Attention: rayonnement laser! - SuvaPro

Attention: rayonnement laser! - SuvaPro
Attention: rayonnement laser!
La présente publication fournit des informations sur les particularités et les dangers du rayonnement laser,
les exigences de sécurité et de santé relatives aux appareils à laser ainsi que les obligations de leurs utilisateurs
et des personnes responsables de leur mise en circulation.
La présente publication permet de se
familiariser avec la problématique de la
sécurité des lasers. Il se peut que les
explications et les interprétations proposées ne couvrent pas toujours la
totalité des situations rencontrées en
pratique. En cas de doute, il convient
d’appliquer les prescriptions de sécurité
indiquées dans les textes normatifs
mentionnés au chap. 9. N’hésitez pas
à faire part de vos remarques et
suggestions à l’auteur!
Suva
Sécurité au travail
Le modèle Suva
Renseignements
Case postale, 1001 Lausanne
Tél. 021 310 80 40 – 42
Fax 021 310 80 49
•
Commandes
Case postale, 6002 Lucerne
www.suva.ch/waswo-f
Fax 041 419 59 17
Tél. 041 419 58 51
•
regroupe la prévention, l’assurance et la
réadaptation.
Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, avec
mention de la source.
1re édition: avril 1992
Edition revue et corrigée: juin 2008
10e édition: mars 2010
Référence
66049.f
La Suva est gérée par les partenaires sociaux.
La composition équilibrée de son Conseil
d’administration, constitué de représentants
des employeurs, des travailleurs et de la
Attention: rayonnement laser!
Feuillet d’information sur les lasers
Auteur
Bruno J. Müller, secteur physique
La Suva est mieux qu’une assurance: elle
Confédération, permet des solutions
consensuelles et pragmatiques.
•
Les excédents de recettes de la Suva sont
restitués aux assurés sous la forme de primes
plus basses.
•
La Suva est financièrement autonome et ne
perçoit aucune subvention de l’Etat.
Principes
Les personnes responsables de la mise
en circulation des appareils à laser sont
légalement tenues d’indiquer les dangers inhérents à leurs produits. Avant la
première mise en service des appareils,
les utilisateurs doivent avoir lu attentivement la notice d’instructions et les
consignes de sécurité s’y rapportant.
Conformément aux dispositions légales
en vigueur, les entreprises sont tenues
de prendre toutes les mesures requises
en matière de sécurité et de protection
de la santé au travail, de les consigner
et de procéder au contrôle périodique
de leur mise en oeuvre.
3
Sommaire
4
1
Risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.1 Risques potentiels des différentes classes laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Niveau de risque des systèmes de télécommunication par fibres optiques .
6
6
6
2
Norme internationale sur les lasers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7
3
Obligations des personnes responsables de la mise en circulation .
3.1 Classification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2 Etiquetage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3 Déclaration de conformité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4 Certificats et marquage CE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5 Notice d’instructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.6 Machines à laser intégré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7 Ordonnance sur les dispositifs médicaux (ODim). . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
7
7
8
10
10
10
10
11
4
Obligations des utilisateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1 Mesures de sécurité relatives aux classes laser. . . . . . . . . . .
4.2 Règles de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3 Formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4 Responsables de sécurité laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5 Formation des responsables de sécurité laser . . . . . . . . . . .
4.6 Obligation d’annoncer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.7 Machines laser dans des ateliers ouverts . . . . . . . . . . . . . . .
4.8 Réseaux de télécommunication par fibres optiques . . . . . . .
4.9 Spectacles laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.10 Utilisation à l’extérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.11 Expériences de démonstration avec des rayonnements laser
4.12 Appareils à laser à usage privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.13 Utilisation sur l’être humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12
12
13
13
13
13
14
14
14
15
15
15
16
16
5
Lunettes de protection laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.1 Choix des lunettes de protection . . . . . . . . . . . . . . .
5.2 Marquage des lunettes de protection . . . . . . . . . . .
5.3 Contrôle de la vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.4 Lunettes de protection pour l’usinage des matériaux
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
17
17
17
17
17
6
Autres dangers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19
7
Informations de base sur la lumière et les lasers
7.1 Lasers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.2 Propagation de la lumière. . . . . . . . . . . . . . . .
7.3 Qualité de la lumière laser . . . . . . . . . . . . . . .
7.4 Risques particuliers pour les yeux. . . . . . . . . .
7.5 Rayonnement laser invisible . . . . . . . . . . . . . .
20
20
20
20
20
20
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
8
Classes laser . .
8.1 Classe 1 . .
8.2 Classe 1M .
8.3 Classe 2 . .
8.4 Classe 2M .
8.5 Classe 3A .
8.6 Classe 3R .
8.7 Classe 3B .
8.8 Classe 4 . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
21
21
21
21
22
22
23
23
23
9
Bibliographie, commandes et renseignements
9.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.2 Commandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9.3 Renseignements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
24
24
25
25
Annexe 1
Liste de contrôle pour l’achat d’un laser de petite dimension avec
rayonnement accessible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
26
Annexe 2
Exemple d’appréciation du risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
27
Annexe 3
Exigences relatives aux laboratoires laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
28
Annexe 4
Liste de contrôle des points à vérifier lors des contrôles de sécurité périodiques .
31
Annexe 5
Contrôles préventifs de la vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
5
1 Risques
1.1 Risques potentiels des
différentes classes laser
La notion de laser ne décrit pas les risques
particuliers des appareils émettant des faisceaux électromagnétiques cohérents. Les
risques potentiels variant énormément d’une
Classe 1
inoffensif en fonctionnement normal
aucune mesure nécessaire
Classe 1M
inoffensif sans instruments optiques
mettre en garde les personnes qui emploient
des instruments optiques
Classe 2
inoffensif pour des temps d’exposition
courts
ne pas regarder volontairement dans le faisceau, ne pas diriger le faisceau vers des visages
Classe 2M
sans instruments optiques:
comme classe 2
mettre en garde les personnes qui emploient
des instruments optiques
Classe 3A
abrogée
à considérer comme les classes 1M ou 2M
Classe 3R
risque réduit
ne laisser utiliser que par du personnel formé à
cet effet
Classe 3B2
rayonnement direct dangereux pour l’oeil, nommer un responsable de sécurité laser,
rayonnement diffusé non dangereux
délimiter physiquement la zone d’utilisation,
contrôler son accès, signaler la présence de
lasers à l’entrée, ne laisser utiliser que par du
personnel formé à cet effet, porter év. des
lunettes de protection
Classe 42
rayonnement dangereux pour les yeux
et la peau, rayonnement diffusé év.
dangereux pour l’oeil, risque d’incendie
1.2 Niveau de risque des systèmes
de télécommunication par fibres
optiques
En fonctionnement normal, les systèmes de
télécommunication par fibres optiques sont
des systèmes fermés, et par conséquent
des lasers de classe 1. En raison de l’importance de l’extension des systèmes, les
différents composants ne peuvent pas être
globalement attribués à la classe 1 selon la
norme EN 60825-2. Ils sont subdivisés en
sept niveaux de risque en fonction de la
dangerosité du rayonnement accessible
lorsqu’on ouvre par exemple une connexion
ou que l’on coupe un câble.
En fonctionnement normal, l’utilisation des lasers de
classe 1 doit pouvoir s’effectuer sans dangers sans
nécessiter aucune instruction particulière. En revanche,
si la sécurité des personnes séjournant près d’un appareil
exige une instruction spéciale, l’installation ne sera pas
attribuée à la classe 1, mais son innocuité sera précisée
de manière concrète. Exemple: «Absence de dangers liés
aux rayonnements dans la zone marquée».
1
6
installation à l’autre, la norme internationale
sur les lasers recommande une classification permettant d’identifier instantanément
le niveau de risque potentiel des différents
types de laser. Plus le chiffre de la classe
est élevé, plus le risque est important.
mêmes mesures que pour la classe 3B, porter
év. des équipements de protection supplémentaires pour certaines parties du corps
Niveau de risque 1
totalement inoffensif, même
avec une fibre ouverte
Niveau de risque 1M en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 1M
Niveau de risque 2
en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 2
Niveau de risque 2M en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 2M
Niveau de risque 3R
en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 3R
Niveau de risque 3B
en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 3B,
donc dangereux
Niveau de risque 4
en cas de fibre ouverte,
identique à la classe 4,
donc très dangereux
Informations complémentaires: voir point 4.8.
2
Le laser doit être équipé d’un interrupteur à clé et d’un
connecteur permettant le raccordement à un circuit de
surveillance externe. La marche du laser doit être asservie
au raccordement de ce circuit.
2 Norme internationale 3 Obligations des
sur les lasers
personnes responsables
de la mise en circulation
De même que les équipements et appareils
techniques, les lasers doivent remplir les
objectifs de protection figurant dans les
prescriptions nationales légales correspondantes. La norme internationale sur les
lasers CEI 60825-1 et ses compléments
expliquent en détail comment atteindre les
objectifs de protection relatifs aux appareils
à laser. L’édition française de la norme sur
les lasers est la norme EN 60825-1:2000:
«Sécurité des appareils à laser – Partie 1:
Classification des matériels – Prescriptions
et guide de l’utilisateur». Cette norme est
régulièrement complétée, d’où les extensions Partie 2, Partie 3, Partie 4, etc. En
février 2004, la Partie 3 de la norme CEI
60825-14 (disponible uniquement en anglais) a été complétée par un guide de l’utilisateur. Pour les systèmes de transmission
de données par fibres optiques, il convient
également d’appliquer les recommandations de sécurité indiquées dans la norme
60825-2 «Sécurité des appareils à laser –
Partie 2: Sécurité des systèmes de télécommunication par fibres optiques».
Au chap. 9, vous trouverez une liste des
normes internationales et des prescriptions
de sécurité nationales actuellement en
vigueur.
Remarque: une nouvelle édition de la
norme sur les lasers a été publiée au début
du mois de mai 2007, à savoir la norme
CEI 60825-1:2007 «Sécurité des appareils
à laser – Partie 1: Classification des matériels et exigences».
De nombreux produits étant fabriqués ou
achetés à l’étranger, ce n’est pas aux fabricants mais aux personnes responsables de
la mise en circulation des lasers qu’il appartient de veiller à ce que les produits soient
conformes aux prescriptions nationales de
sécurité. Par «personnes responsables de
la mise en circulation» on entend les fabricants, les importateurs, les commerçants,
les fournisseurs, les vendeurs et les loueurs
ou les utilisateurs eux-mêmes lorsque ceuxci importent directement.
Les appareils à laser présentent des risques
inhabituels et souvent invisibles. Les utilisateurs sont en droit d’attendre que les personnes responsables de mise en circulation
les informent en conséquence et déclarent
les situations non dangereuses. Les personnes responsables de la mise en circulation sont tenues de faire cette déclaration
en vertu de la loi.
3.1 Classification
Classification obligatoire: les personnes
responsables de la mise en circulation des
lasers ne peuvent remettre des produits
aux utilisateurs qu’après les avoir attribués
à l’une des sept classes définies dans la
norme sur les appareils à laser (dans le cas
contraire, les utilisateurs seraient tenus de
respecter strictement les règles de la classe
4). Cette obligation ne s’applique pas aux
modules qui doivent être intégrés dans des
systèmes pour pouvoir fonctionner.
Selon le type de milieu actif et la source de
pompage, le laser peut émettre de façon
continue (= émission continue = cw = continuous wave, c.-à-d. pour une durée d’émission > 0,25 s), pulsée ou pulsée répétitivement, ou émettre son énergie sous forme
d’impulsion géante. Ces paramètres sont
pris en considération lors de la classification
des appareils à laser. Le guide de classification des appareils à laser constitue ainsi l’un
des principaux éléments de la norme sur les
appareils à laser EN 60825-1. A ce sujet, il
peut également s’avérer utile de consulter
7
certains ouvrages techniques tels que
Laser Safety de Roy Henderson et Karl
Schulmeister, paru en anglais aux éditions
Taylor & Francis.
Les méthodes de mesure utilisées pour la
classification doivent également respecter la
norme CEI/TR 60825-13:2006 (disponible
uniquement en anglais).
Valeurs limites de référence pour la classe 1
Les valeurs limites figurant ci-dessous peuvent être calculées à l’aide du tableau 1 de la norme sur les
lasers et des diamètres du diaphragme de mesure prescrits pour les différentes gammes de longueurs
d’onde. Ces calculs servent à évaluer les lasers qui émettent des rayons parallèles en mode continu. La
durée d’exposition à considérer pour l’émission continue est de 30000 s dans la gamme UV et de 100 s
en dehors de cette gamme. Pour rester dans la classe 1 tout en ayant un maximum de puissance, il faut
calculer la limite d’émission accessible (LEA) en tenant compte des paramètres du laser évalué.
Remarque: la puissance du rayonnement du laser peut être supérieure aux valeurs mentionnées si le
diamètre du faisceau dépasse celui du diaphragme prescrit.
UV (315–400 nm)
7,9 애W
Violet-bleu (400–450 nm)
40 애W
Vert-jaune-rouge (500–700 nm)
0,4 mW
810 nm
0,6 mW
par ex. diode laser de forte puissance
1064 nm
2,1 mW
par ex. laser Nd-YAG
1380 nm
16 mW
par ex. système de télécommunication par fibres optiques
1400–4000 nm
10 mW
(puissance plus petite en raison de l’ouverture différente
prescrite)
4000 nm–1 mm
80 mW
par ex. laser à CO2 (diamètre du faisceau: 1 cm)
Les valeurs et les conditions ci-dessus figurent aussi dans l’annexe D de l’ouvrage de R. Henderson et
K. Schulmeister. Dans le cas des systèmes de télécommunication par fibres optiques, la puissance est
indiquée non pas en mW, mais en dBm (1 mW = 0 dBm). Le tableau D.1 de la norme EN 60825-2 indique
les valeurs limites en vigueur depuis 2001 pour les six niveaux de risque 1 à 3B.
Lasers de classe 1 à rayonnement
dangereux
Certains lasers qui émettent un rayonnement dangereux figurent dans la classe 1.
Un capot de protection doit alors empêcher
qu’un rayonnement dangereux, (c.-à-d.
supérieur à la valeur limite de la classe 1)
soit émis et devienne accessible en fonctionnement normal (voir note 1, p. 6).
3.2 Etiquetage
Avant de livrer, les responsables de la mise
en circulation des lasers doivent étiqueter
les appareils conformément aux prescrip-
8
tions figurant dans la norme sur les appareils à laser. L’étiquetage requis comprend
au moins:
– une plaque d’avertissement (sauf pour la
classe 1)
– une plaque indicatrice avec texte d’avertissement correspondant (à partir de la
classe 1M)
– une plaque signalétique
– une plaque d’identification
La plaque signalétique doit indiquer la
gamme de longueurs d’onde, les données
d’émission et la norme utilisée pour la classification, à savoir EN 60825-1:2001. La
plaque d’identification regroupe toutes les
informations permettant une identification
précise de l’installation utilisée, c’est-à-dire
le nom du fabricant et (ou) de la personne
responsable de la mise en circulation du
laser, le type d’appareil, le numéro de série,
etc.
Plaque d’avertissement
Eléments amovibles
Si des éléments du capot de protection
peuvent être enlevés ou modifiés de sorte
que le rayonnement laser dépasse celui
autorisé dans la classe 1, il faut apposer sur
ces éléments une plaque d’avertissement et
une inscription supplémentaire comportant
le texte d’avertissement correspondant ainsi
que la mention de la classe laser.
Fond jaune
Exemple
Attention: laser de classe 4 lorsque le
panneau d’accès est ouvert! Ne pas exposer les yeux et la peau au rayonnement direct ou diffusé.
Plaque indicatrice
Fond jaune selon la
norme laser, fond
neutre selon la norme
SN EN 61310-1:1995
Plaque signalétique indiquant les caractéristiques du laser
Fond jaune selon la
norme laser, fond
neutre selon la norme
SN EN 61310-1:1995
Plaque d’identification
Fond neutre
Exemple d’étiquetage laser.
Etiquetage supplémentaire
L’ouverture de sortie du faisceau laser doit
être marquée sur tous les appareils à laser
de classe 2 ou supérieure. Une plaque doit
être fixée près de l’ouverture de sortie sur
tous les appareils à laser de classe 3R ou
supérieure avec la mention suivante:
■
Ouverture rayonnement laser (ou laser
invisible), ou
■
Exposition dangereuse: un rayonnement
laser (ou laser invisible) est émis par
cette ouverture
Utiliser les textes d’avertissement correspondants pour chaque classe.
Rayonnement laser invisible
Le texte d’avertissement doit indiquer explicitement l’émission de rayonnement laser
invisible. Lorsque le rayonnement est à la
fois visible et invisible, le texte doit mentionner les deux types de rayonnement.
Rayonnement laser visible
L’expression «rayonnement laser» peut être
changée en «lumière laser» lorsqu’il s’agit
d’ondes visibles.
Remarque: les différentes informations figurant à la p. 8 peuvent être regroupées sur la
même plaque d’avertissement.
Pour tout complément d’information au sujet de l’étiquetage, veuillez consulter la norme sur les appareils à laser EN 60825-13.
3
Les caractéristiques des appareils à laser doivent
toujours figurer dans la notice d’instructions. A partir de la classe 2, elles doivent aussi figurer sur les
appareils. Pour les petits lasers, les signaux de
sécurité peuvent être joints à la documentation
destinée aux utilisateurs ou apposés sur l’emballage. La plupart des signaux de sécurité pour les
appareils à laser peuvent être obtenus auprès de
la Suva (publication «Signaux de sécurité»,
réf. 88101).
9
L’obligation d’étiquetage ne s’applique pas
aux éléments ne pouvant fonctionner que
s’ils sont intégrés dans un système.
3.3 Déclaration de conformité
Les personnes responsables de la mise en
circulation des lasers doivent fournir avec
chaque appareil une déclaration de conformité4 attestant que le produit satisfait aux
exigences essentielles de sécurité et de
santé correspondantes (art. 6 OMBT5
et art. 7 OSIT6). Vous trouverez d’autres
informations à ce sujet dans les publications Suva réf. 66084.f et 88031.f.
Remarque: les produits qui ne tombent pas
sous le coup des règles énoncées ci-dessus sont régis par les prescriptions générales applicables en matière de sécurité des
produits.
3.4 Certificats et marquage CE
Les personnes responsables de la mise en
circulation des appareils à laser sont autorisées à certifier elles-mêmes leurs produits
et à y apposer le marquage CE. L’établissement d’un rapport d’essai assorti d’un certificat délivré par un organisme neutre spécialisé demeure facultatif, mais présente
l’avantage d’offrir une plus grande crédibilité. Cela peut avoir une grande importance,
par exemple en cas d’importation directe.
4
La déclaration de conformité doit mentionner
toutes les normes qui ont été respectées lors de
la fabrication du produit. La mention de la norme
EN 60825-1 indique que le produit figure dans
l’une des sept classes de lasers existantes. Les
personnes responsables de la mise en circulation
doivent être en mesure de présenter toutes les
pièces justificatives ayant permis d’établir le classement de l’appareil.
5
OMBT = ordonnance du 9 avril 1997 sur les
matériels électriques à basse tension, RS 734.26
6
OSIT = ordonnance du 12 juin 1995 sur la
sécurité d’installations et d’appareils techniques,
RS 819.11
10
3.5 Notice d’instructions
Les personnes responsables de la mise en
circulation des installations et appareils
techniques renfermant un danger, comme
par ex. les lasers, doivent fournir avec
chaque appareil une notice d’instructions
précisant comment l’utiliser conformément
aux prescriptions. Dans le cas des lasers de
forte puissance, il est recommandé d’indiquer les utilisations non conformes et interdites. Si des précautions spéciales sont à
prendre lors de l’utilisation et de l’installation de l’appareil, celles-ci doivent également figurer dans la notice d’instructions.
La notice d’instructions comprend des consignes de sécurité et une notice d’utilisation.
Selon la complexité de l’appareil à laser,
ladite notice peut être complétée par des
notices d’installation et de maintenance.
Remarque: les avertissements de portée
générale sont à éviter, en particulier ceux
que le lecteur ne pourra pas saisir en raison
d’un manque de connaissances.
3.6 Machines à laser intégré
Les machines à laser intégré utilisées dans
la production industrielle doivent avant tout
remplir les exigences essentielles de sécurité et de santé des lois et ordonnances
nationales suivantes:
– loi fédérale sur la sécurité d’installations
et d’appareils techniques (LSIT) et son
ordonnance (OSIT)
– ordonnance sur le courant fort
– ordonnance sur les matériels électriques
à basse tension (OMBT)
– ordonnance sur les procédures d’évaluation de la conformité des installations et
appareils techniques
– ordonnance sur la compatibilité électromagnétique (OCEM)
Cette liste n’est cependant pas exhaustive.
Les art. 3 et 4 de la LSIT précisent en effet
que les installations et appareils techniques
mis en circulation doivent répondre aux
normes nationales et internationales en
vigueur. Sont particulièrement importantes
pour les machines:
– la directive 98/37/CE relative aux
machines (remplacée le 29.12.2009
par la directive 2006/42/CE), et
– la norme EN 11553 «Sécurité des
machines – machines à laser – Partie 1:
Prescriptions générales de sécurité»
Les personnes responsables de la mise
en circulation des machines à laser sont
tenues de respecter l’état de la technique.
En d’autres termes, cela veut dire qu’elles
doivent se tenir au courant des normes
spéciales faisant autorité pour leurs produits.
3.7 Ordonnance sur les dispositifs
médicaux (ODim)
Les appareils à laser utilisés pour des interventions médicales sur l’être humain doivent
répondre aux exigences de l’ordonnance
sur les dispositifs médicaux (ODim) et de
la directive européenne sur les dispositifs
médicaux 93/42/CEE.
11
4 Obligations des utilisateurs
Avant la première mise en service des appareils, les utilisateurs doivent avoir lu attentivement la notice d’instructions et les consignes de sécurité fournies par le responsable
de la mise en circulation.
Modifications: les utilisateurs qui modifient
des appareils à laser qu’ils ont achetés doivent satisfaire aux mêmes obligations que
les personnes responsables de la mise en
circulation desdits appareils (voir chap. 3).
Pour les appareils à laser de classe 1, la
sécurité des conditions d’utilisation relève
des personnes responsables de la mise en
circulation. Par contre, pour les appareils
à laser de classes 3B et 4, celle-ci relève
des utilisateurs. Afin de satisfaire aux conditions à remplir pour les appareils de classe 1, il suffit par ex. d’équiper les appareils
d’un capot de protection. Si le processus
de travail ne le permet pas, les appareils à
laser concernés doivent être utilisés dans
une zone surveillée dont l’accès est contrôlé. Il convient de procéder par ailleurs à
une appréciation du risque pour répertorier
les situations dangereuses et les équipements de protection nécessaires pour les
personnes concernées afin d’éviter tout
dommage. A ce propos, voir également les
«Exigences relatives aux laboratoires laser»
(annexe 3).
4.1 Mesures de sécurité relatives aux
classes laser
Remarque: les prescriptions générales en
matière de sécurité au travail imposent
aux utilisateurs d’appareils à laser et aux
employeurs de prendre toutes les mesures
nécessaires pour garantir la sécurité et la
protection de la santé aux postes de travail,
de consigner ces mesures et d’en contrôler
régulièrement le respect. La norme sur les
lasers permet à ce titre de définir les objectifs de protection à remplir dans le cadre
de l’utilisation d’appareils à laser; la loi sur
l’assurance-accidents (LAA) et l’ordonnance sur la prévention des accidents (OPA) en
forment la base légale. Une autre exigence
est le respect des valeurs limites aux postes
de travail suivant la liste établie chaque année
par la Suva (liste des VME/VLE, publication
Suva réf. 1903.f). A ce propos, voir également le point 4.4 du présent feuillet.
12
L’utilisation des lasers exige l’observation
des règles de sécurité suivantes:
Classe 1
Aucune (attention: la norme sur les
lasers autorise un fonctionnement particulier dangereux sans changement de
classe; voir note 1, p. 6).
●
Classe 1M
Mettre spécialement en garde les personnes utilisant des instruments optiques (loupe, microscope, jumelles).
●
Classe 2
● Ne pas regarder directement dans le
faisceau.
● Ne pas diriger le faisceau sur des personnes.
Classe 2M
● Ne pas regarder directement dans le
faisceau.
● Ne pas diriger le faisceau sur des personnes.
● Mettre spécialement en garde les personnes utilisant des instruments optiques (jumelles, niveaux, théodolites).
Classe 3R
Utilisation uniquement dans des cas
justifiés.
● Utilisation uniquement par des personnes dûment formées et qualifiées.
Le rayonnement ne doit pas être dirigé
à la hauteur des yeux des personnes
assises ou debout.
L’accès aux lasers non utilisés doit être
interdit aux personnes non autorisées.
●
Classe 3A
● Rayonnement invisible: voir classe 1M.
● Rayonnement visible: voir classe 2M.
Sans rayonnement élargi: voir classe 3R;
l’utilisation de pointeurs laser > 1 mW
n’est pas justifiée et doit être évitée.
■
consignes de travail et de comportement
■
mesures et dispositifs de protection
■
utilisation des équipements de protection
■
contrôle de la construction et de l’équipement des dispositifs de sécurité
Classe 3B et classe 4
Les lasers de classes 3B et 4 doivent être
exclusivement utilisés dans une zone laser
contrôlée. L’utilisateur veillera à ce que personne ne puisse être exposé à un rayonnement non autorisé. Il doit prendre toutes les
mesures de sécurité nécessaires. L’accès
à la zone laser contrôlée doit être surveillé.
A ce propos, voir également les «Exigences
relatives aux laboratoires laser» (annexe 3)
et la note 2, p. 6.
■
comportement en cas d’accident
4.2 Règles de sécurité
Les personnes chargées du déclenchement
des appareils ne doivent libérer le rayonnement laser qu’après s’être assurées que
toutes les personnes présentes portent les
équipements de protection requis et qu’aucun tiers non autorisé ne peut accéder à la
zone laser contrôlée.
4.3 Formation
Avant de commencer leur activité, les personnes travaillant avec des lasers de classes 3R, 3B et 4 doivent impérativement
recevoir une formation sur les risques liés
aux appareils à laser et leur utilisation correcte. Par ailleurs, les personnes concernées doivent attester par écrit de la formation reçue et l’employeur de la formation
dispensée. Les consignes de travail importantes doivent être affichées sous forme
concise sur les lieux de travail.
La formation porte sur les points suivants:
■
effet des rayonnements laser sur les
yeux et la peau
■
risques et effets secondaires tels que
substances nocives, incendie, explosions
Cette formation doit être répétée régulièrement.
4.4 Responsables de sécurité laser
La désignation d’un responsable de sécurité laser (laser officer) recommandée dans
la norme lasers est obligatoire au sens des
prescriptions générales de sécurité au travail (justification d’une organisation de la
sécurité en cas de dangers particuliers,
directive CFST 6508). La direction de l’entreprise doit consigner le nom et les tâches
du responsable de sécurité laser.
4.5 Formation des responsables de
sécurité laser
Les responsables de sécurité laser doivent
posséder les connaissances nécessaires
pour assumer leur fonction, mais il n’existe
aucune prescription légale concernant l’acquisition de celles-ci. Les responsables de
la mise en circulation des appareils à laser
organisent souvent des formations spécialement consacrées à leurs produits. Ces
formations peuvent faire partie intégrante
des contrats d’achat en vertu de la responsabilité du fait des produits. Une fois par an,
la Suva organise un cours sur les rayonnements non ionisants comprenant une leçon
sur la sécurité des appareils à laser, mais
cette dernière est trop sommaire pour constituer une formation suffisante.
13
4.6 Obligation d’annoncer
L’utilisation des appareils à laser de classes
3B et 4 dans les bâtiments industriels, les
instituts de recherche et de développement,
les écoles, les cabinets médicaux et les
hôpitaux n’est pas soumise à l’obligation
d’annoncer.
4.7 Machines laser dans des ateliers
ouverts
Les installations à laser intégrées dans des
processus de production dans des ateliers
ouverts doivent être équipées d’un capot
de protection permettant d’éliminer tout
risque de rayonnement laser accessible tant
en fonctionnement normal qu’en fonctionnement particulier. Le faisceau dangereux
doit être interrompu à l’ouverture de ce
capot. L’observation du processus d’usinage doit s’effectuer au moyen d’un filtre
laser. Pour de plus amples informations sur
les filtres laser, veuillez consulter la norme
EN 207, les catalogues de fabricants de
lunettes de protection laser ainsi que le
point 5.4 de la présente publication.
Si, pour des raisons techniques liées au
processus, la pose d’une enceinte de protection s’avère impossible (lasers de classe
1), il faut s’assurer que le blindage de la
machine couvre au moins les zones où se
trouvent des personnes. Ce blindage peut
être constitué de parties de la machine,
de pièces d’usinage ainsi que de capots
de protection empêchant tout regard direct
dans la zone d’usinage et garantissant
l’absence de tout rayonnement diffusé
(à contrôler au moyen d’une caméra infrarouge équipée d’un filtre d’interférence
dans la gamme de longueurs d’onde comprises entre 700 et 1400 nm). Pour ne
pas dévaloriser le terme «laser de classe 4»
(accès réservé aux personnes autorisées
portant un équipement de protection), il
faudrait renoncer au triangle d’avertissement à fond jaune (comme le veut la norme)
et recourir, par exemple, à un étiquetage
14
tel que «Installation laser – Les zones dangereuses sont marquées». Les capots de
protection pouvant être enlevés sans outils
doivent par ailleurs être reliés au système
de surveillance de la machine.
S’il n’est pas possible d’encapsuler la
machine, il est indispensable de délimiter
physiquement sa zone d’utilisation et d’en
contrôler l’accès. Les personnes s’y trouvant doivent porter des lunettes de protection laser dimensionnées correctement.
Les fenêtres sont à recouvrir d’un matériau
approprié (autocertification possible). Le
mécanisme de fermeture des écrans mobiles
(stores à lamelles en PVC épais, etc.) doit
être relié au système de surveillance de
l’appareil à laser. Des informations complémentaires figurent au point 5.4 «Lunettes
de protection pour l’usinage des matériaux»
et dans les «Exigences relatives aux laboratoires laser» (annexe 3).
4.8 Réseaux de télécommunication
par fibres optiques
Concept de sécurité: le fournisseur de la
centrale du réseau est responsable du concept de sécurité du réseau. Il doit fournir à
l’exploitant du réseau les prescriptions de
sécurité en vigueur. En cas de location de
quelques lignes, les caractéristiques du
laser sont à demander au loueur. Ce n’est
que lorsque l’exploitant du réseau est en
possession de ces renseignements qu’il
peut élaborer des consignes internes à destination du personnel de maintenance pour
les travaux sur les câbles et les installations,
avec pour objectif de protection que nul ne
puisse être exposé à des rayonnements
non autorisés.
Procédure d’élaboration des directives
internes:
■
établir une liste de toutes les situations
dangereuses possibles, tant en fonctionnement normal (appareil utilisé conformément à sa destination) que particulier
(installation, réparation, y compris inci-
dents et accidents pouvant être dus à
un engin d’excavation ou autre)
■
procéder à une appréciation du risque
pour toutes les situations dangereuses
recensées avec un spécialiste selon
la publication Suva réf. 66037.f
(voir annexe 2)
■
élaborer et consigner les mesures nécessaires pour les situations recensées
■
édicter des directives internes, les mettre
en oeuvre et en contrôler périodiquement
l’application
Il existe trois situations distinctes dans
l’emploi des réseaux de câbles:
■
local public (bureau, etc.) ou salle de
séjour avec connexion PC; niveau de
risque toléré: jusqu’à 1M
■
local à l’accès délimité, par exemple
seulement pour le concierge; niveau de
risque toléré: jusqu’à 3R
■
local fermé, accès réservé au personnel
autorisé; aucune limite de niveau de
risque
Câbles: il faut pouvoir identifier les câbles;
les autres détails sont définis dans le concept de sécurité.
Fiches: la norme ne prescrit aucun couvercle de protection, c’est-à-dire que le
modèle de la fiche est au choix du fournisseur de la centrale.
Arrêt automatique: voir concept de sécurité.
Outils optiques: il faut élaborer un concept clair avec un marquage précis des
outils optiques permettant d’éviter toute
confusion.
4.9 Spectacles laser
Les conditions à remplir pour les spectacles
laser sont énoncées dans l’ordonnance sur
la protection contre les nuisances sonores
et les rayons laser lors de manifestations
(ordonnance son et laser). Références: voir
chap. 9. L’utilisation d’appareils à laser lors
de manifestations doit être déclarée aux
autorités cantonales d’exécution. Pour ce
faire, il est nécessaire de contacter suffisamment tôt les services concernés. Dans la
plupart des cas, il existe un formulaire dédié
à la déclaration obligatoire des appareils à
laser. Suivant les cantons, le service concerné peut être le Département de la santé,
de la protection de l’environnement, la
Police du commerce, etc.
4.10 Utilisation à l’extérieur
Lorsque l’utilisation d’appareils à laser de
classes 3B et 4 touche l’espace aérien,
il convient d’obtenir l’accord préalable du
service de sécurité aérienne compétent.
L’utilisation d’appareils à laser de classes
3R, 3B et 4 dans le domaine militaire est
réglementée par armasuisse.
4.11 Expériences de démonstration
avec des rayonnements laser
Il faut veiller à respecter les règles suivantes:
– éviter, si possible, d’utiliser des lasers de
classes 3B et 4
– s’exercer minutieusement à effectuer
l’expérience en l’absence de tiers
– veiller à ce qu’aucun élément optique de
la démonstration ne puisse être déplacé
par inadvertance
– tenir à distance les spectateurs, avant et
pendant la démonstration, de l’appareil à
laser par des dispositifs barrant l’accès
– renoncer à effectuer une réinstallation ou
des corrections non prévues au départ
en la présence de spectateurs, à savoir
chercher à réussir une démonstration qui
aurait échoué
– ne libérer le rayonnement laser que lorsque la sécurité des personnes présentes
est garantie à ce moment-là
15
4.12 Appareils à laser à usage privé
Des informations sur les appareils à laser à
usage privé sont disponibles auprès de la
division radioprotection de l’Office fédéral
de la santé publique (OFSP), du Bureau de
prévention des accidents (bpa) et des autorités sanitaires cantonales. L’OFSP a publié
un feuillet sur les dangers des «pointeurs
laser». Etant donné que les particuliers sont
peu en mesure de délimiter et de surveiller
les zones de risque laser et qu’on ne peut
exclure le risque que des enfants jouent
avec les appareils à laser, l’Inspection fédérale des installations à courant fort interdit
la vente des lasers de classe 3A (risque de
classification erronée), 3B et 4 à des fins de
divertissement. Exception: voir point 3.1.
4.13 Utilisation sur l’être humain
Toutes les mesures de sécurité mentionnées
précédemment s’appliquent à la protection
des personnes contre un rayonnement laser
involontaire. Toute intervention médicale
sur le corps humain avec des rayonnements
laser doit, en règle générale, être effectuée
par un médecin ou sous la surveillance d’un
médecin. Il incombe aux autorités sanitaires
cantonales de juger si du personnel non
médical (salons de beauté et particuliers)
peut utiliser des soft laser (classe 1 à 3R) ou
mid laser (classe 3B). En décembre 2004,
Swissmedic a publié des recommandations
regroupées dans une brochure d’information intitulée «Utilisation de lasers de forte
puissance à des fins médicales et cosmétiques».
16
5 Lunettes de protection laser
Le port de lunettes de protection laser correctement dimensionnées est obligatoire
pour toutes les personnes travaillant sur
des installations équipées de lasers de
classes 3R (seulement pour le rayonnement
invisible), 3B ou 4 (pour le rayonnement
visible et invisible). Les filtres et les lunettes
de protection laser doivent être dimensionnés pour protéger du rayonnement principal, même s’ils ne servent que pour le
rayonnement diffusé. Lorsqu’elles sont
correctement dimensionnées, les lunettes
de protection laser atténuent le rayonnement laser au moins jusqu’aux valeurs
d’exposition maximale permise (EMP)
au niveau de la cornée pour l’exposition
oculaire directe au rayonnement laser (selon
le tableau 6 de la norme sur les appareils
à laser).
L’annexe de la norme EN 207 fournit des
indications sur les méthodes de dimensionnement des lunettes et des filtres de protection laser. Les fabricants de lunettes de
protection laser offrent en général un service
de dimensionnement personnalisé.
5.1 Choix des lunettes de protection
Les lunettes de protection laser ne sont pas
les mêmes selon le type de laser utilisé et
doivent être exclusivement réservées à celui
pour lequel elles sont conçues (gamme de
longueurs d’onde, mode de fonctionnement
continu, par impulsion ou impulsion géante,
etc.).
L’alignement des appareils à laser de classes 3B et 4 émettant un rayonnement visible nécessite le port de lunettes de protection spécialement adaptées aux travaux de
réglage.
5.2 Marquage des lunettes de
protection
pour les lunettes de protection destinées aux
travaux de réglage) indiquant la longueur
d’onde pour laquelle elles assurent une protection, le type de laser, le degré de protection et le nom du fabricant (ex.: 633 D L5
Laservision = lunettes de protection pour
une longueur d’onde de 633 nm, laser continu, degré de protection L5, modèle fabriqué
par Laservision).
5.3 Contrôle de la vue
Il n’est pas nécessaire d’effectuer des
contrôles préventifs de la vue. Justification:
voir annexe 5.
5.4 Lunettes de protection pour
l’usinage des matériaux
L’élément optique de focalisation transforme le rayonnement parallèle émis par
une source laser en un cône de rayonnement qui diverge rapidement après le point
focal. Ainsi, la distance de sécurité (DNRO
= distance nominale de risque oculaire)
peut être «très grande» ou «plus petite»
ou «proche du poste de travail», selon la
distance focale de l’optique de coupe.
Des réflexions très fortes peuvent apparaître, dans de rares cas, lorsque le faisceau
pénètre dans la pièce à usiner. La norme
sur les appareils à laser appelle ce phénomène rayonnement erratique. S’il est
possible de regarder directement dans la
zone d’usinage (dans le plasma), l’accès à
la zone dangereuse doit être contrôlé de
sorte que seules des personnes portant des
lunettes de protection laser puissent se
trouver à proximité.
Les lasers de forte puissance (dans la gamme des kW) sans élément optique de focalisation sont extrêmement dangereux. La
zone de rayonnement parallèle ne doit pas
être accessible.
La monture des lunettes de protection laser
doit être munie d’un marquage conforme
aux exigences de la norme EN 207 (EN 208
17
5.4.1 Rayonnement diffusé: au cours
de l’usinage de matériaux, il faut toujours
s’attendre à un rayonnement diffusé pouvant s’avérer dangereux pour l’oeil en fonction des longueurs d’onde utilisées.
5.4.2 Les lasers à CO2 émettent des
rayonnements dans la zone des infrarouges
lointains, à savoir dans la longueur d’onde
de 10,6 µm. Dans cette longueur d’onde,
les matériaux normalement transparents
deviennent opaques et agissent comme
des filtres de blocage des infrarouges lointains. L’effet focalisateur du cristallin venant
à manquer, la rétine n’est donc pas mise
en danger. En principe, tous les types de
lunettes et d’écrans transparents protègent
contre le rayonnement diffusé des lasers à
CO2. Il faut cependant être prudent, car le
rayonnement erratique des lasers de forte
puissance (gamme des kW) peut détruire en
très peu de temps des lunettes de vue normales, voire provoquer des lésions secondaires causées par des éclats et des projections chaudes. Des tests ont montré que
même de véritables lunettes de protection
laser peuvent poser problème lorsqu’elles
croisent le rayonnement parallèle d’un laser
de plusieurs kilowatts. Cela s’explique du
fait que la norme d’essai prescrit un diamètre
de rayonnement d’un millimètre, alors que
le rayonnement non focalisé d’un laser à
CO2 a un diamètre d’environ un centimètre.
Par conséquent, le rayonnement parallèle
d’un laser de plusieurs kilowatts ne doit pas
être accessible. En outre, il devrait toujours
y avoir un écran de protection entre la zone
d’usinage et l’observateur.
5.4.3 Lasers Nd-YAG et diodes laser de
forte puissance: contrairement aux lasers
à CO2, le rayonnement diffusé par les lasers
Nd-YAG (milieu actif: grenat d’yttrium-aluminium dopé au néodyme) et les diodes laser
de forte puissance constitue un danger
spécifique pour les yeux. Le rayonnement
diffusé invisible dans l’infrarouge proche
18
traverse les verres de lunettes et le cristallin
pour se focaliser sur la rétine. Si l’usinage
est effectué au moyen d’un laser Nd-YAG
ou d’une diode laser n’étant que partiellement blindés, toutes les personnes présentes sont tenues de porter des lunettes de
protection laser. La zone laser ne doit être
accessible qu’aux personnes autorisées.
Les parois latérales, les portes transparentes et les fenêtres doivent être obstruées
au moyen d’un matériau approprié. Si l’on
utilise des rideaux mobiles comme matériau
d’obstruction, il faut que le mécanisme de
fermeture soit relié au système de surveillance du laser. Le matériau choisi est jugé
approprié lorsqu’il a été testé selon les
normes EN 12254 et (ou) EN 60825-4. En
l’absence de certificat, il est possible de
procéder à une autocertification. Il suffit que
le matériel remplisse les conditions requises
pour le cas donné. Selon le résultat des
tests effectués et de l’appréciation du risque,
les matériaux peuvent satisfaire à l’objectif
de protection du cas considéré, mais ne
seraient pas autorisés pour d’autres applications; le matériel testé (par ex. des feuilles
de protection ou des stores à lamelles en
PVC) ne doit donc pas être remis à d’autres
utilisateurs.
5.4.4 Rayonnement secondaire: le rayonnement d’un laser de forte puissance provoque une élévation rapide de la température du matériau usiné et, dans certaines
circonstances, une émission lumineuse
intense non cohérente appelée rayonnement secondaire. Il peut, tout comme la
soudure à l’arc, réduire temporairement les
capacités visuelles, voire engendrer des
lésions de la rétine. Les lunettes de protection laser n’offrent aucune protection
contre ces rayonnements. Il faut donc porter, en plus de lunettes laser, des lunettes
protégeant de l’éblouissement. Les indices
de protection sont identiques à ceux en
vigueur dans la technique de soudage.
6 Autres dangers
L’utilisation des appareils à laser implique
souvent des dangers nettement plus importants que le rayonnement laser lui-même.
Haute tension: tous les lasers, à l’exception des diodes laser, fonctionnent sous
haute tension. Toute intervention inappropriée, notamment sur les lasers de forte
puissance, peut s’avérer mortelle.
Incendies: les lasers de forte puissance
peuvent provoquer des incendies.
Vapeurs et fumées toxiques: l’usinage de
matériaux avec des rayons laser dégage
toujours des vapeurs et des fumées toxiques, dont certaines sont cancérigènes.
Les installations d’usinage à laser doivent
donc être équipées d’un système d’aspiration efficace. Les valeurs limites d’exposition tolérées aux postes de travail figurent
dans la publication Suva réf. 1903.f «Valeurs
limites d’exposition aux postes de travail. VME/VLE, VBT valeurs admissibles
pour agents physiques».
19
7 Informations de base sur la lumière et les lasers
7.1 Lasers
7.3 Qualité de la lumière laser
La notion de laser est utilisée dans le
monde entier pour désigner des appareils
produisant un rayonnement électromagnétique cohérent dû à l’interaction des photons suivant les lois de la mécanique quantique et non pas à celle des courants et
des champs comme c’est le cas en physique classique. LASER est l’acronyme de
l’anglais Light Amplification by Stimulated
Emission of Radiation (amplification de
lumière par émission stimulée de radiation
optique). Le principe du laser fonctionne
pour le rayonnement visible et invisible
(ultraviolet et infrarouge).
La lumière laser est de très haute qualité
en raison de la cohérence (ou relation de
phase définie) de ses photons. Elle peut
être focalisée en un point à l’aide d’une
lentille convergente. Cela n’est pas possible
avec une source lumineuse normale, car
son image demeure aussi dans le point
focal.
Source de
pompage
Photons
Milieu actif
Miroir
Miroir semitransparent
Emission de rayons laser
7.4 Risques particuliers pour les yeux
Lorsqu’un rayonnement laser atteint l’oeil7,
le cristallin focalise en un point de la rétine
la lumière déjà fortement concentrée du fait
de sa cohérence. Il n’est donc pas étonnant
qu’un laser de quelques millièmes de watts
(mW) puisse provoquer des lésions oculaires, alors qu’une lampe de 100 watts s’avère, d’après notre expérience, inoffensive.
Les lésions de la rétine sont particulièrement graves, car les cellules sensorielles
détruites ne se régénèrent pas.
7.5 Rayonnement laser invisible
7.2 Propagation de la lumière
Les sources lumineuses rayonnent généralement dans toutes les directions. Plus un
objet est éloigné d’une source lumineuse,
plus l’énergie rayonnée reçue est faible.
En revanche, la lumière générée par un
laser est naturellement concentrée et dirigée en un faisceau de rayons parallèles.
Lorsqu’un rayonnement laser touche un
objet, toute l’énergie rayonnante du laser se
concentre en un minuscule point d’impact.
Lumière
4 m2
1m
Laser
0
Propagation de la lumière
20
2
De nombreuses applications laser (usinage
de matériaux, transmission de données,
certaines applications médicales) concernent la gamme infrarouge (invisible). Ce
rayonnement est particulièrement dangereux dans le proche infrarouge, c’est-à-dire
entre 700 et 1400 nm. En effet, le cristallin
le focalise sur la rétine comme le rayonnement visible. De faibles réflexions de
quelques milliwatts pouvant entraîner des
lésions irréversibles de la rétine, ces lasers
doivent donc être impérativement munis
d’un blindage. Si cette exigence ne peut
pas être satisfaite, les appareils seront
exclusivement utilisés dans des zones d’accès contrôlé et délimitées par des mesures
de construction et (ou) d’organisation.
10 m
7
Seul le rayonnement optique dans le spectre visible et le proche infrarouge, c’est-à-dire avec une
longueur d’onde comprise entre 400 et 1400 nm,
parvient à la rétine.
8 Classes laser
8.1 Classe 1
Les lasers de classe 1 sont sans danger
dans toutes les conditions d’utilisation raisonnablement prévisibles, même en combinaison avec des instruments optiques. Si le
rayonnement laser est accessible, celui-ci
est si faible que tout risque de lésion peut
être écarté. Si le rayonnement laser est
dangereux, il est inaccessible de par la
conception technique de l’appareil, même
en cas d’erreurs de manipulation.
Attention: l’utilisation d’une loupe ou d’un microscope sans filtre de protection laser peut entraîner
des lésions oculaires.
1M «élargi»
Classe 1 avec rayonnement accessible
jusqu’à classe 3B
max. classe 1
Attention: l’utilisation de jumelles sans filtre
de protection laser peut entraîner des lésions
oculaires.
L’intégralité du faisceau satisfait aux conditions de
la classe 1.
8.2 Classe 1M 8
Les lasers de classe 1M émettent un rayonnement accessible dans la gamme de longueurs d’onde de 302,5 nm à 4000 nm. Le
faisceau peut être «divergent» ou «élargi».
Remarque: les illustrations des faisceaux des classes M sont purement indicatives et ne respectent
pas obligatoirement les proportions réelles.
1M «divergent»
jusqu’à classe 3B
max. classe 1
L’intégralité du faisceau ne doit pas dépasser 0,5
watt (= valeur limite de la classe 3B). Dans la gamme de longueurs d’onde allant de 400 à 1400 nm,
le faisceau est limité par la pupille. Seul un faisceau
partiel, qui ne dépasse pas la valeur limite de la
classe 1, pénètre donc dans la cavité oculaire.
Grâce à la pupille, le faisceau dangereux est sans
danger pour les yeux. Pour les autres longueurs
d’onde, consulter la norme sur les appareils à laser.
8.3 Classe 2
Les lasers de classe 2 n’émettent que dans
le spectre visible et fournissent une puissance maximale de 1 milliwatt en émission
continue. La vision directe involontaire dans
le faisceau, même à l’aide d’instruments
optiques auxiliaires, entraîne un fort éblouissement, mais pas de lésions.
Remarque: de récentes études ont prouvé
que le réflexe palpébral n’est pas systématique. Aussi est-il recommandé d’éviter tout
éblouissement au cours de la manipulation
des lasers.
Classe 2 avec rayonnement accessible
L’intégralité du faisceau satisfait aux conditions de
la classe 2.
8
M pour «magnifying instruments».
21
8.4 Classe 2M 8
8.5 Classe 3A
Les lasers de classe 2M émettent un rayonnement accessible dans la gamme de
longueurs d’onde visible allant de 400 nm
à 700 nm qui est soit divergent soit élargi.
L’intégralité du faisceau ne doit pas dépasser 0,5 watt (= valeur limite de la classe 3B).
Le faisceau étant cependant limité par la
pupille, l’exposition de la rétine n’excède
jamais 1 mW.
Remarque: les illustrations des faisceaux des classes M sont purement indicatives et ne respectent
pas obligatoirement les proportions réelles.
2M «divergent»
jusqu’à classe 3B
max. classe 2
Attention: l’utilisation d’une loupe ou d’un microscope sans filtre de protection laser peut entraîner
des lésions oculaires.
2M «élargi»
jusqu’à classe 3B
Cette classe n’est plus admise pour les
lasers nouvellement mis en circulation.
Le faisceau des lasers de classe 3A est
volontairement élargi9, généralement en
forme de cercle ou de trait, par un dispositif optique ou de balayage. Les lasers de
classe 3A développent une puissance maximale de 5 mW dans la gamme visible et de
cinq fois la limite d’émission accessible de
la classe 1 dans la gamme invisible. Lorsqu’on regarde directement dans le faisceau,
la partie de rayonnement pouvant pénétrer
dans l’oeil est limitée par la dimension de la
pupille. Cette partie correspond au rayonnement d’un laser de classe 2 dans la gamme visible et à celui d’un laser de classe 1
dans la gamme invisible. L’oeil n’est alors
touché par aucun rayonnement inadmissible
à condition qu’aucun instrument optique
auxiliaire tel que des jumelles n’ait été utilisé.
Remarque: les lasers bon marché déclarés
comme appartenant à la classe 3A et dont
le rayonnement n’est pas élargi sont classés selon la norme américaine et non selon
la norme internationale CEI 60825-1 ou la
norme européenne EN 60825-1 en vigueur
dans la plupart des pays. Selon ces dernières, il s’agit d’appareils à laser de classe
3R. Cette classe ne doit être utilisée que
dans des cas justifiés, par du personnel formé et qualifié. Elle ne doit pas être utilisée
en public par des personnes inexpérimentées (voir également le point 4.12).
max. classe 2
Attention: l’utilisation de jumelles sans filtre
de protection laser peut entraîner des lésions
oculaires.
22
8
9
M pour «magnifying instruments».
Cet élargissement doit être plus large que le diaphragme limite défini par la norme sur les appareils
à laser. Ce diaphragme limite est une pupille fictive
d’un diamètre de 7 mm, dans la gamme de longueurs d’onde allant de 400 à 1400 nm. Pour de
plus amples informations, consulter la norme sur
les appareils à laser.
8.6 Classe 3R 10
8.8 Classe 4 11
Les lasers de classe 3R peuvent émettre
jusqu’à 5 mW (soit cinq fois la limite d’émission de la classe 2) dans la gamme de longueurs d’onde visibles comprises entre 400
et 700 nm et cinq fois la limite d’émission
de la classe 1 dans les autres longueurs
d’onde. Le faisceau ne doit pas être élargi.
Allègements par rapport à la classe 3B:
pas d’interrupteur à clé amovible, pas de
prise pour un circuit de sécurité extérieur,
pas d’accès restrictif.
La classe 4 comprend tous les lasers qui
ne répondent pas aux conditions des classes 1, 1M, 2, 2M, 3R ou 3B. Il n’y a pas
de limite supérieure de puissance pour les
lasers de classe 4.
Attention: les lasers de classe 3R peuvent
entraîner des lésions rétiniennes après une
courte exposition, même sans utilisation
d’un instrument optique. Texte d’avertissement sur l’appareil: «Eviter toute exposition
de l’oeil au rayonnement direct!»
Attention: le rayonnement et ses réflexions
peuvent être dangereux pour la peau et
les yeux. Avant d’observer des réflexions
diffuses, il faut vérifier si l’exposition maximale permise (EMP) n’est pas dépassée.
Sous l’influence du rayonnement, certaines
matières peuvent libérer des substances
nocives, produire des explosions ou déclencher des incendies.
Texte d’avertissement sur l’appareil: «Eviter
toute exposition de l’oeil et de la peau au
rayonnement direct ou diffusé!»
8.7 Classe 3B 11
En émission continue, les lasers de classe
3B ont une puissance maximale de 0,5
watt. L’observation du point irradié sur un
écran non réfléchissant (réflexion diffuse)
n’entraîne aucune lésion oculaire. Selon la
norme sur les appareils à laser, la distance
d’observation d’une réflexion diffuse doit
être supérieure à 13 cm et la durée consécutive d’observation ne doit pas dépasser
dix secondes.
Attention: la vision directe dans le faisceau
ou une réflexion spéculaire peut provoquer
des lésions oculaires, même en cas d’exposition de brève durée. Texte d’avertissement
sur l’appareil: «Ne pas s’exposer au faisceau!»
10
R = relaxed = classe 3B moins stricte, car risques
moindres.
11
En fonctionnement normal, l’utilisation des lasers
de classe 1 doit pouvoir s’effectuer sans dangers
sans nécessiter aucune instruction particulière.
En revanche, si la sécurité des personnes séjournant
près d’un appareil exige une instruction spéciale,
l’installation ne sera pas attribuée à la classe 1,
mais son innocuité sera précisée de manière concrète. Exemple: «Absence de dangers liés aux
rayonnements dans la zone marquée».
23
9 Bibliographie, commandes et renseignements
9.1 Bibliographie
Remarque: les textes de référence proposés ci-après complètent le contenu du présent feuillet (liste non exhaustive). Le nombre de prescriptions de sécurité concernant
les lasers ne cesse d’augmenter et les utilisateurs sont tenus d’actualiser leurs connaissances: les prescriptions ne figurant pas
encore dans ce feuillet ont donc également
un caractère obligatoire.
– Loi fédérale sur la sécurité
d’installations et d’appareils
techniques (LSIT), RS 819.1
– Ordonnance sur la sécurité
d’installations et d’appareils
techniques (OSIT), RS 819.11
OFCL
– Ordonnance sur les installations
électriques à courant fort
(ordonnance sur le courant fort),
RS 734.2
OFCL
– Ordonnance sur les matériels
électriques à basse tension
(OMBT), RS 734.26
OFCL
– Ordonnance sur la compatibilité
électromagnétique (OCEM),
RS 734.5
OFCL
– Ordonnance sur la protection
contre les nuisances sonores et
les rayons laser lors de manifestations (ordonnance son et
laser), RS 814.49
– Ordonnance sur les dispositifs
médicaux (ODim), RS 812.213
– Appareils électromédicaux –
Partie 2: Règles particulières
de sécurité pour les appareils
thérapeutiques et de diagnostic
à laser, EN 60601-2-22
– Sécurité des appareils à laser,
Partie 1: Classification et exigences, EN 60825-1 (traitée en
détail dans la publication
Laser Safety de R. Henderson
et K. Schulmeister, éditions
Taylor & Francis)
24
OFCL
OFCL
OFCL
ASE
SNV
ASE
SNV
– Sécurité des appareils à laser –
Partie 2: Sécurité des systèmes
de télécommunication par fibres
optiques, EN 60825-2
ASE
SNV
– Sécurité des appareils à laser –
Partie 10: Guide d’application et
notes explicatives concernant la
CEI 60825-1, CEI/TR 60825-10
ASE
SNV
– Safety of laser products –
Part 13: Measurements for
classification of laser products,
CEI 60825-13 (uniquement en
anglais)
ASE
SNV
– Safety of laser products –
Part 14: A user’s guide,
CEI 60825-14, remplace la
Partie 3 de la norme sur les
appareils à laser (uniquement
en anglais)
ASE
SNV
– Directive CFST 6509 «Soudage,
coupage et techniques connexes» Suva
– Protection individuelle de l’oeil –
Filtres et protecteurs de l’oeil contre
les rayonnements laser (lunettes
ASE
de protection laser), EN 207
SNV
– Protection individuelle de l’oeil –
Lunettes de protection pour les
travaux de réglage sur les lasers
et sur les systèmes laser (lunettes
de réglage laser), EN 208
ASE
SNV
– Ecrans pour postes de travail
au laser – Exigences et essais
de sécurité, EN 12254
ASE
SNV
– Directive 98/37/CE (2006/42/CE)
concernant le rapprochement
des législations des Etats
membres relatives aux machines
EICS
– Sécurité des machines –
Machines à laser,
EN ISO 11553-1 et 2
ASE
SNV
– La sécurité commence dès
l’achat, réf. 66084.f
Suva
– Valeurs limites d’exposition aux
postes de travail. VME/VLE, VBT
valeurs admissibles pour agents
physiques, réf. 1903.f
– Utilisation de lasers de forte
puissance à des fins médicales
et cosmétiques
9.3 Renseignements
OFSP
Office fédéral de la santé publique,
division radioprotection, 3003 Berne
bpa
Bureau de prévention des accidents, case postale, 3001 Berne
IFICF
Inspection fédérale des installations
à courant fort, Luppmenstrasse 1,
8320 Fehraltorf
Suva
Swissmedic-
9.2 Commandes
Toutes les publications mentionnées peuvent être téléchargées sur Internet.
OFCL Office fédéral des constructions et
de la logistique, 3003 Berne
EICS
ASE
SNV
Suva
Euro Info Centre Suisse, avenue
d’Ouchy 47, case postale 315,
1001 Lausanne
Electrosuisse, Association suisse
des électriciens, Luppmenstrasse 1,
8320 Fehraltorf
Association suisse de normalisation,
Bürglistrasse 29, 8400 Winterthour
Caisse nationale suisse d’assurance
en cas d’accidents, case postale,
6002 Lucerne
METAS Office fédéral de métrologie et
d’accréditation METAS, Lindenweg 50, 3003 Bern-Wabern
ASE
Electrosuisse, Luppmenstrasse 1,
8320 Fehraltorf
Suva
Caisse nationale suisse
d’assurance en cas d’accidents,
case postale, 6002 Lucerne
Secteur physique: pour les effets
du rayonnement accessible sur
l’homme
Secteur technique: pour la conception et la fabrication des machines
neuves
Secteur industrie et arts et métiers:
pour la conception des machines
en service
Swiss- Institut suisse des produits théramedic peutiques, Division Dispositifs
Médicaux, 3000 Berne 9
25
Annexe 1
Liste de contrôle pour l’achat d’un laser de petite
dimension avec rayonnement accessible
Pour chaque réponse négative, le vendeur doit se mettre en conformité avec les exigences du point en question ■
✘ . S’il refuse de s’exécuter, il faut renoncer à l’achat.
Identification
1 Le laser porte-t-il des indications sur le
fabricant et (ou) la personne responsable
de la mise en circulation, le type d’appareil, le numéro de série, etc. (plaque
d’identification) permettant une identification exacte de l’appareil?
■ oui
– caractéristiques du faisceau, par ex. diamètre
à une distance de 100 mm (uniquement pour
les classes 1M, 2M et 3A)
■ oui
■ non
■ non
Plaque signalétique indiquant les caractéristiques du laser (réf. Suva 1729/31.f)
Exemple de plaque d’identification
Etiquetage
Les lasers présentent des dangers inhabituels et généralement invisibles. Ils sont soumis à un étiquetage obligatoire indiquant
la classe à laquelle ils appartiennent et informant les utilisateurs sur les risques potentiels
et les règles de sécurité à respecter lors de
leur manipulation*.
2 Le laser porte-t-il un ou plusieurs
triangles d’avertissement?
■ oui ■ non
Plaque d’avertissement
«Attention: rayonnement laser»
(réf. Suva 1729/22)
3 Le laser porte-t-il l’indication de sa
classe et le texte d’avertissement
correspondant?
■ oui
5 L’émission d’un rayonnement laser invisible est-elle indiquée au moyen d’un avertissement correspondant?
■ oui ■ non
Notice d’instructions
6 Le laser a-t-il été livré avec une notice
d’instructions complète et celle-ci estelle à disposition du personnel?
■ oui ■ non
Une notice d’instructions complète doit comprendre, selon la complexité de l’appareil, un
mode d’emploi, l’indication des précautions
d’utilisation et un manuel d’installation et de
maintenance.
Déclaration de conformité
7 Les lasers fabriqués après 1997 sont-ils
munis d’une déclaration de conformité
de la personne responsable de la mise
en circulation (fabricant, vendeur)?
■ oui
■ non
■ non
Plaque indicatrice
(réf. Suva 1729/29.f)
4 Les caractéristiques du faisceau laser
sont-elles inscrites sur l’appareil?
Données minimales:
– longueur d’onde
– puissance du rayonnement ou énergie de
rayonnement et caractéristique de l’impulsion
26
* Les caractéristiques des lasers doivent toujours
figurer dans la notice d’instructions. Pour les appareils de classe 2 ou supérieure, elles doivent également être affichées sur l’appareil. Pour les lasers
de petite dimension, ces données peuvent être
jointes aux documents destinés à l’utilisateur ou
figurer sur l’emballage de l’appareil.
Insertion et enlève- 2.1
ment de la pièce
à usiner
Réglage des
éléments du laser
2
3
3.1
1.1
Soudage
1
No
Activités
No
Mode de fonditionnement:
normal (1), particulier (2.3)
Fonctionnement normal
Idem
Idem
Lésions oculaires,
notamment de la
rétine à cause du
rayonnement laser
invisible
Dangers
Yeux non
protégés des
techniciens de
maintenance
Idem
Yeux non
protègés de
l’utilisateur et
des tiers
Personne
dans la zone
dangereuse
3.1.1
2.1.1
1.1.1
No
Idem
Idem
Laser de forte
puissance
Nd-YAG
Cause
Système partiel:
Nd-YAG à haute puissance
Machine: laser pour l’usinage
de matériaux
Situation dangereuse
Appréciation du risque
Idem
Idem
Lésions rétiniennes dues
au rayonnement laser
diffusé parfois
non remarqué
et (ou) lésions
oculaires graves
dues au rayonnement erratique direct
Evénements
II-III
II-III
II-III
B
D
C
Idem
Idem
Le faisceau
laser ne doit
blesser personne.
Risques Objectif de
protection
G
P
Gravité du dommage (G)
I Décès
II Invalidité grave
III Invalidité légère
IV Blessure avec arrêt de travail
V Blessure sans arrêt de travail
Mesures
G
3.1.1.1 Port de lunettes de
protection laser,
accès interdit aux
tiers; fenêtres toutes
obstruées.
II-III
2.1.1.1 Le rayonnement laser II-III
ne peut atteindre
l’optique de soudage
que lorsque tous les
orifices d’alimentation sont fermés.
B
D
D
P
Risques
résiduels
1.1.1.1 Le rayonnement
II-III
laser ne peut pas
parvenir jusqu’à
l’optique de soudage
tant que le capot
de protection est
ouvert.
No
Probabilité (P)
A Fréquent
B Occasionnel
C Rare
D Improbable
E Quasi impossibile
Travaux de réglage uniquement par des personnes
dûment formées, autorisation au moyen de l’attestation de formation de la personne responsable de la
mise en circulation du
laser et de la direction.
Aucune
Les travaux de soudage
ne doivent être observés
qu’au moyen d’un filtre
laser de protection.
Toutes les parois latérales
amovibles doivent être
montées et tous les orifices
d’alimentation doivent être
fermés. Il faut que tous les
interrupteurs de surveillance soient en fonctionnement.
Remarques
Page 1 / 2
Visa: mlb
Date: 28.2.2005
Annexe 2
Exemple d’appréciation du risque
27
Annexe 3
Exigences relatives aux laboratoires laser
Définitions
– Zone laser contrôlée: zone où la présence et l’activité des personnes qui s’y
trouvent sont soumises à un contrôle et
à une surveillance en vue de la protection
contre les risques du rayonnement (norme
sur les appareils à laser EN 60825-1,
1994, point 3.37).
– Zone nominale de risque oculaire
(ZNRO): zone à l’intérieur de laquelle
l’éclairement ou l’exposition énergétique
dépasse l’exposition maximale permise
(EMP) appropriée sur la cornée; elle inclut
la possibilité de dépointage accidentel
du faisceau laser. Si la ZNRO comprend
la possibilité de vision assistée par utilisation d’aides optiques, elle sera désignée par «ZNRO étendue» (norme sur
les appareils à laser EN 60825-1, 1994,
point 3.55).
– Rayonnement laser erratique: rayonnement laser qui dévie d’un trajet défini du
faisceau. Un tel rayonnement inclut les
réflexions secondaires imprévues par des
composants du trajet du faisceau, les
rayonnements déviés par des composants désalignés ou endommagés et les
réflexions par une pièce en cours de traitement (norme sur les appareils à laser
EN 60825-1, 1994 point 3.27).
– Utilisateurs: les principaux utilisateurs
d’appareils à laser de classes 3B et 4
sont les cabinets médicaux, les hôpitaux, les instituts de recherche et les
entreprises industrielles et artisanales.
Objectif de protection
Les utilisateurs d’appareils à laser sont
tenus d’appliquer les mesures requises afin
que personne ne soit exposé à des rayonnments non autorisés, c’est-à-dire à un
rayonnement laser dépassant l’exposition
maximale permise (EMP) selon le tableau 6
de la norme sur les appareils à laser
EN 60825-1, 1994.
28
Délimitation et surveillance de la
zone nominale de risque oculaire
(ZNRO)
On ne peut en général atteindre l’objectif de
protection fixé qu’au moyen de mesures de
délimitation physique de la ZNRO, de sa
surveillance et de la restriction de l’accès
aux seules personnes autorisées et portant
l’équipement de protection adéquat. En cas
d’incidents, les intervenants extérieurs (pompiers, secouristes, etc.) doivent toujours
pouvoir accéder à la ZNRO sans courir de
risque. Pour ce faire, on peut installer à
l’entrée de la zone une boîte en verre plombée dans laquelle se trouvent une clef et
un interrupteur d’arrêt d’urgence. Si l’accès
à la ZNRO exige le port de lunettes de protection, son entrée doit être constituée
d’un sas. Les parois latérales, les portes
transparentes et les fenêtres doivent être
couvertes d’un matériau approprié. Si l’on
utilise des rideaux mobiles comme matériau
d’obstruction, il faut que le mécanisme de
fermeture soit relié au système de surveillance du laser. Le matériau choisi est jugé
approprié lorsqu’il a été testé selon les normes EN 12254 et (ou) EN 60825-4. En l’absence de certificat, il est possible de procéder à une autocertification. Il suffit que le
matériel remplisse les conditions requises
pour le cas donné. Selon le résultat des
tests effectués et de l’appréciation du risque,
les matériaux peuvent satisfaire à l’objectif
de protection du cas considéré, mais ne
seraient pas autorisés pour d’autres applications; le matériel testé (par ex. des feuilles
de protection ou des stores à lamelles en
PVC) ne doit donc pas être remis à d’autres
utilisateurs. La procédure de certification
doit être consignée, avec mention de la
date, du lieu et la signature du responsable
des tests. Le certificat fait partie intégrante
du concept obligatoire de sécurité et doit
pouvoir être présenté à l’organe d’exécution de la sécurité au travail si ce dernier en
fait la demande.
Principales exigences et mesures
de sécurité
– Etiquetage: la zone nominale de risque
oculaire et son accès doivent porter les
mêmes indications que les appareils à
laser qui s’y trouvent. «Des panneaux
avertisseurs appropriés doivent être
apposés sur les entrées des zones ou
les enceintes de protection contenant
des appareils à laser des classes 3B et
4» (norme sur les appareils à laser EN
60825-1, 1994, point 10.5: Panneaux
avertisseurs et point 5.9: Plaques indicatrices pour les panneaux d’accès).
– Pupitre de commande: l’appareil à
laser doit être monté et installé de manière à ce qu’on puisse toujours l’utiliser
sans risque. Le pupitre de commande
doit être installé de telle sorte que l’utilisateur ne soit pas mis en danger par le
rayonnement laser.
– Affichage du mode de fonctionnement:
si la situation exige de porter un équipement de protection individuelle, le mode
de fonctionnement dangereux de l’appareil doit être indiqué avant l’entrée de la
zone nominale de risque oculaire.
– Trajet des faisceaux: le trajet des faisceaux devrait toujours être protégé par
une enceinte ou un blindage. La zone
cible doit également être protégée de
façon à minimiser la sortie de radiation
diffuse. En raison du risque d’incendie,
seules les structures installées à demeure
sont autorisées pour les appareils à laser
de classe 4. Le laser et tous les élements
optiques doivent être sécurisés de telle
manière qu’ils ne puissent pas être
déplacés ou renversés accidentellement.
– Eclairage: un bon éclairage intérieur est
nécessaire, car de nombreuses lunettes
de protection laser provoquent aussi une
grande atténuation dans le domaine
spectral visible. Il convient d’installer un
régulateur de luminosité afin d’avoir assez
d’obscurité pour les travaux de réglage.
– Voies de fuite: L’aménagement de la
zone nominale de risque oculaire doit
permettre de quitter la zone sans difficulté.
Les conduites d’eau, les lignes électriques
et les circuits de mesure doivent passer
par le haut. Les instruments ne faisant
pas partie des accessoires des appareils
à laser, surtout s’ils sont inflammables,
doivent être entreposés hors de la zone
nominale de risque oculaire.
– Principales précautions à prendre:
selon le chap. 3 de la norme sur les
appareils à laser EN 60825-1 (chapitre
remplacé en 2004 par la norme CEI
60825-14, qui n’existe qu’en anglais):
– Appareils à laser de la classe 3B:
Des lasers de la classe 3B représentent
un danger potentiel si un faisceau direct
ou des réflexions spéculaires sont observés par un oeil non protégé (vision directe
dans le faisceau). Pour éviter une vision
directe du faisceau et pour maîtriser les
réflexions spéculaires, il est recommandé
de prendre les précautions suivantes.
a) Le fonctionnement du laser ne devrait
avoir lieu que dans une zone contrôlée.
b) Il faudrait veiller à ce que les réflexions
spéculaires intempestives ne se produisent pas.
c) Le faisceau laser doit être limité, si
possible, à la fin de son trajet utile,
par un corps formé d’un matériau
diffusant, d’une couleur et d’une
réflectivité telles qu’il soit possible de
régler la position du faisceau tout en
réduisant au minimum les risques de
réflexion.
d) La protection oculaire est nécessaire
s’il existe une possibilité d’observer
le faisceau soit directement, soit par
réflexion spéculaire, ou d’observer
une réflexion diffuse qui n’est pas
conforme aux conditions du point c).
e) A l’entrée des zones devrait être affiché un panneau avertisseur laser normalisé. (Point 12.5.2)
29
– Appareils à laser de la classe 4: Les
appareils à laser de la classe 4 peuvent
produire des lésions à la fois par le faisceau direct ou ses réflexions spéculaires
et par des réflexions diffuses. Ils représentent également un risque potentiel
d’incendie. Afin de réduire ces risques
au minimum, il faudrait appliquer les
mesures suivantes, en complément de
celles de 12.5.2.
a) Les trajets des faisceaux devraient
être protégés par une enceinte, chaque fois que c’est possible. L’accès
au voisinage du laser pendant son
fonctionnement devrait être limité aux
personnes portant des protecteurs
oculaires antilaser appropriés et des
vêtements de protection.
Il convient que les trajets des faisceaux
évitent les zones de travail dans la
mesure du possible et il convient de
monter les longues portions des tubes
à faisceaux de telle sorte que la dilatation thermique, les vibrations et autres
sources de déplacement dans ces
tubes n’affectent pas, de façon significative, l’alignement des composants
de formation des faisceaux.
b) Les lasers de la classe 4 devraient
être commandés à distance, chaque
fois que c’est possible en éliminant
ainsi la nécessité de présence physique du personnel à proximité du laser.
c) Un bon éclairage intérieur est important dans les zones où l’oeil est protégé.
Une couleur claire et diffusante de la
surface des murs contribue à remplir
cette condition.
d) L’incendie, les aberrations induites
thermiquement dans les composants
optiques et la fusion ou la vaporisation
de cibles solides conçues pour contenir le faisceau laser, constituent tous
des risques potentiels induits par le
rayonnement émis par des lasers de
la classe 4. Il convient de prévoir un
30
dispositif d’arrêt de faisceau adapté,
de préférence sous la forme d’un bloc
métallique convenablement refroidi ou
d’une cible en graphite. Il est possible
de manipuler de très fortes densités
de puissance en absorbant le rayonnement au moyen de multiples réflexions, chaque surface réfléchissante
étant inclinée d’un angle adéquat par
rapport au rayonnement incident afin
de répartir la puissance laser sur une
large surface.
e) Il peut être nécessaire de prendre
des précautions spéciales pour empêcher les réflexions indésirables dans
la partie invisible du spectre pour le
rayonnement laser situé dans l’infrarouge lointain, et le faisceau et la zone
d’impact devraient être entourés d’un
matériau opaque pour la longueur
d’onde du laser (même des surfaces
métalliques mates peuvent devenir
hautement spéculaires à la longueur
d’onde du CO2 de 10,6 µm).
Chaque fois que c’est possible, il
convient d’utiliser un blindage local
pour réduire la portée du rayonnement
réfléchi.
Il convient de vérifier initialement et
ensuite périodiquement l’alignement
des composants optiques dans le trajet
d’un rayonnement laser de la classe.
(Point 12.5.3 EN 60825-1:2004)
Annexe 4
Liste de contrôle des points à vérifier lors des
contrôles de sécurité périodiques
Les éléments indiqués ci-après vous permettront d’établir une liste de contrôle des
points à vérifier lors des contrôles de sécurité périodiques.
■
Etat de la zone nominale de risque
oculaire:
– délimitation
– contrôle de l’accès
■
Lampes indiquant l’état de fonction
de l’appareil (rayonnement enclenché
ou déclenché)
■
Intégrité des fenêtres et portes en verre
■
Fonction des arrêts d’urgence
■
Fonction des circuits de contrôle
■
Protections contre la haute tension
■
Dispositifs d’arrêt de faisceau
■
Protection du faisceau laser par une
enceinte
■
Aucun faisceau non blindé à hauteur
des yeux
■
Pas d’objets inutiles et (ou) réfléchissants
■
Pas de liquides ou objets inflammables
■
Pas de postes de travail non concernés
par le projet
■
Extincteurs
■
Voies de fuite
■
Sécurisation des obstacles pouvant
faire trébucher
■
Sécurisation des points dangereux
pour la tête
■
Sécurisation des mouvements relatifs
(zones de coincement)
■
Sécurisation des bouteilles de gaz
■
Fonction du système d’aspiration des
substances nocives
31
Annexe 5
Contrôles préventifs de la vue
Rayonnements ionisants et rayonnements non ionisants
Pour la protection contre les rayonnements
nocifs (cf. art. 45 OPA), on opère une distinction entre rayonnements ionisants et
rayonnements non ionisants.
Les rayonnements ionisants comprennent
les rayons X et les radiations nucléaires.
Les rayonnements non ionisants regroupent
les ondes radioélectriques et les microondes, les rayonnements infrarouge et
ultraviolet, le smog électrique, les champs
magnétiques et électromagnétiques et les
rayonnements laser.
Risques inhérents au rayonnement
laser
Toutes les sources ordinaires de rayonnement produisent un champ de rayonnement
de dimensions étendues. Ce n’est pas le
cas d’un appareil à laser, car son rayonnement est extrêmement concentré et possède
une densité de puissance très élevée.
Référence
66049.f
1400 nanomètres, le risque de lésion oculaire est particulièrement élevé parce que le
cristallin focalise la lumière, déjà fortement
concentrée, en un point sur la rétine et
qu’une cellule rétinienne détruite ne se
régénère pas.
Recommandation
Selon les spécialistes, la rétine est également soumise à un processus de vieillissement. Il n’est donc pas possible de distinguer, même sur le moment, si les problèmes visuels proviennent d’un vieillissement,
d’une inflammation ou d’un contact avec
un faisceau laser. Les examens préventifs
de la vue s’avèrent donc contre-productifs
puisque les détériorations constatées peuvent être attribuées par erreur à un contact
avec un faisceau laser et non pas au processus de vieillissement.
La bonne attitude
• Faire faire un examen de contrôle chez
un ophtalmologue tout de suite après un
contact de l’oeil avec un faisceau laser.
A proximité d’une source lumineuse ordinaire, nous sommes automatiquement exposés à une dose de rayonnement, alors qu’à
proximité d’un laser, nous ne sommes irradiés que si nous entrons dans le faisceau
concentré. L’effet nocif se manifeste immédiatement. Des conséquences tardives,
dues à l’accumulation d’irradiations inaperçues, ne sont pas connues.
• Arrêter les contrôles préventifs de la vue.
En cas d’utilisation d’appareils à laser de
forte puissance (classes 3B et 4) dans les
longueurs d’onde comprises entre 400 et
– due à une cause extérieure
Définition d’un accident
L’atteinte portée au corps humain est:
– soudaine
– dommageable
– inhabituelle
– involontaire
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising