informatique et reseaux pour l`industrie et les services techniques

informatique et reseaux pour l`industrie et les services techniques
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE
LA RECHERCHE
__________________________________________________________________________________
Direction de l’enseignement supérieur
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR
INFORMATIQUE ET RESEAUX
POUR L’INDUSTRIE ET LES SERVICES TECHNIQUES
Sommaire
Pages
ARRETE portant définition et fixant les conditions de délivrance du Brevet de
technicien Supérieur Informatique et réseaux pour l’industrie et les services
techniques
2
ANNEXE I…………………………………………………………………………………………..
5
- Référentiel des activités professionnelles
- Référentiel de certification
ANNEXE II………………………………………………………………………………………….
133
Stage en milieu professionnel
ANNEXE III………………………………………………………………………………………….
137
Horaire hebdomadaire
ANNEXE IV………………………………………………………………………………………….
139
Règlement d’examen
ANNEXE V………………………………………………………………………………………….
141
Définition des épreuves ponctuelles et des situations d’évaluation en cours de
formation
ANNEXE VI………………………………………………………………………………………….
160
Tableau de correspondance d’épreuves - unités
1
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE
L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA
RECHERCHE
Arrêté portant définition et fixant les
conditions de délivrance du brevet de
technicien supérieur « informatique et
réseaux pour l’industrie et les services
techniques »
DIRECTION DE L'ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR
LE MINISTRE DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE
VU le code de l’éducation
VU le décret n ° 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien
supérieur ;
VU l’arrêté du 9 mai 1995 fixant les conditions d’habilitation à mettre en œuvre le contrôle en cours de
formation en vue de la délivrance du baccalauréat professionnel, du brevet professionnel, et du brevet de
technicien supérieur ;
VU l’arrêté du 9 mai 1995 relatif au positionnement en vue de la préparation du baccalauréat
professionnel, du brevet professionnel et du brevet de technicien supérieur ;
VU l’avis de la commission professionnelle consultative de la métallurgie du 19 mars 2002
VU l’avis du Conseil Supérieur de l’Education du 6 juin 2002 ;
VU l’avis du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du 17 juin 2002 ;
ARRETE
ARTICLE PREMIER
La définition et les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur «informatique et réseaux
pour l’industrie et les services techniques » sont fixées conformément aux dispositions du présent arrêté.
ARTICLE 2
Les unités constitutives du référentiel de certification du brevet de technicien supérieur «informatique et
réseaux pour l’industrie et les services techniques » sont définies en annexe I au présent arrêté.
Cette annexe précise les unités communes au brevet de technicien «informatique et réseaux pour
l’industrie et les services techniques » et à d’autres spécialités de brevet de technicien supérieur.
2
ARTICLE 3
La formation sanctionnée par le brevet de technicien supérieur « informatique et réseaux pour l’industrie
et les services techniques » comporte des stages en milieu professionnel dont les finalités et la durée
exigée pour se présenter à l’examen sont précisées à l’annexe II au présent arrêté.
ARTICLE 4.
En formation initiale sous statut scolaire, les enseignements permettant d’atteindre les compétences
requises du technicien supérieur sont dispensés conformément à l’horaire hebdomadaire figurant en
annexe III au présent arrêté.
ARTICLE 5
Le règlement d’examen est fixé en annexe IV au présent arrêté. La définition des épreuves ponctuelles et
des situations d’évaluation en cours de formation est fixée en annexe V au présent arrêté.
ARTICLE 6
Pour chaque session d’examen, la date de clôture des registres d’inscription et la date de début des
épreuves pratiques ou écrites sont arrêtées par le ministre chargé de l’éducation nationale.
La liste des pièces à fournir lors de l’inscription à l’examen est fixée par chaque recteur.
ARTICLE 7
Chaque candidat s’inscrit à l’examen dans sa forme globale ou dans sa forme progressive conformément
aux dispositions des articles 16, 23, 24 et 25 du décret du 9 mai 1995 susvisé.
Il précise également s’il souhaite subir l’épreuve facultative de langue.
Dans le cas de la forme progressive, le candidat précise les épreuves ou unités qu’il souhaite subir à la
session pour laquelle il s’inscrit.
Le brevet de technicien supérieur «informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques » est
délivré aux candidats ayant passé avec succès l’examen défini par le présent arrêté conformément aux
dispositions du titre III du décret du 9 mai 1995 susvisé.
ARTICLE 8
Les correspondances entre les épreuves de l’examen organisées conformément à l’arrêté du 3 septembre
1997 portant définition et fixant les condition de délivrance du brevet de technicien supérieur
« informatique industrielle » et les épreuves de l’examen organisées conformément au présent arrêté sont
précisées en annexe VI au présent arrêté.
La durée de validité des notes égales ou supérieures à 10 sur 20 aux épreuves de l’examen subi selon les
dispositions de l’arrêté du 3 septembre 1997 précité et dont le candidat demande le bénéfice dans les
conditions prévues à l’alinéa précédent, est reportée dans le cadre de l’examen organisé selon les
dispositions du présent arrêté conformément à l’article 17 du décret du 9 mai 1995 susvisé et à compter
de la date d’obtention de ce résultat.
3
ARTICLE 9
La première session du brevet de technicien supérieur «informatique et réseaux pour l’industrie et les
services techniques » organisée conformément aux dispositions du présent arrêté aura lieu en 2004.
La dernière session du brevet de technicien supérieur « informatique industrielle » organisée
conformément aux dispositions de l’arrêté du 3 septembre 1997 portant définition et fixant les conditions
de délivrance du brevet de technicien supérieur « informatique industrielle » aura lieu en 2003. A l’issue
de cette session, l’arrêté du 3 septembre 1997 précité est abrogé.
ARTICLE 10
La directrice de l’enseignement supérieur et les recteurs sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de
l’exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.
N.B. Le présent arrêté et ses annexes III, IV et VI seront publiés au bulletin officiel de l’éducation nationale du
au prix de
euros, disponible au centre national de documentation pédagogique 13,
rue du Four 75006 Paris, ainsi que dans les centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique.
L’arrêté et l’ensemble de ses annexes seront diffusés par les centres précités.
4
ANNEXE I
5
REFERENTIEL DES
ACTIVITES PROFESSIONNELLES
6
SOMMAIRE
I. Définition du diplôme
8
II. contexte professionnel
10
III. Présentation Générale des Activités professionnelles
11
IV. Présentation Détaillée des Activités professionnelles
13
V. Glossaire
32
7
I. DEFINITION DU DIPLÔME
A. Dénomination
Brevet de technicien supérieur en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques (BTS IRIS).
B. Fonction du technicien supérieur en informatique et réseaux pour l’industrie et les
services techniques
Le technicien supérieur en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques (TS IRIS) développe et
exploite des applications et des systèmes informatiques organisés ou non en réseau(x), destinés aux procédés de
productions de biens d’équipement et de services techniques.
Il exerce principalement ses activités professionnelles au sein d’une équipe, soit dans des sociétés de services en
informatique industrielle, soit dans des sociétés utilisatrices ou réalisatrices d’équipements informatisés. Les emplois
visés sont ainsi associés aux fonctions de développement de solutions en informatique et réseaux pour l’industrie et
les services techniques, mais également aux fonctions de mise en service, d’exploitation, de maintenance et de
rénovation d’installations centralisées et organisées en réseau(x).
Historiquement, les champs technologiques du TS IRIS (anciennement technicien supérieur en informatique
industrielle : TS II) concernaient principalement des systèmes informatiques centralisés permettant la commande et la
surveillance de procédés industriels.
Les développements actuels des systèmes informatiques, embarqués ou non, et des systèmes de communication,
élargissent considérablement les domaines d’application de l’informatique industrielle. En particulier, l’intégration dans
les produits et les systèmes (industriels ou non) des nouvelles technologies de l’information et de la communication se
concrétise par l’apparition de nouvelles générations d’équipements. Par ailleurs, les logiciels incorporés aux matériels
et les échanges de données informatisés ont permis l’émergence de nouvelles prestations destinées à gérer, exploiter
et maintenir les équipements. Le TS IRIS est ainsi au cœur d’une révolution technologique où la communication et les
services techniques prennent de plus en plus d’importance.
Le TS IRIS peut exercer ses activités dans des domaines aussi divers que :
- la production de biens d’équipements industriels ou non,
- les industries de transformation,
- la santé,
- les transports,
- la gestion technique de bâtiments,
- les services techniques,
- etc.
Les progrès technologiques importants et permanents, l’adaptation nécessaire à des interlocuteurs travaillant dans ces
différents domaines, mais aussi les changements organisationnels (travail coopératif) liés aux développements des
services techniques, ont participé à une recomposition du métier. Les fonctions du TS IRIS sont variées et évolutives.
Les grandes familles d’emplois visés peuvent par exemple concerner :
- le développement de systèmes informatiques, tant pour la partie matérielle que logicielle, la demande croissante
de logiciels réutilisables favorisant l’utilisation de langages « orientés objet »,
- l’exploitation de systèmes informatiques en réseaux,
- la maintenance, à distance ou non, l’assistance technique aux utilisateurs,
- le commercial.
8
Sa formation à fort caractère scientifique et technique lui permet de participer, en autonomie totale ou partielle, à
différentes activités liées au cycle de vie d'un système informatique, de s’adapter aux évolutions technologiques
permanentes et de s’intégrer plus facilement aux nouvelles organisations de services techniques aux clients et
utilisateurs.
Par exemple, au sein d ‘une équipe de projet, le TS IRIS peut au cours de la conception d’une application, appliquer de
nouvelles méthodes de développement rapide, fondées sur la réalisation de « maquettes » et l’intégration de
composants réutilisables, afin d’assurer la bonne adéquation entre les attentes du client et l’application. De même, il
élabore et maintient des applications qu’il intègre à des solutions informatiques globales, il accompagne leurs mises en
production, forme les utilisateurs et parfois assure une assistance technique. Un dialogue constant est donc
nécessaire avec les utilisateurs et avec l’ensemble des interlocuteurs.
La formation pluridisciplinaire du BTS permet, en dehors de l’apport de la compétence technique nécessaire pour
traiter une application en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques, d’apporter les bases
nécessaires pour faciliter son insertion professionnelle et notamment pouvoir :
•
satisfaire le besoin du demandeur, car la réussite du projet en dépend directement,
•
respecter les délais et les coûts, ce qui nécessite une bonne intégration dans l’équipe de projet,
•
satisfaire à des critères de qualité, tant au niveau de la solution matérielle et logicielle produite, qu’au
niveau des documents élaborés (conception, exploitation, maintenance, etc.),
•
communiquer avec les différents services de l’entreprise (direction, services techniques, etc.), avec les
clients et les utilisateurs finaux, notamment en langue anglaise (ouverture européenne, traduction de
documentation technique, utilisation du réseau Internet, etc.).
Plusieurs aptitudes et compétences générales sont également développées dans le cadre de ce diplôme :
- une culture technologique de base nécessaire pour traiter en autonomie totale ou partielle les applications
les plus couramment rencontrées,
- une faculté d’adaptation,
- l’aptitude à assurer une veille technologique (mise à jour des connaissances, maîtrise des évolutions
technologiques, etc.),
- le sens de la communication orale et écrite,
- l’aptitude au travail en équipe,
- de la méthode, de la rigueur et le sens de l’initiative.
9
II. CONTEXTE PROFESSIONNEL
A. Les types d’entreprises
Le TS IRIS peut exercer ses activités essentiellement dans trois types d’entreprises :
- les sociétés de services en informatique industrielle,
- les sociétés utilisatrices d’équipements automatisés et (ou) informatisés,
- les entreprises réalisatrices de solutions dédiées et d’équipements automatisés et (ou) informatisés.
B. Les catégories de systèmes
Le TS IRIS peut être amené à exercer ses activités professionnelles sur les systèmes suivants :
- les systèmes électroniques qui impliquent essentiellement le développement de matériels et logiciels dédiés,
embarqués ou non embarqués,
- les systèmes de contrôle/commande permettant la commande et le suivi de procédés industriels,
- les interfaces de dialogue hommes/machines,
- les systèmes de traitement et de communication (voix, données, images) permettant le transfert de données dans
une architecture informatique.
C. Les emplois visés
Les emplois visés sont associés aux fonctions de développement, d’exploitation, de maintenance et de rénovation de
solutions en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques.
A titre d’exemple : technicien en bureau d’étude, développeur d’applications, intégrateur de systèmes et de réseaux,
installateur de systèmes informatiques, etc.
Le technicien supérieur peut également exercer ses activités en situation de responsabilité au sein d’une équipe, dans
son entreprise ou en clientèle.
A titre d’exemple : responsable du support technique, technicien de maintenance, technico-commercial, formateur, etc.
D. L’évolution des activités professionnelles
L’évolution des métiers de l’informatique est liée aux mutations technologiques qui favorisent la répartition et le partage
des ressources matérielles, logicielles et informationnelles. Elle se traduit notamment par l’émergence d’activités
professionnelles nouvelles relatives à la mise en œuvre, la configuration, l’exploitation, la maintenance et l’évolution
d’un parc informatique organisé (ou à organiser) en réseau(x). L’une des caractéristiques des applications relevant de
l’informatique industrielle est l’hétérogénéité des matériels (micro-ordinateurs, stations de travail, serveurs, automates
programmables, constituants communicants, etc.) et des logiciels (systèmes d’exploitation, programmes d’application,
etc.) qui peuvent être utilisés et reliés (réseaux locaux industriels et informatiques, bus de terrain, etc.) dans une même
application.
10
III. PRESENTATION GENERALE DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Un projet informatique est toujours marqué par un certain nombre d'étapes caractéristiques de l’avancement de son
développement. Ces étapes peuvent être représentées par un modèle (Figure 1) inspiré du cycle de vie utilisé en
1
génie logiciel et en génie automatique. Ce modèle permet de situer les activités professionnelles du TS IRIS. Pour
2
chaque tâche professionnelle associée à une activité, il convient alors de préciser son degré d’implication (autonomie
ou participation).
Chaque activité est caractérisée par des données d'entrée (cahier des charges fourni par l'activité située en amont) et
des données de sortie ou résultats d'activité (cahier des charges ou spécification pour l'activité suivante).
Une bonne gestion de projet nécessite une identification rigoureuse de ces activités et des résultats intermédiaires
attendus.
L’axe horizontal met en évidence la correspondance entre les activités de conception et les activités de tests ou
d’intégration. Afin d’assurer la bonne réalisation des activités de tests et d’intégration, des dossiers de tests et des
cahiers de recette sont produits au cours des activités de conception.
L’axe vertical traduit le degré d'abstraction : du plus général au plus particulier, du plus fonctionnel au plus
technologique, du plus intégré au plus élémentaire.
Analyse
des besoins
Exploitation
Optimisation
Maintenance
Evolution locale (ou rénovation)
Installation,
mise en service
Spécification
du système
Cahier des charges
Conception
architecture
matérielle
Conception
générale du
logiciel
Conception
détaillée du
matériel
Intégration
logicielle
Conception
détaillée du
logiciel
Tests
logiciels
Intégration
matérielle
Tests
matériels
Codage
Réalisation
Figure 1 : Modèle des activités de développement d’un système informatique.
1
Classe de tâches faisant partie d'un processus de travail.
Acte professionnel prescrit caractérisé par un ensemble d’opérations élémentaires à réaliser dans un temps donné et
sous certaines conditions.
2
11
Présentation générale des activités professionnelles du TS IRIS :
•
Analyse et spécification d’un système informatique à développer :
Lors d’une activité d'analyse d'un système informatique à développer, le TS IRIS participe à la collecte des
informations nécessaires à l’élaboration du cahier des charges préliminaire. Lors d’une activité de spécification, le
technicien supérieur peut être amené à participer à la rédaction d’une partie des spécifications, il caractérise certaines
fonctions du système informatique à développer et participe à la rédaction du cahier de recette finale.
•
Conception générale et détaillée
A partir des fonctions principales à satisfaire, identifiées à l’aide des spécifications, de la caractérisation des
entrées/sorties du système, le TS IRIS identifie les besoins matériels et logiciels d’interfaçage, il conçoit l‘architecture
des interfaces homme/machine, décrit l’architecture du système informatique centralisé ou en réseau. Cette activité a
pour objet la production d’une maquette de l’application à partir de diagrammes de classes, la réalisation partielle d’un
dossier de conception détaillée et la rédaction des cahiers de tests unitaires logiciels et matériels.
•
Codage et réalisation
A partir des dossiers de conception, l’activité a pour objet le câblage et l’assemblage des constituants matériels, la
configuration et la mise en œuvre de matériels et de logiciels, le codage et l’assemblage de modules logiciels (qui
peuvent être réutilisables) et l’élaboration de dossiers de programmation.
•
Tests, mises au point et validation
En respectant des procédures décrites dans les dossiers de tests, il s’agit de réaliser les tests unitaires des
constituants matériels et des modules logiciels d’un système informatique, ainsi que les tests de communication entre
systèmes. Ces tests font l’objet de rédactions de procès-verbaux de tests unitaires.
•
Intégration et interconnexions de systèmes
Le technicien supérieur assemble et intègre des composants et des ensembles matériels et logiciels (configuration de
coupleurs, de systèmes d’exploitation et d’applications, etc.). Il interconnecte des systèmes (liaisons point à point,
réseaux de terrain, réseaux locaux ou étendus).
•
Installation, exploitation, optimisation et maintenance
L’activité concerne d’une part, l’installation et la mise en service de nouvelles applications et, d’autre part, l’exploitation
et la maintenance d’un système informatique existant. Le TS IRIS peut assurer un support technique auprès des
utilisateurs sur site ou à distance.
•
Évolution locale ou rénovation d’un système informatique
A partir d’un cahier des charges d’évolution et du système informatique installé, cette activité consiste à assurer tout ou
partie des activités précédentes pour atteindre l’objectif souhaité.
Les activités décrites ci-dessus, réalisées au sein d’une équipe de projet ou d’exploitation, s’effectuent en étroite
collaboration avec des services associés de l’entreprise et les partenaires extérieurs concernés. Elles impliquent les
activités transversales suivantes :
•
Gestion de projet
Le technicien supérieur situe son activité dans une organisation par projet et au sein d’une équipe. Il organise et
assure, sous la direction d’un chef de projet, ses interventions dans le cadre de la tâche dont il a la responsabilité. Il
exploite et renseigne des indicateurs de suivi de projet et de qualité. Il participe à l’estimation des coûts et des délais.
•
Coopération et communication notamment en langue anglaise
Au sein d’une équipe de projet, le technicien supérieur est amené, à communiquer avec différents services et avec les
utilisateurs. Il élabore divers dossiers et documents, expose des choix techniques et des résultats de travaux, transmet
son savoir et son savoir-faire et forme les utilisateurs à l'exploitation des solutions mises en place.
12
IV. PRESENTATION DETAILLEE DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
AVANT-PROPOS
15
RECAPITULATIF PAR ACTIVITE DES TACHES REALISEES EN AUTONOMIE
17
ANALYSE ET SPECIFICATION D’UN SYSTEME INFORMATIQUE A DEVELOPPER
19
CONCEPTION GENERALE ET DETAILLEE
20
CODAGE ET REALISATION
22
TESTS, MISES AU POINT ET VALIDATION
24
INTEGRATION ET INTERCONNEXION DE SYSTEMES
25
INSTALLATION, EXPLOITATION, OPTIMISATION ET MAINTENANCE
26
EVOLUTION LOCALE OU RENOVATION D’UN SYSTEME INFORMATIQUE
28
GESTION DE PROJET
30
COOPERATION ET COMMUNICATION notamment en langue anglaise
31
DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D’EVALUATION EN
COURS DE FORMATIONEpreuve E.1 : Expression
142
Epreuve E.2 : Mathématiques
146
Epreuve E.3 : Physique appliquée
148
Épreuve E.4 : Étude d’un système informatisé
149
Épreuve E.5 : Communication professionnelle
151
Épreuve E.6 : Projet informatique
153
Epreuve facultative : Langue vivante étrangère II
159
13
14
AVANT-PROPOS
La présentation détaillée des activités professionnelles est structurée selon les activités du cycle de développement
d’un système informatique (Figure 1 page 11). Il s’agit dans cette partie du document de définir les différentes tâches
professionnelles nécessaires à l’accomplissement de chacune des activités de ce cycle de développement.
La caractérisation de chaque activité du cycle de vie est réalisée grâce à trois tableaux (Figure 2 page 16) :
•
un tableau « TÂCHES » où l’on trouve une description succincte de chaque tâche professionnelle associée à
l’activité concernée (par exemple : Réaliser les câblages et les assemblages des constituants matériels.).
Chaque tâche est repérée de la manière suivante : Ti.j, où i est le numéro d’activité et j le numéro de la tâche.
•
un tableau « DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE » où sont recensées des informations
d'entrée de tâches pouvant être réalisées en autonomie, c'est- à-dire l'ensemble des éléments nécessaires à
l'accomplissement de celles-ci : données issues des phases amont (objectifs, spécifications, solutions et
contraintes, critères).
•
un tableau « SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001 » où sont recensés quelques exemples de
situations de travail d’un TS IRIS ainsi que des exemples de moyens matériels et logiciels utilisés dans chacune
de ces situations de travail.
Ces exemples, fournis par les membres de la profession ayant participé à la rédaction du référentiel des activités
professionnelles, ont pour but d’illustrer et surtout de délimiter le champ d’intervention du TS IRIS.
Un niveau d’implication a été défini comme indicateur de niveau d'intervention et d'autonomie dans la réalisation, par
le TS IRIS, d'une tâche professionnelle associée à une activité du cycle de vie d’une application d’informatique
industrielle. Le niveau d'implication du TS IRIS vis- à- vis de cette tâche professionnelle, précise donc, ce que le TS IRIS
peut effectivement faire dans le cadre de celle-ci.
La colonne de droite du tableau « TÂCHES » (Figure 2 page 16) caractérise le niveau d’implication associé à chaque
tâche professionnelle pour une activité donnée.
Une échelle à deux niveaux a été retenue pour qualifier ce niveau d'implication du TS IRIS :
- Niveau P : Participer à la réalisation d’une tâche professionnelle
Qualifie la capacité du TS IRIS :
- à comprendre, par l'intermédiaire d'un exposé ou d'une lecture de dossier, la nature d'une tâche ne relevant
pas de sa compétence, et (ou) à en interpréter les résultats ;
- à (n') assurer (qu') une partie de la tâche, au sein et avec l'aide d'une équipe, sous l'autorité et la responsabilité
d'un chef de projet. Elle implique de s'informer et de communiquer avec les autres membres de l'équipe.
- Niveau A : Réaliser en autonomie une tâche professionnelle
Qualifie la capacité du TS IRIS :
- à réaliser, en autonomie, tout ou partie d’une tâche associée à une activité du cycle de vie. Cette capacité
suppose une bonne maîtrise des aspects techniques de cette tâche professionnelle, des capacités à s'informer,
à communiquer (rendre compte et argumenter) et à s'organiser ;
- à maîtriser sur les plans techniques, procéduraux et décisionnels une tâche associée à une activité du cycle de
vie. Cette capacité de maîtrise d’œuvre implique la capacité à certifier l'adéquation entre les buts et les résultats
de la tâche, à animer et encadrer une équipe, à décider des mesures éventuelles à prendre, à conduire et à
maîtriser une évolution limitée de l’application et à transférer son savoir.
15
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Cahier des charges
DESIGNATION DE L’ACTIVITE
Groupe d’activités
concernées
TACHES
Ti.1
Désignation de la tâche
Ti.2
………………………………………………………………………………………………………
…..
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
Niv.
*
Niveau d’implication
Repère de la tâche
(autonomie ou participation)
Tâches réalisées en
autonomie
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
Ti.1 Ti.2 Ti.3 Ti.4 Ti.5
X
X
Description des données disponibles pour réaliser une ou plusieurs tâches.
X
X
X
…………..
…………..
X
X
……………
Tâches réalisées en
autonomie
Ti.1 Ti.2 Ti.3 Ti.4 Ti.5
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Description d’une situation de travail
particulière.
………………...
………………………….
X
X
………………..
Exemples de moyens utilisés
Description de moyens matériels et logiciels
utilisés dans cette situation de travail
particulière
…………….
……………….
…………………
Figure 2 : Caractérisation de chaque activité professionnelle du TS IRIS.
16
RECAPITULATIF PAR ACTIVITE DES TACHES REALISEES EN AUTONOMIE
Activités
Tâches réalisées en autonomie
Analyse et spécification d’un
système informatique à développer
Caractérisation de certaines fonctionnalités (performances, qualité, coûts,
délais, sécurité, disponibilité, exploitation, maintenance, etc.).
Conception générale et détaillée
Interprétation des spécifications (notamment logicielles) et identification des
fonctions principales.
Caractérisation des interfaces d’entrées/sorties du système.
Conception de l’architecture des interfaces homme - machine.
Description de l’architecture d’un réseau.
Identification des besoins matériels et logiciels pour l’interfaçage.
Description de l’architecture matérielle associée à une fonctionnalité
donnée.
Utilisation des diagrammes de classe pour produire une maquette de
l’application.
Apport documentaire dans un dossier de conception détaillée.
Rédaction des cahiers de tests unitaires logiciels et matériels (notamment
des procédures).
Codage et réalisation
Réalisation des câblages et des assemblages des divers constituants
matériels.
Réalisation des configurations matérielles et logicielles de l’application.
Codage et assemblage des modules logiciels (dans le respect des
standards entreprise).
Fabrication de modules logiciels réutilisables et réalisation de la
documentation associée.
Mise en œuvre de composants logiciels commercialisés (ou développés et
référencés dans l’entreprise).
Élaboration d’un dossier de programmation.
Élaboration de documents de suivi de réalisation et de codage.
Tests, mises au point et validation
Réalisation des tests unitaires des matériels et des logiciels.
Test d’une communication entre deux systèmes (du niveau physique au
niveau application).
Élaboration des procès verbaux des tests unitaires.
Intégration et interconnexion de
systèmes
Installation des cartes d’interfaces et des pilotes associés.
Réalisation des connexions entre différents matériels et des câblages
adaptés aux liaisons.
Configuration et test d’un système de communication informatique
(connexions, protocoles, systèmes d’exploitation, applications).
Intégration ou modification d’un module logiciel dans une architecture
informatique existante.
17
Activités
Installation, exploitation,
optimisation et maintenance
Evolution locale ou rénovation
d’un système informatique
Tâches réalisées en autonomie
Mise en service d’une nouvelle installation et validation de tout ou partie du
fonctionnement.
Relevé des dysfonctionnements d’un système informatique et communication
des informations aux personnes compétentes (pour répondre à des critères de
qualité).
Formulation de propositions d’améliorations ou d’évolutions potentielles.
Suivi des procédures d’exploitation, de maintenance et de sûreté (disponibilité
et sécurité).
Réalisation du support technique (sur site ou à distance) pour les utilisateurs
des équipements matériels et logiciels.
Mise à jour de matériels et de logiciels.
Intégration des modifications.
Réalisation des tests d’intégration.
Gestion de projet
Intégration et travail dans une organisation par projet.
Suivi des commandes des matériels et des logiciels.
Renseignement des indicateurs permettant le suivi d’un projet.
Organisation et structuration de ses interventions en respectant les contraintes
du projet et les procédures de qualité et de sûreté de l’entreprise.
Gestion des évolutions des versions successives des logiciels et des
documents produits.
Coopération et communication
notamment en langue anglaise
Intégration et travail en équipe.
Exposé et argumentation des choix de conception, des choix techniques et
des résultats de travaux auprès du service concerné ou du client (communication
écrite et orale).
Recherche et structuration des informations adaptées aux interlocuteurs.
Organisation et présentation des informations.
Information, formation et assistance des utilisateurs.
Élaboration ou mise à jour des dossiers et des rapports.
18
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Cahier des charges
ANALYSE ET SPECIFICATION
D’UN SYSTEME INFORMATIQUE A DEVELOPPER
TACHES
Niv.*
Analyser les besoins :
T1.1
Collecte des informations nécessaires à l’élaboration des appels d’offres ou du cahier des charges
P
préliminaire.
T1.2
Étude de faisabilité technique et participation à sa vérification.
P
Spécifier :
T1.3
Caractérisation de certaines fonctionnalités (performances, qualité, coûts, délais, sécurité,
A
disponibilité, exploitation, maintenance, etc.).
T1.4
Rédaction d’une partie des spécifications.
P
T1.5
Élaboration du cahier de recette finale.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches
réalisées
en
autonomie
T1.3
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
X
Documents de spécification.
Cahier des charges.
X
Cas d’utilisation.
Tâches
réalisées
en
autonomie
T1.3
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
Détermination des contraintes d’exploitation d’un Supervision d’un procédé industriel.
système.
X
Réalisation d’une maquette d’interface homme - Outils de développement graphique.
machine.
X
Mise en œuvre de tout ou partie d’un système Procédé de comptage.
imposé par le cahier des charges.
19
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Cahier des charges
CONCEPTION GENERALE ET DETAILLEE
TACHES
Niv.*
T2.1 Interprétation des spécifications (notamment logicielles) et identification des fonctions principales.
A
T2.2 Caractérisation des interfaces d’entrées/sorties du système.
A
T2.3 Conception de l’architecture des interfaces homme - machine.
A
T2.4 Description de l’architecture d’un réseau.
A
T2.5 Identification des besoins matériels et logiciels pour l’interfaçage.
A
T2.6 Choix matériels, logiciels et d’architectures.
P
T2.7 Description de l’architecture matérielle associée à une fonctionnalité donnée.
A
T2.8 Utilisation des diagrammes de classe pour produire une maquette de l’application.
A
T2.9 Apport documentaire dans un dossier de conception détaillée.
A
T2.10 Rédaction des cahiers de tests unitaires logiciels et matériels (notamment des procédures).
A
T2.11 Établissement des devis et des plannings.
P
T2.12 Rédaction des appels d’offres et suivi de la sous-traitance.
P
T2.13 Participation aux revues de conception.
P
T2.14 Élaboration des dossiers d’intégration, d’exploitation et de maintenance provisoires.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées en autonomie
T2.1 T2.2 T2.3 T2.4 T2.5 T2.7 T2.8 T2.9 T2.10
X
X
X
Cahier des charges, spécifications matérielles et logicielles
Architecture matérielle de l’application.
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
Diagrammes de classes, diagrammes états/transitions,
grafcets.
X
Plans détaillés du site et du parc de machines.
Contraintes d’environnement, d’exploitation, de sûreté.
X
X
Spécifications.
Standards de l’entreprise, normes en vigueur.
X
Spécifications de l’ergonomie des interfaces homme-machine.
X
Caractéristiques des entrées - sorties des interfaces.
X
X
Fiches de tests propres à l’entreprise pré-imprimées et
codifiées.
20
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Cahier des charges
CONCEPTION GENERALE ET DETAILLEE (suite)
Tâches réalisées en autonomie
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations
Exemples de moyens
T2.1 T2.2 T2.3 T2.4 T2.5 T2.7 T2.8 T2.9 T2.10
de travail
utilisés
A partir du cahier des charges,
Atelier logiciel intégrant
présentation d’un diagramme de
l’approche U.M.L.
séquences à un client pour
X
formaliser et confirmer un extrait
du cahier des charges.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Conception d’une interface
homme - machine qui présente
les statistiques d’évolutions des
tensions d’un réseau électrique
sous forme d’histogrammes.
Langage C++ sous
environnement
multitâches.
Réalisation d’une maquette
d’application permettant de tracer
les courbes de mesures
effectuées sur des réseaux
électriques.
Définition d’un algorithme de
simulation.
Outil logiciel de simulation.
Conception d’un boîtier
Outil logiciel de simulation.
d’adaptation d’entrées/sorties (par
amplificateurs, opto-coupleurs,
etc.) pour utiliser une carte
d’entrées/sorties donnée. Il s’agit
de prélever des informations sur
un réseau électrique, ces
informations étant analysées
grâce à un simulateur.
Conception des tâches utilisant
un microcontrôleur. L’application
permet de rechercher des
informations sur des machines
distantes reliées par Ethernet. Il
s’agit de stocker les informations
ainsi recueillies dans un fichier
pour analyse ultérieure.
Microcontrôleur.
Langage C++.
Conception d’une procédure qui
permet d’archiver tous les
messages de défaut générés lors
des premiers tests d’une
application.
Langage C ++
21
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
CODAGE ET REALISATION
TACHES
Niv. *
T3.1 Réalisation des câblages et des assemblages des divers constituants matériels.
A
T3.2 Réalisation des configurations matérielles et logicielles de l’application.
A
T3.3 Codage et assemblage des modules logiciels (dans le respect des standards ent reprise).
A
T3.4 Fabrication de modules logiciels réutilisables et réalisation de la documentation associée.
A
T3.5 Mise en œuvre de composants logiciels commercialisés (ou développés et référencés dans l’entreprise). A
T3.6 Élaboration d’un dossier de programmation.
A
T3.7 Élaboration de documents de suivi de réalisation et de codage.
A
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées en autonomie
T3.1 T3.2 T3.3 T3.4 T3.5 T3.6 T3.7
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Spécifications des standards de l'entreprise.
Modèles exemples (paquetage en ADA, classes en C++ ).
X
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
X
Dossiers de conception.
X
Dossiers techniques des composants matériels.
X
Description des pilotes logiciels du matériel mis en œuvre.
X
X
X
X
X
Documentation de spécification des protocoles réseau.
X
X
X
X
X
Normes en vigueur (dont UTE C 18-510).
Tâches réalisées en autonomie
T3.1 T3.2 T3.3 T3.4 T3.5 T3.6 T3.7
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
Codage et documentation d'un paquetage Chaîne de développement
(objet) ADA qui définit les opérations
(norme ADA 95).
arithmétiques sur des entiers 64 bits.
Bibliothèque mathématique
Le paquetage sera mis à la disposition des standard.
programmeurs de l'entreprise.
Codage de modules de communication
basés sur un protocole réseau standard
(TCP/IP, CAN, ASI).
Mise en œuvre des modules produits dans
des applications industrielles.
Calculateurs équipés de cartes
réseau avec leurs éléments de
connexion.
Système d'exploitation avec les
couches réseau intégrées ou
installées.
Bibliothèques des procédures
d'interface avec les couches
réseau.
Mise en œuvre de solutions
d'interconnexion entre un calculateur et
des automates programmables :
liaison série bipoint (RS232) ou réseau
local industriel (Fip, Profibus, Modbus).
Configuration du matériel et
programmation des pilotes de
communication avec les automates.
Calculateurs équipés de cartes
de communication série bipoint
ou réseau de terrain avec leurs
éléments de connexion.
Systèmes d'exploitation avec
les pilotes réseau.
Bibliothèques des procédures
d'interface avec les couches
réseau.
22
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
CODAGE ET REALISATION (suite)
Tâches réalisées en autonomie
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations
Exemples de moyens utilisés
T3.1 T3.2 T3.3 T3.4 T3.5 T3.6 T3.7
de travail
Codage d'une interface
Microcontrôleur, afficheur avec son
Homme/machine orientée
interface de contrôle.
commande utilisateur et basée sur Système d'exploitation et chaîne de
l'afficheur.
développement croisée C, C++ , ou
X
X
X
X
X
X
une chaîne de développement rapide
(éventuellement assembleur).
Pilotes d'affichage écran TFT.
Outils de simulation et d'émulation.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Codage de modules de
décompression audio pour
microcontrôleur à structure RISC.
Chaîne de développement et de
production de programme
(compilateur, assembleur, outil de
mise au point).
Simulateur.
Poste de développement croisé.
Carte cible à microcontrôleur à
structure RISC.
Codage d'applications temps réel
dans un langage de haut niveau
(ADA ou C) avec éventuellement
des parties en assembleur.
Chaîne de développement et de
production de programmes.
Bibliothèques des pilotes d'interface.
Bibliothèques standards.
Bibliothèque de modules logiciels
réutilisables.
Modifications du programme de
test d'un moteur de
reconnaissance vocale.
Le programme de test, écrit en
C++, doit s'adapter aux évolutions
du programme testé.
Chaîne de développement et de
production de programmes.
Bibliothèques standards.
Sources de la version initiale du
programme de test.
X
X
X
23
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
TESTS, MISES AU POINT ET VALIDATION
TACHES
T4.1
T4.2
T4.3
T4.4
T4.5
T4.6
Niv.*
Réalisation des tests unitaires des matériels et des logiciels.
A
Test d’une communication entre deux systèmes (du niveau physique au niveau application).
A
Réalisation des tests d’intégration.
P
Mise au point d’une application.
P
Élaboration des procès verbaux des tests unitaires.
A
Mise à jour des dossiers d’exploitation.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches
réalisées en
autonomie
T4.1 T4.2 T4.5
X
X
X
X
X
X
X
Tâches
réalisées en
autonomie
T4.1 T4.2 T4.5
X
X
Caractéristiques principales des cas de tests.
Spécifications logicielles et matérielles du module à tester.
Fichiers de données de test.
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Procédures et scénarios de test.
Modes de marche et d’arrêt.
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
Vérification du fonctionnement d'un générateur de Station de travail.
cas de test, relecture de son code et proposition
d’une évaluation (domaines de couverture,
fiabilité).
Test d’un moteur de reconnaissance vocale multiutilisateurs implanté sur un ordinateur distant. Les
requêtes/réponses sont contrôlées par un
programme de test et transitent via un réseau
sous protocole TCP/IP.
Station de travail munie du moteur de
reconnaissance.
Station de travail munie d'un programme
générateur de tests.
Réseau Ethernet avec protocole TCP/IP.
Test d’une communication sur un bus CAN. Le
matériel et le logiciel sont testés.
Outils de test logiciel :
- générateurs de cas de tests,
- analyseur de protocole.
Outils de test matériel : oscilloscope, analyseur
réseau, etc.
Émulateurs.
Simulateurs.
Oscilloscope et analyseur logique.
Test d’une carte pour applications embarquées.
24
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
INTEGRATION ET INTERCONNEXION DE SYSTEMES
TACHES
Niv.*
T5.1 Installation des cartes d’interfaces et des pilotes associés.
A
T5.2 Réalisation des connexions entre différents matériels et des câblages adaptés aux liaisons.
A
T5.3 Configuration et test d’un système de communication informatique (connexions, protocoles, systèmes
A
d’exploitation, applications).
T5.4 Intégration ou modification d’un module logiciel dans une architecture informatique existante.
A
T5.5 Intégration d’une nouvelle application dans une architecture informatique existante.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées en
autonomie
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
T5.1 T5.2 T5.3 T5.4
Spécifications techniques des câbles, connecteurs et interfaces (V24, USB, UTP, RJ45…).
X
X
Documentation de spécifications et de configuration des matériels réseau (carte réseau,
X
X
X
concentrateurs, commutateur, routeur, calculateurs embarqués CAN …).
X
Documentation de spécifications des protocoles réseau (TCP-IP, CAN, NetBEUI, NetBios,
IPX, …).
X
Documentation et aide en ligne pour les fonctionnalités réseau des systèmes d’exploitation
utilisés.
X
Description des dialogues client/serveur et des protocoles associés (Telnet, FTP…).
X
Dossier de conception détaillée des modules logiciels à intégrer.
X
Caractéristiques matérielles et logicielles du pilote à installer, architecture du système
d’exploitation.
Tâches réalisées en
autonomie
T5.1 T5.2 T5.3 T5.4
X
X
X
Exemples de situations de travail
Mise en place et test d’une liaison série RS232 ou
USB.
Exemples de moyens utilisés
PC, terminal, jonction éclatée.
X
Installation et configuration des cartes Ethernet dans
des ordinateurs.
PC avec plusieurs cartes Ethernet
10/100 Mbits/s intégrées ou sur bus
PCI.
Mise en place et test du câblage réseau entre
ordinateurs, concentrateurs, commutateurs et
routeurs.
Concentrateur et commutateur Fast
Ethernet, routeur filtrant, câble UTP.
Installation et configuration des modules de
communication sur un réseau local industriel (CAN).
Calculateur embarqué, réseau CAN
avec câblage.
Installation et configuration de protocoles réseau
(TCP -IP, NetBeui…).
Réseau hétérogène avec différents
systèmes d’exploitation et une
connexion Internet.
Sous-réseaux locaux connectés à un
routeur muni d’une sortie RNIS.
X
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
X
X
Test des communications entre les éléments du
réseau à l’aide des outils standards (Ping, Traceroute, analyseur de protocole, gestionnaire SNMP...)
X
X
X
X
Mise en œuvre d’une application client/serveur (FTP, Application client/serveur sous des
Telnet, …).
systèmes d’exploitation différents, par
exemple : PC client sous Windows NT
et serveur Telnet sous Linux.
Intégration et adaptation d’un nouveau pilote de
Carte CAN avec son driver sous un
carte dans un système d’exploitation donné.
système d’exploitation temps réel.
25
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
INSTALLATION, EXPLOITATION,
OPTIMISATION ET MAINTENANCE
TACHES
Niv.*
T6.1 Installation d’une architecture informatique avec une équipe.
P
T6.2 Mise en service d’une nouvelle installation et validation de tout ou partie du fonctionnement.
A
T6.3 Élaboration du planning prévisionnel de basculement.
P
T6.4 Relevé des dysfonctionnements d’un système informatique et communication des informations aux
A
personnes compétentes (pour répondre à des critères de qualité).
T6.5 Optimisation des diverses configurations en fonction des objectifs de l’entreprise.
P
T6.6 Formulation de propositions d’améliorations ou d’évolutions potentielles.
A
T6.7 Définition d’une procédure de dépannage à partir des informations (d’aide au diagnostic de panne)
P
fournies par le système.
T6.8 Suivi des procédures d’exploitation, de maintenance et de sûreté (disponibilité et sécurité).
A
T6.9 Formation des utilisateurs, assistance à l’utilisation du matériel.
P
T6.10 Réalisation du support technique (sur site ou à distance) pour les utilisateurs des équipements matériels A
et logiciels.
T6.11 Participation à la recette.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées en
autonomie
T6.2 T6.4 T6.6 T6.8 T6.10
X
Documents techniques et de formation sur les produits chez le client.
Documents techniques des produits réseaux et de l’architecture réseau(x).
Architecture du bâtiment.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Outils de diagnostic embarqués.
X
X
Plans, listings, manuels d’opérateur.
X
Dossier d’installation et intégration du système.
X
X
X
X
X
X
Dossier d’exploitation et de maintenance.
Notices techniques et manuels des logiciels et progiciels installés.
Journal de bord des interventions.
X
Objectifs de l’entreprise (productivité, qualité).
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
X
Livret de consignation et carnet d’habilitation électrique.
26
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
INSTALLATION,
EXPLOITATION,
OPTIMISATION ET MAINTENANCE (suite)
Tâches réalisées
en autonomie
T6.2 T6.4 T6.6 T6.8 T6.10
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Exemples de moyens utilisés
Câbles informatiques et téléphoniques
en catégorie 5 ou 6 d’un immeuble.
Installation d’équipements lors d’un nouveau
câblage.
Commutateur (switches)
Routeur
Concentrateurs
Serveur de réseau
Robot de sauvegarde
Prise à distance d’un poste de travail en
télémaintenance ou en dépannage.
Logiciel de prise à distance (Exemple :
Tivoli Remote Control)
Exploitation de serveurs de réseau Netware.
Serveur de noms de domaines
Démarrage progressif d’une nouvelle
installation avec vérification du bon
fonctionnement.
X
X
Exemples de situations de travail
Interprétation des données de recettes d’un
câblage en vue de confronter celles d’un
organisme de certification et de l’entreprise
maître d’œuvre.
X
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
X
X
X
Mise au point d’une procédure permettant un
retour en arrière en cas de problème durant
le basculement d’une nouvelle installation.
X
A partir des informations fournies par le
système (nomenclature des codes de
pannes), définition de la procédure de
dépannage et vérification de la faisabilité de
remise en production du système.
X
Maintenance et amélioration de la fiabilité des
installations.
X
X
X
Participation à la mise en service sur le site
chez le client en liaison avec l’équipe de
conception.
X
Assurer la maintenance en ligne.
Outils de télémaintenance.
Mise en place d’un système de supervision.
Automates programmables
Ordinateur et logiciel de supervision.
Installation et configuration des éléments
physiques d’un réseau dans une PME.
Documents techniques des produits
réseau et architecture réseau(x).
Architecture du bâtiment.
Installation de nouveaux systèmes en
clientèle.
Documentation machine.
X
X
27
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
EVOLUTION LOCALE OU RENOVATION
D’UN SYSTEME INFORMATIQUE3
TACHES
Niv.*
T7.1 Établissement du cahier des charges de l’évolution (mise à jour matérielle, logicielle, etc.) ou de la
P
rénovation (remplacement d’un composant, d’une carte ou d’un logiciel, etc.).
T7.2 Analyse de l’impact de la modification sur l’existant.
P
T7.3 Mise à jour de matériels et de logiciels.
A
T7.4 Intégration des modifications.
A
T7.5 Réalisation des tests d’intégration.
A
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches
réalisées en
autonomie
T7.3 T7.4 T7.5
X
X
X
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
Dossier complet du système existant (état des lieux, inventaires, cas particuliers, mode de
fonctionnement, etc.). Toutes les informations nécessaires afin de cibler au mieux le projet (réunions
avec les demandeurs, répartition des tâches entre les intervenants.
Données d’exploitation et de maintenance.
Contraintes de coût et de délai :
- évaluation des coûts, étude technico-économique,
- évaluation du temps lié à l’étude, phase de validation, retour d’expérience, mise au point, phase de
déploiement, Hot Line d’exploitation.
Disponibilité de versions à jour des systèmes d’exploitation.
Devis fournisseurs, commande et livraison des logiciels et matériels, pilotes téléchargés.
X
Disponibilité d’un matériel dont la compatibilité avec l’application a été vérifiée.
X
X
X
Documents de validation des tests.
Documents utilisateurs.
Documents d’exploitation.
3
Cette activité est, de fait, similaire à l’ensemble des activités de conception, de test et d’intégration décrites
précédemment, mais elle en diffère par son objet limité.
28
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
ÉVOLUTION
LOCALE
OU
RENOVATION
4
D’UN SYSTEME INFORMATIQUE (suite)
Tâches
réalisées en
autonomie
T7.3 T7.4 T7.5
X
X
X
X
X
X
X
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Mise à jour de logiciels d’équipements réseau
(concentrateurs, commutateur, routeur, etc.).
Vérification de la prise en compte de celles-ci par
les équipements concernés.
Surveillance du comportement des équipements.
Exemples de moyens utilisés
Serveur FTP.
Logiciel à installer (éventuellement en
téléchargement).
Extraction de données pour automatiser un
publipostage client suivant des critères de ciblage.
Outil de développement rapide.
Installation ou mise à jour d’un logiciel du marché
ou spécifique. Étude de l’impact du logiciel sur le
système d’exploitation du poste de travail afin
d’éviter les bogues de plantage.
Remplacement de matériels clairement identifiés
sur un poste de travail ou sur un serveur en
prenant les précautions « électrostatiques ».
Repérage des identificateurs utilisés et disponibles
dans une chaîne SCSI, vérification de la chaîne.
Sauvegarde des données « système » et « client »
en fonction de la situation.
Réalisation d’un réseau en fibre optique à partir
d’une architecture donnée.
Poste de travail ou serveur.
Chaîne SCSI.
Installation d’un nouveau serveur
Paramétrage matériel et logiciel
Serveur avec tous ses périphériques (Disque
dur, lecteur DAT, lecteur cédérom, lecteur de
disquette, modem, carte réseau, etc.).
Données nécessaires à la mise en place du
serveur place ( Nom du serveur, adresse IP,
code site NDS, etc.).
Installation et configuration d’une imprimante en
réseau TCP/IP.
Installation des drivers sur un poste de travail.
Paramétrage d’une queue d’impression.
Installation d’un port pour imprimer en LPD/LPR.
Amélioration des performances d’un réseau
Ethernet saturé.
Imprimante et ses outils de paramétrage (outils
propriétaires tels que « JetAdmin, MarkVision,
… »).
X
X
X
X
X
X
Baie de brassage optique et fibres optiques.
Commutateurs de gestion de fibres optiques.
Analyseur du comportement du réseau mis en
place (Taux de collisions, erreurs de paquets
transmis et reçus, etc.).
Cartes Fast Ethernet ou Giga bit Ethernet,
concentrateur 100 Mbits/s, commutateur.
4
Cette activité est, de fait, similaire à l’ensemble des activités de conception, de test et d’intégration décrites
précédemment, mais elle en diffère par son objet limité.
29
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
GESTION DE PROJET
TACHES
Niv.*
T8.1 Intégration et travail dans une organisation par projet.
A
T8.2 Suivi des commandes des matériels et des logiciels.
A
T8.3 Estimation des coûts et des délais.
P
T8.4 Suivi d’une sous -traitance.
P
T8.5 Renseignement des indicateurs permettant le suivi d’un projet.
A
T8.6 Organisation et structuration de ses interventions en respectant les contraintes du projet et les
A
procédures de qualité et de sûreté de l’entreprise.
T8.7 Gestion des évolutions des versions successives des logiciels et des documents produits.
A
T8.8 Participation aux revues de projet.
P
T8.9 Élaboration et mise à jour du planning général avec le chef de projet.
P
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées
en autonomie
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
T8.1 T8.2 T8.5 T8.6 T8.7
Nomenclature des éléments liés au projet. État des commandes passées.
X
Délais d’approvisionnement et de livraison des produits.
X
X
Plan de développement. Plan qualité.
X
X
X
X
X
X
X
Cahier des charges, documents de spécification, documents de conception.
X
Logiciel de gestion de projet.
Outils d’aide au « reporting » ou supportant la méthode des jetons d’avancement.
X
Échéancier et organisation générale du projet.
Indicateurs de suivi de projet.
X
Taux de charge et disponibilités des installations.
X
X
X
Tâches réalisées
en autonomie
T8.1 T8.2 T8.5 T8.6 T8.7
X
X
X
X
X
X
X
X
Normes en vigueur (dont UTE C 18-510).
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
Contrôle et suivi des sous-traitants dans Documents internes de consignation des
le cadre de l’installation de systèmes
résultats des contrôles de suivi.
informatiques en réseau.
X
Suivi de la mise en œuvre d’une partie
de ligne de production de serveurs.
X
Prise en compte des disponibilités de
machines et des contraintes des
utilisateurs pour assurer la mise à jour
de logiciels dans un temps donné.
Outil d’aide à la gestion de ressources
partageables.
Bases de connaissances.
Renseignement des indicateurs de suivi Logiciel de gestion de projet.
d’un projet et réalisation des comptes
Matrices d’interactions, diagrammes.
rendus pour le chef de projet. La tâche
en responsabilité consiste, dans un
grand projet, à installer et configurer un
réseau Ethernet 100Mbits/s.
30
REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES
COOPERATION ET COMMUNICATION
notamment en langue anglaise
TACHES
Niv.*
T9.1 Intégration et travail en équipe.
A
T9.2 Exposé et argumentation des choix de conception, des choix techniques et des résultats de travaux
auprès du service concerné ou du client (communication écrite et orale).
A
T9.3 Recherche et structuration des informations adapt ées aux interlocuteurs.
A
T9.4 Organisation et présentation des informations.
A
T9.5 Information, formation et assistance des utilisateurs.
A
T9.6 Élaboration ou mise à jour des dossiers et des rapports.
A
* voir paragraphe « Avant-propos » page 15.
Tâches réalisées en autonomie
T9.1 T9.2 T9.3 T9.4 T9.5 T9.6
X
X
X
X
Banque de développement, bases de connaissances, comptes-rendus.
Documents de conception, de test, d’exploitation.
X
Maquettes, prototypes, simulateurs.
Tout type de moyen de communication, y compris accès à Internet.
X
X
Notices d’utilisation.
Procédures d’intervention et de sécurité.
X
Tâches réalisées en autonomie
T9.1 T9.2 T9.3 T9.4 T9.5 T9.6
X
X
X
X
DONNEES DISPONIBLES POUR REALISER UNE TACHE
X
X
SITUATIONS DE TRAVAIL RELEVEES EN 2001
Exemples de situations de travail
Exemples de moyens utilisés
Échanges avec d’autres services en interne Supports multimédia.
et en externe.
Système de visioconférence.
Formation d’utilisateurs.
Outils de présentation.
Assistance à l’exploitation d’un système
informatique
Base de données techniques.
Base de données client.
Outils de télémaintenance.
Rédaction d’un guide d’exploitation
Présentation et démonstration de produit.
X
X
Outils de présentation interactifs
multimédia.
Base de données de produits.
31
V. GLOSSAIRE
Certaines traductions en langue anglaise sont indiquées en italique.
Bogue
bug
Défaut de conception ou de réalisation se manifestant par des anomalies de
fonctionnement.
Bus
bus
Dispositif non bouclé destiné à assurer simultanément les transferts d'information entre
différents sous-ensembles d'un système informatique selon des spécifications physiques et
logiques communes.
Cahier des charges
fonctionnel (CdCF)
Document par lequel le demandeur (ex. : client exploitant, client utilisateur) exprime son
besoin en terme de fonctions de service et de contraintes. Pour chacune d'elles sont
définis des critères et leurs niveaux : chacun de ces niveaux est assorti d'une flexibilité.
Cahier de recette (CdR)
Document par lequel le demandeur (ex. : client exploitant, client utilisateur) exprime la
procédure de qualification du produit et ses résultats attendus en référence au CdCF.
Classe
Modèle décrivant un objet informatique.
Client
(de client -serveur)
Ordinateur qui accède aux ressources partagées qu’un autre ordinateur, appelé serveur,
offre aux machines du réseau.
Compatibilité
Qualité d'un matériel ou d'un logiciel conforme aux règles d'interface d'un système
informatique défini, et dont l'introduction n'altère pas les conditions de fonctionnement de
ce système.
Concentrateur
hub
Composant de connectivité réseau, fonctionnant au niveau de la couche physique, qui relie
tous les ordinateurs d’un réseau en étoile.
Note : Un concentrateur n'assure ni routage, ni commutation.
Configurer
Définir les sous-ensembles constituant un matériel ou un logiciel, ou agir sur leurs
paramètres pour en assurer la mise en oeuvre.
Conformité
Le fait pour un produit, un procédé, un service, ..., de répondre à toutes les exigences
spécifiées.
Attestation (certificat) de conformité : acte par lequel un laboratoire d'essais, tierce partie,
témoigne qu’un objet soumis à l'essai est conforme à une spécification, à une norme ou à
un autre document normatif spécifié.
Déclaration de conformité : acte par lequel une tierce partie témoigne qu'il est
raisonnablement fondé de s'attendre à ce qu'un produit, procédé, service dûment identifié
soit conforme à une spécification, à une norme ou à un autre document normatif spécifié.
Diagramme de classe
Représentation graphique des relations entre classes.
Donnée
data
Représentation d'une information sous une forme conventionnelle destinée à faciliter son
traitement.
Débogueur
debugger
Programme d'aide à l'élimination des bogues.
32
Défaillance
failure
Cessation de l'aptitude d'une unité fonctionnelle à accomplir une fonction requise.
Notes :
Une défaillance est un passage d'un état à un autre, par opposition à une panne qui est un
état.
On entend par unité fonctionnelle soit un système complet, soit l'un quelconque de ses
éléments (logiciel ou matériel).
En ligne
on-line
Se dit d'un matériel informatique lorsqu'il fonctionne en relation directe avec un autre, ou
d'un système informatique accessible par un réseau.
Évolution d'un système
upgrade
Augmentation des performances ou élargissement des fonctions d'un ensemble logiciel ou
matériel.
Voir aussi : mise à niveau.
Exploitation
Ensemble des actions exercées par les utilisateurs sur un système informatique en cours
d’exploitation, en vue d'obtenir les résultats correspondant aux objectifs de l’entreprise et
d'assurer le bon fonctionnement du système.
Implanter
to implement
Installer un logiciel ou un sous-système donné en réalisant les adaptations nécessaires à
leur fonctionnement dans un environnement défini.
Implémenter
to implement
Réaliser la phase finale d'élaboration d'un système qui permet aux matériels, aux logiciels
et aux procédures d'entrer en fonction.
Information
Élément de connaissance susceptible d'être représenté à l'aide de conventions pour être
conservé, traité ou communiqué.
Informatique
Science du traitement rationnel, notamment par machines automatiques, de l'information
considérée comme le support des connaissances humaines et des communications dans
les domaines technique, économique et social.
Utilisé comme adjectif : qui se rapporte à l'informatique.
Intégration
Phase terminale du cycle de vie de réalisation d'un équipement, précédant sa mise en
service. Elle correspond au montage final de l'équipement et aux vérifications associées.
Interface
Jonction entre deux matériels ou logiciels leur permettant d'échanger des informations par
l'adoption de règles communes, physiques ou logiques.
Logiciel
software
Ensemble des programmes, procédés et règles, et éventuellement de la documentation,
relatifs au fonctionnement d'un ensemble de traitement de données.
Matériel
hardware
Ensemble des éléments physiques employés pour le traitement de données.
Messagerie électronique Service géré par ordinateur fournissant aux utilisateurs habilités les fonctions de saisie, de
message handling,
distribution et de consultation différée de messages, notamment écrits, graphiques ou
electronic mail.
sonores.
Objet informatique
Unité de programme réutilisable constituée d’un ensemble cohérent et protégé de données
et d’opérations.
Pilote
driver
Programme de gestion des échanges avec un périphérique.
Synonyme : gestionnaire de périphérique.
33
Procédé
Méthode utilisée pour réaliser une opération de production de bien d’équipement
(transformation de matière d’œuvre, conditionnement, manutention, stockage, etc.) ou une
opération de production de service (communication de données, traitement de données,
stockage, etc.)
Processus
Enchaînement et évolution temporelle ordonnés de procédés.
Protocole
Ensemble de règles destinées à réaliser une communication.
Recette-validation
La « recette » est la phase de validation de la conformité de l'installation au cahier des
charges fonctionnel, en termes de produit, de production et d'exploitation. Un compte
rendu ou un procès verbal de recette, atteste de son exécution et détaille ses résultats et
ses recommandations éventuelles.
La « recette » est aussi appelée réception, lorsque celle-ci intègre la qualification de
l'équipement.
Réseau informatique
computer network
Ensemble des moyens matériels et logiciels mis en oeuvre pour assurer les
communications entre ordinateurs, stations de travail et terminaux informatiques.
Anglais :
Réseau local
local area network (LAN).
Ensemble connexe, à caractère privatif, de moyens de communication établi sur un site
restreint pourvu de règles de gestion du trafic et permettant des échanges internes
d'informations de toute nature, notamment sous forme de données, sons, images, etc.
Réseau étendu
Wide Area Network
(WAN).
Les réseaux étendus sont destinés, comme leur nom l'indique, à transporter des données
numériques sur des distances à l'échelle d'un pays ou du monde. Le réseau étendu peut
utiliser des infrastructures au niveau du sol ou encore des satellites.
Routeur
Système permettant d’interconnecter plusieurs réseaux, capable d’effectuer un choix parmi
divers chemins de transit possibles en fonction des adresses spécifiées.
Serveur
Système informatique destiné à fournir des services à des utilisateurs connectés et, par
extension, organisme qui exploite un tel système.
Note : Un serveur peut par exemple permettre la consultation et l'exploitation directe de
banques de données.
Services techniques
Ensemble de solutions logicielles et matérielles apportées en réponse à un besoin exprimé
par un client.
Système embarqué
Système dédié, autonome, adapté à son contexte d’utilisation.
Système d'exploitation
operating system
Logiciel gérant un ordinateur, indépendant
indispensable à leur mise en oeuvre.
Temps réel
real time
Mode de traitement qui permet l'admission des données à un instant quelconque et
l'obtention des résultats dans un temps compatible avec les évolutions du procédé.
Test unitaire
Mise en œuvre de procédures permettant de valider la conformité d’un constituant logiciel
ou matériel.
des
programmes
d'application
mais
34
REFERENTIEL DE
CERTIFICATION
35
PRESENTATION DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION
A. Introduction
La définition du brevet de technicien supérieur « informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques »
(BTS IRIS) s'appuie sur les tâches et les situations de travail caractéristiques des activités généralement confiées aux
techniciens de ce niveau en milieu professionnel.
Ces tâches recensées dans le référentiel des activités professionnelles (RAP) peuvent être réalisées en complète
autonomie ou de manière participative. La description des situations de travail liées aux tâches professionnelles
autonomes a permis de définir les compétences professionnelles terminales requises du futur titulaire du diplôme du
BTS IRIS.
La certification de ces compétences professionnelles s’effectue au travers de trois épreuves.
•
Une épreuve écrite « Étude d’un système informatisé ».
Cette épreuve a pour but d’évaluer les savoirs et savoir-faire fondamentaux du référentiel de certification.
•
une épreuve orale « Communication professionnelle ».
Afin d’enrichir la palette des modes d’expression et de communication nécessaire au futur technicien
supérieur, le stage en milieu professionnel est valorisé dans cette nouvelle épreuve. Celle-ci associe les
enseignements d’économie et gestion d’entreprise et les enseignements du domaine professionnel.
•
une épreuve orale « Projet informatique ».
Cette épreuve peut faire appel à des savoirs plus spécialisés et à des tâches professionnelles réputées
effectuées sur le mode participatif. Dans le cadre de partenariats locaux avec les entreprises concernées
par l'informatique et les réseaux pour l'industrie et les services techniques, les établissements de formation
sont invités à rechercher des thèmes techniques supports de l'épreuve.
L'expression des compétences professionnelles prend en compte l'ensemble des savoirs et savoir-faire développés
dans les différents enseignements des unités constitutives définies dans ce référentiel.
36
A.1 Les compétences et capacités
Ø
Le tableau, présenté au sous -paragraphe B, a pour objet de lister les compétences terminales à développer.
Ces compétences sont regroupées en fonction des activités professionnelles définies par le RAP.
Les activités professionnelles correspondent aux capacités à développer dans les apprentissages :
communiquer, organiser, concevoir, réaliser, installer et maintenir.
Les compétences terminales sont exprimées sous forme de verbes d‘action et sont évaluables dans des
situations professionnelles exercées en autonomie.
Ø
Le sous-paragraphe C présente les éléments constitutifs du référentiel de certification du diplôme. La
description détaillée de ces unités est abordée dans la suite du document.
Chaque unité du domaine professionnel précise les compétences qui lui sont rattachées. Chaque compétence,
n’apparaissant que dans une seule unité, ne sera donc évaluée qu’une seule fois.
A.2 Organisation de la présentation du référentiel (paragraphe II)
Organisation des compétences terminales et des unités constitutives
Le référentiel de certification est présenté par unité constitutive, à savoir :
U.1.1 :
U.1.2 :
U.2 :
U.3 :
U.4 :
U.5 :
U.6 :
UF.1 :
Français
Anglais
Mathématiques
Physique appliquée
Étude d’un système informatisé
Communication professionnelle
Projet informatique
Lange vivante étrangère II (épreuve facultative)
Le regroupement des compétences du domaine professionnel, dans les unités constitutives U.4, U.5, U.6, ne
correspond pas à une progression pédagogique et la cohérence de ces regroupements a été construite pour
faciliter les dispositifs d’acquisition progressive du diplôme, notamment pour la validation des acquis de
l’expérience (VAE).
37
Présentation détaillée des unités constitutives et des compétences terminales concernées (partie
professionnelle)
En vue de la certification des compétences un cahier des charges est associé à chaque compétence terminale
(voir tableau ci-dessous). Pour chaque compétence terminale, le cahier des charges indique :
+ Les conditions de réalisation de la certification (ressources mises à disposition).
+ Le travail demandé. Chaque compétence terminale est décomposée en différentes compétences
composantes. Une compétence composante représente :
• soit une étape nécessaire dans la mise en œuvre de la compétence terminale,
• soit une mise en œuvre spécifique de la compétence professionnelle sur un objet d’activité différencié.
+ Les critères d’évaluation de chaque compétence composante.
+ Les niveaux de performance associés à chaque critère d’évaluation.
+ Les savoirs et savoir-faire associés (cette présentation est destinée à faciliter la mise en œuvre des
compétences terminales).
CAPACITE
Ci : DESIGNATION DE LA
Ci.j :
CAPACITE
Compétence terminale
Désignation de la compétence terminale
Ressources mises à disposition
Ressources matérielles et logicielles, données, consignes fournies pour réaliser la compétence terminale.
Compétences composantes
Désignations des compétences
composantes.
La compétence terminale est
décomposée :
+ en activités principales
successives permettant d’atteindre
la compétence terminale
concernée (aspect constitutif),
+ ou en différentes formes
d’activités (aspect cumulatif).
Critères d’évaluation
Critères d’évaluation permettant
d’évaluer chaque compétence
composante.
Niveaux de performance
Niveau(x) de performance attendu(s)
pour chaque critère d’évaluation.
Le(s) niveau(x) peut (peuvent) être
exprimés sous forme quantitative
(indicateur) ou qualitative.
Savoirs et savoir-faire associés :
Liste des savoirs et savoir-faire associés à la compétence terminale.
Pour éviter d’alourdir la présentation, seuls les titres des savoirs et savoir-faire détaillés dans le chapitre « Spécification
des niveaux d’acquisition et de maîtrise des savoirs et des savoir-faire » (page 120) ont été repris.
Dans le cas où les savoirs et savoir-faire associés à la compétence ne reprennent pas tous les items associés à un
titre, les items concernés sont alors détaillés.
38
B. Mise en relation des compétences terminales, des capacités et des activités
professionnelles
Activité(s)
professionnelle(s)
Capacité
Compétence terminale
C1.1
Coopération et
communication
notamment en
langue anglaise
C1
COMMUNIQUER
C1.2
C1.3
C1.4
C1.5
C1.6
C1.7
Gestion de projet
C2
ORGANISER
C2.1
C2.2
C2.3
C2.4
Rechercher des informations adaptées aux demandes des
interlocuteurs
Structurer des informations adaptées aux interlocuteurs
Travailler en équipe
Présenter des informations à des interlocuteurs identifiés
S’entretenir d’une problématique professionnelle avec un
interlocuteur d’un autre service
Présenter la mise en œuvre d’une solution informatique.
Assister des utilisateurs
S’intégrer dans une équipe de projet.
Structurer son intervention dans une démarche de projet.
Intervenir dans la gestion de projet.
Prévenir les risques d’échec dans la mise en œuvre d’une
solution au cours d’un projet.
C3.1
C3.2
C3.3
Analyse et
spécification d’un
système
informatique à
développer
Conception
générale et détaillée
C3
CONCEVOIR
Analyser un dossier de spécification
Définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
Justifier le choix d’une architecture matérielle pour une
application donnée
C3.4 Choisir un module matériel pour un cas d’utilisation
C3.5 Identifier les contraintes de temps d’une application temps
réel en milieu industriel
C3.6 Vérifier la compatibilité d’un matériel avec des contraintes de
temps imposées
C3.7 Valider l’organisation des tâches d’une application temps réel
C3.8 Caractériser les contraintes principales d’un système de
transmission de l’information
C3.9 Décrire les tâches d’une application de communication
C3.10 Valider la configuration d’un réseau local industriel ou d’un
bus de terrain
39
Activité(s)
professionnelle(s)
Capacité
Codage et
réalisation
C4
REALISER
Intégration et
interconnexion de
systèmes
Installation,
exploitation,
optimisation et
maintenance
C5
INSTALLER
Compétence terminale
C4.1
C4.2
C4.3
C4.4
C4.5
C4.6
Câbler des modules matériels
Configurer un module matériel pour une utilisation donnée
Intégrer une carte d’interface dans un système informatique
Écrire les tâches d’une application
Écrire les programmes de communication entre machines
Assembler les éléments matériels assurant la liaison physique
dans un système de communication
C4.7 Installer les différentes couches logicielles d’un système de
communication sur une station
C4.8 Coder un module logiciel
C4.9 Intégrer un module logiciel dans une application
C5.1 Installer un module matériel dans un système informatique
C5.2 Installer un système d’exploitation
C5.3 Déployer une application client/serveur sur deux machines
hétérogènes
C5.4 Exploiter un réseau local industriel ou un bus de terrain
C5.5 Installer des services techniques Internet
C5.6 Installer une application logicielle
C5.7 Mettre en œuvre un environnement de programmation
C6.1 Mettre en œuvre des tests unitaires sur un module matériel
Tests, mises au
point et validation
Évolution locale ou
rénovation d’un
système
informatique
C6.2 Dépanner un système informatique
C6
MAINTENIR
C6.3 Relever les performances d’un réseau
C6.4 Corriger des dysfonctionnements observés sur un réseau
C6.5 Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un module
logiciel
C6.6 Dépanner un module logiciel
40
C. Structuration du référentiel
Ce référentiel du BTS IRIS est structuré en huit unités constitutives qui sont résumées dans le tableau ci-dessous :
Unité constitutive
U.1.1
Français
Voir
page
Compétence(s) terminale(s) concernée(s)
44
Voir compétences générales en expression française associées au
diplôme de technicien supérieur
U.1.2
Anglais
44
Voir objectifs généraux page 44
U.2
Mathématiques
46
Voir lignes directrices page 46
U.3
Physique
appliquée
49
Voir paragraphe III page 52
U.4
Étude d’un
système
informatisé
68
U.5
Communication
professionnelle*
81
86
Analyser un dossier de spécification
Définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
Justifier le choix d’une architecture matérielle pour une
application donnée
C3.5 Identifier les contraintes de temps d’une application temps
réel en milieu industriel
C3.6 Vérifier la compatibilité d’un matériel avec des contraintes de
temps imposées
C3.7 Valider l’organisation des tâches d’une application temps
réel
C3.8 Caractériser les contraintes principales d’un système de
transmission de l’information
C3.9 Décrire les tâches d’une application de communication
C3.10 Valider la configuration d’un réseau local industriel ou d’un
bus de terrain
C4.2 Configurer un module matériel pour une utilisation donnée
C4.4 Écrire les tâches d’une application
C4.5 Écrire les programmes de communication entre machines
Capacité(s)
associée(s)
Communiquer
Communiquer
Communiquer
Analyser
Réaliser
Analyser
Concevoir
Réaliser
C3.1
C3.2
C3.3
Rechercher des informations adaptées aux demandes des
interlocuteurs
C1.2 Structurer des informations adaptées aux interlocuteurs
C1.3 Travailler en équipe
C1.4 Présenter des informations à des interlocuteurs identifiés
Voir compétences liées à l’enseignement de l’économie et gestion
d’entreprise
Concevoir
Réaliser
C1.1
Communiquer
* L’unité U.5 intègre l’enseignement d’économie et gestion d’entreprise, exploité lors du stage en milieu professionnel.
41
Unité constitutive
U.6
Projet
informatique
Voir
page
90
Compétence(s) terminale(s) concernée(s)
C1.5
C1.6
C1.7
C2.1
C2.2
C2.3
C2.4
C3.4
C4.1
C4.3
C4.6
C4.7
C4.8
C4.9
C5.1
C5.2
C5.3
C5.4
C5.5
C5.6
C5.7
C6.1
C6.2
C6.3
C6.4
C6.5
C6.6
UF.1
Langue vivante
étrangère II*
44
S’entretenir d’une problématique professionnelle avec un
interlocuteur d’un autre service
Présenter la mise en œuvre d’une solution informatique.
Assister des utilisateurs
S’intégrer dans une équipe de projet.
Structurer son intervention dans une démarche de projet.
Intervenir dans la gestion de projet.
Prévenir les risques d’échec dans la mise en œuvre d’une
solution au cours d’un projet.
Choisir un module matériel pour un cas d’utilisation
Câbler des modules matériels
Intégrer une carte d’interface dans un système informatique
Assembler les éléments matériels assurant la liaison physique
dans un système de communication
Installer les différentes couches logicielles d’un système de
communication sur une station
Coder un module logiciel
Intégrer un module logiciel dans une application
Installer un module matériel dans un système informatique
Installer un système d’exploitation
Déployer une application client/serveur sur deux machines
hétérogènes
Exploiter un réseau local industriel ou un bus de terrain
Installer des services techniques Internet
Installer une application logicielle.
Mettre en œuvre un environnement de programmation
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un
module matériel
Dépanner un système informatique
Relever les performances d’un réseau
Corriger des dysfonctionnements observés sur un réseau
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un
module logiciel
Dépanner un module logiciel
Voir objectifs généraux page 44
Capacité(s)
associée(s)
Communiquer
Organiser
Concevoir
Réaliser
Installer
Maintenir
Communiquer
* Langue vivante étrangère au choix sauf anglais.
42
COMPETENCES, SAVOIRS ET SAVOIR-FAIRE
Unité U.1.1 - Français
44
Unité U.1.2 – Anglais
44
Unité U.2 – Mathématiques
46
Unité U.3 – Physique appliquée
49
Unité U.4 – Étude d’un système informatisé
68
Unité U.5 – Communication professionnelle
81
Unité U.6 – Projet informatique
90
Spécification des niveaux d’acquisition et de maîtrise des savoirs et des savoir-faire
120
43
Unité U.1.1 - Français
L’enseignement du français dans les sections de BTS IRIS se réfère aux dispositions de l’arrêté du 30 mars 1989
(B.O.E.N. n°21 du 25 mai 1989) fixant les objectifs, les contenus de l’enseignement et le référentiel des capacités du
domaine de l’expression française pour le brevet de technicien supérieur.
Unité U.1.2 – Anglais
1. Objectifs
Étudier une langue vivante étrangère contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu.
Pour l'étudiant de brevet de technicien supérieur, cette étude est une composante de la formation professionnelle et la
maîtrise de la langue anglaise est une compétence indispensable à l'exercice de la profession.
Sans négliger aucun des quatre savoir-faire linguistiques fondamentaux (comprendre, parler, lire et écrire la langue
vivante étrangère), on s'attachera à satisfaire les besoins spécifiques à l'activité professionnelle courante et à
l'utilisation de la langue anglaise dans l'exercice du métier.
La langue anglaise étant retenue comme langue obligatoire, elle ne peut donc être choisie dans le cadre de l’épreuve
facultative de langue vivante étrangère II (UF.1).
2. Compétences fondamentales
Elles seront développées dans les domaines suivants :
- exploitation de la documentation, en langue anglaise, afférente aux domaines techniques et commerciaux
(notices techniques, documentation professionnelle, articles de presse, courrier, fichier informatisé ou non, etc.) ;
- utilisation efficace des dictionnaires et ouvrages de référence appropriés ;
- compréhension orale d'informations ou d’instructions à caractère professionnel et maîtrise de la langue orale de
communication au niveau de l'échange de type professionnel ou non, y compris au téléphone ;
- expression écrite, prise de notes, rédaction de comptes rendus, de lettres, de messages, de brefs rapports.
Une liaison étroite avec les professeurs d'enseignement technologique et professionnel est recommandée au profit
mutuel de la langue et de la technologie enseignées, dans l'intérêt des étudiants.
3. Contenus
3.1 Grammaire
La maîtrise opératoire des éléments morphologiques et syntaxiques figurant au programme des classes de première et
terminale constitue un objectif raisonnable. II conviendra d'en assurer la consolidation et l'approfondissement.
3.2. Lexique
On considérera comme acquis le vocabulaire élémentaire de la langue de communication et le programme de
second cycle des lycées.
C'est à partir de cette base nécessaire que l'on devra renforcer, étendre et diversifier les connaissances en fonction
des besoins spécifiques de la profession.
44
3.3 Éléments culturels des pays utilisateurs d'une langue vivante étrangère
La langue vivante étrangère s'entend ici au sens de la langue utilisée par les techniciens et doit être pratiquée dans
sa diversité : écriture des dates, unités monétaires, abréviations, heure, etc. En anglais, on veillera à familiariser les
étudiants aux formes britanniques, américaines, canadiennes, australiennes, etc. représentatives de la langue
anglophone.
Une attention particulière sera apportée à ces problèmes, tant à l'écrit qu'à l'oral.
45
Unité U.2 – Mathématiques
L'enseignement des mathématiques dans les sections de BTS IRIS se réfère aux dispositions de l'arrêté du 8 juin 2001
(B.O.E.N. H.S. n°6 du 27 septembre 2001) fixant les objectifs, les contenus de l'enseignement et le référentiel des
capacités du domaine des mathématiques pour les brevets de technicien supérieur. Les dispositions de cet arrêté sont
précisées pour ce BTS de la façon suivante :
1. Lignes directrices
Objectifs spécifiques de la section
La valorisation des aspects numériques et graphiques, la recherche et la mise en oeuvre d'algorithmes en utilisant les
moyens informatiques propres à la section constituent un des objectifs essentiels de la formation des techniciens
supérieurs en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques.
L'étude de phénomènes continus ou discrets décrits mathématiquement par des fonctions ou des suites, et une
première approche de modèles géométriques, probabilistes ou matriciels, fournissent les bases mathématiques utiles
pour les applications informatiques et physiques.
Organisation des contenus
C'est en fonction de ces objectifs que l'enseignement des mathématiques est conçu ; il peut s'organiser autour de
quatre pôles :
• Une étude du comportement global et asymptotique des suites et des fonctions usuelles, et une exploitation du
calcul différentiel et intégral pour la résolution de problèmes numériques. L'analyse et la synthèse spectrale
des fonctions périodiques (séries de Fourier) ou non périodiques (transformation de Laplace), occupent une
place importante. Quelques notions de calcul opérationnel figurent au programme. Pour des raisons de
progression et de niveau, d'autres questions n'ont pu être introduites, malgré leur utilité pour la formation
considérée! c'est le cas pour la transformation de Fourier. En revanche, on a voulu marquer l'importance des
équations différentielles, en relation avec les problèmes d'évolution et de commande. De même, il convient de
viser une bonne maîtrise des nombres complexes et des fonctions à valeurs complexes, notamment par
l'emploi de représentations géométriques appropriées.
• Une initiation au calcul matriciel.
• Une initiation au calcul des probabilités, centrée sur la description des lois fondamentales, permettant de saisir
l'importance des phénomènes aléatoires dans les sciences et techniques industrielles ;
• Une initiation à la modélisation géométrique fournissant une ouverture sur les techniques les plus
contemporaines ; celle-ci se limite à la représentation de formes planes.
Organisation des études
L'horaire, en première et en seconde année, est de 2 heures de cours + 2 heures de travaux dirigés.
Afin de développer les liaisons entre l’unité U2 de mathématiques et l’unité U3 de physique appliquée qui comporte un
thème V relatif au traitement numérique du signal et à l’utilisation de la transformée en Z, le paragraphe 2 du
programme de mathématiques figurant en annexe I de l’arrêté du 19 juillet 2002 est remplacé par le texte suivant où
l’ajout d’un module est compensé par des suppressions :
2. Programme
Le programme de mathématiques est constitué des modules suivants :
Nombres complexes 2.
Suites numériques 2.
Fonctions d’une variable réelle.
Calcul différentiel et intégral 3, à l’exception du calcul de volumes pour le TP 9.
Séries numériques et séries de Fourier, à l’exception des paragraphes c) et d) des séries numériques et à
l’exception du TP 3.
Analyse spectrale : transformation de Laplace.
Analyse spectrale : transformation en z.
46
Equations différentielles, à l’exception du TP 3 et où, pour les équations linéaires à coefficients constants, du
premier ou du second ordre, une solution particulière est exigible sans indication lorsque le second membre est une
fonction polynôme.
Calcul matriciel.
Modélisation géométrique 2.
Calcul des probabilités 1.
Calcul vectoriel, à l’exception du produit mixte.
Cette disposition entre en application à la rentrée 2003 et la première session du brevet de technicien "informatique et
réseaux pour l’industrie et les services techniques" organisée conformément à cette disposition aura lieu en 2005.
3. Évaluation des capacités et des compétences
La grille d'évaluation des capacités et compétences figurant en annexe Il de l'arrêté du 8 juin 2001 est précisée (à titre
indicatif) pour le BTS IRIS de la façon suivante :
Grille d’évaluation – mathématiques (à titre indicatif)
NOM :
Établissement :
20….- 20….
Type d’activité - date
Bilan
Évaluation générale des capacités et des compétences
Maîtriser les connaissances figurant au
programme de mathématiques
Employer des sources d’information
Trouver une stratégie adaptée à un problème
Utiliser de manière
appropriée des savoirfaire figurant au
Mettre en
programme de
œuvre une
stratégie
mathématiques
Argumenter
Analyser la pertinente
d’un résultat
par écrit
Communiquer
par oral
Évaluation par module des capacités et des compétences
Modules
Nombres complexes
Suites numériques
Calcul
différentiel
et intégral
Séries numériques
Séries de Fourrier
Transformation
de
Laplace
TP n°
1
2
3
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
2
3
1
2
3
4
47
Équations différentielles
Calcul matriciel
Modélisation géométrique
Calcul
des
probabilités
1
2
1
1
2
3
4
5
6
1
2
3
4
5
Cette grille est constituée de trois parties. En haut, le cadre central permet de préciser le type d’activité soumis à évaluation ; il peut
s’agir de devoirs, en temps limité ou non, de dossiers écrits réalisés individuellement ou au sein d’un groupe, d’exposés oraux,…
En dessous, on retrouve les capacités et compétences décrites dans le paragraphe A.
48
Unité U.3 – Physique appliquée
I. LIGNES DIRECTRICES.
I.1. Objectifs spécifiques de la physique appliquée.
Le programme de physique appliquée de la S.T.S Informatique et Réseaux pour l’Industrie et les Services
techniques a été élaboré pour apporter une réponse aux besoins réels des étudiants de cette filière professionnelle :
en cohérence avec le Référentiel des Activités Professionnelles établi par les membres de la Profession, il se place en
position de synergie avec le programme des Sciences et Techniques Industrielles appliquées à l’Informatique et met
l’accent sur l’utilisation professionnelle qui peut être faite d’un enseignement scientifique.
Ce programme entrecroise la démarche scientifique de la physique à la fois sous sa forme académique et
sous sa forme applications industrielles et recherche. Ces deux démarches sont celles du champ des applications de
la physique au monde industriel : ce sont les démarches du technicien et de l'ingénieur. Il en résulte que, pour
dispenser son enseignement, le professeur devra s’appuyer sur la pratique professionnelle propre à la filière, en
choisissant des exemples et des supports d’exercices provenant de la spécialité. Le professeur de physique appliquée
peut ainsi être amené à traiter de sujets en relation avec des projets d’étudiants ou avec leurs stages : ses
interventions pourront prendre la forme, soit d’un renforcement du traitement de certaines parties du programme, soit
d’une vulgarisation rigoureuse et sobre, lorsque ces sujets ne figurent pas explicitement au programme d’examen.
Le programme de physique appliquée de cette S.T.S doit assurer au futur technicien une bonne
compréhension des principes scientifiques mis en jeu dans les composants utilisés dans la construction des
ordinateurs, des périphériques, des liaisons et des interfaces électroniques ainsi que dans l'électrotechnique pilotée
par informatique.
L’ordinateur est l’outil principal du technicien en Informatique et Réseaux pour l’Industrie et les Services
techniques dont les activités professionnelles couvrent un large spectre comprenant, non seulement des systèmes
typiquement électroniques, mais aussi des systèmes de commande et de suivi de procédés industriels mettant en
oeuvre l’électrotechnique et l’électronique de puissance. Si, pour l’essentiel, sa compétence est axée sur le traitement
et la transmission du signal, la plupart du temps sous forme numérique, le technicien de la spécialité peut néanmoins
avoir à intervenir sur d’autres domaines que ceux des signaux numériques et des algorithmes : placé au carrefour
entre l'électronique et de l'électrotechnique, il se doit d’être un utilisateur éclairé capable de communiquer avec les
spécialistes de ces champs connexes.
La partie commune aux programmes de physique des baccalauréats à vocation scientifique des secteurs
technologiques et du secteur généraliste constitue un pré-requis au programme de physique appliquée de ce B.T.S :
lois générales de l’électrocinétique (appliquées à des circuits passifs et à des circuits actifs en régime continu et en
régime sinusoïdal) et lois de l’électromagnétisme.
Au niveau du B.T.S, l’enseignement de physique appliquée prolonge donc la formation scientifique acquise
dans le second cycle afin de renforcer chez l’étudiant son aptitude à élaborer et maîtriser les capacités générales de
communication, de conceptualisation et d’action, ce qui lui permettra de s’adapter à l’évolution des techniques et
d’accéder à des niveaux supérieurs de qualification.
Aux objectifs de connaissances s’ajoutent des objectifs méthodologiques : la poursuite de la pratique de la
méthode et du raisonnement scientifiques, notamment au cours des séances de travaux de laboratoire, doit contribuer
à développer chez le futur technicien l’esprit critique et l’autonomie nécessaires à l’analyse des systèmes qu’il
rencontrera et des informations qui lui seront proposées.
I.2. Organisation des études.
En Sciences, la logique de construction des compétences chez les étudiants se fonde d’abord sur l’acquisition
de connaissances et de savoir-faire résultant d’un enseignement privilégiant la démarche expérimentale : il en résulte
qu’en physique appliquée, cours (2 h hebdomadaires) en classe entière et travaux pratiques (T.P) en classe
dédoublée (2 h hebdomadaires) constituent un tout qui doit être confié à un professeur unique. Afin de faciliter la
synergie entre les activités conceptuelles et les activités de travaux pratiques, il est recommandé de placer les
séances de travaux pratiques des deux groupes dans la même journée.
49
L'utilisation de l'outil informatique sous ses différents aspects doit être aussi systématique que possible en
travaux pratiques et dans les expériences de cours : tableurs pour les calculs et les modélisations, logiciels de
traitement des signaux, logiciels de simulation, communication entre ordinateurs, entre ordinateurs et périphériques,
logiciels de commande de cartes d'acquisition, logiciels pour l’étude de la structure générale d'un système numérique
et des algorithmes utilisés…
I.3. Organisation des contenus du programme de formation.
Afin de faciliter la lecture particulière du programme de l’ensemble des deux années de préparation au B.T.S,
les contenus de la formation ont été regroupés autour de huit thèmes identifiables sur un exemple de chaîne de
commande de procédé (voir schéma ci-dessous).
Mais ce découpage n’implique aucun ordre chronologique dans la progression et le professeur de physique
appliquée reste maître de sa pédagogie. Cette liberté implique toutefois que toutes les dispositions soient prises au
niveau de l’équipe éducative pour que le professeur de physique appliquée chargé des enseignements de seconde
année ait une connaissance claire des sujets abordés en première année, des niveaux auxquels ils ont été traités et
des TP qui leur ont été consacrés. La progression adoptée doit par ailleurs faire l’objet d’une concertation avec les
professeurs d’enseignement technologique et des professeurs de mathématiques.
II &VI
II &VI
Loi de commande
V & VII
II
&
VI
II
&
VI
Convertisseur
de signal
IV
Convertisseur
de signal
IV
II
&
VI
II
&
VI
Conditionneur
de signal
III
Conditionneur
de signal
III
II
II &VI
II
Capteur
I
Procédé
Convertisseur
d’énergie
VIII
II & VI
N.B : La définition ci-dessous est extraite du glossaire du Référentiel des Activités Professionnelles.
« Procédé » : méthode utilisée pour réaliser une opération de production de bien d’équipement (transformation de
matière d’œuvre, conditionnement, manutention, stockage, etc.) ou une opération de production de service
(communication de données, traitement de données, stockage, etc.)
50
II. LISTE DES THEMES DU PROGRAMME.
Thème I. ACQUISITION D’UNE GRANDEUR PHYSIQUE.
Capteurs.
Rôle d’un transducteur. Transducteur passif ; transducteur actif ; transducteur à sortie numérique.
Qualités statiques et qualités dynamiques d'un capteur.
Thème II. ANALYSE DU SIGNAL.
II.1. Propriétés temporelles du signal.
Représentations temporelle et complexe d’un signal sinusoïdal.
Valeur moyenne d'un signal périodique.
II.2. Propriétés fréquentielles du signal.
Représentation fréquentielle d’un signal périodique.
II.3. Propriétés énergétiques du signal.
Puissance instantanée. Puissance moyenne transportée par un signal périodique.
Valeur efficace d’un signal périodique.
Thème III. TRAITEMENT ANALOGIQUE DU SIGNAL.
III.1. Système analogique non linéaire : application à la fonction comparaison.
Comparateur simple, comparateur à hystérésis.
III.2. Système analogique linéaire : application à la fonction amplification.
Amplification, gain et bande passante d’un amplificateur de tension.
III.3. Système analogique linéaire : application à la fonction filtrage.
Définition d’un filtre ; application aux filtres du premier et du second ordre.
Fonction de transfert harmonique d'un filtre. Représentation de Bode. Bande passante.
Thème IV. ECHANTILLONNAGE ET CONVERSION DU SIGNAL.
IV.1. Echantillonnage.
Principe de fonctionnement d’un échantillonneur-bloqueur.
Spectre d'un signal échantillonné. Théorème de Shannon.
IV.2. Conversion analogique-numérique et conversion numérique-analogique.
Définitions : résolution, quantum, temps de conversion.
Reconstitution du signal.
Thème V. TRAITEMENT NUMERIQUE DU SIGNAL.
V.1. Système numérique linéaire : réponse à une loi de commande.
Signal discret ; opérations sur une séquence de nombres.
Système numérique récursif ou non récursif.
Utilisation de la transformée en z.
V.2. Système numérique linéaire : application au filtrage.
Thème VI. TRANSMISSION DU SIGNAL.
VI.1. Propagation d’un signal.
Propriétés d’une onde électromagnétique (longueur d’onde, fréquence, affaiblissement, dispersion…)
VI.2. Transmission d’un signal par câble.
Ligne fermée sur son impédance caractéristique.
VI.3. Transmission d’un signal par fibre optique.
Propriétés et utilisation des fibres optiques.
VI.4. Modulation et démodulation du signal à transmettre.
Notion de modulation et démodulation d'un signal modulé : cas d’un signal numérique.
Thème VII. SYSTEMES LINEAIRES.
VII.1. Formalisme et identification d’un système analogique.
Définitions : régime transitoire ; régime permanent ; réponse indicielle ; réponse impulsionnelle ;
système analogique linéaire.
Identification d’un système à partir de sa réponse indicielle.
VII.2. Outils d’étude d’un système analogique linéaire.
Définitions : transmittance statique, constante de temps ; pulsation propre ; pseudo-période ;
coefficient d’amortissement ; temps de réponse ; dépassement.
Transmittance isochrone ; transmittance isomorphe. Utilisation de la transformée de Laplace.
VII.3. Systèmes asservis analogiques.
Fonctions de transfert d’un système asservi.
Définition : stabilité et précision d’un système ; dilemme stabilité-précision ; marge de phase.
Notion de correction (correcteur proportionnel et correcteur P.I).
51
VII.4. Systèmes asservis échantillonnés.
Principe.
Thème VIII. ENERGIE ELECTRIQUE : DISTRIBUTION ET CONVERSION.
VIII.1. Distribution électrique et sécurité.
Notions générales sur le transport et la distribution de l’énergie électrique ; rôles d’un transformateur.
Sécurité : danger d'électrocution ; limites des domaines de tension ; régime de liaison à la terre.
VIII.2. Conversion électromécanique d’énergie.
Notions générales sur la conversion électromécanique. Réversibilité de fonctionnement d’une machine
électrique tournante.
Définitions : puissance absorbée par une machine électrique et puissance utile.
VIII.3. Conversion statique d’énergie.
Notions générales sur l’Electronique de puissance et sur le pilotage des machines électriques.
Conversion continu-alternatif et conversion continu-continu.
Définitions : puissance active ; puissance apparente ; facteur de puissance.
Notions sur la pollution électromagnétique.
III. ÉVALUATION DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES EXIGIBLES.
Les thèmes du programme sont assortis d’une liste de connaissances et de compétences terminales qui
délimite les exigences vis- à- vis de l'étudiant en définissant le niveau maximum de ce qui sera demandé à l'examen.
Cet ensemble contribue à l’équilibre de l’évaluation des connaissances scientifiques et des deux types de savoirfaire, que ce soit au long de la formation ou lors de l’examen terminal. Il permet ainsi de donner une plus large place à
l'évaluation de compétences acquises durant les séances de Travaux Pratiques et de ne pas négliger les questions
appelant des réponses d’ordre qualitatif.
Cet ensemble, qui constitue un contrat d’objectifs, est un outil de travail à l'usage, non seulement du
professeur, mais aussi de l’étudiant. En effet :
- Le professeur doit effectuer sa partie de contrat en construisant des situations d’apprentissage aussi
riches et diversifiées que possible afin de permettre une bonne assimilation des connaissances scientifiques
et des savoir-faire exigibles à ce niveau de formation et décrits dans ce référentiel.
- L’étudiant doit également effectuer sa partie de contrat, car apprendre, quels que soient le niveau ou
le champ disciplinaire, nécessite toujours une part d’investissement personnel. Ainsi, acquérir des
connaissances scientifiques nécessite un minimum d’effort de mémorisation et, acquérir des compétences
(savoir-faire expérimentaux et théoriques) nécessite un apprentissage (sans un entraînement approprié,
l’étudiant ne peut être performant).
La description retenue pour ce contrat d’objectifs s’appuie sur le B.O.E.N spécial 3 du 09/07/1987 qui définit
les capacités à évaluer en Sciences physiques en identifiant trois types d'objectifs :
- des objectifs de connaissance : ce sont des lois et des concepts scientifiques, des définitions, des
unités, des modèles, des ordres de grandeur, des exemples d'application ; ils sont évaluables à la fois
oralement et par écrit (sans l’aide d’une calculatrice).
- des objectifs de savoir-faire expérimental : ce sont des savoir-faire qui doivent être acquis durant les
séances de travaux pratiques ; certains sont évaluables par écrit comme, par exemple, « Dessiner le schéma
d’un montage de mesure en précisant la position des appareils, le schéma de principe et la méthode de
mesure étant donnés ».
- des objectifs de savoir-faire théorique : ce sont des savoir-faire concernant l'utilisation raisonnée des
lois et formules, des exploitations de courbes, des méthodes de raisonnement ; ils sont évaluables à la fois
oralement et par écrit.
Le libellé de chaque objectif décrit une activité observable et évaluable. Sa formulation, qui nécessite
l’utilisation d'un vocabulaire précis et commence par un verbe d'action employé à l’infinitif, permet de répondre à la
question suivante : « Par quelle action l’étudiant fait-il la preuve qu’il a atteint l’objectif ? ». Ainsi, pour les objectifs
concernant une opération mentale, il convient d’indiquer clairement à l’étudiant quel type de trace est attendue : par
exemple, à l’opération mentale « Savoir…» est associée l’activité évaluable « Citer... » ou encore « Enoncer ».
L'utilisation d'objectifs opérationnels clarifie les situations d’enseignement sans les appauvrir car le
référentiel définit le niveau minimum de ce qui est à étudier en cours d'année, et il est bien évident que le professeur
ne va pas limiter son acte pédagogique à l’annonce d’une propriété sans illustrer son propos par une expérience et/ou
sans donner des explications ! Elle n’entraîne aucune contrainte chez le professeur.
En particulier :
52
- elle ne l'oblige pas à découper systématiquement les contrôles en fonction des objectifs car un
objectif précis peut être évalué à propos d'une activité plus globale,
- elle ne lui impose aucun ordre dans les apprentissages puisque l'ordre des items de la liste des
objectifs ne préjuge en rien de la progression pédagogique,
- elle ne lui interdit pas, en cours de formation, d'interroger avec des exigences différentes si le niveau
de la classe le permet (évaluation formative),
- elle ne l'oblige pas à évaluer systématiquement toute activité de l'étudiant : cette pratique, souvent
constatée chez certains utilisateurs d'objectifs, est à proscrire.
La liste des connaissances et des compétences est classée selon la typologie suivante :
A. Savoir-faire expérimentaux (communs à l’ensemble des thèmes du programme).
B. Connaissances scientifiques et savoir-faire théoriques :
B.1. Savoir-faire communs à tous les thèmes du programme.
B.2. Savoir-faire particuliers déclinés thème par thème.
Cette typologie permet d’alléger la présentation générale de la liste en évitant de fastidieuses répétitions.
A. Savoir-faire expérimentaux
Rappel :
ces savoir-faire expérimentaux constituent un préalable
à l’acquisition de connaissances et de savoir-faire théoriques.
Si, à l’examen, les savoir-faire expérimentaux ne sont pas tous directement évaluables par des épreuves
écrites, ils le sont toujours indirectement puisqu’ils constituent un préalable à l’acquisition de connaissances et de
savoir-faire théoriques (qui, eux, sont directement évaluables par des épreuves écrites).
En conséquence, pour des raisons d’efficacité pédagogique, les thèmes du programme, dans leur grande
majorité, devront être abordés par le biais des travaux pratiques : c’est par une approche concrète que le
profe sseur pourra ensuite rendre les concepts accessibles aux étudiants, en évitant toute mathématisation
excessive.
Le présent paragraphe regroupe les savoir-faire expérimentaux de l’ensemble du programme de physique
appliquée. Nombre de compétences, communes à plusieurs thèmes, sont mises en jeu plusieurs fois au cours de
l’année scolaire à l’occasion des travaux pratiques : afin d’alléger leur présentation, ces savoir-faire expérimentaux,
regroupés en tête du référentiel, ne seront pas répétés dans le paragraphe réservé à chaque thème.
Les règles de sécurité et les procédures correspondant à une manipulation sur une installation fonctionnant
dans le domaine de la Basse Tension (B.T) font partie des savoir-faire expérimentaux que l’étudiant devra acquérir
avant de partir en stage. On veillera à rappeler la règle absolue de n’intervenir que sur des montages hors tension,
aussi souvent que nécessaire et notamment lors de toute expérimentation. La partie sécurité doit être mise en relation
avec la préparation à l’habilitation électrique que les étudiants suivent par ailleurs.
Savoir-faire expérimentaux directement liés au réglage et à l’utilisation des périphériques de mesure :
- Maîtriser l’utilisation d’un oscilloscope :
- application des règles de sécurité,
- utilisation des modes monocourbe, bicourbe et XY,
- réglage des zéros,
- calibrage de la base de temps et des amplificateurs de voies,
- sélection de la position AC-DC des entrées,
- choix de la voie de déclenchement,
- utilisation de la fonction addition, de la fonction inversion,
- utilisation de la fonction mémoire.
- Maîtriser l’utilisation d’un générateur de fonctions :
- choix d’un type de signal,
- réglage de l’amplitude et de l’offset de ce signal,
- réglage de la fréquence et du rapport cyclique de ce signal.
- Maîtriser l’utilisation d’un multimètre numérique pour mesurer des grandeurs moyennes ou efficaces :
- application des règles de sécurité,
- choix d’un appareil adapté aux caractéristiques fréquentielles du signal à étudier,
- choix de la fonction (ampèremètre, voltmètre, ohmmètre),
53
- choix de la touche du commutateur (AC ou DC ou AC+DC),
- choix du calibre.
- Maîtriser l’utilisation d’une pince :
- pince ampèremétrique,
- pince multifonctions.
- Maîtriser l’utilisation d’outils informatiques :
- logiciel d’analyse de spectre,
- carte d’acquisition,
- tableur,
- logiciel de simulation.
Savoir-faire expérimentaux directement liés à la préparation des mesures :
- Passer d’un schéma de principe à un schéma de montage en précisant la position des appareils (la méthode de
mesure étant donnée).
- Choisir le matériel et les composants en fonction de la puissance mise en jeu.
- Mettre en oeuvre un montage alimentable en Basse Tension (B.T) en respectant le protocole de mise sous
tension assurant la sécurité de l'opérateur et la protection du matériel.
- câbler et décâbler hors énergie,
- réaliser le circuit de puissance avant le branchement d’appareils de mesure destinés à être montés en
parallèle,
- ne mettre en service l’alimentation qu’après vérification du montage,
- consigner les alimentations avant toute modification du montage.
- Vérifier le bon fonctionnement d'une structure illustrant une fonction figurant au programme.
Savoir-faire expérimentaux directement liés à l’acquisition des mesures et à leur exploitation :
- Mesurer des grandeurs électriques dans le domaine de la B.T et dans le domaine de la Très Basse Tension
(T.B.T) :
- valeur moyenne d’une tension, d’un courant, d’une puissance,
- valeur efficace de signaux comportant ou non une composante continue,
- Faire l’acquisition de signaux, en vue de leur analyse par un moyen informatique.
- Mesurer des grandeurs à l’oscilloscope :
- une tension (amplitude, ondulation, dépassement…),
- une durée (constante de temps, temps de montée, temps de réponse à 5% près, période…),
- une différence de phase entre deux signaux sinusoïdaux,
- un rapport cyclique.
- Relever et exploiter une caractéristique :
- caractéristique de transfert,
- caractéristique fréquentielle (module et argument) d'un amplificateur ou d’un filtre,
- caractéristique mécanique d’une machine électrique.
- Exploiter des mesures de grandeurs électriques pour en déduire :
- une puissance moyenne,
- une amplification en tension,
- une différence de phase entre deux signaux sinusoïdaux,
- une vitesse de propagation.
- Donner le résultat d’une mesure avec un nombre de chiffres significatifs adapté à l’appareil utilisé.
54
B. Connaissances scientifiques et savoir-faire théoriques
Rappel :
ces connaissances scientifiques et ces savoir-faire théoriques
sont directement évaluables dans les épreuves écrites d’examen.
B.1. SAVOIR-FAIRE COMMUNS A TOUS LES THEMES DU PROGRAMME.
- Appliquer les lois fondamentales de l’électrocinétique (loi des nœuds et loi des mailles) à des montages simples
permettant de réaliser les fonctions du programme.
- Exploiter les caractéristiques d’un composant pour vérifier la conformité au cahier des charges.
- Ecrire le résultat d'un calcul avec un nombre de chiffres significatifs adapté à la précision des grandeurs connues.
B.2. SAVOIR-FAIRE PARTICULIERS DECLINES THEME PAR THEME.
Thème I. ACQUISITION D’UNE GRANDEUR PHYSIQUE.
Capteurs.
Rôle d’un transducteur. Transducteur passif ; transducteur actif ; transducteur à sortie numérique.
Qualités statiques et qualités dynamiques d'un capteur.
On se limite à l’étude de deux capteurs :
l’un est un capteur de température et l’autre est,
soit un capteur à sortie numérique,
soit un capteur en relation avec les thèmes professionnels des étudiants.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer que le rôle d’un transducteur est de transformer une grandeur physique en un signal électrique.
- Citer un exemple de transducteur passif ainsi que le phénomène physique mis en jeu.
- Citer un exemple de transducteur actif ainsi que le phénomène physique mis en jeu.
- Citer un exemple de capteur permettant de disposer directement d’un signal numérique.
- Définir les principales qualités statiques d'un capteur : sensibilité, linéarité, fidélité, justesse, résolution, finesse,
plage de mesure.
- Citer les principales qualités dynamiques d'un capteur : bande passante, rapidité, temps de réponse.
- Citer les facteurs influant sur la sensibilité d’un capteur : linéarité, bande passante, vieillissement.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs à une chaîne de mesure (capteur, conditionneur, calculateur,
afficheur ou enregistreur, étalonnage).
- Exploiter la caractéristique de transfert d’un capteur pour modéliser la relation entre sa grandeur d’entrée et sa
grandeur de sortie.
- Exploiter la caractéristique statique de transfert d'un capteur pour préciser les domaines de variation des
grandeurs d'entrée et de sortie.
- Exploiter la caractéristique dynamique de transfert d'un capteur pour préciser sa bande passante et son temps de
réponse.
- Etablir la relation entre grandeur de sortie et grandeur d'entrée du capteur à partir de l'ensemble de ses
caractéristiques techniques.
- Déterminer, en précisant son unité, la sensibilité d’un capteur connaissant sa fonction de transfert.
55
Thème II. ANALYSE DU SIGNAL.
II.1. Propriétés temporelles du signal.
Représentations temporelle et complexe d’un signal sinusoïdal.
Valeur moyenne d'un signal périodique.
II.2. Propriétés fréquentielles du signal.
Représentation fréquentielle d’un signal périodique.
II.3. Propriétés énergétiques du signal.
Puissance instantanée. Puissance moyenne transportée par un signal périodique.
Valeur efficace d’un signal périodique.
II.1. Propriétés temporelles du signal.
Connaissances scientifiques :
- Définir la valeur moyenne <s(t)> d'un signal périodique s(t) au moyen d’une intégrale.
- Enoncer que la valeur moyenne d'un signal périodique alternatif est nulle par définition.
- Enoncer la propriété selon laquelle un signal (tension ou courant) périodique s(t) peut être considéré comme la
somme d'une composante continue (appelée valeur moyenne) et d'une ondulation alternative.
- Définir le temps de montée et le temps d'établissement à 5% d’un signal s(t).
Savoir-faire théoriques :
- Passer de l’équation instantanée d’un signal sinusoïdal à sa représentation temporelle.
- Passer de l’équation instantanée d’un signal sinusoïdal à sa représentation complexe.
- Passer de la représentation temporelle d’un signal sinusoïdal à son équation instantanée.
- Passer de la représentation temporelle d’un signal sinusoïdal à sa représentation complexe.
- Calculer, dans des cas simples, la valeur moyenne d'un signal à partir de son chronogramme en utilisant une
méthode graphique.
- Exploiter un chronogramme pour déterminer la valeur finale, le temps de montée et le temps d'établissement à
5% d’un signal s(t).
II.2. Propriétés fréquentielles du signal.
Ni la définition mathématique d’une série de Fourier,
ni l’établissement de l’expression littérale de coefficients de Fourier
ne font partie du programme de physique appliquée.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer l’équivalence entre représentations temporelle et fréquentielle d’un signal.
- Enoncer la propriété selon laquelle un signal périodique s(t) alternatif et de fréquence f peut être considéré
comme la somme d'une composante sinusoïdale de fréquence f [appelée le fondamental ou premier harmonique]
et d'autres composantes sinusoïdales dont les fréquences sont des multiples entiers de f [appelées les
harmoniques].
- Citer un dispositif électrique permettant de modifier le spectre d’un signal.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter un spectre d’amplitude pour déterminer l'amplitude et la fréquence des composantes harmoniques d’un
signal.
- Tracer le spectre d’amplitude d'un signal, la fréquence et l'amplitude de son fondamental et de ses harmoniques
étant données.
- Calculer le taux de distorsion harmonique d’un signal simple, la définition étant donnée.
56
II.3. Propriétés énergétiques du signal.
Connaissances scientifiques :
- Définir la puissance instantanée p(t) transportée par un signal.
- Définir la puissance moyenne <p(t)> transportée par un signal périodique.
- Citer des ordres de grandeur de puissances selon les domaines d’application.
- Citer des exemples de montages générant des perturbations électromagnétiques (électronique de puissance).
- Définir la valeur efficace V d'un signal périodique v(t) par la formule :
V=
v2
Savoir-faire théoriques :
- Calculer, dans des cas simples, la valeur efficace d'un signal à partir de son chronogramme en utilisant une
méthode graphique.
- Calculer, dans des cas simples, la puissance moyenne transportée par un signal à partir de son chronogramme
en utilisant une méthode graphique.
- Déterminer la puissance dissipée dans un montage ou un composant dont le modèle est donné.
Thème III. TRAITEMENT ANALOGIQUE DU SIGNAL.
III.1. Système analogique non linéaire : application à la fonction comparaison.
Comparateur simple, comparateur à hystérésis.
III.2. Système analogique linéaire : application à la fonction amplification.
Amplification, gain et bande passante d’un amplificateur de tension.
III.3. Système analogique linéaire : application à la fonction filtrage.
Définition d’un filtre ; application aux filtres du premier et du second ordre.
Fonction de transfert harmonique d'un filtre. Représentation de Bode. Bande passante.
III.1. Système analogique non linéaire : application à la fonction comparaison.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer qu’un comparateur (simple ou à hystérésis) est un exemple de montage fonctionnant en régime non
linéaire.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter la relation liant la tension de sortie à la tension de commande d’un comparateur.
- Tracer le graphe de la tension de sortie d’un comparateur simple connaissant la tension de commande.
- Tracer le graphe de la tension de sortie d’un comparateur à hystérésis intégré connaissant sa caractéristique de
transfert et sa tension de commande.
- Vérifier la compatibilité entre la caractéristique de transfert d’un comparateur à hystérésis intégré et les
chronogrammes de ses signaux de commande et de sortie.
III.2. Système analogique linéaire : application à la fonction amplification.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer que la partie utile de la caractéristique de transfert d’un amplificateur est sa zone linéaire.
- Définir les modèles linéaires de l'entrée et de la sortie d'un amplificateur au moyen d’un schéma électrique.
- Donner la définition d’une décade de fréquences.
- Donner la définition de l'amplification en tension en régime harmonique : Av = Vs (module et argument).
Ve
- Donner l’expression du module d’une amplification pour une fréquence de coupure à -3 dB.
- Donner la définition du gain en tension exprimé en décibels :
G dB =20 log Av
- Donner l’expression du gain pour une fréquence de coupure à -3 dB.
- Définir graphiquement la bande passante à -3 dB.
57
- Définir ce qu’est un amplificateur à gain programmable.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter la relation liant la tension de sortie à la (ou aux) tension(s) d'entrée d’un dispositif.
- Déterminer le module et l’argument d’une amplification à partir des chronogrammes des signaux sinusoïdaux
d’entrée et de sortie d’un amplificateur.
- Exploiter les diagrammes de Bode d’un amplificateur pour en déduire le gain ainsi que la différence de phase
entre le signal de sortie et le signal d’entrée, en régime sinusoïdal.
- Exploiter les diagrammes de Bode d’un amplificateur pour en déduire les caractéristiques temporelles du signal
de sortie, celles du signal sinusoïdal d’entrée étant données.
III.3. Système analogique linéaire : application à la fonction filtrage.
Les calculs sur les fonctions de transfert sont limités
aux cas des filtres de type passe-bas du premier et du second ordre.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer qu’un filtre peut être réalisé à partir de techniques analogiques ou de commutation ou numériques.
- Enoncer qu’un filtre analogique est un montage fonctionnant en régime linéaire.
- Dessiner le gabarit d'un filtre passe-bas idéal.
- Dessiner le gabarit d'un filtre passe-haut idéal.
- Dessiner le gabarit d'un filtre passe-bande idéal.
- Citer le rôle d'un filtre passe-bas, d'un filtre passe bande, d'un filtre passe-haut.
- Citer des applications pratiques d’un filtre passe-bas (filtre de lissage, filtre anti-repliement, moyenneur).
Vs (module et argument).
Ve
- Donner la définition du gain d'un filtre exprimé en décibels : G dB =20 log T
- Donner la définition de la fonction de transfert harmonique d'un filtre : T
=
- Donner l’expression du module d’une fonction de transfert pour une fréquence de coupure à -3 dB.
- Donner l’expression du gain pour une fréquence de coupure à -3 dB.
- Définir graphiquement la bande passante à -3 dB.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter le schéma structurel d’un filtre passe bas simple pour f = 0 et pour f → ∝ afin d’en déduire sa nature.
- Exploiter la courbe de gain d’un filtre passe-bas afin d’en déduire sa nature.
- Exploiter un diagramme de Bode pour déterminer l’ordre d’un filtre passe bas.
- Exploiter les limites (pour f = 0 et pour f → ∝ ) de l’expression du module de la fonction de transfert d’un filtre
passe-bas afin d’en déduire sa nature.
- Déterminer l’argument de la fonction de transfert d’un filtre, à une fréquence donnée, à partir de la mesure de la
différence de phase entre les signaux sinusoïdaux d’entrée et de sortie de ce filtre.
- Exploiter les diagrammes de Bode d’un filtre pour en déduire le module et l’argument de sa fonction de transfert.
- Exploiter les diagrammes de Bode d’un filtre passe-bas pour en déduire les caractéristiques temporelles de son
signal de sortie, les caractéristiques du signal sinusoïdal d’entrée étant données.
- Exprimer le module et l’argument d’une fonction de transfert écrite sous sa forme canonique.
- Représenter les diagrammes de Bode pour un filtre dont la fonction de transfert est donnée sous sa forme
canonique en utilisant un outil informatique.
- Déterminer le spectre d’amplitude du signal de sortie d'un filtre idéal (passe-bas, passe-haut, passe-bande) en
appliquant le principe de superposition et en utilisant les données suivantes :
- gabarit du filtre,
- spectre limité aux premiers termes de la série de Fourier du signal d’entrée.
- Déterminer le spectre d’amplitude du signal de sortie d'un filtre réel passe-bas en appliquant le principe de
superposition et en utilisant les données suivantes :
- caractéristique de transfert du filtre en fonction de la fréquence,
- spectre limité aux premiers termes de la série de Fourier du signal d’entrée.
- Déterminer les caractéristiques temporelles du signal de sortie d'un filtre réel passe-bas modélisé par ses
diagrammes de Bode, les caractéristiques du signal périodique d’entrée étant données par son spectre.
58
Thème IV. ECHANTILLONNAGE ET CONVERSION DU SIGNAL.
IV.1. Echantillonnage.
Principe de fonctionnement d’un échantillonneur-bloqueur.
Spectre d'un signal échantillonné. Théorème de Shannon.
IV.2. Conversion analogique-numérique et conversion numérique-analogique.
Définitions : résolution, quantum, temps de conversion.
Reconstitution du signal.
IV.1. Echantillonnage.
Connaissances scientifiques :
- Définir les termes : prise d'échantillon, maintien (ou blocage), période d’échantillonnage.
- Justifier la nécessité du blocage de l’information.
- Citer les fréquences présentes dans le spectre d'un signal sinusoïdal échantillonné.
- Enoncer le théorème de Shannon pour un signal sinusoïdal échantillonné.
- Enoncer le théorème de Shannon pour un signal à spectre limité.
- Citer le rôle du filtre anti-repliement (limitation du spectre du signal à traiter afin d’obtenir des échantillons
représentatifs de ce signal).
Savoir-faire théoriques :
- Déterminer la représentation temporelle d’un signal discret.
- Appliquer le théorème de Shannon pour choisir une période d'échantillonnage.
- Vérifier que le temps de traitement d’un signal numérique est compatible avec la constante de temps du système
commandé.
- Déterminer la fréquence de coupure d’un filtre anti-repliement supposé idéal.
IV.2. Conversion analogique-numérique et conversion numérique-analogique.
On limite l’étude des C.A.N et des C.N.A à deux exemples pour chaque fonction :
celui d’un convertisseur utilisé dans des applications où les contraintes temporelles
imposent un temps de conversion minimum
et celui d’un convertisseur utilisé dans les applications où les contraintes temporelles sont moins strictes.
Connaissances scientifiques :
- Définir un convertisseur analogique-numérique (C.A.N) par la relation entre sa grandeur de sortie et sa grandeur
d’entrée.
- Citer deux exemples de C.A.N en précisant les principes physiques mis en jeu.
- Définir un convertisseur numérique-analogique (C.N.A) par la relation entre sa grandeur de sortie et sa grandeur
d’entrée.
- Citer deux exemples de C.N.A en précisant les principes physiques mis en jeu.
- Définir les termes : résolution, quantum, non-linéarité, temps de conversion.
- Citer le rôle du filtre de reconstitution (filtre de lissage).
- Enoncer la nécessité de l’existence d’un bloqueur en sortie d’un C.N.A et à l’entrée d’un C.A.N.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter la caractéristique sortie/entrée d’un C.N.A pour déterminer le quantum.
- Exploiter la caractéristique sortie/entrée d’un C.A.N pour déterminer la résolution.
- Choisir une résolution adaptée à un cahier des charges (choix du nombre de bits).
- Calculer la tension de sortie d’un C.N.A, le nombre à convertir et le quantum étant donnés.
- Déterminer la fréquence de coupure d’un filtre de reconstitution (filtre de lissage) supposé idéal.
59
Thème V. TRAITEMENT NUMERIQUE DU SIGNAL.
V.1. Système numérique linéaire : réponse à une loi de commande.
Signal discret ; opérations sur une séquence de nombres.
Système numérique récursif ou non récursif.
Utilisation de la transformée en z.
V.2. Système numérique linéaire : application au filtrage.
V.1. Système numérique linéaire : réponse à une loi de commande.
Connaissances scientifique s :
- Définir un signal discret (suite de nombres, associée ou non à un signal échantillonné) par comparaison avec un
signal analogique.
- Enoncer que l'unité de traitement réalise, sur les nombres d'une séquence, les opérations suivantes : addition,
soustraction, multiplication par une constante et retard.
- Définir ce qu’est un système récursif.
- Définir ce qu’est un système non récursif.
- Définir ce qu’est une réponse impulsionnelle finie.
- Définir ce qu’est une réponse impulsionnelle infinie.
- Enoncer qu’un système numérique est stable si les échantillons Sn de sa réponse impulsionnelle tendent vers 0
quand n → ∝ .
-1
- Enoncer que l’opération retard d’une période d’échantillonnage correspond à une multiplication par z .
Savoir-faire théoriques :
- Déterminer, dans des cas simples, la suite des échantillons d’un signal dont on connaît la représentation
temporelle sous forme graphique.
- Calculer les échantillons successifs d’un signal dont on connaît l’expression discrétisée.
- Tracer la réponse d’un système numérique en déterminant les échantillons successifs obtenus à sa sortie, les
échantillons d’entrée et son équation de récurrence étant donnés.
- Déterminer la réponse impulsionnelle d’un système non récursif à partir des coefficients de son équation de
récurrence.
- Déterminer les coefficients de l’équation de récurrence d’un système non récursif à partir de sa réponse
impulsionnelle.
- Discrétiser une équation différentielle du premier ordre, l’équivalent discrétisé d’une dérivée étant donné.
- Passer de l’équation de récurrence d'un système simple à sa transmittance en z.
- Passer de la transmittance en z d'un système simple à son équation de récurrence.
- Déterminer si un système est stable à partir de sa transmittance ou de sa réponse impulsionnelle.
- Déterminer, par une lecture directe d’une table simplifiée de transformées en z, la réponse temporelle d'un
système à l'aide de sa transmittance et de la transformée en z de son signal d'entrée.
V.2. Système numérique linéaire : application au filtrage.
La synthèse des filtres numériques ne fait pas partie du programme de physique appliquée.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer qu’un filtre peut être réalisé à partir de techniques analogiques ou de commutation ou numériques.
- Enoncer qu’un filtre numérique est une variante d’une loi de commande numérique.
Savoir-faire théoriques :
Les techniques de calcul du V.1 sont applicables au cas particulier des filtres numériques.
60
Thème VI. TRANSMISSION DU SIGNAL.
VI.1. Propagation d’un signal.
Propriétés d’une onde électromagnétique (longueur d’onde, fréquence, affaiblissement, dispersion…)
VI.2. Transmission d’un signal par câble.
Ligne fermée sur son impédance caractéristique.
VI.3. Transmission d’un signal par fibre optique.
Propriétés et utilisation des fibres optiques.
VI.4. Modulation et démodulation du signal à transmettre.
Notion de modulation et démodulation d'un signal modulé : cas d’un signal numérique.
VI.1. Propagation d’un signal.
Connaissances scientifiques :
- Citer les différents milieux de transmission d’une onde électromagnétique (air ou vide, câble, fibre optique).
- Citer les fréquences pour des porteuses utilisées selon les milieux de propagation.
- Citer des notions qualitatives sur l'affaiblissement et la dispersion.
- Citer la relation entre la longueur d’onde et la fréquence d’un signal.
- Citer la définition de la vitesse de propagation.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs au phénomène de propagation : vitesse de propagation, durée de
propagation, affaiblissement, dispersion.
VI.2. Transmission d’un signal par câble.
Connaissances scientifiques :
- Citer les domaines d’utilisation actuels d’une transmission par câble.
- Citer les valeurs des bandes passantes usuelles d’une transmission par câble.
- Enoncer que l’on peut supprimer les phénomènes de réflexion à l'extrémité d'une ligne en la chargeant par son
impédance caractéristique.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs à une transmission par câble : vitesse de propagation, impédance
caractéristique, adaptation d'impédance, réflexion à l'extrémité d'une ligne, affaiblissement, dispersion.
- Calculer un temps de retard introduit par un câble, la vitesse de propagation et la longueur de la ligne étant
données.
- Déterminer la bande passante d’une ligne dont le modèle est décrit graphiquement par sa fonction de transfert.
VI.3. Transmission d’un signal par fibre optique.
Connaissances scientifiques :
- Citer les domaines actuels d’utilisation de la transmission par fibre optique.
- Citer des avantages essentiels d'une liaison optique guidée (grand débit, immunité au bruit, isolation galvanique,
suppression des perturbations électromagnétiques).
- Citer les valeurs des domaines des fréquences d’utilisation et celles de la bande passante dans le cas d’une
transmission par fibre optique.
- Citer différents types de fibres optiques.
- Citer un exemple de composant électronique utilisé comme émetteur dans une transmission optique.
- Citer un exemple de composant électronique utilisé comme récepteur dans une transmission optique.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs à l’optique : indice d’un milieu, réfraction, réflexion totale,
dispersion, affaiblissement.
- Construire le trajet d’un rayon lumineux dans une fibre optique à saut d’indice.
61
VI.4. Modulation et démodulation du signal à transmettre.
Connaissances scientifiques :
- Citer l’intérêt de la modulation d'un signal.
- Citer différents types de modulation d’un signal analogique (amplitude, phase, fréquence).
- Enoncer qu’un signal modulé est obtenu à partir d’un signal modulant et d’une porteuse.
- Enoncer que l’opération de démodulation est réalisée à la réception du signal modulé transmis et qu’elle peut
nécessiter la réalisation d’une « porteuse locale ».
- Citer un type de modulation d’un signal numérique.
- Enoncer la définition de la vitesse de transmission d’une transmission numérique.
- Enoncer la définition de la rapidité de modulation d’une transmission numérique.
- Citer les fonctions ou les caractéristiques duales relatives à un émetteur et à un récepteur.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs aux opérations de modulation et de démodulation : signal HF
modulé, signal BF modulant, porteuse HF, signal BF obtenu par démodulation, rapidité de modulation.
- Déterminer la bande passante nécessaire à la transmission d’un signal modulé dont le spectre est donné.
- Interpréter ou construire le chronogramme d’un signal modulé par un signal numérique, le type de modulation
utilisé étant décrit.
Thème VII. SYSTEMES LINEAIRES.
VII.1. Formalisme et identification d’un système analogique.
Définitions : régime transitoire ; régime permanent ; réponse indicielle ; réponse impulsionnelle ;
système analogique linéaire.
Identification d’un système à partir de sa réponse indicielle.
VII.2. Outils d’étude d’un système analogique linéaire.
Définitions : transmittance statique, constante de temps ; pulsation propre ; pseudo-période ;
coefficient d’amortissement ; temps de réponse ; dépassement.
Transmittance isochrone ; transmittance isomorphe. Utilisation de la transformée de Laplace.
VII.3. Systèmes asservis analogiques.
Fonctions de transfert d’un système asservi.
Définition : stabilité et précision d’un système ; dilemme stabilité-précision ; marge de phase.
Notion de correction (correcteur proportionnel et correcteur P.I).
VII.4. Systèmes asservis échantillonnés.
Principe.
Les savoir-faire théoriques sont limités
er
au cas de la réponse indicielle de systèmes sans retard, du 1 ou du 2ème ordre,
et au cas d’un signal causal (c’est à dire d’un signal de valeur nulle pour t < 0).
VII.1. Formalisme et identification d’un système analogique.
Connaissances scientifiques :
- Définir, pour un système, ce qu’est un régime transitoire.
- Définir, pour un système, ce qu’est un régime permanent.
- Définir ce qu’est la réponse indicielle d'un système.
- Définir ce qu’est la réponse impulsionnelle d'un système.
- Enoncer une définition de l’identification d’un système.
- Définir un système analogique linéaire comme étant un système pouvant être décrit par une équation différentielle
linéaire à coefficients constants.
- Enoncer que la réponse d’un système linéaire soumis à une excitation est la superposition du régime transitoire et
du régime permanent.
- Citer un exemple de système de commande identifiable à un système linéaire du premier ordre et faisant
intervenir au moins une grandeur non électrique.
62
- Citer un exemple de système de commande identifiable à un système linéaire du second ordre et faisant
intervenir au moins une grandeur non électrique.
- Citer des ordres de grandeurs de constantes de temps de divers systèmes linéaires.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme nécessaires à l’étude des systèmes de commande (excitation, réponse,
régime transitoire, régime permanent, réponse indicielle, réponse impulsionnelle…).
- Identifier un système à un modèle linéaire dont on précisera l’ordre en exploitant la réponse indicielle de ce
système.
- Appliquer les lois de la physique pour établir l'équation différentielle d'un système linéaire du premier ou du
second ordre lorsque les grandeurs d'entrée et de sortie sont définies (les lois physiques autres qu'électriques étant
données).
VII.2. Outils d’étude d’un système analogique linéaire.
La résolution d’une équation différentielle par une méthode analytique
ne fait pas partie du programme de physique appliquée.
L’utilisation du formalisme de Laplace se réduit à l’exploitation directe de tables de transformées.
Connaissances scientifiques :
- Indiquer l’ordre d’un système linéaire à partir de son équation différentielle.
- Enoncer qu’un système linéaire du premier ordre est parfaitement caractérisé par sa transmittance statique et sa
constante de temps.
- Enoncer qu’un système linéaire du second ordre est parfaitement caractérisé par sa transmittance statique, sa
pulsation propre et son coefficient d’amortissement.
- Enoncer que la réponse d’un système linéaire du second ordre peut être assimilée à la réponse d’un système du
premier ordre lorsque que le coefficient d'amortissement est très supérieur à 1.
- Enoncer que le temps de réponse à 5% près d’un système linéaire du premier ordre est égal à 3 fois sa constante
de temps.
- Enoncer que la dérivation d'une fonction causale du temps correspond à une multiplication par p de sa
transformée de Laplace.
- Enoncer que l'intégration d'une fonction causale du temps correspond à une division par p de sa transformée de
Laplace.
- Citer la relation qualitative entre la bande passante et le temps de montée de la réponse indicielle dans le cas
d’un système linéaire du premier ordre et dans le cas d’un système linéaire du deuxième ordre.
Savoir-faire théoriques :
- Exploiter graphiquement le chronogramme de la réponse indicielle d’un système linéaire du premier ou du
second ordre, pour déterminer sa transmittance statique et son temps de réponse à 5 % près.
- Exploiter le chronogramme de la réponse indicielle d’un système linéaire du premier ordre pour déterminer sa
constante de temps.
- Décrire l’influence qualitative du coefficient d'amortissement sur l'allure de la réponse indicielle d'un système
linéaire du second ordre.
- Reconnaître, sur le chronogramme de la réponse indicielle d’un système linéaire du second ordre, le cas d’une
réponse sur-amortie et le cas d’une réponse sous-amortie.
- Exploiter le chronogramme de la réponse indicielle d’un système linéaire du second ordre sous-amorti pour
déterminer son dépassement (absolu et relatif) et sa pseudo-période.
- Exploiter des abaques correspondant à la réponse indicielle d'un système linéaire du deuxième ordre sous-amorti
pour déterminer : le dépassement, la pulsation propre, le temps de réponse à 5 % près.
- Transformer l’équation différentielle d’un système linéaire pour la mettre sous la forme canonique adaptée à son
ordre (cette forme canonique étant donnée).
- Passer de l'équation différentielle d'un système linéaire à sa transmittance T(p) et inversement.
- Exploiter l’équation différentielle d’un système du premier ordre pour déterminer les expressions de sa constante
de temps et de sa transmittance statique.
- Exploiter l’équation différentielle d’un système du second ordre pour déterminer les expressions de la pulsation
propre, du coefficient d’amortissement et de la transmittance statique.
- Exploiter la transmittance isomorphe T(p) d’un système du premier ordre pour déterminer les expressions de sa
constante de temps et de sa transmittance statique.
63
- Exploiter la transmittance isomorphe T(p) d’un système du second ordre pour déterminer les expressions de la
pulsation propre, du coefficient d’amortissement et de la transmittance statique.
- Utiliser une table de transformées de Laplace pour déterminer par lecture directe la transformée d'un signal.
- Utiliser une table de transformées de Laplace, pour déterminer par lecture directe la réponse d’un système
modélisé par sa transmittance.
- Appliquer le théorème de la valeur finale (ce théorème étant donné) pour déterminer la limite pour t → ∝ de la
réponse d’un système stable à une excitation imposée.
- Passer de la transmittance isochrone T(jù) d’un système à sa transmittance isomorphe T(p) et inversement par
échange des variables j ù et p.
VII.3. Systèmes asservis analogiques.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer qu’un système de commande peut, selon le degré d’approximation choisi, êt re identifié à un système
linéaire du premier ou du second ordre.
- Définir, à l’aide d’un graphique, ce qu’est la précision d'un système de commande.
- Enoncer qu’en régime permanent l’erreur de la réponse indicielle d’un système de commande parfaitement précis
est nulle.
- Enoncer qu'un système stable est un système qui, écarté de sa position d'équilibre, y revient.
- Enoncer qu'un système est stable si sa réponse transitoire tend vers zéro au cours du temps.
- Enoncer qu’en régime permanent la réponse indicielle d’un système stable est finie.
- Définir ce qu’est la marge de phase d’un système asservi stable au moyen d’un graphique dans le plan de Bode.
- Citer le lien entre le degré de stabilité d’un système asservi en boucle fermée et sa marge de phase.
- Enoncer le principe du dilemme stabilité-précision.
- Justifier la nécessité de corriger un système de commande asservi.
- Enoncer qu’un correcteur peut se présenter sous différentes réalisations (numériques ou analogiques).
- Enoncer qu’une action proportionnelle agit sur le présent et qu’elle a un effet accélérateur et déstabilisateur sur
un système asservi.
- Décrire l’influence de l’action intégrale sur la stabilité, la rapidité et la précision d’un système asservi.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire adéquat pour décrire l’architecture d’un système asservi par un schéma unidirectionnel
(schéma-bloc) montrant : chaîne de puissance (ou chaîne directe), chaîne de retour (ou chaîne de contrôle),
opérateur de différence (ou sommateur algébrique).
- Utiliser le vocabulaire et le formalisme relatifs aux transmittances d’un système asservi (transmittance en boucle
ouverte, transmittance en boucle fermée).
- Simplifier le schéma général d'un système asservi à une seule boucle, sur lequel les blocs sont délimités, pour le
représenter par un schéma-bloc ne comportant qu’un soustracteur, une chaîne directe de transmittance unique et
une chaîne de retour de transmittance unique.
- Calculer la transmittance en boucle ouverte et la transmittance en boucle fermée à partir d'un schéma fonctionnel
(à une seule boucle) où sont précisées la transmittance isomorphe de la chaîne directe et celle de la chaîne de
retour.
- Calculer la transmittance T(p) globale d’un ensemble de systèmes linéaires connectés en cascade à partir de
leurs transmittances respectives dans le cas où les différents étages sont séparés.
- Déterminer graphiquement la marge de phase d’un système bouclé à partir de la représentation de Bode de sa
fonction de transfert en boucle ouverte.
- Prévoir la valeur de la réponse à un échelon en régime permanent, la transformée de Laplace de l’échelon, la
transmittance en boucle fermée et le théorème de la valeur finale étant donnés.
- Montrer l’influence d’une correction proportionnelle (P) sur la stabilité, la précision et la rapidité d’un système
bouclé.
- Interpréter l’influence d’une correction proportionnelle et intégrale (P.I) sur la stabilité, la précision et la rapidité
d’un système bouclé en comparant les réponses indicielles de ce système avec et sans correction.
64
VII.4. Systèmes asservis échantillonnés.
On n’étudie que des systèmes comportant
une partie analogique limitée au plus à la partie puissance et aux actionneurs.
Ce thème se limite à l’application de connaissances et savoir-faire théoriques relatifs aux thèmes V.1 et VII.3.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer que dans un système asservi échantillonné les grandeurs commandées sont toujours analogiques.
- Enoncer que la loi de commande ou les propriétés du correcteur d’un asservissement peuvent être traduites de
façon numérique par une équation de récurrence convenablement choisie.
- Enoncer que la période d’échantillonnage d’un asservissement échantillonné doit être inférieure à la plus petite
constante de temps du système bouclé.
Savoir-faire théoriques :
- Déterminer la transmittance en z en boucle ouverte et la transmittance en z en boucle fermée à partir d'un
schéma fonctionnel donné modélisant un système asservi échantillonné (une seule boucle) où sont précisées les
transmittances en z des différents éléments de la chaîne directe et de la chaîne de retour.
- Etudier les conditions de stabilité d’un système asservi échantillonné modélisé à partir d’une équation de
récurrence donnée, à partir de l’examen des échantillons Sn de la réponse impulsionnelle quand n → ∝ .
- Déterminer la transformée en z de la réponse du modèle d'un système asservi échantillonné connaissant celles
du signal d'entrée et de la transmittance en z en boucle fermée, par une lecture directe d’une table de transformées
en z.
- Passer de l’équation de récurrence équivalente au modèle d'un système asservi échantillonné à sa transmittance
en z en boucle fermée, dans le cas d’un système simple.
- Passer de la transmittance en z en boucle fermée du modèle d'un système asservi échantillonné simple à
l’équation de récurrence équivalente.
Thème VIII. ENERGIE ELECTRIQUE : DISTRIBUTION ET CONVERSION.
VIII.1. Distribution électrique et sécurité.
Notions générales sur le transport et la distribution de l’énergie électrique ; rôles d’un transformateur.
Sécurité : danger d'électrocution ; limites des domaines de tension ; régime de liaison à la terre.
VIII.2. Conversion électromécanique d’énergie.
Notions générales sur la conversion électromécanique.
Réversibilité de fonctionnement d’une machine électrique tournante.
Définitions : puissance absorbée par une machine électrique et puissance utile.
VIII.3. Conversion statique d’énergie.
Notions générales sur l’Electronique de puissance et sur le pilotage des machines électriques.
Conversion continu-alternatif et conversion continu-continu.
Définitions : puissance active ; puissance apparente ; facteur de puissance.
Notions sur la pollution électromagnétique.
VIII.1. Distribution électrique et sécurité.
Connaissances scientifiques :
- Citer la raison de l’intérêt du transport de l’énergie électrique sous haute tension.
- Citer la raison de l’intérêt du transport de l’énergie électrique sous tension triphasée.
- Définir les termes : phase, neutre, terre.
- Enoncer qu'un transformateur est un convertisseur statique qui permet de passer d'un réseau alternatif à un autre
réseau alternatif, de même fréquence, mais d'amplitude différente, isolé galvaniquement du premier.
- Enoncer la définition de l'isolation galvanique comme étant la transmission d'énergie électrique entre deux
systèmes, sans aucun contact électrique, sous la forme d’une énergie de transition.
- Enoncer qu’un autotransformateur n’assure pas l'isolation galvanique.
65
- Citer les spécificités d'un transformateur de sécurité.
- Citer les applications du transformateur : isolation galvanique, abaissement et élévation de tension.
- Citer les caractéristiques du régime de liaison à la terre de type T.T en précisant le rôle du conducteur de terre.
- Citer le rôle du disjoncteur différentiel.
- Énoncer que le danger d'électrocution pour un individu est lié à la valeur, la nature et la durée de l'intensité du
courant électrique qui le traverse.
- Citer les limites des différents domaines de tensions T.B.T, B.T et H.T en continu et en alternatif.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire de base relatif à la distribution électrique afin de communiquer avec les spécialistes de
l’Electrotechnique.
- Donner la signification des caractéristiques nominales d’un transformateur monophasé.
- Déterminer, à partir des indications de sa plaque signalétique, si un transformateur est de sécurité.
- Repérer, sur des schémas, des situations présentant un caractère de dangerosité.
- Repérer, sur des schémas, des situations relevant de contacts directs avec la B.T.
- Repérer, sur des schémas, des situations relevant de contacts indirects avec la B.T.
- Distinguer, sur un exemple donné, les notions de masse électrique et de terre électrique.
VIII.2. Conversion électromécanique d’énergie.
Les machines électriques sont uniquement regardées comme des convertisseurs d’énergie :
l’étude de leur structure interne ne figure pas au programme de physique appliquée.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer la propriété de réversibilité de fonctionnement d’une machine électrique tournante.
- Citer le rotor et le stator comme organes principaux d’une machine électrique tournante.
- Citer trois types de moteurs : moteurs à courant continu, moteurs à courants alternatifs (synchrones et
asynchrones), moteurs pas à pas.
- Citer l’intérêt de la plaque signalétique d’une machine.
- Citer des grandeurs de commande (U, I et f) agissant sur les paramètres mécaniques (C et Ù) d’un convertisseur
électromécanique.
- Donner la définition de la puissance absorbée et de la puissance utile pour une machine électrique.
- Donner la définition d’un bilan global des puissances pour un convertisseur électromécanique.
- Citer la formule de la puissance mécanique mise en jeu pour une machine.
- Citer quelques ordres de grandeur pour la puissance électrique mise en jeu dans des machines électriques
suivant les domaines d’application.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire minimum propre à la conversion électromécanique d’énergie pour pouvoir communiquer
avec les spécialistes de l’Electrotechnique.
- Exploiter la caractéristique mécanique d'un moteur électrique et celle de sa charge mécanique :
- pour déterminer les conditions à réunir pour démarrer un groupe machine-charge,
- pour déterminer graphiquement le point de fonctionnement en régime permanent du groupe machine-charge.
- Exploiter la caractéristique quatre quadrants d’une machine électrique afin de préciser, en utilisant les grandeurs
mécaniques, les quadrants relatifs à un fonctionnement de la machine en moteur ou en générateur.
VIII.3. Conversion statique d’énergie.
On limite l’étude des convertisseurs statiques aux deux exemples suivants :
un convertisseur continu-continu et un convertisseur continu-alternatif.
Connaissances scientifiques :
- Enoncer qu'un convertisseur statique est un système permettant d’adapter la source d’énergie à une machine
donnée.
- Définir la notion de réversibilité d’un convertisseur statique.
- Définir du point de vue énergétique : une phase d’alimentation, une phase de roue libre, une phase de
récupération.
66
- Enoncer qu'un convertisseur alternatif-continu permet d’obtenir une tension ondulée de valeur moyenne
constante ou réglable à partir d’une source de tension alternative.
- Enoncer qu'un convertisseur continu-continu permet d’obtenir (avec éventuellement une isolation galvanique) une
tension ondulée de valeur moyenne réglable à partir d’une source de tension continue fixe.
- Enoncer qu'un convertisseur continu-alternatif permet d’obtenir une tension alternative (éventuellement réglable
en fréquence et en amplitude) à partir d’une source de tension continue.
- Enoncer qu'un hacheur ou une alimentation à découpage sont des exemples de convertisseurs continu-continu.
- Enoncer qu'un onduleur autonome de tension est un exemple de convertisseur continu-alternatif.
- Citer des exemples de convertisseurs statiques : redresseurs, hacheurs, alimentations à découpage, onduleurs…
- Citer trois applications industrielles des convertisseurs statiques : variation de vitesse, économie d’énergie,
alimentation de secours.
- Citer une application de la conversion continu-alternatif dans le domaine de l’informatique (onduleur de secours).
- Citer une application de la conversion continu-continu dans le domaine de l’informatique (alimentation de
l’ordinateur).
- Définir le modèle équivalent électrique d’un interrupteur idéal.
- Énoncer que l’état d’un interrupteur non commandé dépend la tension aux bornes du composant ou du courant
qui le traverse.
- Énoncer que l’état d’un interrupteur commandé dépend d’une grandeur externe autre que la tension aux bornes
du composant ou du courant qui le traverse.
- Énoncer qu’un interrupteur peut être réalisé au moyen de composants électroniques.
- Enoncer qu'un convertisseur statique engendre de la pollution électromagnétique en créant des harmoniques
dans son environnement (sur le réseau, sur les lignes de transmission et dans l’air).
- Définir la puissance active P et la puissance apparente S en régime quelconque.
- Définir le facteur de puissance par le rapport : k = P/S.
Savoir-faire théoriques :
- Utiliser le vocabulaire minimum propre à l’Electronique de puissance (notamment la définition des familles de
convertisseurs) pour pouvoir communiquer avec les spécialistes.
- Indiquer le type de convertisseur statique permettant d’alimenter une machine électrique donnée à partir d’une
source électrique imposée.
- Exploiter la caractéristique d’un interrupteur non commandé et celle d’un interrupteur commandé.
- Analyser le fonctionnement d'un convertisseur statique à partir de l’observation d'une série d’oscillogrammes
correspondant à une séquence, c’est à dire :
- indiquer l'état de conduction de chaque interrupteur pour cette séquence,
- établir les schémas équivalents correspondant à cette séquence,
- écrire les relations entre les grandeurs électriques pour cette séquence.
- tracer des oscillogrammes complétant la série donnée,
- indiquer les diverses phases d'échanges d'énergie entre la source et la charge : phase d’alimentation,
phase de roue libre, phase de récupération.
- Calculer la puissance moyenne échangée entre la charge et la source en utilisant une méthode graphique.
- Représenter graphiquement la tension théorique aux bornes de la charge, la commande étant donnée.
- Calculer la valeur moyenne et la valeur efficace d’une tension ou d’un courant dont la forme d'onde est donnée en
utilisant une méthode graphique.
- Exploiter le spectre d’amplitude de tensions ou de courants engendrés par les convertisseurs statiques du
programme.
67
Unité U.4 – Étude d’un système informatisé
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.1 :
Analyser un dossier de spécification
Ressources mises à disposition
Expression du besoin relatif à un projet logiciel.
Documents techniques liés au projet.
Tout ou partie des documents suivants :
- cahier des charges sous forme partielle ou complète,
- dossier de spécification technique,
- dossier de spécification logicielle.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Rechercher les liens entre le
- Repérage des liens entre les
- Les liens principaux sont identifiés.
besoin exprimé dans le cahier des spécifications fournies et le besoin. Les objectifs décrits dans le cahier des
charges et les spécifications.
charges sont identifiés.
Les cas d’utilisation principaux sont
repérés.
- Caractériser les fonctionnalités
souhaitées.
- Critères retenus pour caractériser - Formulation claire et sans contre-sens
les fonctionnalités.
des caractéristiques. Les fonctionnalités
peuvent par exemple être caractérisées
en terme de qualité, coûts, délais,
performances, sécurité, disponibilité,
exploitation, maintenance.
- Corréler les informations issues
des différents diagrammes d’un
dossier de spécification.
- Identification des messages
corrélant diagramme de séquence
et de collaboration, ou diagramme
de classe et de collaboration (ou
de séquence).
- Identification des messages sans
erreurs.
Les corrélations doivent être présentées
de manière non ambiguë.
- Compléter un diagramme de
collaboration ou de séquence à
partir des données complètes
d’autres diagrammes.
- État du diagramme complété (La
demande ne doit porter que sur
quelques messages).
- Aucune erreur dans le diagramme
complété.
Tolérance sur des erreurs concernant les
paramètres des messages.
Savoirs et savoir-faire associés :
Développement logiciel :
Analyse globale.
Organisation des fichiers dans un projet.
Modélisation.
Listes des acteurs.
Cas d'utilisation.
Diagramme(s) de séquences, de collaboration, de classes, d'états.
68
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.2 :
Définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
Ressources mises à disposition
Documents techniques liés au projet.
Dossier de spécification logicielle.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Interpréter les spécifications
logicielles d’une application.
- Qualité de la transcription des
spécifications en pseudo-code ou
sous forme d’algorigramme.
- Les algorigrammes sont cohérents
avec la spécification.
Le pseudo-code est compréhensible.
- Rechercher et lister les critères
de choix au sein des dossiers
fournis.
- Compréhension des critères de
choix.
- Les critères exposés montrent que
les dossiers fournis ont été lus et
compris.
- Justifier et adapter les moyens
matériels et logiciels à mettre en
œuvre.
- Définition du rôle de chacun des
moyens matériels et logiciels.
- Les fonctions principales de chacun
des moyens sont clairement décrites.
- Rédiger une partie du dossier de
conception préliminaire.
- Qualité du document fourni qui doit
faire clairement apparaître les choix
matériels et logiciels.
- L’existence et la qualité du
document.
(Le niveau d’exigence doit rester
limité).
Savoirs et savoir-faire associés :
Développement logiciel :
Analyse globale.
Modélisation.
Listes des acteurs.
Cas d'utilisation.
Diagrammes de séquences, de collaboration, de classes, d'états.
Algorithmique.
69
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
C3.3 :
Compétence terminale
Justifier le choix d’une architecture matérielle pour une
application donnée
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification de l’application.
Dossier de conception préliminaire. Le schéma d’architecture matérielle (éventuellement partiel).
Les caractéristiques fonctionnelles du cas d’utilisation donné.
Documentations techniques des constructeurs des modules matériels informatiques utilisés dans l’application.
Description de l’environnement logiciel, pilotes disponibles.
Documentation technique ou description limitée des autres modules matériels (capteurs, partie opérative,
actionneurs, moteurs , variateurs, système cible) avec présentation sous forme de schémas blocs ou de schémas
fonctionnels.
Catalogues des composants ou sous-systèmes.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier dans la
documentation technique
d’un module matériel, la
ou (les) fonctionnalité(s)
principale(s).
- Qualité de la description des
fonctionnalités du module.
- Lecture correcte des schémas fonctionnels.
Totale autonomie lors de la recherche de la
fonctionnalité principale du module.
Les caractéristiques fonctionnelles principales
sont toutes identifiées.
La fonctionnalité est décrite.
La documentation technique fournie peut être
en anglais. Les fonctionnalités sont alors
clairement identifiables sur la première page.
- Associer les modules
matériels aux modules
logiciels.
- Pertinence des associations
proposées.
- Tous les pilotes nommés dans la
documentation sont correctement associés.
Tous les modules logiciels sont correctement
reliés aux modules matériels sur lesquels ils
s’exécutent.
- Justifier l’adéquation des
caractéristiques
fonctionnelles du cas
d’utilisation à celles des
modules matériels et
logiciels choisis.
- Repérage des liaisons entre les
entrées et les sorties des modules
matériels et les grandeurs physiques,
signaux, flux de données
correspondants du cas d’utilisation
étudié.
- Les caractéristiques fonctionnelles du cas
d’utilisation sont toutes reliées à celles des
modules matériels et logiciels concernés.
- Compléter un schéma
d’architecture matérielle.
- Cohérence du schéma avec les
caractéristiques fonctionnelles du cas
d’utilisation.
Validité fonctionnelle des liaisons du
schéma.
- Le schéma d’architecture matérielle proposé
respecte les normes de représentation et les
spécifications fonctionnelles principales de
l’application.
On se limite essentiellement aux fonctions
d’interfaçage.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
70
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.5 :
Identifier les contraintes de temps d’une application temps
réel en milieu industriel
Ressources mises à disposition
Le cahier des charges client avec toutes ses contraintes (géographiques, temporelles, opérationnelles, …).
Dossier technique relatif à l’éventuel existant.
Documentation technique sur le sujet (sur support papier et sous forme numérique).
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et caractériser toutes les
informations en provenance des
capteurs et en destination des
préactionneurs.
- Existence de chronogrammes
commentés et annotés.
Mise en évidence des
interdépendances (s’il y a lieu).
- Les informations sont quantifiées et
classées.
Utilisation d’au moins un outil de
formalisation.
- Énumérer et classer les
caractéristiques physiques de
l’application qui vont conditionner
les choix techniques pour
l’application temps réel.
- Qualité du classement des
caractéristiques déterminantes.
- Les caractéristiques (spatiales,
temporelles, environnementales …)
sont définies sans ambiguïté par un
vocabulaire technique adapté.
On peut tolérer quelques oublis s’ils
sont dus à des caractéristiques
«métier » très pointues.
- Déterminer le débit des
informations en provenance des
capteurs en fonction de leur nature
(périodique ou aléatoire).
- Exactitude des valeurs des
- Toutes les grandeurs sont
grandeurs typiques avec leurs unités. déterminées sans erreur et avec
leurs unités.
- Classer et caractériser les sources
d’informations en fonction des
contraintes de temps à supporter
(fortes, faibles).
- Distinction entre événements à
caractères périodique et aléatoire.
Quantification des périodes dans les
tâches synchrones.
- Pas d’erreur dans la distinction :
événements synchrones –
événements asynchrones.
Les périodes des tâches synchrones
sont correctement évaluées.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’E/S.
Environnement matériel des systèmes informatiques.
Les systèmes d’exploitation :
Systèmes d’exploitation et systèmes temps réel.
Gestion des E/S.
Spécificités temps réel.
71
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.6 :
Vérifier la compatibilité d’un matériel avec des contraintes de
temps imposées
Ressources mises à disposition
Le cahier des charges client avec toutes ses contraintes (géographiques, temporelles, opérationnelles …)
Dossier technique relatif à l’éventuel existant.
Documentation technique sur le sujet (sur support papier et sous forme numérique).
Contraintes de temps de l’application.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Analyser les performances en
absence et en présence de stress
(système faiblement et fortement
chargé).
- Pertinence de l’interprétation des
relevés.
- La présentation sous forme claire,
graphique de préférence, des
résultats.
L’argumentation est pertinente.
- Vérifier le respect des contraintes
de temps.
- Validité des comparaisons
effectuées.
- Présentation sous forme claire et
argumentée des résultats des
comparaisons.
Les conclusions sont pertinentes.
- Déterminer les informations
auxquelles on peut faire subir un
prétraitement matériel afin de
diminuer les contraintes
temporelles.
- Choix en adéquation avec les
possibilités technologiques actuelles.
- La catégorie du composant a été
correctement déterminée.
On se limitera aux solutions
courantes, par exemple : acquisition
des signaux en quadrature d’un
capteur incrémental.
- Évaluer la puissance de calcul du
CPU en fonction des contraintes de
temps imposées par l’application
contrôle/commande.
- Des tests unitaires sur une cible type
ont permis de déterminer l’ordre de
grandeur de la puissance minimale
CPU nécessaire pour une catégorie
de traitement.
- La puissance CPU calculée est
cohérente.
Le processeur minimal (type et
fréquence de fonctionnement) est
déterminé.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’E/S.
Environnement matériel des systèmes informatiques.
Les systèmes d’exploitation :
Systèmes d’exploitation et systèmes temps réel.
Gestion des E/S.
Spécificités temps réel.
72
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.7 :
Valider l’organisation des tâches d’une application temps réel
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification.
Dossier de conception préliminaire.
Documentations techniques de l’application.
Algorithmes de commande (dans le cas d’algorithmes complexes).
Dossier technique du calculateur (puissance, systèmes E/S, caractéristiques des systèmes d’exploitations et
noyaux temps réel disponibles).
Dossier technique des cartes d’acquisition avec leurs pilotes.
Dossier technique des cartes de commande avec leurs pilotes.
Outils informatiques d’analyse et de production de documents.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et interpréter les
éléments pertinents des
dossiers fournis.
- Détection des particularités de
- Les caractéristiques spécifiques
l’application qui vont guider les choix importantes sont listées (exemple :
des techniques de réalisation.
contraintes de temps, débit d’information,
temps de latence, périodicité ou (et) non).
- Valider l’organisation de
l’application sous forme d’un
ensemble de tâches
communicantes.
- Qualité de la justification de
l’architecture.
- Les explications fournies sont en étroite
liaison avec les mécanismes implémentés
dans les systèmes d’exploitation.
- Identifier les sections
critiques et les réduire par
réorganisation des modules.
- Réduction des sections critiques.
- Les sections critiques sont clairement
identifiées et documentées. Elles sont
réduites au minimum.
- Justifier l’organisation des
tâches suivant la nature des
données qu’elles auront à
gérer.
- Qualité de l’organisation des
tâches proposées : tâche de fond,
tâche logicielle, tâche matérielle.
- Cohérence des catégories de tâches en
fonction de la nature des informations
qu’elles auront à gérer.
- Choix du modèle d’échange
(exclusion mutuelle, producteur
consommateur, lecteur-rédacteur).
Respect des règles de conception
d’une application multitâches.
- Exactitude du choix.
Utilisation obligatoire des outils d’analyse et
formalisation mis à disposition (AGL).
- Formalisation des éléments de
conception.
Qualité du dossier produit (contenu
et forme)
- Le dossier doit être lisible et exploitable
en particulier par le programmeur chargé
de la réalisation.
- Choisir le modèle d’échange
adéquat.
- Élaborer le dossier de
conception détaillée.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les systèmes d’exploitation.
Systèmes d’exploitation et systèmes temps réel.
73
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.8 :
Caractériser les contraintes principales d’un système de
transmission de l’information
Ressources mises à disposition
Le cahier des charges client avec toutes ses contraintes (géographiques, temporelles, opérationnelles, …).
Dossier technique relatif à l’existant éventuel.
Documentation technique sur le sujet (sur support papier et sous forme numérique).
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et caractériser toutes
les informations de l’application
qui seront transportées par le
système.
- Précision des définitions des
informations.
Pertinence des choix des outils de
formalisation utilisés.
Pertinence des questions posées au
client.
- Les informations sont définies,
classées et quantifiées.
Au moins un outil de formalisation sera
utilisé.
- Énumérer et classer les
caractéristiques physiques de
l’application qui vont
conditionner les choix
techniques pour le système de
transmission.
- Précision de la liste classée des
caractéristiques déterminantes.
- Les caractéristiques (spatiales,
temporelles, environnementales…)
sont définies sans ambiguïté par un
vocabulaire technique adapté.
On pourra tolérer quelques oublis s’ils
sont dus à des caractéristiques
«métier » très pointues.
- Calculer les différentes
caractéristiques physiques de
l’application qui vont
conditionner les choix
techniques pour le système de
transmission.
- Exactitude des valeurs des grandeurs
typiques avec leurs unités.
- Toutes les grandeurs sont
quantifiées sans ambiguïtés.
Aucune erreur d’unité n’est tolérée.
On peut tolérer des erreurs de 30%
maximum sur la justesse.
- Déterminer les caractéristiques - Précision des caractéristiques des
des moyens possibles
éléments d’interfaçage.
d’interfaçage avec les systèmes
de communication déjà
existants.
- Les informations tirées du document
d’analyse de l’existant sont
suffisamment pertinentes et complètes
pour pouvoir proposer des choix
techniques d’interfaçage argumentés.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Principes de base de la transmission au niveau 1.
Applications utilisateurs.
Les systèmes d’exploitation et les systèmes temps réel :
Spécificités temps réel.
Contraintes de temps d’un système de contrôle/commande.
Développement logiciel :
Structure et gestion des données.
Codage, cryptage et compression des données.
74
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.9 :
Décrire les tâches d’une application de communication
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification.
Dossier de conception préliminaire.
Documentations techniques du réseau utilisé.
Documentations techniques de la machine cible.
Documentation du système d’exploitation de la machine cible.
Outils informatiques d’analyse et de production de documents.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et Interpréter en les
classant en groupes
typologiques les éléments
pertinents des dossiers
fournis.
- Cohérence des groupes
d’éléments caractéristiques.
Pertinence de la traduction des
éléments identifiés dans les
dossiers fournis.
- Tous les éléments nécessaires à la conception
sont identifiés et classés.
- Mettre en relation les
différentes composantes de
l’application avec le modèle
OSI.
- Justesse de l’identification du
système étudié avec le modèle
OSI.
Reconnaissance des protocoles
de communication imposés.
- Les différentes couches du système et leurs
caractéristiques sont identifiées.
Les caractéristiques spécifiques du niveau
applicatif sont listées (exemple : contraintes de
temps, de débit d’information) ainsi que les
interfaces avec les couches inférieures.
- Identifier les caractéristiques
de l’application qui vont guider
les choix des techniques de
réalisation.
- Localisation de l’interface du
système de communication
avec l’application.
Reconnaissance des modes de
fonctionnements particuliers du
matériel.
- Toutes les caractéristiques matérielles qui
influent directement sur la conception de
l’application sont caractérisées.
- Valider l’organisation de
l’application sous forme d’un
ensemble de tâches
communicantes.
- Conformité de l’architecture
proposée avec les contraintes
spécifiées.
Respect des règles de
conception d’une application
multitâches.
Respect des protocoles de
communication.
- Les solutions envisagées sont viables.
Exploitation correcte des documents générés
par l’atelier de génie logiciel.
Les techniques de base de la programmation
multitâches sont connues et mises en pratique
- Compléter le dossier de
conception détaillée.
- Formalisation des éléments
de conception.
Qualité du dossier produit
(contenu et forme)
- Le dossier est lisible et exploitable, en
particulier par le programmeur chargé de la
réalisation.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Programmation réseau.
Systèmes d’exploitation réseau.
75
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.10
Valider la configuration d’un réseau local industriel ou d’un
bus de terrain
Ressources mises à disposition
Réseau local industriel (RLI) en état de fonctionnement.
Logiciel de configuration d’un réseau local industriel intégrant toutes les couches du réseau et comportant une
base de données des modules connectés sur le réseau.
Logiciel et matériel analyseur réseau adapté au réseau local industriel.
Spécifications du réseau.
Documentation technique de l’application.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier les couches du modèle
de référence implantées dans un
bus de terrain.
- Présentation du RLI en référence
au modèle OSI.
- Les couches présentes dans le bus de
terrain sont correctement identifiées en
référence au modèle OSI.
- Décrire l’architecture d’un RLI.
- Qualité de la description des
éléments et de l’architecture.
- Les éléments sont clairement décrits.
Leur fonction principale est clairement
énoncée.
- Valider le choix d’un bus de
terrain en fonction des contraintes
de temps, de débit, de bruit et de
pérennité de l’information.
- Pertinence de la solution adoptée - La solution est issue de documentation
en fonction du milieu et des
industrielle. Elle est cohérente avec les
contraintes du cahier des charges. contraintes du cahier des charges.
- Justifier le choix et l’organisation
des composants du RLI par
rapport aux données échangées
et aux contraintes de l’application.
- Identification des données et des
contraintes.
Justification des choix des
composants du RLI.
- Les choix sont justifiés à partir d’une
étude précise des caractéristiques des
données et des contraintes.
- Valider la configuration d’un
- Identification des liens entre les
réseau local industriel ou d’un bus paramètres de configuration et les
de terrain.
contraintes du cahier des charges.
- Les liens principaux sont identifiés.
Les documents produits à l’aide des
logiciels et matériels mis à disposition
sont utilisés.
Le rapport dégage clairement les résultats
des manipulations.
- Interpréter les échanges
d’informations et les relier au
protocole du réseau local
industriel.
- Les trames sont interprétées
correctement. Les couches du modèle
sont distinguées.
- Interprétation des relevés.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Spécificités des réseaux locaux, industriels, et d'instrumentation.
Réseaux locaux industriels.
Equipements réseau.
Systèmes d’exploitation réseau.
Sécurisation du réseau.
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’entrées/sorties.
Environnement matériel des systèmes informatiques.
76
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.2 :
Configurer un module matériel pour une utilisation donnée
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification de l’application.
Dossier de conception détaillée de l’application.
Schéma d’architecture matérielle complet.
Documentation technique du constructeur du module matériel à configurer.
Contraintes de configuration du matériel.
Documentation simple des autres modules matériels (capteurs, actionneurs, moteurs, variateurs, système cible,
partie opérative) avec présentation sous forme de schémas blocs ou de schémas fonctionnels et comprenant de
manière explicite les caractéristiques des grandeurs électriques d’entrée ou de sortie.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Justifier les choix des
paramètres du module
matériel.
- Qualité de l’argumentaire.
- L’adéquation des paramètres de configuration du
module et les contraintes de l’application est prouvée.
Les choix des ports d’une carte par rapport aux
caractéristiques physiques et logiques des E/S de la
partie opérative sont justifiés.
- Effectuer la
configuration de base
d’un module matériel.
- Qualité du réglage des
paramètres.
- Aucune erreur concernant le type de bus de liaison.
Aucune erreur concernant les niveaux d’IT, les zones
mémoires, la plage d’entrée sortie
Aucune erreur concernant la compatibilité électrique
des signaux.
Les cavaliers de configuration sont correctement
positionnés.
Les niveaux d’interruption sont correctement affectés.
La gestion DMA de la mémoire est mise en œuvre.
- Rédiger la notice de
configuration.
- Qualité de la notice.
- Une tierce personne peut configurer le module de
façon autonome à partir de la notice.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
77
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.4 :
Écrire les tâches d’une application
Ressources mises à disposition
Dossier de conception détaillée.
Documentation technique complète du système d’exploitation ou du noyau temps réel utilisé.
Documentation des requêtes multitâches ainsi que des exemples.
Documentation technique de la cible matérielle qui supporte l’application.
Une cible matérielle avec ses cartes d’acquisition configurées.
Environnement de développement.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et Interpréter les
éléments pertinents du
dossier de conception
détaillée.
- Mise en évidence et classement - Choix judicieux de l’architecture.
des éléments d’architecture
logicielle (tâches, modèles
d’échange, type de
synchronisation, …).
- Classer les contraintes de
réalisation imposées par la
conception architecturale et
la dynamique du système.
- Reconnaissance de problèmes
spécifique à résoudre.
- Les problèmes principaux (choix du modèle
d’échange, choix des méthodes d’E/S,
verrouillage des sections critiques, ...) sont
clairement posés.
L’inventaire doit permettre d’étudier la faisabilité
de la réalisation avec les moyens alloués.
Verrouillage correct des sections critiques.
- Traduire sous la forme de
code (de préférence objet)
les résultats de la conception
détaillée.
- Respect des techniques de
programmation multitâches ou
temps réel.
- Le code produit est cohérent avec les résultats
de la conception détaillée.
Utilisation correcte des fonctions temps réel ou
multitâches mises à disposition.
- Résoudre des problèmes
de communication et de
synchronisation interprocessus.
- Communication des processus.
- Pas d’effet de bord avec les tâches
d’acquisition.
Les processus communiquent en respectant les
contraintes de synchronisation et de temps.
78
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Mettre en oeuvre les
services d’ordonnancement
et de communication mis à
disposition.
- Pertinence et justification des
choix de réalisation.
Respect des contraintes (de
temps, de sécurité, …)
Connaissance et utilisation des
bibliothèques de procédures
fournies.
- Pas d’erreurs importantes dans les choix de
réalisation qui devront être justifiés chacun par
au moins un argument à caractère technique.
- Documenter l’application
(documentation technique et
notice utilisateur)
- Qualité du dossier produit
(contenu et forme)
- La documentation doit permettre la
maintenance et l’exploitation de l’application.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les systèmes d’exploitation.
Développement logiciel :
Algorithmique.
Structure et la gestion des données.
Langage C++.
Outils de génération de code.
Programmation événementielle.
Qualité logicielle.
79
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.5 :
Écrire les programmes de communication entre machines
Ressources mises à disposition
Dossier de conception détaillée.
Documentation technique complète du système d’exploitation utilisé.
Documentation sur les protocoles utilisés ainsi que des exemples.
Documentation technique des cibles matérielles qui supportent l’application.
Bibliothèques des procédures d’interfaces avec le réseau utilisé.
Exemples de programmation d’interface entre les couches réseau intégrées et une application.
Des cibles matérielles avec les cartes de communication et les systèmes d’exploitation configurés.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et Interpréter les
éléments pertinents du dossier
de conception détaillée.
- Détection et classement des
- Connaissance des composants principaux
éléments d’architecture par
d’une application de communication.
«catégorie logicielle » (tâches,
communication par événement,
messages…).
- Mettre en évidence et classer
les contraintes de réalisation
imposées par la conception
architecturale et la dynamique
du système.
- Reconnaissance de
problèmes spécifiques à
résoudre.
- Les problèmes principaux (exemple : création
dynamique de taches pour un serveur) seront
clairement posés.
L’inventaire doit permettre d’étudier la faisabilité
de la réalisation avec les moyens alloués.
- Définir et réaliser les
interfaces avec le système
d’exploitation en utilisant les
services mis à disposition.
- Respect des protocoles
imposés.
Utilisation correcte des
ressources du système
d’exploitation.
- Connaissance précise des protocoles courants
et des techniques de programmation associées.
- Réaliser le cœur de
l’application en utilisant les
services d’ordonnancement et
de communication mis à
disposition.
- Pertinence et justification des
choix de réalisation.
Respect des contraintes (de
temps, de sécurité…).
Connaissance et utilisation des
bibliothèques de procédures
fournies.
- Aucune erreur importante dans les choix de
réalisation qui devront tous être justifiés par au
moins un argument à caractère technique.
La réalisation globale est l’aboutissement d’une
production personnelle. Des composants
réutilisables peuvent y être incorporés sous
réserve d’une parfaite maîtrise de ceux-ci.
- Réaliser les documentations - Qualité du dossier produit
de l’application (documentation (contenu et forme).
technique et notice utilisateur).
- La documentation doit permettre la
maintenance et l’exploitation aisée de
l’application.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission.
Programmation réseau.
Systèmes d’exploitation réseau.
80
Unité U.5 – Communication professionnelle
L’unité U.5 intègre l’enseignement d’économie et gestion d’entreprise, exploité lors du stage en milieu professionnel.
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
C1.1 :
Compétence terminale
Rechercher des informations adaptées aux demandes des
interlocuteurs
Ressources mises à disposition
Formulation explicite du besoin d’informations relatif à une étude ou un projet de système informatisé (données
techniques, scientifiques, économiques, solutions, ...).
Définition claire de l’objectif de la recherche d’informations.
Identification des destinataires des informations.
Profils des interlocuteurs et souhaits exprimés par ceux-ci.
Inventaire et description des principales sources d’information (ouvrages, documentations, rapports de synthèse,
rapports d’interviews, bases de données, sites Internet, …, certaines de ces ressources utilisant la langue
anglaise) et des modes d’accès à celles-ci.
Moyens informatiques requis.
Contraintes de délais.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Analyser le besoin
d’informations et établir
la liste des thèmes à
consulter.
- Pertinence des thèmes consultés.
Identification des besoins d’extension
de la recherche.
- Aucun des thèmes importants n’a été omis.
Après communication avec les destinataires,
les principaux besoins d’extension de la
recherche sont identifiés et cohérents avec les
réponses formulées par les destinataires.
- Identifier les sources
d’information proposées
ou disponibles.
- Qualité du repérage des sources
d’informations retenues.
- Toutes les sources d’information retenues
sont précisément identifiées.
- Rechercher les
informations dans des
différentes sources
connues.
- Diversités des sources d’informations.
Localisation d’une information dans
différentes sources d’information
connues.
Degré d’autonomie lors d’une
recherche d’informations dans des
sources d’informations connues.
- Aucune des sources d’informations connues
n’a été omise dans la recherche demandée.
L’information est repérée dans une (ou
plusieurs) source(s) d’information fournie(s).
Totale autonomie lors de la recherc he, au
minimum trois sources d’information étant
fixées et les moyens d’y accéder donnés.
- Effectuer des
recoupements
d’informations.
- Repérage des divergences et des
recoupements entre les diverses
informations.
Niveau de fiabilité des informations.
- Les principales divergences et recoupements
sont repérés.
Le niveau de fiabilité de l’information est
estimé.
81
Compétences
composantes
- Trier les informations
pertinentes.
Critères d’évaluation
- Identification des informations clés.
- Consigner les étapes
- Consignation des étapes du
principales du processus processus de recherche.
de recherche
d’informations.
Niveaux de performance
- Toutes les informations clés sont identifiées
et reliées de manière cohérente à l’expression
du besoin d’information.
Pas ou peu d’informations non pertinentes.
- Les étapes principales du processus sont
consignées de telle sorte qu’une tierce
personne retrouve les sources de l’information
rapidement.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Natures des principales sources d’informations techniques (ouvrages, revues, éditions d’entreprises, salons, bases
de données, documents constructeurs, sites Internet, AFNOR, INPI, …).
Techniques de recherches d’informations (sommaire, index, mot clé, moteur de recherche sur Internet, …).
Techniques d’interview (en lien avec les enseignements généraux).
82
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
Compétence terminale
C1.2 :
Structurer des informations adaptées aux interlocuteurs
Ressources mises à disposition
Disponibilité des informations à structurer et moyens d’accès directs à celles-ci.
Définition claire de l’objectif de structuration des informations (archivage matériel, logiciel, présentation, ...).
Critères de structurations liés aux besoins des interlocuteurs et aux caractéristiques des informations.
Identification des destinataires des informations.
Profils des interlocuteurs et souhaits exprimés par ceux-ci.
Matériels informatiques requis.
Logiciels permettant de structurer et d’archiver les informations.
Contraintes de délais.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Consigner les étapes
- Consignation des étapes du
principales du processus de processus de structuration et
structuration et d’archivage d’archivage des informations.
d’informations.
- Les étapes principales du processus sont
consignées de telle sorte qu’un
réinvestissement rapide soit possible pour
une tierce personne.
- Transposer les
- Respect des critères de
informations sous une autre structuration.
forme de représentation.
Respect de la forme d’archivage
proposée.
- Tous les critères de structuration ont été
pris en compte.
La transposition des informations est
conforme à la demande (traduction en texte,
tableau, graphe, ...).
Selon la représentation et la forme imposée,
présence d’un sommaire, d’un index, des
légendes, mise en page soignée, …
Qualité de la présentation écrite.
- Élaborer un questionnaire
en vue de faciliter la
structuration des
informations recueillies.
- Qualité du questionnaire.
- La structure du questionnaire élaboré
permet de transposer facilement et
rapidement les informations sous la forme
imposée.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Norme NFX 60-200 (Documents techniques à remettre aux utilisateurs de biens durables à usage industriel et
professionnel - Nomenclature et principes généraux de rédaction et de présentation).
Techniques d’interview (en lien avec les enseignements généraux).
83
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
Compétence terminale
C1.3 :
Travailler en équipe
Ressources mises à disposition
Les membres de l’équipe et leurs centres d’intérêt professionnels respectifs.
La répartition des tâches et des responsabilités.
Les contraintes d’environnement et de délais.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Participer à la réflexion
collective et aux choix
finaux en acceptant les
décisions du groupe.
- Respect des autres membres de
l’équipe.
- Respect du temps de parole et de la
répartition des responsabilités.
Les décisions du groupe sont acceptées.
Compréhension du fonctionnement du Bonne compréhension de l’articulation des
travail en groupe.
tâches en responsabilité avec celles des
autres membres de l’équipe.
- Rendre compte du travail
du groupe auprès d’un
responsable.
- Régularité et pertinence des
informations remontées au
responsable.
- Les problèmes constatés sont transmis au
chef de projet ou au responsable de l’équipe.
Les informations fournies au responsable de
l’équipe sont claires et pertinentes.
- Rédiger un compte-rendu
des travaux de groupe.
- Clarté de la synthèse.
Le compte-rendu est approuvé par le groupe.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Techniques de communication (en lien avec les enseignements généraux).
Revue de projet.
84
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
Compétence terminale
C1.4 :
Présenter des informations à des interlocuteurs identifiés
Ressources mises à disposition
Synthèse d’un travail personnel ou d’équipe (de recherche d’informations) contenant des éléments adaptés à
l’objectif et aux interlocuteurs (documentations, graphes, images, schémas,..) Une part des documents peut être
en langue anglaise.
Définition claire de l’objectif de la présentation.
Durée et lieu de la présentation.
Identification des interlocuteurs.
Profils des interlocuteurs et souhaits exprimés par ceux-ci.
Matériels et logiciels informatiques requis installés.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Sélectionner le support adapté - Choix du support de
à l’objectif d’une présentation et présentation.
aux interlocuteurs.
- Les critères de choix du support peuvent
être énoncés et justifiés.
Le support de présentation est adapté à
l’objectif et au contexte de la présentation.
- Sélectionner les informations
pour une présentation donnée.
- Aucune des informations clé n’a été omise.
- Présence des informations clé.
- Organiser des informations en - Mise en évidence des
vue d’une présentation.
informations principales et des
liens avec l’objectif.
Adéquation de l’organisation des
informations à objectif.
- Les informations principales sont présentes
sur le document et facilement identifiables
par l’ensemble des interlocuteurs.
L’organisation des informations répond à une
logique en lien avec l’objectif de la
présentation.
- Transposer des informations
sur un support de présentation
(numérique ou non).
- Respect des contraintes de
forme imposées.
Qualité des documents.
- Les termes et les schématisations choisies
sont comprises par la majorité des
interlocuteurs. Les termes en anglais ont été
traduits correctement.
Les documents informatiques fournis sont
utilisables directement sans manipulations
lourdes.
Les documents présentés sont clairs, lisibles
et personnalisés.
- Utiliser un support de
présentation informatisé.
- Maîtrise des fonctionnalités de
base.
- Mise en route et utilisation des
fonctionnalités élémentaires en totale
autonomie.
- Présenter oralement des
informations à des
interlocuteurs identifiés.
- Qualité de l’expression orale
Organisation du temps imparti.
- Les termes utilisés sont appropriés. Le ton
n’est pas monocorde. La présentation est
dynamique et vivante. Les temps morts sont
peu nombreux, la parole est fluide, le débit
adapté.
La durée totale de la présentation est
exploitée et respectée.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Techniques de présentation (en lien avec les enseignements généraux).
Fonctionnalités de base des outils matériels et logiciels de présentation et d’assistance.
85
ÉCONOMIE ET GESTION D'ENTREPRISE
Relevé de capacités
CAPACITÉS GLOBALES
Le technicien supérieur doit être capable :
- de s'informer sur le tissu industriel national et/ou international dans lequel pourra se situer son activité et d'en
dégager les caractéristiques ;
- dans une situation professionnelle donnée, de caractériser une entreprise sur divers plans (forme juridique,
taille, structure,…) et de la situer dans son environnement (marchés amont et aval) ;
- de situer son champ d'intervention dans le système entreprise (se situer dans l'organigramme, identifier les
liaisons formelles et informelles entre les services de production et les autres services de l'entreprise, etc.) ;
- face à un problème donné de dialoguer avec les spécialistes des autres fonctions d'entreprise (dans le cadre
d'un groupe d'analyse de la valeur, d'un cercle de qualité par exemple) ;
- dans toutes les opérations auxquelles il participe, de prendre en compte les dimensions économiques et
juridiques, c'est- à-dire :
+ identifier les données commerciales, financières, législatives et réglementaires, sociales, … ;
+ appréhender les conséquences (économiques, juridiques, sociales, de choix techniques, …) ;
- de se situer dans le cadre juridique applicable à la condition de salarié (droit social).
CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES
1. Savoirs et savoir-faire relevant des techniques quantitatives de gestion :
- dans une situation de production, identifier et classer les charges (charges directes et indirectes, charges fixes
et variables, etc.), en tirer des conséquences ;
- valoriser les stocks (CMP) ;
- identifier et classer les coûts partiels : coût d'achat, coût de production, coût de distribution ;
- fournir les informations nécessaires à la détermination des coûts liés à son activité (évaluer les temps de travail,
déterminer un coût horaire, valoriser les temps de production) ;
- déterminer le coût d'une opération, d'une production, d'un projet ;
- établir le coût prévisionnel d'une opération, d'une production d'un projet ;
- lire un budget de production et en tirer les informations nécessaires à son activité, participer à l'élaboration d'un
budget de production ;
- analyser les écarts entre prévisions et réalisations, en tirer des conséquences dans son champ d'activités (choix
de composants, de processus ; repérage de coûts anormaux) ;
- apprécier l'influence sur la rentabilité d'une opération, d'une production, d'un projet ;
- établir des devis ;
86
- dégager l'apport de certains outils d'aide à la décision pour guider des choix techniques, utiliser ces outils dans
des cas simples (recours à la programmation linéaire, à la méthode PERT, etc.) ;
- participer à une réunion technique relative à un projet d'investissement ;
- appréhender globalement la situation d'une entreprise à partir d'un bilan simplifié et son activité à travers du
compte de résultat.
2. Savoirs et savoir-faire relevant des techniques administratives :
- participer à la circulation de l'information technique :
+ choisir le canal, le média, le support le plus adapté au message à transmettre, au degré d'autonomie de
l'émetteur, au destinataire, à l'objectif de communication ;
+ participer à la mise en forme et valoriser un message technique ;
- rechercher des informations sur des documents commerciaux courants (bon de commande, facture, fiche de
stock, etc.) ;
- exploiter ces documents dans le cadre de leur activité ;
- consulter, mettre à jour des fichiers (fournisseurs, produits, etc.), consulter ou préparer la consultation d'une
banque de données ;
- participer à une opération d'appel d'offre, à l'exploitation des offres et à la sélection des fournisseurs ;
- utiliser divers logiciels (tableur, gestionnaire de base de données, traitement de texte) pour traiter les informations
nécessaires à l'exercice de leur activité ;
- mettre en oeuvre méthodes et outils de la planification.
3. Savoirs et savoir-faire relevant des techniques commerciales
Dans un cas précis, retrouver dans la réalisation technique le respect des contraintes du marché (satisfaction des
besoins, qualité).
4. Savoirs et savoir-faire relevant du droit :
- dans toute situation de création et conception :
+°repérer l'opportunité de solliciter une recherche auprès des services ou organismes de protection de la
propriété industrielle (information sur les brevets, organismes, procédure) ;
+ utiliser la terminologie de base permettant le dialogue avec les spécialistes,
+ exploiter les informations en retour ;
- identifier les conséquences du non-respect de clauses d'un cahier des charges fondées sur des dispositions
réglementaires relatives au produit ou au processus de production ;
- lire des contrats relatifs à son activité pour dégager les droits et obligations des parties (contrat de maintenance,
de sous-traitance, de travail, conventions collectives par exemple) ;
- identifier les sources d'information, les personnes et institutions compétentes face à un problème juridique posé
dans le cadre de l'activité.
87
Champ notionnel
I - L'ENTREPRISE
A - Définition et modes d'analyse :
- typologies ;
- insertion dans le tissu économique (branche, secteur, filière).
B - Les problèmes fondamentaux de la création et du fonctionnement :
- positionnement de l'entreprise sur les marchés et choix du produit ;
- détermination des ressources nécessaires à la création et au fonctionnement ;
- mise en place d'une organisation et prise en compte des interdépendance des différentes fonctions ;
- relations avec l'environnement : rapports avec les administrations et les organismes professionnels.
C -L'entreprise en tant que système
Le sous-système production, ses relations avec les autres sous-systèmes.
II - STRATEGIE D'ENTREPRISE ET POLITIQUE DE PRODUCTION
A - La structure des décisions dans l'entreprise
La fixation des objectifs
B - Le processus d'élaboration de la politique de production
C - Prévision et planification industrielles
III - LE SYSTEME D'INFORMATION DE LA PRODUCTION
A - Les coûts : composantes, analyse, prévision :
- charges directes et indirecte ;
- charges fixes et charges variables ;
- marges sur coûts variables ;
- établissement de devis (notion d'imputation rationnelle des charges
fixes) ;
- introduction à l'analyse des écarts.
B - Budget de production :
- notion de gestion budgétaire ;
- valorisation du programme de production, prise en compte des
contraintes.
C - Notions relatives au choix et au financement de l'investissement
D - La synthèse des informations au niveau de l'entreprise : notion de bilan et de compte de résultat
88
IV - LES HOMMES ET LA PRODUCTION
A - Les relations sociales.
B - La politique du personnel
V - LE CADRE JURIDIQUE
A - Notions de droit civil, commercial et fiscal :
- notion de contrat (contrat de maintenance, de sous-traitance, etc.) ;
- notion de responsabilité ;
- protection de la propriété industrielle ;
- formes juridiques d'entreprise ;
- principe de la TVA et de l'imposition des bénéfices.
B - Droit social :
- organisation des relations collectives (syndicats, conventions collectives) ;
- organisation des relations individuelles (le contrat de travail) ;
- la réglementation du travail et le contrôle de son application (salaire, durée du travail, congés, conditions de
travail, CHSCT ; l'inspection du travail) ;
- la représentation du personnel ;
- les conflits du travail, les conseils de prud'hommes, les conflits collectifs ;
- les problèmes relatifs à l'emploi et à la formation ;
- la protection sociale.
VI - TRAITEMENT DE L'INFORMATION DANS LE CADRE DES ACTIVITES PRODUCTIVES
A - Notions relatives aux outils d'aide à la décision
B - Opérations sur fichiers (manuels ou informatiques)
C - Saisie, diffusion, stockage d'informations en utilisant des supports divers et en recourant à des logiciels
D - La communication professionnelle
E - Logiciels de traitement de texte, gestionnaire de base de données, tableurs
F - Méthodes et outils de la planification.
89
Unité U.6 – Projet informatique
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
C1.5 :
Compétence terminale
S’entretenir d’une problématique professionnelle avec un
interlocuteur d’un autre service
Ressources mises à disposition
Définition claire du contexte.
Identification des interlocuteurs.
Profils des interlocuteurs et souhaits exprimés par ceux-ci.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
Comprendre et analyser
une problématique
professionnelle exposée
par un interlocuteur.
- Respect de l’interlocuteur.
Compréhension de la problématique.
- Écoute de l’interlocuteur, pas de rupture de
la parole.
Identification des éléments clé des
dimensions techniques, économiques et
humaines de la problématique.
Analyser un argumentaire
au cours d’un entretien.
- Adaptation au point de vue et aux
arguments de l’interlocuteur.
- Pertinence et rapidité des réponses
fournies à l’interlocuteur.
Les réponses évoluent en fonction du point
de vue et des arguments de l’interlocuteur.
Communiquer une
problématique technique.
- Énoncé des points clé de la
problématique.
- Tous les points clé de la problématique
sont énoncés. L’interlocuteur a compris la
problématique sous ses aspects techniques,
économiques et humains.
Argumenter des choix
techniques.
- Pertinence de l’argumentaire.
- Les arguments sont pertinents vis- à- vis du
cahier des charges et de l’attente de
l’interlocuteur.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Techniques de communication (en lien avec les enseignements généraux).
90
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
Compétence terminale
C1.6 :
Présenter la mise en œuvre d’une solution informatique
Ressources mises à disposition
Une solution informatique connue en état de fonctionner.
Définition claire de l’objectif de la présentation.
Durée et lieu de la présentation.
Identification des interlocuteurs.
Profils des interlocuteurs et souhaits exprimés par ceux-ci.
Matériels et logiciels informatiques requis installés.
Documentations techniques, notices d’utilisation et guides d’exploitation.
Durée et lieu de la présentation.
Compétences
composantes
- Présenter une solution
informatique.
Critères d’évaluation
- Qualité de la présentation.
Maîtrise du fonctionnement de la
solution.
- Démontrer la conformité
de la solution présentée au
cahier des charges.
- Respect du cahier des charges.
Niveaux de performance
- Respect du temps imparti pour la
présentation.
Pertinence de l’argumentaire.
Une procédure formalisée de mise en
œuvre a été suivie.
Toutes les fonctionnalités du produit ont
été mises en œuvre.
- Aucune des contraintes exprimées dans
le cahier des charges n’a été omise lors
de la démonstration.
La recette effectuée lors de la présentation
prouve la conformité de la solution au
cahier des charges.
Les contraintes du site d’exploitation ont
été respectées.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Revues de projet.
Techniques de production et d’organisation de documents.
Techniques de présentation de documents (avec et sans supports informatiques).
Fonctionnalités de base des outils matériels et logiciels de présentation et d’assistance.
91
CAPACITE
C1 : COMMUNIQUER
Compétence terminale
C1.7 :
Assister des utilisateurs
Ressources mises à disposition
Besoin formalisé d’assistance en entreprise ou de formation.
Maîtrise des connaissances et savoir-faire requis par l’utilisateur.
Moyens informatiques et audio-visuels utiles à la formation ou à l’assistance (locale ou à distance).
Durée et lieu de la formation.
Type d’assistance, limite en durée pour chaque assistance (notamment à distance).
Documents et moyens nécessaires à la formation ou à l’assistance.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Faire s’exprimer un
utilisateur sur un problème
technique.
- Identification du problème.
- Compréhension rapide du problème posé par
l’utilisateur.
Le problème a été analysé, le type de problème
identifié et les principales contraintes du site
d’exploitation ont été prises en compte.
- Utiliser des moyens
informatiques d’assistance.
- Maîtrise de l’outil d’assistance.
- Les fonctionnalités de base de l’outil d’assistance
(à distance ou non) sont maîtrisées.
- Répondre à des questions
posées par un utilisateur.
- Rapidité de la réponse au
problème.
- Réponse précise, argumentée, dans un temps
donné, à un problème exprimé par un utilisateur.
L’impossibilité d’apporter une réponse immédiate
doit être justifiée.
L’utilisateur a mis en œuvre la solution proposée
avec succès.
Pertinence de la réponse
apportée.
- Former à l’utilisation d’un
système informatique.
- Degré d’autonomie des
utilisateurs.
- Degré d’autonomie des utilisateurs dans la mise
en œuvre des principales fonctionnalités traitées
en formation.
Intérêt maintenu de l’assistance durant la
formation.
Estimation des besoins (engendré par la formation
ou l’assistance) en assistance et formation des
futurs utilisateurs.
Savoirs et savoir-faire associés :
Communication :
Techniques de production et d’organisation de documents.
Techniques de présentation de documents (avec et sans supports informatiques).
Fonctionnalités de base des outils matériels et logiciels de présentation et d’assistance.
92
CAPACITE
C2 : ORGANISER
Compétence terminale
C2.1 :
S’intégrer dans une équipe de projet.
Ressources mises à disposition
Plan qualité.
Standards de l’entreprise.
Normes en vigueur.
Droits d’utilisation des logiciels et applications.
Réseau de communication pour le partage de données et l’échange d’informations entre les membres de l’équipe.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Situer son intervention
dans le cycle de vie du
projet.
- Identification de l’activité
concernée dans le cycle de vie.
- L’intervention s’inscrit dans une activité du
cycle de vie qui est identifiée.
Les activités amont et aval sont connues.
- Identifier les acteurs du
projet et leurs rôles
respectifs.
- Identification des acteurs du
projet.
- Tous les acteurs sont identifiés (client(s), chef
de projet, responsables d’exploitation, soustraitant(s), etc.)
La fonction de chaque acteur est globalement
connue.
Identification des rôles respectifs
de chacun.
- S’informer sur les
ressources matérielles et
logicielles utilisées par les
membres de l’équipe.
- Identification des ressources
matérielles et logicielles utilisées
par les membres de l’équipe de
projet.
- Toutes les ressources matérielles et logicielles
utilisées lors du projet peuvent être énoncées.
- Respecter la répartition
des tâches et des
responsabilités.
- Respect des répartitions des
tâches.
- La répartition des tâches entre les membres
de l’équipe de projet est connue et respectée,
sauf autorisation explicite du chef de projet.
Les décisions prises ne relèvent que de la
tâche en responsabilité.
Les décisions qui engagent des responsabilités
partagées sont prises en commun.
Respect des répartitions des
responsabilités partagées.
Savoirs et savoir-faire :
Communication :
Techniques de communication (Internet, Intranet, réseau local, etc.).
Revues de projet.
Gestion de projet :
Notions de base.
93
CAPACITE
C2 : ORGANISER
Compétence terminale
C2.2 :
Structurer son intervention dans une démarche de projet.
Ressources mises à disposition
Les intervenants.
Répartition des tâches et des responsabilités.
Plan de développement du projet.
Échéancier du projet.
Délais de réalisation de l’intervention en responsabilité.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Élaborer des documents
de commande et de
réalisation.
- Degré d’autonomie.
Conformité des documents au
standard fourni.
- Les documents sont réalisés en totale
autonomie et sont conformes au standard
fourni.
- Suivre les commandes de
matériels et de logiciels.
- Conformité des éléments
réceptionnés.
Consignation des défauts et des
dysfonctionnements.
- Toutes les commandes sont réceptionnées et
contrôlées.
Toutes les non-conformités sont identifiées et
consignées dans un procès verbal de réception.
- Suivre les réalisations et
les interventions d’un soustraitant.
- Renseignement des indicateurs
de suivi.
Consignation des problèmes liés à
la sous-traitance.
- Les indicateurs de suivi de sous-traitance sont
renseignés.
Les problèmes sont consignés et un compterendu est fourni régulièrement au chef de
projet.
- Rendre compte de
l’avancement de son
intervention.
- Consignation de l’état
d’avancement de l’intervention.
- Le chef de projet est régulièrement informé de
l’état d’avancement de l’intervention.
Les principaux problèmes rencontrés lors de
l’intervention sont consignés et le chef de projet
en est informé.
- Respecter un échéancier.
- Respect des délais.
Consignation des dépassements
de délais.
- Les dates au plus tard sont respectées.
Les dépassements de délai sont justifiés.
- Respecter les contraintes
de qualité et de sûreté de
l’entreprise dans
l’élaboration des dossiers.
- Mise à jour des dossiers
d’exploitation et de maintenance.
- Les dossiers d’exploitation et de maintenance
sont mis à jour dans le respect de la forme
imposée et en cohérence avec les dossiers
existants. Les contraintes de qualité et de
sûreté sont prises en compte.
- Évaluer les coûts des
matériels et des logiciels à
commander.
- Justesse de l’évaluation des
coûts.
- Les coûts des matériels et des logiciels à
commander ont été évalués avec une précision
conforme au souhait du client ou du chef de
projet.
Tous les dépassements de coût sont repérés.
Repérage des écarts de coûts par
rapport à la prévision initiale.
Savoirs et savoir-faire associés :
Gestion de projet.
94
CAPACITE
C2 : ORGANISER
Compétence terminale
C2.3 :
Intervenir dans la gestion de projet.
Ressources mises à disposition
Logiciel de gestion de projet.
Plan de développement du projet.
Informations liées à l’application fournies par le chef de projet.
Échéancier du projet.
La répartition des tâches entre les membres de l’équipe.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier les indicateurs
de projet à renseigner.
- Identification des indicateurs.
- Tous les indicateurs de projet à renseigner
ont été identifiés à partir des éléments
fournis par le chef de projet.
- Renseigner des
indicateurs de projet.
- Renseignement des indicateurs de
projet.
- Tous les indicateurs sont renseignés et mis
à jour régulièrement.
- Repérer les écarts
significatifs entre les
valeurs prévisionnelles et
réelles des indicateurs de
projet.
- Repérage des écarts.
- Les dérives importantes des écarts entre le
prévisionnel et le réel sont signalées au chef
de projet.
Ces dérives sont constatées avant de
provoquer un effet néfaste sur l’avancement
du projet.
- Proposer des adaptations
utiles à l’avancement du
projet.
- Pertinence des adaptations
proposées.
- Les adaptations proposées permettent
d’améliorer le fonctionnement de l’équipe de
projet.
Savoirs et savoir-faire associés :
Gestion de projet :
Notions de base.
Démarche de projet.
Contraintes économiques, techniques et d’échéancier (par exemple : indicateurs, prévisions, tableaux de bord,
diagrammes Pert ou Gantt, courbes).
Organisation et planification du travail d’équipe (outils graphiques, logiciels de gestion de projet).
95
CAPACITE
C2 : ORGANISER
C2.4 :
Compétence terminale
Prévenir les risques d’échec dans la mise en œuvre d’une
solution au cours d’un projet.
Ressources mises à disposition
Plan de développement du projet.
Informations liées à l’application fournies par le chef de projet.
Échéancier du projet.
La répartition des tâches entre les membres de l’équipe.
Base de données d’expériences de l’entreprise ou de réalisations de même type.
Logiciels d’aide à la gestion des versions successives des logiciels produits.
Outils logiciels de l’entreprise.
Standards entreprise.
Plan qualité de l’entreprise.
Contexte général de l’application dans l’entreprise.
Compétences
composantes
- Gérer les évolutions des
versions successives des
logiciels.
Critères d’évaluation
- Fréquence des sauvegardes des
versions successives des
logiciels.
Mise à jour des dossiers associés
aux logiciels.
Niveaux de performance
- Toutes les versions successives des
logiciels produits ont été sauvegardées.
Toutes les modifications ont été repérées,
consignées et détaillées.
- Maintenir la documentation à
- Qualité de la mise à jour de la
jour, dans les formes imposées. documentation.
- La documentation peut être utilisée
directement et en l’état par une tierce
personne.
- Évaluer les risques au cours
de l’exécution des tâches en
responsabilité.
- Les risques principaux ont été identifiés
(manque de fonctionnalités logicielles ou
matérielles nécessaires au développement
du projet, dépassement de délais de
réalisation dû à une complexité mal évaluée,
etc.)
- Identification des risques.
- Proposer un moyen d’action
en cas d’identification d’une
impossibilité de poursuite de sa
tâche.
- Pertinence du moyen d’action
proposé.
- Le moyen d’action proposé permet d’aider
le chef de projet à débloquer la situation.
- Exploiter les résultats des
conclusions issues des revues
de projet.
- Connaissance des conclusions
des revues de projet.
Prise en compte des conclusions
des revues de projet.
- Les conclusions de chaque revue de projet
peuvent être énoncées.
Toutes les conclusions ayant une influence
sur la tâche en responsabilité ont été prises
en compte.
- Créer une base de données
de l’expérience acquise.
- Existence d’une base de donnée - L’expérience acquise est consignée sous la
de l’expérience acquise.
forme souhaitée (papier, base de données,
etc.).
Savoirs et savoir-faire associés
Gestion de projet :
Notions de base.
Documents.
96
CAPACITE
C3 : CONCEVOIR
Compétence terminale
C3.4 :
Choisir un module matériel pour un cas d’utilisation
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification de l’application.
Dossier de conception préliminaire.
Schéma d’architecture matérielle (éventuellement partiel).
Documentations techniques des constructeurs des principaux modules matériels informatiques utilisés.
Description de l’environnement logiciel, pilotes disponibles.
Documentation technique ou description limitée des autres modules matériels (capteurs, partie opérative
actionneurs, moteurs, variateurs, système cible) avec présentation sous forme de schémas blocs ou de schémas
fonctionnels et comprenant les caractéristiques des grandeurs électriques d’entrée ou de sortie.
Catalogues des composants ou sous-systèmes.
Accès aux sites web spécialisés.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier les fonctions
techniques assurées par un
module matériel.
- Identification de fonctions
techniques d’un module matériel.
- Les fonctions techniques utiles dans le cas
d’utilisation sont toutes identifiées.
- Identifier et classer les
paramètres pour lesquelles
les contraintes seront
déterminantes dans le choix
du module matériel.
- Importance des paramètres
retenus par rapport à l’application.
Précision du vocabulaire utilisé
pour désigner les paramètres.
- Totale autonomie dans la recherche des
caractéristiques fonctionnelles principales.
Pas d’erreur sur la nature (nature physique et
type) des signaux, des flux de données
- Extraire de la
documentation technique
d’un module matériel les
caractéristiques
technologiques.
- Nature des paramètres
sélectionnés.
Validité des caractéristiques
quantitatives.
- Tous les paramètres importants figurant dans
la spécification du module sont consignés.
On se limite aux modules de type interface
d’entrée-sortie et à l’analyse de l’ensemble
d’un module matériel.
On exige des données quantitatives exactes
pour les bus, les mémoires, les entrées sorties.
- Choisir les modules
matériels utilisés pour
l’application.
- Adéquation entre les contraintes
de l’application et les
caractéristiques des modules.
Validité du choix proposé.
Analyse de la compatibilité entre
les différents éléments.
- Pas d’incohérence dans la liaison entre les
entrées et sorties du module et le cas
d’utilisation étudié.
Pas d’erreur sur le type de la grandeur
d’entrée et de sortie et sur les compatibilités
des niveaux électriques ou de fréquences.
Pas d’erreur liée aux caractéristiques des bus
les plus courants.
- Identifier les besoins
d’interfaçage entre les
modules matériels.
- Identification des besoins
d’interfaçage.
- Tous les besoins d’interfaçage sont
consignés.
- Élaborer tout ou partie du
schéma de réalisation d’une
interface d’adaptation simple
permettant l’interconnexion.
- Qualité du schéma de réalisation
fourni.
- Respect des normes et des standards de
présentation imposés.
Le schéma proposé est cohérent avec
l’expression des besoins d’interfaçage.
97
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Compléter ou annoter le
schéma d’architecture
matérielle, la spécification
des données pour les
interfaces d’entrée sortie ou
homme/machine, le plan
d’intégration pour la partie
interface.
- Qualité du schéma ou du dossier. - Le schéma proposé est cohérent avec
l’architecture matérielle globale et validé par le
chef de projet.
- Rédiger le cahier de test
unitaire matériel d’un module
d’interface d’entrée sortie.
- Existence d’une procédure de
test unitaire.
- Le cahier de test est utilisable directement
par une tierce personne pour valider la
réalisation.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
98
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.1 :
Câbler des modules matériels
Ressources mises à disposition
Dossier de conception détaillée.
Le schéma d’architecture matérielle complet
Documentations techniques des modules matériels utilisés dans l’application.
Outillage adapté à la réalisation des câbles.
Compétences
composantes
- Construire les liaisons
(câbles et connecteurs
adaptés).
Critères d’évaluation
- Identification des câbles et des
connecteurs à réaliser.
Qualité de la liaison réalisée.
Niveaux de performance
- Le câble réalisé respecte les contraintes liées
au protocole imposé.
La liaison est opérationnelle.
- Identifier les
- Identification des composants
composants nécessaires nécessaires.
à la réalisation d’un
adaptateur.
- Tous les composants nécessaires sont
recensés et caractérisés.
- Réaliser tout ou partie
d’un adaptateur.
- L’adaptateur fonctionne correctement.
On se limite à :
+ la réalisation d’une adaptation des signaux
électriques pour un module d’entrée/sortie
optocouplé,
+ la mise en œuvre d’un composant sur une
carte de wrapping dont le décodage d’adresse
est réalisé.
- Fonctionnement de l’adaptateur.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’E/S.
Environnement des systèmes informatiques.
Habilitation électrique.
99
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.3 :
Intégrer une carte d’interface dans un système informatique
Ressources mises à disposition
Dossier de spécification de l’application.
Dossier de conception détaillée de l’application.
Schéma d’architecture matérielle complet.
Documentations techniques des constructeurs des cartes d’interface (avec repérage des points de réglages
matériels).
Documentations techniques du système informatique.
Outils logiciels d’information et de configuration matérielle du système informatique.
Procédure d’installation et de désinstallation fournie.
Choix des paramètres de configuration.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Vérifier sur un système
informatique la
configuration matérielle.
- Pertinence de la procédure
d’analyse.
Description de la configuration.
- La configuration matérielle est bien identifiée.
On se limite à la connaissance des
fonctionnalités des outils standards fournis
avec un système d’exploitation.
- Définir la liste des
modules matériels
nécessaires à l’application.
- Validité et pertinence de la liste
des modules matériels détectés.
- Pas d’erreur sur la fonctionnalité des modules
de base d’un système informatique.
Pas d’erreur sur les bus.
Tous les modules nécessaires sont présents.
Pas de non sens dans la liste proposée.
- Désinstaller ou désactiver
les modules matériels non
requis.
- Respect de la procédure
- Les règles de sécurité élémentaires
concernant les personnes et le matériel sont
connues et respectées.
- Intégrer les modules
matériels nécessaires à
l’application.
- Qualité du repérage des modules
matériels à intégrer.
Choix de l’emplacement du module.
- Le système fonctionne.
Pas d’erreur sur le choix de l’emplacement.
- Effectuer les réglages
concernant la configuration
matérielle d’une carte
d’interface.
- Pertinence et la validité de la
démarche utilisée pour les
configurations.
Respect des règles de sécurité.
- Le système informatique fonctionne.
Totale autonomie dans le repérage et la mise
en œuvre des réglages matériels à effectuer
directement sur la carte.
- Mettre en place la
connectique entre la carte
d’interface et les modules
matériels externes au
système informatique.
- Pertinence et la validité de la
démarche.
Respect des règles de sécurité.
- Totale autonomie dans le repérage des bus,
câbles et des connecteurs.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
100
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.6 :
Assembler les éléments matériels assurant la liaison physique
dans un système de communication
Ressources mises à disposition
Dossier de conception.
Dossier de réalisation.
Procédure de tests des connexions.
Livret de consignation et carnet d’habilitation électrique.
Composants matériels du réseau avec leurs documentations techniques : câbles, connecteurs, bouchon, …
Outils nécessaires au câblage (pinces RJ 45 par exemple).
Concentrateurs, commutateurs.. .
Carte de communication.
Calculateurs hôtes (au moins 3).
Appareils de mesure (multimètres, oscilloscope, …).
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Mesurer, avant connexion,
les caractéristiques
physiques des constituants
d’un système de
communication.
- Pertinence des choix des
caractéristiques à mesurer.
Pertinence du choix des appareils
de mesure.
Maîtrise de l’utilisation des appareils
de mesure.
- Les points de mesure ainsi que les valeurs
attendues sont clairement prédéfinis.
Les appareils de mesure sont choisis
correctement.
Seules les caractéristiques physiques, en
général électriques, sont mesurées.
- Réaliser les câblages et
assemblages des
composants matériels d’un
système de communication.
- Conformité des câblages avec les
normes.
Cohérence de l’architecture globale
Respect des règles d’utilisation des
matériels
- Les règles de sécurité sont strictement
respectées.
On exige des câblages sans erreurs graves :
aucun matériel n’est détérioré à la mise sous
tension.
- Tester les propriétés
- Présentation et valeurs des
physiques du câblage d’un résultats des mesures
système de communication. Aptitude à formuler un problème
technique.
- Les tests respectent l’intégrité des appareils
de mesure et des composants testés.
- Configurer les
- Intégration correcte de la carte de
composants matériels d’un communication (réseau ou bipoint
système de communication. type RS232) sur l’hôte (adresse,
interruptions, DMA).
- Les média de communication sont
correctement choisis.
Les règles d’utilisation des matériels sont
respectées. Les principes de couplage avec le
processeur sont connus.
Le coupleur n’est pas en conflit (interruption,
DMA, adresse) avec d’autres interfaces déjà
installées sur l’hôte.
Passage des tests matériels avec succès ou
formulation précise d’un diagnostic de panne
matérielle.
101
Compétences
composantes
- Tester les connexions.
Critères d’évaluation
- Respect des procédures fournies.
Résultats des test.
Niveaux de performance
- Les appareils de tests choisis sont adaptés.
Les valeurs relevées sont correctes.
Les conclusions des tests sont consignées et
correctes.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Principes de base de la transmission au niveau 1.
Equipements réseau.
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’entrée/sorties.
Environnement matériel des systèmes informatiques.
Habilitation électrique.
102
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.7 :
Installer les différentes couches logicielles d’un système de
communication sur une station
Ressources mises à disposition
Station équipée de la couche physique de liaison et d’un système d’exploitation (avec ou sans les couches réseau
intégrées, OU serveur avec ses périphériques et son système d’exploitation spécifique, OU station équipée d’une
liaison bipoint).
Connexion Internet aux sites constructeurs (Serveurs WEB ou FTP).
Documentations complètes techniques des matériels.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Rechercher et télécharger un pilote
de carte mis à disposition sur le site
Web ou le Serveur FTP d’un
constructeur.
- Qualité de la spécification du pilote
recherché.
Choix de la méthode de recherche.
- Le pilote doit être adapté à la carte
de communication et au système
d’exploitation.
La recherche est méthodique.
Le temps de recherche ne doit pas
dépasser 30 min.
- Intégrer et configurer le pilote de la
carte de communication de la station
hôte.
- Choix du pilote.
Exactitude des valeurs respectives
des paramètres de configuration.
- Le pilote est correctement choisi.
Les paramètres de configuration sont
tous identifiés. Leurs valeurs
respectives sont conformes aux
normes.
- Installer et configurer des
protocoles réseaux sur des stations
équipées de systèmes d’exploitation
différents.
- Exactitude des valeurs des
paramètres de configuration
- Les différents protocoles et leurs
paramètres associés sont clairement
identifiés.
Les valeurs choisies sont conformes
aux normes et exacts (exemple :
adresses IP, masques de sous
réseaux ).
Les tests logiciels correspondant aux
différents protocoles sont passés
avec succès.
- Mettre à jour le logiciel de contrôle
d’un équipement réseau spécifique.
- Validité du paramétrage du logiciel. - Après mise à jour le réseau
fonctionne à nouveau. Son
comportement et ses performances
nouvelles sont conformes aux
attentes du client.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Protocoles de liaison et méthodes d’accès au support.
Protocoles de niveau réseau.
Protocoles de transport.
Notions de routage statique et dynamique.
Systèmes d’exploitation réseau.
Configuration.
Composants logiciels.
103
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.8 :
Coder un module logiciel
Ressources mises à disposition
Documents techniques liés au projet.
Dossier de spécification logicielle.
Dossier de conception détaillé.
Moyens informatiques requis (AGL – Environnement de développement intégré ou non).
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Traduire sous la forme d’un
code source les résultats d’une
analyse fonctionnelle ou d’une
spécification logicielle.
- Qualité de la traduction en code de
la spécification logicielle.
Respect de la syntaxe du langage
utilisé.
- Conformité du code produit avec la
spécification logicielle.
Pas d’erreur de compilation.
Erreurs de syntaxe tolérées à l’écrit.
- Produire le code objet et le
code exécutable.
- Degré de maîtrise de la manipulation - Les outils de développement sont bien
des pré-processeurs, compilateurs,
utilisés. Le code exécutable est produit.
interpréteurs, assembleurs, lieurs, …
- Mettre au point le module
logiciel produit.
- Choix de la méthode de mise au
point.
Degré de maîtrise des outils de
simulation et de mise au point.
- Le débogueur est utilisé correctement.
Les modes : pas à pas, examens des
variables et des objets, état de la pile,
sont tous maîtrisés.
- Lire, stocker des données dans - Utilisation correcte d’un système de
un fichier.
fichiers.
- Stockage et relecture correcte de
l’information. Gestion des attributs.
- Réaliser la documentation
associée au module logiciel.
- Les commentaires sont pertinents et
explicites.
Les documents sont clairs, fonctionnels,
normalisés, et rendent le module
réutilisable.
- Qualité du document.
Pertinence des commentaires.
Clarté de la présentation des points
d’entrée du module.
Savoirs et savoir-faire associés :
Le développement logiciel.
104
CAPACITE
C4 : REALISER
Compétence terminale
C4.9 :
Intégrer un module logiciel dans une application
Ressources mises à disposition
Bibliothèque de composants logiciels (ou librairie).
Documents techniques liés au module à intégrer.
Application incomplète préexistante.
Moyens informatiques requis.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
- Rechercher des informations
dans une bibliothèque logicielle.
- Maîtrise de la manipulation des
utilitaires d’archivage.
- Les librairies sont correctement reliées au
projet.
- Utiliser un composant logiciel
au sein d’une application.
- Pertinence du choix des
interfaces sélectionnées.
Qualité de l’appel des méthodes.
- Le module est utilisé (on se limite à des
technologies standards).
Appel correct des méthodes.
Niveaux de performance
- Adapter le module aux besoins - Pertinence des modifications du - L’adaptation est fonctionnelle et conforme
spécifiques de l’application.
module (dérivation, association
aux besoins.
ou agrégation de classes).
- Intégrer un module logiciel
d’acquisition, de synthèse, de
traitement et de restitution des
images et des sons.
- Lecture de l’information.
Choix des filtres et traitements
appliqués.
Transmission de l’information.
- L’information est lue, traitée et visualisée
sans erreur.
La synthèse produit des fichiers valides.
- Interfacer une application avec
une base de données.
- Validité des requêtes.
- Les données sont correctement lues ou
écrites dans la base de données.
Savoirs et savoir-faire associés :
Le développement logiciel :
Langage C++.
Développement dans un environnement client/serveur.
Environnement Internet.
Outils de génération de code.
Multimédia.
Qualité logicielle.
105
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.1 :
Installer un module matériel dans un système informatique
Ressources mises à disposition
Dossier d’exploitation et de maintenance du système.
Dossier d’installation du module matériel.
Documentations techniques des constructeurs des modules matériels.
Outils de diagnostics.
Documentation technique du système informatique.
Livret de consignation et d’habilitation électrique.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Mettre en œuvre une
procédure d’installation
du module matériel.
- Respect de la procédure.
Respect des règles de sécurité.
Cohérence de la démarche
face aux incidents.
- Les consignes principales du dossier d’installation
associés au module à installer sont respectées.
Totale autonomie dans le repérage des modules
matériels, bus, connecteurs, câbles d’un système
informatique
Totale autonomie dans l’installation de cartes ou
modules matériels les plus courants sur un poste
informatique.
Le système informatique fonctionne.
Les règles de sécurité élémentaires concernant les
personnes et le matériel sont connues et respectées.
- Mettre à jour le dossier
d’installation ou de
maintenance du
système.
- Qualité de la mise à jour du
dossier d’installation ou de
maintenance.
- Le dossier d’installation ou de maintenance est
utilisable directement par une tierce personne.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
106
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.2
Installer un système d’exploitation
Ressources mises à disposition
Version complète de ou des Systèmes d’exploitation à installer.
Matériel requis pour l’installation.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Installer un système
d’exploitation sur un serveur.
- Respect de la procédure
d’installation.
- Le serveur est fonctionnel.
- Créer et administrer un compte
utilisateur et la sécurité attenante.
- Existence des comptes utilisateurs. - Les comptes utilisateurs sont
Définition des droits et permissions. utilisables. Le système est protégé.
Chaque utilisateur possède sa zone de
stockage propre.
- Partager des ressources
logicielles et matérielles.
- Accès aux ressources locales.
- Les accès aux ressources se font en
respect des règles établies par le cahier
des charges.
- Configurer une passerelle, un
système pare-feu (firewall), un
partage d’accès Internet, …
- Fonctionnement de la passerelle,
Définition des règles du pare-feu.
État du partage d’accès.
- La passerelle est fonctionnelle.
Le système pare-feu protège le
système.
- Installer un système
d’exploitation sur une machine
client.
- Respect de la procédure
d’installation sur la machine client.
- La machine client est opérationnelle.
La connexion avec le serveur est
établie.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les systèmes d’exploitation :
Systèmes d’exploitation et systèmes temps réel.
Architecture générale.
Les réseaux et les modes de transmission :
Systèmes d’exploitation réseau.
107
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.3 :
Déployer une application client/serveur sur deux machines
hétérogènes
Ressources mises à disposition
Au moins deux stations sur un réseau en état de fonctionnement.
Les deux stations sont équipées avec deux systèmes d’exploitation différents.
Les applications client/serveur standard (exemple : Telnet, FTP) ou propriétaires.
Documentations complètes sur l’interfaçage de la couche application.
Documentation de chaque système d’exploitation.
Documentation technique de l’application.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Déterminer les services que le
système d’exploitation doit fournir
aux modules serveurs et client de
l’application.
- Connaissance du fonctionnement
du module serveur et du module
client et de leurs interfaces avec un
système d’exploitation.
- Les services que doit fournir le
système d’exploitation sont
clairement définis.
- Identifier et configurer les
composants du système
d’exploitation qui assurent les
interfaces avec l’application.
- Logique de la démarche.
- Les composants qui assurent ces
services sont identifiés.
- Installer et configurer les
applications client/serveur sur deux
machines.
- Connaissance des outils de
configuration et de leur utilisation.
État des applications.
- Les applications n’interfèrent pas
avec celles qui sont déjà installées.
Les applications fonctionnent
correctement.
- Installer et configurer un serveur
- Respect des étapes
d’applications, de fichiers ou de base chronologiques liées à l’installation
de données sur un réseau local.
et à la configuration.
Conformité de l’installation avec les
besoins exprimés.
État du serveur.
Efficacité des actions entreprises.
- L’ordonnancement des opérations
d’installation est totalement défini.
Le serveur fonctionne totalement ou
en partie.
On ne tolère pas de procédures de
travail du type «essai/erreur ».
Chaque action entreprise est justifiée
à l’avance.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Applications utilisateurs.
Systèmes d’exploitation réseau.
108
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.4
Exploiter un réseau local industriel ou un bus de terrain
Ressources mises à disposition
Réseau local industriel (RLI) en état de fonctionnement.
Logiciel de configuration d’un réseau local industriel intégrant toutes les couches du rés eau et comportant une
base de donnée des modules connectés sur le réseau.
Logiciel et matériel analyseur réseau adapté au Réseau local industriel.
Documentation des spécifications du réseau.
Documentation technique de l’application.
Documentation technique du module à installer.
Fichiers de configuration du module.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier les contraintes de
configuration et d’exploitation du
RLI exigées par l’application.
- Liste exhaustive des contraintes.
- Toutes les contraintes sont
consignées.
- Intégrer un module matériel
(capteur, actionneur, nœud
actif/passif, etc.) dans un réseau
local industriel en respectant les
contraintes de sécurité.
- Procédure d’intégration.
Vérification de la compatibilité du
module avec le RLI.
Test d’intégration.
- Les procédures d’intégration incluent
les problèmes de sécurité.
Un document constructeur atteste de la
compatibilité du module.
Un test unitaire d’intégration a été
effectué avec succès.
- Lire des informations issues de
capteurs ou écrire des
informations destinées à des
actionneurs via un réseau local
industriel ou un bus de terrain.
- Choix du procédés de
lecture/écriture.
Validité des informations issues des
capteurs et destinés aux
actionneurs.
- Les procédés de lecture/écriture sont
validés pour le RLI ou le bus envisagé.
Les informations lues sont cohérentes
avec l’état des capteurs.
Les actionneurs réagissent
correctement aux ordres.
- Valider le fonctionnement d’un
composant intégré et configuré
dans un RLI.
- Contenu du rapport de test
unitaire.
- Le capteur ou l’actionneur est étalonné
et testé dans diverses situations.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales
Modèle de référence OSI.
Protocoles réseau.
Spécificités des réseaux locaux, industriels, et d'instrumentation.
Réseaux locaux industriels.
Equipements réseau.
Systèmes d’exploitation réseau/
Sécurisation du réseau.
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Coupleurs d’entrées/sorties
Environnement matériel des systèmes informatiques.
109
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.5 :
Installer des services techniques Internet
Ressources mises à disposition
Application industrielle caractérisée par son dossier technique.
Différents services Internet (www, FTP, …).
Gestionnaire des services Internet permettant d'administrer les services Internet.
Connecteur de données permettant d'envoyer des demandes aux bases de données.
Accès à Internet.
Réseau Intranet configuré.
Environnement de développement HTML avec ses balises.
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Déterminer les services Internet
nécessaires à l'application
industrielle.
- Pertinence du choix des services
Internet.
- Les services sont clairement
identifiés et choisis.
- Rechercher les modules logiciels
nécessaires à ce service.
- Connaissances de l'environnement - Le module logiciel (par exemple
logiciel pour l'exécution d'un service. JDK) est correctement installé.
- Configurer le service avec les
modules logiciels nécessaires.
- Connaissances des outils de
configuration et de leur utilisation.
- Le logiciel (par exemple Tomcat de
Apache) ne génère pas de message
d'erreurs sur ses variables.
- Configurer le poste informatique
pour le nouveau service.
- Connaissances des utilitaires
(navigateurs) sur un poste
informatique.
- Une console Java est activée sur le
poste client.
Un programme applet est exécuté
correctement sur un poste client..
- Tester une application web en local
sur le poste de développement.
- Connaissance de l'outil de
développement et configuration de
cet outil avec les services de
l'Internet.
- L'application web fonctionne sans
erreur dans l'environnement de
développement.
- Réaliser un fichier de déploiement
d'une application web.
- Connaissances sur les fichiers de
déploiement.
- Le fichier d'archive (par exemple :
fichiers JAR, WAR, ZIP) possède une
arborescence compatible avec le
serveur.
110
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Déployer une application web sur
un serveur web.
- Connaissance de l'arborescence
- L'application s'exécute en local sur
des répertoires exigée par le serveur le serveur web.
web.
- Tester l'application web à partir
d’un poste client.
- Exécution de l'application.
- L'application s'exécute sur le poste
client à partir su serveur web.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les systèmes d'exploitation.
Les réseaux et les modes de transmission :
Protocoles de liaison et méthodes d'accès au support
Protocoles de niveau réseau
Notions de routage statique et dynamique
Protocoles de transport
Protocoles de liaison et méthodes d'accès au support.
Applications utilisateur.
Applications de service.
Réseaux longue distance.
Le développement logiciel :
Environnement Internet.
111
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.6 :
Installer une application logicielle
Ressources mises à disposition
Logiciel(s) à installer.
Manuels d’installation.
Matériel informatique requis.
Droits d’utilisation des logiciels.
Compétences composantes
- Vérifier la conformité du matériel
avec la configuration minimale et
recommandée du logiciel ou de
l’application.
Critères d’évaluation
- Cohérence des critères comparés
du logiciel à installer et du matériel
fourni.
Niveaux de performance
- La liste des critères est exacte.
Conclusion cohérente avec la liste.
- Extraire du manuel d’installation les - Spécificités d’installation retenues.
particularités d’une application
logicielle.
- Tous les points clé de l’installation
sont respectés..
- Mettre en œuvre la procédure
d’installation en fonction du matériel
fourni.
- Respect de la procédure.
- Les choix effectués respectent
l’architecture du matériel fourni et les
choix d’installations d’applications
antérieures.
Les droits d’utilisation sont respectés.
- Valider le fonctionnement du
logiciel ou de l’application.
- Contenu du rapport d’installation.
- Le rapport fait état du lancement
réussi de l’application.
Les fonctionnalités de l’application
sont validées.
- Effectuer une installation
administrative.
- Accès à l’application par les
utilisateurs standards.
- Accès réussi par les utilisateurs.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques :
Environnement matériel des systèmes informatiques.
Les systèmes d’exploitation :
Les systèmes d’exploitation et les systèmes temps réel.
Les réseaux et les modes de transmission :
Systèmes d’exploitation réseau.
112
CAPACITE
C5 : INSTALLER
Compétence terminale
C5.7 :
Mettre en œuvre un environnement de programmation
Ressources mises à disposition
Environnement de développement à installer et sa documentation.
Moyens informatiques requis.
Dossier de conception détaillée.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Installer et configurer un
environnement de
développement.
- Fonctionnement de l’environnement
de développement.
- L’environnement de développement est
opérationnel sans contraintes
particulières d’utilisation. Les choix « par
défaut » sont cohérents.
- Exploiter les outils de travail
collaboratif.
- Verrouillage des fichiers.
Historique des modifications.
Gestion des droits des utilisateurs.
- Verrouillage effectif.
Historique visible et retour en arrière
possible.
Autorisation/Interdiction d’accès réalisés.
- Utiliser les assistants de
l’environnement pour créer les
squelettes de l’application, des
classes, des fonctions et des
messages.
- Propriétés du squelette de chacun
des éléments.
- Les éléments sont fonctionnels.
L’ensemble du squelette est homogène,
l’application est exécutable.
Au moins un message est généré par le
biais des assistants.
Savoirs et savoir-faire associés :
Le développement logiciel :
Langage C++.
Programmation évènementielle.
Développement dans un environnement client/serveur.
Environnement Internet.
113
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
C6.1 :
Compétence terminale
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un
module matériel
Ressources mises à disposition
Dossier de tests unitaires du module matériel.
Documentations techniques des constructeurs des modules matériels.
Spécifications matérielles et logicielles du module à tester.
Outils de tests matériels.
Documentation technique du système informatique.
Générateurs, oscilloscope, analyseur logique, émulateur, …
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Identifier et configurer les
appareils destinés à générer
les signaux électriques.
- Validité des signaux obtenus.
- Les signaux générés sont conformes à ce qui
est attendu.
- Installer le dispositif de
mesure et mettre en œuvre
la procédure de test.
- Choix des appareils de mesure.
Respect de la procédure de test et
des règles de sécurité.
Validité des résultats
expérimentaux obtenus.
- Choix des appareils de mesure et des câbles
adaptés aux tests à effectuer.
La procédure de test et les règles de sécurité
sont respectées.
Estimation de la précision des mesures
réalisées en fonction des appareils utilisés ou
des conditions du test.
- Interpréter ou traduire les
résultats de mesures.
- Qualité de la mise en relation des
résultats obtenus et des résultats
attendus.
Cohérence et validité de
l’argumentation.
- Les écarts entre les résultats attendus et les
résultats de mesure sont quantifiés.
La conclusion est correcte.
Les dysfonctionnements sont mis en évidence.
- Rédiger le rapport de test
unitaire.
- Qualité et contenu du rapport.
- Les résultats du test et leurs interprétations,
les événements importants concernant son
déroulement sont consignés.
Savoirs et savoir-faire associés :
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
114
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
Compétence terminale
C6.2 :
Dépanner un système informatique
Ressources mises à disposition
Rapport d’incident.
Documentations techniques de l’application.
Dossier technique du calculateur (puissance, systèmes E/S, systèmes d’exploitations disponibles et noyau temps
réel disponibles).
Dossier technique des cartes d’acquisition avec leurs pilotes.
Dossier technique des cartes de commande avec leurs pilotes.
Outil informatique de diagnostic et de test.
Environnement de développement.
Analyseur logique, oscilloscope, appareils de mesure.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Lister les origines plausibles
d’un problème survenant dans
un système informatique.
- Pertinence des hypothèses.
- Les principales causes plausibles
(d’origines matérielles et logicielles) sont
envisagées et consignées.
- Identifier la panne et la
décrire.
- Description de la panne.
- La panne est identifiée et correctement
décrite.
- Repérer, parmi les causes
possibles de panne, les
causes d’origine matérielle.
- Relevé des signaux
caractéristiques ou exploitation des
résultats d’un outil de diagnostic.
- Les signaux sont comparés avec
pertinence avec les signaux de référence et
les défauts éventuels sont relevés.
- Repérer, parmi les causes
possibles de panne, celles
liées aux pilotes d’E/S.
- Identification de l’état des pilotes.
- La présence des pilotes d’E/S est vérifiée.
Les pilotes sont correctement installés et
configurés.
- Repérer, parmi les causes
possibles de panne, celles
d’origine logicielle.
- Identification du module logiciel
défectueux.
- Le module logiciel défectueux est trouvé.
- Corriger la panne et vérifier
par des tests la validité des
corrections apportées.
- Qualité de la correction.
- La correction est en adéquation avec
l’origine de la panne.
L’intégrité du système est restaurée.
L’intervention est consignée.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission.
Architecture matérielle des systèmes informatiques.
Les systèmes d’exploitation.
Le développement logiciel.
115
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
Compétence terminale
C6.3 :
Relever les performances d’un réseau
Ressources mises à disposition
Système informatique utilisant un réseau.
Description technique complète du réseau.
Dossiers d’installation, d’exploitation, de maintenance.
Journal de bord des interventions.
Éventuellement, un dossier d’observation fourni par le client.
Éventuellement un plan de test (cas, procédures et scénarios)
Livret de consignation et carnet d’habilitation électrique.
Outils de tests et diagnostics :
+ matériel : multimètre, oscilloscope, Testeur liaison série, analyseur de protocole.
+ logiciels : commandes diverses (ping, trace-route, …), analyseur de protocole intégré au système
d’exploitation, ...
Compétences composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Établir un questionnaire client
complémentaire.
- Pertinence des questions posées.
Capacité de raisonnement.
- Les informations complémentaires
demandées doivent être observables
par le client.
- Choisir les moyens de mesure
adaptés aux grandeurs à mesurer
définies dans les plans d’essais.
- Adaptation du matériel de mesure
à l’élément testé.
Pertinence des choix des moyens de
mesure (logiciels ou matériels)
- Les points de mesure ainsi que les
valeurs à mesurer sont clairement
définies.
Les moyens de mesure sont adaptés
aux grandeurs mesurées
- Réaliser les essais spécifiés.
- Stratégie de mise en œuvre des
moyens de mesure.
Connaissance et maîtrise des
moyens de mesure
Respect des procédures.
- Les indications des outils de
mesure sont interprétées sans
ambiguïté.
Les moyens de mesures ne
perturbent pas les phénomènes
observés.
- Rédiger un procès verbal d’essais.
- Pertinence et qualité rédactionnelle - Le procès verbal est exploitable. Il
du procès verbal d’essais.
exprime les performances mesurées.
- Formuler une proposition
d’évolution d’un système en réseau
en vue d’améliorer ses
performances.
- Pertinence des interprétations des
tests.
Caractérisation des performances
du réseau.
- Les caractéristiques à améliorer
sont clairement mises en évidence et
évaluées.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Protocoles de niveau réseau.
Equipements réseau.
116
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
Compétence terminale
C6.4 :
Corriger des dysfonctionnements observés sur un réseau
Ressources mises à disposition
Système informatique testé utilisant un réseau.
Descriptions techniques complètes du réseau.
Journal de bord des interventions.
Livret de consignation et carnet d’habilitation électrique.
Analyseur de réseau.
Appareillages pour les tests.
Procès verbaux des tests réalisés.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- A partir de symptômes
décrits par un client,
identifier les causes
possibles du problème.
- Pertinence des hypothèses
avancées.
- Les principales causes possibles sont
consignées.
- Mettre en œuvre des
procédures de dépannage.
- Respect des procédures
fournies.
On se limite à :
+ la vérification de la connectique,
+ la vérification des pilotes sur les postes clients,
+ la configuration des pilotes sur les postes clients,
+ la configuration des éléments d’interconnexion
(routeurs, commutateurs, …).
La cause de dysfonctionnement est éliminée.
- Valider le fonctionnement
du réseau.
- Respect de la procédure
d’essais.
- La procédure est respectée et les conclusions
sont pertinentes.
Savoirs et savoir-faire associés :
Les réseaux et les modes de transmission :
Notions fondamentales.
Protocoles de niveau réseau.
Equipements réseau.
117
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
Compétence terminale
C6.5 :
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un
module logiciel
Ressources mises à disposition
Dossier de conception détaillée.
Caractéristiques techniques des modules à tester.
Les procédures de tests.
Les outils matériels et logiciels de tests.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Configurer des matériels
informatiques en vue de
tester le module logiciel.
- Connaissance des paramètres de
configuration du matériel.
Choix de conditions particulières pour
le test.
- Les paramètres de configuration sont
cohérents.
Les tests sont réalisés conformément aux
procédures.
Les conflits éventuels sont détectés et
corrigés.
- Réaliser ou mettre en
œuvre un programme
nécessaire à la réalisation
du test unitaire.
- Validité du programme réalisé ou
mis en œuvre.
Configuration du programme mis en
œuvre.
- Pour chaque prédicat d’entrée du module,
les résultats sont interprétés et comparés
aux résultats attendus.
- Effectuer le test unitaire.
- Respect de la procédure.
- La procédure est respectée et les
conclusions sont pertinentes.
- Compléter une fiche de
tests.
- Existence et qualité de la fiche de
tests.
- Conformité de la fiche au standard imposé.
Savoirs et savoir-faire associés :
Le développement logiciel :
Langage C++.
Outils de génération de code.
Qualité logicielle.
118
CAPACITE
C6 : MAINTENIR
Compétence terminale
C6.6
Dépanner un module logiciel
Ressources mises à disposition
Documentation du module logiciel à dépanner.
Rapport d’incidents.
Outil informatique de rétro-analyse. classifier
Les sources commentées écrites en langage évolué.
Environnement de développement.
Compétences
composantes
Critères d’évaluation
Niveaux de performance
- Effectuer une rétro-analyse
partielle du module à
dépanner.
- Qualité des diagrammes de
séquence et de collaboration
produits.
Qualité des diagrammes de classe
produits (si langage objet).
- Les diagrammes de séquence et de
collaboration peuvent être partiels.
Au moins un des diagrammes de séquence
présentés correspond à la zone de l’incident.
Tous les diagrammes de classe correspondent
au module.
- Lister les origines possibles
d’un problème survenant
dans un module logiciel
donné.
- Diversité des hypothèses
envisagées.
Consignation de la liste.
- Les principales causes plausibles sont
envisagées et consignées.
- Identifier l’origine de la
panne et la décrire.
- Qualité de la description de la
panne.
- La panne est identifiée et correctement
décrite.
- Apporter des corrections au
module.
- Qualité de la correction.
- La correction est en adéquation avec l’origine
de la panne. Les symptômes de la panne ont
disparu. Aucun nouveau dysfonctionnement
du à la correction n’intervient.
- Vérifier par des tests les
corrections apportées.
- Existence d’un plan et d’un
rapport de test.
- Le plan et le rapport peuvent être succincts,
mais ils doivent exister.
Savoirs et savoir-faire associés :
Le développement logiciel :
Analyse globale.
Modélisation.
Environnement Internet.
Outils de génération de code.
119
Spécification des niveaux d’acquisition
et de maîtrise des savoirs et des savoir-faire
Le degré d'approfondissement de chaque savoir ou savoir-faire identifié lors de la description des compétences
terminales est un élément clé pour l'élaboration des séquences d'enseignement en BTS IRIS. La prise en compte de
ces niveaux d'acquisition et de maîtrise est déterminante pour la construction de la formation.
Quatre niveaux taxonomiques ont été retenus :
Niveaux
1 2 3 4
Indicateur de niveau
d’acquisition et de
maîtrise des savoirs et
des savoir-faire
Niveau
D’INFORMATION
X
Niveau
D’EXPRESSION
X
Niveau de la
MAITRISE D’OUTILS
X
X
Niveau de la
MAITRISE
METHODOLOGIQUE
Le contenu est relatif à l'appréhension
d'une vue d'ensemble d'un sujet : les
réalités sont montrées sous certains
aspects, de manière partielle ou globale.
Le contenu est relatif à l'acquisition de
moyens d'expression et de
communication : définir, utiliser les termes
composant la discipline.
II s'agit de maîtriser un savoir.
Ce niveau englobe le niveau précédent.
Le contenu est relatif à la maîtrise de
procédés et d'outils d'étude ou d'action :
utiliser, manipuler des règles ou des
ensembles de règles (algorithme), des
principes, en vue d'un résultat à atteindre.
II s'agit de maîtriser un savoir-faire.
Ce niveau englobe, de fait, les deux niveaux
précédents.
Le contenu est relatif à la maîtrise d'une
méthodologie de pose et de résolution de
problèmes : assembler, organiser les
éléments d'un sujet, identifier les relations,
raisonner à partir de ces relations, décider en
vue d'un but à atteindre.
II s'agit de maîtriser une démarc he: induire,
déduire, expérimenter, se documenter. Ce
niveau englobe, de fait, les trois niveaux
précédents.
La description de certains savoirs ou savoir-faire a été complétée par des exemples (indiqués en italique) qui
permettent de préciser le champ technologique visé.
120
LES RESEAUX ET LES MODES DE TRANSMISSION
Niveaux
1 2 3 4
Notions fondamentales
X
Concept de mise en réseau.
X
Diverses applications des réseaux.
X
Grands types de réseaux : réseau local (LAN) et réseau étendu (WAN).
X
Configuration générale des réseaux :
- réseaux poste à poste,
- environnement client-serveur : réseaux organisés autour de serveur(s)
(d’applications, de messageries, de services d’annuaire, d’impression, de données),
X
Topologie du réseau (bus, étoile, anneau, maillage, combinaisons hybrides).
X
Modèle de référence OSI :
- architecture en couches,
- les sept couches du modèle et leurs fonctionnalités respectives,
- relations entre les couches du modèle.
X
Protocoles réseau :
- rôles,
- pile de protocoles dans une architecture en couches.
X
Classification des réseaux en fonction de leurs performances.
X
Critères (déterminants) de choix d’un système de transmission de données.
couches OSI
Principes de base de la transmission au niveau 1
(médias, caractéristiques d'une voie, codages, commutations, modulations...)
X
X
X
Principaux types de câbles :
- câble coaxial,
- câble à paires torsadées non blindées UTP (catégories 1 à 5), blindées STP,
- câble à fibre optique, techniques de polissage et de terminaison.
physique
Systèmes normalisés de mesures pour les câbles (AWG).
X
X
X
Composants de connexion :
- pour le câble coaxial (connecteurs et bouchons BNC),
- pour le câble à paires torsadées (par exemple : connecteur RJ45, baie de brassage,
concentrateur de câblage).
Transmission des signaux (transmission à bande de base et à large bande).
X
121
Niveaux
1 2 3 4
X
Liaisons séries :
- les liaisons (par exemple : RS232, RS485, RS422, boucle 20mA, USB, IEEE1394,
Ethernet niveau 1),
- protocoles bipoints (par exemple : RTS/CTS, XON/XOFF).
X
X
X
X
Carte réseau :
- configuration matérielle et logicielle,
- compatibilité avec le bus de données et avec les connecteurs BNC, RJ45 ou AUI,
- transceiver (transmitter/receiver) externe et interne,
- architecture fonctionnelle et caractéristiques des E/S des cartes :
+ pour réseaux sans fil ,
+ pour fibre optique.
Protocoles de liaison et méthodes d'accès au support
(HDLC, Ethernet niveau 2, 802,2, 802,3, 802,5, PPP...)
X
Principales méthodes d’accès :
- méthode CSMA avec détection de collision (CSMA/CD) ou avec prévention des
collisions (CSMA/CA),
- méthode fondée sur le passage d’un jeton,
- méthode à priorité de demande (IEEE 802.12).
X
Sous-couches LLC et MAC (IEEE 802.2) du modèle OSI.
X
Pilotes et le modèle OSI :
- pilotes NDIS,
- pilotes ODI.
couches OSI
liaison
couches OSI
Protocoles de niveau réseau
(IP, ARP, RARP, ICMP...)
X
Envoi des données sur le réseau :
- les paquets (utilité, structure, contenu),
- détection d’erreurs (CRC),
- types d’envois de données : TCP/IP (connecté ou non connecté).
X
Assemblage et désassemblage des paquets.
X
Adressage et routage des paquets.
X
Protocoles de type réseau (IP, IPX, NetBios).
X
Protocole de maintenance ARP, RMON.
réseau
122
Niveaux
1 2 3 4
X
Notions de routage statique et dynamique
(RIP ...)
couches OSI
réseau
X
Protocoles de transport
Protocoles de type transport (TCP, UDP, SPX).
Applications utilisateur
Emulation de terminal (Telnet).
Transfert de fichier (FTP) .
Messagerie (SMTP, POP.,
Applications du WWW (par exemple : HTTP, HTML, CGI, Java).
X
Protocoles de type application (SMTP, FTP, SNMP, Telnet).
X
Piles standards (par exemple : suite des protocoles OSI, architecture SNA, DECnet,
NetWare, suite de protocoles Internet).
X
Applications voix, données, images.
couches OSI
transport
couches OSI
application
couches OSI
Applications de service
(NFS, SNMP, DNS ...)
X
Utilisation d’agents dans un environnement SNMP pour la surveillance du trafic et le
recueil de données statistiques, utilisation d’une base de données MIB.
Spécificités des réseaux locaux, industriels, et d'instrumentation
(Fast Ethernet, FDDI, MODBUS, CAN, I2C, FIP, IEEE488 ...)
X
Réseaux sans fil (IEEE 802.16 et 802.11) :
- les types de réseaux sans fil,
- techniques de transmission (infrarouge, laser, radio).
X
X
X
X
application
couches OSI
réseau
liaison
physique
Ethernet (IEEE 802.3) :
- caractéristiques générales (topologies, type d’architecture, méthodes d’accès,
vitesses de transmission, types de câbles),
- format de la trame,
- normes 100BaseTX, 100BaseFX,
- équipements (concentrateur, commutateur).
123
Niveaux
1 2 3 4
X
Réseaux locaux industriels :
- spécificités des réseaux locaux industriels,
- Ethernet dans un contexte industriel,
- les réseaux de terrain FIP, CAN.
X
Réseaux virtuels (VLAN).
Réseaux longue distance
(architecture de l'Internet, principes de base de ATM ...)
X
Service d’accès distant (RAS).
X
Types de supports pour connexion physique au serveur RAS (RTC, X.25, Numéris
RNIS).
X
Réseaux à commutation de paquets (fonctionnement).
X
couches OSI
transport
réseau
liaison
physique
Principes de base de l’envoi de données sur un réseau étendu :
- méthodes analogiques à commutation de paquets X.25,
- relais de trames (Frame Relay) pour le numérique,
- méthode à large bande et à relais de cellules ATM (voix, images, données),
- RNIS (voix, images, données),
- FDDI.
X
Organisation et protocoles de l’Internet (opérateurs de transport, fournisseurs d’accès,
routage, DNS, etc.).
X
Réseaux virtuels (VPN).
couches OSI
Les équipements réseau
(carte réseau, modem, concentrateur, commutateur, routeur…)
X
Modems :
- caractéristiques, normes ITU V22bis à V90,
- communications asynchrones, synchrones,
- ADSL.
X
Répéteurs (fonctionnement, mise en œuvre).
X
Concentrateurs de câblage.
X
Commutateurs.
X
Ponts (fonctionnement, tables de routage, installation).
X
Routeurs :
- fonctionnement,
- protocoles routables,
- sélection des chemins et algorithme de routage (RIP, NLSP, OSPF),
- routeur statique, routeur dynamique.
réseau
liaison
physique
124
Niveaux
1 2 3 4
X
Programmation réseau
(socket, pipe, composants de communication réseau, …)
couches OSI
application
transport
réseau
Systèmes d’exploitation réseau
X
Correspondance entre le modèle OSI et un système d’exploitation réseau donné.
X
Configuration.
X
Composants logiciels :
- logiciels client (requêtes, acheminement des requêtes, désignation des ressources
partagées),
- logiciels serveur (partage des ressources, administration des utilisateurs et du
réseau).
X
Création et administration de comptes réseau.
X
Interopérabilité permettant le fonctionnement dans un environnement hétérogène (p ar
exemple Microsoft et Novell) : réseaux ou systèmes d’exploitation.
X
Sécurisation du réseau :
- niveaux de sécurité,
- protection physique des équipements,
- processus d’authentification des utilisateurs,
- cryptage, décryptage de données,
- prévention et protection contre les attaques de virus,
- intégrité des données,
- systèmes à tolérance aux pannes (RAID),
- dans le cas d’un réseau étendu, configuration d’un pare-feu intégré à un routeur.
125
ARCHITECTURE MATERIELLE DES SYSTEMES INFORMATIQUES
Niveaux
1 2 3 4
Microprocesseur
Principe de fonctionnement.
Structure interne (par exemple : registres, mémoire cache, pipeline d’instructions, pagination).
Communication avec l’extérieur : bus, dynamique de la communication.
Notions de langage d’assemblage.
X
X
X
X
X
X
X
Mémoires
Principaux types de mémoires.
Structure interne et organisation.
Couplage avec un microprocesseur et accès (adressage).
Bus
Architecture et fonctionnalités d’un bus système (VME, PCI).
Architecture et fonctionnalités d’un bus d’extension (IDE, SCSI, AGP, USB, Serial ATA).
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Coupleurs d’entrées/sorties
Fonctionnalités.
Structure générale interne (lien avec un modèle générique objet).
Couplage avec un microprocesseur.
Mode d’accès : par scrutation, par interruption, DMA.
Liaisons asynchrones.
Liaisons synchrones.
Liaisons parallèles (Centronics, IEEE488).
Pilotes de commande (utilisation, adaptation, choix d'un mode de fonctionnement).
Bibliothèques de composants réutilisables.
Architecture fonctionnelle et caractéristiques d’entrées/sorties des cartes industrielles :
- TOR,
- de conversion NA, AN,
- de comptage,
- de commande de moteurs (pas à pas, continu),
- modules mezzanines (IP).
Environnement matériel des systèmes informatiques
Caractéristiques d’entrées/sorties de capteurs (position, vitesse, pression, effort) et des
préactionneurs (pour moteurs pas à pas et à courant continu)
Architecture fonctionnelle, caractéristiques d’entrées/sorties et utilisation de périphériques :
- multimédias (son, image),
- de lecteurs de codes,
- de cartes à puce,
- de périphériques de stockage de données par procédés magnétiques et optiques.
Systèmes embarqués et dédiés
X
Habilitation électrique
Se reporter au référentiel de formation à la prévention des risques d’origine électrique des
élèves préparant les diplômes de l’Education Nationale.
Ce référentiel s’appuie sur les documents suivants :
- Le décret n° 88-1056 du 14 novembre 1988 relatif à la protection des travailleurs dans les
établissements qui mettent en œuvre des courants électriques,
- La publication UTE C 18-510 « Recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre
électrique »,
- La circulaire n° 98-031 du 23 février 1998 parue au B.O. n° 10 du 5 mars 1998 qui précise
les modalités de mise en œuvre des règles de protection contre les risques d’origine
électrique dans le cadre des formations dispensées par les établissements scolaires.
Le niveau de certification visé est B1V BR.
126
LES SYSTEMES D’EXPLOITATION
Niveaux
1 2 3 4
X
Systèmes d’exploitation et systèmes temps réel
Architecture générale.
X
Gestion de la mémoire par pagination.
X
Processus lourds (instance d'un programme actif et son environnement) et processus légers
(unité d'exécution au sein d'un processus lourd : tâche).
X
Partage des objets du système (héritage, dénomination, duplication).
X
X
Accès concurrents aux ressources partagées :
- sections critiques (définition),
- méthodes d'exclusion mutuelles : sections non interruptibles, verrous, sémaphores et
mécanismes apparentés.
X
X
X
X
Règles d’échange des données :
- libre au sein d'une section critique verrouillée,
- modèle producteur - consommateur sans et avec stockage de l'information,
- modèle lecteur - rédacteur,
X
Communication inter - processus (locaux et distants).
Exemple : fichiers mappés en mémoire, mémoire partagée, boîtes aux lettres, tubes.
Identification du modèle d'échange dans un mécanisme de communication.
X
Gestion des entrées/sorties.
X
Notions d’API téléphonie ( TAPI ).
X
Spécificités temps réel
Contraintes de temps d’un système de contrôle - commande :
- définitions et classification,
- méthodes de programmation adaptées aux contraintes de temps.
X
Systèmes d’exploitation multitâches et noyau temps réel :
- diagramme d'état d'une tâche,
- commutation de contexte en mode coopératif : principe, avantages et inconvénients,
- commutation de contexte en mode préemptif : principe, avantages et inconvénients.
X
Ordonnancement des processus légers et lourds:
- circulaire,
- à priorités,
- mixte,
- à vieillissement.
X
Synchronisation des tâches et des processus :
- à l'aide de primitives dort - réveille,
- par sémaphores privés,
- par variables événements,
- par variables de type rendez-vous.
X
Noyau temps réel conforme aux normes Sceptre : définition.
X
Noyau temps réel objet
127
LE DEVELOPPEMENT LOGICIEL
Niveaux
1 2 3 4
X
Analyse globale
Organisation des fichiers dans un projet.
Utilisation/Création de bibliothèques dans un projet.
Utilisation de composants logiciels (structures de données, algorithme de tri, E/S,
réseaux).
X
X
X
X
X
X
X
X
Modélisation
Listes des acteurs.
Cas d'utilisation.
Diagramme(s) :
- de séquences,
- de collaboration,
- de classes,
- d'états.
Techniques de modification d'une application industrielle existante dans le cadre d’une
rétroconception.
X Algorithmique
Actions et structures de contrôle.
Algorithmes transcrits en pseudo-code ou dans un langage structuré (en respectant un
plan qualité).
X
X
X
X
X
X
X
X
X
La structure et la gestion des données
Structures de données et méthodes d’accès :
- suites (tableaux, listes chaînées, piles, files, fichiers séquentiels),
- tables (types d’adressage, fichiers à accès sélectifs).
Méthodes de tri et de recherche.
Implémentation orientée objet (types, fonctions paramétrées, fichiers typés).
Utilisation d'un conteneur simple (vecteur, …) avec son itérateur.
Structure de la STL (Standard Template library).
Codage, cryptage, compression des données.
Base de données :
- différents types (hiérarchiques, relationnelles, objet),
- organisation et mise à jour.
- liaison d'une base avec une application logicielle (recherche d'informations,
navigation, modification, …)
128
Niveaux
1 2 3 4
Langage C++
Variables, objets, types simples, opérateurs, expressions, fonctions.
Références, pointeurs, tableaux.
E/S interactives (iostream).
Gestion dynamique :
- opérateurs (new, delete),
X
- exceptions (try, catch, throw).
X
E/S fichiers (fstream).
X Définitions des classes (encapsulation des données).
X Surcharge des opérateurs.
X
Fonctions virtuelles, polymorphisme.
X
Utilisation des mécanismes d'héritage.
X
Utilisation des mécanismes d'agrégation.
X
Mécanisme d'association.
X
Classe abstraite.
X
Utilisation de Template (par exemple : vecteur typé).
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Programmation évènementielle
Gestion des évènements et des interruptions.
Traitements parallèles (par exemple : Threads, signaux, sémaphores, pipes).
Écriture de programmes multifenêtres.
Utilisation d'un logiciel de type RAD pour développer une interface graphique.
Développement dans un environnement client/serveur
Composants logiciels (Corba, COM+, DCOM).
Développement d'applications en utilisant l'environnement Web (SNMP, POP3, FTP).
Programmation TCP/IP (sockets, classes de sockets).
Environnement Internet
Programmation Java.
Génération de pages Web statiques (par exemple : en HTML ).
Génération de pages Web dynamiques (par exemple : PHP, ASP).
Utilisation de scripts : JavaScript, XML, CGI.
Gestion de formulaires en liaison avec des bases de données (par exemple : SQL).
Développement d’applications spécifiques (par exemple : applets, servlets).
129
Niveaux
1 2 3 4
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Multimédia
Mise en œuvre de logiciels d’exploitation de traitement.
Mise en œuvre de bibliothèques multimédias.
Outils de génération de code
Outils d'analyse et de conception objet UML.
Compilateur, linker, débogueur.
Création, génération et déboguage d'un code sur une machine distante.
Outils de développement orienté Internet.
Environnement de développement: gestion des projets, des bibliothèques.
Liaison avec le système d'exploitation (par exemple : define, compilation conditionnelle,
passage de paramètres, accès aux fichiers).
Utilisation des outils de téléchargement (par exemple : FTP, Telnet)
Qualité logicielle
Normes ISO 9000.
Standardisation d’une génération de documents avec UML.
Plan qualité de programmation.
Plan qualité pour la gestion de projet.
Procédures de tests unitaires (par exemple : cahiers de recettes, planification,
consignation des résultats de tests).
Plan d'intégration.
GESTION DE PROJET
Niveaux
1 2 3 4
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Gestion de projet
Démarche de projet.
Contraintes économiques, techniques et d’échéancier (par exemple : indicateurs,
prévisions, tableaux de bord, diagrammes Pert ou Gantt, courbes).
Organisation et planification du travail d’équipe (outils graphiques, logiciels de gestion de
projet).
Gestion des ressources matérielles et logicielles.
Gestion de la configuration de l'application.
Gestion des modifications.
Contraintes liées à des interventions de sous-traitants.
Aspects financiers
Types de charges : directes (par exemple : composants, main d’œuvre) et indirectes.
Coûts d’achat, de production et de distribution de composants matériels et logiciels.
Coût de revient.
Documents
Appels d’offre.
Bon de commande.
Bon de livraison.
Documents de fabrication (par exemple : bons, fiches).
Gestion des documents produits au cours d’un projet.
130
COMMUNICATION
Niveaux
1 2 3 4
X
Natures des principales sources d’informations techniques (par exemple : ouvrages,
revues, éditions d’entreprises, salons, bases de données, documents constructeurs, sites
Internet, AFNOR, INPI).
X
Techniques de recherches d’informations (par exemple : sommaire, index, mot clé, moteur
de recherche sur Internet).
X
Techniques d’interview (en lien avec les enseignements généraux).
X
Techniques de communication (en lien avec les enseignements généraux).
X
Techniques de production et d’organisation de documents.
X
Techniques de présentation de documents (avec et sans supports informatiques).
X
Revues de projet.
X
Fonctionnalités de base des outils matériels et logiciels de présentation et d’assistance.
X
Norme NFX 60-200 (Documents techniques à remettre aux utilisateurs de biens durables
à usage industriel et professionnel - Nomenclature et principes généraux de rédaction et
de présentation).
131
UNITES COMMUNES A PLUSIEURS SPECIALITES DE BTS
FRANCAIS
L’unité U.1.1. « Français » du brevet de technicien supérieur « informatique et réseaux pour l’industrie et les services
techniques » et l’unité « français » des brevets de techniciens supérieurs du secteur industriel (groupe 1) sont
communes.
Les titulaires de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent présenter une autre de ces spécialités sont, à leur
demande, dispensés des épreuves correspondant à l’unité « français ».
Les bénéficiaires de l’unité « français » au titre de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent présenter une
autre de ces spécialités sont, à leur demande, pendant la durée de validité du bénéfice, dispensés des épreuves
correspondant à l’unité « français ».
MATHEMATIQUES
L’unité U.2 «Mathématiques » du brevet de technicien supérieur «informatique et réseaux pour l’industrie et les
services techniques » défini article 36 de l’arrêté du 8 juin 2001 et l’unité « Mathématiques » des brevets de
techniciens supérieurs au groupement A défini par la note de service n°2000-215 du 28 novembre 2000 sont
communes.
Les titulaires de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent présenter une autre de ces spécialités sont, à leur
demande, dispensés des épreuves correspondant à l’unité « Mathématiques ».
Les bénéficiaires de l’unité « Mathématiques » au titre de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent
présenter une autre de ces spécialités sont, à leur demande, pendant la durée de validité du bénéfice, dispensés des
épreuves correspondant à l’unité « mathématiques ».
LANGUE VIVANTE ETRANGERE 1
L’unité U.1.2. du brevet de technicien supérieur « informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques »
et l’unité « langue vivante étrangère 1» des brevets de techniciens supérieurs «domotique », « fluides énergies
environnements » (groupe 9) sont communes sous réserve que les candidats aient choisi l’anglais.
Les titulaires de l’une des spécialités susmentionnées qui souhaitent présenter une autre de ces spécialités sont, à leur
demande, dispensés de l’obtention de l’unité « Langue vivante étrangère 1 » sous réserve que les candidats aient
choisi l’anglais.
Les bénéficiaires de l’unité « langue vivante étrangère 1» au titre de l’une des spécialités susmentionnées qui
souhaitent présenter une autre de ces spécialités sont, à leur demande, pendant la durée de validité du bénéfice,
dispensés de l’obtention de l’unité « langue vivante étrangère 1 » sous réserve que les candidats aient choisi l’anglais.
132
ANNEXE II
133
STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL
1. Objectifs
Une période de stage obligatoire en milieu professionnel est organisée pour le candidat au brevet de technicien
supérieur I.R.I.S. afin de compléter et d’améliorer sa perception du milieu professionnel et des problèmes liés à
l’exercice de l’emploi.
2. Organisation
2.1 Voie scolaire
Le stage, organisé avec le concours des milieux professionnels, est placé sous le contrôle des autorités
académiques dont relève l’étudiant et le cas échéant, des services du conseiller culturel près l’ambassade de
France du pays d’accueil pour un stage à l’étranger.
La période de stage en entreprise fait l’objet d’une convention entre l’établissement fréquenté par l’étudiant et la
(ou les) entreprise(s) d’accueil. Cette convention est établie conformément aux dispositions en vigueur (circulaire
du 30 octobre 1959, BOEN n°24 du 14 décembre 1959 et du 26 mars 1970, BOEN n°17 du 23 avril 1970).
Toutefois, cette convention pourra être adaptée pour tenir compte des contraintes imposées par la législation du
pays d’accueil.
Pendant le stage en entreprise, l’étudiant a obligatoirement la qualité d’étudiant stagiaire et non de salarié.
La recherche des entreprises d’accueil est assurée par les étudiants, sous la responsabilité du chef
d’établissement. Le stage s’effectue dans des entreprises exerçant des activités en informatique et réseaux, soit
comme conceptrices de tout ou partie des systèmes informatiques, soit comme utilisatrices de ces systèmes dans
les chaînes de production industrielle de biens ou de services.
En fin de stage, un certificat est remis au stagiaire par le responsable de l’entreprise ou son représentant,
attestant la présence de l’étudiant. Un candidat qui n’aura pas présenté cette pièce ne pourra être admis à subir
l’épreuve E5. Un candidat, qui, pour une raison de force majeure dûment constatée, n’effectue qu’une partie du
stage obligatoire, peut être autorisé par le recteur à se présenter à l’examen, le jury étant tenu informé de sa
situation.
La durée globale du stage est de 6 semaines. La période du stage, identique pour tous les élèves d’une même
ère
promotion, se situe entre la fin de la 1 année, à compter de la date de début des épreuves écrites jusqu’à la fin
de l’année civile.
Les candidats scolaires rédigent un rapport à l’issue de leur stage où sont notamment évoqués les points
suivants :
l’organisation de l’entreprise ;
les activités de l’entreprise ;
les aspects économiques (marché, approvisionnement, coûts, etc.)
ses partenaires extérieurs (clients, fournisseurs, sous-traitants, etc.) ;
les relations avec les partenaires extérieurs ;
les relations humaines dans l’entreprise ;
les activités confiées pendant le stage ;
les réflexions et les conclusions tirées à l’issue du stage.
Compte tenu de la diversité des entreprises d’accueil et des activités confiées aux stagiaires, le stage s’attachera
à valoriser les tâches professionnelles associées à l’activité «coopération et communication, notamment en
langue anglaise » décrite dans le référentiel des activités professionnelles (RAP).
2.2 Voie de l’apprentissage
Pour les apprentis, les certificats de stage sont remplacés par la photocopie du contrat de travail ou par une
attestation de l’employeur confirmant le statut du candidat comme apprenti dans son entreprise.
134
Les objectifs pédagogiques ainsi que les supports de l’épreuve E5 sont les mêmes que ceux des candidats de la
voie scolaire.
2.3 Voie de la formation continue
Les candidats qui se préparent au brevet de technicien supérieur « informatique et réseaux pour l’industrie et les
services techniques » par la voie de la formation continue rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles
dans le même esprit que le rapport de stage.
1. Candidats en situation de première formation ou en situation de reconversion
La durée de stage est de 6 semaines. Elle s’ajoute à la durée de formation dispensée dans le centre de formation
continue en application de l’article 11 du décret n°95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du
brevet de technicien supérieur.
L’organisme de formation peut concourir à la recherche de l’entreprise d’accueil.
Le stagiaire peut avoir la qualité de salarié d’un autre secteur professionnel.
Lorsque cette préparation s’effectue dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, le stage obligatoire
est inclus dans la période de formation dispensée en milieu professionnel si les activités effectuées sont en
cohérence avec les exigences du référentiel du brevet de technicien supérieur ‘« informatique et réseaux pour
l’industrie et les services techniques » et conformes aux objectifs et aux modalités générales définis ci-dessus.
2.
Candidats en situation de perfectionnement
Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail attestant que l’intéressé a été
occupé dans le domaine de l’informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques en qualité de
salarié à temps plein pendant six mois au cours de l’année précédent l’examen ou à temps partiel pendant un an
au cours des deux années précédent l’examen. Les activités effectuées doivent être en cohérence avec les
exigences du référentiel.
Les candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que la rapport de
stage.
2.4 Candidats en formation à distance
Les candidats relèvent, selon leur statut (scolaire, apprenti, formation continue), de l’un des cas précédents.
2.5 Candidats qui se présentent au titre de leur expérience professionnelle
Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail justifiant la nature et la durée de
l’emploi occupé.
Ces candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que le rapport de
stage.
3 Aménagement de la durée du stage
La durée normale du stage est de six semaines. Pour une raison de force majeure dûment constatée ou dans le
cadre d’une formation aménagée ou d’une décision de positionnement, la durée de stage peut être réduite mais
ne peut être inférieure à 4 semaines.
Toutefois, les candidats qui produisent une dispense (notamment au titre de la validation des acquis
professionnels) ne sont pas tenus d’effectuer ce stage.
Le recteur est seul autorisé à valider les aménagements de la durée de stage ou les dispenses.
135
4 Candidats scolaires ayant échoué à une session antérieure de l’examen
Les candidats ayant échoué à une session antérieure de l’examen ont le choix entre présenter le précédent
rapport de stage, modifier ce rapport ou en élaborer un autre après avoir effectué un autre stage.
Les candidats redoublants qui ont obtenu l’unité U.6 doivent s’impliquer normalement dans les activités
professionnelles organisées par leur établissement en deuxième année.
Les candidats apprentis redoublants peuvent présenter à la session suivant celle au cours de laquelle ils n’ont
pas été admis :
soit leur contrat d’apprentissage initial prorogé d’un an ;
- soit un nouveau contrat conclu avec un autre employeur (en application des dispositions de l’article
L117-9 du code du travail
136
ANNEXE III
137
HORAIRES DE FORMATION
(Formation initiale sous statut scolaire)
Total
année
(cours+TD+TP)
Horaire global
ère
de 1 année
(à titre
indicatif)
ère
1
Disciplines
Total
année
Horaire global
ème
de 2
année
(à titre
indicatif)
(cours+TD+TP)
ème
2
Français
3
2+1+0
90
3
2+1+0
90
Anglais
2
0+2+0
60
2
0+2+0
60
Mathématiques
4
2+2+0
120
4
2+2+0
120
Physique appliquée
4
2+0+2
120
4
2+0+2
120
Économie et gestion
d’entreprise
1
1+0+0
30
1
1+0+0
30
18
6 + 0 + 12
540
19
Informatique
industrielle
TOTAL
Discipline facultative
Langue vivante II
(1)
(1)
32 h
1
1+0+0
960 h
30
(1)
5 + 0 + 14
33 h
1
1+0+0
570
990 h
30
Travaux pratiques d’atelier
138
ANNEXE IV
139
REGLEMENT D’EXAMEN
Voie scolaire,
apprentissage,
formation
profe ssionnelle
continue dans les
établissements publics
ou privés,
ense ignement à
distance et candidats
justifiant de trois ans
d'expérience
professionnelle
BTS
INFORMATIQUE ET RESEAUX
POUR L’INDUSTRIE
ET LES SERVICES TECHNIQUES
Épreuves
Unités Coef.
Forme
ponctuelle
Durée
Formation
professionnelle
continue dans les
établissements
publics habilités
Contrôle en cours de
formation
E.1 – Expression
U.1
4
Français
U.1.1
2
écrite
4h
2 situations d’évaluation
Anglais
U.1.2
1
écrite
2h
2 situations d’évaluation
1
orale
20 min
2 situations d’évaluation
E.2 – Mathématiques
U.2
3
écrite
3h
3 situations d’évaluation
E.3 – Physique appliquée
U.3
3
écrite
3h
2 situations d’évaluation
E.4 – Étude d’un système informatisé
U.4
5
écrite
6h
écrite ponctuelle
E.5 – Communication professionnelle
U.5
2
orale
20 min
E.6 – Projet informatique
U.6
6
orale
1h
Langue vivante étrangère II
(3)
(1)
Épreuve facultative
UF.1
1
orale
20 min
(2)
1 situation d’évaluation
3 situations d’évaluation
(4)
orale
(1)
L’unité U.5 intègre la certification de l’enseignement d’économie et gestion d’entreprise.
Précédée de 30 min de préparation.
(3)
La langue vivante étrangère choisie au titre de l’épreuve facultative est obligatoirement différente de celle
choisie au titre de l’épreuve obligatoire.
(2)
140
ANNEXE V
DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES
ET DES SITUATIONS D’EVALUATION EN COURS DE FORMATION
141
DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES
ET DES SITUATIONS D’EVALUATION EN COURS DE FORMATIONEpreuve E.1 :
Expression
Sous-épreuve : Français
Unité U.1.1 - Coefficient 2
Finalités et objectifs de la sous épreuve :
L’objectif visé est de certifier l’aptitude des candidats à communiquer avec efficacité dans la vie professionnelle
courante.
L’évaluation sert donc à vérifier les capacités du candidat à :
- communiquer par écrit ou oralement,
- s’informer, se documenter,
- appréhender un message,
- réaliser un message,
- apprécier un message ou une situation.
(Arrêté du 30 mars 1989 - BO n° 21 du 25 mai 1989).
Formes d’évaluation :
Ä Forme ponctuelle :
Écrite, d’une durée de 4 heures avec un coefficient : 2.
Ä Contrôle en cours de formation
L’unité de français est constituée de deux situations d’évaluation de poids identiques.
Ces deux situations relatives à l’évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit ;
Première situation :
Écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1.
a) Objectif général :
Évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétences à évaluer :
- respecter les contraintes de la langue écrite ;
- appréhender et reformuler un message écrit (fidélité à la signification globale du texte et pertinence dans le relevé
de ses éléments fondamentaux) ;
- réaliser un message écrit cohérent (pertinence par rapport à la question posée, intelligibilité, précision des idées,
pertinence des exemples, valeur de l’argumentation, exploitation opportune des références culturelles et de
l’expérience personnelle, netteté de la conclusion).
c) Exemple de situation :
- résumer par écrit un texte long (900 mots environ) portant sur un problème contemporain ;
- le commenter en fonction de la question posée et du destinataire.
Deuxième situation :
Écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1.
a) Objectif général :
Évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétence à évaluer :
- respecter les contraintes de la langue écrite ;
- synthétiser des informations : fidélité à la signification des documents, exactitude et précision dans leur
compréhension et leur mise en relation, pertinence des choix opérés en fonction du problème posé et de la
problématique retenue par le candidat, cohérence de la problématique comme de la production (classement et
enchaînement des éléments, équilibre des parties, densité du propos, efficacité du message) ;
- apprécier un message et présenter un point de vue brièvement argumenté.
c) Exemple de situation :
- réalisation d’une synthèse de documents à partir de plusieurs documents (4 ou 5) de nature différente (textes
littéraires, textes non littéraires, messages graphiques, tableaux statistiques, ...) centrés sur un problème précis et
dont, chacun est daté et situé dans son contexte. Cette synthèse est suivie d’une brève appréciation ou proposition
personnelle liée à la fois aux documents de synthèse et au destinataire.
142
Sous-épreuve : Anglais
Unité U.1.2 - Coefficient 2
Finalités et objectifs de l’épreuve :
L’épreuve permet d’évaluer l’expression écrite et l’expression orale. L’épreuve écrite comprend deux parties : la
compréhension de l’écrit et la production écrite en langue anglaise.
L'épreuve a pour but d'évaluer :
- la compréhension de la langue vivante écrite,
- l'expression écrite de la langue vivante.
L'épreuve orale a pour but d'évaluer :
- la compréhension de la langue vivante étrangère orale. Il n'est pas exclu que l'un des documents soit un
enregistrement proposé à l'écoute collective,
- l'expression orale dans la langue vivante étrangère. Il s'agit de vérifier la capacité du candidat à participer
utilement à un dialogue dans la langue vivante étrangère, conduit dans une perspective professionnelle.
L’usage d’un dictionnaire bilingue est autorisé dans le cadre des évaluations écrites
Formes d’évaluation :
Ä Forme ponctuelle :
Écrite et orale d'une durée de 2 h 20 avec un coefficient de 2.
ère
1 partie :
Écrite d'une durée de 2 heures, coefficient 1.
Les supports n'excéderont pas 350 mots, il pourra s'agir de deux supports dont l'un pourra être un document
iconographique (support, publicitaire ou autre) liés thématiquement qui se complètent ou s'opposent. Ils ne seront pas
liés à la spécialité du BTS concerné mais éviteront des domaines trop généraux ou littéraires.
Compréhension de l'écrit
Le principe consiste à privilégier les exercices qui ne nécessitent pas une expression trop longue ni trop élaborée dans
la langue étrangère,
A titre d'exemple, on pourra proposer un ou plusieurs exercice(s) permettant de vérifier la capacité du candidat à :
- relever toutes les informations correspondant à un point donné,
- corriger les erreurs dans un résumé ou un compte rendu, rectifier une série d'affirmations fausses,
- associer titres et paragraphes,
- donner des titres aux parties du texte,
- trouver des arguments dans les textes pour justifier ou contredire une affirmation,
- légender un schéma, itinéraire…,
- trouver dans le/les textes des phrases correspondant à des phrases données sous forme de reformulations,
- relever les phrases essentielles à la compréhension,
- remettre des événements en ordre (chronologique, logique),
- réduire des phrases complexes aux éléments essentiels à la compréhension,
- trouver des synonymes ou antonymes dans le/les textes,
- inférer le sens de certains mots (choix donné),
- classer des termes dans un tableau et le compléter.
On pourra éventuellement proposer un court passage à traduire.
143
Production écrite en langue anglaise
A titre d’exemple, on pourra proposer un ou plusieurs exercices permettant de vérifier la capacité du candidat à :
- rendre compte,
- reformuler des phrases du texte,
- répondre à des questions portant sur les textes,
- rédiger en respectant des passages obligés d'ordre linguistique (lexique, fonctions/notions) ou liés à la forme
(lettre, message, note de synthèse, court rapport, argumentaire …),
- terminer un texte (rapport, lettre…),
- trouver des arguments pour ou contre.
ième
2
partie :
Orale d'une durée de 20 minutes, coefficient 1.
Le rapport de stage (épreuve E5) sert de support à l’entretien avec l’examinateur. Le candidat remet le rapport à
l’examinateur au moment de l’interrogation.
L'oral comprend deux parties :
1. Une présentation personnelle et une présentation du stage.
2. Un entretien en langue anglaise avec l’examinateur.
Ä Contrôle en cours de formation
L'unité d’anglais est constituée de quatre situations d'évaluation, de poids identique, correspondant aux deux
capacités :
- compréhension et expression écrite,
- compréhension et expression orale.
Première situation :
Écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5.
Compréhension écrite
Il s’agit d’évaluer le candidat à partir d’un support écrit en anglais par le biais de :
- questions factuelles simples,
- questions à choix multiples,
- reproductions des éléments essentiels d'information issus du document,
- résumés rédigés en langue française.
Le candidat devra faire la preuve des compétences suivantes :
- repérer, identifier des éléments prévisibles,
- sélectionner, organiser, hiérarchiser des informations.
Deuxième situation :
Écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5.
Expression écrite
Il s’agit d’évaluer la capacité du candidat à s'exprimer par l’écrit en anglais de façon pertinente et intelligible.
Le candidat devra faire preuve de compétences nécessitant :
- la mobilisation des acquis,
- le respect d’exigences lexicale et grammaticale.
Troisième situation :
Orale d’une durée de 20 minutes avec un coefficient : 0,5.
Compréhension orale
A partir d’un support audio-oral, il s’agit dévaluer l'aptitude du candidat à comprendre le message auditif exprimé en
anglais par le biais de :
- questions factuelles simples,
- questions à choix multiples,
- reproductions des éléments essentiels d'information issus du document,
- résumés rédigés en langue vivante étrangère ou français.
Le candidat devra faire la preuve de compétences relatives :
- à l’anticipation,
- au repérage, à l’identification des éléments prévisibles,
- à la sélection, à l’organisation et à la hiérarchisation des informations.
- à l’inférence.
144
Quatrième situation :
Orale d’une durée de 20 minutes avec un coefficient : 0,5.
Expression orale
Il s’agit d’évaluer la capacité du candidat à s'exprimer oralement en langue anglaise de façon pertinente et intelligible.
Le support proposé permettra d’évaluer l'aptitude à dialoguer en langue anglaise dans une situation liée au domaine
professionnel au moyen de phrases simples, composées et complexes.
Le candidat devra faire preuve de compétences relatives :
- à la mobilisation des acquis,
- à l’aptitude à la reformulation juste et précise,
- à l’aptitude à combiner des éléments acquis en cours de formation sous forme d’énoncés pertinents et intelligibles,
- au respect des exigences lexicale et grammaticale.
145
Epreuve E.2 : Mathématiques
Unité U.2 - Coefficient 3
Définition de l’unité de mathématiques
L’unité de mathématiques englobe l’ensemble des capacités du domaine des mathématiques pour les brevets de
technicien supérieur établies par l’arrêté du 8 juin 2001.
Organisation et correction de l’épreuve de mathématiques
L’organisation de l’épreuve est conforme aux dispositions de la note de service n° 95-238 du 26 octobre 1995 BO n°41
du 9 novembre 1995.
L’épreuve est corrigée par un professeur de la discipline.
Finalités et objectifs de l’épreuve mathématiques :
Cette épreuve a pour objectifs :
- d’apprécier la solidité des connaissances des étudiants et leur capacité à les mobiliser dans les situations variées ;
- de vérifier leur aptitude au raisonnement et leur capacité à analyser correctement un problème, à justifier les
résultats obtenus et à apprécier leur portée ;
- d’apprécier leurs qualités dans le domaine de l’expression écrite et de l’exécution soignée de tâches diverses
(modélisation de situations réelles, calculs avec ou sans instrument, tracés graphiques).
Par suite, il s’agit d’évaluer les capacités des candidats à :
- posséder les connaissances figurant au programme,
- utiliser des sources d’information,
- trouver une stratégie adaptée à un problème donné,
- mettre en oeuvre une stratégie :
+ mettre en oeuvre des savoir-faire mathématiques spécifiques à ce BTS,
+ argumenter,
+ analyser la pertinence d’un résultat,
- communiquer par écrit, voire oralement.
Formes de l’évaluation :
Ä Ponctuelle :
Épreuve écrite ; durée : 3h.
Les sujets comportent deux ou trois exercices de mathématiques recouvrant une part très large du programme. Les
thèmes mathématiques qu'ils mettent en oeuvre portent principalement sur les chapitres les plus utiles pour la
physique et la régulation.
L’épreuve porte à la fois sur des applications directes des connaissances du cours et sur leur mobilisation au sein de
problèmes plus globaux.
Il convient d’éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématiques excessives. La longueur et l’ampleur du
sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger posément dans le temps imparti.
L’utilisation des calculatrices pendant l’épreuve est définie par la circulaire n° 99-186 du 16 novembre 1999 (BO n°42
du 25 novembre 1999).
146
En tête des sujets doivent figurer les deux rappels suivants :
- la clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l’appréciation
des copies,
- l’usage des instruments de calcul et du formulaire officiel de mathématiques est autorisé.
Ä Contrôle en cours de formation :
Il comporte trois situations d’évaluation, chacune comptant pour un tiers du coefficient attribué à l’unité de
mathématiques.
Deux situations d’évaluation, situées respectivement dans la seconde partie et en fin de formation, respectant les
points suivants :
- Les évaluations sont écrites et la durée de chacune est voisine de celle correspondant à l’évaluation ponctuelle de
ce BTS.
- Les situations d’évaluation comportent des exercices de mathématiques recouvrant une part très large du
programme. Dans chaque spécialité, les thèmes mathématiques qu’ils mettent en jeu portent principalement sur les
chapitres les plus utiles pour les autres enseignements.
Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué aux candidats afin qu’ils puissent gérer leurs travaux.
Lorsque ces situations s’appuient sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative aux disciplines
considérées n’est exigible des candidats pour l’évaluation des mathématiques et toutes explications et indications
utiles doivent être fournies dans l’énoncé.
- Les situations d’évaluation permettent l’application directe des connaissances du cours mais aussi la mobilisation
de celles-ci au sein de problèmes plus globaux.
- Il convient d’éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématique excessive.
La longueur et l’ampleur du sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger
posément dans le temps imparti.
- L’utilisation des calculatrices pendant chaque situation d’évaluation est définie par la réglementation en vigueur
aux examens et concours relevant de l’éducation nationale.
- Les deux points suivants doivent être impérativement rappelés au candidat :
+ la clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans
l’appréciation des copies ;
+ l’usage des calculatrices et du formulaire officiel de mathématiques est autorisé.
Une troisième situation d’évaluation est la réalisation écrite (individuelle ou en groupe restreint) et la présentation orale
(individuelle) d’un dossier comportant la mise en oeuvre de savoir-faire mathématique en liaison directe avec la
présente spécialité du BTS.
Au cours de l’oral dont la durée maximale est de vingt minutes, le candidat sera amené à répondre à des questions
en liaison directe avec le contenu mathématique du dossier.
147
Epreuve E.3 : Physique appliquée
Unité U.3 - Coefficient 3
Finalités et objectifs de l’épreuve.
Cette épreuve est destinée à évaluer le candidat sur ses connaissances scientifiques et sur son aptitude au
raisonnement et à l’analyse correcte d’un problème scientifique en rapport avec des activités professionnelles : elle
porte sur l’ensemble des activités évaluables explicitées dans le programme de formation. Il pourra être demandé au
candidat de commenter ou d’analyser des résultats de simulation ou d’expérimentation.
Modes d’évaluation.
Ä Forme ponctuelle :
Épreuve écrite.
Durée de l’épreuve : 3 heures.
Coefficient de l’épreuve : 3.
Ä Contrôle en cours de formation
Il comporte deux situations d’évaluation.
Ces évaluations sont écrites et la durée de chacune est de 2 h.
Les deux situations d’évaluation, de poids identiques, sont situées respectivement dans la seconde partie et en
fin de formation.
Structure du sujet de l’épreuve.
Cette structure doit respecter les conditions suivantes :
- il s’agit, soit d’un problème décomposé en plusieurs parties pouvant être traitées indépendamment les
unes des autres, soit de plusieurs exercices indépendants.
- le nombre des points affectés à chaque partie indépendante ou à chaque exercice est indiqué au
candidat afin de lui permettre de gérer ses travaux.
- l’utilisation des calculatrices peut être autorisée dans les conditions définies par la réglementation en
vigueur relative aux examens et concours relevant de l’Education Nationale.
N.B. : La structure du sujet de l’épreuve s’applique aux deux modes d’évaluation (forme ponctuelle et contrôle en
cours de formation).
148
Épreuve E.4 : Étude d’un système informatisé
Unité U.4 - Coefficient 5
Finalités et objectifs de l’épreuve
Cette épreuve est destinée à évaluer le candidat sur ses capacités d’analyse et de conception de tout ou partie d’un
système informatisé.
Le travail demandé au candidat porte sur les compétences terminales suivantes :
Compétences terminales évaluées
C3.1
C3.2
C3.3
C3.5
C3.6
C3.7
C3.8
Analyser un dossier de spécification
Définir l’architecture globale d’un prototype ou d’un système
Justifier le choix d’une architecture matérielle pour une application donnée
Identifier les contraintes de temps d’une application temps réel en milieu industriel
Vérifier la compatibilité d’un matériel avec des contraintes de temps imposées
Valider l’organisation des tâches d’une application temps réel
Caractériser les contraintes principales d’un système de transmission de
l’information
C3.9 Décrire les tâches d’une application de communication
C3.10 Valider la configuration d’un réseau local industriel ou d’un bus de terrain
C4.2 Configurer un module matériel pour une utilisation donnée
C4.4 Écrire les tâches d’une application
C4.5 Écrire les programmes de communication entre machines
Capacités associées
Concevoir
Réaliser
Modes d’évaluation
Ä Forme ponctuelle
Épreuve écrite.
Durée : 6 heures.
Coefficient : 5.
Le sujet porte sur une application en informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques. Il s’appuie sur
un système technique authentique.
Le sujet comporte :
•
•
•
•
A partir
•
•
•
•
•
•
le texte de présentation de l’épreuve qui fournit l’expression des besoins,
la spécification informatique de tout ou partie de la solution, et éventuellement de certaines interfaces,
l’expression de certains choix de solutions :
- pour le logiciel, sous la forme de tâches et de modules ou de diagrammes,
- pour le matériel, sous la forme de schémas-blocs et de schémas structurels,
le travail demandé
d’une description d’un système informatisé, des spécifications techniques, le candidat est appelé à :
analyser un document d'expression des besoins,
justifier la conception matérielle proposée et à la compléter,
valider l'architecture globale du logiciel et la compléter,
réaliser la conception détaillée de certains modules logiciels ou/et matériels,
coder certains modules logiciels,
donner la configuration nécessaire à la mise en œuvre de composants matériels.
149
Évaluation
Le candidat est évalué sur :
• la pertinence de son analyse de l'expression de besoins fournie,
• le respect des exigences qualité relatives à sa production des documents.
• la rigueur, l’exactitude et la précision des choix de conception fournis,
• la conformité de l'architecture proposée relative à la spécification,
• l'adéquation de la solution choisie en fonction du problème posé,
• la valeur technique des modules qu'il conçoit de façon détaillée,
• la qualité de la documentation des modules conçus.
150
Épreuve E.5 : Communication professionnelle
Unité U.5 - Coefficient 2
Finalités et objectifs de l’épreuve
S’appuyant sur un rapport de stage, cette épreuve est destinée à évaluer les capacités de communication orale du
candidat. Elle permet de contrôler la réelle autonomie de pensée et d’action du candidat au cours du stage.
Cette épreuve intègre également l’évaluation de compétences relevant de l’enseignement d’économie et de gestion
d’entreprise.
Le travail demandé au candidat porte sur les compétences terminales suivantes :
Compétences terminales évaluées
C1.1
C1.2
C1.3
C1.4
Capacités associées
Rechercher des informations adaptées aux demandes des interlocuteurs
Structurer des informations adaptées aux interlocuteurs
Travailler en équipe
Présenter des informations à des interlocuteurs identifiés
Les compétences liées à l’enseignement de l’économie et gestion d’entreprise (page 86)
Communiquer
En fonction de l’élément traité du rapport, cette présentation doit permettre au candidat, notamment :
• de situer l’activité de l’entreprise ;
• de dégager les caractéristiques du tissu industriel national et (ou) international dans lequel se situe cette
activité ;
• de caractériser une entreprise sur les plans juridiques et économiques et dégager ses principales fonctions ;
• maîtriser les principales notions concernant les techniques de gestion utilisées (charges, coûts, budgets, …) ;
• de préciser l’organisation de l’entreprise ;
• de commenter les relations humaines au sein de l’entreprise ;
• de préciser sa propre activité au sein de l’entreprise ;
• d’exposer les principales tâches qui lui ont été confiées et les réalisations accomplies ;
• de faire part de ses réflexions et des conclusions qu’il a tirées de son activité en milieu industriel quant à sa
formation.
Modes d’évaluation
Ä Forme ponctuelle
Épreuve orale.
Durée : 20 min.
Coefficient : 2.
L’épreuve consiste en une soutenance orale d’un élément du rapport constitué à l’issue du stage en entreprise.
Ce dossier comprendra deux parties :
• l’organisation, des éléments de la gestion et de la vie de l’entreprise d’accueil ;
• un résumé de l’activité confiée à l’étudiant ou à l’apprenti.
Le dossier devra être remis au jury au cours du mois de février de la deuxième année.
Déroulement de la sous-épreuve
Préalablement à la soutenance, le candidat tire au sort une question portant sur un point traité dans son rapport de
stage. Il bénéficie alors de 30 min pour préparer son intervention.
En s’appuyant sur son rapport de stage et sans être interrompu pendant une durée maximale de 10 min, le candidat
répond à la question posée.
L’épreuve se poursuit par un entretien d’une durée maximale de 10 min avec la commission permettant au candidat de
détailler ou préciser certains éléments de l’exposé ou du dossier.
151
Évaluation
Les critères d’évaluation sont :
•
•
•
l’organisation et la présentation des informations ;
la pertinence de l’argumentation ;
la qualité de l’exposé.
La commission d’interrogation est composée d’un professeur STI d’informatique, d’un professeur d’économie-gestion
5
et d’un professionnel .
Ä Contrôle en cours de formation
Épreuve orale.
Durée : 20 min.
Coefficient : 2.
L’épreuve consiste en une soutenance orale d’un élément du rapport constitué à l’issue des activités professionnelles
exercées dans l’entreprise. Ce rapport comprendra deux parties :
• l’organisation, des éléments de la gestion et de la vie de l’entreprise ;
• un résumé des activités professionnelles exercées dans l’entreprise.
Le rapport devra être remis au jury au cours du mois de décembre de la deuxième année.
En fonction de l’élément traité du rapport, cette présentation doit permettre au candidat, notamment :
• de situer l’activité de l’entreprise ;
• de préciser des points d’organisation de l’entreprise ;
• d’expliciter les relations de l’entreprise avec ses partenaires (clients, fournisseurs, etc.) ;
• de commenter les relations humaines au sein de l’entreprise ;
• de préciser sa propre activité au sein de l’entreprise ;
• d’exposer les principales tâches qui lui sont confiées et les réalisations accomplies.
Déroulement de la sous-épreuve
Préalablement à la soutenance, le candidat tire au sort une question portant sur un point traité dans son rapport
d’activités. Il bénéficie alors de 30 min pour préparer son intervention.
En s’appuyant sur son rapport d’activités et sans être interrompu pendant une durée maximale de 10 min, le candidat
répond à la question posée.
L’épreuve se poursuit par un bref entretien d’une durée maximale de 10 min permettant à la commission de se faire
détailler ou préciser par le candidat des éléments de sa réponse.
Évaluation
Les critères d’évaluation sont :
•
•
•
l’organisation et la présentation des informations ;
la pertinence de l’argumentation ;
la qualité de l’exposé.
La commission d’interrogation est composée d’un professeur STI d’informatique, d’un professeur d’économie-gestion
1
et d’un professionnel .
5
L’absence du professionnel n’invalide pas l’épreuve.
152
Épreuve E.6 : Projet informatique
Unité U.6 - Coefficient 6
Finalités et objectifs de l'épreuve.
Il s’agit, pour le candidat, dans les différentes activités de conduite d’un projet, de présenter son travail, de montrer son
savoir-faire et de justifier ses choix.
Cette épreuve est destinée à évaluer les compétences terminales suivantes :
Compétences terminales évaluées
C1.5
C1.6
C1.7
C2.1
C2.2
C2.3
C2.4
C3.4
C4.1
C4.3
C4.6
C4.7
C4.8
C4.9
C5.1
C5.2
C5.3
C5.4
C5.5
C5.6
C5.7
C6.1
C6.2
C6.3
C6.4
C6.5
C6.6
S’entretenir d’une problématique professionnelle avec un interlocuteur d’un autre service
Présenter la mise en œuvre d’une solution informatique.
Assister des utilisateurs
S’intégrer dans une équipe de projet.
Structurer son intervention dans une démarche de projet.
Intervenir dans la gestion de projet.
Prévenir les risques d’échec dans la mise en œuvre d’une solution au cours d’un projet.
Choisir un module matériel pour un cas d’utilisation
Câbler des modules matériels
Intégrer une carte d’interface dans un système informatique
Assembler les éléments matériels assurant la liaison physique dans un système de
communication
Installer les différentes couches logicielles d’un système de communication sur une station
Coder un module logiciel
Intégrer un module logiciel dans une application
Installer un module matériel dans un système informatique
Installer un système d’exploitation
Déployer une application client/serveur sur deux machines hétérogènes
Exploiter un réseau local industriel ou un bus de terrain
Installer des services techniques Internet
Installer une application logicielle.
Mettre en œuvre un environnement de programmation
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un module matériel
Dépanner un système informatique
Relever les performances d’un réseau
Corriger des dysfonctionnements observés sur un réseau
Mettre en œuvre des procédures de tests unitaires sur un module logiciel
Dépanner un module logiciel
Capacités
associées
Communiquer
Organiser
Concevoir
Réaliser
Installer
Maintenir
L'épreuve permet d’évaluer les capacités du candidat à :
• s’intégrer et travailler en équipe dans une démarche de projet ;
• rechercher et exploiter les documentations ;
• produire des documents ;
• participer à l’organisation d’une production ;
• réaliser tout ou partie d’un prototype informatique (logiciel et/ou matériel) en collaboration avec une équipe de
projet ;
• être autonome dans l’exécution des tâches de réalisation, de codage, de test, d’installation, dont il assume la
responsabilité ;
• effectuer les tests de conformité au dossier de conception ;
• exposer son travail personnel et le situer au sein du travail de l’équipe de projet ;
• procéder à la mise en service d’un système ;
• effectuer les recettes intermédiaires et participer à la mise en œuvre la recette finale.
153
Modes d’évaluation.
Ä Forme ponctuelle
Épreuve orale.
Durée : 1 heure.
Coefficient : 6.
L’épreuve consiste en la soutenance du projet dont l’élaboration et la réalisation se sont déroulées pendant les deux
derniers trimestres de l’année terminale de formation.
D. Pour les candidats scolarisés
2-1 Le projet
• Choix des sujets
Pour chaque établissement préparant à l’examen, les professeurs STI d’informatique définissent plusieurs projets
différents et réalisables par équipe de 2 à 4 élèves. Ces projets doivent comporter un environnement matériel
caractéristique d’une application industrielle ou (et) d’un service technique. Les candidats qui réalisent leur projet
individuellement en entreprise (cas des apprentis), doivent être intégrés au sein d’une équipe de professionnels.
Au plus tard fin novembre, les cahiers des charges des projets sont proposés à une commission d’harmonisation inter6
académique , mise en place par l’autorité rectorale, qui a pour rôle :
- d’examiner et de valider les propositions des équipes enseignantes pour les candidats en formation (scolaires,
apprentis, etc.) ;
- de valider les réalisations confiées aux candidats relevant de la formation professionnelle continue ;
- de fixer les critères d’évaluation et les éléments de recette de chacun des projets retenus ;
Début janvier, un sujet de projet est remis à chaque candidat. Il comporte :
- un cahier des charges ;
- la composition de l’équipe ;
- la planification prévisionnelle des tâches, les dates des revues de projet et les délais de réalisation ;
- les spécifications de la partie centrale du système ou de l’application qui répond aux besoins exprimés dans le
cahier des charges,
- les résultats attendus lors des deux revues de projets et du contrôle final, ainsi que les critères d’évaluation.
• Durée de la réalisation du projet
Chaque candidat doit réaliser son projet, au cours de la deuxième année de la formation, pendant une période qui va
de début janvier à deux semaines avant la date l’épreuve professionnelle de synthèse.
• Remise des dossiers techniques
Chaque équipe remet le dossier technique de son projet au chef de centre d’examen, au plus tard le jour de la fin des
projets.
2-2 Déroulement de l’épreuve
Deux semaines avant la date des soutenances, les membres de la commission doivent disposer des dossiers des
candidats, afin d’en prendre connaissance de façon approfondie et de les noter.
Au moins un jour avant la date des soutenances, la commission confronte ses appréciations sur les dossiers et
harmonise les critères d’interrogation.
Le jour de l’épreuve, le candidat doit soutenir son projet devant la commission.
L’épreuve se déroule en trois phases d’un durée maximale de vingt minutes chacune :
- la soutenance du dossier du projet ;
- la présentation de la réalisation ;
- l’entretien avec la commission.
6
Le regroupement inter-académique associe au moins 2 académies. Ce regroupement est identique pour les commissions
d’harmonisation et d’évaluation.
154
Au cours de la soutenance du dossier, le candidat expose, sans être interrompu par la commission, le concept du
produit final et la partie du dossier technique correspondant au travail dont il a la charge.
La présentation de la réalisation et sa mise en fonctionnement permettront au candidat de démontrer le respect des
contraintes du cahier des charges.
Pendant l’entretien avec la commission d’interrogation, le candidat doit répondre à des questions qui ont pour but
d’évaluer la part du travail réel qu’il a réalisé, son niveau d’implication au sein de son équipe.
7
La commission d’interrogation est composée de deux professeurs STI d’informatique et d’un professionnel . Dans le
cas des projets réalisés en partenariat avec une entreprise, la présence d’un de ses représentants, en tant qu’auditeur,
est possible, à l’exclusion du tuteur ayant suivi le projet.
Pour chaque centre d’examen, la commission bénéficie de l’aide, à titre de personne ressource, d’un professeur STI
d’informatique qui a participé à l’ensemble du projet, et éventuellement, pour les candidats ayant réalisé leur projet en
entreprise, de la présence du tuteur de chacun d’entre eux. A la demande des membres de la commission
d’interrogation, la personne ressource peut être consultée pour :
- fournir des renseignements sur certains dossiers techniques ;
- assurer éventuellement la mise en route des équipements nécessaires au bon déroulement de la soutenance du
candidat ;
2-3 Evaluation
En cours d’année, les élèves sont notés individuellement par leurs professeurs STI d’informatique à l’occasion de deux
revues de projet.
La note attribuée à chaque candidat, lors de chacune des revues de projet prend en compte :
- son exposé ;
- la qualité des documents produits ;
- la qualité du compte rendu d’activité dont il est responsable.
- son travail individuel ;
- son intégration dans l’équipe ;
- son degré d’autonomie ;
- sa capacité à prendre en compte des conseils d’ordre méthodologique et technique énoncés par les professeurs,
- l’état d’avancement du rapport ;
Le degré de satisfaction des critères d’évaluation établis par la commission inter-académique d’harmonisation est pris
en compte pour noter le candidat après chaque revue de projet.
Lors de l’épreuve ponctuelle, à l’issue de la soutenance du projet, la commission attribue une note à chaque candidat,
laquelle porte, à minima, sur :
- la qualité et le contenu du dossier technique ;
- l’adéquation entre les solutions techniques retenues et les contraintes de la spécification,
- le respect des contraintes économiques imposées par le cahier des charges ;
- la qualité de l’exposé oral ;
- l’état de la réalisation examinée ;
- la précision et l’exactitude de ses réponses ;
- la maîtrise des savoir-faire définis dans le référentiel de certification.
Une fiche d’évaluation nationale fournie par le rectorat ayant la responsabilité de l’organisation des épreuves du
BTS IRIS permet à la commission d’interrogation d’arrêter une note de soutenance de projet après avoir renseigné les
différents critères d’évaluation définis dans celle-ci.
7
L’absence du professionnel n’invalide pas l’épreuve.
155
Pour arrêter la note finale du candidat à l’épreuve professionnelle de synthèse, la commission d’interrogation prend en
compte les deux notes proposées lors des revues de projet et la note de soutenance de projet :
- 2 points de coefficient pour la moyenne des notes attribuées par les professeurs de la section, lors des deux
revues de projet ;
- 4 points de coefficient pour la note attribuée par la commission d’interrogation, à l’issue de la soutenance du
projet.
E. Pour les candidats non scolarisés
Un candidat qui se présente individuellement à l’épreuve professionnelle de synthèse subit cette épreuve dans un
établissement public comportant une section de techniciens supérieurs en IRIS.
Un candidat préparé par un établissement à distance peut choisir de présenter l’épreuve comme candidat scolarisé ou
non. Ce choix doit être précisé lors de l’inscription.
Pour les candidats non scolarisés :
- l’objet de cette épreuve consiste à soutenir l’étude du dossier technique d’un projet réalisé, dans les conditions
précisées dans les paragraphes qui suivent ;
- les compétences terminales du référentiel de certification sont évaluées.
• Dossier technique
Fin mars au plus tard, le candidat doit faire la demande d’un dossier de projet, auprès du services des examens du
rectorat de l’académie dans laquelle il s’est inscrit pour passer l’épreuve.
Un dossier technique de projet est alors remis au candidat, par l’autorité rectorale, un mois avant le début de l’épreuve.
Ce dossier est celui d’un projet existant, antérieurement avalisé par la commission inter-académique d’harmonisation.
Il contient :
- le cahier des charges établi par le demandeur ;
- les documents techniques relatifs au système ou à l’application qui répondent au besoin exprimé dans le cahier des
charges à savoir : les dossiers de spécification, de conception, de fabrication et de test ; des éléments de recette, les
notices d’installation et d’utilisation, les annexes techniques.
Si la réalisation correspondant aux documents est disponible dans un centre d’examen, le candidat peut y accéder, à
sa demande et selon des modalités arrêtées par le chef de centre. Le jour de l’épreuve, la commission d’interrogation
peut en exiger la mise en service.
Le candidat doit remettre son rapport d’étude du dossier de projet proposé, au plus tard deux jours avant la date de
début de l’épreuve de synthèse.
• Déroulement de l’épreuve
Au moins un jour avant la date des soutenances, la commission étudie, dans l’établissement centre d’examen, les
rapports d’étude des dossiers de projets fournis, afin d’en prendre connaissance de façon approfondie et de les noter.
Elle doit pour cela disposer des dossiers sur lesquels portent les études.
Le jour de l’épreuve, le candidat doit soutenir son rapport d’étude devant la commission.
L’épreuve se déroule en trois phases d’un durée maximale de vingt minutes chacune :
- la soutenance du rapport d’étude ;
- la mise en service éventuelle de la réalisation, et/ou la préparation détaillée des modifications et des améliorations
apportées ;
- l’entretien avec la commission.
Au cours de la soutenance du rapport d’étude, le candidat décrit le système ou l’application qui lui ont été soumis et
expose le contenu de son rapport, sans être interrompu par la commission.
La mise en service de la réalisation est facultative, car elle est liée à des contraintes de disponibilité. Lorsqu’elle peut
avoir lieu, elle est menée de façon à vérifier les éléments de recette fournis dans le dossier étudié.
Pendant l’entretien avec la commission d’interrogation, le candidat doit répondre à des questions qui ont pour but de lui
faire préciser certains aspects du rapport, de s’assurer de son niveau réel d’autonomie dans le travail fourni et
présenté, d’évaluer son degré d’initiative dans les modifications et les améliorations proposées,
156
• Évaluation
A l’issue de la soutenance de son rapport d’étude par le candidat, la commission attribue une note qui porte, à minima,
sur :
- la qualité et le contenu technique du rapport ;
- la qualité de son exposé oral ;
- la clarté, la rigueur de son analyse de la réalisation étudiée ;
- la justification des solutions existantes ;
- la pertinence et la justification des modifications et des améliorations qu’il propose ;
- la précision de sa mise en service de la réalisation (si celle-ci est possible) ;
- la précision et l’exactitude de ses réponses aux questions de la commission ;
- sa maîtrise des compétences terminales du référentiel de certification.
8
La commission d’interrogation est composée de deux professeurs d’informatique et d’un professionnel .
Ä Contrôle en cours de formation
Le thème de la réalisation aura été proposé au préalable, par l’équipe enseignante, à la commission inter-académique
d’harmonisation.
Le thème est un système informatisé industriel et pourra, selon le cas, prendre la forme :
• d’un système complet ;
• d’une partie de système ;
ème
1
situation d’évaluation (coeff. 1)
ère
La 1
ème
2
situation d’évaluation correspond à la première revue de projet.
situation d’évaluation (coeff. 1)
ème
La 2
situation d’évaluation correspond à la deuxième revue de projet.
La note attribuée à chaque candidat, lors de chacune des situations d’évaluation prend en compte :
- son exposé ;
- la qualité des documents produits ;
- la qualité du compte rendu d’activité dont il est responsable.
- son travail individuel ;
- son intégration dans l’équipe de professionnels ;
- son degré d’autonomie ;
- sa capacité à prendre en compte des conseils d’ordre méthodologique et technique ;
- l’état d’avancement du rapport ;
Le degré de satisfaction des critères d’évaluation établis par la commission inter-académique d’harmonisation est pris
en compte pour noter le candidat après chaque revue de projet.
ème
3
situation d’évaluation (coeff. 4)
L’évaluation portera sur :
• la présentation de l’analyse fonctionnelle du système ;
• l’identification des solutions matérielles et logicielles retenues ;
• l’analyse critique des solutions ;
• la justification des solutions choisies ;
• l’inventaire des autres solutions possibles.
Les situations d’évaluation se déroulent devant le tuteur de l’entreprise et deux professeurs STI d’informatique,
membres de l’équipe enseignante.
8
L’absence du professionnel n’invalide pas l’épreuve.
157
A l’issue des situations d’évaluation, dont le degré d’exigence est équivalent à celui requis dans le cadre de l’épreuve
ponctuelle correspondante, l’équipe pédagogique de l’établissement de formation adresse au jury une fiche
d’évaluation du travail réalisé par le candidat.
L’équipe pédagogique de l’établissement de formation constitue, pour chaque candidat, un dossier comprenant :
• l’ensemble des documents remis au candidat pour conduire le travail demandé en vue de la troisième situation
d’évaluation ;
• les documents rédigés par le candidat en vue des trois situations d’évaluation ;
• une fiche d’analyse du travail effectué par le candidat pendant les situations d’évaluation, comparant ce qui a
été réalisé par le candidat à ce qui était attendu (barème détaillé et critères d’évaluation). Sur cette fiche est
également consignée une synthèse notée de l’évaluation du travail réalisé par le candidat.
Sauf indication contraire notifiée au préalable par le jury, seule la fiche d’analyse lui est transmise.
Les dossiers décrits ci-dessus, relatifs aux situations d’évaluation seront tenus à la disposition du jury et de l’autorité
rectorale pour la session considérée et jusqu’à la session suivante. Le jury pourra éventuellement en exiger l’envoi
avant délibération pour les consulter. Dans ce cas, à la suite d’un examen approfondi, il formulera toutes remarques et
observations utiles et arrêtera sa note.
Après examen attentif des documents fournis le cas échéant, le jury formule toute remarque et observation qu’il juge
utile et arrête sa note.
158
Epreuve facultative : Langue vivante étrangère II
Unité UF.1 - Coefficient 1
Épreuve ponctuelle orale.
Préparation : 30 min.
Durée : 20 minutes.
L'épreuve doit permettre de vérifier que le candidat :
- sait lire, analyser, commenter succinctement un document émanant d'une entreprise ét rangère ou puisé dans la
presse, la documentation officielle d'un pays étranger ;
- sait s'exprimer convenablement dans des domaines de ses futures activités, dans la langue qu'il a choisie.
Le jury soumettra au candidat un texte ou un article de revue ou de journal inconnu de celui-ci se rapportant à un sujet
à caractère scientifique (ou, à défaut, à un thème d'actualité d'ordre général).
Le candidat, après trente minutes maximum de préparation :
- remettra sa préparation à la commission d'interrogation si celle-ci la demande ;
- répondra dans la langue choisie aux questions que la commission lui posera.
159
ANNEXE VI
160
TABLEAUX DE CORRESPONDANCE D’EPREUVES ET D’UNITES
BTS
informatique industrielle
(arrêté du 3 septembre 1997)
Épreuves
E.1 Français
BTS
Informatique et réseaux pour l’industrie
et les services techniques
Unités
U.1
Épreuves
Unités
E.1 – Expression
Sous-épreuve : Français
U.1.1
U.1.2
E.2 Langue vivante étrangère
(anglais obligatoire)
U.2
E.1 – Expression
Sous-épreuve : Anglais
E.3 Mathématiques
U.3
E.2 – Mathématiques
U.2
E.4 Physique appliquée
U.4
E.3 – Physique appliquée
U.3
E.5 Étude d’un système informatisé
U.5
E.4 – Étude d’un système informatisé
U.4
E.6 Épreuve professionnelle de synthèse
U.6
E.6 – Projet informatique
U.6
Langue vivante étrangère II
(Anglais y compris)
UF.1
Langue vivante étrangère II
UF.1
161
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising