BTS Systèmes Numériques

BTS Systèmes Numériques
Direction générale pour l’enseignement supérieur et
l’insertion professionnelle
BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR
Systèmes numériques
Options :
Informatique et réseaux
et
Électronique et communication
1
Sommaire
Sommaire......................................................................................................................................... 2 Annexe 1 .......................................................................................................................................... 3 Annexe 1.a Référentiel des activités professionnelles ............................................................ 5 Annexe 1.b Référentiel de certification .................................................................................... 43 Annexe 1.c Glossaire .............................................................................................................. 124 ANNEXE II .................................................................................................................................... 125 Annexe 2.a Unités constitutives du diplôme......................................................................... 126 Annexe 2.b Conditions d’obtention des dispenses d’unité ................................................. 127 Annexe 2.c Règlement d’examen ........................................................................................... 128 Annexe 2.d Définition des épreuves ...................................................................................... 129 ANNEXE III ................................................................................................................................... 143 Annexe 3.a Horaires de l'option Informatique et Réseaux................................................... 144 Annexe 3.a Horaires de l'option Informatique et Réseaux................................................... 145 Annexe 3.b Stage en milieu professionnel ............................................................................ 146 Annexe 3.c Enseignement complémentaire de culture générale et expression................ 150 Annexe 3.d Accompagnement personnalisé......................................................................... 151 ANNEXE IV ................................................................................................................................... 158 Annexe IV Tableau de correspondance d’épreuves BTS SE – BTS SN ............................ 159 2
Annexe 1
BTS Systèmes numériques (SN)
Référentiel du diplôme
Sommaire......................................................................................................................................... 2
Annexe 1 .......................................................................................................................................... 3
Référentiel du diplôme .......................................................................................................... 3
Annexe 1.a Référentiel des activités professionnelles ............................................................ 5
A. Les évolutions des secteurs de l’électronique et de l’informatique ............................ 5
B. L’activité du technicien du BTS Systèmes numériques ......................................................... 6
Activités professionnelles du BTS Systèmes numériques ......................................................... 8
B. Liste des activités professionnelles................................................................................ 8
C. Synthèse des activités professionnelles associées aux Tâches ................................. 9
D. Description des Tâches .................................................................................................. 12
Annexe 1.b Référentiel de certification .................................................................................... 43
Compétences ................................................................................................................................ 44
II Relations entre les compétences et les Tâches professionnelles du Référentiel des
activités professionnelles ............................................................................................................ 47
Savoirs associés aux compétences .................................................................................. 49
P1 Programme de culture générale et expression................................................................. 50
Savoirs associés.................................................................................................................. 50
Objectifs et contenus .......................................................................................................... 50
Capacités et techniques...................................................................................................... 50
Communiquer oralement .................................................................................................... 51
P2 Programme de Langue Vivante : Anglais ........................................................................... 58
1. Objectifs ........................................................................................................................... 58
2. Contenus .......................................................................................................................... 58
2.1. Grammaire ..................................................................................................................... 58
2.2. Lexique .......................................................................................................................... 59
2.3. Éléments culturels ........................................................................................................ 59
3
2.4. Niveau à atteindre dans les activités langagières ..................................................... 59
3.1. Production orale générale ........................................................................................... 60
3. 2. Interaction orale générale ........................................................................................... 60
3. 3. Compréhension générale de l’oral ............................................................................. 61
3. 4. Compréhension générale de l’écrit ............................................................................ 61
3.5. Production et interaction écrites................................................................................. 62
P3 Programme de Mathématiques .......................................................................................... 70
P4 Programme de Sciences Physiques ................................................................................... 72
S1 à S9 Définition des savoirs et savoir-faire associés aux compétences ............................. 85
Niveaux d’acquisition et de maîtrise des savoirs et des savoir-faire ...................................... 99
Savoirs et niveaux taxonomiques par option .......................................................................... 100
B. Savoir-faire communs à EC et IR................................................................................. 110
C. Savoir-faire option EC .................................................................................................. 113
D. Savoir-faire option IR .................................................................................................... 120
Annexe 1.c Glossaire .............................................................................................................. 124
ANNEXE II .................................................................................................................................... 125
Annexe 2.a Unités constitutives du diplôme......................................................................... 126
Annexe 2.b Conditions d’obtention des dispenses d’unité ................................................. 127
Annexe 2.c Règlement d’examen ........................................................................................... 128
Annexe 2.d Définition des épreuves ...................................................................................... 129
ANNEXE III ................................................................................................................................... 143
Annexe 3.a Horaires de l'option Électronique et communication ....................................... 144
Annexe 3.a Horaires de l'option Informatique et réseaux .................................................... 145
Annexe 3.b Stage en milieu professionnel ............................................................................ 146
1. Objectifs ........................................................................................................... 146
2. Organisation ..................................................................................................... 146
3. Aménagement de la durée du stage.................................................................. 149
4. Candidats scolaires ayant échoué à une session antérieure de l’examen ......... 149
Annexe 3.c Enseignement complémentaire de culture générale et expression................ 150
Objectifs ............................................................................................................... 150
1. Complémentarité expression écrite – support visuel ....................................... 150
2. Complémentarité expression orale – support visuel ........................................ 150
3. Compétences caractéristiques .......................................................................... 150
4. Conditions de réalisation ................................................................................. 150
Annexe 3.d Projet technique ................................................................................................... 151
ANNEXE IV ................................................................................................................................... 158
Annexe IV Tableau de correspondance d’épreuves BTS SE – BTS SN ............................ 159
Tableau de correspondance d’épreuves BTS IRIS – BTS SN ................................................. 160
4
Annexe 1.a Référentiel des activités professionnelles
A. Les évolutions des secteurs de l’électronique et de l’informatique
Les évolutions de ces dernières années, en particulier le très haut débit partout et pour tous
(dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie) permettent d’envisager le
développement d’un monde d’objets interconnectés dont l’objectif sera de faciliter l’accès aux
services des usagers (courses, surveillance, alertes), d’optimiser les consommations
énergétiques et de faciliter l’accès aux transports.
Depuis les investissements dans les nouvelles technologies de composants électroniques,
jusqu’au développement de nouveaux services par les opérateurs de télécommunications, l’effet
de levier de l’industrie électronique sur l’économie est considérable. Dans un avenir proche,
l’innovation électronique permettra le développement de nouveaux marchés et services pour
répondre aux besoins des sociétés modernes en particulier dans trois domaines clés : la santé, la
sécurité et l’environnement.
L’Europe dispose de véritables leaderships dans certains secteurs comme en particulier dans les
marchés industriels (36 % de la production mondiale), l’aéronautique défense et la sécurité (30 %
de la production mondiale) ou l’automobile (30 % de la production mondiale). Les opportunités
sont donc réelles pour la filière électronique en Europe puisque ce sont dans ces mêmes
marchés que se développeront les nouvelles innovations permettant de répondre à la demande
des marchés sociétaux.
La production d’équipements électroniques en France s’est fortement concentrée sur les
marchés de l’embarqué en particulier dans l’automobile, l’aéronautique défense et le transport
ferroviaire. Le secteur industriel est également important en France, notamment dans les
domaines de l’énergie et des automatismes pour l’industrie manufacturière et le tertiaire.
Compte tenu de la diffusion très large du numérique, on retrouve des compétences électroniques
chez de nombreux acteurs au sein de la filière : installateurs, architectes/systémiers,
équipementiers, sous-traitants, fabricants de composants. Au sein de ces entreprises, les savoirfaire électroniques sont essentiellement présents dans les fonctions de conception,
d’industrialisation, de test, de production et de maintenance/réparation.
En termes de compétences techniques, la spécialisation de la filière électronique française sur
les marchés professionnels et les innovations à venir, pour répondre aux nouveaux besoins
sociétaux, mettent en particulier l’accent sur l’électronique analogique (interfaces, énergie,
capteurs et actionneurs, etc.). Les fonctions de test sont aussi en croissance pour assurer le
degré de qualité et de fiabilité requis dans des environnements plus contraints que ceux des
marchés de masse de l’électronique (télécommunications, informatique, audio et vidéo, etc.).
5
La poursuite de la diffusion de l’électronique dans de nouveaux secteurs (santé, habitat et
énergie, etc.) conduira à l’évolution et à la création de nouveaux métiers et services. Les savoirfaire électroniques seront nécessaires dans ces nouvelles fonctions qui s’appuieront sur des
systèmes de mesure, de contrôle et de régulation électroniques plus évolués faisant intervenir de
nouvelles briques technologiques en développement. Dans certains secteurs et en particulier
celui de l’habitat, les métiers de l’installation évolueront ainsi vers des prestations plus évoluées
selon la même tendance constatée dans le domaine de l’installation des réseaux des
technologies de l’information et de la communication (nouveaux systèmes d’éclairage, de
régulation d’énergie, de sécurité, de santé à domicile, etc.).
Les techniciens se retrouvent majoritairement dans les fonctions d’exploitation et de support.
Dans la filière électronique, ils sont présents dans les achats et surtout dans l’installation, la
maintenance et l’assistance technique.
En conception/développement, la grande majorité des techniciens (bien moins nombreux que les
ingénieurs) intervient :
 soit en test et mise au point de systèmes ;
 soit en développement, essentiellement sur le design de cartes ;
 soit sur les deux champs en même temps.
En production, les techniciens représentent plus des trois quarts des emplois d’intégration
d’équipement et système électronique et la moitié des emplois de réparation de cartes, de
conduite de machines automatisées et de méthode/industrialisation/procédés.
B. L’activité du technicien du BTS Systèmes numériques
Parmi les quatre secteurs de l’informatique, l’informatique de gestion et de service à l’usager,
l’informatique scientifique, l’informatique industrielle et l’informatique du temps réel et de la
mobilité, le technicien supérieur du domaine de « l’informatique et des réseaux » répond aux
besoins de trois des secteurs suivants :
- l’informatique scientifique : elle s’applique au calcul dans le domaine des sciences exactes, à la
modélisation, aux essais, à la recherche fondamentale, à l’informatique en temps réel. Ce
domaine voit son champ s’étendre à la dimension du monde virtuel. Les techniciens de ce
domaine sont généralement en appui aux ingénieurs.
- l’informatique industrielle : elle s’applique à l’automatisation et au maintien en fonctionnement
des réseaux contraints par des exigences de production. Elle nécessite des compétences sur la
diversité des architectures, leur sécurisation, ainsi que des conditions de fonctionnement de
l’informatique répartie et de sa programmation (client/serveur, cloud computing). Elle couvre le
champ des applications logicielles, destinées au pilotage des chaînes et des systèmes de
production. Elle concerne également la simulation et les interfaces hommes-machines.
- l’informatique du temps réel et de la mobilité : elle consiste à définir et à réaliser la
programmation des logiciels intégrés à des produits industriels dans le domaine des
télécommunications, des transports, de l’automobile, de l’aéronautique, etc. Elle s’appuie sur les
6
nouvelles technologies (Internet, communication sans fil et mobilité). Par exemple, l'informatique
embarquée (qu'on qualifie parfois d' « enfouie ») en constitue un bon exemple. En effet, avec les
composants programmables et les logiciels en temps réel, l'informatique est présente partout,
des téléphones mobiles aux avions en passant par les automobiles.
Dans le secteur électronique, les fonctions rattachées à la production et à l’étude font
apparaître la nécessité de la qualification des dispositifs, de la pré-industrialisation et du suivi en
production. En ce qui concerne les fonctions d’étude, elles se concentrent aujourd’hui
principalement sur la programmation de composants de plus en plus intégrés qu’il est nécessaire
d’interfacer avec des contraintes temporelles de plus en plus importantes (temps réel). Cette
problématique rejoint celle des informaticiens qui ont la nécessité de programmer des dispositifs
embarqués constitués la plupart du temps par des mono-composants.
La généralisation de la fibre nécessite de former des opérateurs, des techniciens et des
personnels d’encadrement pour le déploiement, capables de réaliser les infrastructures et le
câblage d’une installation en fibre optique, de tester la conformité et le fonctionnement et
d’assurer la mise en service chez le client. Les fonctions du technicien supérieur des systèmes
numériques seront davantage centrées sur le test de conformité pour assurer que l’installation
répond aux exigences du cahier des charges.
Enfin les problématiques du développement durable et des technologies sans fil impactent
fortement les deux secteurs tant par les possibilités offertes que par leurs inconvénients. Les
modalités de réutilisation de reconditionnement, mais également de diffusion de l’information et
de compatibilité électromagnétique sont des facteurs communs aux deux options des métiers de
l’informatique et de l’électronique.
Le BTS Systèmes numériques propose donc deux options :


une composante voisine de la commande rapprochée, de l’usage des composants
complexes, de la pré-industrialisation des dispositifs électroniques, de leur maintenance,
et de la mobilisation des moyens de télécommunication dans les couches de bas niveau.
C’est la spécialité Électronique et communications (EC) ;
une composante plus proche des réseaux et de leur sécurité, des systèmes embarqués,
du cloud computing et de la programmation des systèmes. C’est la spécialité
Informatique et réseaux (IR).
7
Activités professionnelles du BTS Systèmes numériques
B. Liste des activités professionnelles
A1. Rechercher et/ou exploiter des documents techniques en français ou en anglais.
A2. Identifier le besoin du client et établir un cahier des charges d’avant-vente.
A3. Analyser un cahier des charges et extraire les spécifications associées à sa réalisation
dans une situation de bureau d’études.
A4. Réaliser l'analyse fonctionnelle, comportementale et structurelle d'un produit dans une
situation de réalisation.
A5. Proposer des solutions pour répondre aux besoins du cahier des charges dans un
contexte technico-économique contraint.
A6. Établir un plan d'organisation pour réaliser un projet.
A7. Réaliser ou mettre en œuvre et valider une solution.
A8. Organiser et suivre le processus de maintenance d’après-vente.
A9. Élaborer et/ou mettre en œuvre le processus de réception, dans une situation de
livraison.
A10. Assurer la disponibilité du système ou des services dans une situation d’exploitation
et de continuité de service.
A11. Assurer le support client dans le cadre d’un contrat de service ou d’un service aprèsvente.
A12. Encadrer une équipe.
8
C. Synthèse des activités professionnelles associées aux Tâches
A1. Rechercher et/ou exploiter des documents techniques en français et en anglais
Réf.
T1.1
T1.2
T1.3
T1.4
Tâches professionnelles
Collecter et/ou classer des documents.
Extraire et synthétiser l’information pertinente.
Communiquer l’information en l’adaptant au public concerné.
Vérifier la pérennité des informations et les mettre à jour.
A : en autonomie
Modalité
A
A
A
A
P : participation
A2. Identifier le besoin du client et établir un cahier des charges d’avant-vente
Réf.
T2.1
T2.2
T2.3
T2.4
Tâches professionnelles
Collecter des informations nécessaires à l’élaboration du cahier des
charges préliminaire.
Évaluer la faisabilité technico-économique et environnementale d’une
solution conforme à la demande.
Formaliser le cahier des charges.
Établir un chiffrage.
A : en autonomie
Modalité
A/P
A/P
A/P
A
P : participation
A3. Analyser un cahier des charges et extraire les spécifications associées à sa réalisation dans
une situation de bureau d’études
Réf.
T3.1
T3.2
T3.3
T3.4
Tâches professionnelles
S’approprier le cahier des charges.
Rédiger tout ou partie des spécifications techniques.
Élaborer le cahier de recette.
Négocier et rechercher la validation du client.
Modalité
A
A
A/P
A/P
A : en autonomie
P : participation
A4. Réaliser l'analyse fonctionnelle, comportementale et structurelle d'un produit dans une
situation de réalisation
Réf.
T4.1
T4.2
T4.3
Tâches professionnelles
Identifier le comportement d’un constituant.
Traduire les éléments du cahier des charges sous la forme de modèles.
Rédiger le document de recette.
A : en autonomie
Modalité
A
A/P
A/P
P : participation
9
A5. Proposer des solutions pour répondre aux besoins du cahier des charges dans un contexte
technico-économique contraint
Réf.
T5.1
T5.2
T5.3
T5.4
Tâches professionnelles
Identifier les solutions existantes de l’entreprise.
Identifier des solutions issues de l’innovation technologique.
Calculer le coût prévisionnel des solutions.
Sélectionner et/ou adapter une ou des solutions selon le contexte technicoéconomique.
A : en autonomie
Modalité
A/P
A/P
A/P
A/P
P : participation
A6. Établir un plan d'organisation pour réaliser un projet
Réf.
T6.1
T6.2
T6.3
Tâches professionnelles
Prendre connaissance des fonctions associées au projet et définir les
Tâches professionnelles correspondantes dans le respect du budget.
Définir et valider un planning (jalons de livrables).
Assurer le suivi du planning et du budget.
A : en autonomie
Modalité
P
A
A
P : participation
A7. Réaliser ou mettre en œuvre et valider une solution
Réf.
T7.1
T7.2
T7.3
T7.4
Tâches professionnelles
Réaliser la conception détaillée du matériel et/ou du logiciel.
Produire un prototype logiciel et/ou matériel.
Valider le prototype.
Documenter les dossiers techniques et de maintenance.
A : en autonomie
Modalité
A/P
A/P
A
A
P : participation
A8. Organiser et suivre le processus de maintenance d’après-vente
Réf.
T8.1
T8.2
Tâches professionnelles
Définir une organisation ou un processus de maintenance préventive.
Définir une organisation ou un processus de maintenance curative.
A : en autonomie
Modalité
P
P
P : participation
A9. Élaborer et/ou mettre en œuvre le processus de réception dans une situation de livraison
Réf.
T9.1
T9.2
T9.3
Tâches professionnelles
Finaliser le cahier de recette.
Installer un système ou un service.
Effectuer la recette et livrer un système ou un service.
Modalité
A
A
A
A : en autonomie
P : participation
10
A10. Assurer la disponibilité du système ou des services dans une situation d’exploitation et de
continuité de service
Réf.
T10.1
T10.2
T10.3
T10.4
Tâches professionnelles
Superviser le fonctionnement d’un système ou d’un service.
Analyser les informations récupérées pour assurer le maintien en condition
opérationnelle (MCO).
Exécuter et/ou planifier les Tâches professionnelles de MCO.
Proposer des solutions d’amélioration du système ou du service.
A : en autonomie
Modalité
A
A
A
A
P : participation
A11. Assurer le support client dans le cadre d’un contrat de service ou d’un service après-vente.
Réf.
T11.1
T11.2
T11.3
Tâches professionnelles
Assurer le conseil du client.
Assurer l’assistance du client.
Assurer la formation du client.
Modalité
A
A
A
A : en autonomie
P : participation
A12. Encadrer une équipe
Réf.
T12.1
T12.2
Tâches professionnelles
Organiser le travail de l’équipe.
Animer une équipe.
Modalité
A
P
A : en autonomie
P : participation
11
D. Description des Tâches
A1. Rechercher et/ou exploiter des documents techniques en français et en anglais
Réf.
T1.1
T1.2
T1.3
T1.4
Tâches professionnelles
Collecter et/ou classer des documents.
Extraire et synthétiser l’information pertinente.
Communiquer l’information en l’adaptant au public concerné.
Vérifier la pérennité des informations et les mettre à jour.
A : en autonomie
T1.1
Modalité
A
A
A
A
P : participation
Collecter et/ou classer des documents
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Tout système ou support d’informations.
- La base de connaissances de l’entreprise.
- Le dossier préliminaire du projet.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
Une recherche d’informations
demandée par le chef de
projet.
Exemples de moyens utilisés
-
Un navigateur web.
Des flux RSS.
Des forums ou groupes de discussion.
Des espaces collaboratifs.
Des logiciels de bureautique.
Résultats attendus
-
Un index bibliographique est élaboré.
Une méthode de classement des documents est validée.
Des critères de recherche sont déterminés.
La véracité des données collectées est établie.
12
T1.2
Extraire et synthétiser l’information pertinente
Données disponibles pour réaliser une tâche
- La documentation collectée.
- La liste des critères d’extraction.
- Le dossier préliminaire de projet.
Tâche
réalisée
en
autonomie
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
Une recherche d’informations
demandée par le chef de
projet.
- Des logiciels de bureautique.
- La base de connaissances de l’entreprise.
- Un espace collaboratif.
Résultats attendus
- Un document de synthèse est produit.
- Les informations pertinentes sont mises en évidence.
T1.3
Communiquer l’information en l’adaptant au public concerné
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Une description du public visé.
- Le dossier des informations collectées.
- Le dossier préliminaire de projet.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
La présentation d’une étude
à un client interne ou
externe en respectant les
périmètres de
confidentialité.
Exemples de moyens utilisés
- Tout type de média (exemple : un vidéo
projecteur interactif).
- Des logiciels de bureautique.
- Des diagrammes de modélisation adaptés
(diagrammes issus de Unified Modeling
Language (UML) et de System Modeling
Language (SysML)).
Résultats attendus
- Le public est satisfait de la présentation.
- Les supports de communication sont de bonne qualité.
- Le périmètre de confidentialité est respecté.
13
T1.4
Vérifier la pérennité et mettre à jour les informations
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Tout système ou support d’information.
- La base de connaissances de l’entreprise.
- Le dossier des informations collectées.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
Une vérification et/ou une
mise à jour des solutions
technologiques dans le
cadre d’un maintien en
condition opérationnelle d’un
équipement (matériel et/ou
logiciel) ou de l’évolution du
système d’exploitation.
Exemples de moyens utilisés
- Un navigateur web.
- Des flux RSS.
- Des forums et groupes de discussion.
- Des logiciels de bureautique.
- Un logiciel de base de données
documentaire.
- Un logiciel de contrôle de version
(versioning).
Résultats attendus
- Le suivi de l’historique des versions de l’information est disponible.
- Chaque document est horodaté, la dernière date de vérification est
reportée sur les documents.
- Les documents obsolètes sont identifiés. Une source d’information
alternative peut être proposée.
14
A2. Identifier le besoin du client et établir un cahier des charges d’avant-vente
Réf.
Tâches professionnelles
Collecter des informations nécessaires à l’élaboration du cahier des
charges préliminaire.
Évaluer la faisabilité technico-économique et environnementale d’une
solution conforme à la demande.
Formaliser le cahier des charges.
Établir un chiffrage.
T2.1
T2.2
T2.3
T2.4
A : en autonomie
T2.1
Modalité
A/P
A/P
A/P
A
P : participation
Collecter des informations nécessaires à l’élaboration du cahier des
charges préliminaire.
Données disponibles pour réaliser une tâche
- L’expression du besoin.
- L’étude de marché.
- Toutes les données commerciales afférentes.
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La rédaction d’un cahier des
charges préliminaire à
destination d’un soustraitant ou d’un client.
Exemples de moyens utilisés
- Des logiciels de bureautique.
- Des espaces collaboratifs.
- Des diagrammes de modélisation adaptés
(diagrammes issus de UML ou SysML).
- Des outils « métiers ».
Résultats attendus
- Le cahier des charges préliminaire est rédigé.
- Le système est modélisé par des diagrammes UML ou SysML.
15
T2.2
Évaluer la faisabilité technico-économique et environnementale d’une
solution conforme à la demande.
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges préliminaire.
- Une liste de fournisseurs potentiels.
- Un accès aux contraintes environnementales du projet.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Exemple de situation de travail
Une vérification des coûts
avant une vente en tenant
compte des contraintes.
Exemples de moyens utilisés
-
Des logiciels de bureautique.
Un navigateur web.
Des espaces collaboratifs.
Un média spécialisé.
Résultats attendus
- La liste des contraintes environnementales impactant le projet est fournie
avec une cotation de l’impact.
- La disponibilité des matériels et logiciels est vérifiée auprès de plusieurs
fournisseurs.
- Une première estimation du coût du projet est remise.
- Une cotation globale de la faisabilité suivant les trois axes de recherche
est fournie.
16
T2.3
Formaliser le cahier des charges
Données disponibles pour réaliser une tâche
- L’expression du besoin.
- Le cahier des charges préliminaire.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Exemple de situation de travail
La rédaction d’un document
contractuel (analyse
fonctionnelle et organique,
délais de réalisation, budget
du projet) pour la cotation
du projet.
Exemples de moyens utilisés
- Des diagrammes de modélisation
adaptés (diagrammes issus de UML ou
SysML).
- Des logiciels de bureautique.
- Des modèles de documents internes.
- Un outil de planification
Résultats attendus
- Le cahier des charges est formalisé.
- Le planning prévisionnel est établi.
T2.4
Établir un chiffrage
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges.
- Le planning prévisionnel.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
La proposition d’une offre
contractuelle détaillée ou
budgétaire.
- Des logiciels de bureautique.
- Des modèles de documents internes.
- Les conditions générales des ventes de
l’entreprise.
Résultats attendus
Le document d’offre est conforme aux standards de l’entreprise et répond au
cahier des charges.
17
A3. Analyser un cahier des charges et extraire les spécifications associées à sa réalisation dans
une situation de bureau d’études
Réf.
T3.1
T3.2
T3.3
T3.4
Tâches professionnelles
S’approprier le cahier des charges.
Rédiger tout ou partie des spécifications techniques.
Élaborer le cahier de recette.
Négocier et rechercher la validation du client.
Modalité
A
A
A/P
A/P
A : en autonomie
T3.1
P : participation
S’approprier le cahier des charges
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges.
- L’offre commerciale.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemple de situation de travail
Une analyse de la solution
retenue en vue d’imaginer
sa mise en œuvre.
Exemples de moyens utilisés
- Des diagrammes de modélisation adaptés
(diagrammes issus de UML ou SysML).
- Des logiciels de bureautique
- Un outil de planification
- Une revue de projet
Résultats attendus
- Le cahier des charges est explicité.
- Le projet est planifié.
- Les ressources sont définies.
18
T3.2
Rédiger tout ou partie des spécifications techniques
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Tâche
réalisée
en
autonomie
Le cahier des charges.
Des documentations techniques.
Des documents métiers.
Les standards qualité de l’entreprise.
Les ressources allouées.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La rédaction des
spécifications techniques
(schémas, définition des
protocoles de
communications).
Exemples de moyens utilisés
- Un atelier génie logiciel.
- Un outil de réalisation de schéma.
- Des outils de simulation et/ou de
modélisation.
Résultats attendus
Le cahier des spécifications techniques correspond au besoin
T3.3
Élaborer le cahier de recette
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
-
Le cahier des charges.
Des documentations techniques.
Des documents métiers.
Les standards qualité de l’entreprise.
Les ressources allouées.
Des spécifications techniques globales ou partielles.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La rédaction d’un cahier de
recette.
Exemples de moyens utilisés
- Un atelier génie logiciel.
- Des logiciels de bureautique.
- Des outils de simulation et/ou de
modélisation.
- Des rapports d’essai.
Résultats attendus
Le cahier de recette correspond aux spécificités du cahier des charges.
19
T3.4
Négocier et rechercher la validation du client
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Tâche
réalisée
en
autonomie
Le cahier des charges.
Des documentations techniques.
Des documents métiers.
Les standards qualité de l’entreprise.
Les ressources allouées.
Des spécifications techniques globales ou partielles.
Le cahier de recette.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
- Une présentation du projet
au client.
- Une participation aux
négociations avec le client.
- La finalisation du dossier de
bureau d’étude, après
validation par le client.
Exemples de moyens utilisés
- Un pôle de réunion.
- Un dossier complet élaboré par le
bureau d’étude.
- Des logiciels de bureautique.
- Un outil de réalisation de schéma.
- Des outils de simulation et/ou de
modélisation.
Résultats attendus
Le dossier de bureau d’étude est validé par le client.
20
A4. Réaliser l'analyse fonctionnelle, comportementale et structurelle d'un produit dans une
situation de réalisation
Réf.
T4.1
T4.2
T4.3
Tâches professionnelles
Identifier le comportement d’un constituant.
Traduire les éléments du cahier des charges sous la forme de modèles.
Rédiger le document de recette.
A : en autonomie
T4.1
Modalité
A
A/P
A/P
P : participation
Identifier le comportement d’un constituant
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges
- Le cahier des spécifications techniques
- Des documentations techniques
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
Le test unitaire ou la
validation d’une fonction
simple.
- Des outils de simulation.
- Des outils de test de charge.
- Des outils de traitements de grandeurs
analogiques et/ou numériques.
- Des outils de génie logiciel.
- Des outils de tests et de mesures.
Résultats attendus
- Le compte rendu d’essais permet, quand cela est nécessaire, de mesurer les
écarts entre les essais, les spécifications et les simulations.
- La documentation du constituant est fournie.
- Un document de conception est élaboré.
21
T4.2
Traduire les éléments du cahier des charges sous la forme de modèles
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
- Le cahier des charges
- Les diagrammes de modélisation préliminaires adaptés (diagrammes issus
de UML ou SysML).
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La modification ou
l’enrichissement des
diagrammes de
modélisation.
Exemples de moyens utilisés
- Des outils de modélisation
- Un atelier de génie logiciel
Résultats attendus
Les modèles sont conformes aux spécifications attendues.
T4.3
Rédiger le document de recette
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges.
- Les diagrammes de modélisation.
- Les résultats des études comportementales.
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Une évaluation pour réduire
les écarts entre le cahier des
charges, la modélisation et
les résultats des études
comportementales.
Exemples de moyens utilisés
- Des outils de modélisation.
- Un environnement de simulation et
d’étude comportementale.
- Les résultats des tests et des mesures.
Résultats attendus
Le document de recette est rédigé.
22
A5. Proposer des solutions pour répondre aux besoins du cahier des charges dans un contexte
technico-économique contraint
Réf.
T5.1
T5.2
T5.3
T5.4
Tâches professionnelles
Identifier les solutions existantes de l’entreprise.
Identifier des solutions issues de l’innovation technologique.
Calculer le coût prévisionnel des solutions.
Sélectionner et/ou adapter une ou des solutions selon le contexte technicoéconomique.
A : en autonomie
T5.1
Modalité
A/P
A/P
A/P
A/P
P : participation
Identifier les solutions existantes de l’entreprise
Données disponibles pour réaliser une tâche
Les documentations techniques des produits de l’entreprise.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
Une consultation d’un
ensemble de documents
décrivant des produits de
l’entreprise et une recherche
des constituants déjà utilisés
pouvant répondre aux
spécifications techniques du
nouveau cahier des charges.
- La base de données documentaire de
l’entreprise.
- Des logiciels de bureautique.
Résultats attendus
Le compte rendu présente les constituants sélectionnés ainsi et justifie les
choix effectués.
23
T5.2
Identifier des solutions issues de l’innovation technologique
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Les informations issues de la veille technologique.
- Les informations apportées par les fournisseurs.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
Une consultation d’un
ensemble de documents
décrivant les fonctions des
solutions innovantes et une
recherche de celles pouvant
répondre aux spécifications
techniques du nouveau
cahier des charges.
- Des articles de la presse spécialisée.
- Des documents normatifs.
- Des articles IEEE (Institute of Electrical
and Electronics Engineers).
- Des documents constructeurs.
- Des notes d’applications fournisseurs.
- Des logiciels de bureautique.
Résultats attendus
Le compte rendu présente les innovations sélectionnées ainsi et justifie
les choix effectués.
T5.3
Calculer le coût prévisionnel des solutions
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou
participation
-
Les nomenclatures des constituants.
Les quantités produites.
Les coûts des nouvelles solutions.
Le temps de production.
Les coûts direct et indirect.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Un calcul des coûts
prévisionnels à partir du
détail des solutions.
Exemples de moyens utilisés
- Un logiciel tableur.
- Des logiciels métiers.
Résultats attendus
Le résultat du coût prévisionnel des nouvelles solutions est chiffré.
24
T5.4
Sélectionner et/ou adapter une ou des solutions selon le contexte
technico-économique
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou
participation
- Les solutions existantes de l’entreprise.
- Les innovations technologiques repérées.
- Le coût prévisionnel.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La participation à la
sélection d’une des solutions
existantes ou nouvelles.
Exemples de moyens utilisés
Des logiciels de bureautique.
Résultats attendus
Le compte rendu présente les solutions sélectionnées et justifie les choix
effectués.
25
A6. Établir un plan d'organisation pour réaliser un projet
Réf.
T6.1
T6.2
T6.3
Tâches professionnelles
Prendre connaissance des fonctions associées au projet et définir les
Tâches professionnelles correspondantes dans le respect du budget.
Définir et valider un planning (jalons de livrables).
Assurer le suivi du planning et du budget.
A : en autonomie
T6.1
Modalité
P
A
A
P : participation
Prendre connaissance des fonctions associées au projet et définir les
Tâches professionnelles correspondantes dans le respect du budget
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Le cahier des charges.
Les normes et réglementations.
Les documents de spécifications (documents de conception).
Le budget global du projet et les délais.
Situations de travail relevées
Tâche
réalisée
en
participatif
Exemples de situations de travail
- Une identification des
spécifications associées aux
différentes fonctions.
- Une identification des Tâches
professionnelles à mettre en
œuvre pour réaliser le projet.
- Une estimation des coûts par
une analyse de la valeur.
Exemples de moyens utilisés
- Des logiciels de bureautique.
- Des outils métiers.
- Les bases de données de l’entreprise
(solutions techniques et économiques).
- Les revues de projet.
Résultats attendus
- Les risques liés aux choix des solutions techniques sont identifiés.
- Les ressources nécessaires sont estimées.
26
T6.2
Définir et valider un planning (jalons de livrables)
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
et
-
La date de livraison au client.
L’échéancier (délais d’exécution, par exemple délais des sous-traitants)
l’organisation générale du projet.
La liste des ressources disponibles en personnels et en moyens.
Le dossier technique de réalisation.
Le taux de charge des installations.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La réalisation d’un planning
personnel ou de l’équipe
sous la responsabilité du
chef de projet.
Exemples de moyens utilisés
Des logiciels de gestion de projet (jalons
d’avancement)
Résultats attendus
- Les plannings d’exécution sont créés.
- Le livrable à chaque jalon est défini.
T6.3
Assurer le suivi du planning et du budget.
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le planning d’exécution.
- Les délais d’approvisionnement et de livraison des produits.
- L’état des commandes.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
Le suivi du déroulement du
projet en tant que
contributeur individuel ou en
tant que responsable
d’équipe.
Exemples de moyens utilisés
- Des logiciels de gestion de projet
- Des outils de gestion financière
- Des logiciels de bureautique
Résultats attendus
- Les jalons du livrable sont respectés.
- Le planning est actualisé avec une mise en évidence des écarts par
rapport au prévisionnel.
- Les commandes d’approvisionnement ont été programmées et
réceptionnées.
- Le budget est respecté.
27
A7. Réaliser ou mettre en œuvre et valider une solution
Réf.
T7.1
T7.2
T7.3
T7.4
Tâches professionnelles
Réaliser la conception détaillée du matériel et/ou du logiciel.
Produire un prototype logiciel et/ou matériel.
Valider le prototype.
Documenter les dossiers techniques et de maintenance.
A : en autonomie
T7.1
Modalité
A/P
A/P
A
A
P : participation
Réaliser la conception détaillée du matériel/logiciel
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges.
- Le dossier d’analyse globale.
- Le dossier des spécifications techniques.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
- La conception d’un soussystème dans le cadre d’un
projet de grande envergure.
- La conception d’une
application pour un client.
Exemples de moyens utilisés
- Des outils « métiers ».
- Un atelier de génie logiciel.
- Un outil de Conception assisté par
ordinateur (CAO) électronique analogique
et numérique.
- Un Environnement de développement
intégré (EDI).
- Un logiciel de simulation.
Résultats attendus
-
L’application et/ou le sous-système sont opérationnels.
Le matériel et/ou le logiciel sont documentés.
Le dossier de conception et de fabrication est rédigé.
Un manuel de procédures (mise en service et maintenance) est fourni.
28
T7.2
Réaliser une maquette, un prototype logiciel/matériel
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le cahier des charges.
- Le dossier d’analyse globale.
- Le dossier de spécifications techniques.
Situations de travail relevées
Tâche
réalisée
en
autonomie
ou en
participatif
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
- L’adaptation et la
configuration d’une carte
électronique.
- Le développement d’une
première version d’un sousensemble logiciel (version
bêta).
- La réalisation d’un dossier
de sous-traitance.
- La réalisation d’une
maquette réseau.
- Un Environnement de développement
intégré (EDI).
- Un logiciel de simulation.
- Un atelier de génie logiciel.
- Des outils « métiers ».
- Des outils d’intervention matériels
(sonde Jtag, station de soudage/
dessoudage).
- De la sous-traitance.
Résultats attendus
- Le prototype est fonctionnel.
- Le dossier de conception et de fabrication est rédigé.
- Le dossier de recette est rédigé.
29
T7.3
Valider le prototype
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le dossier de conception et de fabrication
- Le dossier de recette
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- La validation conforme au
cahier de recette.
- Les tests du prototype en
situation en vue de sa
qualification (portabilité,
compatibilité, performances,
fiabilité, coût, temps de mise
en œuvre, Compatibilité
électromagnétique).
Exemples de moyens utilisés
- Un Environnement de développement
intégré (EDI).
- Un logiciel de simulation.
- Des outils et/ou des instruments de
mesure.
- Un environnement de fonctionnement
réel.
- Une sous-traitance pour la
Compatibilité électromagnétique.
Résultats attendus
Le compte rendu des tests est mis en corrélation avec le cahier de recette.
T7.4
Documenter les dossiers techniques et de maintenance.
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le dossier de conception et de fabrication.
- Le dossier de recette.
- Les standards qualité de l’entreprise.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemple de situation de travail
La création d’un dossier de
synthèse de la réalisation.
Exemples de moyens utilisés
- La documentation du constructeur et la
documentation technique.
- Les bases de données de solutions
techniques.
- Des logiciels de bureautique.
Résultats attendus
- Les dossiers techniques sont documentés.
- Les documentations de mise en service et de maintenance du produit sont
élaborées.
30
A8. Organiser et suivre le processus de maintenance d’après-vente
Réf.
T8.1
T8.2
Tâches professionnelles
Définir une organisation ou un processus de maintenance préventive.
Définir une organisation ou un processus de maintenance curative.
A : en autonomie
T8.1
Modalité
P
P
P : participation
Définir une organisation ou un processus de maintenance préventive
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Tâche
réalisée
en
participatif
Le dossier complet du produit.
Le cahier des charges du produit.
Les normes et réglementations en vigueur.
Le contexte juridique.
La politique de maintenance de l’entreprise par rapport au client.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
La définition des
interventions et leurs
conditions afin de garder le
produit en état de
fonctionnement en tenant
compte de conditions
contractuelles (risque de
défaillance par exemple).
Exemples de moyens utilisés
- La notice technique de composants
intégrant le produit (défaillance par
exemple).
- Le résultat de test du produit en
endurance.
Résultats attendus
Le dossier de maintenance préventive est adapté au contrat commercial.
31
T8.2
Définir une organisation ou un processus de maintenance curative
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Le dossier complet du produit.
Le cahier des charges du produit.
Les normes et réglementations en vigueur.
Le contexte juridique.
La politique de maintenance de l’entreprise par rapport au client.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
- La définition d’une
méthodologie d’intervention
en
en cas de défaillance.
participatif
- La mise en place de règles
de relevés et de suivi de
défaillance.
- La mise en place des
documents de mesure
référents.
Exemples de moyens utilisés
- Le produit.
- L’équipement de diagnostic ou de
mesure.
- La notice technique des constituants du
produit.
Résultats attendus
Le document définissant la procédure et les moyens d’intervention et de suivi
en cas de défaillance du produit est établi.
32
A9. Élaborer et/ou mettre en œuvre le processus de réception dans une situation de livraison
Réf.
T9.1
T9.2
T9.3
Tâches professionnelles
Finaliser le cahier de recette.
Installer un système ou un service.
Effectuer la recette et livrer un système ou un service.
Modalité
A
A
A
A : en autonomie
T9.1
P : participation
Finaliser le cahier de recette.
Données disponibles pour réaliser une tâche
Tâche
réalisée
en
autonomie
-
Le cahier des charges.
Le compte rendu d’essais et la documentation du constituant.
Les documents de conception.
Le planning de réalisation.
Les éléments du cahier de recette.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Exemples de moyens utilisés
La définition des procédures
de recette d’un
produit/service
- Le modèle de recette.
- Les procédures de test.
- La base de données documentaire.
Résultats attendus
Le cahier de recette est rédigé.
33
T9.2
Installer un système ou un service
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Le document de conception.
Le planning de réalisation.
Le cahier de recette.
Une liste des procédures.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemple de situation de travail
La réalisation d’une
installation chez le client et la
résolution des problèmes,
seul ou en collaboration.
Exemples de moyens utilisés
- Le matériel et/ou le logiciel à installer
- Des logiciels de bureautique et de suivi
de l’intervention.
- La documentation technique.
- Des équipements de test.
Résultats attendus
- Le système ou le service est en production.
- Les documentations client (mise en route, exploitation et maintenance)
sont finalisées.
T9.3
Effectuer la recette et livrer un système ou un service
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le dossier de recette du système.
- Le dossier technique du système.
Situation de travail relevée
Exemple de situation de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
La mise en route d’un
système ou d’un service en
tenant compte des
contraintes d’exploitation et
d’environnement.
Exemples de moyens utilisés
- Le matériel et/ou le logiciel à installer.
- Des logiciels de bureautique et de suivi
de l’intervention.
- Le cahier de recette.
- Le manuel qualité du client.
- Des équipements de test.
Résultats attendus
- Le système ou le service fonctionne.
- Les documents (mise en route, exploitation et maintenance) sont remis au
client.
- Le procès-verbal de réception est signé par le client.
34
A10. Assurer la disponibilité du système ou des services dans une situation d’exploitation et de
continuité de service
Réf.
T10.1
T10.2
T10.3
T10.4
Tâches professionnelles
Superviser le fonctionnement d’un système ou d’un service.
Analyser les informations récupérées pour assurer le maintien en condition
opérationnelle (MCO).
Exécuter et/ou planifier les Tâches professionnelles de MCO.
Proposer des solutions d’amélioration du système ou du service.
A : en autonomie
T10.1
Modalité
A
A
A
A
P : participation
Superviser le fonctionnement d’un système ou d’un service
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Le système ou le service opérationnel.
Le cahier des charges.
Les paramètres du système à surveiller.
La documentation technique et de maintenance
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
La supervision :
- des systèmes (matériels,
équipements
électroniques, serveurs).
- des applicatifs et des
services.
- du système d’un point de
vue fonctionnel.
La conduite :
- du suivi et du traitement
des alarmes.
- de la vérification de la
norme des signaux.
- de l’ouverture des
incidents pour le suivi.
Exemples de moyens utilisés
- Des outils de supervision et/ou
d’hypervision.
- Des contrôleurs industriels.
- Des instruments de mesurage.
- La base de données de mémorisation
des incidents.
Résultats attendus
- Le compte rendu de suivi d’incident est établi.
- Des fichiers de journalisation (logs) de supervision (recette et/ou archivage)
sont créés.
- Des alertes sont émises en cas de défaillance ou pour l’aide à la conduite du
système.
35
T10.2
Analyser les informations récupérées pour assurer le Maintien en
condition opérationnelle (MCO)
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Les données issues de la supervision (fichiers log et/ou archivage).
- Les inventaires des interventions précédentes avec leurs modes de
contournement (roadbook).
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- Une analyse des fichiers
logs.
- Une surveillance des
paramètres de fonctionnement
d’un système opérationnel.
Exemples de moyens utilisés
- Des outils de supervision.
- Le téléservice.
Résultats attendus
- Les résultats pertinents de l’analyse sont présentés sous la forme de
graphique, de rapport, de liste, etc.
- Les situations problématiques (seuil d’erreur admissible, nombre de
tentatives) sont déterminées.
- Une stratégie pour le maintien en condition opérationnelle est mise en
place.
36
T10.3
Exécuter et/ou planifier les Tâches professionnelles de MCO
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Les données issues de la supervision (fichiers log et/ou archivage).
- Les inventaires des interventions précédentes avec leurs modes de
contournement (roadbook).
- La stratégie pour le MCO.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- La mise en place des modes
de contournement.
- L’application des procédures
de dépannage ou de relance de
services ou d’applicatifs.
- La remise en service
nominal.
- La planification des
maintenances préventives.
- La réalisation de Tâches
professionnelles de
maintenance préventive.
Exemples de moyens utilisés
-
Des outils de supervision.
Le téléservice.
Des correctifs (matériel et/ou logiciel).
Le roadbook.
Résultats attendus
-
Un mode de contournement immédiat est mis en place.
Le temps de rétablissement en mode nominal est le plus rapide possible.
Un rapport d’intervention est rédigé.
Le roadbook est enrichi.
37
T10.4
Proposer des solutions d’amélioration du système ou du service
Données disponibles pour réaliser une tâche
-
Le dossier technique du système.
Le code complet ou partiel du système.
Les données issues de la supervision.
Les rapports d’intervention.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- Une analyse des
vulnérabilités et/ou des
dysfonctionnements du
système.
- La proposition de nouveaux
modes de contournement.
- La simplification de
l’architecture du système
(réseau).
- L’adaptation d’un service à
de nouvelles contraintes
(confort, maintenance).
Exemples de moyens utilisés
-
Une chaîne de développement.
Un atelier de génie logiciel (UML).
Des outils de simulation.
Des correctifs (matériel et/ou logiciel).
Résultats attendus
- L’efficience du système est améliorée.
- Le taux de pannes ou d’erreurs est diminué.
- Des correctifs sont proposés.
38
A11. Assurer le support client dans le cadre d’un contrat de service ou d’un service après-vente.
Réf.
T11.1
T11.2
T11.3
Tâches professionnelles
Assurer le conseil du client.
Assurer l’assistance du client.
Assurer la formation du client.
Modalité
A
A
A
A : en autonomie
T11.1
P : participation
Assurer le conseil du client
Données disponibles pour réaliser une tâche
- L’expression des besoins du client.
- L’ensemble des documentations commerciales et techniques.
Situations de travail relevées
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
- Le conseil par téléphone ou
en face à face sur un produit,
un service ou une solution.
- La formation à distance pour
la configuration, la mise en
service et l'exploitation du
système ou du produit.
- La base de données techniques.
- Les notices de mise en service.
- Les manuels d'utilisation.
Résultats attendus
- Les produits et/ou les services et/ou les solutions possibles sont identifiés.
- Les besoins du client sont résolus.
- Le client est satisfait.
39
T11.2
Assurer l’assistance du client
Données disponibles pour réaliser une tâche
- L’expression des besoins du client.
- Les données techniques du système et/ou de l’applicatif.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- Le renseignement technique
par téléphone.
- Le redémarrage d’un
applicatif à distance.
Exemples de moyens utilisés
- Le téléservice.
- Les procédures types d’aide à
l’assistance.
Résultats attendus
- Les besoins du client sont résolus.
- Une trace de l’intervention est laissée.
- Les problèmes techniques et les demandes d’évolution pour le suivi des
produits (en cas de problème non résolu) sont remontés.
- Le suivi de l’intervention avec un client est assuré.
T11.3
Assurer la formation du client
Données disponibles pour réaliser une tâche
- L’expression des besoins du client.
- Les données techniques du système et/ou de l’applicatif.
- Le cahier des charges de la formation.
Situations de travail relevées
Exemples de situations de travail
Tâche
réalisée
en
autonomie
- L’assistance et la formation
par induction du client lors de
la mise en route.
- La réalisation d’un support
de prise en main d’un produit.
- L’animation d’un module de
formation.
Exemples de moyens utilisés
- Un vidéoprojecteur.
- Des logiciels de bureautique.
- Les outils spécifiques du cahier des
charges de la formation.
Résultats attendus
- Le client est capable de ... (en fonction du cahier des charges).
- Le client (document d’évaluation de la formation et du formateur) est
satisfait.
40
A12. Encadrer une équipe
Réf.
T12.1
T12.2
Tâches professionnelles
Organiser le travail de l’équipe.
Animer une équipe.
Modalité
A
P
A : en autonomie
T12.1
P : participation
Organiser le travail de l’équipe
Données disponibles pour réaliser une tâche
- Le projet.
- Les contraintes techniques.
- Les contraintes de santé, de sécurité et d’environnement.
- La composition et la qualification des membres de l’équipe (ressources
internes et externes).
- Le planning des ressources et des charges.
Situations de travail relevées
Tâche
réalisée
en
autonomie
Exemples de situations de travail
- La définition des Tâches
professionnelles des membres
de l’équipe.
- La mise en place d’une
organisation pour déployer une
installation sur site.
Exemples de moyens utilisés
- Un espace de travail collaboratif.
- Les normes de sécurité relatives au
site et au métier.
- Le Plan particulier de sécurité et de
protection de la santé (PPSPS).
- Des outils de gestion de projet.
Résultats attendus
- Les compétences humaines sont en adéquation avec les Tâches
professionnelles et les objectifs.
- Le bilan des actions menées est mis à jour.
- Les objectifs individuels et collectifs de l’équipe sont définis.
- Le PPSPS est appliqué.
41
T12.2
Animer une équipe
Données disponibles pour réaliser une tâche
- La composition de l’équipe.
- Les documents de conception, de test, d’exploitation.
- Les notices d’utilisation.
- Les procédures d’intervention et de sécurité.
- La banque de développement, les bases de connaissances, les comptes
rendus.
Situation de travail relevée
Tâche
réalisée
en
participatif
Exemples de situations de travail
- La participation à
l’animation des revues de
projet.
- La présentation au client
d’un compte rendu.
Exemples de moyens utilisés
- Les techniques d’animation de groupes
de travail.
- Des outils et des méthodes de
résolution de problèmes liés au projet.
- Des techniques de gestion des conflits.
- Des outils de présentation.
- Un support multimédia.
- Un système de visioconférence.
Résultats attendus
-
Les délais du projet sont respectés.
Les problèmes et les conflits sont gérés.
Le client est satisfait.
Les comptes rendus (pour les revues de projet) sont rédigés et présentés.
42
Annexe 1.b Référentiel de certification
43
Compétences
Le passage des Tâches professionnelles professionnelles au référentiel de certification se fait à
partir de la définition des compétences nécessaires à l’exercice du métier. L’analyse de chaque
tâche du référentiel des activités professionnelles a permis de définir l’ensemble des savoirs et
savoir-faire constitutifs de chaque compétence. Les compétences sont articulées autour des sept
domaines suivants :







C1. Communiquer
C2. Organiser
C3. Concevoir
C4. Réaliser
C5. Installer
C6. Exploiter
C7. Maintenir
C1 COMMUNIQUER
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C1.1
Rechercher et structurer des
informations techniques.
C1.1
Rechercher et structurer des informations
techniques.
C1.2
Présenter des informations à des
interlocuteurs identifiés.
C1.2
Présenter des informations à des
interlocuteurs identifiés.
C1.3
Assister des utilisateurs.
C1.3 Assister des utilisateurs.
C1.4
S’entretenir d’une problématique
professionnelle.
C1.4
C1.5
Analyser l’expression d’un besoin client.
C1.5 Analyser l’expression d’un besoin client.
C1.6
Collecter des données commerciales.
C1.6 Collecter des données commerciales.
C2 ORGANISER
Électronique et communications
S’entretenir d’une problématique
professionnelle.
Informatique et réseaux
C2.1
Maintenir les informations.
C2.1 Maintenir les informations.
C2.2
Formaliser l’expression d’un besoin.
C2.2 Formaliser l’expression d’un besoin.
C2.3
Organiser et/ou respecter la planification
d'un projet.
C2.3
Organiser et/ou respecter la planification
d'un projet.
C2.4
Assumer le rôle total ou partiel de chef
de projet.
C2.4
Assumer le rôle total ou partiel de chef
de projet.
C2.5
Travailler en équipe.
C2.5 Travailler en équipe.
44
C3 CONCEVOIR
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C3.1
Analyser un cahier des charges.
C3.1 Analyser un cahier des charges.
C3.2
Analyser et compléter un dossier de
spécifications techniques.
C3.2
Analyser et compléter un dossier de
spécifications techniques.
C3.3
Définir l’architecture globale d’un
prototype ou d’un système.
C3.3
Définir l’architecture globale d’un
prototype ou d’un système.
C3.4
Valider le choix d’une architecture
matérielle/logicielle.
C3.4
Valider le choix d’une architecture
matérielle/logicielle.
C3.5
Contribuer à la définition des éléments
de recette au regard des contraintes du
cahier des charges.
Contribuer à la définition des éléments de
C3.5 recette au regard des contraintes du
cahier des charges.
C3.6
Recenser les solutions existantes
répondant au cahier des charges.
C3.6
Recenser les solutions existantes
répondant au cahier des charges.
C3.7
Contribuer à la modélisation de tout ou
partie d’un produit.
C3.7
Contribuer à la modélisation de tout ou
partie d’un produit.
C3.8
Elaborer le dossier de définition de la
solution technique retenue.
C3.9
Valider une fonction du système à partir
d’une maquette réelle.
C3.10
Réaliser la conception détaillée d’un
module matériel et/ou logiciel.
C4 REALISER
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C4.1
Câbler et/ou intégrer un matériel.
C4.1 Câbler et/ou intégrer un matériel.
C4.2
Adapter et/ou configurer un matériel.
C4.2 Adapter et/ou configurer un matériel.
C4.3
Adapter et/ou configurer une structure
logicielle.
C4.3
C4.4
Fabriquer un sous-ensemble.
C4.4 Développer un module logiciel.
C4.5
Tester et valider un module logiciel et
matériel.
C4.5 Tester et valider un module logiciel.
C4.6
Produire les documents de fabrication
d’un sous-ensemble.
C4.6 Intégrer un module logiciel.
C4.7
Documenter une réalisation
matérielle/logicielle.
C4.7
C5 INSTALLER
Électronique et communications
Installer et configurer une chaîne de
développement.
Documenter une réalisation
matérielle/logicielle.
Informatique et réseaux
C5.1
Préparer la solution et le plan d’action.
C5.1 Préparer la solution et le plan d’action.
C5.2
Mettre en œuvre une solution
matérielle/logicielle en situation.
C5.2
Mettre en œuvre une solution
matérielle/logicielle en situation.
C5.3
Effectuer la recette d’un produit avec le
client.
C5.3
Effectuer la recette d’un produit avec le
client.
C5.4
Installer un système d’exploitation et/ou
une bibliothèque logicielle.
C5.5
Installer un dispositif de correction et/ou
mise à jour de logiciel.
45
C6 EXPLOITER
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C6.1
Superviser le fonctionnement d’un
produit matériel/logiciel.
C6.1
Superviser le fonctionnement d’un
produit matériel/logiciel.
C6.2
Analyser les comptes rendus
d’exploitation.
C6.2
Analyser les comptes rendus
d’exploitation.
C7 MAINTENIR
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C7.1
Diagnostiquer les causes d’un
dysfonctionnement.
C7.1
Diagnostiquer les causes d’un
dysfonctionnement.
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations.
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations.
C7.3
Dépanner une installation
matérielle/logicielle.
C7.3
Dépanner une installation
matérielle/logicielle.
C7.4 Assurer la traçabilité.
C7.4 Assurer la traçabilité.
46
II
Relations entre les compétences et les Tâches professionnelles du Référentiel des activités professionnelles
 Option Informatique et réseaux (IR)
47
 Option Électronique et communications (EC)
48
Savoirs associés aux compétences
Les savoirs associés aux compétences ont été organisés autour de thèmes distincts (P1 à P4 et
S1 à S9) listés ci-dessous. Pour chaque thème sont ensuite définis :
-
les savoirs et savoir-faire,
-
les niveaux d’acquisition et de maîtrise de ces savoirs et savoir-faire.
 P1 Culture générale et expression
 P2 Langue vivante : anglais
 P3 Mathématiques
 P4 Sciences physiques et chimiques appliquées
 S1 Communication
 S2 Gestion de projet
 S3 Modélisation
 S4 Développement logiciel
 S5 Solutions constructives des systèmes d’information
 S6 Systèmes d’exploitation
 S7 Réseaux, télécommunications et modes de transmission
 S8 Tests et validation
 S9 Fabrication
49
P1
Programme de culture générale et expression
Savoirs associés
Objectifs et contenus
Le but de l’enseignement du français dans les sections de techniciens supérieurs est de donner
aux étudiants la culture générale dont ils auront besoin dans leur vie professionnelle et dans leur
vie de citoyen et de les rendre aptes à une communication efficace à l’oral et à l’écrit.
Culture générale
La culture générale est développée par la lecture de tout type de textes et de documents (presse,
essais, œuvres littéraires, documents iconographiques, films) en relation avec les questions
d’actualité rencontrées dans les médias, les productions artistiques, les lieux de débat.
En première année, le choix des thèmes de réflexion, des textes et documents d’étude est laissé à
l’initiative du professeur qui s’inspire des principes suivants :
 créer une culture commune chez des étudiants arrivant d’horizons scolaires variés ;
 développer la curiosité des étudiants dans le sens d’une culture générale ouverte sur les
problèmes du monde contemporain (questions de société, de politique, d’éthique,
d’esthétique) ;
 développer le sens de la réflexion (précision des informations et des arguments, respect de la
pensée d’autrui, formation à l’expression d’un jugement personnel) en proposant des textes et
documents de qualité en accord avec les compétences de lecture du public concerné.
En deuxième année, deux thèmes sont étudiés. Ces thèmes, dont l’un est renouvelé chaque
année, font l’objet d’une publication au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale. Cette publication
précise un intitulé, une problématique et des indications bibliographiques qui orientent et délimitent
la problématique de chaque thème.
Expression
Une communication efficace à l’oral et à l’écrit suppose la maîtrise d’un certain nombre de
capacités et de techniques d’expression. Cette maîtrise suppose, à son tour, une connaissance
suffisante de la langue (vocabulaire et syntaxe) et une aptitude à la synthèse pour saisir avec
exactitude la pensée d’autrui et exprimer la sienne avec précision.
Des exercices variés concourent à cette maîtrise : débat oral, exposé oral, analyse des
interactions verbales ; analyse et résumé d’un texte, comparaison de textes plus ou moins
convergents ou opposés, étude logique d’une argumentation, constitution et analyse d’une
documentation, compte rendu d’un livre lu, composition d’une synthèse à partir de textes et de
documents de toute nature, rédaction d’un compte rendu, d’une note, d’une réponse personnelle à
une question posée, d’une argumentation personnelle.
Capacités et techniques
50
Cette annexe se présente sous la forme d’un répertoire des capacités et techniques dont la
maîtrise constitue l’objectif de l’enseignement du français dans les sections de techniciens
supérieurs. Il comprend une analyse de ces capacités et ces techniques, un recueil de situations
dans lesquelles il est possible d’acquérir, d’exercer et d’évaluer ces compétences, un recensement
de critères spécifiques d’évaluation.
Les situations proposées sont des situations de formation. Certaines d’entre elles peuvent servir
de supports à une évaluation (par exemple, l’exercice de synthèse). D’autres ne figurent pas en
tant que telles dans les épreuves de certification mais sont essentielles dans un parcours de
formation (l’exercice de résumé, par exemple, ou encore les activités d’expression orale).
Ces situations ne constituent pas un catalogue exhaustif ou impératif, elles ne définissent pas un
itinéraire obligé, mais il importe de rappeler qu’une progression bien étudiée ne suppose pas
réalisables d’emblée les épreuves imposées pour la délivrance du diplôme et au niveau requis en
fin de formation.
Chaque professeur de français conserve la responsabilité de définir son projet pédagogique, en
déterminant ses priorités et sa progression. Il prend en charge, selon les horaires dont il dispose,
les exigences professionnelles propres aux sections où il enseigne et répond aux besoins
recensés chez ses étudiants ou ses stagiaires.
Chaque fois que cela est possible, il veille à établir des liens entre l’enseignement qu’il dispense et
les enseignements généraux et professionnels que ses étudiants reçoivent dans leur section.
CAPACITÉ A
Communiquer oralement
Compétences caractéristiques
Être capable de :
 Connaître et respecter les conditions préalables et indispensables à toute communication orale
(attention, écoute, disponibilité...).
 Mémoriser et restituer par oral un message écrit ou oral.
 Reformuler un message oral.
 Se fixer un ou des objectifs (informer, expliquer, justifier, réfuter, convaincre, persuader) et le
(ou les) faire connaître.
 Choisir, ordonner, structurer les éléments de son propre message.
 Produire un message oral :
o en fonction d'une situation de communication donnée ;
o en respectant le sujet, les données du problème, le ou les objectifs fixés ;
o en tenant compte du destinataire.
 Recentrer le sujet de discussion ou le thème d'un débat.
51
Situations possibles
1. Auditoire familier ou non
a. Avec ou sans support
présent
 formulation de consignes
 questionnement à des fins d'information
 communication téléphonique
 entretien
 réponse argumentée à une demande
 restitution d'un message, reformulation personnalisée d'un message
 prise de parole
 exposé bref, entretien, préparés en temps limité; exposé (seul ou à plusieurs)
 débat.
b. Avec
support présent
 commentaire d'images isolées ou en suite
 commentaire de documents non textuels (organigramme, tableau de statistiques, schéma,
graphique, diagramme...)
 revue de presse
 rapport
 présentation et soutenance d'un dossier
c. Sans
support présent
 compte rendu d'un événement dans l'entreprise, d'une visite de chantier, d'une réunion,
d’une lecture, d'un spectacle
 prise de parole, discussion
 jeu de rôles, simulation d'entretien.
Critères d'évaluation
2. Adaptation
à la situation, maîtrise des contraintes de temps, de lieu, d'objectif.
a. Adaptation
au destinataire
 choix des moyens d'expression appropriés (images, exemples, répétitions volontaires, usage
du métalangage, formules de relations sociales...)
 prise en compte du discours et de l'attitude de l'interlocuteur (écouter, saisir les nuances,
reformuler, s'adapter).
b. Organisation
du message
 unité de sens (en rapport direct avec le sujet et la situation)
 structure interne (déroulement chronologique, articulation logique, progression appropriée à
l'objectif visé).
c. Contenu
du message
 intelligibilité du message
 précision des idées
 pertinence des exemples
 valeur de l'argumentation
 netteté de la conclusion
52
TECHNIQUE : La langue orale
Compétences caractéristiques
Être capable de :
 Prendre la parole, se faire entendre.
 Adapter sa voix et son attitude aux contraintes de la situation.
 Choisir et maîtriser le registre de langue approprié.
 Utiliser un vocabulaire précis et varié.
 Produire un message oral dont les éléments forment des productions achevées (en tenant
compte des spécificités de la langue orale).
Situations possibles
Les mêmes que pour la capacité A.
Certains exercices spécifiques pour apprendre à :
 poser sa voix, articuler, contrôler le débit, varier l'intonation
 maîtriser le regard, les gestes, les mimiques
 utiliser l'espace
 respecter les contraintes de temps
Critères d'évaluation
a. Présence
 voix (articulation, débit, volume, intonation)
 regard
 attitude
 utilisation des documents
 spontanéité de la formulation (distance par rapport au message écrit)
b. Langue
 registre (courant, soutenu) adapté à la situation de communication et à l'auditoire
 lexique (précision, variété)
 structure syntaxique (phrases simples ou complexes, achevées ou non ...).
CAPACITÉ B
S'informer - se documenter
Compétences caractéristiques
Être capable de :
a. Rechercher, c'est-à-dire
 maîtriser les outils et les techniques documentaires usuels
 établir une problématique de la recherche envisagée
 réduire un axe de recherche à des notions et à des mots-clés
 fixer l'ordre des opérations documentaires.
53
b. Trier et traiter, c'est-à-dire






identifier le support de l'information et en apprécier la pertinence
repérer une information dans un ensemble organisé ou non
sélectionner, selon un ou plusieurs critères, une information, une documentation
analyser, classer, ordonner informations et documents en fonction d'objectifs explicités
relativiser les informations en fonction de leur environnement (contextes et connotations)
préparer une conclusion.
Situations possibles
Toute situation de recherche, de tri et de traitement d'informations (écrites, orales, visuelles) sur
des ensembles organisés ou non.
 Recherche méthodique sur un ensemble de notions à coordonner (par exemple dans des
dictionnaires, des encyclopédies).
 Dépouillement et sélection d'informations en fonction d'une problématique.
 Recherche d'exemples ou d'illustrations documentaires pour argumenter un point de vue
(par exemple en vue d'un exposé, d'un texte écrit).
 Etude des effets « texte-image » sur l'information.
 Elaboration d'une fiche de description analytique, critique (par exemple, sommaire d'un
dossier).
 Relevé de conclusions à partir de documents contradictoires.
 Constitution d'un dossier.
 Synthèse de documents de nature, d'époques, de points de vue différents.
Critères d'évaluation




Adéquation de la méthode de recherche à la situation.
Pertinence des choix opérés.
Cohérence de la production (classement et enchaînement des éléments).
Pertinence des conclusions en fonction des documents de référence.
CAPACITÉ C
Appréhender un message
Compétences caractéristiques
Être capable de :
a. S'interroger pour :
 prendre en compte les caractères spécifiques du code (écrit, oral, iconique, gestuel) ou des
codes employés
 reconnaître le statut du texte (genre, registre, type de discours, destinataire)
 situer le message dans ses contextes (historique, linguistique, référentiel, idéologique ...)
 discerner les marques d'énonciation
 distinguer les idées et les mots clés du message
 percevoir les effets de sens dus au langage (ambiguïtés, connotations, figures de style...)
 mettre en relation les éléments d’un même document ou des éléments appartenant à des
documents différents, repérer les idées convergentes et divergentes
54
 découvrir le système ou les systèmes de cohérence d'un message (chronologique, logique,
symbolique...).
b.Rendre compte de la signification globale d'un message
 Restructurer un message à partir d'éléments donnés
Situations possibles





Lecture silencieuse d'un ou de plusieurs textes.
Etude comparée de textes.
Audition d'un message oral (revue de presse, exposé, discours argumenté, etc.).
Lecture d'images fixes isolées ou en séquences, lecture de films.
Lecture de documents écrits non textuels (organigramme, tableau de statistiques, schéma,
graphique, diagramme, etc.).
Critères d'évaluation
Selon les situations :
 Pertinence dans le relevé des idées et mots clés du message définis selon son ou ses
systèmes de cohérence.
 Exactitude, précision, cohérence dans l'analyse et la mise en relation de ces éléments.
 Interprétation justifiée des moyens mis en oeuvre dans le message (registre de langue,
syntaxe, structure, système des connotations, figures, etc.).
 Mise en perspective du message par rapport à son ou à ses contextes.
 Fidélité à la signification globale du message.
CAPACITÉ D
Réaliser un message
Compétences caractéristiques
Être capable de :
 Respecter les éléments constitutifs d’une situation de communication (destinataire, niveau
de langue).
 Recenser les données d'un problème.
 Se fixer des objectifs avant de formuler ou de rédiger un message (informer, expliquer,
justifier, réfuter, convaincre, persuader).
 Rassembler des éléments d'information et des moyens d'argumentation.
o élaborer une idée à partir d'un fait, d'un exemple, d'un document
o développer des idées à partir d'une notion, d'une question, d'une idée donnée
o illustrer une idée à l'aide d'exemples, de citations
 Organiser les données et les idées en fonction des objectifs retenus.
 Choisir les moyens d'expression appropriés à la situation et au destinataire.
 Nuancer, relativiser, si besoin, I'expression de sa pensée.
 Donner, si besoin, un tour personnel à un message.
Situations possibles
55
Toutes les situations qui permettent la création d'un message, avec ou sans implication de
l'émetteur, notamment :
 Réponse à une demande, à une question.
 Préparation d'un questionnaire.
 Correspondance professionnelle, administrative.
 Compte rendu d'un événement dans l'entreprise, d'une visite de chantier, d'une réunion,
d’une lecture, d'un spectacle.
 Résumé.
 Rapport.
 Synthèse de documents.
 Discours argumenté :
o exposé bref, entretien, préparés en temps limité avec ou sans support présent
o exposé (seul ou à plusieurs)
o commentaire de textes, développement composé, essai...
 Présentation et soutenance d'un dossier.
Critères d'évaluation
a. En toute situation
 compréhension du message par le destinataire
 présentation matérielle adaptée au type de message
 présence et exactitude des informations, des données, des notions requises par le sujet
traité
 organisation et cohérence du message
o unité de sens (en rapport direct avec le sujet et la situation)
o structure interne (déroulement chronologique, articulation logique, progression
adaptée à l'objectif visé).
b. Selon les situations
 efficacité du message (densité du propos, netteté de la conclusion...)
 implication ou non de l'émetteur (attendue dans un rapport, proscrite dans un résumé, par
exemple)
 exploitation opportune des références culturelles, de l'expérience personnelle
 originalité de l'écriture, du contenu.
CAPACITÉ E
Apprécier un message ou une situation
Compétences caractéristiques
Être capable de :
 Apprécier les données d'une situation vécue (événement, conduite, débat, etc.).
 Evaluer l'intérêt, la pertinence, la cohérence, la portée d'un message (y compris de son
propre message) ou de certains de ses éléments.
 Justifier son point de vue.
 Etablir un bilan critique.
Situations possibles
 Formulation d'un jugement critique après lecture, étude, audition, observation (voir situations
56
évoquées en A, B, C, D).
 Auto-évaluation.
Critères d'évaluation
a. En toute situation






choix motivé et utilisation judicieuse des éléments de la situation ou du message examinés :
distinction entre l'essentiel et l'accessoire
recul par rapport au message ou à la situation
mise en perspective des éléments retenus
jugement critique.
pertinence des arguments logiques et hiérarchisation de ces arguments.
b.En situation d'auto-évaluation
 perception juste de l'effet produit sur autrui, de la valeur de sa prestation par rapport aux
exigences requises.
TECHNIQUE: La langue à l'écrit
Compétences caractéristiques
 Rédiger un message lisible (graphie, ponctuation, mise en page).
 Respecter le code linguistique écrit (morphologie, orthographe lexicale et grammaticale,
syntaxe).
 Respecter la logique d’un texte écrit (connecteurs, marques de chronologie, reprises
anaphoriques).
 Prendre en compte la situation d’écriture (niveau de langue, précision lexicale).
Situations possibles
 Les situations de production de message écrit évoquées en D.
 Toute activité spécifique permettant de consolider la maîtrise du code écrit.
Critères d'évaluation
Ces critères sont définis par les compétences caractéristiques énumérées ci-dessus.
57
P2
Programme de Langue Vivante : Anglais
L'enseignement des langues vivantes dans les sections de techniciens supérieurs se réfère aux
dispositions de l'arrêté du 22 juillet 2008 (BOESR n° 32 du 28 août 2008) fixant les objectifs, les
contenus de l'enseignement et le référentiel de capacités du domaine des langues vivantes pour le
brevet de technicien supérieur.
1. Objectifs
L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement
culturel de l'individu.
Pour l'étudiant de section de techniciens supérieurs, cette étude est une composante de la
formation professionnelle et la maîtrise d’au moins une langue vivante étrangère constitue un atout
important pour l'exercice de la profession. C’est pour cela que, compte tenu du développement
considérable des échanges avec l’étranger, le choix d’une seconde langue à titre facultatif est
vivement encouragé.
Sans négliger les activités langagières de compréhension et de production à l’écrit (comprendre,
produire, interagir), on s'attachera plus particulièrement à développer les compétences orales
(comprendre, produire, dialoguer) dans une langue de communication générale, tout en
satisfaisant les besoins spécifiques à l'utilisation de la langue vivante dans l'exercice du métier.
Le niveau visé est celui fixé dans les programmes pour le cycle terminal (BO hors-série n°7 du 28
août 2003) en référence au Cadre européen commun de référence pour les langues1: le niveau B2
pour la première langue vivante étudiée et le niveau B1 pour la seconde langue vivante étudiée, ici
à titre facultatif. Cependant, selon les sections, le professeur pourra tenir compte de la diversité
des étudiants en se fixant pour objectif la consolidation du niveau B1 avant de viser le niveau B2.
Dans le Cadre européen commun de référence (CECRL)1, le niveau B1 est défini de la façon
suivante :
un étudiant devient capable de comprendre les points essentiels quand un langage clair et
standard est utilisé à propos de choses familières dans le travail, à l’école, dans la vie quotidienne.
Il est en mesure dans la plupart des situations rencontrées en voyage dans une région où la
langue est parlée, de produire un discours simple et cohérent sur des sujets familiers. Il peut
relater un événement, décrire un espoir ou un but et exposer brièvement un raisonnement.
Le niveau B2 est défini de la façon suivante :
un étudiant peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte
complexe, y compris une discussion technique dans sa spécialité. Il peut communiquer avec un
degré de spontanéité et d’aisance tel qu’une conversation avec un locuteur natif ne comporte de
tension ni pour l’un ni pour l’autre. Il peut s’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande
gamme de sujets, émettre un avis sur un sujet d’actualité et exposer les avantages et les
inconvénients de différentes possibilités.
2. Contenus
2.1. Grammaire
Au niveau B1, un étudiant peut se servir avec une correction suffisante d’un répertoire de
tournures et expressions fréquemment utilisées et associées à des situations plutôt prévisibles.
Au niveau B2, un étudiant a un assez bon contrôle grammatical et ne fait pas de fautes conduisant
1
Cadre européen commun de référence pour les langues ; apprendre, enseigner, évaluer ; Conseil de l’Europe 2001
58
à des malentendus.
La maîtrise opératoire des éléments morphologiques, syntaxiques et phonologiques figurant au
programme des classes de première et terminale constitue un objectif raisonnable. Il conviendra
d'en assurer la consolidation et l'approfondissement.
2.2. Lexique
La compétence lexicale d’un étudiant au niveau B1 est caractérisée de la façon suivante :
 étendue : possède un vocabulaire suffisant pour s’exprimer à l’aide de périphrases sur la
plupart des sujets relatifs à sa vie quotidienne tels que la famille, les loisirs et les centres
d’intérêt, le travail, les voyages et l’actualité ;
 maîtrise : montre une bonne maîtrise du vocabulaire élémentaire mais des erreurs sérieuses se
produisent encore quand il s’agit d’exprimer une pensée plus complexe.
Celle d’un étudiant au niveau B2 est caractérisée de la façon suivante :
 étendue : possède une bonne gamme de vocabulaire pour les sujets relatifs à son domaine et
les sujets les plus généraux. Peut varier sa formulation pour éviter des répétitions fréquentes,
mais des lacunes lexicales peuvent encore provoquer des hésitations et l’usage de
périphrases ;
 maîtrise : l’exactitude du vocabulaire est généralement élevée bien que des confusions et le
choix de mots incorrects se produisent sans gêner la communication.
Dans cette perspective, on réactivera le vocabulaire élémentaire de la langue de communication
afin de doter les étudiants des moyens indispensables pour aborder les sujets généraux.
C'est à partir de cette base consolidée que l'on pourra diversifier les connaissances en fonction
notamment des besoins spécifiques de la profession, sans que ces derniers n'occultent le travail
indispensable concernant l'acquisition du lexique plus général lié à la communication courante.
2.3. Éléments culturels
Outre les particularités culturelles liées au domaine professionnel (écriture des dates, unités
monétaires, unités de mesure, sigles, abréviations, heure, code vestimentaire, modes de
communication privilégiés, gestuelle, etc.), la formation intellectuelle des étudiants exige que
l’enseignement dispensé soit ouvert et fasse une place importante à la connaissance des
pratiques sociales et des contextes culturels au sein de l’entreprise et à l’extérieur.
On s'attachera donc à développer chez les étudiants la connaissance des pays dont ils étudient la
langue (valeurs, contexte socioculturel, normes de courtoisie, us et coutumes, comportement dans
le monde du travail, situation économique, politique, vie des entreprises, etc.), connaissance
indispensable à une communication efficace qu'elle soit limitée ou non au domaine professionnel.
2.4. Niveau à atteindre dans les activités langagières
Les domaines pertinents pour l’enseignement/apprentissage des langues sont au nombre de
quatre : personnel, public, éducationnel et professionnel. Afin d’éviter des redondances avec le
programme du cycle terminal et de risquer ainsi de démotiver les futurs techniciens supérieurs, on
s’attachera à développer les différentes activités langagières en relation avec le domaine
professionnel. La prise en compte du domaine professionnel ne signifie pas pour autant que
l’enseignement doive se limiter à l’apprentissage d’une communication utilitaire réduite à quelques
formules passe partout dans le monde du travail ou au seul accomplissement de Tâches
professionnelles professionnelles ou encore à l’étude exclusive de thèmes étroitement liés à la
section. Tout thème qui permettra aux étudiants de mieux comprendre la culture du pays dont ils
étudient la langue pourra être abordé à condition qu’il reste pertinent à la section.2
2
Le thème de la pollution en tant que tel n’offre pas grand intérêt, mais la prise en compte de ce phénomène par les
industries est pertinente.
59
3.1. Production orale générale
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
 B1 : peut assez aisément mener à bien une description directe et non compliquée de sujets
variés dans son domaine en la présentant comme une succession linéaire de points.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
 B2 : peut méthodiquement développer une présentation, une description ou un récit soulignant
les points importants et les détails pertinents à l’aide d’exemples significatifs ;
 peut s’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets relatifs à ses
centres d’intérêt ;
 peut utiliser un nombre limité d’articulateurs pour lier ses phrases en un discours clair et
cohérent, bien qu’il puisse y avoir quelques sauts dans une longue intervention.
Compétence phonologique :
 B1 : la prononciation est clairement intelligible, même si un accent étranger est quelquefois
perceptible et si des erreurs de prononciation se produisent occasionnellement ;
 B2 : a acquis une prononciation et une intonation claires et naturelles.
Le tableau 1 en annexe met en parallèle des Tâches professionnelles de la vie professionnelle
auxquelles les futurs techniciens supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur
métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces Tâches professionnelles dans la langue
obligatoire et la langue facultative, ainsi que quelques apprentissages qu’il conviendra de mettre
en place. Ces derniers sont signalés en complément de savoirs, savoir-faire et stratégies à
maîtriser quelle que soit la tâche de production orale :
 planifier ce qu’il veut dire et mobiliser les moyens linguistiques indispensables,
 s’exprimer de façon intelligible en respectant prononciation, accents de mots, de phrase,
rythme, intonation,
 utiliser périphrases et paraphrases pour compenser des lacunes lexicales et structurales.
 reformuler une idée pour la rendre plus claire,
 corriger lapsus et erreurs après en avoir pris conscience ou s’ils ont débouché sur un
malentendu.
3. 2. Interaction orale générale
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : peut exploiter avec souplesse une gamme étendue de langue simple pour faire face à la
plupart des situations susceptibles de se produire au cours d’un voyage. Peut aborder sans
préparation une conversation sur un sujet familier, exprimer des opinions personnelles et échanger
de l’information sur des sujets familiers, d’intérêt personnel ou pertinent pour la vie quotidienne
(par exemple, la famille, les loisirs, le travail, les voyages et les faits divers).
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : peut communiquer avec un niveau d’aisance et de spontanéité tel qu’une interaction soutenue
avec des locuteurs natifs soit tout à fait possible sans entraîner de tension d’une part ni d’autre.
Peut mettre en valeur la signification personnelle de faits et d’expériences, exposer ses opinions et
les défendre avec pertinence en fournissant explications et arguments.
Le tableau 2 en annexe met en parallèle des Tâches professionnelles de la vie professionnelle
auxquelles les futurs techniciens supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur
métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces Tâches professionnelles dans la langue
obligatoire et la langue facultative, ainsi que quelques apprentissages qu’il conviendra de mettre
en place.
60
3. 3. Compréhension générale de l’oral
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : peut comprendre les points principaux d’une intervention sur des sujets familiers rencontrés
régulièrement au travail, à l’école, pendant les loisirs, y compris des récits courts.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : peut comprendre les idées principales d’interventions complexes du point de vue du fond et
de la forme, sur un sujet concret ou abstrait et dans une langue standard, y compris des
discussions techniques dans son domaine de spécialisation.
Peut suivre une intervention d’une certaine longueur et une argumentation complexe à condition
que le sujet soit assez familier et que le plan général de l’exposé soit indiqué par des marqueurs
explicites.
Le tableau 3 en annexe met en parallèle des Tâches professionnelles de la vie professionnelle
auxquelles les futurs techniciens supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice du métier, les
niveaux attendus pour la réalisation de ces Tâches professionnelles dans la langue obligatoire et
la langue facultative ainsi que quelques apprentissages particulièrement pertinents pour les
Tâches professionnelles annoncées. Ces derniers sont signalés en complément de savoirs, savoirfaire et stratégies à maîtriser quelle que soit la tâche de compréhension de l’oral :
 anticiper la teneur du message à partir d’indices situationnels ou de la connaissance préalable
que l’on a du sujet traité de façon à en identifier la fonction et orienter son écoute ;
 déduire des informations des éléments périphériques (bruits de fond, voix, ton, images, etc.) ;
 émettre des hypothèses et prédire ce qui va suivre à partir des données de la situation afin de
libérer sa mémoire à court terme ;
 stocker en mémoire les éléments perçus sous une forme résumée et les utiliser pour
comprendre la suite ;
 repérer les éléments porteurs de sens pour segmenter la chaîne sonore et faire des hypothèses
de sens ;
 repérer les éléments spatio-temporels pour reconstruire la géographie ou la chronologie des
événements ;
 repérer les liens logiques pour comprendre les tenants et les aboutissants d’une situation ;
 repérer les différents locuteurs et leurs relations ;
 interpréter les éléments rhétoriques du discours pour percevoir le ton et le point de vue ;
 repérer et interpréter les données relevant du domaine culturel pour mettre la situation en
perspective ;
 émettre des hypothèses de sens à partir des éléments repérés et les confirmer ou les infirmer si
nécessaire ;
 inférer le sens des mots inconnus ou mal perçus d’après le contexte ou en se référant à son
expérience.
Bien que les activités langagières de compréhension et de production écrites ne soient pas
prioritaires ni évaluées dans le cadre du CCF, les textes donnés à comprendre ou à produire ne
doivent pas disparaître de l’enseignement. En effet, selon le poste qu’il occupera, le technicien
supérieur pourra avoir besoin de comprendre des notices, règlements, brefs articles relatifs à un
sujet dans son domaine de spécialité ou à rédiger des notes, des messages, des courriers. Les
paragraphes 3.4 et 3.5 donnent quelques exemples de Tâches professionnelles.
3. 4. Compréhension générale de l’écrit
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : peut lire des textes factuels directs sur des sujets relatifs à son domaine et à ses intérêts avec
un niveau satisfaisant de compréhension.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
61
B2 : peut lire avec un grand degré d’autonomie en adaptant le mode et la rapidité de lecture à
différents textes et objectifs et en utilisant les références convenables de manière sélective.
Possède un vocabulaire de lecture large et actif mais pourra avoir des difficultés avec des
expressions peu fréquentes.
Le tableau 4 en annexe met en parallèle des Tâches professionnelles de la vie professionnelle
auxquelles les futurs techniciens supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur
métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces Tâches professionnelles dans la langue
obligatoire et la langue facultative, ainsi que quelques apprentissages particulièrement pertinents
pour les Tâches professionnelles annoncées. Ces derniers sont signalés en complément de
savoirs, savoir-faire et stratégies à maîtriser quelle que soit la tâche de compréhension de l’écrit :
 identifier le type d’écrit ;
 adapter sa méthode de lecture au texte et à l’objectif de lecture (informations recherchées par
exemple) ;
 anticiper la teneur du texte à partir de la connaissance préalable que l’on a du sujet et des
éléments périphériques (iconographie, type de texte, titre, présentation, etc.) ;
 adopter une attitude active afin de développer les attentes adéquates (se poser des questions,
explorer des champs lexicaux) ;
 lire par unité de sens ;
 repérer la structure du texte ;
 repérer tous les mots connus et les mots transparents ;
 émettre des hypothèses à partir des éléments repérés et des données de la situation ;
 modifier une hypothèse lorsqu’elle est erronée ;
 retrouver les phrases minimales afin d’accéder rapidement à la compréhension de l’essentiel ;
 repérer les phrases clés afin d’accéder à l’essentiel par une lecture survol ;
 repérer les éléments spatio-temporels pour reconstruire la géographie ou la chronologie des
événements ;
 repérer les liens logiques pour comprendre les tenants et les aboutissants d’une situation ;
 repérer les différentes personnes mentionnées et leurs fonctions ;
 reconstruire le sens à partir des éléments repérés ;
 savoir identifier les intentions et le point de vue de l’auteur, savoir distinguer les faits des
opinions ;
 inférer le sens des mots inconnus d’après le contexte ou en se référant à son expérience.
3.5. Production et interaction écrites
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : peut écrire des textes articulés simplement sur une gamme de sujets variés dans son
domaine en liant une série d’éléments discrets en une séquence linéaire.
Peut écrire des notes et lettres personnelles pour demander ou transmettre des informations
d’intérêt immédiat et faire comprendre les points qu’il/elle considère importants.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : peut écrire des textes clairs et détaillés sur une gamme étendue de sujets relatifs à son
domaine d’intérêt en faisant la synthèse et l’évaluation d’informations et d’arguments empruntés à
des sources diverses.
Peut utiliser avec efficacité une grande variété de mots de liaison pour marquer clairement les
relations entre les idées.
Peut relater des informations et exprimer des points de vue par écrit et s’adapter à ceux des autres
Le tableau 5 en annexe regroupe les activités de production et d’interaction écrites. Il met en
parallèle des Tâches professionnelles de la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens
supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur métier, les niveaux attendus pour la
réalisation de ces Tâches professionnelles dans la langue obligatoire et la langue facultative, ainsi
que quelques apprentissages particulièrement pertinents pour les Tâches professionnelles
62
annoncées.
Tableau 1 : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : PRODUCTION ORALE EN CONTINU
Tâches
professionnelles
professionnelles3
(exemples)
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
Annoncer une
décision prise par
un cadre dirigeant
ou le chef
d’entreprise.
B1 : peut faire de très
brèves annonces
préparées même avec
une intonation et un
accent étranger.
Parmi les apprentissages à maîtriser pour mener à
bien une tâche de production orale, certains seront
particulièrement utiles ici :
- respecter l’information à transmettre,
- adapter l’annonce au contexte et à l’auditoire.
B2 : peut faire des
annonces sur la
plupart des sujets
avec clarté et
spontanéité.
Présenter
oralement une
entreprise, un
processus de
fabrication, un poste
de travail, un
produit, une
machine, un
règlement intérieur,
un CV.
B1 : peut faire une
description directe et
non compliquée en la
présentant comme
une succession
linéaire de points.
B2 : peut faire une
description claire,
structurée et détaillée.
Parmi les apprentissages à maîtriser pour mener à
bien une tâche de production orale, certains seront
particulièrement utiles ici :
- rendre le propos clair par des synthèses
partielles, la mise en évidence des parties de
l’exposé, le recours à des illustrations ou
graphiques,
- rendre l’auditoire actif en suscitant des demandes
d’élucidation, d’explication complémentaire.
Rendre compte d’un
travail réalisé ou
d’un stage à
l’étranger.
Tableau 1 (suite) : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : PRODUCTION ORALE EN CONTINU
Tâches
professionnelles
professionnelles4
(exemples)
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
3
Les types de discours figurent en gras. Le professeur veillera à prévoir un entraînement pour ces types de
discours, par le biais de Tâches professionnelles scolaires qui, tout en prenant en compte le domaine
professionnel ne s’y limitent pas étroitement. On pourra tout aussi bien entraîner les étudiants à la
présentation orale d’une activité spécifique par une simulation ou par un entraînement systématique à la
présentation orale d’une tâche scolaire, d’un dossier ou d’un document étudié en classe.
4
Les types de discours figurent en gras. Le professeur veillera à prévoir un entraînement pour ces types de discours,
par le biais de Tâches professionnelles scolaires qui, tout en prenant en compte le domaine professionnel ne s’y limitent
pas étroitement. On pourra tout aussi bien entraîner les étudiants à la présentation orale d’une activité spécifique par
une simulation ou par un entraînement systématique à la présentation orale d’une tâche scolaire, d’un dossier ou d’un
document étudié en classe.
63
Argumenter une
décision
personnelle dans le
cadre de son
activité
professionnelle, un
choix, un point de
vue.
Justifier une façon
de faire.
Expliquer à des
collègues les
raisons d’une
décision prise par
un supérieur, de
l’acceptation ou du
rejet d’une
proposition, les
avantages et les
inconvénients d’un
produit, d’une
option, d’une façon
de faire, d’une
solution à un
problème de
conception.
B1 : peut développer
une argumentation
suffisamment pour
être compris.
Peut donner
brièvement les raisons
et les explications
relatives à des
opinions, des projets
et des actions.
Peut faire un exposé
simple, direct et
préparé et sait
expliciter les points
importants avec
précision.
B2 : peut développer
une argumentation
claire avec des
arguments
secondaires et des
exemples pertinents.
Peut enchaîner des
arguments avec
logique.
Peut expliquer un
point de vue sur un
problème en donnant
les avantages et les
inconvénients
d’options diverses.
Parmi les apprentissages à maîtriser pour mener à
bien une tâche de production orale, certains seront
particulièrement utiles ici :
- faire une présentation organisée,
- mettre en évidence les avantages et les
inconvénients d’une option,
- savoir s’exprimer à partir de notes succinctes,
- savoir rapporter des données chiffrées
(proportions, dates, etc.),
- savoir hiérarchiser les informations de manière à
établir un plan cohérent,
- savoir souligner les relations logiques dans le
discours : changement d’orientation, compléments,
exemples,
- connaître les formes linguistiques utiles pour
argumenter : expression de l’opinion, de
l’accord/désaccord, du contraste, de la cause, de
la conséquence etc.
64
Tableau 2 : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : INTERACTION ORALE
Tâches
professionnelles
professionnelles
(exemples)
Participer à un
entretien dans le
cadre d’une
recherche de stage
ou de formation à
l’étranger.
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
B1 : peut répondre aux
questions mais peut
avoir besoin de faire
répéter.
Peut exprimer
poliment un accord ou
un désaccord, donner
brièvement les raisons
et les explications,
fournir des
renseignements
concrets mais avec
une précision limitée.
- Savoir intervenir sur des sujets appropriés de
façon à entretenir une conversation informelle
n’entraînant aucune tension.
- Savoir intervenir de manière adéquate en utilisant
les moyens d’expression appropriés.
- Savoir commencer un discours, prendre la parole
au bon moment et terminer la conversation quand
on le souhaite même si c’est parfois sans élégance.
- Savoir varier la formulation de ce que l’on
souhaite dire.
- Savoir expliciter une idée, un point précis, corriger
une erreur d’interprétation, apporter un complément
d’information.
- Savoir formuler une demande, donner une
information, exposer un problème.
- Savoir poser des questions pour vérifier que l’on a
compris ce que le locuteur voulait dire et faire
clarifier les points équivoques.
- Savoir utiliser des expressions toutes faites pour
gagner du temps, pour formuler son propos et
garder la parole.
- Savoir soutenir la conversation sur un terrain
connu en confirmant sa compréhension, en invitant
les autres à participer etc.
- Savoir s’adapter aux changements de sujet, de
style et de tons rencontrés normalement dans une
conversation.
B2 : peut répondre aux
questions avec
aisance
Peut prendre l’initiative
lors d’un entretien en
résumant ce qu’il a
compris et en
approfondissant les
réponses
intéressantes.
65
Tableau 2 (suite) : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : INTERACTION ORALE
Tâches
professionnelles
professionnelles
(exemples)
Communiquer au
téléphone ou en
face à face avec :
un client, un
fournisseur, un
collègue étranger,
un prestataire
(transporteur,
hôtel), un étranger.
Pour
s’informer,
renseigner,
obtenir des biens
et des services,
réaliser une tâche,
organiser une
activité, un
déplacement,
résoudre un
problème concret,
recevoir des
instructions et en
demander, recevoir
une réclamation,
négocier, établir un
contact social,
échanger des
idées.
Niveaux
B1 : peut échanger avec
assurance un grand nombre
d’informations sur des sujets
courants. Peut discuter la
solution de problèmes,
transmettre une information
simple et directe et demander
plus de renseignements et des
directives détaillées. Peut
prendre rendez-vous, gérer une
plainte, réserver un voyage ou
un hébergement et traiter avec
des autorités à l’étranger.
Savoirs, savoir-faire, stratégies
(exemples)
Cf. ci-dessus
B2 : peut transmettre avec
sûreté une information détaillée,
décrire de façon claire une
démarche et faire la synthèse
d’informations et d’arguments et
en rendre compte. Peut gérer
une négociation pour trouver
une solution à un problème
(plainte, recours).
66
Tableau 3 : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : COMPRÉHENSION DE L’ORAL
Tâches professionnelles
professionnelles
(exemples)
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
Comprendre une
information ou une
demande d’information
en face à face ou au
téléphone pour se
renseigner, s’informer
ou réagir en
conséquence dans le
cas par exemple d’une
réclamation5.
B1 : peut comprendre
l’information si la langue
est standard et
clairement articulée.
Peut suivre les points
principaux d’une
discussion conduite
dans une langue simple.
Parmi les apprentissages pertinents pour
toute tâche de compréhension, certains
seront particulièrement utiles comme :
- anticiper la teneur du message à partir
d’indices situationnels ou de la
connaissance préalable que l’on a du sujet
de la conversation à tenir de façon à orienter
son écoute,
- déduire des informations des éléments
périphériques (bruits de fond, voix, ton, etc.).
Comprendre des
annonces et des
messages oraux dans
un lieu public ou sur un
répondeur pour
s’orienter, obtenir des
renseignements.
B1 : peut comprendre en
détail des informations
techniques simples.
Comprendre des
consignes pour
effectuer une tâche ou
des consignes de
sécurité ou un mode
d’emploi ou un
règlement ou une
procédure à suivre.
Comprendre des
émissions de radio ou
de télévision par
exemple en relation
avec le domaine
professionnel pour
s’informer.
B2 : peut comprendre en
détail les explications
données au téléphone
ainsi que le ton adopté
par l’interlocuteur et son
humeur. Peut suivre une
conversation qui se
déroule à vitesse
normale mais doit faire
efforts.
B2 : peut comprendre en
détail des annonces et
des messages courants
à condition que la
langue soit standard et
le débit normal.
B1 : peut comprendre
les points principaux.
B2 : peut comprendre le
contenu factuel et le
point de vue adopté
dans des émissions de
télévision ou des vidéos
relatives à son domaine
d’intervention.
Parmi les apprentissages pertinents pour
toute tâche de compréhension, certains
seront particulièrement utiles comme :
Pour des annonces :
- repérer les informations essentielles dans
un environnement sonore bruyant (cas
d’annonces dans des lieux publics),
- repérer les marqueurs indiquant un ordre
d’exécution (tout d’abord, ensuite, après
avoir fait ceci, enfin, etc.),
- repérer les données chiffrées (dates,
heures, porte, quai, numéro de train ou de
vol).
Pour des consignes :
- maîtriser les formes verbales utiles
(impératifs, infinitifs).
Parmi les apprentissages pertinents pour
toute tâche de compréhension, certains
seront particulièrement utiles comme :
- déduire des informations des éléments
périphériques (bruits de fond, voix, ton,
images, etc.),
- repérer les différents locuteurs et leurs
relations.
5
Dans cette tâche d’interaction c’est la partie compréhension qui est traitée ici. Pour la partie expression, se reporter à la
tâche correspondante dans le tableau : interaction orale.
67
Tableau 4 : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : COMPRÉHENSION DE DOCUMENTS ÉCRITS
Tâches professionnelles
professionnelles
(exemples)
Lire de courts écrits
quotidiens (documents
d’entreprise, des
instructions, des notices,
publicité) pour trouver
une information ou
exécuter une tâche.
Parcourir de la
documentation pour
trouver des informations,
accomplir une tâche ou
faire une synthèse.
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
B1 : peut comprendre
l’essentiel et prélever
les informations
pertinentes nécessaires
à une réutilisation, les
classer à condition que
les documents soient
courts et directs.
Peut comprendre le
mode d’emploi d’un
appareil, le mode
opératoire d’un logiciel
s’il est direct, non
complexe et clairement
rédigé.
On insistera sur les apprentissages
suivants :
- adapter sa méthode de lecture au texte et
à l’objectif de lecture (informations
recherchées par exemple) ;
- repérer les phrases clés afin d’accéder à
l’essentiel par une lecture survol ;
- retrouver les phrases minimales afin
d’accéder rapidement à la compréhension
de l’essentiel.
Pour la correspondance :
repérer l’expéditeur, le destinataire,
identifier le problème posé.
B2 : peut comprendre
dans le détail des
instructions longues et
complexes (mode
d’emploi, consignes de
sécurité, description
d’un processus ou
d’une marche à suivre).
Peut exploiter des
sources d’information
multiples afin de
sélectionner les
informations pertinentes
et en faire la synthèse.
Lire des articles de
presse et des documents
divers (témoignages,
reportages) en relation ou
non avec l’activité de
l’entreprise pour
s’informer au sujet du
pays étranger.
B1 : reconnaître les
points significatifs dans
un article de journal
direct et non complexe.
B2 : identifier
rapidement le contenu
et la pertinence d’une
information, obtenir des
renseignements dans
des articles spécialisés,
comprendre des articles
sur des problèmes
contemporains et dans
lesquels les auteurs
adoptent une position
ou un point de vue.
On insistera sur les apprentissages
suivants :
- prendre rapidement connaissance du
contenu d’un article grâce au titre, au soustitre, au paragraphe introductif et à la
conclusion,
- repérer les phrases clés afin d’accéder à
l’essentiel par une lecture survol,
- retrouver les phrases minimales afin
d’accéder rapidement à la compréhension
de l’essentiel,
- savoir identifier les intentions de l’auteur et
distinguer les faits des opinions.
68
Tableau 5 : ACTIVITÉ LANGAGIÈRE : PRODUCTION ET INTERACTION ÉCRITES
Tâches
professionnelles
professionnelles
(exemples)
Niveaux
Savoirs, savoir-faire, stratégies (exemples)
Rédiger des
documents
professionnels de
base (courriels,
lettres) pour
communiquer avec
des clients, des
fournisseurs, ou
des prestataires
B1 : peut apporter une
information directe.
Connaître les différents types de courriers
(structure, présentation, mise en page) :
- disposer de modèles textuels de référence
intériorisés,
- savoir écrire les dates,
- savoir utiliser les formules d’usage,
- savoir développer une argumentation claire
avec des arguments secondaires et des
exemples pertinents, savoir enchaîner des
arguments avec logique, savoir-faire une
contre-proposition,
- contrôler sa production a posteriori.
Rédiger des notes
et des messages à
destination d’un
collègue, d’un
service, d’un
ouvrier) pour
transmettre des
informations,
donner des
consignes.
B16 : peut prendre un
message concernant une
demande d’information,
l’explication d’un
problème.
Peut laisser des notes qui
transmettent une
information simple et
immédiatement pertinente
à des employés, des
collaborateurs, des
collègues, un supérieur…
en communiquant de
manière compréhensible
les points qui lui semblent
importants.
- Formuler de façon concise.
- Mettre en évidence l’essentiel.
Rédiger un compte
rendu ou une
synthèse
d’informations à
partir de sources
diverses.
B1 : peut résumer une
source d’information
factuelle et donner son
opinion.
Prendre des notes organisées :
- rédiger de façon hiérarchisée à partir de
notes,
- synthétiser en fonction d’axes prédéterminés,
- savoir faire ressortir les articulations du
discours : marques des enchaînements
logiques d’une partie à une autre, d’une souspartie à une autre, marque de la concession, du
contraste,
- contrôler sa production a posteriori pour
corriger les erreurs, utiliser des reformulations
en cas de difficulté.
B2 : peut rédiger des
courriers de façon
structurée en soulignant
ce qui est important et en
faisant des commentaires.
Peut également rédiger
une lettre de motivation.
B2 : peut synthétiser des
informations et des
arguments issus de
sources diverses (orales
et/ou écrites pour en
rendre compte).
6
Il n’existe pas de descripteur pour le niveau B2. C’est donc le descripteur pour le niveau B1 qui est pris comme
référence.
69
P3
Programme de Mathématiques
L'enseignement des mathématiques dans les sections de technicien supérieur en systèmes
numériques se réfère aux dispositions de l'arrêté du 8 juin 2001 fixant les objectifs, les contenus
de l'enseignement et le référentiel des capacités du domaine des mathématiques pour les brevets
de technicien supérieur.
Les dispositions de cet arrêté sont précisées pour ce BTS de la façon suivante :
Lignes directrices
Objectifs spécifiques à la section
Le programme de mathématique en BTS systèmes numériques est conçu pour apporter les
éléments nécessaires à la compréhension des notions utilisées en traitement du signal et en
particulier les contraintes liées à la fiabilité dans la transmission des données.
De même la connaissance de quelques méthodes statistiques pour contrôler la qualité d’une
fabrication est indispensable dans cette formation.
Organisation des contenus
C'est en fonction de ces objectifs que l'enseignement des mathématiques est conçu ; il peut
s'organiser autour de cinq pôles :
 une étude des fonctions usuelles, dans le cadre d’une représentation dans les domaines
temps/fréquence.
 La transformée de Fourier, élément indispensable dans le traitement matériel de l’information et
une approche de la dualité temps / fréquence des signaux numériques.
 une initiation au calcul matriciel ;
 une initiation au calcul des probabilités, suivie de notions de statistique inférentielle débouchant
sur la construction des tests statistiques les plus simples utilisés en contrôle de qualité ;
 une valorisation des aspects numériques et graphiques pour l'ensemble du programme, une
initiation à quelques méthodes élémentaires de l'analyse numérique et l'utilisation à cet effet
des moyens informatiques appropriés : calculatrice programmable à écran graphique,
ordinateur muni d’un tableur, de logiciels de calcul formel, de géométrie ou d’application
(modélisation, simulation, etc.).
Organisation des études
L’horaire est de 2 heures classe entière + 1 heure de travaux dirigés en première année et de 2
heures classe entière + 1 heure de travaux dirigés en seconde année.
70
Programme
Le programme de mathématiques est constitué des modules suivants :
Nombres complexes 1.
Nombres complexes 2.
Fonctions d'une variable réelle.
Calcul différentiel et intégral 2.
Série de Fourier_v1
Transformée de Fourier (ce module remplace le module Transformée de Laplace pour être
compatible avec l’analyse des signaux non causaux utilisés en traitement du signal)
Transformation en z_v1
Equations différentielles, à l’exception du TP3
Calcul des probabilités 1.
Calcul vectoriel, à l’exception du produit mixte.
Calcul matriciel.
Fiabilité, à l’exception du paragraphe c), du TP 2 et du TP 3.
71
P4
Programme de Sciences Physiques
FINALITÉ
Le programme de sciences physiques en Section de Techniciens Supérieur Systèmes Numériques
est élaboré pour apporter, en s’appuyant sur la formation scientifique acquise dans le second
cycle, une réponse aux besoins réels des étudiants de cette filière professionnelle : il est en
cohérence avec le Référentiel des Activités Professionnelles établi par les membres de la
profession.
L’enseignement des sciences physiques dans cette Section de Technicien Supérieur est destiné à
développer, chez les étudiants, la compréhension et la connaissance des phénomènes et lois
physiques mis en œuvre dans le domaine professionnel. Il vise aussi à renforcer la maîtrise de la
démarche scientifique afin de donner à l’étudiant l’autonomie nécessaire pour réaliser les tâches
professionnelles qui lui seront proposées dans son futur métier. Ainsi, les étudiants deviendront
capables d’élaborer et de maîtriser les compétences générales de conceptualisation, d’action et de
communication qui leur permettront de s’adapter à l’évolution des techniques et d’accéder à des
niveaux supérieurs de qualification.
DÉMARCHE SCIENTIFIQUE – DÉMARCHE EXPÉRIMENTALE
Pour dispenser cet enseignement, le professeur devra s’appuyer sur la pratique professionnelle
propre à la filière. Les compétences visées seront acquises à partir de l’étude de situations
concrètes issues du domaine professionnel (documentation interne et données mises à disposition
par les acteurs du secteur, observation, stage…).
La maîtrise des capacités propres à la démarche scientifique devra permettre de prendre des
décisions éclairées et d’agir de manière adaptée. Celles-ci nécessitent la maîtrise de capacités qui
dépassent largement le cadre de l’activité scientifique :
 confronter ses représentations avec la réalité ;
 observer en faisant preuve de curiosité ;
 mobiliser ses connaissances, rechercher, extraire et organiser l’information utile fournie
par une situation, une expérience ou un document ;
 raisonner, démontrer, argumenter, exercer son esprit d’analyse.
En sciences physiques, la logique de construction des compétences chez les étudiants se fonde
d’abord sur l’acquisition de connaissances et de capacités résultant d’un enseignement privilégiant
la démarche expérimentale. Celle-ci doit être une composante essentielle de la démarche
scientifique : elle joue un rôle fondamental dans l’enseignement des sciences physiques.
Grâce aux activités expérimentales, de nombreux points du programme peuvent être présentés de
façon concrète et donc plus accessibles aux étudiants, permettant ensuite au professeur
d’introduire les concepts en évitant toute mathématisation excessive. Chaque séance, en groupe à
effectif réduit, correspond à une situation de mise en œuvre qui sera, dans la mesure du possible,
associée à une application du domaine professionnel.
Aux objectifs de connaissances s’ajoutent des objectifs méthodologiques : la poursuite, entamée
lors du second cycle, de la pratique de la méthode et du raisonnement scientifiques doit contribuer
à développer chez le futur technicien l’esprit critique et l’autonomie nécessaires à l’analyse des
situations qu’il rencontrera.
Une bonne maîtrise de la démarche et des compétences liées aux méthodes expérimentales
associées est nécessaire. L’étudiant doit donc être capable :
 de mettre en œuvre un protocole expérimental ou éventuellement d’en proposer un ;
 d’exploiter des mesures ;
 d’interpréter des résultats ;
72
 de communiquer à l’écrit et à l’oral.
TECHNOLOGIE USUELLE de l’INFORMATION et de la COMMUNICATION : TUIC
L'utilisation de l'outil informatique sous ses différents aspects doit être aussi systématique que
possible: tableurs pour les calculs, les représentations des graphes et les modélisations, logiciels
d’acquisition et de traitement des signaux, logiciels de simulation,…
L’utilisation de ces derniers doit permettre d’explorer des points du programme difficiles à mettre
en œuvre d’un point de vue expérimental ou de gagner du temps en évitant des tâches répétitives.
Ces logiciels permettent aussi d’éviter certains calculs fastidieux et de donner la priorité à l’analyse
et à l’exploitation des résultats sur la méthode de résolution. La simulation ne doit en aucun cas se
substituer à l’expérience authentique.
MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME
Le programme est présenté en deux parties : un programme commun aux deux options EC et IR
pour la première année de formation et un programme spécifique en deuxième année pour
chacune des deux options. Pour la mise en œuvre du programme en première ou en deuxième
année, le découpage du programme n’implique aucun ordre chronologique dans la progression. Le
professeur organise son enseignement en fonction des besoins du public et de manière à atteindre
les objectifs attendus en coordination avec les autres enseignants. Le programme indique les
connaissances et capacités à maîtriser par les étudiants à la fin de leur scolarité. Il relève de la
responsabilité du professeur d’utiliser la liberté pédagogique qui est la sienne pour organiser sa
progression à partir de thèmes ou d’applications relevant du champ professionnel et non
uniquement à partir de savoirs, tout en s’assurant que toutes les connaissances de base, savoirs
et savoir-faire attendus aient bien été enseignés.
Le programme est présenté selon deux colonnes intitulées :
 notions et contenus : il s’agit des concepts à étudier ;
 capacités exigibles : il s’agit des capacités à maîtriser pour la réalisation d’une tâche
complexe (l’étudiant doit être capable de les mobiliser en autonomie).
Le professeur peut être amené à présenter des notions en relation avec des projets d’étudiants ou
avec leurs stages, qui ne figurent pas explicitement au programme. Cette situation sera l’occasion
pour les étudiants de mobiliser les connaissances et les capacités visées par la formation dans un
contexte nouveau et d’en conforter la maîtrise.
L’enseignement dispensé durant des séances en classe entière et en groupe à effectif réduit
constitue un tout. Il importe que les professeurs de sciences physiques en charge de
l’enseignement sur les deux années organisent leurs progressions en liaison étroite avec les
professeurs de sciences et techniques industrielles et les professeurs de mathématiques.
73
Programme de sciences physiques de 1ère année : option EC et IR
1.
COMPORTEMENT DYNAMIQUE DES SYSTEMES LINEAIRES ANALOGIQUES
(THERMIQUE, MECANIQUE, ELECTRIQUE) : DUALITE TEMPS FREQUENCE
Notions et contenus
Capacités exigibles
1.1. Signaux
Les différents types de signaux
Définir un signal analogique, échantillonné (discret en
temps), quantifié (discret en valeur), numérique.
Caractéristiques et représentations
temporelles du signal sinusoïdal
Caractériser un signal sinusoïdal par son amplitude, sa
pulsation, sa fréquence et sa phase à l’origine.
Définir la valeur efficace.
Caractéristiques et représentations
temporelles des signaux périodiques
Énoncer qu’un signal périodique peut-être décomposé
comme la somme d’une composante continue et d’une
composante alternative.
Calculer la valeur moyenne et la valeur efficace dans le
cas de signaux de formes simples.
Mesurer une valeur moyenne, une valeur efficace, un
rapport cyclique, taux de distorsion harmonique.
Caractéristiques et représentations
fréquentielles des signaux périodiques
Énoncer qu’un signal périodique de fréquence f peutêtre décomposé en une somme de signaux sinusoïdaux
de fréquence multiple de f.
Représenter et exploiter un spectre d’amplitude pour
identifier la valeur moyenne, le fondamental et les
harmoniques.
Exprimer la répartition de la puissance dans le domaine
fréquentiel.
Énoncer que le spectre d’un signal non périodique est
continu.
Puissance
Identifier les deux grandeurs intervenant dans le calcul
de la puissance.
Définir, mesurer la puissance instantanée, la puissance
moyenne transportée par un signal.
Calculer la puissance active dans le cas de signaux
périodiques, connaissant leur contenu spectral
Définir, utiliser et mesurer des grandeurs exprimées en
dB, dBV, dBm, dBu.
1.2. Modélisation des systèmes linéaires
Modèles de connaissance
Systèmes linéaires : impédances complexes et
transmittance isochrone
À partir des lois de la physique (mécanique, thermique,
électrique), établir l’équation différentielle d’un système
linéaire et en déduire sa transmittance isochrone.
Tracer et exploiter le diagramme de Bode d’un système
linéaire.
Définir, déterminer et mesurer le coefficient de qualité
d’un système résonant.
Circuits électriques linéaires :
-définir l’impédance et l’admittance complexe d’un
dipôle passif.
-appliquer les lois des circuits linéaires en régime
sinusoïdal.
-utiliser les modèles équivalents de Thévenin ou de
Norton.
- calculer la transmittance isochrone d’un quadripôle
linéaire.
74
Utiliser
les
mécaniques.
Modèles de comportement
analogies
électriques-thermiques-
Exploiter la réponse indicielle d’un système linéaire pour
identifier ses paramètres caractéristiques : amplification
statique, temps de réponse à 5%, pseudo période,
coefficient d’amortissement, bande passante, ordre du
système.
Exploiter la réponse fréquentielle d’un système linéaire
pour identifier ses paramètres caractéristiques
(amplification, facteur de qualité, ordre).
1.3. Traitement des signaux analogiques
Amplification
Définir l’amplification de tension, de courant et de
puissance, le gain, la bande passante, les impédances
d’entrée et de sortie d’un amplificateur linéaire.
Mesurer
les
principales
caractéristiques
d’un
amplificateur.
Filtrage analogique
Définir la fonction et les gabarits des filtres idéaux.
Choisir un type de filtre en fonction d’un traitement
fréquentiel
donné.
Identifier un type de filtre analogique à partir de sa
structure.
Établir la transmittance isochrone d’un filtre à partir de
son schéma structurel : filtres passifs et filtres actifs.
Calculer et mesurer ses principales caractéristiques :
fréquence de coupure à -3dB, fréquence centrale,
bande passante.
Tracer et exploiter un diagramme de Bode pour
identifier les propriétés d’un filtre.
Utiliser les fonctions d’approximation : Butterworth,
Tchebychev à l’aide d’un logiciel de simulation.
Bruits, rapport signal sur bruit
Identifier à l’aide de la densité spectrale de puissance
les différents types de bruit.
Calculer un rapport signal sur bruit.
1.4. Numérisation des signaux analogiques et restitution
Caractéristiques et représentations
fréquentielles des signaux périodiques
échantillonnés
Représenter et exploiter un spectre d’amplitude et
différencier ce qui relève du signal analogique d’origine
de ce qui relève de l’échantillonnage.
Échantillonnage, condition de Shannon, filtre
anti-repliement
Appliquer la condition de Shannon pour un signal à
spectre limité.
Justifier le rôle du filtre anti-repliement et déterminer sa
fréquence de coupure.
L’échantillonneur bloqueur
Définir et justifier le rôle d’un échantillonneur bloqueur.
Conversion analogique-numérique
Définir la fonction d’un convertisseur analogiquenumérique (C.A.N).
Définir un signal quantifié, l’erreur de quantification et le
rapport signal sur bruit de quantification.
Déterminer le nombre en sortie d’un CAN pour une
tension donnée.
Utiliser une documentation technique pour déterminer
les caractéristiques d’un CA.N : résolution, quantum,
non-linéarité, temps de conversion.
75
Conversion numérique-analogique
Définir la fonction d’un convertisseur numériqueanalogique (C.N.A).
Déterminer la tension de sortie d’un C.N.A pour un
nombre donné.
Justifier le rôle du filtre de lissage et déterminer sa
fréquence de coupure.
Utiliser une documentation technique pour déterminer
les caractéristiques d’un C.N.A. : quantum, nonlinéarité, temps de conversion.
2. ONDES MECANIQUES ET ELECTROMAGNETIQUES
GUIDAGE (BIFILAIRE, COAXIAL, FIBRE OPTIQUE)
REFLEXION, TRANSMISSION, ABSORPTION, POLARISATION, PHOTON
Notions et contenus
Capacités exigibles
2.1. Ondes mécaniques
Onde mécanique progressive
Analyser la propagation d’une perturbation dans un
milieu élastique.
Distinguer onde transversale, onde longitudinale,
onde plane et onde sphérique.
Mesurer un retard, une célérité.
Ondes mécaniques progressives sinusoïdales
Citer et exploiter la relation entre fréquence,
longueur d’onde et célérité.
Identifier le phénomène de dispersion.
Exploiter le lien entre l’amplitude et la puissance
moyenne transportée par une onde.
Ondes sonores et ultrasonores
Caractériser les ondes sonores et ultrasonores.
Présenter des applications utilisant les ultrasons
2.2. Ondes électromagnétiques
Classification
Classer les ondes électromagnétiques selon leur
fréquence et leur longueur d’onde dans le vide.
Grandeurs physiques
Définir la structure d’une onde électromagnétique
comme l’association d’un champ électrique et d’un
champ magnétique
Définir et mesurer les grandeurs physiques
associées à une onde électromagnétique : période,
fréquence, longueur d’onde, célérité, puissance.
Polarisation, onde TEM
Présenter les différents types de polarisation. Définir
l’onde TEM.
Puissance transportée
Relier quantitativement le champ électrique d’une
onde électromagnétique en un point à la puissance
et à la distance de la source.
76
2.3. Dualité onde-corpuscule
Modèle corpusculaire de la lumière, énergie d’un
photon
Décrire et justifier le modèle corpusculaire de la
lumière.
Connaître la relation entre l’énergie d’un photon et la
fréquence.
Interpréter
les
échanges
d’énergie
entre
rayonnement et matière à l’aide du modèle
corpusculaire.
Décrire le fonctionnement des composants de
l’optoélectronique.
2.4. Lignes de transmissions
Modélisation de la ligne de transmission
Présenter les différents types de lignes de
transmission : Ligne bifilaire, coaxiale.
Décrire le modèle équivalent de la ligne de
transmission à l’aide de ses paramètres linéiques
Impédance caractéristique
Définir l’impédance caractéristique d’une ligne de
transmission. Donner et utiliser son expression dans
le cas d’une ligne sans pertes
Comportement en régime transitoire d’une ligne
sans pertes.
Étudier expérimentalement la transmission d’une
impulsion et d’un échelon dans le cas d’une charge
nulle, infinie ou adaptée.
Définir le coefficient de réflexion.
Comportement en régime sinusoïdal d’une ligne
sans pertes.
Étudier expérimentalement la transmission d’une
onde sinusoïdale dans le cas d’une charge nulle,
infinie ou adaptée.
Définir le taux d’onde stationnaire, et l’impédance
ramenée.
2.5. Fibres optiques et composants optoélectroniques
Loi de Snell-Descartes
Définir l’indice optique d’un milieu.
Appliquer les lois de la réflexion et de la réfraction
d’un faisceau lumineux.
Présenter le phénomène de réflexion totale.
Caractéristiques d’une fibre optique monomode
ou multimode.
Décrire les différents types de fibres optiques.
Définir l’ouverture numérique et la vitesse de groupe.
Exploiter les caractéristiques d’une fibre optique :
bande passante, atténuation linéique.
Composants optoélectroniques
Mettre en œuvre expérimentalement une photodiode
ou un phototransistor.
Expliquer le principe d’un capteur CCD.
Utiliser une documentation technique pour
déterminer les caractéristiques d’un composant
optoélectronique : surface utile, sensibilité,
dynamique, RSB.
Émetteur, récepteur
Présenter quelques composants utilisés comme
émetteur et comme récepteur.
77
Programme de sciences physiques de 2ème année : option EC
3. TRAITEMENT NUMERIQUE DU SIGNAL
Notions et contenus
Capacités exigibles
3.1. La chaîne de traitement numérique du signal
Schéma fonctionnel
Identifier les éléments constitutifs d’une chaîne de
traitement numérique du signal.
3.2. Fonctions de transfert échantillonnées
Unité de traitement, opérations élémentaires
Énoncer que l'unité de traitement réalise, sur les
nombres d'une séquence, les opérations suivantes :
addition, soustraction, multiplication par une constante
et retard.
Énoncer que l’opération retard d’une période
d’échantillonnage correspond à une multiplication par z1
.
Établir l’équation de récurrence à partir de l’équation
différentielle modélisant le système.
Déterminer, dans des cas simples, la suite des
échantillons d’un signal dont on connaît la
représentation temporelle sous forme graphique.
Calculer les échantillons successifs d’un signal dont on
connaît l’expression discrétisée.
Tracer la réponse d’un système numérique en
déterminant les échantillons successifs obtenus à sa
sortie, les échantillons d’entrée et son équation de
récurrence étant donnés.
3.3. Filtrage numérique
Schéma fonctionnel, équation de récurrence
Représenter le schéma bloc d’un filtre numérique.
Définir les filtres récursifs et non-récursifs.
Établir l’équation de récurrence d’un filtre numérique à
partir de son schéma.
Filtres à réponse impulsionnelle finie : RIF
Déterminer les réponses indicielle et impulsionnelle
pour un filtre RIF.
Établir la transmittance en z d’un filtre RIF à partir de
son équation de récurrence.
Calculer la réponse en fréquence d’un filtre RIF à partir
de sa transmittance en z.
Mettre en œuvre un filtre numérique à RIF.
Filtres à réponse impulsionnelle infinie : Définir la stabilité d’un filtre RII.
Déterminer les réponses indicielle et impulsionnelle
RII
pour un filtre RII.
Établir la transmittance en z d’un filtre RII à partir de son
équation de récurrence.
Étudier la stabilité d’un filtre RII à l’aide des pôles de sa
transmittance en z.
Calculer la réponse en fréquence d’un filtre RII à partir
de sa transmittance en z.
Mettre en œuvre un filtre numérique à RII.
78
4. TRANSMISSIONS ANALOGIQUES ET NUMERIQUES
ANTENNES
Notions et contenus
Capacités exigibles
4.1 Transmission analogique
Modulations d’amplitude avec porteuse et à
suppression de porteuse.
Énoncer qu’un signal modulé est obtenu à partir d’un
signal modulant et d’une porteuse.
Représenter
le spectre d’un signal modulé en
amplitude et mettre en évidence la translation dans le
domaine fréquentiel.
Définir le taux de modulation et déterminer
l’encombrement spectral.
Mettre en œuvre un dispositif de modulation et de
démodulation d’amplitude.
Modulation de fréquence
Définir un signal modulé en fréquence : indice de
modulation, déviation maximale de fréquence.
Exploiter le spectre d’un signal modulé en fréquence et
déterminer l’encombrement spectral.
4.2. Transmissions numériques
Transmission en bande de base
Codage de source, codage de canal
Définir le codage binaire, le codage M-aire,
le débit binaire et la rapidité de modulation.
Présenter différents codes et leurs DSP associées
(NRZ, RZ, Manchester, …)
Analyser la structure d’un récepteur et ses
performances : erreurs dues au bruit, taux d’erreur
binaire TEB.
Visualiser et interpréter le diagramme de l’œil Définir les
interférences entre symboles (IES).
Présenter un exemple de codes correcteurs d’erreurs.
Transmission sur fréquence porteuse
Définir les modulations ASK, PSK, FSK et QAM, les
signaux en phase i(t) et en quadrature q(t) à partir des
données binaires.
Visualiser et interpréter les diagrammes de
constellation.
Déterminer l’encombrement spectral pour chaque
modulation.
Analyser le fonctionnement d’un démodulateur PSK.
Définir les modulations multiporteuses : OFDM.
Définir les différents types de multiplexage : TDMA,
CDMA.
4.3. Antennes
Principes
Décrire le principe de fonctionnement d’une antenne.
Caractéristiques
Définir l’impédance d’entrée, le diagramme de
rayonnement, le gain, le coefficient PIRE, la polarisation
d’une antenne.
Les différents types d’antennes
Présenter quelques types
applications.
Effectuer un bilan de liaison.
d’antenne
et
leurs
79
5. COLORIMETRIE ET IMAGES NUMERIQUES
Notions et contenus
Capacités exigibles
5.1. Colorimétrie
Synhèse additive et soustractive
Illustrer expérimentalement les synthèses additive et
soustractive des couleurs.
Citer les différentes représentations de l’espace
colorimétrique.
Exploiter les données relatives à une couleur à partir de
ses coordonnées colorimétriques (pureté, longueur
d’onde dominante, couleur complémentaire).
Calculer les coordonnées du mélange de deux ou trois
couleurs.
Décrire l’analyse et la synthèse d’une couleur à travers
une chaîne vidéo.
5.2. L’œil
Citer les défauts de l’œil et les méthodes de correction.
Définir le pouvoir séparateur de l’œil et la différence noir
/blanc-couleur pour justifier la réduction de la bande
passante de la chrominance.
Justifier le rafraîchissement des images d’une séquence
vidéo par la persistance rétinienne.
5.3. Image numérique
Définir le pixel et estimer ses dimensions dans le cas
d’un appareil photo numérique, d’un écran vidéo.
Expliquer le principe du codage en niveaux de gris et en
couleur RVB.
Énoncer qu’une image numérique est associée à un
tableau de nombres.
Expliquer le principe de la compression d’une image
fixe.
6. OSCILLATEURS ET SYSTEMES ASSERVIS
Notions et contenus
Capacités exigibles
6.1. Production de signaux
Oscillateurs
Définir la fonction.
Déterminer la condition d’entretien des oscillations pour
un oscillateur sinusoïdal.
Calculer et mesurer la fréquence des oscillations d’un
oscillateur.
80
6.2. Systèmes asservis analogiques
Schéma fonctionnel, chaîne d’action et de
retour, correcteur.
Identifier et connaître les différents éléments d’un
système asservi. Distinguer le fonctionnement en mode
poursuite ou en régulation.
Modéliser un système linéaire à l’aide d’une
transmittance isomorphe.
Etablir le schéma bloc d’un asservissement linéaire.
Calculer la fonction de transfert isomorphe en boucle
ouverte et en boucle fermée.
Performances d’un système bouclé.
Connaître la définition de la stabilité d’un système
bouclé.
Enoncer le critère du revers et l’utiliser dans le plan de
Bode.
Utiliser la marge de phase et la marge de gain pour
évaluer
le
degré
de
stabilité.
Définir la précision et la rapidité et vérifier
expérimentalement les performances d’un système
bouclé.
Correcteur
Analyser le réglage d’un correcteur P.I sur les
performances d’un asservissement (stabilité-précision)
et les mettre en évidence expérimentalement sur un
système réel ou à l’aide d’un logiciel de simulation.
6.3. Systèmes asservis numériques
Schéma fonctionnel, stabilité et correction
Analyser le schéma bloc d’un asservissement
échantillonné.
Utiliser un logiciel de simulation pour étudier la stabilité.
Mettre en œuvre un correcteur PI numérique
81
Programme de sciences physiques de 2ème année : option IR
3. TRAITEMENT NUMERIQUE DU SIGNAL
Notions et contenus
Capacités exigibles
3.1. La chaîne de traitement numérique du signal
Schéma fonctionnel
Identifier les éléments constitutifs d’une chaîne de
traitement numérique du signal.
3.2. Fonctions de transfert échantillonnées
Unité de traitement, opérations élémentaires
Énoncer que l'unité de traitement réalise, sur les
nombres d'une séquence, les opérations suivantes :
addition, soustraction, multiplication par une constante
et retard.
Énoncer que l’opération retard d’une période
d’échantillonnage correspond à une multiplication par z1
.
Établir l’équation de récurrence à partir de l’équation
différentielle modélisant le système.
Déterminer, dans des cas simples, la suite des
échantillons d’un signal dont on connaît la
représentation temporelle sous forme graphique.
Calculer les échantillons successifs d’un signal dont on
connaît l’expression discrétisée.
Tracer la réponse d’un système numérique en
déterminant les échantillons successifs obtenus à sa
sortie, les échantillons d’entrée et son équation de
récurrence étant donnés.
3.3. Filtrage numérique
Schéma fonctionnel, équation de récurrence
Représenter le schéma bloc d’un filtre numérique.
Définir les filtres récursifs et non-récursifs.
Établir l’équation de récurrence d’un filtre numérique à
partir de son schéma.
Filtres à réponse impulsionnelle finie : RIF
Déterminer les réponses indicielle et impulsionnelle
pour un filtre RIF.
Établir la transmittance en z d’un filtre RIF à partir de
son équation de récurrence.
Calculer la réponse en fréquence d’un filtre RIF à partir
de sa transmittance en z.
Mettre en œuvre un filtre numérique à RIF.
Filtres à réponse impulsionnelle infinie : Définir la stabilité d’un filtre RII.
Déterminer les réponses indicielle et impulsionnelle
RII
pour un filtre RII.
Établir la transmittance en z d’un filtre RII à partir de son
équation de récurrence.
Étudier la stabilité d’un filtre RII à l’aide des pôles de sa
transmittance en z.
Calculer la réponse en fréquence d’un filtre RII à partir
de sa transmittance en z.
Mettre en œuvre un filtre numérique à RII.
82
4. TRANSMISSIONS NUMERIQUES
ANTENNES
Notions et contenus
Capacités exigibles
4.1. Transmissions numériques
Transmission en bande de base
Codage de source, codage de canal
Définir le codage binaire, le codage M-aire,
le débit binaire et la rapidité de modulation.
Présenter différents codes et leurs DSP associées
(NRZ, RZ, Manchester, …)
Analyser la structure d’un récepteur et ses
performances : erreurs dues au bruit, taux d’erreur
binaire TEB.
Visualiser et interpréter le diagramme de l’œil Définir les
interférences entre symboles (IES).
Présenter un exemple de codes correcteurs d’erreurs.
Transmission sur fréquence porteuse
Définir les modulations ASK, PSK, FSK et QAM, les
signaux en phase i(t) et en quadrature q(t) à partir des
données binaires.
Visualiser et interpréter les diagrammes de
constellation.
Déterminer l’encombrement spectral pour chaque
modulation.
Analyser le fonctionnement d’un démodulateur PSK.
Définir les modulations multiporteuses : OFDM.
Définir les différents types de multiplexage : TDMA,
CDMA.
4.2. Antennes
Principes
Décrire le principe de fonctionnement d’une antenne.
Caractéristiques
Définir l’impédance d’entrée, le diagramme de
rayonnement, le gain, le coefficient PIRE, la polarisation
d’une antenne.
Les différents types d’antennes
Présenter quelques types
applications.
Effectuer un bilan de liaison.
d’antenne
et
leurs
5. COLORIMETRIE ET IMAGES NUMERIQUES
Notions et contenus
Capacités exigibles
5.1. Colorimétrie
Synhèse additive et soustractive
Illustrer expérimentalement les synthèses additive et
soustractive des couleurs.
Citer les différentes représentations de l’espace
colorimétrique.
Exploiter les données relatives à une couleur à partir de
ses coordonnées colorimétriques (pureté, longueur
d’onde dominante, couleur complémentaire).
Calculer les coordonnées du mélange de deux ou trois
couleurs.
Décrire l’analyse et la synthèse d’une couleur à travers
une chaîne vidéo.
83
5.2. L’œil
Citer les défauts de l’œil et les méthodes de correction.
Définir le pouvoir séparateur de l’œil et la différence noir
/blanc-couleur pour justifier la réduction de la bande
passante de la chrominance.
Justifier le rafraîchissement des images d’une séquence
vidéo par la persistance rétinienne.
5.3. Image numérique
Définir le pixel et estimer ses dimensions dans le cas
d’un appareil photo numérique, d’un écran vidéo.
Expliquer le principe du codage en niveaux de gris et en
couleur RVB.
Énoncer qu’une image numérique est associée à un
tableau de nombres.
Expliquer le principe de la compression d’une image
fixe.
84
S1 à S9 Définition des savoirs et savoir-faire associés aux compétences
Les compétences sont groupées par domaines.
Domaine C1 : Communiquer
compétence C1.1 : rechercher et structurer des informations techniques
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
S2.2. Documentation.
SF01. Déterminer les critères de recherche et identifier
les informations disponibles.
compétence C1.2 : présenter des informations à des interlocuteurs identifiés
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.2. Techniques de présentation.
S2.1. Organisation.
S2.2. Documentation.
SF02. Satisfaire les interlocuteurs avec une présentation.
compétence C1.3 : assister des utilisateurs
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.2. Documentation.
SF03. Répondre aux interrogations des clients.
compétence C1.4 : s'entretenir d'une problématique professionnelle
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.1. Organisation.
SF04. Adapter le niveau de langage à l'interlocuteur et
proposer des échanges constructifs
compétence C1.5 : analyser l'expression d'un besoin client
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
S3.2. Représentation SysML-UML.
SF05. Produire un cahier des charges préliminaire.
SF06. Estimer la faisabilité du projet selon 3 axes
(technique, économique, développement durable).
compétence C1.6 : collecter des données commerciales
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
SF07. Estimer le coût des solutions possibles.
SF08. Fournir une proposition commerciale.
85
Domaine C2 : Organiser
compétence C2.1 : maintenir les informations
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.1. Organisation.
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.4. Spécificités UML.
S4.9. Qualité logicielle.
SF09. Assurer la gestion des versions et leur traçabilité.
compétence C2.2 : formaliser l’expression d’un besoin
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
S3.1. Modélisation orientée objet.
SF10. Rédiger un cahier des charges.
compétence C2.3 : organiser et/ou respecter la planification d'un projet
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
SF11. Lire et suivre un planning.
SF12. Respecter la planification, et suivre en temps réel
l’avancement des Tâches professionnelles.
SF13. Tenir à jour le cahier de suivi de projet.
SF14. Participer aux revues de projet.
compétence C2.4 : assumer le rôle total ou partiel de chef de projet
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.2. Techniques de présentation.
S3.2. Représentation SysML-UML.
SF15. Gérer les ressources humaines, matérielles et
budgétaires.
SF16. Compléter le dossier de suivi de projet.
SF17. Définir les Tâches professionnelles à partir de
fonctions.
compétence C2.5 : travailler en équipe
(commune aux options EC et IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S3.4. Spécificités UML.
S4.7. Outils de génération de code.
SF18. Définir et répartir les Tâches professionnelles.
SF19. Participer aux revues de projet.
SF20. Connaître sa fonction au sein d’une équipe.
SF21. Assurer la réalisation des Tâches professionnelles
confiées.
SF22. Informer ses coéquipiers en cas d’imprévus ou de
changements.
SF23. Participer à la gestion des problèmes et des
conflits.
SF24. Respecter les normes de sécurité relatives au site
et au métier.
86
Domaine C3 : Concevoir
compétence C3.1 : analyser un cahier des charges
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.3. Documents contractuels.
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.3. Spécificités SysML.
SF25. Participer aux revues de projet.
SF26. Participer à la construction d’un modèle SysML
conforme aux spécifications du cahier des charges.
SF27. Identifier les fonctions à réaliser, les performances
attendues.
SF28. Prendre connaissance des normes métiers à
respecter dans la réalisation.
compétence C3.1 : analyser un cahier des charges
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML/UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S3.4. Spécificités UML.
S4.7. Outils de génération de code.
SF25. Participer aux revues de projet.
SF26. Produire un modèle SysML/UML conforme aux
spécifications du cahier des charges.
compétence C3.2 : analyser et compléter un dossier de spécifications techniques
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S1.3. Documents contractuels.
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML/UML.
S3.3. Spécificités SysML.
SF29. Produire un document contractuel des
spécifications techniques.
compétence C3.2 : analyser et compléter un dossier de spécifications techniques
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S3.3. Spécificités SysML.
S4.2. Algorithmique.
SF27. Produire un document contractuel des
spécifications techniques (à minima le diagramme
d’exigences).
SF28. Produire un cahier de recette.
compétence C3.3 : définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.2. Techniques de présentation.
S3.2. Représentation SysML/UML.
S3.3. Spécificités SysML.
SF30. Participer à la construction d’un modèle SysML
conforme aux spécifications du cahier des charges.
87
compétence C3.3 : définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S3.4. Spécificités UML.
S4.7. Outils de génération de code.
S5.6. Adaptation de l’énergie.
SF29. Produire un modèle UML/SysML conforme aux
spécifications du cahier des charges
compétence C3.4 : valider le choix d’une architecture matérielle/logicielle
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S3. Modélisation.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et validation.
S9.2. Prototypage rapide avec des outils adaptés.
SF31. Produire un compte rendu d’essais et affiner la
modélisation du système par des diagrammes.
SF32. Proposer des solutions et des coûts en fonction du
contexte technico-économique.
compétence C3.4 : valider le choix d’une architecture matérielle/logicielle
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.7. Outils de génération de code.
S4.9. Qualité logicielle.
S5.6. Adaptation de l’énergie.
SF30. Produire un compte rendu d’essais et affiner la
modélisation du système par des diagrammes.
SF31. Proposer des solutions et des coûts en fonction du
contexte technico-économique.
compétence C3.5 : contribuer à la définition des éléments de recette au regard des contraintes
du cahier des charges
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S1.3. Documents contractuels.
S2.2. Documentation.
S8. Tests et validation.
SF33. Produire un cahier de recette.
compétence C3.5 : contribuer à la définition des éléments de recette au regard des contraintes
du cahier des charges
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S3.2. Représentation SysML-UML.
S4.7. Outils de génération de code.
S4.9. Qualité logicielle.
S6.3. Spécificités temps réel.
SF32. Valider l’architecture et produire un cahier de
recette.
88
compétence C3.6 : recenser les solutions existantes répondant au cahier des charges
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S6.1. Notions fondamentales d’un système
d’exploitation.
SF34. Estimer le coût et l’adéquation des solutions
envisagées.
compétence C3.6 : recenser les solutions existantes répondant au cahier des charges
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S5.1. Architecture matérielle du traitement de
l'information.
S5.2. Traitement logiciel des entrées/sorties (E/S).
S5.3. Structures matérielles des E/S.
S5.4. Supervision d’un process.
SF33. Estimer le coût et l’adéquation des solutions
envisagées.
compétence C3.7 : contribuer à la modélisation de tout ou partie d’un produit
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S3. Modélisation.
S4.6. Langage de programmation.
S4.7. Outils de génération de code.
S4.10. Programmation par flux de données (support :
simulateurs et laboratoire de mesures virtuelles).
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
SF35. Utiliser un logiciel de simulation.
SF36. Associer un modèle de comportement à une
structure et le renseigner.
SF37. Obtenir une maquette virtuelle de tout ou partie du
produit.
compétence C3.7 : contribuer à la modélisation de tout ou partie d’un produit
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S3.4. Spécificités UML.
SF34. Produire ou compléter un dossier de modélisation.
compétence C3.8 : élaborer le dossier de définition de la solution technique retenue
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S3. Modélisation.
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S9.1 CAO.
SF37. Produire la documentation nécessaire à la
conception du produit (fabrication, contrôle, utilisation,
maintenance).
89
compétence C3.9 : valider une fonction du système à partir d’une maquette réelle
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S4.9. Qualité logiciel.
S5.6. Sécurité des personnes.
S8.1. Instrument de mesure.
S8.2. Modes opératoires.
S8.3. Caractéristiques des signaux.
SF39. Tester la conformité d’une fonction sur une
maquette.
SF40. Tester la conformité d’une fonction sur un dispositif
de prototypage rapide.
SF41. Produire un rapport de validation.
compétence C3.10 : réaliser la conception détaillée d’un module matériel et/ou logiciel
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales d’un système
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S9. Fabrication.
SF42. Élaborer les schémas structurels de la fonction à
réaliser.
SF43. Élaborer les programmes de la fonction à réaliser.
90
Domaine C4 : Réaliser
compétence C4.1 : câbler et/ou intégrer un matériel
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S5.6. Sécurité des biens et des personnes.
S6.1. Notions fondamentales sur les systèmes
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF44. Valider les fonctions du nouveau matériel dans son
environnement.
SF45. Réaliser la mise en situation du matériel.
SF46. Interconnecter des matériels.
SF47. Respecter un protocole d’installation
compétence C4.1 : câbler et/ou intégrer un matériel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S5.1. Architecture matérielle du traitement de
l’information.
S5.2. Traitement logiciel des E/S.
S5.3. Structures matérielles des E/S.
S5.5. Sécurité des informations.
S7.1. Concepts fondamentaux de la transmission.
S7.2. Concepts fondamentaux des réseaux.
S7.3. Protocoles de bas niveau.
S7.4. Transmission sans fil.
S7.5. Télécommunications.
S7.6. Réseaux locaux industriels (RLI).
SF35. Réaliser la mise en situation et interconnecter du
matériel.
compétence C4.2 : adapter et/ou configurer un matériel
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S1.3. Documents contractuels.
S2.2. Documentation.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales sur les systèmes
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF48. Valider les fonctions du nouveau matériel dans son
environnement.
SF49. Extraire de la notice technique les informations
pertinentes.
SF50. Elaborer le nouveau schéma structurel.
SF51. Justifier les choix technologiques.
SF52. Configurer le logiciel pilotant le matériel.
compétence C4.2 : adapter et/ou configurer un matériel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S5.1. Architecture matérielle du traitement de
l’information.
S5.2. Traitement logiciel des E/S.
S5.3. Structures matérielles des E/S.
S5.4. Supervision d’un process.
S7.2. Concepts fondamentaux des réseaux.
S7.3. Protocoles de bas niveau.
S7.4. Transmission sans fil.
S7.5. Télécommunications.
S7.6. Réseaux locaux industriels (RLI).
SF36. Rendre opérationnel un matériel.
SF37. Compléter le cahier de bord.
91
compétence C4.3 : adapter et/ou configurer une structure logicielle
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1. Communication.
S2.2. Documentation.
S3.1. Modélisation orientée objet.
S3.2. Représentation SysML/UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S4. Développement logiciel.
S6.1. Notions fondamentales sur les systèmes
d’exploitation.
SF53. Délimiter la structure logicielle à modifier.
SF54. Analyser la structure logicielle.
SF55. Procéder aux modifications logicielles.
SF56. Tester ces modifications à l'aide des outils de
développement.
compétence C4.3 : installer et configurer une chaîne de développement
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.6. Langages de programmation.
S4.7. Outils de génération de code.
S6.1. Notions fondamentales.
S6.2. Système d’exploitation multiTâches
professionnelles.
S6.3. Spécificités temps-réel.
S6.4. Systèmes embarqués.
S6.5. Machines virtuelles.
SF38. Fournir un environnement de développement
opérationnel.
compétence C4.4 : fabriquer un sous-ensemble
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S9.1. Fabrication d’une carte de circuit imprimé.
SF57. Respecter les contraintes de routage en terme de
d’intégration dans un équipement, de propriétés
électriques ou compatibilité électromagnétique.
SF58. Assembler les composants sur une carte.
compétence C4.4 : développer un module logiciel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S2.2. Documentation.
S4. Développement logiciel.
S7.7. Programmation réseau.
S7.9. Applications utilisateur.
S7.10. Services web.
SF39. Identifier et éliminer les points critiques.
SF40. S’assurer de la robustesse d’un programme.
SF41. Documenter les interfaces.
SF42. S’assurer de la conformité du logiciel avec le
cahier des charges.
compétence C4.5 : tester et valider un module logiciel et matériel
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S5.6. Sécurité des personnes.
S4.9. Qualité logicielle.
S8. Tests et mesure.
SF59. Déterminer les tests pertinents dont les résultats
détermineront la validité de la maquette.
SF60. Appliquer les procédures de tests sur un
équipement ou sur un produit et en déduire leur bon
fonctionnement.
SF61. Produire un rapport de test.
92
compétence C4.5 : tester et valider un module logiciel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4. Développement logiciel.
S7.9. Applications utilisateur.
S7.10. Services Web.
SF43. Éliminer les bugs.
SF44. Faire la recette d’un module.
SF45. Établir un compte rendu de performance.
compétence C4.6 : produire les documents de fabrication d’un sous ensemble
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S9.1. Fabrication d’une carte de circuit imprimé.
SF62. Produire les documents de fabrication permettant
la réalisation d'une carte de câblage imprimé ou son
montage dans l'établissement ou chez un sous-traitant.
SF63. Organiser les étapes de la fabrication d'une
maquette.
compétence C4.6 : intégrer un module logiciel (option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.1. Principes de base.
S4.2. Algorithmique.
S4.3. Structure et gestion des données.
S4.4. Programmation procédurale.
S4.5. Programmation orientée objet (support : C++).
S4.6. Langages de programmation.
S4.7. Outils de génération de code.
S4.8. Programmation événementielle.
S6.1. Notions fondamentales.
S6.2. Systèmes d’exploitation multiTâches
professionnelles.
S6.3. Spécificités temps-réel.
S6.4. Systèmes embarqués.
S7.9. Applications utilisateur.
S7.10. Services Web.
SF46. Rendre opérationnel le système ou le soussystème.
compétence C4.7 : documenter une réalisation matérielle et/ou logicielle
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2 Techniques de présentation.
S2.2 Documentation.
S3.2 Représentation SysML-UML.
S3.3 Spécificités SysML.
SF64. Documenter une architecture ou une configuration
matérielle.
SF65. Documenter la chaîne de développement et sa
configuration (documentation au format en vigueur de
l'entreprise).
compétence C4.7 : documenter une réalisation matérielle et/ou logicielle
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S2.2. Documentation.
S5.5. Sécurité des informations.
S7.9. Applications utilisateur.
S7.10. Services web.
SF47. Documenter une architecture ou une configuration
matérielle.
SF48. Commenter et documenter les modules logiciels :
- documentation de la chaîne de développement et de sa
configuration ;
- documentation du logiciel ;
- documentation au format en vigueur de l'entreprise.
93
domaine C5 : Installer
compétence C5.1 : préparer la solution et le plan d’action
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S2.1. Organisation.
S2.2. Documentation.
SF66. Analyser la documentation d'installation de
l'équipement.
SF67. Établir puis préparer un plan d'action.
SF68. Préparer le matériel nécessaire.
compétence C5.1 : préparer la solution et le plan d’action
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S5.5. Sécurité des informations.
S6.5. Machines virtuelles.
SF49. Le système est opérationnel et documenté.
compétence C5.2 : mettre en œuvre une solution matérielle/logicielle en situation
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.2 Documentation.
S5.6. Sécurité des personnes.
S4.9. Qualité logicielle.
S8. Tests et mesure.
SF69. Exécuter la procédure d’installation de
l’équipement.
SF70. Exécuter les mesures et tests appropriés.
SF71. Vérifier la conformité du fonctionnement.
compétence C5.2 : mettre en œuvre une solution matérielle/logicielle en situation
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales.
S6.2. Systèmes d’exploitation multiTâches
professionnelles.
S6.3. Spécificités temps réel.
S6.4. Systèmes embarqués.
S6.5. Machines virtuelles.
S7.1. Concepts fondamentaux de la transmission.
S7.2. Concepts fondamentaux des réseaux.
S7.8. Systèmes d’exploitation réseau.
S7.9. Applications utilisateur.
S7.10. Services web.
SF50. Rendre la solution opérationnelle et la documenter.
compétence C5.3 – effectuer la recette d’un produit avec le client
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.2. Documentation.
S1.3. Documents contractuels.
S4.9: Qualité logicielle.
S8. Tests et mesures.
SF72. Exécuter les mesures de tests appropriés (devant
le client).
SF73. Vérifier la conformité du fonctionnement (devant le
client).
94
compétence C5.3 : effectuer la recette d’un produit avec le client
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S1.3. Documents contractuels.
S5.5. Sécurité des informations.
SF51. Exécuter la procédure de recette devant le client.
compétence C5.4 : installer un système d’exploitation et/ou une bibliothèque logicielle
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.7. Outils de génération de code.
S5.1. Architecture matérielle du traitement de l’info.
S5.2. Traitement logiciel des E/S.
S5.3. Structures matérielles des E/S.
S5.4. Supervision d’un process.
S6.1. Notions fondamentales.
S6.2. Systèmes d’exploitation multiTâches
professionnelles.
S6.3. Spécificités temps réel.
S6.4. Systèmes embarqués.
S6.5. Machines virtuelles.
S7.8. Systèmes d’exploitation réseau.
SF52. Rendre opérationnel le système d’exploitation.
SF53. Documenter la bibliothèque.
compétence C5.5 : installer un dispositif de correction et/ou de mise à jour de logiciel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.7. Outils de génération de code.
S4.8. Programmation événementielle.
S4.9. Qualité logicielle.
SF54. Assurer la traçabilité des interventions et des tests.
SF55. Garantir la continuité des services au cours de
l’intervention.
95
Domaine C6 : Exploiter
compétence C6.1 : superviser le fonctionnement d’un produit matériel/logiciel
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S5.4. Supervision d’un process.
SF74. Configurer un outil de supervision.
SF75. Choisir les informations à superviser.
SF76. Relever les informations ciblées.
SF77. Remonter les informations dans un système
spécialisé.
compétence C6.1 : superviser le fonctionnement d’un produit matériel/logiciel
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S5.4. Supervision d’un process.
S5.5. Sécurité des informations.
S7.6. Réseaux locaux industriels (RLI).
SF56. Relever les informations ciblées.
SF57. Remonter les informations dans un système
spécialisé.
compétence C6.2 : analyser les compte rendus d’exploitation
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S3.2. Représentation SysML-UML.
S3.3. Spécificités SysML.
S4.1. Principes de bases du développement logiciel.
S4.2. Algorithmique.
S4.3. Structure et gestion des données.
S4.4. Programmation procédurale.
S4.8. Programmation événementielle.
S4.9. Qualité logicielle.
S4.10. Programmation par flux de données (support :
simulateurs et laboratoire de mesure virtuelle).
S5.1. Architecture matérielle du traitement de
l’information.
S5.2. Traitement logiciel des E/S.
S5.3. Structures matérielles des E/S.
S5.6. Adaptation de l’énergie.
S5.7. Traitement du signal analogique et numérique.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
SF78. Accéder aux informations de supervision d’un
système.
SF79. Interpréter les compte rendus issus des outils de la
supervision.
SF80. Extraire les défaillances de fonctionnement.
SF81. Proposer des solutions de remédiations.
SF82. Produire un document de synthèse de l’état du
système.
compétence C6.2 – analyser les compte rendus d’exploitation
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S4.1. Principes de base.
S4.2. Algorithmique.
S4.3. Structure et gestion des données.
S4.4. Programmation procédurale.
S5.4. Supervision d’un process.
S5.5. Sécurité des informations.
SF58. Produire un document de synthèse de l’état du
système.
96
Domaine C7 : Maintenir
compétence C7.1 : diagnostiquer les causes d’un dysfonctionnement
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF83. Consulter les paramètres d’un équipement pour
identifier son état de fonctionnement.
SF84. Mettre en œuvre les outils de test et diagnostics,
appareils de mesure classiques ou spécialisés, pour
identifier un défaut.
SF85. Interpréter les résultats de test et de mesure pour
localiser le ou les constituants défectueux.
compétence C7.1 : diagnostiquer les causes d’un dysfonctionnement
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S2.3. Sécurité des personnes.
S4.9. Qualité logicielle.
SF59. Mettre en œuvre les moyens de diagnostic.
compétence C7.2 : proposer des corrections ou des améliorations
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S1.3. Documents contractuels.
S2.1. Organisation.
S2.2. Documentation.
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales d’un système
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF86. Utiliser des forums (FAQ) pour établir une
procédure de correction à partir du diagnostic posé.
SF87. Consulter des bases de données défauts de la
famille d’équipement concerné.
SF88. Organiser les opérations de maintenance en
s’assurant de la disponibilité des pièces à remplacer, de
la disponibilité des techniciens.
SF89. Établir des fiches d’intervention des opérations de
maintenance sur une installation ou un équipement.
compétence C7.2 : proposer des corrections ou des améliorations
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S2.3. Sécurité des personnes.
S4. Développement logiciel.
S5.5. Sécurité des informations.
SF60. Assurer la traçabilité des interventions et des tests.
SF61. Garantir la continuité des services au cours de
l’intervention.
SF62. Recenser les pannes possibles avec les
interventions et les tests associés.
SF63. Consigner les améliorations possibles en
respectant les standards de l’entreprise.
97
compétence C7.3 :dépanner une installation matérielle et/ou logicielle
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.1. Techniques de communication.
S2.1. Organisation.
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales d’un système
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF90. Mettre en sécurité le site d’intervention.
SF91. Réaliser les opérations de remplacement de ou
des éléments défectueux.
SF92. Assurer la remise en service de l’installation.
SF93. Prévenir les services concernés de la fin de
l’opération de maintenance.
compétence C7.3 : dépanner une installation matérielle et/ou logicielle
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S2.3. Sécurité des personnes.
S4. Développement logiciel.
S7.1. Concepts fondamentaux de la transmission.
S7.2. Concepts fondamentaux des réseaux.
S7.7. Programmation réseau.
SF64. Recenser les pannes possibles avec les
interventions et les tests associés.
SF65. Assurer la reprise d’exploitation de l’installation.
compétence C7.4 : assurer la traçabilité
(option EC)
Savoirs
Savoir-faire
S1.2. Techniques de présentation.
S2.2. Documentation.
S4. Développement logiciel.
S5. Solutions constructives des systèmes
d’information.
S6.1. Notions fondamentales d’un système
d’exploitation.
S7. Réseaux, télécommunications et modes de
transmission.
S8. Tests et mesure.
SF94. Établir un rapport d’intervention.
SF95. Mettre à jour une base de données des défauts de
l’installation ou de la famille d’équipements concernés.
compétence C7.4 : assurer la traçabilité
(option IR)
Savoirs
Savoir-faire
S2.3. Sécurité des personnes.
S4.7. Outils de génération de code.
S4.9. Qualité logicielle.
S5.4. Supervision d’un process.
S5.5. Sécurité des informations.
SF66. Mettre en place des outils de traçabilité des
opérations.
98
Niveaux d’acquisition et de maîtrise des savoirs et des savoir-faire
Le degré d'approfondissement de chaque savoir ou savoir-faire identifié lors de la description des
compétences terminales est un élément clé pour l'élaboration des séquences d'enseignement en
BTS SN. La prise en compte de ces niveaux d'acquisition et de maîtrise est déterminante pour la
construction de la formation.
Quatre niveaux taxonomiques ont été retenus :
Indicateur de niveau
d’acquisition et de
maîtrise des savoirs et
des savoir-faire
Le contenu est relatif à l'appréhension
d'une vue d'ensemble d'un sujet : les
réalités sont montrées sous certains
aspects, de manière partielle ou globale.
Niveau
D’INFORMATION
Le contenu est relatif à l'acquisition de
moyens d'expression et de
communication : définir, utiliser les
termes composant la discipline.
II s'agit de maîtriser un savoir.
Ce niveau englobe le niveau précédent.
Niveau
D’EXPRESSION
Le contenu est relatif à la maîtrise de
procédés et d'outils d'étude ou d'action :
utiliser, manipuler des règles ou des
ensembles de règles (algorithme), des
principes, en vue d'un résultat à atteindre.
II s'agit de maîtriser un savoir-faire.
Ce niveau englobe, de fait, les deux niveaux
précédents.
Niveau de la
MAÎTRISE D’OUTILS
Le contenu est relatif à la maîtrise d'une
méthodologie de pose et de résolution de
problèmes : assembler, organiser les
éléments d'un sujet, identifier les relations,
raisonner à partir de ces relations, décider en
vue d'un but à atteindre.
II s'agit de maîtriser une démarche induire,
déduire, expérimenter, se documenter. Ce
niveau englobe, de fait, les trois niveaux
précédents.
Niveau de la
MAÎTRISE
MÉTHODOLOGIQUE
Niveaux
1 2 3 4
99
Savoirs et niveaux taxonomiques par option
IR
EC
Sources d’information technique : bases de données, documentation
constructeur, revues spécialisées, normes, …
3
3
Techniques de recherche d’informations : par index, sommaire, mot
clé (moteur de recherche Web), …
3
3
Techniques d’interview et d‘assistance : courrier, mail, téléphone,
visioconférence, …
3
3
Nomenclature et principes généraux de rédaction et de présentation
(NFX 60-200)(3)
1
1
S1.2.
Fonctionnalités de base des outils matériels et logiciels de
présentation : document imprimé, diaporama, vidéo, …
3
3
Techniques de présentation
Logiciels de bureautique : notions fondamentales d’utilisation d’un
traitement de texte (styles, règles typographiques, …)
3
3
Logiciels de bureautique : notions fondamentales d’utilisation d’un
tableur (cellule/plage, formule, diagramme, …)
3
3
: fonctions de service, fonctions de contraintes
2
2
: critères/niveaux d’appréciation, flexibilité
2
2
S1. Communication
S1.1.
Techniques de
communication
CdCf
S1.3.
Documents contractuels
CdCf
(1)
(1)
(2)
: contraintes environnementales
2
2
(2)
: contraintes de conception et de production
2
2
STB
STB
note 1 : CdCf – Cahier des charges fonctionnel : « document par lequel le demandeur exprime son besoin (ou celui qu’il
est chargé de traduire) en termes de fonctions de service et de contraintes. Pour chacune d’elles sont définis les critères
d’appréciation et leurs niveaux. Chacun de ces niveaux est assorti d’une flexibilité » (NF X 50-150 et 50-151)
note 2 : STB – Spécification technique du besoin : « document à caractère contractuel établi par le demandeur du
produit à l’intention du concepteur par lequel il exprime son besoin (ou celui qu’il est chargé de traduire) en termes
d’exigences techniques ; la STB doit exprimer : ce que l'on attend du produit, les contraintes d’utilisation,
d’environnement et de soutien, les contraintes pour la conception et la production du produit » (NF X 50-410)
note 3 : NFX 60-200 → « Documentation d’exploitation et de maintenance »
100
IR
EC
Démarche de conduite de projet ; notions de maîtrise d’ouvrage
(MOA) et de maîtrise d’œuvre (MOE)
2
2
Outil de planification (Gantt) : Tâches professionnelles, jalons,
livrables, …
3
3
S2.1.
Budgétisation : gestion des ressources humaines, matérielles et
logicielles
2
2
Organisation
Gestion des commandes ; fournisseurs, prestataires externes, …
2
3
Répartition des Tâches professionnelles : découpage fonctionnel et
définition des interfaces
2
2
Revues de projet
3
3
Gestion collaborative informatisée de projets
3
3
Documents de suivi de projet
3
3
Outils de génération de documentation logicielle
3
3
Outils de suivi des versions (versioning)
2
2
2
2
S2. Gestion de projet
(1)
S2.2.
Documentation
Documents techniques (NFX 60-200)
d’utilisation, …
(2)
: manuel d’installation et
note 1 : Projet: « processus unique, qui consiste en un ensemble d’activités coordonnées et maîtrisées comportant des
dates de début et de fin, entrepris dans le but d’atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques telles que les
contraintes de délais, de coûts et de ressources » (ISO 10006)
note 2 : NFX 60-200 → « Documentation d’exploitation et de maintenance » : Documents techniques à remettre aux
utilisateurs de biens durables à usage industriel et professionnel.
101
IR
EC
Paradigme objet, concepts : abstraction de données, objets, classes,
généralisation, spécialisation, …
4
2
Interfaces et implémentations, niveaux de protection
3
2
Caractérisation des objets : identité, état, comportement
3
2
Communication entre objets, catégories de messages : constructeurs,
destructeurs, sélecteurs, modificateurs, itérateurs
3
2
Synchronisation des messages : synchrone, asynchrone, …
3
2
Relations entre classes : association, agrégation, composition
4
2
Logiciels de modélisation SysML-UML
3
3
Démarche d’élaboration d’un modèle, formalisme
2
3
S3.2.
Liste des acteurs, cas d’utilisation
3
3
Représentation SysML/UML
Diagrammes de séquences
3
3
Diagrammes d’états-transitions
2
3
Diagrammes d’exigences
2
2
Diagrammes de blocs
2
3
Diagrammes de bloc interne et/ou paramétrique
2
3
S3.4.
Diagrammes de déploiement
3
Spécificités UML
Diagrammes de classes et/ou d'objets
3
2
Modèles de comportement :
- fonctions de transfert continues
- fonctions de transfert échantillonnées
- utilisation de bibliothèques de modèles
1
1
0
3
2
3
S3. Modélisation
S3.1.
Modélisation orientée objet
S3.3.
Spécificités SysML
S3.5
Modélisation et simulation
102
IR
EC
Organisation des fichiers dans un projet logiciel ; chaîne de
développement (préprocesseur, compilateur, éditeur de lien, chargeur,
etc.)
3
3
Stockage sur mémoire de masse et exécution (runtime) d’un
programme : zone de code, zones mémoire, etc.
2
2
Représentation et codage des informations : bases de calcul
(2,10,16), types scalaires, réels, caractères, etc.
4
4
Gestion mémoire : adresse/valeur, pointeurs, variables statiques,
allocations automatique et dynamique (pile/tas), etc.
4
3
Variables ; durée de vie, visibilité
4
2
Organisation des programmes : point d’entrée et arguments de la
ligne de commande, prototypes, fonctions, paramètres, valeur de
retour
3
2
Variables d’environnement
2
1
Flux d’entrée et de sortie de base : terminaux, fichiers, réseau, etc.
(spécifications POSIX)
3
2
Structures fondamentales : enchaînements, alternatives, itérations,
etc.
Représentation graphique (organigrammes)
4
4
Manipulations de texte (chaînes de caractères)
3
2
Algorithmes de tri/de recherche
3
1
Modèle canonique de gestion d'E/S :
ouvrir, lire, écrire, fermer
3
2
Bibliothèque standard (ANSI C)
3
2
Types dérivés : tableaux, énumérations, enregistrements
3
2
Structures de données et méthodes d’accès directe et/ou indirecte :
liste, file, pile, tableau, etc.
3
2
Structures dynamiques : listes chaînées
3
Formats de fichier : texte (human readable), binaire
Formats multimédia (image, vidéo, son, …)
3
2
2
2
Techniques de cryptage et de compression des données
2
2
Bases de données : différents types (relationnelles, objets, …),
organisation et techniques de mise à jour (tables, liens, MCD,
requêtes, …)
3
1
Bases de données : liaison et communication avec une application
logicielle (MySQL, SQLite, …)
3
1
Manipulations de données (« quoi ») en pseudo-langage et/ou en
langage C
4
3
Transcription d’algorithmes (« comment ») en pseudo-langage et/ou
en langage C
4
3
Développement de programmes « console » avec gestion des
arguments de la ligne de commande
3
1
S4. Développement logiciel
S4.1.
Principes de base
S4.2.
Algorithmique
S4.3.
Structure et gestion des
données
S4.4.
Programmation procédurale
103
S4.5.
Programmation par flux de
données (support :
simulateur, et laboratoire de
mesure virtuelle)
S4.6.
Programmation orientée objet
(Support : C++)
S4.7.
Langages de programmation
S4.8.
Outils de génération de code
S4.9.
Programmation
événementielle
S4.10
Qualité logicielle
Définition des flux d’entrée et de sortie (signaux, données)
1
3
Définition des blocs
1
3
Définition des interfaces d’entrée, de sortie et de restitution de
l’information
1
3
Développement de programmes par assemblages linéaires et/ou
conditionnels de blocs et d’interfaces
1
3
Du C au C++ : références, entrées/sorties (iostream, fstream),
polymorphisme, etc.
3
1
Définition de classes (encapsulation) et modèle canonique (dit de
Coplien)
3
2
Instanciation d’objets (new, delete, etc.)
4
3
Surcharges d’opérateurs (injection, etc.)
2
Mécanisme d’héritage
4
2
Mécanismes d’agrégation et de composition
4
2
Classes abstraites, virtualité
3
Programmation générique : structure de la STL, conteneurs et
itérateurs
2
Programmation générique : classes paramétrées (template)
2
Programmation générique : patrons de développement (design
patterns)
1
C++
3
1
Utilisation d’un langage objet (Java, C#, C++, etc.)
3
2
SQL
3
2
Web statique : HTML / XML
3
3
Web dynamique : PHP, JavaScript
2
2
Circuits programmables (graphique, descriptif, etc.)
3
Langages graphiques par flux de données (simulation et
instrumentation virtuelle)
3
Atelier de Génie Logiciel (AGL)
2
2
Gestionnaire de projets logiciels (make)
2
1
Outils RAD, générateurs d'IHM, boîtes de dialogue standards
2
Génération de bibliothèques statiques et/ou dynamiques
2
Chaînes de développement croisé
3
Gestion des événements, signaux et interruptions
3
3
Environnement multitâche : traitements parallèles (thread,
sémaphores, tubes, …)
3
1
Environnement temps réel : espace utilisateur, espace noyau, etc.
2
1
Applications multi-fenêtres
3
Gestion des erreurs/exceptions
3
Documentation des programmes (cf. S2.2)
3
Intégration logicielle (cf. S2.1)
3
Outils de déverminage
3
Procédures de test et de stress
2
2
2
104
IR
EC
Constituants d’un système de traitement de l’information
3
3
Composants programmables : µP / µC, Circuits Programmables
Complexes (logiques et/ou analogiques)
3
4
Circuits mémoire (RAM, flash,…), mémoires de masse
3
4
Modes d’accès : scrutation, interruption, DMA
2
2
Pilotes (driver)
2
1
Bibliothèques de composants réutilisables
3
3
Caractéristiques TOR, CAN / CNA, comptage
3
4
Acquisition de grandeurs réelles : mesurage, notions de plage de
mesure, d’erreurs, …
2
3
Commandes d’actionneurs
2
3
Détecteurs / capteurs industriels : position, vitesse, accélération, …
Capteurs et périphériques multimédia : écrans, caméras, micros,
hauts parleurs…
3
4
Conditionnement et traitement du signal :
Amplification, Filtrage analogique et numérique, compression
2
4
Conversion de données :
Échantillonnage, CAN/CNA
CODEC
2
4
Adaptation de niveau et de puissance (BF et HF)
1
3
Préactionneurs industriels
2
2
Supervision passive (surveillance) ou active (contrôle-commande)
2
1
Mesures (gestion d’E/S)
3
1
Journalisation (log), alarmes
3
1
Locaux, sécurité physique, sécurité logique
2
Informatique distribuée, infonuagique (cloud computing)
2
Architectures durcies : alimentations redondantes, …
2
Disques logiques et volumes
2
Solutions de stockage : RAID, SAN, NAS, …
2
Normes électriques en vigueur
Dispositifs de sécurisation
Formation à l’habilitation électrique
2
2
Alimentations autonomes, onduleurs
1
2
Gestion de l’énergie
1
2
S5. Solutions constructives des systèmes d'information
S5.1.
Architecture matérielle du
traitement de l'information
S5.2.
Traitement logiciel des E/S
S5.3.
Structures matérielles des
E/S
S5.4.
Supervision d’un process
S5.5
Sécurité des informations
S5.6.
Sécurité des personnes et
des biens
S5.7. Adaptation de l'énergie
note 1 : RAID = Redundant Array of Inexpensive Disks
note 2 : SAN = Storage Area Network
note 3 : NAS = Network Attached Storage
105
IR
EC
Caractéristiques et critères de choix d’un système d’exploitation
2
2
S6.1.
Système de droits des utilisateurs
3
2
Notions fondamentales
Administration système : shell scripts
3
2
Ergonomie des interfaces graphiques
2
2
Processus lourds / légers, diagramme des états d’une tâche
3
Accès concurrents aux ressources partagées, section critique,
exclusion mutuelle
3
Règles d’échange de données :
modèles producteur / consommateur,
modèle lecteur / rédacteur
3
Ordonnancement des processus
3
Méthodes de synchronisation des Tâches professionnelles
3
Communications interprocessus (IPC)
2
Gestion des entrées / sorties
3
S6. Systèmes d’exploitation
S6.2.
S.E. multiTâches
professionnelles
Contraintes de temps d’un système de contrôle/commande
3
S6.3.
Interruptions
3
Spécificités temps-réel
Noyau temps réel
2
Commutation de contexte en modes coopératif et préemptif
2
S6.4.
Enjeux économiques (véhicules, appareils nomades, multimédia
grand public, …)
2
2
Systèmes embarqués
Architecture matérielle/logicielle : notions de firmware, contraintes
d'IHM, etc.
2
1
Installation / configuration
4
1
MV parallèles / MV applicatives
2
Simulateurs
2
S6.5.
Machines virtuelles
106
IR
EC
Supports de transmission filaires :
Technologie des câbles et de la connectique / normalisation
Caractéristiques (impédance caractéristique, Atténuation, Bande
passante, Diaphonie, etc.)
Supports de transmission hertzien :
Caractéristiques des antennes : diagramme de rayonnement, TOS
Bilan d'une liaison : puissance rayonnée, propagation, sensibilité
Supports de transmission optiques :
Technologie des fibres et des connecteurs
Transducteurs optiques modes de propagation
2
4
Notion de canal de transmission
Bande passante, rapport signal/bruit, capacité, etc.
2
3
2
3
2
3
Modulations numériques complexes (à étalement de spectre)
0
1
Multiplexage temporel et fréquentiel
2
3
Télécommunications, architecture (architecture des réseaux de
télécommunications)
3
3
Types de réseaux : du PAN au WAN
3
2
Topologies (bus, étoile, etc.)
3
2
Équipements réseau : connecteur, carte réseau, commutateur, pont,
routeur, etc.
3
2
Modèles de référence (OSI, etc.)
3
2
Classification et critères déterminants de choix
3
Modèle en couches et protocoles de l’Internet : IP, ICMP, ARP, UDP, TCP,
etc.
3
3
Synchrone/asynchrone, half/full duplex, bipoint/multipoints, …
3
2
S7. Réseaux, télécommunications et modes de transmission
S7.1.
Transmission du signal en bande de base
Concepts fondamentaux de la
Codage, Occupation spectrale, Rapidité de modulation, débit binaire
transmission
Transmission du signal en bande transposée
Transposition de fréquence
Synthèse de fréquence
Modulations et Démodulations Analogiques :
Amplitude, fréquence et phase
Bande occupée, bande passante, distorsion, sélectivité, sensibilité
Modulations et démodulations numériques : ASK, FSK/PSK/MSK,
QAM/PQAM
S7.2.
Concepts fondamentaux des
réseaux
S7.3.
Liaisons RS232C, RS485, SPI, etc.
3
2
Protocoles de bas niveau
Configuration matérielle/logicielle
3
3
S7.4.
Type IEEE 802.15.x Bluetooth
2
2
Transmission sans fil
Type IEEE 802.11 WIFI, Zigbee, etc.
2
3
RTC
2
2
S7.5.
De l’ADSL au FTTH
2
2
Télécommunication
Téléphonie / vidéo sur IP
2
2
TNT, radio numérique, réception satellite
2
2
S7.6.
Ethernet, Ethernet industriel temps réel, CAN, I2C, ASI, etc.
3
3
Réseaux locaux industriels
(RLI)
Configuration matérielle / logicielle
3
3
107
S7.7.
Concept client / serveur
4
2
Programmation réseau
Sockets POSIX
4
2
Sécurisation des réseaux
2
1
Administration réseau
3
2
Interopérabilité en environnement hétérogène
2
1
Qualité de service (QoS) : buts, moyens techniques, …
2
1
Protocoles applicatifs : Telnet, FTP, etc.
3
3
S7.9.
Messagerie : SMTP, POP, etc.
3
2
Applications utilisateur
Applications du Web : HTTP, etc.
3
2
Réseaux virtuels (VPN)
2
1
S7.10.
Principes des environnements distribués
2
Services Web
Standards et protocoles
2
S7.8.
Systèmes d’exploitation
réseau
108
IR
EC
Générateurs de signaux modulés ou non
2
3
Oscilloscopes
2
3
S8. Tests et validation
Analyseurs logiques
2
3
S8.1
Analyseurs de spectre
1
3
Instruments de mesure
Analyseurs de réseaux vectoriels
1
2
Analyseurs de signaux
1
2
Réflectomètres
2
3
Instrumentation virtuelle
1
3
Méthodologies de mesure
2
3
Qualification des signaux
1
3
CEM conduite et rayonnée
2
3
Amplitude, temps, fréquence, phase
2
3
IR
EC
S8.2
Modes opératoires
S8.3
Caractéristiques des signaux
S9. Fabrication
S9.1
Fabrication d'une carte de
câblage imprimé
S9.2
Processus de fabrication
2
Technologie des boîtiers et des PCB
2
Routage des circuits électroniques (CAO)
2
Règle de l’art
2
Format des fichiers d’échange
2
Composants programmables numériques (FPGA)
2
Composants programmables mixtes : analogique/numérique
Prototypage rapide avec des
outils adaptés
Microcontrôleurs, DSP
3
3
3
3
109
B. Savoir-faire communs à EC et IR
Compétence
C1.1
Rechercher et
structurer des
informations
techniques.
C1.2
Présenter des
informations à
des
interlocuteurs
identifiés
Savoir-faire
SF01. Déterminer les critères
de recherche et identifier les
informations disponibles
SF02. Satisfaire les
interlocuteurs avec une
présentation
C1.3
Assister des
utilisateurs
SF03. Répondre aux
interrogations des clients
C1.4
S’entretenir
d’une
problématique
professionnelle
SF04. Adapter le niveau de
langage à l'interlocuteur et
proposer des échanges
constructifs
C1.5
Analyser
l’expression
d’un besoin
client
C1.6
Collecter des
données
commerciales
SF05. Produire un cahier des
charges préliminaire
SF06. Estimer la faisabilité du
projet selon 3 axes (technique,
économique, développement
durable)
SF07. Estimer le coût des
solutions possibles
SF08. Fournir une proposition
commerciale
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
 Navigateur Web, flux RSS,
groupe de discussion, etc.
 Logiciels Bureautique
Les critères de recherche sont
déterminés, les informations
sont identifiées, disponibles et
vérifiées.
Tout moyen de
communication (bureautique,
vidéo, vidéoconférence, etc.)
 Moyens de communication
(Messagerie, téléphone,
entretien, etc.)
 Base d’information du
produit
La présentation est structurée,
adaptée aux interlocuteurs.
Les contraintes de durée sont
respectées.
Les informations sont
pertinentes.
Les questions sont comprises.
Les réponses sont pertinentes.
Les informations sont
comprises par l’interlocuteur.
 L’expression du besoin
 Outils de formalisation d’un
cahier des charges
(bureautique, AGL …)
 Le cahier des charges
préliminaire Informations sur
les ressources disponibles
 Normes relatives au projet
Inventaire de solutions
techniques possibles
 Une estimation chiffrée
(volume horaire, matériel)
 Coûts horaires
Le cahier des charges
préliminaire est rédigé.
Un inventaire de solutions
techniques possibles est
produit.
Une estimation chiffrée
(volume horaire, matériel) est
fournie.
Une offre de prix est proposée.
110
Compétence
C2.1
Maintenir les
informations
C2.2
Formaliser
l’expression
d’un besoin
C2.3
Organiser et/ou
respecter la
planification
d'un projet
Savoir-faire
Résultats attendus
SF09. Assurer la gestion des
versions et la traçabilité.
 Outil de gestion des
versions
 Moyens d’archivage
Les modifications apportées
sont clairement documentées.
Les documents archivés sont
copiés sur les serveurs et dans
la base de données dédiés au
projet.
SF10. Rédiger un cahier des
charges définitif.
 Rencontre avec le maître
d’ouvrage ou un délégué
 L’expression du besoin
 Outils de formalisation d’un
cahier des charges
(bureautique, AGL, etc.)
Cahier des charges est rédigé.
SF11. Lire et suivre un
planning.
Outils de planification et de
gestion de projet
SF12. Respecter la
planification, et suivre en
temps réel l’avancement des
Tâches professionnelles.
Outils collaboratifs de
planification et de gestion de
projet
SF13. Tenir à jour le cahier de
suivi de projet.
Outils de planification et de
gestion de projet
SF14. Participer aux revues de
projet.
SF15. Gérer les ressources
humaines, matérielles et
budgétaires.
C2.4
Assumer le rôle
total ou partiel
de chef de
projet
Moyens mis à disposition
SF16. Compléter le dossier de
suivi de projet.
SF17. Définir les Tâches
professionnelles à partir de
fonctions
 Documents numériques liés
au projet et moyens
informatiques associés :
 modèle UML/SysML ;
 compte rendu de
simulation ;
 compte rendu d’essai.
 Outils de planification et de
gestion de projet
Outils de planification et de
gestion de projet
 Outils de planification et de
gestion de projet
 Documents numériques liés
au projet et moyens
informatiques associés
 Liste des fonctions de
service et de contrainte du
cahier des charges
 Diagramme d’exigences
Les Tâches professionnelles à
effectuer sont identifiées.
La charge de travail, les
moyens humains et techniques
à monopoliser sont identifiés.
Les délais et jalons sont
identifiés.
Les documents de planification
du projet sont consultés.
Les documents de planification
du projet sont modifiés en
respect de son niveau de
responsabilité.
Les Tâches professionnelles
réalisées sont reportées.
Les alarmes liées aux Tâches
professionnelles ne respectant
la planification sont reportées.
L’estimation des retards est
quantifiée.
Les documents contractuels
d’avancement du projet sont
remis au maitre d’ouvrage.
Les directives sur l’avancement
du projet sont mises à jour.
Les moyens sont réservés et
libérés.
Les charges de travail et la
durée des Tâches
professionnelles sont définies.
Les commandes et
approvisionnements sont
gérés.
Le cahier de suivi de projet, le
compte rendu de revues, les
réunions, les contacts
clients/fournisseurs, etc. sont
complétés.
Les Tâches professionnelles à
réaliser sont identifiées.
Les ressources nécessaires
sont évaluées.
111
Compétence
Savoir-faire
SF18. Définir et répartir les
Tâches professionnelles
C2.5
Travailler en
équipe
Moyens mis à disposition
Outils de planification et de
gestion de projet
SF19. Participer aux revues de
projet
 Documents numériques liés
au projet et moyens
informatiques associés :
 modélisation SysML
 compte rendu de
simulation
 compte rendu d’essai
 Outils de planification et de
gestion de projet
SF20. Connaître sa fonction
au sein d’une équipe
Outils de planification et de
gestion de projet
SF21. Assurer la réalisation
des Tâches professionnelles
confiées
 Fiche contrat
 Moyens de réalisation
SF22. Informer ses
coéquipiers en cas d’imprévus
ou de changements
Outils de communications
SF23. Participer à la gestion
des problèmes et des conflits
 Organigramme des
ressources humaines de
l’entreprise connu
 Représentants du personnel
identifiés
 Code du travail et règlement
interne de l’entreprise connu
SF24. Respecter les normes
de sécurité relatives au site
 CHSCT
 Règles de sécurité de
l’entreprise connues
Résultats attendus
Les intervenants au projet sont
identifiés et choisis.
Les fiches contrat sont
rédigées et assignées.
Une présentation de l’état du
projet est faite au maître
d’œuvre ou à son représentant.
Les nouvelles directives sont
comprises.
Les Tâches professionnelles à
réaliser et les interactions avec
les membres de l’équipe sont
identifiées.
Les Tâches professionnelles
confiées sont réalisées.
Les problèmes dans la
réalisation des Tâches
professionnelles confiées sont
remontés.
Les alertes sont envoyées au
chef de projet.
Une cellule de médiation est
mise en place pour les conflits
collectifs.
Un arbitrage lié à ces
responsabilités est donné.
Les Tâches professionnelles
confiées sont adaptées au
contrat de travail de l’employé.
Les Tâches professionnelles
confiées répondent au code du
travail, les règles sur le temps
de travail et la sécurité sont
respectées.
Les risques liés aux activités
confiées sont identifiés.
Les règles liées à la
sécurisation de l’intervention
sont données.
112
C. Savoir-faire option EC
Compétence
C3.1
Analyser un
cahier des
charges
Savoir-faire
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
SF25. Participer aux revues de
projet
 Planification du projet
 Cahier des charges
 Outil de gestion de projet
Un compte rendu est rédigé
avec :
- la validation des jalons ;
- les documents
contractuels ;
- les actions à réaliser pour
les jalons non respectés.
SF26. Participer à la
construction d’un modèle
SysML conforme aux
spécifications du cahier des
charges
 Cahier des charges
 Comptes rendus
Les diagrammes
SysML (contexte, cas
d’utilisation et séquence
système) sont construits.
SF27. Identifier les fonctions à
réaliser, les performances
attendues
 Cahier des charges
 Dossier de spécifications
techniques
 Diagrammes SysML
précédents
 Comptes rendus
Un diagramme d’exigence est
fourni.
SF28. Prendre connaissance
des normes métier à respecter
dans la réalisation
Ressources de l’entreprise
Les normes à respecter sont
inventoriées.
C3.2
Analyser et
compléter un
dossier de
spécifications
techniques
SF29 Produire un document
contractuel des spécifications
techniques
Outils de modélisation d’un
cahier des charges
Le document de description
des caractéristiques et limites
d’utilisation du produit est
rédigé.
Les essais contractuels de
réception du produit sont
clairement définis.
Les normes auxquelles doit
répondre le produit sont
clairement référencées
C3.3
Définir
l’architecture
globale d’un
prototype ou
d’un système
SF26 Participer à la
construction d’un modèle
SysML conforme aux
spécifications du cahier des
charges
 Cahier des charges
 Dossier de spécifications
techniques
 Diagrammes SysML
précédents
Les diagrammes de définition
des blocs et le diagramme de
blocs internes sont définis.
SF30 Produire un compte
rendu d’essais et affiner la
modélisation du système par
des diagrammes
 Simulateur, sous système,
maquette de prototypage
rapide
 Equipements de test
SF31 Proposer des solutions
et coûts en fonction du
contexte technico-économique




SF32 Produire un cahier de
recette
 Cahier des charges
 Diagramme d’exigences
 Caractéristiques techniques
des solutions retenues
C3.4
Valider le choix
d’une
architecture
matérielle/logici
elle
C3.5
Contribuer à la
définition des
éléments de
recette au
regard des
contraintes du
cahier des
charges
Cahier des charges
Contexte économique
Contraintes techniques
Solutions envisageables
Un compte rendu de simulation
ou de test est rédigé.
Les problèmes sur les
diagrammes SysML sont
notifiés.
Un inventaire comparatif de
solutions possibles est mis en
place.
Les choix de la solution
retenue sont argumentés.
Le cahier de recette est rédigé.
113
Compétence
C3.6
Recenser les
solutions
existantes
répondant au
cahier des
charges
Savoir-faire
SF33. Estimer les coûts et
l’adéquation des solutions
envisagées
SF34. Utiliser un logiciel de
simulation
C3.7
Contribuer à la
modélisation de
tout ou partie
d’un produit
SF35. Associer un modèle de
comportement à une structure
et le renseigner
SF36. Obtenir une maquette
virtuelle de tout ou partie du
produit
C3.8
Elaborer le
dossier de
définition de la
solution
technique
retenue
C3.9
Valider une
fonction du
système à partir
d’une maquette
réelle
SF37. Produire la
documentation nécessaire à la
conception du produit
(fabrication, contrôle,
utilisation, maintenance)
SF38. Tester la conformité
d’une fonction sur une
maquette
SF39. Tester la conformité
d’une fonction sur un dispositif
de prototypage rapide
SF40. Produire un rapport de
validation
C3.10
Réaliser la
conception
détaillée d’un
module matériel
et/ou logiciel
SF41. Elaborer les schémas
structurels de la fonction à
réaliser
SF42. Elaborer les
programmes de la fonction à
réaliser
Moyens mis à disposition
 Schéma des solutions
envisageables
 Nomenclatures des
solutions envisageables
 Coût de production
 Charges indirectes
 Logiciel de simulation
comportementale
 Notice d’utilisation
 Exemples d’utilisation
 Résultats attendus
 Logiciel de simulation
comportementale
 Notice d’utilisation
 Exemples d’utilisation
 Spécifications techniques
d’un système
 Logiciel de simulation
comportementale
 Notice d’utilisation
 Exemples d’utilisation
 Modeleur SysML
 Logiciel CAO
 Logiciel de bureautique
 Spécifications techniques
 Résultats de simulations
comportementales
 Maquette
 Equipements de test
 Spécifications techniques
 Résultats de simulations
comportementales
 Dispositif de prototypage
rapide
 Equipements de test
 Logiciel de bureautique
 Résultats de test
 Spécifications techniques
 Modèle SysML
 Dossier de conception
 Schémas partiels
 Exemple de schémas
structurel
 Spécifications techniques
 Modèle SysML
 Dossier de conception
 programmes partiels
 Exemple de programmes
Résultats attendus
Un tableau comparatif des
coûts totaux est édité.
Les résultats de simulation sont
fournis.
Le modèle de comportement
est établi.
Un rapport contenant les
résultats de simulation et leur
adéquation avec le système
réel est rédigé.
Le dossier de conception est
complet.
Les procédures et les résultats
de mesures (valeurs,
chronogrammes, spectres,
etc.) sont rédigés.
Les procédures et les résultats
de mesures (valeurs,
chronogrammes, spectres,
etc.) sont rédigés.
Un rapport de validation est
rédigé.
Les schémas structurels sont
établis.
L'algorithme est établi.
Les programmes sont
commentés.
Le résultat de compilation est
fourni.
114
Compétence
Savoir-faire
SF44 Valider les fonctions du
nouveau matériel dans son
environnement.
C4.1
Câbler et/ou
intégrer un
matériel
SF45 Réaliser la mise en
situation du matériel.
SF46 Interconnecter des
matériels.
SF47 Respecter un protocole
d’installation.
SF48 Valider les fonctions du
nouveau matériel dans son
environnement.
C4.2
Adapter et/ou
configurer un
matériel
SF49 Extraire de la notice
technique les informations
pertinentes.
SF50 Elaborer le nouveau
schéma structurel.
SF51 Justifier les choix
technologiques.
SF52 Configurer le logiciel
pilotant le matériel.
SF53 Délimiter la structure
logicielle à modifier.
C4.3
Adapter et/ou
configurer une
structure
logicielle
SF54 Analyser la structure
logicielle.
SF55 Procéder aux
modifications logicielles.
SF56 Tester ces modifications
à l'aide des outils de
développement.
Moyens mis à disposition
 Cahier des charges
 Notices technique et
d’installation du matériel
 Matériel
 Environnement
 Equipements de test
 Cahier des charges
 Notices technique et
d’installation du matériel
 Outils métier
 Cahier des charges
 Notices technique et
d’installation du matériel
 Outils métier
 Protocole d’installation
 Outils métier
 Cahier des charges
 Notices technique et
d’installation du matériel
 Matériel
 Environnement
 Equipements de test
 Notice technique
 Schémas fonctionnels
 Schémas structurels des
versions précédentes
 Contraintes de conception
 Schémas structurels
 Modélisation UML/SysML
 Contraintes de conception
 Outils de simulation
 Cahier des charges
 Contraintes de
fonctionnement
 Outil de configuration
 Ensemble des programmes
contenant la structure
logicielle
 Modélisation UML/SysML
 Cahier des charges des
modifications à apporter
 Structure logicielle
 Modélisation UML/SysML
 Notice des fonctions
rencontrées
 Cahier des charges des
modifications
 Logiciel à modifier
 Cahier des charges des
modifications à apporter
 Logiciel à modifier
 Outil de développement
 Cahier des charges des
modifications à apporter
 Equipements de test
Résultats attendus
Le matériel est fonctionnel
dans son environnement.
Un plan d’installation et de
câblage est fourni.
Le matériel est en situation.
Le matériel est connecté
suivant spécifications et les
règles de l’art.
L'installation est conforme au
protocole d’installation.
Le matériel est fonctionnel
dans son environnement.
Un compte rendu des
informations pertinentes est
établi.
Le schéma structurel est
produit.
Les choix technologiques sont
justifiés.
Un rapport est écrit.
Le logiciel est configuré.
La structure logicielle est
délimitée.
Un compte rendu d’analyse est
produit.
Un compte rendu des
modifications à apporter est
rédigé.
Les modifications sont
validées.
115
Compétence
C4.4
Fabriquer un
sous-ensemble
Savoir-faire
SF57 Respecter les
contraintes de routage en
terme de d’intégration dans un
équipement de propriétés
électriques ou compatibilité
électromagnétique.
SF58 Assembler les
composants sur une carte.
SF59 Déterminer les tests
pertinents dont les résultats
détermineront la validité de la
maquette
C4.5
Tester et valider
un module
logiciel et
matériel
SF60 Appliquer les procédures
de tests sur un équipement ou
un produit et d'en déduire le
bon fonctionnement.
SF61 Produire un rapport de
test.
C4.6
Produire les
documents de
fabrication d’un
sous ensemble
SF62 Produire les documents
de fabrication permettant la
réalisation d'une carte de
câblage imprimé ou son
montage dans l'établissement
ou chez un sous-traitant.
SF63 Organiser les étapes de
la fabrication d'une maquette.
C4.7
Documenter
une réalisation
matérielle et/ou
logicielle
SF64 Documenter une
architecture ou une
configuration matérielle.
Moyens mis à disposition
 Schéma structurel du sous
ensemble à fabriquer
 Contraintes de routage
 Dossier de fabrication
 Circuits imprimés
 Composants à monter
 Outil de fabrications (pose
CMS, four, etc.)
 Cahier des charges de la
maquette
 Contraintes d’exploitation
 Normes spécifiques à la
maquette
 Schéma structurel
 Modélisation UML/SysML
 Outils de mesure et de tests
adaptés aux procédures de
tests
 Procédures de tests
 Schéma structurel
 Normes spécifiques à la
maquette
 Compte rendu du résultat de
test
 Normes spécifiques à la
maquette
 Dossier de fabrication
produit en conformité aux
contraintes
 Contraintes de fabrication
(restriction of the use of
certain hazardous substances
in electrical and electronic
equipment (RoHS), etc.)
 Documents de fabrication
 Contraintes de fabrication
(Rohs, etc.)
 Modèle UML/SysML
 Schémas structurels
 Programmes
 Résultat des tests
 Documents de fabrication
Résultats attendus
Le dossier de fabrication
produit est conforme aux
contraintes.
La carte est montée dans les
règles de l’art.
La procédure de tests est
définie.
L'équipement ou le produit est
certifié.
Le compte rendu du résultat
des tests est produit.
Un rapport de test et de
conformité est fourni.
Les documents de fabrication
sont rédigés.
Le dossier avec le diagramme
des phases de fabrication est
rédigé.
Le dossier est synthétisé.
SF65 Documenter la chaîne
de développement et sa
configuration. (Documentation
au format en vigueur de
l'entreprise)
116
Compétence
C5.1
Préparer la
solution et le
plan d’action
Savoir-faire
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
SF66 Analyser la
documentation d'installation de
l'équipement.
 Dossier technique du
système :
 cahier des charges
 notices d’installation
 documentations
techniques
 cahier de recette
 Liste des procédures
 Les normes et
réglementations
 Budget relatif à l’installation
Les Tâches professionnelles à
réaliser et les ressources
nécessaires (matériel, soustraitance, etc.) sont estimées.
SF67 Établir puis préparer un
plan d'action.
 Date de livraison au client
 Echéancier
 Logiciels de bureautique
et/ou de gestion de projet
SF68 Préparer le matériel
nécessaire.
 Outils métier
d’approvisionnement
 Espace de rangement
SF69 Exécuter la procédure
d’installation de l’équipement.
C5.2
Mettre en
oeuvre une
solution
matérielle/logici
elle en situation
SF70 Exécuter les mesures et
tests appropriés
SF71 Vérifier la conformité du
fonctionnement.
C5.3
Effectuer la
recette d’un
produit avec le
client
SF72 Exécuter les mesures de
tests appropriés (devant le
client)
SF73 Vérifier la conformité du
fonctionnement. (devant le
client)
 Outils métier
 Dossier technique du
système :
 notices d’installation
 documentations
techniques
 liste des procédures
 Outils métier
 Dossier technique du
système :
 Notices d’installation
 documentations
techniques
 liste des procédures
 Equipements de test
 Dossier technique du
système (cahier de recette)
 Equipements de test
 Dossier technique du
système
 cahier des charges
 cahier de recette
 liste des procédures
 Equipements de test
 Dossier technique du
système :
 cahier des charges
 cahier de recette
 Equipements de test
Les plannings d’exécution sont
créés.
Le livrable à chaque jalon est
défini.
Le client est informé.
Les commandes
d’approvisionnement ont été
programmées et
réceptionnées.
Le rangement du matériel est
organisé en vue de son
déplacement.
Les normes métier et les
procédures sont respectées.
Les contraintes liées au client
(horaires, nuisances sonores,
qualité de la relation…) sont
respectées.
Les résultats de test sont
conformes aux spécifications
des procédures d’installation.
Le système ou le service est
conforme aux spécifications du
cahier des charges.
Le système ou le service est
conforme aux spécifications du
cahier des charges.
Les remarques éventuelles
sont prises en compte.
Le système ou le service
fonctionne.
Les documents (mise en route,
exploitation et maintenance)
sont remis au client.
Le procès-verbal d’installation
est signé par le client.
117
Compétence
Savoir-faire
SF74 Configurer un outil de
supervision
C6.1
Superviser le
fonctionnement
d’un produit
matériel/logiciel
SF75 Choisir les informations
à superviser
SF76 Relever les informations
ciblées
SF77 Remonter les
informations dans un système
spécialisé
SF78 Accéder aux
informations de supervision
d’un système
SF79 Interpréter les compte
rendus issus des outils de la
supervision
C6.2
Analyser les
comptes rendus
d’exploitation
SF80 Extraire les défaillances
de fonctionnement
SF81 Proposer des solutions
de remédiations
SF82 Produire un document
de synthèse de l’état du
système
Compétence
Savoir-faire
SF83 Consulter les
paramètres d’un équipement
pour identifier son état de
fonctionnement.
C7.1
Diagnostiquer
les causes d’un
dysfonctionnement
SF84 Mettre en œuvre les
outils de test et diagnostics,
appareils de mesure
classiques ou spécialisés, pour
identifier un défaut.
SF85 Interpréter les résultats
de test et de mesure pour
localiser le ou les constituants
défectueux
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
 Outil de supervision
 Notices d’exploitation
 Liste des informations à
superviser
 Cahier des charges du
système ou du service
 Notices d’exploitation
 Notices d’exploitation
 Information à cibler
 Fichiers de journalisation et
de supervision, alertes
 Un mécanisme de
production d’informations
 Un système récepteur
 Cahier des charges du
système ou du service
 Notices d’exploitation
 Un mécanisme de
production d’informations
L’outil de supervision est
configuré pour générer les
fichiers de journalisation, de
supervision et les alertes.
Les informations à enregistrer
et les alertes à générer sont
identifiées et pertinentes.
Les informations ciblées sont
localisées dans les
enregistrements des fichiers de
supervision.
Le mécanisme producteur
communique avec le système
récepteur.
 Dossier d’exploitation
 Journal d’exploitation
Les informations issues de
l’outil de supervision sont
synthétisées et analysées.
 Cahier des charges du
système ou du service
 Dossier d’exploitation
 Journal d’exploitation
 Cahier des charges du
système ou du service
 Dossier d’exploitation
 Journal d’exploitation
 Cahier des charges du
système ou du service
 Dossier d’exploitation
 Journal d’exploitation
Moyens mis à disposition
 Notice technique de
l’équipement
 Notice d’installation de
l’équipement
 Equipement en l’état
 Schémas fonctionnels et
structurels
 Assistance (en fonction des
besoins pour les tests)
 Appareils de mesures
 Equipement en l’état
 Notice technique de
l’équipement
 Notice d’installation de
l’équipement (protocoles)
Les informations utiles à
l’exploitation sont accessibles
dans le système récepteur.
Les informations issues de
l’outil de supervision relatives
aux défauts sont identifiées.
Les causes des défauts sont
identifiées et une proposition
de solution est avancée.
Le document produit permet
une maintenance préventive et
curative du système.
Résultats attendus
L’état de fonctionnement de
l’appareil est identifié.
Un diagnostic est établi.
Les composants défectueux
sont identifiés et localisés.
118
Compétence
Savoir-faire
SF86 Utiliser des forums
(FAQ) pour établir une
procédure de correction à
partir du diagnostic posé.
SF87 Consulter des bases de
données défauts de la famille
d’équipement concerné
C7.2
Proposer des
corrections ou
des
améliorations
SF88 Organiser les opérations
de maintenance en s’assurant
de la disponibilité des pièces à
remplacer, de la disponibilité
des techniciens.
SF89 Établir des fiches
d’intervention des opérations
de maintenance sur une
installation ou un équipement.
SF90 Mettre en sécurité le site
d’intervention
C7.3
Dépanner une
installation
matérielle/logicielle
SF91 Réaliser les opérations
de remplacement de ou des
éléments défectueux.
SF92 Assurer la remise en
service de l’installation.
SF93 Prévenir les services
concernés de la fin de
l’opération de maintenance.
C7.4
Assurer la
traçabilité
SF94 Établir un rapport
d’intervention.
SF95 Mettre à jour une base
de données des défauts de
l’installation ou de la famille
d’équipements concernés.
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
Outil informatique avec liaison
Internet
Une procédure de correction
est établie.
 Outil informatique avec
liaison Internet
 Documentations
constructeurs
 Planning de travail des
techniciens
 Outils de communication
avec les fournisseurs (PC,
tél…)
 Notice technique de
l’équipement
 Schémas fonctionnels et
structurels
 Documentation des
appareils de mesures ou
spécifiques
Les bases de données sont
connues et le défaut
éventuellement répertorié dans
les bases de données.
 Matériel de consignation
 Document d’information
vierge
La zone d’intervention est
consignée.
Les personnes concernées
sont averties.
 Fiche d’intervention
 Techniciens de
 Maintenance
 Matériels d’intervention
(outils, appareils de test de
mesures, spécialisés)
 Notice d’installation de
l’équipement (protocoles)
 Outils d’information de
l’entreprise (ordinateur,
documents, tableau
d’affichage, téléphone, etc.)
 Document rapport type
vierge (numérique ou papier)
 Comptes rendus des
techniciens d’intervention
 Document de maintenance
du matériel
 Base de données accessible
Un planning d’intervention est
rédigé.
Une liste des matériels à
commander est établie.
Les fiches d’intervention des
opérations de maintenance
sont établies et diffusées aux
intéressés.
Les composants défectueux
sont remplacés et testés.
L’installation est prête à
fonctionner normalement.
Les services concernés sont
avertis du bon fonctionnement
de l’installation.
Le rapport d’intervention est
rédigé.
La base de données est mise à
jour.
119
D. Savoir-faire option IR
Compétence
C3.1
C3.2
Savoir-faire
SF25 Participer aux revues de
projet
SF26 Produire un modèle
UML/SysML conforme aux
spécifications du cahier des
charges
SF27 Produire un document
contractuel des spécifications
techniques (à minima le
diagramme d’exigences)
SF28 Produire un cahier de
recette
C3.3
SF29 Produire un modèle
UML/SysML conforme aux
spécifications du cahier des
charges
SF30 Produire un compte
rendu d’essais et affiner la
modélisation du système par
des diagrammes
C3.4
SF31 Proposer des solutions
et coûts en fonction du
contexte technico-économique
C3.5
SF32 Valider l’architecture et
produire un cahier de recettes
C3.6
SF33 Estimer le coût et
l’adéquation des solutions
envisagées
C3.7
SF34 Produire ou compléter
un dossier de modélisation
C4.1
SF35 Réaliser la mise en
situation et interconnecter du
matériel
C4.2
C4.3
SF36 Rendre opérationnel un
matériel
SF37 Compléter le cahier de
bord
SF38 Fournir un
environnement de
développement opérationnel
Moyens mis à disposition
Résultats attendus
 Cahier des charges
 Ordre du jour
Un compte rendu de réunion
est produit.
 Cahier des charges
 Compte rendu de réunion
Les diagrammes de contexte,
de cas d’utilisation et de
séquence système sont établis.
 Cahier des charges
 Cahier des spécifications
techniques
 Compte rendu de réunion
 Le cahier des charges
 L’analyse
 Le diagramme d’exigence
Un diagramme d’exigence est
mis en place.
Le cahier de recette est rédigé.
 Tous les documents relatifs
au projet
Le diagramme de déploiement
et/ou diagramme de blocs et/ou
diagramme de blocs internes
sont élaborés.
 Un matériel et/ou un logiciel
 Des procédures d’essai
Des comptes rendus d’essai
sont produits.
 Un cahier des charges
 Un éventail de solutions
 avec leurs coûts respectifs
et leurs caractéristiques
techniques
 Le cahier des charges.
 Un diagramme d’exigence.
 Les documents techniques
de l’architecture choisie
 Catalogues constructeur
 Caractéristiques techniques
et prix des différentes
solutions
 Cahier des charges
 Pré-étude
 Toute analyse déjà réalisée
 Les matériels à
interconnecter
 Les documentations
techniques des matériels
 Les documentations
techniques des matériels
 Une procédure de mise en
œuvre
Une étude comparative
argumentée des différentes
solutions est produite.
Le cahier de recette est rédigé.
Une étude comparative
argumentée des différentes
solutions est produite.
Tout diagramme UML/SysML
utile à la modélisation.
Un plan de câblage ou
d’intégration est réalisé.
Le rapport de tests est
renseigné.
Le matériel fonctionne.
La procédure a été respectée.
Un compte rendu est rédigé.

Un cahier de bord est
renseigné.
 Le poste de développement
 Les logiciels à installer
Le poste de développement est
opérationnel.
120
Compétence
C4.4
Savoir-faire
Moyens mis à disposition
SF39 Identifier et éliminer les
points critiques
 Le poste de développement
 La documentation
 Le module logiciel
Les erreurs sont identifiées et
le module est débuggé.
Un rapport de test est rédigé.
La documentation est mise à
jour.
SF40 S’assurer de la
robustesse d’un programme




Le rapport de test est rédigé.
Le poste de développement
La documentation
Le module logiciel
Un plan de test détaillé
SF41 Documenter les
interfaces
SF42 S’assurer de la
conformité du logiciel avec le
cahier des charges
SF43 Éliminer les bogues
C4.5
Résultats attendus
SF44 Faire la recette d’un
module
SF45 Établir un compte rendu
de performance
C4.6
SF46 Rendre opérationnel le
système ou sous-système
C4.7
SF47 Documenter une
architecture ou une
configuration matérielle
SF48 Commenter et
documenter les modules
logiciels :
- Documentation de la chaîne
de développement et de sa
configuration,
- Documentation du logiciel,
- Documentation au format en
vigueur de l'entreprise
La documentation est à jour et
conforme aux interfaces.
 Le cahier des charges
 Le diagramme d’exigence
 Le cahier de recette du
module
 Un poste de développement
 Le module à tester
 La documentation inhérente
au module
 Un poste de développement
 Le module à tester
 La documentation inhérente
au module
 Le cahier de recette
 Un poste de développement
 Le module à tester
 La documentation inhérente
au module
 Les performances attendues
 La documentation
 La procédure d’intégration
Le cahier de recette du module
est validé.
Les erreurs sont identifiées.
Les erreurs sont résolues.
La documentation est mise à
jour.
Le cahier de recette est
renseigné.
Un compte rendu de
performance est rédigé.
La procédure est respectée.
Un rapport d’intégration est
produit.
Le module ou le système est
opérationnel.
L'analyse est finalisée.
Le dossier est complet : plan,
nomenclature, etc.
 Logiciel de génération de
documentation.
 Logiciel de suivi de version
La documentation est à jour et
conforme au logiciel/matériel.
Les standards de l’entreprise
sont respectés.
La solution est mise en œuvre
sur une machine virtuelle.
Un mécanisme de sécurisation
des données est utilisé.
La procédure d’installation sur
site est rédigée.
La solution est fonctionnelle.
C5.1
SF49 Le système est
opérationnel et documenté
 Des machines virtuelles de
différents OS
 Une description des
données à sécuriser
C5.2
SF50 Rendre opérationnelle et
documenter la solution
 Toutes solutions de
développement
 La procédure d’installation
sur site
121
Compétence
C5.3
Savoir-faire
SF51 Exécuter la procédure de
recette devant le client
SF52 Rendre opérationnel le
système d’exploitation
C5.4
C5.5
SF53 Documenter la
bibliothèque
C6.2
C7.1
C7.2
 Le système opérationnel
(projet par exemple)
 Le cahier de recette
 L'OS à configurer (les points
à configurer sont connus).
 La bibliothèque propriétaire.
 Les outils de documentation
automatisés
SF54 Assurer la traçabilité des
interventions et des tests
 Les procédures de tests
SF55 Garantir la continuité des
services au cours de
l’intervention
 Les points critiques pour la
continuité du service.
SF56 Relever les informations
ciblées
C6.1
Moyens mis à disposition
SF57 Remonter les
informations dans un système
 Des mécanismes
producteurs de données
 Un mécanisme de
production d’informations
 Un système récepteur
Résultats attendus
La solution est mise en œuvre.
L'OS est configuré.
Une documentation utilisateur
est rédigée.
Un compte rendu d’intervention
est fourni.
L’installation du correctif ou de
la mise à jour est
effectif.
Les services n’ont pas été
interrompu inutilement.
Les données sont acquises et
disponibles.
Le mécanisme producteur
communique avec le système.
SF58 Produire un document
de synthèse de l’état du
système
 Un dossier d’exploitation.
 Des algorithmes de
fonctionnement nominaux
 Des comptes rendus
d’exploitation
Une description pertinente de
l’état du système est fournie, ce
document permet une
maintenance
préventive/corrective du
système
SF59 Mettre en œuvre les
moyens de diagnostic
 Un rapport d’incident
 La documentation technique
du matériel et/ou logiciel
 Des outils informatiques de
diagnostic et leurs
documentations
Les vulnérabilités et/ou les
dysfonctionnements du
système sont analysés.
SF60 Assurer la traçabilité des
interventions et des tests

Le compte rendu de suivi
d’incident est mis à jour
SF61 Garantir la continuité des
services au cours de
l’intervention
 Les données issues de la
supervision (fichiers log et/ou
archivage).
 Les inventaires des
interventions précédentes
avec leurs modes de
contournement (roadbook).
 La stratégie pour le
« maintien en condition
opérationnelle » (MCO).
Les modes de contournement
sont mis en place.
SF62 Recenser les pannes
possibles avec les
interventions et les tests
associés
 Tous les rapports d’incident
 Tous les comptes rendus de
suivi d’incident
SF63 Consigner les
améliorations possibles en
respectant les standards de
l’entreprise
 Un atelier de génie logiciel
(UML)
 Des correctifs (matériels
et/ou logiciels)
Un tableau ou une base de
données croisées entre les
pannes possibles et les
interventions et les tests
associés est mis en place.
Des correctifs et/ou de
nouveaux modes de
contournements et/ou une
simplification de l’architecture
réseau du système sont
proposés.
Le service s'adapte à
de nouvelles contraintes
(confort, maintenance).
122
Compétence
C7.3
C7.4
Savoir-faire
Moyens mis à disposition
SF64 Recenser les pannes
possibles avec les
interventions et les tests
associés
 Tous les rapports d’incident
 Tous les comptes rendus de
suivi d’incident
SF65 Assurer la reprise
d’exploitation de l’installation
 Les données issues de la
supervision (fichiers log et/ou
archivage).
SF66 Mettre en place des
outils de traçabilité des
opérations
 La notice technique et le
manuel des outils à mettre en
place
Résultats attendus
Un tableau ou une base de
données croisées entre les
pannes possibles et les
interventions et les tests
associés est mis en place.
L’application des procédures de
dépannage ou de relance de
services ou d’applicatifs.
La remise en service nominal.
Les outils sont correctement
mis en place.
Les opérations sont tracées.
123
Annexe 1.c Glossaire
Système :
Un système est une association structurée de constituants ayant des relations entre eux. Il a été
conçu dans le but de répondre à un besoin. Il est caractérisé par la nature de ses éléments
constitutifs et de leurs interactions, et par ses éléments environnants et de leurs interactions avec
le système. Dans ce référentiel, le terme « système » recouvre tout le champ des produits
manufacturés et des ouvrages, intégrés dans leur environnement. Le système peut être réel, virtuel
ou à l’état de projet.
Normalisation :
Une normalisation de la mesure des compétences souscrit aux préconisations du fascicule de
documentation FD X50-183 (AFNOR). Cette norme est complétée par les définitions ci-après.
Référentiel de compétences :
C’est un document identifiant l’ensemble des compétences utiles à l’organisme dans le présent et
le futur, comportant la détermination des niveaux de complexité croissante à l’intérieur de chacune
d’elles. C’est un outil de facilitation avec les partenaires de l’organisme.
Compétence :
C’est une capacité éprouvée à mettre en œuvre des connaissances, des savoir-faire et
comportements en situation d’exécution. C’est la capacité éprouvée à résoudre des problèmes
dans un contexte donné.
Savoir :
C’est un ensemble de connaissances théoriques et pratiques.
Savoir-faire :
C’est la mise en œuvre d'un savoir et d'une habileté pratique maîtrisée dans une réalisation
spécifique.
124
ANNEXE II
Modalités de certification
ANNEXE II .................................................................................................................................... 125 Annexe 2.a Unités constitutives du diplôme......................................................................... 126 Annexe 2.b Conditions d’obtention des dispenses d’unité ................................................. 127 Annexe 2.c Règlement d’examen ........................................................................................... 128 Annexe 2.d Définition des épreuves ...................................................................................... 129 125
Annexe 2.a Unités constitutives du diplôme
La définition des unités constitutives du diplôme a pour but de préciser, pour chacune d’elles, quelles
compétences et savoirs professionnels sont concernés et dans quel contexte. Il s’agit à la fois :
- de permettre la mise en correspondance des activités professionnelles et des unités dans le cadre
de la validation des acquis de l’expérience,
- d’établir la liaison entre les unités, correspondant aux épreuves, et le référentiel d’activités
professionnelles, afin de préciser le cadre de l’évaluation.
Le tableau ci-après met en relation les compétences avec les unités
Épreuves
Unités
Compétences/
épreuves
C1.1
C1.2
C1.3
C1.4
C1.5
C1.6
C2.1
C2.2
C2.3
C2.4
C2.5
C3.1
C3.2
C3.3
C3.4
C3.5
C3.6
C3.7
C3.8(1)
C3.9(1)
C3.10(1)
C4.1
C4.2
C4.3
C4.4
C4.5
C4.6
C4.7
C5.1
C5.2
C5.3
C5.4(2)
C5.5(2)
C6.1
C6.2
C7.1
C7.2
C7.3
C7.4
Duréede
l'épreuve
Modalités
E4
U4
Enseignementsdespécialitéset
detraitementdel'information
X
X
X
X
E5
U5
Interventionsur
système
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
U6.1
Stageen
entreprises
X
X
X
X
X
X
5h
4h(2h+2h)
30mn(10+20)
1h(3)
Écrite
PratiqueOrale
Orale
Orale
2
6
Coefficient
5
5
(1) : Compétences qui concernent seulement l'option Électronique et Communications.
(2) : Compétences qui concernent seulement l'option Informatique et Réseaux.
(3) : La durée de cette épreuve est de 1 h 30 pour les candidats non scolaires.
E6
U6.2
Projettechnique
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
126
Annexe 2.b Conditions d’obtention des dispenses d’unité
U1. CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION
Les candidats à l’examen d’une spécialité de brevet de technicien supérieur, titulaires d’un brevet
de technicien supérieur d’une autre spécialité, d’un diplôme universitaire de technologie ou d’un
diplôme national de niveau III ou supérieur sont, à leur demande, dispensés de subir l’unité de
“Culture générale et expression”.
Les bénéficiaires de l’unité de “Français”, “Expression française” ou de “Culture générale et
expression” au titre d’une autre spécialité de BTS sont, à leur demande, pendant la durée de
validité du bénéfice, dispensés des épreuves correspondant à l’unité U1 “Culture générale et
expression”.
U2. LANGUE VIVANTE : ANGLAIS
L’unité U2. “Anglais” du brevet de technicien supérieur « systèmes numériques » et l’unité de
“Langue vivante étrangère 1” des brevets de technicien supérieur du secteur industriel sont
communes sous réserve que les candidats aient choisi l’anglais.
Les bénéficiaires de l’unité “Langue vivante étrangère” au titre de l’une des spécialités
susmentionnées sont, à leur demande, dispensés de l’unité U2 “Anglais”, sous réserve que les
candidats aient choisi l’anglais.
Les titulaires de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent faire acte de candidature à
une autre de ces spécialités sont, à leur demande, dispensés de subir l’unité U2 : “Anglais” ou de
“Langue vivante étrangère 1” sous réserve, dans ce dernier cas, que les candidats aient choisi
l’anglais.
D’autre part, les titulaires d’un diplôme national de niveau III ou supérieur, ayant été évalués en
Anglais pour obtenir ce diplôme, sont, à leur demande, dispensés de subir l’unité U2. : “Anglais” du
brevet de technicien supérieur « systèmes numériques ».
U31. MATHÉMATIQUES
L’unité U31. "Mathématiques” du brevet de technicien supérieur systèmes numériques et l’unité de
Mathématiques des brevets de technicien supérieur du groupement A sont communes.
Les bénéficiaires de l’unité de Mathématiques au titre de l’une des spécialités susmentionnées qui
souhaitent faire acte de candidature à une autre de ces spécialités sont, à leur demande, pendant
la durée de validité du bénéfice, dispensés de subir l’unité de Mathématiques.
D’autre part, les titulaires d’un diplôme national scientifique ou technologique de niveau III ou
supérieur, ayant été évalués en Mathématiques pour obtenir ce diplôme, sont, à leur demande,
dispensés de subir l’unité U31. “Mathématiques” du brevet de technicien supérieur « systèmes
numériques ».
127
Annexe 2.c Règlement d’examen
Scolaires
Formation
Scolaires
(établissements
publics ou privés
sous contrat)
professionnelle
(établissements privés hors
contrat)
Apprentis
(CFA ou sections
d'apprentissage
habilités)
continue
(établissements
publics habilités à
pratiquer le CCF
pour ce BTS)
Formation
professionnelle
continue
BTS Systèmes numériques
(CFA ou sections
d'apprentissage non
habilités)
Formation
professionnelle
continue
(établissements privés et
établissements publics non
habilités à pratiquer le CCF
pour ce BTS)
dans les
établissements
publics habilités
Nature des épreuves
Apprentis
Au titre de leur
expérience
professionnelle
Enseignement à
distance
Unité
Coef.
Forme
Durée
Forme
Durée
Forme
Durée
E1 Culture générale et
expression
U1
3
écrite
4h
écrite
4h
CCF
CCF
E2 Langue vivante : anglais
U2
2
2 situations
d’évaluation
2 situations
d’évaluation
orale
45 min(1)
U3
3
CCF
CCF
E3 Mathématiques
2 situations
d’évaluation
2 situations
d’évaluation
écrite
3h
E4 Étude d'un système
numérique et d'information
U4
5
écrite
6h
E5 Intervention sur un
système numérique et
d'information
U5
5
pratique
4h
Sous-épreuve E61 : Rapport
d’activité en entreprise
U6.1
2
orale
30
min(5)
Orale
5
min(5)
orale
5 min ou 30
min(2)
Sous-épreuve E62 : Projet
technique
U6.2
6(6)
orale
1h
orale
1h
orale
1h(7)
orale
20
min(4)
orale
20
min(4)
orale
20 min(4)
CCF
écrite
6h
CCF
2 situations
d’évaluation
2 situations
d’évaluation
écrite
6h
CCF
2 situations
d’évaluation
E6 Épreuve professionnelle de
synthèse
(5)
Epreuve facultative
Langue vivante II(3)
EF1
(1)
1ère partie : Compréhension de l’oral : 30 minutes sans préparation
2ème partie : Expression orale en continu et en interaction : 15 minutes assorties d’un temps de préparation de 30 minutes
(2)
Au titre de leur expérience professionnelle, enseignement à distance
(3)
La langue vivante II choisie au titre de l’épreuve facultative est obligatoirement différente de celle choisie au titre de l’épreuve
obligatoire.
(4)
Précédée de 30 minutes de préparation.
(5)
La note est proposée par la commission d’interrogation de l’E6 hors présence du candidat, après analyse de la fiche
d’évaluation complétée par l’équipe pédagogique.
(6)
Pour cette épreuve, trois points de coefficients seront attribués à partir de la moyenne des notes obtenues lors des 3 revues
de projet. Les trois autres points de coefficients seront attribués par le jury lors de l’épreuve orale d’une heure.
(7)
Pour la formation à distance, l’établissement où se passe l’examen doit fournir un dossier décrivant entièrement un système
un mois avant l’épreuve. Le candidat doit se baser sur ce dossier pour réaliser l’exploitation et la mise en œuvre du système.
128
Annexe 2.d Définition des épreuves
Épreuve E1 : Culture générale et expression
Coefficient 3 - Unité U1
1. Objectif de l’épreuve
L’objectif visé est de certifier l’aptitude des candidats à communiquer avec efficacité dans la vie courante et
la vie professionnelle.
L’évaluation a donc pour but de vérifier les capacités du candidat à :
 tirer parti des documents lus dans l’année et de la réflexion menée en cours ;
 rendre compte d’une culture acquise en cours de formation ;
 apprécier un message ou une situation ;
 communiquer par écrit ou oralement ;
 appréhender un message ;
 réaliser un message.
(cf. annexe III de l’arrêté du 17 janvier 2005 – BO n° 7 du 17 février 2005.)
2. Formes de l’évaluation
2.1. Forme ponctuelle
Épreuve écrite, durée 4 h
On propose trois à quatre documents de nature différente (textes littéraires, textes non littéraires, documents
iconographiques, tableaux statistiques, etc.) choisis en référence à l’un des deux thèmes inscrits au
programme de la deuxième année de STS. Chacun d’eux est daté et situé dans son contexte.
Première partie : synthèse (notée sur 40)
Le candidat rédige une synthèse objective en confrontant les documents fournis.
Deuxième partie : écriture personnelle (notée sur 20)
Le candidat répond de façon argumentée à une question relative aux documents proposés. La question
posée invite à confronter les documents proposés en synthèse et les études de documents menée dans
l’année en cours de “Culture générale et expression”.
La note globale est ramenée à une note sur 20 points.
(cf. annexe III de l’arrêté du 17 janvier 2005 – BO n° 7 du 17 février 2005.)
2.2. Contrôle en cours de formation
L’unité de “Culture générale et expression” est constituée de deux situations d’évaluation de poids
identique. Elles sont relatives à l’évaluation de la capacité du candidat à appréhender et à réaliser un
message écrit.
Première situation d’évaluation (durée indicative : 2 heures) :
a) Objectif général : Évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétences à évaluer :
 Respecter les contraintes de la langue écrite ;
 Synthétiser des informations : fidélité à la signification des documents, exactitude et précision dans
leur compréhension et leur mise en relation, pertinence des choix opérés en fonction du
problème posé et de la problématique, cohérence de la production (classement et
enchaînement des éléments, équilibre des parties, densité du propos, efficacité du message).
c) Exemple de situation :
129
Réalisation d’une synthèse de documents à partir de 2 à 3 documents de nature différente (textes
littéraires, textes non littéraires, documents iconographiques, tableaux statistiques, etc.) dont chacun
est daté et situé dans son contexte. Ces documents font référence au deuxième thème du
programme de la deuxième année de STS.
Cette situation est notée sur 20 points. La note globale est ramenée à une note sur 20.
Deuxième situation d’évaluation (durée indicative : 2 heures) :
a) Objectif général : Évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétences à évaluer :
 Respecter les contraintes de la langue écrite ;
 Répondre de façon argumentée à une question posée en relation avec les documents proposés en
lecture.
c) Exemple de situation :
À partir d’un dossier donné à lire dans les jours qui précèdent la situation d’évaluation et composé
de 2 à 3 documents de nature différente (textes littéraires, textes non littéraires, documents
iconographiques, tableaux statistiques, etc.), reliés par une problématique explicite en référence à
un des deux thèmes inscrits au programme de la deuxième année de STS et dont chaque document
est daté et situé dans son contexte, rédaction d’une réponse argumentée à une question portant sur
la problématique du dossier.
Cette situation est notée sur 20 points. La note globale est ramenée à une note sur 20.
130
Épreuve E2 : Anglais
Coefficient 2 - Unité U2
1. Finalités et objectifs
L’épreuve a pour but d’évaluer au niveau B2 les activités langagières suivantes :
a) Compréhension de l’oral,
b) Production et interaction orales.
2. Formes de l’évaluation
2.1. Forme ponctuelle
Les modalités de passation de l’épreuve, la définition de la longueur des enregistrements et de la nature des
supports pour la compréhension de l’oral ainsi que le coefficient sont identiques à ceux du contrôle en cours
de formation.
1. Compréhension de l’oral : 30 minutes sans préparation
Modalités : Cf. Première situation d’évaluation du CCF ci-dessous
2. Expression orale en continu et en interaction : 15 minutes assorties d’un temps de préparation
de 30 minutes. Modalités : Cf. Deuxième situation d’évaluation du CCF ci-dessous
2.2. Contrôle en cours de formation : deux situations d’évaluation de poids équivalent.
Première situation d’évaluation : évaluation de la compréhension de l’oral – durée 30 minutes
maximum sans préparation, au cours du deuxième trimestre de la deuxième année.
Organisation de l'épreuve :
Les enseignants organisent cette situation d'évaluation au cours du deuxième trimestre, au moment où ils
jugent que les étudiants sont prêts et sur des supports qu'ils sélectionnent. Cette situation d’évaluation est
organisée formellement pour chaque étudiant ou pour un groupe d’étudiants selon le rythme d’acquisition en
tout état de cause avant la fin du second trimestre. Les notes obtenues ne sont pas communiquées aux
étudiants et aucun rattrapage n’est prévu.
Passation de l'épreuve :
Le titre de l’enregistrement est communiqué au candidat. On veillera à ce qu’il ne présente pas de difficulté
particulière.
Trois écoutes espacées de 2 minutes d'un document audio ou vidéo dont le candidat rendra compte par écrit
ou oralement en français.
Longueur des enregistrements :
La durée de l’enregistrement n’excèdera pas trois minutes maximum. Le recours à des documents
authentiques nécessite parfois de sélectionner des extraits un peu plus longs (d’où la limite supérieure fixée
à 3 minutes) afin de ne pas procéder à la coupure de certains éléments qui facilitent la compréhension plus
qu’ils ne la compliquent.
Le professeur peut également choisir d’évaluer les étudiants à partir de deux documents. Dans ce cas, la
longueur n’excèdera pas 3 minutes pour les deux documents et on veillera à ce qu’ils soient de nature
différente : dialogue et monologue.
Nature des supports :
Les documents enregistrés, audio ou vidéo, seront de nature à intéresser un étudiant en STS sans toutefois
présenter une technicité excessive. On peut citer, à titre d’exemple, les documents relatifs à l'emploi
(recherche, recrutement, relations professionnelles, etc.), à la sécurité et à la santé au travail, à la vie en
entreprise ; à la formation professionnelle, à la prise en compte par l’industrie des questions relatives à
l’environnement, au développement durable etc. Il pourra s’agir de monologues, dialogues, discours,
discussions, émissions de radio, extraits de documentaires, de films, de journaux télévisés.
Il ne s'agira en aucune façon d'écrit oralisé ni d'enregistrements issus de manuels.
On évitera les articles de presse ou tout autre document conçu pour être lu. En effet, ces derniers, parce
131
qu’ils sont rédigés dans une langue écrite, compliquent considérablement la tâche de l’auditeur. De plus, la
compréhension d’un article enregistré ne correspond à aucune situation dans la vie professionnelle.
Deuxième situation d’évaluation : évaluation de la production orale en continu et de l’interaction au
cours du deuxième et du troisième trimestre de la deuxième année (durée 15 minutes maxi + 30 minutes de
préparation) :
1. Expression orale en continu : présentation personnelle du candidat et présentation des
documents qui lui auront été remis en loge (5 minutes environ)
Cette épreuve prend appui sur deux ou trois documents textuels et iconographiques appropriés illustrant un
thème adapté pour des sections industrielles. La totalité des documents écrits, y compris les textes
accompagnant les documents iconographiques (légende de photos ou de dessins, slogans de publicités
etc.) n’excédera pas 250 mots. Les documents iconographiques ne représenteront au plus qu’un tiers du
dossier.
Le candidat enchaînera une brève présentation personnelle (une ou deux minutes environ) et une
présentation structurée des documents (trois ou quatre minutes environ) en mettant en évidence le thème
qu’ils illustrent et en soulignant les points importants et les détails pertinents (cf. définition du niveau B2
Cadre européen commun de référence pour la production orale en continu). Cette partie de l’épreuve durera
5 minutes environ
2. Expression orale en interaction (10 minutes environ)
Au cours de l’entretien qui suivra, l'examinateur s’attachera à permettre au candidat de préciser certains
points, d’en aborder d’autres qu’il aurait omis. Cette partie de l’épreuve durera 10 minutes environ.
132
Épreuve E3 : Mathématiques
Coefficient 3 – Unité U3
1. Finalités et objectifs
L'épreuve de mathématiques a pour objectif d’évaluer :




la solidité des connaissances et des compétences des étudiants et leur capacité à les
mobiliser dans des situations variées ;
leurs capacités d’investigation ou de prise d’initiative, s’appuyant notamment sur
l’utilisation de la calculatrice ou de logiciels ;
leur aptitude au raisonnement et leur capacité à analyser correctement un problème, à
justifier les résultats obtenus et à apprécier leur portée ;
leurs qualités d’expression écrite et/ou orale.
2. Contenu de l’évaluation
L’évaluation est conçue comme un sondage probant sur des contenus et des capacités du programme de
mathématiques.
Les sujets portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un
problème en liaison avec les disciplines technologiques ou les sciences physiques. Lorsque la situation
s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des
candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies.
3. Formes de l’évaluation
3.1. Contrôle en cours de formation (C.C.F.)
Le contrôle en cours de formation comporte deux situations d’évaluation. Chaque situation d’évaluation,
d’une durée de cinquante-cinq minutes maximum, fait l’objet d’une note sur 10 points, coefficient 1.
Elle se déroule lorsque le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des capacités du
programme. Toutefois, la première situation doit être organisée avant la fin de la première année et la
seconde avant la fin de la deuxième année.
Chaque situation d’évaluation comporte un ou deux exercices avec des questions de difficulté
progressive. Il s’agit d’évaluer les aptitudes à mobiliser les connaissances et compétences pour résoudre
des problèmes, en particulier :





rechercher, extraire et organiser l’information ;
choisir et exécuter une méthode de résolution ;
raisonner, argumenter, critiquer et valider un résultat ;
présenter et communiquer un résultat ;
utiliser un logiciel dans le cadre d’une démarche d’investigation.
L’un au moins des exercices de chaque situation comporte une ou deux questions dont la résolution
nécessite l’utilisation de logiciels (implantés sur ordinateur ou calculatrice). La présentation de la
résolution de la (les) question(s) utilisant les TICE (Technologie de l'Information et de la Communication
pour l'Éducation) se fait en présence de l’examinateur. Ce type de question permet d’évaluer les
capacités à illustrer, calculer, expérimenter, simuler, programmer, émettre des conjectures ou contrôler
leur vraisemblance. Le candidat porte ensuite par écrit sur une fiche à compléter, les résultats obtenus,
des observations ou des commentaires.
133
À l’issue de chaque situation d’évaluation, l’équipe pédagogique de l’établissement de formation
constitue, pour chaque candidat, un dossier comprenant :



La situation d’évaluation ;
les copies rédigées par le candidat à cette occasion ;
la grille d’évaluation de la situation, dont le modèle est fourni en annexe ci-après, avec
une proposition de note sur 10 points.
Première situation d’évaluation
Elle permet l’évaluation, par sondage, des contenus et des capacités associés aux modules du
programme de mathématiques suivants :






Nombres complexes 1, à l’exception des paragraphes b) et c) et du TP 1 ;
Fonctions d'une variable réelle, à l’exception des paragraphes b) et c) ;
Calcul différentiel et intégral 2, à l’exception du paragraphe c), du TP 6, du TP 7 et où
pour le TP 2, on privilégiera les exemples d’étude de modèles géométriques utilisés
notamment dans l’industrie automobile ou aéronautique pour obtenir une forme
satisfaisant certaines contraintes (par exemple : courbes de Bézier) ;
Statistique descriptive ;
Calcul des probabilités 2 ;
Calcul vectoriel, à l’exception du produit mixte.
Deuxième situation d’évaluation
Elle permet l’évaluation, par sondage, des contenus et des capacités associés aux modules du
programme de mathématiques suivants :

Équations différentielles, à l’exception du TP 3 et en limitant la résolution des équations
linéaires du second ordre à celles à coefficients réels constants dont le second membre
at
est une fonction exponentielle t  e , où a




t  cos t    ;
R, un polynôme, ou une fonction
Fonctions de deux ou trois variables réelles, à l'exception des paragraphes b) et c) ;
Calcul matriciel ;
Statistique inférentielle, à l’exception du TP 5 ;
Fiabilité, à l’exception du paragraphe c), du TP 2 et du TP 3.
À l’issue de la seconde situation d’évaluation, l’équipe pédagogique adresse au jury la proposition de
note sur 20 points, accompagnée des deux grilles d’évaluation. Les dossiers décrits ci-dessus, relatifs
aux situations d’évaluation, sont tenus à la disposition du jury et des autorités académiques jusqu’à la
session suivante. Le jury peut en exiger la communication et, à la suite d’un examen approfondi, peut
formuler toutes remarques et observations qu’il juge utile pour arrêter la note.
3.2. Épreuve ponctuelle
Épreuve écrite d’une durée de trois heures.
Les sujets comportent deux exercices de mathématiques. Ces exercices portent sur des parties
différentes du programme et doivent rester proches de la réalité professionnelle.
Il convient d’éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématique excessives.
L’utilisation des calculatrices pendant l’épreuve est autorisée et définie par la circulaire n° 99-018 du
01/02/1999 (BO n° 6 du 11/02/1999).
134
Épreuve E4 : Étude d'un système numérique et d'information
Coefficient 5 - Unité U4
1. Objectif
L’épreuve a pour objectif de valider l’acquisition des compétences terminales de l'enseignement de
spécialité consignées dans le tableau ci-dessous, et les capacités exigibles en sciences physiques.
Électronique et communications
Informatique et réseaux
C3.2
Analyser et compléter un dossier de
spécifications techniques
C3.2
Analyser et compléter un dossier de
spécifications techniques
C3.4
Valider le choix d’une architecture
matérielle/logicielle
C3.4
Valider le choix d’une architecture
matérielle/logicielle
C3.7
Contribuer à la modélisation de tout ou
partie d’un produit
C3.7
Contribuer à la modélisation de tout ou
partie d’un produit
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations
2. Modalité d'organisation
C’est une épreuve écrite d’une durée de 6 heures, constituée de deux parties. Les structures étudiées
(matérielles et logicielles) sont les structures industrielles originelles du système choisi pour support de
l'épreuve.
La première partie présente le système numérique à étudier et a pour objectif d’évaluer les compétences
C3.2, C3.4, C3.7 et C7.2 du domaine professionnel. Cette première partie est notée sur 60 points.
La seconde partie a pour objectif d'évaluer la connaissance et la mise en œuvre des lois, des principes
et des modèles étudiés dans le cadre du programme des sciences physiques. Elle est constituée de
plusieurs sous-parties pouvant être traitées indépendamment les unes des autres. Cette seconde sousépreuve est notée sur 40 points.
Le candidat doit gérer son temps en fonction des recommandations ci-dessous :
 traiter la partie de spécialité sur une durée de 4 heures ;
 traiter la partie relative aux sciences physiques sur une durée de 2 heures.
Pour les deux parties, il pourra être demandé aux candidats de commenter ou d'analyser des résultats
de simulation ou d'expérimentation et/ou d'exploiter des données extraites de notices ou de documents
scientifiques ou techniques.
Cette épreuve sera corrigée par un professeur chargé de l'enseignement de spécialité et un professeur
de SPC.
135
Épreuve E5 : Intervention sur système numérique et d'information
Coefficient 5 - Unité U5
1. Objectif
L’épreuve a pour objectif de valider l’acquisition des compétences terminales de l'enseignement de
spécialité consignées dans le tableau ci-dessous, et les capacités exigibles en sciences physiques :
Électronique et communications
Informatique et réseaux
Compétences évaluées lors de la première situation d'évaluation
C5.1
Préparer la solution et le plan d’action
C5.1 Préparer la solution et le plan d’action
C5.2
Mettre en œuvre une solution
matérielle/logicielle en situation
C5.2
Mettre en œuvre une solution
matérielle/logicielle en situation
C5.3
Effectuer la recette d’un produit avec le
client
C5.3
Effectuer la recette d’un produit avec le
client
C5.4
Installer un système d’exploitation et/ou
une bibliothèque logicielle
C5.5
Installer un dispositif de correction et/ou
mise à jour de logiciel
Compétences évaluées lors de la seconde situation d'évaluation
C6.1
Superviser le fonctionnement d’un
produit matériel/logiciel
C6.1
Superviser le fonctionnement d’un
produit matériel/logiciel
C6.2
Analyser les comptes rendus
d’exploitation
C6.2
Analyser les comptes rendus
d’exploitation
C7.1
Diagnostiquer les causes d’un
dysfonctionnement
C7.1
Diagnostiquer les causes d’un
dysfonctionnement
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations
C7.2
Proposer des corrections ou des
améliorations
C7.3
Dépanner une installation
matérielle/logicielle
C7.3
Dépanner une installation
matérielle/logicielle
C7.4
Assurer la traçabilité
C7.4 Assurer la traçabilité
L’évaluation se déroule en contrôle en cours de formation (CCF). Elle se décompose en deux situations
d’évaluations. Une première situation en fin de première année, au cours du second semestre. Une seconde
dans le premier semestre de la seconde année.
Contrôle en cours de formation
Première situation d’évaluation
Objectifs
L’épreuve vise à évaluer la capacité de l’étudiant à réaliser une installation. Elle s’appuie sur l’évaluation
de l’ensemble des compétences du domaine C5, installer.
Modalités
L’étudiant est placé en situation d’intervention pour réaliser l’installation d’un système ou d’un service.
L’installation répondra à un besoin réel, simple, explicité par un cahier des charges. Successivement,
l’étudiant occupera deux rôles, celui de chef d'équipe et celui de technicien. Il sera confronté à :

des situations cohérentes et conformes à celles rencontrées dans le milieu professionnel et définies
136

dans le Référentiel des Activités Professionnelles ;
un contexte spécifié le plus authentique possible : contraintes et moyens d’entreprise, délais,
règlements et normes, démarche qualité, environnement.
Organisation
Les étudiants agissent par équipes de 3 à 4. Ils doivent réaliser une commande en se confrontant à tour
de rôle aux fonctions de chef d'équipe et de technicien. L’épreuve d’une durée totale de 12 heures par
candidat est répartie sur 3 à 4 séquences et est évaluée par le/les professeur(s) de spécialité.
On demandera aux étudiants d’organiser l’intervention, de mettre en œuvre les différentes structures
matérielles et logicielles en s’appuyant sur les éléments ressources tels que la documentation technique, et
d’effectuer la recette de l’installation à partir des essais et/ou mesurages nécessaires.
Les sujets proposés devront préciser, outre la nature des Tâches professionnelles à réaliser composant
l’installation demandée, son contexte en termes de contraintes, les ressources et les moyens mis à
disposition.
L’épreuve est orale (interrogation directe des candidats par les examinateurs durant les différentes
phases de l’intervention) et pratique (mise en œuvre et/ou pose de l’équipement et/ou des services
informatiques, essais et mesure). Les éléments représentatifs des travaux effectués doivent être fournis en
réponse au cahier de recette proposé (choix du mode opératoire et des outils, essais,…). Il ne peut être
question de limiter l’évaluation à la vérification de la pertinence des éléments inscrits dans un
compte rendu !
Supports utilisés pour l’épreuve
Les équipements, systèmes ou services auxquels est confronté le candidat ont déjà été mis en œuvre
au cours de la formation et sont représentatifs des domaines d'activités suivants :







télécommunications, téléphonie et réseaux téléphoniques ;
informatique, réseaux et infrastructures ;
multimédia, son et image, radio et télédiffusion ;
mobilité et systèmes embarqués ;
électronique et informatique médicale ;
mesure, instrumentation et microsystèmes ;
automatique et robotique.
Il est à noter que les étudiants mettent en œuvre un processus qui doit être préalablement élaboré par
l’équipe pédagogique auteur du sujet. C’est aux étudiants de définir les modalités de déclinaison de ce
processus dans l’adaptation des modes opératoires en particulier, afin de valider les spécifications
demandées.
Choix des travaux à réaliser
Les travaux doivent se dérouler dans un environnement caractéristique d’une application appartenant
aux champs technologiques du BTS SN. Les contraintes de réalisation peuvent être prises en compte par
l'équipe :





contraintes spatiales ;
contraintes temporelles ;
contraintes financières (budget alloué) ;
contraintes d’installation (fiabilité, sécurité) ;
contraintes qualité (conformité).
La reconduction d'année en année de travaux qui s’appuient sur le même cahier des charges et
l’installation des mêmes solutions technologiques ou des mêmes services est à proscrire.
Une rotation des Tâches professionnelles au sein de chaque équipe sera organisée de façon à ce que
chacun de ses membres puisse être évalué dans chaque rôle et sur l’ensemble des compétences.
137
Dossier contrat réalisé par les professeurs et remis à l'équipe chargée de l'installation
Lors du démarrage de l’activité d’installation, le dossier d’installation est remis à l'équipe d’étudiants :


la première partie fixe les contraintes générales de l’installation à réaliser pour l'ensemble
de l'équipe ;
les parties suivantes s'adressent plus spécifiquement aux différents membres composant
l’équipe et précisent les Tâches professionnelles à réaliser de façon individuelle dans
chacun des rôles que doivent tenir les étudiants.
Ce dossier d’installation est un élément contractualisant les Tâches professionnelles et conditions de
réalisation. Au terme des travaux réalisés, après recette, le professeur de spécialité en charge de
l’évaluation se basera sur ces éléments pour évaluer les travaux des étudiants.
Des problèmes de natures diverses peuvent survenir durant la phase d’installation, nécessitant la
redéfinition ou la redistribution partielle des Tâches professionnelles à effectuer. Une telle situation doit faire
l'objet d'un avenant, proposé par l’étudiant en situation de responsabilité de l’installation, validé par les
professeurs et qui sera joint au dossier final.
Seconde situation d’évaluation
Objectifs
L’épreuve vise à évaluer la capacité de l’étudiant à exploiter et maintenir une installation. Elle s’appuie
sur l’évaluation de l’ensemble des compétences des domaines C6 et C7, exploiter et maintenir.
Modalités
L’étudiant est placé en situation de surveillance et de dépannage d’une installation. Il doit, à partir de
l’analyse du compte rendu d’exploitation, proposer un scénario de dépannage et le mettre en œuvre. Il est
confronté à :


des situations cohérentes et conformes à celles rencontrées dans le milieu professionnel
et définies dans le référentiel des activités professionnelles (RAP) ;
un contexte spécifié le plus authentique possible : contraintes et moyens d’entreprise,
délais, règlements et normes, démarche qualité, environnement.
Organisation
Les étudiants agissent individuellement, ils devront réaliser l’ensemble des taches nécessaires au
dépannage de l’installation L’épreuve d’une durée de 4 heures sera évaluée par le/les professeur(s) de
spécialité accompagné(s) du professeur de SPC.
Les interventions proposées aux étudiants pour l’examen croisent nécessairement des études plus ou
moins abordées à travers les différentes activités confiées aux étudiants par les professeurs durant la
formation. Les équipes veilleront cependant à ce qu’elles soient présentées et organisées pour l’épreuve de
telle façon à ce que les sujets soient réellement originaux et spécifiques à cette situation d’évaluation
terminale !
Les sujets proposés devront préciser, outre la nature des Tâches professionnelles à réaliser composant
l’intervention demandée, son contexte en termes de contraintes, les ressources et les moyens mis à
disposition.
Il est à noter que le candidat met en œuvre une procédure qui doit donc être préalablement élaborée par
l’équipe pédagogique auteur du sujet. Bien entendu, c’est au candidat de définir les modalités de déclinaison
de cette procédure, modes opératoires en particulier, afin de valider les spécifications demandées.
Supports utilisés pour l’épreuve
Les équipements, systèmes ou services informatiques auxquels est confronté le candidat ont déjà été
mis en œuvre au cours de la formation et sont représentatifs des domaines d'activités suivants :




télécommunications, téléphonie et réseaux téléphoniques ;
informatique, réseaux et infrastructures ;
multimédia, son et image, radio et télédiffusion ;
mobilité et systèmes embarqués ;
138



électronique et informatique médicale ;
mesure, instrumentation et microsystèmes ;
automatique et robotique.
Validation des sujets proposés
La validation des deux situations d’évaluations destinées aux étudiants est réalisée dans le cadre d’une
commission (inter)académique. Elle a lieu au début du second semestre de la première année. Les
membres de cette commission, constituée de professeur de spécialité et de physique appliquée, étudie les
thèmes et les déroulés des deux situations d’évaluations proposés par chaque centre d'examen. Cette
commission répond à deux objectifs :


étude de la cohérence technique des sujets des deux situations d’évaluation. Cela se
rapporte plus particulièrement à la partie "contrat" de chaque dossier, accompagnée des
éléments de description ou ressources techniques relatives au système ;
étude de la cohérence pédagogique de chaque situation d’évaluation qui se rapporte à la
décomposition en taches à effectuer par les étudiants, avec appréciation des difficultés
proposées, du temps imparti, et de l’adéquation avec les compétences visées.
L’épreuve est orale (interrogation directe des candidats par les examinateurs durant les différentes
phases de l’intervention) et pratique (dépannage de l’équipement ou du service informatique, essais, tests
de validation et mesure).
Les éléments représentatifs des travaux effectués doivent être fournis en réponse au questionnement
proposé (choix de la démarche et des outils, d’un mode opératoire, relevé de mesure, relevé d'essais …). Il
ne peut être question de limiter l’évaluation à la vérification de la pertinence des éléments inscrits
dans un compte rendu !
Epreuve ponctuelle pratique – durée : 4h
L’épreuve se déroule dans un établissement public comportant une section de BTS SN. Un candidat
préparé par un établissement de formation à distance est considéré comme un candidat non scolarisé.
L’épreuve est ponctuelle d’une durée de 4 heures dont 1 heure de prise en main du système.
Le service des examens fournit, un mois ferme avant la date de l’épreuve, le nom de l’établissement
public qui sera centre d’examen. Lors d'un rendez-vous fixé par le chef de centre, l'équipe d'examinateurs
présente au candidat les dossiers et les systèmes qui seront utilisés lors de l'épreuve, afin qu’il puisse
réaliser les interventions demandées dans les deux phases de l’épreuve. C’est à l’initiative du candidat
d’optimiser sa préparation au regard des renseignements fournis. L’accès au laboratoire et aux équipements
est à négocier avec le chef de centre.
139
Épreuve E6 : Épreuve professionnelle de synthèse
Coefficient 8 - Unités U6.1 et U6.2
1.1. Unité U6.1 : Sous-épreuve soutenance de stage en entreprise
Objectifs
Un stage obligatoire en milieu professionnel, d'une durée de 6 semaines, est organisé pour le candidat
au brevet de technicien supérieur SN afin de compléter et d’améliorer sa perception du milieu professionnel
et des problèmes liés à l’exercice de l’emploi.
L’épreuve a pour objectif de valider l’acquisition des compétences terminales :
Électronique et Communications
Informatique et Réseaux
C1.1
Rechercher et structurer des
informations techniques
C1.1
Rechercher et structurer des
informations techniques
C1.2
Présenter des informations à des
interlocuteurs identifiés
C1.2
Présenter des informations à des
interlocuteurs identifiés
C1.3
Assister des utilisateurs
C1.3 Assister des utilisateurs
C1.4
S’entretenir d’une problématique
professionnelle
C1.4
C1.5
Analyser l’expression d’un besoin client
C1.5 Analyser l’expression d’un besoin client
C1.6
Collecter des données commerciales
C1.6 Collecter des données commerciales
S’entretenir d’une problématique
professionnelle
Évaluations et rapport de stage pour la voie scolaire
La soutenance dure 30 minutes. Le jury est composé a minima de deux professeurs, un enseignant
d’anglais et un enseignant d’économie et gestion. En cas d’impossibilité de l’enseignant d’économie et
gestion, celui-ci peut être remplacé par un professeur de spécialité. L'oral est organisé en trois parties :



une présentation personnelle du candidat et de son stage en langue anglaise pendant 5
minutes ;
un entretien de 15 minutes en langue anglaise avec l’examinateur ;
un entretien de 10 minutes en langue française sur un échange par rapport à une pratique
professionnelle que l’étudiant a développé en entreprise.
L'entretien en langue anglaise porte sur tous les aspects du stage (sa préparation et sa mise en
œuvre, ses objectifs et ses résultats), afin de ne pas limiter l’usage de la langue à la seule langue de
spécialité.
Dans le cadre de la préparation de l’épreuve orale d’anglais, une réunion de l’ensemble des
examinateurs devra permettre d’harmoniser les conditions de déroulement de l’épreuve et de préciser les
critères d’évaluation.
La note attribuée par le jury sera affectée de 2 points de coefficient.
Si l’étudiant n’a pas effectué son stage ou ne s’est pas présenté à l’épreuve orale de l’unité 6.1, la
totalité de l’épreuve professionnelle de synthèse n’est pas validée.
140
1.2. Unité U6.2 : Sous-épreuve Projet technique
Objectifs
Le projet technique a pour objectifs de placer les étudiants en situation :

de résoudre un problème technique en respectant une démarche cohérente et conforme
aux pratiques rencontrées dans les entreprises :
o démarche de projet ;
o environnement collaboratif, travail d'équipe ;
o contexte spécifié : contraintes et moyens d’entreprise, contraintes réglementaires
et normatives, démarche qualité, environnement.

de mobiliser et d’acquérir des connaissances scientifiques, programmatiques et
techniques, notamment méthodologiques ;

de compléter leur formation en les confrontant à des contraintes qui dépassent le cadre
purement scolaire, à travers les relations privilégiées qui doivent être construites avec un
donneur d’ordre extérieur à l’établissement.
L’épreuve a pour objectif de valider l’acquisition des compétences terminales :
Électronique et Communications
Informatique et Réseaux
C2.1
Maintenir les informations
C2.1 Maintenir les informations
C2.2
Formaliser l’expression d’un besoin
C2.2 Formaliser l’expression d’un besoin
C2.3
Organiser et/ou respecter la planification
Organiser et/ou respecter la planification
C2.3
d'un projet
d'un projet
C2.4
Assumer le rôle total ou partiel de chef
de projet
C2.4
C2.5
Travailler en équipe
C2.5 Travailler en équipe
C3.1
Analyser un cahier des charges
C3.1 Analyser un cahier des charges
C3.3
Définir
l’architecture
globale
prototype ou d’un système
C3.5
Contribuer à la définition des éléments
Contribuer à la définition des éléments
de recette au regard des contraintes du C3.5 de recette au regard des contraintes du
cahier des charges
cahier des charges
C3.6
Recenser
les
solutions
existantes
Recenser
les
solutions
existantes
C3.6
répondant au cahier des charges
répondant au cahier des charges
C3.8
Elaborer le dossier de définition de la
solution technique retenue
C3.9
Valider une fonction du système à partir
d’une maquette réelle
C3.10
Réaliser la conception détaillée
module matériel et/ou logiciel
C4.1
Câbler et/ou intégrer un matériel
C4.1 Câbler et/ou intégrer un matériel
C4.2
Adapter et/ou configurer un matériel
C4.2 Adapter et/ou configurer un matériel
C4.3
Adapter et/ou configurer une structure
Installer et configurer une chaîne de
C4.3
logicielle
développement
C4.4
Fabriquer un sous ensemble
C4.4 Développer un module logiciel
C4.5
Tester et valider un module logiciel et
matériel
C4.5 Tester et valider un module logiciel
d’un
C3.3
Assumer le rôle total ou partiel de chef
de projet
Définir
l’architecture
globale
prototype ou d’un système
d’un
d’un
141
C4.6
Produire les documents de fabrication
C4.6 Intégrer un module logiciel
d’un sous ensemble
C4.7
Documenter une réalisation
matérielle/logicielle
C4.7
Documenter une réalisation
matérielle/logicielle
Évaluation de l’épreuve
La soutenance dure 1 heure. Le jury est composé de trois personnes, dont deux spécialistes
(deux professeurs de spécialité ou un professeur de spécialité et un industriel) et un professeur de
SPC. En cas de désistement de l’industriel, le jury sera réduit à 2 professeurs.
La soutenance est organisée en trois phases. Une phase de présentation de 20 minutes,
durant laquelle le candidat expose à la fois la globalité du projet et son action personnelle dans le
projet puis une phase de mise en œuvre du projet de 20 minutes et une phase d’interrogation de 20
minutes durant laquelle le jury questionne le candidat.
Lors de l'épreuve de soutenance, le jury doit disposer :



du sujet initial remis à l'équipe, le dossier contrat de projet comportant les éléments
de validation, des avenants éventuels ;
du dossier technique de projet constitué par les étudiants
des éléments de suivi constitués au moins de la fiche de synthèses concernant les
trois revues de projet.
Le dossier technique de projet est établi en :


trois exemplaires pour les membres du jury (1 par professeur et 1 à disposition du
professionnel appartenant à la commission d’interrogation) ;
éventuellement un exemplaire par étudiant de l'équipe projet.
Pour arrêter la note finale du candidat à cette sous-épreuve, la commission d’interrogation
prend en compte les deux notes proposées lors des revues de projet et la note de soutenance de
projet :
 3 points de coefficient pour la moyenne des notes attribuées par les professeurs de
la section, lors des revues de projet ;
 3 points de coefficient pour la note attribuée par la commission d’interrogation, à
l’issue de la soutenance du projet.
142
ANNEXE III
Organisation de la formation
ANNEXE III ................................................................................................................................... 141 Annexe 3.a Horaires de l'option Informatique et Réseaux ..................................................... 142 Annexe 3.b Stage en milieu professionnel ............................................................................... 144
Annexe 3.c Enseignement complémentaire de culture générale et expression .................. 148 Annexe 3.d Projet technique ..................................................................................................... 149 143
Annexe 3.a Horaires de l'option Électronique et communication
HORAIRES DE 1ère ANNÉE
Discipline
HORAIRES DE 2ème ANNÉE
Semaine
a+b+c(3)
Année(2)
Semaine
a+b+c(3)
Année(2)
Culture générale et
expression
3
2+1+0
90
3
2+1+0
90
Anglais
2
0+2+0
60
2
0+2+0
60
Mathématiques
3
2+1+0
90
3
2+1+0
90
Economie et
Gestion
1
1+0+0
30
1
1+0+0
30
Sciences
Physiques
6
3+0+3
180
7
3+1+3
210
Électronique et
communication(4)
15
4+0+11
450
14
4+0+10
420
Accompagnement
personnalisé
2
0+0+2
60
2
0+0+2
60
Total
32
12+4+16
9601)
32
12+5+15
960
(1)
(2)
(3)
: Les horaires ne tiennent pas compte des 6 semaines du stage en milieu professionnel
: L’horaire annuel est donné à titre indicatif
: Répartition :
a : Cours ou synthèse en division entière
b : Travaux dirigés en effectifs réduits
c : Travaux pratiques d’atelier
(4) La répartition des enseignements relève du conseil d’administration de l’établissement. Elle est à faire
notamment en fonction du contexte local et du projet pédagogique des professeurs de spécialité.
144
Annexe 3.a Horaires de l'option Informatique et réseaux
HORAIRES DE 1ère ANNÉE
Discipline
HORAIRES DE 2ème ANNÉE
Semaine
a+b+c(3)
Année(2)
Semaine
a+b+c(3)
Année(2)
Culture générale
et expression
3
2+1+0
90
3
2+1+0
90
Anglais
2
0+2+0
60
2
0+2+0
60
Mathématiques
3
2+1+0
90
3
2+1+0
90
Economie et
Gestion
1
1+0+0
30
1
1+0+0
30
Sciences
Physiques
6
3+0+3
180
4
2+0+2
120
Informatique et
réseaux(4)
15
4+0+11
450
17
4+0+13
510
Accompagnement
personnalisé
2
0+0+2
60
2
0+0+2
60
Total
32
12+4+16
960(1)
32
12+5+15
960
(1)
(2)
(3)
: Les horaires ne tiennent pas compte des 6 semaines du stage en milieu professionnel
: L’horaire annuel est donné à titre indicatif
: Répartition :
a : Cours ou synthèse en division entière
b : Travaux dirigés en effectifs réduits
c : Travaux pratiques d’atelier
(5) La répartition des enseignements relève du conseil d’administration de l’établissement. Elle est à faire
notamment en fonction du contexte local et du projet pédagogique des professeurs de spécialité.
145
Annexe 3.b Stage en milieu professionnel
1. Objectifs
Une période de stage obligatoire en milieu professionnel est organisée pour le candidat au
brevet de technicien supérieur SN. Ce stage est un temps d’information et de formation visant à
:
- découvrir en profondeur le monde de l’entreprise, en participant pleinement à ses
activités, en observant pour les comprendre les modes d’organisation et les relations
humaines qui l’animent, ainsi que les atouts et les contraintes ;
- approfondir et mettre en pratique des compétences techniques et professionnelles
acquises ou en cours d’acquisition, en étant associé aux Tâches professionnelles
techniques, aux projets en cours et en découvrant, les spécificités de l’entreprise ;
- s’informer, informer et rendre compte, par écrit, dans le cadre de la rédaction d’un rapport
d’activité en entreprise structuré, dans le but de démontrer ses capacités d’analyse d’une
situation professionnelle et de mettre en œuvre les compétences acquises en
communication.
Si le stage en milieu professionnel n’est pas, au sens réglementaire du terme, une période de
formation en entreprise validée par la vérification de nouvelles compétences acquises, il est le
lieu privilégié pour découvrir, observer et comprendre des situations professionnelles qui ne se
rencontrent que très rarement dans le cadre scolaire, comme :
- la mise en œuvre de moyens de conception, de production et de contrôle particuliers ;
- l’utilisation de systèmes de gestion, d’ordonnancement et de suivi de production en
moyennes et grandes séries ;
- la mise en œuvre de plans d’amélioration de la qualité, de gestions des ressources
humaines, de formation ;
- le respect de politiques de prévention des risques, d’amélioration de la sécurité ;
- la mise en œuvre de moyens de production relatifs aux ouvrages.
Quel que soit leur niveau de pertinence, les situations professionnelles présentes dans
l’entreprise permettent alors d’illustrer concrètement les fonctions ainsi que les activités définies
dans le référentiel des activités professionnelles.
2. Organisation
2.1 Voie scolaire
2.1.1. Réglementation relative aux stages en milieu professionnel
Le stage, organisé avec le concours des milieux professionnels, est placé sous le contrôle des
autorités académiques dont relève l’étudiant et le cas échéant, des services du conseiller
culturel près l’ambassade de France du pays d’accueil pour un stage à l’étranger.
Chaque période de stage en entreprise fait l’objet d’une convention entre l’établissement
fréquenté par l’étudiant et la ou les entreprise(s) d’accueil. La convention est établie
conformément aux dispositions du décret n°2006-1093 du 29 août 2006 pris pour l’application
146
de l’article 9 de la loi n°2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances.
Toutefois, cette convention pourra être adaptée pour tenir compte des contraintes imposées par
la législation du pays d’accueil.
Pendant le stage en entreprise, l’étudiant a obligatoirement la qualité d’étudiant stagiaire et non
de salarié. La convention de stage doit notamment :
- fixer les modalités de couverture en matière d'accident du travail et de responsabilité civile ;
- préciser les objectifs et les modalités de formation (durée, calendrier) ;
- préciser les modalités de suivi du stagiaire par les professeurs de l’équipe pédagogique
responsable de la formation et l’étudiant.
2.1.2. Mise en place et suivi du stage
La recherche des entreprises d’accueil est assurée par les étudiants, sous la responsabilité du
chef d’établissement. Le stage s’effectue dans des entreprises exerçant des activités dans le
domaine de la conception et réalisation de systèmes automatiques.
Le stage doit être préparé avec soin par l’équipe des enseignants des disciplines
professionnelles en liaison étroite avec tous les enseignements, toute l'équipe pédagogique
étant concernée par la période de stage. Il est important que les étudiants ressentent l'intérêt
que leurs professeurs portent à l'entreprise et puissent s’entretenir avec ces derniers de leurs
impressions et découvertes, des éléments d’analyse à privilégier et des axes forts de leur
rapport d’activité en entreprise.
Le temps de stage(s) en milieu professionnel est organisé, en tenant compte :
- des contraintes matérielles des entreprises et des établissements scolaires ;
- des compétences acquises ou en cours d’acquisition des stagiaires ;
- des fonctions professionnelles du référentiel ;
- des compétences à valider lors de l’évaluation.
En fin de stage, un certificat est remis au stagiaire par le responsable de l’entreprise ou son
représentant, attestant la présence de l’étudiant. Un candidat qui n’aura pas présenté cette
pièce ne pourra être admis à se présenter à la sous-épreuve E61 (Rapport d’activité en
entreprise). Un candidat, qui, pour une raison de force majeure dûment constatée, n’effectue
qu’une partie du stage obligatoire, peut être autorisé par le recteur à se présenter à l’examen, le
jury étant tenu informé de sa situation.
La durée globale du stage est de six semaines. La période du stage, identique pour tous les
étudiants d’une même promotion, est placée durant les six dernières semaines d’enseignement
de la première année de formation.
2.1.3. Rapport d’activité en entreprise
À l’issue du stage, les candidats scolaires rédigent un rapport présentant les éléments suivants
:
- l’entreprise d’accueil, ses productions, sa structure et ses modes d’organisation (par le
biais de quelques pages synthétiques résumant ces données) ;la description d’une ou
plusieurs activités réalisées durant le stage en lien avec les compétences terminales
évaluées (ces activités ayant permis d’aborder la connaissance de l'entreprise sur les
plans de la technique industrielle, de l'organisation et de la gestion, de l’analyse d’un
système automatique existant en vue de proposer des améliorations).
147
Ces développements doivent être structurés et doivent permettre d’expliciter les objectifs
assignés, les résultats obtenus ou observés, les contraintes prises en compte et être
accompagnés de commentaires personnels.
Une courte conclusion du stage, fera ressortir les découvertes faites par le candidat et ce qu’il
en retiendra en liaison avec son projet professionnel.
L’ensemble doit se limiter à une trentaine de pages privilégiant des développements
personnels et limitant au maximum les reproductions de documents disponibles dans
l’entreprise.
2.1.4. Documents pour l'évaluation
Au terme du stage, le(s) professeur(s) concerné(s) et le(s) tuteur(s) de l'entreprise déterminent
conjointement l'appréciation qui sera proposée à l'aide de la fiche d’appréciation du travail
réalisé. Cette fiche est élaborée et mise à jour par l’inspection générale de l’Éducation
nationale, elle est jointe à la circulaire nationale d’organisation des épreuves du BTS SN
diffusée chaque année par l’académie pilote.
2.2 Voie de l’apprentissage
Pour les apprentis, les certificats de stage sont remplacés par la photocopie du contrat de
travail ou par une attestation de l’employeur confirmant le statut du candidat comme apprenti
dans son entreprise.
Les objectifs pédagogiques ainsi que les supports de la sous-épreuve E61 (Rapport d’activité
en entreprise) sont les mêmes que ceux des candidats de la voie scolaire.
2.3 Voie de la formation continue
Les candidats qui se préparent au brevet de technicien supérieur SN par la voie de la formation
continue rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que le
rapport d’activité en entreprise.
2.3.1. Candidats en situation de première formation ou en situation de
reconversion
La durée de stage est de six semaines. Elle s’ajoute à la durée de formation dispensée dans le
centre de formation continue en application de l’article 11 du décret n°95-665 du 9 mai 1995
modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur.
L’organisme de formation peut concourir à la recherche de l’entreprise d’accueil. Le stagiaire
peut avoir la qualité de salarié d’un autre secteur professionnel.
Lorsque cette préparation s’effectue dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, le
stage obligatoire est inclus dans la période de formation dispensée en milieu professionnel si
les activités effectuées sont en cohérence avec les exigences du référentiel du brevet de
technicien supérieur SN et conformes aux objectifs et aux modalités générales définis cidessus.
2.3.2. Candidats en situation de perfectionnement
Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail attestant que
l’intéressé a été en activité dans le domaine des systèmes numériques, en qualité de salarié à
148
temps plein pendant six mois au cours de l’année précédant l’examen ou à temps partiel
pendant un an au cours des deux années précédant l’examen. Les activités effectuées doivent
être en cohérence avec les exigences du référentiel.
Les candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que
le rapport d’activité en entreprise.
2.4 Candidats en formation à distance
Les candidats relèvent, selon leur statut (scolaire, apprenti, formation continue), de l’un des cas
précédents.
2.5 Candidats qui se présentent au titre de leur expérience professionnelle
Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail justifiant la
nature et la durée de l’emploi occupé.
Ces candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que
le rapport d’activité en entreprise.
3. Aménagement de la durée du stage
La durée normale du stage est de six semaines. Pour une raison de force majeure dûment
constatée ou dans le cadre d’une formation aménagée ou d’une décision de positionnement, la
durée de stage peut être réduite mais ne peut être inférieure à quatre semaines.
Toutefois, les candidats qui produisent une dispense (notamment au titre de la validation des
acquis de l'expérience) ne sont pas tenus d’effectuer ce stage.
Le recteur est seul autorisé à valider les aménagements de la durée de stage ou les dispenses.
4. Candidats scolaires ayant échoué à une session antérieure de l’examen
Les candidats ayant échoué à une session antérieure de l’examen ont le choix entre deux
solutions :
- présenter le précédent rapport d’activité en entreprise éventuellement modifié,
- élaborer un nouveau rapport après avoir effectué un autre stage.
Les candidats apprentis redoublants peuvent :
- proroger leur contrat d’apprentissage initial d’un an,
- ou conclure un nouveau contrat avec un autre employeur (en application des dispositions
de l’article L117-9 du code du travail).
149
Annexe 3.c Enseignement complémentaire de culture générale et
expression
Objectifs
1. Complémentarité expression écrite – support visuel
-
-
en quoi un message écrit se trouve-t-il illustré, expliqué, renforcé par un apport visuel
(sigle, schéma, illustration visuelle, utilisation de couleurs et de soulignement, choix
typographiques et de mise en page) ?
comment composer un support visuel (mots clés, hiérarchisation des idées, alternance
texte / image, effets d’animation) ?
combien de supports visuels intégrer dans un document écrit, selon quel rythme les
intégrer ?
quelle finalité donner à un support visuel (illustration, aide à la mémorisation, soutien de
l’attention, mise en évidence d’une démarche logique…) ?
2. Complémentarité expression orale – support visuel
-
en quoi une présentation orale est-elle illustrée, soutenue, renforcée par un support
visuel ?
comment gérer une présentation orale à partir d’un document visuel comportant des
mots-clés ?
comment gérer une présentation orale illustrée par des documents visuels, (plan de
l’exposé, schéma, figure, document photographique, diaporama, hypermédia…) ?
comment éviter la redondance entre message visuel et commentaire oral ?
3. Compétences caractéristiques
Être capable de :
- concevoir à l’appui d’un document écrit préalablement rédigé un ou des supports
visuels ;
- savoir choisir parmi les différentes formes de supports visuels, la plus adaptée à la
situation de communication ;
- s’exprimer oralement à partir de supports visuels présentés à un auditoire.
4. Conditions de réalisation
Le professeur de français assure en relation avec les enseignants de la spécialité, en plus de
l’enseignement de culture générale et expression, un enseignement spécifique visant les
techniques actuelles de conception de messages écrits et visuels et de présentation orale
fondée sur ces supports visuels :
- mise aux normes du rapport d’activité en entreprise ;
- curriculum vitae ;
- lettre de motivation ;
- présentation orale d’un support visuel.
Cet enseignement complémentaire peut trouver sa place dans le cadre de l’accompagnement
personnalisé en lien avec l’enseignement de culture générale et expression.
150
Annexe 3.d Projet technique
1. Modalités
Le travail demandé consiste à la conception voire à une évolution d’une partie d’un produit ou
d’un service informatique en liaison avec une problématique authentique liée à un cahier des charges.
Les équipements, systèmes ou services informatiques auxquels est confronté le candidat sont
représentatifs des domaines d'activités :







télécommunications, téléphonie et réseaux téléphoniques ;
informatique, réseaux et infrastructures ;
multimédia, son et image, radio et télédiffusion ;
mobilité et systèmes embarqués ;
électronique et informatique médicale ;
mesure, instrumentation et microsystèmes ;
automatique et robotique.
Avant toute étude, il est nécessaire d’appréhender l’environnement du produit projeté et son
organisation interne et externe. Les éléments de description et de modélisation s’appuient sur les outils
de modélisation SysML ou UML. L’accès à des ressources documentaires et la disponibilité de tout ou
partie du produit lorsqu'une évolution est demandée sont indispensables, pour bien cerner le problème
posé et les moyens à mettre en œuvre.
L’ambition du projet est contrainte par la nature du problème posé et le temps imparti. Le temps de
travail demandé aux étudiants doit être compatible avec les exigences d’une maquette ou d’un prototype.
Il n’est pas question de donner à quelques étudiants en formation la conception d’un produit qui
nécessiterait l’intervention d’un bureau d’étude expérimenté associant de nombreux ingénieurs et
techniciens pendant plusieurs mois !
La réalisation proposée permet une validation fonctionnelle du cahier des charges (fonctions de
service et fonctions de contrainte). Dans tous les cas, mais encore de façon plus affirmée lors d’un
partenariat industriel, et compte tenu des compétences à évaluer, tant en terme logiciel que matériel, la
réalisation, le déploiement et la documentation doivent être menés dans le respect des standards et
normes en vigueur (standards de codage imposés par le client, etc.).
En cas de collaboration entre une entité extérieure (entreprise, laboratoire, etc.) et un
établissement de formation, il sera utile d’établir des conventions afin de formaliser les termes du
partenariat : confidentialité, propriété, interlocuteurs spécifiques, financement, déplacements des
étudiants. En fonction des ressources et des disponibilités du partenaire industriel, une partie du projet
peut se dérouler à l’extérieur. Les conditions d’accueil et de déplacement des étudiants sont à préciser le
plus clairement possible dans la convention.
Exemple de modalité de réalisation des projets
Avec sous-traitance industrielle : le projet est mené en
relation avec une entreprise ou un organisme spécifié.
Les étudiants rencontrent périodiquement des
collaborateurs et se conforment au référentiel de
l’entreprise.
Pour des raisons d’intégration, une partie du
développement peut être réalisé au sein de l’entreprise.
Commentaires
Le donneur d’ordre est extérieur au centre
de formation.
C’est une situation à privilégier qui est
riche en motivation et formation. Il existe
dans ce cas une obligation de réussite
pour les étudiants et le client. Une
attention particulière sera apportée aux
151
délais de réalisation. Dans cette situation,
il existe des possibilités de financements
externes.
Sans sous-traitance industrielle : Le projet s’appuie sur
un produit à caractère industriel mais dont l’équipe
pédagogique assure la maîtrise d’ouvrage : définition
des contraintes du cahier des charges et conditions de
réalisation.
Les étudiants se conforment aux exigences du
« donneur d’ordre » et s’appuient sur les contraintes de
réalisation de l’établissement support.
La situation doit être représentative d’une
situation réelle et proposer les mêmes
contraintes qu’une demande industrielle
réelle.
2. Organisation
Projet en formation par la voie scolaire
Les projets doivent s'appuyer sur un cahier des charges authentique. Les donneurs d’ordre issus
de l’entreprise sont à privilégier. Il est de la responsabilité des équipes pédagogiques de rechercher
auprès des industriels les éléments qui permettront de constituer les sujets de projets techniques. Le
projet peut être réalisé en partie dans le centre de formation (développement, essais), en partie dans
l'entreprise (intégration, recette, formation des utilisateurs, etc.) ou en totalité dans le centre de formation,
si l'environnement matériel est disponible (mise à disposition de tout ou partie du système support du
projet).
Les étudiants travaillent par groupes de 3 à 4. Ils devront réaliser le projet en se répartissant les
problématiques décomposées au préalable par l’équipe pédagogique. Ils ont la possibilité de proposer
une organisation modifiée par rapport à celle proposée initialement.
Pour l’option EC :
L’épreuve ne pourra excéder 180 heures (150 heures d'enseignement de spécialité + 30 heures de
SPC).
Pour l’option IR :
L’épreuve ne pourra excéder 200 heures (170 heures d'enseignement de spécialité + 30 heures de
SPC).
Le nombre de projets proposés pour une division ne peut être inférieur à 2.


un projet important dont l’équipe pédagogique mesure la complexité relative mais reste
compatible avec la réussite des étudiants, peut être décomposé en plusieurs
« projets » qui pourront être confiés à différentes équipes. La répartition est du ressort
de l’équipe pédagogique qui précisera les limites de chaque étude. L’équipe
d’étudiants sera évaluée sur le projet qui lui a été confié par un contrat s’appuyant sur
un cahier des charges spécifiques. Dans ce cas, l’étude de l’environnement du projet
intègre la compréhension globale du problème posé ;
des équipes peuvent travailler sur le même projet avec le souci de mise en œuvre de
solutions technologiques différentes. Le concept de maquette ou de prototype prend ici
tout son sens avec le développement de solutions concurrentes, le choix étant laissé
au donneur d’ordre d’évaluer la solution la plus pertinente au regard des éléments
apportés par chaque équipe d’étudiants.
On demandera aux étudiants d’assembler les différentes structures matérielles et logicielles qu’ils
152
auront réalisées et d’effectuer les essais de la maquette ou du prototype assemblé, dans une situation
permettant de tester, à minima, toutes les fonctionnalités demandées dans le cahier des charges.
Chaque sujet proposé s’appuiera sur un cahier des charges fonctionnel. Il précisera le contexte du
projet avec les contraintes associées, la nature des Tâches professionnelles à réaliser, leur chronologie
et leur enchainement, les ressources et les moyens à disposition.
Projet en formation par la voie de l'apprentissage
De par la nature de ce type de formation, l'apprenti bénéficie généralement d'un cadre industriel
favorable à la réalisation du projet au sein de l'entreprise. Il faut donc privilégier dans ce cas le projet
réalisé en entreprise. Le sujet est proposé par le centre de formation après négociation avec le tuteur et
l’entreprise. Il sera nécessaire dans la présentation du projet de faire ressortir les phases qui participent
réellement de l’épreuve professionnelle de synthèse et qui devront être réalisées en autonomie par
l’étudiant, même si la collaboration avec les différents membres de l’entreprise est incontournable. C’est
au responsable du centre de formation, en collaboration avec le tuteur en entreprise, de spécifier le projet
support de l’évaluation dans les mêmes conditions que pour les candidats de la voie scolaire.
L'apprenti est intégré au sein d'une équipe qui doit être explicitée (noms et fonctions, Tâches
professionnelles au sein du projet). Les professionnels repérés :


participent au développement du projet lui-même ;
ont une connaissance avancée du projet, dans le cas où l'apprenti travaille en grande
autonomie. Il faut éviter que l'apprenti se retrouve isolé, privé de ressources, de la
communication et du soutien dont il doit contractuellement bénéficier.
3. Préparation des projets
Choix du support du projet
Le projet doit comporter un environnement caractéristique d’une application appartenant aux
champs technologiques du BTS SN. Les contraintes de réalisation peuvent être prises en compte par
l'équipe :




contraintes financières (budget alloué) ;
contraintes de développement (matériel et/ou logiciel imposé) ;
contraintes qualité (conformité, délais,…) ;
contraintes de fiabilité, sécurité.
La reconduction d'année en année d'un projet qui intègre le même cahier des charges et les
mêmes solutions technologiques est à proscrire.
La répartition des Tâches professionnelles au sein de chaque groupe projet sera faite de
telle façon que chacun de ses membres puisse être évalué sur l’ensemble des compétences.
Chaque étudiant ne réalise pas obligatoirement toutes les Tâches professionnelles susceptibles de
valider l’intégralité de la compétence, mais participe à des Tâches professionnelles
caractéristiques permettant d’évaluer le niveau d’acquisition de la compétence visée.
Dossier contrat remis à l'équipe de projet (réalisation professeurs)
Lors du démarrage du projet, au début du mois de février de la deuxième année, le dossier
de projet est remis à l'équipe d’étudiants :
153


La première partie fixe les contraintes générales du projet pour l'ensemble de l'équipe ;
les parties suivantes s'adressent plus spécifiquement aux différents membres
composant l’équipe et précisent les Tâches professionnelles à réaliser de façon
individuelle contribuant à la réussite du projet.
Ce dossier projet est un élément contractualisant les Tâches professionnelles et conditions
de réalisation en vue de l’épreuve E6.2. Au terme du projet, les examinateurs se baseront sur ces
éléments pour évaluer les travaux des étudiants.
Des problèmes de natures diverses peuvent survenir durant la phase de projet, nécessitant
la redéfinition ou la redistribution partielle des Tâches professionnelles à effectuer. Une telle
situation doit faire l'objet d'un avenant qui sera joint au dossier.
Partie commune du dossier
Cette partie du dossier :



s’appuie sur un document synthétique qui permet :
d'établir un contrat entre le donneur d’ordre et l'équipe pédagogique ;
de donner aux étudiants une vision claire du travail qu'ils auront à réaliser et des
contraintes associées ;
elle comporte :


la situation du projet dans son contexte ;
le cahier des charges : pour réaliser une formulation suffisante et précise des besoins
des utilisateurs, il est indispensable d’utiliser la norme NF X50-151, qui permet
l'expression fonctionnelle des besoins. On pourra s’appuyer sur une description
SysML ou UML ;
à cette approche, il est nécessaire d’adjoindre :





les contraintes techniques et économiques qui précisent la nature de la solution
attendue (exemple : liste ou nature des principaux composants à mettre en œuvre,
partie du programme à modifier, outils à utiliser, etc.)
les ressources mises à disposition (établissement et entreprise)
Ces points impliquent que les professeurs aient préalablement étudié la faisabilité
de la solution proposée. Les étudiants interviennent pour définir la solution en
s’appuyant sur la documentation, des essais réels ou des simulations.
la composition de l'équipe ;
l’inventaire des Tâches professionnelles générales et planning prévisionnel intégrant
les dates des revues.
Parties personnelles du dossier
Ces parties comprennent l'inventaire des Tâches professionnelles confiées en propre à
chaque membre de l’équipe. Pour chacune des Tâches professionnelles, l'objectif à atteindre ainsi
que le critère de réussite associé, sont précisés.
Ce document constitue un contrat entre l'équipe pédagogique et l'étudiant.
4. Validation des projets
La validation des projets destinés aux étudiants est réalisée dans le cadre de la
commission (inter)académique qui répond à deux objectifs :
154


analyser la cohérence technique du projet, qui se rapporte plus particulièrement à
la partie commune du dossier « contrat », accompagnée des éléments de
description ou ressources techniques « produit » ;
étudier la cohérence pédagogique du projet, qui se rapporte à la décomposition
en parties collectives et individuelles, avec appréciation des difficultés proposées,
du temps imparti, de l’adéquation aux compétences visées.
5. Suivi et compte rendu de projets :
Dossier de suivi de projet (réalisation étudiants) :
Au fur et à mesure du déroulement du projet, il est indispensable que les étudiants
consignent les éléments des Tâches professionnelles qu’ils réalisent au sein d’un dossier de suivi
de projet. Ce dossier personnel a plusieurs utilités :




formaliser l’avancement du travail de l’étudiant (notes, organigrammes, notes de
calcul, résultats d’essais, mesure, simulation, modes opératoires, éléments de
procédure ;
compiler les ressources utilisées (notices techniques, document constructeur, ….)
préparer les revues de projets qui seront au nombre de trois sur la durée du projet
;
consigner les éléments qui serviront à préparer le dossier technique de projet.
Revues de projet
Après le lancement du projet (à +20 heures), à mi-projet (entre + 50 et + 60 heures), et
durant la phase finale du projet (à +100 heures), un bilan doit mettre en évidence :



ce qui a été réalisé ;
ce qui reste à réaliser ;
les ajustements éventuels, techniques ou relatifs au planning.
Un modèle de fiche de suivi de projet est fourni plus loin dans ce référentiel.
Outre l'intérêt des revues de projet pour accompagner l’étudiant dans une partie importante
de sa formation, elles permettent de constater avec lui son niveau d’implication et l’avancement du
projet. Elles permettent à l’équipe pédagogique de définir des étapes privilégiées pour construire
l’appréciation globale, objective et partagée, qui accompagnera le dossier réalisé par l’étudiant.
C’est aussi un moyen qui permet à l’équipe pédagogique de constater les besoins des étudiants,
et donc de proposer des éléments de formation complémentaires ou de remédiation.
 La première revue de projet a pour objectif de vérifier la compréhension du travail
demandé et la mise en œuvre du travail par les différents membres de l’équipe. Elle
permet d’envisager quelques pistes de solutions. Elle se déroule de manière informelle
avec le professeur référent.
 La deuxième revue de projet permet de vérifier les solutions retenues ainsi que les essais
qui permettent d’atteindre progressivement le fonctionnement désiré de la réalisation.
Cette revue fait l'objet d'une présentation orale individuelle (avec support multimédia)
et se déroule en présence d'un professeur de spécialité et d'un professeur de SPC.
 La troisième revue de projet permet d’évaluer le niveau d’avancement du projet,
d’élaborer une procédure de recette globale de la réalisation et l’intégration de sa
partie dans ce qui sera présenté, lors de l’épreuve, devant la commission
d’interrogation. Cette revue fait l'objet d'une présentation orale individuelle (avec
155
support multimédia) et se déroule en présence d’un professeur de spécialité associé à
un autre professeur de spécialité ou un professeur de SPC, en fonction de la
spécificité du projet.
Spécificité de la formation par la voie scolaire
Chaque membre de l'équipe de projet consigne, dans le dossier de suivi, les Tâches
professionnelles qu'il réalise pour une période donnée. Les documents relatifs à la vie du projet
(devis, bons de commandes, etc.) sont joints au dossier. L'équipe pédagogique doit pouvoir mettre
en correspondance les Tâches professionnelles effectuées et les compétences développées
pendant cette période. L'utilisation d'un logiciel de gestion de projet aidera les étudiants dans cette
démarche.
Spécificités de la formation par la voie de l'apprentissage
Dans le cas où le projet est développé dans l'entreprise, l'apprenti est soumis aux règles de
gestion et de suivi de projet de l'entreprise. Il utilise les documents de l'entreprise. Le suivi est
assuré par une personne de l'entreprise. L'enseignant ou l'équipe pédagogique ayant en charge
l'apprenti doit mettre en correspondance les Tâches professionnelles effectuées et les
compétences développées pendant la période de projet.
Dossier technique de projet
À l'issue du projet, l'équipe d'étudiants remet au centre d'examen un dossier technique
unique représentatif de l’ensemble du projet. Ce dossier comprend une partie commune à tous les
membres de l'équipe et la partie personnelle traitée par chacun d'entre eux.
Le sujet du projet a précisé la répartition des Tâches professionnelles entre celles qui
devaient être réalisées de façon commune et celles qui devaient être réservées à une action
individuelle.
Dans les 30 pages au maximum qui sont allouées à chaque étudiant, et dans le cadre de
son autonomie de réflexion et d’action au sein du projet, il est souhaitable qu’une partie de ce qu’il
rédige puisse montrer sa participation à une réflexion commune. L’autre partie contiendra les
éléments qui permettront d'évaluer son action individuelle.
Le dossier technique du projet réalisé par un groupe d’étudiants peut donc être constitué
comme suit :

Partie commune : (de 20 à 30 pages)
 introduction, situation du projet dans son contexte industriel ;
 dossier de specifications ;
 dossier d’étude préliminaire et plan de tests des performances au regard du
cahier des charges. Suivant la nature du projet et ses points d'entrée, certains
éléments de ce dossier peuvent être présents dans les parties personnelles.
 éléments nécessaires à la recette de la maquette ou du prototype final ;
 résultats des essais de la maquette ou du prototype final ;
 conclusion par rapport au cahier des charges fourni par le donneur d’ordre : test
intégration, procédure et résultats de la recette.

Partie personnelle : (de 20 à 30 pages)
 situation de la partie personnelle dans l'ensemble du projet ;
 dossier d’étude et de réalisation détaillée, essais unitaires.
En fonction des spécificités du projet et des contraintes de documentation imposées par le
cahier des charges, des documents annexes peuvent être joints sous forme électronique (annexes
techniques, programmes complets, manuel d'utilisation, notice de maintenance, sources
156
complets,…).
6. Procédure de validation des projets
Pour chaque établissement préparant à l’examen, les professeurs de spécialité et les
professeurs de SPC définissent les projets et constituent les dossiers contrats.
Dans le courant du mois d'octobre de la seconde année de STS, et au plus tard fin
novembre, les dossiers contrats de projet sont proposés à la commission d’harmonisation qu’il est
souhaitable de constituer de manière inter-académique, mise en place par l’autorité rectorale, qui a
pour rôle :



d’examiner et de valider les propositions des équipes enseignantes pour les
candidats en formation (scolaires, apprentis, etc.) ;
de valider les réalisations confiées aux candidats relevant de la formation
professionnelle continue ;
de valider les critères d’évaluation et les éléments de recette de chacun des
projets retenus, après modifications ou ajouts éventuels. Il ne sera pas du ressort
de l'équipe pédagogique de modifier ces critères, sauf avenants.
Les documents validés lors de cette commission seront communiqués aux candidats et
définiront de façon contractuelle le travail à réaliser pour l’examen. Ces documents sont à joindre
au dossier de l’étudiant afin qu’ils puissent être consultés par la commission d’interrogation qui
sera ainsi renseignée des limites et des conditions du travail qu’il avait à réaliser.
157
ANNEXE IV
Tableau de correspondances entre épreuves
158
Annexe IV Tableau de correspondance d’épreuves BTS SE – BTS SN
BTS des systèmes électroniques (SE).
Arrêtés du 23 septembre 2003 modifié
BTS Systèmes Numériques
option électronique et communication.
Présent arrêté
Épreuves ou sous épreuves
Unités
Épreuves ou sous épreuves
Unités
E1. Expression française
U1
E1. Culture générale et expression
U1
E2. Mathématiques
U2
E3. Mathématiques
U3
E3. Anglais
U3
E2. Langue vivante : anglais
U2
- Sous-épreuve E4.1 : Électronique
U4.1
E4. Étude d'un système numérique et
d'Information
U4
- Sous-épreuve E4.2 : Physique appliquée
U4.2
E5. Intervention sur système technique
U5
E5 Intervention sur un système numérique
et d'information
U5
E4. Étude d'un système technique
E6. Étude d'un système technique
E6. Épreuve professionnelle
- Sous-épreuve E6.1 : Stage en entreprise
U6.1
- Sous-épreuve E6.2 : Projet technique
U6.2
Épreuve facultative
Langue vivante étrangère II
UF.1
- Sous-épreuve E6.1 : Rapport d'activité en
entreprise
U6.1
- Sous-épreuve E6.2 : Projet technique
U6.2
Épreuve facultative
EF1. Langue vivante étrangère II
UF.1
Remarques :
Ce tableau n’a de valeur qu’en termes d’équivalence d’épreuves entre l’ancien diplôme et le nouveau pendant la
phase transitoire où certains candidats peuvent garder le bénéfice des notes de certaines épreuves. En aucun cas il
ne signifie une correspondance point par point entre les contenus d’épreuve.
Un candidat ayant obtenu une note moyenne supérieure ou égale à 10 sur l'épreuve E4 peut bénéficier du report de
cette note pour l'épreuve E4 du nouveau BTS SN. Dans le cas contraire, le candidat doit repasser dans son
intégralité l'épreuve E4 du BTS SN option EC.
159
Tableau de correspondance d’épreuves BTS IRIS – BTS SN
BTS informatique et réseaux pour l'industrie et les
services techniques (IRIS).
Arrêté du 19 juillet 2002 modifié
Épreuves ou sous épreuves
BTS Systèmes Numériques
option informatique et réseaux.
Présent arrêté
Unités
Épreuves ou sous épreuves
Unités
U1.1
E1. Culture générale et expression
U1
- Sous-épreuve E1.2 : Anglais
U1.2
E2. Langue vivante : anglais
U2
E2. Mathématiques
U2
E3. Mathématiques
U3
E3. Physique appliquée
U3
U4
E4. Étude d'un système informatisé
U4
E4. Étude d'un système numérique et
d'Information
E5 Intervention sur un système numérique
et d'information
U5
E1. Expression
- Sous-épreuve E1.1 : Français
E6. Étude d'un système technique
E5. Communication professionnelle
U5
E6. Projet informatique
U6
Épreuve facultative
Langue vivante étrangère II
UF.1
- Sous-épreuve E6.1 : Rapport d'activité en
entreprise
U6.1
- Sous-épreuve E6.2 : Projet technique
U6.2
Épreuve facultative
EF1. Langue vivante étrangère II
UF.1
Remarques :
Ce tableau n’a de valeur qu’en termes d’équivalence d’épreuves entre l’ancien diplôme et le nouveau pendant la
phase transitoire où certains candidats peuvent garder le bénéfice des notes de certaines épreuves. En aucun cas il
ne signifie une correspondance point par point entre les contenus d’épreuve.
Un candidat ayant obtenu une note moyenne supérieure ou égale à 10 dans les épreuves E3 et E4 peut bénéficier
du report de la moyenne de ces deux notes, pondérées à hauteur d'un coefficient 2 pour l'épreuve E3 et d'un
coefficient 3 pour l'épreuve E4, pour l'épreuve E4 du nouveau BTS SN. Dans le cas contraire, le candidat doit
repasser dans son intégralité l'épreuve E4 du BTS SN option IR.
160
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising