Avis Technique 14/11-1692 LOGSTOR

Avis Technique 14/11-1692 LOGSTOR
Avis Technique 14/11-1692
Annule et remplace l’Avis Technique 14/05-977
Canalisations préisolées métalliques
Canalisations préisolées
Preinsulated piping systems
Vorgedämmte
rohrleitungen
Ne peuvent se prévaloir du présent
Avis Technique que les productions
certifiées, marque Certifié CSTB
Certified, dont la liste à jour est
consultable
sur
Internet
à
l’adresse :
www.cstb.fr
rubrique :
Evaluations
Certification des produits et des
services
LOGSTOR
Titulaire :
LOGSTOR France SAS
ZI Chemin des Vignes
FR-01500 Château-Gaillard
Tél. : 01 41 88 99 07
Fax : 01 43 34 17 97
E-mail : par@logstor.com
Internet : www.logstor.com
Usines :
LOGSTOR A/S
Danmarksveij 11
DK-9670 Logstor
LOGSTOR Polska Sp. Z.o.o
Ul. Handlowa 1
Mikulczyce
PL-41-807 Zabrze
Commission chargée de formuler des Avis Techniques
Groupe Spécialisé n°14
(arrêté du 2 décembre 1969)
Equipements de génie climatique et installations sanitaires
Vu pour enregistrement le 3 février 2012
Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr
Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
 CSTB 2012
Le Groupe Spécialisé n° 14 « Installations de génie climatique et installations
sanitaires » de la Commission chargée de formuler les Avis Techniques a examiné
le 20 octobre 2011 la demande de révision de l’Avis Technique 14/05-977 de la
société LOGSTOR relatif au système de canalisations préisolées LOGSTOR. Le
groupe
a
formulé
concernant
ce
système
l'Avis
Technique
ci-après.
1.
1.1
Définition succincte
Description succincte
Procédé d'isolation thermique et de protection contre la corrosion
externe de canalisations enterrées pour transport de fluide à distance.
L'élément de canalisation (tube, coude, té, etc ...) est isolé par de la
mousse en polyuréthane injectée entre l'élément lui-même et une
gaine extérieure en polyéthylène. L'isolation thermique et la protection
contre la corrosion externe sont reconstituées au droit des assemblages par injection de mousse de polyuréthane et par mise en place
de manchons ou de coquilles.
Les tubes caloporteurs sont en acier (DN 20 à 1200), en cuivre ou en
acier galvanisé (voir Dossier Technique).
1.2
Identification
Les éléments du procédé portent sur la gaine extérieure en polyéthylène le nom du fabricant et un marquage conforme à la norme
NF EN 253.
2.
2.1
AVIS
Domaine d'emploi accepté
Identique au domaine d'emploi proposé.
Protection contre la corrosion externe et isolation thermique de canalisations de transport de fluides utilisés en génie climatique et sanitaire,
à savoir :
2.22
Durabilité - Entretien
Mis en œuvre comme il est prévu, pour le domaine d'emploi accepté,
les éléments constitutifs du procédé présentent une durabilité compatible avec la durée de vie des installations desservies par ces réseaux.
Compte tenu de la nature des tubes caloporteurs définis dans le Dossier Technique et de la nature des fluides pouvant être véhiculés, les
problèmes de corrosion interne n'ont pas été abordés. Le respect des
documents normatifs existants concernant ces problèmes est du ressort de l'utilisateur.
2.23
Fabrication - Contrôle
Toutes les pièces sont fabriquées en usine. Les contrôles relatifs à la
qualité de l'isolation et de la protection externe sont effectués et permettent d'être assuré d'une constance de la qualité.
2.24
Mise en œuvre
La mise en œuvre du procédé LOGSTOR devra être réalisée conformément aux manuels de montage du fabricant. Ces manuels devront
porter le numéro de l'Avis Technique. Le Groupe Spécialisé devra être
informé de toute modification apportée à ces manuels.
Elle ne comporte pas de difficultés particulières pour un professionnel
qualifié.
Il est remis au poseur et au maître d'œuvre un document indiquant
dans le détail les recommandations de pose, de manutention et de
stockage des éléments. Les instructions de ce document doivent être
scrupuleusement respectées.
 eau chaude et froide sanitaire,
Le demandeur fournit également une assistance technique qui comprend
 eau chaude pour chauffage,
 étude détaillée, vérification et approbation des plans de l’installation,
 condensats noyés,
 eau glacée,
 formation complète du personnel sur les méthodes de pose et la
technologie du système,
 eau glycolée.
 sur demande la réalisation des raccords d'isolation et d'étanchéité.
Les limites d’utilisation dépendent du tube caloporteur. Elles sont :
2.3
 tube acier noir : 140 °C,
 tube acier galvanisé : 60 °C,
 tube cuivre ou acier cintrable : 120 °C.
2.2
2.21
Appréciation sur le procédé
Satisfaction aux lois et règlements en vigueur
et autre qualités d'aptitude à l'emploi
Le procédé permet de satisfaire aux lois et règlements en vigueur.
Les éléments du procédé ainsi que leur mise en œuvre permettent la
réalisation de réseaux conformes à la réglementation (arrêté du 6 décembre 1982 visant à la réglementation des canalisations de transport
des fluides non inflammables ni nocifs, arrêté du 15 janvier 1962 visant la
réglementation des canalisations d'usine et la Directive européenne
n°97/23-CE réglementant les appareils sous pression).
Données environnementales et sanitaires
Il n’existe pas de FDES pour ce système. Il est rappelé que les FDES
n’entrent pas dans les champs d’examen d’aptitude à l’emploi du
système.
Isolation thermique
Cahier des prescriptions techniques
Les prescriptions techniques, qui figurent dans le dossier technique
dont le respect des différentes normes, sont considérées comme suffisantes.
La vérification de l'autocontrôle, à la charge du fabricant, sera réalisée
en usine une fois par an par le CSTB.
Conclusions
Appréciation globale
L’utilisation du procédé dans le domaine proposé est appréciée
favorablement.
Validité
Jusqu’au 31 octobre 2016.
Pour le Groupe Spécialisé n°14
Le Président
Marc POTIN
Les pertes calorifiques peuvent être appréciées lors de la conception
du réseau.
Protection contre la corrosion externe
Le procédé peut être employé quel que soit le terrain. L'étanchéité
contre les pénétrations externes d'eau est normalement assurée par la
conception des éléments (pièces préfabriquées et raccords d'isolation
et d'étanchéité).
Résistance aux effets de surcharge
La conception du procédé prévoit les dispositions à prendre.
Prévention des accidents lors de la mise en œuvre
Elle est normalement assurée, s'agissant de travaux de canalisations
traditionnels. Pour la manipulation des produits d'isolation (polyol et
isocyanate), des précautions d'emploi sont à prendre et sont rappelées
sur tous les emballages des produits et dans le manuel d’installation.
2
14/11-1692
Dossier Technique
établi par le demandeur
A. Description
1.
1.1
Généralités
Généralités
Désignation commerciale du procédé
Procédé LOGSTOR
Nom et adresse du fabricant
LOGSTOR A/S
Danmaritveij 11
DK-9670 LOGSTOR
DENMARK
LOGSTOR A/S
Ul Handlowa 1
Mikulczyce
PL 41-807 ZABRZE
POLAND
Représentant en France
LOGSTOR France SAS
ZI Chemin des Vignes
FR-01500 Château-Gaillard
1.2
Domaine d’emploi
Protection contre la corrosion externe et isolation thermique de canalisations de transport de chaleur ou de froid à distance (chauffage, clim
et eau chaude sanitaire).
Températures limites du fluide véhiculé
Les limites d’utilisation dépendent du tube caloporteur. Elles sont :
 tube acier noir : 140 °C,
 tube acier galvanisé : 60 °C
 tube cuivre ou acier cintrable : 120 °C.
Limites d'emplois
Le procédé peut être mis en œuvre par tous temps, sous réserve
d'avoir une protection adéquate et que la température extérieure reste
inférieure à 60 °C.
thermique. Cette mousse est en place sur les éléments préfabriqués en
usine, par contre elle est à mettre en œuvre sur le chantier pour la
réalisation des raccords d'isolation. L'isolation de ces raccords se fait
avec de la mousse de polyuréthane.
Le tube à protéger, la mousse de polyuréthane et le tube de polyéthylène forment un ensemble monobloc. Le procédé est dit "bloqué" ou
"lié".
Le procédé comprend également des tuyaux cintrables ou souples.
Les nouvelles technologies (barrière anti diffusion) permettent de
s’assurer que le gaz d’expansion qui fournit cette isolation avec un
lambda le plus bas de 0.023 W/mK (tube produit par la méthode axial
conti) reste dans le tube et que le rendement reste constant dans le
temps. Le lambda est 0.027 W/mK pour un tube produit par la méthode classique. Cette barrière anti diffusion située entre le PEHD et la
mousse de polyuréthane conserve le cyclopentane à l’intérieur de
l’isolant et empêche l’azote ou l’oxygène de pénétrer dans le tube. Le
bénéfice est que la mousse ne se détériore pas, que ses propriétés
isolantes restent constante pendant les 30 ans de services des tubes
conformément à la norne EN 253 réduisant ainsi les émissions de rejet
à l’atmosphère. Cette barrière anti diffusion est en série sur une partie
de la gamme.
Dans le procédé LOGSTOR, la méthode axiale conti permet de produire
des tubes qui satisfont aux exigences de la norme EN 253 du DN 20 au
DN 200. La méthode spirale conti permet de produire des tubes du
DN 300 au DN 1000.
2.2
2.21
Description des éléments fabriqués
Liste des éléments préfabriqués et des accessoires
Sont préfabriqués en usine les éléments suivants :
 longueurs droites,
 tuyaux courbes,
 tuyaux cintrables,
 coudes,
Hormis cette restriction, le procédé peut être utilisé quel que soit le
type de terrain et quelle que soit sa configuration (pentes ...). Des
précautions particulières sont toutefois à prendre dans les cas
suivants :
 tés et branchements,
 Traversée de route ou de voies ferrées :
 réductions préfabriquées,
 Recouvrement sur la génératrice supérieure de 0,40 m minimum
sous le revêtement routier.
 points fixes préfabriqués,
 En dessous de cette valeur, protection mécanique par dallots en
béton armé.
 robinetterie préisolée.
 Ces dispositions sont suffisantes pour assurer la protection du réseau sous les charges normales de service.
 Traversée de rivière, présence d'une nappe phréatique ou risque de
cheminement d'eau par la tranchée :
 Une attention particulière doit être apportée par le ou les exécutants
à la réalisation et à la vérification des raccords d'isolation et étanchéité.
 Présence d'obstacles ou d'autres canalisations :
 Une distance de 0,25 m minimum devra toujours être ménagée
entre le tube extérieur en PE et un obstacle ou une autre canalisation le croisant. Si cette distance ne peut pas être respectée, chaque
tube extérieur en PE sera busé (buse béton ou PE-PVC) sur 0,50 m
de part et d'autre de l'obstacle. Le supportage du tuyau dans la buse
doit être étudié avec soin de telle sorte qu'il puisse se dilater librement sans risque d'être abîmé.
1.3
Assistance technique - Formation du
personnel
 coquilles à utiliser pour la réalisation des manchons, manchons de
réduction, manchons PE, manchons pour tuyaux cintrables, coudes à
7,5 - 15 - 45 - 90°, tés ou branchements,
 manchons E-muff,
Les accessoires suivants peuvent être nécessaires pour la réalisation
d'un réseau :
 manchons à bande électrosoudable,
 bagues de réduction en polyéthylène,
 manchons de fin de ligne,
 manchettes de pénétration en néoprène,
 coussins de dilatation,
 coiffes thermorétractables,
 adaptateurs en polyéthylène,
 feuilles thermorétractables,
 feuilles adhésives,
 feuilles d’aluminium,
 kits d'isolation.
2.22
Description de ces éléments
La longueur dégagée est pour toutes les pièces de 220 mm.
L'assistance technique fournie par la société LOGSTOR comprend :
Longueurs droites
 étude détaillée, vérification et approbation des plans de l’installation,
Les longueurs droites sont livrées en éléments de 6, 12, 16 m suivant
le diamètre et la nature du tube caloporteur.
 formation complète du personnel sur les méthodes de pose et la
technologie du système,
 sur demande, la réalisation des raccords d'isolation et d'étanchéité.
2.
2.1
Définition du procédé
Principe du procédé
Le principe du procédé LOGSTOR est de protéger la canalisation en
service par une gaine étanche, réalisée en polyéthylène. Entre la gaine
et le tube lui-même, une mousse de polyuréthane joue le rôle d'isolant
14/11-1692
Tubes acier simples (tableau 1).
Tubes acier doubles (tableau 2).
Dans les pièces préisolées (coudes, tés, vannes, réductions, culottes,
etc.) il y a des barrettes d’écartement soudées sur les tubes permettant d’harmoniser les dilatations entre le tube aller et le tube retour.
De telles barrettes sont fournies et doivent être soudées par
l’entreprise au début et en fin de réseaux ou en pénétration en
chambres de vannes.
3
Les épaisseurs minimales des gaines sont conformes à la norme
NF EN 253.
Les tubes en acier galvanisé sont en longueur de 6 m.
Pour les diamètres de tubes acier supérieurs à 610,0, le fabricant
fournit des éléments sur demandes.
Des diamètres de gaines différents peuvent être utilisés. Pour les
faibles isolations (diamètres inférieurs à ceux du tableau), il faudra
s’assurer que la gaine PE ne puisse être portée à une trop haute température (50 °C maxi).
Tubes cuivre (tableau 3).
Tubes acier cintrables (tableau 4).
Tuyaux courbes
Ils permettent de réaliser des courbes.
b) Tés préfabriqués
Ils correspondent à la norme EN 448.
Les tés sont préfabriqués en usine. Toutes les combinaisons de
diamètre entre la branche principale et la branche de départ sont
possibles.
Kits de branchement
Ils sont utilisables pour les gaines de diamètre supérieur à 315.
Ils sont constitués d’un manchon en té formé d’une demi coquille et de
3 colliers de serrage, d’un manchon coudé à 90° ou 45° formé de 2
demi coquilles, d’un tube acier droit de raccordement.
Sont également disponibles des tés de branchement thermorétractable et électro (SXT) Ø principal 315 mm branche jusqu’au Ø
200 mm et des manchons T2S branche Ø principal 450 mm branche
jusqu’au Ø 125 mm.
Pour les diamètres inférieurs ou égaux à 88,9 ; ils sont réalisés sur
chantier à l’aide d’un outillage spécifique Logstor.
Points fixes
Pour les diamètres supérieurs, ils sont réalisés en usine.
La plaque d'acier est calculée pour que la contrainte sur les soudures
soit maintenue dans des limites acceptables (prévu pour une contrainte axiale inférieure à 150 N/mm2).
Manchons de raccordement
Les manchons correspondent à la norme EN 489.
Trois types de manchons peuvent être utilisés :
 manchette coquilles métalliques,
 manchon électrosoudable,
 manchon thermorétractable.
a) Manchons coquilles
Ces manchons sont utilisables pour les gaines de diamètre inférieur
ou égal à 450. Jusqu’au diamètre 315 inclus, ce sont des demi coquilles. Ce sont des coquilles métalliques recouvertes d’une couche
de polyéthylène. Les parties de manchon sont assemblées entre
elles par des clavettes parmi lesquelles une (demi coquille) ou 3
(tiers de coquilles) comportent une anode en zinc. Chaque manchon constitué comporte 2 bouchons à évent pour l’injection et
l’expansion de la mousse.
b) Manchons à bande électrosoudable
Ils sont composés d’une bande en PEhD dans laquelle sont intégrés
des fils de cuivre permettant de réaliser la soudure. Ils comprennent également une entretoise, des vis de réglage, des bouchons
coniques et des bouchons évent. La soudure est effectuée à l’aide
d’un équipement spécifique faisant partie du procédé Logstor. La
dernière génération de ces manchons GPS intègre un dispositif de
repérage par satellite. Un PDA permet de communiquer entre le
joint et la machine à souder, et l’opérateur peut contrôler
l’ensemble des paramètres du soudage du PE.
c) Manchons thermorétractables
Ils comprennent un manchon avec manchettes latérales thermorétractables, BS B2S, pour les éléments droits, avec un soufflet (SXB
permet de couvrir tous les angles) pour les éléments d’angle, équipés de bouchons coniques et des bouchons évent.
Manchons PEX polyéthylène réticulé avec pour avantage de n’être
pas affecté par une surchauffe éventuelle pendant l’installation. SX,
SXB Ø 90 > 450 mm à injection de mousse. BX Ø 90 > 630 mm
avec demi-coquilles de mousse. Manchons PEHD, BS Ø 90 > 560
mm à injection de mousse. B2S Ø 500 > 1000 mm à injection de
mousse.
Réductions
Pour les gaines de diamètre inférieur ou égal à 250 mm, on utilise une
bague de réduction en polyéthylène et le raccordement se fait par un
manchon traditionnel. On peut utiliser au maximum deux bagues
superposées. Pour les autres diamètres, on utilise des réductions
préfabriquées, ou thermorétractables (SX).
Coudes
a) Coudes demi coquilles
Ils sont utilisables jusqu’au diamètre 250. Ils sont réalisés et livrés
dans les mêmes conditions que les manchons droits demi coquilles.
Le coude sur le tube caloporteur doit être réalisé à l’aide de coudes
3d du commerce.
b) Coudes préfabriqués
Ils correspondent à la norme NF EN 448.
Ils sont utilisables pour tous les diamètres. Les coudes standard
sont à 45 et 90° et sont à branches égales de 1 m ou plus suivant
le diamètre. Sur demande, d'autres types de coudes peuvent être
réalisés. Ils correspondent à des courbes 2.5 d ou 1.5 d.
Tés ou branchements
a) Tés demi coquilles
Ils sont utilisables jusqu’au diamètre 315. Ils sont réalisés et livrés
dans les mêmes conditions que les manchons demi coquilles.
Ils sont constitués d’un manchon en té formé de 2 demi coquilles,
un manchon coudé à 45 ou 90° formé de 2 demi coquilles, un tube
acier coudé à 45° ou droit à injecter.
4
Ils sont préfabriqués en usine en longueur de 2 m.
Manchons E-muff
Ils servent à absorber, lors de la première mise en chauffe du réseau,
les dilatations d’une longueur de canalisation déterminée. Les E-Muff
se compriment et sont alors bloqués par soudure. Toutes les variations
de température ultérieures sont transformées en contraintes dans les
tubes. Le nombre et l’emplacement des E-Muff sont calculés selon les
règles indiquées dans la notice du fabricant.
Passages de murs
Ils sont utilisés pour une traversée de mur ou une entrée de bâtiment
afin d'obtenir l'étanchéité à l'eau sans bloquer la dilatation. Ils sont
constitués d'un joint en néoprène.
Terminaisons de réseaux
Ces éléments peuvent être utilisés pour terminer provisoirement une
installation. Après avoir fermé l'extrémité du tube caloporteur, un
manchon est mis en place. Le raccordement se fait comme pour une
longueur droite.
Coussins
Ils sont utilisés pour reprendre la dilatation dans les changements de
direction. Ils sont en mousse de polyuréthane.
Éléments de robinetterie préisolés
Ils correspondent à la norme NF EN 448.
Ce sont des robinets à boisseau sphérique. La commande se trouve à
l'intérieur d'un tube en PE. Ils peuvent être équipés de prises de purge
ou de vidange.
2.3
Système d'alarme
Le procédé LOGSTOR comprend plusieurs systèmes d'alarme (Nordic,
Brandes) qui émettent un signal lorsqu'une section de réseau est
endommagée où qu'il y a présence d'humidité autour du tube d'acier.
Lors de la fabrication des éléments du système, des fils sont placés
dans le matériau isolant et établissent ainsi un circuit d'alarme dans
tout le réseau.
3.
3.1
3.11
Définition des matériaux constitutifs
Caractéristiques des constituants
Tubes véhiculant le fluide caloporteur
Les tubes caloporteurs utilisés en fabrication courante sont conformes
aux normes françaises suivantes ou équivalentes :
 tubes acier noir :
NF A 49-112 - Tubes sans soudures à extrémités lisses laminés à
chaud avec conditions particulières de livraison.
NF A 49-115 - Tubes sans soudure filetables finis à chaud.
NF A 49-141 - Tubes soudés à extrémités lisses du commerce pour
usages généraux à moyenne pression.
NF A 49-145 - Tubes soudés filetables finis à chaud.
NF A 49-211 - Tubes sans soudure à extrémités lisses en acier non
alliés pour canalisations de transport de fluides à température élevée.
NF A 49-250 - Tubes soudés à extrémités lisses du commerce avec
ou sans conditions particulières de livraison.
 tubes cuivre :
NF EN 1057 - Demi-produits en cuivre tubes ronds en cuivre à braser par capillarité.
ISO 274 - Tubes en cuivre de section circulaire – dimensions.
14/11-1692
 tubes acier galvanisé :
NF A 49-115 - Tubes sans soudure filetables finis à chaud.
NF A 49-145 - Tubes soudés filetables finis à chaud.
 tubes acier cintrables :
DIN 2391/C.
3.12
Isolant : mousse de polyuréthane
Les caractéristiques de la mousse sont conformes à la norme
NF EN 253.
3.13
Enveloppe de protection des éléments : tube
en polyéthylène
Les caractéristiques des tubes en polyéthylène sont conformes à la
norme NF EN 253.
3.14
Enveloppe de protection des éléments : demi
coquilles métalliques
Les caractéristiques des demi coquilles métalliques sont les suivantes :
 épaisseur : 3 mm,
 revêtement polyéthylène : 0,4 à 0,5 mm,
 les demi coquilles sont assemblées par des clavettes auto-serrantes
(manchons droits) ou par des boulons galvanisés à chaud (coudes,
tés) avec dans les deux cas la mise en place d’un joint butyl plastifié,
 l’ensemble est protégé contre la corrosion par une anode de zinc,
 les boulons et les rondelles peuvent être fournis à la demande en
acier inoxydable,
 le ruban de mastic d’étanchéité entre les demi coquilles est de type
polyisobutyl.
3.15
Supports et éléments de centrage du tube
caloporteur dans l'enveloppe de protection
L'implantation sur le site doit être conforme au plan de tracé. Dans le
cas de modifications indispensables, il importe que ces changements
soient soumis et autorisés par la société LOGSTOR, seule qualifiée à
les approuver.
En outre, toute modification du réseau devra être réalisée à l'aide
d'éléments appropriés.
4.2
Disposition de transport
Lors du transport, les tubes peuvent être empilés les uns sur les
autres.
Les manutentions brutales, les flèches importantes, les ballants, ainsi
que tout contact avec des pièces métalliques comportant des angles
vifs sont à proscrire.
Le déchargement brutal des éléments sur le sol est interdit.
La manutention au palan se fera en utilisant comme élingues de larges
sangles. L'emploi de câbles ou de chaînes est interdit.
Afin d'éviter tout risque de détérioration, les tubes doivent toujours
être portés et non traînés sur le sol ou contre des objets durs.
4.3
Dispositions de stockage
Pour les chantiers importants, il est nécessaire de prévoir et de préparer un parc de stockage. L'aire de stockage doit être débarrassée des
grosses pierres ou autres objets qui pourraient endommager les éléments.
Le gerbage des éléments droits peut être fait jusqu’à une hauteur de
deux mètres, sur un sol sec et uni. Le calage latéral doit être effectué
sur parois continues et lisses.
Les éléments droits peuvent être stockés à l’extérieur à condition que
leurs extrémités soient obturées par des bouchons en matière plastique. Les demi coquilles métalliques ainsi que tous les accessoires et
outils doivent être stockés à l’abri des intempéries.
Les produits d’isolation de jonction doivent être stockés dans un local
fermé à une température comprise entre 16 et 22 °C. Ils ne doivent
pas être exposés au gel ni au rayonnement solaire direct.
Le tube caloporteur est centré dans l'enveloppe extérieure en polyéthylène au moyen de supports en polypropylène.
4.4
3.2
Si l'enveloppe PE d'une longueur droite est percée ou a reçu un choc,
la partie endommagée de celle-ci doit être sectionnée ou réparé. Les
éléments ayant séjourné longtemps dans l'eau doivent être rebutés.
3.21
Description du processus de fabrication
Réception des matières premières
Les matières premières sont réceptionnées en usine et vérifiées avant
le stockage (contrôle qualité, certificat d’origine, conformité à la commande).
3.22
Préfabrication des éléments droits
Les gaines en polyéthylène sont extrudées. Elles subissent un traitement de type Coronna destiné à augmenter l’accrochage de la mousse
sur la gaine.
Les tubes, les enveloppes PE et les composants de la mousse de polyuréthane sont stockés à l’usine de manière à les maintenir à 20 °C.
Avant la fabrication, les contrôles suivants sont effectués :
 dimensions des tubes PE (diamètre, épaisseur, longueur),
 contrôle des proportions exactes des composants de la mousse.
Les tubes caloporteurs sont grenaillés et disposés à l’intérieur de
l’enveloppe en polyéthylène et centrés à l’aide de supports en polypropylène.
4.5
Conditions de rebut
Tranchées
Les espacements entre et autour des canalisations seront conformes
au manuel de pose. La hauteur minimale de recouvrement est de
400 mm. La cote à considérer pour la profondeur de tranchées des
canalisations principales doit être telle qu’elle permette le respect des
valeurs minimales de recouvrement compte tenu de la surélévation au
niveau des piquages.
Aux emplacements de soudure de la conduite, des niches sont prévues
pour effectuer les différents travaux (soudure, isolation) Ces niches
doivent être assez grandes pour faire les travaux dans de bonnes
conditions.
Les canalisations doivent reposer dans un lit de sable (10 cm au dessus et en dessous) compacté et nivelé.
Le remblayage autour et au dessus des canalisations se fait par
couches successives. Chaque couche doit être compactée. Il est recommandé après cette opération, de mettre en place un grillage de
signalisation.
La mousse de polyuréthane est injectée par un appareil contrôlant
automatiquement la quantité de produits.
4.6
L'injection de la mousse se fait sur une matrice à plan incliné.
Avant le stockage, un contrôle visuel des extrémités et de la circonférence du tuyau PE est effectué ainsi que certains contrôles permettant
de détecter les tuyaux défectueux.
Dans certains cas, il est possible de faire les assemblages en dehors de
la tranchée (fonction du diamètre du tube et des engins de manutention). Les canalisations reposent alors sur des traverses de surface
plane (10 cm mini) et en nombre suffisant pour éviter des efforts
anormaux sur les tubes.
4.
4.7
Description de la mise en œuvre
Manutention des éléments pour mise en
place dans la tranchée
Assemblages - exécution
La mise en œuvre devra être réalisée conformément au manuel de
montage LOGSTOR. Pour la pose en caniveau, il faudra respecter les
spécifications du DTU 65-9.
4.71
4.1
Les assemblages des tubes caloporteurs sont réalisés conformément
aux règles de l'art.
Les tubes galvanisés seront assemblés conformément au manuel de
montage en utilisant une bague de soudure.
Conception du réseau
Le projet de réseau est déterminé par le client à partir de l'implantation géographique possible, des diamètres de chaque tronçon et de la
température de fonctionnement. A partir de ces données, un plan est
établi et soumis à la société LOGSTOR pour accord ou observation.
Par ailleurs, l’emplacement et le dimensionnement des dispositifs
prévus pour limiter les contraintes dans les longueurs droites sont
déterminés par la société LOGSTOR. Toutefois, dans tous les cas, le
réseau sera calculé pour que la contrainte axiale dans le tube caloporteur ne dépasse pas 90 % de la limite élastique à la température
considérée. Les calculs doivent prendre en compte la profondeur
d’enfouissement et la nature du terrain.
14/11-1692
Parties courantes
4.711
Soudures
4.712
Epreuves
Les épreuves à la pression sont réalisées avant l'isolation des assemblages immédiatement après leur exécution.
Elles sont destinées à vérifier l'étanchéité de ceux-ci.
Pour réaliser cette épreuve, remplir les canalisations d'eau et appliquer
une pression égale à 1,5 fois la pression de service avec un minimum
de 6 bar puis le cas échéant marteler les soudures afin de vérifier
qu'elles ne subiront pas de dommages provoqués par les contraintes
5
engendrées par la mise en température du réseau et de la dilatation
en résultant. Il est recommandé en fin d'exécution des soudures, de
procéder à une épreuve hydraulique générale, de sorte que tous les
assemblages puissent être simultanément vérifiés.
Dans certains cas, il est possible de réaliser l'isolation des assemblages
avant l'épreuve hydraulique à condition que chaque soudure ait été
radiographiée auparavant.
4.713
Réalisation des assemblages
L’isolation et la reconstitution de la protection contre la corrosion
externe seront réalisées au moyen des manchons définis précédemment. Les instructions contenues dans le manuel de montage sont à
respecter scrupuleusement.
L’isolation sera réalisée par remplissage de mousse polyuréthane. Les
pochettes prédosées du fabricant seront de préférence à utiliser.
4.72
Autres assemblages
Les pièces préfabriquées s'assemblent comme des longueurs droites.
4.8
Prise en compte des variations de
température
Les variations de température se traduisent par des dilatations ou des
mises en contrainte du réseau. Les dispositifs pour permettre ces
dilatations et limiter les contraintes dans le réseau doivent être prévus
dès la conception de celui-ci. Ils doivent être tels que, dans tous les
cas la contrainte axiale dans le tube caloporteur ne dépasse pas 90 %
de la limite élastique à la température considérée. Les calculs doivent
prendre en compte la profondeur d’enfouissement et la nature du
terrain.
Les points fixes préfabriqués ne peuvent être utilisés que dans les
réseaux où la contrainte est inférieure à 150 N/ mm2.
Les composants appropriés prévus sur le plan doivent être utilisés et
les règles de pose respectées.
En fonction du tracé du réseau et des conditions de service, plusieurs
types de pose peuvent être utilisés.
4.81
Reprise des dilatations dans les changements
de direction - Pose sans précontrainte
Les variations de longueur sont reprises dans les changements de
direction. Les longueurs droites maximales admissibles entre un point
fixe réel ou fictif et un changement de direction dépendent du diamètre du tube caloporteur, du diamètre de la gaine et de la hauteur de
remblai.
4.82
Système E
Les manchons E-muff placés aux endroits prévus permettent lors d’une
première mise en chauffe d’absorber une certaine dilatation. Ces
manchons sont ensuite bloqués par soudage et toutes les variations
ultérieures de température seront transformées en contrainte admissible dans le réseau En dehors du calcul spécifique à ce type de conception, la mise en œuvre nécessite de respecter certaines procédures
particulières (couverture des tubes de feuilles PE, remblaiement, mise
en chauffe, préréglage et blocage du E-muff, etc.). Les instructions du
fabricant doivent être respectées.
4.83
Pose avec précontrainte
Cette méthode nécessite de laisser toute la tranchée ouverte.
Après soudure des tuyaux d'acier, procéder à l'épreuve à la pression et
éventuellement au contrôle par radioscopie.
 chambres de dilatation - chambres de vannes,
 raccordement avec d'autres systèmes.
Il faut toujours utiliser les accessoires prévus par le constructeur et
respecter les instructions contenues dans le manuel de montage.
4.91
Piquages - Branchements
Ils sont exclusivement réalisés à l’aide de tés (coquilles, manchons
thermo ou tés préfabriqués) ou à l’aide du kit de branchement.
4.92
Entrées de bâtiments, de chambres de vannes
ou de dilatation - Traversées de murs
L'étanchéité des entrées de bâtiment est assurée par une bague de
néoprène (manchette de pénétration) pour les tuyauteries rigides et
par une coiffe d’étanchéité pour les tuyauteries flexibles. Une coiffe
thermorétractable placée en bout de la tuyauterie protégera l'isolation
contre les infiltrations d'humidité. Il est impératif de mettre cette coiffe
avant raccordement sur le réseau intérieur.
4.93
Réductions
Elles sont exclusivement réalisées à l’aide des bagues de réduction, de
manchons thermo type SX ou à l’aide des réductions préfabriquées.
4.94
Raccordement sur d’autres systèmes
Pour faire un piquage sur un caniveau, il faut utiliser l’adaptateur
spécifique qui permet la libre dilatation de la canalisation.
4.10 Essais - Contrôles
Aucun autre essai que la mise en pression hydraulique et le martelage
des soudures n'est spécifié.
4.11 Remblaiement
Une fois les opérations d'assemblage et les contrôles effectués, la
tranchée peut être remblayée. Toutefois, avant d'effectuer ce remblai
qui doit être expurgé, les supports en bois (madriers) ayant servi à
supporter la canalisation doivent être extraits de la tranchée et le sable
entourant les canalisations doit être damé. Il est recommandé après
cette opération, de mettre en place un grillage de signalisation.
B. Résultats expérimentaux
Les rapports d’essais ont été communiqués au CSTB.
C. Références
C1. Données Environnementales et Sanitaires
Le système de canalisations « LOGSTOR » ne fait pas l’objet d’une
Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES).
Les données issues des FDES ont pour objet de servir au calcul des
impacts environnementaux des ouvrages dans lesquels les produits
(ou procédés) visés sont susceptibles d’être intégrés.
C2. Autres références
Les quantités annuelles commercialisées par le titulaire ont été communiquées au CSTB.
Les conduites du tronçon sont préchauffées à une température
moyenne prédéterminée. La valeur exacte de la température dépend
des conditions de pose et de service.
Chauffer les tuyaux jusqu'à la température de préchauffage calculée.
Vérifier que les tuyaux atteignent la longueur de dilatation théorique.
Dans le cas contraire, les aider à se dilater en les soulevant. Quand ils
ont atteint la longueur de dilatation, des massifs en béton sont éventuellement coulés et la tranchée est remblayée. Le remblai doit être
fortement compacté.
4.9
Exécution des points singuliers
Les points singuliers considérés sont :
 piquages, branchements,
 réductions,
 entrées de bâtiments - traversées de murs,
6
14/11-1692
Tableaux et figures du Dossier Technique
Tableau 1 - Tubes acier noir et galvanisé simples
DN
Dimension de la gaine en PE
DN (mm)
Dimensions du
tube
Dext (mm)
Longueur (m)
Série 1
Série 2
Série plus 3
20
26,9
90
110
125
25
33,7
90
110
125
6
6
32
42,4
110
125
140
6/12
40
48,3
110
125
140
6/12
50
60,3
125
140
180
6/12
65
76,1
140
160
200
6/12
80
88,9
160
200
225
6/12
100
114,3
200
225
250
12
125
139,7
225
250
315
12
150
168,3
250
315
355
12
200
219,1
315
355
400
12/16
250
273,0
400
450
500
12/16
300
323,9
450
500
520
12/16
350
355,6
500
520
560
12/16
400
406,4
520
560
630
12/16
450
457,2
560
630
710
12/16
500
508,0
630
710
780
550
558,8
710
780
12/16
600
610,0
780
800
12/16
700
711,0
900
12/16
800
813,0
1000
12/16
900
914.0
1100
12/16
1000
1016,0
1200
12/16
1100
1118,0
1300
12/16
1200
1219,0
1400
12/16
12/16
Remarque : la longueur des tubes en acier galvanisé est uniquement de 6 m.
Tableau 2 - Tubes acier noir et galvanisé doubles
Dimensions du tube Dext (mm)
Dimension de la gaine en
PE
DN (mm)
Longueur (m)
20
26.9
125
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
25
33,7
140
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
32
42,4
160
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
40
48,3
160
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
50
60,3
200
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
65
76,1
225
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
80
88,9
250
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
100
114,3
315
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
125
139,7
400
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
150
168,3
450
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
200
219.1
560
12 (acier noir) / 6 (acier galvanisé)
DN
14/11-1692
7
Tableau 3 - Tubes cuivre
Dimensions du tube Dext
(mm)
Dimension de la gaine
en PE
DN (mm)
Longueur (m)
22
90
12
Tubes cuivre
28
90
12
35
90
12
simples
42
110
12
54
125
12
70
140
12
89
160
12
22 - 22
125
12
28 - 28
140
12
35 - 35
140
12
42 - 42
160
12
54 - 54
160
12
22 -15
90
12
110
110
125
140
160
12
12
12
12
12
18
63
50, 100
18
77
50, 100
18
90
50, 100
22
77
50, 100
22
90
50, 100
28
77
50, 100
28
90
50, 100
Dimensions du tube Dext
(mm)
Dimension de la gaine
en PE
DN (mm)
Longueur (m)
20
63
50, 100
20
77
50, 100
25
77
50, 100
Tubes cuivre
TWIN
Tubes cuivre
double
28
35
42
54
70
Tubes cuivre
flexibles
-
22
22
22
28
28
Tableau 4 - Tubes acier cintrables (Flexible)
Tubes acier
cintrables
8
25
90
50, 100
28
77
50, 100
28
90
50, 100
14/11-1692
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising