TOME SECOND - Assemblée nationale

TOME SECOND - Assemblée nationale
N° 1717
_________
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
DOUZIÈME LÉGISLATURE
enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 7 juillet 2004.
RAPPORT
FAIT
AU NOM DE LA MISSION D’INFORMATION (1)
SUR LA SÉCURITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN DE VOYAGEURS
Présidente
Mme Odile SAUGUES,
Rapporteur
M. François-Michel GONNOT,
Députés.
——
TOME II
AUDITIONS
(1)
La composition de cette commission figure au verso de la présente page.
La mission d’information sur la sécurité du transport aérien de voyageurs,
est composée de : Mme Odile SAUGUES, Présidente ; MM. Charles de COURSON,
Michel HERBILLON, Vice-présidents ; MM. Jacques BRUNHES, Alain GOURIOU,
Secrétaires ; M. François-Michel GONNOT, Rapporteur ; MM. Claude BARTOLONE,
Jean-Louis BERNARD, Jean-Pierre BLAZY, Ghislain BRAY, Jean-Louis CHRIST,
Marcel
DEHOUX,
Francis
DELATTRE,
Jacques
DESALLANGRE,
Jean-Jacques
DESCAMPS,
Éric
DIARD,
Mme
Nathalie
GAUTIER,
MM. Michel HUNAULT, Christian JEANJEAN, Jean-Pierre KUCHEIDA, Bruno LE ROUX,
Christian MÉNARD, Robert PANDRAUD, Christian PHILIP, Éric RAOULT,
Marc REYMANN, Jean-Marc ROUBAUD, François SCELLIER, Frédéric SOULIER,
Gérard VIGNOBLE.
—3—
TOME SECOND
SOMMAIRE DES AUDITIONS
Les auditions sont présentées dans l’ordre chronologique des séances tenues par la Commission.
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
Audition conjointe de M. Jérôme BANSARD, de M. Franck CHATELARD,
Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), et de M. Edmond SUCHET,
expert en réglementation aérienne (séance du 11 février 2004) ........................................7
Audition conjointe de M. Michel WACHENHEIM, Direction générale de
l’aviation civile (DGAC) et de M. Maxime COFFIN, Service de la formation
aéronautique et du contrôle technique (SFACT) de la DGAC (séance du 11
février 2004) .......................................................................................................................27
Audition de M. Gilles MEYNARD, Air Partner (séance du 25 février 2004)...................41
Audition de M. Robert DARFEUILLE, Syndicat national des agences de voyage
(SNAV) (séance du 25 février 2004).................................................................................57
Audition de M. Paul-Louis ARSLANIAN, Bureau d’enquêtes et d’analyses
(BEA) (séance du 2 mars 2004) ........................................................................................71
Audition de M. Bruno FARENIAUX, directeur du Tourisme (séance du 2 mars
2004)...................................................................................................................................91
Audition de M. Christophe LABBÉ, journaliste (séance du 10 mars 2004) .....................103
Audition de M. Marc DEBY, Conseil national des clients aériens (CNCA)
(séance du 10 mars 2004)...................................................................................................115
Table ronde regroupant des voyagistes composée de M. René-Marc CHIKLI,
CETO, M. Georges COLSON, FRAM, M. Bruno GALLOIS, Marsans, M. Hervé
PIERRET, Nouvelles frontières, M. Jean-François RIAL, Voyageurs du monde,
M. Richard VAINOPOULOS, TourCom (séance du 16 mars 2004) ................................129
Table ronde sur la sécurité dans la construction des aéronefs regroupant M. Rémi
JOUTY, Service de la formation aéronautique et du contrôle technique (SFACT)
et Mme Florence LEBLOND, Groupement de la sécurité de l’aviation civile
(GSAC) à la DGAC, M. Bernard CATTEEUW et M. Claude SCHMITT, Airbus
Industrie, M. Jacques RENVIER, Snecma Moteurs, M. Gilles GARROUSTE,
Dassault Aviation, M. Patrick LEPERCQ et M. Jean COURATIER, Michelin,
M. Francis TRUCHETET et M. Jérôme BANSARD, SNPL, M. Roger SIMON,
Agence européenne de sécurité aérienne (AESA), M. Raymond AUFFRAY,
expert auprès de la Cour de Cassation (séance du 31 mars 2004) .....................................155
Table ronde sur la sécurité dans l’exploitation des aéronefs regroupant
Mme Geneviève MOLINIER et M. Jean TEILLET, Service de la formation
aéronautique et du contrôle technique (SFACT) à la DGAC, M. Laurent
BARTHÉLÉMY et M. Bertrand de COURVILLE, Air France, M. Jérôme
BANSARD et M. Francis TRUCHETET, Syndicat national des pilotes de ligne
(SNPL), M. Georges REBENDER, JAA (Joint aviation authorities) (séance du
7 avril 2004) .......................................................................................................................185
—4—
⎯
⎯
⎯
⎯
⎯
Table ronde regroupant des représentants des compagnies aériennes et des pilotes
composée de M. Lionel GUÉRIN et M. Michel DUCAMP, Fédération nationale
de l’aviation marchande (FNAM), M. Pierre CAUSSADE, Air France,
M. Philippe PILLOUD et Mme Marie BOYER, easyJet, M. Jérôme BANSARD,
Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), M. Serge MARTINEZ, Star
Airline, M. Claude GUIBERT, expert judiciaire, M. Bruno DEHAIS, Air France,
M. Yves ROGER, Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile
(SNPNAC) (séance du 13 avril 2004) ...............................................................................221
Table ronde sur les conditions de travail regroupant : M. Stéphane
DEHARVENGT, Service de la formation aéronautique et du contrôle technique
(SFACT) à la DGAC, Mme Dominique MARCHANT, division travail/emploi de
la DGAC, M. Jean-Claude BÜCK, commandant de bord, M. René
AMALBERTI, Institut de médecine aérospatiale du service de santé des armées
(IMASSA), M. Jan-Lou MIRIAL et Mme Martine LACOSTE, Air France,
M. Jérôme BANSARD et M. Thierry LE FLOC’H, Syndicat national des pilotes
de lignes (SNPL), M. Claude ROHMAN et M. Yves ROGER, Syndicat national
du personnel navigant de l’aviation civile (SNPNAC), M. Jean PARIÈS, expert,
M. Régis MOLLARD, professeur à l’université de Paris V (séance du 14 avril
2004)...................................................................................................................................257
Table ronde sur la sécurité dans la maintenance des aéronefs regroupant :
M. Claude LABBÉ et M. Paul MASTANTUONO, Service de la formation
aéronautique et du contrôle technique (SFACT) de la DGAC, M. Philippe
MUZELLE, Air France Industrie, M. Christian SASSO, Dassault Falcon Service
(Europe), M. Jérôme BANSARD et M. Jean Michel BIDOT, Syndicat national
des pilotes de lignes (SNPL), M. Sylvain SIMONNEAU et M. Jean-Luc
JEANGEORGES, Syndicat national des mécaniciens au sol de l’aviation civile
(SNMSAC), M. Paul LABRUNIE, Union syndicale des personnels navigants
techniques (USPNT), M. Eric SIVEL, Agence européenne de sécurité aérienne
(AESA), M. Georges REBENDER, JAA, M. Raymond AUFFRAY, expert
auprès de la Cour de Cassation (séance du 14 avril 2004) ................................................287
Table ronde sur les facteurs humains (formation, travail en équipage) regroupant
M. Didier GUY, Ecole de pilotage d'Amaury la Grange (EPAG), M. Denis
APVRILLE, Service d'exploitation de la formation aéronautique (SEFA),
M. Jean-François BUFFAT, Service de la formation aéronautique et du contrôle
technique (SFACT) de la DGAC, M. Jean-Pierre HÉLIOT, président de jury des
examens du personnel navigant, M. Roger LOISEL, M. Bernard CHEGNION et
M. Jean-François CRUCIS, Air France, M. Serge MARTINEZ, Syndicat national
des pilotes de lignes (SNPL), M. Gérard PIC et M. Jean-Pierre TRIMAILLE,
Syndicat national des industriels et professionnels de l'aviation générale
(SNIPAG), M. Philippe RAFFIN, Syndicat des pilotes de l'aviation civile
(SPAC), M. Pierre BAUD, ancien responsable de Airbus training, M. Jean
BARIL, JAA (séance du 27 avril 2004) ............................................................................315
Table ronde sur la sécurité dans le contrôle du trafic aérien regroupant M. Gilles
MANTOUX, direction de la navigation aérienne (DNA) à la DGAC et M. Olivier
JOUANS, service du contrôle du trafic aérien (SCTA) à la DGAC, M. Frédéric
RICO, Aéroports de Paris (ADP), M. Yann GOUPIL et M. Gérald RÉGNIAUD,
Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNTCA), M. Daniel JOUSSE,
Union syndicale de l’aviation civile (USAC-CGT), M. Jean-Pierre HESTIN,
direction de la circulation aérienne militaire (DIRCAM), M. Vincent FAVÉ,
expert auprès de la Cour de Cassation, Mme Martine BLAIZE, M. Jean-Robert
BAUCHET et M. Erik MERCKX, Eurocontrol, M. Koen De VOS et le général
François RIVET, direction du transport aérien de la Commission européenne
(séance du 28 avril 2004) ...................................................................................................349
—5—
⎯
⎯
⎯
Table ronde sur le retour d’expérience regroupant M. Pascal SÉNARD et
M. Guillaume ADAM, Service de la formation aéronautique et du contrôle
technique (SFACT) de la DGAC, M. Pierre JOUNIAUX, Bureau d’enquêtes et
d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), M. Olivier JOUANS,
Service du contrôle du trafic aérien (SCTA), M. Bertrand de COURVILLE, Air
France, M. Christophe BAILLY, Corsair, M. Jérôme BANSARD et M. Thierry
LE FLOC’H, Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL), M. François
GRANGIER, expert judiciaire, M. Claude GUIBERT, expert judiciaire, Maître
Catherine HENNEQUIN, avocate, M. Nicolas LOUKAKOS, spécialiste du droit
de l’aéronautique, (séance du 4 mai 2004) ........................................................................387
Audition conjointe de M. Gilles de ROBIEN, ministre de l’équipement, des
transports, de l’aménagement du territoire, du tourisme et de la mer, accompagné
de M. Léon BERTRAND, ministre délégué au tourisme et de M. François
GOULARD, secrétaire d’Etat aux transports et à la mer (séance du mardi 8 juin
2004)...................................................................................................................................425
GLOSSAIRE ......................................................................................................................447
—7—
Audition conjointe de M. Jérôme BANSARD, de M. Franck CHATELARD,
Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL),
et de M. Edmond SUCHET, expert en réglementation aérienne
(Extrait du procès-verbal de la séance du 11 février 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : La mission a souhaité vous entendre parce qu’en tant que pilotes
vous êtes en première place pour apporter beaucoup de réponses à nos questionnements
sur la sécurité dans le transport aérien. Après votre exposé liminaire, nous vous poserons
les questions qui nous permettront de nous forger un jugement sur ces problèmes
extrêmement graves et délicats.
Je précise que cette mission est une mission générale sur la sécurité du
transport aérien et que ce n’est pas une commission d’enquête sur les événements de
Charm el-Cheikh, même si c’est bien cet accident qui a motivé notre initiative.
M. Jérôme BANSARD : Je suis vice-président du SNPL et commandant de bord chez
Air France.
M. Chatelard est copilote à Air France mais il a été commandant de bord dans
des compagnies charters diverses auparavant. C’est pour cette raison que j’ai tenu à ce
qu’il m’accompagne. Il connaît particulièrement tous les aspects du transport aérien que je
connais moins bien étant depuis très longtemps à Air France/Air Inter, après avoir été
détaché à l’Aéropostale comme officier de la sécurité des vols.
M. Suchet est pilote à la retraite expert en réglementation aérienne. Il était
pilote à Air Inter et à Air France et a toujours suivi les dossiers concernant l’emploi,
notamment en tant que président de la commission paritaire pour l’emploi. Or nous savons
que les modalités d’emploi et la sécurité des vols sont extrêmement liées.
Au niveau de la sécurité des vols, les constructeurs ont fait tous les progrès
techniques imaginables depuis Mermoz de sorte que le nombre d’accidents dus à des
causes techniques a considérablement diminué et reste stable depuis une dizaine d’années,
alors même que le trafic aérien ne cesse de croître. Le seul élément sur lequel il est
possible de jouer, comme l’ont bien compris toutes les compagnies aériennes, est le
facteur humain, c’est-à-dire les relations hommes/machine et les relations entre hommes
dans le poste de pilotage. C’est sur ce point que doit porter toute notre attention dans le
futur pour infléchir encore un peu la courbe. Dans un contexte où, compte tenu de la
croissance prévisible du trafic aérien, les statistiques prévoient un accident majeur toutes
les semaines dans un avenir proche de cinq à dix ans, le facteur humain est le seul sur
lequel on peut encore travailler.
Travailler sur les hommes, cela suppose d’abord que l’on ait des équipages au
sein desquels les hommes se connaissent, des compagnies où une structure est mise en
place pour que les personnels travaillent ensemble et communiquent. Ce genre de
communication ne se crée pas en cinq minutes. Par ailleurs, une culture d’entreprise n’est
pas suffisante, il faut aussi des séminaires qui apprennent aux personnels à gérer une
situation, en particulier une situation de crise.
S’agissant de l’accident de Charm el-Cheikh, je n’ai pas d’information
particulière sur Flash Airlines. Du point de vue technique, et ayant été moi-même officier
—8—
de la sécurité des vols pendant plusieurs années, je sais que l’on ne peut pas préjuger de ce
qui s’est passé, tant que le Bureau enquêtes accident (BEA) n’a pas rendu ses conclusions.
Par contre, il est intéressant de parler de la compagnie et des garanties qu’elle
offre. Pourrait-on affréter aujourd’hui, en France, une compagnie sans avoir la certitude
que la sécurité est bien remplie ? Malheureusement, on est obligé de répondre oui car les
affrètements en France se font à deux niveaux totalement différents. Lorsqu’une
compagnie aérienne affrète une autre compagnie aérienne, elle doit répondre à des critères
bien particuliers que l’on appelle les JAR OPS 1. Ce sont des règles opérationnelles
répondant à certains critères techniques d’affrètement. Inversement, lorsqu’un touropérateur affrète une compagnie comme celle qui nous occupe aujourd’hui, elle n’a pas de
critères techniques à respecter. Elle ne répond qu’à des critères commerciaux. La
Direction générale de l’aviation civile (DGAC) n’a pas jugé nécessaire d’exiger des
critères techniques.
En 1996, un accident à peu près semblable a eu lieu à Puerto Plata qui a fait
178 morts. L’ensemble des médias s’est ému, des commissions parlementaires se sont
saisies de l’affaire, l’Europe également a déposé un projet de directive. En 2000, de
commissions en commissions, ce projet a été enterré. On demandait à ce moment-là que
des critères techniques bien précis soient exigés lorsque des tour-opérateurs affrètent une
compagnie. Depuis 1996, il ne s’est rien passé. Après ce deuxième accident, j’espère que
l’on n’en restera pas là.
Il y a également deux niveaux de réglementation (Livre IV, Titre II, Chapitre
II sections 1-2 et 3 du code de l’aviation civile) en ce qui concerne les conditions de
travail qui peuvent être extrêmement différentes entre des avions qui ont pourtant les
mêmes performances comme les Mister50 ou les Mister20 de l’aviation d’affaires privée
et ceux de l’aviation de type Air France ou d’un troisième type d’aviation et qui a les
mêmes appareils qu’Air France : l’aviation charter.
Les règles imposées aux pilotes sont extrêmement différentes, aussi bien au
niveau des conditions de travail que des temps de travail. On peut imaginer, par exemple,
qu’un pilote de Corsair parte pour un trajet Paris/Bangkok, non pas au sein d’une équipe
de trois pilotes mais, par dérogation, avec un troisième pilote « testeur », c’est-à-dire qui
ne va pas réellement faire son travail de pilote, mais va tester l’équipage. L’avion se pose
à Bangkok 13 heures après. Les équipages repartent immédiatement dans le même avion
comme passagers en cabine arrière ou vice versa. On se pose cette question pour
l’accident de Charm el-Cheikh, puisque des membres d’équipage étaient à bord. On
aimerait savoir quel avait été le temps de travail de ces pilotes avant ce trajet. Pour
l’instant, il n’y a pas de réponse.
Inversement, ce genre de manipulation est strictement impossible dans une
grande compagnie structurée comme Air France. Lorsque vous arrivez à Bangkok, vous
allez à l’hôtel, vous vous reposez 18 heures et vous reprenez un avion pour ramener vos
400 passagers dans l’autre sens. Il y a donc, une différence d’exercice professionnel dans
ces petites compagnies charters ou ces petites compagnies d’aviation d’affaires qui volent
pourtant dans le même ciel. La fatigue aidant, les conditions de travail étant différentes,
on peut très bien imaginer qu’un petit avion Mister50 aille heurter un avion d’Air France.
Je vous parlerai ensuite de la délocalisation des pilotes car celle-ci a des
conséquences sur l’évolution des gens au sol. On s’aperçoit que lorsque les pilotes quittent
une compagnie, c’est le signe préalable de la disparition d’une compagnie et que cela
touche rapidement l’ensemble du tissu social de la région.
—9—
M. Edmond SUCHET : Je vais préciser les critères techniques sur lesquels s’est appuyé
le discours de mon président.
Les tour-opérateurs en France répondent aux conditions définies par la
loi 75.627 du 11 juillet 1975. Ils disposent d’un numéro de licence ou d’un agrément et
affrètent aujourd’hui majoritairement des compagnies étrangères de pays tiers, sur
certaines destinations directement ou indirectement par des « brokers ». La compagnie
étrangère choisie demande, avec son tour-opérateur affréteur, une approbation de vol à la
direction de l’aviation civile française conformément – et c’est là ce qui est important –
aux circulaires 1920 et 1921 STA/12 du 19 juin 1991.
Dans ces circulaires, que je tiens à votre disposition, aucune disposition ne
fait référence à un niveau de sécurité équivalent à ceux qu’impose la France ou l’Union
européenne. Cet état de fait existe depuis maintenant plus de dix ans.
Depuis 2003, le décret n° 2003.230 du 13 mars 2003 modifie diverses
dispositions du code de l’aviation civile et notamment dans son article 4, l’article R.330.6
du code de l’aviation civile, qui distingue trois types d’exploitation de service aérien
régulier ou non régulier : les Français, ceux de l’Union européenne et les non-Union
européenne, c’est-à-dire les pays tiers. Un arrêté d’application est en cours d’élaboration à
la DGAC qui devrait fixer des conditions pour les non UE, abrogeant ainsi les circulaires
précitées. Nous ne sommes pas consultés sur ce projet d’arrêté, contrairement à notre
souhait et nous suggérons que des conditions techniques de sécurité et de sûreté y soient
incluses.
Au niveau de l’Union européenne, à la suite de la catastrophe de Puerto Plata
en République Dominicaine, qui a tué 176 Européens, la Commission européenne avait
proposé le 17 février 1997 une directive visant à instaurer une procédure d’évaluation de
la sécurité des aéronefs des pays tiers empruntant les aéroports communautaires. La
discussion de ce projet de directive s’est arrêtée après une deuxième lecture au Parlement
européen. Le projet a été retiré le 9 juin 2000 par la Commission, sans explication connue.
L’article 10 prévoyait des dispositions qui auraient peut-être pu éviter l’accident de
Charm el-Cheikh, si celui-ci à des causes techniques. L’article prévoyait que : « si un état
membre décide d’interdire ou de soumettre à certaines conditions l’activité d’un
exploitant déterminé ou d’un exploitant d’un pays tiers donné au départ de ses aéroports
jusqu’à ce que l’autorité compétente du pays tiers concernée ait adopté des mesures
correctives satisfaisantes, cet état membre notifie à la Commission les mesures qu’il a
prises ». Si le texte avait été en vigueur, la Suisse aurait dû en référer à la Commission,
puisqu’elle est partie à l’accord transport de la Communauté européenne.
L’article 12 de ce projet prévoyait que la Commission : « examine les
mesures que les états membres jugent nécessaires ». Cela veut dire que la Commission
européenne aurait alors pris des mesures et les aurait diffusées à l’ensemble des pays.
Depuis l’an 2000, l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a vu le
jour et ce type de problèmes entre dans ses compétences. Il faudrait donc reprendre le
projet dans le cadre de cette nouvelle structure.
Il faut aussi parler du programme SAFA1 d’évaluation de la sécurité des
aéronefs étrangers initialisé en 1996 par la Conférence européenne de l’aviation civile
(CEAC), même s’il s’agit d’un programme a minima.
1
Safety assessment of foreign aircrafts (Evaluation de la sécurité des aéronefs étrangers)
— 10 —
En tant que représentant de l’European Cockpit Institution à l’assemblée
générale de la CEAC, à Strasbourg en 2000, j’avais publiquement fait observer que ce
programme ne permettait pas de vérifier les données concernant les personnels navigants,
notamment les données sociales. Je citais, à l’époque, l’exemple d’une compagnie
américaine – dont je tairai le nom – qui travaillait en fret au départ de Bruxelles avec des
pilotes américains et des avions immatriculés américains pour le compte d’une compagnie
de transport de fret européenne. Ces pilotes n’avaient aucune couverture sociale et
volaient malades parce que s’ils ne volaient pas, ils n’étaient pas payés. L’avion
fonctionnait donc avec un équipage tronqué. Cet exemple montre la nécessité de vérifier
les conditions sociales dans lesquelles sont exploités les personnels navigants.
Cette compagnie américaine n’opère plus cet affrètement, mais il y a encore
des cas semblables. Je sais ainsi qu’à Marseille, par exemple, des avions russes volent
avec des pilotes qui dorment dans l’avion, qui ne bénéficient d’aucune couverture et qui
ne sont même pas payés au SMIC.
M. Jérôme BANSARD : Ils sont dans le même ciel que nous mais avec des états de
fatigue que l’on ne peut même pas imaginer.
M. Edmond SUCHET : Sur le plan technique, l’Europe a adopté en 2003 une directive
2003/42/CE du 13 juin qui oblige les acteurs du transport aérien à établir des comptes
rendus d’événement. Evidemment, pour la France, ceci s’applique uniquement sur les
aéroports français et cela s’applique aux exploitants européens. Mais pour les aéronefs des
pays tiers, comment savoir, par exemple, s’il y a une fuite d’huile ? Si cela ne se voit pas à
l’extérieur, personne ne va chercher dans l’avion et il n’y a pas de personnel pour monter
à bord. Il n’en reste pas moins que ce texte existe et qu’il faudrait l’étendre aux aéronefs
des pays tiers et, surtout, centraliser les informations au niveau de l’AESA, ce qui n’est
pas le cas actuellement pour les aéronefs des pays tiers.
M. Jérôme BANSARD : Il faut qu’une forte volonté politique appuie le travail de
l’Agence européenne de sécurité aérienne qui vient d’être mise en place et il faut que
celle-ci reprenne tous les travaux abandonnés depuis 1996.
M. Edmond SUCHET : J’observe que la Commission européenne a commencé à
communiquer à la suite de l’accident de Charm el-Cheikh mais qu’elle s’est très vite
arrêtée, sans doute après s’être rappelée que le projet de directive avait été abandonné,
alors qu’il comportait des solutions. Il faut débloquer cette situation.
Les compagnies aériennes françaises, quant à elles, sont soumises à des règles
opérationnelles, appelées OPS 1. Celles-ci doivent changer prochainement et j’espère que
tout ce que nous avons fait en 1997 sera pris en compte. Une circulaire avait été élaborée
en 1990 – la circulaire Delebarre du 17 avril 1990 – qui imposent aux compagnies des
règles de vérification relatives à la sécurité en matière technique et de condition de travail
des compagnies qu’elles affrètent.
En tout état de cause, il est plus difficile pour une compagnie française
d’affréter une compagnie étrangère que pour un tour-opérateur. Les compagnies françaises
doivent répondre à des exigences techniques qui ont été renforcées après la catastrophe de
Colombie où un avion de la Lufthansa, affrété en sous-traitance auprès d’une compagnie
locale qui effectuait le trajet Bogota/Quito, s’était écrasé en Equateur faisant beaucoup de
victimes européennes. Air France, qui avait le même sous-traitant local, a suspendu
immédiatement ses accords de sous-traitance et d’affrètement avec cette compagnie.
Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’y a pas une égalité de traitement entre les
compagnies aériennes françaises et les tour-opérateurs.
— 11 —
Mme la Présidente : Dans votre propos, vous avez insisté sur le facteur humain, et il est
vrai que cet aspect correspond à un certain nombre de nos questions.
Précisément, je voudrais vous demander comment sont octroyées les
dérogations relatives à la durée du travail ? Pour la France, il s’agit de 10 heures de vol
consécutives. Cette règle est-elle respectée ? D’après vos propos, il semblerait que non
pour les compagnies étrangères qui sont affrétées.
M. Franck CHATELARD : En réalité, il n’y a pas de dérogation à une règle quelconque,
puisque les réglementations ne sont pas les mêmes dans les différents pays européens. J’ai
travaillé en Belgique, notamment chez Euro Belge Air Airlines qui est devenu Virgin
Express, où l’on pouvait faire 110 heures de vol par mois, ce qui est strictement interdit en
France par le code de l’aviation civile. Les règles n’étant pas harmonisées, chacun
respecte les règles qui s’appliquent dans le pays d’immatriculation de l’avion.
Mme la Présidente : Connaissez-vous les règles qui s’appliquaient dans le cas précis de
Charm el-Cheikh ?
M. Franck CHATELARD : Non, nous n’avons aucune information sur ce point. L’avion
était-il immatriculé en Egypte ?
Mme la Présidente : Oui, c’était un avion égyptien.
M. Franck CHATELARD : Dans ce cas, les règles applicables en matière de temps de
travail étaient celles du code d’aviation civile égyptien que je ne connais pas. En France,
on sait que le code de l’aviation civile autorise 10 heures de vol sur une amplitude de
14 heures. Le temps est décompté à partir du moment où les freins sont lâchés et s’arrête à
partir du moment où l’on serre les freins à l’arrivée. Si l’on a commencé un service de vol
à 8 heures 30 pour un vol qui doit décoller à 10 heures et que l’avion décolle à 11 heures,
le temps ne sera décompté qu’à partir de 11 heures, ce qui fait des amplitudes relativement
importantes.
Il faut savoir qu’Air France applique des règles dérogatoires au code de
l’aviation civile sur la base d’accords internes qui sont généralement plus restrictifs,
puisque Air France accorde un peu plus de recul. Les compagnies charters françaises
appliquent, quant à elles, le code de l’aviation civile pour le temps de travail et le temps
de repos. Mais pour les autres pays, les règles sont différentes et je sais, par exemple,
qu’en Italie les temps d’activités sont plus longs.
Mme la Présidente : Vous avez parlé des charters et je m’interroge sur les « low-costs ».
Quelle est la réglementation dans ce domaine ?
M. Franck CHATELARD : Là encore, c’est l’Etat d’immatriculation qui va imposer ses
règles aux avions, immatriculés dans ce pays. Par exemple chez easyJet ou Ryanair qui
sont basées sur le sol irlandais, le droit du travail sera celui de l’Irlande. Je ne les connais
pas, mais généralement les réglementations sont moins restrictives qu’en France.
Mme la Présidente : Il n’y pas de normes européennes ?
M. Franck CHATELARD : Non.
— 12 —
M. Edmond SUCHET : Les seules normes européennes résultent de la directive
« working time », applicable depuis le 1er décembre 2003, qui impose 96 jours de repos
annuels, 900 heures de vol annuelles réparties le plus uniformément possible et
2 000 heures de temps de service. Cette directive aurait dû être transcrite dans le droit
français. Elle ne l’a pas été, mais elle est de fait applicable puisque les directives sont
directement applicables, même en l’absence de mesure interne. Il s’agit toutefois d’une
directive a minima. Il faudrait normalement un texte complémentaire sur les temps de vol
– ce que l’on appelait les « Flight Time Limitations », les FTL – qui replaceraient les
dispositions figurant au code de l’aviation civile. Ces règles devraient être normalement
incorporées à l’EU-OPS, c’est-à-dire aux règles opérationnelles européennes, lesquelles
devaient être reprises en annexe du règlement n 3922/91/CE, qui est le règlement
instituant les « Joint aviation authorities » (JAA). Avec la mise en place de l’AESA, le
processus est pendant devant la Commission européenne et le Parlement européen. En
principe, un compromis doit intervenir sur les normes FTL entre le Parlement européen et
la Commission.
Pour l’instant, il n’y a donc pas d’uniformisation du temps de travail au sein
de l’Union européenne, si ce n’est cette directive sur le nombre annuel d’heures de vol et
de temps de service annuel, notion qui n’existe pas en droit français.
Evidemment, cette directive ne s’applique qu’aux Etats membres de l’Union
européenne et encore, certains comme l’Italie ne l’appliquent pas. Hors de l’Union
européenne, qu’il s’agisse de la Turquie ou de l’Egypte, on est dans le flou le plus
artistique. En règle générale, toutes les règles techniques européennes qui s’appliquent
aux compagnies européennes ne s’appliquent pas aux pays tiers.
Mme la Présidente : Vous parlez des compagnies italiennes, mais dans le cas où
interviendrait un accord entre Alitalia et KLM Air France au sein d’une compagnie phare,
qu’en serait-il ? Il faudrait bien qu’il y ait, dans ce cas, une unicité des règles appliquées.
M. Jérôme BANSARD : Pour KLM, la fusion est pratiquement réalisée et les règles sont
extrêmement différentes pour l’instant.
Mme la Présidente : Elles restent différentes malgré la fusion ?
M. Jérôme BANSARD : Oui.
Mme la Présidente : C’est un point intéressant à noter.
M. Jérôme BANSARD : Avec Air Italia, ce sera autre chose. On parle là de compagnies
majeures qui ont des règlements intérieurs nettement plus restrictifs que les codes de
l’aviation civile locaux de chaque pays. On aura donc certainement plus de facilité à
harmoniser les règles.
Ce qui nous inquiète, c’est que l’AESA ne soit qu’une nouvelle commission
pour enterrer les initiatives. Depuis 1996, à chaque fois que le Conseil a été saisi, il a fini
de commissions en commissions à dénaturer les propositions initiales et, en particulier, les
propositions techniques.
Pour les temps de travail, c’est la même chose. Depuis 1996, des propositions
ont été faites, sur la base d’études médicales extrêmement strictes de la NASA. De
commissions en commissions, on se limite maintenant à la règle des 900 heures par an.
L’AESA doit se saisir du dossier, mais nous nous inquiétons des délais.
— 13 —
M. le Rapporteur : Vous avez beaucoup insisté sur les conditions de travail, on le
comprend et nous allons regarder cette question de très près.
Je voudrais vous demander s’il y a des pilotes avec lesquels vous ne
monteriez jamais ? De quelles nationalités seraient-ils ? On a compris qu’il y a un
problème avec les pilotes russes. Quels sont les pires ?
M. Jérôme BANSARD : Je fais beaucoup d’instruction ; on ne peut pas parler de
nationalité de pilotes mais de compagnies à qui l’on n’aurait pas envie de confier ses
enfants.
M. le Rapporteur : Dans quels pays les conditions de travail vous semblent-elles
complètement anormales par rapport au minimum de sécurité qu’un passager est en droit
d’attendre d’un pilote ?
M. Jérôme BANSARD : Toute l’Afrique avec les licences de complaisance.
M. le Rapporteur : Qu’appelez-vous « licences de complaisance » ?
M. Jérôme BANSARD : Les pays d’Afrique en particulier délivrent des licences, selon
les besoins. Vous pouvez voir arriver par fax une licence pour voler sur un avion
immatriculé dans un pays d’Afrique. Cela ne se fait pas beaucoup en Europe car les
pilotes européens ne sont pas très exportables, et les pilotes français en particulier. Par
contre, avec les pilotes américains qui sont prêts à bouger sans arrêt, c’est une chose assez
habituelle.
M. le Rapporteur : On sait que les pilotes militaires ont un document qui récapitule leurs
heures de vol et qui permet à tout moment de savoir combien de temps et quand ils ont
volé, quelle a été leur formation et, éventuellement, leur formation continue pour
l’habilitation à certains types d’appareils. Ce type de document existe-t-il au niveau
international pour les pilotes de l’aviation civile ? Et si ce document existe, la DGAC
peut-elle exiger d’un pilote qu’il le produise pour savoir à quelle heure il a fini son travail
la veille, quelle est éventuellement la réglementation de son pays, voir si elle est
respectée, s’il est en état de piloter, s’il est habilité pour l’appareil qu’il est censé devoir
piloter ?
M. Edmond SUCHET : Tout à fait. Dans le cadre des règles de l’OACI qui s’appliquent
à l’ensemble du monde aéronautique, la tenue du carnet de vol est une obligation.
M. le Rapporteur : Est-il consulté ?
M. Edmond SUCHET : Il est consultable.
M. le Rapporteur : Non ! Est-il consulté ?
M. Edmond SUCHET : Je ne sais pas s’il est consulté.
M. le Rapporteur : En tant que pilote, ce document vous est-il régulièrement demandé ?
M. Edmond SUCHET : Dans la compagnie, non, puisque c’est la compagnie qui tient le
carnet de bord à notre place, comme c’est souvent le cas dans les grandes compagnies.
Pour les plus petites compagnies, c’est le pilote qui remplit le carnet de vol et qui doit
— 14 —
l’avoir avec lui. Normalement, c’est un document qui fait partie des documents de bord
que l’on doit avoir avec soi. Sur le carnet de bord, figurent un certain nombre de
références, telles que la date, le terrain de départ, l’heure de décollage.
M. le Rapporteur : Pourrait-on avoir un exemplaire de ce document ?
M. Edmond SUCHET : Il est normalisé au sein des « Joint aviation authorities », JAA.
Pendant dix ans, jusqu’au mois de juillet 2003, j’ai été le représentant de l’« European
cockpit association » qui est l’association des pilotes de ligne européens auprès des
autorités conjointes de l’aviation civile et, à ce titre, j’ai participé à tous les travaux sur
l’harmonisation des licences. Ce document fait partie des règles que nous mettons en
œuvre actuellement au niveau européen et elles découlent de l’OACI. Mais, pour le carnet
de vol, on a ajouté un certain nombre de paramètres par rapport au document exigé par
l’OACI. Je vous donne un exemple.
On décompte les heures faites en avion mono-pilote et multi-pilotes car cela a
une importance sur la progression de la carrière. En effet, on est obligé d’avoir un
minimum de 500 heures d’avion multi-pilotes pour accéder à la licence pilote de ligne.
Vous avez également le carnet de route de l’appareil qui est aussi un
document OACI où est consigné tout ce qui concerne l’avion. Ces documents doivent être
à bord. Mais il y a le problème du contrôle.
M. Jérôme BANSARD : Je précise que le carnet de vol permettrait de savoir ce qu’a fait
un pilote la veille ou l’avant-veille d’un accident, mais ne permettrait pas de savoir ce
qu’il a fait aux commandes, par exemple, s’il est venu en passager de classe économique
pendant 13 heures pour reprendre les commandes de l’avion et rentrer dans l’autre sens
pendant 13 heures.
Mme la Présidente : Les mêmes conditions sont-elles appliquées aux sous-traitants ?
M. Franck CHATELARD : Les affrètements d’Air France, sont relativement surveillés
sur le plan technique. Il n’y a pas de peur à avoir systématiquement à ce niveau-là. Je
parle de la technique. Edmond Suchet vous parlera de l’aspect social.
M. Edmond SUCHET : Par exemple, Cityjet est une filiale d’Air France à 100 %. Cette
compagnie est basée à Dublin et travaille essentiellement pour Air France au départ de
Charles de Gaulle. Les pilotes français employés par cette compagnie sont basés à Charles
de Gaulle, font des vols au départ de Paris sur Florence, Göteborg, etc., sous numéros de
vols Air France. Ils sont payés en Irlande. Ils payent leurs impôts et leurs charges sociales
en Irlande. Les prélèvements sociaux sont faibles et la couverture sociale a minima.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : On n’est pas là pour parler de cela.
Mme la Présidente : Si, il faut le dire car la situation sociale des salariés a des
incidences. Je vous en prie, Monsieur, continuez.
M. Edmond SUCHET : Je ne voudrais pas choquer.
Mme la Présidente : Vous ne nous choquez pas, vous nous apprenez la vérité, nous le
souhaitons tout au moins.
— 15 —
M. Edmond SUCHET : Je précise que les pilotes irlandais qui sont basés à Paris
touchent 1 500 € de prime pour vivre à Paris. La France perd les produits fiscaux, alors
que ces personnels résident en France. Les charges sociales ne sont pas non plus versées
en France. Cette situation résulte d’une convention fiscale entre la France et l’Irlande,
datant de 1968. Elle permet aux marins, aux travailleurs mobiles d’être fiscalisés dans le
pays du contrat de travail, c’est-à-dire l’Irlande quand l’entreprise y a son siège.
Par contre, sur le plan social, il y a un doute total. Lors d’une table ronde
ministérielle organisée en 1997, les services sociaux avaient estimé que les charges
sociales sont normalement payables dans le pays de l’activité prépondérante. Quand un
pilote est basé en France, son activité prépondérante se situe normalement en France,
puisque tous les avions sont au départ de Paris. Il y a donc une anomalie sur le plan social.
J’ai pris le cas de Cityjet – qui est un cas d’école – car c’est une filiale d’Air
France qui utilise des personnels aux coûts irlandais pour diminuer ses frais et cela,
semble-t-il, de façon tout à fait légale sur le plan fiscal. Sur le plan social, le problème
n’est toutefois pas réglé.
Il n’est pas non plus réglé pour les compagnies étrangères qui fonctionnent au
départ de Paris, puisque des équipages anglais – par exemple easyJet – basés à Paris
fonctionnent dans les mêmes conditions. Je précise que les hôtesses qui sont à bord des
avions affrétés par Air France chez Cityjet ne possèdent pas le CSS. C’est un exemple de
différence en terme de conditions d’activité.
M. Jérôme BANSARD : Le CSS est le « certificat de sécurité sauvetage », formation
obligatoire en France qui garantit un niveau de compétence des personnels navigants en
matière de sécurité en cas d’évacuation ou de maladie à bord de l’avion.
M. Edmond SUCHET : A titre d’exemple, je cite le cas d’une personne qui, sur un
récent vol Paris/Zurich, avec un billet Air France s’est retrouvée dans un avion de Cityjet
dont aucune des hôtesses ne parlait français. Cette personne était très mécontente d’avoir
payé un billet cher et de ne bénéficier que d’un service a minima. Cela signifie que les
conditions d’emploi conduisent à ce type d’anomalies sur un trajet qui est effectué par une
compagnie affrétée fut-ce dans le même groupe.
M. Jérôme BANSARD : Si Air France vérifie effectivement les critères techniques, cela
peut ne pas être le cas dans les autres compagnies. Il peut même ne pas y avoir de
vérification technique. Par exemple, il peut être extrêmement intéressant de faire réparer
son avion dans un pays qui pratique des coûts inférieurs mais, dans ce cas, il n’est pas
certain que l’atelier ne vous mettra pas une pièce achetée sur le marché parallèle.
M. le Rapporteur : Je voudrais que l’on parle du problème de la formation. Y a-t-il une
inégalité de situation dans ce domaine qui pourrait peser sur la sécurité ? Je parle aussi
bien de la formation initiale que de la formation continue, par exemple l’habilitation à
piloter un certain type d’appareil. Il est en effet très choquant qu’à l’occasion de chaque
accident aérien on évoque le nombre d’heures de vol du pilote et du copilote – ce fut le
cas pour Charm el-Cheikh –, sous-entendant que le manque d’expérience pourrait être
l’une des causes de l’accident. Vous semble-t-il que le niveau de formation requis au
niveau international pour l’habilitation à piloter un type d’appareil donné est suffisant
pour garantir la sécurité ? Y a-t-il des différences selon les pays ?
M. Edmond SUCHET : Au niveau de l’Union européenne et des Etats membres
associés, existent les Joint aviation authorities qui ont permis d’élever le standard en
exigeant non seulement un examen théorique, mais également un cours approuvé. C’est-àdire que vous ne pouvez pas vous présenter à l’examen sans avoir suivi un cours
— 16 —
approuvé. Ce nouveau standard est en cours d’extension au niveau de l’OACI. Les JAA
ont donc tiré vers le haut les règles internationales et l’on peut s’en féliciter.
Au-delà, se pose le problème de l’application car lorsque l’on édite des règles,
il faut être sûr qu’elles sont correctement appliquées. Sur ce point, nous nous heurtons au
sein de l’Europe à la diversité de nos cultures. Il y a, par exemple, de gros écarts entre
l’Angleterre et la France, mais hors de l’Union européenne, c’est encore autre chose. On
ne peut absolument pas garantir qualité de la formation, sauf si le pilote a fait une
formation aux Etats-Unis ou en Europe, et encore, dans une école connue car, même aux
Etats-Unis, les écoles n’ont pas toutes le même niveau. Les Européens se plaignent
d’ailleurs de la qualité des formations aux Etats-Unis. C’est pour cette raison que l’on ne
reconnaît pas un certain nombre d’actes de formation effectué aux Etats-Unis dont nous
estimons que le niveau est trop bas. C’est notamment le cas pour la qualification de vol
aux instruments pour lesquels on est obligé d’exiger un nombre d’heures de vol
supplémentaires pour les accepter dans nos licences. Il y a là une bataille menée au niveau
français et européen qui conduit à une certaine résistance dans le processus
d’harmonisation avec les USA. En l’état, ce sont les Européens qui devraient baisser leurs
standards et non pas les Américains qui devraient monter les leurs car la structure de
modification de leurs textes est très lourde et se heurte à des lobbies très puissants qui
empêchent d’augmenter les exigences minimales au niveau de la FAA (Agence fédérale
pour l’aviation). J’ai moi-même participé aux discussions avec les Etats-Unis car je faisais
partie du groupe d’harmonisation JAA/FAA.
M. Franck CHATELARD : A titre d’anecdote, il faut savoir que les Etats-Unis délivrent
des licences et des qualifications sur certains types d’appareils, comme les Boeing, en
précisant que cette qualification n’est pas valable au-dessus du territoire américain... En
somme, ils vendent une formation. Vous la suivez et vous en sortez avec un diplôme…
M. Jérôme BANSARD : La licence que délivrent les Etats-Unis est un permis de monter
dans un avion, mais ce n’est pas un permis de se servir réellement de l’avion. Le nouveau
diplômé monte à bord de l’avion en troisième pilote. Il fait office de ce que l’on appelait
autrefois « l’officier mécanicien navigant ». Il y reste quelques années avant d’avoir le
droit de passer deuxième pilote, puis de passer commandant de bord. Cette initiation
n’existe pas du tout dans la licence européenne. Quand vous avez une licence européenne,
vous êtes apte à monter comme copilote immédiatement dans un avion de n’importe
quelle compagnie européenne.
M. le Rapporteur : Donc, il n’y a pas d’uniformisation ?
M. Jérôme BANSARD : Il n’y a aucune harmonisation sur les licences en général, de
même qu’il n’y a aucune harmonisation sociale, mais ce n’est pas seulement dans
l’aviation.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Vous n’avez évoqué que les problèmes humains, mais il
y a deux types de problèmes, celui de la sécurité matérielle et celui de la sécurité liée aux
personnes qui font fonctionner le matériel, c’est-à-dire les équipages et tout ce qu’il y a au
sol.
Il faut quand même que vous nous disiez ce que vous pensez de la sécurité
matérielle car, qu’il s’agisse des aspects matériels ou humains, il faut disposer d’un
élément de jugement sur ce qui est ou non conforme à ce que l’on pense être la sécurité.
La notion de risque n’est pas la même partout. Ce n’est pas parce que les conditions
sociales sont différentes, ou que l’on est payé moins cher, que la sécurité est différente.
— 17 —
Je comprends bien votre position – un peu corporatiste – qui consiste à penser
que l’exception française est la meilleure. Mais la vraie question est de savoir ce qui se
passe ailleurs dans la mesure où le problème est mondial. La demande passe par des
affréteurs qui ont des règles différentes, il y a des brokers d’un côté et des compagnies
aériennes de l’autre. La question ne s’arrête ni aux frontières de la France, ni à celles de
l’Europe, ni même à celles de l’ensemble des pays développés. La question concerne, par
exemple, l’Afrique où les risques sont les plus forts.
La vraie question est de savoir s’il est utile d’harmoniser car, après tout, qui a
la science infuse pour dire quel est le bon équilibre en matière de contrôle de sécurité et en
matière sociale ? Qui va contrôler, au cas où l’on se mettrait d’accord sur un certain
nombre de règles minimums et qui va établir ces règles minimums ou minima ? La
normalisation ne peut se faire qu’au niveau mondial, sinon personne ne la respectera. A
quoi servent les normes européennes si les Américains fixent des règles inférieures et ne
se considèrent pas concernés au-delà ? Vous avez parlé de l’agence de l’AESA, mais si
l’AESA n’a pas d’interlocuteur en Afrique ou aux Etats-Unis, elle ne sert pas à grandchose. Le commandant de bord peut-il apprécier sérieusement les problèmes de sécurité
matérielle ? Jusqu’où peut aller l’harmonisation ? Essayons d’éviter de penser qu’il faut
tout harmoniser sur la base du système français qui a une longue histoire, mais qui n’est
peut-être pas toujours un modèle d’économie et de risque.
M. Jean-Pierre BLAZY : Je souhaiterais que vous précisiez deux points.
Je voudrais d’abord savoir si le programme SAFA, qui est un programme
européen relativement récent, vous paraît satisfaisant pour contrôler l’application des
normes existantes de sécurité.
Par ailleurs, quel jugement portez-vous sur la façon dont la DGAC applique
le programme ? Les moyens dont elle dispose sont-ils suffisants, les contrôles sont-ils en
nombre suffisant, la qualité des contrôles est-elle satisfaisante ? J’ai compris que les
inspections très courtes étaient loin de permettre un examen de l’ensemble des problèmes
de sécurité ? Quel est votre point de vue sur la question ?
On parle toujours des catastrophes aériennes qui sont fortement médiatisées,
mais vous avez parlé, à juste titre, des incidents en souhaitant qu’ils soient mieux signalés
et qu’ils fassent l’objet d’un recensement centralisé, notamment dans le cadre de la
nouvelle agence européenne.
Pour avoir vécu de près le crash du Concorde dans ma circonscription et pour
avoir ensuite examiné tous les rapports, j’ai appris ce que tout le monde sans doute
ignorait, que cet avion dont on pensait qu’il ne pouvait rien lui arriver, avait connu de
nombreux incidents, peut-être pas tous répertoriés. Cette question des incidents est
importante car le signalement et l’analyse des incidents doivent permettre de contribuer à
une meilleure prévention des accidents.
M. Jean-Marc ROUBAUD : Le problème de la sécurité aérienne est manifestement
international. Pensez-vous qu’il est nécessaire de créer un organisme mondial ayant une
compétence dans les trois piliers qui me paraissent devoir être traités au-delà des
législations européennes, américaines, africaines, etc. : l’uniformisation du temps de
travail car c’est un facteur de sécurité, l’uniformisation des diplômes et celle des normes
de vérification technique de l’état des appareils ?
J’ai par ailleurs été effaré par ce que vous avez dit sur le contrôle technique
des réparations par les pilotes. Lorsque vous amenez votre avion en réparation, vous ne
savez pas, dans certains pays, si l’on vous met une pièce neuve ou d’occasion ? Un
— 18 —
minimum de conscience professionnelle exigerait pourtant de vérifier ce genre de chose.
Quand je fais changer les pneus de ma voiture, je vérifie si l’on m’a mis des pneus
rechapés ou des pneus neufs, je demande à voir la pièce de rechange et je contrôle les
opérations. Cela me semble être un minimum.
M. Michel HERBILLON : Vous avez les uns et les autres, au cours de vos exposés,
évoqué à la fois l’aspect technique et l’aspect humain. Je voudrais, en fonction de votre
expérience, que vous fassiez d’ores et déjà– et même si nous devons vous entendre à
nouveau – un effort de synthèse concernant les aspects techniques, sans entrer dans le
détail de techniques qui ne sont pas de notre compétence en tant que parlementaires.
Vous avez évoqué le fait qu’un certain nombre de règles de sécurité
minimales n’étaient pas respectées par les avions tiers. Je voudrais que vous nous disiez
les points principaux qu’il vous paraîtrait nécessaire de corriger sur cette question cruciale
et prioritaire par rapport à d’autres éléments relevant du statut social.
Quelles sont ces règles de sécurité minimum qui ne vous paraissent pas être
appliquées, et dans quel domaine, sur les avions tiers ? Est-ce le cas aussi sur les avions de
compagnies nationales qui ont davantage « pignon sur rue » ? Où sont les secteurs
principaux de dysfonctionnement, comment les corriger et par qui ? Il est très important
que vous fassiez un effort de synthèse sur cette question pour notre propre compréhension
au début de cette mission.
Ma deuxième question concerne la formation. Vous avez, M. Bansard,
évoqué l’importance de la formation à la gestion de crise en cas d’incident. C’est aussi
une question cruciale car même si un avion est techniquement parfait, même si les
conditions de salaire, de travail sont harmonisées, s’il n’y a pas eu de formation suffisante
en cas de crise et compte tenu du stress engendré, il peut y avoir un problème. Les
pratiques de la compagnie Air France vous paraissent-elles suffisantes ? Que fait-on, à
votre connaissance, sur ce point en Europe et au-delà dans les autres compagnies ?
M. le Rapporteur : On n’a pas encore évoqué deux problèmes qui me paraissent
importants. C’est d’abord celui de la responsabilité des pilotes vis-à-vis de la compagnie,
en matière de sécurité. Tout à l’heure, vous avez évoqué le cas de personnels navigants
non-pilotes dont la formation vous paraît insuffisante. Où commence et où s’arrête la
responsabilité du pilote vis-à-vis de sa compagnie quant à sa liberté de décider de décoller
ou pas en fonction d’incidents, d’accidents, d’aberrations, qui lui paraissent poser
problème ? Je voudrais aussi connaître votre point de vue sur la règle qui, aux Etats-Unis,
offre l’impunité aux pilotes qui décident de dénoncer un certain nombre d’incidents,
d’anomalies, ce qui permet de casser la loi du silence.
Le second problème concerne le contrôle aérien. Le personnel navigant
communique avec d’autres hommes qui sont les contrôleurs aériens. Vous avez dit que les
constructeurs avaient fait tous les efforts nécessaires, mais le contrôle aérien est-il parfait
dans le monde ? Un certain nombre d’accidents ont eu un lien avec le fonctionnement du
contrôle aérien, en France comme en Europe. Avez-vous une opinion sur ce point ? Que
pensez-vous de la privatisation du contrôle aérien, du stockage des avions au-dessus de
l’aéroport ?
M. Edmond SUCHET : Sur la première question concernant le niveau de sécurité des
appareils et l’harmonisation, il y a le pôle européen des JAA qui représente tous les pays
du Conseil de l’Europe, c’est-à-dire 36 ou 38 pays, c’est quand même important. Dans ce
cadre, des règles d’entretien ont été édictées – la JAR 145 – qui, à l’instar de toutes les
propositions JAA, a été reprise dans la réglementation française. Depuis, elles ont été
annexées au règlement européen 3922 qui impose des règles d’entretien. Ces règles
— 19 —
permettent d’avoir des ateliers agréés aussi bien sur le sol européen, qu’à l’étranger
d’ailleurs. Il y a peut-être là un problème. Les normes de la JAR 145 donnent une garantie
de sérieux pour tout entretien effectué sur les appareils dans ces ateliers agréés.
Mais, il y a maintenant aussi des ateliers JAR 145 en Chine, en Asie du SudEst. Aux Etats-Unis, il y a des accords bilatéraux entre la FAA et les JAA, des accords
avec le Canada, car eux aussi ont un système d’ateliers agréés.
Dans le cadre européen, les contrôles se font par l’autorité nationale de
chaque pays. En France, c’est la DGAC qui vérifie les ateliers JAR 145 à qui a été donné
l’agrément. Là où il peut y avoir problème, c’est que cette communauté d’ateliers
JAR 145, implique un système d’équivalence d’agréments : si les Anglais ont donné un
agrément en Chine à un atelier JAR 145, les Français, bien que ce ne soit pas tout à fait
légal vis-à-vis de la loi française, reconnaissent les travaux qui sont faits dans l’atelier
chinois surveillé par les Anglais. Des équipes d’harmonisation devraient normalement
exister au sein des JAA, mais elles n’ont pas le temps de vérifier. Il doit y avoir 5 000 ou
10 000 ateliers, je ne sais pas, c’est en tout cas un nombre phénoménal.
De fait, la réglementation européenne a largement débordé ses frontières. Elle
est un label de garantie pour certains opérateurs. Ainsi, les pétroliers demandent à opérer
en Angola, en Libye avec des hélicoptères sous immatriculation française et entretenus
sous JAR 145, parce qu’ils considèrent que c’est une garantie technique d’avoir un
aéronef vérifié par un atelier aux normes européennes.
Par contre, si vous sortez de l’Europe, il n’y a aucune obligation
internationale. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’avions d’Airbus sont sous
immatriculation française, en leasing et sont vérifiés par des ateliers JAR 145 car si
l’avion n’est pas entretenu par un atelier JAR 145, il perd son certificat de navigabilité en
France et en Europe. C’est quand même important.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Les Etats-Unis disposent-ils de cette JAR 145 ou de
normes équivalentes ?
M. Jérôme BANSARD : Ils ont une FAR (Federal aviation regulation).
M. Edmond SUCHET : Avec les normes européennes et les FAR, nous couvrons
l’Europe, les Etats-Unis et le Canada. La couverture est importante, mais pour tous les
avions immatriculés dans des pays tiers, il n’y a aucune obligation, alors que cet avion
peut venir sur votre sol ou transporter vos passagers, ce qui pose des problèmes de
sécurité. L’immatriculation des appareils est très importante car c’est le certificat de
navigabilité qui sous-tend les opérations d’entretien.
Le problème humain ne se pose pas que chez les pilotes, il se pose pour tous,
pour les mécaniciens au sol aussi. Dans les ateliers JAR 145, tous les mécaniciens doivent
avoir une licence, avoir suivi une formation qui garantit que leur compétence est en
adéquation avec le travail fourni. Ce n’est pas le cas dans d’autres systèmes.
Je ne suis pas certain qu’il y ait en Egypte des mesures aussi élaborées.
M. Jean-Marc ROUBAUD : On a vu dans l’affaire de Flash Airlines que l’appareil
incriminé avait été interdit en Suisse et autorisé en France. Quelles sont les normes en
vigueur en Suisse ?
— 20 —
M. Edmond SUCHET : Pour un aéronef immatriculé dans un pays tiers, ils se sont basés
sur les règles a minima de l’OACI. L’Europe et les Etats-Unis (avec les JAR et les FAR)
sont au-dessus du standard OACI et nous, Français, sommes vraiment au sommet de la
pyramide.
M. Jean-Marc ROUBAUD : Je comprends alors d’autant moins que la Suisse ait interdit
l’appareil et que la France l’ait autorisé.
M. Jérôme BANSARD : En ce qui concerne cet accident, il semblerait que l’avion a été
contrôlé en Suisse et ensuite plus ou moins réparé dans un atelier qu’ils ont cité, puis
contrôlé en France ultérieurement, les réparations ayant été effectuées. Comme vous, je
n’ai que les informations des médias.
M. Michel HERBILLON : Des pays échappent-ils à ces réglementations ?
M. Edmond SUCHET : La Suisse, quand il s’agit d’un avion des pays tiers, le contrôle,
comme la France, dans le programme SAFA au niveau des règles internationales, pas au
niveau de ses propres règles. Ce n’est pas la même chose. La référence n’est pas la même.
L’opération SAFA qui fait partie de la CEAC, donc de la zone du Conseil de l’Europe,
s’effectue par rapport aux normes internationales et non par rapport aux normes JAA. Je
précise que les Suisses respectent maintenant les JAA, comme nous. Ils font partie de
l’espace JAA.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Y a-t-il des pays qui ne respectent pas le minimum
OACI et qui ne sont pas contrôlés à ce titre ?
M. Edmond SUCHET : L’OACI est un plancher, mais les contrôles OACI se font par
des experts de l’OACI qui voyagent et qui vont faire des petits contrôles ponctuels, mais
ils ne vont pas sur le terrain pour tel ou tel type d’avion. L’OACI ne contrôle que
l’autorité nationale et ce que fait l’autorité mais elle ne va pas voir les compagnies pour
savoir ce qui se passe. Donc, l’autorité peut être défaillante ou corrompue.
M. Jérôme BANSARD : Cela veut dire que l’OACI dit : vous avez créé un atelier, une
école, avez-vous bien toutes ces structures ? Mais elle ne va pas voir sur le terrain si
l’atelier fait son travail correctement.
Mme la Présidente : Nous tirerons les conclusions de clarté ou de non-clarté de ce qui
existe institutionnellement. Il apparaît que c’est très complexe.
M. le Rapporteur : Quel est le champ d’application des règles OACI, ou bien celles-ci ne
concernent-elles que les vols internationaux ? Les vols intérieurs russes sont-ils régis par
les règles OACI ?
M. Edmond SUCHET : L’OACI couvre l’ensemble des pays membres, soit 189 pays.
Le programme SAFA a pour objet de vérifier les règles minimums OACI, pas
les règles internes. C’est le minimum, le plancher, et il est notoirement insuffisant sur un
certain nombre de points.
M. Jean-Pierre BLAZY : Pouvez-vous préciser ?
— 21 —
M. Edmond SUCHET : Par exemple, il ne porte pas sur la vérification des compétences
des navigants.
M. Jérôme BANSARD : La compétence comprend la formation initiale, mais également
le suivi de la formation qui est au moins aussi important car ce n’est pas parce que vous
êtes pilote de chasse ou de Boeing aujourd’hui que, dans dix ans, vous serez aussi
compétent si vous n’avez pas suivi des recyclages réguliers.
Il y avait une question sur une banque de données des incidents. Tous les
constructeurs notent les incidents que l’on veut bien déclarer et émettent des consignes de
réparations, si nécessaire. Ils orientent également une grande partie du travail humain sur
la sécurité des vols en communiquant les informations qu’ils ont récoltées lors des
incidents, et en disant comment y remédier. C’est du suivi de formation.
M. Edmond SUCHET : Il faut aussi parler de la directive 2003.42.CE qui sera applicable
en 2005 et qui dresse la liste des comptes rendus d’événements dans l’aviation civile. Il
serait nécessaire de pouvoir les lister au niveau de l’AESA et d’en tirer les conséquences.
Cette liste est assez exhaustive et vous pouvez vous y reporter.
Sur la question de savoir s’il faut un organisme mondial pour les temps de
travail, je précise que dans les règles de l’OACI, il n’y a pas de volet temps de travail.
Mais, pour la formation, les normes internationales sont en train d’être améliorées par
l’action même des JAA, et se rapprochent de nos normes.
S’agissant des règles de sécurité minimum applicables aux avions tiers, ce
sont les règles de l’OACI qui s’appliquent, donc des règles a minima. En 1989, l’OACI a
incorporé les facteurs humains, mais tout dépend de la façon dont sont appliquées ces
règles.
En Europe, il y a eu des formations dans les compagnies aériennes. En
France, la DGAC les a rendus obligatoires. Des cours de « cockpit ressource
management » ont été dispensés aux anciens et des modifications ont été apportées dans
les programmes de formation initiale. L’adaptation a exigé pratiquement deux ans de
formations. C’est un effort financier que toutes les compagnies ont fourni en Europe.
M. Jérôme BANSARD : Il faut également savoir que, tous les six mois, les pilotes d’Air
France, suivent une formation de contrôle qui porte aussi sur les facteurs humains. On
demande aux instructeurs d’être très vigilants sur le travail d’équipage. On demande
même aux instructeurs d’intervenir pendant les vols de contrôle pour distraire l’attention
des pilotes et noter leurs réactions. Si deux pilotes n’ont jamais travaillé ensemble parce
qu’on a loué leurs services dans deux entreprises différentes, on n’obtiendra évidemment
pas le même résultat.
S’agissant de la responsabilité du personnel navigant vis-à-vis de l’employeur
en terme de sécurité, il faut savoir que le pilote n’assiste pas aux réparations qui sont
faites sur l’avion. Il doit faire confiance au mécanicien de l’atelier agréé qui a fait les
réparations. Il est peu vraisemblable qu’il puisse voir les pneus neufs que l’on a mis,
savoir s’ils sont rechapés ou non, ce qui se passe à l’intérieur d’un réacteur, du train
d’atterrissage, si la bielle a bien été changée… Comme je l’ai déjà dit, les ateliers
découvrent régulièrement que l’on a mis des pièces non homologuées. Dans ce cas, ils
préviennent la compagnie et changent la pièce.
Mme la Présidente : A-t-on constaté que cela était plus fréquent dans les compagnies
étrangères ou les petites compagnies ? Existe-t-il des bilans ?
— 22 —
M. Jérôme BANSARD : On sait que cela arrive dans toutes les compagnies.
M. Edmond SUCHET : Les ateliers JAR 145 ou les ateliers agréés sont obligés d’avoir
une comptabilité très exacte de leur activité. Il y a donc une traçabilité. Mais quand un
atelier n’est pas soumis à cette traçabilité, tout est permis.
Le maintien du certificat de navigabilité de l’aéronef, est subordonné à la
décision de l’autorité qui vérifie tous les travaux effectués. Les pilotes disposent d’un
compte rendu matériel – et c’est une pièce obligatoire – qui signale toutes les anomalies
constatées pendant le vol. Selon leur classification, l’anomalie doit être rectifiée
immédiatement après l’atterrissage, sinon l’avion ne peut plus décoller, ou bien elle doit
être rectifiée ultérieurement dans l’atelier. C’est ce qu’on appelle les tolérances techniques
qui sont référencées dans la MEL (Minimum equipment list).
Sur ce point, certaines compagnies peuvent faire pression sur le pilote en
disant qu’elles ne veulent rien savoir et qu’il faut décoller quand même. Je l’ai constaté
dans certaines compagnies qui volent en Europe. Si le pilote ne veut pas décoller parce
qu’il estime qu’il y a un danger et s’il n’est pas protégé sur le plan social, il peut se faire
licencier. La question est simple, ou bien vous volez ou bien vous êtes licencié. On voit
ainsi que le social est lié à la technique. J’ai moi-même subi une telle pression dans une
petite compagnie. J’étais jeune, j’avais 22 ans. On m’a ordonné de décoller le soir malgré
une génératrice en moins, sinon j’étais licencié dès le lendemain. Comme j’étais jeune,
j’ai décollé.
M. le Rapporteur : Ainsi, le commandant de bord est maître à bord, mais il ne l’est pas
vis-à-vis de l’employeur ?
M. Edmond SUCHET : Il est maître à bord, mais il y a des circonstances dans lesquelles
il ne peut plus l’être.
M. Jérôme BANSARD : Il faut bien faire la différence entre les compagnies majeures et
les petites entreprises de charters où il peut y avoir une pression. Le commandant de bord,
d’après le code de l’aviation civile, est bien maître à bord, c’est à lui de décider ce qu’il
fait ou ce qu’il ne fait pas. Mais, il faut savoir que, dans certaines compagnies, il devra
répondre de sa décision et sa décision pourra être interprétée de diverses façons sur le plan
social.
S’agissant des contrôleurs aériens, ce sont nos partenaires. Nous travaillons
avec eux en permanence. Il y a sans doute des différences dans les modes de
fonctionnement. On le voit bien lorsque l’on traverse des régions d’Afrique où les radars
ne sont pas encore tous mis en place actuellement. Par contre, au niveau européen et
américain, le contrôle aérien fonctionne de la même façon.
M. Edmond SUCHET : L’OACI a récemment, dans l’amendement 167, proposé
d’améliorer le niveau de communication entre les contrôleurs et les navigants et la
compétence linguistique figurera, à partir du 1er mars 2004, dans des dispositions
transitoires et, en 2008, de façon obligatoire pour tout le monde. Il y aura des contrôles de
compétence linguistique annuels ou semestriels. Il faudra pouvoir communiquer dans la
langue du pays. Si c’est l’anglais, il faudra avoir un certain niveau d’anglais. Si c’est le
français, il faudra connaître le français. A mon avis, cela va même très loin car
aujourd’hui il y a aux Etats-Unis des problèmes de compréhension entre Américains à
cause des accents. Un anglais ne comprendra pas forcément un Texan. Il faudra
harmoniser la langue de communication anglaise au niveau international.
— 23 —
Mme la Présidente : Je voudrais insister à nouveau sur la question posée par
M. le Rapporteur de savoir pourquoi les pilotes français ne font pas comme les pilotes
américains, un compte rendu des problèmes, des anomalies ou des fautes pour briser la loi
du silence.
M. Alain GOURIOU : Sur les gros aéroports nationaux atterrissent et décollent des
avions de compagnies diverses et de pays divers. Ces appareils, au moment de leur
atterrissage ou de leur décollage, ou bien lors de leur maintien au sol, font-ils l’objet d’un
contrôle systématique de la part des autorités françaises ? Les pilotes de ces avions font-ils
aussi systématiquement l’objet d’une vérification de leur identité et de leur qualification ?
Les autorités françaises peuvent-elles s’opposer au décollage d’un avion à l’issue d’un
contrôle ayant établi une anomalie ?
Il m’a semblé lire dans la presse, il y a quelque temps, que l’on avait dû faire
appel à l’autorité d’un sous-préfet d’Ile-de-France pour s’opposer au décollage d’un
avion. On a parlé dans une autre commission d’enquête de « navires poubelles ». Des
« avions poubelles » peuvent-ils atterrir sur des aéroports français ?
M. Jacques DESALLANGRE : Je ne voudrais pas que vous repartiez avec le sentiment
que la mission ne s’intéresse pas aux problèmes sociaux. Bien au contraire, les problèmes
humains, donc sociaux, nous intéressent au premier chef. On a mesuré tout au long de
votre intervention à quel point ils avaient leur importance et il faut absolument mesurer
cette importance.
M. Jérôme BANSARD : En effet, on s’est aperçu dès le début que le matériel avait fait
d’énorme progrès et qu’il faut maintenant travailler sur l’humain si l’on veut des résultats
tangibles dans l’avenir.
M. Franck CHATELARD : S’agissant des contrôles de charters sur les aéroports
français, j’ai pu constater que ces contrôles étaient effectués. Un fonctionnaire de la
DGAC monte à bord avec un programme. Il peut vérifier soit les aspects techniques de la
machine, soit la qualification des pilotes à partir des documents de bord. Cela se fait-il
assez souvent et partout ? Je ne le sais pas. C’est la DGAC qui décide d’envoyer des
inspecteurs. Je sais que, quand j’étais chez Air Toulouse, il y avait des avions qui n’étaient
pas tout à fait neufs et il m’est arrivé d’être contrôlé deux fois au cours de la même
semaine, par le même inspecteur, sur le même aéroport. Apparemment, on était donc
suivi.
Quels sont les pouvoirs des contrôleurs ? Si vous ne présentez pas les papiers
demandés, ils peuvent clouer l’avion au sol. Et, je ne vois pas qui essaierait de repartir,
dès lors qu’on ne l’aurait pas autorisé à le faire.
Pour ce qui est du contrôle des compagnies étrangères, il faut dire que les
contrôleurs sont des fonctionnaires français ayant parfois du mal à s’exprimer dans la
langue de Shakespeare. Quand ils s’adressent à des Américains ou à des équipages parlant
anglais comme les Indiens, l’échange risque de tourner court. Il peut y avoir des
problèmes de compétence linguistique. Quand il faut examiner à fond un problème
technique, la maîtrise du vocabulaire technique dans la langue d’échange est très
importante.
Pour ce qui est des pressions sur les commandants de bord, je me fonde sur
mon expérience dans différentes compagnies charters, pour dire que c’est toujours le
commandant de bord qui, en son âme et conscience, doit décider de partir ou non. Il y a
des passagers dans l’avion, 150 personnes qui ont payé, des enfants, des familles, on n’a
— 24 —
pas non plus spécialement envie de mourir. Il peut y avoir une pression sociale, mais à
chacun de prendre sur soi. Quant à moi, je n’ai jamais transigé avec la sécurité de la
machine, mais c’est une question de formation et de culture. Quoi qu’en pense
l’employeur, si j’ai décidé de « planter » une machine, je le fais sans état d’âme. Je me
suis d’ailleurs aperçu que, même en cas de pressions, celles-ci se calment rapidement à
partir du moment où le dossier technique est étayé. Néanmoins, ces pressions sociales
existent bien, parce que lorsqu’un avion est immobilisé, il y a beaucoup d’argent en jeu.
Mais c’est vraiment un problème humain, un problème de conscience personnelle.
M. Edmond SUCHET : En France, on peut encore refuser de décoller. Cela peut poser
des problèmes sociaux, mais le code du travail nous donne quelques garanties. Quand
celui-ci ne s’applique pas, la situation est différente.
Je sais qu’il y a des avions qui volent en France ou en Europe sans être
forcément dans la situation de le faire. Il y a aussi le problème des avions de fret qui sont
souvent beaucoup moins contrôlés que les avions de passagers. DHL, dans toute l’Europe,
a volé avec des avions qui étaient dans un état assez lamentable. Un certain nombre est
parti à la casse, mais d’autres volent encore. J’ai eu à connaître des problèmes techniques
de ces avions.
M. Jérôme BANSARD : Concernant les comptes rendus de sécurité et de sûreté effectués
par les pilotes, ce type de comptes rendus existe dans les grandes compagnies. Ils sont, le
cas échéant, anonymes et sont exploités par la compagnie. Mais cette pratique ne peut
exister qu’au sein d’une compagnie structurée, avec une culture d’entreprise. C’est
impossible dans une entreprise créée pour une saison, employant des pilotes d’origines
diverses.
M. le Rapporteur : Que pouvez-vous dire sur le problème de l’alcoolisme ?
Mme la Présidente : Effectivement, cette question est importante et j’ajoute que j’ai lu
dans un document tout à fait officiel que Swissair avouait, il y a quatre ou cinq ans,
compter 7 % de pilotes alcooliques, malgré la qualité du service.
M. Jérôme BANSARD : J’ai le souvenir d’anecdotes concernant des pilotes alcooliques,
qui sortaient de la guerre et qui avaient été engagés dans des compagnies parce qu’il n’y
avait pas de pilotes. Ceux-ci avaient pris l’habitude de boire plus que de raison. Mais
depuis, je n’ai pas eu d’écho de problème d’alcoolisme dans les compagnies que j’ai
fréquentées.
M. le Rapporteur : Je corrige le mot car l’alcoolisme est une maladie. Parlons plutôt
d’« usage immodéré de l’alcool, à titre accidentel ». Cela existe-t-il ou pas ? Je peux vous
citer l’exemple de British Airways où récemment un équipage a refusé de décoller à cause
de l’état du pilote.
M. Jérôme BANSARD : A titre individuel, il arrive certainement que des pilotes aient
trop bu en dehors du travail.
M. le Rapporteur : Etes-vous contrôlés ?
M. Jérôme BANSARD : Tous les six mois, un contrôle physique et mental est effectué.
M. le Rapporteur : Avec un contrôle de l’alcoolémie ?
— 25 —
M. Jérôme BANSARD : Tout à fait. Tous les six mois, un contrôle est effectué avec une
prise de sang.
Mme la Présidente : Il s’agit d’un contrôle annoncé ?
M. Jérôme BANSARD : Oui. Il n’y a personne qui, comme sur la route, vous donne un
ballon avant de décoller. Cela n’existe pas. Par contre, un de mes camarades qui avait fait
un arrêt décollage, c’est-à-dire qui avait fait arrêter l’avion à cause d’un problème
mécanique, a dû souffler dans un ballon sur demande de la police parce qu’une ou deux
personnes s’étaient cognées un peu le nez sur les tablettes qui s’étaient ouvertes.
M. Edmond SUCHET : Je précise que dans les manuels d’exploitation de compagnies, il
est indiqué que l’on ne doit pas boire huit heures avant le décollage.
A travers le contrôle médical semestriel des gammas GT que subissent ces
pilotes, on voit très bien si la personne a l’habitude de consommer de l’alcool ou de la
drogue. Les deux sont vérifiés et cet aspect figure parmi les normes médicales qui vont
changer avec l’application des normes médicales FCL3 des JAA.
Mme la Présidente : Je ne pourrai émettre qu’un regret, c’est qu’il y ait quand même un
voile de discrétion, pour ne pas dire plus, sur ce point. Nous avons en effet appris,
vingt ans après, qu’un avion qui venait de Lyon et qui s’était écrasé pas très loin de
Clermont-Ferrand, était parti après que l’équipage ait arrosé l’anniversaire du pilote. Cela
ne s’est su que très longtemps après. C’est l’accident de Noirétable.
Messieurs, je vous remercie. Nous sommes intéressés par toute
documentation susceptible de compléter notre information et nous nous réservons le droit
de faire de nouveau appel à vous, si cela paraît nécessaire.
M. Edmond SUCHET : Je me permets d’ajouter que la sécurité a un prix et c’est la
raison pour laquelle nous avons proposé, lors du projet de loi portant diverses dispositions
d’adaptation au droit communautaire dans le domaine des transports (n° 375, 1999-2000),
un texte sur les « Prix abusivement bas en matière de transport aérien ».
Malheureusement, l’amendement n° 39 présenté par la commission fut neutralisé dans ses
effets sur l’affrètement par un sous-amendement n° 68. Nous le déplorons et vous
adresserons une proposition à ce sujet.
— 27 —
Audition conjointe de M. Michel WACHENHEIM, Direction générale de l’aviation
civile (DGAC)
et de M. Maxime COFFIN, Service de la formation aéronautique et du contrôle
technique (SFACT) de la DGAC
(Extrait du procès-verbal de la séance du 11 février 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Messieurs, bonjour. Tout d’abord, je tiens à rappeler que nous
n’enquêtons pas sur l’accident de Charm el-Cheikh, bien que notre mission ait été
constituée à la suite de ce drame et que les circonstances de cette catastrophe peuvent
éclairer notre réflexion sur l’ensemble des problèmes de sécurité aérienne. Je propose que
vous nous présentiez quelques propos liminaires, après quoi nous vous poserons des
questions.
M. Michel WACHENHEIM : Je suis directeur général de la Direction générale de
l’aviation civile et M. Maxime COFFIN est le chef du Service de la formation
aéronautique et du contrôle technique à la DGAC
Mon exposé sera bref car je suppose que les questions sont nombreuses.
L’accident de Charm el-Cheikh a de nouveau posé la question de
l’organisation de la sécurité du transport aérien et il est important, compte tenu de tout ce
qui a pu être dit sur le sujet, de bien recadrer la façon dont la sécurité est assurée au niveau
international.
Tout d’abord, le transport aérien étant par nature une activité internationale, la
garantie de la sécurité doit faire l’objet d’une coordination au niveau mondial. C’est la
raison pour laquelle l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a été créée
en 1944, par la convention de Chicago. Les 189 Etats membres de l’OACI, s’engagent
principalement sur deux points.
Le premier est de respecter les normes établies dans le cadre de cette
convention et de ses annexes. Le deuxième est d’accepter que les avions des Etats tiers,
membres de l’OACI, survolent, se posent ou décollent d’un pays, sur la base des normes
de sécurité établies par l’OACI. Ce système de reconnaissance mutuelle sur lequel se
fonde l’OACI fonctionne depuis 60 ans. Evidemment, les normes sont en permanence
mises à jour en fonction de l’évolution du secteur.
Néanmoins, on ne peut pas prétendre que tous les Etats du monde respectent
parfaitement leurs engagements. Il y a dans un certain nombre de cas des suspicions. C’est
pourquoi les Etats de l’OACI, ont décidé, il y a quelques années, de procéder à des audits
pour s’assurer que les engagements sont bien respectés. A l’heure actuelle, pratiquement
tous les Etats ont été audités par l’OACI, à part sept ou huit pour des raisons liées à la
conjoncture politique ou internationale. 180 Etats ont été audités et certains l’ont même
été deux fois, à l’occasion d’audits de suivi.
En tant qu’Etat membre de l’OACI, nous disposons des résultats de ces
audits. Ceux-ci nous donnent des indications sur le niveau de respect des normes de
l’OACI, à la fois sur le plan organisationnel, sur le plan opérationnel, sur la navigabilité,
c’est-à-dire l’état des avions, sur la formation et les licences des personnels, etc. Ces
informations sont à la disposition des Etats membres mais ne sont pas rendues publiques
— 28 —
afin que les Etats acceptent de se soumettre à ces audits. On peut en effet penser, mais ce
n’est bien sûr qu’une hypothèse, que si ces audits étaient rendus publics, un certain
nombre d’Etats ne souhaiteraient plus participer au programme.
Au niveau européen, un certain nombre de règles sont établies dans le cadre
de la Conférence européenne de l’aviation civile (CEAC) et plus précisément dans le
cadre des JAA2. Les JAA sont un organe informel, non normatif, mais qui présente
l’avantage de regrouper la plupart des pays européens et, au-delà de l’Union européenne,
une quarantaine d’Etats européens qui, de façon volontaire, se sont entendus sur
l’établissement de normes techniques communes, aussi bien dans le domaine des
opérations, que pour l’utilisation des pilotes, les questions techniques, etc. La France
applique volontairement ces normes depuis plusieurs années, quelquefois avec de petites
différences.
Au niveau de l’Union européenne a été récemment créée l’Agence
européenne de sécurité aérienne (AESA). Cette agence, sur la base d’un règlement
européen, est chargée, à terme, d’établir la réglementation de l’Union européenne dans les
domaines de la navigabilité, des opérations aériennes, des licences des pilotes et dans
différents domaines techniques, le but étant de rassembler progressivement, au sein de
cette agence, l’ensemble de la réglementation technique de l’aviation civile. Cette agence
est chargée, en outre, de la certification des types d’avions depuis le 29 septembre dernier.
Il y a donc une volonté d’harmonisation européenne et, surtout, une volonté de faire
appliquer ces normes de sécurité.
Au niveau français, la DGAC est en charge du contrôle de la sécurité du
transport aérien, à travers le service de la formation aéronautique et du contrôle technique
dont M. Coffin est le responsable. Nous intervenons de plus en plus au niveau du contrôle,
c’est-à-dire de la vérification de l’application des normes que nous avons adoptées.
L’évolution européenne se traduit par une harmonisation des réglementations
et par une implication de plus en plus grande des Etats dans le contrôle de la conformité
des opérateurs à cette réglementation. Cette réglementation nous conduit à délivrer des
certificats ou des agréments. Nous délivrons des certificats de navigabilité individuels aux
avions attestant qu’ils respectent bien les normes de navigabilité, des agréments aux
centres de maintenance garantissant qu’ils respectent les normes internationales, aux
écoles de formation et des licences aux pilotes d’avion pour attester qu’ils ont toutes les
compétences pour exercer leur métier. Nous délivrons des certificats de transporteur
aérien à des compagnies aériennes, qui ne sont pas les licences d’exploitation de transport
aérien proprement dites, mais des certificats attestant que la compagnie aérienne respecte
bien les normes techniques adoptées aux niveaux international et français.
120 compagnies aériennes fonctionnent sous notre autorité, ainsi que
400 centres de maintenance et une soixantaine d’écoles de pilotage dont une dizaine sont
des écoles importantes. Je passe sur le contrôle des aéroclubs. Le système de contrôle et
de surveillance de l’ensemble du secteur de l’aviation civile emploie environ
500 personnes au sein de la DGAC.
Pour terminer, il faut parler des contrôles en escale, les fameux contrôles
SAFA. Je ne les ai pas intégrés dans le système général de contrôle de la sécurité, le
noyau dur de notre système étant l’OACI. Au niveau européen, et malgré un constat
identique à celui établi au niveau de l’OACI, c’est-à-dire que tous les pays ne respectent
pas les normes de la même façon et que certains sont défaillants, il y a une volonté de
rassembler des informations sur les avions qui viennent sur les aéroports « européens », au
sens de la Conférence européenne de l’aviation civile, qui regroupe 41 états.
2
JAA : Joint aviation authorities.
— 29 —
Ce dispositif consiste à effectuer un certain nombre de contrôles externes, à
faire le tour de l’avion pour vérifier visuellement un certain nombre d’éléments : le
cockpit, certains documents, la cabine passagers. Ces contrôles portent sur un peu plus de
50 points, bien nomenclaturés. Les résultats, qui sont exprimés en niveaux 1, 2, 3 selon la
gravité de l’anomalie, sont communiqués à une base centrale située en Hollande, gérée par
les JAA, afin d’être compilés, exploités et éventuellement communiqués aux autorités
respectives des compagnies aériennes concernées. Il s’agit donc d’intervenir auprès des
autorités de l’aviation civile lorsque des anomalies sont rencontrées. En cas d’anomalies
graves, notamment celles de niveau 3, les avions ne peuvent repartir que si ces anomalies
sont corrigées sur place.
Nous faisons annuellement environ 2 500 contrôles de ce type en France dont
la moitié sur des avions étrangers à la France. Pour ces derniers, c’est le seul moyen direct
d’avoir des informations sur la sécurité. En cas d’anomalie nous demandons aux autorités
de l’aviation civile des compagnies concernées soit de faire en sorte que les choses soient
corrigées immédiatement avant le redécollage de l’avion, soit lorsqu’il s’agit d’une simple
alerte, de nous informer sur la suite donnée à ce qui a été constaté.
Mme la Présidente : Merci, M. le directeur. Comment, avec de telles contraintes peut-on
expliquer le « pas de deux » qui s’est produit entre le contrôle suisse et le contrôle français
concernant l’avion de Flash Airlines ?
M. Michel WACHENHEIM : Le contrôle suisse faisait état d’un certain nombre
d’anomalies de niveaux 1, 2, 3. Il faut savoir que la Suisse effectue en moyenne six fois
plus de constats d’anomalies de niveau 3 que l’ensemble des autres pays européens. Ceci
montre que le système n’est pas parfait et qu’il y a un problème d’appréciation.
Parmi les anomalies de niveau 3 relevées par la Suisse, certaines, selon nous,
ne relevaient pas de ce niveau, par exemple, les sièges en mauvais état, les vide-poches
déchirés. Pour nous, il s’agit d’une mauvaise qualité de service mais cela ne met pas en
jeu la sécurité du vol. Autre exemple, le contrôle suisse relevait un défaut libellé « doute
sur la compression des jambes de train ». Après vérification, il a été constaté que cet
élément était dans les normes. Ces deux exemples expliquent pourquoi le coordonnateur
central des Pays-Bas n’a pas recommandé aux Etats de suivre l’exemple des Suisses en
interdisant cette compagnie. Il a simplement conseillé d’adapter les contrôles car des
informations émanant de la Suisse méritaient d’être vérifiées et suivies.
Les Suisses ont décidé d’interdire cette compagnie. Mais, je le dis clairement,
si nous avions fait les mêmes contrôles en France, nous n’aurions pas interdit la
compagnie. Cela prouve que le système doit être amélioré au niveau européen pour que
tout le monde ait la même échelle de valeurs.
Cela ne veut pas dire pour autant que cette compagnie était fiable à cette
époque-là car les contrôles dont il s’agit n’ont pas de valeur générale quant au niveau de
sécurité des compagnies. Ils ne permettent pas de savoir si un moteur ou les gouvernes de
vol sont en bon état. D’ailleurs, je signale que, dans ce contrôle, il n’y avait rien sur les
moteurs et les gouvernes de vol, contrairement à ce qui a été dit. J’ai moi-même adressé
une lettre à mon collègue suisse pour lui demander des explications à ce sujet.
Il faudrait un processus de décision conjoint. Je comprends parfaitement que
le public soit interloqué par le fait qu’un pays comme la Suisse, interdise une compagnie
aérienne, alors que les autres pays européens ne l’interdisent pas.
Mme la Présidente : Oui, mais l’avion s’est écrasé.
— 30 —
M. Michel WACHENHEIM : Effectivement, mais pas nécessairement à cause des
anomalies signalées par la Suisse.
Il y a manifestement un besoin d’harmonisation des attitudes et des
enseignements tirés de ces contrôles. C’est dans ce sens que nous allons travailler, à la
demande expresse de notre ministre, au niveau du comité directeur du groupe SAFA, mais
également au niveau de l’Union européenne qui vient d’adopter une directive rendant le
système obligatoire ; ainsi, il y aura une harmonisation des positions sous l’égide de la
Commission européenne. On voit bien que le système a besoin d’être amélioré mais que
les informations produites par la Suisse ne justifiaient pas – en elles-mêmes – une
interdiction.
Après ces contrôles suisses, qui ont eu lieu en octobre 2002, la compagnie a
procédé à un certain nombre de travaux sur ses deux avions. Ceux-ci ont été entièrement
révisés, à l’occasion de ce que l’on appelle une « grande visite ». Un moteur a été
également entièrement révisé. Les contrôles suivants, en Pologne (juin 2003) et en France
(octobre et novembre 2003), n’ont pas donné d’élément alarmant sur la situation de cette
compagnie aérienne. J’ajoute une information dont on a moins parlé : l’Allemagne a
procédé, en septembre 2003, à un audit par questionnaire de cette compagnie aérienne.
Mon collègue allemand à qui j’ai téléphoné, dans les jours qui ont suivi, m’a répondu que
tout était parfait. Voilà la situation objective des faits.
M. le Rapporteur : Vous avez répondu à beaucoup de questions que nous nous posions
sur l’organisation du contrôle. Néanmoins, je voudrais savoir si les résultats des
2 500 contrôles SAFA effectués chaque année permettent d’avoir une idée précise de la
typologie des éléments accidentogènes. Le syndicat des pilotes de ligne nous a dit
qu’aujourd’hui les problèmes ne sont plus tant liés aux machines – les constructeurs
faisant un gros effort – qu’aux problèmes de maintenance, de contrôle, et surtout aux
problèmes humains. Ils nous ont dit également qu’il n’y avait pas de mise en cause du
contrôle aérien, notamment en France.
Votre service, qui a connaissance de tous les contrôles – mais qui n’a pas
connaissance des incidents de vol, alors que ceux-ci sont parfois des accidents évités – qui
a connaissance de toutes les enquêtes menées dans le monde entier sur les causes des
accidents, devrait être en mesure de donner à notre mission des éléments très précis sur ce
que nous devons chercher. Pourquoi un avion s’écrase-t-il ? Est-ce la faute de la machine,
des contrôles, de l’inégalité des conditions de travail des personnels navigants ? Est-ce le
manque de rigueur de certains Etats ?
M. Michel WACHENHEIM : Nous disposons des résultats des audits des Etats. Nous
avons même essayé de les classer par types de problèmes de sécurité – les licences des
pilotes, la navigabilité des avions, les opérations, etc. – et aussi de donner une valeur aux
audits de l’OACI. Mais ce n’est pas une classification officielle. C’est quelque chose qui
nous est complètement personnel, subjectif.
Selon nos informations, l’Egypte se situait au plus haut niveau, c’est-à-dire
sans anomalie dans les cinq catégories d’informations recueillies lors de ces audits. Il n’y
avait aucune raison objective de ne pas avoir confiance dans l’autorité de l’aviation civile
égyptienne.
Je précise, en pesant mes mots, que, pour la Suisse, la classification n’est pas
la même. Il y a eu une crise l’année dernière en Suisse qui n’est pas terminée. L’OFAC
– Office fédéral de l’aviation civile – n’a toujours pas de directeur et se retrouve dans une
situation difficile. Le précédent directeur a été évincé à la fin du mois d’août 2003 pour
— 31 —
des raisons tenant à la sécurité du transport aérien. Des dispositions ont été prises visant à
une meilleure transparence. Or, quand un organisme est dans une telle situation, il cherche
à mieux travailler. Cela explique que la transparence ait été aussi forte dans la période
récente. Malheureusement, il n’y a pas de directeur pour confirmer ces informations. Le
directeur actuel est un directeur par intérim qui s’occupe des routes ou des chemins de fer.
Les accidents d’aviation sont rares et on ne peut assurer 100 % de sécurité,
mais quand ils ont lieu ils sont meurtriers. Il y a environ 2 000 morts par an dans le monde
entier sur les vols commerciaux. Le chiffre exact est de 1 600 morts et on compte
1,6 milliard de passagers dans le monde. Faites le ratio. C’est forcément trop. Même si
l’on prend des taux de sécurité de 10-6 ou 10-9 dans notre organisation technique,
malheureusement il y a toujours forcément des petites déficiences à un moment ou à un
autre. Quels sont les points faibles ?
Les enquêtes sur les accidents indiquent qu’un accident est rarement dû à une
seule cause et que, parmi celles-ci, il y a souvent des causes humaines. Dans la plupart des
cas, on peut prévoir la cause technique et envisager des comportements à suivre dans les
situations difficiles. Mais dans certains cas, les attitudes ou les réactions des équipages ne
sont pas nécessairement celles que l’on aurait pu attendre. C’est pourquoi je ne peux que
confirmer l’importance du facteur humain.
M. Maxime COFFIN : Il y a effectivement une typologie des accidents et des priorités en
matière de sécurité, mais ce n’est pas à partir du programme de contrôle des aéronefs sur
le terrain qu’on peut l’établir. Ces 2 500 contrôles annuels sont importants, il faut les faire,
mais je les comparerais un peu au contrôle qu’un motard peut faire sur le bord de la route
quand il arrête votre voiture, vous demande votre permis de conduire, la carte grise et
regarde si vous avez la ceinture. Ce type de contrôle ne suffit pas à faire une politique de
sécurité routière. Ce n’est pas non plus à travers ces interventions que l’on pourra
conduire une vraie réflexion sur les accidents de la route. Dans le transport aérien, c’est
pareil. Notre réflexion se fonde beaucoup plus sur le dialogue permanent avec les autorités
étrangères et sur l’analyse systématique des incidents d’exploitation. Toutes les
compagnies françaises ont une obligation de rapport sur les incidents d’exploitation et
chaque pays doit mettre ce même système en place pour ses opérateurs et ses
constructeurs. Donc, il y a un retour d’expérience très important analysé en commun.
De cette analyse, il ressort qu’un accident est très rarement dû à une cause
unique, il y a de multiples causes. On a bâti au niveau mondial un double système : un
regard sur le passé pour en tirer les leçons et dire dans quels domaines des efforts sont
nécessaires et une réflexion sur ce qui, dans les évolutions du transport aérien mondial,
pourrait être accidentogène.
Il y a deux types d’accidents ou d’incidents particulièrement inquiétants
aujourd’hui, sur lesquels on travaille beaucoup. Le premier est ce que l’on appelle en
français le « vol contrôlé dans le terrain », (controlled flight into terrain), c’est-à-dire la
collision d’un avion avec le sol, alors qu’il n’y a pas de problème particulier. C’est
essentiellement une erreur de représentation matérielle : on croit se poser sur une piste,
alors qu’on se pose à côté ou bien on croit survoler un espace dégagé, alors qu’on est sur
une montagne. Les causes de cette collision avec le sol sont diverses, mais elles
proviennent essentiellement d’une erreur de représentation matérielle de l’équipage :
l’équipage ne sait pas exactement où il est et – dans bien des cas, parce qu’il est en vol
automatique – il ne sait pas ce que sont en train de faire les automatismes ou, en tout cas,
il en a une idée fausse. Il croit voir affiché un axe pour intercepter une balise et, en fait, ce
n’est pas l’axe qui est affiché. Je caricature, c’est souvent un peu plus complexe.
Il y a un très gros travail à faire dans ce domaine à la fois pour améliorer, par
la formation, les processus de représentation matérielle, les rapports entre automatismes et
— 32 —
pilotes – c’est un sujet en soi – et pour essayer de fabriquer des systèmes d’alarme
permettant, lorsque cette erreur intervient, de prévenir le pilote qu’il est en train de faire
une erreur ; que, par exemple, dans la direction où il se dirige, il n’y a pas de piste.
Le deuxième secteur dans lequel on travaille beaucoup, est l’incursion
involontaire sur les pistes liée à l’augmentation du trafic sur les aéroports. Le problème
s’est d’abord posé aux Etats-Unis et l’Europe a suivi avec un temps de retard. Le plus gros
accident du transport aérien de tous les temps a eu lieu à Ténériffe où deux Boeing 747 se
sont percutés au sol. Depuis, on a régulièrement, y compris en France, des problèmes de
quasi collision, voire de collision et on n’a pas encore trouvé toutes les solutions.
Ce sont les deux domaines dans lesquels on travaille le plus mais il y a
également les facteurs humains. On dit souvent que 70 ou 80 % des accidents sont dus à
une erreur humaine. En réalité, ils sont dus au fait qu’il y a toujours un pilote dans l’avion.
Il y a un certain nombre de systèmes automatiques et il y a une intelligence humaine à
côté qui permet d’éviter beaucoup d’accidents, mais celle-ci, dans certains cas, n’est pas
suffisante. Il faut améliorer notre compréhension des comportements humains, analyser
les causes des dysfonctionnements humains et comment en tenir compte dans le système
global d’aviation. Ces problèmes ne concernent pas seulement l’équipage navigant mais
également les personnels au sol, pour la maintenance, par exemple. C’est un gros
problème sur lequel on travaille à la fois à travers la formation mais aussi – et c’est plus
difficile – à travers l’éducation du comportement.
M. le Rapporteur : Disposez-vous de chiffres accessibles, de statistiques permettant de
nous informer plus avant ?
M. Maxime COFFIN : Je pourrai vous en fournir.
Mme la Présidente : En particulier sur les résultats des contrôles effectués sur les low
costs et les charters qui nous intéressent particulièrement.
Vos propos sur le nombre d’accidents produits par l’évaluation du rapport au
sol m’interpellent car j’ai lu dans les documents fournis par la mission que la somnolence,
pour ne pas dire le sommeil, des pilotes était fréquente. Quand il n’y en a qu’un, la
question se pose moins, mais quand ils dorment tous les deux, comme cela est arrivé, c’est
très inquiétant.
M. Jean-Pierre BLAZY : M. le directeur, merci d’abord pour la clarté de votre exposé
liminaire. On est toujours d’accord pour dire, après une catastrophe, que le transport
aérien est statistiquement le plus sûr, notamment en comparaison avec le transport routier.
Mais il n’en est pas moins vrai que, vis-à-vis de l’opinion publique, cette question est
d’une sensibilité de plus en plus forte, d’autant que l’on prédit un crash hebdomadaire
dans le monde d’ici quelques années, simplement en raison de l’augmentation du trafic.
Force est de constater la grande opacité existant dans ce domaine. Je l’ai déjà constaté
pour les problèmes environnementaux pour lesquels on a un peu progressé, mais pour la
sécurité, ce n’est pas encore le cas.
Le fait que les audits des Etats ne soient pas rendus publics parce qu’on craint
que certains états n’acceptent plus ces audits, m’amène à vous poser une question. Si la
mission recommandait que les audits soient rendus publics pour la France, accepterait-on
spontanément de rendre notre audit public ? C’est une question de transparence et nous
devrons faire des propositions sur ce point.
— 33 —
Par ailleurs, vous avez indiqué que ce n’est pas uniquement avec le
programme SAFA que l’on peut assurer la sécurité aérienne et vous avez parlé des
« grandes visites ». J’aimerais que vous nous en disiez un peu plus. Toujours au sujet du
programme SAFA, j’observe dans le rapport 2002 que, sur un total de 3 234 inspections et
3 064 constatations, 12 aéronefs seulement ont été immobilisés au sol. Cela mérite
quelques explications.
S’agissant de la catastrophe de Charm el-Cheikh, on a avancé l’hypothèse que
l’accident serait dû à un « braquage intempestif de la gouverne de direction sous l’effet
d’une anomalie probablement hydraulique du système d’amortisseurs de lacet ». Ce n’est
pas avec l’inspection SAFA que l’on aurait pu déceler ce problème et il faut procéder à
des inspections plus approfondies. Or, s’agissant du Boeing 737, il y a déjà eu deux
crashs, l’un en 1991 et l’autre en 1994, qui pourraient avoir eu la même cause. La
question se pose alors de savoir quelles leçons sont tirées des catastrophes antérieures
mettant en cause des appareils identiques. Fort heureusement, il n’y a parfois que des
incidents, mais ceux-ci devraient être mieux répertoriés, parce qu’ils peuvent être utiles à
la prévention des accidents.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : M. le directeur général, merci des informations très
claires que vous nous apportez. Une réflexion peut-être avant de vous interroger. Si le
transport aérien est statistiquement le plus sûr, il faut également savoir quelle est la
perception qu’ont les utilisateurs de leur sécurité, en particulier dans le domaine du
tourisme. C’est le problème de la transparence.
Ma première question porte sur l’OACI. Vous avez très bien expliqué que le
problème était international et qu’il fallait donc des normes internationales sur lesquelles
fonder la confiance réciproque. Mais vous nous avez inquiétés en disant qu’un certain
nombre de pays ne respectaient pas ces normes avec des compagnies se promenant un peu
partout dans le monde. Quelle est la sanction de ces comportements, même s’ils ne sont
pas rendus publics ? La communauté internationale a sans doute pris des mesures pour
corriger cette situation ?
Ma deuxième question porte sur les normes de sécurité. On nous a dit qu’elles
étaient bonnes ou assez sérieusement élaborées sur les matériels, bien que l’objectif de
100 % de sécurité ne soit pas atteint. Mais il y a le problème de la sécurité liée aux
conditions de travail. Sans faire de l’harmonisation – et nous avons entendu les pilotes de
ligne d’Air France, qui tirent vers le haut les normes de sécurité – on pourrait imaginer
faire respecter des normes minima dans le monde entier. On pourrait, par exemple, faire
souffler tous les pilotes du monde dans des ballons avant de monter dans un avion. On
pourrait aussi élaborer des règles sur le temps de travail car on a bien compris qu’il y avait
le problème de l’assoupissement des pilotes. Effectivement, le temps de travail, la
formation nous paraissent fondamentalement importants. Quel est votre sentiment sur la
possibilité d’harmoniser au niveau mondial un socle de règles de sécurité en matière de
conditions de travail ? Je suis de ceux qui pensent que le problème de la sécurité est bien
moins lié aux différences entre les charters et les compagnies majeures, qu’aux
différences entre les pays. C’est le problème de l’Afrique, le problème de la Casamance,
des ex-pays d’URSS, par exemple.
Ma dernière question porte sur la fiabilité du label et cela est lié au problème
de la transparence. Jusqu’à présent le label était donné par l’OACI à des pays et non à des
compagnies, dont la durée de vie est variable. Or, donner un label est une énorme
responsabilité et pose le problème du contrôle du label. Avez-vous une opinion sur la
pertinence du système ?
M. Michel HERBILLON : Je ne reviens pas sur un certain nombre de questions déjà
posées et que je partage. Je voudrais vous interroger sur deux points.
— 34 —
Vous avez très justement dit que, lorsqu’il y a des accidents, il y a
généralement une multiplicité de causes et quasiment toujours des facteurs humains.
Avez-vous connaissance d’une typologie de ces facteurs humains ? Y a-t-il des facteurs
récurrents ou des facteurs nouveaux liés à la technologie et à l’augmentation du trafic ? Et
quel est votre sentiment sur les programmes de formation notamment, la formation à la
gestion de crise et de stress.
Par ailleurs, vous avez dit que vous essayez d’anticiper les conséquences des
évolutions technologiques. Quelles sont les principales évolutions technologiques qui
vous paraissent poser le plus de problème en termes de sécurité aérienne et quels sont les
éléments correctifs qui vous paraissent devoir être mis en place ?
M. Michel WACHENHEIM : Concernant la question de M. Blazy sur la transparence
des audits de l’OACI, je répondrai très nettement que la France est favorable à la
transparence. Tous les pays développés n’ont a priori pas de raison d’y être opposés car,
en général, ils sont plutôt dans le haut de la fourchette. S’agissant de la DGAC, nous
avons même mis sur notre site Internet le résultat de l’audit France. En revanche, l’OACI
est un ensemble de pays disposant chacun d’une voix, quelle que soit son importance.
Pour faire adopter une mesure ce type, il faudrait donc emporter l’adhésion d’un certain
nombre de pays moins développés… A l’évidence, il faut aller dans ce sens et la France
est d’ailleurs à l’origine du programme d’audit de l’OACI. Les Etats-Unis avaient
entrepris de faire leurs propres audits dans les pays étrangers sur la base desquels ils
avaient établi une liste noire des pays interdits, c’est-à-dire des pays qu’ils n’autorisaient
pas et dont les compagnies aériennes n’étaient plus acceptées aux Etats-Unis. Plutôt que
cette approche purement nationale, nous avons préféré susciter une approche
internationale, au niveau de l’OACI. Par conséquent, on militera pour la transparence dans
ce domaine. Mais il ne faut pas se faire d’illusion sur la possibilité à court terme d’obtenir
une complète transparence.
Concernant le rapport SAFA de l’année 2002 qui n’a abouti qu’à
l’immobilisation de 12 aéronefs, cela signifie que ces 12 aéronefs n’avaient pas corrigé les
défauts constatés. Un certain nombre d’avions présentent des défauts mais ceux-ci sont
immédiatement corrigés, donc, ils peuvent repartir. D’autres ne peuvent pas le faire et,
dans ce cas, ils ne repartent pas. Cela signifie aussi que, fort heureusement, la grande
majorité des avions sont en bon état.
Un mot sur les causes de l’accident de Charm el-Cheikh. Celui-ci donne lieu à
une enquête technique et à une procédure judiciaire. A ma connaissance, si je ne me
trompe pas, aucun élément d’information ne permet actuellement de dire qu’il s’agit d’un
problème de braquage intempestif de la gouverne de direction. Cette hypothèse a été mise
en avant par certaines personnes car, dans le passé, comme vous le disiez, il y a eu des
cas. Le bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’Aviation civile qui
suit cette affaire avec les Egyptiens essaie d’être complètement objectif sur le déroulement
de l’enquête. Il n’a pas exclu cette hypothèse, mais il a dit que rien ne permettait
aujourd’hui de dire que c’était cette cause.
Comment réagit-on et quelle mesure prend-on lorsque l’on a analysé et
identifié la cause d’un accident ou d’un incident quel qu’il soit ? On peut aller jusqu’à
l’édition de consignes de navigabilité, c’est-à-dire de modifications dans l’utilisation des
avions. Il arrive même après un accident que tous les avions d’un type donné aient à subir
une modification.
Quant aux pays qui ne respectent pas les normes de l’OACI, on interdit leurs
compagnies aériennes si l’on a des doutes sur leur sécurité. Ainsi, la France – c’est une
décision lourde – a interdit une compagnie nord-coréenne et une compagnie comorienne.
— 35 —
Très récemment, nous avons aussi interdit une compagnie française d’hélicoptères. Cela
veut dire que l’entreprise a dû s’arrêter.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Elle est interdite dans le monde entier ?
M. Michel WACHENHEIM : Non, chez nous.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Donc, ces compagnies peuvent voler ailleurs !
M. Michel WACHENHEIM : C’est bien le problème.
Mme la Présidente : Notre souci, c’est la sécurité d’une manière générale.
M. Michel HERBILLON : Prenons l’exemple de cette compagnie comorienne que vous
avez interdite en France. Si je comprends bien, elle peut voler au-dessus des autres pays,
décoller ou atterrir d’autres aéroports dans le monde entier, à l’exception de la France ?
M. Michel WACHENHEIM : Cela se passe effectivement ainsi.
M. Michel HERBILLON : Cela veut dire que des compatriotes français peuvent aller
prendre cette compagnie comorienne sur un aéroport à Bruxelles ?
M. Michel WACHENHEIM : Oui. Et il y a pire. Quand un tour opérateur vend un billet
d’avion pour Cuba comprenant un tronçon de vol intérieur à Cuba avec une compagnie
cubaine, comment voulez-vous que l’on interdise la compagnie cubaine ? Cela dépend des
autorités cubaines. C’est bien là le problème.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : On peut faire une liste noire comme le font les
Américains ?
M. Michel HERBILLON : On peut imposer qu’une information soit donnée aux
passagers lorsqu’ils prennent le billet.
M. Michel WACHENHEIM : C’est le progrès vers lequel nous souhaitons aller. Il s’agit
de rassembler toutes les informations concernant les compagnies aériennes susceptibles
d’être utilisées par les tours-opérateurs avec lesquels voyagent des passagers français pour
que ceux-ci soient informés du sérieux de la compagnie aérienne et puissent décider, si tel
n’est pas le cas, d’en prendre une autre. Jusqu’ici cela fonctionne dans un cadre purement
bilatéral.
M. Maxime COFFIN : Je reviens aux audits de l’OACI. Quand elle fait l’audit d’un pays
et produit le rapport sommaire, elle ne peut pas directement sanctionner le pays. Si des
sanctions sont prises, elles ne peuvent l’être que par les Etats eux-mêmes. Cela résulte de
l’article 1er de la convention de Chicago qui rappelle le principe de souveraineté des Etats
sur leur espace aérien. L’OACI ne peut pas intervenir sur le droit des états d’accepter ou
de refuser des vols. C’est sur cette base que fonctionne l’OACI depuis 50 ans. Mais les
lois pourraient évoluer avec la mise en place d’un système d’audits depuis sept ou
huit ans. On va se poser la question de savoir s’il ne faut pas donner à l’organisation
internationale le pouvoir de dire officiellement que tel Etat n’est plus aux normes.
Cela dit, lorsque l’OACI constate des déficiences à la suite d’un audit, elle
peut d’ores et déjà obliger l’Etat dans lequel les déficiences sont constatées à produire une
— 36 —
proposition de plan d’action corrective et vérifier par des audits de suivi l’application de
ces plans de correction. Si un plan de correction n’est pas mis en œuvre, l’OACI peut
saisir son conseil pour débattre du cas particulier de l’Etat en cause. On n’en est pas
encore à cette phase car les programmes d’audit n’ont commencé que récemment. Les
plans d’amélioration et de correction sont en cours. Mais de toutes façons, au niveau de
l’OACI, c’est-à-dire au niveau international, le système fait que la responsabilité finale
revient à chaque Etat.
En Europe, le programme SAFA dont on a parlé doit être conforté par des
mesures de la communauté européenne. On n’a pas la possibilité d’agir au niveau
mondial, mais on peut essayer d’agir au niveau européen : si un pays d’Europe prend la
décision d’interdire une compagnie, on prévoit des mécanismes qui permettront à la
Commission de réunir un comité d’Etats pour décider si l’on prend la même mesure à
l’échelon européen.
M. Maxime COFFIN : S’agissant des « grandes visites », d’une façon générale, le
constructeur d’un avion doit fournir, parmi les programmes de démonstration nécessaires
à l’obtention des certificats de l’appareil, un programme d’entretien de l’appareil. Cela
signifie qu’il définit toutes les opérations récurrentes : fréquence du changement du fluide
hydraulique, des plaquettes de frein, etc. Il identifie aussi toutes les pièces « critiques »
dont les durées sont limitées en terme de résistance aux efforts statiques, et qui doivent
être changées toutes les 1 000, 2 000, 5 000 heures de vol. A partir du programme
d’entretien établi par le constructeur, on demande à chaque compagnie de bâtir son propre
programme d’entretien qui tiendra compte des spécificités de la compagnie : selon qu’il
s’agira de vols courts et répétitifs ou de vols plus longs et moins fréquents, on n’aura pas
forcément exactement les mêmes fréquences d’usure et les mêmes centres d’intérêt. La
compagnie bâtit son programme d’entretien et doit le faire approuver par son autorité. Ce
programme d’entretien porte sur des opérations quotidiennes, sur des opérations
hebdomadaires, mensuelles ou annuelles. La « grande visite » intervient tous les quatre ou
cinq ans. Autrefois, elle consistait pratiquement à démonter complètement l’avion et à le
remonter en changeant toutes les pièces qui avaient besoin de l’être. Cette méthode a
évolué car, de plus en plus, les compagnies essayent de proposer des programmes
d’entretien plus continus. Tous les quatre, cinq ans, il reste pourtant cette opération très
lourde, même si elle n’est plus aussi extensive que par le passé car les problèmes sont vus
progressivement au cours de l’application continue du programme d’entretien.
Pour tout ce qui relève du transport public, l’entretien doit être effectué dans
un atelier agréé, c’est-à-dire un atelier dont on a vérifié qu’il avait des personnels formés
et compétents, des procédures de travail permettant du contrôle interne et un accès à toute
la documentation et à l’outillage nécessaires à l’entretien de tel ou tel appareil. Dans les
opérations d’entretien en un atelier agréé, il doit toujours y avoir celui qui fait l’opération
et celui – différent –qui la contrôle et signe le papier certifiant que l’opération d’entretien
a été effectuée conformément au programme d’entretien de l’appareil. Il appartient à
chaque autorité de prononcer l’agrément des ateliers utilisés par les compagnies dont elle
est responsable. La DGAC française agrée les ateliers qui interviennent sur les avions
d’Air France ou de Britair par exemple, mais c’est l’autorité égyptienne qui est
responsable de l’agrément des ateliers utilisés par Flash Airlines.
Sur l’harmonisation des normes applicables au personnel navigant, il existe
un fonds de normes communes. Tous les pilotes du monde entier doivent, selon les
normes OACI, suivre une formation théorique avec identification des matières, puis une
formation pratique. Ils doivent aussi subir des contrôles initiaux pour obtenir la licence et
répondre à des obligations d’expérience avant délivrance de la licence. L’OACI y ajoute
des obligations de contrôle continu. Chaque pays bâtit son propre système sur cette base.
Le système français prévoit une formation initiale très solide : à temps plein,
c’est une bonne année de niveau classe préparatoire pour l'apprentissage des matières
— 37 —
théoriques, une bonne année de formation au pilotage de base, à laquelle s’ajoutent
1 500 heures d’expérience sur avion, avant de pouvoir devenir pilote de ligne. Ensuite, il y
a quatre contrôles par an, deux contrôles au simulateur et deux contrôles sur avion.
Le système n’est pas exactement le même dans tous les pays du monde mais
il y a cette même base de formation théorique, formation pratique, expérience et contrôle
continu. On peut aller plus loin dans certains domaines comme le temps de travail qui
pose un vrai problème d’harmonisation. Cela a été beaucoup discuté au niveau européen,
la difficulté évidente étant que c’est à la fois un problème de sécurité très important et
aussi un problème économique et social.
Juste un exemple. Quand on cherche à fixer une limite en temps de vol audelà de laquelle il n’est pas raisonnable de voler, les conséquences économiques sont
importantes. Si l’on met la limite à 10 heures et demie, on peut faire
Londres/Los Angeles, mais pas Paris/Los Angeles. Si on la met à 11 heures, on fait à la
fois Paris/Los Angeles et Londres/Los Angeles. La conséquence économique est énorme
et immédiate pour Air France et British Airways. Donc, le choix du seuil est très difficile.
En Europe, on y travaille depuis 1989. Les premiers projets datent de 1989 et on n’a pas
encore débouché.
C’est un sujet qui est également discuté au niveau de l’OACI. Celle-ci n’est
d’ailleurs pas totalement silencieuse sur ce point. Elle dit que chaque pays devra
déterminer un temps de travail et un temps de service limite pour les pilotes, mais elle ne
donne pas de chiffre.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Vous contrôlez les pilotes français, mais vous ne
contrôlez pas les pilotes étrangers en France. Or, on nous a parlé de pilotes russes qui
posent problème, notamment à Marseille.
M. Maxime COFFIN : On contrôle tous les pilotes qui volent pour les compagnies
françaises. Ce ne sont pas exclusivement des pilotes français. On contrôle également les
pilotes des compagnies qui veulent être affrétées par une compagnie française. Par contre,
pour les autres pilotes qui viennent « au titre » de leur pays avec leur compagnie, c’est le
système OACI qui s’applique, c’est-à-dire qu’il est de la responsabilité de leur Etat
d’origine de les contrôler. Cela fait partie des audits de l’OACI. Ceux-ci portent sur les
systèmes nationaux de contrôle des pilotes.
Mme la Présidente : Comment « faire le ménage » lorsque qu’un tour opérateur fait
appel à une compagnie. Il y a des compagnies dont on souhaiterait ne pas voir apparaître
le nom sur nos billets d’avion pour des raisons que je qualifierais de morales. C’est le
problème du label. Comment allez-vous faire de façon pratique ?
M. Michel WACHENHEIM : Le label est une notion qui n’est pas encore très bien
définie puisqu’un groupe de travail vient d’être installé par le ministre. Il ne sera pas
forcément délivré par la DGAC. Il faut éviter d’engendrer des confusions qui conduiraient
à penser que les compagnies seraient certifiées plusieurs fois, une fois par leur Etat
d’origine et après par les autres Etats. Si tous les pays mettent un label en place, il y aura
autant de labels que de pays traversés par les compagnies aériennes. On est en train de
réfléchir à cette question. Le label devrait aussi prendre en considération la politique de la
compagnie en matière de qualité ; qualité en sécurité, bien sûr, mais peut-être aussi
d’autres aspects qualitatifs. On voit bien, d’après les différentes réactions après l’accident
de Charm el-Cheikh, que les clients font un amalgame – et peut-être à juste titre
d’ailleurs – entre la qualité du service, la propreté de l’avion, c’est-à-dire tout ce qu’ils
voient, et les questions de sécurité qu’ils ne peuvent pas voir. Il y a là une vraie difficulté.
— 38 —
En tout état de cause, ces labels seraient délivrés aux compagnies aériennes et
non pas aux pays. L’orientation serait de faire auditer les compagnies par des organismes
agréés mais indépendants, de type Véritas. D’ailleurs des organismes nous contactent déjà
pour se porter candidats. La réflexion se poursuivra dans les semaines à venir.
M. Maxime COFFIN : Il serait important, quelles que soient les conclusions sur ce label,
que l’on arrive à intégrer l’autorité d’origine du pays dans le processus. Des actions à
court terme doivent certainement être prises mais, à moyen et long termes, on ne
développera pas la sécurité du transport aérien mondial si chaque autorité locale ne fait
pas son travail chez elle. 20 000 avions de transport volent dans le monde, nous ne
pouvons pas tous les contrôler nous-mêmes. C’est pour cette raison qu’il faut impliquer
les Etats. Ceux-ci doivent accompagner le mouvement car à long terme c’est la clé d’une
vraie sécurisation du transport aérien au niveau mondial.
Mme la Présidente : Je ne voudrais pas que vous partiez sans que j’aie posé une dernière
question et qui porte sur un problème de confiance.
Vous avez beaucoup parlé de transparence. Nous sommes députés, vous
représentez DGAC. Les députés, entre autres personnes, auront-ils un jour connaissance
des causes exactes de la tragédie de Charm el-Cheikh, puisque l’enquête appartient à un
autre pays, même si notre BEA accompagne cette enquête ? Vous dites que vous faites
confiance au contrôle égyptien, parce que le pays contrôle ses propres compagnies
aériennes, mais sur quelle transparence pouvons-nous compter ?
Par ailleurs, le gouvernement prépare un plan d’urgence pour restaurer la
compétitivité du pavillon français qui prévoit d’alléger les charges pesant sur les
entreprises en matière sociale. Après tout ce qui a été dit, je suis un petit peu inquiète.
Pouvez-vous nous préciser de quelles mesures il s’agit et ne pouvons-nous pas craindre
qu’elles aient une incidence sur la sécurité des transports aériens ?
M. Michel WACHENHEIM : Sur les causes exactes de l’accident, la loi donne
explicitement au BEA la tâche de communiquer et le BEA l’a fait complètement. Il n’y a
pas de différence entre ce qui m’a été dit directement par le chef du BEA et ce qu’il a dit
devant la presse récemment. Je crois pouvoir dire que les informations qui seront en notre
possession seront à la disposition des parlementaires.
Mme la Présidente : L’Egypte donnera-t-elle ces informations quand on connaît les
enjeux ? C’est toute la question.
M. Michel WACHENHEIM : En ma qualité de DGAC, je ne peux guère vous donner
d’assurance sur ce sujet. Je suis DGAC de France.
M. Maxime COFFIN : L’Egypte devra faire le rapport et le remettre à l’OACI. Nous
avons accès à ce rapport et nous avons le droit de le commenter et de l’annoter auprès de
l’OACI si l’on estime qu’il ne reflète pas tous les éléments auxquels on a pu avoir accès
pendant l’enquête. Ce sera également vrai pour nos homologues américains puisque,
l’avion étant américain, ils sont également associés à l’enquête. Mais ce n’est pas une
garantie absolue.
Sur l’accident de Concorde, il y a eu le rapport du BEA français et les Anglais
ont rajouté une page de commentaires.
M. Michel HERBILLON : Le rapport sera-t-il publié ? Aujourd’hui, rien n’indique avec
certitude qu’il le sera.
— 39 —
M. Maxime COFFIN : Le rapport sera connu de l’OACI.
Mme la Présidente : Les observations du BEA seront communiquées. Mais l’Egypte
donnera-t-elle toutes les explications en direction de la France via le BEA ?
M. Michel WACHENHEIM : A ce jour, je vous donne les faits objectifs qui me sont
rapportés par le directeur du BEA. La coopération avec les égyptiens est très bonne. On
n’a pas le sentiment que des informations nous sont cachées. On possède les doubles des
deux enregistrements des « boîtes noires », donc, à la fois les voix et les paramètres de
vol. On a aussi la possibilité de les analyser directement dans nos installations. A l’heure
actuelle, on n’a pas de suspicion sur ce point, mais je ne peux pas parler pour les autorités
égyptiennes.
S’agissant du plan d’urgence, je pense que vous faites référence à un article
de presse qui a été plus loin que ce qui avait pu être dit. En revanche, il est bien exact que
le ministère des transports a demandé à la DGAC d’examiner, avec les compagnies
aériennes, – les pilotes voudraient également être associés à cette réflexion – de faire un
bilan des charges pesant sur les compagnies aériennes, charges sociales, redevances,
taxes, etc., et d’examiner les possibilités de les alléger. Mais il ne s’agit pas d’alléger les
charges de maintenance. Il s’agit de voir si, par exemple, dans le différentiel entre les
charges sociales françaises et les charges sociales au Royaume-Uni il y a des voies
possibles spécifiques pour le personnel navigant. On examine des sujets aussi précis que
la prise en charge des frais professionnels des personnels navigants. On cherche à savoir
s’il est possible d’améliorer la situation concurrentielle de nos compagnies aériennes dans
ce domaine. Concernant les taxes et redevances qui rémunèrent les services d’Etat fournis
à la fois au niveau du contrôle aérien et des aéroports, on examine si nous sommes plus
chers ou moins chers que les autres pays européens et si l’on peut améliorer notre
performance en matière de tarification du contrôle aérien ou des aéroports. Les taxes sont
d’ailleurs votées par le Parlement !
Mme la Présidente : Ne prenez que votre part de responsabilité, nous prenons la nôtre.
M. Michel WACHENHEIM : Le ministre souhaite disposer d’une vision comparative de
la position de nos transporteurs par rapport à leurs concurrents européens. Appeler cela
« un plan d’urgence », c’était un vocabulaire un peu excessif.
Mme la Présidente : Un peu journalistique !
Messieurs, je vous remercie. Nous nous réservons, comme nous le ferons
pour les autres intervenants, la possibilité de refaire appel à vous.
Je vous rappelle que j’ai demandé un bilan des contrôles effectués sur les low
costs et les charters pour savoir s’ils sont soumis exactement aux mêmes contraintes et
aux mêmes règles que les grandes compagnies. Si nous avons d’autres questions, nous
vous les communiquerons et vous avez peut-être des documents complémentaires à nous
transmettre.
M. Michel WACHENHEIM : Nous sommes complètement à votre disposition pour vous
fournir de l’information car nous en avons beaucoup.
— 41 —
Audition de M. Gilles MEYNARD,
Air Partner
(Extrait du procès-verbal de la séance du 25 février 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Nous auditionnons M. Gilles Meynard qui va nous faire un exposé
liminaire avant que nous l’interrogions.
M. Gilles MEYNARD : Mesdames et Messieurs, je vous remercie de me recevoir.
J’exerce les fonctions de directeur général d'Air Partner, un courtier aérien dont la
fonction est d'affréter des appareils pour le compte de ses clients.
Air Partner est une SARL, filiale d'un grand groupe britannique, Air
Partner Limited, qui a 40 ans d'existence. Notre bureau de Paris a 10 ans et compte une
trentaine de salariés. Nous avons des bureaux en province : celui d’Angers couvre les
demandes de nos clients dans l'Ouest de la France sur une ligne allant du Havre jusqu'à
Perpignan ; celui de Lyon couvre les besoins de nos clients dans le Sud-est de la France,
dans le triangle Lyon, Nice, Marseille. Le siège social de Paris couvre les besoins de nos
clients à Paris et de ceux qui se trouvent dans le Nord-est de la France. Enfin, notre bureau
de l’aéroport Charles de Gaulle s'occupe des affrètements d'avions cargos (marchandises).
Air Partner réalise un chiffre d'affaires de 32 millions d’euros par an, ce qui est moins
important que Fram et à peu près pareil qu’un tour-opérateur spécialisé sur une
destination, comme Havanatour sur Cuba.
La profession de courtier permet à ses clients – dans 80 % des cas des
agences de voyage – d'obtenir un avion dans sa totalité afin de desservir les points qui
l'intéressent. En comparaison, un tour-opérateur fait de la production en construisant un
voyage à forfait (package) : il affrète des appareils, loue des chambres d'hôte et propose
un séjour à ses clients. Dans la profession, le courtier répond aux mêmes règles et aux
mêmes besoins qu'un tour-opérateur quand il s'agit d'affréter les appareils mais son
activité est beaucoup plus vaste.
La moitié des 600 vols que nous affrétons en France sont des vols ponctuels
pour les voyages collectifs du personnel de grands groupes industriels, français ou anglosaxons. Parmi ceux-ci se trouvent tous les laboratoires pharmaceutiques qui, chaque
année, doivent motiver leurs visiteurs médicaux en présentant les nouveaux produits,
comme Pfizer ou Astrazeneca. Les équipementiers automobiles ou les sociétés
automobiles comme Peugeot, Renault ou Valeo ont eux aussi besoin de présenter les
produits en France ou en Europe et, pour cela, doivent affréter des appareils. Le nombre
de passagers qu’ils ont à transporter sur un même lieu, au même moment est trop
important pour utiliser des vols réguliers.
Il s’agit d’un métier assez difficile où les sommes en jeu sont très
importantes, la valeur moyenne de nos achats étant de 40 000 euros. Les agences de
voyage spécialisées dans l'organisation de ces événements préfèrent passer par un
intermédiaire qui se rémunère sur le prix d'achat obtenu avec le fournisseur (compagnie
aérienne) et le prix de vente à son client. Ainsi, sur ces 600 vols, la moitié de notre chiffre
d'affaires concerne des vols ponctuels pour l’organisation de séminaires, de congrès et de
ce que l’on appelle les voyages de stimulation (incentive).
— 42 —
L’autre moitié du chiffre d'affaires est ventilée entre le transport de supporters
ou de joueurs des équipes de football ou du Tournoi des six Nations, avec des voyages
récurrents à l’étranger. Ces déplacements à motivation sportive représentent un volume de
chiffre d'affaires insensible à l'activité économique, contrairement au premier groupe.
L'activité sportive représente environ 15 % de notre activité.
Nous avons aussi l'armée française pour client. Elle dispose de deux
Airbus A 310 mais demande aussi à des courtiers de lui trouver des solutions de
substitution afin de pouvoir transporter ses troupes. Les différentes administrations font
également appel à nous. Le ministère des affaires étrangères nous a ainsi demandé
d’envoyer rapidement des équipes de secours et un hôpital de campagne à Bam lors du
dernier tremblement de terre en Iran. Air Partner a remporté l’appel d'offre.
On trouvera enfin, dans les 15 % restants, les tour-opérateurs, ceux-là même
qui peuvent également travailler en direct avec les transporteurs. Ils font appel à Air
Partner quand leur plan de transport n'a pas pu être exécuté. Nous nous sommes fait une
bonne réputation auprès d’eux, qu’ils soient généralistes ou limités à une ou deux
destinations. Nous avons ainsi lancé des séries de vols avec des tour-opérateurs comme
Marsans pour des courts courriers vers la Croatie, qui était une destination à la mode l’an
dernier. Nous avons aussi des demandes émanant de tour-opérateurs spécialisés sur les
croisières. Les vols à effectuer pour acheminer les passagers concernent souvent des
séjours de 10 jours au lieu de 8 jours, ce qui est plus difficile à monter car ce n'est jamais
le même jour d'opération pendant une période déterminée.
Je suis le directeur général d’Air Partner depuis 4 ans. Je viens du transport
aérien et j’ai travaillé essentiellement pour des compagnies françaises dont celles de
troisième niveau – les compagnies régionales. J'ai commencé à l'aéroport de Rouen pour
une compagnie appelée Air Vendée qui est devenue Régional Airlines, filiale du groupe
Air France. J'ai également travaillé pour TAT sur les lignes régionales basées à Tours,
puis à AOM où j’étais responsable des long-courriers. Toutes ces sociétés ont disparu et
ont été rachetées à cause de la concentration du trafic aérien en France. Avant d’entrer
chez Air Partner, j'ai pris la direction d'une société régulière américaine, Tower Air,
spécialisée dans le transport de la communauté juive entre Tel Aviv, Paris et New York,
mais qui a fait faillite depuis.
S’agissant de la terminologie, un vol régulier est un vol qui opère d'une façon
régulière, un vol non régulier (non-scheduled en anglais) est le contraire.
Le vol régulier est déposé tous les six mois lors des conférences IATA
(International air transport association) par les compagnies aériennes régulières. Cet
enregistrement sert à déposer les demandes de droits de trafic auprès des gouvernements
et les créneaux d’envol (slots) pour les aéroports. Le vol régulier sera ensuite
commercialisé et distribué par des agences de voyage. Cette distribution s’effectue par des
systèmes de réservation (« CRS » en anglais), le plus connu étant Amadeus, qui indiquent
la totalité des vols réguliers, vendables en « vols secs » par les agences de voyage, partout
dans le monde. Certaines compagnies à bas coût (low cost) ne sont pas distribuées par
Amadeus (agences de voyage) mais par internet ; elles n’en constituent pas moins des
compagnies régulières.
Les vols charter concernent le transport de touristes vers les destinations des
tour-opérateurs mais aussi les vols ponctuels que j’ai évoqués précédemment à caractère
sportif, militaire ou événementiel. Il s’agit aussi de tout ce qui n'est pas à vocation
touristique, événementielle ou sportive, c’est-à-dire le transport de passagers entre deux
points.
— 43 —
Il y a une dizaine de courtiers en France et Air Partner, spécialisée dans les
voyages de stimulation (incentive) et l'événementiel, est le numéro un avec un chiffre
d'affaires de 32 millions d’euros. Quatre ou cinq courtiers ont également une licence
d’agence de voyage leur permettant de vendre des voyages.
Le Syndicat national des agences de voyage (SNAV) a confirmé que le rôle
du courtier était aussi de vendre ces voyages et nous a recommandé d’avoir la licence.
Cette licence permet à nos clients directs d'avoir la garantie, en cas de dépôt de bilan, que
les sommes versées seront remboursées. Auprès des clients directs, cette garantie, appelée
l’« Association professionnelle sécurité », permet de rembourser les sommes en jeu si
l'agence de voyage fait faillite. Elle ne permet pas, en cas de commercialisation auprès
d’une autre agence de voyage, de garantir les fonds, notamment si la compagnie aérienne
fait faillite.
Les courtiers cherchent à faire coïncider au plus près le cahier des charges des
clients avec l’offre du transporteur sur des critères de confort, de prix et de rapidité
d'exécution. Nous essayons de répondre à la demande et nous sélectionnons le meilleur
transporteur, en fonction de l'offre existant sur le marché qui est à la fois régional,
français, européen et mondial.
Par exemple pour l'armée française, qui a besoin de transporter près de
500 personnes avec leurs armes, il faut trouver un Boeing 747. L'offre est, dans ce cas,
mondiale car il n’existe que trois opérateurs de Boeing 747 dans le monde qui louent leurs
avions. Air France, Lufthansa et British Airways, par exemple, ne louent pas leurs
appareils par notre intermédiaire. Le marché est européen pour des besoins plus limités,
par exemple pour des transporteurs de 200 sièges qui n’existent pas en France
actuellement. Le marché est français, quand le client veut 150 sièges et il est régional
quand il veut affréter un appareil de 10 ou 15 places. Il existe des petits transporteurs
basés, par exemple, à Cholet ou à Mulhouse et l’on peut trouver une offre locale pour
chaque aéroport ou presque.
Nous sommes en compétition avec d'autres courtiers pour le meilleur rapport
qualité prix. Il est également possible que le client annonce un budget maximal qu'il ne
souhaite pas dépasser.
La recherche de transporteurs se déroule en deux temps. Elle fait d'abord
appel à l’expérience et aux contacts établis par les courtiers qui travaillent au siège. La
moitié des 30 courtiers français qui travaillent en France sont chez Air Partner. Ils
échangent leurs informations sur la bonne réputation d'un transporteur et, surtout, sur sa
solidité financière. En effet, le problème majeur, actuellement, à la suite d'une longue
série de défaillances des transporteurs français et aussi étrangers, est de savoir à qui nous
donnerons de l'argent pour affréter l'avion car la semaine suivante, il peut y avoir une
faillite, le dernier cas étant celui d’Air Littoral.
Ainsi, je me suis récemment rendu à Abidjan en urgence pour remplacer le
Boeing 747 d’un transporteur anglais qui, au dernier moment, a décidé de ne pas opérer le
vol, parce qu’il craignait que l'Etat français ne lui saisisse son avion au motif qu’il n’avait
pas payé certaines taxes depuis longtemps.
Nous ne pouvons pas prendre le risque d’affréter un appareil pour 220 000
euros et nous apercevoir ensuite que ceux-ci sont perdus car entre-temps la compagnie
aérienne a fait faillite, ses opérations ayant cessé du jour au lendemain. Cela est arrivé
également à des compagnies étrangères comme Swissair puisque, du jour au lendemain,
les avions de sa filiale Sabena se sont arrêtés de voler. Nous pouvons également
— 44 —
considérer qu'Air Littoral a arrêté du jour au lendemain ses activités, même s’il existait
des signes avant-coureurs. Notre rôle consiste donc à bien gérer l'argent de nos clients.
Nous nous intéressons aussi à la capacité de la compagnie aérienne à garantir
la sécurité des passagers. Si les courtiers français affrètent 600 avions par an, la nature
même de nos opérations fait que nous affrétons, en général, 80 % d'appareils européens,
au sens de l’Union européenne (2/3 de français et 1/3 d'étrangers), chiffre qui peut aller
jusqu’à 95 % pour la grande Europe, c’est-à-dire les pays du continent européen, y
compris la Turquie. Je reviendrai plus tard sur les anciens pays de la Confédération des
Etats indépendants pour lesquels nous n'affrétons pas d'appareils.
L'armée française, qui nous sollicite régulièrement, a envoyé l’été dernier des
troupes à Nouméa et à Papeete sur un Illiouchine. Nous avons perdu le contrat car nous
étions trop chers, et nous nous sommes aperçus que ce contrat avait été accordé à une
compagnie russe au mépris des accords qui régissent le transport aérien. Actuellement,
avant de savoir s’il s’agit d’un bon transporteur ou pas, nous sommes, en effet, obligés de
respecter le droit aérien qui, en matière de vol régulier comme de vol irrégulier, est
simple. A l'intérieur de l'Union européenne, et des pays associés comme la Norvège, la
Suisse et l’Islande, on fait voler un transporteur européen (U.E.) indépendamment de sa
nationalité. En dehors, y compris pour les nouveaux Etats membres qui adhéreront à partir
de mai 2004, nous devons avoir l'homologation du pays émetteur et cela dépend de la
bonne volonté et de la nature des échanges politiques existant entre le pays de destination
et le pays émetteur, en l'occurrence la France. Ainsi, le gouvernement polonais n’accepte
que des appareils polonais ou français pour assurer une liaison entre Paris et Varsovie.
En dehors de l'Europe, il existe des pays extrêmement fermés. En Afrique du
Nord, si un client veut effectuer un vol entre Paris et Tunis, on est obligé de prendre un
transporteur français ou tunisien. Mon message consiste à dire que, même si nous avons
quelques réticences à affréter un transporteur tiers – en dehors de l'Union européenne
quand il s’agit de l’Afrique du Nord ou de l’Egypte –, nous sommes obligés d’agir ainsi,
parce que le pays ne nous autorisera pas à utiliser un transporteur qui ne soit pas de son
pays ou du nôtre.
Prenons le cas de l’Egypte, ce qui nous amène à l’affaire de Flash Airlines.
Actuellement, ce pays est extrêmement protectionniste. Il a un besoin impérieux de faire
vivre l'industrie touristique ; nous avons observé les secousses provoquées par les
attentats, il y a cinq ou six ans et la façon dont ils ont essayé de « redémarrer la machine ».
Nous avons vu avec quel empressement les autorités égyptiennes ont invalidé l’option de
l’attentat à Charm el-Cheikh, dès les premières heures. Ils ont absolument besoin des
touristes et de faire vivre localement les compagnies aériennes qui transportent ces
touristes.
La situation est identique quand nous recevons des demandes ponctuelles de
vols pour des congrès et des séminaires. L’an dernier, le Paris-Dakar n’est pas parti de
Dakar mais de Charm el-Cheikh. Nous étions obligés, s'il n'y avait pas de disponibilité
française, de faire voler un appareil égyptien.
Notre difficulté – il s’agit de la même difficulté que celle que nous
rencontrons avec un tour-opérateur – est de pouvoir échapper à cette règle. En effet, le
gouvernement en question est mandaté pour défendre les intérêts de ses compagnies
aériennes. On peut alors trouver une astuce en faisant une escale intermédiaire. Par
exemple, si vous considérez que la compagnie aérienne que vous voulez affréter ne vous
donne pas tous les gages d’une garantie minimale, vous pouvez prendre l’appareil d’une
compagnie italienne et faire un arrêt en Italie. Vous expliquez alors au client qu’au lieu
d’effectuer un vol non-stop il lui faudra accomplir un Paris/Milan et un Milan/Charm elCheikh, ce que le client apprécie diversement. Dans la grande majorité des cas, nous
— 45 —
prenons donc le transporteur qui nous est offert ou qui nous est imposé, c’est-à-dire le
transporteur de la compagnie aérienne du pays tiers. Au-delà des règles de sécurité que
nous voulons voir appliquer aujourd'hui, nous devons donc tenir compte de cette situation.
Les compagnies régulières sont en général soumises au mêmes règles : Air France côté
français et la compagnie désignée par le pays desservi qui ne peuvent échapper à cette
règle.
La sécurité n’a rien à voir avec le vol affrété ou pas. En effet, la France
entretient des relations aériennes bilatérales régulières avec tous les pays du monde et
nous pouvons considérer que 150 destinations sont desservies en vols réguliers au départ
de Charles de Gaulle. Or, sur la base de la réciprocité des relations bilatérales entre la
France et les pays tiers, la France accueille en vols réguliers des compagnies aériennes
dont nous pourrions quelques fois nous demander si elles devraient être autorisées à
opérer en France.
En tant qu'intermédiaire, nous répondons aux besoins de nos clients en
cherchant à trouver la meilleure solution. Nous respectons les accords bilatéraux imposant
d’utiliser les appareils français ou ceux du pays récepteur mais nous cherchons une
solution de substitution quand nous pensons que cela n'est pas très sûr.
Nous avons des instructions internes très claires : pas de compagnie aérienne
de Russie. Nous n'avons jamais affrété de compagnie russe. Il s’agit d’un vrai problème
pour nous qui avons de nombreux séminaires ou voyages de motivation à SaintPétersbourg, comme les « Nuits Blanches » pour le tricentenaire de Saint-Pétersbourg. Si
nous n'avons pas d'appareils français à disposition, nous ne prenons pas le marché, car
nous estimons que les compagnies russes ont un taux d'accidents encore trop élevé.
M. le Rapporteur : Avez-vous d'autres instructions ?
M. Gilles MEYNARD : Il ne s’agit pas d’instruction, il s’agit de décisions qui nous sont
propres : nous n'affrétons pas de compagnies russes. Quand l'armée française a décidé de
recourir à une compagnie russe, parce ce qu’elle était moins cher, nous leur avons
demandé sur quelle base ils avaient pris leur décision et s’ils avaient pris les statistiques
en compte. Je ne comprends pas que l'Etat français ait fait abstraction des règles
concernant les droits de trafic sur un trajet Paris/Nouméa. En fait, l'avion allait à Nouméa
et à Papeete ; or, la situation est un peu plus compliquée pour cette dernière destination
car il s’agit d’un territoire où la compétence en matière de droit aérien n'est reconnue par
l'Etat français que pour les vols qui touchent l'étranger et ce territoire. Cela signifie que la
collectivité de Polynésie a une aviation civile et que son directeur est à même de pouvoir
donner son accord pour des vols qui viennent de l'étranger vers Papeete. Cependant, il n'a
pas le droit de donner son avis pour des vols entre la métropole et Papeete. L’armée
française a joué sur cet élément en disant que le droit français l’autorisait à affréter un
appareil tiers pour effectuer Paris/Papeete.
Mme la Présidente : Vous avez porté un jugement sur le choix du gouvernement français
qui m'interpelle. Quels sont les gages de garantie minimale quand vous utilisez des avions
turcs ou venant d'autres pays dont nous savons que les règles sont différentes de celles que
nous appliquons ? Quel est, pour vous, le plancher correspondant à la garantie minimale ?
M. Gilles MEYNARD : Les critères qui nous amènent à choisir un transporteur sont
internes, sachant que c’est notre réputation qui est en jeu. Nous avons une base de
données de 40 000 noms qui nous donne une bonne traçabilité concernant non seulement
les avions, mais aussi les dirigeants. En effet, ces derniers passent d'une société à une
autre et nous pouvons savoir s’ils ont bonne réputation.
— 46 —
Il existe également un site internet que je vous incite à consulter :
www.AirDisaster.Com. Il s’agit d’une base de données exceptionnelle recensant tous les
accidents aériens qui ont eu lieu dans le monde depuis 30 ans. Les assurances et les
commissions parlementaires peuvent ainsi s'appuyer sur ses éléments factuels. Ce site est
exhaustif et sert aux professionnels. Je le suis moi-même depuis 20 ans. Je ne confonds
pas les compagnies aériennes et j'ai une culture personnelle –à la fois celle d'un passionné
et d'un professionnel – qui me permet de dire que telle compagnie aérienne a commandé
des Airbus ou des Boeing 737 ou que telle autre s’est écrasée. Mais il est difficile
d'exprimer cela de façon factuelle. Au contraire, certains sont capables de retracer tous ces
accidents et c’est pourquoi je vous incite à consulter le site.
L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) fixe les normes
minimales d'entretien des avions et d'organisation du transport aérien. Ces règles doivent
être appliquées par chaque organisme de tutelle dans chaque pays. C'est actuellement – et
je pense qu’il s’agit d’une bonne chose – à chaque pays de s'assurer que les compagnies
enregistrées chez lui respectent les normes minimales d'entretien fixées par les
constructeurs. Si un Boeing 737 a un problème avec le gouvernail, Boeing envoie aux
compagnies aériennes une note pour dire qu’elles ont six mois pour faire les vérifications
et l’un des problèmes actuels et de contrôler ce que la compagnie aérienne fait ou ne fait
pas ensuite.
En toute objectivité, toutes les compagnies aériennes françaises, qu’elles
soient charters ou pas, se plient à ces obligations, puisque l’organisme de tutelle, la
DGAC, le leur impose, avec des contrôles surprises. Air Partner agit en tant que chef
d'escale pour une compagnie desservant Nairobi et Mombasa. Il s’agit d’une compagnie
africaine pour les touristes de Kuoni, Fram et autres voyagistes. Nous avons eu un
contrôle de l’aviation civile à l’aéroport de Charles de Gaulle, la semaine dernière.
Quand j'étais directeur de Tower Air, les contrôleurs de l’aviation civile sont
montés à plusieurs occasions, de façon inopinée à bord des avions. Heureusement que cet
organisme de tutelle existe. Si les transporteurs devaient effectuer eux-mêmes les
contrôles de leurs avions, on pourrait avoir des doutes sur les contrôles. Compte tenu des
enjeux commerciaux entre un tour-opérateur, un courtier et son fournisseur, il faut que la
neutralité, l’objectivité et l’aléa du contrôle soient indiscutables.
Mme la Présidente : En 1997, la réglementation française a autorisé les exploitants
d'avions d'affaires de moins de 19 passagers à utiliser une méthode dérogatoire pour
l'application des temps de service qui permet de faire 17 heures d’affilée au lieu de 10
heures. Utilisez-vous ce type de fonctionnement dit « Section 3 » qui est condamné pour
des raisons de sécurité par les pilotes eux-mêmes ?
M. Gilles MEYNARD : Moins de 5 % de notre chiffre d'affaires est réalisé sur les
appareils de moins de 19 places. Cela s’appelle Executive aircraft division (EAD) et
concerne plutôt les opérateurs, ceux qui ont les avions, notamment ceux installés au
Bourget, et qui vont directement vers la clientèle. Deux de mes courtiers seulement
travaillent sur les petits avions. La majorité de nos demandes concernent des
déplacements de province à province ou de Paris vers des destinations mal desservies en
vols réguliers. Ce à quoi vous faites allusion est un segment auquel je ne touche pas, mais
qui existe : celui de l'aviation d'affaires pour grands groupes. Ce sont, par exemple, des
Falcon 900, car tous les appareils ne peuvent pas effectuer 17 heures de vol. Il existe une
convention collective pour le personnel des compagnies aériennes et, visiblement, il y a
été dérogé par des négociations internes aux compagnies aériennes.
Nous n'avons jamais eu à affréter ce type d’appareil mais la question que vous
posez m’amène à vous en poser une autre : vous intéressez-vous à la réglementation
concernant les avions qui touchent la France, qui transportent les Français de ou vers la
— 47 —
France, ou bien vous intéressez-vous au transport des Français ? Dans la seconde
hypothèse, l’exemple que vous avez donné concerne une dérogation valable sur le
territoire français et une intervention de votre part n’empêcherait pas l’application d'autres
réglementations dans d'autres pays qui pourraient concerner des Français.
L'accident de Flash Airlines concerne un avion de 150 sièges, la taille type
des avions qu'affrètent les tour-opérateurs. Pour ma part, j'utilise peut-être 25 % des vols
affrétés sur des appareils de moins de 150 sièges. Quelle attitude avoir en matière de
sûreté pour des appareils de 20 sièges à 150 sièges ? Que faire quand un groupe français
part en excursion avec un tour-opérateur ou un courtier pour visiter la Route de la soie, et
qu’il n’y a pas d'autre solution que d'affréter un appareil du pays de destination, sur lequel
nous savons peu de choses ? Ces pays ont la volonté de se développer mais souvent
n’auront pas d’autre choix que de vous proposer de voyager sur un Antonov 26.
J’ai également un problème avec un groupe français qui part en
Afrique du Sud sur un vol régulier. On nous a demandé de trouver un transporteur pour
effectuer un vol domestique dans ce pays. J’ai envoyé une personne pour voir comment
cela se passait, mais celle-ci n’est pas ingénieur. Nous avons donc vendu à un groupe
français un vol domestique en Afrique du Sud.
Nous avons résolu le cas des appareils de 150 sièges et plus – qui est
récurrent car, dans tous les articles et tous les médias, on s’est focalisé sur ces avions –,
mais il faut aussi s’intéresser aux audits techniques sur les petits avions, non seulement
pour les vols qui partent de France ou qui en arrivent, mais aussi pour ceux qui volent en
Europe, voire même au-delà.
Je voudrais vous faire part d'une étude que j'ai menée sur la base des
accidents relevés par AirDisaster.Com. Mon problème consistait à répondre à la question
que vous m’aviez posée sur le risque comparé d'accident sur un vol charter et sur un vol
régulier. J'ai travaillé sur les cinq dernières années seulement car les compagnies
aériennes disparaissent vite. J’ai parcouru le site entre 1999 et 2003, juste avant l'accident
de Flash Airlines qui a eu lieu en janvier 2004, et j'ai trouvé que le nombre de victimes
était sensiblement le même, autour de 2 500 à 2 600 sur les vols réguliers comme sur les
vols charter.
Mme la Présidente : Nous ne possédons pas les mêmes chiffres en terme de pourcentage
d’accidents.
M. Gilles MEYNARD : Vous m'avez demandé s’il y avait plus de risques de mourir.
M. Michel HERBILLON : Vous répondez : « non ».
M. Gilles MEYNARD : Il y a dix fois plus de vols réguliers que de charters.
M. le Rapporteur : Il y a donc dix fois plus de morts sur les charters.
M. Gilles MEYNARD : Nous ne sommes pas d’accord. Si l’on ne s'intéresse qu'aux
chiffres et aux grandes lignes, en effet, vous avez raison. Comme nous trouvons le même
nombre de victimes en vols réguliers et charters, cela signifie que vous avez 10 ou 15 fois
plus de probabilités de mourir sur les vols charter, puisqu’il y a 15 fois plus de passagers
sur les vols réguliers.
— 48 —
Le problème dans les vols non réguliers – et je vous invite à regarder la liste
que je vous donnerai – réside dans le fait que l’on y met tous les types de transport, y
compris ce qui ne concerne pas les vols auxquels nous nous intéressons. Ces statistiques
comprennent aussi les transports de troupes militaires qui croisent un missile ou une
tempête… Je défends ma profession et je pense que vous avez peu de chances de voyager
un jour à bord de l’Antonov du Soudan, en proie à des guerres civiles. Il existe des
problèmes récurrents à l'intérieur des pays de la CIS, en Russie notamment, mais vous
avez peu de chance de vous trouver sur un vol de Vladivostok Airlines ; ce vol a été utilisé
de façon ponctuelle mais ne le sera jamais plus. Or, tous ces vols entrent dans les
statistiques des vols charters.
Si nous nous intéressons à la probabilité d'avoir un accident sur un vol charter
occidental, par opposition à un vol régulier occidental, nous observons un total de 181
victimes en 5 ans, parmi lesquelles 109 venaient du Concorde d’Air France…
La conclusion figurant dans le document que je vous remets n'est pas tant de
savoir s’il s’agit d’un vol régulier ou non que de savoir s’il s’agit d’un vol venant d'un
pays sérieux ou pas.
Les décisions qui s’imposeraient dépassent largement le cadre de cette
mission et impliqueraient une démarche de politique étrangère, par exemple, s’il fallait
interdire à Sudan Airways de voler en France ou à la compagnie biélorusse d’atterrir à
Charles de Gaulle, à cause des statistiques enregistrées dans ces pays. Or, vous pouvez
aller avec une compagnie biélorusse à Minsk et avec Sudan Airways à Karthoum, mais
aussi à Moroni car cette compagnie est spécialisée dans le transport vers les Comores.
Mon message est un peu un cri du cœur. Les professionnels essaient
d’effectuer un tri. Il est arrivé à Fram et à Air Master d'affréter un transporteur égyptien. Il
a fini dans la mer Rouge. Mais ils n’avaient pas le choix car la contrainte des Etats les
empêchait d’utiliser un transporteur tiers. Une fois les problèmes de sécurité résolus, il
faudra prendre en compte une dimension plus diplomatique et je pense aujourd'hui qu’il
sera très difficile d’y répondre.
M. Michel HERBILLON : Vous évoquez la dimension diplomatique du problème – ce
qui est intéressant – et les pays sérieux ou pas. Vous disiez que vous n'affrétiez jamais
d'appareils de compagnies russes. Dans l'exemple de votre commande sur la Route de la
soie, refuseriez-vous de répondre à cette demande ou y répondriez-vous avec un avion qui
n’est pas russe ?
M. Gilles MEYNARD : Je ne pourrais pas l’envoyer.
M. Michel HERBILLON : Quels sont les autres pays dont vous n'utilisez pas les avions
car vous n’avez parlé que des Russes ? Sur le site Internet dont vous parlez, les accidents
sont-ils les seuls à être référencés ou bien trouve-t-on aussi les incidents ? Il peut en effet
y avoir des séries d'incidents révélateurs d'un problème extrêmement grave.
M. Gilles MEYNARD : Parmi les pays non sérieux, le cas de la Russie est connu, mais
nous avons des difficultés avec les pays de la CIS. Dans cette ancienne Union soviétique
figurent les trois pays baltes qui accèdent à l'Union européenne et qui ont des compagnies
sérieuses. Cependant, j'ai encore vu récemment des critiques à l'encontre des Estoniens
qui volent ici en vols réguliers. Nous pourrions avoir de très importants problèmes avec
l’Asie centrale. Nous pouvons considérer que certains pays sont sérieux, même s'ils
appartiennent à l'ancienne CIS. Les Russes ne sont pas de mauvais ingénieurs mais il
existe un important morcellement des structures et les appareils, comme les compagnies
sont gérés d'une façon opportuniste par des familles riches et même mafieuses que nous ne
— 49 —
contrôlons pas. Vous ne pouvez y rencontrer aucun interlocuteur digne de ce nom quand
vous voulez commander un avion, et comme je n'ai pas envie de risquer la sécurité de nos
clients, nous refusons d’utiliser ces compagnies.
Il y a également certains pays émergents, aux portes du continent européen
auxquels je vous invite à vous intéresser. Il s’agit par exemple des pays du Caucase
comme la Géorgie, l’Arménie ou la Moldavie, où j'ai des demandes régionales.
Si une mission de 80 ou 100 personnes doit aller en Moldavie, et que les
Français ce jour-là ne répondent pas, vous devrez examiner les compagnies moldaves. Il
en existe deux, Air Moldova et Moldavian Airlines, ce qui, pour un tel pays est une source
importante de confusion, car vous ne savez pas laquelle est nationale et laquelle est privée.
La compagnie moldave vient d’acheter un Airbus A 320, elle a donc des équipements
modernes et occidentaux.
Il existe une très forte communauté arménienne en France qui voyage vers
l’Arménie. Dans un pays qui n’a pas de quoi chauffer ses habitants et où l’électricité est
défaillante, la compagnie arménienne a un Airbus A 320. Les coûts des salaires montrent
que l’on peut employer 17 ou 18 hôtesses arméniennes pour le prix d'une hôtesse
française. Dans le système très concurrentiel qui est le nôtre, le paramètre prix est
important.
Nous n'affrétons pas de compagnies russes avec Tupolev et Illiouchine pour
les passagers, mais nous sommes néanmoins obligés d’en utiliser pour le fret, car il n’y a
que cela ou des Antonov 124. En revanche, nous pourrions être amenés à recourir aux
compagnies russes, puisque Aeroflot vient de commander des Airbus et les a mis en ligne.
Ils ne louent pas encore leurs appareils, mais cela pourrait arriver. La question n’est pas de
savoir ce que je ferai si l’on me demande de louer un appareil d'Aeroflot car on peut
mandater des audits techniques, mais de savoir qui paiera.
M. Michel HERBILLON : Qu’en est-il de l’Afrique ?
M. Gilles MEYNARD : Je n'affrète pas les compagnies aériennes africaines, à
l’exception d’Ethiopian Airlines.
M. le Rapporteur : Et Cameroun Airlines ?
M. Gilles MEYNARD : Cette compagnie n'a pas eu d'accident majeur mais elle est
engluée dans des problèmes récurrents de paiement et je ne l’affrèterais pas. S’agissant de
la sécurité, je suis allé dans un pays d’Afrique centrale il y a deux ans pour rencontrer le
directeur de l'aviation civile. Ce directeur ne savait pas de quoi je parlais, il venait d'une
ethnie qui avait renversé la précédente. Je lui ai laissé 150 dollars et j'ai finalement posé
mon avion. Comment voulez-vous que je puisse objectivement considérer que l’aviation
civile puisse dans ce cas contrôler efficacement leur transporteur national ?
Le site internet ne parle que des victimes mais il existe d’autres sources de
données. Je vous incite à consulter, pour approfondir la question, un magazine
professionnel qui s'achète en kiosque, Flight International. Une fois par an, ce magazine
recense tous les accidents, y compris ceux qui n’ont pas fait de victimes, avec le partage
que je vous ai expliqué précédemment entre vols réguliers et non réguliers. La seconde
partie de cette étude porte sur les accidents sans victimes.
J’ai un peu d’expérience et je sais qu’il ne faut pas confondre les compagnies
aériennes, certaines ont eu des petits problèmes, mais sans victimes. Il faut conserver les
— 50 —
bases de données et remonter sur les cinq dernières années de Flight International, cela
permet d’aller plus loin que sur AirDisaster.Com.
M. Jean-Pierre BLAZY : En vous écoutant, j'ai de plus en plus la conviction que volent
au-dessus de nos têtes certains appareils appartenant à des compagnies et des Etats dont
nous pouvons craindre, un jour, qu’ils causent des problèmes. Par exemple, l'avion de
Flash Airlines a décollé de Roissy de nombreuses fois. Vous avez dit, au sujet des vols
réguliers, que la France accueillait des compagnies de pays tiers au sujet desquelles on
peut se poser des questions, et vous en avez donné une liste à l'instant. Pouvez-vous
compléter votre réponse, en nous donnant des noms ?
M. Gilles MEYNARD : Je remettrai un tableau à Mme la Présidente présentant, sur ces
cinq dernières années, le nom de la compagnie aérienne et le lieu où l’accident a eu lieu, et
si vous cherchez vous saurez pour quelle raison. Il faut faire attention, les victimes des
compagnies aériennes ne sont pas dues seulement à l'erreur des pilotes mais aussi au
défaut d'entretien. Il y a aussi des accidents – je vous parle de faits, de chiffres précis – qui
sont, hélas, dus à des actes terroristes. Parmi les 2 687 victimes des vols réguliers de ces
cinq dernières années figurent les attentats du 11 septembre. Deux avions se sont écrasés
en vol il y a deux ans en raison d’une erreur du contrôle aérien Suisse, et ces personnes
sont également comptées.
Les simples chiffres ne suffisent pas à faire une loi car vous avez aussi des
accidents dus au manque de « chance ». Il y a eu une erreur de contrôle à l’aéroport de
Milan, le vol qui faisait Milan/Copenhague a croisé un petit avion. Le résultat est
118 victimes à Milan mais l'entretien de l’appareil n’y est pour rien.
On me demande s'il existe une liste « blanche » ou « noire ». Je peux vous
dire que j’émets des interdictions pour les appareils soviétiques croisés avec les
compagnies russes, Tupolev et Illiouchine. De plus, je ne conseillerais pas de prendre
l'avion qui s'est écrasé à Cotonou. Il s’agissait d’un avion de la compagnie dénommée
« Union des Transports Africains ». Ce nom induit des confusions avec l'ancienne
compagnie UTA. On peut penser que la personne qui a créé sa compagne aérienne
régulière et qui a utilisé le nom d’UTA a pu se dire que cela ferait de la publicité sur le
nom en Afrique. Je suis sidéré que l'on ait pu utiliser ce nom. C'est comme si vous
l’appeliez Air Francia ou Air France.
Parmi les compagnies africaines, certaines sont très sérieuses, comme
Ethiopian Airlines, qui entretient très bien ses appareils. Ce pays est l’un des plus pauvres
au monde mais il s’est forgé une réputation de sérieux. En revanche, avec Sudan Airways,
que je connais bien, vous n'avez jamais de réponse aux questions que vous posez et jamais
d'interlocuteurs professionnels. Il s’agit néanmoins d’une compagnie aérienne régulière
qui vient à Roissy.
M. le Rapporteur : Avez-vous déjà personnellement travaillé avec Flash Airlines ?
M. Gilles MEYNARD : Non, car cela tient à la nature de notre activité : 95 % des
appareils que nous affrétons appartiennent à des compagnies européennes, au sens large.
En revanche, nous travaillons avec Air Master qui est un consolidateur. Les
tour-opérateurs, les consolidateurs et les courtiers font à peu près la même chose et ont les
mêmes besoins mais la finalité n'est pas la même.
Le tour-opérateur affrète l’appareil, construit un programme avec celui-ci et
le commercialise en agence de voyage.
— 51 —
Le courtier a un seul client : l'agence de voyage. En général, il répond à une
demande ponctuelle pour aller de tel endroit à tel endroit. Il est spécialisé sur le vol affrété
ponctuel mais peut également travailler pour des séries : si vous pouvez le faire pour un
vous pouvez le faire pour plusieurs, mais ce n'est pas son coeur de cible.
Le consolidateur prend un risque – ce que je ne fais pas car mon client m’a
payé avant de monter dans l’avion. Il considère qu'il existe un marché sur le trajet LilleLouxor. Le consolidateur affrètera un avion à Lille et, au lieu d’avoir un seul client, un
seul tour-opérateur, il le revendra à plusieurs tour-opérateurs. Air Masters, qui est un
consolidateur, a cédé à Fram 90 % de l’appareil de Flash Airlines qu'il avait affrété, le
reste allant à Jet Tours et à un troisième tour-opérateur.
Les consolidateurs et les tour-opérateurs ont besoin d'appareils de 150 sièges
et plus. Mes besoins peuvent concerner des avions inférieurs à 150 sièges. Nous avons
tous la même démarche.
Je n'ai jamais affrété Flash Airlines car aucun client ne me l’a demandé, mais
j'aurais très bien pu le faire, dans la mesure où, du point de vue des critères objectifs et pas
de la réputation, Flash Airlines présentait toutes les assurances, ainsi que le certificat de
transport délivré par l’autorité de tutelle et approuvé par l’aviation civile française.
On pourrait se demander pourquoi cette dernière autorisait un transporteur qui
n'était pas admis à voyager en Suisse, mais nous entrerions dans une querelle qui me
paraît un peu absconse. Si tel transporteur n'est pas autorisé à voler en France, c’est
parfois en raison de paramètres financiers et non en raison de paramètres liés à la sécurité
proprement dite. C'est le cas de la compagnie aérienne que je souhaitais affréter pour aller
à Abidjan. On menaçait de lui saisir son avion car elle n’avait pas payé des taxes. Elle
était donc en conflit avec le Gouvernement français qui risquait de dire que si elle ne
payait pas les taxes c'est parce qu'elle n'entretenait pas très bien ses avions. Il risque ainsi
d’y avoir mélange des genres.
Il me paraît nécessaire que ces bases de données soient, une fois pour toutes,
communes à tous les pays de l'Union européenne élargie à la Suisse, la Norvège et
l’Islande et accessibles aux professionnels avec des codes d'accès pour éviter la
divulgation des informations. Nous en avons besoin.
M. le Rapporteur : Vous est-il déjà arrivé de sous-traiter la demande d’un client auprès
d’un autre courtier, sans que celui-ci le sache ?
M. Gilles MEYNARD : Nous avons travaillé avec Air Masters mais le client sait toujours
que nous sous-traitons. Chez moi, le client paie avant. Nous avons une relation
contractuelle, un document dénomme de façon très explicite le nom du transporteur, la
capacité et sa base de départ. Nous lui indiquons non seulement le nom du transporteur
mais aussi les conditions d'application, générales et particulières. Par exemple, on indique
comment il réagit s'il y a deux heures et demie de délai, puisque cela fait partie du contrat
qui me lie avec la compagnie aérienne.
Je peux aussi passer par un tiers, comme Air Masters qui est le spécialiste de
l'Egypte car je considère que je n'ai pas une vision assez exhaustive des transporteurs
égyptiens. Par exemple, je ne connaissais pas Flash Airlines mais la compagnie aérienne
appelée Héliopolis Airlines, qui a été dénommée Flash Airlines par la suite. Il s’agit d’un
cas singulier et il faut l’appui de spécialistes.
— 52 —
Dans le monde, nous sommes compétents partout, nous avons des bureaux à
Londres, Amsterdam, Cologne et Zurich. Nous sommes un réseau, un peu similaire à
Air France. Je peux ainsi interroger un collègue sur le sérieux d’une compagnie, au-delà
de la simple information factuelle, même si parfois, il faut être plus sceptique.
Air Masters peut nous demander de trouver des avions pour eux quand ils ont
des besoins en dehors de l'Egypte, puisqu'ils ont des groupes qui reviennent par la
Jordanie. Il est arrivé qu’ils nous sollicitent et nous leur avons également demandé de
trouver des transporteurs. C'est arrivé une fois en quatre ans. Mais nous pouvons aussi
affréter nous-mêmes des compagnies aériennes égyptiennes.
M. le Rapporteur : En dehors du cas de l'Egypte, il s’agit donc d’une pratique courante ?
M. Gilles MEYNARD : Non, nous ne passons pas par d’autres consolidateurs. Nous
sommes à mêmes de répondre aux autres demandes. Nous avons des bureaux dans des
pays lointains. Notre rôle est de déterminer si l'offre proposée au client occidental pour
effectuer, par exemple, un vol domestique entre Delhi et Goa, avec un transporteur indien,
est une bonne solution.
Air Partner essaie d’ouvrir des bureaux, pas tant pour mieux vendre que pour
mieux acheter. Nous avons ouvert un bureau à Singapour pour contrôler les fournisseurs
de l’Asie du Sud-Est et un autre à Bombay dans la même optique. Les prochaines villes
sont Moscou et Tokyo qui couvriraient le Nord-Est de l'Asie. Je suis très favorable à
l’ouverture d’un bureau à Dakar car, s'il existe vraiment une zone à laquelle nous ne
connaissons pas grand-chose, c'est celle de l’Afrique occidentale. Or, les besoins dans
cette zone sont colossaux.
Il est possible de considérer – et c’est d’ailleurs le cas – qu’un vol charter
peut couvrir le transport des ouvriers français sur les champs de pétrole à Cabinda en
Angola et à Pointe-noire. Qui fera ce transport ? Il s’agit nécessairement de sociétés
enregistrées dans ces pays. Vous aurez 50 personnes, toutes de chez Total, qui s’inquiètent
pour leur sécurité. Nous avons donc besoin de relais. Il est normal qu’une société
importante comme la nôtre travaille avec des pays émetteurs où nous faisons du chiffre
d'affaires, car la clientèle est ici, et des pays récepteurs qui pourront, par leur expérience et
leur proximité, nous donner des avis, qui seront toujours consultatifs.
Contractuellement, quand on nous demande quelle est notre responsabilité, je
réponds que je ne suis pas ingénieur – je ne suis pas mandaté pour – mais je dis ce que je
pense. Je suis capable de fixer des limites, mais pas d'auditer tous les transporteurs qui
achemineraient tous les Français.
M. le Rapporteur : Avez-vous connaissance des conclusions des rapports de l’OACI ?
M. Gilles MEYNARD : Non.
M. le Rapporteur : Vous dites que vous ne voulez pas travailler avec les compagnies
russes. Vous avez donc vos propres conclusions, mais vous n'avez pas connaissance des
audits qu’effectue régulièrement l’OACI sur les différents pays et qui ne sont pas
publics ?
M. Gilles MEYNARD : Il faut que vous auditionniez quelqu'un de l’aviation civile. Si
vous l'avez fait, vous savez qu’il existe une liste par pays et par compagnies autorisant les
transporteurs français à sous-affréter, c’est-à-dire à remplacer à la dernière minute un
appareil défaillant. Il s’agit d’une activité que je ne pratique quasiment pas. Si, par
— 53 —
exemple, un Boeing 737 d’Air France qui fait Paris/Rome tombe en panne, on ne peut pas
attendre qu’il soit réparé pour acheminer les passagers. On recourt donc à des compagnies
de soutien ; certaines sont spécialisées et n'ont pas de programme de vol préétabli. Il s’agit
d’un marché européen répondant à des besoins. Ces compagnies appartiennent aux pays
de l'Union européenne et pourraient appartenir à d'autres pays. Cependant, l'aviation civile
française, en 2001, a retiré la Grèce. Cela signifie qu’à l'intérieur même de l'Union
européenne, un pays peut ne pas être autorisé à sous-traiter pour le compte d'un
transporteur français qui aurait gardé son numéro de vol, donc sa pleine responsabilité
pour un vol à l'intérieur de l'Union européenne.
A Londres, nous avons un bureau ouvert 24 heures sur 24 qui répond aux
demandes des compagnies aériennes dans de telles situations d’urgence.
Cette liste existe, mais je ne l’ai pas vue depuis 2001 car nous ne pratiquons
plus cette activité en France. En effet, nous avons considéré que les transporteurs français
ne faisaient pas suffisamment appel à Air Partner pour maintenir cette spécialisation. A
l’époque, vous pouviez affréter avec le numéro de vol de la compagnie aérienne grecque,
mais vous ne pouviez pas utiliser une compagnie aérienne grecque avec un numéro de vol
français pour effectuer un vol sous-affrété.
Mme la Présidente : C'est extrêmement hypocrite, pardonnez-moi !
M. Gilles MEYNARD : C’est politique aussi !
Mme la Présidente : Je constate que, quel que soit le moyen utilisé, on arrive à faire le
vol que l'on souhaite effectuer avec la compagnie que l'on désire utiliser, même si celle-ci
n'a pas les références nécessaires. J’aimerais savoir quelle est votre responsabilité, puisque
vous n'êtes pas ingénieur et que, comme vous le dites vous-même, cette responsabilité est
en quelque sorte une responsabilité d'investigation et non une responsabilité technique.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : J'ai été très intéressé par le côté pratique et concret de
vos propos. Je voudrais vous poser une question sur la perception qu’ont vos clients de la
sécurité. Comment peut-on faire en sorte que les utilisateurs soient rassurés quand ils
quittent la France ? C’est notre préoccupation majeure.
Vous nous avez parlé des critères objectifs de sécurité que vous appréciez
vous-même, des règlements locaux et des compagnies qui respectent plus ou moins les
règlements de l’OACI. Pensez-vous qu’il soit possible d’informer le client de façon
rationnelle sur le degré de sécurité ? On parle d’un « label ». De votre point de vue, est-il
réaliste d'imaginer que l’on peut être tranquille en prenant un billet sur une compagnie
labellisée ?
M. Gilles MEYNARD : Vous serez plus tranquille, mais cela ne vous empêchera pas
d'avoir un accident. Toute la difficulté, si on labellisait, serait la responsabilité morale.
L'aviation civile française, allemande ou estonienne dira que la compagnie enregistrée
dans son pays est une bonne compagnie et pourtant elle pourra avoir un accident car tous
les paramètres ne sont pas exclusivement liés à l'entretien des avions. 15 % ou 20 % des
victimes sont liés à des attentats terroristes et nous sommes dans une situation consistant,
hélas, à agir au mieux.
Je pense que toute la profession, et les Français aussi souhaitent ce label.
Mais celui-ci aura un côté très coercitif : si vous n'êtes pas dans la liste, comment ferezvous pour exister ? Que se passera-t-il si vous êtes oublié – et Dieu sait s'il y aura des
oublis – car on n'aura pas forcément le temps d'auditer toutes les compagnies aériennes ?
— 54 —
Une liste « blanche » est difficile à mettre au point, car les créations de compagnies
aériennes se produisent en permanence, en France comme ailleurs, elles remplacent celles
qui font faillite. Ou bien, le dimensionnement d’une compagnie peut changer. Une
compagnie labellisée qui a aujourd’hui un Boeing 737 continuera-t-elle à être labellisée le
jour où elle fera entrer un Boeing 747, d’autant qu’au lieu d'être piloté par des pilotes
français, celui-ci sera piloté par des pilotes britanniques, sous affrétés à une compagnie
britannique ? Ils savent peut-être bien entretenir le 737, mais que fera-t-on pour le 747 ?
Je fais une recommandation : il faut « faire du ménage » et donner de vrais
moyens à l'aviation civile, qui est l'organisme de tutelle en France. Celle-ci a des moyens
un peu limités. Elle n’a déjà parfois pas de quoi payer les contrôleurs des tours des
aéroports et j’ignore si elle aura les moyens de payer plus d'ingénieurs en interne. Mais il
est possible de sous-traiter et cela n’est pas péjoratif, je suis moi-même un sous-traitant. Il
est possible de sous-traiter auprès de cabinets d'audit, en général, créés par les anciens
directeurs techniques de sociétés, licenciés. Air Littoral, Aéris et Air Lib ont fait faillite,
laissant du monde sans emploi, et ces personnes ont des compétences. Elles ouvrent des
cabinets et sont parfaitement capables de juger une compagnie aérienne.
Nous pouvons considérer que l'aviation civile, une fois qu'elle s’en sera donné
les moyens – il faudra savoir comment le financer –, pourra soit embaucher et former ses
propres ingénieurs pour effectuer elle-même des audits ou bien mandater une quinzaine
d'organismes. Vous connaissez le Bureau Véritas ; il y a 10 ou 15 autres sociétés
équivalentes qui devront elles-mêmes être labellisées car avant de labelliser le
transporteur, il faut d’abord labelliser la société qui auditera.
L'ingénieur doit pouvoir se présenter à n'importe quelle heure du jour et de la
nuit, et pas nécessairement au T 3, le terminal charter de Charles de Gaulle. Il devra
pouvoir aller directement au siège de la compagnie aérienne. Il devra être payé dans des
conditions que l'on peut qualifier de normales sans devoir chercher le billet le moins cher
pour aller au Caire. Il devra pouvoir partir le dimanche et se présenter le lundi matin à la
porte du hangar de l’entretien pour commencer son travail. Cette mission peut être
effectuée en interne par l’aviation civile – mais former des ingénieurs prend beaucoup de
temps – ou bien par des sociétés extérieures sur la base d’un cahier des charges précis.
Cet audit, dans l’idéal, devrait être européen. Il faudrait que le cahier des
charges que l'on demande à l'ingénieur en France soit le même que celui de la Suisse ou
de l’Estonie, pour que le contrôle et l’avis puissent être qualifiés d'objectifs. Une fois cet
avis rendu, il faudra pouvoir le diffuser, afin qu’il puisse être collecté en France, en
Allemagne ou ailleurs. Il doit également être accessible aux professionnels du tourisme
qui seront alors capables de choisir les transporteurs sur la base d'un partage des tâches :
l'aviation civile française auditionnera les transporteurs français et l’aviation civile
allemande se chargera des transporteurs allemands. Il faudra également se partager le
travail pour les compagnies des pays tiers à l'Union européenne. Ainsi, par exemple, la
Belgique sera mandatée pour aller en Moldavie vérifier si Air Moldova accomplit son
travail correctement, et elle en rapportera un avis consultatif qui sera accessible aux autres
Etats membres.
Ainsi, nous, affréteurs, serons-nous capables, sur la base de cette information,
de nous engager contractuellement, ce qui n’est actuellement pas le cas.
M. Alain GOURIOU : Vous avez largement répondu à notre curiosité. J’aimerais
néanmoins vous poser deux questions. La première concerne les accidents. Vous nous
avez indiqué un site intéressant, pensez-vous que tous les accidents aériens y sont
réellement inventoriés ? Il était pratiquement de notoriété publique, il y a quelques années,
qu’en Union soviétique, les accidents n'étaient pas mentionnés par les médias, non
— 55 —
seulement à l'étranger évidemment mais même sur le plan intérieur. Des accidents
peuvent-ils encore se produire sans que cela se sache ici ou là ?
Ma seconde question est la suivante : nous avons été, les uns et les autres,
interpellés par le cas de passagers en quelque sorte « pris en otages ». La compagnie avait
assuré l’aller, mais, en raisons de circonstances diverses, pas le retour. Les voyageurs
étaient restés bloqués sur le lieu de leurs vacances, avec un vol charter, car cela n'arrive en
général pas avec les vols réguliers. Que pensez-vous de cette pratique ?
M. Gilles MEYNARD : Je pense que vous faites allusion aux passagers qui se sont
retrouvés bloqués en Républicaine Dominicaine sous la garde d’hommes armés car il
fallait payer les notes d’hôtel. Le tour-opérateur a fait faillite car le transporteur prévu
avait fait lui-même faillite. Nous les avons dépannés. Le courtier sert à cela, il est le
« SAMU » de ce genre d'opération.
Le tour-opérateur avait basé toute sa production sur la compagnie Aéris, qui a
fait faillite. Il a été obligé de trouver des solutions de substitution pour chaque vol. Sa
trésorerie est devenue exsangue car les affrètements d’urgence coûtent plus cher que
lorsqu’ils sont négociés longtemps à l'avance.
Ce genre de problème n’a rien à voir avec la nature de la compagnie, charter
ou pas. Cela peut arriver à une compagnie régulière en cas de faillite. J’ai évoqué la
Sabena dont il a fallu, du jour au lendemain, aller chercher les passagers. Cela s'est
également produit avec des compagnies charters allemandes. Les passagers d’Aéro Lloyd
qui possède 22 avions, se sont trouvés bloqués, du jour au lendemain en novembre
dernier, car il n'y avait plus d'avions.
C'est la loi du genre. Le transport aérien est une activité à risque car la
fiabilité des transporteurs est variable, de même que celle des tours opérateurs.
S’agissant du recensement des accidents, il existait effectivement une chape
de plomb du temps de l’Union soviétique mais, aujourd’hui, il y a Internet. Vous verrez
sur le tableau que je vous ai remis le nombre d'accidents intervenus en Amérique centrale,
y compris les accidents militaires du Sri Lanka dont vous ne pensiez sans doute pas qu'ils
étaient enregistrés dans les vols charter. Il y a plutôt un trop-plein d'information qui nous
perturbe car nous nous intéressons à nos concitoyens. Je pense que l’on ne peut plus
tellement cacher les accidents.
Il faut que les compagnies aériennes puissent sous affréter, il ne faut pas les
en empêcher. Il existe des problèmes opérationnels et les avions doivent pouvoir partir à
l’heure.
Que s’est-il passé quand un avion Air Plus Comet affrété par Corsair a raté la
piste au début de l'année ? Corsair a demandé à Air Plus Comet – qui est une compagnie
espagnole que nous connaissons bien – de voler avec le numéro de vol de Corsair pour
aller au Brésil. L’avion a dérapé à Orly en rentrant du Brésil. S’il n'y avait pas eu cette
compagnie aérienne, le vol n'aurait pas pu avoir lieu, les voyageurs auraient dû attendre et
ne seraient peut-être même pas partis en vacances. Le client a dit qu’il ne comprenait pas
car le vol devait être effectué avec Corsair et non pas par Air Plus Comet. Il a parlé d'un
pilote Argentin, mais ce n'est pas dramatique. Il a montré une carte d'embarquement
Swiss Port, une société filiale de Swissair, mais cela n'a rien à voir avec la nationalité de
l’avion.
Mme la Présidente : Pour nous, cela y ressemble.
— 56 —
M. Gilles MEYNARD : Que préférez-vous, attendre qu’Air France ou Corsair répare la
pièce ou que l'on vous propose un autre avion ? Le sous-affrètement n’a pas été fait
sciemment, il y a eu un défaut de l'offre initiale et un transporteur s’est substitué à celui
qui était prévu. Air Plus Comète est une filiale de Marsans, un grand tour-opérateur qui
affrète des appareils et qui est spécialisé sur de nombreuses destinations. Pour moi, il n'y a
pas de défaut majeur dans le sous-affrètement. Il faut garder cette liberté, sinon vous
attendrez longtemps que ces appareils soient réparés.
Mme la Présidente : Monsieur, je vous remercie, je vous demanderai de compléter ces
informations par des réponses écrites car le questionnaire était copieux et nous n’avons
pas eu le temps de traiter toutes les questions, même si vous avez apporté des réponses
fort intéressantes.
— 57 —
Audition de M. Robert DARFEUILLE,
Syndicat national des agences de voyage (SNAV)
(Extrait du procès-verbal de la séance du 25 février 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
M. Robert DARFEUILLE : Je vous transmets les excuses de M. Demonchy, qui n’a pu,
pour des raisons de santé, se rendre à votre invitation.
Mme la Présidente : M. Darfeuille, je rappelle que vous exercez les fonctions de
président de la commission « Air » du SNAV. Je vous demanderai de présenter un exposé
liminaire et ensuite, de répondre à nos questions.
M. Robert DARFEUILLE : Merci de me recevoir. Je suis à votre disposition pour
répondre à toutes les questions. Certaines de celles qui m’ont été adressées par écrit me
surprennent d’ailleurs quelque peu.
Pour clarifier ce qui, dans l'esprit du public ne l’est pas toujours, notamment
en matière de responsabilité, je rappellerai que l’exercice de la profession d'agent de
voyage requiert une autorisation administrative – une licence d'agence de voyage – pour
laquelle il est, notamment, nécessaire de répondre à des critères professionnels et de
présenter des garanties financières. La profession comporte deux activités essentielles : la
distribution et la production.
Dans le cadre de la distribution, les agences de voyage vendent des produits
fournis par un certain nombre de prestataires comme les transporteurs, les compagnies
aériennes ou ferroviaires, (il s’agit là de billetterie), ou par des voyagistes qui proposent
des « packages ». En France, 5 000 points de vente – dont environ 3 600 font de la
billetterie aérienne – couvrent l'ensemble du territoire, la grande majorité ayant un rôle de
distribution.
L'activité de producteur est exercée par les transporteurs, lesquels n'ont pas
besoin d'une licence d'agence de voyage, et les voyagistes, également appelés, selon une
terminologie mondiale, « tour-opérateurs ». Ces personnes assemblent des produits, un
certain nombre de prestations – généralement un transport et un hébergement – et les
commercialisent selon des modes de commercialisation variables. Certains, comme
Nouvelles Frontières vendent directement leurs produits, essentiellement par leur propre
réseau de distribution. D’autres, comme Fram, Jet Tours, Kuoni ou Asia, fabriquent et
commercialisent leurs produits par l’ensemble du réseau de distribution des agences de
voyages. Ce métier est régi par la loi de 1992, actuellement en cours de révision.
A la question : « Une agence de voyage peut-elle offrir à ses clients des
garanties spécifiques en matière de sécurité des appareils et des vols ? », je répondrai
aujourd’hui de façon négative. Dans le cadre de la distribution, nous avons un statut de
mandataire et représentons le transporteur. Je me limiterai aux compagnies aériennes,
mais c'est identique pour les autres transporteurs. La relation contractuelle se fait toujours,
conformément à la loi, entre la compagnie aérienne et le passager dans le cadre du contrat
de transport. Ces relations contractuelles sont soumises à une réglementation
internationale résultant des conventions de Varsovie et de Montréal qui fixent un certain
nombre de règles et des directives européennes sur la protection du passager, notamment
en cas de retard ou de « surbooking ».
— 58 —
Dans le cas de la billetterie individuelle, la relation contractuelle se situe entre
le passager et la compagnie. L'agent de voyage distributeur n’a qu’un rôle de mandataire
en effectuant le travail et en encaissant l’argent pour le compte de la compagnie.
Dans le cas de l’agence de voyage au sens large, incluant les voyagistes, qui
ont la même autorisation administrative, l'agence ne se substitue pas au transporteur ; le
contrat de transport existe toujours et la responsabilité est bien celle du transporteur,
l’agent de voyage n’apportant pas de garanties spécifiques par rapport au transporteur.
Nous offrons des garanties par rapport à notre autorisation administrative et à notre
licence dans la relation avec le client qui signe un contrat lors de l’achat d’un forfait. Il
s’agit d’une responsabilité de commerçant, qui ne se substitue pas à celle du transporteur.
« Quelles sont les conséquences juridiques et financières ? Une agence de
voyage a-t-elle une obligation d’indemnisation ? Y a-t-il des distinctions à opérer selon la
nationalité des compagnies aériennes ? Pour prendre un exemple malheureux et récent –
l’accident du Concorde – bien que cet avion ait été affrété par un voyagiste allemand, ce
sont les compagnies d'assurance d'Air France qui ont indemnisé les passagers, dans le
cadre des conventions de Varsovie et de Montréal. Bien souvent, les compagnies prenant
en compte un certain nombre de spécificités, vont au-delà des montants d’indemnisation
fixés par ces conventions internationales.
« Quelle est la source principale, selon vous, des problèmes de sécurité dans
le transport aérien ? Quelles sont les lacunes actuelles dans le contrôle de la sécurité des
avions et, d'une façon générale, dans l'organisation des voyages aériens touristiques ? ».
Nous sommes dans un domaine qui n'est pas de notre ressort. Nous ne sommes ni
ingénieur ni l'aviation civile. Un avion sortant de l’atelier fait l’objet d’un certain nombre
de certifications et d’une autorisation de vol. Une compagnie aérienne est titulaire d’un
certificat de transport et des droits de trafic. A partir du moment où – tout comme une
agence de voyage a le droit d'opérer dès qu’elle possède une licence – une compagnie a
des autorisations de trafic et des certifications de transport, elle a également le droit
d'opérer.
Les principales causes des problèmes de sécurité sont d’ordre mécanique ou
liées à l'environnement international. Avec le terrorisme, des faits inimaginables, comme
ceux du 11 septembre, peuvent se produire : personne n'aurait pu imaginer que quelqu'un
détourne un avion et aille s'écraser dans des immeubles d'habitation. Aujourd'hui, pour
éviter que quelqu'un ne se fasse exploser à bord d'un avion, des mesures de sécurité très
complexes sont mises en place dans les aéroports.
Mme la Présidente : J’entends bien que vous n’êtes ni ingénieur ni qualifié pour
contrôler quoi que ce soit sur le plan technique, mais vous devez, dans votre fonction, être
au courant que certains pays appliquent des législations laxistes, tant sur le temps de
travail des personnels que sur le contrôle de la sécurité du matériel, et qu’ils ne sont ni très
recommandés ni recommandables en matière de transport aérien – de charters en
particulier. Vous devez savoir que certaines compagnies sont complètement « pourries »,
à la fois par des problèmes financiers et par des problèmes de sécurité et qu’il existe
certaines listes de compagnies à ne pas affréter ainsi que de pays où il convient d’être
extrêmement prudent et où, en général, l’on utilise d'autres compagnies plutôt que celles
du pays lui-même. Vous ne pouvez pas ne pas le savoir.
La façon dont vous vous exprimez sur la question posée laisserait penser que
vous acceptez la situation en l’état. Nous savons tous qu’il existe du terrorisme et des
contraintes très fortes, que rien n’est facile et que le risque zéro n’existe pas. Je
souhaiterais que vous soyez plus précis sur vos responsabilités et sur la façon dont,
moralement, vous concevez votre travail.
— 59 —
M. Robert DARFEUILLE : L'intérêt d'une profession de commerce est d'avoir des
clients ; plus nos clients sont satisfaits, plus ils reviennent et apportent d'autres marchés.
Nous souhaitons qu’ils soient contents, qu’ils voyagent dans de bonnes conditions et
qu’ils reviennent chez nous. Nous ne pouvons pas, pour autant, nous substituer à un
certain nombre d'organisations internationales ou nationales qui donnent des autorisations
de vol. Nous savons qu'il existe des pays à risques. Nous sommes en relations régulières
avec le ministère des affaires étrangères pour indiquer à nos clients s'ils peuvent ou non se
rendre dans telle ou telle zone et nous nous coordonnons pour dire en amont à nos clients :
« Attention, si vous allez dans ce pays, c’est à vos risques et périls, il faut signer une
décharge de responsabilité ». Nous savons parfaitement que, dans certains pays, le
transport aérien ne bénéficie sans doute pas des mêmes critères de contrôle que dans
d'autres. Nous le savons, mais il n’existe pas de liste. Il serait quelque peu surprenant, si
une compagnie était réputée être totalement en fraude, qu’elle continue d'exercer.
M. le Rapporteur : Je poserai la question autrement : vous avez une activité de
distribution et vous faites de la billetterie. Un client vient vous voir pour se rendre en
Russie par exemple, et vous demande un vol intérieur entre Vladivostok et Nijni
Novgorod. L’un des 5 000 bureaux que vous évoquiez a-t-il des moyens d'information
permettant de connaître les compagnies ou les zones qui pourraient poser des problèmes
particuliers en termes de gestion de compagnies, de sécurité, d'entretien, de qualification
ou d’agrément ? Vous contenterez-vous de vendre ce qui est disponible puisqu’il faut des
clients et que tant que le client revient, c'est qu'il est vivant ?
M. Robert DARFEUILLE : A partir du moment où la compagnie existe, a une
autorisation de voler et est référencée par la IATA (International air transport
association), elle répond à un certain nombre de critères internationaux nécessaires pour
opérer. Si elle apparaît dans les systèmes d'information qui sont des systèmes
internationaux de réservation (GDS, Global distribution system), la compagnie a rempli la
totalité des obligations et critères de référencement exigés pour la commercialisation.
Partant de là, comme bien souvent il n'existe pas d'alternative et que des
missions économiques ou des voyages d'affaires doivent être effectués, l'agence vend, en
l’absence d’information officielle, les billets des compagnies figurant dans les systèmes
d'information.
Ensuite, dans chaque entreprise importante du marché français, sont mis en
place un certain nombre de référencements commerciaux comprenant les compagnies qui
ne posent aucun problème. Les autres ne sont pas référencées. Quand, néanmoins, un
client demande à utiliser une compagnie non référencée, on lui fait signer une décharge de
responsabilité, par laquelle il prend connaissance du manque de fiabilité de cette
compagnie. Cette information préalable sur l’absence de relations de gré à gré entre la
compagnie et l’agence, ainsi que la demande faite au client de signer une décharge de
responsabilité constituent le maximum de ce que peut faire l’agent de voyage.
M. Claude BARTOLONE : Je reprendrai de manière différente la question que nous
nous posons tous et qu’ont formulée Mme la Présidente et notre Rapporteur : il n’est pas
rare d’entendre un agent de voyage dire : « Nous ne faisons plus tel ou tel hôtel car le
service n'est pas assuré dans de bonnes conditions ». Alors même que cet hôtel dispose
d’une licence d’exploitation, un voyagiste peut le supprimer de son catalogue. Ce type de
procédé est-il utilisé de manière officieuse par les tour-opérateurs ou dans le cadre de
leurs rapports avec les compagnies aériennes, sur une liste Internet, vous amenant à dire :
« Nous ne conseillons plus ou nous n’utilisons plus telle ou telle compagnie pour aller en
Afrique, vers les Pays de l'Est ou en Amérique du Sud, car cela ne correspond pas à une
prestation que nous pouvons offrir à nos clients » ? Ce qui est fait dans l'hôtellerie peut-il
être transposé au transport ?
— 60 —
M. Robert DARFEUILLE : Les relations contractuelles ou commerciales qui lient les
voyagistes et leurs fournisseurs se situent au même niveau, qu’il s’agisse d’une
compagnie aérienne ou d’un hôtelier. Si un voyagiste rencontre des problèmes de service
avec une compagnie aérienne, il n’en effectuera plus le référencement et choisira un autre
transporteur.
Ceci est indépendant du fait que certaines compagnies disposent aujourd'hui
d’autorisations d'opérer et de droits de trafic délivrés par des instances officielles. Chacun
est libre de choisir telle ou telle compagnie. Nous privilégions, c’est évident, tous les
transporteurs majeurs. Mais est-ce parce qu’Air France a eu un accident, qu’il faut
s’interdire de voler avec Air France ? Je n’ai pas connaissance de l’existence de listes
mais d’un site sur Internet.
Mme la Présidente : A quel site faites-vous allusion ?
M. Robert DARFEUILLE : Au site www.airdisaster.com.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Je rebondis sur la question de M. Bartolone. Quand les
voyagistes ou les agences de voyage vendent des produits de voyage, c’est-à-dire
l’association d’un transport et d’un hébergement, ils connaissent parfois l’hôtel mais
rarement le transporteur. Vous êtes alors incapable d'apporter un jugement ou une sécurité
à votre client dans ce domaine. Pensez-vous qu’il soit possible de le faire ?
M. Robert DARFEUILLE : La sélection d’un voyagiste par le distributeur se fonde sur
le sérieux, la fiabilité, les éventuels problèmes ou les réclamations dont le voyagiste peut
faire l’objet. Au moment de la réservation, l’agent de voyage doit informer le client de la
nature du vol –régulier ou spécial –, mais il ne dispose pas systématiquement du nom de
la compagnie qui opère, si celui-ci ne figure pas dans les brochures. La sélection du
voyagiste ne peut alors s’opérer que sur des critères professionnels. Si les réclamations le
concernant sont trop nombreuses, le distributeur le « déréférencera ».
C’est celui qui fabrique le voyage qui entretient une relation contractuelle
avec le transporteur. Dans les brochures, le nom de la compagnie n’apparaît pas toujours
et le client le découvre en recevant sa convocation à l'aéroport. En France, le marché de
fabrication est relativement faible. Il n’existe pas de compagnies de charters – ou
quasiment pas –, contrairement aux autres pays européens, notamment d’Europe du Nord.
Si les agences françaises vendent beaucoup plus de billetterie « sèche » que de forfaits
c'est parce que fondamentalement le marché touristique est différent. Les tentatives de
création en France, de compagnies charter, se sont généralement soldées, dans les deux
ans, par des disparitions.
Quand les tour-opérateurs affrètent – généralement pour des destinations du
bassin méditerranéen – ils peuvent avoir l'obligation contractuelle de passer par des
compagnies de pays réceptifs. Par exemple, s'ils veulent affréter pour l'Egypte, le
ministère du tourisme égyptien leur demandera d’affréter une compagnie égyptienne. Il en
va de même pour le Maroc, la Tunisie ou la Turquie. Il s’agit de compagnies connues sur
le marché, qui opèrent pour les principaux pays européens et répondent à toutes les
normes et critères de sécurité. Il y a là un manque d’information. Aujourd'hui, faire figurer
sur les brochures les noms de Flash Airlines, Lotus Air ou d’autres compagnies, n’aurait
pas grande signification pour le voyageur qui s’intéresse davantage à la marque de son
distributeur et de son tour-opérateur. Une telle mention ne serait pas déterminante. Le
voyageur interrogera son agence sur le sérieux de la compagnie et il lui sera répondu par
l’affirmative parce que le voyagiste, par exemple Jet Tour ou le Club Méditerranée
présente de réelles garanties de sérieux.
— 61 —
M. Jean-Pierre BLAZY : Notre mission a pour objet de réfléchir à une amélioration des
conditions de sécurité du transport aérien civil. En tant que professionnel, verriez-vous un
inconvénient – si nous en faisions la proposition au terme de notre mission – à ce que
figure une information complète du consommateur sur la compagnie prévue lui permettant
d'être rassuré et de faire un choix en connaissance de cause ? Est-ce techniquement
possible et cela serait-il souhaitable ?
M. Robert DARFEUILLE : A partir du moment où cela rassure et met en position de
confiance, nous y sommes tout à fait favorables. Pour que cela soit techniquement
possible, je pense qu'il faut disposer d’une liste de compagnies référencées et avoir la
possibilité, au sein de cette liste, d'opérer telle ou telle compagnie. Il ne faudrait pas,
cependant, créer des contraintes qui rendraient certaines situations plus difficiles pour le
client. Par exemple, il y a quelques jours, un avion affrété par différents voyagistes est
resté bloqué au Mali. A la suite d’un imbroglio, l’avion a fait l’objet d’une saisie et est
resté sur place. Si, dans un tel cas, la brochure mentionnait le nom d’une compagnie,
quelles seraient les alternatives ? Dans le cas cité, le voyagiste a ramené les passagers en
envoyant un autre avion à vide affrété chez Corsair, une compagnie qui, peut-être, ne
figurait pas sur la brochure. Nous sommes favorables à votre proposition dans la mesure
où cela peut rassurer le voyageur, mais il faut sans doute pouvoir disposer d’une liste de
compagnies susceptibles de se substituer à la compagnie affrétée lorsque, pour différentes
raisons, un avion se trouve immobilisé.
M. Jean-Pierre BLAZY : Cela n'arrive pas à chaque fois.
M. Robert DARFEUILLE : Les accidents non plus, fort heureusement. Cela représente
l’équivalent de ce qui se passe malheureusement tous les week-ends sur les routes.
Mme la Présidente : Ce n'est pas comparable. J'en arrive à une interrogation qui est
majeure dans le problème qui nous occupe : La dérégulation a-t-elle accentué les risques
en matière de sécurité dans le transport aérien ? La guerre tarifaire entre les compagnies
aériennes a-t-elle eu des conséquences sur la sécurité des vols ? Les voyagistes peuvent-ils
brader la sécurité de leur client ?
M. Robert DARFEUILLE : Je ne fais aucune différence entre les compagnies dites
régulières et celles dites charters. Elles sont soumises aux mêmes règles de sécurité.
Ensuite, je ne crois pas que la dérégulation ait dégradé les conditions de
sécurité. Les mêmes règles existent. La dérégulation a entraîné un phénomène de
croissance et de concentration qui fait que beaucoup de petites compagnies disparaissent
du marché français ou d’ailleurs. Ces phénomènes ne correspondent pas à l’objectif initial
de la dérégulation qui était, à l’inverse, d’alimenter la concurrence. Ils ne sont pas dus à
des normes de sécurité différentes mais à des problèmes économiques. La dérégulation a
eu des conséquences économiques.
« Les voyagistes peuvent-ils brader la sécurité de leur client ? » Sûrement
pas. La sécurité du transporteur n'est pas de leur responsabilité, à l’inverse de la sélection
et du référencement des fournisseurs. Du fait de la réduction du nombre d’opérateurs,
nous travaillons avec des personnes plus rodées, de façon beaucoup plus industrielle et
moins marginale. La sécurité du transport n'est pas du ressort du voyagiste, mais
d’instances nationales de contrôle.
Mme la Présidente : A la question de savoir s’il est possible d’empêcher de retenir des
places sur des vols affrétés par une compagnie figurant sur une liste noire, vous déclarez
qu'il ne circule pas de liste ; or, nous savons qu'il en existe. J'aimerais que vous répondiez
à cette question, car nous sommes au cœur du problème et il ne faut pas se cacher la
— 62 —
réalité. Cela nous amène à la question du label : Quel label de sécurité peut être décerné à
des compagnies et à des agences de voyage ?
M. Robert DARFEUILLE : Je ne connais pas, sur le marché français, un voyagiste qui
réaliserait des opérations commerciales en s’adressant à des compagnies qui figureraient
sur une liste noire. Ces personnes sont professionnelles, sérieuses et effectuent bien leur
travail. Malheureusement, des drames se produisent mais ils ne sont pas dus à des accords
ou à un travail effectués avec des compagnies de façon clandestine. Par ailleurs, s’il existe
effectivement des listes noires et des éléments sérieux de risques, chacun doit prendre ses
responsabilités et les pouvoirs publics, ainsi que les instances autorisant ces compagnies à
voler, doivent le leur interdire.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Quand vous envoyez un client à l'autre bout du monde
et que les pays exigent que vous utilisiez leurs compagnies, comment faire pour que le
client, par votre intermédiaire, puisse être le mieux possible rassuré ou tout au moins
conscient des risques qu’il prend ?
M. Jean-Pierre BLAZY : Vous semblez dire que votre rôle se limite à celui de
commerçant ; or, le client…
M. Robert DARFEUILLE : … Nous ne sommes pas transporteurs.
M. Jean-Pierre BLAZY : Le client a affaire à vous et non au président de la compagnie
d'aviation ou à l'hôtelier qui se situe à l’autre bout de la planète où il se rendra. Vous êtes
bien l'interlocuteur et si le dispositif est amélioré – ce que nous souhaitons dans le souci
de mieux garantir la sécurité des voyages – vous avez votre part de responsabilité à
assumer. Je ne prétends pas que vous ne souhaitiez pas le faire, mais vous avez tendance à
nous dire : « Nous sommes avant tout commerçant ».
Puisque nous parlons commerce : dans le prix d'un voyage, vous cherchez,
compte tenu de la concurrence entre agences de voyage, à offrir les meilleurs prix, donc à
tirer les prix vers le bas et, en tant que commerçant, à réaliser des bénéfices. Nous nous
interrogeons donc sur les garanties de sécurité. Nous souhaitons – c'est d’ailleurs la
demande de nos concitoyens – qu’en achetant un billet d'avion, ceux-ci puissent connaître
la compagnie et être certains, le risque zéro n'existant pas, de voyager dans les meilleures
conditions de sécurité possibles.
M. Robert DARFEUILLE : Nous sommes d'accord pour participer et réfléchir avec
vous. Nous n'avons pas de solution miracle. Si nous prenons des compagnies « low cost »,
telles qu’Easy Jet et Ryanair, nous sommes dans un schéma où le prix est au plus bas et le
produit dépouillé.
Les tarifs annoncés par la publicité de ces compagnies sont de 29 € ou de
65 €, mais leurs prix moyens ne sont pas forcément ceux-là. En matière de sécurité, ces
compagnies sont-elles moins sûres que les autres ? Rien ne peut le dire. Elles ont les
autorisations de vol, les certificats de transport et opèrent de la même façon, et cependant,
leurs tarifs sont bas. Je réponds à la question : je ne crois pas que des prix bas dégradent la
sécurité.
Si je prends l'exemple des low cost, des accidents mécaniques se produisent
comme dans tout transport aérien. Ces compagnies n'ont ni plus ni moins d'accidents que
les autres.
— 63 —
On sait que, dans des zones éloignées – qu’il s’agisse d’une voiture de
location, d’un chauffeur de brousse ou d’un taxi – les moyens de transport ne répondront
pas aux mêmes critères de référencement qu’un taxi se rendant de l’aéroport de New Ark
au centre de New York. Des risques d'incidents automobiles peuvent exister et il est
logique d’avoir un même niveau de risques pour le transport aérien mais avec des
conséquences beaucoup plus graves.
Mme la Présidente : Il conviendra de repréciser tous ces points car nous ne sommes
satisfaits ni les uns ni les autres.
M. le Rapporteur : C'est très compliqué et nous en sommes tout à fait conscients. Votre
rôle n’est pas aisé, s’agissant d’une profession exercée dans 5 000 points de vente à
travers le territoire. L’inégalité de situation des personnes que vous représentez, rend
parfois le discours quelque peu difficile.
Vous êtes président de la commission Air du syndicat. Quel est le rôle de
cette commission ?
M. Robert DARFEUILLE : Le syndicat est un syndicat patronal professionnel qui
défend ses adhérents et comprend un certain nombre de familles. En adhérant au SNAV,
on adhère à une famille professionnelle parmi trois familles de distributeurs et trois
familles de producteurs.
M. le Rapporteur : Pouvez-vous préciser le mot « famille » ?
M. Robert DARFEUILLE : Il existe six filières d’adhésion au syndicat et tous les
adhérents sont des agences de voyage. Trois familles représentent les distributeurs et trois
familles représentent les producteurs.
Parmi les producteurs, figurent les voyagistes – Jet Tour, Fram, le Club
Méditerranée, Kuoni, Asia, etc. –, les groupes spécialisés – qui mettent du transport et de
l'hébergement bout à bout de façon ponctuelle pour des groupes, mais qui ne revendent
pas des « packages » individuels. Il s’agit d’une activité spécifique qui concerne les
congrès, l’incentive, les comités d’entreprise et autres et qui constitue une famille. Enfin,
il y a ce que l’on appelle le « tourisme d’accueil ». Les agences de voyage de cette
famille, vendent la France, elles jouent un rôle de producteur du tourisme réceptif.
En ce qui concerne la distribution, la classification est davantage fondée sur
des critères de type économique. On distingue les indépendants, les réseaux volontaires
qui sont des regroupements d'agences sous un label – Sélectour, Afat, Tourcom, Manor –
et les réseaux intégrés qui sont des sociétés plus importantes en nombre de points de vente
– Havas Voyages American Express, Thomas Cook, Protravel, dont je suis un cadre
dirigeant.
Ensuite, des commissions techniques sont constituées pour travailler sur des
dossiers. Une commission des affaires sociales négocie pour la profession avec les
organisations syndicales, une commission juridique examine tous les problèmes juridiques
que peut rencontrer un adhérent ou la profession et une commission Air, dont j’ai la
responsabilité, a pour tâche de défendre les intérêts des professionnels auprès des
compagnies aériennes.
Mme la Présidente : Pourrez-vous nous procurer un document établissant toutes ces
responsabilités ?
— 64 —
M. Robert DARFEUILLE : Oui.
M. le Rapporteur : Vous avez actuellement sur votre bureau un dossier important : la
chute, la baisse, voire la suppression pour certaines, des commissions consenties par les
compagnies aériennes pour les activités de billetterie de leurs produits. Nous remarquons
que les grandes compagnies connues les plus sûres, de type British Airways et Air France,
vous « passent à la moulinette », car les taux de commission tombent de 7 ou 8 % à 0 %,
dans certains cas.
Demain, si je vous achète un billet Paris/Moscou, Paris/Dakar ou autres,
n'aurez-vous pas tendance à me vendre un billet Aeroflot sur lequel vous toucherez 7 ou
8 %, voire plus, plutôt qu'un billet Air France dont la commission baissera à 1 % ?
M. Robert DARFEUILLE : Il faut savoir que sur ces évolutions de rémunération,
chaque compagnie, opérateur principal, fixe les règles sur son marché. Lufthansa fixe les
règles en Allemagne, British Airways en Angleterre, Alitalia en Italie, Iberia en Espagne
et Air France en France. Ensuite, toutes les compagnies suivent.
Lufthansa a annoncé qu'il passerait à 0 % de commission de base sur le
marché allemand au 1er septembre et Air France suivra au 1er octobre en Allemagne. Il
n’existe pas nécessairement de disparités sur la rémunération de base. Cet alignement se
fait de façon plus ou moins étalée dans le temps. Auparavant, cela prenait de six mois à un
an. La première baisse de rémunération de 9 à 7 % a mis quelques mois ou quelques
années. Actuellement, quand une compagnie décide d’agir ainsi sur son marché, les autres
suivent dans le mois. De ce fait, le problème ne se pose pas. Lorsqu’il se pose, on rejoint
une situation qui se rencontre partout. Quand vous allez dans un magasin acheter des
chaussures, le vendeur essaiera de vous vendre telle paire de chaussures ou telle autre. Ce
sont des relations normales. Ce qui compte, c'est tout d'abord le produit : quel est-il en
termes d’horaires et de temps de vol ? Pour les compagnies avec qui on traite, 99,9 %, qui
sont des compagnies membres de l’IATA, la disparité des commissions n’aura pas
d’influence.
M. le Rapporteur : Nous sommes face à un problème de sécurité aérienne que nous nous
posons toujours en termes tragiques. Ces accidents impliquant de nombreuses personnes
peuvent poser des problèmes aux riverains et ils sont beaucoup plus spectaculaires que les
accidents de la route. Par ailleurs, nous allons vers une croissance importante du trafic
avec une multiplication des voyages et du temps libre. Votre syndicat mène-t-il une
réflexion sur le problème de la responsabilité et sur l'exigence des consommateurs
concernant la qualité des prestations et, notamment, la sécurité du transport aérien ?
Quand un avion s’écrase, les conséquences pour le tour-opérateur sont
considérables. On ne peut pas se permettre deux catastrophes chaque année sinon, comme
pour les compagnies aériennes, on risque de voir changer l'enseigne assez souvent. Il faut
une vraie réflexion sur la massification du trafic et sur la multiplication des échanges et
des risques. Sur des enseignes connues, il existe peu de risques d'erreurs. Mais le syndicat
comprend également la petite agence de voyage familiale qui vend quelques produits dont
elle ne connaît rien. Comment, au niveau du syndicat, menez-vous la réflexion ? Etesvous prêts à vous sentir responsable au-delà de votre simple rôle de commerçant ? Vous
êtes dans une chaîne et vous devez avoir votre part de responsabilité. Où placez-vous la
barre ?
Mme la Présidente : Je souhaiterais ajouter une question qui rejoint celle de M. le
Rapporteur, puisque tout cela forme un tout : Comment améliorer la sécurité du transport
aérien à votre niveau ?
— 65 —
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Pour compléter, estimeriez-vous justifiée une
modification de la loi de 1992 pour améliorer le principe même de la responsabilité dans
les chaînes de production de voyages ?
M. Robert DARFEUILLE : En préalable, si mon audition est ici perçue par vous comme
étant celle d'une profession irresponsable et dont le seul intérêt est de faire du commerce,
j'en suis désolé car ce n'est pas la réalité. Je me suis sans doute mal exprimé.
Nous avions des clients dans ce dramatique accident. Nous sommes dans une
relation très personnelle avec nos clients. Dans des villes de province, en particulier, des
clients voyagent régulièrement et leurs relations avec nos collaborateurs sont presque
amicales. Je peux vous dire que personne, à titre personnel, ne souhaite vivre cela et avoir
en tête que ses clients ou ses amis ne reviendront pas.
Notre métier n'est pas un métier de transporteur. La responsabilité en matière
de sécurité est d'abord et avant tout le problème des transporteurs. Je pense que nous
sommes prêts à y réfléchir, à collaborer, à faire tout ce qui, dans notre domaine, est en
notre pouvoir en matière de communication, d'information et de transparence. L'ensemble
de la profession est volontaire et même demandeur. Nous savons que le transport aérien
continuera de s'accroître, malgré des aléas, et progressera en moyenne de 6 % par an dans
les dix prochaines années.
Dans une étude que j’ai lue il y a quelque temps, un analyste déclarait que,
compte tenu de l’augmentation du nombre de vols et de compagnies, les accidents
augmenteraient de façon sensible, sans remettre en cause le fait que l’aérien reste le
moyen de transport le plus sûr. Cela frappe les esprits et il faut tout faire pour éviter que
cela n’arrive. Il existe un certain nombre de problématiques. L’aviation civile, en France
a, d’après moi, la responsabilité de la sécurité des avions opérant sur le marché français.
Notre rôle à l’égard de nos clients, est un rôle d’information.
Ensuite, concernant ces labels, auxquels nous sommes tout à fait favorables –
et nous avons immédiatement répondu de façon positive quand le ministre nous a
interpellés sur ce sujet –, il y a lieu de s’interroger sur la réaction d'un certain nombre de
pays. Accepteront-ils de confier à un pays tiers les contrôles de sécurité ou le label défini
sur leurs propres compagnies ? J'ai des doutes, mais cela ne signifie pas qu'il ne faille pas
y réfléchir. Le gouvernement égyptien, par exemple, acceptera-t-il qu’Egypte Air ou les
compagnies qui effectuent le plus de vols spéciaux soient soumises aux contrôles d’un
pays extérieur – alors qu'elles sont déjà soumises à un contrôle international ? Je l’ignore.
Toute la profession est traumatisée par ce qui est arrivé. Nous souhaitons ne pas revivre ce
drame et nous ferons tout pour éviter que cela se reproduise.
Cela aura des conséquences au niveau de l'organisation. Je suis persuadé que
nombre d'agences aujourd'hui, parmi celles qui font des groupes ponctuels, hésiteront à
affréter des avions. L’une de nos activités, au niveau de l'entreprise que je représente,
consiste à mettre en place des vols spéciaux pour toutes les grandes foires industrielles
d’Allemagne qui génèrent des déplacements importants d’hommes d'affaires. Les
personnes avec qui nous travaillons sont sérieuses et les compagnies référencées. J'espère
qu'il ne se produira jamais un drame lié à un problème d'accident de quelque nature que ce
soit. Nous prenons toutes les garanties en ce sens mais, malheureusement, nous ne les
éviterons pas. Je ne peux que vous renouveler la volonté de la profession d'être
complètement transparente dans ce domaine. Que pouvons-nous faire ? Nous n’allons pas
nous substituer aux organismes de contrôle pour vérifier que les compagnies sont aptes à
voler. Nous travaillerons sur nos référencements. Nous améliorerons la sélection des
compagnies que nous référençons avec lesquelles il n'y a pas d'incidents. Peut-être
pouvons-nous tenter de mettre en place une base de données, commune aux différents
voyagistes, qui référencerait leurs principaux fournisseurs de transport aérien à la
— 66 —
demande et qui noterait les différents incidents ? Aujourd'hui, peut-être n’avons-nous pas
cette base de données d'information.
Cela changera-t-il la situation ? Je l’ignore, mais il faut peut-être chercher, en
amont, à détecter des éléments susceptibles de nous alerter.
M. le Rapporteur : Personne ici ne doute que la profession souhaite que ce type
d'accident ne se reproduise pas. Ce sont vos clients et je pense que vous préférez les voir
vivants plutôt que morts. Notamment en province, cela peut créer des chocs, bien au-delà
des relations commerciales. Concrètement, je pense aux grands, ceux qui vendront 80 %
des billets de voyages aux Français pour les prochaines vacances d'été : le Club
Méditerranée, Fram, Selectour et autres. A votre connaissance, quelles leçons ont-ils tiré
concrètement de l'accident de Charm el-Cheikh ou d'autres accidents antérieurs ?
Vous avez évoqué la possibilité, grâce à la constitution d’une banque de
données, d’améliorer la vigilance et le projet d’améliorer vos référencements mais, à votre
connaissance, qu'est-ce qui a changé concrètement ? Que pourriez-vous dire aux Français
? Les grands opérateurs – et non pas le syndicat, car vous ne pouvez pas, aujourd’hui,
engager toute la profession – pourraient-ils dire : « Nous avons tiré cette leçon de Charm
el-Cheikh et il en sera tenu compte pour vous assurer plus de sécurité » ?
M. Robert DARFEUILLE : Ce qui a été mis en place le plus rapidement a été le
renforcement de ce qui existait déjà. Ces entreprises qui possèdent des labels de
certification qualité, de process et de référencement des fournisseurs, ont été amenées à
renforcer ces obligations de sélection des fournisseurs.
Je ne crois pas que l’existence d’une base de données répertoriant les
accidents aurait empêché qu'un voyagiste en France n’opère et référence Flash Airlines en
tant que compagnie remplissant tous les critères exigés.
En parlant avec mes collègues distributeurs comme Thomas Cook ou
Selectour, j’ai constaté qu’ils travaillent pour améliorer leurs critères de référencement des
fournisseurs. De la même façon, les voyagistes amenés à mettre en place des opérations
sur des vols spéciaux travaillent également sur leurs critères. Quand ils demandent des
certificats de navigabilité et des attestations d'assurance, ces documents leur sont fournis.
Ces mesures vont accélérer la concentration sur quelques fournisseurs, et notamment sur
les compagnies susceptibles d'avoir des vols affrétés. Cela « écrémera » un certain nombre
d'opérateurs.
M. le Rapporteur : Les agences de voyages ou les tour-opérateurs sont-ils garantis par
des règles de certification ISO ?
M. Robert DARFEUILLE : Certaines agences sont classifiées ISO 9002 avec des
normes de qualité, mais pas toutes.
M. le Rapporteur : Avez-vous, dans ces règles ISO particulières pour votre métier – touropérateurs, voyagistes ou agences de voyage –, des critères particuliers tournant autour
des problèmes de sécurité du transport aérien ?
M. Robert DARFEUILLE : Non, quel que soit le pays, la sécurité du transport aérien est
affaire de transporteur et d'autorisation de vol. Nous avons une relation de qualité de
service mais qui, aujourd’hui, ne peut pas aller au-delà.
— 67 —
M. le Rapporteur : Sur les procédures de référencement, vous pourriez avoir des règles
particulières.
M. Robert DARFEUILLE : En ce qui concerne les voyages d'affaires, les grandes
sociétés françaises sous-traitent la totalité de leur budget voyages et déplacements à des
agences de voyage qui établissent tous leurs billets. Quand le directeur des achats d'une
entreprise doit faire voyager l'ensemble de ses collaborateurs dans le monde entier, il
applique des critères de référencement de transporteurs autorisés ou non autorisés. Il
s’adresse généralement aux grands réseaux et nous les assistons dans ce référencement.
Je voudrais vous rapporter une anecdote récente. L’une de nos agences,
implantée dans une grande entreprise française ayant un marché très important en Libye, a
consulté l’un de mes collaborateurs directs pour savoir si elle pouvait partir avec une
certaine compagnie. Les consignes ont été de signaler que cette compagnie n'était pas
référencée et de faire signer une décharge de responsabilité aux voyageurs en leur
indiquant qu’ils voyageraient à leurs risques et périls. L’incident a été rapporté à haut
niveau dans l’entreprise mais la directrice des ressources humaines s’est conformée aux
conseils de prudence donnés par son agence. Finalement, malgré l’importance de la
mission et du contrat en jeu, les personnes ne sont pas parties. Nous avons fait notre
travail d'information. Bien que cette compagnie soit membre de l’IATA, figure dans les
GDS et opère, nous estimons qu’en cas d’incident touchant aux services, tels que bagages
perdus, retard, indemnisation, etc., nous n’aurons aucun recours contre elle. Par ailleurs, il
est possible de penser que ce sont des zones où les normes de sécurité et les contrôles sont
insuffisants ; je ne dispose cependant pas d'éléments factuels et concrets pour l’affirmer et,
si je vais très loin, la compagnie peut se retourner contre moi pour diffamation ou refus de
vente.
M. le Rapporteur : Ces personnes ont-elles pris l'avion libyen ?
M. Robert DARFEUILLE : Il s’agissait d’Africa Airways. Elles n'ont pas pris l'avion,
mais je suis convoqué à la direction des achats et à la direction des ressources humaines
pour m’expliquer.
M. Jean-Pierre BLAZY : Depuis quelques semaines, notamment depuis le drame de
Charm el-Cheikh, avez-vous observé un changement de comportement chez vos clients
quand ils achètent des voyages ? Certains s'inquiètent-ils de savoir sur quelle compagnie,
voire quel type d'avion ils voleront ?
M. Robert DARFEUILLE : C'est évident et sensible. Les clients demandent s’il s’agit de
vols réguliers ou affrétés. Nous utilisons plus volontiers l’expression « vol affrété » car le
mot « charter » suscite des réticences. Hier, j'étais à Lyon et je m’entretenais avec des
responsables gérant les vols affrétés pour d’importantes manifestations qui auront lieu
dans trois semaines. Ils m’ont indiqué, de façon très claire, que lorsque les vols réguliers
sont complets et qu’ils doivent mettre en place des vols spéciaux, ils sont obligés de
construire un argumentaire pour répondre aux questions, malgré le sérieux des
compagnies.
M. Christian MÉNARD : Sur un plan purement commercial, pensez-vous qu’une
certification en matière de sécurité pourrait être un atout en matière de ventes ?
M. Robert DARFEUILLE : C'est une piste de réflexion. Nous constatons un clivage
entre les compagnies régulières et les vols affrétés, alors que certaines compagnies
régulières commercialisent leurs avions disponibles dans le cadre d'affrètements : Air
France dispose d’un service de vols spéciaux ; il est ainsi possible d’affréter des avions
— 68 —
d’Air France. Faut-il avoir dans ce domaine un label ou un critère de sécurité différent et
spécifique ? Peut-être est-ce une piste ?
Nous pouvons penser que dans les compagnies régulières chaque avion a un
plan de vol bien précis et déterminé longtemps à l’avance, comprenant tant d’heures, tant
de décollages et d'atterrissages, de montées et de descentes, où tout fait l’objet d’un suivi.
Sur des vols à la demande, des ruptures et des tensions peuvent se produire. L'avion étant
susceptible d’être sur-utilisé à certains moments ou sous-utilisé à d’autres, il est possible
que cela entraîne des risques techniques plus importants ? Une piste de réflexion serait
peut-être de rechercher si des avions utilisés pour des opérations à la demande doivent
avoir un label et répondre à des critères de sécurité différents, car le contrôle est peut-être,
dans leur cas, plus aléatoire.
Mme la Présidente : A travers ce questionnement, j’ai eu l'impression que nous ne
sommes pas sur la même longueur d’onde et – je serai forte dans mon expression – j'ai cru
sentir que vous « flottiez » par rapport à nous.
Votre profession ne se rend-elle pas compte de l’existence d’un problème
grave dont les solutions sont très difficiles à trouver – nous nous en rendons compte de
notre côté – et que certaines préconisations devront sortir des travaux de cette mission, car
nous ne pouvons pas rester dans la situation actuelle ? Le public ne l’acceptera pas et nous
non plus. Alors que l’Europe s’élargit, ne sentez-vous pas qu'il est urgent d’avoir une
meilleure information et que, par ailleurs, il n’est pas possible de prendre – le mot est
fort – des voyageurs en otage puisqu'ils paient sans savoir ? Ne vous rendez-vous pas
compte qu’il est urgent d’apporter une réponse ? Qu’il s’agisse d’un label ou que cela
porte un autre nom, ce sera certainement une réponse imparfaite car c’est un problème
difficile à résoudre du fait de l'indépendance des pays, mais je crois que nous devons
apporter une réponse. Qu’avez-vous à répondre ?
M. Robert DARFEUILLE : Je suis d'accord avec vous, la profession est traumatisée et
beaucoup s'interrogent sur leur pérennité. Ils se demandent ce qu’ils feront demain, non
pas tant sur le plan des relations commerciales avec les clients, mais sur celui de
l'organisation, des responsabilités et des engagements. Nous sommes conscients de la
gravité des conséquences de ce dramatique accident. Aujourd’hui, nous n'avons pas de
solutions toutes faites car la situation est très complexe, un avion étant une machine
technologique.
L'environnement politique mondial génère une concentration des risques sur
ce mode de transport qui, fort heureusement reste aujourd'hui le plus sûr. Mais la
profession est très inquiète et 2004 sera vraisemblablement une année très difficile pour
beaucoup sur le plan économique et sur celui de la responsabilité, notamment de la
responsabilité morale. Nous y réfléchissons. Nous sommes prêts à réfléchir avec vous et
d'autres, mais nous n'avons pas de solutions toutes faites. Le transport aérien est organisé,
avec des règles et des contrôles que nous pensions suffisants. Les causes exactes de
l'accident ne sont pas connues. Nous savons que nous ne parviendrons pas à faire en sorte
que, malheureusement, cela n'arrive plus jamais.
Mme la Présidente : Je souhaiterais vous demander votre opinion sur l'idée qui a été
envisagée d'imposer aux transporteurs des audits de sécurité, établis à leurs frais, sur la
base d'un cahier des charges de la DGAC. Seriez-vous prêt à accepter ce type
d'hypothèse ?
M. Robert DARFEUILLE : La sécurité étant l’affaire du transporteur, il est logique qu'il
participe financièrement à ces contrôles.
— 69 —
Mme la Présidente : Vous ne vous sentez pas concernés par un financement de ces
éventuels audits.
M. Robert DARFEUILLE : Nous, agences de voyage, non.
Mme la Présidente : Je vous demanderai de nous procurer le document de votre syndicat
et tous documents éventuellement utiles à notre réflexion.
Je vous remercie.
— 71 —
Audition de M. Paul-Louis ARSLANIAN,
Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA)
(Extrait du procès-verbal de la séance du 2 mars 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Monsieur, soyez le bienvenu. En tant que directeur du BEA, nous
avons tenu à vous entendre sur son fonctionnement, ses moyens et sa composition, ainsi
que sur les propositions que vous jugeriez utiles de présenter.
Je précise que nous n’enquêtons pas sur l’accident de Charm el-Cheikh.
Toutefois, notre mission d’information a bien été constituée à la suite de cette tragédie et
il sera intéressant d’entendre les informations que vous serez en mesure de nous fournir à
ce sujet.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Mme la Présidente, mesdames, messieurs, je suis à votre
disposition pour répondre à vos questions de façon aussi claire que possible.
Le BEA fut créé voilà longtemps avec comme objectif initial, à l’instar des
organismes comparables de certains grands pays anglo-saxons, d’informer les autorités
sur les conditions et les causes des accidents. La création du BEA est consécutive à la
sortie de la guerre. Nous étions jusque-là dans une logique de commission d’enquête et,
durant les années qui suivirent la création du BEA, la commission d’enquête et le service
permanent ont co-existé, ce qui conduisit à certaines difficultés pratiques, surtout de
cohérence, dans la mesure où la commission d’enquête représentait essentiellement les
personnes qui la composaient, sans souci de cohérence avec les actions du passé. La loi de
1999 a légèrement modifié cet ordonnancement et il n’y a plus dans notre pays de coexistence d’une commission et d’un service permanent, mais association des deux.
Aujourd’hui, en cas d’accident, si, pour des raisons qui tiennent à son appréciation de la
situation, le ministre responsable des transports décide de créer une commission
d’enquête, ceci ne change rien à la responsabilité de la conduite de l’enquête qui reste
placée sous mon autorité. Maintenant, la commission d’enquête joue un rôle, essentiel, de
conseil, elle nous permet de réfléchir en toute confiance avec des professionnels
d’expérience extérieurs au BEA, de dialoguer avec eux, mais ils ne prennent pas de
décision en ce qui concerne la conduite de l’enquête ou la rédaction du rapport.
Sur le fait de savoir si les enquêtes peuvent être modifiées pour raison d’Etat,
la réponse, bien sûr, est non. La loi l’interdit et, sous mon autorité, ce qui est prescrit par
la loi s’exécute. Par ailleurs, une telle modification serait « la pire des âneries possibles ».
En effet, une « enquête accident » doit permettre, dès son origine, un retour d’expérience.
Cette mission demeure, même si elle s’est légèrement développée avec les évolutions de
la société.
Incontestablement, aujourd’hui, nous exerçons également une mission
d’information, notamment du public, et accessoirement des professionnels. Il reste que la
mission première de l’enquête accident est d’informer les autorités sur ce qui s’est passé et
de suggérer des modifications. Il n’y a pas de transfert de responsabilité à la suite d’un
accident, les responsables restent responsables de la conduite des affaires. Cette situation
explique que je n’ai pas le droit et que je n’ai jamais demandé à avoir le droit d’interdire
de vol un avion. Je recommande, je propose, je conseille, mais je reste en dehors du circuit
de décision. C’est une condition sine qua non de la vraie indépendance.
— 72 —
Le BEA a une vocation de sécurité. Après la guerre, dans les pays
développés, apparaît l’idée selon laquelle l’examen détaillé des catastrophes aériennes et
des autres accidents est de nature à apporter les enseignements qui permettent d’éviter de
nouveaux accidents. A cette fin, sont mis en place des règles – au travers de l’annexe 13 à
la convention de Chicago –, des procédures identiques partout dans le monde et,
progressivement, des organismes spécialisés. La France n’est pas la première à avoir
installé un organisme d’enquête, mais c’est un des seuls pays à avoir créé un tel organisme
assez vite et à ce niveau de développement.
Le BEA existe depuis la guerre. Ses missions sont restées pratiquement
inchangées, même si la formalisation de celles-ci et de ses moyens est allée en
progressant. La loi de 1999 fut le point d’orgue de cette évolution. Avant cette date, la
pratique correspondait à l’annexe 13, mais la législation était succincte ; en 1994, une
directive européenne est venue donner aux normes de l’annexe 13, auxquelles les Etats
peuvent ou non se conformer, un caractère obligatoire. La transposition en droit interne de
cette directive au plan national a été réalisée en France par la loi de 1999 qui, à mes yeux,
est l’une des plus achevées dans l’arsenal législatif et réglementaire international. Je ne
suis pas mécontent des textes en vigueur en France.
Le BEA représente aujourd’hui un peu plus de cent personnes. Nous étions
une quinzaine à ma prise de fonctions en 1985. Il s’agit d’un développement rapide, qui
n’est pas sans avoir suscité des difficultés, notamment en raison d’une rotation importante
des personnels. Nous avons du mal à conserver longtemps les enquêteurs car le métier est
pénible au plan personnel. Nous sommes en contact permanent avec l’échec et la mort,
sans avoir la certitude de contribuer à améliorer la situation. Nous travaillons par vœux,
souhaits et propositions. De l’accident évité, nous n’avons pas la preuve. D’où une usure
assez rapide. Pour passer de 15 à 106, il a fallu « consommer des personnes », chacune
apportant sa pierre. Il a fallu également s’adapter aux textes et à leur évolution, avec la
volonté de donner de plus en plus d’indépendance aux enquêteurs dans la pratique. Cela
s’est traduit par la mise en place de structures administratives propres. Parallèlement, la
nécessité de plus en plus forte de transparence s’est traduite par la mise en place de
structures de communication. Tout ceci contribue à expliquer l’évolution du chiffre du
personnel. Nous ne sommes pas passés de 15 à 106 personnes en recrutant uniquement
des enquêteurs ; mon service compte actuellement un nombre assez important de nonenquêteurs.
Quelles sont les missions du BEA ? Sur le plan international, la règle du jeu
est la suivante. Quand un accident se produit dans un pays, celui-ci est responsable de
l’enquête aéronautique et de sécurité. Il associe à l’enquête le pays responsable de la
conception de l’avion et le pays responsable de la tutelle de la compagnie aérienne. Ces
deux pays ont un droit naturel à participer à l’enquête et à avoir accès à toutes les
informations. Cela ne signifie pas que l’enquête soit cogérée, elle reste de la responsabilité
du pays d’occurrence : c’est ce pays qui la conduit, qui établit le rapport et qui définit les
règles de communication.
L’annexe 13 prévoit que les pays associés à l’enquête sont consultés sur le
rapport et ont le droit de formuler des observations, lesquelles sont annexées au rapport.
C’est ce qui s’est passé lors de l’accident du Concorde par exemple, où nos collègues
britanniques ont émis quelques observations qui furent annexées au rapport.
Une disposition de l’annexe 13 est moins connue. Elle prend de l’importance,
notamment dans le contexte de Charm el-Cheikh : le pays qui compte de nombreux
nationaux victimes d’un accident a le droit de désigner un observateur. Celui-ci exerce des
responsabilités limitées, mais a cependant accès à l’information initiale sur le site. C’est
par ce biais que nous pensions initialement pouvoir intervenir dans l’accident de Charm
el-Cheikh. Les Egyptiens nous ont accordés bien plus, spontanément, puisque nous
sommes entièrement associés à l’enquête.
— 73 —
M. le Rapporteur : M. le directeur, vous avez indiqué que l’effectif du BEA était de 106
membres. De combien d’enquêteurs disposez-vous sur le terrain ? Comment s’effectue
leur recrutement ? Comment devient-on enquêteur du BEA ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Le travail d’enquête s’opère sur le terrain, en laboratoire,
en atelier et sur dossiers. C’est un travail complet. Les personnes qui ont le titre
d’enquêteur, c’est-à-dire qui bénéficient de toutes les dispositions de la loi et qui peuvent
se voir confier une enquête, sont au nombre de 42. En plus, une trentaine de techniciens
supérieurs, agents de catégorie B, sans être des enquêteurs au sens strict du terme,
contribuent pleinement aux enquêtes. Ainsi, à Charm el-Cheikh, des techniciens se sont
également rendus sur le site pour participer au travail, dans les mêmes conditions que les
enquêteurs. Globalement, nous comptons de l’ordre de 70 personnes à profil enquête.
Nous avons également une dizaine d’ouvriers qui peuvent participer aux
enquêtes, par exemple, pour le démontage des moteurs ou pour des examens. Même parmi
le personnel administratif, certains participent à l’enquête au travers de la communication,
de l’examen d’aspects réglementaires, de la préparation du rapport. En pratique, tout le
monde doit se sentir concerné par la mission d’enquête pour venir au BEA. Si vous n’avez
pas le profil et la volonté de faire de l’enquête et de la sécurité, vous n’avez pas le profil
pour venir au BEA. Même une secrétaire qui se considérerait dans un service administratif
normal ne ferait pas bien l’affaire.
S’agissant du recrutement du personnel du BEA, nous sommes pour
l’essentiel des fonctionnaires de l’Etat. La très grande partie des personnes recrutées est
issue de la direction générale de l’aviation civile, du ministère des transports. Quelques
fonctionnaires viennent d’autres ministères ; nous comptons actuellement 2 agents mis à
disposition par le ministère de la défense. Nous avons également 14 contractuels.
M. le Rapporteur : Imaginons qu’un accident se produise sur le territoire national.
Concomitamment à votre saisine, une procédure judiciaire s’enclenche. Comment s’opère
la liaison avec l’enquête conduite par un juge d’instruction et la vôtre ? Y a-t-il des
conflits de compétences ? Vous pouvez parler, le juge ne le peut pas.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : La loi a essayé d’organiser la coexistence en la matière.
Je tiens à préciser que la saisine du BEA est automatique, de par la loi, en cas d’accident
sur le territoire national.
Nous intervenons, par définition, dès qu’un accident d’aviation civile se
produit sur le territoire national. J’ai également l’obligation d’intervenir en cas d’incidents
graves d’aviation civile ainsi que la faculté d’intervenir en cas d’incidents. Selon la loi, je
ne reçois pas d’instructions dans le cadre de ses enquêtes, ni n’en sollicite. Cela lui offre
une très grande liberté d’action et d’intervention.
Quand elle est saisie, la justice intervient naturellement de façon distincte,
mais les personnes se retrouvent sur le même site, avec la même épave et les mêmes
pièces, la loi donnant le droit au BEA d’accéder au site et d’y procéder à des observations.
Ce travail est souvent conjoint, ce n’est pas un travail de services qui s’observent et se
surveillent. Telle est la règle générale, même s’il existe des exceptions.
La loi prévoit également, parmi les compétences du BEA, le traitement des
pièces qui constitue le deuxième volet sur lequel nous travaillons en commun. Il s’agit des
enregistreurs de bord et des morceaux de l’épave sur lesquels il y aura des interventions.
Les enregistreurs nous sont remis par la justice. Nous procédons à une copie et nous
travaillons sur cette copie. Pour les pièces qui ne peuvent pas être copiées, par exemple un
— 74 —
moteur d’avion, le juge ou le procureur a le choix : il peut nous confier la pièce et nous
laisser faire notre examen. Cet examen peut même être « destructif » et, dans ce cas, la
seule contrainte est pour nous d’obtenir l’accord du juge. Mais il peut également décider
de faire le travail lui-même. Dans ce cas, nous en sommes prévenus et nous assistons au
travail.
S’agissant de l’information au public, il est exact que j’ai le droit – ce qui
induit un certain devoir – d’informer, alors que la justice doit se taire. La solution n’est
pas mauvaise, M. le Rapporteur, et il me semble même que c’est une bonne chose car,
auparavant, personne ne s’exprimait et l’on était devant cette situation quelque peu
confuse avec des risques de fuites plus ou moins organisées ou sauvages de personnes qui
parlent pour orienter l’opinion publique. Par ailleurs, quand un ministre parlait, il n’avait
pas nécessairement la connaissance de terrain du dossier, ce qui pouvait conduire à des
erreurs et mettre, en tout cas, le pouvoir politique en première ligne, non pas pour la tâche
politique qui est la sienne – montrer la continuité de l’autorité – mais pour des actes
techniques. Nous sommes ainsi parvenus à une polémique dans le cadre d’un accident qui
s’est produit en Alsace à Habsheim.
Mme la Présidente : Devoir d’information, oui, mais à quel moment et jusqu’où ? Pour
Charm el-Cheikh nous avons reçu le courrier d’une famille en grande difficulté frappée
par des morts multiples. Je me suis alors demandé si le BEA aurait dû communiquer si
vite et peut-être de façon partielle au moment de la remontée des « boîtes noires ». Ou
peut-être avez-vous reçu des informations complètes que vous avez été contraint de garder
pour vous ? Votre tâche n’est pas facile et exige de sérier moralement les problèmes.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : L’exercice se révèle très délicat et demande une réflexion
importante avant de s’exprimer. Charm el-Cheikh est à l’étranger. Nous ne sommes donc
pas exactement dans le cadre que je décrivais. Quand l’accident se produit à l’étranger,
c’est l’autorité du pays de l’accident qui est responsable de la communication et, sauf
exception, nous ne communiquons pas. Dans ce cas précis, compte tenu de l’importance
humaine et politique de cet accident pour la France, les autorités égyptiennes ont accepté
que nous répercutions leurs propos tout en restant dans le cadre qu’elles souhaitaient. Pour
autant, quand faut-il communiquer ? Que faut-il dire ?
Les deux ou trois premiers jours suivant un accident, il est impossible de
communiquer, car il n’y a rien à dire. A ce moment-là, tout le monde parle et dit
n’importe quoi. A partir d’un certain moment, l’on commence à recevoir l’information et
là se pose la question de savoir comment faire. Faut-il livrer cette information partielle en
expliquant que nous ne disposons que de ces quelques éléments établis et en précisant que
nous la complèterons dès que possible ou faut-il délivrer l’information seulement
lorsqu’elle est intégrale ? Tout savoir peut prendre des années. Il convient de tenir compte
de la pression médiatique – qui existe sans conteste, les médias recherchant aussi
l’information pirate – et de celle des familles qui demandent à être informées et se
plaignent de ne pas l’être assez.
La démarche que j’ai suivie, en l’espèce, et que j’essaie de suivre en mon âme
et conscience dans d’autres affaires est d’informer de la façon la plus humaine, la plus
délicate et la plus prudente possible plutôt que d’informer brutalement ; il faut éviter que
les familles découvrent l’information par la presse. Nous essayons de nous adresser à elles
avant de divulguer l’information dans la presse, en ne cachant rien mais en ne dérapant
pas. L’une des questions posées actuellement par les familles frappées par le drame de
Charm el-Cheikh, et elles se la poseront très longtemps, est : ont-ils vu qu’ils allaient
mourir ? Ont-ils souffert ? Il est très difficile de répondre à la première question. Nous ne
pouvons savoir ce que chacun a pensé et vécu, nous pouvons simplement dire que s’ils se
sont rendu compte de quelque chose, c’est tout à fait à la fin, dans les quatre ou cinq
dernières secondes, sans comprendre qu’il s’agissait d’un accident. Il y a eu une tentative
de récupération de l’avion. Probablement, à ce moment-là, ont-ils dû sentir une manœuvre
— 75 —
un peu brutale de l’avion. Ont-ils alors eu peur ? Je ne sais pas. Certaines familles
souhaiteraient découvrir que leurs proches ont su, un peu avant l’accident, que celui-ci
était inévitable, le temps de procéder à un rapide examen de conscience. D’autres
préfèrent penser que leurs proches n’ont pas su. Mais nous ne pouvons nous mettre à la
place des personnes qui étaient dans l’avion. Il s’agit donc de donner des informations à
des personnes qui l’attendent d’une façon contradictoire.
La seconde question est de savoir si leurs proches ont souffert. En la
circonstance, ils n’ont pas souffert, car le choc a été extrêmement violent. Mais cela nous
conduit à dire qu’ils ont été désintégrés, pulvérisés. Ce faisant, l’on risque à nouveau de
provoquer des souffrances. Depuis le début, j’essaie de me montrer extrêmement prudent
et de ne pas entrer dans des détails qui peuvent faire mal, mais je ne puis empêcher les
personnes de réfléchir. J’essaie d’éviter de répondre de façon trop précise aux questions
des journalistes auxquels je dis : « Pensez à ceux qui vous liront ou vous écouteront ».
C’est très difficile. D’un côté, l’on entend une demande de vérité, de
connaissance de ce qui s’est passé ; de l’autre, nous savons qu’en répondant brutalement,
nous ferons mal. Il ne m’appartient pas de décider de ce qui est bon ou non pour les
autres. J’essaie de rester au plus près de la loi en informant sur ce que nous savons et sur
le déroulement de l’enquête, sans nous lancer dans des spéculations, et en essayant de
recentrer en permanence le débat sur une approche objective. Les familles elles-mêmes
tendent à nous entraîner vers des accusations de telle ou telle personne. Ce n’est pas clair ;
certains veulent déjà le ou les coupables. Après l’accident, on a pu assister à une sorte de
chasse aux sorcières partant d’un a priori négatif sur la compagnie aérienne égyptienne.
Cela a brouillé la perception de l’opinion publique, mais aussi celle des familles.
Certaines sont convaincues que l’accident est dû à des déficientes lourdes de l’ensemble
du système aéronautique.
Un peu plus tard, des accusations ont été portées contre l’avion. Des
personnes ont déclaré qu’il avait déjà connu un problème technique grave auparavant.
Bien que j’aie expliqué aux familles que nous avons la certitude que l’accident n’était pas
dû au renouvellement de cette défaillance technique, certaines persistent à le penser. Nous
sommes dans une situation difficile. L’opération est extrêmement complexe au plan
technique et nous avons affaire à de nombreuses personnes. Quand nous sommes
confrontés à une seule famille, nous savons à peu près, et rapidement vers quoi elle
s’oriente, dans quel état d’esprit elle se place. Mais ne pas informer ou informer trop reste
un choix permanent.
M. le Rapporteur : Depuis sa création, de combien d’accidents votre service a-t-il la
mémoire ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Si vous parlez de catastrophes, d’accidents où l’on
compte de nombreux morts, j’hésite. Nous devons être plus proches d’une centaine que
d’une cinquantaine.
M. le Rapporteur : Notre mission a pour but de mieux comprendre les facteurs
déterminants des accidents. Est-ce la machine, est-ce l’homme ou la combinaison des
deux facteurs ? Quels sont les facteurs ou les circonstances répétitifs au point d’être
qualifiés de déterminants ?
Un membre éminent de l’administration à laquelle vous êtes rattaché,
expliquait qu’il n’y avait pas d’accident sans explication. Certaines enquêtes ont-elles
abouti à des mystères ou à des séries de causes qui ont conduit à dire que l’on ne savait
pas ?
— 76 —
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Sans entrer dans le débat philosophique, tout accident
s’explique. Il est arrivé, au cours des derniers temps, que certains accidents soient restés
inexpliqués, ce qui ne signifie nullement qu’ils n’avaient pas d’explication. Parfois, il
n’existe pas de liens, malheureusement, entre l’explication trouvée et le souvenir qu’en a
l’opinion publique qui très souvent se fige sur les déclarations faites au cours des
premières heures de façon tonitruante. Je ne sais pas ce que dans dix ans l’opinion
publique dira de Charm el-Cheikh.
Une caravelle s’est abîmée en mer après avoir pris feu entre Ajaccio et Nice voilà plus de
trente ans. On retrouve encore fréquemment l’explication du missile, évoquée par la
presse avant d’être totalement éliminée.
Mme la Présidente : Vous traitez aussi les incidents. Or, il nous a été rapporté que l’on
connaissait la faiblesse de certains 747, notamment celle de l’avion accidenté au large des
côtes américaines, mais qu’il n’y est pas remédié car la transformation de l’avion coûterait
trop cher. S’agissant d’incidents, vous laisse-t-on accéder à l’avion et que pouvez-vous
faire si ce n’est formuler des souhaits et des propositions ? Quels sont vos moyens
d’action, même si c’est avant tout moral ? Votre cheminement au sein du BEA et vos
enquêtes vous conduisent-ils à craindre certaines compagnies, certains avions et certains
pays ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Pour finir de répondre à la question de M. le rapporteur,
je précise que jamais personne n’empêche le BEA de travailler, que ce soit sur un accident
ou sur un incident. Quand nous voulons savoir quelque chose, nous y parvenons. Il règne
une bonne volonté généralisée dans le milieu aéronautique. Peut-être existe-t-il, ici ou là,
quelques entreprises moins conscientes de leurs responsabilités, mais l’essentiel se fait
avec des acteurs mus par une même volonté de faire progresser la sécurité, non
obligatoirement pour des raisons éthiques, mais parce que c’est la seule façon de continuer
à développer le transport aérien. La confiance est fondée sur la sécurité. Le transport
aérien s’est développé car, depuis le début, c’est la sécurité qui a été mise en avant. Dans
l’immédiat après-guerre, comme avant-guerre, prendre l’avion était risquer sa vie.
Aujourd’hui, c’est l’accident qui est devenu un scandale. Si nous acceptons de prendre un
risque sur la route pour aller prendre l’avion, nous n’acceptons plus le risque à bord de
l’avion. Voilà pourquoi, je considère que le travail du BEA est utile. Il n’est utile que
parce que je travaille avec un ensemble qui obéit à des règles et qui se contrôle. Des
contrôles croisés sont opérés dans tous les sens. Nous travaillons essentiellement sous
forme de recommandations et non de décisions mais d’abord, nous travaillons sous forme
d’informations. Le fait que nous relations le déroulé de l’accident revêt tout de même un
poids important. Une recommandation du BEA ou de ses homologues a une importance
certaine. Lorsque je parle de recommandation, cela signifie que je ne me substitue pas au
décideur, qui peut être en possession d’autres éléments d’appréciation que ceux issus de
l’examen d’un accident.
On ne laisse pas voler d’avions dangereux. Les constructeurs et les
compagnies aériennes ont une connaissance de l’outil, et parfois telle ou telle difficulté
technique est compensée par des procédures, une surveillance accrue. Parfois apparaît une
déficience qui doit être corrigée. Lorsqu’elle peut l’être, sans mettre en danger de façon
exagérée la sécurité, l’avion continue à voler. En évoquant de telles questions, je sors de
mon activité mais je le fais car je connais la façon dont on travaille !
En aviation civile, lors de la certification, les probabilités de survenance des
défaillances sont rapprochées de l’évaluation de leurs conséquences possibles. Un élément
nouveau est apprécié aussi au regard de ces règles. Ainsi, après l’accident du Concorde, il
est apparu que la probabilité de déclencher le cycle, qui était celle d’un éclatement de
pneu, s’avérait assez forte et s’accompagnait d’une conséquence possible qui n’était pas
un événement mineur, mais une catastrophe aérienne. C’est ce couple – catastrophe
potentielle et probabilité importante de déclencheur – qui s’est retrouvé au-delà de ce qui
— 77 —
pouvait être accepté et c’est ce qui a conduit à l’arrêt de l’avion. Dans ce cas, il n’y a pas
eu de vols « avec précautions », car il n’y avait pas de précautions à prendre. Dès lors
qu’il existe des précautions possibles, l’avion peut continuer de voler. Parfois, il est vrai,
certains ne sont pas d’accord avec la mise en œuvre d’une mesure correctrice qui coûterait
cher. Un débat s’ouvre alors entre ceux qui voudraient que les modifications interviennent
plus vite et ceux qui souhaiteraient ralentir le processus. Ensuite, une décision est prise.
Il est exact qu’elle peut ne pas satisfaire l’enquêteur qui voudrait que toutes
les améliorations soient entreprises immédiatement ; c’est pourquoi nous ne sommes pas
responsables de la décision. Si nous prenions la décision, nous serions obligés de prendre
en compte ces aspects économiques, sociaux, voire d’emploi et nous n’aurions plus une
vision neutre de l’événement suivant. Une position de compromis fait qu’en cas de nouvel
accident, nous perdrions notre neutralité, puisque nous aurions participé à la prise de
décision. Nous nous en tenons à proposer une décision uniquement liée à notre enquête,
sans nous censurer, ce qui conduit parfois à un peu d’exagération dans la proposition. Il
n’y a pas d’accidents répétitifs en transport aérien. L’accident, en général, survient et
permet d’éviter qu’un accident identique ne se reproduise. Il existe un exemple cependant,
celui du Boeing 737, qui posait un problème de gouverne de direction. Un accident
survenu à Colorado Spring n’avait pas été compris et un nouvel accident s’est produit à
Pittsburgh. C’est le résultat du travail sur les deux accidents qui a permis d’en comprendre
les causes. Mes collègues américains, à l’époque, ont déclaré qu’ils n’avaient pas
suffisamment d’informations. On disposait de peu de données enregistrées. Si l’accident
s’était produit en Europe, les données enregistrées auraient été plus nombreuses et il est
possible, voire probable, que nous n’aurions pas eu besoin de deux accidents pour
comprendre ce qui s’était passé.
En revanche, il existe une constante que nous retrouvons dans la plupart des
accidents, c’est le manque de rigueur.
Mme la Présidente : Que pensez-vous de cette prévision qui fait état d’un accident
majeur par semaine à moyen terme ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Plus jeune, j’ai connu les prédictions du club de Rome.
Toute prévision qui procède par prolongement de courbes, sans tenir compte d’autres
facteurs se révèle assez apocalyptique. La prévision que vous évoquez résultait
simplement d’un calcul qui rapprochait la croissance régulière du transport aérien et un
taux d’accidents considéré comme constant. Il se trouve que le taux d’accidents a baissé.
Depuis une dizaine d’années, il a légèrement baissé. J’ai apporté un extrait d’un document
de l’OACI, qui retrace, hors Etats de l’ancienne URSS, le nombre d’accidents avec morts
de passagers et le taux d’accidents ayant entraîné la mort de passagers. Le taux enregistre
une diminution régulière. Ainsi, à l’examen de la courbe elle-même, l’on relève un palier
en 1994, puis une nouvelle baisse du taux d’accidents, c’est-à-dire du nombre d’accidents
par heure de vol, par nombre d’avions ou par nombre de vols. Nous connaissons un
nombre d’accidents relativement stable, alors que le transport aérien croît : une dizaine ou
une quinzaine d’accidents causant plus de 20 morts. Un millier de personnes est tué en
transport régulier par an. Une relative stabilité s’affiche, alors que le transport aérien croît
régulièrement. Les faits constituent donc plutôt une réfutation de ces projections qui, pour
autant, ne sont pas inutiles. Simplement, elles indiquent ce qui se passerait si nous ne
réagissions pas. Ce n’est pas une fatalité, mais l’indication de ce qui se passera si nous ne
luttons pas contre le phénomène. C’est, en quelque sorte, la justification d’une nécessité :
que l’ensemble des acteurs des transports aériens soit motivé par la sécurité. C’est une
mise en garde contre le manque de rigueur, contre la tendance à penser qu’une marge
suffisante permet certains accommodements.
M. Jean-Louis BERNARD : Vous nous avez très clairement expliqué les secteurs de
compétences du BEA, le rôle de diagnostic des dysfonctionnements qui conduisent à
l’incident, à l’accident ou à la catastrophe, le rôle accessoire d’une sorte de cellule de
— 78 —
soutien psychologique. Mais revenons au premier domaine de compétences. Il serait
intéressant, pour notre mission, de connaître le nombre de dossiers que vous avez traités
au cours des cinq dernières années. Quelle a été la durée moyenne de vos enquêtes pour
arriver à trois conclusions ? Soit la cause est évidente, soit elle est probable, soit elle est
totalement inconnue. Au cas où la cause est certaine ou probable à la suite de vos
recommandations, quelles sont les mesures prises par les autorités responsables, les
constructeurs, les compagnies aériennes, etc. ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Il faut faire abstraction de l’aviation générale qui
représente une activité importante, puisque nous gérons environ 350 dossiers par an. Pour
ce type d’aviation, les conditions sont très différentes, puisqu’il n’existe pas
d’enregistrement et on observe une répétition des causes, notamment l’imprudence.
Pour l’aviation de transport, il convient de distinguer, d’une part les accidents
pour lesquels nous étions responsables de l’enquête et, d’autre part, les accidents à
l’enquête desquels nous avons participé. Le BEA est, en effet, intervenu plus souvent à
l’étranger qu’en France ces dernières années. Je vous communiquerai les chiffres précis
par écrit.
Au cours des cinq dernières années, nous avons eu à connaître l’accident de
Quiberon, en juillet 1998. C’est une catastrophe aérienne au-dessus de l’ancien paquebot
France. L’avion est un petit avion, il compte une quinzaine de passagers. Le pilote
descend pour montrer le Norway, passe en vol à vue et heurte alors un autre avion de
tourisme.
Très peu de temps après, du côté de Montpellier, un Airbus a évité de justesse
un planeur, dont la dérive a cependant été brisée par la collision. A la suite de ces
événements, nous avons émis des recommandations relativement nombreuses et une
réorganisation de l’espace aérien français a été réalisée. Ensuite, est survenu l’accident du
Concorde qui se traduit par l’interdiction de vol des Concorde quinze jours après
l’accident. J’insiste sur ce point : l’arrêt du Concorde dû à l’application, par le ministre, du
principe de précaution devient, quinze jours plus tard, un problème de sécurité. Le
Concorde restera interdit de vol pendant un an et demi environ, puis sera remis en service
avec des modifications, notamment sur les pneus garantissant que ce type d’accident ne se
reproduirait pas. Puis, le Concorde disparaîtra pour des raisons économiques.
Fin 2002, nous enquêterons sur un accident à Taipei. Un ATR, lors d’un vol
cargo, entre dans une situation givrante, y reste et, après une perte de contrôle, heurte la
mer de façon extrêmement violente. En mars de la même année, un accident concerne un
Boeing 737 à Tamanrasset.
Nous sommes intervenus sur l’ATR de Taipei, parce que la France est
considérée comme l’Etat constructeur des ATR. En Algérie, nous sommes intervenus,
parce que les Algériens ont demandé notre assistance. Il y avait 7 Français dans l’avion ce
qui est un élément supplémentaire pour nous inciter à participer à cette enquête. Nous
avons participé à l’enquête essentiellement en assistance technique des Algériens. J’étais
la semaine dernière en Algérie pour une nouvelle réunion de travail sur cet accident dont
l’anniversaire à lieu samedi.
En juin de la même année, nous avons eu à déplorer un accident de Brit Air à
Brest. Ce n’est pas une catastrophe aérienne et il n’y a qu’un mort, le commandant de
bord, mais le faible nombre de victimes n’est que le fruit de la chance. L’avion a touché le
sol avant la piste, il a glissé au sol, mais nous aurions pu connaître un bilan plus lourd.
Nous travaillons actuellement sur cette enquête mais elle n’est pas totalement achevée. Il
n’y a donc pas de résultats définitifs. Il s’agit de comprendre ce qui s’est passé dans un
— 79 —
avion, a priori, en bon état, avec des pilotes a priori qui effectuaient leur travail
normalement, mais qui n’ont pas vu que l’avion se rapprochait du sol.
Mme la Présidente : Pourriez-vous nous retracer tout cela par écrit ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Bien entendu. Le vrai problème, c’est qu’après un
accident, des mesures sont prises spontanément par les entreprises ou l’administration
– parfois, sur la base de nos informations. Je ne sais pas si je peux dire que cela fait partie
des résultats de notre enquête ou que sans notre enquête, rien n’aurait été fait. Je n’ai pas
la preuve que nous servions réellement à quelque chose. Je l’espère, c’est tout. Je puis
simplement vous dire que nous travaillons de façon professionnelle et que nous essayons
d’apporter aux autres une information valide pour que, le cas échéant, ils fassent ce qu’il
convient et que nous leur fassions les recommandations que nous estimons opportunes.
M. Marc REYMANN : Comment expliquez-vous la longueur de la procédure judiciaire
de l’accident du Mont Sainte-Odile ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Cela me donne l’occasion de répondre à la question qui
m’a été posée sur la durée d’une enquête. Une enquête sur un accident de transport public,
surtout une catastrophe aérienne, prend du temps.
Il est rare que l’enquête dure moins d’un an. Il est plus fréquent que la durée
soit d’un an et demi ou de deux ans. La seule exception que j’ai en tête est relative à un
accident d’ATR 42 au Kosovo, sur lequel nous sommes intervenus, d’une part, du fait
d’une disposition internationale et d’autre part, d’une disposition de la loi, dont je ne
pensais pas qu’elle servirait un jour. Cette disposition vise le cas de l’accident d’un avion
français à l’étranger, sans enquête d’un autre pays. En l’absence d’autorité étatique au
Kosovo, nous sommes intervenus. Cela a conduit à fermer l’aéroport de Pristina environ
cinq mois. Le rapport est sorti au terme de quatre mois d’enquête. C’était là une durée
exceptionnelle.
Pour l’accident du Mont Sainte-Odile, la commission a rendu son rapport un
an et demi après l’accident. Pour le reste, la procédure judiciaire m’échappe totalement,
M. le député.
M. Marc REYMANN : Cela fait quand même près de douze ans.
Mme la Présidente : De votre côté, M. le directeur, l’enquête est terminée ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Oui, depuis dix ans.
Mme la Présidente : Il y a donc deux enquêtes parallèles, dont l’une…
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Je ne me permettrais pas de dire que l’une est efficace et
l’autre pas.
Mme la Présidente : Je n’ai rien dit de tel, M. le directeur.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Sur cette procédure, nous sommes entrés dans un cycle
où les rapports d’experts se succèdent sans issue.
— 80 —
M. Jean-Pierre BLAZY : Je voudrais en préliminaire poser une question sur le crash du
Boeing 737 de la Flash Airlines. Comment réagissez-vous aux propos de M. Christian
Roger, président de l’Observatoire des nuisances aériennes et lui-même ancien pilote, qui
a émis une hypothèse mettant en cause un problème de commandes ? Il pense que
différents éléments lui permettent de soutenir cette hypothèse. Il ajoute que le silence
actuel sur la question, deux mois après l’accident, ne peut se justifier alors que des
éléments seraient connus des enquêteurs techniques et non judiciaires. Il serait donc
temps, selon lui, de produire un rapport préliminaire. L’absence de publication de rapport
étaye sa thèse, dans la mesure où les informations qui ont filtré n’ont mis en cause ni
l’équipage ni le terrorisme. Il en conclut que l’on pourrait maintenant être plus
transparent. Comment réagissez-vous à ces propos ?
Il y a six ans, j’étais rapporteur du projet de loi relatif aux enquêtes
techniques sur les accidents et les incidents dans l’aviation civile. Nous nous sommes
rencontrés à ce moment-là. Dans mon rapport, j’émettais le vœu que le BEA français
dispose de moyens humains plus importants. Je voudrais une précision sur ce point :
comment ces moyens humains en personnel ont-ils pu évoluer depuis six ans, vous
permettant, je l’espère, de mieux assurer vos missions ? Par ailleurs, la question qui me
préoccupe depuis six ans, et surtout depuis la catastrophe du Concorde, en lisant vos
rapports successifs, est évidemment la question des incidents. Sur le Concorde, nous
avons pu apprendre qu’il y avait eu plusieurs dizaines d’incidents, dont des éclatements de
pneus, y compris avec des projections sur les réservoirs, lesquels fort heureusement,
n’avaient pas provoqué de catastrophe.
Ces incidents, certes, ont donné lieu à quelques interventions, mais peut-être
pas à celles qu’il aurait fallu pour éviter la catastrophe de Gonesse. Finalement, il y a eu
70 ou 75 incidents répertoriés sur le Concorde. C’est considérable.
Dans votre dernier rapport d’activités pour l’année 2002, vous avez enquêté
sur 146 incidents survenus en France et vous précisez : « En 2002, le BEA a été informé
de 146 incidents survenus en France. » Aujourd’hui, disposons-nous d’un inventaire très
précis des incidents qui surviennent ou êtes-vous informé de certains incidents, mais pas
de la totalité ?
S’agissant de la prévention des catastrophes, il faut travailler sur les incidents
avec beaucoup de rigueur. Vous-même déplorez le manque de rigueur. Je souhaiterais que
vous nous en disiez un peu plus. Comment pourrions-nous échapper à ce manque de
rigueur, alors que le trafic augmente de nouveau, qu’il y a toujours plus d’avions qui
volent et voleront, et que pour la prévention des catastrophes, le manque de rigueur
entraîne des conséquences très graves ?
Quelles améliorations le directeur du BEA, à la lumière du travail accomplit,
pourrait-il proposer ?
Le Concorde a repris ses vols après des modifications importantes et
coûteuses. Il a ensuite disparu, avez-vous dit, pour des raisons économiques.
Franchement, êtes-vous sûr que sa disparition soit liée uniquement à des raisons
économiques ? Ma conviction est que l’on ne voulait pas avouer que cet avion n’était plus
aux normes aéronautiques. Il était devenu dangereux et il fallait, avant l’heure, arrêter son
exploitation.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : J’ai pris un des derniers vols du Concorde et j’ai emmené
mon fils avec moi.
Mme la Présidente : Moi aussi.
— 81 —
M. Paul-Louis ARSLANIAN : J’avais totalement confiance dans l’avion. Ce n’est pas
parce qu’un avion vieillit qu’il devient plus dangereux. Un suivi des avions est réalisé, sa
connaissance en service progresse. Le Concorde avait pour spécificité d’avoir peu volé.
La connaissance en service ne permettait pas de compenser le calcul de risques qui est
apparu quand est survenu l’accident. Mais, à cette époque, le nombre d’éclatements de
pneus, même s’il avait baissé au fil du temps, restait important. Il a été confronté à une
conséquence qui n’avait jamais été vue, ni même entrevue, et qui alors a décidé de son
arrêt.
En 1979, un accident s’est produit à Washington : une roue s’était brisée et
des morceaux avaient percé le réservoir. Les trous du réservoir avaient provoqué une fuite
et le Concorde s’était posé sans aucun problème. A Gonesse, il n’y a pas eu fuite, mais un
phénomène connu des tonneliers : quand on enfonce le bouchon d’un tonneau rempli à ras
bord, celui-ci éclate. Personne n’avait jamais envisagé que ce phénomène pouvait
s’appliquer à l’aviation. Un réservoir plein a donc été frappé par un gros morceau de pneu
qui ne l’a pas perforé, mais qui a provoqué un « bombement » qui s’est propagé ailleurs, à
un endroit plus fragile, et un morceau s’est arraché ; la fuite considérable qui s’en est
suivie s’est enflammée. Une petite fuite se serait éteinte simplement par le déplacement de
l’avion, mais dans le cas de cette énorme fuite, l’importance du feu ne l’a pas permis.
Nous étions vraiment dans le cas de l’imprévu et de l’improbable. Nous avons constaté
que l’improbable était possible, conduisant à cet arrêt.
Par la suite et vers la fin de la vie du Concorde, des morceaux de la gouverne
de direction se perdaient en vol. Le problème est survenu sur un avion anglais, puis sur un
avion français. Quand le Concorde a été arrêté, nous étions en train de travailler sur la
partie restante de cette gouverne pour comprendre comment elle avait pu se briser en vol.
L’avion avait traversé l’Atlantique, sans même que l’équipage s’en rende compte. Oui,
tous les avions connaissent des incidents et tous les pilotes, au cours de leur carrière,
rencontrent des événements. Ils sont suivis, gérés. Nous intervenons en effet sur les
incidents. Nous ne sommes évidemment pas informés de tous les incidents. Le décret, pris
en application de la loi que vous avez citée, impose une notification au BEA sur la base
d’une liste d’incidents qu’il nous appartient d’établir. Parallèlement, la Commission
européenne avait entrepris la préparation d’une directive visant à une collecte exhaustive
des incidents susceptibles de se produire en vol. Nous avons mis un peu de temps à établir
cette liste, car nous voulions écrire la liste des incidents qui devaient nous être rapportés
sur la base de la réflexion suivante : nous ne pouvons pas définir des critères de gravité
d’un incident – c’est impossible. Il fallait établir une liste qui englobe de la façon la plus
précise possible les événements sur lesquels nous jugerions utiles d’enquêter. Nous avons
essayé de le faire en nous rapprochant de la liste que la Commission de Bruxelles
établissait. Après beaucoup de travail et une large concertation, nous avons fini par établir
une liste et l’arrêté est paru le 4 avril 2003.
Depuis, nous essayons de profiter de l’existence de cette obligation de nous
communiquer les événements pour établir des relations de confiance avec les exploitants
et faire un peu de pédagogie.
Le rôle du BEA n’est pas la surveillance, mais le retour d’expérience. Le
retour d’expérience ne sert à rien si l’enseignement est rejeté, si nos conclusions sont
refusées et non appliquées. Nous ne pouvons promouvoir la sécurité par la contrainte ou
en plaçant des gendarmes derrière chacun et ce serait inefficace. Il faut conduire les
acteurs à adhérer à ce souci. Il faut convaincre tous les pilotes, tous les mécaniciens, tous
les chefs d’entreprise, même lorsqu’ils commencent à perdre de l’argent ou qu’ils
commencent à faire faillite, que la sécurité est une donnée avec laquelle on ne joue pas.
— 82 —
Il faut convaincre l’administration, les inspecteurs de la DGAC de n’avoir pas
le souci de leur popularité. On ne travaille pas pour être bien vu de la compagnie aérienne
ou de la presse. Cette démarche suppose une réelle coopération. Cela signifie que nous
essayons d’expliquer pourquoi l’on doit nous informer de l’événement et pourquoi on doit
nous laisser travailler sur l’événement, là où la tendance naturelle de chacun, il est vrai,
est de garder pour soi l’événement et de le traiter soi-même. Nous demandons aux
intéressés de se mettre à nu, alors qu’ils ignorent ce qui s’est passé.
Mme la Présidente : De quels moyens disposez-vous pour obtenir cette coopération ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : En premier lieu, de la confiance. Chacun sait que nous ne
trichons pas, que nous ne nous transformons pas brutalement en censeurs ou en juges. En
deuxième lieu, nous leur montrons que c’est là leur intérêt. Un jour ou l’autre, ils s’en
rendent compte. Au départ, il y a toujours des réticences, le petit jeu des relations de force
entre les pilotes, les responsables d’entreprises, les syndicats. Finalement, en intervenant,
nous permettons à l’événement d’être traité, alors qu’en le traitant eux-mêmes, les acteurs
s’englueraient dans leurs contradictions.
Les propos de M. Roger sont typiques de tout ce que nous essayons d’éviter,
parce qu’ils sont dangereux, qu’ils détruisent le message de sécurité et contribuent à
propager la méfiance. Il a dit n’importe quoi. Si j’osais, je dirais qu’il a « fumé la
moquette » ! Cette expression de jeunes correspond bien à la situation ; c’est un tissu
d’âneries. M. Roger dit des bêtises parce qu’il confond intuition personnelle et
démonstration rationnelle, qu’il extrapole des informations partielles et qu’il connaît mal,
tout en refusant celles qui ne conviennent pas à son propos et en comblant les trous par
des affirmations . Excusez-moi de vous parler si franchement, je m’adresse à des
représentants du peuple, il n’était pas question de louvoyer et de vous cacher ma pensée.
Mme la Présidente : Vous avez certainement des raisons pour tenir un tel propos.
Ce type de rapports de confiance, vous l’établissez en France, mais est-il
possible à l’étranger ? Des pays vous refusent-ils cet accès ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Mme la Présidente, permettez-moi de rajouter quelques
mots avant de vous répondre, ma réponse à la question précédente n’était pas complète, je
n’avais pas fini de développer le problème des personnels du BEA.
Un des problèmes que je rencontre est de convaincre d’autres responsables de
laisser partir des agents. Il s’agit, à volume global constant, d’augmenter l’effectif d’un
service. La fonction publique n’est pas en phase d’expansion. Il est nécessaire de
convaincre l’administration de l’utilité de notre travail ; il faut aussi que nous apportions
la preuve de cette utilité. On ne nous fait pas une confiance a priori. La confiance se
gagne, se mérite ; ce n’est pas simple d’autant que nous sommes parfois amenés à dire des
choses qui ne font pas nécessairement plaisir. J’ai dit une fois à un journaliste que je
n’avais pas de confidence à lui faire, que, si tel était le cas, cela signifierait que je cache
aux autres. Je ne cache rien à personne et dis à chacun la même chose.
A l’étranger, nous avons deux types de pays, ceux, organisés, qui ont une
administration et un service « enquête accident ». Nous progressons par la rencontre, c’est
par le travail en commun que s’établit ou non la relation de confiance. Actuellement, avec
ces pays, la confiance existe, nous travaillons dans la même configuration ; très souvent,
nous travaillons ensemble sur les mêmes événements, ce qui constitue un autre élément
d’efficacité et d’indépendance de l’enquête. Quand plusieurs pays, plusieurs services
travaillent sur le même événement parce qu’ils sont associés, leur travail est plus efficace.
— 83 —
Nous travaillons avec les Américains sur un accident d’Airbus qui s’est
produit à New York, deux mois après les événements du 11 septembre. L’avion a perdu
l’intégralité de sa dérive, juste après son décollage.
Ce travail est difficile car il nécessite une compréhension de phénomènes à la
fois techniques et humains qui sont loin d’être aisés, selon des points de vue et des
approches qui ne sont pas nécessairement les mêmes, et également, des façons de
travailler différentes. Mais nous travaillons dans la confiance, alors qu’il y a quelques
années nous nous étions affrontés au sujet d’un accident d’ATR, où les Américains
avaient adopté des conclusions qui nous apparaissaient légères et de parti pris. Nous
avions raison, puisqu’ils sont revenus ensuite sur leur enquête.
Les pays qui ne disposent pas de service d’enquêtes sont souvent des pays en
développement. Tout dépendra de la nature de l’accident, de la façon dont nous
travaillerons avec eux. Il est incontestable que beaucoup de patience sera nécessaire avec
certains pays, parce qu’ils n’auront pas nécessairement la même infrastructure que nous.
Bien qu’ayant les mêmes méthodes de travail, ils n’auront pas le professionnalisme dans
la méthode de travail qui nous permet d’aller plus vite. En outre, il peut arriver, dans
certains pays, que nous soyons confrontés à des interventions ou à des pressions
politiques, mais cela se voit et cela se dénonce.
Aucun pays qui veut être accepté, reconnu, ne peut prendre le risque d’être
accusé de cacher des éléments de nature à améliorer la sécurité. Ce n’est certainement pas
le cas de l’Egypte. L’Egypte ne peut pas courir le risque d’être prise en flagrant délit de
cachotterie ou de mensonge dans un domaine où la sécurité est en cause.
Là aussi, il faut beaucoup de persuasion, de temps. Il faut rencontrer les
personnes, le plus souvent possible et si possible à froid, il faut s’impliquer, les recevoir,
les inviter, les former. Chaque fois que nous le pouvons, nous formons des collègues
étrangers. C’est ainsi que, petit à petit, nous arrivons à établir le réseau de relations qui
permet d’aller un peu plus vite et de faire un peu mieux. Après l’accident de Cotonou, le
président de la commission d’enquête qui est le ministre de la défense du Bénin, nous a
confié l’enquête. Au départ, ce n’était pas clair : nous ne savions pas s’il s’agissait de
l’enquête technique ou de la totalité de l’enquête, y compris la communication sur cette
enquête. J’ai rencontré récemment le ministre et je lui ai demandé de préciser les
missions, ce qu’il fit par une lettre nous demandant d’assumer l’ensemble de l’enquête.
Nous allons donc commencer à communiquer. Le ministre m’a également confirmé que je
rendrai public le rapport du BEA, conformément aux procédures françaises. Il demande
simplement, ce qui est légitime, que nous l’informions avant d’informer le public.
Nous arrivons donc à faire des choses. Au passage, nous aidons
l’administration étrangère à mettre en place des procédures. Grâce à l’enquête que nous
menons en commun, l’Algérie est en train de créer un noyau « enquêtes accidents », une
équipe permanente qui sera en mesure d’intervenir systématiquement sur ces accidents
mineurs ou sur les incidents, sans avoir à faire appel à nous, même si bien sûr cela restera
toujours possible, notamment en cas de catastrophe aérienne.
Nous avons également convaincu nos collègues algériens d’informer la presse
et les familles des victimes. Je ne dis pas que les familles sont satisfaites. On a toujours
envie d’être davantage informé, mais elles ont quand même été reçues par les autorités.
Une première présentation leur a été faite et une autre interviendra au moment de la sortie
du rapport.
— 84 —
M. Bruno Le ROUX : Ma première question est technique : dans le cadre des enquêtes
que vous avez menées, quel est le rôle des constructeurs ou des équipementiers ? Se
déplacent-ils ? Quel est leur lien avec vous ? Sont-ils à votre disposition ? Peuvent-ils
créer des outils de simulation ? Quelles relations entretenez-vous avec les constructeurs et
les équipementiers en cas de catastrophes ?
On s’interroge sur la possibilité de mettre à la disposition de nos concitoyens
un outil qui leur permettrait de bénéficier d’une certaine transparence sur ce qui se passe
en matière d’aviation civile, sur les risques encourus. Pas simplement de par l’expérience
du BEA en France, mais également de par les échanges avec vos collègues. Existe-t-il
aujourd’hui un outil répertoriant des typologies d’incidents ou d’accidents qui se
reproduisent ou des appareils ou compagnies qui seraient plus souvent mis en cause que
d’autres ? Disposez-vous de cet outil et en existe-t-il une version qui pourrait être
remaniée, transformée et mise à disposition du grand public ?
Observez-vous, quand vous étudiez les incidents et les accidents sur plusieurs
années, une évolution des tendances ? Vous inquiétez-vous aujourd’hui de la charge de
travail, du trafic grandissant et, par exemple, de la charge de travail de ceux qui sont,
aujourd’hui, au sol, chargés de contrôler les avions, de leur signaler les routes, de les aider
à l’approche et au décollage ? Dans les tendances observées au niveau mondial,
enregistre-t-on une recrudescence d’accidents ou d’incidents liés à cela ? Y a-t-il
éventuellement une recrudescence d’incidents ou d’accidents due à une détérioration du
contrôle technique des appareils, autrement dit à une défaillance de la maintenance ? Par
exemple, existe-t-il une tendance liée au manque de qualification des équipages avec,
parfois, des comptes rendus d’accidents qui donneraient lieu à des décisions inadaptées ?
De ce point de vue, voyez-vous se dessiner quelques tendances sur les incidents et les
accidents ?
Vous parliez de liens de confiance pour multiplier les déclarations d’incidents
et d’accidents. Je préside le groupe d’études de l’Assemblée nationale sur la navigation
légère. Dans ce domaine, il existe un « Recueil d’événements confidentiels », le REC, qui
permet, de façon tout à fait anonyme, de déclarer les incidents, qui sont d’ailleurs dus,
dans la quasi-totalité des cas, à des facteurs humains. Ce processus permet ensuite
d’opérer un retour d’expérience et de faire partager la compréhension des situations qui
auraient pu dégénérer. Pour améliorer encore le taux de déclarations d’incidents et
d’accidents, notamment dus aux facteurs humains, devrait-on inventer un outil semblable
au niveau de l’aviation civile ?
Enfin, dans votre interview du 13 février sur l’accident de Charm el-Cheikh,
vous évoquiez la chaîne de commande de l’avion. Pour l’heure, l’explication que vous
avancez pourrait être tant technique qu’humaine ; vous ne dissociez aucun des deux
éléments ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Vous lisez bien un article dont la fin a été mal écrite. Si
vous le souhaitez, je peux vous dire ce que nous savons aujourd’hui sur Charm el-Cheikh.
L’état des recherches n’est malheureusement pas très avancé.
Lorsque nous nous référons au dossier, il s’agit d’un vol comme les autres. Il
n’y a pas de défaillance a priori identifiée ou identifiable de l’avion ou des pilotes.
L’avion décolle ; son décollage est tout à fait normal, de même que le début
de montée. Il commence à virer à gauche dans des conditions tout aussi normales et c’est
là qu’intervient une anomalie : arrivé à près de 90 degrés de sa trajectoire de départ,
progressivement, son inclinaison, et donc le sens de son virage, s’inverse. Toujours en
montée, l’avion s’incline de plus en plus sur l’aile – c’est un mouvement de roulis –,
— 85 —
jusqu’à se trouver sur la tranche. Sur la tranche, sans correction de la poussée, l’avion ne
peut pas continuer à monter, le nez s’abaisse et l’avion se met à descendre, tout cela sans
accélération ni sensation physiologique particulière : tout ceci se passe en douceur. Il
descend ensuite, de plus en plus rapidement, à une vitesse croissante. Vers la fin, il y a, à
la fois, correction de la position des ailes et action pour arrêter la descente. Il y a comme
une ressource, mais il est trop tard : l’avion heurte la mer avec la violence que vous savez,
puisque l’avion est réellement pulvérisé. Les morceaux sont tout petits. Les seuls gros
morceaux retrouvés sont les deux trains d’atterrissage, les moteurs, encore qu’ils soient
bien abîmés, et la partie en croix de la queue de la dérive – il s’agit d’un morceau qui n’est
même pas complet. Tout le reste est pulvérisé.
De par nos connaissances sur l’accident, de par l’état actuel de
compréhension des enregistrements, nous avons pu éliminer un certain nombre
d’hypothèses, notamment l’attentat, aussi bien dû à un missile qu’à l’arrivée d’un
terroriste armé ou à une explosion à bord de l’avion. Nous avons pu également éliminer
un certain nombre de défaillances possibles. Ce n’est pas, par exemple, le déploiement
intempestif d’un inverseur de poussée en vol. Nous avons également éliminé
complètement la mise en cause de la commande de direction, la partie qui bouge sur la
partie verticale de l’avion et qui lui permet des mouvements en lacets. Le paramètre de
cette dérive est tout à fait normal, elle ne bouge pratiquement pas, et l’avion n’a jamais de
départ en lacet ; il part en roulis, mouvement commandé par les ailerons. Nous savons que
ce qui se produit intervient au niveau de ce mouvement de l’avion.
A bord de l’avion, les pilotes s’aperçoivent d’une anomalie. Le commandant
de bord indique qu’il y a quelque chose qu’il ne comprend pas. Le copilote lui annonce
que l’avion s’incline. Un dialogue s’instaure entre des personnes qui essayent de tirer la
situation au clair. Mais nous ne disposons pas d’éléments suffisamment précis à ce stade
pour savoir s’il s’agit d’une cause technique sur laquelle se greffe éventuellement une
mauvaise correction, ou d’une cause purement humaine. Parmi les causes techniques,
certaines peuvent provenir de l’information. Il peut y avoir de mauvaises informations,
mais aussi de mauvaises réactions de l’avion. A ce stade, nous n’avons pu encore
déterminer quelle était la cause.
Le champ s’est rétréci et nous savons où nous sommes. Reste à comprendre
pourquoi l’avion est parti en virage à droite, de plus en plus prononcé, jusqu’à commencer
à piquer. C’est ce que nous devrons comprendre. Nous le comprendrons, mais cela
prendra encore du temps. De nouvelles réunions se tiennent actuellement au Caire.
Aurons-nous, à leur terme, réalisé un progrès suffisant pour annoncer qu’une nouvelle
étape est comprise ? Je l’ignore.
Voilà où nous en sommes. Inutile que je vous dise à quel point les journalistes
ont parfois tendance à interpréter nos propos.
Vous m’avez interrogé sur le rôle des conseillers des entreprises, par exemple
Airbus. Les enquêtes accidents sont menées par les Etats. Dans l’organisation
internationale dont je vous ai parlé, ce sont des services d’Etat qui coopèrent. Ils font
appel à des experts, à des conseillers dans les domaines qui sont normalement de la
responsabilité de leur Etat dans l’enquête en question. Quand le BEA travaille en tant
qu’Etat constructeur, certificateur d’avions, nous avons avec nous des conseillers d’Airbus
ou des équipementiers. Quand nous travaillons en tant qu’Etat responsable d’une
compagnie aérienne française, nous sommes entourés de conseillers de la compagnie
aérienne, éventuellement de l’administration, de l’aéroport, toutes sortes de conseillers. Ils
travaillent dans le cadre de l’enquête sous le contrôle et sous l’autorité de l’enquêteur
désigné. Ce ne sont pas des parties à une enquête. Ils sont supposés apporter leurs
connaissances et leurs compétences. C’est aussi un moyen de retour d’expérience et de
retour d’informations. Il est exact que le constructeur a souvent des moyens de simulation
extrêmement précieux, mais en faisant ce travail, en même temps, il arrive à la même
— 86 —
conclusion. La démarche de l’enquête est une démarche fondée sur la confiance, mais une
confiance raisonnée, non une confiance aveugle et naïve. Je n’ai pas pour habitude de
donner ma confiance sans la retenir avec un élastique.
Nous essayons de comprendre le plus vite et le mieux possible ce qui s’est
passé. Pour cela, nous avons besoin de la compétence des entreprises. Le but est d’arriver
à un accord de tous. C’est en général ce qui se produit. Il peut y avoir des désaccords sur
tel ou tel point, mais il est exceptionnel que se produise un désaccord total comme celui
que nous avions eu avec les Américains au sujet de l’ATR dont je vous ai parlé.
Vous m’interrogiez sur les outils et sur l’utilité de réaliser le tableau
d’honneur des entreprises et des pays. C’est un inventaire impossible à dresser. C’est
impossible et je ne suis même pas sûr que ce soit opportun. Compte tenu de mon
expérience, la seule façon d’améliorer la sécurité est d’entraîner les autres. On ne peut
dresser de listes. Parfois, lorsqu’un avion est mal entretenu, les pilotes le savent et tout le
monde est plus vigilant, davantage que si l’avion était en parfait état. L’attentat contre
UTA dans le Ténéré s’est produit contre une compagnie considérée comme une des plus
sûres, une des plus sérieuses, qui pratiquait la reconnaissance de bagages. Elle en a fait
pendant six mois. Un jour, estimant que cela n’apportait rien, elle s’est arrêtée et la bombe
est entrée dans l’avion. On peut avoir un accident qui touche une mauvaise compagnie
comme une bonne compagnie. Il y a une injustice dans l’accident. Il n’y a pas de justice
immanente qui ferait que les mauvais seront punis. Le mauvais peut parfaitement survivre.
Le but est donc de le surveiller, mais cela ne peut se faire à partir d’événements que l’on
va explorer, car ils ne sont pas assez fréquents.
Les compagnies qui rapportent les incidents sont plus souvent les bonnes que
les mauvaises. Si vous retenez les compagnies qui rapportent beaucoup d’incidents, vous
dresserez un tableau de chasse à l’envers, vous allez clouer les bonnes compagnies au
pilori. Voyez la façon dont la presse présente la panne d’un moteur d’avion en vol :
« Panne d’un moteur, le pilote se pose. » La situation est prévue et est normalement sans
danger, même si on a parfois connu des accidents. Or, l’incident est toujours présenté en
gros titre, avec l’idée sous-jacente « on est passé à deux doigts de la catastrophe » !
En revanche, et j’en ai connu un exemple, quand l’avion a une panne de
moteur en vol mais que le pilote ne dit rien, qu’il continue, qu’il traverse l’Atlantique, se
pose aux Antilles, à Pointe-à-Pitre, repart avec des passagers pour Fort-de-France et puis
rentre chez lui pour se faire réparer, la presse n’en parle naturellement pas, puisqu’elle ne
le sait pas, alors que la sécurité, là, a été moindre que lors d’un vol normal. Ce n’est que
par hasard, et toujours trop tard, qu’on découvre ces événements cachés.
On ne peut donc dresser de listes sur la base des incidents. On ne peut pas,
non plus, le faire sur la base des accidents, parce qu’il y en a trop peu et heureusement !
Par contre, il faut motiver, responsabiliser tous les Etats pour qu’ils appliquent avec la
même rigueur, la surveillance, le contrôle sur les entreprises et que tout cela soit partagé.
Qu’est-ce qui s’oppose au partage international de l’information ? C’est l’arrivée, un jour,
soit d’un journaliste au nom de la libre communication de l’information, soit d’un juge qui
vient saisir. Il en résulte, en dépit de l’intérêt à partager l’information, une réticence à ce
partage. Si un progrès est à réaliser, c’est sur cet aspect des choses.
Mme la Présidente : Les affirmations que vous venez de tenir n’entrent-elles pas en
contradiction avec la volonté gouvernementale d’attribuer un label ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Vous avez demandé l’avis d’un technicien, je vous ai
livré l’avis d’un technicien ; je ne suis pas au Gouvernement ! Mais la façon d’attribuer le
label peut se révéler déterminante. Je vous ai répondu sur une procédure qui consiste à
— 87 —
élaborer un tableau sur la base d’accidents et d’incidents. J’ignore totalement s’il existe
une possibilité d’élaborer des listes sur la base de contrôles conjoints.
Vous m’avez ensuite interrogé sur les tendances. Les types d’accidents sont à
peu près toujours les mêmes, c’est-à-dire des accidents qui se produisent avec une certaine
incompréhension de la situation. C’est un fait que l’on retrouve dans beaucoup
d’accidents, en partie favorisé par la routine, la certitude que l’on saura faire face. C’est ce
que j’appelle « le manque de rigueur », qui consiste à ne pas appliquer strictement les
procédures, en pensant que l’on sait mieux faire que les autres, que l’on peut prendre tel
ou tel risque.
Une tendance préoccupante réside dans le coût de la sécurité, car il peut
inciter certains à diminuer les normes de sécurité, par exemple, en s’installant dans des
pays qui n’ont pas les moyens de la supervision. De ce point de vue, si un pays n’a pas les
moyens et répugne à demander à d’autres de l’aider dans sa tâche de surveillance des
entreprises qui dépendent de lui, émerge effectivement un problème. Mais si, du fait de ce
coût, certaines entreprises qui travaillent sérieusement, disparaissent après faillite et sont
remplacées par des entreprises moins sérieuses, il y a lieu d’être préoccupé. Je suis
actuellement intéressé à traiter ce point s’agissant de l’accident de Cotonou. La
compagnie aérienne en cause, c’est le moins que l’on puisse dire, n’est pas du tout
organisée et sérieuse du point de vue de l’exploitation de l’avion. Cette compagnie se
trouve dans un contexte où il n’est pas du tout certain que son Etat de tutelle ait les
moyens de sa politique. Cette tutelle accepte des compagnies, accepte de leur donner un
label de l’Etat, sans disposer des moyens de contrôle. Il sera probablement nécessaire de
produire, au niveau international, un effort de solidarité et de revoir le partage des
responsabilités. Jusqu’à présent, chaque Etat était réputé accomplir ses engagements. Il
était donc réputé agir au même niveau que les autres. On observe actuellement une
certaine évolution. Mais il y a deux façons d’évoluer : soit on se barricade derrière les
frontières d’ensembles régionaux relativement développés et on accepte que tout
s’effondre dans le reste du monde ; soit on essaye d’éviter ce décrochage. Je ne dispose
pas aujourd’hui de la réponse.
M. Michel HERBILLON : Je reviens sur les incidents. Par la connaissance accumulée
des différents incidents de plus ou moins grande gravité, on peut peut-être éviter des
catastrophes. Je n’ai pas trouvé votre réponse très explicite sur ce point : avez-vous eu
connaissance des incidents qui surviennent régulièrement sur les différents avions et
compagnies ?
Je suppose que cela dépend de la nature de la catastrophe ou de l’accident,
mais quelle est la durée moyenne d’une enquête du BEA ?
Enfin, j’aimerais connaître précisément les conditions de saisines de votre
organisme. Qui vous saisit ? Pouvez-vous vous autosaisir ? Et, pardonnez-moi la trivialité
de la question, qui vous rémunère ?
Mme la Présidente : Cela pose la question de votre lien avec le ministère des Transports
et de votre éventuelle plus grande liberté si vous n’y étiez pas rattaché.
M. Paul-Louis ARSLANIAN : De par la loi, je suis saisi automatiquement. Il existe des
procédures d’information, de notification de l’événement. Dès que nous sommes
informés, nous intervenons en fonction de la nature de l’événement. De certains incidents,
nous nous autosaisissons. Pour les accidents, nous sommes saisis de par la loi. Lorsque
vous avez voté la loi de 1999 à l’unanimité, vous m’avez donc saisi. Depuis, je fais avec.
Ce qui n’est pas aussi simple qu’il ne paraît. En effet, à l’inverse de la situation antérieure
où nous appréciions l’apport de l’événement afin d’adapter nos enquêtes à l’effectif, aux
— 88 —
moyens, dans la situation actuelle, nous n’avons plus le choix. Nous devons faire face
avec les moyens dont nous disposons, ce qui peut provoquer des retards dans les rapports.
On assiste, de ce fait, à un allongement des délais, alors que nous avions réussi à les
ramener à des temps qui tenaient à peu près la route : les rapports sortaient un an et demi
après un accident de transport public. C’est vraiment une limite maximale. Nous pouvons
être amenés à la dépasser, car nous ne savons pas ce que nous allons trouver. La date
anniversaire est une date importante. L’idéal serait de ne pas dépasser les six mois, mais
ce n’est actuellement pas le cas.
M. Michel HERBILLON : Etes-vous en deçà ou au-delà d’un an ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Nous tenons les délais pour certaines affaires ; pour
d’autres, où nous jouons de malchance, et qui passent en dessous de la pile, cela peut
durer des années. Le plus ennuyeux, c’est lorsqu’un enquêteur qui suit de petites affaires
s’en va. Il est, en effet, fréquent qu’un seul enquêteur suive les petites affaires et il est très
difficile de faire reprendre les affaires qu’il n’a pas terminées.
Mme la Présidente : Est-ce à dire que vous manqueriez de personnel ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Le BEA emploie actuellement 106 personnes. Il n’est pas
dans mes habitudes de me plaindre. Cela dit, je saurais faire mieux et plus vite avec plus
de monde. Nous faisons face à tout, mais il est vrai, au détriment du traitement des
incidents. Certains ne sont pas traités, parce que nous trions en fonction des priorités que
nous impose la loi, entre les accidents, les incidents graves…
M. Michel HERBILLON : Avez-vous connaissance de tous les incidents ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Non, d’un certain nombre. Nous avons connaissance
d’une dizaine à d’une quinzaine d’incidents, dont nous sommes informés dans la semaine,
ce qui est loin du nombre d’incidents qui se produisent effectivement. Mais cette quantité
même, nous n’arrivons pas à la traiter.
L’objectif est d’être toujours plus informé au travers du REC, des rapports,
grâce à l’information, à la transparence. Il y a aussi ce mouvement de confiance qui amène
les gens à nous informer. Mais si, après nous avoir informés, il n’y a pas réaction de notre
part, le système se mettra à patiner. C’est pourquoi je déplore de ne pas avoir réussi à
atteindre la taille critique qui permettrait d’être capable de faire face à tous les
événements.
L’accident du Concorde s’est traduit par une diminution dans les années qui
ont suivi du nombre de rapports sortis par le BEA.
Mme la Présidente : Quelle est la taille critique ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Dans une estimation qui ne soit pas trop incohérente, je
saurais facilement utiliser une vingtaine d’enquêteurs de plus, et atteindre un effectif de
130 à 150 personnes, pas au-delà. Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès. L’une des
forces du BEA français est de disposer d’enquêteurs extrêmement compétents, car ils
traitent beaucoup d’affaires différentes. Ils travailleront tout aussi bien sur une affaire
mettant en cause un avion de transport qu’un ULM. Cette vision accroît leur capacité,
mais elle se traduit par une certaine fatigue, notamment quand il s’agit de rédiger le
rapport. L’ingénieur n’est pas très rédacteur. Il s’agit d’avoir un peu plus de monde.
— 89 —
Nous sommes informés de beaucoup d’incidents, mais pas de tous. Le
problème réside dans la définition de l’incident. L’incident peut être à peu près n’importe
quoi. Selon une définition générale, l’incident est un moment où la sécurité du vol, la
sécurité de l’exploitation a été ou aurait pu être mise en danger, mais ce n’est pas très
parlant. La définition même de l’accident ne recouvre pas nécessairement un événement
où il y a des morts ou des blessés. On peut considérer comme accident un événement au
cours duquel le train d’atterrissage s’est cassé, empêchant l’avion de repartir. Ce sera une
défaillance. Dans certains cas, un incident est beaucoup plus porteur d’enseignements
qu’un accident. Nous avons, par exemple, dressé un rapport sur un incident qui s’est
produit à Orly en 1997 avec un avion d’AOM. Le rapport publié, de type « enquête
accident », comportait une cinquantaine de pages. Il ne s’agissait que d’un incident, rien
ne s’était produit, grâce au pilote qui avait réalisé que l’avion volait très bas et avait remis
les gaz, permettant ainsi de repartir. C’est un événement que nous avons considéré comme
très grave et c’est pourquoi nous avons réalisé une enquête complète. Nous avons traité
l’ensemble des points relatifs à l’avion, à la formation et à la fatigue.
M. Michel HERBILLON : Qui procède au tri des incidents dont vous avez
connaissance et de ceux dont vous n’avez pas connaissance ? Ne pourrait-on imaginer un
système où vous auriez connaissance des incidents et que ce soit votre organisme
indépendant qui déciderait d’enquêter sur tel ou tel incident, parce que c’est porteur de
beaucoup d’enseignements ? Qui procède au tri ?
M. Bruno LE ROUX : Face aux incidents, vous formulez des recommandations.
Recevez-vous des réponses ? Avez-vous déjà piqué une grosse colère parce que vous
auriez vu se répéter un incident, alors que vous l’aviez déjà signalé par une
recommandation restée sans effet ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Globalement, on assiste à une amélioration de la
situation. Certes, elle n’est pas aussi rapide que je le souhaiterais, c’est vrai, mais mon
métier ne me permet pas d’être indulgent. Mon métier m’impose d’être insatisfait. Si
j’étais satisfait, je ne le ferais plus. Une exigence de perfection s’impose. Je parle toujours
de rigueur, car rien ne me met davantage en colère qu’une personne qui, par auto
indulgence, ne respecte pas une procédure dont nous savons qu’en certaines circonstances
elle peut contribuer à un accident.
Sur les incidents, une évolution importante se met en place actuellement avec
l’arrêté que j’ai signé dernièrement par délégation du ministre, sur les événements qui
doivent être rapportés au BEA. Les informations nous arrivent en quantités de plus en plus
nombreuses. Nous avons créé une cellule « incidents » qui essaye de faire ce que nous
n’avons pas réussi à faire avec les accidents, c’est-à-dire de produire des rapports
sommaires mais rapides, quitte à ce que d’aucuns disent que nous n’avons pas bien
travaillé, que nous sommes passés « à côté de… ».
Par ailleurs, une nouvelle directive européenne sur les incidents a été adoptée
dont la mise en œuvre est en cours. La question est de savoir qui doit trier. Jusqu’à
présent, l’orientation prise consiste à définir les événements que nous souhaitons recevoir,
ce qui ne signifie pas que nous allons les exploiter : nous allons les trier. Tout ce qui n’est
pas à transmettre au BEA devra être transmis, par exemple, à la DGAC. Parmi l’ensemble
des incidents, nous ne recevrions qu’un sous-ensemble, ce qui est déjà le cas actuellement,
mais il s’agit d’étendre ce sous-ensemble au maximum.
Par ailleurs, j’utilise une disposition du décret, qui me permet d’homologuer
une entreprise de façon à ce que ce ne soit plus le pilote qui ait immédiatement à informer.
Ainsi, pour les entreprises dont la procédure de recueil et de transmission d’information
aurait été homologuée, les pilotes ne sont plus contraints d’appeler immédiatement la tour
de contrôle, alors qu’ils ont à s’occuper de leurs passagers. J’utilise cette procédure, non
— 90 —
pour éviter que les pilotes n’aient à rendre compte – ils en ont toujours la possibilité –,
mais pour établir une sorte de partenariat avec les entreprises. Autrement dit, au travers de
ce transfert d’informations, nous les aidons à mieux comprendre ce qui nous intéresse afin
d’accélérer et de rendre systématique le retour de l’information. Je ne me fais pas
d’illusion, le recueil, le chalutage des événements n’est pas très sain, car nous risquons
d’être noyés sous l’information. Il vaut mieux un recueil avec un traitement au fur et à
mesure. Pour cela, il faut développer des partenariats avec des personnes dont on
accepterait la procédure, c’est-à-dire que le tri et le traitement resteraient sous notre
responsabilité.
Vous avez demandé, madame, si je souhaitais davantage d’indépendance. J’ai
une indépendance totale dans l’action et je suis plus, au contraire, à l’aise d’être dans
l’administration, car cela me protège contre l’image médiatique. Cette question d’image
est, en effet, le danger que connaissent mes collègues à l’étranger quand, finalement, ils ne
dépendent plus que de l’image générale qu’ils ont.
Par ailleurs, cela facilite le dialogue avec nos collègues de la DGAC, ainsi
qu’avec les décideurs. C’est beaucoup plus facile, par exemple, avec le ministre quand on
fait partie du personnel qu’il connaît et qu’il rencontre, par exemple, au moment des
vœux. Mais personne ne me donne d’instruction. C’est un point sur lequel tous les
ministres que j’ai connus, quelle que soit leur tendance politique, ont veillé.
M. Michel HERBILLON : Etes-vous rattachés à la DGAC ?
M. Paul-Louis ARSLANIAN : Absolument pas. Nous occupons au sein du ministère une
position étrange, car nous sommes dedans, mais personne ne sait exactement où nous
sommes !
En revanche, se pose le problème du financement. Nous connaissons une
difficulté de financement, qui ne concerne pas le financement quotidien, mais les
imprévus. Je sais gérer une activité lissée, moyenne, mais il arrive que nous connaissions
des pointes comme pour l’accident de Charm el-Cheikh, où certaines opérations, comme
la récupération ont un coût très élevé. Ces dépenses exceptionnelles nous posent des
problèmes que nous ne pouvons résoudre de façon satisfaisante. L’idéal, évidemment,
serait d’avoir des crédits de fonctionnement reportables d’une année sur l’autre et qui ne
serviraient qu’à cela, non à améliorer l’ordinaire en fin d’année.
Le deuxième point qui nous pose un problème pratique est celui de la rigidité
qui s’attache au paiement des indemnités afférentes aux missions à l’étranger. L’enquêteur
qui part à l’étranger, en général, ne choisit ni l’heure ni le lieu de l’accident ; souvent
même, il ne choisit pas l’hôtel qui lui est imposé par diverses considérations liées à
l’enquête. Le fait que le montant de l’indemnité soit forfaitaire pose un problème pratique.
Ce sont des détails, mais c’est parfois ce qui est le plus difficile à gérer par la personne
envoyée sur le site. Il arrive qu’elle passe des heures au téléphone pour s’assurer qu’il lui
est permis de louer une voiture. Quelques améliorations sont intervenues, beaucoup de
bonne volonté œuvre à cette amélioration, mais des difficultés demeurent.
Mme la Présidente : M. le directeur, je vous remercie de la franchise avec laquelle vous
avez répondu à nos questions. Notre mission présentera des préconisations. Il est
intéressant d’entendre les uns et les autres sur leurs capacités à assumer la mission pour
laquelle ils ont été formés et employés.
— 91 —
Audition de M. Bruno FARENIAUX,
directeur du Tourisme
(Extrait du procès-verbal de la séance du 2 mars 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Nous recevons aujourd’hui M. Bruno Fareniaux, directeur du
tourisme. M. le directeur, vous avez la parole pour une intervention liminaire, après quoi
nous entamerons le débat.
M. Bruno FARENIAUX : Le 3 janvier dernier, un avion de la compagnie égyptienne
Flash Airlines s'écrasait en mer au large de Charm el-Cheikh, entraînant la mort des
148 passagers et membres d'équipage, parmi lesquels 133 de nos compatriotes.
Cet accident intervient au moment même où le tourisme connaît la crise la
plus longue et la plus importante de son histoire. En effet, depuis près de trois ans, ce
secteur enregistre un net recul de ses activités au niveau mondial dû, en grande partie bien
sûr, aux crises économiques que connaissent les pays émetteurs de touristes à forte
contribution – Etats-Unis, Japon, Allemagne –, mais aussi au climat d'insécurité engendré
par les dramatiques attentats du 11 septembre 2001 à New York, de Bali, de Casablanca,
de Djerba, et par les conflits du Moyen-Orient dont la guerre d’Irak. Enfin, le SRAS et la
grippe aviaire qui frappent durement les destinations d'Asie sont venus renforcer le
sentiment d'insécurité du voyageur.
Ce contexte insécurisant a créé, chez le voyageur, un besoin « d’assurance »
sur les modes de transports et les prestations qui lui sont offertes. De surcroît, ce client est
devenu depuis quelques années très exigeant sur la sécurité, parfois en contradiction avec
ses exigences sur le prix.
Pour répondre à cette légitime attente de sécurité et de transparence sur les
prestations, l'Etat a pris, depuis plusieurs années, des mesures de prévention et de gestion
de crises liées au déplacement des touristes sur notre territoire national ou vers l’étranger.
Un grand nombre de ces mesures concerne le transport aérien. Elles relèvent
le plus souvent du ministère de l'Intérieur ou de notre ministère de tutelle au travers de la
Direction générale de l'aviation civile. Elles portent sur la sécurisation des aéroports, sur
le contrôle des passagers et de leurs bagages, sur le contrôle technique des appareils et des
compagnies desservant notre territoire et sur leurs moyens de gestion des équipages.
Si la direction du tourisme n'est pas directement en charge de la sécurité, elle
est de plus en plus sollicitée sur la problématique de l’information, de la transparence et
de la prévention. Elle intervient dans le domaine de la régulation des activités de vente de
voyages à forfait, régie par la loi de 1975, puis par celle du 13 juillet 1992 qui couvre
l’ensemble de ces activités. Ce dernier texte est en cours d’actualisation et de
simplification. Des modifications intégreront bien évidemment ces logiques
d’information, de transparence et de sécurité.
La direction du tourisme intervient également sur la qualité des prestations
touristiques tant dans le domaine du tourisme réceptif que de l'émission de touristes
français vers l'étranger. Vous savez que le comité interministériel du tourisme du
9 septembre dernier a décidé la mise en œuvre d’un vaste plan “Qualité France” qui
concernera, non seulement les prestations touristiques sur le territoire français, mais aussi
— 92 —
les agents de voyages ou les partenaires tour-opérateurs qui s’inscriront dans des
démarches qualité où, encore une fois, la bonne information du client et la sécurité seront
au cœur du dispositif.
La direction du tourisme intervient encore sur la prévention des risques par la
mise en œuvre et l'animation conjointe, avec le ministère des Affaires étrangères, d'un site
internet d'information et de conseil aux voyageurs sur l'ensemble des destinations
mondiales.
Enfin, notre direction intervient dans les situations de crise par un dispositif,
conjoint avec le ministère de la Justice, d'aide aux victimes d'attentats ou d'accidents en
leur apportant, au moment des événements et dans les mois qui suivent, au travers de
l'INAVEM (Institut national d’aide aux victimes et de médiation), une assistance juridique
et psychologique. La création de l’INAVEM date des attentats de 1995 ; nous avons appel
à ses services après l’accident dramatique de Bagnolès qui a coûté la vie à un certain
nombre de nos concitoyens. A l’époque, nous nous sommes rendus sur place pour
constater qu’au-delà de l’accident, la catastrophe résidait également dans la gestion
difficile des problèmes juridiques, des rapports avec la justice, dans la problématique des
interrogatoires, dans la gestion de la presse et de la pression qu’elle exerçait dans les
hôpitaux. Difficultés redoublées avec le temps par la crainte d’un dénouement juridique
défavorable, car plus l’affaire s’éloigne, plus les problèmes d’assurances se mettent en
place, plus la victime se retrouve seule. L’une des idées de l’époque était donc de mettre
en place un dispositif d’aide tant psychologique que juridique pour nos concitoyens quand
ils ont un accident à l’étranger, mais aussi pour les victimes étrangères lorsque l’accident
se déroule en France.
C'est dans le cadre de cette responsabilité de l'Etat que, sans attendre les
conclusions des enquêtes diligentées par les autorités égyptiennes en lien avec les
autorités françaises, le gouvernement a souhaité étudier les moyens de renforcer encore la
sécurité du voyageur dans le transport aérien et sa bonne information, en associant à cette
réflexion, les professionnels du tourisme français concernés et, en premier lieu, les
organisateurs de voyages et agences de voyages privées ou associatives.
Dans cette perspective, le ministre de l'équipement, des transports, du
logement, du tourisme et de la mer, M. Gilles de Robien, a décidé, en accord avec les
représentants des voyagistes et des distributeurs agents de voyages, la constitution d'un
groupe de travail chargé de lui soumettre des propositions permettant de répondre à une
double exigence de transparence et de prévention dans le domaine des voyages à forfait
incluant un transport aérien. Il m'en a confié l'animation.
Les missions du groupe de travail sont excessivement ambitieuses.
Concernant la prévention des risques, nous travaillons sur la mise en place d'un label qui
permettrait, au-delà des dispositifs réglementaires de contrôle des appareils et des
compagnies prévus en Europe et dans le monde par les Etats, d'identifier les compagnies
aériennes, intra et extra européennes, qui offriraient les meilleures garanties aux
voyagistes comme aux clients en matière de professionnalisme et de sécurité. A terme
s’ouvrirait la perspective de disposer d’une « liste bleue » où viendraient « piocher » les
professionnels du forfait touristique.
Ce label, dont il faudra préciser le calendrier de mise en œuvre, pourrait
impliquer notamment la réalisation, par des organismes spécialisés externes aux
entreprises, d'audit des compagnies qui souhaiteraient travailler avec les opérateurs
français et, nous l’espérons, européens. Ces audits seraient financés par elles-mêmes, en
particulier lorsqu'elles sont extra européennes et ne peuvent justifier de toute autre forme
de labellisation équivalente. Si aujourd’hui, dans l’absolu, l’ensemble des Etats respecte
les mêmes règles au moment des immatriculations, il existe toujours la crainte que celles-
— 93 —
ci soient appliquées de façons différentes d’un continent à l’autre. Ainsi, toute compagnie
extra européenne désireuse de pénétrer le marché français et, nous l’espérons, européen
des voyagistes, serait amenée à demander ce label et donc serait tenue de justifier de
l’audit de la compagnie.
Dans cet esprit, il est confié au groupe de travail le soin de définir le cahier
des charges de ce label et des agréments, certifications ou audits qu'il requiert pour son
attribution. Il devrait permettre l'élaboration d'une liste bleue des compagnies labellisées,
régulièrement actualisée, en fonction de la réalisation des audits et en fonction des
candidatures successives. Nous introduirions dans les critères d’actualisation l’analyse des
réactions des clients qui serait communiquée aux voyagistes, aux agents de voyages
distributeurs, lorsque ceux-ci se seraient plaints de tel ou tel comportement de l’équipage
ou d’un mauvais état des appareils. Cette liste bleue serait également communiquée aux
clients qui en feraient la demande.
Concernant la transparence vis-à-vis du voyageur, il serait désormais
demandé aux voyagistes et compagnies aériennes de communiquer au client, au moment
où il achète son produit, le nom des compagnies qui le transporteront durant son voyage.
Tout cela fonctionne bien en règle générale, sauf dans le cas où l’on fait appel
à des « consolidateurs » et où, par le jeu des accords d’affrètement, on peut être conduit à
faire appel à un appareil d’une autre compagnie, y compris dans l’heure précédant le
départ du touriste. Cela pose clairement le problème d’information du touriste. L’une des
idées est donc de répondre en amont à ce qui n’est pas aujourd’hui une obligation. Nous
souhaiterions imposer la transparence sur toutes les compagnies qui sont censées le
transporter et donc qui font l’objet d’un accord au moment où il signe son contrat d’achat
du voyage. En cas de modification de dernière minute, tout devra être mis en œuvre pour
qu'il soit informé de ce changement et du nom de la nouvelle compagnie le transportant.
Le fait qu’il bénéficie d’une liste bleue des compagnies labellisées et d’une information
sur le nom de la compagnie, y compris au dernier moment, lui permettra, éventuellement,
de prendre la décision de partir ou de ne pas partir. Cela implique, en aval, un dispositif
permettant la définition de règles commerciales en cas d’annulation si la compagnie de
substitution ne figure pas dans la liste bleue.
Cela implique que nous intégrons ces conditions dans le décret d’application
de la loi de 1992, qui est en cours de modification et préciser que, d’ici à trois ans, ce
dispositif obligatoire sera mis en place.
Dans un premier temps et pour une période de trois ans maximum, pourrait
être retenu le principe de la recommandation faite au voyagiste d'informer le client sur la
compagnie qui le transporte. Au terme de cette période, cette recommandation se
transformera en obligation pour le voyagiste comme pour l'agent de voyage.
Il est demandé au groupe de travail de réfléchir aux modalités de mise en
œuvre de cette obligation et à ses conséquences sur les conditions d'annulation du voyage,
afin par exemple d'offrir au client la possibilité de refuser de voyager sur une compagnie
qui ne figurerait pas sur la liste bleue des compagnies labellisées, soit en reportant son
voyage, soit en différant l’excursion, ou en se faisant rembourser.
Nous avons fait part d’interrogations que pourrait induire l’isolement de la
position française. Sur un certain nombre de destinations, notre poids économique en
terme de clientèle ne serait pas suffisant pour modifier de façon extrêmement efficace la
position, soit des Etats, soit des compagnies pour les inciter à accepter ce principe de
labellisation et d’audits à leurs frais. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé au
ministre de présenter à la commissaire européenne, Mme Loyola de Palacio, l’idée de
— 94 —
cette labellisation et de cette liste, de sorte que notre démarche ne soit pas limitée au
territoire national, mais s’étende au territoire européen, dimension nécessaire quand on
sait que la puissance des organisateurs de voyages réside plutôt dans l’Europe du nord qui
a une force commerciale nettement supérieure à la nôtre. Je rappelle que 10 % seulement
de la population française part à l’étranger par le biais d’un agent de voyages et,
forcément, la comparaison avec nos collègues allemands, de Grande-Bretagne, des PaysBas ou de Scandinavie tourne à notre déFAVÉur. Nous avons d’ores et déjà rencontré nos
collègues allemands sur le sujet. Les sociétés allemandes ayant racheté des agences
françaises sont particulièrement intéressées par la démarche.
Il est demandé au groupe de travail de remettre au ministre ses propositions
dans un délai de trois mois à compter de son installation officielle. Mais nous souhaitons
mettre en œuvre dans les trois ans les mesures en question selon une progressivité qui
retiendrait dans un premier temps une préconisation forte faite aux opérateurs touristiques
et aux agences de voyages distributeurs d’indiquer le nom des compagnies dès les
prochains catalogues. Sur ce point, nous avons noué un partenariat avec ces entreprises,
elles sont assez d’accord pour jouer le jeu. Mais, progressivement, ce système deviendrait
obligatoire et la liste bleue serait disponible auprès de l’ensemble des clients et pas
seulement auprès des professionnels.
Nous avons toutefois des interrogations. La première est liée au fait que le
système repose en grande partie, y compris pour l’espace européen, sur la confiance entre
les Etats d’immatriculation et sur la qualité des contrôles. Or, nous savons bien que dans
des pays proches avec lesquels nous commerçons beaucoup, il y a des interrogations sur la
validité des process de sécurité de certaines compagnies. Ces interrogations se trouvent
renforcées par les accidents récents et sont encore plus fortes s’agissant de pays plus
lointains où les incidents se sont multipliés.
Les Etats d'immatriculation sont les principaux responsables de la sécurité des
transports aériens qu'ils ne peuvent transférer à un secteur particulier.
Une telle démarche de labellisation ne peut s'inscrire que dans un contexte
européen, pour éviter des phénomènes de distorsion de concurrence que nos
professionnels français, déjà dominés par leurs concurrents nord européens, ne pourraient
supporter en l’état. Le marché français ne compte pas de grands groupes comme les
marchés anglais ou allemands, mais une multitude de PME et quelques entreprises un peu
plus solides qui auraient des difficultés considérables de survie si nous leur imposions des
contraintes lourdes.
Difficulté aussi à assurer la sécurité sur les « bouts de ligne » sans une
participation active des Etats d'immatriculation et des compagnies elles-mêmes. Au-delà
du travail demandé à notre administration, ce sera peut-être toute une assistance technique
qu’il conviendra de mettre en œuvre, laquelle relève davantage de la compétence de nos
collègues de la DGAC.
Enfin, derrière tout cela, se profile une interrogation de société que nous
retrouvons dans d’autres secteurs que l’aérien : l’incohérence du client, caractérisée par
une demande renforcée de sécurité et le développement contradictoire de la culture du
rabais, du meilleur prix. Nous retrouvons ce dilemme avec le ski hors piste ou les activités
en mer. Cette contradiction devient de plus en plus difficile à gérer. Je ne dis pas qu’elle
met en cause la sécurité aérienne mais elle serait un facteur aggravant si nous continuions
à vouloir pratiquer les prix que l’on pratique aujourd’hui en respectant les exigences
absolues de sécurité qu’exigent les clients, d’autant que nous serons très vite lâchés par les
assurances. Il n’y a aujourd’hui que deux groupes d’assurances pour les tour-opérateurs
qui nous ont clairement fait savoir qu’ils seraient dans l’impossibilité d’assurer une
— 95 —
responsabilité quelconque en matière d’accidents aériens si l’on en venait à transférer
cette responsabilité sur le tour-opérateur ou l’agent de voyage.
Une question se pose souvent par rapport à la loi de 1992 qui définit les
activités des agences de voyage. Ce texte prévoit clairement qu’il existe un seul
interlocuteur en cas d’accident ou en cas de problème : le vendeur du produit. Ce vendeur
peut-être un agent de voyage appartenant à un réseau de distribution ou à un touropérateur qui dispose de son propre réseau de distribution et vend directement. Cela
signifie donc que la loi prévoit une responsabilité vis-à-vis du client et c’est une
responsabilité globale. A charge pour l’agent de voyage de se retourner sur les
responsables probables de l’accident. Il n’y a que très peu de clauses d’exonération de
cette responsabilité, excepté le cas de force majeur et la faute du client. Il est difficile de
prouver ces deux cas et encore plus d’essayer de s’appuyer sur d’autres ; nous l’avons vu
avec l’accident de Bagnolès. La responsabilité civile de l’agent de voyage fut engagée ;
c’est seulement dans un second temps que la responsabilité de la mairie, puis celle du
propriétaire du bateau furent mises en cause.
Voilà où nous en sommes des interrogations de ce groupe de travail après
trois réunions. Nous avons précisé les principales questions dans le domaine du « qui fait
quoi », « qui paie quoi », qui définira les éléments du cahier des charges. Nous
procéderons à partir de cette semaine à un certain nombre d’auditions. Nous effectuons un
bilan global des systèmes de contrôles prévus par la l’OACI, des contrôles SAFA qui sont
plus ponctuels et plus rapides et des démarches engagées de certification et de
labellisation. Je pense en particulier à une démarche initiée par IATA (International Air
Transport Association), l’un des organismes les plus importants du contrôle aérien, qui
prévoit une sorte de certification reposant sur des règles encore en cours d’élaboration.
Mme la Présidente : Merci. Cet exposé complet ne m’empêche pas de poser une
question : n’est-il pas irréaliste de penser décerner un label ? A quel prix se fera-t-il ? Estil possible de réaliser un tel montage ?
M. Bruno FARENIAUX : C’est la question que nous nous sommes posée quand on nous
a confié la mission. Oui, il me semble possible d’améliorer clairement la sécurité au
travers de ce système d’audit, à une condition : que la France ne soit pas isolée. Nous
n’avons pas les moyens d’être arrogants vis-à-vis des compagnies de « bout de ligne »
c’est-à-dire, par exemple, la compagnie qui assure la liaison Louxor/Abou Simbel. A
défaut d’une volonté unanime des professionnels étrangers, qui sont les leaders européens
ou mondiaux des tour-opérateurs, de nous accompagner dans notre démarche, notre poids
économique sera insuffisant pour exiger le respect des règles incombant aux Etats chargés
d’organiser ces contrôles et des règles commerciales.
Au moment où la directive de 1996 est réactivée au niveau de l’Europe, au
moment où nous parlons d’échange et de transparence des informations qui transitent de
compagnie à compagnie sur les contrôles qu’elles effectuent, et une application sur tout le
territoire européen des conséquences de ces contrôles, c’est sans doute le moment ou
jamais d’essayer d’obtenir une position commune européenne. Nous savons que les
destinations pour lesquelles nous avons le souci de sécuriser le transport de nos
compatriotes, sont les destinations des grands tour-opérateurs européens. Avec le poids
économique de l’Europe, nous pourrons faire avancer le problème.
En revanche, si nous n’obtenons pas l’accord de nos partenaires européens,
nous mettrons beaucoup de temps et nous risquerons de mettre en péril les entreprises de
nos tour-opérateurs qui ne pourront supporter seuls un surcoût économique quelconque.
Mon propos inclut les assurances qui suivent l’évolution du dossier et analysent les
responsabilités de chacun.
— 96 —
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Vous avez évoqué une amélioration de la loi de 1992
pour faciliter le « repérage » des responsabilités dans la chaîne de production des produits
touristiques, sans préciser dans quel sens la loi pourrait être modifiée. Je comprends un
peu pourquoi : ce ne doit pas être simple, dans la mesure où, précisément, il n’est pas
facile de ne voir qu’un seul responsable dans ces affaires ; au surplus, cela pose le
problème des assurances que vous avez évoqué.
Sur le label, n’êtes-vous pas en train de monter une « usine à gaz » pour
résoudre un problème simple et qui m’apparaît de plus en plus clair au fur et à mesure des
auditions, celui de la sécurité physique des petites compagnies dans les pays qui ne
respectent pas les règles de contrôle international de la sécurité. Ne risquez-vous pas de
compliquer la vie de tout le monde pour un problème sans doute insoluble car quelle sera
la pression que nous exercerons sur ces pays pour qu’ils rentrent dans ce système de
label ? Nous avons entendu au cours des auditions précédentes qu’il était obligatoire pour
des produits touristiques de passer par des compagnies locales faute, pour les autres
compagnies, d’arriver à obtenir des droits de trafic. Il y a un risque, mais l’on ne peut
obliger les pays à labelliser ce risque de telle sorte qu’il soit rassurant.
S’il y a label, c’est pour que les consommateurs en soient informés. Cela pose
toute une série de problèmes. Il faut que le voyageur puisse avoir le droit de changer si ce
label n’existe pas ou n’est pas satisfaisant, d’où des problèmes de droit commercial. Mais,
finalement, à partir du moment où le client sait, par son billet, sur quelle compagnie il
volera, il ne sera rassuré que s’il connaît la compagnie indiquée. Si on lui dit « Flash
Airlines », il sera moins rassuré que par l’évocation de British Airways ou Air France. On
induira ainsi une concentration supplémentaire des compagnies ou des marques.
Je pense que l’on s’oriente dans un sens négatif où, sous couvert de sécurité,
l’on diminuera la concurrence et on rendra le jeu oligopolistique.
Vous avez raison de préciser que, faute de trouver un accord avec l’Europe,
ce sera compliqué. Mais, même si nous parvenons à un accord européen à 25, que feronsnous avec la Suisse ou les Etats-Unis, le Canada ou l’Australie et les autres pays
développés ? Faudra-t-il que l’on attende que le monde entier s’en remette à la notion de
label ? Le vrai problème c’est la sécurité IATA, la sécurité SAFA, tout le reste est fait
pour « amuser la galerie ». Le vrai problème tient dans les conditions de travail et de
sécurité, protégées par un système international clair.
M. Bruno FARENIAUX : M. le ministre, l’idée du label peut paraître assez compliquée
à mettre en œuvre et présenter des risques de concentration comme vous l’avez évoqué. Je
pense toutefois que l’exigence du client est devenue à ce point précise qu’il faudra de
toutes façons y répondre. Ainsi, quel que soit le système pédagogique ou d’obligations
que nous utiliserons, il faudra, à un moment donné, établir cette liste des compagnies avec
lesquelles des tour-opérateurs pourront travailler. A défaut, si nous n’aidons pas les
compagnies à le faire, nous assisterons clairement à un abandon des tour-opérateurs par
les compagnies d’assurances. Elles reprocheront aux Etats et aux opérateurs de ne pas être
capables d’être rassurants sur la fiabilité des compagnies et argueront de cette situation
pour ne plus assurer que des compagnies sûres et régulières. Je distingue bien ces deux
dernières notions, car nous pouvons également nous interroger sur certaines compagnies
régulières.
Le label, par rapport à l’ampleur de l’enjeu, peut sembler un terme réducteur.
La difficulté est de convaincre les Etats de l’enjeu de la sécurité sur leur territoire et de
mettre en œuvre les règles prévues. Nous savons très bien qu’ici ou là, par laxisme ou
pour des questions d’argent, nous assistons à quelques irrégularités qui peuvent, dans un
premier temps, ne pas causer de problèmes, mais qui, soudain, à cause d’un accident,
— 97 —
mettent la destination et l’économie du pays en cause dans un secteur pourtant porteur de
devises pour le pays. Nous évoluons dans un cercle vicieux.
Le ministre a souhaité, au travers du label, se saisir du problème par un bout.
Symboliquement, derrière le label, se profile l’enjeu de la liste. Il faut que nous puissions
établir, à un moment donné, la liste des compagnies avec lesquelles, dans le monde, l’on
peut raisonnablement travailler. Les chiffres sont à vérifier mais il doit y avoir 66
compagnies de charters qui travaillent avec les opérateurs français et 161 compagnies
régulières. Le problème qui se pose donc pour la France concerne 220 ou 230
compagnies. Une identification par pays est à faire. Le groupe de travail a par ailleurs
isolé les zones où nous connaissons traditionnellement des difficultés et il faut identifier,
sur ces zones, les carences des Etats. Nous proposerons, via nos collègues de la DGAC,
des mesures à mettre en œuvre par le jeu des coopérations.
Une pression doit aussi être exercée sur les compagnies elles-mêmes en
arguant du nombre de clients, lequel peut justifier le recours à un audit. Mais il est vrai
que, si nous prenons le marché de l’Afrique ou du Moyen-Orient, nous ne sommes pas les
premiers sur ces destinations, parce que le Français n’est pas un aussi grand voyageur que
l’Allemand, le Britannique ou le Scandinave.
C’est pourquoi, au-delà au label qui est un outil pédagogique, il faut surtout
établir ces listes et faire jouer deux moyens de pression : un moyen de pression entre
Etats, qui ne sera pas facile à mettre en œuvre, et une pression économique nouvelle qui
imposerait aux compagnies de se mettre en conformité et d’accepter des audits pour
travailler avec la clientèle européenne. Ces audits seraient conduits par des compagnies
externes, sur la base d’une liste d’entreprises agréées par les gouvernements européens.
Nous nous sommes saisis du problème par un bout. J’espère que celui-ci nous
permettra d’aller le plus loin possible dans le sens de la sécurisation. Malheureusement,
les autres bouts utilisés auparavant n’ont réussi véritablement à améliorer de façon
significative qu’une partie de la chaîne, en particulier la lutte contre les attentats. Pour les
accidents, nous sommes peut-être plus faibles.
Sur la loi de 1992, l’esprit de la simplification est de constater, dans un
premier temps, que les professionnels qui font des actes de voyages à forfait sont classés
en quatre catégories : une licence et trois systèmes dérogatoires. Nous allons simplifier le
dispositif. Désormais, pourraient pratiquer les activités de vente de voyages à forfait, les
détenteurs d’une licence double, agent de voyage et association de voyages. C’est-à-dire
que les associations qui, hier, bénéficiaient d’un régime dérogatoire mais qui exercent la
vente de voyage d’une façon professionnelle et exclusive, suivraient les mêmes règles que
les agents de voyages, commerçants. Nous clarifions par métier. Ceux qui ont une activité
exclusive traditionnelle de vente de voyages à forfait auraient une licence unique avec
deux appellations différentes à la demande des opérateurs : licence d’agent de voyage ou
licence d’association de tourisme. Nous établirions un seul système dérogatoire qui
touchera à la fois les compagnies aériennes, la SNCF, et toutes les personnes qui exercent
ces métiers occasionnellement et non pas de façon principale.
Dans l’ancien texte, la responsabilité de l’agent de voyage est totale ; elle est
liée au principe du guichet unique. Nous conservons ce principe et nous le renforcerons
dans le respect de la directive européenne qui le prévoyait et nous indiquerons les
quelques cas dérogatoires, où le professionnel peut se dédouaner. En dehors de ces
quelques cas, le client se retournera exclusivement vers l’agent de voyage, à charge pour
lui de se retourner vers les responsables potentiels des accidents. En revanche, la loi de
1992 était incomplète concernant le contenu de la responsabilité en matière d’information.
Elle se limitait à exiger du vendeur « une bonne information sur les composants du
produit ». Le projet irait un peu plus loin dans la définition et si le dispositif se met en
— 98 —
place comme nous l’espérons, il préciserait que, dès le contrat de vente, une information
devra être donnée sur les compagnies aériennes. Le décret d’application pourrait prévoir
qu’en cas de changement de compagnies à la dernière minute, le client peut refuser de
voler sur la compagnie si celle-ci ne figure pas sur la liste. Dès lors, le client peut
bénéficier de mesures commerciales qui lui permettent, soit de différer son voyage, soit
d’être remboursé.
M. Jean-Pierre BLAZY : M. le directeur, vous relevez, à juste titre, une forme
d’incohérence chez nos concitoyens voyageurs entre la culture du rabais et l’exigence de
sécurité. Néanmoins, c’est aussi une incohérence que l’on peut noter au niveau des
entreprises elles-mêmes. Au final, les consommateurs sont quelque peu conditionnés par
la guerre commerciale que se livrent les compagnies régulières et encore plus s’agissant
de tourisme. N’y a-t-il pas là une réflexion à mener pour dégager de nouvelles
réglementations permettant de tenir compte du fait que l’on ne peut voyager pour un coût
zéro ?
Mme la Présidente : Sans parler des « low costs » !
M. Jean-Pierre BLAZY : Bien sûr, la réflexion de notre mission ne se limite pas aux
charters.
Sur la mise en œuvre du label, vous avez déclaré que pour les prochains
catalogues, l’Etat pourra proposer une recommandation ; quelle sera la nature de cette
recommandation ? Il nous a été dit que depuis l’accident de Charm el-Cheikh, les clients
demandent sur quelle compagnie va s’opérer le voyage. La recommandation, dans un
premier temps, ne serait-elle pas la recherche de la transparence dans le catalogue, y
compris pour les « bouts de lignes » ?
M. Bruno FARENIAUX : Nous travaillons aujourd’hui sur la base d’un engagement des
professionnels pris, en particulier, par M. René-Marc Chikli, Président du Centre d’étude
des tour-opérateurs, le CETO. L’idée est de commencer, sur les prochains catalogues, à
indiquer le nom des compagnies de transport. Par le système de préconisation, puis
d’obligations, nous souhaiterions, au-delà d’une bonne information – ce qui constitue déjà
un grand progrès – obtenir aussi des informations sur la sécurité. Très vite, le client
demandera en effet à l’agent de voyage si la compagnie aérienne est recommandée ou
conseillée. Le premier progrès est donc celui de la transparence des noms – c’est
extrêmement important pour le client qui doit se sentir partenaire et prendre ses
responsabilités – mais progressivement, l’établissement de cette liste permettra, dans les
trois ans, de compléter cette information. Le client pourra être remboursé si le nom de la
nouvelle compagnie ne figure pas sur la liste qui aura été communiquée au client. Entre
communiquer sur le catalogue le nom de la compagnie et communiquer la liste des
compagnies de référence, le chemin sera court. Et je vous rejoins tout à fait sur cette
nécessité.
Ce n’est d’ailleurs pas un phénomène spécifique au tourisme, c’est un
phénomène de société. Dans les stations touristiques de sports d’hiver, on assiste à des
prises de risques qui engagent la vie, notamment celles des sauveteurs. Une fois l’accident
survenu, on recherche les responsables de l’accident et parfois le maire est désigné. Nous
sentons bien que nous devrons réfléchir à cette notion de responsabilité qui est
extrêmement complexe. Cela passera aussi par une autre politique de prix et par une
explication de la part, dans le prix, de cette « valeur ajoutée » qu’est la sécurité.
Mme la Présidente : Le label et les audits ne vont-ils pas doubler le travail de la DGAC
ou de l’OACI en termes de certification ?
— 99 —
M. Bruno FARENIAUX : Non. La prochaine réunion du groupe de travail a pour objet
de balayer ce qui est contrôlé par l’OACI et ce qui l’est dans le cadre des contrôles SAFA.
Nous aurons également une présentation du projet de l’IATA qui devrait permettre
d’améliorer, au niveau mondial, les règles du jeu. Ainsi verrons-nous où les mailles du
filet sont encore larges et là où nous aurons encore à travailler sur la sécurité. Si nous
appliquions les règles existantes partout, nous réglerions déjà une bonne partie du
problème mais je ne suis pas sûr que cela suffirait à régler totalement le problème.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Supposons l’existence d’une telle liste et que tout se
passe comme vous le souhaitez. Un client achète un produit comprenant un vol Flash
Airlines sur la base d’un audit qui indique que cette compagnie va très bien. Charm elCheikh se produit. Dès lors, qui est responsable ? N’y a-t-il pas là un encouragement au
juridisme ? On va se retourner contre l’autorité ayant délivré le label, les sociétés Véritas,
Sécuritas ou Socotec iront vérifier si les sociétés de contrôle ont bien mené leur audit, etc.
Le risque est d’entrer dans des procédures très complexes. Dès lors, où s’arrête le risque et
où commence la sécurité ?
M. Bruno FARENIAUX : La vraie question est là. L’interrogation du secrétariat d’Etat
au tourisme et du directeur au tourisme est de savoir pourquoi une telle procédure pour
l’aérien et pourquoi pas demain pour le transport autocar ou le bateau ?
Mme la Présidente : Le souci exprimé est celui de ne pas vendre une fausse sécurisation
à des clients. Il ne faut pas leur faire croire qu’ils sont à l’abri, sous prétexte qu’ils ont
retenu une compagnie qui figure sur une liste alors qu’en réalité, même si elles ont les
bonnes certifications, ces compagnies ne fonctionneront pas forcément avec les mêmes
personnels ou les mêmes moyens que d’autres compagnies. Dès lors, n’allons-nous pas
tromper le client ?
M. Bruno FARENIAUX : Je ne sais pas comment va évoluer ce dossier. Nous
l’abordons pour la première fois par le biais de la profession qui a en charge l’information
et non par une approche traditionnelle telle que celle qu’aurait choisie la DGAC. Nous
abordons cette question en tenant compte des agents économiques et du point de vue de
ceux qui se trouvent face au client. Ce n’est pas le directeur général de l’aviation civile
qui est face au client, c’est l’agent de voyage et ce dernier sera mis en cause par le jeu de
la loi de 1992 en cas d’accident.
Aujourd’hui, nous comprenons qu’il y a une chaîne de responsabilités
impliquant nombre de personnes, du client jusqu’à l’Etat et que nombreux sont ceux qui
lâchent la chaîne de la responsabilité, y compris le client. Celui-ci ne sait plus se repérer
dans la politique de prix entre ce que lui proposent son agent de voyage, le collègue de
celle-ci en Allemagne et internet. Il ne sait plus ce que coûte une semaine en Tunisie. Cela
n’empêche pas que, sur place, le client pourra manifester son insatisfaction même s’il a
payé son voyage moins de 500 euros. Il faudra prendre en compte à un moment donné
cette problématique du client. L’analyse du filet de la sécurisation dévoilera, je le crains,
des mailles un peu larges et pas uniquement au niveau des Etats. Cela signifie qu’on peut
avoir comme objectif de limiter au maximum les risques sans perdre de vue ce que vous
évoquiez – et je vous rejoins, Mme la présidente –, soit faire semblant – ce qui serait
catastrophique – soit d’imaginer des systèmes trop compliqués qui décourageraient plutôt
qu’ils amélioreraient le dispositif. Nous évoluons sur un sujet très sensible, où nous ne
pouvons être caricaturaux, nous en avons bien conscience.
A chaque réunion de notre groupe de travail, un nombre considérable de
questions annexes vient se poser. Nous savons que, dès lors que nous aurons mis en place
un dispositif, même si nous obtenons qu’il soit européen et qu’il recueille l’accord de
tour-opérateurs étrangers, il nous faudra rester extrêmement vigilants, car la partie n’est
jamais gagnée. La sécurité se relâche toujours à un moment ou à un autre.
— 100 —
Mme la Présidente : Ne risque-t-on pas une concentration des tour-opérateurs qui sont
nombreux en France ? Ne vont-ils pas se ranger derrière une bannière avec un gros label ?
Comment la restructuration de la profession est-elle envisagée ? Je ne sais si la profession
est très consciente de sa responsabilité.
M. Bruno FARENIAUX : Elle a pris conscience de sa responsabilité. Depuis trois ans,
on annonce une reprise qui ne vient pas, ni pour nos petites entreprises ni pour les touropérateurs allemands ou britanniques. Tout le monde souffre. Vous avez noté dans la
presse internationale que de grands tour-opérateurs allemands commencent à être lâchés
par leurs banques pendant que de grandes sociétés d’assurances s’interrogent sur le fait de
continuer ou non à assurer des avions.
La folie des systèmes d’indemnisation dans lesquels nous sommes entrés
nous a projetés subitement dans la « cour des grands ». Des personnes peuvent perdre
leurs points de repère sur l’indemnisation. Entre le prix de la vie d’un accident de voiture
et celui d’un accident d’avion, il n’y a plus, aujourd’hui, de commune mesure. Nous
sommes dans un système de cavalerie qui nécessite que chacun mette un frein.
La profession se rend compte très douloureusement et très rapidement de ces
évolutions. Elle les prend en compte, non pas comme un grand groupe avec de grandes
capacités d’analyse et de réflexion, mais comme des PME et des PMI qui se sentent un
peu isolées. Dès lors, soit ces sociétés se replieront sur leur métier de revendeur et elles
abandonneront pour certaines d’entre elles leur activité de voyagiste ; c’est une bonne
chose, car elles n’ont pas la taille ou le professionnalisme nécessaire. Soit elles se
replieront, ce qui serait aussi une bonne chose, sur le tourisme « réceptif », permettant de
combler un vide où le secteur public a dû se substituer au secteur privé ; soit, encore, elles
disparaîtront car, à l’évidence, nous ne pourrons conserver 300 tour-opérateurs de petite
taille dans les 10 ans à venir.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : A la fois la DGAC et un consolidateur auditionnés nous
ont indiqué que les listes des compagnies étaient déjà connues. Les pays à risque sont
connus ; la liste des labels serait presque dressée. Nous avons entendu aussi, de la part
d’un représentant des tour-opérateurs, que ce n’était pas leur intérêt d’envoyer des gens
“au casse-pipe”. De même, des pilotes déclarent ne pas partir quand ils savent que cela
peut être dangereux. Donc, a priori, tout est fait pour que chacun contribue à la sécurité.
Le seul problème est qu’il y a quand même des accidents. Or, prétextant que c’est le mode
de transport le moins accidentogène au kilomètre parcouru, les professionnels avancent
qu’ils ne voient guère comment améliorer les choses, sauf à respecter les règles de
sécurité SAFA et à convaincre les Etats voyous de ne plus l’être ; en dehors de cela, il y
aurait, disent-ils, davantage de risques avec le terrorisme ou le SRAS.
Mme la Présidente : Dès lors, n’y aurait-il pas plus de résultats par le dialogue et la
pression entre Etats qu’en passant par l’intermédiaire des professionnels, même si l’on a
toujours intérêt à faire le ménage, certains professionnels étant plus sérieux que d’autres ?
N’est-il pas plus fiable de s’adresser aux Etats directement en leur proposant d’élaborer
une norme ou de corriger les normes existantes et surtout de vérifier l’application de ces
normes ?
M. Bruno FARENIAUX : C’est effectivement l’enjeu. Comme je le précisais, il y a toute
une chaîne de responsabilité et il ne faut pas qu’un maillon lâche en cours de route.
Jusqu’à présent, la tentation de cette profession, qui ne vivait pas trop mal, était de se
retourner vers l’Etat en cas de problème. Oui, il est bien de la responsabilité des Etats
d’assurer la sécurité. Il est vrai que les règlements le prévoient, mais, cela dit, la sécurité
relève aussi de la responsabilité de chacun. Chacun doit participer à la pression pour que
les prescriptions de sécurité soient respectées. La seule pression diplomatique ne suffira
— 101 —
pas, une pression économique sera nécessaire. Nous aurons gagné si, demain, les poids
lourds du tourisme qui exportent des touristes dans le monde entier indiquent aux Etats
qu’ils n’assureront plus un seul “bout de ligne” tant qu’il n’aura pas été sécurisé. C’est ce
à quoi je crois. Le grand progrès réside dans la prise en compte par les professionnels de
leur rôle d’acteurs. Ils ont eu très peur de devoir payer les audits. Telle était l’idée
initiale ; ils ont eu très peur pour leur profession, et cette crainte fut salutaire. Ils ont
compris qu’ils ne paieraient pas forcément, mais qu’ils resteraient, en fin de chaîne, les
interlocuteurs des clients et qu’ils ont donc tout intérêt à assumer leurs responsabilités.
Mme la Présidente : Notre travail alors n’aura pas été inefficace sur ce chemin difficile.
Merci de votre témoignage. Nous nous réservons de vous interroger à nouveau, par écrit,
si nos travaux l’exigent.
— 103 —
Audition de M. Christophe LABBÉ,
journaliste
(Extrait du procès-verbal de la séance du 10 mars 2004)
Présidence de Mme Odile Saugues, Présidente
Mme la Présidente : Mes chers collègues, nous accueillons aujourd’hui, M. Labbé dont
nous avons pu lire les nombreux articles dans la presse.
Je vous remercie d’avoir accepté notre invitation. Vos articles nous
conduisent à nous poser de nombreuses interrogations et nous laissent parfois stupéfaits.
Je pense donc que mes collègues auront à cœur de vous interroger et qu’ils seront
soucieux d’obtenir des précisions, voire des confirmations.
M. Christophe LABBÉ : Je précise d’emblée que je ne suis pas, à proprement parler, un
« spécialiste » de la sécurité aérienne. Je porte sur cette question, que je traite depuis
bientôt huit ans, un regard généraliste, axé sur l’aspect humain plus que sur l’aspect
technique.
Mme la Présidente : Puisque vous insistez sur le caractère généraliste de votre approche,
peut-on dire que c’est ce qui vous permet d’aller aussi loin dans vos descriptions et de
donner une si grande place au facteur humain dans vos investigations ? Ce dernier est
particulièrement important dans les accidents d’avion : avez-vous en tête des exemples –
je pense notamment aux pilotes qui, contraints de se recycler, retrouvent un emploi dans
des compagnies peu fiables et offrant des conditions de travail qui laissent à désirer – où il
s’est révélé rédhibitoire ?
M. le Rapporteur : Vous n’ignorez pas que cette mission d’information a été créée après
l’accident survenu à Charm el-Cheikh, mais qu’elle n’y est pas directement liée : nous
tentons de faire le point sur la sécurité aérienne, de déterminer les domaines où les choses
fonctionnent bien et ceux qui présentent des faiblesses. C’est un système complexe
puisque chaque Etat est responsable de ses infrastructures et de la gestion de son trafic
lequel est, par définition, international.
Pour ce qui me concerne, j’aimerais avoir votre sentiment sur l’objet de notre
mission. Pourriez-vous nous dire, par exemple, s’il existe des aéroports à risque, comme
celui de Nice, voire des pays à risque, comme par exemple la Russie ? Dans votre lecture
de la sécurité aérienne et des catastrophes aériennes, quel est le facteur le plus important :
l’homme, la machine, la massification du trafic, l’éclatement des opérateurs ou les
différences entre les systèmes de contrôle et de sécurité ?
M. Christophe LABBÉ : La fréquence des accidents d’avions reste stable : on évalue la
moyenne à 0,3 accident sur un million de vols. Mais, compte tenu de l’augmentation du
trafic, le nombre de catastrophes aériennes va croître considérablement et, en
conséquence, les médias vont être confrontés à des questions de plus en plus pressantes
venant du public. Le sujet de la sécurité aérienne va donc prendre de l’importance au sein
des rédactions, chacun ayant bien conscience qu’il va peser de plus en plus lourd dans
l’actualité.
Je répète que je ne suis pas spécialiste de la technique. Je suis parti du constat
que dans 70 % des cas, les causes des accidents, qui peuvent être multiples, dépendent
d’un facteur humain, j’ai cherché à savoir pourquoi l’homme était le maillon faible. Au fil
— 104 —
des enquêtes, je me suis efforcé de prendre des chemins de traverse pour voir l’envers du
décor, tant en ce qui concerne les conditions de maintenance que les conditions de travail
pour les personnels navigants. Cette démarche m’a permis de découvrir une réalité bien
différente de celle présentée par la profession elle-même, et qui pèse de façon
incontestable sur la sécurité. C’est l’angle d’attaque que j’essaie d’adopter à chaque
nouvelle catastrophe aérienne.
Ainsi, j’ai été particulièrement frappé par la situation des « galériens du
ciel », ces pilotes qui investissent des sommes fabuleuses, pouvant aller jusqu’au million
de francs, pour se former sur des périodes très longues – dix ou quinze ans – en alternant
des petits boulots dans le secteur aérien et les heures de vol pour l’aviation civile. J’en ai
rencontré beaucoup, ce sont des gens qui, étant tous passionnés, ont d’autant plus de
pudeur à raconter leur vie quotidienne, qu’ils sont, eux aussi, accrochés au mythe du
pilote qui gagne bien sa vie et qu’ils tentent d’en renvoyer l’image. Toutefois, en poussant
plus loin les investigations, on s’aperçoit que la profession, généralement présentée
comme nantie, compte, en France, 1 200 pilotes au chômage, qui vivent dans des
situations financières étonnantes. J’en ai rencontré, qui, compte tenu des échéances qu’il
leur faut honorer pour rembourser les emprunts souscrits pour leur formation, vivent avec
l’équivalent de 3 000 F par mois et accumulent les heures de travail. J’ai le souvenir d’un
pilote qui effectuait jusqu’à cinquante heures de vol par mois. D’autres m’ont confié à
quel point ils devaient se battre pour que ces tracas financiers ne perturbent pas
l’ambiance du cockpit et ne viennent pas perturber le vol.
Bon nombre d’entre eux ont surtout déclaré qu’ils n’étaient pas en situation
de s’opposer à un certain nombre d’exigences mettant en jeu la sécurité et pouvant aller
du cumul des heures de vol, à la réduction des périodes de repos, en passant par le fait de
« fermer les yeux » sur une impasse technique de l’appareil. En d’autres termes, il
s’agissait de pilotes qui n’étaient pas en mesure de jouer pleinement leur rôle de maillon
essentiel dans la chaîne de la sécurité. Des différentes enquêtes qu’il m’a été donné de
conduire, ce qui m’a le plus frappé, c’est de constater que cette situation existe, qu’elle
perdure et que les pouvoirs publics, notamment la DGAC, continuent à faire comme si de
rien n’était, alors que ces « galériens du ciel » transportent des passagers et travaillent
pour des compagnies de troisième niveau, elles-mêmes appelées parfois à travailler pour
des compagnies de premier niveau.
Mme la Présidente : Puisque vous parlez de compagnies de « troisième niveau »,
j’aimerais que vous nous apportiez des précisions sur cette terminologie.
Par ailleurs, que pourrions-nous proposer pour que ces licences et
certifications puissent être financées autrement que par des emprunts qui grèvent le budget
et la vie de ces salariés ?
M. Christophe LABBÉ : L’appellation « compagnie de troisième niveau » s’applique à
toutes les petites compagnies qui ont une flotte limitée et qui interviennent surtout en
appoint pour d’autres compagnies.
M. Marcel DEHOUX : Pourriez-vous nous citer des noms ?
M. Christophe LABBÉ : Disons que AOM et Air Liberté étaient de grosses compagnies
de troisième niveau, mais il y en a beaucoup d’autres dont Air Littoral.
M. le Rapporteur : Existe-t-il aussi des compagnies de cinquième niveau ?
— 105 —
Mme la Présidente : Ces compagnies peuvent-elles être sous-traitées par de grandes
compagnies ?
M. Christophe LABBÉ : Tout le problème est là ! Quand on voit les conditions de travail
et de maintenance qu’offrent ces compagnies, on ne peut que constater que la sécurité y
est altérée par rapport aux grandes compagnies de renom, pour le compte desquelles elles
travaillent pourtant. Le voyageur n’a, jusqu’à présent, pas la certitude en prenant un billet
Air France de ne pas finir le trajet sur une autre compagnie ne présentant pas le même
niveau de sécurité.
Mme la Présidente : Ce système de hiérarchisation vous est-il propre ou est-il officiel ?
M. Christophe LABBÉ : Ce n’est pas un système officiel, mais il a cours dans le milieu
aéronautique. Il y a, d’un côté, des compagnies reines qui ont une assise, dont les pilotes
et les mécaniciens ont une base de rémunération assurée et de bon niveau, où il peut y
avoir des problèmes mais où les horaires de travail sont très contrôlés, et, de l’autre côté,
les compagnies qui additionnent les contrats précaires, sous-payés. En règle générale, plus
la compagnie est petite, plus les conditions de travail se dégradent et plus il y a de risques.
Concernant la formation, durant les années 80, toute une campagne s’est
développée pour promouvoir le métier de pilote qui était présenté comme une profession
d’avenir. Un certain nombre de jeunes se sont alors engouffrés les yeux fermés dans cette
voie. Sauf que la formation gratuite d’Etat est très limitée – trente places par an –
l’essentiel des pilotes est en fait formé par des écoles privées dont les tarifs sont
exorbitants et dont le nombre de licences délivré est libre, aucune réglementation n’ayant
été prévue pour le limiter.
Ces écoles laissent croire à un certain nombre de jeunes passionnés qu’ils
vont décrocher une place à coup sûr, ce qui, évidemment, n’est pas le cas, puisque 1 200
pilotes sont actuellement au chômage, pris dans un cycle infernal qui les contraint
régulièrement à réemprunter pour parfaire leur qualification…
Mme la Présidente : Il y a une certaine incohérence dans le fait d’une part, de limiter la
formation officielle à trente places et, d’autre part, de permettre des formations privées
sans numerus clausus. En la matière, pensez-vous que nous pourrions faire des
propositions ?
M. Christophe LABBÉ : C’est une situation que les pouvoirs publics refusent de voir.
J’ai eu, à maintes reprises, l’occasion de demander à des pilotes et à un
certain nombre d’interlocuteurs du monde aéronautique s’il n’était pas préjudiciable à la
sécurité d’avoir autant de pilotes au chômage, disposés à accepter des conditions de
sécurité réduites pour atteindre le nombre d’heures de vol exigé pour conserver leur
licence. Quand ils s’expriment sur cette main-d’œuvre captive, c’est ce problème des
écoles qui est le plus fréquemment soulevé. Ils estiment qu’elles sont trop nombreuses,
insuffisamment contrôlées et déplorent que la présélection qu’elles opèrent se fasse
essentiellement par l’argent. Ils souhaiteraient voir limiter le nombre des licences en
fonction des emplois de pilote offerts chaque année.
M. Christian MÉNARD : Ces écoles privées ne sont pas agrémentées ?
M. Christophe LABBÉ : Si, mais, une fois agrémentées, elles restent libres de recruter
leurs candidats, ce qu’elles font à tour de bras.
— 106 —
M. Robert PANDRAUD : Et que se passe-t-il à la sortie ?
M. Christophe LABBÉ : Le jeune doit se livrer à un véritable parcours du combattant
pour additionner les qualifications : après la qualification minimale, il va essayer de
progresser pour pouvoir voler sur des appareils de type plus prestigieux.
M. Robert PANDRAUD : Par qui ces qualifications sont-elles délivrées ?
M. Christophe LABBÉ : Ce sont des diplômes d’Etat, mais aucun contrôle n’est exercé
sur le nombre de candidats.
M. Robert PANDRAUD : Peut-on parler d’un système « d’auto-école » ?
M. Christophe LABBÉ : Oui, c’est exactement le même système.
M. Robert PANDRAUD : Existe-t-il un contre-pouvoir syndical ?
M. Christophe LABBÉ : Oui, il y a un contre-pouvoir syndical, mais il ne s’exerce que
dans les grandes compagnies. Dans les petites compagnies où les conditions de vol sont
dégradées, les syndicats ne jouent pas réellement ce rôle. Le principe qui prévaut est celui
du « chacun pour soi » et, même si je schématise un peu, l’objectif de chaque navigant
étant, au bout du compte, de finir à Air France, les pilotes partent du principe qu’ils
doivent accepter les règles du jeu.
Pour tout dire, ce qui m’a frappé, c’est de voir que ces 1 200 pilotes au
chômage, sans compter tous ceux qui « galèrent » pour pouvoir voler et rembourser leurs
emprunts, ne sont pas réellement pris en compte dans le discours syndical. La défense de
leur cause ne fait pas partie des priorités syndicales.
M. Robert PANDRAUD : La limite d’âge est-elle la même dans toutes les compagnies ?
M. Christophe LABBÉ : C’est un point que je n’ai pas étudié précisément, mais il me
semble qu’elle est très variable. Il y a une limite d’âge nationale, mais elle ne compte pas
autant que la visite médicale à laquelle sont régulièrement soumis tous les pilotes titulaires
d’une licence. L’aptitude médicale à voler est délivrée de façon régulière et vaut tant pour
les pilotes des compagnies de troisième niveau que pour ceux d’Air France.
Le problème le plus préoccupant est la situation financière des pilotes de
petites compagnies, le fait qu’ils ne sont pas en situation de s’opposer à un ordre allant à
l’encontre de la sécurité. C’est particulièrement vrai pour les « tolérances techniques ». En
d’autres termes, pour les pannes autorisées sur un avion. En effet, un certain nombre de
pannes sont autorisées, à condition d’y remédier dans un certain délai, l’objectif initial
étant de ne pas immobiliser les appareils n’importe où et n’importe quand. Mais beaucoup
de petites compagnies jouent avec ces tolérances techniques en demandant aux pilotes de
ne pas déclarer sur-le-champ ces pannes pour pouvoir reporter les dépenses de
maintenance. C’est ainsi que des avions volent avec quatre, six, voire dix tolérances
techniques, alors que tous les experts estiment qu’au-delà de trois, la ligne rouge est
franchie.
C’est une pratique qui n’apparaît pas dans les statistiques de la DGAC et des
autres organismes de contrôle, alors qu’elle est courante, hormis dans les grandes
compagnies où il est possible de compter sur la protection syndicale.
— 107 —
M. Jean-Pierre BLAZY : Puisque vous avez parlé des « petites compagnies », pouvezvous nous en citer à l’échelle européenne ? S’agissant des vols réguliers, la formule
s’applique-t-elle aux compagnies à bas prix (low cost), où l’on sait que les pilotes
effectuent un nombre d’heures nettement plus élevé qu’à Air France, par exemple ?
M. Christophe LABBÉ : Cela concerne effectivement les compagnies à bas prix. Plus la
compagnie est petite et ses prix cassés, et plus elle met en cause la sécurité. Tous les
pilotes de ces compagnies nous apportent des témoignages qui confirment que la sécurité
y est dégradée.
M. Jean-Pierre BLAZY : Peut-on citer ces compagnies et dire, par exemple, que easyJet
ou Ryan Air en font partie ?
M. Christophe LABBÉ : Lorsqu’un journaliste écrit un papier, il récupère un certain
nombre d’informations, mais elles sont toutes anonymes car les pilotes ne souhaitent pas
se « griller » dans le métier. A moins de pouvoir récupérer des documents, ce qui n’arrive
pratiquement jamais, l’auteur de l’article ne peut pas nommer les compagnies. C’est un
véritable problème ! Les pilotes recommandent à leur famille de ne pas voyager sur un
certain nombre de compagnies françaises, européennes ou autres, mais on ne peut pas en
publier la liste…
Mme la Présidente : Peut-on parler « d’omerta » ?
M. Christophe LABBÉ : C’est une réelle « omerta » !
M. Robert PANDRAUD : Elles ne sont pas inspectées par la DGAC ?
M. Christophe LABBÉ : On a parfois le sentiment que l’emploi et le maintien d’une
compagnie priment sur le niveau de sécurité. En réalité, un niveau de sécurité comme
celui d’Air France, qui sans être parfait est quand même bon, a un coût : il suppose non
seulement d’assurer la maintenance et la formation des personnels, mais aussi de garantir
la traçabilité des pièces détachées.
J’ai été effaré du flou qui entoure ce dernier point : nous ne disposons
d’aucune statistique sur les fausses pièces, usagées et sans certificat qui sont actuellement
montées sur les avions. Des quelques études réalisées aux Etats-Unis, il ressort que 10 %
des avions sont concernés par ce problème.
De temps en temps, quelques affaires sortent. Cela a été récemment le cas en
Italie, quand les douanes et le FBI ont démantelé une filière de pièces contrefaites,
« cannibalisées » sur de vieux Airbus et recyclées avec de faux certificats. Lors
d’enquêtes conduites sur le sujet, j’ai eu l’occasion de rencontrer des grossistes spécialisés
dans ces pièces de rechange (brokers). Leurs témoignages sont assez effrayants. En fait, il
n’y a pas de contrôles réels sur l’origine des pièces montées sur les appareils. Un avion
volant en moyenne trente ans, toutes ses pièces, pourtant, sont appelées à être changées.
M. Jean-Pierre BLAZY : Outre les pièces contrefaites, il y a les pièces usagées qui
servent au-delà de la limite raisonnable : chacun se souvient de cette fameuse lamelle de
l’appareil de Continental Airlines sur laquelle le Concorde a roulé et qui, au dire des
experts, était largement usagée ! Or, il ne s’agissait pas d’une compagnie à bas prix ! C’est
une affaire dont on n’a pas fini de parler et qui a mis en lumière une situation que
beaucoup ignoraient. Avec ces pièces, c’est tout le problème de la maintenance qui se
trouve posé.
— 108 —
M. Christophe LABBÉ : La maintenance représente environ 12 % du budget d’une
compagnie, ce qui n’est pas négligeable. C’est l’une des lignes budgétaires sur lesquelles
les compagnies aériennes essaieront de rogner pour faire des économies. On dit que la
SNECMA réalise un chiffre d’affaires supérieur avec les pièces détachées qu’avec les
moteurs complets. C’est un commerce vraiment lucratif : comme ces pièces coûtent cher,
un certain nombre de malins ont occupé le créneau.
L’état de ces pièces est incriminé dans un certain nombre d’accidents, étant
entendu qu’il n’est finalement possible de repérer une pièce contrefaite qu’au terme des
enquêtes conduites après le crash d’un avion. Les autorités américaines avaient ainsi
évalué à 500 le nombre de pièces récupérées sur le Boeing d’American Airlines, qui
s’était écrasé en 1995 en Colombie, pièces qui ont ensuite été remises sur le marché.
C’est une pratique courante qui, à en croire les mécaniciens interrogés de
façon non officielle, est un secret de polichinelle. Quand on leur demande s’ils sont
capables de se prononcer sur l’authenticité d’une pièce assortie d’un certificat, ils
répondent tous non, sauf à la soumettre à des examens en laboratoire.
Mme la Présidente : C’est un véritable problème de traçabilité.
M. François SCELLIER : On retrouve les mêmes difficultés dans d’autres secteurs. Je
ne suis pas un adepte à tous prix de la réglementation, mais je pense qu’il est des
domaines où elle est tout à fait insuffisante. Or, la première approche que nous pouvons
avoir du sujet tend à prouver, s’agissant aussi bien de la formation des pilotes que de la
façon dont ils sont appelés à travailler, qu’avec un peu plus de réglementation et de
contrôle, nous ne nous en porterions que mieux et que nous aurions un peu plus envie de
prendre l’avion, car je crains que nous n’ayons dorénavant, les uns et les autres, quelque
réticence à le faire…
Sans tirer d’ores et déjà des conclusions sur cette affaire, il serait important
que vous puissiez nous dire si vous entrevoyez des solutions pour améliorer la traçabilité
des pièces et la façon dont sont effectués les différents contrôles techniques.
M. Christophe LABBÉ : Je suis stupéfait de constater qu’actuellement, personne ne
s’occupe réellement de ce dossier. Il faudrait, d’abord, évaluer précisément la situation
puisque nous ne disposons d’aucun chiffre et que les rares informations sur ce sujet ne
sont révélées qu’après un accident ou un contrôle ayant permis de prendre sur le fait un
courtier indélicat.
Il conviendrait de se doter d’outils pour mener de vraies enquêtes ciblées. En
Europe, certains courtiers sont considérés comme sérieux, d’autres moins et il serait très
facile d’enquêter sur eux pour savoir comment ils travaillent réellement. Il faudrait
également mieux encadrer la vente et la revente des pièces d’avion. On dénombre 2 000
courtiers aux Etats-Unis et plusieurs centaines en Europe : c’est un monde qui vit sa vie
sans contrôle !
M. Christian MÉNARD : Pouvez-nous nous donner des précisions sur le pourcentage
d’accidents imputables aux défaillances de pièces ?
M. Christophe LABBÉ : Je ne le peux pas, parce que la source des accidents est « multi
facteurs ». Il n’y a pas de stratégie pour étudier systématiquement cette question et, par
conséquent, nous ne disposons ni de statistiques, ni d’état des lieux.
— 109 —
Mme la Présidente : Ces problèmes relatifs aux pièces et à la maintenance sont d’ordre
international et semblent toucher, bien sûr à des degrés variables, toutes les compagnies.
Je souhaiterais donc revenir sur la question des licences, qui affecte plus de 1 200 pilotes
rien qu’en France et qui renvoie au problème de la formation à l’échelle nationale. Qu’en
est-il dans les autres pays européens et aux Etats-Unis ?
M. Christophe LABBÉ : La situation dans les autres pays européens est très hétérogène.
Il faudrait l’étudier pays par pays, mais je n’ai pas l’impression que la France se distingue
particulièrement : comme souvent, la réglementation est plus stricte dans les pays du nord
et s’assouplit en descendant vers le sud. Aujourd’hui, de nombreux pilotes français volent
d’ailleurs dans les pays du sud.
Mme la Présidente : Ils acceptent les risques ?
M. Christophe LABBÉ : Oui !
M. le Rapporteur : Vous nous avez indiqué que le facteur humain était primordial, mais
quelle est, aujourd’hui, en France, la principale défaillance du système ? La formation,
dans l’ensemble, n’est pas forcément mauvaise, sous la réserve que vous avez émise quant
à la moralité des financements, les conditions de travail dans les compagnies françaises
qui, il est vrai, restent peu nombreuses, sont, bien qu’inégales, relativement bonnes, tout
ce qui touche à la qualité de la maintenance et aux contrôles est plutôt satisfaisant.
Vous seriez ministre des transports avec tous les pouvoirs qui accompagnent
cette fonction, que feriez-vous pour améliorer encore la situation ? Quelle est l’urgence ?
M. Christophe LABBÉ : Tout dépend sous quel angle on se place. Pour le voyageur, le
manque de transparence est indéniable. La personne qui prend un avion ne dispose pas,
aujourd’hui, à moins de faire partie du milieu aéronautique, d’informations sur les risques
que peut présenter une compagnie ou un appareil par rapport à d’autres.
Au niveau des pouvoirs publics, la communication n’est pas optimale : le
Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), lorsque survient un accident dramatique, n’obéit
à aucune règle de communication. Ce manque de communication est d’autant plus
regrettable que la demande augmente. De plus en plus de gens voyageant par avion, le
sujet intéresse et le public veut comprendre.
Par ailleurs, les affrètements en cascade brouillent les cartes au point que plus
personne n’y comprend plus rien et n’est en mesure de dire qui fait quoi : aujourd’hui, il
est fréquent de trouver un équipage d’une nationalité, sur un appareil d’une compagnie
appartenant à un autre pays et qui transporte des passagers d’origine encore différente.
Tout ce mélange nuit à la sécurité !
M. le Rapporteur : Le label « sécurité » vous semble être une bonne idée ?
M. Christophe LABBÉ : Oui !
M. le Rapporteur : Sa mise en œuvre est envisageable ?
M. Christophe LABBÉ : Quand elle a été proposée, nous avons interrogé nos différents
interlocuteurs et le projet faisait l’unanimité.
— 110 —
M. le Rapporteur : Vous êtes spécialiste du transport aérien ou des transports ?
M. Christophe LABBÉ : Le transport aérien fait partie de mes champs d’action depuis
un certain temps, mais je suis attaché au service « société ».
M. le Rapporteur : Je comprends vos exigences, mais je vais raisonner différemment :
finalement, on pourrait demander autant de rigueur que vous en exigez du transport aérien
à d’autres moyens de transport. Quand vous louez, par exemple, une voiture, vous ne
savez pas grand-chose du véhicule qui vous est attribué ; quand vous prenez un bateau,
vous ne vous posez pas la question de savoir quelle est la nationalité du capitaine,
combien de bâtiments il a coulés avant, etc.
Il est vrai que l’avion est un moyen de transport particulier, parce qu’il est en
l’air, parce que les accidents qui peuvent survenir sont très meurtriers et spectaculaires,
mais, finalement, comme vous l’avez rappelé précédemment, c’est le mode de transport le
plus sûr du monde et le nombre des accidents constatés est stable, voire en diminution, par
rapport à ce qu’il était il y a vingt ans.
M. Christophe LABBÉ : Le nombre des accidents augmente puisque le trafic augmente.
Mon point de vue est celui du journaliste face à ses lecteurs. Un accident d’avion n’est pas
un accident comme un autre. Il suscite, pour des raisons démultipliées, une émotion dont
nous sommes obligés de tenir compte. Sur de tels sujets, il y a une importante demande de
sécurité, que l’on peut juger extrême, mais qui existe : la société demande que ce mode de
transport soit plus sécurisé que les autres.
Je me borne à constater cette demande croissante. Elle est paradoxale puisque
l’on exige de l’avion qu’il soit de plus en pus sûr, alors qu’il va y avoir de plus en plus
d’accidents. D’autre part, il y a un décalage avec la réalité, puisque le quotidien « des
galériens du ciel » est loin de correspondre à l’idée que l’on se fait du métier. Personne
n’imagine pouvoir voler dans un avion commandé par un pilote soit en contrat à durée
déterminée, soit en période d’essai, et pourtant ce sont des situations dont certaines
compagnies abusent pour ne pas avoir à rémunérer correctement leurs navigants.
Bref, il y a des conditions de vol qui sont loin de répondre à la demande de la
société en la matière.
M. Robert PANDRAUD : Je poserai deux questions d’un ordre tout à fait différent.
Premièrement, vos propos, monsieur, laissent entendre que le fait qu’il y ait
aussi peu d’accidents tient du miracle quotidien, car toutes les raisons sont réunies pour
qu’ils se multiplient.
Deuxièmement, dans ce dispositif, qui commande : le ministère des transports
ou Air France ? Pensez-vous que le premier puisse avoir un droit de regard valable sur Air
France dans la mesure où nous sommes dans une situation très oligopolistique et où Air
France et Aéroports de Paris sont des débouchés lucratifs pour les fonctionnaires dudit
ministère ?
M. Christophe LABBÉ : En réponse à votre première interrogation, je dirai que c’est une
question que nous nous sommes également posée. En observant l’envers du décor, nous
nous sommes demandé comment certains appareils continuent à voler. Selon les experts
– et je pense qu’ils ont raison – la technologie est à ce point maîtrisée qu’elle « rattrape »
en grande partie les dysfonctionnements.
— 111 —
Pour ce qui est de votre seconde question, elle renvoie à un sujet que je n’ai
pas approfondi, bien qu’ayant parfois le sentiment que les outils de contrôle s’adaptent
aux contraintes de certaines compagnies. Nous savons, par exemple, que telle compagnie
ne sera pas contrôlée sur un point ou un autre, alors même que les informations circulant
dans le milieu aéronautique pointent des dysfonctionnements.
Mme la Présidente : Ce sont des informations que vous tenez des pilotes ?
M. Christophe LABBÉ : De pilotes ou de mécaniciens.
Mme la Présidente : Et cela fait aussi partie de ce que l’on ne doit pas dire
officiellement ?
M. Christophe LABBÉ : Exactement !
M. Robert PANDRAUD : C’est pourquoi, sans être assuré de la véracité de ces
informations, je déplore, Mme la Présidente, que dans cette mission d’information comme
dans les autres, les personnes auditionnées appartiennent surtout au sommet de la
hiérarchie. Nous tirerions plus d’enseignements en écoutant des personnes venues de la
base et choisies presque au hasard. En effet, d’un côté on trouve les directions qui
déforment totalement la vérité, et de l’autre, les organisations syndicales qui en font
autant !
Ainsi, au cours de la commission d’enquête sur le fonctionnement des forces
de sécurité en Corse, nous avons entendu tous les responsables de la police, mais jamais le
policier de base qui, pourtant, sait tout et fait tout ! Le reste n’est que boniment et mise en
avant des puissants de ce monde …
Mme la Présidente : Nous touchons là au cœur du problème. Il est vrai que la mission
d’information avait souhaité assister à des petits contrôles exercés localement, mais
pensez-vous que les salariés, alors, se seraient exprimés plus librement ? Je ne le pense
pas. Pour en apprendre plus il faut entendre les journalistes, et c’est ce que nous faisons
aujourd’hui !
J’ai moi-même commis une maladresse en faisant allusion, dans la
présentation d’un texte, à certaines pratiques liées aux conditions de travail de la
compagnie Air France. Cet impair m’a valu les foudres de mes collègues, alors que j’étais
récemment élue à l’Assemblée nationale, et j’ai ensuite compris qu’il valait mieux éviter
certains domaines ou bien les aborder « sur la pointe des pieds ».
Cela revient à dire que nous n’obtiendrons pas ici toutes les informations, et il
est d’autant plus important que vous signaliez ce problème que nous sentons que nous
tournons autour de sujets difficiles, sans disposer d’informations sur le fond !
M. Jean-Pierre BLAZY : J’abonderai, Mme la présidente, dans votre sens et dans celui
de M. Pandraud. Il a été question tout à l’heure d’« omerta », mais on pourrait aussi parler
d’autocensure. Le représentant du syndicat des pilotes que nous avons auditionné ne nous
a probablement pas tout dit, mais si nous prévoyons d’auditionner celui du syndicat du
personnel de maintenance, il faudra vraisemblablement aussi le pousser dans ses derniers
retranchements.
— 112 —
Il y a dans le domaine du transport aérien que je connais depuis quelques
années, pour m’être intéressé aux problèmes d’environnement et de sécurité depuis
l’écrasement du Concorde, beaucoup de non-dits !
Je souhaiterais, monsieur, obtenir de plus amples précisions sur quelques-uns
de vos propos. Après un accident, des enquêtes techniques sont diligentées et vous avez
fait allusion au BEA. Vous savez qu’un texte législatif régit maintenant les enquêtes sur
les incidents et les accidents dans l’aviation civile, conformément aux directives
européennes. Il est vrai qu’après une catastrophe – celle de Charm el-Cheikh nous
concerne particulièrement, mais il y en aura malheureusement et inévitablement d’autres –
l’opinion est avide de vérité.
Dans de telles circonstances, la transparence de notre dispositif est-elle, selon
vous, suffisante, étant précisé que je parle des enquêtes techniques et pas des enquêtes
judiciaires qui donnent lieu à des batailles d’experts sans fin?
M. Christophe LABBÉ : En tant que journaliste – je prêche pour ma paroisse – je
déplore le manque de transparence qui caractérise trop souvent les enquêtes techniques.
Le premier problème du BEA tient peut-être à son statut. Aux Etats-Unis, la
structure équivalente est une fondation totalement indépendante sur laquelle il y aurait
aussi beaucoup dire, mais qui garantit indéniablement une plus grande indépendance.
Le second problème du BEA tient au fait que ses enquêteurs appartiennent à
la DGAC et y retournent quand ils ont fait leur temps. Dès lors, je vois mal comment un
enquêteur pourrait sereinement pointer les manquements de la DGAC sans crainte de
représailles : j’ai en tête des exemples précis.
M. Jean-Pierre BLAZY : C'est-à-dire ?
M. Christophe LABBÉ : Des personnes, ayant travaillé au BEA, nous ont avoué ne pas
avoir été aussi loin qu’elles l’auraient souhaité dans la mise en cause de la DGAC. Elles
se sont autocensurées, notamment parce qu’elles se sont projetées dans leur carrière.
S’agissant des enquêtes judiciaires, une petite anecdote est révélatrice.
Récemment, alors que le BEA avait quasiment bouclé son enquête sur un accident
d’avion, un expert judiciaire qui avait repris les choses à zéro, a découvert que deux
passagers disposaient, au moment de l’accident, d’un caméscope et qu’ils avaient filmé
tous les mouvements de l’aile. Cet expert a pu disposer d’une pièce qui avait échappé au
BEA !
M. Christian MÉNARD : Pour aller dans le sens des propos qui ont été tenus, je me
demande s’il ne serait pas possible d’auditionner des mécaniciens, des pilotes ou des
contrôleurs du ciel qui interviendraient à titre purement individuel. J’ignore si c’est
possible, mais je crois qu’il serait vraiment intéressant d’entendre des gens qui ne
s’autocensureraient pas.
Mme la Présidente : Nous pouvons toujours les inviter, tout le problème étant de savoir
s’ils répondront à notre invitation…
M. Robert PANDRAUD : Ce que vous avez dit, monsieur, concernant premièrement,
l’autocensure des fonctionnaires du BEA, deuxièmement, les divergences qui peuvent
exister entre les enquêtes techniques et judiciaires, est relativement grave ! Ces experts,
— 113 —
qui travaillent dans le cadre de la procédure judiciaire sont-ils nombreux en France, ou
sont-ils toujours les mêmes ? Combien peuvent-ils toucher, car pour un accident important
leur rémunération doit être monumentale ?
Par ailleurs, si le travail de l’expert retenu ne satisfait pas les compagnies,
elles doivent solliciter les services d’un second expert, d’ailleurs plus ou moins en cheville
avec le premier ce qui fait qu’à l’arrivée ils peuvent crier « A nous la bonne soupe ! ». Il
est possible que leurs recherches soient plus approfondies que celles du BEA, mais elle
sont certainement plus onéreuses pour le contribuable pour des résultats qui, ne parvenant
que bien années plus tard, perdent beaucoup de leur intérêt…
M. Christophe LABBÉ : Il est vrai que les experts judiciaires sont peu nombreux !
M. Robert PANDRAUD : D’où sortent-ils ? Ce sont des experts du BEA ?
M. Christophe LABBÉ : Il y a des anciens du BEA, mais aussi des pilotes navigants :
dans ce domaine, on trouve toutes sortes de profils, étant précisé que, comme partout,
certains sont bons et d’autres moins.
J’ai constaté sur certaines affaires que le travail de l’expert judiciaire
complétait les investigations conduites dans le cadre de l’enquête technique et qu’il
pouvait même parfois aller plus loin, comme en témoigne, entre autres, l’exemple que je
vous ai cité.
Mme la Présidente : Votre rôle est intéressant dans la mesure où il vous permet de poser
certaines questions qu’il « ne faut pas poser » et de pénétrer des domaines où beaucoup
n’osent pas s’aventurer.
Je ferai néanmoins remarquer que la lecture du Figaro nous a tout de même
étonnés puisque la version que donnait, le 3 mars, ce quotidien de l’accident de Charm
el-Cheikh, et qui faisait état de déclarations du BEA, a été aussitôt démenti par ce dernier.
A ce propos, je ne peux pas ne pas nourrir quelque inquiétude en vous
entendant parler de transparence. Quand survient un grave accident, l’émotion est forte,
beaucoup de familles sont touchées et il est tout à fait logique qu’elles aient envie de
savoir. Toutefois, il y a une différence entre cette envie de savoir, qui ne ramènera
malheureusement pas les proches, et la possibilité de savoir vite et bien : chacun sait que
la mécanique ne livre pas facilement ses secrets et que, hormis des cas très précis, les
causes de l’accident ne sont pas évidentes. Je déplorerais que les médias, au prétexte de
conduire au plus vite les recherches, versent dans le sensationnel ou, sans aller jusque-là,
laissent entendre que l’on pourrait dissimuler certains dysfonctionnements.
Personnellement, je crois qu’il faut du temps pour mener à bien une enquête
et j’admets que l’on ne puisse pas en livrer les résultats « bruts de décoffrage » pour des
raisons qui parfois tiennent à la raison d’Etat, mais également à la nécessité de pouvoir
revenir sur des investigations insuffisamment approfondies, sans que les familles aient à
en souffrir.
Je m’étonne donc de voir certains médias se lancer à la « va-vite » dans
certaines publications et je crains qu’ils ne confondent parfois le droit à l’information avec
l’envie de publier un papier…
— 114 —
M. Robert PANDRAUD : Je rejoins vos préoccupations, mais compte tenu de la
nécessaire protection du secret de l’enquête ou de l’instruction et des fuites dont elles sont
périodiquement émaillées, tant en raison des investigations des journalistes que des
communications officielles de certains fonctionnaires ou experts, ne serait-il pas
souhaitable de publier des communiqués d’étape du BEA ou des procureurs, selon les
cas ?
Le public ne peut observer le silence : les langues vont bon train à la sortie
des bureaux et des restaurants et les médias exploitent, et souvent déforment, tous ces
bruits qui, parfois, correspondent aussi à la vérité…
M. Christophe LABBÉ : Un accident d’avion fait partie des sujets médiatiques les plus
difficiles à traiter car, compte tenu du nombre des victimes, l’émotion est démultipliée, de
même que les questions auxquelles nous ne pouvons pas ne pas répondre.
Vous citiez l’exemple du Figaro. Il faut reconnaître que la sécurité aérienne
est un domaine où il y a peu de communication officielle, ce qui suppose d’aller chercher
l’information. On peut imaginer que l’auteur de l’article a pu récupérer les conversations
dans le cockpit et que, s’appuyant sur des traductions de l’arabe, il a été à la merci d’une
erreur. Dans ce genre d’affaire, on peut également se trouver à la merci de manipulations
dans la mesure où les enjeux sont importants.
Dans ce genre d’affaire, il y a peu de communication et, quand il y en a, elle
répond si mal à l’attente des journalistes qu’il n’est pas toujours facile de recouper
l’information, ce qui se fait au minimum trois fois sur d’autres sujets. Est-ce une raison
pour s’interdire d’aller la chercher ? Je ne le pense pas !
Par rapport aux familles, il en va de même. Elles sont une source
d’information et les contacter fait aussi partie du travail du journaliste, étant entendu qu’il
appartient ensuite à chacun de trouver l’équilibre pour ne pas forcer la main et respecter la
dignité de son interlocuteur.
M. Robert PANDRAUD : D’autant que la publication d’une nouvelle tronquée appelle le
plus souvent une mise au point officielle, utile au lecteur.
Mme la Présidente : Je vous remercie au nom de tous mes collègues. Vous nous avez fait
toucher du doigt la difficulté d’aborder la vérité et d’interroger ceux qui se trouvent au
plus près d’elle, compte tenu des moyens dont ils disposent pour la dire.
— 115 —
Audition de M. Marc DEBY,
Conseil national des clients aériens (CNCA)
(Extrait du procès-verbal de la séance du 10 mars 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Les membres de notre mission sont heureux de vous accueillir.
Vous êtes président du Conseil national des clients aériens – CNCA –, mais vous avez,
auparavant, occupé le poste de directeur de l’Institut national de la consommation, ce qui
vous a tout naturellement sensibilisé aux interrogations des consommateurs et tout
spécialement à celles des clients aériens.
Je vous laisse la parole avant que mes collègues et moi-même vous posions
quelques questions en vue de compléter notre information.
M. Marc DEBY : Mme la Présidente, mesdames et messieurs, je vous remercie de votre
accueil. Je suis effectivement président du Conseil national des clients aériens, dont
l’ancienne appellation Comité des usagers du transport aérien, a été modifiée sous
l’impulsion de M. Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports et à la mer, afin
de mieux traduire son implication en FAVÉur des consommateurs.
Ce conseil a été créé en 1995, par une décision, ultérieurement transformée en
arrêté ministériel, du ministre de l’équipement, du logement et des transports de l’époque,
sous le nom de Comité des usagers du transport aérien. Ce comité est devenu, en juin
2003, le Conseil national des clients aériens tout en conservant intégralement sa
composition pluridisciplinaire et sa mission d’étude de la qualité du service rendu au
passager aérien. Outre des personnes qualifiées, il regroupe en son sein des représentants
des organisations de consommateurs, des opérateurs du transport aérien – compagnies,
aéroports, agents de voyage – ainsi que les administrations en charge de ces questions.
Il est entièrement financé par la direction générale de l’aviation civile
(DGAC). Il établit et publie dorénavant chaque semestre un observatoire des retards du
transport aérien : vous trouverez dans le petit dépliant qui vous a été distribué la synthèse
des travaux auxquels il se consacre dans ses études sur les retards. Le CNCA publie
également chaque trimestre une lettre d’information intitulée « Passager aérien » qui est
diffusée à 300 000 exemplaires dans une trentaine d’aéroports.
Par ailleurs, le CNCA s’est également adressé aux professionnels au cours
d’une journée du passager aérien qui a réuni 140 professionnels, le 14 janvier 2004, sur le
thème : l’information, un droit pour les clients, un devoir pour les opérateurs.
Vous me permettrez de faire quelques remarques préalables sur l’ensemble du
sujet qui nous intéresse aujourd’hui.
Le Conseil national des clients aériens, s’il porte de l’intérêt à toute démarche
des opérateurs visant à renforcer la sécurité du transport aérien, n’a pas vraiment
compétence à aborder ces questions purement techniques qui touchent à la sécurité
aérienne : sécurité des aéronefs, niveaux de qualification des personnels, et autres…
Toutefois, dans ce cadre, les clients ont, bien évidemment, conscience du fait que la
sécurité aérienne participe pleinement de la qualité du service et ils n’accepteront en
aucun cas que le haut niveau de sécurité recherché dans le transport aérien puisse être
— 116 —
abaissé au nom de quelque autre impératif. Pour le client aérien, la première qualité du
service est avant tout la sécurité.
En parallèle à cet enjeu capital, il en est un autre tout aussi important : la
sûreté du voyage. Ce sujet ne sera pas abordé ici, mais le Conseil national des clients
aériens se réserve d’y revenir, ici ou dans d’autres enceintes, compte tenu de l’impact des
nouvelles mesures. Je pense, d’une part, aux nouveaux dispositifs de sûreté, mis en place
pour l’essentiel au cours des deux dernières années, dans les aéroports, d’autre part, aux
nouvelles technologies dont l’implantation doit s’effectuer dans les prochains mois –
notamment la biométrie – ou aux interventions déjà effectuées puisque le blindage des
portes de séparation des cockpits est achevé et que la présence des personnels de police en
civil, de type air marshals est d’ores et déjà effective.
Pour en revenir à la sécurité proprement dite, plusieurs axes de réflexion
peuvent être envisagés : les questions concernant les aéronefs au sens large, comprenant
naturellement le contrôle technique des compagnies, des avions et des pilotes, mais aussi
tout ce qui touche à la sécurité pendant le vol ainsi que les aspects liés à la nécessaire
information des clients.
Pour autant, il faut avoir présent à l’esprit que tous les aspects qui touchent à
la relation qu’ils entretiennent avec le système de transport restent ce qu’il y a de plus
important pour le client. Cela revient à dire que ces questions techniques, dont j’ai précisé
qu’elles n’étaient pas de la compétence du CNCA, s’inscrivent dans une trame plus
globale qui est celle de la façon dont le client reçoit les informations qui lui sont
restituées. Cet aspect des choses est, aujourd’hui, capital. En effet, la relation d’un
opérateur à son client n’est pas uniquement constituée d’une somme d’éléments
matériels ; elle comprend aussi une dimension immatérielle qui est le propre de nos
sociétés dite de « l’information ». Si les opérateurs doivent connaître toujours davantage
les attentes de leurs clients et leurs insatisfactions, ils doivent aussi mesurer ce que le
client ne dira pas forcément et qui touche plutôt à ce qu’il sait du transport aérien, ce qu’il
en apprend, notamment par voie de presse. Il doit ainsi apprécier comment il situe le
transport aérien dans son propre référentiel de valeurs. La réponse du client à cette
dernière question passera par toute une palette de considérations allant d’une
représentation du transport aérien comme moyen quasi-exclusif, voire irremplaçable
d’évasion à une vision plus largement dévalorisée d’un système régulièrement en panne,
régulièrement paralysé par des dysfonctionnements de toute nature.
Ainsi le transport aérien constitue-t-il – avec peut-être la chirurgie esthétique
et ses aléas – l’activité économique offrant la gamme la plus étendue de jugements entre
le paradis des espérances et l’enfer des réalités. Je m’exprime sur ce point en ma double
qualité de praticien du transport aérien et d’ancien directeur de l’Institut national de la
consommation qui a eu à connaître de bien des services mal rendus en matière de
chirurgie esthétique.
Pour l’avenir, si la confiance des clients envers ce mode de transport que nous
avons reconnu comme irremplaçable demeure et si la demande qu’il suscite augmente, le
trafic devrait reprendre le rythme de croissance de l’ordre de 6 % par an qui a prévalu
pendant des décennies, malgré le coup d’arrêt survenu ces deux dernières années. Il n’est
donc pas douteux que cette croissance pourra entraîner une augmentation du nombre des
accidents, mais cette progression ne devrait pas, selon nous et d’après les informations
que nous tenons des autorités, s’opérer de façon homothétique. Dans une telle activité,
cependant, le client sait bien que le risque zéro n’existe pas, ce qui souligne toute
l’importance et la pertinence de la qualité des contrôles qui, eux aussi, se sont développés
depuis quinze ans.
— 117 —
Pour ce qui est de la sécurité aérienne et du contrôle technique international,
le régime élaboré au fil des ans depuis l’entrée en vigueur de la convention de Chicago,
qui combine un dispositif de garantie par l’Etat d’immatriculation et un complément
diplomatique et économique sous forme de droits de trafic réciproquement accordés, s’est
renforcé avec l’instauration, à partir des années 1990, d’un programme général d’audit des
autorités étatiques d’aviation civile. Ce dernier est lui-même complété par un programme
dit « SAFA », dont vous avez dû entendre parler et qui est un programme d’inspection
rapide soit purement administratif, soit, en cas de constatation d’un défaut technique
visible, assorti d’une demande de correction immédiate.
Le client ne peut que se féliciter de l’existence de ces différents niveaux de
contrôle dont l’organisation paraît couvrir les besoins des opérateurs en vue d’une sécurité
maximale d’exploitation des aéronefs. En effet, si l’on peut avoir l’assurance que c’est
précisément dans cette articulation que réside l’efficacité du système, ce n’est que dans la
mesure où cette vérification pourra être réalisée, et où nous serons convaincus de la
cohérence du dispositif, que nous pourrons nous en louer.
S’agissant des modèles économiques différents et de la façon dont les types
de compagnies aériennes appréhendent les questions de sécurité, les autorités d’aviation
civile font état d’efforts positifs pour la mise à un même niveau d’exigence des
compagnies charters et des compagnies majeures.
Quant aux compagnies dites « low cost », ce sont en Europe, pour l’essentiel
– je ne parle pas de celles qui interviennent, nombreuses, dans le sud-est asiatique – de
jeunes compagnies disposant de flottes plutôt récentes.
Le CNCA accepte l’augure de ces bonnes nouvelles, mais ses membres, après
avoir assisté à de multiples débats d’experts, souhaiteraient faire une suggestion sur un cas
particulier : celui des avions ayant appartenu à plusieurs propriétaires, comme c’était
d’ailleurs le cas de l’appareil de Flash Airlines. Leurs réflexions s’inspirent de l’esprit
critique qui doit guider tout acheteur de véhicules automobiles d’occasion, appelé à faire
la différence entre ceux qui sont de « première main » et ceux qui ne le sont pas. Les
avions qui connaissent des défaillances d’entretien semblent être plus nombreux dans la
catégorie des aéronefs ayant appartenu à plusieurs propriétaires. C’est pourquoi le CNCA
propose de renforcer les contrôles des organisations internationales compétentes avec
pouvoir de sanctionner la compagnie cédante et de rendre impossible la cession en cas de
contrôles techniques insatisfaisants, à l’image de ce qui se fait pour les automobiles.
En tant que composante de ces différents modèles économiques, la baisse des
prix constatée sur certains secteurs du transport aérien peut, certes, être un élément à
surveiller, mais ne peut, dans mon esprit, être tenue pour responsable d’une quelconque
dégradation de la qualité technique des aéronefs. En fait, il s’agit là d’un débat assez
complexe et nous ne pouvons que remarquer que cette baisse ne semble affecter que
quelques lignes sensibles sur lesquelles semble précisément s’amorcer une concurrence
– par exemple, lorsque deux, voire trois compagnies desservent la même ligne – ce qui est
loin d’être le cas de la grande majorité des vols intra-européens dont les tarifs restent fort
élevés. Il y a là une véritable rente pour les compagnies majeures et il ne faut pas être
dupes de la communication de certains opérateurs qui, bien installés dans le confort des
droits de trafic bilatéraux, crient « au loup ! » quand arrivent sur leur marché des
concurrents issus d’un modèle économique différent et qui dégagent une rentabilité
supérieure.
Pour ce qui est de la nécessité d’une coordination accrue, nous ne pouvons
que nous réjouir de la relance du projet de directive SAFA de 1997, rendu caduc en 1999,
mais remis sur le métier par Mme de Palacio en 2002. Elle a atteint la phase conclusive de
sa procédure de conciliation, en novembre 2003, intégrant les amendements du Parlement
— 118 —
européen et prévoyant notamment un pouvoir d’injonction de la Commission européenne
pour décider, soit d’immobiliser un appareil, soit d’étendre les mesures prises à
l’ensemble de l’Union européenne.
A la suite à l’accident de la compagnie Flash Airlines, nous avions, en séance,
posé la question de savoir pourquoi, à partir du moment où un Etat comme la Suisse avait
signifié à cette compagnie l’interdiction de desservir son territoire, un processus de
coordination automatique pouvant déboucher sans délai à une interdiction étendue à tous
les Etats n’avait pas été mis en œuvre. L’évolution proposée avec cette directive paraît
positive, mais seulement si le pouvoir d’interdiction peut être conféré à la Commission
européenne, alors que, selon mes dernières informations, les Etats conserveraient un large
pouvoir d’appréciation sur ce principe d’interdiction. Actuellement, ce sont les seules
informations dont je dispose, mais on devrait apprendre bientôt si la directive va dans le
sens souhaité.
En tout état de cause, rechercher dans l’insuffisance ou le manque de
coordination des contrôles, l’origine des problèmes de sécurité du transport aérien
constitue probablement une voie à explorer, mais elle ne saurait être la seule. Au nombre
de mes suggestions se distingue nettement le souhait de voir mettre en place le
renforcement des pouvoirs, tant des organisations internationales spécialisées dans le
transport aérien que des organisations communautaires.
Avec l’information des clients finaux et des professionnels du voyage, j’en
arrive à un sujet un peu différent. Dans la logique du raisonnement que je viens d’exposer,
les clients ne peuvent qu’être favorables à l’idée qu’on puisse leur délivrer une
information concernant la sécurité. Je ne rappellerai que pour mémoire ce qui relève de
l’information générale : d’une part, tout ce qui a trait à la connaissance du secteur,
notamment les questions techniques de sécurité visant à donner des informations
généralement positives sur les nouvelles technologies ; d’autre part, tout ce qui concerne
les événements relatés dans la presse. C’est cet ensemble qui permet au client de modifier
le référentiel de valeurs auquel j’ai fait précédemment allusion.
Concernant ces deux aspects, nous sommes conduits à constater que, pour
répondre à certaines interrogations, les comportements et appréciations des clients sur le
transport aérien ont considérablement évolué, depuis quelques années. La connaissance du
nom de la compagnie assurant le service revêt aujourd’hui d’autant plus d’importance que
les compagnies ont, elles-mêmes, développé la pratique du partage de code (code-share)
par lequel un transporteur, pourtant identifié sur le billet du client, qui fait en quelque
sorte fonction de contrat de transport passé avec l’opérateur, confie ses clients à un autre
transporteur. C’est une pratique qui existe et il est donc parfaitement légitime que les
clients réclament et obtiennent le nom de leur transporteur réel, même quand, en cas de
voyage à forfait, seul l’agent de voyage est le cocontractant du client.
De même que nous avons critiqué la pratique obscure du code-share et
demandé que les vendeurs de billets indiquent systématiquement le nom du transporteur
réel, de même, nous estimons très légitime que cette information soit apportée aux clients
des tour-opérateurs et vendeurs de voyages à forfait. Les agents de voyage doivent donc
également disposer préalablement de ces informations.
En outre, en cas d’interdiction prononcée contre une compagnie aérienne, il
serait opportun d’adopter le principe d’un accès libre du client à une liste noire des
opérateurs reconnus inaptes à exploiter un service de transport de passagers. Dans la
pratique, cette liste qui pourrait être régulièrement publiée exposerait les raisons de
l’interdiction : panne technique, défaut d’entretien, autorisation de desserte refusée par tel
ou tel Etat. Son actualisation serait fort utile, non seulement pour les clients, mais
également pour les professionnels du voyage pour constituer leur offre aux clients finaux.
— 119 —
En cas d’inscription nouvelle d’un opérateur sur cette liste noire, l’agent de voyage qui
aurait fait figurer son nom sur un catalogue de produits devrait pouvoir disposer d’un
moyen objectif et simple – on peut penser à une banque de données – pour rassurer son
client et lui garantir que ladite compagnie n’est plus opératrice.
En revanche, et sous réserve d’un examen plus approfondi de la question car
j’avoue n’avoir pas d’éléments pour vous répondre plus précisément, il ne me paraît peutêtre pas pertinent, pour le débat qui nous intéresse concernant l’information utile des
clients, d’établir une liste blanche d’opérateurs jugés techniquement aptes au transport des
passagers, conformément aux exigences actuelles de la sécurité aérienne. Sauf à porter un
soupçon sur la liste noire, la liste blanche ne saurait en être que l’exact opposé.
Je voudrais, avant d’évoquer le sujet des personnes handicapées, dire
quelques mots de la sécurité aérienne en route. C’est un point évidemment très délicat qui
ne pourrait être abordé par le CNCA que de façon très limitée. En effet, d’aucuns, même
si, personnellement, je pense le contraire, pourront en toute bonne foi arguer que cette
question ne concerne ne rien les clients aériens et qu’il convient même de les en tenir
écartés. Il serait possible de faire droit à un refus global de s’intéresser à ce sujet si aucune
information n’était portée à la connaissance des citoyens sur la façon dont les avions sont
contrôlés en vol. Mais alors, que penser de cette information parue le 19 février dernier,
dans un journal local, Le Républicain lorrain, selon laquelle deux avions se sont frôlés audessus de Reims ? Bien que l’article précise que les autorités françaises ont ouvert une
enquête, le CNCA n’a, pour l’instant, ni par ce journal, ni par une autre source, appris
quoi que ce soit de plus et ignore toujours si cette enquête a abouti à des conclusions. Face
aux rumeurs négatives qui circulent quant aux évolutions institutionnelles en cours au sein
des organisations étatiques, visant à séparer les fonctions opérationnelles des fonctions de
régulation dévolues aux Etats, il apparaît d’autant plus souhaitable d’adopter une attitude
des plus transparentes, qu’une stratégie de silence ne peut qu’accroître le sentiment de
défiance d’une partie de l’opinion à l’égard du transport et du contrôle aériens. Il convient
donc que les pouvoirs publics communiquent avec une pédagogie aussi soignée que
possible en direction des clients et, à cet égard, notre petite revue Passager aérien pourrait
leur être un utile vecteur.
J’en viens à un point qui me tient encore plus à cœur et que j’appelle « l’alibi
de la sécurité ». Le Conseil national des clients aériens tient à évoquer un sujet difficile
par rapport auquel il restera vigilant : les personnes handicapées voyageant en fauteuil
roulant. Certaines compagnies, suivies par les postes d’inspection-filtrage des aéroports,
arguent d’impératifs à la fois de sécurité et de sûreté pour refuser aux voyageurs
handicapés de conserver leur fauteuil roulant jusqu’en salle d’embarquement. Il faut
savoir que les personnes handicapées font corps avec leur fauteuil. L’obligation de s’en
défaire devrait être limitée à la stricte durée du vol, pour leur éviter de se trouver plus
longtemps dans une situation qu’elles vivent comme précaire.
Un groupe de travail du CNCA réfléchit sur ces sujets, en collaboration avec
l’association des Paralysés de France et tous les personnels concernés depuis les
équipages des compagnies jusqu’aux assistants d’escale en passant par les représentants
des aéroports et les sous-traitants. Il a ainsi permis d’établir qu’en réalité, et sans doute
pour des raisons ayant trait au fonctionnement routinier des compagnies et des opérateurs,
les professionnels n’appliquent pas les recommandations IATA, qui préconisent la
restitution du fauteuil dès la sortie de l’appareil, et qu’ils ont d’eux-mêmes durci la
réglementation concernant les contrôles aux postes d’inspection-filtrage.
Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, un tel procédé est assimilé à une
discrimination et fait l’objet de sanctions. Il vous suffira de poser la question à Delta
Airlines pour vérifier que cette compagnie maintient sans problème les personnes
handicapées dans leur fauteuil jusqu’à l’embarquement. Il s’agit, en l’espèce, d’un cas
exemplaire aux limites, j’en conviens, de la sécurité aérienne et la sûreté, mais il illustre
— 120 —
bien à quel point cet alibi peut rendre particulièrement difficile ce qui me paraissait être
un point essentiel de mon exposé : la difficile relation de l’exploitant avec ses clients en
raison de l’idée que ces derniers s’en font.
Enfin – cette réflexion est connexe de celle relative à la conception des
espaces offerts aux clients dans les aéronefs –, l’interdiction d’embarquement ou d’usage
d’objets personnels pour des motifs de sécurité – ou dans l’exemple précédent parce qu’il
n’existe en cabine aucun système de fixation du fauteuil roulant, susceptible de résister
aux mouvements de l’avion – pourrait en fait être aisément réformée et définitivement
réglée si la conception des volumes réservés aux bagages et aux espaces de circulation
était revue. Pour élargir cette piste d’étude, il faudrait donc que les constructeurs et les
compagnies réfléchissent, parallèlement à ce qui a trait à la sécurité d’exploitation des
avions, à une amélioration du confort du passager, y compris pour la classe économique –
car, on ne voit guère ce qui pourrait être refusé, pour des raisons de sécurité, en classe
supérieure… Ce sera un facteur important de la restauration de la confiance du client visà-vis de ce secteur qu’il contribue notablement à faire vivre.
Mme la présidente : Dans la mesure où vous représentez des usagers qui sont souvent
tenus dans la préparation de leur voyage par des contraintes financières, et où j’ai eu
connaissance de prix d’appel de l’ordre d’environ 250 euros pour un voyage aller-retour
en Egypte, incluant sept nuits d’hôtel en demi-pension, une question me vient
immédiatement à l’esprit. Ne croyez-vous pas, même si vous présentez les compagnies de
charters et les compagnies low cost comme presque « blanc-bleu », que la réduction
maximale de prix puisse conduire à réaliser à des économies sur les salaires et les
conditions de travail des personnels et, sans vouloir stigmatiser un maillon de la chaîne,
qu’elle puisse être facteur d’accident ?
M. Marc DEBY : Je ne vous suivrai pas, Mme la présidente, sur ce point : on m’a
expliqué à plusieurs reprises que la garde n’était pas baissée sur ces questions. C’est un
grave soupçon qui est porté là ! J’ai interrogé personnellement plusieurs patrons de
compagnies charters qui m’ont affirmé qu’ils avaient élevé leur niveau d’exigence depuis
un certain nombre d’années et que jamais le prix ne devait être lié à un quelconque
sacrifice en matière de sécurité. Il est difficile de se prononcer sur ce sujet : il faudrait
pouvoir apprécier, comme le fait la direction générale de la concurrence et de la
consommation, à partir de quel niveau on gagne encore de l’argent sur une vente que l’on
suppose n’être pas à perte puisque de telles ventes sont, en principe, interdites !
Mme la présidente : Vous voulez parler des prix abusivement bas ?
M. Marc DEBY : C’est peut-être sur ce point que la direction de la concurrence et de la
consommation devrait centrer ses recherches. Cela étant, il faut bien voir que les Français
voyageant peu et réagissant surtout à des incitations, les prix d’appel doivent avoir un
caractère attractif ! Il faut également étudier, car c’est une composante, à quel prix sont
estimées les nuits d’hôtel pour un très grand tour-opérateur qui a la puissance de
négociation pour casser les prix pendant un certain temps.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Vous avez évoqué le problème de l’information de la
clientèle qui, comme je le comprends parfaitement, est essentiel de votre point de vue. A
ce propos, vous avez fait allusion à ce fameux problème des listes noire et blanche.
S’agissant de la liste blanche, comment envisageriez-vous d'assurer sa crédibilité ? Qui,
selon vous, peut donner le label, sur quels critères et avec quelles garanties d’objectivité ?
Qu’est-ce qui permettrait d’éviter les contentieux en cas d’accident d’un appareil
appartenant à une compagnie figurant sur la liste blanche et donc ne figurant pas sur la
liste noire ?
— 121 —
M. Marc DEBY : Nos sociétés de l’information sont aussi les sociétés du soupçon. Le
soupçon est partout : il s’est insinué dans nos vies, dans nos réflexions, depuis une
vingtaine, voire une trentaine d’années. La pression de l’information par les médias y est
pour beaucoup, mais ils sont un moyen essentiel de connaissance par le client du monde
du transport aérien.
Quelle serait la bonne démarche ? Je pense qu’il ne serait sans doute pas bon,
si les autorités lançaient ce principe de liste noire, de leur conserver trop longtemps un
pouvoir de publication. Il faudrait que des organisations internationales, offrant toutes les
garanties, bien outillées, actives, disposant d’un pouvoir de sanction, puissent délivrer ces
listes noires. Evidemment, au cas où une compagnie figurant sur une liste blanche, serait
victime d’un accident, il faudrait peut-être prévoir un contrôle renforcé, étant précisé que
celui-ci ne s’effectuerait qu’a posteriori. Même si ces contrôles ont bien une fonction
préventive, même si le client se trouve face à un transporteur ayant tout intérêt à ce que le
vol se déroule dans les meilleures conditions, il faut quand même rappeler que les
impondérables ne sont pas évitables et que le risque zéro n’existe pas. C’est un problème
difficile.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Quand vous parlez « d’organisations internationales »,
pensez-vous à la IATA – International air transport association ?
M. Marc DEBY : Je ne pense pas que la IATA, dans sa configuration actuelle, pourrait
assumer cette fonction. Je pense plutôt à un organisme qui s’appuierait techniquement sur
la IATA, sans être sûr que ce système soit totalement satisfaisant du point de vue du
client qui reste seul face à la compagnie.
M. Jean-Pierre BLAZY : Nous avons bien compris que vous parlez maintenant de
clients et non plus d’usagers, néanmoins nous avons également bien noté que les clients
d’aujourd’hui sont plus soucieux de sécurité que les usagers d’hier et que nous leur
devons, les uns et les autres, et tout particulièrement vous à travers le CNCA, de prendre
en compte leurs attentes. Vous avez d’ailleurs formulé des propositions intéressantes.
L’essentiel de votre activité, en 2003, a été d’établir un observatoire des
retards, comme en témoigne le document que vous nous avez remis et qui dresse une liste
des causes des retards. Cette question des retards a fait l’objet de polémiques car il est
évident, lorsque l’on prend l’avion, que l’on souhaite partir à l’heure, mais la sécurité qui
nous préoccupe aujourd’hui et qui compte parmi les causes possibles de retard, ne
pourrait-elle pas être examinée de façon plus précise pour améliorer la transparence
souhaitable en la matière ? En quoi votre organisme pourrait-il y contribuer ?
M. Marc DEBY : Je vous remercie, M. le député, de cette suggestion qui est fort
intéressante. Nous ne traitons pas de la sécurité car dans les 70 causes répertoriées par la
IATA, la sécurité sous-tend largement toutes les causes imputables aux compagnies
aériennes, qui sont extrêmement nombreuses. Vous trouverez dans le document plus
développé, aux pages 50 et 51, le détail des « causes IATA » où apparaissent les causes de
retard dans l’exploitation et cette présentation prend en compte le souci de la compagnie,
d’intégrer la sécurité. En principe, il est ainsi répondu à votre demande. Je dis bien « en
principe » car nous n’avons pas de garanties et c’est pourquoi je trouve votre suggestion
fort judicieuse.
De même que nous avons créé une catégorie « aéroports et services de
sûreté » pour distinguer les aspects propres à l’exploitation des aéroports des retards liés à
la sûreté, c’est-à-dire aux postes d’inspection et de filtrage et aux douanes dès lors que
l’aéroport est international, de même, il serait intéressant de créer une sous-catégorie
« compagnies aériennes et sécurité ».
— 122 —
Je vous remercie de cette suggestion que je transmettrai aux experts de
l’Aviation civile qui ont bâti avec moi, pendant de longues années, cet observatoire des
retards qui a fait l’objet d’un manuel d’exploitation utilisé dans les aéroports de notre
échantillon.
M. Marcel DEHOUX : Je reviendrai, quant à moi, à la liste blanche et à la liste noire : je
ne crois pas beaucoup à l’internationalisation d’un tel système dont je considère que l’on
découvrira assez vite les limites. Par ailleurs, cette fonction ne relève-t-elle pas des
compétences de la DGAC ?
M. Marc DEBY : J’ai répondu à M. Descamps sur ce point. Un tel travail pourrait
parfaitement revenir à une instance étatique, mais je crois qu’un soupçon peut subsister,
notamment sur la question de savoir où la situer dans ce grand travail de séparation,
actuellement en cours, entre les autorités de contrôle et les autorités de régulation.
Il faudrait en effet probablement réfléchir pour faire en sorte que la DGAC
lance ce processus dans le respect des normes qu’elle est capable de poser et qu’un
organisme puisse, ensuite, « européaniser » le chantier. Compte tenu de la situation dans
laquelle nous nous trouvons actuellement, c’est une dimension qui me paraît essentielle.
Ce que nous jugeons inadmissible, c’est qu’un pays européen puisse décider d’interdire
une compagnie de son territoire sans qu’aucune mesure de coordination ne soit prévue,
sans qu’il y ait automaticité. C’est une question fondamentale !
Si, au niveau européen, nous devons nous en tenir au vieux respect des
accords bilatéraux toujours en vigueur dans les transports aériens – quand on parle de
« dérégulation », il faut reconnaître qu’elle est très limitée – à quoi sert de faire l’Europe,
à quoi sert de trouver des mécanismes communs pour des pays présentant les mêmes
standards tant par rapport à l’économie que par rapport à l’évaluation par leurs clients des
opérateurs, des agents de voyage, et des compagnies aériennes ? Nous réclamons avec
insistance, d’une part, cette automaticité, d’autre part le moyen aussi simple que possible,
pour les agents de voyage, d’avoir accès à la connaissance des compagnies.
M. le Rapporteur : Quel est votre budget ?
M. Marc DEBY : Nous fonctionnons sur des lignes budgétaires de la direction générale
de l’aviation civile.
M. le Rapporteur : Je pense que vous connaissez votre budget ?
M. Marc DEBY : N’y voyez aucune résistance de ma part, mais je n’ai pas les chiffres en
tête d’autant qu’un certain nombre d’éléments demandent à être globalisés.
Notre budget finance en premier lieu l’action de communication dont je vous
ai parlé, la « Journée du passager aérien ». Il couvre également le marché passé avec le
sous-traitant qui réalise la lettre « Passager aérien » et le distributeur, ainsi que les frais
d’établissement de l’observatoire des retards. Il comprend, en outre, ce qu’il conviendrait
d’ajouter, en comptabilité analytique, au titre du temps passé par certaines personnes de la
DGAC, que je sollicite et qui travaillent avec moi, généralement à temps très partiel. Je
souligne que le Conseil national des clients aériens, créé par arrêté du ministre chargé de
l’Aviation civile, n’est rien de plus qu’une réunion de ses participants, qui sont au nombre
de 24, dont les organisations de consommateurs et les opérateurs, tout se faisant, si je peux
dire « en régie » de la direction générale de l’aviation civile, qui assure le secrétariat des
réunions trimestrielles du Conseil.
— 123 —
M. le Rapporteur : Vous voulez dire que vous n’avez pas de financement direct, que
vous n’avez pas de personnel et que la DGAC pourvoit à vos besoins en fonction de ses
lignes budgétaires ?
M. Marc DEBY : C’est exact.
M. le Rapporteur : Vous n’employez donc aucun permanent, pas même une secrétaire ?
M. Marc DEBY : Non, aucun permanent !
Mme la présidente : Vous êtes donc pieds et poings liés à la DGAC ?
M. le Rapporteur : Est-ce une bonne chose que les représentants des usagers soient à ce
point soumis à la DGAC ?
M. Marc DEBY : Je ne le pense pas et j’ai abordé avec l’administration l’idée d’une
autonomisation du conseil. J’ai notamment envisagé l’hypothèse de son évolution en
établissement public ou en association, éventuellement susceptible de recevoir d’autres
financements. Ce sont des points délicats qui renvoient au risque de création de gestion de
fait ou à des difficultés du même ordre. C’est donc un sujet sur lequel j’ai demandé à la
DGAC de se prononcer et auquel, je crois, elle est en train de réfléchir. Je la sollicite
régulièrement, peut-être ne le fais-je pas encore suffisamment…
A cet égard, si les parlementaires avaient une proposition dans ce sens à
formuler, peut-être devraient-ils la faire connaître à la direction générale de l’aviation
civile. Je crois en effet que, malgré l’excellente disponibilité des membres du Conseil
national des clients aériens avec qui les relations sont confiantes, ce sont des financements
propres sur lesquels nous adosser qui nous font le plus cruellement défaut, pour mener les
études nécessaires à la qualité du service dans le transport aérien.
M. le Rapporteur : Existe-t-il d’autres structures représentatives des clients aériens ?
M. Marc DEBY : Il s’agit pour l’essentiel d’organisations de consommateurs, qui font
d’ailleurs partie de notre conseil.
M. le Rapporteur : Oui, mais ce sont les « apparatchiks » que l’on retrouve dans toutes
les instances où la loi a prévu une représentation des organisations. En d’autres termes, ce
ne sont pas des spécialistes du transport aérien ?
M. Marc DEBY : Certains le sont, d’autres non seulement ne sont pas des spécialistes
des transports aériens mais sont même favorables à d’autres modes de transport, ce qui est
beaucoup plus gênant !
Je dois préciser que nous avons aussi un site internet sur lequel nous recevons
les appels des clients : c’est un site intégré à celui de la DGAC.
M. le Rapporteur : Nous avons entendu les agents de voyage nous expliquer qu’ils n’ont
pas les moyens de savoir ; nous venons de recevoir un journaliste nous dire qu’il parlait au
nom des clients qui le harcelaient de questions mais qu’il y avait des impératifs de sécurité
etc. Beaucoup parlent au nom des clients, alors que personne ne les représente vraiment.
C’est un problème important et c’est pourquoi je me permets d’insister. J’ai l’impression
— 124 —
qu’en France, dans ce secteur comme dans bien d’autres, il y a un réel problème de
représentativité des consommateurs et, en l’occurrence, des clients.
M. Marc DEBY : Tout de même, M. le député, il est des organisations de consommateurs
qui, sans être convaincues de l’importance de leur représentativité, aboutissent à quelques
résultats ! Je citerai une organisation comme l’Union fédérale des consommateurs qui
dispose de structures relativement étoffées. Elle s’exprime à travers un journal, Que
choisir, souvent présenté comme le concurrent de 50 millions de consommateurs que j’ai
dirigé et transformé en 60 millions de consommateurs. Elle est assez puissante et bénéficie
d’un minimum de représentativité. Il en existe d’autres plus spécialisées dans le transport
mais nous retombons là sur la question de la FNAUT – Fédération nationale des
associations d’usagers des transports – que nous avons précédemment évoquée.
M. le Rapporteur : Vous penchez plus en FAVÉur de la liste noire que de la liste
blanche. Qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre, nous commençons à voir au sein de cette
mission que le problème est extrêmement complexe. En effet, sur quoi porterait une liste
noire ? Elle devrait prendre en compte les compagnies, les aéroports, mais aussi les pays à
risque. On pourrait ainsi multiplier les listes noires ! Nous touchons là à un problème qui
doit être, ou qui sera, au cœur de la problématique du groupe de travail transparence, qui a
été soulevé par M. Descamps, et qui consiste à savoir qui accordera le label.
Si c’est la France, la DGAC pourra contrôler ce qui se passe sur le territoire
national, ce qui relève de son pavillon et ce qui relève de son droit, mais je vois mal
comment elle pourrait distribuer les bonnes et les mauvaises notes à travers le monde.
Quand bien même pourrait-elle le faire en ayant accès à un certain nombre d’informations
dont elle dispose librement, cela n’irait pas sans entraîner des mesures de rétorsion ou
sans mettre la France en difficulté. On voit donc bien que ce n’est sans doute pas à
l’échelle des Etats que l’on pourrait mettre en place un tel label de façon efficace.
Restent donc les organisations : l’OACI – Organisation de l’aviation civile
internationale – juge des Etats sans que personne ne connaisse réellement ses conclusions,
étant précisé qu’elle ne juge pas forcément les compagnies et les pratiques ; l’objectif de
la IATA n’est pas celui-là puisqu’il s’agit d’un regroupement de compagnies aériennes
qui « se partagent le gâteau ».
Nous sommes ainsi confrontés à un véritable problème au niveau européen, et
plus encore au niveau mondial.
M. Marc DEBY : Je pense, d’une certaine façon, et même si ma réflexion peut vous
paraître un peu utopique, que s’il nous fallait aller vers des abandons de souveraineté à
l’échelle mondiale et passer par la dévolution de certains pouvoirs à un organisme, ce
serait probablement dans le domaine aérien qu’il conviendrait de nous y essayer en lui
donnant un véritable pouvoir de contrôle et de sanction.
Même si j’ignore comment faire aboutir un tel projet à l’échelle
internationale, je me demande si ce n’est pas sur ces matières purement techniques qu’il
serait plus aisé de trouver un accord, mais j’ai bien conscience du caractère utopique de
mon observation.
M. le Rapporteur : Avez-vous des remarques ou des jugements à formuler sur le
BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses) et la politique très précautionneuse de diffusion de
l’information qu’il conduit pour des raisons évidentes : la nécessaire gestion à la fois de
l’opinion publique et des familles.
— 125 —
Que pensez-vous de ses liens avec la DGAC ?
Mme la présidente : Décidément, la DGAC est une grande famille !
M. Marc DEBY : Tout le monde est lié à la DGAC et c’est effectivement une grande
famille qui regroupe toutes les fonctions, ce qui pose aussi problème – d’où le projet
actuel de séparation des fonctions dans l’Aviation civile.
Personnellement, je ne perçois pas dans l’attitude actuelle des clients – mais
sommes-nous représentatifs, en effet ? – de reproches adressés à l’aviation civile en
France. La direction générale de l’aviation civile me semble disposer d’un excellent crédit
aux yeux de tous les Français que ces derniers prennent ou ne prennent pas l’avion. On a
l’impression qu’une sorte de main tutélaire est là pour contribuer à la surveillance.
Dans ces conditions, il n’est pas absurde d’imaginer que le BEA puisse être
intégré à la direction générale de l’aviation civile. Pour autant, comme le disait l’un des
experts de ce bureau, on n’a pas toujours, voire rarement, les explications finales dans un
accident. Le problème relève donc plus de la gestion de l’instant, de la gestion de la
procédure durant un certain délai. Or, il est vrai que, de ce point de vue, les clients n’ont
personne d’autre que les compagnies aériennes et les compagnies d’assurance pour gérer
leurs problèmes de victimes et, par voie de conséquence, d’indemnisation. A cet égard, le
système est largement incomplet et il conviendrait peut-être de prévoir une forme d’audit,
réalisé par une autorité indépendante, permettant de vérifier que toutes les procédures ont
bien été respectées. Mais jamais une assurance n’est totalement apportée par la réponse
d’un audit.
L’esprit humain est ainsi fait que l’individu éprouve toujours, par une sorte
d’« épistémomanie », le désir, jamais satisfait, de connaître la réponse au « pourquoi ».
Malheureusement, l’établissement comme l’appréciation de la responsabilité dans un
accident restent œuvre humaine.
M. le Rapporteur : Avez-vous des précisions à nous apporter sur les indemnisations des
victimes ?
M. Marc DEBY : Nous n’avons de compétences en la matière. Nous pouvons juste être
conduits à poser des questions. Si je vous dis que nous ne sommes pas, non plus, le
Conseil national des victimes des accidents aériens, ce n’est pas que je veuille vous faire
une réponse abrupte : je tiens juste à signaler qu’il conviendrait peut-être que, par des
lettres de missions, notre conseil soit chargé de vérifier si les indemnisations sont en cours
et comment elles fonctionnent, étant précisé que, compte tenu de la faiblesse de ses
moyens, il serait contraint, pour le faire, de se retourner vers la DGAC !
Mme la présidente : Je souhaiterais vous poser une question chiffrée : combien votre
conseil compte-t-il de bénévoles ?
M. Marc DEBY : Nous n’avons aucun bénévole. Le Conseil compte sur un certain
nombre de ses membres qui acceptent, en cas de nécessité, de me remplacer à certaines
réunions.
Mme. la présidente : A vous entendre, j’ai le sentiment que vous vous occupez plus du
confort du passager que de sa sécurité ce qui n’est pas un reproche car, compte tenu des
moyens dont vous disposez, je vois mal comment il pourrait en être autrement.
— 126 —
M. Marc DEBY : Je souscris à ces propos, même si je substituerais plutôt à cet objectif
de confort celui de « qualité de service ».
Mme la Présidente : Une autre remarque : alors que les clients qui, pour reprendre votre
formule, font confiance à la « main tutélaire » de la DGAC, souhaitent bénéficier des prix
les plus bas, ce qui peut se comprendre, leurs familles en cas d’accident exigent des
indemnisations qui m’effarent, pour ne pas dire qu’elles me choquent, sachant qu’une vie
humaine, au-delà des difficultés rencontrées par les familles, n’a pas de prix ! Dans ces
circonstances, quelles sont vos relations avec les associations de victimes ?
M. Marc DEBY : Nous n’en avons pas, Mme la présidente. Notre action ne s’est pas
étendue à ce sujet, faute d’avoir la disponibilité suffisante. Je ne dis pas que les
associations de victimes ne présentent pas un intérêt majeur, mais nous estimons que leurs
problèmes relèvent plus des compagnies d’assurance et des compagnies aériennes.
M. Jean-Pierre BLAZY : Nous comprenons parfaitement quelles sont les limites de
votre champ d’activité. Pour autant, vous reconnaissez vous-même que dans la
préoccupation des clients la sécurité est essentielle et qu’elle est appelée à le devenir de
plus en plus. Nous sommes toujours plus nombreux à voyager, le trafic augmente, et, par
voie de conséquence, les risques aussi.
S’il est possible de vous joindre sur internet, il faut emprunter le chemin de la
DGAC et puisque vous parliez d’une nécessaire autonomisation, peut-être pourrions-nous,
dans le cadre des préconisations de notre mission, en tenir compte… ?
Dans la mesure où les compagnies siègent au CNCA, comment travaillezvous avec elles ? Font-elles preuve de réticence pour aborder certains sujets ?
Par ailleurs, en dehors des accidents, des incidents peuvent aussi survenir. J’ai
été, moi-même, victime d’un incident, finalement léger, dans un appareil en provenance
de Madrid qui, pour des raisons météorologiques – de forts vents de cisaillement –, a dû
remettre les gaz à l’approche d’Orly, alors qu’il n’était qu’à 170 mètres d’altitude. Ce
n’est que par la suite, et en usant de ma qualité de parlementaire, que j’ai pu apprendre les
causes de cette complication qui a fortement secoué les passagers dont certains, arrivés
assez mal en point, doivent encore s’interroger, aucune explication ne leur ayant été
fournie à l’atterrissage, bien que dix appareils aient subi le même sort ce jour-là.
Je n’en veux aucunement à l’équipage qui avait sûrement d’autres
préoccupations, mais il me semble que, dans de telles circonstances, il conviendrait tout
de même de prévoir une prise en charge et un accompagnement du passager pour ne pas
entamer sa confiance. Peut-être, un organisme comme le vôtre pourrait-il se soucier de cet
aspect des choses ? C’est une suggestion !
M. Marc DEBY : Je vous remercie de cette suggestion à laquelle je réagirai en vous
disant que, comme nous procédons à des auditions, il nous arrive d’entendre divers
témoins. Ainsi, de même que, lorsque le climat social a été fortement dégradé dans un
aéroport, comme cela a pu se produire au mois de septembre, nous avions convié le
directeur dudit aéroport pour savoir comment il avait pu maîtriser le conflit, de même, je
serais très heureux de vous recevoir à l’occasion de nos prochaines auditions pour vous
permettre d’exposer ce point de vue. En effet, si les professionnels – et c’est un peu le
défaut de leur consanguinité ou de leur connivence – ont tous quelque chose à raconter en
termes d’incident, au moment de faire des propositions pour y remédier, on ne trouve plus
grand monde.
— 127 —
Or, pour des incidents comme celui que vous venez de nous relater, il serait
très intéressant de prévoir un mécanisme pour permettre à la compagnie de fournir
automatiquement des explications. Il est malheureux de devoir l’exiger, sur l’incitation de
professionnels, en élaborant des règlements, des chartes de qualité ou autres documents
quand il serait tellement naturel que le commandant, juste après l’atterrissage, informe les
passagers par un communiqué en cabine ou lors d’une réunion à la sortie de l’avion. Les
clients ont confiance dans le commandant de bord qui est présent, qui incarne la technicité
du voyage et qui est un acteur rassurant. Il est donc essentiel qu’il puisse communiquer,
mais il me semblerait dommage d’en arriver à l’exiger par écrit !
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Existe-il à l’étranger et chez nos voisins européens, des
organisations de clients aériens ?
M. Marc DEBY : Pas comme le Conseil national des clients aériens. En revanche, il y a
l’AUC – Air transport users council – en Grande-Bretagne, qui est une organisation dont
il me paraîtrait intéressant de nous inspirer. Elle publie aussi beaucoup sur les retards. Elle
se présente comme un « chien de garde » des consommateurs vis-à-vis du transport aérien.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Cet organisme se préoccupe-t-il de sécurité ?
M. Marc DEBY : Je ne pense pas que cet organisme s’en préoccupe particulièrement,
mais son site internet est assez complet et décrit ses missions. C’est une entité qui interdit
formellement la collaboration de membres rémunérés de l’aviation civile britannique en
son sein. Sous bien des aspects, il conviendrait de nous inspirer de son fonctionnement
comme je m’applique à le faire entendre actuellement à la DGAC.
M. le Rapporteur : Je reconnais qu’il doit être très difficile, par exemple dans une
mission sur les retards, de rédiger un document en expliquant qu’il y a des retards, avec
autour de la table des représentants des compagnies aériennes, de la DGAC, des
contrôleurs aériens : je salue donc votre courage !
M. Marc DEBY : Je vous remercie de cet encouragement.
Il m’arrive cependant de me dire que je ne pousse pas assez de « coups de
gueule ». Je l’ai fait, cependant, tout récemment, ce qui a d’ailleurs été repris par le
journal La Tribune qui a souligné ma colère et résumé mon propos sous cette formule un
peu abusive : « les compagnies menacées de devoir indemniser les retards ».
S’agissant de l’indemnisation des retards, il faut savoir que plus d’un quart
des vols accusent un retard de plus de quinze minutes et que le plus souvent les retards
sont de trois quarts d’heure, compte non tenu des délais pour récupérer les bagages et
sortir de l’aéroport. J’estime que cette situation est absolument inacceptable et qu’elle doit
changer d’autant que nous ne notons quasiment aucune évolution d’une année sur l’autre,
alors que le trafic stagne. Que se passera-t-il pour les retards, si la croissance du trafic
reprend ?
C’est dans ce contexte qu’a été lancée l’idée d’une indemnisation des retards,
tout en étant bien conscient qu’il ne s’agit pas d’un système fermé comme celui du
transport ferroviaire qui permet une réelle prise en compte de la responsabilité de la
SNCF.
Mme la présidente : Monsieur, je vous remercie.
— 129 —
Table ronde regroupant des voyagistes composée de
M. René-Marc CHIKLI, CETO,
M. Georges COLSON, FRAM,
M. Bruno GALLOIS, Marsans,
M. Hervé PIERRET, Nouvelles frontières,
M. Jean-François RIAL, Voyageurs du monde,
M. Richard VAINOPOULOS, TourCom
(Extrait du procès-verbal de la séance du 16 mars 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : La mission d'information parlementaire, chargée de mener une
réflexion sur la sécurité du transport aérien de voyageurs, a souhaité auditionner des
représentants du tourisme étant donné l’importance du transport aérien dans cette activité.
Avant de passer au débat, je souhaiterais que chacun de vous se présente aux
membres de la mission.
M. Jean-François RIAL : Je suis président directeur général du groupe « Voyageurs du
monde », tour opérateur essentiellement spécialisé dans deux activités : l'organisation de
voyages en individuel sur mesure (Chine, Vietnam, Afrique du Sud, etc.) principalement
en long courrier, et le tourisme d'aventure avec la marque phare « Terre d'aventure » qui
fait partie de notre groupe. L'ensemble de ces activités représente environ 120 millions
d'euros de chiffre d'affaires pour environ 100 000 clients par an.
En ce qui concerne le sujet qui nous intéresse, nous affrétons des avions sur la
zone saharienne et le Maroc, et ponctuellement dans d'autres zones.
M. René-Marc CHIKLI : Je suis président de l'association des tour-opérateurs CETO,
association créée il y a une vingtaine d'années et qui a pris un essor il y a quelques années.
Elle regroupe les cinquante principaux tours opérateurs, qui représentent 5 milliards
d'euros de volume de chiffre d'affaires.
Le CETO, qui est une association et non pas un syndicat, se prononce sur
toutes les évolutions de la profession. Il réunit son bureau exécutif une fois par mois et
appelle, quatre fois par an, une assemblée générale. Avec la direction du tourisme, nous
avons émis récemment une charte concernant le voyage à forfait qui est notre activité
principale et nous publions chaque année l'ensemble des statistiques concernant les touropérateurs, la dernière publication ayant eu lieu courant janvier 2004.
M. Richard VAINOPOULOS : Je suis président du réseau d'agences de voyages
TourCom ainsi que médiateur auprès de la Direction générale de la consommation, de la
concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). Le réseau TourCom représente
aujourd'hui 430 points de vente. Il s’agit de petites agences de voyages indépendantes qui
se regroupent au sein d'une enseigne, ce qui leur permet de négocier des avantages, tant
auprès des fournisseurs que des transporteurs, de les garantir contre les problèmes
économiques et de disposer d'une aide pour la défense et la négociation vis-à-vis des
transporteurs. Aujourd'hui, les 430 points de vente représentent 1 milliard d'euros et
1 200 salariés. Nous sommes présents pour 61 % en province et 39 % à Paris.
M. Georges COLSON : Je suis président du directoire du groupe FRAM, entreprise
française, familiale et régionale dont le siège est implanté à Toulouse depuis 1949. FRAM
— 130 —
est l'une des plus anciennes sociétés de tourisme et celle qui, en 1957, a affrété le premier
charter entre Toulouse et Palma. Nous faisons voyager aujourd'hui environ
600 000 passagers par an : 500 000 vols spéciaux, notamment dans le bassin
méditerranéen, mais aussi jusqu'au Sénégal et en Egypte, et 100 000 passagers en long
courrier.
Notre chiffre d'affaires est de 480 millions d'euros. Nos effectifs, en France et
à l'étranger, avec 38 filiales, regroupent 4 000 personnes, dont 600 en France dans
82 agences de distribution, ce qui constitue une nouvelle activité pour FRAM. Nous avons
des hôtels répartis dans différents pays, y compris dans les Antilles françaises. Nous
faisons également du transport routier de passagers, une activité qui fait partie intégrante
de l'histoire de FRAM. En la matière, nous avons des filiales en France et dans d'autres
pays.
FRAM a été l'entreprise la plus touchée par le drame de Charm el-Cheikh du
3 janvier dernier.
M. Bruno GALLOIS : Je dirige le tour opérateur Marsans, spécialisé dans les
destinations hispaniques. Sous la marque TransTour, nous sommes plutôt tournés vers
l’Europe Centrale, l’Asie centrale, etc.
Nous faisons voyager environ 115 000 passagers chaque année pour un
chiffre d'affaires de 140 millions d'euros. Nous affrétons sur des vols spéciaux, tant en
long courrier qu'en moyen courrier, environ 100 000 voyageurs sur les 115 000.
M. Hervé PIERRET : Je suis membre du directoire du groupe Nouvelles frontières, en
charge de l’aérien et de l'informatique. Je fais partie d'un des principaux groupes
touristiques européens, le groupe TUI, dont le chiffre d'affaires, pour 2002, s'élève à
13 milliards pour environ 20 millions de clients dans le tourisme.
La partie française que je représente, connue sous la marque « Nouvelles
frontières », a été rachetée à l'automne 2001 par ce groupe allemand. En France, nous
réalisons 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires pour 1,6 million de clients. La société
emploie 5 000 personnes.
Notre groupe a la particularité, que ce soit au niveau français ou européen,
d'être intégré. Ainsi, en France, nous disposons de notre propre réseau de distribution
« agences Nouvelles frontières », de notre compagnie aérienne, de notre tour opérateur, de
nos hôtels ainsi que de nos filiales de réceptif de clients dans les pays de destination. Nous
affrétons un grand nombre d'avions, principalement au sein de notre propre groupe,
puisque les deux tiers de nos clients voyagent à travers notre compagnie Corsair.
Mme la Présidente : Avant de passer la parole au Rapporteur et aux membres de la
mission, pourriez-vous nous dire quelle est la source principale des problèmes de sécurité
dans le transport aérien, notamment dans l’organisation des voyages ?
M. René-Marc CHIKLI : Ce n'est pas une question à laquelle il est facile de répondre. A
la suite de l'accident de Charm el-Cheikh, est apparu tout d’abord un manque évident de
transparence sur les compagnies charters non européennes. Une polémique s'est
développée autour de cette question, ce que nous comprenons mal parce qu'il ne s'agit pas,
malheureusement, du premier accident concernant un vol charter. Il me semble que cette
polémique est née d'une confusion entre le nom de la compagnie, les dirigeants, la notion
de « broker » et les voyagistes qui ont affrété l'avion.
— 131 —
C’est pourquoi la commission « label », mise en place très rapidement après
cet accident, poursuit deux objectifs : apporter plus de transparence en terme
d'information sur les vols et déterminer les normes de sécurité que nous serons amenés à
surveiller, pour autant que ce soit notre rôle. En effet, la responsabilité, en matière de
sécurité, incombe en premier lieu au Gouvernement et à la Direction générale de
l’aviation civile (DGAC). Pour notre part, en tant que voyagistes, nous ne faisons
qu'affréter des vols.
Je voudrais insister sur un dernier point. Nous sommes petits dans un grand
marché. L'activité de voyagiste et de « chartérisation » est faible en France, alors qu'elle
est très développée en Europe du Nord, notamment en Allemagne. M. Pierret citait
l'importance de son groupe qui, à lui seul, produit deux à trois fois le chiffre d'affaires de
l'ensemble des voyagistes français.
Le problème de la sécurité dépasse la notion de charter, européen ou non
européen, et concerne tout autant les vols réguliers, comme en témoigne tous les travaux
menés, y compris par les grandes compagnies. Depuis le début, les voyagistes ont
manifesté leur intention de participer à ces travaux. Aujourd'hui, nous devons
impérativement travailler selon les mêmes règles que les voyagistes européens. D'ailleurs,
les différentes déclarations faites en France ont été automatiquement reprises au niveau de
la Commission européenne.
M. Georges COLSON : En tant qu'opérateurs, nous ne pouvons pas nous transformer en
transporteur à chaque opération, qu'il s'agisse de vols affrétés ou de vols réguliers. Par
conséquent, ce qui nous importe, s’agissant de la sécurité de nos passagers et quelle que
soit la compagnie, est de savoir si celle-ci a été agréée par le pays où elle existe et par
celui où elle va.
Je pense qu’aujourd'hui, tous les pays du monde disposent des autorités
compétentes pour autoriser la création d'une compagnie. En France, nous avons le Conseil
supérieur de l’aviation marchande (CSAM) qui étudie les dossiers de création de
compagnie, puis tous les organismes de contrôle. Il va de soi que, dès lors qu'une
compagnie, quelle que soit son origine ou quel que soit son nom, est à même de nous
produire les documents d'autorisation de chacun des pays concernés, on dispose d’un
premier élément de sécurité.
Il y a ensuite la maintenance de ces appareils qui répond à des règles
internationales, et pas simplement européennes ou extra européennes. Le propriétaire de
l'avion ou le locataire doit satisfaire, à des périodes déterminées, à des obligations de
maintenance, qui se présentent sous forme de « check-lists ». Dès lors que nous avons
confirmation que ces points ont été satisfaits, nous pouvons, en toute sérénité et confiance,
commencer à effectuer notre métier.
M. Richard VAINOPOULOS : La guerre des prix entraîne aujourd'hui des systèmes
d'économie permanente qui ont une incidence sur la qualité de la maintenance, le nombre
et la formation du personnel. On sait, par exemple, que le prix et la durée de la
maintenance sont très différents en France et en Irlande. En France, la durée de la
maintenance est plus importante qu'en Irlande. De même, les tarifs présentent des
différences notables. Par conséquent, lorsque certaines compagnies, en particulier low
costs, cassent leurs tarifs, on peut s'interroger sur le niveau de sécurité qu'elles apporteront
demain à leurs clients.
M. Jean-François RIAL : Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que vient de dire
M. Vainopoulos. Il me semble que l'on ne fait pas les bons raisonnements. Je précise que
je ne suis pas un voyagiste qui propose, affrète, utilise ou vend des compagnies low costs.
— 132 —
Néanmoins, je pense que le modèle économique de ces compagnies aériennes n'a
absolument rien à voir avec celui des compagnies régulières et qu’aujourd'hui, jusqu'à
preuve du contraire, la fiabilité et la sécurité des compagnies low costs sont extrêmement
bonnes.
La guerre des prix, qu'évoque M. Vainopoulos, est tout à fait réelle. Mais il
faut savoir que dans le prix de revient d'une heure de vol, la quote-part liée à
l'amortissement de l'avion est énorme ; elle représente la moitié, voire plus selon les cas.
Par conséquent, en fonction du taux de remplissage de ces avions, les compagnies
aériennes ou les voyagistes qui les affrètent peuvent décider de baisser les prix de façon
considérable, sans pour autant que cela ait un rapport avec la maintenance.
Pendant les deux mois qui ont suivi l'accident de Charm el-Cheikh, les médias
ont fait état de deux contrevérités fondamentales. La première a été de lier la maintenance
au prix de vente, alors que les éléments qui permettent de baisser le prix de vente ne sont
pas du tout liés à la maintenance. La seconde contrevérité a été de nourrir une
problématique sur les risques liés aux compagnies charters. Cela n'a aucun sens, puisque
toutes les compagnies sont à la fois charters et régulières.
M. Hervé PIERRET : J'abonderai dans le sens des propos de M. Rial. Aujourd'hui, nous
sommes tous soumis à des règles communautaires identiques. Pour apprécier l’aspect
tarifaire, il faut tenir compte des modes de commercialisation, lesquels sont propres à
chaque opérateur.
Certains opérateurs se disent low costs (à bas coûts), ou au moins low fare (à
bas tarifs). Ils adoptent une politique tarifaire très agressive en termes de publicité, les prix
proposés pouvant aller de 9 euros à 300 euros par trajet. Il s’agit là d’une approche
purement commerciale qui n'a rien à voir avec les postes de coûts, donc le respect des
règlements communautaires.
Par ailleurs, la presse est responsable d’un amalgame qui a été préjudiciable à
nos professions. Les voyagistes que nous sommes affrétons des avions complets et
prenons le risque de commercialiser ces avions, dans le cadre de voyages à forfait, en y
ajoutant des prestations dans le pays de destination. Les compagnies régulières décident,
quant à elles, à leur propre risque, de vendre toute ou partie de leur capacité par le biais de
systèmes informatisés de réservation à la place. Il s’agit de modes de commercialisation
différents, mais qui, en aucun cas, ne concernent les modes opérationnels, que ce soit
l'entretien, le pilotage ou le maintien des compétences.
Il est donc nécessaire de bien séparer la façon dont sont commercialisés des
produits, avec plus ou moins d'agressivité tarifaire, de la partie opérationnelle, purement
aérienne. Sur ce dernier point, il revient aux Etats membres d’apprécier le respect des
règlements par les compagnies aériennes qu'ils agréent, qu'ils autorisent ou qu'ils
interdisent.
M. Bruno GALLOIS : Je suis d'accord avec ce qui a été dit par mes collègues. Mais la
vraie question est la suivante : y a-t-il réellement un problème fondamentalement nouveau
de sécurité du transport aérien ? Les Français ont été très touchés par l'accident de Charm
el-Cheikh, que nous regrettons tous, mais il faut comprendre que cet accident n'est pas lié
au fait que ce soit un charter ou un tour-opérateur. Il faut le considérer comme un accident
malheureux qui a concerné un grand nombre de passagers français. Pour autant, la courbe
du risque aérien n'a pas augmenté ces dernières années. Il n'y a donc pas un problème
fondamental de sécurité, mais plutôt des impératifs de sécurité à respecter au maximum.
— 133 —
M. Richard VAINOPOULOS : Pour prolonger le propos de M. Gallois, le dernier
charter, tombé avant celui de Charm el-Cheikh et qui avait eu son importance sur le plan
médiatique, était un charter de la compagnie Air France, le Concorde. Or ces vols étaient
les plus suivis et les plus contrôlés, en règle générale.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Il nous a été souligné, à plusieurs reprises, que le
transport aérien était effectivement le plus sûr de tous les transports. Par ailleurs, il est
certain que l'accident de Charm el-Cheikh a traumatisé la population française, parce qu'il
s'agissait de passagers essentiellement français.
Le vrai problème n'est pas tant celui de la sécurité que celui de la perception
de la sécurité par vos clients. Comme M. Colson l'a rappelé, les voyagistes expriment
l'idée d'une plus grande transparence vis-à-vis de leurs clients, idée qui a présidé à la
réflexion sur les labels et avec laquelle nous sommes tous d’accord. Or cette transparence
vis-à-vis des clients passe par la transparence vis-à-vis de vous, des acteurs de l'amont de
la chaîne, c'est-à-dire les consolidateurs et, avant eux, les compagnies aériennes.
A cet égard, M. Colson a rappelé qu'il y avait des procédures que l'on n'avait
aucune raison de mettre en doute et que leur respect relevait de la responsabilité des Etats
et des compagnies. Pourtant, au stade où nous en sommes de nos travaux, nous avons
compris qu'il y a des pays à risques et d’autres moins, qu'il y a des compagnies à risques et
d’autres moins et que, d’ailleurs, les compagnies à risques se situent souvent dans les pays
à risques. La vraie question est donc de savoir quelle crédibilité accorder aux procédures
en vigueur pour assurer une véritable transparence sur la sécurité, d'une part en matière de
matériels, d'autre part en matière d'exploitation des moyens physiques et humains des
compagnies.
Or nous avons des doutes quant à la crédibilité d'un certain nombre de pays à
assurer une vraie transparence sur la sécurité des matériels et quant à la crédibilité de
certaines compagnies à assurer la transparence en matière de gestion humaine. Je prends
pour exemple les pilotes qui font trop d’heures supplémentaires.
Le fond de la question – que vous devez vous aussi vous poser – est le
suivant : quelle est la solution pour que vous-mêmes, voyagistes, soyez rassurés sur la
façon dont la sécurité aérienne est assurée en amont par les compagnies aériennes ? A
quel moment pouvez-vous considérer que la sécurité n’étant plus assurée vous devez
refuser d'utiliser telle compagnie ?
Nous avons entendu un consolidateur nous expliquer qu'il avait ses listes de
bonnes et de mauvaises compagnies. Avez-vous connaissance de ces listes ? Comment, à
un moment donné, décidez-vous de ne plus prendre ou de ne plus conseiller à vos clients
un certain produit ?
Mme la Présidente : J'ajouterai : aurez-vous le courage de le déconseiller si vous avez la
certitude que ce produit n'est pas parfait ?
M. Richard VAINOPOULOS : La loi de 1992 nous donne obligation de le faire, donc
nous devons être courageux. Nous avons pratiquement un devoir de bonne fin vis-à-vis du
voyageur. Si nous proposons des compagnies ou des prestataires de mauvaise qualité à
nos clients, cela se retournera automatiquement contre nous. Il y a vraiment danger.
On parle de la transparence des compagnies aériennes mais, en amont, il
faudrait parler de la transparence des aéroports et surtout de la DGAC. Les problèmes de
correspondance entre la DGAC suisse et la DGAC française ont été portés sur la place
— 134 —
publique en janvier et nous avons effectivement des soucis à nous faire. Lorsque le
directeur de la DGAC indique, dans les médias, qu'ils étaient intervenus au moins deux
fois sur l’avion de Charm el-Cheikh, cela prouve qu’il y a un problème d'information des
consommateurs et des agences de voyages.
Nous avons bien un devoir d'information vis-à-vis de nos clients. Nous avons
le courage de choisir les bonnes compagnies et nous le faisons régulièrement, mais pour
cela, il faut recevoir l'information en amont.
M. Georges COLSON : Pour synthétiser, nous souhaiterions avoir une communication
verticale, transversale, voire mondiale. En effet, l'opérateur, même s’il connaît
parfaitement son métier, n'a pas les moyens de s'informer sur les incidents qui ont pu
survenir dans tel ou tel pays, à risques ou pas. Nous sommes parfois responsables au titre
de notre activité, alors même qu’aucune information ne nous est communiquée ni par les
autorités de notre propre pays, ni par celles des pays voisins, y compris de la communauté
européenne, et encore moins par celles de pays encore plus lointains.
Je vous rappelle que, au-delà du transport aérien, FRAM utilise également les
trois autres modes de transport que sont le fer, la route et la mer. La connaissance de
problèmes spécifiques à telle ou telle entreprise nous est donc indispensable pour faire un
choix. Sinon, nous nous fondons sur des autorisations parfaitement tamponnées par des
autorités locales, sur une compagnie d’assurance qui va nous confirmer que la compagnie
ou le prestataire est bien assuré, etc., alors qu’au-delà, il faudrait que nous sachions si, à
travers le monde, il ne s’est pas passé un incident qui pourrait nous alerter.
Depuis le 3 janvier, je fais beaucoup de cauchemars. J’ai rêvé que la carte du
monde des aéroports, un soir, s’allumait et s’arrêtait. Il me fallait compter le nombre
d’avions au sol et le nombre d'interventions humaines nécessaires, tous pays et tous avions
confondus, pour résoudre un problème pouvant entraîner un risque en terme de sécurité.
Dans mon rêve, cela concernait des milliers d'appareils dans le monde.
Pour en avoir discuté avec des professionnels du transport aérien, dans chaque
aéroport du monde, il y a toujours un transporteur qui sait qu’à un moment donné, une
révision ou un réglage est à faire. Pour autant, cela ne signifie pas que ce mode de
transport est dangereux.
La seule chose que nous demandons est une plus grande transparence et plus
d'information.
M. René-Marc CHIKLI : Il n'est pas supportable que chacun dispose de sa petite liste.
D'ailleurs, dans la liste publiée par Le Parisien après l'accident, on a eu la surprise de voir
figurer des pays européens, notamment par le biais de compagnies africaines, filiales de
groupes nationaux. Et je viens d'apprendre que des consolidateurs français ont également
leur liste. Il faut plus de transparence et, pour cela, il faut de la visibilité. C'est pourquoi la
DGAC et l'ensemble des organismes gouvernementaux compétents en matière de sécurité
doivent nous aider. Cette liste, qui est en préparation, doit être européenne et pas
seulement française.
Peut-être, malheureusement, cet accident servira-t-il à accélérer la réflexion
européenne sur la sécurité. En effet, la réflexion lancée en France, et aussitôt suivie de la
mise en place du fameux « comité label », a été immédiatement reprise au niveau
européen par toutes les instances compétentes, ainsi que par les tour-opérateurs européens
et les agences de voyages européennes.
— 135 —
Il me semble que l’établissement d’une « liste bleue » fondée sur des normes
de sécurité applicables à toutes les compagnies charters, ou régulières, européennes ou
non européennes, va dans le bon sens, mais honnêtement, nous sommes partis de très loin.
Le transport aérien a connu un très fort essor ces dernières années. En
revanche, le tour-operating ne s'est pas beaucoup développé en France, puisque chaque
année, nous sommes en retrait de 5 à 6 %. Nous sommes petits dans un grand marché et
nous ne sommes pas les seuls affréteurs car autour de nous, beaucoup, y compris les
agences de voyages, sont amenés à affréter des avions. Aujourd’hui, tout le monde peut
être agent de voyages ou tour-opérateur/voyagiste. En France, il y aurait 300 touropérateurs alors qu’en Allemagne, une trentaine se partagent 90 % du marché. Ces
différents éléments imposent une réflexion profonde sur notre métier, mais il y a un
domaine qui ne nous appartient pas c’est celui de la sécurité qui environne tous les
aéroports.
En quelque sorte, nous serons à l’origine de tout un processus de réflexion au
niveau européen. D’ailleurs, vous noterez que, dès la création du « comité label », nous
nous y sommes associés, alors que notre part, dans ce comité, est faible. Nous devons
simplement lister le nombre de compagnies et de sièges que nous utilisons, le poids
économique, etc.
Dans les carnets de voyages, nous avons déjà garanti, à 90 % voire plus, le
nom de la compagnie utilisée. Mais nous souhaitons aller plus loin et, dès l'apparition de
la « liste bleue », nous intégrerons celle-ci dans les brochures. Nous souhaitons le faire le
plus vite possible, pour autant que cette liste bleue soit communiquée. Toutefois, n’étant
pas transporteur, il ne nous appartient pas d’établir cette liste, car nous n’avons aucune
compétence pour le faire.
Si les compagnies, pour figurer sur la liste bleue, doivent effectuer certaines
démarches, voire procéder à des audits, nous exigerons, au moment des rapports
contractuels, qu'elles répondent, à leur charge, à ces obligations. Il est fort probable que,
pendant un temps, difficile à mesurer, un certain nombre d'opérateurs, et c’est leur intérêt,
seront complètement associés à cette démarche (liste bleue, transparence, label).
Mais un deuxième problème surgira alors. Le consommateur devra être
informé que, dans tel et tel cas de figure, les opérateurs ne se sont pas associés à la
démarche. En effet, aujourd'hui, une multitude de compagnies décollent de France car
avec un million d’euros, il est possible de créer une compagnie, comme nous avons pu le
constater dernièrement lors des fausses reprises de compagnies de charters françaises. Il
faudrait donc également réglementer l’activité d’opérateur aérien.
Beaucoup trop de questions ont été posées sur notre métier. Tous ici, nous
sommes des acteurs économiques du pays, nous employons des jeunes, nous faisons de la
formation. Il faut donc favoriser le voyage à forfait en France, ce que les autres acteurs
européens ne se privent pas de faire. Ils sont d’ailleurs propriétaires de nombreuses
entreprises en France. Et pour cela, il faut un cadre législatif. Par exemple, il n’y a aucun
contrôle dans la vente du « package dynamique » par internet. Nous l’avons vu
dernièrement lorsque des clients, pour cause de faillite de la société, se sont trouvés dans
l’impossibilité de redécoller.
Mme la Présidente : Vous pointez là une méthode de vente tout à fait particulière.
M. Hervé PIERRET : Ce n'est pas le mode de commercialisation que l’on veut remettre
en question mais le fait que des acteurs en ligne commencent à faire notre métier, c’est-à-
— 136 —
dire affréter des avions. Dans ce cas, ils doivent assumer des responsabilités comparables
aux nôtres.
Mme la Présidente : Je ne voudrais pas que vous vous sentiez mis en accusation. Vous
êtes ici parce que nous recherchons des éclairages sur un sujet grave. En effet, de plus de
plus de personnes se déplacent et nous savons qu’il y a des responsabilités à tous les
niveaux.
Vous dites que les compagnies low cost remplissent totalement leurs avions.
Nous le savons et nous le comprenons car ceux qui vendent des voyages doivent
rentabiliser leur activité. Mais nous savons aussi que les salariés qu’ils utilisent sont
quelquefois sous-payés, sur-utilisés, dorment dans les avions ou les aérogares. Pour
autant, je ne stigmatise pas ce mode de commercialisation plus qu’un autre. Je considère
simplement que tout au long de cette longue chaîne du voyage, il y a des maillons faibles
et que nous sommes là pour essayer de les identifier pour que les produits vendus aux
clients le soient avec la plus grande honnêteté possible, même si nous savons que la
sécurité à 100 % n’existe pas.
Ce que je souhaiterais, c’est que l’on puisse répondre à certaines questions
précises. Par exemple, j’ai lu dans Air et Cosmos que la langue anglaise est tellement mal
pratiquée qu’elle est source de confusions, voire d'accidents. Même au niveau des pilotes
d'Air France, il y a encore beaucoup à faire. Cela suppose que nous admettions nos
propres carences, que ce soit au niveau de la DGAC, du Gouvernement, de
l’administration, mais aussi au niveau de ceux qui affrètent et qui organisent.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Je souhaiterais rebondir sur l'intervention de M. Chikli
concernant le label et la « liste bleue ». J’ai bien compris que cette liste concernerait, selon
votre souhait, l'ensemble des compagnies de tous les pays du monde. En supposant que
cela soit possible, qui attribuerait ce label ? Si vous me dites que ce sont les compagnies,
quelle crédibilité accorder à ces compagnies ? Si c’est la DGAC française, celle-ci a-t-elle
le droit d’attribuer un label à une compagnie égyptienne qui fait Louxor/Assouan ?
Et, en supposant que tout cela se passe bien, quelle conséquence en tirer
concernant la loi de 1992 et le problème de la responsabilité ? En fait, comme
M. Vainopoulos l’exprime très clairement, vous souhaitez qu'on revoie cette loi parce
qu’elle engage votre responsabilité davantage que celle des transporteurs, pour diverses
raisons d’assurance, etc. Mais comment revoir un texte déjà assez compliqué – car il y a le
tour-opérateur, l’agent de voyages, la compagnie aérienne, etc. –, s’il faut ajouter un
dénommé X qui attribuerait le label ? En effet, l’attribution d’un label implique une prise
de responsabilité, et donc une responsabilité juridique, car il s’agit de décider qu’avec
cette compagnie il y a moins de risques qu’ailleurs. J’aimerais que vous nous précisiez
quel est votre point de vue sur cet ensemble de questions.
M. Richard VAINOPOULOS : Je considère que la loi de 1992 a été très bien faite. Nous
souhaitons simplement une clarification de certains articles. Pour être franc, je ne crois
pas au label. La DGAC est un organisme qui contrôle les appareils qui viennent vers la
France ou qui décollent de la France et cela devrait assurer une certaine sécurité. Si cette
DGAC pouvait être européenne, voire mondiale, le contrôle serait encore meilleur. Mais il
est très clair aujourd’hui que les agences de voyages, les tour-opérateurs, voire les
transporteurs, ne peuvent pas établir un label qui, en fait, ne donnerait aucune assurance
en matière de sécurité.
M. Georges COLSON : Mme la Présidente, je voudrais vous dire que nous ne sentons
pas du tout mis sur le banc des accusés, tout au moins en ce qui me concerne. Notre
souhait est de participer à une réflexion et de vous faire passer le message que nous
— 137 —
lançons à notre propre conscience de professionnels du tourisme, en tenant compte des
spécificités françaises et de notre loi et en recherchant la transparence.
Pour ce qui concerne l’accident de Charm el-Cheikh, cette transparence a
souffert de toute la communication qui a suivi le drame, avec une montée au créneau de
personnes qui n'y comprenaient absolument rien et qui ont affirmé des contrevérités. La
Suisse a mis en cause la France en indiquant qu’elle nous avait prévenus des graves
défauts qu’elle avait relevés sur cet avion qu’elle avait interdit. Il y a eu, en France, un
petit moment d’hésitation avant que l’on précise que cet avion avait été contrôlé et que la
compagnie, après avoir fait les réparations nécessaires, avait été autorisée à voler de
nouveau.
Ensuite, les journaux ont publié des listes noires ou des bonnes listes dans
lesquelles on retrouve des compagnies qui ont disparu du marché depuis trois ans. Ainsi,
la fameuse liste noire qui a inquiété les passagers, comprenait Air Afrique et Swissair, qui
n’existent plus.
Cette fausse information a inquiété les consommateurs. Nous l’avons subie de
plein fouet et elle nous a choqués. Si, par la suite, d'autres informations sont venues
atténuer les premières déclarations, nous n'en avons pas été informés, pas plus que les
médias. Tout au plus, dans de tout petits communiqués, a-t-il été précisé qu’en définitive,
la Suisse avait admis que les fautes relevées sur tel appareil n’étaient pas aussi graves,
puisqu'il ne s'agissait que de la non-conformité du masque du copilote ou des lampes de
marquage au sol de l’avion.
Notre consolation est que, selon une enquête, 62 % de nos concitoyens
continuent à avoir confiance dans les vols affrétés. Mais il en reste 38 % à rassurer. C’est
notre travail à tous, sans pour autant vouloir nous transformer ni en compagnie aérienne,
ni en DGAC, ni en atelier de maintenance, ni en constructeur, ou en chef des pilotes, sinon
nous serions des transporteurs. Gardons notre métier avec ses responsabilités, mais ne
cherchons pas à vouloir porter le poids de tous ceux qui interviennent dans le transport
aérien de voyageurs.
M. Jean-Pierre BLAZY : M. Colson, vous venez d'évoquer l'avion de la compagnie
Flash Airlines et l’interdiction de vol émis par les autorités suisses à son encontre. Aviezvous connaissance de cette décision avant de décider de travailler avec Flash Airlines pour
ce vol tragique ? Il s’agit d’une simple interrogation.
En effet, il ne s'agit pas, pour nous, de mettre en accusation une profession ou
de nous focaliser sur la sécurité des seuls vols charters. La sécurité des vols réguliers nous
importe tout autant et vous avez eu raison, M. Vainopoulos, de rappeler que le vol
tragique du Concorde tombé à Gonesse, ville dont je suis le maire, était un vol charter
affrété par la compagnie Air France.
En même temps, vous dites que ce n’est pas votre responsabilité et que vous
ne faites qu’affréter les vols. Il est vrai que la chaîne du voyage est complexe, que tout le
monde a sa responsabilité et c’est pourquoi nous auditionnons tous les acteurs. Mais
justement, je lisais, dans Le Jour du 3 décembre dernier, une déclaration de M. Rial qui
s’exprimait ainsi : « dans certains pays d’Afrique, par exemple, je n'affréterais pas
d’avions pour mes clients car je ne peux pas garantir la qualité des appareils ou des
pilotes. Il y a quelques années, j’ai annulé des vols intérieurs au Mexique au dernier
moment, parce que j’avais des informations négatives sur une compagnie. » Cela montre
que vous avez exercé une responsabilité. Nous sommes là, avec l'ensemble des acteurs,
pour essayer de trouver à la fois où sont les maillons faibles et quelles sont les bonnes
réponses.
— 138 —
M. Georges COLSON : Il va de soi que nous n’avions pas le moindre doute sur la
compagnie Flash Airlines, que nous utilisions depuis deux ans. Nous n’avons pas
connaissance d'un incident qu’elle aurait rencontré en Suisse ou d’une interdiction de vol.
La jeune femme qui l’a précisé à cors et à cris, à la télévision, a mis le doute sur la
véracité de nos affirmations, tout comme sur la véracité même des contrôles de notre
direction de l’aviation civile.
Parmi les voyagistes, nous sommes la société la plus ancienne et, depuis
1957, nous avons affrété, en France, des charters de compagnies pionnières comme
Minerve, parce qu’elle était, à l’époque, la seule sur le marché. De temps à autre,
l'aviation civile nous envoyait un message attirant notre attention sur le fait qu’elle avait
coupé les droits de vol de cette compagnie pour telle ou telle raison. Comme nous étions
affréteurs, nous prenions contact avec le dirigeant de la compagnie pour lui faire savoir
que nous suspendrions nos commandes tant qu'il n'aurait pas régularisé sa situation auprès
des autorités locales. Nous avons déjà procédé de cette manière, et c'est tout à fait normal.
Nous sommes suffisamment responsables pour ne pas faire embarquer nos passagers sur
des avions qui ne présenteraient pas toutes les garanties nécessaires.
M. Jean-François RIAL : Pour revenir à l’interview publiée dans Le Jour, j'évoquais la
problématique, à laquelle sont particulièrement confrontés ceux qui organisent beaucoup
de voyages vers des destinations lointaines, de choisir et d’utiliser certaines compagnies
aériennes intérieures.
Pour les vols, charters ou réguliers, au départ de la France, jusqu'à présent, je
ne me posais jamais la question parce que je considérais que je pouvais faire confiance
aux autorisations délivrées par la DGAC. Pour les vols intérieurs de certains pays, c’est
différent. Nous avons nous-mêmes connu un très grave accident, il y a une dizaine
d'années, en Chine sur un vol intérieur, dans lesquels plusieurs de nos clients ont trouvé la
mort. Nous faisons donc attention mais, au risque de vous choquer, la seule information
dont nous disposons est la rumeur. Nous nous renseignons auprès de nos partenaires
locaux et de nos collaborateurs et il arrive que, dans certains pays, nous n’utilisions pas
diverses compagnies intérieures, même si les autorisations sont données localement.
C'est la raison pour laquelle, contrairement à M. Vainopoulos, il me semble
que la seule solution vraiment efficace est le label mondial et il appartient aux Etats de
s'organiser pour le mettre en place. Comme pour l'écologie et d'autres grands sujets de
civilisation, les solutions sont internationales. Aujourd'hui, la DGAC, que l'on met parfois
en accusation, n’a pas les moyens d’aller vérifier par elle-même la fiabilité de certaines
compagnies aériennes intérieures au Chili ou en Croatie. C'est très difficile.
M. Marcel DEHOUX : Ma question est très simple. Je souhaite faire un voyage en Libye.
Lorsque vous me vendez le billet, savez-vous sur quelle compagnie je vais voler ? Par
ailleurs, à quel moment avez-vous connaissance du nom de la compagnie qui va
transporter le client ? J'ai lu, dans le grand quotidien régional La Voix du Nord, que depuis
quelque temps, les voyagistes indiquent le nom de la compagnie avec laquelle le client va
partir. Ce progrès est-il lié aux derniers événements ?
M. Jean-François RIAL : Dans 95 % de nos voyages, nous connaissons le nom de la
compagnie aérienne avec laquelle le client va embarquer bien avant le départ ou
l'inscription du client. Dans les rares cas où nous ne la connaissons pas, c'est lorsque nous
passons par un intermédiaire qui consolide des avions – c’est le cas de l'Egypte ou de
certaines autres destinations méditerranéennes – ou lorsque la compagnie régulière change
soit parce qu'elle en est code share (partage de code) avec une autre, soit parce que
l’appareil est en panne et qu’elle en affrète un autre.
— 139 —
Mme la Présidente : Nous avions cru comprendre, au fil des auditions, que cette dernière
situation n'était pas aussi rare que cela…
M. Jean-François RIAL : C’est un faux débat et il y a une autre aberration entendue
après l'accident de Charm el-Cheikh. Si le client, qui partait avec FRAM en Egypte, avait
su qu'il voyageait avec la compagnie Flash Airlines, je ne vois pas en quoi cela lui aurait
donné la moindre information supplémentaire en termes de sécurité. Soit la compagnie est
fiable et on l'utilise, soit elle n'est pas fiable et on ne l'utilise pas.
M. Bruno GALLOIS : Pour compléter la réponse de M. Rial, il faut savoir que sur les
longs et moyens courriers, nous négocions, dès le mois de mars, l'ensemble de nos
contrats et de nos plans d'affrètement et de transport pour l'hiver suivant, c’est-à-dire, en
l’occurrence, pour la saison qui ira du 1er novembre 2004 au 30 avril 2005. D'ici à fin
mars, je saurai donc très exactement, sur l'ensemble de mes destinations, le nom des
compagnies avec lesquelles mes clients vont embarquer, ainsi que les dates et les horaires.
Sur les longs courriers et la plus grande partie des moyens courriers, nous publions, dans
nos catalogues, la compagnie aérienne sur laquelle le client va voyager, l'heure à laquelle
il va partir et l'aéroport de départ. Nous pouvons avoir cette information dans beaucoup de
cas.
M. Georges COLSON : La parution, sur les brochures, des informations concernant les
vols affrétés ou réguliers a été l’un des arguments commerciaux que nous avons utilisés
pendant des années dans notre entreprise. Nous indiquions non seulement la compagnie,
mais aussi le type d'avion et l'horaire. C'était le bon temps.
Dans les brochures actuelles, nous publions toujours le nom de la compagnie
utilisée, mais nous n’indiquons plus le type d'avion ni l'horaire. Parfois même, dans le cas
précis de pays en voie de redéveloppement pour lesquels nous avons dû nous adresser à
un consolidateur, la mention du nom de la compagnie ne figure pas dans la brochure. Il
m'a fallu, en tant que président du groupe, beaucoup intervenir auprès de mes
collaborateurs pour faire supprimer les horaires mentionnés pour nos vols affrétés, tels le
Paris/Palma ou le Paris/Marrakech car la dérégulation ou la perturbation aérienne a fait
que les horaires des vols – réguliers ou non réguliers – devenaient une source de litiges
incessants avec les clients en raison du non respect des horaires mentionnés sur la
brochure. En supprimant la mention de l'horaire, cette source de petits mécontentements a
disparu.
Mais il est certain que nous souhaitons maintenant revenir non seulement à la
transparence du nom de la compagnie, mais aussi du type d'avion et de l'horaire.
Personnellement, je pousse mes collaborateurs à travailler en ce sens, comme nous le
faisions par le passé, car le client attend ces informations de nous.
M. Robert PANDRAUD : On peut rêver à un label mondial, mais il faut cesser de croire
aux contes de fées. Quelle autorité attribuerait ce label mondial ? Quels seraient les
moyens d'action et de vérification de cette autorité ? Ce label serait probablement établi
avec un tel retard qu'entre-temps, les moyens de maintenance ou autres de la compagnie
pourraient tout à fait évoluer. Ce serait donc une fausse garantie donnée par une autorité
manifestement incompétente. Cette autorité pourrait, certes, demander à la DGAC de
Mongolie un rapport sur les appareils qui pourrait se traduire par un label. Mais encore
faut-il faire confiance aux autorités locales de Mongolie !
M. Jean-François RIAL : Certes, mais que proposez-vous ? Soit nous restons au point où
nous en sommes aujourd'hui, c'est-à-dire avec une DGAC et différents Etats qui donnent
des autorisations, soit nous essayons de créer un label ou une agence de notation – agence
— 140 —
de « rating ». Dans d'autres domaines, il existe bien des organismes supranationaux
exerçant des contrôles.
Mme la Présidente : Comment définissez-vous cette agence de notation ?
M. Jean-François RIAL : Il s’agit d’attribuer des notes en fonction d’un nombre de
critères concernant la compagnie aérienne – maintenance au sol ou autre. M. Pandraud,
vous avez raison de dire que c'est une illusion, mais aujourd'hui, il n'y a pas une multitude
de solutions.
Mme la Présidente : Vous reconnaissez qu'il existe des listes noires et vous ne pouvez
pas non plus ignorer, puisque nous-mêmes le savons, que des avions partent, alors que
l'ordre devrait être de rester au sol parce que les contrôles ne sont pas complets, les pièces
défectueuses ...
M. Robert PANDRAUD : Je voudrais répondre à M. Rial qui m’a demandé quelles
solutions je proposais. Il me semble que c’est un peu inverser les rôles. Nous attendons
vos propositions et si elles nous paraissent bonnes, nous les intégrerons dans le rapport et
nous les défendrons auprès des autorités gouvernementales nationales, voire
internationales.
Pour ma part, je suis bien incapable de vous proposer des solutions, car le
concept même d'agence de notation est très discuté à l'heure actuelle, notamment dans le
domaine bancaire où, en plus, elles sont concurrentes. Comment imaginer qu’une agence,
qui donnerait des notes au 1er janvier de telle année à une compagnie qui serait
moribonde deux mois après, pourrait être une solution ? Cela ne me parait pas très
constructif.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : M. Chikli souhaitait répondre aux questions précises
que j’ai posées concernant la mondialisation du système, l'entité juridiquement
responsable de l’attribution de ces labels et les conséquences à en tirer sur la loi de 1992
et le partage des responsabilités entre les différents acteurs, de façon à éviter tout
contentieux ultérieur. En effet, et comme M. Pandraud l'a rappelé, si le système n'est pas
« parfait », il est automatiquement source de contentieux supplémentaires.
M. René-Marc CHIKLI : Ce que nous recherchons existe déjà, dans un autre domaine,
avec l'IOSA (IATA Operationnal safety audit) Les compagnies aériennes, y compris la
compagnie nationale Air France, se sont associées pour rechercher un mode opératoire
commun d’affrètement. Comme vous le savez, si vous prenez aujourd'hui un vol Air
France, vous pouvez tout à fait voler avec une autre compagnie. Toutes les grandes
compagnies – Lufthansa, British Airways, … – sont en train de s'associer au sein de ce
programme IOSA, encadré par l’IATA (International air transport association), mais ni
cette dernière ni la DGAC n'ont encore donné leur accord à ce programme.
Il est donc évident que la réflexion existe déjà et doit se poursuivre, et il est
impératif que nous définissions au niveau européen, voire mondial, des normes
d’utilisation des compagnies aériennes. Nous adhérons totalement à cette démarche car
nous avons absolument besoin d’un label pour clarifier nos choix de compagnies. C'est la
raison pour laquelle nous nous sommes associés au « comité label », au sein duquel notre
quote-part est respectée, puisqu'un tiers des acteurs viennent du tour-operating. J’ajoute
que ce comité est un modèle au niveau européen.
En ce qui concerne les responsabilités juridiques, je suis mal à l'aise pour
vous répondre parce que l'article 23 de la loi de 1992 a transposé la directive européenne
— 141 —
de manière extrêmement contraignante. En effet, dans la directive européenne, la
responsabilité dépend des prestations vendues, alors qu’en France notre responsabilité est
de plein droit, ce qui n'est pas très concurrentiel vis-à-vis de nos partenaires européens.
Nous avons recherché, avec notre ministère de tutelle, à ramener notre responsabilité au
niveau de celle des grands opérateurs européens. Mais pour l'instant, malheureusement, en
raison de l'événement qui s'est produit, nous avons été informés que la responsabilité de
plein droit serait maintenue, ce qui constitue pour nous un handicap.
Comme vous le savez, beaucoup d'acteurs européens sont venus sur le marché
français et il faut que la loi nous donne les moyens de rester compétitifs. La notion de
responsabilité de plein droit me paraît complètement inutile et n'apporte rien de plus aux
autorités et aux consommateurs, à mon avis.
Nous avions demandé que la notion de responsabilité de l’agent de voyages
soit au minimum limitée aux conventions internationales afin d’éviter que nous nous
retrouvions pratiquement responsables du travail des autres, ce qui est le cas dans la
directive européenne sur les voyages. Nous avions aussi demandé que, pour les
destinations à risques, nous puissions proposer, comme certains de nos collègues
européens, des décharges de responsabilité envers les clients qui souhaitent à tout prix
partir vers une destination à risques, quelle que soit la position du Quai d'Orsay. De
même, dans le domaine de l'aérien, cela pourrait s’appliquer au client qui souhaite utiliser
n'importe quelle compagnie. C'est le choix du client et il faut le respecter.
Ainsi, pour répondre à la question de M. Descamps, il est vrai que la réflexion
sur le label et la loi de 1992 sont très liées du point de vue de la responsabilité.
M. Jacques BRUNHES : M. Colson a évoqué le problème préoccupant de la
dérégulation des transports et, évoquant la période précédente, il parlait du « bon temps ».
On sait aussi que la dérégulation du transport ferroviaire, mise en œuvre par
Mme Thatcher, a engendré un grand nombre de problèmes de sécurité en GrandeBretagne. Et, par ailleurs, j'ai à l'esprit une réflexion d'un de vos collègues rencontré dans
le cadre d'un autre travail parlementaire qui recommandait que notre mission visite des
ateliers de maintenance à Orly Ouest et Orly Sud, pour voir la différence entre les deux
aérogares. En d'autres termes, ma question est la suivante : constatez-vous une
aggravation de la situation d'ensemble, depuis la libéralisation du transport aérien ?
Enfin, je voudrais préciser à mon collègue Pandraud que le législateur a une
très grande part de responsabilité dans les questions touchant à la sécurité aérienne. Nous
ne pouvons pas laisser aux seuls voyagistes et transporteurs le soin de travailler sur ces
questions-là. Déterminer si la loi de 1992 est encore valable est une question très
importante qui concerne prioritairement le législateur et la nécessité de la réviser pourrait
être une des propositions de notre mission, ou tout du moins, une voie de réflexion pour
nous.
Il en est de même pour les directives européennes. En tant que législateur
national, nous devons faire savoir aux autorités communautaires ce que nous pensons d'un
certain nombre de leurs directives et des modifications qui peuvent être apportées à
certaines d'entre elles. Cela pourrait également entrer dans le cadre des propositions de la
mission, si nécessaire.
M. Robert PANDRAUD : J'ai dit qu'il ne fallait pas demander n'importe quelle chimère.
S’il y a des propositions à faire, nous pouvons demander la transformation de la DGAC en
agence européenne. Je crois que ce serait déjà un progrès, notamment pour les économies
publiques. Je crois aussi que, dans l'état actuel du monde, on ne pourra rien faire au niveau
international.
— 142 —
M. Georges COLSON : Je voudrais revenir à l’article 23 de la loi de 1992. Il me semble
que cet article fait peser une épée de Damoclès sur l'avenir de notre métier de voyagistes
en France. Si l’on veut faire porter à l'agent de voyages ou au tour opérateur la
responsabilité totale de l'accident aérien, ferroviaire, routier ou maritime, nos deux seules
compagnies d'assurance refuseront de nous couvrir. Jusqu'à présent, elles nous assurent en
fonction de l'objet de notre métier qui lui-même est défini par la loi, mais elles s'arrêtent à
cet objet.
Nous avons attiré, avec M. Chikli, l'attention de notre ministère de tutelle sur
le danger que ferait peser une certaine pression pour que nos assurances interviennent en
lieu et place de la personne morale mise en cause directement dans l'accident. Ce serait,
pour nous, une condamnation immédiate parce que nos assurances ne nous couvriraient
plus. Nous devrions payer une prime d'assurances qui serait à la fois celle de l'agent de
voyages et celle de la compagnie aérienne, maritime ou ferroviaire. Pour le passager, ce ne
serait plus du low cost, ce serait du very high fare. Ce serait une situation invivable pour
notre métier qui nous obligerait à mettre la clé sous la porte et ferait disparaître un métier
qui représente des milliers d'emplois. Nous profitons de cette réunion pour vous exprimer
nos inquiétudes.
M. Richard VAINOPOULOS : Nous pouvons certes débattre de la question de savoir
s’il faut améliorer la loi de 1992, mais il y a un fort que l'on ne peut pas abattre, ce sont les
transporteurs aériens qui, aujourd'hui, sont protégés par les conventions de Varsovie et
maintenant de Montréal. Il est évident que si l'on fait une loi pour protéger le
consommateur, il faut aller jusqu'au bout et inclure les compagnies aériennes.
Quand un accident d'avion, un retard très important ou un autre événement se
produit, c'est l'agence de voyages qui est responsable. Quand celle-ci se retourne contre la
compagnie aérienne, elle doit suivre des procédures très longues avant de parvenir à une
quelconque solution. Tant que les transporteurs aériens ne seront pas inclus dans cette loi,
on n'avancera pas dans le domaine de la sécurité des clients.
Dernier point, on parle de « label », mais il existe, au niveau européen, le
programme SAFA (« Safety assessment of foreign aircraft »). Pourquoi les agences de
voyages et les tours opérateurs n'ont-ils pas accès aux informations résultant de ces
contrôles ? Cela nous permettrait de savoir immédiatement quelles sont les compagnies
dangereuses et celles qui ne le sont pas.
M. le Rapporteur : Tout d’abord, je souhaite préciser que nous ne faisons le procès de
personne et que nous essayons de comprendre la façon dont les problèmes se posent.
A titre personnel, vos propos me mettent mal à l'aise, et je me dis
qu’heureusement vos clients ne vous entendent pas. Ceux-ci se comptent par millions,
vous font confiance pour un produit qu'ils achètent, pour lequel ils signent avec vous un
contrat. La détermination des intervenants et des responsabilités n’intéresse pas vos
clients ; ce sont vos affaires. Vis-à-vis du client, vous avez une responsabilité, celle de
vendre un produit de qualité et sans risques.
Tout à l'heure, à l'exception de M. Rial, vous vous êtes livrés à un jeu qui me
parait difficilement acceptable. Vous dites que dès lors qu'une compagnie est agréée dans
son pays, que la DGAC n'a fait aucun commentaire, vous estimez pouvoir signer le contrat
et affrétez. Seul M. Rial a eu l'honnêteté de dire que parfois, il avait eu des réticences en
évoquant des « rumeurs ». Tout à l'heure, il a été mentionné le fait que des « listes noires »
existent partout – ce qu'aucun d'entre vous n'a contredit – mais j'ai le sentiment que vous
êtes les seuls à ne pas disposer de ces listes.
— 143 —
Il y a aussi un point que je voudrais bien comprendre. Carrefour, Darty ou
tout autre grand distributeur, en France, vend un produit que l'on retrouve n'importe où
dans le monde. Ces grandes surfaces ont des chiffres d'affaires et des parts de marché
aussi importantes que les vôtres sur le marché du voyage. Ils produisent à l'étranger, ont le
souci de vérifier que le produit qu'ils vendent a été fabriqué avec un minimum de qualité,
de respect des normes, avec des garanties de délai, de quantité, un souci des règles
environnementales voire sociales, etc. Vous êtes les seuls à ne pas vous interroger sur vos
fournisseurs que sont les affréteurs. Cela me stupéfie.
A plusieurs reprises, vous avez rappelé que c'était le travail de la DGAC.
Mais celle-ci contrôle ce qui relève de la France, or votre marché est mondial, de même
que vos interlocuteurs. Nous avons entendu des courtiers qui nous ont dit, comme vous,
qu'il n'y avait pas de possibilité d'accéder aux résultats des contrôles de l’OACI sur les
Etats, ou d'obtenir les listes d'incidents. Mais il semblerait que les courtiers ont réglé le
problème. Certains d'entre eux se sont arrangés pour obtenir les moyens d'information
nécessaires. Ils ont fait des recherches pour référencer des compagnies car ils s'engagent
vis-à-vis d'un client.
En vous écoutant, je me suis demandé si l'un d'entre vous s'était interrogé sur
la localisation actuelle du deuxième avion de la compagnie Flash Airlines, pour être sûr,
que l'été prochain, vos clients ne voyageront pas dans cet avion, puisque les contrats
auront été signés six mois auparavant. Peut-être cet avion a-t-il été cédé à une compagnie
qui se crée quelque part dans le monde ?
Vous ne pouvez pas vous abriter derrière l'argument que, dès lors qu'ils ont
été agréés, ils sont pour vous des clients ou des fournisseurs avec lesquels vous pouvez
signer des contrats. Ce n'est pas possible vis-à-vis des clients.
M. Georges COLSON : Je pense m'être mal fait comprendre et j’en suis navré. Il y a plus
de quarante ans que je côtoie les clients et que je travaille pour eux et je ne peux pas
accepter que l’on pense qu’un simple petit tampon suffirait à me permettre de créer un
produit qui mettrait en danger la sécurité de mes clients.
Lorsque vous signez un contrat avec une compagnie aérienne, vous lui
demandez toute une série de documents qu'elle doit être en mesure de vous fournir : sa
date de création, ses capitaux, sa situation financière, son attestation et le montant de son
assurance, son enregistrement dans le pays où elle est immatriculée, son autorisation de
vol, ses vérifications de maintenance, l'autorisation demandée au pays de destination de
pouvoir utiliser cet avion et réaliser des vols sur la destination en question. Nos contrats
sont très clairs.
Ainsi, je pense qu'aujourd'hui, nous demandons le maximum des informations
qui nous sont accessibles. Toutefois, certaines, qui ont pignon sur rue, et notamment de
grandes compagnies régulières, refusant pratiquement de nous communiquer les
documents que j'ai énumérés, et nous nous adressons alors à des compagnies spécialisées
sur le vol à la demande.
Il y a, en Europe ou près de l'Europe, de grandes compagnies aériennes dont
une compte notre compagnie nationale parmi ses actionnaires et qui pourtant, de temps en
temps, se trouvent pénalisées par la DGAC de tel ou tel pays de destination. Mais nous
n’en avons connaissance que fortuitement et parce que, depuis le 3 janvier dernier, il est
vrai, nous sommes beaucoup plus attentifs, pour les raisons que vous comprendrez.
— 144 —
Je ne citerai pas le nom de la compagnie, mais personne n'aurait pu imaginer
que tel avion eût été bloqué, il y a trois semaines, à tel endroit parce qu'il ne répondait pas
tout à fait aux normes de sécurité. Pourtant j'évoque là une grande compagnie régulière
qui fait des vols à la demande.
Je me suis donc mal fait comprendre. La sécurité de nos clients et leur
satisfaction sont, dans notre entreprise, comme dans l'ensemble de notre métier, des
éléments indispensables. D'ailleurs c'est ce qui a permis à FRAM de compter ses
cinquante ans d'existence. Sinon depuis longtemps, notre société aurait disparu.
Ce que nous demandons, c'est d'avoir accès à des informations qui, jusqu'à
présent, nous étaient totalement refusées. Quand vous appeliez l'aviation civile française,
même en étant le groupe FRAM, il fallait à l'époque connaître M. Esperoux qui, par
chance, était natif d'Albi pour pouvoir obtenir une réponse au téléphone.
M. le Rapporteur : Votre profession a-t-elle demandé aux pouvoirs publics la liste d'un
certain nombre d'informations et, auquel cas, quel type d'informations ?
M. Georges COLSON : Il nous faut les informations concernant le transport aérien, mais
aussi concernant tous les intervenants qui entrent dans notre métier, jusqu'aux taxis et aux
voitures de location.
M. le Rapporteur : J'ai le sentiment que vous êtes plus rigoureux sur le référencement
des hôtels que sur celui des compagnies. Faites-nous part de votre opinion !
M. Georges COLSON : Dans le domaine de la sécurité du client, on pourrait
effectivement ajouter les hôtels car quelle garantie FRAM peut-elle avoir que l'hôtel avec
lequel elle travaille en Grèce n'est pas situé sur une zone sismique ! Mais s’agissant de la
sécurité du transport aérien, si vous prenez l'ensemble des compagnies aériennes avec
lesquelles nous travaillons, ce sont toutes des compagnies régulières ou de renom dans les
différents pays.
Seule l’Egypte a vu se créer différents opérateurs aériens, malgré les
difficultés que connaît le tourisme, non seulement en raison du développement du
tourisme de la France vers l'Egypte, mais aussi en raison de l'affaiblissement des ailes
françaises qui n'existent pratiquement plus dans le domaine des vols à la demande.
C'est une réalité. Nous avions jadis une compagnie nationale qui avait créé
Air Charter International, grande compagnie charter, qui faisait 80 % de notre trafic.
Quand elle a cessé ses activités, nous avons dû prendre des risques avec trois avions tout
neufs que nous avons confiés à Euralair. Vous connaissez la situation difficile d'Euralair,
reprise par un Franco-égyptien. Nous nous trouvons, en France, dans une situation de
pénurie totale en matière de vols à la demande.
A une époque, nous avons travaillé avec Aeris, compagnie toulousaine, en
laquelle nous avions confiance. Je peux vous dire qu'à la fin, je n'avais plus du tout
confiance et que j'avais peur pour mes clients. Aujourd'hui, en dehors de Star et de
Corsair, nous avons vite fait le tour. Nous repartons actuellement avec une nouvelle
compagnie – Air Méditerranée – avec laquelle nous prenons des risques avec deux Airbus.
Nous allons essayer de les consolider pour que les ailes françaises ne disparaissent pas
totalement du monde de l'opération touristique.
M. Bruno GALLOIS : Je voudrais compléter ce qui vient d'être dit par M. Colson. En
effet, la loi de 1992 nous rend entièrement responsables de tout, de sorte qu’à moins d'être
— 145 —
inconscient, elle nous oblige à être extrêmement prudent. Même si la sécurité du client
était notre dernier souci, l'article 23 de la loi de 1992 nous rend responsable en totalité.
Nous comprenons l’objectif de cet article qui est de ne donner au client qu'un
seul interlocuteur – le vendeur – et notre souci n'est pas tant de nous exonérer de cette
responsabilité de plein droit que d’exclure son application en cas de faute du client. En
effet, si le client choisit de son propre gré de se mettre en situation de risque, nous ne
voulons pas en être tenus pour responsables. Or c'est ce qu'implique cet article dans sa
rédaction actuelle.
Par ailleurs, nous souhaiterions que les indemnités éventuelles soient
plafonnées au niveau de celles qui s’appliquent aux compagnies aériennes dans le cadre
des conventions internationales. Actuellement, la moindre agence de voyages de quartier
peut être condamnée dans un accident d'avion de vol régulier à des sommes bien
supérieures à celles que la compagnie devra payer en application de la convention de
Montréal.
Telles sont les seules modifications que nous voulions apporter : exonération
de notre responsabilité en cas d’incident lié à la destination (enlèvement, attentat,
climat, …) lorsque que celle-ci a été choisie librement par le client dûment informé,
plafonnement des indemnités au niveau des conventions internationales et exonération de
notre responsabilité en cas d’incident sur place lié à une faute du client ou à une activité
librement choisie par lui. Ce sont les limitations que nous souhaitons, mais nous ne
remettons pas en cause le fait d'être responsable, d'autant qu’il s’agit d’une obligation qui
résulte de la directive européenne.
Cela étant, à la différence de M. Darty, dont la responsabilité ne sera pas
engagée au-delà du remboursement de la machine à laver ou de l’ordinateur en cas de
panne, notre responsabilité peut être engagée au pénal vis-à-vis de nos clients. Cela nous
oblige donc à une très grande rigueur dans le choix de nos prestataires.
Dans le domaine du transport aérien, nous respectons cette rigueur car nous
faisons voyager nos clients, notamment sur les longs courriers, avec des compagnies
françaises agréées en France. Il est clair que pour la compagnie aérienne Aeris, compagnie
agréée, basée en France et surveillée par la DGAC, nous nous sommes posé la question de
savoir s’il fallait continuer à l’utiliser quand cette compagnie a commencé à connaître un
grand nombre d'incidents. Mais la DGAC nous a obligés à mener le contrat que nous
avions avec elle jusqu'à son terme, quand la compagnie a déposé son bilan.
Actuellement, nous volons essentiellement en long courrier avec les deux
seules compagnies françaises exerçant dans ce domaine, Star et Corsair. Mais nous
sommes incompétents pour dire si les avions de Corsair ou de Star sont bons ou pas. Nous
avons confiance parce que nous travaillons avec eux et que leurs avions sont contrôlés,
mais nous n'avons aucun moyen technique d'affirmer qu'ils sont meilleurs que d'autres
compagnies étrangères.
La question se pose pour les compagnies étrangères qui viennent en France.
Nous savons que si leurs avions viennent régulièrement en France, elles peuvent être
contrôlées par la DGAC. Si un avion vient toutes les semaines en France, on peut
considérer qu'il a eu toutes les autorisations et qu'il y a eu des échanges entre les DGAC
française et locale pour les vérifier. Le vrai problème se pose peut-être pour les « bouts de
ligne », pour lesquels nous ne disposons d’aucun moyen de contrôle. Devons-nous alors
renoncer à envoyer des clients dans ces régions ?
— 146 —
A ce propos, je voudrais ouvrir une parenthèse. Quand j'ai vu, en première
page du « Parisien » que la compagnie la plus dangereuse au monde était
Cubana de Aviacion, nous nous sommes sentis interpellés car nous faisons voyager des
milliers de clients depuis des années, sur cette compagnie. Or, il faut savoir que Cubana a
utilisé, pendant quinze ans, des avions français d'AOM, puis des avions d’Air Lib et
actuellement des avions suédois. En cas d’accident, nos clients pourraient nous accuser de
les envoyer au « casse-pipe », alors qu’il s‘agit d’avions agrées par des pays européens.
C’est un exemple.
En tout cas, il est clair, comme le précisait M. Colson, que nous sommes on
ne peut plus conscients de notre responsabilité.
M. Jean-François RIAL : Je voudrais réagir à l'intervention de M. le rapporteur sur trois
points.
Je ne crois pas qu'il y a de différences d'appréciation entre nous. Par exemple,
quand nous avons décidé à Voyageurs du monde de ne plus utiliser une compagnie
intérieure mexicaine pendant quelques mois, c’était à partir d’une information transmise
par un important confrère français. Ainsi, lorsqu’un confrère a vent de rumeurs concernant
des compagnies locales « en bout de ligne », nous en discutons toujours ensemble et je
n'ai jamais vu un de mes confrères ne pas être d'accord sur un tel sujet.
Ensuite, vous nous dites que nous ne sommes pas en position d'accusation,
mais en même temps que des listes circulent… Je travaille dans cette profession depuis
huit ans, je suis un des plus jeunes, mais je n'ai jamais vu de liste de compagnies aériennes
considérées comme dangereuses ou non.
Enfin, vous soulignez que nous nous abritons derrière la DGAC pour les vols,
réguliers ou charters, au départ de la France. C'est vrai, car il faut bien reconnaître qu’ils
sont beaucoup plus compétents que nous. Nous faisons un métier très difficile, dans lequel
on gagne très peu d'argent et où l’on dépense beaucoup d'énergie. Si, en plus, nous devons
devenir des experts du contrôle de la fiabilité des compagnies aériennes au départ de la
France, nous ferons tous faillite.
Pour conclure, vous avez demandé à M. Colson s'il savait où se trouve
maintenant le deuxième avion de la compagnie Flash Airlines. Je ne crois pas qu'il est
d'un grand intérêt de savoir où se trouve cet avion. Il pourrait être utilisé par une
compagnie comme Air France, peu importe, car cet avion, en tant que tel, n'était pas en
cause. C'était peut-être un problème d’exploitation ou autre chose mais cela ne concernait
pas forcément l’avion.
M. Georges COLSON : L'avion n'appartenait pas à la compagnie Flash Airlines, comme
c’est souvent le cas. En règle générale, les avions appartiennent à l’un des trois grands
loueurs d'avions au monde. Les deux avions de la compagnie Flash Airlines appartenaient
à IFLC. Quant au deuxième avion, il a été rendu, me semble-t-il, parce que la compagnie,
au-delà du drame qu'elle a subi, ne pouvait pas perdurer avec un seul avion. Elle a donc
cessé ses activités et a rendu l'avion à IFLC. Peut-être demain, retrouvera-t-on cet avion
chez Corsair ou ailleurs, mais l'avion lui-même n'est pas en cause car il n’est pas vieux.
Mme la Présidente : M. Rial, vous dites que vous ne gagnez pas beaucoup d'argent et que
votre travail est difficile. Par ailleurs, il y a des compagnies à bas prix qui proposent des
voyages pour ainsi dire gratuits puisqu’on les propose à partir de 2 euros. Certes, il n’y a
pas de service de restauration et il y a moins de confort mais un tel vol coûte quand même
plus de 2 euros. Et cela renvoie aux dégradations constatées dans l’avion de Flash
Airlines, lors de vols précédent celui du drame.
— 147 —
Jusqu'où irons-nous dans la dégradation des conditions de travail et dans la
déstructuration du travail et des modes de transport en général ? Il y a des pilotes souspayés, des personnels navigants qui font le ménage une fois l’avion au sol. Nous avons
connu la même situation dans le transport routier, et l’on sait que lorsqu’il y a
déstructuration d’une activité, il y a déstructuration des conditions de travail. Jusqu’où
irons-nous dans les prix abusivement bas ? J'attends que l’on fasse des propositions et que
l’on soit sérieux sur un sujet qui est très inquiétant.
M. Georges COLSON : Quand M. Rial a utilisé l'expression « on ne gagne pas beaucoup
d’argent », il a certainement voulu dire que l’on ne gagne pas suffisamment d'argent pour
devenir des entreteneurs d’avions. Je crois que c’est la traduction du propos de M. Rial,
car nous ne sommes venus ici pour pleurer sur notre situation financière.
Par rapport à ce que vous avez dit sur les low costs, voire les compagnies
étrangères, vous savez que chaque pays a sa propre législation du travail et du temps de
travail. En tant qu’employeur dans l’hôtellerie dans des pays comme le Maroc et la
Tunisie, ainsi qu’aux Antilles, je peux dire que le nombre d'heures effectuées par nos
collaborateurs marocains ou tunisiens n’a rien à voir avec celui de nos collaborateurs
martiniquais ou guadeloupéens. L’Europe a donc intérêt à s'interroger sur les
réglementations.
M. Hervé PIERRET : Je voudrais apporter une précision. On a réussi à construire
l’Europe dans certains domaines mais on a quelques difficultés dans d’autres. Par
exemple, dans l’aéronautique, on a établi des normes communes pour l’entretien des
avions. Mais pour tout ce qui concerne l’organisation du travail – durée de temps de
travail, travail de jour et de nuit –, chaque pays conserve ses règles internes, avec ses
problématiques syndicales ou ses lobbyings.
Après huit années de négociation, les quinze premiers pays européens n’ont
toujours pas réussi à harmoniser la réglementation dans ce domaine et l’élargissement de
l'Europe va encore compliquer le processus. Il faudrait pourtant essayer d’établir quelques
lois communes d’emplois des personnels navigants. C’est vraiment un élément
fondamental.
M. Ghislain BRAY : Il me semble qu’il ne faut pas se tromper de débat. Il ne s'agit pas
d'accuser quiconque. Je rappelle que nous travaillons dans le cadre d’une mission
d'information dont le libellé est « mission d’information sur la sécurité du transport aérien
de voyageurs ». Nous savons bien qu'il existe des compagnies à risques, les auditions
précédentes l’ont suffisamment montré.
Aussi, le but de cette mission est-il de parvenir à un certain nombre de
propositions pour éviter, autant que faire se peut, de se trouver confrontés à des situations
dramatiques. Plus particulièrement, j'attends de cette table ronde que vous nous donniez
un certain nombre d'indicateurs que nous puissions intégrer dans un système beaucoup
plus général.
M. Jacques BRUNHES : Mme la Présidente, j'ai été choqué tout à l'heure par la manière
dont notre Rapporteur a présenté ses questions aux voyagistes. Vous dites que nous
n'accusons personne et que nous sommes tous là pour réfléchir mais j'ai senti qu'il y avait
quand même une forme d'accusation dans les propos de notre Rapporteur, notamment
lorsqu’il demandait aux voyagistes s’ils savaient où se trouve le second avion de la
compagnie Flash Airlines.
— 148 —
Quand vous parlez de la déstructuration du travail, vous abordez là un
problème essentiel. Mais faut-il poser cette question aux voyagistes ? Sont-ils les
responsables de la déstructuration du travail et peuvent-ils résoudre ces problèmes de
déstructuration ? A cet égard, notre mission a un travail spécifique à mener. Si elle estime
que la déstructuration du travail a des conséquences sur la sécurité dans le transport
aérien, ce que je pense profondément et ce qui ressort de tous les témoignages, il faudra le
dire fermement. Je ne me fais pas l’avocat des voyagistes, mais quand M. Pierret évoque
le problème de l’Europe, il a parfaitement raison. Nous aurons sans doute là des
propositions à faire, car les réglementations sont tellement différentes dans les quinze
pays de l’Union que nous arrivons à des situations tout à fait incongrues.
Mme la Présidente : Mon cher collègue, puisque vous m’interpellez, je vais vous
répondre. Je sais pertinemment que ce ne sont pas les voyagistes qui vont modifier la
législation et que c’est plutôt un domaine qui nous concerne politiquement. Mais je
voulais souligner le fait que les réponses que nous font les voyagistes semblent indiquer
qu’ils ne sont pas informés. Or il me semble qu’ils ne peuvent pas ignorer ces problèmes
de sécurité. Nous les connaissons en tant que politiques, mais eux aussi parce que cela
concerne directement leur métier. Ils connaissent forcément les compagnies aériennes et
savent très bien celles qui posent des problèmes et celles dont les conditions de travail
sont mauvaises.
Quand je rencontre des transporteurs routiers, puisque je m’intéresse
globalement au problème des transports, ils savent très bien quels sont les transporteurs
étrangers qui posent problème parce que les conditions de travail sont mauvaises.
Je ne voulais pas mettre en cause les voyagistes, mais j’attendais qu’ils nous
fassent des propositions. Nous sommes tous là pour avancer vers des propositions et je
souhaiterais que nous en ayons.
M. Robert PANDRAUD : M. Colson, vous avez indiqué que pour obtenir certains
renseignements détenus par la DGAC, vous deviez faire appel à son représentant, plus
réceptif parce que natif d’Albi. Certes, mais je vous rappelle que c’est le contribuable qui
finance la DGAC. Alors je pose la question suivante : les renseignements de la DGAC
sont-ils ouverts ou fermés ? Si la DGAC dispose de renseignements, autant qu’elle les
communique à ceux qui en ont besoin, plutôt que de les obliger à aller mendier les
informations auprès de tel ou tel employé ou de passer par des contacts personnels. Il
conviendrait d’avoir un circuit normal de transmission des questions et des réponses.
M. François SCELLIER : Je suis très satisfait de cette table ronde parce qu’elle a
montré, sur ce problème comme sur d’autres, que l’on ne peut pas, en matière de sécurité,
faire porter la totalité du problème sur une profession ou un groupe de professions. Il
appartient à notre mission de voir comment, à partir de ce que nous avons entendu cet
après-midi, améliorer la situation, de manière que les informations remontent vers ceux
qui doivent assurer la fiabilité du produit ou du service qu’ils vendent à leurs clients.
Dans ce but, il faut que les services publics fassent remonter les informations
suffisantes vers les voyagistes qui ne peuvent effectivement pas aller vérifier à tel ou tel
endroit la manière dont est contrôlé l’avion. Sinon, il faudrait supprimer toutes les
administrations intermédiaires dont c’est précisément le rôle de remplir cette tâche
d’information.
M. le Rapporteur : J'ai cru comprendre qu'il y avait un différend sur la question du label.
Quelle est la position de votre profession au sein du groupe de travail ? Comment évolue
la réflexion au sein de ce groupe ?
— 149 —
M. René-Marc CHIKLI : Dans une profession, il peut y avoir des tendances différentes.
Les opinions ne sont pas divergentes, mais chacun s’exprime comme il l’entend. En tant
que voyagistes, nous avons été impliqués en premier lieu dans la définition du label parce
qu’au début de la réflexion, il était envisagé de nous faire payer les audits à effectuer sur
les compagnies de charters non européennes. Comme l’indiquait M. Colson, cela
supposait des moyens et des assurances que nous n’avons pas, et cela aurait remis en
cause notre métier.
Nous en sommes ainsi arrivés à cette notion de « label ». Il s’agit d'obliger la
DGAC à définir exactement, vis-à-vis des voyagistes, ce qu’est la norme de sécurité.
Comme vous avez pu le remarquer tout au long de cette audition, quatre ou cinq types de
contrôles ont été cités. Je suis moi-même devenu un « spécialiste », sans vraiment savoir
précisément tout ce que cela englobe, de l’OACI au SAFA en passant par les JAA et
autres sigles. L’objectif du label est d’arriver à une définition, c’est d’obtenir, au niveau
de la DGAC française, un indicateur permettant de dire que telle ou telle compagnie est
labellisée.
Par ailleurs, il ne faut pas que la cacophonie européenne se poursuive au
détriment des pays comme des voyagistes. Ces normes devront être reprises au niveau
européen pour éviter que nos amis suisses découvrent des contrôles que nous-mêmes ne
connaissions pas.
Quant à nous, voyagistes, nous nous engageons à publier, dans les brochures,
la liste des compagnies aériennes que nous utilisons et, à l'intérieur de cette liste, il sera
possible de « naviguer » sur les 10 % restants de non-transparence, parce qu’il peut arriver
que l’on soit obligé de changer de compagnie pour diverses raisons : grève, dépôt de bilan
ou autre problème.
M. le Rapporteur : Que pensez-vous de la notation des compagnies ?
M. René-Marc CHIKLI : Le groupe de travail concerne les vols charters comme les vols
réguliers. Mais le problème que pose les vols réguliers d’une compagnie « bout de ligne »
dépasse le cadre européen. Il faut agir au niveau mondial. Au niveau européen, nous
avons fait 90 % du travail. Pour les 10 % qui restent, le cadre européen doit conduire à un
cadre mondial qui pourra s’appliquer aux compagnies « bout de ligne », dont la plupart
sont filiales de compagnies nationales. A ce niveau, les accords sont passés entre Etats.
Par exemple, la compagnie nationale Air France utilise de tels accords pour desservir la
destination. Aussi, cette question ne relève-t-elle plus des voyagistes mais des relations
politiques.
Mme la Présidente : Mais vous pouvez, en tant que voyagistes, peser sur ce type de
décision.
M. René-Marc CHIKLI : Tout à fait et il ne faut pas qu’il y ait de malentendu. Nous
nous sommes associés très rapidement à la démarche du « comité label », alors que
l’ensemble de la profession n’avait pas l’intention de le faire. D’ailleurs, certains
professionnels que vous avez auditionnés représentent peu, au regard du poids
économique considérable des voyagistes rassemblés autour de cette table. Si vous retenez
ce que vous disent les voyagistes ici présents, vous aurez fait le tour du problème.
Evidemment, il y aura toujours un professionnel qui cherchera à se distinguer en arguant
du fait qu’il est le meilleur des consolidateurs et qu’il sait faire son choix en matière de
compagnies. Si cette personne est si efficace, il faut dès maintenant la nommer à la tête de
la DGAC.
— 150 —
Nous avons fait l'inventaire des difficultés que nous rencontrons et nous
avons les solutions. Sachez que nous sommes totalement associés au travail ce groupe de
travail qui doit livrer ses résultats dans les trois mois qui viennent.
Lors de la dernière réunion, nous avons vu avec grande satisfaction la DGAC
française enfin avancer. Jusque-là, elle était très en retrait et parlait seulement d’établir
une norme de qualité. Si le comité label devait se limiter à un contrôle qualité, nous nous
retirerions du groupe. Nous n’avons pas besoin d’une DGAC française pour vérifier si la
couleur des sièges ou des têtières est correcte ou pas. Nous apporterons notre contribution
et notre soutien à un comité qui aborde vraiment le problème de la sécurité.
Mme la Présidente : Vous avez dû comprendre que c’était bien cela qui nous intéressait
et non pas la couleur des sièges.
Quelles sont les compagnies d’assurances avec lesquelles vous travaillez ?
M. Bruno GALLOIS : Nous travaillons essentiellement avec les deux compagnies
d’assurances en responsabilité civile, GAN Euro-courtage et Generali, qui sont
pratiquement les deux dernières à nous assurer sur le marché français. Lors de la dernière
réunion plénière sur la loi de 1992, à laquelle participaient le ministère de la justice et le
ministère de l’économie, le Gan Euro-courtage et Generali ont clairement signifié aux
représentants des deux ministères que si l’on faisait porter aux voyagistes la responsabilité
de leurs moyens de transport, ils abandonneraient le risque et se retireraient du marché. Si
l’on nous attribue cette responsabilité, nous n’aurons donc plus d’assureur et le problème
serait ainsi réglé, faute de combattants.
M. Jean-François RIAL : D’abord, je voudrais dire que les voyagistes adhèrent tous à
cette idée de label. M. Vainopoulos n'est pas de cet avis, mais il est distributeur et non pas
voyagiste.
Par ailleurs, je voudrais faire une proposition complémentaire qui pourrait
élargir celles de MM. Chikli et Colson. Nous pouvons faire un label européen, comme le
suggère M. Pandraud, mais il serait aussi pertinent de demander à la DGAC de nous aider
à récupérer l’information concernant les compagnies « bout de ligne ». Celle-ci ne serait
transmise, dans un premier temps, qu’aux professionnels, pour éviter de semer une
panique inutile auprès du public. Je ne sais pas si cela est possible, mais la DGAC me
parait être une instance beaucoup plus crédible que les voyagistes pour savoir si telle
compagnie au Costa Rica est fiable ou non.
M. Hervé PIERRET : Pour conclure sur l’intervention de M. Rial, je voudrais insister
sur le fait que les voyagistes travaillent très en amont du calendrier. Comme cela a été
souligné par M. Gallois, nous préparons six ou huit mois à l’avance les brochures d'hiver
et il est dommage qu’il ait fallu le drame du 3 janvier pour que l’on communique la liste,
non exhaustive, des 250 compagnies aériennes avec lesquelles travaillent les principaux
voyagistes du CETO.
Le fait de travailler à partir d’un système fondé sur les informations réunies
par la DGAC, directement ou via ses pairs européens, nous alertant sur telle ou telle
entreprise, permettrait à notre profession de bénéficier de renseignements techniquement
bien-fondés parce que provenant de la DGAC.
M. Georges COLSON : Pour ma part, j’ai une interrogation sur l'avancée des
conventions internationales. Il me semble que l’on est toujours sous le régime de la
convention de Varsovie, signée il y a fort longtemps, et que la convention de Montréal,
— 151 —
qui est plus favorable au passager par une réactualisation de la valeur de la vie de
l’Homme, n’est toujours pas signée par la plupart des grands pays, notamment par le
nôtre. Notre souhait serait que la convention de Varsovie soit supprimée et remplacée par
la convention de Montréal. Il conviendrait donc de conseiller aux autorités de notre pays
et des pays voisins, de signer cette convention de Montréal.
En ce qui concerne le label, nous sommes tout à fait partie prenante, mais
certaines questions exigeront toujours du courage. La première est de savoir qui attribuera
le label et prendra la responsabilité de dire que l’on peut voyager avec telle compagnie et
pas telle autre.
Par ailleurs, il faudra communiquer immédiatement soit la fermeture d'un
éventuel partenaire labellisé bleu, soit l’arrivée d’un nouveau partenaire, soit le retour
d’une compagnie qui aura satisfait aux améliorations demandées. C’est un monde évolutif
qui demandera une communication extrêmement rapide de tous les changements qui
pourraient affecter la liste.
Mme la Présidente : Quelle estimation pouvez-vous nous donner de l’augmentation du
prix du billet, une fois que ce label sera mis en place ?
M. Georges COLSON : Tout d’abord, il faut que ce label soit international, car nos
confrères voisins grands opérateurs ne pourront pas regarder la France mettre en place un
label sans participer à ce grand mouvement d’amélioration de la sécurité du
consommateur.
Chaque compagnie aura donc intérêt à investir dans la sécurité, comme elle le
fait d’ailleurs déjà, mais je ne pense pas que le coût sera élevé. Il sera néanmoins à
supporter par les compagnies. En effet, je considère que quand on veut appartenir au club
des grands, il faut y mettre le prix.
Vous avez demandé, Mme la présidente, jusqu’où on ira avec les low costs.
Pour ma part, je pense qu’on ira jusqu’au drame. Il n’est plus possible de continuer à
proposer des vols, par exemple Clermont-Ferrand/Londres pour quelques euros. Il y aura,
dans quelques mois, de grands drames. J’espère qu’ils ne seront que financiers et je
souhaite qu'ils ne concernent pas la sécurité. Il y a une réalité des coûts, de la vie des
entreprises, des investissements. Nous avons l’exemple d’Aeris qui arrivait à s’en sortir
avec des vols charters et qui n’a pas tenu plus de six mois quand elle a voulu se lancer
dans le low cost. Je suis comme vous, je n’y crois pas.
Mme la Présidente : Merci de votre franchise.
M. le Rapporteur : Je pense à une idée évoquée par la direction du tourisme : avez-vous
les moyens, en tant qu’organisation professionnelle, de faire pression sur les Etats pour
obtenir un renforcement des mesures de sécurité sur les destinations que l’on dit à
risques ? S’il vous apparaît qu'un Etat ne fait pas les efforts nécessaires, avez-vous la
capacité, en tant que grands opérateurs de faire pression sur ces Etats au niveau national,
voire européen et international et de les menacer, par exemple du boycott d'une
destination ?
M. Georges COLSON : Vous touchez du doigt un problème extrêmement délicat, en ce
sens que l’on ne peut pas mélanger le géopolitique et la sécurité aérienne. A cet égard,
nous sommes soumis à la communication du ministère des affaires étrangères qui doit
nous indiquer s’il y a danger ou pas sur telle destination. Mais on connaît la prudence de
la diplomatie dans ce domaine
— 152 —
En revanche, votre question tombe à propos parce que demain matin, avec des
opérateurs de poids, et y compris le président du CETO, nous avons rendez-vous avec le
ministre égyptien du tourisme pour lui rappeler, de façon orale, les obligations qui nous
semblent être celles d'un pays comme le sien, notamment dans le domaine de la sécurité.
D’ailleurs, dès le lendemain du drame de Charm el-Cheikh, nous avions écrit à plusieurs
ministres égyptiens pour attirer leur attention sur ce problème. Il est vrai que nous avons
pensé aller jusqu’au boycott, mais boycotter une destination quand votre pays lui-même
n'ose pas le faire, c’est difficile !
L’accident de Charm el-Cheikh est un drame qui a beaucoup touché notre
profession, mais l’Egypte n’en a subi aucune conséquence en terme d’attrait touristique.
L’accident a été perçu par beaucoup – journalistes et même directeurs d’aéroport – comme
l’accident d’un avion poubelle. Mais la grande majorité de nos citoyens restent toujours
attirés par l’Egypte, de sorte que cette destination, chez la plupart des tour-opérateurs
français, y compris FRAM qui était le premier touché par ce drame, est en progression
exponentielle significative. Pendant deux jours, les ventes ont marqué un ralentissement
mais il y a eu très peu d'annulations et il y a maintenant une réelle flambée des demandes
sur ce pays. Notre souhait est d’attirer l'attention des autorités locales sur les
responsabilités qu'elles doivent prendre. Mais depuis l’accident, on a appris que l'Egypte
reste très bien placée dans les classements de l’aviation civile.
Enfin, je voudrais revenir sur l’exemple que vous avez donné des grandes
surfaces de distribution. Quand je vais chez le boucher, que ce soit à Carrefour, Auchan
ou Champion, la viande que j’achète porte le tampon du service vétérinaire qui confirme
que la viande de cet animal est consommable. C’est ce que l’on appelle la traçabilité. Or
ce n’est pas le distributeur qui appose le tampon sur ce produit, mais le vétérinaire. Je fais
un parallèle avec la DGAC qui, dans le domaine de la sécurité aérienne, reste pour nous
irremplaçable et indispensable.
M. René-Marc CHIKLI : Au niveau européen, nous avons des relais parmi lesquels
l’Institut européen des tour-opérateurs, dont nous sommes membres et qui est déjà saisi de
tous les travaux que nous menons. Nos collègues européens sont très soucieux tant il est
vrai que les opérateurs ont besoin de cette information supplémentaire sur la qualité des
compagnies. Il y a donc là un excellent relais, au point même qu'ils vont parfois plus vite
que nous et mon inquiétude est maintenant que nous ne soyons pas dépassés dans cette
démarche où nous devons conserver le leadership pour pouvoir apporter, au moins au
niveau de l’Union européenne, des éléments de réflexion. D'ailleurs nous avons la chance
de compter des acteurs européens, allemands ou anglais, au sein du tour-operating
français qui servent de relais d’information et ils ne comprendraient pas que nous fassions
marche arrière sur cette démarche de labellisation.
M. le Rapporteur : Les propositions seront-elles des propositions de la profession ou du
groupe de travail « label » ?
M. René-Marc CHIKLI : Ce seront des propositions du groupe de travail. Nous sommes
simplement partie prenante du groupe de travail avec les ministères du tourisme et du
transport, la DGAC, les assureurs et les compagnies aériennes, dont un représentant d'Air
France.
Mme la Présidente : Je vous remercie. L'évolution même de la discussion montre que
cette réunion n’était pas inutile. Vous aviez certainement des choses à nous dire, des
soucis à confier parce que la charge est lourde. Elle l’est non seulement pour les
opérateurs mais aussi pour le législateur qui doit rassurer les citoyens sur la fiabilité du
transport aérien. Dans ce but, nous nous tournons vers tous ceux qui font partie de ce que
— 153 —
j’ai appelé « la chaîne », car c'est ainsi que je conçois le problème. Ce ne sera pas une
tâche facile, mais il est important que chacun y apporte un élément
Vous êtes précisément un élément important de la confiance que l’on cherche
à restaurer par votre activité et les grands noms que vous portez. Il était important que
nous puissions nous rencontrer dans le cadre de cette mission. Je vous remercie.
— 155 —
Table ronde sur la sécurité dans la construction des aéronefs regroupant
M. Rémi JOUTY, Service de la formation aéronautique et du contrôle technique
(SFACT) et Mme Florence LEBLOND, Groupement de la sécurité de l’aviation
civile (GSAC) à la DGAC,
M. Bernard CATTEEUW et M. Claude SCHMITT, Airbus Industrie,
M. Jacques RENVIER, Snecma Moteurs,
M. Gilles GARROUSTE, Dassault Aviation,
M. Patrick LEPERCQ et M. Jean COURATIER, Michelin,
M. Francis TRUCHETET et M. Jérôme BANSARD, SNPL,
M. Roger SIMON, Agence européenne de sécurité aérienne (AESA),
M. Raymond AUFFRAY, expert auprès de la Cour de Cassation
(Extrait du procès-verbal de la séance du 31 mars 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Madame, messieurs, je voudrais d’abord vous remercier de vous
être rendus disponibles pour cette table ronde consacrée à la sécurité dans la construction
des aéronefs. Cette question figure parmi les points de réflexion de notre mission sur la
sécurité du transport aérien des voyageurs, mission qui a été créée il y a deux mois, après
l’accident de Charm el-Cheikh.
Nous souhaitons que cette table ronde permette de faire émerger les
éventuelles lacunes dans la coordination des différents niveaux de réglementation, les
lacunes dans le respect de la réglementation, les conséquences des développements
technologiques qui font circuler dans le ciel des avions de plus en plus gros et de plus en
plus sophistiqués. J’espère également que cette réunion vous permettra de nous informer
sur les pistes d’amélioration auxquelles l’industrie aéronautique réfléchit car nous
voudrions pouvoir rassurer les utilisateurs du transport aérien.
Je propose que chacun de vous se présente brièvement, après quoi je donnerai
successivement la parole aux représentants de la DGAC et de l’Agence européenne de
sécurité aérienne pour qu’ils nous fassent une présentation de la réglementation sur la
sécurité dans la construction des aéronefs. Nous procéderons ensuite à un échange de
questions et de réponses.
M. Jean COURATIER : Je suis actuellement chargé de mission chez Michelin. Jusqu’au
mois de septembre 2003, j’étais directeur technique de la « Ligne produits avions »,
chargé du développement et de l’industrialisation des produits que nous fabriquons et
vendons.
M. Francis TRUCHETET : Je suis commandant de bord sur Boeing 777 à Air France,
membre de la commission technique du syndicat national des pilotes de lignes, le SNPL.
Je représente le SNPL à la fédération nationale des pilotes de ligne et suis vice-président
du groupe s’occupant de la conception et de l’exploitation des avions.
M. Jérôme BANSARD : Je suis vice-président exécutif du SNPL, qui comprend une
commission technique compétente pour tous les sujets que vous avez mis à l’ordre du
jour.
M. Roger SIMON : Je travaille à la direction de la certification de l’Agence européenne
de la sécurité aérienne (AESA). Je vous présenterai les activités réglementaires et
techniques concernant la sécurité dans la construction.
— 156 —
M. Raymond AUFFRAY : Je suis ingénieur en chef des études de l’armement. J’ai quitté
l’administration en 1976, après vingt-sept ans de service – et 16 000 heures de vol –, dont
un tiers à réceptionner du matériel, un autre au bureau « Enquête accident et analyse » et
enfin un dernier tiers à certifier des avions, notamment le Mercure et le Concorde. Les
travaux de certification technique de Concorde ont duré 14 ans, de 1962 à 1976 et j’ai
assuré la responsabilité française de cette certification pendant les deux dernières années,
de 1974 à 1976. Depuis 1976, je suis expert agréé par la Cour de cassation et j’ai, dans ce
cadre, traité quelque 4 000 dossiers (judiciaires et privés).
M. Rémi JOUTY : J’appartiens à la DGAC où je suis le chef du bureau « Navigabilité
des avions de transport ». Nous nous occupons, au sein de ce bureau, de la délivrance des
approbations pour tous les projets de conception présentés par des concepteurs français ;
cela couvre, en particulier, la délivrance de certificats de type et l’approbation de
modifications pour tous les avions conçus par les industriels français, Airbus, Dassault,
ATR. Nous nous occupons également de l’approbation de modifications développées par
les opérateurs français eux-mêmes.
La DGAC, en termes de conception, a également des responsabilités à l’égard
de l’OACI : pour qu’un pays autre que la France émette un certificat de type sur un avion
de conception française, le préalable est que la DGAC ait déjà émis un certificat de type.
C’est également au sein de ce bureau que sont signés les certificats
individuels de tous les avions de transport immatriculés en France. Je rappelle que la
délivrance du certificat individuel permet d’attester que l’avion concerné est conforme à
une conception approuvée.
Enfin, nous nous occupons du suivi de navigabilité ; nous nous assurons que
les concepteurs français, auxquels la DGAC a délivré des approbations, recueillent les
incidents concernant les produits qu’ils ont conçus, en font l’analyse afin d’évaluer le
risque sur la sécurité et prennent, le cas échéant, les mesures nécessaires.
A titre individuel, je suis le chef de l’équipe internationale, en charge de la
certification de l’Airbus A 380.
Mme Florence LEBLOND : Je suis chef du bureau « Production » à la DGAC. Ce
bureau s’occupe de tout ce qui est activité de fabrication sur le territoire français ; en
particulier, nous gérons 200 agréments qui ont été délivrés, à la fois aux constructeurs
d’aéronefs et aux fabricants de matériels équipements.
M. Claude SCHMITT : Je suis directeur à la direction des études d’Airbus, dans la
division « Product integrity ». A ce titre, je m’occupe de la sécurité des liaisons avec les
autorités de certification. Je suis également président de la commission « Navigabilité »
du groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales et de la commission
« Navigabilité » de l’association européenne des constructeurs aéronautiques.
M. Bernard CATTEEUW : Je suis responsable sécurité à Airbus, chargé de m’assurer
que dans toutes les divisions de notre société, les processus sont en place de façon à
assurer la prise en compte des aspects sécurité. Je suis également chargé de vérifier que
tous les concepts de culture sécurité au niveau de l’organisation sont déployés
correctement. Lorsque des problèmes sont détectés, je m’assure qu’Airbus apporte son
soutien, tel qu’il est prévu dans les annexes 13 de l’OACI en cas d’incidents majeurs ou
d’accidents.
— 157 —
M. Jacques RENVIER : Je suis directeur technique adjoint de Snecma Moteurs et
responsable des fonctions « intégration propulsion » et de l’ensemble des ingénieurs en
chef « moteurs ». J’ai donc la responsabilité technique de l’ensemble des produits, depuis
l’avant-projet jusqu’à la fin de vie. Je suis également vice-président du « Safety Standard
Consultatif Committee » de l’AESA.
M. Gilles GARROUSTE : Je suis responsable du département « Navigabilité et
certification » chez Dassault Aviation. Dans le cadre de l’organisation agréée en
conception par la DGAC, je suis chargé de faire en sorte que les définitions d’avions civils
produites par Dassault Aviation soient conformes aux règlements, et prennent en compte
les actions correctives identifiées sur des avions en service.
M. Patrick LEPERCQ : Je suis directeur des affaires publiques du groupe Michelin, en
charge de la coordination des relations du groupe avec le Gouvernement et le Parlement.
M. Roger SIMON : Je commencerai par une courte présentation des règles et régulateurs
dans la conception aéronautique. Je me suis volontairement limité à la construction, thème
de cette table ronde, ne soyez donc pas étonnés si je ne parle pas des opérations, des
licences ou de la maintenance.
Tout d’abord, de quel type de réglementation disposons-nous pour la
construction aéronautique ?
Au niveau mondial, l’Organisation de l’aviation civile internationale, l’OACI,
a développé depuis très longtemps un certain nombre d’éléments, dont la fameuse
convention de Chicago et son annexe 8, « Navigabilité des aéronefs ».
L’annexe 13, qui a été citée, est spécifique aux enquêtes accidents. On y
trouve un certain nombre d’obligations incombant aux Etats pour le recueil et le
traitement des accidents et des incidents.
Au niveau de l’Union européenne, des règlements ont été mis en place : le
règlement (CE) 1592/2002 du Parlement européen et du Conseil, du 15 juillet 2002,
concerne des règles communes dans le domaine de l’aviation civile et institue une Agence
européenne de la sécurité aérienne. Le règlement (CE) 1702/2003, de la Commission, du
24 septembre 2003, établit des règles pour la certification de navigabilité et
environnementale des aéronefs et produits, pièces et équipements associés, ainsi que pour
la certification des organisations de conception, de production et de maintenance.
L’Agence européenne a également un rôle dans la réglementation, mais plus
limité ; tous les règlements opposables au public sont de la compétence du Parlement, du
Conseil ou de la Commission. Néanmoins, l’Agence a gardé une compétence pour la
définition de ce que nous appelons « les spécifications de certification », documents plus
techniques, tels que le CS25 dérivé du JAR 25, qui est une norme technique pour la
construction des gros avions.
L’Agence développe également un certain nombre de moyens de conformité
et de documents d’orientation qui ont pour but d’aider les différents acteurs à établir la
conformité aux règlements techniques.
Avant septembre 2002, c’est-à-dire avant la mise en œuvre de la
réglementation 1592/2002, tout cela était géré par les administrations nationales – la
DGAC, chez nous – sous l’égide des JAA qui assuraient une coordination globale au
niveau européen élargi, puisque les JAA comptent actuellement 37 Etats membres.
— 158 —
Seules restent du domaine des JAA et des autorités nationales, les
réglementations d’opérations – les compagnies aériennes – et les équipages – les licences
des pilotes. Ces activités seront, d’ici deux à trois ans, également du domaine de l’Union
européenne, dès que les éléments réglementaires en place auront été adoptés par le
Parlement et le Conseil.
Quel est le rôle des différents acteurs ?
L’OACI élabore des règlements qui s’imposent aux Etats contractants ; la
convention de Chicago et ses annexes ont valeur de traité international. Ces obligations
concernent également les produits, vous trouverez donc dans l’annexe 8 un certain
nombre de règles relatives à la construction, à la tenue structurale des avions, aux
performances, etc. Les Etats membres sont tenus de vérifier que les avions sont conformes
à ces règles.
L’Union européenne développe des règles communautaires pour les différents
acteurs – législateur, autorités nationales, constructeurs, utilisateurs, industriels, etc – et
pour les produits. Il s’agit de règles qui définissent le système et les rôles respectifs des
différentes parties – Commission, Agence, autorités nationales, constructeurs d’avions,
utilisateurs et industriels. Par ailleurs, l’Agence élabore des normes techniques.
Je souhaite également citer Eurocontrol qui est un organisme en charge du
trafic et de la navigation aérienne dont certaines dispositions ont des conséquences
directes sur les avions eux-mêmes – ceux-ci doivent en effet disposer de certains types
d’équipements assurant certains types de fonctions ; les constructeurs et les autorités de
certification doivent donc en tenir compte pour certifier les nouveaux équipements qui
vont répondre à ces spécifications et certifier leur utilisation sur les aéronefs. En résumé, il
s’agit de l’interface sur les sujets relatifs à la navigation aérienne et en particulier les
équipements requis et leur certification.
Autre point : les liens entre les acteurs et leurs activités. Il s’agit d’un système
qui s’est construit petit à petit avec des tâches spécifiques.
L’OACI constitue une base mondiale, de laquelle dérivent toutes les
approches nationales ou collectives telles que JAA ou AESA. Toutes les initiatives
dérivent, en effet, de la convention de Chicago et de ses annexes. Les Etats prennent en
compte ces annexes qui les obligent à mettre en œuvre des dispositions pour certifier les
avions et assurer la sécurité du transport ; dans ce contexte, ils développent leurs propres
procédures de travail, leur propre réglementation qui sera un peu plus détaillée que
l’annexe 8, par exemple.
Des liens ont été établis depuis toujours au sein de l’OACI : les nations sont
représentées, des groupes de travail ont été mis en œuvre, il existe une coordination entre
les JAA et l’OACI, il y en aura une entre l’Agence européenne et l’OACI, etc.
L’annexe 8 est en cours de révision pour intégrer de nouveaux aspects, en
particulier les facteurs humains, qui prennent une importance de plus en plus grande. A
également été introduite, dans la dernière version de l’annexe 8, la notion de certificat de
type – qui existe depuis longtemps au niveau des Etats.
En Europe, l’évolution récente la plus importante a été la mise en place de
l’Agence européenne de la sécurité aérienne, avec une redistribution des rôles au sein de
— 159 —
l’Union européenne, aussi bien sur le plan réglementaire que dans le domaine de la
vérification de l’application des règlements.
En particulier, l’Agence centralise la responsabilité d’approuver la conception
des avions et des produits associés, en s’appuyant largement, pour l’instant, sur les
autorités nationales. La responsabilité appartient désormais à l’agence européenne mais,
en cette période de transition, les ressources utilisées sont encore celles des
administrations nationales.
Sur le plan technique, un certain nombre d'événements et d'accidents ont
amené des réflexions de fond ; je ne citerai que quelques exemples. Pour le givrage, les
accidents ont conduit à élaborer de nouveaux règlements relatifs aux performances et aux
qualités de vol, notamment un projet exigeant d’étudier le comportement de l’avion avec
du givre accumulé sur les surfaces aérodynamiques. Un projet de règlement est également
en consultation pour le renforcement de la protection incendie de certaines catégories de
soutes, afin de mieux confiner les incendies. Pour l'explosion dans les réservoirs de
carburant, une réflexion – qui a mobilisé beaucoup de monde – a débouché sur une action
américaine, la SFAR 88, et une action européenne équivalente pour essayer d'éliminer les
risques potentiels. Des travaux sont également en cours pour imposer des règles plus
strictes au niveau de la conception de certains réservoirs de carburant.
Pour les éclatements de pneus – tout le monde se rappelle l'accident
malheureux du Concorde –, cet accident a entraîné des études importantes – dont le
représentant de Michelin pourra vous parler – et des projets réglementaires sont en cours.
S'agissant de l'ergonomie du poste de pilotage, les facteurs humains sont de
plus en plus pris en compte. Un certain nombre de réglementations ont été mises à jour
pour intégrer explicitement la prise en compte des facteurs humains, à tous les niveaux,
conception, ateliers, organisations. Des travaux réglementaires sont également prévus
dans le programme de travail 2004 de l'Agence européenne.
Enfin, comment sont prises en compte les opinions des personnels navigants
et des utilisateurs ?
S'agissant de l'élaboration des règles, le système a été conçu pour prendre en
compte les opinions de tous les acteurs du monde aéronautique. Les utilisateurs
participent aux groupes de travail qui définissent les règlements. Ensuite, quand les projets
réglementaires font l'objet d'une consultation, celle-ci est universelle : tout le monde peut
commenter et proposer des améliorations.
M. Rémi JOUTY : La présentation de M. Simon étant très complète, je voudrais
simplement faire une petite clarification au niveau de la mise en œuvre pratique de toute
la réglementation de conception.
Depuis le 28 septembre 2003, l'Agence européenne a la responsabilité de
l'approbation – au sens légal – de la conception dans tous les Etats membres de l'Union
européenne. Mais les investigations techniques qui conduisent à ces approbations sont
réalisées par les Etats, pour la simple raison que l'Agence ne possède pas aujourd'hui le
personnel technique suffisant pour le faire.
Concrètement, dans le cadre d'un projet de conception d'un avion nouveau, tel
que l'A380, une équipe de spécialistes de certification de différents pays membres des
JAA travaille avec le constructeur pour s'assurer que celui-ci effectue correctement toutes
les démonstrations propres à démontrer que l’avion répond aux normes de conception
— 160 —
technique. Quand ce travail sera terminé, l'équipe fera une recommandation à l'Agence
européenne, afin qu'elle prononce l'approbation.
Mme la Présidente : Je vous remercie.
M. Simon, vous nous avez dit que tous les acteurs du monde aéronautique
étaient associés à la réflexion, et notamment les pilotes. J'aimerais connaître leur avis sur
ce point : qu'en est-il sur le terrain, quel est le ressenti de ceux qui sont, ensuite, « les seuls
maîtres à bord » ?
M. Francis TRUCHETET : La création de l'Agence européenne de sécurité aérienne
étant toute récente, il n'y a pas encore eu de consultation à proprement parler.
En revanche, dans le système JAA, le système européen qui existe à l'heure
actuelle, des consultations ont lieu : des groupes de travail s'occupent des opérations, des
licences, etc. Je représente le SNPL et l'IFALPA1 au sein du groupe de travail
« opérations », qui est composé des autorités nationales, européennes, des membres des
JAA, auxquels s'ajoutent les représentants des pilotes et des constructeurs d'avions. Il
existe donc bien une consultation, même si les avis ne sont pas toujours suivis, ce qui est
normal.
L'Agence ne s'occupant, pour le moment, que de la certification et de la
maintenance, je n'ai pas eu d'information sur des consultations, même si elles sont
prévues.
Mme la Présidente : Quel est votre avis sur la coordination entre ces différentes strates ?
Nous avons eu l'impression, au cours des premières auditions, que les avions appartenant
aux Etats de l'Union européenne n'étaient pas tous soumis aux mêmes règles.
M. Francis TRUCHETET : Les JAA sont en fait un club d'autorités nationales – la
DGAC pour la France, le LBA2, pour l'Allemagne, la CAA3, pour les Anglais – qui se
sont réunies et qui ont décidé de créer des règlements communs ; la première mesure a été
prise en 1974, pour la certification, puis en 1982, d’autres mesures ont concerné les
opérations et les licences. Cependant, les règlements adoptés par les JAA n'ont pas de
force légale ; les règlements JAA, et notamment le règlement relatif aux opérations, le
JAR OPS, et le règlement sur la certification, le JAR 25, n'ont de valeur juridique que s'ils
sont traduits dans les législations nationales. Depuis 1997, l'OPS 1 a été la transcription du
JAR OPS dans la réglementation française ; mais cette transcription n'est pas obligatoire.
Au moment où les JAA se sont créés, toutes les autorités nationales se sont
engagées à mettre en œuvre ces règlements ; cette mise en œuvre a, toutefois, été plus ou
moins bien suivie. Certains pays les adoptent immédiatement, comme la Suisse. Pour
d'autres il s'agit d'options, comme pour les Anglais qui ont leur propre réglementation,
mais laissent une possibilité pour les compagnies qui le désirent d'utiliser le JAR OPS. En
France, l'OPS 1 a été mis en œuvre en 1997, il est également mis en œuvre en Allemagne,
mais dans certains pays, il ne l'est quasiment pas.
Le changement majeur produit par la création de l’Agence européenne,
émanation de la Commission européenne, est que les règles auront force de loi. Elles
seront introduites comme directives ou règlements communautaires et, de facto, elles
1
International federation of air line pilots’Associations
Luftfahrt-Bundesamt
3
Civil aviation authority
2
— 161 —
entreront en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne, alors qu’actuellement, on
peut effectivement trouver des différences nationales dans la transcription des règles
émises par les JAA. Par exemple, l’OPS 1 français n’est pas la transcription littérale du
JAR OPS.
M. Roger SIMON : Depuis le 28 septembre 2003, pour ce qui est de la construction, il
existe une norme unique, applicable dans tous les pays de l'Union – plus aucune variation
n’est possible au niveau national.
S'agissant de la coordination entre les différents niveaux de réglementation, je
souhaiterais apporter une précision. Le système réglementaire a été défini pour recueillir
l'avis de tous les acteurs concernés ; cela fonctionnait de cette façon dans le système des
JAA, et cela fonctionnera encore de cette façon, et pour quelques années, pour les
règlements opérationnels et ceux qui concernent les licences des pilotes.
Dans le système communautaire, il existe une forme de consultation qui est
différente mais qui englobe – notamment pour les règlements pris en Commission,
Parlement ou Conseil – la consultation d'un certain nombre de personnes.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Je souhaiterais avoir une précision sur le champ
d'application de ces différentes réglementations. J'ai bien compris que vous parliez des
constructeurs, mais on ne parle pas du tout de la maintenance ou des modifications
apportées ultérieurement aux aéronefs. Jusqu'où va l'application de ces règlements ?
Par ailleurs, ces règlements ne concernent-ils que les avions construits sur le
territoire européen ou tous ceux qui survolent et qui atterrissent en Europe ? Cette
question est importante, car elle débouche sur le problème du contrôle de l'application de
ces règlements.
M. Roger SIMON : Cette table ronde concernant la construction, je vous ai apporté des
informations concernant la seule construction des avions.
Les règlements mis en œuvre couvrent à la fois la conception initiale des
avions et leur certification de type, mais également la certification ponctuelle de toute
évolution ultérieure ; les modifications sont traitées comme le produit initial.
Il existe des règles concernant les ateliers de maintenance, sur la façon de
travailler sur les avions, de les remettre en vol, et en ce qui concerne les opérations, des
règles s’appliquent également aux compagnies aériennes.
Il me semble que deux autres tables rondes sont prévues concernant la
maintenance et l’exploitation, mes collègues vous y exposeront, en détail, les règles
suivies en ces domaines.
En ce qui concerne l'application géographique, il est vrai que le règlement
actuel de l'Union européenne s'applique à tous les avions enregistrés en Europe – ou
utilisés par des compagnies européennes, sous leur responsabilité. Il ne concerne donc pas
les produits qui sont sous la responsabilité directe d'Etats tiers. Ces Etats sont soumis aux
obligations de la convention internationale de l’aviation civile, et, à ce titre, ont mis en
place de leur propre système.
— 162 —
Pour couvrir les opérations d'opérateurs étrangers, un certain nombre de
mesures ont déjà été prises dans le cadre de la CEAC1, mesures qui relaient les initiatives
prises par l'OACI ou la FAA2 américaine, telles que les inspections du programme Safety
of foreign aircrafts (SAFA). Ce sont des opérations d’inspection « coup-de-poing »,
destinées à vérifier si les avions qui se posent sur nos aéroports sont en état de
navigabilité.
M. Rémi JOUTY : La réglementation européenne en matière de certification s'applique à
tous les aéronefs immatriculés dans un pays de l'Union européenne ou utilisés par des
opérateurs résidant dans l'Union. Elle s'applique également à tout concepteur concevant
ses produits dans l'Union et, de ce fait, cela touche des avions qui sont exportés hors de
l'Union européenne.
A titre d’exemple, quand Airbus exporte ses modèles en dehors de l'Union,
ceux-ci sont accompagnés de ce que l'on appelle un certificat de navigabilité pour
exportation délivré par la DGAC attestant qu'ils sont conformes aux normes de conception
européennes. Cette procédure répond à une demande des autres membres de l’OACI.
M. Raymond AUFFRAY : Lors du développement et de la certification d'un nouvel
avion, un programme de maintenance est défini, dans lequel on trouve le détail de toutes
les opérations de maintenance, le découpage des potentiels d'emploi entre certains types
de visites d'inspection ainsi que les durées de vie de certains composants de l'avion.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Quels sont les moyens humains mis en œuvre pour
effectuer le contrôle de l'application de la réglementation ?
Mme la Présidente : Qu'en est-il des avions des anciens pays de l'Est, qui sont très
critiqués ?
M. Rémi JOUTY : En ce qui concerne l'approbation de conception, les JAA, et
maintenant l'Agence européenne, ont mis en place un système de délégation au
constructeur, sous forme d'organisme de conception agréé. Cela signifie que le premier
responsable de la mise en œuvre des réglementations relatives à la conception est le
concepteur lui-même. Il existe par ailleurs un système de surveillance du concepteur qui
permet de s'assurer que celui-ci a mis en place un système « qualité » pour la conception.
Ce système doit lui permettre de vérifier lui-même qu'il applique correctement la
réglementation.
Il existe également une surveillance directe de la conception du produit luimême. En France, les personnels de l'administration qui interviennent à ce niveau sont de
l'ordre d'une centaine de personnes.
Mme la Présidente : Lorsqu'un défaut de conception est constaté, je suppose que des
ordres sont donnés au constructeur pour intervenir sur le point faible. Comment peut-on
vérifier que le concepteur s’est soumis à une injonction ?
M. Rémi JOUTY : Le concepteur est tenu, de par les règlements, de mettre en place un
système pour collecter auprès de tous ses opérateurs les informations relatives au produit
qu'il a mis en service en cas de problème de sécurité. Il est tenu de les collecter, de les
analyser et de proposer, en cas de besoin, des actions correctives – modifications,
inspections, consignes opérationnelles particulières.
1
2
Conférence européenne de l’aviation civile
Federal aviation administrationy
— 163 —
Lorsque ces actions sont nécessaires, l’autorité émet des consignes de
navigabilité qui s’imposent à tous les opérateurs.
Mme la Présidente : Quelle autorité ?
M. Rémi JOUTY : Avant le 28 septembre, pour la conception française, il s’agissait de la
DGAC ; depuis cette date, ces consignes de navigabilité sont proposées par la DGAC et
approuvées par l’Agence européenne. De ce fait, elles s’appliquent à tous les opérateurs
utilisant le type d’avion concerné dans l’Union européenne, et elles ont valeur de
recommandation pour tous les autres Etats membres de l’OACI, hors Union – qui, en
général, les appliquent directement également.
Concrètement, ce processus s’opère par échanges de dossiers, par réunions
périodiques ; le constructeur fait le travail et l’autorité s’assure qu’il est réalisé avec le
sérieux nécessaire.
M. Raymond AUFFRAY : Se pose alors le problème de la qualité de l’analyse des
incidents et de la qualité de la détermination des causes des accidents, ce qui n’est pas
simple. Il arrive, parfois, que des consignes de navigabilité ne soient pas pertinentes.
D’autres fois, faute d’avoir déterminé la cause d’un accident, on n’a pas édicté les
consignes nécessaires. Il existe donc des difficultés au niveau de l’exécution.
M. le Rapporteur : Que se passe-t-il lorsqu’un constructeur, qui n’est pas européen,
constate que la défaillance d’une pièce ou d’un mécanisme dans la production sur un type
d’appareil, mérite un contrôle, voire un changement de pièce ? Ce constructeur devrait,
me semble-t-il, être tenu d’informer tout propriétaire de ce type d’appareil pour lui faire
connaître ses préconisations.
Le constructeur est-il obligé de corriger l’appareil ? Ou seul le propriétaire
décide de le faire ou de ne pas le faire ? Par ailleurs, qui contrôle l’exécution effective de
ces modifications ?
M. Rémi JOUTY : A partir du moment où l’autorité du pays de conception a pris la
décision d’émettre une consigne de navigabilité, celle-ci est légalement applicable, de
manière obligatoire, pour tous les avions immatriculés dans le pays de conception. Dans le
cas des avions de conception française, la DGAC travaille avec le constructeur pour
s’assurer que ce dernier fait des propositions, puis la DGAC émet des consignes de
navigabilité lorsque cela est nécessaire. Depuis l’entrée en fonction de l’AESA, ces
consignes sont approuvées par l’AESA et légalement applicables pour tous les avions
immatriculés dans l’Union européenne.
En ce qui concerne les avions de conception étrangère, pour prendre
l’exemple de Boeing, la FAA a un système similaire au nôtre. Boeing est donc tenu, au
titre de la réglementation américaine, de faire cette même analyse des événements qui lui
sont rapportés et d’étudier des mesures correctives quand cela est nécessaire. La FAA
émet alors des consignes de navigabilité qui ne sont pas directement applicables aux
avions immatriculés en Europe. Elles doivent être reprises par l’Agence européenne pour
avoir une valeur légale en Europe.
Aujourd’hui, en ce qui concerne les avions de conception américaine, le
directeur de l’Agence européenne a pris la décision que les consignes de navigabilité
émises par la FAA sur les produits importés – par exemple sur des Boeing – sont
immédiatement applicables dès leur publication en Europe.
— 164 —
Quant à la surveillance de l’application de ces consignes, elle se fait dans le
cadre de la surveillance de l’entretien des aéronefs.
M. le Rapporteur : Prenons le cas d’un Boeing appartenant à une compagnie autre
qu’européenne ou américaine et dont une pièce doit être modifiée, conformément à une
consigne édictée par les autorités américaine et européenne. Qu’adviendrait-il de cet
avion, si, lors d’une escale à Paris, il était constaté que la modification n’a pas été
effectuée ? La DGAC a-t-elle le pouvoir de bloquer cet avion ?
M. Rémi JOUTY : Il s’agit d’une question délicate ; mais la réponse est non ! Dans le
cas d’une compagnie basée sur un autre continent – pour prendre l’exemple d’une
compagnie basée en Asie et exploitant un Boeing – celle-ci n’est pas tenue d’appliquer les
consignes de navigabilité émises par la FAA, sauf si l’Etat de cette compagnie a pris la
décision de les rendre obligatoires.
Au titre de la convention de l’OACI, les Etats membres sont tenus d’informer
tous les autres Etats membres quand il y a nécessité d’appliquer ces actions. La FAA
publie donc ses consignes de navigabilité dans le monde entier, auprès de toutes les
autorités, pour remplir ses obligations à l’égard de l’OACI. De même, la France publie ses
consignes de navigabilité dans le monde entier pour informer les autorités de la nécessité
d’une action corrective sur un produit de conception française. En pratique, la plupart des
pays membres de l’OACI disposent d’un système – comme celui que je viens d’évoquer
dans le cas de l’Union européenne – pour appliquer immédiatement et automatiquement
les consignes de navigabilité émises par l’Etat de conception.
Mais il est vrai que, légalement, si un Etat refusait de se conformer à cette
pratique, notre système réglementaire ne nous permet pas de l’imposer.
M. le Rapporteur : Imaginons que le même avion aille dans un atelier de maintenance en
Europe ; cet atelier a-t-il l’obligation de lui faire appliquer les consignes de navigabilité ?
Mme Florence LEBLOND : Il s’agit là de la réglementation concernant la maintenance,
vous aurez plus de détails lorsque vous recevrez les responsables de cette question.
Cependant, je puis vous dire qu’un atelier d’entretien se doit d’avertir l’autorité et ne peut
pas libérer un appareil s’il a connaissance d’une condition qui rend l’appareil inapte au
vol. Pour autant, il n’est pas censé mener une enquête pour déterminer si les consignes de
navigabilité ont été appliquées.
M. Jacques RENVIER : En ce qui concerne la maintenance des moteurs, nous sommes
tenus lorsque nous recevons un moteur à réparer, de vérifier, sa configuration, afin de
déterminer si les consignes de navigabilité ont été appliquées. Si cela n’a pas été le cas,
nous insistons auprès du client pour qu’elles soient appliquées ; mais je n’ai pas souvenir
d’un cas où le client ait opposé un refus. Et cela est vrai pour les ateliers de réparation que
nous avons en Europe comme au Maroc.
M. le Rapporteur : S’agit-il d’un « plus » Snecma ou vos concurrents pratiquent-ils de la
même façon ?
M. Jacques RENVIER : Je pense que nos concurrents pratiquent de même.
M. Bernard CATTEEUW : Mais il n’y a pas d’exigences réglementaires.
— 165 —
Mme la Présidente : J’ai lu dernièrement que sur certains Boeing, il existe un risque
sérieux d’explosion ; apparemment, tout le monde le sait. Le risque est maîtrisé
intellectuellement, mais rien n’est fait car l’élimination du risque aurait un coût trop
important. En fait, le risque est trop faible par rapport à ce coût. Que pouvez-vous me
répondre sur ce sujet ?
M. Raymond AUFFRAY : Vous faites allusion au TWA 800 ? Le Boeing 747 qui a
explosé au décollage de New York ?
M. le Rapporteur : La présidente aurait aussi pu faire allusion à la dérive du Boeing 737.
M. Raymond AUFFRAY : Oui, mais si l’on parle de l’explosion d’un réservoir, c’est
forcément au TWA 800 auquel on fait allusion.
Je suis surpris de cette remarque car je suis l’un des trois experts judiciaires
ayant travaillé sur cet accident ; j’en connais donc bien la cause : il s’agit d’un problème
de maintenance. Bien entendu, la conception pourrait être améliorée au niveau de la
métallisation, c’est-à-dire la continuité électrique des différents composants des avions,
mais dans ce cas particulier, nous avons affaire à un problème de maintenance ; il y a eu
conjonction d’un certain nombre de paramètres malheureux qui ont conduit à l’explosion
des vapeurs « air carburant » qui étaient dans un réservoir pratiquement vide.
M. BANSARD : Je voudrais pour ma part faire le parallèle avec les voitures. Lorsque
Renault constate qu’un circuit de freinage est défaillant, il rappelle la totalité des véhicules
concernés. Lorsque Boeing ou d’autres constructeurs constatent un problème sur un avion,
un délai est accordé ; il peut être court ou extrêmement long. Or, parfois, il nous apparaît
que ces délais sont tout à fait excessifs.
M. Rémi JOUTY : La question ne se pose jamais en termes aussi clairs ; ce n’est pas
blanc ou noir, ce n’est pas aussi dichotomique que vous l’avez présenté, madame la
présidente.
Dans les deux cas que vous avez cités – explosion de réservoir et problème
d’embarquement de gouverne de direction sur le Boeing 737 –, des actions correctives
obligatoires ont été décidées par la FAA, sous forme de consignes de navigabilité. Dans ce
genre de problème, il y a toujours plusieurs causes. En effet, le caractère redondant attaché
à la conception des avions de transport fait que, sauf dans des cas extrêmement rares, il
faut plus d’une cause pour provoquer un accident.
Tout le travail du constructeur et des autorités de navigabilité, dans ce type de
situation, est de déterminer les actions à mettre en œuvre, et dans quel délai.
Dans les deux cas que vous venez de citer, je le répète, des actions ont été
mises en œuvre, à court et à moyen terme. Mais effectivement, la question qui reste
ouverte est la suivante : jusqu’où devons-nous aller dans les actions correctives ? Pour y
répondre, plusieurs éléments sont pris en compte : le niveau de sécurité, le temps matériel
nécessaire pour concevoir les modifications pouvant améliorer la sécurité, le temps pour
produire les pièces nécessaires à l’introduction de ces modifications, le temps pour
permettre aux opérateurs de modifier ces avions sans arrêter tout le transport aérien, et
enfin, le coût.
Mme la Présidente : Entre également en ligne de compte le fait qu’il s’agit d’une « fin de
fabrication » ; on prend peut-être moins de risque financier lorsqu’il s’agit d’un avion qui
a déjà fait son temps ?
— 166 —
M. Rémi JOUTY : Reprenons les deux cas que vous avez cités. Premièrement, le Boeing
737 : 4 000 ou 5 000 avions de ce type sont en service aujourd’hui et dans 30 ans, il y en
aura encore qui voleront. Ce serait donc un pari extrêmement dangereux de la part de
Boeing et de la FAA – et des autorités qui acceptent ce que font Boeing et la FAA – de
considérer qu’il s’agit d’un avion en fin de vie et qu’il n’est donc pas nécessaire de
résoudre le problème. En second lieu, pour le Boeing 747 : plus d’un millier de ces avions
volent actuellement, et ils ne sont pas en fin de vie.
Il me semble donc que l’on ne peut pas se permettre de raisonner de cette
façon dans ces deux cas.
Il est vrai, cependant, que l’on évalue le temps maximum que l’on peut se
donner pour introduire des actions, dans les cas où l’on a vraiment un problème matériel.
Si nous voulons aller plus vite, la seule solution est d’immobiliser des avions – et donc de
perturber gravement le transport aérien. Nous disposons pour cela d’outils d’analyse de
risques qui sont effectivement fondés sur des probabilités. Mais nous n’employons ce type
de raisonnement que dans les cas où nous sommes convaincus, matériellement, que nous
ne pouvons pas aller plus vite.
Mais on ne peut pas se permettre d’ignorer délibérément un risque sous
prétexte que les avions arrivent en fin de vie !
M. Roger SIMON : Comme vous l’avez noté dans votre questionnaire, le risque zéro
n’existe pas.
Les approches développées par les constructeurs ont toujours consisté à
intégrer un certain nombre d’éléments pour arriver à fabriquer des produits qui volent et
qui s’inscrivent dans un contexte global, économique, etc. Bien entendu, du point de vue
navigabilité, le rôle des autorités est de s’assurer que le risque est minimisé, qu’un travail
est en permanence effectué pour réduire les risques.
Je pourrais, si nous revenons sur le sujet, vous parler de certaines initiatives
qui ont été prises, avec des objectifs extrêmement ambitieux. Nous avons conscience que
des accidents ont toujours lieu, que le trafic évolue et devient de plus en plus important
mais les initiatives prises par l’industrie et les autorités chargées d’établir la
réglementation visent, néanmoins, à poursuivre la réduction du nombre d’accidents.
S’agissant de l’Union européenne, un groupe de travail composé de
personnalités a annoncé – pour 2010 ou 2020 – une division du nombre d’accidents par
quatre – alors que le taux est déjà faible. Une pression est donc mise, au niveau politique,
pour accomplir les efforts maximums en vue d’améliorer la sécurité
Toutefois, comme l’expliquait M. Jouty, certaines mesures ne peuvent pas
être prises, car elles perturberaient gravement l’ensemble du système. On ne peut pas,
parce qu’un accident s’est produit, immédiatement garder tous les avions du même type
au sol ! Des enquêtes sont menées, des analyses sont faites, et une telle décision ne serait
prise que si, à l’évidence, il existait un problème générique justifiant l’immobilisation de
plusieurs centaines d’avions.
Ces chiffres laissent imaginer l’ampleur du débat et les critères qui doivent
être pris en compte dans ce genre de décision, notamment par le constructeur qui est le
premier responsable de la navigabilité de ses avions.
— 167 —
Je voudrais maintenant revenir sur la question du rapporteur, concernant la
maintenance des avions hors de l’Europe. Le système mis en place par l’OACI a pour but
de permettre aux Etats d’accueillir sur leur territoire des avions de tous les pays membres
de l’OACI.
S’agissant des travaux de maintenance à effectuer sur un avion d’Amérique
du Sud ou d’Afrique, par exemple, ils découlent du programme de maintenance approuvé
par l’autorité en charge. Si un avion africain choisit un atelier européen parfaitement
qualifié, ce dernier ne va pas travailler sur la base du programme de maintenance de la
France, mais de l’utilisateur et de son autorité.
Bien entendu, si le personnel découvre que l’avion est abîmé à un point tel
que l’on peut se demander comment il vole, il va certainement faire ce qu’il faut pour le
signaler et éventuellement empêcher l’avion de décoller. Mais légalement, le système est
construit sur la base de la responsabilité des différents Etats membres de la convention de
Chicago. Dans cet esprit, l’ensemble des textes et annexes de la convention de Chicago a
pour but d’assurer que les avions qui sont déclarés conformes aux différentes exigences,
provenant de pays déclarés eux aussi conformes aux exigences de l’annexe 8, sont
acceptables dans tous les pays du monde.
Cependant, les problèmes que vous évoquez ont été identifiés, et ont justifié
un certain nombre d’initiatives de la part des Américains ; ceux-ci ont entrepris
d’inspecter tous les Etats et de les classer par catégories. Seuls les avions immatriculés
dans des pays classés dans la catégorie 1 sont autorisés à se poser aux Etats-Unis.
En Europe, une initiative un peu similaire a été prise – le SAFA. Enfin,
l’OACI a aussi décidé d’auditer l’ensemble des pays contractants. Ce programme a abouti
à la visite, par des équipes d’audit de l’OACI, de pratiquement tous les pays membres.
Les autorités compétentes s’occupant du problème et un certain nombre
d’initiatives ayant été prises, il convient d’inscrire tout cela dans le contexte global de
l’aviation civile, des responsabilités de chacune des parties et de leur honnêteté.
Mme la Présidente : Je constate que certains pays se protègent plus que d’autres, puisque
les Américains semblent avoir leurs propres règles de sécurité.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Ma question s’adresse aux constructeurs. Dans le
document que vous nous avez remis, M. Simon, il est écrit que, selon les statistiques, les
petits avions sont en général moins sûrs que les gros. Pourquoi ?
Ces statistiques prêchent donc en FAVÉur d’avions du type A380 ! Mais
lorsqu’un de ces gros avions a un accident, c’est matériellement, psychologiquement et
humainement plus dramatique ! Pourquoi la sécurité varierait-elle avec la taille des
avions ?
M. Roger SIMON : Quand je parle de petits avions, je pense à l’aviation générale, les
avions de tourisme, d’aéroclubs, et les petits avions qui peuvent même être utilisés en
transport. Selon les statistiques – nombre d’accidents par heures de vol –, ils sont
globalement moins sûrs.
Toutefois, pour faire le lien entre petits et gros avions et niveau de sécurité,
des règlements, applicables de manière identique à tous les avions, visent à assurer le
niveau de sécurité minimum requis par l’annexe 8 ou les règlements communautaires.
— 168 —
Il faut toujours voir la sécurité sur le plan du transport, du point de vue de la
mission globale de l’avion ; nous devons donc prendre en compte, non seulement la
qualité de l’avion, mais également l’utilisation que l’on en fait et son entretien. Les
analyses des accidents démontrent qu’en général il y a, non pas une cause, mais un
ensemble de facteurs qui provoquent la catastrophe.
M. Michel HERBILLON : Au-delà des accidents, estimez-vous que la collecte des
incidents de tous types est performante ? Par ailleurs, des actions correctrices sont-elles
menées et dans quel délai, à la suite de l’analyse des informations obtenues par cette
collecte ?
M. Roger SIMON : Des efforts énormes ont été mis en œuvre pour assurer cette collecte.
Rendre compte des incidents rencontrés est une obligation, à la fois pour les constructeurs,
les utilisateurs et les ateliers.
A cet égard, il existe une directive communautaire, de juin 2003, sur la
collecte et la communication des informations sur les incidents, et sur la mise en place
d’un système s’appuyant sur les ressources d’un centre de recherche en Italie,
l’ECCAIRS1. Il s’agit d’une banque de données, développée avec une classification très
précise des incidents, et des logiciels permettant aux différentes autorités d’accéder à ces
informations.
Qu’en est-il de l’exploitation de ces informations ? Il faut reconnaître que des
progrès sont encore à accomplir en ce domaine. Tout d’abord, les constructeurs ont
l’obligation de les traiter, ce qu’ils font grâce aux systèmes sophistiqués qui ont été mis en
place. Ensuite, une initiative a été prise, avec le rapport du JSSI2 des JAA relatif aux
méthodes d’analyse des données collectées.
Mme la Présidente : Quel est l’avis des pilotes sur ce point, ils doivent avoir des choses à
dire ?
M. Roger SIMON : Lorsqu’on parle de collecte, on parle de collecte tous azimuts, cela
inclut donc le reporting par les pilotes, dans les compagnies aériennes, de tous les
incidents qui ont pu se produire. D’ailleurs, la NPA3 OPS 35, un nouveau règlement, va
exiger de manière plus lourde le recueil des incidents au sein des compagnies aériennes.
M. Michel HERBILLON : Vous nous expliquez fort bien comment sont collectés les
différents incidents, mais nous serions également intéressés de savoir quelle est
l’exploitation qui en est faite et dans quel délai ? Pouvez-vous nous donner des exemples
de correctifs importants ou significatifs mis en place à la suite de collecte d’incidents ?
M. Christian MÉNARD : M. Truchetet, comment cela se passe-t-il quand un pilote
constate une anomalie dans la construction ?
M. Francis TRUCHETET : Nous ne constatons pas d’anomalies dans la conception,
mais des choses qui ne fonctionnent pas comme nous voudrions qu’elles fonctionnent.
Quand cela arrive – par exemple, une lampe ne s’allume pas, les volets ne sont pas sortis
ou un bruit anormal est émis lors de la rentrée du train d’atterrissage –, nous établissons
1
European coordination center for aviation incidents reporting System
Joint safety strategy initiative
3
Notice of proposed amendment, procédure JAA de consultation publique avant la
publication définitive d’un texte
2
— 169 —
un rapport technique. Ensuite, les techniciens de la maintenance lisent ce rapport et
apportent les corrections nécessaires.
S’agissant des actions à plus long terme, concernant notamment des pannes
récurrentes, ce sont les constructeurs et les certificateurs qui interviennent sur les systèmes
dont la conception est en cause. En tant que pilotes, nous sommes au bout de la chaîne ;
nous ne savons pas fabriquer les avions, mais les utiliser et nous pouvons donc signaler ce
qui ne semble pas fonctionner correctement. Ce n’est donc pas sur la partie « conception,
certification et maintenance » que nous avons le plus d’impact.
En revanche, nous établissons de nombreux rapports concernant l’utilisation
des avions, les procédures d’utilisation des avions et également sur le fait que certains
systèmes nous donnent des informations qui ne nous paraissent pas faciles à utiliser.
Les JAA nous obligent à mettre en place ce que l’on appelle des « services
d’assurance qualité » qui servent à vérifier que ce qui est écrit est bien mis en œuvre. Un
de ces services concerne l’analyse des vols – M. Simon y faisait référence quand il a cité
la NPA OPS 35 sur le Fly Data Monitoring –, le dépouillement des enregistreurs de vols
permet de déterminer si des anomalies ont eu lieu et de les interpréter. Ce règlement est en
vigueur en France depuis 1998 ou 1999, et va devenir obligatoire au niveau de l’OACI au
1er janvier 2005 – de ce fait, les JAA vont le rendre obligatoire également.
A Air France, a été créée la commission d’analyse des vols qui comprend des
représentants de la maintenance, des opérations aériennes et des organisations
professionnelles des pilotes. Lorsqu’une anomalie est décelée, elle est étudiée au sein de
cette commission qui se réunit tous les deux mois et nous émettons des recommandations
qui peuvent concerner la maintenance ou la modification des procédures d’exploitations
(opérations). En général, nos recommandations concernent plus souvent les procédures
que la maintenance.
A titre d’exemple, s’agissant de la conception des avions, un certain nombre
d’incidents ont eu lieu sur un système que nous appelons le TCAS1 ; lorsque deux avions
s’approchent trop près l’un de l’autre, ce système déclenche des alarmes, et donne aux
pilotes la consigne de descendre ou de monter, en fonction des positions respectives des
avions. Or nous avons découvert, à la suite de l’analyse des vols, que sur un type
d’Airbus, la présentation des informations pouvait entraîner une confusion de la part des
pilotes. La commission d’analyse des vols s’est directement adressée à Airbus Industrie
pour lui signaler le problème. Bien entendu, cela prend du temps, une modification de ce
type ne se fait pas en cinq minutes !
Par ailleurs, la directive à laquelle faisait référence M. Simon présente un gros
avantage et un gros inconvénient. Elle est obligatoire, ce qui est bien, mais le revers de
cette obligation est que dès qu’une personne trébuche dans l’avion, nous devons faire un
compte rendu ! Trop de petites choses sont censées être rapportées : les pilotes ne le font
donc pas mais s’ils le faisaient, vous pouvez imaginer la quantité absolument
invraisemblable de données qu’il y aurait à traiter ! Alors bien entendu, les choses
importantes sont notées, mais la collecte et le traitement des incidents beaucoup plus
bénins se fait plus ou moins bien.
Un système existe au sein de nombreuses compagnies européennes, mis en
œuvre initialement par British Airways : l’Air Safety Report. Adopté par Air France, KLM
et Lufthansa, il comporte une base de données commune des incidents rapportés par tous
1
Traffic alert and collision avoidance system, système embarqué donnant des avis aux
pilotes en cas de risque de collision
— 170 —
les commandants de bord et qui leur ont paru affecter la sécurité. Ces rapports sont traités
au sein de la compagnie, puis diffusés aux autres compagnies.
Enfin, il y a les rapports dits anonymes, établis par des personnes qui,
éprouvant une certaine réticence à être associées à certains événements, n’auraient pas
rendu compte de ces événements sans l’assurance de bénéficier de l’anonymat. Pour
fonctionner, ce système suppose une culture de sécurité active, positive, une culture de
non-blâme. Cette culture permet aux pilotes de rapporter des faits sans craindre de se voir
reprocher d’éventuelles erreurs et d’en subir les conséquences, notamment en termes
d’emploi.
Nous essayons de mettre en œuvre ce système dans le transport aérien depuis
de nombreuses années, la situation va en s’améliorant et permet la prise en compte des
facteurs humains auxquels faisait référence M. Simon, le but étant d’inciter les personnels
à rapporter tout ce qui leur paraît anormal ou intéressant.
Mme la Présidente : Fonctionne-t-il à Air France – nous savons qu’il fonctionne aux
Etats-Unis ?
M. Francis TRUCHETET : Oui, il fonctionne à Air France, mais il n’est pas identique
au système en vigueur aux Etats-Unis. A Air France, il s’agit de rapports dits confidentiels
sur lesquels le pilote peut choisir de mettre ou non son nom. Pour vous donner un ordre de
grandeur, il y a, chaque année, environ 2 500 à 3 000 rapports signés par les commandants
de bord, contre une vingtaine, voire une trentaine de rapports anonymes. Mais ces derniers
ont l’avantage de pointer des choses que l’on ne découvre nulle part ailleurs. Ces deux
types de rapports sont complémentaires.
Le système américain, est un peu différent. La Nasa a été chargée de collecter
et de procéder au traitement de rapports anonymes. Il existe même une clause d’impunité
qui précise que tout rapporteur d’un incident par le biais de ce système ne pourra pas
encourir de sanctions de la part des autorités américaines. Ce système national produit
donc un nombre de données extrêmement important, et fonctionne non seulement dans les
grandes compagnies aériennes, mais également chez les petits transporteurs, voire même
dans l’aviation générale.
M. Ghislain BRAY : S’agissant des rapports anonymes, une émission télévisée a fait état
de tout ce que vous venez d’évoquer, M. Truchetet. J’ai été surpris et choqué par ce
procédé car, ne connaissant pas l’importance du nombre de ces rapports, je trouvais
surprenant qu’on puisse faire des rapports d’incident, sous couvert d’anonymat. A présent,
je suis rassuré puisque vous me dites, qu’il n’y en a qu’une vingtaine ou une trentaine par
an.
En ce qui concerne le système électronique permettant de détecter deux
appareils volant à la même altitude, j’avais cru comprendre, toujours dans la même
émission, que de nombreux problèmes avaient été soulevés, et notamment que les
indications et consignes données par le matériel électronique embarqué et les consignes
données par les contrôleurs aériens étaient en complète contradiction. Après l’analyse de
ce dysfonctionnement, il s’est révélé que les formations données par Air France aux
pilotes préconisaient de tenir compte, non pas des consignes des contrôleurs aériens, mais
de celles du matériel de bord. A cet égard, l’émission faisait état d’un accident, ayant
entraîné la mort de 250 à 300 personnes, qui aurait été causé par une contradiction de cet
ordre.
M. Gilles GARROUSTE : Je voudrais revenir sur le niveau de sécurité des petits avions.
Les avions sont classés par catégories. Ceux que l’on appelle les « petits avions », dans la
— 171 —
construction aéronautique, sont les avions de masse inférieure à 5,7 tonnes ; on y trouve
des avions à hélice, donc turbopropulseurs ou à moteurs à explosion. Dans la catégorie
supérieure à 5,7 tonnes, on trouve des gros turbopropulseurs, type ATR et autres
Sab 2000, ainsi que la plupart des jets d’affaires, les Falcon.
Si l’on compare la sécurité de ces petits avions à ceux opérés par les
compagnies d’aviation commerciale, il est exact que le taux global d’accidents est
supérieur. J’ai là un document, que je pourrais vous laisser, qui fait une analyse de ce
phénomène et qui fait ressortir que le critère prépondérant en matière de sécurité des petits
avions, est la compétence du pilote – selon qu’il s’agit d’un pilote professionnel ou non. Il
apparaît, en effet, que le niveau de sécurité de ces petits avions à réaction, du type Falcon,
pilotés par des pilotes professionnels salariés, est identique sinon légèrement meilleur, que
celui de l’aviation de ligne.
Je souhaiterais maintenant vous parler du comportement des constructeurs –
du moins de Dassault Aviation – en matière de traitement des incidents.
Les constructeurs sont très proactifs en matière de traitement des incidents.
Dans l’aviation de ligne, les avions sont opérés par des compagnies importantes, type Air
France, qui disposent de structures lourdes pour analyser ce qu’il se passe pendant les
vols. Sont rapportés vers leurs autorités et le constructeur, les phénomènes considérés
comme affectant la sécurité.
Côté constructeur, nous sommes à la recherche des informations, soit auprès
des organisations de maintenance, qui ont une obligation de rapport auprès du
constructeur et de l’autorité, soit auprès des opérateurs. Les constructeurs disposent tous
d’un système d’analyse de tous les faits techniques rapportés, conformément à la
réglementation en place.
Ce sont en général les constructeurs qui proposent aux autorités des mesures
correctives. Celles-ci peuvent être décidées parce qu’à l’occasion d’un essai ou d’un fait
en service, un défaut de conception est mis en lumière. On propose alors une évolution de
la définition de l’avion. Les mesures correctives peuvent aussi concerner les procédures
d’utilisation. Il est particulièrement difficile de mettre en évidence les problèmes
d’adéquation des procédures à la conduite des vols. En effet, généralement, lorsqu’un
avion a une panne, le constructeur est facilement informé par les organisations de
maintenance qui ont le devoir de changer les pièces et de prononcer la remise en vol de
l’avion.
En revanche, s’agissant des procédures, il est plus difficile, pour les
constructeurs, d’être informés d’un défaut. Les grosses compagnies disposent des moyens
leur permettant de réaliser ces analyses – je laisserai, sur ce point, la parole à mes
collègues d’Air France –, mais ce n’est pas le cas l’aviation d’affaires : la charge retombe
donc sur le constructeur. La politique de Dassault en la matière est, de ce fait,
particulièrement volontariste.
Mme la Présidente : Avant de passer à d’autres questions, je voudrais connaître la
réponse de la DGAC sur ce problème des incidents et de leur traitement. Peut-on les
traiter à l’identique de ce qui se pratique aux USA ?
M. Rémi JOUTY : Sur le traitement des incidents, une difficulté vient du fait que,
recherchant un très haut niveau de sécurité, nous sommes à la recherche d’incidents très
peu fréquents qui ne seraient pas dangereux en eux-mêmes, mais qui pourraient être des
précurseurs de phénomènes dangereux.
— 172 —
Une autre difficulté résulte du fait que nous traitons de flottes très importantes
de sorte que le nombre d’incidents qui nous sont communiqués est très élevé, même si, à
l’échelle d’un pilote, ce nombre est très faible.
A titre d’exemple, je citerai les pannes de moteurs. M. Renvier, de la Snecma,
a la responsabilité d’une flotte d’environ 15 000 moteurs équipant l’aviation civile. Ces
moteurs sont extrêmement fiables. Il n’empêche qu’ils volent chacun en moyenne une
dizaine d’heures par jour ; aussi la Snecma reçoit-elle chaque mois des notifications de ses
opérateurs indiquant que des moteurs se sont arrêtés en vol. Je précise que l’arrêt en vol
d’un seul moteur n’est pas dangereux ; en revanche, si un second moteur s’arrête au cours
du même vol, cela peut devenir beaucoup plus ennuyeux. Ainsi la Snecma a-t-elle à traiter
un grand nombre d’événements d’arrêts moteur qui sont tous, en eux-mêmes, peu
dangereux. Il faut cependant s’assurer qu’ils ne sont pas trop nombreux et traiter ces
événements en en recherchant les causes pour s’assurer qu’une « épidémie » ne serait pas
en train d’apparaître ou qu’une famille de moteurs ne présenterait pas un risque de pannes
anormalement élevé qui pourrait aboutir à une panne simultanée des deux moteurs.
Mme la Présidente : S’agissant du reporting des pilotes, je voudrais savoir si nous
pouvons adopter le système américain, beaucoup plus clair et plus direct : pas de
pénalisation, chacun disant tout ce qu’il sait car cela bénéficie à tous.
M. Rémi JOUTY : Compte tenu de la fiabilité des moteurs de la Snecma, la plupart des
pilotes ne connaîtront aucune panne moteur réelle durant toute leur vie professionnelle.
Cela illustre la difficulté. Beaucoup d’événements sont à traiter du fait de très larges
flottes, mais les taux de fiabilité des équipements sont si élevés qu’à l’échelle individuelle,
ces événements restent très rares.
Sur le rapport des événements, je pense que vous faites allusion au rapport
volontaire et confidentiel que vous opposez au rapport réglementaire et obligatoire. Sur la
conception, les problèmes remontent naturellement. Nul besoin d’un rapport confidentiel
pour cela. Car, d’un point de vue commercial, la compagnie qui constate un arrêt de
moteur a envie que le concepteur agisse, ne serait-ce que pour des raisons purement
commerciales. Par ailleurs, il n’existe guère de problème de culpabilité qui ferait que les
personnes hésiteraient à faire état d’un problème.
Là où les rapports confidentiels peuvent être utiles, c’est dans le domaine des
facteurs humains et de la prise en compte des aspects opérationnels. Il est vrai que nous
sommes en train de mettre en place ces systèmes volontaires. Je reste cependant réservé
sur ces rapports en raison de leur difficulté d’exploitation. Pour qu’ils soient confidentiels,
il faut “désensibiliser” ces rapports, c’est-à-dire supprimer l’intitulé de la machine, le lieu,
certains éléments sur les circonstances. De ce fait, beaucoup de ces événements ne
peuvent plus se prêter à une analyse individuelle et concrète du cas réel, faute de pouvoir
y accéder pour des raisons de confidentialité. Ils ne peuvent plus que se prêter à une
analyse statistique globale et ce type d’analyse en matière de facteurs humains se révèle
extrêmement difficile. Les rapports confidentiels présentent un intérêt en termes de
sécurité, mais ne sont pas le meilleur outil pour le traitement des incidents. La difficulté
majeure du traitement des incidents tient dans la capacité à filtrer correctement la grande
masse d’informations que les constructeurs, les concepteurs, les autorités reçoivent et à
être capable d’opérer un tri parmi cette grande masse d’informations, afin d’isoler ceux
qui nécessitent réellement une action.
Mme la Présidente : Je souhaite poser à la manufacture Michelin une question, tant sur la
fiabilité que sur la qualité des pneus et sur la façon dont certains constructeurs ou
compagnies font des économies sur cet outil très important en matière de sécurité
aérienne.
— 173 —
M. Jean COURATIER : Le risque de défaillance du pneumatique existe ; mais,
aujourd’hui, les efforts de l’industrie du pneumatique ont réussi à faire que ce produit
n’est plus un objet de préoccupation. Pour certains, c’est même devenu un objet de « nonconsidération ».
Puisque la dimension économique est citée, sachez que sur le prix d’un billet
d’avion, moins de 10 centimes servent à payer les pneumatiques. L’industrie aéronautique
profite certainement des avancées techniques et des standards de qualité très élevés qui
ont été imposés par Michelin. Et sans la volonté qui est exprimée dans notre charte
« performance et responsabilité », les avions décolleraient encore sur des pneumatiques
inventés voilà plus de cent ans et que nous savons surpassés en termes d’économie et de
sécurité par le pneu radial. Mais l’aéronautique ne rétribue pas de façon équitable les
efforts d’innovation dans le domaine du pneumatique.
D’une façon générique, un pneumatique est constitué d’une coque remplie
d’un gaz sous pression. Le volume de la coque et la pression sont définis pour que le pneu
supporte la charge aux vitesses atteintes au cours des phases de taxi, de décollage et
d’atterrissage.
Une pression trop faible induit un écrasement excessif et un échauffement qui
provoque l’arrachement de tout ou partie de la bande de roulement. Le roulage sur des
objets étrangers peut endommager la coque ; il en résultera une perte de pression lente et
le risque de « déchapage », une perte de pression rapide et la dislocation, voire
l’éclatement du pneumatique. Dans tous ces cas, les débris projetés peuvent endommager
l’avion avec les conséquences que nous connaissons.
Quelle est la situation aujourd’hui et comment se protège-t-on contre ces
risques ?
D’une part, la visite de routine et l’examen visuel réalisé par les pilotes avant
la plupart des départs sont très efficaces. A titre d’exemple, sur 95 846 cas d’opérations,
nous enregistrons 8 183 cas – 1/100 – de pneus retournés pour un examen, c’est-à-dire
démontés avant qu’ils ne soient usés. Dans 8 147 cas, c’est-à-dire la quasi-totalité, sauf
36, le pneu a été démonté car jugé suspect lors de l’inspection visuelle. Je pense donc que
ces contrôles sont d’une très grande efficacité et qu’il faut entretenir cette efficacité par
une formation adaptée. Nous demandons que les pressions soient contrôlées tous les jours
avant la mise en service des avions. Nous savons que ces recommandations sont suivies
d’une façon extrêmement laxiste. Par conséquent, le risque qu’un pneu soit amené à
fonctionner avec une pression inférieure à la pression recommandée induit un risque de
déchapage important. Dans ces conditions, nous avons observé que la technologie radiale
apportait un supplément de sécurité. Sur des populations jugées statistiquement valides, la
probabilité d’un événement pneu – arrachement de la bande de roulement ou éclatement –
est aujourd’hui au moins une fois et demie plus grande pour le pneu BIAS qu’elle ne l’est
pour le radial. La probabilité d’éclatement est au moins cinq fois plus élevée. Sachez
qu’aujourd’hui deux avions sur trois sont encore équipés de pneus BIAS.
Nous proposons d’abord que la qualification d’un pneumatique soit obtenue
par l’administration de la preuve qu’il est fonctionnellement capable de porter la charge
aux vitesses de décollage pendant un certain nombre de cycles répétés. Nous demandons
qu’un test de résistance aux dommages par objet étranger soit ajouté aux épreuves de
qualification. Ce fut le cas pour Concorde à l’initiative d’EADS c’est encore le cas pour
l’Airbus A380. Pour tous les autres avions, il n’est fait aucune démonstration de leur
aptitude à rouler sur un objet sans perte de pression et sans projection de débris.
— 174 —
Les risques de dommages aux avions devraient être estimés en étudiant les
modes de défaillance du pneumatique en laboratoire. Aujourd’hui, pour obtenir sa
certification, l’on doit apporter la preuve qu’un avion peut résister aux défaillances du
pneumatique. Ces défaillances sont connues par les observations faites à partir des
dommages causés aux avions. C’est donc un constat a posteriori. Il n’est pas raisonnable
aujourd’hui que nous ne soyons pas capables d’assurer une protection a priori. Ce sont là
deux recommandations que Michelin souhaite voir traitées au niveau de l’industrie
aéronautique ; il ne veut pas être le seul à porter cette vocation.
Mme la Présidente : Ai-je bien compris ? Certains industriels pourraient-ils être
indifférents à la qualité des enveloppes montées sur les aéronefs ?
M. Francis TRUCHETET : Ceux qui ne sont pas clients de Michelin.
Mme la Présidente : Pour le bien connaître – j’ai travaillé dans le rechapage –, je sais que
le rechapage assure une qualité identique, sauf peut-être parfois la brillance de surface.
J’ai lu que beaucoup de compagnies, pas forcément les grandes, pour des raisons
d’économies utilisaient des pneus rechapés. Peut-on utiliser de tels pneus sur des grosporteurs sans risquer la perte d’une bande de roulement ?
M. Jean COURATIER : Le rechapage d’un pneu d’avion est une réalité technique et
économique. Les statistiques dont nous disposons prouvent que le risque de défaillance
d’un pneu rechapé n’est pas significativement différent du risque de défaillance d’un pneu
neuf. Comprenez qu’un avion décolle à des vitesses très élevées et que la bande de
roulement est maintenue à une épaisseur qui lui permet de résister à ces cycles
thermodynamiques très violents. Nous ne pouvons pas mettre autant de gomme que nous
le voudrions sur un pneu, car celle-ci serait centrifugée aux vitesses de décollage. En
revanche, la carcasse qui maintient l’air est conçue pour une durée de vie relativement
importante. Ainsi, la chape est usée bien avant la carcasse. Par conséquent, le rechapage,
pour autant qu’il soit mené consciencieusement, ne remet absolument pas en cause la
sécurité des opérations aériennes. La fréquence des incidents « pneus » n’est pas plus
élevée pour un pneu rechapé que pour un pneu neuf.
M. Bernard CATTEEUW : On a beaucoup parlé de réglementation, ce qui est, certes,
très utile. Je voudrais simplement dire que pour Airbus, la sécurité reste l’objectif premier
année après année. Pour nous, c’est une question d’éthique. Bien sûr, nous nous appuyons
sur les exigences réglementaires lorsque nous dessinons nos avions et lors du suivi
d’exploitation, mais je voulais vous assurer que, dans beaucoup de cas, nous allons audelà des exigences réglementaires.
On s’est demandé si, pour des raisons de coûts, certains auraient pu être
amenés à prendre des risques ? Je rappelle que pour la définition des avions, la conception
ou le suivi en service, dans tous les cas, nous évaluons le risque, la probabilité
d’occurrences et les conséquences. En d’autres termes, si les conséquences sont
extrêmement graves, comme la perte totale de l’avion et des personnes à bord, la
probabilité d’occurrence doit être extrêmement faible. Nous avons des critères, agréés par
les autorités, auxquels doit répondre toute décision. Un risque ne peut être accepté et donc
un avion continuer à voler que si ce risque a été mesuré et accepté comme conforme aux
critères. Sinon, nous émettons des consignes particulières, nous demandons, par exemple,
que certaines parties de l’avion qui devraient être vérifiées tous les dix-huit mois le soient
avant chaque vol, ou bien nous introduisons de nouvelles procédures. Pour arriver à ce
niveau de sécurité, lors de la conception d’un avion, tous les systèmes, qui sont
extrêmement nombreux, sont analysés un à un.
— 175 —
C’est en fonction des probabilités d’occurrences de pannes et des
répercussions associées que nous sommes amenés à doubler, voire à tripler les systèmes
sur les avions. Lorsque les avions sont mis en service, on accepte certains niveaux de
tolérance pour une période donnée. Autrement dit, toutes nos actions sont menées en
accord avec les autorités. Nous sommes nous-mêmes un peu plus exigeants que les
autorités, ce dont, je pense, elles ne nous tiennent pas rigueur ! De ce fait, côté règlement
et suivi, tout devrait bien se passer.
Quant au retour d’expérience, réglementairement, les opérateurs doivent
effectivement nous rapporter tout incident, qu’il s’agisse d’un défaut de comportement de
la machine, principalement rapporté par les pilotes, ou d’un défaut constaté lors d’une
visite au sol. Ce sont alors les stations de réparation ou la maintenance de la compagnie
qui nous rapporte les faits. Lorsqu’il y a un défaut, s’il est très clair, nous prenons des
mesures appropriées et tenons au courant les autorités de certification, que ce soient les
autorités françaises, européennes ou américaines, voire d’autres pays du monde. Trois
mille cinq cents avions volant tous les jours, il se produit des incidents qui donnent lieu à
la transmission d’informations.
Si un phénomène est un peu plus difficile à comprendre, nous exigeons de
récupérer les données des enregistreurs de vols qui nous permettent des analyses beaucoup
plus précises. En ce qui concerne l’idée exprimée par Rémi Jouty lorsqu’il a employé le
terme de « précurseur », nous essayons en permanence de déterminer si, combinés à
d’autres incidents, un petit incident n’aurait pas pu conduire à un accident ou à un incident
majeur. C’est un travail considérable que des équipes réalisent en permanence et qui
s’inscrit dans un processus de suivi bien connu des autorités. De plus, nous lançons des
actions qui dépassent les exigences réglementaires, car, pour nous, la sécurité n’est pas
une question de règlement, mais d’éthique. En montant à bord d’un Airbus, les passagers
nous font confiance, nous nous devons, par conséquent, de faire le maximum pour éviter
les accidents. C’est un message important que je voulais faire passer.
Vous avez insisté sur la confidentialité des rapports. Il serait souhaitable, dans
certains cas, principalement pour des aspects opérationnels lorsque, par exemple, une
anomalie a été enregistrée durant un vol, sans que le déroulement de celui-ci en ait été
affecté, de disposer d’un reporting confidentiel et non pas anonyme, car l’anonymat laisse
trop d’éléments dans l’ombre. En revanche, la confidentialité peut être utile à la recherche
de précurseurs d’incidents.
Quant au suivi en exploitation, les autorités françaises ne peuvent opposer les
exigences réglementaires qu’aux avions immatriculés sur son sol, il en est de même pour
les avions européens en ce qui concerne l’AESA. En revanche, aux Etats-Unis,
l’administration peut imposer des prescriptions aux avions qui opèrent en FAR 129, c’està-dire non immatriculés « US ». Il serait bon d’établir un système équivalent en Europe.
Les transporteurs venant en Europe devraient ainsi obéir à certaines contraintes.
Enfin, à propos du système SAFA, qui permet de vérifier les avions en transit,
immatriculés hors d’Europe, on peut en louer l’intention, mais je ne sais dans quelle
mesure il peut être efficace car le contrôle s’effectue en seulement vingt minutes. En un
temps aussi limité, les contrôleurs ne peuvent détecter que de gros problèmes, apparents et
évidents. Or, les risques peuvent provenir d’autres domaines, non visibles. Le système est
donc insuffisant et il conviendrait d’instaurer un système permettant d’imposer des
exigences aux avions des pays tiers qui volent en Europe.
Les statistiques montrent que génération d’avions après génération d’avions,
nos statistiques d’accidents se sont améliorées. Les taux d’accidents portant sur les
dernières générations d’avions sont très bas. Il sera difficile de continuer à progresser,
mais nous ferons le nécessaire pour continuer.
— 176 —
M. Rémi JOUTY : Je reviens à la suggestion de M. Catteeuw visant à installer en Europe
l’équivalent de la FAR 129, car plusieurs interventions laissent croire que le système
américain est bien meilleur que le système européen en matière de sécurité, que les
Américains peuvent librement imposer tout ce qu’ils veulent aux opérateurs étrangers,
alors que les Européens laisseraient venir les opérateurs étrangers sans aucun contrôle. En
réalité, la FAR 129 a pour but d’imposer des règles opérationnelles que les Américains
estiment nécessaires au contexte opérationnel de leur territoire. Ces règles sont
contraignantes pour les opérateurs étrangers, mais elles se limitent à ce contexte. La FAR
129 n’a pas pour but d’imposer aux opérateurs étrangers qu’ils opèrent avec des avions
conformes aux exigences de navigabilité américaine.
Je prends deux exemples pour illustrer mon propos. La FAR 129 a imposé
l’installation du TCAS, système de détection anticollision, sur tous les avions qui volent
sur le territoire américain, car les Américains ont estimé, voilà quelques années, que la
densité de trafic dans certaines zones de leur territoire était nettement supérieure à ce que
l’on observe dans le reste du monde et qu’il était donc justifié d’imposer, sur leur
territoire, une exigence supérieure. Depuis, l’équipement en TICAS a été imposé en
Europe et s’étend aux avions immatriculés hors d’Europe qui veulent y circuler. Ceci
constitue, sans conteste, un processus similaire à la FAR 129.
Autre exemple : l’imposition de modifications des portes de cockpit pour
installer des portes de cockpit blindées dans les avions. Les Américains ont introduit cette
exigence via la FAR 129. L’OACI et l’Europe ont suivi, avec seulement quelques mois de
décalage. Nous n’avons pas introduit d’exigences supérieures. Les Américains n’imposent
pas de contrôles spécifiques des avions, mis à part ce classement en catégories à travers
des audits supérieurs à ceux des Européens. La raison pour laquelle ils ne le font pas ou ne
peuvent le faire résulte de la convention de Chicago, aux termes de laquelle tous les Etats
membres de l’OACI s’engagent à appliquer les normes OACI. En échange, ils laissent
voler au-dessus de leur territoire les avions des autres Etats membres de l’OACI, sous
réserve que ces autres Etats membres se soient engagés à respecter les normes OACI, pas
plus. Cela signifie qu’il leur est loisible de refuser des avions si, à l’évidence, ceux-ci ne
sont pas conformes aux normes OACI. En revanche, vouloir imposer à des avions non
européens des exigences de navigabilité plus draconiennes que les normes OACI serait
contraire à la convention de Chicago.
M. Bernard CATTEUW : Mon propos ne visait nullement à critiquer ce qui est fait. Je
pense, toutefois, à la surveillance des autorités ou alors à la classification à laquelle
M. Simon a fait allusion. De fait, une compagnie aérienne déclassée de la catégorie 1 à la
catégorie 3 ne peut plus opérer aux Etats-Unis. Cela nous a posé des problèmes à nous,
fabricant d’avions. Je faisais référence à ces règles dans leur principe, non en pensant à
une application stricte de la FAR 129 en Europe.
On a beaucoup parlé des aspects réglementaires. Les avions sont construits
conformément à la réglementation et même, comme je vous l’expliquais, selon des
standards supérieurs. Les problèmes ne se situent pas à ce niveau mais dans le fait que
circulent des avions non européens pour lesquels il faudrait avoir les moyens, soit de
s’assurer que les autorités du pays d’immatriculation réalisent correctement leur travail,
soit de vérifier les avions qui atterrissent en Europe.
M. Roger SIMON : Lors de la session « exploitation » que vous avez prévue, vous
recevrez des personnes plus compétentes pour traiter de ces sujets, qui sont, par ailleurs,
largement débattus au sein de l’Union. Vous disposerez alors d’autres informations.
M. Francis TRUCHETET : M. Jouty a très bien expliqué que chaque Etat était
souverain chez lui s’agissant de ses avions et de leur surveillance. Un Etat n’a pas le droit
— 177 —
de vérifier les avions d’un autre Etat. Le programme SAFA remonte à 1998, mais ainsi
que le soulignait M. Catteeuw à juste titre, les contrôleurs disposent de peu de temps pour
faire le tour d’un avion. Même en une heure, sauf à avoir un gros trou dans une structure,
ils auront du mal à détecter quoi que ce soit. Cela étant, la FAR 129 est contraire à
l’OACI, mais c’est un instrument extrêmement performant pour imposer à des Etats tiers
des spécifications dans le domaine de la maintenance par exemple. Il me semble que c’est
une voie intéressante et que l’Europe devrait penser à des dispositions identiques. Quant à
vérifier les autres autorités, des programmes d’audit sont menés par l’OACI, qui ont
conduit, ces dernières années, semble-t-il, à des progrès. Jusqu’à peu, les Etats
souscrivaient à l’OACI et puis rien ne se passait. Depuis une dizaine d’années, l’OACI
mène des audits des différentes autorités nationales. Ce ne sont pas les compagnies qui
font l’objet des audits, mais les autorités, telles que la DGAC en France. L’OACI émet
ensuite des remarques sur l’application dans ces pays des règles de l’OACI que les Etats
sont censés appliquer. Ces audits ont provoqué des prises de conscience et des progrès ont
été réalisés, il reste, cependant, encore beaucoup à faire.
M. le Rapporteur : La DGAC dispose-t-elle, à tout moment, d’un moyen d’accès aux
différents rapports anonymes ou confidentiels faits par les pilotes ? En est-elle
obligatoirement informée ?
M. Rémi JOUTY : Une obligation s’impose aux opérateurs français de rapporter les
incidents ou les événements susceptibles d’affecter la sécurité au Bureau des enquêtes et
analyses. Le BEA a, par exemple, été saisi du problème de visualisation des indications
TCAS sur les Airbus.
En outre, il reçoit notification des incidents, ce qui pose le problème du tri et
du traitement de ces incidents.
Mme la Présidente : Avec les moyens dont dispose le BEA…
M. le Rapporteur : Autrement dit, vous avez besoin de crédits, de même que le BEA.
Je remarque que vous n’avez pas évoqué les problèmes posés par les pièces
de rechange. Quelles garanties avez-vous sur la qualité des pièces de rechange,
notamment usagées ? Sur le problème de la contrefaçon, pouvez-vous en estimer
l’importance, au niveau mondial ? Des actions judiciaires sont-elles intentées contre les
trafiquants ?
Sur le plan de la formation des hommes, de quelles garanties la SNECMA
dispose-t-elle quant à ceux qui, par le monde, dans différents ateliers, mettent un jour ou
l’autre leurs mains dans un moteur SNECMA ? Quels sont les moyens de contrôle de la
SNECMA ou d’autres constructeurs sur la formation ou l’agrément des personnels qui,
dans les ateliers de maintenance, interviennent sur les matériels de leur fabrication ?
Je pose ces questions, parce que l’on a entendu des propos très allusifs sur des
avions « dépecés » : « Cela n’existe pas mais… », « à notre connaissance », « on ne sait
pas où… », « on ne sait pas combien ». Ces propos sont inquiétants.
M. Raymond AUFFRAY : Du point de vue judiciaire, j’ai eu à traiter de nombreux
dossiers sur le sujet, notamment des expertises liées au problème des pièces adaptables. Il
s’agit d’un sujet dont la discussion requiert du temps et qui pourrait s’inscrire dans le
cadre de la table ronde sur la maintenance.
— 178 —
M. le Rapporteur : Je pense que la contrefaçon concerne les constructeurs dans leur
ensemble et qu’on ne saurait négliger un phénomène qui nuit aux intérêts financiers ainsi
qu’à la renommée de ces constructeurs : Boeing, Dassault… On ne peut avoir le réflexe de
détourner la tête, ne serait-ce parce que cela fait perdre des clients, baisser le chiffre
d’affaires. Derrière, c’est la renommée de l’appareil et de la marque qui est atteinte.
M. Raymond AUFFRAY : Pour montrer la complexité du sujet, on peut citer l’exemple
d’une société fabriquant des freins pour une autre qui fabrique des avions. Si une pièce est
livrée directement par le fabricant de freins, sans l’intervention du constructeur des
avions, cette pièce peut être considérée comme une pièce adaptable alors qu’elle est
rigoureusement identique à la pièce certifiée.
M. Jacques RENVIER : Je voudrais revenir sur la formation qui constitue l’une de nos
priorités.
En ce qui concerne la maintenance, tout d’abord, il faut prendre le facteur
humain dans la conception, pour limiter les possibilités d’erreur devant lesquelles sont
parfois placés les personnels de maintenance ; ensuite, il convient de renforcer la
formation. Il faut convaincre les compagnies aériennes d’envoyer leur personnel se
former. Nous avons un centre de formation à Montereau, qui voit passer quelque 1 200
stagiaires par an, représentant soixante compagnies aériennes. Nous proposons également
des formations sur sites, dans les ateliers des compagnies aériennes. La promotion de la
formation est, pour moi, un élément extrêmement important.
Pour faire suite aux propos de M. Jouty sur la fiabilité des moteurs CFM 56,
je préciserais que ces moteurs enregistrent un arrêt en vol toutes les 200 000 heures, ce qui
équivaut à un seul arrêt en vol dans la vie de quatre avions. Il revient aux pilotes de dire
s’ils sont suffisamment formés et entraînés à gérer une telle situation.
Pour ce qui est des pièces PMA 1 …
M. Claude SCHMITT : Ce sont des pièces de rechange qui ne sont pas des pièces
fournies par le constructeur d’origine.
M. Jacques RENVIER : Il y a les pièces de contrefaçon et celles qui sont approuvées par
les autorités, notamment la FAA, et qui ont donc une existence légale.
Mme la Présidente : Elles sont approuvées, mais ne viennent pas du même constructeur ?
Est-ce cela ?
M. Jacques RENVIER : Absolument et c’est un vrai souci car, historiquement, cela a
commencé par de petites pièces – des tubes, des supports, des boulons – alors que
maintenant on fait la promotion d’ailettes de réacteur. Le réacteur est un système
extrêmement complexe, où tout inter réagit en terme de conception. Introduire des ailettes
sur des turbines HP, c’est-à-dire à haute pression, affecte la durée de vie de disques qui
pèsent 70 kg et qui tournent à 15 000 tours/minute. C’est une vraie préoccupation car ces
pièces ne sont pas soumises à la même rigueur, à la même qualité de démonstration, de
certification. Elles sont réalisées par des personnes qui n’ont pas, non plus, une vision
globale système du moteur.
M. le Rapporteur : Quelle est l’importance économique du phénomène ?
1
Parts manufacturer approval
— 179 —
M. Jacques RENVIER : Pour l’ensemble des moteurs CFM, toutes pièces confondues,
cela représente de 4 à 5 % du chiffre d’affaires. On commence à voir installer des aubes
de turbines – certains avions de grandes compagnies en sont équipés – ou des aubes de
compresseurs à haute pression, ce qui, selon nous, pose le problème d’assurer la
navigabilité et la sécurité. Ce sont généralement des PMA, approuvées par la FAA, mais
le parcours de validation de ces pièces ne répond absolument pas aux règles que nous
observons pour la validation des moteurs. En outre, ces approbations ne sont pas toujours
réalisées par la FAA spécialisée dans les moteurs, mais peuvent être délivrées par des
bureaux de la FAA ayant d’autres compétences.
M. Roger SIMON : L’existence de la contrefaçon dans la production des pièces de
rechange est un problème qui a été identifié. Un document a été émis par les JAA il y a un
an ou deux pour donner à chacun – autorités, constructeurs, ateliers de maintenance – les
moyens de détecter ces pièces qui pouvaient arriver dans les ateliers. Ce problème n’est
plus ignoré. Des travaux sont en cours pour éviter que ce genre de pièces ne soit installé
sur les avions.
Avec la création de l’Agence européenne, a été introduit un système de
marquage spécifique pour toutes les pièces qui ne viennent pas du système constructeur.
Autrement dit, il est possible de concevoir des pièces de remplacement, mais la
conception doit être approuvée et le marquage explicite. Le système permet donc de
savoir tout de suite qu’une pièce n’est pas une pièce du constructeur.
S’agissant du problème des moteurs que l’on a évoqué, il met en présence,
d’un côté, les motoristes et, de l’autre, les industriels qui s’estiment capables de produire
ce genre de choses. Un débat est en cours. Pour les autorités, il importe que la certification
en bonne et due forme de ces pièces assure un niveau de sécurité satisfaisant. Je reconnais
que beaucoup reste à faire dans le domaine des moteurs et qu’il convient de rester très
prudent dans la validation des pièces de rechange des moteurs.
Mme la Présidente : Pour prendre un exemple, si vous avez un stylo à plume Montblanc
et que vous utilisez une cartouche normalisée, le jour où vous aurez un ennui, chez
Montblanc, on vous répondra que vous n’aviez qu’à utiliser des cartouches de la marque.
Cela signifie qu’il y a des incidences en terme de sécurité au niveau des pièces. Monsieur
Auffray a évoqué un nombre important de procès. Nous serions intéressés par des
informations sur ce sujet et nous reviendrons avec vous sur le sujet dans le cadre de la
future table ronde sur la maintenance.
M. Bernard CATTEEUW : Le sigle Pma signifiant Parts manufacturer approval, cela
veut dire qu’il s’agit de pièces approuvées par les autorités. Cette procédure répond au
souci de favoriser la compétition. Les turbines du CFM 56 étant réalisées par la
SNECMA, il en existerait donc une source unique. L’autorité législative a jugé nécessaire
d’introduire la compétition en permettant que d’autres fournisseurs travaillent sur les
mêmes pièces. Nous avons nous-mêmes été critiqués, car nous avions dénié à d’autres
fournisseurs la capacité de faire des pièces d’avions. Le fait que la FAA autorise cette
diversification crée ici un problème.
Une question a été posée sur l’utilisation des pièces de contrefaçon.
Lorsqu’une compagnie aérienne veut une pièce de rechange, elle s’adresse à Airbus, qui
lui fournit une pièce « Airbus » avec un label « Airbus » et de la documentation
« Airbus » lui garantissant qu’elle détient une pièce d’origine. Les compagnies aériennes
ou les stations de réparation, lorsqu’elles s’adressent à un brocker, savent très bien
qu’elles ne commandent pas au fournisseur.
— 180 —
Je pense que la solution peut passer par la surveillance des stations de
réparation et des compagnies aériennes pour s’assurer qu’elles utilisent bien du matériel
fourni par le constructeur.
M. le Rapporteur : M. Simon, M. Jouty, pouvez-vous nous garantir qu’il n’existe pas, en
Europe, un atelier qui écoule de la contrefaçon ?
Mme la Présidente : Quels moyens avez-vous pour le vérifier ?
M. Roger SIMON : Au plan réglementaire, la réponse est aisée. Dans le contexte
d’agrément d’un atelier d’entretien ou de fabrication, il y a des exigences de qualité sur les
pièces utilisées. Ces ateliers sont agréés, parce qu’ils connaissent les conditions qu’ils
doivent respecter pour prendre une pièce, l’installer sur l’avion, vérifier sa documentation
et sa compatibilité. Pour aider les contrôleurs, les JAA ont élaboré des documents
d’orientation donnant des indications pour détecter les pièces de contrefaçon et expliquant
comment les rejeter.
M. Rémi JOUTY : Pour éviter toute confusion et pour revenir à la question initiale, je
classerai les pièces en plusieurs catégories :
En premier lieu, il y a les pièces de rechange fournies directement par le
constructeur qui sont emballées dans des boîtes portant le nom du constructeur.
Ensuite, il y a les pièces des équipementiers. Par exemple, le fournisseur de
freins fournit les disques de freins, conformes à la conception du constructeur. D’un point
de vue théorique, ce processus ne pose aucun problème, il se fait avec l’accord du
constructeur, selon sa conception et est, en général, favorisé par le constructeur.
Aujourd’hui, sur Airbus, la plupart des pièces de rechange ne sont pas fournies
directement par Airbus, mais par les équipementiers avec l’accord d’Airbus. Cela peut
poser des problèmes dont il serait utile de discuter dans le cadre de la table ronde sur la
maintenance. Par exemple, quels sont les moyens pratiques dont dispose l’atelier de
maintenance pour s’assurer que le fournisseur du frein donne une pièce conforme à la
définition « Airbus » ? En théorie, il n’y a pas de pas de problème de sécurité, même si, en
pratique, ce n’est pas si simple.
La troisième catégorie relève du système américain PMA, par lequel
l’autorité américaine autorise un tiers, sans l’accord du concepteur de l’avion, à produire
une pièce de remplacement. Initialement, ce système avait pour but de favoriser la
concurrence et de permettre l’installation de pièces relativement simples. C’est encore le
cas de la majorité de ces pièces. Ce peut être des porte-documents en cabine, par exemple,
des pièces relativement simples, pour lesquelles la FAA prenait la responsabilité de
confirmer que la pièce que se propose de fabriquer le fournisseur est identique à celle du
constructeur. En Europe, nous n’avons pas mis en place de système équivalent. Un audit
du système américain a été réalisé dont la conclusion a conduit à la politique mise en
œuvre en Europe qui consiste à accepter les pièces PMA d’origine américaine, sous
réserve qu’il ne s’agisse pas de pièces critiques, c’est-à-dire de pièces dont la rupture, à
elle seule, peut conduire à une catastrophe.
Mme la Présidente : Ce sont les pièces de sécurité ?
M. Bernard CATTEEUW : Non, c’est plus restreint que cela. Il y a beaucoup de pièces
de sécurité sur les avions qui sont redondantes. Si elles cassent, même si elles ont une
fonction de sécurité, cela ne suffit pas à mettre l’avion en péril. En revanche, le disque de
turbine est une pièce « critique », parce que son explosion en vol peut gravement
endommager l’avion.
— 181 —
M. Rémi JOUTY : Pour l’heure, la politique européenne est plus prudente que la
politique américaine : elle accepte ces pièces, sous réserve qu’elles ne soient pas critiques.
Cela pose la difficulté de savoir identifier ces pièces et de savoir si elles sont ou non
critiques. Cela pose donc également des problèmes de mise en œuvre. Je vous
recommande de reprendre ce sujet dans le cadre de la table ronde portant sur la
maintenance.
La dernière catégorie est celle des pièces de contrefaçon comportant une
volonté malveillante. Il est clair que personne ne souhaite voir ces pièces montées sur les
avions. Les processus destinés à contrôler ces pièces et à éviter qu’elles ne soient
installées par inadvertance seront débattus lors de la table ronde « maintenance ». Il
semble que, ce problème étant plus développé dans l’industrie américaine qu’en Europe,
les autorités américaines surveillent ce processus et émettent des recommandations chaque
fois qu’elles détectent qu’un organisme a produit des pièces non approuvées. En Europe,
nous reprenons ces recommandations.
Mme la Présidente : Je reprends la question qui peut fâcher : nous avons vu les effets de
la dérégulation aux USA. Vous avez évoqué à plusieurs reprises, au sujet de ces pièces et
de leur certification, une ouverture à la concurrence destinée à éviter les inconvénients du
fournisseur unique. Que peut-on penser de cette libéralisation : induit-elle des risques
accrus ?
M. Roger SIMON : La façon dont la réglementation européenne a été conçue sur ce sujet
ne permet par d’employer le terme de « dérégulation ». On a le même niveau d’exigence
pour approuver le design, la conception, présentés par quelqu’un d’autre que le
constructeur que celle qu’on a envers le constructeur lui-même.
Le règlement est construit de telle sorte que si un dossier d’homologation
d’une pièce est soumis à l’autorité, il sera instruit par celle-ci afin de vérifier la conformité
de la pièce au règlement de sorte que la production de telle pièce sera autorisée. Enfin, le
marquage spécifique, dont les règles sont entrées en vigueur lundi dernier, permettra,
grâce à l’apposition, sur ces pièces, des lettres spécifiques : EPA, – European part
approval – de les identifier immédiatement. Les personnes qui achètent ces pièces
sauront, par ce moyen, que ce ne sont pas des pièces d’origine du constructeur.
En ce qui concerne les moteurs, je rejoindrai M. Renvier. Par exemple, dans
le système américain, pour montrer qu’une ailette seule est bonne, il est demandé
beaucoup moins de travail que ce qui est demandé au constructeur du moteur pour
démontrer la même conformité, puisque le constructeur certifie un moteur complet avec
des ailettes ; s’il remplace les ailettes, il repassera par un processus relativement lourd. Il y
a donc un réel problème du côté des moteurs, mais qui est quelque peu balisé par le
système que nous appliquons aux pièces critiques. Cependant, nombre de pièces peuvent
être fabriquées ou conçues par d’autres que le constructeur, avec la même qualité.
Le point critique du sujet réside dans l’identification précise des « zones » qui
peuvent être traitées par d’autres industriels que le constructeur.
Mme la Présidente : Le souci me semble s’apparenter à celui qui s’est exprimé lors de la
discussion du deuxième paquet ferroviaire, en termes d’interopérabilité et de sécurité du
matériel de rechange, avec cette différence qu’en cas d’accident, le ferroviaire ne présente
pas les mêmes risques que l’avion.
M. Jacques RENVIER : La compétition est une chose normale, mais elle doit également
prévaloir pour la rigueur avec laquelle sont développées et certifiées les pièces.
— 182 —
Pour prendre l’exemple d’un disque, qui est une pièce critique, sa durée de
vie peut être modifiée par les pièces que l’on monte dessus. J’ignore l’impact que peuvent
avoir, sur la durée de vie du disque, des ailettes qui ne sont pas produites par le
constructeur. Des éléments apparemment insignifiants, un changement de masse ou de
caractéristiques mécaniques (vibrations), peuvent avoir des effets sur la durée de vie du
disque. Certaines pièces ne peuvent pas être conçues, isolément, sans prendre en compte
l’ensemble du système.
M. Francis TRUCHETET : Je voudrais apporter deux précisions au sujet des pièces de
rechange douteuses. D’une part, il me paraîtrait extrêmement choquant que des pièces
PMA, qui ne sont pas produites par le constructeur, soient autorisées sans l’approbation
du constructeur. J’accepte l’idée d’une certaine concurrence, mais il faudrait aussi
qu’Airbus ou la SNECMA donnent leur accord pour que de telles pièces puissent être
montées sur leurs avions ou moteurs. Si l’autorité s’arroge le droit d’autoriser ces pièces,
il prend, de facto, la responsabilité en cas d’accident.
D’autre part, bien que les pièces de contrefaçon, évoquées par M. Catteeuw,
relèvent plutôt du domaine de la maintenance, je voudrais signaler que le prix d’une pièce,
dès qu’il s’agit d’un avion, est multiplié environ par dix par rapport à son coût de
fabrication, en raison des frais induits par la certification et les tests. Vous imaginez bien
qu’il peut être tentant pour certaines personnes de vendre une pièce dix fois le prix qu’elle
leur a coûté. Pour les pièces de contrefaçon, il s’agit souvent de personnes peu
scrupuleuses qui utilisent les numéros de pièces détruites pour commercialiser des pièces
non conformes. Il s’agit principalement d’un problème de maintenance.
M. la Présidente : Tout cela est intéressant, mais pas rassurant !
Au milieu de tous ces contrôles qui, pour certains sont faits très rapidement,
un regard particulier est-il porté sur les low costs, ou sur certaines compagnies charters au
niveau des pneumatiques ? On sait qu’il s’agit d’un matériel soumis à de très fortes
contraintes, essentiel pour la sécurité – on l’a vu pour le Concorde. Entendre que les pneus
d’avion ne sont pas toujours gonflés à la bonne pression n’est pas fait pour me rassurer.
Des contrôles sont-ils effectués ou passe-t-on rapidement sur ce type de
« détails » ?
M. Jean COURATIER : Que ce soit un avion Airbus ou Boeing exploité par un low cost
ou une compagnie majeure, il ne peut être monté sur un avion qu’un pneumatique dont la
part number est listée sur le manuel d’installation, c’est-à-dire seulement si le fabricant de
l’avion a accepté que ces pneus puissent y être montés, et qu’il a vérifié que les systèmes
de freinage, l’encombrement en soute, etc. étaient compatibles. Les low costs et les
opérateurs majeurs subissent la même contrainte : s’ils utilisent un avion Airbus, ils ne
peuvent monter que des parts numbers approuvées par Airbus pour ce qui concerne le
pneumatique. Je suis surpris que la règle qui s’applique aux pneumatiques ne s’applique
pas aussi aux disques des moteurs SNECMA.
M. Rémi JOUTY : S’agissant de la conception, c’est-à-dire la possibilité de modifier un
avion ou d’installer des pièces d’une conception différente de celle du constructeur,
aujourd’hui, les compagnies aériennes majeures disposent souvent d’un bureau d’études et
des capacités qui leur permettent de concevoir elles-mêmes des modifications sur leurs
avions. Par exemple, régulièrement, Air France modifie les cabines de ses avions. La
compagnie assume tout à la fois la conception de la modification, nous présente le dossier
de la certification et installe la modification.
— 183 —
En général, les compagnies low costs ont un bureau d’étude réduit au strict
minimum et pour ces raisons renoncent à effectuer elles-mêmes une conception. En
général, elles se limitent à installer des solutions conçues par le constructeur. Du point de
vue conception, je n’ai donc pas de souci avec les low costs.
Mme la Présidente : Madame, messieurs, je vous remercie tous de votre participation.
— 185 —
Table ronde sur la sécurité dans l’exploitation des aéronefs
regroupant
Mme Geneviève MOLINIER et M. Jean TEILLET, Service de la formation
aéronautique et du contrôle technique (SFACT) à la DGAC,
M. Laurent BARTHÉLÉMY et M. Bertrand de COURVILLE, Air France,
M. Jérôme BANSARD et M. Francis TRUCHETET, Syndicat national des pilotes de
ligne (SNPL),
M. Georges REBENDER, JAA (Joint aviation authorities)
(Extrait du procès-verbal de la séance du 7 avril 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Madame et messieurs, je vous remercie de votre présence. Cette
réunion s’inscrit dans le cadre d’une série d’auditions thématiques organisées par notre
mission sur les différents aspects de la sécurité aérienne.
La table ronde qui nous réunit aujourd’hui est consacrée à l’exploitation. Sous
ce vocable – on utilise aussi le terme d’« opération » tiré de l’anglais –, sont regroupées
les règles opérationnelles relatives à l’utilisation des aéronefs par les compagnies
aériennes, notamment les procédures de navigation et leur contrôle, telles qu’elles
résultent de l’annexe 6 de la convention de Chicago. Chacun de vous pourra compléter
cette définition si elle lui paraît insuffisante.
Je souhaiterais qu’émergent de cette table ronde les problèmes que pose
l’exploitation des aéronefs en terme de sécurité. En effet, les développements
technologiques extrêmement rapides et importants de ces dernières années mettent dans le
ciel des avions bien plus nombreux, de plus en plus grands, transportant un nombre sans
cesse croissant de passagers. Ces transports sont aussi de plus en plus sophistiqués et les
hommes qui les pilotent voient leurs responsabilités s’accroître. J’espère que cette
audition nous permettra de nous informer sur les pistes d’amélioration auxquelles les
régulateurs et les compagnies réfléchissent car nous souhaiterions pouvoir rassurer les
utilisateurs du transport aérien et suggérer des conclusions concrètes.
Je propose que chacun se présente brièvement, puis, je donnerai la parole aux
représentants de la DGAC qui nous feront une courte présentation de la réglementation
sur la sécurité dans l’exploitation des aéronefs. Ensuite, ceux d’entre vous qui souhaitent
donner un point de vue global pourront s’exprimer et nous procéderons ensuite à un débat.
Mme Geneviève MOLINIER : Je suis l’adjointe au chef de la division exploitation du
SFACT, service de la formation aéronautique, et du contrôle technique de la DGAC, dont
la mission essentielle est de s’assurer de l’efficacité et de la cohérence du système global
de contrôle technique en France, contrôle portant principalement sur les entreprises
françaises. Ce contrôle technique est organisé en France, pour partie, au SFACT qui
supervise directement la compagnie Air France et, de façon déconcentrée, dans les
directions régionales de l’aviation civile pour toutes les autres compagnies aériennes
françaises.
M. Jean TEILLET : Je suis adjoint au chef de division réglementation du SFACT. Cette
division couvre tous les domaines réglementaires relatifs à la construction, à l’entretien et
à l’exploitation des aéronefs ainsi qu’aux licences du personnel. Elle est chargée
d’élaborer la réglementation française, de coordonner le travail des experts de la DGAC
au sein des groupes de travail internationaux et de transposer les normes internationales en
— 186 —
droit français, bien entendu, en coopération avec les autres divisions du SFACT et en
concertation avec les différents acteurs du système aéronautique français.
M. Francis TRUCHETET : Je suis commandant de bord d’un Boeing 777 chez
Air France, membre du syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) et de la commission
technique de ce syndicat. Je représente ce syndicat au sein de l’IFALPA1, qui est la
fédération internationale des associations de pilotes de ligne, dans un groupe traitant de la
certification et de l’opération des avions. A ce titre, je représente aussi l’IFALPA au sein
de la division des JAA en charge des opérations dont le directeur est M. Rebender, l’OST2.
M. Jérôme BANSARD : Je suis vice-président du SNPL et commandant de bord chez
Air France. J’accompagne notre expert, M. Truchetet.
M. Bertrand de COURVILLE : Je suis commandant de bord chez Air France et
responsable du service prévention et sécurité des vols. Ma mission est le recueil des
retours d’expérience par différents canaux et la mise en place d’une politique de
prévention au sein de la compagnie. Je travaille en partenariat avec le service
assurance qualité, représenté ici par M. Barthélémy.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Je suis directeur qualité pour Air France. Ma fonction
consiste à surveiller le bon fonctionnement du système qualité d’Air France dans le
domaine réglementaire – nous reviendrons sans doute sur la notion de « système
qualité » – et d’assurer la sécurité des vols, mais également de répondre, dans les autres
domaines, aux attentes de nos clients, qu’elles soient implicites ou explicites.
M. Georges REBENDER : Je travaille aux JAA, comme directeur des opérations
aériennes et suis responsable, à ce titre, de trois processus.
Le premier est le processus réglementaire qui vise à établir la réglementation
relative à l’exploitation des aéronefs au niveau des JAA, qui est une structure regroupant
trente-sept Etats membres européens au travers d’accords dits « accords de Chypre ».
Le deuxième processus est celui « de standardisation ». Nous effectuons
l’audit des trente-sept Etats membres sur l’application du code européen et, à la suite des
visites de standardisation, nous recommandons – ou pas – la reconnaissance mutuelle des
certificats de transport aérien.
Le troisième est un processus de vérification de l’adéquation entre l’avion
récemment certifié et son adaptation opérationnelle, dont le nom technique est JOEB.
Mme la Présidente : Je vous remercie. Comme prévu, je demanderai aux représentants
de la DGAC et des JAA de nous donner les principales directions dans lesquelles ils
travaillent pour la réglementation concernant la sécurité dans l’exploitation.
M. Jean TEILLET : Je me propose de commencer par vous exposer le cadre
international et l’annexe 6 de la convention de l’OACI.
Je rappelle que l’annexe 6 de la convention de l’OACI est divisée en trois
parties : une première portant sur le transport public par avion ; une seconde relative à
l’aviation générale internationale pour les avions ; et une troisième concernant les
1
2
International Federation of Airline’sPilots Aassociations
Operations sectorial team
— 187 —
hélicoptères, elle-même divisée en deux sections, l’une pour l’aviation générale et l’autre
pour le transport public.
Sachant que les règles concernant les hélicoptères sont très voisines de celles
concernant les avions et que les grands principes du transport public par hélicoptère
rejoignent ceux du transport public par avion, je ne traiterai que la première partie qui
devrait suffire à votre information.
Il est tout d’abord rappelé dans cette annexe que l’exploitant doit respecter les
lois, règlements et procédures de l’Etat sur le territoire duquel se trouvent ses appareils.
Ensuite, est posée une exigence générale de mise en place d’un programme de
prévention et de sécurité des vols, étant précisé que ce programme sera renforcé à compter
du 1er janvier 2005, l’annexe prévoyant que pour les appareils de plus de 27 tonnes soit
mis en place un système de programme d’analyse des données de vols.
Le chapitre qui suit porte sur les conditions générales, parmi lesquelles
l’exigence essentielle selon laquelle l’activité de transport public est subordonnée à la
possession d’un permis d’exploitation aérienne délivré par l’Etat de l’exploitant. Le
certificat de transporteur aérien – CTA dans notre jargon – se fonde sur une organisation
appropriée, une méthode de contrôle et de supervision des vols, un programme de
formation et sur des dispositions en matière d’entretien. Ces règles sont, bien entendu,
adaptées à la nature des vols réalisés par l’entreprise.
Viennent ensuite différents chapitres techniques.
Le premier concerne les normes de préparation et d’exécution des vols. Le
second indique les limites d’emploi relatives aux performances (distances de décollage et
d’atterrissage, performances en croisière), les règles relatives aux équipements et
instruments de bord qui doivent être adaptées à la nature du vol, (vol de nuit, vol aux
instruments, vols dans les espaces réglementés ou autres), les règles d’équipements de
communication et de navigation qui sont adaptées aux besoins des services de circulation
aérienne. Le troisième porte sur les normes d’entretien.
Les deux chapitres suivants ont trait aux règles relatives à la composition de
l’équipage, sa formation et ses qualifications, l’un étant consacré à l’équipage technique
– pilotes et mécaniciens navigants – l’autre à l’équipage de cabine.
Le sixième chapitre comprend des recommandations sur les agents techniques
d’exploitation, c’est-à-dire les personnels affectés à la préparation des vols.
Le septième a trait à la documentation que l’exploitant doit établir pour
décrire ses méthodes de travail et, par conséquent, les procédures qu’il utilise.
Enfin, un dernier chapitre s’intéresse aux normes en matière de sûreté qui,
bien entendu, après les malheureux événements de 2001, ont été renforcées très
récemment.
Un groupe de travail composé d’experts de l’exploitation technique – l’OPSP,
operations panel dans le jargon OACI – étudie actuellement un certain nombre
d’évolutions concernant, d’une part, l’exploitation « rayon d’action étendue » – l’ETOPS
et l’EROPS dans notre jargon – qui concernent l’exploitation sur de grandes distances,
— 188 —
soit d’avions bimoteurs soit d’avions tri ou quadrimoteurs, et, d’autre part, les précautions
particulières à prendre en cas de problèmes en vol.
Ce groupe de travail s’intéresse également à un certain nombre d’évolutions
touchant à l’amélioration des capacités aéroportuaires – procédures d’atterrissage, sur des
pistes parallèles, sur des pistes sécantes – destinées à améliorer les capacités de
fluidification de la circulation aérienne.
Des réflexions sont également conduites sur la réduction du bruit ; il s’agit
notamment d’étudier comment concilier la sécurité des vols et les mesures de réduction du
bruit. D’autres réflexions portent sur la limitation des temps de vol pour préciser
l’exigence actuelle de l’annexe 6 qui est libellée en termes trop généraux.
D’autres sujets d’étude, qui intéressent moins votre mission, portent sur
l’exploitation d’avions monomoteur en IFR1 (règles de vol aux instruments),
l’exploitation d’avions monopilote, ainsi que l’expérience et la qualification des pilotes.
Mme la Présidente : Je précise – puisque vous venez d’évoquer cette question – que, si
nous en avons le temps, je souhaiterais aborder la question des capacités aéroportuaires,
des problèmes d’approche, de densité des avions et de couloirs car nous voudrions
apprécier les conséquences des dernières modifications des procédures d’approche sur les
problèmes de sécurité.
Mme Geneviève MOLINIER : Si vous en êtes d’accord, il serait nécessaire de présenter
d’abord le cadre européen, puisque la réglementation française est issue de celle élaborée
dans le cadre des JAA. J’expliquerai ensuite comment nous appliquons cette
réglementation, en France.
Mme la Présidente : Je vous en prie.
M. Georges REBENDER : La sécurité du transport aérien tant au plan international que
national repose sur trois piliers.
Le pilier majeur est le certificat de transport aérien (CTA), mentionné par
M. Teillet, qui est partie intégrante de la convention de Chicago dans son annexe 6. Nul
ne peut entreprendre le transport de personnes, de postes ou de marchandises contre
rémunération, s’il n’est en possession d’un certificat de transport aérien délivré par
l’autorité compétente, celle-ci étant l’autorité nationale.
Le deuxième pilier concerne la réglementation à laquelle est subordonnée
l’obtention du certificat de transport aérien. Comme le disait M. Teillet, la réglementation
des JAA est élaborée à travers un processus réglementaire que je préside. Ce processus
culmine dans un code dont le nom est JAR OPS – JAR OPS 1 pour le transport
commercial par avion et JAR OPS 3 pour le transport commercial par hélicoptère – et qui
est transposé au niveau national.
La troisième étape est l’application de ces règlements par l’exploitant.
Dans ce but, nous disposons de règles et de procédures – dont le nom
technique est JIPS, Joint implementation procedures – permettant de vérifier que le
certificat de transport aérien est délivré selon les normes réglementaires. Il revient à
1
« Instrument flight rules »
— 189 —
l’autorité nationale de délivrer, renouveler et de modifier le certificat de transport aérien
en cas de changement d’appareil ou de structure de route, par exemple, voire de le retirer.
Obligation est donc faite à nos Etats membres de surveiller de façon continue l’exploitant.
L’application du code s’opère ainsi à travers un double système de contrôle :
le certificat de transport aérien qui a une durée de vie déterminée, de l’ordre de deux ans,
soumis à renouvellement mais aussi, au cours de ces deux années, la surveillance, en
continu, de l’exploitation par les autorités nationales des Etats membres, au travers
d’audits – dont certains peuvent être non programmés – qui ont pour objet de vérifier que
l’exploitant respecte bien les exigences réglementaires traduites dans le manuel
d’exploitation, l’ « operating manual ».
Mme Geneviève MOLINIER : Pour ajouter quelques précisions sur la situation
française, je dirais qu’en France, nous avons repris la réglementation JAR OPS dans
l’OPS 1 pour les avions exploités en transport public et la réglementation JAR OPS 3, par
le règlement l’OPS 3, pour les entreprises exploitant des hélicoptères en transport public.
Les grands thèmes de cette réglementation vous ont été présentés. Il est vrai
que tout tourne autour du certificat de transporteur aérien que la DGAC, en tant
qu’autorité nationale, délivre aux compagnies françaises. Il est important de rappeler que
c’est effectivement l’autorité nationale qui est totalement en charge de la surveillance des
exploitants basés sur son territoire. C’est vraiment une responsabilité de l’Etat de
l’exploitant au sens de la convention de Chicago. En France, nous sommes donc
responsables de la supervision des compagnies françaises.
A ce titre, l’autorité est organisée comme je vous l’ai déjà rapidement
indiqué. En tant que SFACT exploitation, nous assurons le contrôle direct de la
compagnie Air France et les directions régionales de l’aviation civile –au nombre de sept
sur le territoire métropolitain, auxquelles s’ajoutent les directions d’outremer – sont
chargées de surveiller les compagnies qui ressortent de leur champ de compétence
territoriale.
Pour harmoniser ce système de contrôle technique et faire en sorte que toutes
les compagnies soient surveillées selon les mêmes procédures, nous avons repris dans un
manuel français – le manuel du contrôle technique des entreprises de transport aérien
public –, les méthodes et procédures de contrôles issues principalement des JAA que
M. Rebender vous a brièvement présentées – dénommées dans le système JAA, les « Joint
implementation procedures » – c’est-à-dire la façon dont on délivre un CTA à une
compagnie, dont on la surveille, dont on délivre les approbations nécessaires inclues dans
la réglementation. Ce manuel, mis en place au même moment que l’OPS 1, en 1998 pour
les compagnies de transport aérien françaises, a été élaboré avec toutes les parties
prenantes au système du contrôle technique.
S’il est important de délivrer un CTA après une enquête très approfondie sur
l’organisation de l’exploitant, la façon dont celui-ci maîtrise son exploitation, dont son
système qualité fonctionne et les moyens qu’il a mis en place pour assurer son
exploitation, il est tout aussi important de réaliser, par le biais de modes de surveillance
divers, un contrôle continu de l’exploitation de ces compagnies. Nous avons donc mis en
place plusieurs modes de surveillance.
Tout d’abord la surveillance sur documents. Toute compagnie dispose
nécessairement d’un référentiel documentaire très important dont le manuel
d’exploitation, qui est l’un des référentiels réglementaires et que l’autorité doit agréer.
Plusieurs services de la DGAC participent à la vérification de ce manuel.
— 190 —
Nous inspectons également tous les grands domaines de l’exploitation d’une
compagnie. Des pilotes appartenant à l’organisme de contrôle en vol de la DGAC
effectuent des contrôles en vol inopinés. De même, nous étudions les programmes de
maintien de compétences des personnels navigants.
Enfin, nous effectuons, une fois ou deux par an, avec tous les services
impliqués dans le contrôle technique, des inspections complètes de compagnies.
Je ne reviens pas sur le contenu du règlement l’OPS 1, dont on vient de vous
détailler les différents domaines d’application.
Mme la Présidente : J’aimerais maintenant savoir ce que pense Air France de cette
réglementation et de la façon dont elle est appliquée, puis, connaître l’avis de ceux qui en
sont les utilisateurs, c’est-à-dire les pilotes.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Je me propose de vous décrire brièvement comment on
applique et l’on vit cette réglementation à Air France.
Je parlais tout à l’heure d’un système qualité. Ce système, qui est une
obligation du règlement européen et qui, donc, s’applique dans sa traduction française,
correspond à un certain nombre de caractéristiques ou d’obligations que l’on peut
rapidement décrire, puis illustrer par quelques exemples.
Tout part d’une politique portée au niveau des plus hauts responsables de la
compagnie, au sens de l’OPS 1, et qui implique une intégration complète dans la stratégie
d’entreprise et un rappel régulier de la notion de sécurité des vols, avec les moyens
nécessaires.
Au-delà de cette politique, il y a une organisation. Celle-ci est décrite en
détail dans le manuel d’exploitation, qui est soumis à la DGAC. Celui-ci décrit très
précisément la chaîne des responsabilités, depuis le dirigeant responsable en passant par
les principaux responsables des opérations aériennes, des opérations au sol, de la
maintenance, du responsable qualité que je suis et qui, à ce titre, rend compte directement
au dirigeant responsable, sans oublier les responsabilités liées à la formation et autres. Le
nom de la personne responsable est cité dans le manuel d’exploitation. Ce n’est donc pas
abstrait, c’est vraiment extrêmement concret. Cette organisation doit, bien sûr, s’assurer
que l’ensemble des acteurs, y compris ceux du terrain, sont pleinement impliqués dans la
garantie de la sécurité des vols et, pour cela, disposent des compétences nécessaires, des
moyens suffisants, de l’accès à la réglementation, etc. Le personnel joue donc un très
grand rôle dans cette organisation.
L’une des bases de la sécurité des vols est que la compagnie dispose d’un
référentiel conforme aux réglementations en vigueur, tenu à jour régulièrement, accessible
à l’ensemble des acteurs, réaliste et suffisamment précis dans sa définition.
Puis, la compagnie doit disposer d’une assurance qualité, c’est-à-dire d’une
organisation chargée de donner confiance : confiance aux clients qui vont prendre nos
avions, confiance au management de l’entreprise et confiance à l’autorité qui nous
surveille en s’appuyant sur un certain nombre d’outils, dont deux, essentiels : le retour
d’expérience et les audits.
Le retour d’expérience repose sur l’idée que pour progresser, il faut avoir
connaissance des incidents que rencontre une compagnie à tout moment de l’exploitation
– au sol, en vol, après le vol, lors de la maintenance, etc. Il faut connaître ces très
— 191 —
nombreux événements, savoir trier ceux qui sont pertinents, intéressants, récurrents, les
analyser, y apporter des solutions, et vérifier que ces dernières sont pertinentes et
résolvent bien le cas. Bref, il faut fonctionner dans le cadre d’une boucle qualité de type
très classique pour ceux qui ont fait un peu de qualité. Il s’agit de viser une amélioration
continue grâce à la connaissance des événements et l’élaboration de solutions qui rendent
impossible leur renouvellement.
Nous y reviendrons, si vous le voulez, lors de la présentation de
M. de Courville, qui pourra illustrer ce propos dans le domaine des opérations aériennes.
Mais cela existe dans tous les autres domaines de la compagnie.
Nous réalisons aussi des audits grâce à des corps d’auditeurs dûment formés
et qui, sur la base d’un plan d’audit établi en début d’exercice et soumis à notre autorité,
vont « auditer » telle ou telle partie de notre organisation, de notre exploitation. Cela peut
toucher une escale, un atelier de maintenance, tel ou tel service des opérations aériennes,
la préparation des vols, etc. On s’assure que, dans le plan d’audits, toutes les composantes
de la compagnie sont bien couvertes.
Ce plan d’audits représente environ 250 audits par an. Pour fixer un ordre de
grandeur, cela représente pour Air France un audit tous les jours ouvrables. A ces audits
que nous réalisons nous-mêmes s’ajoutent, comme le décrivait précédemment
Mme Molinier, ceux que fait chez nous notre autorité, sans oublier ceux que peuvent être
amenés à faire, chez nous, nos partenaires notamment dans le domaine des partages de
code, tout comme nous sommes conduits à en faire chez eux pour vérifier que leur niveau
d’organisation et de conformité est convenable.
Le dernier élément, et non des moindres, qui permet de faire fonctionner ce
système qualité et de garantir la sécurité des vols, c’est-à-dire tout ce qui est réalisé en
matière de prévention.
Je parlais tout à l’heure de retour d’expérience, on est alors dans une situation
où un événement s’est produit, qui peut être tout à fait mineur, sans aucune conséquence
opérationnelle, mais qui nous gêne tout de même. Faire de la prévention, c’est aller audelà. Il s’agit de réagir, alors qu’aucun événement de ce type ne s’est produit chez nous,
mais qu’il a pu se produire dans une autre compagnie ou qu’il pourrait intervenir chez
nous. Nous remontons alors très en amont des accidents possibles et nous élaborons des
défenses.
Le modèle très couramment utilisé dans le domaine du transport aérien, est
celui des plaques de Reason : on identifie un certain nombre de menaces par rapport
auxquelles on place des plaques de défense – formation, équipements des avions,
procédures adaptées, etc. – et nous essayons de faire en sorte qu’aucun événement
circonstanciel ne puisse traverser ces plaques jusqu'à l’accident. Nous nous assurons
qu’existe toujours une plaque qui, au dernier moment, va bloquer le processus pour qu’il
ne se transforme pas en accident. Les dernières plaques sont, bien entendu, les acteurs de
terrain et très souvent les équipages, mais cela peut être aussi le mécanicien qui délivre
l’avion après avoir fermé le capot du moteur.
Tous les acteurs, notamment les acteurs opérationnels, sont pleinement
impliqués dans ces démarches. Cela nous amène à conduire des travaux assez élaborés
dans le domaine des facteurs humains, puisque évidemment, l’homme est partout présent
dans ce processus, même si les progrès techniques ont été considérables.
Cela se traduit également au niveau des partenariats. Air France est en
partenariat avec un grand nombre de compagnies aériennes, sous des formes diverses :
— 192 —
partages de code, affrètements, opérations de franchise… Nous ne décidons de lancer ou
de prolonger ces opérations de partenariat que dans la mesure où nous vérifions, le plus
souvent sous forme d’audits, que nos partenaires sont à un niveau de conformité
satisfaisant. Nous pourrons vous décrire en détail cet aspect qui est important pour nous,
puisqu’il permet notre ouverture sur le monde extérieur.
Mme la Présidente : M. de Courville, avez-vous des précisions à ajouter pour
Air France ?
M. Bertrand de COURVILLE : Je pourrais évoquer très brièvement la « culture de
sécurité » d’Air France, selon le terme parfois utilisé. Au-delà des exigences
réglementaires, qui ont été abordées ici, il y a la traduction que l’on peut en faire à travers
une « culture de sécurité », c’est-à-dire un ensemble de préoccupations, de valeurs, de
réflexes partagés au sein d’une entreprise pour faire face au risque d’accident et le réduire
au maximum.
Pour entretenir cette culture de sécurité, il est important d’informer, de créer
au sein de l’entreprise une réelle transparence et d’encourager celle-ci afin que le niveau
d’information de l’ensemble des acteurs de l’entreprise soit le meilleur possible pour,
précisément, avoir et faire vivre cette préoccupation de sécurité. L’animation et le soutien
d’une politique de prévention au sein d’une compagnie sont essentiellement fondés sur
cette culture : faire en sorte que tout ce qui peut être tiré de l’exploitation quotidienne en
matière de leçons, d’amélioration continue de l’exploitation au sein de l’organisation ou
au niveau des individus, soit mis en place. Nous encourageons donc vivement le retour
d’expérience et, dans ce but, nous avons mis en place des canaux de retour d’expérience,
permettant la circulation de l’information au sein de l’entreprise.
Concrètement, des comptes rendus obligatoires doivent être produits dans
certaines circonstances par les équipages mais aussi par la maintenance et les différents
acteurs de l’exploitation. Il y a aussi les rapports spontanés qui peuvent être intéressants
pour le travail de prévention. Puis, il y a l’analyse systématique des vols évoquée
précédemment. Elle fait aujourd’hui l’objet d’un travail au niveau européen et devrait
devenir une exigence réglementaire en 2005.
Certaines compagnies ont été leader dans ce domaine, dont Air France qui,
depuis trente ans, conduit un programme d’analyse systématique de tous les paramètres
enregistrés à bord des avions. C’est un travail collectif, source d’information intéressante
pour tirer les leçons issues de l’exploitation.
Nous nous appuyons donc sur des rapports d’équipage, sur l’analyse
systématique des vols et, bien entendu, ce qui est peut-être plus évident, sur l’analyse des
véritables incidents, ceux qui demandent la mise en place d’une enquête, l’information des
autorités, tous visant le même objectif d’amélioration permanente de l’exploitation.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Pour illustrer de façon très concrète la notion de retour
d’expérience, je préside tous les mardis après-midi une réunion au cours de laquelle une
vingtaine de représentants qui ont analysé, chacun dans leur domaine, les événements
pertinents et significatifs de la semaine précédente et les ont triés, viennent les présenter,
étudier la réponse à y apporter et en discuter, éventuellement, avec d’autres composantes
de l’entreprise, car ces événements peuvent avoir des applications transversales.
Au vu des rapports présentés au cours de cette réunion, soit des actions
mineures sont décidées, soit l’événement est mis en exergue et donne lieu à une enquête
extrêmement détaillée avec un rapport communiqué à notre autorité qui débouche sur des
actions correctives enregistrées dans notre système de suivi et dont nous vérifions, bien
— 193 —
évidemment, la mise en œuvre dans des délais impartis, avec une « revue » régulière
auprès du dirigeant responsable pour lui dire à quel rythme nous clôturons nos actions
correctives.
Pour dire simplement, un « système qualité » produit, en fait, des actions
correctives que l’on souhaite pertinentes et dont on doit vérifier en permanence qu’elles
sont mises en œuvre et répondent bien au défaut que l’on cherche à corriger.
Mme la Présidente : La théorie semble parfaitement en place. Qu’en est-il de la
pratique ? Quel est l’avis des représentants du SNPL sur ces mécanismes ?
M. Francis TRUCHETET : Comme vous avez pu le constater, madame la présidente, au
niveau réglementaire, il ne manque pas grand-chose. Vous avez pu noter également que le
transport aérien est un travail d’équipe. Je vais donc vous parler de la partie émergée de
l’iceberg, parce qu’il est vrai que, dans le transport aérien, on ne voit souvent que l’avion
et l’équipage, qui sont loin d’être les seuls intervenants.
Le rôle d’un commandant de bord est celui d’un chef d’équipe, qui dirige
l’équipe du poste de pilotage pour assurer la conduite et la sécurité du vol et celle du
personnel navigant commercial, qui est en charge de la sécurité et du bien-être des
passagers, à l’arrière.
La grande difficulté est de mettre en œuvre ce bel échafaudage réglementaire
qui est absolument essentiel, nécessaire et qui est, je pense, bien fait, mais qui est un
édifice théorique fondé sur une représentation de la réalité. Or, quand ce bel édifice se
heurte à la réalité, interviennent tous les acteurs de première ligne : les pilotes, en
particulier les commandants de bord, mais aussi les mécaniciens, les personnels qui
amènent les passagers à bord, les « personnes du passage », les personnels chargés du
contrôle aérien... bref, tout cet ensemble extrêmement varié de personnes qui concourent à
un fait : le transport de passagers d’un point A à un point B, en toute sécurité.
La grande difficulté du rôle d’un commandant de bord est de gérer toutes les
pressions, tous les risques liés à une activité qui est, par essence, risquée, car l’homme
n’est pas fait pour voler. Pourtant, il arrive à le faire avec des niveaux de sécurité
remarquables. Toute la difficulté, la noblesse et l’intérêt de notre métier est de faire en
sorte d’agréger, de « mettre ensemble » tous ces règlements et de les confronter à la
réalité.
Pour cela, deux conditions doivent être essentiellement réunies : d’une part,
une formation et une compétence les mieux adaptées à la réalité, d’autre part, une
autonomie. Il faut que le commandant de bord puisse, au moment où il est confronté à un
problème, disposer d’une autonomie décisionnelle suffisante pour lui permettre d’assurer
sa mission première qui est de transporter en sécurité ses passagers. Cela implique de la
part des services des compagnies aériennes une compréhension de ce que peut être la
décision d’un commandant de bord, qui peut aller parfois à l’encontre des intérêts
immédiats de la compagnie, puisqu’il peut être amené à retarder un départ, voire à ne pas
partir du tout s’il n’est pas satisfait des conditions de sécurité dans lesquelles son activité
s’exerce.
Que dire de plus ? S’il est évident que toute cette cascade réglementaire est
essentielle et, à mon sens, bien faite, la difficulté à laquelle sont confrontés les pilotes est
de la comprendre, car la somme de connaissances que nous sommes censés accumuler
pour piloter un avion tiendrait peut-être avec difficulté dans cette grande salle où nous
sommes tous réunis. Il est évident que l’on ne peut savoir tout cela par cœur, en
permanence. Il faut donc un processus de formation et de maturation du pilote qui l’amène
— 194 —
à être capable d’assurer pleinement sa mission de sécurité. C’est de ce point de vue que le
travail des compagnies et des autorités de réglementation, en particulier la surveillance qui
peut être faite des contrôles et de l’assurance qualité, sont essentiels pour que ces missions
soient remplies dans de bonnes conditions.
Je n’ai rien à ajouter, mais je suis prêt à répondre à vos questions.
M. Jean-Marc ROUBAUD : Apparemment, les pilotes ont des difficultés à intégrer les
règlements en raison de leur complexité. Je me demande si ce sont les règlements qui
créent la réalité ou la réalité qui a créé les règlements. Ce que vous venez de dire est assez
inquiétant.
M. Francis TRUCHETET : Je ne pense que ce soit inquiétant. En tout cas, mon propos
n’était pas de vous inquiéter. Les règlements sont issus de la réalité comme l’indique
l’évolution de cette activité. Le premier rapport d’accident que je connais date de 1923.
Un sénateur américain est mort dans un accident et une première commission d’enquête a
été mise en place pour essayer d’éviter que cet accident ne se reproduise. Notre
réglementation découle de ce type d’exercice qui fonctionne en permanence.
Tous les services qui ont été décrits par M. Barthélémy sur l’assurance qualité
et par Mme Molinier, MM. Teillet et Rebender sur l’aspect réglementaire ont pour but de
rendre le transport aussi sûr que possible. Nous sommes parvenus à des niveaux
extrêmement remarquables : un accident par million de départs. On essaie de progresser
encore d’un facteur dix – ce n’est pas gagné –, mais on progresse tous les jours.
Le règlement est donc bien issu de la réalité, mais il n’est aussi qu’une
construction intellectuelle, au même titre que les lois sont une construction intellectuelle
pour régler les problèmes de fonctionnement d’une société et pour faire en sorte que les
individus puissent vivre ensemble. Il en va de même des règlements du transport aérien.
Toute la difficulté, tant pour les pilotes que pour les autres personnels des compagnies
aériennes et pour tous ceux qui y sont confrontés, est d’adapter ce qui est écrit, comme le
juge, lorsqu’il est face à un problème, doit lire une loi et, pour l’appliquer, l’adapter à la
réalité. C’est dans cet exercice que la formation et l’autonomie des personnels chargés de
la mise en œuvre de la réglementation sont essentielles.
Pour revenir sur ce que disait M. de Courville, la culture de sécurité est
quelque chose d’absolument indispensable ; il faut que les différents acteurs aient
connaissance de la culture de la compagnie dans le domaine de la sécurité et soient
convaincus de l’importance de ce qu’ils font. Il n’y a pas de petite tâche dans
l’aéronautique. Comme le disait M. Barthélémy, le mécanicien qui serre mal un boulon,
peut entraîner des conséquences dramatiques. Donc, tous les acteurs du transport aérien
doivent être convaincus – et le sont, je l’espère – de l’importance de leur tâche. Le fait
d’avoir une culture commune à tous les acteurs d’une compagnie aérienne est essentiel
pour s’assurer que tous comprennent les problèmes des uns et des autres et puissent
assurer, au mieux, la gestion des risques inhérents à cette activité.
Mme la Présidente : Vous avez parlé d’édifice théorique qu’il faut savoir traduire dans la
réalité. Puisque votre formation vous a théoriquement donné la possibilité d’analyser toute
cette réglementation, qu’avez-vous à dire sur le fait que l’on ait réduit les équipages dans
les avions ? Cela a-t-il réduit votre capacité de réaction et, en terme de sécurité, cela a-t-il
vraiment une incidence ?
M. Francis TRUCHETET : Vaste question !
— 195 —
Statistiquement, on constate que la sécurité du transport aérien depuis le
passage de l’équipage à trois à l’équipage à deux n’a pas diminué. Au contraire, elle a
continué à progresser même si, depuis quelques années, on constate une certaine
stagnation liée au fait que nous atteignons des niveaux extrêmement difficiles à surpasser
et que toute amélioration coûte beaucoup, beaucoup plus. Au début d’un processus
industriel, les premiers progrès sont aisés mais plus votre niveau de sécurité est important,
plus les progrès sont difficiles et coûteux.
Le passage de l’équipage de trois à deux a été un moment difficile pour
l’aviation. Il n’est pas totalement achevé, puisque des avions d’équipage à trois volent
encore. Cela n’a été rendu possible que par l’amélioration technologique. Il est vrai que,
dans les premiers temps, il y avait plus de monde dans les avions qu’il n’y en a
maintenant. Pour autant, la sécurité est, à mon sens, assurée correctement.
En revanche, cela a créé des charges supplémentaires pour les équipages et
des moments de pointe probablement plus lourds à gérer qu’auparavant. Cela nécessite
donc une meilleure formation et, probablement, une sélection plus serrée des personnels
car il y a des moments où la pression est probablement plus forte parce que l’on dispose
de moins de ressources pour gérer le même problème. En effet, les problèmes sont
toujours les mêmes depuis les débuts de l’aviation : confronté à un danger immédiat, il
faut réagir et c’est alors que toute la formation, la connaissance et l’instruction données
par les compagnies aériennes sont importantes. Le passage de l’équipage à deux a rendu,
il est vrai, les pics de charge de travail plus aigus mais nous y sommes entraînés. Par
ailleurs, il revient au travail purement réglementaire de certification des avions de
s’assurer que l’on peut piloter un avion en parfaite sécurité avec un équipage à deux.
Personnellement, j’ai fait de l’équipage à deux et de l’équipage à trois. J’ai pu
constater des différences entre les deux, mais je peux très sincèrement vous assurer que je
ne me sens pas moins sûr dans mon avion avec un équipage à deux aujourd’hui que je ne
l’étais dans les avions où je pilotais en équipage à trois. Cela nécessite toutefois plus de
rigueur et plus d’implication de la part de l’équipage pour obtenir un même niveau de
sécurité.
J’espère avoir répondu à votre question.
Mme la Présidente : Oui, même si je me pose toujours la question de la capacité et de la
vitesse d’analyse face à l’événement, lorsqu’il surgit. Vous avez parlé d’autonomie.
L’autonomie, c’est la capacité de réflexion de l’équipage. J’ai lu certains dossiers sur le
sujet et si je ne me suis pas forgé une idée précise, il me semble malgré tout que des
analyses peuvent être menées différemment avec un membre d’équipage supplémentaire à
bord, un mécanicien ou quelqu’un pouvant apporter une autre vision, notamment lorsqu’il
est nécessaire de réunir très rapidement des informations.
M. Francis TRUCHETET : Il est indéniable qu’à trois vous êtes plus intelligent qu’à
deux pour réfléchir au même problème, et, a fortiori, que seul. De plus, dans un processus
décisionnel à deux, à la limite, c’est un contre un alors qu’à trois, la donne est différente,
il va falloir que deux, voire trois personnes soient d’accord. Au niveau de la dynamique de
prise de décision, cela enrichit la réflexion. Par contre, cela peut aussi rendre les choses
plus difficiles car il faut que les trois personnes s’entendent parfaitement, aient la même
compréhension de la situation à un moment donné et puissent avoir le temps de
communiquer entre elles. Parfois, ce temps manque et, dans certaines situations, le
commandant de bord va devoir prendre très rapidement, en quelques secondes, une
décision car la survie de l’équipage et de l’avion est en cause. Il devra alors compter sur le
professionnalisme de son équipage pour mettre en œuvre les décisions qu’il aura prises
pour sauvegarder la sécurité de ses passagers et de l’aéronef.
— 196 —
M. Marc REYMANN : Vous parlez là des moyens courriers mais sur les longs courriers,
sur des vols qui durent treize heures, il n’y a pas que deux pilotes ?
M. Francis TRUCHETET : Il n’y a que deux pilotes aux commandes en même temps,
c’est-à-dire qu’il n’y a que deux sièges pour s’asseoir aux commandes dans les avions en
équipage à deux.
Par contre, les limites physiologiques et de fatigue sont telles qu’au-delà d’un
certain nombre d’heures de vol, on ajoute un, voire deux pilotes pour que les équipages
puissent se reposer et que la sécurité soit assurée durant tout le vol, notamment au moment
critique de l’atterrissage. Cela n’est possible que si un, voire deux pilotes supplémentaires
à bord permettent des roulements de repos. Pour l’instant, les règles de limites de temps
de vol d’un équipage dans sa composition de certification, c’est-à-dire deux pour la
plupart des avions et trois pour les Boeing 747 ou les DC10, qui sont des avions plus
anciens, sont inexistantes au plan mondial, sous réserve de règles limitées aux grands
principes.
M. Michel HERBILLON : Je poserai ensuite ma question mais, auparavant, j’aimerais
que vous précisiez votre réponse. Sur les longs courriers, compte tenu de la limite
physique de fatigue, combien êtes-vous finalement ?
M. Francis TRUCHETET : Il n’y a pas de règles européennes. Elles sont en cours
d’élaboration. Depuis la création des JAA en 1989, on a étudié cette question, sans
parvenir à se mettre d’accord. La Commission européenne y travaille à nouveau avec
l’espoir d’y parvenir rapidement mais, dans ce domaine, on en est, pour l’instant, réduit à
des règles qui étaient, dans le temps, nationales et qui tendent maintenant à devenir des
règles propres à chaque compagnie aérienne.
Grosso modo, à la compagnie Air France, de jour, on peut faire jusqu'à
neuf heures trente de vol à deux. Au-delà, il faut un troisième pilote et, passé
treize heures trente, il en faut un quatrième. De nuit, en fonction de l’heure de décollage,
on fait huit heures ou huit heures trente de vol à deux ; passé ce délai, il faut un, voire
deux pilotes supplémentaires.
M. Michel HERBILLON : Les règles que vous exposez là sont propres à Air France.
D’autres compagnies ont-elles des règles très en deçà de celles d’Air France, ce qui
pourrait mettre, de votre point de vue, la sécurité en danger ?
Par ailleurs, il a été dit, et vous-même le dites, qu’entrent souvent en jeu, lors
des accidents ou incidents, beaucoup de facteurs humains. Je voudrais savoir s’il existe
une sorte de typologie des facteurs humains, qui servirait en quelque sorte de
jurisprudence pour prévenir les risques futurs d’incidents ou d’accidents ?
Je reviens à la question des deux ou trois pilotes qui pose effectivement un
réel problème en matière de sécurité. Mais, en même temps, lorsqu’une décision
extrêmement rapide doit être prise face à un incident grave, en fait, vous n’avez pas le
temps de vous concerter et c’est le commandant de bord qui doit prendre la décision très
rapidement. Dans ces conditions, la présence de deux ou trois personnes n’est-elle pas un
faux problème sur le plan de la sécurité ? Ce point avait donné lieu à un grand débat dans
le passé et je voudrais vous entendre sur ce sujet.
M. Bertrand de COURVILLE : A propos de cette question d’équipage à deux ou
d’équipage à trois, il me semble que nous avons abordé deux aspects en même temps.
— 197 —
La composition d’un cockpit, si l’on parle des postes de pilotes est
aujourd’hui totalement passée à deux. On ne construit plus d’avion avec trois postes
techniques. Cela a commencé il y a trente ans avec l’arrivée du Boeing 737. L’équipage à
trois appartient donc au passé. Tant au point de vue des règlements et des certifications
que dans la réalité cette transition s’est faite en sécurité. On a mis en place de nouveaux
modes de formation, en particulier parce que nous appelons le « crew resources
management » (CRM), c’est-à-dire la formation au travail en équipe, de même que des
modes d’entraînement qui sont bien plus précis et pertinents. Cette transition s’est
vraiment faite en sécurité. Aujourd’hui, les avions sont pilotés à deux.
Cette question est différente de celle qu’évoquait M. Truchetet, qui relève de
la gestion des temps de repos et des temps de vol. En fonction du temps de vol, du
moment – journée ou nuit – des pilotes viendront en renfort pour remplacer les personnes
fatiguées aux deux postes du cockpit.
Le cockpit à deux n’est plus aujourd’hui un sujet de débat et de discussion.
Mme la Présidente : Nous aurons sûrement au cours de cette mission l’occasion
d’entendre d’autres avis.
M. Francis TRUCHETET : Je ferai de mon mieux pour répondre à vos questions,
monsieur le député. M. de Courville pourra sans doute m’aider pour ce qui concerne
l’aspect facteurs humains car vous avez en sa personne un éminent spécialiste des facteurs
humains, l’un des fondateurs du CRM à Air France.
En ce qui concerne les règles de limitation des temps de vol, ce que l’on
appelle le FTL, fly time limitation, il y a une grande variété dans le monde. Certaines
compagnies sont plus restrictives qu’Air France, d’autres le sont moins, sachant que c’est
l’autorité réglementaire, donc l’Etat qui autorise les règles d’utilisation des équipages pour
telle ou telle compagnie. C’est donc la DGAC en ce qui concerne la France, la CAA (Civil
aviation authority) britannique ou le LBA (Luftfhart Bundesamt) allemand qui vont
donner les règles de « fly time limitation » pour leurs compagnies aériennes.
Les variations sont donc très importantes, mais je crains que la physiologie
humaine soit relativement constante. La fatigue est un phénomène qui se produit partout
et, du point de vue syndical, au sens du SNPL, il y a des endroits où certaines limites sont
dépassées.
De plus, nous avons une grande difficulté à établir l’effet de la fatigue dans
les accidents ; c’est un élément qui a été très souvent évacué dans les commissions
d’enquête, parce que très difficile à déterminer. Jusqu’à présent, on étudiait l’aspect
réglementaire : l’équipage avait-il respecté le cadre réglementaire ? Si tel n’était pas le
cas, on concluait que quelque chose n’allait pas. Mais si on était dans le cadre
réglementaire, la plupart du temps, la question de la fatigue ne se posait pas.
Depuis quelques années, cette tendance a changé. On commence à
s’intéresser de plus en plus à la notion de fatigue, parce qu’un certain nombre d’accidents
a pu être attribué de façon très claire à la fatigue. Mais nous n’en sommes qu’aux
balbutiements et les grandes difficultés qu’il y a à établir une vérité « scientifique »
rendent l’exercice particulièrement ardu. Un travail important reste à faire pour modifier
la réglementation dans ce domaine.
Le règlement français date des années 70 et les règlements internationaux
n’ont pas évolué depuis de nombreuses années. La révision de la réglementation sur les
— 198 —
limitations de temps de vol devra se faire à la lumière de deux éléments : d’une part, une
base scientifique, d’autre part, une base d’expérience opérationnelle permettant de faire la
part des choses. En effet, on ne peut pas attendre des scientifiques qu’ils nous disent que
jusqu'à 12 heures il n’y a pas de risque, et qu’à partir de 12 heures une il y en a. Il faudra
une fine appréciation des équilibres et dans ce domaine, on parle de statistiques, puisque
toute réglementation, bien évidemment, est d’application générale. Par ailleurs, il y a
toujours cette restriction réglementaire selon laquelle, un membre d’équipage doit
s’abstenir d’assurer ses fonctions s’il ne s’estime plus en mesure de le faire. Encore fautil, pour que cela fonctionne, que la culture de sécurité de l’entreprise permette d’appliquer
cette règle.
En ce qui concerne la prise de décision, les cas où l’on dispose de très peu de
temps et pour lesquels on ne peut quasiment pas consulter le reste de l’équipage sont
rares. Dans leur immense majorité, les décisions se prennent en concertation. Plus on
dispose de temps, plus on peut élargir la concertation à l’intérieur de l’avion, voire à
l’extérieur, jusqu’à interroger le service de la compagnie, puisque nous avons la chance à
Air France de pouvoir joindre les services d’ingeniering à tout moment par le biais de
téléphones satellitaires. Cela permet de conforter la décision du commandant de bord
quand, bien entendu, le temps le permet, et de l’asseoir sur une base plus large de
compréhension permettant de réagir au mieux.
Mme la Présidente : Vous parlez de certains « endroits » où la réglementation concernant
les temps de vol n’est pas la même. Nous aurons, plus tard, une table ronde sur ce point
qui intéresse beaucoup la mission, mais pourriez-vous d’ores et déjà nous dire dans quels
pays cette réglementation n’est pas respectée ?
M. Francis TRUCHETET : En fait, comment pouvoir dire qu’elle n’est pas respectée,
puisqu’il n’existe pas de règles internationales, seulement de grandes définitions ?
Mme la Présidente : Est-ce une question de compagnie, ou d’Etat ?
M. Francis TRUCHETET : C’est l’Etat qui autorise une compagnie à utiliser un certain
nombre de limitations. Il y a donc deux niveaux dans la question : l’aspect réglementaire,
sur lequel je laisserai M. Rebender répondre, et le respect de la réglementation : telle
compagnie ou tel équipage respectent-ils la réglementation en vigueur ? Ne vont-ils pas
parfois au-delà des limites fixées pour assurer la continuité de l’exploitation ou bien
l’équipage ne subit-il pas une pression de la part de son exploitant ?
Ma réponse est que, dans certains cas, certains transgressent les règles mais,
fort heureusement, ce sont des cas restreints. Bien évidemment, dans ces cas-là, la sécurité
est mise en cause.
M. le Rapporteur : M. Truchetet, je trouve que vous n’avez pas un langage très syndical.
En tout cas, aujourd’hui. J’ai envie de vous demander si Air France applique également
les règles que vous venez de rappeler – et que vous trouvez, si j’ai bien compris,
excellentes – aux pilotes d’Air France qui opèrent à partir de Roissy et qui sont, en fait,
salariés de sociétés stationnées ailleurs et donc non soumis au même droit social ?
M. Francis TRUCHETET : Je vais vous faire une réponse et je pense qu’Air France va
répondre...
M. le Rapporteur : Ce n’est pas à Air France de répondre, je m’adresse au syndicaliste,
parce que vous représentez un syndicat ce matin !
— 199 —
M. Francis TRUCHETET : Absolument et je crois avoir tenu des propos syndicalistes.
Je n’ai pas dit que j’étais satisfait de la réglementation d’Air France. J’ai dit qu’elle est ce
qu’elle est et qu’il y a des domaines dans lesquels, à mon sens, elle mériterait d’être
améliorée. Elle me paraît satisfaisante à bien des égards mais nous travaillons encore sur
certains aspects et, comme me le rappelait M. Bansard à mes côtés, j’ai parlé de « temps
de vol », alors qu’il faut parler de « temps de travail » car le travail de l’équipe ne se
limite pas au temps de vol, qu’il s’agisse de l’équipage technique ou du personnel
navigant commercial, le PNC.
Pour répondre à votre question, c’est le droit du travail local qui s’applique.
Je ne pense pas qu’Air France, pour des compagnies affrétées à l’étranger, fasse appliquer
ses propres règles concernant la limitation des temps de vol, puisque, quand on fait un
affrètement dit « wet lease », c’est-à-dire qu’on affrète un avion avec son équipage, ce
sont les règlements de l’Etat dans lequel est certifié cet avion qui s’appliquent et non les
règlements d’Air France.
M. le Rapporteur : C’est le cas des pilotes d’Air France officiellement salariés en
Irlande ?
M. Francis TRUCHETET : Les règles qui s’appliquent étant liées à l’Etat dans lequel le
CTA a été donné, si les personnes opèrent dans un avion dont le CTA a été déposé en
Irlande, ce sont les règles sociales irlandaises qui s’appliqueront. Cela n’empêche pas
qu’Air France peut – je ne sais pas s’ils le font car je ne connais pas ce dossier à fond –
leur demander d’appliquer les règles d’Air France mais, légalement, ils ne sont pas tenus
de le faire.
Il me semblerait souhaitable, pour ne pas dire indispensable, que les mêmes
règles s’appliquent partout. Pour cela, il faudrait que nous disposions de règles
européennes et nous n’en sommes pas à ce stade.
Mme la Présidente : C’est donc à M. Rebender qu’il faut maintenant demander si des
règles sont en préparation sur ce sujet brûlant.
J’ai lu, mais c’est peut-être inexact, des propos étonnants du genre « des
personnels disent qu’en vol, ils ne peuvent plus maintenant aller réveiller les pilotes,
puisque les portes sont blindées. Or, quand les pilotes sont très fatigués sur de longs
trajets, il leur arrive de dormir tous les deux. » Je voudrais bien savoir si tout ceci est vrai
et si des textes sont en préparation sur ce point.
M. Georges REBENDER : Ainsi que vous l’indiquiez, la problématique est non
seulement brûlante, mais complexe. En fait, l’OACI demande actuellement aux Etats
membres d’appliquer dans leurs codes nationaux un schéma qui définit les temps de
travail et les temps de vol – ce que l’on appelle le « duty time » et le « fly time ».
Malheureusement, pour l’instant, la réglementation OACI ne donne aucun détail. C’est
donc à chaque Etat membre de définir, notamment à travers des chiffres, les temps de vol
et les temps de travail applicables sur son territoire.
Au niveau des JAA, malheureusement, ce sujet n’est certainement pas celui
dont nous pouvons être le plus fiers. La Commission européenne a repris le sujet en 1995
et, pour l’instant, je ne pense pas avoir vu de proposition dans ce domaine. Certaines
propositions ont été incorporées dans un projet de règlement européen, que l’on appelle
EU OPS 1, lequel est actuellement examiné dans le processus de co-décision entre le
Parlement européen et le Conseil des ministres européens.
— 200 —
Au niveau OACI, il y a effectivement une activité, et même une activité forte.
Je représente moi-même les JAA dans le programme OACI concernant les opérations,
l’Ops panel. C’est un sujet dont nous rediscuterons fin avril à la conférence de Berlin, de
façon à formuler une proposition d’amendement de l’annexe 6 dans ce domaine
spécifique.
J’ai cru comprendre que vous touchiez un point particulier que l’on appelle
« controlled rest », le repos contrôlé, qui, en effet, a alimenté un débat au sein de la
commission que je préside relative au règlement européen. Il s’agit, en fait, de
dispositions permettant à un pilote, et un seul, de se reposer, tout en assurant globalement
le niveau de sécurité par des processus spécifiques.
Il se trouve qu’aujourd’hui, l’élément sécuritaire est aussi à prendre en
compte dans ce processus. Le cockpit étant devenu une sorte de place forte, l’interface
entre sûreté et sécurité nécessite une mise au point de la notion de « controlled rest ».
M. le Rapporteur : Expliquez-nous en quoi consiste concrètement, ce « controlled rest ».
Pendant combien de temps et dans quelles conditions est-il autorisé de dormir ? Est-il
possible, comme l’évoquait la presse et Madame la présidente, que plusieurs membres de
l’équipage du cockpit puissent dormir en même temps ? Cela fait-il partie des
concertations dans le cockpit qu’évoquait M. Truchetet précédemment ?
M. Georges REBENDER : Il y a des consignes. Il est tout à fait évident que l’objectif de
cet amendement au règlement JAR OPS est précisément d’éviter que tout le monde dorme
à bord !
La proposition se fonde sur une étude très exhaustive réalisée par des
scientifiques qui montre que la période de repos ne doit pas dépasser vingt minutes. Audelà, vous entrez dans un sommeil dit « profond » qui peut être préjudiciable au processus
de prise de décision.
Pour s’assurer que, pendant ce temps, l’autre pilote est bien actif, différentes
solutions sont envisageables. Une solution technologique consiste à surveiller l’activité du
pilote à travers les interfaces disponibles et de disposer d’un système d’alerte
automatique, dès lors que le pilote qui ne se repose pas n’est plus actif. La plupart des
compagnies utilise un membre de l’équipage commercial qui s’assure que le pilote qui ne
se repose pas est bel et bien actif.
Il existe donc une mesure de prévention du risque pour éviter le scénario que
vous évoquez.
M. Bertrand de COURVILLE : Une étude menée par une équipe de la NASA qui
remonte à une vingtaine d’années a démontré que la conduite d’une approche et d’un
atterrissage était plus sûre, dès l’instant où, dans les heures de croisière qui ont précédé,
les membres de l’équipage avaient pris ce moment de sommeil très court.
Nous avons tous fait l’expérience, y compris pendant des réunions de
s’assoupir quelques instants et de redémarrer après, très efficacement. Cela se produit
dans la vie de tous les jours, c’est un mécanisme physiologique essentiel, fondamental.
Dans le cas précis du transport aérien, on tire parti de ce mécanisme de manière contrôlée,
parfaitement spécifiée, au sein des compagnies qui l’ont mis en œuvre. Je pense que nous
sommes plus sécurisés, en mettant en place ce type de normes et de règlements qui vont
d’ailleurs être installés au plan européen très prochainement – du moins, nous l’espérons.
— 201 —
M. le Rapporteur : Il est sûr que l’on est toujours mieux après la sieste ! Cependant, le
problème est de savoir si l’on peut se permettre de dormir. Je voudrais connaître très
précisément les règles qui s’appliquent sur un vol long courrier ?
Mme la Présidente : Et si quelqu’un a la possibilité d’interrompre ce temps de repos que
nous ne contestons pas, d’ailleurs ?
M. le Rapporteur : La sieste est légale, d’accord, mais dans quelles conditions
précisément ?
M. Michel HERBILLON : Quelle assurance a-t-on que les deux pilotes ne se reposent
pas en même temps durant cette période de vingt minutes ? Il n’y a aucun piège dans nos
questions. Nous voudrions simplement savoir, de manière précise, comment cela
fonctionne et si, de votre point de vue, cela fonctionne bien.
Mme la Présidente : Nous sommes ici pour connaître les règles, savoir comment elles
s’élaborent et comment elles s’appliquent. S’il existe des préconisations en la matière,
quelles sont-elles ? S’il n’en existe pas, nous voulons aussi le savoir. Ce n’est pas le repos
qui est contesté. Nous comprenons parfaitement qu’il soit nécessaire. Mais, compte tenu
des nouvelles règles internationales de sûreté, est-il toujours possible d’interrompre ce
repos en cas de besoin ?
M. Francis TRUCHETET : Je peux répondre d’un point de vue syndical. Il y a,
effectivement, des dispositions JAA récentes sur ce point datant d’un an, si mes souvenirs
sont exacts, mais je n’ai pas vérifié si elles ont été transcrites dans la réglementation
française. Je le pense mais en tout cas, elles l’ont été dans l’exploitation des compagnies
aériennes : une seule personne peut dormir pendant vingt minutes. En comptant
dix minutes d’endormissement et dix de récupération, cela représente un temps total de
quarante minutes, dont vingt minutes de sommeil effectif. Pendant ce temps de repos, il
faut s’assurer que l’autre est en bon état de veille. Dans ce but, on demande qu’un membre
de l’équipage commercial vienne vérifier que les deux ne sont pas en train de dormir. On
demande aussi au co-pilote en veille – je le fais systématiquement dans mes consignes –
de réveiller l’autre s’il ne se sent pas bien car le peu qu’il aura dormi lui aura permis de
récupérer et permettra à l’autre d’éviter l’endormissement.
Mais ce sont des mesures palliatives. C’est pour cela que les règles de
limitation du temps de vol et les règles de durée de travail sont essentielles car si ces
règles sont trop laxistes, le recours à ce type de mesures palliatives se généralise et,
soyons clairs, ce n’est certainement pas une bonne chose.
Mme la Présidente : Mon souci tient à l’évolution actuelle des consignes de sûreté. On
nous dit que maintenant la porte du cockpit est fermée pour les vols longs, et même
blindée dans certains cas. Cette mesure n’est pas contestée, mais elle suscite des
interrogations de la part des équipages dont on m’a fait écho. Ma question est donc très
précise. Je comprends fort bien la nécessité pour un équipage de se reposer. Mais si
vraiment les portes sont blindées, une procédure de contrôle est-elle prévue dans votre
réglementation pour s’assurer qu’un pilote est bien en étant de veille ?
M. Bertrand de COURVILLE : Que la porte soit blindée ou pas, cela ne change pas la
méthode de travail. En cabine, les personnels commerciaux appellent le cockpit par
l’interphone et s’assurent, de manière périodique, exactement comme auparavant, que les
deux pilotent ne dorment pas dans le cockpit.
— 202 —
M. Francis TRUCHETET : Ces portes sont effectivement une nouveauté. L’obligation
réglementaire date de novembre 2003, et fait suite au tragique attentat du World Trade
Center en septembre 2001. Elle nous pose un problème d’exploitation absolument
évident. Le fonctionnement de l’équipage a été altéré de façon non négligeable par
l’existence de ces portes et par leur fermeture systématique qui est, malheureusement,
pour le moment, non contestable pour des raisons de sûreté évidente, parce qu’il faut
assurer la protection et éviter qu’un tel événement ne puisse se reproduire.
Mais je me suis battu, et je me bats encore, pour que le fonctionnement soit
modifié parce qu’il pose problème pour deux raisons.
La première est qu’avant d’ouvrir la porte, il faut pouvoir savoir qui demande
l’entrée, que l’environnement de la porte du poste de pilotage soit libre, et que personne
ne puisse y pénétrer en même temps. A notre sens, cela ne peut être assuré que par des
moyens visuels, et sur les gros avions, ces moyens visuels sont évidemment des caméras.
Il n’en existe pas d’autres. Or aucune obligation réglementaire n’existe à l’heure actuelle
ni en France, ni sur le plan européen dans ce domaine. Cela m’apparaît comme une
carence importante.
La seconde est que ces portes ont été fabriquées et certifiées dans une certaine
hâte, en raison de l’urgence née de l’événement du 11 septembre. Elles sont d’un
fonctionnement parfois difficile, elles sont bruyantes, dures à ouvrir et elles perturbent le
fonctionnement des équipages.
Nous formulons donc des demandes très fortes pour l’amélioration des
procédures et du fonctionnement de ces portes. Nous ne remettons en cause ni leur
existence, ni le fait qu’il faille qu’elles soient verrouillées durant certaines phases de vol.
Toutefois, nous estimons qu’il faut absolument en améliorer le fonctionnement et y
associer une caméra vidéo, ou un autre moyen. Sur les avions plus petits, la solution peut
être un panneau transparent dans la porte permettant de voir suffisamment l’intérieur du
cockpit. Mais sur les avions plus gros, du type Boeing 737 ou autres, la solution de la
caméra reste la seule permettant vraiment de s’assurer que nous pouvons ouvrir la porte en
toute tranquillité.
Mme la Présidente : M. Rebender, existe-t-il un projet de réglementation dans ce
domaine ?
M. Georges REBENDER : Je partage l’avis de M. Truchetet. Cette interface entre
sécurité et sûreté, est une nouvelle dimension qui crée une problématique particulière.
Nous avons essayé aux JAA de proposer les caméras vidéo. En fait, nous
avons réagi sur la base d’un amendement de l’annexe 6 qui demande très clairement que
l’accès au cockpit puisse être surveillé par les deux pilotes assis dans leur siège de
commandement et que puisse également être surveillée la zone devant la porte. La
solution des caméras vidéo me semblait évidente. Très malheureusement, le comité
directeur – et c’est la seule fois où le comité directeur n’a pas suivi l’avis du groupe de
travail – n’a pas cru bon d’entériner la solution préconisée pour des raisons de coût.
Pourtant, on peut s’interroger sur la valeur de cet argument, puisque les calculs montrent
que l’ajout d’une caméra de surveillance coûterait aux passagers entre trois et quatre cents
par vol.
Actuellement, les discussions se poursuivent. Pas plus tard qu’hier, le comité
directeur des JAA a accepté que nos autorités nationales mettent en place des mesures
sécuritaires correspondant à une recommandation des directeurs généraux de la CEAC
(Conférence européenne de l’aviation civile) en FAVÉur des caméras en priorité mais qui
— 203 —
propose également d’autres moyens, tels que des portes transparentes ou un œilleton, à
condition que celui-ci montre son efficacité. Certains de mes experts ont émis des doutes
sur ce point. Voilà où nous en sommes.
J’aurais, à titre personnel, préféré que les avions significatifs en masse ou en
nombre de passagers, de l’ordre de trente passagers, soient équipés de caméras. Et je me
demande comment un pilote peut surveiller la zone frontale de la porte à travers un
œilleton. Il me semble difficile de demander à un pilote de se lever de son siège et, de
jeter un coup d’œil, de temps à autre, dans l’oeilleton pour s’assurer qu’aucune activité
suspecte ne se déroule devant la porte.
La plupart des portes sont accessibles pour des raisons de sécurité. On peut
les ouvrir grâce à un keypad, un code. En cas de crash notamment, il faut que les membres
d’équipage puissent aider les pilotes coincés dans le cockpit, sinon, ils seraient dans une
situation de quasi-condamnation. Il existe donc un moyen d’accès. Pour revenir à votre
question, à mon avis, la caméra était le moyen, de loin le plus efficace, pour atteindre
conjointement les objectifs de sûreté et de sécurité dans la surveillance de l’accès au
cockpit.
Mme la Présidente : C’est donc une question qui méritait d’être posée, mais qui mérite
aussi d’être creusée à votre niveau.
Vous avez cité la CEAC. Pouvez-vous nous présenter cet organisme ?
M. Georges REBENDER : La CEAC est la Conférence européenne de l’aviation civile
européenne, dont les JAA sont un membre associé, et qui compte 37 Etats membres
européens. C’est une assemblée de haut niveau regroupant les directeurs généraux de
l’aviation civile desdits Etats et qui joue un rôle particulier en matière de sûreté et de santé
des passagers.
Mme la Présidente : Vous avez parlé de coût. Cela m’étonne parce qu’à mon sens, il y a,
d’un côté, des organismes qui édictent des règles, qui sont constitués d’ingénieurs dont le
niveau de compétence les rende aptes à évaluer les risques, à les quantifier et à trouver des
solutions, et de l’autre, des compagnies qui sont chargées de vivre, de bien vivre et de
rendre à leurs actionnaires les meilleurs résultats possibles. Comment se fait-il que des
personnes chargées d’établir des normes puissent émettre un jugement fondé sur le coût
d’une mesure ?
M. Georges REBENDER : Je ne suis pas sûr qu’il y ait eu jugement. J’ai été mis devant
un fait accompli.
Le processus est le suivant : nous élaborons une proposition réglementaire qui
tient compte des dimensions sociales et économiques. Au sein de mon comité, les Etats
membres sont représentés, mais également ce que l’on appelle les « parties intéressées »,
c’est-à-dire les représentants des exploitants et des syndicats. Après discussion, une
décision a été prise par le comité de recommander les caméras. Il se trouve que le comité
directeur chargé d’examiner la recommandation prise au niveau technique, n’a pas, dans
ce cas précis, entériné la proposition de mon comité.
Mme la Présidente : Trouvez-vous que les conditions d’indépendance sont ainsi
respectées ? Je m’étonne de ce type de fonctionnement.
M. Georges REBENDER : Ce serait une question à poser au responsable du comité
directeur.
— 204 —
M. Jean TEILLET : Il faut peut-être que j’apporte quelques précisions sur les conditions
d’élaboration des normes.
En ce qui concerne les règles européennes au niveau des JAA, les Etats ont
souhaité que, dans les conditions d’élaboration des normes, soient pris en compte tous les
impacts possibles de la norme. Le règlement interne de procédure d’élaboration des
normes prévoit donc explicitement qu’avant d’élaborer une norme, on puisse en étudier
son impact à la fois économique, social, environnemental et autre.
En tant qu’autorité nationale, cela nous semble normal. Dans notre système
interne, il est également prévu que, quand on élabore une loi ou un arrêté, on en étudie
l’impact avant de l’adopter. Il est clair que toute mesure a un coût et que le système ne
peut supporter n’importe quel coût. Il est clair aussi que la décision entre bénéfices en
sécurité et coûts économiques est souvent discutable. Il n’existe pas de formule magique
permettant d’affirmer, dans tous les cas, qu’il fallait prendre ou pas la décision.
J’ajouterai qu’à ma connaissance, les moyens vidéo dont nous parlons pour
les portes ont donné lieu à des discussions parce que, dans certaines compagnies
européennes, les procédures propres aux compagnies sont telles qu’il n’y pas besoin
d’ouvrir la porte : la porte reste fermée pendant tout le vol et des procédures sont prévues
permettant les communications entre l’équipage de cabine et l’équipage technique dans le
cockpit, sans ouvrir la porte.
Donc, en fonction des cultures d’entreprise, le besoin d’ouvrir la porte du
cockpit est différent. Les compagnies qui font le vol porte fermée ne voient pas l’intérêt
d’installer une vidéo pour voir qui est derrière la porte puisque, a priori, personne ne doit
ouvrir cette porte. C’est souvent le cas pour des vols court ou moyen courriers. Les règles
n’étant pas les mêmes pour toutes les compagnies aériennes, que ce soit pour un vol court
courrier de cinquante minutes ou un long courrier de dix heures, il est clair qu’il est
difficile de prévoir une règle applicable à tous. C’est ce qui, à mon sens, peut expliquer la
décision du comité directeur. Il a peut-être voulu laisser un peu de souplesse pour tenir
compte des conditions d’exploitation du vol et de la compagnie aérienne.
M. le Rapporteur : Officiellement, quelle était la position française à ce fameux comité
directeur ?
M. Jean TEILLET : Je ne suis plus sûr du tout de la position française.
M. le Rapporteur : Quelle était la préconisation qu’avait faite Air France à la DGAC
pour le comité directeur ?
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Nous avons fait le choix de mettre des caméras, sans être
obligés, réglementairement, de le faire.
M. Francis TRUCHETET : Pour revenir aux propos de M. Rebender, je dirai que
l’argument vaut pour un bureau mais que cela ne fonctionne pas pour les avions. Même
sur un vol de cinquante minutes, vous pouvez avoir à sortir, ne serait-ce que pour des
raisons physiologiques, et cela entraîne alors de fortes contraintes : dans certaines
compagnies américaines, quand un pilote doit aller aux toilettes, il doit appeler son chef
de cabine qui barricade l’entrée du poste au moyen de chariots repas et évacue les
passagers pour tout bloquer. Quand le pilote sort du poste, un membre de l’équipage
commercial entre dans le poste de pilotage et l’on referme la porte. Ensuite, pour revenir
dans le poste, le pilote rappelle…
— 205 —
Plusieurs députés : Cela se fait en toute discrétion !
M. Francis TRUCHETET : Oui, en toute discrétion et toute efficacité opérationnelle ! Je
vous laisse imaginer les relations au sein d’un équipage dans de telles conditions !
J’ai appris la semaine dernière, lors d’une réunion, que le nombre de pilotes
souffrant de calculs rénaux aux Etats-Unis avait augmenté de façon remarquable, parce
que les personnes ne boivent plus pour éviter d’aller aux toilettes sur les vols long
courrier. Cela n’est donc pas sans conséquences. Quand on prétend que l’on peut piloter
un avion avec une porte soudée et que l’équipage fonctionne alors correctement, c’est tout
à fait faux.
De plus, alors que pendant des années, on a travaillé à l’amélioration des
relations entre les équipages techniques et l’équipage commercial pour mieux
communiquer, on a ainsi recréé une espèce de forteresse qui risque de couper à nouveau
l’avion en deux. Nous essayons de tout faire pour l’éviter et c’est pour cela que je
proposais d’améliorer le système de fonctionnement d’interface des portes car, dans
certains cas, les portes sont tellement renforcées que certaines hôtesses n’arrivent même
pas à les ouvrir en vol sans devoir prendre leur élan pour pouvoir les pousser ! Tout cet un
aspect de mise au point et de maintenance des portes est aujourd’hui essentiel. C’est
probablement ce qui, au cours des deux dernières années, a eu le plus d’impact en terme
de fonctionnement de l’équipage et, à notre avis, également en terme de sécurité des vols.
Mme la Présidente : Je vous remercie de ces précisions. Tout ceci concerne aussi
l’exploitation !
M. le Rapporteur : Nous allons sortir des anecdotes, même si elles illustrent bien ce que
vous expliquiez sur les règlements, M. Truchetet, et sur la vie quotidienne dans un
cockpit, pour poser maintenant des questions aux représentants de la compagnie
Air France.
Vous nous avez dit, messieurs, que vous disposiez, au sein de la compagnie,
de procédures de retour d’analyse d’incidents et d’un corps d’auditeurs pour travailler sur
vos pratiques mais aussi sur celles de vos partenaires. Quelles sont les règles ? Jusqu’où
vont vos contrôles ? Selon quelles procédures ? Ces contrôles se font-il dans toutes les
compagnies avec lesquelles vous avez des codes partagés ? Avez-vous, au sein des
grandes alliances, notamment celle que vous animez, la volonté d’uniformiser ces
pratiques de contrôle pour garantir la sécurité ? Quand on regarde la liste des compagnies
qui font partie de l’alliance SkyTeam, je ne suis pas sûr que toutes nous auraient donné les
mêmes réponses que celles que vous nous avez faites ce matin. Pourtant, quand vous
délivrez un billet Air France, au bout de la ligne, il y a parfois des compagnies dans
lesquelles je ne suis pas sûr que M. Truchetet prendrait le manche.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : En matière de partenariat, le cadre réglementaire français
est précis et nous oblige à exercer un certain nombre de surveillances dans le cas
d’affrètements et de partages de codes. A la base, pour démarrer une opération de
partenariat en partage de code, nous sommes tenus de réaliser un audit, en accord avec
notre autorité de tutelle, la DGAC. Néanmoins, un certain nombre de compagnies, parce
qu’elles sont dans la zone JAA ou que ce sont de grandes compagnies, d’Australie, des
Etats-Unis ou du Canada, n’ont pas à être auditées. Nous pouvons les auditer, mais nous
n’y sommes pas tenus. Le postulat de base reste bien toutefois que l’ensemble de nos
partenaires doivent être audités avant de pouvoir démarrer un code share.
— 206 —
Cela signifie que l’on envoie une équipe – selon la taille de la compagnie, de
six à dix auditeurs de toutes les spécialités (opérations aériennes, sûreté, maintenance et
autres) – qui va, sur la base d’un référentiel très précis, faire une mission de trois à cinq
jours généralement, qui donne lieu à un rapport faisant ressortir, éventuellement, les nonconformités sur lesquelles nous leur demandons de nous faire des propositions de
correction. Lorsque nous estimons que le dossier est suffisamment solide, nous en
envoyons copie à la DGAC – ce qui n’est pas forcément fait dans tous les autres pays –,
laquelle peut demander des compléments d’information ou, le plus souvent, peut suivre
notre proposition et nous donner l’autorisation de démarrer l’opération de partage de code.
Ces audits étant reproduits tous les deux ans, la validité d’un audit est de deux
ans mais ce délai peut être raccourci, si l’on a tel ou tel souci avec la compagnie
concernée.
Mme la Présidente : Ces audits sont-ils internes ou opérés par des intervenants
extérieurs ?
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Jusqu’à présent, ils étaient uniquement opérés par des
auditeurs d’Air France accrédités. Dès qu’a été créée l’alliance SkyTeam, en juillet 2000,
nous nous sommes rapprochés de nos partenaires, notamment de Delta Airlines, mais
aussi d’autres compagnies, pour conforter notre liste de partenaires et organiser plus
efficacement nos audits. C’est ainsi que, sur la base, là encore, de procédures très établies,
validées par nos différentes autorités, DGAC mais aussi FAA, nous effectuons un certain
nombre d’audits en collaboration avec nos partenaires. C’est-à-dire que font partie de
l’équipe deux auditeurs d’Air France, un de Delta Airlines, un autre d’Alitalia, etc. Nous
effectuons donc les audits de nos partenaires communs en équipe multiple, partagée, et
c’est un rapport commun qui est adressé à nos autorités, ce que nous jugeons plus
efficace.
C’est dans ce cadre que, début 2001, l’IATA 1, qui regroupe 270 compagnies
aériennes du monde entier, s’est inquiétée du fait que la multiplication des partages de
code conduisait à une augmentation exponentielle des audits, chaque compagnie devant
auditer chacun de ses partenaires. Cela conduisait à des audits successifs, semaines après
semaines, dont l’efficacité technique était pour le moins douteuse, l’efficacité économique
très mauvaise et la lisibilité problématique, ces contrôles étant effectués selon des
référentiels variables d’un pays à l’autre.
Un énorme travail a donc été conduit dans ce domaine, que je veux évoquer,
car Air France, comme la plupart des grandes compagnies mondiales, s’est fortement
impliquée dans ce dossier que nous considérons comme important pour la sécurité des
vols et la surveillance de nos partenaires.
Donc, sous l’égide de l’IATA, ont été créés un très grand nombre de groupes
de travail pour que les trente plus grosses compagnies du monde – australiennes,
américaines, européennes, etc. – mettent en commun les différents référentiels et
procédures d’audit de leurs partenaires pour partager les meilleures pratiques et élaborer
un référentiel commun – qui en est aujourd’hui à sa deuxième version. Ce référentiel
comprend des standards qui reprennent le noyau dur des règles de l’OACI, notamment
l’annexe 6 de la convention qui est la base commune à tous les pays, mais qui vont aussi
assez nettement au-delà.
Formellement, la DGAC exige, lorsque nous réalisons nos audits en tant que
compagnie Air France, que nos partenaires soient en conformité avec l’annexe 6 de la
1
International air transport association
— 207 —
convention de l’OACI. En réalité, nous ajoutons un certain nombre de standards que nous
estimons judicieux et nécessaires.
Au-delà de ces standards – un bon millier – qui couvrent les opérations
aériennes, l’organisation de la compagnie, la maintenance, les opérations au sol, la sûreté,
le personnel de cabine, bref, toutes les composantes de la compagnie aérienne, assorties
d’une check-list, des procédures très précises ont été élaborées pour définir qui est en droit
de faire passer un audit, quelles sont les caractéristiques en termes de compétences et de
formation des auditeurs et quelles sont les procédures à suivre pour être certifié IOSA 1.
Le principe est plutôt que chaque compagnie audite chacun de ses partenaires, ce qui
représente un nombre effarant d’audits dans le monde entier et qu’une organisation
accréditée, répondant à des critères très précis, soit seule habilitée à réaliser ces audits à la
demande d’une compagnie x voulant entrer en partenariat avec une compagnie y. Ayant
passé toutes les étapes de l’audit, ayant été capable de répondre à tous les critères, la
compagnie est alors proposée à la certification IOSA et, dans la mesure où les autres
compagnies reconnaissent cette certification, elles sont habilitées à travailler en partage de
code avec cette compagnie.
Cela présente l’avantage de réduire considérablement le nombre d’audits et de
les rendre plus homogènes. Tel est le principe de fonctionnement et la finalité du système
IOSA.
J’ai ici une documentation sur le sujet, si cela vous intéresse.
Mme la Présidente : Cela nous intéresse, bien évidemment.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Après deux à trois ans de travail très intense au niveau
mondial, le système est entré dans une phase opérationnelle l’été dernier. Aujourd’hui,
quatre organisations sont accréditées, que l’on appelle les AO, accredited organisations.
Deux sont situées en Europe et une aux Etats-Unis – c’est d’ailleurs United Airlines – et
une en Australie. Une dizaine d’audits sont en cours ou ont déjà été réalisés. Le système
entre progressivement en vigueur, sachant que tout cela ne vaut que si celui-ci a la
confiance des compagnies aériennes et des autorités chargées de surveiller le secteur.
Mme la Présidente : Au-delà de ces standards IATA, sur lesquels certains ont pu émettre
des doutes – je ne le ferai pas parce que je n’en ai pas la compétence – la question ne se
pose-t-elle pas de la nécessité d’améliorer les règles OACI pour disposer d’une procédure
universelle de certification ?
M. Jean TEILLET : Vous abordez là un vaste sujet, excessivement complexe. Je
pourrais vous répondre que ces procédures communes de certification existent, puisque
l’annexe 6 fixe déjà des règles et qu’un certain nombre de documents indicatifs et de
manuels qui accompagnent cette annexe constituent les guides de bonnes pratiques que
sont censées suivre les autorités nationales quand elles délivrent un CTA.
En fait, chaque fois que l’on veut aller plus loin et être plus précis dans ces
normes internationales, cela pose problème, parce que les cultures et les pratiques sont
différentes. Nous avons eu tout à l’heure l’exemple de la discussion sur la fermeture ou
non de la porte du cockpit au sein même de l’Europe où nos cultures sont relativement
proches. On se doute bien qu’au niveau mondial, quand on discute avec des compagnies et
des autorités africaines, asiatiques ou sud-américaines, les approches sont extrêmement
différentes, ce qui contribue à rendre l’exercice encore plus difficile.
1
IATA operational safety audit
— 208 —
On peut dire, malgré tout, que le programme d’audit de supervision de
l’OACI, lancé depuis quelques années maintenant, pousse peu à peu les autorités
nationales à appliquer un certain nombre de grands principes essentiels. Dans le détail de
la procédure exacte de délivrance d’un CTA et de sa surveillance, nous n’en sommes pas
encore à une harmonisation totale mais la situation s’améliore. Cela va dans le bon sens,
même si ce n’est jamais aussi rapide qu’on le souhaiterait.
Faut-il aller plus vite, plus loin ? C’est difficile à dire.
M. Bertrand de COURVILLE : L’OACI parle aux Etats et l’IATA parle aux
compagnies aériennes. L’IATA a un siège à l’OACI et exprime les préoccupations et les
besoins des compagnies. L’OACI n’est donc pas directement interlocuteur des
compagnies aériennes mais elle l’est indirectement, au travers des autorités de tutelle. Et
le problème du respect de la souveraineté des Etats se pose à chaque fois qu’il s’agit de
prendre des mesures à caractère international.
Le programme IOSA est plus que cela. Il donne un moyen d’action direct, audelà des Etats mais avec eux également, qui permet concrètement d’accorder ou pas un
agrément. Même si IOSA n’est pas un agrément d’Etat, c’est un moyen d’action qui, je le
pense, est prometteur en matière de sécurité.
D’autres programmes sont en cours. Je pense notamment au continent africain
où des actions sont certainement à réaliser en matière de soutien aux Etats pour les aider à
développer et à mettre en place des programmes qui les conduisent à réellement assurer
leur rôle de supervision. Nous sommes convaincus que des actions sont à conduire en
matière d’aide et de soutien de leurs programmes nationaux. Cela ne relève pas
uniquement des compagnies aériennes mais des Etats et des politiques de coopération.
Mme la Présidente : Vous venez de poser à nouveau le problème de l’indépendance que
j’avais souligné précédemment au sujet de l’élaboration des normes, lorsque le facteur
économique intervient, à mon sens, trop tôt. Il est important que des normes soient
établies au vu des règles de sécurité que l’on veut édicter et qu’ensuite, tout cela puisse
être, le cas échéant, rediscuté au plan économique.
M. Francis TRUCHETET : Si vous le permettez, je voudrais aborder le problème de la
sécurité des vols et des compagnies aériennes. Il faut que vous soyez conscients que plus
une compagnie est grosse, plus son exposition au risque d’accident est forte. Des
compagnies comme British Airways, Air France ou Lufthansa qui font un millier de vols
par jour ont un millier de chances d’avoir un accident par jour ; une compagnie de charters
qui n’en fait que deux n’en a que deux. Je ne me fais pas trop de souci sur l’état de
sécurité de ces grandes compagnies – même si je ne suis pas toujours en accord avec ma
compagnie – parce qu’il en va de leur survie. En effet, une compagnie ne résiste pas
longtemps à quelques accidents. La Pan Am est morte de Lockerbie et US Air a failli
disparaître, il y a une dizaine d’années, parce qu’elle a enregistré trois accidents sur une
brève période. Les compagnies aériennes s’impliquent donc beaucoup en matière de
sécurité. De plus, elles sont probablement plus activement surveillées que les compagnies
aériennes plus petites, parce qu’elles représentent un risque plus élevé. Donc, le
contrôleur, la DGAC pour la France ou d’autres régulateurs pour d’autres pays, va plutôt
faire un audit de ces grandes compagnies. Elles présentent, en outre, l’avantage d’avoir
une structure à laquelle on peut facilement s’adresser.
Pour les compagnies plus petites ou toutes nouvelles – vous vous rappelez
certainement l’accident de Value Jet, il y a quelques années aux Etats-Unis – la difficulté
est bien plus importante et la tentation peut exister même cela ne veut pas dire que toutes
— 209 —
les start up ou les petites compagnies ne font pas correctement leur travail. Mais
l’immunité aussi bien en terme d’accident qu’en terme réglementaire est plus importante,
parce qu’avant qu’elles aient la malchance d’avoir un accident, il peut s’écouler du temps.
En fait, les statistiques sont très trompeuses, parce que du fait que le niveau de sécurité de
l’aviation est très élevé – je l’ai dit : un accident par million de départs – il faudra très
longtemps avant que ces petites compagnies aient un accident, fort heureusement.
L’exposition au risque est donc très différente.
C’est là qu’il y a problème. Le fait que toutes les compagnies du monde
puissent se poser sur un territoire ou transporter des passagers d’un pays par le biais des
accords OACI ou que toute compagnie européenne ait le droit de faire du transport aérien
à l’intérieur de la France en raison du Traité de Rome pose problème car les niveaux de
contrôle et de réglementation des compagnies ne sont pas les mêmes, ne serait-ce qu’au
niveau des normes sociales et de travail, qui sont absolument différentes les unes des
autres.
Il est évident qu’un énorme travail réglementaire reste à faire au plan
européen pour qu’un niveau identique soit requis non seulement au plan technique mais
également au plan social, notamment en matière de réglementation du temps de travail.
Nous comptons sur vous pour être moteur dans cette affaire.
Dernier point, avec votre permission, sur les low cost, dont j’ignore
totalement le degré de sécurité. Jusqu’à présent, ils n’ont pas eu d’accident majeur et je ne
voudrais pas faire de procès d’intention mais, à titre personnel, en tant que pilote, je suis
extrêmement choqué que l’on puisse vendre un billet entre Paris et Nice moins cher que le
prix du taxi de Paris à l’aéroport.
La vente à perte est interdite dans de nombreux secteurs et dans celui-ci, on
autorise les prix d’appel. Je serais commandant de bord d’Easy Jet, je me demanderais
quel respect on a pour mon travail.
Mme la Présidente : Cela rejoint le problème de la définition du prix abusivement bas.
M. Michel HERBILLON : Vous dites manquer d’éléments d’information sur la sécurité
de ces compagnies low cost. Mais peut-être en savez-vous plus que vous ne voulez le
dire ? C’est bien ici le lieu d’en parler. Et si vous, monsieur, n’avez pas d’informations,
peut-être certains d’entre vous en ont-ils ? Il serait intéressant de vous entendre sur ce
sujet, outre le fait que je comprends tout à fait ce que M. Truchetet vient de dire sur le
prix.
M. Francis TRUCHETET : Je n’ai pas de réponse à votre question. Certaines
compagnies dites low cost existent depuis de nombreuses années, comme la Southwest,
qui ont prouvé, sur vingt ans, qu’elles étaient capables d’assurer un niveau de sécurité très
élevé. Il n’est donc pas question de faire des procès d’intention.
Mais le fait d’être une start up permet de commencer avec des structures de
coût plus basses. La libéralisation dans ce domaine, a fait des dégâts tragiques en termes
de sécurité des vols. Quand des compagnies plus établies, ayant du personnel plus ancien
– donc, des coûts d’exploitation plus élevés – se trouvent confrontées à une concurrence
qui paraît déloyale, cela se termine par des pressions lourdes s’exerçant sur les personnels
de l’entreprise, pressions qui ne sont pas sans conséquence en termes de sécurité des vols
car quand l’on pressure davantage les personnels, quand on les fait travailler plus pour des
salaires moindres, la motivation diminue et l’inquiétude augmente. La sécurité des vols
n’est pas indépendante de telles pressions.
— 210 —
Favoriser Ryanair ou easyJet peut paraître très intéressant d’un point de vue
politique, parce que cela fait parler d’une région et que cela crée des moyens de transport
aérien dans des endroits où il n’y en a pas mais il faut savoir que, ce faisant, on affaiblit
aussi le reste du transport aérien.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Devant cette caricature de la dérégulation, je voudrais
savoir, de façon très précise, si l’on constate plus d’accidents dans les low cost qu’ailleurs.
M. Francis TRUCHETET : Mon propos n’était pas de parler des low cost mais de parler
des dégâts que peuvent occasionner les low cost ou autres dans les compagnies aériennes
établies.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Vous avez parlé de dégâts sur la sécurité, je voudrais
savoir de façon précise s’il y a eu plus d’accidents dans les compagnies aériennes, et en
particulier dans les low cost, qu’auparavant. Le fait de mettre sur le dos de la dérégulation
l’augmentation de l’insécurité mérite d’être justifié.
M. Francis TRUCHETET : Value Jet est un accident qui est très clairement lié à cela. Il
suffit pour s’en convaincre d’étudier les statistiques de ce qui s’est passé après la première
dérégulation issue du président Carter aux Etats-Unis pour constater que les taux
d’incidents ont alors progressé de façon très importante. Fort heureusement, tous ne se
traduisent pas systématiquement par un accident, même si certains sont emblématiques,
parce que le niveau de sécurité est très élevé. Mais en termes d’incidents et de
fonctionnement des compagnies, cela a eu un impact absolument indéniable.
Je peux préparer quelque chose sur le sujet, si vous le souhaitez, pour
argumenter plus précisément mes propos mais il est évident que la pression économique
est insupportable. Et, et quand on voit des compagnies qui ont malheureusement disparu,
comme Air Liberté, on constate que la fin de l’exploitation ne se passe pas bien, ou risque
de ne pas bien se passer, parce que la pression économique et l’inquiétude sont telles chez
les personnels qu’il est impossible d’assurer une exploitation sereine dans de telles
conditions.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Si je peux me permettre, ne mélangeons pas les
problèmes. Nous sommes une mission d’information sur la sécurité. Dire ce que vous
dites est très grave car, pour les conclusions que nous pouvons tirer de notre mission, il
n’est pas anodin de savoir si l’insécurité a augmenté en raison d’une politique de
dérégulation ou pas. Vos propos mériteraient d’être justifiés de façon plus scientifique que
par des considérations qui sont empreintes d’éléments plus politiques ou psychologiques.
M le Rapporteur : M. Truchetet nous a promis un document. Nous l’aurons ?
M. Francis TRUCHETET : Je m’y efforcerai.
M. le Rapporteur : Je vous en remercie.
Mme Geneviève MOLINIER : Je voudrais apporter une précision sur ce qui vient d’être
dit sur le fait que l’on contrôle davantage les grandes compagnies que les autres.
En France, la réglementation est exactement la même pour les compagnies
régulières et les compagnies charter. Il n’existe absolument aucune différence au niveau
de la réglementation. La manière dont ces compagnies sont contrôlées est similaire. Les
mêmes procédures sont appliquées. Nous auditons régulièrement, sur une base de deux
— 211 —
ans, tous les domaines des compagnies de la même manière. Bien évidemment,
l’organisation de chaque exploitant est approuvée par la DGAC. Nous connaissons les
personnes responsables et nous allons régulièrement faire des audits et des contrôles chez
eux.
Il faut savoir aussi que quand nous sentons des compagnies un peu plus
fragilisées sur le plan économique, nos services techniques y prêtent une attention toute
particulière, parce que nous savons que cela peut avoir un impact sur certains aspects de la
sécurité. Nous avons des exemples qui prouvent que certaines compagnies sont mises sous
surveillance renforcée au niveau de l’entretien. Je crois d’ailleurs que vous aurez une
réunion sur la partie entretien qui vous exposera cela. Mais, même au niveau de
l’exploitation, nous exerçons des contrôles le plus souvent possible quand nous sentons
qu’un problème potentiel de sécurité peut être engendré par le contexte.
Il n’y a pas de différence dans la manière de surveiller et de réglementer les
compagnies charter par rapport aux compagnies régulières.
M. le Rapporteur : Ces dernières années en tant qu’autorité française, avez-vous eu
l’occasion de contrôler des compagnies low cost et, comme l’a évoqué M. Truchetet, de
constater que leur organisation, leur mode de fonctionnement, leur politique commerciale
pouvait avoir un impact en termes de sécurité sur l’opérateur national ?
M. Jean TEILLET : C’est toujours le même problème, c’est-à-dire que la DGAC n’est
habilitée à contrôler véritablement, autrement que par des contrôles ponctuels, que les
exploitants français. Les low cost qui opèrent en France aujourd’hui et qui ne sont pas des
compagnies françaises sont donc auditées par l’Etat de l’exploitant.
A ma connaissance, nous n’avons pas aujourd’hui d’éléments nous
permettant d’affirmer que ces compagnies présentent un niveau de sécurité inférieur à
celui que l’on attend d’une compagnie traditionnelle ni qu’elles ont fait baisser le niveau
de sécurité des autres compagnies. Il est vrai qu’elles ont perturbé le paysage aérien
français et que cela a pu avoir des conséquences sur des éléments d’exploitation mais,
comme vient de vous le dire Mme Molinier, notre rôle d’autorité est de vérifier que les
compagnies dont le paysage a été perturbé par ces concurrences maintiennent un niveau
de sécurité acceptable.
Mme la Présidente : Je voudrais préciser les choses. Je suis ainsi faite que je ne suis pas
forcément diplomate.
Pour ce qui est des low cost, M. Descamps, nous pouvons simplement faire le
constat que ce sont des compagnies qui entrent tout de suite dans le jeu commercial et se
développent à très grande vitesse. Nous regardons comment elles vivent, comment elles se
développent. Elles n’ont pas une existence aussi ancienne que les autres. Notre fonction
en tant que mission parlementaire sur la sécurité dans le transport aérien de voyageurs est
de nous interroger non seulement sur l’existant mais aussi sur l’avenir et notamment sur
l’évolution des matériels et sur ce qui relève de l’humain.
A un moment ou un autre, une low cost s’écrasera. Se posera alors la question
de savoir si le pilote a dormi, dans quelles conditions de confort il a pu le faire, s’il a été
bien nourri, s’il était malade et s’il était bien payé. Je ne vois donc pas ce qu’il y aurait
d’iconoclaste à se poser la question de la dérégulation. M. Descamps, d’autres se la sont
posée avant nous. Cela ne me paraît pas donner une coloration politique à notre mission
car nous sommes là pour poser les vraies questions. Nous devons nous interroger sur des
problèmes qui paraissaient, peut-être, un peu domestiques mais qui sont pourtant très
importants et qui, en tout cas, prennent de l’importance lorsque les catastrophes arrivent !
— 212 —
Aujourd’hui, on voit apparaître de très gros avions qui vont transporter plus de six cents
personnes. On se posera peut-être alors de vraies questions sur la confiance que l’on peut
accorder aux personnes qui les pilotent, ce seront des questions matérielles, mais aussi, et
surtout, humaines.
M. François SCELLIER : J’ai bien noté que se posaient des problèmes à la fois
techniques et humains.
Concernant les problèmes techniques, Mme Molinier, quand vous vous êtes
exprimée sur les contrôles, j’ai noté que vous aviez parlé de « contrôles similaires » à
ceux des grandes compagnies. Entre similaires et identiques, la notion de vocabulaire est
importante. Les mots ne signifient pas tout à fait la même chose. Pourriez-vous préciser
vos propos ?
Mme Geneviève MOLINIER : Nous travaillons de la même manière. Les contrôles sont
les mêmes et nous appliquons les mêmes procédures. Je précise que je ne parle que pour
ce qui concerne les compagnies aériennes françaises car nous ne sommes responsables
que de celles-ci.
M. François SCELLIER : Concernant l’aspect humain, je comprends toute la difficulté
que représentent les portes blindées, notamment pour les repos contrôlés, et l’on conçoit
aisément que l’état physique d’un pilote peut avoir des conséquences sur la sécurité du
vol. Mais il y a la fatigue subie par le pilote dans son poste de pilotage, et il y a la fatigue
antérieure à la prise de contrôle de l’avion. Pour prendre un exemple concret, un pilote qui
arrive après avoir passé la nuit dans une boîte de nuit n’est certainement pas dans le même
état physique que celui qui a passé la nuit dans son lit à se reposer. La fatigue du pilote ou
du commandant de bord avant la prise de possession de l’appareil est-elle appréciée ?
M. Bertrand de COURVILLE : Je voulais évoquer effectivement les limites de
l’exercice de la réglementation des temps de vol car tout ce qui précède le vol
conditionne, bien entendu, la performance de l’équipage pendant l’exercice de son
activité. On peut citer, à titre anecdotique, ce qui a longtemps existé dans les compagnies
des pays de l’Est, où les équipages devaient passer devant le service médical avant de
voler. Cela n’existe plus aujourd’hui.
Il faut, à mon sens, que les compagnies fassent de la prévention, en incitant au
repos, à une vie saine. Nous avons un discours, une communication à développer sur ce
point. Bien expliquer à nos équipages que la sécurité du vol et leur performance pendant
le vol dépendent de ce qu’ils font avant. Sur ce point, il ne s’agit pas de réglementation.
C’est un problème d’éthique, de motivation. Cela fait partie de la culture d’une
compagnie.
M. le Rapporteur : Qu’en est-il de la consommation d’alcool, par exemple ? Ou d’autres
produits plus ou moins licites ?
M. Bertrand de COURVILLE : Les termes de la réglementation sont précis. La
consommation d’alcool sous quelque forme que ce soit est interdite dans les huit heures
précédant le temps de service de vol. Il s’agit d’un règlement européen et qui existe aussi
partout dans le monde.
M. Michel HERBILLON : La compagnie contrôle-t-elle cela ?
M. Bertrand de COURVILLE : A ma connaissance, très peu de compagnies le font.
Cela apparaît dans l’étude des accidents ou des incidents car, en cas d’incident, un
— 213 —
contrôle est fait. A travers tous les rapports que nous avons pu lire, il ne semble pas que
l’on ait perçu des tendances ou un problème manifeste.
Mme la Présidente : Cela pourrait faire l’objet d’une règle.
M. Georges REBENDER : Mme la présidente, je souhaiterais éclaircir le débat si je le
peux sur trois thématiques : les low cost, l’alcool et la fatigue.
Pour ce qui est de l’alcool, le règlement JAR OPS est extrêmement clair. Il
prévoit une non-absorption d’alcool huit heures avant le vol.
M. le Rapporteur : C’est un règlement international ?
M. Georges REBENDER : C’est le règlement JAR OPS qui s’applique aux 37 Etats
membres des JAA. Il existe donc une surveillance globale au niveau européen. J’ai
malheureusement reçu un rapport faisant état de trois compagnies européennes, dont je ne
peux donner le nom, qui ont été « épinglées » récemment lors de contrôles impromptus.
Sachez qu’il existe ainsi, au niveau européen, un processus de surveillance impromptu. Ce
n’est peut-être pas le cas en France mais cela existe dans d’autres pays.
M. le Rapporteur : Qu’entendez-vous par « épinglées » ? Vous avez constaté des
infractions, mais quelles ont été les sanctions pour les hommes et pour les compagnies ?
M. Georges REBENDER : Les compagnies sont « épinglées » quand les inspecteurs
appartenant aux pays qui ont effectué les contrôles ont constaté une infraction au
règlement européen JAR OPS transcrit dans leurs règlements nationaux. Les sanctions
juridiques relèvent du dispositif réglementaire de ces pays. Nous produisons des lois ou
des règlements qui assurent le respect des règles de sécurité mais, en cas d’infraction,
c’est à chaque Etat membre de définir la sanction. C’est ainsi que fonctionne le système
européen à l’heure actuelle. Il n’existe pas d’harmonisation du régime d’infraction.
Mme la Présidente : Notre gouvernement martèle depuis deux ans, et à raison, que la
prévention de l’alcoolisme est essentielle pour éviter l’hécatombe sur les routes. Il n’est
certes pas question d’hécatombe dans l’aérien, mais nous avons quelques informations sur
le sujet et, comme le disait M. le Rapporteur, cela semble être un sujet tabou. On
recommande à chacun d’avoir un alcootest dans sa voiture pour vérifier que l’on peut
reprendre sa voiture en rentrant de chez des amis. Ne serait-il pas possible de faire un
contrôle avant que le pilote reprenne son poste ? Cela pourrait faire partie de la
règlementation.
M. Georges REBENDER : Ce serait effectivement une possibilité. Actuellement, nous
nous appuyons sur l’éthique professionnelle des personnes engagées dans le transport
aérien, ainsi que sur des contrôles réalisés de façon inopinée et aléatoire, dans certains des
Etats membres.
M. le Rapporteur : Ma question suivante s’adressera donc à la DGAC. Vous arrive-t-il
de faire, avant le départ, des contrôles d’alcootest sur les équipages ?
Mme Geneviève MOLINIER : La réponse est non. Il n’y a pas de contrôles d’alcootest
sur les équipages.
M. Jean TEILLET : Cette question se pose depuis de nombreuses années. Il n’y a pas de
contrôle d’alcoolémie parce que, tout simplement, aujourd’hui, dans la réglementation
— 214 —
française sur le transport aérien, le taux d’alcoolémie n’est pas défini. Il est donc très
difficile de le contrôler. Cela a fait l’objet de discussions sans fin avec les différents
partenaires et nous ne sommes jamais parvenus à un accord sur le niveau du taux
d’alcoolémie minimal que nous voulions imposer ni sur les moyens de contrôles.
M. le Rapporteur : Je suis stupéfait de cette réponse ! Parce que si vous nous dites que
vous n’avez pas réussi à vous mettre d’accord sur un taux d’alcoolémie, c’est que vous
acceptez l’idée qu’un pilote puisse monter à bord avec un taux d’alcoolémie. A quel
niveau, on ne le sait pas, mais vous acceptez…
Mme Geneviève MOLINIER : La réglementation française précise que le pilote ne doit
pas consommer d’alcool moins de huit heures avant son heure de présentation, mais on
n’a pas pu mesurer exactement le taux correspondant.
M. le Rapporteur : Faisons le tour. Air France, vous est-il arrivé de suspendre des pilotes
pour alcoolémie ?
M. Bertrand de COURVILLE : A ma connaissance, non. Mais je souhaiterais faire une
remarque sur le gain de sécurité à espérer du renforcement d’une telle mesure. Autant
pour la sécurité routière, je comprends qu’effectivement, tout renforcement des règles
entraîne, mécaniquement, une réduction du nombre de morts par an – cela se démontre
aisément et c’est un élément très important dans la démarche et dans la politique
actuellement menée – autant un renforcement des mesures dans le domaine aérien, quel
que soit le pays d’ailleurs, n’entraînera pas mécaniquement une réduction du nombre
d’accidents. L’alcool n’apparaît pas comme un facteur contributif d’accident dans les
études actuelles sur la sécurité du transport aérien, contrairement à la route.
Je voulais juste évoquer cet aspect. Maintenant, il est évident, qu’en terme de
prévention, il est important de s’assurer qu’aucun équipage ne vole avec un niveau
d’alcoolémie inacceptable aux termes de la réglementation.
Mme la Présidente : Il s’agit d’un sujet véritablement tabou ! Je pense l’avoir dit au
début de la mission, mais je me répète : un avion s’est écrasé pas très loin de ClermontFerrand, dans la forêt, au lieu-dit Noirétable et il a fallu plus de quatorze ans pour savoir
ce qui s’était passé. En fait, tout l’équipage avait fêté l’anniversaire du pilote, à Lyon,
juste avant le départ. Il me semble qu’un tel tabou sur l’existence même du problème – et
je peux comprendre que certaines situations conduisent à ce genre d’écarts – n’est pas
acceptable que ce soit pour expliquer un accident ou en fonctionnement normal. Cette
question fait partie de la chaîne de sécurité sur laquelle nous travaillons et je suis surprise
que rien ne soit prévu.
M. Michel HERBILLON : Seulement pour ajouter un mot, Mme la Présidente, à ce que
vous-même et notre collègue, M. le Rapporteur disiez. De mon point de vue, au-delà de
l’alcool, il faudrait étendre les contrôles à un certain nombre de produits illicites.
On nous a dit – ce qui ne manque pas de surprendre les personnes de notre
génération mais qui est une réalité – que de plus en plus de jeunes au collège et au lycée
fument du cannabis. Sans se lancer dans une grande investigation médicale, on peut
émettre l’hypothèse qu’un certain nombre de jeunes pilotes qui, plus tard, seront recrutés
pourraient avoir pris l’habitude de l’usage du cannabis au collège, au lycée ou au cours de
leurs études supérieures. Il me semble donc que le contrôle devrait s’étendre aussi à ces
produits stupéfiants ou illicites.
— 215 —
M. Bertrand de COURVILLE : On peut certes en évoquer le principe. Mais, dès
l’instant qu’un pilote exerce son métier et a une licence pour piloter des avions, il est
soumis à des contrôles médicaux. A partir de quarante ans, ces contrôles médicaux sont
pratiqués tous les six mois. Il me semble donc que la prise de drogue est détectée car il
existe un réel contrôle.
M. Michel HERBILLON : Mais c’est l’usage courant qui est vérifié, dans ces contrôles,
pas l’usage exceptionnel.
M. le Rapporteur : Je constate qu’il s’agit d’un réel tabou social. Cela nous surprend. Je
ne pense pas qu’il y ait vraiment de problème, sinon nous ne monterions pas autant dans
les avions. Mais nous avons aussi quelques confidences, notamment de compagnies
étrangères qui nous ont communiqué des chiffres sur les pourcentages de leur personnel
volant dont elles estiment qu’ils sont « susceptibles » – soyons très prudents – d’avoir des
problèmes de ce genre, occasionnellement. On nous a aussi expliqué que les pilotes sont
des hommes comme tous les autres, qu’il leur arrive de divorcer, d’avoir des problèmes de
famille, des dépressions et autres... Et nous savons tous qu’il arrive que, dans ces
moments-là, on essaie de trouver des aides, qui n’en sont pas, en réalité.
Alors, quand je vous entends dire qu’on n’a jamais réalisé de contrôle, que
l’on n’a jamais pris de sanction, parce qu’il existe quelque part dans le règlement une
règle qui préconise de ne pas prendre un verre dans les huit heures précédant le vol, quand
on entend la DGAC nous dire que l’on n’a pas su définir de seuil minimal, alors que l’on
évoque éventuellement le taux zéro pour la conduite automobile, et que nous sentons bien,
depuis le début de cette mission, que c’est un sujet tabou, je voudrais savoir si la direction
d’Air France a engagé une réflexion et, éventuellement, proposé de discuter avec les
syndicats des pilotes ou des personnels navigants sur ces questions.
Les représentants des pilotes ici présents peuvent-ils, en
conscience, nous garantir, la main sur la Bible, sur la Constitution ou sur
d’Air France, comme ils préfèrent, qu’ils n’ont jamais vu un membre
navigant, dans aucun des vols qu’ils ont pu conduire, non pas ivre mais,
visiblement transgressé la règle ?
leur âme et
le Règlement
du personnel
disons, ayant
M. Bertrand de COURVILLE : La référence que vous faites aux comportements
humains existe dans toutes les organisations. Le problème se pose dans toutes les activités
à risque, que ce soit dans le nucléaire, le chimique ou dans le transport aérien et doit être
abordé avec le moins de tabou possible. En la matière, la réflexion de la médecine du
travail est identique. Les médecins se parlent et travaillent, mettent en place des solutions,
font de la prévention et publient des articles. A mon sens, il n’y a pas de différence entre
le transport aérien et ces autres domaines d’activités à risque. Il faudrait donc se tourner
vers la médecine du travail. Vous savez que, pour des raisons de confidentialité, il existe
un cloisonnement et, peut-être, le fait que vous perceviez le sujet comme tabou tient-il à
cette confidentialité. Ce sujet en fait partie, ainsi que d’autres telles que les erreurs
commises dans le cockpit, qui sont traités par des moyens plus traditionnels, comme la
prévention.
Mais vous avez certainement raison. Si, sur le plan européen, par exemple,
une règle était précisée en la matière, les compagnies, Air France y compris, n’y seraient
sans doute pas opposées, de même que le syndicat SNPL. Nous trouverions la meilleure
manière de la mettre en œuvre et je pense, comme vous, qu’il ne faut pas avoir de tabou
dans ce domaine. Nous vous rejoignons sur ce point.
M. le Rapporteur : Et que disent les pilotes ?
— 216 —
M. Francis TRUCHETET : Cela m’est arrivé une fois, dans les années 80, de travailler
avec un commandant qui n’était pas en état. J’étais copilote sur un vol cargo, transportant
du courrier. Depuis, cela ne s’est pas reproduit.
M. le Rapporteur : Qu’avez-vous fait ?
M. Francis TRUCHETET : Je n’étais pas bien.
M. le Rapporteur : L’avez-vous dénoncé ?…
M. Francis TRUCHETET : Non. Cette personne est partie en retraite peu après… Je
vous réponds honnêtement, comme vous me l’avez demandé, avec toutes mes
imperfections dans le domaine. J’étais très mal et je ne savais pas quoi faire. S’il y avait
eu des passagers, je ne sais pas si j’aurais envisagé de faire le vol avec cette personne.
L’avion ne serait sûrement pas parti.
Maintenant, en ce qui concerne l’aspect plus précis des contrôles ou la
question de savoir si le tabac, les substances interdites ou même les médicaments, sont un
tabou, j’espère qu’ils ne le sont plus. Ils l’ont été mais je pense qu’ils le sont de moins en
moins, parce que la médecine du travail en parle de plus en plus. Quand je suis entré dans
la compagnie dans les années 80, on ne parlait pas ou très peu de ces aspects. C’était
tacite, implicite. Il n’en était pas question. Maintenant, on en parle et le seul fait que cette
transparence existe, que l’on ose en parler, montre une certaine maturité des transports
aériens et des compagnies aériennes dans ce domaine.
S’agissant des contrôles, je dirais qu’à la différence de la route, vous avez
affaire à des professionnels, des personnes surveillées, entraînées, qui ont une haute
conscience de leur devoir et de l’importance de leur mission. Vous pouvez donc mettre en
place des contrôles. Peut-être certains se feront-ils prendre. Mais une règle impose déjà
que l’on ne consomme pas d’alcool dans les huit heures avant le vol et une autre que l’on
ne doit pas piloter quand on est sous l’emprise d’une substance quelconque, quand on
n’est pas en pleine possession de ses moyens. Pour ma part, je fais confiance à mes
camarades pilotes ou personnels navigants commerciaux pour s’imposer une éthique qui
leur permettra d’assurer cela.
Des contrôles, pourquoi pas ? Mais alors, il faut contrôler tout le monde, en
permanence, et dans tous les domaines.
M. Jean-Jacques DESCAMPS : Je vous écoute, mais, encore une fois, on parle des
compagnies françaises ou des compagnies européennes qui acceptent la réglementation
des JAA, et on ne parle pas de toutes les autres compagnies. Pourquoi ne fait-on pas un
contrôle inopiné non pas au niveau des compagnies mais au niveau des aéroports, comme
les gendarmes peuvent faire des contrôles inopinés sur la route. J’ai, pour ma part, une
éthique personnelle forte mais il m’est arrivé de me faire prendre comme tout le monde en
sortant d’un bistrot et de perdre des points. Pourquoi n’imaginons-nous pas un système de
contrôle simple dans tous les aéroports du monde ? On souffle dans un ballon ou l’on
vérifie que l’on n’est pas sous l’effet de drogues – il doit bien exister des systèmes simples
dans ce domaine aussi – avant de monter dans l’avion et d’être autorisé à partir ? Est-ce
une chose inimaginable ?
M. Jean TEILLET : Le problème aujourd’hui est que les règlements sont très vagues.
On va dire que le personnel navigant ne doit pas être sous l’influence de l’alcool, par
exemple. Qu’est-ce que cela signifie ? 0,2 g, 0,3 g ou 0,4 g ?
— 217 —
M. le Rapporteur : Votre ministère, monsieur, parce que vous êtes rattaché au ministère
des transports a réglé le problème pour les automobilistes. Il a mis moins de temps et a
institué des règles claires.
M. Jean TEILLET : La question est de fixer un taux. Vous demandiez tout à l’heure s’il
y avait un blocage social. Oui, il y en a un. C’est ainsi que nous le ressentons. Chaque fois
que nous avons voulu aborder le sujet, il y a eu blocage. C’est ainsi qu’aujourd’hui, on n’a
toujours pas pu fixer de taux.
M. le Rapporteur : Quelles sont, de votre point de vue, les raisons du blocage ?
M. Jean TEILLET : Elles sont parfois difficiles à comprendre. Je pense – et je vous livre
vraiment mon sentiment personnel – qu’il y a des raisons historiques liées à des accidents,
où le taux d’alcoolémie des pilotes avait été mis en cause, et qui avaient donné lieu à des
débats d’experts pour savoir si, effectivement, les personnels en cause étaient en dessous
ou en dessus d’un certain taux. C’est un premier point.
Il y a aussi le sentiment de la profession d’être mis à l’index et en accusation.
Cela a été peut-être plus facile pour la route parce que la réglementation concernait tout le
monde. Mon sentiment est que la profession s’est sentie mise en accusation, présentée
comme une profession particulièrement dangereuse qu’il fallait réglementer, alors que
d’autres professions tout aussi dangereuses ne le sont pas.
Ce que je viens de dire n’engage que moi. Cependant, je constate
qu’effectivement, à chaque fois que le sujet a été abordé, il a donné lieu à des discussions
très difficiles, qui n’ont pas abouti.
M. Marcel DEHOUX : Nous insistons lourdement sur ce thème, certainement à raison
car il est important, mais je pense aussi qu’il n’y a pas non plus de raison de soupçonner la
grande majorité des pilotes d’être des alcooliques notoires. Par ailleurs, si cette règle des
huit heures d’abstinence avant de prendre les commandes est respectée, elle est suffisante,
à moins d’être ivre mort huit heures avant le départ. Ce laps de temps permet d’éliminer
toute trace d’alcoolémie après une consommation normale d’alcool. Qu’il y ait quelques
exceptions, je veux bien le croire, mais très franchement, je pense que, dans l’éthique de
cette profession, il ne serait pas choquant d’envisager un taux d’alcoolémie de zéro. Par
ailleurs, le pilote peut être parfaitement en forme au moment de s’envoler, mais sur un vol
un peu long, on sait aussi qu’il y a des occasions, à l’intérieur de l’avion, de consommer
de l’alcool. Lors des repas, je pense que toute consommation d’alcool devrait être
strictement interdite pour le personnel navigant.
Mme Geneviève MOLINIER, MM. Bertrand de COURVILLE et Laurent
BARTHÉLÉMY : Elle l’est.
M. Marcel DEHOUX : Très bien.
Mme Geneviève MOLINIER : Là dessus, le règlement est clair.
M. le Rapporteur : Tout à l’heure, nous évoquions avec les représentants de la
compagnie Air France, la question des codes partagés et des contrôles, etc. J’ai bien
entendu votre réponse. Mais est-il arrivé que la compagnie refuse un contrat – je pense
que les codes partagés font l’objet de contrats – avec une compagnie de l’autre bout du
monde parce que les contrôles en question avaient mis en cause tel ou tel point,
notamment en termes de sécurité.
— 218 —
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Oui. Nous avons soit différé, soit annulé. Il nous est
même arrivé d’interrompre des opérations en cours parce qu’à la suite d’un audit, ce que
nous avions trouvé ne nous satisfaisait pas.
M. le Rapporteur : Je ne parlais pas uniquement d’audit, mais de l’ensemble des sujets
que nous avons évoqués aujourd’hui. Peut-être est-il un peu tôt pour le dire, mais la
compagnie Air France envisage-t-elle d’aligner ses règles, dont nous avons compris
qu’elles sont plutôt élevées par rapport à d’autres, dans le cadre de l’alliance avec KLM ?
Sans entrer dans les détails, je pense que les règles sociales, de fonctionnement
notamment des pilotes, des personnels navigants y sont sans doute un peu différentes de
ce qui a été évoqué par les uns et les autres ici. Cette alliance signifie-t-elle des règles
tirées vers le haut, négociées ou chacun conserve-t-il les siennes pour l’instant ?
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Pour ce qui est du rapprochement en cours avec KLM,
nous avons déjà une certaine proximité, puisque étant tous les deux dans le cadre du
JAR OPS, nous obéissons à une réglementation européenne commune. Le principe est
d’avoir deux compagnies avec des CTA différents ; à ce titre, on peut donc être amené à
gérer certaines différences. Il est clair que depuis que nous savons que nous allons nous
rapprocher, des contacts sont en cours pour discuter de nos organisations et nos pratiques.
Cela va s’amplifier, bien entendu, dans les semaines et les mois à venir, de la même façon
que nous l’avons fait dans le passé et que nous continuons à le faire avec nos partenaires
de SkyTeam, que ce soit Delta Airlines, Alitalia ou autres. Nous le ferons de façon encore
plus étroite avec KLM, puisque nous sommes appelés à travailler de façon très proche.
Vous parlez d’alignement. Certaines réglementations ou accords sociaux
peuvent marquer des différences. Nous vivrons, au moins dans un premier temps, avec ces
différences. Peut-être qu’à terme, se gommeront-elles progressivement ? Mais sur tout ce
qui touche au partage d’incidents, à la transparence sur nos modes de fonctionnement, la
fusion sera l’occasion de nous rapprocher encore plus, de comparer nos bonnes pratiques
et d’essayer de les mettre en place de part et d’autre.
M. le Rapporteur : Le syndicat des pilotes de ligne a-t-il déjà eu des échanges avec nos
amis néerlandais ?
M. Francis TRUCHETET : Bien évidemment, je ne suis malheureusement pas familier
de ce dossier, mais dès que l’annonce a été faite, nous avons eu des prises de contact.
Récemment, un accord a été signé entre les syndicats français et néerlandais pour le
rapprochement des deux compagnies.
Bien que n’étant pas familier du dossier, je ne pense pas qu’il y ait de
différences énormes, sachant que ce sont deux compagnies de même type opérant dans les
mêmes conditions réglementaires et dans le même environnement social.
Mme la Présidente : Nous nous acheminons vers la fin de cette table ronde. J’aurais
cependant souhaité poser une dernière question. On a beaucoup parlé de réglementation et
le Gouvernement a mis en place un groupe d’étude « label et transparence ». Comment
son travail peut-il enrichir la réflexion de tous ceux qui mettent la réglementation sur
pied ? Comment arriver à un élément techniquement utilisable qui puisse rassurer la
population puisque, si ce label et sa mise en place ont été proposés, c’est pour rassurer les
utilisateurs du transport aérien ?
M. le Rapporteur : L’un d’entre vous fait-il partie du groupe de travail ?
— 219 —
Mme Geneviève MOLINIER : Je n’y participe pas personnellement, mais une personne
de notre division le fait. Je dispose donc d’un certain nombre d’informations. L’idée est
effectivement de pouvoir établir un cahier des charges et un référentiel technique, lesquels
pourraient servir de base pour que soit réalisé, par un organisme vraisemblablement
extérieur, un audit intégrant des aspects sécurité et des aspects qualité de service,
permettant alors de labelliser ou non des compagnies extra-communautaires.
Quand il a décidé de mettre en place ce groupe de travail, le ministre,
M. de Robien, est allé rencontrer Mme de Palacio à la Commission européenne pour lui
exposer le projet. Depuis, la Commission est invitée à ce groupe de travail. Je sais que
jusqu’à présent, celle-ci n’a pas participé aux réunions, mais les résultats du groupe de
travail qui doit aboutir à la fin du mois, du moins en ce qui concerne les premières
propositions, seront présentés à la Commission, afin qu’une réflexion soit engagée,
éventuellement sur le plan communautaire.
L’actuelle présidence hollandaise nous a demandé des précisions sur la
création de ce label dont, elle-même avait également eu l’idée. Cela risque donc d’être
repris au niveau de la communauté. C’est un élément qui permettra, peut-être,
d’européaniser cette idée de label. Mais il est trop tôt pour dire comment cela va
véritablement fonctionner.
M. Laurent BARTHÉLÉMY : Je peux ajouter, puisque je fais partie de ce groupe, que
nous avons pu faire partager notre expérience sur les démarches, relativement similaires,
mises en place dans le cadre de l’IATA autour du label IOSA. Il m’a été donné à cette
occasion de présenter le chemin à parcourir pour réaliser un label.
Tout d’abord, il faut définir un référentiel et que celui-ci soit reconnu, fiable
et utilisable. Il faut ensuite définir une procédure d’audit, ce qui n’est pas simple. Il faut
également désigner des organisations accréditées pour faire les audits. Il faut être sûr que
les différents audits se révèlent fiables et réguliers. Il faut désigner, et ce n’est pas le plus
simple, l’entité qui délivrera le tampon de labellisation à une compagnie, entité qui devra
aussi être capable de retirer le label, en sachant que cela peut entraîner la disparition de la
compagnie. Ce sont des opérations délicates qui ont des implications réglementaires,
juridiques et commerciales d’une grande complexité.
On sent bien qu’une opération de ce type – je parle à titre personnel – ne peut
être durable et répondre à l’objectif fixé que si elle est relayée au niveau européen. On ne
voit pas très bien comment le simple cadre français pourrait faire vivre durablement un tel
label, même si la France peut être à l’origine ou assurer la promotion de ce produit. Il
faudrait qu’assez vite, il puisse prendre, une dimension au moins européenne. Par ailleurs,
quand on fait passer un audit, on obtient une photographie instantanée de la compagnie ;
trois ou six mois après, surtout pour les petites compagnies dont les organisations sont
variables, qui ont peu d’avions, des pilotes d’origines diverses, la situation peut varier.
C’est en cela que ce label diffère aussi des audits que nous pratiquons de manière assez
régulière dans nos opérations de partage de code où nous nous adressons à des
compagnies durablement installées, déjà existantes, qui peuvent elles aussi être soumises à
des perturbations, mais sûrement moins violentes et moins rapides que celles que peuvent
subir de petites compagnies comme celles visées par ce label.
Ce n’est pas que simple et c’est ce que nous nous sommes permis
d’expliquer. Mais si nous pouvons apporter notre concours au groupe de travail, nous le
ferons volontiers.
Mme la Présidente : Mesdames et messieurs, je vous remercie de votre participation.
Nous sommes arrivés au terme de cette table ronde mais nous ne sommes au bout de notre
— 220 —
travail sur le sujet. Si des éléments n’ont pas été abordés ce matin dont vous souhaitiez
nous faire part, je vous propose de le faire par écrit.
— 221 —
Table ronde regroupant des représentants des compagnies aériennes et des pilotes
composée de
M. Lionel GUÉRIN et M. Michel DUCAMP, Fédération nationale de l’aviation
marchande (FNAM),
M. Pierre CAUSSADE, Air France,
M. Philippe PILLOUD et Mme Marie BOYER, easyJet,
M. Jérôme BANSARD, Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL),
M. Serge MARTINEZ, Star Airline,
M. Claude GUIBERT, expert judiciaire,
M. Bruno DEHAIS, Air France,
M. Yves ROGER, Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile
(SNPNAC)
(Extrait du procès-verbal du 13 avril 2004)
Présidence de Mme Odile SAUGUES, Présidente
Mme la Présidente : Madame, messieurs, merci de vous être rendus disponibles pour
participer à cette réunion.
Contrairement aux précédentes tables rondes organisées sur un thème précis :
les voyagistes, la construction, l'exploitation des aéronefs…, la réunion d’aujourd’hui ne
porte pas sur un aspect spécifique de la chaîne de sécurité. La mission a souhaité réunir les
pilotes et les compagnies, ceux à qui est confié le fonctionnement concret du transport
aérien de voyageurs. Nous espérons que cette rencontre permettra d’approfondir les
problèmes identifiés lors des précédentes réunions et nous rassurera sur le fonctionnement
du transport aérien, système de plus en plus utilisé et complexe, qui embarquera bientôt un
nombre impressionnant de passagers par appareil.
Je vais demander à chacun de vous de se présenter avant d’entrer dans le
débat.
M. Claude GUIBERT : Personnellement, je ne suis plus acteur puisque je suis en
retraite, mais, en tant qu’expert auprès des tribunaux, je suis un observateur. J'ai quinze
ans de carrière militaire, d’abord dans le transport aérien militaire, puis dans les essais en
vol. J'ai été représentant des services officiels pour la certification. Ensuite, j’ai fait trente
ans de carrière civile comme pilote, commandant de bord et instructeur. A ce titre, j’ai
aussi été président des conseils d'enquêtes professionnelles qui, à l'intérieur des
compagnies, analysent les incidents ou les accidents. J’ai également été directeur
d'exploitation et gérant d'une compagnie charter, Point Air, qui a été arrêtée par décision
administrative pour des problèmes antérieurs.
Depuis 1992, je suis expert aéronautique à titre libéral, pour les questions
d'organisation dans les compagnies aériennes, et j'interviens lors des enquêtes accidents,
comme ceux du Concorde, du Mont Sainte-Odile, du Protéus, au-dessus du paquebot
France etc.
Mme la Présidente : Les conseils d'enquêtes professionnelles mènent-ils des enquêtes
internes ?
M. Claude GUIBERT : Oui, ces organismes sont constitués de professionnels
– commandants de bord, pilotes et mécaniciens navigants – qui font l'investigation
technique à l'intérieur de la compagnie pour donner un avis et, éventuellement, proposer
— 222 —
des « sanctions. » Par exemple, ils peuvent suggérer à la direction qu’un commandant de
bord soit rétrogradé temporairement comme co-pilote. Cela ne se fait pas dans toutes les
compagnies, mais cela existait déjà il y a trente ans.
M. Bruno DEHAIS : Actuellement pilote à Air France, j'ai passé quatre ans et demi à Air
Normandie, compagnie spécialisée dans le transport d'affaires et le transport régional.
Ensuite, j'ai intégré la société Régionale Airline, filiale d’Air France. Dans ces
compagnies, j'ai été co-pilote, puis commandant de bord. J'ai aussi connu des conditions
d'emploi qui ne sont pas celles des belles entreprises.
Mme la Présidente : Il sera très intéressant que vous puissiez nous en parler.
M. Serge MARTINEZ : Je suis pilote civil, commandant de bord et instructeur. Je
travaille actuellement dans une compagnie charter, Star Airline. Je représente aujourd'hui
le SNPL.
Je suis sorti de l'ENAC en 1989. J'ai rejoint ensuite Air Liberté, puis Air
France en 1996 dans le cadre des projets de privatisation et d’études relatives au tourisme
et à l'extension de la filière charter. J'étais en charge d'harmonisation dans les conditions
d'exploitation ou dans le cadre du développement. A ce titre, j'ai mené certaines missions
pour le groupe Air France dans les sociétés qui sont maintenant partenaires privilégiés
comme la compagnie Middle East Airline à Beyrouth. Je suis revenu comme simple
pilote, commandant de bord instructeur, et je n'ai plus de fonction d'encadrement ou de
restructuration, mais je continue à regarder cela d’un oeil attentif.
M. Jérôme BANSARD : Je suis commandant de bord à Air France, vice-président du
SNPL et j'assiste M. Martinez à cette réunion.
Mme Marie BOYER : Je m’occupe des affaires publiques d’easyJet. Je laisserai la parole
à M. Pilloud qui s’occupe de sécurité pour easyJet Suisse.
M. Philippe PILLOUD : Je suis commandant de bord chez easyJet sur Airbus 319 et
officier de la sécurité de vol. Auparavant, j'ai travaillé chez Cross Air, une compagnie
régionale de Swissair, et à l'Office fédéral de l'aviation civile pour la Suisse, l’équivalent
de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Aujourd'hui, je représente easyJet et
non les compagnies à bas prix en général.
M. Yves ROGER : Commandant de bord sur Boeing 747 chez Corsair et secrétaire
général de la branche transports d'un grand syndicat national, je m'exprimerai ici en tant
que commandant de bord ayant analysé et réfléchi sur la base de ses expériences
personnelles, mais aussi en tant que syndicaliste ayant recueilli les expériences des
collègues de ma compagnie ou d'autres compagnies extérieures régulières ou de charters.
M. Pierre CAUSSADE : Je représente Air France où je travaille depuis plus de vingtcinq ans. Ingénieur aéronautique de formation avec un brevet de pilote privé, j'ai
commencé ma carrière à la DGAC, puis j’ai travaillé à Aéroports de Paris (ADP).
Directeur des opérations et du développement technique, j'anime l'ensemble
des services techniques qui organisent les opérations aériennes d'Air France, en particulier
le service de prévention et de sécurité des vols, avec le commandant Bertrand de Courville
que vous avez entendu la semaine dernière.
— 223 —
M. Lionel GUERIN : Je suis président de la Fédération nationale de l’aviation
marchande (FNAM) et président de la compagnie régionale Airlinair que j'ai créée, il y a
cinq ans. Je suis un ancien commandant de bord et ingénieur en maintenance
aéronautique.
M. Michel DUCAMP : Je suis un ancien cadre d’Air France où j'ai passé trente-trois ans
en commençant à la direction de la maintenance, puis comme responsable de la division
des simulateurs de vol, chef d'escale, responsable des projets de flotte matériels nouveaux.
Je suis aujourd’hui à la FNAM au nom de laquelle je voudrais dire quelques mots.
Je souhaite rappeler en préambule l’intérêt et l’engagement constant de la
FNAM en FAVÉur de l'amélioration de la sécurité du transport aérien. Regroupant la
grande majorité des exploitants du transport aérien français, mais aussi des entreprises de
travail aérien, d'aviation d'affaire, des ateliers de maintenance, des sociétés d'assistance en
escale et des écoles de formation privée, la FNAM se situe résolument dans le cadre d'un
espace européen ouvert à la concurrence. C'est pourquoi elle a soutenu et soutient toujours
activement les initiatives visant à une harmonisation des normes réglementaires et
techniques applicables au transport aérien, afin que l'ouverture des marchés ne puisse pas
se faire au détriment de la sécurité des personnes et des biens transportés et survolés.
Elle milite également pour une professionnalisation des normes d'exploitation
des entreprises de travail aérien.
En décembre 1996, alors que débutaient à peine à l’échelon national les
discussions relatives à la transposition, dans la réglementation française, du règlement
JAR OPS 1, la FNAM réunissait à Massy, au centre Air France de Vilgénis, plus de cent
dirigeants et cadres de compagnies aériennes françaises pour travailler avec les
responsables
réglementation
des
JAA
1
et de la DGAC, à la mise en œuvre de ce règlement, et tout particulièrement, du nouveau
système qualité de l’exploitation dans notre pays.
Aujourd’hui, l'arrêté OPS 1 du 12 mai 1997 pour les avions et son équivalent
OPS 3 du 23 septembre 1999 pour les hélicoptères, constituent le cadre auquel se réfèrent
tous les exploitants. En définissant les conditions techniques nécessaires à l’obtention d'un
certificat de transporteur aérien, ces deux règlements imposent aux opérateurs des
principes d'organisation et de répartition des responsabilités dans leurs entreprises, des
règles relatives à la location des aéronefs et, surtout, l’obligation de contrôler en continu
l'adaptation de leurs structures d’exploitation à leurs missions.
Dans le même esprit, la FNAM a activement participé à la transposition
française des règlements FCL 1 et FCL 4 relatifs aux licences de pilote d’avion et de
mécanicien navigant, portant à la fois les problématiques des écoles de formation et celles
des exploitants aériens.
Très tôt, elle a déclaré son intérêt pour la création d’une agence européenne
de la sécurité de l’aviation (AESA), souhaitant que son champ géographique de
compétence soit le plus étendu possible pour favoriser une large diffusion des normes
communes de sécurité JAR. Elle a néanmoins accueilli favorablement la création de
l’AESA, limitée à l’espace communautaire, comptant sur sa capacité à faire appliquer les
règlements européens dans tous les Etats membres de l'Union. Elle se prépare activement
à la mise en œuvre du nouveau règlement 2042/2003 relatif au maintien de la navigabilité
des aéronefs, qui permet d’étendre le champ de l’entretien, en environnement contrôlé,
aux petits aéronefs et renforce la formation des personnels de maintenance dans le
1
Joint aviation authorities
— 224 —
domaine des facteurs humains. Ceci en attendant le lancement des consultations relatives
à la mise en œuvre, dans le cadre d’un règlement contraignant de la Commission
européenne, des normes OPS (opérations) et FCL (licences) qui sont encore aujourd'hui
appliquées de manière inégale dans les pays membres de l'Europe.
Au-delà des frontières européennes, l'aviation est – comme chacun le sait –
organisée, dans le cadre de l’OACI et de ses conférences régionales, entre les Etats
signataires de la convention de Chicago.
La FNAM attend des autorités nationales qu’elles poursuivent leurs efforts en
FAVÉur d’une interprétation commune et d'un respect rigoureux des normes et
recommandations de l'OACI. Elle souhaite le renforcement des audits de sécurité des
Etats membres de l’organisation. Elle accueille donc positivement l’adoption conjointe
par le Parlement et le Conseil européen, le 31 mars dernier, de la nouvelle directive
concernant la sécurité des aéronefs des pays tiers empruntant les aéroports de l’Union.
Mme la Présidente : Je propose de lancer d'emblée le débat après ces présentations très
rapides.
Vous venez d’exprimer le désir de l'aviation marchande d'entrer de plain-pied
dans les normes, de les faire appliquer, d'être un partenaire complet de la sécurité. Je l'ai
bien entendu. Mais je voudrais que l’on réagisse à une remarque qui m'a frappée tout à
l'heure concernant les différences de sécurité entre grands groupes et groupes plus petits,
alors que nous pensons que la sécurité doit être assurée partout de la même manière.
M. Bruno DEHAIS : Dans les années 90, la deuxième partie des normes européennes
JAR a été appliquée aux toutes petites entreprises. On avait la volonté de mettre en
pratique le principe du retour du service qualité, ce qui était totalement inconnu dans ces
entreprises, à mon avis.
Le problème est que toutes les entreprises ne perçoivent pas cette mesure de
la même manière. Pour beaucoup, c’est une contrainte et les règles européennes sont un
plancher, le minimum qui sera appliqué. Pour d'autres entreprises, une exploitation sûre,
régulière et à l’heure, implique de prendre des marges. Les règles sont respectées, mais…
Mme la Présidente : Où sont prises ces marges ?
M. Bruno DEHAIS : J'ai connu des entreprises pratiquant des contrats de travail a
minima et une pression exercée sur les personnels. Dans les textes, le commandant de
bord est le dernier rempart, le seul maître de la décision de partir ou non. Dans les faits,
c'est parfois très délicat.
Sans entrer dans l'anecdote, si l’on transporte des clients représentant 10 ou
15 % du chiffre d'affaires annuel d’une compagnie d’aviation régionale ou d’affaire, en
cas de panne dans une escale où ce type d’avion n'est pas connu des services de
maintenance et où il n’y a pas possibilité d’acheminer le matériel, l'avion peut repartir en
panne. C’est le client qui décide.
M. le Rapporteur : Quand c’est un mauvais client, vous partez et quand c’est un bon
client, vous ne partez pas ?
M. Bruno DEHAIS : Non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Beaucoup de clients de
l’aviation d’affaires donnent le chèque correspondant au prix du vol, au pied de l’avion.
— 225 —
Le commandant de bord est le garant de l’entreprise. Dans ce cas, le vol part malgré la
panne – je ne parle pas d’une panne entamant la sécurité, je parle de réglementation. Les
compagnies régulières ou les compagnies qui sont sur des aérodromes de premier plan
permettant de dépanner l’avion n’agiraient pas ainsi.
M. Claude GUIBERT : Le problème général n'est pas tellement un problème de normes,
de règles, etc. Il en faut, et un travail considérable a été fait à l'intérieur des JAA.
Pour l'anecdote, il faut se rappeler que ces normes ont d’abord été étudiées et
mises au point par les constructeurs. Puis l'administration est intervenue. Mais on a
découvert, au moment d'appliquer la réglementation, que personne n'avait de mandat pour
le faire. Cela peut paraître curieux, mais les JAA sont venues du terrain, en réponse à un
besoin, et cela a demandé vingt à vingt-cinq ans.
Le problème n'est pas tant d’élaborer des normes et, éventuellement, de
mettre en place un service qualité, mais de comprendre que la sécurité est essentiellement
d'ordre éthique. L’application de ces normes donne lieu à toutes sortes d’attitudes :
certains les appliquent bien, d’autres les appliquent avec un peu de marge, d’autres
trichent vraiment et, avec les difficultés économiques actuelles, d’autres appliquent les
normes a minima. On ne progressera pas en matière de sécurité aérienne sans pratiquer
une sécurité aérienne « proactive », c'est-à-dire si l’on ne cesse pas de se limiter à faire le
minimum réglementaire.
M. Yves ROGER : Je voudrais plonger un peu plus au cœur du problème.
Vous disiez, Mme la Présidente, que nous allons transporter un nombre
impressionnant de passagers. C’est déjà le cas avec le Boeing 747 qui transporte six cents
personnes à 900 km à l’heure. Quand on traverse les océans, il arrive forcément des
aventures humaines, techniques, météorologiques, etc.
Je suis en partie d'accord avec mon collègue quant à l'origine des problèmes.
La sécurité aérienne dépend de nombreux facteurs techniques, dont les équipements. On a
des équipements contre les collisions, le GPWS, des équipements contre les abordages, le
TICAS, mais contre la perte d'un avion, on n’a rien : on ne peut plus compter que sur
l'équipage, d’où son importance.
Certes, il y a des procédures, des normes, mais tout cela est plus éloigné,
même si, parmi les normes édictées au niveau européen, l'assurance qualité – dont
plusieurs intervenants ont parlé – est un élément intéressant. Le problème est que, très
souvent, le PDG est aussi le dirigeant responsable de l’assurance qualité.
Structurellement, la sécurité aérienne repose sur deux équilibres si délicats
qu'ils peuvent facilement et rapidement entrer en contradiction : il y a la sécurité et le
profit et il y a le commandant de bord et le PDG.
La sécurité et le profit : il est évident que si l'on cherche à faire trop de
profits, on négligera la sécurité et que si l'on met tout dans la sécurité, il n'y aura pas assez
de profits pour pérenniser la vie de l'entreprise. Il y a donc bien un équilibre à trouver,
dans lequel il faut savoir privilégier la sécurité.
Le commandant de bord et le PDG : je respecte les PDG, mais quand le
commandant de bord est dans l’avion, c’est lui qui assure la sécurité des passagers – ce
n'est plus le PDG – et cela jusqu’à ce qu'il quitte l'avion, à la fin de sa mission.
— 226 —
Il est possible d’agir assez facilement sur ces deux équilibres pour améliorer
la sécurité. Il n'y a pas de fatalité. Mais si l'on veut réellement obtenir des solutions
significatives et durables, il ne faut pas se contenter de conformisme ou de demi-mesures,
il faut modifier certaines façons de faire.
Il y a un troisième intervenant dont le rôle est crucial, c’est la DGAC,
l’autorité de tutelle. Je pense qu'elle ne joue pas encore suffisamment et pas encore
suffisamment correctement son rôle…
M. le Rapporteur : Pouvez-vous préciser vos propos ?
M. Yves ROGER : Sur ce point, je rejoins la réflexion de mon collègue. Quand une
compagnie aérienne se crée, la DGAC est censée contrôler son dossier dans plusieurs
secteurs : financier, technique, social, etc. Or, ce n'est pas suffisamment fait. On a vu de
véritables voyous s'emparer de compagnies. Mon collègue a parlé de « tricheurs ». Il a
raison. Mais moi, je parlerai même de « voyous », comme en témoigne l'actualité la plus
récente. Il n'est pas normal que la DGAC laisse des voyous s'emparer de compagnies
aériennes.
Sur la distinction qui a été faite entre petites et grandes entreprises, je ne suis
pas tout à fait d'accord. Dans les petites entreprises, comme dans les grandes, on doit avoir
la même vision de la sécurité. On peut y arriver et c’est nécessaire.
Si les solutions passent par une implication plus importante et de meilleure
qualité de la DGAC, elles passent aussi par une présence des pilotes à un niveau élevé de
la hiérarchie des compagnies. Pourquoi ? Parce que le législateur a fait peser sur les
épaules du commandant de bord d’énormes responsabilités et qu’il faut donc lui donner
les prérogatives correspondant à ces responsabilités. Il lui faut une place dans la hiérarchie
qui lui permettre de superviser les activités essentielles de l'entreprise : les opérations, la
technique, l'exploitation, mais aussi le social, c’est très important.
Cela implique d’adapter à la compagnie aérienne le principe de subsidiarité,
le PDG se consacrant aux tâches de gestion et d'administration, et celui que j'appellerai le
« directeur général pilote » se consacrant aux problèmes techniques et aux fonctions de
dirigeant responsable de l'assurance qualité. On aurait alors un bien meilleur
fonctionnement que si l'on confie cette tâche au PDG qui tient les cordons de la bourse.
Mme la Présidente : Vous pensez donc que vous n'êtes pas seulement là pour appliquer
les consignes, mais aussi pour les élaborer, en commun accord avec la hiérarchie de
l'entreprise ?
M. Yves ROGER : Tout à fait. Si l’on n’est qu’un exécutant et que le PDG exige de
décoller, sous peine de licenciement, il faut avoir beaucoup de caractère pour ne pas
décoller. Cela se fait, mais ce n'est pas facile et il vaut mieux être délégué syndical dans ce
cas-là !
Je termine en disant que cette initiative parlementaire me paraît très bonne.
C’est la première fois que je vois une initiative de cette nature et je m'en félicite. J'espère
que, non seulement, ce sera renouvelé, mais qu'il y aura un suivi et, éventuellement, une
coordination avec les personnels navigants des compagnies pour que, à l’image de
l'assurance qualité, cela fonctionne en boucle. Car on ne peut pas obtenir un bon résultat
en une seule fois. Il faut poser les mêmes questions plusieurs fois. Je viens de lire votre
questionnaire qui me paraît très bien fait car vous y avez recensé toutes les questions, des
— 227 —
plus farfelues aux plus sérieuses. Vous avez raison car celles qui semblent les plus
farfelues ne le sont pas autant que cela.
M. Lionel GUERIN : D’abord une remarque d’ordre général. Votre invitation et le
questionnaire parlent « d'insécurité » dans le transport aérien. Pour ma part, je parlerai
plutôt de « sécurité ». Parce que si je partage avec mes collègues le souci de forte
implication dans la sécurité, il me semble qu’au cours des dix dernières années, dans nos
pays occidentaux, nous avons fait de grandes avancées dans ce domaine. Aujourd’hui, le
moyen de transport le plus sûr au monde est quand même le transport aérien, que ce soit
par rapport à la route, au bateau ou au train. Il faut le souligner avec force : deux weekends font le même nombre de victimes que le dernier accident de Charm el-Cheikh ! Il ne
faut pas créer une psychose sur le transport aérien et sur son insécurité. Je parlerai donc
plutôt de « sécurité ».
Comment est-on arrivé à ce degré de sécurité ? D’abord, grâce aux diverses
normes, très étroites, mises en place par les différents acteurs – organisations
professionnelles salariales, patronales, autorités civiles. Le transport aérien est, en effet,
particulièrement touché de façon médiatique à chaque accident, ce qui entraîne une remise
en cause systématique de l'activité. Ces normes concernent d’ailleurs toutes les
compagnies, petites ou grandes.
Le transport aérien européen, et français en particulier, a évolué de manière
considérable en vingt ans. Je travaille depuis vingt-cinq ans dans le secteur, après avoir
commencé dans la maintenance ; j’ai été instructeur commandant de bord à Air France
etc. Puis, j'ai fini par créer une compagnie, il y a cinq ans et je dirige maintenant la
FNAM. Je peux témoigner que les investissements des uns et des autres sont
considérables.
Vous disiez tout à l’heure que le dirigeant responsable est en même temps
patron du système qualité. C'est vrai et c’est faux, parce que le système qualité est
contrôlé de façon de plus en plus fine par la DGAC, à travers de nombreux documents,
données informatiques ou audits, qui font que le système français ne permet pas de tricher
durablement.
Les investissements économiques sont considérables et la sécurité est en
progrès permanent, mais il est vrai qu’il faut rester très modeste en matière de sécurité du
transport car un accident peut arriver au plus gros comme au plus petit.
Vous opposez PDG, commandant de bord, sécurité et profit. Le système est
ainsi parce que l'on ne peut exister dans le transport aérien que si la sécurité est
démontrée. Sinon, la médiatisation agit directement sur la clientèle qui disparaît. Ma
compagnie exploite une vingtaine d’avions depuis quelques années et elle continue à se
développer. Il est clair que je serais touché frontalement en cas d’accident. La sécurité et
le profit sont donc complètement liés.
Quant à l’opposition PDG et commandant de bord, il se trouve que je suis
PDG avec un portable en permanence et étais commandant de bord toutes les nuits,
notamment pour La Poste. Nos amis anglo-saxons l’ont bien démontré, la sécurité est un
investissement de l’ensemble de l'entreprise. Bien évidemment, le commandant a une
responsabilité de première ligne dans le domaine de la sécurité, mais c’est toute la chaîne
qui doit fonctionner, du PDG jusqu'au moindre salarié.
Sur la DGAC, je dirai qu’elle peut toujours faire l’objet de critiques, mais elle
a beaucoup évolué. Beaucoup de règles sont européennes et non françaises. Les contrôles
sont de plus en plus fins, normés, implacables. Je tenais à le souligner avec insistance.
— 228 —
M. Serge MARTINEZ : Notre sujet, comme en témoignent les questions que vous nous
avez fait parvenir, ne se limite pas au transport aérien français. Je vais contredire un peu
M. Guibert, mais, de par ma formation et de par les fonctions que j’ai pu avoir sur la mise
au standard d’exploitation de compagnies aériennes, je suis très attaché à la notion de
normes. Les normes sont des fondamentaux dans notre métier.
S'il existe de l'insécurité dans le monde – et votre titre ne me dérange pas –,
c’est dû à l’absence de normes. Si l’on prend le transport aérien au plan mondial, le
principal problème de la sécurité vient du niveau d’exigence que les Etats imposent à leurs
exploitants. Quand on parle du contrôle de la DGAC, d’attitude pointilleuse, de
compétence ou de capacité à faire des contrôles, encore faut-il que les contrôles soient
faisables, que la DGAC ait le droit de les faire et qu'elle ait le temps et les moyens de les
faire.
Mme la Présidente : Peut-on dire qu'un contrôle est réellement honnête, sincère,
raisonnable et qu'il sert à quelque chose quand il est fait de manière inopinée, sans savoir
ce que l'on cherche, que l'on se contente de regarder si cela fuit sous un train d’atterrissage
ou que l'on contrôle quelques points en escale ? Ce sont des propos qui ont été tenus et
que l'on a pu lire par ailleurs. Ici, nous en sommes tous informés. Que pensez-vous de ce
type de contrôle ?
M. Serge MARTINEZ : Mme la Présidente, je suis désolé de vous dire que vous êtes,
diplomatiquement, très incorrecte….
Mme la Présidente : Certainement, mais c’est volontaire !
M. Serge MARTINEZ : … et je vais rebondir volontairement !
L’OACI a décidé, pour des raisons de souveraineté, de laisser à chaque Etat la
capacité de définir les normes d'exploitation des aéronefs qui opèrent au départ de son
pays. Ce principe de souveraineté fait que le contrôle de police, au sens général du terme,
est délégué. A ce titre, chaque Etat définit ses normes. Les normes basiques de l'OACI de
l'après-guerre n’étant plus suffisantes aujourd’hui, l'ensemble des « DGAC » européennes
a décidé d’agir en commun en créant les JAA. D'abord, pour les processus de
construction, ce dont vous avez déjà dû parler à travers la question des certifications. Il
était absurde d'avoir des boutons qui tournent vers le bas pour faire plaisir aux Anglais,
vers le haut pour faire plaisir aux Français et sur le côté quand il fallait parler avec les
Anglo-saxons ou les Allemands.
Très rapidement, on a normalisé l'exploitation, puis la délivrance des
certificats de transporteur aérien, l'exploitation et les licences et finalement, dernier volet,
les conditions de travail et de limitation en temps.
En modifiant, en complétant l'ensemble des normes basiques OACI, dites
mondiales, on a élevé le débat et le vrai problème aujourd'hui est de savoir dans quel
espace on évolue. A la question : Existe-t-il de l'insécurité ? Je réponds : Oui et de par
mon expérience, je considère qu'il y a trois niveaux de sécurité dans le monde.
La sécurité est quelque chose de très compliqué. Ce n'est pas parce que vous
avez un seul avion que vous faites bien les choses. Par ailleurs, de très grands groupes
comme British Airways, Lufthansa ou Air France, dont les nombreux avions volent tous
les jours et plusieurs fois par jour, ont malheureusement statistiquement des risques
d'avoir un incident majeur, voire un accident. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils font
— 229 —
moins bien que celui qui n’a qu’un seul avion, qui fait mal les choses et qui a la chance de
passer à côté des trous.
Au niveau mondial, il existe trois grands statuts :
– le statut européen, avec les normes JAA qui sont comparables à ce qui
existe aux Etats-Unis avec la Federal aviation agency (FAA), au Canada avec Transports
Canada ou en Australie avec l’aviation civile australienne avec, malheureusement, des
variantes liées à la capacité financière des Etats ;
– à l'autre bout de la planète, il y a le vide sidéral, représenté par les normes
basiques et fondamentales de l'OACI ;
– entre les deux, on trouve un certain nombre de pays qui, au travers de leurs
compagnies, de projets industriels ou de leurs Etats, décideront de hausser volontairement
le niveau de sécurité d'exploitation de leurs compagnies en rejoignant soit le standard JAA
européen, soit le standard FAA américain, soit le standard britannique pour les pays
appartenant au Commonwealth. Le choix se fait en général selon des critères culturels car
la sécurité dans l'aérien est d'abord et avant tout un problème de culture.
Le contrôle que l'on effectue en dix ou quinze minutes, la nuit, avec une
torche sur un parking, – sous réserve d’ailleurs que l’exploitant l’autorise, qu’il y ait les
compétences humaines au moment dit, correspondant à ce que l’on veut vérifier – est-il
efficace ? Sans ambiguïté, la réponse est non. La DGAC est-elle fautive ? Non.
La première chose que le ministre a demandée après l’accident de Charm elCheikh est justement la modification du niveau de compétence et du niveau d'autorisation
pour effectuer les contrôles.
Lorsqu'un grand opérateur, membre des JAA, décide d'affréter une compagnie
aérienne pour se doter de moyens propres, il doit faire un audit de la compagnie, c'est-àdire le même type de contrôle – en termes d’objectifs en tout cas – que ce que fait la
DGAC au nom de l'Etat français quand un opérateur vient en France. La différence vient
de ce que la DGAC, compte tenu du mandat qui lui est donné, peut faire faire par deux
personnes une visite d'un quart d'heure, de nuit et à la torche, alors que l'audit JAR OPS
d'une compagnie, qui permet de vérifier les conditions réelles de l’exploitation, met en
œuvre un groupe de travail de deux à cinq personnes pendant cinq à dix jours. On voit tout
de suite la différence !
Il y a, à ce niveau, autant de différences que le contrôle de police effectué par
la gendarmerie nationale pour vérifier vos papiers sur la route et le contrôle technique que
vous faites passer à votre véhicule selon les délais prescrits par la loi. Cela n'a rien à voir.
La différence de niveau entre les deux est abyssale.
Pour revenir sur les normes, je veux m'inscrire en faux par rapport à ce qui a
été dit précédemment. Pour ma part, je pense que l'une des grandes avancées du système
JAA est justement la désignation du PDG de la compagnie comme accountable manager
et à ce titre, comme responsable.
La plus grande difficulté, dans les zones de non droit – l'accident du
Boeing 727 de la UTAG à Cotonou en est l’exemple même – est qu'on ne trouve aucun
responsable lorsque, après un accident, on commence à chercher qui faisait quoi et sous
les ordres de qui.
— 230 —
La grande force du système JAA est d’expliciter très clairement, de façon
pyramidale, qui est responsable de quoi. C'est fréquemment le meilleur garde-fou que l'on
puisse imaginer pour empêcher les gens de faire n'importe quoi.
M. Pierre CAUSSADE : Je veux rebondir sur les propos de M. Martinez et revenir sur
ceux de M. Guérin.
Notre industrie a placé la sécurité au cœur de ses préoccupations et,
globalement, celle-ci a beaucoup progressé au cours des vingt dernières années, et plus
encore au cours des dix dernières. L'intérêt majeur du système européen qui s’est mis en
place progressivement est bien la clarification des responsabilités et je suis tout à fait
d’accord avec ce qui vient d’être dit.
Bien sûr, la prévention est l'affaire de tous et non celle de quelques
spécialistes dans l'entreprise. Il faut que tout le monde comprenne que, de même que la
survie de l’entreprise dépend de ses résultats économiques, elle dépend de la confiance
des clients et des passagers dans la sécurité de la compagnie. Mais il est très rassurant –
car il faut que l'exemple vienne du haut – que le dirigeant « responsable », au sens des
normes européennes et des règles JAR OPS, soit le patron de l'entreprise pour montrer
qu'il n'y a pas deux types de fonctionnement au sein de l’entreprise : un fonctionnement
économique et commercial dans un monde concurrentiel et par ailleurs, un
fonctionnement dédié à la sécurité.
Ces deux parties de l’activité doivent être intimement liées. Le dirigeant
responsable est là pour garantir que la politique de sécurité se développe et qu’elle est
financée correctement là où elle doit l'être.
Mme la Présidente : Ne pensez-vous pas, au contraire, que le fait que le patron soit en
même temps responsable de la sécurité peut être parfois facteur de confusion en le rendant
à la fois juge et partie ?
M. Pierre CAUSSADE : Le fait d’être pénalement responsable, désigné par avance
responsable du fonctionnement de son entreprise est extrêmement vertueux. Quand on est
responsable, on sait qu'il faudra rendre compte du fonctionnement de son entreprise, tout
comme le commandant de bord est responsable de son vol et doit, le cas échéant, rendre
compte de la mission qui lui est confiée par l'entreprise.
Je voudrais ajouter que notre industrie a aussi progressé par son effort
collectif. On est dans un secteur où les associations professionnelles sont bien organisées
et puissantes. Air France, par exemple, en tant que compagnie régulière, appartient à
l'IATA, l’association internationale des transporteurs aériens.
Autant la compétition se déchaîne sur le plan commercial, autant les
professionnels de l’industrie – et j'ai l'honneur de représenter Air France dans beaucoup de
ces instances – ont compris que l'intérêt collectif du transport aérien était de progresser en
matière de sécurité et qu'il ne devait pas y avoir de compétition dans ce domaine. A
plusieurs, surtout si l'on couvre la planète, on est plus forts, plus avisés, plus performants,
parce qu’on partage ses difficultés mais aussi les bonnes pratiques et la manière de
progresser.
Cet ancrage sur les bonnes pratiques internationales produit un effet plus
particulier au cœur des alliances et je rejoins, sur ce point, un commentaire qui a été fait :
pour partager des codes de transporteurs sur un même avion, c'est-à-dire pour transporter à
bord d’un avion Air France des passagers de Delta Airlines, Japan Airlines ou d’autres
— 231 —
grands transporteurs, indépendamment des contrôles de chacun de nos Etats, nous
pratiquons, entre nous, des audits croisés. Nous avons les uns et les autres la visite
d’équipes de commandants de bord, de spécialistes de l'entretien et de tous les secteurs
clés de la maison qui viennent vérifier non seulement notre organisation, nos normes
internes, mais aussi notre pratique, en auditant notre fonctionnement, que ce soit dans les
hangars, dans les escales ou dans les cockpits.
Cette approche est extrêmement vertueuse, puisque, au-delà du règlement et
du contrôle par les autorités, s’exerce une sorte de contrôle mutuel qui assure la
progression de tous. Ce volet s’est fortement amplifié depuis quatre ou cinq ans.
M. le Rapporteur : Il va falloir nous aider ! Nous vous avons écoutés les uns et les autres
avec beaucoup d'intérêt. Nous avons parfaitement intégré l'analyse de M. Martinez. Il n'y
a autour de cette table que des gens vertueux qui ne sont ni des tricheurs ni des voyous.
Cela dit, nous sommes face à une problématique qui vient d’être rappelée et qui fait que
les Français sont susceptibles de monter dans n'importe quel avion, que n'importe quel
avion de n’importe quelle compagnie – même la plus douteuse – de n’importe quel pays
est susceptible de se poser à Paris ou sur le territoire français et d’y avoir un accident.
A partir de là, que faisons-nous ? L'objectif de la mission est d’essayer, à
partir d'un drame – celui de Charm el-Cheikh, mais cela aurait pu être un autre drame – de
faire le point sur la sécurité du transport aérien de voyageurs. L'avion est le mode de
transport le plus sûr – cela a été rappelé à juste titre et il faut s’en souvenir –, mais il
n’empêche que chaque accident d’avion est mondialement une catastrophe et peut prendre
des proportions de catastrophe nationale comme l’a montré le cas de Charm el-Cheikh.
Nous devons avoir le souci de faire en sorte qu’il y ait le moins possible d'accidents et
chacun doit y contribuer.
Nous sommes une mission d'information, pas une commission d’enquête et
nous avons besoin que vous nous aidiez à mieux comprendre où sont les endroits où il y a
encore des problèmes et de quelle façon nous pourrions juridiquement, et dans le cadre de
nos compétences, proposer un certain nombre d'avancées.
Nous avons déjà vu les constructeurs. Nous savons bien qu’il y a un certain
nombre de problèmes, non pas sur les constructions, mais sur le besoin de renouvellement
d’appareils. Certains appareils ont des problèmes qui ne sont pas réglés ou mal réglés. Les
constructeurs n’ont parfois pas les moyens de les régler. Les autorités de contrôle ne
jouent pas forcément leur rôle partout dans le monde.
Le problème est qu’il s’agit d’un marché mondial. Les tragédies peuvent se
passer n'importe où dans le monde, même si, dans notre petite partie du monde, nous
sommes plus vertueux et pouvons prétendre donner des leçons aux autres.
Nous avons bien vu aussi que certains problèmes tiennent aux conditions
d'exploitation, aux conditions sociales de fonctionnement. Même les gens vertueux que
vous êtes essayent les uns et les autres de jouer sur un certain nombre de différences
sociales entre les pays, et cela, même au sein de l'Europe.
Nous savons aussi qu'il y a tout ce qui tient à l'homme. Le commandant de
bord rêve peut-être d'être PDG, mais en même temps, il peut avoir du mal à asseoir son
autorité sur son propre équipage, ne serait-ce que parce qu’on a mis entre eux une porte
blindée.
— 232 —
Nous voulons faire avancer les choses. Vous êtes là pour nous dire que tout
va bien, et nous l’avons compris, mais il y a aussi un certain nombre de choses qui ne vont
pas et sur lesquelles nous avons besoin de vérité. Nous ne sommes pas là pour juger,
d’ailleurs, nos auditions ne sont pas publiques et vous aurez l’occasion de vérifier vos
propos si les comptes rendus sont publiés.
Mais nous avons besoin de vérité pour essayer, dans une problématique
mondiale – même si dans votre petit domaine, vous êtes chacun exemplaire – de trouver
ici ou là des pistes, des solutions que nous pourrions proposer aux autorités françaises,
mais aussi au niveau européen, voire à certaines autorités internationales.
Il vous reste deux heures pour vider votre sac. Nous sommes impatients et
friands.
Mme la Présidente : J’ajouterai une phrase aux propos du Rapporteur.
Vous avez parlé, M. Guibert, de « pratiques » plutôt que de « normes ». Il est
vrai que les normes sont bien établies en Europe – je ne parle pas des petits pays et des
petites compagnies de bout de lignes – et que l’on peut parler de sécurité. Mais nous
savons aussi qu'il y a des pratiques incorrectes et j'aimerais que l'on s'explique sur ce
point.
M. Michel DUCAMP : Permettez-moi de revenir un peu en arrière. Beaucoup de choses
intéressantes ont été dites, mais un point n'a pas été suffisamment exposé : le fait que la
normalisation doit être considérée dans son ensemble.
Ce qui fait la sécurité actuelle du transport aérien, c’est la mise en œuvre
simultanée de mesures et de règlements dans différents domaines de l'activité
aéronautique. On a parlé de la construction, mais en ce qui concerne les compagnies
aériennes, il faut savoir que l’on travaille simultanément sur le maintien de la navigabilité,
c’est-à-dire la surveillance de l’aptitude à voler de l’avion, l'entretien de l'avion suivant
des cahiers des charges extrêmement précis, la mise en place de dispositifs d'organisation
à l'intérieur des sociétés ou des ateliers qui assurent la maintenance, mais en même temps,
les dispositifs de sûreté de l’exploitation, des dispositifs de sûreté concernant la formation
des personnels – les personnels navigants mais aussi les personnels mécaniciens, les
personnels techniques spécialistes des opérations aériennes, etc.
Par conséquent, il faut être conscient qu'il s'agit d'un filet dont la maille peut
parfois paraître trop large, mais que les mailles se recouvrent. Le travail doit être mené
simultanément dans tous ces domaines.
J'étais presque totalement d'accord avec la personne qui s’est exprimée sur les
normes OACI. Sauf sur un point : dans le dispositif OACI, les annexes de la convention
de Chicago couvrent la totalité des problèmes de sécurité. Il n’y a pas une seule annexe
qui ne concerne pas la sécurité : les cartes, la météo, la formation des personnels
navigants, les moyens de télécommunication, la sûreté ; tout ce qui affecte la sécurité des
vols et de l'exploitation aérienne et, en particulier, l'annexe 6 qui traite de l'exploitation
des aéronefs.
Sur le vocabulaire : il s'agit de rappeler que les « pratiques » ont un sens. Le
mot est utilisé dans le vocabulaire international de l’OACI. On y parle de « normes » et de
« pratiques recommandées ». Comme vous voulez engager le débat sur les pratiques, il
faudra être très précis sur ce que l'on entend par-là.
— 233 —
On entend par « normes » ce qui est obligatoire pour les Etats membres, et
dont ils doivent imposer le respect aux compagnies de leur pavillon. Les « pratiques
recommandées » sont des orientations qui, au bout de quelque temps, deviennent souvent
des normes.
On a évoqué des dispositifs permettant d'éviter les abordages en vol. Au
départ, c'était une recommandation, c'est maintenant en voie de devenir une norme. On
travaille dans de nombreux domaines : l'équipement des aéronefs, la façon de s’en servir,
la façon de les concevoir, l'environnement dans lequel ils opèrent. Il ne faut pas négliger
cet aspect des choses.
Quand on parle de pays qui exercent mal leur tutelle sur les compagnies de
leur pavillon ou qui n'en ont pas les moyens, il faudrait être plus précis. Il faut savoir s’il
s’agit des conditions dans lesquelles le contrôle de la circulation aérienne est effectué, ou
des conditions dans lesquelles les certificats de navigabilité des aéronefs sont renouvelés,
ou encore s’il s’agit des conditions dans lesquelles les procédures d'exploitation des
compagnies du pavillon sont conformes ou non aux recommandations de l’OACI, ou s'il
s'agit de la formation des personnels etc. Le problème est complexe.
Sans vouloir mettre le doigt sur certaines insuffisances, je dirai simplement
qu'un certain nombre de pays n'ont pas les moyens d'assurer leurs responsabilités
internationales. C’est bien connu. Les audits qui sont à la disposition de tous, publiés par
l'OACI périodiquement, y compris les audits récurrents, montrent que certains pays où
l’on avait noté des insuffisances se sont corrigés très rapidement et que d'autres ont mis
beaucoup de temps à ne rien faire. On constate encore aujourd’hui que certains pays
d'Afrique noire, certains pays sous-développés sont dans l’incapacité d'exercer leurs
responsabilités à l’égard de la communauté internationale en matière de sécurité
aéronautique.
Que peut-on faire quand, sur son propre territoire – où l'on dispose d’une
certaine souveraineté –, on voit arriver un certain nombre de personnes à qui l’on a,
pourtant, donné le droit de venir se poser chez nous ? C’est une vraie question. Faut-il
maintenir ce droit ? Faut-il régler le problème de façon diplomatique ou le régler de façon
technique ? Faut-il considérer que l'on doit aider à se développer certains pays incapables
de s’auto suffire ?
Cela fait partie des programmes de l'OACI qui organise en Afrique noire les
moyens de financement des aides à la navigation, à la formation des personnels. J'ai
travaillé autrefois pour un centre de formation de pilotes au Moyen-Orient au moment de
la guerre du Liban, centre financé par l’OACI pour former des pilotes sur simulateur.
Le problème est extrêmement complexe. A l'échelle du territoire français, si
l’on veut que les avions des autres ne nous tombent pas sur la tête, il faut interdire de
venir à ceux qui ne sont pas conformes aux normes. C’est aussi simple que cela ! S'il
s’agit au contraire de voir le problème dans sa complexité, il faut y passer du temps et
regarder problème par problème.
Mme la Présidente : C'est ce que notre mission essaie de faire.
J'ai bien compris que vous étiez très axés sur le respect des normes, leur
définition, leur nature, la façon dont elles sont observées par vos compagnies et j’ai bien
compris que votre virginité est totale. Mais j'aimerais que l’on insiste sur les hommes, sur
les pratiques, sur des questions simples comme le respect des arrêts maladies dans
certaines compagnies. Dans certaines petites compagnies, n'emploie-t-on pas des
— 234 —
personnels dans des conditions plus difficiles qui font que la sécurité des passagers est
moins bien assurée ?
Nous avons tous en tête des anecdotes inquiétantes et j'aimerais que l'on
puisse en discuter sans verrouiller le débat. Il ne sert à rien de courir en disant que l'on est
bon, alors que l'on peut démontrer qu'il y a des failles dans le système. Nous nous posons
des questions et nous essayons d’en savoir plus pour pouvoir apporter des préconisations.
Pour avoir travaillé dans l’industrie, je sais que, dans les petites entreprises, la
loi est moins bien appliquée que dans les grandes, parce qu’elles y sont souvent poussées
économiquement. Je sais aussi que les salariés y sont moins bien protégés que dans une
grande entreprise qui a plus de moyens.
M. Pilloud, vous représentez une compagnie à bas prix. Il serait intéressant de
vous entendre et j'aimerais que l'on abandonne un peu cette langue de bois et ces propos
vertueux et que l'on essaye de dire qu'il y a peut-être des problèmes humains auxquels il
faut apporter des solutions.
M. Philippe PILLOUD : Merci d’avoir invité des représentants d’easyJet à cette réunion.
Je voudrais vous parler de la façon dont nous gérons la sécurité aérienne, chez nous, en
tant que low cost.
Nous sommes une des principales compagnies low cost en Europe. Low cost
signifie « à bas coûts », cela ne signifie pas « à moyens limités ». Je crois que la nuance
est de taille pour la sécurité aérienne. Nous sommes une compagnie qui réduit certains
coûts au minimum afin d’offrir des tarifs bas en permanence aux passagers. Cela ne
signifie pas que nous réduisions tous les coûts au minimum, et en tout cas, pas la sécurité
aérienne.
Beaucoup pensent qu’il s’agit d’un paradoxe. Comment tendre vers les
standards de sécurité les plus sévères tout en conservant une structure de coûts permettant
de rester compétitif ?
Notre solution : la sécurité en tant que culture d'entreprise, l'innovation par
l’utilisation des dernières technologies et le respect des recommandations internationales.
Notre attitude envers la sécurité est de ne faire aucun compromis. Je donnerai quelques
exemples de notre gestion, ce qui permettra peut-être de trouver des solutions.
Nous souhaitons être un acteur principal de la sécurité aérienne, et ceci pour
la raison simple que certains préjugés sur les low cost feraient qu'un accident engendrerait
probablement la disparition de la compagnie. Nous avons une approche proactive et
prédictive de la sécurité aérienne et pour cela, nous utilisons les recommandations de la
sécurité aérienne : nous enregistrons et analysons toutes les données de vol, ce qui ne se
fait pas partout et ne sera obligatoire pour les grands appareils qu’à partir de 2005 et nous
encourageons les équipages à rendre compte du moindre événement qui pourrait avoir une
relation avec la sécurité aérienne, ceci dans une culture ouverte et sans blâme. Nous
pensons que blâmer quelqu'un qui rapporte un événement est le meilleur moyen de ne plus
être informé de ces événements.
Mme la Présidente : Comme aux USA : une ouverture totale de l'information…
M. le Rapporteur : Mme la Présidente veut savoir si vous donnez la garantie juridique
qu'il n'y aura aucune conséquence, quel que soit l'incident rapporté.
— 235 —
M. Philippe PILLOUD : Pas tout à fait. Nous avons à l’intérieur de l’entreprise ce que
l’on appelle un gate keeper, c’est-à-dire une personne qui a été élue par les pilotes et qui
est au courant de toutes les analyses et de tous les rapports. C’est cette personne qui
décidera de mettre au courant la direction de l'entreprise si la chose a été trop grave. Nous
garantissons la culture sans blâme pour autant qu'il ne s'agisse pas d'actes intentionnels.
Nous traitons systématiquement les événements rapportés et la base de
données est à disposition du personnel vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Les personnes
peuvent aller y voir les actions qui ont été menées à partir de leur rapport.
De plus, nous avons introduit des rapports confidentiels à l'usage des
équipages permettant à ceux-ci de s'exprimer sur des aspects de la sécurité qui leur
paraissent importants, mais qui ne sont pas visibles dans l’enregistrement des données de
vol.
Nous allons introduire, en collaboration avec Airbus, un programme
d’observation régulière de nos procédures de vol en ligne. Chaque membre d’équipage est
contrôlé une fois par an. Nous souhaitons introduire dans les cockpits des observateurs qui
relèveraient dans un formulaire préconçu si les procédures du constructeur ou de la
compagnie conviennent à nos opérations. Ce système, qui deviendra éventuellement
obligatoire en 2008, sera mis en place, chez nous, à partir du mois de juin prochain.
Nous tenons des réunions mensuelles dans chaque département, où nous
analysons les tendances et les actions préventives. Nous en profitons chaque fois pour
rappeler aux dirigeants que la sécurité est notre préoccupation première.
En effet, dans chaque compagnie, le PDG dira que la sécurité est prioritaire,
alors que dans les faits, les directeurs et chefs sont tentés de faire passer la productivité en
premier et que les employés en première ligne veulent contenter le directeur ou le chef en
premier.
Nous participons également à des séances de travail, autant à Nice qu’à Paris,
et nous rencontrons les contrôleurs aériens. Par exemple, Nice avait un problème
d’incursions de piste, c'est-à-dire une entrée d’avion non autorisée sur une piste en
service. Nice, qui comptait à peu près vingt incursions de piste par an, a fait appel à toutes
les compagnies aériennes pour trouver une solution. En travaillant ensemble dans une
communication ouverte, nous sommes arrivés à cinq incursions de piste par an, soit quatre
fois moins.
Enfin, nous avons eu un audit en 2003 sur la sécurité aérienne en Suisse ;
audit effectué à la demande du gouvernement par un laboratoire hollandais, spécialisé
dans la sécurité aérienne. Nous avons été audités à l’instar de l’Office fédéral suisse de
l’aviation civile, du Bureau d'enquête sur les accidents d'avion, des aéroports principaux –
Genève et Zurich –, de Sky Guide qui est notre contrôle aérien, et des compagnies Swiss
et easyJet Suisse.
Nous avons obtenu d'excellents résultats. Sans nous lancer des fleurs, nous
avons mis en place des solutions qui permettent d'améliorer la sécurité sans trop
augmenter les coûts. L'effort est plus dans la culture d'entreprise que dans des solutions
extrêmement technologiques.
M. Yves ROGER : Je comprends que M. le Rapporteur nous demande de l'aide. Avec ce
que l'on a entendu, on peut partir ! Tout va bien !
— 236 —
Je dis non ! Cela ne va pas. Il y a des problèmes.
Charm el-Cheikh est un accident qui a été médiatisé, mais on n’entend jamais
parler des quasi accidents et des incidents. C’est ce que je vis actuellement, je ne vous
parle pas de ce qui s'est passé il y a quinze ou vingt ans. Je ne cherche pas non plus à
devenir le PDG de la compagnie, et je ne dis pas que la DGAC ne fonctionne pas bien.
Elle fonctionne bien, mais elle doit fonctionner encore mieux.
Une compagnie aérienne n'est pas une entreprise normale en raison même de
l’importance de la sécurité. Une entreprise normale peut chercher à faire du profit, même
s’il y a de la sécurité ; dans une compagnie aérienne, la sécurité est prioritaire.
M. Pilloud dit qu'une low cost est une compagnie à bas coûts. Or, dans
l’aérien, les marges sont très faibles. Pour une compagnie aérienne, elles sont au grand
maximum de 5 %. Toutes les marges d’une low cost doivent être investies dans la
sécurité !
Dans combien de temps allez-vous disparaître comme les autres, M. Pilloud ?
Il est très difficile de faire du low cost quand on veut faire sérieusement de la sécurité !
Je suis d'accord sur le fait que, dans une compagnie aérienne, tous les acteurs
ont leur place, du PDG jusqu'au bagagiste. Chacun apporte sa pierre à l'édifice, mais c’est
le commandant de bord qui est le dernier maillon de la chaîne de sécurité. Qu’on le veuille
ou non, il est le dernier rempart pour les passagers.
On a parlé des annexes de l'OACI tout à l'heure. Oui, toutes les annexes de
l’OACI évoquent bien la sécurité. Mais parle-t-on de l'annexe 9 de l’OACI sur la
facilitation ? On l’étudie pour nos certificats, mais dans la vie courante, on n'en parle plus
du tout ! La facilitation reprend toutes les actions consistant à faciliter le travail des
intervenants dans une entreprise, en particulier des équipages. En fait, la facilitation a été
abandonnée. Ce n'est plus de la facilitation mais plutôt de l'obstruction.
On a parlé des audits. Qui les fait ? Quand il y a un audit, c'est le PDG qui
demande à telle entreprise qu’il a choisi de le faire. Je connais l'exemple – sans citer de
nom – d'un PDG qui a demandé un audit à une entreprise dont le patron est le père d'un
technicien très haut placé du service technique de la compagnie ! Les dés sont pipés ! On
dit qu'aujourd'hui, on ne peut plus tricher. Ce n'est pas vrai : on peut encore tricher. Sinon,
nous ne serions pas ici !
J'ai entendu dire aussi que s’il y avait un accident, cela condamnait la
compagnie à la disparition. Nous n'avons pas vu beaucoup de compagnies disparaître à la
suite d'un accident ! En revanche, j'ai vu beaucoup de directions prêtes à risquer l'accident
tout en sachant que derrière il y a l'assurance, des pare-feu. On va jusqu'à risquer
l'accident ! Donc, je ne suis pas d'accord, l’accident n'implique pas forcément la
disparition de la compagnie.
Il se passe de nombreux petits incidents dont on n’entend jamais parler.
Certains ne quittent même pas le cockpit. Nous ne sommes pas parfaits. Je ne dis pas que
je suis parfait, je peux aussi m'améliorer, tout comme je demande que la DGAC
s’améliore.
Dans un cockpit, le mécanicien est derrière, alors que le pilote regarde vers
l’avant. S'il fait une petite bêtise, il met, l'espace de quelques secondes, la sécurité de
l'avion en jeu, et le pilote ne le sait même pas. Quelquefois, le cockpit entier sait qu'il a
— 237 —
fait une bêtise mais ne dit rien. Et cela ne se voit pas sur les enregistrements. Certaines
bêtises sont faites aussi dans les services techniques, qui ne sont pas dites aux équipages.
Il est déjà arrivé qu'on nous laisse partir sans nous dire l'état réel de l’avion, ce qui est
vraiment très grave !
Je serai peut-être le seul à le dire ici, mais je pense que l'on a tout à fait raison
de poser des questions sur la sécurité, parce qu'il y a beaucoup de problèmes de sécurité.
Si nous voulons l'améliorer, il va falloir en parler.
Mme la Présidente : Je ne sais pas si c'est une norme, mais je crois que figure dans les
textes l’obligation pour les pilotes de parler anglais. J'ai cru lire – certains de mes
collègues l’ont lu – qu’une pratique insuffisante, ou du moins imparfaite, de l’anglais
avait déjà provoqué certains accidents. Selon un commentaire récent – peut-être exagéré,
mais révélateur d’un problème incontournable –, une bonne partie des pilotes d’Air
France resterait au sol si on les obligeait à une pratique parfaite d’une langue qui permet
aux aiguilleurs du ciel et aux pilotes de se comprendre lors de toutes les manœuvres.
Sans vouloir faire dans le catastrophisme, il serait intéressant de réagir sur ce
point.
M. Pierre CAUSSADE : Dans notre métier, qui est très international, nous sommes
précisément confrontés à la contradiction entre anglais – jargon aéronautique et technique
plus qu’une langue –, pratique internationale qui exige une langue commune, et loi du
pays – la loi Toubon – qui exige de travailler en langue française. C'est un point sur lequel
le législateur peut nous aider à faire la part entre la nécessaire protection de notre langue
maternelle et la nécessaire internationalisation de notre métier qui fait que pilotes et
contrôleurs sont amenés à travailler ensemble, quelle que soit la nationalité d'origine.
Je vais essayer de répondre à votre appel en donnant des pistes de
propositions, tout en rebondissant sur certains commentaires.
La pratique de la transparence est essentielle. Vous évoquiez soit les
dispositifs réglementaires soit les pratiques au sein de compagnies françaises. La non
punitive policy prévoit l’impunité, dès lors qu'un agent, un commandant de bord, un
membre d’équipage, un agent d'entretien ou un agent d'escale rend compte de son plein
gré d’une difficulté ou d’une erreur. Pour appliquer un tel système, il faut avoir le culte de
l'erreur dans le sens que l’erreur est humaine et qu’il importe de la détecter. Le législateur
pourrait nous aider à ne pas tarir cette source essentielle de visibilité sur la réalité des
pratiques.
Que se passe-t-il dans un cockpit, dans un atelier de maintenance, dans une
escale quand on prépare et charge un avion ? Il faut cultiver la pratique du compte rendu
spontané : « J'ai fait une erreur, j’ai fait un geste qui ne devait pas être fait, j'ai abîmé un
avion en approchant mon engin de chargement. »
Dès lors qu'il ne s'agit pas d'un acte volontairement nuisible, il faut que les
entreprises, et au-delà, la communauté et le dispositif réglementaire, favorisent la
politique de compte rendu en protégeant celui qui avoue sa propre erreur pour faire
avancer la sécurité. Tout acte contraire, toute répression a priori aurait un effet
contreproductif désastreux.
Première piste : il faut donc préserver ce flux d’informations et encourager
une plus grande transparence que des collègues autour de la table appellent de leurs vœux.
— 238 —
Deuxième suggestion, déjà évoquée : dans ce monde de relations
internationales, notamment Nord-Sud, la France peut, dans une politique de coopération,
aider certains pays partenaires, notamment en Afrique ou autour du bassin méditerranéen,
à progresser, que ce soit dans leur capacité à organiser le contrôle aérien dans leur pays ou
dans le contrôle des exploitants de leur pays ou dans les niveaux d'équipement. Bien
souvent, il y a des améliorations ponctuelles à apporter sur l’équipement, sur la formation
d'un contrôleur aérien, sur la formation des fonctionnaires ou des représentants de
l’autorité, les structures équivalentes à la DGAC étant souvent assez sommaires dans ces
pays. Je crois que la France, dans le cadre d'échanges Nord-Sud, peut parfaitement
favoriser, ainsi que l’OACI peut le faire, la progression de ces pays vers une meilleure
maîtrise de leurs opérations.
Troisième piste : vous parliez de « label » pour ces compagnies sous pavillon
étranger qui fréquentent la France et qui peuvent transporter les touristes français. Je
souhaite rappeler que notre association internationale, l’IATA, avec la contribution des
275 compagnies membres, est en train de développer un nouveau label, dit IOSA1, pour
garantir – indépendamment ou parallèlement aux structures officielles découlant de
l’OACI et des pouvoirs régaliens des différents Etats – un label de la profession, gage
d’une bonne prise en compte de tous les grands principes qui permettent de progresser en
matière de sécurité.
En la matière, de nombreuses pistes offrent de grandes marges de progrès et
cela vaut pour l’Europe, mais aussi dans nos relations avec le reste du monde.
M. Philippe PILLOUD : Merci à M. Roger d'avoir dit ce que beaucoup de gens pensent.
Je vous donne quelques chiffres sur la réduction des coûts en précisant qu’elle
ne porte jamais sur le domaine de la sécurité.
On a parlé de marge de 5 %. En fait, notre système de vente directe des billets
représente déjà environ 9 % d'économie. Comme nous n’émettons pas de billet, dont le
coût unitaire s’élève à 9 euros, nous économisons 180 millions d’euros. La densité des
sièges en classe unique représente 15 % d'économie. Comme nous ne servons pas de
repas, nous économisons 7 euros par passager, soit 140 millions d’euros par an. Je
pourrais encore donner quelques exemples.
Par ailleurs, l'audit de l'année passée n'avait pas du tout été commandé par la
compagnie, mais par le gouvernement suisse et il a été fait par un laboratoire étranger à la
Suisse.
Mme la Présidente : Le temps de travail est-il le même qu’en France ?
M. Philippe PILLOUD : Il est inférieur de 25 % au temps requis par la loi suisse pour les
pilotes sous pavillon suisse et de 10 % à 15 % au temps requis par la loi anglaise pour les
pilotes travaillant sous pavillon anglais.
Mme la Présidente : Et par rapport à la France ?
M. Philippe PILLOUD : Quel est le nombre d’heures de vol autorisé en France ?
M. Yves ROGER : 95 heures par mois.
1
IATA Operationnal safety audit
— 239 —
M. Philippe PILLOUD : Chez nous, les pilotes travaillent en moyenne 80 heures par
mois, soit 15 % de moins que ce qui est requis par la loi française. Le maximum légal
serait de 100 heures.
Mme la Présidente : Sous quel régime travaillez-vous ?
M. Philippe PILLOUD : Nous avons deux pavillons pour les avions : un pavillon anglais
et un pavillon suisse.
Mme la Présidente : Avec quel temps de travail ?
M. Philippe PILLOUD : En moyenne, nos pilotes travaillent 80 heures par mois.
M. Yves ROGER : C’est beaucoup. Nous faisons moins. Il faut savoir qu'il y a de grosses
différences entre un avion qui fait des vols Paris/Nice et un long-courrier auquel viennent
s’ajouter le décalage horaire, les rayonnements cosmiques et autres. Je ne dis pas que le
court courrier n'est pas fatigant. Faire 80 heures par mois en court courrier est également
fatiguant, mais ce n'est pas la même fatigue.
Mme la Présidente : Il est intéressant de comparer les pratiques.
M. Philippe PILLOUD : Nos pilotes bénéficient de dix à douze jours de congés par
mois. Nous arrivons là à un point crucial : nos horaires de travail sont de 20 % inférieurs
au seuil légal. Pourquoi n'a-t-on pas pu se mettre d'accord en Europe sur le nombre
d'heures de travail des pilotes ? Nous touchons là à un point essentiel.
Mme la Présidente : C'était ce que je voulais vous entendre dire.
M. Michel DUCAMP : Cela dure depuis quinze ans. Il faut savoir que le projet de
règlement commun européen, JAR OPS, est sorti en mars 1995 avec la sous-partie « Q »
qui traitait des temps de repos des équipages. Je rappelle que cette partie n'a jamais été
transposée dans les réglementations nationales, de même que la sous-partie « O »
concernant le personnel navigant commercial qui est encore en état de latence.
Je rappelle aussi qu’à la fin du mois dernier, se tenait au Caire une conférence
sur la « facilitation internationale ». Par conséquent, ce n'est pas du tout un sujet
abandonné. Toute personne intéressée par le sujet peut se reporter au site de l’OACI où
elle trouvera une quarantaine de documents de travail traitant de la facilitation.
A propos de la suggestion de M. Caussade sur la pratique de la transparence,
il est intéressant de mentionner que la directive européenne 2003-42 a été adoptée le
13 juin 2003, publiée au Journal officiel de l’Union européenne du 4 juillet. Elle prévoit
plusieurs pages de situations dans lesquelles des rapports d’évènements doivent être
communiqués à l'autorité et circuler dans les entreprises.
Si la mission devait proposer des améliorations à la pratique de cette
transparence, cela pourrait se faire à l'occasion de la transposition de cette directive en
droit français qui doit être faite, selon le texte, avant le 4 juillet 2005.
Mme la Présidente : En souhaitant qu'elle ne subisse pas le sort de certaines autres
directives qui dorment encore du sommeil du juste !
— 240 —
M. Michel DUCAMP : Je représente ici la Fédération nationale de l'aviation marchande,
mais je rappelle que le SFACT (service de formation aéronautique et du contrôle
technique de la DGAC) a déjà mis en place un dispositif de retour d'expérience qui est une
pré-application de cette directive et que le système commence à fonctionner.
Je veux aussi vous dire que l’amélioration du retour d'information et de la
circulation de cette information est une préoccupation partagée par tous aujourd’hui. Si
des progrès peuvent être faits dans ce domaine, nous souhaitons qu’ils le soient le plus
rapidement possible.
On me taxera sans doute de vouloir toujours me référer à des aspects
réglementaires, mais le transport aérien est une activité totalement réglementée au niveau
national ou international. Cette activité s’exerce dans un cadre réglementaire qui couvre la
totalité de ses aspects.
Or, il est dit dans les textes fondateurs que : « Le système qualité doit
comporter un système de retour d'information vers le dirigeant responsable pour s'assurer
que les actions correctives sont à la fois identifiées et rapidement prises en compte. Le
système de retour d’information devrait également spécifier qui doit rectifier les
incohérences et les non-conformités dans chaque cas particulier et la procédure à suivre
si l’action corrective n'est pas achevée dans les temps impartis. » C'est le cadre
réglementaire obligatoire de la mise en place d’une structure de transport aérien
aujourd'hui en Europe.
M. Bruno DEHAIS : Je comprends mieux ce que vous cherchez. Votre problème est de
resserrer les mailles du filet pour y prendre les compagnies opportunistes, afin d’éviter ce
qui s'est passé en Egypte.
Les normes existent. Nous en sommes même submergés. Comme l’a dit
M. Martinez, le problème est la peur du gendarme. Il faut faire respecter ces normes et
faire comprendre aux compagnies opportunistes que celui qui fraude sera pris.
Je n’ai connu que trois types de contrôles. Ils sont menés par les autorités du
pays où s’opère le contrôle. En France, c'est la DGAC qui les effectue. D’abord, dans les
locaux de l'entreprise, on vérifie que les manuels, le fonctionnement de l’entreprise sont
conformes aux normes édictées. La plupart du temps, les contrôles ont lieu sur rendezvous. Dans les entreprises où j’ai travaillé, je n'ai pas connu d'exemple de contrôle
surprise.
Il y a des contrôles en escale qui ne donnent pas les mêmes résultats en
fonction des lieux de contrôle.
Il faut aussi bien comprendre qu’un avion n'est ni neuf ni vieux et qu’un
avion bon pour le vol peut être inapte dix minutes plus tard. Un avion d’une compagnie
très sérieuse vérifié en maintenance dans un lieu tout aussi sérieux et qui a été jugé
parfaitement bon pour le vol, peut être inapte au vol à l’arrivée. Ou bien l’on met
quelqu'un en permanence dans les avions pour vérifier que tout est fait, ou bien des
contrôles inopinés, suffisamment dissuasifs, sont organisés pour éviter que les avions ne
repartent.
Le dernier type de contrôle est généralement inopiné. Ce sont les contrôles de
l’Organisme du contrôle en vol (OCV) qui portent sur le fonctionnement de l'équipage et
des méthodes d'exploitation dans le cockpit. Un pilote contrôleur de l’aviation civile,
— 241 —
nommé par l'administration, a toute autorisation pour pénétrer dans le cockpit. Il est très
difficile de lui refuser le contrôle au motif que le temps d’escale est court, puisqu’il
participe au vol en tant qu'observateur transparent. Il valide ensuite l'ensemble des
méthodes mises au point par l’entreprise et la façon de les appliquer. Cela se fait peut-être
uniquement en France, mais ces méthodes existent chez nous.
M. Caussade parlait tout à l'heure des audits. J'ai connu cela dans mon
entreprise, après qu’elle ait été affrétée par Air France sur une ligne régulière de
passagers. Il y a eu enquête, transmission du dossier à Air France et au bout de quelques
jours, un commandant de bord d’Air France est venu faire un audit en vol, sans prévenir.
Son rapport a été remis au service des compagnies affrétées ou partenaires d’Air France.
Les très grandes compagnies qui veulent se développer tout en veillant à la
sécurité des vols s'imposent ce type de règles et sont même tout à fait en avance sur la
réglementation et les normes. Les alliances telles qu'en développe Air France ou d'autres
entreprises dans le monde retombent en cascade sur toutes les compagnies partenaires.
Mais toutes les entreprises n'ont pas les moyens de faire cela. On a parlé tout à l’heure
d'opportunisme. C'est le cas de certaines compagnies qui méconnaissent le métier.
M. Serge MARTINEZ : A propos de l'anglais, il est étonnant d'entendre ici reprocher
l’usage de l’anglais, sachant qu'il s'agit d’appliquer la loi Toubon qui s'impose à tout
employeur et salarié français et que la DGAC nous rappelle au quotidien les obligations
sur l'usage de la langue française ! Le problème est donc franco-français. L’employeur
doit fournir à ses employés des notices, des règles de travail, ainsi que toute la
documentation en français.
Mme la Présidente : Nous parlons de la pratique.
M. le Rapporteur : C’est la norme.
M. Serge MARTINEZ : Non, c’est la pratique, ce n’est pas la norme. Les DAC, échelons
régionaux de la DGAC, font un travail quotidien d’exploitation des documents et manuels
de vol pour vérifier que la petite note avec ses appendices fournis en anglais par le
constructeur ont bien été traduits en français. Nous avons là un problème de fond, qui est
une particularité franco-française, un exemple négatif des particularités françaises.
Cela étant, il y a des aspects positifs. Les explications de M. Pilloud sont très
intéressantes. La compagnie easyJet qui est représentée ici aujourd’hui, sauf erreur de ma
part, est un modèle réduit de TEA Switzerland. Il s’agit bien de souveraineté. La Suisse
n'autoriserait pas l'exploitation de lignes sur son Etat aux normes dites européennes
générales. Les conditions d’exploitation décrites aujourd'hui – je ne parle pas de sécurité,
mais de normes de travail, entre autres – ne sont pas celles d'easyJet Angleterre,
compagnie qui vole sur la base d’un certificat de transporteur aérien britannique. Les
particularismes peuvent ainsi parfois être intéressants.
Vous avez demandé ce que l'on peut faire. Je vais vous citer un exemple tout
simple. Un opérateur, sous réserve d’avoir les agréments de l’OACI, peut venir chercher
des passagers en France. Aux Etats-Unis, la FAA au travers de la FAR 129, ou au Canada,
au travers du Transports Canada, ne l’autorisera pas sur cette seule base. Il y a quelques
années, une compagnie, maintenant disparue, avait un contrat d'affrètement pour un touropérateur concernant un DC 10 qui devait se poser à Québec. Le matin du vol, l'avion est
tombé en panne, ce qui peut arriver. La compagnie s'est alors adressée à l’un des
opérateurs inscrits dans son manuel de vol, approuvé par la DGAC comme opérateur
pouvant être affrété ponctuellement en cas de panne. L'avion, un Tristar portugais, est
parti du Portugal à vide et s'est posé à Québec. Les Canadiens ont dit qu'ils ne le
— 242 —
connaissaient pas. Les Portugais ont répondu qu’ils étaient OACI. Mais au regard du droit
appliqué par Transports Canada, comme de la FAR 129, ce n'est pas à la DGAC locale
d’aller enquêter pour savoir si l’avion peut effectuer le transport de passagers, mais à
l'opérateur de venir préalablement déclarer le type d'opération qu'il compte faire, de
prouver sa capacité en termes de fonctionnalité, de ressources financières et d'obtenir alors
l'autorisation de fonctionner au départ du territoire canadien ou américain.
De telles clauses n’existent absolument pas dans la législation française.
Il ne faut pas faire du nombrilisme, même si les difficultés existent en France.
Des difficultés syndicales surgissent au quotidien, chaque entreprise a un délégué
syndical, les relations peuvent être tendues. Je vous engage à lire les différentes
publications syndicales et vous verrez que l’aérien, comme tout secteur, est soumis à des
pressions sociales, économiques, salariales.
Mais vous avez demandé comment améliorer le transport aérien. Or, si 70 %
des passagers charters sont transportés par des compagnies non européennes, nous
n'aurons absolument rien résolu, si nous ne parlons que des Français.
Quel est le problème aujourd'hui ? Améliorer la sécurité en France ? Oui. On
peut toujours l’améliorer. C'est un principe de base, c’est fondamental.
L'administration de tutelle en a-t-elle les moyens ? La réponse est oui et non.
Elle a, en théorie, les moyens de le faire pour ce qui est des opérateurs européens, mais
elle ne les a pas pour les opérateurs extra européens.
Parlons de l’Office de contrôle en vol, l’OCV, qui est une particularité
purement française. C’est un groupe de pilotes ne dépendant que du ministre, nommés par
lui seul et ayant autorité pour contrôler en permanence, à tout moment, avec ou sans
préavis, l'exploitation des compagnies aériennes. Au titre de l’Europe, nous sommes
supposés le faire disparaître. Le SNPL n'a jamais voulu cette disparition immédiate, sans
remplacement ou sans contre mesure équivalente. L'administration française ne s'est dotée
que très récemment, au travers d'une structure du SFACT, de pilotes de ligne.
On parle de contrôle, et c’est très bien. Mais qui contrôle quoi ? Qui a la
capacité de pouvoir contrôler ? Quels sont les moyens donnés à la DGAC et qui, ensuite,
va être habilité à effectuer ces contrôles ?
Parce c’est aussi un problème de compétence ! Nous parlons de
l’administration, des grandes compagnies. Mais que se passe-t-il quand le problème se
décline au niveau du tour-opérateur ? Comment font-ils ? Ils n'ont ni les moyens humains
ni les moyens techniques, même s’ils ont les moyens financiers. Ils n'ont pas de pilote de
ligne, de directeur technique, d'ingénieur de l'aviation civile. Comment un tour-opérateur
peut-il juger de la compétence de la compagnie qui lui est proposée et pourquoi le ferait-il
s'il suffit qu’il se limite aux standards de l'OACI ? C'est le vide total !
M. Lionel GUERIN : M. Martinez m'a enlevé beaucoup d'arguments car je partage la
presque totalité de ses propos qui sont, à mon avis, très clairs et très concrets.
D’abord, sur la coopération internationale et sur l’implication des divers
Etats. M. Caussade a fait une remarque très juste : toutes ces normes que l'on partage
doivent d’abord être mises en place et contrôlées par les Etats. Ont-ils tous les moyens de
le faire ? On ne le pense pas, en raison du manque de moyens financiers de certains.
— 243 —
Ensuite, il faut souligner qu’un certain nombre d'audits faits par Air France et
d'autres compagnies sont mis en commun dans une banque de données. Ces audits ne sont
pas décidés par les PDG, mais sont mis en place par les compagnies, avec des normes très
établies, des protocoles et des standards au moins européens ou américains. En se
communiquant les résultats de ces audits, on peut faire gagner beaucoup de temps. Des
audits croisés de divers transporteurs sur les mêmes compagnies permettent de détecter un
certain nombre d'anomalies, voire de déficiences, et l’on constate que tout le monde n'est
pas au même niveau, effectivement.
Sur les temps de vol – pour répondre à easyJet –, il serait intéressant de
comparer ce qui se fait sur la ligne Orly/Nice. Il faudrait comparer ce que fait easyJet avec
un autre opérateur français sur cette même ligne concernant les limitations de temps de
vol associés, les heures de vol maximum, la façon de travailler sur une desserte de ce type
car je ne pense pas que l'on fonctionne avec les mêmes règles sur tout le territoire français.
Vous aviez parlé aussi des améliorations des trajectoires à Nice. Je partage
votre avis, mais il faut savoir que l'ensemble des compagnies et des organisations
professionnelles a contribué à l'amélioration du problème de Nice depuis des années avec
la DGAC. Il n'y a pas qu'easyJet, l'ensemble des opérateurs a beaucoup travaillé, dont les
organisations professionnelles.
Ce qui est important est de comprendre que tout le transport international
n'est pas au même niveau. Vous le savez parfaitement. Et recentrer le débat sur ce point-là
est essentiel.
M. Philippe PILLOUD : Je suis effectivement employé chez easyJet Switzerland, mais
je suis ici pour le groupe easyJet tout entier car je fais partie de la gestion de la sécurité
pour tout le groupe easyJet.
Lorsqu’il y a des différences entre les normes suisses et les normes anglaises,
nous appliquons la règle la plus stricte. Je ne connais pas bien la réglementation française,
mais la réglementation anglaise est assez stricte concernant le temps de vol. Il serait
effectivement très intéressant de comparer nos pratiques, ce qui s'inscrirait dans une plus
grande communication entre les compagnies aériennes.
Sur ce qui s'est fait à Nice, je n’ai pas dit qu’easyJet avait amené la solution,
j’ai dit qu’easyJet participe volontiers à des recherches de solutions, lorsque des
problèmes spécifiques sont liés à un aéroport.
Concernant l'audit, je ne suis pas là pour célébrer l’excellent résultat que notre
compagnie a obtenu, mais pour donner les recettes que nous appliquons. Pourquoi ne pas
appliquer ces règles à d’autres compagnies qui ne le font pas ?
Mme la Présidente : Vous avez parlé du temps de travail et je pense que vous en
connaissez les pratiques. A votre niveau, le contraire me paraîtrait étonnant. Tout le
monde sait que les camions Willy Baetz – dans le transport, on ne peut pas ignorer cette
constante – sont venus prendre des marchés chez nous avec une facilité déconcertante
grâce à la possibilité de payer leurs salariés bien moins cher que les salariés français et
avec des temps de travail tout à fait différents. On sait parfaitement que la réglementation
irlandaise, par exemple, est différente et que de grandes compagnies françaises ont
embauché, par sous-traitance interposée, des salariés qui travaillent dans des conditions
différentes en termes de salaires et d'horaires.
— 244 —
Nous le savons et ce que nous voudrions, c'est arriver à des préconisations.
S'il y a besoin d'accélérer la transcription de directives communautaires, il est intéressant
que les parlementaires le sachent et en soient saisis. S'il est intéressant d’édicter certaines
règles, il est aussi intéressant de le savoir.
On a parlé de l'éthique avec laquelle doivent être appliquées ces règles. S’il y
a effectivement des règles françaises, européennes, internationales, certains pays n'ont pas
de règles du tout et certaines descriptions de leurs pratiques nous ont parues plus
qu’inquiétantes. Il faut donc que les règles soient appliquées avec honnêteté, à défaut de
zèle.
Notre mission n’a pas son compte d’informations. Si l'on veut apporter un
correctif, il faut que certains reconnaissent qu'il y a des faiblesses dans le système.
Je lisais récemment qu'un responsable de tour-opérateur, à bout d'arguments,
après avoir démontré qu’il était très fiable, que tout était bien, a fini par dire que les
clients devraient être raisonnables car avec les prix qu'ils demandent, il lui devenait
impossible de tout respecter. On arrive ainsi, à force de discussion, à mettre le doigt sur
certaines vérités !
M. Claude GUIBERT : Deux éléments, Mme la Présidente. J'ai peut-être été mal
compris tout à l’heure : il est hors de question de penser que je n’apprécie pas les normes
et leur évolution. Les normes sont nécessaires, et M. Martinez n'avait peut-être pas
compris cela.
Pour rebondir sur ce point et sur les propos d’un autre intervenant, les textes
ou les normes pour rendre compte des incidents existent depuis cinquante ans ! Il y avait
l’instruction ministérielle n° 300, l'arrêté de 1987 et les derniers textes sur le BEA. Tout
cela est organisé depuis très longtemps.
Le problème – c’est pourquoi je disais que c’était d’ordre éthique et
culturel –, c’est que les compagnies ne veulent pas rendre compte. Elles ne veulent pas
que ces informations soient transmises hors de la compagnie parce que cela ne fait pas
bien de dire qu'il y a eu des incidents.
En tant qu'expert judiciaire, cela fait dix ans que je cherche s'il y a des
éléments précurseurs dans les accidents. Je peux vous dire que j'ai beaucoup de mal à faire
parler certains équipages après coup et que j'en apprends plus par les « on-dit » ou des
recherches personnelles que par un système établi de comptes rendus d'incidents. J'espère
que cela va changer, comme tout le monde, mais je n'en suis pas du tout certain.
Quant au système de non punitive policy, le système dont on a parlé tout à
l’heure, je vous souhaite bien du plaisir pour le mettre en place et pour le faire
fonctionner ! Pour l’instant, les juges d’instruction, que je côtoie tous les jours, se limitent
à appliquer le code pénal et la procédure pénale.
Pour en venir à ce que vous nous demandez, c’est-à-dire des solutions
concrètes, l’OACI repose sur deux principes : à la fois faciliter les escales des passagers et
les passages des compagnies sur notre sol et exiger des contrôles techniques.
Je pense qu'il faut s'organiser d'une façon ou d'une autre – et cela rejoint les
propos tenus sur les moyens de la DGAC – pour faire de véritables contrôles techniques
sur certains avions.
— 245 —
Les tour-opérateurs travaillent par « chaînes de vol » : un contrat est passé
avec une société qui va prendre les passagers et les emmener pendant une saison IATA,
c’est-à-dire cinq à six mois. Je pense que si l'on exigeait du tour-opérateur, en le
prévoyant dans le contrat, que pendant les trois premiers vols, il fasse, au minimum, une
escale de quatre heures, sur le premier terrain français où ils viennent chercher des
passagers, on pourrait facilement mettre cinq ou six personnes du bureau Véritas ou du
GSAC, y compris un pilote et un spécialiste des opérations. Il est certain qu’en trois ou
quatre heures, cinq personnes ont le temps de voir ce qu’il est intéressant de vérifier
d’autant que, la plupart du temps, on sait ce que l'on cherche. Une personne toute seule à
deux heures du matin avec une lampe ne le peut pas !
Mme la Présidente : Pourquoi dans les trois premiers vols ?
M. Claude GUIBERT : Parce que l’on ne peut pas exiger d’une compagnie de faire
quatre heures d'escale à chaque fois pendant six mois. Un avion est conçu pour faire une
heure ou une heure et demie d’escale. Chaque fois qu'il est au sol, cela coûte cher. On
pourrait le demander pour les trois premiers vols, mais il ne s’agit que d’un exemple. Cela
pourrait être pendant les cinq ou les deux premiers vols.
Autre axe sur lequel travailler : le prêt de pavillon. Par exemple, un vol est
prévu comme devant être opéré par la compagnie « Tartempion Airline », vol 4325.
Beaucoup de ces vols se font le week-end. Dans cette compagnie, on sait très bien que
l’on n’a pas d'avion pour faire ce vol, mais on attend le vendredi soir, après 17 heures,
pour demander aux permanents de la DGAC l'autorisation d'affréter, au dernier moment,
« Trucmuche Airline » qui n'est pas du tout dans le système français ou quelquefois, qui
n'a même pas l'habitude de venir en France. On ferait bien de regarder de ce côté-là aussi !
Mme la Présidente : Voilà des éléments intéressants. Je vous remercie.
M. Ghislain BRAY : Cela se précise !
M. Serge MARTINEZ : Je ne pense pas que l'on ait, en trois ou quatre heures, la
possibilité d’inspecter un avion. Pour avoir organisé ou subi des audits, ou avoir mis des
compagnies à niveau pour être « auditables », je sais qu’il faut beaucoup plus de temps. Il
ne s’agit pas d’aller voir un appartement témoin et de savoir si ce que l’on vous dit est
joli, mais de savoir si tout ce que l'on vous dit est vrai.
De même, quand on dit que l’on sait ce que l'on cherche, je dis non ! Dans le
cadre de la restructuration d’une grande compagnie du Moyen Orient, il m'a fallu six mois
pour comprendre et trouver ce que je cherchais. C’est très compliqué.
Le système de « l’appartement témoin » qui consiste à venir avec de jolis
documents pour dire que tout va bien n’est pas suffisant. C’est un piège et les Américains
ne le tolèrent pas. Tout à l'heure, à la fin de mon exemple, j’ai d’ailleurs omis de vous dire
que l’avion qui s’était posé à vide à Québec est reparti à vide. N’étant pas connu, il ne
pouvait pas prendre de passagers. L’obligation pour l’opérateur de se déclarer au préalable
est très, très importante.
Pour ce qui est des tour-opérateurs et des vols affrétés à la dernière minute, il
faut savoir que 80 % de ces vols passent par des brokers, c’est-à-dire des courtiers
spécialisés qui recherchent des avions pour eux. Il faut modifier la loi pour que ces
brokers soient responsables de ce qu'ils fournissent. C'est à eux d'acquérir les moyens
techniques et professionnels de garantir au tour-opérateur et/ou à la compagnie qui n'en
— 246 —
aurait pas l’intégralité des moyens, que le vecteur aérien fourni correspond bien à un
standard acceptable.
Aujourd'hui, lorsque des compagnies comme Air France, Star Airline ou
Corsair affrètent une compagnie aérienne, elles vont d’abord l'auditer. Quand un touropérateur affrète à la dernière minute par un broker, il ne fait rien. La compagnie a le droit
de voler, elle a le droit de venir se poser ; elle se pose, embarque les passagers et repart. Il
faut donc absolument que les intermédiaires, dans ce marché de l'aérien, soient à la fois
responsables économiquement – ils le sont – et juridiquement – ils le sont aussi –, mais il
faut aussi qu'ils soient maintenant garants au plan technique, auprès de l'administration,
comme auprès du client.
Je vous confirme que trois heures ne suffisent pas pour savoir comment
fonctionne une compagnie. Le problème n'est pas de savoir si la personne a une licence de
pilote de ligne, mais de savoir où sont faits les cours, qui les fait et comment. Il faut savoir
s’il y a un système de sécurité des vols. Faut-il se contenter des réponses données au
moment du contrôle de l’avion ? Certainement pas ! Le passage obligé par le siège de la
compagnie est souvent révélateur de ce qui s’y passe. Si l’auditeur s’installe pendant
quatre ou cinq jours dans les locaux, il a déjà un premier sentiment sur la culture de
l'entreprise. Or, la sécurité est avant tout un problème de culture.
Aujourd'hui, ne croyez pas que les très grandes compagnies sont forcément
mieux protégées que les petites. Il y a d’énormes problèmes en Asie du sud-est avec des
compagnies, partenaires quelquefois de grandes alliances, qui n’ont absolument pas de
culture de la sécurité. Et cela pose d'énormes difficultés aux grands groupes.
Pour en revenir à la dernière partie des JAR, qui n'est pas encore publiée, le
FTL (fly time limitation), la limitation du temps de travail, je rebondis sur la particularité
suisse. La Suisse ne fait pas partie de l'Europe. Elle a conservé ses normes et ses
règlements. Aujourd’hui, la Suisse peut effectivement se targuer d'avoir un niveau
d'utilisation de ses équipages qui reste dans une mesure soit acceptable, soit contrôlée, soit
issue d'un passé et d'une historicité. Le projet de FTL est à l’étude à la FNAM et dans
l’ensemble des directions. Tout le monde y travaille. Mais qui va redéfinir ce que seront
ces futures normes d'utilisation ? Les avis médicaux ont-ils été vraiment pris pour savoir si
c'est raisonnable ?
Si TEA Switzerland, qui est easyJet Switzerland aujourd’hui, a un système
très présentable, pour autant, faire six jours d'affilée, entre quatre et six étapes par jour
comme c'est le cas d'easyJet Angleterre, avec une pression très forte, parce qu’il s’agit
d’étapes très courtes, n’est-ce pas fatigant ? Je pose tout simplement la question. Je ne suis
pas médecin, je n'ai pas la capacité de le savoir. Je peux le vivre, je peux donner mon avis,
essayer de le faire, mais il est important que les études médicales et les avis médicaux
produits dans le monde entier soient pris en compte dans la rédaction de ces textes.
Pour rebondir sur de précédents propos : oui, il y a des patrons « voyous »,
oui, il y a des entreprises « voyous ». Il y a de tout dans ce monde, mais les textes le
permettent parfois.
Je reviens encore sur easyJet, qui est un très bon exemple. TEA était un grand
groupe européen créé dans les années 90 avec des branches en France, en Belgique, en
Suisse, en Angleterre. Après la première guerre du Golfe et avec la crise économique qui
a suivi, toutes les branches ont coulé, sauf la branche suisse qui a très bien vécu sous le
nom de TEA Switzerland, puis qui s'est fait racheter par easyJet. Pourquoi a-t-elle pu
survivre ? Parce qu’en droit suisse, pour créer une compagnie, il faut débloquer
l’intégralité du capital et le laisser bloqué en banque, alors qu’en France on peut le faire
— 247 —
en débloquant un quart du capital et en le mangeant dans les trois mois qui suivent ! La
sécurité est souvent un problème d'argent.
M. Michel HERBILLON : Le responsable d'easyJet, M. Pilloud, a parlé de l'audit fait en
Suisse. Je voudrais savoir si un audit a été fait sur easyJet Grande-Bretagne. Si tel est le
cas, pourquoi ne l’a-t-on pas et en quoi est-il différent ou similaire, sinon identique, à
celui concernant easyJet Suisse ?
Par ailleurs, je crois que, même quand le rapport d'audit est favorable, des
améliorations peuvent toujours être apportées. Dans le domaine spécifique de la sécurité,
entendue au sens large, je souhaiterais qu’il nous dise quels sont les domaines dans
lesquels sa compagnie – tant pour la partie suisse que britannique – travaille à des
améliorations.
Ma troisième question revient de façon récurrente lors de nos auditions et
s'adresse à nos divers interlocuteurs : pourquoi y a-t-il une telle opacité sur un point tout à
fait crucial à nos yeux, qui est la relation des différents types d'incidents, leur exploitation
et la mise en œuvre de correctifs ?
M. Philippe PILLOUD : Merci à M. Martinez de plébisciter easyJet Suisse.
Je ferai une petite correction : les normes suisses sont en fait moins
restrictives que ce qui s’applique aux JAR ou en Angleterre, c'est pourquoi nous
appliquons les normes anglaises à notre compagnie. Si nous suivions les normes suisses,
nous pourrions travailler beaucoup plus que nous ne le faisons actuellement.
On a souvent parlé des moyens. C’est crucial, mais il s'agit moins de
s’intéresser à des entreprises qui pratiquent des coûts ou des prix bas qu’à celles qui n'ont
pas les moyens d'assurer une sécurité aérienne.
L'audit d’easyJet a été fait par le gouvernement suisse pour les entreprises
suisses. Il y est relevé que : « Les synergies utilisées dans le groupe résultent d’une
gestion de la sécurité supérieure à la moyenne ». Nous avons beaucoup appris de nos
collègues anglais sur la sécurité aérienne. J’encourage toutes les compagnies européennes
à se rapprocher des compagnies anglaises pour ce qui est de la sécurité aérienne.
Cet audit nous a fait la recommandation d’introduire un système de relevé et
d'analyse des données de vol. L'audit a été fait en février 2003, le rapport est sorti en
juillet 2003, alors que nous étions déjà en train de mettre en place ce système. Celui-ci a
été introduit l’année passée, au mois de juin. C’est la seule recommandation de cet audit à
notre égard.
Nous sommes même allés plus loin : nous allons introduire en juin prochain,
avec la participation d'Airbus, un système appelé « line opération assessment system ».
Des observateurs viendront dans le cockpit et examineront le travail des pilotes en
fonctionnement normal.
M. Yves ROGER : M. Pilloud, je persiste à croire que vous êtes un peu fâché avec les
chiffres. Je suis à peu près d'accord avec ce que vous dites, mais 80 heures en moyenne
par mois, je continue à dire que c'est beaucoup. Douze jours de congés par mois, c’est
beaucoup aussi. Cela fait 144 jours par an, soit plus du tiers du temps en congés. Pour les
congés, les normes sont de trois à quatre jours par mois. Pas plus ! Il y a congés et repos.
C'est un peu différent. (Est-ce