Téléchargement

Téléchargement
CCAMLR-XXXIII
COMMISSION POUR LA CONSERVATION DE
LA FAUNE ET LA FLORE MARINES DE L'ANTARCTIQUE
RAPPORT DE LA TRENTE-TROISIÈME RÉUNION
DE LA COMMISSION
HOBART, AUSTRALIE
20–31 OCTOBRE 2014
CCAMLR
PO Box 213
North Hobart 7002
Tasmania AUSTRALIA
_______________________
Téléphone : 61 3 6210 1111
Fac-similé : 61 3 6224 8744
Président de la Commission
E-mail :
ccamlr@ccamlr.org
Site Web : www.ccamlr.org
Novembre 2014
________________________________________________________________________________________
Ce document est publié dans les langues officielles de la Commission : anglais, espagnol, français et russe.
Résumé
Le présent document est le procès-verbal adopté de la trente-troisième
réunion de la Commission pour la conservation de la faune et la flore
marines de l'Antarctique qui s'est tenue à Hobart, en Australie, du
20 au 31 octobre 2014. Les principaux sujets abordés lors de la
réunion sont : le statut des pêcheries gérées par la CCAMLR ; le
rapport de la trente-troisième réunion du Comité scientifique de la
CCAMLR ; la pêche illicite, non déclarée et non réglementée dans la
zone de la Convention ; les écosystèmes marins vulnérables et la
pêche de fond ; l'établissement d'un système représentatif d'aires
marines protégées dans la zone de la Convention ; l'évaluation et la
prévention de la mortalité accidentelle des ressources marines
vivantes de l'Antarctique ; les pêcheries nouvelles ou exploratoires ; le
fonctionnement actuel du Système de contrôle et du Système
international d'observation scientifique ; le respect des mesures de
conservation en vigueur, y compris la mise en œuvre de la procédure
d'évaluation de la conformité de la CCAMLR ; l'examen des mesures
de conservation existantes et l'adoption de nouvelles mesures de
conservation ; la marche à suivre en vue de l'examen en cours du
système de documentation des captures de la CCAMLR et un
processus distinct lié au système de suivi des navires ; la gestion dans
des conditions d'incertitude et la collaboration avec d'autres
organisations internationales, notamment dans le cadre du système du
Traité sur l'Antarctique. En annexe figurent les rapports du Comité
permanent sur l'application et l'observation de la réglementation et du
Comité permanent sur l'administration et les finances.
ISSN 1031 - 881X
Table des matières
Page
Ouverture de la réunion .....................................................................
1
Organisation de la réunion ..................................................................
Adoption de l'ordre du jour ................................................................
Statut de la Convention ....................................................................
Rapport du président .......................................................................
2
2
2
2
Application et respect de la réglementation ..............................................
Procédure d'évaluation de la conformité ..................................................
Système de documentation des captures ..................................................
Propositions de nouvelles mesures et de mesures révisées ..............................
Couverture de la pêcherie de krill par des observateurs..............................
Prélèvement des ailerons de requins ...................................................
Mesures commerciales ..................................................................
Niveau actuel de la pêche INN ............................................................
Engagement avec des Parties non contractantes .........................................
2
2
5
10
10
11
12
14
16
Administration et Finances
.................................................................
17
Rapport du Comité scientifique ............................................................
Espèces exploitées ..........................................................................
Ressource de krill .......................................................................
Gestion par rétroaction ..............................................................
Ressources de poissons .................................................................
Pêcheries nouvelles ou exploratoires de poissons ....................................
Mortalité accidentelle des oiseaux et mammifères marins liée à la pêche .............
Pêche de fond et écosystèmes marins vulnérables .......................................
Aires marines protégées ....................................................................
Changement climatique ....................................................................
Exemption pour la recherche scientifique ................................................
Renforcement des capacités ...............................................................
18
18
18
19
20
22
29
29
30
34
36
36
Système international d'observation scientifique de la CCAMLR ....................
36
Mesures de conservation ....................................................................
Liste des mesures de conservation ........................................................
Mesures de conservation révisées .........................................................
Conformité ...............................................................................
Marques sur les navires et engins de pêche ........................................
Contrôles portuaires .................................................................
Système de documentation des captures ...........................................
Évaluation de la conformité .........................................................
Questions générales liées à la pêche ...................................................
Système de déclaration de capture et d'effort de pêche ...........................
Mortalité accidentelle d'oiseaux de mer
dans les activités de pêche à la palangre ..........................................
37
37
39
39
39
39
39
39
40
40
40
Nouvelles mesures de conservation et limites de pêche pour 2014/15 .................
Questions générales liées à la pêche ...................................................
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche ........................
Limites de capture accessoire .......................................................
Légine.................................................................................
Poisson des glaces ...................................................................
Krill ...................................................................................
Activités de pêche dans la division 58.5.2 ................................................
Propositions de nouvelles mesures de conservation .....................................
Aires marines protégées ................................................................
Date d'ouverture de la saison de pêche exploratoire
de légine dans les sous-zones 88.1 et 88.2 ...........................................
Conservation des requins ...............................................................
41
41
41
41
41
44
44
46
47
47
Mise en œuvre des objectifs de la Convention ............................................
Symposium de la CCAMLR ...............................................................
Évaluation des performances ..............................................................
68
68
69
Coopération avec le système du Traité sur l'Antarctique
et des organisations internationales ......................................................
Coopération avec les Parties consultatives au Traité sur l'Antarctique.................
Rapports des observateurs d'organisations internationales ..........................
ACAP .................................................................................
ARK ..................................................................................
ASOC .................................................................................
COLTO ...............................................................................
Rapports des représentants de la CCAMLR aux réunions
d'organisations internationales de la période d'intersession écoulée
et nomination des représentants aux prochaines réunions
d'organisations internationales pertinentes ..........................................
66
67
70
70
71
71
73
74
76
76
Budget de 2015 et prévisions budgétaires pour 2016 ....................................
77
Autres questions ..............................................................................
Déclarations de l'Argentine et du Royaume-Uni .........................................
77
77
Prochaine réunion ............................................................................
Élection des dirigeants .....................................................................
Invitation des observateurs ................................................................
Date et lieu de la prochaine réunion ......................................................
80
80
80
81
Rapport de la trente-troisième réunion de la Commission .............................
81
Clôture de la réunion.........................................................................
81
Tableaux .......................................................................................
84
Annexe 1 : Liste des participants
..........................................................
89
...........................................................
115
Annexe 2 : Liste des documents
(ii)
Annexe 3 : Discours d'ouverture du gouverneur adjoint de la Tasmanie,
Son Excellence l'honorable juge en chef Alan Blow OAM .................
129
Annexe 4 : Ordre du jour de la trente-troisième réunion de la Commission
...........
133
Annexe 5 : Rapport du président : résumé des activités menées
par la Commission pendant la période d'intersession 2013/14 ..............
137
Annexe 6 : Rapport du Comité permanent sur l'application et l'observation
de la réglementation (SCIC) ...................................................
145
Annexe 7 : Rapport du Comité permanent sur l'administration
et les finances (SCAF) .........................................................
225
(iii)
Rapport de la trente-troisième
réunion de la Commission
(Hobart, Australie, du 20 au 31 octobre 2014)
Ouverture de la réunion
1.1
La trente-troisième réunion annuelle de la Commission pour la conservation de la
faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR-XXXIII) se tient à Hobart (Australie) du
20 au 31 octobre 2014, sous la présidence de M. Leszek Dybiec (Pologne).
1.2
Les membres de la Commission suivants sont représentés : Afrique du Sud,
Allemagne, Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Chili, République populaire de Chine,
République de Corée, Espagne, États-Unis d'Amérique, France, Italie, Japon, Namibie,
Norvège, Nouvelle-Zélande, Pologne, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du
Nord, Fédération de Russie, Suède, Ukraine, Union européenne et Uruguay.
1.3
Les autres Parties contractantes, la Bulgarie, le Canada, les îles Cook, la Finlande, la
Grèce, l'île Maurice, la République islamique du Pakistan, la République du Panama, les
Pays-Bas, le Pérou et le Vanuatu, ont été invitées à assister à la réunion à titre d'observateurs.
Maurice et les Pays-Bas y assistent à ce titre.
1.4
L'Accord sur la conservation des albatros et des pétrels (ACAP), l'Association des
armements responsables engagés dans l'exploitation du krill (ARK), la Coalition sur
l'Antarctique et l'océan Austral (ASOC), la Commission baleinière internationale (CBI), la
Commission pour la conservation du thon rouge du sud (CCSBT), la Commission
internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), la Convention sur le
commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction
(CITES), la Commission interaméricaine du thon tropical (CITT), la Commission océanographique intergouvernementale (COI), la Coalition des opérateurs légaux de légine (COLTO),
Conseil des directeurs des programmes antarctiques nationaux (COMNAP), le Comité pour la
protection de l'environnement (CPE), la Commission pour la conservation et la gestion des
stocks de poissons grands migrateurs dans le Pacifique occidental et central (CPPCO),
l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation des
pêches de l'Atlantique Sud-Est (OPASE), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le secrétariat du Plan d'action régional pour promouvoir la pêche responsable,
y compris en luttant contre la pêche INN dans la région de l'Asie du Sud-Est (RPOA-INN), le
Comité scientifique pour la recherche antarctique (SCAR), le Comité scientifique sur la
recherche océanique (SCOR) et l'Union internationale pour la conservation de la nature
(UICN) ont également été invités à assister à la réunion en tant qu'observateurs. L'ACAP,
l'ARK, l'ASOC, la CBI, la CCSBT, la COLTO, le CPE, l'OPASE et le SCAR sont présents.
1.5
Conformément à la décision prise par la Commission lors de la XXXIIe réunion de la
CCAMLR (paragraphe 12.4), les Parties non contractantes suivantes ont été invitées à assister
à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR en tant qu'observateurs : Brunei Darussalam, Colombie,
Costa Rica, République Dominicaine, Émirats arabes unis, Équateur, Indonésie, République
islamique d'Iran, Libye, Mali, Malaisie, Mexique, Mongolie, Nigeria, Philippines, Seychelles,
Singapour, Tanzanie, Thaïlande, Trinité-et-Tobago et Viêt Nam. Singapour y assiste à ce titre.
1.6
La liste des participants figure à l'annexe 1 et la liste des documents présentés à la
réunion, à l'annexe 2.
1.7
Le président accueille tous les participants à la réunion et annonce que l'ordre du jour
est chargé et qu'il espère que la réunion sera productive.
1.8
Le président a l'honneur d'accueillir le gouverneur adjoint de la Tasmanie, le juge en
chef Alan Blow, qui prononce le discours d'ouverture (annexe 3).
Organisation de la réunion
Adoption de l'ordre du jour
2.1
L'ordre du jour de la réunion est adopté (annexe 4).
Statut de la Convention
2.2
L'Australie, en sa qualité de dépositaire, annonce que le statut de la Convention n'a pas
changé pendant la dernière période d'intersession.
Rapport du président
2.3
Le président fait un bref compte rendu des activités menées par la Commission ces
12 derniers mois (annexe 5).
Application et respect de la réglementation
3.1
Le président du Comité permanent sur l'application et l'observation de la
réglementation (SCIC), M. Osvaldo Urrutia (Chili) présente le rapport du SCIC à la
Commission (annexe 6).
Procédure d'évaluation de la conformité
3.2
La Commission note que le SCIC a examiné les projets de rapports CCAMLR de
conformité des Membres qui récapitulent les écarts de mise en œuvre des mesures de
conservation identifiés par le secrétariat (CCAMLR-XXXIII/08 Rév. 1). Elle constate que des
projets de rapports CCAMLR de conformité ont été examinés relativement à l'Afrique du Sud,
à l'Australie, au Chili, à la Chine, à la République de Corée, à la France, à la Norvège, au
Royaume-Uni, à la Russie, à l'Ukraine et à l'Uruguay.
3.3
La Commission note que, conformément à l'annexe 10-10/B de la MC 10-10, le
rapport CCAMLR provisoire de conformité établi par le SCIC comporte une évaluation du
2
statut de conformité des Membres, des recommandations de mesures de redressement et
d'amendements aux mesures de conservation, les obligations et toute autre mesure adaptée
requise. Suite à ses délibérations, la Commission note que le SCIC a adopté, par consensus,
un rapport CCAMLR provisoire de conformité qu'il lui a soumis (annexe 6, appendice I).
3.4
La Commission approuve les recommandations du SCIC et le rapport CCAMLR de
conformité de 2014.
3.5
L'UE remercie le SCIC pour le travail accompli dans le cadre du rapport CCAMLR
provisoire de conformité qu'il a soumis à la Commission. Elle considère le processus soutenu
par le SCIC comme un moyen constructif d'améliorer le respect des mesures de conservation
et d'identifier et de rectifier les dispositions imprécises. Elle indique que selon elle, la
procédure CCAMLR d'évaluation de la conformité (CCEP) n'est pas l'occasion d'accuser ou
de s'en prendre directement aux Membres, mais plutôt de renforcer les mesures de
conservation et améliorer la conformité en général. L'UE exprime sa satisfaction pour ces
deux années de mise en œuvre et attend avec intérêt la poursuite des travaux et l'amélioration
de la procédure.
3.6
L'Australie considère que la CCEP soutient un processus clair et juste qui offre aux
Membres l'occasion de faire face à des cas de non-conformité et à la Commission d'adopter
une série de mesures en vue de remédier à des écarts par rapport aux mesures de conservation
et de résoudre des dysfonctionnements techniques.
3.7
Cette année, le SCIC a réussi à régler un certain de nombre de problèmes dans les
mesures de conservation.
3.8
La Commission examine la recommandation du SCIC selon laquelle il conviendrait de
réviser les mesures de conservation (MC) 10-01, 10-03, 10-10, 26-01 et 41-01. Elle reconnaît
par ailleurs que le SCIC a délibéré sur la révision possible des MC 10-02, 10-04 et 10-09,
mais qu'il faut encore y travailler pendant la période d'intersession et qu'elles seront
examinées par le SCIC et la Commission en 2015.
3.9
L'Afrique du Sud reconnaît les préoccupations soulevées au SCIC à l'égard du cas de
non-conformité lié à la mise en œuvre de la MC 10-03. Elle indique à la Commission qu'elle
met en œuvre des mesures afin d'améliorer le respect de la MC 10-03. La Commission
constate que l'Afrique du Sud a mené quatre contrôles portuaires en pleine conformité avec la
MC 10-03 à la suite des écarts identifiés dans le projet de rapport CCAMLR de conformité la
concernant et que d'autres efforts sont consentis pour améliorer la capacité de contrôle.
3.10 L'Argentine fait valoir, à l'égard de la révision possible de la MC 10-04, que le manque
de temps ne permettait pas d'examiner les changements considérables qui ont été proposés.
Elle indique que toute proposition de changement substantiel à la MC 10-04, notamment en
ce qui concerne les obligations des Membres, doit être considérée avec circonspection.
3.11 Certains Membres mentionnent qu'ils sont en faveur des changements proposés à la
MC 10-04 à la présente réunion. Ils attendent avec intérêt de travailler sur ces éléments par le
biais du groupe de travail technique sur le système de suivi des navires (TWG VMS) pendant
la période d'intersession.
3
3.12 La Commission note que le SCIC a examiné l'avis du Comité scientifique sur la pêche
de recherche menée par le Yantar 35, navire battant pavillon russe, en mer de Weddell en
2013/14 (annexe 6, paragraphes 97 à 104). Elle note que l'incapacité du Comité scientifique à
évaluer la recherche du fait de la mise en quarantaine des données est une question sérieuse
pour le SCIC.
3.13 Certains Membres font valoir que si le Comité scientifique n'a pas été en mesure de
mener à bien un examen de la proposition de recherche, il n'est pas approprié qu'une pêche de
recherche ait lieu en vertu de ce plan la saison prochaine.
3.14 La Commission note que la Russie considère qu'il s'agit là d'un incident sérieux et
qu'elle s'est engagée à étudier les données liées à cette question. Elle prend note de l'avis émis
par la Russie selon lequel l'enquête sera menée de façon transparente et objective et, à terme,
les résultats en seront présentés au groupe de travail sur les statistiques, les évaluations et la
modélisation (WG-SAM), au groupe de travail chargé de l'évaluation des stocks de poissons
(WG-FSA), au Comité scientifique, au SCIC et à la Commission. Elle suggère l'inclusion
dans cette enquête d'une expertise internationale.
3.15 La Russie indique à la Commission qu'elle n'a pas l'intention d'autoriser le Yantar 35 à
poursuivre ses recherches en mer de Weddell en 2014/15, mais qu'elle aimerait que ces
recherches en mer de Weddell soient poursuivies par d'autres navires si l'occasion se
présentait (voir également les paragraphes 5.63 à 5.68).
3.16 La Commission note que le SCIC a examiné CCAMLR-XXXIII/BG/02, document
récapitulant toutes les notifications présentées par les Membres proposant de participer aux
pêcheries exploratoires ou de krill pendant la saison 2014/15, et mettant l'accent sur le
nouveau système de soumission en ligne des notifications de projets de pêche des Membres
(annexe 6, paragraphes 105 à 109).
3.17 La Commission constate que, suite à la soumission tardive des notifications de pêche
au krill, l'UE a retiré la notification des navires Saga et Alina, qui devaient participer aux
pêcheries de krill en 2014/15 (annexe 6, paragraphe 110).
3.18 La Commission note que le SCIC a examiné CCAMLR-XXXIII/BG/27, qui rend
compte de l'enquête, et de ses résultats, concernant le signalement de la CPUE anormale des
navires de pêche battant pavillon coréen Insung No. 2, Insung No. 7 et Insung No. 22, et qu'il
est arrivé à la conclusion que les trois navires se sont livrés à des activités de pêche illicite,
non déclarée et non réglementée (INN) dans la zone de la Convention.
3.19 De nombreux Membres remercient la Corée des efforts qu'elle a consentis cette année
pour mener une enquête transparente dans les activités de l'Insung No. 2, l'Insung No. 7 et
l'Insung No. 22 et des mesures qu'elle a mises en place pour lutter contre ces activités. Ils
remercient également la délégation coréenne pour son engagement positif à la présente
réunion. Ils félicitent la Corée d'avoir pris des initiatives positives pour s'engager non
seulement à l'échelle nationale, notamment par des amendements apportés à sa législation
nationale, mais aussi sur le plan multilatéral dans la lutte contre la pêche INN.
3.20 Les États-Unis font part de leur satisfaction pour les mesures que la Corée et l'Afrique
du Sud ont prises en collaboration pour le déchirage de l'Insung No. 7 en Afrique du Sud.
4
En outre, ils indiquent qu'ils attendent avec intérêt la mise à jour et l'amendement de la loi sur
le développement de la pêche hauturière qui rehaussera la capacité de la Corée à traiter les
écarts de conformité qui pourraient survenir à l'avenir, tels que ceux liés aux navires Insung.
3.21 La Commission remercie par ailleurs la Russie d'avoir convenu de mener une enquête
dans le cadre de la MC 10-08 sur les observateurs russes qui ont déclaré des données
s'alignant sur les données anormales des navires lors de l'observation des opérations de pêche
de l'Insung No. 2, de l'Insung No. 7 et de l'Insung No. 22 et d'en rendre compte dans les
meilleurs délais. Elle note que la procédure mise en place par la Corée et sur laquelle
s'alignera également la Russie confirme la valeur et l'efficacité du cadre réglementaire de la
CCAMLR.
Système de documentation des captures
3.22 La Commission note que le SCIC a approuvé les recommandations du Comité
d'évaluation du système de documentation des captures de Dissostichus spp. (SDC) qui s'est
attaché pendant la période d'intersession à réaliser une évaluation indépendante du SDC de la
CCAMLR (annexe 6, paragraphes 152 à 164).
3.23 La Commission remercie le Comité d'évaluation du SDC et le secrétariat de leurs
efforts pendant la période d'intersession et note que les résultats amélioreront grandement la
mise en œuvre et le fonctionnement du SDC.
3.24 La Commission accueille favorablement la décision du SCIC de financer la mise en
œuvre des recommandations du Comité d'évaluation du SDC et des autres travaux
recommandés qui permettront, entre autres, une plus grande intégration du SDC avec les
autres systèmes de la CCAMLR ; l'amélioration du système de e-SDC, notamment par une
nouvelle plate-forme ; le développement de certificats de capture spécialement validés
(CCDSV) identifiables, ainsi que l'examen des dispositions sur le transbordement et
l'amélioration de l'engagement des Parties non contractantes.
3.25 La Commission félicitent également le SCIC des progrès effectués cette année dans
l'amélioration du SDC. Les améliorations apportées vont non seulement renforcer le système,
mais permettront également d'apporter des modifications à la MC 10-05 qui refléteront mieux
la réalité opérationnelle. Le SCIC décide également d'examiner d'autres suggestions du
Comité d'évaluation du SDC visant à améliorer la transparence à l'égard des transbordements,
les CCDSV et l'intégration du SDC avec d'autres bases de données associées, telles que les
données VMS et les données de capture déclarées.
3.26 La Commission note que le SCIC appuie la recommandation du Comité d'évaluation
du SDC selon laquelle il conviendrait d'adopter, de mettre en œuvre et de maintenir une
stratégie visant à renforcer la collaboration avec les PNC.
3.27 La Commission prend note de la participation de la Région administrative spéciale de
Hong Kong (RAS) au stage de formation au SDC dans le cadre du renforcement des capacités
organisé par le secrétariat de la CCAMLR et l'Australie pendant la période d'intersession
2014.
5
3.28 La Commission examine le document présenté par la République de Corée dans lequel
il est rendu compte du cas concernant les CCD manquants de trois navires battant pavillon
coréen et des mesures prises par le gouvernement coréen à la suite de l'investigation
(CCAMLR-XXXIII/BG/26 Rév. 1).
3.29 La Corée indique à la Commission que plusieurs navires battant pavillon coréen ont
été détectés en pêche INN en dehors de la zone de la Convention. Elle informe les Membres
que des sanctions ont été prises contre les capitaines des navires et que des CCDSV ont été
délivrés pour les captures qui ont été confisquées. La Corée mentionne également que les
captures ont été confisquées, sur la base des instructions administratives strictes de son
gouvernement, et que le produit de ces ventes sera présenté à la CCAMLR pour une
utilisation particulière qui sera déterminée ultérieurement.
3.30 La Commission remercie la Corée et la félicite pour les efforts qu'elle a consentis pour
mener une enquête approfondie sur les incidents.
3.31 Les États-Unis s'inquiètent que la délivrance de plusieurs CCD pour une même sortie
puisse aboutir à un mélange des captures licites et illicites et limiter ainsi la capacité des États
marchés à déterminer la légalité des importations. Ils attendent avec intérêt d'avoir la
possibilité, par le biais du Comité de mise en œuvre du SDC, d'examiner les moyens de
renforcement du SDC, y compris en clarifiant les exigences en place.
3.32 La Commission examine la discussion par le SCIC de l'analyse du commerce
international et de la valeur de Dissostichus spp. dans les principaux pays participant à ce
commerce, sur la base des données de la base de données des Nations Unies sur les
statistiques commerciales des produits de base (Comtrade) (CCAMLR-XXXIII/BG/14
Rév. 2).
3.33 L'UE renvoie aux commentaires qu'elle a émis lors de l'examen du rapport du Comité
scientifique (paragraphe 5.16) et au SCIC (annexe 6, paragraphe 169), dans lesquels elle
félicitait le secrétariat d'avoir mené à bien ses tâches avec des ressources limitées et d'avoir
dévoilé la structure du commerce global de la légine. Elle note que les discussions du SCIC
ont clarifié la question de la déclaration erronée des données et réitère sa suggestion d'élargir
l'analyse aux facteurs d'influence du commerce et que ce document soit mis à jour périodiquement.
3.34 La Commission prend note des travaux du TWG VMS liés aux résultats des travaux
d'intersession sur l'appel d'offres et de la recommandation quant au logiciel VMS à retenir
pour la CCAMLR (CCAMLR-XXXIII/14 Rév. 1).
3.35 La Commission prend note de la recommandation du TWG VMS de mettre en œuvre
le logiciel hébergé en interne, THEMIS Viewer, fourni par Collecte Localisation Satellites
(CLS) pour assurer le soutien du VMS de la CCAMLR.
3.36 La Commission remercie le TWG VMS, avec ses participants de l'Afrique du Sud, de
l'Australie, du Chili, de la République de Corée, des États-Unis, de la France, du Japon, de la
Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, de l'Ukraine, de l'UE et du secrétariat, pour le travail
effectué en 2014.
6
3.37 La Commission prend également note des travaux du TWG VMS sur l'évaluation de la
MC 10-04 (CCAMLR-XXXIII/BG/07). Elle note que le TWG VMS travaillera pendant la
période d'intersession 2015 pour approfondir l'examen des questions liées à la MC 10-04 et
étudier les propositions avancées à la présente réunion (annexe 6, paragraphes 207 à 212). Les
Membres sont invités à participer activement aux travaux du TWG VMS en 2015.
3.38 Les États-Unis considèrent que le VMS est un outil essentiel pour le suivi des activités
des navires et la lutte contre la pêche INN. Ils estiment, avec le soutien de l'UE, que la
MC 10-04 ne reflète plus la technologie ni les meilleures pratiques actuelles.
3.39 De nombreux Membres remercient le TWG VMS et le secrétariat pour les travaux
réalisés à l'égard du VMS en 2014. Ils accordent leur plein soutien aux révisions proposées
pendant la réunion 2014 du SCIC et regrettent qu'elles n'aient pu faire l'unanimité. Ils
attendent avec intérêt de participer au TWG VMS en 2015.
3.40
L'Argentine fait la déclaration suivante :
« Nous souhaitons juste clarifier un point en rapport avec la MC 10-04 : non
seulement, le peu de temps disponible pour traiter la proposition des États-Unis était
une source de préoccupation, mais certains Membres se sont exprimés en rejoignant
nos inquiétudes sur les modifications suggérées, car elles risqueraient de modifier la
nature de la MC 10-04, ce qui ne saurait être acceptable. Par ailleurs, nous aimerions
indiquer que nous sommes disposés à participer au groupe de contact d'intersession
afin d'améliorer, autant que faire se peut, la MC 10-04. En fait, il est clair qu'il existe
des différences importantes avec la proposition présentée par les États-Unis, mais nous
ne doutons pas qu'avec la bonne volonté de toutes les Parties, nous obtiendrons des
résultats positifs. »
3.41 La Commission prend note des travaux d'intersession réalisés pour faire avancer la
mise en place d'un accord provisoire sur la communication des données VMS de la CCAMLR
au profit des missions de recherche et de sauvetage (SAR) dans la zone de la Convention
(CCAMLR-XXXIII/01 Rév. 1).
3.42 La Commission constate que les travaux réalisés par le secrétariat et les cinq membres
de la CCAMLR ayant compétence en tant que Centre de Coordination de Sauvetage Maritime
(CCSM) (Afrique du Sud, Argentine, Australie, Chili, et Nouvelle-Zélande) ont abouti à la
présentation d'un projet d'accord, pour examen et adoption par la Commission (annexe 6,
paragraphes 196 à 199).
3.43 De nombreux Membres remercient tous ceux ayant participé à la rédaction de l'accord
et manifestent leur soutien envers sa mise en œuvre. Conformément à la note 4 en fin de texte
de la MC 10-04 (paragraphe 18 iv)), la Commission a adopté l'accord provisoire (annexe 6,
appendice III). La Commission est d'avis que, avec l'adoption de cet accord, la note 4 à la fin
de la MC 10-04 n'est plus nécessaire. Elle demande donc au secrétariat d'effectuer ce
changement. Il est noté que les travaux du TWG VMS liés au VMS pourraient contribuer à
l'utilité des données VMS de la CCAMLR pour les missions de SAR.
3.44 Au cours de l'adoption de l'accord, la Commission décide, à l'égard des paragraphes
5.1 et 5.2 concernant la perte ou la communication non autorisée de données VMS, que le
secrétariat informera tous les Membres dans les 24 heures d'une telle perte ou communication
7
de données, ainsi que le ou les États du pavillon du ou des navires concernés des détails de ces
données. De plus, si une enquête devait avoir lieu sur la perte ou la communication de
données, le ou les États du pavillon du ou des navires concernés devraient être consultés sur
les conclusions de l'enquête avant que le rapport ne soit communiqué à la CCAMLR.
3.45 L'Argentine déclare qu'en tant qu'État responsable SAR, elle est au fait des difficultés
et des risques de la navigation dans les eaux de l'Antarctique et elle remercie le secrétariat de
la CCAMLR des travaux d'intersession qu'il a effectués pour arriver à cet accord qui promet
d'être très utile en cas d'accident ou d'incident maritime. Cette question est d'une telle
importance pour l'Argentine en tant qu'État responsable SAR qu'elle mène, en collaboration
avec le Chili, une patrouille navale commune en Antarctique, pour contribuer à la sécurité des
navires dans la région de la péninsule antarctique.
3.46
L'UE fait la déclaration suivante sur l'initiative de l'Italie :
« Je souhaite profiter de l'occasion qui m'est donnée pour partager certaines
considérations avec vous aujourd'hui sur la sécurité des navires de pêche dans la zone
de la Convention CAMLR.
Étant donné les conditions climatiques particulières auxquelles sont exposés les
armements de pêche dans la zone de la Convention et les conséquences qu'elles
pourraient entraîner pour la sauvegarde de la vie humaine, auxquelles s'ajoute l'impact
potentiel des accidents sur l'environnement, notamment dans les régions polaires, l'UE
est d'avis que les normes relatives aux navires de pêche, particulièrement à l'égard des
exigences de renforcement de la coque des navires contre les glaces, devraient être
renforcées pour offrir une meilleure protection tant aux membres des équipages qu'aux
ressources marines vivantes.
Nous souhaitons de ce fait rappeler à tous les membres de la CCAMLR que la résolution 34/XXXI adoptée par la CCAMLR en 2012 "Renforcement de la sécurité des
navires de pêche dans la zone de la Convention" encourage les membres de la CCAMLR
à examiner et mettre en œuvre des mesures adaptées pour renforcer les normes de
sécurité des navires de pêche auxquels ils délivrent des licences pour opérer dans la
zone de la Convention et à envisager de ratifier l'Accord du Cap dès que possible.
Comme vous l'aurez constaté, au fil des années, les États membres de l'Union européenne ont contribué à aider l'organisation maritime internationale (OMI) à mettre en
place et à adopter un portefeuille étendu de conventions internationales. Entre elles,
elles couvrent pratiquement tous les aspects techniques et opérationnels de la navigation maritime et l'ont rendue progressivement plus sûre, plus efficace et plus écologique.
Pour l'UE, les normes de sécurité fondées sur le Protocole de Torremolinos ont été
mises en place par une Directive de 1997 harmonisant le régime de sécurité pour les
navires de pêche de 24 mètres de longueur minimum, afin de garantir que les navires
de l'UE satisfont les normes convenues à l'échelle internationale.
Les Membres se souviendront que le Protocole de 1993 relatif à la convention
internationale de Torremolinos de 1977 sur la sécurité des navires de pêche n'est pas
entré en vigueur, car le nombre cumulé de navires des États l'ayant ratifié n'a jamais
atteint le seuil requis de 14 000 navires.
8
Toutefois, les obstacles à la ratification de cette Convention ont été levés grâce à
l'accord du Cap de 2012 qui, de plus, actualise et amende un certain nombre de
dispositions du Protocole de Torremolinos de 1993. Une fois que l'Accord sera entré
en vigueur, il renforcera grandement les normes de sécurité pour les pêcheurs et les
navires de pêche dans le monde entier, et permettra ainsi une baisse notable du nombre
de morts.
L'Accord était ouvert à la signature du 11 février 2013 au 10 février 2014, et depuis
lors, il reste ouvert à l'adhésion. Il requiert la ratification de 22 États membres de
l'OMI avec une flotte cumulée de 3 600 navires pour entrer en vigueur.
Consciente du grand nombre de morts par accident et de la vulnérabilité particulière
des régions polaires, l'UE attache une grande importance à la question de la sécurité
maritime et souhaite voir de nouveaux progrès en ce qui concerne le processus de
ratification de l'accord du Cap, dont elle espère qu'il entrera bientôt en vigueur. »
3.47 La France remercie l'UE de sa déclaration qu'elle soutient pleinement. Elle note que
cette question sera soulevée à la XXXVIIIe RCTA en 2015 et que la ratification de l'Accord
du Cap est extrêmement importante pour préserver la vie en mer et protéger l'environnement
marin.
3.48 La Commission note que le Comité de la protection du milieu marin (MEPC) de
l'Organisation maritime internationale (OMI) a clarifié l'interdiction frappant l'utilisation de
pétrole lourd dans les eaux de l'Antarctique. Il a par ailleurs convenu de clarifier cette
interdiction élargie au transport de pétrole lourd à bord de navires en tant que ballast
(MARPOL, annexe I, règle 43).
3.49 De nombreux Membres sont d'avis que la sécurité des navires est une question très
importante, au même titre que les questions liées aux normes de protection environnementale
des navires. La Commission prend note de l'intention de l'OMI de mener de prochains travaux
sur un code applicable aux navires naviguant dans les eaux polaires. Certains Membres notent
que ces travaux ont pour but de couvrir la flottille de navires non-SOLAS (Convention
internationale pour la Sauvegarde de la vie humaine en mer), y compris les navires de pêche.
De nombreux Membres soulignent l'importance de progresser en matière de sécurité en mer
pour les navires opérant dans la zone de la Convention. Ils remercient l'UE de mettre en
lumière cette question importante.
3.50 La République de Corée fait remarquer l'importance du VMS, non seulement pour
enrayer la pêche INN mais aussi en tant que mécanisme de contrôle de la sécurité des navires
en mer en temps réel.
3.51 Les États-Unis font remarquer que la question de la sécurité des navires fait l'objet de
débats depuis bon nombre d'années au sein de la CCAMLR et de la RCTA. Ils partagent
l'inquiétude de nombreux Membres quant au grand nombre d'incidents qui ont eu lieu dans la
zone de la Convention ces dernières années. Ils estiment que les amendements proposés à la
MC 10-04, qui seront examinés par le TWG VMS en 2015, permettront un meilleur suivi de
la conformité et une meilleure utilisation des données VMS dans les opérations de SAR.
9
Propositions de nouvelles mesures et de mesures révisées
Couverture de la pêcherie de krill par des observateurs
3.52 La Commission prend note des propositions d'amendement de la MC 51-06 présentées
par l'Ukraine (CCAMLR-XXXIII/16) et le Chili (CCAMLR-XXXIII/18) pour rehausser le
taux d'observation des opérations de pêche au krill à respectivement 75% et 100%, dans
l'objectif d'augmenter les données disponibles pour améliorer les estimations de la biomasse
du krill.
3.53 De nombreux Membres accueillent favorablement les propositions du Chili et de
l'Ukraine visant à augmenter le taux d'observation de la pêcherie et à améliorer la qualité des
données.
3.54 La France remercie le Chili et l'Ukraine de la proposition et indique que, compte tenu
de l'importance du krill dans l'écosystème marin de l'Antarctique, il est important d'augmenter
la présence des observateurs à 100% dans un proche avenir.
3.55 Le Chili note que l'adoption de la MC 51-06 lors de la XXXIe réunion de la CCAMLR
a entraîné une augmentation de la présence des observateurs et une amélioration notable des
données d'observateurs. Toutefois, il soutient que les données produites ne suffisent toujours
pas et suggère à la Commission de trouver des moyens d'améliorer la collecte et la qualité des
données. Le Chili envisage également la possibilité d'une approche progressive vers l'objectif
d'une présence à 100% d'observateurs (voir également paragraphes 6.7 et 7.36 à 7.44).
3.56 La Belgique réfléchit à la nécessité d'une amélioration permanente de la qualité des
données et note que celle-ci dépend en grande partie de la formation des observateurs, dont la
responsabilité incombe aux Membres qui les ont désignés.
3.57 L'Argentine est en faveur de la proposition de couverture de la pêcherie à 100% par
des observateurs. Toutefois, étant donné les difficultés potentielles pour atteindre ce niveau,
elle estime qu'il serait bon, au minimum, de s'accorder sur une augmentation progressive des
observateurs sur les navires pêchant le krill.
3.58 Plusieurs Membres se déclarent disposés à accepter la proposition visant à accroître la
présence des observateurs sur les navires pêchant le krill. Ils suggèrent à la Commission de
trouver un moyen d'accroître progressivement le nombre d'observateurs à bord des navires
pêchant le krill jusqu'à ce que la pêcherie soit couverte à 100%, et certains Membres
suggèrent une couverture de la pêcherie située entre 50% et 100%.
3.59
La Chine fait la déclaration suivante :
« La Chine estime que les opérations de pêche au krill sont couvertes adéquatement
par des observateurs. Bien que l'augmentation du niveau d'observation recueille un
appui général, le Comité scientifique reconnaît également qu'il est plus important
d'améliorer la qualité des données produites par les observateurs scientifiques et qu'il
convient de maintenir le niveau actuel d'observation. Ainsi, il n'existe aucune
justification scientifique pour augmenter le niveau d'observation obligatoire à présent.
D'autre part, il convient de tenir compte du coût possible d'une augmentation de la
présence d'observateurs pour éviter d'accabler l'industrie de la pêche de tâches
inutiles. »
10
Prélèvement des ailerons de requins
3.60 La Commission examine la proposition présentée par le Brésil, le Chili, les États-Unis
et l'UE pour interdire le prélèvement d'ailerons sur les requins capturés dans la zone de la
Convention CAMLR (CCAMLR-XXXIII/20). Il y est proposé d'amender la MC 32-18 pour
exiger que les ailerons des requins capturés accidentellement ne pouvant être remis à l'eau
vivants restent naturellement attachés jusqu'au premier port de débarquement (voir aussi
paragraphe 7.83).
3.61 Les États-Unis expriment leur satisfaction concernant l'examen de la proposition et
indiquent qu'il est important pour la conservation des requins d'amender la mesure
conformément aux résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) et à
l'Article II de la Convention. Ils indiquent que l'amendement de la MC 32-18 augmenterait la
quantité de données spécifiques aux espèces et compléterait les dispositions existantes sans
imposer de fardeau supplémentaire aux Membres.
3.62 Les États-Unis font part de considérations à l'appui de la proposition d'amendement de
la MC 32-18 qu'ils ont avancée avec le Brésil, le Chili et l'Union européenne. L'interdiction
du prélèvement d'ailerons de tout requin capturé accidentellement est une mesure importante
pour la Commission, d'autant qu'elle est compatible avec la résolution de l'AGNU sur les
pêcheries durables, avec le Plan d'action international de la FAO pour la conservation et la
gestion des requins et avec l'objectif de conservation visé à l'Article II de la Convention.
Exiger que tous les requins capturés accidentellement et conservés soient débarqués avec
leurs ailerons naturellement attachés empêchera non seulement la pratique inutile du
prélèvement d'ailerons, mais aussi favorisera la collecte de meilleures données propres aux
espèces de requins capturés dans la zone de la CCAMLR. Les États-Unis se réjouissent du vif
soutien exprimé par la plupart des Membres pour la proposition et précisent qu'elle complète
la mesure existante sans imposer de charge importante sur les activités de pêche.
3.63 L'UE, soutenue par plusieurs Membres, regrette que la Commission n'ait pu s'accorder
sur la proposition. Étant donné que la CCAMLR est à la pointe de la conservation des
ressources marines, cette mesure aurait adressé un signal important à d'autres organisations
travaillant dans le même domaine.
3.64 De nombreux Membres sont en faveur de la proposition et regrettent qu'elle n'ait pas
été adoptée à la présente réunion. Ils estiment que l'adoption de la proposition serait un grand
pas en avant pour la CCAMLR et qu'elle alignerait cette organisation sur d'autres qui ont pris
des mesures pour faire appliquer l'interdiction du prélèvement d'ailerons.
3.65 La France, soutenue par d'autres Membres, s'enquiert de la raison offerte par les
Membres qui s'opposaient à cette proposition pendant le SCIC (annexe 6, paragraphes 230
et 231), car elle estime que l'amendement proposé offre un moyen de mieux connaître les
populations et la capture accessoire de requins dans la zone de la Convention. Elle considère
que les motifs de l'opposition de certaines délégations pourraient être autres que scientifiques.
3.66
La Chine fait la déclaration suivante :
« Certaines interventions faites précédemment induisent en erreur. La question
présentée n'est pas la question du prélèvement des ailerons de requins, mais plutôt de
déterminer si les ailerons des requins morts dans les captures accessoires doivent être
11
naturellement attachés au corps des requins. Nous ne voyons pas en quoi cette
question est liée à la préservation des requins. De plus, étant donné que la capture
accessoire des requins est une capture légale, ces requins doivent être considérés
comme appartenant légalement aux pêcheurs. Les propriétaires auront le droit d'en
disposer comme bon leur semblera. La recherche scientifique réclamée par certains
délégués pourrait être effectuée si l'on demandait aux pêcheurs, à titre volontaire, de
présenter les requins avec leurs ailerons naturellement attachés, mais cette demande ne
justifie pas d'établir une règle obligatoire qui risquerait de restreindre arbitrairement le
droit du propriétaire de disposer de ce qui lui appartient légalement. En conséquence,
la Chine ne peut soutenir cette proposition qui n'entre pas dans le cadre de la
conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique. »
3.67 Le Japon avise la Commission qu'il est opposé au prélèvement d'ailerons qui est un
acte de gaspillage. Il note toutefois qu'il partage l'opinion de la Chine, à savoir que les
amendements proposés induisent en erreur et qu'ils n'ont rien à voir avec l'interdiction du
prélèvement d'ailerons citée dans le titre du document. Il estime que les amendements
proposés ne sont ni pertinents ni efficaces en matière de conservation et de gestion des requins
dans la zone de la Convention dans laquelle les captures accessoires de requins sont minimes.
Le Japon reconnaît toutefois que de nombreux Membres soutiennent l'interdiction du
prélèvement d'ailerons qui semblerait faire l'objet d'un consensus. De ce fait, le Japon propose
d'introduire une disposition simple, mais claire, interdisant le prélèvement d'ailerons au lieu
des amendements proposés.
3.68 L'Argentine est en faveur de l'ajout d'une interdiction portant sur le prélèvement des
ailerons de requins et indique que cette proposition s'aligne sur le principe fondamental de la
Convention en matière d'utilisation rationnelle des ressources. Elle note que le rejet d'un
requin entier, pour ne conserver que les ailerons représente une utilisation minime d'une
ressource, ce qui n'est pas rationnel. Elle considère que le prélèvement d'ailerons a une forte
incidence sur l'environnement et que cette pratique est disproportionnée par rapport aux
bénéfices économiques qui pourraient en être tirés.
3.69 De nombreux Membres encouragent les initiateurs de la proposition à soumettre de
nouveau leur document lors de la XXXIVe réunion de la CCAMLR.
Mesures commerciales
3.70 La Commission considère la proposition de l'UE visant à tenir des discussions
pendant la période d'intersession entre la XXXIIIe et la XXXIVe réunion de la CCAMLR sur
l'adoption possible de mesures commerciales par la CCAMLR dans le but de renforcer le
respect de la réglementation (CCAMLR-XXXIII/25 Rév. 1).
3.71 L'UE remercie le SCIC de ses commentaires et clarifie que l'objectif du document est
de sonder l'intérêt que présenteraient des discussions informelles pendant la période
d'intersession avec des partenaires intéressés, pour examiner et mettre en place diverses
solutions, y compris des solutions pour lutter contre la pêche INN (annexe 6, paragraphe 233).
12
3.72
L'Argentine fait la déclaration suivante :
« Comme notre délégation l'a déjà déclaré à plusieurs reprises, ce n'est pas en prenant
des sanctions commerciales que l'on luttera efficacement contre la pêche INN. Les
raisons en ont été exposées clairement, de manière exhaustive et précise, avec des
arguments de fond, à plusieurs occasions.
À cet égard, il serait utile de prendre de nouvelles mesures, ou d'améliorer les mesures
en vigueur, telles que la MC 10-08, pour mettre l'accent sur le propriétaire à titre
bénéficiaire. »
3.73 Les États-Unis remercient l'UE des efforts qu'elle déploie pour poursuivre la
discussion des mesures commerciales, notant qu'elles constituent un outil important pour le
renforcement de la capacité de la CCAMLR à résoudre le problème de la pêche INN et à
promouvoir le respect de la réglementation. Le document CCAMLR-XXXIII/25 Rév. 1
examine, au-delà des mesures commerciales, d'autres mécanismes auxquels la CCAMLR
pourrait avoir recours pour lutter contre la pêche INN. La CCAMLR peut envisager l'adoption
de mesures commerciales tout en examinant d'autres approches parallèles, y compris le
renforcement des mesures existantes. Les États-Unis encouragent tous les Membres à
contribuer aux discussions sur cette question pendant la période d'intersession.
3.74
La Namibie fait la déclaration suivante :
« La Namibie soutient pleinement l'élimination de la pêche INN dans la zone de la
Convention CAMLR et dans le monde entier. Toutefois, nous sommes d'avis que ces
mesures commerciales proposées pourraient pénaliser injustement de nombreuses
entreprises et de nombreux individus respectueux des lois, car elles leur interdiront
également d'exporter leurs produits s'il est déterminé qu'un des navires de leurs pays
respectifs est impliqué dans des activités de pêche INN. Selon nous, la prise de
sanctions aveugle contre les navires et/ou les entreprises ne constitue pas le meilleur
moyen de combattre la pêche INN, car elle pourrait nuire à l'économie des États du
pavillon concernés, et pourrait même déstabiliser ces pays.
Pour cette raison, la Namibie ne peut accorder son soutien aux mesures commerciales
proposées et partage l'opinion des États membres qui s'y sont opposés. Nous
préférerions encourager la Commission à mettre en place des mesures pour retrouver
les usufruitiers des navires engagés dans la pêche INN et prendre des mesures
draconiennes contre ces individus ou ces entreprises. Dans la plupart des cas, ces
usufruitiers n'ont pas pour base l'État du pavillon des navires engagés dans la pêche
INN, ce qui rend difficile toute poursuite par les États du pavillon. »
3.75
L'Uruguay fait la déclaration suivante :
« Notre délégation a fait une déclaration pendant la réunion du SCIC sur les initiatives
envisagées pour examiner l'application de mesures commerciales dans le cadre de la
CCAMLR. Elle se range à l'avis de plusieurs délégations qui considéraient que cette
discussion n'était pas opportune, car elles estimaient que ce forum ne se prêtait pas à
un tel examen.
13
Nous réaffirmons notre ferme conviction que tous les outils qui nous permettraient de
vérifier la conformité avec les mesures de conservation de la CCAMLR sont valables,
en particulier ceux qui visent à la dissuasion de la pêche illicite, non déclarée et non
réglementée (INN).
Nous considérons toutefois qu'il existe d'autres outils plus appropriés pour atteindre
cet objectif, et je me permets de mentionner, à titre d'exemple pris dans d'autres
forums, l'importance de l'Accord de la FAO sur les mesures du ressort de l'État du port
visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite, non déclarée et non
réglementée (INN).
Notre pays est l'un des 12 premiers signataires de l'accord susmentionné, qu'il a ratifié
en février 2013, or cet accord n'est pas encore entré en vigueur car bien peu de pays
l'ont ratifié.
La CCAMLR doit chercher à prendre de nouvelles mesures de conservation visant à
décourager la pêche INN, sans toutefois déborder des limites de sa compétence. »
Niveau actuel de la pêche INN
3.76 La Commission prend note des efforts déployés par les Membres pour combattre la
pêche INN dans la zone de la Convention, notamment l'Australie (CCAMLRXXXIII/BG/19), le Chili (annexe 6, paragraphe 251), l'Espagne (CCAMLR-XXXIII/BG/34),
la France (CCAMLR-XXXIII/19) et la Nouvelle-Zélande (CCAMLR-XXXIII/BG/12).
3.77 Les États-Unis soulèvent la question du transbordement, se référant aux discussions
ayant eu lieu au sein du SCIC au cours desquelles il a été noté que des lacunes dans les
informations associées au transbordement en mer risquaient de freiner l'atteinte des objectifs
de la MC 10-05 et d'autres mesures de conservation de la CCAMLR visant à contrecarrer la
pêche INN. Les États-Unis notent que certains transbordements ont lieu entre des navires
détenteurs de licences de pêche pour la zone de la Convention et des navires de Parties non
contractantes, mais que la MC 10-09 n'exige de notifications que pour les transbordements qui
ont lieu à l'intérieur de la zone de la Convention. Ils rappellent les amendements aux
MC 10-02 et 10-09 qu'ils ont suggérés pendant le SCIC, afin de combler ces lacunes, pour
exiger d'une part, que les navires engagés dans les transbordements aient une licence et qu'ils
soient notifiés à la Commission en vertu de la MC 10-02 et d'autre part, que les navires
transmettent un préavis de transbordement de la légine, quel qu'en soit le lieu, en vertu de la
MC 10-09.
3.78 De nombreux Membres se déclarent en faveur du renforcement des dispositions sur le
transbordement et se rangent à l'avis selon lequel le secrétariat devrait créer un « e-groupe »
d'intersession pour faciliter ces travaux. Il est noté que le secrétariat, avec des participants du
« e-groupe », établira un plan de travail pour examiner les amendements aux MC 10-02
et 10-09 qui seront soumis à la XXXIVe réunion de la CCAMLR.
3.79 La Commission examine les débats du SCIC sur les mesures prises par l'Espagne pour
lutter contre la pêche INN dans la zone de la Convention en 2014 (CCAMLR-XXXIII/BG/34)
et sur les mesures prises par le Chili à l'égard du contrôle de ses ressortissants. La Commission est satisfaite des mesures prises par l'Espagne et le Chili pour lutter contre la pêche INN.
14
3.80 L'Espagne remercie les autorités australiennes de leur collaboration dans
l'investigation qui lui a permis d'appliquer sa première sanction au navire de pêche Thunder.
L'Espagne a imposé des sanctions financières aux ressortissants espagnols de l'équipage du
navire et suspendu leur autorisation de travailler dans le domaine de la pêche.
3.81 La Commission note que l'Espagne a travaillé rigoureusement à l'adoption d'une loi
selon laquelle des sanctions peuvent être prises à l'encontre des opérations de pêche INN et
des ressortissants engagés dans des activités illicites dans le cadre du système judiciaire
espagnol. L'Espagne informe par ailleurs la Commission qu'elle a l'intention d'amender sa
législation maritime dès novembre 2014, afin d'exiger une conformité étroite avec la
MC 10-08 pour les ressortissants espagnols. L'Espagne exprime sa gratitude aux autres
Membres qui ont entamé une action en justice contre ses ressortissants. Elle souligne qu'il est
essentiel que les Membres agissent en collaboration pour parvenir à une entière conformité
avec la MC 10-08 et lutter contre la pêche INN.
3.82 La Commission prend note du film vidéo présenté par la République de Corée sur le
déchirage de l'Insung No. 7. La Corée avise la Commission que le navire n'est plus
opérationnel et que la destruction de l'intérieur est pratiquement terminée. La Commission se
félicite de la décision prise par la Corée de fournir des nouvelles régulières sur le déchirage du
navire à la CCAMLR.
3.83 La Commission prend note de l'avancée de l'analyse des tendances de la pêche INN
résumant toutes les informations disponibles sur la pêche INN de 2013/14 (CCAMLRXXXIII/BG/28 Rév. 1).
3.84 La Commission note que la répartition géographique des activités de pêche INN
de 2013/14 est fondée sur les rapports d'observation de navires et d'engins de pêche INN
fournis par les Membres, sur des informations tirées des carnets des observateurs, sur les
comptes rendus de campagnes et les données du système d'identification automatique (SIA)
de 2014 (CCAMLR-XXXIII/BG/28 Rév. 1). La Commission note que c'est la première année
qu'un navire de pêche INN est observé dans la sous-zone 48.6, mais l'observation d'engins de
pêche rejetés est une preuve indirecte que des activités de pêche INN ont lieu dans cette souszone depuis 2005.
3.85 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique selon lequel les
observations d'engins de pêche doivent faire l'objet d'un examen minutieux et, à l'avenir,
qu'elles devraient être reportées sur des cartes décrivant les types d'engins observés.
3.86 La Commission note que le Comité scientifique a demandé les informations présentées
en vertu de l'annexe 10-02/A qui pourraient aider le Comité scientifique à développer un
modèle de détection des navires qu'il utiliserait pour estimer les activités de pêche INN. Elle
note que, selon le SCIC, cette tâche peut être utile, mais qu'elle risque aussi d'alourdir
considérablement la charge de travail administratif des États du pavillon et du secrétariat. Elle
est d'avis de développer un projet de collecte de données de repérage visuel de navires pour
une période spécifiée et une zone discrète uniquement, potentiellement en conjonction avec
les données VMS et les conditions météorologiques et de l'état de la mer et que ce projet
pourrait servir de test pour déterminer si les informations obtenues sont utiles pour les travaux
du Comité scientifique sur la création de modèles qui amélioreraient les estimations de
pêche INN.
15
3.87 La Commission approuve la proposition commune présentée par la France et le
secrétariat sur une initiative pilote visant à utiliser l'imagerie satellite pour améliorer les
estimations concernant la présence de navires de pêche INN dans des régions de haute mer
données de la zone de la Convention (CCAMLR-XXXIII/07).
3.88 La Commission prend note de la contribution en nature de la France à ce projet, d'une
valeur de 158 000 €, notamment par des ressources techniques et humaines dans l'analyse de
l'imagerie satellite. La France indique qu'elle est heureuse de pouvoir soutenir ces travaux et
contribuer aux efforts engagés par la CCAMLR dans la lutte contre la pêche INN.
3.89 La Commission prend note avec satisfaction de la contribution financière de l'UE à
hauteur de 375 000 €, sous réserve de confirmation, une fois achevées les procédures
budgétaires de l'UE. L'UE invite les autres membres de la CCAMLR à envisager de
contribuer à cette initiative.
3.90 La Commission note que le Comité scientifique souscrit pleinement à l'initiative pilote
dont il considère qu'elle représente une étape très positive dans l'amélioration de l'estimation
des activités de pêche INN.
3.91 La Commission note qu'il n'y a eu de proposition d'inscription ni sur la liste des
navires INN-PC des Parties contractantes ni sur celle des navires INN-PNC des Parties non
contractantes pour 2014/15 (annexe 6, paragraphe 275). Elle prend note de la
recommandation du SCIC visant à supprimer le navire Tiantai de la Liste des navires INNPNC (annexe 6, paragraphe 277) du fait qu'il a déterminé que ce navire avait coulé dans la
division 58.4.1.
3.92 En conséquence, la Commission adopte une Liste des navires INN-PNC pour 2014/15
(annexe 6, appendice IV).
Engagement avec des Parties non contractantes
3.93 La Commission discute des informations concernant la proposition de la Bolivie de
mener des activités de pêche dans la zone de la Convention.
3.94 L'Uruguay note l'importance d'un engagement positif avec les Parties non
contractantes. Il fait la déclaration suivante :
« Nous réaffirmons notre ferme conviction quant à la validité de tous les outils qui nous
permettraient de vérifier la conformité avec les mesures de conservation de la CCAMLR
visant à la dissuasion de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).
D'autre part, nous rappelons que conformément à la MC 10-07 (2009), la CCAMLR tient
à resserrer la coopération entre l'organisation et les Parties non contractantes (PNC).
Une note adressée par la Bolivie a été distribuée récemment, avec la réponse de la
CCAMLR. La lettre indiquait que ce pays avait l'intention de pêcher dans la zone de la
Convention, ce qui n'est pas acceptable dans le contexte des mesures de conservation
de la CCAMLR. Dans sa réponse, le secrétariat a fait référence, à juste titre, aux
conséquences que cette notification implique pour la Bolivie.
16
Nous ne cherchons pas à nous référer spécifiquement à ce cas précis, mais nous
estimons plutôt que, dans l'esprit de la MC 10-07 (2009), nous devons pleinement
respecter notre engagement à encourager la coopération entre la CCAMLR et les PNC.
Normalement, le secrétariat adresse une correspondance aux PNC lorsque des navires
battant leur pavillon sont découverts alors qu'ils mènent des opérations dans la zone de
la Convention sans notification ou autorisation. Il y mentionne le fait que ces navires
seront inscrits sur la liste des navires INN-PNC et demande instamment à l'État en
question de coopérer avec la CCAMLR.
La grande majorité de ces États ne répondent même pas à cette correspondance.
Nous considérons qu'il est positif qu'une PNC manifeste unilatéralement sa volonté
d'approcher la CCAMLR, même si le but recherché risque d'enfreindre les mesures de
conservation de la CCAMLR.
Nous nous sommes engagés à rechercher la coopération des PNC et à leur offrir notre
coopération. Nous estimons donc qu'il pourrait être utile, pendant la période d'intersession, d'échanger des opinions sur le format que devrait adopter le secrétariat dans
les communications. Il pourrait s'agir d'offrir des instructions explicites sur la manière
de devenir Membre de la Convention et de procéder en vertu des mesures de conservation, ou de clarifier des doutes et en bref, de faire tout ce qui pourrait être interprété
par la PNC en question comme un signe de bonne volonté de la part de la CCAMLR. »
3.95
L'Argentine fait la déclaration suivante :
« Je tiens à faire remarquer que notre intervention en session plénière du SCIC
s'alignait entièrement sur la position de l'Uruguay, à savoir que l'intention en était de
rechercher une coopération positive entre la CCAMLR et les Parties non contractantes
(PNC). Nous sommes heureux d'annoncer que c'est dans cette direction que nous
souhaitons poursuivre nos travaux. »
3.96 La Commission décide d'inviter la Bolivie à assister à la XXXIVe réunion de la
CCAMLR en qualité d'observateur pour se faire clarifier ses intentions. Elle s'efforcera de
développer une stratégie pour renforcer plus largement la coopération des Parties non
contractantes.
Administration et Finances
4.1
La Commission approuve le rapport présenté par le président du Comité permanent sur
l'administration et les finances (SCAF), M. Zha Hyoung Rhee (République de Corée), et qui
figure à l'annexe 7. Elle approuve également le plan stratégique du secrétariat (2015–2018) et
la stratégie salariale et de dotation en personnel qui s'y rattache.
4.2
La Commission note que l'externalisation partielle du service de traduction sera mise
en œuvre pour une langue à titre d'essai. Les Membres sont invités à donner leur avis sur les
priorités à fixer pour le Groupe de correspondance de la période d'intersession sur le
financement durable (ICG-SF) dans sa quête de sources de revenus supplémentaires et de
mesures de réduction des coûts en 2015.
17
4.3
Notant que le SCAF a indiqué au paragraphe 14 de son rapport que l'ICG-SF
déterminerait ses priorités sur l'avis de la Commission, le Royaume-Uni indique qu'il n'est pas
satisfait de la proposition visant à introduire des frais de contribution pour les États adhérents
ou des droits pour les observateurs participant à la CCAMLR. Il demande d'accorder une
faible priorité à ces questions.
4.4
La Commission examine le budget de 2015, qui est approuvé au point 10.
4.5
La Commission remercie M. Rhee d'avoir présidé une réunion difficile et le secrétariat
pour la qualité de son travail tout au long de l'année et le soutien qu'il offre aux délégués.
Rapport du Comité scientifique
5.1
Le président du Comité scientifique, Christopher Jones (États-Unis) présente le rapport
du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXIII). Il remercie tous les Membres qui ont envoyé
des scientifiques pour participer aux délibérations du Comité scientifique et de ses groupes de
travail spécialisés. La Commission prend note des avis et recommandations du Comité
scientifique, ainsi que des besoins en recherche et en données identifiés, et remercie le
président et les nombreux scientifiques qui ont concouru aux résultats positifs de la réunion.
Espèces exploitées
Ressource de krill
5.2
En 2013/14, cinq Membres ont pêché du krill dans trois sous-zones et la capture totale
déclarée (au 3 octobre 2014) s'élève à environ 291 370 tonnes, ce qui correspond à la capture
déclarée la plus élevée depuis 1991. Les captures ont été effectuées pour la plupart dans la
sous-zone 48.1 qui a atteint 94% de son niveau de déclenchement alloué (155 000 tonnes) et
qui a fermé le 17 mai 2014. Les deux fermetures précédentes, dans des circonstances
similaires, avaient eu lieu plus tard (juin 2013 et octobre 2010). Quelque 72 000 tonnes ont
été prélevées de la sous-zone 48.2 et 66 000 tonnes de la sous-zone 48.3 (SC-CAMLRXXXIII/BG/01).
5.3
Six Membres ont adressé, pour un total de 21 navires et une capture prévue
de 611 000 tonnes, des notifications de projets de pêche au krill pour 2014/15. Toutes
les notifications contenaient les informations demandées par la MC 21­03
(www.ccamlr.org/en/fishery-notifications/notified/krill). Aucune notification de projet de
pêche exploratoire de krill n'a été soumise.
5.4
La Commission prend note de la recommandation du Comité scientifique visant à
changer le nom du paramètre défini en tant que « densité de l'échantillon » à l'annexe 21-03/B
de la MC 21-03 en « coefficient de transformation du volume en poids », afin de clarifier les
exigences liées à ce paramètre. Elle approuve les recommandations concernant le rôle des
observateurs scientifiques sur l'amélioration de la collecte des données à l'égard de
l'estimation du poids vif (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.5).
18
5.5
La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique sur le système actuel de
déclaration des captures et de l'effort de pêche dans la pêcherie de krill visé à la MC 23-06
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.11) et décide que, dès que les captures de krill dépassent
10% de la limite de capture de la sous-zone 48.1 fixée dans la MC 51-07, le secrétariat en
informe les Membres engagés dans la pêcherie de krill et leur demande d'appliquer
volontairement la déclaration par période de cinq jours. Le moment voulu, le secrétariat
informe également tous les Membres engagés dans la pêcherie de krill que la capture a atteint
le niveau auquel la déclaration par période de cinq jours est exigée en vertu de la MC 23-06.
5.6
La Commission prend note de la discussion du Comité scientifique sur le suivi de
l'écosystème et les estimations des populations de manchots (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 3.17 à 3.20), ainsi que sur la mise en place d'une stratégie de gestion par
rétroaction pour la pêcherie de krill (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.21 à 3.29).
5.7
La Commission prend note des recommandations du Comité scientifique selon
lesquelles, lorsqu'ils établissent le programme des travaux en vue de la 2e étape de la
procédure de gestion par rétroaction, les Membres sont encouragés à collaborer par
l'intermédiaire des « e-groupes » sur le « développement d'approches pratiques de la gestion
par rétroaction du krill » et sur le « programme de recherche multinationale 2015/16 »
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.33).
5.8
La Commission est d'avis que, compte tenu de nos connaissances actuelles, la
prorogation de la MC 51-07 sous sa présente forme s'alignerait sur les objectifs de l'Article II
et qu'il convient donc de conserver la répartition géographique provisoire existante du niveau
de déclenchement de la pêcherie de krill des sous-zones 48.1 à 48.4, tant que l'on n'aura pas
acquis les connaissances scientifiques voulues pour passer à la 2e étape de la gestion par
rétroaction (voir également le paragraphe 7.45).
5.9
La Commission note par ailleurs qu'il est peu probable que des estimations absolues de
la biomasse du krill et de la biomasse/des performances des prédateurs de l'ensemble de la
zone 48 soient disponibles sur une base régulière, ce dont il conviendra de tenir compte en
établissant les approches de la gestion de la pêcherie de krill. Il importe en particulier de ne
pas faire dépendre ces approches de données qui risquent de ne pas être disponibles aux
échelles spatio-temporelles voulues pour une approche donnée.
5.10 La Commission salue la décision du Comité scientifique d'avoir recours au fonds du
Programme de contrôle de l'écosystème de la CCAMLR (CEMP) pour financer une
proposition d'utilisation de caméras télécommandées pour le suivi des populations de
manchots dans la sous-zone 48.1 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.47 à 3.50) et la
préparation des recherches multinationales proposées pour 2015/16 sur l'écosystème basé sur
le krill ( SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.53 à 3.58). Elle note que ces deux propositions
sont d'importantes initiatives qui devraient faire avancer les travaux sur le développement de
la gestion par rétroaction pour la pêcherie de krill.
Gestion par rétroaction
5.11 Le président du Comité scientifique fait un bref compte rendu à la Commission des
travaux du Comité scientifique sur la mise en place d'une gestion par rétroaction du krill
19
(CCAMLR-XXXII, paragraphe 5.6). Dans son exposé, le président décrit les origines de
l'approche de la gestion par rétroaction suivie par la CCAMLR et l'ampleur des travaux
entrepris par le Comité scientifique et ses groupes de travail, en particulier :
i)
définir la gestion par rétroaction comme un système de gestion de la pêcherie de
krill utilisant des informations sur le statut de l'écosystème pour modifier les
niveaux d'exploitation
ii)
présenter le schéma spatial changeant de la pêcherie de krill avec une
concentration accrue des captures dans certains secteurs des sous-zones 48.1,
48.2 et 48.3
iii)
reconnaître que la gestion par rétroaction constitue un mécanisme important
pour modifier la procédure de gestion suivie par la CCAMLR face aux effets du
changement climatique
iv)
encourager l'engagement de tous les Membres dans la mise en place de la
gestion par rétroaction et plus particulièrement l'industrie de la pêche au krill et
souligner l'importance des navires pêchant le krill comme plates-formes de
recherche.
5.12 La Commission remercie le président du Comité scientifique de sa présentation
intéressante et bien ciblée.
Ressources de poissons
5.13 En 2013/14, 13 Membres ont pêché de la légine (Dissostichus eleginoides et/ou
D. mawsoni) dans les sous-zones 48.3, 48.4, 48.6, 58.6, 58.7, 88.1 et 88.2 et les
divisions 58.4.1, 58.4.2, 58.4.3a, 58.5.1 et 58.5.2. Les Membres ont également mené une
pêche de recherche sur Dissostichus spp. dans la sous-zone 48.5 et la division 58.4.4b. La
capture totale déclarée de Dissostichus spp. au 20 septembre 2014 s'élevait à 11 590 tonnes
(SC-CAMLR-XXXIII/BG/01). Par comparaison, la capture totale déclarée de légine
en 2012/13 était de 15 330 tonnes (SC-CAMLR-XXXIII/BG/01).
5.14 Au fur et à mesure que les limites de capture étaient atteintes, le secrétariat a fermé les
pêcheries de Dissostichus spp. de cette saison dans la sous-zone 48.4 le 1er avril, dans la souszone 48.6 le 10 février, dans la division 58.4.3a le 31 août, dans la sous-zone 88.1 le
17 janvier et dans la sous-zone 88.2 le 26 janvier. Par ailleurs, des unités de recherche à petite
échelle (SSRU) ont été fermées dans les sous-zones 88.1 et 88.2 (voir également CCAMLRXXXIII/BG/01).
5.15 Jusqu'au 20 septembre 2014, un Membre (la République de Corée) a mené une pêche
dirigée sur le poisson des glaces (Champsocephalus gunnari) dans la sous-zone 48.3 et un
Membre (l'Australie) a visé ce même poisson dans la division 58.5.2 (SC-CAMLRXXXIII/BG/01). Depuis le 20 septembre 2014, le Chili et le Royaume-Uni ont également visé
le poisson des glaces dans la sous-zone 48.3.
20
5.16 L'UE note que les données sur le commerce de légine présentées dans CCAMLRXXXIII/BG/14 Rév. 1 comportaient de nombreuses données commerciales la concernant
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.73), qui provenaient en fait d'erreurs de déclaration. Elle
demande que les Membres concernés soient consultés avant que ces données ne soient
présentées (paragraphes 3.32 et 3.33).
5.17 La Commission note que, suite à l'investigation de la CPUE anormale menée par la
République de Corée (COMM CIRC 14/93), les données de pêche et d'observateurs ont été
mises en quarantaine et exclues des futures demandes et analyses de données. Les navires et
les campagnes de pêche associés à ces données sont cités au paragraphe 3.68 de SC-CAMLRXXXIII ; ces informations ont été communiquées au SCIC.
5.18 La Commission approuve la recommandation selon laquelle la mise à disposition des
données VMS conformément aux règles d'accès et d'utilisation des données de la CCAMLR
(MC 10-04, annexe 10-04/B) pourrait guider l'attribution spatiale des prélèvements de
biomasse associés aux données mises en quarantaine aux fins de l'évaluation des stocks
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.71).
5.19 La Commission souscrit à la demande visant à charger le secrétariat de procéder à
l'élaboration d'algorithmes pour la vérification/le traitement des données pour comparer
systématiquement la position et l'heure de la capture enregistrées dans les données de capture
et les données VMS afin de créer des normes de qualité des données pour améliorer la qualité
générale de celles-ci et l'interprétation des cartes représentant la position des captures et des
données VMS. Elle demande que ces algorithmes soient appliqués aux données collectées
dans l'ensemble de la zone de la Convention (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.72).
5.20 La Commission recommande de soumettre des descriptions détaillées de la
configuration des chaluts et des procédures standard des campagnes d'évaluation utilisées
dans les campagnes d'évaluation par chalutages indépendantes des pêcheries de la zone de la
Convention pour la bibliothèque de référence de la CCAMLR sur les engins. La bibliothèque
de référence ne contient, à présent, de descriptions que des engins de pêche à la palangre
utilisés dans la zone de la Convention (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.74 à 3.76).
5.21 La Commission prend note des considérations du Comité scientifique sur les faux
positifs dans le calcul du niveau statistique de cohérence du marquage et se range à l'avis
selon lequel le taux minimal de cohérence du marquage de 60% n'est pas applicable dans une
pêcherie donnée si le nombre de poissons marqués remis à l'eau est inférieur à 30 et que le
navire a atteint le taux de marquage requis. Elle recommande donc de réviser le paragraphe 2 ii) de l'annexe 41-01/C de la MC 41-01 en conséquence (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 3.79 à 3.83).
5.22 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur l'utilisation de la version
CASAL v. 2.30-2012-03-21 rev. 4648 pour l'évaluation du stock.
5.23 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur les limites de capture
applicables pour C. gunnari de la sous-zone 48.3 et des divisions 58.5.1 et 58.5.2 en 2014/15
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.91, 3.95 et 3.101).
5.24 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur les limites de capture de
2014/15 pour les pêcheries de D. eleginoides des sous-zones 48.3 et 48.4 et de D. mawsoni de
21
la sous-zone 48.4 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.103, 3.107 et 3.112), ainsi que l'avis
spécifique sur la capture accessoire dans la pêcherie de D. mawsoni de la sous-zone 48.4
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.113 à 3.115).
5.25 La Commission prend note de la discussion et des avis sur les stocks de D. eleginoides
sur le plateau de Kerguelen (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.116 à 3.130).
5.26 La Commission approuve l'avis de gestion du Comité scientifique sur les limites de
capture des pêcheries de D. eleginoides dans la division 58.5.2 pour 2014/15 (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 3.133) et félicite l'Australie d'avoir accompli les travaux nécessaires pour
répondre aux préoccupations de WG-FSA-13, SC-CAMLR-XXXII et WG-SAM-14.
5.27 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique sur la pêcherie de
D. eleginoides de la ZEE française des îles Kerguelen dans la division 58.5.1, selon lequel la
limite de capture actuelle de 5 100 tonnes satisfait les règles de décision de la CCAMLR
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.120). Aucune information nouvelle n'étant disponible sur
l'état des stocks de poissons de la division 58.5.1 en dehors des zones relevant d'une
juridiction nationale, l'interdiction de pêche dirigée sur D. eleginoides visée à la MC 32-02
restera en vigueur.
5.28 La Commission prend note de l'avis du Comité scientifique selon lequel la limite de
capture actuelle de 700 tonnes, à laquelle sont ajoutées 60 tonnes supplémentaires pour la
déprédation par les orques, satisfait les règles de décision de la CCAMLR pour la pêcherie de
D. eleginoides des îles Crozet (sous-zone 58.6 à l'intérieur de la ZEE française) (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 3.137).
5.29 La Commission note par ailleurs que le Comité scientifique n'a pas été en mesure de
rendre d'avis de gestion sur la pêcherie de la ZEE sud-africaine, aux îles du Prince Édouard,
notamment dans les sous-zones 58.6 et 58.7 (SC-CAMLR-XXXII, paragraphe 3.141).
5.30 La Commission note qu'aucune information nouvelle n'est disponible sur l'état des
stocks de poissons des sous-zones 58.6 et 58.7 et de la division 58.4.4 en dehors des secteurs
de juridiction nationale. Elle décide de reconduire l'interdiction de pêche dirigée de
D. eleginoides dans les sous-zones 58.6 et 58.7 et la division 58.4.4a en dehors des secteurs
de juridiction nationale et dans la division 58.4.4b (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.138
à 3.142).
5.31 La Commission approuve les recommandations du Comité scientifique sur la capture
accessoire de poissons et d'invertébrés, y compris la capture accessoire de poisson dans la
pêcherie de krill et la capture accessoire de raies (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.143
à 3.146).
Pêcheries nouvelles ou exploratoires de poissons
5.32 Des pêcheries exploratoires de Dissostichus spp. à la palangre ont été menées
en 2013/14 dans les sous-zones 48.6, 88.1 et 88.2 et les divisions 58.4.1, 58.4.2 et 58.4.3a.
Les captures ayant eu lieu dans ces pêcheries sont détaillées dans SC-CAMLRXXXIII/BG/01. Il n'y a pas eu de pêcherie nouvelle en 2013/14 (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 3.149).
22
5.33 La Commission note que le secrétariat a fermé les aires de gestion de cinq pêcheries
exploratoires de Dissostichus spp. en 2013/14. Ces fermetures ont été déclenchées lorsque les
limites de capture de Dissostichus spp. étaient près d'être atteintes (CCAMLRXXXIII/BG/01) et que celles de la pêcherie de la sous-zone 88.2 ont été dépassées
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.150).
5.34 La Commission note que jusqu'à 14 navires ont pêché dans la sous-zone 88.2 en
janvier 2014 et que l'effort de pêche s'y est rapidement accru du fait de la fermeture de la
pêcherie de la sous-zone 88.1 le 17 janvier 2014 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.153 et
annexe 7, figure 1). Constatant que le nombre de notifications concernant la sous-zone 88.2
est relativement élevé, la Commission s'accorde sur l'utilité des informations relatives aux
priorités des navires en matière de pêche dans les sous-zones 88.1 et 88.2 pour évaluer la
possibilité d'une surcapacité dans cette pêcherie.
5.35 La Commission reconnaît que lorsque les navires se déplacent en flottille de la souszone 88.1 à la sous-zone 88.2 après la fermeture de la sous-zone 88.1, il y a risque d'une
surcapacité dans cette pêcherie. Cette surcapacité pourrait empêcher le secrétariat de prévoir
les fermetures en temps voulu. La Commission encourage la poursuite de l'évaluation de
mécanismes à utiliser pour détecter et gérer des situations potentielles de surcapacité
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 2.10).
5.36 Neuf Membres, représentant 24 navires, ont soumis des notifications de projets de
pêche exploratoire de Dissostichus spp. dans la sous-zone 88.1 pour 2014/15, neuf Membres
représentant 23 navires dans la sous-zone 88.2, deux Membres représentant deux navires dans
la division 58.4.3a, quatre Membres représentant quatre navires dans la sous-zone 48.6, quatre
Membres représentant quatre navires dans la division 58.4.1 et trois Membres représentant
trois navires dans la division 58.4.2 (SC-CAMLR-XXXIII, annexe 7, tableau 3 et CCAMLRXXXIII/BG/02 ; www.ccamlr.org/fr/fishery-notifications/notified).
5.37 La Commission reconnaît l'évolution marquée, ces dernières années, de la pêche de
recherche dans les pêcheries exploratoires, les pêcheries fermées et dans d'autres zones. Elle
se félicite de la décision prise par le président du Comité scientifique de coordonner une
évaluation des conditions visées à la MC 21-02 et aux mesures s'y rapportant (p. ex. les
MC 21-01 et 24-01), notamment sur les priorités et les éléments des travaux associés à la
révision de l'impact potentiel des pêcheries exploratoires sur les espèces dépendantes et
voisines. La Commission attend avec intérêt de recevoir les résultats de cette évaluation
en 2015, après leur examen par le Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.156).
5.38 La Commission note que ce processus en est à la deuxième année de l'évaluation
bisannuelle de la pêcherie exploratoire de la sous-zone 88.1. Comme aucune évaluation n'a
été menée cette année, elle estime qu'il convient de reconduire intégralement l'avis qu'elle
avait formulé en 2013, à savoir une limite de capture de D. mawsoni de 3 044 tonnes dans la
sous-zone 88.1 pour 2014/15 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.160).
5.39 La Commission prend note de la discussion du Comité scientifique (SC-CAMLRXXXIII, paragraphes 3.161 à 3.174) et approuve la proposition de ce dernier concernant un
plan de recherche sur deux ans dans la sous-zone 88.2. Entre autres :
23
i)
le plan sera en place pour 2014/15 et 2015/16. Les résultats qui découleront de
ce plan de recherche seront récapitulés et présentés au WG-SAM et ou WG-FSA
qui les examineront pour que le Comité scientifique puisse émettre de nouvelles
recommandations en 2016
ii)
la limite de capture de la SSRU 882H sera de 200 tonnes
iii)
la pêche dans les SSRU 882C–G sera limitée aux quatre blocs de recherche
identifiés sur la figure 1 de SC-CAMLR-XXXIII (voir également SC-CAMLRXXXIII, annexe 7, tableau 4 et figure 7)
iv)
la limite de capture cumulée pour les SSRU 882C–G sera de 419 tonnes, avec un
maximum de 200 tonnes pour chacun des blocs de recherche identifiés au
paragraphe 3.173 iii)
v)
les légines seront marquées à un taux de trois poissons par tonne dans les
SSRU 882C–G et un poisson par tonne dans la SSRU 882H
vi)
le taux statistique de cohérence du marquage sera calculé séparément pour la
SSRU 882H et les SSRU 882C–G.
5.40 La Commission remercie le Comité scientifique d'avoir pu brillamment démontrer
qu'il était possible de parvenir à un accord scientifique sur les limites de capture proposées
dans la sous-zone 88.2 et de mettre en place un plan de collecte des données conforme à la
MC 21-02.
5.41 La Commission prend note de l'avancement des recherches visant à guider
l'évaluation, tant actuelle que future, des pêcheries exploratoires et autres (SC-CAMLRXXXIII, paragraphes 3.175 à 3.234). Elle se rallie à l'avis du Comité scientifique selon lequel
les limites de capture du tableau 5 de l'annexe 7 de SC-CAMLR-XXXIII conviennent pour
atteindre les objectifs des programmes de recherche proposés pour les pêcheries exploratoires
et autres pêcheries et qu'il conviendrait de les considérer comme des avis de gestion pour les
limites de capture de 2014/15.
5.42 La Commission note également que le Comité scientifique suggère que ces limites
soient maintenues pour toute la durée des programmes de recherche proposés, à condition
qu'elles soient examinées par les groupes de travail à la lumière des informations provenant
des activités de recherche. À l'égard des plans de pêche de recherche proposés pour 2014/15,
la Commission approuve les recommandations du Comité scientifique sur la nécessité de
programmer les recherches pour une époque à laquelle il est probable que l'étendue des glaces
de mer soit minimale dans les blocs de recherche. De plus, elle demande au Japon de
concentrer sa recherche dans la sous-zone 48.6 alors que la Corée concentrera la sienne dans
la division 58.4.1.
5.43 La Commission est d'avis qu'il conviendrait d'examiner encore les méthodes destinées
à faire avancer les recherches dans les secteurs fréquemment recouverts de glace. Elle ajoute à
cet égard qu'il serait utile de prévoir une certaine flexibilité qui s'ajouterait aux dispositions
actuelles sur les zones tampons. Elle demande au Comité scientifique et aux groupes de
travail concernés d'examiner les conséquences d'une plus grande flexibilité, par exemple par
la reconduction de la limite de capture de recherche, en autorisant des limites de capture par
bloc sur plusieurs années ou en élargissant les activités de recherche à des secteurs situés en
24
dehors des blocs désignés pour les recherches quand ceux-ci sont inaccessibles en raison des
conditions glaciaires et, si possible, de suggérer d'autres méthodes pour faire progresser les
recherches dans ces domaines (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.180 à 3.208).
5.44 La Commission accepte de conserver pour 2014/15 les limites de capture de recherche
de l'année dernière.
48.6_1 et 48.6_2
48.6_2
48.6_3
48.6_4
48.6_5
D. eleginoides
D. mawsoni
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
28 tonnes
170 tonnes
50 tonnes
100 tonnes
190 tonnes.
5.45 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur l'ordre de priorité des zones
de recherche dans la sous-zone 48.6, à savoir les deux blocs de recherche du nord dans les
SSRU A et G (blocs 48.6_1 et 48.6_2), suivis des trois blocs de recherche du sud dans les
SSRU B, C, D et E (blocs de recherche 48.6_3, 48.6_4 et 48.6_5) (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 3.188).
5.46 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique à l'égard de la pêche sur le banc
Elan dans la division 58.4.3a (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.189 à 3.194), avec une
limite de capture de 32 tonnes allouée à la recherche.
5.47 L'Espagne informe la Commission qu'elle n'a pas été en mesure de terminer ses
expériences d'épuisement dans la SSRU 5841C avec les 42 tonnes allouées (COMM
CIRC 14/22) et qu'après une discussion avec le secrétariat et le Japon, elle a poursuivi ses
recherches. L'expérience a pu être menée à bien avec une capture de 54 tonnes comptabilisées
dans la limite de capture de cette SSRU.
5.48 À l'égard des recherches de l'Espagne dans la division 58.4.1 pour 2014/2015,
l'Espagne mènera ses expériences selon les dispositions en place, à savoir avec 42 tonnes par
SSRU assignée. En notant l'expérience de l'année dernière (SC-CAMLR-XXXII, paragraphe 3.197), la Commission approuve une procédure établie au cas où une attribution des
captures exceptionnelle serait nécessaire pour mener à bien une expérience d'épuisement local
en cours. Lorsqu'il sera déterminé qu'une allocation supplémentaire est nécessaire, l'Espagne
avisera immédiatement la République de Corée et le Japon, en tant que Membres menant les
recherches dans la division 58.4.1, et tous les autres Membres, par le biais d'une COMM
CIRC, de sa demande d'augmentation de la limite de capture qui lui a été attribuée.
5.49 La Commission note que dans les divisions 58.4.1 et 58.4.2, les recherches se
déroulent dans des blocs qui sont périodiquement affectés par les glaces de mer. Elle est d'avis
que la République de Corée et le Japon devraient, en 2014/15, axer leurs recherches sur le ou
les blocs désignés en 2013, et recommande de reconduire pour 2014/15 les limites de capture
qui y étaient applicables en 2013/14 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.202), à savoir :
5841_1
5841_2
5841_3
5841_4
5841_5
5842_1
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
Dissostichus spp.
125 tonnes
90 tonnes
280 tonnes
35 tonnes
26 tonnes
35 tonnes.
25
5.50 La Commission approuve la proposition révisée de l'Ukraine sur une pêche de
recherche dans la sous-zone 48.2, une zone actuellement fermée à la pêche dirigée sur les
poissons, de quelque espèce que ce soit, en vertu de la MC 32-02. Ayant constaté que cette
proposition a largement été révisée depuis l'année dernière et qu'elle devrait maintenant
pouvoir être mise en œuvre, elle souscrit à l'avis du Comité scientifique de limiter l'effort de
pêche à 30 lignes et la capture à 75 tonnes de Dissostichus spp. (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 3.205 et 3.206).
5.51 La Commission approuve l'avis émis par le Comité scientifique sur la poursuite de la
pêche de recherche proposée par la France et le Japon pour les divisions 58.4.4a et 58.4.4b
(bancs Ob et Lena), avec une limite de capture de 25 tonnes dans le bloc de recherche C et
de 35 tonnes dans le bloc D (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.207 et 3.208).
5.52 La Commission accueille favorablement le plan de recherche sur trois à cinq ans
élaboré pour la pêcherie de la mer de Ross par la Norvège, la Nouvelle-Zélande et le
Royaume-Uni, notant qu'il s'aligne sur les principes d'un plan de collecte des données, tel que
décrit dans la MC 21-02 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.209).
5.53 La Commission se rallie à l'avis du Comité scientifique sur la limite de capture de
68 tonnes pour la campagne d'évaluation des subadultes de la mer de Ross (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 3.216).
5.54 Les États-Unis rappellent l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 3.229) selon lequel les limites de capture de la campagne d'évaluation russe
proposée pour le sud de la SSRU 882A sont fondées principalement sur des considérations
« de répartition, d'abondance et de démographie de l'espèce visée », plutôt que sur une
évaluation complète de l'impact potentiel de la pêcherie sur les espèces dépendantes et
voisines. Ils estiment donc que cette proposition est contraire à l'avis antérieur selon lequel la
pêche de recherche « pourrait être menée le long de la pente continentale du sud-est [de la
SSRU 882A], à condition que les informations scientifiques soutiennent les objectifs
applicables [de l'AMP de la région de la mer de Ross] dans cette région » (SC-CAMLR-IM-I,
paragraphe 2.31 iv) et SC-CAMLR-XXXII, paragraphes 3.155 et 3.156). Selon les ÉtatsUnis, la proposition de recherche concernant la SSRU 882A ne peut être soutenue sans
examiner également l'AMP proposée de la région de la mer de Ross.
5.55 La Russie considère que la proposition fait partie d'un plan de recherche pluriannuel et
qu'elle répond pleinement au principe de précaution. Elle ajoute que son objectif est de
collecter des données qui sont au cœur même du processus de prise de décisions par la
Commission, notamment en ce qui concerne les AMP.
5.56
La Norvège fait la déclaration suivante :
« La Norvège rend compte à la Commission de la conclusion de nombreuses
discussions menées en marge des réunions sur la campagne de recherche prévue pour
le secteur 88.2 A et B, ayant mené à l'inclusion d'un bateau de la Russie – qui
rejoindrait la campagne à l'origine tripartite (Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande et
Norvège), prévue au nord, dans la sous-zone 88.2. Toutes les parties concernées
félicitent la Russie de sa participation et attendent avec impatience de pouvoir
travailler ensemble à ce projet important. Cet accord nécessitera d'ajuster le plan de la
26
campagne d'évaluation pour tenir compte de la participation du quatrième navire. Ces
ajustements seront décidés au sein du groupe, conformément aux objectifs
scientifiques cités dans la proposition d'origine de cette campagne d'évaluation.
Il est noté que : i) cette campagne d'évaluation se déroulera, comme prévu, sur deux
ans, ii) la capture de 50 tonnes par navire restera elle aussi en place et sera
comptabilisée dans la limite de capture de la mer de Ross – conformément à l'avis du
Comité scientifique, iii) les données collectées par les quatre pays seront harmonisées
pour satisfaire les objectifs visés de la campagne d'évaluation du nord, qui ont été
approuvés par le Comité scientifique.
Cette campagne d'évaluation : i) nous aidera à mieux comprendre la structure et la
dynamique du stock de légine, ii) contribuera aux décisions sur l'établissement de
limites de capture appropriées lorsque les SSRU fermées à l'heure actuelle rouvriront
(ce qui aura lieu lorsqu'un accord sera passé sur l'AMP de la mer de Ross), et iii) les
campagnes d'évaluation pourraient aussi générer des données sur l'activité de frai
possible au nord de la mer de Ross, ce que le Comité scientifique considère comme
prioritaire. »
5.57 La Commission donne son aval à un plan de campagne de recherche multi-Membres
sur deux ans, dans les SSRU 882A–B en vertu de la MC 41-10 avec les dispositions
suivantes :
i)
le plan sera en place pour 2014/15 et 2015/16. Les résultats seront récapitulés et
présentés au WG-SAM et ou WG-FSA qui les examineront pour que le Comité
scientifique puisse émettre de nouvelles recommandations en 2015 et 2016
ii)
la limite de capture du programme de la campagne d'évaluation sera
de 50 tonnes par navire pour les quatre navires désignés, un de chacun des pays
suivants : Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Russie
iii)
l'effort de pêche de la campagne d'évaluation sera limité à un maximum
de 6 900 hameçons par ligne, de 17 250 hameçons par groupe de stations – un
espacement de groupes d'au moins 10 milles nautiques –, une limite totale de
l'effort de pêche de 244 950 hameçons par navire (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 3.221)
iv)
la pêche sera limitée aux SSRU 882A–B au nord de 66°S ; les participants à la
campagne d'évaluation subdiviseront la zone de recherche pour faciliter l'atteinte
des objectifs de recherche, assurer une répartition régulière de l'effort de
recherche et pour des raisons de sécurité des navires
v)
la limite de capture de recherche combinée de 200 tonnes sera prise sur la limite
de capture totale de la mer de Ross (en vertu de la MC 41-09), conformément à
l'avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.221)
vi)
la capture restante de la pêcherie exploratoire menée en vertu de la MC 41-09
sera redistribuée sur l'ensemble des aires de gestion existantes (SSRU B, C et G ;
SSRU H, I et K ; et SSRU J et L) proportionnellement à la CPUE par surface de
fond marin
27
vii) le marquage sera réalisé à raison de 3 poissons par tonne de poisson capturé
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.221)
viii) les taux statistiques de cohérence du marquage seront calculés pour les
SSRU 882A–B combinées
ix)
les limites de capture accessoire seront fixées par analogie avec la SSRU 882H.
5.58 La Russie remercie la Norvège, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni de leur bonne
volonté et de tout le travail qu'ils ont accompli pour ajuster le plan de la campagne de
recherche du nord de la sous-zone afin de tenir compte de la participation de la Russie. Elle
attend avec intérêt de produire les résultats scientifiques importants que devrait engendrer
cette coopération scientifique internationale d'envergure et qui permettront de compléter nos
connaissances sur la biologie de la légine de cette région peu connue.
5.59 La Commission prend note de la discussion du Comité scientifique sur les activités
concernant la légine des SSRU 882A–B qui auraient avantage à être plus étroitement
associées au stock de la mer de Ross. Elle rappelle qu'en 2013, elle avait mené des discussions
sur les motifs d'une révision de la délimitation des sous-zones 88.1 et 88.2.
5.60 La Russie rappelle la discussion qui a eu lieu l'année dernière (CCAMLR-XXXII,
paragraphes 5.32 à 5.37) et souligne que, du fait que les SSRU 882A–B ne font l'objet
d'aucune limite de capture, il serait prématuré d'envisager de modifier les délimitations.
5.61 La Nouvelle-Zélande fait remarquer qu'en ne changeant pas les limites entre les souszones 88.1 et 88.2, la Commission agirait en fait contre l'avis du Comité scientifique.
5.62 La Commission examine également l'avis rendu par le Comité scientifique l'année
dernière sur la question des limites des sous-zones 88.1 et 88.2 (SC-CAMLR-XXXII,
paragraphe 3.160). Elle n'a pas été en mesure de donner suite à cet avis en 2013 (CCAMLRXXXII, paragraphes 5.34 à 5.36) ni même à la présente réunion. Elle encourage les Membres
à développer cette question pendant la période d'intersession, pour qu'elle soit examinée par le
Comité scientifique et ses groupes de travail en 2015. Le Comité scientifique a demandé à la
Commission d'examiner cette question encore une fois l'année prochaine (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 3.228) (voir également paragraphes 3.11 à 3.15).
5.63 La Commission prend note des délibérations du Comité scientifique sur les
incohérences dans les données déclarées des activités russes de pêche de recherche de
Dissostichus spp. dans la sous-zone 48.5 (mer de Weddell) (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 3.230 à 3.234). Elle note que le Comité scientifique n'a pas pu mener à bien son
analyse de la proposition de la Russie sur la poursuite de la pêche de recherche dans la souszone 48.5 du fait de données anormales nécessitant une investigation minutieuse. En
conséquence, la Commission n'a pas été en mesure de mener à bien son évaluation de la
recherche proposée par la Russie pour 2014/15 conformément aux dispositions du paragraphe 3 a) de la MC 24-01.
5.64 L'UE, soutenue par l'Allemagne, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni
et la Suède trouve préoccupantes les disparités dans les résultats des pêcheries de recherche de
la sous-zone 48.5. Elle demande un complément d'information qui servirait de base au
prochain examen de la question lors des réunions de l'année prochaine.
28
5.65 L'UE propose de mettre en quarantaine toutes les données tant que le Comité
scientifique n'aura pas effectué une évaluation d'une façon ouverte et transparente avec la
participation d'experts de Membres et du secrétariat.
5.66 La Commission accepte la recommandation selon laquelle toutes les données
collectées par le Yantar 35 devraient être mises en quarantaine tant que le Comité scientifique
n'aura pas émis des conclusions non équivoques et émis des avis.
5.67 La Nouvelle-Zélande s'associe aux préoccupations exprimées par d'autres Membres à
l'égard des disparités dans les données provenant des recherches réalisées dans la souszone 48.5. Elle suggère, pour bien comprendre les données de la mer de Weddell, d'examiner
également les données des activités menées par le passé par ce même navire dans les souszones 88.1 et 88.2.
5.68 La Russie se déclare satisfaite que les données qu'elle a présentées aient fait l'objet de
tant d'attention. Elle rappelle que lors de la réunion du Comité scientifique, elle a présenté
toutes les informations qui lui ont été demandées et qu'elle a répondu à de très nombreuses
questions. Elle précise qu'elle a l'intention de répondre aux questions qui sont restées sans
réponse.
Mortalité accidentelle des oiseaux et mammifères marins liée à la pêche
5.69 La Commission prend note de l'avis général du Comité scientifique sur la mortalité
accidentelle d'oiseaux et de mammifères marins (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 4.1
et 4.7). Elle approuve plusieurs recommandations sur la vitesse d'immersion des palangres
(test de la bouteille) et la pose de nuit dans les pêcheries à la palangre (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 4.4). La Commission décide de réviser les MC 25-02 et 41-02 à 41-11, notant que
ces modifications ne changeront pas le niveau de protection accordé aux oiseaux de mer en
vertu de la MC 25-02 (voir également les paragraphes 7.12 à 7.15).
Pêche de fond et écosystèmes marins vulnérables
5.70 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur la mise en œuvre des
MC 22­06 et 22-07 en vue d'éviter ou d'atténuer les impacts négatifs significatifs sur les
écosystèmes marins vulnérables (VME) au cours de la pêche de fond (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 5.1 à 5.10), notamment :
i)
le récapitulatif actualisé des notifications de rencontres de VME ou de VME
potentiels
ii)
le projet du secrétariat de créer une interface en ligne pour fournir un référentiel
du registre des VME mis à jour chaque année
iii)
la description d'un programme de recherche de huit ans sur les effets des
pêcheries de fond sur les habitats benthiques de la division 58.5.2, et des informations sur la mise au point d'un système de gestion dans le cadre duquel les
pêcheries de fond n'auraient pas d'impacts négatifs significatifs sur ces habitats
29
iv)
la recommandation préconisant une évaluation des dispositions actuelles en
matière de gestion pour déterminer si elles sont suffisamment adaptées pour que
ces pêcheries évitent de causer des impacts négatifs significatifs sur les VME.
Aires marines protégées
5.71 La Commission accueille avec intérêt la mise à jour des travaux préparatoires réalisés
pour la planification spatiale des aires marines protégées (AMP) dans :
i)
le domaine 1 (ouest de la péninsule Antarctique–sud de l'arc du Scotia) et
approuve la proposition et le mandat d'un second atelier technique de la
CCAMLR sur le développement d'AMP dans le domaine 1 qui se tiendra en
Argentine début 2015 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 5.14)
ii)
les domaines 3 et 4 (mer de Weddell) et accueille favorablement les
informations fournies par l'Allemagne sur les données qui ont été traitées et les
analyses scientifiques entreprises à ce jour, ainsi qu'un compte rendu de l'atelier
international d'experts qui s'est tenu en Allemagne, en avril 2014 (SC-CAMLRXXXIII/08) (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 5.18 à 5.30)
iii)
le domaine 7 (système représentatif d'AMP de l'Antarctique de l'Est)
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 5.31 à 5.44) et se félicite de la grande
quantité d'informations consolidées dans les documents de référence utilisés
pour la planification des AMP. Elle accepte l'avis du Comité scientifique selon
lequel ce type de document est un format souhaitable pour la synthèse des
informations à des fins de référence et considère qu'il serait utile de placer ces
documents sur le site Web de la CCAMLR.
5.72 La Commission prend note de la discussion du Comité scientifique sur les aspects du
plan de recherche et de suivi relatif à un système représentatif d'AMP dans le domaine de
planification de l'Antarctique de l'Est (EARSMPA). Certains Membres expriment des
inquiétudes sur la mise en œuvre des plans de recherche et de suivi (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 5.35 à 5.42). La Commission prend note des points concernant les plans de
recherche et de suivi mentionnés par le Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 5.43).
5.73 La Commission encourage tous les Membres à réaliser des activités de recherche et de
suivi, y compris celles associées aux AMP de la CCAMLR. De nombreux Membres notent
également que la responsabilité de la recherche et du suivi ne se limite pas aux initiateurs des
AMP.
5.74 Certains Membres s'inquiètent de l'incertitude concernant la mise en œuvre des plans
de recherche et de suivi associés aux AMP de la CCAMLR. D'autres Membres notent la
difficulté d'engager des moyens financiers pour effectuer des activités de recherche et de suivi
associées à une AMP de la CCAMLR avant qu'elle n'ait été formellement établie.
5.75 La Commission note que le Comité scientifique s'attend à ce que les processus de
révision permettent l'actualisation régulière des AMP et leur gestion sur la base de nouvelles
données issues des travaux de recherche et de suivi (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 5.44).
30
5.76 La Commission prend note des documents de support sur le domaine 8, l'AMP de la
région de la mer de Ross, comprenant une description chronologique des documents soumis
par le passé, des cartes actualisées et des analyses en soutien de la planification des AMP dans
la région de la mer de Ross et de nouvelles recherches s'alignant sur un projet de plan de
recherche et de suivi pour une AMP de la région de la mer de Ross (RSRMPA) (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 5.45).
5.77 La Commission accorde son soutien à la proposition avancée par le Comité
scientifique pour que les documents de référence utilisés pour la planification des AMP
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 5.46) soient regroupés en fonction de la région ou du
domaine de planification des AMP et accessibles à tous les Membres (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 5.47 et 5.48). Elle reconnaît que c'est au WG-EMM qu'il convient de confier la
rédaction du contenu des rapports d'AMP. La Commission note que les rapports d'AMP
correspondent à des notes de synthèse que le Comité scientifique examine avant de les
accepter et qu'ils seront utilisés pour aider à gérer l'AMP dès qu'elle sera établie
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 5.47 à 5.49).
5.78
Le Japon fait la déclaration suivante :
« La CCAMLR poursuit la discussion de plusieurs propositions d'AMP, à savoir
l'AMP de l'Antarctique de l'Est et celle de la région de la mer de Ross. Parallèlement à
ces discussions spécifiques sur l'établissement d'AMP individuelles, la CCAMLR a
adopté en 2011 le cadre général pour l'établissement des AMP de la CCAMLR
(MC 91-04). Toutefois, ces dernières années, la CCAMLR a connu une certaine
confusion dans les discussions concernant les propositions d'AMP. L'une des causes
semble être l'absence de critères appropriés pour l'examen des propositions d'AMP. En
effet, chaque proposition a été discutée séparément et de manière différente.
Lors de la dernière réunion de la Commission, le Japon a introduit l'idée d'une "liste de
contrôle" qui offrirait une plate-forme commune pour l'évaluation de chaque
proposition d'AMP, idée qui a été particulièrement bien reçue par de nombreux
participants. Sur cette base, le Japon a présenté une proposition intitulée "Examen
d'une Procédure standard pour l'établissement d'AMP de la CCAMLR conformément à
la mesure de conservation 91-04", dans l'espoir de susciter des discussions
constructives à ce sujet lors de la réunion de la Commission ici à Hobart.
Le Japon a soumis le projet de "résolution sur la procédure standard pour
l'établissement d'AMP de la CCAMLR conformément à la mesure de conservation 91-04", avec une liste de contrôle provisoire, à la réunion du WG-EMM au mois
de juillet, pour informer les membres de la CCAMLR de son intention et pour recevoir
leurs commentaires. Depuis lors, nous avons reçu de nombreux commentaires
constructifs sur nos travaux. Nous avons soigneusement examiné chacun d'eux et
modifié le texte pour que les questions posées dans les listes de contrôle soient plus
claires et plus objectives. De plus, nous avons changé le statut de notre proposition
qui, de projet de résolution, est devenue un simple document de travail.
L'objectif de notre liste de contrôle est d'aider les réunions de la CCAMLR concernées
à examiner chaque proposition d'une manière cohérente en ce qui concerne le niveau
d'informations scientifiques et de détail, et d'aider les initiateurs à rédiger leurs
propositions en se servant de la liste de contrôle comme guide et comme format. Nous
31
estimons qu'ainsi, la liste de contrôle sera utile pour rationaliser et faciliter la
discussion de la CCAMLR sur les propositions d'AMP. Cette proposition de liste de
contrôle comporte un texte principal et trois listes de contrôle pour les mesures de
conservation établissant une AMP, un plan de gestion ou ses éléments prioritaires et
un plan de recherche et de suivi ou ses éléments prioritaires, respectivement.
En fonction de la discussion à ce sujet, nous pensons qu'il conviendrait de donner à la
liste de contrôle le statut d'un formulaire annexé à la MC 91-04 ou toute autre forme
possible. Comme cela a été suggéré l'année dernière, les discussions sur ce projet de
liste de contrôle pourraient se dérouler parallèlement à l'examen des mesures de
conservation concernant les propositions d'AMP actuelles. Un accord sur le contenu de
la liste de contrôle ne conditionnerait pas l'adoption des AMP en suspens.
Pour terminer, je tiens à insister sur le fait que nous ne cherchons pas à retarder le
processus lié aux AMP en augmentant la charge de travail des initiateurs des AMP, en
créant une nouvelle procédure officielle d'examen des propositions d'AMP ou en
révisant la MC 91-04. Nous espérons sincèrement que la liste de contrôle sera des plus
utiles pour guider les initiateurs tout au long du développement de la proposition
d'AMP et que nous pourrons établir une AMP qui constituera un modèle valable pour
la CCAMLR, comme pour d'autres ORGP. Nous souhaitons que la proposition donne
lieu à une discussion constructive lors de cette réunion. Les commentaires que vous
voudrez bien nous présenter pour ajuster notre proposition seront les bienvenus. »
5.79 La Commission accueille favorablement la liste de contrôle de l'AMP proposée par le
Japon (CCAMLR-XXXIII/27) et reconnaît qu'elle offrira une clarification utile pour nous
aider à mieux appréhender les questions liées aux travaux de conception des AMP par la
CCAMLR. Le Japon demande que le projet de liste de contrôle soit placé sur le site Web de la
CCAMLR pour permettre aux Membres de l'examiner, ce qui faciliterait sa discussion
pendant la période d'intersession. Il s'engage à en présenter une version actualisée pour
examen l'année prochaine. Le secrétaire exécutif suggère d'établir un « e-groupe » à cette fin,
proposition approuvée par la Commission.
5.80 La Commission prend note des débats du Comité scientifique sur l'AMP du plateau
sud des îles Orcades du Sud (AMP SOISS) (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 5.51 à 5.76),
notamment du fait que le Comité scientifique a estimé que le rapport sur l'AMP SOISS
(SC-CAMLR-XXXIII/BG/19) et le plan de recherche et de suivi (SC-CAMLR-XXXIII/01)
ont le format souhaitable pour décrire les activités de recherche et de suivi.
5.81
L'UE fait la déclaration suivante :
« L'aire marine protégée du plateau sud des îles Orcades du Sud a été établie en 2009
en vertu de la MC 91-03 dans l'objectif de contribuer à la conservation de la
biodiversité dans la sous-zone 48.2 et, à l'époque de son adoption, la Commission avait
convenu de réviser la MC 91-03 en 2014. En nous lançant dans ce processus de
révision, nous ne doutons pas qu'un débat intéressant et complexe nous attend. Pour
cette raison, et dans l'intérêt de gagner du temps et d'aider le président, l'UE propose
que nous divisions notre discussion en deux parties :
• Harmonisation de l'AMP SOISS avec la MC 91-04
• Révision de l'AMP SOISS – à savoir, révision de la MC 91-03.
32
De ces deux questions, l'UE considère que la première est la plus complexe et qu'elle
occupera inévitablement la plupart de notre temps. En effet, pour progresser dans ce
domaine, compte tenu du rapport du Comité scientifique, nous suggérons d'entamer
des discussions bilatérales pendant la période d'intersession avec les Membres qui ont
offert des commentaires sur les documents présentés par l'UE.
Ensuite vient la révision de la MC 91-03 même. Le Comité scientifique est en faveur
(paragraphe 5.59 du rapport du Comité scientifique) de l'approche générale consistant
à faire le point sur la MC 91-03, comme cela est indiqué dans WG-EMM-14/26. Il
indique que les informations présentant de l'intérêt pour la révision de la mesure se
trouvent dans le rapport d'AMP et dans le plan de recherche et de suivi (voir
également SC-CAMLR-XXXIII, annexe 6, paragraphe 3.60).
Depuis l'époque de la désignation, la Commission n'a pas fourni de directives
spécifiques sur la manière dont il conviendrait de procéder pour réviser la MC 91-03,
mais comme l'a suggéré Philip Trathan (Royaume-Uni) durant la réunion du Comité
scientifique, nous aimerions informer la Commission des faits suivants :
i)
l'UE a préparé un plan de recherche et de suivi que le WG-EMM a examiné et
auquel il a fait bon accueil. Aucun Membre n'a présenté de preuves scientifiques
selon lesquelles l'écosystème marin dans l'AMP SOISS aurait changé de manière
à modifier notre opinion sur la nécessité d'une protection représentative
ii)
tous les résultats de la période de révision actuelle ne sont pas encore
disponibles, mais de nouvelles données et de nouveaux résultats de recherches
en cours ou prévues deviendront disponibles pendant la prochaine période de
révision.
En bref, l'UE suggère donc ce qui suit :
i)
l'UE va contacter les Membres souhaitant voir des modifications au plan de
recherche et de suivi pour qu'il puisse être approuvé par l'ensemble de la
Commission
ii)
à défaut de preuves écologiques appropriées, il n'est pas nécessaire de modifier
les dispositions de la MC 91-03
iii)
lors de la prochaine révision, en 2019, de nouvelles preuves scientifiques seront
disponibles ; elles permettront de réaliser une révision plus approfondie sur le
plan écologique et de la gestion. »
5.82 La Russie accueille avec intérêt le rapport de l'UE et note que, si le rapport fournit des
informations générales utiles sur les recherches menées ces cinq dernières années, il est
impossible de déterminer la pertinence de ces recherches pour les objectifs de l'AMP car la
MC 91-03 ne mentionne pas de critères objectifs avec lesquels une telle évaluation pourrait
être effectuée. Elle conclut d'autre part qu'en l'absence de critères de mise en œuvre clairs et
de mécanisme de déclaration à évaluer, son évaluation des cinq premières années de la
MC 91-03 est plutôt négative.
5.83 La Chine et la Russie remercient l'UE d'avoir présenté le rapport et notent que, bien
qu'il soit d'une structure adéquate d'un point de vue scientifique, il pose quelques problèmes
33
sur le plan juridique. Il contient des objectifs spécifiques et scientifiques pour l'AMP et la
sous-zone 48.2 qui ne figurent pas dans la MC 91-03 portant création de l'AMP. Ces
Membres notent que, en l'absence du plan de recherche et de suivi, les recherches
scientifiques qui ont été menées, selon le rapport, ne l'ont pas été en fonction d'un plan de
recherche et de suivi et, de ce fait, les données en provenant ne peuvent être considérées que
comme des données de référence plutôt que scientifiques, lors d'un examen par la
Commission. Selon ces Membres, la Commission n'est donc pas en mesure d'effectuer une
évaluation sur la base de ce rapport. La Chine et la Russie notent également que le rapport de
l'UE indique que certaines activités anthropiques risquent d'avoir une incidence sur les valeurs
de l'AMP. Cependant, cette hypothèse n'étant confortée par aucun élément, la Chine et la
Russie considèrent comme un dangereux précédent de conclure que toute activité humaine
pose une menace en Antarctique sans qu'une telle assertion soit étayée de preuves
scientifiques.
5.84 La Chine rappelle que l'AMP SOISS est la première AMP que la CCAMLR a conçue
et, compte tenu des inquiétudes soulevées ci-dessus, il est important de savoir en tirer des
enseignements pour éclairer les futures propositions d'AMP.
5.85 Le Royaume-Uni remercie tous les Membres de leurs avis constructifs et utiles sur
l'AMP SOISS et attend avec intérêt d'autres recherches et d'autres collaborations associées à
cette AMP SOISS. Rappelant que la MC 91-03 a été adoptée avant la MC 91-04, un processus
est en cours pour harmoniser ces mesures. L'évaluation de la MC 91-03 a eu lieu cinq ans
après son adoption, alors qu'une période de révision plus longue reflète mieux les dépenses et
les délais associés à la planification, à la réalisation et à l'analyse des résultats des activités de
recherche et de suivi.
5.86 La Nouvelle-Zélande et l'Australie se rallient à l'UE et au Royaume-Uni et indiquent
que les larges objectifs de conservation de l'AMP SOISS sont les mêmes qu'à l'époque de sa
création en 2009. Elles encouragent la poursuite des travaux sur l'harmonisation des
MC 91-03 et MC 91-04.
5.87 L'UE remercie les Membres de leur engagement et de leurs commentaires constructifs,
ainsi que de soutenir la ligne de conduite suggérée ; de plus, elle attend avec intérêt la
poursuite des travaux d'harmonisation de la MC 91-03 et de la MC 91-04 pendant la période
d'intersession.
5.88 La Commission note l'intention de l'UE de poursuivre les travaux d'harmonisation de
la MC 91-03 et de la MC 91-04 avant la prochaine révision, prévue pour 2019.
Changement climatique
5.89 La Commission prend note des discussions menées par le Comité scientifique sur le
changement climatique, et prend note de son avis selon lequel la mise en place d'une stratégie
de gestion par rétroaction pour la pêcherie de krill donne l'occasion de s'adapter aux impacts
du changement climatique (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 8.1 à 8.6).
5.90 Le président du Comité scientifique attire l'attention de la Commission sur les travaux
liés au changement climatique effectués par l'ICED (Integrating Climate and Ecosystem
Dynamics in the Southern Ocean) dans le cadre de la gestion des pêcheries de l'océan Austral.
34
Il est également noté que l'ICED a proposé d'aider la CCAMLR dans ses travaux sur le
changement climatique et que les Membres ont été invités à contacter l'ICED et à utiliser son
expertise pour développer les travaux de la CCAMLR (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 8.1
à 8.3).
5.91 Le président du Comité scientifique prend également note d'un article publié
récemment dans la Revue Nature intitulé Polar research: Six priorities for Antarctic science
et mentionné par le gouverneur adjoint dans son discours d'ouverture. L'article, rédigé pendant
la réunion du tour d'horizon scientifique du SCAR, du 20 au 23 avril 2014, à Queenstown
(Nouvelle-Zélande), à laquelle a participé le président, identifie les questions scientifiques les
plus importantes auxquelles les chercheurs travaillant sur l'Antarctique devraient tenter de
répondre. Le président du Comité scientifique souligne l'une des questions adoptées par le
tour d'horizon : « Comment le changement climatique affectera-t-il les pêcheries existantes ou
futures de l'océan Austral, notamment les stocks de krill ? » Le président souligne le fait que
la réponse à cette question est d'une importance capitale pour la CCAMLR. La Commission,
s'alignant sur SC-CAMLR-XXXIII (paragraphe 8.4), fait remarquer que la mise en place
d'une stratégie de gestion par rétroaction pour la pêcherie de krill donne l'occasion de
s'adapter aux impacts du changement climatique.
5.92 La Commission, notant l'importance de l'impact du changement climatique sur les
travaux de la Commission et rappelant les avis importants sur ce sujet préparés par le passé
par le SCAR, incite vivement le Comité scientifique à communiquer avec le SCAR en vue de
recevoir régulièrement des informations actualisées et des avis sur les impacts du changement
climatique dans l'océan Austral.
5.93 La Commission note également la proposition de l'ASOC dans CCAMLRXXXIII/BG/21 selon laquelle tous les documents et rapports de pêcheries de la CCAMLR
devraient, dans la mesure du possible, comprendre une déclaration sur les impacts du
changement climatique (voir point 5.6).
5.94 Le Royaume-Uni, appuyé par de nombreux Membres, propose de modifier la
résolution 30/XXVIII sur le changement climatique pour mettre en œuvre la suggestion faite
par l'ASOC.
5.95
L'Allemagne fait la déclaration suivante :
« L'Allemagne soutient pleinement les opinions exprimées par le Royaume-Uni et
d'autres Membres. Le changement climatique a de graves conséquences sur certains
secteurs de la région de l'Antarctique et sur la vie marine. Il constitue donc un point
important pour la gestion des ressources marines vivantes, y compris pour leur
utilisation rationnelle. Cette question a figuré à maintes reprises à l'ordre du jour du
Comité scientifique et dans diverses résolutions. Il est tout à fait surprenant qu'il ait été
suggéré de ne pas discuter ici du changement climatique, alors qu'il s'agit d'une
question qui devrait être dans tous les esprits et dont il faudrait toujours tenir compte
dans les travaux de la CCAMLR. »
5.96 La Chine note que la proposition du Royaume-Uni n'a pas été présentée conformément
à la règle 16 du Règlement intérieur de la Commission. Elle est donc d'avis que la proposition
ne devrait pas être discutée par la Commission lors de la session actuelle.
35
5.97 De nombreux Membres, notant que la proposition visant à réviser la résolution 30/XXVIII sur le changement climatique ne comprend pas de proposition de
modification de l'ordre du jour, ne voient pas la pertinence de la règle 16 dans ce contexte. De
nombreux Membres sont d'avis que l'examen du changement climatique par le Comité
scientifique lors de la XXXIIIe réunion du SC-CAMLR (paragraphes 8.1 à 8.5) a fourni
suffisamment d'informations pour que la Commission puisse envisager la révision de la
résolution 30/XXVIII pendant sa réunion. Ces Membres rappellent que selon les principes de
conservation de la Convention, la Commission doit tenir compte des changements environnementaux (Article II.3c), parmi lesquels le changement climatique. Ces Membres regrettent
qu'il n'ait pas été possible de parvenir à un consensus pour réviser la résolution 30/XXVIII.
Exemption pour la recherche scientifique
5.98 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur les notifications de recherche
en vertu de la MC 24-01, notant que les propositions de recherche visant la légine sont
examinées dans le cadre du point 5.2 à l'ordre du jour.
Renforcement des capacités
5.99 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur le renforcement des
capacités, notamment par le programme de bourse de la CCAMLR et la proposition visant
examiner la question de l'invitation d'experts aux réunions des groupes de travail
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 13.7 à 13.16).
5.100 La Commission note qu'Aleksandr Sytov, chercheur étudiant le krill à VNIRO, en
Russie, est le lauréat de la bourse de la CCAMLR pour 2014/15 (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 13.12).
5.101 L'UE informe la Commission qu'elle a l'intention de verser une contribution de
50 000 € dans le fonds de renforcement des capacités scientifiques générales, et de 80 000 €
dans le fonds spécial du CEMP, sous réserve de confirmation, une fois achevées les
procédures budgétaires de l'UE. La Commission accueille chaleureusement cette offre
financière généreuse de la part de l'UE pour ces initiatives scientifiques importantes.
Système international d'observation scientifique de la CCAMLR
6.1
La Commission examine diverses questions concernant le Système international
d'observation scientifique de la CCAMLR (SISO), qui sont décrites dans SC-CAMLRXXXIII (paragraphes 7.1 à 7.19).
6.2
La Commission approuve les recommandations du Comité scientifique (SC-CAMLRXXXIII, annexe 7, paragraphe 7.7) sur les conclusions de l'évaluation du SISO (SC-CAMLRXXXII/07 Rév. 1), notamment l'approbation des mises à jour proposées du carnet de
l'observateur et des formulaires de compte rendu de campagne.
36
6.3
La Commission souscrit à la recommandation du Comité scientifique selon laquelle les
données d'observateurs ayant été mises en quarantaine seraient exclues des futures requêtes
générales de données, mais que les métadonnées concernant les données d'observateurs mises
en quarantaine seraient mises à disposition sur demande spécifique, car l'attention des
utilisateurs serait ainsi attirée sur le statut des données.
6.4
La Commission note que le Comité scientifique avait approuvé le système
d'accréditation des programmes de formation des observateurs de la CCAMLR (COTPAS) et
invité les Membres à participer, à titre expérimental, à l'évaluation initiale et à la révision
technique par des pairs (SC-CAMLR-XXX, paragraphes 7.19 et 7.20). De plus, la
Commission avait approuvé les recommandations du Comité scientifique et s'était félicitée de
l'offre de l'Australie de participer à la mise en place expérimentale de la procédure
d'accréditation (CCAMLR-XXX, paragraphe 10.2).
6.5
La Commission accepte l'avis du Comité scientifique sur les progrès encore effectués
dans le cadre du COTPAS, notamment l'établissement d'un groupe d'évaluation technique par
des pairs pour examiner les informations soumises par l'Australie (SC-CAMLR-XXXIII/10).
6.6
La Russie, soulignant sa position énoncée dans le paragraphe 7.9 de SC-CAMLRXXXIII, déclare que, alors qu'elle soutient le transfert d'expérience et d'informations sur le
programme d'observateurs, elle n'est pas en faveur d'une procédure centrale d'accréditation.
6.7
La Commission examine des propositions d'amendement de la MC 51-06, notamment
celles du Chili (CCAMLR-XXXIII/18) et de l'Ukraine (CCAMLR-XXXIII/16) pour
augmenter à 100% l'observation des opérations de pêche au krill. Elle reconnaît qu'il est
nécessaire d'accroître la couverture et d'améliorer la qualité des données collectées par les
observateurs scientifiques dans la pêcherie de krill, surtout pour l'évaluation du stock et le
suivi des captures accessoires. De nombreux Membres sont en faveur de l'objectif de 100% de
présence des observateurs, rappelant les précédents débats au sein du Comité scientifique sur
la justification scientifique de ce niveau de couverture (SC-CAMLR-XXVI, paragraphes 3.7
à 3.16 ; SC-CAMLR-XXIX, paragraphes 3.14 à 3.22). Toutefois, d'autres Membres indiquent
qu'il n'y aucun motif raisonnable pour augmenter le niveau d'observation et que pour des
raisons spécifiques d'ordre logistique et ayant trait au recrutement des observateurs, un niveau
obligatoire de 100% serait problématique (voir également les paragraphes 3.52 à 3.58 et 7.36
à 7.44).
Mesures de conservation
Liste des mesures de conservation
7.1
Le groupe de rédaction des mesures de conservation s'est longuement réuni durant la
réunion pour examiner et préparer des mesures de conservation et résolutions à soumettre à la
Commission. La Commission remercie Mme Gill Slocum (Australie) d'avoir présidé ce
groupe de rédaction des mesures de conservation.
7.2
Cette section porte sur l'examen par la Commission des mesures de conservation et
résolutions révisées ou nouvelles et d'autres questions s'y rattachant. Les mesures de
conservation et résolutions adoptées à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR seront publiées
dans la Liste officielle des mesures de conservation en vigueur ‒ 2014/15.
37
7.3
La Commission note que les mesures de conservation suivantes deviendront caduques
le 30 novembre 2014 : 32-09 (2013), 33-02 (2013), 33-03 (2013), 41-01 (2013), 41-03 (2013),
41-04 (2013), 41-05 (2013), 41-06 (2013), 41-07 (2013), 41-08 (2011), 41-09 (2013), 41-10
(2013), 41-11 (2013), 42-01 (2013), 42-02 (2013), 51-04 (2013), 51-06 (2012) et 51-07
(2011).
7.4
La Commission décide de reconduire pour 2014/15 les mesures de conservation 1 et
résolutions suivantes :
Mesures relatives à la conformité
10-02 (2013), 10-04 (2013), 10-06 (2008), 10-07 (2009), 10-08 (2009) et 10-09
(2011).
Mesures relatives aux questions générales liées à la pêche
21-01 (2010), 21-02, (2013), 22-01 (1986), 22-02 (1984), 22-03 (1990), 22-04
(2010), 22-05 (2008), 22-06 (2012), 22-07 (2013), 22-08 (2009), 22-09 (2012),
23-01 (2005), 23-02 (1993), 23-03 (1991), 23-04 (2000), 23-05 (2000), 23-06
(2012), 23-07 (2012), 24-01 (2013), 25-03 (2011) et 26-01 (2009).
Mesures relatives à la réglementation des pêcheries
31-01 (1986), 31-02 (2007), 32-01 (2001), 32-02 (2012), 32-18 (2006), 33-01
(1995), 51-01 (2010), 51-02 (2008) et 51-03 (2008).
Mesures relatives aux aires protégées
91-01 (2004), 91-02 (2012), 91-03 (2009) et 91-04 (2011).
Résolutions
7/IX, 10/XII, 14/XIX, 15/XXII, 16/XIX, 17/XX, 18/XXI, 19/XXI, 20/XXII,
22/XXV, 23/XXIII, 25/XXV, 27/XXVII, 28/XXVII, 29/XXVIII, 30/XXVIII,
31/XXVIII, 32/XXIX, 33/XXX et 34/XXXI.
7.5
La Commission adopte les mesures de conservation révisées ou nouvelles ci-dessous :
Mesures révisées relatives à la conformité (voir paragraphes 7.6 à 7.9)
10-01 (2014), 10-03 (2014), 10-05 (2014) et 10-10 (2014).
Mesures révisées relatives aux questions générales liées à la pêche (voir paragraphes 7.10 à 7.15)
21-03 (2014), 24-02 (2014) et 25-02 (2014).
Mesures révisées relatives à la réglementation des pêcheries (voir paragraphe 7.19)
41-02 (2014).
Nouvelles mesures relatives à la réglementation des pêcheries (voir paragraphes 7.15 à 7.45)
32-09 (2014), 33-02 (2014), 33-03 (2014), 41-01 (2014), 41-03 (2014), 41-04
(2014), 41-05 (2014), 41-06 (2014), 41-07 (2014), 41-08 (2014), 41-09 (2014),
41-10 (2014), 41-11 (2014), 42-01 (2014), 42-02 (2014), 51-04 (2014), 51-06
(2014) et 51-07 (2014).
1
38
Les réserves concernant ces mesures figurent dans la Liste officielle des mesures de conservation en vigueur
‒ 2014/15.
Mesures de conservation révisées
Conformité
Marques sur les navires et engins de pêche
7.6
La Commission approuve l'avis du SCIC selon lequel la MC 10-01 devrait être révisée
pour refléter le texte des spécifications types de la FAO sur le marquage et l'identification des
bateaux de pêche (annexe 6, paragraphe 47). En plus d'être alignée sur les normes de la FAO,
la MC 10-01 a fait l'objet d'autres révisions pour mieux refléter la réalité opérationnelle des
navires dans la zone de la Convention et pour permettre l'utilisation de n'importe quelle
couleur contrastante pour le marquage des navires. La MC 10-01 (2014) est révisée et
adoptée.
Contrôles portuaires
7.7
La Commission approuve l'avis du SCIC préconisant de réviser la MC 10-03 pour
encourager les contrôleurs à insérer des photographies, si possible, dans les formulaires de
contrôle portuaire (annexe 6, paragraphe 41). Suite à la révision de la MC 10-01, la MC 10-03 a
elle-même fait l'objet d'une révision pour tenir compte des nouvelles exigences de la MC 10-01
sur l'identification des navires et des engins de pêche. La MC 10-03 (2014) est révisée et adoptée.
Système de documentation des captures
7.8
La Commission prend note de l'évaluation approfondie du SDC réalisée par le Comité
d'évaluation du SDC, qui a recommandé une importante révision de la MC 10-05 (annexe 6,
paragraphes 153 à 158). Ces recommandations, convenues par le SCIC et approuvées par la
Commission pour plus de clarté, s'alignent sur l'e-SDC en vigueur. Les instructions sur
l'utilisation du e-SDC se trouvent dans la MC 10-05 et le Manuel du e-SDC (CCAMLRXXXIII/BG/16). La Commission approuve l'avis du SCIC préconisant de réviser la MC 10-05
(annexe 6, paragraphe 159). La MC 10-05 (2014) est révisée et adoptée.
Évaluation de la conformité
7.9
La Commission approuve l'avis du SCIC selon lequel il convient de réviser la
MC 10-10 pour indiquer explicitement que l'objectif de la CCEP est l'évaluation du respect
des mesures de conservation par les Parties contractantes, pour prévoir la présentation
d'informations complémentaires pour étayer les projets de rapports CCAMLR de conformité
des Parties contractantes et pour supprimer la MC 22-07 du processus d'évaluation (annexe 6,
paragraphes 84 à 87). D'autres révisions ont été effectuées pour permettre aux Parties
contractantes de disposer de davantage de temps pour examiner le rapport CCAMLR de
synthèse de la conformité préparé par le secrétariat. La période d'application de la CCEP a
également été modifiée pour concorder avec la pratique (du 1er août au 31 juillet). La
MC 10-10 (2014) est révisée et adoptée.
39
Questions générales liées à la pêche
Système de déclaration de capture et d'effort de pêche
7.10 La Commission prend note de l'examen par le Comité scientifique du système de
déclaration de la capture et de l'effort de pêche dans la pêcherie de krill (SC-CAMLRXXXIII, paragraphes 3.6 à 3.11). Le système de déclaration (MC 23-06, paragraphes 3 à 5)
est un système double qui requiert la déclaration mensuelle des captures et de l'effort de pêche
tant que la capture totale est inférieure, selon le cas, à 50 ou 80% du seuil déclencheur et,
lorsque ce seuil est dépassé, la déclaration doit être faite tous les cinq jours. La Commission
note que ce système a été appliqué avec succès ces dernières saisons. Toutefois, le secrétariat
s'inquiète que le système de déclaration double puisse ne pas fournir en temps opportun les
informations sur les captures et l'effort de pêche lorsque la déclaration est mensuelle
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.8).
7.11 La Commission accepte l'avis du Comité scientifique selon lequel il convient de
reconduire le système actuel de déclaration visé à la MC 23-06 (2012), et de permettre la mise
en œuvre du système de déclaration par période de cinq jours avant l'atteinte du seuil de 50%,
au cas par cas, dans la sous-zone 48.1, et sur notification du secrétariat. Elle décide que, dès
notification par le secrétariat, la mise en œuvre du système de déclaration par période de cinq
jours pour une saison donnée s'appliquera à tous les Membres pêchant le krill dans la souszone 48.1.
Mortalité accidentelle d'oiseaux de mer dans les activités
de pêche à la palangre
7.12 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique à l'égard d'une simplification
du libellé des exigences relatives à la pose de nuit et au test de la bouteille dans les pêcheries à
la palangre (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 4.4 et tableau 1 ; voir également WG-FSA14/24). Elle note que cette révision ne changera ni le fonctionnement des aspects pratiques et
hautement efficaces des mesures d'atténuation en vigueur actuellement, ni la protection
effectivement accordée aux oiseaux de mer.
7.13
40
La Commission rappelle que :
i)
à une exception près (voir alinéa ii) ci-dessous), les palangres peuvent être
posées dans les pêcheries de légine en dehors des heures d'obscurité sous réserve
des limites de capture d'oiseaux marins définies dans les mesures de
conservation pertinentes
ii)
il est obligatoire de poser les palangres de nuit dans la pêcherie de légine à la
palangre de la sous-zone 48.3
iii)
la MC 24-02 a été mise en œuvre en 2001 dans le but de déterminer quelles
configurations de palangres et vitesses d'immersion des lignes étaient adaptées
pour atténuer la mortalité accidentelle d'oiseaux de mer au cours de la pêche.
Cette information a ensuite été utilisée pour fixer les exigences de lestage des
lignes pour le système automatique, la méthode espagnole et le système trotline
dans la MC 25-02 (paragraphes 2 à 4).
7.14 La Commission accepte de transférer l'exigence de la pose de nuit de la MC 25-02 à la
mesure applicable relative à la réglementation de la pêcherie (MC 41-02). Elle décide
également de n'appliquer les dispositions de la MC 24-02 (c.-à-d. le contrôle de la vitesse
d'immersion des lignes) qu'aux navires utilisant des palangres autres que celles décrites aux
paragraphes 2 à 4 de la MC 25-02.
7.15 Les MC 24-02 (2014) et 25-02 (2014) sont révisées en conséquence puis adoptées. Les
MC 41-02 à 41-11 sont également modifiées en conséquence (voir ci-dessous).
Nouvelles mesures de conservation et limites de pêche pour 2014/15
Questions générales liées à la pêche
Saisons de pêche, zones fermées et interdiction de pêche
7.16 La Commission reconduit l'interdiction de pêche dirigée sur Dissostichus spp. sauf en
vertu de mesures de conservation spécifiques (MC 32-09). En conséquence, l'interdiction de
pêche dirigée de Dissostichus spp. dans la sous-zone 48.5 est reconduite en 2014/15 et la
MC 32-09 (2014) est adoptée.
Limites de capture accessoire
7.17 La Commission décide de conserver les limites de capture accessoire existantes dans la
division 58.5.2 en 2014/15. La MC 33-02 (2014) est adoptée.
7.18 La Commission décide de conserver les limites de capture accessoire des pêcheries
exploratoires en 2014/15 et note les changements que cela entraîne pour les limites de capture
accessoire (annexe 33-03/A et notes de fin de texte correspondantes) à la suite de la révision
des limites de capture de Dissostichus spp. applicables dans les pêcheries exploratoires
en 2014/15. La MC 33-03 (2014) est adoptée.
Légine
7.19 La Commission, rappelant que la pêcherie de D. eleginoides de la sous-zone 48.3 est
évaluée tous les deux ans, décide de conserver les limites convenues en 2013 (tableau 1 ; voir
également CCAMLR-XXXII, paragraphe 7.82) sous réserve des conditions et de la règle de
décision décrites dans les paragraphes 5 à 7 de la MC 41-02 (SC-CAMLR-XXXII,
paragraphes 3.87 et 4.5). De plus, l'exigence de pose de nuit est conservée et harmonisée avec
la révision de la MC 25-02 (paragraphe 7.15). La MC 41-02 (2014) est adoptée.
7.20 La Commission révise les limites de capture de D. eleginoides et de D. mawsoni
applicables à la pêcherie de Dissostichus spp. de la sous-zone 48.4, rappelant que ces limites
s'appliquent aux secteurs nord et sud combinés (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.107
et 3.112 ; voir également CCAMLR-XXXII, paragraphe 7.83). Elle révise également les
limites de capture des macrouridés et des raies, captures accessoires dont les limites
41
correspondent à une proportion fixée de la limite de capture de Dissostichus spp. (16% et 5%
respectivement, voir tableau 1). De plus, les exigences en matière d'atténuation de la capture
accidentelle d'oiseaux marins sont conservées et harmonisées avec la révision de la MC 25-02
(paragraphe 7.15). Les autres dispositions réglementant cette pêcherie sont reconduites et la
MC 41-03 (2014) est adoptée.
7.21 La Commission prend note de l'évaluation révisée du stock de D. eleginoides de la
division 58.5.2 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.124 à 3.127) et accepte l'avis du Comité
scientifique sur la limite de capture de D. eleginoides applicable en 2014/15 (tableau 1 et
SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.133). De plus, les exigences en matière d'atténuation de la
capture accidentelle d'oiseaux marins sont conservées et harmonisées avec la révision de la
MC 25-02 (paragraphe 7.15). Les autres dispositions réglementant cette pêcherie sont
reconduites et la MC 41-08 (2014) est adoptée.
7.22 La Commission examine l'avis rendu par le Comité scientifique au SCIC sur la remise
à l'eau de légines non marquées de petite taille signalée dans les pêcheries exploratoires
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 12.1 et annexe 7, paragraphe 5.42). Certains Membres
indiquent que cela est déjà interdit dans le cadre des mesures de conservation existantes. La
Commission demande au Comité scientifique et à ses groupes de travail d'approfondir la
question en 2015 et de rendre un avis sur l'ampleur de cette pratique et sur la possibilité de
marquer et de relâcher vivantes toutes les légines de petite taille, en vue de clarifier les
mesures de conservation si nécessaire.
7.23 La Commission examine également l'avis du Comité scientifique sur le seuil minimum
d'application du taux statistique de chevauchement du marquage (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 3.82 ; voir également MC 41-01, annexe 41-01/C). Après discussion, elle décide
de remplacer le seuil actuel de 10 tonnes pour chaque espèce de Dissostichus par 30 poissons
marqués de chaque espèce. Le seuil minimum révisé ne serait applicable que lorsque le taux
de marquage requis aurait été atteint.
7.24 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur les conditions générales
régissant les pêcheries exploratoires de Dissostichus spp., notamment :
i)
l'identification des secteurs prioritaires pour la pêche de recherche dans les souszones 48.6 et 58.4 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.188 et 3.202)
ii)
la suppression des temps d'immersion prescrits ou des positions spatiales des
activités de pêche de recherche menées dans la division 58.4.3a (SC-CAMLRXXXIII, paragraphe 3.192).
7.25 La Commission rappelle par ailleurs les dispositions convenues pour la pêche de
recherche dans les divisions 58.4.1 et 58.4.2 en 2014/15 (paragraphes 5.48 et 5.49 ; voir
également SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.198).
7.26 La Commission réitère les conditions et les limites applicables aux pêcheries
exploratoires pauvres en données des sous-zones 48.6 et 58.4 en 2014/15:
i)
42
la pêche sera limitée aux navires battant pavillon coréen, français, japonais et
sud-africain menant une pêche de recherche dans les blocs désignés pour les
recherches, et à un navire battant pavillon espagnol et menant des expériences
d'épuisement (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphe 3.176), avec les limites de
capture et l'accès des navires convenus dans les tableaux 2 et 3 respectivement
ii)
la pêche sera limitée aux lignes de recherche déployées conformément à
l'annexe 41­01/B de la MC 41-01, et les captures et l'effort de pêche seront
équilibrés entre les navires lorsqu'ils pêchent dans un même secteur spatialement
limité
iii)
chaque navire marquera Dissostichus spp. à raison d'au moins 5 poissons par
tonne de poids vif capturé et conformément au protocole de marquage
(MC 41­01, annexe 41­01/C).
7.27 La Commission approuve également les limites de capture et l'accès des navires dans
les pêcheries exploratoires de Dissostichus spp. des sous-zones 88.1 et 88.2 en 2014/15
(tableaux 2 et 3). Les limites de capture de la sous-zone 88.1 en 2014/15 tiennent compte de la
pêche de recherche convenue pour les SSRU 881J, L (voir également paragraphe 5.53) et les
SSRU 882A–B (voir également paragraphe 5.57), comme suit :
i)
la limite de capture de recherche pour la campagne d'évaluation des subadultes
est déduite de la limite de capture cumulée des SSRU 881J, L
ii)
la limite de capture pour les recherches qui seront effectuées dans les SSRU 882A–B
est déduite de la limite de capture de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.1, et
divisée entre les SSRU proportionnellement aux limites de capture.
7.28 De plus, les exigences en matière d'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux
marins dans les pêcheries exploratoires sont conservées et harmonisées avec la révision de la
MC 25-02 (paragraphe 7.15).
7.29
La Commission adopte les mesures de conservation suivantes :
• MC 41-01 (2014) – mesure générale pour les pêcheries exploratoires de
Dissostichus spp.
• MC 41-04 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 48.6
• MC 41-05 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.2
• MC 41-06 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.3a
• MC 41-07 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.3b
• MC 41-09 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.1
• MC 41-10 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.2
• MC 41-11 (2014) – pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.1.
43
7.30
Ces mesures de conservation établissent les limites et les conditions suivantes :
i)
toutes les pêcheries exploratoires de Dissostichus spp. de 2014/15 sont limitées
aux navires n'utilisant que des palangres
ii)
les limites et mesures générales relatives à la capture accessoire et aux règles de
déplacement visées à la MC 33-03 sont applicables
iii)
les plans de collecte des données et de recherche et les protocoles de marquage
décrits dans les MC 21-02, 24-01 et 41-01 sont applicables
iv)
la pêche est interdite dans les zones définies de VME enregistrés (MC 22-09)
v)
les exigences liées à la protection de l'environnement visées aux MC 22-06,
22-07, 22-08 et 26-01 sont applicables.
7.31 La Commission encourage tous les Membres à participer à la recherche dans les
pêcheries exploratoires.
7.32 La Commission décide qu'il convient d'envisager de calculer une limite de capture
pluriannuelle séparée et unique pour la recherche dans la région de la mer de Ross, pour
toutes les campagnes de recherche approuvées et que le reste de la capture de la pêcherie soit
alloué conformément à la méthode existante pour la répartition des limites de capture en vertu
de la MC 41-09.
7.33 La Commission recommande de réexaminer chaque année les limites de capture en
fonction, d'une part, de la quantité de capture prévue des campagnes de recherche approuvées
et d'autre part, de toute révision de l'évaluation du stock dans la région de la mer de Ross
fondée sur des activités de recherche et de pêche exploratoire.
Poisson des glaces
7.34 La Commission approuve l'avis du Comité scientifique sur les limites applicables aux
pêcheries établies de C. gunnari de la sous-zone 48.3 et la division 58.5.2 en 2014/15
(SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.91 et 3.101). Les limites applicables à ces pêcheries
sont récapitulées dans le tableau 1 et les autres dispositions réglementant cette pêcherie sont
reconduites. Les MC 42-01 (2014) et 42-02 (2014) sont adoptées.
Krill
7.35 La Commission note qu'il n'y a pas eu de notification de pêcherie exploratoire
d'Euphausia superba pour 2014/15. Toutefois, les dispositions de la mesure générale
applicable aux pêcheries exploratoires d'E. superba sont reconduites pour 2014/15, afin de
guider les Membres qui pourraient souhaiter soumettre des notifications pour ces pêcheries
exploratoires. La MC 51-04 (2014) est adoptée.
44
7.36 La Commission rappelle la discussion du Comité scientifique sur les exigences en
matière d'observation scientifique dans la pêcherie de krill et la recommandation selon
laquelle les dispositions générales de la MC 51-06 devraient être retenues pour 2014/15
et 2015/16 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 7.15 à 7.18). Elle rappelle également qu'elle a
examiné les propositions du Chili (CCAMLR-XXXIII/18) et de l'Ukraine (CCAMLRXXXIII/16) visant à rehausser le taux d'observation des opérations de pêche au krill à
respectivement 100% et/ou 75% (voir également 3.55 et 6.7).
7.37
La Suède fait la déclaration suivante :
« Les paragraphes 7.14 et 7.15 de SC-CAMLR-XXXIII nous informent que le
WG-EMM s'est accordé sur les avantages, d'un point de vue scientifique, d'une
couverture à 100% de la pêcherie par les observateurs et le Comité scientifique
explique en détail quelques-uns des avantages d'une présence à 100% d'observateurs.
Il serait donc logique que le Comité scientifique recommande de passer à un taux de
couverture à 100% des observateurs. Il semble que la seule raison pour ne pas le faire
est énoncée dans la première phrase du paragraphe 7.17, à savoir que "certains
Membres notent que pour des raisons bien spécifiques, un niveau obligatoire de 100%
serait problématique". Puisque ces "raisons bien spécifiques" ne sont pas expliquées
dans le rapport du Comité scientifique, elles doivent être de nature non scientifique et,
par conséquent, du ressort de la Commission.
Nous proposons de charger le Comité scientifique et le WG-EMM de déterminer
comment mettre en œuvre une approche par étapes qui permettrait de faire passer de
50% à 100% la couverture d'observateurs dans la pêcherie de krill. »
7.38
La Norvège fait la déclaration suivante :
« La Norvège, en tant que nation effectuant actuellement la capture la plus importante
de la pêcherie, se sent particulièrement responsable de la durabilité de la pêche et des
bonnes pratiques et souligne qu'elle soutient la couverture d'observateurs à 100%, un
point de vue partagé par l'ARK. Elle réaffirme sa volonté de travailler avec d'autres
nations pêchant au krill, notamment la Chine et la Corée, afin d'établir une base solide
pour la couverture d'observateurs et la qualité des données collectées par ces derniers.
Finalement, la Norvège attire l'attention sur l'importance potentielle des observateurs
dans la mise en œuvre du système de gestion par rétroaction, et estime que la
couverture intégrale d'observateurs pourrait devenir importante dans ce contexte. »
7.39 De nombreux Membres rappellent qu'ils soutiennent les propositions du Chili, de
l'Ukraine et de la Suède visant à augmenter le niveau d'observation pour qu'il atteigne 100%.
De nombreux Membres sont d'avis que la couverture totale de la pêcherie de krill permettrait
d'obtenir des données d'observateurs de toutes les régions, de tous les navires et de toutes les
saisons ayant fait l'objet de pêche. Ils estiment en effet que des données si complètes sont
essentielles pour la mise en place de l'approche de gestion par rétroaction. Ces Membres
demandent par ailleurs que le niveau de présence d'observateurs dans la pêcherie de krill
s'aligne sur celui appliqué par la Commission dans les pêcheries de poissons.
7.40 Le Japon attire l'attention de la Commission sur le fait que le WG-EMM, tout en
indiquant sa préférence pour une hausse du taux de couverture d'observateurs, a également
45
souligné la nécessité d'une amélioration de la qualité des données collectées par les
observateurs scientifiques. Il attire également l'attention de la Commission sur le fait qu'à ce
jour, les données collectées par les observateurs scientifiques n'ont pas été analysées
complètement et que leur utilisation n'a pas encore été décidée. Il demande donc à la
Commission de charger le Comité scientifique et le WG-EMM d'examiner ces points et de
rendre d'autres avis à la Commission.
7.41 La Commission prend note de la hausse proposée du niveau de présence des
observateurs dans la pêcherie de krill pour qu'elle atteigne 100%. Elle indique que plusieurs
armements de pêche au krill, notamment de Norvège, la soutiennent pleinement.
7.42 La Commission demande au Comité scientifique et à ses groupes de travail de rendre
de nouveaux avis en 2015 sur l'observation scientifique de la pêcherie de krill (SC-CAMLRXXXIII, paragraphes 7.12 à 7.18).
7.43 La plupart des Membres demandent des avis sur la nécessité et la justification
scientifique d'une hausse progressive du taux de couverture de la pêcherie de krill par des
observateurs.
7.44 La Commission décide de reconduire les accords existants pour les observations scientifiques dans la pêcherie de krill pour 2014/15 et 2015/16 ; la MC 51-06 (2014) est adoptée.
7.45 La Commission prend également note des progrès réalisés par le Comité scientifique
vers la 2e étape de l'approche de gestion par rétroaction de la pêcherie de krill des souszones 48.1 à 48.4 (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 3.30 à 3.38). Le Comité scientifique a
avisé que, compte tenu de nos connaissances actuelles, la prorogation de la MC 51-07 sous sa
forme actuelle s'alignerait sur les objectifs de l'Article II et qu'il convient donc de conserver la
répartition géographique provisoire liée au niveau de déclenchement, tant que l'on n'aura pas
acquis les connaissances scientifiques voulues pour passer à la 2e étape de la gestion par
rétroaction. La Commission décide de reconduire les accords existants pour la répartition
géographique provisoire liée au niveau de déclenchement dans la pêcherie de krill pour
2014/15 et 2015/16 ; la MC 51-07 (2014) est adoptée.
Activités de pêche dans la division 58.5.2
7.46 L'Australie avise la Commission que toute activité de pêche ou de recherche
halieutique dans les secteurs des divisions 58.4.3a, 58.4.3b et 58.5.2 qui forment la
ZEE australienne autour du territoire australien des îles Heard et McDonald requiert
l'approbation préalable des autorités australiennes. La ZEE australienne s'étend jusqu'à
200 milles nautiques du territoire. Toute pêche non autorisée ou illégale dans ces eaux
constitue une infraction grave à la législation australienne. L'Australie sollicite l'aide des
autres membres de la CCAMLR et leur demande de s'assurer que leurs ressortissants et leurs
navires sont au courant des limites de la ZEE australienne et de la nécessité d'obtenir une
autorisation avant d'y pêcher. Elle applique des contrôles rigoureux pour s'assurer que la
pêche dans sa ZEE ne se déroule que sur une base durable. À présent, toutes les licences de
pêche ont été délivrées et aucune autre concession n'est disponible pour la pêche licite dans
cette ZEE. La législation australienne prévoit de lourdes peines pour la pêche illicite dans la
46
ZEE australienne, dont, entre autres, la confiscation immédiate des navires étrangers menant
de telles activités. Toute demande d'informations sur la pêche dans la ZEE australienne doit
être adressée en premier lieu à l'Australian Fisheries Management Authority.
Propositions de nouvelles mesures de conservation
Aires marines protégées
7.47 La Nouvelle-Zélande et les États-Unis présentent une proposition révisée d'établissement d'une RSRMPA (CCAMLR-XXXIII/21). Soumise initialement à la Commission
en 2012 (à CCAMLR-XXXI) puis révisée pour être de nouveau examinée en 2013 (lors de
CCAMLR-SM-II et CCAMLR-XXXII), la proposition cherche à établir une RSRMPA pour
conserver les ressources marines vivantes, maintenir la structure et la fonction de l'écosystème, protéger les processus vitaux de l'écosystème et les zones d'importance écologiques
et promouvoir la recherche scientifique, notamment par l'établissement de zones de référence.
Les initiateurs de la proposition remercient les Membres des nombreux débats et commentaires constructifs auxquels elle a donné lieu, et en ont tenu dûment compte dans leurs révisions. Celles-ci portent, entre autres, sur les points suivants : amendements au préambule,
ajout de descriptions des zones d'AMP avec une liste des objectifs spécifiques de protection et
scientifiques associés à chaque zone, réorganisation et changements techniques ayant trait à
des éléments de déclaration, de révision et de période de désignation, ainsi que d'autres clarifications techniques. Les auteurs reconnaissent que d'autres questions clés en rapport avec cette
proposition ont été discutées par le Comité scientifique et la Commission en 2013 et qu'elles
devront de nouveau faire l'objet de discussions et de négociations par la Commission. Ils
attendent avec intérêt de travailler avec les Membres à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR
sur ces questions et sur les amendements proposés dans CCAMLR-XXXIII/21 pour établir le
RSRMPA.
7.48 L'Australie, la France et l'UE présentent une version révisée de la proposition de création d'un EARSMPA (CCAMLR-XXXIII/23). La proposition a été soumise une première fois
au Comité scientifique en 2011 suite à l'examen de sa base scientifique par le WG-EMM-10.
Le Comité scientifique avait alors conclu qu'elle contenait les meilleures preuves scientifiques
disponibles. Cet avis a ensuite été confirmé lors de SC-CAMLR-IM-I et de SC-CAMLRXXXII. L'EARSMPA est conçu en tant que projet à usage multiple autorisant la pêche et les
activités de recherche sous réserve qu'elles ne portent pas atteinte aux objectifs de
l'EARSMPA. Les initiateurs ont soigneusement examiné les questions soulevées par les
Membres en 2013 (à CCAMLR-XXXII) et se sont concertés pendant la période d'intersession
pour que la proposition révisée cherche à répondre aux préoccupations des Membres.
L'EARSMPA proposé offre un mécanisme efficace de protection de la biodiversité régionale
tout en autorisant l'utilisation des ressources marines vivantes de l'Antarctique. De plus, il
aidera la Commission à atteindre ses objectifs de conservation des ressources marines
vivantes de l'Antarctique et des caractéristiques et processus écologiques importants de
l'Antarctique de l'Est.
7.49 La Commission a rétabli un groupe de travail sur les AMP (CCAMLR-XXXII,
paragraphe 7.1), présidé par M. C. Bentancour Fernandez (Uruguay). Ce groupe de travail a
examiné les deux propositions d'établissement d'AMP (CCAMLR-XXXIII/21 et XXXIII/23).
47
Par souci de clarté, les discussions ont été groupées sous différents thèmes, lorsque cela était
approprié. La Commission adresse des remerciements à M. Bentancour Fernandez pour avoir
présidé le groupe de travail sur les AMP.
7.50 La Russie définit sa position sur les AMP en Antarctique (CCAMLR-XXXIII/26 et
XXXIII/BG/09), position qu'elle a déjà exprimée à la XXXVIIe RCTA en mai 2014. Elle
accueille favorablement les révisions effectuées par les initiateurs des AMP pendant la
période d'intersession. Toutefois elle ne peut approuver ni l'une ni l'autre des propositions, et
fait part de ses préoccupations concernant les points suivants :
i)
les propositions portent entre autres sur des zones qui ont déjà été pêchées et qui
ne peuvent donc être considérées comme vierges
ii)
les limites des AMP proposées ont été définies de manière arbitraire, sans tenir
compte de la répartition géographique des écosystèmes ou des biotypes. De plus,
la taille proposée des AMP est excessive et entravera la recherche et le suivi
dans les AMP comme cela est démontré dans le cas des défis associés au suivi
dans l'AMP SOISS
iii)
la proposition de RSRMPA n'identifie pas suffisamment la vulnérabilité des
caractéristiques à protéger
iv)
la Commission ayant déjà établi des fermetures à long terme de zones, l'introduction d'autres zones fermées ne ferait que compliquer davantage les
recherches
v)
certaines des informations sur lesquelles reposent les propositions sont dépassées
ou, comme dans le cas des zones ouvertes à la pêche récemment, limitées
7.51 La Russie propose d'assigner à tous les secteurs de la zone de la Convention le statut
de « grand intérêt scientifique » prévu dans la Convention et de mettre en place un
programme de recherche et de suivi fondé sur la pêche de recherche. Elle fait valoir, à titre
d'exemple de son engagement, les activités de pêche de recherche qu'elle mène en mer de
Weddell.
7.52 La Chine se rallie à l'opinion de la Russie sur l'impact potentiel des AMP sur les lieux
de pêche. En outre, elle rappelle les points suivants :
« Le Comité scientifique a déjà reconnu que l'UICN a classé l'ensemble de la zone de
la Convention comme une aire marine protégée de "catégorie IV", ce qui est conforté
par une longue série de mesures de conservation adoptées par la CCAMLR. L'objectif
et les trois principes visés à l'Article II, ainsi que d'autres articles de la Convention,
constituent la base légale des travaux de la CCAMLR, y compris en ce qui concerne
l'établissement des AMP. Conformément à l'Article IX de la Convention, la
Commission a pour fonction de mettre en œuvre les objectifs et les principes définis à
l'Article II de la Convention. Outre les paragraphes 2 f) et 2 g) de cet article invoqué
par la MC 91-04, le paragraphe 1 e), qui avance que la Commission doit déterminer
les besoins en matière de conservation et analyser l'efficacité des mesures de
conservation, devrait également être un élément important dont il faudrait tenir compte
dans le processus d'établissement des AMP.
48
La Chine estime que des différences fondamentales et techniques subsistent entre les
Membres. Il existe également des différences de conception du seuil de déclenchement
de l'application du principe de précaution dans la question de l'établissement d'AMP.
La Chine est d'avis que l'existence d'un risque de dégâts sérieux et irréversibles et
l'absence de certitudes scientifiques absolues sont deux conditions préalables
importantes pour le déclenchement de l'application du principe de précaution selon de
nombreux instruments juridiques internationaux et nationaux. De plus, les mesures de
précaution à prendre doivent être proportionnelles à l'ampleur du risque. Les initiateurs
n'ont pas fourni suffisamment de preuves de l'existence d'un risque de dégâts sérieux
ou irréversibles, compte tenu de l'Article II de la Convention et des mesures de
conservation existantes, et il en résulte que ni le seuil d'application du principe de
précaution, ni les mécanismes qui inciteraient la Commission à prendre des mesures
préventives ne sont satisfaits. La Chine déclare que la mise en œuvre de nouvelles
mesures de conservation doit être analysée méticuleusement en vertu des Articles II et
IX de la Convention pour évaluer l'impact potentiel sur les mesures en vigueur. Sous
cet angle, elle s'enquiert également de la protection adéquate des droits légitimes des
États pêcheurs et de ceux qui mènent des recherches scientifiques dans le cadre des
propositions actuelles. »
7.53
Les États-Unis font la déclaration suivante :
« La question de l'établissement d'AMP dans l'océan Austral est d'une importance
capitale pour les États-Unis. Avec d'autres Membres, nous travaillons sur la question
des AMP de la CCAMLR depuis plus de dix ans, et ces dernières années, nous avons
engagé des efforts considérables dans l'établissement en Antarctique d'AMP concrètes
et utiles, fondées sur des informations scientifiques.
Dans le document CCAMLR-XXXIII/BG/09, la Russie soulève un certain nombre de
questions scientifiques, techniques, politiques et juridiques, qui sont importantes pour
l'établissement d'AMP en Antarctique. Plusieurs d'entre elles, toutefois, nécessitent des
observations et doivent être clarifiées.
D'un point de vue scientifique, nous sommes tout à fait d'accord que l'établissement
d'AMP en Antarctique doit reposer sur les meilleures informations scientifiques
disponibles et doit permettre que s'y poursuivent des recherches scientifiques,
conformément aux objectifs convenus de l'AMP. Les AMP de l'Antarctique doivent
par ailleurs inclure un plan de recherche et de suivi qui, une fois mis en œuvre,
permettrait entre autres d'obtenir des données pour déterminer si l'AMP remplit
efficacement ses objectifs.
Que ces fondements scientifiques soient nécessaires pour les AMP de la CCAMLR
n'est pas nouveau, comme le reflète la mesure de la CCAMLR pour les AMP adoptées
en 2011 (MC 91-04 "Cadre général de l'établissement des aires marines protégées de
la CCAMLR"). Les propositions présentées actuellement à la CCAMLR pour les
AMP de la mer de Ross et de l'Antarctique de l'Est suivent les meilleures pratiques
utilisées dans le monde pour établir des AMP.
Il ressort également du document russe toute une variété de caractéristiques techniques
et politiques qui sont associées à l'établissement d'AMP en Antarctique. Il s'agit des
éléments clés du processus et du cadre mis en place par la CCAMLR pour
49
l'établissement des AMP, qui sont les caractéristiques des propositions examinées par
la CCAMLR. Ces aspects sont, entre autres : des limites qui correspondent aux
objectifs de l'AMP ; une durée correspondant à celle des objectifs de l'AMP ; une
évaluation périodique de l'AMP ; et des mesures qui s'appliquent équitablement à
toutes les parties.
La Convention CAMLR couvre les ressources marines vivantes de l'Antarctique de la
zone de la Convention qui font partie de l'écosystème marin de l'Antarctique. La zone
de la Convention inclut la haute mer. Les États-Unis sont convaincus que
l'établissement d'AMP en haute mer dans la zone de la Convention serait pleinement
conforme au droit international. Les articles pertinents de la Convention CAMLR, tels
que les Articles IX.1 f), 2 f), 2 g) et 2 i), indiquent clairement que la Commission peut
adopter des mesures de conservation, y compris en fixant l'ouverture et la fermeture de
saisons et de zones et en désignant des zones spéciales destinées à la protection et à
l'étude scientifique. La proposition d'AMP de la mer de Ross est précisément une telle
mesure.
La Commission CCAMLR s'est déjà accordée à l'unanimité sur le fait qu'elle était
habilitée à établir des AMP. La MC 91-04 prouve que la Commission a déterminé
qu'elle possédait l'autorité juridique voulue pour établir un système représentatif
d'AMP en Antarctique dans la zone de la Convention, y compris en haute mer. De
plus, la MC 91-03, adoptée en 2009, établit en fait une AMP sur le plateau sud des îles
Orcades du Sud.
Nous notons plus particulièrement que, selon une règle du droit international établie de
longue date et reflétée par l'Article 92 de la Convention CNUDM, les États ont
compétence exclusive sur les navires battant leur pavillon en haute mer. Ainsi, il est
tout à fait dans leur compétence de limiter les activités des navires battant leur pavillon
dans des secteurs délimités de haute mer. Les deux propositions d'AMP en cours ne
reflètent pas une tentative par les États côtiers d'exercer une souveraineté, des droits
souverains ou une quelconque juridiction en haute mer. La MC 91-04 prévoit
explicitement que les AMP, dans le cadre de la Convention CAMLR "sont adoptées et
mises en œuvre conformément au droit international, reflété notamment dans la
Convention des Nations Unies sur le droit de la mer".
L'argument selon lequel le Traité sur l'Antarctique limite la capacité des Parties à la
Convention CAMLR – un instrument juridique distinct – à établir des AMP n'est pas
fondé. D'une manière générale, les parties au Traité sur l'Antarctique et les Membres
de la Convention CAMLR se sont toujours tournés vers la Commission CAMLR pour
gérer les questions liées à la conservation marine, l'essence même des deux
propositions d'AMP actuelles. Nous ne sommes pas tenus de consulter l'Organisation
maritime internationale ou la RCTA pour convenir des "principes de création d'une
AMP" en vertu de la Convention CAMLR.
Les États-Unis partagent l'opinion de la Russie selon laquelle le rôle de la RCTA
s'étend à l'ensemble de l'Antarctique, ce qui, selon les termes du Traité sur
l'Antarctique, englobe les zones marines au sud de 60°S de latitude. Néanmoins, nous
estimons que l'établissement des AMP en cours de discussion relève uniquement de
négociations au sein de la CCAMLR. De nombreux Membres ont travaillé sur ces
50
questions pendant des années au sein de la CCAMLR. Il n'est donc pas nécessaire de
porter le contenu de ces propositions d'AMP à l'attention de la RCTA pour des débats
supplémentaires.
De plus, étant donné que le principal élément réglementaire de la proposition de
RSRMPA est une limitation de la pêche, cette réglementation relève directement de la
compétence de la Convention CAMLR. Comme nous l'avons déjà clairement précisé,
il ne fait aucun doute à notre avis que la base juridique est bien établie pour que la
Commission CCAMLR crée des AMP dans la zone de la Convention CAMLR. Il n'est
plus nécessaire d'obtenir un "acte juridique normatif", une "définition juridique" ou
l'approbation de l'Organisation maritime internationale ou de la RCTA, comme le
réclame la Russie.
Nous sommes également en désaccord avec de nombreux autres points clés
mentionnés dans CCAMLR-XXXIII/26, qui a été soumis par la Russie. Nous
n'acceptons pas la déclaration de la Russie selon laquelle "la création d'AMP présume
la protection d'écosystèmes n'ayant jamais fait l'objet de pêche." Selon nous, la
Commission peut établir des AMP partout où elle cherche à réaliser des objectifs de
gestion qui soient exhaustifs et qui ne peuvent être facilement atteints avec une
approche fragmentaire fondée sur les espèces et qui sont d'une durée différente. Les
AMP constituent pour la Commission un outil lui permettant d'articuler stratégiquement des objectifs de gestion écosystémique et de les atteindre sur le long terme.
La mer de Ross est l'un des secteurs les mieux étudiés de l'océan Austral. Nous ne
partageons pas l'opinion de la Russie selon laquelle les arguments scientifiques sont
indéfendables ou que la région n'a pas été suffisamment étudiée pour pouvoir
déterminer si une protection est justifiée. En fait, les Membres ont largement reconnu
que la base scientifique de la proposition d'AMP de la mer de Ross constitue les
meilleures informations scientifiques disponibles et que cela a été décrit dans de
nombreux documents soumis au Comité scientifique et à la Commission. De plus, les
Membres ont reconnu que dans les limites des AMP proposées figurent des secteurs
représentatifs des biorégions de la mer de Ross et des zones de référence pour l'étude
scientifique.
Les limites ont été tracées sur les conseils de la Commission et en fonction des
meilleures pratiques générales internationales de gestion, afin de garantir que les
navires opérant dans la mer de Ross peuvent facilement se localiser par rapport à
l'AMP et ainsi veiller à respecter les mesures pertinentes. De plus les limites de l'AMP
proposée sont tracées, sur la base des meilleures informations scientifiques
disponibles, de telle sorte qu'elles entourent les composantes et caractéristiques
importantes de l'écosystème de la mer de Ross qui permettront d'atteindre les objectifs
spécifiques de l'AMP.
Les SSRU fermées actuellement dans la région de la mer de Ross ne sont pas des
AMP, car elles n'ont pas été fermées dans l'intention de réaliser les objectifs de la
MC 91-04. La proposition d'AMP présente une approche écosystémique de la gestion
prévue pour réaliser toute une série d'objectifs, alors que les limites de capture nulles
ne visent qu'à la gestion de la légine. Le projet d'AMP de la mer de Ross vise
résolument à atteindre les six objectifs de la MC 91-04.
51
Nous sommes particulièrement préoccupés par la revendication de la Russie selon
laquelle l'AMP de la mer de Ross serait un moyen détourné de créer un monopole sur
la pêche à la légine mis en place par certains Membres initiateurs de l'AMP. Outre
l'inconvenance de cette revendication, la proposition ne diminue pas la capture totale
allouée à la pêcherie olympique de légine de la mer de Ross ni la capture disponible
pour la Russie ou pour tout autre Membre.
Finalement, nous réfutons fermement le compte rendu révisionniste de la Russie sur la
réunion du Comité scientifique à Bremerhaven. Les termes de référence convenus
pour cette réunion et ensuite, les instructions du président du Comité scientifique au
début de la réunion, qui n'ont fait l'objet d'aucun commentaire de la part des Membres,
étaient clairs. Le président du Comité scientifique a respecté les procédures. Nous
rejetons les insinuations selon lesquelles les mesures prises au Comité scientifique par
le président auraient été motivées par des raisons politiques.
Lorsque nous examinons notre proposition d'établissement de l'AMP de la mer de
Ross, nous sommes confiants que la proposition satisfait les critères consensuels
prévus par la MC 91-04 : la proposition s'inscrit dans le "cadre d'un système convenu",
à savoir la MC 91-04 ; la proposition est proposée sur la base de "données
scientifiques, de critères et de recommandations objectifs" ; et la proposition est
fondée sur des "analyses détaillées de la biorégionalisation" – les trois "critères" que la
Russie cite comme étant nécessaires pour que les AMP puissent être approuvées. Nous
avons par ailleurs révisé la proposition à plusieurs reprises à la lumière des
recommandations et avis des Membres du Comité scientifique. Compte tenu de ces
considérations, nous ne pouvons que présumer que la proposition de la mer de Ross
est complète et qu'elle peut être approuvée. »
7.54 La France estime que les AMP proposées doivent recouvrir l'ensemble de l'écosystème
afin de fournir une protection adaptée. Elle ajoute que les données collectées par les navires
de pêche se cantonnent généralement aux données sur les espèces visées par la pêche, et qu'il
convient d'envisager d'autres plates-formes comme les navires de recherche. La France, en
tant que Membre responsable du Traité sur l'Antarctique et qui respecte pleinement son
Article IV, réitère que l'allégation selon laquelle la proposition d'EARSMPA est associée à
une tentative de contrôle géopolitique est sans fondement.
7.55 L'Australie et l'UE s'associent aux interventions des États-Unis et de la France en
soulignant l'énorme quantité de travail fournie et la concertation très large engagée depuis la
XXXIIe réunion de la CCAMLR. Elles ajoutent qu'à trois reprises déjà, la Commission a
reconnu que l'on avait utilisé les meilleures informations scientifiques pour appuyer
l'établissement de l'EARSMPA.
7.56 L'UE prend par ailleurs note du dilemme évoqué dans CCAMLR-XXXIII/26 et
SC-CAMLR-XXXIII/BG/27 et XXXIII/BG/28, où la Russie avance qu'il n'est possible
d'établir des AMP que dans des secteurs vierges et que le seul moyen d'acquérir suffisamment
de données en soutien des propositions d'AMP est de mener une pêche de recherche. Cela
veut dire que toute zone précédemment vierge ne se prêterait plus à l'établissement d'une
AMP si une pêche de recherche y était effectuée pour acquérir des données.
7.57 L'UE se demande si la Russie s'abstiendra de proposer des AMP tant qu'une définition
formelle des AMP n'aura pas été adoptée. Elle fait valoir que la MC 91-04 prévoit la
52
définition d'une AMP dans le contexte de la CCAMLR. La France indique qu'il n'existe pas
actuellement de définition universellement admise d'une AMP si ce n'est les informations
utiles fournies à l'article VI de la Convention sur la biodiversité (CDB).
7.58 La Norvège souligne que des AMP ne peuvent être établies que sur la base de
justifications scientifiques solides et que chacune d'elles doit s'appuyer sur un plan de
recherche et de suivi pour garantir que les objectifs sont atteints. Le Royaume-Uni partage
cette opinion.
7.59
La Norvège fait la déclaration suivante :
« La Norvège réaffirme son engagement en faveur de la mise en place par la
CCAMLR d'une réseau d'AMP, notamment d'aires protégées dans tous les domaines
désignés.
Les initiateurs des deux propositions d'AMP en cours d'évaluation ont
considérablement avancé en se mettant à l'écoute des préoccupations des autres
Membres et en aménageant la conception de leurs AMP et les plans de gestion et
scientifiques pour en envisager d'autres qui auront plus de chance d'être approuvés par
les membres de la CCAMLR, mais en conservant les valeurs environnementales
relatives à la conservation.
De nombreuses discussions bilatérales ont eu lieu en marge des réunions de l'année
dernière, de même que ces deux derniers jours à la réunion de cette année. Nous
estimons que pour avancer, nos débats doivent pouvoir tenir compte des résultats de
ces négociations bilatérales et nous serions reconnaissants aux initiateurs des
propositions de bien vouloir partager leur opinion sur ces réunions. Il s'agit là d'un
point important dans nos discussions sur la façon de faire avancer ces propositions
pour arriver à la rédaction des mesures les concernant.
La Norvège est fermement convaincue que les AMP adoptées par la CCAMLR
doivent reposer sur des bases scientifiques solides et que les plans de suivi et scientifiques doivent veiller à ce que chaque AMP remplisse ses objectifs fondamentaux.
Bien que de nombreuses préoccupations persistent pour certaines délégations, nous
espérons que l'on continuera d'avancer à la présente réunion de la CCAMLR pour que
l'une de ces propositions, ou même les deux, puisse atteindre le stade de projet de
mesure de conservation. »
7.60 L'Allemagne, la Belgique, l'Italie et la Suède estiment qu'une énorme quantité de
travail a été investie dans les deux propositions par les initiateurs, entre autres, et que toutes
deux ont été examinées de manière approfondie par le Comité scientifique. Ils conseillent
vivement à la Commission de donner suite à ces propositions. La Belgique ajoute que la
CCAMLR n'est pas tenue de définir les menaces.
7.61
L'Allemagne fait la déclaration suivante :
« L'Allemagne remercie les initiateurs des deux propositions d'AMP, celle de la mer
de Ross et celle de l'Antarctique de l'Est, des efforts qu'ils ont consentis pour approfondir les propositions et s'engager bilatéralement avec les membres de la CCAMLR.
C'est sur un travail minutieux et sur les meilleures informations scientifiques
53
disponibles que reposent les AMP. Elles tentent d'atteindre de multiples objectifs
simultanément : la protection de ressources naturelles vierges et en même temps la
mise en place des conditions qui permettront l'utilisation durable de la région. Elles
permettent de collecter de meilleures données et informations et ainsi concourent à
l'amélioration des sciences et de l'appréhension de ces écosystèmes complexes de
l'Antarctique.
L'Allemagne soutient fermement les deux AMP. Selon nous, elles ont fait l'objet de
débats exhaustifs. S'agissant des points soulevés par la Russie sur les AMP,
l'Allemagne aimerait rappeler la réunion annuelle de la RCTA de cette année, à
laquelle on a convenu d'une terminologie commune pour une base juridique, une
définition légale et les meilleures informations scientifiques disponibles. En
conséquence, l'Allemagne aimerait inviter tous les Membres à participer à d'autres
négociations constructives afin d'aboutir à des résultats notables à la présente réunion
annuelle. »
7.62
La Belgique fait la déclaration suivante :
« Pour la Belgique, la création d'un système représentatif d'AMP est très importante du
point de vue de la crédibilité de la Commission en matière de contribution aux
objectifs de la CCAMLR. La mise en place d'un système représentatif d'AMP devrait
demeurer une priorité de la Convention afin de protéger et de gérer en Antarctique les
écosystèmes uniques et les espèces menacées d'extinction. La Belgique est en faveur
des deux propositions actuelles d'AMP (RSRMPA et EARSMPA) et, en vue de leur
adoption, est prête à en débattre de façon constructive avec les Parties contractantes à
la présente réunion de la CCAMLR. La Belgique remercie les initiateurs des
propositions d'AMP d'avoir apporté toutes les clarifications voulues lors de la session
supplémentaire de ce matin et adhère entièrement aux arguments bien documentés de
l'Australie, des États-Unis, de la France et de l'Union européenne sur les commentaires
détaillés de la Fédération de Russie à l'égard du processus d'AMP en général et des
deux propositions d'AMP.
S'agissant des commentaires de la Chine sur la nécessité de décrire les "menaces" dans
les propositions d'AMP, la Belgique souligne qu'il n'y a pas d'obligation légale de
définir ou de décrire les "menaces" dans les propositions d'AMP. Si des activités
anthropiques devaient toucher des espèces ou habitats pour lesquels les AMP auraient
été établies, les plans de recherche et de suivi et les plans de gestion apporteraient les
solutions qui conviennent pour faire face à ces problèmes. »
7.63
Le Chili fait la déclaration suivante :
« Il convient de se souvenir qu'en 2011, la CCAMLR adoptait la mesure de
conservation 91-04 portant sur un cadre général pour l'établissement des AMP, dans
l'objectif de la création d'un système représentatif d'AMP dans la zone de la
Convention. Il s'agissait d'une décision stratégique, visionnaire, que nous avons
adoptée par consensus, première étape d'un processus dans lequel nous sommes
totalement engagés.
54
Nous sommes convaincus que la création d'un système représentatif d'AMP est
parfaitement cohérente avec les objectifs de la Convention et pleinement compatible
avec les valeurs du système du Traité sur l'Antarctique.
En tant que Partie contractante à cette Convention, le Chili a reconnu l'importance de
la sauvegarde de l'environnement et de la protection de l'intégrité des écosystèmes des
mers entourant l'Antarctique. Nous sommes engagés dans cette tâche que nous
considérons comme prioritaire pour cette Commission.
Les aires marines protégées sont un instrument essentiel et efficace pour garantir la
conservation d'une biodiversité marine fragile et unique présente dans la zone de la
Convention et dont la préservation relève de la responsabilité de cette organisation.
Les AMP constituent, de plus, un rempart contre les incertitudes entourant la gestion
de cet écosystème unique. Outre la conservation des structures écologiques, les AMP
encouragent la recherche et les autres activités scientifiques.
Le Chili est sensible à l'énorme volume de travail réalisé par les sponsors dans la
formulation des propositions qui sont en cours de discussion et est reconnaissant des
efforts consentis pour accommoder les préoccupations formulées ces deux dernières
années par divers membres de la Commission.
Nous reconnaissons que les propositions sont fondées sur les meilleures informations
scientifiques disponibles et qu'elles sont le fruit d'années de recherche et de récoltes de
données.
Les propositions sont bien formulées, et nous sommes satisfaits de voir qu'elles ont été
perfectionnées au cours du temps avec la contribution de nombreux Membres présents
à cette réunion. Nonobstant ce qui précède, il existe des aspects essentiels dans ces
initiatives qui requièrent encore une définition, entre autres la durée de l'AMP et le
mécanisme d'interruption ou de reconduction à la fin de la période convenue. À cet
égard, nous reconnaissons que pour que les objectifs des AMP puissent être remplis,
les accords de gestion ne peuvent être de courte durée. Ils requièrent, de plus, des
révisions périodiques et des plans de gestion bien conçus. Quelle que soit la
formulation adoptée sur un mécanisme d'interruption ou de reconduction, il faudra
tenir compte de la règle du consensus, qui est inhérente au processus de prise de
décision de la Commission.
Afin de définir ces questions en suspens, nous estimons qu'un groupe de rédaction
devrait mener cette discussion au cours de la présente session de la Commission.
Pour finir, le Chili souhaite réitérer qu'il est pleinement disposé à contribuer de façon
proactive et constructive au processus actuel de discussion. Nous gardons l'espoir que
cette session de la Commission sera en mesure de parvenir à un consensus sur
l'établissement des AMP pour la région de la mer de Ross et pour l'Antarctique de
l'Est, ouvrant ainsi la voie à d'autres propositions à l'avenir, y compris une AMP pour
le domaine 1. »
7.64 La Commission fait le bilan des progrès et des discussions sur les AMP proposées
pendant la seconde semaine de sa réunion.
55
7.65
La Nouvelle-Zélande fait la déclaration suivante :
« Comme cela a été mentionné la semaine dernière, la vaste majorité des pays est prête
à faire passer l'AMP de la région de la mer de Ross au groupe de rédaction, mais
comme on a pu le comprendre, une très petite minorité de pays n'est pas encore prête.
Nous rejoignons les commentaires formulés par les États-Unis la semaine dernière.
Nous sommes conscients du fait que de nombreux documents sur les AMP, de la
Russie en particulier, sont disséminés dans l'ensemble de l'ordre du jour. Comme nous
l'avons indiqué la semaine dernière, nous aimerions mentionner quelques différences
d'opinion concernant les points de vue avancés dans plusieurs de ces documents.
Plutôt que d'expliquer ces points à diverses questions de l'ordre du jour, nous allons les
regrouper maintenant et nous aimerions que nos commentaires soient consignés dans
le rapport.
La Russie a laissé entendre que les informations scientifiques à l'appui de la
proposition de la région de la mer de Ross n'étaient pas suffisantes et qu'il fallait
d'autres recherches scientifiques avant qu'une AMP puisse être créée dans la région de
la mer de Ross. J'invite les Membres à consulter les documents SC-CAMLRXXXIII/BG/23 Rév. 1 et SC-CAMLR-IM-I/08 qui décrivent clairement le volume
important d'informations scientifiques sur lesquelles s'appuie la proposition de
RSRMPA. À notre avis, les preuves scientifiques sur lesquelles se base la proposition
d'AMP ont été entièrement évaluées et approuvées par le Comité scientifique
(SC-CAMLR-IM-I, paragraphes 2.31 à 2.33) et acceptées par la grande majorité des
membres de la CCAMLR.
De plus, l'argument de la Russie ne tient pas compte du fait que la CCAMLR a
convenu d'une approche de l'établissement d'un réseau représentatif d'AMP fondée sur
les "meilleures preuves scientifiques disponibles" (paragraphe 2 de MC 91-04 et
Article IX.1f) de la Convention). Cela reflète une approche de précaution par laquelle
les meilleures preuves scientifiques disponibles sont utilisées de telle sorte que l'on ne
puisse se servir de l'argument du manque d'éléments scientifiques pour repousser
indéfiniment les mesures de protection de l'environnement.
La Russie laisse par ailleurs entendre que les limites proposées pour la RSRMPA sont
"injustifiées" ou "arbitraires". Nous rappelons toutefois que les AMP ont été conçues
dans le cadre d'un processus transparent, fondé sur la science, connu sous le nom de
"planification systématique de la conservation" visant l'identification d'une solution
spatiale optimale, afin d'atteindre un niveau de protection correspondant aux objectifs
convenus, tout en réduisant au maximum l'impact sur l'utilisation rationnelle (ces
travaux sont également résumés dans SC-CAMLR-XXXIII/BG/23 Rév. 1). Comme je
l'ai déjà mentionné, le Comité scientifique a approuvé la proposition actuelle que ce
processus a permis d'élaborer, de même que les limites proposées.
De plus, la Russie n'est pas sans savoir que les tracés en lignes droites dans la
proposition ont été utilisés à la demande des Membres de la CCAMLR afin de faciliter
la gestion de la pêcherie et le respect des mesures de conservation. L'utilisation de
lignes droites est courante pour faciliter la gestion spatiale à travers la zone de la
CCAMLR, y compris pour la délimitation des SSRU. Cette caractéristique ne se limite
56
pas aux AMP. L'utilisation de limites en lignes droites s'inscrit également dans les
meilleures pratiques internationales et de la CCAMLR pour la conception des aires
marines protégées.
Par ailleurs, tant la Russie que la Chine ont fait des commentaires sur le fait que les
mesures de conservation suffisent, par exemple l'utilisation de zones fermées
actuellement, pour atteindre des niveaux de protection adéquats. Cependant, les SSRU
fermées sont des décisions relatives à la gestion des pêcheries, elles ne sont pas
conçues pour des objectifs scientifiques ou de protection liés à la biodiversité, aux
habitats et aux écosystèmes et ne peuvent y répondre pleinement. Soyons très clairs –
ces SSRU fermées ne satisferaient pas les conditions des AMP décrites dans la
MC 91-04 et ne peuvent se substituer aux AMP.
S'agissant des commentaires formulés par la Chine la semaine dernière selon lesquels
l'ensemble de la zone de la Convention peut être considéré comme une AMP de
l'UICN de catégorie IV, comme l'indique le préambule de la MC 91-04, certains
secteurs de la zone de la Convention peuvent encore nécessiter un examen particulier
plus approfondi dans un système représentatif d'AMP.
Nos collègues russes et chinois ont soulevé des préoccupations sur l'impact de l'AMP
sur l'utilisation rationnelle. La proposition favorise toujours l'utilisation rationnelle, par
la sélection de limites spatiales qui auront le moins d'impact sur l'effort de pêche, tout
en répondant aux objectifs de protection. De plus, elle explique clairement que l'effort
de pêche déplacé pourra être redistribué en dehors de l'AMP, sans réduction générale
prévue des captures. Finalement, la proposition prévoit même des activités de pêche
dans des secteurs de l'AMP (par exemple, par la zone spéciale de recherche proposée)
lorsque cela s'inscrit dans les objectifs.
Plus fondamentalement, il convient de rappeler que l'objectif de la CCAMLR en vertu
de l'Article II est d'arriver à la conservation des ressources marines vivantes de
l'Antarctique, utilisation rationnelle comprise. Cela ne veut pas dire que la notion de
conservation "est synonyme" d'utilisation rationnelle. En conséquence, l'objectif
premier de la CCAMLR n'est pas de préserver l'effort de pêche existant. Donc, alors
que nous devons nous efforcer de réduire les impacts sur l'utilisation rationnelle, cela
doit être équilibré avec les objectifs de conservation et de protection. Outre les efforts
visant à réduire les impacts sur la pêche dans la proposition de RSRMPA d'origine, la
proposition actuelle est nettement plus petite, et elle déplace moins d'effort de pêche
que ce qui était proposé au départ ; elle reflète en cela les efforts de bonne foi déployés
pour tenir compte des avis des Membres, notamment de ceux ayant des intérêts dans la
pêche.
La Russie a également soulevé un certain nombre de points de CCAMLRXXXIII/BG/09 sur les AMP du système du Traité sur l'Antarctique. Comme nous
l'avons expliqué à la réunion consultative du Traité sur l'Antarctique à Brasília plus tôt
dans l'année, de nombreux points contenus dans le document ont en fait déjà été
examinés en détail à la CCAMLR et nous sommes d'accord avec bon nombre d'entre
eux.
Mais j'aimerais mentionner certains points spécifiques. Sur la question de la recherche
et du suivi, je souhaite clarifier que la responsabilité n'en reviendrait pas
57
exclusivement aux initiateurs des AMP, mais que tous les Membres sont encouragés à
participer à l'élaboration et à la mise en œuvre d'un plan de recherche et de suivi,
comme en a convenu le Comité scientifique cette année (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphe 5.42). Nous avons clairement reflété ce point dans le projet de plan de
recherche et de suivi pour la RSRMPA (SC-CAMLR-IM-I/BG/03 Rév. 1).
De plus, conformément au paragraphe 5 iii) de la MC 91-04 et aux commentaires
formulés par les Membres l'année dernière, la section Évaluation de notre proposition
révisée comprend un nouveau libellé spécifiant que l'évaluation de la mesure de
conservation relative à l'AMP de la région de la mer de Ross devrait également porter
sur la prestation du plan de recherche et de suivi, ce qui renforce clairement notre
accord sur l'importance de la recherche et du suivi.
Nous nous devons de mentionner l'inférence faite, dans les documents de la Russie,
d'un lien entre l'établissement des AMP et les revendications territoriales en
Antarctique, que nous rejetons absolument.
La Nouvelle-Zélande n'a pas déclaré de mer territoriale ni de zone économique
exclusive dans les eaux adjacentes à notre revendication en Antarctique (la
dépendance de Ross). La Nouvelle-Zélande reste fermement attachée aux principes de
l'Article IV du Traité sur l'Antarctique et qui sont repris dans la Convention CAMLR.
Selon nous, il n'y a aucun avantage à tirer de la création d'une AMP dans la région de
la mer de Ross en matière de revendication de souveraineté territoriale sur le continent
antarctique.
Il convient de souligner à cet égard que cette AMP relève d'une prise de décision et
d'une gestion collectives. Il faudra que tous les pays de la CCAMLR s'accordent sur
l'AMP et, une fois établie, elle sera supervisée par la CCAMLR. Ni la NouvelleZélande, ni les États-Unis n'auront de responsabilités préférentielles envers l'AMP de
la région de la mer de Ross en matière de gestion. Tout changement du plan de gestion
ou du plan de recherche et de suivi de l'AMP devra être décidé par consensus, par les
pays membres de la CCAMLR.
Franchement, nous sommes perplexes à l'idée que la question de souveraineté continue
d'être soulevée en dépit de ces faits clairs et nets.
Par ailleurs, nous rejetons absolument l'allégation non justifiée de SC-CAMLRXXXIII/BG/26 selon laquelle l'AMP serait un stratagème délibéré des pays qui
capturent de la légine dans leurs propres ZEE pour créer un monopole sur la pêche à la
légine. La Nouvelle-Zélande n'a pas déclaré de ZEE dans la zone de la Convention et,
dans la ZEE néo-zélandaise, elle n'a pas de pêcherie de légine importante. Nous
sommes donc complètement incapables de comprendre les données présentées dans le
tableau 1 du document. Les navires de pêche néo-zélandais à la légine opèrent
principalement dans les mêmes pêcheries de haute mer que les navires russes.
Dans ses documents, la Russie a nombre de fois répété des arguments sur la base
légale de l'établissement des AMP. Comme nous le savons tous, ces points ont été
examinés et réfutés par les membres de la CCAMLR et du Traité sur l'Antarctique. La
RCTA a unanimement mentionné à Brasília cette année que la CCAMLR a, par le
58
biais de l'adoption de la MC 91-04, établi le cadre légal dans lequel les AMP peuvent
être désignées dans la zone de la Convention. Cette réunion a également confirmé que
la CCAMLR était l'organe compétent en matière d'établissement des aires marines
protégées dans la zone de la CCAMLR. Il n'est plus nécessaire d'obtenir un "acte
juridique normatif", une "définition juridique" ou l'approbation de toute autre
organisation internationale.
La Nouvelle-Zélande accepte les points soulevés dans le dernier paragraphe du
document de la Russie, SC-CAMLR-XXXIII/BG/26. Les AMP devraient être créées
dans le cadre d'un système convenu, sur la base de données scientifiques, de critères et
de recommandations objectifs et de la biorégionalisation détaillée de l'océan Austral.
Nous estimons que la proposition actuelle remplit tous ces critères. Le cadre
scientifique et le système de désignation des AMP convenus à la CCAMLR s'appellent
la "biorégionalisation" et la "planification systématique de la conservation" ; la
réalisation de ces processus pour l'AMP proposée pour la région de la mer de Ross est
le fruit de cinq années de travail scientifique très intensif et de discussions au sein des
groupes de travail scientifiques de la CCAMLR et du Comité scientifique, et est
récapitulée dans le document SC-CAMLR-XXXIII/BG/23 Rév. 1. Le "cadre convenu"
est décrit dans la MC 91-04.
En résumé, la proposition d'AMP de la région de la mer de Ross a fait l'objet de
longues discussions et de considérations tant par le Comité scientifique que par la
Commission. Elle a répondu aux exigences de la MC 91-04 et a été révisée en fonction
des avis fournis au Comité scientifique. Il est grand temps d'avancer pour que l'on
puisse traiter des autres questions d'importance pour le reste des membres de la
CCAMLR et, à terme, faire un grand pas en avant vers la mise en œuvre de
l'engagement que nous avons pris en tant que Commission en 2005 de créer un
système représentatif d'aires marines protégées. »
7.66
L'Australie fait la déclaration suivante :
« En 2010 et 2011, la Commission a négocié et adopté la mesure de conservation 91-04. Ce faisant, la Commission s'est accordée sur
i)
l'objectif des aires marines protégées pour CCAMLR
ii)
le fait que les AMP serviront à conserver les ressources marines vivantes de
l'Antarctique en tant que tout plutôt qu'individuellement par espèce ou habitat
iii)
le fait que les AMP aident la Commission à atteindre les objectifs de l'Article II
par le biais de l'Article IX
iv)
le fait que la CCAMLR établirait les AMP au moyen de mesures de
conservation, et que la Commission se chargerait de les gérer en fonction des
avis du Comité scientifique.
L'Australie réfute plusieurs des déclarations de la Russie sur les aires marines
protégées et sur la proposition d'AMP de l'Antarctique de l'Est.
59
L'Australie s'oppose fermement aux revendications selon lesquelles la proposition
d'AMP de l'Antarctique de l'Est servirait d'outil pour affirmer une souveraineté ou un
contrôle géopolitique. Les AMP seront des AMP de la CCAMLR plutôt que des AMP
gérées par les initiateurs.
En tant que signataire original du Traité sur l'Antarctique, l'Australie a toujours clairement travaillé dans le cadre des dispositions de tous les éléments du système du Traité
sur l'Antarctique afin d'en assurer la longévité et la stabilité. Comme tous les Membres
autour de cette table, l'Australie est membre de la Commission et en tant que participante au système du Traité sur l'Antarctique, elle a des intérêts importants en Antarctique. Il s'agit de nos intérêts pour la liberté de la recherche scientifique, la protection du
milieu et l'exploitation des ressources marines vivantes. L'Australie croit en la CCAMLR
et s'efforce de lui faire atteindre ses objectifs pour le bienfait de tous les Membres.
Sur la question de la compétence, l'Australie aimerait rappeler l'avis de la RCTA émis
à Brasília, selon lequel la CCAMLR avait établi le cadre juridique dans lequel les
AMP pouvaient être désignées et qu'elle avait compétence pour créer des AMP dans la
zone de la CCAMLR. Cela correspond au point de vue de l'Australie, à savoir que la
CCAMLR est juridiquement compétente pour adopter des mesures libellées "AMP" en
vertu de l'Article IX de la Convention et compte tenu du fait que la MC 91-04 définit
l'application des AMP de la CCAMLR.
À cet égard, nous aimerions de nouveau souligner que la MC 91-04 se situe dans les
limites fixées par l'Article IX de la Convention et qu'elle fournit des paramètres
adaptés pour le concept d'AMP envisagé par la Commission, reconnaissant la
compétence de la Commission pour approuver au cas par cas le groupe de mesures de
conservation dont font partie les AMP.
L'Article II explique clairement que la Convention a pour objectif la conservation des
ressources marines vivantes de l'Antarctique. En prenant en compte l'utilisation
rationnelle, il impose des exigences propres aux pêcheries. La Commission a déjà
déterminé que l'utilisation rationnelle ne correspondait pas à ce qui suit :
i)
elle ne veut pas dire que des captures peuvent être prélevées indéfiniment sur les
stocks – nous avons établi des limites de capture
ii)
elle ne veut pas dire que la pêche doit pouvoir avoir lieu n'importe où – nous
avons des zones fermées
iii)
elle ne veut pas dire que la pêche peut se dérouler à tout moment – nous avons
des saisons fermées.
Nous estimons que la Commission peut continuer d'harmoniser les pêcheries et la
conservation de toutes les ressources marines vivantes de l'Antarctique pour que leur
utilisation par les pêcheries soit une utilisation rationnelle. Les AMP de la CCAMLR
concourent à y parvenir.
Sur ce dernier point, l'Australie aimerait de nouveau souligner que la proposition de
l'Antarctique de l'Est concerne des AMP à usage multiple, harmonisant la conservation
et les pêches. Bien que cela ait toujours été le cas, à la suite de la réunion spéciale,
60
nous avons modifié le principe entier de la proposition qui était "fermé jusqu'à
l'ouverture" pour le suivant "ouvert jusqu'à la fermeture". Il s'agissait de garantir aux
Membres que l'intention était réellement des AMP à usage multiple.
Les aires qu'il est proposé d'inclure dans l'EARSMPA sont des aires spéciales de
conservation et de recherche (voir Article IX.2g). Elles sont ouvertes à la pêche et aux
activités de recherche jusqu'à ce que la Commission décide qu'elles devraient être
entièrement ou en partie fermées. De plus, le processus d'approbation des activités au
sein de l'AMP de l'Antarctique de l'Est est fondé sur les processus déjà contenus dans
les mesures de conservation existantes.
En dernier lieu, l'Australie, la France et l'Union européenne continuent leurs
discussions franches et constructives sur la proposition de l'Antarctique de l'Est avec
de nombreux Membres. Nous aimerions revenir sur la proposition un peu plus tard
dans la semaine. »
7.67 L'UE et la France s'associent pleinement à la position de l'Australie, et la France fait la
déclaration suivante :
« La délégation française ne peut accepter les allégations de tentative de contrôle
géopolitique contenues dans les documents de la Fédération de Russie. La France
rappelle qu'elle est partie consultative au Traité sur l'Antarctique et respecte
scrupuleusement les dispositions de l'article IV du Traité. Par ailleurs, on ne peut
laisser dire qu'un certain nombre de membres de la CCAMLR, notamment ceux qui
disposent de zones économiques exclusives dans la zone de la Convention, tentent, à
travers les projets d'aires marines protégées, d'imposer un monopole sur la pêche dans
l'océan Austral. Les États ont des droits souverains au sein de leurs zones économiques
exclusives, c'est un principe fondamental du droit de la mer, et cela ne peut être
confondu avec les pêcheries entreprises dans les eaux internationales de la
Convention. La délégation française ne souhaite pas polémiquer davantage. Nous
sommes venus ici pour négocier de bonne foi. Nous avons tenu, avec la délégation
australienne et la délégation de l'Union européenne, des discussions constructives avec
d'autres délégations intéressées, sur le projet d'aires marines protégées dans
l'Antarctique de l'Est, en marge de cette réunion. Nous voulons continuer à travailler
sur ce projet, dans un esprit constructif et non polémique. »
7.68
La Russie réitère sa position, qui est rapportée dans les paragraphes 7.50 et 7.51.
7.69
La Chine fait la déclaration suivante :
« La Chine regrette également que nous ne puissions avoir de bonnes bases sur
lesquelles nous pourrions faire passer les deux propositions d'AMP au groupe de
rédaction pour les raisons suivantes :
Tout d'abord, la Convention demeure la première base légale des travaux de la
Commission. L'article II de la Convention prévoit que l'objectif de la Convention est
de conserver la faune et la flore marines sans toutefois exclure l'utilisation rationnelle.
Il prévoit également trois principes de conservation qui s'appliquent à toute activité
d'exploitation ou activité connexe au sein de la zone de la Convention. La Commission
a pour fonction de mettre en œuvre ces objectifs et les principes visés à l'Article II. Il
61
s'ensuit que toute mesure de conservation adoptée par la Commission, y compris la
MC 91-04, doit être pleinement compatible avec cet objectif et ces principes, et doit
être interprétée et mise en œuvre de la même manière. Cependant, les objectifs des
deux propositions qui nous sont présentées peuvent s'écarter des objectifs et principes
susmentionnés de la Convention ou aller bien au-delà.
Deuxièmement, l'Article II de la Convention donne une définition particulière du
terme "conservation", où l'utilisation rationnelle est indissociable de la conservation
aux fins de la Convention. Ce faisant, la Convention établit un équilibre parfait entre la
préservation et l'utilisation rationnelle des ressources marines vivantes de
l'Antarctique. Les Parties contractantes jouissent du droit de mener des activités de
pêche dans la zone de la Convention. En même temps, elles ont l'obligation de veiller
à ce que leurs activités soient menées conformément à l'objectif et aux principes de
conservation de la Convention. Ces droits et obligations des Parties contractantes,
selon les termes de l'Article II de la Convention, sont tout à fait clairs et précis. Ni
plus, ni moins. Les propositions actuelles d'AMP, tout en tentant d'imposer des
restrictions sur les activités de pêche, ne fournissent pas suffisamment de preuves
indiquant si lesdites activités de pêche pourraient avoir une incidence sur les objectifs
et principes de la Convention et dans quelle mesure. Nous estimons donc que cette
approche correspond à introduire de nouvelles obligations, autres que celles prévues
par la Convention, et qu'elle peut rompre l'équilibre délicat auquel ont abouti les
rédacteurs de la Convention.
Troisièmement, la science est la pierre angulaire des travaux de la Commission. La
Commission peut appliquer l'approche de précaution dans la formulation des mesures
de conservation sur les AMP, mais il convient de satisfaire les conditions préalables à
l'application de l'approche de précaution, énoncées dans la Déclaration de Rio et
soutenues par de nombreuses autorités légales et jurisprudences internationales. C'est à
dire que nous devons établir, sur la base de preuves scientifiques, l'existence d'un
risque de dégâts sévères et irréversibles pour les ressources marines vivantes de
l'Antarctique. Malheureusement, ce seuil n'a pas été satisfait par la proposition actuelle
d'AMP et, de ce fait, on ne peut appliquer l'approche de précaution pour justifier une
mesure préventive, quelle qu'elle soit.
Quatrièmement, ces 30 dernières années, la Commission a su protéger les ressources
marines vivantes de l'Antarctique en adoptant une longue série de mesures de
conservation. Ainsi, la zone de la Convention dans son ensemble a été reconnue en
tant qu'AMP de catégorie IV (UICN). Nous estimons que la Commission doit
continuer, autant que possible, de suivre cette pratique fructueuse dans ses futurs
travaux. En tant que membre responsable de la Commission, la Chine soutient tous les
efforts visant à la conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique et
auxquels elle est prête à participer activement. Nous n'excluons pas la possibilité que
la Commission utilise l'AMP comme mesure de conservation, le cas échéant, pour
autant que ces mesures respectent scrupuleusement l'objectif et les principes de la
Convention et y contribuent, maintiennent le juste équilibre entre la préservation et
l'utilisation rationnelle et soient fondées sur des preuves scientifiques solides.
Nous attendons avec intérêt la poursuite du dialogue et de la coopération avec les
autres délégations à cet égard. »
62
7.70 La Norvège et d'autres Membres remercient les initiateurs des propositions d'AMP et
incitent vivement tous les Membres à œuvrer ensemble pour parvenir à un consensus sur les
AMP.
7.71
L'Australie, la France et l'UE font la déclaration commune suivante :
« L'Australie, la France et l'UE aimeraient remercier tous les Membres pour les
discussions franches et constructives qu'ils ont eues ces deux dernières semaines. Nous
avons écouté avec grand intérêt les commentaires des Membres sur notre proposition.
Nous estimons que ces discussions ont identifié toutes les questions en suspens
concernant l'établissement d'un système d'AMP dans l'Antarctique de l'Est. Nous
avons apprécié la franchise avec laquelle les Membres ont exprimé leurs points de vue.
Grâce à cette avancée, nous avons distribué le document CCAMLR-XXXIII/BG/40
qui rassemble les avis du moment sur la proposition et les solutions que nous
envisageons. Les quatre points que nous avons extraits de la discussion sont :
i)
des procédures plus claires dans le plan de gestion, notamment en ce qui
concerne le rôle de la Commission et du Comité scientifique sur les activités
qu'il conviendrait de gérer pour atteindre les objectifs des AMP
ii)
il est envisagé que des évaluations, associées à la recherche et au suivi, mènent à
l'adaptation et à la mise à jour des AMP
iii)
il conviendrait de partager les données tirées de la recherche et du suivi
iv)
l'AMP de Gunnerus pourrait être supprimée.
Nous avançons ces points pour tenter de clarifier ce qui nous semble être, d'après les
Membres, les solutions possibles pour adopter la présente mesure de conservation.
Pour conclure, nous souhaitons revenir sur l'importance des AMP pour la Commission.
Le paragraphe 3c) de l'Article II indique qu'en tant que Commission, nous devons :
"permettre une conservation continue des ressources marines vivantes de
l'Antarctique".
En tant que Commission, nous nous efforçons d'y parvenir. Cependant, la variabilité et
le changement écosystémiques, tel que le changement climatique, représentent un défi
de taille pour la conservation. Ils posent également un défi majeur à la Commission
qui doit rendre possible la conservation durable des ressources marines vivantes de
l'Antarctique.
Sans reprendre ici tous les arguments, l'Article IX nous indique comment procéder, et
que les "zones spéciales destinées à la protection et à l'étude scientifique" font partie
du processus permettant de rendre possible une conservation durable.
Nous aimerions connaître l'opinion des Membres sur ces avancées et sur les approches
que nous envisageons. »
63
7.72
L'UE fait la déclaration suivante :
« Nous n'allons pas reprendre les points qui ont déjà été débattus ces derniers jours
puisque l'Australie vient juste de le faire, en énumérant les questions susceptibles
d'être incluses dans les mesures si jamais les Membres étaient tous prêts à faire
avancer les choses.
Nous croyons comprendre, d'après les discussions précédentes, que certains Membres
sont fondamentalement en désaccord avec notre proposition et qu'ils ne sont pas prêts
à aller de l'avant. Mais nous avons essayé d'utiliser efficacement ces quelques jours, vu
que nous sommes tous regroupés au même endroit, pour répondre aux préoccupations
particulières de toutes les délégations et nous espérons que le retour d'information
constructif de nos réunions informelles pourra être confirmé ici, à la Commission. »
7.73
La Norvège fait la déclaration suivante :
« La Norvège remercie les initiateurs du réseau d'AMP de l'Antarctique de l'Est pour
les améliorations marquées qu'ils ont apportées pendant la période d'intersession dans
la présentation des informations de support fournies à la présente réunion. Cette
proposition est ainsi beaucoup plus facile à évaluer. Nous apprécions la flexibilité du
régime de gestion de ce réseau d'AMP qui associerait protection et utilisation
rationnelle d'une manière novatrice et intéressante.
La Norvège est par ailleurs satisfaite que les initiateurs de l'EAR aient continué leur
travail très constructif en marge de la présente réunion. Nous les félicitons d'avoir
soumis pour discussion à la réunion une ébauche des nouvelles révisions possibles
(voir CCAMLR-XXXIII/BG/40).
Nous savons combien le processus mis en place depuis quelques années déjà est
difficile. Mais la recherche du consensus est ce qui conduit la communauté CCAMLR
vers la prise de bonnes décisions dans l'intérêt de chacun.
Nos principales préoccupations concernant l'EAR ont été levées grâce aux ajustements
apportés au projet qui est examiné actuellement et il nous semble que les quelques
questions restantes pourront être résolues dans la rédaction d'une mesure de
conservation – en temps voulu.
Bien entendu, nous reconnaissons que cette AMP ne sera pas mise en place à la
présente réunion, mais nous espérons que l'importance des AMP pour rehausser la
protection dans les secteurs particulièrement sensibles, tels que les autres AMP qu'il
est suggéré d'inclure dans le réseau EAR, ne sera pas oubliée.
Certains Membres se rappelleront le paragraphe 7.11 de CCAMLR-XXXII dans lequel
la Norvège demandait que l'on commence à rédiger une mesure de conservation sur
une proposition révisée de l'AMP de la mer de Ross qui est restée en marge de la réunion de l'année dernière. Nous souhaitons toujours entreprendre cette tâche dès que les
initiateurs seront prêts à partager la proposition révisée avec cette Commission et que
les autres Membres seront prêts à mettre en œuvre la mesure de conservation 91-04. »
64
7.74 La Russie remercie les initiateurs de la proposition d'EARSMPA de leurs discussions
constructives et de leur volonté de coopérer et de réviser leur proposition. Elle a l'intention
d'étudier soigneusement la proposition révisée et est disposée à travailler en concertation
pendant la période d'intersession.
7.75
L'Allemagne fait la déclaration suivante :
« L'Allemagne remercie l'Australie, la France et l'Union européenne de ces nouveaux
travaux sur la proposition d'AMP de l'Antarctique de l'Est. Nous remercions également
la Norvège pour ce signe manifeste de soutien pour que la proposition passe au stade
de la rédaction, ce dont nous nous réjouissons. Nous mesurons à quel point tous les
Membres se sont engagés de façon constructive et fructueuse ces 10 derniers jours
pour tenter d'identifier les dernières préoccupations et les moyens d'y remédier.
L'Allemagne souhaite que ces travaux fructueux se poursuivent et nous aident à
finaliser la mise en place d'aires marines protégées dans l'Antarctique de l'Est et en
mer de Ross en 2015. »
7.76
L'ASOC présente CCAMLR-XXXIII/BG/20 et fait la déclaration suivante :
« Comme nous le savons tous, en 2005, la CCAMLR s'est engagée à établir un
système d'aires marines protégées dans l'océan Austral avant 2012. Cela n'a pas eu
lieu, malgré les meilleures intentions de nombre d'entre nous. Depuis lors, les
Membres se sont vu donner plusieurs occasions d'avancer, mais les négociations se
sont plus assimilées à un lent recul.
À la clôture de la XXXIIe réunion de la CCAMLR, nous avions souhaité qu'en rentrant
chez eux, les délégués réfléchiraient à l'héritage qu'ils aimeraient que la CCAMLR
lègue à la postérité.
Nous espérions que les Membres se souviendraient que les informations scientifiques
sur lesquelles s'appuient les propositions de la mer de Ross et de l'Antarctique de l'Est
sont bien établies après que le Comité scientifique les ait examinées pendant
nombreuses années consécutives.
Nous sommes donc déçus de nous trouver à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR, à
discuter ENCORE ET ENCORE de concessions supplémentaires.
En fait, les propositions actuelles ont été réduites au minimum qui puisse être accepté
par l'ensemble des ONG. Toute autre concession pourrait nous faire perdre l'appui des
ONG environnementales, qui ensemble représentent les centaines de milliers de
personnes dans le monde qui veulent voir l'établissement par la CCAMLR d'AMP en
Antarctique cette année.
Il existe plusieurs raisons pour lesquelles il est si important que nous établissions des
AMP :
• elles fournissent une protection durable pour les écosystèmes
• elles créent des zones de référence pour la recherche scientifique
65
• elles permettent en parallèle une protection de l'écosystème à long terme et une
gestion des pêcheries
• elles aident à renforcer la résilience contre l'impact croissant du changement
climatique.
De plus, l'adoption des AMP réaffirmerait la CCAMLR en tant que convention
favorisant l'approche de précaution et rehausserait le statut de l'Antarctique comme
réserve naturelle vouée à la paix et à la science, qui est fondamentale au système du
Traité sur l'Antarctique auquel appartient la CCAMLR.
Nous souhaitons, par ailleurs, attirer l'attention des délégués sur les résultats des
dernières analyses scientifiques, décrits dans CCAMLR-XXXIII/BG/20, selon
lesquels les AMP doivent être vastes, sans capture et prévues pour une longue durée.
Nous vous incitons vivement à ne pas oublier ce document au cours de vos prochains
débats, qui aligne les AMP de la CCAMLR sur les derniers avis scientifiques.
L'ASOC enjoint les Membres de parvenir à un consensus sur les deux propositions
présentées cette année. Si les membres de la CCAMLR veulent avancer avec
crédibilité et cohérence, des décisions claires et visionnaires doivent être prises d'ici
au 31 octobre 2014. Cela assurerait aux prochaines générations un héritage d'une
valeur réelle, et permettrait à la CCAMLR de reprendre sa place à la tête de la
conservation marine.
Mesdames et Messieurs les délégués, il est temps de raviver l'esprit d'urgence, et
d'aboutir à une solution radicale et efficace en 2014. »
Date d'ouverture de la saison de pêche exploratoire
de légine dans les sous-zones 88.1 et 88.2
7.77 La Nouvelle-Zélande propose de reporter la date d'ouverture de la saison de pêche
exploratoire de Dissostichus spp. dans les sous-zones 88.1 et 88.2 au 3 janvier à partir
de 2015/16 (CCAMLR-XXXIII/22 ; voir également WG-FSA-14/54 et 14/55 Rév. 1). La
proposition vise à améliorer la sécurité des navires de pêche dans ces pêcheries et à réduire
leur surnombre dans ces pêcheries de type olympique. Ce délai d'ouverture des pêcheries
entraînerait :
66
i)
un meilleur accès à un plus large éventail de zones exploitables
ii)
une concentration moins importante de navires et une réduction de la
compétition entre eux, car la faible étendue des glaces de mer en janvier
permettrait aux navires de pêche de se disperser à travers les lieux de pêche
iii)
une diminution des risques pour les navires de pêche qui opèrent dans les
secteurs de glaces de mer, notamment lorsqu'ils tentent de naviguer dans les
glaces pour arriver les premiers sur les lieux de pêche
iv)
une réduction du taux de perte d'engins de pêche grâce à la réduction des glaces
de mer
v)
l'amélioration des informations pour les évaluations du stock, notamment une
plus large répartition de l'effort de pêche dans des secteurs auparavant limités en
raison de la couverture de glace, et l'amélioration de la couverture spatiale du
programme de marquage et de la collecte des données biologiques.
7.78 En reconnaissant les aspects de la proposition liés à une sécurité accrue, l'Espagne, le
Royaume-Uni et l'UE craignent que le délai d'ouverture de la saison de pêche puisse
exacerber les problèmes de capacité de pêche. Le délai d'ouverture faciliterait l'accès à ces
pêcheries des navires non renforcés pour les glaces et cette situation pourrait faire accroître le
nombre de navires participant. Ces Membres déclarent par ailleurs qu'un changement de
comportement de pêche des navires, dû à un meilleur accès et/ou à un accès anticipé au lieu
de pêche, entraînerait un changement des schémas de répartition des données utilisées dans
l'évaluation du stock.
7.79 L'Espagne, le Royaume-Uni et l'UE incitent vivement la Commission à envisager
d'autres options pour contrôler l'accès à ces pêcheries exploratoires et à introduire le
renforcement obligatoire de la coque des navires contre les glaces pour les navires de pêche
opérant en hautes latitudes.
7.80 L'Australie et la République de Corée appuient la proposition de la Nouvelle-Zélande
et conviennent qu'un délai d'ouverture de la saison de pêche exploratoire dans les souszones 88.1 et 88.2 renforcerait la sécurité des navires et des équipages opérant dans cette
région. La Corée rappelle la disparition de deux navires battant pavillon coréen lors
d'opérations de pêche en mer de Ross.
7.81 Selon l'Ukraine le délai d'ouverture de la saison de pêche peut vouloir dire que les
navires continueront de pêcher fin février ou en mars, et que le début des glaces de mer
hivernales pourrait entraver la pêche de recherche qui est menée actuellement dès que les
pêcheries sont fermées.
7.82 Après de nouvelles discussions, la Nouvelle-Zélande avise qu'elle a l'intention de
continuer de consulter les Membres pour mettre en place des moyens de renforcer la sécurité
des navires de pêche et des équipages dans les hautes latitudes, et de résoudre les questions
identifiées pendant la discussion ci-dessus. La Commission décide de revoir cette question
en 2015.
Conservation des requins
7.83 La Commission note que le SCIC a examiné une proposition d'amendement à la
MC 32-18 (Conservation des requins) visant à exiger que les ailerons des requins capturés
accidentellement ne pouvant être remis à l'eau vivants restent naturellement attachés jusqu'au
premier port de débarquement (annexe 6, paragraphes 223 à 231). Alors que de nombreux
Membres sont en faveur de la proposition, la Commission n'est pas en mesure de parvenir à
une décision consensuelle sur cette révision.
67
Mise en œuvre des objectifs de la Convention
Symposium de la CCAMLR
8.1
La Commission examine la proposition commune que lui ont soumise l'Australie, le
Chili et les États-Unis, dans laquelle ils lui demandent d'approuver un Symposium CCAMLR
qui se tiendrait probablement à Puerto Varas, au Chili, du 6 au 9 mai 2015 pour marquer le
35e anniversaire de la signature de la Convention (CCAMLR-XXXIII/17).
8.2
Le Chili fait la déclaration suivante :
« Je suis particulièrement heureux de présenter le document CCAMLR-XXXIII/17 qui
a été soumis par les délégations de l'Australie, du Chili et des États-Unis.
Ce point à l'ordre du jour, la « mise en œuvre des objectifs de la Convention », nous a
permis par le passé de lancer une série d'initiatives visant à ce que la CCAMLR reste à
l'avant-garde dans le domaine de la conservation.
En 2005, un symposium organisé par l'Australie et le Chili a été convoqué à Valdivia
(Chili). Par la suite, toujours dans le cadre de ce point à l'ordre du jour, nous avons
décidé d'effectuer une évaluation de la performance de la CCAMLR. Celle-ci a été
réalisée en 2008 et nous en mettons encore en œuvre les recommandations.
Nous proposons aujourd'hui, dans ce document de travail, que la Commission tienne
un nouveau symposium, 10 ans après le premier, pour coïncider avec le 35e anniversaire de la signature de la Convention à Canberra.
Il ne fait aucun doute que la CCAMLR a réussi à établir un système pratique et
efficace pour protéger et sauvegarder les ressources marines vivantes de l'Antarctique.
Son approche de précaution de la conservation est reconnue à l'échelle internationale.
Néanmoins, nous estimons que, pour que notre organisation continue à progresser, il
conviendrait d'évaluer, ensemble, en dehors de la session plénière, dans un
environnement informel et sans pression, si nous sommes toujours sur la voie que nous
avons tracée il y a près de 35 ans, et de déterminer comment la CCAMLR pourra
continuer sur sa lancée, en tant qu'organisation. »
8.3
Le Chili fait une description des aspects organisationnels du symposium proposé, en
précisant les dates et le lieu. Il a identifié six sujets qui seraient discutés pendant la réunion de
trois jours et demi. Finalement, il demande à la Commission d'approuver la proposition.
8.4
Le symposium offre à la Commission l'occasion d'une rencontre informelle favorisant
l'échange d'idées et de points de vue. La Commission note que le symposium sera financé par
le Chili et les États-Unis.
8.5
L'Australie indique qu'en tant que co-sponsor de cette proposition, elle considère que
le symposium donnera l'occasion d'un débat ouvert et franc sur toute une série de questions
importantes pour la CCAMLR, et fait valoir que le symposium de 2005 avait ouvert les
mêmes possibilités. Les États-Unis, en tant que co-sponsor, accueillent favorablement l'idée
d'un débat selon la règle de Chatham House.
68
8.6
La Commission remercie les sponsors de la proposition et précise qu'il est important
pour la CCAMLR de partager des opinions et des idées et de faire le point sur ces
35 dernières années de travail. Elle reconnaît que le symposium permettra d'échanger des
points de vue sur l'avenir de la CCAMLR et de conforter la Commission dans sa volonté
d'atteindre les objectifs de la Convention.
8.7
La Commission note que, pour que le symposium trouve sa pleine signification, la
participation de tous les Membres est essentielle. Les Membres seraient donc invités à y
envoyer leurs délégués ou représentants ainsi que deux conseillers.
8.8
La Commission s'accorde sur le fait qu'il n'y aura pas de rapport officiel du
symposium, mais que les procès-verbaux et les documents d'accompagnement seront
regroupés et rendus public et qu'un compte rendu récapitulatif sera fourni à la
XXXIVe réunion de la CCAMLR.
8.9
La Commission approuve la proposition de symposium. Le Chili remercie les
Membres de leur appui et indique à la Commission que des invitations seront envoyées sous
peu, après la clôture de la présente réunion. Il précise que les observateurs seront invités à
participer. Les Membres sont de nouveau incités à assister au symposium et à participer
activement aux discussions qui s'y tiendront.
Évaluation des performances
8.10 La Commission examine le document CCAMLR-XXXIII/10 que lui présente le
secrétariat suite à la demande qu'elle avait exprimée l'année dernière lors de la réunion
(CCAMLR-XXXII, paragraphes 8.7 et 8.8). Ce document précise que le secrétariat met à jour
chaque année une matrice sur le site Web de la CCAMLR dans laquelle est relevé le statut des
recommandations de la première évaluation des performances de 2008. Il présente une série
d'options pour la période, le champ d'action, les procédures et l'élaboration possible des
termes de référence d'une seconde évaluation des performances.
8.11 L'UE remercie le secrétariat de son travail et accueille favorablement le document.
Elle souligne qu'elle souhaite que ces recommandations se concrétisent dès que possible. Elle
considère qu'il conviendra d'examiner des questions tant passées que futures, qu'elles soient
liées au Comité scientifique ou à la Commission. Elle propose également de faire effectuer
l'évaluation par un spécialiste indépendant, par des Membres ou par une équipe de spécialistes
et de représentants des Membres. Il est noté que l'évaluation pourrait être menée en tant
qu'étude sur dossier avec questionnaires et entretiens. Le groupe chargé de l'évaluation
pourrait se pencher sur différents thèmes, plutôt que sur une liste définitive de questions, et en
rendre compte en détail à la Commission qui prendrait la décision finale sur les sujets à traiter
dans le cadre de l'évaluation.
8.12 De nombreux Membres accueillent favorablement la discussion d'une seconde
évaluation des performances et indiquent qu'il faudra, dans les termes de référence, prêter
attention aux recommandations de 2008 qui n'ont pas été prises en compte.
69
8.13 Certains Membres considèrent que les conclusions du symposium de 2015 pourraient
fournir des informations utiles pour une seconde évaluation des performances. De plus, ils
estiment que le symposium de 2015 donnera l'occasion de discuter de façon informelle des
termes de référence de la seconde évaluation, lesquels sont susceptibles d'éclairer le cadre et
le processus de ladite évaluation.
8.14 Les États-Unis se félicitent du débat engagé sur une seconde évaluation et indiquent
qu'ils partagent l'opinion des autres Membres sur le grand intérêt qu'a présenté l'évaluation des
performances de 2008 qui a abouti à des recommandations très diversifiées dont la
Commission continue de tirer profit. Pour la prochaine évaluation, ils estiment que la
Commission doit tenir compte de la nécessité de répondre aux affaires courantes, telles que la
négociation des aires marines protégées et les tâches du Comité scientifique, mais précisent
qu'elle peut faire beaucoup plus pour améliorer l'organisation. Ils suggèrent de s'accorder sur
des termes de référence lors de la XXXIVe réunion de la CCAMLR, à la suite de discussions
menées pendant la période d'intersession.
8.15 Compte tenu des avis exprimés, la Commission accepte l'offre de l'UE de préparer des
termes de référence provisoires pour la seconde évaluation des performances. L'UE indique à
la Commission qu'elle mettra les termes de référence à la disposition des Membres pendant la
période d'intersession et qu'elle sollicitera leurs commentaires.
Coopération avec le système du Traité sur l'Antarctique
et des organisations internationales
Coopération avec les Parties consultatives au Traité sur l'Antarctique
9.1
La Commission prend note du rapport de synthèse du secrétaire exécutif sur
e
la 37 réunion consultative du Traité sur l'Antarctique (CCAMLR-XXXIII/BG/05) qui s'est
tenue à Brasília (Brésil), du 28 avril au 7 mai 2014. Parmi les points clés, on note :
i)
le statut du Traité sur l'Antarctique, de la Convention pour la conservation de la
faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR), de la Convention pour la
protection des phoques de l'Antarctique (CCAS) et de l'Accord sur la
conservation des albatros et des pétrels (ACAP)
ii)
la protection spatiale, notamment en ce qui concerne les AMP
iii)
le renforcement de la coopération en matière d'hydrographie et de cartographie
iv)
le code sur les eaux polaires
v)
le rapport de la XVIIe réunion du CPE
vi)
la recherche et le sauvetage en Antarctique
vii) le changement climatique
viii) une proposition d'atelier de formation et de sensibilisation avec la collaboration
de la XXXVIIIe RCTA en 2015
70
ix)
la date et le lieu de la XXXVIIIe RCTA : Sofia (Bulgarie), provisoirement
du 1er au 10 juin 2015.
9.2
L'Allemagne demande au secrétariat d'améliorer l'échange d'information avec le
Conseil des directeurs des programmes antarctiques nationaux (COMNAP), notamment en ce
qui concerne les travaux de la CCAMLR sur la planification spatiale et les AMP. La
Nouvelle-Zélande appuie cette demande, qui pourrait également aider à accroître le nombre
d'observations de navires INN dans la zone de la Convention CAMLR et de comptes rendus
les concernant.
9.3
La Commission décide que la CCAMLR devra être représentée par le secrétaire
exécutif, le directeur scientifique et le président du Comité scientifique à la XXXVIIIe RCTA
et à la XVIIIe réunion du CPE qui se tiendront à Sofia (Bulgarie) en 2015.
9.4
La Commission accueille favorablement la proposition d'un second atelier commun
CPE–SC-CAMLR sur le thème du suivi écosystémique et environnemental afin de détecter
les effets du changement climatique et approuve l'avis du Comité scientifique sur la création
d'un comité de direction et sur l'ébauche des termes de référence (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 10.2 à 10.5).
Rapports des observateurs d'organisations internationales
ACAP
9.5
L'observateur de l'ACAP fait la déclaration suivante :
« Lors de la XXXIIe réunion de la CCAMLR l'année dernière, la France a demandé
que l'ACAP présente des informations sur le niveau de capture accidentelle d'oiseaux
de mer dans les pêcheries adjacentes à la zone de la Convention CAMLR à la
prochaine réunion du Comité scientifique de la CCAMLR. Le document CCAMLRXXXIII/BG/15 Rév. 1 présente ces informations, récapitulant les données et des
informations connexes sur les dernières captures accidentelles détenues par l'ACAP,
un état d'avancement de l'élaboration du cadre de la déclaration et de l'évaluation des
données de capture accidentelle. Il convient de noter que ces travaux sont toujours en
cours et que les informations fournies représentent celles déclarées par les Parties à
l'ACAP à ce jour, et que ces données n'ont pas encore fait l'objet d'évaluations ou
d'analyses plus poussées.
Les annexes 1 et 2 présentent un tableau récapitulatif des dernières données sur la
capture accidentelle d'oiseaux de mer présentées par les Parties et les États des aires de
répartition dans le cadre de leur processus de déclaration en ligne. En tout, la base de
données porte sur 94 pêcheries, toutefois les informations fournies pour chacune
varient selon les Parties et les États des aires de répartition.
De plus, seules les pêcheries qui présentent un large intérêt pour la CCAMLR et pour
lesquelles des données de capture accessoire ont été soumises sont présentées. Ces
tableaux fournissent une caractérisation très simple des pêcheries nationales pour
lesquelles des données ont été soumises à l'ACAP, dans lesquels les niveaux de la
capture accidentelle d'oiseaux de mer ont été soit observés soit estimés.
71
L'annexe 1 contient la dernière année pour laquelle des données de capture accessoire
ont été soumises pour chaque pêcherie. Pour certaines pêcheries, les données sont
disponibles depuis 2004, lorsque l'ACAP est entré officiellement en vigueur. Il est
important de noter que l'ACAP n'a ni évalué ni analysé les informations des annexes 1
et 2 qui sont présentées telles qu'elles ont été déclarées par les Parties et les États des
aires de répartition.
Dans le cadre du processus de développement du mécanisme de déclaration et
d'évaluation des données de capture accessoire, un cadre d'évaluation et de révision a
été mis en place, tout d'abord pour garantir que les données sont à jour, complètes et
exactes, et aussi pour effectuer des analyses de routine afin de mesurer et de contrôler
les performances à l'égard de l'atténuation de la capture accidentelle d'oiseaux de mer.
Il importe également de noter que l'ACAP ne détient pas actuellement de données sur
la capture accidentelle d'oiseaux de mer des pêcheries de haute mer, mais que, grâce à
sa stratégie d'engagement avec des ORGP et à d'autres initiatives, il s'efforce de faire
progresser la collecte des données et les activités de déclaration des ORGP. À l'heure
actuelle, la quantité et la fiabilité des informations sur la capture accessoire est encore
grandement limitée par de nombreuses ORGP et d'autres pêcheries. Dans certains cas,
des protocoles de collecte et de déclaration des données d'observateurs ont bien été
établis, mais le niveau de conformité à ces protocoles est faible. Dans d'autres cas, ces
protocoles sont encore en cours de développement.
De plus, ni méthode ni critère d'examen de l'efficacité des mesures d'atténuation
adoptées par les ORGP n'ont encore été décidés. Un groupe d'intersession de l'ACAP a
été établi pour examiner et faire avancer l'identification d'un minimum d'éléments et
de méthodes devant faire partie de l'évaluation des règles d'atténuation de la capture
accidentelle d'oiseaux de mer, qui ont été adoptées par les ORGP. Le groupe
d'intersession cherchera à travailler en collaboration avec un groupe technique établi
par la Commission pour la conservation du thon rouge du sud (CCSBT) qui effectue
une analyse similaire.
La CCAMLR différant des ORGP sous différents aspects, son approche ne peut être
tout simplement transférée à d'autres organisations. Toutefois, elle et ses Membres
peuvent jouer un rôle dans la réduction de la capture accidentelle d'oiseaux de mer
dans les pêcheries adjacentes, ce à quoi ils devraient s'efforcer. Les occasions de
collaboration de la CCAMLR avec des ORGP à l'égard du transfert des informations
et de l'expertise ne manquent pas. De plus, les membres de la CCAMLR qui sont aussi
Parties contractantes d'ORGP peuvent travailler avec ces ORGP pour tenter
d'améliorer la déclaration des données et la mise en œuvre des mesures de
conservation sur les oiseaux de mer.
Comme cela est noté plus haut, l'ACAP cherchera à améliorer progressivement la
qualité des données dont il dispose, et à développer la méthodologie qui facilitera
l'analyse de ces données. C'est avec plaisir que l'ACAP rendra compte à la CCAMLR
de l'avancement de ces travaux au cours des prochaines années, si tel est le souhait de
la CCAMLR. »
9.6
La France remercie l'ACAP pour le document qu'il a fourni à la suite de la demande
qu'elle avait exprimée l'an dernier (CCAMLR-XXXII, paragraphe 9.14). En effet, elle estime
72
qu'il est regrettable que le succès de la CCAMLR en matière de réduction des captures
accidentelles d'oiseaux de mer, qui sont devenues exceptionnelles dans la zone de la
Convention CAMLR, soit anéanti en dehors de la zone, où les captures accidentelles
d'oiseaux sont considérables. Elle considère que les chiffres communiqués par l'ACAP sont
inquiétants, avec une estimation de 160 000 à 320 000 oiseaux capturés par an, essentiellement des albatros et des pétrels.
9.7
La France note en outre que les données collectées par de nombreuses organisations
régionales de gestion de la pêche (ORGP) sont largement lacunaires. La plupart des ORGP ne
mettent pas en œuvre de mesures de limitation des captures accidentelles d'oiseaux marins, et
quand elles le font sont incapables d'en assurer pleinement la conformité. Il est important que
la CCAMLR appelle les autres ORGP à adopter et à faire respecter des mesures de réduction
des captures accidentelles d'oiseaux de mer.
9.8
La France se réjouit que l'ACAP reconnaisse l'importance et la valeur de l'expérience
de la CCAMLR en ce domaine et soit prête à faciliter et renforcer la coopération entre la
CCAMLR et les ORGP. La France souhaiterait que la Commission étudie les possibilités de
coopération et de transfert d'expérience entre la CCAMLR et les autres ORGP intéressées.
Cela peut être fait par les membres de la CCAMLR qui sont également membres des ORGP
concernées, ou par l'organisation d'ateliers conjoints.
9.9
En réponse à la demande de la France, l'ACAP a accepté de fournir une version mise à
jour de ce rapport aux prochaines réunions de la CCAMLR. Il note que la France finance la
stratégie d'engagement de l'ACAP auprès d'ORGP par le biais de contributions volontaires et
qu'il s'agit là d'un exemple de la manière dont les membres de la CCAMLR peuvent
activement soutenir l'ACAP dans ses efforts de réduction de la capture accidentelle d'oiseaux
de mer. À cet égard, l'ACAP signale que la plupart des ORGP ont désormais adopté des
mesures de conservation sur les oiseaux de mer qui reflètent essentiellement les avis de
l'ACAP en matière de meilleures pratiques pour l'atténuation des captures accessoires dans les
pêcheries à la palangre pélagique. Cependant, les données de ces ORGP ne sont pas encore
disponibles pour une évaluation réelle de l'efficacité de ces mesures d'atténuation. L'aide des
membres de la CCAMLR est sollicitée pour renforcer auprès de ces ORGP la mise à
disposition des données pertinentes.
ARK
9.10
L'observateur de l'ARK fait la déclaration suivante :
« L'association des armements exploitant le krill de manière responsable remercie la
Commission de l'avoir invitée cette année aux réunions du Comité scientifique et de la
Commission.
L'industrie a connu des captures importantes pendant la saison 2013/14.
Apparemment, le krill était abondant dans tous les lieux de pêche en 2013/14 et l'état
des glaces était propice à la pêche.
L'ARK a soumis un rapport au Comité scientifique sur des questions de gestion de la
pêcherie de krill importantes pour l'industrie, telles que
73
•
•
•
•
les notifications relatives au krill et le système de notification
la MC 51-07
le niveau d'observation
la cote glace des navires de pêche.
L'ARK a participé à
• l'atelier organisé par le programme ICED, le British Antarctic Survey et WWF au
Royaume-Uni
• l'atelier de Punta Arenas, au Chili.
L'ARK a présenté un document sur l'atelier qui s'est tenu en collaboration avec le
WG-EMM en juillet. Cette année, elle a réalisé des progrès en ce qui concerne la
coopération tant avec l'industrie qu'avec les scientifiques travaillant avec la CCAMLR.
L'ARK espère réaliser de nouvelles avancées cette année et, à cette fin, elle a
l'intention de coordonner des groupes de correspondance sur des sujets présentant de
l'intérêt pour le Comité scientifique, lorsqu'il serait bénéfique que des scientifiques et
l'industrie de la pêche effectuent des recherches en collaboration.
L'ARK prend note de l'engagement du Comité scientifique de mettre en place une
approche de gestion par rétroaction de la pêcherie de krill qui impliquerait une collecte
des données par les navires pêchant le krill.
L'ARK aimerait se voir offrir l'occasion de participer à des discussions sur la meilleure
manière d'utiliser la flottille de pêche au krill pour aider la Commission à gérer cette
pêcherie. Les membres de l'ARK sont du Chili, de la Norvège et de la Corée.
L'ARK attend avec intérêt de pouvoir collaborer avec la CCAMLR. Nous nous
efforçons d'informer les non-Membres sur l'ARK et les encourageons à devenir
membres de notre organisation. »
9.11 La Commission remercie l'ARK de ces informations et des efforts déployés par
l'industrie pour contribuer au travail scientifique de la Commission.
ASOC
9.12
L'observateur de l'ASOC fait la déclaration suivante :
« L'ASOC et ses groupes formés de 20 membres remercient la Commission de lui
avoir donné l'occasion de participer à sa 33e réunion annuelle. L'ASOC a soumis six
documents d'information en rapport avec les travaux de la Commission et portant sur
les aires marines protégées, le maintien des ambitions de la CCAMLR à l'égard des
AMP, une meilleure gestion des pêcheries de krill, le changement climatique,
l'approche à adopter pour faire face à la pêche INN et la sécurité des navires.
L'objectif de la Convention CAMLR est la conservation des ressources marines
vivantes de l'Antarctique. C'est donc dans le cadre de cet objectif que doivent être
74
prises toutes les décisions de la Commission concernant les écosystèmes de l'océan
Austral et leur gestion. La désignation d'AMP écologiquement valables dans la mer de
Ross et l'Antarctique de l'Est à la présente réunion marquera une étape importante dans
l'engagement pris par la Commission en 2005 d'établir un système d'AMP à travers
l'océan Austral.
Pendant la période d'intersession, l'ASOC a cherché à gagner l'appui du public en
faveur de l'engagement de la CCAMLR envers les AMP de l'Antarctique de l'Est et de
la mer de Ross. Elle continuera de soutenir le développement des propositions d'AMP
de la péninsule antarctique et de la mer de Weddell. Nous sommes heureux d'annoncer
que l'engagement de la CCAMLR à désigner des AMP a le soutien de centaines de
milliers de personnes dans le monde entier.
L'ASOC considère que la désignation des AMP et la gestion des pêcheries doivent
reposer sur des informations scientifiques robustes. Nous ne doutons pas de la
nécessité d'entreprendre des recherches scientifiques dans la mer du Scotia, lesquelles
devraient fournir des informations sur les relations entre les manchots et le krill, ainsi
que sur l'impact cumulatif du changement climatique et de l'exploitation localisée du
krill sur l'abondance de cette espèce dans les secteurs d'alimentation des prédateurs.
Nos membres ont participé à l'organisation d'un atelier sur les objectifs des parties
prenantes relativement à la gestion du krill, comme cela est indiqué ici.
Les membres de l'ASOC ont également cherché à améliorer la gestion écosystémique
de la pêcherie de krill, notamment en soulignant le rôle des manchots comme espèces
sentinelles de la bonne condition des océans. De plus, les membres de l'ASOC
soutiennent l'analyse biogéographique et le suivi par balise émettrice des manchots
pour servir de base à la création et au suivi des AMP. Et certains Membres de l'ASOC
ont participé à des processus publics d'évaluation des pêcheries durables.
Pendant l'année, l'ASOC a également collaboré avec l'ARK et la COLTO sur diverses
initiatives. Comme nous l'avons indiqué au Comité scientifique, l'ASOC et deux de ses
membres, le Pew Charitable Trusts et WWF, se sont efforcés, pendant la période
d'intersession, avec l'armement de pêche au krill Aker BioMarine, de créer un fonds de
soutien aux activités de recherche et de suivi réalisées par les Membres dans la
pêcherie de krill antarctique de la zone 48. Aker s'est engagé à contribuer au
financement de ce fonds, en premier lieu, à hauteur de 500 000 USD. Un premier
appel à propositions sera annoncé peu après la présente réunion.
Nous notons que l'ordre du jour de l'année à venir est déjà très chargé et c'est avec
plaisir que l'ASOC attend de pouvoir continuer à travailler avec la Commission et le
Comité scientifique pour faire avancer ces questions importantes. »
9.13 Au nom de la Commission, le président fait part de sa gratitude à l'ASOC pour sa
contribution continue aux travaux de la Commission.
75
COLTO
9.14
L'observateur de la COLTO fait la déclaration suivante :
« La COLTO est de nouveau satisfaite des progrès réalisés pour limiter les opérations
de pêche INN et garantir que des pêcheries durables de légine perdurent dans la zone
de la Convention et au-delà. Nous attendons avec intérêt de poursuivre la collaboration
avec la CCAMLR pour perfectionner le Système de documentation des captures et
d'autres mesures visant à améliorer la traçabilité et la durabilité de nos pêcheries.
À cet égard, les membres de la COLTO ont convenu d'offrir une récompense
de 1 000 AUD aux équipages, afin d'encourager les retours de marques qui sont
essentiels pour les évaluations de stocks et pour améliorer nos connaissances sur les
déplacements de la légine. Avec le secrétariat, nous veillerons à ce que cela soit notifié
à tous les navires licites des pêcheries exploratoires, à temps pour le début de la
prochaine saison. Nous aimerions par ailleurs féliciter les gagnants de cette année.
Finalement, j'aimerais attirer l'attention sur un document que nous avons présenté avec
l'ASOC et qui souligne certaines des actions très positives prises au cours de l'année
pour faire face aux problèmes de pêche INN. Je souhaite exprimer notre ferme appui
aux nations qui ont pris des mesures pour engager des poursuites contre leurs
ressortissants engagés dans une pêche INN et enrayer ces activités. »
9.15 Le président du Comité scientifique informe la Commission des travaux effectués par
les observateurs au nom du SC-CAMLR. La Commission se réjouit des travaux qu'effectue
actuellement le Comité scientifique en collaboration avec la FAO (SC-CAMLR-XXXIII,
paragraphes 10.8 à 10.10), la CBI (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 10.24 à 10.26), l'atelier
des parties prenantes de la pêche au krill (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 10.27 et 10.28)
et le fonds pour l'environnement mondial (FEM) (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 10.29
et 10.30).
9.16 La Commission accueille favorablement la proposition d'un atelier commun
SC-CAMLR–SC-CBI sur l'application de modèles multispécifiques de l'écosystème marin de
l'Antarctique, étant donné sa pertinence pour l'émission d'avis scientifiques aux deux
Commissions. Elle approuve l'avis du Comité scientifique sur la mise en place d'un groupe de
direction de l'atelier (SC-CAMLR-XXXIII, paragraphes 10.25 et 10.26).
Rapports des représentants de la CCAMLR aux réunions d'organisations
internationales de la période d'intersession écoulée et nomination des représentants
aux prochaines réunions d'organisations internationales pertinentes
9.17 Le président présente le document CCAMLR-XXXIII/BG/11 Rév. 1 et invite les
Membres à désigner des observateurs qui assisteront à ces réunions au nom de la CCAMLR
(tableau 4).
9.18 La Commission prend note des documents de support présentés par diverses
délégations et le secrétaire exécutif, lesquels résument les principales conclusions des
réunions d'autres organisations présentant de l'intérêt pour la CCAMLR :
76
• CCAMLR-XXXIII/BG/04 – Compte rendu du secrétaire exécutif sur la trente et
unième session du Comité des pêches, Rome (Italie), du 9 au 13 juin 2014.
• CCAMLR-XXXIII/BG/10 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la 10e réunion annuelle de l'OPASE (Organisation des pêches de l'Atlantique
sud-est), Swakopmund (Namibie), du 9 au 13 décembre 2013 (la Namibie).
• CCAMLR-XXXIII/BG/29 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la 65e Commission baleinière internationale, Portorož (Slovénie), du
15 au 18 septembre 2014 (le Japon).
• CCAMLR-XXXIII/BG/30 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la 87e réunion annuelle de la Commission interaméricaine du thon tropical
(CITT), Lima (Pérou), du 12 au 18 juillet 2014 (l'Union européenne).
• CCAMLR-XXXIII/BG/31 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la 18e session plénière annuelle de la Commission des thons de l'océan Indien
(CTOI), Colombo (Sri Lanka), du 1er au 5 juin 2014 (l'Union européenne).
• CCAMLR-XXXIII/BG/33 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la 36e réunion annuelle de l'Organisation des pêches de l'Atlantique du NordOuest (NAFO), Vigo (Espagne), du 22 au 26 septembre 2014 (la Norvège).
• CCAMLR-XXXIII/BG/37 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la réunion de la Commission élargie en vue de la 21e session annuelle de la
Commission pour la conservation du thon rouge du sud (CCSBT), Bali,
(Indonésie), du 13 au 16 octobre 2014 (l'Australie).
• CCAMLR-XXXIII/BG/38 – Compte rendu de l'observateur de la CCAMLR auprès
de la deuxième réunion de la Commission de l'Organisation régionale de gestion
des pêches du Pacifique Sud (SPRFMO), Manta (Équateur), du 27 au 31 janvier (le
Chili).
Budget de 2015 et prévisions budgétaires pour 2016
10.1 La Commission approuve le budget 2015 après examen (paragraphe 4.4) et prend note
des prévisions budgétaires 2016. Ces budgets sont présentés respectivement aux appendices 3
et 4 de l'annexe 7.
Autres questions
Déclarations de l'Argentine et du Royaume-Uni
11.1
L'Argentine fait la déclaration suivante :
« L'Argentine rappelle que les îles Malouines, la Géorgie du Sud, les îles Sandwich du
Sud et les aires marines environnantes font partie intégrante du territoire national
77
argentin et, étant sous occupation britannique illégitime, font l'objet d'un conflit de
souveraineté entre la République argentine et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et
d'Irlande du Nord, lequel est reconnu par les Nations Unies.
Pour cette raison, l'Argentine rejette toute référence à ces îles en tant qu'entité séparée
de son territoire, leur attribuant un statut international qu'elles n'ont pas.
Compte tenu de ce qui précède, l'Argentine rappelle de nouveau que seul le système
multilatéral de la Convention est juridiquement applicable dans les sous-zones
statistiques 48.2, 48.3 et 48.4.
L'Argentine rappelle de plus que les actions suivantes sont illégales et de ce fait,
invalides :
• les activités menées dans la zone de la CCAMLR par des navires immatriculés aux
îles Malouines, en Géorgie du Sud ou aux îles Sandwich du Sud, ou opérant à partir
de ces îles dans lesquelles ils sont basés, ou encore battant pavillon des prétendues
autorités britanniques de ces îles que l'Argentine ne reconnaît pas ; ainsi que :
• les contrôles portuaires et contrôles en mer réalisés par ces prétendues autorités
• la délivrance ou approbation de certificats de capture par ces prétendues autorités
• l'imposition de licences de pêche par ces mêmes autorités
• l'imposition d'un observateur scientifique britannique, ou d'un observateur agréé par
le Royaume-Uni, sur les navires battant pavillon d'autres Membres qui opèrent dans
la zone de la CCAMLR
• ainsi que toute autre action unilatérale adoptée par les autorités coloniales
mentionnées pour ces territoires.
Nous regrettons que, cette année, le gouvernement britannique se soit permis
d'entreprendre, encore une fois, un processus illégal de certification de la durabilité de
la pêcherie de Dissostichus eleginoides (légine australe) dans les zones maritimes de
l'Argentine entourant la Géorgie du Sud. L'Argentine s'est déjà opposée à ce processus
illégitime de certification.
Ce processus illégitime de certification a été réalisé par la société britannique Intertek
Fisheries Certification (IFC) en violation flagrante des principes et critères (Principles
and Criteria for Sustainable Fishing) établis par le Marine Stewardship Council,
comme le gouvernement argentin l'a signalé aux entités susmentionnées.
Cette action unilatérale et illégitime par le Royaume-Uni viole la Convention de la
CCAMLR, dont tant l'Argentine que le Royaume-Uni sont Parties, et qui s'applique
aux eaux entourant la Géorgie du Sud (sous-zone statistique 48.3). Le Royaume-Uni
n'a donc pas respecté l'appel aux deux Parties de s'abstenir d'actions unilatérales
susceptibles d'entraver la recherche d'une solution au différend existant dans cette
zone, comme convenu lors de la XVe réunion de la CCAMLR.
78
Eu égard à ce qui précède, la République argentine, comme elle l'a exprimé à la XXIe
réunion de la CCAMLR, rejette la certification illégitime de la durabilité des pêcheries
de Dissostichus eleginoides (légine australe) en Géorgie du Sud. Elle déclare qu'en
tentant de légitimer l'exploitation illégale des ressources naturelles de l'Atlantique sud,
le Royaume-Uni envenime le différend de souveraineté qui existe entre les deux pays
en ne respectant pas, encore une fois, le mandat de la communauté internationale de
reprendre les négociations avec la République argentine sur cette question. »
11.2
Le Royaume-Uni fait la déclaration suivante :
« En réponse à la déclaration de l'Argentine, le Royaume-Uni réitère qu'il n'a aucun
doute quant à sa souveraineté sur les îles Malouines, la Géorgie du Sud et les îles
Sandwich du Sud ou sur les aires marines environnantes, comme le savent bien tous
les délégués.
À cet égard, le Royaume-Uni n'a aucun doute sur le droit du gouvernement des îles
Malouines de tenir un registre d'immatriculation des navires battant pavillon
britannique. Comme il l'a déclaré par le passé, les contrôles réalisés en mer et dans les
ports par les autorités des gouvernements respectifs des territoires britanniques d'outremer de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud et des îles Malouines l'ont été
conformément aux obligations du Royaume-Uni en vertu des mesures de conservation
de la CCAMLR et de ce fait, des comptes rendus en ont été présentés à la
Commission.
D'autre part, le Royaume-Uni est habilité à mener, comme bon lui semble, des
contrôles dans les eaux placées sous sa juridiction dans les sous-zones 48.2, 48.3
et 48.4. De plus, le Royaume-Uni maintient son engagement à appliquer les systèmes
d'observation et de contrôle établis par la CCAMLR, ce qui a été clairement prouvé à
cette Commission par le passé.
Le Royaume-Uni tient à rappeler l'opinion qu'il a déjà exprimée, à savoir qu'il reste
pleinement engagé à soutenir les principes et objectifs de la CCAMLR. Il a l'intention
de garantir une gestion optimale des pêcheries, ainsi qu'une protection marine spatiale
et temporelle appropriée dans les eaux placées sous sa juridiction, par le biais de
licences et de contrôles, mais également par l'imposition d'une législation et de
mesures de gestion rigoureuses qui s'alignent sur les dispositions de la CCAMLR et
les renforcent.
Finalement, en ce qui concerne les commentaires de l'Argentine sur la ré-certification
de la pêcherie de légine australe de Géorgie du Sud par le Marine Stewardship
Council, le Royaume-Uni rejette catégoriquement la déclaration de l'Argentine selon
laquelle le Royaume-Uni aurait contrevenu, de quelque manière que ce soit, à ses
obligations en vertu de la Convention CAMLR ou aurait agi d'une manière contraire
aux objectifs de la Convention. Plusieurs pêcheries de la zone de la Convention sont
désormais certifiées par le Marine Stewardship Council. Le Marine Stewardship
Council est le premier programme mondial de certification et d'étiquetage écologique
des produits de mer durables. Il s'agit d'une organisation indépendante, à but non
lucratif, qui a certifié des pêcheries partout dans le monde, y compris en Amérique du
Sud. Le Royaume-Uni est donc très heureux que, grâce à la CCAMLR et aux efforts
79
de gestion que lui-même a déployés sur le plan national, la pêcherie de légine australe
de Géorgie du Sud soit ainsi reconnue. Le Royaume-Uni rejette l'idée que le processus
du MSC puisse être autre que transparent et indépendant. »
11.3 L'Argentine rejette la déclaration du Royaume-Uni et réaffirme sa position juridique
qui est bien connue de tous les Membres.
Prochaine réunion
Élection des dirigeants
12.1 La Commission confirme que la Russie prend la présidence des réunions de la
Commission en 2015 et 2016. La Russie avise qu'elle notifiera au secrétariat le nom de la
personne désignée en temps voulu.
12.2 La Commission remercie M. Urrutia de l'esprit de collaboration et d'équité dont il a
fait preuve au cours de sa présidence et confirme le renouvellement de son mandat de
président du SCIC pour deux autres années.
12.3 La Commission approuve la nomination de M. Scott Davidson (Royaume-Uni) à la
vice-présidence du SCAF.
Invitation des observateurs
12.4 Les observateurs suivants seront invités à assister à la trente-quatrième réunion de la
Commission :
• Parties contractantes non membres : Bulgarie, Canada, îles Cook, Finlande, Grèce,
Maurice, République islamique du Pakistan, République de Panama, Pays-Bas,
Pérou et Vanuatu
• Parties non contractantes participant au SDC et engagées dans des activités
d'exploitation ou de débarquement et/ou commerciales de légine : les Seychelles
• Parties non contractantes ne participant pas au SDC, mais qui sont probablement
engagées dans des activités d'exploitation ou de débarquement et/ou commerciales
de légine : Brunei Darussalam, Colombie, Costa Rica, République Dominicaine,
Émirats arabes unis, Équateur, Indonésie, République islamique d'Iran, Libye,
Malaisie, Mali, Mexique, Mongolie, Nigeria, Philippines, Singapour, Tanzanie,
Thaïlande, Trinité-et-Tobago et Viêt Nam.
12.5 La Commission décide d'inviter la Bolivie à participer à la XXXIVe réunion de la
CCAMLR en tant qu'observateur.
12.6 Le secrétaire exécutif avise la Commission qu'une liste des Parties non contractantes à
inviter à la XXXIVe réunion de la CCAMLR sera distribuée aux Membres pour commentaires
avant l'envoi des invitations en juillet 2015.
80
12.7 Les organisations intergouvernementales ci-après seront également invitées à
participer à la XXXIVe réunion de la CCAMLR en tant qu'observateurs : ACAP, CBI,
CCSBT, CICTA, CITES, CITT, COI, COMNAP, CPE, CPPCO, FAO, OPASE, PNUE,
RPOA, SCAR, SCOR, Accord relatif aux pêches dans le sud de l'océan Indien (SIOFA) et
UICN.
12.8 Les organisations non gouvernementales ci-après seront également invitées : ARK,
ASOC et COLTO.
Date et lieu de la prochaine réunion
12.9 La Commission confirme que sa trente-quatrième réunion se tiendra à Hobart, au siège
de la CCAMLR (181 Macquarie Street), du 19 au 30 octobre 2015. Elle invite les chefs de
délégation à assister à une réunion qui se tiendra dans la matinée du 19 octobre 2015 à
Hobart. La Commission rappelle que le SCIC et le SCAF recevront leur ordre du jour sur la
base de l'ordre du jour provisoire examiné à l'ouverture de la XXXIVe réunion de la
CCAMLR.
12.10 La Commission note que la trente-quatrième réunion du Comité scientifique se tiendra
du 19 au 23 octobre 2015 à Hobart.
Rapport de la trente-troisième réunion de la Commission
13.1
Le rapport de la trente-troisième réunion de la Commission est adopté.
Clôture de la réunion
14.1
L'UE fait la déclaration suivante :
« L'Union européenne regrette les conclusions de la XXXIIIe réunion annuelle de la
CCAMLR à l'égard du système représentatif d'aires marines protégées de l'Antarctique
de l'Est – une proposition qui a fait l'objet de révisions importantes ces quatre
dernières réunions de la CCAMLR afin de prendre en compte les préoccupations des
autres Membres ; mais même à la présente réunion, nous n'avons pu parvenir à un
consensus. Néanmoins, nous reconnaissons que des discussions très constructives ont
eu lieu sur cette proposition, lesquelles ont été facilitées par la volonté de nombreux
Membres de s'engager davantage et de soutenir utilement l'avancement de la
proposition.
L'Union européenne regrette profondément que la proposition sur l'AMP de la région
de la mer de Ross n'ait pu être adoptée.
Mais nous sommes encore plus déterminés à donner à la CCAMLR les moyens de
poursuivre ses buts par l'établissement d'un système représentatif d'AMP visant la
conservation des ressources marines vivantes.
81
Nous sommes reconnaissants des nombreux commentaires constructifs reçus qui, nous
l'espérons sincèrement, nous rapprocheront d'une solution exhaustive et fructueuse à
ce que nous considérons comme un sujet prioritaire pour la CCAMLR l'année
prochaine. »
14.2
La France fait la déclaration suivante :
« Bien sûr on ne peut qu'être déçu que notre Commission, pour la quatrième fois
consécutive, ne soit pas parvenue à un consensus sur les projets d'aires marines
protégées dans l'océan Austral. Les promoteurs de ces projets ont toutefois poursuivi
leurs efforts sans relâche afin de tenir compte des préoccupations de chacun. S'agissant
du projet d'aire marine protégé est antarctique, ces efforts se sont concrétisés par de
nouveaux soutiens, et ma délégation souhaite remercier sincèrement et
chaleureusement tous ceux qui nous accompagnent et nous encouragent. Ces soutiens,
notamment de la part des États qui ont les plus hautes exigences en termes de
cohérence scientifique, nous sont particulièrement précieux, car ils nous aident à
améliorer le projet, à le rendre plus solide, et à terme plus efficace pour la protection
des écosystèmes marins de l'antarctique.
Nous sommes déçus bien entendu, mais Rome ne s'est pas faite en un jour. Les projets
d'aires marines protégées sont des constructions juridiques complexes ; ils nécessitent
une connaissance approfondie du droit antarctique, mais aussi la compréhension de la
dynamique complexe des écosystèmes marins, des principes écologiques de leur
conservation, et des menaces qui pèsent sur eux. Ces projets d'aires marines protégées
exigent de chacun d'entre nous qu'il élargisse son champ de vision pour appréhender
une réalité complexe et multiple. Ce n'est pas simple, cela demande du temps, mais
nous pensons que désormais il y a urgence.
Gardons à l'esprit qu'en matière d'AMP de haute mer, nous sommes des pionniers, des
explorateurs, du droit international. Nous avons échoué cette année pour la quatrième
fois. Mais pensons aux grands explorateurs de l'Antarctique et à leur succès. Comme
eux nous sommes persévérants. Comme eux nous travaillons sans relâche pour notre
projet. Mais ce qui manque encore à certains d'entre nous, c'est le courage et l'audace
de dire "oui".
Ma délégation est déçue mais elle est aussi préoccupée par la teneur de certains débats
que nous avons entendus ici. Il semble en effet qu'un tout petit nombre de délégations
ne partage pas la même interprétation de la Convention qu'en fait l'écrasante majorité.
Nous avons été frustrés que certaines questions d'une importance capitale n'aient pu
être discutées. Nous sommes convaincus que l'objectif principal de la CCAMLR est la
conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique. Comme l'immense
majorité des délégations autour de cette table, nous ne partageons pas une vision
purement utilitariste et économique de la Convention. Nous voyons un grand danger
dans une telle vision réductrice, qui pourrait affaiblir la Convention et remettre en
cause notre unité.
Et pour finir Monsieur le président, chers collègues, je vous donne rendez-vous l'année
prochaine avec un projet est Antarctique encore amélioré. »
82
14.3 Le président remercie tous les délégués de leur patience et de leur compréhension tout
au long d'une réunion qui a porté sur un grand nombre de questions complexes et difficiles. Il
est particulièrement reconnaissant au secrétariat de l'avoir soutenu tout au long de ses deux
années de mandat à la présidence.
14.4 Les États-Unis remercient le président d'avoir dirigé les deux dernières réunions de la
Commission aux ordres du jour difficiles.
14.5 Le secrétaire exécutif attire l'attention sur des personnes qui travaillent depuis
longtemps au service des réunions de la CCAMLR, notamment Doug et Margaret McClaren
qui, à eux deux, cumulent 70 ans de service lors des réunions de la CCAMLR, en tant que
prestataires de sonorisation. Ils ont commencé à travailler avec la CCAMLR en 1978, lors du
lancement des négociations des Parties consultatives au Traité sur l'Antarctique pour
l'établissement de la CCAMLR. Le secrétaire exécutif mentionne que plusieurs interprètes
comptent plus de 20 ans d'association avec les réunions de la CCAMLR, que l'équipe de
traduction française, constituée de Gillian von Bertouch, Bénédicte Graham et Floride
Pavlovic, cumule 75 années de service à la CCAMLR. Il ajoute qu'après 20 ans de service
dans l'équipe de traduction espagnole, Mme Margarita Fernández quitte le secrétariat. Il
transmet la gratitude de la Commission à tous ceux qui, avec engagement et
professionnalisme, ont servi la CCAMLR pendant une longue période et adresse à Mme
Fernández ses meilleurs vœux pour ses projets d'avenir. Il réitère les remerciements du
président aux membres du personnel du secrétariat, qui travaillent tous au service des
réunions de la CCAMLR, avec la plus grande efficacité.
14.6
Le président clôture la trente-troisième réunion de la CCAMLR.
83
Tableau 1 :
Limites de capture (tonnes) des espèces visées et des espèces des captures accessoires dans les
pêcheries de poissons des sous-zones 48.3 et 48.4 et de la division 58.5.2 en 2014/15. MA : aire de
gestion ;  : applicable.
Pêcherie de Dissostichus eleginoides de la sous-zone 48.3 (évaluation bisannuelle, avis de 2013 toujours pertinents)
Secteur
de pêche
MA A
MA B
MA C
Pêcherie entière
Espèce visée
D. eleginoides
0
720
1680
2400
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
Règle de
déplacement
120
120



Pêcherie de Dissostichus eleginoides de la division 58.5.2
Secteur
de pêche
Pêcherie entière
Espèce visée
D. eleginoides
4410
Espèces des captures
accessoires
Règle de déplacement
cf. MC 33-02

Pêcherie de Dissostichus spp. de la sous-zone 48.4
Secteur
de pêche
Pêcherie entière
Pêcherie entière
Espèces visées
Dissostichus spp.
D. eleginoides 42
D. mawsoni 28
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
Règle de
déplacement
11.2
3.5

Pêcherie de Champsocephalus gunnari de la sous-zone 48.3
Secteur
de pêche
Pêcherie entière
Espèce visée
C. gunnari
2659
Espèces des captures
accessoires
Règle de déplacement
cf. MC 33-01

Pêcherie de Champsocephalus gunnari de la division 58.5.2
Secteur
de pêche
Pêcherie entière
84
Espèce visée
C. gunnari
309
Espèces des captures
accessoires
Règle de déplacement
cf. MC 33-02

Tableau 2 :
Limites de capture (tonnes) des espèces visées et des captures accessoires dans les pêcheries
exploratoires de Dissostichus spp. en 2014/15. Limites de capture accessoire conformément à la
MC 33-03. SSRU : unité de recherche à petite échelle ; blocs de recherche entre parenthèses ;
 : applicable.
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 48.6
Secteur
de pêche
Au nord de 60°S
SSRU A, G (48.6_1, 48.6_2)
Au sud de 60°S
SSRU B, C (48.6_5)
SSRU D (48.6_3)
SSRU E (48.6_4)
SSRU F
Pêcherie entière
Espèces visées
Espèces des captures accessoires
Dissostichus spp.
Macrouridés
Raies
D. eleginoides 28
D. mawsoni 170
32
50
40

54
50
40
20
20



86
100
120

190
50
100
0
538
Autres
espèces
Règle de
déplacement
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.1
Secteur
de pêche
Dissostichus spp.
Macrouridés
Raies
Autres
espèces
Règle de
déplacement
SSRU A, B, F
SSRU C (58.4.1_1, 58.4.2_2 compris)
SSRU D
SSRU E (58.4.1_3, 58.4.1_4)
SSRU G (58.4.1_5 compris)
SSRU H
Pêcherie entière
0
257*
42*
315
68*
42*
724
116
50
20
20
20
20
20
100






Espèces visées
Espèces des captures accessoires
* Y compris une limite de capture de 42 tonnes pour une expérience d'épuisement.
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.2
Secteur
de pêche
SSRU A
SSRU B, C, D
SSRU E (58.4.2_1 compris)
Pêcherie entière
Espèces visées
Espèces des captures accessoires
Dissostichus spp.
30*
0
35
35
Macrouridés
Raies
20
50
Autres
espèces
Règle de
déplacement


20
20
* Aucune pêche n'aura lieu dans la SSRU A en 2014/15.
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.3a
Secteur
de pêche
Pêcherie entière (58.4.3a_1)
Espèces visées
Dissostichus spp.
32
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
26
50
Autres
espèces
20
Règle de
déplacement

…/…
85
Tableau 2 (suite)
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la division 58.4.3b
Secteur
de pêche
Pêcherie entière
Espèces visées
Dissostichus spp.
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
Autres
espèces
Règle de
déplacement
0
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.1
Secteur
de pêche
SSRU A, D, E, F, M
SSRU B, C, G
SSRU H, I, K
SSRU J, L
Pêcherie entière
Espèces visées
Dissostichus spp.
0
371
2 099
306
3 044*
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
40
320
70
430
50
112
50
152
Autres
espèces
Règle de
déplacement




60
60
40
160
* Y compris les limites de capture de 68 tonnes pour la campagne de recherche sur les subadultes dans les
SSRU 881J–L et de 200 tonnes pour la pêche de recherche dans les SSRU 882A–B.
Pêcherie exploratoire de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.2 (les limites sont applicables pendant deux
saisons)
Secteur
de pêche
SSRU A, B, I
SSRU C–G (88.2_1–88.2_4)
SSRU H
Pêcherie entière
86
Espèces visées
Dissostichus spp.
0
419
200
619
Espèces des captures accessoires
Macrouridés
Raies
67
32
99
50
50
50
Autres
espèces
100
20
120
Règle de
déplacement



Tableau 3 :
Accès (Membres et navires) aux pêcheries exploratoires de Dissostichus spp.
en 2014/15.
Membre et nom
du navire
Afrique du Sud
Koryo Maru No. 11
Australie
Antarctic Chieftain
Corée, République de
Hong Jin No. 701
Kingstar
Kostar
Sunstar
Espagne
Tronio
France
Saint-André
Japon
Shinsei Maru No. 3
Norvège
Seljevaer
Nouvelle-Zélande
Janas
San Aotea II
San Aspiring
Royaume-Uni
Argos Froyanes
Argos Georgia
Russie
Mys Marii
Palmer
Yantar 31
Yantar 35
Yantar 33
Ukraine
Simeiz
Polus 1
Nbre total de Membres
Nbre total de navires
88.1
Sous-zone/division où est prévue la pêche
88.2
58.4.3a
48.6
58.4.1
58.4.2










































9
19


8
18




2
2
3
3
3
3
3
3
87
Tableau 4 :
Liste des réunions de 2015 d'organisations ou d'accords pour lesquels des observateurs ont été nommés par la Commission.
Entité
Accord sur la conservation des albatros et des pétrels (ACAP) – réunion des
Parties
Réunion consultative du Traité sur l'Antarctique (RCTA)
Commission pour la conservation du thon rouge du Sud (CCSBT)
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) –
COFI
Commission interaméricaine du thon tropical (CITT)
Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique
(CICTA)
Commission océanographique intergouvernementale (COI)
Commission des thons de l'océan Indien (CTOI)
Union mondiale pour la nature (UICN)
Commission baleinière internationale (CBI)
Organisation des pêches de l'Atlantique du Nord-Ouest (OPANO)
Commission des pêches du nord-est de l'Atlantique (CPANE)
Organisation des pêches de l'Atlantique Sud-Est (OPASE)
Accord relatif aux pêches dans le sud de l'océan Indien (SIOFA)
Organisation régionale de gestion des pêches du Pacifique Sud (ORGPPS)
Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE)
Commission sur la conservation et la gestion des stocks de poissons grands
migrateurs dans le Pacifique occidental et central (CPPCO)
Dates
(si disponibles)
du 4 au 8 mai 2015
Lieu
(si disponible)
Observateur
Santa Cruz de Ténériffe,
Espagne
Sofia, Bulgarie
Yeosu, Rép. de Corée
(à confirmer)
lieu à confirmer
Australie
juin/juillet 2015
(à confirmer)
du 10 au 17 novembre 2014
lieu à déterminer
UE
Gênes, Italie
UE
du 18 au 25 juin 2015
du 8 au 12 décembre 2014
pas d'informations pour 2015
2016
pas d'informations pour 2015
du 10 au 14 novembre 2014
du 1er au 5 décembre 2014
Paris, France
Victoria, Seychelles
France
UE
Londres, Royaume-Uni
Windhoek, Namibie
du 2 au 6 février 2015
pas d'informations pour 2015
du 1er au 5 décembre 2014
Nouvelle-Zélande
Japon
Norvège
Norvège
Namibie
Australie
Chili
Apia, Samoa
États-Unis
du 1er au 10 juin 2015
du 12 au 15 octobre 2015
(à confirmer)
juin 2016
Secrétaire exécutif
Rép. de Corée
Secrétaire exécutif
Annexe 1
Liste des participants
Président
Mr Leszek Dybiec
Ministry of Agriculture and Rural Development
leszek.dybiec@minrol.gov.pl
Président du Comité scientifique
Dr Christopher Jones
National Oceanographic and Atmospheric
Administration (NOAA)
chris.d.jones@noaa.gov
Afrique du
Sud
Chef de délégation :
Dr Monde Mayekiso
Department of Environmental Affairs
mmayekiso@environment.gov.za
Représentant suppléant :
Ms Fatima Savel
Department of Agriculture, Forestry and
Fisheries
fatimasa@daff.gov.za
Conseillers :
Mr Christiaan Janse Van Noordwyk
Marine and Antarctica, Department of
International Relations and Cooperation
jansevannoordwykc@dirco.gov.za
Mr Qayiso Mketsu
Department of Agriculture, Forestry and
Fisheries
qayisomk@daff.gov.za
Dr Toufiek Samaai
Department of Environmental Affairs
tsamaai@environment.gov.za
Mr Sobahle Somhlaba
Department of Agriculture, Forestry and
Fisheries
sobahles@daff.gov.za
Allemagne
Chef de délégation :
Mrs Esther Winterhoff
Federal Ministry of Food and Agriculture
esther.winterhoff@bmel.bund.de
Représentant suppléant :
Mr Christian Schulz
Federal Foreign Office
504-0@auswaertiges-amt.de
Conseillers :
Professor Thomas Brey
Alfred Wegener Institute
thomas.brey@awi.de
91
Ms Patricia Brtnik
German Oceanographic Museum
patricia.brtnik@meeresmuseum.de
Dr Jürgen Friedrich
German Federal Ministry for the Environment,
Nature Conservation and Nuclear Safety
juergen.friedrich@bmub.bund.de
Dr Stefan Hain
Alfred Wegener Institute for Polar and
Marine Research
stefan.hain@awi.de
Dr Karl-Hermann Kock
Institute of Sea Fisheries – Johann Heinrich
von Thünen Institute
karl-hermann.kock@ti.bund.de
Mrs Rebecca Lahl
Alfred Wegner Institute
rebecca.lahl@gmx.de
Mr Alexander Liebschner
German Federal Agency for Nature
Conservation
alexander.liebschner@bfn-vilm.de
Dr Sven Mißling
Forschungszentrum Jülich
s.missling@fz-juelich.de
Argentine
Chef de délégation :
Mr Fausto Mariano López Crozet
Ministerio de Relaciones Exteriores y Culto
digea@mrecic.gov.ar
Représentant suppléant :
Dr Enrique Marschoff
Instituto Antártico Argentino
marschoff@dna.gov.ar
Conseillers :
Dr Esteban Barrera-Oro
Instituto Antártico Argentino
ebarreraoro@dna.gov.ar
Mr Tomas Giudici
Ministerio de Relaciones Exteriores y Culto
tog@mrecic.gov.ar
92
Mr Carlos Martín Micle
Prefectura Naval Argentina
delfmi22@hotmail.com
Ms Maria Isabel Molina Carranza
Subsecretaría de Pesca y Acuicultura
mmcarr@minagri.gob.ar
Ms María Mercedes Santos
Instituto Antártico Argentino
mechasantos@yahoo.com.ar
Australie
Chef de délégation :
Dr Tony Fleming
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
tony.fleming@aad.gov.au
Représentants suppléants : Dr Andrew Constable
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
andrew.constable@aad.gov.au
Mr Jason Mundy
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
jason.mundy@aad.gov.au
Ms Gillian Slocum
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
gillian.slocum@aad.gov.au
Ms Lihini Weragoda
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
lihini.weragoda@aad.gov.au
Conseillers :
Ms Eloise Carr
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
eloise.carr@aad.gov.au
Ms Lauren Davy
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
lauren.davy@aad.gov.au
93
Ms Lyn Goldsworthy
Representative of Australian Conservation
Organisations
lyn.goldsworthy@ozemail.com.au
Mr Alistair Graham
Representative of Australian Conservation
Organisations
alistairgraham1@bigpond.com
Dr So Kawaguchi
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
so.kawaguchi@aad.gov.au
Mr Peter Macfarlane
Department of Foreign Affairs and Trade
peter.macfarlane@dfat.gov.au
Dr Jess Melbourne-Thomas
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
jess.melbourne-thomas@aad.gov.au
Professor Denzil Miller
Antarctic Tasmania and Science Research
Development
denzil.miller@stategrowth.tas.gov.au
Mr Jim Neely
Australian Fisheries Management Authority
jim.neely@afma.gov.au
Mr Gordon Neil
Department of Agriculture
gordon.neil@agriculture.gov.au
Mr Dean Pease
Department of Agriculture
dean.pease@agriculture.gov.au
Mr Les Scott
Representative of the Australian Fishing
Industry
rls@australianlongline.com.au
94
Mr Cary Scott-Kemmis
Department of Foreign Affairs and Trade
cary.scott-kemmis@dfat.gov.au
Ms Chavelli Sulikowski
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
chavelli.sulikowski@aad.gov.au
Mr Jeremy Thuell
Australian Fisheries Management Authority
jeremy.thuell@afma.gov.au
Mr Trent Timmiss
Australian Fisheries Management Authority
trent.timmiss@afma.gov.au
Dr Dirk Welsford
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
dirk.welsford@aad.gov.au
Chef de délégation :
Mr Daan Delbare
Institute for Agricultural and Fisheries Research
daan.delbare@ilvo.vlaanderen.be
Représentant suppléant :
Dr Geert Raeymaekers
FPS Health, DG Environment, Marine
Environment Unit
geert.raeymaekers@environment.belgium.be
Brésil
Chef de délégation :
Mr Renato Leonardi
Embassy of Brazil, Canberra
renato.leonardi@itamaraty.gov.br
Chili
Chef de délégation :
Mr Francisco Berguño
Ministerio de Relaciones Exteriores de Chile
fberguno@minrel.gov.cl
Belgique
Représentants suppléants : Dr Javier Arata
Instituto Antártico Chileno
jarata@inach.cl
Mr Osvaldo Urrutia
Subsecretaría de Pesca
ourrutia@subpesca.cl
95
Conseillers :
Mrs Valeria Carvajal
Federación Industrias Pesqueras del Sur Austral
(FIPES)
valeria.carvajal@fipes.cl
Ms Daniela Catalán
Servicio Nacional de Pesca y Acuicultura
dcatalan@sernapesca.cl
Mr Jorge Toro Dáponte
Servicio Nacional de Pesca y Acuicultura
jtoro@sernapesca.cl
Mr Sergio Valenzuela
Direcciòn General del Territorio Maritimo
jpesca@directemar.cl
Chine,
République
populaire de
Chef de délégation :
Mr Wensheng Qu
Ministry of Foreign Affairs of China
qu_wensheng@mfa.gov.cn
Représentant suppléant :
Dr Xianyong Zhao
Yellow Sea Fisheries Research Institute, Chinese
Academy of Fishery Science
zhaoxy@ysfri.ac.cn
Conseillers :
Mr Kin Ming Lai
Agriculture, Fisheries and Conservation
Department
mickey_km_lai@afcd.gov.hk
Ms Wai Hung (Louise) Li
Agriculture, Fisheries and Conservation
Department
louise_wh_li@afcd.gov.hk
Dr Jianye Tang
Shanghai Ocean University
jytang@shou.edu.cn
Mr Chenqi Wu
Chinese Government
wu_chenqi@mfa.gov.cn
Mr Lei Yang
Chinese Arctic and Antarctic Administration
chinare@263.net.cn
96
Mr Yongjun Yu
Qingdao Deep-sea Fishing Co. Ltd
qdyuyongjun@163.com
Dr Guangtao Zhang
Institute of Oceanology, Chinese Academy of
Sciences
gtzhang@qdio.ac.cn
Dr Tao Zuo
Yellow Sea Fisheries Research Institute, Chinese
Academy of Fishery Science
zuotao@ysfri.ac.cn
Chef de délégation :
Corée,
République de
Mr Wanhyun Choi
Ministry of Oceans and Fisheries
fishtopia@korea.kr
Représentants suppléants : Mr Jonghwa Bang
Distant Water Fisheries Division, Ministry of
Oceans and Fisheries
bjh125@korea.kr
Mrs Shin Hee Cho
Distant Water Fisheries Division, Ministry of
Oceans and Fisheries
ocean2260@korea.kr
Ms Anna Jo
Ministry of Oceans and Fisheries
anna88112@naver.com
Mr Zha Hyoung Rhee
Ministy of Foreign Affairs
zhrhee96@mofa.go.kr
Mr Youngmin Seo
Ministy of Foreign Affairs
ymseo05@mofa.go.kr
Conseillers :
Ms Myo-in Chang
Ministry of Oceans and Fisheries
indigo75@korea.kr
Mr Yang-Sik Cho
Korea Overseas Fisheries Association
mild@kosfa.org
97
Dr Seok-Gwan Choi
National Fisheries Research and Development
Institute
sgchoi@korea.kr
Ms Jihyun Kim
Korea Overseas Fisheries Cooperation Institute
zeekim@ififc.org
Mr Seunghyun Kim
Fisheries Monitoring Center
whizksh@korea.kr
Mr Hyeonok Lee
National Fishery Products Quality Management
Service, Ministry of Oceans and Fisheries
asdf4ghj@korea.kr
Mr Hyunchang Oh
National Fishery Products Quality Management
Service, Ministry of Oceans and Fisheries
mulmaru0214@korea.kr
Mr Young Seok Woo
Ministry of Oceans and Fisheries
yswoo@korea.kr
Dr Inja Yeon
National Fisheries Research and Development
Institute
ijyeon@korea.kr
Espagne
Chef de délégation :
Mr Carlos Moreno Blanco
Subdirector Gral. Acuerdos y Organizaciones
Regionales de Pesca
cmorenob@magrama.es
Représentants suppléants : Mr César Espada
Embajada de España en Australia
cesar.espada@maec.es
Mr Pedro Sepúlveda Angulo
Acuerdos y Organizaciones Regionales de Pesca
Secretaria General de Pesca
psepulve@magrama.es
98
États-Unis
d'Amérique
Conseiller :
Mr Luis José López Abellán
Instituto Español de Oceanografía
luis.lopez@ca.ieo.es
Chef de délégation :
Mr Evan T. Bloom
Office of Ocean and Polar Affairs,
US Department of State
bloomet@state.gov
Représentants suppléants : Ms Mi Ae Kim
National Oceanographic and Atmospheric
Administration (NOAA)
mi.ae.kim@noaa.gov
Dr Christian Reiss
National Marine Fisheries Service, Southwest
Fisheries Science Center
christian.reiss@noaa.gov
Conseillers :
Ms Kimberly Dawson-Guynn
National Oceanic and Atmospheric
Administration, Fisheries
kim.dawson.guynn@noaa.gov
Mr Todd Dubois
National Oceanic and Atmospheric
Administration, Office of Law Enforcement
todd.dubois@noaa.gov
Ms Meggan Engelke-Ros
National Oceanic and Atmospheric
Administration (NOAA)
meggan.engelke-ros@noaa.gov
Mr Keith Hagg
National Oceanic and Atmospheric
Administration (NOAA)
keith.hagg@noaa.gov
Mr John Hocevar
Greenpeace
john.hocevar@greenpeace.org
Mr Jonathan Kelsey
Bureau of Oceans and International
Environmental and Scientific Affairs,
US Department of State
kelseyj@state.gov
99
Ms Elizabeth McLanahan
National Oceanographic and Atmospheric
Administration (NOAA)
elizabeth.mclanahan@noaa.gov
Dr Polly A. Penhale
National Science Foundation, Division of
Polar Programs
ppenhale@nsf.gov
Dr George Watters
National Marine Fisheries Service, Southwest
Fisheries Science Center
george.watters@noaa.gov
Mr David Wood
United States Seafoods, LLC
dwood@usseafoods.net
France
Chef de délégation :
Mr Olivier Guyonvarch
Ministère des Affaires étrangères
olivier.guyonvarch@diplomatie.gouv.fr
Conseillers :
Mrs Stéphanie Belna
Ministère de l’Ecologie du Développement
Durable et de l’Energie
stephanie.belna@developpement-durable.gouv.fr
Mr Marc Ghiglia
Union des Armateurs à la Pêche de France
mg@uapf.org
Dr Ann-Isabelle Guyomard
Terres Australes et Antarctiques Françaises
(TAAF)
ann-isabelle.guyomard@taaf.fr
Mr Jean-Marc Philippeau
Ministry of Ecology, Sustainable Development
and Energy, Directorate for Sea Fisheries and
Aquaculture
jean-marc.philippeau@developpementdurable.gouv.fr
Mr Sylvain Raithier
COMATA
sylvain.raithier@comata.com
100
Italie
Chef de délégation :
Mr Eugenio Sgro'
Ministry of Foreign Affairs
eugenio.sgro@esteri.it
Conseillers :
Dr Anna Maria Fioretti
CNR – Institute of Geosciences and Earth
Resources
anna.fioretti@igg.cnr.it
Professor Oscar Moze
Ministry of Foreign Affairs of Italy
adscientifico.canberra@esteri.it
Dr Sandro Torcini
Centro Ricerche ENEA
sandro.torcini@casaccia.enea.it
Dr Marino Vacchi
ISPRA c/o ISMAR, Institute of Marine
Sciences
marino.vacchi@isprambiente.it
Japon
Chef de délégation :
Mr Kenro Iino
Special Adviser to the Minister of Agriculture,
Forestry and Fisheries
keniino@hotmail.com
Représentants suppléants : Dr Taro Ichii
National Research Institute of Far Seas
Fisheries
ichii@affrc.go.jp
Mr Hideki Moronuki
Fisheries Agency of Japan
hideki_moronuki@nm.maff.go.jp
Conseillers :
Ms Chika Fukugama
Fisheries Agency of Japan
chika_fukugama@nm.maff.go.jp
Mr Takashi Matsumoto
Ministry of Foreign Affairs
takashi.matsumoto@mofa.go.jp
Mr Shuya Nakatsuka
National Research Institute of Far Seas
Fisheries
snakatsuka@affrc.go.jp
101
Dr Takaya Namba
Taiyo A & F Co. Ltd
takayanamba@gmail.com
Mr Junichiro Okamoto
Japan Overseas Fishing Association
jokamoto@jdsta.or.jp
Dr Kenji Taki
National Research Institute of Far Seas
Fisheries
takisan@affrc.go.jp
Professor Kentaro Watanabe
National Institute of Polar Research
kentaro@nipr.ac.jp
Namibie
Chef de délégation :
Mr Titus Iilende
Ministry of Fisheries and Marine Resources
tiilende@mfmr.gov.na
Représentants suppléants : Mr Peter Amutenya Ministry of Fisheries and
Marine Resources
pamutenya@mfmr.gov.na
Mr Peter Katso Schivute
Ministry of Fisheries and Marine Resources
pschivute@mfmr.gov.na
Norvège
Chef de délégation :
Ambassador Else Berit Eikeland
Ministry of Foreign Affairs
else.berit.eikeland@mfa.no
Représentants suppléants:
Ms Kaja Glomm
Royal Norwegian Embassy Canberra
kaja.glomm@mfa.no
Ms Marie Helene Korsvoll
Ministry of Climate and Environment
marie-helene.korsvoll@kld.dep.no
Professor Kit Kovacs
Norwegian Polar Institute
kit.kovacs@npolar.no
Ms Mette Strengehagen
Ministry of Foreign Affairs
mette.strengehagen@mfa.no
102
Conseillers :
Dr Olav Rune Godø
Institute of Marine Research
olavrune@imr.no
Mr Pål Einar Skogrand
Ministry of Trade, Industry and Fisheries
pes@nfd.dep.no
Ms Hanne Østgård
The Directorate of Fisheries
hanne.ostgard@fiskeridir.no
NouvelleZélande
Chef de délégation :
Ms Jillian Dempster
Ministry of Foreign Affairs and Trade
jillian.dempster@mfat.govt.nz
Conseillers :
Ms Ellie Avery
Ministry for Primary Industries
ellie.avery@mpi.govt.nz
Dr Rohan Currey
Ministry for Primary Industries
rohan.currey@mpi.govt.nz
Dr Debbie Freeman
Department of Conservation
dfreeman@doc.govt.nz
Mrs Alexandra Macdonald
Ministry for Primary Industries
alexandra.macdonald@mpi.govt.nz
Ms Ann McCrone
WWF-New Zealand
amccrone@wwf.org.nz
Ms Nicola Reid
Ministry of Foreign Affairs and Trade
nicola.reid@mfat.govt.nz
Mr Darryn Shaw
Sanford Ltd
dshaw@sanford.co.nz
Mr Andy Smith
Talley’s Group Ltd
andy.smith@nn.talleys.co.nz
103
Ms Alex Smithyman
Ministry of Foreign Affairs and Trade
alexandra.smithyman@mfat.govt.nz
Mrs Danica Stent
Department of Conservation
dstent@doc.govt.nz
Mr Barry Weeber
ECO Aotearoa
baz.weeber@gmail.com
M. Andrew Wright
Ministry for Primary Industries
andrew.wright@mpi.govt.nz
Pologne
Chef de délégation :
Mrs Marta Kaniewska-Krolak
Ministry of Agriculture and Rural Development
marta.kaniewska@minrol.gov.pl
Conseillers :
Dr Anna Kidawa
Institute of Biochemistry and Biophysics PAS
akidawa@arctowski.pl
Mr Boguslaw Szemioth
North Atlantic Producers Organization
szemioth@atlantex.pl
RoyaumeUni
Chef de délégation :
Ms Jane Rumble
Foreign and Commonwealth Office
jane.rumble@fco.gov.uk
Conseillers :
Dr Mark Belchier
British Antarctic Survey
markb@bas.ac.uk
Dr Martin Collins
Foreign and Commonwealth Office
ceomobile@gov.gs
Dr Chris Darby
Centre for Environment, Fisheries and
Aquaculture Science (Cefas)
chris.darby@cefas.co.uk
Mr Scott Davidson
Foreign and Commonwealth Office
scott.davidson@fco.gov.uk
104
Mr Rod Downie
WWF-United Kingdom
rdownie@wwf.org.uk
Dr Susie Grant
British Antarctic Survey
suan@bas.ac.uk
Ms Lowri Griffiths
Foreign and Commonwealth Office
lowri.griffiths@fco.gov.uk
Dr Marta Soffker
Centre for Environment, Fisheries and
Aquaculture Science (Cefas)
marta.soffker@cefas.co.uk
Ms Helen Stevens
Foreign and Commonwealth Office
helen.stevens@fco.gov.uk
Dr Phil Trathan
British Antarctic Survey
pnt@bas.ac.uk
Fédération
de Russie
Chef de délégation :
Mr Dmitry Gonchar
Ministry of Foreign Affairs
gonchardv@gmail.com
Représentant suppléant :
Mr Dmitry Kremenyuk
Federal Agency for Fisheries
d.kremenyuk@fishcom.ru
Conseillers :
Dr Viacheslav Bizikov
Russian Federal Research Institute of Fisheries
(VNIRO)
bizikov@vniro.ru
Mr Evgeny Kim
Orion Co. Ltd
office@yantardv.ru
Dr Andrey Petrov
FSUE-VNIRO
petrov@vniro.ru
105
Mr Ivan Polynkov
Yuzhniy Krest Pty Ltd
polynkov@pacific.net.au
Suède
Ukraine
Chef de délégation :
Ambassador Par Ahlberger
Ministry for Foreign Affairs
par.ahlberger@gov.se
Représentant suppléant :
Professor Bo Fernholm
Swedish Museum of Natural History
bo.fernholm@nrm.se
Conseillère :
Ms Jessica Nilsson
Swedish Agency for Marine and Water
Management
jessica.nilsson@havochvatten.se
Chef de délégation :
Dr Gennadi Milinevsky
Kyiv National Taras Shevchenko University
genmilinevsky@gmail.com
Représentant suppléant :
Dr Leonid Pshenichnov
Methodological and Technological Center of
Fishery and Aquaculture
lkpbikentnet@gmail.com
Conseillers :
Dr Ihor Ivanenko
Ministry of Ecology and Natural Resources of
Ukraine
igor2ivanenko@gmail.com
Mr Dmitry Marichev
LLC Fishing Company Proteus
dmarichev@yandex.ru
Union
européenne
Chef de délégation :
Mr Seppo Nurmi
European Commission
seppo.nurmi@ec.europa.eu
Représentants suppléants : Mr Luis Molledo
Union européenne
luis.molledo@ec.europa.eu
Mr Herbert Schuller
European Commission
herbert.schuller@ec.europa.eu
106
Conseillers :
Dr Volker Siegel
Thünen Institute of Sea Fisheries
volker.siegel@ti.bund.de
Mr Scott Wyatt
Delegation of the European Union to Australia
scott.wyatt@eeas.europa.eu
Uruguay
Chef de délégation :
Mr Carlos Osvaldo Bentancour Fernandez
Ministry of Foreign Affairs
carlos.bentancour@mrree.gub.uy
Représentant suppléant :
Mr Albert Alexander Lluberas Bonaba
Uruguayan Antarctic Institute
alexllub@iau.gub.uy
Observateurs – États adhérents
Maurice
Chef de délégation :
Mr Daroomalingum Mauree
Government of Mauritius, Ministry of
Fisheries
dmauree@ymail.com
Pays-Bas
Chef de délégation :
Mr Martijn Peijs
Department of Nature and Biodiversity
m.w.f.peijs@minez.nl
Observateurs – Parties non contractantes
Singapour
Représentant suppléant :
Mr Kihua Teh
Agri-Food & Veterinary Authority
teh_kihua@ava.gov.sg
Observateurs – Organisations internationales
ACAP
Chef de délégation :
Mr Warren Papworth
ACAP Secretariat
warren.papworth@acap.aq
Conseillers :
Dr Marco Favero
Agreement on the Conservation of Albatrosses
and Petrels (ACAP)
marco.favero.acap@hotmail.com
107
Dr Wiesława Misiak
ACAP Secretariat
wieslawa.misiak@acap.aq
CBI
Représentée par la Nouvelle-Zélande
CCSBT
Représentée par l'Australie
CPE
Chef de délégation :
Dr Polly A. Penhale
National Science Foundation, Division of
Polar Programs
ppenhale@nsf.gov
Représentant suppléant :
Mr Ewan McIvor
Australian Antarctic Division, Department of the
Environment
ewan.mcivor@aad.gov.au
Représentée par la Norvège
OPASE
STA
Chef de délégation :
Dr Manfred Reinke
Secretariat of the Antarctic Treaty
manfred.reinke@ats.aq
Observateurs – Organisations non gouvernementales
ARK
Chef de délégation :
Dr Sigve Nordrum
Aker BioMarine Antarctic AS
sigve.nordrum@akerbiomarine.com
Représentant suppléant :
Mr Marcos Osuna
Antarctic Sea Fisheries SA
marcos.osuna@pescachile.cl
Conseillers :
Mr Bjornar Kleiven
Olympic Seafood
bjornar.kleiven@olympic.no
Dr Steve Nicol
ARK
steve.nicol@bigpond.com
Ms Genevieve Tanner
ARK Secretariat
gentanner@gmail.com
108
ASOC
Chef de délégation :
Mr Mark Epstein
Antarctic and Southern Ocean Coalition
mark.epstein@asoc.org
Conseillers :
Ms Karoline Andaur
WWF-Norway
kandaur@wwf.no
Ms Cassandra Brooks
Stanford University
brooks.cassandra@gmail.com
Mr Steve Campbell
Antarctic Ocean Alliance
steve@antarcticocean.org
Mr Jiliang Chen
Antarctic Ocean Alliance
julian@antarcticocean.org
Ms Claire Christian
Antarctic and Southern Ocean Coalition
claire.christian@asoc.org
Ms Veronica Cirelli
FVSA
veronica.cirelli@vidasilvestre.org.ar
Ms Barbara Cvrkel
The Pew Charitable Trusts
bcvrkel@pewtrusts.org
Mr Ryan Dolan
The Pew Charitable Trusts
rdolan@pewtrusts.org
Dr Reinier Hille Ris Lambers
WWF-Netherlands
rhillerislambers@wwf.nl
Ms Julie Janovsky
The Pew Charitable Trusts
jjanovsky@pewtrusts.org
Ms Andrea Kavanagh
The Pew Charitable Trusts
akavanagh@pewtrusts.org
109
Mr Sergii Kurykin
Antarctic and Southern Ocean Coalition
kurykin@ukr.net
Ms Dae Levine
Antarctic Ocean Alliance
dae@antarcticocean.org
Mr Yuri Onodera
Friends of the Earth – Japan
yurio@iea.att.ne.jp
Mr Richard Page
Greenpeace
richard.page@greenpeace.org
Ms Blair Palese
Antarctic Ocean Alliance
blair@antarcticocean.org
Dr Ricardo Roura
Antarctic and Southern Ocean Coalition
ricardo.roura@worldonline.nl
Ms Amanda Sully
Antarctic Ocean Alliance
amanda@antarcticocean.org
Mr Grigory Tsidulko
Antarctic Ocean Alliance
grigory@antarcticocean.org
Dr Rodolfo Werner
The Pew Charitable Trusts
rodolfo.antarctica@gmail.com
Mr Peter Young
Fisheye Films
peter@fisheyefilms.co.nz
Mr Bob Zuur
WWF-New Zealand
bzuur@wwf.org.nz
COLTO
110
Chef de délégation :
Mr Martin Exel
Austral Fisheries Pty Ltd
mexel@australfisheries.com.au
Représentants suppléants : Mr Bruce King
Lyttleton Shipping and Marine Agencies
bruceamuriking@xtra.co.nz
Ms Bron Sibree
COLTO
bron@perth.dialix.com.au
Mr Shin Tanabe
Austral Fisheries Pty Ltd
stanabe@australfisheries.com.au
Conseillers :
Mr Warwick Beauchamp
Beauline International Ltd
info@beauline.co.nz
Mr David Carter
Austral Fisheries Pty Ltd
dcarter@australfisheries.com.au
Ms Alice Fong
Australian Longline Pty Ltd/Sealord Group Ltd
awf@sealord.co.nz
Mr Jakob Hals
Fiskevegn AS
jakob@fiskevegn.no
Mr Malcolm McNeill
Sealord
malcolm.mcneill@sealord.co.nz
Ms Brodie Plum
Talleys Longline Limited
brodie.plum@nn.talleys.co.nz
Mr Arne Tennøy
Mustad Autoline AS
arne.tennoy@mustadautoline.com
111
Secrétariat
Secrétaire exécutif
Science
Directeur scientifique
Coordinateur du programme d'observateurs
scientifiques
Assistant scientifique
Analyste des pêcheries et de l'écosystème
Andrew Wright
Keith Reid
Isaac Forster
Antony Miller
Lucy Robinson
Gestion des données
Directeur des données
Responsable de l'administration des données
Assistante aux données
David Ramm
Lydia Millar
Avalon Ervin
Application et respect de la réglementation
Directrice du suivi des pêcheries et de la conformité
Responsable de l'administration de la conformité
Sarah Lenel
Ingrid Slicer
Administration et finances
Directeur de l'administration et des finances
Aide-comptable
Secrétaire : administration
Ed Kremzer
Christina Macha
Maree Cowen
Communications
Directrice de la communication
Responsable de la communication (Coordinateur
du contenu du site Web)
Responsable des publications
Traductrice/coordinatrice (équipe française)
Traductrice (équipe française)
Traductrice (équipe française)
Traductrice/coordinatrice (équipe russe)
Traducteur (équipe russe)
Traducteur (équipe russe)
Traductrice/coordinatrice (équipe espagnole)
Traducteur (équipe espagnole)
Traductrice (équipe espagnole)
Assistant à la photocopie (poste temporaire)
Technologies information
Directeur informatique
Analyste fonctionnel
112
Doro Forck
Warrick Glynn
Doug Cooper
Gillian von Bertouch
Bénédicte Graham
Floride Pavlovic
Ludmilla Thornett
Blair Denholm
Vasily Smirnov
Margarita Fernández
Jesús Martínez
Marcia Fernández
Sam Karpinskyj
Tim Jones
Ian Meredith
Stagiaires
Myoin Chang
Coco Cullen-Knox
Emily Grilly
Jodi Gustafson
Hannah Millward-Hopkins
Pailin Munyard
Interprètes (société ONCALL)
Cecilia Alal
Aramais Aroustian
Patricia Avila
Rosemary Blundo-Grimison
Sabine Bouladon
Vera Christopher
Joelle Coussaert
Vadim Doubine
Sandra Hale
Alexey Ivacheff
Isabel Lira
Silvia Martínez
Marc Orlando
Maria Laura Speziali
Ludmila Stern
Philippe Tanguy
Irene Ulman
Emy Watt
113
Annexe 2
Liste des documents
Liste des documents
CCAMLR-XXXIII/01 Rév. 1
Données VMS de la CCAMLR et recherche et sauvetage
dans la zone de la Convention CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXXIII/02
Non attribué
CCAMLR-XXXIII/03
Examen des états financiers révisés de 2013
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXXIII/04
Examen du budget 2014, projet de budget 2015 et prévisions
budgétaires 2016
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXXIII/05
Une évaluation du service de traduction de la CCAMLR :
Résumé du compte rendu de l'ICG-SF
Groupe de correspondance de la période d'intersession sur le
financement durable
CCAMLR-XXXIII/06
Rapport du secrétaire exécutif – 2014 y compris Rapport de
mise en œuvre de la troisième année du plan stratégique du
secrétariat (2012–2014) et Rapport de mise en œuvre de la
troisième année de la stratégie salariale et de dotation en
personnel (2012–2014)
Secrétaire exécutif
CCAMLR-XXXIII/07
Pêche INN dans la zone de la Convention CAMLR : une
nouvelle initiative pour évaluer la présence de navires de
pêche INN
Délégation française et secrétariat de la CCAMLR
CCAMLR-XXXIII/08 Rév. 1
Rapport CCAMLR de synthèse de la conformité
Secrétariat
CCAMLR-XXXIII/09 Rév. 1
Évaluation indépendante du système de documentation des
captures (SDC) de la CCAMLR
Comité d'évaluation du SDC
CCAMLR-XXXIII/10
Suite de l'évaluation de la performance de la CCAMLR
de 2008
Secrétariat
CCAMLR-XXXIII/11
Résumé des actions (2010–2014) et options pour les futurs
travaux
Groupe de correspondance de la période d'intersession sur le
financement durable
117
CCAMLR-XXXIII/12 Rév. 2
Principes directeurs pour une gestion saine des finances de
la CCAMLR
Groupe de correspondance de la période d'intersession sur le
financement durable
CCAMLR-XXXIII/13
Projet de plan stratégique du secrétariat de la CCAMLR
(2015–2018) et stratégie salariale et de dotation en personnel
le concernant
Secrétariat
CCAMLR-XXXIII/14 Rév. 1
Système de suivi des navires (VMS) de la CCAMLR
Appel d'offres
Groupe de travail technique sur le VMS
CCAMLR-XXXIII/15 Rév. 3
Application des mesures de conservation 10-06 et 10-07
Listes des navires INN établie par la CCAMLR
Secrétariat
CCAMLR-XXXIII/16
Amendements proposés à la MC 51-06 sur une présence
accrue des observateurs dans la pêcherie de krill
Délégation ukrainienne
CCAMLR-XXXIII/17
Symposium 2015 de la CCAMLR
Délégations de l'Australie, du Chili et des États-Unis
CCAMLR-XXXIII/18
Proposition de modification de la mesure de conservation 51-06 pour augmenter la couverture de l'observation
scientifique dans les pêcheries de krill
Délégation chilienne
CCAMLR-XXXIII/19
Observations pour la saison 2013/2014 relatives à la pêche
INN en division 58 de la CCAMLR et dans les ZEE
françaises adjacentes aux îles Kerguelen et Crozet et
Synthèse de ces observations sur la décennie 2004–2014
Délégation française
CCAMLR-XXXIII/20
Interdiction de prélèvement des ailerons de requins capturés
dans la zone de la Convention CAMLR
Délégations du Brésil, du Chili, des États-Unis et de l'Union
européenne
CCAMLR-XXXIII/21
Proposition portant création d'une aire marine protégée dans
la région de la mer de Ross
Délégations de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis
118
CCAMLR-XXXIII/22
Pêcheries exploratoires de légine des sous-zones statistiques 88.1 et 88.2 : changement de date d'ouverture de la
saison
Délégation néo-zélandaise
CCAMLR-XXXIII/23
Proposition de mesure de conservation portant création du
système représentatif d'aires marines protégées de
l'Antarctique de l'Est
Délégations de l'Australie, de la France et de l'Union
européenne
CCAMLR-XXXIII/24
Évaluation de l'AMP du plateau sud des îles Orcades du Sud
(domaine 1 de planification des AMP, sous-zone 48.2)
Délégation de l'Union européenne
CCAMLR-XXXIII/25 Rév. 1
La tenue de discussions pendant la période d'intersession
entre la XXXIIIe et la XXXIVe réunion de la CCAMLR sur
l'adoption de mesures commerciales par la CCAMLR en vue
de promouvoir l'application de la réglementation
Délégation de l'Union européenne
CCAMLR-XXXIII/26
Principales dispositions de la Fédération de Russie à l'égard
de la proposition d'établissement d'une AMP dans la mer de
Ross
Délégation de la Fédération de Russie
CCAMLR-XXXIII/27
Examen d'une Procédure standard pour l'établissement
d'aires marines protégées de la CCAMLR (AMP)
conformément à la mesure de conservation 91-04
Délégation japonaise
************
CCAMLR-XXXIII/BG/01
Implementation of conservation measures in 2013/14:
Fishing and related activities
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/02
Fishery notifications 2014/15 summary
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/03
The Secretariat’s internship program: 2014
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/04
Thirty-first Session of the Committee on Fisheries
(Rome, Italy, 9 to 13 June 2014)
Final draft report: summary of items of interest to CCAMLR
Executive Secretary
119
CCAMLR-XXXIII/BG/05
Summary report
Thirty-Seventh Antarctic Treaty Consultative Meeting
(Brasilia, Brazil, 28 April to 7 May, 2014)
Executive Secretary
CCAMLR-XXXIII/BG/06
A review of CCAMLR’s translation services:
Intersessional Correspondence Group – Sustainable Finance
CCAMLR-XXXIII/BG/07
Mesure de conservation 10-04
Groupe de travail technique sur le VMS
CCAMLR-XXXIII/BG/08
Description of the General Fund Budget
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/09
Marine Protected Areas in the Antarctic Treaty System
Delegation of Russia
CCAMLR-XXXIII/BG/10
Report by the CCAMLR Observer (Namibia) to the
10th annual meeting of SEAFO (South East Atlantic
Fisheries Organisation)
(Swakopmund, Namibia, 9 to 13 December 2013)
CCAMLR Observer (Namibia)
CCAMLR-XXXIII/BG/11
Rev. 1
Calendar of meetings of relevance to the Commission in
2014/15
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/12
Monitoring, control and surveillance activities undertaken
by New Zealand during 2013/14
Delegation of New Zealand
CCAMLR-XXXIII/BG/13
Rev. 2
Implementation of Conservation Measure 10-05
CCAMLR’s Catch Documentation Scheme (CDS)
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/14
Rev. 2
The Price of Fish: A global trade analysis of Patagonian
(Dissostichus eleginoides) and Antarctic toothfish
(Dissostichus mawsoni)
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/15
Rev. 1
Information on levels of seabird by-catch in fisheries
adjacent to the CAMLR Convention Area
Submitted by ACAP
CCAMLR-XXXIII/BG/16
Independent Review of CCAMLR’s Catch Documentation
Scheme (CDS) e-CDS User Manual
Secretariat
120
CCAMLR-XXXIII/BG/17
Track changed version of the Proposal for a Conservation
Measure establishing the East Antarctic Representative
System of Marine Protected Areas (CCAMLR-XXXIII/23)
Delegations of Australia, France and the European Union
CCAMLR-XXXIII/BG/18
Examples of the assessment of activities within the proposed
East Antarctic Representative System of Marine Protected
Areas (EARSMPA) (CCAMLR-XXXIII/23)
Delegations of Australia, France and the European Union
CCAMLR-XXXIII/BG/19
Heard Island and McDonald Islands exclusive economic
zone 2013/14 IUU catch estimate for Patagonian toothfish
and Australia’s observations on IUU activities in the
2013/14 fishing season
Delegation of Australia
CCAMLR-XXXIII/BG/20
Global MPAs and marine reserves: lessons learned and
implications for CCAMLR
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXXIII/BG/21
Incorporating climate change into CCAMLR’s
decisionmaking processes
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXXIII/BG/22
Rev. 1
Proposals on improving the governance and control of
fishing vessels operating in the Southern Ocean
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXXIII/BG/23
Working together to end illegal, unreported and unregulated
fishing in the Southern Ocean
Submitted by ASOC and COLTO
CCAMLR-XXXIII/BG/24
Rev. 2
Maintaining CCAMLR’s ambition on Marine Protected
Areas
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXXIII/BG/25
Krill: the power lunch of Antarctica
Submitted by ASOC
CCAMLR-XXXIII/BG/26
The investigation and subsequent results on the missing
DCDs for the catches of the FVs Insung No. 3, Insung No. 7
and the Hongjin 707
Delegation of the Republic of Korea
CCAMLR-XXXIII/BG/27
The results of the investigation on the high CPUE recorded
by the three Insung vessels in the CCAMLR Area
Delegation of the Republic of Korea
121
CCAMLR-XXXIII/BG/28
Rev. 1
Mapping trends in activity of illegal, unreported and
unregulated (IUU) fishing in the CAMLR Convention Area
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/29
Observer’s Report from the 65th International Whaling
Commission
CCAMLR Observer (Japan)
CCAMLR-XXXIII/BG/30
Report from the CCAMLR Observer (European Union) to
the 87th Annual Meeting of the Inter American Tropical
Tuna Commission (IATTC)
(Lima, Peru, 12 to 18 July 2014)
CCAMLR Observer (European Union)
CCAMLR-XXXIII/BG/31
Report from the CCAMLR Observer (European Union) to
the 18th Plenary Session of the Indian Ocean Tuna
Commission (IOTC)
(Colombo, Sri Lanka, 1 to 5 June 2014)
CCAMLR Observer (European Union)
CCAMLR-XXXIII/BG/32
Résumé des activités menées par la Commission pendant la
période d'intersession 2013/14
Rapport du président
CCAMLR-XXXIII/BG/33
Report from the CCAMLR Observer (Norway) to the
36th Annual Meeting of the Northwest Atlantic Fisheries
Organization
(Vigo, Spain, 22 to 26 September 2014)
CCAMLR Observer (Norway)
CCAMLR-XXXIII/BG/34
Measures taken by Spain to fight IUU fishing in the
CAMLR Convention Area during 2014
Delegation of Spain
CCAMLR-XXXIII/BG/35
Findings of the New Zealand Coroner’s Office on the
incident of the sinking of the Insung No. 1
Delegation of New Zealand
CCAMLR-XXXIII/BG/36
Status of CCAMLR Special Funds
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/37
Report from the CCAMLR Observer to the meeting of the
Extended Commission for the 21st Annual Session of the
Commission for the Conservation of Southern Bluefin Tuna
(Auckland, New Zealand, 13 to 16 October 2014)
CCAMLR Observer (Australia)
122
CCAMLR-XXXIII/BG/38
Report from the CCAMLR Observer (Chile) to the Second
Meeting of the Commission of the South Pacific Regional
Fisheries Management Organisation (SPRFMO)
CCAMLR Observer (Chile)
CCAMLR-XXXIII/BG/39
Compilation of discussion on the issue of flexibility
associated with research blocks where ice cover impedes
research fishing
Secretariat
CCAMLR-XXXIII/BG/40
EARSMPA proposal: current thinking – 29 October 2014
Delegations of Australia, France and the European Union
************
SC-CAMLR-XXXIII/01
Aire marine protégée du plateau sud des îles Orcades du Sud
– AMP SOISS
Délégation russe
SC-CAMLR-XXXIII/02
Désignation d'une AMP dans l'Antarctique de l'Est
Délégation russe
SC-CAMLR-XXXIII/03
Rapport du groupe de travail sur le contrôle et la gestion de
l'écosystème
(Punta Arenas, Chili, du 7 au 18 juillet 2014)
SC-CAMLR-XXXIII/04
Rapport du groupe de travail chargé de l'évaluation des
stocks de poissons
(Hobart, Australie, du 6 au 17 octobre 2014)
SC-CAMLR-XXXIII/05
Rapport du groupe de travail sur les statistiques, les
évaluations et la modélisation
(Punta Arenas, Chili, du 30 juin au 4 juillet 2014)
SC-CAMLR-XXXIII/06
Rapport de la réunion du Sous-groupe sur les méthodes
d'évaluation acoustique et d'analyse
(Qingdao, République populaire de Chine, du 8 au 11 avril
2014)
SC-CAMLR-XXXIII/07
Commentaires et suggestions pour la mise en place d'un
système de gestion par rétroaction pour la pêcherie de krill
Délégation de la Fédération de Russie
SC-CAMLR-XXXIII/08
État d’avancement de la base scientifique en soutien de la
création d'une AMP de la CCAMLR dans la mer de Weddell
(Antarctique)
Délégation allemande
123
SC-CAMLR-XXXIII/09
Attribution des limites de capture de recherche pour les
propositions de recherche soumises à des limitations de
l'effort de pêche dans les pêcheries avec des limites de
capture pré-existantes non-nulles
Délégation néo-zélandaise
SC-CAMLR-XXXIII/10
État d'avancement du Système d'accréditation des
programmes de formation des observateurs de la CCAMLR
(COTPAS)
Secrétariat
SC-CAMLR-XXXIII/11
Plan de recherche et de suivi pour l'aire marine protégée du
plateau sud des îles Orcades du Sud (domaine 1 de
planification des AMP, sous-zone 48.2)
Délégation de l'Union européenne
************
SC-CAMLR-XXXIII/BG/01
Catches in the Convention Area
2012/13 and 2013/14
Secretariat
SC-CAMLR-XXXIII/BG/02
Scientific background document in support of the
development of a CCAMLR MPA in the Weddell Sea
(Antarctica) – Version 2014
Delegation of Germany
SC-CAMLR-XXXIII/BG/03
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Australia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/04
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Japan
SC-CAMLR-XXXIII/BG/05
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of the Republic of Korea
SC-CAMLR-XXXIII/BG/06
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of New Zealand
124
SC-CAMLR-XXXIII/BG/07
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Norway
SC-CAMLR-XXXIII/BG/08
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Russia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/09
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of South Africa
SC-CAMLR-XXXIII/BG/10
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Spain
SC-CAMLR-XXXIII/BG/11
Preliminary assessments of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of Ukraine
SC-CAMLR-XXXIII/BG/12
Preliminary assessment of the potential for proposed
bottom-fishing activities to have significant adverse impacts
on vulnerable marine ecosystems
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXXIII/BG/13
Committee for Environmental Protection: 2014 Annual
Report to the Scientific Committee of CCAMLR
CEP Observer to SC-CAMLR (Dr P. Penhale, USA)
SC-CAMLR-XXXIII/BG/14
Net diagrams and MED of CM 21-03 for Korean krill
fishing vessels
Delegation of the Republic of Korea
SC-CAMLR-XXXIII/BG/15
APIS II: A new circumpolar assessment of the status and
trends of Antarctic pack-ice seals based on satellite remote
sensing
Submitted by SCAR
SC-CAMLR-XXXIII/BG/16
Calendar of meetings of relevance to the Scientific
Committee in 2014/15
Secretariat
125
SC-CAMLR-XXXIII/BG/17
The Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR)
Annual Report 2013/14
Submitted by SCAR
SC-CAMLR-XXXIII/BG/18
On development of centralised preparation and accreditation
scheme for scientific observers and CCAMLR Member
countries
Delegation of the Russian Federation
SC-CAMLR-XXXIII/BG/19
MPA Report for the South Orkney Islands southern shelf
(MPA Planning Domain 1, Subarea 48.2)
Delegation of the European Union
SC-CAMLR-XXXIII/BG/20
Invitation to the Second CCAMLR Technical Workshop on
the Development of MPAs in Domain 1
Delegations of Argentina and Chile
SC-CAMLR-XXXIII/BG/21
ARK Workshop for Krill Fishery Representatives and the
Scientific Community to Share Information on Krill
(5 and 6 July 2014, Punta Arenas, Chile)
Submitted by ARK
SC-CAMLR-XXXIII/BG/22
Observer’s Report for the 2014 Annual Meeting of the
Scientific Committee of the International Whaling
Commission
(Bled, Slovenia, 12 to 24 May 2014)
CCAMLR Observer (R. Currey, New Zealand)
SC-CAMLR-XXXIII/BG/23
Rev. 1
Chronology of previously submitted scientific documents,
and updated maps and analyses supporting MPA planning in
the Ross Sea region
Delegations of New Zealand and the USA
SC-CAMLR-XXXIII/BG/24
New research consistent with a proposed draft Research and
Monitoring Plan for a Ross Sea region MPA
Delegations of New Zealand and the USA
SC-CAMLR-XXXIII/BG/25
The influence of ice conditions on the longline toothfish
fishery in the Ross Sea and the likely impact that the
introduction of marine protected areas (MPAs) will have on
catches
Delegation of Russia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/26
The designation of Marine Protected Areas (MPAs) in
Antarctic waters
Delegation of Russia
126
SC-CAMLR-XXXIII/BG/27
Proposal by the Russian Federation to open areas of special
scientific interest in the CCAMLR Convention Area (Part 1,
Ross Sea and East Antarctica)
Delegation of Russia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/28
MPAs in the area regulated by the Convention on the
Conservation of Antarctic Marine Living Resources
(background, plans and reality)
Delegation of Russia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/29
Is it necessary to establish MPAs in Divisions 58.4.1 and
58.4.2 to protect krill resources from the impact of fishing?
Delegation of Russia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/30
Rev. 1
Management arrangements in place for Statistical
Division 58.5.2 – Heard Island and McDonald Islands
Delegation of Australia
SC-CAMLR-XXXIII/BG/31
Marine debris and entanglements at Bird Island and King
Edward Point, South Georgia, Signy Island, South Orkneys
and Goudier Island, Antarctic Peninsula 2013–2014
Delegation of the United Kingdom
SC-CAMLR-XXXIII/BG/32
Spatial distribution of krill fishery in Subarea 48.1:
Implication for future surveys
Delegation of the People’s Republic of China
SC-CAMLR-XXXIII/BG/33
Rev. 1
Plans for a new international effort on the ecological
assessment of interactions between krill and land-based
predators in Area 48
Delegations of the United Kingdom, Norway and the USA
SC-CAMLR-XXXIII/BG/34
Bridging the krill divide: understanding cross-sector
objectives for krill fishing and conservation
Report of an ICED-BAS-WWF workshop on Understanding
the Objectives for Krill Fishing and Conservation in the
Scotia Sea and Antarctic Peninsula Region held at WWF’s
Living Planet Centre, Woking, UK, 9th and 10th June 2014
United Kingdom, Norway, Chile, ASOC and ARK
SC-CAMLR-XXXIII/BG/35
Report to the Scientific Committee of CCAMLR by the
Association of Responsible Krill Fishing Companies (ARK)
Submitted by ARK
SC-CAMLR-XXXIII/BG/36
Update on the ABNJ Deep Seas Project
Submitted by the FAO and CCAMLR Secretariats
127
SC-CAMLR-XXXIII/BG/37
Rev. 1
Proposal for GEF (Global Environment Facility) funding to
support capacity building and training to the GEF-eligible
CCAMLR Members
Delegation of South Africa
SC-CAMLR-XXXIII/BG/38
East Antarctica Planning Domain MPA Planning Reference
Document #1: Draft MPA Report Part 1 – the Planning
Domain and Candidate MPAs
Delegations of Australia and France
SC-CAMLR-XXXIII/BG/39
East Antarctica Planning Domain MPA Planning Reference
Document #2: Draft MPA Report Part 2 – Descriptions of
the proposed EARSMPA, the four highlighted MPAs and
Activities in the Planning Domain
Delegations of Australia and France
SC-CAMLR-XXXIII/BG/40
East Antarctica Planning Domain MPA Planning Reference
Document #3: Draft MPA Report Part 3 – Research and
Monitoring (update of SC-CAMLR-IM-I/BG/01)
Delegations of Australia, France and the European Union
SC-CAMLR-XXXIII/BG/41
Relative densities of early Euphausiid larvae in the
Weddell-Scotia Confluence
Delegation of Argentina
************
Autres documents
SC-CAMLR-XXXII/07
Rév. 1
Évaluation du système international d'observation
scientifique de la CCAMLR (26 – 30 août 2013, Siège de la
CCAMLR, Hobart, Tasmanie)
Comité d'évaluation du SISO de la CCAMLR
SC-CAMLR-XXXII/09
Officialisation de l'invitation et des dispositions prises à
l'égard des experts et des observateurs aux réunions des
organes subsidiaires du Comité scientifique de la CCAMLR
Président du Comité scientifique
128
Annexe 3
Discours d'ouverture du gouverneur adjoint de la Tasmanie,
Son Excellence l'honorable juge en chef Alan Blow OAM
Discours d'ouverture du gouverneur adjoint de la Tasmanie,
Son Excellence l'honorable juge en chef Alan Blow OAM
« Monsieur le président, je vous remercie de votre aimable introduction.
Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs,
C'est pour moi un honneur que de vous souhaiter la bienvenue à Hobart pour cette trentetroisième réunion de la Commission.
Vous n’êtes pas sans savoir que c'est la première fois que j'ai ce privilège. Cet honneur
imprévu m'a été conféré à la suite du décès prématuré du gouverneur précédent hautement
respecté et apprécié de la Tasmanie, Son Excellence l'honorable Peter Underwood AC.
J'ai appris que Peter Underwood avait ouvert votre session annuelle à Hobart à six reprises. Il
portait un vif intérêt à l'Antarctique en général, mais tout particulièrement aux travaux de la
CCAMLR dont le point d'attache, si je puis dire, est ici à Hobart.
La famille de Peter Underwood et tous ceux associés au Bureau Vice-royal ont été
profondément touchés par les messages de condoléances adressés par les membres de la
communauté de la CCAMLR partout dans le monde à la suite de son décès. Nous vous
remercions de vos témoignages de sympathie – vos messages ont été grandement appréciés.
Je partage l'enthousiasme et la passion de Peter Underwood pour l'Antarctique, notamment
pour le rôle important joué par Hobart dans les affaires de l'Antarctique ici en Australie. Vous
êtes nombreux à être associés de longue date à la CCAMLR, et à être venus à Hobart à
l'occasion de la réunion annuelle plusieurs fois par le passé. Comme vous le savez, Hobart est
fière de ses liens avec l'Antarctique de par ses relations historiques, logistiques et
académiques.
Je suis conscient du fait que la CCAMLR joue un rôle très important au sein de la
communauté antarctique à Hobart, mais c'est avec grand intérêt que j'attends de mieux
comprendre votre travail.
L'ordre du jour chargé que vous vous êtes fixé pour les deux semaines à venir reflète les défis
persistants auxquels nous faisons face collectivement pour surveiller les activités anthropiques
et les changements naturels ayant lieu dans l'environnement marin de l'Antarctique, et pour
réagir de façon responsable. Votre charge de travail reflète également la volonté des membres
de la CCAMLR de toujours chercher à relever ces défis au fur et à mesure qu'ils se présentent
depuis l'établissement de la Commission il y a de cela 34 ans.
J'ai lu avec un intérêt certain l'article publié dans Nature début août sur les priorités
scientifiques d'avenir de la recherche antarctique : « Polar research: six priorities for Antarctic
science » (La recherche polaire : six priorités pour la science en Antarctique). Cet article résultait
d'un projet lancé par le Comité scientifique pour la recherche antarctique (SCAR). 1
1
(À titre de référence : www.nature.com/news/polar-research-six-priorities-for-antarctic-science-1.15658).
131
Cette année, en avril, le SCAR a réuni des scientifiques et des décideurs de plus de 20 pays
pour débattre des priorités de la recherche antarctique ces deux prochaines décennies et audelà. Il ne fait aucun doute que certains d'entre vous ont participé à cet exercice passionnant et
des plus utiles.
Je crois comprendre que le tour d'horizon du SCAR sur la science constitue la première
initiative de la communauté antarctique internationale qui tente de formuler une vision
collective sur les questions prioritaires auxquelles il convient d'accorder une attention accrue.
D'une longue liste de questions possibles, le groupe a retenu 80 questions clés réparties en six
grands thèmes.
Le choix de certains de ces thèmes n'a rien de surprenant, comme l'amélioration de nos
connaissances sur l'atmosphère antarctique et l'écosystème de l'océan Austral et les rapports
avec les processus de l'environnement à l'échelle mondiale, y compris le changement
climatique. D'autres sont vraisemblablement moins bien connus, notamment les domaines
complexes telles que la dynamique des glaces, l'histoire géologique, l'évolution de la vie en
Antarctique et sa survie et, en rapport direct avec la CCAMLR, comment reconnaître et
atténuer l'impact anthropique.
Le tour d'horizon met en relief plusieurs autres questions d'intérêt, notamment le nombre de
pays participant activement aux affaires de l'Antarctique, la réduction progressive, dans bien
des pays, des ressources disponibles pour soutenir les activités en Antarctique et un appel à
une collaboration internationale en Antarctique dans un large éventail de domaines.
En ce qui concerne les ressources marines et l'écosystème marin de l'Antarctique, la
CCAMLR a un passé enviable d'efforts multilatéraux en collaboration et en coopération. La
CCAMLR travaille d'une part, de manière indépendante et d'autre part, de manière complémentaire pour suppléer les efforts déployés par d'autres organisations du système du Traité sur
l'Antarctique en vue de fournir une solide gestion environnementale favorisant la conservation
tout en appuyant le développement de pêcheries durables selon une approche scientifique.
Je ne suis pas sans savoir que, depuis plusieurs années, l'impact relatif du changement
climatique et des activités telles que la pêche ont fait l'objet d'un vaste débat au sein de la
CCAMLR. Je comprends bien que ces discussions se sont focalisées sur le krill – ressource au
cœur des débats lors de l'établissement de la CCAMLR il y a de cela plus de 30 ans. La
pertinence de ces travaux à l'heure actuelle vient simplement souligner la prévoyance et la
vision de ceux qui étaient responsables de la négociation de l'accord de la CCAMLR de 1976
et 1982, après quoi la CCAMLR a vu le jour officiellement. Je vous encourage à poursuivre
ces travaux en toute priorité.
Avant de conclure, je voudrais souligner l'intérêt que je porte, comme nombre d'autres
personnes au sein de la communauté de Hobart, aux travaux que vous effectuez à la
CCAMLR, et je suis impatient de connaître les résultats de vos délibérations. Je serai heureux
de discuter avec vous de vos progrès la semaine prochaine lorsque, mardi soir, j'aurai le
plaisir de vous accueillir à « Government House ».
Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs, je vous souhaite une grande
réussite dans les travaux que vous vous apprêtez à entreprendre. J'espère que vos réunions de
ces deux prochaines semaines seront productives, mais qu'elles vous laisseront toutefois un
peu de temps pour profiter du paysage et de l'hospitalité qu'offre la Tasmanie. »
132
Annexe 4
Ordre du jour de la trente-troisième réunion de la Commission
Ordre du jour provisoire de la trente-troisième réunion
de la Commission pour la conservation de la faune
et la flore marines de l'Antarctique
1.
Ouverture de la réunion
2.
Organisation de la réunion
2.1
2.2
3.
4.
Application et respect de la réglementation
3.1
Examen des mesures et politiques liées à l'application et au respect de la
réglementation
3.1.1 Procédure d'évaluation de la conformité
3.1.2 Respect des mesures de conservation en vigueur
3.1.2.1 Système de documentation des captures (SDC)
3.1.2.2 Système de contrôle
3.1.2.3 Système de suivi des navires (VMS)
3.1.3 Propositions de nouvelles mesures et de mesures révisées
3.2
Pêche INN dans la zone de la Convention
3.2.1 Niveau actuel de la pêche INN
3.2.2 Listes des navires INN
3.3
Autres questions
Administration et Finances
4.1
4.2
Examen des états financiers vérifiés de 2013
Questions liées au secrétariat
4.2.1 Rapport du secrétaire exécutif
4.2.2 Plan Stratégique du Secrétariat (2015–2018)
4.3
Rapport du groupe de correspondance de la période d'intersession de la
CCAMLR sur le financement durable
Budgets
4.4.1 Examen du budget de 2014
4.4.2 Projet de budget 2015
4.4.3 Prévisions budgétaires pour 2016
4.4
5.
Adoption de l'ordre du jour
Rapport du président
Rapport du Comité scientifique
5.1
5.2
Avis du Comité scientifique
Espèces exploitées
5.2.1 Ressource de krill
5.2.2 Ressource de poissons
5.2.3 Pêcheries nouvelles ou exploratoires de poissons
135
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
5.8
Évaluation et prévention de la mortalité accidentelle
Pêche de fond et écosystèmes marins vulnérables
Aires marines protégées
Changement climatique
Recherche scientifique en vertu de la mesure de conservation 24-01
Renforcement des capacités
6.
Système international d'observation scientifique de la CCAMLR
7.
Mesures de conservation
7.1
7.2
Examen des mesures en vigueur
Examen de nouvelles mesures et d'autres impératifs de conservation
8.
Mise en œuvre des objectifs de la Convention
9.
Coopération avec le système du Traité sur l'Antarctique et des organisations
internationales
9.1
Coopération avec le système du Traité sur l'Antarctique
9.1.1 Coopération avec les Parties consultatives au Traité sur l'Antarctique
9.2
Coopération avec des organisations internationales
9.2.1 Coopération avec le SCAR
9.2.2 Rapports des observateurs d'organisations internationales
9.2.3 Rapports des représentants de la CCAMLR aux réunions
d'organisations internationales de la période d'intersession écoulée et
nomination des représentants aux prochaines réunions d'organisations
internationales pertinentes
9.2.4 Coopération avec les ORGP
10.
Budget de 2015 et prévisions budgétaires pour 2016
11.
Autres questions
12.
Prochaine réunion
12.1
12.2
12.3
Élection des dirigeants
Invitation des observateurs
Date et lieu
13.
Rapport de la trente-troisième réunion de la Commission
14.
Clôture de la réunion.
136
Annexe 5
Résumé des activités menées par la Commission pendant
la période d'intersession 2013/14 – Rapport du président
Résumé des activités menées par la Commission pendant la
période d'intersession 2013/14 – Rapport du président
Réunions d’intersession
1.
Le sous-groupe sur les méthodes d'évaluation acoustique et d'analyse (SG-ASAM)
s'est réuni en avril à l'université ouverte de Shanghai, à Qingdao (République populaire de
Chine), et les réunions du groupe de travail sur les statistiques, les évaluations et la
modélisation (WG-SAM) et du groupe de travail sur le contrôle et la gestion de l'écosystème
(WG-EMM) ont eu lieu à Punta Arenas (Chili) en juin/juillet 2014. Au nom des participants,
le président s'associe au secrétariat pour remercier les hôtes de ces réunions du soutien et des
services et équipement spécialisés offerts. Le WG-FSA a été accueilli au siège de la
CCAMLR pendant deux semaines au début du mois d'octobre 2014.
Système de contrôle et système international d'observation scientifique
de la CCAMLR (SISO)
2.
Au 1er octobre 2014, 148 contrôleurs des pêches avaient été désignés par l'Australie, le
Chili, la France, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni. Vingt-deux contrôles en mer menés
par des contrôleurs désignés par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni dans les souszones 48.3 et 88.1 ont été déclarés. Les résultats de ces contrôles seront examinés lors de la
XXXIIIe réunion de la CCAMLR dans le cadre de la procédure d'évaluation de la conformité
(2012 – 31 juillet 2014).
3.
Au 1er octobre 2014, 91 contrôles portuaires menés par l'Afrique du Sud, le Chili, la
République de Corée, la France, Maurice, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et l'Uruguay
ont été déclarés.
4.
Lors de la XXXIe réunion de la CCAMLR, la Commission a adopté la mesure de
conservation (MC) 10-10 relative à la mise en œuvre de la procédure d'évaluation de la
conformité de la CCAMLR (CCEP pour CCAMLR’s Compliance Evaluation Procedure).
Dans sa deuxième année de mise en œuvre, la CCEP est importante pour la CCAMLR car elle
traite des cas possibles de non-conformité d'une manière ouverte et transparente et s'attache à
renforcer les mesures de conservation de la CCAMLR.
5.
Pendant la saison 2013/14, 80 1 observateurs scientifiques, désignés conformément au
SISO, ont été déployés dans la zone de la Convention : 44 sur des palangriers, 7 sur des
chalutiers pêchant le poisson des glaces et 29 sur des navires pêchant le krill. Sur ces
80 déploiements, on compte 53 observateurs internationaux et 27 observateurs nationaux. En
tout, le déploiement d'observateurs en 2013/14 a concerné 13 Membres-hôtes (c.-à-d. des
Membres dont les navires ont embarqué un observateur désigné dans le cadre du SISO) et
6 Membres désignant des observateurs (c.-à-d. qu'ils ont fourni des observateurs désignés
dans le cadre du SISO d'une nationalité différente de celle de l'État du pavillon).
1
Des observateurs déployés après le 1er décembre 2013.
139
6.
En juin 2014, l'Australie a soumis son programme de formation des observateurs pour
le faire accréditer dans le cadre du système d'accréditation des programmes de formation des
observateurs de la CCAMLR (COTPAS). Le secrétariat a procédé à une première évaluation
du contenu technique du programme, et cette évaluation sera soumise au groupe d'évaluation
technique par des pairs en vue de son approbation selon les consignes données dans
SC-CAMLR-XXX/08.
Pêcheries gérées par la CCAMLR
7.
Des membres de la CCAMLR ont participé aux pêcheries visant le poisson des glaces,
la légine et le krill pendant la saison 2013/14 (du 1er décembre 2013 au 30 novembre 2014) ;
leurs activités sont résumées dans CCAMLR-XXXIII/BG/01. Quatorze Membres ont mené
des opérations de pêche : l'Afrique du Sud, l'Australie, le Chili, la République populaire de
Chine, la République de Corée, l'Espagne, la France, le Japon, la Norvège, la NouvelleZélande, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni, l'Ukraine et l'Uruguay.
8.
Au 20 septembre 2014, les Membres avaient déclaré une capture totale de
285 028 tonnes de krill, 11 590 tonnes de légine et 1 131 tonnes de poisson des glaces de la
zone de la Convention. Des espèces accessoires ont été prises dont les captures sont
récapitulées dans SC-CAMLR-XXXIII/BG/01.
9.
Le secrétariat a procédé au suivi de toutes les pêcheries de la CCAMLR au moyen des
déclarations de capture et d'effort et des notifications de déplacement des navires. C'est sur
cette base qu'il avise les Membres et les navires de la fermeture des zones et des pêcheries. En
2013/14, le secrétariat a fermé six zones de gestion de pêcheries. Ces fermetures ont été
déclenchées juste avant que les limites de capture de l’espèce visée ne soient atteintes ; les
limites de la pêche de Dissostichus spp. de la sous-zone 88.2 ont été dépassées. Début octobre
2014, la pêche se poursuit dans certaines pêcheries et certaines fermetures prévues sont
encore à l'étude.
Système de documentation des captures de Dissostichus spp.
10.
Le système de documentation des captures (SDC) de la CCAMLR a été mis en œuvre
en mai 2000 en vertu de la MC 10-05. Le SDC, créé pour suivre la progression de
Dissostichus spp. du point de débarquement tout au long de la chaîne de distribution, cherche
à couvrir tous les spécimens de Dissostichus spp. capturés et vendus par les États y
participant.
11.
Depuis sa mise en application, le SDC a pris de l'ampleur et compte désormais
30 Parties contractantes et Parties non contractantes et 64 contacts officiels habilités par les
États participants pour 2014.
12.
Au 12 septembre 2014, la base de données du SDC contenait 60 787 certificats de
capture, d'exportation et de réexportation.
140
13.
Les Parties non contractantes (PNC) ne coopérant pas avec la CCAMLR en participant
au SDC, mais susceptibles d'être engagées dans la capture et/ou le commerce de légine en
2014 sont les suivants : Colombie, République Dominicaine, Émirats arabes unis, Équateur,
Malaisie, Mexique, Philippines, Thaïlande, Trinité-et-Tobago et Viêt Nam.
14.
Pendant l'année, la CCAMLR a fait des démarches officielles auprès des Parties non
contractantes ne coopérant pas avec la CCAMLR et susceptibles d'avoir participé à la capture
et/ou au commerce de légine, pour solliciter leur collaboration et pour qu'elles fournissent des
données sur le commerce de légine. En 2013/14, les Philippines et l'Équateur 2 ont répondu
officiellement à la correspondance de la CCAMLR.
15.
Depuis la XXXe réunion de la CCAMLR, le Secrétariat a développé et mis en œuvre
toute une série de fonctions liées au système électronique de documentation des captures
(e-SDC). Ce travail, rendu possible par la nouvelle technologie de développement du nouveau
site Web, a considérablement amélioré la fonctionnalité et la sécurité du système.
16.
En mai 2014, le Comité d'évaluation du SDC a effectué une évaluation indépendante
du SDC de la CCAMLR et de la MC 10-05 (CCAMLR-XXXIII/09 Rév. 1). Il a émis
plusieurs recommandations visant à améliorer la mise en œuvre et le fonctionnement du SDC,
notamment sur l'interface utilisateur et la technologie du SDC et les moyens de favoriser la
coopération des Parties non contractantes (PNC), et proposé des amendements à la MC 10-05
et au manuel de l'utilisateur du SDC correspondant. Le rapport du Comité sera examiné par le
SCIC.
VMS
17.
Le VMS continue d'être appliqué en vertu de la MC 10-04. Tous les navires autorisés à
pêcher dans la zone de la Convention CAMLR sont tenus de signaler régulièrement leur
position au Centre de surveillance des pêches de leur État du pavillon. À titre volontaire, la
plupart des navires communiquent également directement avec le secrétariat en temps réel. De
plus, plusieurs navires qui capturent de la légine en dehors de la zone de la Convention
transmettent des informations à la CCAMLR à titre volontaire. En 2013/14, 48 navires
menant des opérations dans la zone de la Convention et plus de 300 navires menant des
opérations en dehors de celle-ci ont adressé des déclarations au VMS de la CCAMLR.
18.
En avril 2014, le groupe de travail technique sur le VMS (TWG VMS), avec le soutien
du secrétariat, a publié son appel d'offres relatif au VMS. À la date de clôture du 13 juin 2014,
l'appel d'offres avait donné lieu à huit réponses. Le TWG VMS, ayant procédé à l'évaluation
des réponses à l'appel d'offres, a décidé de recommander l'un des VMS (CCAMLRXXXIII/14 Rév. 1, paragraphe 7).
19.
Le TWG VMS a préparé des recommandations à l'intention du SCIC concernant des
amendements à apporter à la MC 10-04 (CCAMLR-XXXIII/BG/07). Il a demandé un délai
pour poursuivre son évaluation de la MC 10-04 pendant la période d'intersession de 2015 en
vue d'un nouvel examen par le SCIC.
2
L'Équateur a répondu à la correspondance lui ayant été adressée pendant la saison 2012/13.
141
Pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN)
20.
Il n'est pas proposé d'inscrire de nouveaux navires sur la Liste des navires INN-PNC
de 2014/15, et aucun navire ne fait l'objet d'une proposition d'inscription sur la liste de navires
INN-PC de 2014/15. Aucune information n'a été communiquée qui justifierait le retrait d'un
navire de la Liste des navires INN-PNC.
21.
Le secrétariat a écrit aux États du pavillon dont les navires inscrits sur la Liste des
navires INN-PNC ont été observés en 2013/14. Seuls la Tanzanie et le Mali ont répondu
officiellement à la correspondance de la CCAMLR.
22.
En 2013, le secrétariat a regroupé toutes les données disponibles sur les activités INN
(ou probablement INN) pour en tirer un aperçu de la répartition spatio-temporelle potentielle
des activités INN dans la zone de la Convention CAMLR ces dernières années (CCAMLRXXXII/BG/09 Rév. 1). En 2014, le secrétariat a préparé une caractérisation spatiale des
activités INN dans la zone de la Convention pour 2014 (CCAMLR-XXXIII/BG/28 Rév. 1).
Ce résumé fourni par le secrétariat rassemble toutes les informations disponibles, à savoir les
comptes rendus d'observation par les Membres, les données du SISO et celles du système
d'identification automatique (SIA). Ces données portent entre autres sur des rencontres de
navires signalées dans le secteur Indien de l'océan Austral et sur la présence de navires et
d'engins de pêche dans la sous-zone 48.6 et indiquent que les tendances de pêche INN pour
2014 s'alignent sur celles de 2013.
Représentation de la Commission aux réunions d'autres organisations
23.
En 2013/14, la Commission a été représentée aux réunions des organisations et
programmes internationaux suivants : ACAP, CBI, CCSBT, CICTA, CITT, COI, CPPCO,
CTOI, FAO, OPANO, OPASE, ORGPPS, PNUE, RCTA, et UICN. La XXXIIIe réunion de la
CCAMLR examinera les rapports des observateurs de la CCAMLR auprès de ces réunions au
point 9.2 de son ordre du jour.
Adhésions
24.
L'Australie rendra compte du statut de la Convention.
Secrétariat
25.
Le secrétariat continue de présenter aux Membres des rapports financiers et
d'investissement trimestriels. Tout au long de l'année, le secrétariat a accordé son soutien au
groupe de correspondance de la période d'intersession sur le financement durable qui, entre
autres tâches, a réalisé une évaluation exhaustive du service de traduction du secrétariat.
26.
Le SCAF examinera par ailleurs un rapport sur la troisième année de mise en œuvre du
plan stratégique (2012–2014) et de la stratégie salariale et de dotation en personnel qui s'y
142
rattache. Un plan stratégique révisé, comprenant une stratégie salariale et de dotation en
personnel, pour couvrir la période 2015 à 2018, a été préparé à l'intention de la XXXIIIe
réunion de la CCAMLR (CCAMLR-XXXIII/13).
27.
Le secrétariat poursuit le développement du site Web et de l'infrastructure virtuelle.
Parmi les principaux projets réalisés pendant l'année, il convient de noter la mise en œuvre
d'un système en ligne de gestion des notifications de projets de pêche pour les pêcheries
nouvelles ou exploratoires et les pêcheries de krill, le système d'information géographique
(SIG) et la création d'un accès d'utilisateur avancé aux services en ligne, y compris celui des
« e-groupes ». Pendant la période d'intersession, les « e-groupes » ont facilité les
communications de 10 activités différentes auxquelles ont participé de nombreux membres de
la CCAMLR. Les mesures de conservation de la CCAMLR ont été archivées en ligne dans les
quatre langues officielles de la CCAMLR avec l'aide d'un stagiaire.
28.
Le secrétariat a également créé un modèle de krill fondé sur l'individu pour optimiser
l'utilisation des données d'observateurs dans les évaluations de l'écosystème et a facilité la
rédaction d'un projet d'Accord en faveur de la communication des données VMS de la
CCAMLR pour aider les missions de recherche et de sauvetage dans la zone de la Convention
CAMLR. Pendant la période 2013/14, le secrétariat a accueilli neuf stagiaires (voir
CCAMLR-XXXIII/BG/03).
143
Annexe 6
Rapport du Comité permanent sur l'application
et l'observation de la réglementation (SCIC)
Table des matières
Page
Application et observation de la réglementation .........................................
Procédure d'évaluation de la conformité ..................................................
Mesure de conservation 10-02 .........................................................
Mesure de conservation 10-05 .........................................................
Mesure de conservation 10-09 .........................................................
Mesure de conservation 10-10 .........................................................
Mesure de conservation 25-02 .........................................................
Mesure de conservation 41-01 .........................................................
Activités de pêche de recherche menées par la Russie dans la sous-zone 48.5 ....
Respect des mesures de conservation en vigueur .....................................
Système de documentation des captures (SDC) ...................................
Mesure de conservation 10-05 ..................................................
Coopération des PNC ............................................................
Système de suivi des navires (VMS) ...............................................
Propositions de nouvelles mesures et de mesures révisées ..........................
Niveau actuel de la pêche INN ............................................................
Rapports de synthèse ....................................................................
Initiative pilote ..........................................................................
Travaux en collaboration de l'ASOC et de la COLTO ...............................
Listes des navires INN .....................................................................
Autres questions ............................................................................
Appendice I :
147
147
156
156
157
157
158
158
159
160
167
168
169
174
177
183
183
185
186
188
189
Rapport CCAMLR de conformité ......................................
191
Appendice II : Mandat pour la mise en œuvre
des recommandations du Comité d'évaluation du SDC ...............
206
Appendice III : Accord pour l'accès et l'utilisation des données du système
CCAMLR de suivi des navires au profit de la recherche
et du sauvetage maritime entre le secrétariat de la CCAMLR et
[nom de l'agence en Afrique du Sud] [nom de l'agence en Argentine]
[nom de l'agence en Australie] [nom de l'agence au Chili]
[nom de l'agence en Nouvelle-Zélande]] ............................... 215
Appendice IV : Liste des navires INN des Parties non contractantes ..................
146
220
Rapport du Comité permanent sur l'application
et l'observation de la réglementation (SCIC)
Application et observation de la réglementation
Procédure d'évaluation de la conformité
1.
Le SCIC examine le document CCAMLR-XXXIII/08 Rév. 1 qui rend compte de la
seconde année d'application de la procédure d'évaluation de la conformité de la CCAMLR
(CCEP) de la mesure de conservation (MC) 10-10 et dans lequel figure le Rapport CCAMLR
de synthèse de la conformité pour 2013/14.
2.
Le SCIC note que les projets de rapport de conformité des Membres couvrent la
période comprise entre le 1er août 2013 et le 31 juillet 2014 et rendent compte de l'application
de neuf mesures de conservation : 10-01, 10-02, 10-03, 10-04, 10-09, 23-06, 25-02, 26-01
et 41-02. Il note que, pour les projets de rapports CCAMLR de conformité des Membres, le
secrétariat a compilé des données qui ont été soumises en vertu des mesures de conservation
afférentes à la conformité et aux données, du système de documentation des captures de
Dissostichus spp. (SDC), du système de suivi des navires (VMS), du système de contrôle et
du système international d'observation scientifique (SISO).
3.
Le SCIC rappelle que, conformément au paragraphe 3 ii) de la MC 10-10, il adoptera
par consensus un rapport CCAMLR provisoire de conformité. Le rapport provisoire
comportera une évaluation du statut de conformité, conformément à l'annexe 10-10/B de la
MC 10-10, ainsi que des recommandations de mesures de redressement, d'amendements aux
mesures de conservation, d'obligations prioritaires et d'autres mesures adaptées.
4.
Le SCIC examine les projets de rapports de conformité des Membres à qui il a été
donné l'occasion de présenter des informations susceptibles de justifier chaque écart signalé
par rapport à l'application des mesures de conservation.
5.
Le SCIC reconnaît que les écarts peuvent être liés à plusieurs catégories de statuts
(p. ex. en conformité, autres informations requises) et note que parmi les autres informations
requises pourrait figurer la révision d'une mesure de conservation pour résoudre une difficulté
technique qui empêcherait son application. Il décide également d'inclure des commentaires, le
cas échéant, et de noter les raisons pour lesquelles un statut particulier ne pourrait être
reconnu par tous les Membres.
6.
L'Australie est invitée à s'exprimer sur son rapport provisoire de conformité faisant
état d'un écart dans l'application de la MC 10-03. En effet, dans le port d'Albany, un navire n'a
pas été inspecté dans les 48 heures (MC 10-03, paragraphe 5). L'Australie déclare que c'est
pour des raisons de logistique et afin d'appliquer la réglementation sur la santé et la sécurité
au travail que le navire n'a pu être inspecté dans les délais prescrits. Elle a donné suite en
procédant à un examen du cas en question, consciente de l'importance de l'application de cette
mesure.
7.
L'UE remercie l'Australie de son explication et souligne la nécessité de s'efforcer à
mener les contrôles de navires dans les délais prescrits, tant à l'égard de ce cas que dans
d'autres cas similaires mentionnés dans les projets de rapport de conformité.
147
8.
Le SCIC est d'avis que ce constat d'écart dans l'application de la MC 10-03 par
l'Australie devrait être classé dans la catégorie « partiellement en conformité » ne nécessitant
aucune mesure ultérieure.
9.
Le Chili est invité à s'exprimer sur son rapport provisoire de conformité faisant état
d'écarts dans l'application de la MC 10-02. Dans ce cas, les notifications de licence n'ont pas
été présentées dans les sept jours de leur délivrance pour le Diego Ramirez et le Cabo de
Hornos (MC 10-02, paragraphe 3). Le Chili regrette l'infraction à cette mesure et avise le
SCIC qu'il a maintenant établi des contrôles internes pour éviter que cette situation ne se
reproduise.
10.
Le Chili est invité à s'exprimer sur son rapport provisoire de conformité faisant état
d'écarts dans l'application de la MC 10-03. Dans ce cas, les comptes rendus de contrôles
portuaires n'ont pas été reçus par le secrétariat dans les délais prescrits pour trois navires,
l'Antarctic Bay, le Globalpesca II et le Globalpesca III, qui ont déclaré avoir débarqué des
captures dans des ports chiliens. Le Chili a révisé ses procédures internes pour améliorer ses
interactions avec le secrétariat.
11.
Le Chili discute également des écarts relatifs à la mise en œuvre de la MC 10-03,
lorsque des navires n'ont pas été inspectés dans les 48 heures de leur entrée dans le port de
Punta Arenas. Il indique que dans les deux cas, le retard d'exécution des inspections a été
enregistré dans les comptes rendus de contrôles respectifs et étaient imputables à des
circonstances échappant au contrôle de l'agence responsable de l'application de la
réglementation.
12.
Le SCIC est d'avis que les écarts du Chili dans l'application des MC 10-02 et
MC 10-03 devraient se voir attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne
nécessitant aucune mesure ultérieure.
13.
Le Chili est invité à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 25-02
relativement à un événement de mortalité aviaire élevée sur le navire Antarctic Bay. Le Chili
avise le SCIC qu'il s'agit là d'un cas certain de non-conformité amenuisant l'efficacité des
mesures de conservation adoptées par la CCAMLR, et fait référence à la discussion de cet
événement lors de la réunion du groupe de travail sur l'évaluation des stocks de poissons
(SC-CAMLR-XXXIII, annexe 7, paragraphes 8.22 à 8.23). Il indique que, bien qu'un autre
Membre ait déjà imposé une amende pour cet incident, les autorités chiliennes ont lancé leur
propre enquête.
14.
Plusieurs Membres remercient le Chili de ses commentaires et trouvent préoccupante
la mortalité aviaire élevée liée à cet incident. Les Membres encouragent le Chili à finaliser
l'enquête et à imposer des sanctions sans tarder, puis à présenter un compte rendu à la
Commission pendant la période d'intersession en préparation d'une nouvelle discussion lors de
la XXXIVe réunion de la CCAMLR.
15.
Le Chili indique que l'écart décrit dans son projet de rapport de conformité au sujet de
l'application de la MC 25-02 et du déploiement des lignes de banderoles est lié à l'écart
précédent qui concernait l'Antarctic Bay et que ces deux constatations font l'objet d'une
enquête.
148
16.
Le SCIC décide que les deux constatations signalées en rapport avec l'application de la
MC 25-02 devraient être classées comme des cas de non-conformité et que le Chili devrait
fournir un complément d'information une fois son enquête arrivée à son terme.
17.
La Chine est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-04 au
sujet de la soumission tardive des données VMS par le Fu Rong Hai en deux occasions. La
Chine avise le SCIC de ce qui suit :
« Pendant la saison de pêche 2012/13, le navire Fu Rong Hai s'est rendu dans la zone
de la Convention à trois reprises. La première fois, il y est resté du 3 janvier 2013 au
1er février 2013. Après avoir quitté la zone de la Convention le 1er février, le Fu Rong
Hai y est retourné le 7 février et en est reparti le 31 mars. Le navire est de nouveau
entré dans la zone de la Convention le 13 avril, et y a poursuivi ses opérations de
pêche jusqu'au 4 septembre 2013. Le rapport VMS du navire sur l'ensemble de la
saison de pêche 2012/13 est parvenu au secrétariat le 10 octobre 2013.
Pendant la saison de pêche 2012/13, le navire Fu Rong Hai a rempli les conditions de
la mesure de conservation 10-04, y compris celles concernant la déclaration des
données VMS et la notification des déplacements. Chaque déplacement, avec l'entrée,
la sortie et les déplacements entre les sous-zones a été notifié à la CCAMLR en temps
voulu conformément à la MC 10-04. Les données VMS du navire de l'ensemble de la
saison ont été intégrées en un e-mail et soumises le 10 octobre 2013, à savoir en
fait 16 jours ouvrables après le dernier départ du Fu Rong Hai.
Deux erreurs techniques se sont produites dans ce cas précis par rapport à la
MC 10-04. L'une concerne un malentendu quant au terme "départ" ; l'autre est le fait
que le rapport ait été soumis exactement 16 jours après que le navire a quitté la zone,
c'est-à-dire avec 6 jours de retard selon les termes de la MC 10-04 précisant dans les
10 jours suivant la sortie du navire, compte tenu des jours fériés en Chine, et non pas
6 mois de retard comme cela est mentionné dans CCAMLR-XXXIII/08 Rév. 1. Le
retard du rapport résulte de plusieurs facteurs, tels qu'un remplacement de personnel,
le mauvais fonctionnement de la boîte mail et les jours fériés dus aux fêtes
traditionnelles chinoises d'octobre.
Nous tenons ici à souligner deux points. L'un concerne la similarité de ce cas avec le
premier cas ; l'autre est le fait qu'il n'y a pas d'écart de conformité en ce qui concerne
le navire de pêche Fu Rong Hai. Comme nous l'avons déjà expliqué, plusieurs raisons
qui n'étaient pas intentionnelles expliquent ce retard. Après tout, l'objectif des
MC 10-04 et MC 10-10 est de rehausser la capacité des États à contrôler les navires et
à les dissuader de mener une pêche INN. Dans le cas du Fu Rong Hai, nous estimons
que le retard du rapport VMS n'était pas la faute du navire. De ce fait, nous
n'acceptons pas que le cas du navire Fu Rong Hai soit un cas de non-conformité.
Selon l'opinion personnelle de M. Tang, il pourrait s'agir d'un cas de conformité
partielle pour les besoins de l'évaluation de la conformité pour la Commission. »
18.
De nombreux Membres notent que la signification du mot « départ » dans la
MC 10-04 est sans équivoque et que le retard important, de sept mois dans un cas, est
préoccupant.
149
19.
La Chine note que, selon sa propre interprétation du départ comme étant la fin d'une
campagne de pêche, les données VMS n'ont été soumises qu'avec six jours de retard.
20.
Certains Membres suggèrent que la Chine n'a pas fourni suffisamment d'informations
pour que son explication de l'incident soit satisfaisante. Les États-Unis notent qu'étant donné
que le navire a déclaré quand il est sorti de la zone de la Convention, il est difficile de
comprendre pourquoi les données VMS n'ont été soumises que sept mois plus tard.
21.
Le SCIC est d'avis que dans les deux cas constatés ayant trait à l'application de la
MC 10-04 par la Chine, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne
nécessitant aucune mesure ultérieure.
22.
La Chine est invitée à s'exprimer sur trois écarts dans l'application de la MC 10-09. En
effet, en raison de l'état de la mer, la transmission des notifications de transbordement pour le
Kai Yu et le Kai Li était en retard. Ces écarts sont similaires aux constatations de conformité
partielle rapportées lors de la XXXIIe réunion de la CCAMLR (CCAMLR-XXXII, annexe 6,
paragraphe 107). La Chine déclare que la compagnie responsable a été informée de
l'application stricte de la MC 10-09 et ajoute que des exercices annuels de formation ont été
organisés pour renforcer la conformité des navires de pêche chinois opérant dans la zone de la
Convention.
23.
Le SCIC se déclare en faveur d'une proposition du Royaume-Uni sur la révision de la
MC 10-09 qui viserait à renforcer les exigences de suivi et de contrôle des transbordements.
24.
Le SCIC est d'avis que dans les trois cas constatés ayant trait à l'application de la
MC 10-09 par la Chine, il convient d'accorder le statut de « partiellement en conformité » ne
nécessitant aucune mesure ultérieure.
25.
La France est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-02,
dans ce cas, la délivrance tardive d'une licence de pêche au Saint-André. La France regrette ce
retard dû à une erreur administrative et réitère son engagement à être vigilante afin de
respecter les dates de notification.
26.
Le SCIC remercie la France et considère qu'elle a pris les mesures voulues pour
remédier à cet incident. Il est d'avis que dans ce cas d'écart constaté dans l'application de la
MC 10-02, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne nécessitant
aucune mesure ultérieure.
27.
La Corée est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-09. En
effet, une notification de transbordement a été soumise en retard par le Sejong en raison d'un
changement d'horaire échappant au contrôle du navire.
28.
Le SCIC est d'avis que dans ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-09
par la Corée, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne nécessitant
aucune mesure ultérieure.
29.
La Corée est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la MC 23-06.
Dans ce cas, les données par trait du Kwang Ja Ho ont été soumises en retard du fait d'erreurs
administratives. La Corée explique que c'est le navire qui a commis ces erreurs et qu'elle a
pris des mesures pour éviter que des événements de cette nature ne se reproduisent.
150
30.
Le SCIC est d'avis que dans ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 23-06
par la Corée, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne nécessitant
aucune mesure ultérieure.
31.
La Norvège est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la MC 10-01.
Le SCIC indique qu'il n'y a pas eu infraction à cette mesure de conservation car, en fait, les
bouées identifiées par les contrôleurs comme ne portant pas les marques voulues ne servaient
pas à indiquer l'emplacement de l'engin de pêche.
32.
Le SCIC décide que l'écart concernant l'application de la MC 10-01 par la Norvège ne
devrait pas figurer dans le rapport CCAMLR provisoire de conformité.
33.
La Norvège est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-04.
Dans ce cas, le contrôle du Seljevaer a révélé que l'unité de VMS n'était pas scellée. La
Norvège avise le SCIC que ses autorités ont émis un avertissement et qu'elle considère qu'il
s'agit là d'un cas de non-conformité.
34.
Le SCIC est d'avis que dans ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-04
par la Norvège, il convient d'attribuer le statut de « non-conformité » ne nécessitant aucune
mesure ultérieure.
35.
La Norvège est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la MC 10-04.
Dans ce cas, le contrôle du Juvel a révélé que l'antenne du VMS n'était pas scellée. La
Norvège avise le SCIC qu'elle a reçu confirmation du navire que le système était intact et
scellé comme à l'origine. Elle explique que sa réglementation n'exige pas que les antennes de
VMS soient scellées et que jusqu'à présent, les autorités norvégiennes croyaient que la
réglementation norvégienne était en accord avec les dispositions de la MC 10-04.
36.
Le Chili indique que, suite à la discussion de cas similaires lors de la XXXIIe réunion
de la CCAMLR, son agence d'exécution de la réglementation a décidé de prendre des
photographies pendant les contrôles, considérant qu'elles s'avéreraient utiles pour illustrer les
constatations consignées dans le rapport du contrôleur.
37.
Le Chili trouve préoccupant le fait que certains Membres cherchent continuellement à
nuire à la crédibilité des conclusions et des comptes rendus des contrôleurs. Il ajoute que ces
tentatives ont des répercussions négatives sur l'efficacité du système de contrôle.
38.
Le Chili, en tant que nation ayant effectué le contrôle, présente des preuves
photographiques au SCIC sur ce qu'il a déclaré être une antenne non scellée de VMS sur le
Juvel. Il explique que, en tant que mécanisme émetteur du signal, il est absolument essentiel
que l'antenne du VMS soit scellée.
39.
Par ailleurs, le Chili encourage la coopération entre les États du pavillon et les États du
port pour renforcer la communication à l'égard des contrôles.
40.
Le SCIC estime que le cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-04 par la
Norvège est lié à une ambiguïté dans la mesure. Il considère qu'il convient de lui attribuer le
statut « informations complémentaires requises » et que des mesures s'imposent pour clarifier
la MC 10-04, dans le cadre des travaux d'intersession du groupe de travail technique sur le
VMS (TWG).
151
41.
Le SCIC estime, de plus, que la MC 10-03 devrait être révisée pour encourager les
contrôleurs à inclure des photographies, si possible, et renvoie la MC 10-03 à la Commission.
42.
De nombreux Membres indiquent que lors de la XXXIIe réunion de la CCAMLR, les
projets de rapports provisoires de conformité des Membres avaient été examinés par mesure
de conservation, ce qui avait facilité l'identification des questions d'application de mesures de
conservation. Le SCIC accepte de suivre cette approche les prochaines années.
43.
La Nouvelle-Zélande déclare qu'en tant que nation qui procède à des contrôles, il n'est
pas possible d'amender un formulaire de contrôle, ni même de le commenter, au cas où il
comporterait une erreur et que le contrôleur est la seule personne qui puisse statuer sur un
compte rendu de contrôle. Elle s'inquiète du fait que, dans bien des cas, les contrôleurs sont
forcés de décider si une unité de VMS est réglementaire alors que de nombreux contrôleurs
n'ont pas reçu la formation voulue sur toute la technologie de l'équipement des navires de
pêche modernes. Elle suggère que les parties responsables des contrôles devraient avoir la
possibilité d'émettre des commentaires sur leurs propres formulaires de comptes rendus de
contrôles.
44.
La Russie est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-01.
Dans ce cas, les inscriptions apposées sur le navire Sparta n'étaient pas réglementaires : elles
ne faisaient que 0,22 m de hauteur et non 1,0 m comme prescrit. La Russie déclare que le
propriétaire de ce navire a été avisé de la non-conformité des inscriptions et que des mesures
ont été prises pour que les inscriptions soient désormais réglementaires. Elle note que toutes
les autres inscriptions étaient conformes aux normes prescrites et que toutes les informations
correspondantes étaient conformes au registre du navire. Elle indique que comme les critères
du marquage sont fonction de la hauteur du navire, l'équipage peut se tromper quant à la taille
des inscriptions proportionnellement à celle du navire.
45.
Plusieurs Membres considèrent qu'il ne s'agit pas là d'une question sans importance car
l'absence de marquage pourrait rendre l'identification des navires difficile.
46.
Le SCIC est d'avis que dans ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-01
par la Russie, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité », et que la
MC 10-01 devrait être révisée.
47.
Le SCIC décide que la MC 10-01 devrait être révisée pour refléter le texte des
spécifications types de la FAO sur le marquage et l'identification des bateaux de pêche et
renvoie la MC 10-01 à la Commission.
48.
La Russie est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-04.
Dans ce cas, le contrôle du navire Ugulan a révélé que l'unité de VMS n'était plus scellée
comme elle le devrait. La Russie avise le SCIC que seules les antennes en forme de dôme
devaient être scellées, car il n'est pas exigé que la boîte de jonction le soit. Elle estime donc
que ce cas devrait être considéré comme un cas de pleine conformité.
49.
La Nouvelle-Zélande fait de nouveau remarquer le manque d'informations claires dans
la MC 10-04 sur les spécifications relatives aux scellés des VMS. Elle indique toutefois que la
possibilité de toucher dans un but frauduleux à l'alimentation en énergie permet de trafiquer le
dispositif même. Elle suggère de renvoyer cette question au TWG VMS qui en débattra avec
d'autres questions qui lui auront été adressées.
152
50.
Le SCIC estime qu'il s'agit là encore d'une conséquence de l'ambiguïté de la MC 10-04
et classe ce cas dans la catégorie « informations complémentaires requises » et que des
mesures s'imposent pour clarifier la MC 10-04, dans le cadre des travaux d'intersession du
TWG VMS.
51.
La Russie est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la MC 10-09.
Dans ce cas, la notification de transbordement du Yantar 31 a été présentée en retard. Elle
avise le SCIC qu'une enquête est en cours et que le propriétaire du navire a reçu une amende.
52.
Le SCIC est d'avis que dans ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-09
par la Russie, il convient d'attribuer le statut de « partiellement en conformité » ne nécessitant
aucune mesure ultérieure.
53.
L'Afrique du Sud est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la
MC 10-03. Dans ce cas, le Koryo Maru No. 11 n'a pas été contrôlé dans les 48 heures du port
d'entrée. L'Afrique du Sud avise le SCIC que les autorités chargées des contrôles ne pouvaient
offrir qu'un service limité en raison de la résiliation du contrat de l'agence officielle chargée
des contrôles. Elle indique qu'elle a publié un appel d'offres et, qu'avec d'autres projets de
renforcement des capacités, qu'elle n'imagine pas que cette situation puisse se reproduire.
54.
La Nouvelle-Zélande recommande à l'Afrique du Sud, conformément au paragraphe 4
de la MC 10-03, de diriger les navires vers d'autres ports tant que le problème du manque
d'inspecteurs au Cap n'aura pas été résolu.
55.
Le SCIC est d'avis que ce cas constaté ayant trait à l'application de la MC 10-03 par
l'Afrique du Sud devrait être classé comme « partiellement en conformité ». Il attend avec
intérêt le compte rendu de ce pays sur les mesures qu'elle a prises pour résoudre le problème
du manque de personnel.
56.
L'Afrique du Sud est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la
MC 10-03. En effet les données du SDC indiquent qu'un débarquement de légine a eu lieu
dans le cas du Shinsei Maru No. 3, or aucun contrôle portuaire du navire n'a été effectué.
57.
Certains Membres trouvent cette situation très préoccupante et soulignent l'importance
des contrôles portuaires qui constituent un instrument clé dans la lutte contre la pêche INN. Ils
encouragent l'Afrique du Sud à agir immédiatement pour garantir qu'elle ne manquera aucun
contrôle à l'avenir.
58.
Le SCIC décide que cet écart d'application de la MC 10-03 par l'Afrique du Sud est un
cas de « non-conformité » et que des mesures doivent être prises. L'Afrique du Sud est invitée
a soumettre un rapport pendant la période d'intersession pour expliquer les mesures qu'elle
aura prises pour remédier à cette situation à court terme.
59.
L'Afrique du Sud affirme au SCIC qu'elle ne prend pas cette situation à la légère et
qu'elle présentera un compte rendu détaillé à la CCAMLR dans les 90 jours. Elle ajoute que
quatre débarquements de légine ont eu lieu après l'incident auquel il est fait référence au
paragraphe 56 et que tous ont été contrôlés comme l'exige la MC 10-03.
60.
L'Afrique du Sud est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la
MC 26-01. Dans ce cas, il s'agit des courroies d'emballage des caisses d'appât signalées à bord
du El Shaddai. L'Afrique du Sud explique que l'observateur a signalé avoir trouvé des
153
courroies d'emballage de caisses d'appât au capitaine du navire et qu'elles ont ensuite été
coupées en morceaux. Elle déclare que l'armement en question a reçu un avertissement et qu'il
devrait à l'avenir pleinement respecter la réglementation pertinente.
61.
Le SCIC est d'avis que l'écart constaté dans l'application de la MC 26-01 par l'Afrique
du Sud est un cas de « non-conformité » et prend note des mesures prises par l'Afrique du Sud
pour y répondre. Le SCIC décide qu'aucune mesure supplémentaire n'est requise.
62.
L'Ukraine est invitée à s'exprimer sur des écarts dans l'application de la MC 10-01.
Dans ce cas, les inscriptions apposées sur le navire Simeiz n'étaient pas réglementaires : elles
ne faisaient que 0,4 m de hauteur et non 1,0 m comme prescrit. L'Ukraine avise le SCIC que
le navire a modifié ses inscriptions dès qu'il est entré dans des latitudes plus basses où, d'un
point de vue logistique, il était possible d'effectuer ces changements. Elle mentionne qu'elle
dispose de preuves photographiques de cela et qu'elle les a adressées par e-mail au Membre
ayant envoyé le contrôleur, la Nouvelle-Zélande, et au secrétariat de la CCAMLR.
63.
Le SCIC est d'avis que ce cas ayant trait à l'application de la MC 10-01 par l'Ukraine,
devrait être classé dans la catégorie « partiellement en conformité » ne nécessitant aucune
mesure ultérieure.
64.
L'Ukraine est invitée à s'exprimer sur des écarts liés à l'application de la MC 10-04.
Dans ce cas, le contrôle du Poseydon I a révélé que l'unité de VMS n'était plus scellée.
L'Ukraine ayant demandé des informations supplémentaires, elle a reçu une réponse des
autorités de l'État du pavillon clarifiant que le VMS n'était pas scellé de la manière
réglementaire. Elle a sollicité la coopération des autorités chiliennes, leur demandant par
correspondance écrite de bien vouloir resceller l'unité de VMS. L'Ukraine déclare qu'elle n'a
pas reçu de réponse et qu'elle considère que cette correspondance a été perdue lors de sa
transmission. Elle ajoute que tant que cette enquête ne sera pas conclue, la licence du navire
ne sera pas prolongée.
65.
Le Chili indique qu'il s'est engagé à travailler avec les États du pavillon pour garantir
la conformité et à résoudre cette question avec l'Ukraine.
66.
Le SCIC est d'avis que cette constatation ayant trait à l'application de la MC 10-04 par
l'Ukraine est un cas de non-conformité et demande à ce pays de soumettre un compte rendu au
secrétariat dans les 90 jours.
67.
L'Uruguay est invité à s'exprimer sur l'application de la MC 10-03. En effet, le navire
frigorifique Aquamarine et le navire de pêche Juvel n'ont pas été contrôlés dans le port de
Montevideo dans les 48 heures de leur entrée au port. L'Uruguay explique que ce retard était
dû à des erreurs administratives et à des difficultés opérationnelles.
68.
L'Uruguay souligne que cet incident est le fait de difficultés opérationnelles et informe
le SCIC de difficultés liées au contrôle des navires frigorifiques. Il explique que la charge de
travail est plus importante à Montevideo que dans d'autres ports, ce qui explique une plus
grande marge d'erreur.
154
69.
L'Uruguay fait la déclaration suivante à l'égard du système de contrôle :
« Nous réaffirmons notre ferme conviction que le système de contrôle est légitime en
tant qu'outil essentiel pour mesurer le respect des mesures de conservation de la
CCAMLR. Dans le cas de notre pays, cette obligation est d'autant plus importante que
c'est un exercice auquel nous nous livrons et auquel nous continuons de nous livrer à
une fréquence marquée. Cependant, sans préjudice de la compétence que nous confère
la Convention, nous devons reconnaître les nouvelles responsabilités internationales en
matière de contrôles portuaires issues de l'entrée en vigueur attendue de l'Accord
relatif aux mesures du ressort de l'État du port, destinées à dissuader la pêche illicite,
non déclarée et non réglementée (pêche INN).
Notre pays est l'un des 12 premiers pays signataires de l'Accord susmentionné qu'il a
ratifié en novembre 2012. Cela signifie que, pour l'Uruguay, cet Accord ayant force de
loi, il est applicable à l'échelle nationale, et, tant qu'il ne sera pas entré en vigueur, il
l'est à l'échelle internationale sur une base volontaire. Comme chacun le sait, le port de
Montevideo est le terminal portuaire enregistrant le trafic de navires de pêche le plus
dense de la côte atlantique d'Amérique du sud, ce qui veut dire que l'Uruguay doit
réaliser de nombreux contrôles sur les flottes de pêche d'un grand nombre de nations.
Comme nous y sommes tenus, nous avons soumis au secrétariat un compte rendu des
contrôles accomplis en application de la MC 10-03 en 2013, à savoir plus
de 30 contrôles, rien que dans le cadre de la CCAMLR. Si nous y ajoutons ceux
effectués en vertu de l'Accord sur les mesures du ressort de l'État du port et ceux
concernant la CICTA, il est possible que nous atteignions plus de 100 contrôles pour
l'année 2014, sans compter les contrôles de la flotte nationale, ce qui montre
clairement le grand nombre d'heures passées sur des activités de contrôle.
Nos services ont préparé un document statistique indiquant que de septembre 2009
au 1er octobre 2014, un total de 165 contrôles ont été réalisés en conformité avec les
mesures de conservation de la CCAMLR.
D'autre part, d'autres pays membres satisfont avec le même engagement et
dévouement les obligations issues des mesures de conservation. Ils estiment que le
système de contrôle impose une surcharge de travail et des responsabilités souvent très
lourdes, notamment celles liées à des exigences purement administratives. Nous
devons supposer que l'objectif du système de contrôle est de certifier que les navires
de pêche respectent les mesures de conservation. Mettre l'accent sur les quelques
écarts de mise en œuvre de cet exercice important et lourd à porter ne fait que
détourner l'attention d'une procédure de contrôle montrant l'observation exemplaire
des obligations de fond. Nous réaffirmons notre engagement envers cette tâche, que
nous avons assumée avec dévouement, dans le cadre des mesures de conservation en
vigueur. Cependant, lors de l'examen de ces questions par la Commission, nous
devons garder à l'esprit que l'impact des responsabilités de contrôle n'affecte pas tous
les pays membres de la même façon. En conséquence, en premier lieu, nous
considérons qu'il serait utile que le secrétariat compile un rapport récapitulatif de tous
les contrôles portuaires réalisés par les membres de la CCAMLR ces cinq dernières
années, afin d'évaluer adéquatement la distribution des responsabilités de contrôle.
Finalement, nous estimons qu'il serait important que la Commission entreprenne une
révision des obligations administratives issues de la mise en œuvre des mesures de
155
conservation, notamment celles concernant les dates limites de soumission des
rapports, étant entendu qu'il faut relativiser leur poids dans l'exercice d'évaluation
qu'effectue le SCIC et séparer, d'une manière ou d'une autre, les questions purement
administratives des questions de fond relatives à des violations plus graves. »
70.
Le Chili fait sienne la déclaration faite par l'Uruguay, notamment à l'égard de la charge
de travail qu'un grand nombre de contrôles peut représenter pour les États du port.
71.
Le SCIC décide, comme ni l'un ni l'autre de ces navires ne transportaient de
Dissostichus spp., de classer les deux cas dans la catégorie « en conformité » du fait que
l'Uruguay n'a pas manqué à ses obligations en rapport avec le paragraphe 2 de la MC 10-03.
Le SCIC décide qu'aucune mesure supplémentaire n'est requise.
72.
L'Uruguay discute aussi du cas relatif à la MC 10-03 dans lequel aucun compte rendu
de contrôle n'a été reçu sur les débarquements de captures du Hong Jin No. 701 et annonce au
SCIC qu'une enquête est en cours.
73.
Le SCIC décide, bien qu'il comprenne les raisons avancées par l'Uruguay, de classer ce
constat d'écart dans l'application de la MC 10-03 par l'Uruguay comme un cas de « nonconformité » avec « informations complémentaires requises ». L'Uruguay accepte de
présenter un rapport détaillé au secrétariat dans les 90 jours.
74.
Le SCIC adopte par consensus le rapport CCAMLR provisoire de conformité
(appendice I) qu'il transmet à la Commission pour adoption.
Mesure de conservation 10-02
75.
Les États-Unis proposent des amendements à la MC 10-02 pour prévoir l'autorisation
des navires des Parties contractantes qui effectuent des opérations de transbordement dans la
zone de la Convention. Cette proposition est liée à la révision proposée de la MC 10-09 pour
permettre un meilleur contrôle des transbordements dans la zone de la Convention.
76.
De nombreux Membres soutiennent cette proposition et soulignent la nécessité d'un
contrôle et d'un suivi plus stricts des navires qui effectuent des transbordements. Ils
conviennent de poursuivre l'examen de cette question pendant la période d'intersession.
77.
Certains Membres déplorent de ne pas disposer de suffisamment de temps pour
examiner la proposition.
Mesure de conservation 10-05
78.
Le SCIC note que selon les données de SDC, de la légine aurait été transbordée d'un
navire de pêche à un porte-conteneurs en 12 occasions en 2013/14. Le secrétariat n'a pas reçu
de compte rendu de contrôle vis-à-vis de ces transbordements ou des débarquements
ultérieurs.
156
79.
Le SCIC note que la MC 10-05 autorise le transbordement de captures d'un navire de
pêche à un autre ou à un autre moyen de transport. Il ajoute que cette question a déjà été
soulevée par le Comité d'évaluation du SDC et que la MC 10-05 avait été transmise à la
Commission qui devrait résoudre cette question parmi d'autres.
80.
Le SCIC souligne de nouveau qu'il est nécessaire de mieux contrôler les
transbordements.
Mesure de conservation 10-09
81.
Le SCIC note qu'on ne peut établir clairement si la MC 10-09 autorise le
transbordement avec des navires battant pavillon de Parties non contractantes (PNC). Il ajoute
qu'en 2013/14, quatre navires battant pavillon de PNC ont mené des opérations dans la zone
de la Convention et effectué des transbordements avec des navires autorisés de Membres. Ces
quatre navires battaient pavillon des Bahamas, du Liberia et de la République de Moldavie.
82.
Le SCIC note qu'on ne sait pas non plus si la MC 10-02 considère que les navires
battant pavillon de Parties contractantes (PC) et engagés dans des activités de transbordement
mènent des activités de pêche et, de ce fait, requièrent une autorisation en vertu de cette
mesure de conservation.
83.
Étant donné ces problèmes et l'absence générale de suivi et de contrôle des
transbordements, de nombreux Membres sont en faveur de la révision des MC 10-02 et 10-09
pour les rendre plus claires et plus strictes.
Mesure de conservation 10-10
84.
Le SCIC décide de réviser la MC 10-10 pour y inclure une évaluation de la conformité
des Parties contractantes aux mesures de conservation, le cas échéant, et indiquer
explicitement que l'objectif du CCEP est l'évaluation du respect des mesures de conservation
par les Parties contractantes plutôt que par les navires.
85.
Le SCIC décide également de réviser la MC 10-10 pour spécifier que les Parties
contractantes devraient présenter des informations complémentaires, telles que des preuves
écrites ou photographiques en réponse à leurs rapports provisoires de conformité
86.
Le SCIC note que la version espagnole de la MC 10-10, à l'annexe 10-10/B, contient
une erreur. Dans les critères de non-conformité grave, fréquente ou persistante, le terme ou a
été remplacé par et dans la version espagnole, ce qui devrait être corrigé pour correspondre au
statut de conformité et aux versions dans les autres langues.
87.
Le SCIC s'accorde sur le fait que, suite à la décision prise lors de la XXXIIe réunion de
la CCAMLR (annexe 6, paragraphe 113), la référence à MC 22-07 devrait être supprimée de
l'annexe 10-10/A de la MC 10-10, et il renvoie la MC 10-10 à la Commission.
157
Mesure de conservation 25-02
88.
Le SCIC prend note de la discussion menée par le Comité scientifique sur les révisions
proposées de la MC 25-02 relativement aux mesures d'atténuation de la capture accidentelle
d'oiseaux marins. Il demande au Comité scientifique de lui garantir que les changements
suggérés ne diminueront pas le niveau de protection accordé par les mesures d'atténuation et
qui est requis dans les pêcheries à la palangre de la CCAMLR. Le Comité scientifique renvoie
le SCIC à WG-FSA-14/24, document qui décrit les raisons justifiant ces révisions de la
MC 25-02.
Mesure de conservation 41-01
89.
Le Comité scientifique avise le SCIC que le fait que l'Argos Georgia, le Palmer et le
Yantar 31 n'ont pas atteint le niveau statistique de cohérence du marquage requis (60%) dans
la sous-zone 88.2 en 2014 représente des artéfacts d'échantillonnage plutôt qu'un souci de
conformité, car les statistiques de cohérence du marquage sont calculées sur un petit nombre
de poissons marqués et relâchés. En conséquence, il est proposé d'amender le paragraphe 2 ii)
de l'annexe 41-01/C de la MC 41-01 (SC-CAMLR-XXXIII, annexe 7, paragraphe 3.26).
90.
Le Comité scientifique avise le SCIC que ce changement de critères n'aurait pas
produit une évaluation différente des problèmes de conformité rencontrés par le passé avec le
niveau statistique de cohérence du marquage, car les seules situations où les navires ont
capturé plus de 10 tonnes de Dissostichus spp. et atteint le taux de marquage requis (mais en
marquant moins de 30 poissons) et un niveau statistique de cohérence du marquage de <60%
étaient les trois événements identifiés dans la sous-zone 88.2 en 2013/14.
91.
Le SCIC note que les changements proposés devraient réduire les signalements
erronés de non-conformité avec le niveau statistique de cohérence du marquage. Il importe
toutefois de rester vigilant pour garantir que les exigences scientifiques du marquage de
poissons soient représentatives de l'ensemble de la capture. Le SCIC note également que cette
question est étroitement liée à celle de la capacité dans les pêcheries. Il reconnaît qu'une
hausse du taux de marquage requis résoudrait la question du calcul de la cohérence du
marquage sur la base d'un petit échantillon de poissons.
92.
Le Royaume-Uni, appuyé par quelques Membres, note la pertinence de la question de
la surcapacité relativement au fait que des navires n'atteignent pas le niveau statistique de
cohérence du marquage suffisant et rappelle au SCIC que la discussion de cette question
devra se poursuivre à l'avenir.
93.
La Russie avise le SCIC que lors de la réunion annuelle des observateurs scientifiques
organisée en Russie, la question du marquage des poissons, dans le Manuel de l'observateur
scientifique, a fait l'objet d'une attention particulière. Elle confirme qu'elle s'est engagée à
procéder correctement au marquage, étant consciente qu'il est essentiel si l'on veut réaliser des
évaluations de stocks.
94.
Le Comité scientifique avise le SCIC que, selon les données de capture et d'effort de
pêche, dans certains cas, des spécimens de Dissostichus spp. de petite taille ont été relâchés en
vie sans avoir été marqués. Il s'inquiète que cela puisse contrevenir aux dispositions de la
MC 41-01 et demande au SCIC d'approfondir cette question.
158
95.
Certains Membres considèrent que les conditions visées à la MC 41-01 sont explicites
et interdisent la remise à l'eau de spécimens de petite taille de Dissostichus spp. en vie qui
n'auraient pas été marqués.
96.
À des fins de clarification, le SCIC recommande d'amender la MC 41-01 pour garantir
que tous les spécimens de Dissostichus spp. relâchés vivants soient marqués et renvoie la
MC 41-01 à la Commission. Il note que cela peut aussi impliquer une modification de la
MC 26-01.
Activités de pêche de recherche menées par la Russie dans la sous-zone 48.5
97.
Le Comité scientifique avise le SCIC qu'il y a plusieurs incohérences dans les données
des activités de recherche de 2013/14 menées par le Yantar 35 battant pavillon russe dans la
mer de Weddell, décrites dans WG-FSA-14/03 Rév. 2 et présentées au secrétariat. Compte
tenu de ces incohérences, ainsi que de la nature anormale de plusieurs aspects des données
présentées au secrétariat, le Comité scientifique n'est pas en mesure de réaliser l'évaluation de
ces informations. Le Comité scientifique indique qu'il a divisé cette question et les avis qu'elle
a engendrés en trois éléments distincts.
98.
Le SCIC prend note de l'avis du Comité scientifique indiquant que les données
collectées et déclarées pendant les activités de recherche de 2013/14 doivent faire l'objet d'une
enquête approfondie et que les résultats de cette enquête doivent être communiqués au
WG-SAM, au WG-FSA et au Comité scientifique. Le Comité scientifique avise le SCIC que,
d'ici là, toutes les données associées à ces recherches seront mises en quarantaine.
99.
Plusieurs Membres ont exprimé une vive inquiétude relativement aux implications très
larges des erreurs signalées dans ce cas, et déclarent que le fait de mettre des données en
quarantaine est une mesure des plus graves.
100. Certains Membres déclarent que le SCIC doit décider si les faits rapportés par le
Comité scientifique constituent un problème de conformité qu'il devrait traiter.
101. Le Comité scientifique avise le SCIC qu'il n'est pas en mesure de rendre d'avis, comme
l'exige la MC 24-01, sur la proposition présentée par la Fédération de Russie visant à mener
des recherches en 2014/15, parce que les recherches en question reposent sur des données
mises en quarantaine, ce qui l'empêche d'effectuer une évaluation de la conception de ces
recherches.
102. Le Comité scientifique suggère que le Yantar 35 ne devrait pas entreprendre de
recherches cette saison dans la mer de Weddell, tout en reconnaissant que c'est à la
Commission qu'il revient de statuer.
103. Les États-Unis notent qu'il existe des similarités entre les activités du Yantar 35 et
celles de l'Insung No. 2, Insung No. 7 et de l'Insung No. 22 et demandent à la Russie si elle
entend mener une enquête appropriée.
104. Certains Membres estiment que si le Comité scientifique ne peut émettre d'avis sur la
proposition de recherche, la Commission devrait alors être avisée que le Yantar 35 ne devrait
159
pas entreprendre les recherches proposées dans la mer de Weddell en 2014/15. Ils ajoutent
que les performances du Yantar 35 devraient également être examinées à l'égard de sa
notification d'intention de pêcher dans la mer de Ross en 2014/15.
Respect des mesures de conservation en vigueur
105. Le SCIC examine CCAMLR-XXXIII/BG/02, document récapitulant toutes les
notifications présentées par les Membres proposant de participer aux pêcheries exploratoires
ou de krill en 2014/15, et mettant l'accent sur le nouveau système de soumission en ligne des
notifications de projets de pêche des Membres.
106. L'Australie, à laquelle s'associent d'autres Membres, remercie le secrétariat de son
compte rendu et note qu'en 2014 une notification tardive a été présentée par la Pologne et que
l'évaluation préliminaire a été présentée par le Japon après la date limite. Certains Membres
notent que, les années précédentes, des Membres ont retiré des navires sur la base de
notifications tardives et que ce retrait des notifications en retard serait une mesure appropriée
en ce qui concerne ces deux cas.
107. Le Japon avise le SCIC qu'il a soumis sa notification dans les délais voulus. Il présente
des excuses au SCIC pour la soumission tardive de son évaluation préliminaire selon les
termes de la MC 22-06, et avise que ce délai provenait d'une erreur administrative. Le Japon
demande au SCIC d'examiner l'erreur et d'accepter la notification.
108. Le SCIC prend note de problèmes survenus dans le développement et l'application du
nouveau système de notification en ligne. En effet, il pourrait être considéré que les
évaluations préliminaires (MC 22-06) ne sont pas liées directement aux exigences de
notification visées au paragraphe 6 de la MC 21-02, et qu'elles ont été soumises
conformément à la MC 22-06 avant qu'un navire ne soit autorisé à entreprendre des activités
de pêche de fond conformément à la MC 10-02.
109. La République de Corée examine les notifications soumises en retard et le manque de
clarté lié aux erreurs administratives. Elle estime qu'il est important de prendre ces erreurs en
considération afin d'éviter qu'elles se reproduisent et ajoute qu'il conviendrait de mettre en
place un système qui contrôlerait ce type d'incident.
110. L'UE reconnaît que la notification de la Pologne était en retard, et précise qu'un
problème administratif en est la cause. Elle demande au SCIC de bien vouloir accepter sa
notification. Le SCIC rappelle à l'UE la tradition de longue date concernant les dates limites
de soumission. L'UE reconnaît cette erreur et retire la notification de pêche du Saga et de
l'Alina.
111. La Nouvelle-Zélande présente CCAMLR-XXXIII/BG/12, document récapitulant les
activités de SCS néo-zélandaises menées en 2013/14 dans la région de la mer de Ross et dans
les ports néo-zélandais.
160
112.
La Nouvelle-Zélande fait la déclaration suivante :
« Le document de support que la Nouvelle-Zélande a soumis décrit sommairement les
principales activités de suivi, contrôle et surveillance ayant été menées pendant la
saison 2013/14 principalement dans la région de la mer de Ross, mais aussi dans les
ports néo-zélandais.
Nous estimons que, pour que le cadre de politique de gestion des pêches de la
CCAMLR puisse être mis en œuvre efficacement, il doit être soutenu par des activités
de SCS durables.
Nous estimons également que le SCIC est fondamental pour évaluer dans quelle
mesure la CCAMLR met bien en œuvre la politique de gestion des pêcheries. À cette
fin, plus on aura d'informations à intégrer dans le processus du SCIC par le biais des
activités de SCS, mieux ce sera.
Une grande quantité d'informations récoltées par la Nouvelle-Zélande et par d'autres
Membres est désormais canalisée par le biais de la procédure d'évaluation de la
conformité.
Nous pensons que cela a bien fonctionné cette année. Pourtant il nous semble que cette
procédure pourrait mieux fonctionner si le secrétariat était autorisé à accéder à d'autres
sources d'information et à en rendre compte, telles que les données récoltées par le
biais du système de documentation des captures, y compris celles des données VMS.
Dans cet esprit, et en application du paragraphe 5 de la MC 10-10 sur la CEP [sic]
pourrait être modifié pour inclure également l'évaluation de la mise en œuvre de la
mesure de conservation sur le SDC, la MC 10-05.
Nous serions heureux de discuter de cette question avec les parties intéressées d'ici la
fin de la réunion. »
113. La Nouvelle-Zélande suggère qu'il serait possible d'améliorer le CCEP en utilisant des
informations d'autres sources, telles que les données collectées par le biais du SDC.
114. La Nouvelle-Zélande présente CCAMLR-XXXIII/BG/35, document qui rend compte
des résultats de l'enquête sur l'incident du naufrage de l'Insung No. 1.
115. Le SCIC remercie la Nouvelle-Zélande de son rapport et présente ses condoléances à
l'occasion du naufrage tragique de l'Insung No. 1.
116. La République de Corée présente le document CCAMLR-XXXIII/BG/27 qui rend
compte de l'enquête, et de ses résultats, concernant le signalement de la CPUE anormale des
navires de pêche Insung No. 22, Insung No. 2 et Insung No. 7, battant pavillon coréen, et
arrive à la conclusion que les trois navires se sont livrés à des activités de pêche INN dans la
zone de la Convention. La Corée fait la déclaration suivante à l'égard de cet exposé :
« Étant donné que la République de Corée a demandé officiellement la distribution du
rapport sur les résultats de l'enquête concernant la CPUE élevée du 4 septembre, elle
161
estime que les délégués en connaissent déjà les éléments fondamentaux. J'aimerais
donc expliquer brièvement l'enquête, ses résultats et les mesures que nous avons
l'intention de prendre.
Nous avons accepté la nécessité d'une enquête lors de la 32e réunion annuelle de la
CCAMLR et avons mené 3 mois d'enquête sur la CPUE élevée de mars à fin mai cette
année.
Afin de veiller à ce que l'enquête soit détaillée et objective, nous avons composé un
groupe de travail réunissant 23 experts, parmi lesquels des informaticiens, des
spécialistes VMS, ceux qui se trouvaient à bord, des Membres d'ONG et des
statisticiens.
Nous avons engagé des experts d'ONG et des experts étrangers (États-Unis et
Nouvelle-Zélande) pour éviter que l'enquête ne soit complaisante envers l'opérateur du
navire coréen.
Dans le cadre de l'enquête, grâce à une analyse statistique et aux données VMS, nous
avons comparé l'historique des relevés des navires suspects dans les eaux de la
CCAMLR avec les schémas de filage et de virage des autres navires.
Permettez-moi de vous exposer brièvement la méthode utilisée pour déterminer si les
activités étaient illicites.
L'enquête a été entourée de difficultés, y compris pour obtenir les documents
pertinents. La raison en était qu'il s'est écoulé beaucoup de temps depuis les
événements (les fortes valeurs de CPUE ont été relevées à différents moments entre
2008 et 2011, c.-a-d. qu'elles datent au minimum de 3 ans et au maximum de 5 ans) et
que deux des trois navires ont été détruits (le No. 22 a fait naufrage et le No. 2 a fait
l'objet d'un incendie).
De plus, à la suite du naufrage du ferry Sewol, qui fut une tragédie nationale, tous les
experts et personnels maritimes ont été mobilisés pour s'occuper des suites de
l'accident, de même que l'a été une grande partie du personnel de notre ministère, ce
qui est venu s'ajouter aux difficultés rencontrées dans notre enquête.
Malgré tous ces problèmes, le gouvernement coréen a mené une enquête honnête.
Nous sommes conscients que, si à l'issue d'enquête, il était décidé que les navires
n'étaient pas coupables, quelle que soit notre intention, cela provoquerait la méfiance
des États membres. Nous avons donc adopté des méthodes prudentes pour déterminer
si les activités étaient illicites, notamment une méthode positive 1 et une méthode de
regroupement 2. Les deux méthodes ayant déjà été expliquées dans le rapport, je ne
reviendrai pas sur les détails.
1
2
NdT : L'opérateur des trois navires doit prouver que les navires n'étaient pas impliqués dans des activités
illégales.
NdT : S'il est conclu que l'un des trois navires Insung est associé à des activités INN, il sera considéré que les
trois le sont.
162
Vous n'êtes pas sans savoir que ces méthodes ne s'alignent pas sur notre système
judiciaire, ce qui prouve la volonté inébranlable du gouvernement coréen d'imposer
des sanctions strictes à Insung Corporation.
Les experts ont procédé à une analyse détaillée de l'historique des relevés des navires
et abouti aux conclusions suivantes.
S'agissant de l'Insung No. 2, des relevés suspects pouvant être associés au filage et au
virage de lignes dans la zone sans pêche ont été notés ; des irrégularités ont été
constatées à l'égard du schéma de pêche inhabituel du navire ; et il a été conclu que la
revendication de l'Insung concernant les relevés suspects ne correspondait pas aux
faits. Il a donc été déterminé que le navire s'était engagé dans une pêche illicite.
S'agissant de l'Insung No. 7, des activités de filage et de virage de lignes ont été notées
pour la zone n'ayant fait l'objet d'aucun compte rendu de pêche ; l'opérateur du navire
n'a pu fournir d'explication ou de raison acceptable pour les activités réalisées, ce qui a
permis de déterminer que le navire s'était engagé dans une pêche illicite.
En conclusion, l'enquête a mis en évidence les activités de pêche illicites de l'Insung
No. 2 et les actes suspects d'illégalité de l'Insung No. 7. En conséquence, en vertu des
méthodes susmentionnées, nous avons déterminé que les trois navires s'étaient engagés
dans des activités de pêche illicite.
Permettez-moi d'expliquer maintenant les mesures prises à la suite des résultats de
l'enquête.
Conformément au principe de rétroactivité, nous n'étions pas en mesure de d'appliquer
la loi révisée sur le développement de la pêche hauturière. De ce fait, nous avons
imposé des sanctions juridiques sur la base de la loi avant sa révision.
Nous avons imposé une amende administrative à chaque navire d'Insung Corporation
et à son opérateur, et avons suspendu les licences des capitaines. Nous avons
également annulé la licence de pêche de l'Insung No. 7.
De plus, afin de souligner le ferme engagement du gouvernement coréen d'éradiquer la
pêche INN et d'améliorer les fondations de l'industrie de la pêche hauturière nationale,
nous avons imposé des sanctions au niveau politique. Plus spécifiquement, nous
procédons au déchirage de l'Insung No. 7, seul navire restant sur les trois navires de
pêche de Dissostichus d'Insung dont il a été constaté qu'ils s'étaient livrés à une pêche
illicite. Nous avons par ailleurs l'intention d'interdire aux navires de pêche de
Dissostichus d'Insung de pêcher Dissostichus dans la zone de la CCAMLR pendant
10 ans.
En pratique, cela signifie que tous les navires de pêche de Dissostichus d'Insung seront
forcés de se retirer des eaux de la CCAMLR. De plus, afin de garantir le respect des
mesures de suivi, nous avons l'intention d'introduire de nouvelles mesures
complémentaires.
163
En premier lieu, afin de surveiller l'entrée des navires de pêche de Dissostichus
d'Insung dans les eaux de la CCAMLR, ceux-ci seront tenus de signaler au CSP de
notre ministère et au secrétariat de la CCAMLR leur positionnement en haute mer par
VMS toutes les heures.
Si le navire devait entrer dans les eaux de la CCAMLR pour des raisons de force
majeure, il devrait en demander l'autorisation préalable à notre ministère.
Même si les navires pêchent en haute mer, toutes leurs activités seront régies par les
mesures de conservation environnementale de la CCAMLR (y compris celle sur la
réduction de la capture accidentelle).
De plus, il est désormais interdit aux navires de pêche de Dissostichus d'Insung
d'effectuer des transbordements en mer et ils doivent avoir un observateur à bord
lorsqu'ils pêchent Dissostichus. Ces mesures s'inscrivent dans les efforts que nous
déployons pour veiller à ce que les navires respectent les mesures de suivi. »
117. La Nouvelle-Zélande, soutenue par d'autres Membres, félicite la Corée de l'enquête sur
la CPUE anormale, à laquelle elle-même et les États-Unis ont participé et des mesures
énergiques prises par les autorités coréennes. Certains Membres expriment leur espoir que ces
mesures encourageront d'autres Membres à combattre la pêche INN.
118. Le SCIC remercie la Corée des efforts qu'elle a déployés pour l'enquête et pour
renforcer sa législation nationale relative au contrôle des flottilles de pêche hauturière.
Plusieurs Membres déclarent qu'ils attendent avec intérêt de recevoir les derniers résultats des
mesures ultérieures prises par la Corée pendant la période d'intersession.
119. Suite à une demande présentée par le SCIC, la Corée fait remarquer combien il est
difficile de mener des enquêtes sur des observateurs qui ne sont pas des ressortissants de son
pays, en raison des limitations légales, mais qu'elle a mené une enquête sur les observateurs
de son pays.
120. La Russie déclare que les observateurs scientifiques ne sont pas autorisés à participer
aux enquêtes et suggère qu'à l'avenir, si un complément d'information doit être demandé à un
observateur, cela devrait avoir lieu à un moment plus approprié. Dans ce cas, il aurait mieux
valu discuter cette question lors de l'atelier sur les CPUE élevés qui s'est tenu à Busan, en
République de Corée, au cours duquel les observateurs ont rempli leurs obligations et rendu
compte de leurs observations.
121. Le SCIC constate que les données d'observateurs et les données de capture des navires
Insung concordent.
122. Certains Membres demandent à la Corée et à la Russie de rendre disponibles toutes les
données de capture et toutes les données d'observateurs pour qu'elles soient examinées et les
invite à les présenter à la Commission pour qu'elles puissent servir de référence.
123. De nombreux Membres demandent à la Corée et à la Russie de fournir un complément
d'information à la Commission.
164
124. La Russie déclare que tant qu'elle n'aura pas reçu de demande officielle d'information
de la part de la Corée, elle n'a aucune raison d'entamer la préparation d'un compte rendu en
vertu du paragraphe 3 de la MC 10-08.
125. La Nouvelle-Zélande rappelle à la Russie que dans ce cas précis, il existe de
nombreuses sources d'information, telles que la mise en quarantaine des données
recommandée par le WG-FSA, et l'avis du Comité scientifique qui a déclenché l'application
du paragraphe E(a) du SISO de la CCAMLR qui exige que les Membres mènent des enquêtes
sur les actions de leurs observateurs scientifiques.
126. L'UE note que la simple présence d'observateurs à bord de navires dont la Corée a
confirmé qu'ils étaient engagés dans des activités de pêche INN, devrait fournir suffisamment
de raisons à la Russie, ou à tout autre Membre se trouvant dans la même situation, pour lancer
une enquête en vertu de la MC 10-08.
127.
La Corée fait la déclaration suivante :
« Il s'agit là d'une question de conformité car les preuves scientifiques n'étaient pas
suffisantes pour présumer des activités illicites. La Corée rappelle au SCIC que son
enquête était axée sur les relevés VMS qui ont permis de révéler des activités illicites
et d'aboutir à la décision que les navires d'Insung s'étaient engagés dans des activités
de pêche INN. À l'égard du système d'observation, la Corée estime que la CCAMLR a
imposé au pays qui envoie l'observateur un mandat de responsabilité. La Corée
rappelle au SCIC qu'elle n'a trouvé aucune preuve que les observateurs coréens
participaient à des activités illégales. Elle ajoute que l'accès aux observateurs
internationaux a posé des difficultés. »
128. La Russie indique que, selon la Corée, il n'existe pas de preuves concluantes que les
observateurs coréens concernés ont enfreint les dispositions pertinentes du SISO de la
CCAMLR. Elle reste sur sa position en ce qui concerne la vérification des données et ne voit
aucune raison de rapprocher les travaux des observateurs scientifiques à la MC 10-08.
129. L'Australie indique que la Corée a mené une enquête sur ses observateurs embarqués
sur les navires en question et recommande à la Russie de mener une enquête similaire. Elle
ajoute que dans une telle situation, une enquête devrait être menée.
130. Plusieurs Membres réitèrent l'importance du SISO et encouragent tous les Membres à
prendre des mesures pour garantir la robustesse du système afin d'éviter que cette situation ne
se reproduise.
131. L'Afrique du Sud rend compte de sa collaboration bilatérale avec la Corée concernant
le déchirage de l'Insung No. 7 et annonce que le service de SCS de son secteur des pêcheries
inspectera régulièrement le processus de déchirage. Le SCIC remercie l'Afrique du Sud du
rôle qu'elle joue à cet égard.
132. Le Comité scientifique déclare au SCIC qu'il a pris note des résultats de l'enquête sur
la CPUE anormale qui a été réalisée par la Corée (rapportée dans la COMM CIRC 14/93, en
date du 9 septembre 2014). Il remercie la Corée des efforts qu'elle a consentis pour traiter et
résoudre cette question et est d'avis que le processus suivi par la Corée devrait servir
d'exemple pour de prochaines enquêtes du même type.
165
133. Le Comité scientifique avise le SCIC que toutes les données (données de capture et
d'observateurs) des navires ci-dessous seront mises en quarantaine :
i)
Insung No. 2 dans la sous-zone 48.6 et les divisions 58.4.1 et 58.4.2 de 2009/10
ii)
Insung No. 7 dans les sous-zones 48.6 et 88.1 et les divisions 58.4.1 et 58.4.2 de
2010/11
iii)
Insung No. 22 dans la sous-zone 48.6 et les divisions 58.4.1 et 58.4.2 de
2008/09.
134. Le Comité scientifique avise que ces données seront exclues des futures demandes de
données et des analyses de routine. Les métadonnées fournies avec des extraits de données
comprendront des détails sur toutes les données mises en quarantaine, qui seraient mises à
disposition sur demande spécifique.
135. Le Comité scientifique prend note de la nécessité d'une analyse à grande échelle des
CPUE pour identifier tout autre problème possible associé à une CPUE anormale. Il est noté
que les comptes rendus des observateurs peuvent contenir des informations susceptibles
d'éclairer ces analyses.
136. Suite à une correspondance avec les fournisseurs de données, le Comité scientifique
indique que toutes les données du Paloma V en pêche dans les divisions 58.4.1 et 58.4.3b
en 2006/07 ont également été mises en quarantaine parce qu'elles ne semblaient pas fiables.
137. Dans le cadre de ses prochains travaux, le Comité scientifique indique qu'il a
l'intention de mettre en place des méthodes et des approches que le secrétariat pourrait utiliser
comme procédures de routine pour la validation des données de pêche et d'observateurs. Ce
processus mis à part, il est noté que les données mises en quarantaine constituent des études
de cas utiles d'activités de pêche INN connues qui peuvent servir à évaluer et tester de telles
techniques de diagnostic.
138. Le SCIC se félicite de cette comparaison des données de capture déclarée par le navire
avec celles déclarées par l'observateur et demande au secrétariat de mettre cette analyse à
disposition pour qu'elle puisse être examinée par le SCIC l'année prochaine.
139. De nombreux Membres font remarquer qu'en plus des données déclarées par les
navires d'Insung, le Comité scientifique recommande de mettre en quarantaine les données
déclarées par le biais du SISO, et que cette situation est tout à fait préoccupante.
140.
La Russie fait la déclaration suivante :
« La Russie constate que le rapport de la République de Corée ne contient pas
d'informations qui permettrait de tirer des conclusions sur les incohérences dans les
activités des observateurs scientifiques. Les activités relevant du système international
d'observation scientifique sont menées strictement en vertu du mandat donné aux
observateurs scientifiques, lequel exclut la possibilité de leur confier des fonctions qui
leur sont étrangères. À cet égard, les déclarations non corroborées sur l'éventuelle
participation des observateurs scientifiques à certaines actions qui vont à l'encontre des
objectifs de la Convention jettent un doute sur la crédibilité du système international
d'observation scientifique même. »
166
141. Le Royaume-Uni, soutenu par certains Membres, constate qu'il est évident que les
données déclarées par les observateurs ne sont pas indépendantes du navire et qu'en attendant
une enquête approfondie, il n'avait d'autre choix que de présumer que les observateurs à bord
étaient complices des activités INN des navires d'Insung.
142. La Russie déclare que cette déclaration est inacceptable et répète que rien ne prouve
que l'observateur est lié aux actions du navire.
143. De nombreux Membres indiquent que, conformément au paragraphe E(a) du texte du
SISO de la CCAMLR et aux dispositions de la MC 10-08, les Membres sont tenus de prendre
des mesures à l'égard des activités INN présumées avoir été perpétrées par leurs ressortissants.
144. De nombreux Membres demandent à la Russie de mener une enquête sur cette
question et d'en rendre compte à la Commission pendant la période d'intersession.
145. La République de Corée se déclare prête à fournir les informations pertinentes, y
compris les résultats de l'enquête à la Russie, conformément au paragraphe 2 de la MC 10-08.
146. La Russie, dans le cadre des obligations qui lui incombent conformément au
paragraphe 1 i) de la MC 10-08, vérifiera les informations et informera le secrétariat en temps
voulu.
147. Le SCIC est satisfaite de l'engagement pris par la Russie et attend avec intérêt les
résultats de cette enquête.
Système de documentation des captures (SDC)
148. Le SCIC examine le document présenté par le Comité d'évaluation du SDC
(CCAMLR-XXXIII/09 Rév. 1), contenant les résultats des travaux d'intersession du Comité
d'évaluation du SDC sur l'examen de la mise en œuvre, du fonctionnement et des objectifs du
SDC et de la MC 10-05.
149. Le SCIC note que le SDC a été mise en œuvre en mai 2000 conformément à la
MC 10-05 et que son objectif était le suivi de Dissostichus spp. du point de débarquement tout
au long de la chaîne de distribution. Le SDC cherche à couvrir tous les spécimens de
Dissostichus spp. capturés et vendus par les États participants. Le SDC exige des États
participants qu'ils identifient l'origine de Dissostichus spp. arrivant sur les marchés des Parties
contractantes et déterminent si Dissostichus spp. pêché dans la zone de la Convention et
importé sur leurs territoires a été capturé conformément aux mesures de conservation de la
CCAMLR.
150. Le SCIC note qu'en juin 2004, une application de SDC électronique (e-SDC) a été
mise à l'essai et lors de la XXVIIIe réunion de la CCAMLR, la MC 10-05 a été amendée dans
le but de rendre l'utilisation de l'e-SDC obligatoire à partir de 2010.
151. Le SCIC note que les objectifs du SDC, bien qu'ils ne soient pas explicitement
indiqués dans la MC 10-05, sont sous-entendus dans les paragraphes préambulaires et les
définitions de la MC 10-05, notamment, mutatis mutandis :
167
i)
identifier l'origine de Dissostichus spp. arrivant sur les marchés des Parties
contractantes et les PNC coopérantes
ii)
suivre la capture, le transbordement, le débarquement, l'exportation et la
réexportation de Dissostichus spp.
iii)
déterminer si Dissostichus spp. pêché dans la zone de la Convention a été
capturé conformément aux mesures de conservation de la CCAMLR
iv)
répondre aux préoccupations liées à la pêche INN, à savoir la menace d'un
épuisement grave des populations de Dissostichus spp., la capture accessoire de
certaines espèces de l'Antarctique et l'amoindrissement de l'efficacité des
mesures de conservation de la CCAMLR
v)
promouvoir la coopération entre la CCAMLR et les PNC à l'égard de la mise en
œuvre volontaire du SDC.
152. Le SCIC note que le Comité d'évaluation du SDC a évalué le SDC en fonction de ses
objectifs et qu'il a émis un certain nombre de recommandations, lesquelles sont classées en
quatre grandes catégories :
i)
ii)
iii)
iv)
mise en œuvre et fonctionnement (appendice II)
interface utilisateur et technologie (appendice II)
MC 10-05 (appendice II et paragraphes 153 à 160)
coopération des PNC (paragraphes 161 et 162).
Mesure de conservation 10-05
153. Le SCIC note que la MC 10-05 ne tient pas compte des réalités opérationnelles du
SDC et qu'elle manque de clarté, notamment en ce qui concerne les certificats du SDC à
remplir. Il ajoute qu'elle n'indique pas explicitement qu'il est obligatoire d'utiliser le e-SDC
pour remplir les certificats de SDC.
154. Le SCIC note qu'il conviendrait de réviser la MC 10-05 pour refléter la mise en œuvre
et le fonctionnement du e-SDC et des fonctions et processus qui l'accompagnent, plutôt que le
SDC sur papier pour lequel elle avait été préparée et qui est maintenant dépassé.
155. Le SCIC note que le fait d'en reprendre la rédaction offrirait une occasion valable de
relier la MC 10-05 aux mesures de conservation (MC 10-02, 10-03 et 10-04) le cas échéant.
156. Le SCIC considère que lors de la révision de la MC 10-05, il conviendrait de
supprimer de la mesure même les instructions sur le fonctionnement du e-SDC et de les
remplacer par une référence au manuel de l'utilisateur du e-SDC produit par le secrétariat
(CCAMLR-XXXIII/BG/16).
157. Le Japon demande que soit clarifié le statut juridique du manuel de l'utilisateur du
e-SDC et note qu'il est préférable de conserver l'annexe 10-05/A qui est supprimée dans la
révision de la MC 10-05 proposée par le Comité d'évaluation du SDC pour satisfaire des
exigences nationales.
168
158. En conséquence, il est proposé de conserver l'annexe 10-05/A et qu'elle soit révisée
pour décrire les exigences du e-SDC en matière d'informations et qu'elle renvoie au manuel de
l'utilisateur du e-SDC qui contient des informations générales sur le e-SDC.
159. À la suite de cette proposition, le SCIC accepte les révisions proposés de la MC 10-05
recommandées par le Comité d'évaluation du SDC et renvoie la mesure à la Commission.
160. Le SCIC note que des certificats de capture de Dissostichus spécialement validés
(CCDSV) sont délivrés de la même manière que tous les autres CCD et qu'il n'est pas possible
à présent pour le e-SDC de les différencier. Il estime que, comme cette question n'a pas été
examinée par le Comité d'évaluation du SDC, elle devrait l'être en 2015 par le Comité de mise
en œuvre du SDC.
Coopération des PNC
161. Le SCIC note la recommandation du Comité d'évaluation du SDC d'exiger que les
Parties contractantes appliquant le SDC et engagées dans des activités commerciales avec des
PNC non coopérantes s'efforcent de promouvoir auprès d'elles la mise en œuvre volontaire du
SDC et qu'elles rendent compte de ces efforts à la Commission chaque année.
162. Le SCIC approuve la recommandation du Comité d'évaluation du SDC visant à
renforcer la collaboration avec les PNC par l'adoption, la mise en œuvre et le maintien d'une
stratégie comprenant les tâches suivantes :
i)
valider la liste des PNC prioritaires
ii)
identifier les agences des PNC avec lesquelles il conviendrait de traiter
iii)
adresser des lettres d'invitation officielle de la part du président de la CCAMLR
dans la langue de la PNC
iv)
identifier les Parties contractantes de la CCAMLR qui entretiennent des relations
directes avec les PNC ou sous-secteurs prioritaires
v)
demander aux Parties contractantes identifiées d'aider à renforcer les capacités
des PNC (y compris par des liens avec d'autres instruments et initiatives tels que
le renforcement des capacités en vue de l'adoption et de la mise en œuvre de
MREP, la RPOA-INN de l'Asie du sud-est)
vi)
demander aux Parties contractantes de rendre compte chaque année à la
Commission des efforts qu'ils ont déployés
vii) que le secrétariat fasse chaque année un rapport à la Commission sur le degré
auquel les PNC se sont engagées dans le SDC, pour permettre de mesurer
l'efficacité de cette stratégie.
169
163. Le SCIC remercie le Comité d'évaluation du SDC et le secrétariat de leur document et
du travail considérable effectué pendant la période d'intersession. Il approuve la mise en
œuvre en 2015 d'un certain nombre de recommandations par le Comité de mise en œuvre du
SDC, qu'il convient d'établir, et adopte le cadre de ces travaux (appendice II).
164. Le SCIC est d'avis qu'un certain nombre de recommandations du Comité d'évaluation
du SDC méritent d'être de nouveau examinées en 2015. Il charge le Comité de mise en œuvre
du SDC de cette tâche et lui demande de lui en rendre compte lors de la XXXIVe réunion de
la CCAMLR. Le SCIC approuve la suggestion du Comité d'évaluation du SDC d'établir un
groupe de travail technique sur le SDC qui sera ouvert à toutes les Parties contractantes
s'intéressant au SDC.
165. Le SCIC recommande de disposer de 15 000 AUD du fonds général pour soutenir le
projet de mise à niveau de la plate-forme du e-SDC et d'appliquer les recommandations du
Comité d'évaluation du SDC. Il recommande, de plus, un financement de 40 000 AUD
provenant du fonds du SDC, conformément au paragraphe B2 i) de l'annexe 10-05/B
(appendice II).
166. Le SCIC examine le document CCAMLR-XXXIII/BG/14 Rév. 2 qui analyse le
commerce international et la valeur de Dissostichus spp. dans les principales nations
participant à ce commerce, sur la base des données de la base de données des Nations Unies
sur les statistiques commerciales des produits de base (Comtrade ONU).
167. Le SCIC note que, depuis la rédaction de ce document, l'UE a effectué de nouvelles
analyses car la Grèce était enregistrée comme étant le troisième pays importateur. L'UE
informe le SCIC qu'il s'agissait d'une erreur de code et que l'espèce identifiée dans les données
de vente était en fait la morue. Le document met en relief les difficultés de l'analyse et de la
comparaison des données de vente et des données du SDC. Toutefois, les données de
Comtrade indiquent que le système du SDC risque de ne pas refléter le volume global ou
toutes les nations concernées.
168.
La Suède fait la déclaration suivante :
« À l'égard du document du secrétariat sur une analyse du marché de la légine, intitulé
"The Price of Fish: A global trade analysis of Patagonian (Dissostichus eleginoides)
and Antarctic toothfish (Dissostichus mawsoni)", la Suède souhaite confirmer et
souligner que les données suggérant qu'elle aurait vendu de la légine à la Grèce sont
fausses. Après une enquête approfondie menée par la Grèce et la Suède avec l'aide de
l'UE, la Grèce confirme l'utilisation d'un code erroné lors de l'enregistrement du
poisson, et que les données concernaient en fait de la morue. »
169. L'UE félicite le secrétariat du travail qu'il a accompli avec des ressources limitées et
reconnaît l'intérêt de ce document qui donne un aperçu de la structure du commerce global de
la légine. Elle suggère de compléter l'analyse en y ajoutant le prix du carburant, les taux de
change et les interactions au sein des marchés.
170. L'UE, soutenue par d'autres Membres, propose que ce document soit actualisé tous les
cinq ans.
170
171. Plusieurs Membres considèrent que ce type de travail fournit des renseignements
importants pour bien comprendre le commerce de la légine, mais ils ajoutent qu'il
conviendrait, avant d'utiliser ces données pour valider les échanges commerciaux avec
certains pays, de procéder à un examen plus approfondi.
172. Le SCIC examine le document CCAMLR-XXXIII/BG/13 Rév. 2 résumant la mise en
œuvre et le fonctionnement du SDC de la CCAMLR en 2013/14.
173. Le SCIC note que la seule PNC au statut de PNC coopérant avec la CCAMLR en
participant au SDC est les Seychelles.
174. Le SCIC note que Singapour est la seule PNC ayant actuellement droit à un accès
limité au e-SDC conformément au paragraphe C4 de l'annexe 10-05/C de la MC 10-05. Il
réexamine la question de l'accès au e-SDC octroyé à Singapour et décide de continuer de lui
octroyer un accès limité conformément au paragraphe C5 de l'annexe 10-05/C de la MC 10-05
en 2015.
175. Le SCIC note que le nombre de Parties non contractantes qui pourraient être engagées
dans l'exploitation et/ou le commerce de Dissostichus spp. sans coopérer avec la CCAMLR en
participant au SDC ne cesse d'augmenter et qu'en septembre 2014, ce sont 23 Parties non
contractantes qui ont été identifiées ces cinq dernières années comme étant susceptibles d'être
impliquées dans l'exploitation et/ou le commerce de Dissostichus spp. sans coopérer avec la
CCAMLR en participant au SDC.
176. Lors de la XXXIIe réunion de la CCAMLR, la Chine a avisé le SCIC que la RAS de
Hong Kong était disposée à adopter des règles internes pour le SDC, et que leur application
pourrait débuter dans un an ou deux. Le SCIC note que des représentants de Hong Kong ont
visité le secrétariat et l'Australie pour obtenir des renseignements sur l'utilisation du e-SDC et
se familiariser avec la MC 10-05 et d'autres mesures de conservation. À cet égard, la Chine
fait la déclaration suivante :
« Merci Monsieur le président. Mes remerciements vont également au secrétariat et au
gouvernement australien.
Le gouvernement de la RASHK a lancé les travaux préparatoires et la rédaction de la
nouvelle législation sur la mise en œuvre de la Convention sur la conservation de la
faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR), y compris du système de
documentation des captures et d'autres mesures de conservation se rapportant à la
RASHK.
Le gouvernement de la RASHK va continuer de surveiller les statistiques du
commerce de la légine qui est importée et réexportée par la RASHK. Par ailleurs, nous
invitons le secrétariat de la Convention et d'autres Parties contractantes à fournir des
informations sur le commerce associé de captures illicites, non déclarées et non
réglementées (INN) de légine, afin d'aider le gouvernement de la RASHK à trouver les
captures de poissons suspectées être des captures INN qui sont débarquées ou
transbordées par la RASHK et de fournir l'aide nécessaire pour prendre les mesures de
suivi dans le cadre du système existant.
171
À titre d'information, cette année, deux autres représentants de la RASHK nous
rejoindrons pendant la seconde semaine de la réunion. Nous attendons une
communication et une coopération plus étroites. Merci Monsieur le président. »
177. L'UE, notant à l'égard du tableau 4 de CCAMLR-XXXIII/BG/13 Rév. 2, qu'il est fait
référence à une correspondance envoyée aux pays importateurs, demande au secrétariat quel
était le contenu de ces deux réponses.
178. Le secrétariat explique que, dans le cas du Mali, la réponse concernait des navires
inscrits sur la liste des navires INN qui étaient signalés comme battant pavillon malien et que,
dans le cas des Philippines, elle portait sur des importations de légine déclarées par le biais du
SDC.
179. Le SCIC note que, selon le paragraphe 12 de CCAMLR-XXXIII/BG/13 Rév. 2, les
données VMS déclarées au secrétariat indiquent que l'Insung No. 7, navire battant pavillon
coréen, a pêché entre octobre 2013 et mai 2014 dans l'Atlantique du sud-ouest et que, bien
qu'un CCD ait été délivré pour cette sortie, le poisson a été transbordé en mer sur un navire
frigorifique, le Frio Olympic. Le CCD n'a pas été rempli pour le débarquement de légine qui
s'est ensuivi en Chine depuis le Frio Olympic.
180. La Corée demande au secrétariat une explication de la description qu'il fait du statut du
CCD car elle n'a pas reçu d'informations pertinentes à ce sujet.
181. Le secrétariat vérifie que le CCD a été délivré et qu'il correspond au transbordement ;
l'authentification du débarquement et les poids vérifiés sont incomplets. Le secrétariat ne
dispose pas de suffisamment d'informations pour signaler si un débarquement a bien eu lieu
relativement à cette capture. Il explique que c'est l'État du port qui est chargé de certifier le
débarquement.
182. La Chine déclare qu'il n'y a pas suffisamment d'informations sur cette question et
qu'elle serait heureuse d'en recevoir d'autres qui permettraient de vérifier les faits et
d'expliquer pourquoi le CCD est incomplet.
183. Le SCIC note que la Russie a signalé qu'un transbordement de légine avait eu lieu en
mer depuis un navire battant pavillon russe, le Sparta, vers un autre navire battant pavillon
russe, l'Ugulan. Les deux navires se sont vu délivrer des CCD pour leurs captures. Cependant,
le CCD délivré à l'Ugulan n'a pas été rempli pour le débarquement ultérieur de légine en
Nouvelle-Zélande.
184. La Nouvelle-Zélande fait remarquer que le paragraphe 14 de CCAMLRXXXIII/BG/13 Rév. 2 souligne la nécessité que les transbordements tant à l'intérieur qu'à
l'extérieur de la zone de la Convention soient officiellement notifiés pour que les Membres
États du port puissent les voir et les analyser. Elle ajoute qu'elle pourrait appliquer ces
obligations plus efficacement dans le cadre du SDC si elle recevait notification préalable des
transbordements.
185. La Russie mentionne que le manque de clarté associé au mécanisme de
transbordement ne devrait pas empêcher l'exécution des obligations liées au SDC.
172
186. La Nouvelle-Zélande suggère qu'avant la XXXIVe réunion de la CCAMLR, le SCIC
s'attache, pendant la période d'intersession, à améliorer les mesures liées au transbordement
pour en garantir la mise en œuvre opérationnelle.
187. L'Argentine, notant l'inquiétude de la Nouvelle-Zélande concernant l'ambiguïté
associée aux transbordements, informe les Membres de sa volonté de participer aux
discussions sur le sujet, mais avise que toute question allant au-delà du champ d'application
spatial de la zone de la Convention doit être traitée avec circonspection.
188. Les États-Unis et d'autres Membres expriment leur volonté de travailler sur la
proposition et suggèrent de débattre des transbordements séparément dans l'ordre du jour, car
cette question est apparue dans de multiples discussions. Les États-Unis proposent de
modifier les MC 10-02 et 10-09 pour lever ces préoccupations. Les amendements proposés ne
font toutefois pas l'unanimité et les Membres sont encouragés à faire avancer la question
pendant la période d'intersession.
189. Le SCIC note que la question du transbordement sera soulevée dans les considérations
du Comité de mise en œuvre du SDC pour 2015.
190. La République de Corée présente le document CCAMLR-XXXIII/BG/26 Rév. 1, dans
lequel il est rendu compte du cas concernant les CCD manquants de trois navires battant
pavillon coréen et des mesures prises par le gouvernement coréen à la suite de l'investigation.
La Corée fait la déclaration suivante à l'égard de ce document :
« Ce document rend compte de l'affaire des CCD manquants pour les captures
réalisées par les Insung No. 3, Insung No. 7 et Hongjin 707, navires de pêche battant
pavillon coréen, et des mesures prises par le gouvernement coréen à la suite de
l'enquête menée à cet égard. Il a été présumé que ces trois navires sont passés dans les
ZEE des États côtiers concernés dans le sud-ouest de l'Atlantique lors de leurs
opérations hauturières, raison pour laquelle le gouvernement coréen a refusé de valider
les CCD de leurs captures. Après des mois d'enquêtes et d'audiences, il a été conclu
que ces navires avaient enfreint les lois et les règles, et le gouvernement coréen leur a
imposé des sanctions. Outre les sanctions administratives imposées en application de
la loi coréenne sur le développement des pêches hauturières, le Hong Jin 707 a dû se
débarrasser de ses captures de manière à ce que l'opérateur ne puisse en tirer aucun
gain financier, et en ce qui concerne les captures de l'Insung No. 3 et de l'Insung No. 7
l'État procède actuellement à leur confiscation. L'autorisation de pêche délivrée au
navire de pêche Insung No.7 a été révoquée et le navire même est en cours de
déchirage sur ordre du gouvernement. Lors du traitement de cette affaire, le ministère
a reconnu que la loi actuelle sur le développement des pêches hauturières, qui a été
amendée et qui est entrée en vigueur le 31 janvier 2014, méritait d'être encore
améliorée et a décidé de revoir la loi pour un second amendement. Le gouvernement
coréen s'efforce sérieusement de réformer la loi pour la deuxième fois, en mettant
l'accent sur le renforcement des processus d'investigation et d'administration face à la
pêche INN ; rendre les acteurs illégaux plus responsables de leurs actes et habiliter
davantage le gouvernement à renforcer son contrôle. Les processus d'investigation et
les résultats ont été communiqués aux États côtiers en question par voie
diplomatique. »
173
191. Le SCIC remercie la Corée des efforts qu'elle a consentis et la félicite de son
investigation. Il déclare qu'il attend avec intérêt l'amendement de la loi Distant Water
Development Act, qui permettra d'imposer des sanctions plus sévères. Les Membres trouvent
encourageantes les mesures prises par la Corée pour renforcer son régime juridique et pour
surveiller ses navires.
192. Le SCIC demande à la Corée de continuer de donner des nouvelles et de fournir des
photographies du déchirage de l'Insung No. 7. Les États-Unis demandent par ailleurs quelles
dispositions ont été prévues à l'égard du produit de la vente des captures confisquées. Ils
croient comprendre que la législation coréenne en vigueur à l'époque où les trois navires
étaient engagés dans une pêche illicite ne prévoyait peut-être pas la cessation des sorties des
navires. Néanmoins, ils sont d'avis que la délivrance de plusieurs CCD pour une même sortie
peut aboutir à un mélange des captures licites et illicites et limiter la capacité des États
marchés à déterminer la légalité des importations.
193. L'Uruguay, en tant qu'État côtier, note que la coopération continue et le dialogue établi
entre les autorités coréennes et uruguayennes ont facilité les procédures concernant
l'évaluation de la conformité avec les MC pertinentes.
194. Certains Membres soutiennent les États-Unis et suggèrent que le produit des captures
confisquées soit placé dans le fonds du SDC.
195. La Corée remercie les Membres de leurs commentaires et de l'examen qu'ils ont fait de
son rapport. La Corée fait la déclaration suivante :
« Nous souhaitons remercier les Membres de leurs commentaires et de l'examen qu'ils
ont fait de ce rapport. Par le passé, des navires coréens ont été impliqués dans des
activités INN au sein de la zone de la Convention CAMLR, mais nous n'allons plus
rester inactifs. La Corée, assumant sa responsabilité de Membre de la CCAMLR et
d'État pêcheur, réaffirme son engagement à veiller à ce que toute autre situation dans
laquelle des navires coréens pourraient être associés à des activités INN fasse l'objet
d'une enquête et que des mesures soient prises en conséquence. Nous continuerons
d'informer les délégués de l'avancement du déchirage de l'Insung No. 7. La Corée
procède actuellement à la révision de la loi sur le développement des pêches
hauturières qu'elle s'efforcera de terminer d'ici à la fin de 2014 et d'appliquer d'ici 2015
sous réserve d'un accord législatif. S'agissant de la proposition avancée par le
Royaume-Uni quant au produit des captures, la Corée ne connaît pas encore le volume
des ventes prévues, mais elle s'efforcera de reverser le produit des ventes à des fonds
de la CCAMLR. »
Système de suivi des navires (VMS)
196. Le secrétariat a résumé les considérations de la XXXVIe RCTA en 2013 et de la
XXXIIe réunion de la CCAMLR sur la possibilité de communiquer des données VMS de la
CCAMLR au profit des missions de recherche et de sauvetage (SAR) dans la zone de la
Convention CAMLR (CCAMLR-XXXIII/01 Rév. 1). Sont résumés les travaux réalisés en
2014 avec les cinq membres de la CCAMLR ayant compétence en tant que Centre de
Coordination de Sauvetage Maritime (CCSM) (Afrique du Sud, Argentine, Australie, Chili et
174
Nouvelle-Zélande), ainsi que les critères identifiés lors de la XXXIIe réunion de la CCAMLR
comme conditions préalables à la communication des données VMS de la CCAMLR au profit
des missions de SAR (CCAMLR-XXXII, annexe 6, paragraphes 42 à 46).
197. Les travaux réalisés en 2014 ont abouti à l'ébauche d'un accord qui a été soumis pour
examen et, si possible, adoption, à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR.
198. Notant que le SAR est un sujet extrêmement important pour tous ceux qui mènent des
opérations dans la zone de la CCAMLR, le SCIC félicite le secrétariat et les membres qui ont
participé à l'élaboration du projet d'accord.
199. Le SCIC examine de nouveau le projet d'Accord et recommande à la Commission son
adoption (appendice III).
200. Le TWG VMS présente le document CCAMLR-XXXIII/14 Rév. 1, dans lequel il est
rendu compte des résultats des travaux d'intersession sur l'appel d'offres et de la
recommandation quant au logiciel VMS à retenir pour la CCAMLR.
201. Le SCIC note que le TWG VMS a rédigé les documents à l'appui d'un appel d'offres
qui a été publié sur le site Web de la CCAMLR et sur celui du Réseau international de suivi,
de contrôle et de surveillance (IMCS) et qui a été communiqué directement à plusieurs
fournisseurs de VMS.
202. Le SCIC prend note de l'avis du TWG VMS selon lequel, à la date de clôture
du 13 juin 2014, l'appel d'offres avait donné lieu à huit réponses.
203. Le SCIC note que le TWG VMS a procédé à l'évaluation de ces réponses et
sélectionné l'un des VMS, le progiciel hébergé en interne, THEMIS Viewer, fourni par
Collecte Localisation Satellites (CLS).
204. Le SCIC note que les Membres ont été invités, en vertu de la Règle 7 d) du Règlement
intérieur de la Commission, à se déclarer en faveur de la recommandation du VMS TWG
visant à la mise en œuvre de THEMIS Viewer pour assurer le soutien du VMS de la
CCAMLR.
205. Suite à l'invitation à se déclarer en faveur de la recommandation du TWG VMS visant
à la mise en œuvre de THEMIS Viewer, le SCIC note que les Membres n'ont pas fait parvenir
d'objection. Il note par ailleurs que le secrétariat a par la suite avisé CLS que son offre avait
été acceptée et qu'il était en cours de négociations pour finaliser les dispositions contractuelles
et de mise en œuvre.
206. Le SCIC remercie le TWG VMS, avec ses participants de l'Afrique du Sud, de
l'Australie, du Chili, de la République de Corée, des États-Unis, de la France, du Japon, de la
Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, de l'Ukraine, de l'UE et du secrétariat, pour le travail
effectué en 2014.
207. Le TWG VMS présente CCAMLR-XXXIII/BG/07 qui donne un aperçu des travaux
réalisés en 2014 pour réviser la MC 10-04, comme convenu lors de la XXXIIe réunion de la
CCAMLR (annexe 6, paragraphe 106).
175
208. Le TWG VMS signale qu'outre la supervision du processus associé à la sélection d'un
nouveau VMS qu'il a mené à bien en 2014, il a entamé la révision de la MC 10-04. Entre
autres choses, la révision a porté sur la terminologie, les normes minimales des communicateurs de repérage automatique (ALC), l'harmonisation des critères de déclaration pour tous
les navires opérant dans la zone de la Convention CAMLR, les règles d'accès aux données
VMS et la relation entre la MC 10-04 et les autres mesures de conservation pertinentes.
209. Le TWG VMS estime qu'il lui faudrait encore 12 mois pour traiter ces questions et
bien d'autres qui s'y rattachent. À cet égard, si le mandat du TWG VMS est prolongé, tous les
Membres seront invités à participer aux travaux du TWG VMS en 2015.
210. Le SCIC exprime sa gratitude au TWG VMS pour le travail qu'il a effectué en 2014. Il
reconnaît qu'il peut être envisagé d'appliquer certaines recommandations du TWG VMS
immédiatement, à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR, par le biais d'une révision adéquate de
la MC 10-04, mais que d'autres nécessitent un examen plus approfondi. Les questions
supplémentaires qu'il est proposé d'examiner davantage sont : la déclaration simultanée en
temps quasi-réel au secrétariat et à l'État du pavillon, la transmission obligatoire, du port de
départ au port de retour, l'augmentation de la fréquence d'enregistrement à une fois par heure
ou toutes les deux heures et l'utilisation obligatoire du système d'identification automatique (SIA).
211. Les États-Unis présentent une proposition de révision de la MC 10-04. Certains
Membres craignent que la proposition avancée par les États-Unis contienne des changements
importants à la MC 10-04 impliquant une décharge de la responsabilité principale de l'État du
pavillon, ce qu'ils ne peuvent accepter. D'autres Membres trouvent par ailleurs préoccupant de
considérer des projets de révision de la MC 10-04 à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR, car
le temps disponible ne permet pas une discussion approfondie de ces questions. D'autres
Membres encore soutiennent les buts de la proposition des États-Unis. Le SCIC décide que le
TWG VMS examinera toute révision possible en 2015 et lui présentera des recommandations
lors de la XXXIVe réunion de la CCAMLR.
212. De nombreux Membres sont favorables à ce que le TWG VMS inclue les questions
soulevées dans les révisions proposées à la présente réunion et les Membres sont incités à
travailler en ce sens pendant la période d'intersession.
213.
La République de Corée fait la déclaration suivante :
« Chaque pays a sa propre définition d'un VMS. Je crois comprendre que les règles de
la CCAMLR ne contiennent pas non plus de définition claire concernant le VMS.
Dans le sens large du terme, un VMS est interprété en Corée comme un système de
surveillance des navires. Néanmoins, dans un sens plus restreint, il s'agit d'un
dispositif installé sur les navires pour transmettre la position de ces derniers. Pour
davantage de transparence, il est opportun et approprié de définir clairement le terme
VMS. Cette discussion devrait tenir compte des différents points de vue des États
membres.
La Corée aimerait saisir cette occasion pour expliquer brièvement, même si cela
semble s'éloigner de l'ordre du jour, ce qu'est le Centre de surveillance des pêches
(CSP), un outil important du suivi, du contrôle et de la surveillance contre la pêche
INN.
176
Le CSP est l'une des mesures importantes que le gouvernement coréen a adoptées pour
lutter contre la pêche INN et qui s'ajoute à l'installation obligatoire du VMS.
Ce CSP, ouvert le 28 mars 2014, a pour but de suivre, détecter et attirer l'attention en
temps réel sur toute activité de pêche illicite menée par des navires coréens de la pêche
hauturière dans les eaux situées en dehors de la juridiction de la Corée.
Près de 340 navires de pêche autorisés à pêcher en haute mer sont surveillés toutes les
heures et, par mesure de précaution, des mises en garde leur sont adressées pour les
dissuader de mener des activités de pêche INN.
De plus, le CSP est chargé des tâches suivantes :
1. Vérifier et contrôler les transbordements et les limites de capture
2. Vérifier l'installation des VMS sur les navires de pêche hauturière, ainsi que
stocker et gérer les données pertinentes
Pour plus de renseignements, une brochure sur le CSP de la Corée est mise à
disposition à l'entrée de la salle de réunion. Elle sera également postée sur le site Web
de la CCAMLR dès que possible.
Pour terminer, dans le cadre des efforts consentis pour repousser la pêche INN, le
gouvernement coréen va établir un programme de surveillance étroite des navires
présentant un risque élevé de pêche INN, opérés par exemple par Insung Corporation.
Par ailleurs, le système des e-logbooks sera mis en place d'ici juin 2015. Avec les
relevés VMS du CSP, les e-logbooks nous permettront de mieux surveiller les captures
des navires. »
214. Le SCIC remercie la Corée de son intervention ainsi que des efforts qu'elle déploie
pour surveiller sa flotte de pêche hauturière et lutter contre la pêche INN.
Propositions de nouvelles mesures et de mesures révisées
215. Dans l'objectif d'une meilleure disponibilité des données qui serviront aux estimations
de la biomasse du krill et conscient que les tâches nécessaires pour y parvenir ne peuvent être
confiées à l'équipage des navires, le Chili propose une expansion de l'observation scientifique
dans les pêcheries de krill (CCAMLR-XXXIII/18). Il propose de modifier la MC 51-06 afin
de renforcer la présence d'observateurs scientifiques pour qu'elle atteigne 100% pendant les
opérations de pêche au krill.
216. Le SCIC prend note d'une proposition présentée par l'Ukraine visant à amender la
MC 51-06 pour accroître la présence des observateurs dans la pêcherie de krill (CCAMLRXXXIII/16). Si elle est appliquée, la proposition aura pour objectif une présence obligatoire
d'observateurs de 100% applicable progressivement, en commençant par une augmentation
à 75% pour 2014/15 et 2015/16, puis 100% pour les saisons suivantes.
217. L'Uruguay accueille favorablement les propositions de renforcement de la couverture
d'observation sur les navires pêchant le krill. Il rappelle au SCIC que le krill arrive
177
généralement dans un port à bord de porte-conteneurs, dont l'accès pour y effectuer des
inspections est rendu difficile par les conditions de stockage. De ce fait, une couverture plus
large par les observateurs réduirait la charge de travail des contrôleurs des pêches. Environ
70% des contrôles de navires pêchant le krill sont réalisés à bord de porte-conteneurs ou de
navires frigorifiques et de ce fait, l'Uruguay soutient fortement cette proposition.
218. De nombreux Membres sont en faveur de l'objectif de 100% de présence des
observateurs et accueillent favorablement les propositions de renforcement de l'observation
sur les navires pêchant le krill.
219. La République de Corée indique que, bien qu'elle soit en faveur du principe
d'augmentation de l'observation sur les navires pêchant le krill, la recherche d'observateurs
n'est pas sans défis logistiques et qu'elle préfère une approche par étapes. Certains Membres
soutiennent cette approche.
220. Le SCIC note que le Comité scientifique s'est accordé sur les avantages, d'un point de
vue scientifique, d'une couverture à 100% de la pêcherie par les observateurs, mais qu'il a
reconnu que toute décision sur un niveau obligatoire pour cette pêcherie doit être prise par la
Commission. Il note également qu'en même temps, selon le Comité scientifique, ce qui est
primordial à l'égard des données tirées du SISO, ce n'est pas uniquement de se concentrer sur
le niveau de couverture assuré par les observateurs, mais c'est aussi de garantir qu'elles sont
de la plus haute qualité possible et qu'elles permettent au WG-EMM d'avancer dans ses
travaux. Le Comité scientifique a recommandé de conserver les dispositions de la MC 51-06
pour 2014/15.
221. Le SCIC considère l'avis du Comité scientifique. De nombreux Membres réitèrent leur
soutien pour la proposition et soulignent l'importance du développement méthodique et de
précaution des pêcheries de krill de la CCAMLR, ainsi que de la cohérence entre les pêcheries
de la CCAMLR. L'Afrique du Sud fait remarquer qu'un renforcement de la couverture
d'observateurs faciliterait l'analyse des captures accessoires des pêcheries de krill.
222. Certains Membres font valoir qu'il est plus important d'améliorer la qualité des
données déclarées par les observateurs scientifiques et qu'il convient de réfléchir à
l'amélioration de la qualité des données plutôt qu'au renforcement de la couverture
d'observateurs.
223. Les délégations du Brésil, du Chili, des États-Unis et de l'UE présentent une
proposition visant à interdire le prélèvement d'ailerons sur les requins capturés dans la zone de
la Convention CAMLR (CCAMLR-XXXIII/20) et proposent d'amender la MC 32-18 pour
exiger que les ailerons des requins capturés accidentellement ne pouvant être remis à l'eau
vivants restent naturellement attachés jusqu'au premier port de débarquement.
224.
À l'égard de leur présentation, les États-Unis font la déclaration suivante :
« De nombreuses organisations reconnaissent que les populations de requins sont
particulièrement vulnérables à l'impact de la surexploitation du fait des caractéristiques
de leur cycle vital (croissance lente et reproduction tardive) et de leur nature hautement migratoire. Le gaspillage reconnu du prélèvement d'ailerons, qui implique le
rejet des carcasses de requins en mer, une fois les ailerons prélevés, est contraire au
Plan d'action international de la FAO pour la conservation et la gestion des requins,
178
qui exige de réduire au minimum le gaspillage et les rejets de requins capturés conformément à Article 7.2.2(g) du Code de conduite pour une pêche responsable. Cette
pratique est également contraire à l'objectif de conservation établi à l'Article II de la
Convention, dans lequel la définition du terme conservation inclut l'utilisation
rationnelle.
Par exemple, la résolution sur la durabilité des pêches adoptée par l'Assemblée
générale des Nations Unies en appelle aux États, notamment par le biais d'organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) ou d'accords de ce type, à mettre en
place et à appliquer des plans d'action nationaux ou, le cas échéant, régionaux, pour
mettre en œuvre le plan d'action international pour la conservation et la gestion des
requins, et à se conformer aux mesures qui réglementent les pêcheries de requin, ainsi
que la capture accidentelle de ceux-ci, dont en particulier celles qui interdisent ou
limitent la pêche menée dans le seul but d'exploiter les ailerons. Elle les incite de plus à
envisager, si nécessaire et approprié, de prendre de nouvelles mesures telles que celles qui
exigeraient que les requins débarqués aient bien leurs ailerons naturellement attachés.
La plupart des ORGP ont réagi en adoptant des mesures pour interdire le prélèvement
des ailerons de requins. La CCAMLR a également contribué aux efforts mondiaux de
conservation et de gestion des requins. En 2006, la Commission a adopté une
proposition soumise par la France sur la conservation des requins, laquelle a eu pour
résultat la mesure de conservation 32-18. Toutefois, alors que cette mesure interdit la
"pêche dirigée de toute espèce de requin dans la zone de la Convention …" et
demande que les requins capturés accidentellement soient relâchés vivants lorsque cela
est possible, elle n'aborde pas la pratique du prélèvement des ailerons de requins.
À notre avis, la CCAMLR devrait adopter des mesures, en accord avec les dispositions
sur les requins de la résolution de l'AGNU, pour interdire le prélèvement des ailerons
de requins, ainsi que la possession de ces ailerons s'ils ne sont plus naturellement
attachés à la carcasse.
Tout en renforçant l'interdiction actuelle de pêche dirigée, la disposition exigeant que
tous les requins capturés accidentellement soient conservés pour être débarqués avec
leurs ailerons naturellement attachés permettra la collecte de données sur chaque
espèce de requin capturée dans la zone de la Convention et constituera une interdiction
réelle du prélèvement d'ailerons.
Cette proposition est très proche de celle que les États-Unis ont présentée pour la
première fois en 2011, mais elle contient quelques modifications apportées en réponse
aux commentaires de nos coparrains et Membres. Nous attendons avec intérêt la
discussion de cette proposition. »
225. De nombreux Membres remercient les auteurs de la proposition et se déclarent
pleinement en faveur de l'amendement à la MC 32-18. Ils reconnaissent que la proposition
favorise la conservation des requins, qu'elle est compatible avec la législation nationale de
certains Membres et qu'elle comble une lacune de la mesure de conservation existante.
226. Plusieurs Membres, en exprimant leur soutien général à la proposition, offrent des
suggestions sur l'inclusion d'une référence à l'Article II de la Convention et au fait que le
prélèvement des ailerons de requins ne peut être considéré comme une utilisation rationnelle.
179
227. La France accueille favorablement la proposition et réaffirme son soutien à
la MC 32-18. Elle rappelle les dispositions sur les requins de la résolution de l'AGNU et
regrette que la CCAMLR, dont les objectifs de conservation sont beaucoup plus ambitieux
que ceux des ORGP, n'ait pas une approche plus proactive de cette question.
228.
L'UE fait la déclaration suivante :
« L'UE a adopté l'interdiction du prélèvement des ailerons de requins en 2013, une
mesure à laquelle tous nos États membres ont accordé leur soutien.
L'UE se félicite de d'être le coauteur de la mesure proposée qui s'aligne sur la
réglementation européenne et qui comblerait une lacune dans la mesure de
conservation existante en interdisant le prélèvement des ailerons de requins dans la
zone de la Convention.
Nous souhaitons que la proposition, fondée sur l'expérience positive de plusieurs pays,
se révèle aussi un succès pour la CCAMLR. »
229.
La Suède fait la déclaration suivante :
« La Suède soutient pleinement la proposition du Brésil, du Chili, des États-Unis et de
l'Union européenne et leur est reconnaissante des travaux et des efforts qui ont abouti à
cette proposition. Elle estime toutefois que, même une pleine application de
l'interdiction du prélèvement d'ailerons risque de ne pas réduire les niveaux de capture
de manière significative ou de ne pas maintenir les populations de requins à des
niveaux durables. Nous estimons toutefois qu'il s'agit là d'un premier pas important
dans la gestion de la mortalité des requins dans la zone de la Convention CAMLR. »
230. Le Japon, en tant que nation pêcheur responsable visant à une pêche durable des
requins, déclare qu'il participe activement à des ORGP pour la conservation et la gestion des
requins et qu'il a déjà mis en place l'interdiction du prélèvement d'ailerons conformément aux
mesures de conservation et de gestion adoptées par les ORGP thonières. Il estime toutefois
que les amendements proposés ne sont pas nécessaires vu l'infime quantité des captures
accessoires de requins dans la zone de la Convention et l'interdiction de la pêche dirigée de
requins. Il fait valoir que l'amendement proposé ne semble pas pertinent en matière de
conservation et de gestion des requins dans la zone de la Convention. C'est la raison pour
laquelle le Japon n'est pas en faveur de la proposition.
231. La Chine se rallie à l'avis du Japon et déclare qu'elle n'est pas non plus en mesure de
soutenir la proposition.
232. L'UE présente une proposition visant à tenir des discussions pendant la période
d'intersession entre la XXXIIIe et la XXXIVe réunion de la CCAMLR sur l'adoption possible
de mesures commerciales par la CCAMLR dans le but de renforcer le respect de la
réglementation (CCAMLR-XXXIII/25 Rév. 1). Elle rappelle les nombreuses discussions qui,
depuis de nombreuses années, sont axées sur l'adoption d'une mesure commerciale. Cette
proposition visant à mener des débats pendant la période d'intersession est un compromis,
pour chercher à trouver des solutions qui mèneraient à une compréhension commune et à
l'examen possible d'une proposition plus détaillée sur les mesures commerciales à l'avenir.
180
233.
L'Argentine fait la déclaration suivante :
« L'Argentine remercie la délégation de l'UE de sa présentation et note que depuis
2006, cette question a fait l'objet de nombreuses délibérations prolongées mettant en
évidence des divergences d'opinion.
À cet égard, la délégation de l'Argentine, tout comme d'autres délégations aux points
de vue similaires, a présenté ses arguments d'une manière précise, complète et
détaillée. À cette fin, des autorités spécialisées dans ce domaine ont assisté à la
réunion et présenté un argument détaillé avec les raisons pour lesquelles cette
délégation juge qu'il n'est pas approprié d'adopter des mesures commerciales à
l'encontre d'États.
Considérant qu'il n'est pas possible de trouver un compromis qui permettrait d'obtenir
le consensus requis, du fait du manque total de compatibilité des positions, il ne
semble pas constructif de poursuivre la discussion de cette question pendant la période
d'intersession.
Dans ce contexte, le Symposium qui se tiendra dans la République du Chili l'année
prochaine offre une excellente occasion d'explorer d'autres mécanismes pour
combattre la pêche INN, objectif commun de tous les Membres, y compris par le
renforcement de la mesure de conservation 10-08 à l'égard de l'identification et de
l'imposition de sanctions aux bénéficiaires des navires qui compromettent la
conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique. »
234. Le Brésil fait sienne la déclaration de l'Argentine sur l'importance de la MC 10-08
dans la lutte contre la pêche INN. Il n'est pas en faveur de l'adoption de mesures
commerciales par la CCAMLR, estimant que rien ne prouve que de telles mesures
combattraient les pratiques INN. La Chine partage ces préoccupations.
235. Certains Membres remercient l'UE de son document, notant que les mesures
commerciales constituent un outil important pour renforcer la capacité de la CCAMLR à
résoudre le problème de la pêche INN et à promouvoir le respect de la réglementation. Ces
Membres soutiennent l'approche reflétée dans la proposition de l'UE, faisant remarquer qu'elle
va au-delà des mesures commerciales, et qu'elle considère d'autres mécanismes auxquels la
CCAMLR pourrait avoir recours pour lutter contre la pêche INN, y compris par les mesures
existantes.
236. Certains Membres, en soutenant la proposition de l'UE, sont d'avis qu'elle n'est pas en
conflit avec les mesures de l'OMC ou de l'AGNU et attendent avec intérêt de participer aux
discussions sur la proposition pendant la période d'intersession.
237.
Les États-Unis font la déclaration suivante :
« Les États-Unis accueillent favorablement ce document de l'UE et la remercie des
efforts qu'elle consent pour poursuivre la discussion sur l'adoption d'une mesure de
conservation sur les mesures commerciales. Comme nous l'exprimons depuis de
nombreuses années, nous estimons que les mesures commerciales sont un outil
important qui renforcerait la capacité de la CCAMLR à résoudre le problème de la
pêche INN et à promouvoir la conformité.
181
Les États-Unis continuent de soutenir vivement l'approche reflétée dans la dernière
proposition de l'UE qui garantit la régularité de la procédure suivie pour déterminer si
une Partie remplit ou non ses obligations ou si une non-Partie porte atteinte aux
mesures de la CCAMLR ; qui permet aux Parties et aux non-Parties identifiées de
répondre aux identifications et de rectifier leurs actions ; et qui est conçue pour offrir à
la Commission et à ses Membres la souplesse voulue pour pouvoir adapter sa mise en
œuvre au cas par cas, afin de tenir compte de leurs obligations commerciales
internationales.
Nous faisons remarquer que ce document va au-delà des mesures commerciales, et
qu'il considère d'autres mécanismes auxquels la CCAMLR pourrait avoir recours pour
combattre la pêche INN, y compris par les mesures existantes. Selon nous, ce n'est pas
une question de choix entre deux choses et nous souhaitons que la CCAMLR puisse
envisager non seulement l'adoption de mesures commerciales mais, en même temps,
d'autres approches, y compris le renforcement des mesures existantes. Nous sommes
impatients de participer à ce débat pendant la période d'intersession. »
238. L'Uruguay, tout en s'associant aux commentaires de l'Argentine et du Brésil, déclare
qu'il est disposé à participer aux discussions d'intersession sur la lutte contre la pêche INN,
dans la mesure où elles ne portent pas sur les mesures commerciales.
239. La Namibie soutient le Brésil et l'Argentine et ne voit pas d'objection à l'examen de la
question des mesures commerciales, mais indique que ses représentants à la présente réunion
ne sont pas chargés des questions liées au commerce en Namibie.
240. L'ASOC présente un document sur l'amélioration de la gouvernance et du contrôle des
navires de pêche opérant dans l'océan Austral (CCAMLR-XXXIII/BG/22 Rév. 1). L'ASOC
fait la déclaration suivante :
« Dans le document CCAMLR-XXXIII/BG/22, l'ASOC propose plusieurs moyens qui
permettraient à la CCAMLR d'améliorer la gouvernance et le contrôle des navires de
pêche dans la zone de la Convention. Nous encourageons tout particulièrement la
CCAMLR à envisager de faire appliquer obligatoirement une norme minimale de
classification des glaces de mer pour tous les navires de pêche. De plus, nous
préconisons à la CCAMLR d'exiger que les capitaines et l'équipage des navires de
pêche reçoivent une formation spécialisée pour les préparer aux difficultés uniques
rencontrées dans les eaux polaires. Ces deux mesures amélioreront la sécurité et
élargiront la protection environnementale.
Par ailleurs, l'OMI a l'intention de travailler sur la deuxième phase du code polaire qui
comprend les navires de pêche. Les membres de la CCAMLR devraient adopter une
résolution énonçant leur engagement à mettre en place des dispositions adaptées pour
cette deuxième phase et à informer l'OMI de tout incident récent ayant mis en cause
des navires de pêche dans l'océan Austral ainsi que des mesures en vigueur à la
CCAMLR concourant à la sécurité des navires de pêche et des équipages dans l'océan
Austral. »
182
Niveau actuel de la pêche INN
Rapports de synthèse
241. Le SCIC prend note du rapport de la France sur des observations relatives à la
pêche INN dans la sous-zone 58.6 et les divisions 58.5.1 et 58.5.2 incluant les ZEE françaises
et la ZEE australienne, ainsi que les secteurs de haute mer des divisions 58.4.3 et 58.4.4
(CCAMLR-XXXIII/19). Dans les ZEE françaises, où le dispositif de surveillance s'est
maintenu tout au long de l'année, aucune activité de pêche INN n'a été observée d'août 2013 à
août 2014, mais du matériel de pêche n'appartenant pas à des navires autorisés y a été retrouvé
à plusieurs reprises pendant cette période. Depuis 2004, le dispositif de surveillance
satellitaire ainsi que les patrouilles maritimes ont démontré leur efficacité dans la détection
des activités de pêche INN. En effet, à l'exception d'une année, des navires inscrits sur la
liste INN de la CCAMLR sont toujours observés depuis une décennie dans la zone de
surveillance. L'interception en 2013 d'un navire de pêche INN ainsi que la récupération
régulière de matériel illicite démontrent l'existence d'activités de pêche INN dans les ZEE
françaises.
242. Le SCIC prend note du rapport de l'Australie sur l'estimation des captures INN
provenant de la ZEE australienne de la division 58.5.2 et des dispositifs de lutte contre la
pêche INN (CCAMLR-XXXIII/BG/19). La capture INN de légine est estimée entre 0 et
50 tonnes en 2013/14, estimation tirée des résultats du programme australien de surveillance
de l'océan Austral et de répression des infractions, consistant en une surveillance journalière
par des satellites commerciaux, en des opérations de surveillance et de répression en
coopération avec la France, par des navires de pêche sous licence et d'autres sources.
L'Australie fait également état des stratégies qu'elle applique pour lutter contre la pêche INN
dans la zone de la Convention, notamment sur les opérations de surveillance et de répression,
incluant les opérations réalisées en coopération avec la France ; en visant, dans les ports, les
navires INN des PNC CCAMLR par l'intermédiaire du Plan d'action régional pour
promouvoir la pêche responsable, y compris en luttant contre la pêche INN, dans la région de
l'Asie du Sud-Est (RPOA-INN) ; en sollicitant la coopération des États dont les navires ou les
ressortissants ont été impliqués dans une pêche INN et en offrant dans ces pays un programme
d'éducation et de renforcement des capacités.
243. Le SCIC note que d'après les observations de 2013/14, il semblerait que les navires de
pêche INN des PNC CCAMLR se dirigent vers le nord, s'éloignant de la zone de la
Convention, et qu'ils n'y retournent pas. Il s'agit là d'un fait important indiquant que la
coopération à l'échelle régionale du RPOA-INN pourrait perturber les opérations de ces
navires de pêche INN.
244. Le SCIC note que les Parties coopérant dans le cadre du RPOA-INN se sont engagées
à refuser l'accès aux ports à tout navire inscrit sur les listes des navires INN convenues par les
organisations régionales de pêche, sauf en cas d'urgence. Les Parties sont également
convenues d'effectuer des contrôles portuaires des navires admis à un port et d'échanger des
informations sur les activités des navires de pêche INN.
245. Compte tenu de l'engagement à lutter contre la pêche INN qu'ont démontré les
Membres à la présente réunion, l'Australie les incite à considérer les stratégies très variées
pouvant être appliquées et à envisager de signer et ratifier l'Accord sur les mesures du ressort
de l'État du port visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche INN.
183
246. L'Australie incite fortement les Membres à envisager quels travaux pourraient être
réalisés pour mieux comprendre le problème de la pêche INN, comme la formulation
d'estimations plus fiables des captures. Elle espère que cette discussion sera développée
ultérieurement.
247. La Nouvelle-Zélande félicite l'Australie, l'Espagne et la France des efforts qu'ils
consentent pour lutter contre la pêche INN. Elle convient par ailleurs avec d'autres Membres
de l'efficacité des mesures du ressort de l'État du port pour priver les cartels de la pêche INN
des profits lucratifs qu'ils pourraient tirer des opérations de pêche illicites.
248. L'Espagne indique également que ces mesures sont efficaces pour priver les cartels de
la pêche INN des profits lucratifs qu'ils pourraient tirer des opérations de pêche illicites.
249. La Chine apprécie les efforts consentis par l'Australie pour lutter contre la pêche INN
et demande un complément d'information sur l'observation probable du navire Tiantai
(CCAMLR-XXXIII/BG/19). L'Australie indique qu'elle a répondu à un signal de détresse du
navire. Un dispositif de surveillance aérienne a trouvé des débris aux alentours de la position
du signal dans la division 58.4.1. On a cru comprendre que le navire avait coulé et que son
équipage avait été récupéré par le Chang Bai (COMM CIRC 14/57, mai 2014).
250. Le SCIC prend note du rapport de l'Espagne sur les mesures prises pour lutter contre la
pêche INN dans la zone de la Convention en 2014 (CCAMLR-XXXIII/BG/34). L'Espagne
souligne l'importance des dispositifs de contrôle et de d'inspection mis en place par la
Commission car ils apportent les preuves irréfutables et les pièces justificatives permettant de
lancer des investigations en bonne et due forme. Ces actions requièrent un plan d'action pour
faciliter la collaboration, telle que des contrôles communs dans la zone de la Convention.
L'Espagne rend compte par ailleurs des récentes mesures qu'elle a prises pour remplir ses
obligations à l'égard de la prise de sanctions contre des ressortissants espagnols dont les
actions illégales ont été prouvées, notamment plusieurs enquêtes en cours sur les liens entre
les propriétaires des navires et les bénéficiaires. L'Espagne rend compte du processus
d'amendement de ses lois en matière de pêche, qui seront un outil important dans la lutte
contre l'activité INN.
251. Le SCIC prend note de l'avis du Chili sur les actions en justice intentées contre le
ressortissant chilien qui était capitaine du Thunder. Ce cas représente le premier dossier
d'accusation, depuis la révision de la législation des pêches en 2011, que les autorités
chiliennes ont établi sur la base de preuves apportées par l'Australie. Les conclusions de ce
dossier seront communiquées à la Commission.
252. L'Australie remercie l'Espagne et le Chili des mesures qu'ils ont prises et la France de
son engagement continu dans les opérations de surveillance en coopération.
253. Le SCIC prend note des progrès réalisés par le secrétariat dans l'analyse des tendances
des activités de pêche INN dans la zone de la Convention (CCAMLR-XXXIII/BG/28 Rév. 1).
Cette analyse repose sur les avis du Comité scientifique (SC-CAMLR-XXXII, paragraphes 6.2 et 6.3) et comprend le développement de méthodes d'estimation des prélèvements
INN lorsque les estimations fondées sur la surveillance ne peuvent être corrigées en fonction
de l'effort de pêche. Elle utilise des informations d'opérations commerciales et des
informations nouvellement acquises telles les données satellitaires SIA.
184
254. Le SCIC prend note de la répartition géographique des activités de pêche INN fondée
sur les rapports d'observation de navires et d'engins de pêche INN fournis par les Membres,
sur des informations tirées des carnets de l'observateur, sur les comptes rendus de campagnes
et les données SIA de 2014 (CCAMLR-XXXIII/BG/28 Rév. 1, figure 1). Il est noté que c'est
la première fois qu'un navire de pêche INN a été observé dans la sous-zone 48.6, mais qu'il
existe des preuves indirectes d'activités de pêche INN dans cette sous-zone depuis 2005. Le
navire observé est le Viking qui est inscrit sur la liste des navires INN. En outre, les données
SIA indiquent la présence possible d'un navire non identifié dans la sous-zone 48.6 entre
juillet et septembre 2014.
255. Le SCIC note que les données du SIA satellite qui vient d'être mis en place
contiennent des déclarations erronées de positionnement de navires et que ces incohérences
apparentes dans le positionnement et les déplacements de navires n'ont pas été rencontrées
dans les données de positionnement des navires autorisés.
256. La Nouvelle-Zélande indique que l'engin de pêche non identifié, observé dans la souszone 88.1 en 2014, était une palangre. Elle ajoute que cet engin provenait probablement de
navires de pêche autorisés et que les marques ont dû être effacées par l'action abrasive des
glaces de mer.
257. La Corée informe le SCIC qu'elle a instauré la présence obligatoire de VMS sur tous
les navires de pêche hauturière. Cette action fait partie de la contribution de la Corée à l'effort
international pour contrecarrer la pêche INN.
258. Le SCIC remercie les Membres pour les moyens de surveillance mis en œuvre en
collaboration et pour les nouvelles initiatives de lutte contre la pêche INN, y compris
l'identification de liens entre les propriétaires et bénéficiaires des navires pêche INN et les
poursuites engagées contre des ressortissants impliqués dans la pêche INN.
Initiative pilote
259. Le SCIC examine la proposition commune présentée par la France et le secrétariat sur
une initiative pilote visant à utiliser l'imagerie satellite pour améliorer les estimations
concernant la présence de navires de pêche INN dans des régions de haute mer données de la
zone de la Convention (CCAMLR-XXXIII/07). Cette initiative a pour objectif de développer
de nouvelles méthodes pour :
i)
évaluer la présence de navires de pêche INN
ii)
interpréter la présence de navires signalée par des navires de pêche sous licence
et les efforts de surveillance nationaux, et élaborer un indice de la présence de
navires de pêche INN
iii)
déterminer si l'imagerie satellitaire peut servir à fournir des données
opérationnelles sur les navires de pêche INN
iv)
communiquer avec les autorités nationales pertinentes, le cas échéant, à l'égard
d'activités complémentaires de surveillance, et avec les navires de pêche sous
licence à l'égard des comptes rendus d'observation de navires.
185
260. L'initiative pilote recevra des contributions en nature de la part de la France et du
secrétariat. Des fonds supplémentaires (375 000 €) doivent encore être obtenus pour l'achat
des services satellite. Les membres de la CCAMLR sont invités à contribuer à cette initiative,
y compris par voie d'apport en nature.
261. La France déclare qu'elle est ravie de contribuer à ce projet pilote en partenariat avec
le secrétariat de la CCAMLR pour un essai de six mois du système de surveillance radar.
L'apport en nature de la France correspond à 158 000 €. Il comprend l'utilisation de sa base de
réception satellite des îles Kerguelen, l'interprétation et l'analyse des scènes radar par les
techniciens du CCSM basé à l'île de la Réunion (CROSS Réunion) et la participation au
programme de travail.
262.
Au cours de la discussion de cette initiative pilote, le SCIC note que :
i)
la nouvelle méthode pourrait fournir des informations sur les activités et l'effort
de pêche des navires ; il ne serait toutefois pas possible d'obtenir des
informations sur les captures ou la composition par espèce
ii)
la sélection des secteurs de haute mer et le moment choisi pour l'acquisition des
images satellite images seraient déterminés sur la base d'anciennes données sur
les activités de pêche INN
iii)
il sera tenu compte de l'interprétation des objets non identifiés, tels que les
icebergs, et des biais risquant d'être introduits dans l'analyse si ces relevés
étaient faussement attribués à des navires de pêche (c.-à-d. « faux positifs »)
iv)
l'initiative pilote constituerait une étude de preuve de concept, et toute application ultérieure de ces travaux dépendrait du financement et des fonds disponibles
v)
la contribution du secrétariat au projet serait axée sur les résultats de l'analyse
des images et leur interprétation au moyen des données disponibles, données
VMS comprises.
263. Les Membres sont en faveur de cette initiative pilote. L'UE exprime son intention
d'engager 375 000 € dans ce projet sous réserve de confirmation de la disponibilité des fonds.
L'Australie et les États-Unis souhaitent collaborer aux travaux.
264. Le SCIC indique que c'est aux États du pavillon qu'il revient d'assurer la liaison avec
les navires de pêche sous licence au sujet des signalements d'observation de navires.
265. Le SCIC approuve la proposition commune de la France et du secrétariat et invite les
Membres à envisager de contribuer à ce projet, y compris par un apport en nature ou par une
harmonisation avec d'autres initiatives complémentaires.
Travaux en collaboration de l'ASOC et de la COLTO
266. Le SCIC prend note des travaux menés en collaboration par l'ASOC et la COLTO et
de leur document visant à développer les mesures de d'exécution pour mettre fin à la pêche
illicite, non déclarée et non réglementée dans l'océan Austral (CCAMLR-XXXIII/BG/23). Ce
document décrit les étapes à suivre pour :
186
267.
i)
évaluer et renforcer le système VMS en intensifiant les exigences en matière de
données à déclarer
ii)
intensifier les actions intentées contre les ressortissants des pays membres de la
CCAMLR potentiellement impliqués dans la pêche INN
iii)
améliorer l'efficacité des listes de navires INN en établissant un mécanisme qui
permettrait l'inscription des navires pendant la période d'intersession
iv)
intensifier les efforts d'identification des activités de pêche INN en soutenant la
proposition commune de la France et du secrétariat (CCAMLR-XXXIII/07).
L'ASOC fait la déclaration suivante :
« L'ASOC est heureuse de présenter le document CCAMLR-XXXIII/BG/23 qu'elle a
préparé avec la COLTO pour décrire leurs travaux communs réalisés pendant l'année
et offrir quelques recommandations à la CCAMLR. Comme il apparaît dans les
documents présentés par l'Australie, la France, la Nouvelle-Zélande et le secrétariat, la
pêche INN, bien qu'en baisse, est toujours présente dans la zone de la Convention et il
est nécessaire de continuer à prendre des mesures pour la combattre efficacement.
Nous félicitons l'Espagne et l'Uruguay pour les mesures d'exécution qu'ils ont prises
dernièrement. Nous sommes par ailleurs reconnaissants à la République de Corée
d'avoir pris des mesures d'exécution et attendons avec intérêt les informations de suivi
qu'elle a l'intention de communiquer.
Nous nous félicitons également des initiatives prises par la CCAMLR pour réviser son
système de documentation des captures. Tout en étant généralement en faveur des
recommandations émises par ces groupes, nous souhaitons tout particulièrement
souligner qu'il est nécessaire d'accroître la transparence et la supervision des
transbordements.
Par ailleurs, nous émettons dans notre document des suggestions d'actions que la
CCAMLR pourrait mettre en place pour réduire la pêche INN. Il s'agit notamment
d'intensifier les mesures prises contre les ressortissants impliqués dans une pêche INN
et de rehausser l'efficacité des listes des navires INN en autorisant l'inscription
provisoire ou la suppression des navires des listes pendant la période d'intersession,
plutôt qu'une fois par an uniquement (après qu'un navire INN a pu mener des
opérations INN librement pendant plusieurs mois).
La COLTO et l'ASOC sont déterminées à collaborer pour mettre un terme à la pêche
INN dans la zone de la Convention. Nous sommes disposées à aider la CCAMLR
d'une manière qui serait utile pour les Membres. Donc, à ce stade, nous proposons
d'aider le secrétariat à élargir son analyse du commerce global de la légine pendant la
période d'intersession. »
268. La France remercie l'ASOC et la COLTO et accorde son soutien aux propositions
suggérant les actions mentionnées dans le document.
187
269. Le SCIC remercie l'ASOC et la COLTO des travaux qu'elles ont effectués en
collaboration et de leur proposition. Il note que la mise en place d'un mécanisme permettant
d'inscrire sur les listes de navires de pêche INN, les navires en infraction pendant la période
d'intersession pourrait être tant utile que difficile et accepte de considérer cette proposition
plus avant.
Listes des navires INN
270. Le SCIC examine le document CCAMLR-XXXIII/15 Rév. 3, présenté par le
secrétariat, qui récapitule les informations soumises par Membres sur les activités de pêche
INN ayant eu lieu en 2013/14 et la correspondance qui s'est ensuivie avec les PNC.
Le secrétariat présente les projets de listes et les listes provisoires des navires INN-PC et PNC
pour 2014/15 à la Commission pour examen.
271. Le SCIC note que trois navires figurant sur la liste des navires INN-PNC ont été
observés par des Membres à trois reprises dans la zone de la Convention en 2013/14 et que
neuf navires figurant sur la Liste des navires INN-PNC ont été observés par des Membres
en 14 occasions en dehors de la zone de la Convention.
272. Le SCIC note que deux comptes rendus d'observation de navires ont été soumis
conformément à la MC 10-02 (annexe 10-02/A). L'un a été soumis par le Tronio, navire
battant pavillon espagnol, à l'égard du Nihewan et le second par le Shinsei Maru No. 3, navire
battant pavillon japonais, à l'égard de l'Octopus I.
273. Le SCIC note que le secrétariat a écrit aux PNC (conformément à la MC 10-07 et à la
politique de renforcement de la coopération entre la CCAMLR et les Parties non
contractantes), ainsi qu'aux États du pavillon ou aux entités de pêche dont les navires sont
inscrits sur la Liste des navires INN-PNC et ont été observés en 2013/14. Il note qu'une
réponse a été reçue, de la part de la Tanzanie.
274. Le SCIC note que les réponses à cette correspondance du secrétariat sont encore peu
nombreuses. Les Membres décident d'établir un contact bilatéral ou multilatéral avec les PNC,
notamment le Nigeria et la Sierra Leone. L'UE propose de prendre contact avec le Nigeria sur
une base bilatérale et d'en rendre compte au SCIC en 2015.
275. Le SCIC note qu'il n'y a pas eu de proposition d'inscription sur les listes des navires
INN-PC ou INN-PNC.
276. Le SCIC note que l'Australie a signalé que le Tiantai, navire inscrit sur la liste INN, se
trouvait dans la division 58.4.1 le 29 mars 2014 lorsqu'il a activé sa balise de détresse
(COMM CIRC 14/57). Le SCIC examine également les données SIA indiquant la présence du
Tiantai dans la zone de la Convention avant son naufrage. Le SCIC note que l'Australie
confirme que le naufrage du navire.
277. Le SCIC recommande, conformément au paragraphe 18 de la MC 10-07, de retirer le
Tiantai de la liste des navires INN-PNC.
188
278. Le SCIC constate qu'aucune information n'a été fournie en vertu du paragraphe 16 ii)
de la MC 10-07, à partir de laquelle il aurait pu envisager de retirer un navire de la Liste des
navires INN-PNC.
279. En conséquence, le SCIC adopte une liste proposée des navires INN-PNC que la
Commission devra approuver (appendice IV).
280. Le SCIC note que l'Espagne a demandé un complément d'information à l'égard du Jin
Li Chien que le SIA a identifié comme étant dans la division 58.4.1. Les États-Unis indiquent
que le navire est inscrit sur la liste des navires de la Commission des pêches du Pacifique
Centre-Ouest (CPPCO) et qu'il est possible que cette commission puisse fournir des
informations supplémentaires.
281. Le SCIC note que les informations présentées en vertu de l'annexe 10-02/A pourraient
aider le Comité scientifique à développer un modèle de détection des navires qu'il utiliserait
pour estimer les activités de pêche INN. Il reconnaît que la demande a de nouveau été faite à
la présente réunion. Le SCIC note que si cette tâche peut être utile, elle risque aussi d'alourdir
considérablement la charge de travail administratif des États du pavillon et du secrétariat. Il
est suggéré de développer un projet de collecte de données de repérage visuel de navires pour
une période spécifiée et une zone discrète uniquement, potentiellement en conjonction avec le
VMS et compte tenu des conditions météorologiques et de l'état de la mer et que ce projet
pourrait servir de test pour déterminer si les informations obtenues sont utiles pour les travaux
du Comité scientifique.
Autres questions
282. L'Uruguay note l'importance d'un engagement positif avec les PNC qui cherchent à
coopérer avec la CCAMLR et souligne la nécessité d'un avis clair sur le sujet. Il attire
l'attention du SCIC sur la correspondance récente entre la Bolivie et le secrétariat à cet égard
et fait la déclaration suivante :
« Conformément à la MC 10-07 (2009), la CCAMLR a pour politique de resserrer la
coopération entre l'organisation et les Parties non contractantes (PNC).
Récemment, une note envoyée par les autorités boliviennes et la réponse du secrétariat
ont été distribuées. La note adressée par la Bolivie indique que ce pays a l'intention de
pêcher dans la zone de la Convention, ce qui n'est pas acceptable dans le contexte des
mesures de conservation de la CCAMLR. Dans sa réponse, le secrétariat a fait
référence, à juste titre, aux conséquences que cette notification implique pour la
Bolivie.
Cependant, nous estimons que dans le même esprit que la MC 10-07 (2009), la lettre
susmentionnée ne transmet pas dans toute sa dimension l'engagement à promouvoir la
coopération entre l'organisation et la PNC.
Nous considérons qu'il est positif qu'une PNC manifeste unilatéralement la volonté
d'approcher la CCAMLR, même si le but recherché n'est pas le bon car il pourrait
enfreindre les dispositions visées dans les mesures de conservation.
189
Normalement, le secrétariat adresse une correspondance aux PNC lorsque des navires
battant leur pavillon sont découverts alors qu'ils mènent des opérations dans la zone de
la Convention sans notification ou autorisation. Le secrétariat communique que ces
navires sont inclus sur la liste des navires INN des PNC et demande instamment à
l'État en question de coopérer avec la CCAMLR. La grande majorité de ces États ne
répondent même pas à ces lettres.
Notre mandat est de rechercher la coopération des PNC et de leur offrir notre
coopération. En conséquence, l'objectif doit être de rapprocher non pas d'aliéner.
Dans ce cas et dans d'autres cas similaires, il conviendrait peut-être de leur donner des
instructions explicites sur la manière de procéder en vertu des mesures de
conservation, de proposer de répondre aux questions ou de clarifier les doutes et de
présenter tout ce qui pourrait montrer à la PNC en question que la CCAMLR fait
preuve de bonne volonté. »
283. Le Brésil soutient l'Uruguay en déclarant que la Convention doit entretenir des liens de
coopération avec les PNC afin d'éviter d'imposer des sanctions excessives.
284. L'Argentine accorde son entier soutien à la déclaration de l'Uruguay et souligne
l'importance de la collaboration avec les PNC au sein de la CCAMLR.
285. L'Australie indique qu'en sa qualité de dépositaire de la Convention, elle a fourni les
informations pertinentes sur la question au secrétariat, qui ensuite les a communiquées à la
Bolivie.
286. Le Royaume-Uni note que son ambassadeur à La Paz a soulevé la question avec le
ministre bolivien des Affaires étrangères qui ne disposait d'aucune information à l'époque,
mais qui avait convenu de lui rendre compte de cette affaire.
287. La Nouvelle-Zélande mentionne que le Cape Flower, navire battant pavillon bolivien,
que la Bolivie a proposé pour des activités de pêche dans la zone de la Convention, a été
détenu par les autorités par le passé. Il est noté que cette information a été tirée de la presse et
qu'une enquête doit être menée pour la confirmer.
190
Appendice I
Rapport CCAMLR de conformité
Australie
Mesure de
conservation
10-03
Navire
Southern
Champion
Date d'enregistrement
22 mai 2014
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Le navire est arrivé à Albany le 12 avril
2014 et a été inspecté par l'Australie le
15 avril 2014.
Conformément au paragraphe 5, un
contrôle doit être effectué dans les
48 heures de l'entrée au port.
Réponse – Membre
Date de
réponse
Il était prévu que le navire arrive plus tôt
dans la semaine, mais aucun mouillage
n'était disponible avant le samedi 12 avril.
L'Australian Fisheries Management
Authority (AFMA) avait prévu le contrôle
du navire par ses agents des pêches dans les
48 heures de la date d'arrivée prévue. Du
fait du retard du navire, ainsi que de
problèmes liés au changement de date du
voyage de l'un des agents de Darwin à
Albany (port de mouillage du Southern
Champion), cet agent n'a pu arriver sur
place que le 14 avril 2014 au soir. Comme
l'autorisation de contrôle était entre les
mains de l'agent en retard, le navire n'a pu
être contrôlé avant l'arrivée de cet agent.
2 sept. 2014
De plus, pour des raisons de santé et de
sécurité au travail, l'AFMA a pour règle de
ne mener de contrôles que lorsque deux
agents des pêches sont présents. Malgré le
retard, les deux agents étaient présents
pendant toute la durée du débarquement de
la capture qui a été pesée et vérifiée.
L'Australie a examiné la question et,
comme cela est souligné plus haut, le retard
du contrôle provenait de plusieurs facteurs
logistiques combinés et de la nécessité
d'adhérer aux dispositions relatives à la
santé et la sécurité au travail.
Réponse du SCIC
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 6 à 8)
Statut
Conformité
partielle
Chili
Mesure de
conservation
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
10-02
Cabo de
Hornos
11 fév. 2014
La licence du navire a été délivrée par le
Chili le 17 janvier 2014. La notification de
licence a été soumise au secrétariat le
11 février 2014. Conformément au paragraphe 3, les notifications de licence doivent
être adressées au secrétariat dans les sept
jours suivant la délivrance de la licence.
Les procédures actuelles de soumission des
notifications de licence au secrétariat ont
été révisées pour s'aligner sur les dates
limites établies dans la MC 10-02.
6 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 9 à 12)
Conformité
partielle
10-02
Diego Ramirez
11 fév. 2014
La licence du navire a été délivrée par le
Chili le 17 janvier 2014. La notification de
licence a été soumise au secrétariat le
11 février 2014. Conformément au
paragraphe 3, les notifications de licence
doivent être adressées au secrétariat dans
les sept jours suivant la délivrance de la
licence.
Les procédures actuelles de soumission des
notifications de licence au secrétariat ont
été révisées pour s'aligner sur les dates
limites établies dans la MC 10-02.
6 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 9 à 12)
Conformité
partielle
5 août 2014
Il a été signalé, par le biais du système de
documentation des captures (SDC), que
trois navires auraient débarqué Dissostichus
spp. en quatre occasions dans des ports
chiliens. Le secrétariat n'a pas reçu de
compte rendu de contrôle vis-à-vis de ces
débarquements, alors que cela est exigé par
le paragraphe 1.
Adressée au secrétariat le 21 août 2014
6 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 10 à 12)
Conformité
partielle
10-03
Navire
Antarctic
Bay
Globalpesca II
Globalpesca III
Globalpesca III
Pavil- Secteur
lon
pêché
Chili
48.3
Chili
41.3.2
Chili
41.3.2
Chili
41.3.2
Port
Punta
Arenas
Punta
Arenas
Punta
Arenas
Punta
Arenas
Adressée au secrétariat le 21 août 2014
Adressée au secrétariat le 21 août 2014
Adressée au secrétariat le 21 août 2014
Date de
débarque
ment
3 avril
2014
4 juin
2014
10 sept.
2013
7 juin
2014
…/…
Chili (suite)
Mesure de
conservation
10-03
Navire
Poseydon I
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
20 mars 2014
Le navire est arrivé à Punta Arenas le
13 février 2014 et a été contrôlé par le Chili
le 22 février 2014. Conformément au
paragraphe 5, un contrôle doit être effectué
dans les 48 heures de l'entrée au port.
Réponse – Membre
Le navire est arrivé à Punta Arenas le
13 février 2014.
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
6 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 11 à 12)
Conformité
partielle
6 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 11 à 12)
Conformité
partielle
Bien qu'au départ, le navire ait été autorisé
à entrer au port, il est resté en dehors, en
raison d'une grève du travail à bord. Le
capitaine a informé les autorités maritimes
de cette situation, lesquelles ont alors
demandé que le navire n'entre pas au port.
En raison de cette situation, et pour des
questions de sécurité, il n'a pas été possible
de procéder au contrôle dans les délais
prescrits de 48 heures. Il a été décidé
d'attendre la fin de la grève.
Ce n'est que le 24 février 2014 que
l'équipage a autorisé le contrôle du navire,
lequel s'est déroulé sans incident alors que
le navire était resté en dehors du port.
Le navire est actuellement à Punta Arenas
et l'équipage est toujours en grève.
Tous ces faits sont dûment consignés dans
le rapport adressé à la CCAMLR.
10-03
Simeiz
13 mars 2014
Le navire est arrivé à Punta Arenas le
6 février 2014 et a été contrôlé par le Chili
le 11 février 2014. Conformément au
paragraphe 5, un contrôle doit être effectué
dans les 48 heures de l'entrée au port.
Le navire est arrivé à Punta Arenas le
6 février 2014. Alors qu'il avait été autorisé
à entrer au port, il est resté en dehors, car le
représentant de la société n'avait pas fourni
les documents nécessaires en vertu de la
législation nationale.
Le représentant de la compagnie a présenté
les documents requis le 9 février 2014.
Le navire a été inspecté le 11 février à 16h50.
Tous ces faits sont dûment consignés dans
le rapport adressé à la CCAMLR.
…/…
Chili (suite)
Mesure de
conservation
25-02
Navire
Antarctic Bay
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
31 juill. 2014
Des données d'observateurs ont été
soumises dans le cadre du système
international d'observation scientifique
relativement à une campagne de pêche à la
palangre menée dans la sous-zone 48.3
entre le 18 avril 2013 et le 23 août 2013.
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 15 à 16)
Nonconformité
L'observateur a noté le 14 août 2013 que,
lors d'une pose, la ligne de banderoles n'a
pas été déployée car les banderoles s'étaient
emmêlées. Conformément au paragraphe 8,
des lignes de banderoles doivent être
déployés pendant la pose des palangres.
25-02
Antarctic Bay
4 août 2014
Le navire, en pêche dans la sous-zone 48.3,
a commencé à poser une ligne à 05h35
UTC et en a terminé la pose à 06h10 UTC
le 13 avril 2014. À l'emplacement déclaré,
le crépuscule du matin débutait à 06h03
UTC, avec le lever du soleil à 07h19 UTC.
Le Servicio Nacional de Pesca
(SERNAPESCA) suit toujours cette affaire.
6 sept. 2014
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 13 à 16)
Nonconformité
Comme ci-dessus
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 17 à 21)
Conformité
partielle
Conformément au paragraphe 5, les navires
doivent ne poser les palangres que de nuit
(entre les crépuscules nautiques).
La mortalité accidentelle déclarée pour
cette palangre, lors de son virage le 15 avril
2014 concernait 74 pétrels à menton blanc.
Chine
10-04
Fu Rong Hai
1er août 2014
Le navire est entré dans la sous-zone 48.1 le
18 décembre 2013 et en est sorti le 21 janvier 2014. Les données VMS de cette sortie
ont été présentées au secrétariat le 13 février
2014. Conformément au paragraphe 10 ii),
les données VMS doivent être soumises au
secrétariat dans les 10 jours ouvrables suivant le départ de la zone de la Convention.
…/…
Chine (suite)
Mesure de
conservation
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
10-04
Fu Rong Hai
22 janv. 2014
Le navire est entré dans la sous-zone 48.1 le
3 janvier 2013 et en est sorti le 1er février
2013. Le navire y est retourné le 7 février
2013 et en est sorti le 31 mars 2013. Les
données VMS de ces deux sorties ont été
présentées au secrétariat le 10 octobre 2013.
Conformément au paragraphe 10 ii), les
données VMS doivent être soumises au
secrétariat dans les 10 jours ouvrables
suivant le départ de la zone de la
Convention.
Selon notre interprétation, dans la
MC 10-04, le mot « départ » signifie qu'un
navire de pêche sort de la zone de la
Convention parce qu'il n'a plus l'intention
de poursuivre des opérations de pêche, ou
qu'elles seront interrompues pendant la
saison, pour une très longue période. À
l'égard du départ temporaire (moins de 10
jours) du Fu Rong Hai, nous n'avons pas pu
établir avec certitude s'il fallait déclarer les
données VMS individuellement pour cette
section de la campagne de pêche, ou s'il
fallait regrouper toutes les sorties de la
saison de pêche.
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 17 à 21)
Conformité
partielle
10-09
Kai Li
31 mars 2014
Le navire a transbordé du krill et de la
farine de krill sur l'Iris dans la souszone 48.1 le 29 mars 2014. La notification
de transbordement a été soumise au
secrétariat le 28 mars 2014. Conformément
au paragraphe 2, les notifications de
transbordement doivent être soumises au
secrétariat 72 heures avant un
transbordement.
La notification de transbordement a été
présentée en retard du fait de facteurs
imprévus en mer, tels que les conditions
météorologiques et la disponibilité des
navires de transport, raisons pour lesquelles
la compagnie ne pouvait être sûre de la date
du transbordement requise par la
MC 10-09. La Chine a demandé à la
compagnie d'effectuer le transbordement en
vertu de la MC 10-09 et des autres
conditions imposées par la CCAMLR.
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 22 à 24)
Conformité
partielle
10-09
Kai Yu
7 avril 2014
Le navire a transbordé du krill et de la
farine de krill sur le Frio Shinano dans la
sous-zone 48.1 le 6 avril 2014. La
notification de transbordement a été
soumise au secrétariat le 6 avril 2014.
Conformément au paragraphe 2, les
notifications de transbordement doivent être
soumises au secrétariat 72 heures avant un
transbordement.
Comme ci-dessus
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 22 à 24)
Conformité
partielle
…/…
Chine (suite)
Mesure de
conservation
10-09
Navire
Kai Li
Date d'enregistrement
9 mai 2014
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Le navire a transbordé du krill sur l'Iris
dans la sous-zone 48.1 le 10 mai 2014. La
notification de transbordement a été
soumise au secrétariat le 09 mai 2014.
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
Comme ci-dessus
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 22 à 24)
Conformité
partielle
La France regrette cette notification tardive
au Secrétariat de la délivrance de la licence
de pêche au Saint-André due à une erreur
administrative. Cette date de la délivrance a
dû être avancée au 24 Mars 2014 pour parer
à tout aléa administratif et donc permettre
au capitaine de partir avec un document
original avant sa campagne de pêche,
campagne organisée en 2 phases, soit dans
un premier temps dans la ZEE de
Kerguelen (avril à début Mai), puis dans un
second temps dans la zone 58.4.3a dite du
« Banc Elan ». Toutefois, seule cette
dernière zone internationale étant concernée
par la MC 10-02 (application de la réserve
du président pour la ZEE de Kerguelen), il
convient de relever que l'autorisation de
pêche exploratoire pour le « Banc Elan »
précise bien (article 2) qu'elle est valable du
1er mai au 31 août 2014.
4 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 25 à 26)
Conformité
partielle
Conformément au paragraphe 2, les
notifications de transbordement doivent être
soumises au secrétariat 72 heures avant un
transbordement.
France
10-02
Saint-André
26 mai 2014
La licence du navire a été délivrée par la
France le 24 mars 2014.
La notification de licence a été soumise au
secrétariat le 7 mai 2014. Conformément au
paragraphe 3, les notifications de licence
doivent être adressées au secrétariat dans
les sept jours suivant la délivrance de la
licence.
Enfin, la France a bien notifié au
Secrétariat, le 7 mai, la délivrance de la
licence au Saint-André, soit avant son
entrée effective dans le « Banc Elan »
(13 mai).
…/…
France (suite)
Mesure de
conservation
10-02
(suite)
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Saint-André
(suite)
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
26 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 27 à 28)
Conformité
partielle
La France s'engage à ne pas répéter ce type
d'erreur administrative et à informer le
Secrétariat, dans le délai imparti de 7 jours,
de la délivrance de toute licence de pêche
accordée à ses navires entrant dans la zone
de la Convention CAMLR.
Corée, République de
10-09
Sejong
12 mai 2014
Le navire s'est approvisionné en carburant
auprès de l'Iris dans la sous-zone 48.1 le
10 mai 2014. La notification de
transbordement a été soumise au secrétariat
le 10 mai 2014. Conformément au
paragraphe 2, les notifications de
transbordement doivent être soumises au
secrétariat 72 heures avant un
transbordement.
ㅇ Ayant été avisé d'un changement
soudain d'horaire du transporteur de
carburant, le navire n'a pas pu satisfaire
les exigences de notification préalable.
-
Au départ, le Sejong était censé
s'approvisionner en carburant auprès de
l'Iris le 15 mai 2014. Toutefois, l'Iris a
signalé au Sejong par communication
VHF qu'il allait quitter le lieu de pêche
avant la date prévue.
-
Le Sejong n'avait donc pas d'autre
option que de procéder au
transbordement de carburant de l'Iris à
la nouvelle date car il lui était
impossible de faire durer le carburant
qu'il possédait jusqu'à la prochaine date
de réapprovisionnement.
-
Le Sejong a notifié le transbordement
de carburant au secrétariat (9h00 le
10 mai 2014) dès que l'Iris l'a informé
du changement de date.
*
Suppléments (E-mail)
-
(#5) notification de transbordement
(Sejong→secrétariat)
…/…
Corée, République de (suite)
Mesure de
conservation
10-09
(suite)
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Sejong
(suite)
Réponse – Membre
-
23-06
Kwang Ja Ho
01 août 2014
Le navire a pêché du 1er au 8 mai 2014 et
soumis ses données par trait C1 au
secrétariat le 7 juillet 2014. Conformément
au paragraphe 2, les données par trait C1
doivent être soumises au secrétariat avant la
fin du mois suivant le mois de la capture
(voir MC 23-03, paragraphe 2).
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
26 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 29 à 30)
Conformité
partielle
5 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 33 à 34)
Nonconformité
(#6) notification de transbordement
(opérateur→secrétariat)
(#7) notification de fin de
transbordement (Sejong→secrétariat)
ㅇ Le navire devait soumettre ses données
de capture de mai (période de pêche :
1–8 mai 2014) au secrétariat avant la
fin juin. Toutefois, en raison d'erreurs
administratives, il les a déclarées en
retard le 7 juillet 2014.
- Toutefois, le navire a soumis la déclaration
de cinq jours à temps, le 7 mai (période de
pêche : 1–5 mai) et le 13 mai (6–10 mai).
*
Suppléments (E-mail)
-
(#8) déclar. de cinq jours datée du 7 mai
(#9) déclar. de cinq jours datée du 13 mai
(#10) déclaration des données C1
Norvège
10-04
Seljevaer
17 janv. 2014
Le navire a été contrôlé par la NouvelleZélande le 9 décembre 2013 dans la souszone 88.1. La Nouvelle-Zélande a déclaré
que le dispositif de VMS n'était plus scellé.
Un observateur embarqué a de nouveau
scellé le dispositif.
Conformément au paragraphe 2 ii), l'État du
pavillon doit s'assurer que le dispositif de
VMS est officiellement scellé (ou protégé
par des mécanismes).
Sur la base des informations figurant dans
le compte rendu de contrôle, la Direction
des pêches a contacté le navire/propriétaire.
Le navire a déclaré que son capitaine n'était
pas au courant que l'unité n'était pas scellée,
lors du contrôle à Montevideo.
Suite à l'incident, la Direction des pêches a
adressé un avertissement au navire. Le
propriétaire du navire a assuré à la
Direction des pêches que le navire ne
sortirait pas du port avant que le dispositif
de VMS ait été vérifié. Les autorités
norvégiennes exigent qu'à l'avenir, la
réglementation liée à cette mesure de
conservation soit pleinement respectée.
…/…
Norvège (suite)
Mesure de
conservation
10-04
Navire
Juvel
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
2 avril 2014
Le navire a été contrôlé à Punta Arenas le
13 mars 2014 par le Chili. Il a été déclaré
que le dispositif de VMS n'était pas scellée
officiellement comme l'exige le paragraphe 2 ii).
Sur la base des informations figurant dans
le compte rendu de contrôle, la Direction
des pêches a contacté le navire/propriétaire.
Le navire a déclaré que conformément au
certificat d'installation de 2008, les scellés
sont placés sur l'unité de VMS installée sur
la passerelle, mais que l'antenne même n'a
jamais été scellée. Les scellés d'origine,
datant de 2008, sont toujours intacts. Le
navire nous a également informés que l'antenne présentée sur les photographies du
compte rendu est une antenne VHF qui n'a
rien à voir avec le VMS. Par mesure de précaution supplémentaire, de nouveaux scellés
ont maintenant été posés sur l'unité de VMS
se trouvant sur la passerelle. Des scellés ont
également été posés sur l'antenne (la bonne).
4 sept. 2014
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 35 à 36)
Informations
complémentaires
requises
27 fév. 2014
Le navire a été contrôlé par la NouvelleZélande le 10 janvier 2014 dans la souszone 88.1. Il a été déclaré que l'indicatif
international d'appel radio des deux côtés
de la coque était de 0,22 m de hauteur et
non de 1 m.
La mesure de conservation 10-01 spécifie que 4 sept. 2014
le marquage des navires de pêche détenteurs de
licences pour pêcher dans la zone de la
Convention en vertu de la mesure de conservation 10-02 doit permettre une identification
rapide sur la base de normes reconnues à
l'échelle internationale telles que les spécifications types de la FAO sur le marquage et
l'identification des bateaux de pêche. Bien que
la mesure de conservation 10-01 ne spécifie pas
que les normes de la FAO constituent les seules
normes internationales applicables pour déterminer les critères de marquage des navires, le
propriétaire a reçu l'ordre d'enlever le nouveau
marquage et de tenir compte des exigences
concernant les proportions dans le marquage
des chiffres et de l'IRCS sur la coque.
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 44 à 46)
Conformité
partielle
Fédération de Russie
10-01
Sparta
Conformément au paragraphe 1, les navires
doivent être marqués de telle sorte qu'ils
puissent être aisément identifiés
conformément à des normes internationales.
…/…
Fédération de Russie (suite)
Mesure de
conservation
10-04
Navire
Ugulan
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
11 fév. 2014
Le navire a été contrôlé par la NouvelleZélande le 11 février 2014 à Lyttleton. Il a
été déclaré que le dispositif de VMS n'était
pas scellée officiellement comme l'exige le
paragraphe 2 ii).
Réponse – Membre
Date de
réponse
Conformément aux dispositions, seule
3 sept. 2014
l'unité de l'antenne (en forme de dôme) doit
être scellée. L'unité de l'antenne (en forme
de dôme) reçoit et transmet des données ;
elle renferme un module récepteur de GPS,
un module émetteur électronique, une
antenne, des batteries intégrées, etc., c.-à-d.
des pièces d'équipement auxquelles
l'équipage n'a pas accès. L'unité de l'antenne
(en forme de dôme), sur le navire Ugulan
avait été scellée correctement par la
compagnie responsable de sa maintenance et
testée par l'agence du Centre de suivi et de
communication de Mourmansk.
Réponse du SCIC
Statut
(paragraphes 48 à 50)
Informations
complémentaires
requises
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 51 à 52)
Conformité
partielle
Le compte rendu de contrôle de l'Ugulan
présente, comme preuve de l'absence de
scellés, une photographie de la boîte de
jonction faisant partie de la radiobalise.
Conformément au manuel d'installation et
d'opération de la radiobalise, la boîte de
jonction contient un bloc de montage, un
interrupteur de signal sonore, un coupecircuit à fusibles, un transducteur et un
régulateur de puissance, c.-à-d. des pièces
d'équipement qui doivent être accessibles
pour l'installation et pendant l'opération du
dispositif. Pour cette raison, la boîte de
jonction ne doit pas être scellée.
10-09
Yantar 31
24 janv. 2014
Le navire s'est approvisionné en carburant
auprès du Yantar 35 dans la sous-zone 88.2
le 23 janvier 2014. La notification de
transbordement a été soumise au secrétariat
le 24 janvier 2013. Conformément au
paragraphe 2, les notifications de transbordement doivent être soumises au secrétariat
72 heures avant un transbordement.
En vertu de la mesure de conservation 10-09, le propriétaire aurait dû
adresser une notification de
transbordement, mais en fait, il a notifié
deux fois les autorités compétentes russes,
mais pas le secrétariat de la CCAMLR.
6 sept. 2014
…/…
Fédération de Russie (suite)
Mesure de
conservation
10-09
(suite)
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Yantar 31
(suite)
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
4 sept. 2014
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 56 à 59)
Nonconformité
La Russie a mené une enquête pour
déterminer les causes de cet événement
avec la participation de l'armateur. Comme
l'armateur n'a pas appliqué correctement les
procédures visées à la mesure de
conservation 10-09, des mesures
appropriées ont été prises contre lui.
Afrique du Sud
10-03
5 août 2014
Selon le système de documentation des
captures, un navire aurait débarqué une
capture de Dissostichus spp. en une
occasion dans un port d'Afrique du Sud. Le
secrétariat n'a pas reçu de compte rendu de
contrôle vis-à-vis de ce débarquement, alors
que cela est exigé par le paragraphe 1.
Navire Pavillon Secteur
pêché
Shinsei
Maru
No. 3
Japon
48.6
et
47.4
Port
Date de
débarquement
Le Cap 10 janv.
2014
L'Afrique du Sud a passé un contrat avec
une société indépendante qui effectue le
contrôle des navires se présentant dans les
ports sud-africains. Ce contrat a été résilié
en raison de circonstances imprévues, ce
qui a occasionné énormément de travail
pour les contrôleurs devant inspecté les
navires des pêcheries locales et les navires
étrangers se présentant dans nos ports.
En raison du nombre insuffisant de
contrôleurs, il était difficile de maintenir le
niveau de suivi et de contrôle et c'est pour
cela que la capture débarquée par le Shinsei
Maru No. 3 le 10 janvier 2014 n'a pas été
contrôlée. Les clauses du nouveau contrat
ont été préparées et un prestataire de
services sera nommé prochainement. La
Direction des pêches tient à maintenir le
haut niveau de suivi et de contrôle des
navires entrant dans les ports sud-africains.
…/…
Afrique du Sud (suite)
Mesure de
conservation
10-03
Navire
Koryo Maru
No. 11
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
4 juill. 2014
Le navire est arrivé au Cap le 10 mai 2014
et a été inspecté par l'Afrique du Sud le
16 mai 2014. Conformément au paragraphe 5, un contrôle doit être effectué dans
les 48 heures de l'entrée au port.
Nous confirmons que le contrôle a bien eu lieu
le 16 mai 2014 et sommes conscients qu'il
aurait dû avoir été effectué dans les 48 heures
de l'entrée au port. Le contrôle n'a pas pu être
effectué dans les 48 heures en raison du
manque de contrôleurs disponibles à l'époque,
car ils menaient des opérations communes
avec d'autres parties prenantes. Nous pouvons
toutefois confirmer que le débarquement du
produit s'est fait sous surveillance.
4 sept. 2014
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 53 à 55)
Conformité
partielle
4 sept. 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 60 à 61)
Nonconformité
L'Afrique du Sud a passé un contrat avec
une société indépendante qui effectue le
contrôle des navires se présentant dans les
ports sud-africains. Ce contrat a été résilié en
raison de circonstances imprévues, ce qui a
occasionné énormément de travail pour les
contrôleurs devant inspecté les navires des
pêcheries locales et les navires étrangers se
présentant dans nos ports. En raison du
nombre insuffisant de contrôleurs, il était
difficile de maintenir le niveau de suivi et de
contrôle, ainsi que les opérations communes.
26-01
El Shaddai
31 juill. 2014
Des données d'observateurs ont été
soumises dans le cadre du système
international d'observation scientifique
relativement à une campagne de pêche à la
palangre menée dans les sous-zones 58.6
et 58.7 avril entre le 13 juillet 2013 et le
23 septembre 2013.
L'observateur a indiqué que le navire
utilisait des courroies d'emballage en
plastique pour sceller les caisses d'appâts.
Le paragraphe 1 interdit l'utilisation de
courroies d'emballage en plastique pour
sceller les caisses d'appâts.
En vertu de la législation nationale, de la
réglementation et des permis annuels, les
dispositions de la CCAMLR concernées
sont juridiquement contraignantes pour tout
navire sud-africain associé à la région de la
CCAMLR.
Selon les informations contenues dans le
compte rendu de l'observateur, l'emballage
en plastique a été enlevé dans la cale de
congélation même et découpé en courtes
sections puis conservé à bord pour être
débarqué. La Direction des pêches a adressé
un avertissement au navire.
…/…
Afrique du Sud (suite)
Mesure de
conservation
26-01
(suite)
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
El Shaddai
(suite)
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 62 à 63)
Conformité
partielle
Le propriétaire du navire a assuré à la
Direction des pêcheries que le navire ne
quitterait pas le port avec ce type de
courroies d'emballage en plastique à bord,
et les autorités sud-africaines ne doutent pas
qu'à l'avenir, la réglementation liée à cette
MC sera respectée.
Ukraine
10-01
Simeiz
17 janv.
2014
Le navire a été contrôlé par la NouvelleZélande le 12 décembre 2013 dans la souszone 88.1. Il a été déclaré que l'indicatif
international d'appel radio des deux côtés
de la coque était de 0,4 m de hauteur et non
de 1.0 m.
Conformément au paragraphe 1, les navires
doivent être marqués de telle sorte qu'ils
puissent être aisément identifiés
conformément à des normes internationales.
Nous avons soigneusement examiné les
documents produits lors du contrôle d'un
navire battant pavillon ukrainien (compte
rendu d'arraisonnement et de contrôle,
compte rendu de contrôle) par des
contrôleurs habilités de la CCAMLR
(ressortissants néo-zélandais), et tenons à
faire les commentaires suivants.
3 fév. 2014
Le contrôle s'est déroulé en bonne et due
forme et les officiers de bord et l'équipage
du navire en comprenaient le déroulement.
Conformément au compte rendu de contrôle
ci-joint, les contrôleurs ont pris note de
non-conformité aux dispositions des
mesures de conservation régissant le
marquage extérieur du navire (MC 10-01).
Cela n'est pas remis en question et cette
situation sera rectifiée lorsque le navire
quittera les eaux de haute latitude et se
trouvera dans un endroit où il sera possible
de le repeindre comme il se doit. La
Nouvelle-Zélande et le secrétariat recevront
les preuves que le marquage aura bien été
effectué de façon réglementaire.
…/…
Ukraine (suite)
Mesure de
conservation
10-01
(suite)
Navire
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Simeiz
(suite)
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 64 à 66)
Nonconformité
Comme nous l'avons signalé, l'erreur
commise par l'équipage du navire quant à la
taille des lettres des marques extérieures du
Simeiz a été corrigée dès que le navire a
atteint des latitudes relativement basses,
comme l'indique la photo adressée au
secrétariat et prise le 4 février 2014 (le
navire est entré au port de Punta Arenas, de
la République du Chili, le 07/02/2014). La
taille des lettres est conforme à la mesure
de conservation 10-01 de la CCAMLR et
aux normes de la FAO régissant le
marquage des navires de pêche ; la hauteur
des lettres est de 1000 mm.
Cette information a été consignée par le
secrétariat au nom de l'Ukraine le
23 septembre 2014 pour refléter les
informations qui avaient été présentées par
l'Ukraine au secrétariat le 03 février 2014.
10-04
Poseydon I
4 mars 2014
Le navire a été contrôlé à Punta Arenas le
24 février 2014 par le Chili. Il a été déclaré
que le dispositif de VMS n'était pas scellée
officiellement comme l'exige le paragraphe 2 ii).
Sans réponse.
Uruguay
Mesure de
conservation
10-03
Navire
Juvel
10-03
10-03
Date d'enregistrement
Résumé de mise en œuvre – secrétariat
Réponse – Membre
Date de
réponse
Réponse du SCIC
Statut
24 juill. 2014
Le navire est arrivé à Montevideo le 23 juin
2014 et a été inspecté par l'Uruguay le
10 juillet 2014.Conformément au paragraphe 5, un contrôle doit être effectué dans
les 48 heures de l'entrée au port.
Les contrôles du Juvel (NOR) ont eu lieu de
façon coordonnée et avec les armements,
lorsque ceux-ci ont fourni tous les
documents requis. De plus, il est important
d'avoir accès au navire, d'un point de vue
opérationnel, ce qui ne dépend pas de
l'organisme chargé du contrôle. Les
contrôles se sont déroulés sans difficultés
lorsque les conditions étaient favorables et
les armements n'ont pas été affectés par des
délais.
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 67 à 71)
En
conformité
Hing Jun No. 701 (KOR). Aucun contrôle
n'a été effectué en raison de difficultés
opérationnelles qui font actuellement l'objet
d'une enquête par les autorités
administratives compétentes. Les
informations présentées par l'armement
avant l'entrée du navire au port de
Montevideo sont annexées à l'intention du
secrétariat de la CCAMLR.
5 sept. 2014
Des mesures
s'imposent
(paragraphes 72 à 73)
Nonconformité
Les contrôles de l'Aquamarine (Moldavie)
ont eu lieu de façon coordonnée et avec les
armements, lorsque ceux-ci ont fourni tous
les documents requis. De plus, il est
important d'avoir accès au navire, d'un
point de vue opérationnel, ce qui ne dépend
pas de l'organisme chargé du contrôle.
28 août 2014
Aucune mesure
nécessaire
(paragraphes 67 à 71)
En
conformité
5 août 2014
Aquamarine
2 juill. 2014
Navire
Pavillon Secteur
pêché
Hong
Jin
Corée,
Rép. de
41.3.1
Port
Date de
débarquement
Monte- 17 oct.
video
2013
Le navire est arrivé à Montevideo le 2 juin
2014 et a été inspecté par l'Uruguay le
13 juin 2014. Conformément au paragraphe 5, un contrôle doit être effectué dans
les 48 heures de l'entrée au port.
Les contrôles se sont déroulés sans
difficultés lorsque les conditions étaient
favorables et les armements n'ont pas été
affectés par des délais.D'un autre côté, il
convient de tenir compte du fait que
lorsqu'une cargaison arrive dans un navire
de transport, il n'est pas toujours facile d'y
avoir accès.
Appendice II
Mandat pour la mise en œuvre
des recommandations du Comité d'évaluation du SDC
1.
Pour examiner plus en détail les recommandations du Comité d'évaluation du SDC
(CCAMLR-XXXIII/09 Rév. 1) qui a réalisé une évaluation indépendante du SDC de la
CCAMLR, le mandat de la mise en œuvre des recommandations du Comité d'évaluation du
SDC 1 est le suivant :
1
2
i)
mettre en place et appliquer un champ d'action pour la mise à niveau du e-SDC
vers une plate-forme plus moderne
ii)
mettre en œuvre les recommandations du Comité d'évaluation du SDC convenues
par le SCIC (supplément A)
iii)
poursuivre l'examen, notamment en concertation avec le groupe de travail
technique sur le SDC, des recommandations du Comité d'évaluation du SDC qui,
selon le SCIC, exigent des travaux supplémentaires, entre autres, les révisions
possibles de la MC 10-05 et du manuel de l'utilisateur du e-SDC (supplément A)
iv)
mettre en œuvre les recommandations du Comité d'évaluation du SDC visant à
renforcer la participation des PNC au SDC (CCAMLR-XXXIII, annexe 6,
paragraphe 162)
v)
le Comité de mise en œuvre du SDC effectuera les travaux mentionnés aux
paragraphes 1 i) à 1 iv) dans les limites du budget de 55 000 AUD 2 recommandé
par le SCIC.
Formé du Comité d'évaluation du SDC établi en 2014 et du secrétariat.
15 000 AUD provenant du fonds général et 40 000 AUD provenant du fonds du SDC.
206
Supplément A
Faille
Contexte/explication
Recommandation
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
MC 10-05
Exigence obsolète d'apposer
un cachet ou tampon
Héritage du système de copies
papier.
La législation de certaines
Parties pouvant encore exiger
l'apposition du tampon, il sera
peut-être nécessaire de faire
examiner cette recommandation sur le plan national
avant qu'elle soit acceptée.
Supprimer.
Utiliser l'espace prévu à cette fin
pour l'entrée des informations
sur l'autorité ayant délivré le
certificat.
Remplacer des informations
obsolètes par des informations
utiles.
Révision de la MC en 2014
Aucune information fournie
sur l'autorité ayant délivré le
certificat à la section 13 –
Validation de l'exportation par
l'autorité gouvernementale
Dans les certificats
d'exportation et de
réexportation, la section 13
n'exige aucune information sur
l'autorité/l'agence si ce n'est le
nom d'un individu.
Faire figurer, dans la section 13
des certificats d'exportation et
de réexportation, des informations sur l'autorité/l'agence de
délivrance des certificats et le
poste de l'agent.
Plus de clarté en ce qui concerne
la validation de l'exportation par
l'autorité gouvernementale.
Révision de la MC en 2014
Enregistrements VMS
incomplets relativement à un
intervalle de dates dans un
certificat de capture de
Dissostichus (CCD)
Un CCD ne demande que les
dates de début et de fin de la
pêche, et non celles entre le
départ du port et le retour au
port, ce qui peut rendre
difficile de recouper les
données VMS lorsqu'il est
demandé de préciser ces dates,
p. ex. pour les besoins de
l'importation aux États-Unis.
Transmission VMS obligatoire
du port de départ au port de
retour.
Responsabilité accrue.
Nouvel examen par le Comité en
2015
Changer la période du CCD en
port de départ à port de retour.
Meilleur recoupement des
données VMS et des certificats
SDC.
Recommandation au SCIC 2015
Mise en œuvre et fonctionnement
Documentation insuffisante et
dépassée
Le Manuel de l'utilisateur du
e-SDC doit être révisé et
amélioré.
Actualiser et réviser le Manuel
de l'utilisateur du e-SDC grâce à
des schémas et des captures
d'écran.
Le e-SDC sera d'une utilisation
plus simple et un manuel complet
et à jour facilitera la formation
des utilisateurs.
Mise en œuvre par le Comité en
2015
Faille
Contexte/explication
Le Manuel de l'utilisateur du
e-SDC n'est produit que dans
les quatre langues officielles
de la CCAMLR.
Recommandation
Préparer et distribuer des guides
conçus spécifiquement en
fonction de l'utilisateur, tel que
les capitaines des navires et les
représentants habilités.
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
Définition plus claire des
données à déclarer.
Réduction du nombre de
demandes de modification.
Traduire le Manuel de
l'utilisateur du e-SDC dans les
langues non-CCAMLR le plus
communément utilisées.
Mettre en place la fonction d'aide
contextuelle en ligne pour le e-SDC.
Mettre en œuvre un système permettant de communiquer directement à toutes les parties prenantes
les faits nouveaux, améliorations et
mises à jour du SDC.
Inefficacité du processus de
modification des données
Le processus actuel de
modification peut être coûteux
en temps et en ressources pour
les contacts officiels pour le
SDC et le secrétariat.
Le secrétariat doit être tenu
informé de tous les changements
qu'il devra effectuer, y compris
les corrections mineures.
Délégation insuffisante des
pouvoirs et traitement
inefficace de la saisie des
données liées aux navires
Les États du pavillon sont
tenus de produire des
certificats de e-SDC qu'ils
feront remplir par les
capitaines de navire ou les
représentants habilités. L'État
du pavillon saisit ensuite les
données dans le e-SDC.
Autoriser les contacts officiels
pour le SDC à effectuer
certaines modifications aux
certificats de SDC.
Baisse des coûts associés aux
demandes de modifications
mineures et réduction des délais
d'exportation et de ré-exportation
causés par des demandes de
modifications.
Nouvel examen par le Comité en
2015
Donner au capitaine du navire ou
au représentant habilité, en
option, un accès limité au e-SDC
pour qu'il puisse renseigner les
sections 4, 5 et 6 d'un CCD.
Baisse des coûts associés à la
saisie des données et à la
transmission de documents
papier entre le navire et l'État du
pavillon.
Nouvel examen par le Comité en
2015
L'État du pavillon devra vérifier
et approuver les données saisies
par le capitaine du navire ou le
représentant habilité.
Amélioration des délais d'intégration des données dans le e-SDC et
de l'exactitude de ces données.
Faire approuver par la
Commission une liste des
différents types de
modifications.
Recommandation au SCIC 2015
Recommandation au SCIC 2015
Faille
Contexte/explication
Recommandation
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
Absence de pièces
justificatives externes
associées à un CCD
Si des pièces justificatives
existent, telles qu'un connaissement, un certificat des
douanes ou un certificat de
contrôle sanitaire, aucune
fonction ne permet de les transmettre par le biais du e-CDS.
Mettre en place un mécanisme
qui permette de joindre des
pièces justificatives facultatives
aux certificats de SDC une fois
délivrés.
Élargissement du champ des
informations relatives à un CCD.
Absence d'informations lors
de la saisie des données du eCDS sur la quantité de
captures disponible pour
l'exportation
Le seul moyen de vérifier ce
qu'il reste de disponible pour
l'exportation ou la réexportation
est d'effectuer un rapport séparé.
Modifier le système de e-SDC
afin d'afficher la capture restant
pour l'exportation ou la
réexportation.
Les autorités d'exportation
pourront facilement voir la
quantité de capture restant pour
l'exportation ou la réexportation.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Pas de procédure standard de
recoupement et/ou de
validation des données de
capture/d'exportation de
toutes les sources
d'information disponibles
Le secrétariat ne valide pas
systématiquement les
informations contenues dans
le e-SDC en les comparant à
celles issues des déclarations
de capture et d'effort de pêche
(données C) des navires
menant des activités de pêche
dans la zone de la Convention.
Le secrétariat devrait effectuer
chaque année un recoupement
des données de capture et
d'effort de pêche déclarées en
provenance de la zone de la
Convention avec les données de
SDC, navire par navire, et
mettre les résultats à disposition
de la Commission.
Amélioration de la qualité des
informations associées au SDC.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Le secrétariat ne procède pas à
une validation ou à un
recoupement systématique des
données du e-SDC avec les
informations commerciales
sur Dissostichus collectées par
d'autres organisations.
Le secrétariat devrait effectuer
chaque année une comparaison
entre les informations
commerciales du SDC et celles
d'autres bases de données
commerciales.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Obtention de nouvelles pièces
justificatives relatives au SDC
par l'amélioration des méthodes
de travail.
Lors de la création d'un certificat d'exportation ou de
réexportation, il serait utile que
les utilisateurs puissent voir la
quantité de captures disponible
(qui n'est pas encore
enregistrée) pour l'exportation
ou la réexportation.
Offre plus de garantie sur la
qualité des données de SDC par
une vérification renforcée des
données de capture de diverses
origines.
Faille
Contexte/explication
Recommandation
Avantages de mise en œuvre
Résolution limitée des
récapitulatifs de données de
SDC présentés dans le
Bulletin statistique
Le Bulletin statistique
regroupe dans un récapitulatif
les données de SDC relatives
aux différentes espèces de
Dissostichus.
Présenter les informations du
SDC dans le Bulletin statistique
en séparant les données de
Dissostichus eleginoides de
celles de D. mawsoni.
Plus grande transparence et
meilleure résolution des
informations du SDC associées à
Dissostichus spp.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Processus manuels associés à
la validation des données de
SDC à l'aide des données
VMS, à la demande des
Parties contractantes
Le secrétariat doit vérifier
manuellement les données
VMS disponibles en les
comparant aux informations
des CCD.
Créer et mettre en place un
processus automatique
permettant aux navires et/ou aux
autorités compétentes des États
du pavillon de vérifier les
rapports VMS à l'égard d'un
CCD.
Meilleur dispositif permettant
aux États du pavillon de contrôler
les rapports de leurs navires au
VMS de la Commission.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Il n'existe pas de fonction
permettant à l'État du pavillon
de contrôler la déclaration des
données VMS de ses navires
au secrétariat.
Assimilation incomplète des
données pertinentes issues
d'autres MC de la CCAMLR
Il n'y a pas de lien entre un
CCD et un contrôle portuaire,
relation qui ne peut être
vérifiée que manuellement.
Il n'y a pas de lien entre un
CCD et une notification de
transbordement, relation qui
ne peut être vérifiée que
manuellement.
Étapes vers la mise en œuvre
Moins de demandes de
recoupement manuel des données
VMS avec les CCD.
Mettre en place un mécanisme
qui permette aux États du
pavillon de vérifier à tout
moment la déclaration des
données VMS de leurs navires
au secrétariat.
Intégrer les dispositions
pertinentes de la MC 10-03 à la
MC 10-05 en offrant la fonction
permettant de lier un CCD à un
compte rendu de contrôle
portuaire.
Intégrer les dispositions
pertinentes de la MC 10-09
(paragraphes 4, 5 et 7) à la
MC 10-05 en offrant la fonction
permettant de lier un CCD à une
notification de transbordement.
Offre plus de garantie sur la
qualité des données de SDC par
une vérification renforcée des
données de capture de diverses
origines.
Nouvel examen par le Comité en
2015
Recommandation au SCIC 2015
Faille
Faible traçabilité associée au
transbordement
Contexte/explication
Actuellement, le SDC n'offre
pas un niveau de traçabilité
satisfaisant dans le cas d'un
transbordement en mer et ne
couvre pas les transbordements multiples ou partiels 1.
Recommandation
Les certificats de transbordement doivent refléter la réalité
opérationnelle en :
•
associant chaque transbordement au premier CCD sur
lequel est relevée la capture
totale du navire auquel se
rapporte le CCD avant que
le transbordement ait lieu
•
à chaque transbordement,
créer un second CCD sur
lequel figure la liste des
quantités de captures
transbordées et le lier à
l'original (premier CCD).
Avantages de mise en œuvre
Plus grande traçabilité.
Étapes vers la mise en œuvre
Nouvel examen par le Comité en
2015
Recommandation au SCIC 2015
Informations incomplètes sur
le lieu exact de départ d'une
cargaison en ce qui concerne
les exportations/réexportations
Le certificat d'exportation ou de
réexportation se limite
actuellement à « Lieu de
délivrance » dans la section 11a,
ce qui peut être différent du
« Port de départ » pour une
exportation ou une réexportation.
Ajouter « Port de départ » dans
les certificats d'exportation et de
réexportation.
Informations plus nombreuses et
plus précises sur les exportations
ou les réexportations.
Révision de la MC en 2014
Informations limitées sur les
distributions en tailles de
Dissostichus dans le SDC
Les débarquements, exportations
ou réexportations de
Dissostichus spp. sont
typiquement groupés par classes
de tailles. De plus, l'industrie
tient un relevé des différentes
classes de tailles des légines.
Convenir de classes de tailles
standard pour les certificats
d'exportation et de
réexportation.
Informations supplémentaires
disponibles pour l'analyse
commerciale de Dissostichus.
Nouvel examen par le Comité en
2015
1
Recommandation au SCIC 2015
Informations supplém. dont pourra
disposer le Comité scientifique
pour préparer des avis à l'égard
d'une gestion de précaution.
Le comité d'évaluation considère que la MC 10-05 prévoit le transbordement au port et en mer et que le CCD couvre bien un transbordement au port. En revanche, elle
n'offre pas un niveau de traçabilité satisfaisant dans le cas d'un transbordement en mer. De plus, elle ne couvre pas les transbordements multiples ou partiels. Cependant,
les données de SDC semblent indiquer que la majeure partie des transbordements se déroulent dans les ports, en une fois, pour toute la capture se trouvant à bord. Il n'est
donc pas recommandé de modifier le SDC pour tenir compte des quelques exceptions.
Faille
Contexte/explication
Rigidité concernant le partage
des captures et/ou des
exportations
Les débarquements de légine
peuvent être divisés entre
plusieurs destinataires. La
section 7 doit être révisée pour
couvrir de multiples
destinataires.
Recommandation
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
Prévoir de multiples
destinataires à la section 7 d'un
CCD.
Plus grande fonctionnalité
opérationnelle.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Résoudre ces questions à l'aide
d'une nouvelle plateforme pour
le e-SDC comportant une piste
d'audit.
Un e-SDC sécurisé et vérifiable
qui offre en conséquence une
plus grande confiance dans
l'intégrité du SDC.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Interface utilisateur et technologie
Manque de sécurité associée
au e-SDC
Accès partagé entre les utilisateurs du e-SDC : certains
administrateurs autorisent
plusieurs utilisateurs à accéder
au e-SDC par un même mot
de passe.
Une piste d'audit réduit par
ailleurs les risques associés à une
autre recommandation
concernant les processus de
modification des données.
Incapacité d'identifier et
d'authentifier individuellement
les utilisateurs du e-SDC : le
niveau de détail exigé dans les
profils d'utilisateurs du e-SDC
n'est pas suffisant.
Il est impossible de vérifier
l'accès des utilisateurs au e-SDC.
Il est impossible de conserver
une trace des modifications
apportées aux données du
e-SDC au fil du temps.
L'interface utilisateur du
e SDC est dépassée et
d'utilisation difficile.
La construction de l'architecture
de l'application du e-SDC repose
sur des normes Internet très
anciennes. Les derniers développements des normes, telles que
HTML5, permettent aux utilisateurs d'interagir plus facilement
avec les données du e-SDC.
Rationaliser l'interface
utilisateur grâce aux nouvelles
technologies du Web, p. ex. :
•
la fonction du bouton
« Retour »
•
la fonction de remplissage
automatique
Amélioration du processus de
saisie des données.
Formation des nouveaux
utilisateurs moins complexe.
Amélioration de la qualité des
données et baisse du nombre de
modifications.
Mise en œuvre par le Comité en
2015
Faille
Règles métier limitées
entraînant des problèmes de
qualité des données
Gestion réactive des
informations de référence
2
Contexte/explication
Le e-SDC tient compte de
certaines règles métier
régissant la validité des
données. Il serait toutefois
possible d'améliorer la
validation et d'utiliser des
messages d'erreur ou
d'avertissement pour limiter la
saisie des données erronées.
Les États du pavillon ne
peuvent gérer les informations
de référence sans passer par la
création d'un CCD qui
affichera les différentes
options possibles.
Recommandation
•
rationaliser la création des
certificats d'exportation et de
réexportation
•
afficher tous les certificats
d'exportation et de
réexportation associés à un
CCD.
Améliorer la mise en œuvre des
règles métier, p. ex. :
•
vérifier l'autorisation des
navires
•
ajouter des menus déroulants
le cas échéant
•
empêcher qu'une quantité
exportée soit supérieure à la
quantité capturée. Par
exemple, à l'exportation, une
capture déclarée en tant que
queues de poisson ne peut
renfermer des têtes de
poisson.
Donner aux États du pavillon la
possibilité de gérer les listes des
navires autorisés 2, des détails
sur les importateurs et
exportateurs, des capitaines des
navires et des autorités ou
agences gouvernementales.
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
Amélioration de la qualité et de
l'exactitude des données du eSDC. Réduction du risque de
fraude ou d'activités nonautorisées.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Plus grande efficacité de la
gestion des données pour les
États du pavillon.
Mise en œuvre par le Comité en
2015
Il a été convenu que cela pourrait être effectué par le système en ligne déjà mis en place par le secrétariat et que le e-SDC s'en servirait pour les informations sur le navire.
Faille
Contexte/explication
Recommandation
Avantages de mise en œuvre
Étapes vers la mise en œuvre
Un ensemble administratif de
listes séparées affichant les
données de référence, telles
que les navires, les
importateurs et les
exportateurs, serait facile à
compulser et à mettre à jour
tout en offrant toujours la
possibilité d'un processus
d'approbation/de vérification.
Informations statistiques
Le système devrait autoriser
les contacts officiels ou
l'utilisateur maître à extraire
des informations statistiques et
à les placer dans un fichier
Excel à des fins d'analyse.
L'extraction manuelle
d'informations statistiques
n'est pas pratique, si l'on tient
compte du nombre de
certificats délivrés dans
certains pays.
Donner aux États du pavillon la
possibilité d'extraire des
informations statistiques à des
fins d'analyse.
Le e-SDC n'enregistre pas
l'heure locale, uniquement
l'heure UTC/GMT
Le e-SDC n'affiche pas
actuellement l'heure locale
lors de la création des
certificats et elle doit être
modifiée par les utilisateurs.
Afficher l'heure locale tout en
stockant les données en
UTC/GMT.
Plus grande efficacité pour les
utilisateurs du e-SDC.
Mise en oeuvre par le Comité en
2015
Appendice III
Accord pour l'accès et l'utilisation des données du système CCAMLR de suivi des
navires au profit de la recherche et du sauvetage maritime entre le secrétariat de la
CCAMLR et [nom de l'agence en Afrique du Sud] [nom de l'agence en Argentine]
[nom de l'agence en Australie] [nom de l'agence au Chili]
[nom de l'agence en Nouvelle-Zélande]
Version 1.7
Résumé de l'Accord
A)
Le présent Accord entre le centre compétent de coordination de sauvetage maritime
(CCSM 1), [[Maritime SAR Operations, Afrique du Sud]], [Agencia Nacional SAR
Argentina, Argentine], [the Australian Maritime Safety Authority, Australie] [Dirección
General del Territorio Marítimo y de Marina Mercante, Chili], [[Rescue Coordination
Centre New Zealand (RCCNZ)] et le secrétariat de la Commission pour la conservation
de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) (« les participants ») expose
la vision commune de tous les participants sur les procédures à suivre et les mesures de
protection à mettre en place pour garantir que les données fournies par le secrétariat de
la CCAMLR pour aider aux opérations de recherche et de sauvetage (SAR) dans la zone
de la Convention CCAMLR sont conformes aux exigences relatives à la sécurité des
données visées à la mesure de conservation 10-04 de la CCAMLR sur les systèmes
automatiques de contrôle des navires par satellite (VMS) (appendice I).
B)
Cet Accord décrit les procédures que les deux participants, et leurs agents, ont décidé
mutuellement de mettre en place pour garantir que les données VMS communiquées en
vertu de cet Accord :
•
•
•
sont conservées sous une forme sécurisée, pour maintenir leur confidentialité ;
ne sont utilisées que pour les besoins de la recherche et du sauvetage ;
ne sont pas mises dans le domaine public ou publiées, si ce n'est conformément
aux processus décrits ci-dessous.
C)
L'Accord peut être révisé tous les deux ans, voire plus souvent si des révisions importantes s'imposent, ou dans le cas où un participant aurait agi d'une manière incompatible
avec les termes de cet Accord. La première révision prévue aura lieu en janvier 2017.
1.
Incident nécessitant des activités de recherche et de sauvetage maritimes
1.1
Un « incident de SAR » aux fins du présent Accord est défini comme un événement
comportant un risque potentiel ou réel pour la sécurité de la vie humaine en mer,
susceptible de nécessiter une intervention du CCSM compétent pour le secteur par le
biais d'opérations de SAR.
1
Dans ce projet d'Accord, l'autorité officielle compétente pour la recherche et le sauvetage est désignée
collectivement Centre de coordination de sauvetage maritime (CCSM). Dans l'Accord définitif [le CCSM]
sera remplacé par le nom de l'agence responsable du SAR dans chaque pays.
215
2.
Accès et utilisation des données de VMS de la CCAMLR
2.1
En vertu de cet Accord, [[le CCSM]] peut demander au secrétariat de la CCAMLR de
fournir des données de VMS de tous les navires soumettant des données au VMS de la
CCAMLR qui se trouvaient dans un rayon de 500 milles nautiques de la position d'un
incident de SAR relevant de la responsabilité du [[CCSM]] ou coordonné par un CCSM
(« la zone concernée »). Des données seront fournies pour tous les navires déclarés
s'être trouvés dans le secteur en question dans les 24 heures précédant la demande du
[[CCSM]]. Le secrétariat de la CCAMLR s'efforcera de présenter les données sous un
format exploitable. Les données de VMS fournies au [[CCSM]] comporteront des
précisions sur l'identification du navire, la date, l'heure (UTC), la latitude et la
longitude. Outre les données VMS, le type de communication et les coordonnées de
tous les navires déclarant des données au secrétariat de la CCAMLR dans le secteur en
question seront adressés au [[CCSM]].
2.2
Le secrétariat de la CCAMLR avisera l'État du pavillon des navires dont les données ont
été communiquées conformément à la clause 2.1 du présent Accord.
3.
Conditions d'accès et d'utilisation des données
3.1
Pour demander des données de VMS, un membre du personnel habilité du [[CCSM]]
doit remplir un formulaire de communication de données de VMS de la CCAMLR
(appendice II) précisant l'heure et le lieu de l'incident de SAR déclaré et le soumettre
directement au secrétariat de la CCAMLR.
3.2
Dès réception d'un formulaire de communication de données VMS de la CCAMLR
rempli et dûment autorisé, le secrétariat de la CCAMLR communiquera les données
VMS visées à la Clause 2.1 du présent Accord directement au [[CCSM]]. On s'efforcera
de rendre les données disponibles le plus tôt possible. Les données seront transférées de
façon sécurisée par voie électronique. Une copie du formulaire de communication de
données VMS de la CCAMLR rempli accompagnera les données VMS fournies.
3.3
C'est au [[CCSM]] qu'incombera la sécurité des données VMS de la CCAMLR qu'il
aura reçues du secrétariat de la CCAMLR.
3.4
[[Le CCSM]] mettra en place les procédures suivantes pour garantir la sécurité des
données VMS de la CCAMLR qu'il aura reçues :
216
i)
Toutes les données seront stockées de façon sécurisée dans le [[CCSM]] ou dans
un lieu ou un service de stockage approuvé par le CCSM d'une manière propre à
maintenir la confidentialité de toutes les données.
ii)
L'accès aux données VMS de la CCAMLR sera limité au personnel autorisé du
[[CCSM]].
iii)
[[Le CCSM]] s'assurera que le personnel habilité est au fait des exigences de
confidentialité et des conditions de communication des données VMS de la
CCAMLR spécifiées dans le présent Accord, et qu'il est en mesure d'offrir les
garanties nécessaires à cet effet.
3.5
[[Le CCSM]] prendra toutes les mesures voulues pour préserver la confidentialité des
données VMS de la CCAMLR et n'utilisera ni ne communiquera ces données qu'à des
fins de recherche et de sauvetage établies par le présent Accord. Les données VMS de la
CCAMLR transmises au [[CCSM]] en vertu du présent Accord ne seront ni
communiquées ni placées dans le domaine public, à moins que la législation interne ne
l'exige. Dans ce cas, elles ne seront ni transmises ni publiées sans une concertation avec
le secrétariat de la CCAMLR et le ou les États du pavillon concernés qui auront donné
leur consentement préalable. Cette concertation devrait couvrir la méthode et le format
de la communication ou de la publication proposée, ainsi que l'identité du ou des
destinataires, afin de garantir qu'il est bien tenu compte de la nature sensible des
données VMS sur le plan commercial.
4.
Représentants
4.1
Le secrétariat de la CCAMLR et le [[CCSM]] nommeront chacun un représentant qui
sera le premier point de contact pour toutes les questions relatives à cet Accord :
Pour le [[CCSM]] :
Le représentant sera .........................................................................................
Pour le secrétariat de la CCAMLR, le représentant sera le Directeur du suivi et de la
conformité des pêcheries (e-mail : vms@ccamlr.org, téléphone : +61 3 6210 1102).
4.2
Tout changement dans les coordonnées d'un représentant sera immédiatement
communiqué à l'autre Participant qui accusera réception de cette notification.
5.
Perte et communication non autorisée
5.1
[[Le CCSM]] déclarera au secrétariat de la CCAMLR toute perte ou communication
non autorisée de données VMS de la CCAMLR, dès que possible, mais dans les 24
heures de la détection de la perte ou de la communication non autorisée. Le secrétariat
de la CCAMLR avisera tous les Membres de la perte ou de la communication des
données, conformément aux instructions de la Commission.
5.2
Toute perte ou communication non autorisée de données VMS de la CCAMLR sera
examinée par [[le CCSM]] en concertation avec le secrétariat de la CCAMLR. Le
secrétariat de la CCAMLR présentera un compte rendu de cette investigation à la
CCAMLR.
6.
Responsabilité
6.1
Ni la CCAMLR ni le secrétariat de la CCAMLR ne pourront être tenus pour
responsables vis-à-vis de quelque aspect que ce soit d'un incident de SAR qui pourrait
être associé avec la transmission des données VMS de la CCAMLR.
217
6.2
Alors que le CCSM prendra toutes les mesures nécessaires pour adhérer aux termes du
présent Accord, lorsque les dispositions opérationnelles et juridiques du CCSM
empêchent une conformité totale, il ne pourra être tenu pour responsable vis-à-vis du
traitement ou de l'utilisation des données VMS de la CCAMLR, où même de leur
transmission.
6.3
Alors que le secrétariat de la CCAMLR prendra toutes les mesures nécessaires pour
adhérer aux termes du présent Accord, lorsque les dispositions opérationnelles et
juridiques du secrétariat de la CCAMLR empêchent une conformité totale, ni la
CCAMLR ni le secrétariat de la CCAMLR ne pourront être tenus pour responsables
vis-à-vis du traitement ou de l'utilisation des données VMS de la CCAMLR, où même
de leur transmission.
7.
Entrée en vigueur, règlement des litiges et résiliation
7.1
Tout litige soulevé par les termes du présent Accord devra, en premier lieu, être
examiné dans les plus brefs délais par les représentants respectifs ou leurs délégués.
7.2
La résiliation de l'Accord sera considérée par les Participants comme un dernier recours,
et après que le Participant concerné aura donné un (1) mois de préavis de son intention
de résilier l'Accord.
7.3
Le présent Accord entre en vigueur à la date de sa signature par les deux Participants.
Signature pour
[[LE CCSM]]
............................................................
Signature
............................................................
Nom
Position : .............................................
Date : ...................................................
Signature pour
Le secrétariat de la commission pour la conservation
de la faune et la flore marines de l'Antarctique
............................................................
Andrew Wright
Secrétaire exécutif
Date : ...................................................
218
Appendice I
Mesure de conservation 10-04 : Systèmes automatiques de contrôle des navires par
satellite (VMS) [à fournir et disponible sur le site Web de la CCAMLR]
Appendice II
Ce formulaire sera placé sur le site Web de la CCAMLR et
son accès sera sécurisé et limité aux utilisateurs autorisés
Formulaire de communication de données de VMS de la CCAMLR : incident
nécessitant des activités de recherche et de sauvetage maritimes
À remplir par le représentant du CCSM :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
CCSM ayant adressé la demande : ................................................................................
Date de déclaration de l'incident au CCSM : .................................................................
Heure de déclaration de l'incident au CCSM (UTC) : ...................................................
Nom de l'embarcation faisant l'objet de l'opération de SAR : .......................................
Pavillon de l'embarcation faisant l'objet de l'opération de SAR : ..................................
Coordonnées géographiques fournies relativement à l'incident : ..................................
Date de l'envoi de la demande au secrétariat de la CCAMLR : ....................................
Heure de l'envoi de la demande au secrétariat de la CCAMLR (UTC) : .......................
Représentant du CCSM (nom en capitales)
......................................................................
À remplir par le représentant de la CCAMLR :
1.
Date de réception de la demande du CCSM : .................................................................
2.
Heure de réception de la demande du CCSM (UTC) : ...................................................
3.
Tableau récapitulatif des données VMS de la CCAMLR communiquées : ...................
Nom de Pavillon Heure de
l'embarla position
cation
(UTC)
Latitude
Longitude
Cap
Vitesse
Type de
communication
Numéro(s) de
communication
......................................................................
Représentant de la CCAMLR (nom en capitales)
Date : .............................................
Heure (UTC) : ...............................
219
Appendice IV
Liste des navires INN des Parties non contractantes
Nom du
navire
Pavillon
Numéro
OMI
Indicatif
d'appel
Nature et date des activités
Année
d'inscription
Aldabra
7424891
5VAA2
• En pêche 58.4.4b (10 nov. 2006)
2007
Amorinn
7036345
5VAN9
6622642
HO5381
Observé 58.5.1 (11 oct. 2003)
Observé 58.4.2 (23 janv. 2004)
Observé 58.4.3b (14 fév. 2006)
Observé 58.4.3b (22 mai 2006)
Observé 58.4.3b (10 déc. 2006)
Observé 58.4.3b (8 fév. 2008)
2003
Challenge
•
•
•
•
•
•
Chang Bai
7322897
5IM877
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Observé 58.5.2 (31 janv. 2004)
Observé 58.5.1 (10 mai 2006)
Observé 58.4.1 (21 janv. 2010)
Observé 58.4.1 (13 fév. 2011)
Remorquage du Baiyangdian 57 (1er avr. 2012)
Observé 58.6 (1er juil. 2012)
Observé 58.4.2 (28 janv. 2013)
Observé 57 (10 mars 2013)
En pêche 58.5.1 (13 mai 2013)
Observé 57 (07 sept. 2013)
Observé 58.4.1 (30 mars 2014)
Observé 57 (14 avr. 2014)
2003
2006
Propriétaires actuels et
anciens propriétaires
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Cecibell Securities
Farway Shipping
Infitco Ltd (Ocean Star Maritime Co.)
Seric Business S.A.
Prion Ltd
Vidal Armadores S.A.
Mar de Neptuno S.A.
Advantage Company S.A.
Argibay Perez J.A.
Navalmar S.A.
Vidal Armadores S.A.
Meteora Development Inc
Rajan Corporation
Rep Line Ventures S.A.
Stanley Management Inc
.../...
(suite)
Nom du
navire
Pavillon
Numéro
OMI
Indicatif
d'appel
9042001
5IM403
7020126
5NMU
Heavy Sea
7322926
3ENF8
• Observé 58.5.1 (3 fév. 2004)
• En pêche 57 (29 juil. 2005)
2004
Itziar II
6803961
5NTV3
•
•
•
•
•
•
•
•
•
2003
Chengdu
Good Hope
Nigeria
Nature et date des activités
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Débarque sans certificat Malaisie (1er août 2004)
En pêche 58.4.3a (22 fév. 2005)
En pêche 58.4.3a (28 avr. 2005)
En pêche 58.4.3b (16 déc. 2005)
En pêche 58.4.3b (1er juil. 2009)
En pêche 58.4.2 (27 janv. 2010)
En pêche 58.4.3b (4 avr. 2010)
En pêche 58.4.1 (13 fév. 2011)
Observé 57 (16 mai 2012)
Observé 57 (20 oct. 2012)
Observé 57 (28 mai 2013)
Observé 57 (1er juil. 2013)
Observé 57 (13 mai 2014)
Avitaillement de navires INN 51 (9 fév. 2007)
Débarque sans certificat Singapour (24 sept. 2002)
En pêche 58.4.3b (22 avr. 2004)
Observé 58.4.3b (2 juil. 2006)
Observé 58.4.3b (24 nov. 2006)
Observé 58.4.3b (25 janv. 2007)
Observé 58.4.3b (7 janv. 2008)
En pêche 58.5.1 (28 fév. 2008)
Observé 58.5.1 (1er avr. 2008)
Observé 88.2 (16 déc. 2009)
Année
d'inscription
Propriétaires actuels et
anciens propriétaires
2004
•
•
•
•
Viarsa Fishing Company/Navalmar S.A.
Global Intercontinental Services
Rajan Corporation
Redlines Ventures SA
2007
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Sharks Investments AVV
Port Plus Ltd
C & S Fisheries S.A.
Muner S.A.
Meteroros Shipping
Meteora Shipping Inc.
Barroso Fish S.A.
Monteco Shipping
Transglobe Investments Ltd
Capensis
.../...
(suite)
Nom du
navire
Koosha 4
Lana
Pavillon
Iran, République
islamique d'
Nigeria
Numéro
OMI
Indicatif
d'appel
7905443
9BQK
9037537
5NVA
Limpopo
7388267
Nihewan
9319856
5IM284
Nature et date des activités
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Observé 58.4.1 (20 janv. 2011)
Observé 58.4.1 (15 fév. 2011)
En pêche 58.4.1 (19 mars 2007)
Observé 88.1 (15 janv. 2008)
Observé 57 (19 déc. 2010)
Observé 57 (5 oct. 2012)
Observé 57 (24 mars 2013)
Observé 57 (3 sept. 2013)
Observé 57 (19 nov. 2013)
Observé 57 (14 fév. 2014)
Observé 58.5.2 (21 sept. 2003)
Observé 58.5.1 (3 déc. 2003)
En pêche 58.4.3b (23 fév. 2005)
En pêche 58.4.3b (14 déc. 2005)
Observé 58.4.3b (25 janv. 2007)
Soutien d'activités de navires INN 51 (16 mai 2008)
Observé 58.4.3b (22 avr. 2009)
Observé 57 (7 déc. 2009)
En pêche 58.4.1 (7 avr. 2010)
Observé 58.4.1 (29 janv. 2012)
Observé 58.4.1 (30 janv. 2012)
Observé 58.4.1 (31 janv. 2012)
Observé 57 (24 avr. 2012)
En pêche 58.6 (3 juil. 2012)
Observé 57 (28 mai 2013)
Observé 57 (4 juil. 2013)
Observé 58.4.1 (20 janv. 2014)
Observé 57 (13 mai 2014)
Année
d'inscription
Propriétaires actuels et
anciens propriétaires
2011
• Pars Paya Seyd Industrial Fish
2007
• Punta Brava Fishing SA
• Vero Shipping Corporation
2003
• Grupo Oya Perez (Kang Brothers)
• Lena Enterprises Ltd
• Alos Company Ghana Ltd
2008
•
•
•
•
Mabenal S.A.
Gongola Fishing JV (Pty) Ltd
Omunkete Fishing Pty Ltd
Eastern Holdings
.../...
(suite)
Nom du
navire
Numéro
OMI
Indicatif
d'appel
5062479
5NTV21
Ray
6607666
V3RB2
Tchaw
6818930
Perlon
Pavillon
Nigeria
Nature et date des activités
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Observé 58.5.1 (3 déc. 2002)
Observé 58.5.1 (4 juin 2003)
Observé 58.4.2 (22 janv. 2004)
Observé 58.4.3b (11 déc. 2005)
En pêche 58.4.1 (26 janv. 2006)
Observé 58.4.3b (7 déc. 2006)
Observé 58.4.1 (30 déc. 2006)
Observé 58.4.1 (16 déc. 2008)
Engin observé (10 fév. 2009)
En pêche 58.5.1 (8 juin 2010)
Observé 51 (10 fév. 2012)
Observé 57 (20 juil. 2014)
En pêche 58.4.3b (23 mai 2006)
En pêche 58.4.2 (18 fév. 2007)
En pêche 58.4.3b (24 mars 2007)
En pêche 58.4.3b (12 janv. 2008)
En pêche 58.4.3b (9 janv. 2009)
En pêche 58.4.3b (20 janv. 2009)
En pêche 58.4.3b (25 fév. 2005)
En pêche 58.4.4a (2 août 2005)
Observé 58.4.3b (11 déc. 2005)
En pêche 58.4.2 (1er fév. 2006)
En pêche 58.4.3b (14 mars 2007)
Année
d'inscription
Propriétaires actuels et
anciens propriétaires
2003
• Vakin S.A.
• Jose Lorenzo SL
• Americagalaica S.A.
2006
•
•
•
•
•
Arniston Fish Processors Pty Ltd
Vidal Armadores S.A.
Nalanza S.A.
Argibay Perez J.A.
Belfast Global S.A.
2005
•
•
•
•
•
Arcosmar Fisheries Corporation
JMS Lopez
Premier Business
His-To Company Ltd
Jose Manuel Salgueiro
.../...
(suite)
Nom du
navire
Pavillon
Numéro
OMI
Indicatif
d'appel
5NTV
Thunder
Nigeria
6905408
Viking
Nigeria
8713392
Nature et date des activités
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
En pêche 58.4.2 (5 fév. 2006)
Observé 58.4.3b (8 déc. 2006)
Observé 58.4.2 (29 déc. 2006)
En pêche 58.5.1 (29 avr. 2007)
En pêche 58.4.2 (4 oct. 2008)
Observé 58.4.3b (3 mai 2009)
Observé 58.4.3b (4 déc. 2009)
En pêche 58.4.2 (25 janv. 2010)
En pêche 58.4.2 (19 fév. 2010)
Observé 58.4.1 (16 déc. 2010)
Observé 57 (17 août 2012)
Observé 58.4.3b (13 fév. 2013)
Observé 57 (15 avr. 2013)
Contrôle portuaire (20 avr. 2013)
En pêche 58.6 (23 août 2013)
Observé 57 (18 sept. 2013)
Observé 57 (14 avr. 2014)
Soutien d'activités INN du Thule 51 (5 avr. 2004)
En pêche 58.4.3b (23 mai 2006)
Observé 58.4.3b (2 juil. 2006)
Observé 58.4.3b (16 mars 2007)
Observé 58.5.1 (19 juil. 2007)
Observé 58.5.1 (4 avr. 2008)
Observé 58.4.4 (4 avr. 2011)
Observé 57 (27 janv. 2012)
Observé 51 (20 avr. 2012)
Observé 57 (31 mai 2013)
Observé 57 (24 oct. 2013)
Observé 57 (4 déc. 2013)
En pêche 48.6 (24 janv. 2014)
Observé 57 (16 mars 2014)
Observé 57 (21 mars 2014)
Année
d'inscription
Propriétaires actuels et
anciens propriétaires
2006
•
•
•
•
•
•
Southern Shipping Ltd
Estellares S.A.
Felicite Shipping Corporation
Trancoeiro Fishing S.A.
Canela Shipping Limited
Royal Marine and Spare Nig. Limited
2004
•
•
•
•
•
Manuel Martinez
Cazenove International S.A.
Canela Shipping Ltd
Canela Shipping Limited
Trancoeiro Fishing S.A.
Annexe 7
Rapport du Comité permanent sur
l'administration et les finances (SCAF)
Table des matières
Page
Finances et administration ..................................................................
Examen des états financiers révisés de 2013 .............................................
Questions liées au secrétariat ..............................................................
Compte rendu du secrétaire exécutif ..................................................
Plan stratégique du secrétariat (2015-2018) .......................................
Groupe de correspondance de la période d'intersession
sur le financement durable (ICG-SF) .....................................................
Principes directeurs ..................................................................
Service de Traduction ...............................................................
Futurs Travaux .......................................................................
Budgets de 2014, 2015 et 2016 ............................................................
Autres questions ............................................................................
Élection du vice-président ..............................................................
227 227 227 227 228 228 229 229 229 230 232 232 Plan stratégique du secrétariat de la CCAMLR 2015–2018 ..........
233 Appendice II : Budget révisé pour l'exercice clos le 31 décembre 2014..............
263 Appendice III : Projet de budget pour l'exercice clos le 31 décembre 2015...........
264 Appendice IV : Prévisions budgétaires pour l'exercice clos le 31 décembre 2016....
265 Appendice V : Contributions 2014/2015/2016 des Membres
266 Appendice I :
226
.........................
Rapport du Comité permanent sur l'administration
et les finances (SCAF)
Finances et administration
1.
Le président du Comité permanent sur l'administration et les finances (SCAF), M. Zha
Hyoung Rhee (République de Corée), ouvre les discussions sur le point 4 de l'ordre du jour de
la Commission.
Examen des états financiers révisés de 2013
2.
Notant qu'un audit intégral a été effectué sur les états financiers de 2013 et que le
rapport de l'auditeur n'a mis en évidence aucun cas de non-conformité avec le Règlement
financier ou les Normes comptables internationales, le SCAF accepte les états financiers tels
qu'ils sont présentés dans CCAMLR-XXXIII/03.
Questions liées au secrétariat
Compte rendu du secrétaire exécutif
3.
Le secrétaire exécutif présente les documents CCAMLR-XXXIII/06 et CCAMLRXXXIII/BG/03 et note que le rapport contient :
i)
un rapport de mise en œuvre de la troisième année du plan stratégique (2012–
2014)
ii)
un rapport de mise en œuvre de la troisième année de la stratégie salariale et de
dotation en personnel du secrétariat
iii)
une base pour
paragraphe 3.13)
iv)
comme cela est exigé, les activités relatives aux données et aux mesures prises
pour maintenir l'intégrité des données de la CCAMLR (SC-CAMLR-XVI,
paragraphe 10.14).
l'évaluation
du
secrétaire
exécutif
(CCAMLR-XXI,
4.
Le secrétaire exécutif informe le SCAF que l'action menée pour tenter de recouvrer les
pertes occasionnées par l'échec des placements en CDO en 2009 et 2010 n'a pas encore été
résolue. L'action, dirigée par le cabinet d'avocats, Piper Alderman, est actuellement engagée
dans un processus de médiation avec la banque concernée. Le secrétariat indique qu'il
informera les Membres des résultats de cette action par voie de circulaire de la Commission.
5.
Le SCAF accepte le rapport et note le vaste champ d'activités couvert par le secrétariat
ces 12 derniers mois, notamment le service internet et la politique verte, et salue les efforts
sans cesse consentis pour améliorer l'efficacité et contrôler les coûts. Comme Le SCAF le lui
avait demandé l'année dernière, et dont il le remercie, le secrétariat a conservé dans la matrice
227
du rapport de mise en œuvre les informations des années précédentes qui permettent
d'effectuer des comparaisons interannuelles. Le SCAF constate la haute qualité, l'exhaustivité
et la transparence des documents préparés par le secrétariat en soutien des travaux de la
Commission et du Comité scientifique pendant la période d'intersession et pendant les
réunions.
Plan stratégique du secrétariat (2015-2018)
6.
Le secrétaire exécutif présente au SCAF un aperçu du processus de révision du plan
stratégique engagé par le secrétariat en 2014 pour couvrir la période 2015 à 2018, que le
SCAF avait approuvé à la XXXIIe réunion de la CCAMLR (annexe 7, paragraphe 6). Il
constate que le nouveau plan stratégique s'inspire de l'expérience acquise par le secrétariat
de 2012 à 2014 et qu'il offre à la Commission un moyen d'évaluer les performances du
secrétariat en fonction des tâches assignées.
7.
Compte tenu du climat financier difficile que connaissent de nombreux membres de la
CCAMLR à l'échelle nationale depuis plusieurs années et qui a entraîné une austérité sévère
et une réduction des budgets, certains Membres du SCAF s'inquiètent du niveau
d'accroissement des salaires du personnel du secrétariat prévu sur la durée du plan stratégique.
Certains Membres du SCAF notent que les hausses de salaire suivant l'inflation ne sont plus
applicables dans leur gouvernement de même que l'augmentation annuelle des salaires par
échelon. Il est précisé que les paiements auxquels il est fait référence sont prévus dans le
Statut du personnel de la CCAMLR qui a été révisé en 2012, et que ces dispositions sont liées
à des obligations contractuelles. Il est également noté que, compte tenu de la politique
budgétaire de la CCAMLR, le secrétariat est tenu de fonctionner dans le cadre d'un budget à
croissance nulle en termes absolus depuis 1998 et que depuis lors, les obligations financières
liées au personnel sont couvertes dans les limites du budget approuvé. Il n'est pas prévu que
cette situation change pendant la période d'application du nouveau plan stratégique.
8.
Compte tenu du fait que le plan stratégique et la stratégie salariale et de dotation en
personnel qui s'y rattachent se terminent théoriquement en 2014, et que la Commission se voit
accorder la possibilité de le réviser comme elle l'entend à chaque réunion annuelle, le SCAF
recommande à la Commission d'approuver le projet de plan stratégique 2015–2018 avec les
amendements qu'il propose (appendice I). Il attire l'attention sur les points qui feront l'objet
d'une attention particulière dans le prochain plan stratégique, à savoir les systèmes de
gouvernance des données et l'intégration et l'assurance de la qualité des données.
Groupe de correspondance de la période d'intersession
sur le financement durable (ICG-SF)
9.
Le secrétaire exécutif indique que la XXXIIe réunion de la CCAMLR avait chargé le
Groupe de correspondance de la période d'intersession sur le financement durable (ICG-SF)
de missions supplémentaires en 2014, à savoir :
i)
228
une évaluation du service de traduction du secrétariat (CCAMLR-XXXII,
annexe 7, paragraphe 9iv).
ii)
le développement de principes directeurs pour aider à la mise en place d'une
situation financière solide pour l'organisation (CCAMLR-XXXII, annexe 7,
paragraphe 10i).
10.
Pendant la période d'intersession, en ayant recours à la fonction « e-groupe » sur le site
Web de la CCAMLR, l'ICG a réalisé ces deux tâches qui nécessitent désormais un examen
formel du SCAF.
Principes directeurs
11.
Le SCAF examine le projet de principes directeurs préparé par l'ICG (CCAMLRXXXIII/12 Rév. 2). L'adoption du projet de principes directeurs ne faisant pas l'unanimité,
celui-ci est renvoyé à l'ICG-SF pour examen plus complet pendant la période d'intersession. Il
sera de nouveau soumis au SCAF en 2015.
Service de Traduction
12.
Le SCAF examine le rapport de l'ICG sur l'évaluation du service de traduction du
secrétariat (CCAMLR-XXXIII/05 et XXXIII/BG/06). Il félicite l'ICG du processus mis en
place pour engager le plus de parties prenantes possible pendant l'évaluation, de la rigueur des
recherches effectuées et des informations justificatives fournies et des diverses options
envisagées. Le SCAF souligne l'importance capitale d'un soutien compétent dans les quatre
langues officielles de la Commission pour le fonctionnement efficace de l'organisation et
souligne également l'excellente réputation du service de traduction actuel du secrétariat.
13.
Le SCAF note que le secrétariat a mis en œuvre plusieurs options considérées par
l'ICG dans le cadre des processus en cours pour réduire les coûts sans pour autant
compromettre la qualité des prestations du secrétariat. L'une des options mise en œuvre
concerne l'externalisation partielle à l'essai du service de traduction pour une langue. Il est
demandé au secrétariat de rendre compte au SCAF en 2015 des résultats de cet
expérimentation notamment en fonction de son coût et de tout problème qui se poserait dans
la qualité des prestations.
Futurs Travaux
14.
Constatant que l'ICG-SF, par son travail, a permis à la commission de faire des
économies considérables, d'environ 269 000 AUD pendant ses deux années de mission, le
SCAF envisage de lui donner des missions supplémentaires pour la prochaine période
d'intersession. Le SCAF recommande la poursuite des travaux de l'ICG-SF visant à évaluer
diverses possibilités de réduction des coûts et de sources de revenus, y compris, mais sans s'y
limiter :
i)
évaluer tous les éléments des frais de notification des pêcheries nouvelles ou
exploratoires et des pêcheries de krill
229
ii)
poursuivre l'évaluation des coûts liés au secrétariat
iii)
organiser les réunions des groupes de travail tous les deux ans à Hobart
iv)
examiner minutieusement les fonds spéciaux, y compris en envisageant, le cas
échéant, une fusion avec le fonds général
v)
imposer des frais de participation aux observateurs qui assistent aux réunions de
la CCAMLR
vi)
rechercher des options pour le recouvrement total du coût des services du
secrétariat liés au VMS ou au SDC
vii) mettre en place des frais de contribution pour les États adhérents
viii) examiner les implications pour les contributions des membres d'une croissance
réelle nulle et d'une croissance nominale réelle nulle
ix)
réviser la formule de calcul des contributions évaluées
x)
développer les principes directeurs d'une gestion saine des finances de la
CCAMLR, qui ont été amendés par le SCAF à la XXXIIIe réunion de la
CCAMLR.
Le SCAF estime que l'ICG-SF devrait établir ses propres priorités dans l'examen de ces
questions en tenant compte des avis que pourrait lui rendre la Commission.
15.
Le SCAF note que, bien que le secrétariat dirige de nouveau l'ICG-SF, l'identification
de possibilités de générer des revenus et de réduire les dépenses nécessitera une participation
active de la part des Membres et leur attention pendant la prochaine période d'intersession.
16.
Le SCAF avise la Commission que, en l'absence d'efforts fructueux menant à une
réduction des coûts, à une hausse des revenus et à l'élimination des déficits sur les deux
prochaines années, la Commission sera peut-être obligée d'effectuer un audit complet des
services actuels et prévus fournis par le secrétariat. Cet audit pourrait être réalisé par une
évaluation exhaustive du plan stratégique du secrétariat et de la stratégie salariale et de
dotation en personnel le concernant.
Budgets de 2014, 2015 et 2016
17.
La Commission a approuvé le budget 2014 présenté à l'appendice II qui faisait état
d'un déficit prévu de 185 000 AUD qui serait reporté dans le fonds général.
18.
Le SCAF reçoit l'avis du Comité scientifique demandant que les fonds approuvés au
titre des dépenses de 2014 pour une évaluation de la mer de Ross soient transférés au fonds
scientifique spécial pluriannuel au titre des dépenses de 2015.
19.
Le SCIC avise le SCAF que le comité du SDC a approuvé le prélèvement de
40 000 AUD du fonds spécial pour le SDC pour l'actualisation de la plate-forme du e-SDC
230
d'un coût prévu de 55 000 AUD et pour mettre en œuvre les recommandations du Comité
d'évaluation du SDC convenues par le SCIC. À une demande de justification concernant la
contribution de 15 000 AUD du fonds général pour cette activité, le secrétariat répond que,
selon lui, il était entendu que le comité du fonds du SDC avait recommandé, étant donné
qu'une partie du projet impliquait des travaux sur les systèmes centralisés du secrétariat,
d'utiliser le fonds général pour financer en partie cette activité.
20.
Dans l'examen du projet de budget 2015, certains Membres maintiennent que les
contributions des Membres doivent être maintenues à la croissance nominale nulle, c.-à-d.
sans tenir compte de l'indice des prix à la consommation (IPC). La politique actuelle de la
Commission, adoptée en 1998, limite les hausses des contributions des Membres à l'IPC
(inflation). Le SCAF s'inquiète également du fait que les dépenses prévues continuent de
dépasser les revenus prévus, ce qui, selon lui, n'est pas viable à long terme. Cette inquiétude
souligne la nécessité pour l'ICG-SF d'envisager d'autres sources de revenus et mesures visant
à réduire les coûts.
21.
Le SCAF note que, en recommandant l'adoption du budget, compte tenu que certains
Membres manifestent leur préférence pour un budget nominal nul, l'ICG-SF entreprendra des
travaux supplémentaires en 2014/15 afin de poursuivre ses efforts d'identification des
économies à réaliser et de rechercher des occasions de diversifier les sources de revenus. Il
félicite l'ICG-SF des travaux qu'il a effectués ces deux dernières années, notamment en ce qui
concerne la réduction des coûts du secrétariat. Il avise la Commission que certains points
méritent encore un examen plus approfondi en vue d'assurer un financement fiable pour
l'organisation sur le long terme.
22.
Le SCAF approuve pour 2015 un budget pour le fonds général composé du total des
dépenses prévues de 4 654 000 AUD par rapport au total des revenus prévus de
4 415 000 AUD, à savoir un déficit de 239 000 AUD. Ce déficit sera financé par les réserves
accumulées dans le fonds général au cours des années précédentes. Le SCAF reconnaît que,
comme la CCAMLR ne dispose pas de fonds de roulement, une baisse du solde du fonds
général en raison de déficits annuels aura une incidence négative sur les futurs produits
d'intérêts. Le budget 2015 est présenté dans l'appendice III.
23.
Les contributions globales des Membres pour 2015 sont maintenues au niveau
de 2014. Certains Membres estiment que cette décision s'aligne sur les termes du Règlement
financier, selon lesquels tout excédent doit être rendu aux Membres (Article 6.1c du
Règlement financier). Le SCAF spécifie qu'il ne faut pas considérer que cette situation fait
suite à une décision de mise en œuvre d'une politique de croissance nominale nulle. Cette
question sera examinée par l'ICG-SF pendant la période d'intersession.
24.
Le SCAF approuve par ailleurs le financement par les fonds spéciaux des dépenses
liées à la mise à jour du e-CDS (40 000 AUD), à l'évaluation de la mer de Ross (50 000 AUD)
et aux bourses de la CCAMLR (45 000 AUD) (appendice III).
25.
Le SCAF prend note des prévisions budgétaires de 2016 présentées à l'appendice IV.
Le budget 2016 est présenté à titre indicatif uniquement. Les Membres devront veiller à
l'utiliser avec précaution lors de la préparation de leur propre budget (appendice V).
231
Autres questions
Élection du vice-président
26.
M. Scott Davidson (Royaume-Uni) est élue à la vice-présidence pour une période de
deux ans comprise entre la fin de la XXXIIIe réunion de la CCAMLR et la fin de
XXXVe réunion de la CCAMLR.
27.
Le SCAF, au nom de la Commission, remercie M. Rhee d'avoir su si bien diriger le
groupe durant une réunion difficile.
232
Appendice I
Plan stratégique du secrétariat de la CCAMLR 2015–2018
Introduction
La Convention CAMLR est entrée en vigueur le 7 avril 1982. Elle établit la Commission pour
la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR), formée des
premiers signataires et des Parties adhérentes. La CCAMLR, qui actuellement est constituée
de 25 Membres, possède un secrétariat à Hobart en Tasmanie, Australie (www.ccamlr.org).
Les accords régissant le fonctionnement du secrétariat de la CCAMLR en Australie font
l'objet d'un Accord de siège signé avec le gouvernement australien le 8 septembre 1986.
Ce plan stratégique a pour objectif de décrire les services fondamentaux fournis aux Membres
et autres parties prenantes par le secrétariat de la CCAMLR pour la période 2015–2018 dans
les efforts qu'il déploie pour soutenir les fonctions de la Commission, telles qu'elles sont
décrites dans la Convention CAMLR. De plus, le plan décrit la structure du secrétariat et sert
de base à l'évaluation périodique de la performance du secrétariat par les Membres. Ce plan
stratégique s'inspire de l'expérience acquise par le secrétariat avec les plans stratégiques
précédents, applicables aux périodes de 2002–2011 puis de 2012–2014.
Vision
Reconnaissance mondiale en tant que modèle de meilleures pratiques pour assurer le soutien
technique, administratif, scientifique et logistique d'une organisation intergouvernementale de
conservation et de gestion marines.
Mission
Soutenir la Commission dans la réalisation de l'objectif de la Convention qui est de conserver
les ressources marines vivantes de l'Antarctique, le terme conservation englobant ici la notion
d'utilisation rationnelle.
Buts, objectifs et tâches
Le plan stratégique décrit deux buts essentiels qui forment la base de tous les services fournis
par le secrétariat pour faciliter les travaux de la Commission et du Comité scientifique. Ces
deux buts reposent sur neuf objectifs dépendant les uns des autres.
Chaque objectif est étayé par une série de tâches réalisables spécifiques, le plus souvent
mesurables. Les tâches sont mises en œuvre dans le cadre de sept services principaux
indépendants ou interdépendants : Service exécutif, Finances et d'administration, Suivi et
application de la réglementation de pêche, Scientifique, Données, Technologie de
l'information et de la communication (TIC) et Communication (supplément 2, figure 1).
233
Ces tâches sont mises en œuvre par le biais de programmes de travail annuels servant de base
aux processus internes suivis pour faire le bilan de la performance du secrétariat.
Les tâches seront révisées périodiquement pour tenir compte des décisions de la Commission
et de la performance du secrétariat.
Parties prenantes
Le secrétariat de la CCAMLR communique avec des parties prenantes venant d'horizons
différents et du monde entier dans les quatre langues officielles du système du Traité sur
l'Antarctique (anglais, espagnol, français et russe).
Les 25 Membres de la CCAMLR et les États adhérents, les pêcheurs/l'industrie et le personnel
du secrétariat représentent les principales parties prenantes du secrétariat. Les scientifiques,
les gestionnaires des ressources et les décideurs politiques associés à chaque Membre de la
CCAMLR ont besoin d'informations récentes et précises qui leur sont adressées par le
secrétariat sous la forme de circulaires, de rapports, de documents de réunion et d'autres
informations connexes.
Principales parties prenantes
•
•
•
•
Membres
États adhérents
pêcheurs/industrie
personnel de la CCAMLR.
Autres parties prenantes :
•
•
•
•
•
•
•
234
autres organisations multilatérales
autres éléments du Traité sur l'Antarctique
universités, chercheurs et étudiants
organisations non gouvernementales (ONG)
Parties non contractantes
médias
grand public.
But No 1 :
Assurer par les meilleures pratiques le soutien
administratif, technique, logistique et
scientifique à la Commission et au Comité
scientifique
Objectifs
But No 2 :
Faciliter la communication et la
collaboration entre les parties prenantes par
la dissémination efficace d'informations,
l'éducation, l'échange d'informations et le
renforcement des capacités.
Objectifs
Maintenir les services rendus par le secrétariat
aux Membres à un niveau reconnu sur le plan
international, par une coordination et un suivi
internes des meilleures pratiques de politique
administrative et opérationnelle et la mise en
place de procédures et d'un engagement avec
des parties prenantes externes pertinentes.
Offrir un service professionnel de
communication et de promotion en soutien
au partage du savoir entre les membres de la
CCAMLR et à une familiarisation avec les
initiatives de la CCAMLR visant à la
conservation des ressources marines
vivantes de l'Antarctique.
Entretenir sur le lieu de travail une ouverture Offrir un service de traduction de haute
culturelle et d'identité, en accord avec la qualité dans les quatre langues officielles de
nature internationale de la Commission.
la Convention à la mesure de la large
participation aux travaux de la Commission.
Garantir que les prestations de service du
secrétariat seront efficaces, dans les limites des
budgets approuvés, grâce à des systèmes
administratifs et financiers de qualité, fondés
sur des normes acceptées dans le pays-hôte.
Assurer un soutien optimal aux Membres, au
Comité scientifique, à ses organes
subsidiaires et à la Commission par des
services analytiques et scientifiques.
Apporter à la Commission un soutien
professionnel qui reposerait sur une expertise
des meilleures pratiques en matière de suivi
de la pêcherie et de conformité et en lui
présentant des conseils et des outils.
Assurer aux
Membres,
au
Comité
scientifique, aux organes subsidiaires et à la
Commission un accès sûr et rapide aux
données exhaustives et de haute qualité
gérées de la CCAMLR.
Offrir aux parties prenantes des produits et
des services axés sur la TIC 1 qui soient
efficaces robustes et adaptables.
1
Le terme TIC (Technologie de l'information et de la communication) est interchangeable avec le terme IT
(Technologie de l'information).
235
Offrir aux
Membres des
services de
qualité
Développer et
utiliser des
systèmes IT
efficaces
Offrir un accès
sécurisé et en
temps voulu aux
données
But No 1 :
Assurer par les
meilleures
pratiques le
soutien à la
Commission et au
Comité
scientifique
Mettre en place
des initiatives de
conformité
reposant sur les
meilleures
pratiques
236
Créer une
culture
d'entreprise
positive
Offrir des
services
analytiques et
scientifiques à
valeur ajoutée
But No 2 :
Maintenir des
systèmes
administratifs et
financiers de
qualité
Faciliter la
communication et la
collaboration entre
les parties prenantes
Échange
d'informations
pour promouvoir
les initiatives de la
CCAMLR
Assurer un service
spécialisé de
traduction dans
les langues de la
Convention
But No 1 : Assurer par des pratiques exemplaires le soutien administratif, technique,
logistique et scientifique de la Commission et du Comité scientifique.
1.1
Service exécutif
La fonction du service exécutif est de coordonner la mise en œuvre du programme de travail
annuel du secrétariat approuvé par la Commission et le Comité scientifique. Le service
exécutif gère et coordonne l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi des règles et procédures
internes et du programme de travail, est responsable des finances, et tient lieu d'ambassadeur
de la Commission, notamment en encourageant des réseaux et relations mutuellement
bénéfiques.
1.1.1 Objectif : Maintenir les services rendus par le secrétariat aux Membres à un
niveau reconnu sur le plan international, par une coordination et un suivi internes des
pratiques exemplaires de politique administrative et opérationnelle et la mise en place de
procédures et d'un engagement avec des parties prenantes externes pertinentes.
Tâches :
2
1.1.1.1
Mettre en place et appliquer d'une manière coordonnée et transparente des
politiques et procédures 2 administratives et opérationnelles internes visant à ce
que les prestations de service du secrétariat soient d'un bon rapport qualitéprix.
1.1.1.2
Revoir et réviser périodiquement, au besoin, un plan stratégique pour le
secrétariat, qui sera soumis à l'approbation de la Commission.
1.1.1.3
Examiner et réviser les plans des travaux d'intersession dans les trois mois qui
suivent la clôture de la session annuelle de la Commission.
1.1.1.4
Mettre en œuvre les lignes de conduite annoncées par la Commission sur la
coopération du secrétariat avec des parties prenantes externes et présenter, le
cas échéant, à la Commission en temps voulu un rapport sur leur application.
1.1.1.5
Soutenir les mécanismes de coopération et d'échange d'informations
mutuellement bénéfiques avec des organisations internationales partageant
certains intérêts avec la CCAMLR.
1.1.1.6
Promouvoir les travaux de la CCAMLR à l'échelle internationale.
1.1.1.7
Coordonner le soutien professionnel, technique, logistique et administratif
garanti par le secrétariat aux réunions de la Commission, du Comité
scientifique et des organes subsidiaires.
Les normes internationales volontaires les plus communément appliquées à la gestion des affaires et des
organisations sont, par exemple, les normes ISO 9000, ISO 14000, ISO 26000 et ISO 31000.
237
1.1.1.8
Maintenir les normes et les compétences du secrétariat nécessaires pour
satisfaire les exigences de la Commission par le suivi périodique des
performances et des possibilités de formation structurée.
1.1.1.9
Collaborer et coopérer avec d'autres institutions pertinentes pour développer et
maintenir l'expertise, la qualité et les compétences du secrétariat à un niveau
reconnu sur le plan international.
1.1.2 Objectif : Entretenir sur le lieu de travail une ouverture culturelle et d'identité,
en accord avec la nature internationale de la Commission.
Tâches :
1.2
1.1.2.1
Approuver et appliquer des valeurs et des principes sur lesquels reposeront les
directives et des normes d'acceptation culturelle, de respect mutuel, de transparence,
de traitement juste et non discriminatoire, de concertation, de tolérance et de
comportement acceptable sur le lieu de travail et à l'égard de l'engagement
professionnel du personnel avec d'autres parties prenantes de la CCAMLR.
1.1.2.2
Examiner et réviser, si besoin est, les normes relatives au milieu du travail, par
rapport à un point de repère approprié dans le service public du pays-hôte.
1.1.2.3
Donner la possibilité au personnel de discuter de questions liées au travail.
Service financier et administratif
Le service financier et administratif offre un soutien essentiel au service exécutif et à d'autres
services techniques et de soutien du secrétariat, en maintenant les standards de pratiques
exemplaires pour l'administration des ressources financières du secrétariat, la gestion du
personnel, les politiques et procédures sur le lieu de travail notamment, et la maintenance des
biens d'équipement du secrétariat. D'autre part, il fournit un soutien administratif et
professionnel à la Commission par le biais du Comité permanent sur l'administration et les
finances (SCAF).
1.2.1 Objectif : Des systèmes administratifs et financiers de qualité, fondés sur des
normes acceptées dans le pays-hôte, garantissant que les prestations de service du
secrétariat seront efficaces, dans les limites des budgets approuvés.
Tâches :
Personnel
1.2.1.1
238
Mettre en place et gérer efficacement des politiques et procédures régissant
l'administration du personnel du secrétariat et des prestataires de services à
court terme, conformément à la CFPI et à la législation du travail et aux
conditions d'imposition en vigueur en Australie, le cas échéant.
1.2.1.2
Coordonner des initiatives de formation et de renforcement des capacités du
secrétariat, dans la limite des ressources disponibles.
1.2.1.3
Examiner et réviser les normes de santé et sécurité au travail conformes aux
pratiques de travail en vigueur en Australie.
Finances et administration
1.2.1.4
Gérer les affaires financières de la CCAMLR conformément au Règlement
financier de la Commission, aux principes d'investissement et à l'Accord de
siège, avec notamment la production et la distribution d'états financiers annuels
et trimestriels.
1.2.1.5
Présenter, si nécessaire, des avis sur les finances, les coûts et le budget au
personnel sur les services et les activités en rapport avec la CCAMLR.
1.2.1.6
Documenter et administrer les systèmes et procédures de gestion des registres
des finances et de l'administration.
1.2.1.7
Réviser périodiquement, en fonction des besoins, les règles concernant les
déplacements financés par la CCAMLR.
1.2.1.8
Entretenir, par une communication régulière, des relations de travail efficaces
avec les banques de l'organisation, les institutions financières, les courtiers en
assurance, le propriétaire de l'immeuble, le gouvernement fédéral et le
gouvernement tasmanien.
1.2.1.9
Administrer efficacement les locaux et actifs de la Commission.
1.2.1.10 Assurer l'efficacité des services du bureau de la réception.
1.2.1.11 Évaluer et appliquer efficacement la politique verte du secrétariat.
1.2.1.12 Fournir la documentation nécessaire et apporter son expertise au secrétaire
exécutif et au président du SCAF lors de la session annuelle du SCAF et au
président de la Commission pour les questions concernant cette dernière,
notamment celles qui ont trait au financement durable.
1.3
Service scientifique
L'objectif premier du service scientifique est d'assurer un soutien technique et administratif
aux travaux du Comité scientifique et de ses organes subsidiaires. Cela nécessite une
concertation étroite avec le président du Comité scientifique et les responsables des groupes
de travail. Le service scientifique entreprend l'analyse des données scientifiques et des
pêcheries qui seront ensuite examinées par le Comité scientifique. Il fournit un soutien
239
administratif des programmes techniques, tels que le système international d'observation
scientifique de la CCAMLR, le Programme de contrôle de l'écosystème de la CCAMLR, les
initiatives de marquage et le suivi des débris marins.
1.3.1 Objectif : Assurer un soutien optimal aux Membres, au Comité scientifique, à ses
organes subsidiaires et à la Commission par des services analytiques et scientifiques.
Tâches :
Soutien scientifique administratif et logistique
1.3.1.1
Assurer un soutien technique et administratif au président du Comité
scientifique et aux responsables des groupes de travail du Comité scientifique.
1.3.1.2
Coordonner le soutien logistique et technique des réunions du Comité
scientifique, des groupes de travail et des organes subsidiaires.
1.3.1.3
Soutenir l'engagement scientifique du secrétariat vis-à-vis de parties prenantes
externes pertinentes, telles que d'autres organisations, réseaux et associations.
1.3.1.4
Fournir un service éditorial pour le contenu de CCAMLR Science et
coordonner l'apport scientifique dans les publications du secrétariat et sur le
site Web.
1.3.1.5
Coordonner les possibilités de formation professionnelle, les stages ou autres
projets de renforcement des capacités des scientifiques de la CCAMLR en
début de carrière.
1.3.1.6
Diriger efficacement le personnel scientifique du secrétariat.
Synthèse et analyse des données et informations scientifiques
1.3.1.7
240
Coordonner les avis et le soutien techniques et logistiques offerts par le
secrétariat à l'égard des initiatives scientifiques et des programmes qui y sont
associés mis en œuvre par les Membres, entre autres :
•
le Système international d'observation scientifique de la CCAMLR
•
le Programme de contrôle de l'écosystème de la CCAMLR
•
le marquage
•
les débris marins
•
les évaluations de l'état et des tendances des espèces visées et des espèces
des captures accessoires
•
le suivi et l'atténuation de la capture accessoire
•
les interactions avec les pêcheries, y compris avec les écosystèmes
marins vulnérables
•
les diverses options de gestion des pêcheries
•
le changement climatique.
1.3.1.8
Collaborer avec les Membres pour faciliter la collecte et l'analyse des données
contribuant à satisfaire les objectifs scientifiques de la CCAMLR.
1.3.1.9
Fournir des outils techniques et des services analytiques à la Commission, au
Comité scientifique et aux organes subsidiaires pour leur permettre d'utiliser
efficacement les données de la CCAMLR.
1.3.1.10 Présenter régulièrement une synthèse et des analyses au Comité scientifique (et
aux groupes de travail) sur les données soumises dans le cadre des initiatives
scientifiques de la CCAMLR et des programmes les concernant.
1.3.1.11 Faire preuve d'expertise dans l'analyse et la synthèse des données de la
CCAMLR et des informations les concernant pour étayer les tâches prioritaires
d'intersession du Comité scientifique.
1.3.1.12 Fournir un retour d'information sur les aspects scientifiques de tous les
documents/toutes les publications du secrétariat.
1.4 Service de suivi et conformité des pêcheries
Le service de suivi et conformité des pêcheries (CSP) fournit à la Commission l'expertise
professionnelle, administrative, logistique et technique, notamment par l'intermédiaire du
Comité permanent sur l'application et l'observation de la réglementation (SCIC).
En tant que point central des travaux du secrétariat liés à la mise en œuvre et au respect des
mesures de conservation de la Commission et autres décisions, le service de CSP est un
fournisseur et un utilisateur clés des données de la CCAMLR.
1.4.1 Objectif : Apporter à la Commission un soutien professionnel qui reposerait sur
une expertise des pratiques exemplaires en matière de suivi de la pêcherie et de
conformité et en lui présentant des conseils et des outils.
Tâches :
Soutien administratif et logistique en matière de conformité
1.4.1.1
Établir, appliquer et contrôler le plan de travail annuel de la section du CSP.
1.4.1.2
Coordonner le soutien et les avis que le secrétariat apporte au SCIC et à la
Commission.
241
1.4.1.3
Coordonner le soutien et les avis que le secrétariat apporte au président du SCIC.
1.4.1.4
Coordonner l'émission d'avis concernant le CSP, le cas échéant, à l'intention du
Comité scientifique et de ses groupes de travail.
1.4.1.5
Coordonner l'apport relatif à la conformité dans les publications du secrétariat.
1.4.1.6
Fournir des avis pour la gestion du contenu et de la structure des informations
liées au CSP, y compris les actualités, le contenu des médias sociaux, les bases
de données et les processus liés au CSP, sur le site Web de la CCAMLR.
1.4.1.7
Gérer les possibilités de formation professionnelle, de stages ou autres projets
de renforcement des capacités des étudiants et des professionnels en début de
carrière au secrétariat de la CCAMLR, en matière de CSP.
Service de suivi et service technique en matière de conformité
1.4.1.8
Gérer le soutien et les avis du secrétariat aux Parties contractantes à l'égard de
la mise en œuvre et des opérations dans les domaines suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
1.4.1.9
notifications de projets de pêche
notifications relatives au respect de la réglementation
base de données des navires
Système de suivi des navires
Système de documentation des captures
Système de contrôle
Procédure d'évaluation de la conformité
Systèmes visant à promouvoir la conformité
programmes pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non
réglementée (INN).
Contribuer à l'engagement du secrétariat envers les Membres, les États
adhérents, les Parties non contractantes coopérantes, les Parties non
contractantes ne coopérant pas avec la CCAMLR, les autres organisations
gouvernementales internationales, les ONG, les réseaux et les associations et
aux conseils qu'il leur prodigue
1.4.1.10 Coordonner les avis d'experts et soutenir l'intégration et la mise en œuvre
améliorée des responsabilités du secrétariat dans les domaines suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
242
notifications de projets de pêche
notifications relatives au respect de la réglementation
base de données des navires
Système de suivi des navires
Système de documentation des captures
Système de contrôle
Procédure d'évaluation de la conformité
pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN)
mesures de conservation.
1.4.1.11 Élaborer et mettre en œuvre des projets destinés à renforcer nos connaissances
sur les opérations de pêche, l'application des mesures de conservation et les
tendances et la capacité de la pêche INN, ainsi qu'à l'égard des tâches
d'intersession approuvées par le Comité scientifique et/ou la Commission.
1.5
Centre des données
Le centre des données est le gardien des données de la CCAMLR 3 et offre des services en
rapport avec les données pour aider la Commission, le Comité scientifique et leurs organes
subsidiaires dans leur prise de décisions et pour guider les services du secrétariat. C'est au
centre des données qu'incombe la gestion des données CCAMLR et des activités du
secrétariat qui leur sont liées, telles que leur traitement, l'assurance de la qualité, la gestion des
risques, l'accès et l'utilisation, le stockage et les services d'information en ligne. La
gouvernance des données de la CCAMLR par le secrétariat est guidée par le « Cadre de
gestion de l'information du secrétariat de la CCAMLR », lequel aspire à reposer sur les
normes de meilleures pratiques internationales pour améliorer la qualité et la disponibilité des
données et informations, en garantir la confidentialité et l'intégrité, en promouvoir
l'intégration, soutenir des pratiques de travail efficaces et des prises de décisions bien
informées par des données exactes, et réduire les coûts du secrétariat par une gestion efficace
des données et informations. Ce cadre s'applique aux stratégies de données et informations et
de communication du secrétariat, dont fait partie la stratégie de gestion des données visant à
promouvoir :
• la conformité avec les normes internationales pertinentes
• le stockage et la sécurité des données
• un traitement des données et une administration qui soient dépourvus d'erreurs et
efficaces
• une assurance exhaustive de la qualité des données
• de meilleurs modèles et une meilleure architecture des données
• l'intégration des données et des pratiques de travail
• l'accès opportun et efficace aux données, et aux données et résultats qui en sont
dérivés
• le retour d'information en vue de l'amélioration des données et processus.
3
Les données soumises au secrétariat pour guider les travaux politiques, techniques et administratifs de la
Commission et du Comité scientifique et pour donner effet à l'Article XX de la Convention.
243
1.5.1 Objectif : Assurer aux Membres, au Comité scientifique, aux organes
subsidiaires et à la Commission un accès sûr et rapide aux données exhaustives et de
haute qualité gérées de la CCAMLR.
Tâches :
Soutien logistique et administratif au traitement des données
1.5.1.1
Gérer le personnel et les ressources budgétaires pour assister les opérations du
centre des données.
1.5.1.2
Soutien logistique et technique des réunions de la Commission, du Comité
scientifique et des organes subsidiaires.
1.5.1.3
Soutien logistique et technique de la révision, du développement et de la mise
en œuvre annuels des mesures de conservation et résolutions de la CCAMLR.
Systèmes de données
1.5.1.4
Mettre en place et appliquer une stratégie de gestion des données de la
CCAMLR.
1.5.1.5
Gérer les données de la CCAMLR, entre autres, les données des pêcheries et
les données des observateurs scientifiques, les données de recherche, les
données SIG et les données de conformité des navires de pêche. Les tâches
incluent le traitement des données, leur archivage et leur documentation, ainsi
que la supervision de l'accès et de l'utilisation des données.
1.5.1.6
Promouvoir l'intégration des données et informations dans l'ensemble des
services du secrétariat.
1.5.1.7
Mettre en œuvre des procédures pleinement documentées de vérification de
l'intégrité et de la qualité des données.
Données : accès et utilisation
1.5.1.8
Suivi saisonnier et déclaration pour les pêcheries de la CCAMLR
1.5.1.9
Services d'informations et publications en ligne, y compris le Bulletin
statistique, le SIG, les fiches de métadonnées et de données de la CCAMLR.
1.5.1.10 Aviser et répondre aux besoins des utilisateurs de données, y compris les
collaborateurs et partenaires internationaux, à l'égard de l'accès et de
l'utilisation des données, de l'analyse des données et de leur déclaration, et des
informations sur les normes des données et leur documentation.
244
1.6
Service informatique
Le service de technologie de l'information et de la communication (TIC) est chargé de
l'acquisition et la maintenance d'une infrastructure de technologie de l'information et de la
communication qui soit fiable, d'un bon rendement qualité-prix et sûre pour faire face aux
besoins du fonctionnement du secrétariat. Ce service regroupe la gestion des infrastructures
informatiques et de communication, l'administration et le soutien technique des applications et
l'assistance, notamment en ce qui concerne les besoins de formation liés à l'informatique au
sein du secrétariat.
1.6.1 Objectif : Offrir aux parties prenantes des produits et des services axés sur la
TIC 4 qui soient efficaces, robustes et adaptables.
Tâches :
Systèmes et applications de travail
1.6.1.1
Appliquer et maintenir des systèmes TIC intégrés qui fournissent les services
requis à toutes les parties prenantes.
1.6.1.2
Garantir l'utilisation efficace et efficiente des systèmes TIC par une formation
ciblée au développement de la TIC.
1.6.1.3
Intégrer des systèmes TIC pour optimiser les pratiques de travail.
1.6.1.4
Améliorer les services en ligne pour le personnel et les consommateurs
externes en utilisant des systèmes modernes.
1.6.1.5
Automatiser les processus d'entrée des informations et de notifications
pertinentes pour rehausser l'efficacité et les services pour les utilisateurs finaux.
Gestion de l'information
4
1.6.1.6
Maintenir les normes, les procédures et les systèmes de stockage des
informations du secrétariat.
1.6.1.7
Renforcer la gestion des connaissances dans l'ensemble du secrétariat par des
règles et pratiques bien définies pour l'utilisation des systèmes.
1.6.1.8
Adopter des processus et des normes de pratiques exemplaires pour sécuriser
les ressources documentaires du secrétariat.
1.6.1.9
Gérer et classifier les informations en fonction de leur valeur et des exigences
réglementaires.
Le terme TIC (Technologie de l'information et de la communication) est interchangeable avec le terme IT
(Technologie de l'information). L'utilisation du terme TIC, devenue plus fréquente, découle de la fusion de la
communication téléphonique traditionnelle avec les techniques générales informatiques et de réseaux
245
Tendances et technologies émergentes
1.6.1.10 Appliquer des technologies assurant un accès efficace et efficient aux systèmes
et aux services de TIC par le personnel.
1.6.1.11 Gérer le matériel et le logiciel de TIC par des règles approuvées qui
contiennent un cycle de vie défini et documenté s'alignant sur un plan de
gestion des biens.
1.6.1.12 Rechercher et appliquer des services vocaux et de données qui soient robustes,
adaptables et sécurisés.
1.6.1.13 Employer un approvisionnement en matériel et des pratiques opérationnelles
correspondantes qui soient écologiques.
Gouvernance
1.6.1.14 Alignement continu des systèmes TIC, ainsi que des services et du budget
correspondant avec les directions stratégiques et opérationnelles du secrétariat.
1.6.1.15 Ajuster le modèle de gouvernance de la TIC pour incorporer les règles et
procédures métier validant les activités avec des paramètres et des mesures de
performance.
Infrastructure et technologie
1.6.1.16 Gestion des prestataires de services dans le domaine de l'infrastructure et la
technologie TIC.
1.6.1.17 Transparence dans le suivi et la déclaration pour garantir l'imputabilité des
ressources de la TIC. Mettre en place et contrôler les processus de pratique
exemplaire de gestion des services de TIC pour garantir que les niveaux requis
de service puissent être atteints.
But No 2 : Faciliter la communication et la collaboration entre les Membres et autres
parties prenantes par la dissémination efficace d'informations, l'éducation, l'échange
d'informations et le renforcement des capacités.
2.1
Service Communication
Le service Communication a pour rôle principal d'offrir un soutien logistique et technique
dans le fonctionnement de la Commission dans ses quatre langues officielles. Dans ce rôle, le
service Communication offre un soutien professionnel en matière de traduction et
d'interprétariat à la réunion annuelle de la Commission, y compris la traduction des rapports
pertinents et de la documentation les concernant de la Commission, du Comité scientifique et
de leurs organes subsidiaires. Le service Communication est responsable de l'élaboration et de
246
la mise en œuvre de la stratégie de communication du secrétariat visant à rehausser le profil
de la CCAMLR à l'échelle locale et internationale, en coordonnant la gestion de l'information
au sein du secrétariat et en gérant les publications et autres ressources documentaires
pertinentes.
2.1.1 Objectif : Offrir un service professionnel de communication et de promotion en
soutien au partage du savoir entre les membres de la CCAMLR et à une familiarisation
avec les initiatives de la CCAMLR visant à la conservation des ressources marines
vivantes de l'Antarctique.
Tâches :
Soutien administratif et logistique en matière de communication
2.1.1.1
Gestion et suivi efficaces des besoins du secrétariat en matière de personnel, de
budget, d'équipement et d'autres ressources.
2.1.1.2
Soutien logistique et administratif efficace à la Commission, au Comité
scientifique et aux organes subsidiaires, entre autres concernant la préparation
et l'organisation des réunions.
2.1.1.3
Mise en œuvre de la stratégie de gestion de contenu adoptée par le secrétariat
(= Intranet).
2.1.1.4
En collaboration avec le service informatique, formation interne pour renforcer
la capacité du personnel à apporter de nouvelles informations dans le site Web
de la CCAMLR.
Relations publiques, échange d'informations et renforcement des capacités
2.1.1.5
Relation avec les Membres, si nécessaire, pour garantir que la communication
et l'échange d'informations s'alignent bien sur le rôle de la CCAMLR.
2.1.1.6
Élaboration et suivi d'une stratégie de communication avec les parties
prenantes externes, y compris les relations publiques, promotion et éléments de
l'échange d'informations.
2.1.1.7
Maintien et administration du contenu du site Web de la CCAMLR au niveau
des meilleures pratiques de portail d'informations pour les Membres et le
public.
2.1.1.8
Maintien d'une liste des contacts médias.
2.1.1.9
Élaboration d'un plan concernant les médias pour les réunions annuelles.
2.1.1.10 Préparation et dissémination de communiqués de presse périodiques autorisés
visant à promouvoir les accomplissements de la CCAMLR.
247
2.1.1.11 Préparation et téléchargement des communiqués décrivant les activités de la
CCAMLR et autres questions relatives à l'Antarctique et aux pêcheries de
l'océan Austral.
2.1.1.12 Dissémination d'informations sur les possibilités offertes aux professionnels de
membres de la CCAMLR en début de carrière de compléter leurs études ou de
gagner de l'expérience dans des domaines en rapport avec la CCAMLR.
Service Bibliothèque
2.1.1.13 Mettre en place et appliquer une stratégie pour la gestion des publications
papier qui sont actuellement détenues par le secrétariat.
Publications
2.1.1.14 Offrir le service éditorial de la CCAMLR pour garantir la production
opportune et professionnelle des publications de la CCAMLR.
2.1.1.15 Maintien et mise à jour des styles, formats et lignes directrices liées aux
publications lorsque cela s'avère nécessaire.
2.1.1.16 Préparation du calendrier annuel des publications.
2.1.1.17 Évaluation de l'accessibilité des publications de la CCAMLR.
2.1.1.18 Distribution et archivage de publications éditées et mises en page
professionnellement, en version électronique ou papier.
2.1.1.19 Traitement, distribution et archivage des circulaires, des documents de réunion
de la Commission, du Comité scientifique et des organes subsidiaires,
conformément aux procédures adoptées.
2.1.2 Objectif : Offrir un service de traduction de haute qualité dans les quatre langues
officielles de la Convention à la mesure de la large participation aux travaux de la
Commission.
Tâches :
248
2.1.2.1
Offrir un service de traduction de haute qualité, afin de produire dans les quatre
langues officielles de la Commission, des communications, documents et
publications spécifiques de la Commission et du Comité scientifique à moindre
coût et en temps voulu.
2.1.2.2
Encourager la participation aux débats et les prises de décision bien informées
par la Commission et le Comité scientifique, par la promotion de l'échange et
la communication d'informations multilingues.
2.1.2.3
Maintenir des pratiques de traduction optimales s'alignant sur celles d'agences
de l'ONU, d'autres organisations internationales et d'organes d'accréditation
nationaux.
2.1.2.4
Encourager la transparence au sein de la CCAMLR et promouvoir ses travaux
dans un contexte mondial.
2.1.2.5
Répondre aux attentes linguistiques de tous les services du secrétariat, en
fonction des besoins.
2.1.2.6
Offrir un service de traduction simultanée de haute qualité aux réunions
annuelles de la Commission.
2.1.2.7
Appliquer et revoir périodiquement des pratiques de traduction qui fassent
partie intégrante de la stratégie de communication du secrétariat.
Cadre de collaboration interne
Le secrétariat de la CCAMLR est formé d'une équipe multidisciplinaire associant des
connaissances, des compétences et des responsabilités spécifiques diverses qui sont utilisées
dans un travail en collaboration visant un même objectif. Aucun secteur du secrétariat ne
travaille en isolation – les informations et les connaissances sont partagées, les activités sont
coordonnées et les enseignements sont examinés pour que la capacité du secrétariat à
répondre aux priorités des Membres soit constamment renforcée.
Suivi et évaluation
Contrôler l'accomplissement des tâches d'intersession allouées au secrétariat tout au long de
l'année présente une occasion d'évaluer régulièrement la performance du secrétariat. La
principale occasion donnée aux Membres d'évaluer la performance du secrétariat se présente
lors de la réunion ordinaire annuelle. À cette fin, le secrétariat présente une matrice des
résultats et des accomplissements liés aux stratégies décrites dans le présent plan stratégique à
chaque session de la Commission, du Comité scientifique et des organes subsidiaires. Sur la
base des réponses reçues et des accords passés sur les nouvelles questions que devra résoudre
le secrétariat, le plan stratégique peut être révisé périodiquement.
Un plan stratégique révisé, pour la période à compter de 2018, sera soumis aux Membres à la
réunion annuelle 2018 de la Commission. Cette révision pourrait être simplement une version
améliorée de ce plan stratégique.
249
Service exécutif
Science
• Soutien scientifique
administratif et
logistique
• Synthèse et analyse
des données et
informations
scientifiques
Données
• Soutien
logistique et
administratif au
traitement des
données
• Systèmes de
données
• Données : accès
et utilisation
•
•
•
Politiques et procédures internes
Représentation et liaison
Coordination
Finances et
administration
Technologie de
l'information et de
la communication
Communication
Suivi et conformité
des pêcheries
• Personnel
• Finances et
administration
• Systèmes de
travail
• Gestion de
l'information
• Tendances et
technologies
émergentes
• Gouvernance
• Infrastructure et
technologie
• Soutien administratif
et logistique en
matière de
communication
• Gestion et
dissémination de
l'information
• Relations publiques,
échange d'informations et renforcement
des capacités
• Service Bibliothèque
• Publications
• Service de
Traduction
• Soutien administratif
et logistique en
matière de
conformité
• Service de suivi et
service technique
en matière de
conformité
Supplément 1
Stratégie salariale et de dotation en personnel de la CCAMLR (2015–2018)
Introduction
En 2013, la Commission a approuvé une proposition de révision du plan stratégique 2012–
2014 (CCAMLR-XXXII, annexe 7, paragraphe 6). Cette évaluation offre une occasion de
réviser également la stratégie salariale et de dotation en personnel associée au plan stratégique
2012–2014 et de l'aligner sur le plan stratégique pour la nouvelle période de 2015–2018.
Stratégie salariale et de dotation en personnel (2015–2018)
Objectif : Une dotation en personnel permettant au secrétariat de la CCAMLR d'assurer ses
prestations selon les pratiques exemplaires, conformément à son plan stratégique et
s'inscrivant dans un budget à croissance réelle nulle pour la Commission pour la période
2015–2018.
Champ d'application : Cette stratégie s'applique à tout le personnel employé par le
secrétariat de la CCAMLR.
Conformité avec la législation nationale : En vertu de l'Accord de siège entre la CCAMLR
et le gouvernement australien, dans le cadre de ses activités officielles, la Commission, son
personnel et ses biens jouissent d'immunité judiciaire sauf exceptions (Articles 5(2) et 5(3), 8,
9, 10, 16, 17). En dehors de ces exceptions, les activités de la Commission sont régies par la
législation australienne (Article 5(1)). En conséquence, la CCAMLR n'est pas exempte du
droit du travail australien. Un bilan périodique sera réalisé pour garantir la conformité et la
cohérence entre le secrétariat de la CCAMLR et la politique et la pratique du travail en
Australie.
Administration : La Commission approuve l'organigramme du personnel du secrétariat de la
CCAMLR (Article XVII). Au nom de la Commission, le secrétaire exécutif gère le personnel
conformément au Statut du personnel de la CCAMLR et aux décisions de la Commission. Le
Statut du personnel, avec les contrats de travail individuels, prévoit les principes
fondamentaux de l'emploi, règle les relations de travail et établit les droits et responsabilités
de tous les employés du secrétariat nommés officiellement. La présente stratégie salariale et
de dotation en personnel est à lire avec le Statut du personnel, les contrats de travail et les
dispositions de l'Accord de siège.
C'est au secrétaire exécutif qu'il incombe de mettre en œuvre la stratégie salariale et de
dotation en personnel et d'en rendre compte. La Commission, par le biais du Comité
permanent sur l'administration et les finances (SCAF), est chargée de son évaluation
périodique.
251
Organigramme : La figure 1 du supplément 2 présente l'organigramme qui permettra de
mettre en œuvre le plan stratégique pour 2015–2018, tel qu'approuvé par la Commission.
Classification du personnel : La Commission emploie trois catégories de personnel i) les
cadres internationaux, ii) les services généraux et iii) le personnel temporaire (Statut du
personnel, articles 4 et 11). Le classement des cadres internationaux et du personnel des
services généraux est décrit dans une grille de classification des emplois (JCS pour Job
Classification System) gérée par le secrétariat. Cette grille représente les deux arrangements
relatifs à la dotation en personnel au secrétariat de la CCAMLR. Les accords concernant les
cadres internationaux sont fondés sur ceux de la Commission de la fonction publique
internationale (CFPI) des Nations Unies. La classification du personnel des services généraux
est fondée sur les normes et les classifications des postes applicables dans la fonction
publique australienne.
Recrutement du personnel : Le secrétaire exécutif rendra public tous les postes qui se
libéreraient au secrétariat. Un comité de sélection, auquel pourrait participer du personnel
externe au secrétariat, disposant des qualifications et des compétences nécessaires pour
donner des conseils sur la sélection d'un employé, sera nommé par le secrétaire exécutif.
L'aptitude à occuper un poste sera évaluée de façon transparente et en tenant compte i) du
caractère international de la Commission, ii) des exigences du poste selon la définition des
fonctions correspondantes, iii) des qualifications, de l'expérience, des qualités et compétences
des candidats, iv) des lettres de recommandation et v) d'autres sources d'informations
concernant les aptitudes des candidats.
Qualités et compétences personnelles : Le secrétariat de la CCAMLR cherche à attirer et
retenir un personnel qui, par ses compétences et ses qualités :
Obtient des résultats :
•
•
•
•
•
Contribue aux capacités et au dynamisme de l'organisation
Soutient la coordination et le travail en réseau
S'adapte au changement et gère l'incertitude
S'engage à travailler jusqu'à obtention des résultats
Applique et accumule l'expertise professionnelle, technique et administrative voulue.
Cultive des relations de travail productives :
252
•
Apprécie les différences et la diversité
•
Développe et maintient des relations, des partenariats et des réseaux
efficaces tant internes qu'externes
•
Écoute, comprend et reconnaît les autres
•
Encourage l'apprentissage, partage les enseignements tirés et soutient et
guide les autres.
Communique efficacement :
•
•
•
•
•
Écoute, comprend et s'adapte à son public
Négocie de manière persuasive
Communique de manière claire et concise
Se tient informé et informe les autres
Participe aux efforts de conciliation des opinions divergentes.
Démontre détermination et intégrité :
•
Fait preuve d'une connaissance de soi et s'engage à son développement
personnel
•
Adopte un comportement éthique et accepte les conséquences de ses actes
•
Encourage et adopte une attitude positive et équilibrée vis-à-vis du travail
•
Démontre initiative et détermination face aux résultats, aux opportunités et
aux défis se présentant au travail.
Concourt à la pensée stratégique :
•
•
•
•
Se concentre sur les points stratégiques
Tire parti des informations et saisit les occasions offertes
Démontre entendement, intelligence et bon sens
Se rallie à un même objectif et une même direction.
Durée d'un mandat : Le personnel des services généraux est nommé au départ pour un
mandat de trois ans. Sous réserve d'une évaluation satisfaisante des capacités, et des besoins
de la Commission, ce mandat peut être renouvelé indéfiniment/sur une base permanente.
Les cadres internationaux, autres que le secrétaire exécutif (voir ci-dessous), sont nommés
pour un premier mandat de quatre ans. Sous réserve d'une évaluation satisfaisante des
capacités, et des besoins de la Commission, leur mandat peut être renouvelé pour une autre
période de quatre ans 1. À la fin de ces deux mandats, un avis de vacance du poste doit être
publié. Le titulaire du poste est habilité à postuler.
Le mandat du secrétaire exécutif est d'une durée initiale de quatre ans, renouvelable une fois.
Le personnel temporaire est embauché pour un travail déterminé généralement à court terme.
Augmentation annuelle des salaires : Les membres du personnel reçoivent des
augmentations annuelles sur la base d'échelons de rémunération. Les augmentations cessent
une fois que le membre du personnel concerné a atteint l'échelon le plus élevé de son grade.
1
Les titulaires actuels sont employés en contrats illimités. La disposition concernant les quatre ans sera
applicables à leurs remplaçants (voir CCAMLR-XXXI, annexe 7, paragraphe 5).
253
Promotion : La promotion des cadres à un grade supérieur doit être approuvée au préalable
par la Commission. Sous réserve de restrictions budgétaires, le secrétaire exécutif est habilité
à réviser la classification individuelle du personnel des services généraux 2.
Évaluation de la performance : La performance des employés est évaluée tous les six mois
sur la base du Système de gestion et d'évaluation de la performance de la CCAMLR (PMAS
pour Performance Management Appraisal System). Tout au long du cycle annuel, un échange
continuel d'informations dans les deux sens est encouragé entre le personnel et son supérieur
sur la réalisation des principaux critères de performance, la modification de ces critères ou
l'ajout d'un nouveau critère et les discussions générales relatives à la performance. Le PMAS
est fondé sur i) la description des fonctions du poste évalué et ii) les principaux critères de
performance qui englobent l'état d'avancement des programmes de travail individuels et les
qualités et compétences démontrées.
Élargissement des plages salariales : Le secrétariat de la CCAMLR a recours à une structure
de plages salariales pour les services généraux : grades 3/4 (7 échelons), 4/5 (8 échelons), 5/6
(8 échelons) et 7/8 (6 échelons). Les augmentations cessent dès qu'un membre du personnel a
atteint le dernier échelon de son grade le plus élevé. Concernant les postes des cadres
internationaux, les augmentations se limitent aux échelons du grade de nomination,
conformément à l'article 1.5.2 du Statut du personnel.
Formation professionnelle : Le secrétariat de la CCAMLR offre des possibilités de
développement personnel et de formation professionnelle à tout le personnel dans le cadre
d'un programme de formation convenu, dont le coût a été établi et qui a été prévu au budget.
Évaluation
La mise en œuvre de cette stratégie salariale et de dotation en personnel fera l'objet d'un
compte rendu évalué chaque année par le SCAF.
2
CCAMLR-XXI, paragraphe 3.16.
254
Supplément 2
Structure du personnel et coût associés pour le secrétariat de la CCAMLR (2015–2018)
Introduction
Les coûts de personnel sont déterminés par :
• la structure des effectifs (le nombre de postes faisant l'objet d'un financement)
• la classification de chaque poste
• les échelons et indemnités associés à chaque classification de poste.
Cet appendice à la stratégie salariale et de dotation en personnel récapitule les conditions
d'emploi au secrétariat de la CCAMLR, la structure du personnel et les coûts de personnel
prévus dans le plan stratégique 2012–14 et la structure du personnel et les coûts estimés pour
la période 2015–2018.
Classification et échelles salariales
Dispositions du Statut du personnel et des contrats de travail de la CCAMLR
L'article 1.4 du Statut du personnel 1 du secrétariat prévoit deux catégories de personnel : les
cadres internationaux et le personnel des services généraux. En outre, la section 5 prévoit
l'embauche de personnel temporaire sous contrat. Le Statut décrit les salaires et autres
rémunérations offertes au personnel du secrétariat de la CCAMLR. Les conditions d'emploi
sont décrites dans un contrat de travail s'alignant sur le Statut du personnel 2.
Les postes des cadres internationaux sont classés conformément au système de classification
des Nations Unies administré par la CFPI. En tant qu'agence accréditée, le secrétariat de la
CCAMLR a accès à un site Web sécurisé renfermant le système d'évaluation des postes de la
CFPI (http://icsc.un.org/). Ce système est utilisé pour les besoins de la classification des
postes des cadres au secrétariat.
1
2
Le Statut du personnel de la CCAMLR a été adopté officiellement à la première réunion de la Commission
en 1982. L'article 1.4 prévoit deux classifications de personnel : les cadres Internationaux et les services
généraux. Les quatre postes actuels désignés postes de cadres internationaux au sein du secrétariat doivent
être recrutés à l'échelle internationale parmi les membres de la CCAMLR. Les membres du personnel des
services généraux sont recrutés en Australie parmi les ressortissants des Membres de la Commission. Le
Statut décrit la base des salaires et autres rémunérations applicables au personnel du secrétariat. Le contrat de
travail du personnel du secrétariat de la CCAMLR définit le barème de salaires applicable à savoir, dans le
cas d'un employé des services généraux, la grille salariale de la fonction publique australienne applicable à la
classification et à l'échelon en vigueur au 30 juin 1998 avec une augmentation annuelle liée à l'indice des prix
à la consommation annoncé par le Bureau australien des statistiques. Dans le cas des cadres internationaux, il
s'agit du barème qui s'applique aux fonctionnaires du secrétariat des Nations Unies employés en Australie, ou
de toute autre grille salariale convenue par la Commission.
Voir CCAMLR-XXIII/37 et CCAMLR-XXIII, annexe 4, paragraphe 5.
255
Les postes du personnel des services généraux au secrétariat de la CCAMLR ont été classés
en 1998 sur la base du système de classification de la fonction publique de l'Australie (APS).
Cette classification est revue périodiquement par la Commission3.
Ces dix dernières années, les agences gouvernementales australiennes se sont éloignées des
accords centralisés concernant le personnel en vigueur dans les années 1990 pour adopter des
accords d'entreprise négociés périodiquement par chaque agence. Alors qu'ils sont largement
basés sur l'APS, les accords du secrétariat de la CCAMLR ne s'alignent pas entièrement sur
l'APS ou sur d'autres agences, telles que l'Australian Antarctic Division (AAD) basée à
Hobart, identifiée comme étant une agence comparable à la CCAMLR en 2003/04 4.
Le degré d'alignement de la CCAMLR avec l'agence locale comparable est influencé par
divers facteurs tels que le fait que la CCAMLR gère un système hybride de personnel (CFPI
et APS), comprenant du personnel international, et que le personnel de la CCAMLR est traité
de différentes manières en vertu de la législation fiscale australienne.
L'article 2.1 du Statut du personnel de la CCAMLR indique que l'échelle des salaires des
membres du personnel de la catégorie des cadres internationaux est établie en dollars
américains en fonction des échelles de salaires correspondantes applicables aux cadres du
secrétariat des Nations Unies employés en Australie. L'article 2.1 indique également que le
type d'indemnités auxquelles ont droit les membres du personnel de la catégorie cadre
correspond, en principe, à celles en vigueur aux Nations unies, correspondant aux échelles
correspondantes d'indemnités applicables aux cadres non australiens du secrétariat de l'ONU
en Australie. Ainsi, seuls les salaires des cadres internationaux sont exposés aux fluctuations
du taux de change.
En vertu de l'article 1.5.1 du Statut du personnel de la CCAMLR, les membres du personnel
de la catégorie services généraux sont, en principe, payés aux taux en vigueur à Hobart
appliqués au personnel de qualifications et d'expérience équivalentes.
L'article 1.5.3 du Statut du personnel de la CCAMLR prévoit que les membres du personnel
reçoivent des augmentations annuelles. Les augmentations cessent une fois que le membre du
personnel atteint l'échelon le plus élevé de son grade.
Le secrétaire exécutif peut effectuer deux mandats de quatre ans, alors que les contrats du
reste du personnel peuvent être à durée soit illimitée soit limitée 5.
Structure des effectifs
La mise en œuvre du plan stratégique 2015–2018 s'appuie sur un effectif de 25 employés
(figure 1).
3
4
5
La dernière fois ayant été en 2006 ; voir le Statut du personnel de la CCAMLR
(www.ccamlr.org/node/75270).
CCAMLR-XXII/46.
En fonction de l'article 5.9 du Statut du personnel, et d'une évaluation annuelle de la performance, le
personnel est employé en contrat à durée illimitée/continue ou temporaire.
256
La description des fonctions de chaque poste associé à la nouvelle structure du personnel est
disponible sur demande auprès du secrétariat.
Classification des emplois
Le système de classification des emplois (JCS pour Job Classification System) révisé de la
CCAMLR a été adopté en 2012 6 et sera applicable pour la période 2015–2018.
L'échelon de base de chaque poste prévu au secrétariat de la CCAMLR et la répartition du
personnel dans les diverses plages salariales, à partir de septembre 2014, sont donnés au
tableau 1 a).
L'échelon de base de chaque poste dans la structure du personnel associée au plan stratégique
en 2015–2018 est basé sur le système révisé de classification des emplois présenté au
tableau 1 b).
Tableau 1 a) : Structure du personnel de la CCAMLR
selon le plan stratégique 2012–14 (septembre 2014).
Échelon
GS
1-2
3
4
5
6
EL1
EL2
Sous-total
CFPI
P3
P4
P5
D1
Sous-total
Total
6
# personnel
De base
Actuel
0
3
5
5
6
3
0
22
0
2
4
5
6
2
1
20
1
2
0
1
4
26
1
1
1
1
4
24
Tableau 1 b) : Plan stratégique (2015–2018) de
répartition des échelons dans l'organigramme.
Échelon
GS
1-2
3
4
5
6
EL1
EL2
Sous-total
CFPI
P3
P4
P5
D1
Sous-total
Total
# personnel
De base
Actuel
0
2
6
4
6
3
0
21
0
2
6
4
6
1
2
21
1
2
0
1
4
25
1
1
1
1
4
25
CCAMLR-XXII/46 se réfère aux normes relatives aux niveaux des postes (WLS pour Work Level Standard)
du secrétariat de la CCAMLR et au Système de classification des postes et barème des salaires. Le WLS ne
s'applique qu'aux postes du personnel des services généraux. Avec l'assistance d'un expert de l'AAD, une
révision du WLS en place à l'AAD a été entreprise en 2011. Grâce à cela, un système de classification des
emplois (JCS pour Job Classification System) de la CCAMLR a pu être préparé. Il est disponible, en anglais
uniquement, sous la forme d'un document administratif du secrétariat. Le secrétaire exécutif est habilité à
réviser la classification individuelle du personnel des services généraux (GS pour General Services)
(CCAMLR-XXI, paragraphe 3.16).
257
Élargissement des plages salariales
Un élargissement des plages salariales a été adopté dans la stratégie salariale de 2012 pour les
services généraux : grades 3/4 (7 échelons), 4/5 (8 échelons), 5/6 (8 échelons) et 7/8
(6 échelons). Les augmentations cessent dès qu'un membre du personnel atteint le dernier
échelon de son grade le plus élevé. Concernant les postes des cadres, les augmentations se
limitent aux échelons du grade de nomination, conformément à l'article 5.5 du Statut du
personnel.
Autres considérations budgétaires liées au personnel
Ajustement annuel
Le contrat du personnel de la CCAMLR prévoit un ajustement annuel lié à l'indice des prix à
la consommation (IPC) pour les salaires du personnel des services généraux, en plus de
l'avancement annuel d'un échelon.
L'IPC en Australie, publié par le Bureau australien des statistiques (www.abs.gov.au), se
situait entre 2,0% et 3,6% chaque année (2,47% en moyenne) ces sept dernières années 7.
Augmentation des salaires :
Le Statut du personnel de la CCAMLR prévoit un avancement annuel d'un échelon
(Article 1.5.3b) :
« l'employé progresse d'un échelon salarial à chaque date anniversaire de l'entrée en
fonction jusqu'à l'échelon maximal de la classification applicable conformément à la
stratégie salariale et de dotation en personnel de la CCAMLR. »
L'augmentation d'un échelon à l'autre, dans la structure salariale actuelle de la CCAMLR est
d'environ 3% pour le personnel des services généraux et de 2% pour les cadres internationaux.
Cette réglementation est appliquée dans le contrat de travail du personnel.
Prestataires de services externes
Il est d'usage à la CCAMLR d'inclure le coût des prestataires de services externes à contrat
périodique dans le poste Personnel du budget. Il s'agit en général du soutien additionnel
apporté au service de traduction pendant les réunions.
7
2004 : 2,3% ; 2005 : 2,5% ; 2006 : 3,6% ; 2007 : 2,2% ; 2008 : 2,4% ; 2009 : 2,3% ; 2010 : 2% ; 2011 : 3% ;
2012 : 2,2% et 2013 : 2,7%.
258
Formation et renforcement des capacités
Depuis de nombreuses années, dans le budget de la Commission, le poste de Renforcement
des capacités et Formation est un poste ordinaire, indépendant des coûts de personnel.
Estimation des coûts
L'estimation des coûts sur laquelle repose la stratégie salariale et de dotation en personnel de
2015–2018 est basée sur :
• les tranches salariales applicables dans l'APS et la CFPI pour les plages salariales
existantes au secrétariat de la CCAMLR sont applicables aux postes de la
CCAMLR
• les augmentations annuelles de salaires applicables dans les regroupements de
grades 8
• un ajustement annuel pour tout le personnel des services généraux sur la base de
l'IPC publié par le Bureau australien des statistiques
• un niveau limité de formation et de renforcement des capacités du personnel,
chaque année
• les heures supplémentaires du personnel des services généraux et des prestataires de
services externes sous contrat suivent les tendances amorcées les années
précédentes 9.
Relativement aux coûts associés au maintien de la dotation en personnel pendant la période
2012–2014, les accords proposés associés au plan stratégique du secrétariat pour la période
2015–2018 représenteraient une hausse potentielle des coûts de 12,6% sur la projection de
quatre ans de l'estimation des coûts pour 2014 (3,2% de hausse pour 2015, 3,2% en 2016,
3.2% en 2017 et 3,0% en 2018).
En raison de facteurs externes indépendants du contrôle du secrétariat, tels que l'IPC 10 et les
fluctuations anormales du taux de change, le secrétariat continuera d'explorer les moyens
d'accroître l'efficacité et de réduire les coûts, lors de l'application de ces accords.
8
9
10
À des fins budgétaires, les coûts incorporent une augmentation pour tout le personnel qui n'a pas encore
atteint le dernier échelon du grade au-dessus de celui auquel il a été engagé. Plus aucune augmentation n'est
possible au-dessus du grade EL1, échelon 30.
Sur la base de CCAMLR-XXXIII avec adoption des recommandations de l'évaluation des services de
traduction (voir CCAMLR-XXXIII/05).
Les ajustements dus à l'IPC ont une incidence sur le fonds de cessation de service du personnel et les
contributions à la caisse de retraite.
259
Service exécutif
Secrétaire
ICSCD1
Directeur
scientifique
ICSCP4
Analyste des
pêcheries et
de
l'écosystème
GS6
Coordinateur
du
programme
d'observateurs
scientifiques
GS6
Responsable
du soutien
scientifique
GS4
Directeur
des données
ICSCP4
Responsable de
l'administration
des données
GS4
Assistante
aux
données
GS3
Figure 1 :
Directeur de
l'administration
et des finances
ICSCP3
Aidecomptable
GS4
Secrétaire :
administration
GS3
Directrice des
services de
communication
GSEL1
Directeur
informatique
GSEL1
Directrice du
suivi des
pêcheries et
de la
conformité
GSEL1
Coordinateur d'une
équipe de
traduction (3)
GS6
Analyste
fonctionnel
GS6
Responsable
des
publications
GS4
Coordinatrice
des
communications
GS4
Structure du personnel associée au plan stratégique (2015–2018).
Coordinatrice
de la
conformité
GS4
Traducteur (4)
GS5
Supplément 3
Échelle salariale de la catégorie des services généraux (à partir de septembre 2014)
Grade
Échelon
1
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
2
3
4
5
6
7
8
40 746 AUD
41 967 AUD
43 227 AUD
44 524 AUD
45 860 AUD
47 235 AUD
48 651 AUD
50 111 AUD
51 613 AUD
53 162 AUD
54 757 AUD
56 397 AUD
58 091 AUD
59 835 AUD
61 630 AUD
63 478 AUD
65 384 AUD
67 342 AUD
69 362 AUD
71 444 AUD
73 589 AUD
75 796 AUD
78 069 AUD
80 410 AUD
82 822 AUD
85 305 AUD
87 867 AUD
90 505 AUD
93 218 AUD
96 017 AUD
261
Barème des salaires de la CFPI
Le barème des salaires des catégories des administrateurs et des fonctionnaires de rang
supérieur comprend cinq classes d'administrateurs (P-1 à P-5) et deux classes de directeurs
(D-1 et D-2), ainsi que les rangs de sous-secrétaire général et de secrétaire général adjoint
dans certaines organisations et de sous-directeur général et de directeur général adjoint dans
d'autres. Ce barème (montants bruts et montants nets) est appliqué uniformément, dans le
monde entier, par toutes les organisations qui appliquent le régime commun. Le salaire net de
base est obtenu en déduisant l'impôt du personnel du salaire de base brut.
Un ajustement des postes (août 2014 : 62,2% pour l'Australie) est ajouté au salaire net pour
calculer la rémunération des cadres internationaux.
Le barème des salaires applicable depuis le 1er janvier 2014
sous : http://www.un.org/Depts/OHRM/salaries_allowances/salary.htm.
262
est
disponible
Appendice II
Budget révisé pour l'exercice clos le 31 décembre 2014
Revenus
Contributions des Membres :
fonds général
Contributions spéciales des
Membres
Intérêts
Imposition du personnel
Transf. entre fonds – CS compris
Ventes (marquage)
Revenus divers
Total des revenus
Dépenses
Salaires et indemnités
Équipement
Assurance et maintenance
Formation
Services et équip. de réunion
Déplacements
Impression et photocopie
Communication
Frais divers
Location/CMV
Dépenses totales
Excédent/(Déficit)
er
Fonds
général
adopté
2013
Fonds
général
révisé
AUD
AUD
Fonds d'actions
Fonds spéciaux
Fonds
Fonds
Fonds
Réserve
rempla- notif. de remplacement
cement
projets
des biens de pêche personnel
AUD
3 272 000 3 272 000
AUD
AUD
AUD
Total
Observateur
VMS
SDC
Conformité
AMP
Pour la
science
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
Applica- Capacité CEMP
tion des sc. gén.
règles
AUD
AUD
AUD
AUD
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0 3 272 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
160 000 150 000
465 000 475 000
150 000
90 000
30 000
30 000
378 000 376 000
4 455 000 4 393 000
0
0
0
0
25 000
25 000
0
0
0
0
172 800
172 800
0
0
0
0
0
0
5 000
0
0
0
0
5 000
620
0
0
0
0
620
8 000
0
0
0
0
8 000
1 100
0
0
0
0
1 100
2 500
0
0
0
0
2 500
0
0
50 000
0
0
50 000
500
0
0
0
0
500
0
0
0
0
0
0
4 300
172 020
0
475 000
0
50 000
0
30 000
0
673 800
4 300 4 672 820
3 104 000 3 104 000
200 000 170 000
210 000 210 000
15 000
15 000
320 000 330 000
150 000 150 000
21 000
21 000
38 000
38 000
140 000 140 000
403 000 400 000
4 601 000 4 578 000
0
0
0
0
5 444
0
0
0
0
0
5 444
172 800
0
0
0
0
0
0
0
0
0
172 800
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
5 000
0
5 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
16 000
0
16 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
30 000
0
0
0
0
30 000
0 3 276 800
0
170 000
0
210 000
0
15 000
0
335 444
0
180 000
0
21 000
0
38 000
0
161 000
400 000
0 4 807 244
19 556
0
0
5 000
5 000
620
1 100
2 500
50 000
500
0
(146 000) (185 000)
0
0
(90 000)
0
100 000
10 000
(8 000)
(30 000)
4 300
0
(134 424)
Solde au 1 janvier 2014
622 235
941 283 237 455
363 920
135 846
205 000
124 955
15 679 200 643 29 107
63 770
0
13 277
235 157 108 187 2 674 279
Solde au 31 décembre 2014
476 235
756 283 257 011
363 920
135 846
210 000
129 955
16 299 192 643 30 207
66 270
50 000
13 777
205 157 112 487 2 539 855
Appendice III
Projet de budget pour l'exercice clos le 31 décembre 2015
Fonds
général
AUD
Revenus
Contributions des Membres :
fonds général
Contributions spéciales des
Membres
Intérêts
Imposition du personnel
Transferts entre les fonds
Ventes (marquage)
Revenus divers
Fonds d'actions
Fonds spéciaux
Fonds
Fonds
Fonds
Réserve
rempla- notif. de remplacement projets de cement
des biens
pêche
personnel
AUD
AUD
AUD
AUD
Total
Observateur
VMS
SDC
Conformité
AMP
Pour la
science
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
Applica- Capacité
tion des sc. gén.
règles
AUD
AUD
CEMP
AUD
AUD
3 272 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3 272 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
157 000
480 000
90 000
30 000
386 000
0
0
0
0
30 000
0
0
0
0
252 000
0
0
0
0
0
3 300
0
0
0
0
400
0
0
0
0
4 200
0
0
0
0
800
0
0
0
0
400
0
0
0
0
0
0
0
0
0
400
0
0
0
0
2 000
0
0
0
0
3 000
0
0
0
0
171 500
480 000
0
30 000
758 000
4 415 000
30 000
252 000
0
0
3 300
400
4 200
800
400
0
400
2 000
3 000
4 711 500
3 130 000
0
252 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3 382 000
200 000
220 000
15 000
330 000
195 000
21 000
42 000
90 000
411 000
4 654 000
0
0
0
4 444
0
0
0
0
0
4 444
0
0
0
0
0
0
0
0
0
252 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
40 000
0
40 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
50 000
0
50 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
45 000
0
0
0
0
45 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
200 000
220 000
15 000
334 444
240 000
21 000
42 000
180 000
411 000
5 045 444
(239 000)
25 556
0
0
0
3 300
400
(35 800)
800
400
Solde au 1 janvier 2015
756 283
257 011
363 920
135 846
210 000
129 955 16 299
192 643
30 207
66 270
50 000
13 777
205 157
112 487
2 539 855
Solde au 31 décembre 2015
517 283
282 567
363 920
135 846 210 000
133 255 16 699
236 843
31 007
66 670
0
14 177
162 157
115 487
2 205 911
Total des revenus
Dépenses
Salaires et indemnités –
révision
Équipement
Assurance et maintenance
Formation
Services et équip. de réunion
Déplacements
Impression et photocopie
Communication
Frais divers
Location/CMV
Dépenses totales
Excédent/(Déficit)
er
0
0
(90 000)
0
90 000
(50 000)
400
(43 000)
3 000
(333 944)
Appendice IV
Prévisions budgétaires pour l'exercice clos le 31 décembre 2016
Fonds
général
Fonds d'actions
Fonds
Fonds
Fonds
remplanotif. de remplacement des projets
cement
biens
de pêche personnel
AUD
Revenus
Contributions des Membres : fonds
général
Contributions spéciales des
Membres
Intérêts
Imposition du personnel
Transferts entre les fonds
Ventes (marquage)
Revenus divers
Fonds spéciaux
AUD
AUD
AUD
Total
Réserve
Observateur
VMS
SDC
Conformité
AMP
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
AUD
Applica- Capacité
tion des sc. gén.
règles
AUD
AUD
CEMP
AUD
AUD
3 448 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3 448 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
160 000
497 000
90 000
30 000
397 000
0
0
0
0
30 000
0
0
0
0
252 000
0
0
0
0
0
3 300
0
0
0
0
400
0
0
0
0
4200
0
0
0
0
800
0
0
0
0
400
0
0
0
0
400
0
0
0
0
2 000
0
0
0
0
3 000
0
0
0
0
175 500
497 000
0
30 000
769 000
Total des revenus
Dépenses
Salaires et indemnités – révision
Équipement
Assurance et maintenance
Formation
Services et équipement de réunion
Déplacements
Impression et photocopie
Communication
Frais divers
Location/CMV
4 622 000
30 000
252 000
0
0
3 300
400
4 200
800
400
400
2 000
3 000
4 919 500
3 270 000
200 000
228 000
15 000
336 000
180 000
21 000
43 000
90 000
422 000
0
0
0
0
4 444
0
0
0
0
0
252 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
45 000
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3 522 000
200 000
228 000
15 000
340 444
225 000
21 000
43 000
90 000
422 000
Dépenses totales
4 805 000
4 444
252 000
0
0
0
0
0
0
0
0
45 000
0
5 106 444
(183 000)
25 556
0
0
0
3 300
400
4 200
800
400
400
Solde au 1 janvier 2016
517 283
282 567
363 920
135 846
210 000
133 255
16 699
156 843
31 007
66 670
14 177
162 157
115 487
2 205 911
Solde au 31 décembre 2016
334 283
308 123
363 920
135 846
210 000
136 555
17 099
161 043
31 807
67 070
14 577
119 157
119 487
2 018 967
Excédent/(Déficit)
er
0
0
(90 000)
0
90 000
(43 000)
3 000
(186 944)
Appendice V
Contributions 2014/2015/2016 des Membres
Contributions au fonds général – payables avant le 31 mai
(tous les montants sont en dollars australiens)
Membre
Afrique du Sud
Allemagne
Argentine
Australie
Belgique
Brésil
Chili
Chine, Rép. populaire de
Corée, Rép. de
Espagne
États-Unis
France
Inde
Italie
Japon
Namibie
Norvège
Nouvelle-Zélande
Pologne
Royaume-Uni
Russie
Suède
Ukraine
Union européenne
Uruguay
Total
Date de versement
2014
23 décembre 2013
24 avril 2014
5 août 2014 (partiel)
5 décembre 2013
8 mai 2014
16 décembre 2013
22 mai 2014
10 février 2014
9 avril 2014
26 février 2014
21 janvier 2014
26 mai 2014
23 janvier 2014
14 janvier 2014
14 mars 2014
23 avril 2014
14 février 2014
18 décembre 2013
6 mars 2014
26 mars 2014
29 janvier 2014
Solde créd. 2013 (partiel)
Contributions
2014
Contributions
prévues pour
2015
Contributions
estimatives
pour 2016
126 342
125 083
126 083
136 239
125 083
125 083
128 169
128 235
145 014
128 316
125 083
150 979
125 083
125 083
136 418
125 083
171 391
131 666
126 506
132 133
127 596
125 083
125 083
125 083
126 083
3 272 000
126 215
125 022
125 022
136 625
125 022
125 022
129 157
132 427
144 402
127 423
125 022
151 324
125 022
125 022
131 984
125 022
173 126
131 362
126 022
132 804
126 865
125 022
126 022
125 022
126 022
3 272 000
132 995
131 550
131 550
144 168
131 550
131 550
136 762
141 734
153 970
133 957
131 550
159 555
131 550
131 550
134 961
131 550
186 667
138 203
131 550
139 941
133 348
131 550
133 139
131 550
131 550
3 448 000
266
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising