Intégration des composants solaires thermiques actifs

Intégration des composants solaires thermiques actifs
N° d’ordre 2007-ISAL-0006
Année 2007
Thèse
Intégration des composants solaires
thermiques actifs dans la structure bâtie
Présentée devant
L’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon
Pour obtenir
Le grade de docteur
Formation doctorale : Génie Civil
Ecole doctorale : MEGA
Par
Talal SALEM
Ingénieur de la faculté de Génie I de l’Université Libanaise
DEA de Génie Civil de l’INSA de Lyon
Soutenue le 19 janvier 2007 devant la commission d’examen
Jury MM.
Rapporteur
Examinateur
Président
Rapporteur
Directeur
Examinateur
A. MOURTADA
D. MAYER
J.J. ROUX
M. SANTAMOURIS
P. MICHEL
S. KHERROUF
Professeur (Université Libanaise)
Professeur (Mines Paris)
Professeur (INSA de Lyon)
Professeur (Université d’Athènes)
Docteur habilité (ENTPE)
Ingénieur (ADEME)
Cette thèse a été préparée au Laboratoire des Sciences de l’Habitat de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de
l’Etat, Département Génie Civil et Bâtiment (DGCB), URA CNRS 1652
1
2
2006
SIGLE
ECOLE DOCTORALE
NOM ET COORDONNEES DU RESPONSABLE
CHIMIE DE LYON
Denis SINOU
Université Claude Bernard Lyon 1
Lab Synthèse Asymétrique UMR UCB/CNRS 5622
Bât 308
2ème étage
43 bd du 11 novembre 1918
69622 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72.44.81.83 Fax : 04 78 89 89 14
sinou@univ-lyon1.fr
M. Daniel BARBIER
INSA DE LYON
Laboratoire Physique de la Matière
Bâtiment Blaise Pascal
69621 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72.43.64.43 Fax 04 72 43 60 82
Daniel.Barbier@insa-lyon.fr
Responsable : M. Denis SINOU
Insa : R. GOURDON
E.E.A.
ELECTRONIQUE,
ELECTROTECHNIQUE,
AUTOMATIQUE
M. Daniel BARBIER
E2M2
EVOLUTION, ECOSYSTEME,
MICROBIOLOGIE, MODELISATION
http://biomserv.univ-lyon1.fr/E2M2
M. Jean-Pierre FLANDROIS
Insa : S. GRENIER
EDIIS
INFORMATIQUE ET INFORMATION
POUR LA SOCIETE
http://www.insa-lyon.fr/ediis
M. Lionel BRUNIE
EDISS
INTERDISCIPLINAIRE SCIENCESSANTE
http://www.ibcp.fr/ediss
M. Alain Jean COZZONE
Insa : M. LAGARDE
MATERIAUX DE LYON
http://www.ec-lyon.fr/sites/edml
M. Jacques JOSEPH
Insa : J. M. PELLETIER
Math IF
MATHEMATIQUES ET INFORMATIQUE
FONDAMENTALE
http://www.ens-lyon.fr/MathIS
M. Franck WAGNER
Insa : G. BAYADA
MEGA
MECANIQUE, ENERGETIQUE, GENIE
CIVIL, ACOUSTIQUE
http://www.lmfa.eclyon.fr/autres/MEGA/index.html
M. François SIDOROFF
SSED
Insa : G. DALMAZ
SCIENCES DES SOCIETES, DE
L’ENVIRONNEMENT ET DU DROIT
Mme Claude-Isabelle BRELOT
Insa : J.Y. TOUSSAINT
M. Jean-Pierre FLANDROIS
UMR 5558 Biométrie et Biologie Evolutive
Equipe Dynamique des Populations Bactériennes
Faculté de Médecine Lyon-Sud Laboratoire de Bactériologie BP
1269600 OULLINS
Tél : 04.78.86.31.50 Fax 04 72 43 13 88
E2m2∂biomserv.univ-lyon1.fr
M. Lionel BRUNIE
INSA DE LYON
EDIIS
Bâtiment Blaise Pascal
69621 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72.43.60.55 Fax 04 72 43 60 71
ediis@insa-lyon.fr
M. Alain Jean COZZONE
IBCP
(UCBL1)
7 passage du Vercors
69367 LYON Cedex 07
Tél : 04.72.72.26.75 Fax : 04 72 72 26 01
cozzone@ibcp.fr
M. Jacques JOSEPH
Ecole Centrale de Lyon
Bât F7 Lab. Sciences et Techniques des Matériaux et des Surfaces
36 Avenue Guy de Collongue BP 163
69131 ECULLY Cedex
Tél : 04.72.18.62.51 Fax 04 72 18 60 90
Jacques.Joseph@ec-lyon.fr
M. Franck WAGNER
Université Claude Bernard Lyon1
Institut Girard Desargues
UMR 5028 MATHEMATIQUES
Bâtiment Doyen Jean Braconnier
Bureau 101 Bis, 1er étage
69622 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72.43.27.86 Fax : 04 72 43 16 87
Franck.wagner@univ-lyon1.fr
M. François SIDOROFF
Ecole Centrale de Lyon
Lab. Tribologie et Dynamique des Systêmes Bât G8
36 avenue Guy de Collongue
BP 163
69131 ECULLY Cedex
Tél :04.72.18.62.14 Fax : 04 72 18 65 37
Francois.Sidoroff@ec-lyon.fr
Mme Claude-Isabelle BRELOT
Université Lyon 2
86 rue Pasteur
69365 LYON Cedex 07
Tél : 04.78.69.72.76 Fax : 04.37.28.04.48
Claude-isabelle.brelot@univ-lyon2.fr
4
Avant-propos
Notre Travail s’est déroulé au sein du Laboratoire des Sciences de l’Habitat, du Département
Génie Civil et Bâtiment, unité de recherche associée au CNRS (D 1652), situé dans l’Ecole
Nationale des Travaux Publics de l’Etat à Vaulx-en-Velin.
Je tiens particulièrement à remercier…
Gérard Guarracino, directeur du Département Génie Civil et Bâtiment, grâce à qui ce travail
s’est pu être réalisé ;
Pierre Michel, mon directeur de thèse, pour son encadrement et son soutien actif tout au long
de mes recherches, ainsi que le réel enthousiasme qu’il a su faire partager autour de cette
problématique, en y apportant une réflexion scientifique rigoureuse ;
Mathéos Santamouris, professeur à l’Université d’Athènes et Adel Mourtada, professeur à
l’Université Libanaise, pour avoir accepté d’examiner ce travail et de prendre part à ce jury.
Jean Jacques Roux, professeur à l’INSA de Lyon, Didier Mayer, professeur à l’Ecole de
Mines de Paris et Samira Kherrouf, ingénieur à l’ADEME, pour avoir accepté de prendre part
à ce jury.
Mohamed el Mankibi, enseignant chercheur à l’ENTPE, pour ses conseils et son aide
précieuse dans la partie expérimentale de notre recherche.
Tous les membres du laboratoire, particulièrement Bassam Moujalled, avec lesquels j’ai eu la
chance de travailler dans une ambiance réellement motivante et sympathique ;
Et plus que tout merci à René, Claude, Chantal, Tarek et Ziad, sans qui tout cela n’aurait
aucun sens.
5
6
Résumé
L’intérêt grandissant dans l’énergie solaire réside dans le fait qu’elle est une source
inépuisable d’approvisionnement en énergie et son usage ne produit ni émission de polluants,
ni déchets. Pendant les trente dernières années, les équipements solaires thermiques ont gagné
en qualité et en durabilité, mais leur utilisation dans le bâtiment demeure freinée
considérablement par une contrainte majeure: « leur intégration dans l’architecture du
bâtiment ».
L’objectif de notre étude est double : d’une part conduire une analyse prospective destinée à
identifier des pistes d'innovation dans l'intégration architecturale des systèmes solaires
thermiques actifs, et d’autre part développer un outil numérique qui permet de calculer la
performance énergétique des équipements solaires intégrés et l’impact de l’intégration sur
l’ambiance intérieure du bâtiment. Dans un premier temps, une analyse de la problématique
de l’intégration architecturale des composants solaires thermiques actifs dans le bâtiment à
travers des exemples réalisés nous conduit à définir des principes d’intégration. Dans un
second temps, nous développons un outil d’analyse prospective, baptisé SISBat, capable
d’évaluer la qualité d’intégration des composants solaires dans le bâtiment et de proposer des
perspectives d’évolution. Ensuite, nous développons un environnement de simulation de
systèmes solaires intégrés dans le bâtiment. Bien que le système solaire soit considéré dans
son ensemble, le travail de développement s’est plutôt focalisé sur le capteur intégré prenant
en compte l’interaction capteur/bâtiment. Une fois qu’une proposition d’intégration solaire est
développée avec SISBat, son comportement thermique et sa performance énergétique sont
étudiés avec le modèle numérique développé afin de vérifier l’intérêt de la solution
d’intégration. Enfin, une expérimentation à l’échelle réelle d’un système solaire de production
d’eau chaude ayant des capteurs intégrés dans la façade d’un bâtiment expérimental permet
non seulement d’étudier le comportement réel de capteurs solaires intégrés, mais aussi de
pouvoir confronter les résultats des simulations numériques et les mesures expérimentales et
évaluer la capacité du modèle numérique développé à décrire le comportement thermique de
tels composants.
Mots clés: Solaire thermique – Intégration architecturale – Procédés constructifs – Prospective
– Modélisation – Expérimentation.
7
8
Abstract
Nowadays, solar energy shows a growing interest as it presents a clean renewable source of
energy, besides it is pollution free during use. During the past thirty years, thermal solar
equipments have been subject to many enhancements, but their use in buildings is still
restrained by a major constraint: “their integration in the building architecture”.
This thesis presents two main objectives: on the one hand to conduct a prospective analysis in
order to identify possible innovative ways for the architectural integration of active thermal
solar systems, on the other hand to develop a numerical tool that enables the calculation of the
energy performance of integrated solar equipments and its impact on the indoor environment
of buildings. At the first time, we have defined the principles of integration through the
analysis of the problems that face the architectural integration of active thermal solar
components in building based on real cases. Secondly, we have developed a prospective
analysis tool named SISBat. This tool can evaluate the quality of the integration of solar
components in buildings, and suggest possible ways of enhancement. Afterwards, we have
developed a simulation model dedicated to the study of integrated solar systems in buildings.
We consider the solar system in its integrity, but we focus mainly on the integrated collector
and the interactions that could have with the building. Hence, using SISBat and the developed
simulation tool, multiple solutions of solar integration can be emerged and evaluated to show
their utility. SISBat determines the potential solutions of integration, and the numerical tool
evaluates the thermal behaviour and energy performance of each. At the last stage, we have
carried an experimental study on a DHW solar system with four solar collectors integrated to
the facades of an experimental building. This experiment enables us to study the behaviour of
integrated solar collectors in real conditions, and compare it with the results of the numerical
simulations in order to evaluate the numerical model that was developed.
Keywords: Thermal solar – Architectural integration – Construction methods – Foresight –
Modelling – Experiment.
9
10
Table des matières
Avant-propos ............................................................................................................................ 5
Résumé ...................................................................................................................................... 7
Abstract ..................................................................................................................................... 9
Table des matières.................................................................................................................. 11
Introduction générale............................................................................................................. 17
1 Problématique d’intégration des composants solaires..................................................... 25
1.1 Analyse du contexte ....................................................................................................... 25
1.1.1 La lutte contre le changement climatique........................................................................................... 25
1.1.2 L’indépendance énergétique et la sécurité d’approvisionnement ...................................................... 26
1.1.3 Le contexte énergétique Français....................................................................................................... 27
1.1.4 Quelle place pour l’énergie solaire thermique?................................................................................. 27
1.2 Développement du marché des systèmes solaires thermiques ....................................... 28
1.2.1 Développement du marché solaire thermique mondial ...................................................................... 28
1.2.2 Développement du marché solaire thermique européen..................................................................... 29
1.2.3 Développement du marché solaire thermique français ...................................................................... 30
1.3 Le poids considérable du secteur du bâtiment ............................................................... 31
1.4 Problématique liée à l’intégration technico-architecturale............................................. 34
1.4.1 Exemples d’intégration de capteurs solaires dans le bâtiment........................................................... 35
1.4.2 La qualité architecturale .................................................................................................................... 40
1.4.3 Le design et la modularité des composants ........................................................................................ 40
1.4.4 Le compromis entre l’intégration architecturale et la performance thermique ................................. 40
2 Les technologies solaires dans le secteur bâtiment........................................................... 45
2.1 Principes généraux ......................................................................................................... 45
2.2 Les systèmes solaires passifs.......................................................................................... 46
2.2.1 Principe .............................................................................................................................................. 46
2.2.2 Avantages et inconvénients des systèmes passifs................................................................................ 47
2.3 Les systèmes solaires thermiques actifs ......................................................................... 48
2.3.1 Le captage et l’absorption .................................................................................................................. 49
2.3.2 Le transfert de chaleur ....................................................................................................................... 52
2.3.3 Le stockage ......................................................................................................................................... 54
2.3.4 L’appoint ............................................................................................................................................ 54
2.4 Conclusion...................................................................................................................... 55
3 Les procédés constructifs du bâtiment .............................................................................. 61
3.1 Les règles de l’art ........................................................................................................... 61
3.2 Déconstruction et gestion des déchets............................................................................ 63
3.3 Dépollution..................................................................................................................... 63
3.4 Fondations ...................................................................................................................... 64
3.5 Ouvrages de maintien des terres..................................................................................... 65
3.6 Construction en béton..................................................................................................... 65
3.6.1 Les bétons coulés en place.................................................................................................................. 65
3.6.2 Les bétons précontraints..................................................................................................................... 66
3.6.3 Les coffrages pour béton armé ........................................................................................................... 66
3.6.4 Les joints............................................................................................................................................. 67
3.7 Maçonnerie d’éléments .................................................................................................. 67
3.7.1 Murs et parois en maçonnerie ............................................................................................................ 67
3.7.2 Blocs de béton..................................................................................................................................... 70
3.7.3 Briques de terre cuite ......................................................................................................................... 71
3.7.4 Pierres ................................................................................................................................................ 72
3.8 Construction en acier...................................................................................................... 72
3.9 Construction en bois....................................................................................................... 73
11
3.10 Planchers ...................................................................................................................... 74
3.11 Façades ......................................................................................................................... 76
3.11.1 Les façades lourdes .......................................................................................................................... 77
3.11.2 Les façades légères........................................................................................................................... 78
3.11.3 Les façades double-peau................................................................................................................... 81
3.12 Cloisons........................................................................................................................ 84
3.13 Toitures......................................................................................................................... 85
3.13.1 Toits plats ......................................................................................................................................... 86
3.13.2 Toits à pente ..................................................................................................................................... 88
3.14 Conclusion.................................................................................................................... 88
4 Des solutions techniques d’intégration.............................................................................. 95
4.1 Captage et absorption ..................................................................................................... 95
4.1.1 Intégration dans les murs en maçonnerie de type I ............................................................................ 95
4.1.2 Intégration dans les murs en maçonnerie de type II........................................................................... 96
4.1.3 Intégration dans les murs en maçonnerie de type III.......................................................................... 96
4.1.4 Intégration dans les murs en maçonnerie de type IV.......................................................................... 97
4.1.5 Façade à panneau bois....................................................................................................................... 97
4.1.6 Intégration dans les façades panneau ................................................................................................ 98
4.1.7 Intégration dans les façades rideaux .................................................................................................. 98
4.1.8 Intégration dans les bardages métalliques ......................................................................................... 99
4.1.9 Intégration dans les façades vitrées.................................................................................................... 99
4.1.10 Intégration dans les façades double-peau ...................................................................................... 100
4.1.11 Intégration dans les allèges ............................................................................................................ 100
4.1.12 Intégration dans les toitures terrasses en béton coulé sur place .................................................... 101
4.1.13 Intégration dans les toitures terrasses par dalles sur plots ............................................................ 101
4.1.14 Intégration dans les toitures terrasses par dalles sur plots ............................................................ 102
4.1.15 Intégration dans les toits à pente.................................................................................................... 102
4.1.16 Intégration dans les toitures inversées ........................................................................................... 103
4.1.17 Intégration dans les tuiles de terre cuite ........................................................................................ 103
4.1.18 Intégration dans les maçonneries de brique................................................................................... 104
4.1.19 Intégration dans les poteaux........................................................................................................... 104
4.2 Stockage ....................................................................................................................... 105
4.2.1 Ballon de stockage intégré dans un puits de lumière ....................................................................... 105
4.2.2 Ballon de stockage intégré dans un mur translucide........................................................................ 105
4.3 Transfert de chaleur...................................................................................................... 106
4.3.1 Tuyaux intégrés dans les planchers .................................................................................................. 106
4.3.2 Tuyaux intégrés dans les cloisons..................................................................................................... 106
4.4 Conception – Esquisses................................................................................................ 107
4.4.1 Mur en maçonnerie de type III ......................................................................................................... 107
4.4.2 Bardage acier simple........................................................................................................................ 109
4.4.3 Façade rideau................................................................................................................................... 110
4.4.4 Allège de fenêtre dans une façade légère ......................................................................................... 112
4.4.5 Façade panneau en maçonnerie....................................................................................................... 113
4.4.6 Façade à vitrage parclosé ................................................................................................................ 114
4.5 Conclusion.................................................................................................................... 116
5 Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision................................................ 119
5.1 La démarche prospective.............................................................................................. 119
5.2 Élaboration d’une grille d’analyse ............................................................................... 120
5.2.1 Les types des critères de l’analyse.................................................................................................... 121
5.2.2 Nécessité d’une structure hiérarchique ............................................................................................ 122
5.2.3 L’identification et la définition des critères d’analyse ..................................................................... 123
5.2.4 La grille d’analyse............................................................................................................................ 131
5.3 Application de l’analyse structurelle............................................................................ 133
5.3.1 Présentation de la méthode .............................................................................................................. 133
5.3.2 Les variables internes et externes..................................................................................................... 133
5.3.3 La mise en relation des variables ..................................................................................................... 134
5.3.4 Classement direct et indirect ............................................................................................................ 139
12
5.3.5 Identification des variables clés ....................................................................................................... 141
5.3.6 Les limites de l’analyse..................................................................................................................... 142
5.4 Elaboration de la méthode d’évaluation d’intégration SISBat..................................... 143
5.4.1 Notation des critères d’analyse ........................................................................................................ 143
5.4.2 Pondération des variables selon la motricité ................................................................................... 143
5.4.3 Evaluation et comparaison des propositions.................................................................................... 145
5.5 Application de la méthode SISBat ............................................................................... 145
5.5.1 Analyse des propositions .................................................................................................................. 146
5.5.2 Résultats de l’analyse ....................................................................................................................... 149
5.5.3 Propositions d’amélioration des conceptions d’intégration............................................................. 156
5.6 Évaluation finale .......................................................................................................... 163
5.7 Conclusion.................................................................................................................... 165
6 Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés ............................. 171
6.1 La modélisation de capteurs solaires intégrés .............................................................. 171
6.1.1 Bilan énergétique du capteur............................................................................................................ 172
6.1.2 La conductance thermique du capteur intégré ................................................................................. 173
6.1.3 Analyse thermique de l’absorbeur.................................................................................................... 176
6.1.4 Effet du régime transitoire................................................................................................................ 179
6.2 Logiciels utilisés dans la simulation............................................................................. 180
6.2.1 SOLO 2000 ....................................................................................................................................... 180
6.2.2 MATLAB 6.5 ..................................................................................................................................... 181
6.2.3 TRNSYS 16........................................................................................................................................ 181
6.3 Le protocole de simulation........................................................................................... 182
6.3.1 Les fichiers climatiques .................................................................................................................... 182
6.3.2 La description du système solaire..................................................................................................... 183
6.3.3 Couleurs de l’absorbeur ................................................................................................................... 184
6.3.4 Description de la zone de bâtiment................................................................................................... 185
6.3.5 L’effet de masque.............................................................................................................................. 186
6.4 Le modèle du bâtiment................................................................................................. 187
6.5 Le modèle du système solaire thermique ..................................................................... 189
6.5.1 Le capteur plan intégré..................................................................................................................... 189
6.5.2 Le stockage ....................................................................................................................................... 190
6.5.3 La régulation .................................................................................................................................... 190
6.6 Le système global......................................................................................................... 190
6.7 Étude paramétrique ...................................................................................................... 191
6.7.1 Influence du coefficient d’absorption de l’absorbeur....................................................................... 191
6.7.2 Influence du coefficient d’émission de l’absorbeur .......................................................................... 192
6.8 Simulations numériques ............................................................................................... 193
6.8.1 Comparaison entre les couleurs d’absorbeurs ................................................................................. 193
6.8.2 Comparaison avec un système solaire de référence ......................................................................... 196
6.8.3 Impact sur l’ambiance interne.......................................................................................................... 206
6.9 Conclusion.................................................................................................................... 216
7 Expérimentation de capteurs intégrés en façade............................................................ 219
7.1 Lieu de l’installation..................................................................................................... 219
7.2 La Façade ..................................................................................................................... 221
7.3 Les capteurs thermiques solaires.................................................................................. 223
7.4 L’installation d’eau chaude sanitaire............................................................................ 226
7.5 Les capteurs de mesure expérimentaux........................................................................ 229
7.5.1 Le choix des paramètres de mesure.................................................................................................. 229
7.5.2 La température de surface ................................................................................................................ 229
7.5.3 La température de conduit................................................................................................................ 230
7.5.4 La température d’ambiance.............................................................................................................. 232
7.5.5 La température extérieure et l’humidité relative .............................................................................. 232
7.5.6 Le Débit ............................................................................................................................................ 233
7.5.7 Les Modules d’acquisition................................................................................................................ 233
7.5.8 L’alimentation .................................................................................................................................. 234
13
7.5.9 Montage global................................................................................................................................. 235
7.6 Le système d’acquisition.............................................................................................. 236
7.6.1 Paramétrage de la carte d’acquisition ............................................................................................. 236
7.6.2 Développement d’une interface d’acquisition avec LabVIEW ......................................................... 236
7.6.3 Données Climatiques........................................................................................................................ 237
7.6.4 Le pas de temps de l’acquisition....................................................................................................... 238
7.6.5 Le puisage......................................................................................................................................... 238
7.7 Validation de l’installation d’acquisition ..................................................................... 239
7.7.1 Installation solaire en stagnation ..................................................................................................... 239
7.7.2 Résultats de mesures d’une journée ensoleillée................................................................................ 240
7.7.3 Résultats de mesures d’une journée couverte................................................................................... 242
7.8 Mise en route de l’installation et exploitation des résultats ......................................... 243
7.8.1 Températures de surface .................................................................................................................. 244
7.8.2 Températures de conduit .................................................................................................................. 245
7.8.3 Températures de structure................................................................................................................ 246
7.8.4 Température de ballon...................................................................................................................... 247
7.9 Comparaison entre les résultats numériques et expérimentaux.................................... 249
7.9.1 Réglage des paramètres de simulation ............................................................................................. 250
7.9.2 Résultats et discussion ...................................................................................................................... 253
7.10 Conclusion.................................................................................................................. 261
Conclusion générale ............................................................................................................. 265
Perspectives........................................................................................................................... 265
Références ............................................................................................................................. 273
Liste des Figures ................................................................................................................... 283
Liste des Tableaux................................................................................................................ 287
A.1 Etat de lieu des solutions d’intégration existantes...................................................... 293
B.1 La méthode d’analyse structurelle.............................................................................. 303
B.2 L’évaluation des solutions proposées.......................................................................... 309
C.1 Résultats des simulations .............................................................................................. 323
C.2 Résultats des mesures.................................................................................................... 376
14
Introduction générale
15
16
Introduction générale
Introduction générale
Depuis les années 80 et les répercussions des chocs pétroliers, l’humanité s’est rendu compte
que les ressources d’énergie fossile sont limitées et qu’une mauvaise gestion de
l’environnement peut provoquer de changements climatiques de grande envergure et causer
des crises graves dans le futur. Selon les accords de Kyoto, à l’horizon 2012, les pays
industrialisés se sont engagés à réduire leurs émissions des six principaux gaz à effet de serre
de 5,2 % en moyenne entre 2008 et 2012 par rapport au niveau de 1990. En signant ce
Protocole et ses engagements, la France s’est engagée dans une forte relance de sa politique
de maîtrise de l’énergie et de développement des énergies renouvelables. De cet engagement
s’ensuit, en 2000, l’établissement d’un Plan National de Lutte contre le Changement
Climatique (PNLCC), remplacé en 2004 par le Plan Climat dans lequel la France a inscrit
l’application du « facteur 4 » qui vise à diviser par quatre d’ici 2050 les émissions des gaz à
effet de serre.
Le secteur du bâtiment est en France le plus gros consommateur d’énergie avec 70 millions de
tonnes d’équivalent pétrole (TEP) soit 43 % du total national. La consommation moyenne
annuelle d'énergie dans ce secteur est aujourd’hui proche de 400 kWh d'énergie primaire par
m² chauffé. Cette énergie consommée entraîne l’émission de 120 millions de tonnes de CO2
représentant 25 % des émissions nationales et 32,7 millions de tonnes de carbone [DGEMP,
2006]. La réduction d’un facteur 4 des émissions de CO2 correspondrait à une consommation
moyenne d’énergie primaire de l’ordre d’une centaine de kWh/m2 en 2050 pour l’ensemble
des bâtiments en service, dont environ 50 kWh/m2 pour le chauffage des locaux et l’eau
chaude sanitaire. On mesure ainsi l’ampleur des efforts technologiques et financiers à réaliser.
Dans ce contexte, l’utilisation thermique de l’énergie solaire dans le secteur du bâtiment
constitue un véritable enjeu pour les problèmes environnementaux, économiques et sociaux.
L’énergie solaire produit peu de déchets et engendre peu d’émissions de gaz à effet de serre,
responsables du réchauffement de la planète. Elle présente aussi de nombreux avantages au
regard de la sécurité énergétique puisqu’elle est une source locale inépuisable.
En France, la filière solaire thermique a déjà une grande ancienneté. Depuis trente ans, la
qualité des installations solaires thermiques est en constante progression grâce notamment aux
efforts faits par les industriels pour améliorer les performances des matériels qu’ils produisent
et la mise en place de procédures de qualification et de certification des produits.
L'augmentation du prix de pétrole, la volonté nationale de diminuer les émissions de gaz à
effet de serre et la mise en place depuis janvier 2005 d’un crédit d’impôt de 40% venant en
remboursement ou en déduction de l’achat du système solaire thermique, ont permis de
donner un coup d'accélérateur réel au développement de cette filière. Mais le marché des
équipements solaires thermiques restait jusqu'à récemment encore relativement modeste et
leur diffusion se trouve freinée par quatre contraintes majeures et fortement liées :
17
Introduction générale
− la qualité de leur intégration technique et architecturale aux bâtiments et à leur
environnement ;
− le coût des installations et de leur mise en œuvre ;
− la perception de l’esthétique de ces systèmes au sein des bâtiments ;
− la distribution et la diffusion assurées par des circuits spécifiques distincts des circuits
traditionnels du bâtiment.
Ainsi, l’intégration des composants solaires actifs dans le bâtiment apparaît comme un
élément clé qui permet d’éviter des solutions d’implantation parfois inesthétiques, et des
surcoûts de réalisation trop importants. En outre, des solutions inadaptées pourraient conduire
à dévaloriser les bâtiments ou à en menacer l’intégrité.
Notre recherche consiste à conduire une réflexion prospective destinée à identifier des pistes
d’innovation dans l’intégration technique et architecturale des systèmes solaires thermiques
actifs. L’objectif est d’analyser des possibilités d’intégration des équipements solaires
thermiques actifs dans les constructions neuves et les bâtiments existants, et d’explorer les
différentes possibilités d’évolutions technologiques qui mèneront à la proposition des pistes
de recherche détaillée et d’application des innovations technologiques envisageables dans le
domaine des matériaux et des procédés de fabrication. Les améliorations et les innovations de
systèmes sont censées réduire le coût de la réalisation et de fonctionnement du système solaire
ou augmenter le rendement des systèmes et favoriser ainsi la croissance de marché du solaire.
Dans le but d’atteindre nos objectifs, nous proposons une démarche articulée autour de
plusieurs principes méthodologiques. Elle peut être représentée graphiquement de la manière
suivante :
Technologies solaires
dans le bâtiment
Procédés constructifs
Analyse de la
problématique
Partie I
Analyse
fonctionnelle
Evaluation
qualitative
Elaboration de
propositions
d’intégration
Evaluation
énergétique
Amélioration
de la
proposition
Outil d’analyse
prospective
Partie II
Intérêt
énergétique
Modélisation
numérique
Comparaison
Expérimentation
Partie III
18
Introduction générale
Dans un premier temps, nous effectuons l’analyse de la situation actuelle de la technologie
solaire thermique dans le secteur bâtiment. Cette analyse nous permet de mettre en évidence
les principales applications des systèmes solaires thermiques dans ce secteur, et de faire une
analyse des ressources et des besoins à satisfaire. Cette étape constitue le premier apport pour
la définition des composants devant assurer les fonctions essentielles de l’enveloppe
considérée comme système solaire, notamment les fonctions de captage, de stockage et de
distribution.
Elle est suivie par un état de l’art des procédés constructifs dans le domaine de bâtiment. Une
typologie de différentes techniques de construction est présentée afin de repérer les éléments
et les phases du processus de construction qui peuvent servir à intégrer des composants
solaires. Cette étape constitue un second apport pour la définition des composants et des
techniques constructives qui permettent d’intégrer les fonctions de transfert propres aux
systèmes solaires.
Une analyse fonctionnelle des systèmes solaires et des éléments de construction conduit à
définir et établir une série de propositions d’intégration. L’analyse détaillée de toutes les
propositions se révélant difficile à effectuer dans le cadre de notre recherche, un classement
de ces propositions suivant des critères de faisabilité nous conduit à en retenir certaines pour
être analysées et développées à travers un outil d’analyse prospective. L’analyse de la
problématique de l’intégration technico-architecturale des systèmes solaires dans la structure
bâtie nous permet d’établir un cadre rigoureux pour le développement de cet outil.
Dans la deuxième partie, un outil d’analyse prospective capable d’évaluer la qualité
d’intégration des composants solaires dans le bâtiment est développé suivant une approche
systémique. Nous élaborons une structure méthodologique qui puisse répondre à cet objectif
en utilisant l’analyse structurelle. D’abord un recensement des différentes variables qui
peuvent intervenir sur la qualité d’intégration est fait suivant des critères architecturaux,
économiques, techniques, environnementaux et réglementaires. Ceci est traduit à travers une
grille d’analyse du cycle de vie de l’élément solaire, permettant aussi de hiérarchiser les
variables. Ensuite nous effectuons une identification des différentes influences directes que
peuvent avoir les différentes variables les une sur les autres. L’utilisation de la méthode
Micmac met en évidence l’influence indirecte entre les différentes variables. Ensuite, une
méthode de pondération suivant la motricité des variables est élaborée, afin de pouvoir
attribuer une note d’évaluation de l’intégration solaire. Une application de l’outil aux
propositions d’intégration préalablement formulées permet d’analyser la qualité d’intégration
architecturale et met en évidence les principaux facteurs d’évolution de ces solutions. Ainsi
cette méthode nous permet, non seulement de mettre en évidence les points faibles de chaque
solution d’intégration, mais aussi de pouvoir optimiser la proposition en tenant compte des
influences que peut avoir l’amélioration de ces points sur le système tout entier.
19
Introduction générale
Ensuite, la méthode d’évaluation qualitative est complétée par une modélisation physique des
capteurs solaires plans intégrés dans l’enveloppe du bâtiment. Les principes physiques mis en
jeu sont détaillés et précisés afin de cerner le rôle des différents paramètres et caractéristiques
physiques dans le fonctionnement et l’optimisation du système solaire, notamment les
phénomènes énergétiques (transfert de chaleur et de masse, échange de chaleur entre
surfaces). Un modèle global du système solaire prenant en compte l’interaction capteur/
bâtiment permet de quantifier la performance de différentes solutions, sur les plans
énergétique et environnemental. L’analyse des résultats nous permet d’évaluer le
comportement thermique des composants constitutifs de l’enveloppe et de cerner l’impact de
l’intégration des composants solaires dans l’enveloppe du bâtiment sur la qualité d’ambiance
et sur le confort dans le bâtiment.
Enfin, dans le cadre d’un projet de recherche et développement sur l’intégration solaire, mené
par une équipe de six partenaires dont nous faisons partie, et soutenu par l’ADEME, des
prototypes de capteurs solaires intégrés dans les façades vitrées sont fabriqués et installés sur
la façade expérimentale du bâtiment des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau. La mise en place
de l’expérimentation à l’échelle réelle pendant le second semestre de 2005 permet non
seulement de concrétiser une des propositions d’intégration évaluées par la méthode
prospective développée, mais permet aussi d’étudier le comportement réel et la productivité
énergétique de tels composants. Une comparaison entre les résultats expérimentaux et les
résultats de simulations numériques permet d’évaluer la capacité du modèle numérique
développé à décrire le comportement thermique de tels composants.
20
Partie I
Énergie solaire thermique dans le bâtiment
État des lieux
21
22
Chapitre 1 :
Problématique d’intégration des composants solaires
24
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
1 Problématique d’intégration des composants solaires
1.1 Analyse du contexte
En quelques décennies, la technologie et les ressources du sous-sol ont bouleversé les
standards de confort et transcendé les exigences. Le niveau de vie a atteint un degré
d’excellence sans précédent. Cependant, contrainte par l’épuisement des réserves,
l’augmentation des coûts et de gravissimes atteintes à la biosphère, la tendance s’inverse
rapidement.
Le rapport du Club de Rome de 1972 s’intitulant « Les limites de la croissance » et la
première crise pétrolière de 1973 ont attiré l’attention de l’humanité sur le fait que les
ressources d’énergie fossile sont limitées et qu’une mauvaise gestion de l’environnement peut
provoquer de changements climatiques de grande envergure et causer des crises graves dans
le futur [PEUSER, 2005]. Par conséquent, les deux dernières décennies ont annoncé une prise
de conscience internationale progressive traduite par une succession de sommets
environnementaux.
1.1.1 La lutte contre le changement climatique
À partir des années 80, le phénomène des changements climatiques (effet de serre), fortement
médiatisé, a fait l’objet de nombreuses polémiques. Cette problématique fait maintenant
l’unanimité sur la scène scientifique internationale. Le dernier rapport du GIEC (Groupe
intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) a confirmé le relèvement de la
température moyenne de l’atmosphère terrestre de 1° à 6 °C d’ici à la fin du siècle. Ce
réchauffement a déjà provoqué des perturbations climatiques ayant des répercussions
gravissimes. Celles-ci risquent d’être de plus en plus importantes dans l’avenir.
Selon les accords de Kyoto, à l’horizon 2012, les pays industrialisés se sont engagés à réduire
leurs émissions des six principaux gaz à effet de serre de 5,2 % en moyenne entre 2008 et
2012 par rapport au niveau de 1990. Les pays en voie de développement ont été exemptés
d'engagements chiffrés afin que leur croissance ne soit pas remise en cause. L’entrée en
vigueur de ces mesures, le 15 février 2005, révèle implicitement la limite des ambitions. Déjà
les pays d’Europe organisent le rachat de droits pollueurs pour compenser leurs déficiences
environnementales, et les États-Unis rejettent les limites préconisées par l’ONU. La filière
électronucléaire, quant à elle, avance ses faibles émissions de gaz à effet de serre et sa
productivité, n’hésitant pas à dissimuler son potentiel mutagène derrière un label « énergie
propre » troublant. À l’inverse, les énergies renouvelables produisent peu de déchets et
engendrent peu d’émissions polluantes, en particulier les gaz à effet de serre, responsables du
réchauffement de la planète et du dérèglement climatique.
25
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
1.1.2 L’indépendance énergétique et la sécurité d’approvisionnement
Parfois estompé lorsque la conjoncture paraît orientée à la baisse des prix et à l’abondance des
disponibilités, l’enjeu d’indépendance énergétique et de sécurité d’approvisionnement revient
au galop à la première alerte économique ou géopolitique. Il n’y a préoccupation pour la
sécurité que lorsqu’il y a risque sur les approvisionnements. Mais quels sont ces risques ?
• Le premier risque est celui d’une rupture physique d’approvisionnement à long terme.
La rupture ou le rationnement physique peuvent tout simplement résulter de
l’épuisement des ressources ou de l’insuffisance des moyens de production. S’agissant
des énergies fossiles, la mesure de la durée de vie des réserves révèle bien cette
préoccupation qui pourra un jour devenir une véritable hantise [Figure 1-1].
Energies primaires
250
217 ans
200
150
100
50
62 ans
63 ans
Méthane
Uranium
43 ans
0
Pétrole
Charbon
Figure 1-1 : Estimation des réserves mondiales [LHOMME, 2005].
•
Le deuxième risque est celui de la rupture sur les prix. Les divers chocs pétroliers
depuis 1973 illustrent abondamment cette menace. En effet, le renchérissement brutal,
ou non, durable ou non, récurent ou non, est un facteur de déstabilisation profonde des
marchés. Ce risque est réel puisqu’il s’est concrétisé à plusieurs reprises,
principalement sur le pétrole.
• Le troisième risque est géopolitique. Certains pays n’hésitent pas à brandir
ouvertement l’arme du pétrole.
Les énergies renouvelables présentent de nombreux avantages au regard de la sécurité
énergétique. En premier lieu, elles ne posent pas, contrairement aux ressources fossiles, et
dans une moindre mesure aux ressources fissiles, de risque d’épuisement. Certaines, comme
l’énergie solaire, apparaissent vraiment comme disponibles en quantité illimitée.
26
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
1.1.3 Le contexte énergétique Français
La France s’était ainsi attachée, avant même le protocole de Kyoto, à réduire ses émissions de
gaz à effet de serre, par des mesures qui se limitaient à l’horizon 2010. En signant ce
Protocole et ses engagements, la France s’est ensuite engagée dans une forte relance de sa
politique de maîtrise de l’énergie et de développement des énergies renouvelables. De cet
engagement s’ensuit, en 2000, l’établissement d’un Plan National de Lutte contre le
Changement Climatique (PNLCC), remplacé en 2004 par le Plan Climat. Dans ce dernier et
dans la loi d’orientation sur l’énergie de juillet 2005, la France a inscrit l’application du
« facteur 4 » qui vise à diviser par quatre d’ici 2050 les émissions des gaz à effet de serre. Ces
intentions sont d’autant plus justifiées que figurent parmi les objectifs de la politique
énergétique nationale : la montée en puissance des biocarburants ; une augmentation de 15 %
à 21 % de la part de la consommation nationale d’électricité d’origine renouvelable ; ainsi
qu’une augmentation de 50 % de la production de chaleur d’origine renouvelable en 2015. Ce
dernier objectif révèle l’intérêt grandissant des systèmes solaires thermiques.
1.1.4 Quelle place pour l’énergie solaire thermique?
Ces problèmes concourent à aviser nos sociétés de la nécessité d’une modification radicale du
mode de production de l’énergie. Néanmoins, afin d’être efficace, cette réorganisation de la
production énergétique se doit d’être menée de front avec les problèmes sociaux de ce siècle :
chômage, travail précaire, inégalités nord-sud… C’est pourquoi des solutions écologiquement
intéressantes, telles que les énergies renouvelables, ne peuvent se limiter à une vulgaire
substitution du nucléaire et du pétrole. Il est en effet essentiel qu’elles s’intègrent dans une
démarche globale, qui participe à une alternative sociale autant qu’écologique.
On appelle énergies renouvelables, les énergies issues de sources non fossiles renouvelables :
énergies solaire, éolienne, géothermique, marémotrice, hydroélectrique, bioénergies… Ces
énergies sont présentes partout. Elles sont inépuisables grâce aux cycles naturels, mais sont
également diffuses et présentent pour la plupart des potentiels variables selon la localisation
géographique et les facteurs climatiques. Par ailleurs, elles n’ont que peu d’impacts négatifs
sur l’environnement : leur exploitation n’engendre en effet pas d’émissions de gaz à effet de
serre ; si bien qu’elles s’avèrent être un outil considérable de lutte contre le changement
climatique.
Les usages thermiques à basse température, qui représentent en France le tiers de
consommations d’énergie finale, sont ceux qui peuvent être le plus facilement satisfaits par
l’utilisation des énergies renouvelables et qui sont directement à portée de décision du
citoyen. On redécouvre à cette occasion tout l’intérêt des systèmes solaires thermiques. Le
flux solaire peut en effet être directement converti en chaleur, au moyen de capteurs solaires
thermiques actifs. Cette technique est applicable au chauffage des habitations, des piscines, à
27
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
la production d’eau chaude sanitaire (ECS), ou encore au séchage des récoltes (fourrage,
céréales, fruits). L’énergie solaire thermique présente deux avantages fondamentaux : elle est
une source inépuisable d’approvisionnement en énergie et son usage ne produit ni émission de
polluants, ni déchets.
Il faut également souligner que cette énergie est surtout une ressource locale, qui ne présente
donc pas de problème d’approvisionnement en énergie. Cette disponibilité locale peut rendre
son utilisation très décentralisée, ce qui peut présenter des avantages pour l’indépendance
énergétique, la diversification des sources, pour l’économie des devises, pour la création
d’emplois dans des métiers nobles, porteurs de plus-values sociales, sans oublier l’enjeu
industriel ainsi que le rayonnement certain qu’elle évoque. Cet atout est cependant parfois
compensé par le fait que leur disponibilité n’est pas constante, et peut dépendre des aléas
climatiques, ce qui impose la disponibilité simultanée d’autres ressources.
1.2 Développement du marché des systèmes solaires thermiques
Depuis plus de 30 ans, les installations solaires thermiques apportent une contribution
importante à la protection du climat et à la stabilité de l’alimentation en énergie. Les systèmes
des débuts sont devenus, au cours des 30 dernières années, des installations de niveau
professionnel, fabriquées à l’échelle industrielle. Dans de nombreux pays d’Europe, en Asie et
autour de la Méditerranée, on assiste à une forte croissance du marché des installations
solaires thermiques. Afin de permettre la comparaison du solaire thermique avec d’autres
filières énergétiques, un nouvel indicateur présentant l’équivalent de la surface solaire
thermique installée en puissance thermique, 0,7 kWth par m² installé, est parfois utilisé. Ce
facteur de conversion est agréé par l’IEA-SHC (International Energy Agency – Solar Heating
and Cooling Programme) et par les associations de promotion du solaire [EurOber’ER, 2005].
1.2.1 Développement du marché solaire thermique mondial
Durant 2004, la surface totale des capteurs solaires installés dans le monde a été environ 12 à
13 millions de m². La Chine, où un grand nombre de fabricants locaux produisent des capteurs
plans et des capteurs à tube sous vide, détient à elle seule 78% du marché mondial [Figure
1-2]. Il apparaît tout aussi nettement que, à l’exception de l’Europe, la Turquie et Israël, le
marché des systèmes thermiques solaires dans le reste du monde est aujourd’hui presque
négligeable.
28
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Reste du monde
5%
Turquie, Israël
8%
Europe 9%
Chine 78%
Figure 1-2 : Surfaces de capteurs installées dans le monde en 2004 [ESTIF, 2005].
1.2.2 Développement du marché solaire thermique européen
Le développement de l’énergie solaire thermique en Europe a connu deux périodes
importantes aux cours des 30 dernières années. La première phase de croissance du secteur est
survenue au lendemain du choc pétrolier de 1973. Cette croissance a connu un coup d’arrêt
brutal à la suite du contre-choc pétrolier de 1985. Le prix du pétrole revenant dans des
fourchettes plus raisonnables, de nombreux pays comme la France, l’Italie ou l’Espagne se
sont détournés de cette filière. C’est après un période d’environ une dizaine d’années que le
solaire thermique a connu un renouveau porté essentiellement par la montée des
considérations environnementalistes. Ainsi, depuis 1995, les surfaces installées annuellement
au sein des pays européens n’ont cessé de progresser en passant de 640 000 m² à 1 693 004 m²
en 2004 [Figure 1-3].
2000000
Surface [m²]
1500000
1000000
500000
0
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
Figure 1-3 : Evolution des surfaces installées annuellement dans l'UE [EurObserv'ER, 2005].
L’Allemagne, l’Autriche et la Grèce sont les plus importants marchés du solaire thermique au
niveau européen. L’Allemagne a ainsi enregistré un chiffre d’affaires de 550 millions d’euros
pour l’année 2004 dans le domaine du solaire thermique. La surface totale des capteurs
29
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
solaires nouvellement installés s’élevait à 750 000 m², ce qui équivaut une puissance solaire
thermique de 525 MWth. Selon l’ESTIF (European Solar Thermal Industry Federation), les
trois marchés leaders ne se sont certes développés que lentement ces dernières années, mais
ils sont en train de fournir un effort considérable en vue de renforcer la dynamique du marché.
A la fin de l'année 2001, la puissance thermique des capteurs solaires installés atteignait sur
ces marchés 69 000 MWth. Quant aux marchés espagnol, français et italien, ils traversent
actuellement une phase de développement très dynamique dans l'optique de rattraper l’avance
considérable prise par les pays leaders. L’Espagne a de plus promulgué un décret rendant
obligatoire l’installation de systèmes solaires thermiques sur les bâtiments neufs et en
rénovation.
1.2.3 Développement du marché solaire thermique français
En France, la filière solaire thermique est en constante progression. Les chiffres de marché
annuel sont en effet passés de 20 000 m² en 1999 à 121 500 m² en 2005 [Figure 1-4].
L’origine de cette relance est due essentiellement au « Plan Soleil », qui est un programme de
promotion dirigé par l’Agence de l’Environnement de la Maîtrise d’Énergie (ADEME) sur la
période 2000-2006. Actuellement le « Plan Soleil » cède sa place au plan « Face Sud » inscrit
dans la loi d’orientation sur l’énergie et qui vise à installer 200 000 Chauffe-eau solaires par
an et 50 000 toits solaires thermiques-photovoltaïques par an à l’horizon 2010, soit environ un
million de m² annuels à installer.
140000
120000
Surface [m²]
100000
80000
60000
40000
20000
0
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
Figure 1-4 : Evolution des surfaces installées annuellement en France [Enerplan, 2006]
La croissance du parc solaire thermique ces trois dernières années est aussi due au
développement d’une filière industrielle qui s’est largement professionnalisée. Elle a permis à
une trentaine de nouveaux opérateurs industriels, constructeurs ou importateurs distributeurs,
de rentrer sur le marché au côté de Giordano Industries et Clipsol, les deux fabricants français
30
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
acteurs de la filière depuis plus de 20 ans. En plus, Électricité de France, Gaz de France et
Primagaz intègrent désormais les chauffe-eau et les chauffages solaires dans leurs offres
commerciales.
En ce qui concerne les aides financiers, il faut noter que, depuis 2005, l’installation d’un
système solaire thermique est nettement plus encouragée par l’octroi d’une bonification
fiscale s'élevant à 40 % des coûts d‘investissement.
Cependant, malgré toutes les connaissances et techniques aujourd’hui avérées, le
développement du marché français semble en effet se heurter à des obstacles de différents
ordres :
• Obstacles politiques : Si certaines politiques encouragent l’utilisation de l’énergie
solaire au moyen d’incitations diverses (déductions fiscales, aides à l’investissement,
etc.), il est essentiel, pour des questions d’efficacité, que ces politiques s’inscrivent
dans la durée, ce qui est rarement le cas.
•
•
Obstacles économiques : La gratuité des ressources est contrebalancée par le coût
élevé des installations. En effet, comparés aux prix bas relatifs des énergies fossiles,
les coûts d’investissement des matériels solaires apparaissent souvent excessifs, sauf si
l’accès aux énergies conventionnelles est lui-même coûteux (à l’instar d’une extension
du réseau électrique en zone peu dense).
Obstacles socioculturels : L’installation d’un système solaire demande non seulement
une adaptation, mais encore une acceptation du consommateur. Celui-ci se doit en
effet d’adapter son comportement de consommateur à l’énergie, en terme notamment
de disponibilité des sources : les variations périodiques (jours, saisons) et aléatoires
(nuages) de l’ensoleillement, ajoutées à la difficulté de stockage de la chaleur au-delà
de quelques heures engendrent une variation de l’offre à laquelle est assujetti le
consommateur. Par ailleurs, il est nécessaire que le consommateur accepte
l’installation. Celle-ci se doit donc d’être de manière évidente : opérationnelle, mais
également de présenter une maintenance aisée et d’être intégrée à son environnement,
tant technique que naturel, urbain ou architectural.
1.3 Le poids considérable du secteur du bâtiment
Le secteur du bâtiment est en France le plus gros consommateur d’énergie avec 70 millions de
tonnes d’équivalent pétrole (TEP) soit 43 % du total national. La Figure 1-5 montre
l’évolution de la consommation d’énergie finale par secteur en France de 1973 à 2004. Sur les
différentes années, le secteur des bâtiments devance toujours les autres secteurs.
31
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Mtep
Figure 1-5 : Evolution de la consommation énergétique finale par secteur en France [DGEMP, 2006]
Malgré les gains importants obtenus sur les logements neufs grâce aux réglementations
thermiques successives, la consommation d’énergie totale des bâtiments a augmenté de 30 %
au cours des trente dernières années. Parmi les raisons : l’accroissement du parc de bâtiments,
l’augmentation de la surface moyenne des logements, l’élévation du niveau de confort et tout
particulièrement la forte croissance des consommations d’électricité liées aux appareils
électroménagers, audiovisuels et informatiques renouvellement et traitement d’air et surtout la
climatisation. En outre, la durée de vie des bâtiments est en moyenne très longue et le rythme
de renouvellement du parc est très faible. On estime que 60 à 70 % des bâtiments de 2050
sont déjà construits.
Les principales formes d’usage de l’énergie dans les bâtiments sont le chauffage, l’eau chaude
sanitaire, la cuisson et l’électricité spécifique (éclairage, électroménager,…) [Figure 1-6].
50
Mtep
40
30
20
10
0
1990
2003
1990
Résidentiel
Chauffage
2003
Tertiaire
ECS/Cuisson
Eléctricité spécifique
Figure 1-6 : La consommation d’énergie par usage en France [DGEMP, 2006]
Dans le résidentiel, c’est le chauffage qui consomme le plus d’énergie avec plus de 75 %,
suivi par l’eau chaude sanitaire et la cuisson, et les usages spécifiques de l’électricité. Pour le
32
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
tertiaire, la situation est différente. La consommation est presque la moitié de celle du
résidentiel, mais elle est répartie quasi-également entre les différents usages. Par contre, de
trois formes d’usage, c’est l’électricité à usage spécifique qui marque l’évolution la plus
importante dans le résidentiel et le tertiaire, + 56 % dans le résidentiel et + 38 % dans le
tertiaire pour l’année 2003 par rapport à 1990.
En général, la consommation moyenne annuelle d'énergie dans ce secteur est aujourd’hui
proche de 400 kWh d'énergie primaire par m² chauffé. Cette énergie consommée entraîne
l’émission de 120 millions de tonnes de CO2 représentant 25 % des émissions nationales et
32,7 millions de tonnes de carbone [Figure 1-7]. Cette quantité est du même ordre de grandeur
que celle des déchets de chantiers de bâtiments ou des déchets des ménages. C'est aussi une
demi-tonne de carbone émise dans l'atmosphère chaque année par chacun d'entre nous. La
réduction d’un facteur 4 des émissions de CO2 correspondrait à une consommation moyenne
d’énergie primaire de l’ordre d’une centaine de kWh/m2 en 2050 pour l’ensemble des
bâtiments en service, dont environ 50 kWh/m2 pour le chauffage des locaux et l’eau chaude
sanitaire. On mesure ainsi l’ampleur des efforts technologiques et financiers à réaliser.
Mtonnes éq CO2
700,0
600,0
500,0
Traitement des
déchets
Agriculture/
sylviculture
Industrie de l'énergie
400,0
300,0
Résidentiel Tertiaire
Industrie
manufacturière
Transports
200,0
100,0
0,0
1990
1992
1994
1996
1998
2000
2002
2004
Figure 1-7 : Emission de CO2 par secteur en France [DGEMP, 2006].
Ainsi, le secteur du bâtiment voit apparaître de nouvelles exigences pour tenter de diminuer
son impact environnemental. Notamment, l'évaluation de la qualité environnementale du
bâtiment est une démarche de plus en plus suivie par les maîtres d'ouvrage. À ce titre, un
projet de certification HQE (Haute Qualité Environnementale) des bâtiments tertiaires est
développé et soutenu par l'ADEME et le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment
(CSTB). La démarche HQE correspond à la mise en œuvre du développement durable dans le
secteur du bâtiment français. Le développement durable suppose la prise en compte des
facteurs environnementaux, économiques et sociaux ; l’ensemble est organisé selon les
33
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
principes de la gouvernance [Hetzel, 2003]. Ainsi, la HQE est définie comme une démarche
de management de projet visant à limiter les impacts d’une opération de construction ou de
réhabilitation sur l’environnement extérieur tout en assurant à l’intérieur du bâtiment des
conditions de vie saine et confortable.
A ce stade, Il nous paraît important pour la suite de noter que dans le cycle de vie de bâtiment,
les impacts environnementaux engendrés pendant la phase d'utilisation de celui-ci sont
prépondérants par rapport aux impacts engendrés pendant les autres phases : la fabrication des
matériaux et composants, la construction, la rénovation et l'entretien, la démolition, et le
traitement en fin de vie des déchets.
Si l’objectif est accessible pour les bâtiments neufs grâce au développement de nouvelles
technologies, il sera beaucoup plus difficile à atteindre dans les bâtiments existants. Or, sur
ces bâtiments, des gisements d’économies d’énergie ou de substitution par les énergies
renouvelables sont importants. Une réhabilitation de la totalité du parc ancien pourrait
entraîner une réduction des consommations de plus de 50 TWh en 2010 et de 120 TWh en
2050. Plus de 3,5 millions de chaudières de chauffage central individuel ont plus de 15 ans.
Leur remplacement par des appareils neufs permettrait des gains significatifs tout comme la
diffusion des technologies existantes les plus performantes en termes de froid, de lavage et
d’éclairage.
Ce contexte énergétique du bâtiment a amené un pays comme la France, par l'intermédiaire
notamment de l'ADEME à développer l'intégration des énergies renouvelables dans le
bâtiment, notamment par le biais de composants solaires. Ces technologies sont en effet bien
placées par rapport aux autres filières énergétiques vis-à-vis de la plupart des critères de
développement durable : ressources renouvelables, réduction des émissions et des déchets
générés sur le cycle de vie du bâtiment.
1.4 Problématique liée à l’intégration technico-architecturale
Si la qualité et la durabilité des équipements sont désormais assurées, il demeure un frein
considérable à la progression du solaire actif : son intégration dans l’architecture des
bâtiments.
En France, l’intégration des capteurs solaires reste encore marginale par rapport au niveau de
développement que l’on connaît dans d’autres pays, notamment en Allemagne, en Suisse ou
en Autriche.
Suite à ce constat, deux questions importantes se posent:
- Comment expliquer cette réticence des maîtres d’ouvrage et architectes à l'égard des
composants thermiques actifs solaires ?
- Quelles pourraient être les conditions de leur intégration architecturale ?
34
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Les conclusions d’une enquête réalisée en 2005 par l’architecte Sonia Cortesse auprès des
architectes et des maîtres d’ouvrage mettent en évidence trois points :
- Un manque de choix et surtout de modularité parmi les produits proposés ;
- La nécessité de la prise en compte de la contrainte solaire en amont dans le processus
de conception d’un projet ;
- L’importance du coût du composant solaire.
Sur le plan esthétique l’attente des architectes est de disposer de produits plus modulables
pour une plus grande liberté d’inventivité. Néanmoins, 10% des interrogés estiment que c’est
l’architecte lui-même qui doit trouver des solutions avec ce qui existe déjà. Quelques
opérations pilotes, souvent dans les pays germaniques, en attestent [CORTESSE, 2006].
Les principaux facteurs d’intégration peuvent être révélés à travers l’analyse de différents
exemples de bâtiments intégrant le solaire thermique, afin de repérer ce qui distingue les
intégrations réussies de celles qui le sont moins.
1.4.1 Exemples d’intégration de capteurs solaires dans le bâtiment
L’harmonie architecturale est un élément important de la réussite de l’intégration des
éléments solaires dans la construction. Le problème d’intégration du système solaire dans la
construction repose surtout sur l’intégration des capteurs dans le bâtiment car ce composant
du système est le plus visible et indique aux observateurs que le bâtiment est solarisé.
Étant précédemment considérés comme les éléments indésirables qu’il faut cacher, la
tendance actuelle de la réponse au problème d’intégration des capteurs solaires ainsi que
d’autres éléments du système solaire tend à les inclure dès la phase de conception des
bâtiments. Ces éléments doivent donc être considérés comme des composants du bâtiment au
même titre qu’un mur ou une toiture. À ce titre, l'architecte ou le concepteur se doit de
l'intégrer dans l'ordonnancement d'une façade, d'une toiture ou d'un volume, en veillant à
conserver ses spécificités formelles et fonctionnelles : éléments vitrés de quelques mètres
carrés, de couleur noire, orientés au sud dans une zone dégagée de toute ombre.
Lors de l’implantation du système solaire dans la construction, il faut respecter les règles
d’installation. Celles-ci sont répertoriées dans des documents réglementaires et des
recommandations :
- Réalisation des installations des capteurs solaires plans à circulation de liquide pour le
chauffage et la production d’eau chaude sanitaire (NF P 50-601 – DTU 65.12) ;
- Cahier des charges type applicable à l’installation de chauffe eau solaire individuel
(CESI) dans l’habitat neuf ou existant (CSTB) ;
- Cahier des prescriptions techniques communes aux capteurs solaires plans à
circulation de liquide faisant l’objet d’un avis technique ;
- Règles générales de mise en œuvre de capteurs solaires indépendants sur une
couverture par éléments discontinus (cahier du CSTB).
35
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Si la solution la plus communément retenue a été jusqu'à ce jour la mise en œuvre des
capteurs solaires de manière indépendante sur support, en toiture ou sur terrasses, dans toute
l’Europe, les fabricants des matériels, les architectes et les maîtres d’ouvrages travaillent à
perfectionner l’intégration des capteurs solaires dans les sites.
1.4.1.1 Intégration en toiture
L’intégration en toiture oblige à respecter la pente du toit (même si le toit est horizontal) et
n’est donc conseillée que si la toiture a une bonne inclinaison (en France entre 42 et 55°).
Cette intégration pose surtout le problème de l’étanchéité de la toiture. Il faut que les
instructions du fabricant soient claires et l’installateur compétent. En France, les produits sur
le marché ont été testés et bénéficient d’avis techniques émis par le CSTB, donc c’est du
savoir-faire de l’entrepreneur que dépend la réussite de l’installation.
Les capteurs implantés sur un toit incliné sont mieux perçus s’ils font une partie intégrée de la
toiture [Figure 1-8].
Vitrage intégré en
toiture
Sortie eau chaude
Charpente
Couverture
traditionnelle
Isolation
Entrée eau froide
Figure 1-8 : Coupe d’un capteur solaire intégré en toiture inclinée [Clipsol].
Il est évident que le choix du capteur relève non seulement de l’objectif de capacité du
dispositif mais aussi de l’esthétique. Les architectes ont souvent reproché aux capteurs à poser
de ne pas s’insérer discrètement dans la structure bâtie. Cela ne doit pas pour autant
représenter un handicap car il existe de nombreux exemples d’intégration réussie, basée sur
une mise en valeur de cette technologie. Ceci peut même conduire à une valeur ajoutée au
bâtiment. Nous présentons dans les Figure 1-9 et Figure 1-10 deux exemples d’intégration de
capteurs solaires en toiture.
36
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Figure 1-9 : Exemple d’intégration en toiture d’une maison près d’Aix les Bains [Clipsol].
Figure 1-10 : Exemple d’intégration en toiture d’un bâtiment en Finlande [Solpros].
Les solutions de capteurs intégrés en toitures bien que largement diffusées, en particulier dans
les pays de l’Europe du Nord, ne permettent pas de répondre à toutes les situations, et posent
souvent un problème de dimension [De SOUSA, 2003].
1.4.1.2 Intégration en façade
Un capteur solaire intégré en façade sert non seulement comme capteur, mais également en
tant qu'isolation thermique et d'élément formel de la façade [Figure 1-11]. Cet usage
multifonctionnel des composants du bâtiment peut avoir comme conséquence une réduction
de coûts. Un autre avantage de ces capteurs intégrés consiste en une irradiation solaire répartie
d’une façon plutôt stable au cours de toute l'année. Le fait que les capteurs inclinés puissent
être couverts de neige en hiver, alors que les capteurs intégrés en façade tirent bénéfice de la
réflexion du rayonnement solaire sur la neige, a été en grande partie négligé jusqu’au
moment.
Un capteur solaire comme élément de façade n’est pas dans la position de rendement
maximum. Mais une étude de l’impact de l’inclinaison sur la performance d’une installation
solaire pour la production d’eau chaude sanitaire, en utilisant la méthode SOLO1, pour une
installation orientée plein Sud dans la région lyonnaise, a permis de constater que le passage
1
La méthode SOLO est l’outil de calcul utilisé dans le cadre de la procédure de « garantie solaire » et est aussi
utilisée pour calculer les performances conventionnelles des chauffe-eau solaires dans le cadre de l’avis
technique.
37
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
d’une inclinaison de 30° à une inclinaison verticale diminue la productivité d’en moyenne
27%, ce qui revient à acheter un capteur supplémentaire [De SOUSA, 2003].
En termes d’espace, cela est tout à fait acceptable, étant donné que la surface disponible en
façade est généralement supérieure à celle en toiture. Les bâtiments à façades en verre, sont
réfléchissants vus de l’extérieur et légèrement opaques vus de l’intérieur. Il est donc
intéressant de réaliser, pour un tel bâtiment, une façade de capteurs qui laisserait passer
suffisamment de lumière et fournirait l’énergie nécessaire à l’eau chaude sanitaire, au
chauffage et à la climatisation des locaux.
Figure 1-11: Capteurs solaires intégrés en façade [Wagner & Co, Germany].
Les allèges, garde-corps et brise-soleil peuvent aussi offrir des possibilités intéressantes
d’intégration en façade [Figure 1-12, Figure 1-13 et Figure 1-14].
Figure 1-12 : Capteurs solaires en allège en Pyrénées-Orientales [AME-LR]2.
Figure 1-13 : Capteurs solaires en garde-corps à Herning, Denmark [Solarnova].
2
Agence Méditerranéenne de l'Environnement : Région Languedoc-Roussillon
38
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
Figure 1-14 : Capteurs solaires en brise-soleil [Outilssolaires].
1.4.1.3 Le capteur comme élément du paysage
Dans certains cas favorables, les capteurs peuvent être posés sur talus et ainsi se cacher de
tout, sauf du soleil. Il est alors nécessaire de les protéger des salissures qui pourraient
diminuer leur rendement.
Cette solution est intéressante. Elle simplifie la pose et permet d'obtenir l'angle d'inclinaison
choisi pour le capteur. Cette solution est envisageable sur un talus de jardin ou sur une
terrasse au pied de la maison [Figure 1-15]. Bien évidemment, le fait d’éloigner de cette façon
le système en lui-même permet de gommer l’aspect inesthétique de l’installation. Pourtant,
cela ne va pas sans créer d’autres contraintes. Il faut alors faire face à une perte de rendement
causée par une plus grande distance du transfert énergétique entre le capteur et le stockage, et
porter une attention toute particulière aux raccords et à l’isolation, ce qui implique l’absence
de recours à cette solution dans les régions au climat trop rigoureux ou trop venteux.
Figure 1-15 : Implantation de capteurs au sol au Centre Héliomarin, Vallauris [Tecsol].
Les capteurs solaires peuvent aussi trouver leur place naturellement comme composants des
annexes de l'habitation sous réserve que ces annexes soient proches du bâtiment principal
(serres, garages, abris, ...).
39
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
1.4.2 La qualité architecturale
D’après l’enquête menée par Sonia Cortesse auprès d’architectes et de maîtres d’ouvrage, il
apparaît que la qualité architecturale et la qualité du design du produit sont des facteurs
primordiaux de la réussite de l’intégration des éléments solaires dans la construction, alors
que le mode d’intégration est relativement secondaire [CORTESSE, 2006]. La conception
architecturale est une démarche de synthèse formelle et technique de contraintes extrêmement
diverses d’un projet à l’autre ou d’un site à l’autre. Les contraintes imposées par cette
intégration est comme toute autre contrainte source de créativité. L’appropriation du concept
par le concepteur et la recherche d’intégration dès le démarrage des études sont des conditions
nécessaires à une bonne intégration. Il s’avère aussi intéressant à l’intégration de mettre à
disposition des concepteurs des composants solaires modulables et au design contemporain.
1.4.3 Le design et la modularité des composants
Afin d’inclure des composants solaires dans leur projet, les concepteurs ont besoin d’avoir à
disposition un panel de produits avec lesquels il est possible de concevoir de nouvelles
enveloppes énergétiques. Le design du produit et sa modularité sont des facteurs pour
l’intégration. Le capteur doit pouvoir être un composant de construction au même titre que
d'autres. La conception du composant doit permettre à l’architecte de répondre aux diverses
contraintes fonctionnelles et techniques ainsi que celles plus spécifiques liées aux
particularités du site et du maître d’ouvrage.
Le composant solaire thermique sera décliné avec la possibilité de choisir : le type de profilé,
la trame et les proportions, l’alternance des pleins et des vides, les performances et la qualité
du vitrage, et la couleur de l’absorbeur.
1.4.4 Le compromis entre l’intégration architecturale et la performance
thermique
Afin de récupérer le maximum d’énergie solaire, les composants du système solaire doivent
être installés dans des conditions optimales. Toutefois, il est envisageable de s’écarter de ces
conditions optimales sans trop perdre en efficacité.
L’orientation des façades, exceptés les cas de plus en plus rares de construction en milieu
isolé est rarement optimale pour le rendement du capteur. La façade la mieux orientée
comporte aussi souvent des masques, proches ou lointains, végétation, relief ou construction.
L’orientation verticale diminue le rendement global du capteur sur l’ensemble de l’année,
mais elle est plus favorable pendant les saisons d’hiver et de demi-saison. L’été, cette
orientation limite les surchauffes dues aux stagnations. Dans le cas des bâtiments existants,
l’orientation de la toiture ou des façades n’est souvent pas optimale et pose donc la question
de la recherche de solutions adaptées d’intégration.
Pour conserver un rendement acceptable, une intégration « sauvage » au détriment de la
qualité architecturale, semble être un facteur supplémentaire de résistance pour les Architectes
40
Chapitre 1 : Problématique d’intégration des composants solaires
des Bâtiments de France, les instructeurs de permis de construire ou de démobilisation pour
des professionnels soucieux de qualité architecturale. L’impact sur le rendement en est un
autre pour les maîtres d’ouvrage.
Il s’avère dès lors essentiel de trouver un bon compromis entre l’installation technique des
systèmes solaires thermiques actifs, en termes notamment de faisabilité et de productivité, et
leur intégration architecturale. L’idée principale est d’ « accepter un diminution du rendement
énergétique pour gagner en souplesse d’intégration ». C’est pourquoi il est nécessaire de
pouvoir évaluer et comparer tout type d’intégration de systèmes solaires thermiques actifs,
voire d’en signaler quelques perspectives d’amélioration.
41
42
Chapitre 2 :
Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
44
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
2 Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
2.1 Principes généraux
L'énergie solaire est l'énergie émise par le soleil sous forme d'ondes électromagnétiques
(principalement entre 0,3 et 3 µm) ou toute autre énergie obtenue par captage du rayonnement
solaire. Le rayonnement solaire atteint la surface du bâtiment sous trois formes [Figure 2-1] :
- Le rayonnement direct : C’est la part du rayonnement provenant directement des
rayons solaires;
- Le rayonnement diffus : Multidirectionnel, il provient de la réflexion par les nuages ou
par les poussières de l’atmosphère;
- Le rayonnement réfléchi : C’est le rayonnement réfléchi par les surfaces
environnantes, sol, bâtiments proches, végétation.
Diffus
Direct
Capteur
Réfléchi
Figure 2-1 : Les trois formes du rayonnement solaire : direct, diffus et réfléchi.
L’utilisation de cette énergie solaire dans le bâtiment peut faire appel à deux techniques
distinctes : le solaire photovoltaïque ou le solaire thermique. C’est cette dernière qui fait
l’objet de notre recherche. La technique du solaire thermique est applicable au chauffage des
habitations, des piscines, à la production d'eau chaude sanitaire (ECS) ou encore à la
climatisation ou au séchage des récoltes.
Pour le solaire thermique, on peut distinguer le solaire passif et le solaire actif. La captation
de la chaleur solaire peut être « passive », en ce sens qu’aucun autre fluide que l’air n’est
utilisé pour tirer partie, dans l’ensemble du bâtiment, de la chaleur récupérée grâce à des
vitrages adaptés dans certains points de celui-ci. C’est ainsi que des baies vitrées orientées au
sud stockent de la chaleur dans la masse thermique du bâtiment. Le solaire est en revanche dit
« actif » lorsque des moyens mécaniques et des technologies plus ou moins complexes sont
utilisées (capteurs, réseau de distribution, ballons de stockage, pompes, ventilateurs,
régulation…) pour capter, stocker et distribuer la chaleur reçue du soleil.
45
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
2.2 Les systèmes solaires passifs
2.2.1 Principe
Afin de profiter "passivement" de la chaleur et de la lumière du soleil, il faut aménager les
bâtiments en fonction des apports solaires. Les techniques passives exploitent d'une part les
caractéristiques architecturales des bâtiments, principalement les murs, les fenêtres, les
planchers et le toit, et d'autre part les éléments du milieu environnant. Elles captent l'énergie
thermique et la stockent.
Le principe du chauffage solaire passif est assuré par des ouvertures vitrées adéquates
orientées vers le soleil et une isolation convenable pour éviter les risques de déperditions
calorifiques. Il faut aussi stocker la chaleur afin de continuer à chauffer le bâtiment lorsque le
soleil ne brille plus et la rediriger vers les zones qui n'en bénéficient pas grâce à la thermocirculation (mouvement naturel de l'air chaud qui monte) ou des ventilateurs. En milieu
tempéré, il faut s'assurer que le logement est bien exposé plein sud. De plus, les vitrages
doivent être conçus pour capter au maximum le soleil l'hiver, sans surchauffer la maison l'été.
D'ou l'obligation de mettre des occultations solaires. La chaleur est stockée dans les éléments
inertes du bâti (murs, dalles, …) ou dans des dispositifs spécifiques de stockage [Figure 2-2].
La climatisation passive consiste à minimiser l'énergie thermique du soleil par diverses
techniques d'ombrage (stores, rideaux, toit saillant, plantation d'arbres à des endroits
stratégiques, etc.) ou par circulation d'air frais à l'intérieur des bâtiments. Ces techniques se
distinguent par leur simplicité, un coût relativement peu élevé et l'emploi harmonieux des
caractéristiques architecturales [Figure 2-2].
Figure 2-2 : Principe de fonctionnement d’un système solaire passif [Encarta].
Le mur Trombe-Michel, du nom du Pr. Félix Trombe dont les travaux sur les fours solaires
sot également très connus, et de l’architecte Jacques Michel, est l’exemple le plus célèbre de
46
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
capteur passif. Il associe en fait quatre fonctions : capter la chaleur, la distribuer et la stocker,
ventiler en été [Figure 2-3]. L’air circule de bas en haut entre un vitrage et le mur orienté au
sud. Il s’échauffe au contact du mur et pénètre dans la pièce. Le mur lui-même transmet
lentement par rayonnement infrarouge une partie de la chaleur qu’il a reçue du soleil.
Toit isolant
Ouverture possible l’été
Air chaud
Rayonnement solaire
Rayonnement
infrarouge
Mur béton
Surface noire
Lame d’air
Air froid
Double vitrage
Figure 2-3 : Schéma du mur Trombe-Michel.
2.2.2 Avantages et inconvénients des systèmes passifs
Comme les éléments de ces systèmes sont déjà inclus dans le coût normal de la construction,
leur avantage est qu’en général ils ne nécessitent aucune installation d’éléments
supplémentaires. Ainsi, ils ne contribuent pas à l’augmentation du coût de bâtiment.
D’autre part, on doit savoir contrôler et maîtriser la quantité de chaleur captée pour éviter les
surchauffes lors des périodes de la journée fortement ensoleillées. Cela est possible au niveau
de la conception en choisissant l’orientation appropriée des espaces de vie ou par la mise en
place du système de régulation. Le système de régulation est soit manuel, dans ce cas c’est
l’utilisateur qui déplace les clapets, soit automatique ce qui entraîne un coût supplémentaire. Il
est de même important d’installer des protections solaires efficaces afin de limiter la quantité
de chaleur reçue. La chaleur du côté ensoleillé du bâtiment peut être distribuée vers les zones
plus froides à l’aide des ventilateurs. Pour éviter les pertes thermiques importantes pendant la
nuit et pendant les périodes de moindre température externe, il est conseillé d’utiliser les
fenêtres thermiquement performantes ou des isolants mobiles supplémentaires du côté
intérieur du vitrage.
47
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
2.3 Les systèmes solaires thermiques actifs
Un système solaire thermique actif est « un dispositif destiné à intercepter le rayonnement
solaire en vue de sa conversion thermique et à transmettre la chaleur ainsi produite à un fluide
caloporteur »3.
Une vision structurelle du système mènera à une compréhension du système réel. La structure
qui représente le système ne doit pas être confondue avec le système réel. Le système est
séparé de son environnement, avec lequel il constitue un univers, par une frontière - définie
dans l’espace-temps et qui résulte donc d’un choix fait par l’observateur - traversée par des
flux de matière, d’énergie ou d’information [MICHEL, 1994].
Pour un système solaire de production d’eau chaude, le système est composé du capteur, d’un
échangeur de chaleur, d’un ballon de stockage, de tuyauteries et de pompes [Figure 2-4].
Irradiations
solaires
Distribution
Capteur
Stockage
Echangeur
de chaleur
Frontière du système
Pompe
Pompe
Eau du réseau
Figure 2-4 : Représentation structurelle d’un système ECS.
Les composants, processus et effets qui font partie du système sont désagrégés en soussystèmes et en interactions entre ces sous-systèmes. Les sous-systèmes sont définis par les
entrées, les sorties, les caractéristiques du modèle et les contrôles. Par exemple, le ballon de
stockage peut être considéré comme un sous-système défini par sa forme, sa dimension, et les
débits entrants et sortants. L’interaction entre ces composants, en réponse aux variations
climatiques et des besoins en énergie, déterminent la quantité d’énergie utile qui sera livrée
par le système. Les caractéristiques du capteur seul, par exemple, ne peuvent pas être utilisées
directement pour calculer la quantité d’énergie qui sera livrée puisque celle-ci dépend de la
température de fonctionnement du capteur qui dépend à son tour de la température du
stockage.
Du point de vue fonctionnel, le système solaire actif pourra être représenté de la façon
suivante [Figure 2-5]:
3
Définition selon le Grand Dictionnaire Terminologique
48
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Appoint
Rayon
lumineux
Chaleur
Captage
Stockage
Rayon
lumineux
Absorption
Transfert
Distribution
Chaleur
Chaleur
Chaleur
Transfert
Figure 2-5 : représentation fonctionnelle
L’approche fonctionnelle est utile pour convertir la représentation du système en modèle du
système. Nous pouvons nous tromper en pensant qu’il n’y a pas de différence entre les deux
approches. Pourtant, l'organisation fonctionnelle permet d’aborder un problème d'un point de
vue plus général. Par exemple, l’organisation fonctionnelle présentée dans la Figure 2-5
indique plus clairement que le choix des composants peut être considéré en tant que décisions
flexibles des spécifications du modèle, par exemple en combinant les tuyaux et les pompes
ensemble dans un sous-système : « Transfert de chaleur ».
Un tel point de vue permettra d’explorer plus facilement toutes les possibilités dans la
conversion de la représentation d’un système en modèle de système, puisqu'il aide à spécifier
les sous-systèmes et les interactions dans le processus d'analyse. L'approche fonctionnelle
nous permet également de réorganiser facilement la représentation d’un système dans d'autres
configurations.
2.3.1 Le captage et l’absorption
Le capteur est la source de chaleur de l’installation solaire. C’est là que le rayonnement
solaire capté est absorbé pour chauffer le fluide caloporteur. Tous les capteurs visent à
convertir le rayonnement solaire en chaleur avec un rendement élevé et à fournir cette chaleur
aux consommateurs aussi efficacement que possible. Il existe plusieurs types de capteurs
solaires thermiques : les capteurs non vitrés, les capteurs plans vitrés, les capteurs sous vide,
et les capteurs à concentration. Ces types diffèrent considérablement en qualité, en rendement,
en conception et en coût.
Les capteurs plans non vitrés sont peu coûteux et leur usage se développe. Un capteur de ce
type est composé de l’absorbeur, métallique ou synthétique (polyéthylène et EPDM) et revêtu
d’une peinture sombre et sélective, et d’un faisceau de tubes cylindriques ou ovalisés,
parcourus par le liquide caloporteur, résistants au rayonnement ultraviolet (UV) et aux
variations de température [Figure 2-6].
49
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Figure 2-6 : Capteur solaire plan non vitré.
Ils ne sont pas isolés si bien que l’augmentation de température obtenue pour l’eau n’excède
généralement pas 20°C au dessus de la température ambiante. Leur rendement est bon. Ils
sont utilisés le plus souvent pour le chauffage de l’eau des piscines solaires de plein air.
Un capteur plan vitré est composé d’un coffre isolant sur lequel est fixé un vitrage (simple
ou double) ou certains plastiques transparents. À l’intérieur du coffre est disposée une surface
absorbante exposée au rayonnement solaire. Celle-ci s’échauffe et échange ainsi avec le fluide
caloporteur, contenu dans les tubes, la chaleur produite par absorption du rayonnement
incident [Figure 2-7].
Figure 2-7 : Capteur solaire plan vitré.
L’absorbeur est en général une plaque métallique (en cuivre, en aluminium ou en acier),
caractéristique par ses propriétés d’absorption et de conduction de la chaleur. La conversion
rayonnement-chaleur s’effectue en surface de l’absorbeur. Les photons qui le frappent sont
absorbés par la matière et augmentent l’agitation des molécules, donc la température du
matériau exposé au rayonnement. La chaleur absorbée est ensuite distribuée vers les conduits
d’eau ou d’air fixés sur la plaque d’absorbeur. La capacité d’absorption de la chaleur varie en
fonction de revêtement de la surface extérieure du capteur. Des couches sélectives sont
généralement utilisées. Elles ont l’avantage d’avoir une émissivité considérablement réduite
50
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
dans le champ des longueurs d’onde du rayonnement thermique, ce qui diminue les
déperditions thermiques.
Eau ou air chaud
Rayonnement solaire
Absorbeur
Vitrage
Isolant
Eau ou air froid
Figure 2-8 : Coupe d’un capteur solaire thermique plan.
La performance et la durée de vie d’un capteur dépendent toutefois de la qualité de la
réalisation et de son installation (schéma hydraulique, régulation…). Les capteurs
commercialisés actuellement sont le résultat d’une longue mise au point. L’étanchéité entre le
vitrage et le coffre, la liaison thermique entre la tôle noire de l’absorbeur et le tube noir
parcouru par l’eau, les qualités optiques des matériaux (transparents ou absorbants), autant de
domaines dans lesquels des progrès significatifs ont été réalisés ces dernières années.
Les capteurs sous vide sont parmi les plus efficaces et parmi les types les plus coûteux de
capteurs solaires. Ces capteurs conviennent mieux à des applications à température modérée
où la température souhaitée atteint 50 à 95 ºC et/ou à des applications où le climat est très
froid. Ils sont constitués d’une série de tubes de verre sous vide à l’intérieur desquels se
trouve un absorbeur qui capte l’énergie solaire et la transfère au fluide caloporteur [Figure
2-9].
Tube en Pyrex
Tube sous vide
Vide
Figure 2-9 : Coupe d’un capteur sous vide [ADEME].
Tube en cuivre
Grâce aux propriétés isolantes du vide, les déperditions de chaleurs par convection sont
réduites, permettant ainsi de chauffer l’eau à 85-100°C pour alimenter un groupe de
production de froid par absorption, ou pour la production d’eau chaude dans les bâtiments
tertiaires (hôpitaux). L’usage de ces capteurs est assez répandu en Europe du Nord et en
Suisse.
51
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Les capteurs à concentration sont des capteurs solaires comportant un système optique
(réflecteurs, lentilles ...) destiné à concentrer sur l'absorbeur le rayonnement ayant traversé
l'ouverture. Il existe quatre principaux types de capteurs à concentration :
- Réflecteur cylindro-parabolique [Figure 2-10] ;
- Réflecteur parabolique ;
- Centrale à tour ;
- Capteurs solaires fixes à concentration.
Verre
Réflecteur
Isolation
Absorbeur
avec un fluide
Châssis
Figure 2-10 : Capteur plan à réflecteur cylindro-parabolique.
Au lieu de frapper directement la surface absorbante, les rayons solaires arrivent sur les
miroirs qui les renvoient sur les tubes collecteurs dans lesquels circule le fluide caloporteur.
Cela permet de diminuer grandement la taille de l’absorbeur, ce qui réduit les pertes de
chaleur et augmente son efficacité à haute température. Un autre avantage de ce système est
que les réflecteurs sont sensiblement moins coûteux, par unité de surface, que les capteurs.
En général, ce type de capteur est utilisé pour des applications à haute température et a un
meilleur rendement dans des climats où le ciel est souvent dégagé. Les capteurs fixes à
concentration peuvent être à circulation de liquide ou à air.
2.3.2 Le transfert de chaleur
L’énergie captée transformée en chaleur est ensuite transférée par circulation du fluide
caloporteur dans les tuyauteries vers le système de stockage. Les tuyauteries utilisées sont
réalisées en général en cuivre, en aluminium ou en acier galvanisé et protégées avec une
isolation thermique contre les pertes thermiques et les intempéries. Le cuivre est un matériau
durable, l’aluminium résiste moins bien à la corrosion et l’acier galvanisé est caractérisé par
un faible taux de conduction de la chaleur.
Dans beaucoup de systèmes, le fluide caloporteur utilisé est de l’eau. Divers additifs peuvent
y être ajoutés tels que de l’antigel (glycol) afin de protéger les capteurs en hiver. Certains
capteurs sont prévus pour être vidangés en cas de risques de gel ou de surchauffe.
Deux types de transfert sont possibles :
- par circulation naturelle ou thermosiphon : L'avantage des systèmes qui fonctionnent
par thermosiphon est qu'ils ne nécessitent aucun dispositif de régulation et des pompes
de mise en circulation du fluide caloporteur. La circulation du fluide caloporteur est
due à la différence des températures et des densités de l’eau dans le capteur et dans le
ballon de stockage. L’eau chaude monte vers le point le plus haut du système et l’eau
froide se déplace du bas de ballon de stockage vers le bas du capteur [Figure 2-11].
52
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Figure 2-11 : Installation solaire fonctionnant par thermosiphon [Outilssolaires].
Ces systèmes sont en général utilisés dans le cas des installations de chauffe-eau
individuel, les applications collectives sont limitées à cause des contraintes de
disposition des ballons de stockage ainsi que des pertes de charges induites.
-
par circulation forcée: Les systèmes de circulation forcée possèdent une pompe de
circulation commandée par un dispositif de régulation fonctionnant à la base de l’écart
des températures des capteurs et du ballon, cette valeur est comparée aux différentiels
d’arrêt et de démarrage, ceux-ci peuvent être réglables par l’installateur [Figure 2-12].
Figure 2-12 : Installation solaire à circulation forcée [Outilssolaires].
La circulation de l’échange peut s’effectuer de deux façons :
- Par circulation directe sans échangeur : c’est le système le plus simple et le moins
coûteux, mais il a des problèmes reliés au froid, à l’entartrage, à la corrosion et à
l’oxydation.
- Avec échangeur : il y a dans ce cas un circuit primaire dans les capteurs et un circuit
secondaire dans le stockage qui récupère la chaleur du circuit primaire.
En général, les échangeurs externes au ballon de stockage sont des échangeurs à plaques et les
échangeurs intégrés au ballon du type à serpentin.
53
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
2.3.3 Le stockage
Puisque les apports et les besoins énergétiques sont généralement déphasés l’un par rapport à
l’autre, on aura besoin du stockage. Le stockage de l’énergie peut s’effectuer sous forme
thermique ou chimique.
La forme thermique concerne le stockage sous forme de chaleur sensible et sous forme de
chaleur latente :
- La chaleur sensible exprime la variation de température d’une matière de stockage
(l’eau ou les pierres). Lorsqu’il se produit un excès de chaleur, la matière est soumise
à un cycle d’échauffement et de refroidissement. Le système nécessite un réservoir de
stockage et une surface d’échange. La quantité d’énergie stockée est proportionnelle à
la différence des températures d’entrée et de sortie ∆T, à la masse de matériau de
stockage m et à sa capacité thermique massique Cp : Q = m Cp ∆T. L’eau est un
matériau de stockage excellent à cause de sa capacité thermique massique élevée, son
faible coût et sa stabilité chimique.
- La chaleur latente de fusion résulte du changement de phase d’un composé chimique
passant de l’état solide à l’état liquide à une température précise propre à chaque
composé. Les substances les plus souvent utilisées pour ce type de stockage sont les
sels hydratés (par exemple le sel de Glaubner) dont les points de fusion sont situés
entre 25° et 50°C. Cela correspond aux températures qu’il est aisément possible
d’obtenir dans les capteurs solaires. Après que la température des capteurs atteint une
température suffisante, les sels stockés dans les réservoirs de stockage passent de l’état
solide au liquide. Au cours du changement de phase pour une élévation de température
donnée, la chaleur absorbée est beaucoup plus grande que dans le cas de la différence
de température du stockage à l’état solide ou liquide. La transformation inverse libère
une grande quantité de chaleur qui passe ensuite dans le réseau de distribution pour
chauffer les locaux et le stockage se refroidit jusqu’à atteindre le point de
solidification. Si la température de fusion de la matière est choisie avec soin, la
capacité thermique de stockage par ce procédé peut être sensiblement plus élevée que
dans les systèmes de stockage à eau ou à lit de pierres.
Le stockage chimique résulte des réactions chimiques qui décomposent les éléments sous
l’effet d’un apport de chaleur en produits de la réaction. Ces produits sont ensuite séparés et
stockés sans aucune limite temporelle jusqu’à la réaction de reconstitution des éléments
d’origine suivant une réaction exothermique.
2.3.4 L’appoint
L'énergie solaire ne peut dans la plupart des cas assurer la totalité des besoins en énergie. Pour
faire face à des périodes défavorables (hiver, demi-saison, longue période de mauvais temps),
54
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
on a besoin d’une énergie d’appoint. Ainsi, la plupart des unités de stockage sont équipées
d'un dispositif d'appoint qui prend le relais en cas de besoin.
En fonction de besoins spécifiques et du type de bâtiment on distingue trois types d’appoint
dans les installations solaires :
- L’appoint centralisé et la distribution par boucle de circulation ;
- L’appoint décentralisé et la distribution directe ou par boucle ;
- L’appoint individualisé et la distribution directe.
2.4 Conclusion
Après avoir exposé et analysé les principes fonctionnels communs à la plupart des systèmes
solaires thermiques actifs, nous pouvons résumer les principales exigences et qualités requises
pour chacune de leurs fonctions principales.
La fonction de captage qui consiste à faire diriger une partie du rayonnement solaire vers
l’absorbeur est assurée par les différents types de capteurs solaires thermiques. Les exigences
et les qualités principales requises sont :
- L’optimisation de l’orientation et de l’inclinaison des surfaces de captage afin que ces
dernières soient orientées perpendiculairement aux rayons du soleil ;
- La limitation des ombres portées sur le champ des capteurs ;
- L’optimisation de la superficie des capteurs par rapport aux besoins ;
- La résistance aux influences des conditions atmosphériques : pluie, neige, grêle, vent ;
- La résistance à des contraintes internes : températures minimales (jusqu’à -30°C en
hiver) et maximales (installation en stagnation), brusque variation de température suite
à un changement rapide des conditions météorologiques (orage) ou du fonctionnement
du système (remise en marche du circulateur), pression de service maximum dans les
capteurs.
L’absorption qui consiste à absorber le rayonnement incident et le transformer en chaleur est
effectuée par des absorbeurs en cuivre ou en aluminium couverts par des revêtements sélectifs
de couleur noire. Les exigences et les qualités principales requises sont :
- Une absorptivité maximale de l’énergie radiante incidente ;
- Une émissivité minimale des rayonnements infrarouges ;
- Une bonne conduction et une faible inertie mécanique;
- Une bonne résistance mécanique et chimique;
- Un drainage uniforme et direct de la chaleur absorbée.
Le transfert de la chaleur absorbée à l’échangeur de chaleur est effectué par le fluide
caloporteur qui circule dans des conduites.
55
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Le fluide caloporteur présentant les qualités physiques les plus appropriées est l’eau. Dans le
cas de risques de gel, il est préconisé d’ajouter un antigel, en général l’éthylène glycol ou le
propylène (non toxique). À noter toutefois que l’ajout d’antigel peut engendrer des pertes de
charges plus importantes, une capacité calorifique plus faible et une densité plus élevée, une
dilatation plus importante, un coefficient d’échange thermique à travers l’échangeur du ballon
de stockage plus faible, ainsi que des problèmes d’étanchéité. Les exigences et les qualités
principales du fluide caloporteur se résument en trois principes :
- La protection antigel ;
- La protection contre la corrosion ;
- L’élévation du point d’ébullition.
Les conduites véhiculent le fluide caloporteur entre l’absorbeur et le volume de stockage
solaire. Le système peut être avec ou sans vidange. Les exigences et les qualités principales
requises pour les conduites sont :
- La résistance au fluide caloporteur utilisé ;
-
La résistance à des températures maximales (jusqu’à 150°C) et minimales (-20°C) ;
La résistance des éléments à proximité de l’absorbeur aux températures maximales
lorsque l’installation est en stagnation (jusqu’à 300°C pour les capteurs sous-vide) ;
- La résistance à la pression, réglée par une soupape de sécurité ;
- Un démontage et un remontage aisés pour le remplacement d’éléments défectueux ;
- Une bonne isolation pour entraîner le moins de pertes de charge possible.
Les échangeurs de chaleur, externes, immergés ou à double manteau, réalisent le transfert de
chaleur depuis le fluide caloporteur vers le volume de stockage. Ils doivent assurer les qualités
suivantes :
- Assurer une transmission maximale de la chaleur ;
- Avoir une bonne isolation thermique afin de réduire au maximum les pertes de
charges ;
- Avoir un dimensionnement correspondant à la capacité thermique du fluide
caloporteur ;
- Avoir une isolation électrique dans le cas des échangeurs immergés.
Le stockage accumule la chaleur pour combler le décalage temporel entre les ressources et les
besoins. Nous avons vu que le stockage peut se faire par l’eau et par les pierres.
Lorsque l’eau est utilisée, il est préférable d’utiliser de l’acier inoxydable, ou de l’acier
émaillé s’il y a une anode de protection, ou de l’acier synthétique si le stockage est sans
pression. A noter ici qu’il vaut mieux éviter l’acier galvanisé car il présente un risque de
corrosion important, el le cuivre car il a une forte déperdition thermique. L’isolation doit être
la plus soignée et la plus complète possible afin d’éviter au maximum les pertes de chaleur.
56
Chapitre 2 : Les technologies solaires dans le secteur bâtiment
Lorsqu’il s’agit du stockage par pierres, les matériaux choisis doivent avoir une forte inertie
thermique, ce qui correspond à avoir un fort pouvoir de stockage thermique.
Le dimensionnement du volume du stockage dans les deux cas, liquide et solide, doit être
fonction de l’énergie à stocker, des températures de service et de la place disponible.
Maintenant que nous avons analysé les systèmes solaires thermiques actifs, nous pouvons
passer à la seconde étape qui consiste à étudier les différents principes constructifs des
bâtiments afin de repérer des éléments et des phases de la construction qui peuvent servir à
intégrer des composants solaires.
57
58
Chapitre 3 :
Les procédés constructifs du bâtiment
60
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
3 Les procédés constructifs du bâtiment
L’amélioration de la qualité des constructions se trouve au carrefour de plusieurs actions :
- D’abord, la conception des bâtiments doit apporter une réponse de qualité aux besoins.
Cela s’avère de plus en plus difficile car les bâtiments ont une durée de vie longue et
les besoins évoluent vite.
- Il faut ensuite que le chantier soit approvisionné en produits de qualité. Les
composants industriels « prêts à assembler » sur site sont aujourd’hui présents partout,
même dans les techniques dites « traditionnelles » comme le béton coulé en place ou
la maçonnerie.
- Il faut enfin que le travail du constructeur sur le site s’effectue dans les meilleures
conditions.
Si la qualité globale de la construction progresse avec lenteur et régularité, les exigences que
la société impose aux bâtiments neufs ont en revanche rapidement évolué dans les dernières
années. Le traditionnel confort individuel marqué par la poussée des exigences thermiques et
acoustiques dans le secteur du logement, a peu à peu laissé sa place au profit de la
préoccupation environnementale collective. Cette substitution intègre thermique et acoustique
dans une approche plus globale. La démarche connue sous le nom de la Haute Qualité
Environnementale (HQE) en est un exemple. Des règles toujours plus strictes dans ces deux
domaines, à l’image de la Réglementation Thermique 2005 (RT2005) récente, confirment
qu’il n’y aura pas de retour en arrière. La HQE a rapidement pris une place incontournable :
tout nouveau bâtiment doit faire la preuve de son impact limité sur l’environnement. C’est une
évolution qui touche les matériaux, les équipements, la conception, les nuisances de chantier,
la dépollution, la gestion des déchets. D’autres sujets émergent comme la qualité de l’air, non
seulement en habitation mais aussi dans les espaces de bureaux.
Dans ce qui suit, sans vouloir (ni pouvoir) être exhaustif, nous exposons un panorama de
l’ensemble des grandes familles techniques utilisées couramment sur les chantiers de
bâtiment.
3.1 Les règles de l’art
Une construction doit être faite en respectant les « règles de l’art ». Les règles de l’art sont
regroupées dans l’ensemble des textes qui encadrent l’activité de construction :
- Les normes de produits: Dans la construction, les normes de produits décrivent les
matériaux et composants traditionnels. La norme Française NF cède peu à peu sa place
aux normes Européennes sous l’égide de CEN (Centre Européen de normalisation).
L’ISO (International Standard Organization), quant à elle, met au point des normes
mondiales ;
- Les documents techniques unifiés (DTU) : Les DTU sont des documents qui
contiennent les règles techniques relatives à l’exécution des travaux de bâtiment. Ce
61
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
-
-
sont principalement des cahiers des clauses techniques (CCT), des cahiers des clauses
spéciales (CCS) et des règles de calcul. Les professionnels de la filière construction
ont établi les DTU pour chaque type d’ouvrage, et se contentent désormais de les faire
évoluer ;
Les Avis techniques et Atex : Les progrès de la science et de la technique incitent les
professionnels à rechercher, concevoir, proposer et vendre des produits nouveaux.
Afin d’ouvrir les marchés à ces produits, il existe en France, depuis octobre 1971, le
système des Avis techniques par lequel, après un examen technique détaillé par le
CSTB, des groupes spécialisés constitués de professionnels et d’experts, formulent un
« avis » sous forme de document écrit. Un « avis » favorable autorise la mise sur le
marché du nouveau produit avec une reconnaissance d’un taux de risque raisonnable
pour les assurances.
Dans le but de réduire les difficultés que rencontrent les promoteurs de techniques
nouvelles, lors des premières réalisations, le CSTB et d’autres organismes ont pris
l’initiative de mettre à la disposition des innovateurs une procédure rapide pour
l’appréciation technique de tout produit, procédé ou équipement ne faisant pas encore
l’objet d’un Avis technique et dont la mise en place nécessite une utilisation
expérimentale sur un ou plusieurs chantiers : l’Atex (appréciation technique
d’expérimentation) ;
Les règles de calcul et de dimensionnement des ouvrages qui permettent de concevoir
et de dimensionner les constructions en fonction du matériau choisi (béton, bois,
métal...) et des aspects locaux et de leur destination ;
Les règles professionnelles établies par les représentants de la filière construction
(maîtres d’ouvrage, architectes et maîtres d’œuvre, entrepreneurs, industriels);
des pratiques d’usage commun non obligatoirement écrites.
Ces règles d’art sont différentes des performances imposées à chaque construction, en
fonction de son usage et de sa destination. Nous pouvons cités dans cette deuxième catégorie
le code de la construction, la réglementation thermique, la réglementation acoustique et le
règlement de la sécurité incendie.
Les normes ou Avis techniques sont des textes de référence en matière de qualité technique.
Mais pour l’utilisateur, l’important est la garantie que le produit ou le composant qui servira à
construire son mur, son plancher ou son toit soit de bonne qualité. Un système de certification
de produits s’est donc développé depuis une vingtaine d’années dans la plupart des grands
domaines techniques. Cette certification atteste que le fabricant du produit effectue un
autocontrôle régulier de sa production au regard de performances déterminées. Elle est
reconnaissable par la marque de qualité apposée sur le produit : marquage « NF » des blocs de
62
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
béton, marquage « Cekal » dans les intercalaires des doubles vitrages, marquage « NFCSTBât » dans les feuillures des menuiseries PVC, etc. Un organisme neutre effectue
régulièrement des contrôles de cet autocontrôle.
3.2 Déconstruction et gestion des déchets
La force croissante des contraintes liées au respect de l’environnement et au développement
durable conduit à transformer la traditionnelle « démolition » en une « déconstruction »
complexe et coûteuse. Déconstruire, c’est construire à l’envers depuis les finitions jusqu’aux
fondations, pour finir par la remise en état du terrain.
En parallèle à la déconstruction, le chantier doit procéder en permanence au tri et à la
valorisation des déchets. Une déconstruction sélective du bâtiment doit être pratiquée pour
éviter un mélange des déchets à la source permettant ainsi un taux de récupération élevé
[Figure 3-1]. Une déconstruction suppose qu'un audit préalable à la démolition soit effectué
afin d'identifier et de caractériser les matériaux ou éléments récupérables en fonction des
filières locales de traitement, de valorisation ou de réutilisation.
Pour les chantiers de construction neuve ou de repose après réhabilitation, il est surtout
nécessaire d’éviter le mélange des déchets en effectuant au moins un tri des DIB (déchets
industriels banals) et DIS (déchets industriels spéciaux) afin de les orienter vers la filière de
traitement adaptée (valorisation matière, énergétique ou élimination).
Figure 3-1 : Déconstruction sélective d'un immeuble résidentiel [CSTB].
3.3 Dépollution
On construit de plus en plus souvent sur des terrains ayant déjà accueilli d’autres
constructions, et parfois une activité industrielle. Il est donc important d’identifier puis de
traiter les éventuelles pollutions existantes. Les polluants se distinguent traditionnellement en
polluants minéraux (calcium, mercure, plomb, zinc et chrome) et polluants organiques
(hydrocarbures, cyanures, nitrates, pesticides et solvants). Il existe plusieurs techniques de
dépollution des sols :
- Les techniques physiques par traitement des polluants : évacuation des sols et eaux
pollués, lavage des sols, extraction sous vide dans un sol non saturé d’eau (venting),
traitement thermique ;
63
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Les procédés chimiques : extraction par solvants, lavage chimique ;
L’extraction électrochimique ;
La biodégradation : utilisant le pouvoir de dégradation des polluants dont disposent
certaines bactéries.
3.4 Fondations
La détermination du mode de fondation d’une construction nécessite d’abord la connaissance
de la nature, de l’épaisseur et de la résistance des couches constituant le sous-sol. Ensuite il
faut adapter le terrain à la construction à réaliser. Enfin, il sera possible de mettre en œuvre les
fondations qui porteront les structures.
Parmi les techniques d’investigation nous pouvons distinguer les puits de reconnaissance, les
sondages mécaniques et les reconnaissances géophysiques du sol.
Les ouvrages d’assise sont appropriés, d’une part, à la portance des sols d’assise, et d’autre
part, aux différents types de structures porteuses des constructions.
Les fondations superficielles transmettent les charges au sol par l’intermédiaire de leur
surface de contact. Elles sont utilisées dans les cas courants et simples, c’est-à-dire elles
résistent bien aux charges d’ordre de grandeur moyen. Le sol de leur assise de fondation doit
être résistant et en équilibre avec les charges apportées par les fondations.
Parmi les fondations superficielles on distingue :
- des semelles, qui servent des fondations des poteaux ;
- des semelles continues, utilisées sous les murs ;
- des dallages, utilisés dans les cas de l’eau de pluie et l’eau souterraine sans pression ;
- des radiers et des cuvelages, résistants contre l’eau sous pression.
Les fondations profondes sont nécessaires lorsque le sol présente une faible résistance en
surface et que des couches inférieures sont reconnues aptes à supporter des charges d’ordre de
grandeur plus important (cas des grands immeubles, gratte-ciels…). Ce type des fondations
transmet des charges dans la profondeur du sol par l’intermédiaire de surface de contact sur
toute leur longueur. On distingue :
- Les puits : Lorsque le sol résistant se trouve à moins de 10m de profondeur. En partie
supérieure, une galette armée (tête de puits) sert à transmettre les charges ponctuelles;
- Les pieux : lorsque le sol résistant se trouve à des profondeurs supérieures à 10m. Ce
sont des pieux préfabriqués battus, des pieux moulés dans le sol (pieux à tube battu,
pieux forés), des barrettes, des colonnes ballastées pilonnées, ou des micropieux.
Lorsque des charges, ponctuelles ou réparties, sont à transmettre horizontalement à des puits
ou des pieux, on réalise un réseau de longrines reliant les têtes de puits ou de pieux en béton
armé.
64
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Les matériaux utilisés pour les fondations doivent présenter une bonne durabilité, être
résistants aux actions d’eau, d’humidité et de diverses substances chimiques présentes dans le
sol. Les fondations sont des éléments porteurs fabriqués, pour la plupart, en béton non armé
ou armé (en fonction d’ordre de grandeur et de caractère des charges leur appliquées), coulé
ou préfabriqué. Il existe cependant certaines constructions qui possèdent les fondations en
bois (surtout dans les régions avec le niveau de nappe phréatique élevé).
3.5 Ouvrages de maintien des terres
Afin de soutenir les terres et contenir leurs poussées, on réalise des murs de soutènement dans
le but de limiter l’emprise du talus. Pour la stabilité de ces murs, il faut éviter l’accumulation
d’eau dans les terres qu’ils soutiennent; d’où la réalisation fréquente de barbacanes et d’un
drainage au pied du mur côté « terres ». On distingue deux types principaux de murs de
soutènement :
- Les murs poids, s’opposant par leur propre poids à la poussée latérale des terres. Ils
subissent essentiellement dans leur structure interne des efforts de compression, d’où
la possibilité d’utiliser les maçonneries de briques ou de pierres ainsi que le béton non
armé ;
- Les murs voiles en « T », offrant grâce à leur forme adéquate une économie de
matériaux par rapport aux murs poids. Ils nécessitent cependant un travail plus précis
pour la mise en place des armatures et pour le bétonnage en plus faibles sections. Ils
peuvent être renforcés par des contreforts arrière ou avant ;
- Les murs en enrochement, de conception identique au mur poids, mais réalisés avec
des blocs non gélifs et non friables, dans la gamme des 100/800 kg. Ils sont disposés
manuellement on non pas par déversement, de manière à obtenir une compacité
optimum (porosité inférieure à 20%). Un organe drainant est mis en place à l’interface
entre terrain en place et enrochement.
3.6 Construction en béton
Les bétons sont le matériau essentiel de la plupart des constructions partout dans le monde (en
particulier en Europe). Nous distinguons les bétons coulés en place, les bétons précontraints et
les blocs de bétons préfabriqués. Ces derniers font partie de la maçonnerie et sont traités dans
le paragraphe suivant.
3.6.1 Les bétons coulés en place
Sur un chantier courant, on distingue trois types de bétons coulés en place :
- Le béton de propreté : Ce béton maigre, disposé sur le sol en couche mince, évite au
béton de fondation de se mélanger avec la terre, ce qui aurait pour effet de réduire sa
résistance ;
65
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Le gros béton : constitué de gros agrégats et moyennement dosé, ce béton est utilisé
d’ordinaire pour les massifs de fondation, les puits et les murs de fortes sections.
- Le béton coffré ou banché, utilisé pour la réalisation des structures des bâtiments.
Le béton armé résulte de l’association de deux matériaux complémentaires : le béton résistant
à la compression et l’acier résistant à la traction.
Pour mettre en œuvre un béton sur chantier, il faut le béton proprement dit, les armatures et un
coffrage. La mise en ouvre commence par le gâchage et le malaxage afin d’obtenir une
matière homogène et ouvrable. La meilleure ouvrabilité d’un béton frais correspond au plus
faible frottement interne obtenu avec un minimum d’eau de gâchage. Après avoir malaxé les
agrégats, le ciment et l’eau, on coule le béton pendant qu’il est encore humide et maniable.
Ensuite on vibre le béton afin de bien répartir les agrégats et d’assurer sa fluidité dans les
différentes cavités du coffrage. Au bout d’un certain temps le béton durcit possédant alors
toutes ses qualités de résistance.
Les armatures pour le béton armé sont des assemblages de barres en acier, façonnées et
assemblées en atelier ou sur chantier, ou préfaçonnées en usine (treillis soudés ou métal
déployé).
3.6.2 Les bétons précontraints
Le béton précontraint résulte comme le béton armé de l’association interne du béton et d’une
armature longitudinale en acier. Mais dans le béton précontraint on fait subir à l’acier une
tension préalable ce qui introduit dans le béton durci une contrainte de compression
préliminaire, d’où son nom précontrainte. On distingue deux techniques de précontraintes:
- Précontrainte par post-tension : Elle est réalisée par des câbles sous gaines mis en
tension par appui sur le béton suffisamment durci de l’ouvrage et munis d’organes
d’ancrage à leurs extrémités (cônes d’ancrage) ;
- Précontrainte par prétension : Elle est réalisée par des armatures tendues avant
bétonnage sur des bancs de traction fixes. Après durcissement du béton dans les
coffrages entourant les armatures, on reporte les efforts de tension des fils sur le béton
en désolidarisant les armatures des organes extérieures de mise en tension. Les
armatures gênées, dès l’extrémité de l’élément, dans leur retour à la longueur primitive
(donc à une tension nulle) réalisent par leur adhérence au béton la précontrainte de
l’élément.
3.6.3 Les coffrages pour béton armé
Le coffrage a pour fonctions principales, d’abord de donner une forme au béton, ensuite de
maintenir celui-ci en place jusqu’à ce qu’il y ait atteint sa phase d’auto-stabilité.
Le coffrage comporte généralement une surface coffrante, des éléments raidisseurs de cette
surface, des dispositifs d’étaiement, des éléments de réglage et des dispositifs de sécurité.
Parmi les techniques des coffrages traditionnels on distingue :
66
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Le coffrage de poutre : Le coffrage de la poutre est placé en hauteur sur une série
d’étais. Chaque étai est couronné par un chapeau qui sert de prise d’appui aux
contrefiches assurant stabilité et contreventement latéral du coffrage. Les planches de
fonds de coffrage reposent directement sur les bléchets. Les joues de coffrage s’appuie
sur des montants (ou raidisseurs) fixés en pied et contrebutés sur les bléchets. Le
serrage provisoire des pièces en bois nécessaires au coffrage se fait à l’aide de serrejoints ;
- Le coffrage de plancher : Le platelage est placé en altitude par une série d’étais
réglables et contreventés entre eux par des fils d’acier avec tendeurs à lanterne, chaque
fil d’étais soutient une longueur de poutre sur laquelle viennent prendre appui les
solives du platelage. Le fond de coffrage ou peau est constitué de panneaux de
contreplaqué CTB-C (d’après la norme NF).
Dans le cas d’un bâtiment présentant un caractère répétitif dans sa trame de construction, on a
recours aux coffrages industriels verticaux, horizontaux et coffrages tunnel.
Il existe par ailleurs de multiples techniques de coffrages incorporés à l’ouvrage à construire :
- Les prédalles en béton armé ou précontraint ;
- Les planchers métalliques collaborants ;
- Les blocs de maçonnerie coffrants (notamment blocs spéciaux de chaînage) ;
- Les blocs coffrants en matériau isolant (polystyrène expansé).
3.6.4 Les joints
Les joints sont destinés à assurer une liaison durable entre deux éléments de construction. Il
existe plusieurs types de joints :
- Les joints de maçonnerie (en mortier) ;
- Les joints de panneaux préfabriqués ;
- Les joints de dilatation ;
- Les joints de retrait ;
- Les joints parasismiques.
3.7 Maçonnerie d’éléments
On appelle maçonnerie un ouvrage composé de matériaux (blocs de béton, briques, pierres,
moellons) unis par un liant (mortier, plâtre, ciment).
Les maçonneries les plus courantes dites « maçonneries de petits éléments » sont réalisées à
l’aide de blocs de béton, de briques de terre cuite et de pierres.
3.7.1 Murs et parois en maçonnerie
Les murs réalisés en maçonnerie de petits éléments doivent répondre à un certains nombre
d’exigences réglementaires : stabilité mécanique, type de mur en fonction de son exposition,
isolation thermique, isolation acoustique et tenue au feu.
67
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
La stabilité mécanique se traduit par des règles de conception de calcul et d’exécution. Ces
règles sont définies dans la norme P 10-202-2 (DTU 20-1) : parois et maçonnerie en petits
éléments, et dans la norme EN 1996 (Eurocode 6) : calculs des ouvrages en maçonnerie.
Lorsqu’il s’agit de murs extérieurs (façades), on distingue 4 types de murs selon l'importance
du rôle dévolu à la paroi de maçonnerie dans l'étanchéité du mur complet à la pluie [Figure
3-2]. Ils sont définis dans la norme P 10-202-3 (DTU 20-1) :
- Mur de type I : Ce type est un mur qui ne comporte ni revêtement étanche sur son
parement extérieur, ni coupure de capillarité dans son épaisseur ;
- Mur de type II : Ce type est un mur qui ne comporte aucun revêtement étanche sur son
parement extérieur mais comporte, dans son épaisseur, une coupure de capillarité
continue. On distingue le type IIa dans lequel la coupure de capillarité est constituée
par des panneaux isolants non hydrophiles, et le type IIb dans lequel la coupure de
capillarité est constituée par une lame d'air continue ; par assimilation, cette lame d'air
est encore considérée comme continue si elle est traversée seulement par des agrafes
métalliques ou par d'autres dispositifs de faibles dimensions, en matériaux non
hydrophiles et imputrescibles ;
- Mur de type III : ce type est un mur dans lesquels la paroi extérieure en maçonnerie,
non protégée par un revêtement étanche, est doublée par une seconde paroi séparée de
la première par une lame d'air continue à la base de laquelle sont prévus des dispositifs
de collecte et d'évacuation vers l'extérieur des eaux d'infiltration éventuelles.
- Mur de type IV : ce type est un mur dont l'étanchéité à la pluie est assurée par un
revêtement étanche situé en avant (bardage), dont les éléments de fixation ménagent
une lame d’air continue et ventilée. Elle peut encore être assurée par la pose d’un
revêtement étanche sur la face externe du mur.
Les épaisseurs minimales admissibles pour chaque type de mur sont indiquées dans les règles
de calcul et dispositions constructives minimales de la norme P 10-202-2 (DTU 20-1) en
fonction de la nature du matériau utilisé.
Les exigences thermiques sont formulées dans l’arrêté du 29 novembre 2000, pour lesquelles
existent des règles de calcul (les DTU règles ThU-thG et TH-E) et des solutions techniques
dont l’application vaut respect du règlement « Solution techniques RT2005 ».
L’exigence acoustique est exprimée en termes de résultat global pour un logement (ou un
local) dans les arrêtés du 30 juin 1999 et peut être respectée en appliquant les « Exemples de
solutions acoustiques » du CSTB.
L’exigence de tenue au feu est double : d’une part la réaction au feu pour laquelle les blocs en
béton et les briques de terre cuite sont classés dans la catégorie M0 (matériaux
incombustibles), et d’autre part la résistance au feu (arrêté du 21 avril 1983), qui caractérise le
temps pendant lequel le mur peut jouer le rôle qui lui est dévolu malgré l’action de l’incendie.
68
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Type I
Enduit ou
revêtement
traditionnel
Enduit ou
revêtement
traditionnel
Enduit isolant
hydrophile
(plâtre et perlite)
Blocs creux
Isolant
hydrophile
Cloison de
doublage
Blocs creux
Plancher
Type II
Enduit ou
revêtement
traditionnel
Coupure de
capillarité (isolant
non hydrophile)
Blocs creux
Plaque de
parement
Coupure de
capillarité
(lame d’air)
Panneau
rigide d’isolant
non hydrophile
Plot
imputrescible
Cloison de
doublage
Brique
apparente
Type III
Panneau rigide ou semi-rigide
d’isolant non hydrophile
Plot non
hydrophile
Cloison de doublage
Brique
apparente
Cornière en PVC
Lame d’air
Joint vertical
non garni
Décrochement
Type IV
Bardage
Chevron
Liteau
Figure 3-2 : Principaux types de murs de façade en maçonnerie.
69
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
3.7.2 Blocs de béton
Les blocs de béton correspondent à deux grandes familles : les « blocs traditionnels » qui font
l’objet de normes, et les « blocs non traditionnels » qui relèvent le plus souvent de la
procédure d’avis technique.
Les blocs traditionnels peuvent être classés de différentes manières selon :
- la nature du matériau constitutif : béton de granulats courants, béton de granulats
légers, béton cellulaire autoclavé ;
- la structure interne : blocs pleins, blocs perforés comportant des petits alvéoles
cylindriques, blocs creux comportant des alvéoles débouchant ou non ;
- leur destination : blocs à enduire (parpaings), blocs apparents dont le béton constitutif
doit assurer par lui-même l’étanchéité du mur, blocs à bancher ;
- leur mode de pose : pose avec joints épais pour les blocs à maçonner, pose avec joints
minces pour les blocs à coller, et pose sans joint vertical pour les blocs à
emboîtement ;
- la partie de l’ouvrage à traiter : blocs courants pour les parties courantes, et blocs
spéciaux pour les parties d’ouvrage correspondantes
Les caractéristiques de blocs traditionnels sont définies par les normes correspondantes :
- NF P 14-100 : blocs en béton pour murs et cloisons : définitions ;
- NF P 14-102 : blocs en béton destiné à rester apparents ;
- NF P 14-301 : blocs en béton de granulats courants pour murs et cloisons ;
- NF P 14-304 : blocs en béton de granulats légers pour murs et cloisons ;
- NF P 14-306 : blocs en béton cellulaire autoclavé pour murs et cloisons ;
- NF P 14-402 : blocs en béton pour murs et cloisons : dimensions ;
Les blocs non traditionnels peuvent être également classés selon différents critères :
- blocs à enduire dont la forme adaptée permet un gain de temps de pose en réduisant la
quantité de mortier ;
- blocs destinés à un montage à sec : sans mortier ou avec remplissage de certains
alvéoles verticaux ;
- blocs de coffrage ou blocs à bancher posés à sec ;
- blocs à isolation thermique intégrée : blocs maçonnés, blocs montés à sec, blocs
coffrage ;
- blocs acoustiques : blocs absorbants acoustiques, blocs destinés à améliorer
l’isolement acoustique.
Pour les blocs considérés comme non traditionnels c’est la commission des avis techniques
qui précise leurs caractéristiques cas par cas.
70
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Blocs traditionnels
Bloc plein sans alvéole
Bloc perforé
Bloc creux
Blocs non traditionnels
Bloc montage à sec
Bloc à maçonner
Bloc à isolation thermique intégré
Bloc coffrage
Figure 3-3 : Exemples de blocs de béton.
Les blocs servent à construire des murs et doivent souvent assurer une fonction de portance.
Une de leurs propriétés essentielles est la résistance à l’écrasement.
3.7.3 Briques de terre cuite
Pour satisfaire aux différentes exigences requises pour les maçonneries, la brique doit être
stable à l’humidité et avoir une porosité limitée. Sa résistance mécanique doit correspondre
aux charges appliquées sur le mur. On distingue plusieurs types de briques :
- les briques plâtrières : essentiellement utilisées pour les cloisons intérieures à plâtrer ;
- les briques creuses : dont la superficie des trous est supérieure à 40% de la section
totale de la brique ;
- les briques creuses à rupture de joint : le joint de mortier est interrompu par le
décrochement des alvéoles centrales, ce qui améliore le comportement thermique et
hygrothermique de la paroi ;
- les briques de parement : peuvent être pleines ou perforées. Elles sont posées en
façade pour donner au mur un effet architectural ;
71
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
les briques perforées : dont la superficie des trous est inférieure à 40% de la section
totale de la brique ;
- les mulots : demi briques de section carrée, perforée ou non ;
- les briques réfractaires : résistantes au feu.
Avant leur mise en œuvre, les briques de terre cuite doivent être humidifiées afin qu’elles
n’aient pas tendance à absorber l’eau du mortier et à le dessécher.
Perforée
Plâtrière
Brique à rupture de joint
Isolante
Erreur ! Signet non défini.Figure 3-4 : Exemples de briques de terre cuite.
3.7.4 Pierres
On distingue plusieurs types de pierres utilisées dans la construction des bâtiments :
- On désigne par pierres à bâtir les meulières, les moellons, les pierres à chaux, le grès,
le marbre et le granit ;
- La pierre artificielle est un aggloméré en forme de parpaing dont la face visible est
traitée en aspect pierre ;
- La pierre reconstituée est constituée d’un béton dont le liant est généralement du
ciment blanc et dont l’agrégat est sélectionné pour sa blancheur et sa dureté ;
- Les pierres appareillées sont des pierres taillées sur toutes leurs faces, par opposition
aux moellons ;
La pierre de taille est une pierre calcaire, appareillée, de dimensions régulières, apte à
constituer des murs finis sans nécessité d’enduit.
3.8 Construction en acier
Chaque projet de construction utilisant l’acier décrit ses propres éléments et ses propres
assemblages. Selon l’ampleur du projet, les choix économiques et architecturaux, ce projet
peut faire appel à des éléments industriels de catalogues ou concevoir ses structures
spécifiques.
Construire en acier signifie assembler des éléments par boulonnage, soudure, rivetage à
chaud, boulons sertis, ou par axe d’assemblage, afin de constituer une structure. Les
assemblages jouent un rôle essentiel dans la construction métallique :
- par leur rôle dans la stabilité de la structure ;
- par leur efficacité et leur simplicité d’exécution sur le chantier ;
- par leur aspect.
72
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
En général, les structures en acier désignent des poteaux, des poutres, des arcs, et des
assemblages régis par quelques principes simples.
Les systèmes constructifs les plus connus sont :
- le procédé « Cibbap » : Procédé constructif adapté aux bâtiments d’un à quatre étages
ainsi qu’aux zones climatiques sujettes aux séismes et aux cyclones. Il repose sur la
préfabrication en usine de composants de murs et de façades porteurs, de planchers et
de toitures à base de matériaux composites. Pour les façades qui participent à la
stabilité générale, ces composants disposent d’une ossature acier (aciers plans
galvanisés à chaud ou inoxydables), incorporent un isolant et un revêtement intérieur
en plaque de plâtre cartonné. Ils offrent par ailleurs de bonnes performances
thermiques et acoustiques. De tels dispositifs de préfabrication autorisent des délais de
chantier réduits.
- Le procédé « Styltech » : Procédé constructif en profilés minces en acier pour la
réalisation de bâtiments d’habitation individuelle à rez-de-chaussée ou R+1 isolés,
jumelés ou en bandes à structures indépendantes, et d’habitation individuelle à rez-dechaussée en bandes à structures non indépendantes. Le procédé consiste à réaliser une
ossature métallique à base de profilés à froid en acier galvanisé, assemblés par vis
auto-perceuses, comprenant côté extérieur un bac acier galvanisé nervuré et un
système d’isolation thermique extérieure (enduit mince ou hydraulique sur isolant ou
vêture), et côté intérieur un habillage en plaques de plâtre vissées sur un réseau de
profilés en acier ou directement sur les poteaux. Les planchers sont réalisés soit en
béton avec bac acier collaborant ou coffrage acier perdu, soit en panneaux bois vissés
sur poutrelles acier.
3.9 Construction en bois
Le bois présente un avantage non négligeable en matière de délai de construction et
d’économie de chauffage. La construction en panneaux préfabriqués dans un atelier et
assemblés sur le chantier est utilisée dans la majorité des opérations de maisons à ossature
bois. Les règles de conception, de fabrication et de mise en œuvre de la maison à ossature bois
sont définies par les normes NF P 21-204-1 (DTU 31-2), NF P 21-102, et les règles BF 88
(DTU P 92-703). La marque « CTB Structure » protège la conception et fabrication des
panneaux.
Les éléments constitutifs d’une maison à ossature de bois sont :
- Le soubassement : Les éléments de structure de mur reposent toujours sur un ouvrage
de soubassement composé d’une fondation et d’un muret en maçonnerie couronné
d’un chaînage en béton armé solidarisé à un plancher à entrevous en polystyrène
expansé ou désolidarisé d’un dallage isolé. Une coupure de capillarité, dont la hauteur
au dessus du sol est supérieure à 20cm, est interposée entre la maçonnerie et la
structure en bois ;
73
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
-
L’élément de structure de mur : est constitué d’une ossature en bois résineux, cadres et
montants de petite section 36mm × 97 ou 122 mm à l’écartement de 0,40 ou 0,60 m,
assemblée par pointes ou agrafes sur un voile travaillant en panneaux de contreplaqué.
Les murs périphériques sont complétés de l’intérieur vers l’extérieur par une plaque de
plâtre BA 13, un film polyéthylène, un matelas isolant fibreux minéral, un pare-pluie
et un revêtement extérieur du type clin. Les murs intérieurs sont simplement complétés
par une plaque de plâtre BA 13 sur chaque face ;
L’élément de Plancher : est constitué d’un solivage en bois massif, qui supporte en
partie supérieure un plancher porteur en panneaux de particules de 22 mm et en partie
inférieure un faux plafond (BA 13) sur contre-lattage métallique. Les solives prennent
appui sur les murs par l’intermédiaire d’une lisse haute qui constitue le chaînage
horizontal. L’about du plancher est fermé par une solive périphérique et une entretoise
avec incorporation d’isolant dans le vide ainsi constitué.
Revêtement
extérieur
Doublage
intérieur
Dalle de
plancher 22 mm
Lattage
Solive
périphérique
Solive
Entretoise
Profil Z
Lame
d’air
BA 13 sur
contrelattage
Pare-pluie
Isolant
semi-rigide
Pare-vapeur
Figure 3-5 : Elément de structure de mur en bois.
3.10 Planchers
Les planchers, éléments horizontaux de la structure, doivent assurer les fonctions suivantes :
- transmission des charges depuis leur point d’application vers les structures verticales ;
- résistance aux sollicitations extrêmes (incendie, séisme) ;
- fonction d’isolation acoustique entre locaux.
On distingue deux familles de planchers : Les planchers construits en béton coulé en place, et
les planchers préfabriqués.
74
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Parmi les planchers construits en béton coulé en place, on peut distinguer :
- Le plancher traditionnel à poutres croisées : constitué de poutres principales et de
poutres secondaires (solives) solidarisées par une dalle à leur partie supérieure.
Dalle de plancher
Poutre
Solive
Figure 3-6 : Plancher en béton armé à poutres croisées
-
Le plancher dalle pleine : ne comporte aucune poutre intermédiaire. Il repose sur les
murs de maçonnerie par l’intermédiaire de chaînages. Quand la dalle pleine en béton
armé a pour effet de répartir des charges importantes sur des points d’appuis éloignés,
on l’appelle dalle transfert.
Maçonnerie
Chaînage
béton armé
Dalle
béton armé
Cueillie
Maçonnerie
Figure 3-7 : Plancher dalle pleine et chaînage de mur.
-
Le plancher champignon : Dalle d'épaisseur constante sans nervure, dont la liaison
avec les poteaux est renforcée par des chapiteaux ;
Figure 3-8 : Plancher champignon [Rector].
-
Le plancher à coffrage perdu : Le coffrage spécial sert, d’une part de moule au béton,
et d’autre part de sous-face prête à peindre du plancher.
75
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Dalle coulée en place
Coffrage perdu
Armatures
Figure 3-9 : Plancher à coffrage perdu.
Les planchers préfabriqués comprennent essentiellement les poutrelles et les hourdis, et les
éléments jointifs avec clés coulées en place.
Les poutrelles sont des produits préfabriqués structurels linéaires de faible section, destinés à
être associer à d’autres produits préfabriqués (entrevous) et à du béton coulé en œuvre pour
former un plancher. Elles constituent en tout ou partie le système résistant du plancher. Elles
peuvent être à treillis métallique ou en « T » renversé. Dans les deux cas, les poutrelles
relèvent de la procédure d’Avis technique. Les exigences relatives à ces produits sont définies
dans le cahier des prescriptions techniques « Planchers » de novembre 1996.
Hourdis
Poutrelle préfabriquée
en béton armé
Mur porteur
Figure 3-10: Construction d’un plancher en béton armé avec poutrelles et hourdis.
Les entrevous sont des éléments intercalaires reposant sur les talons de deux poutrelles
voisines. Ils sont définis par la norme NF P 14-305 qui précise notamment les caractéristiques
physiques et mécaniques pour les 3 types d’entrevous : entrevous de coffrage résistant,
entrevous porteurs simple, et entrevous à table de compression incorporée.
3.11 Façades
La façade est souvent l’élément le plus complexe d’une construction. Elle doit assurer les
fonctions suivantes :
- Étanchéité à l’eau et à l’air : C’est la fonction la plus sensible d’une façade, et la
-
source de nombreux désordres ;
Isolation thermique : La façade, avec la toiture, est la principale source d’échanges
thermiques avec l’extérieur;
76
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Isolation acoustique : La façade est la principale barrière au bruit qui protège les
espaces utiles de tout bâtiment ;
- Sécurité et sûreté : La façade sert à protéger contre les tentatives d’intrusion dans un
bâtiment et est utile en sécurité incendie ;
- Aspect : La façade est l’expression de l’architecture du bâtiment ;
- Et parfois elle doit assurer aussi une fonction de stabilité, comme dans le cas des
façades porteuses et des façades participant au contreventement du bâtiment.
En général, on distingue trois familles de techniques de façades : Les façades lourdes, les
façades légères et les façades double-peau.
3.11.1 Les façades lourdes
Dans cette catégorie on trouve :
- Les façades en maçonnerie ;
- Les façades en béton coulé en place, qui sont généralement porteuses ;
- Les façades préfabriquées (en béton) qui peuvent être constituées soit par des allèges,
soit par des panneaux de façades complets [Figure 3-11].
Figure 3-11 : Les quatre types de panneaux de façades en béton armé préfabriqués [CERIB].
77
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Dans les constructions neuves, la plupart des façades en béton sont constituées de trois
parois : une paroi extérieure porteuse (en béton), un isolant en partie centrale, et une paroi
intérieure non porteuse (en plaque de plâtre ou maçonnerie).
En réhabilitation de bâtiments en béton existants, l’isolation par l’extérieure domine. La paroi
de béton se trouve alors en position interne, l’isolant au centre et la protection de l’isolant en
paroi externe.
Les matériaux isolants les plus utilisés dans les façades lourdes sont les isolants alvéolaires,
notamment le polystyrène expansé et extrudé, et la laine de roche.
3.11.2 Les façades légères
Dans cette famille, on distingue :
- Les bardages métalliques : Ce type de paroi est constitué par l’assemblage de plaques
métalliques nervurées de grandes dimension .Les bardages métalliques sont classés en
quatre catégories : les bardages simple peau, les bardages double peau [Figure 3-12],
les bardages double peau composite et les produits plans. Ils sont utilisés le plus
souvent pour la réalisation de bâtiments industriels ou d’usage collectif ;
Ossature
Isolant
Peau
extérieure
Peau
intérieure
Figure 3-12 : Bardage double peau [Rockwool].
-
Les murs rideaux : Le mur rideau est une façade dénuée de toute fonction porteuse. Il
comprend une ossature formée de lisses horizontales et verticales raccordées à la
structure. Sur cette ossature se fixent des éléments opaques et transparents qui assurent
l’ensemble des performances de la façade. Le mur rideau et tous ses joints entre
ossature et remplissage doivent, entre les ambiances extérieure et intérieure, réaliser
l’étanchéité à l’air et à l’eau. Il doit ainsi comporter une double paroi avec écran antipluie en paroi extérieure et étanchéité à l’air en paroi intérieure [Figure 3-13];
78
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Figure 3-13: Mur rideau associant vitrage et panneau [550 W. Adams Chicago, IL].
Les façades en verre sont des façades de type rideau ou semi-rideau dans lesquelles la
face extérieure des éléments de remplissage sont des matériaux verriers transparents,
translucides ou opaques. Il existe plusieurs types de façades en verre, dépendant du
principe de fixation des verres :
o Les façades à vitrage parclosé (VEP) dans lesquelles les éléments de
remplissage en matériaux verriers sont maintenus en place par un système de
serre-vitres sur l’ossature secondaire, constituée de montants et de traverses en
profilés en bois ou métallique (aluminium) [Figure 3-14].
Figure 3-14 : Détail d'une façade VEP [Architectural Systems].
o Les façades VEC sont des façades d’aspect lisse dans lesquelles la fixation du
matériau sur son support est assurée par collage. Le rôle du collage est
prépondérant puisqu’il transmet à l’ossature les efforts subis par les éléments
de remplissage (poids propre, effet du vent).
o Les façades VEA font appel à un dispositif de fixation mécanique afin
d’assurer le maintien en place des vitrages : Pièces inoxydables fixées sur une
ossature secondaire. L’agrafe métallique est placée à chaque angle, et est
79
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
maintenue à l’ossature par une attache qui peut être munie d’une rotule et
d’une douille coulissante.
-
Les façades panneaux : La façade panneau est une façade légère insérée entre deux
planchers directement superposés. Elle s’insère dans la structure porteuse du bâtiment,
de telle sorte que la paroi extérieure est interrompue par la structure verticale, murs de
refend ou poteau. Elle est généralement composée d’un ou de plusieurs châssis vitrés
ouvrants ou fixes, d’un ou plusieurs panneaux de remplissage, de calfeutrements de
jeux périphériques, de joints d’étanchéité et des habillages correspondants [Figure
3-15].
Nez de plancher
Poteau ou refend
Elément de
remplissage
Châssis vitré
Allège
Porte-fenêtre
Garde-corps
Figure 3-15 : Détail d’une façade panneau [DUTHU, 2004].
-
Les panneaux d’ossature bois : Ces panneaux sont en général utilisés dans le cadre de
réalisation de maisons complètes à ossature bois.
Le principe même de la façade légère conduit à faire appel à des matériaux différents :
- Isolant thermique : Sous forme de panneau rigide, il est fixé sur la face interne d’un
bardage simple ou constitue l’âme d’un bardage double. Les principaux isolants sont
des matériaux alvéolaires (polystyrène expansé, polyuréthanne, les mousses de PVC)
et des fibres minérales (de verre ou de roche) ;
- Lame d’air : C’est un intervalle continu de faible épaisseur entre deux matériaux dont
les faces sont parallèles ;
- Pare vapeur : C’est une feuille ou une membrane, simple ou composite, disposée du
côté chaud de l’isolant pour le protéger de l’humidité et éviter les condensations sur
son épaisseur ;
- Revêtement : C’est une feuille, une pellicule, un film de peinture ou de vernis,
appliqué sur les faces intérieure et extérieure pour donner à a façade son aspect
définitif, sa résistance à la corrosion ou son étanchéité à l’eau ;
80
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Joints : Pour assurer des qualités mécaniques compatibles avec les mouvements dus
aux dilatations et déplacements de la façade ;
3.11.3 Les façades double-peau
Une façade double-peau est une façade multicouche principalement vitrée. Une cavité
(également appelée couloir d'air ou l'espace intermédiaire) est située entre les couches vitrées.
La façade intérieure vitrée peut être munie d'un contre-cœur opaque. Les protections solaires
sont généralement placées dans le canal, côté écran ou côté façade. Lorsque le canal est de
profondeur suffisante, un caillebotis permet le nettoyage et l'entretien des éléments fixes et
mobiles. La Figure 3-16 est une représentation graphique du fonctionnement d’une façade
double-peau orientée vers le sud.
Figure 3-16 : Principe de fonctionnement de la façade double-peau [Sustaining Towers, 2004].
Une façade double-peau, faite sur mesure, respectant les conditions locales (occupants, climat,
forme et orientation du bâtiment) peut contribuer à la conservation des ressources naturelles et
à l'amélioration du confort des usagers:
- par l'utilisation des gains solaires,
- par une réduction de la demande d'énergie de chauffage en hiver,
- par une utilisation adaptée des protections solaires et ainsi une réduction des besoins
d'énergie de rafraîchissement en été,
- par une amélioration de l'isolation aux bruits extérieurs,
- par un refroidissement nocturne efficace,
- par l'augmentation de la durée de vie des éléments protégés de la façade,
- par la prise en charge de fonctions techniques supplémentaires,
- en stockant des systèmes d’air conditionné dans la cavité et/ou la structure, ce qui
augmente l’espace disponible au sein du bâtiment.
- par l'amélioration du confort et de la qualité d'ambiance grâce à la ventilation naturelle
et une meilleure qualité des conditions thermiques et visuelles.
81
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
Les façades double-peau sont différenciées de doubles ou triples façades vitrées
conventionnelles par le passage d'air par la cavité entre les peaux internes et externes [Figure
3-17]. La façade ne peut plus être envisagée comme un objet statique. L'air se déplace dans la
cavité, modifiant parfois de façon significative ses performances caractéristiques.
Figure 3-17 : Cavité dans une façade double-peau [Lund Institute of Technology]
En plus de cette nature dynamique, on observe également une fluctuation saisonnière dans la
façon du fonctionnement de la façade.
Pendant la saison de rafraîchissement, l'air pénètre dans la cavité et emporte la chaleur
réduisant ainsi la température de la peau interne ce qui réduit les échanges de chaleur entre le
vitrage et le volume d’occupation. Le résultat est une diminution du transfert de chaleur de
l'extérieur vers l'intérieur et une économie de l'énergie exigée pour rafraîchir l'espace.
L'occupant aura plus de confort parce que la température radiante moyenne de l'espace est
réduite.
La saison de chauffage prévoit deux scénarios généraux : Dans le premier scénario, le système
est fermé, donc pas de déplacement d'air dans la cavité. La cavité se réchauffe, augmentant la
température de la vitre intérieure, et réduisant de ce fait les pertes thermiques.
Dans le second scénario, l'air chaud est introduit dans la cavité pour réchauffer la vitre
intérieure et atteindre ainsi le même résultat.
Il existe plusieurs concepts différents de façade double-peau. En général, les façades doublepeau sont continues au moins sur un étage, l'entrée d'air se fait au niveau de plancher et la
sortie au moins au niveau de plancher ci-dessus. Distinguons celles-ci des fenêtres ventilées
qui sont des composants intégrés dans les murs extérieurs permettant la lumière du jour et la
ventilation et pour lesquelles l'espacement entre l'entrée et la sortie de l'air est inférieur à
l'espacement vertical entre le plancher et le plafond.
Les concepts des façades double-peau sont généralement classifiés selon six critères
indépendants principaux : le type de ventilation, le mode de ventilation, la hauteur du
bâtiment, la composition de la multicouche, la profondeur de la cavité d'air et les matériaux de
support.
82
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
3.11.3.1 Le type de ventilation
Le type de ventilation se rapporte à la force d'entraînement utilisée pour aérer la cavité d'air
située entre les deux façades vitrées. Nous distinguons trois types possibles de ventilation: la
ventilation naturelle, la ventilation mécanique et la ventilation hybride.
La ventilation hybride est une combinaison commandée de la ventilation naturelle et
mécanique où la ventilation naturelle est employée autant que possible. La ventilation
mécanique est seulement employée quand les forces d'entraînement naturelles deviennent
insuffisantes pour assurer le flux d'air demandé.
3.11.3.2 Le mode de ventilation
Le mode de ventilation se réfère à l'origine et à la destination d'air circulant dans la cavité. En
fonction du composant inclus dans la façade, une façade pourrait adopter plusieurs modes de
ventilation. Quatre modes de ventilation sont distingués: ventilation interne, ventilation
externe, supplément d’air hybride ou échappement d’air hybride [Figure 3-18].
1
2
3
4
Figure 3-18 : Les modes de ventilation des façades double-peau [Arons, 2000].
3.11.3.3 La hauteur du bâtiment
Les buts des façades double-peau s'appliquent aux bâtiments de petite, moyenne et grande
hauteurs. Cependant, Ils ne s'appliquent pas également entre ces derniers. Les façades doublepeau sont plus fréquemment utilisées dans les constructions de grande hauteur, pour une
raison principale c’est qu'elles permettent aux fenêtres d'être opérables, même lorsque
l'extérieur du bâtiment est soumis à des grandes pressions de vent [Figure 3-19].
Figure 3-19 : Vue de la façade double-peau du bâtiment du Commerzbank à Frankfurt.
83
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
3.11.3.4 La composition de la multicouche
Les façades se composent d'une série de couches placées de l'extérieur vers l'intérieur. Dans le
cas de façades double-peau, les couches consistent principalement de verre (fixé par plusieurs
moyens), de gaz et des dispositifs de protection solaire. Il y a infiniment de variétés dans la
construction de ces couches. Par exemple, le verre peut être de faible émissivité, trempé,
feuilleté ou fritté. Les protections solaires peuvent être en métal ou en plastique, peintes ou
polies, perforées ou solides. Le verre isolant peut être rempli de l'air, d'argon, de krypton, ou
fermé sous vide. En général, l'arrangement général des couches est étroitement attaché à la
stratégie de mouvement d'air. Lorsqu’il s’agit d’une ventilation externe, alors la peau
extérieure est composée habituellement d’un vitrage simple, tandis que la peau intérieure sera
composée d’un vitrage isolant. Le système est renversé lorsqu’on a une ventilation interne.
3.11.3.5 La profondeur de la cavité d'air
L’intervalle des profondeurs de cavité peut changer de manière significative. Dans les
bâtiments existants, la profondeur de la cavité, mesurée de face à face entre les peaux internes
et externes, varie entre 20 cm et 140 cm.
Il y a trois types prédominants : Le type compact de profondeur généralement variant entre
20 cm et 50 cm, la dernière laissant assez d'espace pour permettre l’entretien de la cavité et le
nettoyage des surfaces à l’intérieur de la cavité. Le type moyen a en général une cavité de 1 m
de profondeur, et elle est utilisée comme couloir pour les sorties de secours et pour des raisons
architecturales et d'éclairagisme. Le troisième type est le type large qui inclut des atriums et
des bâtiments dans les bâtiments.
3.11.3.6 Les matériaux de support
Les matériaux utilisés pour le support des vitres des façades double-peau sont presque aussi
divers que les supports des vitres des fenêtres avec quelques différences. Les contraintes de
choix des matériaux pour la peau interne sont moindres parce qu'elle est protégée par une
peau externe. Plusieurs bâtiments ont ainsi été conçus avec une ossature en bois sur la façade
intérieure. Il faut faire attention que les façades agissent comme des capteurs solaires, ainsi ils
sont susceptibles d'avoir les températures élevées dans la cavité. Ceci peut endommager les
joints des vitres, les supports et même la vitre.
3.12 Cloisons
Les cloisons sont des parois intérieures non porteuses. Elles sont classées suivant leur
destination en trois familles :
- Les cloisons de distribution : Telles sont les cloisons intérieures pour pièces sèches et
pièces humides ;
84
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
Les cloisons de doublage : Une telle cloison est rapportée devant la face intérieure
d’un mur de façade pour constituer une coupure de capillarité et la protection d’un
isolant;
- Les cloisons séparatives : Ces cloisons sont placées entre les logements ou entre les
logements et la circulation commune. Des exigences particulières sont formulées en ce
qui concerne le comportement au feu et à l’isolation acoustique.
Les cloisons peuvent aussi être classées suivant leur destination en :
- Cloison fixe : destinée à rester en place de façon immuable, et dont les éléments
constitutifs nécessitent, lors de leur mise en œuvre, des finitions complémentaires ;
- Cloison démontable : dont les éléments constitutifs arrivent finis ou préfinis sur le
chantier. Leur démontage s’effectue sans détérioration importante et sont réutilisables
sous réserve de remplacement de pièces complémentaires ;
- Cloison amovible : dont les éléments se déplacent dans un système fixe solidaire du
gros œuvre (panneaux mobiles, cloisons accordéon repliables ou articulées).
3.13 Toitures
La toiture doit assurer les fonctions suivantes :
- Étanchéité à l’eau et à l’air : L’ensemble d’éléments qui forment la toiture doit être
parfaitement étanche à l’air et à toute action d’eau et d’humidité, les exigences sont
encore plus fortes pour les toits plats à cause de leur faible inclinaison et éventuelle
rétention d’eau ;
- Isolation thermique : Le niveau d’isolation thermique de la toiture doit vérifier les
exigences réglementaires et garantir un confort thermique à l’intérieur du bâtiment en
fonction d’utilisation de l’espace intérieur de la toiture;
- Isolation acoustique : L’isolation acoustique doit vérifier les exigences réglementaires
en matière d’acoustique da la toiture en fonction des locaux à l’intérieur du bâtiment ;
- Sûreté : La toiture sépare le milieu extérieur du milieu intérieur et protège ainsi
l’espace intérieur contre les tentatives d’intrusion dans un bâtiment ;
- Aspect : La toiture participe à l’expression de l’architecture du bâtiment ;
- Stabilité : Les toitures doivent résister aux charges et aux forces appliquées, y compris
les charges climatiques dues au vent, à la neige et au soulèvement dans le cas des
toitures inclinées, et les transmettre aux éléments porteurs verticaux.
La typologie d’une toiture conduit à un classement en fonction de plusieurs critères :
- La forme : simple ou complexe, à versants plans ou courbes [Figure 3-20] ;
- Le climat : surtout quand il s’agit de sollicitations relatives au climat de montagne,
avec la présence de neige, par exemple, pendant une longue période de l’année ;
85
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
-
L’aspect extérieur : couleur des matériaux, état de surface rugueuse (tuile, terre cuite,
ardoise), lisse (feuilles métalliques), brillant (tuiles vernissées, tôles d’acier
inoxydable), ou avec un relief (tôles nervurées) ;
La pente : plus ou moins importante ;
L’accessibilité : s’apprécie par rapport à la circulation des piétons et à celle des
véhicules légers ou lourds ;
L’élément porteur : élément en béton armé, en bois ou métallique.
Figure 3-20 : Les principales formes des toits [Cheung, 2006].
La couverture peut être réalisée à partir de petits éléments discontinus (ardoises, tuiles), de
grands éléments discontinues (plaques métalliques nervurées, larges feuilles à tasseaux), de
grands éléments portés ou autoportés (coques métalliques), ou de membranes textiles.
En général, on peut regrouper les toitures en deux catégories : les toits plats et les toits à
pente.
3.13.1 Toits plats
Le toit plat, utilisé plutôt dans la conception d’architecture moderne, est caractéristique par
son faible inclinaison (2 – 12°) ce qui augmente la nécessité de traitement correct des
traversées de toiture.
86
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
S ≤10m²
désolidarisation
étanchéité
a. Protection par dalle fractionnée en béton coulé sur place.
désolidarisation
étanchéité
b. Protection par éléments préfabriqués.
dalle
plot
désolidarisation
étanchéité
c. Protection par dalle sur plots.
Figure 3-21 : Différents types de protection d’une toiture-terrasse [Cheung, 2006].
L’ossature de la toiture peut être faite en béton armé ou précontraint, en entrevous en
maçonnerie céramique ou béton et en métal. La surface du toit doit être soignée afin d’éviter
la détérioration de l’étanchéité. Plusieurs types de revêtement d’étanchéité et de finition sont
possibles [Figure 3-21]. Si le toit plat est accessible au public (toiture-terrasse), il peut être
revêtu par le carrelage en béton, en terre cuite ou en bois ou par une couche de béton maigre.
La surface du sol du toit plat non accessible peut être recouverte par un volume d’eau, une
couche de gravier ou de la terre avec la végétation.
En raison de construction et de sécurité, les toits plats sont entourés par un acrotère. Les
acrotères en béton sont soit bas (hauteur inférieure à 0,3 m), soit haut, coulés sur place ou
préfabriqués. Ils doivent respecter les règles de construction appliquées aux ouvrages de
maçonnerie ou de béton armé. Les acrotères hauts sont fractionnés par des joints distants de 6
à 8 m, un calfeutrement des joints à l’aide d’un mastic élastomère évite les risques
87
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
d’infiltration. Lorsqu’ils sont préfabriqués, ils peuvent être intégrés aux panneaux des derniers
niveaux ou réalisés indépendamment [Figure 1-1].
Protection
Étanchéité
Isolant
Pare-vapeur
Protection
Étanchéité
Isolant
Pare-vapeur
Mur de
façade
Mur de
façade
a. Acrotère bas.
Calfeutrement des
fractionnements par
joint de mastic
développé sur le
contour de l’acrotère
Arase du joint de
fractionnement
h ≤ 0,30 m
Protection
Étanchéité
Isolant
Pare-vapeur
Protection
Étanchéité
Isolant
Pare-vapeur
Mur de
façade
Mur de
façade
c. Acrotère préfabriqué.
b. Acrotère haut.
Figure 3-22 : Différents types d'acrotère [Cheung, 2006].
3.13.2 Toits à pente
Le toit à pente, « traditionnel », peut présenter l’inclinaison entre 12-60° et il est non
accessible au public. L’inclinaison et la forme d’un toit à pente dépendent de son utilisation,
le toit peut être aménagé en comble habitable ou non habitable.
Dans le cas des maisons individuelles la structure du toit est en général en bois, en métal ou
en béton. Selon la nécessité le toit peut comporter des fenêtres de toit, des lucarnes et d’autres
ouvertures, la cheminée et des traversées de ventilation et d’évacuation des eaux pluviales. Il
est donc nécessaire de garantir l’imperméabilité de l’ensemble et surtout aux endroits
critiques, par exemple pour les traversées de divers éléments.
3.14 Conclusion
L’analyse des composants et des principes constructifs et de leur fonctionnement nous apporte
quelques réponses sur les éléments qui permettent d’intégrer les fonctions propres aux
systèmes solaires.
En effet, plusieurs objets et matériaux se distinguent par leur capacité à recevoir une fonction
de captage, d’absorption, de transfert de chaleur ou de stockage solaire dans le bâtiment. Les
points principaux qui peuvent jouer un rôle intéressant dans la conception préliminaire et qui
peuvent guider la réflexion et la conception sont :
88
Chapitre 3 : Les procédés constructifs du bâtiment
-
-
-
-
La facilité de la mise en œuvre de l’élément ou du procédé constructif : L’intégration
de l’élément solaire devrait se faire d’une façon simple qui n’a pas besoin de recours à
une expertise solaire;
Le rôle de l’isolant dans les différents éléments et son positionnement : L’isolant des
façades ou des toitures pourrait se servir aussi comme isolant de l’élément de captage
solaire ;
La fonction de la lame d’air de certains principes constructifs : Elle pourrait servir à
recueillir des tuyaux de transfert de chaleur ;
L’accessibilité pour la maintenance : L’accessibilité aux éléments solaires pour un
remplacement ou une réparation est nécessaire pour garantir un bon fonctionnement
du système solaire ;
Le type du bâtiment auquel on va appliquer le procédé constructif et implanter des
éléments solaires thermiques : Le type de bâtiment donne une première idée sur les
besoins requis (eau chaude pour l’habitat, climatisation pour les bureaux…) ainsi
serait connu le niveau énergétique nécessaire (par exemple la température du fluide
dans le stockage);
- La conformité d’usage : L’intégration d’une fonction solaire impliquerait des
modifications sur la fonction initiale de l’élément. Cela pourrait concerner
l’esthétique, la transparence, le poids. Ainsi l’attention serait portée sur cet aspect afin
d’éviter de trop modifier l’apparence et les fonctions initiales de l’élément constructif.
Cette analyse offre, à un concepteur ou à un architecte, les premiers éléments nécessaires pour
guider la réflexion de la conception, et qui avec l’aide d’un peu d’expérience et d’imagination
créative, permettra d’élaborer des propositions d’éléments ou de procédés constructifs qui
intègrent les fonctions de captage, d’absorption, de transfert de chaleur ou de stockage solaire
dans le bâtiment.
Ainsi nous reprenons chacune des fonctions solaires et nous travaillons sur les éléments et les
principes constructifs que nous avons détaillés. Par voie de conséquence, nous préparons une
liste de solutions qui peuvent aider à mieux intégrer le solaire dans le bâtiment. Cette liste sera
présentée dans la partie suivante.
89
90
Partie II
Développement d’une méthode prospective
d’évaluation de l’intégration solaire
Chapitre 4 :
Des solutions techniques d’intégration
93
94
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4 Des solutions techniques d’intégration
En prenant en compte l’ensemble des considérations précédentes relatives à l’intégration
décrites dans la première partie, et à partir de l’analyse fonctionnelle des systèmes solaires
thermiques et des éléments constructifs effectuée dans les deux chapitres précédents, nous
avons établi une liste préliminaire de propositions de construction de nouveaux éléments
combinant à la fois la fonction constructive initiale et la (ou les) fonction(s) de production
solaire.
Pour concevoir des systèmes solaires intégrés à des principes constructifs remarquables, nous
avons établi des règles de définition pour cadrer notre travail. Ainsi, l’élaboration de chaque
proposition est basée sur les exigences essentielles retenues par les règles de l’art de
construction en prenant en compte les aspects liés à la production, à la mise en œuvre et à
l’accès pour la maintenance. L’intégration de la fonction solaire dans un élément de
construction de bâtiment peut se faire de deux façons :
− La première consiste à rendre cette fonction invisible, de telle sorte qu’elle ne soit pas
perçue ;
− La seconde consiste à mettre en valeur cette fonction et faire que sa présence vis-à-vis
des autres éléments du bâtiment soit la plus harmonieuse possible.
Chacune des propositions suivantes est établie selon l’une ou l’autre de ces démarches.
Finalement, notre choix s’est axé sur les concepts les plus intéressants à développer. Ces
concepts sont analysés en détail et une étude de faisabilité et de mise en œuvre est faite.
4.1 Captage et absorption
4.1.1 Intégration dans les murs en maçonnerie de type I
Domaine d’emploi : Ce type de mur est caractéristique des usines ou industries qui ne
demandent pas d'isolation thermique ou acoustique.
Enduit ou
revêtement
traditionnel
Blocs creux
Proposition d’intégration : Un capteur
plan peut être intégré à la façade sans
interagir avec les fonctions du bâtiment.
Isolant
hydrophile
Cloison de
doublage
Plancher
Mise en œuvre : Le capteur est posé
directement sur le mur.
Accessibilité : par l’extérieur.
Conformité d’usage : Ajout d’isolant
pour le capteur.
95
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.2 Intégration dans les murs en maçonnerie de type II
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans l’habitat collectif et individuel, et
dans le secteur tertiaire.
Panneau
rigide d’isolant
non hydrophile
Brique
apparente
Possibilité d’intégration : Un capteur
plan peut être inséré en façade, par
accrochage sur le mur. Cependant la
maintenance sera très difficile pour les
capteurs situés en hauteur (habitat
collectifs, tertiaire), et plus facile pour
l'habitat individuel, car accessible
seulement depuis l'extérieur.
Coupure de
capillarité
(lame d’air)
Plot
imputrescible
Cloison de
doublage
Mise en œuvre : Le capteur est posé
directement sur le mur.
Accessibilité : par l’extérieur.
Conformité d’usage : Ajout d’isolant
pour le capteur sur la face extérieure.
4.1.3 Intégration dans les murs en maçonnerie de type III
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans l’habitat collectif et individuel, et
dans le secteur tertiaire.
Plot non
hydrophile
Brique
apparente
Joint vertical
non garni
Possibilité d’intégration : Mise en
place d'un capteur sur une paroi
extérieure doublée par une seconde
paroi, séparée de la première par une
lame d’air. Les collecteurs sont situés
dans la lame d'air.
Isolant non
hydrophile
Cloison de
doublage
Cornière
en PVC
Lame d’air
Décrochement
Mise en œuvre : Le capteur est posé
directement sur le mur. Attention à
l’étanchéité entre les capteurs.
Accessibilité : par l’extérieur.
Conformité d’usage : Ajout d’isolant
pour le capteur sur la face extérieure.
96
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.4 Intégration dans les murs en maçonnerie de type IV
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans l’habitat collectif et individuel, et
dans le secteur tertiaire.
Bardage
Possibilité d’intégration : L'étanchéité
du mur de type IV est assurée par un
revêtement étanche situé à l’extérieur,
ainsi l'intégration d'un capteur en
bardage sur ce type d'enveloppe peut
créer des ponts thermiques et
acoustiques (problèmes d'étanchéité).
Chevron
Liteau
Mise en œuvre : Pose difficile.
Interaction des bardages entre eux,
étanchéité difficile à mettre en place.
Accessibilité : par l’extérieur.
Conformité d’usage : Ajout d’isolant
pour le capteur sur la face extérieure.
4.1.5 Façade à panneau bois
Domaine d’emploi : Ce type de façade est utilisé dans l’habitat collectif et individuel, et
dans le secteur tertiaire.
Revêtement
extérieur
Lattage
Solive
périphérique
Possibilité d’intégration : Le bardage
en bois peut être remplacé par un
capteur
solaire,
en
gardant
éventuellement une trame sur le verre
du capteur afin de garder l'esprit du
bardage. L'isolant déjà présent peut
servir d'isolant pour le capteur.
Doublage
intérieur
Dalle de plancher
22 mm
Solive
Entretoise
Profil Z
Lame
d’air
Pare-pluie
BA 13 sur
contrelattage
Isolant semirigide
Pare-vapeur
Mise en œuvre : Pose difficile.
Non préfabriqué.
Création du vide pour la lame d’air.
Accessibilité : par l’extérieur.
Conformité d’usage : Garder l’aspect
esthétique par sérigraphie.
97
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.6 Intégration dans les façades panneau
Domaine d’emploi : Ce type de façade concerne l’habitat collectif, le secteur tertiaire, et
les industries.
Possibilité d’intégration : Plusieurs
choix sont possibles pour la position du
capteur dans le panneau d’une façade.
Le capteur peut être situé dans l’allège
de la fenêtre, ou dans les éléments de
remplissage du panneau (bois ou béton).
Cependant il sera difficile de maintenir
une bonne étanchéité entre les panneaux
de façade ainsi qu'une bonne isolation
(pont thermique).
Nez de plancher
Poteau ou refend
Elément de remplissage
Châssis vitré
Allège
Porte-fenêtre
Garde-corps
Mise en œuvre : Pose facile.
Panneau préfabriqué intégrant le
capteur.
Accessibilité : éventuellement par
l'intérieur, par démontage du panneau.
Conformité d’usage : Les fonctions
principales de la façade sont gardées.
4.1.7 Intégration dans les façades rideaux
Domaine d’emploi : Ce type de façade concerne l’habitat collectif et le secteur tertiaire.
Possibilité d’intégration : Un capteur
peut prendre la place d'un panneau fixé
sur l'ossature secondaire, les réseaux
pouvant être situés dans l'épaisseur des
montants et des traverses.
Plancher
de béton
Poteau
ou refend
Menuiserie
et vitrage
Allège
Mise en œuvre : Pose Facile.
Capteur intégré dans un panneau
préfabriqué.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Les fonctions
principales de la façade sont gardées.
98
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.8 Intégration dans les bardages métalliques
Domaine d’emploi : Ce type de façade concerne le secteur tertiaire et les industries.
Possibilité d’intégration : Il est
possible d’accrocher un capteur sur les
lisses (ossature secondaire) par des
pattes de fixation. La mise en place de
ce type de capteur est faite directement
sur chantier lors du recouvrement de
façade (second œuvre). L’isolant
thermique utilisé pour l’isolation du
bâtiment est aussi isolant thermique du
capteur.
Mise en œuvre : Difficile,
Fabrication/pose sur place.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Respect de
l’aspect esthétique du bardage ondulé.
4.1.9 Intégration dans les façades vitrées
Domaine d’emploi : Ce type de façade est généralement utilisé dans l’habitat collectif, le
secteur tertiaire, et les industries.
Possibilité d’intégration : Ce type de
façade permet de faciliter le montage et
démontage d’un capteur qui serait fixé
entre les capots de la menuiserie du
vitrage. Le capteur préfabriqué est mis
en place indépendamment de la façade
car isolé de la structure. Les réseaux
peuvent être ainsi situés dans les capots
ou les traverses creuses en acier.
Mise en œuvre : Facile, la pose des
absorbeurs et de l’isolant se fait sur
place.
Accessibilité : Eventuellement par
l‘intérieur, sinon par l'extérieur.
Conformité d’usage : Modification de
la transparence
99
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.10 Intégration dans les façades double-peau
Domaine d’emploi : Ce type de façade est surtout utilisé dans le secteur tertiaire.
Possibilité d’intégration : Ce type de
façade permet de faciliter le montage et
démontage d’un capteur qui serait fixé
sur les trames de la peau extérieure de
la façade double peau. .
Mise en œuvre : Facile. Les modules
solaires préfabriqués industriellement
sont posés sur place.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Préchauffage
d’air.
4.1.11 Intégration dans les allèges
Domaine d’emploi : Ce type de façade est généralement utilisé dans l’habitat collectif, le
secteur tertiaire, et les industries.
Traverse ossature
secondaire
Habillage
intérieur
Possibilité d’intégration : Un capteur
solaire peut être insérer en allège d’une
façade légère de type rideau, celui-ci se
plaçant devant le nez de la dalle et entre
le châssis des ouvertures des étages
situés les uns aux dessus des autres.
L’ossature secondaire (montant et
traverse)
maintient
le
panneau
préfabriqué constitué du capteur et
d’une partie basse qui recouvre le nu de
la dalle.
Châssis
Allège préformé plus
isolation thermique
Réseaux
Volet
roulant
Châssis
Mise en œuvre : Facile.
Élément préfabriqué.
Accessibilité : par l'intérieur.
Conformité d’usage : Le plan incliné
permet un meilleur rendement.
100
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.12 Intégration dans les toitures terrasses en béton coulé sur place
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
S ≤10m²
Désolidarisation
Étanchéité
Possibilité d’intégration : Un ou plusieurs
capteurs remplacent une dalle béton. La
difficulté est de maintenir un bon isolement
et une bonne étanchéité. De plus la
maintenance dans l’état actuel est très
difficile car il y a peu de moyen d’accéder
au cœur du capteur sans démonter le verre
du capteur. Il faudra qu’il soit
suffisamment résistant pour supporter la
charge d’un homme (verre épais) ce qui
aura un impact négatif sur le rendement.
Mise en œuvre : Facile.
Élément de dalle préfabriqué intégrant
un capteur solaire.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Résistance au
poids propre des usagers.
4.1.13 Intégration dans les toitures terrasses par dalles sur plots
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
Dalle
Plot
Désolidarisation
Étanchéité
Mise en œuvre : Facile.
Dalle préfabriquée intégrant un capteur
solaire.
Possibilité d’intégration : Un capteur
préfabriqué peut venir remplacer une
dalle. Poser sur plots la dalle/capteur
pourra se démonter assez facilement, et
permettre de laisser passer les réseaux.
Cependant l'étanchéité entre deux dalles
sera assez délicate, de plus ces capteurs
étant au sol ils doivent être assez
résistant pour soutenir la charge d'un
homme se situant sur la toiture terrasse.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Résistance au
poids des usagers. Etanchéité délicate.
101
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.14 Intégration dans les toitures terrasses par dalles sur plots
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
Possibilité d’intégration : Il est
possible de créer un composant
préfabriqué qui soit placé en toiture, et
en acrotère. Cet élément pourrait être un
capteur fixé au mur de façade. Cette
solution permet d’avoir un capteur qui
pourrait être incliné pour une meilleure
qualité architecturale et une meilleure
orientation par rapport au soleil, il sera
aussi facilement accessible depuis la
toiture.
Mise en œuvre : Facile.
Acrotère préfabriqué intégrant un
capteur solaire.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Les fonctions
principales de l’acrotère sont gardées.
4.1.15 Intégration dans les toits à pente
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
Possibilité d’intégration : Une partie de la
couverture sera remplacée par un absorbeur
et le vitrage. L'étanchéité du toit sera
utilisée comme étanchéité de l’élément
capteur. Le capteur sera bien orienté. Un
absorbeur de couleur brique pourra être
utilisé pour gagner en esthétique.
Mise en œuvre : Facile.
Pose sur place des éléments de captage
les uns après les autres.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Le plan incliné
permet un meilleur rendement.
102
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.16 Intégration dans les toitures inversées
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
Possibilité d’intégration : Une partie
de la couverture sera remplacée par un
absorbeur et le vitrage. Le capteur sera
incliné ce qui augmentera son
rendement. L’intégration sera discrète
pour plus d’acceptation.
Mise en œuvre : Facile.
Accrochage d’éléments de toiture
préfabriqués intégrant les capteurs
solaires.
Accessibilité : par l'extérieur.
Conformité d’usage : Occultation des
capteurs par le versant opposé du toit.
4.1.17 Intégration dans les tuiles de terre cuite
Domaine d’emploi : Ce type de mur est utilisé dans les secteurs de l’habitat individuel et
collectif.
Possibilité d’intégration : Des tuyaux
permettant la circulation d’eau sont
incorporés dans des tuiles préfabriquées
(en terre préfabriquées (en terre cuite),
pour récupérer la chaleur accumulée,
lors de l’exposition des tuiles au soleil.
Mise en œuvre : Facile si les éléments
sont préfabriqués.
Délicate si incorporation des tuyaux sur
place.
Accessibilité : par l'extérieur.
Maintenance difficile
Conformité d’usage : Capteurs
invisibles. Surcoût minime.
103
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.1.18 Intégration dans les maçonneries de brique
Domaine d’emploi : Il concerne tous les murs et les parois maçonneries en petits
éléments situés dans une face bien ensoleillée du bâtiment.
Possibilité d’intégration : Des tuyaux
en cuivre de circulation d’eau sont
incorporés dans la maçonnerie en
brique préfabriquée, pour récupérer la
chaleur accumulée dans la brique, lors
de l’exposition au soleil.
Mise en œuvre : Facile si les éléments
sont préfabriqués.
Délicate si incorporation des tuyaux sur
place.
Accessibilité : Pratiquement
inaccessible. Maintenance difficile.
Conformité d’usage : Capteurs
invisibles. Surcoût minime.
4.1.19 Intégration dans les poteaux
Domaine d’emploi : Il concerne tous les poteaux en béton armé ou en bois situés dans les
parties bien ensoleillées du bâtiment.
Possibilité d’intégration : Intégration
sur la face ensoleillée d'un poteau, Peu
de surface de captage à l'échelle d'un
poteau, mais sur un ensemble de
poteaux porteurs, comme on peut l'avoir
dans une construction de type bureaux,
la surface de captage devient très
suffisante. Entretien par l'extérieur.
Accessibilité : par l'extérieur.
Mise en œuvre : Facile.
Pose directe.
Conformité d’usage : Risque
d’occultation de la surface de captage.
D’autres solutions d’intégration dans des éléments de façade sont possibles. L’intégration
pourra se faire dans les volets, les brises soleil, les dalles de sol, les auvents, les lucarnes, etc.
Mais ces solutions apparaissent comme ayant beaucoup de contraintes en ce qui concerne la
surface de captage, la faisabilité (dans le cas des capteurs thermiques), et la mise en œuvre.
104
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.2 Stockage
4.2.1 Ballon de stockage intégré dans un puits de lumière
Domaine d’emploi : Il concerne les systèmes solaires à circulation d’eau.
Possibilité
d’intégration :
L’eau
chaude est stockée entre deux parois en
double vitrage. Attention à la résistance
mécanique des parois de verre.
Mise en œuvre : Difficile.
Pose des parois et des étanchéités sur
place
Accessibilité : par l’intérieur.
Conformité d’usage : Pertes
thermiques importantes. Transparence.
4.2.2 Ballon de stockage intégré dans un mur translucide
Domaine d’emploi : Il concerne les systèmes solaires à circulation d’eau.
Possibilité
d’intégration :
L’eau
chaude est stockée verticalement entre
deux parois en double vitrage.
Attention à la résistance mécanique des
parois de verre. Il est possible dans ce
cas de créer une stratification des
températures.
Mise en œuvre : Difficile.
Pose des parois et des étanchéités sur
place
Accessibilité : par l’intérieur.
Conformité d’usage : Pertes
thermiques importantes. Transparence.
105
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.3 Transfert de chaleur
4.3.1 Tuyaux intégrés dans les planchers
Domaine d’emploi : Il concerne les systèmes solaires à circulation d’eau.
Maçonnerie
Chaînage
béton armé
Possibilité d’intégration : Les tuyaux
de transfert en cuivre sont incorporés
dans le plancher au moment de leur
construction. Cette solution aide à
réduire les pertes thermiques de
distributions en se servant de l’inertie
du plancher en béton.
Dalle
béton armé
Cueillie
Tuyaux de
transfert
Maçonnerie
Mise en œuvre : Facile.
Pose des tuyaux sur place en même
temps que la construction du plancher.
Accessibilité : Inaccessible.
Conformité d’usage : Tuyaux
invisibles.
4.3.2 Tuyaux intégrés dans les cloisons
Domaine d’emploi : Il concerne les systèmes solaires à circulation d’eau.
Possibilité d’intégration : Les tuyaux
sont incorporés dans les dans les
parties haute et basse des cloisons au
moment de la construction de ces
derniers.
Tuyaux de
transfert
Mise en œuvre : Facile.
Pose des tuyaux sur place en même
temps que la construction de la cloison.
Accessibilité : Inaccessible.
Conformité d’usage : Tuyaux
invisibles.
106
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.4 Conception – Esquisses
A partir de l’analyse précédemment réalisée, six principes constructifs qui semblaient être les
plus performants ou les plus abordables ont été choisis. Le développement de ces principes a
fait l’objet d’une étude menée avec la collaboration de deux étudiants-architectes [Cheung,
2006].
Pour ce faire, un type constructif est sélectionné dans chaque catégorie constructive :
− Mur en maçonnerie de type III ;
− Bardage acier simple ;
− Façade rideau ;
− Façade à vitrage parclosé ;
− Façade panneau en maçonnerie ;
− Allège de fenêtre dans une façade légère.
À partir de notre conception initiale une réflexion plus aboutie doit être effectuée : une prise
en compte du principe constructif seul, l’adaptation du capteur sur l’élément et la bonne
insertion du composant dans la globalité de la façade et du bâtiment. Les fonctions
(acoustique, thermique, étanchéité) du principe constructif doivent être conservées, ainsi une
vérification de celles-ci pour chaque composant est réalisée.
4.4.1 Mur en maçonnerie de type III
Ce type de mur est essentiellement réalisé dans les bâtiments de type habitat individuel,
collectif et tertiaire. La paroi extérieure est doublée par une seconde paroi, séparée de la
première par une lame d’air à la base de laquelle ont été aménagées les évacuations des eaux
d’infiltration.
Notre proposition se résume à la mise en place d’un capteur sur la paroi extérieure qui double
la paroi principale. L’accessibilité pour la maintenance se fera par l’extérieur et les collecteurs
seront situés dans la lame d'air [Figure 4-1]. Le capteur de type plan pourrait remplacer un
bloc de pierre unité, celui-ci étant fixé sur le mur de soutien par une ou plusieurs pattes de
fixation. Pour assurer l’étanchéité et l’isolation du capteur, celui-ci serait préfabriqué et
réalisé dans un caisson assurant le vide intérieur. L’installation se ferait donc sur le chantier et
ne nécessiterait pas de compétences particulières. Il faudrait toutefois réaliser les liaisons du
capteur avec les collecteurs et les ballons de stockage.
Une analyse des fonctions initiales du mur sans intégration et des fonctions finales dues à la
modification apportée au mur, montre que cet élément ne perdrait pas en performance à
laquelle il était destiné initialement, par contre il gagnerait en production énergétique
[Tableau 4-1].
107
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
Figure 4-1 : Proposition d’intégration pour le mur maçonnerie de type III.
Fonctions
Initiales (sans intégration)
Finales (avec intégration)
Etanchéité eau
Blocs de pierre
Capteurs et blocs de pierre
Joints étanches
Isolation thermique
Laine de roche intérieure
Laine de roche intérieure
Isolation acoustique
Parpaing et laine de roche intérieure
Parpaing et laine de roche intérieure
Isolation vent latéral
Blocs de pierre
Capteurs et blocs de pierre
Joints étanches
Tableau 4-1 : Comparaison des fonctions initiales et finales du mur en maçonnerie de type III.
Ainsi les capteurs insérés devraient assurer les fonctions principales d’isolation et
d’étanchéité : Un joint étanche devrait être placé entre les capteurs, si placés côte à côte, ou
entre les capteurs et les blocs de pierre.
Ce type d’intégration permettrait de créer une multitude de composition architecturale du
dessin de la façade [Figure 4-2].
Composition aléatoire
Composition verticale
Figure 4-2 : Exemples d’intégration pour le mur en maçonnerie du type III.
108
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.4.2 Bardage acier simple
Le bardage simple peau est employé dans la construction des hangars ou des entrepôts qui ne
nécessitent aucune isolation thermique ou acoustique. Il peut cependant servir à revêtir un
mur maçonné ou une isolation extérieure avec l’interposition d’une lame d’air permettant
ainsi d’être utilisé dans les bâtiments de type habitat collectif, tertiaire et usines. Les parois,
ou peaux, sont constituées par des profilés en tôles métalliques ayant reçu un revêtement
définitif ou par des clins en bois ou en matière plastique. Les joints entre les éléments sont
exécutés de manière à éviter les risques d’infiltration et la perméabilité à l’air.
Pour l’intégration, il est possible de fixer un capteur sur les fixations (ossature secondaire)
par des pattes de fixation. La mise en place de ce type de capteur serait faite directement sur
chantier lors du recouvrement de façade (second œuvre). Ici l’isolant thermique utilisé pour
l’isolation du bâtiment serait aussi l’isolant thermique du capteur [Figure 4-3].
10 5 20 cm
Fixation
Mur support
Capteur plan
Collecteur
Bardage acier
Isolant
Figure 4-3 : Proposition d’intégration pour le bardage acier simple.
Une analyse des fonctions initiales du bardage acier simple et des fonctions acquises par
l’intégration du capteur solaire montre que les fonctions initiales de cet élément seraient
toujours respectées. Ainsi l’intégration solaire ne pénaliserait pas le rôle du bardage [Tableau
4-2].
109
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
Fonctions
Initiales (sans intégration)
Finales (avec intégration)
Etanchéité eau
Bardage
Joint étanche
Capteurs, bardage
Joints étanches
Isolation thermique
Laine de roche intérieure
Isolant du capteur
(laine de roche)
Isolation acoustique
Laine de roche intérieure
Paroi principale (parpaing, béton)
Laine de roche intérieure
Paroi principale (parpaing, béton)
Isolation vent latéral
Bardage
Joint étanche
Capteurs, bardage
Joints étanches
Tableau 4-2 : Comparaison des fonctions initiales et finales du bardage acier simple.
4.4.3 Façade rideau
La façade rideau est principalement utilisée dans l’habitat individuel, collectif et bureaux :
tous ses éléments sont mis en place sur le chantier.
Une intégration de capteur solaire est envisageable. L’isolant servirait à la fois d’isolation
thermique et acoustique du bâtiment et également d’isolation pour la partie capteur afin de
limiter les pertes. L’aspect bardage pourrait être gardé en traçant une trame sur le verre soit en
sérigraphie soit en gravure (rainure par exemple). Ainsi l’aspect architectural de l’élément
serait respecté [Figure 4-4].
Liaison en allège de
fenêtre
Liaison en
nez de dalle
Figure 4-4 : Proposition d’intégration dans la façade rideau.
Le panneau capteur est un élément non porteur qui vient s’insérer dans une composition de
plusieurs panneaux, ainsi il peut être interchangeable par un autre panneau capteur s’il y a un
disfonctionnement ou alors par un panneau maçonnerie, acier ou bois pour des besoins
110
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
architecturaux. Il peut éventuellement être accessible de l’intérieur pour la maintenance.
Cependant des joints étanches et des tôles viennent assurer l’isolation et l’étanchéité de la
façade. La mise en œuvre sur chantier pouvant être difficile, deux solutions pourraient être
envisagées :
− Mise en place complète sur chantier : Les éléments du capteur pourraient se poser les
uns après les autres, le composant serait fabriqué sur place ;
− Utilisation d’éléments préfabriqués : le vitrage, l’absorbeur et l’isolant pourraient être
inséré dans un coffre en aluminium par exemple sur lequel viendrait s’ajouter le
revêtement intérieur (pare vapeur et plaque de plâtre).
Une analyse des fonctions initiales du mur sans intégration et des fonctions finales dues à la
modification apportée à la façade, montrent que l’intégration n’altérerait pas les fonctions
initiales de la façade [Tableau 4-3].
Fonctions
Initiales (sans intégration)
Finales (avec intégration)
Etanchéité eau
Pare pluie
Capteur
Joints étanches
Isolation thermique
Isolant 12cm
Capteur (isolation intérieure)
Joints étanches
Isolation acoustique
Isolant
Isolant du capteur
Tableau 4-3 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade rideau.
Les réseaux de distribution pourraient être insérés dans les menuiseries en partie haute
(circulation d’eau chaude) et basse (circulation d’eau froide). Chaque panneau composant la
façade rideau serait relié aux menuiseries supérieure et inférieure.
Une variante serait possible avec des menuiseries verticales. Les panneaux seraient alors
reliés entre eux et le fluide caloporteur circule d’un capteur à l’autre [Figure 4-5].
Eau chaude
Eau chaude
Eau froide
Eau froide
Figure 4-5 : Exemple de réseau de distribution dans la menuiserie.
111
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.4.4 Allège de fenêtre dans une façade légère
Ce type d’allège est essentiellement réalisé dans les bâtiments de type habitat collectif,
tertiaire et usine. Ce système constructif est réalisé dans les façades légères de type rideau où
l’allège vient recouvrir le nez de la dalle. L’allège de la fenêtre permet ainsi d’insérer des
équipements et des réseaux en façade.
Un capteur solaire pourrait être inséré en allège d’une façade légère de type rideau, celui-ci se
plaçant devant le nez de la dalle et entre le châssis des ouvertures des étages situés les uns aux
dessus des autres. L’ossature secondaire (montant et traverse) maintiendrait le panneau
préfabriqué constitué du capteur et d’une partie basse qui recouvre le nez de la dalle. Cette
solution permettrait d’avoir un plan incliné pour une meilleure orientation au rayonnement
solaire, d’être accessible depuis l’intérieur du bâtiment en démontant l’habillage intérieur,
d’obtenir l’espace nécessaire pour placer les différents flux et réseaux nécessaires au bon
fonctionnement du bâtiment et du capteur, et d’avoir un capteur qui serait un élément
préfabriqué. Les capteurs thermiques pouvant être utilisé dans cette solution seraient les
capteurs plans à air pour préchauffer l’air de ventilation ou les capteurs plans vitrés à
circulation d’eau pour les systèmes à eau chaude sanitaire [Figure 4-6].
Menuiserie fenêtre
Ossature secondaire
Capteur plan
Habillage intérieur
Collecteurs et réseaux
de distribution
Dalle
Châssis d’allège
Faux plafond
Figure 4-6 : Détail de la proposition d’intégration dans l’allège de fenêtre.
Une comparaison entre les fonctions initiales assurées par l’allège avant et après l’insertion de
capteurs montre que l’intégration n’affecterait pas négativement les fonctions principales de
l’allège [Tableau 4-4].
112
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
Fonctions
Initial
Avec le capteur
Etanchéité eau
Allège préfabriquée
Capteur solaire
Joint étanche
Isolation thermique
Laine de roche intérieure
Isolant du capteur
(laine de roche)
Isolation acoustique
Allège préfabriquée
Laine de roche intérieure
Capteur solaire (isolation intérieure)
Joint étanche
Isolation vent latéral
Allège préfabriquée
Capteur solaire
Joint étanche
Tableau 4-4 : Comparaison des fonctions initiales et finales de l’allège de fenêtre.
Pour composer la façade les blocs capteurs viennent se placer linéairement les uns contre les
autres [Figure 4-7]. Si les capteurs (les boîtes) sont théoriquement étanches avec une isolation
propre (laine de roche interne), il faut cependant que les éléments entre eux assurent
l’étanchéité et l’isolement nécessaire. Ainsi un joint étanche doit être inséré entre les
éléments.
150 cm
Joint étanche
Fenêtres
Capteurs plans
intégrés
100 cm
Nez de dalle
50 cm
Soubassement d’allège
Figure 4-7 : Exemple d'intégration de capteurs solaires dans l'allège.
4.4.5 Façade panneau en maçonnerie
Ce type de façade est principalement utilisé dans l’habitat individuel, collectif et bureaux.
Dans la mise en œuvre, tous les éléments sont mis en place sur le chantier.
113
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
Une intégration de capteur solaire dans la façade serait envisageable. L’isolant servirait
d’isolation thermique et acoustique du bâtiment et également d’isolation pour la partie capteur
afin de limiter les pertes. L’aspect esthétique du panneau pourrait être gardé en traçant une
trame sur le verre soit en sérigraphie soit en gravure (rainure par exemple) [Figure 4-8].
Figure 4-8 : Détail de la proposition d’intégration dans la façade panneau.
La mise en œuvre sur chantier pourrait être difficile, ainsi les solutions qui pourraient être
envisagées seraient la mise en place complète sur chantier des éléments solaires en les posant
les uns après les autres, ou d’utiliser des panneaux préfabriqués en usine sur lesquels viendrait
s’ajouter le revêtement intérieur (pare vapeur et plaque de plâtre).
Une analyse des fonctions initiales de la façade et des fonctions acquises par l’intégration du
capteur solaire montre que les fonctions initiales de cet élément seraient toujours respectées.
Ainsi l’intégration solaire ne pénaliserait pas le rôle de la façade panneau [Tableau 4-5].
Fonctions
Initial
Avec le capteur
Etanchéité eau
Pare pluie
Capteurs
Joints étanches
Isolation thermique
Isolant 12cm
Capteurs (isolation intérieure)
Joints étanches
Isolation acoustique
Isolant.
Etude acoustique nécessaire.
Isolant.
Etude acoustique nécessaire.
Tableau 4-5 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade panneau.
L’élément capteur de la façade panneau en maçonnerie pourrait être préfabriqué et
interchangeable avec les panneaux qui composent la façade. Il serait également accessible
depuis l’intérieur pour permettre la maintenance. Entre les panneaux, des joints étanches et
des tôles d’acier viendraient assurer l’étanchéité de la façade à l’eau et l’humidité. Le réseau
de distribution serait le même que celui utilisé dans la façade rideau.
4.4.6 Façade à vitrage parclosé
La façade à vitrage parclosé est principalement utilisée dans l’habitat collectif, bureaux et
industriel. Tous les éléments sont assemblés sur le chantier.
114
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
L’intégration de capteurs solaires thermiques dans le vitrage est envisageable. Le double
vitrage actuel pourrait être remplacé par un élément capteur. La largeur devrait être
augmentée afin d’accueillir les éléments de captage : l’absorbeur, l’isolation et les collecteurs.
La seule modification concerne la transparence de la façade [Figure 4-9].
Isolant
Absorbeur
Vitre
Figure 4-9 : Détail de la proposition d'intégration dans la façade à vitrage parclosé.
La mise en œuvre sur chantier serait simple, l’élément pourrait être préfabriqué. Etant
accessible depuis l’intérieur, la maintenance serait aisée. Cependant l’étanchéité entre les
différents panneaux doit être assurée par les capots de la menuiserie, ainsi que par les joints
étanches entre la menuiserie et le capteur [Tableau 4-6].
Fonctions
Initial
Avec le capteur
Etanchéité eau
Pare pluie
Capteurs
Joints étanches
Isolation thermique
Isolation acoustique
Isolant 12cm
Capteurs (isolation intérieure)
Joints étanches
Isolant.
Etude acoustique nécessaire.
Isolant.
Etude acoustique nécessaire.
Tableau 4-6 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade à vitrage parclosé.
L’élément capteur, inséré dans la menuiserie de la façade, permettrait à l’architecte de créer
plusieurs compositions architecturales.
115
Chapitre 4 : Des solutions techniques d’intégration
4.5 Conclusion
L’analyse faite nous a permis d’étudier des possibilités d’intégration des composants solaires
dans le bâtiment. Six solutions ont été choisies et une analyse de faisabilité suivie d’une étude
fonctionnelle de l’élément, avant et après l’intégration, ont été menées afin de détailler la mise
en œuvre de ces conceptions et l’impact que pourrait avoir l’intégration sur les fonctions
principales de l’élément d’origine.
Les points sur lesquels nous nous sommes basés dans l’élaboration des propositions sont
importants mais pas suffisants, et ces conceptions ne sont que préliminaires. En effet, dans
une démarche de développement durable, nous aurons besoin d’évaluer la conception avec
une étude du cycle de vie.
Ainsi, la concrétisation de chacune de ces conceptions nécessitera une analyse prospective
afin d’étudier l’intérêt économique, l’harmonie architecturale, la performance énergétique et
son impact environnemental, ce qui mènera le concepteur dans le chemin sûr d’une
perspective gagnante sur les plans d’industrialisation et de la diffusion sur le marché.
Pour atteindre nos objectifs, nous aurons besoin d’une méthode ou d’un outil prospectif qui
aura comme objectif d’évaluer des conceptions d’intégration solaire, de guider les
concepteurs dans leur démarche et de leur donner les pistes d’amélioration de leurs idées. Le
développement d’une telle méthode fait l’objet de la partie suivante.
116
Chapitre 5 :
Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
117
118
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5 Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Dans les chapitres précédents, nous avons analysé les principes fonctionnels des systèmes
solaires thermiques actifs et ceux des procédés et des éléments de construction. Cette analyse
permet d’exposer et de repérer les éléments et les procédés susceptibles d’intégrer ou d’être
remplacés par des éléments solaires, et d’aménager un terrain technique aux concepteurs pour
pouvoir concevoir des solutions qui permettront au solaire de s’intégrer mieux dans
l’enveloppe ou encore la structure du bâtiment. Mais il reste à préparer et à provoquer la
décision et le choix d’une solution d’intégration ou d’un procédé constructif. Plusieurs
questions restent à résoudre :
- Comment mettre en œuvre une proposition d’intégration solaire ?
- Dans quel environnement peut-elle évoluer et quelles sont les variables essentielles à
son évolution ?
- Quels sont les principaux acteurs agissant sur ces variables ?
Ainsi, la mise en œuvre d’une solution d’intégration solaire s’apparente à un acte de
prospective qui intègre un certain nombre d’éléments, passés ou à venir [Jouvenel H., 1993].
Nous devons donc disposer d’une méthode qui puisse conduire un débat transparent sur les
choix et les décisions du présent qui conduiront vers notre objectif souhaité du futur.
Différentes méthodes peuvent être mises en œuvre pour engager une telle démarche mais
celle-ci ne peut être entreprise qu’avec une réflexion structurée [Hatem F., 1993]
Cette partie a pour but de développer, pour les concepteurs des projets de construction du
bâtiment, un outil d’aide à la conception et d’analyse des propositions d’intégration technique
et architecturale des composants solaires dans le bâtiment. Cet outil nous permettra également
de guider l’optimisation de la conception des procédés constructifs et des composants solaires.
Dans une première étape nous rappelons les principes généraux d’une démarche prospective.
Nous présenterons ensuite les principaux enjeux de l’intégration solaire. Le travail consistera
ensuite à élaborer une grille d’analyse en se reposant sur une analyse multicritère et sur le
cycle de vie du produit, permettant d’une part d’évaluer et hiérarchiser, notamment en termes
de faisabilité architecturale et technique, toute solution d’intégration de système solaire
thermique actif et d’autre part, de mettre en évidence les principaux facteurs d’évolution de
ces solutions. Cette méthode sera enfin appliquée à diverses propositions d’intégration
préalablement formulées, de telle sorte que pourront se dégager non seulement une
comparaison des différentes propositions, mais aussi quelque perspective d’évolution
(techniques constructives, matériaux…) de ces propositions.
5.1 La démarche prospective
D’après le Grand Dictionnaire Terminologique, le mot « prospective » est défini comme une
attitude d'esprit proposée par Gaston Berger, en égard aux changements rapides en cours dans
119
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
le monde moderne et s'adressant aux personnes ayant à prendre des décisions importantes
dans la société ou dans les entreprises.
La méthode préconisée par l'auteur part des considérations suivantes : les changements
doivent être considérés à intervalles plus lointains que le futur immédiat ainsi que dans leurs
interrelations avec les autres domaines en transformation; leurs conséquences ne peuvent
jamais faire perdre de vue leur influence sur l'homme. La prospective ne vise pas à tracer des
plans précis mais à analyser les tendances en profondeur de manière à conduire vers des
directions générales d'action.
La prospective possède trois caractéristiques essentielles qui, pour une large part, la
différencient de la prévision [Jouvenel 1993]:
- C’est une démarche pluridisciplinaire, d’inspiration systémique : Un problème ne
pourra pas être correctement appréhendé lorsqu'on le découpe en rondelles comme on
nous a généralement enseigné à le faire en disciplines académiques distinctes. La
prospective se propose d’appréhender les réalités au travers de l’ensemble de leurs
-
-
aspects, de toutes leurs variables, quelle que soit leur nature. En partant d’une
approche systémique du problème, elle nous invite à considérer les phénomènes à
partir d’une étude de l’ensemble des facteurs et de leurs interrelations ;
C’est une démarche qui intègre la dimension du temps long, passé et à venir : Dans
tout système coexistent des variables empreintes d’une grande inertie (par exemple la
disponibilité des matériaux), avec d’autres dont les variations interviennent sur des
échelles de temps de plus en plus courtes (par exemple l’innovation technologique).
Seule l’analyse sur une longue période permet d’éliminer les « effets de période » et
d’appréhender la dynamique profonde des systèmes et d’analyser les ressorts profonds
de l’évolution. En effet, sur le moyen et le long terme, on récupère suffisamment de
liberté de manœuvre pour engager de réelles transformations.
C’est une démarche qui intègre les ruptures : Au lieu de postuler la permanence du
changement (demain différera d’aujourd’hui exactement comme aujourd’hui diffère
d’hier), elle s’efforce de tenir compte des phénomènes de discontinuité et de rupture,
subies ou voulues, résultant de facteurs aussi divers que les effets de seuil (par
exemple, saturation d’un marché), l’irruption d’innovations de toutes natures et
d’acteurs " briseurs d’habitudes ", et la volonté humaine de modifier les règles du jeu.
5.2 Élaboration d’une grille d’analyse
La première étape du développement de notre méthode prospective a consisté à identifier et à
organiser les entrées et les sorties de la méthode. Ainsi, nous avons commencé dans un
premier temps par fixer le référentiel d’analyse pour le choix de critères définissant la qualité
de l’intégration solaire dans le bâtiment. Dans un second temps nous avons continué par le
recensement et la définition des variables d’analyse. De ce travail a résulté la grille d’analyse
qui constitue le premier élément de la méthode.
120
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.2.1 Les types des critères de l’analyse
Le choix des critères définissant la qualité d’intégration est basé sur l’analyse de la
problématique de l’intégration effectuée dans la première partie de ce rapport. Ainsi, nous
pouvons définir quatre types de critères :
5.2.1.1 Les critères techniques
La notion de technique se rapporte aux procédés utilisés pour la réalisation d’une activité
particulière, au savoir-faire requis pour la maîtrise d’une tâche, d’une activité.
Afin d’être compétitifs par rapport aux autres systèmes thermiques (à l’instar du chauffage au
fioul ou à l’électricité), les systèmes solaires thermiques se doivent de présenter une bonne
productivité : la production de chaleur est en effet la fonction principale de ces systèmes
solaires. La chaleur (qu’elle soit celle de l’eau chaude sanitaire ou de l’air ambiant) doit être
disponible à l’usager, et ce, à tout instant, malgré l’inconstance du rayonnement solaire.
D’autre part, il est préférable que les systèmes solaires thermiques présentent une technicité
simple, de telle sorte que la fabrication, l’installation, l’exploitation, la maintenance et la
déconstruction soient aussi aisées que possible. Les interventions de maintenance seront alors
minimisées, et le confort des usagers n’en sera que plus grand.
5.2.1.2 Les critères économiques
Si l’énergie solaire est gratuite et quasi-illimitée, le coût d’investissement d’une installation
solaire thermique est relativement élevé, d’où un manque de compétitivité du solaire par
rapport aux autres énergies, et ce, malgré les aides financières proposées par l’état (il faut
savoir que le temps de retour sur investissement est généralement de l’ordre de 20 ans). Ce
coût trop élevé, en sus de l’esthétique et de la difficulté d’intégration architecturale des
systèmes, constitue une véritable entrave à la demande, si bien que les fabricants sont
aujourd’hui dans l’impossibilité d’engager les efforts nécessaires au développement de gains
de productivité ou d’innovations technologiques.
Coût d’investissement
Ne diminue pas
Freine
Développement des gains de
productivité et d’innovation
technologique
Freine
Demande
Investissements de
recherche
Diminue
Figure 5-1 : Effet boule de neige freinant l’exploitation de l’énergie solaire thermique.
121
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Il s’ensuit que les systèmes proposés présentent un coût d’investissement toujours élevé et ne
répondent toujours pas à la demande, en termes d’esthétique et d’intégration architecturale ;
d’où l’effet boule de neige qui freine aujourd’hui l’exploitation de l’énergie solaire thermique
[Figure 5-1].
5.2.1.3 Les critères environnementaux
La démarche de gestion des projets constructifs visant à obtenir une Haute Qualité
Environnementale (HQE) conduit à élargir le champ de recherche des solutions les plus
performantes, en considérant tous les stades de vie et tous les impacts du bâtiment. Ces
impacts concernent évidemment les aspects énergétiques (consommations et émissions
associées), mais également la consommation de matières premières, les impacts sanitaires (sur
les professionnels et usagers des bâtiments), la prise en compte des conforts d’usage
(thermique, acoustique, olfactif, lumineux…), la gestion des différents types de déchets,
l’action sur le comportement des usagers.
5.2.1.4 Les critères architecturaux
Il est primordial que le système solaire soit accepté non seulement par les différents
utilisateurs, mais aussi par l’architecte. Celui-ci se positionne en tant que maître d’œuvre de
l’acte de construire, et « homme de l’art ». C’est à lui que revient la conception, pour le
compte des tiers, des édifices et bâtiments de toute nature ou de leur transformation, tant sur
le plan technique que fonctionnel et esthétique, puis la direction de tous les travaux
nécessaires à leur réalisation. Il s’ensuit qu’un système solaire sera d’autant plus intéressant
aux yeux de l’architecte qu’il est modulable et qu’il permet de satisfaire une volonté
conceptuelle de l’architecte. La qualité créative de ce dernier n’en sera que plus légitime.
5.2.2 Nécessité d’une structure hiérarchique
Les critères d’évaluation pertinents pour l’objet de notre étude sont potentiellement nombreux
et variés. Si nous voulons que l’information fournie par la méthode soit maîtrisable,
exploitable et lisible, il est indispensable de la structurer, de l’organiser. De ce fait, afin
d’obtenir une évaluation de sortie synthétique et lisible, sans avoir à réduire le nombre de
critères et perdre en précision, nous avons pris le choix de structurer hiérarchiquement les
critères.
Il est à noter que, même si les impacts durant la vie en œuvre sont prépondérants, chacune des
étapes de vie d’un produit du bâtiment se trouve avoir des impacts non négligeables, tant au
niveau économique qu’environnemental, technique et même architectural. C’est pourquoi il
s’avère intéressant d’étudier chacune des propositions d’intégration, depuis leur fabrication,
en prenant en compte leurs composants et donc en remontant aux ressources puisées dans
l’environnement, jusqu’à leur fin de vie, y compris le traitement des déchets ultimes créés, en
122
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
passant par toutes les étapes de leur utilisation. Une approche par analyse de cycle de vie
semble donc tout à fait judicieuse.
Pour chaque étape de vie, les critères explorés à partir de la nature du critère (économique,
architecturale, technique ou environnemental) sont regroupés en des sur-critères suivant le
schéma suivant [Figure 5-2] :
Type du critère
(e.g économique)
Type du critère
(e.g environnemental)
Sur-critère
(e.g choix des matières premières)
Étape de vie
(e.g fabrication)
Critère
(e.g coût des matériaux)
Critère
(e.g impact environnemental
des matériaux)
Figure 5-2 : La structure hiérarchique de la grille d’analyse de l’intégration.
Le résultat d’évaluation selon un sur-critère est le résultat agrégé du niveau précédent
d’évaluation. Les agrégations induites par cette approche présentent certaines limites qui
seront discutées et traitées dans la suite.
5.2.3 L’identification et la définition des critères d’analyse
Le choix des critères définissant la qualité d’intégration est basé, comme on vient de le
préciser, sur les différentes étapes de vie de l’élément solaire de construction.
5.2.3.1 Critères de la fabrication
Il s’agit de la phase opérationnelle de création de l’ouvrage. La fabrication d’un ouvrage
correspond à l’ensemble des transformations, industrielles ou non, de matières premières en
cet ouvrage, utilisable et destiné à la consommation. On observera donc plus particulièrement,
dans la phase de fabrication, les deux sur-critères : le choix des matières premières et le
procédé constructif.
Choix des matières premières
Le choix des matériaux à utiliser dans la construction de l’élément solaire correspond à
l’adoption par préférence et à la sélection des matériaux qui constitueront l’ouvrage à
fabriquer.
Il va sans dire que le choix des matériaux doit être fonction de critères économiques et
techniques. En effet, il est nécessaire que les matériaux choisis soient non seulement
disponibles, mais également, dans la mesure du possible, peu coûteux, à faible impact
environnemental, et, d’un point de vue purement technique, performants.
123
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
− La « disponibilité des matériaux » est la qualité propension des matériaux à être
rapidement utilisés. Elle dépend non seulement des ressources naturelles en matières
premières, à la base des matériaux, mais aussi du marché économique.
− La « performance des matériaux » est l’ensemble des indications chiffrées
caractérisant les possibilités optimales de ces matériaux. La performance à atteindre
différera selon que le système est destiné à capter, absorber, transférer, stocker ou
distribuer. Les matériaux pourront ainsi être évalués selon leur pouvoir de réflexion,
d’absorption, de transfert, de conductivité thermique, de stockage ou encore de
changement de phase.
− Le « coût des matériaux » comprend le coût (en termes de main d’œuvre, d’énergie
et d’outils utilisés) d’extraction des matières premières et de leurs différentes
transformations jusqu’à obtenir les matériaux. Il peut varier en fonction de la
disponibilité en matières premières et de l’offre et la demande.
− L’« impact environnemental des matériaux » utilisés dans la fabrication devrait être
faible, en termes notamment de pollution et de toxicité. Il faut savoir que les
entreprises de construction n’ont qu’une maîtrise partielle voire nulle, de la nature et
de la quantité des déchets générés par les travaux qu’elles exécutent. La nature des
matériaux mis en œuvre (et de leurs résidus) est en effet en grande partie déterminée
par le choix de l’auteur de projet et les fabricants de matériaux, si bien que la
problématique des déchets se doit d’être prise en compte dès les stades de conception
et de fabrication. Il s’ensuit que les matières premières doivent répondre à des critères
environnementaux, d’où la préférence pour des matériaux biodégradables.
Procédé constructif
Le procédé constructif correspond au moyen, à la suite d’opérations mises en œuvre pour la
fabrication de l’ouvrage. On s’intéressera non seulement à la méthode de fabrication, en
termes notamment de faisabilité technique et de possibilité d’industrialisation, mais aussi aux
impacts économiques, à savoir le coût de fabrication, et environnementaux du procédé.
− La « faisabilité technique » d’un ouvrage est l’ensemble des qualités techniques qui
rendent réalisable et aisée la construction de l’ouvrage. Elle est directement fonction
des normes que l’ouvrage devrait respecter et de la délicatesse demandée pour la
fabrication du système et des différentes. Toute réalisation d’espaces sous vide, de
zones d’étanchéité, de reprises de charges (…) demandera en effet une attention
particulière lors de l’étape de la fabrication. Il est d’autre part à souligner que la
faisabilité technique est également fonction de l’avancement technique : des progrès
techniques pourront permettre demain la réalisation d’une tâche aujourd’hui difficile
voire impossible.
− La « possibilité d’industrialisation » d’un système est dépendante non seulement du
système lui-même, mais aussi du contexte économique. L’industrialisation d’un
124
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
ouvrage est le processus complexe qui permettrait d’appliquer au secteur des systèmes
solaires actifs, des techniques et des procédés industriels qui apporteraient
rationalisation et hausse de productivité de cet ouvrage. En effet, un système pourra
d’autant plus s’industrialiser s’il est standard, produit en grande quantité.
− Le « coût de la fabrication » inclut les coûts de la main d’œuvre, de l’énergie et des
outils nécessaires à la réalisation des différentes transformations de fabrication.
− L’ « impact environnemental de la fabrication» est évalué en termes de création de
déchets, de pollution et de toxicité engendrées par les différentes transformations.
5.2.3.2 Critères de la mise en œuvre
Menée par les entreprises et la maîtrise d’œuvre, en relation avec la maîtrise d’ouvrage, elle
consiste en la préparation sur le chantier et la mise en place définitive des matériaux
nécessaires à la réalisation d’un projet. On distinguera donc, dans la phase de mise en œuvre,
les trois sur-critères suivants : le procédé d’installation, l’adaptabilité et l’esthétique de
l’élément solaire intégré.
Procédé d’installation
Le procédé d’installation d’un ouvrage se réfère à la suite d’opérations exécutées pour la mise
en œuvre de cet ouvrage. À l’instar du procédé constructif, le procédé d’installation sera
évalué par ses impacts économiques et environnementaux, ainsi que par un critère de
faisabilité.
− Le « coût de l’installation » inclut les coûts de la main d’œuvre, de l’énergie et des
outils nécessaires à la réalisation des différentes opérations d’installation.
− La « facilité d’installation » sera évaluée en termes de temps d’installation et de
technicité requise. L’installation d’un système sera plus rapide et plus aisée si ce
système est modulaire, c’est à dire constitué d’un ensemble de modules préfabriqués à
assembler.
− L’ « impact environnemental de l’installation» est aussi évalué en termes de
création de déchets, de pollution et de toxicité, engendrées par les différentes
transformations.
Adaptabilité
L’adaptabilité d’un système solaire thermique à son environnement correspond à la mise en
accord, l’appropriation du système solaire par son environnement, considéré comme
prépondérant ou du moins incontestablement réel. Cette mise en accord permet d’obtenir un
ensemble fonctionnel, cohérent et harmonieux.
− L’« optimisation du positionnement » en fonction de la situation météorologique du
site, quand l’application concerne la fonction de captage, est évaluée non seulement en
termes d’inclinaison et d’orientation des surfaces de captage de l’élément solaire, mais
125
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
aussi en termes de gêne due aux masques. Dans les fonctions de distribution et de
stockage, ce critère est évalué par le lieu d’installation de l’élément (stockage et
distribution à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment, en haut ou en bas pour des
systèmes en thermosiphon).
− L’« adéquation en termes d’espace » correspond à l’adéquation entre l’espace offert
par le bâti et l’espace nécessaire à l’ouvrage et aux besoins. Ces espaces peuvent être
des surfaces (dans le cas par exemple de capteurs) ou des volumes (dans le cas d’un
ballon de stockage). On entendra également par « adéquation en termes d’espace » les
possibilités d’extension et d’évolution spatiale de l’ouvrage.
− L’« adéquation en termes d’usage » caractérise le choix approprié de la
configuration du système pour l’usage voulu. C’est ainsi que les capteurs de type
"moquette", qui sont moins efficaces que les capteurs sous vide dans le chauffage de
l’eau à des hautes températures, sont préconisés pour le chauffage des piscines.
− La « possibilité d’installation en réhabilitation » est évaluée selon l’impact de
l’installation sur le gros œuvre du bâtiment existant. Seront en effet à éviter les
installations nécessitant la déconstruction d’une partie considérable du gros œuvre (à
l’instar de la déconstruction d’un plancher ou d’une façade) pour une reconstruction
nouvelle.
− L’« adéquation en termes de poids » correspond à la surcharge qui pourrait provenir
de l’ajout d’un élément solaire et de ses composants (pour le captage : vitres,
absorbeurs et structures additionnels, pour le stockage : le poids du fluide stocké, etc.)
Esthétique
L’esthétique est une recherche de ce qu’est le beau et de ce qui est beau. L’expression
« esthétique des systèmes solaires » se réfèrera donc à la recherche sur les formes, la matière,
les couleurs, visant à rendre ces systèmes solaires les plus attrayants possibles, et ce, tant pour
les utilisateurs que pour la maîtrise d’œuvre. Nous distinguons donc trois critères principaux :
la visibilité du système, sa modulation ainsi que son acceptation.
− La « visibilité du système solaire» correspond à la qualité de ce système à être vu,
facilement perceptible. La visibilité est à la base même de la problématique
d’intégration des systèmes solaires. Un système invisible, même non intégré au bâti
(comme par exemple des capteurs simplement posés sur une toiture terrasse), ne sera
en effet pas sujet à polémique, si bien qu’il sera, en partie, accepté.
− La « modulation du système solaire » n’est autre que sa capacité de variation,
d’adaptation, de modification selon certains critères ou certaines circonstances. Elle
peut être recherchée dans le coloris, le modelé, les formes, les matériaux, etc. Ainsi, la
modulation est un critère essentiel pour la maîtrise d’œuvre.
− L’ « acceptation des usagers » correspond au fait que les usagers consentent à faire
installer et à utiliser le système solaire. L’acceptation est le résultat d’une combinaison
126
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
de nombreuses variables relatives au contexte économique, environnemental et
socioculturel. Les propositions ne seront donc évaluées que de manière grossière, au
vu de l’impact de l’installation sur le bâtiment, sur le comportement des usagers et sur
leur sensibilité.
5.2.3.3 Critères de la vie en œuvre
La vie en œuvre n’est autre que la phase d’utilisation de l’ouvrage. Elle concerne
particulièrement les usagers et le maître de l’ouvrage, mais peut faire appel au maître d’œuvre
(en cas de garantie de l’ouvrage, par exemple) et à des entreprises extérieures.
Pour l’évaluation des critères de cette étape de vie, nous pouvons distinguer, la maintenance
de l’exploitation, en signalant toutefois que toute défaillance au niveau d’actions à
entreprendre au titre de l’exploitation entraîne systématiquement des conséquences sur la
maintenance de l’ouvrage, c’est pourquoi exploitation et maintenance sont interdépendantes.
L’exploitation d’un ouvrage correspond à l’action permettant directement à l’ouvrage
d’assurer un service déterminé. Si bien que l’exploitation d’un produit se trouve être
directement dépendante de la (ou les) fonction(s) assujettie(s) à ce produit. On veillera donc à
évaluer les systèmes selon la (ou les) fonction(s) qu’ils assurent, d’où la distinction entre les
fonctions thermiques (sur-critère de principe du fonctionnement thermique) et les autres
fonctions (sur-critère de multifonctionnalité).
Principe du fonctionnement thermique
Le principe de fonctionnement d’un système correspond à la manière dont chacun des
éléments du système est agencé et exerce sa fonction.
Si le système présente une fonction de stockage, il sera évalué selon le critère d’optimisation
de la configuration de stockage.
− La « performance thermique du système solaire » correspond à son efficacité en
termes de production, production évaluée par rapport aux besoins. Le rendement ne
peut bien évidemment, à ce stade de définition des systèmes, être calculé et estimé de
manière précise. En revanche, on peut avoir une idée, au vu du principe de
fonctionnement du système, de sa configuration et de son usage, quant à la qualité du
rendement : médiocre, faible, moyenne ou bonne.
− La « possibilité d’agir sur l’installation » concerne surtout la possibilité pour les
utilisateurs du système solaire de contrôler ou non l’installation (marche/arrêt,
régulation de température…). Cette possibilité aura des conséquences sur le
fonctionnement thermique de l’installation.
− L’« optimisation de la configuration » du composant solaire concerne la possibilité
de modifier la configuration initiale du composant afin de rendre sa performance
127
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
meilleure. Par exemple la possibilité de changer l’inclinaison d’un élément de captage,
ou la taille du volume du stockage, suivant l’application et la saison.
− La « limitation des pertes » du système solaire sera en effet d’autant plus efficace
qu’il est mieux isolé, qu’il est protégé des conditions extérieures, et que la distance qui
sépare les différents composants du système solaire est faible.
− Le « confort thermique » concerne principalement la température intérieure des
pièces, sa répartition harmonieuse dans l’espace et la qualité de l’air ambiant (taux
d’humidité, température, fraîcheur, propreté, salubrité). Il dépend du type de
l’intégration solaire et de l’interaction système solaire/ bâtiment. En effet, si l’on
considère le cas d’un capteur solaire intégré en façade ou en toiture, les pertes à
l’arrière du capteur seront transmise directement vers l’ambiance intérieure du
bâtiment.
− Le « coût de l’exploitation » se réfère aux coûts de consommation de l’énergie
nécessaire au fonctionnement du système et de ses appoints.
− L’« impact environnemental de l’exploitation » est évalué en termes de création de
déchets, de pollution et de toxicité, engendrées par l’exploitation.
Multifonctionnalité
On appréciera que le système combine d’autres fonctions que les fonctions thermiques
premières : il n’en sera que plus intégré au bâtiment.
− La « fonction d’isolation acoustique » se réfère à la qualité et au confort acoustiques,
en termes d’isolation et de correction acoustique. On pourra ainsi apprécier les
matériaux « acoustiquement » absorbants.
− La « fonction d’isolation thermique » permet d’accroître le confort des usagers et de
réduire les consommations d’énergie de chauffage. Elle est en outre bénéfique pour
l’environnement dans la mesure où elle favorise la diminution des émissions de
polluants. Elle est évaluée suivant le placement de l’isolant, la mise en œuvre de
rupteurs des ponts thermiques, et la contribution de l’élément à la protection du
bâtiment des influences thermiques extérieures. C’est ainsi qu’un capteur plat pourra
jouer le rôle d’une enveloppe thermique et donc assurer une isolation thermique du
bâtiment. L’isolation thermique s’avère donc être intéressante en termes pratiques,
économiques et environnementaux.
− La « fonction structurelle » correspond à l’appartenance du système à l’ossature du
bâtiment. Un système assurera donc une fonction structurelle, dès lors qu’il sera
intégré à un élément de fondations, de murs porteurs, poteaux, charpentes, etc., et qu’il
contribuera à soutenir le bâtiment ou lui donner sa rigidité.
− La « sécurité d’usage » concerne les risques qui pourront résulter du fonctionnement
ou du non fonctionnement de l’élément solaire (comme par exemple la stagnation
128
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
lorsqu’il s’agit de capteurs à eau) et auxquels pourront faire face les utilisateurs (risque
de brûlure, électrique, …).
La maintenance comprend l’ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un
bien dans un état spécifié ou en mesure d’assurer un service déterminé.
Ces actions comprennent donc non seulement l’entretien, mais aussi l’inspection périodique
de l’équipement, le remplacement systématique d’organes ou de parties d’organes,
l’installation de nouveaux matériels, leur mise en œuvre, la réparation et la remise en marche
après les pannes. La maintenance exige des qualifications spéciales de la part des personnes
qui l’assurent. Nous distinguons trois critères de maintenance : la maintenabilité, la fiabilité et
la durabilité.
Maintenabilité
Dans des conditions données d’utilisation pour lesquelles il a été conçu, la maintenabilité est
définie comme étant l’aptitude d’un bien à être maintenu ou rétabli dans un état dans lequel il
peut accomplir une fonction requise lorsque la maintenance est accomplie dans des conditions
données avec des procédures ou des moyens prescrits. Elle peut se caractériser par les trois
critères suivants : la limitation des interventions nécessaires, la sécurité d’intervention et la
facilité d’intervention.
− La « limitation des interventions » peut être de divers ordres : entretien, inspection
périodique, installation de nouveau matériels, réparation, etc. Essentielle à une
utilisation confortable de l’ouvrage, elle est directement dépendante de la fiabilité du
système.
− La « sécurité d’intervention » est estimée en termes notamment d’accessibilité des
installations et composants. Les interventions sur un ouvrage seront en effet plus
délicates si cet ouvrage est situé sur une toiture à versant, que s’il était situé à même le
sol.
− La « facilité d’intervention » est évaluée en termes de démontabilité des éléments
(sans détérioration), d’interchangeabilité des composants, de standardisation limitant
ou évitant la constitution de stocks, de possibilité de vidange, etc.
Fiabilité
La fiabilité est l’aptitude d’un bien à accomplir une fonction requise dans des conditions
données pendant un temps donné. On distinguera donc deux critères de fiabilité : la simplicité
du fonctionnement de l’ouvrage et sa résistance.
− La « simplicité de l’ouvrage » correspond aux dispositions visant à limiter toute
complexité technique de l’ouvrage, tant dans son état que dans son principe de
fonctionnement. La simplicité de l’ouvrage sera donc évaluée en termes de faisabilité
129
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
technique de l’ouvrage lui-même (critère développé dans l’étape de fabrication), de
possibilité de thermosiphon, de séparation du circuit de distribution…
− La « résistance de l’ouvrage » se réfère non seulement à la résistance aux chocs
(grêle, balle de jeu…), mais aussi à la résistance au gel, à la surchauffe, à la corrosion,
aux charges (poids propre) et à la surcharge (neige).
Durabilité
La durabilité n’est autre que la durée de vie ou durée de fonctionnement potentiel d’un bien,
pour la fonction qui lui est assignée, dans des conditions d’utilisation et de maintenance
données.
− La « durée de vie » du composant solaire intégré est définie comme la durée pendant
laquelle la fonction ou le service demandé est fourni de manière adéquate.
5.2.3.4 Critères de la fin de vie
L’ouvrage est, à cette étape, démis de toute fonction et retiré de l’emplacement sur lequel on
l’avait installé. On distinguera donc à cette phase : déconstruction et gestion des déchets.
Déconstruction
La déconstruction d’un ouvrage correspond à l’ensemble des actions visant à défaire la
construction de l’ouvrage, sa structure, son organisation.
Comme les procédés de fabrication et d’installation précédemment cités, la déconstruction
sera caractérisée par ses impacts économiques et environnementaux, ainsi que par un critère
de faisabilité.
− Le « coût de la déconstruction » inclut les coûts de la main d’œuvre, de l’énergie et
des outils nécessaires à la réalisation des différentes opérations de déconstruction.
− L’« impact environnemental de la déconstruction » est évalué en termes de création
de déchets, de pollution et de toxicité, engendrées par les différentes opérations.
− La « facilité de déconstruction » sera évaluée au regard du temps de déconstruction
et de la technicité requise. C’est ainsi qu’un système démontable s’avérera être plus
aisé à déconstruire.
Gestion des déchets
Les déchets de démolition forment une masse considérable. Il faut savoir que les déchets de
démolition sont déterminés par les caractéristiques intrinsèques des ouvrages à démolir. Les
trois mesures principales de gestion de ces matières sont aujourd’hui le tri et le regroupement,
le recyclage, et/ou l’élimination du composant par mise en décharge, par traitement physicochimique ou encore par incinération.
Ainsi, on veillera à estimer la séparabilité des matériaux, la convertibilité des composants et
de l’emplacement, et les impacts économiques et environnementaux des différents déchets et
de leur traitement.
130
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
− La « séparabilité des matériaux » est leur qualité à être triés, rangés et classés en vue
d’assurer leur orientation vers les voies de valorisation ou d’élimination les plus
appropriées.
− La « convertibilité des composants » n’est autre que la possibilité de réutilisation des
composants. Un composant sera en effet d’autant plus valorisé, d’un point de vue
environnemental, qu’il est réutilisé en l’état ou après traitement, d’où l’intérêt porté
sur les composants recyclables. Il est par ailleurs à souligner que l’enjeu et le
développement des techniques de traitement des déchets laisse pressentir l’apparition
de nombreuses techniques de revalorisation des déchets.
− La « convertibilité de l’emplacement » soulève la question du devenir architectural
et technique du site d’implantation du système après déconstruction. L’emplacement
pourra parfois être laissé en l’état, s’il permet toujours au bâtiment de répondre à ses
obligations techniques et architecturales. De lourdes opérations pourront en revanche
être envisagées si tel n’est pas le cas. Ces opérations peuvent aller du simple
changement de fenêtres à la reconstruction de la toiture ou d’une façade.
− Le « coût du traitement des déchets » inclut les coûts de la main d’œuvre, de
l’énergie et des outils nécessaires à la réalisation des différents traitements.
− L’« impact environnemental des matériaux » a déjà été développé dans l’étape de
fabrication. Il est principalement évalué en termes de pollution et de toxicité.
5.2.4 La grille d’analyse
À partir de la définition des différents critères, nous pouvons identifier douze sur-critères
principaux qui se déclinent en quarante-quatre critères appartenant chacun à une phase de vie
du composant et à un type de critère. Nous avons groupé ces critères dans une grille d’analyse
[Figure 5-3].
131
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Fin de vie
Maintenance
Vie en oeuvre
Exploitation
Mise en oeuvre
Fabrication
Critères
économiques
Critères
environnementaux
Critères
techniques
Choix des matières premières
disponibilité des matériaux
performance des matériaux
Coût des matériaux
impact env. des matériaux
Procédé constructif
Faisabilité technique
possibilité d’industrialisation
coût de la fabrication
impact env. de la fabrication
Procédé d’installation
coût de l’installation
facilité d’installation
impact env. de l’installation
Adaptabilité
optim. du positionnement
adéq. en terme d’espace
adéquation en terme d’usage
installation en réhabilitation
adéquation en terme de poids
Esthétique
visibilité
modulation
acceptation
Fonctionnement thermique
Performance thermique
possibilité d’agir sur l’installation
optimisation de la configuration
limitation des pertes
confort thermique
coût de l’exploitation
impact env. de l’exploitation
Multifonctionnalité
isolation acoustique
isolation thermique
fonction structurelle
sécurité d’usage
Maintenabilité
limitation des interventions
sécurité d’intervention
facilité d’intervention
Fiabilité
simplicité de l’ouvrage
résistance de l’ouvrage
Durabilité
durée de vie
Déconstruction
coût de la déconstruction
impact env. de la déconstruction
facilité de déconstruction
Gestion des déchets
séparabilité des matériaux
convertibilité des composants
convertibilité de l’emplacement
coût du traitement des déchets
impact env. des matériaux
Figure 5-3 : La grille d'analyse de l’intégration des composants solaires.
132
Critères
architecturaux
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.3 Application de l’analyse structurelle
5.3.1 Présentation de la méthode
La méthode d’analyse structurelle constitue un outil de structuration des idées et de réflexion
sur le problème posé et crée un langage commun pour une réflexion prospective.
L’analyse structurelle vise la description la plus exhaustive possible du système associé à la
problématique choisie. C’est une technique d’analyse de système qui se penche sur le
domaine étudié en procédant par étapes successives : le recensement des variables
descriptives du système et de son environnement et leur explication, le repérage des relations
entre ces variables et la recherche des variables essentielles ou clés [Godet M, 1997]. Une
présentation complète de cette méthode est rédigée dans l’annexe B-1.
La recherche des variables clés impose une vision globale du système étudié et exclut de se
limiter dès le départ à l’analyse de quelques variables puisque, précisément, ce sont ces
variables essentielles que l’on cherche à identifier parmi plusieurs dizaines d’autres.
La méthode d’analyse structurelle, enrichie par l’approche Micmac, a donc pour objectif de
mettre en évidence des variables clés, cachées ou non, de poser les bonnes questions ou de
faire réfléchir à des aspects contre-intuitifs du comportement du système. Ce qui surprend ne
doit pas dérouter mais susciter une réflexion approfondie et un effort supplémentaire
d’imagination. Elle vise à aider les groupes de réflexion prospective, et non à prendre leur
place. Elle ne prétend pas décrire avec précision le fonctionnement du système, mais plutôt
mettre en évidence les grands traits de son organisation.
5.3.2 Les variables internes et externes
L’ensemble des variables caractérisant le système étudié et son environnement sont définies et
regroupées dans la grille d’analyse élaborée précédemment. Il conviendra toutefois de
différencier les variables selon deux groupes : les variables internes qui caractérisent le
système et les variables externes qui constituent son environnement [Tableau 5-1]. La
définition de la frontière distinguant les variables internes des variables externes peut être
difficile à faire, étant donné les multiples flux d’information, de matière et d’énergie, entre le
système et son environnement. C’est pourquoi la définition des variables, en limitant le
nombre d’interprétations des variables, était essentielle.
133
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Variables internes
Performance des matériaux
Faisabilité technique
Possibilité d'industrialisation
Facilité d'installation
Optimisation du positionnement
Adéquation en terme d'espace
Adéquation en terme d'usage
Installation en réhabilitation
Adéquation en terme de poids
Visibilité
Modulation
Performance thermique
Possibilité d’agir sur l’installation
Optimisation de la configuration
Limitation des pertes
Isolation acoustique
Isolation thermique
Fonction structurelle
Sécurité d’usage
Limitation des interventions
Sécurité d'intervention
Facilité d'intervention
Simplicité
Résistance
Durée de vie
Facilité de déconstruction
Séparabilité des matériaux
Variables externes
Disponibilité des matériaux
Coût des matériaux
Impact env. des matériaux
Coût de la fabrication
Impact env. de la fabrication
Coût de l'installation
Impact env. de l'installation
Acceptation
Confort thermique
Coût de l'exploitation
Impact env. de l'exploitation
Coût de la déconstruction
Impact env. de la déconstruction
Convertibilité des composants
Convertibilité de l’emplacement
Coût du traitement des déchets
Tableau 5-1 : Les variables internes et externes caractérisant l'intégration solaire.
5.3.3 La mise en relation des variables
Nous recherchons les relations entre les variables en construisant un tableau à double entrée
formant la matrice structurelle du système. Pour chaque élément matriciel représentant une
liaison d'une variable sur une autre variable, nous nous interrogeons sur la nature de
l'influence directe. Avant de conclure à l'existence d'une liaison entre deux variables, il nous
faut répondre systématiquement à trois questions [Godet M., 1997] :
1. Y-a-t-il bien influence directe de la variable i sur la variable j, ou bien la relation n'estelle pas plutôt de j vers i ?
2. Y-a-t-il influence de i sur j, ou bien n'y-a-t-il pas colinéarité, une troisième variable k
agissant sur i et j ?
3. La relation de i à j est-elle directe, ou bien passe-t-elle par l’intermédiaire d’une autre
variable r de la liste ?
En réponse à la première question : il est évident que si la performance thermique varie, le
coût d’exploitation change aussi. Il y a donc bien influence de la variable «performance
thermique » sur la variable « coût d’exploitation » et non de la variable « coût d’exploitation »
sur la variable «performance thermique ».
134
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
En réponse à la deuxième question, il suffit de reprendre le même raisonnement : si
la performance thermique diminue, la production énergétique du système diminue, ceci
entraîne une augmentation directe du coût d’exploitation (par exemple par l’utilisation
d’énergie d’appoint). Il y a donc bien influence de la variable « performance thermique» sur
la variable « coût d’exploitation ».
En réponse à la troisième question, toujours avec le même raisonnement, il est clair que la
relation entre la variable « performance thermique » et la variable « coût d’exploitation » est
directe et ne passe pas par l’intermédiaire d’une autre variable de la liste.
Cette procédure d’interrogation systématique permet d’éviter de nombreuses erreurs dans le
remplissage de la matrice. Elle permet de vérifier systématiquement l'existence d'une véritable
liaison directe entre deux variables.
Il convient de noter que le remplissage de la matrice s'il est en général qualitatif (existence ou
non-existence des relations), peut être aussi quantifié. Dans notre étude, ces intensités sont
notées respectivement par les valeurs 3, 2, 1 et 0 :
- La valeur 3 indique une influence forte d’une variable sur une autre ;
- La valeur 2 indique une intensité moyenne ;
- La valeur 1 indique une intensité faible ;
- La valeur 0 indique qu’il n’y a pas d’influence.
Il sera dès lors possible et intéressant d’introduire une certaine dynamique et de tester la
sensibilité des résultats en fonction de l’intensité des relations prises en compte.
Le « coût d’exploitation » étant directement dépendant de la production d’énergie par le
système solaire, l’influence de la variable « performance thermique » sur la variable « coût
d’exploitation » est « forte ». Ainsi, on affectera à l’élément matriciel situé sur la ligne
relative à la variable « rendement » et sur la colonne relative à la variable « coût
d’exploitation », la valeur de 3.
Lors de la phase de remplissage de la matrice, on a ainsi répété ces mêmes opérations pour
chacune des cases de la matrice structurelle [Tableau 5-2, Tableau 5-3].
135
Variables internes
Variables internes
Influence de
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
5- Optimisation du positionnement
6- Adéquation en terme d'espace
7- Adéquation en terme d'usage
8- Installation en réhabilitation
9- Adéquation en terme de poids
10- Visibilité
11- Modulation
12- Performance thermique
13- Agir sur l’installation
14- Optim. de la configuration
15- Limitation des pertes
16- Isolation acoustique
17- Isolation thermique
18- Fonction structurelle
19- Sécurité d’usage
20- Limitation des interventions
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
25- Durée de vie
26- Facilité de déconstruction
27- Séparabilité des matériaux
28- Disponibilité des matériaux
29- Coût des matériaux
30- Impact env. des matériaux
31- Coût de la fabrication
32- Impact env. de la fabrication
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
35- Acceptation
36- Confort thermique
37- Coût de l'exploitation
38- Impact env. de l'exploitation
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Conv. des composants
42- Conv. de l’emplacement
43- Coût du traitement des déchets
sur
1
0
0
0
1
2
0
0
0
0
0
0
0
0
2
1
1
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
1
0
2
0
0
0
2
1
0
0
0
0
2
2
2
2
2
0
0
0
3
0
0
0
1
2
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
0
3
0
2
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
1
0
0
0
0
2
0
0
0
0
3
2
0
2
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
4
0
0
0
0
1
0
0
1
0
0
0
0
0
0
1
1
2
1
1
0
1
1
3
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
5
0
0
0
2
0
0
0
1
0
2
1
1
0
0
0
1
1
1
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
6
3
0
1
1
3
0
1
2
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
7
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
0
0
0
1
2
1
3
1
0
0
0
2
2
0
0
0
2
0
0
0
2
0
1
0
2
0
2
0
0
0
0
8
0
1
0
3
2
2
1
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
9
2
1
0
0
0
2
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
10
0
0
1
1
2
1
0
1
2
0
2
0
1
2
0
0
0
1
2
0
1
1
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
11
0
1
1
1
2
2
0
1
0
2
0
1
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
12
3
0
0
0
3
0
0
0
0
0
0
0
3
2
1
0
1
0
0
1
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
13
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
14
0
1
0
0
2
0
0
0
2
1
1
1
1
0
0
0
0
3
2
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
15
1
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
3
0
0
0
0
0
1
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
16
1
0
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
17
1
0
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
18
0
0
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Tableau 5-2 : Matrice d’analyse structurelle des influences sur les variables internes.
136
19
0
0
0
0
3
0
2
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
20
1
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
1
1
0
0
0
0
3
3
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
21
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
22
0
2
2
2
1
0
0
0
1
2
2
0
0
0
1
1
1
2
0
0
2
0
3
2
0
0
3
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
23
0
3
0
2
0
0
0
0
0
0
2
0
0
2
2
1
2
0
2
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
24
1
1
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
2
2
0
0
3
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
25
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
3
0
3
0
3
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
26
0
1
1
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
1
1
1
1
0
2
2
3
0
0
0
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
27
0
0
1
1
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Variables internes
Variables internes
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Influence de
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
5- Optimisation du positionnement
6- Adéquation en terme d'espace
7- Adéquation en terme d'usage
8- Installation en réhabilitation
9- Adéquation en terme de poids
10- Visibilité
11- Modulation
12- Performance thermique
13- Agir sur l’installation
14- Optim. de la configuration
15- Limitation des pertes
16- Isolation acoustique
17- Isolation thermique
18- Fonction structurelle
19- Sécurité d’usage
20- Limitation des interventions
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
25- Durée de vie
26- Facilité de déconstruction
27- Séparabilité des matériaux
28- Disponibilité des matériaux
29- Coût des matériaux
30- Impact env. des matériaux
31- Coût de la fabrication
32- Impact env. de la fabrication
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
35- Acceptation
36- Confort thermique
37- Coût de l'exploitation
38- Impact env. de l'exploitation
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Conv. des composants
42- Conv. de l’emplacement
43- Coût du traitement des déchets
sur
28
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
1
29
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
3
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
2
30
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
0
3
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
3
1
31
0
3
3
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
0
32
0
2
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
0
33
0
0
1
3
2
1
0
2
0
1
2
2
0
0
1
1
1
1
2
0
0
0
2
0
0
0
0
0
2
0
2
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
34
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
35
2
0
1
2
0
0
2
2
0
3
3
2
3
1
0
2
2
2
3
2
0
2
2
2
3
0
0
0
0
0
0
0
3
2
0
2
3
1
0
0
1
1
0
36
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
2
0
3
0
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
37
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
0
0
0
1
2
0
0
2
0
2
1
0
3
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
0
0
38
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
39
0
0
0
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
0
0
40
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
2
2
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Tableau 5-3 : Matrice d’analyse structurelle des influences sur les variables externes.
137
41
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
2
0
2
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
42
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
2
2
2
3
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
43
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
3
3
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
3
0
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Le taux de remplissage de la matrice structurelle est satisfaisant puisqu’il est de l’ordre de
18,5 %. En effet, l’expérience semble montrer qu’un bon taux de remplissage de la matrice
doit se situer entre 15% et 25% suivant la dimension de la matrice. Des taux supérieurs (30%
à 35%) sont révélateurs d’un remplissage excessif : des relations induites ayant été, à tort,
considérées comme directes.
Les résultats sont représentés dans le plan motricité – dépendance, comme indiqué dans
l’annexe B-1, qui permet d’analyser les variables en fonction du rôle qu’elles jouent dans
l’intégration des composants solaires dans le bâtiment [Figure 5-4].
Figure 5-4 : Plan des motricités / dépendances directes.
La forme du nuage de points qui se dessine sur le plan de la figure suivante laisse apparaître
une stabilité relative du phénomène étudié [Figure 5-5].
Figure 5-5 : Nuage de points du système.
138
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.3.4 Classement direct et indirect
L’élaboration de la matrice structurelle et la représentation du plan motricité – dépendance
montrent que certaines variables de l’intégration sont plus importantes que d’autres, et
pourront être identifiées comme variables essentielles pour l’intégration. Mais l’influence
directe faible d’une variable peut être renforcée à travers des influences d’autres variables
particulièrement fortes. Dans ce cas, nous devons prendre en considération les relations
indirectes qui permettent la diffusion des impacts des variables par les chemins et les boucles
de rétroaction.
Nous utilisons alors la méthode de multiplication matricielle appliquée à la matrice
structurelle afin de pouvoir déceler les variables qui peuvent être importants comptes tenus
des liaisons indirectes et donc de mieux comprendre la dynamique de la grille des variables
d’intégration. L’application de la méthode MICMAC© (Matrice d’Impacts CroisésMultiplication Appliquée à une classement) qui consiste à élever successivement la matrice
structurelle en puissance, nous a permis de déceler les influences indirectes.
S'il est démontré que toute matrice doit converger vers une stabilité au bout d'un certain
nombre d'itérations (généralement 4 à 5 pour une matrice de taille 50), il est apparu
intéressant de pouvoir suivre l'évolution de cette stabilité au cours des multiplications
successives. En l'absence de critères mathématiquement établis, il a été choisi de s'appuyer sur
le nombre de permutations nécessaires à chaque itération (tri à bulles) pour classer l'ensemble
des variables en influence et en dépendance. Un résultat de 100% signifie que le nombre de
permutations nécessaires au classement à l'itération i est identique à celui nécessaire à
l'itération i-1 et que donc l’application est stable. Les résultats peuvent ainsi varier autour de
100% [Tableau 5-4].
Itération Influence Dépendance
1
2
3
4
5
6
7
8
9
101 %
106 %
110 %
100 %
101 %
100 %
100 %
100 %
100 %
98 %
99 %
102 %
101 %
100 %
100 %
100 %
100 %
100 %
Tableau 5-4 : Stabilité à partir de la matrice des influences directes.
Il apparaît que le système devient stable à partir de la puissance 6 (M6). Ainsi, nous pouvons
obtenir le nouveau classement de chacune de variables.
5.3.4.1 Classement motricité
Dans le tableau de la figure suivante, pour chacune des variables, est donné le rang pour les
relations directes (M) et les relations indirectes (M6) ainsi que les variations de ce rang entre
M et M6 (désignée par les flèches). Les rangs sont classés de 1 à 43 par ordre décroissant de
motricité [Figure 5-6].
139
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Rang
43
42
41
40
39
38
37
36
35
34
33
32
31
30
29
28
27
26
25
24
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
Indirect (M6)
Impact environnemental de la déconstruction
Impact environnemental de l'installation
Confort thermique
Impact environnemental de la fabrication
Impact environnemental de l'exploitation
Coût de la déconstruction
Coût de l'exploitation
Coût du traitement des déchets
Coût de l'installation
Convertibilité de l'emplacement
Limitation des interventions
Acceptation
Coût de la fabrication
Impact environnemental des matériaux
Facilité de déconstruction
Convertibilité des composants
Possibilité d'agir sur l'installation
Sécurité d'intervention
Durée de vie
Résistance
Adéquation en terme de poids
Facilité d'intervention
Coût des matériaux
Adéquation en terme d'espace
Possibilité d'installation en réhabilitation
Adéquation en terme d'usage
Performance thermique
Possibilité d'Industrialisation
Disponibilité des matériaux
Visibilité
Fonction isolation acoustique
Séparabilité des matériaux
Faisabilité technique
Performance des matériaux
Optimisation de la configuration
Sécurité d'usage
Limitation des pertes
Modulation
Facilité d'installation
Fonction isolation thermique
Simplicité
Fonction structurelle
Optimisation du positionnement
Direct (M)
Impact environnemental de la fabrication
Impact environnemental de l'installation
Confort thermique
Coût de la déconstruction
Impact environnemental de la déconstruction
Impact environnemental de l'exploitation
Coût du traitement des déchets
Coût de l'exploitation
Coût de la fabrication
Coût de l'installation
Acceptation
Adéquation en terme de poids
Sécurité d'intervention
Adéquation en terme d'usage
Limitation des interventions
Adéquation en terme d'espace
Possibilité d'installation en réhabilitation
Convertibilité de l'emplacement
Impact environnemental des matériaux
Possibilité d'agir sur l'installation
Facilité de déconstruction
Visibilité
Facilité d'intervention
Résistance
Convertibilité des composants
Coût des matériaux
Optimisation de la configuration
Fonction isolation acoustique
Possibilité d'Industrialisation
Sécurité d'usage
Faisabilité technique
Performance thermique
Limitation des pertes
Disponibilité des matériaux
Modulation
Performance des matériaux
Séparabilité des matériaux
Durée de vie
Fonction isolation thermique
Facilité d'installation
Fonction structurelle
Optimisation du positionnement
Simplicité
Figure 5-6 : Classement direct et indirect des critères suivant la motricité.
5.3.4.2 Classement dépendance
Comme pour la motricité, le classement des variables de l’intégration est donné dans le
tableau de la figure suivante. Les rangs sont classés de 1 à 43 par ordre décroissant de
dépendance [Figure 5-7].
140
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Rang
43
42
41
40
39
38
37
36
35
34
33
32
31
30
29
28
27
26
25
24
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
Direct (M)
Indirect (M6)
Possibilité d'agir sur l'installation
Fonction isolation acoustique
Fonction isolation acoustique
Fonction structurelle
Fonction structurelle
Possibilité d'agir sur l'installation
Sécurité d'intervention
Disponibilité des matériaux
Fonction isolation thermique
Fonction isolation thermique
Impact environnemental de l'installation
Sécurité d'intervention
Séparabilité des matériaux
Impact environnemental de l'installation
Disponibilité des matériaux
Coût des matériaux
Performance des matériaux
Performance des matériaux
Impact environnemental de l'exploitation
Confort thermique
Coût de la déconstruction
Impact environnemental de l'exploitation
Impact environnemental de la déconstruction
Limitation des pertes
Limitation des pertes
Convertibilité des composants
Sécurité d'usage
Coût de la déconstruction
Adéquation en terme de poids
Coût du traitement des déchets
Coût des matériaux
Séparabilité des matériaux
Impact environnemental de la fabrication
Impact environnemental de la déconstruction
Convertibilité des composants
Convertibilité de l'emplacement
Optimisation du positionnement
Résistance
Résistance
Performance thermique
Convertibilité de l'emplacement
Optimisation du positionnement
Adéquation en terme d'espace
Impact environnemental des matériaux
Modulation
Adéquation en terme de poids
Durée de vie
Limitation des interventions
Confort thermique
Sécurité d'usage
Facilité d'installation
Impact environnemental de la fabrication
Possibilité d'installation en réhabilitation
Facilité d'installation
Limitation des interventions
Adéquation en terme d'espace
Coût du traitement des déchets
Possibilité d'installation en réhabilitation
Performance thermique
Durée de vie
Impact environnemental des matériaux
Optimisation de la configuration
Coût de la fabrication
Modulation
Optimisation de la configuration
Coût de l'exploitation
Possibilité d'Industrialisation
Simplicité
Coût de l'exploitation
Coût de la fabrication
Simplicité
Possibilité d'Industrialisation
Facilité de déconstruction
Facilité de déconstruction
Visibilité
Faisabilité technique
Faisabilité technique
Adéquation en terme d'usage
Adéquation en terme d'usage
Facilité d'intervention
Coût de l'installation
Visibilité
Facilité d'intervention
Coût de l'installation
Acceptation
Acceptation
Figure 5-7 : Classement direct et indirect des critères suivant la dépendance.
5.3.5 Identification des variables clés
Les résultats des classements directs et indirects, ainsi que les plans motricité – dépendance
(intrinsèques à chaque type de proposition d’intégration), directement issus des matrices
d’analyse structurelle, permettront de mettre en évidence les variables essentielles du système.
Ce sont ces variables qui pourront guider nos choix dans la réflexion sur des solutions
d’intégration solaire. La connaissance de ces variables clés aura une grande influence sur
141
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
l’analyse des propositions et sera déterminante lors de la phase de recherche des perspectives
d’évolution des propositions.
Plusieurs critères s’avèrent être très moteurs, donc très influents sur le système, par
conséquent sur le résultat final de l’évaluation. Les variables très motrices sont :
« L’optimisation du positionnement », « la simplicité de l’ouvrage », « la facilité
installation », « la fonction structurelle », « la fonction isolation thermique » et « la
modulation du système solaire ». Donc, l’évolution de ces critères pourra être un facteur
essentiel dans la mesure où on cherche à améliorer des propositions d’intégration formulées.
D’autres variables peuvent jouer des rôles moyennement importants sur le comportement du
système, en étant moyennement motrices et peu dépendantes. Dans cette catégorie, nous
trouvons les critères d’évaluation suivants : « La limitation des pertes », « la séparabilité des
matériaux », « la sécurité d’usage », « la performance matériaux », « l’optimisation de la
configuration », « La faisabilité technique » et « la visibilité du système solaire ». Ainsi,
l’amélioration de ces critères aura un impact conséquent sur la qualité de l’intégration.
Donc une attention ou une amélioration apportée à un ou à plusieurs de ces critères très
influents, ou moyennement influents et peu dépendants, apportera une amélioration
importante au niveau du critère « acceptation des usagers », qui est une variable très
dépendante, et qui sera nettement bien améliorée, et par conséquence l’intégration sera mieux
évaluée globalement. Deux autres variables peuvent être améliorées directement à travers les
améliorations apportées aux variables motrices comme étant des variables moyennement
dépendantes et peu motrices : « la facilité d’intervention » et « le coût de l’installation ».
5.3.6 Les limites de l’analyse
La méthode d’analyse structurelle a pour but d’aider le décideur et non de prendre sa place.
Elle ne consiste pas en une description précise de la structure et du fonctionnement du
système, mais bien en une mise en évidence des variables clés, et donc des grands traits de
l’organisation du système.
Il convient d’utiliser les résultats en gardant présentes à l’esprit les limites de notre analyse.
La première limite provient du caractère subjectif de la liste de variables. Les précautions
prises sont une garantie, mais pour des raisons pratiques, le nombre de variables ne peut
excéder quelques dizaines, cela nous a conduit à regrouper des sous-variables ayant trait à une
même dimension du problème. La seconde limite est liée au caractère subjectif du
remplissage de la matrice et de l’intensité donnée aux liaisons entre les variables. Une matrice
n’est jamais la réalité, mais un moyen de la regarder, une photographie. Comme toute
photographie, l’analyse structurelle montre des choses traduisant une partie de la réalité, mais
révèle aussi le talent du photographe et la qualité de son équipement.
142
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.4 Elaboration de la méthode d’évaluation d’intégration SISBat
Nous proposons dans ce paragraphe une description détaillée de la méthode d’évaluation du
Solaire Intégré dans la Structure Bâtie (SISBat).
L’originalité de cette méthode est de s’appuyer à la fois sur une grille d’analyse qui donne une
description des éléments du système de composant solaire intégré dans le bâtiment, ainsi que
sur une analyse structurelle du système. Elle est constituée de trois phases :
- phase d’analyse et de notation des critères d’analyse ;
- phase de calcul par pondération des critères suivant les motricités indirectes obtenues
à partir de la matrice structurelle des influences indirectes ;
- phase d’évaluation et d’analyse des résultats en vue de propositions d’amélioration.
5.4.1 Notation des critères d’analyse
Il s’agit dans la première étape de la façon de remplir la grille d’analyse. Ce remplissage est
purement qualitatif. Il consiste, pour une proposition d’intégration donnée, à affecter une note
à chacun des critères d’évaluation.
Dans la mesure où les propositions d’intégration n’ont été définies qu’au stade de principe, et
dans la mesure où ces propositions n’ont pas été mises en œuvre, l’estimation de chacune des
propositions au regard de chacun des critères peut être difficile (d’autant plus que ce
remplissage incombe normalement à un groupe d’experts). Il est en effet, à ce stade de
définition de propositions, relativement délicat d’estimer tant un impact environnemental
qu’un coût.
L’échelle de notation de la grille doit donc être suffisamment petite, sans pour autant se
limiter à un tout ou rien, qui ne permettrait pas de profiter pleinement de la méthode
d’analyse. C’est pourquoi une échelle de notation allant de 0 à 3 s’avère être un bon
compromis.
Ainsi, les notes seront respectivement de 0, 1, 2 ou 3, selon que la réponse des propositions à
chacun des critères d’analyse est nulle, moyenne, bonne ou très bonne. Une observation
correspondant à chaque critère est faite dans le but de justifier chaque note d’évaluation
attribuée.
5.4.2 Pondération des variables selon la motricité
Les classements indirects de motricité, et plus précisément les valeurs des motricités de
chacune des variables, ramenées en pourcentage, seront à la base de la définition d’une
pondération des notes données aux propositions (en phase de remplissage de la grille
d’analyse), relativement à chaque variable.
En effet, en notant, pour l’analyse d’une proposition:
( ck )k , l’ensemble des critères considérés pour l’analyse ; ces critères correspondent au
niveau le plus bas (3ème niveau) de la grille d’analyse : impact environnemental des
matériaux, coût des matériaux, etc.
143
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
( Ci )i , l’ensemble des sur-critères correspondant au 2ème niveau de la grille d’analyse :
-
choix des matières premières, procédé constructif, etc.
(E )
-
j
, l’ensemble des étapes du cycle de vie de la proposition considérée; ces étapes
j
constituent le 1er niveau de la grille d’analyse : fabrication, mise en œuvre, etc.
(n )
-
ck
k
, l’ensemble des notes affectées (lors du remplissage de la grille d’analyse) à
chacun des critères considérés : ∀k , nc ∈{0,1,2,3}.
k
(m )
-
ck
k
, l’ensemble des valeurs des motricités de chacune des variables, ramenées en
pourcentage : ∀k , mc ∈[0,1] . Ces valeurs seront utilisées comme coefficients de
k
pondération des notes nck affectées à chacun des critères considérés.
Il est dès lors possible de définir les termes suivants :
⎛
⎞
⎜ mCi = ∑ mck ⎟
ck ∈Ci
⎝
⎠i
(m )
Ci
correspond à la somme des valeurs de motricité de chacune des variables dont dépend
i
le sur-critère i ;
nCi =
(n )
Ci
Équation 5-1
∑n
ck
ck ∈Ci
∑
.mck
mck
ck ∈Ci
=
∑n
.mck
ck
ck ∈Ci
Équation 5-2
mCi
est défini comme l’ensemble des notes (pondérées selon la motricité indirecte des
i
variables) affectées à chacun des sur-critères : ∀i , nC ∈[0,3] ;
i
(m )
Ej
⎛
⎛
⎜ mE j = ∑ mCi = ∑ ⎜ ∑ mck
⎜
⎜
Ci ∈E j
Ci ∈E j ⎝ ck∈Ci
⎝
j
⎞⎞
⎟⎟
⎟⎟
⎠⎠j
Équation 5-3
correspond à la somme des valeurs de motricité de chacune des sur-critères dont
dépend l’étape j ;
nE j =
∑ (n
Ci ∈E j
Ci
⋅ mC
i
∑ (m
Ci
Ci ∈E j
( )
ou encore par substitution des nCi
i
)
)
=
∑ (n
Ci ∈E j
( )
et mCi
mE
i
⋅ mC
Ci
i
)
Équation 5-4
j
:
⎛ ∑ nck ⋅ mck
⎞
⎜ ck ∈Ci
⎟
⋅ ∑ mc ⎟
∑
⎜
k
mck
Ci ∈E j
ck ∈Ci
⎜ c∑
⎟
C
∈
⎝ k i
⎠
nE j =
⎛
⎞
⎜⎜ ∑ mck ⎟⎟
∑
Ci ∈E j ⎝ ck ∈Ci
⎠
144
Équation 5-5
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
(n )
Ej
j
est donc défini comme l’ensemble des notes (pondérées) affectées à chacune des
étapes du cycle de vie de la proposition : ∀j , nE ∈[0,3] ;
nG =
∑(n
j
Ej
j
.mE j
∑ (m
j
Ej
)
)
Équation 5-6
ou encore :
⎛
⎞
⎛ ∑ nck ⋅ mck
⎞
⎜
⎟
⎜ ck ∈Ci
⎟
⋅ ∑ mc ⎟
⎜ ∑⎜
⎟
k
mck
ck ∈Ci
⎜ Ci ∈E j ⎜ c∑
⎟
⎛
⎞⎟
⎝ k ∈Ci
⎠⋅
⎜
m
∑j ⎜
∑ ⎜⎜ ∑ ck ⎟⎟ ⎟⎟
⎛
⎞
Ci ∈E j ⎝ ck ∈Ci
⎠
⎜⎜ ∑ mck ⎟⎟
⎜
⎟
∑
Ci ∈E j ⎝ ck ∈Ci
⎜
⎟
⎠
⎜
⎟
⎠
nG = ⎝
⎛
⎛
⎞⎞
∑j ⎜⎜ ∑ ⎜⎜ ∑ mck ⎟⎟ ⎟⎟
⎠⎠
⎝ Ci ∈E j ⎝ ck ∈Ci
Équation 5-7
nG est défini comme la note globale (pondérée selon la motricité) de la proposition
d’intégration considérée : nG∈[0,3].
5.4.3 Evaluation et comparaison des propositions
Si les valeurs, mck , mCi , mE j ne seront utiles qu’au développement de la méthode d’analyse,
chacune des valeurs nck , nCi , nE j et nG pourra en revanche permettre d’évaluer les
propositions et de les comparer, et ce au regard des trois niveaux hiérarchiques de la grille
d’analyse et au niveau global de la solution.
Ces valeurs, comprises entre 0 et 3 seront ainsi assimilées à des notes : plus les valeurs seront
élevées, mieux la proposition considérée répondra aux critères d’analyse.
Enfin, des notes peu élevées pourront souligner, outre le fait que la réponse de la proposition
aux critères d’analyse est insuffisante, quelques perspectives d’évolution.
La méthode ayant été définie, on se propose de l’appliquer aux propositions d’intégration
énoncées dans la partie précédente.
Il s’agira dans un premier temps de remplir les grilles d’analyse puis les matrices d’analyse
structurelle, et dans un second temps, d’appliquer les règles de calcul précédemment définies,
afin de déterminer chacune des valeurs nCi , nE j et nG , et ce, pour chacune des propositions
analysées.
5.5 Application de la méthode SISBat
L’application de la méthode visera d’une part à évaluer et comparer les différentes
propositions analysées, et d’autre part à mettre en évidence les perspectives d’évolution de ces
propositions.
145
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.5.1 Analyse des propositions
Nous avons choisi d’appliquer la méthode aux six propositions d’intégration solaire formulées
et analysées à la fin de la partie précédente : intégration de capteur dans mur en maçonnerie
type III, dans le bardage en acier simple, dans la façade rideau, dans l’allège de fenêtre dans
une façade légère, dans la façade panneau en maçonnerie, et dans la façade à vitrage parclosé.
Pour chacune de ces propositions, nous avons d’abord rempli la grille de critères d’analyse.
Les liaisons indirectes entre ces critères sont mises en évidence par la matrice d’analyse
structurelle indirecte et l’application de la méthode de pondération par motricité a permis
d’évaluer, à plusieurs niveaux, la qualité de l’intégration solaire dans le bâtiment, et de révéler
les points faibles et les points forts de la proposition étudiée.
Dans le tableau suivant, nous présentons la procédure utilisée dans le remplissage de la grille
d’analyse par les valeurs d’évaluation des critères, pour la solution d’intégration dans la
façade à vitrage parclosé. Pour chaque critère, une note d’évaluation est attribuée et une
observation sert à justifier notre choix [Tableau 5-5]. Les grilles remplies des autres solutions
sont présentées dans l’annexe B-2.
Critères
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
5- Optimisation du positionnement
6- Adéquation en terme d'espace
7- Adéquation en terme d'usage
8- Possibilité d'installation en
réhabilitation
9- Adéquation en terme de poids
10-Visibilité
11-Modulation
12- Performance thermique
13- Possibilité d’agir sur l’installation
Notes Observations
Les matériaux utilisés sont ceux d’un capteur traditionnel. Ils sont
2
aujourd’hui désignés comme performants et permettent d’avoir un
bon rendement.
La fabrication des modules est relativement simple, dans la mesure
3
où elle est réalisée par assemblage.
Les modules sont fabriqués par simple assemblage de composants
3
standard, ce qui laisse penser qu’ils pourront être industrialisables.
Dans la mesure où il suffit de visser et clipser les différents
2
composants, l’installation est relativement simple.
Les capteurs sont destinés à être installés verticalement, en façade
2
de bâtiment, une position non optimale au rendement thermique du
capteur.
La surface pourra être adaptée en fonction des besoins. Possibilité
3
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la production
3
d’ECS, au plancher chauffant, ou au rafraîchissement solaire par
dessiccation.
Par remplacement d’un panneau de façade par démontage du
2
panneau existant puisque ceux-ci sont assemblés sur l’ossature
secondaire.
L’ajout du capteur risque de créer une surcharge par rapport à
1
l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant être
légèrement sérigraphie ou gravés s’appuyant sur la trame des
2
éléments alentours, mais élimination de la transparence de
l’élément d’origine
Il est possible de modifier la taille des modules solaires, les types
de vitrage, ainsi que la couleur de la peinture de l’absorbeur, en
3
fonction des besoins ou l’envie des architectes afin qu’ils puissent
composer la façade selon la trame de la menuiserie.
La présence des vitrages et des isolants, et l’utilisation de couleurs
2
sombres laissent penser que la performance thermique devra être
satisfaisante.
Le système solaire installé sera munie d’une régulation qui laissera
2
aux utilisateurs la possibilité de le contrôler.
146
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Critères
14- Optimisation de la configuration
15- Limitation des pertes
16- Fonction acoustique
Notes Observations
Les modules solaires sont fixes, la surface de captage ne peut pas
0
suivre la course du soleil.
Les pertes sont limitées, côté intérieur, par une couche d’isolant
3
thermique, et côté extérieur par le vitrage et une lame d’air.
Le capteur, en protégeant l’intérieur du bâtiment des conditions
1
climatiques extérieures, permet en outre d’isoler acoustiquement le
bâtiment des bruits extérieurs.
17- Fonction isolation thermique
2
18- Fonction structurelle
0
19- Sécurité d’usage
1
20- Limitation des interventions
2
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
1
2
2
24- Résistance
2
25- Durée de vie
3
26- Facilité de déconstruction
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
33- Coût de l'installation
2
34- Impact env. de l'installation
3
35- Acceptation
2
36- Confort thermique
1
37- Coût de l'exploitation
3
38- Impact env. de l'exploitation
2
Isolation assurée par un isolant dimensionné pour minimiser les
pertes pour le capteur et pour l’isolement thermique du bâtiment.
Les modules solaires sont formés essentiellement de cuivre ou
d’aluminium, de vitrage et des matériaux isolants légers, ils ne
peuvent donc aucunement s’intégrer dans la structure du bâtiment.
Risques pour la sécurité des usagers si les liaisons entre les
capteurs sont accessibles par derrière, ou si les capteurs sont
accessible de devant.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu d’interventions,
hormis toutefois quelques vidanges en cas de conditions
climatiques extrêmes (risque de gel ou de surchauffe).
Système accessible par l’extérieure.
Il est possible de vidanger le système et démonter les capots.
Configuration simple.
Si le système résiste globalement aux risques engendrés par les
conditions climatiques (gel, surchauffe), son vitrage extérieur peut
en revanche être endommagé par quelques chocs de grêle, ou de
projectile.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de résultats
solaires pour les installations collectives.
Le système est entièrement démontable.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur ne sont pas
séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore disponibles à
l’état naturel ou fabricables en quantité relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs, ils sont
relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de l’aluminium font
appel à des installations polluantes et très consommatrice
d’énergie.
Les composants sont des pièces faites sur mesure selon
l’architecture et la trame du bâtiment mais sont simple de
fabrication.
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non polluants et à
faible consommation d’énergie.
Par rapport à la solution d’origine, le surcoût provient de l’ajout de
l’absorbeur, de l’isolant et du réseau hydraulique.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le bâtiment
intéressante pour les architectes et sûrement aussi pour les usagers.
L’intégration risque de créer des interactions importantes avec la
zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le système devrait
être tout à fait acceptable, et dans la mesure où les interventions de
maintenance devraient être limitées, le coût d’exploitation du
système de chauffage en ECS devrait être relativement bas.
L’utilisation de l’énergie solaire devrait avoir un bon impact
environnemental pendant l’exploitation, surtout pour la réduction
des émissions de GES, mais si de grandes superficies de captage
sont installées il y aura un risque de créer des îlots de chaleur.
147
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Critères
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Convertibilité des composants
42- Convertibilité de l’emplacement
43- Coût des traitements
Notes Observations
Etant donné la facilité de démontage de la menuiserie par les
3
capots, la déconstruction ne devrait avoir que peu d’impact
financier.
La déconstruction devrait être réalisée par « déclipsage » et
3
dévissage des composants, c’est pourquoi son impact
environnemental devrait être minime.
2
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par des
2
vitrages normaux ce qui fait que leur emplacement est convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications des différents
matériaux constituant les capteurs laissent penser que les
1
traitements de ces matériaux seront très consommateurs d’énergie
et donc coûteux.
Tableau 5-5 : Notation nck de la façade à vitrage parclosé.
Selon le même procédé, les grilles d’analyse des cinq autres solutions sont remplies. Dans le
tableau suivant est présentée la totalité des notes affectées aux critères pour chacune des six
solutions d’intégration étudiées [Tableau 5-6].
Critères/ Notes
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
5- Optimisation du positionnement
6- Adéquation en terme d'espace
7- Adéquation en terme d'usage
8- Installation en réhabilitation
9- Adéquation en terme de poids
10-Visibilité
11-Modulation
12- Performance thermique
13- Possibilité d’agir sur l’installation
14- Optimisation de la configuration
15- Limitation des pertes
16- Fonction acoustique
17- Fonction isolation thermique
18- Fonction structurelle
19- Sécurité d’usage
20- Limitation des interventions
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
25- Durée de vie
26- Facilité de déconstruction
27- Séparabilité des matériaux
28- Disponibilité des matériaux
Mur en
Bardage Allège
Façade
maçonnerie
acier
de
panneau
de type III
simple fenêtre maçonnerie
2
2
2
2
3
3
3
1
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
3
2
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
1
2
2
2
2
2
2
3
3
3
3
2
2
3
2
2
2
2
2
1
1
2
1
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
3
0
0
0
1
1
1
1
1
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
3
3
3
3
148
Façade
rideau
Vitrage
parclosé
2
3
3
2
2
3
3
2
2
2
3
2
2
1
3
2
3
1
1
2
2
2
2
2
3
3
2
3
2
3
3
2
2
3
3
2
1
2
3
2
2
0
3
1
2
0
1
2
1
2
2
2
3
3
2
3
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Critères/ Notes
29- Coût des matériaux
30- Impact env. des matériaux
31- Coût de la fabrication
32- Impact env. de la fabrication
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
35- Acceptation
36- Confort thermique
37- Coût de l'exploitation
38- Impact env. de l'exploitation
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Convertibilité des composants
42- Convertibilité de l’emplacement
43- Coût des traitements
Mur en
Bardage Allège
Façade
maçonnerie
acier
de
panneau
de type III
simple fenêtre maçonnerie
3
3
3
3
1
1
1
1
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
3
2
2
2
2
2
2
1
1
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
2
1
1
1
1
Façade
rideau
Vitrage
parclosé
3
1
2
3
2
3
2
1
3
3
3
3
2
2
1
3
1
2
3
2
3
2
1
3
2
3
3
2
2
1
Tableau 5-6 : Notation nck des six solutions d'intégration.
5.5.2 Résultats de l’analyse
Les résultats sont calculés conformément aux règles présentées dans la partie « Pondération
des variables selon la motricité ».
Chaque proposition d’intégration analysée se voit donc affectée dix huit notes, dont :
- Douze notes correspondant aux douze sur-critères ;
- Cinq notes d’évaluation correspondant aux étapes du cycle de vie : A cause du grand
nombre de critères de l’étape « vie en œuvre » et pour avoir des résultats plus
explicites et équilibrés, nous avons décidé de séparer les résultats d’évaluation en deux
familles : l’exploitation et la maintenance ;
- Une note d’évaluation globale.
Il est à rappeler que ces notes sont établies selon une échelle allant de 0 à 3 : une note
supérieure à 2,5 signifie que la solution d’intégration est excellente, une note supérieure à 2
que l’intégration est bonne, une note voisine de 1,5 que l’intégration est de qualité moyenne,
en dessous de 1,5 une mauvaise intégration, et en dessous de 1 une intégration médiocre.
5.5.2.1 Evaluation de l’intégration dans le mur en maçonnerie type III
Les résultats de l’application de SISBat sur la proposition d’intégration dans le mur en
maçonnerie type III sont présentés dans la figure suivante [Figure 5-8]. L’analyse montre que
l’intégration dans le mur en maçonnerie type III est globalement bonne (nG=2,271), voire
excellente selon les sur-critères : procédé constructif, procédé d’installation, adaptabilité,
esthétique, durabilité et déconstruction (les nCi étant supérieurs à 2,5).
149
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
nG=2,271
3,000
2,620
2,570
2,500
2,250
2,130
1,829
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
0,000
Fabrication
Mise en oeuvre
Exploitation
Maintenance
Fin de vie
Evaluation par étape de vie
3,000
2,500
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
Gestion des déchets
Déconstruction
Durabilité
Fiabilité
Maintenabilité
Multifonctionnalité
Fonctionnement
thermique
Estétique
Adaptabilité
Procédé d'installation
Procédé constructif
Choix des matières
premières
0,000
Sur-Critères d'évaluation
Figure 5-8 : Ensembles des notes d'évaluation d'intégration du mur en maçonnerie type III.
Toutefois, il semble que l’intégration des capteurs puisse être perfectionnée à travers les surcritères qui sont évalués comme moyennement satisfaisants: le fonctionnement thermique, la
multifonctionnalité, la maintenabilité et la fiabilité (les nCi étant inférieures ou proches de 2).
5.5.2.2 Evaluation de l’intégration dans le bardage en acier simple
L’application de SISBat sur la proposition d’intégration dans le bardage en acier simple donne
un bon résultat avec une note globale relativement haute de 2,234 [Figure 5-9]. A l’instar de
la proposition d’intégration précédente, la proposition d’intégration dans le bardage d’acier
150
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
simple présente une excellente note pour le procédé constructif, le procédé d’installation, la
durabilité et la déconstruction (nCi>2,5).
nG=2,234
3,000
2,570
2,497
2,500
2,250
2,130
1,829
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
0,000
Fabrication
Mise en oeuvre
Exploitation
Maintenance
Fin de vie
Evaluation par étape de vie
3,000
2,500
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
Gestion des déchets
Déconstruction
Durabilité
Fiabilité
Maintenabilité
Multifonctionnalité
Fonctionnement
thermique
Estétique
Adaptabilité
Procédé d'installation
Procédé constructif
Choix des matières
premières
0,000
Sur-Critères d'évaluation
Figure 5-9: Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du bardage en acier simple.
Certains sur-critères présentent des notes moyennes et peuvent être améliorés. Dans cette
catégorie, nous trouvons le fonctionnement thermique, la multifonctionnalité, la
maintenabilité et la fiabilité, dont les notes d’évaluation sont proches ou inférieures à 2. Ainsi,
seule la note de l’exploitation (dépendante des sur-critères ayant des notes faibles) est
inférieure aux notes des autres étapes, toutes supérieures à 2.
151
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.5.2.3 Evaluation de l’intégration dans l’allège d’une fenêtre
Les résultats de l’application de SISBat sur la proposition d’intégration dans l’allège de
fenêtre d’une façade légère sont présentés dans la figure suivante [Figure 5-10].
nG=2,359
2,797
3,000
2,570
2,500
2,250
2,130
1,948
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
0,000
Fabrication
Mise en oeuvre
Exploitation
Maintenance
Fin de vie
Evaluation par étape de vie
3,000
2,500
Notes d'évaluation
2,000
1,500
1,000
0,500
Gestion des déchets
Déconstruction
Durabilité
Fiabilité
Maintenabilité
Multifonctionnalité
Fonctionnement
thermique
Estétique
Adaptabilité
Procédé d'installation
Procédé constructif
Choix des matières
premières
0,000
Sur-Critères d'évaluation
Figure 5-10 : Ensemble notes d'évaluation d'intégration de l’allège.
Les note d’évaluation globale de l’intégration solaire dans le bâtiment traduite par cette
proposition signifie que la solution d’intégration est globalement bonne (nG=2,359). En
obtenant des notes d’évaluation nCi supérieurs à 2,5 la solution intégration semble être
excellente selon le sur-critère procédé constructif, le procédé d’installation, l’adaptabilité, le
fonctionnement thermique, la durabilité et la déconstruction. En revanche, l’amélioration
152
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
globale de cette proposition pourra être envisagée en essayant de trouver les bonnes
modifications aux critères de la multifonctionnalité, de la maintenabilité et de la fiabilité ; les
notes correspondantes étant égales ou inférieures à 2.
5.5.2.4 Evaluation de l’intégration dans la façade rideau
Les résultats de l’application de SISBat sur la proposition d’intégration dans les façades
rideaux sont présentés dans la figure suivante [Figure 5-11].
nG=2,169
Figure 5-11 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration dans la façade rideau.
Le bon résultat s’explique par le fait que huit des douze sur-critères se voient affecter une note
supérieure à 2. Toutefois, il semblerait que cette proposition puisse être perfectionnée sur un
153
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
certain nombre de sur-critères, surtout la multifonctionnalité (nmultifonctionnalité=1,780) et la
gestion des déchets (ngestion des déchets=1,752).
5.5.2.5 Evaluation de l’intégration dans la façade panneau en maçonnerie
La proposition d’intégration dans la façade panneau en maçonnerie est qualifiée comme
bonne puisque le résultat global affiche une note d’évaluation de 2,095, ce qui est tout à fait
satisfaisant [Figure 5-12].
nG=2,095
Figure 5-12 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du panneau maçonnerie.
154
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
L’intégration dans la façade rideau est globalement bonne (nG=2,095), voire excellente selon
les sur-critères : l’esthétique, la durabilité et la déconstruction (les nCi étant supérieurs à 2,5).
Afin d’améliorer cette proposition, nous devons proposer des modifications qui concernent les
sur-critères ayant les notes faibles, qui sont le procédé constructif, la multifonctionnalité et la
gestion des déchets (les nCi ≤ 2).
5.5.2.6 Evaluation de l’intégration dans la façade à vitrage parclosé
Les résultats de l’application de SISBat sur la proposition d’intégration dans la façade à
vitrage parclosé sont présentés dans la figure suivante [Figure 5-13].
nG=1,955
3,000
2,570
2,500
2,233
2,005
1,988
Notes d'évaluation
2,000
1,305
1,500
1,000
0,500
0,000
Fabrication
Mise en oeuvre
Exploitation
Maintenance
Fin de vie
Evaluation par étape de vie
3,000
2,500
1,500
1,000
0,500
Gestion des déchets
Déconstruction
Durabilité
Fiabilité
Maintenabilité
Multifonctionnalité
Fonctionnement
thermique
Estétique
Adaptabilité
Procédé d'installation
Procédé constructif
0,000
Choix des matières
premières
Notes d'évaluation
2,000
Sur-Critères d'évaluation
Figure 5-13 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du vitrage parclosé.
155
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
L’évaluation de cette proposition d’intégration montre que sa qualité globale est moyenne
(note globale égale à 1,955). En effet, elle présente quelques défaillances par rapport aux
solutions précédentes, surtout au niveau des trois sur-critères : fonctionnement thermique
(nfonctionnement thermique= 1,744), la multifonctionnalité (nmultifonctionnalité=0,998) et la maintenabilité
(nmaintenabilité=1,633).
5.5.3 Propositions d’amélioration des conceptions d’intégration
Les résultats obtenus par l’application de SISBat aux six propositions d’intégration nous ont
aidé à distinguer les points faibles et forts de chaque conception. En se basant sur les critères
essentiels moteurs de la grille d’analyse, mis en évidence à partir des classements direct et
indirect des critères par la méthode MICMAC, nous essayons d’apporter des améliorations
quant à la qualité globale d’intégration, pour chacune des propositions d’intégration étudiées.
Critère
L’optimisation du positionnement
La simplicité de l’ouvrage
La facilité installation
La fonction structurelle
La fonction isolation thermique
La modulation du système solaire
La limitation des pertes
La séparabilité des matériaux
Sur-critère
Adaptabilité
Fiabilité
Procédé d’installation
Multifonctionnalité
Multifonctionnalité
Esthétique
Fonctionnement thermique
Gestion des déchets
Description
Forte motricité, faible dépendance
Forte motricité, faible dépendance
Forte motricité, faible dépendance
Forte motricité, faible dépendance
Forte motricité, faible dépendance
Forte motricité, faible dépendance
Motricité moyenne, faible dépendance
Motricité moyenne, faible dépendance
La sécurité d’usage
Multifonctionnalité
Motricité moyenne, faible dépendance
La performance matériaux
L’optimisation de la configuration
La faisabilité technique
la visibilité du système solaire
Le coût de l’installation
La facilité d’intervention
L’acceptation des usagers
Choix des matières premières
Fonctionnement thermique
Procédé constructif
Esthétique
Procédé d’installation
Maintenabilité
Esthétique
Motricité moyenne, faible dépendance
Motricité moyenne, faible dépendance
Motricité moyenne, faible dépendance
Motricité moyenne, faible dépendance
Dépendance moyenne, faible motricité
Dépendance moyenne, faible motricité
Forte dépendance, faible motricité
Tableau 5-7 : Les critères essentiels de l’analyse d’intégration solaire.
Pour améliorer globalement la solution d’intégration proposée, nous devons donc surtout
améliorer les critères essentiels moteurs faibles, par une modification de la conception
d’origine pour qu’elle réponde aux exigences requises par les critères en cause. Les
modifications proposées devront être bien choisies afin de ne pas altérer les autres critères de
la grille. Par exemple, les deux critères clés moteurs, la fonction d’isolation thermique et la
performance des matériaux, seront optimisés si l’isolant minéral est remplacé par un isolant
sous vide. En effet, un isolant sous vide est beaucoup plus performant et plus léger qu’un
isolant minéral. Mais par contre il est trop cher, et son utilisation aura un impact direct sur le
coût de l’installation, critère essentiel très dépendant. Donc de telles solutions ne sont pas les
plus performantes, et nous conseillons pour l’instant de les éviter.
156
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Notre objectif essentiel dans la suite étant de montrer comment se servir de la méthode pour
améliorer les conceptions d’origine, nous allons proposer des modifications simples basées
sur des critères essentiels faibles. Les modifications entraîneront des changements dans les
notes de remplissage des grilles et nous obtiendrons alors de nouvelles notes d’évaluation,
comme nous le verrons plus tard.
5.5.3.1 Amélioration de l’intégration dans le mur en maçonnerie de type III
L’évaluation de la solution d’origine montre que l’intégration est globalement bonne et
satisfaisante. Afin de trouver une solution encore meilleure, un travail de réflexion et de
conception doit être fait sur les critères ayant des notes faibles, surtout ceux qui sont des
variables essentielles du système, afin de proposer des améliorations à la solution d’origine.
Celles-ci pourront être proposées en effectuant des modifications concernant les deux critères
essentiels : « la sécurité d’usage » et « l’optimisation de la configuration ».
En effet, la sécurité d’usage fait partie de la multifonctionnalité qui est évaluée comme un surcritère moyen avec une note de 1,65. Ce critère pourra être amélioré en tenant compte de la
sécurité par rapport à l’extérieur. Ceci pourra être fait en imposant une hauteur minimale de
sécurité d’un étage vis-à-vis des passants. De même, l’optimisation de la configuration pourra
être envisagée en ajoutant des stores extérieurs, devant le capteur, dans le but de limiter
l’impact de l’effet de stagnation du capteur sur sa durée de vie et sa performance [Figure
5-14].
10 5
Isolant
Lame d’air
20
Parpaing
Bloc de pierre
Joint étanche
Store
Capteur plan
Bande
Figure 5-14 : Proposition finale pour le mur maçonnerie de type III.
157
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.5.3.2 Amélioration de l’intégration dans l’allège de fenêtre
Même si l’évaluation a montré que la qualité d’intégration de capteur dans l’allège de fenêtre,
est globalement bonne et satisfaisante, elle pourra être améliorée par modification de la
« multifonctionnalité » (nmultifonctionnalité=1,658), en ajoutant des dispositifs nécessaires à la
sécurité des usagers qui peuvent accéder à l’allège depuis la fenêtre. Nous pourrons ainsi soit
intégrer un dispositif en rebord filaire ou en caillebotis, soit en recommandant une disposition
du capteur plus bas dans l’allège [Figure 5-15].
Toutefois, ce dispositif risque de modifier légèrement la « performance thermique » du
capteur, en créant une petite zone d’ombrage ou en diminuant la surface de captage pour avoir
une distance de sécurité. Quant à l’aspect « esthétique » de cette solution, il est toujours
respecté.
Rebord
filaire
Rebord
caillebotis
Figure 5-15 : Proposition de dispositifs de sécurité en allège.
La proposition finale incluant le dispositif de sécurité pourra prendre la forme
suivante [Figure 5-16]:
Ossature secondaire
Menuiserie fenêtre
Rebord filaire/caillebotis
Capteur plan
Habillage intérieur
Collecteurs et réseaux
de distribution
Dalle
Châssis d’allège
Faux plafond
Figure 5-16 : Détail de la proposition finale d’intégration dans l’allège de fenêtre.
158
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.5.3.3 Amélioration de l’intégration dans la façade panneau en maçonnerie
Si le panneau comprend une fenêtre nous pouvons améliorer la « sécurité » par rapport aux
usagers qui peuvent accéder à l’allège, soit en intégrant un rebord filaire ou caillebotis soit en
disposant le capteur plus bas dans l’allège [Figure 5-17].
Capteur
Protection :
rebord filaire
Capteur
Figure 5-17 : intégration dans la façade panneau avec protection en rebord filaire.
De plus il doit y avoir une distance minimale de 50 cm de sécurité autour des fenêtres qui
peuvent border les capteurs.
Cette modification respecte l’aspect « esthétique » du module. La transparence ajoutée par des
fenêtres aura un impact positif sur l’acceptation de cette solution. Par contre, les mesures
prises pour améliorer la sécurité risquent de modifier légèrement la « performance
thermique » en jouant le rôle de masque sur une partie de la surface du captage.
5.5.3.4 Amélioration de l’intégration dans la façade rideau
Comme pour les trois propositions précédentes, nous proposons quelques modifications qui
pourront augmenter la qualité de l’intégration dans la façade rideau.
L’amélioration de la « facilité d’installation » rencontre une certaine difficulté due à
l’obligation d’installer depuis l’extérieur ; c’est un problème inhérent au principe constructif.
La « possibilité d’utilisation en réhabilitation » est aussi difficile puisque l’épaisseur d’un
panneau capteur est supérieure à un panneau normal, ce qui rend l’intégration complexe. Il
faudrait donc créer un panneau capteur ayant une épaisseur minimale faible.
Si le panneau comprend une fenêtre nous devons améliorer la « sécurité » par rapport aux
usagers qui peuvent accéder à l’allège, soit en intégrant un rebord filaire ou caillebotis soit en
disposant le capteur plus bas dans l’allège. De plus il doit y avoir une distance minimale de
50 cm de sécurité autour des fenêtres qui peuvent border les capteurs [Figure 5-18].
159
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Capteurs
Distance de sécurité
autour du capteur
Figure 5-18 : Proposition d’intégration dans la façade rideau avec distance de sécurité.
Le panneau comprenant à la fois une partie transparente (fenêtre) et une partie opaque
(capteur), se voit donc mieux accepté dans la construction, une fonction lumineuse lui est
ajoutée.
5.5.3.5 Amélioration de l’intégration dans le bardage en acier simple
L’évaluation de la proposition d’origine a montré une bonne satisfaction quant à la qualité
d’intégration. Si nous voulons l’optimiser, nous devrons traiter les faiblesses que présentent
les sur-critères « fonctionnement thermique », « multifonctionnalité », « maintenabilité » et
« fiabilité », dont les notes d’évaluation ont été proches ou inférieures à 2. Mais pour plus
d’efficacité, nous nous intéressons aux critères clés qui appartiennent aux familles des surcritères en jeu. Par exemple, le critère « sécurité d’usage » est une variable essentielle qui
appartient au sur-critère « multifonctionnalité ». Donc une amélioration de ce critère devra
avoir un impact positif important sur l’évaluation finale de la solution d’intégration étudiée.
Ainsi, nous proposons ainsi de perfectionner « la sécurité d’usage » en améliorant la sécurité
par rapport à l’extérieur en imposant une hauteur minimale de sécurité d’un étage vis-à-vis
des passants.
Nous proposons aussi d’améliorer l’« optimisation de la configuration », en ajoutant des
stores extérieurs, devant le capteur, dans le but de limiter l’impact de l’effet de stagnation et
160
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
aussi améliorer le « confort thermique » en limitant les grandes différences entre la
température de l’absorbeur et la température à l’intérieur du bâtiment [Figure 5-19].
10 5 20 cm
Fixation
Mur support
Store
Capteur plan
Collecteur
Bardage acier
Isolant
Figure 5-19 : Proposition finale pour le bardage acier.
5.5.3.6 Amélioration de l’intégration dans la façade à vitrage parclosé
La « multifonctionnalité », sur-critère présentant une défaillance avec une note d’évaluation
faible de 0,998, pourra être améliorée avec l’augmentation de l’épaisseur de l’isolant
thermique. En effet, dans un capteur solaire thermique plan traditionnel, celle-ci varie entre
30 mm et 60 mm, mais ce dernier ne fait pas partie de l’enveloppe de bâtiment et ne joue pas
la fonction d’isolant thermique du bâtiment. Mais dans notre proposition, nous devons être
attentifs à l’interaction capteur/bâtiment et de son impact sur l’ambiance interne. Ainsi un
isolant thermique plus large ou plus performant pourrait améliorer la « fonction d’isolation
thermique », qui est un critère clé très moteur. Ceci augmentera aussi la fonction de « sécurité
d’usage », car en améliorant l’isolation thermique, nous éliminerons la possibilité d’une
montée dangereuse de la température de surface arrière du module de captage solaire,
accessible aux occupants. En plus, ceci augmentera le « confort thermique » de la zone
derrière le capteur, critère moyennement moteur, appartenant au sur-critère « fonctionnement
thermique » ayant une faible note d’évaluation de 1,744. La note globale d’évaluation devra
alors dépasser le seuil de la note 2.
161
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
En outre, une meilleure « visibilité » et une plus grande « acceptation » de cette proposition
peuvent être atteintes en proposant des modules ayant des absorbeurs colorés, ou en intégrant
une partie vitrée transparente [Figure 5-20].
Capteurs
Capteur
Parties vitrées
Partie vitrée
Figure 5-20 : Exemples d'intégration de la transparence dans les capteurs des façades à vitrage parclosé.
Notons que la couleur de l’absorbeur doit être d’une teinte sombre pour ne pas trop pénaliser
la performance thermique du capteur. La proposition finale pourra être représentée dans la
figure suivante [Figure 5-21].
Vue de
l’intérieur
Vue de
l’extérieur
Figure 5-21 : Proposition finale d'intégration de capteurs dans les façades à vitrage parclosé.
162
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
5.6 Évaluation finale
Les améliorations apportées dans les paragraphes précédents, aux différents principes
constructifs conduisent à une modification de notation de certains critères de la grille
d’analyse. Les nouvelles notations des six propositions améliorées sont regroupées dans le
tableau suivant [Tableau 5-8]:
Critères/ Notes
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
5- Optimisation du positionnement
6- Adéquation en terme d'espace
7- Adéquation en terme d'usage
8- Installation en réhabilitation
9- Adéquation en terme de poids
10-Visibilité
11-Modulation
12- Performance thermique
13- Possibilité d’agir sur l’installation
14- Optimisation de la configuration
15- Limitation des pertes
16- Fonction acoustique
17- Fonction isolation thermique
18- Fonction structurelle
19- Sécurité d’usage
20- Limitation des interventions
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
25- Durée de vie
26- Facilité de déconstruction
27- Séparabilité des matériaux
28- Disponibilité des matériaux
29- Coût des matériaux
30- Impact env. des matériaux
31- Coût de la fabrication
32- Impact env. de la fabrication
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
35- Acceptation
36- Confort thermique
37- Coût de l'exploitation
38- Impact env. de l'exploitation
Mur en
Bardage Allège
Façade
maçonnerie
acier
de
panneau
de type III
simple fenêtre maçonnerie
2
2
2
2
3
3
3
1
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
3
2
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
1
2
2
2
2
2
3
3
3
3
3
2
2
2
1
2
2
2
2
2
1
2
2
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
3
0
0
0
1
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
3
3
1
1
1
1
2
2
2
2
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
3
2
2
2
3
2
1
1
3
3
3
3
3
3
3
3
3
163
Façade
rideau
Vitrage
parclosé
2
3
3
2
2
3
3
2
2
3
3
1
2
1
3
2
3
1
2
2
2
2
2
2
3
3
2
3
3
1
2
3
2
3
3
1
3
3
2
3
3
2
2
3
3
2
1
3
3
2
2
0
3
2
3
0
2
2
1
2
2
2
3
3
2
3
3
1
2
3
2
3
3
2
3
2
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
Critères/ Notes
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Convertibilité des composants
42- Convertibilité de l’emplacement
43- Coût des traitements
Mur en
Bardage Allège
Façade
maçonnerie
acier
de
panneau
de type III
simple fenêtre maçonnerie
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
3
3
2
1
1
1
1
Façade
rideau
Vitrage
parclosé
3
3
2
2
1
3
3
2
2
1
Tableau 5-8 : Nouvelle notation nck des six solutions d'intégration.
L’application de SISBat sur les six propositions d’intégration modifiées est ensuite faite avec
les nouvelles notations. Les résultats des nouvelles et des anciennes notes globales
d’évaluation sont regroupés dans un seul graphique afin de voir l’évolution de la proposition
après avoir fait les modifications proposées, et qui laisse faire la comparaison entre les
différentes propositions en même temps [Figure 5-22].
Figure 5-22 : Proposition finale d'intégration de capteurs dans les façades à vitrage parclosé.
Les critères essentiels sur lesquels les améliorations sont faites ont permis d’augmenter les
notes de manière significative (gain de 2% pour l’allège, jusqu’à 9% pour la façade à vitrage
parclosé).
Toutes les notes obtenues sont comprises entre 2 et 2,5, ceci signifie que l’intégration pour
chacune des propositions est tout à fait acceptable. Il est important de rappeler ici que l’étude
que nous avons menée concerne des propositions d’intégration dans les façades des bâtiments,
afin d’analyser des propositions pour les différents types de bâtiment, ce qui explique la
redondance de certaines notes attribuées dans la grille d’analyse. Pour un bâtiment, la
164
Chapitre 5 : Élaboration d’un outil d’analyse et d’aide à la décision
comparaison avec des conceptions d’intégration dans les autres parties de l’enveloppe, devrait
être plus décisive dans le choix de la solution la plus appropriée.
La solution façade vitrage parclosé précédemment notée en dessous de 2, passe dans la
catégorie supérieure. Cela est dû à la réduction de l’impact de l’interaction capteur/bâtiment
en augmentant l’épaisseur de l’isolant, et en intégrant la transparence dans le module final
permettant ainsi d’augmenter la note de la sécurité, du confort et de l’acceptation.
La meilleure note revient toujours à l’allège qui offre un bien meilleur rendement grâce à son
inclinaison.
5.7 Conclusion
La méthode développée SISBat répond à une problématique de prospective environnementale,
économique et technico-architecturale de l’intégration solaire. En effet, nous avons élaboré
une grille d’analyse selon la démarche systémique. Nous avons identifié les interrelations
entre les différents critères de la grille. Ensuite, avec l’analyse structurelle, nous avons obtenu
un outil qui permet une exploitation suffisante des solutions d’intégration solaire dans le
bâtiment et donne une visualisation de la trajectoire possible de la vie de l’élément s’il sera
fabriqué, mis en œuvre, et exploité jusqu’à la fin de sa vie et son éventuelle déconstruction.
La méthode a permis ensuite de bâtir et de modifier six propositions d’intégration. Les
résultats obtenus montrent que l’objectif de la méthode SISBat, qui consiste à apporter des
réponses pour la conception et l’évaluation de l’intégration des capteurs solaires dans le
bâtiment, en absence de méthodes semblables, est atteint.
Même si la méthode prospective d’évaluation multicritère SISBat se révèle importante pour la
conception, le design et l’optimisation des solutions d’intégration solaire dans le bâtiment,
elle ne peut pas donner des réponses quant à la quantité d’énergie utile qui sera produite par le
système solaire installé ou de quantifier l’impact de l’intégration sur la variation de
température de l’ambiance interne ; des données nécessaire pour l’installation de tels éléments
dans des bâtiments réels. C’est pourquoi notre méthode d’évaluation sera complétée dans la
partie suivante par une modélisation numérique générale des capteurs intégrés dans
l’enveloppe du bâtiment.
Bien qu’il soit bien entendu possible d’étudier la performance thermique des six solutions
évaluées, nous limiterons notre étude à la proposition d’intégration dans la façade à vitrage
parclosé. En effet, comme nous le verrons dans la dernière partie, un prototype de cette
solution est réalisé et des mesures expérimentales sont faites sur site réel. Les résultats des
mesures expérimentales serviront à étudier le comportement réel d’un tel produit.
165
166
Partie III
Modélisation dynamique et
expérimentation de capteurs intégrés
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Chapitre 6 :
Modélisation dynamique
de systèmes solaires thermiques intégrés
169
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
170
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6 Modélisation dynamique de systèmes solaires
thermiques intégrés
À ce stade, une méthode de conception et d’évaluation de l’intégration a été développée. Cette
méthode représente pour un concepteur ou un architecte un outil de conception de
propositions d’intégration du solaire thermique dans le bâtiment, et d’évaluation de la qualité
de cette proposition suivant une analyse prospective multicritère. Mais, à partir de ce point,
nous aurons besoin d’étudier le rendement énergétique du système solaire composé en partie
par des composants intégrés dans le bâtiment, et d’étudier l’impact que pourront avoir ces
composants sur l’ambiance interne du bâtiment.
A l’heure actuelle, la plupart des modèles des systèmes solaires ne traitent pas la
problématique d’intégration, et considèrent que les composants solaires sont dissociés du
bâtiment, même si ceux-ci sont intégrés. Nous avons donc besoin de développer un modèle
dynamique de système solaire avec des composants intégrés dans le bâtiment. Mais la
modélisation de chaque composant du système solaire varie suivant la fonction solaire que
devra assurer le composant modélisé. En effet, le développement d’un modèle de capteur
intégré dans l’enveloppe n’est pas semblable au développement d’un modèle de stockage
intégré dans la structure du bâtiment.
Dans la partie précédente, nous avons analysé des propositions d’intégration des éléments de
captage solaires plans dans l’enveloppe du bâtiment. Donc, nous choisissons de développer un
modèle de capteur à circulation d’eau intégré dans l’enveloppe du bâtiment afin de pouvoir
analyser nos propositions. Ce choix est justifié par le fait que ce type de capteurs trouve son
application dans la plupart des systèmes solaires qui couvrent la majorité des besoins
énergétiques, surtout la production d’eau chaude sanitaire, le chauffage des locaux (plancher
chauffant), et même le rafraîchissement solaire (par roue dessiccante).
La démarche suivie est de développer un code permettant de simuler des capteurs solaires
thermiques intégrés dans l’enveloppe du bâtiment, et de construire un modèle global
regroupant un système solaire pour la production d’eau chaude sanitaire avec un modèle de
bâtiment. En considérant ensuite l’intégration dans la façade à vitrage parclosé comme
application, un protocole de simulation est défini, et une série de simulations est effectuée par
la suite afin d’évaluer la performance thermique des composants solaires conçus et son impact
sur la température intérieure du bâtiment.
6.1 La modélisation de capteurs solaires intégrés
Pour développer un modèle numérique de capteurs solaires intégrés dans l’enveloppe du
bâtiment, afin d’effectuer le travail de simulation numérique du système solaire thermique,
nous devons utiliser les équations de base de la thermodynamique.
171
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
La démarche suivie est semblable à celle de l’analyse d’Hottel-Whillier-Bliss, menée sur des
capteurs solaires thermiques plans vitrés indépendants du bâtiment [DUFFIE J., 1980]
[KREIDER J. F., 1981].
Dans notre analyse, nous intégrons la température de l’ambiance intérieure du bâtiment
comme paramètre et nous développons les équations de performances du capteur sous leurs
nouvelles formes.
6.1.1 Bilan énergétique du capteur
Nous analysons en détail le bilan thermique d’un capteur plan vitré intégré dans l’enveloppe
du bâtiment (en façade ou en toiture) tel qu’illustré par la figure suivante [Figure 6-1].
L’analyse qui suit s’applique aussi bien aux capteurs plans intégrés dans les façades qu’aux
capteurs intégrés dans les toitures, aux capteurs à circulation de liquide caloporteur qu’aux
capteurs à air.
Extérieur
Intérieur
Isolan
Tube
Vitrag
Fluide
caloporteur
Figure 6-1 : Schéma d’un capteur solaire plan vitré intégré dans l’enveloppe du bâtiment.
Le bilan énergétique par unité de surface du capteur peut se traduire sous la forme suivante :
Qu = I a −Qp − dec
dt
avec
Équation 6-1
Qu
la puissance utile récupérée par le fluide caloporteur ;
Qp
la puissance perdue par convection et conduction vers l’arrière du capteur et
par convection, conduction et rayonnement vers la face avant du capteur ;
dec/dt la puissance stockée sous forme de chaleur vive dans les différents éléments du
capteur lorsque le régime thermique est variable ;
Ia
le flux solaire absorbé à la surface de l’absorbeur.
172
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Le flux solaire global incident sur la surface extérieure du capteur, à un instant donné,
s’exprime en fonction du flux absorbé à la surface de l’absorbeur par :
I a = Ic
où
τα a
Équation 6-2
1− ρd(1−α a )
Ic
τ
ρd
αa
désigne le flux solaire incident sur la surface du capteur ;
le facteur de transmission du vitrage au rayonnement solaire ;
le coefficient de réflexion hémisphérique du vitrage ;
le coefficient d’absorption de l’absorbeur pour les longueurs d’onde λ
correspondant au rayonnement solaire.
Le rendement instantané d’un absorbeur s’écrit :
Qu
Équation 6-3
η=
Ia
Dans la suite, nous étudierons d’abord le cas de régime thermique permanent, (dec/dt)=0.
Dans ce cas, l’expression du rendement devient :
Qp
Équation 6-4
η =1−
Ia
Cette simple relation montre que dans la conception d’un capteur, on aura toujours intérêt à :
- Diminuer les pertes Qp du capteur ;
- Augmenter la puissance absorbée Ia.
Le rendement optique du capteur est défini par :
η O = Ia
Équation 6-5
Ic
6.1.2 La conductance thermique du capteur intégré
Dans le but d’obtenir une compréhension des paramètres déterminant l’efficacité thermique
du capteur, il est important de développer le concept de conductance thermique. Nous
étudions ici le cas d’un capteur intégré dans l’enveloppe du bâtiment, donc la face arrière du
capteur est en contact avec l’environnement intérieur du bâtiment.
Connaissant la température moyenne Tc de l’absorbeur, le second terme de droite de
l’Équation 6-1 peut être écrit en première approximation :
Qp =U a(Tc −Ta )+Ub(Tc −Tb )
Équation 6-6
Avec Ta
désigne la température d’ambiance extérieure devant le capteur ;
la température d’ambiance interne derrière le capteur ;
Tb
la conductivité thermique de la partie avant du capteur intégré ;
Ua
la conductivité thermique de la partie arrière du capteur intégré.
Ub
La simplicité de l’Équation 6-6 est trompeuse, car la conductance thermique ne peut pas être
spécifiée sans analyse détaillée de toutes les pertes thermiques. La visualisation des flux
thermiques dans le capteur est illustrée par l’analogie électrique [Figure 6-2]:
173
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Réflexion
du verre
Ic
Température d’ambiance Ta
R1
Verre
Ia
Ta
Température du verre Tv
QP1
Ra= 1/Ua
R2
Réflexion de l’absorbeur
Qu
Ia
Qu
Tc
Température de l’absorbeur Tc
R3
QP2
Rb= 1/Ub
Température du coffre
Tb
R4
a. Circuit détaillé
b. Circuit simplifié
Température d’ambiance Tb
Figure 6-2 : Circuit thermique pour un capteur plan vitré intégré dans le bâtiment.
-
R1 désigne la résistance thermique au flux par convection et rayonnement entre la face
extérieure du vitrage et l’air ambiant,
- R2 la résistance thermique au flux par convection et rayonnement entre la face
intérieure du vitrage et l’absorbeur,
- R3 la résistance thermique au flux par conduction à travers la face arrière et la face
latérale de l’absorbeur,
- R4 la résistance thermique au flux par convection avec l’environnement derrière le
capteur.
La température est considérée homogène pour chaque élément.
Pour simplifier, nous pouvons écrire :
Ua = 1 = 1
Ra R1 + R2
Équation 6-7
Ub = 1 = 1
Rb R3 + R4
Nous divisons les pertes en deux parties :
Qp=Qp1+ Qp2
Équation 6-8
où
Qp1
signifie perte vers l’avant ;
perte vers l’arrière.
Qp2
Qp1 peut être déterminée en déterminant les résistances thermiques R1 et R2.
Entre le vitrage et l’absorbeur, la chaleur est transférée par convection et radiation, ainsi :
σ (Tc 4 − Tv 4 )
Équation 6-9
( Qp1 )2 = hc 2 (Tc − Tv ) + 1/ ε + 1/ ε − 1
c ,i
v ,i
174
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
où
hc2
εc,i
le coefficient d’échange par convection entre le vitre et l’absorbeur ;
le coefficient d’émission correspondant au rayonnement infrarouge de
l’absorbeur ;
εv,i
le coefficient d’émission correspondant au rayonnement infrarouge du vitre.
Le second terme de cette équation pourra être linéarisé et s’exprime ainsi :
Équation 6-10
( Qp1 ) = ( hc 2 + hr 2 )(Tc − Tv )
2
hr 2 =
où
σ (Tc + Tv ) (Tc 2 + Tv 2 )
; hr2 étant le coefficient d’échange par rayonnement entre
1/ ε c ,i + 1/ ε v ,i − 1
le vitre et l’absorbeur.
Entre l’air ambiant et le vitrage, la chaleur est transférée par convection et radiation, ainsi :
Équation 6-11
( Qp1 ) = ( hc1 + hr1 )(Tv − Ta )
1
⎡ (T − T ) ⎤
hr1 = ε v ,iσ (Tv + Tciel ) (Tv 2 + Tciel 2 ) ⎢ v ciel ⎥
⎣ (Tv − Ta ) ⎦
hr1 et hc1 désignent respectivement les coefficients d’échange par rayonnement et par
convection entre le vitrage et l’environnement extérieur. Tv représente la température du vitre,
Ta la température de l’air ambiant et Tciel la température de rayonnement du ciel. εv,i est le
coefficient d’émission correspondant au rayonnement infrarouge du vitrage.
Qp2 est difficile à calculer pour la plupart des capteurs. En général, pour un capteur bien
conçu, les pertes en arrière sont faibles et n'ont pas besoin d'être calculées avec précision. Si
l’isolation autour des bords est de même épaisseur qu’en arrière, les pertes thermiques
peuvent être estimées en assumant une conduction unidimensionnelle autour du périmètre du
capteur, mais en ajoutant une constante pour la partie latérale.
Dans les capteurs bien isolés la résistance thermique extérieure R4 est négligée face à la
résistance thermique de l’isolant R 3.
Ainsi les pertes thermiques vers l’arrière s’expriment par :
λ ⎡ ( 2el + ei )( l1 + l2 ) ⎤
Équation 6-12
Q p 2 = i ⎢1 +
⎥ (Tc − Tb )
ei ⎣
l1l2
⎦
où
λi
le facteur de conduction de l’isolant ;
désigne l’épaisseur de l’isolant sur la face arrière ;
ei
l’épaisseur de l’isolant sur les faces latérales ;
el
la longueur du capteur ;
l1
la largeur du capteur ;
l2
la température moyenne de l’absorbeur ;
Tc
la température de l’ambiance intérieure, derrière le capteur.
Tb
Comme R1 et R2 sont fonctions de la température du vitrage Tv, le calcul des pertes doit se
faire par itérations successives. Il s’agit en fait d’un système de trois équations (Équation
où
175
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6-11, Équation 6-10 et Équation 6-12) à trois inconnues Tv, Qp1 et Qp2. La solution d’un tel
système non linéaire peut se faire par itérations successives.
6.1.3 Analyse thermique de l’absorbeur
Afin de déterminer l'efficacité du capteur, le taux de transfert thermique au fluide caloporteur
doit être calculé. Pour cela, nous considérons une section de la plaque absorbante comme
présentée dans la figure suivante [Figure 6-3].
z
W
y
x
W/2
t
(W-D)/2
D
Figure 6-3 : Schéma montrant les coordonnées et les dimensions de l’absorbeur.
En considérant que la conduction dans la direction de l’axe y est négligeable, le bilan
thermique par unité de surface à une distance y0 est :
dT ⎞ ⎛
dT ⎞
⎛
Équation 6-13
=0
I a .∆x + U a .∆x. (Ta − T ) + U b .∆x. (Tb − T ) + ⎜ − k .t.
⎟ − ⎜ − k .t.
⎟
dx ⎠ x ⎝
dx ⎠ x +∆x
⎝
Avec t : épaisseur de la plaque absorbante ;
T : température moyenne de la section de la plaque absorbante ;
k : conductivité thermique l’absorbeur.
En considérant que l’épaisseur de la plaque est uniforme et que la conductivité thermique de
la plaque est indépendante de la température, l’Équation 6-13 peut s’écrire sous la forme
d’une équation différentielle du second ordre:
U a .Ta + U b .Tb
Ia ⎞
d 2T U a + U b ⎛
Équation 6-14
=
T
−
−
⎜
⎟
dx 2
k .t ⎝
U a + Ub
U a + Ub ⎠
Les conditions aux limites pour ce système à une distance y0 sont :
⎛ dT ⎞
1. Au centre entre 2 tubes le flux thermique est nul : x=0, ⎜
⎟ =0 ;
⎝ dx ⎠ x =0
⎛W − D ⎞
2. Au dessus du tube, la température de l’ailette est Tbase(y0), or pour x= ⎜
⎟,
⎝ 2 ⎠
T(x= (W-D)/2)= Tbase .
U + Ub
U .T + U b .Tb
Ia
Si nous considérons que m² = a
−
, alors l’Équation
et ψ = T − a a
k .t
U a + Ub
U a + Ub
6-14 devient :
d 2ψ
− m².ψ = 0
dx 2
La solution générale de cette équation différentielle est donnée par :
176
Équation 6-15
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
ψ = C1.sinh ( m.x ) + C2 sinh ( mx )
Équation 6-16
Les constantes C1 et C2 peuvent être déterminées par solution de l’Équation 6-16 avec les
deux conditions limites. Nous obtenons ainsi :
I + U a .Ta + U b .Tb
T− a
cosh ( m.x )
U a + Ub
Équation 6-17
=
I a + U a .Ta + U b .Tb
W −D⎞
⎛
Tbase −
cosh ⎜ m.
⎟
U a + Ub
2 ⎠
⎝
De l’équation précédente, le taux de transfert de chaleur d’une demi-ailette de l’absorbeur au
tube de conduit peut être déterminé en évaluant le gradient de température à la base de
⎛ dt ⎞
, alors :
l’ailette, or q 'demi − ailette = − ⎜ k .t ⎟
⎝ dx ⎠ x =W − D
2
⎛
⎛ W −D⎞⎞
⎜ tanh ⎜ m. 2 ⎟ ⎟
⎝
⎠⎟
Équation 6-18
q 'demi − ailette = ( I a + U a .Ta + U b .Tb − (U a + U b ) Tbase ) × ⎜
m
⎜
⎟
⎜
⎟
⎝
⎠
Et puisqu’un tube de conduction est généralement soudé à l’ailette des deux côtés, alors le
taux total de transfert thermique se traduit par l’équation :
q 'ailette = F (W − D ) ( I a − (U a + U b ) Tbase + U a .Ta + U b .Tb )
où F est le rendement de l’ailette :
⎛ W −D⎞
tanh ⎜ m.
⎟
2 ⎠
⎝
F=
W −D
m.
2
Équation 6-19
Équation 6-20
Pour le transfert de la portion de la plaque en contact direct avec le tube, le transfert s’exprime
par :
q 'tube = D ( I a − (U a + U b ) Tbase + U a .Ta + U b .Tb )
Équation 6-21
Donc le taux de transfert total par unité de longueur dans la direction de l’écoulement du
fluide caloporteur ( q 'u = q 'ailette + q 'tube ) s’exprime par :
q 'u = ⎡⎣(W − D ) F + D ⎤⎦ ( I a − (U a + U b ) Tbase + U a .Ta + U b .Tb )
Équation 6-22
L’absorbeur doit transférer sa chaleur au fluide caloporteur dans le tube de conduit. Le taux
de transfert au fluide caloporteur peut être exprimé sous la forme :
Tbase − T f
q 'u =
1
1
Équation 6-23
+
h fi .π .Di Cb
Avec Di
diamètre interne du tube ;
hfi
coefficient d’échange par convection entre le tube de conduit el le fluide ;
Cb
la conductance thermique de la soudure.
En remplaçant Tbase de l’Équation 6-23 dans l’Équation 6-22 nous obtenons :
177
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
q 'u = W × F '× ( I a − (U a + U b ) Tbase + U a .Ta + U b .Tb )
Où F ' est le facteur de rendement du capteur :
1
U a + Ub
F'=
⎡
1
1
1 ⎤
W⎢
+
+
⎥
⎣⎢ (U a + U b ) ( (W − D ) F + D ) Cb π Di h f i ⎦⎥
Équation 6-24
Équation 6-25
En général, la conduction de la soudure est très grande, et peut donc être négligée. Ainsi,
1/Cb≈0.
Le facteur de rendement du capteur F ' augmente lorsque l’épaisseur de l’absorbeur et la
conductivité thermique de l’absorbeur augmentent. Par contre, F ' diminue lorsque la distance
W entre deux tubes de conduit augmente. En plus, si le transfert thermique entre le tube de
conduit et le fluide caloporteur augmente, mais une augmentation de la conductance
thermique en avant Ua et/ou en arrière Ub du capteur causera une diminution de F ' .
L’Équation 6-24 détermine le taux de transfert au fluide caloporteur à un point déterminé y0
de la plaque absorbante. Pour un capteur réel la température augmente dans la direction du
fluide caloporteur. D’après la loi de conservation de l’énergie, nous pouvons écrire :
m
Équation 6-26
q 'u ( y ) .dy = c p × ⎡⎣T f ( y + dy ) − T f ( y ) ⎤⎦
n
où
n
nombre de tube de conduit du capteur ;
m
débit massique du fluide caloporteur ;
cp
chaleur massique du fluide.
En remplaçant q 'u de l’Équation 6-24 dans l’Équation 6-26 nous obtenons l’équation
différentielle suivante :
dT
⎡
I + U a .Ta + U b .Tb ⎤
p f = −nF 'W (U a + U b ) ⎢T f ( y ) − a
mc
⎥
dy
Ua + Ub
⎣
⎦
En intégrant l’Équation 6-27 sur la longueur du capteur L, nous obtenons :
I + U a .Ta + U b .Tb
T fo − a
⎛ (U + U b ) Ac F ' ⎞
U a + Ub
= exp ⎜ − a
⎟⎟
⎜
I + U a .Ta + U b .Tb
p
mc
⎝
⎠
T fi − a
U a + Ub
où
T fo
la température du fluide à la sortie du capteur ;
T fi
Équation 6-27
Équation 6-28
la température du fluide à l’entrée du capteur ;
surface d’entrée du capteur.
Ac
Puisqu’il est difficile de mesurer la température moyenne de la surface de la plaque
absorbante Tc, comme pour le cas d’un capteur solaire non intégré, nous allons définir un
facteur de conductance du capteur FR. Il est défini comme étant le rapport de l’énergie utile
reçue sur l’énergie qui serait reçue si l’absorbeur avait la même température que le fluide à
l'entrée du capteur T fi :
178
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
FR =
p (T fo − T fi )
mc
Équation 6-29
Ac ⎡⎣ I a − (U a + U b ) T fi + +U a .Ta + U b .Tb ⎤⎦
En substituant l’Équation 6-28 dans l’Équation 6-29 et en éliminant le terme T fo nous
obtenons l’expression finale du facteur de conductance du capteur:
(U +U ) A F '
⎡
− a b c ⎤
p
mc
p
mc
⎢1 − e
⎥
FR =
Ac (U a + U b ) ⎢
⎥
⎣
⎦
Équation 6-30
Ainsi, la quantité d’énergie utile fournie par le capteur, s’exprime en fonction de la
température de fluide à l’entrée par :
qu = Ac FR ⎡⎣ I a − (U a + U b ) T fi + +U a .Ta + U b .Tb ⎤⎦
Équation 6-31
6.1.4 Effet du régime transitoire
Dans les conditions réelles du fonctionnement du capteur, les conditions climatiques sont
transitoires. Afin d’inclure l’effet de ces données sur le comportement du capteur dans notre
analyse, nous devons prendre en compte la capacité thermique du capteur. Il a été montré que
l’étude de l’effet de la capacité thermique des différents éléments du capteur peut se faire avec
une méthode simplifiée qui donne des résultats satisfaisants en comparaison avec une étude
analytique complète [KREIDER, 1981] [SFEIR, 1981].
Dans cette approche, nous considérons que l’absorbeur, les tuyaux de conduit et l’isolation
sont à la même température, et que les pertes Qp2 vers l’ambiance interne du bâtiment sont
négligeables face aux pertes vers l’extérieur Qp1. Lorsqu’il n’y a pas de circulation de fluide
dans le capteur, le bilan thermique du capteur se traduit par :
dT
Équation 6-32
( mc )e c = Ac ( I a − U a (Tc − Ta ) )
dt
Avec Ac
: surface d’entrée du capteur ;
: le flux solaire absorbé à la surface de l’absorbeur ;
Ia
: température moyenne de l’absorbeur ;
Tc
: la conductivité thermique de la partie avant du capteur intégré ;
Ua
: désigne la température d’ambiance extérieure devant le capteur ;
Ta
(mc)e : l’inertie thermique équivalente du capteur.
En considérant que les pertes thermiques du capteur et les pertes thermiques du vitrage sont
proportionnelles, il est démontré que :
Ua
( mc )e = ( mc )a + ( mc )v
Équation 6-33
Uv
Avec (mc)a : la somme des inerties thermique de l’absorbeur, les tuyaux et l’isolant ;
(mc)v : l’inertie thermique du vitrage ;
Uv
: la conductivité thermique entre le vitrage et l’ambiance extérieure.
179
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
La solution de l’Équation 6-32, pour des valeurs connues de l’irradiation et de la température
extérieure, permet d’évaluer la variation en température moyenne de l’absorbeur à partir
d’une valeur initiale Tc0 en fonction du temps :
⎡ U At⎤
⎛I
⎞
I
Tc ( t ) = Ta + a − ⎜ a − Tc 0 + Ta ⎟ exp ⎢ − a c ⎥
Équation 6-34
Ua ⎝ Ua
⎠
⎣⎢ ( mc )e ⎦⎥
Ces équations, développées pour représenter le modèle numérique d’un capteur intégré dans
l’enveloppe du bâtiment, sont ensuite traduites sous le code MATLAB et intégrées sous
TRNSYS, comme nous le verrons dans la suite.
6.2 Logiciels utilisés dans la simulation
Il existe de nombreux outils informatiques qui peuvent servir à effectuer le travail de
simulation numérique de systèmes solaires thermiques. Les caractéristiques nécessaires pour
ce travail sont la capacité à simuler un système solaire global avec une partie bâtiment. La
simulation doit être basée sur des calculs dynamiques pour appréhender les phénomènes
transitoires.
6.2.1 SOLO 2000
Le modèle a été développé par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) dans
le cadre d’une méthode de calcul de productivité de chauffes eau solaires, implémentée dans
le logiciel SOLO [GUIAVARCH, 2003]. Le modèle a pour but de représenter un chauffe-eau
solaire qui peut être soit un système avec un capteur et un ballon de stockage (chauffe eau à
éléments séparés), soit un chauffe-eau monobloc.
Ce modèle permet de calculer la part des besoins en eau chaude Fecs assurée par le système
solaire, en moyenne mensuelle. Cette variable Fecs, aussi appelée taux de couverture solaire en
moyenne mensuelle, est déterminée selon une formule empirique qui fait intervenir :
- les paramètres du système solaire (surfaces, déperditions thermiques…) ;
- les sollicitations : ensoleillement et température extérieure, en moyenne mensuelle;
- la température d’eau chaude désirée, la température d’eau froide, et la consommation
journalière d’eau chaude, le tout en moyenne mensuelle ;
- la température du local où repose le ballon de stockage.
Le taux annuel de couverture solaire Fecs,an est défini comme suit :
12
Fecs ,an =
∑ B ( m ) .F ( m )
m =1
ecs
ecs
Équation 6-35
12
∑ Becs ( m )
m =1
Avec Becs(m)
Fecs(m)
m
besoins mensuels d’eau chaude sanitaire ;
taux mensuel de couverture solaire ;
mois considéré
180
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
La variable Fecs,an(m) représente en pourcentage la part des besoins en eau chaude sanitaire qui
est assurée par l’appoint. Le taux mensuel de couverture solaire Fecs(m) est calculé selon la
méthode « SOLO ».
Dans notre recherche, nous avons utilisé SOLO 2000 dans le but de dimensionner un système
solaire traditionnel de production d’eau chaude qui va être comparé au système solaire avec
des capteurs intégrés dans le bâtiment.
6.2.2 MATLAB 6.5
Le logiciel MATLAB pour MATtrix LABoratory, a été conçu afin de fournir un
environnement de calcul matriciel simple, efficace, interactif et portable. Il est constitué d’un
noyau relativement réduit, capable d’interpréter puis d’évaluer les expressions numériques
matricielles qui lui sont adressées :
− soit directement au clavier depuis une fenêtre de commande ;
− soit sous forme de séquences d’expressions ou scripts enregistrés dans des fichiers
texte appelés m-files et exécutées depuis la fenêtre de commande ;
− soit plus rarement sous forme de fichiers binaires appelés mex-files ou fichiers .mex
générés à partir d’un compilateur C ou fortran.
Ce noyau est complété par une bibliothèque de fonctions prédéfinies, très souvent sous forme
de fichiers m-files, et regroupés en paquetages ou toolboxes [Casadevall, 2005].
Pour toutes ces qualités, nous avons décidé d’écrire le code du modèle des capteurs solaires
thermiques intégrés dans un m-file de MATLAB. L’interactivité de MATLAB nous a permis
de vérifier instantanément le fonctionnement du code et de repérer les erreurs.
6.2.3 TRNSYS 16
Disponible commercialement depuis 1975, il a été conçu afin de simuler les performances en
régime transitoire de système énergétiques. TRNSYS utilise une approche modulaire pour
résoudre d’importants systèmes d’équations décrites par des sous-programmes Fortran
contenant chacun un modèle pour un composant du système.
En créant un fichier de variables d’entrée, l’utilisateur de TRNSYS se connecte directement à
un grand nombre de sous programmes afin de créer un système. Le processeur de TRNSYS
appelle les composants du système avec le fichier d’entrée et évolue par itérations successives
jusqu’à ce que le système d’équations soit résolu.
Contrairement à de nombreux autres programmes, TRNSYS permet aux utilisateurs de décrire
complètement et de modéliser toutes les interactions entre les composants du système. Par
exemple, l’utilisateur détermine les connexions entre les sorties d’une pompe et les autres
parties du système. La modularité du programme autorise également d’avoir autant de
pompes, de contrôleurs et de panneaux solaires que nécessaire, dans toutes les configurations
ou agencements possibles. Du fait que les programmes sont écrits en Fortran, un utilisateur
peut facilement générer un composant TRNSYS afin de modéliser n’importe quelle nouvelle
181
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
technologie. Le « Simulation Studio » est une interface graphique intelligente flexible et
puissante pour effectuer des simulations et manipuler facilement les résultats avec TRNSYS.
Dans notre recherche, nous avons utilisé TRNSYS à cause de ses qualités et en plus parce
qu’il héberge un composant qui permet une liaison dynamique avec MATLAB sous lequel est
écrit notre code de capteur intégré dans l’enveloppe du bâtiment.
6.3 Le protocole de simulation
6.3.1 Les fichiers climatiques
Nous avons choisi d’utiliser la base de fichiers climatiques de METEONORM, qui est une
base mondiale de données météorologiques, qui vient s’ajouter à la bibliothèque de TRNSYS
16. Nous avons ensuite effectué des simulations pour trois villes françaises représentant trois
zones d’éclairement solaire différent : Paris, Lyon et Nice.
À l’échelle Européenne nous avons choisi de mener des simulations pour Stockholm,
Athènes, Lisbonne et Berlin afin de pouvoir comparer des résultats représentatifs des
différentes zones climatiques européennes [Figure 6-4].
Figure 6-4: Distribution des villes Européennes choisie pour l'étude.
Un fichier climatique enregistré en temps réel en 2005 par la station météorologique, installée
par l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat sur le site de l’Isle d’Abeau, est aussi
utilisé pour les simulations de l’étude paramétrique, du choix des couleurs et surtout pour la
comparaison avec les données expérimentales, comme nous le verrons dans la dernière partie.
182
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6.3.2 La description du système solaire
Notre choix pour la partie capteur s’est porté sur la sixième proposition évaluée dans la partie
précédente : « l’intégration dans la façade à vitrage parclosé ». Ce choix s’explique par le fait
que des prototypes sont ensuite fabriqués et testés sur site réel comme nous verrons dans la
partie « Expérimentation ». Les caractéristiques du composant solaire intégré, utilisées dans
les simulations, sont les suivantes [Tableau 6-1] :
Surface d’entrée
Dimensions
Longueur
Largeur
Tubes d’absorbeur Cu ∅
Isolation
Absorbeur en cuivre
Absorptivité et Emissivité
2,01 m²
1780 mm
1130 mm
8 mm
PU 130mm
0,2mm
Selon la couleur
Tableau 6-1 : Paramètres du capteur intégré dans la façade vitrée.
Le composant de façade solaire étudié est formé par l’intégration de composants de captage
dans la façade à vitrage parclosé, comme décrit dans la partie « façade à vitrage parclosé ».
Un absorbeur, un isolant et un coffre sont fixés derrière le vitrage. Le composant contient
aussi une partie vitrée composée par un double vitrage [Figure 6-5].
Face
extérieure
Face
intérieure
Partie
capteur
Figure 6-5 : Le module solaire intégré en façade.
La performance du composant solaire intégré sera comparée à celle d’un capteur de référence.
Notre choix s’est porté sur un capteur fabriqué par l’entreprise Giordano et commercialisé
sous le nom de capteurs C8 S [Figure 6-6].
Absorbeur
Cuivre sélectif
Verre trempé
Joint colle
silicone
Polyuréthane
Film
aluminium
Polyuréthane
Film aluminium
Figure 6-6 : Coupe transversal du capteur C8 S [Giordano].
183
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Les caractéristiques de ces capteurs sont les suivantes [Tableau 6-2]:
Surface hors tout
Surface d’entrée
Dimensions
Longueur
Largeur
Hauteur
Tubes d’absorbeur Cu ∅
Isolation
Facteur d’absorption
Facteur d’émission
2,10 m²
2 m²
2000 mm
1050 mm
75 mm
8 mm
PU 30mm
0,95
0,09
Tableau 6-2 : Caractéristiques du capteur C8S de Giordano.
Ces capteurs traditionnels sont généralement posés en toiture terrasse d’un bâtiment, tandis
que notre composant fait partie intégrante de la façade.
Le système solaire pour la production d’eau chaude formé par les capteurs C8 S est d’abord
dimensionné avec SOLO 2000 afin de trouver un bon rapport entre la surface des capteurs, le
volume du stockage, et les besoins, et ceci pour chaque zone climatique considérée. Les
capteurs sont considérés comme ayant une configuration optimale : inclinaison 45°,
orientation face au sud. Les taux de rendement annuels désirés sont proches de 60%.
Les mêmes rapports sont repris et de nouvelles simulations sont faites dans TRNSYS, cette
fois pour le système de référence, et ensuite pour le système composé par les éléments
solaires intégrés dans la façade, pour les différents climats du protocole, des orientations
différentes (Sud, Est, Ouest), et plusieurs couleurs d’absorbeurs. Le but de ces simulations est
de comparer le comportement des composants solaires intégrés dans la façade vitrée à celui
des capteurs plans vitré traditionnels vendus sur le marché et installés généralement sur la
toiture d’un bâtiment sans intégration du point de vue architectural [Figure 6-7].
Bâtiment
Capteur intégré en façade
(noir, vert, rouge,..)
Capteur référence
(noir, orienté Sud,..)
Figure 6-7 : Capteur solaire de référence et capteur intégré en façade.
6.3.3 Couleurs de l’absorbeur
La couleur couramment utilisée est le noir du fait de ses propriétés d’absorption. Mais pour
des raisons architecturales, il sera préférable dans certains cas d’utiliser d’autres couleurs qui
peuvent être plus en harmonie avec le bâtiment et son environnement, sans toutefois perdre
beaucoup en performance énergétique. En tenant compte des facteurs d’absorption et
d’émissivité, plusieurs couleurs ont été choisies pour être simulées et comparées à la couleur
noire de l’absorbeur du capteur C8 S. Leurs caractéristiques sont les suivantes [Tableau 6-3] :
184
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
N°
Couleur
Code couleur
Absorptivité
Émissivité
C1
Noir chromé
α = 95,6
Ε = 7,7
C2
4
RAL 7021
α = 95,0
ε = 86,0
C3
RAL 6009
α = 94,0
ε = 95,0
C4
RAL 3000
α = 55,8
ε = 85,1
C5
RAL 3007
α = 82,5
ε = 78,8
C6
RAL 3020
α = 58,1
ε = 87,7
C7
RAL 4007
α = 53,1
ε = 80,9
C8
RAL 5020
α = 61,3
ε = 71,7
C9
RAL 6002
α = 68,5
ε = 90,9
C10
RAL 6007
α = 64,6
ε = 79,9
C11
RAL 6024
α = 58,9
ε = 89,0
C12
RAL 7011
α = 57,3
ε = 73,0
Tableau 6-3 : Ensemble des couleurs d’absorbeur testées.
6.3.4 Description de la zone de bâtiment
Le volume étudié est un étage courant d’un bâtiment. Il a une forme parallélépipédique. Il est
séparé en deux zones de volumes identiques par une paroi intérieure [Figure 6-8].
3.4 m
8.1 m
4m
N
1.78 m
4m
Figure 6-8 : Géométrie du volume étudié.
Les deux zones communiquent avec l’extérieur par deux façades, les autres parois étant
considérées en contact avec des ambiances identiques (même température de l’air) à celle
régnant dans la zone étudiée. Les ouvrants sont placés sur les deux façades et sur la paroi
séparatrice. Ils ont une forme rectangulaire et sont centrés sur les parois les contenant. Le
volume étudié se situe à un étage courant. Une structure légère est proposée en se basant sur
la méthode de détermination de la classe d’inertie par « points d’inertie » de la réglementation
RT 2000 [CSTB, 2000]. Le cumul des points d’inertie étant compris entre 7 et 8. Les
caractéristiques thermiques des différentes parois sont [Tableau 6-4]:
4
RAL : est une classification normalisée de couleurs.
185
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Façades
Vitrage
Planchers
Partitions
Matériau
Enduit (Extérieur)
Parpaings
Isolant (laine de verre)
Plâtre
Verre sodo-calcaire
Lame d’air
Verre sodo-calcaire
Entrevous en bétons
Plâtre
Laine minérale
Plâtre
Epaisseur [m]
0,01
0,20
0,15
0,01
0.008
0.015
0.008
0,20
0,01
0,06
0,01
Résistance thermique [m2.K.W-1]
0,0086
0,23
3,75
0,025
0.008
0.6
0.008
0,17
0,025
3,75
0,025
Tableau 6-4 : Matériaux et résistance thermique du volume étudié.
Le coefficient de transmission thermique surfacique de la façade U est égal à 0,239 W/m2.K
avec une résistance superficielle globale Rsi +Rse égale à 0.17 m².K.W-1.
6.3.5 L’effet de masque
Dans le cas d’installations réelles, des ombres peuvent porter sur le capteur : ce sont les
bâtiments voisins, les reliefs, la végétation, etc. Ces ombres ont un effet pénalisant sur la
performance des modules solaires. Afin d’évaluer l’effet des masques sur le rendement du
capteur intégré, notre choix s’est porté sur une configuration urbaine du type carré
Haussmannien [Figure 6-9].
Les modules solaires
intégrés
Figure 6-9 : Configuration urbaine Haussmannienne avec effet de masque sur les capteurs intégrés.
Les capteurs sont considérés comme intégrés au premier étage du bâtiment, pour des raisons
de commodité dans les simulations (plancher adiabatique). Ils sont situés à une hauteur de
3,5m ; la hauteur d’un module y compris la partie vitrée ayant une hauteur de 3,5m.
L’ensoleillement du capteur intégré dans la façade d’un bâtiment situé à Lyon pour cette
configuration est illustré dans la figure suivante [Figure 6-10].
186
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
L’ensoleillement recouvre totalement le capteur à 33.7°
par rapport à l’horizon
Un ensoleillement est reçu par le capteur à partir de
26.5° par rapport à l’horizon
hh=5.25m
H=10.5m
hb=3.5m
L=10.5m
Pas d’ombre
Ombre partiel
Ombre total
Figure 6-10 : Ensoleillement du capteur solaire intégré en façade du bâtiment (cas de Lyon).
6.4 Le modèle du bâtiment
Deux bâtiments sont modélisés, d’une part un bâtiment ayant une façade traditionnelle,
d’autre part un bâtiment avec des capteurs intégrés dans la façade Sud. La modélisation est
effectuée avec le logiciel TRNBuild. Elle a consisté d’abord à entrer dans le logiciel toutes les
caractéristiques du bâtiment.
Pour effectuer cette opération, il est indispensable d’avoir connaissance de plans précis du
bâtiment étudié, avec cotations et d’autres renseignements sur les matériaux employés. De
plus, la présence d’occupants, d’activités et l’apport d’éléments externes doivent être
parfaitement connus.
Il est important de rappeler que le logiciel TRNBUILD est consacré à la création d’un module
particulier de TRNSYS : le module de Type 56. Celui-ci apparaît dans TRNSYS avec une
série d’entrées, de paramètres de sorties comme n’importe quel autre module.
187
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Les bâtiments se décomposant en deux volumes chacun, deux zones distinctes ont été
générées pour chacun (avec et sans capteur en façade). À une zone correspond une page
d’interface à compléter [Figure 6-11].
Chaque zone est délimitée par une série de murs eux-mêmes constitués de différentes couches
de matériaux. La surface totale de la zone est requise ainsi que la chaleur spécifique moyenne
de celle-ci afin de rendre compte de l’inertie thermique de la zone. L’existence ou non de
fenêtre doit être précisée dans les caractéristiques du bâtiment. Des paramètres peuvent être
ajoutés : ce sont la présence d’un système de chauffage, d’un système de refroidissement,
d’apports thermiques, d’infiltrations d’air à température différente de l’ambiance ou encore de
ventilation. Chaque paramètre a une valeur constante ou est fonction du temps ou encore
d’une entrée dans le modèle de type 56. Ainsi, dans le cas du bâtiment avec capteur intégré,
comme nous le verrons plus tard, l’apport thermique du capteur intégré est un aspect décisif
dans le bilan énergétique du bâtiment.
Figure 6-11 : Interface Windows des caractéristiques d’une zone dans TRNBuild.
Le pas de temps par défaut du type 56, et donc de TRNBuild, est l’heure. Cette valeur est due
aux caractéristiques des algorithmes de calcul des transferts thermiques à travers les parois.
En effet, la méthode mathématique de résolution est basée sur une série de calculs effectués à
l’aide de la transformée en Z. Or, cette transformée est paramétrée sur un pas de temps
horaire. Dans le cas général, il est difficile de changer ce paramètre sous peine de faire
diverger le modèle et empêcher la création du module 56 [MUGNIER, 2002].
188
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6.5 Le modèle du système solaire thermique
Le modèle du système solaire est construit dans le logiciel TRNSYS. La bibliothèque riche de
TRNSYS possède la plupart des éléments qui nous sont nécessaires :
- un composant de lien avec MATLAB pour lire le code numérique des capteurs
solaires plans intégrés développé ;
- un composant pour définir le profil d’utilisation ;
- un ballon de stockage ;
- des pompes, des tuyaux et des évacuations ;
- des contrôleurs.
Ces composants (Types) sont choisis et interconnectés en utilisant «l’Assembly Panel ».
Ensuite pour chaque type nous définissons les paramètres et les entrées.
Les autres éléments nécessaires pour le modèle peuvent être fournis sous forme d’équations
via le Type Equation, par exemple la quantité de consommation journalière d’eau chaude
sanitaire.
6.5.1 Le capteur plan intégré
À partir des équations développées précédemment, un modèle numérique de capteur solaire
intégré dans le bâtiment est rédigé sous le code MATLAB, en intégrant les fonctions qui
servent à faire le lien avec TRNSYS (nombre de paramètres, pas de temps, …). La liaison
entre MATLAB et TRNSYS se fait par le biais du TYPE 155 de la bibliothèque de TRNSYS.
Les entrées de notre modèle sont les suivantes :
- La température ambiante extérieure, la température à l’intérieur du bâtiment et la
température du ciel ;
- La vitesse du vent ;
- La température du fluide à l’entrée du capteur ;
- Le débit du fluide à l’entrée du capteur.
Les paramètres sont les suivants :
- Les dimensions et le nombre de capteurs ;
- Les caractéristiques du fluide caloporteur ;
- Les caractéristiques thermiques et les dimensions des matériaux utilisés (isolants,
absorbeur en cuivre).
Les sorties sont :
- La quantité d’énergie utile produite par le système ;
- La température moyenne de l’absorbeur ;
- La température du fluide à la sortie du capteur ;
- Le débit du fluide à la sortie du capteur.
189
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6.5.2 Le stockage
Le modèle de ballon utilisé est le type 4 de la bibliothèque TRNSYS. Il s’agit du modèle de
ballon de stockage avec stratification. Pour un stockage stratifié, Beckmann et Duffie
[DUFFIE, 1980] ont donné l’expression du bilan thermique au nœud i :
dT
⎛ UA ⎞
c
L
m j s, j = ⎜
⎟ (Ta '− Ts , j ) + Fj m c (Tsi − Ts , j ) + Fj m L (TL − Ts , j )
dτ
⎝ Cp ⎠ j
⎧m m , j (Ts , j −1 − Ts , j )
si m m , j > 0
⎪
+⎨
si m m, j > 0
⎪⎩m m , j +1 (Ts , j − Ts , j +1 )
Tsi
la température du fluide à l’entrée du stockage en provenance du capteur ;
TL
la température du fluide à l’entrée du stockage en provenance du réseau
urbain ;
mj
la masse de la tranche j ;
c
m
le débit massique dans le circuit du capteur ;
L
m
le débit massique dans le circuit du puisage d’eau chaude ;
Fjc FjL
et
sont des fonctions de contrôle de fonctionnement des pompes.
Équation 6-36
où
6.5.3 La régulation
Le régulateur qui contrôle la pompe de circulation compare la différence de température
∆T=Tcap-Tbal (Tcap étant la température du fluide arrivant dans le ballon et provenant du
capteur, et Tbal étant a température du fluide sortant du ballon et retournant au capteur) à deux
valeurs différentes pour éviter les fluctuations. La valeur limite haute ∆T1 utilisée est prise
égale à 8°C et la valeur basse ∆T2 à 2°C : la pompe se met en marche si ∆T > ∆T1 et s’arrête
si ∆T < ∆T2.
6.6 Le système global
En reprenant toutes les caractéristiques techniques du système solaire et du bâtiment, décrites
dans le protocole de simulation, une modélisation de l’intégralité du système a été réalisée. Le
modèle global de chauffe eau solaire avec des capteurs intégrés dans la façade est représenté
dans TRNSYS par les composants incluant à la fois le bâtiment, le champ de capteurs
solaires, le ballon de stockage, la pompe de circulation, le circuit hydraulique, les vases
d’expansion, le régulateur et tous les autres modules nécessaires soit à calculer les
sollicitations à partir des données météorologiques, soit à stocker et analyser les résultats.
Av vu de la figure représentant le modèle global, nous pouvons remarquer la complexité dans
la constitution et l’agencement de tous les modules sur l’interface graphique [Figure 6-12].
Seuls des utilisateurs TRNSYS avertis sauront se retrouver sans difficulté.
190
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Climat
Modèle du
bâtiment
Système
solaire
Sorties
Capteur
intégré
Figure 6-12 : Le modèle graphique du modèle de système solaire intégré en façade du
bâtiment.
6.7 Étude paramétrique
L’une des principales caractéristiques des éléments solaires intégrés est de répondre à la
contrainte de couleur d’absorbeur liée aux exigences de l’architecte et du maître d’ouvrage.
Nous devons nous résoudre à étudier l’influence des paramètres de l’émissivité et de
l’absorptivité sur les performances énergétiques de ces éléments.
6.7.1 Influence du coefficient d’absorption de l’absorbeur
L’étude de l’influence du coefficient d’absorption dépend de l’élément solaire simulé et des
conditions météorologiques. Nous avons effectué cette étude en réalisant une série de
simulations d’un système solaire ayant 2 m² de surface de captage et 150 l de volume de
stockage, avec le fichier météorologique enregistré sur la journée du 13 juillet 2005 sur l’Isle
d’Abeau. Cette journée est bien ensoleillée. En effet, l’irradiation solaire horizontale atteint
900 W/m² [Figure 6-13].
191
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Irrad iatio ns
T e m p_E xt
35
1000
30
800
25
700
600
20
500
15
400
300
10
Température extérieure
Irradiation horizontale globale [W/m²]
900
200
5
100
0
0
13 ju ille t 2 0 0 5
Figure 6-13 : Eclairement énergétique et température extérieure à l’Isle d’Abeau le 13 juillet 2005.
Le graphique suivant montre que la température moyenne (sur une journée) de l’eau dans le
ballon augmente très fortement avec le coefficient d’absorption. Augmenter l’absorptivité de
0,1 permet en moyenne d’augmenter la température du ballon de 0,92°C. Pour avoir une
température journalière moyenne supérieure à 30°C il faut ainsi que l’absorptivité soit
supérieure ou égale à 0,87 (quand l’émissivité est de 0,5) [Figure 6-14]. Ce paramètre est
donc très important à prendre en compte lors du choix de la couleur du capteur.
32
31,16
Température moyenne du ballon [°C]
31
30,29
30
29,32
30,02
29
28,25
28
27,4
27
25,74
26
25
25
24,31
24
23,62
22,9
23
22
0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1
Absorptivité
Figure 6-14 : Influence du coefficient d’absorption sur la température moyenne de l’eau dans le ballon.
6.7.2 Influence du coefficient d’émission de l’absorbeur
L’étude de l’influence du coefficient d’absorption dépend elle aussi de l’élément solaire
simulé et des conditions météorologiques. La seconde série de simulations, menée aussi sur la
192
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
période du 13 juillet 2005 du fichier météorologique enregistré sur l’Isle d’Abeau, a permis de
comprendre l’influence de l’émissivité sur les performances des capteurs. Le paramétrage du
composant était le suivant :
- Coefficient d’absorption = 0,7 ;
- Facteur du rendement de l’ailette de l’absorbeur = 0,8.
Les résultats des simulations, présentés dans le graphique suivant, montrent que
l’augmentation de l’émissivité entraîne, comme il l’a été écrit précédemment, une diminution
des performances des capteurs. Toutefois cette diminution est très faible : en effet passer d’un
coefficient d’émission de 0,1 à 0,9 implique une diminution de la température moyenne de
ballon de seulement 0,4°C [Figure 6-15].
28,5
28,48
28,45
28,4
Emissivité
28,35
28 ,3
28,3
28,25
28,24
28,21
28,2
28,15
28,1
28,08
28,05
0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1
Température moyenne du ballon [°C]
Figure 6-15 : Influence du coefficient d’émission sur la température de l’eau dans le ballon.
Ces résultats montrent que l’absorptivité est un paramètre beaucoup plus influent que
l’émissivité sur la performance énergétique du capteur intégré. L’absorptivité est ainsi un
facteur déterminant dans le choix de la couleur du capteur solaire.
6.8 Simulations numériques
6.8.1 Comparaison entre les couleurs d’absorbeurs
Nous avons simulé la palette des douze couleurs présentées dans le paragraphe « Couleurs de
l’absorbeur » du protocole de simulations. Notre objectif était de classer les couleurs des
absorbeurs en distinguant celles qui peuvent avoir des performances satisfaisantes et celles
qui devront être déclinées. Pour un système solaire ayant un module de captage solaire de
2,1m² et un ballon de stockage de 100 l, les simulations sont effectuées sur la période bien
193
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
ensoleillée allant du 13 au 18 juillet 2005 du fichier climatique enregistré sur le site de l’Isle
d’Abeau [Figure 6-16].
1200
1000
Ig [W/m²]
800
600
400
200
0
13juil
1
289
14juil
577
15juil
16juil
865
17juil
1153
1441
18juil
Temps
Figure 6-16 : Rayonnement horizontal global du 13 au 18 juillet 2005 à l’Isle d’Abeau.
Les maxima atteints par les différents capteurs selon la couleur de leur absorbeur ont des
valeurs très hétérogènes. Les écarts de températures les plus élevés sont entre la couleur C1
(Noir chrome) et la couleur C7 (RAL 4007) où la différence entre les deux maxima est de plus
de 15°C. Quatre couleurs seulement permettent d’atteindre un maximum supérieur à 40°C :
C1, C2, C3 et C5. Les deux couleurs d’absorbeur C4 (RAL 3000) et C7 ([RAL 4007) ne
permettent même pas d’atteindre un maximum supérieur à 35°C [Figure 6-17].
50
48
47,9
46,5
46,1
46
Température [°C]
44
43,1
42
40
39
38
37,6
36,4
36
35,7
35,5
35
34,5
34
32,8
32
30
C1
C2
C3
C4
C5
C6
C7
C8
C9
C10
C 11
C 12
Couleur
Figure 6-17 : Maximum atteint par la température de ballon (sur la période du 13 au 18 juillet).
L’analyse de la moyenne de la température de ballon sur la durée de simulation confirme les
résultats précédents. Seules 4 couleurs de capteur permettent d’obtenir des températures
194
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
moyennes supérieures à 30°C [Figure 6-18]. Les autres couleurs ne permettraient ainsi pas de
fournir de l’eau chaude sanitaire sans appoint dans notre zone géographique, même en été,
avec de bonnes conditions climatiques.
34
32,3
32
31,9
31,7
Température [°C]
30,1
30
28
28
27,4
26,8
26,5
26,4
26
26,2
25,9
25,2
24
22
C1
C2
C3
C4
C5
C6
C7
C8
C9
C 10
C 11
C 12
C ouleur
Figure 6-18 : Moyenne d la température de ballon selon la couleur (sur la période du 13 au 18 juillet).
L’analyse des deux graphiques précédents permet par ailleurs d’établir un classement des
couleurs des absorbeurs selon les performances énergétiques obtenues. Naturellement, plus la
température moyenne atteinte par l’eau du ballon est élevée, meilleures sont les performances
du capteur solaire. Il est à noter que les deux graphiques permettent d’obtenir le même
classement [Figure 6-19].
Rang de la couleur
1er
2ème
3ème
4ème
5ème
6ème
7ème
8ème
9ème
10ème
11ème
C7 (RAL 4007)
C4 (RAL 3000)
C12 (RAL 7011)
C6 (RAL 3020)
C11 (RAL 6024)
C8 (RAL 5020)
C10 (RAL 6007)
C9 (RAL 6002)
C5 (RAL 3007)
C3 (RAL 6009)
C2 (RAL 7021)
C1 (Noir chrome)
12ème
Couleur
Figure 6-19 : Classement des couleurs d’absorbeurs du plus performant (1er) au moins performant (12ème).
Pour vérifier si les conclusions tirées précédemment sur l’importance des coefficients
d’absorption et d’émission étaient cohérentes, nous avons tracé sur un graphique la valeur de
195
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
ces coefficients en fonction du classement par rapport à la performance énergétique [Figure
6-20]. Ce graphique confirme bien le fait que les performances dépendent en grande partie de
la valeur du coefficient d’absorption.
Emissivité
100
90
95,6
95
95
94
86
80
Absorptivité
90,9
82,5
89
87,7
85,1
79,9
73
71,7
78,8
80,9
70
pourcentage
68,5
60
64,6
61,3
58,9
50
58,1
57,3
55,8
53,1
40
30
20
10
7,7
0
1er
2ème
3ème
4ème
5ème
6ème
7ème
8ème
9ème
10ème 11ème 12ème
Rang des couleurs par ordre décroissant de performance
Figure 6-20 : Absorptivité et émissivité des capteurs classés selon leur couleur.
La couleur permettant au capteur d’obtenir les meilleures performances est celle dont
l’absorptivité est la plus élevée. Nous remarquons aussi que plus cette dernière diminue et
moins les performances du capteur sont élevées et ce indépendamment des valeurs de
l’émissivité. Même lorsque cette dernière diminue de manière non négligeable, comme par
exemple en perdant 14 points entre les capteurs classés 9ème et 10ème (ce qui devrait
améliorer ces performances), cela ne permet pas de contrecarrer le fait que l’absorptivité ait
baissé dans le même temps de seulement 0,8 point.
Ces résultats confirment que le choix d’une couleur d’absorbeur devra principalement tenir
compte de son coefficient d’absorption afin d’avoir de bonnes performances énergétiques.
6.8.2 Comparaison avec un système solaire de référence
Après avoir fait une étude paramétrique du modèle global, et après avoir étudié les
performances des capteurs selon la couleur de l’absorbeur, des simulations sont menées pour
les sept villes choisies et pour trois orientations : Sud (azimut = 0°), Ouest (azimut = 90°) et
Est (azimut = 270°). Parmi les couleurs les mieux classées, nous choisissons de mener deux
séries de simulations.
La première série correspond à considérer trois couleurs d’absorbeur : RAL 3007, RAL 6007
et RAL 5020, qui sont des couleurs moyennement classées. Elles sont simulées dans le but
d’étudier la faisabilité d’un tel produit. En effet si la couleur choisie n’est pas trop pénalisante
196
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
pour la performance énergétique, tout en gagnant en intégration, nous retrouvons l’un de nos
objectifs cités dans la partie « Problématique liée à l’intégration technico-architecturale », où
l’on recherche un bon compromis entre l’installation technique des systèmes solaires
thermiques actifs, en termes notamment de faisabilité et de productivité, et leur intégration
architecturale.
Ensuite, les trois couleurs les mieux placées sont simulées. Les couleurs des absorbeurs
correspondants sont le chrome noir, le RAL 7021 et le RAL 6009. Ces mêmes couleurs seront
utilisées dans la fabrication de trois prototypes qui seront installés dans la suite sur un
bâtiment expérimental sur l’Isle d’Abeau. Ceci nous permettra de confronter les résultats du
modèle numérique aux résultats du modèle expérimental. Une prise en compte de l’effet de
masque sur la performance énergétique du composant solaire est faite dans ce cas.
Dans toutes les simulations, les résultats obtenus sont comparés aux résultats des simulations
des systèmes solaires de référence, avec des capteurs inclinés de 45° et orientés plein Sud.
6.8.2.1 Première série de simulations
Nous avons choisi de mener des simulations d’un système solaire ayant 8 m² de surface de
captage et 300 l de volume stockage, sur un an et sur trois mois dans 3 saisons différentes :
février, mai et août. Ces trois mois ont une différence significative en termes d’énergie
incidente, surtout pour le cas des capteurs verticaux. Il est intéressant d’étudier le
comportement des capteurs intégrés dans différentes saisons. La figure suivante présente le
profil annuel des éclairements énergétiques journaliers moyens à Lyon sur une surface
horizontale, une surface inclinée de 45°, et une surface verticale [Figure 6-21].
7,0
Surface horizontale
Surface à 45°
6,0
Surface à 90°
4,9
5,0
kWh/m²/jour
5,2
5,1
4,5
4,0
3,1
3,0
2,5
2,5
2,2
2,0
1,7
1,0
α
éc
em
br
e
D
ov
em
br
e
N
O
ct
ob
re
e
m
br
S
ep
te
A
oû
t
Ju
ill
et
Ju
in
ai
M
A
vr
il
ar
s
M
r
Fé
vr
ie
Ja
nv
ie
r
0,0
Figure 6-21 : Rayonnement effectif sur une surface (moyenne en Lyon).
Le but de cette première série de simulations est d’étudier d’une façon préliminaire l’intérêt et
la faisabilité de notre proposition d’intégration considérée (l’intégration dans la façade à
vitrage parclosé). Pour cela nous calculons la quantité d’énergie utile produite et le
197
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
pourcentage de la perte en performance énergétique par rapport à un système solaire
traditionnel avec des capteurs solaires C8S non intégrés dans le bâtiment.
Pour des capteurs orientés vers le Sud, des simulations menées sur la période d’une année
montrent que la quantité d’énergie utile produite par le système solaire subit une perte de
presque la moitié pour les capteurs noir intégré et rouge intégré, et ceci pour les trois villes
considérées [Figure 6-22]. En effet, pour Lyon, la quantité d’énergie utile produite avec les
capteurs de référence (Qu = 3201 kWh) devient deux fois moins importante lorsqu’il s’agit de
capteurs noirs intégrés dans la façade parclosé (Qu = 1663 kWh), ou lorsqu’on remplace ces
capteurs par des capteurs rouges (RAL 3007) intégrés (Qu = 1424 kWh). Cette perte devient
plus importante (de l’ordre de 3) lorsqu’on utilise des absorbeurs verts (RAL 6007) (Qu =
1140kWh) ou des absorbeurs bleus (RAL 5020) (Qu = 1089 kWh). Ces chutes en
performance sont essentiellement dues aux caractéristiques des absorbeurs et à l’angle
d’inclinaison des capteurs intégrés.
Figure 6-22 : Quantité d’énergie utile en un an pour des capteurs orientés Sud (az=0°).
Afin de pouvoir comparer le taux de perte de performance en fonction de chaque ville, nous
avons tracé l’évolution de la quantité d’énergie utile pour les trois villes et les quatre couleurs
simulées, en considérant que les quantités d’énergie produite dans les trois villes par des
systèmes ayant des capteurs non intégrés dans le bâtiment sont des valeurs référence (100%),
le but étant de calculer en pourcentage la quantité d’énergie produite par des capteurs intégrés
par rapport à cette valeur référence [Figure 6-23]. Le graphique montre que le taux de perte
correspondant à chaque couleur d’absorbeur est du même ordre pour les trois villes, donc pour
trois climats différents en France. En effet, pour un capteur intégré ayant un absorbeur de
couleur verte (RAL 6007), les taux de production d’énergie utile représentent 35,5% de la
quantité d’énergie utile produite par un système traditionnel à Paris, 35.6% à Lyon et 37,7% à
Nice.
198
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Figure 6-23 : Pourcentage d’énergie utile en un an pour une orientation Sud (az=0°).
Ce graphique confirme aussi le taux de perte des capteurs avec des absorbeurs bleus (RAL
5020) et verts (RAL 6007) qui subissent des pertes dans un rapport de 1 à 3 par rapport aux
capteurs de référence. Afin de voir l’impact de cette perte sur la surface de captage et le
nombre de modules solaires, nous calculons la superficie nécessaire au capteur le moins
performant (RAL 5020) pour reproduire la même quantité d’énergie utile que nous pouvons
obtenir lorsque nous installons des capteurs traditionnels dans une position optimale [Figure
6-24].
Figure 6-24 : Superficie de captage nécessaire aux capteurs intégrés pour égaler les capteurs référence (az=0°).
Les résultats montrent qu’une surface de captage de 23m² avec des absorbeurs bleus (RAL
5020) pourra produire la même quantité d’énergie que le système de référence ayant 8 m² de
capteurs. Et si nous considérons que le produit intégré est modulaire et qu’il a une surface de
199
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
2 m², équivalente à la surface d’un capteur C8 utilisé dans le système de référence, nous
trouvons que nous avons besoin d’installé 12 modules intégrés pour avoir la même
performance de 4 capteurs C8 installés sur le toit d’un bâtiment. Ces résultats montrent que,
pour la couleur la moins performante, le surplus dans la surface de captage n’est pas
considérable. En effet, l’augmentation de surface de captage est contrebalancée par le faible
surcoût du module intégré.
Pour les orientations Est et Ouest, les pertes sont plus grandes et la proposition d’intégration
dépendra plus de la surface disponible (problème souvent minime dans le cas des façades) et
du surcoût correspondant. Pour une orientation Est, les résultats des simulations sur une
période d’un an montrent que le capteur bleu (RAL 5020) ne produit plus que 20% de la
quantité d’énergie utile qui pourrait être produite par le système référence [Figure 6-25].
Figure 6-25 : Pourcentage d’énergie utile en un an pour une orientation Est (az=270°).
Regardons maintenant les résultats des simulations effectuées sur une période d’un mois pour
trois saisons différentes. Considérons le cas de capteurs installés dans un bâtiment à Paris,
orientés vers le Sud. Les résultats de février nous révèlent une chute de 54,5% du rendement
du système solaire ayant des capteurs noirs intégrés en façade à vitrage parclosé par rapport à
un système traditionnel [Figure 6-26]. En effet, si l’on considère à 100% l’énergie fournie par
le système de référence, le système intégré peut produire 45,5% de la quantité d’énergie utile
produite avec des capteurs C8S.
Ce même graphique nous permet de distinguer l’effet pénalisant de l’utilisation des couleurs
sur la performance, indépendamment de l’impact de l’inclinaison des capteurs intégrés, en
comparant les pertes en performance des capteurs avec absorbeurs de couleurs RAL 3007
(rouge), RAL 6007 (vert) et RAL 5020 (bleu), au capteur avec un absorbeur noir intégré en
façade. Ainsi, nous observons une chute de rendement de 29,8% du système avec un
absorbeur RAL 3007 (rouge), 51,5% avec un absorbeur RAL 6007 (vert), et 53,4% du
200
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
système avec un absorbeur RAL 5020 (bleu), tous par rapport au système avec un absorbeur
noir intégré en façade.
Ainsi la performance du capteur avec un absorbeur de couleur RAL 3007 (rouge) est la plus
proche de celle du capteur avec un absorbeur noir classique. Les couleurs RAL 6007 (vert) et
RAL 5020 (bleu) suivent de loin sur le plan de performance.
Figure 6-26 : Rendements en pourcentage des capteurs solaires orientés Sud à Paris en février.
Regardons maintenant les résultats des simulations sur l’échelle des trois mois choisis, afin
d’observer le comportement du produit dans trois saisons différentes [Figure 6-27].
Figure 6-27 : Quantité d’énergie utile sur les trois mois considérés pour des capteurs orientés Sud (az=0°).
Les résultats montrent que la production énergétique pour les capteurs verticaux est plus
régulière sur les trois saisons, ceci revient au fait que les irradiations sur des surfaces
verticales sont plus homogènes comme l’a montré le profil présenté dans la Figure 6-21. Donc
201
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
pour une demande énergétique constante pendant l’année, les capteurs intégrés dans la façade
peuvent répondre à une partie de cette demande d’une façon plus stable au bout des
différentes saisons. Si nous traitons ces valeurs en pourcentage, il nous paraît plus clair que
pour février, la perte en performance par rapport à un capteur traditionnel en position optimale
est la plus faible [Figure 6-28].
Figure 6-28 : Pourcentage d’énergie utile dans trois mois différents à Paris pour une orientation Sud (az=0°).
En effet, pour février le capteur noir intégré assure 45,5% de la part d’énergie produite par les
capteurs de référence, tandis que cette valeur tombe à 31% pour le mois d’août, et à 25.6%
pour le mois de mai.
Les résultats de cette série de simulations montrent que le concept d’intégration proposé, avec
l’utilisation d’absorbeurs colorés, est pratiquement faisable. En effet, les pertes en
performance sont compensées par un faible surcoût et par un gain en intégration. Les surfaces
nécessaires pour récupérer la chute en performance sont pratiquement disponibles en façade.
Pour la totalité des résultats se référer à l’annexe C-1-1.
6.8.2.2 Deuxième série de simulations
Cette série de simulations est effectuée sur la période d’un an, pour des capteurs ayant comme
couleur d’absorbeurs les trois couleurs les mieux classées : Noir chromé, RAL 7021, RAL
6009. Des modules solaires prototypes seront construits avec ces couleurs pour la phase
expérimentale. Ainsi le but de cette série est de prédire la performance thermique des
prototypes qui seront testés à l’échelle réelle, comme nous verrons dans la dernière partie.
Le système solaire considéré est composé de 14 m² de capteurs et un ballon de stockage de
1000 l. Des simulations sont d’abord effectuées dans le but de calculer la quantité d’énergie
utile produite, pour des configurations différentes, et de comparer les résultats à la quantité
202
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
d’énergie utile produite par un système de référence traditionnel. Les résultats sont regroupés
dans des graphiques qui permettent d’observer la différence entre plusieurs zones climatiques.
Ainsi, dans le graphique suivant, sont présentés les résultats des simulations effectuées sur la
période d’un an, pour des systèmes solaires installés à Lyon, Paris, Nice, Athènes, Berlin,
Stockholm et Lisbonne, avec des capteurs traditionnels et des capteurs intégrés, noirs et
colorés, tous orientés vers le Sud [Figure 6-29].
Figure 6-29 : Quantité d’énergie utile des systèmes solaires orientés vers le Sud sans effet de masque (az=0).
En négligeant l’effet de masque, un système solaire avec des capteurs noirs intégrés dans la
façade produit une énergie utile de l’ordre de 5088 kWh, contre 9091 kWh pour un système
traditionnel, ce qui signifie une perte de 43% de productivité. Cette valeur est du même ordre
que la quantité d’énergie utile produite par un système solaire avec des capteurs traditionnels
verticaux « non intégrés », auxquels on attribue en moyenne une réduction de performance de
l’ordre de 30% par rapport aux capteurs ayant une position optimale [MATUSKA, 2006]. À
la différence de ces derniers, les capteurs intégrés sont plus esthétiques, plus acceptés, et
probablement moins coûteux : Au prix de la façade vitrée d’origine viennent s’ajouter les prix
de l’absorbeur, de l’isolant, du coffre et des conduits, et non plus le prix d’un capteur
traditionnel tout fait. De plus, le graphique illustre des résultats importants quant à la couleur
de l’absorbeur. En effet, en observant les résultats obtenus pour toutes les villes étudiées, il
paraît évident que le comportement des capteurs intégrés avec des absorbeurs colorés (RAL
7021 et RAL 6009) est proche de celui du capteur noir intégré. Pour la ville de Berlin, la
production annuelle est de 4297 kWh pour des capteurs noirs intégrés, de 3761 kWh pour des
capteurs gris (RAL 7021), et de 3353 kWh pour des capteurs verts (RAL 6009).
203
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Des simulations sont ensuite menées suivant une démarche itérative pour calculer la surface
de captage nécessaire aux systèmes avec des capteurs intégrés pour reproduire la même
quantité d’énergie fournie par les systèmes de référence. Un ratio de surface est défini pour
chaque capteur selon la couleur de l’absorbeur et la ville considérée. Dans la figure suivante,
nous présentons et analysons les résultats obtenus pour le cas des systèmes ayant des capteurs
orientés vers le Sud, dans les sept villes choisies [Figure 6-30].
Figure 6-30 : Ratio de la surface nécessaire des capteurs intégrés sans effet de masque (az=0).
Les résultats montrent que lorsque nous utilisons les éléments solaires intégrés dans la façade,
la surface de captage devrait être multipliée en moyenne par 1,80 pour des capteurs noirs
intégrés, par 2,10 pour des capteurs gris intégrés, et par 2,25 pour des capteurs verts intégrés.
Ces valeurs reflètent que la production de la même quantité d’énergie des systèmes de
référence nécessite en moyenne une surface de captage double, et ceci pour les trois couleurs
étudiées. Ces valeurs sont encourageantes suivant deux aspects : En premier lieu, le
rendement des capteurs intégrés n’est pas trop pénalisé et reste comparable au rendement des
systèmes traditionnels. En second lieu, les couleurs ont montré un comportement quasisemblable à celui des capteurs noirs. Ceci peut contribuer à ouvrir la voie à une
industrialisation d’absorbeurs peints avec de nouvelles couleurs différentes de la couleur noire
classique, la seule à être commercialiser aujourd’hui. Les architectes et les maîtres d’ouvrage
auront ainsi plus d’options dans le choix de composants solaires à installer.
Mais dans un cas réel, il faut tenir compte des effets de masque. Pour cela, des simulations
sont menées avec la configuration non favorable présentée précédemment dans le protocole
204
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
de simulation. Les résultats pour les sept villes considérées montrent que les ratios de surface
de captage varient entre 3,6 et 6 [Figure 6-31].
Figure 6-31 : Ratio de la surface nécessaire des capteurs intégrés avec effet de masque (az=0).
En effet, pour Lyon, nous avons besoin d’une surface de capteur gris intégré quatre fois plus
grande de la surface de captage d’un système de référence ayant des capteurs posés sur la
toiture. Les résultats montrent aussi qu’il sera préférable d’installer les capteurs intégrés dans
les parties les plus hautes du bâtiment, afin de limiter l’impact de l’effet de masque provenant
surtout des bâtiments avoisinants, et ainsi obtenir de meilleurs rendements.
Dans le contexte environnemental actuel, il nous paraît important d’étudier aussi la
contribution de ces systèmes à la réduction annuelle des émissions de CO2. Suivant l’énergie
substituée, sont calculés, en kg par m² de captage, les poids de CO2 évités lorsque nous
installons des systèmes solaires avec des capteurs solaires intégrés. Ainsi, nous avons calculé
la quantité de CO2 évitée à Lyon suivant l’énergie substituée, que ce soit le fioul domestique,
le gaz naturel où l’électricité5 [Figure 6-32].
5
En France : 78,3% nucléaire, 11,3% de thermique classique, 10,2% hydraulique et 0,2% éolien et
photovoltaïque [EDF].
205
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Figure 6-32 : Réduction annuelle des émissions de CO2 par le système solaire thermique.
Les résultats montrent que 164 kg de CO2 /m² de capteur peuvent être évités avec des
capteurs noirs intégrés dans la façade du bâtiment, 137 kg de CO2 /m² de capteur avec des
capteurs gris intégrés, 134 kg de CO2 /m² de capteur avec des capteurs gris intégrés, lorsque
l’énergie substituée est le fuel domestique. Lorsque l’énergie substituée est le gaz naturel, la
quantité de CO2 évitée varie entre 99 kg pour un capteur noir intégré et 81 kg suivant le
couleur de l’absorbeur du capteur intégré. Alternativement à l’utilisation de l’électricité, la
productivité des capteurs solaires thermiques intégrés permet d’éviter 86 kg de CO2 /m² de
capteur pour les capteurs noirs intégrés, 71 kg de CO2 /m² de capteur pour les capteurs gris
intégrés, 70 kg de CO2 /m² de capteur pour les capteurs verts intégrés. Pour la totalité des
résultats, se référer à l’annexe C-1-2.
6.8.3 Impact sur l’ambiance interne
Après avoir analysé la performance thermique des capteurs solaires thermiques intégrés, nous
avons étudié l’impact de leur comportement thermique et de l’impact de leur interactivité avec
l’ambiance interne du bâtiment par leur influence sur la température intérieure finale. Des
simulations sont menées avec la géométrie du bâtiment décrite dans le protocole de
simulation, pour une façade solaire et une façade traditionnelle, pendant deux saisons
différentes : une semaine de février (hiver) et une semaine d’août (été). Le système solaire
pour la production d’eau chaude considéré est composé, comme précédemment, de 14 m² de
capteurs noirs intégrés, reliés à un ballon de stockage de 1000 l. Les résultats sont ensuite
analysés pour exploiter l’influence de l’épaisseur de l’isolant du capteur sur la température
206
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
intérieure, et pour comparer les résultats des températures influencées par des capteurs
intégrés avec ceux d’un bâtiment ayant des façades traditionnelles (U= 0,276 W/m²K).
6.8.3.1 Influence de l’épaisseur de l’isolant du capteur
Il paraît important de voir l’influence de l’isolant du capteur sur la température de l’ambiance
interne du bâtiment, afin de définir l’épaisseur la plus adaptée à la proposition d’intégration
étudiée. Pour cela, nous considérons plusieurs épaisseurs de l’isolant : e = 30 mm, e = 60 mm,
e = 90 mm et e = 120 mm. Les simulations sont d’abord effectuées sur la période du 1er au 7
février. L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur intégré vertical dépasse
légèrement 700 W/m² le 3 février [Figure 6-33].
Figure 6-33 : L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur à Lyon entre 01 et 07 février.
Sur le graphique suivant, nous avons regroupé les résultats obtenus avec un système solaire en
marche, pour les épaisseurs étudiées de l’isolant, ainsi que ceux du bâtiment sans capteur
intégré. La température intérieure de la zone étudiée se trouve peu influencée par les
différentes épaisseurs considérées [Figure 6-34]. Les profils de températures pour les quatre
épaisseurs d’isolant sont très proches et ne diffèrent que peu lorsque l’éclairement énergétique
sur le plan du capteur atteint sa valeur maximale.
207
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Figure 6-34 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 février avec un système solaire en marche.
Pour analyser plus en détail l’influence de l‘épaisseur de l’isolant, nous avons tracé les écarts
maximaux des températures intérieures pour les épaisseurs de l’isolant considéré. La Figure
6-35 montre que l’écart maximal atteint 1,1°C pour la journée du 03 février. Donc pour un
système solaire en marche, une épaisseur d’isolant de 30 mm, 60 mm, 90 mm ou 120 mm a
une faible influence sur l’ambiance interne.
Figure 6-35 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 février avec un
système solaire en marche.
Mais il arrive que les capteurs solaires intégrés ne soient pas toujours en marche, et que le
système solaire soit en stagnation (par exemple pour une panne dans un composant). Ainsi,
nous analysons l’impact de l’épaisseur de l’isolant sur l’ambiance interne lorsque le système
208
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
solaire stagne. Les résultats des simulations menées sur la période du 1er février au 7 février
montrent que les profils de la température intérieure montrent des écarts plus importants
[Figure 6-36]. Donc pour un système solaire en stagnation, une épaisseur d’isolant de 120 mm
semble résister le mieux aux pertes thermiques de la face arrière du capteur. Les écarts de
températures semblent atteindre des valeurs plus importantes.
Figure 6-36 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 février avec un système solaire en stagnation.
Les écarts maximaux des températures intérieures dépassent les 4°C pour la journée de 03
février, surtout entre les isolants de 30 mm et 120 mm [Figure 6-37].
Figure 6-37 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 février avec un
système solaire en stagnation.
209
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Donc l’épaisseur de l’isolant du capteur intégré est un élément important à prendre en compte
dans la conception de la proposition d’intégration, afin de limiter son influence sur la
température intérieure du bâtiment, surtout pendant les périodes de stagnation, et éviter que
cette proposition soit une source d’inconfort thermique.
La même étude est ensuite faite pendant l’été, sur une période allant de 01 à 07 août.
L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur est plus important sur cette période
que celui de la période étudiée de février. En effet, l’éclairement énergétique dépasse 500
W/m² durant quatre jours en août, et deux jours en février [Figure 6-38].
Figure 6-38 : L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur à Lyon entre 01 et 07 août.
Mais même avec un éclairement énergétique plus important, les résultats des simulations sur
cette période, pour un système solaire en marche, montrent que l’influence de l’épaisseur de
l’isolant du capteur sur la température intérieure de la zone étudiée, est faible. Les profils des
températures intérieures obtenues avec les quatre épaisseurs d’isolant sont proches et ne
montrent pas des écarts significatifs [Figure 6-39].
La courbe des écarts maximaux entre les différences de la température intérieure, pour les
quatre épaisseurs considérées, montre que la différence maximale n’atteint pas les 1,20°C
d’écart [Figure 6-40].
Donc, même dans une période bien ensoleillée, l’influence de l’épaisseur est faible lorsque le
système solaire est en marche. Et comme pour le cas précédent, nous analysons aussi le cas
d’un système solaire en stagnation. Ceci semble mettre plus en évidence l’impact de l’isolant
sur la température intérieure.
210
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Figure 6-39 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 août avec un système solaire en marche.
Figure 6-40 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 août avec un système
solaire en marche.
Ainsi, lorsque le système solaire stagne pendant la période de 01 à 07 août, la température de
surface de l’absorbeur du capteur dépasse 100°C, et les pertes du capteur vers l’intérieur du
bâtiment sont plus grandes. Les résultats des simulations montrent que les profils de la
température intérieure montrent des écarts importants [Figure 6-41]. L’isolant qui résiste le
mieux à la surchauffe est celui qui a une épaisseur de 120 mm.
211
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Figure 6-41 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 août avec un système solaire en stagnation.
Les écarts des températures entre les quatre isolants sont importants. Dans la journée du 04
août, la différence de température intérieure avec 30 mm d’isolant et 120 mm dépasse 4,50°C
[Figure 6-42]. Cette différence est significative, et illustre l’importance de l’influence de
l’épaisseur de l’isolant sur l’ambiance interne du bâtiment.
Figure 6-42 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 août avec un système
solaire en stagnation.
212
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6.8.3.2 Comparaison avec un bâtiment traditionnel
Après avoir analysé l’impact de l’épaisseur de l’isolant du capteur intégré sur la température
intérieure de la zone étudiée, nous avons comparé les résultats obtenus avec des capteurs
intégrés dans la façade aux résultats obtenus avec un bâtiment sans capteur intégré. Les
comparaisons sont faites en hiver et en été, pour des systèmes solaires en marche et des
systèmes en stagnation.
Ainsi, pour un système solaire en marche, l’intégration d’un composant solaire ayant 120 mm
d’isolation, ne présente en moyenne que 0,2 °C de différence avec la température intérieure
d’un bâtiment sans capteur intégré. Cet écart devient un peu plus important avec 30 mm
d’isolation, puisque cet écart peut arriver à 1,6°C le 03 février [Figure 6-43].
Figure 6-43 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 février dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en marche ayant de capteurs intégrés.
Les résultats des simulations menées sur la période du 01 au 07 août montrent un
comportement similaire. En effet, pour un système solaire en marche, l’intégration d’un
composant solaire ayant 120 mm d’isolation, peut causer une augmentation maximale de la
température de l’ambiance intérieure de la zone étudiée de 0,5 °C, par rapport à celle d’une
zone sans capteur intégré dans la façade. Cette augmentation monte à 1,7°C avec un capteur
ayant 30mm d’isolation [Figure 6-44]. Le capteur intégré avec un isolant de 120 mm réduit le
mieux les pertes d’énergie en arrière du capteur, vers l’intérieur du bâtiment.
Même si ce résultat semble évident puisque une augmentation de l’épaisseur de l’isolation
réduit le transfert de chaleur, l’importance réside dans la détermination de l’épaisseur la
mieux adaptée à notre proposition. Ainsi, nous avons montré qu’il suffit d’une épaisseur de
213
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
120mm derrière l’absorbeur pour conserver une ambiance interne semblable à celle d’un
bâtiment ayant une façade traditionnelle, sans perturber le confort intérieur.
Figure 6-44 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 août dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en marche ayant de capteurs intégrés.
Cette conclusion se voit renforcée en analysant les écarts des températures correspondant à un
système solaire en stagnation pendant les deux périodes considérées.
Figure 6-45 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 février dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en stagnation ayant de capteurs intégrés.
214
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
En effet, si nous traçons l’écart entre la température intérieure d’un capteur avec un isolant de
30 mm et un bâtiment traditionnel pour une semaine de février, nous observons que la
différence peut atteindre des valeurs importantes de l’ordre de 6°C [Figure 6-45]. Cet écart ne
dépasse pas 1,8°C dans le cas d’une isolation de 120 mm, pour un système solaire en
stagnation dans une journée bien ensoleillée, où le rayonnement solaire dépasse 700 W/m².
Pour ce dernier cas, la valeur moyenne de l’écart est de l’ordre de 0,6°C, ce qui signifie une
légère influence sur la température intérieure.
De même pour la période d’été, où le capteur intégré risque d’avoir un impact négatif sur le
confort d’été, les résultats montrent que l’écart avec un isolant de 30 mm est très grand et peut
avoir un impact très négatif sur le confort [Figure 6-46].
Figure 6-46 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 août dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en stagnation ayant de capteurs intégrés.
Par contre, avec une épaisseur de 120mm d’isolant, même si la température intérieure peut
atteindre 2°C d’écart, cette différence a une valeur moyenne de 0,93°C et a donc un impact
négligeable ou acceptable.
Ces résultats permettent de mettre en évidence le rôle que joue l’isolant dans le comportement
thermique du composant intégré. Pour chaque proposition d’intégration, une démarche
semblable est à suivre afin de déterminer les épaisseurs d’isolant à choisir afin de minimiser
l’impact de l’interactivité capteur/bâtiment sur l’ambiance interne de la zone occupée.
215
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
6.9 Conclusion
Après le développement d’un modèle numérique et la description des outils informatiques
utilisés, nous avons étudié la proposition d’intégration dans la façade à vitrage parclosé, une
des six propositions formulées dans la partie précédente.
Un protocole de simulation fut construit, et des simulations sur plusieurs périodes, climats et
configurations ont été effectuées. Les résultats des simulations ont pu mettre en évidence
plusieurs points.
D’abord, elles ont montré le rôle dominant du coefficient d’absorption de l’absorbeur dans le
choix de la couleur de l’absorbeur. Ceci est ensuite confirmé dans les simulations menées
dans le but de classer les couleurs de la palette présentée dans le protocole, selon la
performance thermique du capteur.
Ensuite, elles ont montré que le comportement des capteurs intégrés colorés est comparable à
celui du capteur noir classique, et que les rapports des surfaces nécessaires à la reproduction
de la même quantité d’énergie d’une installation traditionnelle sont pratiquement
surmontables suivant plusieurs aspects. En effet, la surface est pratiquement disponible dans
les façades, par rapport à la toiture. En plus, le surcoût par rapport à la façade traditionnelle
viendra surtout de l’intégration de l’absorbeur, de l’isolant et des conduits dans la façade, ce
qui devrait en général représenter un investissement bien inférieur à celui de l’achat de
modules entiers, et qui seront probablement perceptibles, moins esthétiques, et donc moins
acceptés par les architectes, les maîtres d’oeuvre ou les occupants.
Mais le risque d’avoir des grands échanges thermiques entre le capteur intégré et l’ambiance
intérieure du bâtiment nous a conduit à effectuer des simulations dans le but d’étudier la
variation de la température d’air de la zone occupée derrière le capteur, par rapport à une
façade qui ne comporte pas de capteurs intégrés. Les résultats ont permis d’analyser l’impact
sur la température et nous ont conduit à estimer l’épaisseur d’isolant la plus adaptée à la
solution d’intégration considérée.
Les résultats obtenus dans ce chapitre sont caractéristiques de la solution étudiée. La même
démarche pourra être suivie pour toute autre proposition d’intégration afin de mettre en
évidence son comportement thermique, étudier son influence sur l’ambiance interne et trouver
les solutions qui permettent de réduire cette dernière.
Dans la partie suivante, des prototypes de la proposition étudiée d’intégration, fabriqués et
installés sur un bâtiment expérimental, sont étudiés. Les couleurs d’absorbeurs choisies sont
celles qui ont montré une performance poche du capteur noir. Une expérimentation est mise
en place, et une étude du comportement thermique réel des capteurs intégrés est effectuée.
216
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Chapitre 7 :
Expérimentation de capteurs intégrés en façade
217
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
218
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
7 Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Les objectifs de cette partie s’inscrivent dans la dernière phase de la démarche globale de
notre recherche. Il s’agit de mettre en place une expérimentation dans les conditions réelles de
prototypes de capteurs solaires intégrés dans une façade vitrée, installés sur site, afin d’étudier
le comportement thermique du capteur solaire intégré dans la façade vitrée, et de comparer les
mesures aux résultats obtenus par le modèle numérique développé dans la partie précédente.
Les composants étudiés ont été conçus et construits lors d’une étude menée dans le cadre de
projet « intégration des capteurs solaires dans les éléments de façades » du programme
« Préparer le Bâtiment à l’horizon 2010 » lancé par l’Agence de l’Environnement et de la
Maîtrise de l’Energie (ADEME) en association avec Plan Urbanisme Construction et
Architecture (PUCA). En tenant compte des normes en vigueur sur le sujet, nous avons choisi
les données importantes à étudier et les capteurs de mesure appropriés pour permettre
d’évaluer les performances de ces composants prototypes. Tout d’abord, un protocole
expérimental est mis en place. Ensuite un programme est développé afin d’assurer
l’acquisition des données et la commande de l’installation. Le traitement des données
obtenues permet la qualification des performances des capteurs. Ces données sont comparées
avec les données obtenues grâce au modèle numérique.
7.1 Lieu de l’installation
Pour tester les capteurs solaires prototypes dans des conditions réelles, l’équipe en charge du
projet a dû trouver un site pouvant accueillir une telle expérimentation. Ce sont finalement les
Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau (GAIA) qui ont été retenus.
Pôle d’enseignement, de recherche et d’expérimentation de la construction, les Grands
Ateliers ont été construits en 2001 sur la commune de Villefontaine (Isère).
Les Grands Ateliers, Groupement d'Intérêt Public, ont été crées par onze établissements
d'enseignement supérieur et un centre de recherche, et sont soutenus par les Ministères de la
Culture et de l'Équipement, ainsi que par des industriels fabricants de matériaux de
construction.
Ils ont pour mission de réunir en un même lieu des artistes, des architectes et des ingénieurs,
pour, ensemble, concevoir, élaborer et réaliser des modules de formation, des travaux de
recherche et des opérations de diffusion de leurs savoirs et savoir-faire dans le domaine des
matériaux, de la construction et de la qualité des espaces habités.
Ils sont ouverts aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs des écoles d'art,
d'architecture et d'ingénieurs de la France entière, ainsi qu'aux professionnels de la
construction et participent à la formation des étudiants inscrits dans les établissements
membres, et ce, de manière complémentaire à leurs activités propres.
219
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Le bâtiment s’articule autour de plusieurs grands ensembles [Figure 7-1]:
Bloc maçonnerie
Couverture
Façade
Grande Halle
Circulation
Stockage
Figure 7-1 : Coupe transversale (Sud/ Nord) des grands ateliers.
− La couverture : La grande couverture translucide et transparente, réalisée en plaques
de polycarbonate supportées par une charpente mixte en métal et bois, est l'élément
essentiel du projet, unité sous laquelle se développent tous les espaces abrités du
programme, intérieurs ou extérieurs ;
− La grande halle : c’est le cœur du complexe, espace couvert mesurant 30 m de long sur
15 m de large et 8 m de hauteur libre, cette zone est essentiellement utilisée dans les
phases de chantier pédagogique et de montage de prototypes de grandes dimensions.
Cette grande halle se prolonge à l'extérieur par des plates-formes d'expérimentation,
couvertes ou extérieures, qui permettent d'en augmenter la surface de plus de 500 m².
− Le bloc maçonnerie : À l'arrière du bâtiment, sur toute sa longueur, situé entre les
espaces d'expérimentation et d'exposition et les zones de stockage, le bloc de
maçonnerie comporte au rez-de-chaussée deux ateliers de mise en œuvre, ainsi que les
vestiaires des étudiants, les locaux techniques et la cafétéria. À l'étage, les deux
grandes salles de cours, les bureaux d'enseignants et l'administration sont protégés des
nuisances acoustiques par la masse et l'épaisseur des murs.
− Le stockage : Les matériaux et le matériel nécessaires aux expérimentations sont
entreposés dans des racks constitués d'une ossature et de bardage métalliques, offrant
des possibilités de stockage sur plusieurs niveaux tout en assurant la protection et la
sécurité indispensables.
− La façade : Élément d'expérimentation à part entière, elle est constituée d'une ossature
métallique légère, suspendue à la charpente de la grande halle. Cette conception
permet d'intégrer et de tester les caractéristiques des différents matériaux mis en place
dans ces caissons démontables. Cette façade étant en effet exposée au Sud/Sud-ouest
(azimut 45°), elle bénéficie d'une exposition solaire satisfaisante pour notre
expérimentation.
220
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Ce site s’est révélé tout à fait approprié au test de capteurs prototypes. La façade
expérimentale possède une orientation quasiment idéale pour des capteurs solaires, elle est par
ailleurs démontable et peut tout à fait jouer le rôle d’une façade d’immeuble ou d’équipement
public. De plus les accès au site et à l’installation ne posent aucun problème étant donné les
activités du bâtiment. Toutefois ces conditions ne sont pas vraiment réelles : en effet le
bâtiment n’est pas un immeuble quelconque, il s’agit d’un bâtiment d’expérimentation, il est
ainsi difficile d’avoir un retour afin de savoir comment sont perçus les capteurs par les
occupants des lieux, par ailleurs l’eau chaude produite n’est pas utilisée dans des conditions
réelles. De plus les conditions d’ambiance ne sont pas réelles. Mais ces limites ne sont pas
rédhibitoires pour notre expérimentation.
7.2 La Façade
La façade Sud/Sud-ouest est composée de panneaux démontables. Il a donc été possible
d’installer les composants thermiques solaires à tester sur cette façade.
Une étude préalable a été nécessaire afin de déterminer l’ensoleillement de la façade tout au
long de l’année. La façade est divisée en trois trames et chaque trame a été étudiée pour
connaître son ensoleillement. En effet, la couverture située au niveau du toit joue le rôle de
masque [Figure 7-2].
Figure 7-2 : Coupe transversale de la façade
Les résultats obtenus en ce qui concerne l’ensoleillement sont traduits sur les diagrammes
solaires suivants [Figure 7-3]:
221
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Masque & Soleil
Trame 1
Zone d’ombre partielle : du 5 février au 6 novembre
Zone d’ombre totale : du 17 avril au 28 août
Trame 2
Zone d’ombre partielle : du 25 avril au 20 août
Zone d’ombre totale : du 10 juin au 4 juillet
Trame 3
Zone d’ombre partielle : du 20 juin au 22 juin
Zone d’ombre totale : jamais
Zone d’ombre
totale
Zone d’ombre
partielle
Aucune ombre
Limite angulaire de la façade
Figure 7-3 : Etude de l’ensoleillement de la façade des GAIA [Projet ICSF].
222
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
La position la plus adaptée pour installer les capteurs solaires est donc naturellement au
niveau de la trame 3 : en effet les capteurs pourront ainsi profiter d’un ensoleillement
maximum avec une zone d’ombre partielle seulement 2 jours dans l’année [Figure 7-4].
Figure 7-4 : Emplacement choisi pour implanter les composants solaires.
7.3 Les capteurs thermiques solaires
Les capteurs solaires sont fabriqués par les entreprises Giordano Ind. et A.S. Technal
(partenaires du projets). Ces capteurs sont innovants par plusieurs aspects : ils ont été réalisés
pour être intégrés en façade alors que les capteurs produits jusqu’à maintenant étaient fait soit
pour être posés sur une toiture terrasse soit intégrés dans un toit. Par ailleurs plusieurs
prototypes ont été réalisés afin de pouvoir tester l’influence des couleurs d’absorbeurs sur les
performances des composants. Enfin le module solaire est composé de deux parties :
l’absorbeur solaire en partie basse et une fenêtre vitrée en partie haute.
Ces capteurs ont les mêmes caractéristiques techniques que les capteurs C8S produits
industriellement par l’entreprise Giordano, mais les dimensions sont légèrement modifiées
afin de s’adapter à la façade [Tableau 7-1].
Modèle
C8S classique
Capteur expérimental
Surface
2 m2
2,01 m2
Dimensions
Longueur
2,00 m
1,78 m
Largeur
1,05 m
1,13 m
Nombre d’ailettes
20
20
Tableau 7-1 : Comparaison entre les capteurs C8S et les prototypes.
L’absorbeur est entièrement en cuivre, il est constitué d’ailettes soudées sur des tubes, ces
tubes verticaux ont un diamètre de 8 mm et sont soudés en haut et en bas du capteur à des
tubes horizontaux jouant le rôle de collecteur dont le diamètre est de 22 mm [Figure 7-5].
223
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Figure 7-5 : Photo de l'un des trois capteurs solaires avec mise en place des sondes.
Le fluide caloporteur utilisé est l’héliogel CS8O, il est à base de monopropylène glycol et
d’inhibiteurs de corrosion. Il assure une protection efficace contre le gel (-25°C) et contre la
corrosion des métaux présents dans les circuits. Le mouvement du fluide s’effectue de bas en
haut : le fluide caloporteur « froid » entre dans le capteur par le bas et ressort par le haut
« chaud » [Figure 7-6].
Fluide caloporteur
chaud
1,13 m
¢ 8 mm
1,78 m
¢ 22 mm
11,3 cm
Fluide caloporteur
froid
Figure 7-6 : Circulation du fluide caloporteur dans le composant thermique solaire.
224
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
L’entreprise A.S. Technal a réalisé l’enveloppe du capteur afin de permettre l’incorporation
du composant dans la façade. Cette enveloppe se décompose en deux parties : d’une part le
capteur, positionné au niveau de la trame 3 et d’autre part une partie vitrée équipée d’un store
au niveau de la trame 2 [Figure 7-7]. Cette enveloppe peut ainsi s’intégrer réellement dans
une façade d’immeuble par exemple.
Store
Noir mat
Trame 2
(Partie vitrée)
VEP
Store
Store
Gris noir Vert sapin
VEC
VEP
Cadre
Noir mat
Cadre
Gris fer
Trame 3
(Capteur solaire)
Panneau
Caisson
Panneau
Cadre
Vert brun
Absorbeur
Chrome noir
Absorbeur
Gris noir
Absorbeur
Vert sapin
Figure 7-7 : Schéma des capteurs solaires de façade.
La partie vitrée (partie supérieure de chacune des trois enveloppes) est composée d’une vitre
extérieure, puis d’un store et enfin d’un double vitrage intérieur.
Trois prototypes de capteurs ont été réalisés par l’entreprise Giordano et installés par la suite
sur le site des Grands ateliers [Figure 7-8].
Figure 7-8 : Photo de l’installation sur site.
225
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Le capteur ouest constitue la référence : le cadre du panneau et l’absorbeur sont noirs, son
revêtement sélectif est assuré par anodisation à base de chrome noir. Ce sont les couleurs et
les matériaux classiquement utilisés par Giordano. Les deux autres capteurs possèdent les
couleurs d’expérimentation : le composant du centre est revêtu d’une laque RAL 7021 (gris)
et celui à l’est est laqué RAL 6009 (vert brun). De ce fait les coefficients d’absorption (α) et
d’émissivité (ε) de chacun des absorbeurs sont différents. Or ces coefficients reflètent les
performances des capteurs solaires : en effet les performances des absorbeurs sont meilleures
si le coefficient α est élevé et le coefficient ε est faible [Tableau 7-2].
Absorbeur
Coefficient d’absorption α
coefficient d’émissivité ε
95,6
7,7
RAL 7021 (Gris noir)
95
86
RAL 6009 (Vert brun)
94
95
Noir
Tableau 7-2 : Coefficients α et ε des différents absorbeurs.
L’isolation est aussi différente selon les enveloppes : pour les deux panneaux aux extrémités
(capteurs noir et vert) le panneau isolant possède une épaisseur de 130 mm et est composé de
2 tôles en aluminium prenant en sandwich. de la laine de roche, pour le caisson au centre
(capteur gris) il s’agit d’une tôle acier avec de la laine de verre de 120 mm. Ce choix a été fait
pour les besoins de l’étude industrielle.
7.4 L’installation d’eau chaude sanitaire
L’installation solaire étant composée de trois capteurs aux propriétés différentes, il aurait été
souhaitable d’avoir trois installations d’eau chaude disjointes. Il aurait alors été possible de
comparer directement les performances des différents capteurs. Mais réaliser une telle
installation aurait été techniquement difficile. Il existe en effet un problème de manque de
place pour installer le matériel, et un risque de surcharge imposée au plancher devant
supporter les ballons de stockage. Il a donc été décidé d’installer un unique ballon relié aux
trois composants. Ce ballon de 150 litres est équipé d’un échangeur serpentin permettant le
transfert d’énergie du fluide caloporteur à l’eau. Le fluide caloporteur en provenance des
capteurs solaires pénètre dans le ballon à mi-hauteur et ressort en bas de ce dernier.
Dans une installation fonctionnelle, l’eau chaude est tirée en haut du ballon et l’eau froide
revient par le bas du ballon. Pour effectuer une vidange du ballon dans ces conditions, il aurait
fallu installer une pompe pour extraire l’eau. Pour des raisons de commodité il a donc été
décidé de réaliser la vidange par le bas du ballon [Figure 7-9]. Il conviendra dans un futur
travail de vérifier l’influence de ce choix sur la stratification du ballon de stockage.
Cette vidange peut être effectuée de deux manières: une électrovanne tout ou rien et une
vanne manuelle ont été installées en parallèle permettant soit une vidange commandée soit
une vidange manuelle. L’électrovanne installée est une électrovanne tout ou rien normalement
226
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
fermée dont le diamètre de passage est de 10 mm. Cette électrovanne a la particularité de
fonctionner sans pression différentielle et est anti-coup de bélier. Elle est alimentée en 230V
en courant alternatif [Figure 7-10].
Entrée de l’eau froide
Sortie de l’eau chaude
Fluide
caloporteur
Fluide
caloporteur
Entrée de l’eau froide
Fonctionnement classique d’un ballon
d’eau chaude
Fonctionnement du ballon d’eau chaude de
l’installation expérimentale
Figure 7-9 : Fonctionnement des ballons d'eau chaude sanitaire
Electrovanne
Vanne
Figure 7-10 : Système de vidange du ballon par électrovanne.
Pour permettre l’étude séparée des capteurs et ainsi comparer leurs performances, des vannes
d’isolement ont par ailleurs été placées en amont et en aval de chacun d’entre eux. Des vases
d’expansion ont aussi été installés en bas de chaque composant afin d’éviter des surpressions
[Figure 7-11].
227
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Vanne d‘isolement
Vase d’expansion
Figure 7-11 : La face arrière des capteurs solaires intégrés dans la façade.
Enfin pour assurer la circulation du fluide caloporteur dans les capteurs, un groupe de
transfert a été installé [Figure 7-12].
Interrupteur Marche/Arrêt
Régulation solaire
Voyant de chauffe
Vase d’expansion
Vanne de réglage
Nanomètre
Circulateur
Figure 7-12 : Photo du groupe de transfert.
Il est composé de plusieurs éléments :
− une régulation solaire, qui permet la mise en route du circulateur, la signalisation
d’éventuelles anomalies de fonctionnement et la limitation de la température dans le
ballon d’eau chaude ;
− un circulateur, qui permet la circulation du liquide caloporteur entre les capteurs et
l’échangeur du ballon ;
− un vase d’expansion, qui permet de maintenir le circuit primaire en pression
constante ;
228
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
− une sonde capteur (câblage rouge en silicone) qui doit être glissée dans le doigt de
gant en haut des capteurs ;
− une sonde ballon (câble gris PVC) qui doit être placée dans le doigt de gant sur le tube
départ, au plus près du ballon.
7.5 Les capteurs de mesure expérimentaux
7.5.1 Le choix des paramètres de mesure
La norme AFNOR NF EN 12976-2 (actuellement en cours de rédaction et d’approbation)
concerne les installations solaires thermiques et leurs composants. Cette norme permet de
caractériser les différentes performances des composants. Pour être aux normes un capteur
doit répondre à des critères très précis dans onze domaines distincts :
- Caractérisation du produit antigel ;
- Protection contre les températures supérieures ;
- Résistance à la pression ;
- Contamination de l’eau ;
- Protection contre les éclairs ;
- Équipements de sécurité ;
- Marque ;
- Caractérisation des performances thermiques ;
- Capacité à couvrir les besoins ;
- Protection contre les écoulements inverses ;
- Sécurité électrique.
Cette norme expose les techniques qui doivent être mises en place ainsi que le matériel à
utiliser pour vérifier l’ensemble de ces caractéristiques.
Dans notre cas il ne s’agit pas d’homologuer un capteur mais de connaître son comportement.
En effet le but est de comparer les performances des capteurs expérimentaux à des capteurs
classiques. Les principales préoccupations concernent donc les températures. Nous nous
intéressons à plusieurs types de températures : tout d’abord aux températures de surface des
composants solaires (températures d’ailettes) puis aux températures de conduit des
composants et du ballon. Un débitmètre fut installé dans la suite afin de connaître le débit du
fluide caloporteur au sein de l’installation. Enfin la température ambiante et les conditions
climatiques doivent aussi être connues afin de pouvoir interpréter les résultats obtenus.
Ainsi chaque capteur a été minutieusement choisi selon la fonction qu’il devait assurer. Ils
sont dans la suite présentés en fonction du rôle qu’ils tiennent.
7.5.2 La température de surface
Pour connaître les températures d’ailette à l’intérieur des composants thermiques solaires,
nous avons choisi d’installer des sondes de température avec un élément sensible platine 100
229
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
ohms. L’enveloppe de l’élément sensible est en caoutchouc de silicone et ces sondes
fonctionnent dans un domaine de température compris entre –50°C et +150°C.
Sur chaque capteur deux sondes de températures de surface ont été installées sur les ailettes à
l’intérieur de l’absorbeur [Figure 7-13].
Figure 7-13 : La sonde de surface installée sur une ailette de l'absorbeur.
Sur chaque capteur, deux sondes de températures de surface ont été installées à l’intérieur de
l’absorbeur, sur les ailettes [Figure 7-14].
30 cm
Partie haute du
capteur
Les sondes de
surface
70 cm
50 cm
Partie basse du
capteur
30 cm
Figure 7-14 : Emplacement des sondes de surface sur chaque capteur.
7.5.3 La température de conduit
Les sondes de température de conduit sont composées de gaines rigides inox. L’élément
sensible platine 100 ohms, positionné à l’extrémité de la gaine, a une longueur de 10 mm. Le
domaine de fonctionnement en température de cette sonde est compris entre -75°C et +350°C.
La sortie sur tête légère en aluminium permet de raccorder les câbles, l’étanchéité étant
assurée par le joint de couvercle et par le presse-étoupe fourni [Figure 7-15].
230
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Figure 7-15 : Les sondes de température de conduit.
Deux types de sondes ont été utilisés: les unes pour connaître la température dans les conduits
des capteurs, les autres pour connaître la température au sein du ballon [Tableau 7-3].
Caractéristiques des sondes
longueur
Diamètre
Température de conduit ballon
50 mm
6mm
Température de conduit capteur
15mm
3mm
Tableau 7-3 : Caractéristiques des différentes sondes.
Les sondes utilisées pour mesurer la température dans les conduits des capteurs solaires sont
placées dans des doigts de gants [Figure 7-16]. Elles nous permettent ainsi de connaître la
température du fluide chaud, c’est à dire en sortie de capteur mais aussi la température du
fluide froid en sortie de ballon, après l’échangeur.
Figure 7-16 : Sonde de température de conduit dans un doigt de gant des différentes sondes.
Les sondes de température au sein du ballon ont été placées à la base de la cuve. Les trois
sondes ont été placées à des hauteurs différentes afin d’analyser l’homogénéité de la
température de l’eau dans le ballon [Figure 7-17].
231
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Ballon
Sondes de
températures
50 cm
36 cm
22 cm
Tb1
Tb2
Tb3
Figure 7-17 : Emplacement des sondes de température au sein du ballon.
7.5.4 La température d’ambiance
Cette sonde est constituée d’un boîtier mural en plastique contenant un élément sensible
platine 100 ohms, elle est destinée à la mesure de températures ambiantes en intérieur. Son
domaine de température est de -30°C à +100°C [Figure 7-18].
Figure 7-18 : Sonde de température d'ambiance.
Ce boîtier a été placé à l’intérieur du bâtiment au-dessus du capteur solaire noir.
7.5.5 La température extérieure et l’humidité relative
Ce capteur-transmetteur mesure l'humidité relative (HR) et la température [Figure 7-19]. Pour
chacun de ces paramètres, il délivre un signal de sortie 4-20 mA.
Les plages de mesure sont les suivantes :
- Humidité relative : 5 à 98% HR ;
- Température : -30 à +130°C.
232
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Figure 7-19 : Sonde de température d'ambiance et d’humidité relative.
7.5.6 Le Débit
Le débitmètre répond à plusieurs exigences assez strictes : tout d’abord il est équipé d’un
transmetteur analogique afin de rendre possible l’acquisition de données. Il est compatible
avec le fluide caloporteur utilisé dans l’installation solaire et enfin sa section est petite et
permet ainsi de mesurer des débits faibles comme ceux de l’expérimentation Le débitmètre
choisi permet de répondre à ce cahier des charges [Figure 7-20].
Propriétés
Diamètre
Débit maximum du débitmètre
Débit minimum mesurable
8 mm
27,36 l/min
2,5 l/min
Figure 7-20 : Photo et caractéristiques du débitmètre Rosemount 8711.
7.5.7 Les Modules d’acquisition
Afin de réaliser l’acquisition sur ordinateur des différentes données en provenance des
capteurs de mesures installés, il a fallu installer des modules d’acquisition. Trois modules
d’acquisitions de température ont été mis en place (permettant chacun l’acquisition de 6
températures) et un module à 8 entrées analogiques 4-20 mA permettant l’acquisition de la
température ambiante, de l’humidité relative et du débit. Par ailleurs, un module à 8 sorties
analogiques 0-10V permettant de commander l’électrovanne par la suite fut installé [Figure
7-21]. Ces modules sont équipés de liaison RS 485, ainsi, pour assurer la communication avec
l’ordinateur qui possède une liaison RS 232, l’installation d’un convertisseur de port
RS 485/RS 232 sur le port série de l’ordinateur a été prévue.
233
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Module
d’acquisition
analogique
Module
d’acquisition
de T° n°3
Module de
commande
analogique
Module
d’acquisition
de T° n°2
Module
d’acquisition
de T° n°1
Figure 7-21 : Modules placés sur un rail et connectés aux appareils de mesure et de commande.
7.5.8 L’alimentation
Destinée à l’alimentation des modules d’acquisition et de commande, l’alimentation mise en
place est constituée de blocs alimentation pour boucle de courant 4-20mA produisant un
courant de sortie maximum de 0,5 A en 24V continu. Pour dimensionner l’installation, les
besoins en courant de chaque appareil ont été calculés [Tableau 7-4].
Intensité nécessaire pour
l’alimentation
d’une
du module
entrée/sortie
Nombre
d’entrées/sorties
utilisé
Sous total
Module n°1 d’acquisition
de T°
0,08 A
0
6
0,080 A
Module n°2 d’acquisition
de T°
0,08 A
0
6
0,080 A
Module n°3 d’acquisition
de T°
Module n°1 d’acquisition
analogique
0,08 A
0
6
0,080 A
0,035 A
0,025 A
3
0,110 A
Module de commande
analogique
0,035 A
0,185 A
1
0,220 A
Total
0,570 A
Tableau 7-4 : Calcul de l’ampérage nécessaire pour le fonctionnement de l’installation.
Pour répondre aux besoins de l’installation deux alimentations de 0,5A ont été nécessaires
[Figure 7-22].
Bloc d’alimentation
n° 1
Bloc d’alimentation
n° 2
Figure 7-22 : Rail d’expérimentation.
234
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
7.5.9 Montage global
Une fois ces modules installés sur le rail d’expérimental, nous avons effectué l’ensemble des
branchements et connexions pour assurer l’alimentation et la liaison entre les modules et les
sondes de mesure installées auparavant. Ensuite le rail d’acquisition et de commande ainsi
que l’ordinateur ont été placés au niveau de la trame 2 de la façade des grands ateliers. La
Figure 7-23 illustre le schéma technique de l’ensemble du système d’acquisition mis en place.
Tc1
Tc2
Capteur noir
Tc3
Capteur gris
Ts2
Ts1
Ballon
Capteur vert
Ts5
Ts4
Ts3
T°
ambiant
Sonde T°
& HR
Ts6
Débitmètre
Acquisition analogique
Tb1
Tc4
Tb2
Alimentation
Commande
Acquisition
T°
Tb3
Acquisition
T°
Electrovanne
Acquisition
T°
RS232
Convertisseur
RS485/RS232
Figure 7-23 : Système d’acquisition en place sur le site de l’Isle d’Abeau.
235
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
7.6 Le système d’acquisition
Pour réaliser l’acquisition de données dans cette expérimentation, plusieurs logiciels ont été
nécessaires. Tous sont édités par la firme National Instruments, spécialiste de la
programmation dans l’acquisition de données et le contrôle d’instruments de mesure. Nous
avons d’une part utilisé Industrial Automation OPC Servers, logiciel pour configurer
l’ensemble des capteurs expérimentaux installés et d’autre part le logiciel LabVIEW pour
réaliser le programme et l’interface pour l’acquisition de données.
7.6.1 Paramétrage de la carte d’acquisition
Comme il l’a été décrit précédemment, l’installation permettant l’acquisition de données est
composée de plusieurs modules d’acquisition et d’une carte d’acquisition. Le logiciel
« Industrial Automation OPC Servers » a permis le paramétrage de ces modules et ainsi de
créer une interface de communication entre les capteurs d’une part et l’ordinateur d’autre part.
Le protocole d’échange utilisé pour permettre cette communication est le protocole Modbus.
L’élément central de ce dispositif est le convertisseur de port RS232 / RS485 placé sur le port
série de l’ordinateur. Il permet d’assurer la liaison entre les modules (équipés de liaisons
RS485) et l’ordinateur (équipé d’une liaison RS232). Pour configurer ce convertisseur en
protocole Modbus, une adresse et un nom ont été tout d’abord donnés à chaque module
d’acquisition.
7.6.2 Développement d’une interface d’acquisition avec LabVIEW
L’interface développée permet de réaliser plusieurs fonctions essentielles: l’acquisition et
l’enregistrement de données d’une part et la commande de l’électrovanne d’autre part.
Pour réaliser ce programme, il fallait utiliser plusieurs instruments virtuels (VI) de la
bibliothèque de fonctions du logiciel labVIEW, notamment les VI de la fonction DataSocket,
et d’en créer d’autres.
Avant de lancer une expérimentation l’utilisateur doit en premier lieu remplir trois champs :
- la couleur du capteur testé ;
- le lieu où va être enregistré le scénario de puisage ;
- le lieu où vont être enregistrées les données.
L’ensemble des données acquises est réparti en trois groupes distincts [Figure 7-24]. Dans un
premier bloc se trouvent six thermomètres permettant de visualiser les deux températures de
surface de chacun des trois capteurs. Au-dessus de chaque cadre représentant les capteurs se
trouve un indicateur numérique donnant la température de conduit en sortie de capteur. La
température Tc4 correspond à la température du fluide caloporteur à l’entrée des capteurs. Le
graphique déroulant sert à visualiser ces neuf températures.
Le deuxième cadre permet de connaître en temps réel l’évolution de la température de l’eau
au sein du ballon par l’intermédiaire d’un graphe déroulant et de 3 thermomètres. Ce
236
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
graphique déroulant permet d’avoir en abscisse le temps absolu et en ordonnée la valeur des
températures.
Le dernier bloc permet de visualiser les températures de structure grâce à des indicateurs
numériques et un graphe déroulant.
Figure 7-24 : Interface graphique du système d’acquisition de l’installation expérimentale
7.6.3 Données Climatiques
Le complexe des grands ateliers de l’Isle d’Abeau possède sa propre station météorologique,
installée en 2004 par le Laboratoire des Sciences de l’Habitat [Figure 7-25].
Cellule de
mesure de
l'éclairement
énergétique
global horizontal.
Abri blanc
contenant la
sonde de mesure
de la température
et de l'humidité.
Figure 7-25 : Vue de la station météorologique des GAIA.
Les données de cette station sont accessibles sur le site Internet des GAIA. Les informations
disponibles sont les suivantes :
237
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
- la hauteur du soleil ;
- l’azimut du soleil (depuis le Nord en allant vers l'Est) ;
- l’éclairement énergétique horizontal global ;
- la température et l’humidité relative de l'air ;
- la vitesse et la direction du vent (depuis le Nord en allant vers l'Est).
Il est possible d’obtenir les données pour chaque jour, le pas d’acquisition des mesures étant
de 5 minutes. Ces données sont proposées soit sous forme de graphique soit sous fichier texte
(.txt compatible avec Excel).
7.6.4 Le pas de temps de l’acquisition
Les phénomènes liés au bâtiment sont généralement étudiés avec un pas de temps d’une
heure. Mais ici un pas de temps aussi grand ne permettrait pas une bonne exploitation des
données. En effet la température varie fortement en 24 heures, il faut donc veiller à prendre un
pas de temps en accord avec ces variations. L’expérience montre qu’un pas de temps de cinq
minutes est tout à fait adapté aux données à acquérir. Ce pas de temps permet de plus une
synchronisation avec la station météo des GAIA ayant le même pas de temps.
7.6.5 Le puisage
Pour simuler un fonctionnement réel de capteur solaire, nous avons mis au point un scénario
de puisage. Le puisage permet ainsi de feindre une utilisation réelle de l’eau du ballon. Le
tableau indicatif ci-dessous a été réalisé par l’ADEME. Il permet de connaître les besoins
journaliers d'eau chaude en litres à 60° pour différentes familles selon les points de puisage
[Tableau 7-5].
Nombre de personnes
Besoins journaliers
vivant au foyer
(en litre d’eau chaude sanitaire à 60°)
1-2
25
Evier
3-4
35
5-6
45
1-2
30
Lavabo
3-4
50
5-6
70
1-2
50
Douche
3-4
80
5-6
110
1-2
120
Bain
3-4
190
5-6
250
Tableau 7-5 : Besoins journaliers en ECS selon le nombre de personnes vivant au foyer.
Poste à alimenter
De son côté EDF préconise de dimensionner une installation en supposant qu’une personne
consomme entre 50 et 60 litres d’eau chaude à 45°C par jour. Quant aux industriels fabricant
des installations solaires, ils préconisent d’avoir une consommation d’eau journalière
maximale égale au volume du ballon, qui est ici de 150 l. Ces informations provenant de
sources diverses ne sont pas toutes concordantes, elles donnent toutefois des indications pour
238
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
mettre en place des scénarios de puisage conformes avec la réalité. Nous avons décidé de faire
un puisage journalier d’environ 130 l, réalisé en deux fois, l’un le matin et l’autre le soir. Pour
mettre au point le scénario de puisage, nous avons utilisé un renseignement essentiel : le débit
de puisage lors de l’ouverture de l’électrovanne. Ce dernier est d’environ 13 litres par minute.
Une fois le volume d’eau à puiser déterminé, il suffit de faire la conversion pour connaître le
temps pendant lequel l’électrovanne doit rester ouverte.
Dans notre scénario sont programmés un premier puisage de 7h00 à 7h05 (soit un volume
d’eau extraite d’environ 65 l) et un second puisage de 20h30 à 20h35 (même volume de
puisage).
7.7 Validation de l’installation d’acquisition
7.7.1 Installation solaire en stagnation
Les premières données obtenues l’ont été alors que l’installation solaire était en stagnation,
c’est à dire que le fluide caloporteur n’était pas en mouvement dans le circuit solaire.
L’acquisition des valeurs ci-dessous date du 08/06/05 à 12 :39 :06. Le pas de temps était
d’une seconde, ainsi la première ligne correspond à la mesure à 12 :39 :06, la deuxième à
12 :39 :07 et la dernière à 12 :39 :12 [Tableau 7-6].
Ts1
46,5
Ts2
42,5
Ts3
43,2
Ts4
Ts5
Ts6
Tc1
Tc2
Tc3
40,7
3277
39,4
27,5
31,1
46,5
42,5
42,5
42,4
42,4
42,4
42,4
43,2
43,2
43,2
43,2
43,2
40,7
40,7
40,7
40,7
40,7
3277
3277
3277
3277
3277
39,4
39,4
39,4
39,4
39,4
27,5
27,5
27,5
27,5
27,5
43,2
40,7
3277
39,4
27,5
46,5
46,5
46,5
46,5
46,5
Tc6
3277
3277
3277
3277
3277
3277
3277
23,2
Tc
15,7
Tc5
32,9
31,1
31,1
31,1
31,1
31,1
23,2
23,2
23,2
23,2
23,2
15,7
15,7
15,7
15,7
15,7
32,9
31,1
23,2
15,7
32,9
Tb1
Tb2
Tb3
Tambiante
Ttechnal1
Ttechnal2
20,6
20,3
20,7
16,3
24,3
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,3
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,3
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,3
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,2
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,2
29
20,6
20,3
20,7
16,3
24,2
29
Tableau 7-6 : Résultats obtenus avec l’installation solaire en stagnation.
32,9
32,9
32,9
32,9
cmde
0
0
0
0
0
0
0
Chaque sonde a été branchée sur la voie prévue avec les particularités suivantes :
− Tc5 correspond à la température de surface du store posé au niveau de la trame 2 ;
− Tc6 n’était relié à aucun capteur, ce qui explique la valeur obtenue (3277), cette valeur
est renvoyée lorsque les branchements ne sont pas effectués correctement ou que la
sonde est endommagée; dans la suite de l’expérimentation Tc6 sera reliée à une sonde
placée sur l’enveloppe structurelle du capteur gris (à l’intérieur du bâtiment).
239
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
− Ttechnal1 est la température de surface au niveau du joint de la lame d’air du double
vitrage posé au niveau de la trame 2 ;
− Ttechnal2 est la température de surface du verre extérieur du double vitrage posé au
niveau de la trame 2.
Ces données sont très intéressantes car elles permettent de vérifier le fonctionnement global
des capteurs expérimentaux. Ceci a permis de détecter un problème sur une des 2 sondes de
surface du capteur vert (Ts5, sonde située en haut du capteur) : la valeur obtenue est une
valeur d’erreur, or après vérification des branchements, nous avons constaté que le problème
venait de la sonde elle-même. Ne pouvant pas intervenir sur les capteurs solaires pour la
remplacer, cette température sera donc indisponible au cours de l’expérimentation.
7.7.2 Résultats de mesures d’une journée ensoleillée
Les données exploitées dans ce paragraphe ont été obtenues le samedi 11 juin 2005. Cette
journée a bénéficié d’un fort éclairement énergétique, les conditions météo pouvaient être
qualifiées de bonnes pour le fonctionnement des capteurs solaires [Figure 7-26].
900
800
700
600
500
400
300
200
100
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
11
9
10
8
7
6
5
4
3
2
1
0
0
Eclairement énergétique horizont al
global( W/m2)
1000
heure
Figure 7-26 : Eclairement horizontal sur le site pour la journée du 11 juin 2005.
La comparaison des températures obtenues grâce aux trois sondes de surface situées en bas de
chacun des capteurs (Ts2 pour le capteur noir, Ts4 pour le gris et Ts6 pour le vert) confirme le
fait que l’absorbeur noir, de par ses propriétés physiques, s’avère être le plus performant :
entre 15h30 et 20h la température de surface du capteur noir est en moyenne de 4,05°C plus
élevée que celle du capteur gris, qui elle, est en moyenne de 3,9°C plus élevée que celle du
capteur vert. Les différences de température de surface apparaissent donc nettement selon la
couleur de l’absorbeur [Figure 7-27].
240
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
100
90
température (en°C)
80
70
Ts2
60
Ts4
50
Ts6
40
T air ext
30
20
10
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
0
heure
Figure 7-27 : Comparaison des températures de surface en bas des capteurs (11 juin 2005).
La comparaison des températures de conduit nous renseigne aussi sur les propriétés des
capteurs. La température de conduit la plus élevée est celle du capteur gris (Tc2). Cette
information a priori surprenante, (en effet le capteur noir (Tc1), aux propriétés physiques les
plus adaptées, devrait avoir la température de conduit la plus élevée), s’explique par la
conception même de l’enveloppe du capteur. Le capteur gris est enfermé dans un caisson, il
profite ainsi d’une meilleure isolation par l’arrière et subit moins de pertes thermiques que les
deux autres capteurs. Le capteur vert (Tc3) isolé de la même façon que le capteur noir,
possède une température de conduit inférieure aux deux autres, ce qui peut naturellement
s’expliquer par ses propriétés physiques moins adaptées [Figure 7-28].
80
température (en°C)
70
60
Tc1
50
Tc2
Tc3
40
Tc
30
T air ext
20
Tambiante
10
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
0
heure
Figure 7-28 : Comparaison des températures de conduit en bas des capteurs (11 juin 2005).
Nous nous sommes aussi intéressés à la différence ∆T° entre la température du fluide
caloporteur en sortie de capteur (Tc1, Tc2 ou Tc3 selon le capteur testé) et la température du
fluide en sortie de ballon (Tc). La régulation est en effet réglée pour permettre une circulation
du fluide lorsque le ∆T° entre ces deux températures est de 5°C. Un ∆T° inférieur à 5°C
signifie donc que l’installation solaire est en stagnation et que l’eau chaude sanitaire n’est pas
chauffée.
241
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Pour cette journée les résultats semblent plutôt satisfaisants : Avec le capteur vert
l’installation a fonctionné durant 8h05 et avec les capteurs gris et noir durant 9h40. Il est à
noter que la mise en route du circulateur s’est produit à des horaires différents selon le capteur
testé : le capteur gris est le capteur qui permet d’atteindre le plus rapidement un ∆T° supérieur
à 5°C mais à l’inverse c’est celui qui, le soir, est retombé le plus rapidement avec un ∆T°
inférieur à 5°C [Figure 7-29].
Température
(en °C)
Tc2-Tc
Tc3-Tc
∆T>5°C
tn = 9h40
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
tg= 9h40
tv = 8h05
0
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
-10
Tc1-Tc
heure
Figure 7-29 : Variation du ∆T° selon les capteurs (11 juin 2005).
7.7.3 Résultats de mesures d’une journée couverte
Les conditions climatiques du 14 juin 2005 étaient plus dégradées que celles du 11 juin.
L’éclairement a en effet été beaucoup plus faible [Figure 7-30].
14-juin-05
11-juin-05
Eclairement énergétique
horizontal global( W/m2)
1000
900
800
700
600
500
400
300
200
100
23
22
21
20
18
17
16
15
13
12
11
10
8
7
6
5
3
2
1
0
0
heure
Figure 7-30 : Comparaison de l’éclairement horizontal pour les journées du 11 et du 14 juin.
Les résultats obtenus pour les températures de surface des capteurs montrent clairement les
conséquences de ce faible ensoleillement : les maxima atteints ne dépassent pas 40°C alors
que pour la journée du 11 juin la température en surface du capteur noir est montée à plus de
90°C [Figure 7-31]. Ce graphique révèle par ailleurs un problème technique survenu sur la
sonde de température Ts6 : seulement une partie des données y est représentée (jusqu’à
242
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
14H45) car ensuite la valeur indiquée était 3277 (code erreur). En fait ce problème était dû au
débranchement d’un des câbles de la sonde.
Tem pérature
(en °C)
Ts2
Ts4
Ts6
T air ext
45
40
35
30
25
20
15
10
5
23
22
21
20
19
18
17
16
15
14
13
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
0
heure
Figure 7-31 : Variation des températures de surface des capteurs (14 juin 2005).
L’analyse de la Figure 7-32 montre que la condition ∆T°>5°C (condition nécessaire pour que
le fluide caloporteur se mette en mouvement) n’est pas atteinte par le capteur vert et même si
les deux autres capteurs remplissent cette condition, c’est le cas seulement pendant 0H50 pour
le capteur noir et 1H10 pour le capteur gris.
Tem pérature
(en °C)
Tc1-Tc
Tc2-Tc
Tc3-Tc
>5°C
10
5
23
22
21
19
18
17
16
15
14
12
11
10
9
8
7
5
4
3
2
1
0
0
-5
heure
Figure 7-32 : Variation du ∆T° selon les capteurs (14 juin 2005).
7.8 Mise en route de l’installation et exploitation des résultats
Chaque capteur a été testé plusieurs jours consécutifs. Le tableau suivant permet de connaître
l’ensemble des semaines de tests ainsi que les capteurs testés [Tableau 7-7]. L’exploitation
des résultats s’articule en deux grands axes: Dans un premier temps sont analysés les résultats
des capteurs afin de qualifier les performances de l’installation dans son ensemble. Dans un
second temps sont comparés les capteurs entre eux afin de déterminer si les performances
variaient beaucoup d’un capteur à l’autre.
243
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Période de test
Capteur testé
Période 1
12 au 18 juillet 2005
NOIR
Période 2
19 au 24 juillet 2005
GRIS
Période 3
27 juillet au 2 août 2005
VERT
Tableau 7-7 : Ensemble des expérimentations réalisées.
Nous avons tracé plusieurs graphiques pour chaque semaine de test :
− Graphique n°1 : il donne le rayonnement horizontal global (en W/m2) ;
− Graphique n°2 : il donne les 3 températures de surface Ts2, Ts4 et Ts6 ainsi que la
température extérieure en fonction du temps ;
− Graphique n°3 : il donne les 4 températures de conduit : Tc1, Tc2, Tc3 et Tc4 ;
− Graphique n°4 : il donne les 3 températures de ballon : Tb1, Tb2 et Tb3 ;
− Graphique n°5 : il donne les températures de structure des éléments ainsi que la
température extérieure.
Dans la suite, certains de ces graphiques seront utilisés pour illustrer les différentes analyses
réalisées.
7.8.1 Températures de surface
L’analyse des graphiques représentant les températures de surface montre que le capteur qui
est testé possède une température de surface nettement moins élevée que les deux autres
capteurs, qui sont eux en stagnation. Le graphique suivant permet de connaître les moyennes
des maxima sur chaque période de test des températures de surfaces Ts2, Ts4 et Ts6 [Figure
7-33].
Ts2
Ts4
Ts6
105,00
95,00
92,70
92,40
89,00
90,00
Température [°C]
100,60
99,70
100,00
87,90
85,00
80,00
75,00
71,50
70,00
66,70
67,90
65,00
60,00
55,00
Période 1
Période 2
Période 3
Figure 7-33 : Moyenne des maxima de chacune des températures de surface.
244
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
En stagnation les températures de surface atteignent près de 101°C pour le capteur noir, 93°C
pour le gris et 89°C pour le vert. En fonctionnement ces maxima diminuent de plus de 20°C :
le capteur noir monte au maximum à 71,5°C, les capteurs gris et vert atteignent des maxima
inférieurs et proches l’un de l’autre (66,7°C pour le premier et 67,9°C pour le second).
7.8.2 Températures de conduit
Pour chaque période de test, le capteur dont la température de conduit est la plus faible est
celui qui est en fonctionnement [Figure 7-34].
Tc1
Tc2
Tc3
60
55
Température [°C]
50
45
40
35
30
30 Juillet
29 Juillet
28 Juillet
27 Juillet
25 Juillet
24 Juillet
23 Juillet
22 Juillet
21 Juillet
20 Juillet
19 Juillet
18 Juillet
17 Juillet
16 Juillet
15 Juillet
14 Juillet
13 Juillet
12 Juillet
25
Jour
Figure 7-34 : Moyenne journalière des températures de conduit.
Le graphique suivant permet de confirmer que l’isolation du capteur gris est meilleure. La
température de conduit moyenne du capteur gris en stagnation atteint 38,92 °C sur la
troisième période de test, il n’a que 1,41 °C d’écart avec le capteur noir, lui aussi en
stagnation [Figure 7-35].
Ts2
Ts4
Ts6
105,00
95,00
92,70
92,40
89,00
90,00
Température [°C]
100,60
99,70
100,00
87,90
85,00
80,00
75,00
71,50
70,00
66,70
67,90
65,00
60,00
55,00
Période 1
Période 2
Période 3
Figure 7-35 : Moyenne des températures de conduit sur chaque période.
245
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Ainsi les défauts du capteur gris au niveau de ses coefficients d’absorption et d’émission sont
quasiment compensés par le fait que son enveloppe structurelle est mieux isolée.
Quant au capteur vert il est à noter que sa température de conduit moyenne en fonctionnement
(période 3) est très proche de sa température de conduit moyenne en stagnation qui est de
35,2°C alors que pour les deux autres capteurs les températures moyennes de conduit en
stagnation sont largement supérieures aux températures moyennes en fonctionnement
[Tableau 7-8]. Ceci est dû au fait que le capteur vert possède la configuration la moins
favorable.
Température de conduit moyenne (en °C)
Capteur en fonctionnement
Capteur en stagnation
40,55
33,5
31,6
39,85
35,4
35,2
NOIR
GRIS
VERT
Tableau 7-8 : Valeurs moyennes des températures de conduit des différents capteurs.
7.8.3 Températures de structure
La température de structure est une donnée essentielle pour les industriels, ainsi que dans le
cadre de la réglementation thermique. Les maximums atteints chaque jour par les
températures de structure sont donnés par le graphique suivant [Figure 7-36]. Ces données
sont très intéressantes pour la stabilité de la structure et la sécurité des usagers. Les capteurs
solaires étant des prototypes, les températures que pouvaient atteindre les différents éléments
de la structure étaient une donnée inconnue.
Store
Caisson gris
Joint lame d'air
Verre intérieur
100
90
80
Température [°C]
70
60
50
40
30
20
10
31 Juillet
30 Juillet
29 Juillet
28 Juillet
27 Juillet
24 Juillet
23 Juillet
22 Juillet
21 Juillet
20 Juillet
19 Juillet
18 Juillet
17 Juillet
16 Juillet
15 Juillet
14 Juillet
13 Juillet
12 Juillet
0
Figure 7-36 : Maximum atteint chaque jour par les différentes températures de structure.
En effet, ces résultats montrent que la température maximale du joint au niveau de la lame
d’air ne dépasse pas 70°C, celle du store intérieur 95°C et celle du verre extérieur du double
246
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
vitrage 87°C. Pour les joints, la plage d’utilisation est en général comprise entre –20°C et
+70°C : les mesures effectuées au niveau du joint de la lame d’air permettent de penser qu’il
n’y aura pas d’usure anormale des joints.
Quant à la température maximale atteinte au niveau du caisson gris elle ne dépasse pas 45°C
en période de stagnation, sachant que la température intérieure pendant cette même période
était du même ordre. En effet, l’évolution de cette température pendant la période d’essai et
les évolutions des températures d’ambiance intérieure et extérieure montrent que la
température au niveau du caisson gris est très dépendante de la température intérieure dans le
cas de notre installation [Figure 7-37]. Donc cette température qui paraît élevée n’est en effet
que la conséquence d’une température ambiante intérieure trop élevée. Ceci conduit à
conclure que pour un cas plus réel où la température intérieure ne doit pas dépasser les 30°C
cette température ne sera pas plus élevée.
Température de surface du caisson gris
T caisson_gris
Tamb_int
Tamb_ext
50
45
Température [°C]
40
35
30
25
20
15
10
1
13 juil
289
14 juil
577
15 juil
865
16 juil
1153
17 juil
1441
18 juil
Figure 7-37 : Evolution de la température de surface du caisson gris avec les températures ambiantes.
Cette analyse est importante quant à la faisabilité d’un produit qui ne devrait pas créer des
risques (de brûlures) pour un usager occupant l’intérieur du bâtiment et qui pourra
éventuellement avoir accès à la face arrière du composant solaire. En plus, elle peut servir à
déterminer l’impact de l’intégration sur le climat intérieur de la zone derrière le capteur.
7.8.4 Température de ballon
L’analyse des graphiques concernant les températures de ballon met en exergue plusieurs
phénomènes. Tout d’abord lorsque les conditions climatiques sont correctes (comme les 15,
16 et 17 juillet 2005), le maximum atteint en fin de journée par la sonde Tb1 augmente
chaque jour. Il est en effet de 49,2°C le 15, de 52,6°C le 16 et de 55,4°C le 17.
Par contre les mauvaises conditions climatiques du 18 ne permettent d’atteindre que 46,7°C
en fin de journée [Figure 7-38]. Ce phénomène est tout naturellement dû au fait que l’eau
247
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
réchauffée pendant une journée n’est pas entièrement vidée lors du puisage et influe donc sur
le jour suivant.
Evolution de la température du ballon
Tb1
Tb2
Tb3
60
55
Température [°C]
50
45
40
35
30
25
1
13 juil
289
14 juil
577
15 juil
865
16 juil
1153
17 juil
1441
18 juil
Figure 7-38 : Températures mesurées de l’eau dans le ballon du 15 au 18 juillet 2005.
Les moments où sont effectués les puisages sont aussi très repérables sur le graphique. C’est
la courbe de température Tb3 qui subit le plus ces chutes de températures dues aux puisages
journaliers et ce parce que la sonde correspondante est située le plus bas au sein du ballon.
Par ailleurs, l’écart moyen entre les 3 températures de ballon est donné dans le tableau suivant
[Tableau 7-9].
Différence de température
Écart moyen sur la période du 12 juillet au 2
août 2005
Tb1-Tb2
Tb1-Tb3
Tb2-Tb3
2,6
5,4
2,8
Tableau 7-9 : Différence moyenne entre les 3 différentes températures de ballon.
Ces écarts sont des moyennes sur la période du 12 juillet au 2 août 2005. Ils cachent de très
grandes disparités. Lorsque les puisages ont lieu, les écarts entre les 3 températures de ballon
sont très importants, ils peuvent atteindre plus de 10°C entre Tb1 et Tb3. À titre d’exemple le
22 juillet à 20h55 la différence entre Tb1 et Tb3 est de 13,6°C. Inversement les après-midis
(c'est-à-dire quand la température de l’eau dans le ballon augmente) les 3 températures sont
proches les unes des autres, les écarts sont inférieurs à 1,5°C.
Il est enfin important de connaître la température de l’eau dans le ballon quelques minutes
avant chacun des 2 puisages journaliers pour savoir si la température atteinte est suffisante
pour une utilisation de type eau chaude sanitaire [Figure 7-39].
La température de l’eau dans le ballon est dans 81% des cas plus élevée lors du puisage de
soir. Cela s’explique naturellement du fait que l’eau puisée le soir a pu être réchauffée toute la
journée contrairement à celle du matin. En moyenne la température est par ailleurs de 42,5°C
lors du puisage du matin et de 46,5°C lors du puisage du soir. Les températures atteintes le
248
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
soir répondent ainsi dans 71% des cas aux recommandations EDF, c’est à dire obtenir une eau
à 45°C. Le matin la température atteint par contre les 45°C dans seulement 24% des cas.
Toutefois si l’eau du ballon était réellement utilisée elle serait puisée par le haut du ballon
c’est à dire un mètre plus haut que là où est mesurée la température de l’eau dans le ballon
Tb1. La température serait donc plus élevée de plusieurs degrés et atteindrait les
recommandations.
Tb1 à 7h00
Tb1 à 20h30
60
Température [°C]
55
50
45
40
35
02 Août
01 Août
31 Juillet
30 Juillet
29 Juillet
28 Juillet
27 Juillet
25 Juillet
24 Juillet
23 Juillet
22 Juillet
21 Juillet
20 Juillet
19 Juillet
18 Juillet
17 Juillet
16 Juillet
15 Juillet
14 Juillet
13 Juillet
12 Juillet
30
Figure 7-39 : Température de l’eau dans le ballon Tb1 avant chacun des 2 puisages journaliers.
7.9 Comparaison entre les résultats numériques et expérimentaux
La confrontation des résultats de la modélisation avec les mesures expérimentales constitue
une étape essentielle dans le processus d’évaluation du modèle développé. L’objectif de la
confrontation que nous présentons dans la suite consiste à évaluer la capacité du modèle
développé sous MATLAB et intégré dans TRNSYS à décrire le comportement thermique en
régime dynamique des modules solaires prototypes intégrés dans la façade.
Puisque le système solaire expérimental installé aux GAIA permet de tester un seul module
solaire en fonctionnement à la fois, nous avons alors décidé de mener une analyse sur trois
périodes différentes dont chacune permet d’étudier un module en marche et d’observer le
comportement de deux autres modules en stagnation.
Les données climatiques utilisées sont récupérées à partir des mesures directes obtenues par
les sondes placées à côté de l’installation et à partir des fichiers enregistrés en temps réel par
la station météorologique installée par le LASH sur le site des Grands Ateliers.
Lorsqu’il s’agit du module en fonctionnement, la productivité du système solaire nous paraît
comme étant l’élément essentiel à observer. Nous étudions ainsi le rendement du capteur
intégré en observant le niveau de température de l’eau dans le ballon de stockage.
249
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Dans le cas des capteurs en stagnation, nous nous intéressons à la température moyenne de la
plaque absorbante du capteur, qui est un élément important dans l’étude de l’impact sur
l’intégration des capteurs sur l’ambiance intérieure de la zone intérieure du bâtiment.
7.9.1 Réglage des paramètres de simulation
Afin de pouvoir comparer les résultats expérimentaux et numériques il est indispensable de
s’assurer du bon paramétrage du modèle numérique. Trois facteurs principaux du modèle
numérique sont étudiés et analysés :
− Le pas de temps ;
− Le scénario de puisage ;
− Les pertes dues au ballon ;
Les tests sont réalisés sur trois périodes correspondant au système solaire ayant à chaque fois
un module solaire prototype comme élément capteur.
7.9.1.1 Le pas de temps
Le pas de temps habituellement utilisé sous TRNSYS pour réaliser les simulations est d’une
heure. Toutefois le pas de temps du fichier météo enregistré sur place étant de 5 minutes, nous
avons réalisé des tests afin de définir le pas de temps le plus approprié à notre
expérimentation. Quatre pas de temps sont testés : 5 min, 15 min, 30 min et 1 heure.
Tbmesu
Tb5min
Tb15min
Tb30min
Tb1h
48,00
46,00
Température dans le ballon [°C]
44,00
42,00
40,00
38,00
36,00
34,00
32,00
30,00
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
Temps en heures
Figure 7-40 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le pas de temps de simulation (en 20
juillet 2005).
La Figure 7-40 représente la température d’eau dans le ballon pour le capteur gris dans la
journée du 20 juillet 2005 pour chacun des quatre pas de temps étudiés en comparaison avec
la température moyenne mesurée expérimentalement.
250
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Le graphique démontre que le profil de température le plus proche des résultats
expérimentaux correspond au pas de temps de 5 minutes. L’écart de la moyenne de la
température du ballon sur la journée peut s’élever à 1°C avec un pas de temps de 1 heure par
rapport aux valeurs expérimentales. Avec un pas de temps de 5 minutes, l’écart sur la journée
entre la moyenne de la température du ballon et la température moyenne expérimentale ne
dépasse pas 0,2°C. Le pas de temps le plus adapté se révèle être le pas de temps de 5 minutes.
Simulation et expérimentation ont par ailleurs ainsi le même pas de temps.
7.9.1.2 Le scénario du puisage
Afin de réaliser un puisage sous simulation numérique correspondant le plus possible au
puisage réalisé expérimentalement en deux puisages à des horaires similaires, quatre profils
d’utilisations sont mis en place. La principale caractéristique de ces profils est de maintenir
une quantité d’eau puisée au niveau du ballon sur une journée égale à celle puisée
expérimentalement. C’est en fait la durée du puisage qui change, et donc le débit. Dans le
premier profil chacun des deux puisages dure 2 heures, dans le deuxième 1 heure, dans le
troisième 30 minutes et dans le quatrième 5 minutes [Tableau 7-10].
Profil 1
5h
7h
2h
18h30
20h30
2h
Heure début
Heure fin
Durée
Heure début
Heure fin
Durée
Puisage n°1
Puisage n°2
Profil 2
5h30
6h30
1h
19h
20h
1h
Profil 3
5h45
6h15
30 min
19h15
19h45
30 min
Profil 4
6h00
6h05
5 min
19h30
19h35
5 min
Profil exp.
6h
6H05
5 min
19h30
19h35
5 min
Tableau 7-10 : Horaires de puisage pour les quatre profils testés.
ProfilExp
Profil1
Profil2
Profil3
Profil4
48,00
46,00
Température dans le ballon [°C]
44,00
42,00
40,00
38,00
36,00
34,00
32,00
30,00
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
Temps en heures
Figure 7-41 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le profil de puisage (en 20 juillet 2005).
251
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Les quatre courbes de température dans le ballon, obtenues à partir de ces profils numériques,
donnent des niveaux proches. La différence se situe au niveau des puisages : plus la durée du
puisage est courte, plus la pente de la courbe de température est forte.
Le profil 4 est celui qui ressemble fortement au profil expérimental [Figure 7-41]. Il est ainsi
utilisé dans la suite pour les simulations de comparaisons.
7.9.1.3 Les pertes dues au ballon
Plusieurs paramètres peuvent naturellement être modifiés dans ce composant physique. Le
volume du ballon est un paramètre fixe égal à 150 l et la chaleur spécifique de l’eau dans le
ballon est de 4,19 kJ/kg.K. Le paramètre traduisant les pertes énergétiques est le coefficient de
perte du ballon. Afin de déterminer la valeur du coefficient de perte qui correspond le plus au
ballon utilisé dans l’expérimentation, nous avons choisi de mener des simulations en
considérant les quatre valeurs suivantes : 1, 3, 5 et 7 kJ/h.m².K. Les résultats obtenus par des
simulations menées avec ces valeurs pour la journée du 20 juillet 2005 sont présentés dans la
figure suivante :
Tb_exp
Tb_1kJ/h.m².K
Tb_3kJ/h.m².K
Tb_5kJ/h.m².K
Tb_7kJ/h.m².K
49,00
47,00
Température dans le ballon [°C]
45,00
43,00
41,00
39,00
37,00
35,00
33,00
31,00
29,00
27,00
25,00
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
Temps en heures
Figure 7-42 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le coefficient de perte du ballon (en 20
juillet 2005).
Les résultats obtenus avec un coefficient de perte égal à 3 kJ/h.m².K s’approchent fortement
des données obtenues expérimentalement [Figure 7-42]. Il semble par ailleurs qu’améliorer ce
coefficient, en diminuant sa valeur, ne permette pas d’augmenter les performances de façon
significative. En effet, passer de 7 à 3 kJ/h.m².K permet de gagner 1,53 °C sur la moyenne de
la température du ballon dans la journée.
252
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
7.9.2 Résultats et discussion
La configuration du modèle numérique utilisée pour faire l’étude comparative est donnée par
le tableau suivant [Tableau 7-11]. Les simulations sont effectuées sur six journées bien
ensoleillées correspondant à des périodes d’expérimentation de chacun des capteurs
prototypes.
Capteur en fonctionnement
Période de
simulation
Configuration
du capteur
Configuration
du ballon
Scénario de
puisage
Début
Fin
Emissivité de l’absorbeur
Absorptivité de l’absorbeur
Coefficient de perte du
ballon
Puisage N°1
Puisage N°2
Noir
13/07 à 0h
Gris
20/07 à 0h
Vert
04/08 à 0h
14/07 à 24h
0,077
0,956
21/07 à 24h
0,86
0,95
05/08 à 24h
0,95
0,94
3 kJ/h.m².K
de 6h00 à 6h05
de 19h30 à 19h35
Tableau 7-11 : Paramétrage utilisé dans la simulation numérique des trois capteurs prototypes.
Lorsque le capteur testé est lié au système solaire, nous nous intéressons à sa productivité. La
température de l’eau dans le ballon de stockage est alors observée. Les deux autres capteurs
sont alors en stagnation, et nous observons ainsi la température moyenne de la plaque
absorbante qui permettra de déterminer l’impact sur l’ambiance intérieure du bâtiment.
Dans la suite, les comparaisons entre les valeurs simulées et les données expérimentales de
chaque capteur sont effectuées sur les trois périodes choisies et les résultats sont présentés
sous la forme de trois graphiques pour chaque période. Sur le premier sont tracées les courbes
représentant les températures de l’eau dans le ballon du stockage lié au capteur en
fonctionnement qui assure la productivité en chaleur: la moyenne des trois températures
expérimentales (Tb1, Tb2 et Tb3) ainsi que la température moyenne à mi-hauteur du ballon,
obtenue par simulation numérique. Sur les deux autres graphiques sont tracées les
températures moyennes des absorbeurs des deux autres capteurs en stagnation.
7.9.2.1 Le capteur noir en production d’eau chaude
Les résultats des simulations sont confrontés avec les mesures expérimentales afin de tester la
capacité du modèle numérique à prédire le comportement thermique et la productivité
énergétique du capteur solaire intégré dans la façade. Les résultats obtenus lorsque le capteur
noir est un composant du système solaire sont traduits par la température de l’eau dans le
ballon de stockage [Figure 7-43].
253
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Tb_exp
Tb_simul
T_env. du ballon
55
50
Température dans le ballon [°C]
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
48
Temps en heures
Figure 7-43 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (13-14 juillet 2005).
La température d’eau simulée suit bien la dynamique des mesures expérimentales. Le modèle
numérique décrit bien l’impact du puisage sur la diminution de la température de l’eau dans le
ballon. L’écart moyen absolu entre la température simulée et la température mesurée est égal
à 0,38°C avec un écart type de 0,3°C [Figure 7-44].
1,6
Ecart moyen absolu = 0,38 °C
Ecart-type = 0,3°C
1,4
Ecart absolu [°C]
1,2
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
0
8
16
24
32
40
48
Temps en heures
Figure 7-44 : Ecarts absolus de la température de l’eau dans le ballon entre les valeurs mesurées et simulées.
254
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Nous pouvons ainsi constater que le modèle numérique permet d’étudier correctement la
productivité énergétique du système solaire ayant le capteur noir intégré comme composant.
Les deux autres capteurs (avec les absorbeurs gris et vert) étant non lié au système solaire
pendant cette période de mesure, ils sont dans des conditions de stagnation. Dans ces
conditions, nous avons vu dans le chapitre précédent que la température de l’absorbeur du
capteur intégré peut avoir un impact important sur la température de l’air à l’intérieur du
bâtiment. Il paraît donc utile de confronter les valeurs simulées de la température moyenne de
la plaque absorbante des capteurs intégrés en stagnation aux mesures obtenues par
l’installation expérimentale.
La température moyenne de l’absorbeur du capteur vert simulée suit bien la dynamique de la
température mesurée, avec des légers dépassements pendant les premières heures
d’ensoleillement [Figure 7-45]. La température moyenne maximale est égale à 91,02°C par
simulation et 92,60°C par mesure. La température minimale moyenne obtenue par simulation
est 14,46°C et celle obtenue par mesure est très proche avec 14,30°C. La moyenne de la
température de l’absorbeur pendant la période du test est égale à 40,35°C et celle obtenue par
mesure ne dépasse pas les 39,26°C, et donc l’écart absolu sur la moyenne des simulations et
mesures est de 1,09°C [Figure 7-46]. L’écart entre les valeurs simulées et les valeurs
mesurées est acceptable et permet de constater que le modèle numérique pourra être utilisé
afin d’optimiser l’épaisseur de l’isolant dans le capteur pour éviter un impact significatif de
l’intégration solaire sur l’ambiance intérieure du bâtiment.
Tp_simul
Tp_exp
110,00
100,00
Température de l'absorbeur [°C]
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
Temps en heures
Figure 7-45 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur vert (13-14 juillet 2005).
255
44
46
48
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
120,00
Tp_simul
Tp_exp
100,00
92,60
Température de la plaque absorbante
91,02
80,00
60,00
40,35
39,26
40,00
20,00
14,46
14,30
0,00
Minimum
Maximum
Moyenne
Figure 7-46 : Ecarts entre la simulation et l’expérimentation pour le capteur vert en stagnation.
Les mêmes observations peuvent être faites sur le capteur gris en stagnation. En effet, nous
observons une dynamique proche entre les mesures et les simulations [Figure 7-47], et les
écarts absolus entre les moyennes de températures permettent de montrer une bonne
concordance entre le modèle numérique et l’expérimentation [Figure 7-48].
Tp_simul
Tp_exp
110,00
100,00
Température de l'absorbeur [°C]
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
Temps en heures
Figure 7-47 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur gris en stagnation (13-14 juillet 2005).
256
48
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
120,00
Tp_simul
Tp_exp
Température de la plaque absorbante [°C]
98,05
97,11
100,00
80,00
60,00
43,39
40,92
40,00
20,00
16,03
14,40
0,00
Minimum
Maximum
Moyenne
Figure 7-48 : Ecarts entre la simulation et l’expérimentation pour le capteur gris en stagnation.
7.9.2.2 Le capteur gris en production d’eau chaude
La même démarche de comparaison est suivie dans l’étude du système solaire ayant le capteur
gris comme composant. La dynamique de la température d’eau simulée est très proche de la
dynamique des mesures expérimentales [Figure 7-49].
Tb_exp
Tb_simul
T_env. du ballon
50
45
Température dans le ballon [°C]
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
Temps en heures
Figure 7-49 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (20-21 juillet 2005).
257
46
48
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Le modèle numérique développé permet donc bien d’étudier la productivité du capteur gris.
L’écart moyen absolu entre la température simulée et la température mesurée pendant cette
période de test est égal à 0,27°C avec un écart type de 0,26°C.
La simulation des températures moyennes des absorbeurs des capteurs noir et vert qui sont en
stagnation pendant cette période de test donne des résultats très proches des données de
mesures. La dynamique de la température simulée est très proche de celle de la température
mesurée, pour les deux capteurs, avec des légers dépassements pendant les premières heures
d’ensoleillement [Figure 7-50, Figure 7-51].
Dans le cas du capteur noir, la température moyenne maximale simulée est égale à 103,16 °C
et celle mesurée à 104,05 °C. La température minimale moyenne obtenue par simulation est
14,89 °C, et celle obtenue par mesure est très proche avec 13,50 °C. La moyenne de la
température de l’absorbeur pendant la période du test est égale à 42,47 °C et celle obtenue par
mesure est légèrement inférieure à la valeur simulée avec 41,36 °C.
Dans le cas du capteur vert, les températures moyennes maximale et minimale de l’absorbeur
obtenues par simulation sont respectivement égales à 88,89 °C et 14,62 °C, contre 89,00 °C et
13,40 °C obtenues par les mesures pendant la période de test correspondante. La température
moyenne obtenue par simulation est 38,93 °C, et celle obtenue par mesure ne diffère pas trop
de cette dernière avec une valeur de 37,11 °C.
Tp_simul
Tp_exp
110,00
100,00
Température de l'absorbeur [°C]
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
Temps en heures
Figure 7-50 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur noir en stagnation (20-21 juillet 2005).
258
48
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Tp_simul
Tp_exp
110,00
100,00
Température de l'absorbeur [°C]
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
48
Temps en heures
Figure 7-51 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur vert en stagnation (20-21 juillet 2005).
Comme dans le cas du cas précédent où le capteur noir faisait partie du système solaire, nous
avons évalué le modèle numérique dans le cas du système solaire ayant le capteur gris intégré
comme composant, et nous avons comparé le comportement thermique des capteurs en
stagnation avec les données de mesures. La bonne concordance entre les divers résultats
montre bien que le modèle numérique peut décrire le comportement du capteur solaire
intégré.
7.9.2.3 Le capteur vert en production d’eau chaude
Afin d’étudier la productivité du système solaire ayant le capteur vert intégré comme
composant, des simulations sont effectuées pendant deux jours, les 04 et 05 août 2005, et les
résultats sont confrontés aux résultats des mesures effectuées sur la même période sur le site
de l’expérimentation.
La Figure 7-52 illustre la moyenne de la température dans le ballon de stockage, obtenue
grâce au capteur vert. Les valeurs de la simulation concordent bien avec les valeurs mesurées.
L’écart moyen absolu entre la température simulée et la température mesurée pendant cette
période de test est égal à 0,48°C avec un écart type de 0,34°C
259
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Tb_exp
Tb_simul
T_env. du ballon
55
50
Température dans le ballon [°C]
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
48
Temps en heures
Figure 7-52 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (04-05 août 2005).
Pendant cette même période, les capteurs ayant les absorbeurs noir et gris sont dans des
conditions de stagnation. Les résultats des simulations effectuées montrent que les
températures moyennes des absorbeurs des deux capteurs solaires intégrés suivent bien la
dynamique de la température mesurée correspondant à chaque capteur, avec des légers
dépassements pendant les premières heures d’ensoleillement [Figure 7-53,Figure 7-54].
Tp_simul
Tp_exp
120,00
110,00
Température de l'absorbeur [°C]
100,00
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
Temps en heures
Figure 7-53 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur noir en stagnation (04-05 août 2005).
260
48
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
Tp_simul
Tp_exp
110,00
100,00
Température de l'absorbeur [°C]
90,00
80,00
70,00
60,00
50,00
40,00
30,00
20,00
10,00
0,00
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
22
24
26
28
30
32
34
36
38
40
42
44
46
48
Temps en heures
Figure 7-54 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur gris en stagnation (04-05 août 2005).
Pour le capteur noir, la température moyenne maximale est égale à 109,31 °C par simulation
et 110,15 °C par mesure. La température minimale moyenne obtenue par simulation est
13,21 °C, et celle obtenue par mesure est très proche avec 11,15 °C. La moyenne de la
température de l’absorbeur pendant la période du test est égale à 44,89 °C et celle obtenue par
mesure ne dépasse pas les 41,51 °C. Pour le capteur gris, les températures moyennes
maximale et minimale de l’absorbeur par simulation sont respectivement égales à 97,84 °C et
13,00 °C, contre des mesures de 100,25 °C et 11,00 °C. La température moyenne obtenue par
simulation est 41,07 °C, et celle obtenue par mesure ne diffère pas trop de cette dernière avec
une valeur de 38,85 °C.
7.10 Conclusion
Après avoir étudié théoriquement et techniquement le système solaire afin de prévoir les
capteurs de mesure nécessaires à l’expérimentation, nous avons installé et branché l’ensemble
des sondes de mesures et des modules d’acquisition en même temps de la mise en place de
l’installation du système solaire expérimental.
Ensuite, nous avons développé un programme de contrôle et d’acquisition de données de
mesures sous LabVIEW, logiciel de programmation graphique. Ce programme remplit
plusieurs tâches distinctes : il permet l’acquisition des données, la commande de
l’électrovanne effectuant les puisages mais aussi et surtout l’enregistrement de l’ensemble de
ces données.
Les premières acquisitions obtenues sur site ont validé le système expérimental mis en place.
Le traitement des données recueillies par la suite a permis de connaître les performances de
261
Chapitre 7 : Expérimentation de capteurs intégrés en façade
l’installation et de chacun des capteurs prototypes. Le capteur noir, aux caractéristiques
techniques les plus favorables, permet d’obtenir une bonne performance. Le capteur gris
permet toutefois d’obtenir des performances assez proches malgré une couleur d’absorbeur
moins favorable : sa structure en caisson et sa meilleure isolation compensent presque son
défaut de couleur. Le capteur vert obtient lui des performances inférieures aux deux autres
mais ces dernières restent néanmoins correctes.
La solution développée permet de capter de l’énergie solaire avec un surcoût minime : au coût
de la façade traditionnelle doit être ajouté le prix de l’absorbeur (quelques dizaines d’euros
par m2 – environ 10 fois moins qu’un m2 de capteur solaire traditionnel). L’utilisation
d’absorbeurs de couleur sombre (vert sapin et gris noir) paraît tout à fait envisageable et
devrait permettre d’offrir aux architectes plus de choix (même s’il reste encore limité) et de
nouveaux produits.
L’installation expérimentale a permis de réaliser une confrontation entre les résultats de
simulation issus du modèle numérique développé sous MATLAB et intégré dans TRNSYS, et
les mesures expérimentales des trois capteurs solaires intégrés prototypes. Cette confrontation
a abouti sur une bonne concordance et a permis de mettre en valeur la capacité du modèle à
décrire le comportement thermique dynamique des capteurs solaires thermiques intégrés dans
la façade.
262
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Conclusion générale
Perspectives
263
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
264
Conclusion générale et perspectives
Conclusion générale
Adopter une démarche d’intégration des composants solaires actifs dans le bâtiment est une
manière significative de relever le défi du développement du marché solaire thermique, tout
en contribuant à la diminution des émissions des gaz à effet de serre et des tensions
financières et politiques liées aux risques sur les approvisionnements. Dans ce contexte,
l’objectif de notre recherche était articulé en deux axes fondamentaux complémentaires: d’une
part, le développement d’une méthode d’analyse prospective destinée à identifier des
principes constructifs et des composants d’enveloppe innovants dans l’intégration technicoarchitecturale des équipements solaires thermiques, et d’autre part, l’étude de la modélisation
et la conception d’un outil dynamique permettant de connaître la performance du système
solaire ayant des composants intégrés et qui rende possible l’identification de l’influence de
ces composants sur l’ambiance intérieure du bâtiment.
L’analyse de la problématique de l’intégration architecturale des composants solaires
thermiques actifs dans le bâtiment nous a tout d’abord permis de constater que la qualité
architecturale et la qualité du design des produits sont des facteurs primordiaux dans la
réussite de l’intégration, que le composant solaire doit pouvoir être un composant de
construction au même titre que d’autres, et qu’il s’avère essentiel de trouver un bon
compromis entre l’installation technique (faisabilité et productivité) des systèmes solaires et
leur intégration architecturale.
Une étude de la situation actuelle concernant la technologie du solaire thermique et les
procédés constructifs du bâtiment nous a conduit, par le biais d’une analyse fonctionnelle des
systèmes solaires thermiques et des matériaux et composants constructifs, à distinguer
plusieurs éléments constructifs capables de recevoir des fonctions propres aux systèmes
solaires thermiques, sans pénaliser leurs fonctions initiales. Cette analyse nous a permis
d’établir une vingtaine de propositions d’intégration, dans le respect des normes
correspondantes. Six propositions d’intégration dans la façade ont été sélectionnées et ont fait
l’objet d’une étude de faisabilité et des détails de mise en œuvre ont été élaborés. L’évaluation
et le développement de ces propositions d’intégration ont fait le sujet d’une application de la
méthode d’analyse prospective développée par la suite.
Comme nous l’avons précisé, la première contribution principale de notre recherche a été de
développer une méthode prospective d’analyse de l’intégration de ces systèmes dans le
bâtiment, baptisée SISBat, permettant notamment d’évaluer la qualité de l’intégration et de
proposer des perspectives d’évolution du composant solaire. Elle est conçue pour les
architectes et les concepteurs, pour être adaptée au processus de conception et pour fournir
des résultats interprétables et compréhensibles. En raisonnant sur le cycle de vie entier, une
265
Conclusion générale et perspectives
grille d’analyse a été construite suivant un référentiel d’étude permettant de croiser les
perspectives techniques, économiques, architecturales et environnementales et une structure
méthodologique a été élaborée.
Afin d’obtenir une évaluation de la qualité d’intégration de sortie synthétique et lisible, sans
pour autant réduire le nombre et le contenu des quarante-quatre critères d’analyse retenus,
nous avons pris le parti de structurer hiérarchiquement les critères. Ceux-ci critères sont
surclassés dans des familles de sur-critères appartenant à une étape de vie de l’élément solaire.
La structure hiérarchique a l’avantage de permettre d’interpréter les résultats sur plusieurs
niveaux comme cela a été fait dans l’application de SISBat aux six propositions d’intégration
solaire retenues. Elle a permis non seulement d’évaluer ces propositions mais également de
les comparer et de mettre en évidence leurs éventuelles possibilités d’amélioration.
La deuxième contribution essentielle du travail effectué a été la création d’un environnement
de simulation de capteurs intégrés avec l’appui du logiciel TRNSYS, ceci permettant ainsi de
modéliser l’essentiel des phénomènes transitoires. Bien que le système solaire soit considéré
dans son ensemble, le travail s’est plutôt focalisé sur un des composants du système : le
capteur. La modélisation dynamique nécessitait avant tout la création d’un nouveau modèle
spécifique de capteur solaire intégré prenant en compte l’interaction capteur/bâtiment, dont
les résultats ont été ensuite validés au sein d’un système de production d’eau chaude. En
considérant la proposition d’intégration de composants solaires dans les façades à vitrage
parclosé comme application, des simulations ont été effectuées sur des périodes, des climats et
des configurations diverses. Les résultats ont pu mettre en évidence plusieurs points.
Une analyse paramétrique a montré que le coefficient d’absorption de l’absorbeur joue le rôle
dominant dans le choix de la couleur de l’absorbeur par rapport à son coefficient d’émission.
Ce résultat a été ensuite confirmé par des simulations effectuées dans le but de classer des
couleurs choisies d’absorbeur suivant la performance thermique du capteur.
Nous avons montré aussi que le comportement des capteurs intégrés dans la façade d’un
bâtiment ayant des absorbeurs colorés est comparable à celui du capteur noir traditionnel, et
que les rapports des surfaces nécessaires à reproduire une quantité d’énergie équivalente à
celle d’une installation traditionnelle sont pratiquement surmontables puisque, à l’encontre de
la toiture, la surface nécessaire au captage est pratiquement disponible en façade. En effet,
pour un capteur vertical intégré dans une façade orientée plein sud, les simulations ont donné
un ratio de surface variant suivant la couleur de l’absorbeur de 1,6 à 2,3 par rapport à la
surface d’un capteur traditionnel implanté sur la toiture et orienté vers le sud.
En plus, même si nous n’avons pas fait une étude du coût du composant, nous pouvons
facilement conclure qu’il représente un avantage sur le plan économique. En effet, par rapport
au capteur traditionnel, le capteur intégré dans la façade parclosé fournit une quantité
d’énergie utile acceptable et représente un surcoût minime qui viendrait surtout de
266
Conclusion générale et perspectives
l’intégration de l’absorbeur, l’isolant et les conduits dans la façade. Ceci devrait en général
représenter un investissement bien inférieur à celui de l’achat de capteurs solaires
traditionnels, et qui seront probablement perceptibles, moins esthétiques, et donc moins
acceptables par les architectes, les maîtres d’oeuvre ou les usagers.
Nous avons pu ensuite mettre en évidence l’influence de l’intégration du composant solaire
thermique intégré sur l’ambiance intérieure du bâtiment en étudiant les échanges thermiques
entre le capteur et les locaux situés à l’arrière du module de façade. Cette étude a mis en
évidence l’impact du capteur intégré sur l’évolution de la température d’air de la zone
occupée derrière le capteur dans les conditions de fonctionnement normal et les conditions de
stagnation, en comparaison avec une façade sans capteur. L’analyse a permis une estimation
de l’épaisseur d’isolant nécessaire pour minimiser cet impact.
Enfin la proposition d’intégration étudiée numériquement fut concrétisée par la production de
trois capteurs prototypes colorés et une expérimentation installée aux Grands Ateliers de l’Isle
d’Abeau. L’installation a été équipée de sondes de mesures, de modules d’acquisition et
autres équipements techniques (électrovanne pour contrôler le puisage, débitmètre) pour la
réalisation d’une étude de ces capteurs en conditions réelles d’utilisation. Un programme de
contrôle et d’acquisition de données de mesures a été développé pour piloter cette
expérimentation.
D’une part, l’analyse des données de mesures recueillies nous a permis de connaître les
performances de l’installation et de chacun des capteurs prototypes. Les trois capteurs testés
ont permis d’obtenir de bonnes performances. Le capteur ayant la plus petite absorptivité
(absorbeur vert) a montré des performances inférieures aux deux autres mais ces dernières
restent néanmoins correctes. Des mesures concernant la sécurité du produit ont été effectuées
et ont montré que la température de surface derrière le capteur gris reste acceptable pour les
usagers. Ces résultats ont confirmé l’intérêt de cette proposition d’intégration, sachant que ces
capteurs intégrés et colorés permettent de plus de capter de l’énergie solaire avec un surcoût
minime. L’utilisation d’absorbeurs de couleurs sombres (vert sapin et gris noir) s’est révélé
comme tout à fait envisageable et devrait permettre d’offrir aux architectes plus de choix,
même s’il reste encore limité, et de nouveaux produits.
D’autre part, l’installation expérimentale nous a permis de réaliser une confrontation entre les
résultats de simulation issus du modèle numérique développé et les mesures expérimentales
des trois capteurs solaires intégrés prototypes. Cette confrontation a abouti à une bonne
adéquation et a permis de mettre en valeur la capacité du modèle à décrire le comportement
thermique des capteurs solaires thermiques intégrés dans la façade.
267
Conclusion générale et perspectives
Perspectives
Le développement de la méthode prospective SISBat, qui s’inscrit dans une logique de
développement durable, s’est avéré une tâche difficile, en raison de la situation complexe qui
mêle les spécificités du secteur du bâtiment et celui des systèmes solaires thermiques. Même
si les travaux présentés dans ce mémoire permettent aujourd’hui de témoigner de son
fonctionnement à travers plusieurs cas étudiés, nous pouvons envisager plusieurs évolutions.
Il faut d’abord souligner le caractère subjectif d’un certain nombre d’éléments de la méthode.
Dans le développement de la méthode, nous avons pu bénéficier d’observations et de conseils
d’un certain nombre d’experts, notamment sur le recensement et la définition des variables, le
remplissage des matrices et la détermination des notes affectées à chaque critère, ce qui a
permis d’affiner et de justifier certains choix. Par ailleurs, il pourrait s’avérer intéressant,
voire opportun, d’utiliser, dans les calculs des résultats, les règles de la logique floue, de telle
sorte que soient représentés et traités le vague, l’imprécis et l’incertain. Quelques essais
préliminaires ont été effectués, mais ils demandent à être poursuivis.
Dans le cadre de ce travail, nous avons restreint l’applicabilité de la méthode aux bâtiments
neufs. Compte tenu de la politique actuelle de réhabilitation du parc existant en France pour
améliorer les conditions de vie et diminuer les consommations énergétiques, il nous
semblerait judicieux d’étendre le champ des applications à celui des projets de réhabilitation.
Cette extension, si elle est conduite, ne peut se faire directement. Un projet de réhabilitation
est caractérisé par le fait qu’il est conditionné, en partie, par le bâtiment existant, elle
nécessitera des adaptations au niveau de la méthodologie, particulièrement au niveau de la
mise en œuvre.
Il paraît judicieux, pour conclure sur cette partie, de pouvoir évaluer la méthode SISBat en
l’appliquant à d’autres composants du système solaires (stockage et distribution), et à d’autres
types de systèmes solaires thermiques (rafraîchissement solaire, plancher chauffant).
En ce qui concerne la modélisation numérique, une des pistes de développement futur pourrait
être l’étude de l’incidence de ces systèmes sur les échanges entre les bâtiments et les
microclimats urbains. Il s’agirait d’estimer le rôle que pourraient avoir les éléments capteurs
sur le climat environnant, notamment le phénomène d'îlot de chaleur. Ceci pourrait être
effectué par une analyse de sensibilité aux matériaux (caractéristiques, coefficients d'échange)
et à la géométrie (canyon, bâtiment, masques) et par l’observation de l’évolution relative des
températures diurnes et nocturnes.
La partie expérimentale pourrait également être étendue afin d’étudier d’une part le
fonctionnement d'un champ d'éléments capteurs, d'autre part d’évaluer le comportement des
capteurs en ambiance réelle. Ainsi la façade expérimentale pourrait être réaménagée en
ajoutant un champ de capteurs avec une configuration hydraulique ajustable et en installant
268
Conclusion générale et perspectives
une cellule à ambiance contrôlée à l'arrière d’une partie du champ. Cette dernière pourrait
servir aussi à évaluer la capacité du modèle numérique développé à décrire l’impact de la
présence des capteurs solaires dans le module de façade sur le confort et le comportement
thermique interne des bâtiments.
269
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
270
Références
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
272
Références
Références
ABU-ZOUR A. M., RIFFAT S. B. and GILLOT M. New design of solar collector
integrated into solar louvres for efficient heat transfer. Applied Thermal Engineering, 2006,
vol. 26, n°16, pp. 1876-1882.
ADRA N. Proposition d'une procédure de certification énergétique des logements et
application au contexte libanais. Génie Civil. Lyon: INSA-Lyon, 2000, 326 p.
AFNOR. Thermal solar systems and components - Factory mades systems - General
requirements. prEN. 12976-1: 17 p.
AFNOR. Thermal solar systems and components - Factory mades systems - Tests methods.
prEN. 12976-2: 54 p.
AMER E. H., NAYAK J. K. and SHARMA C. K. Transient test methods for flat-plate
collectors: Review and experimental evaluation. Solar Energy, 1997, vol. 60, n°5, pp. 229243.
ARONS D. M. M. and GLICKSMAN L. R. Double Skin, Airflow Façades: Will the
Popular Model work in the USA? ACE3 2000 Summer Study on Energy Efficiency in
Buildings. Building Technology Program, Massachussetts Institute of thechnology, 2000,
pp. 23.
ASHRAE. Chapter 33: Solar energy equipments. In: ASHRAE HVAC Systems and
Equipments 2000. Atlanta, ASHRAE, pp. 33.1-33.22.
ASHRAE. Chapter 32: Solar energy use. In: ASHRAE HVAC Applications 1999. Atlanta,
ASHRAE, pp. 32.1-38.28.
BAL J.-L. et CHABOT B. Quelle place pour les énergies renouvelables? Futuribles, 2006,
n° 315, pp. 103-122.
BARBAT M. Contribution au développement d'un contrôle optimal de la ventilation dans
des locaux de grandes dimensions. Conception en bâtiment et techniques urbaines. Lyon:
INSA de Lyon, 2001, 218 p.
273
Références
BENICHOU E. et HUNTZINGER J. R. Introduction à LabVIEW. Lyon: Université Lyon
1, 2004, 175 p.
BENY S. Expérimentation et modélisation d'une installation solaire prototype. Génie civil.
Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat, 2005, 143 p.
BERGMANN I. Façade integrated collectors - Constructions, building physics end the
result of two monitored systems. Industry Workshop. IEA-SHC Task 26, 2002, pp. 47-58.
BIENFAIT D. Règles d'installation des équipements de production d'eau chaude sanitaire
individuelle par l'énergie solaire. Sophia Antipolis: Centre Scientifique et Technique du
Bâtiment, 1983.
BRUANT M. Développement et paramétrage de contrôleurs flous multicritères du confort
d'ambiance. Conception en bâtiment et techniques urbaines. Lyon: INSA de Lyon, 1996,
269 p.
BRUANT M., GUARRACINO G., MICHEL P., et al. Gestion technique et bâtiments
bioclimatiques. Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat, 1996, 151 p.
(Ingénierie des ambiances thermiques).
CABRIOL T., PELISSOU A. et ROUX D. L'insolateur plan à effet de serre et le chauffe
eau solaire. EDISUD. Aix-en-Provence, 1977, 159 p. (Technologies douces).
CANTIN R. Développement d'une méthode prospective: Application aux systèmes de gestion
technique du bâtiment. Méthodes de Conception en Bâtiment et Techniques Urbaines. Lyon:
INSA-Lyon, 2000, 320 p.
CASADEVALL A. Introduction à MATLAB [en ligne].
<http://docs.ufrmd.dauphine.fr/matlab/polyMatlab.pdf>. (Juillet 2006).
Disponible
sur:
CATED. Les équipements solaires dans le bâtiment. Paris : Edition du Moniteur, 1983.
(Documentation Française du bâtiment).
CERTU. Mémento technique du bâtiment pour le chargé d'opération de constructions
publiques : Le Confort Acoustique. Nord Picardie: Ministère de l'Equipement, des Transports,
du Logement, du Tourisme et de la Mer, 2003, 22 p.
274
Références
CERTU. Mémento technique du bâtiment pour le chargé d'opération de constructions
publiques : Le Confort Thermique. Nord Picardie: Ministère de l'Equipement, des Transports,
du Logement, du Tourisme et de la Mer, 2003, 22 p.
CERTU. Mémento technique du bâtiment pour le chargé d'opération de constructions
publiques : Les Façades. Nord Picardie: Ministère de l'Equipement, des Transports, du
Logement, du Tourisme et de la Mer, 2003, 38 p.
CERTU. Mémento technique du bâtiment pour le chargé d'opération de constructions
publiques : Les Toitures. Nord Picardie: Ministère de l'Equipement, des Transports, du
Logement, du Tourisme et de la Mer, 2003, 46 p.
N.
Développement d'une méthode d'évaluation de la qualité
environnementale des bâtiments au stade de la conception. Génie Civil et Sciences de
l'Habitat. Chambéry: Université de Savoie, 1999, 344 p.
CHATAGNON
CHEUNG L. et REJENET J. Intégration architecturale de composants solaires. V.A.
Bâtiment. Vaulx en Velin: Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat, 2006, 122 p.
CLAESSENS J. and DEHERDE A. Active Solar Heating and Photovoltaics : Solar Energy
[en
ligne].
Disponible
sur:
in
European
Office
Buildings.
<http://erg.ucd.ie/mid_career/mid_career.html>. (Octobre 2004).
CLUB DE ROME. Halte à la croissance? Rapport sur les limites de la croissance. Paris:
Fayard, 1972.
COLOMBO R., LANDABASO A. and SEVILLA A. Passive solar architecture for
mediterranean area. Brussels: Commission of the European Communities, 1994, 175 p.
CORTESSE S. Intégration architecturale et environnementale des composants solaires
thermiques actifs dans des éléments de façade. Paris: ADEME et PUCA, 2006, 235 p.
CSTB et ADEME. Reglémentation Thermique 2000. Paris: CSTB, 2001.
DESSUS B. et PHARABOD F. L'énergie solaire. Paris: Presse Universitaires de France,
2002, 128 p. (Que sais-je?, 1294).
275
Références
DGEMP. Bilan énergétique de l'année 2005 en France [en ligne]. Disponible sur:
<http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/bilan2005.pdf>. (Juin 2006).
DHARIWAL S. R. and MIRDHA U. S. Analytical expressions for the response of flat-plate
collector to various transient conditions. Energy Conversion and Management, 2005, vol. 46,
n°11-12, pp. 1809-1836.
DUFFIE J. and BECKMAN W. A. Solar Engineering of Thermal Processes. Madison: John
Wiley & Sons, Inc., 1980, 762 p.
DUMORTIER D. Mesure, Analyse et Modélisation du gisement lumineux. Application à
l'évaluation des performances de l'éclairage naturel des bâtiments. Génie civil. Chambéry:
Université de Savoie, 1995.
DURAND D. La systémique. 9° éd. Paris: Presse Universitaires de France, 2004, 127 p. (Que
sais-je?, 1795).
DUTHU H., MONTHARRY D. et PLATZER M. La technique du bâtiment: Tous corps
d'état. 3°édition. Paris: Le Moniteur, 2004, 732 p.
EL MANKIBI M. Développement et évaluation numérique et expérimentale de stratégies de
régulation de la ventilation hybride. Systèmes Thermiques et Aérauliques. Lyon: Institut
National des Sciences Appliquées de Lyon, 2003, 388 p.
ENERPLAN. L’actualité du marché solaire en France. La Seyne / Mer, 2006, 15 p.
ESPACE INFO D’ENERGIE DU PAYS D'AIX. Guide pour l'intégration architecturale
des capteurs solaires thermiques [en ligne]. Disponible sur: <http://www.agglopaysdaix.fr/publications.htm>. (Février 2006).
ESTIF. Solar thermal markets in Europe : Trends and market statistics 2004. Bruxelles,
2005, 8 p.
EUROBAROMETRE. Attitudes au sujet de l’énergie. Bruxelles: Commission Européenne,
Janvier 2006, 75 p.
EUROBSERV'ER. Baromètre du solaire thermique. Systèmes solaires, 2005, n° 168, pp. 3951.
276
Références
EUROBSERV'ER. Le baromètre Européen 2005 des énergies renouvelables. Paris:
Systèmes Solaires, 2005, 32 p.
FETON L. L'enjeu des doubles façades dans la construction. Vaulx-en-Velin: ENTPE, 1999,
110 p.
GIORDANO J. INDUSTRIES. Manuel d'installation du chauffe-eau solaire Giorsol. 36 p.
GOBERT L. Evaluation de l'offre domotique - Développement d'une grille d'analyse. Génie
civil et bâtiment. Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat, 1991, 106 p.
GODET M. Manuel de prospective stratégique - Tome1 : Une discipline intellectuelle. Paris:
DUNOD, 1997, 260 p.
GODET M. Manuel de prospective stratégique - Tome2 : L'art et la méthode. Paris:
DUNOD, 1997, 359 p.
GRATIA E. and HERDE A. D. Natural ventilation in a double-skin façade. Energy and
Buildings, 2003, n°36, pp. 137-146.
GUARRACINO G. Energétique du bâtiment. Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux
Publics de l'Etat, 2001.
GUIAVARCH A. Etude de l'amélioration de la qualité environnementale du bâtiment par
intégration de composants solaires. Cergy Pontoise: Université de Cergy Pontoise, 2003,
314 p.
HATEM F. La prospective: pratiques et méthodes. Economica. Paris, 1993.
HENSEN J., BARTAK M. and DRKAL F. Modeling and Simulation of a double-skin
Façade System [en ligne]. Disponible sur: <http://www.bwk.tue.nl/fago/hensen/publications/
02_ashrae_dskin.pdf>. (March 2004).
HERANT P. Parvenir au facteur 4 : le secteur des bâtiments existants. Forum des entreprises
et du développement durable, Paris. ADEME, 2006, pp. 8.
HETZEL J. Haute qualité environnementale du cadre bâti. Enjeux et pratiques. AFNOR,
2003, 292 p.
277
Références
JANNOT Y. Thermique solaire [en ligne]. Disponible sur: <http://www.librecours.org/>.
(Septembre 2004).
JOFFRE A. Energie solaire thermique dans le bâtiment. Chauffe-eau solaires. Techniques
de l'ingénieur. Paris, 2004, pp. 18.
JOUVENEL H. D. La démarche prospective - Un bref guide méthodologique. Futuribles,
1999, vol. 11, pp. 47-66.
JURCACKOVA L. Perspective d'intégration des composants solaires thermiques dans les
éléments construits. Génie civil et bâtiment. Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux
Publics de l'Etat, 2002, 81 p.
KALOGIROU S., TRIPANAGNOSTOPOULOS Y. and SOULIOTIS M. Performance of
solar systems employing collectors with colored absorber. Energy and Buildings, 2005, vol.
37, n°8, pp. 824-835.
KALOGIROU S. A. Solar thermal collectors and applications. Progress in Energy and
Combustion Science, 2004, vol. 30, n°3, pp. 231-295.
KOO J.-M. Development of a flat-plate solar collector design program. Mechanical
engineering. Madison: University of Wisconsin, 1999, 93 p.
KREIDER J. F. and KREITH F. Principles of Solar Engineering. McGraw-Hill.
Washington DC: Hemisphere Publishing Corporation, 1978.
KREIDER J. F. and KREITH F. Solar energy handbook. New York: McGraw-Hill, 1981.
KREIDER J. F. and KREITH F. Solar heating and cooling. McGraw-Hill. New York:
Hemisphere Publishing Corporation, 1982, 479 p.
LABOURET A. et VILLOZ M. Energie solaire photovoltaïque. Le Moniteur 2°éd. Paris:
Dunod, 2005, 303 p. (Série Environnement et sécurité).
LE MOIGNE J. L. La modélisation des systèmes complexes. 2° éd. Paris: Dunod, 1999,
178 p.
LEPELTIER S. Plan climat 2004 : Face au changement climatique agissons ensemble [en
ligne]. Disponible sur: <http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/plan_climat.pdf>.
278
Références
LEULEU R. Transferts de chaleur. Opérations unitaires. Génie de la réaction chimique.
Paris: Techniques de l'ingénieur, 1992, pp. 16.
LHOMME J. C. Les énergies renouvelables. 2° éd.: Delachaux et Niestlé, 2004, 256 p. (La
bibliothèque du naturaliste).
LHOMME J. C. La maison économe. Paris: Delachaux et Niestlé, 2005, 192 p.
LIBES M. LabVIEW - Support de cours. Marseille: Ecole supérieure d'ingénieurs de Luminy,
2004.
LONCOUR X., WOUTERS P., FLAMANT G., et al. Impact of Double Ventilated Façades
in Buildings. CIB2004 World Building Congress, 2004.
LOUTZENHISER P. G., MANZ H., FELSMANN C., et al. Empirical validation of models
to compute solar irradiance on inclined surfaces for building energy simulation. Solar
Energy, 2006.
MAIO F. D. and PAASSEN A. H. C. V. Integration of HVAC systems and double façades in
buildings. In: ENTPE. Energy Efficient & Healthy Buildings in sustainable cities, October,
Lyon, FRANCE. ENTPE, 2002, pp. 469-474.
MATUSKA T. and SOUREK B. Façade solar collectors. Solar Energy, 2006 ,vol. 80, n°11,
pp. 1443-1452.
MICHEL P. Domotique et Habitat : Essai de lecture systémique. Energétique. Lyon: INSALyon, 1994, 133 p.
MUGNIER D. Rafraîchissement solaire de locaux par sorption : Optimisation théorique et
pratique. Energétique. Paris: Ecole des Mines de Paris, 2002, 266 p.
MURESAN C., MENEZO C., BENNACER R., et al. Numérical simulation of vertical
solar collector : Radiation and turbulent natural convection coupling. CHT-04 ICHMT
International Symposium on Advances in Computational Heat Transfer, April 2004, Bergen
(Norway).
OLIVE G. et TRIBOULET A. Guide de l'eau chaude dans les bâtiments résidentiels et
tertiaires : conception et calcul des installations. PYC. Ivry-sur-Seine, 1991, 141 p.
(Collection des guides de l'AICVF).
279
Références
OLMO F. J., VIDA J., FOYO I., et al. Prediction of global irradiance on inclined surfaces
from horizontal global irradiance. Energy, 1999, vol. 24, n°8, pp. 689-704.
PERI G. Les capteurs convertisseurs héliothermiques sans concentration. Editions
Européennes Thermique et Industrie. Paris, 1977, 75 p. (Cahiers A.F.E.D.E.S, 4).
PEUPORTIER B. Eco-conception des bâtiments. Les Presses de l'Ecole des Mines. Paris:
Ecole des Mines de Paris, 2003, 276 p.
PEUSER F. A., REMMERS K.-H. et SCHNAUSS M. Installations solaires thermiques :
Conception et mise en oeuvre. Le Moniteur. Paris: Systèmes Solaires, 2005, 403 p.
PLAN DU FUTURE. Le système constructif Styltech. CSTB, Avis Technique 2/04-1108,
2005, pp. 35.
RADANNE P. Accepter le nouveau siècle. Futuribles, 2006, n°315, pp. 5-13.
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les
orientations de la politique énergétique. Paris: Journal officiel n°163, 2005, 29 p p.
ROCLENDORF G. and JANSSEN S. Façade integrated solar collectors. Solar World
Congress, Jerusalem, 1999.
ROSNAY J. D. Le macroscope : Vers une vision globale. Paris: Seuil, 1975.
SALAGNAC J. L. et CHATRY M. Styltech: procédé constructif à base d'ossature acier.
Plan Urbanisme Construction Architecture -Chantier 2000. Paris, 2000, 29 p.
SALEM T. Développement et paramétrage d'un modèle pluridisciplinaire de l'utilisation de
l'énergie dans les bâtiments d'enseignement. Génie Civil. Lyon: INSA de Lyon, 2002, 127 p.
SALEM T., PIERRE M., MAYER D., et al. Integration of active thermal solar components
in facade elements. In: S. E. a. B. P. Laboratory. CISBAT 2005, Lausanne. Ecole
Polytechnique Fédérale de Lausanne, 2005, pp. 245-250.
SANTAMOURIS M. Energy and climate in the urban built environment. Mat Santamouris.
London: James & James, 2001, 401 p.
280
Références
SFEIR A. et GUARRACINO G. Ingénierie des systèmes solaires. Technique &
Documentation. Paris, 1981, 266 p.
SOLAR ENERGY LABORATORY. TRNSYS : A Transient Simulation Program. Madison,
University of Wisconsin.
SOUSA R. D. Intégration des installations solaires thermiques. Génie civil et bâtiment.
Vaulx-en-Velin: Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat, 2003, 61 p.
STABAT P. Modélisation de composants de systèmes de climatisation mettant en oeuvre
l'adsorption et l'évaporation d'eau. Energétique. Paris: Ecole des Mines de Paris, 2003, 296 p.
STEC W. and PAASSEN D. V. Defining the Performance of the Double Skin Façade with
[en
ligne].
Disponible
sur:
the
Use
of
the
Simulation
Model
<http://www.ocp.tudelft.nl/et/Research/EnergyInBuiltEnvironment/SecondSkinFacade/DSF/p
ublication.htm>. (Mars 2004).
TECSOL. Eau Chaude Solaire: Manuel pour la conception, le dimensionnement et la
réalisation des installations collectives. Paris: ADEME, 2002, 110 p.
VERNIER J. Les énergies renouvelables. 3° éd. Paris: Presse Universitaires de France, 2005,
127 p. (Que sais-je?, 3240).
WEISS W. and STADLER I. Facade integration - A new and promoissing oppurtinity for
thermal solar collectors. Industry Workshop. IEA-SHC Task 26, 2001.
281
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
282
Listes des figures et des tableaux
Liste des Figures
Figure 1-1 : Estimation des réserves mondiales [LHOMME, 2005]. _________________________________ 26
Figure 1-2 : Surfaces de capteurs installées dans le monde en 2004 [ESTIF, 2005]. ____________________ 29
Figure 1-3 : Evolution des surfaces installées annuellement dans l'UE [EurObserv'ER, 2005].____________ 29
Figure 1-4 : Evolution des surfaces installées annuellement en France [Enerplan, 2006] ________________ 30
Figure 1-5 : Evolution de la consommation énergétique finale par secteur en France [DGEMP, 2006] _____ 32
Figure 1-6 : La consommation d’énergie par usage en France [DGEMP, 2006] _______________________ 32
Figure 1-7 : Emission de CO2 par secteur en France [DGEMP, 2006]. ______________________________ 33
Figure 1-8 : Coupe d’un capteur solaire intégré en toiture inclinée [Clipsol]. _________________________ 36
Figure 1-9 : Exemple d’intégration en toiture d’une maison près d’Aix les Bains [Clipsol]. ______________ 37
Figure 1-10 : Exemple d’intégration en toiture d’un bâtiment en Finlande [Solpros]. ___________________ 37
Figure 1-11: Capteurs solaires intégrés en façade [Wagner & Co, Germany]._________________________ 38
Figure 1-12 : Capteurs solaires en allège en Pyrénées-Orientales [AME-LR]._________________________ 38
Figure 1-13 : Capteurs solaires en garde-corps à Herning, Denmark [Solarnova]. ____________________ 38
Figure 1-14 : Capteurs solaires en brise-soleil [Outilssolaires]. ____________________________________ 39
Figure 1-15 : Implantation de capteurs au sol au Centre Héliomarin, Vallauris [Tecsol]. ________________ 39
Figure 2-1 : Les trois formes du rayonnement solaire : direct, diffus et réfléchi. _______________________ 45
Figure 2-2 : Principe de fonctionnement d’un système solaire passif [Encarta]. _______________________ 46
Figure 2-3 : Schéma du mur Trombe-Michel.___________________________________________________ 47
Figure 2-4 : Représentation structurelle d’un système ECS. _______________________________________ 48
Figure 2-5 : représentation fonctionnelle ______________________________________________________ 49
Figure 2-6 : Capteur solaire plan non vitré.____________________________________________________ 50
Figure 2-7 : Capteur solaire plan vitré. _______________________________________________________ 50
Figure 2-8 : Coupe d’un capteur solaire thermique plan. _________________________________________ 51
Figure 2-9 : Coupe d’un capteur sous vide [ADEME]. ___________________________________________ 51
Figure 2-10 : Capteur plan à réflecteur cylindro-parabolique. _____________________________________ 52
Figure 2-11 : Installation solaire fonctionnant par thermosiphon [Outilssolaires]. _____________________ 53
Figure 2-12 : Installation solaire à circulation forcée [Outilssolaires]. ______________________________ 53
Figure 3-1 : Déconstruction sélective d'un immeuble résidentiel [CSTB]._____________________________ 63
Figure 3-2 : Principaux types de murs de façade en maçonnerie. ___________________________________ 69
Figure 3-3 : Exemples de blocs de béton. ______________________________________________________ 71
Figure 3-4 : Exemples de briques de terre cuite. ________________________________________________ 72
Figure 3-5 : Elément de structure de mur en bois. _______________________________________________ 74
Figure 3-6 : Plancher en béton armé à poutres croisées __________________________________________ 75
Figure 3-7 : Plancher dalle pleine et chaînage de mur. ___________________________________________ 75
Figure 3-8 : Plancher champignon [Rector]. ___________________________________________________ 75
Figure 3-9 : Plancher à coffrage perdu. _______________________________________________________ 76
Figure 3-10: Construction d’un plancher en béton armé avec poutrelles et hourdis. ____________________ 76
Figure 3-11 : Les quatre types de panneaux de façades en béton armé préfabriqués [CERIB]. ____________ 77
Figure 3-12 : Bardage double peau [Rockwool]. ________________________________________________ 78
Figure 3-13: Mur rideau associant vitrage et panneau [550 W. Adams Chicago, IL]. ___________________ 79
Figure 3-14 : Détail d'une façade VEP [Architectural Systems].____________________________________ 79
Figure 3-15 : Détail d’une façade panneau [DUTHU, 2004]. ______________________________________ 80
Figure 3-16 : Principe de fonctionnement de la façade double-peau [Sustaining Towers, 2004].___________ 81
Figure 3-17 : Cavité dans une façade double-peau [Lund Institute of Technology] _____________________ 82
Figure 3-18 : Les modes de ventilation des façades double-peau [Arons, 2000]. _______________________ 83
Figure 3-19 : Vue de la façade double-peau du bâtiment du Commerzbank à Frankfurt. _________________ 83
Figure 3-20 : Les principales formes des toits [Cheung, 2006]. ____________________________________ 86
Figure 3-21 : Différents types de protection d’une toiture-terrasse [Cheung, 2006]. ____________________ 87
Figure 3-22 : Différents types d'acrotère [Cheung, 2006]. ________________________________________ 88
Figure 4-1 : Proposition d’intégration pour le mur maçonnerie de type III. __________________________ 108
Figure 4-2 : Exemples d’intégration pour le mur en maçonnerie du type III. _________________________ 108
Figure 4-3 : Proposition d’intégration pour le bardage acier simple. ______________________________ 109
Figure 4-4 : Proposition d’intégration dans la façade rideau._____________________________________ 110
Figure 4-5 : Exemple de réseau de distribution dans la menuiserie. ________________________________ 111
Figure 4-6 : Détail de la proposition d’intégration dans l’allège de fenêtre.__________________________ 112
Figure 4-7 : Exemple d'intégration de capteurs solaires dans l'allège. ______________________________ 113
Figure 4-8 : Détail de la proposition d’intégration dans la façade panneau. _________________________ 114
Figure 4-9 : Détail de la proposition d'intégration dans la façade à vitrage parclosé. __________________ 115
283
Listes des figures et des tableaux
Figure 5-1 : Effet boule de neige freinant l’exploitation de l’énergie solaire thermique. ________________ 121
Figure 5-2 : La structure hiérarchique de la grille d’analyse de l’intégration. ________________________ 123
Figure 5-3 : La grille d'analyse de l’intégration des composants solaires. ___________________________ 132
Figure 5-4 : Plan des motricités / dépendances directes. _________________________________________ 138
Figure 5-5 : Nuage de points du système. _____________________________________________________ 138
Figure 5-6 : Classement direct et indirect des critères suivant la motricité. __________________________ 140
Figure 5-7 : Classement direct et indirect des critères suivant la dépendance. ________________________ 141
Figure 5-8 : Ensembles des notes d'évaluation d'intégration du mur en maçonnerie type III. _____________ 150
Figure 5-9: Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du bardage en acier simple. ________________ 151
Figure 5-10 : Ensemble notes d'évaluation d'intégration de l’allège. _______________________________ 152
Figure 5-11 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration dans la façade rideau. ___________________ 153
Figure 5-12 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du panneau maçonnerie.__________________ 154
Figure 5-13 : Ensemble des notes d'évaluation d'intégration du vitrage parclosé. _____________________ 155
Figure 5-14 : Proposition finale pour le mur maçonnerie de type III. _______________________________ 157
Figure 5-15 : Proposition de dispositifs de sécurité en allège._____________________________________ 158
Figure 5-16 : Détail de la proposition finale d’intégration dans l’allège de fenêtre.____________________ 158
Figure 5-17 : intégration dans la façade panneau avec protection en rebord filaire. ___________________ 159
Figure 5-18 : Proposition d’intégration dans la façade rideau avec distance de sécurité. _______________ 160
Figure 5-19 : Proposition finale pour le bardage acier.__________________________________________ 161
Figure 5-20 : Exemples d'intégration de la transparence dans les capteurs des façades à vitrage parclosé. _ 162
Figure 5-21 : Proposition finale d'intégration de capteurs dans les façades à vitrage parclosé.___________ 162
Figure 5-22 : Proposition finale d'intégration de capteurs dans les façades à vitrage parclosé.___________ 164
Figure 6-1 : Schéma d’un capteur solaire plan vitré intégré dans l’enveloppe du bâtiment.______________ 172
Figure 6-2 : Circuit thermique pour un capteur plan vitré intégré dans le bâtiment. ___________________ 174
Figure 6-3 : Schéma montrant les coordonnées et les dimensions de l’absorbeur. _____________________ 176
Figure 6-4: Distribution des villes Européennes choisie pour l'étude. _______________________________ 182
Figure 6-5 : Le module solaire intégré en façade. ______________________________________________ 183
Figure 6-6 : Coupe transversal du capteur C8 S [Giordano]. _____________________________________ 183
Figure 6-7 : Capteur solaire de référence et capteur intégré en façade. _____________________________ 184
Figure 6-8 : Géométrie du volume étudié. ____________________________________________________ 185
Figure 6-9 : Configuration urbaine Haussmannienne avec effet de masque sur les capteurs intégrés. ______ 186
Figure 6-10 : Ensoleillement du capteur solaire intégré en façade du bâtiment (cas de Lyon). ___________ 187
Figure 6-11 : Interface Windows des caractéristiques d’une zone dans TRNBuild._____________________ 188
Figure 6-12 : Le modèle graphique du modèle de système solaire intégré en façade du bâtiment. _________ 191
Figure 6-13 : Eclairement énergétique et température extérieure à l’Isle d’Abeau le 13 juillet 2005. ______ 192
Figure 6-14 : Influence du coefficient d’absorption sur la température moyenne de l’eau dans le ballon. ___ 192
Figure 6-15 : Influence du coefficient d’émission sur la température de l’eau dans le ballon. ____________ 193
Figure 6-16 : Rayonnement horizontal global du 13 au 18 juillet 2005 à l’Isle d’Abeau. ________________ 194
Figure 6-17 : Maximum atteint par la température de ballon (sur la période du 13 au 18 juillet). _________ 194
Figure 6-18 : Moyenne d la température de ballon selon la couleur (sur la période du 13 au 18 juillet).____ 195
Figure 6-19 : Classement des couleurs d’absorbeurs du plus performant (1er) au moins performant (12ème). 195
Figure 6-20 : Absorptivité et émissivité des capteurs classés selon leur couleur. ______________________ 196
Figure 6-21 : Rayonnement effectif sur une surface (moyenne en Lyon)._____________________________ 197
Figure 6-22 : Quantité d’énergie utile en un an pour des capteurs orientés Sud (az=0°).________________ 198
Figure 6-23 : Pourcentage d’énergie utile en un an pour une orientation Sud (az=0°). _________________ 199
Figure 6-24 : Superficie de captage nécessaire aux capteurs intégrés pour égaler les capteurs référence
(az=0°). _______________________________________________________________________________ 199
Figure 6-25 : Pourcentage d’énergie utile en un an pour une orientation Est (az=270°).________________ 200
Figure 6-26 : Rendements en pourcentage des capteurs solaires orientés Sud à Paris en février. _________ 201
Figure 6-27 : Quantité d’énergie utile sur les trois mois considérés pour des capteurs orientés Sud (az=0°). 201
Figure 6-28 : Pourcentage d’énergie utile dans trois mois différents à Paris pour une orientation Sud (az=0°).
_____________________________________________________________________________________ 202
Figure 6-29 : Quantité d’énergie utile des systèmes solaires orientés vers le Sud sans effet de masque (az=0).203
Figure 6-30 : Ratio de la surface nécessaire des capteurs intégrés sans effet de masque (az=0).__________ 204
Figure 6-31 : Ratio de la surface nécessaire des capteurs intégrés avec effet de masque (az=0).__________ 205
Figure 6-32 : Réduction annuelle des émissions de CO2 par le système solaire thermique. ______________ 206
Figure 6-33 : L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur à Lyon entre 01 et 07 février. ______ 207
Figure 6-34 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 février avec un système solaire en marche. 208
Figure 6-35 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 février avec un
système solaire en marche. ________________________________________________________________ 208
284
Listes des figures et des tableaux
Figure 6-36 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 février avec un système solaire en stagnation.
_____________________________________________________________________________________ 209
Figure 6-37 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 février avec un
système solaire en stagnation.______________________________________________________________ 209
Figure 6-38 : L’éclairement énergétique global sur le plan du capteur à Lyon entre 01 et 07 août. ________ 210
Figure 6-39 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 août avec un système solaire en marche. _ 211
Figure 6-40 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 août avec un système
solaire en marche._______________________________________________________________________ 211
Figure 6-41 : La température intérieure de la zone entre 01 et 07 août avec un système solaire en stagnation.212
Figure 6-42 : Ecarts maximaux de températures intérieures avec les isolants entre 01 et 07 août avec un système
solaire en stagnation. ____________________________________________________________________ 212
Figure 6-43 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 février dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en marche ayant de capteurs intégrés. ____________________________ 213
Figure 6-44 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 août dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en marche ayant de capteurs intégrés. ____________________________ 214
Figure 6-45 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 février dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en stagnation ayant de capteurs intégrés. __________________________ 214
Figure 6-46 : Ecarts entre la température intérieure entre 01 et 07 août dans un bâtiment traditionnel et un
bâtiment avec un système solaire en stagnation ayant de capteurs intégrés. __________________________ 215
Figure 7-1 : Coupe transversale (Sud/ Nord) des grands ateliers. __________________________________ 220
Figure 7-2 : Coupe transversale de la façade__________________________________________________ 221
Figure 7-3 : Etude de l’ensoleillement de la façade des GAIA [Projet ICSF]._________________________ 222
Figure 7-4 : Emplacement choisi pour implanter les composants solaires. ___________________________ 223
Figure 7-5 : Photo de l'un des trois capteurs solaires avec mise en place des sondes. _________________ 224
Figure 7-6 : Circulation du fluide caloporteur dans le composant thermique solaire. __________________ 224
Figure 7-7 : Schéma des capteurs solaires de façade. ___________________________________________ 225
Figure 7-8 : Photo de l’installation sur site.___________________________________________________ 225
Figure 7-9 : Fonctionnement des ballons d'eau chaude sanitaire __________________________________ 227
Figure 7-10 : Système de vidange du ballon par électrovanne. ____________________________________ 227
Figure 7-11 : La face arrière des capteurs solaires intégrés dans la façade.__________________________ 228
Figure 7-12 : Photo du groupe de transfert. ___________________________________________________ 228
Figure 7-13 : La sonde de surface installée sur une ailette de l'absorbeur. ___________________________ 230
Figure 7-14 : Emplacement des sondes de surface sur chaque capteur. _____________________________ 230
Figure 7-15 : Les sondes de température de conduit. ____________________________________________ 231
Figure 7-16 : Sonde de température de conduit dans un doigt de gant des différentes sondes. ____________ 231
Figure 7-17 : Emplacement des sondes de température au sein du ballon. ___________________________ 232
Figure 7-18 : Sonde de température d'ambiance. _______________________________________________ 232
Figure 7-19 : Sonde de température d'ambiance et d’humidité relative. _____________________________ 233
Figure 7-20 : Photo et caractéristiques du débitmètre Rosemount 8711._____________________________ 233
Figure 7-21 : Modules placés sur un rail et connectés aux appareils de mesure et de commande. _________ 234
Figure 7-22 : Rail d’expérimentation. _______________________________________________________ 234
Figure 7-23 : Système d’acquisition en place sur le site de l’Isle d’Abeau. ___________________________ 235
Figure 7-24 : Interface graphique du système d’acquisition de l’installation expérimentale _____________ 237
Figure 7-25 : Vue de la station météorologique des GAIA. _______________________________________ 237
Figure 7-26 : Eclairement horizontal sur le site pour la journée du 11 juin 2005. _____________________ 240
Figure 7-27 : Comparaison des températures de surface en bas des capteurs (11 juin 2005). ____________ 241
Figure 7-28 : Comparaison des températures de conduit en bas des capteurs (11 juin 2005). ____________ 241
Figure 7-29 : Variation du ∆T° selon les capteurs (11 juin 2005).__________________________________ 242
Figure 7-30 : Comparaison de l’éclairement horizontal pour les journées du 11 et du 14 juin. ___________ 242
Figure 7-31 : Variation des températures de surface des capteurs (14 juin 2005). _____________________ 243
Figure 7-32 : Variation du ∆T° selon les capteurs (14 juin 2005).__________________________________ 243
Figure 7-33 : Moyenne des maxima de chacune des températures de surface. ________________________ 244
Figure 7-34 : Moyenne journalière des températures de conduit. __________________________________ 245
Figure 7-35 : Moyenne des températures de conduit sur chaque période. ____________________________ 245
Figure 7-36 : Maximum atteint chaque jour par les différentes températures de structure. ______________ 246
Figure 7-37 : Evolution de la température de surface du caisson gris avec les températures ambiantes. ____ 247
Figure 7-38 : Températures mesurées de l’eau dans le ballon du 15 au 18 juillet 2005._________________ 248
Figure 7-39 : Température de l’eau dans le ballon Tb1 avant chacun des 2 puisages journaliers. _________ 249
Figure 7-40 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le pas de temps de simulation (en 20
juillet 2005). ___________________________________________________________________________ 250
285
Listes des figures et des tableaux
Figure 7-41 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le profil de puisage (en 20 juillet
2005). ________________________________________________________________________________ 251
Figure 7-42 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon suivant le coefficient de perte du ballon (en 20
juillet 2005). ___________________________________________________________________________ 252
Figure 7-43 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (13-14 juillet 2005). _______ 254
Figure 7-44 : Ecarts absolus de la température de l’eau dans le ballon entre les valeurs mesurées et simulées.
_____________________________________________________________________________________ 254
Figure 7-45 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur vert (13-14 juillet 2005). _______________ 255
Figure 7-46 : Ecarts entre la simulation et l’expérimentation pour le capteur vert en stagnation. _________ 256
Figure 7-47 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur gris en stagnation (13-14 juillet 2005). ____ 256
Figure 7-48 : Ecarts entre la simulation et l’expérimentation pour le capteur gris en stagnation. _________ 257
Figure 7-49 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (20-21 juillet 2005). _______ 257
Figure 7-50 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur noir en stagnation (20-21 juillet 2005).____ 258
Figure 7-51 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur vert en stagnation (20-21 juillet 2005). ____ 259
Figure 7-52 : Moyenne de la température de l’eau dans le ballon du stockage (04-05 août 2005). ________ 260
Figure 7-53 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur noir en stagnation (04-05 août 2005). _____ 260
Figure 7-54 : Température moyenne de l’absorbeur du capteur gris en stagnation (04-05 août 2005). _____ 261
286
Listes des figures et des tableaux
Liste des Tableaux
Tableau 4-1 : Comparaison des fonctions initiales et finales du mur en maçonnerie de type III. __________
Tableau 4-2 : Comparaison des fonctions initiales et finales du bardage acier simple. _________________
Tableau 4-3 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade rideau. _____________________
Tableau 4-4 : Comparaison des fonctions initiales et finales de l’allège de fenêtre. ____________________
Tableau 4-5 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade panneau. ____________________
Tableau 4-6 : Comparaison des fonctions initiales et finales de la façade à vitrage parclosé. ____________
Tableau 5-1 : Les variables internes et externes caractérisant l'intégration solaire. ____________________
Tableau 5-2 : Matrice d’analyse structurelle des influences sur les variables internes. _________________
Tableau 5-3 : Matrice d’analyse structurelle des influences sur les variables externes. _________________
Tableau 5-4 : Stabilité à partir de la matrice des influences directes. _______________________________
Tableau 5-5 : Notation nck de la façade à vitrage parclosé. _______________________________________
Tableau 5-6 : Notation nck des six solutions d'intégration. ________________________________________
Tableau 5-7 : Les critères essentiels de l’analyse d’intégration solaire. _____________________________
Tableau 5-8 : Nouvelle notation nck des six solutions d'intégration. _________________________________
Tableau 6-1 : Paramètres du capteur intégré dans la façade vitrée. ________________________________
Tableau 6-2 : Caractéristiques du capteur C8S de Giordano. _____________________________________
Tableau 6-3 : Ensemble des couleurs d’absorbeur testées. _______________________________________
Tableau 6-4 : Matériaux et résistance thermique du volume étudié. ________________________________
Tableau 7-1 : Comparaison entre les capteurs C8S et les prototypes. _______________________________
Tableau 7-2 : Coefficients α et ε des différents absorbeurs. _______________________________________
Tableau 7-3 : Caractéristiques des différentes sondes.___________________________________________
Tableau 7-4 : Calcul de l’ampérage nécessaire pour le fonctionnement de l’installation. _______________
Tableau 7-5 : Besoins journaliers en ECS selon le nombre de personnes vivant au foyer. _______________
Tableau 7-6 : Résultats obtenus avec l’installation solaire en stagnation. ____________________________
Tableau 7-7 : Ensemble des expérimentations réalisées. _________________________________________
Tableau 7-8 : Valeurs moyennes des températures de conduit des différents capteurs. __________________
Tableau 7-9 : Différence moyenne entre les 3 différentes températures de ballon. _____________________
Tableau 7-10 : Horaires de puisage pour les quatre profils testés. _________________________________
Tableau 7-11 : Paramétrage utilisé dans la simulation numérique des trois capteurs prototypes. _________
287
108
110
111
113
114
115
134
136
137
139
148
149
156
164
183
184
185
186
223
226
231
234
238
239
244
246
248
251
253
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
288
Annexes
Chapitre 6 : Modélisation dynamique de systèmes solaires thermiques intégrés
Annexe A
(de la partie I)
291
292
Annexe A
A.1 Etat de lieu des solutions d’intégration existantes
A.1.1 Intégration en toiture
Figure A-1-1 : Appartements à Freiburg (Allemagne) [Source Cortesse S.]
Figure A-1-2 : Maison individuelle à Besançon (Francee) [Source Bonnet C..]
(www.ademe.fr)
Figure A-1-3 : Maison individuelle à l’Autriche [Source Cortesse S.]
(www.aks-doma.com)
Figure A-1-4 : Maison individuelle à l’Autriche [Source Cortesse S.]
(www.aks-doma.com)
293
Annexe A
Figure A-1-5 : Piscine Municipale de Montmellian (France) [Source De Sousa R.]
(www.tecsol.fr)
Figure A-1-6 : Maison dans l’ILLE et Vilaine en Bretagne (France) [Source Cortesse S.]
(www.outilssolaires.com)
Figure A-1-7 : Maison dans l’ILLE et Vilaine en Bretagne (France) [Source Cortesse S.]
(Installateur : SMIDO)
(www.outilssolaires.com)
294
Annexe A
Figure A-1-8 : Maison dans la Loire Atlantique en Pays de la Loire (France) [Source Cortesse S.]
(Installateur : Bruno MERAND)
(www.outilssolaires.com)
Figure A-1-9 : Maison individuelle (AIE) [Source De Sousa R.]
A.1.2 Intégration en façade
Figure A-1-10 : Maison individuelle Bordeaux – Régis Daurel architecte [Source Cortesse S.]
(Architecture à vivre n°23 mars avril 2005)
295
Annexe A
Figure A-1-11 : Maison à Bregenz (Autriche) [Source Cortesse S.]
Figure A-1-12 : Maison à Bonndorf (Suisse) [Source Cortesse S.]
(Architektur-Preis Einfamilienhäuser, édition Reiners Stiftung)
Figure A-1-13 : Produit Robin Sun (France) [Source Cortesse S.]
(www.insa-strasbourg.fr/robinsun/france/robin-sun-fr)
296
Annexe A
Figure A-1-14 : Palais des Beaux-Arts, Lille - Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart : architectes [Source Cortesse S.]
Figure A-1-15 : Maison à Nenzing (Autriche) [Source Cortesse S.]
(www.aks-doma.com)
Figure A-1-16 : Refuge bioclimatique en Alpes (France) [Source Bonnet C.]
(http://solar club.web.cern.ch/solar-club/visites/visite13.htlm)
297
Annexe A
A.1.3 Intégration dans les éléments du bâtiment
Figure A-1-17 : Intégration de capteurs sous-vide dans les gardes-corps [Source Bonnet C.]
Figure A-1-18 : Maison dans l’Hérault en Languedoc Roussillon (France) [Source Cortesse S.]
(Installateur : Christian MARY)
(www.outilssolaires.com)
Figure A-1-19 : Kollektoranlage an Hausfassade (SULGEN Suisse) [Source Cortesse S.]
298
Annexe A
Figure A-1-20 : Maison dans l’Ariège en Midi Pyrénées (France) [Source Cortesse S.]
(Installateur : EFI)
(www.outilssolaires.com)
Figure A-1-21 : Habitation et commerce à Zürich (Suisse) [Source Cortesse S.]
Figure A-1-22 : Immeuble locatif (Vy d’Etra, 67) [Source Bonnet C.]
(http://www.solar.agentur.ch/solarpreis1999/neuenburg1.htm)
299
Annexe A
A.1.4 Intégration dans le paysage
Figure A-1-23 : Maison à Cotignac, Var - Bertrand Bonnier : architecte [source Cortesse S.]
(http://www.alternatives-energetiques.com)
Figure A-1-24 : Maison à Cotignac, Var - Bertrand Bonnier : architecte [source Cortesse S.]
(http://www.alternatives-energetiques.com)
300
Annexe B
(de la partie II)
301
302
Annexe B
B.1 La méthode d’analyse structurelle
Un système se présente sous la forme d’un ensemble d’éléments en relation. La structure du
système est importante pour comprendre son évolution puisqu’elle conserver une certaine
permanence.
La méthode d’analyse structurelle poursuit ainsi deux objectifs complémentaires : se doter
d’une représentation aussi exhaustive que possible du système étudié, et réduire la complexité
du système aux variables essentielles. Elle constitue un outil de structuration des idées et de la
réflexion sur le problème posé et crée un langage commun pour une réflexion prospective.
C’est une technique d’analyse de système qui se penche sur le domaine étudié en procédant
par étapes successives : le recensement des variables descriptives du système et de son
environnement et leur explication, le repérage des relations entre ces variables et la recherche
des variables essentielles ou clés [Godet N, 1997].
B.1.1 Recensement des variables
La première étape de l’analyse structurelle consiste à identifier une liste la plus exhaustive
possible des variables, caractérisant le système constitué par le phénomène étudié et son
environnement, aucune voie de recherche n’est a priori exclue, et tous les moyens de
brainstorming et de créativité son bons.
Il conviendra toutefois de distinguer chacune des variables selon qu’elle est interne ou
externe :
- Les variables internes étant celles qui caractérisent le système ;
- Les variables externes étant celles qui constituent son environnement.
La définition de la frontière distinguant les variables internes des variables externes peut être
difficile à définir, étant donné les multiples flux d’information, de matière et d’énergie, entre
le système et son environnement. C’est pourquoi la définition des variables, en limitant le
nombre d’interprétations des variables, s’avère essentielle.
B.1.2 Mise en relation des variables
Dans une vision systémique, une variable n’existe que par les relations qu’elle entretient avec
les autres variables. C’est pourquoi la deuxième étape de l’analyse structurelle consiste à
repérer les relations entre variables, en utilisant un tableau à double entrée appelé matrice
d’analyse structurelle du système.
Chacun des éléments matriciels représente une liaison d’une variable sur une autre variable.
Pour construire la matrice d’analyse structurelle, il est donc nécessaire de s’interroger sur la
nature de l’influence directe qui existe entre chacune des variables. Le remplissage de la
matrice est qualitatif. Toutefois, il convient, avant de conclure à l’existence d’une liaison
entre deux variables, de répondre systématiquement à trois questions [Figure B-1-1]:
303
Annexe B
1. Y a t il bien influence directe de la variable i sur la variable j ou bien la relation n’estelle pas plutôt de j vers i ?
2. Y a t il influence de i sur j ou bien Y a t il pas colinéarité, une troisième variable k
agissant sur i et j ?
3. La relation de i à j est-elle directe ou bien passe-t-elle par l’intermédiaire d’une autre
variable r de la liste ?
k
i
j
i
Schéma a
r
i
j
?
Schéma b
?
j
Schéma c
Figure B-1-1 : Types d’influence de i sur j.
La mise en relation des variables nécessite donc de se poser, pour n variables : 3n. ( n − 1)
questions (c’est-à-dire plus de 2600 questions pour 30 variables).
Cette procédure d’interrogation relativement laborieuse permet non seulement d’éviter des
erreurs (en vérifiant systématiquement l’existence d’une véritable liaison directe entre deux
variables), mais aussi de redéfinir les variables et donc, d’affiner l’analyse du système.
Il est dès lors possible de construire une matrice carrée, dans laquelle chaque i-ème ligne
correspond aux actions directes de la variable i sur les autres variables, placées sur les
colonnes. Chaque élément matriciel de coordonnées ( i, j ) est alors affecté d’une valeur,
notée aij , traduisant l’intensité, selon une échelle définie, de l’action directe de la variable i sur
la variable j [Figure B-1-2]:
-
aij =0 s’il n’existe pas de relation directe de i vers j ;
-
aij >0 s’il existe une relation directe de i vers j.
|
|
|
- - - - - ajj - - - -
Ligne i, variable i
|
|
Colonne j, variable j
Figure B-1-2 : Représentation matricielle.
La matrice d’analyse structurelle peut être remplie de deux manières différentes :
- En lignes : il faut pour cela noter pour chaque ligne i l’influence de i sur les autres
variables ;
304
Annexe B
-
En colonnes : il s’agit ici de noter pour chaque colonne j, par quelles variables j est
influencé.
La matrice, telle qu’elle a été définie, est se compose de 4 sous – matrices, comme l’indique
le schéma suivant [Figure B-1-3] :
Variables
externes
Variables
internes
I
II
III
IV
Variables
externes
Variables
internes
I
II
III
IV
Influence des variables externes sur elles-mêmes
Influences des variables externes sur les variables internes
Influences des variables internes sur les variables externes
Influences des variables internes sur elles-mêmes
Figure B-1-3 : forme de la matrice.
Il est préférable que le taux de remplissage de la matrice soit compris entre 15% et 25%,
suivant les dimensions de la matrice : des taux supérieurs à 30% pourraient en effet être
révélateurs d’un remplissage excessif : des relations induites ayant été, à tort, considérées
comme directes.
B.1.4 Recherche des variables essentielles
Cette étape consiste à identifier les variables essentielles au moyen d’un classement direct
déterminé à partir de la motricité et de la dépendance de chaque variable [Figure B-1-4]:
a1j
a2j
|
|
|
aj1
───
ajj
Motricité de i :
∑a
─ ─ ─ ─
ik
k
|
|
Dépendance de j :
∑a
kj
k
Figure B-1-4 : Définition de la motricité et de la dépendance.
305
Annexe B
La motricité d’une variable correspond à la somme des actions que cette variable a sur les
autres variables, c’est-à-dire la somme des valeurs notées dans la matrice sur la ligne relative
à cette variable.
La dépendance d’une variable correspond à la somme des actions que cette variable subit des
autres variables, c’est-à-dire la somme des valeurs notées dans la matrice sur la colonne
relative à cette variable.
La motricité directe d’une variable est déterminée par son caractère influent :
- Une variable sera d’autant plus motrice qu’elle aura de l’influence sur les autres
variables ;
- Elle sera en revanche d’autant plus dépendante qu’elle sera influencée par les autres
variables.
La représentation de chacune des variables sur le plan motricité – dépendance, ayant pour
abscisse la dépendance et pour ordonnée la motricité, permet de classer les variables selon le
rôle qu’elles jouent dans le système [Figure B-1-5].
Motricité
croissante
Variables
d’entrée
1
Indice
moyen N
Variables
relais
2
Variables du « peloton »
5
Variables
résultats
3
Variables
« exclues »
4
Dépendance
croissante
Figure B-1-5 : Secteurs du plan motricité - dépendance.
Ce plan influence - dépendance peut être divisé en cinq secteurs [Godet M, 1991] :
- Secteur 1 : les variables sont très motrices et peu dépendantes. Ce sont des variables
explicatives qui conditionnent le reste du système ;
- Secteur 2 : les variables sont à la fois très motrices et très dépendantes. Ce sont des
variables relais par nature instables. En effet, toute action sur ces variables aura des
répercussions sur les autres et un effet retour sur elles-mêmes ;
- Secteur 3 : les variables sont peu motrices et très dépendantes. Ce sont des variables
résultats dont l’évolution s’explique par les variables des secteurs 1 et 2 ;
- Secteur 4 : les variables sont peu motrices et peu dépendantes. Ces variables
constituent des tendances lourdes ou des facteurs déconnectés du système avec lequel
elles n’ont que peu de liaisons, en raison e leur développement relativement
autonome ;
- Secteur 5 : les variables sont moyennement motrices et/ou dépendantes.
306
Annexe B
B.1.5 Classement direct et classement indirect
La matrice d’analyse structurelle, telle qu’elle est définie dans la partie « Mise en relation des
variables », ne traduit que les influences directes qui existent entre les variables du système.
Or, il peut exister entre ces variables, des actions dites indirectes.
En effet, si une variable i influence directement une variable k et si cette variable k influence
directement une autre variable j, alors, tout changement affectant la variable i peut avoir une
répercussion sur la variable j : il existe donc une relation indirecte entre i et j [Figure B-1-6].
k
j
i
Figure B-1-6 : Action indirecte de i sur j.
Afin de déceler les variables qui peuvent être importantes, compte tenu des liaisons indirectes,
et de mieux comprendre la dynamique du système, il est possible d’utiliser une méthode de
multiplication matricielle appliquée à la matrice structurelle. Cette méthode appelée méthode
MICMAC (Matrice d’Impacts Croisés - Multiplication Appliquée à un Classement) vise à
étudier la diffusion des impacts par les chemins et les boucles de réaction, et hiérarchiser les
variables selon les deux ordres de motricité et de dépendance, en tenant compte du nombre de
chemins de longueur 1, 2,…, n, qui respectivement sont issus de chaque variable ou arrivent
sur chaque variable.
La méthode MICMAC est basée sur les propriétés des matrices booléennes. En effet, en
supposant qu’il existe dans la matrice d’analyse structurelle, notée M, de nombreuses
relations indirectes du type i vers j et que le classement direct ne permette pas de prendre ces
relations en considération, l’élévation au carré de la matrice donne :
2
2
⎛
⎞
M 2 = M × M = ⎜⎜ a ⎟⎟
avec : aij =∑aik akj et ∀(i, j ) : (aij ≥0)
k
⎝ ij ⎠
Si aij2 n’est pas nul, alors, il existe au moins un k tel que : aik.akj ≠ 0 ; ce qui signifie qu’il
existe au moins une variable intermédiaire k telle que la variable i agit sur k (aik>0) et k agit
sur j (akj>0) ; d’où l’existence d’un chemin d’ordre 2 allant de i vers j. C’est ainsi que
l’élévation au carré de la matrice d’analyse structurelle met en évidence les relations d’ordre 2
qui peuvent exister entre tout couple de variables [Figure B-1-7].
i-ème ligne
ai1 ai2 … aik …
j-ème colonne
et i-ème ligne
j-ème colonne
×
a1j
a2j
.
.
.
.
akj
.
=
Figure B-1-7 : Principe du produit matriciel.
307
a2ij
Annexe B
De la même façon, l’élévation successive de la matrice en puissance permet de souligner les
chemins d’influence d’ordre 3, 4, …, n, reliant les variables entre elles. A partir d’un certain
ordre, l’élévation en puissance n’a plus d’effet sur la hiérarchie des variables. Cela signifie
que toutes les actions indirectes ont été repérées. Le classement indirect des variables peut dès
lors être établi.
La comparaison de la hiérarchie des variables dans les deux classements (direct et indirect) est
riche d’enseignement : elle permet en effet de confirmer l’importance de certaines variables,
mais également de dévoiler des variables qui, du fait de leurs actions indirectes, jouent un rôle
prépondérant dans le système (ce que le classement direct ne peut traduire).
B.1.6 Utilités et limites
La méthode d’analyse structurelle a pour but d’aider le décideur et non de prendre sa place.
Elle ne consiste pas en une description précise de la structure et du fonctionnement du
système, mais bien en une mise en évidence des variables clés, et donc des grands traits de
l’organisation du système.
Aussi, il convient d’utiliser les résultats en considérant les limites de l’analyse. La première
limite concerne le caractère subjectif de la liste de variables : le nombre de variables ne
pouvant excéder quelques dizaines, des sous-variables ayant trait à une même dimension du
problème peuvent avoir été regroupées. La seconde limite provient de l’aspect subjectif du
remplissage de la matrice et de l’intensité donnée aux liaisons entre les variables.
Il est à noter que ces limites sont d’autant plus conséquentes, dans le cadre du présent travail,
que la méthode d’analyse structurelle devrait normalement être réalisée par un groupe de
travail composé d’acteurs et d’experts du domaine considéré : le travail pourrait alors
bénéficier des expériences et points de vue de chacun des intervenants. Chacun des débats
pourrait ainsi s’avérer extrêmement enrichissant pour l’analyse.
308
Annexe B
B.2 L’évaluation des solutions proposées
Cette partie a pour objet d’affecter une note nck à chaque critère ck. Un tableau pour chaque
proposition permet de justifier la note attribuée aux critères. Certains critères étant similaires à
chaque principe constructif, des notes sont redondants.
B.2.1 Mur en maçonnerie type III
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration du mur
maçonnerie de type III [Figure B-2-1].
Critères
1- Performance des matériaux
2- Faisabilité technique
Notes Observations
Nous utiliserons ici des matériaux performants afin
2
d’optimiser le rendement sachant que celui-ci ne sera
pas optimum (position verticale du capteur).
3
Réalisation simple. Elément préfabriqué.
3- Possibilité d'industrialisation
3
4- Facilité d'installation
3
5- Optimisation du positionnement
2
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
3
9- Adéquation en terme de poids
3
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
2
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
1
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
3
17- Fonction isolation thermique
3
18- Fonction structurelle
0
19- Sécurité d’usage
1
Elément totalement préfabriqué.
Eléments à visser et à « clipser » sur place sur la
maçonnerie.
Capteurs verticaux – donc le rendement n’est pas
optimum.
Surface adaptée en fonction des besoins. Possibilité
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’eau chaude sanitaire.
Remplacement d’un panneau de pierre par démontage
puisque ceux-ci sont vissés ou « clipsés » sur la
maçonnerie.
L’ajout du capteur ne crée pas une surcharge par rapport
à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant
être légèrement sérigraphiés ou gravés s’appuyant sur la
trame des éléments alentours.
Taille des panneaux ajustable en fonction des besoins :
hauteur ou largeur au grès de l’envie de l’architecte afin
qu’ils puissent s’harmoniser avec les panneaux en pierre
alentour
Rendement satisfaisant grâce au choix de matériaux
performants. Mais l’inclinaison n’est pas adaptée pour
un rendement optimal.
Le système solaire installé devra être à circulation
forcée, avec une régulation qui laissera aux utilisateurs
la possibilité de contrôler le système.
Il sera possible de placer des stores pour limiter la
stagnation.
Limitation des pertes assurées par l’isolation par laine
de roche.
La laine de roche et le mur (parpaing, béton) sert
d’isolant acoustique.
Isolation assurée par un isolant en façade intérieur pour
l’isolation du bâtiment. Le capteur dispose d’un isolant
intégré afin de minimiser les pertes.
N’assure pas de fonction structurelle puisqu’elle se pose
sur la maçonnerie.
Risques de brûlures si le panneau est accessible par une
fenêtre ou autre.
309
Annexe B
Critères
20- Limitation des interventions
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
25- Durée de vie
26- Facilité de déconstruction
27- Séparabilité des matériaux
28- Disponibilité des matériaux
29- Coût des matériaux
30- Impact env. des matériaux
31- Coût de la fabrication
32- Impact env. de la fabrication
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
35- Acceptation
36- Confort thermique
37- Coût de l'exploitation
38- Impact env. de l'exploitation
39- Coût de la déconstruction
40- Impact env. de la déconstruction
41- Convertibilité des composants
42- Convertibilité de l’emplacement
43- Coût des traitements
Notes Observations
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
2
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
2
Système accessible par l’extérieur uniquement.
Une difficulté pour le démontage et l’accès à l’accroche
2
entre le panneau capteur et le collecteur situé en arrière.
2
Configuration simple.
2
Verre résistant.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
3
résultats solaires pour les installations collectives.
3
Système entièrement démontable.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
2
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
3
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
3
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
1
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
Les capteurs sont de taille standard selon les panneaux
2
en pierre existants
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
3
polluants et à faible consommation d’énergie.
3
La mise en place est très aisée.
3
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
2
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration ne risque pas de créer des interactions
2
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
3
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
Puisque la production de chaleur par le système solaire
devrait être relativement importante, la durée annuelle
3
de fonctionnement de l’appoint devrait être minimale.
C’est pourquoi l’impact environnemental de
l’exploitation devrait être infime.
Etant donné la facilité de démontage, la déconstruction
3
ne devrait avoir que peu d’impact financier.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsable » et dévissage des composants, c’est
3
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime.
3
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent être facilement
3
remplacés par des panneaux en pierre, ce qui fait que
leur emplacement est convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les panneaux,
1
laissent penser que les traitements de ces matériaux
seront très consommateurs d’énergie et donc coûteux.
Figure B-2-1 : Notation nck du mur maçonnerie de type III.
310
Annexe B
B.2.2 Bardage acier simple
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration du
bardage acier [Figure B-2-2].
Critères
Notes
1- Performance des matériaux
2
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
3
3
4- Facilité d'installation
3
5- Optimisation du positionnement
2
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
3
9- Adéquation en terme de poids
1
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
2
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
1
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
3
17- Fonction isolation thermique
3
18- Fonction structurelle
0
19- Sécurité d’usage
1
20- Limitation des interventions
2
21- Sécurité d'intervention
2
22- Facilité d'intervention
2
23- Simplicité
2
24- Résistance
2
25- Durée de vie
3
Observations
Nous utiliserons ici des matériaux performants afin
d’optimiser le rendement sachant que celui-ci ne sera
pas optimum dû la position verticale du capteur.
Réalisation simple. Elément préfabriqué.
Elément totalement préfabriqué.
Eléments à visser et à « clipser » sur place sur la
maçonnerie
Capteurs verticaux – donc le rendement n’est pas
optimum.
Surface adaptée en fonction des besoins. Possibilité
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’eau chaude sanitaire.
Remplacement d’un bardage par démontage puisque
ceux-ci sont vissés ou « clipsé » sur la structure en
acier.
L’ajout du capteur risque de créer une surcharge par
rapport à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant
être légèrement sérigraphie ou gravés s’appuyant sur la
trame des éléments alentours.
Taille des panneaux ajustable en fonction des besoins :
hauteur ou largeur au grès de l’envie de l’architecte afin
qu’ils puissent s’harmoniser avec le bardage alentour.
Rendement satisfaisant grâce au choix de matériaux
performants. Mais l’inclinaison n’est pas adaptée pour
un rendement optimal.
Le système solaire installé devra être à circulation
forcée, avec une régulation qui laissera aux utilisateurs
la possibilité de contrôler le système.
Il sera possible de placer des stores pour limiter la
stagnation.
Limitation des pertes assurées par l’isolation par laine
de roche
La laine de roche et le mur (parpaing, béton) sert
d’isolant acoustique.
Isolation assurée par l’isolant du capteur.
N’assure pas de fonction structurelle puisqu’elle se pose
sur la structure acier.
le panneau peut être accessible par les usager à travers
une fenêtre ou autre.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
Système accessible par l’extérieur uniquement.
Une difficulté pour le démontage et l’accès à l’accroche
entre le panneau capteur et le collecteur situé en arrière.
Configuration simple.
Verre résistant.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
résultats solaires pour les installations collectives.
311
Annexe B
Critères
26- Facilité de déconstruction
Notes
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
3
3
35- Acceptation
2
36- Confort thermique
2
37- Coût de l'exploitation
3
38- Impact env. de l'exploitation
3
39- Coût de la déconstruction
3
40- Impact env. de la déconstruction
3
41- Convertibilité des composants
3
42- Convertibilité de l’emplacement
3
43- Coût des traitements
1
Observations
Système entièrement démontable de la structure acier.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
Les capteurs sont de tailles variables selon les besoins
architecturaux.
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
polluants et à faible consommation d’énergie.
La mise en place est très aisée.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration ne risque pas de créer des interactions
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
Puisque la production de chaleur par le système solaire
devrait être relativement importante, la durée annuelle
de fonctionnement de l’appoint devrait être minimale.
C’est pourquoi l’impact environnemental de
l’exploitation devrait être infime.
Etant donné la facilité de démontage, la déconstruction
ne devrait avoir que peu d’impact financier.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsage » et dévissage des composants, c’est
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime.
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par
un bardage, ce qui fait que leur emplacement est
convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les panneaux
laissent penser que les traitements de ces matériaux
seront très consommateurs d’énergie et donc coûteux.
Figure B-2-2 : Notation nck du bardage acier.
B.2.3 Allège de fenêtre dans une façade légère
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration de
l’allège [Figure B-2-3].
312
Annexe B
Critères
Notes
Observations
Nous utiliserons ici des matériaux performants afin
d’optimiser le rendement sachant que celui-ci ne sera
pas optimum dû la position verticale du capteur.
1- Performance des matériaux
2
2- Faisabilité technique
3
Réalisation simple. Elément préfabriqué.
3- Possibilité d'industrialisation
3
Elément totalement préfabriqué.
4- Facilité d'installation
3
5- Optimisation du positionnement
3
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
3
9- Adéquation en terme de poids
2
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
3
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
2
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
17- Fonction isolation thermique
3
3
18- Fonction structurelle
0
19- Sécurité d’usage
1
20- Limitation des interventions
2
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
23- Simplicité
24- Résistance
2
2
2
2
25- Durée de vie
3
26- Facilité de déconstruction
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
Eléments à visser et à « clipser » sur place sur la
structure.
Capteurs inclinés – donc le rendement bon.
Surface adaptée en fonction des besoins. Possibilité
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’eau chaude sanitaire.
Remplacement d’une allège par démontage puisque
ceux-ci sont vissés ou « clipsé » sur la structure.
L’ajout du capteur risque de créer une petite surcharge
par rapport à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage.
Taille des panneaux ajustable en fonction des besoins :
hauteur ou largeur au grès de l’envie de l’architecte afin
qu’ils puissent s’harmoniser avec les éléments alentour.
Rendement satisfaisant grâce au choix de matériaux
performants. L’inclinaison peut s’adaptée pour un
rendement optimal.
Le système solaire installé devra être à circulation
forcée, avec une régulation qui laissera aux utilisateurs
la possibilité de contrôler le système.
Possibilité de modifier la configuration du système
pendant les saisons différentes.
Limitation des pertes assurées par l’isolation par laine
de roche.
La laine de roche sert d’isolant acoustique.
Isolation assurée par l’isolant du capteur.
Pas de fonction structurelle puisqu’elle se pose sur la
structure.
la surface du capteur plus accessible dû à l’inclinaison.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
Système accessible par l’extérieur et intérieur.
Montage et démontage possible par l’intérieur.
Configuration simple.
Verre résistant.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
résultats solaires pour les installations collectives.
Système entièrement démontable de la structure.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
313
Annexe B
Critères
Notes
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
33- Coût de l'installation
34- Impact env. de l'installation
3
3
35- Acceptation
2
36- Confort thermique
1
37- Coût de l'exploitation
3
38- Impact env. de l'exploitation
3
39- Coût de la déconstruction
3
40- Impact env. de la déconstruction
3
41- Convertibilité des composants
3
42- Convertibilité de l’emplacement
3
43- Coût des traitements
1
Observations
Les capteurs sont de tailles variables selon les besoins
architecturaux.
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
polluants et à faible consommation d’énergie.
La mise en place est très aisée.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration risque de créer des interactions
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
Puisque la production de chaleur par le système solaire
devrait être relativement importante, la durée annuelle
de fonctionnement de l’appoint devrait être minimale.
C’est pourquoi l’impact environnemental de
l’exploitation devrait être infime.
Etant donné la facilité de démontage, la déconstruction
ne devrait avoir que peu d’impact financier.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsage » et dévissage des composants, c’est
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime.
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par
une allège, ce qui fait que leur emplacement est
convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les panneaux
laissent penser que les traitements de ces matériaux
seront très consommateurs d’énergie et donc coûteux.
Figure B-2-3 : Notation nck de l’allège.
B.2.4 Façade panneau en maçonnerie
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration de la
façade panneau [Figure B-2-4].
Critères
Notes
Observations
Nous utiliserons ici des matériaux performants afin
d’optimiser le rendement sachant que celui-ci ne sera
pas optimum dû la position verticale du capteur.
1- Performance des matériaux
2
2- Faisabilité technique
1
Il est difficile de réaliser l’isolation par l’extérieur.
3- Possibilité d'industrialisation
3
Elément préfabriqué.
4- Facilité d'installation
2
5- Optimisation du positionnement
2
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
Eléments à visser et à « clipser » sur place.
Capteurs verticaux – donc le rendement n’est pas
optimum.
Surface adaptée en fonction des besoins. Possibilité
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’eau chaude sanitaire.
314
Annexe B
Critères
Notes
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
2
9- Adéquation en terme de poids
2
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
2
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
1
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
2
17- Fonction isolation thermique
3
18- Fonction structurelle
1
19- Sécurité d’usage
1
20- Limitation des interventions
2
21- Sécurité d'intervention
22- Facilité d'intervention
2
2
Observations
Remplacement d’un panneau par démontage du
panneau existant.
L’ajout du capteur risque de créer une petite surcharge
par rapport à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant
être légèrement sérigraphie ou gravés s’appuyant sur la
trame des éléments alentours.
Taille des panneaux ajustable en fonction des besoins :
hauteur entre nez de dalle ou largeur dans la structure
porteuse.
Rendement satisfaisant grâce au choix de matériaux
performants. Mais l’inclinaison n’est pas adaptée pour
un rendement optimal.
Le système solaire installé devra être à circulation
forcée, avec une régulation qui laissera aux utilisateurs
la possibilité de contrôler le système.
Il sera possible de placer des stores devant les capteurs
pour limiter la stagnation.
Limitation des pertes assurées par l’isolation par laine
de roche.
Etude préalable à établir pour les parois légères. La
laine de roche sert d’isolant acoustique.
Isolation assurée par un isolant spécialement
dimensionné pour assurer cette fonction pour le
bâtiment mais aussi pour le capteur afin de limiter les
pertes.
N’assure pas de fonction structurelle puisqu’elle se pose
en panneau.
Risques de brûlures si le panneau est accessible par une
fenêtre ou autre.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
Système accessible par l’intérieur.
Une légère difficulté pour le démontage.
23- Simplicité
2
Configuration simple.
24- Résistance
2
25- Durée de vie
3
26- Facilité de déconstruction
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
Plaque de cuivre fragile (difficulté de mise en oeuvre),
verre résistant.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
résultats solaires pour les installations collectives
Système entièrement démontable.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
Les composants sont des pièces faites sur mesure selon
l’architecture et la trame du bâtiment mais sont simple
de fabrication.
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
polluants et à faible consommation d’énergie.
315
Annexe B
Critères
Notes
33- Coût de l'installation
2
34- Impact env. de l'installation
3
Observations
La mise en place sur chantier est aussi aisée que la pose
d’un panneau normale. De plus les panneaux sont
préfabriqués.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration risque de créer des interactions
36- Confort thermique
1
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
37- Coût de l'exploitation
3
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
Puisque la production de chaleur par le système solaire
devrait être relativement importante, la durée annuelle
38- Impact env. de l'exploitation
3
de fonctionnement de l’appoint devrait être minimale.
C’est pourquoi l’impact environnemental de
l’exploitation devrait être infime.
Etant donné la grande facilité de démontage des
39- Coût de la déconstruction
3
panneaux, la déconstruction ne devrait avoir que peu
d’impact financier.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsage » et dévissage des composants, c’est
40- Impact env. de la déconstruction
3
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime.
41- Convertibilité des composants
2
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par
42- Convertibilité de l’emplacement
2
des panneaux en bois ou vitré, ce qui fait que leur
emplacement est convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les panneaux
43- Coût des traitements
1
laissent penser que les traitements de ces matériaux
seront très consommateurs d’énergie et donc coûteux.
Figure B-2-4 : Notation nck de la façade panneau.
35- Acceptation
2
B.2.5 Façade rideau
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration de la
façade rideau [Figure B-2-5].
Critères
Notes
1- Performance des matériaux
2
2- Faisabilité technique
3- Possibilité d'industrialisation
4- Facilité d'installation
3
3
2
5- Optimisation du positionnement
2
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
2
Observations
Nous utiliserons ici des matériaux performants afin
d’optimiser le rendement sachant que celui-ci ne sera
pas optimum dû la position verticale du capteur.
Réalisation simple par assemblage.
Elément préfabriqué.
Eléments à visser et à « clipser » sur place.
Capteurs verticaux – donc le rendement n’est pas
optimum.
Surface adaptée en fonction des besoins. Possibilité
d’ajouter des panneaux selon disponibilité surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’eau chaude sanitaire.
Remplacement d’un panneau de façade par démontage
du panneau existant puisque ceux-ci sont assemblés sur
l’ossature secondaire.
316
Annexe B
Critères
Notes
21- Sécurité d'intervention
2
Observations
L’ajout du capteur risque de créer une petite surcharge
par rapport à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant
être légèrement sérigraphie ou gravés s’appuyant sur la
trame des éléments alentours.
Taille des panneaux ajustable en fonction des besoins :
hauteur ou largeur au grès de l’envie de l’architecte afin
qu’ils puissent composer la façade selon la trame qu’il a
envie.
Rendement satisfaisant grâce au choix de matériaux
performants. Mais l’inclinaison n’est pas adaptée pour
un rendement optimal.
Le système solaire installé devra être à circulation
forcée, avec une régulation qui laissera aux utilisateurs
la possibilité de contrôler le système.
Il sera possible de placer des stores devant les capteurs
pour limiter la stagnation.
Limitation des pertes assurées par l’isolation par laine
de roche.
Etude préalable à établir pour les parois légères. La
laine de roche sert d’isolant acoustique.
Isolation assurée par un isolant spécialement
dimensionné pour assurer cette fonction pour le
bâtiment mais aussi pour le capteur afin de limiter les
pertes.
N’assure pas de fonction structurelle essentielle
puisqu’elle se pose sur l’ossature secondaire.
Le panneau peut être accessible à travers une fenêtre ou
autre.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
Système accessible par l’intérieur.
22- Facilité d'intervention
2
Une difficulté pour le démontage.
23- Simplicité
2
Configuration simple.
24- Résistance
2
25- Durée de vie
3
26- Facilité de déconstruction
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
9- Adéquation en terme de poids
2
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
2
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
1
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
2
17- Fonction isolation thermique
3
18- Fonction structurelle
1
19- Sécurité d’usage
1
2
20- Limitation des interventions
Plaque de cuivre fragile (difficulté de mise en oeuvre),
verre résistant.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
résultats solaires pour les installations collectives.
Système entièrement démontable.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
Les composants sont des pièces faites sur mesure selon
l’architecture et la trame du bâtiment mais sont simple
de fabrication
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
polluants et à faible consommation d’énergie
317
Annexe B
Critères
Notes
33- Coût de l'installation
2
34- Impact env. de l'installation
3
35- Acceptation
2
36- Confort thermique
1
37- Coût de l'exploitation
3
38- Impact env. de l'exploitation
3
39- Coût de la déconstruction
3
40- Impact env. de la déconstruction
3
41- Convertibilité des composants
2
42- Convertibilité de l’emplacement
2
43- Coût des traitements
1
Observations
La mise en place sur chantier est aussi aisée que la pose
d’une façade rideau normale. De plus les éléments sont
préfabriqués.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration risque de créer des interactions
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
Puisque la production de chaleur par le système solaire
devrait être relativement importante, la durée annuelle
de fonctionnement de l’appoint devrait être minimale.
C’est pourquoi l’impact environnemental de
l’exploitation devrait être infime
Etant donné la facilité de démontage de la façade
rideau, la déconstruction ne devrait avoir que peu
d’impact financier. D’autant que cette façade est
composée de plusieurs panneaux.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsable » et dévissage des composants, c’est
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par
des panneaux en bois ou vitré, ce qui fait que leur
emplacement est convertible
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les panneaux
laissent penser que les traitements de ces matériaux
seront très consommateurs d’énergie et donc coûteux
Figure B-2-5 : Notation nck de la façade rideau.
B.2.6 Façade à vitrage parclosé
Ci-dessous les notes nck attribuées à chaque critère pour les propositions d’intégration de la
façade à vitrage parclosé [Figure B-2-6].
Critères
Notes
1- Performance des matériaux
2
2- Faisabilité technique
3
3- Possibilité d'industrialisation
3
4- Facilité d'installation
2
5- Optimisation du positionnement
2
Observations
Les matériaux utilisés sont ceux d’un capteur
traditionnel. Ils sont aujourd’hui désignés comme
performants et permettent d’avoir un bon rendement.
La fabrication des modules est relativement simple,
dans la mesure où elle est réalisée par assemblage.
Les modules sont fabriqués par simple assemblage de
composants standard, ce qui laisse penser qu’ils
pourront être industrialisables.
Dans la mesure où il suffit de visser et clipser les
différents composants, l’installation est relativement
simple.
Les capteurs sont destinés à être installés verticalement,
en façade de bâtiment, une position non optimale au
rendement thermique du capteur.
318
Annexe B
Critères
Notes
6- Adéquation en terme d'espace
3
7- Adéquation en terme d'usage
3
8- Possibilité d'installation en réhabilitation
2
9- Adéquation en terme de poids
1
10-Visibilité
2
11-Modulation
3
12- Performance thermique
2
13- Possibilité d’agir sur l’installation
2
14- Optimisation de la configuration
0
15- Limitation des pertes
3
16- Fonction acoustique
1
17- Fonction isolation thermique
2
18- Fonction structurelle
0
19- Sécurité d’usage
1
20- Limitation des interventions
2
21- Sécurité d'intervention
1
22- Facilité d'intervention
2
23- Simplicité
2
24- Résistance
2
25- Durée de vie
3
Observations
La surface pourra être adaptée en fonction des besoins.
Possibilité d’ajouter des panneaux selon disponibilité
surfacique.
Les capteurs plans vitrés sont tout à fait adaptés à la
production d’ECS, au plancher chauffant, ou au
rafraîchissement solaire par dessiccation.
Par remplacement d’un panneau de façade par
démontage du panneau existant puisque ceux-ci sont
assemblés sur l’ossature secondaire.
L’ajout du capteur risque de créer une surcharge par
rapport à l’élément d’origine.
Intégration esthétique en façade avec un vitrage pouvant
être légèrement sérigraphie ou gravés s’appuyant sur la
trame des éléments alentours, mais élimination de la
transparence de l’élément d’origine
Il est possible de modifier la taille des modules solaires,
les types de vitrage, ainsi que la couleur de la peinture
de l’absorbeur, en fonction des besoins ou l’envie des
architectes afin qu’ils puissent composer la façade selon
la trame de la menuiserie.
La présence des vitrages et des isolants, et l’utilisation
de couleurs sombres laissent penser que la performance
thermique devra être satisfaisante.
Le système solaire installé sera munie d’une régulation
qui laissera aux utilisateurs la possibilité de le contrôler.
Les modules solaires sont fixes, la surface de captage ne
peut pas suivre la course du soleil.
Les pertes sont limitées, côté intérieure, par une couche
d’isolant thermique, et côté extérieur par le vitrage et
une lame d’air.
Le capteur, en protégeant l’intérieur du bâtiment des
conditions climatiques extérieures, permet en outre
d’isoler acoustiquement le bâtiment des bruits
extérieurs.
Isolation assurée par un isolant dimensionné pour
minimiser les pertes pour le capteur et pour l’isolement
thermique du bâtiment.
Les modules solaires sont formés essentiellement de
cuivre ou d’aluminium, de vitrage et des matériaux
isolants légers, ils ne peuvent donc aucunement
s’intégrer dans la structure du bâtiment.
Risques pour la sécurité des usagers si les liaisons entre
les capteurs sont accessibles par derrière, ou si les
capteurs sont accessible de devant.
L’exploitation ne devrait nécessiter que peu
d’interventions, hormis toutefois quelques vidanges en
cas de conditions climatiques extrêmes (risque de gel ou
de surchauffe).
Système accessible par l’extérieure.
Il est possible de vidanger le système et démonter les
capots.
Configuration simple.
Si le système résiste globalement aux risques engendrés
par les conditions climatiques (gel, surchauffe), son
vitrage extérieur peut en revanche être endommagé par
quelques chocs de grêle, ou de projectile.
Garantie 10 ans, 15 ans dans le cadre de la garantie de
résultats solaires pour les installations collectives.
319
Annexe B
Critères
26- Facilité de déconstruction
Notes
3
27- Séparabilité des matériaux
2
28- Disponibilité des matériaux
3
29- Coût des matériaux
3
30- Impact env. des matériaux
1
31- Coût de la fabrication
2
32- Impact env. de la fabrication
3
33- Coût de l'installation
2
34- Impact env. de l'installation
3
35- Acceptation
2
36- Confort thermique
1
37- Coût de l'exploitation
3
38- Impact env. de l'exploitation
2
39- Coût de la déconstruction
3
40- Impact env. de la déconstruction
3
41- Convertibilité des composants
2
42- Convertibilité de l’emplacement
2
43- Coût des traitements
1
Observations
Le système est entièrement démontable.
Seule les alliages et la peinture utilisée sur l’absorbeur
ne sont pas séparables.
Les matériaux qui constituent le module sont encore
disponibles à l’état naturel ou fabricables en quantité
relativement importantes.
Les matériaux étant disponibles, simples et communs,
ils sont relativement peu chers.
La fabrication du cuivre, du verre ou encore de
l’aluminium font appel à des installations polluantes et
très consommatrice d’énergie.
Les composants sont des pièces faites sur mesure selon
l’architecture et la trame du bâtiment mais sont simple
de fabrication.
Les capteurs sont fabriqués à partir de procédé non
polluants et à faible consommation d’énergie.
Par rapport à la solution d’origine, le surcoût provient
de l’ajout de l’absorbeur, de l’isolant et du réseau
hydraulique.
Pose simple sans impact sur l’environnement.
Le système proposé offre une intégration dans le
bâtiment intéressante pour les architectes et sûrement
aussi pour les usagers.
L’intégration risque de créer des interactions
importantes avec la zone occupée du bâtiment.
Dans la mesure où la production de chaleur par le
système devrait être tout à fait acceptable, et dans la
mesure où les interventions de maintenance devraient
être limitées, le coût d’exploitation du système de
chauffage en ECS devrait être relativement bas.
L’utilisation de l’énergie solaire devrait avoir un bon
impact environnemental pendant l’exploitation, surtout
pour la réduction des émissions de GES, mais si de
grandes superficies de captage sont installées il y aura
un risque de créer des îlots de chaleur.
Etant donné la facilité de démontage de la menuiserie
par les capots, la déconstruction ne devrait avoir que
peu d’impact financier.
La déconstruction devrait être réalisée par
« déclipsage » et dévissage des composants, c’est
pourquoi son impact environnemental devrait être
minime.
Les composants sont entièrement recyclables.
Les panneaux capteurs peuvent aisément remplacer par
des vitrages normaux ce qui fait que leur emplacement
est convertible.
Les quantités d’énergies nécessaires aux fabrications
des différents matériaux constituant les capteurs laissent
penser que les traitements de ces matériaux seront très
consommateurs d’énergie et donc coûteux.
Figure B-2-6: Notation nck de la façade à vitrage parclosé.
320
Annexe C
(de la partie III)
321
322
Annexe C
C.1 Résultats des simulations
C.1.1 La première série de simulations
Cette première série de résultats représente la production d’un système solaire d’ECS ayant
8m² de surface de captage et un ballon de 300L de volume. Les couleurs simulées sont le
RAL 3007 (rouge, a= 82,5 et e=78,8), le RAL 6007 (vert, a= 68,5 et e=79,9), et le RAL 5020
(bleu, a= 61,3 et e=71,7).
Figure C-1-1 : Quantités d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-2 : Quantités d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons pour une orientation Ouest (az=90°).
323
Annexe C
Figure C-1-3 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-4 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Ouest (az=90°).
324
Annexe C
Figure C-1-5 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur noir intégré pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-6 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur noir intégré pour une orientation Ouest (az=90°).
325
Annexe C
Figure C-1-7 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur rouge intégré pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-8 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur vert intégré pour une orientation Sud (az=0°).
326
Annexe C
Figure C-1-9 : Quantités d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-10 : Quantités d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons pour une orientation Ouest (az=90°).
327
Annexe C
Figure C-1-11 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-12 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Ouest (az=90°).
328
Annexe C
Figure C-1-13 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur noir intégré pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-14 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur noir intégré pour une orientation Ouest (az=90°).
329
Annexe C
Figure C-1-15 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur rouge intégré pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-16 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice dans 3 saisons par rapport à l’énergie utile d’un
capteur vert intégré pour une orientation Sud (az=0°).
330
Annexe C
Figure C-1-17 : Surfaces nécessaires pour produire une même quantité d’énergie utile à Paris pour une
orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-18 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février à Lyon par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
331
Annexe C
Figure C-1-19 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai à Lyon par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-20 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai à Lyon par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
332
Annexe C
Figure C-1-21 : Quantités d’énergie utile en Février à Lyon pour trois orientations.
Figure C-1-22 : Quantités d’énergie utile en Mai à Lyon pour trois orientations.
333
Annexe C
Figure C-1-23 : Quantités d’énergie utile en Août à Lyon pour trois orientations.
Figure C-1-24 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février à Paris par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
334
Annexe C
Figure C-1-25 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai à Paris par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-26 : Pourcentage d’énergie utile produite en Août à Paris par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°)..
335
Annexe C
Figure C-1-27 : Quantités d’énergie utile en Février à Paris pour trois orientations.
Figure C-1-28 : Quantités d’énergie utile en Mai à Paris pour trois orientations.
336
Annexe C
Figure C-1-29 : Quantités d’énergie utile en Août à Paris pour trois orientations.
Figure C-1-30 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février à Nice par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
337
Annexe C
Figure C-1-31 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai à Nice par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-32 : Pourcentage d’énergie utile produite en Août à Nice par rapport à l’énergie utile d’une
installation référence pour une orientation Sud (az=0°).
338
Annexe C
Figure C-1-33 : Quantités d’énergie utile en Février à Nice pour trois orientations.
Figure C-1-34 : Quantités d’énergie utile en Mai à Nice pour trois orientations.
339
Annexe C
Figure C-1-35 : Quantités d’énergie utile en Août à Nice pour trois orientations.
Figure C-1-36 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Est (az=270°).
340
Annexe C
Figure C-1-37 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Est (az=270°).
Figure C-1-38 : Pourcentage d’énergie utile produite en Août par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Est (az=270°).
341
Annexe C
Figure C-1-39 : Quantités d’énergie utile en Février pour une orientation Est (az=270°).
Figure C-1-40 : Quantités d’énergie utile en Mai pour une orientation Est (az=270°).
342
Annexe C
Figure C-1-41 : Quantités d’énergie utile en Août pour une orientation Est (az=270°).
Figure C-1-42 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
343
Annexe C
Figure C-1-43 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-44 : Pourcentage d’énergie utile produite en Août par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
344
Annexe C
Figure C-1-45 : Quantités d’énergie utile en Février pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-46 : Quantités d’énergie utile en Mai pour une orientation Sud (az=0°).
345
Annexe C
Figure C-1-47 : Quantités d’énergie utile en Août pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-48 : Pourcentage d’énergie utile produite en Février par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Ouest (az=90°).
346
Annexe C
Figure C-1-49 : Pourcentage d’énergie utile produite en Mai par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Ouest (az=90°).
Figure C-1-50 : Pourcentage d’énergie utile produite en Août par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Ouest (az=90°).
347
Annexe C
Figure C-1-51 : Quantités d’énergie utile en Février pour une orientation Ouest (az=90°).
Figure C-1-52 : Quantités d’énergie utile en Mai pour une orientation Ouest (az=90°).
348
Annexe C
Figure C-1-53 : Quantités d’énergie utile en Août pour une orientation Ouest (az=90°).
Figure C-1-54 : Ratio de la perte d’énergie utile des capteurs intégrés orientés Sud à Lyon par rapport à l’énergie
utile de l’installation de référence (az=0).
349
Annexe C
Figure C-1-55 : Ratio de la surface de captage nécessaire des capteurs intégrés orientés Sud à Lyon pour
produire une même quantité d’énergie utile que l’installation de référence (az=0).
Figure C-1-56 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
350
Annexe C
Figure C-1-57 : Pourcentage d’énergie utile produite à Paris par rapport à l’énergie utile d’une installation avec
un capteur noir intégré pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-58 : Quantités d’énergie utile à Lyon en 1an pour trois orientations.
351
Annexe C
Figure C-1-59 : Quantités d’énergie utile à Paris en 1an pour trois orientations.
Figure C-1-60 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
352
Annexe C
Figure C-1-61 : Quantités d’énergie utile à Lyon en 1an pour trois orientations.
Figure C-1-62 : Pourcentage d’énergie utile produite à Nice par rapport à l’énergie utile d’une installation avec
un capteur noir intégré pour une orientation Sud (az=0°).
353
Annexe C
Figure C-1-63 : Quantités d’énergie utile en 1an pour une orientation Sud (az=0°).
Figure C-1-64 : Pourcentage d’énergie utile produite en 1an par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Sud (az=0°).
354
Annexe C
Figure C-1-65 : Quantités d’énergie utile en 1an pour une orientation Ouest (az=90°).
Figure C-1-66 : Pourcentage d’énergie utile produite en 1an par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Ouest (az=90°).
355
Annexe C
Figure C-1-67 : Quantités d’énergie utile en 1an pour une orientation Est (az=270°).
Figure C-1-68 : Pourcentage d’énergie utile produite en 1an par rapport à l’énergie utile d’une installation
référence pour une orientation Est (az=270°).
356
Annexe C
C.1.2 La deuxième série de simulations
La deuxième série de résultats représente la production d’un système solaire d’ECS ayant
14m² de surface de captage et un ballon de stockage ayant un volume de 1000L. Les couleurs
simulées sont le chrome noir (a= 95,6 et e=7,7), le RAL 7021 (gris noir, a= 95 et e=86), et le
RAL 5020 (vert brun, a= 94 et e=95). Ces couleurs sont les mêmes qui sont utilisées dans les
prototypes utilisés dans l’expérimentation.
Figure C-1-69 : Quantités d’énergie utile produite pour une orientation Sud (az=0°) sans masque.
Figure C-1-70 : Pourcentages d’énergie utile produite pour une orientation Sud (az=0°) sans masque par rapport
à l’énergie utile produite par le système référence.
357
Annexe C
Figure C-1-71 : Coefficients de multiplication de la surface de captage pour une orientation Sud (az=0°) sans
masque.
Figure C-1-72 : Quantités d’énergie utile produite pour une orientation Sud (az=0°) avec masque.
358
Annexe C
Figure C-1-73 : Pourcentages d’énergie utile produite pour une orientation Sud (az=0°) avec masque par rapport
à l’énergie utile produite par le système référence.
Figure C-1-74 : Coefficients de multiplication de la surface de captage pour une orientation Sud (az=0°) avec
masque.
359
Annexe C
Figure C-1-75 : Quantités d’énergie utile produite pour une orientation Ouest (az=90°) sans masque.
Figure C-1-76 : Pourcentages d’énergie utile produite pour une orientation Ouest (az=90°) sans masque par
rapport à l’énergie utile produite par le système référence.
360
Annexe C
Figure C-1-77 : Coefficients de multiplication de la surface de captage pour une orientation Ouest (az=90°) sans
masque.
Figure C-1-78 : Quantités d’énergie utile produite pour une orientation Ouest (az=90°) avec masque.
361
Annexe C
Figure C-1-79 : Pourcentages d’énergie utile produite pour une orientation Ouest (az=90°) avec masque par
rapport à l’énergie utile produite par le système référence.
Figure C-1-80 : Coefficients de multiplication de la surface de captage pour une orientation Ouest (az=90°) avec
masque.
362
Annexe C
Figure C-1-81 : Quantités d’énergie utile produite pour une orientation Est (az=270°) sans masque.
Figure C-1-82 : Pourcentages d’énergie utile produite pour une orientation Est (az=270°) sans masque par
rapport à l’énergie utile produite par le système référence.
363
Annexe C
Figure C-1-83 : Coefficients de multiplication de la surface de captage pour une orientation Est (az=270°) sans
masque.
Figure C-1-84 : Quantités d’énergie utile produite à Lyon avec différentes configurations.
364
Annexe C
Figure C-1-85 : Pourcentages d’énergie utile produite à Lyon avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
Figure C-1-86 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Lyon avec différentes configurations.
365
Annexe C
Figure C-1-87 : Quantités d’énergie utile produite à Paris avec différentes configurations.
Figure C-1-88 : Pourcentages d’énergie utile produite à Paris avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
366
Annexe C
Figure C-1-89 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Paris avec différentes configurations.
Figure C-1-90 : Quantités d’énergie utile produite à Nice avec différentes configurations.
367
Annexe C
Figure C-1-91 : Pourcentages d’énergie utile produite à Nice avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
Figure C-1-92 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Nice avec différentes configurations.
368
Annexe C
Figure C-1-93 : Quantités d’énergie utile produite à Athènes avec différentes configurations.
Figure C-1-94 : Pourcentages d’énergie utile produite à Athènes avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
369
Annexe C
Figure C-1-95 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Athènes avec différentes configurations.
Figure C-1-96 : Quantités d’énergie utile produite à Berlin avec différentes configurations.
370
Annexe C
Figure C-1-97 : Pourcentages d’énergie utile produite à Berlin avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
Figure C-1-98 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Berlin avec différentes configurations.
371
Annexe C
Figure C-1-99 : Quantités d’énergie utile produite à Stockholm avec différentes configurations.
Figure C-1-100 : Pourcentages d’énergie utile produite à Stockholm avec différentes configurations par rapport à
l’énergie utile produite par le système référence.
372
Annexe C
Figure C-1-101 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Stockholm avec différentes
configurations.
Figure C-1-102 : Quantités d’énergie utile produite à Lisbonne avec différentes configurations.
373
Annexe C
Figure C-1-103 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Lisbonne avec différentes
configurations
Figure C-1-104 : Coefficients de multiplication de la surface de captage à Lisbonne avec différentes
configurations.
374
Annexe C
Figure C-1-105 : Poids de CO2 évité par le système solaire suivant l’énergie de substitution dans chaque ville.
B
B
Figure C-1-106 : Poids de CO2 évité par chaque système solaire suivant l’énergie de substitution.
B
B
375
Annexe C
C.2 Résultats des mesures
Dans ce qui suit seront présentées les résultats des mesures expérimentales des trois capteurs
prototypes installés dans la façade du bâtiments des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau.
C.2.1 Résultats de mesures du capteur « Noir » du 13 au 18juillet 2005
Figure C-2-1 : Eclairement énergétique horizontal global du 13 au 18 juillet aux GAIA.
Figure C-2-2 : Evolution des températures des absorbeurs du 13 au 18 juillet.
376
Annexe C
Figure C-2-3 : Evolution de la température du ballon de stockage du 13 au 18 juillet.
Figure C-2-4 : Evolution des températures dans les conduits du 13 au 18 juillet.
377
Annexe C
Figure C-2-5 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 13 au 18 juillet.
Figure C-2-6 : Evolution des températures de la structure de capteur du 13 au 18 juillet.
378
Annexe C
C.2.2 Résultats de mesures du capteur « Gris » du 20 au 24 juillet 2005
Figure C-2-7 : Eclairement énergétique horizontal global du 20 au 24 juillet aux GAIA.
Figure C-2-8 : Evolution des températures des absorbeurs du 20 au 24 juillet.
379
Annexe C
Figure C-2-9 : Evolution de la température du ballon de stockage du 20 au 24 juillet.
Figure C-2-10 : Evolution des températures dans les conduits du 20 au 24 juillet.
380
Annexe C
Figure C-2-11 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 20 au 24 juillet.
Figure C-2-12 : Evolution des températures de la structure de capteur du 20 au 24 juillet.
381
Annexe C
C.2.3 Résultats de mesures du capteur « Vert » du 28 juillet au 02 août
2005
Figure C-2-13 : Eclairement énergétique horizontal global du 28 juillet au 02 août aux GAIA.
Figure C-2-14 : Evolution des températures des absorbeurs du 28 juillet au 02 août.
382
Annexe C
Figure C-2-15 : Evolution de la température du ballon de stockage du 28 juillet au 02 août.
Figure C-2-16 : Evolution des températures dans les conduits du 28 juillet au 02 août.
383
Annexe C
Figure C-2-17 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 28 juillet au 2 août.
Figure C-2-18 : Evolution des températures de la structure de capteur du 28 juillet au 02 août.
384
Annexe C
C.2.4 Résultats de mesures du capteur « Vert » du 04 au 24 août 2005
Figure C-2-19 : Eclairement énergétique horizontal global du 04 au 24 août aux GAIA.
Figure C-2-20 : Evolution des températures des absorbeurs du 04 au 24 août.
385
Annexe C
Figure C-2-21 : Evolution de la température du ballon de stockage du 04 au 24 août.
Figure C-2-22 : Evolution des températures dans les conduits du 04 au 24 août.
386
Annexe C
Figure C-2-23 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 04 au 24 août.
Figure C-2-24 : Evolution des températures de la structure de capteur du 04 au 24 août.
387
Annexe C
C.2.5 Résultats de mesures du capteur « Gris » du 31 août au 05
septembre 2005
Figure C-2-25 : Eclairement énergétique horizontal global du 31 août au 05 septembre aux GAIA.
Figure C-2-26 : Evolution des températures des absorbeurs du 31 août au 05 septembre.
388
Annexe C
Figure C-2-27 : Evolution de la température du ballon de stockage du 31 août au 05 septembre.
Figure C-2-28 : Evolution des températures dans les conduits du 31 août au 05 septembre.
389
Annexe C
Figure C-2-29 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 31 août au 05
septembre.
Figure C-2-30 : Evolution des températures de la structure de capteur du 31 août au 05 septembre.
390
Annexe C
C.2.6 Résultats de mesures du capteur « Gris » du 07 au 17 septembre
2005
Figure C-2-31 : Eclairement énergétique horizontal global du 07 au 17 septembre aux GAIA.
Figure C-2-32 : Evolution des températures des absorbeurs du 07 au 17 septembre.
391
Annexe C
Figure C-2-33 : Evolution de la température du ballon de stockage du 07 au 17 septembre.
Figure C-2-34 : Evolution des températures dans les conduits du 07 au 17 septembre.
392
Annexe C
Figure C-2-35 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 07 au 17
septembre.
Figure C-2-36 : Evolution des températures de la structure de capteur du 07 au 17 septembre.
393
Annexe C
C.2.7 Résultats de mesures du capteur « Gris » du 18 septembre au 17
octobre 2005
Figure C-2-37 : Eclairement énergétique horizontal global du 18 septembre au 17 octobre aux GAIA.
Figure C-2-38 : Evolution des températures des absorbeurs du 18 septembre au 17 octobre.
394
Annexe C
Figure C-2-39 : Evolution de la température du ballon de stockage du 18 septembre au 17 octobre.
Figure C-2-40 : Evolution des températures dans les conduits du 18 septembre au 17 octobre.
395
Annexe C
Figure C-2-41 : Evolution de la température de surface en arrière du coffre du capteur gris du 18 septembre au
17 octobre.
Figure C-2-42 : Evolution des températures de la structure de capteur du 18 septembre au 17 octobre.
396
U
FOLIO ADMINISTRATIF
THESE SOUTENUE DEVANT L'INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON
NOM : SALEM
DATE de SOUTENANCE : 19 janvier 2007
Prénoms : Talal
TITRE :
Intégration des composants solaires thermiques actifs dans la structure bâtie
NATURE : Doctorat
Numéro d'ordre : 2007-ISAL-0006
Ecole doctorale : Mécanique, Énergétique, Génie Civil, Acoustique (MEGA)
Spécialité : Génie Civil
Cote B.I.U. - Lyon : T 50/210/19
/
et
bis
CLASSE :
RESUME :
L’intérêt grandissant dans l’énergie solaire réside dans le fait qu’elle est une source inépuisable d’approvisionnement en
énergie et son usage ne produit ni émission de polluants, ni déchets. Pendant les trente dernières années, les équipements
solaires thermiques ont gagné en qualité et en durabilité, mais leur utilisation dans le bâtiment demeure freinée
considérablement par une contrainte majeure: « leur intégration dans l’architecture du bâtiment ».
L’objectif de notre étude est double : d’une part conduire une analyse prospective destinée à identifier des pistes d'innovation
dans l'intégration architecturale des systèmes solaires thermiques actifs, et d’autre part développer un outil numérique qui
permet de calculer la performance énergétique des équipements solaires intégrés et l’impact de l’intégration sur l’ambiance
intérieure du bâtiment. Dans un premier temps, une analyse de la problématique de l’intégration architecturale des composants
solaires thermiques actifs dans le bâtiment à travers des exemples réalisés nous conduit à définir des principes d’intégration.
Dans un second temps, nous développons un outil d’analyse prospective, baptisé SISBat, capable d’évaluer la qualité
d’intégration des composants solaires dans le bâtiment et de proposer des perspectives d’évolution. Ensuite, nous développons
un environnement de simulation de systèmes solaires intégrés dans le bâtiment. Bien que le système solaire soit considéré dans
son ensemble, le travail de développement s’est plutôt focalisé le capteur intégré prenant en compte l’interaction
capteur/bâtiment. Une fois qu’une proposition d’intégration solaire est développée avec SISBat, son comportement thermique
et sa performance énergétique sont étudiés avec le modèle numérique développé afin de vérifier l’intérêt de la solution
d’intégration. Enfin, une expérimentation à l’échelle réelle d’un système solaire de production d’eau chaude ayant des capteurs
intégrés dans la façade d’un bâtiment expérimental permet non seulement d’étudier le comportement réel de capteurs solaires
intégrés, mais aussi de pouvoir confronter les résultats des simulations numériques et les mesures expérimentales et évaluer la
capacité du modèle numérique développé à décrire le comportement thermique de tels composants.
MOTS-CLES : Solaire thermique, intégration architecturale, procédés constructifs, prospective, modélisation, expérimentation
Laboratoire (s) de recherche : Laboratoire des Sciences de l’Habitat, Département Génie Civil et Bâtiment – URA CNRS 1652
Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat
Directeur de thèse: MICHEL Pierre
Président de jury : J.J. ROUX
Composition du jury :
A. MOURTADA
D. MAYER
P. MICHEL
M. SANTAMOURIS
S. KHERROUF
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising