UNIX\,;
\item Nous avons d\'ej\`a impl\'ement\'e par mesure de s\'ecurit\'e, des chocs \'electriques
de haute tension dans le code de {\tt /bin/login}.
\end{enumerate}
Nous esp\'erons que vous allez reconsid\'erer cette id\'ee.
\end{quote}
10
Chapitre 1. Introduction a Linux
L'auteur saisit le \source" ci-dessus en utilisant n'importe quel editeur de texte, et genere la
sortie formatee en passant ce source dans le programme LaTEX.
Au premier abord, le langage peut para^tre assez obscur, mais en realite il est tres facile a apprendre. L'utilisation d'un systeme de formatage de texte force l'utilisation de standards typographiques
de maniere transparente lors de la redaction.
Par exemple, toutes les listes d'enumeration a l'interieur d'un document auront la m^eme allure,
sauf si l'auteur en modie la denition. Le but premier est d'autoriser l'auteur a se concentrer sur
la redaction du texte, plut^ot que de passer son temps avec les conventions typographiques.
Les traitements de texte WYSIWYG sont attirants pour beaucoup de raisons; ils orent une
interface graphique puissante (et souvent complexe) pour l'edition du document. Malheureusement
cette interface est limitee aux aspects de la maquette accessibles a l'utilisateur. Par exemple, beaucoup de traitements de texte orent un \langage de formatage" special destine a pouvoir produire
des expressions complexes comme les formules mathematiques. Ceci est tout a fait identique au
formatage de texte, mais sur une echelle beaucoup plus reduite.
L'inter^et du formateur de texte est qu'il vous permet de specier exactement ce que vous desirez.
De plus, cette methode vous permet de realiser le code source avec n'importe quel editeur, voire
sur n'importe quel ordinateur equipe d'un systeme dierent du v^otre, et ce source est tres facile
a convertir vers d'autres formats. La seule contrepartie a cette puissance et cette souplesse est le
manque d'interface WYSIWYG.
Beaucoup d'utilisateurs de traitement de texte ont l'habitude de voir le texte formate a peu pres
comme il appara^tra une fois imprime pendant qu'ils le saisissent. D'un autre c^ote, lors de l'ecriture
pour un formateur de texte, on ne se soucie generalement pas de l'apparence que prendra le travail
une fois termine. L'auteur apprend a apprecier la future presentation de son travail a partir des
commandes qu'il utilise dans le code source.
De toutes facons il existe des programmes permettant de visualiser le document dans sa forme
denitive avant l'impression, sur un ecran graphique. Par exemple, le programme xdvi ache
un chier genere par TEX sous l'environnement X Window, sous la forme exacte qu'il aura apres
impression. D'autres applications comme xfig, fournissent une interface WYSIWYG pour le dessin
d'illustrations ou de shemas, qui seront ensuite convertis dans le langage de formatage utilise pour
^etre inclus dans le document.
Il faut reconna^tre que les processeurs de texte comme nroff existent depuis bien plus longtemps
que les traitements de texte de bureautique. Et beaucoup de gens continuent a preferer le formatage
de texte, parce qu'il est beaucoup plus souple, universel et independant de tout environnement
graphique ou systeme d'exploitation. Quoi qu'il en soit, le traitement de texte idoc est disponible
sous Linux, pour les inconditionnels, en attendant de voir eurir des traitements de texte commerciaux utilisables sous notre systeme favori. Si vous ne voulez vraiment pas abandonner le traitement
de texte au prot du formatage de texte, vous pouvez toujours utiliser MS-DOS, ou quelque autre
systeme d'exploitation, en alternance avec Linux. Toutefois, vous devez savoir que la plupart des
publications techniques ou scientiques que vous avez coutume de devorer, sont realisees avec des
formateurs de texte, et que TEX existe aussi en version MS-DOS et y est tres utilise.
Il y a d'autres utilitaires relatifs au formatage de texte disponibles sous Linux. Le puis-
1.4. Applications
11
sant systeme METAFONT utilise pour construire des fontes pour TEX, est inclus avec le portage
Linux de TEX. D'autres programmes comprennent ispell, un correcteur orthographique interactif ;
makeindex, utilis
e pour generer des index dans les documents LaTEX ; aussi bien que de nombreux
paquetages de macros groff et TEX destines a mettre en forme dierents types de documents et
textes mathematiques. Des programmes de conversion de sources TEX ou groff vers des myriades
d'autres formats sont disponibles.
1.4.3 Langages et outils de programmation
Linux ore un environnement de developpement UNIX complet, comprenant toutes les librairies
standard, outils de programmation, compilateurs, debogueurs, que vous ^etes en droit de trouver sur
tout systeme UNIX. Dans le monde du developpement UNIX, la programmation est generalement
faite en C ou C++. Le compilateur C et C++ standard sous Linux est le GNU gcc, qui est
un compilateur moderne et performant orant de multiples options. Il est egalement capable de
compiler du code C++ (y compris AT&T 3.0) aussi bien que du code Objective-C, un autre dialecte
oriente objet du langage C.
A c^ote de C et C++, beaucoup d'autres langages compiles ou interpretes ont ete portes sous
Linux, comme Smalltalk, FORTRAN, Pascal, LISP, Scheme, et Ada (si vous ^etes assez masochiste
pour programmer en Ada, nous ne vous en emp^echerons pas). En plus de tout cela, dierents assembleurs pour le mode protege 80386 ou le mode reel sont disponibles, de m^eme que les langages favoris
des experts UNIX comme Perl (le langage script qui elimine tous les langages scripts) et Tcl/Tk (un
interpreteur de commandes permettant de developper de petites applications X Window).
Le debogueur gdb est bien s^ur disponible, il vous permet de faire tourner un programme pas a
pas pour detecter les bogues, ou examiner la raison d'un plantage a l'aide d'un core-dump. gprof,
un proler, vous donnera des statistiques sur les performances de votre programme, vous montrant a
quels endroits votre code perd le plus de temps a l'execution. L'editeur de texte Emacs vous orira
un environnement interactif de developpement pour dierents langages de programmation. Parmi
les nombreux autres outils on peut citer bien s^ur le GNU make et imake, permettant de gerer la
compilation de gros projets, et RCS, un systeme de contr^ole de version de chiers source pour les
gros projets demandant plusieurs developpeurs.
Linux utilise des librairies partagees chargees dynamiquement, ce qui reduit considerablement
la taille des executables puisque les fonctions librairies sont incluses uniquement au moment du
chargement en memoire lors de l'execution. Ces librairies DLL permettent aussi au programmeur de
remplacer les fonctions qu'il desire par son propre code. Par exemple, si un developpeur a besoin
d'ecrire sa propre version de la fonction standard malloc(), l'editeur de liens utilisera la fonction
qu'il a specialement realisee plut^ot que celle trouvee dans les librairies Linux.
Linux est ideal pour le developpement d'applications UNIX. Il ore un environnement de programmation moderne, avec tous les gadgets possibles. Dierents standards comme POSIX.1 sont
supportes, permettant aux programmes ecrits sous Linux d'^etre tres facilement portes vers d'autres
systemes. Les developpeurs UNIX professionnels et les administrateurs systeme peuvent utiliser
Linux pour developper des applications chez eux, et ensuite transferer le programme a leur travail
sur d'autres systemes UNIX. Ceci permet non seulement de substancielles economies d'argent, mais
12
Chapitre 1. Introduction a Linux
egalement de travailler avec un confort maximum, tranquillement chez vous, et sur un systeme ou
vous ^etes le seul utilisateur3 . Les etudiants peuvent utiliser Linux pour apprendre la programmation
UNIX et explorer d'autres aspects du systeme, comme l'architecture du noyau.
Avec Linux, vous avez non seulement acces au jeu complet de librairies standards et d'outils de
programmation, mais aussi a l'integralite du code source du noyau et des librairies. (Imaginez un
peu toutes les b^etises que vous allez pouvoir faire avec tout ca !)
1.4.4 Le systeme X Window
Le systeme X Window est l'interface graphique standard des systemes UNIX. C'est un environnement
tres puissant supportant de nombreuses applications. Avec X Window, l'utilisateur peut avoir
plusieurs terminaux graphiques simultanement a l'ecran, chacun contenant un programme dierent
ou une session utilisateur dierente. La souris est tres utilisee sous l'interface X, bien qu'elle puisse
ne pas ^etre indispensable.
Beaucoup d'applications pour X Window ont ete ecrites, y compris des jeux, des utilitaires
graphiques, des outils de programmation et de documentation, et bien d'autres. Linux associe a
X Window transforme votre machine en excellente station de travail graphique. Avec un reseau
TCP/IP, vous pouvez m^eme acher des applications graphiques tournant sur d'autres machines sur
votre propre ecran, comme avec n'importe quel autre systeme utilisant X Window.
Le systeme X Window fut a l'origine developpe au MIT, et est diusable librement. Toutefois,
beaucoup de constructeurs ont realise des versions proprietaires des programmes originaux X Window. La version de X Window disponible pour Linux est connue sous le nom de XFree86, un portage
de X11R5 (et maintenant X11R6) de diusion libre, adapte specialement aux systemes UNIX bases
sur les processeurs 80386, comme Linux. XFree86 supporte une tres large gamme de cartes video,
comprenant le VGA, Super VGA, et un certain nombre de cartes video comportant des fonctions
acceleratrices. Il s'agit d'une distribution complete du systeme X Window, incluant le serveur X,
les applications et utilitaires, les librairies de programmation est la documentation.
Les applications X standard comprennent xterm (un emulateur de terminal utilise pour la plupart
des applications textes a l'interieur d'une fen^etre X) ; xdm (le gestionnaire de sessions, qui s'occupe
des logins); xclock (une petite horloge graphique) ; xman (un lecteur graphique des pages de manuel
Linux), et beaucoup d'autres. Le nombre d'applications X disponibles pour Linux est trop important
pour les citer toutes ici; la distribution de base de XFree86 comprend les applications \standard"
que l'on trouve dans la distribution originale du MIT. Bien d'autres sont disponibles separement, et
en theorie n'importe quelle application ecrite pour le systeme X Window devrait se compiler sans
aucun probleme sous Linux.
L'apparence de l'interface graphique de X Window est contr^olee dans une large mesure par le
gestionnaire de fen^etres (window-manager). Ce programme convivial a la charge de placer les
fen^etres a l'ecran, d'orir a l'utilisateur la possibilite de les deplacer, changer leur taille, les ic^onier,
decorer leurs pourtours, etc... La distribution standard de XFree86 comprend twm, le gestionnaire
de fen^etres classique du MIT, mais bien d'autres gestionnaires de fen^etres sont disponibles, comme
3 L'auteur utilise son syst
eme Linux pour developper et tester des applications X Window chez lui, qui sont ensuite
compilees sur des stations de travail partout ailleurs.
1.4. Applications
13
(Open Look Virtual Window Manager), par exemple. L'un des plus populaires sous Linux (et
de plus en plus sur d'autres systemes) est fvwm. Il s'agit d'un petit gestionnaire de fen^etres, utilisant
moitie moins de memoire que twm, qui ore une interface 3-D et un bureau virtuel. fvwm peut se
parametrer de nombreuses facons et autorise des fonctions avancees aussi bien par la souris que
directement au clavier. Beaucoup de distributions de Linux fournissent fvwm comme gestionnaire de
fen^etres standard.
La distribution de XFree86 contient le necessaire de programmation pour les developpeurs
desirant ecrire des applications X Window. Dierents ensembles de widgets sont disponibles, comme
Athena, Open Look, et Xaw3D. Toutes les fontes standards, bitmaps, pages de manuel, et documentation sont la. PEX (une interface de programmation graphique 3-D) est aussi supporte.
Beaucoup de programmeurs sous X Window utilisent le widget proprietaire Motif pour developper
leurs applications. Plusieurs societes vendent des licences mono ou multi-utilisateurs de versions binaires de Motif pour Linux. Mais Motif etant lui-m^eme relativement cher, tres peu d'utilisateurs
Linux l'utilisent. Toutefois, les binaires lies avec les librairies Motif statiques sont librement diffusables. Mais si vous ecrivez un programme utilisant Motif et voulez le distribuer librement, vous
devez fournir un binaire statique an que les utilisateurs ne possedant pas Motif puissent malgre
tout utiliser le programme.
Les inconvenients majeurs de X Window sont la conguration materielle necessaire et la quantite
de memoire utilisee. Un 386 equipe de 4 megaoctets de memoire est capable d'executer X, mais il
faudra au minimum 8 megaoctets pour l'utiliser de maniere confortable. Un processeur plus rapide
est egalement utile, mais la quantite de memoire RAM est ce qui compte le plus. Ensuite, pour
obtenir un achage vraiment rapide, une carte video comportant des fonctions acceleratrices (comme
les cartes local-bus equipees de chips S3) est fortement recommandee. Avec une conguration
susante, des performances depassant 140.000 xstones ont ete mesurees sous Linux et XFree86.
Avec une conguration correcte, vous vous rendrez compte que X Window sous Linux est au moins
aussi rapide, sinon plus, que sur d'autres stations de travail UNIX.
Nous verrons comment installer et utiliser X dans le chapitre 5.
olvwm
1.4.5 Reseau
Communiquer avec le reste du monde vous interesse ? Oui ? Non ? Peut-^etre ? Linux supporte les
deux protocoles de base des systemes UNIX: TCP/IP et UUCP. TCP/IP (Transmission Control
Protocol/Internet Protocol, pour les amateurs d'acronymes) est l'ensemble de protocoles qui permet
aux ordinateurs du monde entier de communiquer entre eux sur un unique reseau connu sous le nom
d'Internet. Avec Linux, TCP/IP, et une connexion au reseau, vous pouvez communiquer avec des
utilisateurs ou des machines a travers l'Internet par courrier electronique, news Usenet, transferer
des chiers a l'aide de FTP, et bien plus. Il y a deja de nombreux systemes Linux connectes sur
l'Internet.
La plupart des reseaux TCP/IP utilisent l'Ethernet pour le transport physique des donnees.
Linux supporte la plupart des cartes Ethernet populaires pour le PC, vous ne devriez pas avoir de
problemes pour vous connecter a un reseau.
14
Chapitre 1. Introduction a Linux
Cependant, comme tout le monde ne possede pas un reseau local a domicile, Linux supporte
egalement SLIP (Serial Line Internet Protocol) et PPP (Point do Point Protocol), qui permettent
de vous connecter a l'Internet (ou tout autre reseau TCP/IP) par modem. Vous aurez besoin d'un
acces a une machine serveur SLIP ou PPP, connectee au reseau. Un grand nombre d'entreprises
ou d'universites proposent de tels services4 . En fait, si votre systeme Linux possede a la fois une
connexion Ethernet et un modem, vous pouvez le congurer en tant que serveur de ce type pour
d'autres machines.
NFS (Network File System) permet de partager des systemes de chiers entiers avec d'autres
machines par le reseau. FTP (File Transfer Protocol) permet de transferer des chiers entre des
machines, m^emes equipees de systemes d'exploitation non compatibles. Vous disposez egalement
de sendmail, qui gere l'envoi et la reception de courrier electronique par le protocole SMTP ; des
serveurs de news Usenet supportant NNTP comme C-News et INN vous permettront de vous connecter a des machines distantes et d'y executer des commandes; finger vous donnera des informations sur d'autres utilisateurs sur l'Internet. Il y a litteralement des tonnes d'applications basees sur
TCP/IP.
Toute la gamme des lecteurs de courrier ou de news Usenet est disponible sous Linux, citons par
exemple elm, pine, rn, nn, et tin.
Si vous avez une bonne experience d'applications TCP/IP sur d'autres systemes UNIX, Linux
vous sera tres familier. Le systeme comporte les sockets BSD standard, pratiquement tout programme qui utilise TCP/IP peut ^etre compile sous Linux. Le serveur X supporte egalement TCP/IP
bien entendu, vous permettant d'utiliser d'autre machines pour lancer certains programmes, qui
s'acheront sur votre ecran par le reseau, ou inversement.
Dans le chapitre 5 nous parlerons de la conguration et de la mise en route de TCP/IP, ainsi
que de SLIP, pour Linux.
UUCP (UNIX-to-UNIX Copy) est un mecanisme plus ancien destine a transferer des chiers,
du courrier electronique et des news Usenet entre machines UNIX. Traditionnellement, les machines
UUCP se connectent entre elles par telephone a l'aide d'un modem, mais UUCP est aussi capable
de transporter des donnees sur une liaison TCP/IP. Si vous ne pouvez avoir acces a un reseau
TCP/IP, vous pouvez congurer votre systeme de facon qu'il recoive et envoie des chiers et le
courrier electronique par UUCP. Voir le chapitre 5 pour plus d'informations.
1.4.6 Telecommunications et programmes de BBS
Si vous possedez un modem, vous voudrez sans doute communiquer avec d'autres machines en
utilisant l'un des paquetages de telecommunications disponibles sous Linux. Beaucoup utilisent des
programmes de communications pour se connecter a leur BBS (Bulletin Board Systems) favoris, aussi
bien qu'a des services commerciaux comme Prodigy, CompuServe, et America On-Line5 . D'autres
4 En France h
elas c'est beaucoup plus rare et bien plus cher, mais cette situation est en train d'evoluer a l'heure
ou nous ecrivons ces lignes.
5 En France, nous avons le Minitel. Si votre modem est capable de supporterle mode V23 indispensablepour ce type
de communications, il existe sous Linux d'excellentes emulations Minitel graphiques fonctionnant sous X Window,
vous pourrez donc continuer a utiliser les services de l'annuaire electronique d'un simple clic de souris, ou ne pas
perdre le contact avec votre messagerie rose...
1.4. Applications
15
utilisent leur modem pour se connecter a des systemes UNIX a leur travail ou a leur ecole. Vous
pouvez m^eme, si votre modem le permet, utiliser Linux pour recevoir ou expedier des telecopies
(FAX). Les programmes de communications disponibles sous Linux ressemblent beaucoup a ceux
que vous pouvez trouver sous MS-DOS ou d'autres systemes d'exploitation. Quiconque ayant deja
utilise un tel programme saura immediatement utiliser l'un de ceux qu'il trouvera sous Linux.
L'un des programmes de communications les plus populaires s'appelle Seyon, c'est un programme
graphique fonctionnant sous X Window qui ore une interface ergonomique, des protocoles de transferts incorpores, et qui s'utilise a la souris tres simplement. Vous trouverez bien entendu l'inevitable
Kermit, puis pcomm et minicom. Ces derniers fonctionnent en mode texte et sont semblables a ce
que l'on peut trouver sous MS-DOS.
Si vous n'avez pas acces a un serveur SLIP ou PPP (voir la section precedente), vous pourrez
utiliser term pour multiplexer votre ligne serie. term vous permettra d'ouvrir plusieurs sessions
simultanees sur la ligne du modem vers une machine distante. term permet aussi de rediriger des
connexions de clients X Window vers votre serveur X local, a travers le modem, ce qui vous permet
d'acher chez vous des applications X distantes, m^eme sans acces IP. KA9Q est un programme
similaire.
E^ tre operateur de son propre BBS (bulletin board system) est le passe-temps favori de beaucoup
d'utilisateurs de micro-ordinateurs. Une bonne gamme de programmes de BBS est disponible sous
Linux, la plupart ayant bien plus de possibilites que ce que l'on peut trouver sous d'autres systemes
d'exploitation. Avec une ligne de telephone, un modem, et Linux, vous pouvez transformer votre
machine en BBS, orant un acces a votre systeme au monde entier. Citons par exemple d'excellents
programmes de BBS comme XBBS et UniBoard.
La plupart des programmes de BBS habituels connent l'utilisateur dans un menu ou seulement quelques fonctions ou applications speciquement prevues dans le programme sont disponibles.
Une alternative a ce type d'acces reduit peut ^etre l'acces total a UNIX, qui autorise les utilisateurs a utiliser votre machine directement sous shell. Ceci reclame un travail de maintenance et
d'administration systeme bien plus consequent pour l'operateur de la machine, bien entendu; mais
ce type d'acces est tres apprecie. Avec TCP/IP ou simplement UUCP vous pouvez egalement fournir
courrier electronique et news Usenet a vos utilisateurs.
Si vous ne pouvez vraiment pas acceder au reseau par TCP/IP ou simplement par UUCP, Linux
vous permettra malgre tout de communiquer avec un certain nombre de reseaux de BBS comme
FidoNet, avec lesquels vous pouvez tout de m^eme echanger du courrier et des forums par la ligne
telephonique. Vous trouverez plus d'informations sur ce sujet dans le chapitre 5.
1.4.7 Interfacage avec MS-DOS
Il existe dierents utilitaires destines a acceder (tant bien que mal) au monde MS-DOS depuis Linux.
L'application la plus connue dans ce domaine est l' Emulateur MS-DOS, qui permet d'executer un
certain nombre d'applications MS-DOS directement depuis Linux. Bien que Linux et MS-DOS
soient totalement dierents, le mode protege du microprocesseur 80386 permet a certaines t^aches de
se comporter comme si elles tournaient sur un 8086, comme le fait MS-DOS.
16
Chapitre 1. Introduction a Linux
L'emulateur MS-DOS est toujours en cours de developpement mais permet deja d'executer beaucoup de programmes bien connus. Il faut comprendre que malgre tout, certaines applications MSDOS utilisant des caracteristiques esoteriques de ce systeme ne pourront jamais fonctionner sous
emulateur, puisque ce n'est justement qu'un emulateur. Par exemple, il sera impossible de faire
tourner les programmes utilisant le mode protege du 80386, comme Microsoft Windows, (en version
386 bien s^ur).
Citons une liste non exhaustive d'applications qui ne posent aucun probleme a l'emulateur MSDOS: 4DOS (interpreteur de commandes), Foxpro 2.0, Harvard Graphics, MathCad, Stacker 3.1,
Turbo Assembler, Turbo C/C++, Turbo Pascal, Microsoft Windows 3.0 (en mode reel ), et WordPerfect 5.1. Les commandes standards MS-DOS et les utilitaires les plus connus (comme PKZIP)
fonctionnent egalement tres bien.
Cet emulateur MS-DOS est surtout destine a fournir une solution aux personnes qui ont besoin
de MS-DOS de temps a autres pour certaines applications, mais qui utilisent Linux pour tout le
reste. Il n'est pas et sera jamais destine a ^etre une implementation complete destinee a remplacer
MS-DOS. Bien s^ur s'il ne vous satisfait pas, vous avez toujours la solution de lancer le vrai systeme
MS-DOS original, le programme LILO vous permettra de choisir au lancement de la machine entre
tous les systemes d'exploitation installes sur votre ordinateur.
Linux possede une interface tres simple pour transferer des chiers entre Linux et MS-DOS : vous
pouvez monter une partition ou une disquette MS-DOS sous Linux, comme n'importe quelle autre
partition, et acceder aux chiers qui s'y trouvent comme avec n'importe quels autres chiers.
Un projet connu sous le nom de WINE est en cours de developpement a l'heure ou nous ecrivons
ces lignes, il s'agit d'un emulateur Microsoft Windows pour le systeme X Window sous Linux.
Lorsqu'il sera termine, les utilisateurs pourront executer des applications MS-Windows directement
sous Linux. C'est un programme un peu similaire a l'emulateur WABI, propriete de Sun Microsystems.
Nous parlerons des outils relatifs a MS-DOS dans le chapitre 5.
1.4.8 Autres applications
Une quantite phenomenale de programmes divers pouvant faire tout et n'importe quoi peuvent
fonctionner sous Linux, comme on peut s'y attendre avec un systeme d'exploitation aussi universel.
L'orientation premiere de Linux est d'^etre un systeme pour les micro-ordinateurs domestiques, mais
ceci est en train d'evoluer tres rapidement. Des applications professionnelles et scientiques arrivent,
et des editeurs commencent a contribuer du c^ote des programmes commerciaux.
Plusieurs programmes de gestion de base de donnees relationnelles sont disponibles sous Linux,
dont Postgres, Ingres, et Mbase. Ce sont des applications de bases de donnees client/serveur
completes, similaires a ce que l'on trouve sous forme commerciale sous d'autres plate-formes UNIX.
/rdb, une base de donn
ee commerciale, est egalement disponible.
Les programmes scientiques que l'on peut rencontrer comprennent FELT, gnuplot, Octave
(similaire a Matlab), xspread, xfractint, xlispstat, Spice, Khoros, etc...
Bien s^ur, il y a beaucoup plus d'applications de ce type qui ont ete (ou peuvent ^etre) portees
1.5. A propos du Copyright de Linux
17
sous Linux. Quel que soit votre domaine d'activites, le portage d'applications UNIX sous Linux est
la plupart du temps tres simple, tout se compile pratiquement sans modication.
Comme tout systeme d'exploitation, Linux possede son lot de jeux. Ils comprennent les jeux
classiques en mode texte comme Nethack et Moria; MUDs (donjon et dragons multi-utilisateurs),
DikuMUD et inyMUD; aussi bien que des jeux graphiques sous X Window comme xtetris, netrek,
gnuchess, et xboing qui pourra utiliser votre carte sonore si vous en poss
edez une. C'est vrai, les
jeux sous UNIX n'ont jamais atteint la perfection de certains jeux d'arcade que l'on trouve ailleurs,
mais certains developpements en cours pourraient bien vous apporter des surprises dans les mois qui
viennent...!
Pour les audiophiles, Linux supporte dierentes cartes sonores et leurs outils associes comme
CDplayer (pour piloter un lecteur de CD-ROM), des sequenceurs et editeurs MIDI, et des editeurs
de son numerique.
Vous cherchez une application particuliere ? La \Linux Software Map", decrite en annexe A,
contient une liste de nombreux paquetages qui ont ete ecrits ou portes sous Linux. Bien que cette
liste soit loin d'^etre complete, elle constitue deja une base solide pour la recherche de programmes.
Vous pouvez egalement lors de vos recherches fouiller les listes d'INDEX des sites FTP Linux, si vous
avez un acces Internet.
Si vraiment vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, vous pouvez toujours tenter de porter
une application en provenance d'un autre systeme que Linux. La plupart des programmes en diusion libre prevus pour UNIX se compileront sous Linux le plus facilement du monde; et si cela ne
marche pas, vous pouvez ecrire l'application vous-m^eme. Si l'application que vous recherchez est
commerciale, il peut exister un \cl^one" gratuit quelque part. Ou bien, vous pouvez insister aupres de
l'editeur pour qu'il realise une version Linux sous forme binaire an de la commercialiser. Plusieurs
particuliers ont deja agi ainsi, et ont recu des reponses des plus positives aux plus negatives. Bonne
chance...
1.5 A propos du Copyright de Linux
Linux est protege par ce qui est connu sous le nom de la General Public License GNU, ou GPL. La
GPL fut developpee pour le projet GNU par la Free Software Foundation. Elle garantit un certain
nombre de choses concernant la distribution et la modication du \free software". \Free" se refere a
la liberte, pas seulement au prix. La GPL a toujours ete mal interpretee, et nous esperons que cette
mise au point vous permettra de mieux comprendre les tenants et aboutissants de la distribution de
Linux sous licence GNU. Une copie complete de la GPL est donnee dans l'annexe E.
Au depart, Linus Torvalds avait diuse Linux selon des modalites plus restrictives que la GPL,
qui permettait de distribuer le systeme librement et de le modier, mais interdisait de demander
de l'argent pour sa distribution et son utilisation. De son c^ote, la GPL autorise quiconque le desire
a vendre ses programmes et a gagner de l'argent avec, mais impose egalement que tout le monde
puisse parallelement distribuer la m^eme chose comme il l'entend, sans restrictions.
Tout d'abord, il faut bien preciser que le \free software" protege par la GPL ne releve pas du
domaine public. Un programme en domaine public est un programme qui n'appartient a personne,
18
Chapitre 1. Introduction a Linux
et par consequent tout le monde en est proprietaire. Un programme protege par la GPL, a l'oppose,
appartient a son ou ses auteurs. Cela signie que le programme est protege par les lois internationales
en vigueur pour cette discipline, et que l'auteur existe vis a vis de la loi. Le fait que le programme
puisse ^etre distribue librement et gratuitement ne signie pas qu'il appartienne au domaine public.
Un programme sous la GPL n'est pas non plus un \shareware" (partagiciel), un \partagiciel"
est propriete de son auteur, mais l'auteur demande aux utilisateurs reguliers de son programme une
retribution volontaire. Les programmes distribues selon la GPL peuvent par contre ^etre diuses et
utilises totalement gratuitement.
La GPL autorise aussi les utilisateurs a modier les programmes et a en distribuer leur propre
version. Toutefois, tout travail derive d'un programme soumis a la GPL soit obligatoirement ^etre
egalement diuse selon cette licence. En d'autres termes, une entreprise ne peut pas recuperer Linux,
le modier, et le revendre sous une licence plus restrictive. Tout programme derive de Linux doit
^etre diuse selon la GPL.
La GPL permet de distribuer et d'utiliser les programmes avec une gratuite totale. Mais elle
permet aussi de faire payer pour cela, et m^eme de faire des beneces ainsi. Toutefois, la vente de
programmes soumis a la GPL n'autorise aucune restriction de licence a l'achat; si vous achetez
un programme diuse selon la GPL, quel que soit le vendeur, vous avez le droit de le diuser
gratuitement par la suite, ou de le revendre le prix que vous voudrez.
Cela peut para^tre contradictoire, au premier abord. Pourquoi vouloir demander de l'argent
pour un programme que tout le monde, selon la GPL, peut obtenir sans depenser un sou ? Par
exemple, disons qu'une compagnie a decide de rassembler une grande quantite de tels programmes
et de le distribuer sous forme de CD-ROM. Cette compagnie voudra amortir ses frais de fabrication,
et probablement faire quelques beneces sur la vente de leur produit. Ce cas de gure est autorise
par la GPL.
Les organisations vendant des programmes libres doivent se soumettre a certaines restrictions
precisees dans la GPL. Tout d'abord, elle ne peuvent pas reduire les droits des utilisateurs qui ont
achete les programmes. Cela signie que que si vous achetez un CD-ROM de programmes soumis a
la GPL, vous pouvez les copier autant que vous voulez et redistribuer ce CD-ROM sans contrepartie
nanciere. En second lieu, les distributeurs doivent preciser clairement aux utilisateurs que les
programmes sont couverts par la GPL. Troisiemement, ces distributeurs sont dans l'obligation de
fournir, gratuitement, tout le code source des programmes qu'ils distribuent. Ceci permet a toute
personne achetant un tel programme de pouvoir lui apporter toutes les modications qu'il desire.
Autoriser une entreprise a distribuer et vendre des programmes libres est une tres bonne chose,
quoi que certains puissent en penser. Tout le monde n'a pas acces a l'Internet pour telecharger
ces programmes sans bourse delier. La GPL permet aux societes de vendre ces programmes aux
personnes pour qui un tel acces co^uterait beaucoup trop cher. Par exemple, beaucoup de petits
distributeurs vendent Linux sur disquettes, bandes ou CD-ROM par correspondance, et gagnent de
l'argent ainsi. Les developpeurs de Linux ne verront jamais un centime de cet argent ; lorsqu'un
programmeur decide ce diuser son uvre selon la GPL il est parfaitement d'accord sur ce point.
En d'autres termes, Linus sait que certaines societes gagnent beaucoup d'argent en vendant Linux,
mais qu'il ne touchera jamais aucun pourcentage sur ces beneces.
1.6. Conception et philosophie de Linux
19
Dans le monde du \free software", l'argent n'a aucune importance. Le but premier est de
developper et diuser de superbes programmes et de permettre a tout le monde de les obtenir et de
les utiliser.
Nous verrons dans la section suivante comment ceci s'applique dans le cas du developpement de
Linux.
1.6 Conception et philosophie de Linux
Lorsque de nouveaux utilisateurs decouvrent Linux, ils se font souvent de fausses idees sur le systeme.
Linux est unique, et il est important de comprendre sa philosophie et la maniere dont il est concu
pour l'utiliser ecacement. Tr^eve de plaisanteries. M^eme si vous ^etes un vieux routard du monde
UNIX, ce qui va suivre va certainement vous interesser.
Dans les multinationales developpant des systemes UNIX, la totalite du systeme est developpe
selon des regles tres rigoureuses permettant de ma^triser la qualite des programmes, de la documentation, de recenser et corriger les bogues, et ainsi de suite ; les developpeurs n'ont pas le droit de
rajouter des ameliorations ou de changer des portions de code selon leurs envies ; chaque programmeur se voit assigner une ou plusieurs parties du code du systeme, et lui et uniquement lui pourra
avoir l'autorisation de modier certaines sections une fois que les modications seront d^ument testees
et validees selon des processus techniques et administratifs longs et complexes.
Le departement qualite utilise des tests de regression sur chaque nouvelle version du systeme, et
rapporte tout probleme. Les developpeurs ont la responsabilite de corriger ces problemes comme il
leur est indique ; de complexes methodes d'analyse statistiques sont employees pour s'assurer qu'un
certain pourcentage de bogues sont corriges avant chaque nouvelle version, et que le nouveau systeme
passe avec succes un certain nombre de tests critiques.
Pour tout dire, le processus de developpement et la maintenance d'un systeme UNIX commercial
sont tres compliques. La compagnie doit avoir la preuve que la prochaine version du systeme est
reellement pr^ete a ^etre diusee. Le developpement d'un UNIX commercial est un enorme travail,
employant souvent des centaines (voire des milliers) de programmeurs, testeurs, documentalistes, et
personnel administratif. Bien s^ur cela diere selon le cas, mais vous avez une idee de ce que ce peut
^etre.
Avec Linux, vous pouvez oublier completement le concept de developpement organise, contr^ole
de sources, rapport de bogues structures, analyses statistiques, ou autres. Linux est, et sera probablement toujours, un systeme de \hackers" 6 .
Linux a vu le jour gr^ace aux eorts d'un groupe de volontaires repartis aux quatre coins du monde,
relies entre eux par l'Internet. Gr^ace a ce reseau, quiconque ayant susament de connaissances et
de temps peut aider au developpement et au deboguage de Linux, ecrire des applications, porter
Ce que nous designons par \hacker" (terme tres courant, qui n'a pas d'equivalent francais), est un programmeur
passionne et extr^emement competent, qui ma^trise comme par don les ordinateurs et en fait pratiquement ce qu'il
desire, pour la bonne cause. Il n'y a aucune notion pejorativedans ce terme, au contraire c'est plut^ot honorique; helas
beaucoup confondent les termes \hacker" et \cracker", le second designant eectivement une personne competente
mais ayant des intentions malhonn^etes.
6
20
Chapitre 1. Introduction a Linux
des programmes, rediger de la documentation, ou aider les utilisateurs perdus. Il n'existe pas une
organisation, une unique entite responsable du developpement du systeme. Pour sa plus grande part,
la communaute Linux communique par diverses listes de diusion et de forums Usenet. Un certain
nombres de conventions se sont installees d'elles-m^emes au l du developpement ; par exemple celui
qui desire voir son code inclus dans le noyau Linux \ociel" doit l'envoyer par courrier electronique
a Linus Torvalds, qui le testera et l'incorporera au noyau (tant qu'il ne provoque pas d'eets de
bords ou ne va pas a l'encontre de la philosophie du systeme, il y a beaucoup de chances pour qu'il
l'accepte).
Le systeme en lui-m^eme est concu pour ^etre tres ouvert a toutes sortes d'ameliorations ou possibilites. Bien que recemment, le nombre de nouvelles possibilites et de changements de conception
de certaines parties du code ait enormement diminue, la regle generale veut qu'une nouvelle version du noyau apparaisse regulierement au bout de quelques mois, (et a certaines epoques bien plus
souvent encore). Bien s^ur cela est tres variable, tout depend du nombre de bogues a corriger, de
la quantite de critiques des utilisateurs testant les pre-versions du code, et du nombre d'heures de
sommeil en retard de Linus. Disons tout de suite que tous les bogues n'ont pas ete corriges et
que certains problemes ne sont pas elimines a chaque version. Mais tant que le systeme parait fonctionner susamment bien, que les bogues sont mineurs et ne provoquent pas de situations critiques,
il est considere comme \stable" et de nouvelles versions peuvent alors ^etre diusees. Le but du
developpement Linux n'est pas de fournir a tout prix des versions totalement parfaites, sans aucun
bogues, mais de developper une implementation d'UNIX libre et gratuite. Linux est avant tout fait
pour les developpeurs.
Quiconque ayant ecrit une nouvelle application ou rajoute une nouvelle possibilite au systeme,
le diuse generalement comme version \alpha", qui correspond a une etape ou les personnes
courageuses et ayant du temps libre testent le code pour trouver ses points faibles. Du fait que
la communaute Linux depend en grande partie de l'Internet, ces versions alpha sont generalement
mises a disposition sur un ou plusieurs sites FTP (voir annexe C), et un message prevenant de leur
arrivee poste dans l'un des forums Usenet consacres a Linux. Les utilisateurs recuperant et testant
ces programmes peuvent contacter l'auteur directement par courrier electronique pour lui faire part
des problemes eventuellement rencontres.
Apres ce stade alpha initial, et une fois que le programme a ete ameliore et corrige, le code arrive
au stade \b^eta", dans lequel il est en general considere comme etant stable, mais encore incomplet.
(Par exemple, il fonctionne bien et sans erreurs mais ne contient pas encore tout le superu). Sinon
il peut passer directement au stade \nal", ou il est considere complet, stable et utilisable. S'il
s'agit de code appartenant au noyau, le developpeur peut alors demander a Linus de l'inclure dans
le noyau standard, ou comme option de conguration supplementaire.
Dites vous bien que ce ne sont que des conventions, et pas des regles. Certains sont tellement
s^urs de la qualite de leur code qu'ils n'ont pas besoin de passer par les stades alpha et b^eta-test.
C'est toujours au developpeur de prendre ce genre de decision.
Vous ^etes sans doute perplexe et vous demandez comment une equipe aussi peu structuree de
volontaires pourrait bien arriver a programmer et deboguer un systeme UNIX complet. Au risque
de vous etonner, c'est l'une des methodes de developpement les plus ecaces et motivantes qui ait
jamais ete utilisee. La totalite du noyau de Linux a ete ecrite en partant de zero sans emprunter une
1.6. Conception et philosophie de Linux
21
seule ligne de code de tout autre systeme. Beaucoup de volontaires ont travaille spontanement des
nuits entieres pour porter tous les programmes libres qu'ils trouvaient, ecrire les librairies, developper
des systemes de chiers originaux, ou faire marcher les cartes d'extension du PC dont ils disposaient
avec Linux.
Linux est generalement diuse sous forme d'une distribution, qui consiste en un ensemble de
programmes regroupes de maniere coherente, formant apres installation un systeme complet. Il
serait tres dicile pour beaucoup d'utilisateur de construire un systeme complet en partant du
noyau, des sources des utilitaires, commandes, applications, installant tous ces programmes un par
un manuellement.7 Encore une fois, precisons qu'il n'existe pas de distribution standard de Linux,
mais un certain nombre, chacune ayant leurs avantages et inconvenients. Nous verrons cela plus en
detail dans la section 2.1.
Bien que ces distributions permettent l'installation d'un systeme complet, vous aurez tout de
m^eme besoin de quelques connaissances UNIX pour obtenir une installation parfaite vous donnant
toute satisfaction. De m^eme qu'il n'existe pas de programme sans bogue, il n'y a probablement pas
de distribution de Linux sans aucune erreur ou omission.
Administrer un systeme UNIX n'est pas une t^ache aisee, qu'il soit gratuit ou commercial. Si
vous desirez entretenir votre systeme serieusement, notez bien que cela vous demandera beaucoup
d'eorts et d'attention: ceci est vrai pour tous les systemes UNIX, et Linux ne fait pas exception a la
regle. En raison de la diversite de la communaute Linux et des ressources tellement variees que tant
de programmes peuvent attendre, il est impossible de prevoir a l'avance toutes les manipulations
que vous aurez a faire et vous m^acher le travail dans tous les cas de gure.
1.6.1 Conseils aux debutants sous UNIX
L'une des plus grandes erreurs souvent commises par les nouveaux venus a UNIX, est d'essayer
d'installer et de faire fonctionner un systeme Linux complet sans aucune notion d'UNIX. Soyons
clair ; saus aucune experience d'UNIX, installer et congurer un systeme Linux est tres dicile et
sera la plupart du temps decevant. C'est le cas pour toutes les implementations d'UNIX. Personne
ne peut devenir administrateur systeme UNIX en une nuit. Trop souvent, des utilisateurs de MSDOS sont tentes de passer au monde Linux, pensant qu'il sera facile d'apprendre au fur et a mesure
tout ce qui est nouveau pour eux sans aucune aide exterieure. C'est une grave erreur. UNIX n'a rien
a voir avec MS-DOS ou Microsoft Windows. Aucune version d'UNIX n'est faite pour tourner toute
seule sans aucune maintenance. Chaque systeme UNIX a besoin d'un administrateur systeme, et si
vous devez ^etre cet administrateur systeme sur votre future machine Linux, vous devez apprendre
un minimum de choses avant de vous lancer dans l'aventure.
Cet avertissement vous eraie sans doute un peu, nalement ce n'est pas si mal. Il y a beaucoup
d'excellents livres d'initiation a UNIX sur le marche : voyez l'annexe A par exemple. Un grand
nombre de nouveaux utilisateurs comptent installer Linux dans le but d'apprendre UNIX, mais nous
avons bien peur que la bonne demarche soit exactement le contraire. Installer et congurer un
systeme UNIX tout seul est une t^ache complexe, m^eme parfois pour des administrateurs systemes
7 Note du traducteur: C'est pourtant ce que les tout premiers utilisateurs de Linux furent oblig
es de faire, avant
que ces distributions n'existent, c'etait un des charmes de Linux que les nouveaux ne conna^tront jamais...
22
Chapitre 1. Introduction a Linux
experimentes. Tout cela non pour dire que c'est dicile, mais simplement que quelques connaissances
preliminaires vous seront d'un grand secours dans bien des cas. Si vous avez une idee de ce que vous
allez congurer et de la maniere dont ca doit fonctionner, il vous sera beaucoup plus facile en cas de
probleme de trouver l'erreur commise que lorsque vous ne vous rendez m^eme pas compte que ca ne
fonctionne pas comme prevu. Vous devez vraiment vous preparer au voyage avant de partir pour le
monde UNIX, lisez, experimentez un peu des systemes fonctionnant deja, et vous pourrez alors vous
lancer dans l'installation de votre propre systeme. Sinon, si vous ne connaissez pas du tout UNIX,
vous serez a coup s^ur decu et frustre par le systeme.
1.6.2 Conseils aux gourous UNIX
M^eme ceux qui ont des annees d'experience en programmation et administration systeme UNIX
peuvent avoir besoin d'aide pour installer Linux. Il y a toujours certains aspects d'UNIX avec lesquels
on n'est pas trop familiarise. Pour commencer, Linux n'est pas un systeme UNIX commercial. Il ne
cherche pas a suivre les m^emes standards que les autres systemes UNIX que vous avez utilise. Pour
^etre plus precis, bien que la stabilite soit un facteur tres important dans le developpement de Linux,
ce n'est pas le seul facteur qui entre en ligne de compte.
Les fonctionnalites oertes, par exemple, sont peut ^etre plus importantes. Dans de nombreux
cas, du nouveau code se verra incorpore dans le noyau m^eme s'il est encore bogue et incomplet. Simplement parcequ'il est beaucoup plus important de diuser du code que des milliers d'utilisateurs
vont pouvoir utiliser et tester, que d'attendre des mois qu'une version soit \complete". Par exemple,
WINE (l'emulateur de Microsoft Windows pour Linux) avait une version alpha-test \ocielle" bien
avant qu'il ne commence a fonctionner. De cette facon, toute la communaute Linux a la possibilite
de travailler sur le code, le tester, voire le developper, et ceux pour qui cet alpha-code est \suisament bon" pour leurs besoins peuvent commencer a l'utiliser. Les vendeurs de systemes UNIX
commerciaux n'utilisent rarement, voire jamais, ce genre de methodes.
Si vous ^etes administrateur UNIX depuis plus de dix ans, et avez utilise pratiquement toutes
les versions commerciales du systeme possibles et imaginables, il vous faudra sans doute un peu
de temps pour vous habituer a Linux. Le systeme est tres moderne et dynamique. De nouvelles
versions du noyau arrivent plusieurs fois par an, et m^eme plusieurs fois par mois de temps a autres.
Les programmes et applications sont constamment mises a jour. Votre systeme peut ^etre une fois
totalement a jour, et quelques jours plus tard ^etre considere comme un Linux de l'^age de pierre.
Avec autant d'activite, comment pouvez-vous esperez suivre le mouvement ? Le mieux est de
faire des mises a jour incrementales ; changez uniquement les parties du systeme qui ont besoin d'^etre
mises a jour, et seulement lorsque vous pensez qu'une mise a jour est vraiment necessaire. Si vous
n'utilisez jamais Emacs, il n'y a aucune raison d'installer toutes les nouvelles versions de cet editeur
qui arrivent chaque mois. Mieux encore ; m^eme si vous ^etes un utilisateur forcene d'Emacs, il n'y a
en general pas d'inter^et a changer la version que vous utilisez, sauf si il vous manque une possibilite
qui est oerte dans la version suivante. Il n'y a aucun inter^et a vouloir passer son temps a ^etre
toujours equipe des toutes dernieres versions de tous les programmes qui composent Linux.
Nous esperons que Linux correspondra a ce que vous attendez d'un systeme UNIX personnel, et
depassera m^eme vos esperances. Au plus profond de Linux se trouve l'esprit de la programmation
1.7. Dierences entre Linux et d'autres systemes
23
libre, oerte a tous, en constant developpement pour le bonheur de tous, loin des considerations
bassement materielles. La communaute Linux favorise l'expansion du systeme plut^ot que sa stabilite,
et c'est un concept assez dicile a apprehender pour beaucoup de gens, particulierement ceux qui
sont habitues au monde des UNIX commerciaux. Vous ne pouvez pas demander a Linux qu'il
soit parfait, rien n'est jamais parfait dans le monde du logiciel public. Neanmoins, nous pensons
que Linux est reellement aussi complet, utile et able que n'importe quelle autre implementation
d'UNIX.
1.7 Dierences entre Linux et d'autres systemes
Il est important de comprendre les dierences existant entre Linux et d'autres systemes d'exploitation
comme MS-DOS, OS/2, et d'autres implementations d'UNIX pour ordinateurs personnels. Tout
d'abord, il doit ^etre clair dans l'esprit de tous que Linux peut coexister sans problemes avec d'autres
systemes sur la m^eme machine: Autrement dit, la m^eme machine peut tourner sous MS/DOS et
OS/2 a certains moments, ou bien sous Linux a d'autres moments sans avoir a reinstaller quoi que
ce soit. Nous verrons qu'il est m^eme possible d'echanger des donnees entre les dierents systemes
d'exploitation.
1.7.1 Pourquoi utiliser Linux ?
Pourquoi utiliser Linux au lieu d'un systeme d'exploitation commercial repute, bien teste, bien
documente ? Nous pourrions vous donner une centaine de raisons. L'une des plus importantes,
toutefois, est que Linux est un excellent choix en tant que systeme UNIX personnel. Si vous ^etes
un programmeur systeme UNIX, pourquoi utiliser MS-DOS chez vous ? Linux vous permettra de
developper et tester vos programmes UNIX sur votre PC, y compris des programmes de base de
donnees ou des applications X-Window. Si vous ^etes etudiant, il y a beaucoup de chances pour que
les systemes informatiques de votre universite tournent sous UNIX. Avec Linux, vous pourrez avoir
votre propre systeme UNIX et le congurer selon vos besoins. Installer et utiliser Linux est aussi
une excellente methode pour apprendre si vous n'avez pas acces a d'autres machines UNIX.
Mais ne nous y trompons pas : Linux n'est pas uniquement destine a un usage domestique. Il
est susament able et complet pour assurer de lourdes t^aches. Beaucoup d'entreprises (particulierement les petites) remplacent petit a petit leur environnement de travail, base sur des stations
de travail fonctionnant sous UNIX, par des machines tournant sous Linux. Les universitaires trouvent Linux ideal pour l'enseignement des systemes d'exploitation. Certains editeurs d'applications
commerciales commencent a realiser l'inter^et qu'un systeme d'exploitation gratuit peut avoir.
Les sections qui suivent vont decrire les dierences les plus importantes entre Linux et d'autres
systemes d'exploitation. Nous esperons que vous en deduirez que Linux peut correspondre a vos
besoins, ou (au moins) ameliorer votre environnement informatique actuel. Rappelez-vous que le
meilleur moyen de se faire une idee sur Linux est de l'essayer ; vous n'avez m^eme pas besoin d'installer
une version complete pour cela, nous vous expliquerons comment dans le chapitre 2.
24
Chapitre 1. Introduction a Linux
1.7.2 Linux contre MS-DOS
Il n'est pas rare d'utiliser a la fois Linux et MS-DOS sur le m^eme ordinateur. Beaucoup d'utilisateurs
de Linux ont besoin de MS-DOS pour des applications comme le traitement de texte. Bien que
Linux fournisse des applications equivalentes (par exemple, TEX, avec lequel ce livre est realise),
il y a diverses raisons pour lesquelles certains utilisateurs ne peuvent les utiliser. Si votre these a
ete saisie sous WordPerfect pour MS-DOS, vous ne pourrez pas la convertir facilement en TEX ou
quelque autre format. Il existe beaucoup d'applications commerciales pour MS-DOS qui ne sont pas
disponibles sous Linux, et il n'y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas utiliser les deux.
Comme vous le savez sans doute deja, MS-DOS n'utilise qu'une petite partie des possibilites des
processeurs 80386 et 80486. A l'oppose, Linux tourne exclusivement dans le mode protege de ces
processeurs, et exploite toutes leurs possibilites. Vous pouvez directement acceder a toute la memoire
dont vous disposez (et m^eme au-dela, gr^ace a la memoire virtuelle). Linux ore une interface UNIX
complete qui n'existe pas sous MS-DOS ; le developpement ou le portage d'applications UNIX sous
Linux est tres simple, alors que sous MS-DOS vous ^etes limite a un tout petit sous-ensemble des
fonctionnalites necessaires. Parceque Linux est un veritable systeme UNIX, vous n'avez pas ces
limitations.
Nous pourrions debattre encore sur le sujet pendant des pages et des pages. Disons simplement
pour clore le sujet que Linux et MS-DOS sont deux choses totalement dierentes. MS-DOS est
bon marche (compare a d'autres systemes d'exploitation commerciaux), et fait partie de l'histoire
de l'ordinateur IBM-PC. Aucun autre systeme d'exploitation pour Intel n'a atteint le niveau de
popularite de MS-DOS ; en grande partie parce que le prix de ces autres systemes etait inabordable
pour un particulier. Tres peu de gens peuvent se permettre de depenser plus de $1000, juste pour le
systeme d'exploitation de leur ordinateur personnel. Linux etant gratuit, vous avez enn l'occasion
de choisir.
Nous allons vous permettre de vous faire votre propre opinion sur Linux et MS-DOS, en fonction
de ce que vous attendez et de vos reels besoins. Linux n'est pas pour tout le monde. Si vous avez
toujours desire utiliser un systeme UNIX chez vous, sans payer le prix generalement eleve des autres
implementations pour PC de ce systeme, Linux pourrait bien ^etre ce que vous recherchiez depuis
toujours...
Il existe des outils vous permettant de communiquer avec MS-DOS. Par exemple, il est tres facile
d'acceder a des chiers MS-DOS depuis Linux. Il existe aussi un emulateur MS-DOS, qui permet
d'executer beaucoup d'applications populaires. Un emulateur Windows est actuellement en cours
de developpement.
1.7.3 Linux contre les autres systemes
Un certain nombre d'autres systemes d'exploitation performants sont en train d'apparaitre dans le
monde du PC. En particulier, OS/2 d'IBM et Windows NT de Microsoft deviennent tres populaires,
car de plus en plus d'utilisateurs abandonnent MS-DOS.
OS/2 et Windows NT sont tous deux des systemes d'exploitation multi-t^aches, un peu comme
Linux. Techniquement, OS/2, Windows NT, et Linux sont assez similaires: ils ont grosso-modo les
1.7. Dierences entre Linux et d'autres systemes
25
m^emes fonctionnalites en matiere d'interface, reseau, securite... Toutefois la reelle dierence entre
Linux et Les Autres Types est que Linux est une version d'UNIX, et par consequent benecie des
contributions de la tres importante communaute UNIX.
Qu'est-ce qui rend UNIX si important ? Ce n'est pas seulement le systeme d'exploitation le plus
populaire pour les machines multi-utilisateurs, mais c'est aussi la base du monde des graticiels ou
programmes en domaine public. Si vous avez acces a l'Internet, presque tous les programmes qui y
sont disponibles sont ecrits pour UNIX. (L'Internet en lui-m^eme est largement constitue de reseaux
bases sur UNIX.)
Il existe beaucoup d'implementations d'UNIX, provenant d'un grand nombre d'editeurs, il n'y
a pas une unique organisation responsable de sa distribution. Un mouvement de standardisation
est largement entame dans la communaute UNIX, sous la forme de systemes ouverts, mais aucune
societe n'a le monopole de cette standardisation. C'est pourquoi n'importe quel editeur (ou, du coup,
n'importe quel programmeur) peut implementer ces standards dans sa propre version d'UNIX.
OS/2 et Windows NT, en revanche, sont des systemes proprietaires. L'interface et le fonctionnement sont contr^oles par leur seul proprietaire, qui est le seul a en posseder les droits. (N'esperez
pas voir une version independante et gratuite d'OS/2 de sit^ot.) En un sens, ce type d'organisation
est beneque : il denit un standard strict pour le programmeur et l' interface utilisateur, au lieu
de ce que l'on trouve dans la communaute des systemes ouverts. OS/2 est OS/2 ou que vous vous
trouviez, et il en va de m^eme pour Windows NT.
Toutefois, l'interface d'UNIX est en constante evolution. Plusieurs organisations tentent de
standardiser le modele de developpement, mais la t^ache est dicile. Linux, en particulier, est en
majeure partie conforme au standard POSIX.1 pour l'interface de programmation. Petit a petit,
Linux adherera de plus en plus a d'autres standards de ce type, mais la standardisation n'est pas le
but premier dans la communaute des developpeurs de Linux.
1.7.4 Autres implementations d'UNIX
Il existe plusieurs autres implementations d'UNIX pour les 80386 et 80486. L'architecture 80386
ore tout ce qu'il est necessaire pour realiser UNIX, et un certain nombre d'editeurs ont prote de
cet avantage.
C^ote caracteristiques, les autres implementations d'UNIX pour le PC sont pratiquement semblables a Linux. Vous verrez que pratiquement toutes les versions commerciales d'UNIX supportent
grosso-modo les m^emes programmes, possedent les m^emes possibilite reseau, et que les environnements de programmation sont les m^emes. Malgre tout, il y a d'enormes dierences entre Linux et
les versions commerciales d'UNIX.
En premier lieu, Linux supporte une conguration materielle dierente des implementations
commerciales. En regle generale, Linux supporte les peripheriques les plus populaires, mais ceci est
toujours limite par le materiel auquel les developpeurs peuvent avoir acces. Les UNIX commerciaux
supportent souvent une gamme de materiel plus etendue, mais Linux n'est en realite pas tres loin
derriere. Nous decrirons la conguration materielle necessaire a Linux dans la section 1.8.
En second lieu, les versions commerciales d'UNIX sont fournies avec une documentation tres
26
Chapitre 1. Introduction a Linux
complete, ainsi qu'un service apres vente. A l'oppose, l'essentiel de la documentation de Linux est
limitee aux documents disponibles sur l'Internet, et quelques livres comme celui-ci. Dans la section
1.9, nous verrons quels sont les documents et informations relatifs a Linux.
Pour ce qui est de la stabilite et de la abilite de Linux, de nombreux utilisateurs ont verie
que Linux est au moins aussi stable que ses equivalents commerciaux. Linux est toujours en
developpement, et parfois certaines choses sont momentanement moins ables mais les problemes se
reglent tres rapidement.
Le facteur le plus important pour beaucoup d'utilisateurs, est le prix. Linux est gratuit, si
vous avez acces a l'Internet (ou tout autre systeme informatique) vous pouvez le telecharger. Si
toutefois vous n'avez pas acces a un site diusant Linux ainsi, vous aurez besoin d'acheter l'une des
distributions vendues par correspondance sur disquettes, bandes magnetiques, ou CD-ROM (Voir
annexe B).
Bien entendu, vous pouvez recopier Linux chez un ami qui a deja installe le systeme, ou partager
le co^ut des distributions postales avec quelqu'un d'autre. Si vous avez l'intention d'installer Linux
sur un grand nombre de machines, vous n'aurez besoin que d'une seule copie : Il n'y a aucune notion
de licence limitee a un nombre d'utilisateurs sous Linux.
La valeur des UNIX commerciaux ne doit pas ^etre diminuee pour autant: le prix paye comprend
aussi la documentation, le support clientele, et l'assurance d'une certaine qualite. Ce sont des
facteurs tres importants pour de grandes societes, mais l'utilisateur d'un ordinateur personnel peut
ne pas avoir besoin de tout cela. Quoi qu'il en soit, beaucoup d'entreprises ou d'universites trouvent
que l'utilisation de Linux dans un laboratoire equipe de PC bon marche, est preferable a l'achat
de versions commerciales d'UNIX et de co^uteuses stations de travail. Linux peut orir les m^emes
fonctionnalites qu'une station de travail, sur une architecture PC, pour un prix nettement inferieur.
Un exemple en \vraie grandeur" de l'utilisation de Linux dans la communaute informatique:
Des systemes Linux ont traverse les mers pour ^etre utilises dans le Pacique Nord, gerant les
telecommunications et l'analyse de donnees sur un navire de recherche oceanographique. Des
systemes Linux sont utilises dans des laboratoires de recherche en Antarctique. Plus pres de nous,
plusieurs h^opitaux aux USA utilisent Linux pour gerer les dossiers des malades. Il se comporte de
facon aussi able, et est aussi souple et utile, que les autres implementations d'UNIX.
Il exite d'autres implementations gratuites ou tres bon marche d'UNIX pour les processeurs Intel.
L'une des plus connues est 386BSD (souvent connue sous le nom \NetBSD"), un portage de l'UNIX
de Berkeley pour le 386. 386BSD est comparable a Linux sur beaucoup de points, mais lequel est
le \meilleur" depend essentiellement de vos besoins et de ce que vous desirez. La seule distinction
importante que l'on puisse faire, est que Linux est developpe de maniere ouverte (n'importe quel
volontaire peut aider au developpement), alors que 386BSD est developpe par une equipe fermee de
programmeurs. Pour cette raison, de grandes dierences de philosophie et de structure existent entre
les deux projets. Les buts de chacun sont entierement dierents : pour Linux, c'est le developpement
d'un systeme UNIX complet totalement original, sans emprunter de code deja existant, (et de trouver
du bonheur dans ce jeu), alors que le but de 386BSD est en grande partie de modier le code deja
existant de BSD pour le faire fonctionner sur 386.
NetBSD est un autre portage de la distribution NET/2 de BSD sur un certain nombre
1.8. Conguration materielle necessaire
27
d'architectures, y compris le 386. Son developpement s'eectue de maniere plus ouverte, et le
systeme est tres comparable a 386BSD, qu'il tend a remplacer de plus en plus.
Un autre projet a signaler est HURD, realise par la Free Software Foundation pour developper et
distribuer une libre implementation d'UNIX pour de nombreuses architectures diverses. Contactez
la FSF (l'adresse est donnee dans l'annexe E) pour plus d'informations sur ce projet. A l'heure ou
nous ecrivons ces lignes, HURD en est encore au tout debut de son developpement.
D'autres versions bon marche d'UNIX existent egalement, comme Coherent (disponible pour un
prix voisin de $99) et Minix (un clone UNIX academique mais utile, utilise comme plate-forme de
developpement des toutes premieres versions de Linux). Quelques unes de ces implementations sont
surtout d'inter^et educatif, alors que d'autres sont des systemes complets pour une reelle utilisation
en production. Il n'est pas besoin de dire que, malgre tout, beaucoup de gens sont en train de migrer
vers Linux.
1.8 Conguration materielle necessaire
Vous devez maintenant ^etre convaincu que Linux est merveilleux, et de toutes les choses geniales
qu'il pourra faire pour vous. Toutefois, avant de vous precipiter sur la procedure d'installation, vous
devez ^etre au courant des besoins materiels de Linux et de ses limitations.
N'oubliez pas que Linux a ete developpe par ses utilisateurs. Cela signie que pour l'essentiel,
l'equipement que Linux sait utiliser correspond seulement a celui que ses developpeurs et utilisateurs
possedent, ou celui auquel ils ont pu avoir acces a un moment donne. Du coup, Linux fonctionne
sur l'essentiel des ordinateurs 80386/80486 et leurs peripheriques les plus populaires (en fait, Linux
supporte bien plus de materiel que certaines implementations commerciales d'UNIX). Malgre tout,
quelques peripheriques complexes et esoteriques hors de prix ne sont pas encore supportes. Cela
change de jour en jour, donc si votre super carte d'extension n'est pas encore reconnue par le
systeme, il y a des chances pour que son support soit en cours de developpement ou soit prevu un
jour ou l'autre.
Une autre entrave au support de peripheriques sous Linux, est que beaucoup de constructeurs
ont decide de garder secrete la documentation necessaire pour faire fonctionner leurs produits. Le
resultat est que les developpeurs benevoles de Linux ne peuvent purement et simplement pas ecrire
de pilotes pour ces peripheriques (s'ils y arrivaient, ces programmes deviendraient la propriete du
constructeur qui fabrique le produit, ce qui violerait la GPL). Les constructeurs qui agissent ainsi
ecrivent leurs propres drivers pour des systemes d'exploitation comme MS-DOS et Microsoft Windows ; l'utilisateur nal (c'est vous, qui avez paye leur carte) n'est pas cense savoir comment ca
marche. Manque de chances, cela ne permet pas aux developpeurs d'ecrire de quoi faire marcher ces
peripheriques, qui ne seront donc jamais supportes par aucun programme du domaine public.
On ne peut pas faire grand chose contre cette situation. Dans certains cas, des programmeurs
ont essaye de deviner comment certaines interfaces fonctionnaient. Dans d'autres cas ils ont travaille
avec le constructeur en question sur le sujet et tente d'obtenir des informations, avec dierents degres
de succes.
Dans les sections qui suivent, nous essaierons de voir les besoins materiels de Linux. La liste
28
Chapitre 1. Introduction a Linux
de compatibilite materielle (Linux Hardware Compatibility List) contient une liste plus detaillee du
materiel supporte par Linux (voir la section 1.9), bien que fatalement tres incomplete en raison de
l'evolution constante de Linux et de la date de redaction de cet ouvrage.
Attention: Une bonne quantite de peripheriques sont toujours en cours d'integration dans
les pilotes Linux. Certaines distributions peuvent ou ne peuvent pas supporter telle ou telle caracteristique. Cette section recense essentiellement ce que Linux supporte depuis un certain temps
et est repute stable. En cas de doute, consultez la documentation de la distribution particuliere de
Linux que vous utilisez (voir section 2.1 pour plus d'informations sur les distributions Linux). Il y a
de grandes chances pour que le systeme Linux que vous possedez supporte beaucoup plus de choses
que celles qui sont cites ici.
1.8.1 Carte mere et microprocesseur
Linux fonctionne actuellement sur les machines equipees des microprocesseurs Intel 80386 ou 80486.
Cela comprend toutes les variations sur ce type de CPU, comme les 386SX, 486SX, 486DX, et
486DX2. Linux fonctionne egalement sur le processeur Pentium d'Intel. Les \clones" comme les
processeurs Cyrix et AMD fonctionnent aussi avec Linux.
Si vous possedez un 80386 ou 80486SX, vous pouvez aussi utiliser un co-processeur mathematique,
bien qu'il ne soit pas indispensable (le noyau de Linux peut l'emuler ). Tous les couplages FPU sont
supportes comme IIT, Cyrix FasMath, et coprocesseurs Intel.
La carte mere doit utiliser une architecture ISA ou EISA. Ces termes denissent comment le
systeme s'interface avec les peripheriques et les autres composants sur le bus. La plupart des systemes
vendus actuellement sont soit a bus ISA, soit a bus EISA. Le bus MicroChannel d'IBM (bus MCA),
rencontre sur certaines machines de marque IBM comme le PS/2, n'est pas supporte.
Les systemes utilisant une architecture a bus local (pour des acces disque et video plus rapides)
sont egalement supportes ; nous vous suggerons d'avoir une architecture a bus local standard comme
le VESA Local Bus (\VLB").
1.8.2 Memoire necessaire
Linux ne necessite que tres peu de memoire pour fonctionner, en comparaison avec d'autres systemes
d'exploitation modernes. Vous devez avoir au strict minimum 2 Megaoctets de RAM ; toutefois il
est fortement suggere de posseder au moins 4 Mo. Plus vous aurez de memoire RAM, plus votre
systeme fonctionnera rapidement.
Linux supporte bien entendu le mode d'adressage 32 bits des processeurs 386/486, en d'autres
termes il sait utiliser automatiquement toute la memoire RAM dont vous pouvez disposer.
Linux tournera correctement avec seulement 4 megaoctets de RAM, m^eme avec des programmes
comme X Window, Emacs, ou autres. Malgre tout, posseder plus de memoire est au moins aussi
important que d'avoir un processeur plus rapide. 8 megaoctets sont plus que susants pour un
usage personnel ; 16 megaoctets ou plus peuvent ^etre parfois necessaires si vous compter charger
enormement le systeme.
1.8. Conguration materielle necessaire
29
La plupart des utilisateurs de Linux dedient une petite fraction de leur disque dur comme zone
de swap, qui est utilisee comme memoire virtuelle. M^eme si vous disposez de beaucoup de memoire
RAM dans votre machine, vous pourriez avoir besoin d'utiliser un peu de swap. Bien que le swap
ne puisse pas remplacer de la memoire RAM rapide, cela peut permettre a votre systeme d'executer
des applications plus importantes en stockant les portions inactives du code sur le disque dur. La
quantite d'espace de swap que vous devez allouer depend de plusieurs facteurs ; nous reviendrons
sur ce point dans la section 2.2.3.
1.8.3 Contr^oleurs de disques durs
Vous n'avez pas forcement besoin d'un disque dur pour executer Linux; vous pouvez lancer un
systeme minimum contenu entierement sur disquette. Mais ceci est plut^ot anecdotique, c'est bien
entendu extr^emement lent et beaucoup trop limite ; de toute maniere de nos jours tout le monde
possede un disque dur. Vous devez posseder un contr^oleur standard AT (16 bits). Il est possible
en depannage d'utiliser un vieux contr^oleur de type XT (8 bits) ; cela dit la plupart des contr^oleurs
disques utilises de nos jours sur les PC sont au standard AT. Linux supportera tous les contr^oleurs
MFM, RLL, ESDI et IDE.
La regle generale a retenir pour les contr^oleurs de disques non SCSI et les contr^oleurs de disquettes, est que si vous pouvez acceder au disque depuis MS-DOS ou un autre systeme d'exploitation,
Linux saura le faire egalement.
Linux reconnait egalement un certain nombre de contr^oleurs de disque durs SCSI parmi les plus
populaires. Toutefois le support SCSI est un peu plus limite en raison de la tres large gamme
de materiel disponible. Les contr^oleurs SCSI supportes comprennent (au minimum) l'Adaptec
AHA1542B, 1542C, AHA1742A (BIOS version 1.34), AHA1740, AHA1740 (contr^oleur SCSI-2, IOS
1.34 ); Future Domain 1680, TMC-850, TMC-950; Seagate ST-02; UltraStor SCSI; Western Digital
WD7000FASST, et de nouveaux pilotes pour de nouvelles cartes voient le jour regulierement. Les
clones bases sur ces cartes fonctionnent egalement.
1.8.4 Espace disque dur requis
Bien entendu, pour installer Linux, il vous faudra un peu de place libre sur votre disque dur. Si
votre machine est equipee de plusieurs disques durs, vous pourrez allouer de l'espace pour Linux sur
chacun d'entre eux si necessaire.
La quantite d'espace disque dont vous aurez besoin depend dans une large mesure de vos besoins
et des programmes que vous comptez installer. Linux est relativement petit ; il est possible de faire
tourner un systeme complet dans 10 ou 20 Megaoctets d'espace disque. Mais si vous voulez avoir de
quoi travailler confortablement, prevoir l'avenir, et si vous comptez utiliser de grosses applications
comme X Window, il vous faudra bien plus de place disque. Si vous avez l'intention d'autoriser
plusieurs utilisateurs a travailler sur la machine, vous aurez besoin de prevoir susament de place
pour que chacun puisse travailler et stocker ses chiers.
De plus, a moins que vous ayez une grande quantite de memoire RAM (plus de 16 Mo), vous
devrez probablement allouer une zone de swap, qui sera utilisee comme memoire RAM virtuelle. Les
30
Chapitre 1. Introduction a Linux
details a ce propos sont expliques dans la section 2.2.3.
Avec chaque distribution particuliere de Linux est generalement fournie un peu de litterature qui
devrait vous aider a determiner la place disque dont vous aurez besoin en fonction des programmes
que vous allez installer. Vous pouvez utiliser un systeme minimal dans moins de 20 Mo ; un systeme
complet avec tous les gadgets possibles dans moins de 80 Mo; et un tres gros systeme avec de l'espace
pour de nombreux utilisateurs et de futures extensions dans 100-150 Megaoctets. Encore une fois, ce
ne sont que des approximations destinees a vous donner une idee des besoins de Linux; la quantite
d'espace disque necessaire depend de vos besoins et de ce que vous comptez faire avec Linux.
1.8.5 E cran et carte video
Linux peut utiliser toutes les cartes video standards rencontrees sur le PC : Hercules, CGA, EGA,
VGA, Super VGA, sur leur moniteur associe, pour l'achage en mode texte utilise par defaut.
En regle generale, si le couple carte video/moniteur fonctionne sur un autre systeme d'exploitation
comme MS-DOS, alors il fonctionnera egalement tres bien sous Linux.
Les environnements graphiques comme X Window ont par contre des besoins particuliers ; plut^ot
que d'en donner le detail ici, nous vous renvoyons a la section 5.1.1.
1.8.6 Peripheriques divers
Les sections precedentes decrivent le materiel qui est indispensable pour pouvoir utiliser Linux.
Beaucoup d'utilisateurs possedent un certain nombre de peripheriques supplementaires, comme les
lecteurs de bandes magnetiques ou de CD-ROM, cartes sonores, souris, et souvent voudraient savoir
si ils fonctionneront sous Linux, ou non. Nous allons voir ca.
1.8.6.1 Souris et peripheriques similaires
Vous n'utiliserez de souris pratiquement que sous une interface graphique comme X Window.
Neanmoins, plusieurs applications Linux non graphiques font usage de la souris.
Linux supporte toutes les souris standard rencontrees sur PC, comme Logitech, MM series,Mouseman, Microsoft (deux boutons) et Mouse Systems (3 boutons). Linux reconna^t aussi
les souris bus Microsoft, Logitech,et ATIXL. L'interface souris type PS/2 est egalement reconnue.
Tous les autres peripheriques du m^eme type comme les trackballs devraient fonctionner sans
problemes.
1.8.6.2 Volumes CD-ROM
Pratiquement tous les lecteurs de CD-ROM serieux utilisent l'interface SCSI. A partir du moment
ou vous possedez un contr^oleur SCSI supporte par Linux, votre CD-ROM fonctionnera. Certains
lecteurs de CD-ROM bon marche peuvent ne pas fonctionner sur le bus SCSI, mais utiliser une
1.8. Conguration materielle necessaire
31
interface particuliere. Linux en reconna^t un certain nombre, consultez la documentation de votre
distribution particuliere pour verier ceux qui y sont supportes.
Linux utilise le syteme de chiers standard ISO-9660 pour les CD-ROM.
1.8.6.3 Lecteurs de bandes magnetiques
Il existe dierents types de lecteurs de cartouches magnetiques sur le marche. La plupart utilisent
l'interface SCSI, et par consequent seront tous supportes par Linux sans complications. Echanger
des donnees par cartouches magnetiques entre d'autres machines Unix (Sun par exemple) et Linux
ne pose aucun probleme. Toutefois, certains utilisateurs de PC possedent des lecteurs esoteriques
economiques non standard, qui n'utilisent pas l'interface SCSI. Certains d'entre eux sont supportes,
la encore veriez dans votre distribution les pilotes dont vous disposez.
1.8.6.4 Imprimantes
Linux peut utiliser toute la gamme des imprimantes fonctionnant sur le port parallele de la machine.
Si vous pouvez utiliser votre imprimante sous MS/DOS, vous pourrez de la m^eme facon l'utiliser sous
Linux. L'impression sous Linux se fait de maniere standard a l'aide de lp et lpr, vous permettant
egalement l'impression a travers le reseau si vous en ^etes equipe.
1.8.6.5 Modems
Tout comme pour le support imprimante, Linux peut utiliser toute la gamme de modems existants
fonctionnant sur un port serie du PC ; qu'il soit interne ou externe. Si votre modem est accessible
par MS/DOS, il fonctionnera sous Linux sans diculte. Il existe une tres grande collection de
programmes de communications sous Linux.
1.8.7 Cartes Ethernet
Beaucoup de cartes Ethernet parmi les plus populaires fonctionnent sous Linux. Entre autres :
3com 3c503, 3c503/16, 3c509
Novell NE1000, NE2000
Western Digital WD8003, WD8013
Hewlett Packard HP27245, HP27247, HP27250
Les clones suivants fonctionnent egalement:
LANNET LEC-45
Alta Combo
Chapitre 1. Introduction a Linux
32
Artisoft LANtastic AE-2
Asante Etherpak 2001/2003,
D-Link Ethernet II
LTC E-NET/16 P/N 8300-200-002
Network Solutions HE-203,
SVEC 4 Dimension Ethernet
4-Dimension FD0490 EtherBoard 16
D-Link DE-600
Les clones compatibles avec les modeles ci-dessus devraient aussi fonctionner. D'autres pilotes voient
le jour regulierement et cette liste n'est bien s^ur pas a jour.
1.9 Sources d'informations sur Linux
Comme vous l'avez probablement devine, il y a beaucoup de sources d'informations a propos de
Linux, en dehors de ce guide. En particulier, vous trouverez un grand nombre de livres, non
speciques a Linux mais orientes sur UNIX en general, pouvant ^etre tres utiles, particulierement
aux personnes n'ayant aucune experience prealable d'UNIX. Si vous ^etes nouveau dans le monde
UNIX, nous vous suggerons absolument de prendre le temps de parcourir l'un de ces ouvrages avant
de tenter de vous attaquer a Linux. En particulier, le livre Learning the UNIX Operating System,
par Grace Todino et John Strang, est un tres bon debut.
Un bon nombre des sources d'informations citees plus bas sont disponibles en ligne sous une
quelconque forme electronique. C'est a dire que vous devez avoir acces a un un reseau comme
l'Internet, Usenet, ou Fidonet, pour pouvoir acceder a ces informations. Si vous ne pouvez vraiment
pas faire autrement, vous pouvez bien entendu demander a quelqu'un de vous envoyer des copies
imprimees de ces documents.8
1.9.1 Documentation en ligne
Si vous avez un acces Internet, vous pourrez trouver beaucoup de documentation sur Linux disponible
par FTP anonyme sur des sites du monde entier. Si vous n'avez pas directement acces a l'Internet,
vous pouvez tout de m^eme recuperer ces documents: ils sont diuses sur bien d'autres reseaux,
comme FidoNet et CompuServe. Si vous pouvez poster et recevoir du courrier electronique, vous
pouvez egalement recevoir ces chiers en utilisant un service ftpmail, voir en annexe C comment
fonctionnent les serveurs ftpmail.
Cela dit, il faut vivre avec son temps. Pratiquement tout le monde possede le telephone de nos jours, et le prix
des modems performants est devenu du m^eme ordre de grandeur que n'importe quel peripherique bon marche pour
ordinateurs personnels. Un utilisateur possedant un micro-ordinateur moderne a domicile devrait avoir le reexe de
l'equiper d'un modem, tout comme il pense a l'equiper d'une souris ou d'un clavier !
8
1.9. Sources d'informations sur Linux
33
Il existe beaucoup de serveurs FTP disposant de Linux et de ses documents associes. Une liste
des plus connus est donnee en annexe C. An de reduire le trac international et les co^uts induits,
vous devez toujours utiliser le site qui est geographiquement (vu c^ote reseau) le plus pres de chez
vous.
L'annexe A contient une liste de quelques documents Linux qui sont disponibles en FTP anonyme.
Les noms de chiers peuvent dierer, selon le site archive utilise; la plupart des serveurs classent
les documents relatifs a Linux dans un sous-repertoire docs de leur repertoire d'archivage Linux.
Par exemple, sur le site FTP ftp.ibp.fr, les chiers Linux se trouvent dans /pub/linux, et les
documentations dans /pub/linux/docs.
Citons quelques exemples de documents Linux disponibles en ligne, comme la FAQ Linux, (Frequently Asked Questions), une collection des questions les plus souvent posees concernant Linux;
les documents Linux appeles HOWTO (Comment faire pour...) qui decrivent chacun un aspect
particulier du systeme, comme l' Installation HOWTO , le Printing HOWTO , (concernant les imprimantes), et l'Ethernet HOWTO (pour les cartes reseau) ; ainsi que la META-FAQ Linux, une liste
d'autres sources d'informations sur Linux disponibles sur l'Internet.
La plupart de ces documents sont egalement postes regulierement dans l'un ou plus des forums
Usenet dedies a Linux; voir la section 1.9.3 un peu plus loin.
1.9.2 Livres et autres publications
Pour l'instant, il y a encore tres peu d'ouvrages traitant de Linux. L'essentiel de ce qui est disponible
provient du Projet de Documentation Linux, un groupe de volontaires travaillant gr^ace aux possibilites oertes par l'Internet, sur un jeu complet de \manuels" pour Linux. Ces manuels sont
semblables a la documentation generalement disponibles pour les versions commerciales d'UNIX: Ils
traitent tout ce qui concerne le systeme depuis l'installation au developpement du noyau.
Les manuels du projet de documentation Linux sont disponibles par FTP anonyme sur l'Internet,
aussi bien que par commande postale aupres de dierents fournisseurs. L'annexe A fait le point sur
les manuels actuellement disponibles et la maniere de se les procurer.
Il n'y a pas beaucoup de litterature concernant Linux pour l'instant. Plusieurs ouvrages ont
ete publies en Allemagne et au Japon, dont des traductions du livre Linux Installation and Getting
Started du projet de documentation Linux. Toutefois, il existe un tres grand nombre de livres
traitant d'UNIX en general qui s'appliquent parfaitement a Linux; tant qu'il s'agit d'utilisation
ou de programmation, Linux ore peu de dierences avec les autres implementations d'UNIX. En
resume, pratiquement tout ce que vous voulez apprendre concernant l'utilisation du systeme et
la programmation sous Linux peut ^etre trouve dans n'importe quel livre traitant de ces sujets
sous UNIX. En fait, ce present ouvrage est destine a ^etre complete par l'abondante litterature sur
UNIX disponible en librairie; ici nous ne presentons que les details les plus speciques a Linux et
nous esperons que vous approfondirez vos connaissances a l'aide d'autres publications traitant des
systemes UNIX.
Arme de quelques bons livres sur UNIX, ainsi que de celui que vous tenez entre les mains, vous
devriez ^etre capable de tout ma^triser. Vous trouverez une liste des lectures recommandees aussi
Chapitre 1. Introduction a Linux
34
bien pour les nouveaux venus a UNIX que pour les experts, en annexe A.
Il existe egalement un magazine mensuel consacre entierement a Linux, le Linux Journal. Il est
distribue dans le monde entier, et c'est un excellent moyen de se tenir au courant de ce qui se passe
dans la communaute Linux, particulierement si vous ne pouvez acceder a Usenet (voir plus bas).
Vous trouverez en annexe B les moyens de vous abonner au Linux Journal.
1.9.3 Forums USENET
USENET est un systeme de forums electroniques repartis mondialement contenant un bon nombre
de \newsgroups"9 dedies aux discussions concernant Linux. Le plus gros du developpement de Linux
s'est fait gr^ace a l'Internet et Usenet, il n'est donc pas surprenant de trouver une certaine quantite
de forums dedies a Linux.
Le tout premier newsgroup cree pour Linux fut alt.os.linux, et a ete mis en place an de
deplacer les discussions sur Linux qui se tenaient dans comp.os.minix et dierentes listes de diusion
vers un lieu plus approprie. Tres rapidement, le trac dans alt.os.linux est devenu si important
qu'un groupe ociel dans la hierarchie comp devint necessaire; un vote fut organise en fevrier 1992
et le groupe comp.os.linux vit le jour.
comp.os.linux devint vite l'un des forums les plus populaires de Usenet, en tout cas le plus
populaire de la hierarchie comp.os. En decembre 1992, il fut decide d'organiser un vote pour
decouper ce groupe en plusieurs forums plus specialises. Plus de 2000 personnes participerent au
vote concernant cette reorganisation de comp.os.linux, realisant l'un des plus gros scrutins jamais
vus sur Usenet. (Usenet a beau ^etre mondial, en regle generale tres peu de gens prennent la peine
de voter. 200 ou 300 participants sont souvent tout ce que l'on obtient).
Si vous n'avez pas acces directement a Usenet, mais pouvez poster et recevoir du courrier
electronique, il existe des passerelles vous permettant de recevoir ces groupes dans votre bo^te aux
lettres. A l'heure ou nous ecrivons ces lignes, comptez une moyenne de 300 a 500 Kilooctets par
jour pour l'ensemble des forums Linux.
comp.os.linux.announce
est un groupe modere destine aux annonces importantes
concernant Linux (comme les rapports de bogues, les modications importantes, les
nouvelles versions). Si vous n'avez pas le temps de lire les groupes Linux, lisez au
moins celui-la, son trac est faible. Souvent, les annonces postees dans ce groupe
ne le sont pas ailleurs. Vous y trouverez egalement beaucoup des documents decrits
dans la section precedente et listes dans l'annexe A, postes regulierement tous les
mois ou toutes les semaines selon le cas.
Les messages destines a ce groupe doivent ^etre approuves par ses moderateurs,
actuellement Matt Welsh et Lars Wirzenius. Si vous voulez soumettre un article
comp.os.linux.announce
Le mot consacre dans le monde entier, quelle que soit la langue, pour designer une zone particuliere de discussion
sur Usenet est newsgroup. En Francais nous utiliserons indieramment newsgroup, groupe, forum, groupe de discussion, voire conference ou continuum, pour faire plaisir au ministre de la culture tout en conservant un style d'ecriture
susament clair et comprehensible.
9
1.9. Sources d'informations sur Linux
35
dans ce groupe selon les manipulations normales (en utilisant un lecteur de news
standard), le programme dirigera automatiquement votre texte par courrier aux
moderateurs pour approbation. Toutefois si vous utilisez un mauvais programme
(comme ceux que certains peuvent helas utiliser ailleurs que sous Unix), il se peut
qu'il ne sache pas operer ainsi et que vous deviez tout faire manuellement; dans ce
cas l'adresse a utiliser est linux-announce@tc.cornell.edu.
Tous les autres newsgroups cites ci-dessous ne sont pas moderes.
comp.os.linux.help
C'est le plus populaire de tous les groupes Linux. Il est destine aux questions et
reponses concernant l'utilisation, la conguration, ou tout autre probleme general
concernant Linux. Si vous ^etes perdus, vous pouvez demander de l'aide dans ce
forum, et vous recevrez probablement beaucoup de reponses de personnes qui vous
depanneront. Neanmoins, il est fortement recommende de lire toute la documentation dont vous disposez avant de poser une question dans ce groupe.
comp.os.linux.admin
Ce forum est dedie aux questions et discussions concernant l'utilisation de Linux,
plus particulierement dans un environnement multi-utilisateurs tres actif. Toute
discussion concernant l'administration systeme sous Linux est la bienvenue dans ce
groupe.
comp.os.linux.development
Ce groupe a ete cree pour les discussions concernant le developpement du systeme
Linux. Tout ce qui concerne le developpement du noyau ou qui lui est intimement
lie doit ^etre discute dans ce forum. Par exemple, si vous ecrivez un pilote de
peripherique et que vous ayez besoin d'eclaircissements sur certains aspects de cette
programmation, c'est l'endroit ideal pour obtenir les renseignements necessaires.
Notez bien que ce newsgroup n'est pas destine aux discussions sur le
developpement de programmes pour Linux, mais uniquement pour celles concernant le developpement de Linux. C'est a dire que tout ce qui concerne
des applications courantes doit ^etre traite dans un autre groupe que celui-ci;
comp.os.linux.development concerne le d
eveloppement du systeme Linux luim^eme, c'est a dire le noyau, les librairies standard, etc...
comp.os.linux.misc
Ici prennent place toutes les discussions qui ne concernent aucun des groupes
precedents. En particulier, les querelles de clocher (comme la sempiternelle
polemique \Linux contre Window NT") doivent se tenir uniquement dans ce forum. Toute discussion non technique ou generale a propos de Linux doit rester
dans comp.os.linux.misc.
fr.comp.os.linux
Tous les groupes que nous venons de voir sont internationaux et bien entendu,
en langue anglaise. Le forum fr.comp.os.linux est particulier, c'est un groupe
Chapitre 1. Introduction a Linux
36
francophone qui fait partie de la hierarchie fr.* de Usenet. Chaque pays peut
en eet creer des hierarchies locales dont la diusion est limitee, an de pouvoir
utiliser sa langue maternelle. La hierarchie fr.* est diusee dans l'essentiel des pays
francophones, comme le Quebec, la Belgique, la Suisse Romande, et bien entendu la
France. On peut dans fr.comp.os.linux discuter de Linux en francais, et qui plus
est utiliser les caracteres accentues, pour peu que l'on respecte la norme ISO-8859-1,
dite ISO Latin-1, qui est celle utilisee sur la plupart des ordinateurs et systemes
supportant les caracteres 8bits (a l'exception de MS-DOS).
Ce groupe fr.comp.os.linux est vraiment particulier. En eet, Usenet n'etant pas
tres repandu en France, les discussions sur Linux commencerent en 1992 sur les BBS
(Bulletin Board Systems), et une conference repartie sur l'essentiel des BBS Francais
fut creee a l'initiative de deux \pionniers de Linux" en France, Rene Cougnenc et
Nat Makarevitch. Petit a petit cette conference prit de l'ampleur et Linux devint
populaire, et il fut decide de relier par une passerelle Usenet/BBS cette conference
tres active a un nouveau newsgroup cree pour la circonstance, fr.comp.os.linux.
Depuis, Linux reunit en France par l'intermediaire de ce forum, deux mondes aussi
dierents que celui de Usenet et des BBS, dans la plus parfaite harmonie; ce qui
merite d'^etre signale car ce type d'association a souvent tendance a causer des
polemiques de part et d'autres.
Vous devez noter que le newsgroup comp.os.linux, qui etait l'unique groupe Linux autrefois,
a ete remplace par la nouvelle hierarchie que nous venons de voir. Si vous avez acces a un groupe
nomme comp.os.linux, et a aucun autre, vous devez absolument prevenir votre administrateur
systeme car c'est une erreur d'administration, il doit creer les nouvaux groupes dans la hierarchie,
et interdire l'usage de comp.os.linux, seul, qui n'existe plus depuis le debut de l'annee 1993...!
1.9.4 Listes de diusion Internet
Si vous avez un acces Internet ou simplement au courrier electronique, vous pouvez souscrire a un
certain nombre de listes de diusion (mailing-lists) m^eme si vous ne pouvez acceder aux newsgroups
Usenet. Notez bien que si vous n'^etes pas directement relie a l'Internet, vous pouvez recevoir ces
listes de diusion tant que vous pouvez echanger du courrier electronique par un moyen quelconque
(par exemple UUCP, FidoNet, CompuServe, et bien d'autres services).
La liste de diusion nommee `Linux Activists" est en premier lieu destinee aux developpeurs de
Linux et aux personnes desireuses de les aider. C'est une liste de diusion \multi-canaux", dans
laquelle vous pouvez souscrire a un ou plusieurs \canaux" en fonction de vos inter^ets particuliers.
Quelques uns des nombreux canaux disponibles sont: NORMAL, pour les discussions generales; KERNEL,
consacre au developpement du noyau; GCC, pour ce qui est relatif au compilateur gcc et aux librairies;
NET, pour ce qui concerne le code r
eseau TCP/IP; DOC, pour la redaction et la distribution de la
documentation Linux; et beaucoup d'autres encore.
Pour plus d'informations a propos de la liste de diusion Linux-Activists, envoyez un courrier
electronique a l'adresse
1.10. Obtenir de l'aide
37
linux-activists@niksula.hut.fi
Vous recevrez alors une liste des canaux disponibles, et les instructions necessaires pour souscrire ou
vous desabonner aux canaux particuliers qui vous interessent.
Quelques autres listes de diusions tres speciques a propos de Linux existent egalement. La
meilleure facon de les trouver est de lire les annonces faites dans les forums Usenet consacres a Linux,
ou bien de lire la recapitulation des listes de diusion publiques disponibles sur tous sujets, postee
regulierement dans le groupe Usenet news.answers.
1.10 Obtenir de l'aide
Vous aurez a coup s^ur besoin d'un peu d'assistance lors de vos aventures dans le monde de Linux.
M^eme le specialiste UNIX le plus experimente pourra de temps a autres tomber dans un piege d^u a
une caracteristique ou un defaut de Linux, et il est bon de savoir comment et ou, obtenir de l'aide
lorsque vous en aurez besoin.
La premiere methode pour trouver de l'aide concernant Linux est de frequenter les newsgroups
Usenet et les mailing-lists dedies a Linux, comme il est explique dans la section 1.9. Si vous ne
pouvez avoir acces a ces sources d'informations, vous pourrez sans doute trouver des discussions sur
Linux a peu pres comparables, sur d'autres services comme les BBS locaux, CompuServe, etc...
Un certain nombre d'entreprises proposent un support commercial de Linux. Moyennant une
souscription nanciere, vous pourrez telephoner a ces consultants pour trouver de l'assistance.
L'annexe B contient une liste de services commerciaux consacres a Linux. Mais si vous avez acces a
Usenet ou au courrier electronique, vous trouverez probablement autant d'aide gratuite par ce biais.
An d'^etre garanti de trouver l'aide dont vous avez besoin, et d'ameliorer sans cesse vos connaissances, ayez toujours en t^ete les suggestions suivantes :
Consultez toute la documentation disponible avant tout ! La premiere chose a faire lorsque
vous rencontrez un probleme est de consulter les dierentes sources d'informations decrites dans la
section 1.9a et l'annexe A. Ces documents ont demande beaucoup de travail, et ont ete realises
pour des personnes comme vous, qui ont besoin d'aide concernant Linux. M^eme les livres ecrits
pour UNIX en general sont applicables a Linux, et ils vous apprendront beaucoup de choses. Il y
a de fortes chances que vous trouviez quelque part dans toute cette documentation, la solution aux
problemes auxquels vous ^etes confrontes, aussi impossible que cela puisse para^tre.
Si vous avez acces aux news Usenet ou a une liste de diusion Linux, surtout lisez attentivement
les informations qui y sont disponibles avant de poser une question a tout le monde. Tres souvent,
la solution a des problemes courants n'est pas facile a trouver dans la documentation, mais ils sont
frequemment traites dans les newsgroups relatifs a Linux. Si vous ne faites que poser des questions
dans ces groupes, sans jamais lire ce qui s'y passe, attendez vous a des reactions desagreables de la
part des autres utilisateurs.
Apprenez a vous debrouiller par vous m^eme. Il est preferable dans beaucoup de cas de faire l'eort
de rechercher soi-m^eme la cause d'un probleme avant de le soumettre a la communaute. Apres tout,
vous saviez a quoi vous attendre lorsque vous avez decide d'installer Linux la toute premiere fois !
:::
38
Chapitre 1. Introduction a Linux
Rappelez-vous que Linux est l'un des rares systemes qui vous permet, etant fourni avec ses sources,
de corriger vous m^eme les bogues rencontres. Ce n'est pas un programme commercial et il n'est pas
destine a le devenir. Programmer un peu ne vous tuera pas. En fait, de cette facon vous apprendrez
beaucoup sur le systeme, et peut ^etre qu'ainsi vous deviendrez un jour un \gourou" Linux. Ne
comptez pas obtenir un systeme Linux complet, parfait, conforme en tous points a ce que vous
desirez, sans y mettre un petit peu du v^otre.
Restez calme. Il faut eviter a tout prix de s'enerver et d'en arriver a insulter le systeme. Taper
sur l'ordinateur ne vous servira a rien. Les auteurs, par experience, conseillent de passer ses nerfs sur
tout objet peu fragile et deja inanime, l'ideal etant un \punching-ball". Linux evoluant de plus en
plus et les distributions devenant meilleures avec le temps, nous esperons qu'a terme ces problemes
dispara^tront. En attendant, lorsque cela vous arrive, asseyez-vous, faites une pause, buvez un verre,
et reprenez vos experimentations lorsque vous vous sentirez parfaitement detendu.
Retenez-vous de poser des questions trop spontanement. Beaucoup de gens font l'erreur d'ecrire
pour demander de l'aide prematurement. Lorsqu'un probleme survient, ne vous ruez pas sur le
premier terminal venu pour exposer vos ennuis dans l'un des forums publics Linux. Tres souvent
vous vous rendrez compte de votre erreur dans les cinq minutes qui suivent l'envoi de votre message,
et vous vous verrez oblige de poster un recticatif et vous pourriez bien avoir l'air ridicule... Avant
d'ecrire au monde entier, veriez bien quel est votre probleme et s'il ne s'agit pas d'une erreur de
votre part. Est-ce-que votre systeme semble se mettre en marche lorsque vous l'allumez ? Peut ^etre
que l'ordinateur est debranche, simplement.
Si vous demandez de l'aide, faites le correctement. Si vous ne vous en sortez vraiment pas, vous
voudrez alors ecrire un message dans l'un des forums publics dedies a Linux, sur Usenet par exemple.
Rappelez-vous que les personnes qui liront votre appel au secours ne sont pas a votre disposition.
Par consequent il est important de rester courtois, et aussi informatif que possible.
Comment faire ? Tout d'abord, donnez le plus d'informations appropriees sur le systeme que
vous possedez, et decrivez clairement votre probleme. Poster un simple message comme \Je n'arrive
pas a expedier un courrier" n'a aucun sens si vous n'indiquez pas quels programmes vous utilisez,
leur version, la facon dont ils sont congures, ce que vous desiriez faire avec et ce que vous obtenez
en realite. Sans faire une liste de plusieurs pages, il est souvent utile de preciser quelle version de
Linux vous utilisez, quelle est votre conguration materielle, le probleme peut tres bien ^etre relatif
a une certaine carte d'extension et ^etre deja connu.
Ensuite, n'oubliez pas que vous devez tenter (ne serait-ce qu'un tout petit peu) de resoudre vos
ennuis par vous m^eme avant tout cela. Si, par exemple, vous n'avez jamais essaye de congurer
le courrier electronique dans votre vie, et que vous commencez par demander aux utilisateurs de
Usenet comment faire, vous commettez une grave erreur. Il y a un certain nombre de documents
disponibles (voir section 1.9) destine a vous initier aux t^aches d'administration les plus courantes
sous Linux. Vous devez toujours essayer d'aller le plus loin possible tout seul, et ne demander de
l'aide que lorsque vraiment vous ^etes totalement depasse.
Notez bien egalement que les personnes qui vont lire votre message, peuvent ^etre parfois exasperes
de voir sempiternellement la m^eme question posee; lisez bien auparavant ce qui s'est passe dans le
forum ou vous ecrivez, tres souvent la solution a la question qui vous preoccupe a ete donnee une
dizaine de fois les semaines precedentes; un rapide coup d'il vous aurait permis de la decouvrir.
1.10. Obtenir de l'aide
39
Enn, lors de l'utilisation de forums electroniques, restez aussi poli que possible et n'entrez pas
dans le jeu des stupides querelles d'opinion que vous pourrez, helas, trop souvent rencontrer. Cela
fera economiser du temps a tout le monde, et de l'argent a beaucoup de lecteurs qui payent tres cher
pour avoir acces a ces sources d'informations. Le reseau est le moyen ideal pour obtenir de l'aide
sur Linux, mais il est tres important de savoir comment l'utiliser ecacement.
40
Chapitre 1. Introduction a Linux
Chapitre 2
Se procurer et installer Linux
Nous decrirons dans ce chapitre comment se procurer l'une des dierentes distributions toutes faites
de Linux, et comment installer la distribution que vous avez choisi.
Comme nous l'avons deja signale, il n'existe pas une seule et unique distribution \ocielle" de
Linux, il y a en fait beaucoup de distributions independantes, chacune realisee dans un but dierent.
Ces distributions sont disponibles par FTP anonyme sur l'Internet, sur de nombreux BBS du monde
entier, et par commande postale aupres de certains distributeurs, sur support disquette, bande
magnetique, ou CD-ROM.
Nous ne presenterons qu'un apercu general des procedures d'installation. Chaque distribution
contient ses propres directives d'installation, mais arme des concepts qui vous sont presentes ici vous
devriez pouvoir vous debrouiller facilement. L'annexe A recense dierentes sources d'informations
concernant l'installation au cas ou vous seriez vraiment totalement perdu.
2.1 Distributions de Linux
Puisque Linux est libre, aucune organisation ou entite unique n'est responsable de la distribution d'une version \ocielle". Par consequent tout le monde est libre d'assembler tous les programmes composant un systeme Linux complet et de le diuser, tant que les conditions requises par
la GPL sont observees. La consequence de cette situation, est qu'il existe beaucoup de distributions
dierentes de Linux, disponibles par FTP anonyme ou par correspondance.
Vous devez vous decider sur l'une ou l'autre de ces distributions, correspondant a vos besoins; elles
ne se ressemblent pas toutes. Certaines permettent l'installation d'un systeme plus que complet,
d'autres un peu moins, et quelques unes sont de \petites" distributions contenant le minimum
necessaire, permettant d'installer Linux dans tres peu d'espace disque. Beaucoup de distributions
ne contiennent que ce qui compose reellement un systeme UNIX, et considerent que vous devrez
installer vous m^eme le reste des grosses applications que vous desirerez utiliser, comme par exemple
le systeme X-Window. (Nous vous montrerons comment faire dans le chapitre 4).
Dans l'annexe B, une liste sommaire des principales distributions de Linux vous est proposee.
41
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
42
Vous devriez pouvoir contacter les responsables de chaque distribution pour plus d'information, si
vous en ressentez le besoin. Il s'agit d'une liste assez reduite ; pour en obtenir une plus complete,
decrivant egalement d'autres services, consultez le Linux Distribution HOWTO (voir annexe A).
Comment choisir ? Si vous avez acces aux news Usenet ou a quelque autre systeme de forums
equivalents, vous pouvez demander en public les opinions personnelles de personnes ayant deja
installe Linux. Mieux encore, si vous connaissez quelqu'un qui a installe Linux, demandez-lui des
conseils. Dierents facteurs entrent en ligne de compte lors du choix d'une distribution binaire de
Linux, chaque utilisateur a ses besoins et opinions propres. Actuellement, la plupart des distributions
les plus populaires contiennent a peu pres la m^eme chose, votre choix peut donc tout aussi bien ^etre
totalement arbitraire.
2.1.1 Se procurer Linux par l'Internet
Si vous disposez d'un acces Internet, la facon la plus simple de se procurer Linux est par FTP
anonyme.1 L'annexe C recense un certain nombre de sites FTP qui archivent le systeme Linux.
L'un deux, situe en France, est ftp.ibp.fr et les dierentes distributions binaires de Linux se
trouvent dans le repertoire
/pub/linux/distributions
Beaucoup de distributions se presentent sous forme de chiers images de disquettes. C'est-a-dire
que vous trouvez un certain nombre de chiers, chacun d'eux etant l'image binaire d'une disquette
complete. An de reconstituer cette disquette a partir du chier, vous pouvez utiliser le programme
RAWRITE.EXE sous MS-DOS; ce programme copie ind
ependamment du format de la disquette, bloc
par bloc, le contenu du chier.2
RAWRITE.EXE est bien entendu disponible sur les divers sites FTP diusant Linux.
Par consequent dans la plupart des cas, il vous sut de telecharger le jeu de chiers images, et
utiliser RAWRITE.EXE sur chaque image pour reconstituer un jeu complet de disquettes d'installation
Linux. Vous amorcez la machine sur la disquette en general appelee \disquette de boot" Et vous
^etes pares. Le systeme est en general installe directement depuis les disquettes, toutefois certaines
distributions autorisent l'installation depuis une partition MS-DOS du disque dur ou par un reseau
TCP/IP. La documentation de chaque distribution decrit les methodes d'installation proposees.
D'autres distributions s'installent a partir d'un jeu de disquettes qui sont au format de MS-DOS.
Par exemple, les distributions SLS ou Slackware de Linux ne demandent qu'une seule disquette
speciale realisee par RAWRITE.EXE, la disquette d'amorcage. Le reste des chiers sont recopies sur
des disquettes MS-DOS ordinaires a l'aide de la commande COPY de ce systeme. La procedure
1 Si vous n'avez pas d'acc
es direct au reseau mais que vous pouvez recevoir du courrier electronique en grosse
quantite, vous pouvez obtenir Linux par un service ftpmail ; voir l'annexe C pour plus de details.
2 Si vous avez acc
es a une station de travail UNIX equipee d'un lecteur de disquettes, vous pouvez aussi utiliser
la commande standard dd pour copier le chier image directement sur la disquette. Une commande comme \dd
of=/dev/rfd0 if=bidule bs=16k" ecrira le contenu du chier bidule sur le lecteur disquette d'une station Sun par
exemple. Consultez vos gourous UNIX locaux pour plus d'informations sur l'utilisation de la commande dd.
2.2. Preparatifs avant installation
43
d'installation saura lire ces disquettes, ce qui evite d'avoir a utiliser maintes fois le tres lent programme RAWRITE.EXE; neanmoins cela vous oblige a avoir acces a un systeme MS/DOS ou une
machine sachant creer de telles disquettes.
Chaque distribution de Linux disponible en FTP anonyme contient (en principe) un chier
nomme README, c'est un chier texte qui decrit comment telecharger et preparer les disquettes pour
l'installation. Assurez-vous d'avoir bien lu toute la documentation mise a votre disposition; le guide
que vous lisez en ce moment n'est la que pour vous donner des indications generales.
Lorsque vous telechargez les chiers, assurez-vous bien d'utiliser le mode binary (binaire) pour
le transfert des donnees. Ce mode est mis en service par la commande \binary" sur la plupart des
clients FTP.
2.1.2 Se procurer Linux depuis d'autres sites informatiques
Si vous avez acces a d'autres reseaux d'ordinateurs comme CompuServe ou Prodigy, il doit bien y
avoir moyen d'y telecharger Linux. De plus, de nombreux bulletin board systems (BBS) de part le
monde proposent le telechargement de Linux. Une liste de tels BBS est proposee dans l'annexe D.
Ces sites ne proposent pas toutes les distributions de Linux existantes, et il est bon de verier que
les chiers proposes sont susament recents, a jour et complets.
2.1.3 Se procurer Linux par correspondance
Si vous n'avez acces ni a l'Internet ni a un simple BBS, un certain nombre de distributions sont
vendues par correspondance sur support disquettes, bande, ou CD-ROM. Vous trouverez une liste
de quelques uns de ces distributeurs dans l'annexe B. Beaucoup d'entre eux acceptent les cartes
de credit, vous pouvez donc commander chez eux m^eme si vous n'^etes pas aux E tats-Unis ou au
Canada.
Linux est libre et totalement gratuit, mais la GPL autorise les distributeurs a demander une
retribution quelconque. Par consequent, commander Linux par correspondance vous co^utera de
l'argent. Regardez bien les tarifs qui vous seront proposes, s'ils vous paraissent excessifs par rapport
au service rendu, evitez de commander. En general le prix varie entre 150 et 700 francs selon le
type de distribution et de service. Bien s^ur, si vous connaissez quelqu'un qui a deja achete une telle
distribution, vous ^etes libre de l'emprunter et de la recopier autant de fois qu'il vous plaira. Les
distributeurs de Linux n'ont pas le droit de restreindre la licence de distribution GNU, sous aucune
forme que ce soit. Linux est libre et gratuit.
2.2 Preparatifs avant installation
Apres vous ^etre procure une distribution binaire de Linux, vous devez vous preparer a l'installation
du systeme. Le plus important dans cette etape est le re-partitionnement de votre disque dur pour
allouer de l'espace pour Linux. Ceci demande un peu de reexion, particulierement si vous utilisez
44
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
deja votre ordinateur sous un autre systeme d'exploitation que vous desirez conserver parallelement.
Nous allons voir dans les sections suivantes comment preparer proprement le terrain.
2.2.1 Apercu de la procedure d'Installation
Bien que chaque distribution de Linux soit dierente, la methode generale utilisee pour installer le
systeme se passe comme suit :
1. Repartitionnement de votre disque dur. Si vous avez un autre systeme d'exploitation
deja installe, qui occupe toute la place disque disponible, vous allez devoir repartitionner le(s)
disque(s) de maniere a pouvoir allouer de l'espace pour Linux. Cette operation est decrite
dans la section 2.2.4, un peu plus loin.
2. Amorcage de l'ordinateur sur le support d'installation. Chaque distribution de Linux
possede un support d'installation, en general une \disquette d'amorcage" (disquette de boot)
qui est utilisee pour demarrer l'ordinateur sous Linux et installer le systeme. Ce support
d'installation vous orira soit un menu d'installation qui vous guidera pas a pas, soit la possibilite d'installer tout vous m^eme manuellement.
3. Creation des partitions Linux. Apres avoir repartitionne pour pouvoir installer Linux,
vous creez les partitions desirees sur cet espace disque. Ceci se fait a l'aide de la commande
fdisk de Linux, d
ecrit dans la section 2.3.3.
4. Creation des systemes de chiers et de la zone de swap. A ce stade, vous initialiserez un
ou plusieurs systemes de chiers, utilises pour stocker vos chiers, sur les nouvelles partitions
que vous avez prevues. De plus, si vous compter utiliser une zone de swap (ce qui est tres
conseille), vous utiliserez une de ces partitions pour cet usage. Ces operations sont decrites
dans les sections 2.3.4 et 2.3.5.
5. Installation du systeme sur les nouveaux systemes de chiers. Finalement, vous
installerez les chiers Linux. Apres cela, si tout va bien vous serez tire d'aaire. La section 2.3.6
decrit l'installation, et si tout va mal vous pourrez vous reporter a la section 2.5 qui vous
permettra s^urement de retablir la situation.
Beaucoup de distributions de Linux orent un programme d'installation qui automatise un certain
nombre de t^aches. Gardez donc a l'esprit lors de la lecture de ce chapitre que certaines etapes decrites
peuvent ^etre parfois realisees automatiquement pour vous, selon la distribution que vous utilisez.
Conseil important: Lors de la preparation a l'installation de Linux, le meilleur conseil que
nous puissions vous donner est de prendre des notes pendant toute la procedure. Notez tout ce que
vous faites, tout ce que vous tapez, et tout ce qui s'ache qui semble anormal. L'idee est simple:
si quelque chose se passe mal, vous voudrez pouvoir reconstituer chaque etape pour trouver ou est
le probleme. Installer Linux n'est pas dicile du tout, mais il y a beaucoup de petits details a ne
pas oublier. Si vous avez bien tout note, vous pourrez egalement essayer une methode dierente en
cas de probleme. De plus, garder une trace de votre experience vous sera tres utile si vous devez
2.2. Preparatifs avant installation
45
demander de l'aide a quelqu'un, en postant par exemple un message dans un forum Usenet. Et peut
^etre qu'un jour vous serez er de montrer ce carnet de notes a vos petits-enfants.3 4
2.2.2 Partitions - concepts
En general, les disques durs sont divises en partitions, chaque partition etant dediee a un unique
systeme d'exploitation. Vous pouvez avoir par exemple sur un disque dur, plusieurs partitions, l'une
contenant MS-DOS, une autre OS/2, et une troisieme Linux.
Si vous avez deja un systeme sur votre machine, vous pouvez avoir besoin de modier la taille de
ces partitions de maniere a liberer un peu d'espace disque pour y loger Linux. Vous pourrez alors
creer une ou plusieurs partitions sur l'espace ainsi libere pour y placer le systeme Linux et sa zone
de swap. Nous appelons ce procede repartitionnement.
Beaucoup de machines MS-DOS utilisent une seule partition prenant toute la place disponible
sur le disque dur. Pour MS-DOS, cette partition est connue en tant que disque C:. Si vous avez
plus d'une partition, MS-DOS les appellera D:, E:, et ainsi de suite. En un sens, chaque partition
est vue comme un disque dur separe.
Sur le tout premier secteur du disque dur se trouve le secteur ma^tre d'amorcage (master boot
record). Ce secteur d'amorcage, comme son nom l'indique, est utilise pour demarrer le systeme. La
table de partitions contient des informations concernant la localisation et la taille de vos partitions
sur l'espace global du disque.
Il existe trois types de partitions : primaires, etendue, et logiques. Les plus couramment
utilisees sont les partitions primaires. Mais en raison de la limitation en taille de la table de partitions,
il ne peut y avoir que quatre partitions primaires sur un disque dur donne.
La methode pour contourner cette limite de quatre partitions est d'utiliser une partition etendue.
Une partition etendue ne contient pas de donnees reellement : elle agit comme un \emballage" des
partitions logiques. Par consequent, vous pourrez creer une grande partition etendue, utilisant tout
le disque dur, et a l'interieur creer beaucoup de petites partitions logiques. Cependant vous ne
pouvez avoir qu'une seule partition etendue par disque dur.
2.2.3 Partitions necessaires
Avant d'apprendre a repartitionner vos disques, vous devez avoir une idee de l'espace que vous devrez
allouer a Linux. Nous verrons comment creer ces partitions plus tard, dans la section 2.3.3.
Sur les systemes UNIX, les chiers sont stockes sur un systeme de chiers, qui est essentiellement une portion du disque dur (ou tout autre support comme un CD-ROM ou une disquette)
formate pour contenir des chiers. Chaque systeme de chiers est associe a un endroit particulier de
l'arborescence generale des repertoires ; par exemple il peut y avoir un systeme de chiers contenant
tous les chiers du repertoire /usr, un autre pour /tmp, et ainsi de suite. Le systeme de chiers
3 L'auteur avoue honteusement qu'il a gard
e des notes de toutes ses tribulations sous Linux depuis ses premieres
experiences avec le systeme. Ce carnet prend maintenant la poussiere sur son etagere.
4 Ce n'est pas le cas du traducteur. Il a tout dans la t^
ete, et beaucoup moins de poussiere chez lui...
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
46
racine (root le system) est le systeme de chiers primaire, qui correspond au repertoire le plus
haut, /.
Sous Linux, chaque systeme de chiers reside sur une partition separee du disque dur. Si vous
desirez par exemple deux systemes de chiers separes pour / et /usr, vous aurez besoin de deux
partitions pour les contenir.
Avant d'installer Linux, vous devrez preparer des systemes de chiers qui recevront le systeme et
toutes les donnees. Vous devez avoir au minimumun systeme de chiers (la racine), et par consequent
une partition, dediee a Linux. Beaucoup d'utilisateurs choisissent lors de leur apprentissage d'UNIX
de stocker l'ensemble de leurs chiers sur le systeme de chiers principal, ce qui est beaucoup plus
facile a gerer que de posseder beaucoup de partitions dierentes pour un debutant.
Mais vous pouvez bien s^ur creer de multiples systemes de chiers pour Linux si vous le desirez ;
par exemple vous pourriez vouloir utiliser des partitions dierentes pour /usr et /home. Les lecteurs
ayant une certaine experience de l'administration UNIX sauront exploiter cette possibilite. Nous
discuterons de cette technique dans le chapitre 4.
Pourquoi utiliser plusieurs systemes de chiers ? La raison la plus courament invoquee est la
securite. Si pour une raison quelconque, l'un de vos systemes de chiers est endommage, les autres
seront generalement epargnes puisque situes sur des partitions dierentes. Si vous mettez tous vos
chiers sur un seul systeme de chiers racine, en cas de corruption vous pourriez perdre jusqu'a la
totalite du systeme d'exploitation. Ce cas est toutefois assez rare ; et si vous faites des sauvegardes
regulieres vous devriez ^etre a l'abri de tels ennuis 5 6 .
Une autre raison d'utiliser de multiples systemes de chiers est de diviser l'espace de stockage
entre plusieurs disques durs. Si vous avez, disons, 40 Megaoctets libres sur un disque dur, et 50
Mo sur un autre, vous pouvez par exemple creer la racine sur le premier disque et placer /usr sur
la partition de 50 Mo situee sur l'autre disque. Il n'est pas pour l'instant possible a un systeme
de chiers de s'etaler sur plusieurs disques ; si votre espace disque dur est fragmente en plusieurs
disques durs ou partitions, vous devrez creer autant de systemes de chiers pour utiliser cet espace.
En resume, Linux necessite au moins une partition, pour la racine. Si vous desirez creer plusieurs
systemes de chiers, vous aurez besoin de partitions separees pour chacun d'eux. Quelques distributions de Linux creent automatiquement des partitions et des systemes de chiers pour vous, vous
n'aurez donc peut ^etre pas a vous soucier de ces problemes.
Une autre chose importante a considerer lorsque vous planiez le partitionnement de vos disques,
est la zone de swap. Si vous voulez utiliser un espace de swap sous Linux (c'est conseille), vous avez
deux options. La premiere est d'utiliser un chier de swap qui se trouvera tout simplement sur l'un
de vos systemes de chiers. Vous creerez ce chier special, utilise comme memoire RAM virtuelle,
apres avoir installe le systeme. La seconde option est de creer une partition totalement dediee a
cette zone de swap. La plupart des gens utilisent cette derniere solution, pour des raisons de securite
et de performances.
L'auteur utilise une unique partition de 200 Megaoctets pour tous ses chiers Linux et n'a jamais eu d'accident
pour l'instant.
6 Le traducteur par contre poss
ede 800 Megaoctets de chiers Linux repartis sur quatre disques durs scindes en
sept partitions. Cela lui a sauve la mise plusieurs fois.
5
2.2. Preparatifs avant installation
47
Une zone de swap (chier ou partition) peut faire jusqu'a 16 Megaoctets. Si vous avez besoin de
plus de 16 Mo de swap, vous pouvez creer jusqu'a huit zones de swap dierentes. Si par exemple
vous desirez pouvoir disposer de 32 Mo de swap, vous pouvez creer deux partitions de swap d'une
taille de 16 Mo chacune.
La creation d'une partition de swap est decrite dans la section 2.3.4, et la realisation d'un chier
de swap dans le chapitre 4.
Par consequent, vous creerez en general au minimum deux partitions pour Linux; une pour le
systeme de chiers racine et l'autre utilisee pour la zone de swap. Il y a bien entendu, beaucoup
de variations possibles sur ce theme, mais c'est la conguration minimale. Vous n'^etes pas oblige
d'utiliser une zone de swap sous Linux, mais si vous possedez moins de 16 Megaoctets de memoire
RAM nous vous conseillons de le faire absolument.
Bien s^ur, vous devez avoir une idee de la quantite d'espace demandee par ces partitions. La
taille de vos systemes de chiers Linux (contenant le systeme par lui-m^eme) depend grandement
des paquetages que vous comptez installer et de la distribution que vous utilisez. La documentation fournie avec votre distribution particuliere vous donnera une approximation de l'espace disque
necessaire. Un petit systeme Linux peut se contenter de 20 Megaoctets, voire moins; un systeme
moyen tiendra dans 80 ou 100 Mo, et il n'y a pas de limite superieure. N'oubliez pas qu'en plus de
l'espace necessaire pour le systeme lui-m^eme, vous aurez besoin de place supplementaire pour les
repertoires des utilisateurs, et qu'il faut penser a l'avenir...
La taille de votre partition de swap depend de la quantite de memoire virtuelle dont vous avez
besoin. Une regle grossiere et arbitraire est de prendre le double de la quantite de memoire physique
RAM qui equipe la machine; par exemple si vous n'avez que 4 Mo de RAM, une zone de swap de 8
Mo devrait faire l'aaire. Bien s^ur c'est tres largement approximatif, en realite la quantite de swap
necessaire depend des programmes que vous utiliserez. Si vous disposez de beaucoup de memoire
RAM (disons plus de 16 Mo) vous pourrez sans doute vous passer de swap, ou ne prevoir qu'une
petite zone par precaution.
Note importante: Beaucoup de cartes contr^oleurs SCSI sont incapables d'amorcer un systeme
d'exploitation depuis des partitions utilisant des cylindres superieurs au numero 1024. Par
consequent, lorsque vous prevoyez vos partitions Linux, pensez eventuellement a ne pas creer de
partition dans la gamme de cylindres 1024 pour le systeme de chiers racine. (Celui qui contiendra le noyau du systeme). Cet avertissement peut sembler premature, mais il vaut mieux prendre
le maximum de precautions.
>
Pour tous les autres systemes de chiers, une partition de plus de 1024 cylindres ne pose aucun
probleme a Linux bien entendu.
Si vous devez absolument utiliser une partition de plus de 1024 cylindres pour la racine, vous
pourrez malgre tout toujours lancer Linux depuis une disquette d'amorcage. Ce n'est pas si catastrophique, apres tout cela ne prend que quelques secondes de plus, c'est simplement beaucoup moins
elegant.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
48
2.2.4 Repartitionner vos disques durs
Nous verrons dans cette section comment changer la taille de vos partitions actuelles (si vous en
avez deja) an de faire de la place pour Linux. Si vous installez le systeme sur un disque \vierge",
vous pouvez sauter cette section pour aller directement section 2.3, un peu plus loin.
La methode usuelle pour modier la taille d'une partition existante est de la supprimer (donc
de detruire toutes les donnees qui s'y trouvent) et de la recreer avec une taille dierente. Avant de
repartitionner vos disques durs, faites une sauvegarde complete. Une fois les partitions recreees, vous
pourrez reinstaller vos chiers depuis cette sauvegarde. Toutefois, il existe plusieurs programmes
disponibles pour MS-DOS qui sont capables de modier la taille des partitions de maniere non
destructive. L'un de ces programmes est connu sous le nom de \FIPS" et peut ^etre trouve sur de
nombreux sites FTP diusant Linux.
Notez bien egalement que en reduisant la taille de vos partitions, vous pourriez ne plus avoir
susament de place pour restaurer tous vos chiers. Organisez-vous, donc, et faites le menage.
Le programme utilise pour partitionner les disques durs s'appelle fdisk. Chaque systeme
d'exploitation possede une commande analogue, par exemple sous MS-DOS, la commande est invoquee en tapant FDISK. Consultez la documentation du systeme que vous utilisez, quel qu'il soit, a
ce sujet. Nous ne parlerons ici que du cas le plus courant, c'est a dire modier la taille d'une partition MS-DOS a l'aide de sa commande FDISK, mais ces informations devraient pouvoir facilement
^etre extrapolees sous n'importe quel autre systeme d'exploitation.
Surtout consultez la documentation de vos systemes d'exploitation avant de repartitionner vos
disques durs. Cette section donne une vision generale de la procedure ; il y a beaucoup de subtilites
que nous omettrons. Vous pouvez perdre toutes vos donnees et tous vos programmes si vous ne
faites pas les choses correctement.
Attention: Ne modiez ou ne creez pas de partitions pour d'autres systemes d'exploitation (y
compris Linux) avec la commande FDISK de MS-DOS. Vous devez uniquement utiliser la version de
fdisk fournie avec chaque syst
eme d'exploitation pour travailler ses propres partitions. Certaines
incompatibilites pourraient ^etres fatales. Plus tard, dans la section 2.3.3, nous verrons comment
creer des partitions Linux, mais pour l'instant ce qui nous interesse est de changer la taille de celles
qui sont sur votre disque dur.
Admettons que vous n'ayez qu'un seul disque dur dans votre ordinateur, actuellement entierement
dedie a MS-DOS. De plus, ce disque ne contient qu'une seule partition, couramment connue sous le
nom de \C:". Puisque la methode de repartitionnement que nous allons utiliser va detruire toutes
les donnees presentes sur le disque, vous devez preparer une disquette systeme MS-DOS qui contient
tout ce qui est necessaire pour amorcer et faire tourner la machine sous MS-DOS, lancer la commande
FDISK, et restaurer vos chiers depuis votre sauvegarde par la suite.
La plupart du temps les disquettes d'installation originales de MS-DOS sont ideales pour ca. Si
malgre tout vous devez realiser votre propre disquette systeme, formatez une disquette vierge par la
commande
FORMAT /s A:
2.3. Installation de Linux
49
Copiez dessus tous les utilitaires MS-DOS necessaires (souvent tout cela se trouve dans le repertoire
\DOS de votre disque), et n'oubliez pas les programmes FORMAT.COM et FDISK.EXE. Vous devriez
maintenant pouvoir amorcer la machine avec cette disquette, et lancer la commande:
FDISK C:
pour appeler le programme FDISK.
L'utilisation de FDISK est tres conviviale, mais consultez votre documentation MS-DOS pour
les details. Lorsque vous lancez FDISK, utilisez l'option du menu qui ache l'etat de la table de
partition, et notez exactement ce qui s'ache. Il est tres important de garder une trace de votre
conguration de depart au cas ou vous voudriez abandonner l'installation de Linux et restaurer votre
systeme a l'identique.
Pour supprimer une partition existante, utilisez l'option \Delete an MS-DOS Partition or
Logical DOS Drive" du menu de FDISK.7 Pr
ecisez le type de partition que vous voulez supprimer
(primaire, etendue, ou logique) ainsi que son numero. Veriez bien tous les avertissements et
pouf !
Pour creer une nouvelle (et plus petite) partition MS-DOS, choisissez simplement le menu
\Create an MS-DOS Partition or Logical DOS Drive" de la commande FDISK. Precisez le type
(primaire, etendue, logique), et la taille desiree. FDISK devrait creer la partition et vous ^etes alors
pare.
Apres avoir utilise FDISK ainsi, vous devez sortir du programme et reformater toute nouvelle
partition. Par exemple, si vous avez modie la taille de la premiere partition DOS sur votre disque
(C:) vous devez taper la commande:
:::
FORMAT /s C:
Puis vous pourrez reinstaller vos programmes depuis la sauvegarde.
2.3 Installation de Linux
Apres avoir fait de la place sur votre disque dur pour recevoir Linux, vous ^etes pr^et a installer le
systeme. Voici un bref apercu de la procedure :
Amorcer l'ordinateur depuis la disquette d'installation;
Lancer fdisk sous Linux pour creer les partitions Linux ;
Utiliser mke2fs et mkswap pour creer les systemes de chiers Linux et la zone de swap ;
Installer le systeme ;
7 Il est possible que vous disposiez d'une version fran
caise de MS-DOS auquel cas ce message sera fort dierent. Le
traducteur avoue n'avoir jamais possede une telle version de MS-DOS...
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
50
Enn,
soit installer le programme LILO sur votre disque dur, soit creer une disquette
d'amorcage pour pouvoir lancer votre nouveau systeme Linux.
Comme nous l'avons deja dit, l'une (ou plusieurs) de ces etapes peut ^etre automatisee dans la
procedure d'installation, selon la distribution que vous utilisez. Consultez la documentation fournie
avec pour obtenir les instructions qui lui sont speciques.
2.3.1 Demarrer Linux
La premiere etape consiste a amorcer l'ordinateur depuis le support d'installation, qui peut ^etre une
disquette, une bande, ou un CD-ROM, en fonction de la distribution dont vous disposez.
Dans la plupart des cas il s'agit d'une \disquette de boot" qui contient un systeme Linux tres
reduit. Lors du demarrage, un menu d'installation ou quelque chose d'equivalent vous sera presente,
qui vous menera etape par etape a un systeme Linux installe, en etat de fonctionner. Sur d'autres
distributions, vous n'aurez juste qu'une invite de login lors du lancement de cette disquette. Dans
ce cas, vous devez generalement entrer sur le compte root ou install et la procedure d'installation
commencera.
La documentation qui vient avec votre distribution vous expliquera exactement quelles sont les
manipulations necessaires au demarrage de Linux depuis le support d'installation fourni.
2.3.2 Disques et partitions sous Linux
La plupart des distributions vous demandent de creer les partitions Linux manuellement a l'aide
du programme fdisk. Certaines peuvent eventuellement realiser l'operation automatiquement pour
vous; quoi qu'il en soit vous devez posseder quelques notions de base sur le partitionnement et le
nom des peripheriques mis en jeu.
Les disques durs et leurs partitions sous Linux (et sous UNIX en general) portent des noms tres
dierents de leurs equivalents sous d'autres systemes d'exploitation. Sous MS-DOS, les lecteurs de
disquette s'appellent A: et B:, et les partitions du ou des disques durs se nomment C:, D:, et ainsi
de suite. Sous Linux ces conventions dierent totalement.
Les pilotes de peripheriques, se trouvant dans le repertoire /dev, servent a communiquer avec
les peripheriques presents dans votre machine (comme les disques durs, souris, etc...). Par exemple
si vous disposez d'une souris, vous y accedez par l'intermediaire du pilote /dev/mouse. Les lecteurs
de disquettes, disques durs et partitions individuelles se voient attribuer chacun leur propre pilote.
Pour l'instant, la seule chose importante pour vous est de bien comprendre comment les dierents
pilotes s'appellent pour ^etre capable de les utiliser correctement.
Le tableau 2.1 recapitule les dierents noms des divers pilotes de peripheriques.
Quelques remarques a propos de ce tableau. Notez bien que /dev/fd0 correspond au premier
lecteur de disquettes (A: sous MS-DOS) et que /dev/fd1 represente le second lecteur (B:).
Faites egalement attention aux disques SCSI, ils ont un nom dierent des disques ordinaires. Les
disques IDE, MFM, ou RLL sont accessibles par les pilotes /dev/hda, /dev/hdb, et ainsi de suite, et
2.3. Installation de Linux
51
Pilote
Nom
Premier lecteur de disquettes (A:)
/dev/fd0
Second lecteur de disquettes (B:)
/dev/fd1
Premier disque dur (totalite du disque)
/dev/hda
Premier disque dur, partition primaire 1
/dev/hda1
Premier disque dur, partition primaire 2
/dev/hda2
Premier disque dur, partition primaire 3
/dev/hda3
Premier disque dur, partition primaire 4
/dev/hda4
Premier disque dur, partition logique 1
/dev/hda5
Premier disque dur, partition logique 2
/dev/hda6
..
.
Second disque dur (totalite du disque)
/dev/hdb
Second disque dur, partition primaire 1
/dev/hdb1
..
.
Premier disque dur SCSI (totalite du disque) /dev/sda
Premier disque dur SCSI, partition primaire 1 /dev/sda1
..
.
Second disque dur SCSI (totalite du disque) /dev/sdb
Second disque dur SCSI, partition primaire 1 /dev/sdb1
..
.
Tableau 2.1: Nom des partitions sous Linux
les partitions de ces disques sont gerees par /dev/hda1, /dev/hda2, etc..., alors que les disques SCSI
se nomment /dev/sda, /dev/sdb, ..., avec des partitions accessibles par exemple par /dev/sda1 et
/dev/sda2. Vous pouvez m
emoriser cela en vous disant que la lettre `s' signie SCSI.
Voici un exemple. Disons que vous possedez un unique disque dur IDE, comportant 3 partitions primaires. Les deux premieres sont destinees a MS-DOS, et la troisieme est une partition
etendue contenant deux partitions logiques, toutes deux dediees a Linux. Les pilotes se referant a
ces partitions seraient :
Premie re partition MS-DOS (C:)
Seconde partition MS-DOS (D:)
Partition etendue
Premiere partition logique Linux
Seconde partition logique Linux
/dev/hda1
/dev/hda2
/dev/hda3
/dev/hda5
/dev/hda6
Notez que /dev/hda4 n'est pas cite, il correspondrait a la quatrieme partition primaire, que nous
n'utilisons pas dans cet exemple. Les partitions logiques sont nommees incrementalement a partir
de /dev/hda5.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
52
2.3.3 Creation des partitions Linux
Maintenant, vous allez creer vos partitions Linux a l'aide de la commande fdisk. Comme nous
l'avons vu dans la section 2.2.3, vous aurez besoin d'au moins une partition pour installer le systeme,
et d'une autre pour la zone de swap.
Apres avoir amorce la machine sur le support d'installation, lancez fdisk en tapant:
fdisk hdisquei
ou hdisquei est le nom du pilote du peripherique sur lequel vous comptez ajouter vos partitions (voir
le tableau 2.1). Par exemple, si vous voulez utiliser fdisk sur le premier disque dur SCSI de votre
machine, utilisez la commande fdisk /dev/sda. Si vous ne precisez aucun argument, le defaut est
de prendre /dev/hda (le premier disque IDE).
Si vous comptez creer des partitions Linux sur plusieurs disques durs, lancez fdisk successivement
sur chacun d'eux.
#
fdisk /dev/hda
Command (m for help):
Ici, fdisk attend une commande de votre part. Vous pouvez taper m pour obtenir une liste des
options possibles.
Command (m for help):
m
Command action
a toggle a bootable flag
d delete a partition
l list known partition types
m print this menu
n add a new partition
p print the partition table
q quit without saving changes
t change a partition's system id
u change display/entry units
v verify the partition table
w write table to disk and exit
x extra functionality (experts only)
Command (m for help):
La commande n sert a creer une nouvelle partition. Vous n'avez pas besoin de vous occuper de la
plupart des autres commandes. Pour quitter fdisk sans enregistrer les modications, utilisez la
commande q. Pour quitter fdisk et enregistrer la nouvelle table de partitions sur le disque, utilisez
la commande w.
La premiere chose que vous devez faire est de demander l'achage de votre table de partitions
courante, et noter precieusement ces informations pour plus tard, par securite. Utilisez la commande
p pour cela.
2.3. Installation de Linux
Command (m for help):
Disk /dev/hda:
53
p
16 heads, 38 sectors, 683 cylinders
Units = cylinders of 608 * 512 bytes
Device Boot
/dev/hda1
*
Begin
Start
End
Blocks
Id
1
1
203
61693
6
System
DOS 16-bit >=32M
Command (m for help):
Dans cet exemple, nous avons une unique partition MS-DOS sur /dev/hda1, qui mesure 61693 blocs
(environ 60 Megaoctets). Cette partition commence au cylindre numero 1, et se termine au cylindre
203. Nous avons un total de 683 cylindres sur ce disque, il reste donc 480 cylindres disponibles pour
creer des partitions Linux.
Utilisez la commande n pour creer une nouvelle partition. Dans cet exemple, nous allons creer
deux partitions primaires (/dev/hda2 et /dev/hda3) pour Linux.
Command (m for help):
n
Command action
e extended
p primary partition (1-4)
p
Ici, fdisk demande le type de partition a creer : primaire ou etendue. Dans notre exemple, nous ne
creons que des partitions primaires, nous choisissons donc p.
Partition number (1-4):
va alors nous demander le numero de la partition a creer ; comme la partition 1 est deja
utilisee, notre premiere partition Linux portera le numero 2.
fdisk
Partition number (1-4):
2
First cylinder (204-683):
Nous entrons maintenant le cylindre de depart de la partition voulue. Puisque les cylindres 204 a
683 sont inutilises, nous prendrons le premier disponible (numero 204). Il est inutile de g^acher de la
place entre les partitions.
First cylinder (204-683):
204
Last cylinder or +size or +sizeM or +sizeK (204-683):
demande maintenant la taille desiree pour cette partition. Nous pouvons lui indiquer soit par
le numero de cylindre de n, ou par une taille en octets, Kilooctets ou Megaoctets. Puisque nous
desirons une partition de 80 Mo, nous allons donc lui indiquer le plus simplement du monde +80M.
Lorsque l'on indique la taille de cette facon, fdisk arrondit toujours au nombre de cylindres le plus
proche.
fdisk
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
54
Last cylinder or +size or +sizeM or +sizeK (204-683):
Warning:
+80M
Linux cannot currently use 33090 sectors of this partition
Si vous voyez un avertissement de ce genre, n'en tenez aucun compte. Le programme fdisk ache
ce message car il est assez ancien, et au tout debut de Linux, les partitions de plus de 64 Megaoctets
n'etaient pas supportees. Ce n'est bien s^ur plus le cas depuis longtemps.
Nous sommes maintenant pr^ets a creer notre seconde partition Linux. Pour les besoins de la
demonstration, nous lui donnerons une taille de 10 Megaoctets.
Command (m for help):
n
Command action
e extended
p primary partition (1-4)
p
3
Partition number (1-4):
First cylinder (474-683):
474
Last cylinder or +size or +sizeM or +sizeK (474-683):
+10M
Enn, nous achons la nouvelle table de partitions pour verier. La encore, notez bien toutes
ces informations quelque part, en particulier la taille en blocs de vos nouvelles partitions. Vous aurez
besoin de vous en souvenir plus tard, lors de la creation des systemes de chiers. Veriez egalement
qu'aucune partition n'empiete sur une autre par erreur.
Command (m for help):
Disk /dev/hda:
p
16 heads, 38 sectors, 683 cylinders
Units = cylinders of 608 * 512 bytes
Device Boot
Begin
Start
End
Blocks
Id
1
1
203
61693
6
/dev/hda2
204
204
473
82080
81
Linux/MINIX
/dev/hda3
474
474
507
10336
81
Linux/MINIX
/dev/hda1
*
System
DOS 16-bit >=32M
Comme vous le voyez, /dev/hda2 est maintenant une partition de 82080 blocs (ce qui correspond
environ a 80 Mo), et /dev/hda3 fait 10336 blocs (a peu pres 10 Mo).
Notez que beaucoup de distributions (comme Slackware) necessitent que vous utilisisez la commande t de fdisk pour changer le type de la partition de swap, generalement il s'agit de la valeur 82.
La commande L vous achera une liste des types de partitions connus, choisissez la valeur prevue
pour le type \Linux swap". De cette facon, la procedure d'installation saura detecter automatiquement vos partitions de swap en lisant cette valeur.
Dans l'exemple ci-dessus, les cylindres restants sur le disque (de 508 a 683) restent inutilises. Vous
pouvez avoir besoin de laisser de la place libre sur le disque, pour creer des partitions supplementaires
un autre jour, que ce soit pour Linux ou tout autre systeme d'exploitation.
Enn, nous utilisons la commande w pour ecrire physiquement les modications sur le disque et
sortir de fdisk.
2.3. Installation de Linux
Command (m for help):
55
w
#
Rappelez-vous bien qu'aucune des modications que vous faites lors de l'utilisation de fdisk n'a
d'eet tant que vous n'avez pas utilise la commande w pour l'ecrire reellement. Vous pouvez donc
experimenter autant qu'il vous plaira dierentes partitions, et quitter le programme a tout moment
en toute securite par la commande q. Souvenez-vous egalement que vous ne devez pas toucher aux
partitions appartenant a d'autres systemes que Linux avec le programme fdisk de Linux.
N'oubliez pas qu'il est possible que vous ne puissiez pas lancer le systeme depuis une partition
comportant plus de 1024 cylindres. Mais que dans ce cas il sera toujours possible d'utiliser une
disquette pour le demarrage.
Quelques distributions vous demandent de reinitialiser le systeme apres avoir utilise fdisk. Les
versions recentes de fdisk mettent automatiquement a jour les informations a la fois sur le disque
et dans le noyau, et il est donc inutile de relancer Linux. Par securite, vous pouvez le faire quand
m^eme, mais a l'heure ou vous lisez ces lignes vous ne devriez pas ^etre en possession de versions aussi
depassees.
2.3.4 Creation de la partition de swap
Si vous comptez utiliser une partition de swap pour disposer de memoire virtuelle, il est maintenant
temps de le faire.8 Nous traiterons le cas des chiers de swap dans le chapitre 4 au cas ou vous ne
voudriez pas utiliser une partition individuelle pour cet usage.
Un certain nombre de distributions necessitent que vous prepariez et activiez une partition
de swap avant d'installer le systeme, car si vous avez trop peu de memoire RAM, la procedure
d'installation pourrait manquer de memoire et echouer.
La commande utilisee pour preparer une partition de swap se nomme mkswap, et elle s'utilise
ainsi:
mkswap -c hpartitioni htaillei
ou hpartitioni est le nom de votre partition de swap, et htaillei correspond au nombre de blocs que
contient cette partition.9 Par exemple, si votre partition de swap est /dev/hda3 et mesure 10336
blocs, utilisez la commande:
#
mkswap {c /dev/hda3 10336
L'option -c demande a mkswap de tester les mauvais secteurs presents sur la partition lors de la
creation de la zone de swap.
Encore une fois, quelques distributions de Linux s'occuperont automatiquement de cela pour vous, ou vous
proposeront un menu pour cela.
9 Il s'agit de la taille en blocs telle que l'ache fdisk en utilisant la commande p du menu. Sous Linux, un bloc
fait 1024 octets.
8
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
56
Si vous utilisez plusieurs partitions de swap, vous devrez executer la commande mkswap appropriee sur chacune d'elles.
Apres avoir ainsi formatte la zone de swap, il vous faudra la mettre en service pour que le systeme
l'utilise. En general, le systeme le fait automatiquement lors de son demarrage. Mais comme vous
n'avez pas encore installe tout le systeme, vous devez pour l'instant le faire manuellement.
La commande pour mettre la zone de swap en service est swapon, et s'utilise ainsi:
swapon hpartitioni
Dans notre exemple, pour mettre en service la partition de swap
commande
#
/dev/hda3
, nous utiliserons la
swapon /dev/hda3
2.3.5 Creation des systemes de chiers
Avant de pouvoir utiliser vos partitions Linux pour y stocker des chiers, vous devez y creer des
systemes de chiers. Initialiser un systeme de chiers est analogue au formatage d'une partition
sous MS-DOS. Nous decrirons brievement les systemes de chiers dans la section 2.2.3.
Il existe plusieurs types de systemes de chiers pour Linux. Chacun possede son propre format et
caracteristiques (comme la taille du plus grand chier, des noms de chiers, et d'autres parametres).
Linux supporte egalement plusieurs systemes de chiers \etrangers", comme ceux de MS-DOS par
exemple, an de faciliter l'echange de donnees avec d'autres systemes d'exploitation.
Le type le plus couramment utilise sous Linux est le Second Extended Filesystem, plus connu
sous le nom de ext2fs. C'est l'un des plus souples et des plus performants; il permet des noms de
chiers jusqu'a 256 caracteres et des systemes de chiers jusqu'a 4 teraoctets. Nous verrons dans le
chapitre 4 les dierents systemes de chiers disponibles pour Linux. Mais pour l'instant, faites donc
comme tout le monde et utilisez ext2fs .
Pour creer un systeme de chiers ext2fs , utilisez la commande
mke2fs -c hpartitioni htaillei
ou hpartitioni est le nom de la partition, et htaillei la taille de cette partition en nombre de blocs.
Par exemple pour creer un systeme de chiers de 82080 blocs sur la partition /dev/hda2, utilisez la
commande
#
mke2fs {c /dev/hda2 82080
Si vous utilisez plusieurs systemes de chiers pour Linux, vous devrez utiliser mke2fs sur chacun
d'eux.
Si vous avez rencontre des problemes lors de cette operation, reportez-vous a la section 2.5 en
n de chapitre.
2.3. Installation de Linux
57
2.3.6 Installation du systeme
Finalement, vous allez installer le systeme sur votre machine. Chaque distribution possede un
mecanisme dierent pour cette operation. Beaucoup contiennent un programme d'installation qui
vous guidera etape par etape pour arriver au but. Avec d'autres, vous devrez monter vos systemes de
chiers dans un certain sous-repertoire (comme /mnt) et copier les chiers du systeme manuellement.
Sur les distributions CD-ROM, il peut vous ^etre propose d'installer une portion du systeme sur votre
disque dur, et d'utiliser le reste directement depuis le CD-ROM.
Certaines distributions proposent plusieurs possibilites pour installer Linux. Par exemple, vous
pourrez installer depuis une partition MS-DOS de votre disque dur, pour eviter l'utilisation de
disquettes; ou bien installer a travers un reseau TCP/IP via FTP ou NFS. Lisez la documentation
de votre distribution pour les details.
Par exemple, la distribution SLS de Linux utilise la commande doinstall pour lancer
l'installation du systeme. Slackware utilise une commande nommee setup et propose m^eme une
installation avec des menus en couleur.
2.3.7 Creation de la disquette d'amorce ou installation de LILO
Chaque distribution fournit un moyen de lancer votre nouveau systeme Linux apres que vous ayez
installe tout le systeme. Dans beaucoup de cas, la procedure d'installation creera une \disquette
de boot", contenant un noyau Linux congure pour utiliser votre tout nouveau systeme de chiers
principal (root le system). Vous demarrerez l'ordinateur sur cette disquette an de lancer Linux, et
une fois le systeme lance, vous pourrez la retirer, Linux fonctionnera depuis votre disque dur. Dans
d'autres distributions, cette disquette d'amorcage est directement la disquette d'installation.
Beaucoup de distributions vous proposent l'option d'installer LILO sur votre disque dur. LILO
est un programme qui s'installe sur le secteur d'amorce de votre disque dur. Il est capable de lancer
plusieurs systemes d'exploitation, y compris MS-DOS et Linux, et vous permet de choisir lequel lors
du demarrage de l'ordinateur.
LILO a besoin d'une bonne quantite d'informations sur votre disque dur pour pouvoir fonctionner correctement. Par exemple, quelle partition contient tel systeme d'exploitation, comment
lancer chaque systeme particulier, etc... Lors de l'installation de LILO, beaucoup de distributions
tentent de \deviner" quels seront les bons parametres pour votre conguration. Bien que cela se
produise rarement, l'installation automatique de LILO peut echouer, et laisser le secteur d'amorce
de votre disque dur dans un etat indetermine, (mais sans jamais ab^mer les donnees presentes sur
les partitions, c'est impossible). En particulier, si vous utilisez le Boot Manager OS/2, vous ne
devez pas installer LILO selon la procedure automatique; il y a des instructions speciales pour ce
cas particulier, que nous decrirons plus tard.
En regle generale, il vaut mieux utiliser une disquette d'amorce, jusqu'a ce que vous soyez capable
d'installer LILO vous m^eme, manuellement. Si vous avez vraiment conance ou n'avez rien a perdre,
vous pouvez toutefois laisser votre procedure d'installation installer LILO automatiquement.
Dans le chapitre 4, nous detaillerons la facon de congurer et installer LILO selon votre conguration particuliere.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
58
Si tout s'est bien passe, felicitations ! Vous venez d'installer Linux sur votre ordinateur personnel.
Servez-vous un verre, vous l'avez bien merite.
Au cas ou vous ayez rencontre des problemes, la section suivante decrira les points les plus
critiques de l'installation de Linux, et comment corriger les eventuels problemes.
2.3.8 Procedures d'installation additionnelles
Quelques distributions de Linux contiennent un certain nombre de procedures d'installation
supplementaires, vous permettant de congurer dierents paquetages comme le reseau TCP/IP,
X Window, ou autres. Si vous disposez de ces options de conguration lors de l'installation, vous
pouvez auparavant vous informer gr^ace a ce guide sur la maniere de congurer ces applications.
Sinon, laissez ces programmes supplementaires de c^ote jusqu'a ce que vous en ayez besoin et en
compreniez parfaitement leur conguration.
C'est a vous de voir; si quelque chose va mal, continuez pour voir ce qui se passe. Il est tres
improbable que tout ce que vous pourriez incorrectement congurer, ne puisse ^etre corrige un peu
plus tard. (Touchez du bois.)
2.4 Apres l'installation
Apres l'installation du systeme, il ne devrait plus vous rester grand chose a faire avant de pouvoir
reellement l'utiliser. Dans la plupart des cas vous devriez pouvoir relancer la machine, entrer sous le
compte root, et commencer a explorer Linux. (Chaque distribution utilise une methode dierente
pour cela, suivez bien les instructions qui vous seront donnees.)
A ce stade, il para^t judicieux d'expliquer comment arr^eter le systeme proprement. Vous ne
devez jamais arr^eter un ordinateur tournant sous UNIX brusquement, simplement en coupant
l'alimentation electrique ou en utilisant le bouton de remise a zero. Comme la plupart des systemes
UNIX, Linux \cache" les ecritures disques en memoire. Par consequent, si vous ne stoppez pas
\proprement" le systeme, vous pouvez corrompre les chiers presents sur vos disques durs, Linux
n'ayant pas eu le temps d'ecrire les donnees residant encore en memoire. Le resultat est imprevisible.
La methode la plus simple pour arr^eter le systeme est d'utiliser la commande shutdown. Par
exemple, pour arr^eter immediatement et relancer le systeme juste apres, utiliser (en tant que root)
la commande suivante:
#
shutdown {r now
Ceci redemarrera proprement votre systeme. La page de manuel de shutdown decrit les autres
parametres possibles.
Notez toutefois que beaucoup de distributions Linux ne fournissent pas la commande shutdown
sur le support d'installation, et qu'elle ne sera disponible que lors du fonctionnement normal de
Linux, apres avoir, pour la toute premiere fois suivant l'installation, relance le systeme autrement.
2.5. En cas de probleme
59
Maintenant que vous pouvez explorer et utiliser Linux, plusieurs choses quand a la conguration
seront sous-entendues, vous devrez dans la mesure du possible vous y conformer. La premiere est
de creer un compte utilisateur pour vous-m^eme (et pour toute autre personne a qui vous autoriserez
l'acces). La creation de comptes utilisateurs est expliquee dans la section 4.4.
Si vous avez plus d'un systeme de chiers pour Linux, ou si vous utilisez une partition de swap,
vous pourrez avoir besoin d'editer le chier /etc/fstab an qu'il corresponde a votre conguration
et que ces systemes de chiers soient disponibles automatiquement apres chaque demarrage du
systeme. (Par exemple, si vous utilisez une partition dierente pour /usr, et qu'aucun des chiers
qui devraient s'y trouver n'apparaisse, vous devrez manuellement monter cette partition. Le chier
/etc/fstab permet d'
eviter cette situation). La section 4.8 decrit tout cela.
2.5 En cas de probleme
Pratiquement tout le monde se retrouve confronte a un probleme quelconque, si minime soit-t-il,
lors de la toute premiere installation de Linux. La plupart du temps, l'erreur est causee par une
simple confusion. Mais parfois ce peut ^etre plus serieux, comme une omission de la part de l'un des
developpeurs, ou un bogue.
Cette section decrira quelques uns des problemes les plus courants survenant lors de l'installation,
et leurs solutions. Si votre installation semble s'^etre tres bien passee, mais que vous avez malgre
tout note quelques avertissements ou messages d'erreurs pendant l'operation, vous en trouverez les
explications dans ce qui suit.
2.5.1 Problemes d'amorcage du support d'installation
Au moment d'amorcer l'ordinateur sur le support d'installation pour la premiere fois, vous pouvez
rencontrer un certain nombre de problemes. En voici une liste. Notez que ces problemes ne sont
pas relatifs au demarrage du systeme une fois installe, reportez-vous a la section 2.5.4 pour ce type
d'ennui.
Erreur disquette lors de l'amorcage.
La cause la plus courante de ce type d'erreur est une disquette d'amorcage en mauvais etat.
Soit le support est physiquement endommage, auquel cas il vous faudra recreer la disquette
en utilisant un support neuf , ou bien les donnees presentes sur le support sont mauvaises, et
dans ce cas vous devez verier l'integrite des chiers que vous avez telecharges, et la qualite
de la copie sur le support. Dans bien des cas, recreer la disquette d'amorcage sura a regler
le probleme.
Si cette disquette provient d'un achat par correspondance, contactez votre distributeur et
faites-vous remplacer le produit apres avoir bien verie que le probleme venait de la. Ou bien
telechargez juste le chier necessaire et recreez-la vous-m^eme, si vous ^etres presse.
Le systeme \plante" pendant ou apres l'amorcage.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
60
Apres l'amorcage du support d'installation, vous devez voir s'acher un certain nombre de
messages provenant du noyau, indiquant les peripheriques detectes et comment ce noyau est
congure. Ensuite, il vous sera generalement propose une invite de \login", vous permettant
de proceder au reste de l'installation (quelques distributions vous lancent directement dans un
quelconque programme d'installation). Le systeme peut para^tre \planter" pendant certaines
de ces etapes. Soyez patient, le chargement de Linux depuis une disquette est tres lent. Dans
bien des cas le systeme n'a pas plante du tout, mais prend son temps. Veriez bien qu'il n'y
a pas eu d'activite systeme ou disque pendant au moins plusieurs minutes avant de decreter
que le noyau est plante.
1. Apres avoir demarre depuis LILO, le systeme doit charger le noyau depuis la disquette.
Cela peut prendre du temps; vous saurez que tout se passe bien tant que le temoin
d'activite du lecteur est allume.
2. Pendant l'amorcage, le systeme peut tenter de detecter les peripheriques SCSI. Si vous
n'avez aucun peripherique SCSI, Linux semblera inactif pendant une bonne vingtaine de
secondes; ceci se produit generalement apres que la ligne
lp init:
lp1 exists (0), using polling driver
soit apparue a l'ecran.
3. Une fois le systeme demarre, le contrle est transfere aux chiers de demarrage qui sont
situes sur la disquette. Enn, vous verrez appara^tre une invite \login" ou serez propulse
dans une procedure d'installation. Si vous voyez une invite du type
Linux login:
vous devez alors entrer dans le systeme (generalement sous root ou encore install selon
la distribution). Apres avoir entre ce nom d'utilisateur, le systeme peut encore sembler
arr^ete pendant 20 secondes ou plus pendant que tout se charge depuis la disquette, qui,
rappelons-le, est lente. La aussi, regardez la petite lumiere sur le lecteur.
Il est toutefois possible que le systeme \plante" vraiment lors de l'amorcage, ce qui peut ^etre
d^u a plusieurs choses. Tout d'abord, vous pouvez ne pas posseder susamment de RAM
pour l'installation de la distribution que vous avez choisie. (Voyez un peu plus loin comment
remedier a cette situation en invalidant le disque virtuel).
La cause de beaucoup de plantages systeme est une incompatibilite materielle. La section 1.8
dans le dernier chapitre presente un resume du materiel supporte par Linux. M^eme si vos
peripheriques sont tous supportes de longue date par Linux, vous pouvez rencontrer des
problemes d'incompatibilite entre plusieurs d'entre eux, qui font planter le systeme. Voyez
la section 2.5.2 un peu plus loin a ce sujet.
Le systeme indique un manque de memoire lors des tentatives d'amorcage ou
d'installation.
Ceci est en rapport direct avec la quantite de memoire RAM installee dans votre machine.
Sur les ordinateurs ne comportant que 4Mo de RAM ou moins, vous pouvez avec certaines
distributions manquer de memoire au moment du chargement du support d'installation, car
elles peuvent utiliser un disque virtuel en memoire (\ramdisk") dans le but d'ameliorer la
vitesse du systeme lors de l'installation.
2.5. En cas de probleme
61
La solution a ce probleme est d'invalider cette option. Chaque version possede une methode
dierente pour cela ; reportez-vous a la documentation de la distribution que vous utilisez.
Il se peut que le message \out of memory" ne s'ache pas mais que ce soit tout de m^eme la
cause du plantage.
Souvenez-vous que Linux a besoin d'au moins 2 megaoctets de RAM pour fonctionner ; et que
quelques distributions demandent au minimum 4 Mo ou plus pour cela.
Le systeme ache une erreur comme \permission denied" ou \file not found"
lors du demarrage.
C'est souvent l'indication que votre support d'installation est corrompu. Nous avons deja vu
comment remedier a ce probleme en debut de section.
Le message \VFS: Unable to mount root" s'ache apres le chargement du noyau.
Ce message d'erreur signie que le systeme de chiers racine (qui se trouve sur le support
d'installation lui-m^eme) n'a pas pu ^etre trouve. Soit le support est en mauvais etat, soit vous
ne demarrez pas le systeme correctement.
Par exemple, beaucoup de distributions sur CD-ROM demandent que vous ayez le CD-ROM
dans le lecteur au moment de l'amorcage. Veriez bien que le lecteur est allume, et qu'il y a
une activite. Il est aussi possible que votre lecteur de CD-ROM ne soit pas reconnu; voyez la
section 2.5.2 pour plus d'information.
Si vous ^etes certain que vous lancez tout correctement, alors c'est que le support est vraiment
corrompu. C'est un cas tres rare, cela se serait signale bien avant. Veriez bien tout encore
une fois.
2.5.2 Problemes materiels
Les problemes les plus courants rencontres lors de l'installation ou de l'utilisation de Linux sont des
incompatibilites materielles. M^eme si tous vos peripheriques sont supportes par Linux, une erreur
de conguration ou un conit entre deux cartes d'extension peut quelquefois provoquer d'etranges
reactions; certains peripheriques peuvent ^etre incorrectement detectes ou la machine ^etre incapable
de demarrer.
Il est tres important d'isoler ces problemes si vous suspectez qu'ils sont la cause de vos ennuis.
Les sections qui suivent decrivent quelques problemes frequemment rencontres et la maniere de les
resoudre.
2.5.2.1 Isoler les problemes materiels
Si vous vous trouvez devant un probleme que vous pensez relatif a la conguration materielle de
votre machine, la premiere chose a faire est de tenter de l'isoler. Cela signie tenter d'eliminer
toutes les variables possibles, generalement en ouvrant la machine, et, en ^otant petit a petit tous les
elements susceptibles de provoquer un conit jusqu'a la decouverte de l'element responsable.
62
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
Ce n'est pas aussi erayant qu'il y para^t. En pratique vous enleverez tous les elements non
indispensables au demarrage de la machine, puis les reinstallerez un par un. Deshabillez bien le
systeme pour commencer; m^eme des cartes d'extensions anodines comme une carte serie ou un
contr^oleur de souris peuvent paralyser un ordinateur.
Par exemple, admettons que le systeme plante lors de la detection de la carte Ethernet. Vous
pourriez penser qu'il y a un conit ou un probleme avec la carte reseau, donc. La meilleure facon de
le savoir est d'^oter cette carte et de tenter de relancer le systeme. Si tout marche, vous savez alors
que (a) la carte Ethernet n'est pas supportee par Linux (voir section 1.8 pour une liste de cartes
compatibles) ou (b) il y a un conit d'adresse ou de ligne d'interruption entre cette carte et une
autre.
\Addresse ou ligne d'IRQ ?" Que signie ce jargon obscur ? Tous les peripheriques de votre
machine utilisent une IRQ, ou interrupt request line, (ligne de demande d'interruption), pour indiquer
au systeme qu'ils ont besoin qu'on leur pr^ete attention a un moment donne. Vous pouvez imaginer
une IRQ comme un cordon de sonnette que le peripherique tirerait chaque fois qu'il a quelque chose
a signaler au reste de l'ordinateur. Si plus d'un peripherique tire sur la m^eme celle, l'ordinateur ne
saura pas determiner lequel demande un service. Blocage assure.
Par consequent, assurez-vous que tous les peripheriques installes dans votre machine utilisent une
ligne d'IRQ unique. En general cela se regle par des cavaliers sur les cartes; lisez la documentation
de chaque carte pour plus de details. Quelques peripheriques n'ont pas forcement besoin d'utiliser
une IRQ, mais il est suggere de les congurer pour qu'ils en utilisent dans la mesure du possible (les
contr^oleurs SCSI Seagate ST01 et ST02 en sont un excellent exemple).
Dans certains cas, le noyau qui vous est fourni sur le support d'installation est congure pour
utiliser une certaine IRQ pour certains peripheriques. Par exemple sur certaines distributions, le
noyau est precongure pour utiliser IRQ 5 pour le contr^oleur TMC-950 SCSI, le contr^oleur CD-ROM
Mitsumi, et le contr^oleur de souris BUS. Si vous voulez utiliser deux de ces peripheriques a la fois (ou
plus), vous devrez d'abord installer Linux avec un seul de ces peripheriques valide dans la machine,
puis recompiler le noyau de maniere a indiquer de nouvelles IRQ pour chacun d'eux. (Reportez vous
au chapitre 4 pour la recompilation du noyau).
Une autre source de conits materiels peut ^etre les canaux DMA (acces direct memoire), les
adresses d'entrees/sorties, et les adresses de memoire partagee. Tous ces termes decrivent des
mecanismes par lesquels le systeme communique avec vos interfaces. Quelques cartes Ethernet,
par exemple, utilisent a la fois memoire partagee et IRQ pour communiquer avec l'ordinateur. Si
l'une ou l'autre entre en conit avec la conguration d'un autre peripherique, la machine peut se
comporter de maniere tres bizarre, ou ne pas fonctionner du tout. Vous pouvez modier ces reglages
sur les cartes d'extension a l'aide de cavaliers comme indique dans les manuels qui vous ont ete
fournis avec.
Le tableau 2.2 recense un certain nombre d'IRQ ou de canaux DMA utilises par dierents
peripheriques \standards" rencontres sur la plupart des ordinateurs PC. Pratiquement tous les
systemes possederont l'un ou l'autre de ces peripheriques, vous devez donc eviter de regler l'IRQ ou
le DMA d'une autre carte d'extension sur l'une de ces valeurs.
2.5. En cas de probleme
63
Pe ripherique
Adresse E/S
ttyS0 (COM1)
3f8
ttyS1 (COM2)
2f8
ttyS2 (COM3)
3e8
ttyS3 (COM4)
2e8
lp0 (LPT1)
378 - 37f
lp1 (LPT2)
278 - 27f
fd0, fd1 (disquettes 1 et 2) 3f0 - 3f7
fd2, fd3 (disquettes 3 et 4) 370 - 377
IRQ
4
3
4
3
7
5
6
10
DMA
n/a
n/a
n/a
n/a
n/a
n/a
2
3
Tableau 2.2: Peripheriques courants
2.5.2.2 Problemes de reconnaissance disque dur ou contr^oleur
Lors du demarrage de Linux, vous devriez voir toute une serie de messages comme:
Console:
colour EGA+ 80x25, 8 virtual consoles
Serial driver version 4.00 with no serial options enabled
tty00 at 0x03f8 (irq = 4) is a 16450
tty03 at 0x02e8 (irq = 3) is a 16550A
lpinit:
lp1 exists, using polling driver
snd2 [SoundBlaster 1.5] at 0x220 irq 7 drq 1
Calibrating delay loop..
ok - 4.34 BogoMips
Configuring Adaptec at IO:330, IRQ 11, DMA priority 5
:::
Ici, le noyau detecte ou initialise les dierents peripheriques presents dans votre machine. Au bout
d'un moment, vous devriez voir la ligne
Partition check:
suivie d'une liste de partitions reconnues, par exemple:
Partition check:
sda:
sda1 sda2
sdb:
sdb1 sdb2 sdb3
hda:
hda1 hda2 hda3 hda4
hdb:
hdb1
Si, pour une raison quelconque, vos disques durs ou vos partitions ne sont pas reconnus, vous n'aurez
aucun moyen d'y acceder.
Ceci peut avoir plusieurs causes:
Disque dur ou contr^oleur non supporte. Si vous utilisez un contr^oleur (IDE, SCSI ou
autres) qui n'est pas supporte par Linux, le noyau ne pourra pas reconna^tre vos partitions.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
64
Disque ou contr^oleur mal congure. M^eme si le contr^oleur est supporte par Linux, il peut
tres bien ne pas ^etre correctement congure. (C'est un probleme frequent pour les contr^oleurs
SCSI, la plupart des IDE fonctionnent sans aucune modication).
Reportez vous a la documentation qui vous a ete fournie avec votre disque dur et/ou votre
carte contr^oleur pour trouver les informations necessaires pour resoudre un probleme de ce
type. En particulier, certains disques durs ont besoin du deplacement d'un cavalier si ils sont
utilises comme disque \esclave" (par exemple, le second disque dur IDE). Le test a eectuer est
de lancer MS-DOS ou tout autre systeme d'exploitation. Si vous avez acces au disque depuis
un autre systeme, alors ce n'est pas une histoire de conguration materielle.
Voyez la section 2.5.2.1 un peu plus haut, pour resoudre d'eventuels conits materiels, et la
section 2.5.2.3 un peu plus loin, pour la conguration des peripheriques SCSI.
Contr^oleur correctement congure, mais non detecte. Quelques contr^oleurs depourvus
de BIOS necessitent que l'utilisateur specie certaines caracteristiques lors de l'amorcage. La
section 2.5.2.3, plus bas, decrit comment forcer la detection de ce type de contr^oleurs.
Geometrie du disque dur non reconnue. Quelques systemes, comme l'IBM
PS/ValuePoint, ne stockent pas les informations sur la geometrie du disque en memoire CMOS,
ou Linux pense la trouver. De m^eme, certaines cartes contr^oleurs SCSI necessitent qu'on leur
precise ou trouver cette geometrie du disque de maniere a ce que Linux sache comment gerer
votre disque dur.
La plupart des distributions proposent une option pour specier la geometrie du disque lors
de l'amorcage. En general, en amorcant le systeme sur le support d'installation, vous pouvez
preciser cette geometrie a l'invite de LILO avec une commande comme:
boot:
linux hd=hcylindresi,ht^etesi,hsecteursi
ou hcylindresi, ht^etesi, et hsecteursi correspondent au nombre de cylindres, de t^etes et de
secteurs par piste de votre disque dur.
Apres avoir installe le systeme, vous pourrez alors installer LILO, qui vous permettra d'amorcer
Linux directement depuis le disque dur. A ce moment, vous pourrez preciser la geometrie du
disque a la procedure d'installation de LILO, an d'eviter d'avoir a la preciser manuellement
a chaque lancement du systeme. Voyez le chapitre 4 pour plus d'informations sur LILO.
2.5.2.3 Problemes avec les peripheriques et contr^oleurs SCSI
Voici quelques uns des problemes les plus frequemment rencontres avec les cartes contr^oleurs SCSI
et des peripheriques comme le disques durs, CD-ROMS, lecteurs de bandes magnetiques. Si Linux
rechigne a reconna^tre votre contr^oleur ou votre disque dur, lisez ce qui suit.
Le \Linux SCSI HOWTO" (voir annexe A) contient bien plus d'informations utiles que ce qui
est cite ici. Le SCSI est une interface tres universelle, mais dont la conguration est parfois critique.
Un peripherique SCSI est detecte sur toutes les \ID" possibles. C'est d^u au fait que
vous avez congure le peripherique a la m^eme adresse que le contr^oleur. Vous devez changer
2.5. En cas de probleme
65
la position du cavalier sur le peripherique pour qu'il utilise une adresse dierente de celle du
contr^oleur.
Linux reporte des erreurs de \sense", m^eme si les peripheriques sont connus pour
ne comporter aucune erreur. Ce peut ^etre d^u a des c^ables de liaison defectueux, ou a un
mauvais terminateur. Si votre bus SCSI n'est pas termine a chaque extremite, vous pouvez
avoir des erreurs d'acces aux peripheriques. En cas de doute, testez vos c^ables.
Des erreurs de \timeout" SCSI sont detectees. Il s'agit generalement d'un conit d'IRQ,
de DMA ou d'adresses. Veriez egalement que les interruptions sont correctement validees sur
le contr^oleur.
Les contr^oleurs SCSI qui utilisent un BIOS ne sont pas detectes. La detection des
contr^oleurs utilisant un BIOS echouera si celui-ci n'est pas mis en service, ou si la \signature"
du contr^oleur n'est pas reconnue par le noyau. Voyez le \Linux SCSI HOWTO" pour plus
d'informations a ce sujet.
Les contr^oleurs utilisant une zone de memoire partagee ne fonctionnent pas. C'est
le cas lorsque cette zone n'est pas correctement geree par le cache. Soit vous devez marquer
cette zone comme non cachable dans la conguration XCMOS, soit supprimer tout.
Lors du partitionnement, vous avez un avertissement a propos de \cylindres
>
1024", ou vous n'arrivez pas a lancer le systeme depuis une partition utilisant
plus de 1024 cylindres. Le BIOS limite le nombre de cylindres a 1024, et toute partition
utilisant plus de cylindres ne sera pas accessible depuis le BIOS. En ce qui concerne Linux,
cela n'aecte que l'amorcage du systeme; une fois que Linux tourne vous pouvez acceder sans
limites a cette partition. Vous pouvez choisir soit d'amorcer Linux depuis une disquette, soit
depuis une partition comportant moins de 1024 cylindres. Voyez la section 2.3.7 pour creer
une disquette d'amorcage ou l'installation de LILO.
Le lecteur de CD-ROM ou d'autres peripheriques de media extractibles ne sont pas
reconnus lors de l'amorcage. Essayez avec un CD-ROM, ou disque, ou bande magnetique,
dans le lecteur lors de la mise en route de l'ordinateur. Certains peripheriques en ont besoin.
Si votre contr^oleur SCSI n'est pas reconnu, vous pouvez avoir besoin de forcer sa detection. C'est
particulierement important pour les contr^oleurs depourvus de BIOS. La plupart des distributions
vous permettent de preciser l'adresse et l'IRQ depuis le support d'installation. Par exemple, si vous
utilisez un contr^oleur TMC-8xx, vous devriez pourvoir entrer
boot:
linux tmx8xx=hinterruptioni,hadresse-memoirei
a l'invite de LILO, ou hinterruptioni est l'IRQ du contr^oleur et hadresse-memoirei la zone memoire
utilisee. Cette possibilite depend de la distribution de Linux que vous utilisez; consultez sa documentation.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
66
2.5.3 Problemes lors de l'installation du systeme
En principe l'installation des chiers composant le systeme devrait se faire sans encombre, si vous
avez un peu de chance. La seule chose qui pourrait vous arriver serait de tomber sur un support
defectueux au cours de la copie des chiers ou d'^etre face a un manque de place sur vos partitions.
Voici une liste de ces problemes courants.
Vous voyez des messages comme \Read error", \file not found", ou d'autres er-
reurs lors de la copie du systeme. Vous avez un probleme avec votre support d'installation.
S'il s'agit de disquettes, vous devez savoir que ce type de support est tres sujet a ce genre
d'erreurs. Assurez-vous toujours d'utiliser des disquettes de qualite, neuves, fra^chement formatees. Si vous avez une partition MS-DOS sur votre disque dur, beaucoup de distributions
permettent d'installer Linux a partir de la. Ce sera beaucoup plus able et beaucoup plus
rapide que de jouer au grille-pain avec le lecteur de disquettes.
Si vous partez d'un CD-ROM, veriez qu'il n'est ni raye, ni poussiereux, et que c'est bien
Linux et pas de la musique...
La cause du probleme peut egalement ^etre l'utilisation d'un media incorrect. Par exemple,
lors d'installation par disquettes, beaucoup de distributions de Linux necessitent que celles-ci
soient haute densite et formatees selon le format MS-DOS. (la disquette d'amorcage etant
une exception). Si vraiment rien ne va plus, procurez-vous un nouveau jeu de disquettes
soigneusement realisees.
Le systeme ache des erreurs commes \tar:
read error" ou \gzip: not in gzip
". Ce probleme est generalement d^u a des chiers corrompus sur le media d'installation.
format
En d'autre termes, votre disquette peut ^etre en parfait etat, mais les donnees qui sont dessus
ab^mees pour une raison inconnue. Si vous avez telecharge ces chiers par FTP en oubliant
d'utiliser le mode binaire, vous avez obtenu des donnees corrompues qui provoqueront a coup
s^ur ce type d'erreur.
Le systeme ache \device full" lors de l'installation. Vous n'avez plus assez d'espace
disque disponible pour continuer l'installation. Peu de distributions de Linux prevoient ce cas,
vous ^etes censes prevoir la place disque necessaire avant. N'esperez pas arr^eter le processus
d'installation en trouvant un systeme utilisable a ce moment la.
La solution est souvent de recreer vos systemes de chiers (avec la commande mke2fs), ce qui
eace d'un coup le systeme partiellement installe, et refait place nette. Vous pouvez alors tenter
l'installation a nouveau, en selectionnant cette fois moins de paquetages que precedemment.
Dans d'autres cas, vous pouvez avoir besoin de revoir votre stragegie de partitionnement du
disque dur et par consequent tout recommencer.
Le systeme ache des erreurs comme \read intr:
0x10" lors de l'acc
es au disque
dur C'est generalement l'indication que votre disque dur possede des secteurs defectueux.
Toutefois si ces messages surviennent durant l'utilisation de mkswap ou mke2fs, il se peut que
le systeme n'arrive pas a acceder au disque dur. Ce peut ^etre d^u a une erreur materielle (voir
section 2.5.2), ou une mauvaise specication de la geometrie du disque. Si vous avez utilise
l'option
2.5. En cas de probleme
67
hd=hcylindresi,ht^
etesi,hsecteursi
lors de l'amorcage pour forcer la detection de la geometrie du disque, et que les parametres
sont incorrects, vous obtiendrez ce type d'erreur. Ceci peut aussi se produire si la geometrie
du disque est incorrectement parametree dans la memoire CMOS de la machine.
Le systeme trouve des \file not found" ou \permission denied". Ce probleme peut
arriver s'il manque des chiers sur le support d'installation (voir paragraphe suivant) ou si
les chiers a installer n'ont pas les bonnes permissions d'acces. Il est arrive que certaines
distributions de Linux soient mal realisees ou que la procedure d'installation soit boguee. Si
c'est le cas, contactez le responsable de la distribution pour signaler le probleme an qu'il soit
corrige le plus rapidement possible.
Si rencontrez d'autres erreurs etranges lors de l'installation de Linux (particulierement si vous
avez telecharge vous m^eme les chiers), veriez bien d'avoir recupere tous les chiers necessaires lors
de l'operation. Par exemple, certains utilisent la commande FTP
mget *.*
pour telecharger Linux par FTP. Ceci ne ramenera que les chiers qui contiennent un \." dans leur
nom; si il existe des chiers sans \." vous les raterez tous. La commande correcte pour telecharger
tout est
mget *
Le meilleur conseil que l'on puisse vous donner, est de verier une a une les etapes lorsque quelque
chose se passe mal. Vous pouvez penser avoir tout fait correctement, mais en realite avoir oublie un
tout petit detail crucial au cours de l'installation. Dans beaucoup de cas, recommencer les choses
calmement en telechargeant ou en recommencant l'installation a t^ete reposee resoudra le probleme.
Si Linux \plante" de facon inattendue pendant l'installation, c'est peut ^etre le signe d'un quelconque probleme materiel. Voyez la section 2.5.2 dans ce cas.
2.5.4 Problemes apres l'installation
Vous venez de passer une apres-midi entiere a installer Linux. Pour lui faire de la place, vous avez
sacrie vos partitions MS/DOS et OS/2, et tristement eace vos copies de Doom, SimCity et Wing
Commander. Vous reamorcez le systeme, et rien ne se passe. Ou pire, quelque chose d'anormal se
passe. Que devez-vous faire ?
Dans la section 2.5.1, nous avons decrit les problemes les plus courants qui peuvent arriver lors
du lancement de Linux depuis le support d'installation. Beaucoup de ce qui y est dit s'applique
egalement ici. De plus, vous pouvez ^etre victime de l'une des maladies qui vont suivre.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
68
2.5.4.1 Problemes d'amorcage depuis une disquette
Si vous utilisez une disquette pour amorcer Linux, vous pouvez avoir besoin de specier
l'emplacement de votre partition racine. Ceci est particulierement vrai si vous utilisez la disquette
d'installation elle m^eme, et non une disquette d'amorcage faite sur mesure pendant l'installation.
Dans ce cas, pendant l'amorcage de la disquette, gardez appuyee la touche shift ou ctrl .
Vous devriez voir appara^tre un menu, pressez tab pour voir la liste des options disponibles. Par
exemple, beaucoup de distributions vous permettent de taper
boot:
linux hd=hpartitioni
ou hpartitioni est le nom de la partition racine de Linux, comme par exemple /dev/hda2. Consultez
la documentation de votre distribution pour plus de details.
2.5.4.2 Problemes d'amorcage depuis le disque dur
Si vous avez choisi d'installer LILO au lieu de creer une disquette d'amorce, vous devriez pouvoir
lancer Linux depuis le disque dur. Toutefois la procedure d'installation de LILO utilisee par beaucoup
de distributions n'est pas toujours parfaite. Elle peut se tromper sur votre shema de partitionnement,
auquel cas vous devrez reinstaller LILO proprement pour retablir la situation. L'installation de LILO
est decrite dans le chapitre 4.
La machine ache \Drive not bootable---Please insert system disk." Vous aurez
ce message d'erreur si le secteur ma^tre d'amorcage du disque dur (master boot record) est
corrompu. Dans la plupart des cas, ce n'est pas grave du tout, et tout le reste du disque est
intact. Il y a plusieurs solutions a ce probleme:
1. Lors du partitionnement du disque avec fdisk, vous pouvez avoir supprime la partition
qui etait marquee comme \active". MS-DOS et les autres systemes d'exploitation tentent
d'amorcer sur la partition \active" (Linux peut ne pas s'en preoccuper). Vous devriez
pouvoir lancer la machine avec une disquette MS-DOS, utiliser FDISK et re-activer la
partition voulue, et tout ira bien.
Une autre commande a essayer (avec MS-DOS 5.0 et plus) est
FDISK /MBR
Cette commande reconstruit le secteur ma^tre d'amorcage du disque dur, supprimant
LILO. Si vous n'avez plus MS-DOS sur votre disque, vous devrez lancer Linux depuis une
disquette et tenter de reinstaller LILO plus tard.
2. Si vous avez cree une partition MS-DOS avec la version Linux de fdisk, ou vice versa,
vous pouvez obtenir cette erreur. Utilisez toujours par precaution les commandes fdisk
ou equivalent de chaque systeme d'exploitation pour travailler ses propres partitions.
La meilleure solution dans ce cas est de repartir a zero et de repartitionner le disque
correctement.
2.5. En cas de probleme
69
3. La procedure d'installation de LILO peut avoir echoue. Dans ce cas, vous devez amorcer
Linux depuis votre disquette d'amorcage (si vous en avez une), ou depuis le support
d'installation original. Chacune de ces methodes devrait vous permettre de preciser la
partition racine lors de l'amorcage. Gardez shift ou ctrl appuyees pendant le lancement et pressez tab dans le menu qui s'achera pour avoir la liste des options.
Lors de l'amorcage depuis le disque dur, c'est MS-DOS (ou un autre systeme) qui
se charge au lieu de Linux. Tout d'abord, assurez-vous de bien avoir installe LILO. Sinon,
la machine continuera a charger le systeme d'exploitation que vous aviez avant. Vous devez
installer LILO pour pouvoir lancer Linux directement depuis le disque dur.
D'un autre c^ote, si vous avez vraiment installe LILO, c'est que celui-ci est congure pour
charger un autre systeme d'exploitation par defaut. Pendant que le systeme s'amorce, appuyez
sur shift ou ctrl , et pressez tab ensuite. Cela vous presentera une liste des systemes
d'exploitation possibles, selectionnez l'option appropriee (generalement, \linux") pour lancer
Linux.
Si vous voulez que Linux soit le systeme charge par defaut, vous devrez re-installer LILO. Voir
le chapitre 4 pour cette operation.
Il est aussi possible que vous ayez tente d'installer LILO mais que l'installation ait echoue
quelque part. Voir l'item precedent.
2.5.4.3 Problemes pour se loguer
Apres avoir lance Linux, votre ecran devrait acher quelque chose comme ceci:
linux login:
A ce point, soit la documentation de votre distribution, soit le systeme lui-m^eme vous indiquera
quoi faire. Dans le cas general, vous devez vous loguer simplement en tant que root, qui n'a pas
encore de mot de passe. Si cela vous est refuse (peu probable), essayez pour voir guest ou test.
(voire install ou setup)
La plupart des systemes Linux fra^chement installes ne devraient pas demander de mots de passe
pour les sessions initiales. Toutefois, si un mot de passe vous est demande, c'est un vrai probleme.
D'abord, tentez d'utiliser un mot de passe equivalent au nom de l'utilisateur, si vous vous loguez
comme root, essayez root comme mot de passe.
Si vraiment vous ne pouvez pas vous loguer, ne paniquez pas. Lisez d'abord la documentation
de votre distribution, l'utilisateur et le mot de passe a utiliser y sont peut ^etre indiques. Regardez
bien l'ecran : si ca se trouve, ces indications vous crevent les yeux.
Une cause possible de ce probleme peut se trouver dans les chiers d'initialisation de Linux ou
le programme login. Si c'est le cas, vous devrez sans doute reinstaller (au moins en partie) Linux,
ou lancer le support d'installation pour tenter de regler ce probleme manuellement. Voir dans le
chapitre 4 comment pirater votre propre machine.
Chapitre 2. Se procurer et installer Linux
70
2.5.4.4 Problemes d'utilisation
Si vous avez pu vous loger, vous devriez ^etre sous shell avec une invite comme \#" (si vous ^etes
root) ou \$" (simple utilisateur), et vous pouvez commencer a faire un petit tour du proprietaire.
Toutefois il peut y avoir quelques problemes initiaux qui peuvent devenir enervants si on n'y remedie
pas.
Une mauvaise conguration des permissions d'acces a des chiers ou des repertoires peuvent
provoquer le message d'erreur
Shell-init:
permission denied
(en fait, chaque fois que vous voyez le message \permission denied" vous pouvez ^etre certain qu'il
s'agit d'un probleme de droits d'acces, qui peut d'ailleurs ^etre volontaire.)
Dans beaucoup de cas, il sut d'utiliser la commande chmod pour corriger les permissions
des chiers ou repertoires en question. Par exemple, quelques mauvaises distributions de Linux
utiliserent une fois le mode (incorrect) 0644 pour le repertoire racine (/). La correction consistait
simplement a taper la commande
#
chmod 755 /
en tant qu'utilisateur root. Cependant, pour que cela marche, il fallait amorcer Linux depuis le
support d'installation et monter le systeme de chiers racine manuellement; de quoi s'arracher les
cheveux pour la majorite des nouveaux utilisateurs.
Au fur et a mesure de l'utilisation du systeme, vous pourrez trouver ici ou la des chiers ou des
repertoires ayant des droits d'acces incorrects, ou des programmes qui ne fonctionnent pas avec leur
conguration initiale. Bienvenue dans le monde de Linux ! Bien que la plupart des distributions
soient excellentes, aucune n'est vraiment parfaite. Il est impossible de decrire dans ce livre que vous
pourriez rencontrer, bien entendu. Au lieu de cela, tout au long de cet ouvrage nous vous aiderons
a resoudre la plupart de ces problemes de conguration en vous apprenant comment les trouver et
les corriger vous-m^eme. Dans le chapitre 1, nous avons explique cette maniere d'aborder Linux, et
dans le chapitre 4 nous expliquons comment corriger beaucoup de ces erreurs grossieres.
Chapitre 3
Didacticiel Linux
3.1 Introduction
Les nouveaux venus a UNIX et Linux peuvent ^etre un peu impressionnes par la taille et la complexite
apparente du systeme auquel ils sont confrontes. Il y a beaucoup d'excellents livres sur l'utilisation
d'UNIX, pour tous les niveaux de connaissances, depuis le novice jusqu'a l'expert. Toutefois, aucun
de ces ouvrages n'est dedie a Linux en particulier. Comme 95% de l'utilisation de Linux ne presente
aucune dierence avec d'autres systemes UNIX, la meilleure facon de prendre contact avec votre
nouveau systeme est de lire un guide d'apprentissage adapte specialement a Linux. Voici donc un
tel guide.
Ce chapitre ne s'embarrasse pas de details et ne decrit pas les notions les plus complexes. Au lieu
de cela, il est concu pour apprendre pas a pas l'utilisation de Linux, de telle facon que l'utilisateur
puisse ensuite lire sans ^etre perdu un ouvrage plus general concernant UNIX, et ^etre capable de
reperer facilement et comprendre les quelques dierences entre le systeme decrit et Linux.
Tres peu de connaissances sont demandees ici, sauf peut-^etre quelque familiarite avec les microordinateurs, et MS-DOS. Malgre tout, m^eme si vous n'^etes pas un utilisateur de MS-DOS, vous
devriez ^etre capable de comprendre pratiquement tout ce qui est decrit. Au premier coup d'il,
UNIX ressemble beaucoup a MS-DOS (apres tout, MS-DOS fut inspire du systeme d'exploitation
CP/M, qui lui m^eme etait inspire d'UNIX). Toutefois cette ressemblance n'est que supercielle.
M^eme si le monde des PC est totalement nouveau pour vous, ce guide d'initiation devrait pouvoir
vous aider.
Et, avant de commencer: n'ayez pas peur d'experimenter. Le systeme ne vous fera pas de mal.
Vous ne pouvez rien ab^mer en utilisant le systeme. UNIX, par conception, possede des notions de
securite, an d'eviter aux utilisateurs \normaux" (le r^ole que vous allez jouer a partir de maintenant)
de corrompre des donnees qui sont vitales pour le fonctionnement du systeme. Et m^eme sans cela, le
pire qui pourrait vous arriver serait d'eacer la totalite de vos chiers; vous auriez alors a reinstaller
totalement Linux. Donc pour l'instant, vous n'avez rien a perdre.
71
Chapitre 3. Didacticiel Linux
72
3.2 UNIX, Concepts de base
UNIX est un systeme d'exploitation multit^ache et multi-utilisateurs. Cela veut dire qu'il peut y avoir
plusieurs personnes utilisant la machine en m^eme temps, travaillant sous dierentes applications.
(A la dierence de MS-DOS, ou seulement une personne peut utiliser l'ordinateur et qui ne peut
executer qu'un seul programme a la fois). Sous UNIX, pour que les utilisateurs soient reconnus
par le systeme, ils doivent d'abord se \loguer", ce qui se fait en deux etapes : entrer son nom
d'utilisateur (le login ), puis donner son mot de passe, qui est une cle secrete associee a chaque
utilisateur. Personne d'autre que vous ne peut usurper votre identite sur le systeme puisque vous
^etes le seul a conna^tre votre mot de passe.
Sur les systemes UNIX traditionnels, l'administrateur systeme vous aectera un nom d'utilisateur
et un mot de passe initial lorsqu'il vous ouvrira un compte sur la machine. Cependant, comme vous
^etes l'administrateur de votre propre systeme, vous devez realiser ces operations vous m^eme. Lisez
la section 3.2.1 pour savoir comment faire. Pour la demonstration, nous utiliserons un utilisateur
imaginaire que nous appellerons \dupont".
De plus, chaque systeme UNIX se voit assigner un nom, le hostname. C'est ce nom qui personnalise votre machine, et lui donne charme et caractere. Ce nom est utilise pour identier chaque
machine sur un reseau, mais m^eme si votre ordinateur est isole, vous devez lui donner un nom car il
est necessaire a beaucoup de programmes. La section 4.10.2 explique comment proceder. Pour nos
exemples, nous appellerons le systeme \bistrot".1
3.2.1 Creation d'un compte utilisateur
Avant de pouvoir utiliser le systeme, vous devez creer un compte utilisateur pour vous-m^eme. C'est
imperatif car il n'est generalement pas une bonne idee d'utiliser le compte root pour une utilisation
courante. Le compte root doit ^etre reserve a l'usage de commandes privilegiees pour la maintenance
du systeme, comme explique dans la section 4.1. Ceci est tres important! Vous avez tous les droits
si vous ^etes root, y compris de tout casser. L'utilisation journaliere d'un systeme UNIX ne doit se
faire que comme utilisateur ordinaire, mettez-vous bien ca en t^ete.
An de vous creer un compte, vous devez vous loguer en tant que root (oui, dans ce cas c'est
indispensable) et utiliser soit la commande useradd, soit la commande adduser, ou encore mkuser,
selon le systeme que vous utilisez. Voyez la section 4.4 pour plus d'informations sur cette procedure.
3.2.2 Se loguer sur le systeme
Au moment de vous loguer, vous verrez un message ressemblant a ceci sur votre ecran:
bistrot login:
Entrez votre nom d'utilisateur, et pressez la touche
Entr
ee
. Notre heros, dupont, taperait ceci:
1 L'orthographe vous autorise egalement \bistro". Un nom de machine doit ^etre simple, court et memorisable.
\Mastroquet",\debit-de-boisson", \Chez-Marcel" ou \cafe-de-la-paix" etaient resolument trop longs.
3.2. UNIX, Concepts de base
bistrot login:
73
dupont
Password:
Maintenant entrez votre mot de passe. Il ne s'achera pas a l'ecran, (pour eviter que l'on regarde
par dessus votre epaule), aussi entrez-le soigneusement. Si vous vous trompez, vous verrez le message
Login incorrect
et vous pourrez recommencer.
Une fois que vous avez entre correctement votre nom d'utilisateur et votre mot de passe, vous
^etes ociellement loge sur le systeme, et libre de vous promener un peu dedans.
3.2.3 Consoles virtuelles
La console systeme correspond a l'ecran et au clavier directement connectes a l'ordinateur. (UNIX
etant multi-utilisateurs, vous pouvez avoir d'autres terminaux connectes sur la machine, chacun avec
un ecran et un clavier, mais ce ne seraient pas la console). Linux, comme d'autres versions d'UNIX,
ore des consoles virtuelles (ou VC), qui vous permettent d'avoir plus d'une session a la fois sur
votre console.
Pour demontrer cette possibilite, loguez vous sur votre systeme comme explique ci-dessus. Maintenant, pressez alt-F2 . Vous devriez voir a nouveau l'invite login:. Vous voyez en fait la seconde
console virtuelle, vous ^etes deja loge sur la premiere. Pour revenir a la precedente, pressez alt-F1 .
Et voila ! Vous ^etes de retour dans votre precedente session.
Un systeme Linux fra^chement installe ne vous donnera probablement acces qu'aux quatre
premieres consoles virtuelles, depuis alt-F1 jusqua alt-F4 . Vous pouvez avoir jusqu'a 12 consoles
virtuelles, une par touche de fonction sur votre clavier, c'est une simple question de conguration.
Comme vous le voyez, l'utilisation de consoles virtuelles peut ^etre extr^emement utile, vous pouvez
travailler sur dierentes consoles en m^eme temps.
Bien que l'utilisation de ces consoles virtuelles ait quelques limites (vous ne pouvez en voir qu'une
seule a la fois), cela devrait vous donner une (toute petite) idee des capacites multi-utilisateurs
d'UNIX.
3.2.4 Shells et commandes
Pour l'essentiel de vos explorations du monde UNIX, vous discuterez avec le systeme par le biais
d'un shell, un interpreteur de commandes. Un shell n'est rien d'autre qu'un programme qui prend
ce que l'utilisateur tape et traduit ces commandes en instructions destinees au systeme. Vous pouvez
le comparer au programme COMMAND.COM sous MS-DOS, qui a essentiellement la m^eme fonction. Le
shell n'est juste qu'une interface. Les interfaces avec le systeme sont nombreuses et variees, depuis les
nombreux shells disponibles jusqu'au systeme X Window, qui vous permet d'utiliser des commandes
en utilisant le clavier ou la souris, avec achage sur un ecran graphique du plus bel eet.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
74
Des que vous vous loguez, le systeme lance le shell, et vous pouvez taper des commandes. Voici
un petit exemple. Ici, Dupont entre sur le systeme, et se retrouve devant l'invite du shell, qui
s'appelle le prompt en anglais.
dupont
mot de passe de dupont
bistrot login:
Password:
Bienvenue au Bistrot !
/home/dupont$
\/home/dupont$" est l'invite du shell, indiquant qu'il est pr^et a prendre des commandes. (plus de
details sur ce qu'indique cette invite plus tard). Essayons de demander au systeme de faire quelque
chose d'interessant:
/home/dupont$
servir:
servir a boire
command not found
/home/dupont$
Comme c'est dommage ! Visiblement la machine ne veut pas prendre notre commande.
Une question vous br^ule aussit^ot les levres : qu'est-ce qu'une commande ? qu'est ce qui se passe
lorsque l'on tape \servir a boire"? Le premier mot de la commande, \servir", est le nom de
la commande a executer. Tout le reste de la ligne est pris comme arguments de cette commande.
Exemples:
/home/dupont$
cp toto titi
Ici, la commande s'appelle \cp", et les arguments sont \toto" et \titi".
Lorsque vous tapez une commande, le shell fait plusieurs choses. Tout d'abord, il regarde le
nom de la commande est teste s'il s'agit d'une commande qu'il conna^t en interne. (C'est a dire une
commande qu'il sait executer tout seul. Il en existe un certain nombre que nous verrons plus tard).
Ce shell regarde aussi si cette commande est un alias, un synonyme, d'une autre commande. Si
aucune de ces conditions n'est veriee, le shell recherche alors un programme sur le disque, portant
le nom de la commande. S'il trouve un tel programme, il l'execute, en lui passant les arguments
species sur la ligne de commande.
Dans notre exemple, le shell recherche un programme appele \servir", et ne le trouve pas, nous
signale ce fait, et se remet en attente d'autres commandes. Cette situation est tres frequente, lorsque
l'on fait une faute de frappe par exemple.
Souvent, ce genre de demonstration se fait en langue anglaise, (les ordinateurs parlent souvent
anglais), a l'aide du programme appele \make", qui est destine en principe a realiser la compilation de
gros programmes. \Make", selon les arguments qu'on lui passe, peut acher des messages d'erreurs
amusant beaucoup l'anglophone malicieux. Essayez \make love", si vous comprenez l'anglais, et
imaginez-en d'autres.
3.2. UNIX, Concepts de base
75
3.2.5 Se deloguer
Avant d'aller plus loin, nous devons vous expliquer comment vous deloguer proprement du systeme.
Ce n'est pas indispensable mais ca se fait. Notamment, si vous laissez votre terminal loge sur votre
compte en votre absence, n'importe qui peut usurper votre identite. A l'invite du shell, tapez
/home/dupont$
exit
pour terminer votre session. Il existe d'autre methodes, mais celle-ci est assuree de marcher partout.
3.2.6 Changer votre mot de passe
Vous devez aussi savoir comment changer votre mot de passe. La commande passwd vous demandera
par securite votre ancien mot de passe, puis un nouveau. Elle vous demandera de rentrer une seconde
fois le nouveau, pour bien verier que vous n'avez pas fait de faute de frappe, et l'enregistrera. Faites
tres attention, n'oubliez jamais votre mot de passe ! Les mots de passe sont cryptes et personne
ne pourra vous le rappeler. Si vous le perdez, vous devrez demander a l'administrateur systeme de
vous en remettre un autre. (Si l'administrateur systeme, c'est vous, voyez la section 4.4.)
3.2.7 Fichiers et repertoires
Sous la plupart des systemes d'exploitation (y compris UNIX), il existe le concept de chier, qui est
un ensemble d'informations auquel on donne un nom signicatif (appele le nom de chier). Des
exemples de chiers pourraient ^etre un courrier electronique, le texte d'une recette de cuisine, ou
un programme informatique qui peut ^etre execute. Pratiquement, tout ce qui est ecrit sur le disque
dur est sauve sous forme de chier individuel.
Les chiers sont identies par leur nom de chier. Par exemple, le chier contenant la recette
de cuisine pourrait ^etre enregistre sous le nom de cassoulet. Ces noms sont en general choisis de
maniere a ^etre comprehensibles pour un humain. Il n'y a pas de format standard pour les noms
de chiers, comme il en existe sous MS-DOS ou ailleurs; en general, les noms de chiers peuvent
contenir n'importe quel caractere (sauf /, voir la discussion sur les chemins d'acces plus loin), et
peuvent faire jusqu'a 256 caracteres de longs, voire plus.
Au concept de chier est associe la notion de repertoire. Un repertoire est simplement une
collection de chiers. On donne aussi bien s^ur un nom a chaque repertoire, pour pouvoir l'identier
aussi facilement que les chiers. De plus, les repertoires sont organisees de maniere arborescente;
c'est a dire que les repertoires peuvent contenir d'autres repertoires, indeniment.
Un chier peut ^etre reference par son chemin d'acces, qui est constitue du nom de chier,
precede par le nom du repertoire qui le contient. Par exemple, disons que Dupont possede un
repertoire nomme recettes, qui contient trois chiers: cassoulet, confit, et soupe (chacun de
ses chiers contenant le texte de la recette par exemple). Pour se referer au chier soupe, Dupont
peut specier le chemin d'acces au chier:
recettes/soupe
Chapitre 3. Didacticiel Linux
76
Comme vous pouvez le voir, le repertoire et le nom de chier sont separes par un simple caractere,
la barre oblique, (/) appelee \slash". C'est pour cette raison que ce caractere est lui-m^eme interdit
dans les noms de chiers. Les utilisateurs de MS-DOS trouveront cette convention familiere, bien
que sous ce systeme le separateur soit l'anti-slash (\) pour compliquer les choses.
Comme nous l'avons dit, les repertoires peuvent ^etre imbriques les uns dans les autres. Par
exemple, considerons que Dupont a un autre repertoire, a l'interieur de recettes, qui se nomme
vomitifs. Ce r
epertoire contiendrait les chiers macdo et pacific. Le chemin d'acces du chier
macdo serait alors
recettes/vomitifs/macdo
Par consequent, le chemin d'acces est vraiment un \chemin" qui vous mene directement au chier
specie. Le repertoire precedent un sous-repertoire est appele le repertoire pere. Ici, le repertoire
recettes est le pere de vomitifs.
3.2.8 Arborescence de repertoires
La plupart des systemes UNIX ont une maniere assez standard d'organiser les chiers, de maniere
a pouvoir facilement localiser les ressources du systeme sans y passer des heures. Cet agencement
forme une arborescence de repertoires, qui commence au repertoire \/", connu comme le \repertoire
racine". Directement sous \/" sont places quelques sous-repertoires importants: /bin, /etc, /dev,
et /usr, entre autres. Ces repertoires contiennent a leur tour d'autres repertoires qui contiennent
des programmes, des chiers de conguration, et ainsi de suite.
En particulier, chaque utilisateur possede son repertoire personnel, ou home directory, qui
est le repertoire reserve a cet utilisateur pour y stocker ses chiers et y travailler. Dans l'exemple
precedent, tous les chiers de Dupont (comme pacific ou cassoulet) etaient situes dans son
repertoire personnel. En general, ces repertoires personnels sont places dans /home, et prennent le
nom de l'utilisateur qui possede ce repertoire (mais ce n'est pas obligatoire). Par consequent, le
repertoire personnel de Dupont est /home/dupont.
Sur la gure 3.2.8, un exemple d'arborescence de repertoires est represente. Il devrait vous
donner une idee de la facon dont l'arborescence de chiers de votre systeme est organisee.
3.2.9 Le repertoire courant
A tout moment, les commandes que vous tapez sous shell sont referencees par rapport a votre
repertoire courant. Vous pouvez vous representer ce repertoire comme celui dans lequel vous ^etes
presentement \positionne". Lorsque vous vous loguez, votre repertoire courant est par defaut votre
repertoire personnel, /home/dupont dans notre cas. Chaque fois que vous referencez un chier, vous
pouvez le faire en relation avec le repertoire courant, au lieu de donner son chemin d'acces complet.
Voici un exemple. Dupont possede le repertoire recettes, et recettes contient le chier soupe.
Si Dupont veut voir le contenu de ce chier, il peut utiliser la commande
/home/dupont$
more /home/dupont/recettes/soupe
3.2. UNIX, Concepts de base
/
bin
dev
etc
home
lib
proc
tmp
usr
77
dupont
rene
X386
bin
emacs
etc
g++-include
include
lib
local
bin
emacs
etc
lib
man
spool
src
linux
tmp
Figure 3.1: Une arborescence de repertoires typique sous UNIX (abregee).
La commande more ache simplement un chier texte, un ecran a la fois. Toutefois, puisque le
repertoire courant de Dupont est actuellement /home/dupont, il peut au lieu de cela appeler le
chier de maniere relative a ce repertoire courant. La commande serait alors
/home/dupont$
more recettes/soupe
Par consequent, si vous commencez un nom de chier (comme recettes/soupe) avec un caractere
autre que \/", le systeme considere que vous vous referez au chier de maniere relative au repertoire
courant. Ceci est connu sous le nom de chemin d'acces relatif.
D'un autre c^ote, si vous commencez un nom de chier par \/", le systeme l'interpretera comme
un chemin complet, c'est a dire commencant depuis le repertoire racine, /. Ceci est connu sous le
nom de chemin d'acces absolu.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
78
3.2.10 Se referer au repertoire personnel
Sous les deux shells Tcsh et Bash sous Linux, votre repertoire personnel peut ^etre notie par convention, par le caractere tilde (\~"). Par exemple, la commande
/home/dupont#
more ~/recettes/cassoulet
est equivalente a
/home/dupont$
more /home/dupont/recettes/cassoulet
Le caractere \~" est simplement remplace par le nom de votre repertoire personnel par le shell.
De plus, vous pouvez de cette maniere referencer les repertoires personnels des autres utilisateurs.
Le chemin \~rene/boissons" sera traduit en \/home/rene/boissons" par le shell (si /home/rene
est bien le repertoire personnel de Rene). L'utilisation du tilde est un simple raccourci; il n'existe
pas de repertoire \~", c'est juste une convention syntactique oerte par le shell.
3.3 Premiers pas sous UNIX
Avant d'entrer dans le vif du sujet, vous devez savoir que tous les noms de chiers et les commandes
sur un systeme UNIX, sont ce que l'on appelle \case-sensitive", c'est a dire que le systeme fait
une dierence entre les lettres majuscules et minuscules (contrairement a certains systemes comme
MS-DOS). Par exemple, la commande date est tres dierente de Date ou DATE, m^eme chose pour
les noms de chiers.
3.3.1 Se deplacer
Maintenant que nous pouvons nous loguer, et referencer un chemin d'acces a un chier, comment
pouvons-nous changer de repertoire courant, pour se simplier la vie ?
La commande permettant de se deplacer dans l'arborescence de chiers est cd, ce qui peut se
memoriser par \change directory". Vous noterez que les commandes les plus utilisees sous Unix ne
font que deux ou trois lettres. On utilise cd de la facon suivante :
cd hr
epertoirei
ou hrepertoirei est le nom du repertoire ou vous voulez aller.
Comme nous l'avons vu, au depart vous ^etes dans votre repertoire personnel. Si Dupont voulait
se deplacer dans le sous-repertoire recettes, il utiliserait donc la commande:
/home/dupont$
cd recettes
/home/dupont/recettes$
3.3. Premiers pas sous UNIX
79
Comme vous pouvez le voir, l'invite change pour reeter le repertoire courant (de maniere a se
reperer facilement). Cette possibilite depend du shell utilise. Maintenant qu'il est dans le repertoire
recettes, notre ami peut lire sa recette de cassoulet directement par la commande
/home/dupont/recettes$
more cassoulet
Maintenant, Dupont est dans son sous-repertoire recettes. Pour revenir un cran au-dessus,
dans le repertoire parent, il peut utiliser la commande
/home/dupont/recettes$
cd ..
/home/dupont$
(Notez bien l'espace entre le \cd" et les deux points \..".) Chaque repertoire possede une entree
speciale nommee \..", qui se refere au repertoire pere. De facon similaire, chaque repertoire possede
une entree nommee \.", qui se refere a lui-m^eme. Par consequent la commande
/home/dupont/recettes$
cd .
nous deplace la ou nous sommes, c'est a dire ne change rien.
Vous pouvez aussi indiquer des chemins d'acces absolus a la commande cd bien s^ur. Pour aller
dans le repertoire personnel de Rene, nous pouvons utiliser la commande
/home/dupont/recettes$
cd /home/rene
/home/rene$
L'utilisation de cd sans aucun argument nous ramene dans notre repertoire personnel, c'est un
raccourci tres pratique:
/home/rene$
cd
/home/dupont$
3.3.2 Acher le contenu des repertoires
Maintenant que nous pouvons nous promener un peu partout, vous allez sans doute nous dire \Bon,
et alors ?". Il est vrai que ca ne nous avance pas a grand chose pour l'instant, aussi voyons une
nouvelle commande, ls. ls ache une liste de chiers et de repertoires, par defaut depuis votre
repertoire courant. Par exemple:
/home/dupont$
Mail
adresses
recettes
/home/dupont$
ls
Chapitre 3. Didacticiel Linux
80
Nous voyons ici que Dupont a trois entrees dans son repertoire courant: Mail, recettes, et
. C'est assez imprecis; s'agit-il de chiers ou de repertoires ? Nous pouvons utiliser l'option
-F de la commande ls pour en savoir un peu plus.
adresses
/home/dupont$
ls {F
Mail/
adresses/
recettes/
/home/dupont$
Le caractere / rajoute a chaque nom nous montre que ce sont en fait trois sous-repertoires.
L'utilisation de ls -F peut aussi rajouter \*" a la n d'un nom de chier. Cela indiquera alors
que ce chier est un executable, ou un programme qui peut ^etre execute. Si rien n'est ajoute a la
n du nom, il s'agit alors d'un \bon vieux chier", c'est a dire ni un repertoire, ni un executable.
En general, chaque commande UNIX peut prendre un certain nombre d'options en plus de ces
arguments habituels. Ces options commencent traditionnellement par un \-", comme nous venons
de le voir plus haut avec ls -F. L'option -F demande a ls de donner plus d'informations sur le type
de chiers rencontres, dans ce cas, en achant un / apres chaque nom de repertoire.
Si vous donnez un nom de repertoire a ls, il achera le contenu de ce repertoire.
/home/dupont$
ls {F recettes
cassoulet
confit
soupe
vomitifs/
/home/dupont$
Pour voir une liste bien plus interessante, regardons ce qui se trouve dans le repertoire /etc du
systeme.
/home/dupont$
ls /etc
Images
ftpusers
lpc
rc.new
shells
adm
getty
magic
rc0.d
startcons
bcheckrc
gettydefs
motd
rc1.d
swapoff
brc
group
mount
rc2.d
swapon
brc~
inet
mtab
rc3.d
syslog.conf
csh.cshrc
init
mtools
rc4.d
syslog.pid
csh.login
init.d
pac
rc5.d
syslogd.reload
default
initrunlvl
passwd
rmt
termcap
disktab
inittab
printcap
rpc
umount
fdprm
inittab.old
profile
rpcinfo
update
fstab
issue
psdatabase
securetty
utmp
ftpaccess
lilo
rc
services
wtmp
/home/dupont$
3.3. Premiers pas sous UNIX
81
(Pour les utilisateurs de MS-DOS qui seraient parmi nous, remarquez que le nom de certains
chiers, montrant qu'il peut ^etre bien plus long que 8 caracteres, et peut contenir autant de points
que necessaires a n'importe quel endroit.)
Maintenant, deplacons nous tout en haut de l'aborescence, en utilisant la commande \cd ..",
puis redescendons dans un autre sous repertoire: /usr/bin.
/home/dupont$
cd ..
/$ cd usr
/usr$ cd bin
cd ..
/home$
/usr/bin$
Vous pouvez aussi vous deplacer d'un coup, comme dans cd /usr/bin.
Essayez de vous promener dans dierents repertoires, en utilisant cd puis ls. Dans certains cas,
vous pourrez vous voir acher le message frustrant \Permission denied", signiant qu'il vous est
interdit d'aller par la. C'est simplement la notion de securite que possede UNIX : pour executer ls
ou cd dans un repertoire, vous devez en avoir l'autorisation. Nous parlerons de cela en detail dans
la section 3.9.
3.3.3 Creation de nouveaux repertoires
Il est maintenant temps d'apprendre a creer des repertoires. Cela se fait a l'aide de la commande
mkdir. Essayez par exemple:
/home/dupont$
/home/dupont$
mkdir essais
ls -F
Mail/
adresses/ essais/ recettes/ /home/dupont$
/home/dupont/essais$
ls
cd essais
/home/dupont/essais$
Felicitations ! Vous venez de creer un nouveau repertoire et vous deplacer dedans. Comme il n'y
a aucun chier dans ce repertoire, apprenons a copier des chiers d'un endroit a un autre.
3.3.4 Copier des chiers
La copie de chiers se realise avec la commande cp :
/home/dupont/essais$
/home/dupont/essais$
/home/dupont/essais$
shells
termcap
cp /etc/termcap .
cp /etc/shells .
ls {F
Chapitre 3. Didacticiel Linux
82
/home/dupont/essais$
cp shells bells
ls {F
bells
termcap
/home/dupont/essais$
shells
/home/dupont/foo$
La commande cp copie les chiers precises sur la ligne de commande vers le chier ou le repertoire
donne comme dernier argument. Notez comment nous pouvons utiliser le repertoire \." pour
referencer facilement le repertoire courant.
3.3.5 Deplacer des chiers
Une nouvelle commande appelee mv permet de deplacer des chiers, plut^ot que d'en eectuer une
copie. La syntaxe est evidente.
/home/dupont/essais$
/home/dupont/essais$
bells
sells
mv termcap sells
ls -F
shells
/home/dupont/essais$
Notez que termcap n'existe plus, mais qu'a sa place il y a le chier sells. Ceci peut servir a
renommer des chiers, comme nous venons justement de le faire, mais aussi pour deplacer un chier
vers un nouveau repertoire.
3
Note : mv et cp ecraseront le contenu du chier destination (si il existe deja) sans vous prevenir.
Faites tres attention lors que vous deplacez un chier vers un autre repertoire : il peut deja contenir
un chier portant le m^eme nom, que vous ecraserez alors irremediablement!
3.3.6 Eacer des chiers et des repertoires
Nous sommes maintenant rompus a l'utilisation de ls, et cette commande nous montre qu'il serait
temps de faire un peu le menage ici ou la apres une longue session de travail. Pour eacer un chier,
vous utiliserez la commande rm. (\rm" symbolise le terme anglais \remove").
/home/dupont/essais$
/home/dupont/essais$
rm bells sells
ls -F
shells
/home/dupont/essais$
Il ne nous reste plus que shells. Notez que par defaut rm ne vous demande rien avant de supprimer
les chiers, aussi faites tres attention.
La commande rm ne supprime pas les repertoires, pour cela vous devrez utiliser rmdir. La
commande rmdir supprime une entree de repertoire, mais uniquement si ce repertoire est vide. Si
il contient un chier ou des sous-repertoires, rmdir vous signalera qu'il ne peut pas agir.
3.3. Premiers pas sous UNIX
83
3.3.7 Voir le contenu des chiers
Les commandes more et cat sont utilisees pour voir le contenu de certains chiers. more ache le
chier ecran par ecran, alors que cat le fait en une seule fois. Si le chier a lire contient plus de
lignes que votre ecran, mieux vaut utiliser more.
Pour voir le contenu du chier shells, nous pouvons utiliser la commande
/home/dupont/essais$
more shells
Au cas ou vous seriez interesse par le contenu de shells, il s'agit d'une liste des programmes
shells valides sur votre systeme. Cela inclut souvent /bin/sh, /bin/bash, et /bin/csh au minimum.
Nous verrons la dierence entre ces dierents shells un peu plus tard.
Lors de l'utilisation de more, tapez Espace pour acher la page de texte suivante, et b pour
revenir a la precedente. Il y a beaucoup d'autres commandes disponibles, celles-ci sont juste une
base a conna^tre. La touche q vous permettra de sortir de more.
Quittez more et essayez cat /etc/termcap. Le texte va probablement deler beaucoup trop
vite pour avoir le temps de lire quoi que ce soit. Le nom \cat" signie quelque chose comme
\concatenation", qui est le veritable but de ce programme. La commande cat peut ^etre utilisee pour
concatener le contenu de plusieurs chiers et sauver le resultat dans un autre. Nous en reparlerons
plus tard.
3.3.8 L'aide en ligne
Pratiquement tout systeme UNIX complet, y compris Linux, ore une facilite appelee \pages de
manuel". Ces pages de manuel contiennent la documentation de toutes les dierentes commandes
systeme, ressources, chiers de conguration, et ainsi de suite.
La commande utilisee pour acceder a ces pages de manuel se nomme man. Par exemple, si vous
voulez conna^tre les autres options de la commande ls, vous pouvez taper
/home/dupont$
man ls
et la page de manuel de ls s'achera sur l'ecran.
Malheureusement, la plupart de ces pages sont ecrites pour ceux qui ont deja une notion de ce que
font les commandes. Pour cette raison, les pages de manuel contiennent seulement les renseignements
techniques pratiques, ne comptez pas trouver tout un cours d'initiation dans le manuel UNIX.
Toutefois, le manuel peut ^etre tres pratique lorsque vous avez un trou de memoire, pour vous
rappeler la syntaxe d'une commande. Vous apprendrez par ce manuel beaucoup de choses a propos
de commandes qui ne sont pas decrites dans ce livre.
Nous vous suggerons d'essayer man pour toutes les commandes que nous avons deja vu, et chaque
fois que nous en introduisons une nouvelle. Vous noterez que parfois, certaines commandes n'ont
pas de page de manuel; ce peut ^etre pour plusieurs raisons. La premiere et la plus courante, est que
la page n'a pas encore ete ecrite ( Le Projet de Documentation Linux s'occupe aussi de rediger les
Chapitre 3. Didacticiel Linux
84
pages de manuel, et nous accumulons petit a petit toute la documentation, mais nous ne sommes
que des ^etres humains...) La seconde raison, est que la commande peut ^etre interne au shell, ou
bien un alias (comme explique dans la section 3.2.4), auquel cas elle n'aura pas sa propre page de
manuel. Un bon exemple est la commande cd, qui est une commande interpretee directement par
le shell. Il n'y a pas de programme separe qui realise cette fonction, donc il n'y a pas de page de
manuel pour cd.
3.4 Resume des commandes de base
Cette section presente quelques unes des commandes les plus utiles sur un systeme UNIX, y compris
celles decrites dans la section prededente.
Notez bien que les options commencent generalement par un \-", et que dans la plupart des cas
il est possible de combiner de multiples options d'une lettre dans un seul \-". Par exemple, au lieu
d'utiliser la commande ls -l -F, il est plus pratique de taper ls -lF.
Au lieu de donner la liste de toutes les options disponibles pour chacune de ces commandes, nous
ne parlerons que de celles qui sont utiles ou importantes, pour l'instant. En realite, la plupart de
ces commandes comprennent une tres grande quantite d'options que vous n'utiliserez jamais. Vous
pouvez utiliser man si vous voulez en savoir plus.
Notez egalement que beaucoup de ces commandes prennent une liste de chiers ou de repertoires
comme arguments, denotes par \hchier1i hchierNi". Par exemple, la commande cp prend une
liste de chiers a copier, suivie de la destination, chier ou repertoire. Lorsque l'on copie plus d'un
chier a la fois, la destination doit ^etre un repertoire.
:::
cd
ls
Change le repertoire de travail courant.
Syntaxe: cd hrepertoirei
hrepertoirei est le repertoire de destination. (\." se refere au repertoire courant,
\.." au parent.)
Exemple: cd ../toto positionne le repertoire courant sur ../toto.
Ache des informations sur les chiers ou repertoires.
Syntaxe: ls hchier1i hchier2i hchierNi
Ou hchier1i a hchierNi sont les noms de chiers ou repertoires.
Options: Il y a vraiment beaucoup d'options. Les plus couramment utilisees sont
-F (pour acher des informations sur le type de chier), et -l (donnant un format
\long" comprenant la taille du chier, le proprietaire, les droits d'acces, et ainsi de
suite. Ces details seront expliques plus tard.)
Exemple: ls -lF /usr/bin achera le contenu du repertoire /usr/bin.
:::
cp
Copie un (des) chier(s) dans un autre chier ou repertoire.
Syntaxe: cp hchier1i hchier2i hchierNi hdestinationi
Ou hchier1i a hchierNi sont les chiers a copier, et hdestinationi est le chier de
destination ou le repertoire.
Exemple: cp ../frog joe copie le chier ../frog dans le chier ou le repertoire
:::
3.4. Resume des commandes de base
85
.
joe
mv
Deplace un (des) chier(s) vers un autre chier ou repertoire. Cette commande
realise l'equivalent d'une copie suivie de la suppression de l'original. Elle peut ^etre
utilisee pour renommer des chiers, comme dans la comande MS-DOS RENAME.
Syntaxe: mv hchier1i hchier2i hchierNi hdestinationi
Ou hchier1i a hchierNi sont les chiers a deplacer, et hdestinationi est le chier
ou le repertoire de destination.
Exemple: mv ../frog joe deplace le chier ../frog dans le chier ou le repertoire
joe.
:::
rm
Supprime des chiers. Notez bien que lorsque des chiers sont supprimes sous
UNIX, c'est irremediable, il est impossible de revenir en arriere.
Syntaxe: rm hchier1i hchier2i hchierNi
Ou hchier1i a hchierNi sont les chiers a supprimer.
Options: -i demandera conrmation avant chaque eacement de chier.
Exemple:
rm -i /home/dupont/recettes/cassoulet
/home/dupont/recettes/vomitifs/macdo eacera les chiers cassoulet et macdo
si l'operation est bien conrmee par l'operateur.
:::
mkdir
Cree de nouveaux repertoires.
Syntaxe: mkdir hdir1i hdir2i hdirNi
Ou hdir1i a hdirNi sont les repertoires a creer.
Exemple: mkdir /tmp/test creera le repertoire test dans le repertoire /tmp.
:::
rmdir
Cette commande supprime les repertoires vides. Lors de l'utilisation de rmdir,
votre repertoire courant ne doit pas faire partie du repertoire a supprimer.
Syntaxe: rmdir hdir1i hdir2i hdirNi
Ou hdir1i a hdirNi sont les repertoires a supprimer.
Exemple: rmdir /tmp/test supprime le repertoire test dans /tmp, si il est vide
(et s'il existe).
:::
man
more
Ache la page de manuel pour la commande ou la ressource donnee. (c'est a dire,
n'importe quel utilitaire systeme qui n'est pas une commande, comme une fonction
de librairie). Syntaxe: man hcommandei
Ou hcommandei est le nom de la commande ou ressource sur laquelle on desire de
l'aide.
Exemple: man ls donne la description de la commande ls.
indexmore@more
Ache le contenu des chiers, un ecran a la fois.
Syntaxe: more hchier1i hchier2i hchierNi
Ou hchier1i a hchierNi sont les chiers a examiner.
Exemple: more /etc/termcap ache le chier /etc/termcap.
:::
cat
Normalement destinee a concatener des chiers, la commande cat est aussi utilisee
Chapitre 3. Didacticiel Linux
86
pour acher tout le contenu d'un chier d'un coup.
Syntaxe: cat hchier1i hcher2i hchierNi
Ou hchier1i a hchierNi sont les chiers concernes.
Exemple: cat /etc/passwd ache le contenu du chier /etc/passwd.
:::
echo
Ache simplement les arguments qu'on lui passe.
Syntaxe: echo harg1i harg2i hargNi
Ou harg1i a hargNi sont les arguments a acher.
Example: echo "Bonjour tout le monde" achera la cha^ne \Bonjour
monde".
:::
grep
tout le
Ache toutes les lignes dans le (les) chier(s) correspondant a l'expression donnee.
Syntaxe: grep hexpressioni hchier1i hchier2i hchierNi
Ou hexpressioni est une expression rationnelle, et hchier1i a hchierNi les chiers
dans lesquels la rechercher.
Exemple: grep local /etc/hosts achera toutes les lignes du chier /etc/hosts
qui contiennent l'expression \local".
:::
3.5 Exploration du systeme de chiers
Le systeme de chiers est l'ensemble des chiers et la hierarchie de repertoires de votre systeme.
Nous vous avons promis plus haut de vous accompagner dans une petite visite de cette arborescence,
il est temps de se mettre en route.
Vous avez maintenant les connaissances de base pour comprendre ce dont nous allons parler, et
vous avez un plan du domaine. (Cf gure 3.2.8 a la page 77).
Tout d'abord, allez dans le repertoire racine (cd /), et faites un ls -F. Vous verrez probablement
les repertoires suivants 2 :
bin, dev, etc, home, install, lib, mnt, proc, root, tmp, user, usr, et var.
Jetons un il a chacun d'eux.
/bin
signie \binaires", ou executables. C'est l'endroit ou se trouvent beaucoup de
programmes systeme essentiels. Utilisez la commande \ls -F /bin" pour obtenir
une liste de ces chiers. Vous pourrez reconna^tre certaines commandes que nous
avons decrite plus haut: Lorsque vous utilisez la commande cp, vous executez le
programme /bin/cp.
Avec ls -F, vous verrez que pratiquement tous ces chiers possedent une asterisque
(\*"), rajoutee par ls a la n de leur nom. C'est l'indication qu'ils sont executables,
comme nous l'avons vu section 3.3.2.
/bin
2 Vous en verrez surement d'autres, ou moins. Ne vous aolez pas. Chaque version de Linux peut ^
etre legerement
dierente.
3.5. Exploration du systeme de chiers
/dev
87
Notre prochain arr^et est /dev. Observez, toujours avec ls -F.
Les \chiers" contenus dans /dev sont connus comme pilotes de peripheriques
(device-drivers); ils sont utilises pour acceder aux peripheriques et ressources du
systeme, comme les disques durs, modems, memoire,souris, et ainsi de suite. Sous
UNIX, vous pouvez lire de la m^eme facon les donnees contenues dans un chier,
que par exemple celles fournies par la souris en accedant a /dev/mouse.
Les chiers commencant par fd sont les pilotes des lecteurs de disquettes. fd0 est le
premier lecteur, fd1 le second. Vous constatez qu'il y a bien plus de pilotes que de
lecteurs de disquettes dans la machine: chacun d'eux represente un type particulier
de disquette. Par exemple, fd1H1440 permettra d'acceder aux disquettes hautedensite de 3.5" sur le lecteur 1.
Voici une liste des pilotes les plus utilises. Vous pouvez ne pas tous les posseder sur
votre systeme, mais c'est peu probable.
/dev/console correspond a la console systeme; l'ecran qui est connecte directement a la machine.
les dierents /dev/ttyS et /dev/cua sont utilises pour acceder aux ports serie
de l'ordinateur. Par exemple, /dev/ttyS0 correpond en gros a \COM1" sous
MS-DOS. Les pilotes /dev/cua correspondent aux m^emes ports series, mais
pour une utilisation \sortante", comme un appel a l'aide d'un modem.
Les pilotes dont le nom commence par hd permettent d'acceder aux disques
durs. /dev/hda correspond a tout le premier disque dur, alors que hda1
represente la premiere partition du disque /dev/hda.
Les pilotes dont le nom commence par sd correspondent aux disques SCSI. Si
vous avez un disque dur SCSI, vous ne pourrez pas y acceder par /dev/hda,
mais uniquement par /dev/sda. Les bandes magnetiques SCSI sont accessibles
par st, et les CD-ROM SCSI par les pilotes sr.
Les pilotes dont le nom commence par lp correspondent aux ports imprimante
parallele. /dev/lp0 represente en fait le \LPT1" du monde MS-DOS.
/dev/null est utilis
e comme un \trou noir"; c'est un puits sand fond. Toute
donnee envoyee dans ce pilote est absorbee sans autre forme de proces. A
quoi cela sert-il ? Et bien, si vous voulez supprimer la sortie d'une commande
qui ache trop de choses a votre go^ut, vous pourrez envoyer cette sortie sur
/dev/null. Nous reparlerons de ca un peu plus tard.
Les pilotes dont le nom commence par /dev/tty correspondent aux \consoles
virtuelles" de votre systeme. (accessibles par les touches alt-F1 a alt-F12 ).
/dev/tty1 est la premi
ere /dev/tty2 la seconde, et ainsi de suite.
Les pilotes dont le nom commence par /dev/pty sont des \pseudo-terminaux".
Ils sont utilises pour orir un \terminal" aux sessions distantes realisees par le
reseau. Par exemple, si votre machine est sur un reseau, les sessions ouvertes
par telnet utiliseront chacune l'un des pilotes /dev/pty.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
88
contient presque tout ce qui pourrait ^etre appele \et ctera"! Beaucoup de
chiers de conguration systeme, programmes et utilitaires. La plupart des programmes rencontres dans /etc sont a l'usage exclusif de l'administrateur systeme.
La tendance actuelle est a supprimer les chiers executables de /etc pour les
deplacer dans /sbin, et de ne conserver dans la mesure du possible que des chiers
de conguration dans /etc; nous verrons tout cela dans le chapitre 4.
/etc
/etc
/sbin
sbin
/home
/home
/lib
/lib
/proc
/proc
/tmp
/usr
/usr/X386
est utilise pour les binaires essentiels au systeme, necessaires a
l'administrateur.
contient traditionnellement les repertoires personnels des utilisateurs. Par
exemple, /home/rene est le repertoire personnel de Rene, dont le nom utilisateur
est rene. Sur un systeme venant juste d'^etre installe, il peut ne pas y avoir grand
monde dans ce repertoire.
contient les bibliotheques partagees. Ces librairies partagees contiennent le
code que beaucoup de programmes partagent ensemble. Au lieu d'avoir dans chaque
programme, une copie individuelle de ces routines, le code est stocke une seule fois
au m^eme endroit pour tout le monde, dans /lib. Les executables resultants sont
beaucoup plus petits et la place disque economisee est assez consequente.
est un systeme de chiers \virtuel", les chiers sont simules en memoire, pas
sur le disque.3 Ils correspondent aux dierents processus presents sur le systeme, et
permettent d'obtenir des informations de maniere souple et elegante. Nous entrerons
dans le detail de ce systeme de chiers section 3.11.1.
E normement de programmes ont besoin de generer de temps a autres des chiers
temporaires. Ces chiers sont toujours crees dans /tmp.
est un repertoire tres important. Il contient un certain nombre de sousrepertoires qui a leur tour, contiennent les programmes ou les chiers de conguration les plus utiles du systeme.
Ces dierents repertoires sont essentiels pour le fonctionnement du systeme, mais
beaucoup de choses situees dans /usr sont optionnelles. Neanmoins, ce sont ces
options la qui rendent le systeme utile et interessant. Sans /usr, vous auriez un
ordinateur capable juste d'eectuer des operations ennuyeuses comme cp ou ls.
/usr contient les applications les plus importantes, et leurs chiers de conguration.
/usr
contient X Window, si vous l'avez installe. X Window est un important et puissant environnement graphique qui ore une innite d'utilitaires et programmes graphiques, aches dans des \fen^etres" sur votre ecran. Si vous ^etes
familier avec des environnements comme Microsoft Windows ou Macintosh, X Window vous semblera familier. (Tout en etant beaucoup plus puissant). Le repertoire
/usr/X386 contient tous les chiers relatifs a cet environnement, qui sera decrit
/usr/X386
3 N'ayez pas peur de l'
enorme chier /proc/kcore que vous allez y trouver. Il symbolise toute la memoire de votre
machine, fera donc 32 Mo si vous avez 32Mo de RAM, mais ne prend aucune place nulle part.
3.5. Exploration du systeme de chiers
89
dans la section 5.1 page 153
/usr/bin
/usr/etc
est vraiment le magasin a programmes sur tout systeme UNIX. Il contient
la plupart des executables qui ne se trouvent pas ailleurs, comme /bin.
/usr/bin
Tout comme /etc contient dierents programmes et chiers de conguration,
/usr/etc contient encore plus de chiers de ce type. En g
eneral, les chiers trouves
dans /usr/etc ne sont pas essentiels au systeme, comme le sont ceux de /etc. La
tendance actuelle est de deplacer les executables de ce repertoire pour les mettre
dans /usr/sbin, ne conservant que ce qui est conguration pure dedans.
contient les \chiers include" pour le compilateur C. Ces chiers
(dont la plupart se terminent par .h, pour \header") declarent les structures, noms,
fonctions, constantes utilisees lors de l'ecriture de programmes en langage C. Si vous
^etes un familier de la programmationC, ce repertoire ne devrait pas vous surprendre.
/usr/include /usr/include
/usr/g++-include
/usr/g++-include
).
contient les chiers de denition du compilateur C++, comme
/usr/include
/usr/lib
/usr/local
/usr/man
/usr/src
contient les bibliotheques necessaires a l'edition de liens des programmes
que l'on realise. Il y a generalement pour chaque, deux versions: l'une statique et
l'autre partagee, qui est le pendant ce que que l'on trouve dans /lib pour l'execution
de ces programmes. De plus, divers autres programmes vont chercher leurs chiers
de conguration dans /usr/lib.
/usr/lib
/usr/local ressemble beaucoup a /usr: Il contient des programmes et chiers
divers qui ne sont pas indispensables, mais qui rendent le systeme encore meilleur.
En general, ce que l'on met dans /usr/local est specique a chaque machine
et depend de l'administrateur et des besoins des utilisateurs; c'est pourquoi
/usr/local est toujours di
erent d'une machine a une autre.
Vous pouvez y trouver par exemple de grosses applications comme TEX (avec lequel
ce livre est realise), ou Emacs (un puissant editeur de texte), aussi bien que de
petits utilitaires en tous genres faits sur mesure.
Ce repertoire contient les pages de manuel. Il y a deux sous repertoires pour chaque
\section" de manuel (utilisez la commande man man pour avoir des details sur le
manuel). Par exemple, /usr/man/man1 contient les sources originales (les pages de
manuel non formatees) de la section 1, et /usr/man/cat1 les m^emes pages, une fois
formatees.
contient le code source (les programmes non compiles) de divers
programmes composant votre systeme. Le plus important sous Linux est
/usr/src/linux, qui contient tout le code source du noyau du syst
eme.
Vous ne trouverez sur aucun autre systeme UNIX, de telles sources, a moins d'^etre
developpeur dans la compagnie qui le programme, ou de payer quelques millions de
/usr/src
Chapitre 3. Didacticiel Linux
90
francs4 .
/var
/var/adm
/var/spool
contient des repertoires qui sont sujets a des changements de taille
imprevisibles, ou tentent a s'agrandir. Beaucoup d'entre eux se trouvaient a l'origine
dans /usr, mais comme il est preferable que celui-ci soit assez xe, les repertoires
qui changent souvent ont ete deplaces dans /var. Notez qu'ils sont toujours accessibles depuis /usr pour des raisons de compatibilite, gr^ace a des liens symboliques.
En voici quelques-uns :
/var
Il contient dierents chiers utiles a l'administrateur systeme, particulierement les
logs du systeme, qui enregistrent toute erreur ou probleme pouvant se produire.
D'autres chiers tracent les acces a la machine, les tentatives de fraude, etc. Nous
verrons cela dans le chapitre 4.
contient des chiers qui sont \spoules" 5 pour d'autres programmes
Par exemple, si votre machine est connectee a un reseau, le courrier arrive sera mis
en reserve dans /usr/spool/mail, jusqu'a ce qu'il soit lu. Les articles des News
Usenet sont stockes pareillement dans /usr/spool/news, et ainsi de suite.
/var/spool
3.6 Les dierents shells
Comme nous l'avons mentionne beaucoup trop de fois, UNIX est un systeme d'exploitation multit^ache et multi-utilisateurs. Le multit^ache est tres utile, et une fois que vous en avez pris l'habitude,
vous ne pourrez plus revenir en arriere sur un systeme qui ne sait utiliser qu'un programme unique
a la fois. Dans peu de temps, vous serez capable de lancer des applications en \t^ache de fond", de
suivre l'evolution de multiples programmes, d'encha^ner vos commandes en tous sens, de ne laisser
aucun repit a votre microprocesseur...
Beaucoup des possibilites que nous decrirons dans cette section sont fournies par le shell directement. Faites attention a ne pas confondre UNIX (le systeme d'exploitation) avec le shell; le
shell est juste une interface avec le systeme qui est dessous. Le shell fournit un grand nombre de
fonctionnalites, oertes en realite par UNIX.
Le shell n'est pas qu'un simple interpreteur de commandes6. C'est egalement un puissant langage
de programmation, qui vous permet d'ecrire des shell scripts, ou chiers de commandes. Les
utilisateurs de MS-DOS reconna^tront une similarite avec leurs \chiers batch", en beaucoup plus
puissant toutefois. L'utilisation de shell scripts forme un outil tres puissant, qui vous permettra
d'automatiser et etendre votre systeme UNIX de maniere souple et facile. Voyez la section 3.13.1 a
ce sujet.
Il y a dierents types de shells dans le monde UNIX. Les deux types les plus importants sont le
\Bourne shell" et le \C shell". Le shell Bourne utilise une syntaxe similaire a celle du shell original
Mais il existe bien entendu sur les rares autres UNIX gratuits disponibles, comme FreeBSD.
Je ne rigole pas. Il parait que c'est le terme a employer en francais. C'etait pourtant une belle langue...
et voila pourquoi, Monsieur le Ministre de Notre Culture, je ne peux vraiment pas utiliser \interpreteur de
commandes" a la place du mot \shell". Et puis en francais on dit \interprete" il me semble.
4
5
6
3.7. Caracteres generiques
91
des tout premiers systemes UNIX, comme System III. Le nom du shell Bourne sur la plupart des
systemes UNIX est /bin/sh (ou sh signie `shell"). Le C shell utilise une syntaxe tres dierente,
ressemblant beaucoup au langage C, et s'appelle en general /bin/csh sous UNIX.
Sous Linux, (et d'autres UNIX modernes), nous avons en plus plusieurs variantes de ces shells a
notre disposition. Les deux les plus couramment utilises sont le \Bourne Again Shell", ou \Bash"
(/bin/bash), et Tcsh (/bin/tcsh). Bash est un Bourne Shell incluant beaucoup de caracteristiques
supplementaires que l'on trouve dans le C shell. Comme Bash supporte un sur-ensemble de la
syntaxe du Bourne shell, tous les scripts ecrits pour le shell Bourne standard fontionneront avec.
Pour ceux qui preferent utiliser la syntaxe du C shell, Linux propose Tcsh, qui est une version tres
amelioree du C shell original.
Le type de shell que vous deciderez d'utiliser est un choix vraiment personnel. Certains preferent
le shell Bourne, d'autres le C shell, peu importe. Tant qu'il s'agit de lancer des commandes ordinaires,
les deux fonctionneront de la m^eme maniere, sans distinction. La dierence n'appara^t que lorsque
vous commencez a ecrire un shell-script ou vouloir utiliser les possibilites complexes qu'ils proposent.
Nous signalerons eventuellement chaque fois que ce sera utile les dierences entre ces deux shells
dans les explications qui vont suivre. Toutefois, pour ce que nous utiliserons dans ce guide, les
dierences sont minimes. (Si vous voulez vraiment entrer dans le detail, commencez par lire les
pages de manuel systeme de bash et de tcsh).
3.7 Caracteres generiques
Une fonctionnalite tres puissante dans la plupart des shells UNIX est la possibilite de referencer plus
d'un nom de chier a l'aide de caracteres speciaux. Ces caracteres generiques vous permettent
de designer tous les chiers dont, par exemple, le nom contient la lettre \n".
Le caractere \*" remplace n'importe quel caractere ou cha^ne de caracteres dans un nom de
chier. Par exemple, lorsque vous utilisez \*" dans un nom de chier, le shell le remplace par toutes
les substitutions possibles a partir des chiers du repertoire que vous designez.
Voici un petit exemple. Supposons que Marcel possede les chiers cognac, rhum et litron dans
son repertoire personnel.
/home/marcel$
cognac
ls
litron
rhum
/home/marcel$
Pour acceder a tous les chiers dont le nom contient la lettre \o", nous pouvons utiliser la
commande
/home/marcel$
cognac
ls *o*
litron
/home/marcel$
Chapitre 3. Didacticiel Linux
92
Comme vous le voyez, le caractere \*" a ete remplace par toutes les substitutions possibles a partir
des chiers contenus dans le repertoire.
L'usage de \*" tout seul correspond simplement a tous les chiers, puisque tous les caracteres
lui correspondent.
/home/marcel$
cognac
ls *
litron
rhum
/home/marcel$
Voici encore quelques exemples.
/home/marcel$
rhum
/home/marcel$
litron
/home/marcel$
litron
ls r*
ls *on
ls *r*
rhum
/home/marcel$
ls c*c
cognac
/home/marcel$
L'action de changer un caractere generique en noms de chier est appelee expansion, et est
realisee par le shell. Ceci est important: les commances individuelles, comme ls, ne voient jamais
le caractere \*" dans leur liste de parametres. Le shell expanse l'expression pour inclure tous les
noms de chiers possibles avant d'appeler le programme. En fait, la commande
/home/marcel$
ls *o*
este expansee par le shell et devient en realite
/home/marcel$
ls cognac litron
Une note importante a propos du caractere \*". L'utilisation de ce caractere generique ne prendra
pas en compte les noms de chiers qui commencent par un simple point (\."). C'est une convention;
ces chiers sont traites comme chiers "caches"; ils ne sont pas vraiment caches, mais par defaut ils
ne se voient pas, et ne sont pas concernes par le caractere \*".
Voici un exemple. Nous avons deja explique que chaque repertoire possede deux entrees speciales:
\." correspond au repertoire courant, et `.." au parent. Lorsque vous utilisez ls, ces deux entrees
ne sont pas achees.
/home/marcel$
cognac
ls
litron
/home/marcel$
rhum
3.7. Caracteres generiques
93
Si vous utilisez l'option -a de la commande ls, alors vous pouvez voir tous les chiers qui commencent
par un point. Observez :
/home/marcel$
.
..
ls -a
.bash profile
.bashrc
cognac
litron
rhum
/home/marcel$
La, nous voyons les deux entrees speciales, \." et \..", ainsi que deux autres chiers \caches":
.bash profile et .bashrc. Ces deux chiers sont des chiers de d
emarrage utilises par bash. Ils
sont expliques dans la section 3.13.3.
Notez que lorsque nous utilisons le caractere \*", aucun de ces chiers commencant par \." n'est
ache.
/home/marcel$
cognac
ls *
litron
rhum
/home/marcel$
C'est en partie une question de securite: Si \*" prenait en compte les chiers comencant par \.",
il prendrait aussi en compte les deux entrees speciales \." et \..", ce qui peut ^etre tres dangereux
lors de l'utilisation de certaines commandes.
Un autre caractere generique : \?". Le caractere \?" ne represente qu'un seul caractere. Par
consequent, \ls ?" n'achera que les noms de chiers d'une seule lettre, et \ls termca?" pourra
acher \termcap" mais jamais `termcap.backup". Voici un autre exemple:
/home/marcel$
rhum
/home/marcel$
litron
/home/marcel$
ls rhu?
ls li??on
ls ?????c
cognac
/home/marcel$
Comme vous voyez, les caracteres generiques permettent de specier de multiples chiers en une
seule fois. Dans le petit resume des commandes de la page 84, nous avons dit que les commandes
cp et mv pouvaient copier ou d
eplacer plusieurs chiers en une seule fois. Par exemple,
/home/marcel$
cp /etc/s* /home/marcel
copiera tous les chiers de /etc dont le nom commence par la lettre \s" dans le repertoire
/home/larry. Par cons
equent, le format de la commande cp est en realite
cp hchier1i hchier2i hchier3i
:::
hchierNi hdestinationi
ou hchier1i a hchierNi est une liste de chiers a copier, et hdestinationi est le chier ou repertoire
de destination. La commande mv possede une syntaxe identique.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
94
Notez bien que si vous copiez ou deplacez plus d'un chier, le parametre hdestinationi doit ^etre
un repertoire. Vous ne pouvez copier ou deplacer dans un chier qu'un seul autre chier.
3.8 Entrees et sorties sous UNIX
3.8.1 Entree standard et sortie standard
Beaucoup de commandes d'UNIX prennent leurs entrees sur ce qui est connu comme l'entree
standard et envoient leur achage sur la sortie standard, tres souvent abregees par \stdin"
(pour l'entree) et \stdout" pour la sortie. Votre shell parametre les choses de telle maniere que
l'entree standard soit votre clavier, et la sortie standard votre ecran.
Voici un exemple utilisant la commande cat. Normalement, cat lit les donnees de tous les
chiers species sur sa ligne de commande et envoie ce contenu directement sur la sortie standard.
Par consequent, la commande
/home/rene/notes$
cat memo courses
achera le contenu du chier memo suivi de celui du chier courses.
Toutefois, si aucun chier n'est precise a cat, il lira les donnees sur l'entree standard (stdin), et
bien s^ur les renverra sur la sortie standard (stdout). Voici un exemple:
cat
Bonjour tout le monde.
/home/rene/notes$
Bonjour tout le monde.
Allez, salut.
Allez, salut.
ctrl-D
/home/rene/notes$
Comme vous pouvez le voir, chaque ligne que l'utilisateur tape (imprimee en italiques) est
immediatement achee par la commande cat sur l'ecran. Lors de la lecture depuis l'entree standard,
les commandes savent qu'il n'y a plus de donnees lorsqu'elles recoivent un signal EOT (end-of-text,
n du texte). En general, ceci est genere en pressant ctrl-D .
Voici un autre exemple. La commande sort lit des lignes de texte (toujours, depuis stdin, sauf
si des chiers sont precises en ligne de commande), et envoie le resultat trie sur la sortie standard.
Essayez ce qui suit.
/home/rene/notes$
bordeaux
cahors
bergerac
ctrl-D
sort
3.8. Entrees et sorties sous UNIX
95
bergerac
bordeaux
cahors
/home/rene/notes$
Nous pouvons trier la liste des courses par ordre alphabetique... UNIX est fantastique !
3.8.2 Rediriger les entrees et les sorties
Maintenant, admettons que nous voulions envoyer la sortie de sort dans un chier, pour sauver
notre liste de courses quelque part. Le shell nous permet de rediriger la sortie standard dans un
chier, a l'aide du symbole \>". Voici comment ca marche.
/home/rene/notes$
gauloises
bordeaux
cahors
sort > liste.courses
ctrl-D
/home/rene/notes$
Vous voyez que le resultat de la commande sort ne s'est pas ache, au lieu de cela il est enregistre
dans le chier liste.courses. Jetons un il a ce chier.
/home/rene/notes$
cat liste.courses
bordeaux
cahors
gauloises
/home/rene/notes$
Non seulement nous pouvons trier la liste des courses, mais en plus, la conserver ! Mais supposons
que nous notions notre liste originale, dans le desordre, dans le chier bricoles par exemple. Une
methode pour trier cette liste serait de donner a sort le nom du chier a lire, au lieu de l'entree
standard, et rediriger la sortie standard comme nous l'avons fait ci-dessus. Comme ceci:
/home/rene/notes$
/home/rene/notes$
sort bricoles > liste.courses
cat liste.courses
bordeaux
cahors
gauloises
/home/rene/notes$
Toutefois il y a une autre methode pour realiser cela. Car non seulement nous pouvons rediriger la
sortie standard, mais c'est aussi possible pour l'entree standard, en utilisant le symbole \<".
Chapitre 3. Didacticiel Linux
96
/home/rene/notes$
sort < bricoles
bordeaux
cahors
gauloises
/home/rene/notes$
Techniquement, sort < bricoles est equivalent a sort bricoles, mais la premiere forme nous
permet de demontrer ceci : sort < bricoles se comporte comme si les donnees contenues dans le
chier bricoles etaient tapees sur l'entree standard. Le shell prend en charge la redirection. La
commande sort n'a jamais vu ni connu le nom du chier bricoles a lire, pour elle, elle etait encore
en train de lire l'entree standard comme si c'est vous qui tapiez les donnees sur votre clavier.
Ceci nous permet d'introduire le concept de ltre. Un ltre est un programme qui lit des donnees
sur l'entree standard, fait quelque chose avec, et envoie le resultat sur la sortie standard. En utilisant
les redirections, les entrees/sorties standard peuvent ^etre referencees depuis des chiers. sort est
un ltre simple: il trie les donnees qui arrivent et envoie le resultat sur la sortie standard. cat est
encore plus simple: il ne fait rien du tout des donnees qu'il recoit, il ressort tel quel tout ce qui lui
est fourni.
3.8.3 Faites des pipes !
Nous avons vu comment utiliser sort en tant que ltre. Cependant ces exemples consideraient
que vous aviez des donnees situees dans un chier ou que vous les tapiez vous m^eme sur l'entree
standard. Comment faire si les donnees que vous voulez trier proviennent de la sortie d'une autre
commande, comme ls? Par exemple, vous voudriez pouvoir trier par ordre alphabetique inverse,
gr^ace a l'option -r de la commande sort, la liste des chiers presents dans votre repertoire courant.
Une solution pour cela serait:
/home/rene/notes$
ls
bricoles
liste.courses
problemes
telephones
/home/rene/notes$
/home/rene/notes$
ls > le-list
sort -r le-list
telephones
problemes
liste.courses
bricoles
/home/rene/notes$
Ici, nous avons sauve la sortie de ls dans un chier, puis utilise sort -r sur ce chier. Mais ce n'est
pas tres pratique et nous oblige a utiliser un chier temporaire pour recuperer la sortie de ls.
3.8. Entrees et sorties sous UNIX
97
La solution est d'utiliser un pipe.7 Les pipes sont une autre caracteristique oerte par le shell,
qui permettent de connecter la sortie d'une commande a un \tuyau", et l'entree d'une autre a l'autre
bout de ce tuyau. Le resultat est que l'entree standard de la seconde commande est directement
connectee a la sortie de la premiere, et ainsi de suite. Ici, nous voulons connecter la sortie standard
de ls a l'entree standard de sort. On utilise le symbole \|" pour creer un pipe :
/home/rene/notes$
ls j sort -r
telephones
problemes
liste.courses
bricoles
/home/rene/notes$
Cette commande est bien plus courte, et beaucoup plus facile a taper.
Un autre exemple tres utile, une commande comme
/home/rene/notes$
ls /usr/bin
va acher une tres longue liste, qui delera bien trop vite sur l'ecran pour avoir le temps de lire
quoi que ce soit. A la place, utilisons donc more pour acher ecran par ecran les chiers presents
dans /usr/bin.
/home/rene/notes$
ls /usr/bin j more
Nous pouvons maintenant lire cette liste tranquillement.
Mais on peut faire encore mieux ! Nous pouvons encha^ner plus de deux commandes avec des
pipes. La commande head est un ltre qui ache les premieres lignes d'un ux (ici, l'entree standard
depuis un pipe). Si nous voulions acher le dernier chier par ordre alphabetique dans le repertoire
courant, nous utiliserions:
/home/rene/notes$
ls j sort -r j head -1
telephones
/home/rene/notes$
ou head -1 ache simplement la premiere ligne qu'il recoit en entree (dans ce cas, la sortie triee
par ordre alphabetique inverse de la commande ls).
3.8.4 Redirection non destructive
L'utilisation de \>" pour rediriger la sortie vers un chier est destructive: la commande
7 Certains traduisent vraiment pipe par tuyau, ou tube. Il est vrai que c'en est la signication exacte et qu'il est
employe dans ce sens; neanmoins le mot pipe etant universellement utilise, nous conserverons l'usage de ce mot dans
ce guide, an qu'il reste comprehensible par le commun des mortels. Et puis ca permet des jeux de mots encore plus
dr^oles...
Chapitre 3. Didacticiel Linux
98
/home/rene/notes$
ls > liste.chiers
ecrase a chaque fois le contenu de liste.fichiers. Si vous utilisez le symbole \>>" pour eectuer
la redirection, la sortie sera rajoutee au contenu deja existant du chier.
/home/rene/notes$
ls >> liste.chiers
rajoutera la sortie de la commande ls a la n du chier file-list.
N'oubliez jamais que les pipes et redirections sont des possibilites oertes par le shell. C'est le
shell qui gere cette syntaxe a base de `>" ou `>>" et \|". Cela n'a rien a voir avec les commandes
elles-m^emes, c'est le shell qui s'occupe de tout.
La lecture d'un ouvrage plus general s'impose si vous desirez approfondir ce sujet. Il serait trop
long d'introduire ici l'operateur `<<" et surtout la notion de \sortie standard d'erreurs", ainsi que
les dierences entre les dierents shells qui commencent alors a entrer dans le jeu.
3.9 Droits d'acces aux chiers
3.9.1 Notions de permissions d'acces
Du fait qu'UNIX puisse supporter de nombeux utilisateurs, le systeme contient un mecanisme destine
a proteger les chiers de la curiosite de certains. Vous n'aimeriez sans doute pas que n'importe qui
puisse lire votre courrier, n'est-ce pas ? Ce mecanisme, appele permissions d'acces, permet
aux utilisateurs d'^etre \proprietaires" de certains chiers ou repertoires. Par exemple, Marcel est
proprietaire de tous les chiers qu'il a cree dans son repertoire personnel, et peut en faire ce qu'il
veut.
UNIX permet egalement de partager des chiers entre utilisateurs et groupes d'utilisateurs. Si
Marcel le desirait, il pourrait interdire tout acces a ses chiers, de telle maniere que personne d'autre
ne puisse y acceder. Neanmoins sur la plupart des systemes, par defaut les autres utilisateurs peuvent
lire vos chiers, mais ne peuvent pas les modier ou les eacer. C'est a vous de les proteger davantage
si vous en ressentez le besoin.
Comme nous l'avons dit, chaque chier appartient a un utilisateur particulier. Mais les chiers
appartiennent egalement a un groupe, qui est un groupe d'utilisateurs deni dans la conguration
du systeme. Chaque utilisateur fait partie d'au moins un groupe lorsque son compte est cree.
L'administrateur systeme peut egalement placer cet utilisateur dans plusieurs groupes a la fois.
Les groupes sont generalement denis par le type d'utilisateurs qui ont acces a la machine. Par
exemple, sur un systeme UNIX d'une universite, les utilisateurs pourraient ^etre places dans des
groupes comme etudiant, professeur, faculte ou invite. Il existe aussi quelques groupes denis
par le systeme pour contr^oler l'acces aux ressources (comme bin and admin), mais les utilisateurs
appartiennent tres rarement a ces groupes.
Les droits d'acces se divisent en trois categories principales: lecture, ecriture et execution. Ces
permisions peuvent ^etre accordees a trois classes d'utilisateurs: le proprietaire du chier, le groupe
d'utilisateurs auquel ce chier appartient, et tous les autres utilisateurs, quel que soit le groupe.
3.9. Droits d'acces aux chiers
99
L'autorisation de lecture permet de lire le contenu du chier, ou bien dans le cas de repertoires, de
lire le contenu de ce repertoire (avec ls). Pour les repertoires, le droit d'ecriture permet a l'utilisateur
de creer de nouveaux chiers ou d'en supprimer, a l'interieur de ce repertoire. Finalement, la
permission d'execution autorise l'utilisateur a executer le chier en tant que programme ou shellscript. (Si le chier est un programme ou un shell-script bien s^ur). Dans le cas des repertoires,
posseder le droit d'execution autorise par convention l'utilisateur a traverser le repertoire en question
(commande cd ).
3.9.2 Interpreter les permissions d'acces
Voyons une demonstration pratique. La commande ls, utilisee avec son option -l ache un resultat
sous un format \long", montrant les droits d'acces.
/home/rene/notes$
-rw-r--r--
ls -l liste.courses
1 rene
users
505 Mar 13 19:05 liste.courses
/home/rene/notes$
Le premier champ ache represente les dierentes permissions d'acces au chier. Le troisieme
indique le proprietaire (rene), et le quatrieme indique le groupe auquel ce chier appartient (users).
Le dernier champ est bien evidemment le nom du chier (liste.courses), et nous verrons les autres
plus tard.
Ce chier appartient a rene, ainsi qu'au groupe users. Regardons les permissions d'acces. La
cha^ne -rw-r--r-- donne dans l'ordre, les droits qu'ont respectivement le proprietaire, le groupe,
et tous les autres sur ce chier.
Le premier caractere (\-") represente le type du chier. Un \-" signie simplement qu'il s'agit
d'un chier ordinaire (et non pas un repertoire ou un pilote de peripherique par exemple). Les
trois lettres suivantes (\rw-") representent les droits que possede le proprietaire de ce chier (rene),
concernant sa lecture, son ecriture ou son execution. Le \r" symbolise \read" (lecture), et le \w"
veut dire \write" (ecriture). Par consequent nous voyons que rene possede les permissions de lecture
et d'ecriture sur le chier liste.courses.
Comme nous l'avons mentionne, en dehors des permissions de lecture et d'ecriture, il y a
egalement l'autorisation d'\execution", representee par la lettre \x", donc apparamment Rene n'a
pas la permission d'executer ses chiers. C'est tout a fait logique, le chier liste.courses n'est
pas un programme executable. Bien s^ur puisqu'il en est proprietaire, Rene pourrait positionner la
permission d'execution sur ce chier s'il le desirait. Dans ce cas precis, ca n'aurait pas grand inter^et.
Mais nous verrons bient^ot que ce peut ^etre tres utile.
Les trois caracteres suivants, r--, representent les permissions pour le groupe auquel appartient
ce chier, qui est ici le groupe users. Comme on ne trouve que \r", tout utilisateur appartenant a
ce groupe a le droit de lire ce chier, et c'est tout ce qu'il peut faire.
Les trois derniers caracteres, qui sont ici aussi r--, representent les permissions accordees a tous
les autres utilisateurs du systeme (autres que le proprietaire et ceux du groupe users). Encore une
fois, comme il n'y a juste qu'un \r", les autres utilisateurs ont uniquement le droit de lire le chier.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
100
Voici quelques autres exemples de droits d'acces.
-rwxr-xr-x
-rw-------
-rwxrwxrwx
Le proprietaire du chier peut le lire, l'ecire et l'executer. Les utilisateurs qui sont
dans le groupe du chier, et tous les autres aussi, peuvent lire et executer le chier.
(mais pas le modier).
Le proprietaire du chier peut le lire et l'ecrire. Personne d'autre ne peut acceder
a ce chier.
Tout le monde peut ecrire, lire, et executer le chier.
3.9.3 Dependances
Il est important de noter que les permissions d'acces a un chier dependent aussi de celles du
repertoire dans lequel il se trouve. Par exemple, m^eme si un chier a les permissions -rwxrwxrwx,
les autres utilisateurs ne peuvent acceder a ce chier que si ils ont les droits de lecture et d'execution
sur le repertoire dans lequel le chier se trouve. Par exemple, si Rene voulait restreindre l'acces
a tous ses chiers, il pourrait simplement positionner les permissions de son repertoire personnel
/home/rene sur -rwx------. De cette mani
ere, aucun autre utilisateur ne pourrait acceder a son
repertoire, et par consequent aux chiers qu'il contient. Rene n'aurait alors plus besoin de se soucier
des permissions particulieres de chaque chier.
En d'autres termes, pour avoir acces a un chier, vous devez avoir la permission d'execution sur
tous les repertoires rencontres sur son chemin d'acces, et au moins le droit de lecture de ce chier.
D'habitude, les utilisateurs d'un systeme UNIX ne font pas mystere de leurs chiers. Les permissions par defaut des chiers sont souvent -rw-r--r--, ce qui autorise tout le monde a prendre
connaissance du chier, sans pouvoir le modier par inadvertance. Les repertoires possedent en
general les droits -rwxr-xr-x, ce qui autorise tout le monde a les traverser, sans pouvoir toutefois
creer ou eacer de chiers dedans.
Cependant, certains utilisateurs desirent garder secretes certaines donnees personnelles, ce qui est
bien normal. Mettre les droits -rw------- sur un chier le rendra inaccessible au reste du monde.
De la m^eme facon, un repertoire ayant les permissions -rwx------ emp^echera tout les utilisateurs
autres que le proprietaire d'aller y faire un tour.
3.9.4 Changer les permissions
La commande chmod est utilisee pour positionner les permissions d'un chier ou repertoire. Seul le
proprietaire d'un chier a le droit d'en modier les droits d'acces. La syntaxe de chmod est:
chmod fa,u,g,ogf+,-gfr,w,xg hchiersi
En bref, vous speciez un ou plus de all (tous), user (proprietaire), group (groupe) , ou other
(les autres). Puis vous precisez si vous ajoutez des droits (+) ou en supprimez (-). Finalement, vous
precisez l'un ou plus de read (lecture) , write (ecriture) , et execute (execution). Quelques exemples
seront plus clairs:
3.10. Les liens sur les chiers
101
chmod a+r fichier
Donne l'acces en lecture a tous les utilisateurs.
chmod +r fichier
Comme ci-dessus, si aucun des a, u, g, or o n'est specie, a est sous-entendu.
chmod og-x fichier
Supprime la permission d'execution aux utilisateurs qui ne sont pas proprietaires
du chier.
chmod u+rwx fichier
Autorise le proprietaire du chier a le lire, l'ecrire ou l'executer.
chmod o-rwx fichier
Retire les permissions de lecture, ecriture et execution aux utilisateurs autres que
le proprietaire et les utilisateurs etant dans le m^eme groupe que le chier.
3.10 Les liens sur les chiers
Sous UNIX, un m^eme chier peut avoir plusieurs noms, gr^ace a la magie des liens. Les chiers sont
physiquement identies par le systeme par leur numero d'i-nud, qui est l'unique identicateur
de ce chier 8 . Un repertoire n'est en fait qu'une liste d'i-nuds avec leur nom de chiers correspondants. Chaque nom de chier dans un repertoire, est un lien vers un i-nud particulier, et il
est tout a fait concevable que plusieurs noms dierents pointent sur le m^eme i-nud.
3.10.1 Liens physiques
Il s'agit comme nous venons de le dire, d'associer le m^eme i-nud a plusieurs noms de chiers
dierents. La commande ln est destinee a cette operation; prenons donc exemple. Supposons que
vous avez un chier nomme toto dans un repertoire. La commande ls -i nous montrerait son
numero d'i-nud:
$
ls -i toto
22192 toto
$
Ici, le chier toto correspond a l'i-nud 22192 du systeme de chiers. Nous pouvons utiliser ln
pour creer un autre lien, que nous appellerons par exemple titi :
$
ln toto titi
La commande ls -i nous montre alors que nous avons maintenant deux chiers, qui correspondent
au m^eme i-nud:
8
La commande ls
-i
vous montrera les numeros d'i-nuds de chaque chier.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
102
$
ls -i toto titi
22192 toto
22192 titi
$
Maintenant, acceder au chier toto ou au chier titi donnera le m^eme resultat, ce sont les m^emes
donnees, le m^eme chier physique sur le disque. Si vous faites des modications sur le chier titi,
elles seront immediatement repercutees sur le chier toto, puisque c'est le m^eme.
Ces liens sont connus comme liens physiques , ou hard links , parce qu'ils relient directement les
noms de chiers aux i-nuds. Notez que vous ne pouvez realiser cette operation que sur un m^eme
systeme de chiers; vous ne pouvez pas creer de tels liens entre deux partitions d'un disque dur par
exemple. Les liens symboliques (que nous allons voir plus loin) n'ont pas cette limitation.
Lorsque vous eacez un chier par rm, vous ne supprimez que le lien correspondant au nom de
ce chier. Si vous faites:
$
rm toto
seul le lien nomme toto est supprime, le chier titi existe toujours. Un chier n'est totalement
supprime du disque que lorsqu'il n'a plus aucun lien. En general, les chiers ne comportent qu'un seul
nom, par consequent la commande rm eace physiquement le chier. Mais si il comporte plusieurs
liens, rm n'en supprimera qu'un; pour supprimer totalement le chier du disque vous devrez utiliser
rm sur chaque nom que peut avoir ce chier.
La commande ls -l ache le nombre de liens que possede un chier (entre autres):
$
ls -l foo bar
-rw-r--r--
2 root
root
12 Aug
5 16:51 titi
-rw-r--r--
2 root
root
12 Aug
5 16:50 toto
$
La seconde colonne, qui contient \2", nous indique le nombre de liens sur ce chier.
Un repertoire n'est jamais qu'un chier contenant des informations relatives aux noms de chiers
et leur i-nud correspondant. Du coup, chaque repertoire possede au moins deux liens physiques:
\." (un lien pointant sur lui-m^eme), et \.." (un lien pointant sur son repertoire parent). Le
repertoire racine (/) est un cas particulier, il n'y a rien au dessus de lui et son lien \.." pointe aussi
sur (/).
3.10.2 Les liens symboliques
C'est une autre sorte de lien, qui fonctionne d'une toute autre maniere que ce que nous venons
de voir. Un lien symbolique permet bien de donner un nom supplementaire a un chier, mais
n'utilise pas l'i-nud physique du chier. Il est simplement interprete par le systeme, qui va suivre
l'indication contenue pour aller chercher un autre chier, c'est un peu comme un panneau indiquant
une direction a suivre.
3.11. Contr^ole de processus
La commande ln
commande
$
-s
103
creera un lien symbolique vers un chier. Par exemple, si nous utilisons la
ln -s toto titi
nous creerons le lien symbolique titi qui pointera sur le chier toto. Si nous tapons ls
verrons que les deux chiers ont des i-nuds dierents:
$
, nous
-i
ls -i toto titi
22195 toto
22192 titi
#
Mais la commande ls
pointant vers toto :
$
-l
nous indiquera clairement que le chier
titi
est un lien symbolique
ls -l toto titi
lrwxrwxrwx
1 root
root
3 Aug
-rw-r--r--
1 root
root
12 Aug
5 16:51 titi -> toto
5 16:50 toto
$
Les permissions sur un lien symbolique ne sont pas utilisees (elles apparaissent toujours comme
). Ce sont celles du chier sur lequel il pointe qui determinent les droits d'acces. (notre
chier toto, dans cet exemple).
Les liens physiques et les liens symboliques sont tres similaires dans leur fonctionnement, mais
il y a quelques dierences. En premier lieu, il est possible de creer des liens symboliques sur des
chiers qui n'existent pas; ce qui est irrealisable avec les liens physiques. Les liens symboliques
sont interpretes dieremment par le noyau, ce n'est qu'une dierence technique mais qui quelquefois
peut avoir son importance. Les liens symboliques sont tres utiles car ils permettent de traverser la
barriere des dierents systemes de chiers; et enn ils identient clairement le chier sur lequel ils
pointent, qu'il est facile de retrouver; alors qu'identier quels chiers sont lies au m^eme i-nud est
bien moins evident.
Les systemes UNIX font un abondant usage des liens, Linux n'echappe pas a la regle. Les liens
symboliques sont particulierement importants pour les bibliotheques partagees dans le repertoire
/lib. Voyez la section 4.7.2 a ce propos.
rwxrwxrwx
3.11 Contr^ole de processus
3.11.1 Les processus
indexcontr^ole de processus|(
Le contr^ole de processus est une possibilite oerte par beaucoup de shells (Bash et Tcsh inclus)
qui permet de contr^oler plusieurs executions de commandes depuis un m^eme terminal. Avant que
nous ne developpions plus avant, il nous faut parler des processus.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
104
Chaque fois que vous lancez un programme, vous demarrez ce que l'on appelle un processus;
c'est juste un nom pratique pour designer un programme un cours d'execution. La commande ps
ache une liste des processus en cours sur la machine. Voici un exemple :
/home/marcel$
PID TT STAT
ps
TIME COMMAND
24
3 S
0:03 (bash)
161
3 R
0:00 ps
/home/marcel$
Le PID donne dans la premiere colonne est l' identicateur du processus (process ID), un nombre
unique donne a chaque processus tournant sur le systeme. La derniere colonne, COMMAND, est le nom
de la commande correspondante. Ici, seuls sont representes les processus appartenant a Marcel9 .
Ce sont bash (son shell) et la commande ps elle-m^eme. Comme vous le voyez, bash fonctionne en
m^eme temps que ps. Le shell bash a execute le programme ps lorsque Marcel a tape la commande.
Apres que ps se soit termine (lorsque la table des processus a ete achee), le contr^ole est repasse a
bash, qui ache l'invite, pr^
et a recevoir une nouvelle commande.
Vous entendrez souvent les termes job et contr^ole de jobs a ce propos. Les mots processus et
job sont interchangeables, mis a part que le second n'est pas francais. Toutefois, un processus est
generalement appele job dans le contexte du contr^ole de job , m^eme lorsque l'on appelle ca le contr^ole
de processus . A vous de voir, l'essentiel est de se faire comprendre.
Tres souvent les utilisateurs n'executent qu'un job a la fois : la commande qu'ils ont entre en
dernier. Mais en utilisant le contr^ole de processus, vous pouvez executer plusieurs jobs a la fois,
en les commutant comme vous le desirez. A quoi cela peut-il servir ? Et bien, supposons que vous
soyez en train d'editer un texte et que vous ayez soudainement besoin d'interrompre ce travail et de
faire autre chose. Avec le contr^ole de processus, vous pouvez suspendre temporairement l'execution
de l'editeur, et une fois retourne a l'invite du shell, commencer a travailler sur autre chose. Une fois
ce travail termine, vous pouvez relancer l'editeur et tout retrouver dans l'etat ou vous l'avez laisse,
comme si vous n'aviez jamais quitte le programme. Ce n'est qu'un exemple (pas tres bon puisque les
consoles virtuelles de Linux vous auraient permis quelque chose de presque equivalent), le contr^ole
de processus peut ^etre tres utile dans beaucoup de circonstances.
3.11.2 Avant-plan et arriere-plan
Les processus peuvent ^etre soit en avant-plan, soit en arriere-plan ; appele aussi parfois t^ache de
fond. Le processus en avant-plan est celui avec lequel vous dialoguez, il recoit des donnees de votre
clavier et envoie des messages sur votre ecran. (Sauf bien s^ur si vous avez redirige ces entrees/sorties
comme explique dans la section 3.8). A l'oppose, un processus en arriere-plan ne recoit rien de votre
terminal; en general ils tournent tranquillement sans jamais rien demander a personne.
Certains programmes ont des temps de traitement tres longs, et ne font rien d'interessant pendant
qu'ils travaillent. La compilation d'un gros programme, ou le compactage d'un gros chier sont des
9
Il y a beaucoup d'autres processus actifs sur la machine, la commande \ps
-aux
" les montre tous.
3.11. Contr^ole de processus
105
processus de ce type. Il n'y a aucune raison de rester cloue devant votre ecran en attendant des
heures que ce genre de travail se termine; vous pouvez les lancer en t^ache de fond et faire autre chose
de plus interessant pendant ce temps la.
Les processus peuvent aussi ^etre suspendus. Un processus suspendu est un job qui n'est pas
actif, mais arr^ete temporairement, comme ge. Apres avoir suspendu un processus, vous pouvez lui
indiquer de continuer, en avant-plan ou en arriere-plan, au moment ou vous le voulez.
Notez bien que la suspension d'un processus est dierente de son interruption . Lorsque vous
interrompez un programme (avec la touche d'interruption, qui est generalement ctrl-C )10, le programme se termine, denitivement. Une fois qu'un processus est \tue" ainsi, vous ne pourrez plus
le rappeler, il vous faudra relancer la commande. Notez egalement que certains programmes interceptent le signal d'interruption, et que dans ce cas ctrl-C ne tuera pas forcement le programme
immediatement. C'est souvent le cas de programmes devant eectuer certains nettoyages avant de
se terminer. Vous rencontrerez m^eme des programmes qui sont prevus pour ne pas pouvoir ^etre
interrompus du tout.
3.11.3 Mise en t^ache de fond et interruption
Commencons par un exemple simple. La commande yes est un programme pouvant para^tre inutile
qui se borne a acher indeniment des series de y' sur la sortie standard (C'est utilise pour repondre
automatiquement \yes" a des programmes qui demandent de multiples conrmations). Essayez la.
/home/rene$
yes
y
y
y
y
y
Les y continueront a deler a l'inni. Vous pouvez tuer le processus en pressant votre touche
d'interruption, qui est probablement ctrl-C . An de ne pas ^etre g^enes par ce ux de y, redirigons
la sortie du programme vers /dev/null. Vous vous souvenez sans doute que /dev/null absorbe
toutes les donnees, tout ce qu'on lui passe dispara^t a jamais. C'est une methode tres ecace pour
faire taire un programme.
/home/rene$
yes > /dev/null
Ah, c'est beaucoup mieux comme ca ! Rien ne s'ache, mais l'invite du shell ne revient pas.
C'est parceque yes est toujours en train de tourner, et envoie frenetiquement des milliers de y dans
/dev/null. L
a encore, pour arr^eter le programme, utilisez la touche d'interruption.
Supposons maintenant que nous voulions que yes continue a fonctionner, mais tout en recuperant
l'interactivite de notre shell pour travailler sur autre chose. Nous pouvons passer yes en arriere-plan,
ce qui lui permettra de tourner, sans avoir besoin de notre clavier.
10 La touche d'interruption peut ^
etre modiee a l'aide de la commande stty. La valeur par defaut sur la plupart
des systemes est ctrl-C , mais peut ^etre dierente sur votre systeme.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
106
La premiere methode traditionnelle pour lancer un programme en t^ache de fond, est de rajouter
le caractere \&" a la n de la ligne de commande.
/home/rene$
yes > /dev/null &
[1] 164
/home/rene$
Hop, vous voyez, l'invite de notre shell est de retour. Mais qu'est-ce que ce \[1] 164"? Et est-ce
que yes est reellement en train de tourner ?
Le numero \[1]" represente le numero de job du processus yes. Le shell assigne un tel numero
pour chaque job. Comme yes est le seul pour l'instant, il porte le numero 1. Le nombre \164" est
l'identicateur de processus sur le systeme, le PID. L'un ou l'autre de ces nombres peut ^etre utilise
pour se referer au job, comme nous le verrons plus loin.
Vous avez donc maintenant le processus yes en t^ache de fond, envoyant continuellement des y
sur /dev/null. Pour verier l'etat de ce processus, utilisez la commande interne du shell : jobs.
/home/rene$
[1]+
jobs
Running
yes >/dev/null
&
/home/rene$
D'accord, il est bien la. Vous pourriez aussi utiliser la commande ps comme nous l'avons vu au
debut, pour verier si le programme tourne bien.
Pour terminer le processus, il faut utiliser la commande kill. Cette commande prend en argument, soit un identicateur de processus, soit un numero de job. C'etait le job numero 1, aussi la
commande
/home/rene$
kill %1
\tuera" le processus. Lorsque vous utilisez le numero de job pour specier le processus, vous devez
prexer le nombre par le caractere \%" (pourcent).
Maintenant que nous avons tue le processus, nous pouvons essayer la commande jobs encore
une fois pour voir son etat :
/home/rene$
[1]+
jobs
Terminated
yes >/dev/null
/home/rene$
En fait le job est termine, et si nous utilisons jobs encore une fois, plus rien ne s'achera a l'ecran.
Vous pouvez egalement tuer le job en utilisant le PID (identicateur de processus), qui s'est
ache lorsque vous l'avez lance. Dans notre exemple, le PID est 164, aussi la commande
/home/rene$
kill 164
3.11. Contr^ole de processus
107
est equivalente a
/home/rene$
kill %1
Vous ne devez pas rajouter le \%" lorsque vous indiquez le PID.
3.11.4 Stopper et relancer des processus
Il y a encore une autre methode pour passer un processus en t^ache de fond. Vous pouvez lancer
le programme tout a fait normalement (en avant-plan), puis le stopper, et ensuite le relancer en
arriere-plan. Nous allons voir comment.
D'abord, lancez la commande yes en avant-plan, de maniere tout a fait ordinaire:
/home/rene$
yes > /dev/null
Vous n'avez plus la main sur le shell, puisque le programme est en avant-plan.
Maintenant, au lieu de tuer le programme avec ctrl-C , nous allons suspendre le processus.
Suspendre un processus ne le tue pas: il l'arr^ete temporairement jusqu'a ce que vous le relanciez.
Pour realiser cela, vous pressez la touche de suspension, qui est generalement ctrl-Z .
/home/rene$
yes > /dev/null
ctrl-Z
[1]+
Stopped
yes >/dev/null
/home/rene$
Tant que le job est suspendu, il ne tourne simplement pas. Aucun temps machine n'est utilise pour
le processus. Mais vous pouvez le relancer, et il se remettra a tourner comme si rien ne s'etait passe,
il repartira la ou il en etait.
Pour relancer le processus en avant-plan, utilisez la commande fg (qui signie \foreground",
avant-plan).
/home/larry$
fg
yes >/dev/null
Le shell ache le nom de la commande pour nous rafra^chir la memoire, et nous indiquer quel est
le job que nous venons de rappeler. Stoppez-le encore une fois, avec ctrl-Z . Cette fois, utilisez la
commande bg qui le relancera, mais en t^ache de fond. Le resultat sera alors exactement le m^eme
que si vous aviez des le depart lance la commande avec un \&" au bout.
/home/rene$ bg
[1]+ yes >/dev/null &
/home/rene$
Chapitre 3. Didacticiel Linux
108
Et nous retrouvons notre invite de shell. La commande jobs devrait indiquer que yes est en train
de tourner, et nous pouvons tuer le processus avec kill comme nous l'avons fait tout a l'heure.
Comment pouvons nous stopper a nouveau ce processus ? La touche ctrl-Z ne marchera pas,
puisqu'il est en t^ache de fond. La solution est de repasser le job en avant-plan, avec fg, et ensuite
de le stopper. Vous pouvez utiliser fg aussi bien sur les processus suspendus que ceux qui tournent
en t^ache de fond.
Il y a une grande dierence entre un processus en arriere-plan et un processus suspendu. Un job
suspendu ne fonctionne pas, il ne fait rien, il est ge. Il occupe juste de la memoire. Un processus
en arriere-plan fonctionne, utilise des ressources systeme, bien s^ur. Parfois, un processus tournant
en t^ache de fond peut vouloir ecrire du texte sur votre terminal, ce qui peut devenir g^enant si vous
travaillez sur autre chose pendant ce temps la. Par exemple si vous aviez utilise la commande
/home/rene$
yes &
sans rediriger la sortie sur /dev/null, un ot de y aurait envahi votre ecran, ce qui n'est pas tres
pratique pour saisir son courrier pendant ce temps la... Et ce sans possibilite d'interruption, car
ctrl-C ne fonctionne pas sur un programme en t^
ache de fond. La seule solution aurait ete d'utiliser
la commande kill a l'aveuglette.
Une autre remarque. Les commandes fg et bg passent en avant ou arriere plan le dernier processus
qui a ete suspendu (indique par \+" a cote du numero de job sur ce qu'ache la commande jobs).
Si vous faites tourner plusieurs processus a la fois, vous pouvez passer le numero de job en argument
a fg ou bg pour preciser celui sur lequel vous voulez agir, comme ceci :
/home/rene$
fg %2
(pour passer en avant-plan le job numero 2), ou
/home/rene$
bg %3
(pour passer en arriere-plan le job numero 3). Vous ne pouvez pas utiliser les PID avec fg ou bg.
De plus, utiliser % et le numero de job seuls, comme dans
/home/rene$
%2
est equivalent a
/home/rene$
fg %2
N'oubliez jamais que le contr^ole de processus est une possibilite du shell. Les commandes fg, bg
et jobs sont internes au shell. Si pour une raison quelconque vous utilisez un shell qui ne supporte
pas le contr^ole de processus, n'esperez pas y trouver ces commandes.
De plus, certains aspects du contr^ole de jobs dierent entre Bash et Tcsh. En fait, certains shells
ne supportent pas du tout le contr^ole de processus, mais la plupart des ceux disponibles sous Linux
le gerent sans problemes, soyez rassure, vous avez un systeme moderne !
indexcontr^ole de processus|)
3.12. Utilisation de l'editeur vi
109
3.12 Utilisation de l'editeur vi
Un editeur de texte est un programme destine a creer ou modier aisement des chiers qui
contiennent du texte, comme un courrier, un programme en langage C, ou un chier de conguration.
Bien qu'il y ait beaucoup de tels editeurs disponibles sous Linux, le seul que vous soyez assure de
trouver sur tous les systemes UNIX du monde est vi, le \visual editor". vi est loin d'^etre le plus
facile a utiliser, ni le plus convivial. Toutefois il est si repandu dans le monde UNIX, et il peut
tellement vous ^etre indispensable par moments, que nous devons en parler un peu ici.
Le choix d'un editeur est surtout une question de preferences personnelles et de style. Beaucoup
d'utilisateurs preferent utiliser l'enorme Emacs (un editeur qui sait faire bien plus que de gerer du
texte; il comporte un langage de programmation base sur LISP) mais etant donne sa taille, vous
risquez de ne pas le trouver sur tous les systemes. Le programme vi est quand a lui tout petit et
tres puissant, mais plus complique a utiliser. Malgre tout, une fois que vous aurez pris le temps
(en vous enervant quelquefois...) d'apprendre a vous en servir, vous nirez par trouver vi facile et
souple. Comme beaucoup de choses, c'est souvent l'apprentissage qui est penible.
Cette section est une introduction pratique a vi ; nous n'exposerons pas toutes ses possibilites,
mais justes celles que vous avez besoin de conna^tre pour debuter. Vous pourrez plus tard vous
reporter a sa page de manuel si vous desirez en apprendre un peu plus. Ou bien encore, vous pouvez
lire le livre Learning the vi Editor aux editions O'Reilly and Associates. Pour plus d'informations,
voir l'annexe A.
3.12.1 Concepts
Sous vi, vous ^etes a tout moment dans l'un des trois modes d'operation possibles. ces modes sont
le mode commande, le mode edition, et le mode derniere ligne.
Lorsque vous lancez vi, vous ^etes en mode commande. Ce mode vous autorise un certain nombre
de commandes permettant d'editer des chiers, ou de basculer dans un autre mode. Par exemple,
taper \x" en mode commande eace le caractere qui se trouve sous le curseur. Les touches echees
deplacent le curseur dans le texte que vous editez. Generalement, les commandes utilisees dans ce
mode font un ou deux caracteres de long.
Pour inserer ou ecrire du texte vous devez utiliser le mode edition. C'est probablement celui sous
lequel vous passerez le plus de temps lorsque vous utiliserez vi. Pour entrer en mode edition, vous
devez taper (depuis le mode commande) `i", (pour \insertion"), et la vous pouvez taper du texte
qui s'inserera a la position courante du curseur. Pour sortir du mode edition et revenir en mode
commande, pressez simplement la touche esc .
Le mode ex , ou mode derniere ligne est un mode special utilise pour passer certaines commandes
etendues a vi. Lorsque l'on tape ces commandes, elles apparaissent sur la derniere ligne de l'ecran
(d'ou le nom). Par exemple, lorsque vous tapez \:" depuis le mode commande, vous passez dans ce
mode derniere ligne, et vous pouvez alors taper des commandes comme \wq" (qui ecrit le chier et
termine le programme) ou \q!" (pour quitter vi sans sauver les modications). Le mode derniere
ligne est en general utilise pour des commandes plus longues qu'un seul caractere.
Chapitre 3. Didacticiel Linux
110
3.12.2 Appel de vi
Le mieux pour que vous puissiez assimiler ces concepts est d'appeler vi et d'editer un chier tout
en lisant ces lignes. Dans les exemples qui vont suivre, nous n'allons montrer que quelques lignes de
texte, comme si l'ecran ne faisait que six lignes de haut (au lieu de vingt-cinq lignes probablement
chez vous, ou bien plus si vous utilisez X Window et une tres grande fen^etre).
La syntaxe de vi est
vi hchieri
ou hchieri est le nom du chier que vous voulez editer.
Appelez vi en tapant
/home/marcel$
vi test
pour editer le chier test. Vous devriez voir quelque chose qui ressemble a :
~
~
~
~
~
~
"test" [New file]
La colonne de caracteres \~" indique que vous ^etes a la n du chier.
3.12.3 Insertion de texte
Vous ^etes donc en mode commande; pour inserer du texte dans le chier, tapez
placera en mode edition), et commencez a taper votre texte.
i
(ce qui vous
C'est maintenant au tour du patron de payer sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Vous pouvez entrer autant de lignes que vous voulez lors de l'insertion de texte, (en pressant
la touche Entree a la n de chaque ligne, bien entendu), et vous pouvez corriger vos erreurs
immediatement par la touche \backspace" (retour arriere, celle qui est au dessus de Entree en
principe).
Pour sortir du mode edition et revenir au mode commande, tapez esc .
3.12. Utilisation de l'editeur vi
111
Une fois en mode commande, vous pouvez utiliser les touches echees pour vous deplacer dans
le texte. Ici, comme nous n'avons encore qu'une ligne, les touches haut et bas seront inoperantes et
vous serez alerte par un signal sonore.
Il y a plusieurs facons d'inserer du texte, autres que la commande i. Par exemple la commande
a permet l'insertion de texte juste apr
es la position du curseur, et non pas juste dessus. Essayez
par exemple d'utiliser la touche echee gauche an de deplacer le curseur entre les mots `du" et
\patron".
C'est maintenant au tour du patron de payer sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Tapez a , pour passer en mode edition, puis entrez \genereux ", et enn pressez
en mode commande.
esc
pour revenir
C'est maintenant au tour du g
en
ereux patron de payer sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Pour inserer du texte une ligne au dessous, utilisez la commande o. Par exemple, pressez
rajoutez une ligne ou deux :
o
et
C'est maintenant au tour du g
en
ereux patron de payer sa tourn
ee.
Apr
es, nous irons nous taper un cassoulet chez la m
ere Tapedur.
~
~
~
~
Gardez a l'esprit simplement, qu'a tout moment vous ^etes soit en mode commande (ou les actions
comme i, a, ou o sont valides), ou en mode insertion (ou le texte saisi s'ache, suivi de esc pour
revenir en mode commande), ou enn en mode derniere ligne.
3.12.4 Suppression de texte
Depuis le mode commande, la touche x eace le caractere situe sous le curseur. Si vous tapez
fois, vous obtiendrez :
x
16
Chapitre 3. Didacticiel Linux
112
C'est maintenant au tour du g
en
ereux patron de payer sa tourn
ee.
Apr
es, nous irons nous taper un cassoulet chez
~
~
~
~
Maintenant, pressez la touche
a
, inserez un peu de texte, suivi par
esc
:
C'est maintenant au tour du g
en
ereux patron de payer sa tourn
ee.
Apr
es, nous irons nous taper un cassoulet chez le p
ere Naud.
~
~
~
~
Vous pouvez supprimer des lignes entieres par la commande dd (c'est a dire taper deux fois
sur une ligne). Si votre curseur est sur la seconde ligne, et que vous tapez dd,
d
C'est maintenant au tour du g
en
ereux patron de payer sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Pour supprimer tout le mot sous lequel se trouve le curseur, utilisez la commande dw. Placez le
curseur sur le mot \genereux", et tapez avec assurance dw, car les doses etaient petites :
C'est maintenant au tour du patron de payer sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Si vous aviez tape les caracteres accentues dans le texte, il se peut que la commande ne fonctionne
pas sur les mots accentues, selon l'origine de votre version de vi. Bienvenue dans le monde ou ceux
qui ne parlent pas anglais sont tres souvent ignores.
3.12.5 Remplacement de texte
Vous pouvez remplacer des parties de texte a l'aide de la commande R. Placez le curseur sur la
premiere lettre de \payer", tapez R , puis entrez le mot \remettre".
3.12. Utilisation de l'editeur vi
113
C'est maintenant au tour du patron de remettre tourn
ee.
~
~
~
~
~
La commande R est tres semblable aux commandes i et a, mais elle remplace le texte existant au
lieu d'eectuer une insertion.
Corrigeons notre phrase avant d'aller plus loin, vous devriez d'ores et deja ^etre capable d'inserer
ce qu'il faut tout seul :
C'est maintenant au tour du patron de remettre sa tourn
ee.
~
~
~
~
~
Voila qui est plus raisonnable !
La commande r remplace un unique caractere se trouvant sous le curseur. Par exemple, deplacez
le curseur sur le debut de \sa", que nous venons de rajouter, et tapez r suivi de l, et vous obtenez :
C'est maintenant au tour du patron de remettre la tourn
ee.
~
~
~
~
~
La commande \~" bascule la lettre situee sous le curseur de minuscule en majuscule, et vice
versa; si vous placez par exemple le curseur sur le \e" de \C'est", et pressez de maniere repetee la
touche ~ , vous nirez par obtenir :
C'EST MAINTENANT AU TOUR DU PATRON DE REMETTRE LA TOURN
eE.
~
~
~
~
~
Vous constaterez probablement encore une fois que les caracteres accentues ne sont pas pris en
compte.
3.12.6 Commandes de deplacement
Vous savez deja comment utiliser les touches echees pour vous deplacer dans le document. Il est
aussi possible de se deplacer de la m^eme facon par les commandes h, j, k, et l, qui deplacent
Chapitre 3. Didacticiel Linux
114
le curseur respectivement a gauche, en bas, en haut, et a droite. Il est tres utile de conna^tre
ces commandes lorsque les touches echees ne fonctionnent pas pour une raison quelconque. (Par
exemple, si le clavier n'en est pas equipe). Cela permet de se sortir des pires situations.
La commande w deplace le curseur au debut du mot suivant; la commande b le place au debut
du mot precedent.
La commande 0 (c'est un zero) deplace le curseur au debut de la ligne courante, et $ le place a
la n de la ligne.
Lors de l'edition de gros chiers, vous aurez besoin de vous deplacer par ecrans entiers pour aller
plus vite. Pressez ctrl-F pour avancer d'un ecran, et ctrl-B pour remonter dans le chier.
Pour aller directement a la n du chier, tapez G. Vous pouvez egalement vous positionner sur
une ligne arbitraire; par exemple si vous tapez la commande 10G vous vous retrouverez sur la ligne
10 du chier. Pour vous positionner au debut du chier, utilisez la commande 1G.
Vous pouvez coupler les commandes de deplacement avec d'autres, comme la suppression. Par
exemple, d$ supprimera tout le texte a partir du curseur jusqu'a la n de la ligne, dG supprimera
tout ce qui se trouve a partir du curseur jusqua la n du chier, et ainsi de suite.
3.12.7 Sauver le chier et quitter vi
Pour quitter vi sans conserver les modications dans le chier edite, utilisez la commande :q!.
Lorsque vous tapez \:", le curseur se deplacera sur la derniere ligne de l'ecran et vous serez en mode
derniere ligne.
C'EST MAINTENANT AU TOUR DU PATRON DE REMETTRE LA TOURN
eE.
~
~
~
~
~
:
En mode derniere ligne, certaines commandes etendues sont disponibles. L'une d'elle est q!, qui
sort de l'editeur sans sauver le chier. La commande :wq enregistre le chier puis termine vi. La
commande ZZ (depuis le mode comande, donc sans le \:") est equivalente a :wq.
Pour enregistrer le chier, mais sans quitter l'editeur, tapez simplement :w.
3.12.8 E diter un autre chier
Pour editer un autre chier, utilisez la commande :e. Par exemple, pour cesser d'editer test, et
editer le chier bidule a la place, utilisez la commande
3.12. Utilisation de l'editeur vi
115
C'EST MAINTENANT AU TOUR DU PATRON DE REMETTRE LA TOURN
eE.
~
~
~
~
~
:e bidule
Si vous utilisez :e sans sauver prealablement le premier chier, vous aurez le message d'erreur
No write since last change (":edit!" overrides)
qui signie simplement que vi ne veut pas changer de chier tant que vous n'avez pas sauve le
premier, par securite. A ce moment vous pouvez soit utiliser :w pour enregistrer le chier en
question, puis utiliser :e, soit taper la commande
C'EST MAINTENANT AU TOUR DU PATRON DE REMETTRE LA TOURN
eE.
~
~
~
~
~
:e!
bidule
Le \!" indique a vi que vous insistez vraiment pour editer le premier chier et que vous ^etes bien
au courant que vous allez perdre le premier.
3.12.9 Inclure un autre chier
A l'aide de la commande :r, vous pouvez inclure le contenu d'un autre chier dans celui que vous
^etes en train d'editer. Par exemple la commande
:r signature.txt
inserera le contenu du chier signature.txt a la position courante du curseur.
3.12.10 Lancer une commande shell
Vous pouvez egalement lancer des commandes depuis l'editeur vi. La commande :r! fonctionne
comme :r, mais au lieu de lire un chier, elle insere la sortie de la commande indiquee, a partir de
la position courante du curseur. Par exemple si vous utilisez la commande
:r!
uname -a
vous aboutirez a
Chapitre 3. Didacticiel Linux
116
C'EST MAINTENANT AU TOUR DU PATRON DE REMETTRE LA TOURN
eE.
Linux plux 1.1.20 #11 Fri Jun 17 17:19:46 MET DST 1994 i486
~
~
Vous pouvez aussi \obtenir un shell" a partir de vi, en d'autres termes, lancer une commande
sans quitter l'editeur, et retourner a votre edition de chier lorsque vous avez termine. Par exemple
en faisant
:!
ls -F
la commande ls -F sera executee, et le resultat s'achera a l'ecran, mais ne sera pas insere dans le
chier que vous editez. Si vous utilisez la commande
:shell
lancera une copie du shell, vous permettant temporairement de mettre l'editeur \en attente"
pendant que vous faites autre chose. Lorsque vous sortirez de ce shell (en utilisant sa commande
exit), vous retrouverez vi.
vi
3.12.11 Obtenir de l'aide
n'ore pas beaucoup d'aide interactive (peu de programmes UNIX le font), mais vous pouvez
toujours lire la page de manuel qui lui est consacree (man vi). En fait, cet editeur est une interface
plein ecran de l'editeur ex; c'est en realite ex qui gere l'essentiel des commandes passees en mode
derniere ligne. Aussi, en plus de la lecture de la page de manuel de vi, jetez un il egalement a
celle de ex.
Vi
3.13 Congurer votre environnement
Le shell ore de nombreux mecanismes pour congurer votre environnement de travail. Nous l'avons
souvent repete, le shell est bien plus qu'un b^ete interpreteur de commandes, c'est egalement un
langage de programmation puissant. Bien que l'ecriture de shell-scripts soit un sujet extr^emement
vaste, nous allons essayer de vous presenter quelques trucs qui vous permettront de vous faciliter la
vie sur un systeme UNIX, en utilisant quelques unes des possibilites du shell.
Nous vous avons deja explique que les dierents shells ont des syntaxes dierentes. Par exemple,
Tcsh utilise un langage ressemblant au langage de programmation C, alors que les shells Bourne
ont une syntaxe compatible avec les shells des premiers systemes UNIX. Dans cette section, nous ne
ferons que des choses simples, mais nous considererons que le shell-scripts sont executes par un shell
de type Bourne.
3.13. Congurer votre environnement
117
3.13.1 Shell scripts
Admettons que vous utilisiez souvent une serie de commandes, et que vous vouliez les grouper toutes
sous un m^eme nom pour ne pas perdre de temps a les taper une par une a chaque fois. Par exemple,
les commandes
/home/rene$
/home/rene$
/home/rene$
cat chapitre1 chapitre2 chapitre3 > bouquin
wc -l bouquin
lpr bouquin
concatenerait les trois chiers dans bouquin, puis acherait le nombre total de lignes contenues, et
enn imprimerait le chier a l'aide de la commande lpr. Au lieu de taper toutes ces commandes,
vous pourriez les grouper dans un shell script. Nous avons aborde rapidement ces chiers de
commandes dans la section 3.13.1. Ce script ressemblerait donc a
#!/bin/sh
# Un shell script pour creer et imprimer le livre
cat chapitre1 chapitre2 chapitre3 > bouquin
wc -l bouquin
lpr bouquin
Ce script etant sauve dans le chier makebook (par exemple), il sut de taper la commande
/home/rene$
makebook
pour qu'aussit^ot les commandes qu'il contient soit executees. Les shell-scripts sont de purs chiers
texte; vous pouvez les realiser avec un editeur comme emacs ou vi 11.
Regardons cet exemple de shell-script. La premiere ligne, \#!/bin/sh", indique que le chier est
un script, et indique au shell de quelle facon l'executer. Dans ce cas, il devra le passer a /bin/sh,
qui est le shell lui-m^eme dans ce cas. Pourquoi est-ce important ? Sur beaucoup de systemes UNIX,
/bin/sh est un shell Bourne, comme Bash. En forcant le shell a utiliser /bin/sh, on s'assure que le
script sera bien execute par le bon shell, quelque soit celui qui est utilise par defaut. M^eme si vous
^etes sous Tcsh, ce script fonctionnera correctement.
La deuxieme ligne est un commentaire. Les commentaires commencent par le caractere \#"
et s'etendent jusqu'a la n de la ligne. Ils sont ignores par le shell, ils permettent de mettre des
explications ou des notes pour que le programmeur s'y retrouve.
Les autres lignes sont juste des commandes, exactement comme vous les taperiez au clavier
directement. Le shell lit chaque ligne du script et l'execute comme si vous veniez de la taper.
Les permissions d'acces des shell-scripts sont importantes: lorsque vous creez un tel chier, vous
devez vous assurer d'avoir la permission d'execution pour pouvoir le lancer 12. La commande
L'utilisation de vi est decrite dans la section 3.12, page 109.
Lorsque vous creez des chiers texte, les droits d'acces par defaut ne comprennent generalement pas la permission
d'execution.
11
12
Chapitre 3. Didacticiel Linux
118
/home/rene$
chmod u+x makebook
peut ^etre utilisee a cet eet.
3.13.2 Les variables et l'environnement
Le shell permet de denir des variables, comme la plupart des langages de programmation. Une
variable est une donnee a qui l'on attribue un nom.
3
Notez que Tcsh, tout comme d'autres C-shells, utilise un mecanisme dierent de ce qui est decrit
ici pour assigner des valeurs aux variables. Nous considerons ici un shell Bourne, comme Bash (que
vous utilisez probablement), ou le /bin/sh de la plupart des systemes UNIX. Voyez la page de
manuel de Tcsh si vous voulez savoir comment ce shell fonctionne.
Lorsque vous assignez une valeur a une variable (avec l'operateur \="), vous pouvez alors acceder
a cette variable en rajoutant un \$" devant son nom, voici un exemple :
/home/rene$
toto=\Salut la dedans"
Nous avons donne la valeur \Salut la dedans" a la variable que nous avons appelee toto. Nous
pouvons maintenant nous referer a cette variable par son nom, prexe par le caractere \$". La
commande
/home/rene$
echo $toto
Salut la dedans
/home/rene$
produit maintenant le m^eme resultat que
/home/rene$
echo \Salut la dedans"
Salut la dedans
/home/rene$
Ces variables sont internes au shell. Cela veut dire que seul le shell peut y avoir acces. C'est tres
utile dans les shell-scripts; si vous voulez utiliser un nom de chier, vous pouvez le stocker dans une
variable, comme ci-dessus. La commande set ache une liste de toutes les variables denies a un
moment donne.
Mais le shell vous permet d'exporter des variables dans l'environnement. L'environnement
est un ensemble de variables auquel toutes les commandes que vous executez, scripts ou programmes
binaires, ont acces. Une fois que vous avez deni une variable dans le shell, le fait de l'exporter la
place dans cet environnement et la rend connue de tous vos programmes. La commande export est
utilisee pour cette operation.
3
La encore, la methode est dierente entre Bash et Tcsh. Sous les C-shells, les variables
d'environnement sont positionnees selon une autre syntaxe (la commande setenv ), reportez-vous a
la page de manuel.
3.13. Congurer votre environnement
119
L'environnement est une chose tres importante dans les systemes UNIX. Il vous permet de
congurer certains programmes, simplement en positionnant des variables ad hoc.
Voici un petit exemple. La variable d'environnement PAGER est utilisee par la commande man;
elle designe le programme a utiliser pour acher les pages. Si vous positionnez PAGER sur un nom
de commande, il utilisera cette commande pour acher les pages de manuel, au lieu de more qui est
le programme utilise par defaut.
Assignez \cat" a la variable PAGER. Cela aura pour eet de faire acher par man, les pages en
une seule fois, sans s'arr^eter a chaque ecran.
/home/rene$
PAGER=\cat"
Maintenant, exportez PAGER dans l'environnement.
/home/rene$
export PAGER
Essayez la commande man ls. La page de manuel va deler sur votre ecran, car elle est achee en
un seul bloc.
Maintenant, si nous positionnons PAGER sur \more", c'est cette commande qui sera utilisee pour
l'achage.
/home/rene$
PAGER=\more"
Notez que nous n'avons pas besoin d'utiliser la commande export une seconde fois, la variable est
deja exportee dans l'environnement; une fois sut. Tout changement de sa valeur sera pris en
compte.
Les pages de manuel des dierentes commandes que vous utilisez vous renseigneront sur le nom
des eventuelles variables d'environnement qu'elles peuvent utiliser; par exemple la page de manuel
de man explique l'usage de PAGER. Certaines commandes partagent des variables; par exemple de
nombreux programmes utilisent la variable EDITOR pour savoir quel est l'editeur de texte prefere de
l'utilisateur qu'il faudra utiliser par defaut.
L'environnement est aussi utilise pour stocker certaines informations importantes de votre session.
Un bon exemple, la variable HOME, qui contient le nom de votre repertoire personnel.
/home/rene/notes$
echo $HOME
/home/rene
Une autre variable d'environnement qui vous interessera s^urement: la variable PS1 denit l'invite
principale de votre shell. Par exemple,
/home/rene$
PS1=\Votre commande: "
Votre commande:
Pour remettre l'invite que vous aviez avant (qui contenait le repertoire courant suivi du symbole
\$"),
Chapitre 3. Didacticiel Linux
120
Your command, please:
PS1=\\w$ "
/home/rene$
La page de manuel de
choses tres pratiques !
bash
decrit la syntaxe utilisee pour l'invite, lisez-la, on peut y mettre des
3.13.2.1 La variable d'environnement PATH
Lorsque vous utilisez la commande ls, comment le shell sait-il ou trouver le programme ls dans
tout ce fatras de chiers qui est sur votre disque dur ? En fait, ls se trouve dans /bin/ls sur la
plupart des systemes. Le shell utilise la variable d'environnement PATH pour rechercher les chiers
executables des commandes que vous tapez.
Par exemple, votre variable PATH a sans doute une valeur qui ressemble a :
/bin:/usr/bin:/usr/local/bin:.
C'est une liste de repertoires dans lesquels le shell ira faire sa recherche, separes par le caractere
\:". Quand vous utilisez la commande ls, le shell commence par rechercher /bin/ls, s'il ne trouve
pas il va essayer /usr/bin/ls, et ainsi de suite.
Notez bien que le PATH n'a rien a voir avec la recherche de chiers ordinaires, il ne concerne que
les commandes. Par exemple si vous tapez
/home/rene$
cp toto titi
Le shell n'utilisera pas PATH pour rechercher les chiers toto et titi, seul l'executable de la commande cp sera recherche en fonction du PATH.
Cette variable fait gagner un temps precieux: vous n'avez pas besoin de vous souvenir du chemin
d'acces complet aux executables. Les programmes sont souvent disperses en dierents endroits,
comme /usr/bin,/bin, /usr/local/bin, ou /usr/bin/X11. Au lieu d'^etre oblige de donner le
chemin complet ( comme /usr/bin/cp), vous pouvez simplement assigner a PATH la liste de tous les
repertoires ou vos commandes peuvent se trouver, et le shell fera tout le travail pour vous.
Notez que le PATH contient \.", qui correspond au repertoire courant. Vous pouvez ainsi creer
un script ou un programme et le lancer, depuis l'endroit ou vous vous trouvez, sans ^etre oblige de le
copier ailleurs ou de specier exactement ce repertoire (comme dans ./makebook). Si un repertoire
n'est pas dans votre PATH, le shell n'ira pas y chercher les commandes pour vous, et ceci est valable
pour le repertoire courant.13
13 Les utilisateurs de MS-DOS doivent bien noter ce fait. MS-DOS utilise une toute autre strat
egie, il recherche par
defaut d'abord dans le repertoire courant, et seulement ensuite utilise le PATH. UNIX ne fait pas de cas particulier
pour le repertoire courant, s'il n'est pas dans le PATH la recherche ne s'y fera pas. C'est la meilleure solution pour
des raisons de securite et d'administration. En general, soit on ne met pas le repertoire courant dans le PATH, soit
on le met en derniere position de recherche, surtout pas en premiere; ces notions de securite depassent largement le
cadre de cet ouvrage.
3.14. Vous vous lancez dans l'aventure ?
121
3.13.3 Scripts d'initialisation
En plus des shell-scripts que vous creez vous-m^eme, il y a un certain nombre de scripts que le
shell utilise pour certains usages. Les plus importants sont vos scripts d'initialisation, qui sont
automatiquement executes par le shell lorsque vous vous logez sur le systeme.
Ce sont de simple shell-scripts, semblables a ceux decrits plus haut. Toutefois ils sont tres utiles
pour congurer votre environnement, en executant automatiquement des commandes lorsque vous
arrivez sur le systeme. Par exemple, si vous utilisez toujours la commande mail pour verier votre
courrier a ce moment la, vous pouvez placer cette commande dans votre script d'initialisation de
maniere a ce qu'elle soit automatiquement executee.
Bash et Tcsh distinguent tous deux ce que l'on appelle un login shell, et les autres invocations
du shell. Un \login shell" est celui invoque lorsque vous vous logez sur la machine; c'est generalement
le seul que vous utilisiez, avec lequel vous dialoguez. Cependant, si vous appelez un shell depuis un
autre programme, comme depuis vi, vous lancez une seconde instance du shell, qui n'est pas votre
login shell. De plus, chaque fois que vous executez un script, vous lancez automatiquement un autre
shell qui interprete ce chier.
Les chiers d'initialisation utilises par Bash son: /etc/profile (congure par l'administrateur
du systeme, et execute par tous les shells Bourne lorsqu'un utilisateur se loge) ;
$HOME/.bash profile (ex
ecute par tous les login shells Bash) ; et $HOME/.bashrc (execute par
tous les Bash qui ne sont pas login shell). Si .bash profile n'existe pas, .profile est utilise a la
place.
Tcsh utilise les chiers d'initialisation suivants: /etc/csh.login (execute par tous les C-shell
lorsqu'un utilisateur se loge), $HOME/.tcshrc (execute par tous les login shells et toutes les autres
instances de Tcsh), et $HOME/.login (execute au login, apres .tcshrc). Si .tcshrc n'existe pas,
.cshrc est utilis
e a la place.
Pour bien ma^triser les fonctions et l'usage de ces chiers, vous devez approfondir davantage vos
connaissances du shell. La programmation shell est un sujet complique, depassant largement du
cadre de ce livre. Lisez les pages de manuel de bash et/ou tcsh pour en savoir un peu plus, et si les
shell-scripts vous passionnent orez-vous un ouvrage sur le sujet.
3.14 Vous vous lancez dans l'aventure ?
Nous vous avons fourni susamment d'informations pour que vous puissiez commencer a utiliser
le systeme. N'oubliez pas que la plupart des aspects les plus interessants et les plus importants de
Linux ne vous ont pas ete presentes, vous n'avez vu que les notions de base. Avec ces connaissances,
dans tres peu de temps vous pourrez utiliser de complexes applications et etendre les possibilites de
votre systeme a l'inni. Si tout cela ne vous semble pas extraordinaire pour l'instant, ne desesperez
pas : vous avez encore beaucoup a apprendre.
Les pages de manuels du systeme sont un outil d'apprentissage indispensable. Bien que la plupart
d'entre elles puissent appara^tre confuses au premier abord, vous y trouverez en approfondissant des
tonnes d'informations passionnantes.
122
Chapitre 3. Didacticiel Linux
Nous vous suggerons egalement de lire un ouvrage complet traitant de l'utilisation d'UNIX. Vous
en trouverez une liste dans l'annexe A.
Chapitre 4
Administration systeme
Ce chapitre est un apercu de l'administration systeme sous Linux, et comprend un certain nombre
d'explications plus poussees qui ne sont pas uniquement utiles aux administrateurs de la machine. A
chaque systeme est attache un administrateur, et sa gestion est une t^ache tres importante, demandant
parfois beaucoup de temps, m^eme si vous ^etes l'unique utilisateur de votre ordinateur.
Nous avons essaye de decrire ici les choses les plus importantes que vous devez absolument
conna^tre a propos de l'administration systeme pour pouvoir utiliser Linux, avec susamment de
details pour faciliter vos debuts. An que cette partie reste courte et supportable, nous n'avons
traite que des choses de base, et avons omis beaucoup de details importants. Vous devez lire le
Linux System Administrator's Guide si vous avez de serieux problemes. Il vous aidera a mieux
comprendre comment tout cela est organise et fonctionne. Au minimum, feuilletez-le, de maniere a
savoir ce qu'il contient et quel genre de renseignements vous pouvez y trouver.
4.1 Les dangers du pouvoir
Vous le savez, UNIX dierencie les divers utilisateurs, de maniere a securiser leurs actions sur
le systeme (eviter que quelqu'un ne lise votre carnet d'adresses par exemple). Chaque utilisateur
possede son propre compte, avec son repertoire personnel, son nom d'utilisateur, etc. Parallelement
a ces utilisateurs ordinaires, il existe des comptes speciaux denis dans le systeme qui possedent
certains privileges. Le plus important est le compte root.
4.1.1 L'utilisateur root
Les utilisateurs ordinaires ont generalement des privileges tels qu'ils ne peuvent rien faire qui puisse
g^ener les autres utilisateurs ou la bonne marche du systeme. Les droits d'acces aux chiers sont
positionnes de telle facon que l'utilisateur normal ne puisse ni eacer, ni modier des chiers dans
les repertoires partages par tous (comme /bin et /usr/bin). Beaucoup protegent egalement leurs
propres chiers en leur donnant des permissions telles que les autres personnes utilisant le systeme
ne puissent y acceder.
123
124
Chapitre 4. Administration systeme
Il n'y a pas de telles restrictions pour root. L'utilisateur root peut lire, modier, supprimer
n'importe quel chier du systeme, changer les permissions et les proprietaires, executer certains
programmes, comme ceux destines a partitionner les disques durs ou creer des systemes de chiers.
Le principe est simple: la personne (ou les personnes) responsables de la gestion de l'ordinateurs
utilise le compte root chaque fois qu'il est necessaire d'eectuer une operation normalement interdite
aux utilisateurs normaux. Elle est la seule a en posseder le mot de passe, et utilise ce privilege
parcimonieusement: root ayant tous les droits, il lui est tres facile de faire des erreurs pouvant avoir
des consequences catastrophiques.
Par exemple, en tant qu'utilisateur normal, si par inadvertance vous tentiez d'eacer tous les
chiers presents dans /etc, le systeme vous l'interdirait. Si c'est l'utilisateur root qui fait la m^eme
manipulation, il en aura le droit et les chiers seront irremediablement perdus, rendant la machine
quasiment inutilisable. Il est tres facile de deteriorer le systeme sous le compte root. La meilleure
facon d'eviter les accidents, est de suivre ces conseils:
Veriez bien les commandes que vous tapez avant de presser
. Par exemple, si vous
^etes en train de nettoyer un repertoire, avant de taper frenetiquement sur Entree , relisez bien
ce qui est a l'ecran et assurez-vous que vous n'allez pas eacer des donnees cruciales. Dans le
doute utilisez rm -i plut^ot que rm sans parametres; mieux vaut perdre du temps a conrmer
chaque operation que perdre un an de travail en une fraction de seconde.
Entr
ee
Ne prenez pas l'habitude d'utiliser le compte root tout le temps.
Sinon vous niriez par
ne plus realiser que vous ^etes privilegie et confondre root avec votre compte ordinaire. Les
consequences sur certaines erreurs de commande sont fort dierentes !
Utilisez une invite dierente pour l'utilisateur root. La tradition veut que le dernier caractere
soit \#" si l'on est root et \$" pour le reste des utilisateurs. Les chiers d'initialisation des
shells servent aussi a ca. 1
Ne soyez root que lorsque c'est absolument necessaire, et aussit^ot que vous n'en aurez plus
besoin, quittez ce compte. Moins vous utiliserez root, moins vous prendrez le risque de faire
de grosses b^etises.
Bien s^ur, vous rencontrerez des experts UNIX irreductibles qui utilisent root pour pratiquement
tout faire. Mais interrogez-les... Chacun d'eux a fait au moins une fois une erreur stupide et detruit
son systeme. La regle generale est que, tant que vous ne ma^trisez pas parfaitement l'absence de
restrictions sur root, et tant que l'utilisation en tant qu'utilisateur normal vous est facile, utilisez
root le moins possible et avec beaucoup de pr
ecautions.
Bien entendu, tout le monde fait des erreurs. Linus Torvalds lui-m^eme a eace par erreur
l'integralite de son systeme de chiers. Des jours de travails perdus a jamais. Heureusement pour
lui, en raison de sa connaissance du code gerant les systemes de chiers dans le noyau, il fut capable
de relancer son systeme et de reconstruire a la main toute l'arborescence perdue. N'esperez pas
savoir en faire autant de sit^ot...
1 Si vous utilisez le shell bash, vous rendre cela automatique, en mettant \n$ " a
la n de la denition de PS1. Bash
passera tout seul de \$" a \#" selon les privileges dont vous disposez.
4.1. Les dangers du pouvoir
125
Vu d'une autre facon, si vous vous imaginez le compte root comme une armure magique qui vous
donne la puissance supr^eme de pouvoir d'un simple claquement des doigts, diriger ou detruire votre
systeme, regner en ma^tre sur vos utilisateurs eventuels, une bonne idee serait de faire attention ou
vous mettez les doigts. Un faux mouvement est si vite arrive... Evitez donc plut^ot d'endosser cette
armure trop souvent. Le pouvoir a deja tourne la t^ete a trop de gens en ce bas monde.
4.1.2 Abus de pouvoir
Le sentiment de puissance amene souvent le desir de nuire. C'est l'un des grands pieges de
l'administration de systemes UNIX, et tout le monde tombe plus ou moins dedans un jour ou l'autre.
La majorite des utilisateurs d'UNIX ne pourra jamais conna^tre ces impressions : sur les systemes
des grandes compagnies ou des universites, seuls quelques specialistes hautement qualies et responsables, tres cher payes, ont la possibilite d'utiliser le compte root an d'administrer le systeme. En
fait, dans la plupart des sites UNIX, le mot de passe de root est un secret extr^emement bien garde :
Il est traite comme le tresor le plus precieux qui soit. Les rumeurs courent, des legendes s'installent,
pouvoir se connecter en tant que root est depeint comme un acte magique donnant la puissance
supr^eme, reservee a quelques elus dominant de leur superiorite le reste du monde informatique.
De telles attitudes envers le compte root sont justement le genre de choses qui provoquent la
convoitise et l'envie de nuire. Ce compte root est tellement porte aux nues, que des qu'un utilisateur
a l'opportunite pour la premiere fois d'^etre root (que ce soit sur un systeme Linux ou ailleurs), il aura
tendance a abuser des privileges qui lui sont octroyes. On a vu tant de pretendus \administrateurs
systeme" lire le courrier des autres utilisateurs, eacer leurs chiers sans prevenir, et d'une maniere
generale se comporter comme des gamins des lors qu'on leur ore un \jouet" aussi puissant.
Parce que ^etre root ore de tels privileges sur le systeme, il faut beaucoup de calme et surtout
de maturite pour utiliser ce compte dans son veritable but : faire marcher la machine. Il y a un
accord tacite, un code d'honneur entre les utilisateurs et leur administrateur. Que penseriez-vous
si votre administrateur systeme lisait votre courrier personnel ou espionnait tout ce que vous faites
dans vos chiers ? Il n'y a pas encore de precedent juridique en ce domaine. Sur les systemes UNIX,
l'utilisateur root a la possibilite d'outrepasser toutes les securites et mecanismes de protection. Il
est indispensable que lui et les utilisateurs travaillent dans un climat de conance et de respect
mutuel. Nous ne le repeterons jamais assez.
4.1.3 Relations avec les utilisateurs
La securite sous UNIX est plut^ot laxiste, par conception. La notion de securite fut introduite aprescoup: le systeme fut a l'origine developpe dans un milieu ou il n'etait pas pensable que certains
utilisateurs pensent a mal. Pour cette raison, m^eme en prenant des mesures de securite, certains
utilisateurs normaux peuvent encore trouver le moyen de nuire, souvent involontairement.
Les administrateurs systeme peuvent agir de deux manieres envers les utilisateurs qui abusent :
Ils peuvent ^etre paranoiaques ou conants. L'administrateur parano fait en general plus de mal
que de bien. La majorite des utilisateurs n'ont ni la possibilite ni les connaissances pour reellement
endommager le systeme. Dans 90% des cas, lorsqu'un utilisateur g^ene le fonctionnement de la
126
Chapitre 4. Administration systeme
machine (par exemple en remplissant les partitions utilisateurs par d'enormes chiers, ou executant
de nombreuses instances d'une tres grosse application), il n'a absolument pas conscience que ce qu'il
fait pose un gros probleme. Il ne cherche pas a nuire, il ne comprend simplement pas ce qu'il fait.
Lorsque vous vous trouvez face a un utilisateur qui provoque un probleme, ne l'accusez pas
immediatement: tant que rien ne prouve qu'il est coupable, il est innocent, cette regle s'applique
aussi ici. Le mieux a faire est de discuter avec lui, et lui parler calmement de ce qui s'est passe,
au lieu d'^etre agressif. Evitez a tout prix de vous mettre l'utilisateur a dos, ce qui aurait pour
eet de vous rendre d'un seul coup tres suspect aux yeux de beaucoup, vous pourriez vous voir
accuser de tous les maux. Au contraire, expliquez-lui ce qui s'est passe, guidez-le et il vous en sera
reconnaissant, et vous pourrez ^etre assure qu'il ne fera plus jamais la m^eme fausse manipulation par
ignorance.
Si vous avez vraiment la preuve que quelqu'un a tente de \pirater" le systeme sciemment, ou a
essaye volontairement de troubler son fonctionnement, la encore ne soyez pas agressif. Avertissez-le
qu'il est decouvert, mais soyez souple. Dans beaucoup de cas vous pourrez le prendre \la main dans
le sac", a ce moment envoyez-lui un message, lui disant de ne pas recommencer. Mais assurez-vous
bien d'avoir la preuve que c'est un acte delibere et pas une erreur de sa part.
4.1.4 E tablir les regles
On n'administre pas un systeme UNIX a coups de cravache. Le monde UNIX n'est pas fait pour la
discipline b^ete et mechante, laissons cela aux militaires. Le mieux est d'etablir un certain nombre
de regles souples, un guide de conduite des utilisateurs; mais dites-vous bien que moins il y aura
de regles, moins vous aurez de chances d'avoir des infractions. M^eme si elles sont parfaitement
claires et raisonnables, les utilisateurs niront toujours par les enfreindre involontairement de temps
a autres. C'est particulierement vrai pour les nouveaux venus a UNIX, qui apprennent tant bien
que mal les meandres du systeme, ses possibilites et ses limites. Par exemple, Il n'est pas evident
au premier abord pour un complet novice, de comprendre qu'il ne faut pas telecharger 1 gigaoctet
de programmes et les envoyer a tout le monde par courrier. Les utilisateurs ont besoin d'aide, et
doivent comprendre la raison des regles qu'on leur impose.
Si vous redigez un guide de conduite pour votre systeme, assurez-vous que tout soit bien clair et
comprehensible, et que chaque limitation imposee puisse ^etre comprise par tout le monde. Si vous ne
le faites pas, les utilisateurs trouveront toutes sortes d'astuces plus creatives les unes que les autres
pour arriver a leurs ns, sans se rendre compte qu'ils abusent.
4.1.5 Mais encore ?
Nous ne pouvons pas vous donner de recette ideale pour administrer votre systeme, tout depend
de la maniere dont vous l'utilisez. Les choses sont fort dierentes selon le nombre d'utilisateurs,
l'isolement ou la connexion reseau de la machine, le type d'acces, etc. Malgre tout, quelle que soit
votre situation, m^eme si vous ^etes le seul utilisateur de votre ordinateur, comprendre les t^aches qui
attendent l'administrateur du systeme est toujours une bonne idee.
4.2. Amorcage du systeme
127
E^ tre l'administrateur systeme ne fait pas de vous un expert UNIX. Il y a de nombreux administrateurs qui ont tres peu de connaissances d'UNIX. Tout comme il y a beaucoup d'utilisateurs
\normaux" qui connaissent beaucoup mieux UNIX que leur administrateur systeme. Et encore une
fois, vos privileges ne vous autorisent pas a leser vos utilisateurs. Ce n'est pas parce que vous avez
la possibilite de detruire tous leurs chiers que vous avez le droit de le faire.
Enn, ^etre l'administrateur systeme n'a rien d'extraordinaire. Que votre machine soit un petit
386 ou un Cray n'a aucune importance, la situation est la m^eme. Conna^tre le mot de passe de root
ne vous apportera jamais argent et celebrite. Cela vous permettra simplement de faire tourner le
systeme correctement. C'est tout.
4.2 Amorcage du systeme
On peut amorcer le systeme de plusieurs facons, soit depuis une disquette, soit depuis le disque dur.
4.2.1 Utilisation d'une disquette d'amorce
Beaucoup d'utilisateurs lancent le systeme depuis une disquette d'amorce (boot oppy) qui contient
une copie du noyau de Linux. Ce noyau contient a un endroit bien determine, deux octets \magiques"
qui lui permettent de savoir sur quel peripherique aller chercher le systeme de chiers racine. (La
commande rdev peut ^etre utilisee pour ajuster cette valeur directement dans cette l'image du noyau;
voir plus loin). C'est le type de disquettes cree par certaines procedures d'installation de Linux, par
exemple.
Pour creer votre propre disquette d'amorce, cherchez tout d'abord l'image de votre noyau sur le
disque dur. Elle devrait normalement se trouver sous le nom de /usr/src/linux/zImage. Toutefois si
les sources du systeme ne sont pas installees, vous la trouverez selon la distribution dans /zImage,
ou /vmlinux, ou /vmlinux.z.
Le suxe \z" indique que le noyau de Linux est compresse. Un noyau compresse se decompacte
en memoire au moment du chargement, et prend beaucoup moins de place disque. C'est aussi une
technique permettant de le charger dans la limite fatidique des 640 Ko de memoire disponible tant
que l'ordinateur n'est pas encore passe en mode protege.
Une fois que vous avez trouve ce chier, indiquez le peripherique racine de votre systeme dans
cette image du noyau avec la commande rdev. Le format de la commande est:
rdev hchier-noyaui hp
eripherique-racinei
ou hchier-noyaui est votre chier contenant l'image du noyau et hperipherique-racinei le nom de la
partition supportant le systeme de chiers racine. Par exemple, s'il est sur /dev/hda2 et que votre
noyau s'appelle zImage, utilisez la commande:
#
rdev zImage /dev/hda2
Chapitre 4. Administration systeme
128
rdev peut congurer d'autres options egalement, comme le mode video par defaut. Lancez \rdev
" pour obtenir un message d'aide.
Apres cette operation, vous pouvez tout simplement copier ce chier image sur votre disquette.
Avant de copier des donnees sur une disquette, il peut ^etre pratique de la formater a la norme
MS-DOS avant. Cela positionne les informations secteur et pistes, ce qui permet de detecter ensuite
si elle est haute ou basse densite.
Par exemple, pour copier le noyau zImage sur la disquette qui est dans /devc/fd0 ( le premier
lecteur de disquettes), utilisez la commande:
-?
#
cp zImage /dev/fd0
Cette disquette devrait alors pouvoir amorcer Linux.
4.2.2 Utilisation de LILO
LILO ore une autre methode pour amorcer Linux, directement depuis le disque dur. C'est un
programme qui reside dans le secteur d'amorce de votre disque dur. Il est alors execute chaque fois
que vous allumez l'ordinateur, et peut automatiquement lancer Linux depuis un noyau stocke sur le
disque dur lui-m^eme.
LILO peut aussi ^etre utilise comme chargeur pour amorcer plusieurs autres systemes
d'exploitation, vous permettant de choisir au demarrage de l'ordinateur celui que vous desirez utiliser
(comme Linux ou MS-DOS). Lorsque vous utilisez LILO, le systeme d'exploitation congure par
defaut est amorce, sauf si vous pressez ctrl , alt , ou shift pendant la sequence d'amorcage. Si
vous appuyez sur l'une de ces touches, vous verrez appara^tre une invite, ou vous pourrez taper le
nom du systeme desire (comme \linux" ou \msdos"). Si vous tapez tab , vous verrez s'acher la
liste des dierents systemes d'exploitation disponibles.
LILO est situe dans le repertoire /etc/lilo, ou peut ^etre sur des distributions plus modernes
dans /sbin, bref vous le trouverez bien quelque part si vous le possedez. La facon la plus simple de
l'installer est d'editer son chier de conguration, /etc/lilo/config (ou equivalent), et de lancer
la commande
#
/etc/lilo/lilo
(Dans le cas ou il se trouve dans /etc/lilo bien s^ur).
Le chier de conguration de LILO contient une \strophe" pour chaque systeme d'exploitation
qu'il doit prendre en charge. La meilleure explication consiste a donner un exemple d'un tel chier.
Celui qui suit est parametre pour un systeme dont la racine est sur /dev/hda1, et possede un systeme
MS-DOS sur /dev/hda2.
# Indique \`a LILO de modifier le programme d'amorcage sur /dev/hda
# (le premier disque dur non SCSI). Si vous amorcez depuis un disque
# different, changez la ligne suivante.
boot = /dev/hda
4.3. Arr^eter le systeme
129
# Nom du programme d'amorcage. Ne modifiez pas
cette ligne sauf
# si vous etes developpeur et travaillez a l'amelioration de LILO.
install = /etc/lilo/boot.b
# Laisse LILO faire quelques optimisations
compact
# Strophe pour Linux, partition racine sur /dev/hda1.
image = /etc/Image
# Chemin d'acces au noyau
label = linux
# Nom du systeme (pour le menu d'amorcage)
root = /dev/hda1
# Nom de la partition racine
vga = ask
# Indique au noyau de
demander le mode video au demarrage
# Strophe pour MS-DOS sur la partition /dev/hda2.
other = /dev/hda2
# Nom de la partition supportant le systeme
table = /dev/hda
# Nom du disque supportant la table de partitions pour /dev/hda2
label = msdos
# Nom du systeme (pour le menu d'amorcage)
La premiere strophe du chier correspond au systeme qui doit ^etre lance par defaut. Vous pourrez
choisir les autres comme nous l'avons explique plus haut.
Si vous le desirez, le programme /etc/lilo/QuickInst vous questionnera a propos de votre
conguration et creera un chier de conguration LILO pour vous.
Attention: Chaque fois que vous mettez a jour le noyau de Linux sur le disque, vous devez
lancer la commande /etc/lilo/lilo an que la modication soit prise en compte. Ceci m^eme si le
chier porte le m^eme nom et est situe au m^eme endroit ! LILO conserve non pas un chemin d'acces,
mais une position physique sur le disque et un nombre de blocs a charger. Si ces informations sont
erronees, le systeme ne demarrera pas.
Notez aussi que si vous utilisez la ligne \root =", vous n'avez pas besoin d'utiliser rdev pour
congurer le noyau, LILO se chargera de passer le bon parametre.
Vous trouverez beaucoup plus de details sur LILO dans la \FAQ" Linux (voir annexe A), y
compris comment utiliser LILO avec le \boot manager" d'OS/2.
4.3 Arr^eter le systeme
L'arr^et d'un systeme Linux doit se faire avec soin. Vous ne devez jamais eteindre l'ordinateur ou
appuyer sur le bouton de remise a zero pendant le fonctionnement. Le noyau conserve en memoire
les entrees/sorties disque dur : si vous arr^etez la machine sans qu'il ait eu le temps d'ecrire ces
donnees, vous corromprez a coup s^ur vos systemes de chiers.
La procedure d'arr^et du systeme comprend egalement d'autres precautions : un signal est envoye
a tous les processus, qui peuvent alors se terminer proprement, et les systemes de chiers sont
correctement demontes. Si vous le desirez, il est egalement possible d'alerter tous les utilisateurs
Chapitre 4. Administration systeme
130
que la machine va ^etre arr^etee an de leur laisser une chance de se deconnecter proprement et de
sauver leurs travaux en cours.
La methode la plus simple pour eectuer tout cela est d'utiliser la commande shutdown. Elle
s'utilise ainsi :
shutdown htempsi hmessage-utilisateursi
L'argument htempsi est l'heure d'arr^et desiree (au format hh:mm:ss), et hmessage-utilisateursi est
l'avertissement envoye sur le terminal de chaque utilisateur. Vous pouvez aussi indiquer \now"
comme parametre htempsi, dans ce cas l'operation aura lieu immediatement. La commande peut
prendre l'option -r qui lui indique de relancer le systeme une fois l'arr^et eectue.
Par exemple, pour arr^eter puis redemarrer Linux a vingt heures, tapez :
#
shutdown -r 20:00
Vous pouvez aussi utiliser la commande halt pour forcer un arr^et immediat, sans prevenir
personne. Cette commande est tres utile si vous ^etes le seul utilisateur.
3
N'arr^etez pas l'ordinateur tant que vous n'avez pas vu s'acher le message:
The system is halted
Nous repetons qu'il est tres important de stopper le systeme proprement a l'aide de shutdown
ou halt. Sur certaines conguration, la combinaison ctrl-alt-del sera reconnue et appellera
shutdown ; mais sur d'autres elle relancera imm
ediatement l'ordinateur et provoquera un desastre
dans vos chiers.
4.4 Gerer les utilisateurs
Que vous ayez ou non plusieurs utilisateurs sur votre systeme, il est important de comprendre
certains aspects de la gestion des utilisateurs sous Linux. M^eme si vous ^etes la seule personne a
acceder a votre machine, vous avez probablement un compte separe pour vous-m^eme pour votre
utilisation quotidienne, en plus du compte root pour les travaux d'administration.
Toute personne utilisant le systeme doit posseder son propre compte. Partager un m^eme compte
entre plusieurs utilisateurs est rarement une bonne idee. Cela pose non seulement un probleme de
securite, mais les comptes utilisateurs sont la pour identier chacun separement sur la machine.
Vous devez pouvoir ^etre capable de savoir qui fait quoi.
4.4.1 Concepts de base
Le systeme conserve certaines informations sur chaque utilisateur. Elles sont indiquees ci-dessous.
4.4. Gerer les utilisateurs
131
nom d'utilisateur
C'est l'identicateur unique donne a chaque utilisateur du systeme. Il peut comprendre des lettres et des chires, et les caracteres \ " (souligne) et \." (point).
Il vaut mieux limiter leur taille a 8 caracteres, pour des raisons techniques. Pour
les m^emes raisons, utilisez toujours des lettres minuscules et ne mettez jamais de
caracteres accentues dedans. Exemples: \marcel", \rene", \dugenou" sont des
noms d'utilisateurs valides.
identicateur d'utilisateur
Appele UID, (user ID), c'est un nombre unique donne a chaque utilisateur du
systeme. En eet, c'est par ce numero que chaque utilisateur est identie et non
pas par son nom, qui est un equivalent pratique pour les humains.
identicateur de groupe
Appele GID (group ID), c'est un numero qui represente le groupe dans lequel
l'utilisateur se trouve par defaut. Nous avons presente cette notion de groupe dans la
section 3.9; chacun appartient a un ou plusieurs groupes denis par l'administrateur
systeme. Nous donnerons plus de details un peu plus bas.
mot de passe
nom reel
Le systeme conserve le mot de passe de chaque utilisateur sous forme cryptee. On
peut utiliser la commande passwd pour changer ce mot de passe.
Le \vrai" nom de chacun est egalement enregistre. Par exemple, l'utilisateur marcel
peut s'appeler \Marcel Dugenou" dans la vie courante ; le systeme permet de conserver cette information. Connu egalement sous le nom de \champ GCOS", en
hommage a un systeme de chez Bull.
repertoire personnel
C'est le repertoire ou l'utilisateur est automatiquement place lorsqu'il arrive sur
la machine. Chaque utilisateur doit posseder son propre repertoire personnel,
generalement dans /home.
C'est le \login shell" de l'utilisateur, celui qui est lance lorsque l'utilisateur se
loge sur le systeme. Ce peut ^etre par exemple /bin/bash, /bin/tcsh, /bin/csh,
/bin/ksh, ou bien d'autres.
Toutes ces informations sont contenues dans le chier /etc/passwd. Chaque ligne de ce chier
contient les informations d'un utilisateur; le format de chaque ligne est le suivant:
nom-utilisateur:passe-crypt
e:UID:GID:nom-r
eel:r
epertoire-perso:login shell
Ce qui donne par exemple:
marcel:Xv8Q981g71oKK:102:100:Marcel DUGENOU:/home/marcel:/bin/bash
Comme vous pouvez le voir, le premier champ, \marcel", est le nom d'utilisateur.
132
Chapitre 4. Administration systeme
Le champ suivant, \Xv8Q981g71oKK", correspond a son mot de passe crypte. Les mots de passe
ne sont pas enregistres dans un format lisible, mais encryptes avec une cle secrete. En d'autres
termes, vous devez conna^tre ce mot de passe pour le decrypter, il est impossible de le reconstituer
a partir de la seule information codee. Cette methode assure deja une excellente securite.
Quelques systemes utilisent la technique des \shadow passwords", ou les mots de passe sont
deplaces dans un chier nomme /etc/shadow. En eet, /etc/passwd est lisible par tout le monde,
et bien qu'il soit impossible de decoder les mots de passe, certains pirates munis d'ordinateurs tres
puissants et d'un dictionnaire electronique peuvent arriver a trouver ceux qui sont trop simples.
Le chier /etc/shadow n'est lisible que par root et les deux ou trois programmes ayant besoin
d'acceder aux mots de passe. La securite du systeme est alors accrue dans de grandes proportions.
Les \shadow passwords" orent aussi d'autres possibilites, comme limiter la duree de validite des
comptes, nous n'entrerons pas dans de tels details dans ce guide ; consultez un ouvrage traitant de
la securite sous UNIX pour en savoir plus.
Le troisieme champ, \102" est l'identicateur utilisateur, le UID. Il doit ^etre unique pour chacune des personnes ayant acces au systeme. Le quatrieme champ, \100", correspond au GID. Cet
utilisateur appartient au groupe numero 100. Les informations sur les groupes, tout comme celles
sur les utilisateurs, sont enregistrees dans le chier /etc/group. Voyez la section 4.4.5 page 133
pour plus d'informations.
Le cinquieme champ contient le nom reel de l'utilisateur, ici `Marcel DUGENOU". Enn, les
deux derniers champs sont respectivement le repertoire personnel (/home/marcel) et le shell utilise
(/bin/bash). Il n'est pas necessaire que le repertoire personnel ait le m^eme nom que l'utilisateur;
mais il est plus facile de s'y retrouver ainsi.
4.4.2 Ajouter des utilisateurs
L'ajout manuel d'utilisateurs se fait en plusieurs etapes. Tout d'abord, il faut attribuer une entree
dans /etc/passwd, avec un unique numero d'identication (l'UID). Les GID, noms reels, et les
autres informations doivent egalement ^etre precises dans cette ligne. Il faut ensuite creer le repertoire
personnel de cet utilisateur, et positionner ses permissions d'acces de telle maniere que cet utilisateur
en soit proprietaire. Il faut installer dans ce repertoire les chiers d'initialisation du shell, et prendre
en consideration d'autres choses dependant du systeme (par exemple, creer eventuellement une bo^te
aux lettres).
Bien qu'il ne soit pas dicile d'ajouter des utilisateurs a la main (beaucoup le font), lorsque vous
administrez un systeme comportant beaucoup de monde et des congurations complexes, il est facile
d'oublier quelque chose. La meilleure methode est alors d'utiliser un programme interactif qui vous
demande les informations necessaires et parametre le systeme automatiquement. Ce programme
peut s'appeler useradd , adduser, voire mkuser ou newuser selon la version de votre systeme. Les
pages de manuel de celui dont vous disposez devraient vous guider dans son utilisation, qui en general
est evidente.
4.4. Gerer les utilisateurs
133
4.4.3 Supprimer des utilisateurs
Cela peut se faire de la m^eme facon, avec des programmes comme userdel ou deluser selon votre
version de systeme.
Si vous desirez interdire provisoirement l'acces a la machine a un utilisateur particulier, sans
lui supprimer son compte, vous pouvez simplement rajouter une asterisque (\*") devant son mot
de passe crypte dans le chier /etc/passwd (ou /etc/shadow selon le cas). Par exemple, modier
l'entree de marcel ainsi:
marcel:*Xv8Q981g71oKK:102:100:Marcel DUGENOU:/home/marcel:/bin/bash
l'emp^echera de se loger, son mot de passe n'etant plus correct.
4.4.4 Modications des parametres d'un utilisateur
Apres avoir cree un utilisateur, vous pouvez avoir besoin de changer certains de ses attributs, comme
son repertoire personnel, ou son mot de passe. Le plus simple est de changer les valeurs directement
dans le chier /etc/passwd. En ce qui concerne son mot de passe, utilisez la commande passwd.
Par exemple,
#
passwd marcel
vous permettra de changer le mot de passe de marcel. Seul root est habilite a modier les mots de
passe des autres utilisateurs de cette facon, bien entendu. Les autres n'ont acces qu'au leur.
Sur certains systemes, les commandes chfn et chsh pourront exister et permettre aux utilisateurs
de modier eux-m^eme leur nom reel et le shell qu'ils desirent utiliser. Si ces commandes n'existent
pas, ils devront demander ces modications a l'administrateur du systeme.
4.4.5 Les groupes
Comme nous l'avons dit, chaque utilisateur appartient a un ou plusieurs groupes. Ceci n'a
d'importance que pour les permissions d'acces aux chiers ; comme vous l'avez lu dans la section 3.9,
chaque chier appartient a un groupe, et ses droits d'acces de groupe denissent dans quelle mesure
les utilisateurs en faisant partie peuvent utiliser ce chier.
Il existe plusieurs groupes denis pour le systeme comme bin, mail et sys par exemple. Aucun
utilisateur ne doit faire partie de ces groupes la : ils doivent appartenir a des groupes generaux
comme users. Si vous voulez detailler, vous pouvez aussi creer dierentes categories de groupes
comme etudiant, expert, amis, et d'autres encore.
Le chier /etc/group contient les informations relatives aux groupes. Le format de chaque ligne
est le suivant:
nom-du-groupe:mot-de-passe:GID:autres membres de ce groupe
Chapitre 4. Administration systeme
134
Quelques exemples:
root:*:0:
users:*:100:rene,marcel,dugenou,mdw
guest:*:200:
other:*:250:marcel,dugenou
Le premier groupe, root, est un groupe special au systeme reserve au compte root. Le second
groupe, users, est destine aux utilisateurs ordinaires. Il a un GID de 100. Les utilisateurs rene,
marcel, dugenou et mdw ont acc
es a ce groupe. Souvenez vous que dans /etc/passwd chaque utilisateur possede un groupe par defaut. Cependant, tout utilisateur peut faire partie de plusieurs
groupes, en ajoutant simplement son nom sur la ligne correspondante dans /etc/group. La commande groups vous permet d'acher tous les groupes auxquels vous appartenez.
Le troisieme groupe, guest, est destine aux invites et le groupe other est pour les \autres"
utilisateurs. Marcel et Dugenou ont egalement acces a ce groupe.
Les mots de passe de groupe sont tres rarement utilises. Cela peut servir a demander un mot de
passe pour acceder a un groupe particulier, ce qui peut ^etre quelque fois necessaire. Pour interdire
totalement l'acces aux groupes privilegies (avec la commande newgroup), mettez le caractere \*" en
guise de mot de passe.
Les commandes addgroup ou groupadd peuvent ^etre utilisees pour rajouter des groupes a
votre systeme. En general il est beaucoup plus simple d'ajouter ces entrees manuellement dans
/etc/group, puisque c'est la seule manipulation a faire pour rajouter un groupe. La suppression
s'eectue tout simplement en supprimant la ligne adequate dans ce chier.
4.5 Archivage et compression de chiers
Avant que nous puissions aborder les sauvegardes de donnees, nous devons presenter les outils
destines a realiser des archives sur les systemes UNIX.
4.5.1 Utilisation de tar
indextar@tar La commande tar est la plus utilisee, tous systemes confondus.
La syntaxe de cette commande est :
tar hoptionsi hchier1i hchier2i
:::
hchierNi
ou hoptionsi est une liste de commandes et d'options pour tar, et hchier1i a hchierNi est la liste
de chiers a ajouter ou a extraire.
Par exemple, la commande
#
tar cvf backup.tar /etc
4.5. Archivage et compression de chiers
135
rassemblera tous les chiers presents dans /etc dans l'archive backup.tar. Le premier argument de
tar (ici, `cvf") est la \commande" d'archivage. La lettre \c" indique a tar de creer une nouvelle
archive, le \v" passe le programme en mode verbeux (il ache toute ses actions a l'ecran), et la
lettre \f" indique a tar que l'argument suivant (ici, backup.tar) est le nom de l'archive a creer.
Le reste de la ligne de commande sont les chiers et/ou repertoires a inclure dans l'archive.
La commande
#
tar xvf backup.tar
extraira tous les chiers contenu dans backup.tar a partir du repertoire courant. C'est quelquefois
dangereux, car les anciens chiers de m^eme nom qui peuvent eventuellement ^etre presents, seront
ecrases.
Avant d'extraire le contenu d'un chier tar, il vaut mieux en connaitre le contenu, pour se
rendre compte de ce qui se passera au moment de l'extraction. Par exemples, supposons que vous
ayez archive les chiers suivants: /etc/hosts, /etc/group, et /etc/passwd. Si vous utilisez la
commande
#
tar cvf backup.tar /etc/hosts /etc/group /etc/passwd
le nom complet du repertoire /etc/ fera partie de l'archive pour chaque chier. Pour extraire ces
chiers et les voir se retrouver a la bonne place, vous devrez utiliser les commandes:
#
#
cd /
tar xvf backup.tar
car les chiers sont extraits avec leur chemin d'acces; mais par securite la plupart des versions de
tar correctes suppriment le tout premier \/", an d'eviter de contenir des chemins absolus pour des
raisons de securite evidentes.
Si vous avez realise l'archive avec les commandes
#
#
cd /etc
tar cvf backup.tar hosts group passwd
le nom du repertoire ne sera pas enregistre. Vous aurez alors besoin de vous deplacer dans \cd
/etc" avant d'extraire les chiers. Vous voyez que la mani
ere dont est realisee l'archive joue un
grand r^ole ; la commande
#
tar tvf backup.tar
permet d'acher le contenu de l'archive avant l'extraction. Ainsi vous pouvez tester son contenu et
determiner la meilleure facon (ou la plus s^ure) de recuperer les chiers qu'il contient.
Chapitre 4. Administration systeme
136
4.5.2
et gzip
compress
Contrairement aux dierents utilitaires d'archivage rencontres sous MS-DOS, la commande tar ne
compresse pas les chiers. Par consequent, si vous sauvegardez 2 megaoctets de chiers, l'archive
resultante fera 2 megaoctets elle aussi. Les commandes compress ou gzip (au choix) peuvent ^etre
utilisees pour compacter le chier (qui peut ^etre quelconque, et pas forcement une archive tar). Par
exemple,
#
gzip backup.tar
compactera backup.tar et vous donnera le chier backup.tar.gz, d'une taille beaucoup plus
reduite. Seule la version compressee est conservee, l'originale est detruite. (Sauf en cas de probleme).
Le decompactage se fait par la commande gunzip, ou de maniere totalement equivalente par
\gzip -d".
Le programme gzip est un outil relativement nouveau dans la communaute UNIX. Depuis
de nombreuses annees, la commande standard pour compresser les chiers etait (et est toujours)
compress. Toutefois, pour di
erentes raisons,2 compress est en train de tomber en desuetude.3
Les chiers compactes avec compress se terminent par .Z. Par exemple, backup.tar.Z est la
version compactee par compress de backup.tar, alors que backup.tar.gz est la version compressee
par gzip.4 La commande uncompress sert a decompacter les chiers traites par compress, et ne
sait faire que ca, alors que la commande gunzip sait automatiquement reconna^tre le format et
decompacte indieremment du gzip ou du compress.
4.5.3 Combiner tout ca
Par consequent, pour archiver un groupe de chiers et compresser le resultat, vous pouvez utiliser
les commandes:
#
#
tar cvf backup.tar /etc
gzip backup.tar
Le resultat sera backup.tar.gz. Pour extraire cette archive, utilisez les commandes inverses :
gunzip backup.tar.gz
# tar xvf backup.tar
2 Ces raisons sont en partie un probl
eme legal sur l'algorithme utilise dans compress et le fait que gzip est beaucoup
plus ecace.
3 Attention tout de m^
eme. La commande standard presente sur tous les UNIX du monde, Linux y compris, est
toujours compress. Le programme gzip est un programme GNU, libre et gratuit. Mais il existe helas des gens qui
payent une fortune des systemes commerciaux et qui soit ne connaissent pas gzip, soit refusent d'utiliser ce qui est
gratuit. Si vous ne savez pas ou part l'archive que vous realisez, utilisez toujours compress pour ^etre certain d'^etre
compatible avec les plus recalcitrants.
4 Pour compliquer encore un peu plus les choses, l'extension .z (en minuscule) fut utilis
ee parfois au tout debut de
la carriere de gzip. L'extension ocielle est maintenant .gz mais vous pourrez encore rencontrer d'anciens chiers
datant de cette epoque.
#
4.5. Archivage et compression de chiers
137
Bien s^ur, veriez toujours que vous ^etes dans le bon repertoire avant d'extraire les chiers d'une
archive.
Vous pouvez utiliser les possibilites d'UNIX pour taper toutes ces commandes en une seule fois,
a savoir:
#
tar cvf - /etc j gzip -9 > backup.tar.gz
Ici, nous envoyons le chier tar vers \-", qui signie pour tar la sortie standard. Un pipe envoie le
tout a gzip, qui a son tour compresse ce qu'il recoit et le resultat est sauve dans backup.tar.gz.
L'option -c de gzip indique au programme d'envoyer sa sortie sur la sortie standard, qui est
redirigee vers backup.tar.gz ; et l'option 9 demande la compression maximale.
Une commande unique pour extraire et decompresser cette archive serait :
#
gunzip -c backup.tar.gz j tar xvf -
La encore, gunzip decompacte le contenu de backup.tar.gz et envoie le resultat (le chier tar) sur
la sortie standard. Celle ci est envoyee par un pipe vers le programme tar, qui ici lit \-", qui cette
fois signie son entree standard.
Heureusement, sous Linux nous utilisons la version GNU de la commande tar. Comme tout ce
qui est GNU, elle ore par rapport a la version standard des autres systemes un certain nombre de
facilites et ameliorations. Cette version comprend l'option -z qui permet de compacter/decompacter
automatiquement les archives en cours de traitement, en utilisant \gzip" de maniere transparente.
(De la m^eme facon, l'option -Z en majuscule utiliserait compress).
Par exemple, la commande
#
tar cvfz backup.tar.gz /etc
est equivalente a
#
#
tar cvf backup.tar /etc
gzip backup.tar
Tout comme la commande
#
tar xvfz backup.tar.z
peut ^etre utilisee a la place de
#
#
gunzip backup.tar.gz
tar xvf backup.tar
Consultez les pages de manuel de tar et de gzip pour plus d'informations.
Chapitre 4. Administration systeme
138
4.6 Disquettes et sauvegardes
Les disquettes sont souvent utilisees comme support de sauvegarde, surtout chez les particuliers. Si
vous ne possedez pas de lecteur de bandes sur votre machine, vous pouvez realiser vos sauvegardes
sur disquettes (bien que ce soit beaucoup plus long et fastidieux, et bien moins able).
Vous pouvez egalement utiliser des disquettes pour stocker des systemes de chiers individuels,
puis utiliser la commande mount pour monter la disquette et acceder a vos donnees.
4.6.1 Sauvegarde sur disquettes
La methode la plus simple pour sauvegarder des donnees sur disquettes est d'utiliser
commande
#
tar
. La
tar cvfzM /dev/fd0 /
realisera une sauvegarde totale de votre systeme sur le lecteur de disquettes /dev/fd0. L'option
\M" de la commande tar permet de realiser une archive multivolume; c'est a dire que lorsqu'une
disquette sera pleine, tar vous en demandera une autre5 . La commande
#
tar xvfzM /dev/fd0
peut ^etre utilisee pour restaurer une archive complete comme celle-ci. Cette methode peut aussi
^etre utilisee sur un lecteur de bandes (/dev/rmt0) connecte a la machine.
La sauvegarde complete d'un systeme peut ^etre tres longue et consommer beaucoup de ressources.
La plupart des administrateurs systeme utilisent une methode de sauvegarde incrementale, dans
laquelle ils realisent une sauvegarde totale une fois par mois seulement, et chaque semaine ne sauvent
que les chiers qui ont ete reellement modies ces derniers jours. De cette facon, si un gros accident
se produit, il sut de restaurer la totalite de la sauvegarde mensuelle et la derniere sauvegarde
hebdomadaire (ou journaliere).
La commande find peut ^etre tres utile pour localiser les chiers qui ont change depuis une
certaine date. Vous trouverez au gre des serveurs que vous frequentez de nombreux scripts realisant
des sauvegardes incrementales.
4.6.2 Systemes de chiers sur disquettes
Vous pouvez creer un systeme de chiers sur une disquette, exactement de la m^eme facon que sur
une partition d'un disque dur. Il n'y a pas de dierences, si ce n'est la taille (et le temps d'acces).
Bien qu'allechante, il faut vous meer de cette methode multivolume. Il sut qu'une seule des disquettes soit
mauvaise lorsque vous voulez restaurer l'archive pour que tout ce qui suit soit irrecuperable.Une disquette mauvaise
ne veut pas seulement dire ab^mee, mais parfois simplement illisible sur un lecteur particulier. Selon l'alignement
de ces peripheriques, une disquette ecrite sur une machine peut ne pas ^etre relue correctement sur une autre; c'est
particulierement vrai par exemple entre les machines Sun et IBM-PC. De plus, cette facilite multivolume n'est oerte
que par la version GNU de la commande tar. Si vous ^etes vraiment oblige de realiser une telle archive sur disquettes,
veriez toujours avec l'option t de tar si vous pourrez relire et par consequent restaurer toutes les disquettes. Cela
double le temps de sauvegarde, deja tres long sur des disquettes, mais vous verrez que c'est quasiment indispensable.
5
4.7. Mise a jour et installation de nouveaux programmes
139
Par exemple,
#
mke2fs /dev/fd0 1440
cree un systeme de chiers (de type ext2) sur /dev/fd0. La taille doit correspondre a ce que supporte
la disquette; les disquettes haute-densite de 3,5" font 1,44 Mo, soit 1440 blocs. Les disquettes de
5,25" haute densite font 1,2 Mo soit 1200 blocs.
Ensuite, pour avoir acces a ce systeme de chiers, vous devez le \monter", en utilisant la commande mount :
#
mount -t ext2 /dev/fd0 /mnt
montera le systeme de chiers contenu sur la disquette qui est dans /dev/fd0 dans le repertoire
/mnt. Maintenant, tous les chiers pr
esents sur la disquette appara^tront dans /mnt. L'option \-t
ext2" sp
ecie un systeme de chiers Linux de type ext2. Si vous avez cree un autre type de systeme
de chiers, precisez-le de la m^eme maniere.
Le repertoire dans lequel vous montez le systeme de chiers (ici, /mnt) doit exister lorsque vous
utilisez mount, et doit bien entendu ^etre vide. S'il n'existe pas, creez-le avec la commande mkdir.
Voyez la section 4.8 pour plus d'informations sur les systemes de chiers et les commandes mount
et umount.
3
Faites bien attention, toutes les entrees/sorties disques sont traitees sous UNIX, de la m^eme
facon sur disquettes et sur disque dur. Lorsque vous copiez un chier sur la disquette, vous ne verrez
probablement pas le lecteur se mettre en route tout de suite, les donnees ne seront physiquement
ecrites que lorsque le systeme le decidera. Par consequent il est tres important de ne jamais retirer
une disquette du lecteur sans l'avoir \demontee" a l'aide de la commande umount :
#
umount /dev/fd0
Si vous changez les disquettes a tout moment comme vous le faites peut ^etre sous MS-DOS, les plus
grands desastres sont a prevoir. Utilisez toujours umount si vous avez \monte" un systeme de chiers
avant d'^oter la disquette du lecteur.
4.7 Mise a jour et installation de nouveaux programmes
L'administrateur systeme doit aussi parfois installer des mises a jour des programmes ou du systeme,
et de nouvelles applications.
La communaute Linux est tres dynamique. Il ne se passe pas quelques semaines sans qu'une
nouvelle version du noyau n'apparaisse, et le reste des programmes est mis a jour presque aussi
souvent. Les nouveaux utilisateurs de Linux se sentent souvent obliges de suivre le rythme pour
avoir un systeme toujours le plus recent possible, dans tous ses details. Non seulement ce n'est pas
necessaire, mais c'est une enorme perte de temps: si vous vouliez suivre vraiment tout ce qui sort
chaque jour, vous passeriez votre temps a ce jeu et ne pourriez jamais utiliser votre systeme.
140
Chapitre 4. Administration systeme
Alors quand ? Certains pensent qu'il faut tout reinstaller des qu'une nouvelle version de leur
distribution preferee est disponible, alors que c'est aussi une perte de temps; le telechargement de 20
ou 30 disquettes alors que probablement seulement 10% des programmes ont legerement ete modies
est ridicule.
La meilleure facon de faire vos mises a jour est de le faire manuellement, petit a petit, et lorsque
c'est reellement utile. Ne changez que ce qui doit ^etre change. Certains veulent trop souvent savoir
quand ils doivent faire une mise a jour, quoi changer, et comment le faire, et ce qui risque de ne
plus marcher une fois l'operation terminee. Avec Linux, ce n'est pas la bonne demarche. Vous
devez, comme tous les autres, qu'ils soient developpeurs ou utilisateurs, y mettre un peu du v^otre.
En fait, une fois que vous avez un systeme installe, qui fonctionne bien et dont vous ^etes content,
vouloir reinstaller par dessus la toute nouvelle distribution a la mode detruira s^urement une grande
partie de vos precieuses congurations, peaunees au l des mois. La bonne demarche est de suivre
un peu la vie de Linux, de savoir quels sont les parties qui meritent d'^etre mises a jour, et d'avoir
les connaissances de base necessaires pour le faire vous m^eme, et correctement: ce n'est pas bien
dicile.
Vous vous rendrez vite compte que la plupart du temps, changer juste un element de votre
systeme n'aura pas d'inuence sur les autres programmes, qui continueront a fonctionner comme
avant. (Il existe bien entendu des exceptions a cette regle). Il n'y a aucune raison de changer un
programme dont vous ^etes content, juste pour en posseder la toute derniere version. Linux n'est
pas MS-DOS ou Microsoft Windows. Si quelque chose de nouveau dont vous avez besoin arrive,
installez-le, sinon ce n'est pas forcement la peine.
Les choses les plus importantes a tenir a jour sur votre systeme sont le noyau, les librairies, et le
compilateur gcc. Ce sont les trois parties essentielles, et dans certains cas elles dependent toutes les
unes des autres pour fonctionner correctement. La plupart des autres programmes n'ont pas besoin
d'^etre changes tres souvent.
4.7.1 Mise a jour du noyau
La mise a jour du noyau est simple, il sut de recuperer les nouvelles sources et de les recompiler.
Vous devez toujours compiler vous-m^eme votre noyau, an de le congurer correctement pour votre
systeme personnel. La compilation d'un noyau Linux est enfantine.
Les sources des nouvelles versions du noyau sont diusees bien entendu sur tous les sites proposant
Linux, telechargez les simplement depuis votre site ftp ou BBS prefere. Elles sont fournies sous forme
d'archive tar compactee par gzip 6 . Par exemple, le chier contenant les sources du noyau Linux 1.0
(deja largement obsolete a l'heure ou nous ecrivons ces lignes) s'appelle linux-1.0.tar.gz.
Decompactez cette archive depuis le repertoire /usr/src; cela creera le repertoire
/usr/src/linux qui contiendra toutes les sources du noyau. Vous devrez auparavant renommer
ou eacer le repertoire /usr/src/linux contenant votre ancienne version.
6 Tr
es souvent, les nouvelles versions sont simplement un \patch" vous permettant de modier les sources
precedentes pour les amener a la version courante. Si vous ne savez ni programmer ni utiliser cette methode et le
programme patch, attendez que la version complete soit diusee, pour eviter les crises de nerfs... Ou bien, apprenez.
4.7. Mise a jour et installation de nouveaux programmes
141
Ensuite, vous devez vous assurer que deux liens symboliques tres importants dans /usr/include
sont corrects. Pour les creer, utilisez les commandes
#
#
ln -sf /usr/src/linux/include/linux /usr/include/linux
ln -sf /usr/src/linux/include/asm /usr/include/asm
Une fois qu'ils existent, vous n'avez plus besoin de les refaire a chaque fois que vous installerez une
nouvelle version des sources (voyez la section 3.10 pour avoir des details sur les liens symboliques).
Notez bien que pour pouvoir compiler le noyau, vous devez posseder le compilateur gcc correctement installe sur votre systeme. Vous pourrez eventuellement avoir besoin de la toute derniere
version de ce compilateur, lisez la section 4.7.3, plus bas, pour en savoir plus.
Pour compiler le noyau, allez tout d'abord dans le repertoire /usr/src/linux. Lancez la commande make config. Cette commande vous posera des tas de questions concernant la conguration
que vous desirez, vous repondrez par \y" ou \n" (oui ou non) selon vos preferences ou besoins.
Vous pourrez choisir le type de systeme de chiers supportes, les pilotes de peripheriques voulus ou
necessaires, bref vous preparer un noyau sur mesures.
Ensuite, editez le chier /usr/src/linux/Makefile. Assurez-vous que la denition de ROOT DEV
est correcte, elle indique le peripherique a utiliser pour la racine lors de l'amorcage du systeme. La
denition habituelle est :
ROOT DEV = CURRENT
En principe si c'est bien celle-la, vous n'avez aucune raison de la modier (sauf si vous savez ce que
vous faites).
Puis, tapez la commande make dep, ce qui aura pour eet de realiser une bonne fois les
dependances correctes pour la compilation des sources. C'est une etape tres importante, si vous
^etes programmeur vous comprendrez aisement pourquoi.
Finalement, vous ^etes pr^et pour la compilation. La commande make zImage compilera le noyau
et vous trouverez au bout du compte le chier /usr/src/linux/zImage, qui est votre tout nouveau
noyau Linux7.
Vous pouvez alors installer ce nouveau systeme soit sur une disquette d'amorce, soit utiliser LILO
comme explique dans la section 4.2.2. Nous vous conseillons de l'essayer tout de m^eme un peu a
partir d'une disquette avant de supprimer denitivement votre ancienne version.
Note: La compilation du noyau est une lourde t^ache pour le systeme, consomme beaucoup de
temps machine et surtout de memoire. Il est rare de compiler d'aussi grosses applications. Selon la
vitesse de votre machine, et la quantite de memoire dont vous disposez, cela peut prendre entre 30
minutes et plusieurs heures. Liberez le maximum de memoire avant de lancer la compilation, vous
accelererez le processus d'autant.
7 Ne vous aolez pas si vous voyez appara^tre des messages de \Warning" ici ou l
a. Ce sont souvent des details
mineurs signales par le compilateur qui est positionne sur l'option la plus verbeuse. Il est rare que soient diusees des
sources du noyau comportant de gros problemes; seuls les messages \Error" qui arr^etent la compilation sont graves.
Chapitre 4. Administration systeme
142
4.7.2 Mise a jour des librairies
L'essentiel des programmes sous Linux utilisent les bibliotheques partagees, qui contiennent les
routines les plus courantes an d'economiser memoire et place disque, nous l'avons deja explique.
Si vous voyez un message ressemblant de pres ou de loin a:
Incompatible library version
lorsque vous tentez de lancer un programme, c'est que vous devez mettre a jour la version des
bibliotheques partagees, celles que vous avez sont trop anciennes. Ces librairies assurent la compatibilite pour les anciens programmes; un programme compile pour utiliser une vieille version tournera
parfaitement avec les nouvelles, mais l'inverse n'est pas vrai (il peut fonctionner quand m^eme mais
ne comptez pas trop dessus).
Les versions a jour des librairies partagees se trouvent sur tous les sites diusant
Linux, tout comme les sources du noyau et le reste du systeme. Generalement le
repertoire ou elles se trouvent s'appelle \GCC" (elles sont tres liees au compilateur), cherchez
\/pub/linux/packages/GCC/image...." ou quelque chose d'approchant. En bref, vous devez
telecharger les chiers image-version.tar.gz et inc-version.tar.gz, ou version est la version
des librairies a installer, comme par exemple 4.5.26. Ce sont des archives tar compactees par gzip;
le chier image contient les images des librairies a installer dans /lib et /usr/lib, tandis que le
chier inc contient les chiers qui vont dans /usr/include.
Lisez absolument le chier release-version.tar.gz, il contient toutes les explications necessaire
a l'installation et n'en ratez pas une ligne: certaines grosses anomalies de fonctionnement constatees
par un grand nombre d'utilisateurs recemment, etaient dues au fait qu'ils avaient oublie de faire
une manipulation qui etait pourtant bien expliquee dans cette notice. En general, les chiers *.a et
*.sa s'installent dans /usr/lib, ce sont les librairies necessaires pour realiser les compilations des
programmes. Les chiers libc.so.version sont installes dans /lib. ce sont les images des librairies
partagees qui sont chargees au lancement des programmes qui les utilisent. Chaque librairie possede
un lien symbolique utilisant le numero de version principal, c'est sous ce nom la que les programmes
cherchent ces chiers.
Par exemple, la version 4.5.26 de la libc a un numero de version de 4. Le chier contenant la
librairie est libc.so.4.5.26. Un lien symbolique du nom de libc.so.4 est cree dans /lib, pointant
sur ce chier. Vous devez eventuellement verier et changer manuellement ce lien si l'installation
s'est mal passee.
En realite, ce ne sont pas les programmes qui cherchent les librairies partagees, mais un programme \editeur de liens dynamiques", qui s'appelle /lib/ld.so 8 . Cet editeur de lien doit ^etre
congure par la commande ldconfig chaque fois que vous changez de version de bibliotheques
partagees, c'est lui qui va automatiquement creer les bons liens symboliques, pour toutes les librairies qu'il trouvera sur le systeme. En general tout se passe tres bien et il n'y a rien a retoucher
Si votre systeme Linux ne comporte pas /lib/ld.so, c'est qu'il est vraiment tres ancien, c'est probablement une
vieille version Alpha test de Linux. Mettez vous a jour, ces versions n'ont plus lieu d'^etre depuis longtemps. Si votre
systeme est tres recent et que ce chier n'est pas la, c'est peut ^etre aussi qu'il a ete remplace par une nouvelle methode
revolutionnaire et que ce livre est depasse depuis des annees, sait on jamais !
8
4.7. Mise a jour et installation de nouveaux programmes
143
a la main. Mais, dans le pire des cas, lisez ce qui suit.
3
Si vous devez corriger a la main les liens symboliques sur les librairies partagees, il est tres
important de le faire en une seule etape, comme nous vous le montrons ci-dessous. Si vous supprimez
le lien symbolique libc.so.4, plus aucun programme qui en depend ne fonctionnera (y compris les
commandes de base comme ls et cat). Utilisez la commande suivante pour mettre a jour le lien
symbolique libc.so.4, an qu'il pointe par exemple sur libc.so.4.5.26 :
#
ln -sf /lib/libc.so.4.5.26 /lib/libc.so.4
Vous devrez aussi faire la m^eme manipulation sur le lien libm.so.version (Pour en savoir plus sur
les liens symboliques, lisez la section 3.10). Mais encore une fois, la commande ldconfig devrait
faire tout cela pour vous sans se tromper. Elle se trouve probablement dans /etc ou dans /sbin,
selon votre distribution de Linux.
4.7.3 Mise a jour de gcc
Le compilateur C et C++ gcc est le compilateur standard9 sous Linux, qui vous servira a ecrire tous
les programmes qui vous passeront par la t^ete, et egalement compiler les applications a installer. Il
est bien entendu utilise pour compiler le noyau, et souvent les nouvelles versions du noyau dependent
etroitement de la qualite du compilateur, aussi faut-il souvent utiliser la derniere version de gcc pour
compiler proprement le dernier noyau Linux en date. (Ce n'est pas une regle bien s^ur). Les nouvelles
versions de gcc pour Linux sont disponibles comme tout le reste de Linux sur les sites diusant
le systeme, souvent dans un repertoire nomme /pub/Linux/GCC ou quelque chose d'approchant.
Vous pouvez bien s^ur egalement telecharger les sources originales GNU et compiler vous m^eme le
programme, neanmoins les archives binaires des portages Linux sont plus rapides a installer et sont
sans surprises. Lisez la notice d'installation qui est toujours tres detaillee.
4.7.4 Mise a jour des autres programmes
La mise a jour du reste du systeme se borne en regle generale au telechargement de la nouvelle
version, et de l'installer directement s'il s'agit de binaires, ou de les compiler au prealable dans le
cas des sources. La compilation est une aaire de routine, il sut dans la plupart des cas de taper
make et tout se passe bien. L'essentiel des programmes composant le syst
eme est disponible sur les
sites Linux sous forme d'archives tar compressees avec gzip, rassemblant une section particuliere. Si
par hasard un de ces paquetages n'etait pas disponible, cherchez-le dans les sources originales GNU,
les programmes et utilitaires GNU se compilant parfaitement sous Linux, il arrive que personne ne
prenne la peine de preparer une archive speciale; dans ce cas vous vous trouvez dans le m^eme cas
que le reste du monde, il vous sut d'installer l'archive GNU, comme les autres.
La lecture du forum Usenet comp.os.linux.announce est la meilleure facon de se tenir au
courant des nouvelles versions ou des nouveaux programmes disponibles pour Linux. Chaque fois
9 Ne vous posez plus la question: Sous UNIX le compilateur C standard s'appelle cc, et les d
eveloppeurs preferent
souvent installer et utiliser gcc pour de nombreuses raisons. Sous Linux, gcc etant le compilateur natif, les commandes
cc et gcc sont strictement equivalentes.
Chapitre 4. Administration systeme
144
que vous recherchez un programme sur un site FTP, une bonne methode pour localiser un programme
est de telecharger l'index ls-lR de ce site et d'utiliser la commande grep pour trouver les chiers
en question. Si vous disposez d' archie, il peut vous ^etre egalement tres utile 10. Voir l'annexe A
pour plus de details.
Les archives de certaines distributions binaires sont une source pratique de programmes pr^ets a
installer. Souvent, les disquettes contiennent des chiers .tar.gz ou .tgz (qui est la m^eme chose
en abrege pour tenir sur des disquettes MS-DOS); il vous sut de telecharger non pas les disquettes
entieres mais choisir parmi les archives qui les composent, les applications dont vous avez besoin.
Faites attention toutefois: selon la distribution, les programmes peuvent ^etre compiles avec des
options incompatible avec celles necessaire pour votre propre systeme, ce cas est toutefois assez rare.
Encore une fois, repetons qu'il est inutile et dangereux de vouloir changer tout le systeme. La
mise a jour doit se faire programme par programme, petit a petit, lorsque c'est necessaire. Vous
n'achetez s^urement pas un nouveau rasoir chaque fois qu'il sort un nouveau modele ? Et bien sous
Linux, c'est pareil...
4.8 Gestion des systemes de chiers
L'administrateur systeme doit entretenir les systemes de chiers. L'essentiel de cette t^ache consiste a les tester regulierement pour detecter toute anomalie; beaucoup de congurations font cela
automatiquement lors du demarrage du systeme.
4.8.1 Montage des systemes de chiers
D'abord, quelques notions elementaires. Pour qu'un systeme de chiers soit accessible, il doit ^etre
monte sur un repertoire. Par exemple, si vous avez installe un systeme de chiers sur une disquette,
vous devez la monter dans un repertoire vide quelconque, disons /mnt, an de pouvoir acceder
aux chiers qui s'y trouvent (voir section 4.6.2). Ensuite tous les chiers ou repertoires presents
appara^tront dans le repertoire /mnt. Apres avoir demonte la disquette, le repertoire /mnt sera a
nouveau vide.
C'est aussi valable pour les disques durs. Le systeme monte automatiquement les systemes de
chiers de votre disque dur lors de l'amorcage. Celui que l'on appelle \racine" est monte sur /, si
vous avez une partition separee pour /usr par exemple, elle est montee dans le repertoire /usr, et
ainsi de suite.
On utilise la commande mount pour monter un systeme de chiers. La commande
mount -av
est executee lors du demarrage du systeme par le chier d'initialisation /etc/rc (voir section 4.10.1).
Cette commande mount -av recupere les informations concernant les systemes de chiers et points
de montage depuis le chier le /etc/fstab. Voici un exemple d'un tel chier :
10 Si vous n'avez pas archie , vous pouvez faire un telnet sur un serveur archie comme archie.rutgers.edu, logez
vous sous \archie" et utilisez la commande \help".
4.8. Gestion des systemes de chiers
145
# peripherique
repertoire
type
options
/dev/hda2
/
ext2
defaults
/dev/hda3
/usr
ext2
defaults
/dev/hda4
none
swap
sw
/proc
/proc
proc
none
Le premier champ est le nom de la partition a monter. Le second est le point de montage,
le repertoire dans lequel cette partition doit ^etre montee. Le troisieme champ indique le type du
systeme de chiers qui est sur cette partition, comme par exemple ext2 (pour ext2fs), minix (pour
Minix) voire msdos (dans le cas d'une partition MS-DOS). Le dernier champ est destine a indiquer
les options a passer a la commande mount, generalement il est positionne sur \defaults".
Vous pouvez voir que les partitions de swap sont elles aussi indiquees dans /etc/fstab. Le
chier de demarrage /etc/rc lance la commande swapon -a, qui met en service automatiquement
toutes les partitions de swap indiquees dans /etc/fstab.
Le chier fstab contient une entree speciale, pour le systeme de chiers /proc. Comme nous
l'avons vu section 3.11.1, /proc sert a stocker des informations sur les dierents processus et autres
parametres du systeme. Si /proc n'est pas monte, certaines commandes comme ps ne fonctionneront
pas.
3
La commande mount ne peut ^etre utilisee que par root, pour des raisons de securite ; il serait tres
dangereux que les utilisateurs normaux puissent monter ou demonter des partitions a tout moment.
Il existe dierents utilitaires en domaine public qui peuvent permettre d'autoriser les utilisateurs a
monter des systemes de chiers (des disquettes par exemple) en toute securite.
La commande mount -av monte automatiquement toutes les partitions autres que la racine (dans
l'exemple ci-dessusn /dev/hda2) qui sont citees dans /etc/fstab. La racine est montee au moment
de l'amorcage de Linux, directement par le noyau.
Au lieu d'utiliser mount -av, vous pouvez monter un systeme de chiers a la main. La commande
#
mount -t ext2 /dev/hda3 /usr
revient a monter le systeme de chiers de /dev/hda3 dans l'exemple de fstab ci-dessus.
En general, vous ne devriez pas avoir besoin de monter ou demonter les partitions manuellement
(sauf dans le cas des disquettes). La commande mount -av lancee par /etc/rc s'occupe de tout
lors du demarrage du systeme. Les partitions sont automatiquement demontees par les commandes
shutdown ou halt avant l'arr^
et de la machine.
4.8.2 Verication des systemes de chiers
Il est conseille de verier regulierement l'integrite de vos partitions, an de vous assurer qu'aucun
chier n'est corrompu. Quelques systemes le font automatiquement au demarrage (avec la commande
appropriee dans /etc/rc).
La commande utilisee pour cette operation depend du type du systeme de chiers en question.
Pour le type ext2fs (le plus courant), cette commande est e2fsck. Par exemple, la commande
Chapitre 4. Administration systeme
146
#
e2fsck -av /dev/hda2
testera le systeme de chiers ext2fs sur la partition /dev/hda2 et corrigera automatiquement toute
erreur rencontree.
Il faut imperativement demonter un systeme de chiers avant de le tester. La commande
#
umount /dev/hda2
demontera la partition /dev/hda2, apres quoi vous pourrez la tester et la reparer en toute securite. La
seule exception concerne la partition racine, qu'il est impossible de demonter. La solution employee
par la plupart des distributions binaires, est d'indiquer au noyau lors du demarrage de la monter en
lecture seule (read-only); une fois cette partition testee, et eventuellement reparee, le chier /etc/rc
appelle la commande mount avec une option permettant de la remonter, cette fois en lecture et
ecriture. Si vous voulez verier cette partition racine a la main, vous n'avez d'autre solution que
d'utiliser une disquette de maintenance (voir 4.11.1).
Il est impossible de demonter une partition lorsque l'un de ses chiers est \occupe", c'est a dire
utilise par un quelconque processus. Par exemple, si le repertoire courant d'un utilisateur est sur ce
systeme de chiers, vous aurez le message d'erreur \Device busy" tant qu'il sera la.
Les autres types de systemes de chiers necessitent leur fsck particulier, comme xfsck pour
xiafs. Certaines installations sont faites de telle mani
ere que vous pouvez vous contenter d'utiliser
la commande fsck, qui determinera automatiquement le type et executera le programme approprie.
3
Il est important de relancer le systeme si fsck a detecte et corrige des erreurs sur la racine, sinon
les informations presentes en memoire ne correspondraient plus a la realite.
Bien s^ur, le systeme de chiers /proc n'a jamais besoin d'^etre verie. Il est purement virtuel, et
gere directement en memoire par le noyau.
4.9 Utilisation d'un chier de swap
Au lieu de reserver une petite partition individuelle pour la zone de swap, vous pouvez utiliser un
simple chier. Toutefois vous devrez avoir installe et congure tout le systeme avant de pouvoir
creer ce chier.
Si vous ^etes dans ce cas, vous pouvez utiliser les commandes qui vont suivre pour creer un chier
de swap. Nous allons ci-dessous initialiser un chier de swap de 8208 (environ 8 Megaoctets).
#
dd if=/dev/zero of=/swap bs=1024 count=8208
Cette commande cree le chier. Remplacer la valeur du parametre \count=" par la taille (en blocs)
dont vous avez besoin, et le nom associe a \of=" par celui du chier desire (avec son chemin d'acces).
#
mkswap /swap 8208
4.10. Divers
147
Ici nous avons initialise le chier ; remplacez egalement le nom et la taille du chier par les valeurs
appropriees.
#
#
sync
swapon /swap
Nous venons d'activer cette zone de swap, apres avoir utilise la commande sync pour ^etre assure que
le chier a bien ete ecrit physiquement sur le disque.
L'inconvenient majeur de tels chiers est que tous les acces a cette zone de swap sont faits par
l'intermediaire de la gestion des systemes de chiers, ce qui implique que les blocs constituant cette
zone peuvent ne pas ^etre contigus sur le disque. Par consequent, les performances peuvent ^etre
inferieures a celles que l'on obtiendrait avec une partition dediee, sur laquelle cette zone est continue
et dont les acces sont realises directement sur le peripherique.
Ces chiers de swap peuvent rendre de grands services lorsque vous avez momentanement besoin
d'une large zone de swap. Par exemple, si vous compilez un tres gros programme et venez a manquer
de memoire virtuelle, vous pouvez creer et activer pour l'occasion un tel chier et l'utiliser en plus
de votre partition de swap habituelle.
Pour supprimer un chier de swap, utilisez tout d'abord la commande swapoff pour le desactiver,
comme par exemple:
#
swapo /swap
Puis vous pouvez eacer le chier en toute securite :
#
rm /swap
Notez bien que chaque zone de swap (chier ou partition) ne peut depasser 16 Megaoctets, mais
que vous pouvez en utiliser jusqu'a 8 simultanement, ce qui porte tout de m^eme la memoire virtuelle
possible a 128 Mo.
4.10 Divers
Croyez-le ou non, il y a un certain nombre de t^aches diverses qui attendent l'administrateur systeme,
ne pouvant ^etre classees dans aucune categorie.
4.10.1 Fichiers d'initialisation systeme
Lorsque le systeme demarre, il execute automatiquement un certain nombre de scripts avant de
pouvoir accueillir des utilisateurs. Voici une description de ce qui se passe.
Apres l'amorcage, le noyau execute le programme /etc/init. Il s'agit d'un programme qui lit
son chier de conguration, /etc/inittab, et lance d'autres processus en fonction du contenu de
ce chier. L'un des plus importants est /etc/getty, qui est lance sur chaque console virtuelle.
Chapitre 4. Administration systeme
148
Le programme getty initialise cette console et gere la connexion des utilisateurs en leur proposant
l'invite \login". C'est ce qui vous permet de vous loger sur chaque console virtuelle; si /etc/inittab
ne prevoit pas un getty sur une certaine console, celle-ci vous sera inaccessible. Le processus init
tourne en permanence, et aussit^ot qu'un utilisateur se deconnectera, il relancera automatiquement
getty sur le terminal correspondant.
Le script principal de demarrage se nomme /etc/rc; c'est un simple shell-script qui execute
toute commande necessaire a l'initialisation du systeme, comme monter les partitions (voir 4.8) ou
lancer le swap.
Votre systeme peut executer egalement d'autres scripts d'initialisation, comme /etc/rc.local,
qui contient generalement des commandes speciques a votre propre machine; il peut ^etre lance
depuis /etc/rc ou bien directement de /etc/inittab.
Selon votre type de conguration, les commandes necessaires au demarrage peuvent ^etre scindees
en de multiples shell-scripts, lances depuis /etc/rc, et se trouvant dans un sous-repertoire. Cela
permet de classier les dierentes actions. Ces scripts se trouvent souvent dans un repertoire nomme
/etc/rc.d, vous pourrez par exemple trouver pour le lancement des programmes r
eseau des chiers
comme /etc/rc.d/rc.inet1 et /etc/rc.d/rc.inet2.
4.10.2 Baptiser la machine
Dans un environnement reseau, an de pouvoir identier de maniere unique les dierentes machines,
chacune se voit attribuer un nom: le hostname. C'est exactement comme un animal domestique:
vous pouvez toujours appeler votre chien "le chien", mais il est beaucoup plus elegant de le baptiser
d'un nom ridicule. Donner un nom a votre machine, lorsque vous n'^etes pas en reseau, n'est pas
uniquement une aaire d'originalite, un certain nombre de programmes ont besoin de ce parametre.
Initialiser cette variable hostname consiste simplement a utiliser la commande du m^eme nom.
Si vous ^etes en reseau, vous devez soit donner le nom complet (avec le domaine) de la machine,
soit utiliser conjointement la commande domainname. Comme cela depend de la maniere dont votre
systeme et le reseau sont congures (utilisation ou non de NIS), nous n'entrerons pas dans les details.
Nous considererons simplement que votre machine est isolee, ou bien juste sur un reseau local, qui
n'est pas relie au reste du monde.
Amettons que vous ayez decide d'appeler votre systeme \ouzo". Vous taperez la commande:
# hostname ouzo
Veriez dans votre page de manuel la syntaxe de la commande hostname dont vous disposez. Il en
circule dierentes versions.
Pour que votre machine soit reellement baptisee, vous devez indiquer ce nom dans le chier
/etc/hosts, et lui assigner une adresse IP.
Si par exemple, vous n'^etes pas connecte a un reseau TCP/IP, mettez simplement cette ligne
dans /etc/hosts :
127.0.0.1
ouzo localhost
4.11. Que faire en cas d'urgence
149
Ceci assigne a votre machine, l'adresse de loopback 127.0.0.1, le nom localhost etant un alias
universellement utilise pour cette adresse tres particuliere.
Si vous ^etes sur un reseau TCP/IP, votre adresse IP doit appara^tre dans /etc/hosts. Un
exemple arbitraire :
127.0.0.1
128.253.154.32
localhost
ouzo
En general, la commande hostname est executee automatiquement depuis l'un des scripts
d'initialisation du systeme, comme /etc/rc, /etc/rc.local, ou l'un de ceux presents dans le
repertoire /etc/rc.d. Dans ce cas il vous sut de trouver dans quel chier elle est appelee et
de remplacer le nom qui est mis par defaut par celui que vous avez attribue a votre machine, puis
vous relancerez le systeme.
4.11 Que faire en cas d'urgence
Il arrive que l'administrateur systeme doive tenter de reparer des catastrophes, comme la perte du
mot de passe root, ou des systemes de chiers deteriores. Le meilleur conseil que l'on puisse donner
dans une telle situation: restez calme. Tout le monde fait des erreurs stupides, c'est le metier qui
rentre.
Linux est un systeme tres stable. En fait, l'auteur a eu beaucoup moins de plantages ou de \Kernel
Panic" sous Linux qu'avec d'autres versions d'UNIX commerciales, sur dierentes architectures.
Linux a aussi l'avantage d'avoir un nombre non negligeable de specialistes joignables sur Usenet,
pouvant ^etre d'une aide appreciable.
La premiere chose a faire lorsque vous ^etes face a un probleme, est de tenter de le resoudre
tout seul. Essayez de comprendre ce qui se passe, aidez-vous des documentations, voire des sources.
Trop souvent, des personnes postent des messages desesperes avant m^eme d'avoir tente de resoudre
le probleme. La plupart du temps vous vous rendrez compte que la solution est simple, et que la
trouver vous m^eme n'est pas complique. C'est egalement un bon moyen de progresser.
Il y a tres peu de cas ou la reinstallation complete du systeme soit necessaire. Beaucoup de
nouveaux utilisateurs, des qu'ils ont eace par erreur quelques chiers essentiels, se ruent sur leurs
disquettes d'installation et recommencent tout. Ce n'est pas une bonne idee. Avant d'en arriver aux
solutions extr^emes, reechissez 11 au probleme et demandez eventuellement un peu d'aide. Dans la
plupart des cas, vous pourrez reparer votre erreur depuis une disquette de maintenance.
4.11.1 Utilisation d'une disquette de maintenance
La disquette de maintenance est un outil indispensable pour tout administrateur Linux. Il s'agit
de ce qu'on appelle la disquette \boot/root" 12, qui permet de faire tourner un systeme Linux
11
12
Surtout avec la t^ete.
Disquette bite et couteau, en langage populaire.
Chapitre 4. Administration systeme
150
reduit entierement sur disquette, independant de tout disque dur. Creer une telle disquette est
extr^emement simple: vous realisez un systeme de chiers tenant sur un tel support, sur lequel vous
mettez tous les utilitaires dont vous pourriez avoir besoin, en essayant de caser tout ca dans 1.44
Mo, sans oublier d'y mettre un noyau Linux. Vous installez LILO dessus, et voila. Il y a une autre
technique, permettant d'avoir encore plus de place, qui consiste a utiliser deux disquettes : une
d'amorcage, qui ne contient que le noyau, et une seconde contenant la racine, qui sera inseree a la
place lorsque le noyau sera charge. Dans les deux cas, le resultat est le m^eme: vous faites tourner
Linux entierement sur disquette.
L'exemple typique d'un tel support est la disquette d'installation incluse dans la plupart des
distributions de Linux. Vous pouvez l'utiliser comme base de depart et l'adapter a vos besoins.
L'utilisation d'un tel systeme est tres simple: amorcez l'ordinateur depuis cette disquette, logez
vous en tant que root. Pour acceder aux chiers de votre disque dur, vous devrez le monter
manuellement. Par exemple la commande
#
mount -t ext2 /dev/hda2 /mnt
montera un systeme de chiers de type ext2fs present sur la partition /dev/hda2 sous le repertoire
/mnt. Par cons
equent, votre chier /etc/passwd habituel est maintenant /mnt/etc/passwd, et vous
pouvez corriger tout ce que vous desirez dedans.
4.11.2 Corriger le mot de passe de root
Si vous avez oublie le mot de passe de root, aucun probleme. Lancez le systeme sur la disquette de
maintenance, montez comme nous venons de l'expliquer votre disque dur sur /mnt, et nettoyez le
champ du mot de passe de root dans /mnt/etc/password, comme ceci:
root::0:0:root:/:/bin/sh
Maintenant, root n'a plus de mot de passe, lorsque vous relancerez le systeme depuis le disque dur,
vous pourrez vous loger sur le compte root et en remettre un nouveau a l'aide de la commande
passwd.
Vous voyez qu'apprendre a utiliser l'editeur vi peut rendre d'enormes services ! Sur une disquette
de maintenance, il est impossible de faire tenir de gros programmes, pratiquement seul vi sera
utilisable.
4.11.3 Corriger un systeme de chiers endommage
Si pour une raison quelconque vous devez tenter de reparer un systeme de chiers endommage, vous
pouvez depuis votre disquette de maintenance, lancer la commande e2fsck ( s'il est du type ext2
bien s^ur, voyez la section 4.8 pour les autres types), an de reparer les erreurs dans la mesure du
possible. Lors de cette operation, vous ne devez pas monter les partitions a reparer.
L'une des causes les plus courantes de corruption de systemes de chiers, est la corruption du
superbloc. Le superblock est l'\en-t^ete" du systeme de chiers, il contient toutes les informations
4.11. Que faire en cas d'urgence
151
sur sa taille, les blocs libres, et bien d'autres donnees generales. Si cette partie est en mauvais etat,
le systeme pourra ne pas reconna^tre du tout le systeme de chiers en question. Toute tentative de
montage de cette partition echouera, et e2fsck ne saura pas corriger le probleme.
Heureusement, le systeme de chiers ext2fs enregistre des copies de ce superbloc sur le disque,
(generalement, tous les 8 Ko). Vous pouvez demander a e2fsck d'utiliser une copie du superbloc
avec une commande comme
#
e2fsck -b 8193 hpartitioni
ou hpartitioni est la partition sur laquelle le systeme de chiers endommage reside. L'option -b
8193 indique a e2fsck d'utiliser la copie du superbloc situee au bloc 8193 de ce systeme de chiers.
4.11.4 Recuperer des chiers
Si vous avez accidentellement eace des chiers importants, il n'y a aucun moyen de les recuperer.
Neanmoins, s'il ne s'agit que de chiers courants, vous pouvez copier ceux de la disquette. Si par
exemple vous avez eace /bin/login (ce qui emp^eche tout acces au systeme), amorcez le systeme
sur la disquette de maintenance, montez votre disque dur sur /mnt, et copiez le /bin/login qu'elle
contient :
#
cp -a /bin/login /mnt/bin/login
L'option -a demande a cp de conserver les permissions originales du chier, ce qui vous evite d'avoir
a rechercher quelles sont les bonnes et d'avoir a utiliser chmod ensuite.
Bien s^ur, si les chiers perdus ne sont pas des choses essentielles qui se trouvent sur la disquette
de maintenance, vous ne pouvez rien. Dans ce cas, il reste a esperer que vous ayez de bonnes
sauvegardes.
4.11.5 Corriger une erreur sur les librairies
Si vous avez accidentellement supprime les liens symboliques sur les librairies partagees dans /lib,
votre systeme ne doit pratiquement plus ^etre utilisable. La solution la plus simple est de proceder
comme ci-dessus, et de corriger manuellement la situation (voir section 4.7.2), vos librairies etant
dans ce cas dans /mnt/lib.
152
Chapitre 4. Administration systeme
Chapitre 5
Techniques avancees
Ce chapitre va vous presenter quelques unes des possibilites avancees de Linux. Cela sous-entend
que vous avez un minimum d'experience UNIX et que vous ma^trisez les notions que nous avons
presentees dans les precedents chapitres.
L'un des aspects les plus importants de Linux, qui le distingue d'autres implementations d'UNIX
est son ouverture. Linux n'a pas ete developpe par une equipe reduite de programmeurs diriges par
des commerciaux n'ayant qu'un seul but en t^ete. Ce sont au contraire de nombreux developpeurs,
formant des groupes de specialistes augmentant de jour en jour, qui ont contribue a l'ecriture du
systeme, chacun participant a l'implementation de ce dont il avait besoin dans un systeme personnel.
Les possibilites de Linux sont vastes et les types de programmes supportes sont tres varies. Certains
n'aiment pas ce manque de coherence et d'uniformite, pourtant beaucoup considerent que c'est l'une
des plus grandes qualites de Linux.
5.1 Le Systeme X Window
Le systeme X Window est environnement graphique tres puissant (et quelque peu complexe) pour
les systemes UNIX. Le code original de X Window est developpe au MIT; les dierents constructeurs
ont fait de X le standard de l'industrie sur les plate-formes UNIX. Pratiquement toute station de
travail dans le monde utilise une version ou un derive de X Window.
Un portage de X Version 11, release 5 (X11R5) pour les systemes UNIX tournant sur architecture
80386/80486 a ete developpe par une equipe de programmeurs diriges par David Wexelblat1. Cette
version, connue sous le nom de XFree86, est disponible pour System V/386, 386BSD, et d'autres
Unix pour i386, y compris bien entendu Linux. Il contient tout ce qui est necessaire : binaires,
chiers de conguration, librairies, et outils.
Congurer et utiliser X Window sort largement du cadre de ce livre. Nous vous encourageons a
lire The X Window System User's Guide, par Valerie Quercia et Tim O'Reilly; voyez l'annexe A pour
les references de cet ouvrage. Ici, nous allons simplement entrevoir les grandes lignes de l'installation
1
David peut ^etre joint a l'adresse dwex@mtgzfs3.att.com.
153
154
Chapitre 5. Techniques avancees
et la conguration de X Window pour Linux, mais ce ne sera qu'un survol. Les pages de manuel et les
dierentes documentations fournie dans la distribution Linux de XFree86 vous seront indispensables
si vous voulez approfondir la chose.
Le \Linux XFree86 HOWTO" (voir annexe A) contient tout le detail necessaire pour mener a
bien l'installation et la conguration de X Window. Tous les lecteurs interesses devront se procurer
ce document.
5.1.1 Conguration materielle necessaire
XFree86 supporte une large gamme de cartes video et de moniteurs. Depuis XFree86-2.1.1, les
contr^oleurs suivants sont reconnus 2 :
Circuits non acceleres : Tseng ET3000, ET4000AX, ET4000/W32, Western Digital/Paradise
PVGA1, Western Digital WD90C00, WD90C10, WD90C11, WD90C24, WD90C30 Genoa GVGA,
Trident TVGA8800CS, TVGA8900B, TVGA8900C, TVGA8900CL, TVGA9000, TVGA9000i,
TVGA9100B, TVGA9200CX, TVGA9320, TVGA9400CX, TVGA9420, ATI 28800-4, 288005, 28800-6, 28800-a, NCR 77C22, 77C22E, 77C22E+, Cirrus Logic CLGD6205, CLGD6215,
CLGD6225, CLGD6235, Compaq AVGA, OAK OTI067, OTI077.
Circuits acceleres : 8514/A (et vrais clones) ATI Mach8, Mach32, Cirrus CLGD5420, CLGD5422,
CLGD5424, CLGD5426, CLGD5428, S3 86C911, 86C924, 86C801, 86C805, 86C805i, 86C928, Western Digital WD90C31. 3
Le support se fait en 256 couleurs ou en monochrome, a l'exception des circuits ATI et Cirrus,
qui ne sont supportes qu'en 256 couleurs.
Le serveur monochrome supporte egalement les cartes VGA ordinaires, les cartes Sigma
LaserView, Visa, monochrome Hercules et Hyundai HGC-1280.
Pour l'instant aucun autre circuit n'est supporte, pas de Weitek P9000, TIGA, IIT, AGX, Microeld etc. Certains pourront peut-^etre ^etre geres dans de futures versions. TIGA ne sera jamais
supporte car TI demande une licence (ce qui peut interdire la distribution du code source) ; les
cartes Microeld ne seront pas non plus supportees car elles utilisent du microcode proprietaire et
non documente.
Les developpeurs de XFree86 ont parfois des problemes pour obtenir les informations necessaires
a la programmation des cartes video. Certains constructeurs refusent de fournir ces renseignements,
ou bien exigent la signature d'une clause de non divulgation de ces documents. Ceci emp^echerait
bien evidemment la libre distribution de XFree86, ce que l'equipe de developpement de XFree86 n'a
pas l'intention de faire. C'est pour cette raison que, par exemple, les cartes Diamond Speedstar et
les cartes de ce constructeur a base de S3 ne sont pas gerees.
Les cartes video a bus local sont egalement supportees. La conguration suggeree pour utiliser
XFree86 sous Linux, est une machine 486 equipee d'au minimum 8 Megaoctets de RAM, et une
Ces informations sont extraites de la documentation de XFree86 2.1.1. La version 3 qui correspond a X11R6 est
en cours de tests a l'heure ou nous ecrivons ces lignes, et pourra sans doute supporter de nouvelles cartes video.
3 Actuellement les circuits suivants font l'objet de serveurs X sp
ecialises: S3 86C911, 86C924, 86C801, 86C805,
86C928, ATI mach8, ATI mach32,IBM 8514/a.
2
5.1. Le Systeme X Window
155
carte video parmi celles citees plus haut. Ce n'est que la conguration \de base" reputee pour
fonctionner facilement et ^etre susamment rapide. Si vous utilisez une des cartes accelerees supportees, vous pouvez obtenir des performances superieures a certaines stations de travail non Intel,
bien plus onereuses. Veriez bien dans la documentation de XFree86 avant d'acheter une carte video
performante, que celle-ci fonctionnera correctement avec ce programme.
Vous aurez besoin d'un minimum de 4 Megaoctets de RAM, et 16 Mo de memoire virtuelle (par
exemple, 8 Mo de RAM et 8 Mo de swap). N'oubliez pas que la memoire physique est beaucoup
plus rapide ! Un systeme equipe de seulement 4 Mo de RAM, sera beaucoup plus lent (jusqu'a 10
fois) que le m^eme avec 8 Mo. De plus, le swap est trop lent pour compenser le manque de memoire.
Il est vraiment recommande d'avoir au moins 8 Mo de memoire physique. Disposer de 16 Mo de
RAM ore un reel confort.
5.1.2 Espace disque
XFree86 demande entre 10 et 20 Mo d'espace disque, selon ce que vous installez. Vous pouvez
descendre bien en dessous si vous vous contentez du serveur et de quelques clients indispensables, il
existe sur les sites Linux un paquetage nomme \Tiny-X" qui est justement prevu pour ca. Mais en
regle generale, vous aurez envie d'installer de plus en plus d'applications X et vous devez prevoir de
la place disque d'avance !
5.1.3 Installation de XFree86
La distribution binaire de XFree86 pour Linux se trouve sur la plupart des sites qui diusent Linux.
Elle consiste en un certain nombre d'archives tar compressees par gzip ; tout doit s'extraire depuis
la racine (/ ). L'installation se limite a l'extraction de ces archives; tout se place automatiquement
au bon endroit.
La plupart des lecteurs n'auront pas a telecharger separement XFree86, et trouveront cet ensemble
dans leur distribution binaire de Linux.
Vous aurez besoin eventuellement de creer un lien sur le serveur X que vous utilisez, an qu'il
s'appelle /usr/X386/bin/X. Par exemple dans le cas general, avec le serveur SVGA standard :
#
ln -sf /usr/X386/bin/XF86 SVGA /usr/X386/bin/X
5.1.4 Conguration de XFree86
La mise en route de XFree86 n'est pas dicile dans la plupart des cas. Elle peut par contre devenir
un vrai casse-t^ete si vous utilisez un equipement qui sort de l'ordinaire. Cette conguration sort
du cadre de ce livre, nous allons juste vous donner un bref apercu des etapes necessaires. Tout le
detail se trouve dans la documentation fournie avec XFree86, lisez ces chiers ainsi que les pages
de manuel de Xconfig, XFree86, et du serveur que vous utilisez (comme XF86 SVGA). Vous devriez
trouver des explications detaillees dans le chier /usr/lib/X11/etc/README.Config.
Chapitre 5. Techniques avancees
156
Le chier de conguration principal s'appelle /usr/lib/X11/Xconfig 4 . Ce chier contient
des informations sur votre souris, carte video et parametres necessaires pour obtenir une image
correcte en fonction de votre ecran. La distribution fournit un exemple d'un tel chier sous le nom
Xconfig.sample, et la page de manuel explique en d
etail le format de ce chier.
Voici son principe de fonctionnement. Votre carte video peut gerer dierents \dot clocks", qui
sont simplement des frequences d'horloge, et qui determinent une resolution graphique particuliere
comme 640x480 ou 1024x768 par exemple. (vous n'^etes pas limite a l'utilisation de modes \standards"). Le chier Xconfig comprend plusieurs parties, pour la souris, le clavier, et surtout pour
chaque serveur : vga256 pour le serveur SVGA, vga2 pour le serveur monochrome, et ainsi de suite.
Chaque partie de conguration de serveur contient des lignes qui determinent la resolution
virtuelle, le contr^oleur video, certains autres parametres et une ligne Modes qui specie quels modes
sont disponibles. Par exemple:
Modes "640x480" "800x600" "1024x768"
Sur cette ligne, chaque mode constitue un index vers la partie modeDB situee a la n du chier
Xconfig. C'est cette section qui d
etermine les parametres video a utiliser pour obtenir chaque mode
de fonctionnement.
Il existe aussi une ligne Clocks optionnelle que vous pouvez utiliser pour indiquer les dierentes
frequences d'horloges utilisables sur votre carte. Par defaut, XFree86 determine ces parametres au
demarrage.
La section modeDB du chier Xconfig est la partie la plus importante. Chaque couple carte
video/moniteur possede son propre ensemble de parametres pour dierentes resolutions. Le chier
/usr/lib/X11/etc/modeDB.txt contient une base de d
epart pour un certain nombre de cartes video
et moniteurs connus. Vous trouverez dans /usr/lib/X11/etc divers documents qu'il est conseille
de lire.
3
Soyez prudent lorsque vous mettez au point votre chier Xconfig. Si vous depassez les limites
de fonctionnement de votre moniteur, certains modeles mal concus peuvent ^etre endommages. Lisez
bien la documentation fournie avec votre appareil pour eviter d'utiliser de trop hautes frequences
de synchronisation.
Si vous n'^etes pas certain du type de carte video qui equipe votre machine, vous pouvez essayer
de le determiner a l'aide du programme /usr/bin/X11/SuperProbe, qui se debrouille fort bien a ce
jeu. Il peut toutefois se tromper, et il faut savoir qu'il sait detecter bien plus de cartes video que
XFree86 n'en supporte en realite.
5.1.5 Lancement de X
Apres avoir congure le chier Xconfig, vous pouvez lancer le serveur par la commande startx.
Vous devez verier auparavant un certain nombre de choses :
4 Il s'appelle en r
ealite /usr/X386/lib/Xconfig. Veriez que vous avez des liens symboliques permettant d'acceder
aux repertoires bin et lib de /usr/X386/ par les noms: /usr/bin/X11 et /usr/lib/X11. Ce sont les chemins standards
que beaucoup d'applications vont chercher.
5.2. Acceder aux chiers MS-DOS
157
Assurez vous que votre PATH contient le repertoire /usr/bin/X11 (ou bien /usr/X386/bin bien
s^ur). Il contient tous les programmes X, et le serveur.
Ensuite, il faut savoir que le serveur X necessite une console virtuelle libre 5 , c'est a dire sans
processus login. Le meilleur moyen de liberer une console est d'editer /etc/inittab pour supprimer
l'une des lignes getty, si necessaire bien s^ur.
Lors du lancement par startx, le chier $HOME/.xinitrc est recherche. Il s'agit d'un shellscript qui contient les commandes a lancer apres le serveur. Si ce chier n'existe pas, c'est le chier
/usr/lib/X11/xinit/xinitrc qui est utilis
e par defaut ; vous pouvez vous inspirer de ce chier
pour creer votre .xinitrc personnel.
L'utilisation de X Window est un vaste sujet et il nous est impossible de le traiter, m^eme en
partie, ici. Lisez The X Window System User's Guide, ou un autre ouvrage sur l'utilisation de
X si vous desirez ma^triser toutes les possibilites de cet environnement. (Voir la bibliographie en
annexe A).
5.1.6 Quitter X
En principe, le dernier client lance dans .xinitrc est celui qui permet de sortir proprement du
serveur. Par exemple, si la derniere commande de .xinitrc est
exec twm
il sut de \tuer" le processus twm pour que le serveur s'arr^ete proprement.
Toutefois si vous avez besoin de tuer immediatement le serveur X pour une raison quelconque,
vous pouvez utiliser la combinaison de touches ctrl-alt-backspace .
5.2 Acceder aux chiers MS-DOS
Si, pour quelque raison tordue, vous avez besoin d'acceder a des chiers MS-DOS, c'est une operation
tres simple a realiser sous Linux.
La methode ordinaire permettant d'avoir acces a ces chiers est de monter une partition ou une
disquette MS-DOS sous Linux, ce qui vous autorise a acceder aux donnees directement comme sur
tout autre systeme de chiers. Si par exemple vous avez une disquette MS-DOS dans le lecteur
/dev/fd0, la commande
#
mount -t msdos /dev/fd0 /mnt
la montera sur /mnt. Voyez la section 4.6.2 pour plus d'information sur la maniere de monter des
disquettes.
Vous pourrez passer du mode graphique aux consoles texte en utilisant les touches ctrl-alt-F1 a
. Depuis le mode texte, il sut de selectionner la console sur laquelle X s'est attache pour retrouver
l'environnement graphique.
5
ctrl-alt-F12
Chapitre 5. Techniques avancees
158
Vous pouvez bien s^ur monter une partition MS-DOS de votre disque dur pour y acceder sous
Linux. Si cette partition est /dev/hda1, la commande
#
mount -t msdos /dev/hda1 /mnt
la montera le plus simplement du monde. Assurez-vous de bien demonter la partition (avec umount)
lorsque vous aurez ni de l'utiliser. Vous pouvez faire que vos partitions MS-DOS soient automatiquement montees lors du demarrage du systeme si vous prevoyez des entrees adequates dans
/etc/fstab; plus de d
etails section 4.8. Par exemple, la ligne suivante dans /etc/fstab montera
une partition MS-DOS /dev/hda1 dans le repertoire /dos :
/dev/hda1
/dos
msdos
defaults
L'ensemble de programmes Mtools peut egalement ^etre utilise pour acceder aux chiers MSDOS. Il n'est pas specique a Linux et peut ^etre installe sur toute machine UNIX pourvue d'un
lecteur de disquettes compatible avec celui de l'IBM-PC. Par exemple, les commandes mcd, mdir,
et mcopy se comportent comme leurs equivalents MS-DOS. Si vous avez installe les Mtools, vous
devriez avoir les pages de manuel correspondantes : comme toujours, lisez-les.
Il est bien evident que les dierentes methodes de partitions MS-DOS compressees ne peuvent
pas ^etres supportees, et que les noms de chiers et permissions d'acces sont limites a ce que sait faire
ce systeme de chiers, c'est a dire pas grand chose...
Lire ou ecrire des chiers MS-DOS est une chose; executer des programmes DOS en est une
autre. Il existe un emulateur MS-DOS pour Linux, qui est disponible un peu partout ; il est toutefois
toujours en developpement. Il est deja susamment correct pour executer sous Linux un certain
nombre de programmes, y compris WordPerfect. Cela dit, Linux et MS-DOS sont des systemes
extr^emement dierents ; la puissance de tout emulateur DOS sous UNIX est toujours assez limitee.
Il existe egalement un projet d'emulateur Microsoft Windows, dont les versions tests permettent
deja de faire tourner certains programmes MS-Windows (comme le Solitaire par exemple) sous X
Window. Tenez-vous au courant de l'avancement de ce projet en lisant les forums Usenet appropries.
5.3 Reseau TCP/IP
Linux supporte une implementation complete des protocoles reseau TCP/IP (Transport Control
Protocol/Internet Protocol). Le succes de TCP/IP dans le monde entier n'est plus a demontrer;
avec Linux et une carte Ethernet, vous pouvez connecter votre machine a un reseau local, ou (avec
la connectivite adequate), a l'Internet, le plus grand reseau mondial.
Installer un petit reseau local de machines UNIX est tres facile. Il sut d'une carte Ethernet
dans chaque ordinateur et un c^ablage correct. Si votre compagnie ou votre universite ore un acces
a l'Internet, vous pouvez tres facilement ajouter votre systeme Linux a cet enorme reseau.
Linux supporte TCP/IP non seulement sur Ethernet, mais aussi sur ligne serie gr^ace a SLIP6 et
6
SLIP : Serial Line Internet Protocol.
5.3. Reseau TCP/IP
159
PPP7 . Si vous pouvez avoir un acces SLIP ou PPP (travail, universite, fournisseur de services IP)
vous ouvrant les portes d'Internet, vous pourrez en connectant un modem a votre systeme Linux,
acceder a l'integralite du reseau d'un simple coup de telephone. Alternativement, si votre machine
Linux est deja connectee au reseau par Ethernet, vous pouvez en faire un serveur SLIP ou PPP.
Pour une description complete de l'installation et de la conguration de TCP/IP sous Linux, nous
vous encourageons a lire le \ Linux NET-2 HOWTO," (voir annexe A), qui est un guide detaille
traitant aussi de SLIP et PPP. Vous pouvez egalement prendre connaissance du livre Linux Network
Administrator's Guide, du groupe de documentation Linux, qui est disponible depuis quelque temps8
comme le present manuel, par telechargement sous forme de chiers LaTeX, dvi, postscript ou ASCII.
La lecture de TCP/IP Network Administration, par Craig Hunt, est egalement interessante; il
decrit la conguration et l'utilisation de TCP/IP sur les systemes UNIX, tout ce qui y est dit
s'applique donc parfaitement a Linux.
5.3.1 Conguration materielle
Pour connecter votre machine sur un reseau Ethernet, vous devrez posseder l'une de ces cartes (la
liste s'agrandit de mois en mois):
3com 3c503, 3c503/16, 3c505, 3c507,3c509/3c579; Novell NE1000, NE2000; Western Digital WD8003, WD8013; Hewlett Packard HP27245, HP27247, HP27250; SMC Ultra support,
AT1500, DEPCA, EtherExpress, AT1700, Apricot Xen-II, D-Link DE600, D-Link DE620, AT-LANTEC/RealTek,...
Les clones de ces cartes fonctionnent, par exemple: clones WD-80x3: LANNET LEC-45 ; clones
NE2000: Alta Combo, Artisoft LANtastic AE-2, Asante Etherpak 2001/2003, D-Link Ethernet
II, LTC E-NET/16 P/N 8300-200-002, Network Solutions HE-203, SVEC 4 Dimension Ethernet,
4-Dimension FD0490 EtherBoard 16, et D-Link DE-600, SMC Elite 16.
Voyez le \ Linux Ethernet HOWTO" et les sources du noyau que vous utilisisez pour plus de
precisions sur les cartes Ethernet supportees et leur conguration.
5.3.2 Conguration de TCP/IP sur votre systeme
Nous allons voir comment congurer une connexion TCP/IP Ethernet sur votre machine Linux.
Notez que cette methode devrait fonctionner sur de nombreux systemes, mais certainement pas
sur tous. Vous devriez trouver ici susamment d'explications pour vous permettre de comprendre
comment congurer le reseau sur votre machine, mais il est impossible de donner une procedure
exacte commune a tout le monde, tant il existe de cas particuliers et de pieges possibles. 9
Tout d'abord, nous considererons que vous disposez d'un systeme Linux equipe pour TCP/IP. Il
comprend donc les clients de base comme telnet et ftp, les commandes d'administration comme
7
8
9
PPP: Point to Point Protocol.
Uniquement en anglais et allemand, pour l'instant.
Certaines parties contenues ici sont une adaptation du NET-2-HOWTO de Terry Dawson et Matt Welsh.
Chapitre 5. Techniques avancees
160
et route (que vous trouverez sans doute dans /etc ou /sbin), et les chiers de conguration reseau (comme par exemple /etc/hosts). Si ce n'est pas le cas, consultez les documents cites
precedemment an de vous procurer et installer les programmes necessaires.
Nous considererons egalement que votre noyau a ete congure et compile en validant le support
de TCP/IP. Voyez la section 4.7 pour trouver des informations sur la maniere de recompiler le noyau;
vous devrez repondre \yes" (oui) aux questions relative au reseau lors de l'operation make config,
avant la compilation.
Vous devrez comoencer par modier un certain nombre de chiers de conguration utilises pour le
reseau. C'est une operation tres simple pour la plupart d'entre eux; malheureusement l'emplacement
de ces chiers dans les dierentes distributions de Linux varie enormement. Vous pourrez les trouver
la plupart du temps soit dans /etc, /usr/etc, voire /usr/etc/inet; ou bien carrement a d'autres
endroits beaucoup plus bizarres. Dans le pire des cas, il vous faudra utiliser la commande find pour
trouver dans quel recoin de votre systeme ils peuvent bien se cacher. Notez que les programmes
executables et leurs chiers de conguration ne sont pas necessairement dans le m^eme repertoire.
Les informations qui vont suivre s'appliquent principalement aux connexions Ethernet. Si vous
avez l'intention d'utiliser SLIP ou PPP, lisez cette section pour en assimiler les notions, puis reportezvous ensuite aux instruction speciques a SLIP.
ifconfig
5.3.2.1 Votre conguration reseau
Avant de pouvoir congurer TCP/IP, vous devez posseder certaines informations sur votre site.
Dans la plupart des cas, l'administrateur de votre reseau local pourra vous fournir les renseignements
necessaires, qui sont :
Votre adresse IP. Il s'agit d'une adresse unique attribuee a la machine, sous forme de quatre
nombre decimaux separes par des points, comme par exemple 128.253.153.54. Votre administrateur reseau pourra vous la fournir.
Si vous ne congurez que votre systeme local, c'est a dire une machine isolee du monde (sans
Ethernet, SLIP ou PPP), ne faisant que des connexions TCP/IP sur elle-m^eme (\loopback"),
alors votre adresse IP est par convention 127.0.0.1.
Votre masque reseau (\netmask"). C'est un nombre similaire a votre adresse IP, qui determine
quelle portion de l'adresse specie le sous-reseau, et quelle portion specie la machine (host)
sur ce sous-reseau. (Si ce jargon TCP/IP vous aole, nous vous suggerons de lire un ouvrage
quelconque d'initiation a l'administration reseau). Le masque reseau est un ensemble de bits,
qui en fonction d'une adresse de votre reseau, permet de determiner a quel sous-reseau appartient cette adresse. Ceci est tres important pour le routage ; si par exemple vous vous
apercevez que vous pouvez vous connecter a l'exterieur de votre reseau, mais pas a certaines
machines de votre reseau local, il y a de grandes chances que votre masque reseau soit faux.
Vos administrateurs reseau ont choisi le masque lors de l'installation du reseau, par consequent
ils doivent ^etre capable de vous fournir la valeur correcte a utiliser. La plupart des reseaux sont
des sous-reseaux de classe C, qui utilisent un masque de 255.255.255.0. D'autres reseaux de
5.3. Reseau TCP/IP
161
classe B utiliseront 255.255.0.0; Linux selectionnera automatiquement un masque par defaut
ne considerant aucun sous-reseau si vous ne lui precisez rien.
Tout ceci s'applique egalement au port \loopback": comme son adresse IP est 127.0.0.1, le
masque reseau est toujours 255.0.0.0. Vous pouvez soit le preciser explicitement, soit faire
conance au masque par defaut attribue par Linux.
Votre adresse reseau.
Il s'agit de votre adresse IP masquee bit a bit par un ET logique
avec le masque reseau. Par exemple, si votre masque est 255.255.255.0, et votre adresse IP
128.253.154.32, alors votre adresse reseau vaut 128.253.154.0. Si le masque etait 255.255.0.0,
elle vaudrait 128.253.0.0.
Si vous ^etes isole, sur 127.0.0.1, vous n'avez pas d'adresse reseau.
Votre adresse broadcast. Elle est utilisee pour diuser des paquets sur toutes les machines de
votre sous-reseau. Par consequent, si l'adresse de votre machine est determinee par le dernier
octet de l'adresse IP (masque reseau 55.255.255.0), votre adresse broadcast sera le resultat
d'un OU entre votre adresse reseau et 0.0.0.255.
Par exemple, si votre adresse IP est 128.253.154.32, et votre masque reseau vaut 255.255.255.0,
votre adresse de broadcast est alors 128.253.154.255.
Notez que d'anciennes congurations reseau utilisent l'adresse reseau comme adresse de broadcast. Si vous avez un doute, demandez a votre administrateur reseau (dans la plupart des cas
il sut de copier la conguration reseau d'une autre machine du sous-reseau et de remplacer
l'adresse IP bien s^ur).
Si vous ^etes isole, sur 127.0.0.1, vous n'avez pas d'adresse broadcast.
L'adresse de la passerelle. Il s'agit de l'adresse de la machine qui est votre \passerelle" vers
le monde exterieur (par exemple les machines qui ne sont pas sur votre sous-reseau). Tres
souvent la machine passerelle a une adresse IP identique a la v^otre mais se terminant par .1;
par exemple si votre adresse est 128.253.154.32, la passerelle pourrait ^etre 128.253.154.1. Vos
administrateurs reseaux vous fourniront cette adresse.
En fait, vous pouvez avoir plusieurs passerelles. Une passerelle (gateway) est simplement une
machine connectee a plusieurs reseaux (elle a des adresses IP sur dierents sous-reseaux), et
qui route les paquets entre eux. Beaucoup de reseaux ont une seule passerelle vers \le monde
exterieur" (le reseau a c^ote du v^otre), mais dans certains cas il peut ^etre necessaire d'acceder
a plusieurs autres reseaux.
Si vous ne sortez pas de votre reseau local, vous n'avez pas de passerelle, vous n'en avez pas
non plus sur 127.0.0.1 bien s^ur.
L'adresse du serveur de noms.
La plupart des machines d'un reseau important utilisent un
serveur de noms, qui tranforme les noms des machines en adresses IP. Votre administrateur
reseau vous indiquera l'adresse de la machine serveur de noms; vous pouvez aussi avoir un
tel serveur localement sur votre systeme en utilisant le programme named, dans ce cas il aura
pour adresse 127.0.0.1. A moins que vous ne deviez absolument utiliser votre propre serveur
de noms, nous vous suggerons d'utiliser celui fourni par votre reseau (s'il existe, ce n'est pas
obligatoire). La conguration de named est tres complexe et sort du cadre de ce guide, dont le
Chapitre 5. Techniques avancees
162
but est uniquement de vous permettre de vous connecter et d'utiliser le reseau. Vous pourrez
toujours plus tard revenir sur la resolution des adresses si vous en ressentez le besoin.
Utilisateurs de SLIP ou PPP: Vous pouvez ou non avoir besoin de certaines des informations
precedentes, a l'exception de l'adresse du serveur de noms. Lors de l'utilisation de SLIP ou PPP,
votre adresse IP peut ^etre determinee de deux facons: Soit vous avez une adresse \statique", qui
est la m^eme chaque fois que vous vous connectez au reseau, soit cette adresse est \dynamique",
c'est a dire qu'elle vous est attribuee a partir d'un groupe d'adresses disponibles lorsque vous vous
connectez au serveur. Ces details seront expliques dans la section concernant la conguration de
SLIP, un peu plus loin.
L'implementation du reseau sous Linux est tres complete. Nous avons decrit ci-dessus la conguration TCP/IP de base la plus courante ; la v^otre peut ^etre assez dierente. En cas de doute,
consultez votre administrateur reseau et lisez les pages de manuel de route et ifconfig. La conguration complete d'un reseau TCP/IP sort vraiment du cadre de ce livre, nous nous bornons ici
a vous permettre de debuter correctement.
5.3.2.2 Les scripts de demarrage reseau
Ce sont des chiers shell-scripts de conguration generale lances lors du demarrage du systeme
par init, qui lancent les programmes systeme de base comme sendmail,cron, et congurent des
parametres comme les adresses reseau, le nom de la machine, et bien d'autres choses. Comme nous
l'avons deja dit, ils peuvent se trouver a dierents endroits selon la distribution de Linux en votre
possession, et avoir plusieurs formes. Souvent on les trouve dans le repertoire /etc/rc.d, mais ils
peuvent simplement se trouver dans /etc, et se reduire a un seul script. Nous considererons ici le
cas le plus frequent rencontre sous Linux, le repertoire /etc/rc.d.
Nous allons donc decrire ici les chiers rc (scripts de demarrage) utilises pour congurer TCP/IP.
Vous en trouverez tres souvent deux : rc.inet1 et rc.inet2. rc.inet1 s'occupe de congurer les
parametres reseau de base (comme les adresses IP et le routage) et rc.inet2 lance les programmes
reseau comme telnetd, ftpd, et ainsi de suite.
Beaucoup de systemes combinent ces deux chiers en un seul, parfois appele rc.inet ou rc.net.
Les noms donnes a ces chiers rc n'ont aucune importance, du moment qu'ils eectuent les bonnes
operations et qu'ils sont executes par init lors du demarrage du systeme. Pour vous en assurer,
vous pourrez avoir besoin de modier /etc/inittab ou /etc/rc, et dans le pire des cas vous aurez
a creer vous m^eme rc.inet1 et rc.inet2.
Comme nous l'avons dit, rc.inet1 congure les interfaces reseau. Ceci comprend votre adresse
IP et reseau, et les informations de routage necessaires. Les tables de routage sont utilisees pour
diriger les paquets reseau entrants et sortants vers les autres machines. Sur les congurations les
plus simple, vous avez trois routes: L'une pour envoyer des paquets vers votre propre machine, une
autre a destination des autres machines de votre reseau, et une derniere pour diriger les paquets
vers le monde exterieur (par la passerelle). Deux programmes sont necessaires pour congurer ces
parametres : ifconfig et route.
ifconfig permet de congurer l'interface r
eseau avec les valeurs necessaires (adresse IP, masque
5.3. Reseau TCP/IP
163
reseau, etc), et route permet de creer et modier des entrees dans la table de routage du systeme.
Dans la plupart des cas, un script rc.inet1 comme celui-ci devrait fontionner. Vous devrez
bien s^ur editer de chier en fonction de votre propre systeme. N'utilisez surtout pas les exemples
d'adresses IP et reseau indiquees ici pour votre propre machine: Elles appartiennent a une machine
existant reellement sur l'Internet.
#!/bin/sh
# Fichier
/etc/rc.d/rc.inet1 -- Configuration des interfaces reseau
# D'abord, configuration du loopback
HOSTNAME=`hostname`
/etc/ifconfig lo 127.0.0.1
# masque reseau par defaut 255.0.0.0
/etc/route add 127.0.0.1
# une route sur nous meme
# Ensuite, configuration de l'interface Ethernet. Si vous n'en n'avez
pas, supprimez ou commentez toutes les lignes restantes.
# Editez en fonction de votre configuration.
IPADDR="128.253.154.32"
# REMPLACEZ par VOTRE adresse IP
NETMASK="255.255.255.0"
# REMPLACEZ par VOTRE masque reseau
NETWORK="128.253.154.0"
# REMPLACEA par VOTRE adresse reseau
BROADCAST="128.253.154.255"
# REMPLACEZ par VOTRE adresse de broadcast, si
# vous en avez une. Sinon, laissez en blanc.
GATEWAY="128.253.154.1"
# REMPLACEZ par VOTRE passerelle.
/etc/ifconfig eth0 ${IPADDR} netmask ${NETMASK} broadcast ${BROADCAST}
# Si vous n'avez pas d'adresse de broadcast, remplacez la ligne ci-dessus par:
# /etc/ifconfig eth0 ${IPADDR} netmask ${NETMASK}
/etc/route add ${NETWORK}
# La ligne suivante n'est necessaire que si vous avez une passerelle, c'est
# a dire que votre reseau est connecte au monde exterieur.
/etc/route add default gw ${GATEWAY} metric 1
# Fin de la configuration Ethernet
Vous pourrez avoir besoin de travailler sur ce chier pour qu'il fonctionne correctement. Tel quel,
il devrait ^etre susant pour la majorite des congurations reseau simples, mais s^urement pas pour
toutes.
rc.inet2 lance di
erents serveurs utilises par l'ensemble de programmes TCP/IP. Le plus important est inetd. Le programme inetd fonctionne en arriere-plan et ecoute dierents ports du
reseau. Lorsqu'une machine essaie de se connecter a un certain port (par exemple, le port d'entree
Chapitre 5. Techniques avancees
164
), inetd lance une copie du programme approprie (dans le cas du port telnet, inetd lance
). C'est une methode bien plus simple que de laisser tourner en permanence des copies
individuelles de ces programmes: inetd lance uniquement ceux qui sont necessaires, au moment ou
ils sont demandes.
syslogd est le d
emon 10 qui enregistre toutes les activites du systeme et de dierentes applications dans des chiers de trace, selon sa conguration precisee dans /etc/syslogd.conf. routed
est un serveur utilise pour maintenir un routage dynamique. Lors que votre systeme tente d'envoyer
des paquets vers un autre reseau, il peut avoir besoin d'un routage additionnel pour y parvenir.
Le demon routed s'occupe alors de manipuler lui-m^eme les tables de routage sans intervention
manuelle.
L'exemple de chier rc.inet2 que nous vous donnons ci-apres, ne lance que le strict minimum
de choses. Il y a beaucoup d'autres serveurs disponibles, un certain nombre ont trait a la conguration de NFS. Lorsque vous commencez la conguration de TCP/IP sur un systeme tout neuf,
il est beaucoup plus prudent de reduire le plus possible les programmes utilises ; une fois que tout
fonctionne, vous avez tout loisir de vous attaquer aux parties les plus ardues (comme NFS).
Notez que dans le chier ci-dessous, nous considerons que tous les demons reseaux se trouvent
dans /usr/etc. Comme d'habitude, adaptez ces informations a votre propre conguration.
telnet
in.telnetd
#! /bin/sh
# Exemple de fichier /etc/rc.d/rc.inet2 minimal.
# Lancement de syslogd
if [ -f /usr/etc/syslogd ]
then
/usr/etc/syslogd
fi
# Lancement du super-serveur inetd
if [ -f /usr/etc/inetd ]
then
/usr/etc/inetd
fi
# Fin !
Parmi tous les serveurs additionnels disponibles, vous pouvez lancer named par ce chier. Le
demon named est le serveur de noms, son r^ole est de transformer les adresses IP en noms, et vice
versa. Si vous n'avez aucun serveur de noms disponible sur votre reseau, ou si vous voulez fournir des
Demon est une francisation familiere du vocable informatique anglais daemon, qui signie Disk And Extension
MONitor, c'est a dire qui n'est pas invoque manuellement mais attend en t^ache de fond que quelque chose se passe, que
quelque condition se produise. Ce terme fut introduit au depart sous CTSS (Compatible Time Sharing System), un
anc^etre du systeme MULTICS, lui m^eme parent d'UNIX (Unix is not Multics), mais ceci nous entra^nerait beaucoup
trop loin, pour une note de bas de page qui ne fait pas partie de l'ouvrage original, mais qui n'est la que parceque
le traducteur est extr^emement consciencieux et tient a ce que vous compreniez bien ce que l'auteur explique. Le dit
traducteur remercie Jon Collins et Steve Pate pour l'etymologie de l'acronyme daemon.Thank you guys.
10
5.3. Reseau TCP/IP
165
noms locaux aux autres machines dans votre domaine, il peut ^etre necessaire d'utiliser named. Dans
la plupart des cas simples, named n'est pas utile et vous pourrez vous en passer. Sa conguration
est longue et complexe, les lecteurs interesses doivent se procurer un ouvrage serieux traitant de
l'administration de reseaux TCP/IP.
5.3.2.3
/etc/hosts
Le chier /etc/hosts contient une liste d'adresses IP et les noms des machines (\hostnames")
correspondants. En general, /etc/hosts ne contient que les entrees de votre propre machine, et
celles de quelques autres systemes \importants" (comme votre serveur de noms ou votre passerelle).
Votre serveur de noms local s'occupera du reste. Si vous n'en avez pas, vous pouvez bien entendu
dupliquer sur chaque ordinateur de votre reseau local tous les couples adresses/noms, mais au dela
d'une dizaine de lignes, la maintenance d'autant de chiers /etc/hosts devient vite incontr^olable.
Par exemple, si votre machine est pastis.troquet.com et a pour adresse IP 128.253.154.32,
votre chier /etc/hosts pourra ressembler a ceci :
127.0.0.1
localhost
128.253.154.32
pastis.troquet.com
pastis
Si vous n'^etes pas en reseau, /etc/hosts ne contiendra que la ligne 127.0.0.1, avec a la fois localhost
et le nom de la machine juste derriere.
5.3.2.4
/etc/networks
Le chier /etc/networks contient les noms et adresses de votre propre reseau, ainsi que de certains
autres. Il est utilise par la commande route et vous permet de designer un reseau par son nom,
plut^ot que son adresse peu parlante.
Chaque reseau vers lequel vous voulez ajouter une route a l'aide de la commande route doit
avoir une entree dans /etc/networks.
Par exemple,
default
0.0.0.0
# route par defaut - obligatoire
loopnet
127.0.0.0
# loopback
monrezo
128.253.154.0
# Mettez votre propre adresse reseau
5.3.2.5
- obligatoire
/etc/host.conf
Ce chier permet de specier au systeme la maniere de resoudre les adresses IP en fonction des
noms. Si vous utilisez les services d'un serveur de noms, il doit contenir ces deux lignes:
order hosts,bind
multi on
Chapitre 5. Techniques avancees
166
Elles indiquent aux fonctions librairies de commencer par rechercher les noms dans /etc/hosts, et
si elles ne trouvent pas ce qu'il leur faut, de demander ensuite ces renseignements au serveur de
noms (bind). Le mot-cle multi vous permet d'avoir plusieurs adresses IP pour un m^eme nom de
machine dans /etc/hosts.
Si vous n'utilisez pas de serveur de noms, il est preferable que le chier /etc/host.conf soit
comme ceci :
order hosts
multi on
Mais ce n'est que preferable, pas obligatoire.
5.3.2.6
/etc/resolv.conf
Ce chier doit contenir l'adresse de votre serveur de noms (si vous en utilisez un) et votre domaine. Si par exemple vous ^etres une machine parfaitement qualiee sur l'Internet par le nom
pastis.troquet.com, votre domaine est juste troquet.com. Un exemple pratique ; votre machine
s'appelle janot.bistro.org et utilise un serveur de noms qui a pour adresse 128.253.154.5; alors votre
chier /etc/resolv.conf sera :
domain
bistro.org
nameserver
127.253.154.5
Vous pouvez specier plusieurs serveurs de noms, chacun doit avoir sa propre ligne nameserver dans
resolv.conf.
Vous devez positioner votre nom de machine a l'aide de la commande hostname. Ceci se fait
generalement depuis /etc/rc ou /etc/rc.local; recherchez simplement dans tous vos scripts de
demarrage l'endroit ou cette commande est invoquee. Par exemple, si votre nom complet est
pastis.bistro.com, la commande a passer sera :
/bin/hostname pastis.bistro.com
Notez que le binaire hostname peut tres bien ne pas ^etre dans /bin sur votre systeme.
5.3.2.7 Premiers essais
Une fois tous ces chiers edites et correctement en place, vous devriez pouvoir reamorcer votre
systeme et tenter d'utiliser le reseau. Cela peut tres bien fonctionner du premier coup, mais il y
a tellement d'endroits ou des problemes peuvent se poser qu'il vaut mieux tester chaque aspect de
la conguration individuellement. (C'est a dire que c'est une tres mauvaise idee de commencer par
vouloir lancer Mosaic depuis une station connectee a l'Internet en guise de test).
Vous pouvez utiliser la commande netstat pour acher les tables de routage, qui sont la source
de la plupart des ennuis rencontres. La page de manuel de netstat decrit la syntaxe exacte de
5.3. Reseau TCP/IP
167
cette commande. An de tester la connexion au reseau, nous vous suggerons d'employer un client
comme telnet pour tenter de vous connecter a des machines d'abord sur votre reseau local, puis en
dehors de chez vous si vous ^etes relie a d'autres reseaux. Cela vous permettra de cerner les eventuels
problemes (par exemple si vous pouvez vous connecter au monde exterieur et pas aux machines
locales, vous pourrez suspecter la valeur de votre masque reseau). Vous pouvez bien s^ur utiliser
manuellement la commande route pour modier et tester vos tables de routage (vous devrez ^etre
root pour avoir le droit de faire des modications).
Vous pouvez aussi verier la connectivite en speciant directement des adresses IP au lieu des
noms de machines. Par exemple, si vous avez des problemes avec la commande:
$
telnet casanis.troquet.com
c'est peut ^etre un probleme de conguration du serveur de noms, essayez dans ce cas de passer a
telnet l'adresse IP de la machine en question. Si vous vous connectez de cette facon, vous saurez
alors que votre conguration reseau est pratiquement correcte, mais que le probleme vient de la
specication de l'adresse de votre serveur de noms. (Ou que cette machine ne gure pas dans
/etc/hosts si vous n'utilisez pas les services d'un serveur de noms bien s^
ur).
Le deboguage d'une conguration reseau peut ^etre une t^ache tres dicile, et nous ne pouvons
traiter ce sujet dans ce livre. Si vous ne pouvez pas vous faire aider d'un specialiste, nous vous
recommandons la lecture du Linux Network Administrators' Guide.
5.3.3 Conguration de SLIP
SLIP (Serial Line Internet Protocol) vous permet d'utiliser TCP/IP sur un port serie, que ce soit
sur une ligne de telephone avec un modem, ou toute liaison asynchrone sur ligne louee. Bien s^ur,
pour utiliser SLIP vous devrez avoir un acces a un serveur SLIP accessible par telephone dans votre
region. Beaucoup d'universites et d'entreprises proposent un tel acces pour une somme modique 11.
Les deux principaux programmes relatifs a SLIP sont dip et slattach. Tous deux servent a
initialiser une connexion SLIP sur une un port serie. Il est indispensable d'utiliser l'un ou l'autre de
ces programmes pour etablir une connexion SLIP; il ne sut pas de telephoner au serveur SLIP a
l'aide d'un programme de communications quelconque comme kermit et d'utiliser les commandes
ifconfig et route. En eet, dip et slattach ex
ecutent un appel systeme ioctl() special pour passer
la discipline du peripherique serie utilise en mode SLIP.
Le programme dip peut ^etre utilise pour initialiser un modem, telephoner au serveur et dialoguer
avec lui pour lancer la session SLIP. A l'oppose, slattach ne fait rien de tout cela, il se contente de
passer la ligne serie en mode SLIP. Il est tres utile si vous avez une liaison permanente avec votre
serveur SLIP et que par consequent aucun dialogue de numerotation ou d'etablissement de session
n'est a faire. La plupart des utilisateurs auront donc besoin de dip, pour piloter leur modem et
telephoner an etablir la liaison avec leur fournisseur de services.
Vous pouvez egalement utiliser dip pour congurer votre systeme Linux en tant que serveur SLIP,
que d'autres machines pourront appeler et pourront ainsi se connecter a votre reseau local ou au
11
Rappelons que l'auteur ne vit pas en France...
168
Chapitre 5. Techniques avancees
monde exterieur via une seconde carte Ethernet presente dans votre machine. Lisez la documentation
de dip pour plus d'informations sur le sujet. (Et regardez le programme sliplogin qui est beaucoup
plus adapte a cet usage).
SLIP est dierent d'Ethernet, en ce sens qu'il n'existe seulement que deux machines sur le
\reseau": le serveur SLIP et votre machine. Pour cette raison, on qualie souvent une liaison SLIP
de connexion \point a point". Une generalisation de cette idee, sous la forme du protocole PPP
(point-to-point protocol), est egalement disponible sous Linux. PPP est en passe de remplacer SLIP
sur la plupart des sites utilisant TCP/IP sur ligne serie; il ore beaucoup plus de possibilites.
Lorsque vous vous connectez a un serveur SLIP, celui-ci vous attribuera une adresse IP selon
(generalement) l'une ou l'autre des deux methodes suivantes. Soit cette adresse sera \statique",
auquel cas elle sera la m^eme a chaque connexion, soit elle sera \dynamique", et dierente a chaque
connexion, ce qui est le cas le plus courant. En principe, le serveur SLIP ache les valeurs de votre
adresse SLIP et de la passerelle lors de la connexion. C'est au programme utilise pour se connecter
de savoir recuperer ces donnees, dip est capable de faire cela et de parametrer l'interface SLIP en
fonction.
La conguration d'une connexion SLIP est essentiellement similaire a tout autre connexion
TCP/IP, les principales dierences vont ^etre expliquees ci-dessous; reportez vous a la section
precedente pour la conguration TCP/IP de base.
5.3.3.1 Connexions SLIP avec adresse IP statique a l'aide de dip
Si votre serveur vous alloue toujours la m^eme adresse IP, vous pouvez mettre les entrees correspondantes dans votre chier /etc/hosts, et congurer egalement a demeure rc.inet2, host.conf, et
resolv.conf.
Congurez egalement rc.inet1 comme explique plus haut, mais ne lui faites pas executer
ifconfig et route pour cette liaison SLIP; dip ex
ecutera lui-m^eme les commandes appropriees
pour vous. (Si vous utilisez juste slattach, vous devrez par contre prendre en compte la liaison
SLIP dans rc.inet1; nous allons voir ca).
dip devrait congurer vos tables de routage correctement lors de la connexion. Dans certains
cas helas, son comportement n'est pas adapte et vous devrez corriger manuellement la chose, ce qui
peut se faire par un script lance automatiquement apres dip, qui executera les commandes ifconfig
et/ou route avec les bons parametres. Dans la plupart des cas, votre passerelle est l'adresse de votre
serveur SLIP. Vous pouvez la conna^tre a l'avance, ou bien la faire lire par DIP lorsque le serveur
l'ache lors de la connexion. Le script de dialogue de dip (decrit ci-dessous) peut recuperer ces
informations.
ifconfig peut n
ecessiter l'utilisation de l'argument pointopoint, si dip n'a pas congure proprement l'interface. Par exemple, si votre serveur SLIP a pour adresse 128.253.154.2, et que votre
adresse est 128.253.154.32, vous pouriez avoir besoin de taper la commande
ifconfig sl0 128.253.154.32 pointopoint 128.253.154.2
en tant que root, apres la connexion avec dip. La page de manuel de ifconfig vous sera tres utile.
5.3. Reseau TCP/IP
169
Notez que les peripheriques utilises pour SLIP s'appellent sl0, sl1 et ainsi de suite, alors que
dans le cas de l'Ethernet ce sont eth0, eth1, etc.
Dans la section 5.3.4 ci-dessous, nous expliquerons comment congurer dip pour vous connecter
a un serveur SLIP.
5.3.3.2 Connexions SLIP avec adresse IP statique a l'aide de slattach
Si vous ^etes directement relie a votre serveur SLIP par un c^able serie ou une ligne xe, vous n'avez
pas besoin de dip pour initialiser la connexion. La commande slattach peut ^etre avantageusement
utilisee pour cela.
Dans ce cas, votre chier /etc/rc.inet1 devra ressembler a quelque chose du genre:
#!/bin/sh
IPADDR="128.253.154.32"
# Remplacez par votre adresse IP
REMADDR="128.253.154.2"
# Remplacez par l'adresse de votre serveur SLIP
SERIALDEV="/dev/ttyS0"
# Remplacez par le port serie que vous utlisez
slattach -p cslip -s 19200 $SERIALDEV
/etc/ifconfig sl0 $IPADDR pointopoint $REMADDR up
/etc/route add default gw $REMADDR
alloue la premiere interface SLIP libre (sl0, sl1, ...), a la ligne serie speciee.
Le premier parametre passe a slattach est le protocole SLIP a utiliser. Les seules valeurs
possibles sont slip et cslip. slip est le SLIP ordinaire, vous vous en doutiez, et cslip correspond
a SLIP avec compression des en-t^etes; c'est celui a utiliser par defaut car beaucoup plus performant
en reponse interactive, sauf si vous vous connectez a un serveur hors d'^age ne supportant pas ce
protocole.
Si vous avez plus d'une interface SLIP, vous devrez alors penser aux dierents routages desires;
ces decisions dependant de ce que vous voulez faire et de la conguration actuelle de vos connexions
reseau. Un bon livre traitant de la conguration d'un reseau TCP/IP, ainsi que les pages de manuel
de route, vous seront d'un grand secours.
slattach
5.3.3.3 Connexions SLIP avec adresse IP dynamique a l'aide de dip
Si votre serveur SLIP vous alloue une adresse dynamiquement a la connexion, vous ne pouvez donc
pas la conna^tre a l'avance, et par consequent il vous est impossible de la mettre dans /etc/hosts.
(Mais vous devez bien entendu avoir une entree pour 127.0.0.1 dans ce chier).
Beaucoup de serveurs SLIP achent lors de la connexion l'adresse IP qu'ils vous ont attribue,
ainsi que leur propre adresse, par exemple comme ceci:
Your IP address is 128.253.154.44.
Server address is 128.253.154.2.
Chapitre 5. Techniques avancees
170
peut detecter ces nombres automatiquement et les utiliser pour congurer l'interface SLIP.
Voyez la section 5.3.3.1 plus haut, an de savoir comment congurer les dierents chiers relatifs
a TCP/IP pour l'utilisation sous SLIP. Ci-dessous, nous allons voir comment utiliser dip pour se
connecter au serveur SLIP.
dip
5.3.4 Utilisation de dip
Le programme dip permet de simplier la procedure de connexion au serveur, le dialogue avec celuici et la conguration de l'interface SLIP. Si vous utlisez un modem pour appeler votre fournisseur
de services IP, vous devrez utiliser dip.
Vous devrez ecrire un \script de dialogue", qui est une liste de commandes utilisees pour communiquer avec le serveur SLIP pour etablir la connexion. Ces commandes peuvent envoyer automatiquement votre nom d'utilisateur et votre mot de passe au serveur, et recuperer l'adresse IP qu'il
vous assignera.
Voici un exemple d'un tel chier, pour utiliser un serveur assignant des adresses IP dynamiques;
si les adresses sont statiques, il vous sura d'assigner leurs valeurs aux variables $local et $remote,
au debut du sript. (local c'est vous, \remote" c'est le serveur distant). Consultez la page de manuel
de dip pour plus de details.
main:
# Ajustage du MTU. (Maximum Transfer Unit). C'est la taille maximum
# des paquets transmis sur l'interface SLIP. En cas de doute, consultez
# votre administrateur reseau.
get $mtu 1500
# Positionnement de la route par defaut sur la liaison SLIP
default
# Initialisation du port serie desire et de la vitesse
port cua03
speed 38400
# Remise a zero du modem et de la ligne. Si ceci vous pose des
# problemes, supprimez simplement cette ligne.
reset
# Preparation a la numerotation, remplacez tout ceci
# par la chaine d'initialisation necessaire pour votre modem.
send ATT&C1&D2\\N3&Q5%M3%C1N1W1L1S48=7\r
wait OK 2
if $errlvl != 0 goto error
# Appel du serveur SLIP
dial 25460000
if $errlvl != 0 goto error
wait CONNECT 60
5.3. Reseau TCP/IP
171
if $errlvl != 0 goto error
# Nous sommes connectes. Entree dans le systeme
login:
sleep 3
send \r\n\r\n
# Attente de l'invite login
wait login: 10
if $errlvl != 0 goto error
# Envoi du nom d'utilisateur
send USERNAME\n
# Attente de la demande du mot de passe
wait ord: 5
if $errlvl != 0 goto error
# Envoi du mot de passe
send PASSWORD\n
# Attente de l'invite du serveur SLIP (ici serveur de terminaux Annex)
wait annex: 30
if $errlvl != 0 goto error
# Envoi de la commande necessaire au serveur
send slip\n
wait Annex 30
# Recuperation de l'adresse IP affichee par le serveur.
# Les commandes `get...remote' lisent un texte de la forme
# xxx.xxx.xxx.xxx, et assignent ces valeurs aux variables donnees
# en second argument (ici, $remote).
get $remote remote
if $errlvl != 0 goto error
wait Your 30
# Recuperation de l'adresse IP
qui nous est assignee par le serveur
get $local remote
if $errlvl != 0 goto error
# Etablissement de la connexion SLIP
done:
print CONNECTE a
$remote avec adresse
mode SLIP
goto exit
error:
print Connexion SLIP ratee.
$local
Chapitre 5. Techniques avancees
172
exit:
dip ex
ecutera automatiquement les commandes ifconfig et route avec les valeurs des variables $local and $remote. Ici, ces variables sont initialisees par les commandes get remote, qui
recuperent le texte ache par le serveur SLIP.
Si ces commandes que dip execute pour vous ne fontionnent pas correctement, vous pouvez soit
les faire executer par un script apres l'execution de dip, soit modier le source de dip pour lui
faire faire ce que vous desirez (si vous savez programmer un tant soit peu bien s^ur). Vous pouvez
lancer dip avec l'argument -v pour qu'il ache pendant la tentative de connexion toutes sortes
d'informations de deboguage qui vous aideront a cerner les eventuels problemes.
Maintenant, en considerant que le script de dialogue ci-dessus a ete sauve dans un chier nomme
mondialogue, vous devrez pouvoir etablir la connexion SLIP en tapant une commande comme:
:::
dip -v mondialogue 2>&1
Tout ce que nous venons de voir devrait ^etre susant pour vous permettre de commencer a
utiliser le reseau sous Linux, que ce soit par l'Ethernet ou par SLIP. Nous insistons encore une fois
sur la necessite de posseder un livre specialise sur l'administration reseau, particulierement si votre
conguration demande des routages particuliers que nous ne pouvons decrire ici.
5.4 Transferts de donnees par UUCP
UUCP (UNIX-to-UNIX Copy) est une tres ancienne methode de communication destinee a transferer
des donnees entre systemes UNIX. Avec UUCP, les machines se telephonent entre elles par
l'intermediaire d'un modem, et transferent automatiquement des chiers, du courrier electronique,
des messages Usenet. Si vous ne pouvez acceder a un reseau TCP/IP ouvert sur le monde, vous
pouvez utiliser UUCP pour communiquer, et recevoir votre courrier de cette maniere.
Le Linux Network Administrator's Guide decrit en detail la conguration et l'utilisation de UUCP
sous Linux. Le document \Linux UUCP HOWTO" est egalement tres utile. Le livre de reference, si
vous desirez conna^tre tous les details, s'appelle Managing UUCP and USENET, par Tim O'Reilly
et Grace Todino; voyez l'annexe A pour plus d'informations.
5.5 Courrier electronique
Comme la plupart des systemes UNIX, Linux possede toute une panoplie d'applications destinees au
courrier electronique. Ce peut ^etre simplement du courrier local (c'est a dire limite a votre machine
entre ses dierents utilisateurs) ou en reseau (votre courrier est transporte par TCP/IP ou UUCP,
vers d'autres machines). Le courrier electronique consiste generalement en deux couches: le \mailer"
et le transport. Le \mailer" est le programme utilisateur permettant de composer, lire et gerer les
messages, parmi les plus populaires on peut citer elm et mailx. Le transport s'occupe, par le biais
de dierents programmes de diriger et distribuer les messages vers les machines destinataires, selon
5.6. Les News Usenet
173
divers protocoles. L'utilisateur ne voit jamais la couche transport ; mais en tant qu'administrateur
systeme vous devez en comprendre le fonctionnement an de savoir congurer corrrectement le
courrier electronique sur votre machine.
Sous Linux, beaucoup choisissent d'utiliser Smail pour le transport : ce programme est tres
simple a congurer, et est capable de gerer a la fois du courrier local, ou distant par TCP/IP
et/ou UUCP. L'agent de transport le plus puissant, sendmail, qui est universellement utilise sous
UNIX fonctionne bien entendu parfaitement sous Linux. Neanmoins, en raison de sa lourdeur de
conguration, il a beaucoup moins de succes dans la communaute Linux.
Le \Linux Mail HOWTO", document regulierement mis a jour et diuse sur les sites Linux, fait
le point sur les dierents programmes de courrier electronique, et leur conguration. Ce chier vous
guidera dans la conguration de votre systeme Linux pour qu'il puisse echanger du courrier aussi
bien local, que par UUCP ou TCP/IP. (cf annexe A ).
5.6 Les News Usenet
Linux supporte tous les programmes UNIX destines a gerer les News Usenet. Si votre machine est
isolee, vous pouvez neanmoins choisir d'installer un serveur local, qui permettra a vos utilisateurs
de poster des \articles" dans dierents \forums", c'est une methode de discussion tres ecace. Mais
si vous avez acces au monde exterieur, que ce soit par TCP/IP ou UUCP, vous pouvez participer a
Usenet, le service de forums mondiaux s'appuyant largement sur le reseau Internet.
Les programmes de gestion des News se decomposent en deux parties : le serveur, et le client. Le
serveur est l'application qui contr^ole les dierents forums et s'occupe de gerer les dierents articles,
c'est a dire les distribuer aux autres systemes, les orir aux programmes lecteurs, et eectuer un
certain nombre de t^aches administratives automatiquement. Le client, ou lecteur, est l'application
utilisateur qui se connecte a ce serveur et autorise les utilisateurs a lire et poster des articles confortablement.
Il existe principalement deux serveurs de News sous UNIX, et par consequent sous Linux. Ils
sont tous deux conformes aux m^emes protocoles et totalement compatibles, bien entendu; il s'agit
de \C News" et \INN". Il existe de tres nombreux lecteurs, comme par exemple rn et tin. Le choix
du lecteur est une aaire de go^ut, ils fonctionnent tous sous Linux quel que soit le serveur utilise.
Si vous ne desirez qu'une conguration locale (c'est a dire, ne pas faire partie de Usenet), vous
devrez absolument installer un serveur sur votre machine, ainsi qu'un lecteur pour vos utilisateurs.
Le serveur gerera les articles dans un repertoire comme /usr/spool/news, et le lecteur sera congure
pour aller lire ces chiers dans ce repertoire.
Sinon, pour avoir les News de maniere normale, vous avez plusieurs possibilites. L'utilisation
par reseau TCP/IP utilise un protocole nomme NNTP (Network News Transmission Protocol),
qui permet aux programmes lecteurs de se connecter au serveur par l'intermediaire du reseau, sur
n'importe quelle machine distante. NNTP permet egalement au serveur d'envoyer les articles aux
autres sites, c'est la dessus que Usenet est construit. La plupart des grandes compagnies et universites
possedent un ou plusieurs serveurs de News, parametre pour gerer la totalite de Usenet pour ce site12.
12
L'auteur ne peut bien s^ur pas conna^tre la situation particuliere en France et dans certains pays europeens, en
174
Chapitre 5. Techniques avancees
Toutes les autres machines de ce site utilisent un simple lecteur se connectant en NNTP au serveur,
ce qui signie que seul le systeme supportant le serveur NNTP stocke les articles sur son disque dur.
Voici quelques scenarios possibles pour la conguration des News.
Vous ^etes isole du monde et voulez un systeme totalement local.
Dans ce cas, vous devez
installer un serveur C-News ou INN sur votre machine, et un lecteur pour lire les articles
localement.
Vous avez acces a un reseau TCP/IP et un serveur NNTP. Vous pouvez alors lire et ecrire
des articles depuis votre machine Linux, simplement en installant un lecteur fonctionnant en
NNTP. Dans ce cas, vous n'avez pas besoin d'installer de serveur et d'espace disque pour
conserver les articles, le lecteur se connecte par reseau au systeme distant qui s'occupe de
tout cela pour vous. Bien s^ur, cela implique d'avoir TCP/IP et l'acces au reseau correctement
congures (voir section 5.3).
Vous avez acces a un reseau TCP/IP mais pas de serveur NNTP. Vous pouvez dans ce cas
installer un serveur de News NNTP sur votre machine Linux, qui fournira le service a toutes
les machines du reseau, (y compris la v^otre) qui devront simplement avoir un lecteur de
News congure pour communiquer par NNTP. Le serveur pourra egalement communiquer
avec d'autres serveurs NNTP si votre reseau est connecte a l'Internet pour transferer les News
Usenet.
Vous n'avez pas de possibilite reseau, mais pouvez communiquer avec le reste du monde par
UUCP. Dans ce cas vous devez installer un serveur de News local sur votre machine, et vous
pourrez le congurer pour qu'il emette et recoive les articles Usenet par UUCP, en connexion
avec un site distant vous orant ce service. Le transfert se fait en echangeant a intervalles
reguliers des archives compressees contenant les articles Usenet regroupes par paquets. Vous
devrez installer un lecteur local pour acceder aux articles.
Pour un utilisateur nal, l'utilisation de la plupart des lecteurs est simple et conviviale, a la
portee de n'importe qui.
Par contre, l'installation et la conguration des programmes est un travail complexe
d'administration systeme. Les applications doivent ^etre compilees en fonction de l'environnement
dans lequel elles seront utilisees et il faut parfaitement ma^triser leur fonctionnement, ainsi que
posseder de bonnes bases de programmation en langage C pour mener a bien cette operation. Il est
dans l'etat actuel des choses, impossible de fournir un serveur de News \cle en main" sous forme
binaire, pr^et a fonctionner. Une fois installe, la maintenance est tres reduite et le serveur rendra
service de nombreuses annees.
Pour plus d'informations, consultez le \Linux News HOWTO", ainsi que le \Linux Network
Administrator's Guide" du groupe de documentation Linux. Du c^ote commercial, le livre Managing
UUCP and Usenet, de Tim O'Reilly et Grace Todino, est un excellent guide pour l'installation et
la conguration de UUCP et des programmes de News. Pour comprendre de quoi il s'agit si vous
debutez, vous pouvez lire \How to become a USENET site", qui est un texte publie tous les mois
dans dierents forums Usenet, que vous trouvez a coup s^ur en lisant le groupe news.answers.
matiere de reseaux informatiques et de tarication des telecommunications.
Annexe A
Sources d'informations sur Linux
Cette annexe recense diverses sources d'informations sur Linux, comme les textes disponibles en
telechargement et les dierentes publications. Beaucoup de ces documents existent a la fois sous
forme imprimee, et sous forme electronique sur l'Internet et certains BBS. La plupart des distributions de Linux contiennent l'essentiel de cette documentation, aussi si vous avez installe Linux il est
probable que vous trouviez ces chiers dans un repertoire de votre disque dur.
La quasi totalite des documents decrits ici sont rediges en anglais. Pour l'instant, seul l'ouvrage
que vous avez entre les mains existe en version francaise, un projet d'internationalisation de Linux
est en cours mais la France est tres peu representee, par rapport aux autres pays.
A.1 Documents a telecharger
Ces documents sont disponibles sur tous les sites FTP qui archivent Linux (liste en annexe C). Si
vous n'avez pas d'acces Internet, vous les trouverez sur les BBS diusant Linux, et si vous pouvez
faire du courrier electronique, il vous est possible de les recevoir par ftpmail. Voyez l'annexe C
pour plus d'informations.
En particulier, vous trouverez en France tous ces documents sur ftp.ibp.fr dans le repertoire
/pub/linux/docs. Ce site propose egalement certains textes concernant Linux, rediges en francais,
dans le repertoire /pub/linux/french.
Certains sites proposent l'acces a ces documents par gopher ou WWW. Lisez regulierement les
forums Usenet dedies a Linux pour trouver des informations a ce sujet.
La plupart de ces documents sont disponibles sous plusieurs formats, selon vos preferences :
Texte ASCII pur, sources TeX, HTML, chier dvi, postscript, gr^ace a un systeme de realisation de
documents base sur un marquage SGML, qui a ete constitue specialement pour les documentations
Linux par Matt Welsh.
The Linux Frequently Asked Questions List
Il s'agit de la liste des questions les plus frequemment posees a propos de Linux,
175
Annexe A. Sources d'informations sur Linux
176
avec les reponses bien entendu. Ce document est destine a fournir un guide de
secours pour tout probleme courant rencontre sous Linux, chaque nouvel utilisateur
du systeme doit absolument lire ou au moins posseder ce document a portee de
main. Il est maintenu par Ian Jackson, ijackson@nyx.cs.du.edu.
The Linux META-FAQ
C'est une collection de \meta-questions" a propos de Linux, c'est a dire des
pointeurs sur les sources d'informations ou d'autres sujets tres generaux. C'est
un document utile pour les utilisateurs d'Internet cherchant comment trouver
des renseignements sur le systeme. Il est maintenu par Michael K. Johnson,
johnsonm@sunsite.unc.edu.
The Linux INFO-SHEET
Il s'agit d'un texte de presentation de Linux. Il donne un apercu de ce qu'est et
peut faire le systeme, c'est un genre de prospectus tres utile pour repondre a la
traditionnelle question : \Linux, c'est quoi ?". Maintenu par Michael K. Johnson.
The Linux Software Map
Connu sous le nom de "LSM", c'est une liste qui recense les applications disponibles
pour Linux, ou les trouver, qui en est responsable, et bien d'autres renseignements.
Elle est realisee en ASCII selon un format pouvant ^etre traite par des methodes informatisees. Cette liste est tres loin d'^etre complete, il serait impossible de realiser
une liste contenant tout ce qui peut tourner sous Linux. Neanmoins, si vous cherchez
une application, c'est un bon document de depart. Il est maintenu par Je Kopmanis, jeffk@msen.com, qui est peut ^etre deja remplace par un autre volontaire a
l'heure ou vous lisez ces lignes.
The Linux HOWTO Index
Les \HOWTO" Linux sont un ensemble de documents, decrivant \comment faire"
dans tel ou tel domaine. Chacun decrit un aspect particulier du systeme avec
beaucoup de details. Ils sont maintenus par Matt Welsh, mdw@sunsite.unc.edu.
Ils sont frequemment remis a jour pour reeter les derniers perfectionnements du
systeme, et sont postes plusieurs fois par mois sous forme ASCII dans les forums
Usenet dedies a Linux. Cet \HOWTO Index" est une liste de tous les documents
disponibles dans cette serie ; certains (mais pas tous) sont cites ci-dessous.
The Linux Installation HOWTO
Il decrit comment se procurer et installer une distribution de Linux, et est assez
semblable (avec plus de details) a ce que nous vous avons presente dans le chapitre 2.
The Linux Distribution HOWTO
Ce document est une liste des dierentes distributions binaires de Linux disponibles
par FTP anonyme ou proposees en vente par correspondance par dierents distributeurs. L'annexe B est une version tres reduite de cette liste.
The Linux XFree86 HOWTO
Vous trouverez dans ce guide les details necessaires a l'installation de X Window
A.1. Documents a telecharger
177
sous Linux, nous avons survole X11 dans la section \5.1".
The Linux Mail, News, and UUCP HOWTOs
Ces trois documents detaillent l'installation et la conguration du courrier
electronique, News Usenet, et UUCP sous Linux. Comme ces trois sujets sont
intimement lies, nous vous conseillons de lire l'ensemble de ces documentations.
The Linux Hardware HOWTO
Contient une liste sans cesse grandissante du materiel supporte par Linux. Bien
que ce soit loin d'^etre complet, vous pourrez vous faire une idee assez precise des
peripheriques que Linux peut ou pourra gerer.
The Linux SCSI HOWTO
Il s'agit d'un guide complet decrivant la conguration et l'utilisation des
peripheriques SCSI sous Linux, comme les disques durs, lecteurs de bandes et CDROM.
The Linux NET-2-HOWTO
Ce document decrit l'installation et la conguration de TCP/IP sous Linux, que ce
soit par Ethernet ou ligne serie. Si vous devez connecter votre systeme a un reseau,
vous devez lire cette documentation. La racine \NET-2" provient de la version du
code reseau implemente dans Linux. Etant donne qu'il s'appelle maintenant NET3, le nom de ce document changera sans doute un jour ou l'autre pour devenir plus
general.
The Linux Ethernet HOWTO
Tres lie au precedent, ce texte decrit les dierents peripheriques Ethernet supportes
par Linux, et explique comment congurer chacun d'eux pour les utiliser correctement sous Linux.
The Linux Printing HOWTO
Vous guidera dans la conguration des programmes d'impression sous Linux, comme
lpr. L'impression et l'usage des imprimantes peuvent para^tre complexes sous
UNIX, ce document devrait vous eclairer sur le sujet.
Autres documents disponibles
Si vous avez jete un il au repertoire docs de n'importe quel site diusant Linux,
vous aurez constate qu'il contient bien plus de chiers qu'il n'en est decrit ici. Ce
sont des documents diciles a classer qui traitent de sujets divers. Si vous ne
trouvez pas les informations que vous recherchez dans ceux que nous venons de
citer, regardez tous les autres, il y aura s^urement de quoi vous depanner.
178
Annexe A. Sources d'informations sur Linux
A.2 Manuels du groupe de documentation Linux
Le groupe de documentation Linux travaille a la realisation d'un ensemble de livres et documentations diverses sur Linux, y compris les pages de manuel du systeme. Ces ouvrages sont plus ou
moins avances, et toute aide a leur sujet sera grandement appreciee. Pour toute question a propos
du \Linux Documentation Project", contactez Matt Welsh (mdw@sunsite.unc.edu).
Ces livres sont disponibles par ftp anonyme sur la plupart des sites archive Linux, y compris
ftp.ibp.fr, dans le r
epertoire /pub/Linux/docs/linux-doc-project. Quelques editeurs vendent
des copies imprimees de ces ouvrages; dans l'avenir vous pourrez probablement les trouver chez votre
libraire habituel.
Linux Installation and Getting Started, par Matt Welsh
Un guide destine au nouvel utilisateur de Linux, expliquant tout ce que ce nouveau
venu a besoin de savoir pour se lancer dans l'aventure. C'est celui que vous ^etes en
train de lire !
The Linux System Administrators' Guide, par Lars Wirzenius
Il s'agit d'un guide tres complet sur la conguration et l'utilisation d'un systeme
Linux. L'administration systeme sous Linux n'est pas dierente des autres UNIX,
en ce sens qu'il existe malgre tout quelques specicites qui ne peuvent ^etre abordees
dans un ouvrage general. Ce livre est la pour vous aider a gerer un systeme Linux,
avec tous les petits details que vous devez conna^tre.
The Linux Network Administrators' Guide, par Olaf Kirch
Un guide detaille du reseau sous Linux, comprenant TCP/IP, UUCP, SLIP et bien
d'autres choses. Il contient une foule d'informations sur de nombreux sujets, et
explique les points obscurs ou confus de la conguration d'un reseau.
The Linux Kernel Hackers' Guide, by Michael Johnson
Tous les secrets du noyau et du developpement bas niveau sous Linux. Linux est
unique, car les sources de tout le systeme sont disponibles gratuitement; cet ouvrage
guidera le developpeur desirant modier le noyau ou lui ajouter des fonctionnalites,
ou fera decouvrir au programmeur le cur d'un systeme d'exploitation.
A.3 Livres et autres publications
Le Linux Journal est un mensuel entierement dedie a Linux. Il est distribue dans le monde entier,
et c'est le meilleur moyen de se tenir au courant de la vie de la communaute Linux, particulierement
si vous n'avez pas d'acces a Usenet. Voyez l'annexe B pour les modalites d'abonnement au Linux
Journal.
Comme nous l'avons dit, il existe tres peu de livres traitant speciquement de Linux. Toutefois,
si vous ^etes nouveau dans le monde UNIX, ou si vous voulez plus d'informations qu'il ne vous en est
presente ici, nous vous suggerons la lecture des quelques ouvrages qui suivent.
A.3. Livres et autres publications
A.3.1 Utilisation d'UNIX
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
Learning the UNIX Operating System
Grace Todino & John Strang
O'Reilly and Associates, 1987
0-937175-16-1, $9.00
Une excellente introduction aux systemes UNIX. L'essentiel des informations contenues devrait s'appliquer sans probleme a Linux. Nous vous suggerons de lire cet ouvrage si vous ^etes un nouveau venu a UNIX et desirez vraiment tirer parti rapidement
de votre systeme.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
Learning the vi Editor
Linda Lamb
O'Reilly and Associates, 1990
0-937175-67-6, $21.95
Un livre entierement dedie a l'editeur vi, puissant editeur de texte present sur chaque
systeme UNIX du monde. Il est souvent indispensable de savoir utiliser vi, car il n'est
pas toujours possible de disposer d'un autre editeur.
A.3.2 Administration systeme
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
Essential System Administration
leen Frisch
O'Reilly and Associates, 1991
0-937175-80-3, $29.95
Un livre qui demystie l'administration systeme sous UNIX en orant une introduction claire et pratique aux t^aches que toute personne responsable d'un systeme UNIX
doit assumer.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
TCP/IP Network Administration
Craig Hunt
O'Reilly and Associates, 1990
0-937175-82-X, $24.95
Un guide detaille sur l'installation et l'utilisation d'un reseau TCP/IP. Bien que
ce livre ne soit pas dedie a Linux, 90% de son contenu s'y applique. Associe au \Linux
179
Annexe A. Sources d'informations sur Linux
180
NET-2-HOWTO " et au Linux Network Administrator's Guide, il est ideal pour assimiler
TCP/IP.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
Managing UUCP and Usenet
Tim O'Reilly and Grace Todino
O'Reilly and Associates, 1991
0-937175-93-5, $24.95
Ce livre explique l'installation et la conguration d'UUCP et des programmes associes, jusqu'a la conguration des News Usenet. Si ces sujets vous interessent, c'est une
lecture indispensable.
A.3.3 X Window
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
The X Window System: A User's Guide
Niall Manseld
Addison-Wesley
0-201-51341-2, ??
A la fois didacticiel plus que complet et guide de reference pour l'utilisation du
Systeme X Window. Si vous avez installe X sur votre machine Linux, et desirez en tirer
le meilleur parti, vous devez lire ce livre. Contrairement a d'autres interfaces graphiques,
la puissance oerte par X n'appara^t pas au premier abord.
A.3.4 Programmation
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
The C Programming Language
Brian Kernighan and Dennis Ritchie
Prentice-Hall, 1988
0-13-110362-8, $25.00
C'est l'ouvrage indispensable a toute personne desirant programmer en langage C.
Bien qu'il ne soit pas particulierement oriente UNIX, c'est l'ouvrage de reference a
posseder.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
The Unix Programming Environment
Brian Kernighan and Bob Pike
Prentice-Hall, 1984
0-13-937681-X, ??
A.3. Livres et autres publications
Un apercu de la programmation sous UNIX. Couvre toute la gamme des outils
utilises ; sa lecture permet de se familiariser avec cette discipline parfois deroutante.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
Advanced Programming in the UNIX Environment
W. Richard Stevens
Addison-Wesley
0-201-56317-7, $50.00
Ce livre contient tout ce que vous devez savoir pour programmer sous UNIX au niveau
systeme : entrees/sorties, communication inter-processus, signaux, etc. Il est oriente sur
dierents standards UNIX, y compris POSIX.1, auquel Linux se conforme.
A.3.5 Kernel Hacking
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
The Design of the UNIX Operating System
Maurice J. Bach
Prentice-Hall, 1986
0-13-201799-7, ??
Il decrit les algorithmes internes du noyau UNIX. Il n'est pas specique a une version
particuliere d'UNIX, toutefois il tend vers System V. C'est la meilleure introduction que
vous puissiez trouver pour comprendre le coeur de Linux.
Titre :
Auteur:
E diteur:
ISBN :
The Magic Garden Explained
Berny Goodheart and James Cox
Prentice-Hall, 1994
0-13-098138-9, ??
Cet ouvrage decrit en detail le noyau Sytem V R4. A l'oppose du livre de Bach,
qui se concentre sur les algorithmes internes, celui-ci presente l'implementation SVR4 de
maniere plus technique. Bien que Linux et SVR4 ne soient que de lointains cousins, vous
pourrez vous faire une idee de ce que represente la realisation d'un noyau UNIX ; c'est
egalement un livre tres recent, publie en 1994.
181
182
Annexe A. Sources d'informations sur Linux
Annexe B
Distributions de Linux et
commandes par correspondance
Cette annexe recense un certain nombre de distributions binaires de Linux qui sont disponibles
par FTP anonyme, telechargement depuis des BBS, ou en achat par correspondance. Vous y trouverez egalement dierents services. Si vous desirez faire partie de cette liste, ecrivez a l'auteur a :
mdw@sunsite.unc.edu.
Avertissement : L'auteur ne garantit en aucune maniere la validite des informations contenues
dans cette annexe. Tous les renseignements cites correspondent pratiquement au texte fourni par
les distributeurs eux-m^emes; ils ont ete simplement traduits et mis en page dans un souci de clarte.
L'auteur n'est alie a aucun des distributeurs cites ici, a l'exception de l'association Debian Linux.
L'insertion dans cette annexe ne sous-entend pas que l'auteur approuve ou conseille le produit ou
service concerne. Ces informations sont rendues disponibles ici, uniquement dans le but de servir la
communaute Linux, et non en tant que publicite.
Notez bien qu'il y a de fortes chances pour que certaines de ces informations soient obsoletes
a l'heure ou vous lisez ces lignes. Nous avons signale la date de derniere modication de chaque
entree ; si l'une ou l'autre vous apparait bien trop ancienne, contactez le distributeur pour obtenir
les renseignements les plus recents.
B.1 Distributions Linux
B.1.1 Distribution Linux Slackware
Distributeur:
Patrick Volkerding, volkerdi@mhd1.moorhead.msus.edu.
Description:
183
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
184
La distribution Linux Slackwaare est une distribution complete du systeme d'exploitation
Linux pour les ordinateurs 386/486 equipes d'un lecteur de disquettes 3.5". Elle evolue tres
rapidement, voici une liste (partielle) de son contenu :
serie A (14 disques):
Noyau Linux 1.0, systeme de base et utilitaires. Reseau, UUCP, gcc/g++ 2.5.8, libc
4.5.26, et bien plus.
serie E series (5 disques):
Emacs 19.22.
serie F (1 disque):
FAQ, HOWTO, et autres documentations.
serie OI (3 disques):
ObjectBuilder 2.0 pour X.
serie X (5 disques):
Base XFree86 2.1 X windows system with fvwm.
serie XAP (2 disques):
Application X Window comme seyon et ghostview.
serie XD (3 disques):
Developpement X Window (programmes/serveur).
serie XV (2 disques):
XView 3.2 release 5, Open Look Window Manager.
serie Y (1 disque):
Jeux BSD, comme \hunt".
Disponibilite :
Le site ociel de distribution est ftp.cdrom.com, vous y trouverez la derniere version
dans /pub/linux/slackware. Pour faciliter le telechargement, les disquettes sont egalement
disponibles pre-compressees par \zoo" dans le repertoire /pub/linux/zooed slackware. (Zoo
est simplement un programme de compression de donnees pour MS/DOS, disponible egalement
sous UNIX.)
Commandes :
Uniquement par FTP, toutefois divers distributeurs independants fournissent Slackware sur
disquettes et CD-ROM.
Derniere modication de cette entree:
5 Nov 93.
B.1. Distributions Linux
185
B.1.2 Linux MCC Interim
La distribution MCC courante est basee sur un noyau 0.99.pl10, ancien mais robuste. Si vous faites
partie de ceux qui desirent toujours le dernier cri, vous devrez mettre ce noyau a jour (tres facile)
et peut ^etre votre version de GCC et des librairies.
Distributeur:
Dr. A. V. Le Blanc, LeBlanc@mcc.ac.uk.
Description:
Installation d'un systeme Linux de base. Sources completes et patches pour tous
les programmes inclus disponibles. Le detail peut varier au l des versions, voyez
/pub/linux/mcc-interim/*/Acknowledgements sur ftp.mcc.ac.uk. En gros : comprend le
noyau et ses sources, C, C++, gro, pages de manuel, utilitaires de base, reseau. Les binaires
tiennent sur 6 ou 7 disquettes. Il est aussi possible de les disposer sur une partition DOS ou
NFS pour l'installation, avec deux disquettes de demarrage. Mise a jour tous les 3 a 6 mois,
environ.
Disponibilite :
Par FTP anonyme sur ftp.mcc.ac.uk; mirrorise sur tsx-11.mit.edu, nic.funet.fi,
ftp.ibp.fr, et par bien d'autres sites.
Sur ftp.mcc.ac.uk, se trouve dans
/pub/linux/mcc-interim.
Divers:
Suggestions et contributions sont les bienvenues.
Derniere modication de cette entree:
31 Oct 93.
B.1.3 Distribution TAMU
Distributeur:
Dave Saord, Texas A&M University, dave.safford@net.tamu.edu.
Description:
Contrairement aux anciennes versions, la derniere distribution TAMU contient a la fois les
paquetages binaires et l'aborescence des sources, la totalite du systeme peut se compiler par
un simple make. Ceci permet d'^etre assure que tous les programmes sont compiles et linkes
avec les m^emes versions des outils, et garantit la disponibilite de sources en etat pour tout
programme de la distribution. Den plus, la nouvelle disquette d'amorcage automatise totalement l'installation, depuis le partitionnement, l'installation de LILO, et la conguration du
reseau. La procedure d'installation ne demande pas de redemarrer la machine et l'utilisateur
n'a besoin que de conna^tre l'adresse IP attribuee a son systeme. Elle propose a chaque etape
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
186
des valeurs par defaut, permettant aux novices d'obtenir un systeme satisfaisant, et a l'expert
de modier ces valeurs pour optimiser son installation.
C'est un paquetage tres complet, comprenant XFree86, Emacs, reseau, et sources de tous les
programmes (sans aucune restriction d'usage :-).
Disponibilite :
Par FTP anonnyme sur from
net.tamu.edu:pub/linux
.
Derniere modication de cette entree:
31 Oct 93.
B.1.4 Distribution \Linux Support Team Erlangen" (LST)
Distributeur:
Le \Linux Support Team Erlangen", est un petit groupe d'etudiants de l'universite d'rlangenNuernberg. Contactez Stefan Probst (snprobst@cip.informatik.uni-erlangen.de) ou Ralf
Flaxa (rfflaxa@informatik.uni-erlangen.de). Il y aura probablement bient^ot une adresse
collective.
Description:
Le but de la distribution LST est de fournir un systeme solide, facile a installer, et tres bien
documente. Nous ne chassons pas la derniere version a la mode. Nous faisons les mises a jour
lorsqu'elles sont necessaires, ou orent reellement de nouvelles possibilites, et sont bien testees,
integrees au reste du systeme et fonctionnent sans l'ombre d'un probleme. La distribution
consiste en un systeme de base et des paquetages additionnels. Les ensembles disponibles a
l'heure actuelle sont : doku (doc), text, tex, develop, xdevelop, xbasis, xappl, xemacs, tinyx,
network, grak, src, misc.
Le systeme complet tient sur 50 disquettes haute densite et 1500 pages imprimees de documentation, comprenant les guides du projet de documentation Linux (IGS,KHG,NAG, HOWTOs,FAQs) et le \german Linuxhandbuch", ainsi que de nombreuses autres documentations
tres utiles.
Notre distribution est pre-conguree pour les utilisateurs allemands et est fournie avec un
manuel d'installation de 50 pages qui vous guide dans les dierents menus (tout cela en allemand). Nous avons commence cette distribution dans le but d'aider les nouveaux venus a
Linux, c'est pourquoi elle s'occupe de toutes les t^aches rebarbatives comme la conguration
du systeme (y compris LILO, modem, souris, montage partitions, mtools, acces a DOS, utilisateurs, X11), et la conguration reseau (TCP/IP, routage, courrier, News, UUCP, SLIP).
La plus grande partie de la documentation de cette distribution est redigee en allemand, (c'est
bien plus facile pour nous), desole, nous comptons traduire ces documents en anglais, mais
nous n'en avons pas le temps pour l'instant. Les volontaires sont bienvenus !
Nos scripts permettent aussi d'installer les paquetages de la distribution SLS, mais sans aucune
garantie qu'ils s'adaptent parfaitement au reste du systeme.
B.1. Distributions Linux
187
Disponibilite :
Par FTP anonyme: ftp.uni-erlangen.de dans pub/Linux/LST.Distribution, ou sur disquettes 3.5" ou bande magnetique QIC-80.
Commandes :
Commandez a l'adresse suivante : Stefan Probst, In der Reuth 200, 91056 Erlangen, Allemagne.
documentation
complete (IGS, LHB, KHG, GDB, NAG, HOWTOs, FAQs, guide
d'installation) totalisant plus de 1500 pages pour 139 DM (plus frais de port).
documentation complete plus distribution sur bande QIQ-80 pour 199 DM. (comprenant
le port en Allemagne).
documentation complete plus distribution sur environ 50 disquettes 3.5" pour 269 DM
(comprenant le port en Allemagne).
Derniere modication de cette entree:
21 Dec 93.
B.1.5 S.u.S.E. GmbH German Linux CD-ROM
Distributeur:
S.u.S.E. GmbH
Gebhardtstr.
2
90762 Fuerth
Allemagne
Description:
Il s'agit d'un CD-ROM specialement destine aux utilisateurs Allemands. Il contient une version allemande de la distribution Slackware et deux distributions additionnelles en allemand,
basees sur la version SLS. Vous y trouverez beaucoup de programmes supplementaires, comme
Postgres, pbm-Tools , de nombreux gestionnaires de fen^etres X11, l'environnement GREAT
, le \ andrew toolkit", etc. Le code source de toute la distribution est inclus, et il y a un
systeme tout installe permettant d'utiliser les programmes directement depuis le CD-ROM
sans les transferer sur le disque dur. La version courante contient la distribution Slackware
1.2.0, qui utilise Linux 1.0, GCC 2.5.8 et XFree86 2.1.
Un guide d'installation en allemand aidera les nouveaux utilisateurs a installer correctement
leur systeme.
Le CD est mis a jour environ tous les trois mois.
Commandes :
Par courrier, telephone (49-911-74053-31), Fax (49-911-7417755) ou par courrier electronique
a bestellung@suse.de.
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
188
Prix : Le prix d'un CD-ROM est de 89 DM, pour les nouveaux utilisateurs. Si vous ^etes deja
enregistre, les mises a jour ne co^utent que 78 DM. Vous pouvez egalement vous abonner pour
un an, vous recevrez 4 disques pour le prix de 230 DM.
Disquettes : Vous pouvez bien s^ur obtenir la version allemande de la distribution Slackware
sur disquettes haute-densite. La version de base (environ 28 disques) co^ute 89 DM, la version
\standard" (environ 38 disquettes) vaut 89 DM et la distribution \complete" (59 disquettes)
vous co^utera 159 DM. Le prix des mises a jour est respectivement de 69,94 et 139 DM.
Documentation: S.u.S.E. vend des copies imprimees de haute qualite de tout le travail du
groupe de documentation Linux (LDP) pour les personnes desirant de vrais livres. Les prix
sont de 24 DM pour le Linux Installation and Getting Started de Matt Welsh, 39 DM pour le
Network Administrators' Guide d'Olaf Kirch et de 29 DM pour le Kernel Hackers' guide de
ichael K. Johnson. De plus, nous disposons de la serie complete O'Reilly, la meilleure documentation existante sur UNIX. Vous vouvez bien entendu commander les celebres ouvrages Linux
allemands: Deutsches Anwenderhandbuch pour 49 DM, et Linux - vom PC zur Workstation
pour 38 DM.
Motif: La distribution Motif pour Linux de Metrolink est disponible pour le prix de 169 DM
pour le runtime seul, et la version complete, comprenant le runtime et le developpement co^ute
288 DM.
Divers:
Support et service pour nos utilisateurs par courrier electronique, Fax, courrier postal et
telephne (Hot-Line le lundi et le jeudi de 13 H a 17 H).
Vente d'application commerciales pour Linux.
Developpement de programmes speciques pour Linux ou autres systemes Unix.
Pratiquement tout ce qui concerne Linux, demandez-nous!
Derniere modication de cette entree:
23 May 1994
B.1.6 Distribution Linux Debian
Distributeur:
Ian A. Murdock, imurdock@gnu.ai.mit.edu.
Description:
Pour ceux qui ne connaissent pas encore Debian, c'est un essai de creation d'une distribution
coherente, bien pensee, exible et complete de Linux. Les motivations de ce groupe sont
decrites en detail dans les documentations Debian, que vous pourrez vous procurer comme
explique ci-dessous.
Pour des informations les plus a jour possible, voyez les chiers se trouvant dans le repertoire
/pub/Linux/distributions/debian/info sur sunsite.unc.edu. Si vous n'avez pas d'acc
es
a l'Internet ou a FTP, vous pouvez obtenir des copies imprimes en envoyant une enveloppe
timbree a :
B.1. Distributions Linux
189
The Debian Linux Association
Station 11
P.O. Box 3121
West Lafayette, IN
47906
USA
Vous recevrez tous renseignements necessaires pour vous procurer Debian par courrier postal,
ainsi qu'un peu de documentation sur cette distribution.
Disponibilite :
Debian n'a pas encore ete \ociellement" mise a disposition, mais des versions BETA sont offertes au public sur sunsite.unc.edu dans le repertoire /pub/Linux/distributions/debian.
Derniere modication de cette entree:
21 Feb 94.
B.1.7 CD-ROM Yggdrasil \Plug-and-Play Linux" et la \Bible Linux"
Distributeur:
Yggdrasil Computing, Incorporated
4880 Stevens Creek Blvd., Suite 205
San Jose, CA 95129-1034
toll free (800) 261-6630, (408) 261-6630, fax (408) 261-6631
info@yggdrasil.com
Description:
La version \Plug-and-Play Linux" d'Yggdrasil est une distribution complete de Linux sur
CD-ROM. Elle contient une tres grande quantite de programmes, pratiquement tout ce qui
est disponible sous Unix s'y trouve. La liste des chiers est telechargeable par FTP sur
yggdrasil.com.
La \Bible Linux" est l'ensemble de toute la documentation Linux, comprenant les 3 livres du
Groupe de Documentation Linux, le manuel d'installation Yggdrasil, et la totalite des guides
\HOWTO".
L'arborescence sources est organisee pour pouvoir construire tout le systeme facilement, les
programmeurs n'auront aucune peine a explorer Linux ou a eectuer les modications dont ils
auront besoin.
Les utilisateurs desirant les performances maximum apprecieront le fait que l'essentiel du
systeme a ete compile avec l'option d'optimisation -O6, et le \clustering" SCSI reduira le
temps de compilation de 20%, passant de 28 a 22 heures sur un 486DX2-66.
Tout le monde, particulierement les nouveaux utilisateurs, appreciera l'utilisation \Plug-andPlay" qui donne son nom a cette distribution. Mettez la disquette d'amorce dans la machine,
allumez l'ordinateur, et tout marche, directement depuis le CD-ROM.
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
190
L'invite de login ore une liste d'utilisateurs precongures, y compris \install", qui installe le
systeme, de maniere tres interactive et souple. La procedure d'installation va m^eme jusqu'a
rechercher un modem, et congurer UUCP et le courrier de telle maniere que tout message
adresse a une adresse Internet est automatiquement poste par modem a un serveur de Yggdrasil
et delivre au correspondant par l'Internet.
La conguration de X Window est egalement automatique, les parametres desires sont demandes a l'utilisateur lors du premier lancement de xinit.
Depuis X Window, un panneau de contr^ole graphique autorise une conguration du reseau,
SLIP, UUCP, imprimante, NNTP, et bien d'autres choses, tres simplement, sans demander les
connaissances d'un administrateur systeme.
Pour plus d'informations, envoyez un courrier a info@yggdrasil.com, ou bien FTP
yggdrasil.com, ou encore contactez nous par toute autre m
ethode vous convenant.
Commandes :
\Linux Plug-and-Play" co^ute $39.95 et est disponible directement chez Yggdrasil ou par votre
revendeur informatique local, ou encore votre libraire. Si vous ne le trouvez pas, aidez a la
promotion de Linux en insistant pour qu'il soit disponible pres de chez vous. Donnez notre
numero de telephone a votre revendeur et demandez-lui de distribuer \Linux Plug-and-Play".
Yggdrasil ore une remise de $10 pour les mises a jour. Retournez nous votre ancienne distribution et un cheque de $29.95 (plus $5 de frais de port). Ou bien faites la m^eme chose, mais
envoyez nous une version concurrente d'UNIX comme SCO, Esix, minux, ou un CD contenant
la distribution Slackware, de maniere a ce que nous puissions nous assurer que votre revendeur
favori supportera egalement nos produits.
Divers:
Yggdrasil vend aussi OSF/Motif et la Bible Linux, une compilation de travaux du groupe
de Documentation Linux. En plus des manuels Yggdrasil, la Bible Linux comprend Linux
Installation and Getting Started ,
Linux Bible includes Linux Installation and Getting Started , Network Administrator's Guide ,
Kernel Hacker's Guide , et les guides HOWTO sur la conguration materielle, les distributions,
l'emulation DOS, l'Ethernet, bandes, installation, courrier electronique, reseau, MGR (une
alternative a X11), X Window, Usenet News, imprimantes, SCSI, communications serie, audio,
et UUCP. La Bible Linux vaut $39.95 et est imprimee sur papier recycle. Pour chaque copie
vendue, $1 est donne au groupe de documentation Linux. OSF/Motif co^ute $149.95, dont $5
sont donnes a un groupe qui developpe un clone gratuit de Motif.
Derniere modication de cette entree:
16 May 1994
B.1.8 CD-ROM Linux de Nascent
Distributeur:
Nascent Technology
B.1. Distributions Linux
191
Description:
C'est une nouvelle distribution de Linux qui comprend plus de 400 megaoctets de code source,
binaires, applications et documentations sur Linux. Il dispose d'une procedure d'installation
automatique depuis le CD-ROM, le systeme peut aussi ^etre utilise directement depuis ce
support. Vous y trouverez X Window, Openlook, TEX , le compilateur GNU et beaucoup
d'utilitaires, comme des outils de traitement d'image electronique, et plus de 100 images hautes
resolution en provenance du Kodak PhotoCD(TM). Chaque archive source est distribuee avec
une note explicative vous permettant une installation aisee.
Une liste du contenu du CD-ROM Nascent, ainsi qu'un bon de commande, peuvent ^etre obtenus
par FTP anonyme sur netcom.com:/pub/nascent.
Commandes :
Le CD-ROM Nascent, version 1.0, ne co^ute que $39.95 plus frais de port. Vous pouvez aussi
commander le paquetage Nascent Plus, pour seulement $89.95, qui comprend six mois de
support par courrier electronique et une remise de 30
cheques.
Pour commander votre CD-ROM Nascent, postez ou envoyez par fax un bon de commande
d^ument rempli a:
Nascent Technology
Linux from Nascent CDROM
P.O. Box 60669
Sunnyvale CA 94088-0669 USA
Tel: (408) 737-9500
Fax: (408) 241-9390
Email: nascent@netcom.com
Derniere modication de cette entree:
28 Nov 93.
B.1.9 Unix 1.02 CD-ROM
Distributeur:
Unix Software GmbH, Braunschweig, Allemagne
Description:
Il s'agit d'un CD-ROM Linux destine a une installation simple et rapide. Bien qu'il soit possible
d'installer tout le systeme sur le disque dur, nous ne le recommandons pas, car il fonctionne
susamment rapidemend directement depuis le CD. Par exemle, le lancement d'Emacs la
premiere fois (en mode texte) donne:
Depuis Mitsumi simple vitesse: 24 s
Depuis Mitsumi double vitesse: 11 s
Depuis Toshiba 3401:
7 s
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
192
Le cache dynamique de Linux fait que le lancement demandera moins d'une seconde.
Notre systeme demande environ 5 megaoctets de place sur le disque dur pour les chiers de
conguration et les programmes indispensables. Nous recommandons une partition de swap
de 16 Mo, si necessaire. La distribution contient la plupart des programmes standards dans
leur version courante ; toutes les sources pr^etes a ^etre compilees sont fournies.
Unix etant une distribution europeenne, elle ore un support complet du jeu de caracteres
iso8859-1. Depuis les shells et Emacs jusqu'a ls, TeX et les systemes d'impression, tout supporte
les caracteres 8 bits.
L'impression est faite par les pilotes compatibles System V, et supportent les imprimantes
texte, postscript, en reseau. Les chiers compresses sont automatiquement reconnus, par exemple des pages de manuel compressees ou des chiers DVI peuvent ^etre directement imprimes.
Commandes :
Unix est disponible uniquement sur CD-ROM. Il contient deux disquettes pour le lancement
du systeme et environ 70 pages d'instruction d'installation en allemand. Une version anglaise
est egalement disponible. Le prix est de 159 DM (environ $100) TTC et comprend le port.
Eurocard/Mastercard/Visa acceptees.
Telephone
+49 (0)531 515161
Fax
+49 (0)531 515162
Mail
Unifix Software GmbH
Postfach 4918
D-38039 Braunschweig
Allemagne
Derniere modication de cette entree:
18 Feb 94.
B.2 Revendeurs et divers
Cette section recense les revendeurs qui redistribuent les distributions que nous venons de citer. En
d'autres termes, les vendeurs ci-dessous n'orent en general ni maintenance ni support de Linux.
Vous trouverez egalement ici les distributeurs proposant des applications commerciales pour
Linux (comme Motif) et divers services, comme de la documentation.
B.2.1 Clark Internet Services
Distributeur:
Clark Internet Services, C/O Stephen Balbach
Description:
La derniere version de Linux sur disque et bande magnetique, directement depuis le Net a des
prix abordables. 120Mo repartis sur disquettes 3.5". 90 Mo sur disquettes 5.25".
B.2. Revendeurs et divers
193
Commandes :
Slackware sur 32 disquettes 3.5" : $50 (USPS 2nd day). SLS sur 32 disquettes 5.25" : $40
(USPS 2nd day).
Installation and Getting Started (c) Copyright Matt Welsh. Plus de 150 pages imprimees laser,
manuel de presentation professionnelle. Tout pour se lancer dans l'aventure Linux en un seul
livre. $15 avec une distribution (prix co^utant). $20 separement.
Disponibilite :
Pour plus d'informations, comprenant une description du systeme, une liste de compatibilite
materielle, et de nombreux details, envoyez un courrier a linux-all@clark.net pour recevoir
une reponse automatique (30 Ko de texte).
Commandes :
Check, money-order
Stephen Balbach
5437 Enberend Terrace
Columbia, MD 21045
Par carte de credit, telephoner au 410-740-1157 (Visa, MasterCard, AmXpres)
Derniere modication de cette entree:
31 Oct 93.
B.2.2 Extent Verlag, LDP Distribution
Distributeur:
Extent Verlag Berlin, Allemagne
Description:
Extent a publie le manuelLinux Installation and Getting Started version 2.0, an de le rendre
disponible aux utilisateurs de Linux d'Allemagne et plus generalement, d'Europe. Bien qu'il
ne soit pas commercial, ce livre a ete imprime a 2540 dpi et proprement broche. Son format
de 148x210 mm le rend tres pratique. D'autres ouvrages du groupe de documentation Linux
seront diponibles tres bient^ot.
Extent essaie egalement de diuser la distribution SLACKWARE au prix de disquettes ordinaires. Vous ne payez donc que les disquettes, et disposes de la derniere distribution SLACKWARE gratuitement, dans l'esprit du logiciel libre. Les disquettes 3.5" sont bien entendu
testees et exemptes d'erreurs.
Disponibilite :
Extent Verlag Berlin, Postfach 12 66 48, D-10594 Berlin, Allemagne. Telephone +49 30
3244021, fax +49 30 3249685.
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
194
Commandes :
Linux Installation and Getting Started , 192 pages.
ISBN 3-926671-12-2. Prix pour
l'Allemagne: DM 15.80 (TTC port compris); a l'interieur de l'Europe : DM 16.50 (port
compris).
Distribution Slackware derniere version, complete, sur 50 disquettes. Prix pour l'Allemagne:
100 DM plus 10 DM pour frais de port ; a l'interieur de l'Europe : 100 DM plus 20 DM pour
frais de port.
Commandes: by sending cheque to address above or money order (don't forget your address!)
to Extent Verlag Berlin, Germany Postbank Berlin, BLZ 10010010, bank account 1769-104 or
every book store.
Derniere modication de cette entree:
25 March 1994.
B.2.3 Fintronic Linux Systems
Distributeur:
Fintronic Linux Systems
Description:
Nous vendons des systemes Linux completement installes pour le prix du materiel. Nous
orons des stations de travail ou des machines portables. Nous expedions dans le monde entier
et acceptons les paiements par cheque ou carte de credit. Si vous avez des questions a poser
ou voulez souscrire a notre liste de diusion, envoyez un courrier a linux@fintronic.com.
Disponibilite :
Pour obtenir nos derniers tarifs, faites un nger sur linux@fintronic.com ou consultez
notre serveur WWW: http://www.fintronic.com/linux/catalog.html. Les prix changent
frequemment an de faire proter nos clients des meilleures aaires.
Commandes :
email:
linux@fintronic.com
fax:
+1.415.325-4908
vocal:
+1.415.325-4474
Mail:
Fintronic USA, Inc.
1360 Willow Rd., Suite 205
Menlo Park, CA 94025
USA
Derniere modication de cette entree:
24 Mar 94.
B.2. Revendeurs et divers
195
B.2.4 InfoMagic Developer's Resource CD-ROM kit
Distributeur:
InfoMagic, Inc.
Description:
\InfoMagic Linux Developer's Resource" contient une copie des sites archive sunsite.unc.edu
et tsx-11.mit.edu. Vous y trouverez aussi la collection complete des sources GNU. Les
distributions de Linux fournies sont : Slackware, Debian, SLS, TAMU, MCC, et JE (extensions
japonaises).
La distribution Slackware est installee, ce qui permet d'utiliser beaucoup de programmes directement depuis le CD-ROM. Les sources completes de la Slackware sont egalement incluses.
Les documents HOWTO ont ete formattes pour l'utilisation avec le visualiseur multimetia
Microsoft (qui est fourni), fonctionnant sous Microsoft Windows.
Disponibilite :
Avant le 1er Septembre 1994:
InfoMagic, Inc.
PO Box 708
Rocky Hill, NJ 08553-0708
Tel: 800-800-6613 (within the US)/609-683-5501
Fax: 609-683-5502
email: Orders@InfoMagic.com
Apres le 1er Septembre 1994:
InfoMagic, Inc.
PO Box 30370
Flagstaff, AZ 86003-0370
Tel: 800-800-6613 (aux USA)/602-526-9565
Fax: 602-526-9573
email: Orders@InfoMagic.com
Commandes :
L'ensemble de deux CD-ROM est vendu $20 par copie. Frais de ports a l'interieur des USA : $5,
hors USA $10. Commandes par telephone, fax ou courrier electronique (Cle PGP disponible:
nger orders@InfoMagic.com). Nous acceptons les cartes Visa, Mastercard, et AMEX. Abonnement d'un an pour $125 (aux USA) et $135 (hors USA), port compris. Cet abonnement
comprend 6 versions, une tous les deux mois.
Divers:
Le contenu des CD-ROM peut ^etre obtenu soit a :
ftp.uu.net:/vendor/InfoMagic/cd-roms/linux.
InfoMagic.com:/pub/Linux
ou bien :
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
196
Cet ensemble de deux disques est mis a jour tous les deux mois. Telephonez pour obtenir les
dernieres informations sur le contenu, la disponibilite et les tarifs.
Derniere modication de cette entree:
10 July 94.
B.2.5 Lasermoon Ltd.
Distributeur:
Lasermoon Ltd., info@lasermoon.co.uk, support@lasermoon.co.uk.
Description:
Nous distribuons et supportons les produits Linux suivants :
Yggdrasil LGX CD-ROM
Infomagic Linux Developer Resource CD-ROM
Linux Journal (Magazine mensuel), distributeur europeen.
Disponibilite :
Lasermoon Ltd, 2a Beaconseld Road, Fareham, Hants, England. PO16 0QB. Voice +44
(0) 329 826444. Fax +44 (0) 329 825936. Email: info@lasermoon.co.uk (Renseignements
generaux), support@lasermoon.co.uk (Support technique), lj@lasermoon.co.uk (Linux
Journal).
Commandes :
LGX pour 44.95 $, LDR pour 12.95 $Tous nos prix ne comprennent pas le port ni la TVA
(17.5
Remises possibles-telephonez. Visa, Mastercard, Access, EuroCard acceptees.
Divers:
Nous pouvons fournir des copies de n'importe quelle partie de n'importe quel produit sur
(pratiquement) n'importe quel support. Appelez-nous pour plus de renseignements.
Catalogue gratuit de nombreux autres produits freeware sur CD-ROM pour UNIX, DOS et
Novell disponible sur demande (par courrier electronique ou postal). Livres SCC et O'Reilly
(remise 10
disponibles.
Derniere modication de cette entree:
16 Feb 94.
B.2. Revendeurs et divers
197
B.2.6 Linux Journal
E diteur:
Linux Journal, P.O. Box 85867, Seattle, WA 98145-1867. Telephone (206) 527-3385 (abonnements) ou (206) 524-8338 (publicite). FAX (206) 527-2806 (abonnements) ou (206) 526-0803
(publicite).
Description:
Linux journal est une publication mensuelle dediee a la communaute Linux. L'essentiel des
articles publies sont nouveaux (et non pas en provenance de Usenet). Chaque numero comprend des articles et rubriques sur la programmation de Linux, la Free Software Foundation,
l'administration systeme, questions et reponses, interviews et bien d'autres choses. Linux
Journal est un magazine de qualite professionnelle entierement dedie a Linux.
Disponibilite :
Abonnements : $19/an (US), $24/an (Canada/Mexico), $29/an (partout ailleurs).
Commandes :
Paiement par carte VISA, MasterCard ou American Express (assurez vous de bien fournir le
numero de carte de credit, date d'expiration et signature). Nous acceptons aussi les cheques
libelles en toute monaie. Pour tout renseignement sur un mode de paiement, telephonez ou
envoyez un FAX, ou postez un courrier electronique a subs@ssc.com. Pour des raisons de
securite, nous deconseillons l'envoi de numeros de cartes de credit par courrier electronique.
Divers:
Si vous desirez passer une publicite dans Linux Journal, contactez Joanne Wagner par telephone
ou courrier electronique a l'adresse joanne@fylz.com. Demandes d'articles, annonces de
nouveaux produits ou autres doivent ^etre envoyes a notre adresse ci-dessus ou par courrier
electronique a ljeditor@sunsite.unc.edu. Les questions generales peuvent ^etre posees a
linux@fylz.com.
Derniere modication de cette entree:
26 May 94.
B.2.7 Linux Quarterly CD-ROM
Distributeur:
Morse Telecommunication, Inc.
Description:
Le \Linux Quarterly CDROM" contient une copie du site tsx-11.mit.edu, l'un des sites
archives Linux les plus connus, orant sources et binaires des principales distributions de
Linux, utilitaires, et documentation. Vous y trouverez Slackware, SLS, MCC et Debian. De
plus, depuis l'edition \printemps 1994", le contenu complet de prep.ai.mit.edu, le repertoire
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
198
des sources GNU de la FSF, est inclus. Pour les nouveaux utilisateurs, ce CD-ROM contient
un utilitaire fonctionnant sous Microsoft Windows(tm), permettant d'installer Linux directement depuis le CD-ROM. Le systeme de chiers UMSDOS est aussi disponible, ce qui ore a
l'utilisateur la possibilite d'installer Linux directement depuis un systeme MS-DOS sans avoir
a repartitionner le disque dur. Un support de 90 jours est oert avec chaque disque sans
supplement de prix.
Disponibilite :
Morse Telecommunication, Inc.
26 East Park Avenue, Suite 240
Long Beach, NY 11561
Commandes:
(800) 60-MORSE
Support technique:
Fax:
(516) 889-8610
(516) 889-8665
Email (commandes):
Order@morse.net
Email (informations):
Horaires:
Linux@morse.net
9H - 17H EST, du lundi au vendredi.
Fax 24H/24.
Commandes :
Commandes par telephone, fax ou courrier electronique. Le CD-ROM vaut $29.95 plux $5
de frais de port par commande. Mises a jour pour $22.95. Toute commande est en general
expediee le jour m^eme si elle est recue avant 16H EST.
Divers:
Le contenu du CD-ROM, la photo de sa jaquette au format JPEG, et le texte des annonces
sur Usenet peuvent ^etre telechargees sur les sites FTP suivants :
tsx-11.mit.edu:/pub/linux/advertisements/TLQ-Spring94.tar.z
sunsite.unc.edu:/pub/Linux/distributions/cdrom/TLQ-Spring94.tar.z
Derniere modication de cette entree:
23 May 1994
B.2.8 Linux Systems Labs
Distributeur:
Linux Systems Labs, dirvin@vela.acs.oakland.edu.
Description:
Slackware (50 disques et I&GS) pour $69.95(mise a jour hebdomadaire), revente du CDROM
Yggdrasil, Motif par Metrolink pour $175.00 et paquetage de toute version de Linux avec Motif
(version 1.2.4) pour $215.00. Nous imprimons les documents Linux a 600 DPI sur imprimante
laser.
Nous avons publie la Bible Linux: Le Testament GNU,Spring Quarterly Edition qui contient Linux Installation and Getting Started , Linux Network Administrators' Guide par Olaf
B.2. Revendeurs et divers
199
Kirch, Kernel Hackers' Guide par Michael K. Johnson, et les HOWTO suivants : distribution,
dosemu, ethernet, ftape, installation, mail, mgr, net-2, news, printing, scsi, serial, sound, uucp,
xfree86.
Nous vendons egalement une base de donnees commerciale appelee /rdb pour Linux, par
Revolutionary Software, pour $149.00. (C'est impressionnant). Contactez-nous pour plus
d'informations.
Disponibilite :
Linux Systems Labs, 18300 Tara Drive, Clinton Twp MI 48036. Telephone (313)954-2829,
(800)432-0556, fax (313)954-2806.
Commandes :
Cartes VISA ou MasterCard, remise de 20% pour les utilisateurs d'Internet (sauf sur /rdb).
Derniere modication de cette entree:
11 May 1994.
B.2.9 Mark Horton Linux Documentation Hardcopy Service
Distributeur:
Mark Horton Associates, mah@ka4ybr.atl.ga.us.
Description:
Le \Linux Hardcopy Service" ore des copies imprimees et reliees des dierents manuels du
groupe de documentation Linux, des FAQs et HOWTOs, et d'autres publications. Le but
est de fournir aux utilisateurs de Linux une documentation papier de haute qualite. C'est
particulierement utile pour les nouveaux utilisateurs qui n'ont pas d'acces FTP ou l'equipement
necessaire pour l'impression des formats dvi, TeX ou PostScript.
Disponibilite :
Mark Horton Associates; P.O. Box 747; Decatur, GA US; 30031. Phone: 1.404.371.0291,
e-mail: mah@ka4ybr.atl.ga.us.
Commandes :
(E crivez a mah@ka4ybr.atl.ga.us pour obtenir des informations completes, nous ne donnons
ici que les prix).
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Linux Installation and Getting Started, 150 pages, $20.00
Linux Network Administrators' Guide, 250 pages, $30.00
Linux Kernel Hackers' Guide, 120 pages, $20.00
Das LinuXHandBuch, 250 pages, $30.00
LILO Technical Overview and User's Guide, 35 pages, $10.00
FAQs and HOWTOS, 250 pages, $30.00
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
200
7. Shells, shells, shells (man pages), 100 pages, $15.00
8. Pour toute autre documentation que vous voudriez voir imprimee... demandez, j'imprime
une copie, je regarde, et determine un prix...L'inter^et general est de pouvoir orir des
copies supplementaires.
Je ne peux pas prendre de cartes de credit (vous ne pouvez imaginer ce que les banques
demandent pour ce genre de choses !) Cheques, mandats ou argent liquide sont OK. Ajoutez
$2.00 par manuel pour les frais de port. Appelez pour remise par quantite.
$1.00 par manuel vendu va a la Free Software Foundation. $1.00 par manuel vendu va a Linus
et au groupe de documentation Linux.
Libellez vos cheques a l'ordre de Mark Horton Associates.
Divers:
T-shirts personnalises disponibles sur demande.
Derniere modication de cette entree:
15 January 1994
B.2.10 Paquetage developpement Motif Sequoia International
Distributeur:
Sequoia International, Inc., 600 West Hillsboro Blvd, Suite 300, Deereld Beach, FL 33441,
Tel: (305) 480-6118, FAX: (305) 480-6198, info@seq.com
Description:
Sequoia International, Inc. propose un paquetage de runtime et developpement Motif 1.2.3 appele SWiM 1.2.3, pour $149.95. En plus de fournir des version partagees des librairies libXm et
libMrm, chaque paquetage comprend: Le gestionnaire de fen^
etres (mwm), les librairies statiques
et partagees (libXm, libMrm), en-t^etes et chiers \include", pages de manuel au complet, code
source des programmes de demonstration OSF/Motif, et le guide complet OSF/Motif.
Conditions de fonctionnement:
Linux 0.99pl13 ou plus, libc 4.4.4, XFree 2.0, 12Mo de place disque, 8-12Mo RAM.
Commandes :
USA: Sequoia International, Inc. (305-480-6118), info@seq.com. Japon: Fortune Co., Ltd
(03-5481-8974). England: Lasermoon Ltd. (+44-0-329-826444). Australie: Space Age ImportExport Proprietary (61-7-266-3418).
Derniere modication de cette entree:
24 March 1994.
B.2. Revendeurs et divers
201
B.2.11 Manuels SSC du Linux Documentation Project
Distributeur:
SSC, Inc., sales@ssc.com.
Disponibilite :
SCC a imprime Linux Installation and Getting Started , version 2.1 pour ceux qui n'ont pas
la possibilite de le faire eux-m^eme, et pour les clients achetant la distribution Yggdrasil chez
nous. SCC compte bient^ot fournir l'ensemble des manuels du groupe de documentation Linux.
Commandes :
Linux Installation and Getting Started , Version 2.1 est disponible pour $12.95 plus frais de port
($3 aux USA). Nous acceptons les cartes de credit Visa, MasterCard ou AmEx. Commandes
par telephone (206-FOR-UNIX/206-527-3385), FAX (206-527-2806) ou courrier postal ( SSC,
P.O. Box 55549, Seattle, WA 98155).
Divers:
SCC publie aussi une serie de ches de reference sur Unix ou des programmes relatifs a Unix
comme Emacs, vi, orn Shell, langage C, etc. SCC vend les distributions Linux Yggdrasil,
Trans-Ameritech et Morse, les livres de la Free Software Foundation et un paquetage Linux
complet consistant en le manuel Linux Instllation and Getting Started , une copie imprimee
des HOWTO Linux, 4 references de poche SCC et un abonnement d'un an a Linux Journal, le
tout pour $88.95. Telephonez, ou ecrivez a sales@ssc.com pour obtenir un catalogue gratuit.
Derniere modication de cette entree:
26 June 94.
B.2.12 SW Technology Linux Systems
Distributeur:
SW Technology
Description:
SW Technology vend des stations de travail fonctionnant sous Linux, dont les utilisateurs sont
tres contents. Notre installation de Linux suit le style de la distribution Slackware, avec un
noyau congure speciquement, pour des performances optimales. Le systeme est tres complet,
avec GCC, X, Interviews, Xview, Tcl/Tk, Emacs, TeX/LaTex, Gro, etc.
Nous congurons des systemes sur mesure : nous clients peuvent disposer des congurations
materielles et logicielles desirees.
Disponibilite :
For upto date prices/info, please
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
202
email/finger
swt@netcom.com
FTP anonyme
netcom8.netcom.com:/pub/swt/info
Telephone
(214) 907-0871
mail
SW Technology
251 West Renner Suite 229
Richardson, TX 75080
Derniere modication de cette entree:
15 Jan 94.
B.2.13 Takelap Systems Ltd.
Distributeur:
Takelap Systems Ltd., info@ddrive.demon.co.uk.
Description:
Distribution SLS 1.04 sur disquettes. Disquettes 25 3.5" ou 30 5.25" comprenant un noyau
0.99.13, X11R5, TeX, doc (WYSIWYG), outils de developpement GNU et bien d'autres programmes.
Distributioin SLS 1.04 sur CDROM: noyau 0.99.13 , X11R5, TeX, Andrew, outils de
developpement GNU. Peut ^etre installee et eventuellement utilisee depuis le CDROM. Beaucoup d'options d'installation et de conguration possibles.
Distribution Linux Yggdrasil LGX Fall 93 sur CDROM : Noyau 0.99.13, X11R5, TeX, Andrew
5.1, Postgres 4.1, outils de developpement GNU.
Disponibilite :
Takelap Systems Ltd., The Reddings, Court Robin Lane, Llangwm, Usk, Gwent,
United Kingdom NP5 1ET. tel: +44 (0)291 650357, fax: +44 (0)291 650500, email:
info@ddrive.demon.co.uk.
Commandes :
SLS sur Diskettes, prix 42.00 $pluis 1.50 $de frais de port, plus TVA. CD-ROM SLS,
66.00 $plus 1.50 $de frais de port plus TVA. CD-ROM Yggdrasil LGX, 40.00 $plus 1.50 $de
frais de port plus TVA. Cardes Visa et MasterCard acceptees.
Divers:
Catalogue des CD-ROM et livres (en majorite relatifs a UNIX) disponible sur demande.
Derniere modication de cette entree:
31 Oct 93.
B.2. Revendeurs et divers
203
B.2.14 CD-ROM Trans-Ameritech Linux plus BSD
Distributeur:
Trans-Ameritech corporation.
Description:
CD-ROM base sur la distribution Slackware de Linux, avec toutes les sources et un systeme
de hciers totalement decompacte, plus la distribution NetBSD avec sources et binaires. La
version courante est \printemps 94". Les deux versions precedentes contenaient Linux 0.99 pl9
a 0.99 pl14 (basees sur distribution SLS) et contiennent FreeBSD et le 386BSD original.
L'installation est tres automatisee gr^ace aux scripts Slackware, ajustes pour ce CDROM,
mais laisse beaucoup de possibilites a l'utiliateur.
En plus des pilotes de peripheriques standards Linux, les cartes SCSI aha1522 dans bios
sont supportees (supporte egalement la Sound Blaster 16 SCSI ).
An de reduire la possibilites de conits materiels, de nombreux noyaux supplementaires
sont fournis, avec dierentes congurations. Ils sont utilisables pour l'installation ou
l'utilisation courante.
Beaucoup de documents Linux sont fournis, y compris les sources des manuels du groupe
de documentation Linux, et leur compilation DVI et PostScript.
Un grand nombre d'applications sont fournies :
{ Compilateur C/C++ GNU GCC 2.5.8,
{ Version internationale du vericateur orthographique GNU ispell.
{ Applications de communications: term 1.1.4, minicom, Seyon (programme X Window).
{ E diteurs: elvis (vi clone), joe, jove
{ PostScript :ghostscript 2.6.1,
{ Paquetage reseau avec courrier et News:
{ TCP/IP , UUCP, SLIP, CSLIP
{ GNU Smalltalk 1.1.1, et STIX, interface X11 pour Smalltalk.
{ TCL/Tk (Langage de script tres puissant avec interface X Window style Motif)
{ SPICE
{ Plusieurs gestionnaires de fen^etres - openwin, twm, gwm, fvwm.
{ Conguration de X11 tres simple avec beaucoup d'exemples fontionnels.
{ Un grand nombre d'applications X Window
{ Librairies Interviews, chiers include , traitement de textes doc et le programme de
dessin idraw.
{ Formatage de texte: TeX, LaTeX, xdvi, dvips, Metafont, groff
{ Bases de donnees Ingress et Postgress.
{ Multimedia: applications video mpeg et audio. Mosaic 2.2. xgopher.1.3.2,
tracker, adagio04, speak-1.0.
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
204
{
{
{
{
Images Gif et sons en dierents formats.
Traitement de texte multimedia Andrew.
Envoi et reception de FAX avec FlexFax sur modems fax de classe 1 ou 2.
Beaucoup d'autres choses.
Pour aider le debutant, de nombreux chiers de documentation sont fournis sous une
forme lisible depuis MS-DOS m^eme avant d'avoir installe Linux.
Tout le code source est disponible sur le CD-ROM. Les sources les plus couramment
necessaires sont decompactees et peuvent ^etre utilises directement depuis le disque.
Un systeme de chiers Linux decompacte est fourni en tant que reference, et pour preserver
un peu de d'espace disque dur. Vous pouvez utiliser les programmes directement depuis le
CD-ROM! Il y a un gros repertoire info pour la documentation en ligne et de nombreuses
pages de manuel.
Toute l'arborescence sources du systeme FreeBSD est fournie decompactee, pour
reference.
Disponibilite and Commandes :
Courrier electronique, telephonee (408)727-3883 ou fax (408)727-3882.
Roman@Trans-Ameritech.com)
Si vous preferez envoyer un cheque, notre adresse est :
(Email:
Trans-Ameritech Enterprises, Inc.
2342A Walsh Ave
Santa Clara, CA 95051
USA
Si vous payez par carte de credit (VISA, MC, American Express) indiquez le numero de la
carte, sa date d'expiration et votre adresse postale.
Le CDROM sera expedie le jour de la reception de votre commande.
Le prix d'un CD-ROM est de $30 si vous ^etes un utilisateur d'Internet et avez trouve ces
informations sur le reseau (vous devez avoir une adresse electronique valide). Frais de port
aux USA :$5, hors USA :$8.
Abonnements d'un an (4 versions) disponibles pour $80 plus frais de port (il y a 4 expeditions
par abonnement). Exemple pour les USA : $80 + $5 x 4 = $100 Exemple pour l'Europe/Japon:
$80 + $8 x 4 = $112
Divers:
Nous repondons aux questions techniques concernant notre distribution par courrier
electronique a l'adresse : roman@trans-ameritech.com dans les 24 heures ! Trans-Ameritech
est une compagnie serieuse et bien organisee. Si votre machine s'amorce sur une disquette 3.5 pouces et si vous avez un acces FTP, vous trouverez toujours une image du
noyau a jour supportant de nombreux CD-ROMs sur sunsite.unc.edu dans le repertoire
/pub/Linux/distributions/TransAmer.
Derniere modication de cette entree:
19 April 1994.
B.2. Revendeurs et divers
205
B.2.15 Mastering CD-ROM sur mesures Unix
Distributeur:
Unix Software GmbH, Braunschweig, Allemagne
Description:
Nous utilisons notre propre systeme de pre-mastering (fonctionnant sous Linux) pour realiser
nos CD-ROMS contenant ainsi les programmes desires par les clients en plus de notre distribution de Linux. Ceci permet a nos clients de vendre leurs applications UNIX avec un systeme
d'exploitation teste et pr^et a fonctionner. Notre enregistreur de CD permet de realiser des
prototypes ou de toutes petites series a des prix tres interessants.
Disponibilite :
Informations et tarifs:
Telephone
+49 (0)531 515161
Fax
+49 (0)531 515162
Mail
Unifix Software GmbH
Postfach 4918
D-38039 Braunschweig
Allemagne
B.2.16 E tiquettes pour SLS et Slackware UPython
Distributeur:
UPython Computer and Network Services
Description:
Labels for Softlanding and slackware disques E tiquettes pour disquettes SLS et Slackware
Disponibilite :
Ces etiquettes que nous imprimons pour vous sont disponibles sous dierents formats dans
sunsite.unc.edu:/pub/linux/distributions/SLSlabels.
Commandes :
Pour commander, envoyer un courrier a DGray@uh.edu. Le prix est de $6.50 par jeu et le
port est compris. Hors USA, vous devez payer en Dollars US et rajouter $1 pour les frais
d'expedition. Les residents du Texas doivent ajouter 6
Derniere modication de cette entree:
11 Nov 1993.
Annexe B. Distributions de Linux et commandes par correspondance
206
B.2.17 Wizvax Communications
Distributeur:
Richard Shetron (multics@acm.rpi.edu, multics@wizvax.wizvax.com) Stephanie Gilgut
(stephie@acm.rpi.edu, stephie@wizvax.wizvax.com)
Description:
Nous vendons des c^ables modems et terminaux pour cartes multi-series (principalement les
Boca Research BB2016, BB1008, BB1004 et IOAT66). Nous fournissons aussi des cartes multiseries, et d'autres produits et services. Nous avons l'intention d'ecrire des pilotes pour l'une
(ou plus) des cartes multi-series intelligentes que nous vendons (probablement COMTROL
pour commencer, et peut ^etre d'autres).
Disponibilite :
email:
orders@wizvax.wizvax.com
(commandes uniquement, SVP)
catalog@wizvax.wizvax.com
(r\'eponse automatique)
multics@acm.rpi.edu or multics@wizvax.wizvax.com
stephie@acm.rpi.edu or stephie@wizvax.wizvax.com
T\'el\'ephone:
Fax:
(518) 271-6005 (US) 9am-9pm M-sa.
available soon
Adresse postale:
Wizvax Communications
1508 Tibbits Ave.
Troy, NY 12180 USA
Commandes :
Demandez notre catalogue. Envoyez les commandes aux adresses ci-dessus. Paiement par
cheque ou mandat; les commandes ne seront expediees que lorsque le cheque aura ete encaisse.
Divers:
Annexe C
Didacticiel FTP et liste des sites
FTP (\File Transfer Protocol") est l'ensemble de programmes qui sont utilises pour transferer des
chiers entre dierentes machines sur l'Internet. La plupart des systemes d'exploitation (comme
UNIX, VMS, MS-DOS) possedent un programme appele ftp qui vous permet le transfert de chiers,
et c'est la meilleure solution pour se procurer Linux si vous avez un acces au reseau. Cette annexe
explique les notions de base permettant l'utilisation de ftp; bien entendu, il y a bien plus de fonctions
et de possibilites que ce que nous decrirons.
A la n de cette annexe, nous donnons une liste de sites FTP ou vous pourrez trouver a coup
s^ur Linux. Si vous n'avez pas une connexion directe a l'Internet mais pouvez recevoir du courrier
electronique (en quantite), nous presenterons aussi les services ftpmail.
Si vous utilisez MS-DOS, UNIX, ou VMS pour telecharger des chiers sur l'Internet, alors ftp
est pour vous un programme interactif. Cependant, il existe d'autres implementations de ftp ici
et la, comme la version Macintosh (appelee Fetch), utilisant une interface a base de menus, tres
simple d'emploi. M^eme si vous n'utilisez pas la version standard de ftp, les informations contenues
ici devraient vous ^etre tres utiles.
ftp peut ^
etre utilise a la fois pour envoyer et recevoir des chiers entre dierents ordinateurs.
Dans la plupart des cas, vous allez surtout avoir besoin de recevoir des programmes. L'Internet fourmille de nombreux sites archive FTP publics, qui autorisent le telechargement a tout le monde.
Par exemple, en France, un site comme ftp.ibp.fr contient des Megaoctets d'achives UNIX, DOS,
MS-Windows, FreeBSD et est un site miroir de Linux et FreeBSD, c'est a dire qu'il rapatrie journellement les nouveaux chiers des sites de diusion de reference, les repertoires devenant alors des
copies conformes et constamment a jour de ces sites.
C.1 Lancer ftp
Notez que les copies d'ecran reproduites ci-dessous ne montrent que les informations les plus importantes, et que ce que vous pourrez voir chez vous peut ^etre legerement dierent. Les commandes
imprimees en italiques representent ce que vous tapez sur votre clavier.
207
Annexe C. Didacticiel FTP et liste des sites
208
Pour lancer ftp et vous connecter a un site, utilisez simplement la commande
ftp hhostnamei
ou hhostnamei est le nom du site auquel vous desirez vous connecter. Par exemple, pour vous
connecter a bidule.truc.com, nous pouvons utiliser la commande:
ftp bidule.truc.com
C.2 S'identier
Lorsque la connexion s'etablit vous devriez voir quelque chose ressemblant a:
Connected to bidule.truc.com
220 Bidule.truc.com FTPD ready at 15 Dec 1992 08:20:42 EDT
Name (bidule.truc.com:rene):
Ici, ftp nous demande de nous identier. Par defaut, il propose rene, qui est le nom d'utilisateur
sur le systeme qui appelle. Comme il est fort probable que nous n'ayons pas de compte personnel
sur cette machine, il est impossible d'utiliser ce nom. Heureusement, les serveurs d'acces public
prevoient un compte universel, accessible a tous: anonymous, et la tradition veut que le mot de
passe a utiliser soit l'adresse electronique de la personne qui va utiliser ce service. Aussi, nous
entrons:
Name (bidule.truc.com:rene):
anonymous
331-Guest login ok, send e-mail address as password.
Password:
rene@renux.frmug.fr.net
230- Welcome to bidule.truc.com.
ftp>
Bien s^ur vous pouvez mettre autre chose que votre adresse electronique, c'est juste une convention,
une maniere d'^etre poli et d'annoncer sa visite. Elle ne s'achera pas comme ici, puisque c'est une
saisie de mot de passe; nous l'avons fait gurer dans un souci de clarte.
C.3 Promenons nous un peu
Bien, nous sommes connectes. Nous avons l'invite ftp>, et le programme attend nos commandes.
Vous devez conna^tre quelques commandes elementaires, tout d'abord
ls hchieri
et
C.3. Promenons nous un peu
209
dir hchieri
achent toutes deux les listes de chiers (ou hchieri est un argument optionnel speciant un chier
ou repertoire particulier). La dierence est que ls procure generalement un achage court alors
que dir donne plus d'informations sur les chiers; comme les tailles, dates, etc.
La commande
cd hrepertoirei
vous deplacera dans le repertoire en question (exactement comme la commande cd de tout systeme
UNIX ou MS-DOS). Vous pouvez utiliser la commande
cdup
pour remonter d'un repertoire.
La commande
help hcommandei
vous donnera de l'aide sur la commande ftp hcommandei (comme ls ou cd). Si vous ne speciez
aucune commande, ftp vous achera la liste de toutes les commandes disponibles.
Si nous tapons dir nous verrons le contenu du repertoire initial ou nous nous trouvons a l'arrivee
sur le systeme:
ftp>
dir
200 PORT command successful.
150 Opening ASCII mode data connection for /bin/ls.
total 1337
dr-xr-xr-x
2 root
wheel
512 Aug 13 13:55 bin
drwxr-xr-x
2 root
wheel
512 Aug 13 13:58 dev
drwxr-xr-x
2 root
wheel
512 Jan 25 17:35 etc
drwxr-xr-x 19 root
wheel
1024 Jan 27 21:39 pub
drwxrwx-wx
4 root
ftp-admi
1024 Feb
drwxr-xr-x
3 root
wheel
6 22:10 uploads
512 Mar 11
1992 usr
226 Transfer complete.
921 bytes received in 0.24 seconds (3.7 Kbytes/s)
ftp>
Chacune de ces entrees est un repertoire, comme nous le montre la lettre d dans la premiere
colonne. Sur la plupart des sites FTP, le repertoire contenant les chiers publics est le repertoire
/pub, aussi allons voir dedans.
Annexe C. Didacticiel FTP et liste des sites
210
ftp>
ftp>
cd pub
dir
200 PORT command successful.
150 ASCII data connection for /bin/ls.
total 846
-rw-r--r--
1 root
staff
1433 Jul 12
-r--r--r--
1 3807
staff
15586 May 13
1991 US-DOMAIN.TXT.2
-rw-r--r--
1 539
staff
52664 Feb 20
1991 altenergy.avail
-r--r--r--
1 65534
65534
56456 Dec 17
1990 ataxx.tar.Z
-rw-r--r--
1 root
other
-rw-r--r--
1 432
staff
41831 Jan 30
1989 gnexe.arc
-rw-rw-rw-
1 615
staff
50315 Apr 16
1992 linpack.tar.Z
-r--r--r--
1 root
wheel
12168 Dec 25
1990 localtime.o
-rw-r--r--
1 root
staff
7035 Aug 27
drwxr-xr-x
2 2195
staff
-rw-r--r--
1 root
staff
2013041 Jul
3
1988 README
1991 gesyps.tar.Z
1986 manualslist.tblms
512 Mar 10 00:48 mdw
5593 Jul 19
1988 t.out.h
226 ASCII Transfer complete.
2443 bytes received in 0.35 seconds (6.8 Kbytes/s)
ftp>
Nous voyons deja un certain nombre de chiers, dont l'un s'appelle README, (lisez-moi) qu'il est
bon de telecharger (la plupart des sites FTP proposent un tel chier dans le repertoire /pub).
C.4 Telecharger des chiers
Avant de telecharger, vous devez faire attention a quelques petites choses.
Demandez la visualisation du transfert. Dans ce mode, des \marques" sont achees a
l'ecran pendant le transfert, ce qui vous permet de vous faire une idee du temps restant, et de
voir que vous n'avez pas ete deconnecte du service. En general, les marques consistent en un
caractere diese, (#), ache tous les 1024 ou 8192 octets, selon votre systeme. Pour mettre ce
mode en service, tapez la commande hash.
ftp>
hash
Hash mark printing on (8192 bytes/hash mark).
ftp>
Indiquez le type de chier que vous telechargez. Pour FTP, les chiers peuvent ^etre
de deux types: binary ou text (binaires, ou texte). La plupart de ce que vous allez recuperer
consistera en chiers binaires, toutefois les README sont du texte.
Pourquoi ces deux modes ? Simplement a cause de systemes comme MS-DOS, ou les chiers
texte doivent ^etre modies, pour ajouter un caractere retour-chariot a la n de chaque ligne,
C.4. Telecharger des chiers
211
an qu'ils soient lisibles sur ces systemes. Lors d'un transfert en mode binaire, aucune correction n'est faite bien s^ur, les chiers sont transmis sans aucune modication.
Les commandes bin et ascii permettent de positionner le mode de transfert respectivement
sur binaire ou texte. En cas de doute, utilisez toujours le mode binaire. Si par erreur vous
transferiez un chier binaire en mode texte, vous recevriez un chier totalement corrompu,
inutilisable. (C'est l'une des erreurs les plus courantes lors de l'utilisation de FTP).
Dans notre exemple, nous voulions prendre le chier README, qui est probablement un chier
texte, nous pouvons donc utiliser la commande
ftp>
ascii
200 Type set to A.
ftp>
Notez que si vous transferez depuis un systeme UNIX vers un systeme UNIX, ce qui est le cas le
plus courant, il y a de grandes chances pour que les chiers textes disponibles soient normaux,
auquel cas vous n'aurez besoin d'aucune correction pour un systeme particulier et pouvez donc
utiliser le mode binaire pour tous les transferts, ce qui vous evitera bien des erreurs.
Positionnez votre repertoire local. Votre repertoire local est celui dans lequel vous voulez
recevoir les chiers sur votre systeme. Tout comme la commande cd change le repertoire distant
(sur la machine sur laquelle vous ^etes connecte en FTP), la commande lcd change le repertoire
local.
Par exemple, pour recevoir les chiers dans /home/rene/tmp, tapez la commande
ftp>
lcd /home/rene/tmp
Local directory now /home/rene/tmp
ftp>
Maintenant, tout est pr^et et vous pouvez telecharger le chier. La commande
get hnom-distanti hnom-locali
est utilisee a cet eet, ou hnom-distanti est le nom du chier que vous voulez prendre sur le site FTP
et hnom-locali est le nom sous lequel vous voulez recevoir ce chier chez vous. Si vous ne precisez pas
ce second argument, le chier arrivera sous son nom original. Pouvoir changer le nom peut rendre
service, si par exemple vous avez deja un chier README, pour eviter de l'ecraser par le nouveau.
Dans notre exemple, pour rapatrier le chier README, nous utiliserons simplement la commande
ftp>
get README
200 PORT command successful.
150 ASCII data connection for README (128.84.181.1,4527) (1433 bytes).
#
226 ASCII Transfer complete.
local:
README remote:
README
1493 bytes received in 0.03 seconds (49 Kbytes/s)
ftp>
Annexe C. Didacticiel FTP et liste des sites
212
C.5 Quitter FTP
Pour terminer notre session FTP, nous utiliserons la commande
quit
La commande
close
peut ^etre utilisee pour couper la connexion avec le site sans sortir du programme, et la commande
pourra ^etre utilisee pour aller se connecter ailleurs.
open
ftp>
close
221 Goodbye.
ftp>
quit
C.6 Utilisation de ftpmail
est un service qui permet d'obtenir des chiers provenant de sites archive FTP, par courrier
electronique. Si vous n'avez pas d'acces direct a l'Internet, mais que vous pouvez envoyer et recevoir
du courrier, vous pouvez gr^ace a ftpmail telecharger les chiers que vous convoitez. Malheureusement, ftpmail peut ^etre tres lent, surtout si vous demandez beaucoup de chiers. Avant de tenter
de rapatrier des archives par ftpmail, assurez-vous que vous pourrez recevoir de tres gros courriers,
et ne serez pas limite pour des raisons techniques, ou nancieres. En beaucoup d'endroits, le courrier
est soumis a des quotas, et si vous les depassez trop vous pouvez avoir de gros ennuis. Un peu de
bon sens, donc.
sunsite.unc.edu, l'un des plus importants sites archive Linux, ore un serveur ftpmail. Pour
l'utiliser, envoyez un courrier electronique a l'adresse
ftpmail
ftpmail@sunsite.unc.edu
avec dans le corps du message, le simple mot:
help
Vous recevrez par retour de courrier une liste de commandes ftpmail et un petit mode d'emploi
pour apprendre a utiliser ce service.
Par exemple, pour avoir une liste des chiers Linux presents sur sunsite.unc.edu, envoyez un
courrier a l'adresse citee ci-dessus, contenant le texte suivant:
open sunsite.unc.edu
cd /pub/Linux
dir
quit
C.7. Liste des sites FTP proposant LINUX
213
Vous pouvez utiliser le service ftpmail pour vous connecter a n'importe quel site FTP dans le
monde, neanmoins lisez bien le reglement que vous avez recu avec le mode d'emploi. Les liaisons
internationales peuvent ^etre limitees par l'operateur pour de nombreuses raisons.1
La section suivante donne une liste de dierents sites FTP, ou vous trouverez toujours les archives
de Linux a jour.
C.7 Liste des sites FTP proposant LINUX
Le tableau C.1 est une liste des principaux sites FTP proposant Linux. Notez bien qu'ils ne sont
pas les seuls et que beaucoup d'autres sites, peut-^etre bien plus pres de chez vous, proposent probablement aussi le systeme Linux a jour.
Site name
tsx-11.mit.edu
sunsite.unc.edu
nic.funet.
ftp.mcc.ac.uk
fgb1.fgb.mw.tu-muenchen.de
ftp.informatik.tu-muenchen.de
ftp.dfv.rwth-aachen.de
ftp.informatik.rwth-aachen.de
ftp.ibp.fr
kirk.bu.oz.au
ftp.uu.net
wuarchive.wustl.edu
ftp.win.tue.nl
ftp.stack.urc.tue.nl
ftp.ibr.cs.tu-bs.de
ftp.denet.dk
IP Address
18.172.1.2
152.2.22.81
128.214.6.100
130.88.200.7
129.187.200.1
131.159.0.110
137.226.4.105
137.226.112.172
132.227.60.2
131.244.1.1
137.39.1.9
128.252.135.4
131.155.70.100
131.155.2.71
134.169.34.15
129.142.6.74
Directory
/pub/linux
/pub/Linux
/pub/OS/Linux
/pub/linux
/pub/linux
/pub/Linux
/pub/linux
/pub/Linux
/pub/linux
/pub/OS/Linux
/systems/unix/linux
/systems/linux
/pub/linux
/pub/linux
/pub/os/linux
/pub/OS/linux
Tableau C.1: Sites FTP proposant Linux
,
, et nic.funet.fi sont les sites de reference, ou l'essentiel
du systeme est maintenu a jour par les developpeurs. ftp.ibp.fr est le miroir francais de tsx-11.
Choisissez toujours un site geographiquement proche de chez vous an de reduire le co^ut et de ne
pas surcharger les liaisons internationales.
tsx-11.mit.edu sunsite.unc.edu
1 SI VOUS E
^ TES EN FRANCE, preferez un service ftpmail francais comme ftpmail@grasp.insa-lyon.fr.
Pour utiliser ce service, ecrivez a l'adresse ftpmail@grasp.insa-lyon.fr, en mettant comme texte du message: help
french. Vous recevrez par retour de courrier une aide compl
ete et tres claire sur l'utilisation de ce service.
214
Annexe C. Didacticiel FTP et liste des sites
Annexe D
Liste des BBS Linux
Voici ci-dessous une liste de BBS (Bulletin Board Systems) qui diusent Linux. Cette liste est
maintenue par Zane Healy (healyzh@holonet.net). Si vous connaissez, ou ^etes operateur d'un
BBS qui fournit Linux ne gurant pas sur cette liste, n'hesitez pas a entrer en contact avec lui1.
La communaute Linux n'est plus uniquement limitee a l'Internet. En fait, certaines statistiques
indiquerait que la majorite des utilisateurs de Linux n'aient pas acces a l'Internet. Par consequent,
il est particulierement important que les BBS continuent d'orir aide et diusion du systeme Linux,
dans tous les pays du monde.
D.1 E tats Unis d'Amerique
Citrus Grove Public Access, 916-381-5822. ZyXEL 16.8/14.4 Sacramento, CA. Internet:
citrus.sac.ca.us
Higher Powered BBS, 408-737-7040. ? CA. RIME - HIGHER
hip-hop, 408-773-0768. 19.2k Sunnyvale, CA. USENET access
hip-hop, 408-773-0768. 38.4k Sunnyvale, CA.
Unix Online, 707-765-4631. 9600 Petaluma, CA. USENET access
The Outer Rim, 805-252-6342. Santa Clarita, CA.
Programmer's Exchange, 818-444-3507. El Monte, CA. Fidonet
Programmer's Exchange, 818-579-9711. El Monte, CA.
Micro Oasis, 510-895-5985. 14.4k San Leandro, CA.
Test Engineering, 916-928-0504. Sacramento, CA.
Slut Club, 813-975-2603. USR/DS 16.8k HST/14.4K Tampa, FL. Fidonet 1:377/42
Lost City Atlantis, 904-727-9334. 14.4k Jacksonville, FL. FidoNet
Aquired Knowledge, 305-720-3669. 14.4k v.32bis Ft. Lauderdale, FL. Internet, UUCP
>
En France, il existe un certain nombre de sites, soit BBS soit Linux en acces publics, qui ne sont pas recenses
dans cette liste car ce sont des machines de particuliers desirant rester discrets. Vous trouverez les numeros d'appels
de ces machines en lisant regulierement le forum Usenet fr.comp.os.linux, qui est egalement disponible sur les BBS
sous le nom de \conference Linux".
1
215
Annexe D. Liste des BBS Linux
216
The Computer Mechanic, 813-544-9345. 14.4k v.32bis St. Petersburg, FL. Fidonet, Sailnet,
MXBBSnet
AVSync, 404-320-6202. Atlanta, GA.
Information Overload, 404-471-1549. 19.2k ZyXEL Atlanta, GA. Fidonet 1:133/308
Atlanta Radio Club, 404-850-0546. 9600 Atlanta, GA.
Rebel BBS, 208-887-3937. 9600 Boise, ID.
Rocky Mountain HUB, 208-232-3405. 38.4k Pocatello, ID. Fionet, SLNet, CinemaNet
EchoMania, 618-233-1659. 14.4k HST Belleville, IL. Fidonet 1:2250/1, f'req LINUX
UNIX USER, 708-879-8633. 14.4k Batavia, IL. USENET, Internet mail
PBS BBS, 309-663-7675. 2400 Bloomington, IL.
Third World, 217-356-9512. 9600 v.32 IL.
Digital Underground, 812-941-9427. 14.4k v.32bis IN. USENET
The OA Southern Star, 504-885-5928. New Orleans, LA. Fidonet 1:396/1
Channel One, 617-354-8873. Boston, MA. RIME - CHANNEL
VWIS Linux Support BBS, 508-793-1570. 9600 Worcester, MA.
WayStar BBS, 508-481-7147. 14.4k V.32bis USR/HST Marlborough, MA. Fidonet 1:333/14
WayStar BBS, 508-481-7293. 14.4k V.32bis USR/HST Marlborough, MA. Fidonet 1:333/15
WayStar BBS, 508-480-8371. 9600 V.32bis or 14.4k USR/HST Marlborough, MA. Fidonet
1:333/16
Programmer's Center, 301-596-1180. 9600 Columbia, MD. RIME
Brodmann's Place, 301-843-5732. 14.4k Waldorf, MD. RIME - BRODMANN, Fidonet
Main Frame, 301-654-2554. 9600 Gaithersburg, MD. RIME - MAINFRAME
1 Zero Cybernet BBS, 301-589-4064. MD.
WaterDeep BBS, 410-614-2190. 9600 v.32 Baltimore, MD.
Harbor Heights BBS, 207-663-0391. 14.4k Boothbay Harbor, ME.
Part-Time BBS, 612-544-5552. 14.4k v.32bis Plymouth, MN.
The Sole Survivor, 314-846-2702. 14.4k v.32bis St. Louis, MO. WWIVnet, WWIVlink, etc
MAC's Place, 919-891-1111. 16.8k, DS modem Dunn, NC. RIME - MAC
Digital Designs, 919-423-4216. 14.4k, 2400 Hope Mills, NC.
Flite Line, 402-421-2434. Lincoln, NE. RIME - FLITE, DS modem
Legend, 402-438-2433. Lincoln, NE. DS modem
MegaByte Mansion, 402-551-8681. 14.4 V,32bis Omaha, NE.
Mycroft QNX, 201-858-3429. 14.4k NJ.
Steve Leon's, 201-886-8041. 14.4k Cliside Park, NJ.
Dwight-Englewood BBS, 201-569-3543. 9600 v.42 Englewood, NJ. USENET
The Mothership Cnection, 908-940-1012. 38.4k Franklin Park, NJ.
The Laboratory, 212-927-4980. 16.8k HST, 14.4k v.32bis NY. FidoNet 1:278/707
Valhalla, 516-321-6819. 14.4k HST v.32 Babylon, NY. Fidonet (1:107/255), UseNet
(die.linet.org)
Intermittent Connection, 503-344-9838. 14.4k HST v.32bis Eugene, OR. 1:152/35
Horizon Systems, 216-899-1086. USR v.32 Westlake, OH.
Horizon Systems, 216-899-1293. 2400 Westlake, OH.
Centre Programmers Unit, 814-353-0566. 14.4k V.32bis/HST Bellefonte, PA.
Allentown Technical, 215-432-5699. 9600 v.32/v.42bis Allentown, PA. WWIVNet 2578
>
>
>
>
>
D.2. Reste du monde
217
Tactical-Operations, 814-861-7637. 14.4k V32bis/V42bis State College, PA. Fidonet 1:129/226,
tac ops.UUCP
North Shore BBS, 713-251-9757. Houston, TX.
The Annex, 512-575-1188. 9600 HST TX. Fidonet 1:3802/217
The Annex, 512-575-0667. 2400 TX. Fidonet 1:3802/216
Walt Fairs, 713-947-9866. Houston, TX. FidoNet 1:106/18
CyberVille, 817-249-6261. 9600 TX. FidoNet 1:130/78
splat-ooh, 512-578-2720. 14.4k Victoria, TX.
splat-ooh, 512-578-5436. 14.4k Victoria, TX.
alaree, 512-575-5554. 14.4k Victoria, TX.
Ronin BBS, 214-938-2840. 14.4 HST/DS Waxahachie (Dallas), TX. RIME, Intelec, Smartnet, etc.
VTBBS, 703-231-7498. Blacksburg, VA.
MBT, 703-953-0640. Blacksburg, VA.
NOVA, 703-323-3321. 9600 Annandale, VA. Fidonet 1:109/305
Rem-Jem, 703-503-9410. 9600 Fairfax, VA.
Enlightend, 703-370-9528. 14.4k Alexandria, VA. Fidonet 1:109/615
My UnKnown BBS, 703-690-0669. 14.4k V.32bis VA. Fidonet 1:109/370
Georgia Peach BBS, 804-727-0399. 14.4k Newport News, VA.
S'Qually Holler, 206-235-0270. 14.4k USR D/S Renton, WA. FidoNet: 1:343/34,
, UUCP
Top Hat BBS, 206-244-9661. 14.4k WA. Fidonet 1:343/40
victrola.sea.wa.us, 206-838-7456. 19.2k Federal Way, WA. USENET
squally.halcyon.com
D.2 Reste du monde
Galaktische Archive, 0043-2228303804. 16.8 ZYX Wien, Austria. Fidonet 2:310/77 (19:00-7:00)
Linux-Support-Oz, +61-2-418-8750. v.32bis 14.4k Sydney, NSW, Austrailia. Internet/Usenet,
E-Mail/News
500cc Formula 1 BBS, +61-2-550-4317. V.32bis Sydney, NSW, Australia.
Magic BBS, 403-569-2882. 14.4k HST/Telebit/MNP Calgary, AB, Canada. Internet/Usenet
Logical Solutions, 299-9900 through 9911. 2400 AB, Canada.
Logical Solutions, 299-9912, 299-9913. 14.4k Canada.
Logical Solutions, 299-9914 through 9917. 16.8k v.32bis Canada.
V.A.L.I.S., 403-478-1281. 14.4k v.32bis Edmonton, AB, Canada. USENET
The Windsor Download, (519)-973-9330. v32bis 14.4 ON, Canada.
r-node, 416-249-5366. 2400 Toronto, ON, Canada. USENET
Synapse, 819-246-2344. 819-561-5268 Gatineau, QC, Canada. RIME- SYNAPSE
Radio Free Nyongwa, 514-524-0829. v.32bis ZyXEL Montreal, QC, Canada. USENET, Fidonet
DataComm1, +49.531.132-16. 14.4 HST Braunschweig, NDS, Germany. Fido 2:240/550, Lin>
uxNet
DataComm2, +49.531.132-17. 14.4 HST Braunschweig, NDS, Germany. Fido 2:240/551, LinuxNet
218
Annexe D. Liste des BBS Linux
Linux Server /Braukmann, +49.441.592-963. 16.8 ZYX Oldenburg, NDS, Germany. Fido
2:241/2012, LinuxNet
MM's Spielebox, +49.5323.3515. 14.4 ZYX Clausthal-Zfd., NDS, Germany. Fido 2:241/3420
MM's Spielebox, +49.5323.3516. 16.8 ZYX Clausthal-Zfd., NDS, Germany. Fido 2:241/3421
MM's Spielebox, +49.5323.3540. 9600 Clausthal-Zfd., NDS, Germany. Fido 2:241/3422
Bit-Company / J. Bartz, +49.5323.2539. 16.8 ZYX MO Clausthal-Zfd., NDS, Germany. Fido
2:241/3430
Fractal Zone BBS /Maass, +49.721.863-066. 16.8 ZYX Karlsruhe, BW, Germany. Fido
2:241/7462
Hipposoft /M. Junius, +49.241.875-090. 14.4 HST Aachen, NRW, Germany. Fido 2:242/6, 4:307,8-23:30
UB-HOFF /A. Homann, +49.203.584-155. 19.2 ZYX+ Duisburg, Germany. Fido 2:242/37
FORMEL-Box, +49.4191.2846. 16.8 ZYX Kaltenkirchen, SHL, Germany. Fido 2:242/329, LinuxNet (6:00-20:00)
BOX/2, +49.89.601-96-77. 16.8 ZYX Muenchen, BAY, Germany. Fido 2:246/147, info magic:
LINUX (22-24,0:30-2,5-8)
Die Box Passau 2+1, +49.851.555-96. 14.4 V32b Passau, BAY, Germany. Fido 2:246/200 (8:003:30)
Die Box Passau Line 1, +49.851.753-789. 16.8 ZYX Passau, BAY, Germany. Fido 2:246/2000
(8:00-3:30)
Die Box Passau Line 3, +49.851.732-73. 14.4 HST Passau, BAY, Germany. Fido 2:246/202
(5:00-3:30)
Die Box Passau ISDN, +49.851.950-464. 38.4/64k V.110/X.75 Passau, BAY, Germany. Fido
2:246/201 (8:00-24:00,1:00-3:30)
Public Domain Kiste, +49.30.686-62-50. 16.8 ZYX BLN, Germany. Fido 2:2403/17
CS-Port / C. Schmidt, +49.30.491-34-18. 19.2 Z19 Berlin, BLN, Germany. Fido 2:2403/13
BigBrother / R. Gmelch, +49.30.335-63-28. 16.8 Z16 Berlin, BLN, Germany. Fido 2:2403/36.4
(16-23:00)
CRYSTAL BBS, +49.7152.240-86. 14.4 HST Leonberg, BW, Germany. Fido 2:2407/3, LinuxNet
Echoblaster BBS #1, +49.7142.213-92. HST/V32b Bietigheim, BW, Germany. Fido 2:2407/4,
LinuxNet (7-19,23-01h
Echoblaster BBS #2, +49.7142.212-35. V32b Bietigheim, BW, Germany. Fido 2:2407/40, LinuxNet (20h-6h)
LinuxServer / P. Berger, +49.711.756-275. 16.8 HST Stuttgart, BW, Germany. Fido 2:2407/34,
LinuxNet (8:3-17:5,19-2)
Rising Sun BBS, +49.7147.3845. 16.8 ZYX Sachsenheim, BW, Germany. Fido 2:2407/41, LinuxNet (5:30-2:30)
bakunin.north.de, +49.421.870-532.
14.4 D 2800 Bremen, HB, Germany.
kraehe@bakunin.north.de
oytix.north.de, +49.421.396-57-62. ZYX HB, Germany. mike@oytix.north.de, login as gast
Fis Inn BBS, +49-89-5701353. 14.4-19.2 Munich, Germany. FidoNet 2:246/69,Internet,USENET,LinuxNet
The Field of Inverse Chaos, +358 0 506 1836. 14.4k v32bis/HST Helsinki, Finland. USENET;
ichaos.nullnet.
D.2. Reste du monde
219
Modula BBS, +33-1 4043 0124. HST 14.4 v.32bis Paris, France.
Modula BBS, +33-1 4530 1248. HST 14.4 V.32bis Paris, France.
STDIN BBS, +33-72375139. v.32bis Lyon, Laurent Cas, France. FidoNet 2:323/8
Le Lien, +33-72089879. HST 14.4/V32bis Lyon, Pascal Valette, France. FidoNet 2:323/5
Basil, +33-1-44670844. v.32bis Paris, Laurent Chemla, France.
Cafard Naum, +33-51701632. v.32bis Nantes, Yann Dupont, France.
DUBBS, +353-1-6789000. 19.2 ZyXEL Dublin, Ireland. Fidonet 2:263/167
Galway Online, +353-91-27454. 14.4k v32b Galway, Ireland. RIME, @iol.ie
Nemesis' Dungeon, +353-1-324755 or 326900. 14.4k v32bis Dublin, Ireland. Fidonet 2:263/150
nonsolosoftware, +39 51 6140772. v.32bis, v.42bis Italy. Fidonet 2:332/407
nonsolosoftware, +39 51 432904. ZyXEL 19.2k Italy. Fidonet 2:332/417
Advanced Systems, +64-9-379-3365. ZyXEL 16.8k Auckland, New Zealand. Singet, INTLnet,
Fidonet
Thunderball Cave, 472567018. Norway. RIME - CAVE
DownTown BBS Lelystad, +31-3200-48852. 14.4k Lelystad, Netherlands. Fido 2:512/155,
>
UUCP
MUGNET Intl-Cistron BBS, +31-1720-42580. 38.4k Alphen a/d Rijn, Netherlands. UUCP
The Controversy, (65)560-6040. 14.4k V.32bis/HST Singapore. Fidonet 6:600/201
Pats System, +27-12-333-2049. 14.4k v.32bis/HST Pretoria, South Africa. Fidonet 5:71-1/36
Gunship BBS, +46-31-693306. 14.4k HST DS Gothenburg Sweden.
Baboon BBS, +41-62-511726. 19.2k Switzerland. Fido 2:301/580 and /581
The Purple Tentacle, +44-734-590990. HST/V32bis Reading, UK. Fidonet 2:252/305
A6 BBS, +44-582-460273. 14.4k Herts, UK. Fidonet 2:440/111
On the Beach, +444-273-600996. 14.4k/16.8k Brighton, UK. Fidonet 2:441/122
220
Annexe D. Liste des BBS Linux
Annexe E
Licence Publique Generale GNU
Voici ci-dessous la Licence Publique Generale GNU (la GPL ou copyleft), par laquelle Linux est
protege. Elle est reproduite ici pour eclaircir certaines confusions sur le statut du copyright de
Linux; Linux n'est pas un partagiciel et n'est pas dans le domaine public. Le gros du noyau est
c 1993 par Linus Torvalds, et le reste des programmes appartient a leurs auteurs respectifs. Donc,
Linux est protege, mais vous pouvez toutefois le redistribuer sous les termes de la GPL reproduite
ici.
ATTENTION : Cette adaptation francaise n'est pas ocielle, elle n'est reproduite ici qu'a titre
d'information, mais il n'a ete demande aucune validation de ce texte a la FSF. Pour cette raison,
vous trouverez dans l'annexe F page 229 sa version originale en anglais, la seule qui soit reellement
reconnue.
LICENCE PUBLIQUE GE NE RALE GNU
Version 2, Juin 1991
c 1989, 1991 Free Software Foundation, Inc. 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139,
Copyright USA La copie et la distribution de copies verbatim de ce document est autorisee, mais aucune
modication n'est permise.
E.1 Preambule
Les licences d'utilisation de la plupart des editeurs de logiciels sont destinees a mettre les utilisateurs
a la merci de ces editeurs. A l'oppose, la licence publique generale GNU est destinee a vous garantir la
liberte de partager et modier les logiciels libres, pour s'assurer que ces programmes sont reellement
libres pour tous leurs utilisateurs. Cette licence publique generale s'applique a la majorite des
programmes de la Free Software Foundation et a tout autre programme dont les auteurs ont decide
de l'utiliser. (Quelques autres logiciels sont couverts par la licence publique generale pour librairies
GNU a la place). Vous pouvez aussi l'utiliser pour vos propres programmes.
Lorsque nous parlons de \free software", nous entendons \free" dans le sens de \libre", et non
221
222
Annexe E. Licence Publique Generale GNU
pas de gratuit. Notre licence est concue pour s'assurer que vous avez la liberte de distribuer des
copies des programmes, gratuitement ou pour de l'argent, et que vous recevez ou pouvez obtenir
le code source, que vous pouvez modier les programmes ou en utiliser des parties dans d'autres
programmes libres ; et que vous savez dans que vous pouvez le faire.
An de proteger vos droits, nous devons faire des restrictions qui interdisent a quiconque de vous
refuser ces droits ou de vous demander d'y renoncer. Ces restrictions vous imposent par consequent
certaines responsabilites si vous distribuez des copies des programmes proteges par la GPL ou si
vous les modiez.
Par exemple, si vous distribuez des copies d'un tel programme, gratuitement ou contre de l'argent,
vous devez transmettre a l'utilisateur tous les droits que vous possedez. Vous devez vous assurer
qu'il recoit ou qu'il peut se procurer le code source. Et vous devez lui montrer cette licence an qu'il
soit lui aussi au courant de ses droits.
Nous protegeons vos droits en deux etapes : (1) copyrighter le logiciel, et (2) vous delivrer cette
licence qui vous autorise legalement a copier, distribuer et/ou modier le logiciel.
De plus, pour la protection de chaque auteur et la n^otre, nous voulons nous assurer que chacun
comprend bien qu'il n'y a aucune garantie pour ce programme libre. Si le logiciel est modie par
quelqu'un d'autre et redistribue ensuite, nous voulons que tous ceux qui le recevront sachent qu'ils
n'ont pas aaire a l'original, de facon que les problemes introduits par d'autres n'ent^achent pas la
reputation de l'auteur original.
Enn, tout programme libre est sans cesse menace par des depots de licences. Nous voulons
a tout prix eviter que des distributeurs de tels programmes puissent individuellement licencier les
logiciels, ce qui aurait pour eet de rendre les programmes proprietaires. Pour eviter cela, nous
stipulons bien que toute programme doit ^etre licencie pour un usage libre pour tous, ou alors pas
du tout protege.
Les termes precis et les conditions pour la copie, la distribution et la modication suivent.
E.2 Termes et conditions de copie, distribution et modication
0. Cette licence s'applique a tout programme ou autre travail contenant une notice placee par
le posesseur du copyright precisant qu'il peut ^etre distribue selon les termes de cette Licence
Publique Generale. Le \programme", designe soit le programme en lui m^eme, soit n'importe
quel travail qui en est derive selon la loi: c'est a dire, un ouvrage contenant le programme ou
une partie de celui-ci, que ce soit a l'identique ou avec des modications, et/ou traduit dans un
autre langage. (A partir ce maintenant, nous considererons donc que le terme \modication"
inclut egalement la \traduction"). Chaque personne pour qui s'applique cette licence sera
designee par "Vous".
Les activites comme la copie, la distribution et la modication sortent du cadre de cette licence
et ne sont pas couvertes. Le fait d'utiliser le programme n'est pas limite, et les donnees issues
du programmes ne sont couvertes que si leur contenu constitue un travail base sur le logiciel
E.2. Termes et conditions de copie, distribution et modication
223
(independant ou realise en lancant le programme). Tout depend de ce que le programme est
sense faire.
1. Vous pouvez copier et distribuer des copies conformes des sources du programme, tel que vous
l'avez recu, sur n'importe quel support, a condition de placer sur chaque copie un copyright
approprie et une limitation de garantie, et de garder intactes toutes les parties se referant a
cette licence et a la limitation de garantie, et de fournir avec toute copie du programme un
exemplaire de cette Licence Publique Generale GNU.
Vous pouvez demander une retribution nanciere pour l'acte physique de realisation de la
copie, et vous ^etes libre d' orir une garantie par vous m^eme moyennant nances.
3. Vous pouvez modier votre copie ou vos copies du programme ou toute portion de celui-ci,
ou travail base sur ce programme, et copier et distribuer ces modication ou votre travail
selon les termes de la section 1 ci-dessus, a condition que vous vous conformiez egalement aux
conditions suivantes :
a. Vous devez rajouter aux chiers modies une indication tres claire que vous avez eectue
des modications, et indiquer la date de chaque changement.
b. Vous devez distribuer sous les termes de la Licence Publique Generale, l'ensemble de toute
realisation contenant tout ou partie du programme, avec ou sans modications.
c. Si le programme modie lit des commandes de maniere interactive lors de son execution,
vous devez faire en sorte qu'il ache, lorsqu'il est lance de la facon la plus courante,
une notice indiquant le copyright approprie et indiquant bien la limitation de garantie
(Ou bien, que vous vous engagez vous m^eme a orir une garantie) et que les utilisateurs
peuvent librement redistribuer le programme sous ces conditions, et enn demandant a
l'utilisateur de lire une copie de cette licence. (Exception : Si le programme original est interactif mais n'ache normalement pas un tel message, tout travail derive du programme
ne sera pas non plus oblige de l'acher).
Ces conditions s'appliquent a l'ensemble de l'application derivee. Si des sections identiables
de ce travail ne sont pas derivees du programme, et peuvent ^etre considerees raisonnablement
comme independantes, alors cette licence ne s'applique pas a ces sections lorsque vous les
distribuez seules. Mais lorsque vous distribuez ces m^emes sections comme partie d'un ensemble
coherent dont le reste est base sur un programme soumis a cette licence, alors elles sont soumises
egalement a la Licence Publique Generale, qui s'etend ainsi a l'ensemble du produit, quel qu'en
fut l'auteur.
Il n'est pas question dans cette section de s'approprier ou contester vos droits sur un travail totalement ecrit par vous, son but est plut^ot de s'accorder le droit de contr^oler la libre
distribution de tout travail derive ou tout travail collectif base sur le programme.
De plus, toute compilation d'un autre travail avec le programme (ou avec un travail derive du
programme) sur un support de stockage ou de distribution, ne fait pas tomber cet autre travail
sous le controle de cette licence.
3. Vous pouvez copier et distribuer le programme (ou un travail derive selon la section 2) sous
forme de code objet ou executable, selon les termes des sections 1 et 2 ci-dessus, a condition
de respecter les conditions suivantes :
224
Annexe E. Licence Publique Generale GNU
a. Accompagner la distribution du code source complet du programme, sous une forme lisible
par un ordinateur, et ceci selon les termes des sections 1 et 2 ci-dessus sur un support
habituellement utilise pour l'echange de donnees ; ou,
b. Que la distribution contienne une ore ecrite, valable pendant au moins les trois
prochaines annees, de donner a toute tierce partie qui en fera la demande, une copie
sous forme lisible mar une machine du code source correspondant, pour un tarif qui ne
doit pas ^etre superieur a ce que vous co^ute la copie, selon les termes des sections 1 et 2
ci-dessus, sur un support courant pour l'echange de donnees informatiques; ou,
c. Que la distribution soit accompagnee des informations sur l'endroit ou le code source
peut ^etre obtenu. (Cette alternative n'est autorisee que dans le cas d'une distribution
non commerciale, et uniquement si vous avez recu le programme sous forme de code objet
ou executable avec une telle ore, en accord avec la sous-section b precedente).
Le code source d'un travail designe la forme de cet ouvrage sous laquelle les modications sont
les plus aisees. Pour un programme executable, ceci designe la totalite du code source de tous
les modules qui le composent, plus tout eventuel chier de denition associe, ainsi que les scripts
utilises pour eectuer la compilation et l'installation du programme executable. Toutefois, il
est fait exception de tout ce qui fait partie de l'environnement standard de developpement du
systeme d'exploitation utilise (source ou binaire) comme les compilateurs, librairies, noyau,
etc... Sauf si ces elements sont aussi diuses avec le programme executable.
Si la distribution de l'executable ou du code objet consiste a orir un acces permettant de
copier le programme depuis un endroit particulier, alors l'ore d'un acces equivalent pour se
procurer le code source au m^eme endroit compte comme une distribution de ce code source,
m^eme si l'utilisateur choisit de ne pas proter de cette ore.
4. Vous ne pouvez pas copier, modier, sous-licencier, ou distribuer le programme, d'une autre
maniere que l'autorise la Licence Publique Generale. Toute tentative de copier, modier,
sous-licencier, ou distribuer le programme dieramment, annulera immediatement vos droits
d'utiliser le programme sous cette licence. Toutefois, les tierce parties ayant recu de vous des
copies du programme ou le droit d'utiliser ces copies, continueront a benecier de leur droit
d'utilisation tant qu'elles respecteront pleinement les conditions de cette Licence Publique
Generale.
5. Vous n'^etes pas oblige d'accepter cette licence, puisque vous ne l'avez pas signee. Cependant,
rien d'autre ne vous autorise a modier ou distribuer le programme ou des travaux en etant
derives. Ces faits sont interits par la loi, tant que vous n'acceptez pas cette licence. Par
consequent, en modiant ou distribuent le programme (ou tout travail base dessus), vous
indiquez implicitement votre acceptation des termes et conditions de cette licence.
6. Chaque fois que vous redistribuez le programme (ou tout travail en etant derive), le recipendaire
recoit une licence du detenteur original autorisant la copie, la distribution ou la modication
du programme, selon ces termes et conditions. Vous n'avez pas le droit d'imposer de restriction
supplementaire sur les droits transmis au recipiendaire. Vous n'^etes pas responsable du respect
de cette licence par les tierces parties.
E.2. Termes et conditions de copie, distribution et modication
225
7. Si, a la suite d'une decision de justice, il vous est imposer d'aller a l'encontre des conditions de
cette licence, cela ne vous degage pas pour autant des obligations liees a cette licence. Si vous
ne pouvez pas concilier vos obligations legales ou tout autre obligation les conditions requises
par cette licence, alors vous ne devez pas distribuer le programme du tout.
Si une portion quelconque de cette section est rendue non valide ou non applicable dans des
circonstances particulieres, le reste de la section continue a s'appliquer et la totalite de la
section s'appliquera dans les autres circonstances.
Cette section n'a pas pour but de vous pousser a enfreindre quelque droit ou propriete legale ou
de contester leur validite, elle n'est la que pour proteger l'integrite du systeme de distribution
du libre logiciel. De nombreuses personnes ont genereusement contribue a la large gamme de
programmes distribue de cette facon en toute conance ; il appartient a chaque auteur/donneur
de decider de diuser ses programmes selon le systeme de son choix.
Cette section est destinee a clarier parfaitement les consequences possibles du reste de cette
licence.
8. Si la distribution et/ou l'utilisation du programme est limitee, dans certains pays, soit par
des brevets ou des droits sur des interfaces, le proprietaire original des droits qui place le programme sous la Licence Publique Generale peut ajouter explicitement une clause de limitation
geographique excluant ces pays particuliers. Dans un tel cas, cette clause devient une partie
integrante de cette licence.
9. La Free Software Foundation peut publier des mises a jour ou de nouvelles versions de la
Licence Publique Generale de temps a autres. Elles seront dans le m^eme esprit que la presente
version, mais pourront dierer dans certains details destines a clarier de nouveaux problemes
pouvant survenir.
Chaque version possede un numero de version bien distinct. Si le programme precise un numero
de version ce cette licence et \toute version ulterieure", vous avez le choix de suivre les termes
et conditions de cette version ou de toute autre version plus recente publiee par la Free Software
Foundation. Si le programme ne specie aucun numero de cersion de cette licence, vous pouvez
alors choisir d'utiliser n'importe quelle licence publiee par la Free Software Foundation.
10. Si vous desirez incorporer des parties du programme dans d'autres programmes libres dont
les conditions de distribution dierent, ecrivez a l'auteur pour lui en demander la permission.
Pour les programmes directement copyrightes par la Free Software Foundation, ecrivez a la
Free Software Foundation; nous faisons quelquefois des exceptions. Notre decision sera guidee
a la fois par le but de preserver la liberte de notre programme libre ou de ses derives, et par
celui de promouvoir le partage et la reutilisation du logiciel en general.
LIMITATION DE GARANTIE
11. PARCEQUE LA LICENCE D'UTILISATION DE CE PROGRAMME EST LIBRE ET GRATUITE, IL N'Y A AUCUNE GARANTIE POUR CE PROGRAMME, DANS LA MESURE
PERMISE PAR LA LOI. SAUF SI MENTIONNE PAR E CRIT, LES DE TENTEURS DU
COPYRIGHT ET/OU LES TIERCES PARTIES FOURNISSENT LE PROGRAMMENT
EN L'E TAT, SANS AUCUNE SORTE DE GARANTIE, NI EXPLICITE NI IMPLICITE,
226
Annexe E. Licence Publique Generale GNU
Y COMPRIS LES GARANTIES DE COMMERCIALISATION OU D'ADAPTATION DANS
UN BUT PARTICULIER. VOUS PRENEZ TOUS LES RISQUES QUAND A LA QUALITE
ET AUX EFFETS DU PROGRAMME. SI LE PROGRAMME EST DEFECTUEUX, VOUS
ASSUMEZ LE COU^ T DE TOUS LES SERVICES, CORRECTIONS OU RE PARATIONS
NE CESSAIRES.
12. EN AUCUN CAS, A MOINS QUE CE NE SOIT EXPLICITEMENT PRE VU PAR LA
LOI OU ACCEPTE PAR E CRIT, NI LE PROPRIE TAIRE DES DROITS, NI TOUTE
AUTRE PERSONNE AUTORISE A MODIFIER ET/OU REDISTRIBUER LE PROGRAMME COMME IL EST PERMIS CI-DESSUS, NE POURRA E^ TRE TENU POUR RESPONSABLE DE TOUT DOMMAGE DIRECT, INDIRECT, SECONDAIRE OU ACCESSOIRE (Y COMPRIS LES DOMMAGES ENTRAINES PAR LA PERTE DE BENEFICE,
L'INTERRUPTION D'ACTIVITES OU LA PERTE D'INFORMATIONS ET AUTRES
DECOULANT DE L'UTILISATION OU DE L'IMPOSSIBILITE D'UTILISER LE PROGRAMME.
FIN DES TERMES ET CONDITIONS
E.3 Annexe: Coment appliquer ces directives a vos nouveaux programmes
Si vous developpez un nouveau programme et desirez qu'il soit utilisable le plus possible par le
public, la meilleure methode est d'en faire un logiciel libre que tout le monde pourra redistribuer et
modier selon ces termes.
Pour cela, attachez les notices suivantes a votre programme. Il est preferable et plus s^ur de les
faire gurer au debut de chaque chier source pour bien preciser les choses ; en tout cas chaque
module source devra comporter au minimum la ligne de \copyright" et indiquer ou trouver la notice
complete.
hune ligne pour donner le nom du programme et donner une idee de ce qu'il est sense
c 19xx hnom de l'auteuri
faire.i Copyright Ce programme est libre, vous pouvez le redistribuer et/ou le modier selon les termes de
la Licence Publique Generale GNU telle que publiee par la Free Software Foundation;
soit la version 2 de cette licence, soit (a vous de voir...) tout autre version ulterieure.
Ce programme est distribue dans l'espoir qu'il sera utile, mais SANS AUCUNE
GARANTIE, ni explicite ni implicite, y compris les garanties de commercialisation
ou d'adaptation dans un but particulier. Prenez connaissance de la Licence Publique
Generale GNU pour plus de details.
Vous devez avoir recu une copie de la Licence Publique Generale GNU avec ce programme; si ce n'est pas le cas, ecrivez a la Free Software Foundation, Inc., 675 Mass
Ave, Cambridge, MA 02139, USA.
E.3. Annexe: Coment appliquer ces directives a vos nouveaux programmes
227
Ajoutez egalement les informations necessaires pour vous contacter par courrier electronique et
votre adresse postale.
Si le programme est interactif, faites lui acher un court avertissement comme celui-ci lors de
son lancement:
Troudball version 69, Copyright (C) 19yy nom de l'auteur
Troudball est fourni sans AUCUNE GARANTIE; pour plus de d
etails tapez `g'.
Ce programme est libre, et vous ^
etes encourag
es a le redistribuer sous certaines
conditions; tapez `c' pour les d
etails.
Les commandes hypothetiques `g' et `c' doivent acher les parties appropriees de la Licence
Publique Generale GNU. Bien s^ur, vous pouvez appeler les commandes comme bon vous semble, ce
peut ^etre aussi des options dans un menu ou des options accessibles par le clic d'une souris, tout
depend de votre programme.
Vous devez aussi demander a votre employeur (si vous travaillez en tant que programmeur) ou
votre ecole, ou autres, de signer une decharge stipulant qu'il renonce aux eventuels droits qu'il
pourrait avoir sur le programme, si necessaire. Voici un petit exemple; changez simplement les
noms:
Poildur S.A, declare par la presente ne pas reclamer de copyright sur le programme
`Troudball' ecrit par Marcel Dugenou.
hsignature de Monsieur Le Responsablei, 1 Avril 1989
Monsieur Le Responsable, Directeur General de Poildur S.A.
Cette Licence Publique Generale ne permet pas d'inclure votre programme dans des logiciels
proprietaires. Si votre programme est une fonction de librairie, vous pouvez considerer qu'il est plus
utile d'autoriser une edition de liens avec des applications proprietaires et cette librairie. Si c'est ce
que vous desirez, utilisez la Licence Generale de Librairie GNU et non celle-ci.
228
Annexe E. Licence Publique Generale GNU
Annexe F
La GPL, texte original
Une traduction francaise non ocielle de cette license se trouve en annexe E, a la page 221.
GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 2, June 1991
c 1989, 1991 Free Software Foundation, Inc. 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139,
Copyright USA Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but
changing it is not allowed.
F.1 Preamble
The licenses for most software are designed to take away your freedom to share and change it. By
contrast, the GNU General Public License is intended to guarantee your freedom to share and change
free software{to make sure the software is free for all its users. This General Public License applies
to most of the Free Software Foundation's software and to any other program whose authors commit
to using it. (Some other Free Software Foundation software is covered by the GNU Library General
Public License instead.) You can apply it to your programs, too.
When we speak of free software, we are referring to freedom, not price. Our General Public
Licenses are designed to make sure that you have the freedom to distribute copies of free software
(and charge for this service if you wish), that you receive source code or can get it if you want it,
that you can change the software or use pieces of it in new free programs; and that you know you
can do these things.
To protect your rights, we need to make restrictions that forbid anyone to deny you these rights
or to ask you to surrender the rights. These restrictions translate to certain responsibilities for you
if you distribute copies of the software, or if you modify it.
For example, if you distribute copies of such a program, whether gratis or for a fee, you must
give the recipients all the rights that you have. You must make sure that they, too, receive or can
get the source code. And you must show them these terms so they know their rights.
229
230
Annexe F. La GPL, texte original
We protect your rights with two steps: (1) copyright the software, and (2) oer you this license
which gives you legal permission to copy, distribute and/or modify the software.
Also, for each author's protection and ours, we want to make certain that everyone understands
that there is no warranty for this free software. If the software is modied by someone else and
passed on, we want its recipients to know that what they have is not the original, so that any
problems introduced by others will not reect on the original authors' reputations.
Finally, any free program is threatened constantly by software patents. We wish to avoid the
danger that redistributors of a free program will individually obtain patent licenses, in eect making
the program proprietary. To prevent this, we have made it clear that any patent must be licensed
for everyone's free use or not licensed at all.
The precise terms and conditions for copying, distribution and modication follow.
F.2 Terms and Conditions for Copying, Distribution, and
Modication
0. This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the
copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License.
The \Program", below, refers to any such program or work, and a \work based on the Program"
means either the Program or any derivative work under copyright law: that is to say, a
work containing the Program or a portion of it, either verbatim or with modications and/or
translated into another language. (Hereinafter, translation is included without limitation in
the term \modication".) Each licensee is addressed as \you".
Activities other than copying, distribution and modication are not covered by this License;
they are outside its scope. The act of running the Program is not restricted, and the output
from the Program is covered only if its contents constitute a work based on the Program
(independent of having been made by running the Program). Whether that is true depends
on what the Program does.
1. You may copy and distribute verbatim copies of the Program's source code as you receive
it, in any medium, provided that you conspicuously and appropriately publish on each copy
an appropriate copyright notice and disclaimer of warranty; keep intact all the notices that
refer to this License and to the absence of any warranty; and give any other recipients of the
Program a copy of this License along with the Program.
You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option
oer warranty protection in exchange for a fee.
2. You may modify your copy or copies of the Program or any portion of it, thus forming a work
based on the Program, and copy and distribute such modications or work under the terms of
Section 1 above, provided that you also meet all of these conditions:
a. You must cause the modied les to carry prominent notices stating that you changed
the les and the date of any change.
F.2. Terms and Conditions for Copying, Distribution, and Modication
231
b. You must cause any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains
or is derived from the Program or any part thereof, to be licensed as a whole at no charge
to all third parties under the terms of this License.
c. If the modied program normally reads commands interactively when run, you must
cause it, when started running for such interactive use in the most ordinary way, to print
or display an announcement including an appropriate copyright notice and a notice that
there is no warranty (or else, saying that you provide a warranty) and that users may
redistribute the program under these conditions, and telling the user how to view a copy
of this License. (Exception: if the Program itself is interactive but does not normally
print such an announcement, your work based on the Program is not required to print an
announcement.)
These requirements apply to the modied work as a whole. If identiable sections of that
work are not derived from the Program, and can be reasonably considered independent and
separate works in themselves, then this License, and its terms, do not apply to those sections
when you distribute them as separate works. But when you distribute the same sections as
part of a whole which is a work based on the Program, the distribution of the whole must be
on the terms of this License, whose permissions for other licensees extend to the entire whole,
and thus to each and every part regardless of who wrote it.
Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written
entirely by you; rather, the intent is to exercise the right to control the distribution of derivative
or collective works based on the Program.
In addition, mere aggregation of another work not based on the Program with the Program
(or with a work based on the Program) on a volume of a storage or distribution medium does
not bring the other work under the scope of this License.
3. You may copy and distribute the Program (or a work based on it, under Section 2) in object
code or executable form under the terms of Sections 1 and 2 above provided that you also do
one of the following:
a. Accompany it with the complete corresponding machine-readable source code, which must
be distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used
for software interchange; or,
b. Accompany it with a written oer, valid for at least three years, to give any third party, for
a charge no more than your cost of physically performing source distribution, a complete
machine-readable copy of the corresponding source code, to be distributed under the
terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange;
or,
c. Accompany it with the information you received as to the oer to distribute corresponding
source code. (This alternative is allowed only for noncommercial distribution and only if
you received the program in object code or executable form with such an oer, in accord
with Subsection b above.)
The source code for a work means the preferred form of the work for making modications to
it. For an executable work, complete source code means all the source code for all modules
232
Annexe F. La GPL, texte original
it contains, plus any associated interface denition les, plus the scripts used to control compilation and installation of the executable. However, as a special exception, the source code
distributed need not include anything that is normally distributed (in either source or binary
form) with the major components (compiler, kernel, and so on) of the operating system on
which the executable runs, unless that component itself accompanies the executable.
If distribution of executable or object code is made by oering access to copy from a designated
place, then oering equivalent access to copy the source code from the same place counts as
distribution of the source code, even though third parties are not compelled to copy the source
along with the object code.
4. You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Program except as expressly provided
under this License. Any attempt otherwise to copy, modify, sublicense or distribute the Program is void, and will automatically terminate your rights under this License. However, parties
who have received copies, or rights, from you under this License will not have their licenses
terminated so long as such parties remain in full compliance.
5. You are not required to accept this License, since you have not signed it. However, nothing
else grants you permission to modify or distribute the Program or its derivative works. These
actions are prohibited by law if you do not accept this License. Therefore, by modifying or
distributing the Program (or any work based on the Program), you indicate your acceptance
of this License to do so, and all its terms and conditions for copying, distributing or modifying
the Program or works based on it.
6. Each time you redistribute the Program (or any work based on the Program), the recipient
automatically receives a license from the original licensor to copy, distribute or modify the
Program subject to these terms and conditions. You may not impose any further restrictions
on the recipients' exercise of the rights granted herein. You are not responsible for enforcing
compliance by third parties to this License.
7. If, as a consequence of a court judgment or allegation of patent infringement or for any other
reason (not limited to patent issues), conditions are imposed on you (whether by court order,
agreement or otherwise) that contradict the conditions of this License, they do not excuse you
from the conditions of this License. If you cannot distribute so as to satisfy simultaneously
your obligations under this License and any other pertinent obligations, then as a consequence
you may not distribute the Program at all. For example, if a patent license would not permit
royalty-free redistribution of the Program by all those who receive copies directly or indirectly
through you, then the only way you could satisfy both it and this License would be to refrain
entirely from distribution of the Program.
If any portion of this section is held invalid or unenforceable under any particular circumstance,
the balance of the section is intended to apply and the section as a whole is intended to apply
in other circumstances.
It is not the purpose of this section to induce you to infringe any patents or other property
right claims or to contest validity of any such claims; this section has the sole purpose of
protecting the integrity of the free software distribution system, which is implemented by
public license practices. Many people have made generous contributions to the wide range of
F.2. Terms and Conditions for Copying, Distribution, and Modication
233
software distributed through that system in reliance on consistent application of that system;
it is up to the author/donor to decide if he or she is willing to distribute software through any
other system and a licensee cannot impose that choice.
This section is intended to make thoroughly clear what is believed to be a consequence of the
rest of this License.
8. If the distribution and/or use of the Program is restricted in certain countries either by patents
or by copyrighted interfaces, the original copyright holder who places the Program under this
License may add an explicit geographical distribution limitation excluding those countries, so
that distribution is permitted only in or among countries not thus excluded. In such case, this
License incorporates the limitation as if written in the body of this License.
9. The Free Software Foundation may publish revised and/or new versions of the General Public
License from time to time. Such new versions will be similar in spirit to the present version,
but may dier in detail to address new problems or concerns.
Each version is given a distinguishing version number. If the Program species a version
number of this License which applies to it and \any later version", you have the option of
following the terms and conditions either of that version or of any later version published
by the Free Software Foundation. If the Program does not specify a version number of this
License, you may choose any version ever published by the Free Software Foundation.
10. If you wish to incorporate parts of the Program into other free programs whose distribution
conditions are dierent, write to the author to ask for permission. For software which is
copyrighted by the Free Software Foundation, write to the Free Software Foundation; we
sometimes make exceptions for this. Our decision will be guided by the two goals of preserving
the free status of all derivatives of our free software and of promoting the sharing and reuse of
software generally.
NO WARRANTY
11. BECAUSE THE PROGRAM IS LICENSED FREE OF CHARGE, THERE IS NO WARRANTY FOR THE PROGRAM, TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE
LAW. EXCEPT WHEN OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES PROVIDE THE PROGRAM \AS IS" WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT
LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS
FOR A PARTICULAR PURPOSE. THE ENTIRE RISK AS TO THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU. SHOULD THE PROGRAM PROVE
DEFECTIVE, YOU ASSUME THE COST OF ALL NECESSARY SERVICING, REPAIR
OR CORRECTION.
12. IN NO EVENT UNLESS REQUIRED BY APPLICABLE LAW OR AGREED TO IN WRITING WILL ANY COPYRIGHT HOLDER, OR ANY OTHER PARTY WHO MAY MODIFY
AND/OR REDISTRIBUTE THE PROGRAM AS PERMITTED ABOVE, BE LIABLE TO
YOU FOR DAMAGES, INCLUDING ANY GENERAL, SPECIAL, INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES ARISING OUT OF THE USE OR INABILITY TO USE THE
Annexe F. La GPL, texte original
234
PROGRAM (INCLUDING BUT NOT LIMITED TO LOSS OF DATA OR DATA BEING
RENDERED INACCURATE OR LOSSES SUSTAINED BY YOU OR THIRD PARTIES
OR A FAILURE OF THE PROGRAM TO OPERATE WITH ANY OTHER PROGRAMS),
EVEN IF SUCH HOLDER OR OTHER PARTY HAS BEEN ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGES.
END OF TERMS AND CONDITIONS
F.3 Appendix: How to Apply These Terms to Your New
Programs
If you develop a new program, and you want it to be of the greatest possible use to the public,
the best way to achieve this is to make it free software which everyone can redistribute and change
under these terms.
To do so, attach the following notices to the program. It is safest to attach them to the start
of each source le to most eectively convey the exclusion of warranty; and each le should have at
least the \copyright" line and a pointer to where the full notice is found.
hone line to give the program's name and a brief idea of what it does.i Copyright c 19yy
hname of authori
This program is free software; you can redistribute it and/or modify it under the terms
of the GNU General Public License as published by the Free Software Foundation; either
version 2 of the License, or (at your option) any later version.
This program is distributed in the hope that it will be useful, but WITHOUT ANY
WARRANTY; without even the implied warranty of MERCHANTABILITY or FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. See the GNU General Public License for
more details.
You should have received a copy of the GNU General Public License along with this
program; if not, write to the Free Software Foundation, Inc., 675 Mass Ave, Cambridge,
MA 02139, USA.
Also add information on how to contact you by electronic and paper mail.
If the program is interactive, make it output a short notice like this when it starts in an interactive
mode:
Gnomovision version 69, Copyright (C) 19yy name of author Gnomovision comes with
ABSOLUTELY NO WARRANTY; for details type `show w'.
This is free software, and
you are welcome to redistribute it under certain conditions; type `show c' for
details.
F.3. Appendix: How to Apply These Terms to Your New Programs
235
The hypothetical commands `show w' and `show c' should show the appropriate parts of the
General Public License. Of course, the commands you use may be called something other than
`show w' and `show c'; they could even be mouse-clicks or menu items{whatever suits your program.
You should also get your employer (if you work as a programmer) or your school, if any, to sign
a \copyright disclaimer" for the program, if necessary. Here is a sample; alter the names:
Yoyodyne, Inc., hereby disclaims all copyright interest in the program `Gnomovision'
(which makes passes at compilers) written by James Hacker.
hsignature of Ty Cooni, 1 April 1989
Ty Coon, President of Vice
This General Public License does not permit incorporating your program into proprietary programs. If your program is a subroutine library, you may consider it more useful to permit linking
proprietary applications with the library. If this is what you want to do, use the GNU Library
General Public License instead of this License.
Index
, 91
*
/etc/rc
, 121
, 148
, 148
, 166
.bash profile
/etc/rc.local
.bashrc
/etc/resolv.conf
, 121
.profile, 121
.tcshrc, 121
.xinitrc, 157
, 88
, 88
/proc, 88
montage de, 145
/sbin, 88
/tmp, 88
/usr, 88
/usr/X386, 88
/usr/bin, 89
/usr/etc, 89
/urs/g++-include, 89
/usr/include, 89
/usr/lib, 89
/home
/lib
/
dans les chemins d'acces, 76
nom du repertoire racine, 76
/Image, 127
/bin/bash, 91
/bin/csh, 90
/bin/sh, 90
/bin/tcsh, 91
/dev/console, 87
/dev/cua, 87
/dev/hd, 87
/dev/lp, 87
/dev/null, 87
/dev/pty, 87
/dev/tty, 87
/dev/ttyS, 87
/etc, 87
/etc/Image, 127
csh.login, 121
/etc/fstab, 144
/etc/getty, 147
/usr/lib/X11/Xconfig
, 89
/usr/man, 89
/usr/src, 89
/var, 90
/var/adm, 90
/var spool, 90
/vmlinux, 127
/zImage, 127
<, 95
>, 95
?, 93
editeur
denition, 109
editeur de texte
choix, 109
denition, 109
editeurs, 7
editeurs de texte, 7
/usr/local
/etc/group
format de, 133
, 165
/etc/hosts, 165
/etc/init, 147
/etc/inittab, 147
/etc/networks, 165
/etc/passwd, 131
/etc/profile, 121
/etc/host.conf
~
236
, 155
INDEX
pour se referer au repertoire personnel, 78
login shell, 131
nom reel, 131
386BSD, 26
, 134
addresse de passerelle
denition, 161
adduser, 132
administration systeme
ajout d'utilisateurs, 130
amorcer Linux, 127{129
arr^et du systeme, 129{130
en bref, 126
securite, 125
adresse broadcast
denition, 161
adresse du serveur de noms
denition, 161
adresse IP
denition, 160
adresse reseau
denition, 161
acher le contenu des repertoires, 79{81
aide
en ligne, 83
obtenir, 37{39
ajout d'utilisateurs, 130
avec adduser, 132
avec useradd, 132
alpha, 20
amorcace
depuis une disquette de maintenance, 149
amorcage, 127{129
avec LILO, 128{129
problemes, 59{61, 68
amorcer d'autres systemes que Linux, 128
amorcer Linux
avec une disquette d'amorce, 127
applications, 6{17
applications scientiques, 16
archivage de chiers, 134{137
argent, 26
argument
addgroup
237
commande
denition, 74
arr^eter le systeme, 129{130
b^eta, 20
bases de donnees, 16
bash, 91
bg, 107
bibliotheques
partagees, 6
/bin, 86
bogues, 20
Bourne again shell, 91
Bourne shell, 7, 90
bugs, 20
C News, 173
C Shell (csh), 7, 90
caracteristiques
noyau, 4{6
systeme, 4{6
caracteres generiques
*, 91
?, 93
denition, 91
dans les noms de chiers, 91{94
cartes sonores, 17
cat, 85
pour voir le contenu des chiers, 83
cd, 78{79, 84
chemin d'acces
absolu, 77
complet, 77
denition, 75
relatif, 77
chfn, 133
chmod, 100
chsh, 133
co-processeur mathematique, 5
Coherent, 27
commande
argument
denition, 74
denition, 74
dans un shell script, 117
INDEX
238
commande shutdown, 130
commandeshutdown, 58
commandes
de base, 84{86
- , 84
compress, 136
compression de chiers, 134{137
compte
creation, 72
compte root, 123{125
considerations ethiques, 125
privileges du, 123
utilisation d'une invite dierente pour,
124
compte utilisateur
creation, 72
comptes reserves au systeme
root, 123
conguration materielle, 27{32
ecran, 30
bandes magnetiques, 31
carte mere, 28
carte video, 30, 154
cartes ethernet, 31
CD-ROM, 30
contr^oleurs, 29
CPU, 28
disque dur, 29
imprimantes, 31
memoire, 28
modems, 31
place disque, 29
SCSI, 29, 30
souris, 30
streamers, 31
console
denition, 73
nom du peripherique, 87
virtuelle, 73
consoles virtuelles, 5, 87
contr^ole de processus, 5
copie de chiers, 81
copier Linux, 17{19, 26, 221{227, 229{235
copyright, 17{19, 221{227, 229{235
core dumps, 6
courrier electronique, 172{173
mailer
denition, 172
transport
denition, 172
cp, 81, 84
csh, 7
deboguage
core dumps, 6
demarrer Linux, 50
demon, 164
demontage des systemes de chiers, 145, 146
deplacer des chiers, 82
desastres
reparer les, 149{151
avec une disquette de maintenance, 149
developpement
alpha, 20
b^eta, 20
conventions, 20
daemon, 164
deluser, 133
/dev, 86
/dev/sd, 87
/dev/sr, 87
/dev/st, 87
devices
SCSI, 87
dip, 167
adresses IP dynamiques avec, 169
adresses IP statiques avec, 168
connexion au serveur SLIP avec, 170{172
script de dialogue pour, 170{172
disque dur
problemes, 63
disques durs
nom des peripheriques, 87
disquette
boot/root, 149
maintenance, 149
disquette d'amorce, 57{58, 149
creation, 127
INDEX
disquette de maintenance, 149
disquettes
demontage, 139
sauvegardes sur, 138
systemes de chiers sur, 138
distributions, 21, 41{43
Internet, se procurer linux par, 42
liste, 183{206
par correspondance, 43
sites informatiques, 43
documentation, 175{181
en ligne, 32
documents HOWTO, 33
FAQ, 33
chiers info, 8
Frequently Asked Questions, 175
groupe de documentation Linux, 178
HOWTO documents, 176
Linux Documentation Project, 178
Linux Software Map, 17
livres, 33, 178{181
Projet de documentation Linux, 33
telechargement, 175{177
texinfo, 8
documents HOWTO, 33
, 145, 150
echo, 86
efsck, 146
elm, 172
Emacs, 7, 109
entree
redirection, 95
entree standard, 94{98
redirection, 95
environnement
variables
PATH, 120
environnement de travail
conguration, 116{121
EOT, 94
ethernet, 13
executable
denition, 80
e2fsck
239
executables, 5
exit, 75
expansion des caracteres generiques
denition, 92
export, 118
FAQ, 33
fdisk, 48, 52{55
sous MS-DOS, 48
fg, 107
chier
executable
denition, 80
chier de swap, 46, 146{147
suppression, 147
chier des mots de passe
format du, 131
chiers
achier les permissions avec ls, 99
archivage, 134{137
caches
non traites par caracteres generiques,
92
compression de, 134{137
copier, 81
denition, 75
deplacer, 82
droits du groupe, 98
droits du proprietaire, 98
liens, 101{103
lister, 79{81
MS-DOS, 157
numero d'i-nud, 101
peripheriques, 87
permissions
ecriture, 98
dependances, 100
execution, 98
groupes, 133
interpretation, 99
lecture, 98
modication, 100
permissions d'acces, 98{101
denition, 98
INDEX
240
recuperation, 151
rajouter a la n, 97
sauvegarde, 138
supprimer, 82
voir le contenu, 83
chiers d'initialisation
des shells, 121
chiers d'inititialisation systeme, 147
FidoNet, 15
lesystems, 46
/etc/fstab, 144
root, 46
ltre
denition, 96
n de texte, 94
find
pour sauvegarde incrementale, 138
, 48
fonctionnalites, 22
formatage de texte, 8{11
free software, 17
Free Software Foundation, 17, 221, 229
Frequently Asked Questions, 175
fsck, 146, 150
FTP
anonyme, 42
liste des sites archive, 213
using, 207{213
ftpmail, 212
FIPS
gcc
mise a jour, 143
, 11
General Public License, 17{19, 229{235
General Public License en francais, 221{227
getty, 147
GID
denition, 131
GNU, 7
General Public License, 17{19, 229{235
General Public License en francais, 221{
227
Licence Publique Generale, 17{19
gprof, 11
gdb
, 86
,8
group ID
denition, 131
groupadd, 134
groupes, 98, 133
ajout, 134
suppression, 134
groups, 134
gzip, 136
grep
groff
hacker, 19
halt, 130
hostname
, 148
denition, 72
initialisation, 166
initialiser, 148
hostname, 166
HOWTO documents, 176
HURD, 27
hostname
i-nud
denition, 101
ifconfig, 162
image du noyau
compressee, 127
nom du chier, 127
inetd, 163
Ingres, 16
init, 147
inittab, 147
INN, 173
installation, 41{70
apercu, 44{45
autres procedures, 58
demarrer Linux, 50
disquette de boot, 57{58
LILO, 57{58
mke2fs, 56
mkswap, 55{56
preparatifs, 43{49
problemes, 59{70
amorcage, 59{61, 68
apres l'installation, 67{70
INDEX
droits d'acces aux chiers, 70
erreurs, 66
erreurs de lecture, 66
LILO, 68
login, 69
materiel, 61{65
permissions des chiers, 70
repartitionner, 45, 48{49
Internet, 13, 42
listes de diusion, 36
IRQ, 62
jeux, 17
job
arriere-plan, 104, 107
avant-plan, 104
denition, 104
interruption, 105
kill, 105
relancer, 107
stopper, 107
suspendre, 107
suspendu, 105
t^ache de fond, 105
tuer, 106
tuer, 105
jobs, 106
, 106
kill
LaTEX, 8
ld.so, 142
lecteur de disquettesk
nom des peripheriques, 87
lecteurs de courrier, 14
lecteurs de news, 14
lectures
suggerees, 178{181
librairies, 11
corriger une erreur sur, 151
ld.so, 142
mise a jour, 142
partagees, 6
Licence Publique Generale, 17{19
liens, 101{103
241
acher le nombre de, 102
hard, 101
physiques, 101
symboliques, 102
LILO, 57{58, 128{129
comme menu de systemes d'exploitation,
128
installation, 128
problemes d'amorcage, 60
problemes d'installation, 68
selection du systeme par defaut, 128
Linux, 1{235
bogues, 20
bugs, 20
caracteristiques du systeme, 4{6
copier, 26
copyright, 17{19, 221{227, 229{235
developpement, 20
distributions, 21
et son prix, 26
historique, 2
installation, 41{70
philosophie, 19{23
prononciation, 1
se procurer, 42
sources d'information, 32
stabilite, 26
support commercial, 37
Linux Software Map, 17, 176
liste de BBS, 215{219
liste de diusion Linux-Activists, 36
listes de diusion, 36
Linux-Activists, 36
livres, 178{181
login, 72
problemes, 69
login shell
denition, 121
ls, 79{81, 84
acher les droits d'acces, 99
mailer
pour le courrier electronique, 172
mailx, 172
INDEX
242
, 83, 85
manuel
en ligne, 83
masque reseau
denition, 160
master boot record, 45
materiel
problemes, 61{65
conits, 61{62
disque dur, 63{64
SCSI, 64{65
Mbase, 16
METAFONT, 11
Microsoft Windows, 16
emulateur, 158
Minix, 3, 27
mise a jour, 22
mkdir, 81, 85
mke2fs, 56
sur disquettes, 138
mkswap, 55{56, 146
mode protege, 5
more, 83
mot de passe
corriger celui de root, 150
denition, 72
le changer avec passwd, 75
Motif, 13
mount, 144
monter une disquette avec, 139
pour monter une partition MS-DOS, 157
MS-DOS, 24
emulateur, 15, 158
acceder aux chiers depuis, 157
acces aux chiers de, 16
executer des programmes sous Linux, 158
monter une partition sous Linux, 157
repartitionner, 48
utilisation des Mtools pour acceder aux
chiers, 158
multi-t^aches, 4
multi-utilisateurs
denition, 72
multit^ache
man
mv
denition, 72
, 82, 85
, 164
NetBSD, 26
netstat, 166
news, 173{174
lecteurs
rn, 173
rn, 173
serveur
C News, 173
INN, 173
UUCP, 172
NFS, 164
nom d'utilisateur
denition, 72, 130
nom de chier
caracteres generiques, 91{94
denition, 75
nom de machine
denition, 72
initialisation, 166
initialiser, 148
nom de machine, 166
nom reel
changer avec chfn, 133
noyau
caracteristiques, 4{6
compilation, 141
mise a jour, 140
sources du, 140
null le, 87
named
obtenir de l'aide, 32
- , 84
OS/2, 24{25
peripheriques
/dev/console
, 87
/dev/hd, 87
/dev/lp, 87
/dev/null, 87
/dev/pty, 87
/dev/cua
, 87
INDEX
, 87
, 87
/dev/st, 87
/dev/tty, 87
/dev/ttyS, 87
acces, 87
consiles virtuelles, 87
console, 87
disques durs, 87
fd, 87
lecteur de disquettes, 87
null, 87
ports paralleles, 87
ports serie, 87
pseudo-terminaux, 87
peripheriques SCSI
noms, 87
pages de manuel, 83
par correspondance, 43
partition de swap
in /etc/fstab, 145
partition de swap
creation, 55{56
partition racine
initialiser son nom avec rdev, 127
partitions, 45, 46
fdisk, 48, 52{55
Linux, 50{51
taille, 47
passwd, 75, 133
permissions
ecriture, 98
denition, 98
dependances, 100
des chiers, 98{101
des shell scripts, 117
execution, 98
groupes, 133
interpretation, 99
lecture, 98
modication, 100
problemes, 70
pilote de peripherique, 87
pipes
/dev/sd
/dev/sr
243
creation, 96
denition, 96
utilisation, 96{97
ports paralleles
nom des peripheriques, 87
ports serie
nom des peripheriques, 87
POSIX.1, 5
Postgres, 16
PPP, 5, 14
problemes
en cas de, 59{70
processus
arriere-plan, 104
avant-plan, 104
denition, 103
ID
denition, 104
interruption, 105
kill, 105
mise en t^ache de fond, 105
PID
denition, 104
ps pour acher, 103
t^ache de fond
tuer, 106
tuer, 105
programation
librairies, 11
programmation, 11{12
core dumps, 6
langages, 11
UNIX, 11
utilitaires, 11
programmes
installation, 139{144
mise a jour, 139{144
ou trouver les mises a jour, 143
programmes de BBS, 15
FidoNet, 15
Projet de documentation Linux, 33, 178
ps, 103
pseudo-terminaux, 87
repertoire
INDEX
244
se referer a, 79
, 87
/home, 88
/lib, 88
/proc, 88
/sbin, 88
/tmp, 88
/usr, 88
/usr/X386, 88
/usr/bin, 89
/usr/etc, 89
.
/etc
/urs/g++-include
, 89
/usr/include
, 89
, 89
, 89
/usr/man, 89
/usr/src, 89
/var, 90
/var/adm, 90
/var spool, 90
arborescence, 76
/bin, 86
courant
denition, 76
creation, 81
denition, 75
/dev, 86
liste du contenu, 79{81
pere, 76
parent
.. se r
eferer a, 79
permissions
ecriture, 98
dependances, 100
execution, 98
lecture, 98
modication, 100
personne
~ pour se r
eferer a, 78
personnel
denition, 76
racine
denition, 76
structure, 76
/usr/lib
/usr/local
se deplacer dans avec cd, 78
supprimer, 82
repertoire courant
denition, 76
repertoire pere
.. se r
eferer a, 79
repertoire personnel
~ pour se r
eferer a, 78
denition, 76, 131
repertoire racine
denition, 76
reseau, 5, 13{14
cartes ethernet, supportees, 31
et X Window, 14
FTP, 14
news, 14
News Usenet, 173{174
NFS, 14, 164
NNTP, 14
PPP, 168
SLIP, 14, 158
TCP/IP, 158{172
UUCP, 14, 172
RAWRITE.EXE, 42
rc, 148
chiers
denition, 162
pour TCP/IP, 162
rc.inet, 162
rc.inet1, 162
exemple, 163
rc.inet2, 162, 163
exemple, 164
rc.local, 148
rc.net, 162
rdev, 127
redirection
entree standard, 95
non destructive, 97
sortie standard, 95
repartitionner, 48{49
concepts, 45
fdisk, 48
sous MS-DOS, 48
INDEX
FIPS, 48
, 82, 85
rmdir, 82, 85
rn, 173
root
recuperer le mot de passe de, 150
root lesystem, 46
route, 162
entree necessaire dans /etc/networks ,
165
routed, 164
rm
securite, 125
securite systeme, 125
sauvegardes, 138
incrementales, 138
multi-volume, 138
sur disquettes, 138
scripts d'itinialisation
des shells, 121
scripts de conguration
pour TCP/IP, 162
scripts de demarrage, 147
SCSI
problemes, 64{65
secteur ma^tre d'amorcage, 45
sendmail, 173
serial line Internet protocol, 167{172
setenv, 118
Seyon, 15
shareware, 18
shell par defaut, 131
changer avec chsh, 133
shell script, 7
denition, 90, 117
permission d'acces, 117
variables dans, 118
shell scripts
initialisation, 121
shells, 7, 90{91
Bourne again shell, 91
Bourne shell, 90
C shell, 90
caracteres generiques, 91{94
245
contr^ole de processus, 103
denition, 73
expansion des caracteres generiques, 92
chiers d'initialisation, 121
invite, 74
variables
denition, 118
slattach, 167
adresses IP statiques avec, 169
SLIP, 5, 14, 158, 167{172
adresses IP dynamiques avec dip, 169
adresses IP statiques avec dip, 168
adresses IP statiques avec slattach, 169
connexion au serveur avec dip, 170
noms des peripheriques pour, 168
Smail, 173
software
bash, 7
tcsh, 7
sortie
redirection, 95
sortie standard, 94{98
redirection, 95
sources d'informations, 175{181
stabilite, 26
standards, 5
startx, 156
stdin, 94
stdout, 94
superbloc
denition, 150
reparer le, 150
support audio, 17
Support commercial, 37
suppression d'utilisateurs, 133
supprimer
chiers, 82
repertoire, 82
swapoff, 147
swapon, 145, 147
syslogd, 164
systeme de chiers
exploration, 86{90
systemes d'exploitation
INDEX
246
amorcer d'autres, 128
systemes de chiers, 5, 45, 46, 144{146
creation, 56
demontage, 146
demontage avec shutdoown ou
145
montage, 144{145
reparer les, 150
racine, 46
root, 46
sur disquettes, 138
verication, 145
telecommunications, 14{15
t^ache de fond, 104
table de partitions, 45
Tanenbaum, Andy, 3
TCP/IP, 5, 13{14, 158{172
/etc/host.conf, 165
/etc/hosts, 165
/etc/networks, 165
/etc/resolv.conf, 166
addresse de passerelle, 161
adresse broadcast, 161
adresse du serveur de noms, 161
adresse IP, 160
adresse reseau, 161
acher les tables de routage, 166
conguration, 159, 160
connexion point a point, 168
ifconfig, 162
inetd, 163
masque reseau, 160
mise au point, 166
named, 164
PPP, 168
problemes, 166
rc.inet, 162
rc.inet1, 162
exemple, 163
rc.inet2, 162
exemple, 164
rc.net, 162
route, 162
, 164
scripts de conguration, 162
SLIP, 167{172
adresses IP dynamiques avec dip, 169
adresses IP statiques avec dip, 168
adresses IP statiques avec slattach,
169
noms des peripheriques pour, 168
sur ligne serie, 167{172
syslogd, 164
Tcsh, 91
tcsh, 91
term, 15
terminer une session
par exit, 75
TEX, 8
texinfo, 8
tin, 173
Torvalds, Linus, 3, 20
traitement de texte, 10
transport
du courrier electronique, 172
tubes
creation, 96
denition, 96
utilisation, 96{97
routed
halt
,
UID
denition, 131
umount, 146
demonter les disquettes avec, 139
UNIX
commercial, 19, 22, 25{27
concepts de base, 72{78
implementations gratuites, 26
multit^ache
denition, 72
pages de manuel, 83
popularite, 2
pour le PC, 25{27
structure des repertoires, 76
wizards, 1
urgence
que faire en cas d', 149{151
INDEX
reparer les catastrophes
avec une disquette de maintenance, 149
USENET, 173{174
forums relatifs a Linux, 34
posting tips, 38
user ID
denition, 131
useradd, 132
userdel, 133
utilisateurs
acher les groupes des, 134
ajout, 130
avec adduser, 132
avec useradd, 132
changer le mot de passe des, 133
changer le nom reel, 133
changer le shell par defaut, 133
groupe, 131
groupes, 98
interdiction d'acces provisoire, 133
modication des parametres des, 133
mot de passe, 131
nom reel, 131
noms, 130
numero d'identication, 131
repertoire personnel, 131
regles de conduite, 126
securite du systeme et, 125
shell par defaut, 131
suppression, 133
UUCP, 14, 172
variables
dans les shell scripts, 118
environnement, 118
shell, 118
variables dans le shell
export dans l'environnement, 118
vi, 7, 109{116
ecrire le chier, 114
changer de chier, 114
commandes de deplacement, 113
commandes shell depuis, 115
enregistrer les modications, 114
247
inserer un chier, 115
insertion de texte, 110{111
lancement, 110
mode edition, 109
mode commande, 109
mode derniere ligne, 109
mode ex, 109
modication de texte, 112{113
quitter, 114
suppression de texte, 111{112
Windows NT, 24{25
WINE, 16
X11R5, 153
X11R6, 154
Xconfig, 155
XFree86, 12, 153
cartes video supportees par, 154
conguration, 155
conguration materielle pour, 154
Espace disque, 155
chiers de conguration de, 155
installation, 155
quantite de memoire necessaire pour, 155
xfsck, 146
X Window System, 12{13, 153{157
denition, 153
lancement, 156
quitter X Window, 157
zone de swap, 6, 46
creation, 55{56
temporaire, 147
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising