Rapport de soutenance finale Vroom Studios présente Plein

Rapport de soutenance finale Vroom Studios présente Plein
Rapport de soutenance finale
Vroom Studios
présente
Plein Gaz
Auriau Florian Baudron Paul
Besson Paul Cadillon Jonas
Sup – C1
22 juin 2005
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
1
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Table des matières
Introduction
1 Rappel du cahier des charges
1.1 Présentation du groupe . . . . . . .
1.2 Présentation du projet . . . . . . .
1.2.1 Choix . . . . . . . . . . . .
1.2.2 Nature et origine . . . . . .
1.2.3 Intérêt . . . . . . . . . . . .
1.3 Découpage du projet . . . . . . . .
1.3.1 Aspect graphique . . . . . .
1.3.2 Aspect sonore . . . . . . . .
1.3.3 Moteur graphique . . . . . .
1.3.4 Gestion physique . . . . . .
1.3.5 Intelligence artificielle . . . .
1.3.6 Mode multijoueur . . . . . .
1.3.7 Mode réseau . . . . . . . . .
1.3.8 Interface utilisateur . . . . .
1.3.9 Site web . . . . . . . . . . .
1.4 Distribution des tâches et planning
1.4.1 Distribution des tâches . . .
1.5 Planning de réalisation . . . . . . .
1.5.1 1re soutenance : . . . . . . .
1.5.2 2e soutenance : . . . . . . .
1.5.3 3e soutenance : . . . . . . .
1.5.4 Soutenance finale : . . . . .
1.6 Moyens mis en œuvre . . . . . . . .
1.6.1 Outils matériels . . . . . . .
1.6.2 Solution logicielle . . . . . .
1.7 Aspect économique . . . . . . . . .
5
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
2 La construction du projet point par point
2.1 Moteur 3D [baudro p] [besson p] . . . . . .
2.1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . .
2.1.2 Avec le style . . . . . . . . . . . . . .
2.1.3 Fenêtre Opengl . . . . . . . . . . .
2.1.4 Affichage de la map . . . . . . . . .
2.1.5 Fichiers 3DS et Chargement . . . . .
2.1.6 Optimisations . . . . . . . . . . . .
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
6
6
6
6
6
7
7
7
7
7
8
8
8
8
8
8
9
9
9
9
9
10
10
11
11
11
12
.
.
.
.
.
.
.
12
12
12
12
12
14
14
15
2
Plein Gaz
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
2.10
2.11
2.12
2.1.7 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . .
Editeur de Carte [baudro p] . . . . . . . . . . .
2.2.1 Son Rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.2 Evolutions et Caractéristiques . . . . . .
GUI [baudro p] . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3.1 Son Rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3.2 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Moteur Physique [baudro p] . . . . . . . . . . .
2.4.1 Son rôle / Spécifications . . . . . . . . .
2.4.2 Evolution . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.4.3 Les différentes versions . . . . . . . . . .
Entrées-Sorties [baudro p] . . . . . . . . . . . .
2.5.1 Son rôle / Spécifications . . . . . . . . .
2.5.2 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Intelligence Artificielle [baudro p] . . . . . . . .
2.6.1 Son Rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.6.2 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rêgle du Jeu - Principes [baudro p] . . . . . . .
2.7.1 Les Checkpoints . . . . . . . . . . . . . .
2.7.2 Le classement . . . . . . . . . . . . . . .
2.7.3 Les caisses à ramasser . . . . . . . . . .
2.7.4 Les différents objets . . . . . . . . . . .
MonoJoueur - MultiJoueur [baudro p] . . . . . .
2.8.1 Leurs Rôle . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.8.2 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Effets Visuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.9.1 Lumières [auriau f] [cadill j] [baudro p] .
2.9.2 Brouillard [auriau f] [cadill j] [baudro p]
2.9.3 Caméra [baudro p] . . . . . . . . . . . .
2.9.4 Le compte à reboure [baudro p] . . . . .
Modèles 3D [baudro p] . . . . . . . . . . . . . .
Mode réseau [baudro p] [auriau f] [cadill j] . . .
2.11.1 Rôle du mode réseau . . . . . . . . . . .
2.11.2 Avancement du mode réseau . . . . . . .
Gestion du son [besson p] . . . . . . . . . . . .
2.12.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . .
2.12.2 Choix de la Librairie . . . . . . . . . . .
2.12.3 Fonctions Principales . . . . . . . . . . .
2.12.4 Les Bruitages . . . . . . . . . . . . . . .
2.12.5 La Musique . . . . . . . . . . . . . . . .
2.12.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
Projet Epita Promo 2009
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
15
15
15
16
18
18
18
20
20
20
20
23
23
23
24
24
25
26
26
27
27
28
28
28
29
30
30
30
30
30
31
31
31
31
35
35
35
36
36
37
37
3
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
2.13 Site web [cadill j] [auriau f] . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.13.1 Rôle du site web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.13.2 Design . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.13.3 L’avancement du site web . . . . . . . . . . . . . . .
2.14 Assemblage général du projet [auriau f] [baudro p] [besson p]
2.14.1 Installeur et désinstalleur . . . . . . . . . . . . . . . .
2.14.2 Réunification des unités [baudro p] [besson p] . . . .
2.14.3 Manuel d’installation et d’aide [auriau f] [cadill j] . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
[cadill
. . . .
. . . .
. . . .
.
.
.
.
j]
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
37
37
37
38
38
38
38
38
Conclusion
39
Annexes
40
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
4
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Introduction
Dans le cadre du projet informatique, il nous a été demandé de faire une application
sous Delphi et éventuellement un jeu. Nos affinités concernant le sport automobile nous
ont rapidement accordé et orienté vers un jeu de voiture de type ”Mario Kart”. Dans
un premier temps nous pensions faire un simulateur de rallye, mais après quelques
recherches concernant la programmation et surtout un entretient avec des étudiants de
Spé nous nous sommes réorientés vers un jeu arcade plus simple en terme de réalisme
automobile et de graphisme.
Ainsi, nous aimerions créer un jeu de course où il serait possible d’intéragir avec
les adversaires grâce à des items présents sur le circuit (projectiles, booster . . .). Il sera
possible pour l’utilisateur de créer ses propres circuits. Le jeu comportera un mode
multijoueur permettant à deux joueurs de s’affronter simultanément sur le même écran,
ainsi qu’un mode réseau offrant la possibilité de s’affronter sur plusieurs machines en
même temps. Le mode solo, proposera d’affronter d’autres adversaires contrôlés par
l’ordinateur.
Ce projet sera aussi l’occasion de travailler en groupe, notamment en se fixant des
échéances et en respectant ce cahier des charges.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
5
Plein Gaz
1
1.1
Projet Epita Promo 2009
Rappel du cahier des charges
Présentation du groupe
Florian Auriau : Florian vient de l’orne, il pratique l’informatique depuis qu’il a 12
ans. Il a quelques connaissances en HTML et PHP, mais n’a jamais fait que du
langage orienté WEB. Grâce à ce projet, il pourra découvrir une autre vision de
l’informatique dont il n’a été qu’un simple utilisateur.
Paul Baudron : Originaire du loiret, Paul s’intéresse à l’informatique depuis qu’il a
13 ans. Il n’a pour ainsi dire jamais codé, mais s’est déjà penché sur le sujet à
travers des tutoriaux trouvés sur le net. Ce projet sera l’occasion pour lui aussi
de découvrir de nouvelles facettes et d’acquérir de nouvelles connaissances dans
le domaine des jeux video et plus surtout de la programmation.
Paul Besson : Originaire du Pays d’Aix en Provence, Paul prend rapidement goût
à l’informatique. Il fait ses débuts sur de vielles machines et c’est en 1998 qu’il
obtient son premier ordinateur et découvre de surcroı̂t l’Internet et ses joies. Pendant ces dernières années il s’adonne à la création musicale, graphique et de site
Web. Il découvre la programmation en réalisant un outil permettant de récupérer
des données d’un périphérique (sonde thermique et station météo) sur port série.
L’année passée à Epita lui a permis de comprendre les mécanismes de la programmation ce qui lui permettra d’aborder sereinement ce projet.
Jonas Cadillon : Jonas vient de Dax dans les Landes, il a débuté l’informatique à
l’âge de 12 ans. Il a quelques bases de programmation en Delphi, ainsi qu’en
HTML. Grâce à ce projet, il pourra mieux comprendre le fonctionnement d’un
moteur physique et de l’intelligence artificielle dans un jeu vidéo.
1.2
1.2.1
Présentation du projet
Choix
Le choix du projet étant relativement libre, comme la plupart des étudiants, nous
avons choisi de développer un jeu vidéo. Toutefois, nous voulons nous baser sur un type
de jeu existant tout en ajoutant une touche personnelle.
1.2.2
Nature et origine
Après avoir passé en revue bon nombre de genre de jeux vidéo, nous nous sommes
fixés sur la simulation de course de type arcade, c’est à dire la possibilité d’utiliser des
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
6
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
items tout au long des courses. Nous n’esperons pas égaler les célèbres ”Mario kart”
et ”Crash Team Racing”, mais nous voulons essayer de créer un jeu interactif et divertissant. Les graphismes, comme les voitures seront simplistes et caricaturaux, proche
du monde enfantin. Ceci nous permettra de nous concentrer particulièrement sur le
principe même du jeu, son interactivité, tout en créant un univers joyeux.
1.2.3
Intérêt
Ce projet présente plusieurs avantages. Tout d’abord, nous apprendrons à chercher
des informations par nous même sur la programmation en Delphi et sur l’ensemble
des outils que nous allons utiliser. De plus, nous acquierrons des connaissances dans le
domaine de la 3D, de la création d’un moteur physique, de la gestion de l’intelligence
artificielle des ennemis, etc . . . C’est également l’occasion d’apprendre à coordonner
un projet dans un temps imparti, ce qui n’est pas toujours une chose simple.
1.3
1.3.1
Découpage du projet
Aspect graphique
Pour le graphisme, en fait ce qui concerne l’esthétique du jeu, nous allons lui créer
son propre style, se rapprochant d’un certain point de vue du monde enfantin avec des
formes et des couleurs joyeuses, agréables à voir. Pour garder un même esprit stylistique
tout au fil des mois de réalisation du projet, nous allons faire un site se rapprochant
du thème graphique du jeu en attendant sa finalisation graphique définitive du mois
de juin
1.3.2
Aspect sonore
Peut-être de moindre importance en terme de travail, elle devra permettre aux
joueurs de se sentir un peu plus immergés dans la course. Il est aussi prévu de récupérer
dans des banques de sons libres des effets sonores spéciaux tels que des freinages, les
klaxons, et tous les bruits provenant de la mécanique, notamment lors des accélérations
accentuant l’immersion du joueur dans la partie.
1.3.3
Moteur graphique
Le moteur graphique affichera l’environnement du jeu, les véhicules, les items, de
manière générale l’ensemble des objets qui doivent apparaı̂tre au joueur durant la
partie. La camera sera placée par défaut au-dessus de la voiture contrôlée par le joueur
en question, style vue à la troisième personne, mais l’utilisateur pourra choisir d’autre
vue durant la partie.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
7
Plein Gaz
1.3.4
Projet Epita Promo 2009
Gestion physique
Le moteur physique devra gérer tous ce qui concerne les objets en mouvement sur
la carte, les chocs entre les joueurs ainsi qu’avec le décor, la trajectoire des projectiles.
Il s’occupera de la physique propre à chaque véhicule, c’est à dire de l’accélération, du
freinage, des dérapages.
1.3.5
Intelligence artificielle
L’intelligence artificielle devra servir à contrôler les adversaires. Ils devront avoir
un comportement à peu près cohérent et être capable de se servir des divers items
présents sur la piste. Les concurrents ne seront pas imbattables, c’est pourquoi ils
pourront parfois commettre des erreurs.
1.3.6
Mode multijoueur
En mode multijoueur, il sera possible d’affronter un autre joueur sur le même écran
mais coupé en deux. L’intelligence artificielle devra tout de même encore contrôler
quelques concurrents, pour que la course conserve son intérêt.
1.3.7
Mode réseau
Le mode réseau permettra à plusieurs joueurs de s’affronter en même temps. Les
utilisateurs pourront définir le nombre de concurrents gérés par l’intelligence artificielle.
1.3.8
Interface utilisateur
L’interface utilisateur permettra au joueur de naviguer dans les différents menus
du jeu. Il aura notamment la possibilité de choisir entre le mode Solo ou Multijoueur,
de régler le volume sonore du jeu, ou encore de créer ses propres circuits grâce à un
éditeur de map.
1.3.9
Site web
Le design du site web ressemblera fortement à celui du jeu vidéo. Ce site sera
réalisé en PHP, nous mettrons à la disposition des internautes, le cahier des charges,
les différents rapports de soutenance ainsi que les dernières versions du projet. Il y aura
également une gestion des news, qui tiendra au courant les visiteurs de l’avancement
du projet, des problèmes rencontrés par le groupe, etc . . .
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
8
Plein Gaz
1.4
Projet Epita Promo 2009
Distribution des tâches et planning
1.4.1
Distribution des tâches
Moteur 3D
Moteur physique
Intégration du son
Editeur de map
Gestion des entrées sorties
Intelligence artificielle
Interface utilisateur (GUI)
Multijoueur
Modélisation 3D / Graphismes
Mode réseau
Site Web
Assemblage général du projet
1.5
1.5.1
Auriau Baudron
Florian
Paul
X
X
X
X
X
X
X
X
Besson
Paul
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Cadillon
Jonas
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Planning de réalisation
1re soutenance :
- Recherches et documentations générales sur Delphi-OpenGL
- Ebauche et réflection sur le moteur 3D
- Ebauche et réflection sur le moteur Physique
- Ebauche de l’éditeur de map
- Site web commencé
1.5.2
2e soutenance :
- Moteur Physique en cours (collisions, accélération,items . . .)
- Moteur 3D en cours (actions standard, vue camera . . .)
- Réflection sur L’IA
- Ebauche de la modélisation 3D
- Editeur de map en cours de finalisation
- Ebauche du GUI
- Présentation du site web
- Gestion des contrôles (entrées / sorties) en cours
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
9
Plein Gaz
1.5.3
Projet Epita Promo 2009
3e soutenance :
- Ebauche du mode multijoueur
- Début d’implémentation de l’IA
- Gestion des contrôles (entrées / sorties) achevée
- Gestion du son
- Modélisation 3D en cours de finalisation
- GUI finalisé
- Editeur de map finalisé
- Ebauche et commencement du mode réseau
1.5.4
Soutenance finale :
- Finalisation des graphismes
- Finalisation du moteur physique et de la gestion des items
- Finalisation du mode réseau
- Fin d’implémentation de l’IA
- Assemblage général du projet / Débugage
- Manuels / installeur / desinstalleur
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
10
Plein Gaz
1.6
Moyens mis en œuvre
1.6.1
Outils matériels
Carte mère
Processeurs
RAM
Carte Graphique
Disque Dur
Moniteur
Portable
1.6.2
Projet Epita Promo 2009
Auriau
Baudron
Besson
Florian
Paul
Paul
Asus
Asus
Msi
A7N8X-X
P4P800 Deluxe
KT4 Ultra
AMD
Pentium 4c
AMD
Athlon Xp 2400+
3 Ghz
Xp 2800+
512 Mo DDR
1024 Mo DDR
1024 Mo DDR
PC 3200
PC 3200
PC 3200
Ati
Ati
Nvidia
Radeon 9600 Pro Radeon 9800 Pro Geforce 5900XT
160 Go
160 Go
160 Go
Philips 17
LG Flatron 19
Mitsubishi 19
Oui
Non
Oui
Cadillon
Jonas
Asus
P4C800-E Deluxe
Pentium 4
3.5 Ghz
1024 Mo DDR
PC 4400
Nvidia
Geforce Ti 4200
440 Go
Iiyama 19
Oui
Solution logicielle
En plus de l’aspect matériel que nous avons evoqué précédemment nous aurons
besoin d’outils logiciels. En effet nous avons choisi de coder notre projet en Delphi 7
avec l’aide des librairies OpenGL en ce qui concerne l’affichage 3D, et Fmod pour ce qui
est du son. De même nous intégrerons au jeu des modèles 3D, probablement modelisés
sous Cinema 4D XL R8 et 3DStudioMax. Les graphismes 2D seront eux conçus à l’aide
de Adobe photoshop CS. Le site Web sera realisé en PHP à l’aide de Edit Plus en ce
qui concerne le code HTML. Bien évidemment Delphi reste l’outil majeur, qui nous
permettra de coder le jeu en lui même.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
11
Plein Gaz
1.7
Projet Epita Promo 2009
Aspect économique
Description
Quantité
Licences Windows XP Pro (OEM)
4
3D Studio Max 6
1
Delphi 7 Entreprise
4
Cinema 4D XL R8
1
Adobe Photoshop CS
1
PC Portable
3
Switch 5 ports 10/100
1
Total :
Prix
760 e
4900 e
2390 e
2690 e
1790 e
4399 e
27,99 e
16956,99 e
En regardant le tableau ci dessus on constate que ce projet est très honéreux pour
des débutants. Cela représente donc une motivation supplémentaire à sa réussite ! Cela
dit, il est normal que des merveilles telles que Photoshop soient payantes, afin de remercier ses créateurs, même si c’est l’entreprise qui en profite . . . Néanmoins, nous aurons
au moins la ”fierté” de n’utiliser que des logiciels dont nous possèdons la license . . .
2
2.1
2.1.1
La construction du projet point par point
Moteur 3D [baudro p] [besson p]
Introduction
L’affichage graphique est la partie la plus importante du projet car c’est la plus
visible du jeu. Il faut donc implementer des algorithmes rapides pouvant traiter un
maximum de données. De plus il faut donner un style au jeu, un univers spécifique et
des couleurs rappelant le monde enfantin conformément au cahier des charges initial.
2.1.2
Avec le style . . .
Comme je l’ai dit un peu plus haut, le jeu doit avoir un style enfantin. Nous l’avons
conçus avec des couleurs primaires et des formes simplifiées. La recherche stylistique a
débutée dès la première soutenance en créant notament les premiers modèles en 3D et
le site web. On constate que la couleur jaune, agréable à l’œil ,est présente dans tout
le jeu. Les véhicules sont inspirés des jouets en bois pour enfants.
2.1.3
Fenêtre Opengl
Après s’être posé la question du choix de la librairie graphique Opengl du jeu, il
fallait initialiser la fenêtre opengl. Pour cela, nous nous sommes tournés vers glfw car
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
12
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
il est tout de même plus simple que opengl pour l’initialisation d’une fenêtre. Il y a
aussi glut, cependant plus lent que glfw, notre choix a donc été glfw. Pour coder avec
OpenGL sous Delphi, nous avons donc choisi les librairies :
– OpenGL
– Glu, surcouche avancée d’OpenGL qui permet la construction d’objets complexes,
la gestion de caméras par exemple, le dimensionnement d’images, l’alpha blending
mais aussi la création de mini cartes (récupération de sa position sur le circuit).
– Glfw pour l’initialisation de la fenêtre OpenGL.
– Glut, qui, comme Glu, complète la palette des fonctions OpenGL.
Avant d’afficher tout objet sur l’écran, il faut charger la librairie OpenGL et créer
la fenêtre où les objets évolueront. Nous avons utilisé la librairie Glfw qui se charge
de créer la fenêtre OpenGL avec une seule fonction : glfwInit. Il faut aussi spécifier
notamment les dimensions de la fenêtre avec glfwOpenWindow qui créera la fenêtre.
Couleurs Avec OpenGL on applique les couleurs à chaque point du polygone. On
détermine une couleur avant de mettre les coordonnées du point, et l’interface 3d de
l’ordinateur s’occupe du traçage.
Primitives Comme vous le savez sûrement si vous avez légèrement touché à la 3D,
tous les objets sont en fait une association d’éléments de base : ce sont des faces
orgranisées dans un certain ordre dans l’espace, qui représentent l’objet. Chaque face
peut être décomposée en une série de facettes triangulaires. Ainsi, un rectangle est en
fait constitué de deux triangles consécutifs. Ces triangles sont eux-mêmes composés
de 3 cotés, ou 3 lignes, et de 3 points (ou vertex) qui définissent les extrémités de
ces segments. Ces éléments (points, lignes, triangles) sont aussi appelés primitives.
OpenGL est basé sur le principe des primitives, c’est-à-dire que pour dessiner un objet,
il faut dessiner toutes ses primitives. Et pour cela, on utilise des fonctions très simples
d’utilisation et permettant des dessins très poussés, puisque grâce à ces fonctions, on
peut dessiner quasiment tout.
Passons maintenant à la pratique : comment dessiner un élément primitif ? On
appelle glBegin() avec comme paramètre l’élément, on lui envoie les coordonnées des
vecteurs-clés via glVertex(), et on termine avec glEnd(). Notez que vous ne verrez
rien si vous n’appelez pas SwapBuffers(DC). On utilise une technique appelée doublebuffering, qui consiste à afficher une image pendant que l’on calcule l’autre, et lorsque
celle-ci est terminée, on échange les deux. Donc si on enlève SwapBuffers( DC), on verra
toujours un écran vide, tandis qu’on dessinera dans un écran non visible. Cf cubeblanc
et code.
C’est vrai que nous avons un peu de mal à faire la distinction entre l’une ou l’autre
face. C’est pour cela que j’ai choisi de mettre des couleurs aux faces. Nous en venons
à la coloration grâce à cette merveilleuse fonction glColor() ! Comme pour glVertex(),
glColor() va de glColor3b() (R,G,B sur un octet signé) à gl- Color4usv() (R,G,B,Alpha
sur un pointeur sur short non signé) en passant par glColor3d() (R,G,B sur un double,
de 0.0 à 1.0). C’est justement cette dernière fonction que nous allons utiliser car pouvoir
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
13
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
sélectionner l’intensité de la couleur entre 0 et 1 est bien pratique. Pour les codages sur
des valeurs entières, tout l’intervalle disponible est utilisé. En fait, quand on appelle
glColor, la couleur des sommets que l’on dessinera après l’appel de la fonction changera,
selon le principe de la machine d’état. Donc puisqu’on veut une couleur unie par face,
on va appeler glColor() 6 fois, une fois avant chaque face. Cf Cubecouleur et code.
Les couleurs sont basiques, mais là au moins on voit la différence entre les faces.
2.1.4
Affichage de la map
Le moteur d’affichage de map est doté d’un quad-tri permettant de gagner environ
1/3 du temps pour afficher une image (35 pourcent de fps supplémentaires) par rapport
au moteur initiale sans optimisation. Ici on dessine l’environnement autour de la map
en permanance et au centre, on recupère la position du véhicule (grâce au type voiture)
à chaque image et on affiche uniquement les morceaux de circuits concernant la voiture.
On peut changer le coefficient pour avoir une profondeur de champ suppérieur, mais en
l’état actuel des choses on gagne déjà suffisament d’images par seconde pour adopter
ce mode d’affichage de la map. On peut augmenter le coefficient de proximiter jusqu’a
obtenir une augmentation de la moitié du taux d’image par seconde.
2.1.5
Fichiers 3DS et Chargement . . .
Le convertisseur a pour but d’importer des objets 3DSMax et de les transformer en
fichier exploitable ensuite par le moteur graphique. Cela à 2 avantages conséquents :
– La création simple d’objets complexes (primitives)
– L’obtention des données selon notre souhait (position)
Voir annexe pour le code.
Les fichiers d’origines sont de type ASCII (format d’export de 3D studio Max).
Premièrement, le programme va chercher dans ce fichier la liste des faces et l’enregistre
dans un tableau. Ensuite, le programme accède aux coordonnées des vertex de chaque
faces qui sont enregistrées dans le fichier résultat. On obtient une liste de coordonnées
des vertex. La texture appliquée à l’objet est stockée dans la première ligne du fichier.
Recherche Nous avons repris les sources d’un loader de fichiers trouvé sur Internet,
mais les principaux défauts de ce loader sont que d’une part il est extrêmement complexe, il prend en compte tous les effets (lumière, ombre, etc), d’autre part, il provoquait
énormément de conflits entre les procédures utilisées pour les textures du projet et celle
utilisée par le loader 3ds, il y avait aussi des conflits au niveau d’enregistrements qui
étaient déclarés plusieurs fois. Afin de faire correctement le loader, nous avons du effectuer des pas a pas de toutes les fonctions qu’il utilise afin de comprendre comment il
fonctionne, le problème c’est qu’il utilise des classes définies et nous n’avons pas encore
compris leurs fonctionnements. Nous avons du modifier le loader, car il est était conçu
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
14
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
à la base pour loader qu’un seul modèle ainsi nous avons créé un tableau de modèles,
T3DModel.
Ensuite pour placer les modèles aux endroits voulus, il n’y a juste qu’à utiliser la
fonction Gltranslate et éventuellement des Glrotate.
Pratique Nous avons implémenté une procédure permettant de charger un model
de type 3DSMax à la position souhaitée en x, y et z. Par la suite il est aisé de modifier
son orientation avec la fonction glRotate.
Cette procedure :
On peut afficher tous les models destinés au jeu. Aussi bien la map que les bolides et
c’est à l’aide du moteur physique qui à chaque tour de boucle incrémente les positions
en x ,y que les objets s’animent dans notre fenêtre openGL. En fait chaque model est
en fait stocké dans un tableau de T3DModel.
2.1.6
Optimisations
Suite à l’ajout important de modèles 3D, de textures, le taux d’images par seconde
a beaucoup baissé, il a donc fallu trouver un moyen pour pallier ce manque plus que
gênant, d’où l’utilisation de listes d’affichages pour la skybox qui ne change pas pendant
le jeu et d’un affichage de la map avec un Quad-tri. Des fonction inherentes à opengl
permettent de ne pas afficher les faces non visibles des polygones, elles sont utilisée,
leurs gains en performance est cependant faible.
2.1.7
Conclusion
Depuis la premère soutenance notre vision de l’affichage pour notre jeu est restée
la même et est maintenant parfaitement aboutie notamment grâce aux divers révisions
de nos algorithmes et à nos optimisations.
2.2
2.2.1
Editeur de Carte [baudro p]
Son Rôle
L’éditeur de carte permet de créer des circuits en 2 dimensions, il se présente sous la
forme d’un quadrillage de 9 cases par 9. Il dispose des fonctionnalités d’enregistrement
et d’ouverture de fichiers qui doivent être en format texte. Pour plus de facilité, on
pose l’extension des fichiers en .map, ce qui permettra par la suite de les repérer plus
rapidement pour leurs chargement dans le jeu par exemple.
Cet éditeur nous permet donc de faciliter la création de carte, ce qui aurait été très
fastidieux si il n’aurait pas été là. Il sera, bien évidemment, utilisable par les utilisateurs
finaux de notre jeu (si il y en a. . .).
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
15
Plein Gaz
2.2.2
Projet Epita Promo 2009
Evolutions et Caractéristiques
Au cours de l’avancement du projet, l’éditeur c’est vu affubler de nouvelles options
pour en faciliter son utilisation, comme par exemple le chargement et l’enregistrement
via des fenêtres windows, des refontes graphique et ergonomique,. . .
Donc graphiquement la carte est représentée par un quadrillage de 81 cases, mais en
mémoire c’est un vecteur de chaine de caractère de 81 cases.
Mais son principe général n’a pas changer, l’éditeur fonctionne de la manière suivante :
(1) Il initialise chaque image du quadrillage sur une valeur de case vide.
(2) Lorsque l’on clique sur l’un des objets à droite, une variable temporaire reçoit
la valeur du type de la case cliqué.
(3) Ensuite lorsque l’on clique sur une des cases du quadrillage la valeur temporaire
est assignée à l’élément du tableau qui correspond à la case cliquée.
(4) Pour l’enregistrement, c’est une boucle qui passe en revue toutes les valeurs du
tableau (du 1er élément au 81e élément) et qui les écrient au fur et à mesure dans un
fichier.
(5) Pour l’ouverture, c’est aussi une boucle qui lit toutes les lignes du fichier map et
qui les stocke dans les éléments du tableau, ensuite chaque image du quadrillage reçoit
la valeur du tableau lui correspondant.
cf. EditMap1
L’aspect visuel a beaucoup évolué mais le principe de choisir son morceau de circuit à
droite et de cliquer sur le cadrillage de gauche pour l’appliquer a toujours été le même.
De nouvelles options sont apparues ensuite. Tout d’abord, le choix entre 2 modèle
différents pour le même type de case ce fais grâce à un ComboBox(1). Ensuite le
chargement et l’ouverture des cartes se font via des fenêtre windows(2), ce qui facilite
l’utilisation pour les futures joueurs.
La ComboBox va seulement intervenir lors du ”cliquage” sur les images de selection,
si l’on clique et que le morceau selectionnée est du type 1, se sera une chaine de caractère
différente qui sera enregistrée dans le tableau et finalement dans le fichier.
cf. EditMap2 - EditMap3
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
16
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
De plus, l’éditeur possède une fonction qui empèche les utilisateurs d’enregistrer des
circuits qui ne ”tourne pas rond”, cette fonction est appellée quand on tente d’enregistrer le travail, si le circuit est mauvais un message nous informe du problème et l’on
retourne sous l’editeur.
cf. EditMap4
Cette vérification s’effectue de la manière suivante :
–en premier lieu on va chercher le départ et vérifier qu’il est unique avec une boucle
qui passe en revue toutes les cases du vecteur qui représente la carte.
–ensuite si le départ et présent on va lancer une autre boucle qui va suivre le circuit
et qui va vérifier que chaque passage d’un bout de circuit à un autre et valide.
Dans cette boucle on va proceder comme cela :
-on retient la position de la case précedente
-avec les position de la case actuelle on connait quelle type de case elle représente
et donc quelle ”sortie” elle doit avoir (2 sorties par case)
-avec la position précédente on sait par où on est arrivé, on a donc plus qu’une
sortie qui nous donne la position de la case suivante à tester
– si cette case suivante se ”raccorde” avec la case courante alors on passe à la
suivante (en avançant aussi la case précédente)
– si elle ne peut pas se ”raccorder” alors un booléen de continuiter passe à faux et
on sort de la boucle ”tant que”
-la boucle ”tant que” s’exécute tant que l’on est pas retombé sur le départ (on le
test avec les positions de la case) ou que le booléen de continuiter et à vrai
-finalement on regarde à cause de quoi on est sortie de la boucle, et on a notre
réponse.
Finalement, l’éditeur avez besoin d’un paramétrage ”manuelle” pour connaitre sa
position sur le disque, ce positionnement ce fait par une demande simple à l’utilisateur
via une fenêtre d’ouverture windows si l’éditeur n’arrive pas à se situer lui-même.
Le chargement des cartes se fait de manière automatique, le jeu charge les cartes
qui sont présentes dans le dossier ”map” qui est lui même dans le répertoire du jeu
(les cartes doivent avoir une extension en .map). Si aucune carte n’est présente dans
ce dossier alors le jeu refuse d’aller plus loin que le menu général et affiche un message
d’erreur, et la seule chose que l’on peut faire et de cliquer sur quitter.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
17
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Cet éditeur et donc plutôt simple à utiliser, même si il ne fait que des circuit en 2
dimensions, il est complet dans ses fonctionalitées, les joueurs pourront ainsi créés de
nombreux circuits et de manière assez rapide.
2.3
2.3.1
GUI [baudro p]
Son Rôle
Le GUI (General User Interface) permet de faciliter le lancement ainsi que la gestion
des options pour l’utilisateur. Il se presente sous forme de bouton à cliquer pour passer
d’une fiche à une autre.
C’est lui qui est lancé en premier, il permet de naviguer entre les différents modes
de jeu, de configurer les contrôles, la résolution,. . . et finalement de lancer la partie.
Il centralise toutes les informations du projets et les redistribue pour initialiser une
partie, par exemple, l’utilisateur va lui dire combien de joueur contrôlé par l’Intelligence
Artificielle il veut avoir dans son jeu, sur quelle carte il souhaite jouer, par quelle modèle
il veut être représenté,. . . et le GUI va lancer une partie avec tous les paramètres
adéquates. De la même manière, il va permètre de rentrer l’adresse IP du server pour
s’y connecter lors de partie reseau.
2.3.2
Principe
Le principe générale du GUI est resté le même tout au long de l’avancement du
projet, juste quelques détails et son aspect graphique ont changé.
Tout d’abord, il faut savoir que le GUI est créé par plusieurs fiches, ou pages. Ces
fiches sont dessinées que si l’utilisateur l’a demandé. Ses demandes sont faite via des
boutons qu’il peu cliquer pour naviguer dans le GUI.
Le GUI est basé sur une boucle ”tant que” qui s’exécute tant que l’on a pas cliqué
sur le bouton ”Quitter”. Pour chaques pages du GUI, un booléen lui est assigné, c’est
lui qui va nous permettre de savoir si une page doit être affichée ou non et si les boutons
liés à cette page doivent être eux aussi testés ou non.
Pour afficher la bonne page, des conditions sur les booléens des pages vont être
testées à chaque tour de boucle :
-si un booléen est à vrai alors la page lui correspondant est affichée et les tests des
boutons pour cette page sont effectués.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
18
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
-lorsque l’on clique sur un bouton, les booléens des pages sont modifiés pour afficher
la bonne page au prochain tour de boucle et pour faire les nouveau test sur le boutons.
Les boutons sont gérés comme des zones dans la fenêtre OpenGL. A chaque tour
de boucle, on recupère la position de la souris en x et y grâce au composant GLFW
et lorsque elle se situe dans la zone d’un bouton on modifie le celui-ci pour montrer à
l’utilisateur qu’il se situe sur un bouton (comme un rollover) puis si il clique tout en
étant dans la zone, on modifie les booléens des fiches pour afficher juste celle qu’il faut.
Par exemple, pour charger la page de la configuration des touches, il faut que la
position en x de la souris soit entre x1 et x2 , de même pour la position en y, et si
le bouton gauche de la souris est appuyer alors que ses position vérifie les conditions
précédentes, les booléens sont modifier,. . .
cf. GUI1
Cette méthode marche trés bien si la résolution ne bouge pas, car les positions des
boutons sont enregistrées en ”dur” dans le code. Mais à partir du moment ou l’on change
la résolution les positions de la souris sont différentes, elles peuvent être beaucoup plus
grandes ou plus petites. Il a fallu donc changer le type de récupération de la position de
la souris. La position est maintenant calculée en fonction de la résolution et les boutons
sont eux repérés suivant des position en pourcentage, ce qui a pour effet de comparer
la position, en pourcentage, de la souris avec des positions, en pourcentage, pour les
boutons, ces tests sont donc toujours bon quelque soit la résolution.
Ensuite, Le texte affiché n’est plus ”statique” (la première version affichée des images)
mais ”dynamique”, une procédure d’affichage de texte a été implémenté pour alléger
le code et pour faciliter la gestion du GUI, elle lit caractère par caractère et crée un
GL_QUADS avec la bonne partie de la texture qui récapitule les lettres ou les chiffres, la
texture est déclinée en deux version, une pour le texte bleu et une autre pour le texte
rouge (les chiffres ont une couleur unique). Le GL_QUADS ainsi que les espacements sont
modifiés en fonction de la taille d’affichage demandée en paramètre. Ce texte ainsi
affiché peut être, et est utilisé en pleine partie pour faire passer des informations aux
joueurs.
La version finale du GUI permet ainsi d’ajouter des fiches et des nouveaux boutons
de manière assez rapide et simple, elle permet donc d’intégrer rapidement les ajouts ou
les modifications liées au projet tant que celles-ci ne sont pas trop importantes dans
l’architecture générale du projet.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
19
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
cf. GUI2
2.4
2.4.1
Moteur Physique [baudro p]
Son rôle / Spécifications
Le moteur physique va permètre de fixer des rêgles dans le monde que nous avons
tenté de créer, c’est lui qui va s’occuper des collisions avec les décors, les voitures
présentes sur le circuit, les missiles ainsi qu’avec les objets deposés sur le sol. Il centralise
les information les traitent et les passe au moteur suivant qui s’occupera de sa tache.
Le moteur physique reçoit en entrée toutes les informations concernant l’enssemble
des entitées, c’est-à-dire, leurs positions, leurs orientations, leurs accélérations,. . . mais
aussi les actions que les joueurs veulent exécuter pour cet appel du moteur.
Le moteur va donc répondre aux attentes des joueurs en bougeant leur véhicule dans
la direction désirée, dans la mesure du possible car il doit aussi tenir compte des décors
qui ne peuvent pas ètre traversé. En effet lors de la rencontre avec un décor, une voiture
va subir une force de répulsion, elle va rebondire, et de la même manière avec les autres
voitures.
De plus le moteur physique gère quelques effets comme l’accélération, la décélération. . .
Il gère aussi l’enssemble des objets, leur déplacement si besoin (pour les missiles par
exemple),les collisions avec eux et les joueurs.
2.4.2
Evolution
Pour obtenir notre moteur physique finale nous somme passés par de nombreuses
versions qui se sont améliorées, et se sont vu dotée de nouvelles fonctionnalitées, au fur
et à mesure de l’avancement du projet.
Les premières versions été basée sur le déplacement verticale et horizontale, mais
cette méthode ne correspondait pas à notre type de jeu qui se voulait ètre avec une
vision ”suivie” ou à la troisième personne, et c’est via l’inclusion d’un angle que tous
les déplacement se calculent maintenant.
2.4.3
Les différentes versions
-1re Version Les objets sont caractérisés par leurs positions en x et y(3), ainsi que
par leur accélération suivant ces deux axes.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
20
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Le moteur physique ajoute à chaque appel, l’accélération à la position sur l’axe lui
correspondant.
L’accélération suivant un axe est augmentée ou diminué si l’on appuie sur la touche
pour aller dans vers le sens positif ou négatif de l’axe (x ou y).
Les rebonds sont simulés en remplacant l’accélération (en x ou y) de l’objet par son
opposée(1), lorsque l’objet dépasse une certaine limite repéré avec sa position en x ou
y.
Les collisions entre les objets sont détéctées grâce à la distance(2) les séparrant, si
cette distance est trop petite alors on interchange les accélérations en x et en y des
deux protagonistes, ce qui simule une force de répulsion.
cf. MoteurPhysique1
-2e Version Dans cette version nous avons introduit un angle pour chaque entitée qui
se déplace, qui permettra une future gestion des rotations de la caméra, des modèles,. . .
cf. MoteurPhysique2
Pour ce qui est des collisions entre les voiture, le principe est toujours le même, une
distance qui est calculée pour savoir si les deux voitures sont en collision. Ces testes
sont effectués pour toutes les voitures qui sont stockées dans un vecteur de voiture. Si
il y a en effet collision, les angles d’orientation sont interchangés et les accélérations
aussi.
Nous avons aussi intégré les collisions avec les objets immobiles, si une voiture collisione avec une bombe posée sur la piste par exemple, un timer est lancé pour que
la voiture concernée ne puisse plus rien faire pendant un certain temps, ce qui correspond au malus engendré par la collision. Une fois que la collision a eu lieu et que les
conséquences on été appliquées l’objet est effacé du tableau.
Et finalement, les collisions avec les missiles, ce test est aussi réalisé via une boucle
qui parcours la liste des voitures et des missiles et qui modifie lorsqu’il y a collision, la
vitesse de la voiture concernée et qui la bloc pendant un certain temps (de la même
manière que pour les objets immobiles), le missile est effacé de la liste pour ne plus
interférer avec les autres voitures aux tours de boucles suivants.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
21
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Ensuite, la modification des caractéristiques de la voiture du/des joueur(s) est gérer
suivant les touches appuyées ou non. On regarde si les touches sont appuyées ou non
que si la voiture n’est pas bloquée à cause d’un missile ou d’un objet immobile.
-pour tourner : si une des touches est appuyées, on incrémente ou décrémente l’angle
d’accélération avec un modulo de 2π.
-pour avancer : l’accélération générale de la voiture est augmentée et ses positions selon x et y sont recalculées en leur ajoutant l’accélération multipliée par cos(angleDeLaVoiture)
pour les x et l’accélération multipliée par sin(angleDeLaVoiture).
-pour reculer : l’accélération générale de la voiture est décrémentée et les positions
sont recalculées de la même manière que précédemment.
-si aucune touche n’est appuyer : alors la voiture doit décélérer, ce qui est traduit pas le fait de diviser l’accélération générale par une constante jusqu’à ce qu’elle
soit trop petite et finalement réinitialisé a zéro. Les position sont recalculées comme
précédemment.
-pour utiliser l’objet : si la touche correspondante est appuyée et que le joueur a
bien un objet à utiliser alors une procedure de création et de lancement est exécutée.
Pour le déplacement des missiles, qui est une action indépendante du reste, une
boucle se charge de passer en revue le vecteur de missile et de vérifier si il faut
les déplacer. On utilise leur accélération qui est constante pour modifier leur caractéristiques, comme pour les voitures.
Finalement, une des grosse étape, les collisions avec les decors. Il faut savoir que lors
de l’enregistrement avec l’éditeur de carte chaque case c’est vu attribuer un type que
l’on pourrai appeller ”masque”.
cf. MoteurPhysique3
Quand la carte est chargé en mémoire il est facile de savoir sur quel type de case un
joueur se situe (avec un div 10 des positions en x et y car une case fais 10 par 10 en
taille) et ensuite on peut savoir où sur la case il se situe (avec un mod 10 des positions
en x et y) On peut ainsi faire les tests suivant les cases (suivant les ”masques”) et donc
modifier les caractéristiques de la voiture en fonction de sa position sur une case.
Pour résumer on se sert de chiffres des dizaine pour savoir sur quelle case la voiture
se situe, et des chiffres de unitées pour savoir a quelle endroit sur la case la vioture se
trouve.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
22
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Pour conclure, le moteur physique est assez générale pour ètre appliquer a tous
les types d’objet, par exemple l’Intelligence Artificielle utilise le moteur physique de
manière autonome et sans aide autre que ses fonctions ou procédures propres.
2.5
2.5.1
Entrées-Sorties [baudro p]
Son rôle / Spécifications
La gestion des entrées-sorties est nécessaire à l’utilisateur pour qu’il puisse transmettre les actions qu’il désire efféctuer à l’ordinateur. Cette gestion ce fait juste avant
le moteur physique, ce qui lui permet de savoir exactement ce que le joueur veut faire.
Les entrées-sorties sont limitées au clavier, toutes les touches ”standards” sont utilisables et configurables via une page dans le GUI.
Cet gestion peut ce résumer à : connaitre l’état d’une touche à un instant précis et
efféctuer la ou les action(s) qui lui sont attribuées, par exemple si l’on désire avancer,
il suffit d’appuyer sur la touche correspondante, qui a été configurée dans le GUI, et
l’enssemble des procédures et fonctions qui sont nécessaires pour faire avancer une
voiture seront executées.
2.5.2
Principe
Depuis le début du projet, c’est le composant GLFW qui permet grâce à une de ses
fonctions de connaitre l’état d’une touche, c’est-à-dire si elle est appuyée ou pas. Cette
fonction nous renvoit donc un booléen, et via une série de test on peut connaitre les
intentions du joueur pour ce déplacer, tirer un missile,. . . ces actions seront ensuite
reprise par le moteur physique pour donner suite aux déplacements, et aux collisions
si nécessaire.
Pour ce qui est de la configuration des touches dans les GUI, deux méthodes ont été
implémenté.
La première se voulait semblable à la configuration des touches des jeux actuelles,
sont principe été basé sur une boucle ”tant que” dans laquelle on faisait varier une
valeur entre le nombre min et max équivalent aux deux valeurs ordinales, la plus basse
et la plus haute, correspondant aux touches du clavier, cette boucle s’exécutait tant que
aucune touche n’était appuyé, de cette manière il aurait suffit de regarder pour qu’elle
valeur ont été sortie de la boucle et ainsi connaitre la touche qui été appuyer, donc
celle que l’on voulait configurer. Mais cette méthode ”bloquait” la fonction GLFW, ce
qui ne donnait pas le résultat escompté.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
23
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Ce principe à été légèrement modifié pour ne plus faire de boucle infinie (le problème
rencontré précédemment), la boucle ne faisait plus qu’un ballayage de toute les valeurs
des touches et l’on pouvait obtenir ainsi la valeur de la touche appuyé qui était ensuite
enregistrer dans le tableau des contrôle du joueur. Il fallait donc appuyer sur la touche
que l’on voulait lier à une action et seulement ensuite cliquer sur le bouton de l’action
que l’on voulait lier(pour lancer la recherche de la touche appuyée).
Ensuite, la deuxième méthode est celle qui est dans la version finale. Elle utilise une
autre fonction du composant GLFW, elle permet de lancer une fonction, grâce a un
pointeur sur foction, dès que l’état d’une touche est modifié, par exemple si l’on relache
ou touche ou si l’on appuie dessus. Avec cette fonction on peut recupérer la valeur de
la touche appuyée ainsi que son nouvelle état (appuyé ou relaché). Cette méthode se
rapproche un peut plus des jeux commerciaux mais ce n’est pas tout a fais la même
chose.
Lorsque l’on clique sur une action à lier, une variable retient qu’elle action a été choisi
et quand on appuie sur une touche, la fonction appellée par ce changement d’état va
enregistrer cette touche pour la bonne action dans le tableau de contrôle du joueur un
ou deux.
Les contrôle sont enregistré et chargés de manière automatique suivant les dernières
touches configurées lors d’une précédente utilisation du jeu. La configuration est chargée
via un fichier qui est lu si il existe et est valide ou qui est créé avec des valeurs par defaut
si il n’est pas présent ou invalide. Toutes les touches peuvent donc se voir assignées une
action et il est délégué au bon sens de l’utilisateur de ne pas créer des conflits entre les
differentes actions et joueur.
Finalement, dans la première version, les touches qui était assigné n’était pas affiché
puis les dernières versions se sont vu attribué une refonte graphique, ce qui a permis
dans un premier temps d’afficher la valeur ordinale des touches du clavier puis via une
fonction de traduction les noms que l’on peu donner au touches les plus utilisées.
cf. EntreesSorties1 - EntreesSorties2 - EntreesSorties3
2.6
2.6.1
Intelligence Artificielle [baudro p]
Son Rôle
L’Intelligence Artificielle permet de jouer avec des joueurs contrôlés par l’ordinateur.
Dans le mode monojoueur et multijoueur en local, on peu compléter le nombre totale
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
24
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
de participant pour en avoir jusqu’à quatre en même temps. Ces bots suivent le circuit
de manière frénétique, il utilise les objet un bref instant après les avoir ramassés si ils
peuvent toucher quelqu’un avec leur missile par exemple.
2.6.2
Principe
Tout d’abord, l’ajout de l’IA a nécessité la traduction de la carte pour l’ordinateur.
Cette traduction c’est déroulée de manière à appliquer un ordre simple à une case
donnée. Les ordres sont de quatre types, en fait c’est la direction que la voiture doit
suivre quand elle est sur la case.
Le principe de traduction de la carte ressemble à celui de l’éditeur pour ce qui est du
parcours et de la condition d’arrêt sur le retour au départ (sauf que là il n’y a pas de
booléen pour savoir si le circuit est continue puisqu’il a déjà été enregistré), il suit donc
le circuit grâce à la carte créée par l’éditeur et inscrit dans la case correspondante de
la matrice l’angle vers lequel la voiture doit tendre pour aller vers le morceau suivant.
cf. IA1
Sachant que chaque morceau de circuit à deux entrées ou sorties possible, il faut
savoir comment on est arrivé sur le morceau actuel, on garde donc en mémoire l’angle
précédent et ainsi on a plus qu’une seule sortie possible, donc un seul angle possible
vers lequelle la voiture doit tendre pour passer à la suite.
Une fois cette traduction achevé, les bots seront exactement quoi faire pour finir le
circuit, par exemple :
-quand un bot est sur une case, avec ses position il sait où il se trouve (de la même
manière que pour les colisions avec les décors),il va pouvoir connaitre vers quel angle
il doit tendre pour sortir de la case et aller vers la suivante.
-une constante sera donc ajouté ou retiré suivant sont angle actuel pour que celui-ci
se rapproche de l’angle final recherché.
-ensuite le bot va passer à la case suivante et il répètera cette étape de modification
de l’angle.
De plus pour que la voiture soit le maximum au centre de la case, on va lui appliquer
un petit recentrage qui va modifier, via une constante ajouté ou retiré, l’angle vers
lequel le bot doit aller.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
25
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Par exemple, si la voiture est trop sur un coté et que sa direction doit tendre vers
π/2 alors on ajoute, ou l’on soustrait, une constante à π/2, la constante est différente
selon l’endroit où le bot se trouve sur la case. Une fois revenue au centre de la case la
constante est remise à 0 et donc la direction redevient celle donnée par defaut pour la
case où la voiture se situe.
cf. IA2
Pour ce qui est de l’utilisation des objets ramassés sur le circuit, il faut savoir que
”l’heure” du ramassage est enregistrée pour la voiture concerné et que à quelques
secondes. Une fois ce temps écoulé le bot peu utiliser sont objet.
Si c’est un accélérateur, ou une caisse explosive, il n’y a rien qui l’empèche de les
utiliser à n’importe quel moment, comme un humain en quelque sorte. . .
Mais pour ce qui est des missiles, il faut que le bot ait une cible dans sa ligne de
mire. C’est une fonction qui va répondre à cette question. Cette fonction prend en
paramètre l’identifiant du bot concerné, avec sa position et son angle d’orientation, on
peut calculer un vecteur qui serait le vecteur directeur de la droite suivi par le missile,
il suffit ensuite de regarder si ce vecteur est colinéaire avec le vecteur formée par les
points ayant comme positions celles du bot et celles de la cible potentiel.
cf. IA3
C’est donc une boucle qui va regarder cette condition pour chaque autre joueur et
dès que cette condition est verifiée le bot reçoit l’autorisation de tirer son missile.
2.7
Rêgle du Jeu - Principes [baudro p]
Le jeu est soumis à quelques rêgles et principes comme le fait de devoir passer sous
tous les checkpoints pour valider un tour, ou encore les quelques objet que l’on peut
ramasser ou lacher sur la piste,. . .
2.7.1
Les Checkpoints
Au chargement de la carte, une liste des checkpoints est créée pour chaque joueur,
elle sera modifiée quand le joueur passera sous un checkpoint qu’il n’a pas encore pris
et réinitialisée quand il passera par la case départ si tous les checkpoints ont été pris.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
26
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
La liste des checkpoints est donc initialisée à une valeur de ”non pris” (valeur
négative) puis quand le joueur passe sur un checkpoint une boucle vérifie si il l’a
déjà pris (les checkpoints ont un identifiant unique généré avec leurs positions en x et
y) et si ce n’est pas le cas le checkpoint est enregistré dans la liste du joueur sur une
des valeurs négatives.
Quand le joueur passe sur la case départ, une boucle vérifie si il a pris tous les
checkpoints (la liste n’a plus de valeur négative) et valide le tour si c’est le cas.
Son nombre de tour est diminué de 1, et si il passe à -1 alors le joueur est ”bloqué”,
ses appels aux fonctions pour le déplacé sont désactivés quand son nombre de tours
restant est a -1.
2.7.2
Le classement
Le classement est affiché sur lorsque le joueur a fini tous ses tours de circuits, c’està-dire quand son nombre de tour est à -1.
Il affiche les numéros des joueurs et leurs temps lorsq’il ont fini leurs tours.
Le temps afficher correspond à ”l’heure” de fin de course, spécifique à chaque joueur,
moins ”l’heure” de départ de la course, qui est enregistrée lorsque l’on démarre juste
après le compte à rebour.
Le premier joueur qui a sont nombre de tour restant qui passe à -1, est le premier
qui est enregistré dans le vecteur classement, ensuite, dès qu’un joueur passe a -1 une
boucle cherche la première place libre dans le classement et l’enregistre, et ainsi de
suite, le vectuer se remplis de cette manière.
Lorsque le classement est affiché, le joueur ne peu plus se déplacer, tous les appels
aux fonctions de déplacement sont désactivés, comme dit précédemment.
2.7.3
Les caisses à ramasser
Les caisses que les joueurs peuvent ramasser sont situées sur les checkpoints au
nombre de 2 par checkpoint. Le test qui va déterminer si un joueur prend une caisse ou
non est effectué quand il passe sur un checkpoint en calculant la distance qui le sépare
des caisses présente sur celui-ci, si cette valeur est assez petite, il y a collision, la caisse
disparaı̂t et si le joueur n’avait pas d’objet à ce moment là, il en a un après.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
27
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
La caisse dispose d’un champ ”temps” qui prend la valeur de ”l’heure” où elle est
prise et l’empêche d’être affiché tant que le temps courant n’est pas supérieur au temps
de la caisse plus trois secondes. Les joueurs ne peuvent bien évidemment pas prendre
la caisse tant que celle-ci n’est pas réaffichée.
2.7.4
Les différents objets
Lorsque le joueur rammasse une caisse, il obtient un objet qui peu être de trois type,
un missile, une caisse explosive, ou un accélérateur. Cette obtention se fait de manière
aléatoire.
Lors de l’utilisation d’un missile, ce dernier est ajouté à sa place dans le vecteur des
missiles, un joueur ne peu avoir que un missile, de toute façon les missiles sont assez
rapides pour disparaitre en dehors de la carte avant que les joueur aient eu le temps
d’en rammaser un autre.
Quand un missile est créé il prend comme direction celle de son lanceur et comme
vitesse une constant qui est plus élevée que l’accélération maximale des voiture, pour
pouvoir ainsi les rattraper. Le déplacement et les collisions ce font grâce au moteur
physique avec une boucle qui déplace tous les missiles si ils existent et calcule les
distances séparant les joueurs des missiles, si il y a collision, le joueur concerné est
bloqué.
Pour les caisses explosives, elles sont elles aussi ajoutées à leur vecteur, un joueur
peut placer jusqu’à 3 caisses, si il en place une 4e , elle remplacera une des caisse qu’il
a déjà placé. Les collisions entre les joueurs et les caisses explosives sont traitées via le
moteur physique grâce à une boucle qui vérifie la distance séparant une caisse explosive
et un joueur. Si un joueur percute une de ces caisses, le joueur est bloqué pour un petit
instant, comme pour les missiles.
Finalement, l’accélérateur modifie directement l’accélération maximale de la voiture
qui l’utilise, ainsi la limite est repoussée et la constante qui est ajouter à l’accélération
lorsque l’on appuie sur la touche avancer et elle aussi augmentée. Pour résumer, la
vitesse maximum est augmenter et l’accélération aussi.
2.8
2.8.1
MonoJoueur - MultiJoueur [baudro p]
Leurs Rôle
Le mode MonoJoueur tout comme le mode MultiJoueur permet à l’utilisateur de
faire ce pour quoi ce ”jeu” existe, c’est-à-dire jouer. Il permettent donc de jouer, sur
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
28
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
la carte de son choix qui peut être pécédemment créée avec l’éditeur de carte, avec
ou sans bot, tout seul ou avec un deuxième joueur humain, sachant que le nombre de
joueur maximum est de quatre.
Les rêgles du jeu, comme prendre tous les checkpoints, finir les tours,. . . y sont bien
évidemment appliquées, et les quelques rêgles liées au moteur physique aussi.
2.8.2
Principe
Le principe est assez simple une fois que tous les moteurs, ainsi que la structure
générale du projet sont fait. Il va suffire de regrouper toutes les informations données
par le joueur, puis les traiter et ensuite les afficher, tout ce travail va être effectué par
une boucle, c’est la boucle principale du jeu mais elle est aussi la plus simple.
Dans sa première version, elle était différente suivant le nombre de joueur humain et
ordinateur, mais une généralisation a été effectuer pour lui permettre de s’adapter aux
différentes configurations possibles grâce a des paramètre que l’on lui fait passer.
Elle se décompose comme ceci :
-elle va s’exécuter tant que le joueur n’aura pas dit explicitement de la quitter en
appuyant sur la touche échappe
-le moteur physique va calculer les nouvelles positions de chaque objet en leurs
appliquant les modifications liées aux collisions, aux déplacements des joueurs (touches
appuyées),. . .
-vérification des rêgles du jeu (victoire, récupération des checkpoints,. . .)
-le moteur graphique va se charger de tout afficher à leurs bonne positions.
Avant cette boucle du jeu il y a une petite procédure d’initialisation, qui concerne
la création de chaque joueur, c’est-à-dire leur positionnement sur la case du départ, la
réinitialisation de leurs objets,. . . puis le chargement de la carte, et des objets présent
sur celle-ci, et d’autre petits détails propre à chaque partie.
De même après la boucle du jeu ce trouve la désactivation de certain fonctions inutile
autre part que dans une partie et le ”nettoyage” des diverses choses inutiles.
cf. MonoMulti1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
29
Plein Gaz
2.9
2.9.1
Projet Epita Promo 2009
Effets Visuels
Lumières [auriau f ] [cadill j] [baudro p]
La lumière est un effet plus que primordiale, c’est elle qui donne tout le relief aux
modèles,. . . mais elles ne sont que peu souvent modifiables dans les jeux, alors pourquoi
ne pas laissez l’utilisateur au moins choisir entre un jeu de nuit avec quelques spots
ou en plein jour. Cette option est modifiable à partir du GUI juste avant de lancer la
partie.
2.9.2
Brouillard [auriau f ] [cadill j] [baudro p]
Le brouillard peut donner un effet plutot sympathique si il est utilisé avec parcimonie,
de plus cet outil est très facile à utiliser sous OpenGL donc pourquoi s’en priver. Le
brouillard permet d’estomper les détails qui sont lointain, donner une ambience plus
calme, qui fasse moins agreessive de par les couleurs trop vives.
2.9.3
Caméra [baudro p]
La caméra qui suis les voitures a été doté d’un ”temps de retard” qui permet de voir
la voiture qui commence à tourner avant que la camera ne tourne elle même. Il y a
donc deux angles différents, un pour la voiture et un pour la caméra, celui de la caméra
n’est pas remis à jour quand le joueur tourne sauf si la différence entre les deux angles
est supérieur à un maximum fixé. Il continue de ce remettre à jour après, tant que les
deux angles ne sont pas en phase.
Cette méthode permet d’avoir une caméra qui se remet automatiquement derrière
la voiture même si l’on change brutalement l’angle d’accélération de celle-ci, comme
par exemple lors de collision avec d’autre joueur, quand un joueur passe sur une caisse
explosive ou est touché par un missile il se met à tourner pendant une seconde ce qui
modifie son angle d’accélération.
2.9.4
Le compte à reboure [baudro p]
Pour éviter que la course commence directement après avoir cliqué sur jouer, un
compte à rebour laisse le temps au joueur de se préparer au départ. La durée de celuici est de trois secondes, et bien évidemment les joueurs ne peuvent pas bouger. . .
Ce compte à reboure est basé sur une boucle qui ne fait que afficher les décors et les
objets ainsi que le temps qui défile, les commande n’y sont pas gérées, donc les joueurs
sont bloqués tant que la boucle n’est pas finie. La condition de sortie de la boucle est
que ”l’heure” courante soit suppérieur à ”l’heure” à laquelle la boucle a commencé plus
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
30
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
trois secondes. Le temps qui défile est la partie entière de l’heure de départ plus trois
secondes moins l’heure actuelle. Une fois que la boucle est terminée, on entre dans la
boucle principale du jeu.
2.10
Modèles 3D [baudro p]
Les modèles 3D permettent de doner du volume à notre jeu, se sont eux qui sont
affichés et qui représentent tout ce que le joueur fais. Ils permettent de le guider grâce
au modèle du circuit, de ce voir avec son personnage qu’il a choisi et de visualiser les
pièges laissés sur le sol par ses adversaires ou par lui même.
Pour le circuit chaque type de case a deux modèles différents pour la représenter, ce
choix est accessible dans le l’éditeur de carte. Il y a deux modèles pour les voitures et
quelques modèles pour les objets que l’on peut lancer et lacher par terre.
La skybox a été complètement refaite au cours du projet pour coller avec le style du
jeu et donner un peu de relief au paysage.
La majorité des textures sont faite ”maison” mais d’autre comme pour la skybox ou
le sol on été récuperées sur le web ou dans des jeux. Par contre tous les modèles 3D
sont fait ”maison” et ça se voit. . .
cf. Modele3D1 - Modele3D2
2.11
Mode réseau [baudro p] [auriau f ] [cadill j]
2.11.1
Rôle du mode réseau
Le mode réseau de notre jeu permet à plusieurs utilisateurs (les clients) se jouer les
uns contre les autres via un serveur, qui est lui-même joueur. Le réseau est intégré au
GUI.
2.11.2
Avancement du mode réseau
Nous avons débuter la création du mode réseau pour la 3ème soutenance. Pour
cela nous avons commencé la création d’un petit chat (salon de discussion), avec les
composants delphi TclientSocket et TClientServer. Nous allons détailler leurs fonctionnements.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
31
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
- Client :
Le client est le programme dont l’utilisateur va se servir pour envoyer des messages
dans un salon de discussion. Avant de commencer à tchater l’utilisateur doit tout
d’abord entrer l’adresse IP, ainsi que le port du serveur auquel il veut se connecter.
Une fois la connection acceptée par le serveur, l’utilisateur peut envoyer du texte qui
sera vu par tous les utilisateurs connectés au serveur. Le composant TClientSocket
nous a simplifié la création du chat car il comporte de nombreuses fonctions intégrées
simples à utiliser. Voici quelques procédures, brièvement expliquées, qui font partie du
programme client.
Cette première procédure est associée à un bouton sur notre Form delphi, elle permet
d’envoyer le texte contenu dans un Edit(dans notre cas Edit3) au serveur. La procédure
ClientSocket1.Socket.SendText(Edit3.Text) prend donc en paramètre un string
qui sera envoyé au serveur. La procédureMemo1.Lines.Add(’Informations envoyées au serveur’) sert uniquement à informer l’utilisateur que son message a été
envoyé correctement.
Cette deuxième procédure procedure TForm1.ClientSocket1Read(Sender :
TObject ; Socket : TCustomWinSocket) est en fait un événement du composant TClientSocket, elle permet de récupérer les messages envoyés par le serveur. La
procédure Socket.ReceiveText renvoit le string qu’elle a reçu du serveur et enfin
la procédure Memo1.Lines.add (Socket.ReceiveText) permet d’afficher le string
reçu dans un Memo (dans notre cas Memo1).
- Serveur :
Le serveur sert de relais aux utilisateurs qui veulent communiquer. Le serveur va
recevoir tous les messages envoyés par les clients et les transmettre à tous les autres
clients connectés. Le serveur doit être lancé sur un port au choix. Il faut tout de même
faire attention à ne pas le lancer un port déjà utilisé par d’autres programmes (ex :
Navigateur web sur le port 80 , ou encore serveur ftp sur le port 21 . . .). Le serveur
marche aussi bien en réseau local que sur internet, si on veut accepter des connections
entrantes depuis internet il faut ouvrir son firewall sur le port du serveur. Voici la
procédure principale, brièvement expliquée, qui compose le serveur.
La procedure TForm1.ServerSocket1ClientRead(Sender : TObject ; Socket : TCustomWinSocket) est un événement du composant TServeurSocket, elle
permet de récupérer les messages envoyés par les clients grâce à la fonction Socket.ReceiveText qui renvoit un string. Une fois le texte, envoyé par le client, récupéré,
le serveur va l’envoyer à tous les clients connectés grâce à une boucle For qui part de zéro
pour aller jusqu’au nombre de clients connectés moins un. La fonction permettant de
récupérer le nombre de clients connectés est ServerSocket1.Socket.ActiveConnections
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
32
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
(dans notre cas ”ServerSocket1”). Une fois rentré dans la boucle la procédure ServerSocket1.Socket.Connections[I]. SendText(Socket.RemoteHost + ’ dit : ’+
b) permet d’envoyer à chaque clients (chaque clients à un numéro I) le texte reçu
précedemment. La procédure Socket.RemoteHost permet de récupérer le nom de
l’ordinateur qui vient d’envoyer un message.
Bien évidemment le serveur et le client sont dotés d’une gestion d’erreur. Notamment si les adresses ip entrées sont non valide ou si le serveur tente d’envoyer des
données à un client non connecté. La gestion d’erreur sera par la suite améliorée.
Création d’un buffer :
Pour la création du chat nous avons utilisé des fonctions qui nous permettées d’envoyer
uniquement du texte. Pour notre jeu nous allons avoir besoin d’envoyer plusieurs types
de données à la fois. C’est pourquoi nous allons utiliser un buffer. Voici un exemple de
buffer de type trame.
Notre buffer est un enregistrement qui peut contenir plusieurs données.
- Client :
Pour envoyer un buffer le principe est à peu prés le même que pour envoyer du
texte. On va définir une variable (dans notre cas ”buffer”) de type trame, puis on va
remplir chaque champ de cet enregistrement avec les valeurs que l’on souhaite envoyées.
Ensuite nous allons stocké la taille de ce buffer dans une variable de type integer (dans
notre cas ”a”) en appelant la fonction sizeof(buffer). Et enfin pour envoyer notre buffer nous allons utiliser la procédure ClientSocket1.Socket.SendBuf(buffer,a)(dans
notre cas Socket1) qui prend en paramètres un buffer et sa taille.
Pour recevoir un buffer le principe est lui aussi équivalent à celui du chat (on utilisera
la même procédure que pour le chat ” procedure TForm1.ServerSocket1ClientRead(Sender :
TObject ; Socket : TCustomWinSocket)”). On récupère tout d’abord la taille du
buffer reçu grâce à la fonction socket.ReceiveLength. Puis on va tester si cette taille
est inférieure ou égale à la taille maximum d’un buffer. Puis on utilise la fonction
socket.ReceiveBuf(b,taille) ; (”b” est une variable de type trame et ”taille” correspond à la taille du buffer reçu) pour récupérer le buffer réçu. Le buffer est ainsi stocké
dans la variable ”b”. Cf client chat
- Serveur :
Tout comme pour le serveur du chat on va utiliser la procedure TForm1.ServerSocket1ClientRead(Sender : TObject ; Socket : TCustomWinSocket). Comme pour
le client on récupère la taille du buffer reçu toujours avec la même fonction et on teste si
la taille du buffer est inférieure ou égale à la taille maximum d’un buffer et on stocke le
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
33
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
buffer reçu dans une variable de type trame (voir client ci-dessus). Ensuite on va se servir de la même boucle que pour le serveur du chat. A la difference que la fonction d’envoie va être ServerSocket1.Socket.Connections[I].SendBuf(Buffer,taille) (”Buffer” est le buffer reçu par le serveur et ”taille” est la taille du buffer reçu).Cf serveur
chat.
Envoi de coordonnées :
Grâce à la réalisation du buffer, nous avons réalisé un serveur et un client comportant chacun une fenêtre OpenGL. Chaque fenêtre OpenGl comporte un carré, il est
possible de faire bouger le carré grâce au programme client. Le client va envoyer au
serveur tous les déplacements que le carré va faire, ainsi la fenêtre OpenGL du serveur
affichera aussi les déplacements du carré. Cf cube.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
34
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Pour l’intégration du mode réseau dans notre jeu, nous avons conservé la méthode
qui utilise un buffer. Notre buffer contient ainsi la position de la voiture , son angle ,
son accélération . . .. De plus le buffer peut contenir beaucoup d’autre informations , le
classement du joueur, le nombre de tour restant ainsi que le type d’objet en possession
de la voiture.
Le joueur peut ainsi choisir d’être client ou serveur, le serveur choisi la map sur
laquelle les autres joueurs vont jouer. Une fois que tous les joueurs sont connectés le
serveur peut décider de lancer la partie sur tous les pc en même temps. Aprés que la
partie se soit lancer sur tous les pc, les régles du jeu restent les mêmes que dans les
autres modes de jeu. Cf Serveur et client.
2.12
Gestion du son [besson p]
2.12.1
Introduction
Cette Partie du projet pourtant plus lègère en terme de reflexion algoritmique doit
cependant etre realisée avec la même attention. Après l’affichage 3D, le son est la
partie la plus visible du projet et ne doit pas être négligée. Dans notre projet, un jeu
de voiture, il faut faire correspondre des évènements comme des collisions ou le bruit
provenant du moteur avec des sons adéquats. De plus il faut une musique d’ambiance
pour le GUI, puis pendant la partie et lors de la victoire d’un des joueurs. La partie
concernant la musique à été traitée de manière telle que les utilisateurs du programme
puissent écouter leur propres fichiers sonnores (mp3, wav, etc).
2.12.2
Choix de la Librairie
Pour le son nous utilisons la librairie FMOD téléchargeable gratuitement sur le
site http ://fmod.org/. Nous avons préféré utiliser cette dernière plutôt qu’une autre
pour les raisons suivantes :
– Tout d’abord, celle-ci est simple d’utilisation et parfaitement fonctionnelle. Fmod
n’utilise pas des milliers de fonctions et est malgré tout très performante. Elle
permet en effet de lire très simplement des sons, que ce soit en .mp3, .wav ou
autres et de leur donner divers effets qui peuvent être très intéressants pour un
jeu en 3D comme le nôtre. Et ce avec un rendu assez réaliste. - Ensuite, la dll
est très légère, seulement 150 Ko par rapport aux autres dll utilisées par le jeu
et même par rapport aux autres dll de gestion des sons.
– Ensuite, la dll est très légère, seulement 150 Ko par rapport aux autres dll utilisées
par le jeu et même par rapport aux autres dll de gestion des sons.
– Enfin fmod fonctionne sur n’importe quelle plate-forme. Même si en prepa notre
projet n’est pas sensé fonctionner sur d’autres plate-formes que Windows, cela
nous a paru être preuve de bonne qualité.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
35
Plein Gaz
2.12.3
Projet Epita Promo 2009
Fonctions Principales
Pour commencer, l’initialisation de FMOD avec les paramétrages de lecture des
fichiers. Grâce à la procedure pInitFMOD que nous avons codé, nous choisissons le
type de spatialisation du son, la fréquence d’échantillonnage et le nombre de canaux
désirés pour l’application. Ces informations peuvent dans un souci de compatibilité
être changées dans le menu principal du jeu, tout comme la résolution d’affichage par
exemple.
Nous avons codé trois fonctions de base qui permettent de lire, de pauser et de
stopper la lecture d’un fichier (en fait en utilisant le type TSound défini plus bas).
Dans un même temps, le statut change d’état selon le type énuméré suivant : Voir
annexe pour le code.
Ainsi nous savons si un fichier est en cours de lecture ou non. Nous pouvons par
exemple attendre la fin de la lecture d’un fichier pour en débuter la lecture d’un autre.
La fonction pListDir codée par nos soins parcours un répertoire donné en paramètre
à la recherche de fichier d’un type défini, ici des fichiers musicaux. Puis nous remplissons
un vecteur contenant des éléments du type Tsound que nous avons codé de la manière
suivante :
Nous pouvons définir dans l’initialisation de la librairie un nombre de cannaux de
lecture nous permettant de gérer parfaitement notre liste de lecture en complément des
états (TMusicState). Chaque morceau ne peut pas être lu plusieurs fois simultanément,
et le nombre de fichiers lus simultanément est connu.
2.12.4
Les Bruitages
Au lancement du programme, un vecteur d’enregistrement est rempli grâce à la
procédure pListDir avec les sons destinés aux bruitages. Ces sons sont statiques, ils
doivent être tous présents et avoir un nom leurs permettant de garder leur ordre (classment) dans le répertoire. En somme il ne faut pas y toucher ils font partis des fichiers
du jeu.
Nous avons donc à ce stade de l’execution du programme, un vecteur d’enregistement renseigné et nous sommes capable de lire chacun de ces fichiers.
Tous les événements du jeu tels que l’accélèration ou les collisions proviennent du
type voiture qui est un enregistrement de toutes les données concernant le déplacement
des bolides, implémentés dans le moteur physique. Voici un extrait du type voiture :
Chaque champ d’enregistrement contient l’information nécessaire à la lecture d’un
son. Le type de véhicule, l’accélèration, la possession d’un item ainsi que la vitesse.
Selon des valeurs d’acceleration un son différent sera joué. Initialement, et lorsque le
jouer ne possède pas d’item le champ correspondant (de type string) vaut la chaine de
caractère vide. Nous sommes donc indépendants des touches du clavier et tout passe
par le type voiture.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
36
Plein Gaz
2.12.5
Projet Epita Promo 2009
La Musique
Pour ce qui est de la musique, nous procèdons de même manière que pour les
bruitages si l’utilisateur ne souhaite pas ecouter ses propres morceaux musicaus. En
effet, un repertoire destiné exclusivment aux fichiers sons de l’utilisateur existe. S’il
est vide ou contient un fichier non valide, le programme va utiliser les fichiers par
défaut. Pendant la partie, une musique d’ambiance pouvant être arrêtée ou reinitilisée
et pendant le GUI un autre.
Par contre, si l’utilisateur souhaite ecouter ses fichiers, le répertoire de destination
de ses fichiers étant rempli (au moins un fichier)la procédure pListDir va scanner le
repertoire et créer une liste de lecture. Pendant l’execution du jeu, l’interface permet
l’affichage de la musique jouée. Cette playlist se manipule avec des fonctions telles que :
mute, pause, prec, suiv et stop.
2.12.6
Conclusion
Débuté et en partie achevé, en ce qui concerne les algorithmes, pour la 3ème soutenance, le son est dorénavant parfaitement operationel et rempli toutes les fonctions
ennoncées dans le cahier des charges. L’accès à la personnalisation des listes de lecture
est un atout pour notre projet. Même si l’idée du repertoire alloué à ’sa’ playlist est
reprise d’un cellèbre jeu de voiture son application est propre à notre jeu.
2.13
Site web [cadill j] [auriau f ]
Parallèlement au développement du jeu, nous avons crée un site web qui a eu pour
but de présenter le projet aux internautes. Son adresse est : http ://lazit.free.fr
2.13.1
Rôle du site web
Sur ce site, on trouve le cahier des charges, les différents rapports de soutenance,
ainsi que les versions bêta et la version finale du jeu. Dans la rubrique liens, on trouve
également une liste de bonnes adresses concernant le développement delphi/OpenGL.
Une gestion des news a été implémentée pour suivre en direct l’avancement du projet.
Pour finir, il est possible de contacter chaque membre du groupe via le site.
2.13.2
Design
Le design du site ressemble fortement à celui du jeu, c’est à dire des couleurs vives,
rappelant l’univers ” cartoonesque ” dans lequel nous nous sommes plongés.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
37
Plein Gaz
2.13.3
Projet Epita Promo 2009
L’avancement du site web
Lors de la première soutenance, le site était quasiment dans sa version finale. Il
restait seulement à intégrer la gestion des news. Cf Capture news.
Nous devions présenter le site web pour la deuxième soutenance, ce qui a été réalisé.
La gestion des news a été implémentée, grâce à une base de donnée MySql, gérée par
EasyPhp. Cf Site.
2.14
Assemblage général du projet [auriau f ] [baudro p] [besson p] [cadill j]
2.14.1
Installeur et désinstalleur
A l’aide d’un programme, nous avons créé un installeur et un désinstalleur. Le fichier
setup.exe se lance directement à l’insertion du CD, à l’aide d’un fichier autorun.inf.
2.14.2
Réunification des unités [baudro p] [besson p]
2.14.3
Manuel d’installation et d’aide [auriau f ] [cadill j]
Nous avons réalisé un manuel d’installation au format papier qui est fourni dans le
boitier du jeu ainsi qu’une deuxième aide qui est inclus avec l’installation. L’aide qui est
incluse sur notre CD-ROM est au format ”HLP”. Les fichiers au format HLP peuvent
être lu sur tous les pc ayant pour système d’exploitation créé par Microsoft. Les deux
aides réalisées, expliquent clairement comment installer le jeu, ainsi que l’utilisation
complétes de toutes les options du jeu.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
38
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Conclusion
Pour conclure, nous sommes relativement content de nous, dans la mesure où nous
avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé au départ, c’est à dire mener ce projet
à terme. Aussi, nous sommes heureux d’avoir terminé ce projet à 4, ce qui malheuresement n’est pas toujours le cas. Ce fut surtout une très bonne expérience, aussi bien
au niveau de l’acquisition de nombreuses connaissances qu’au niveau de la réalisation
d’un travail en groupe. En effet, il n’est pas toujours simple de faire abstraction des
différences qui opposent les membres d’un groupe, dans le but de travailler le plus
éfficacement possible.
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
39
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Annexes
glBegin(GL_QUADS); glVertex3f(1.0,1.0,0.0);
glVertex3f(0.0,1.0,0.0); glVertex3f(0.0,0.0,0.0);
glVertex3f(1.0,0.0,0.0); glEnd();
Qui dit cube dit 6 faces rectangulaires.
glClear(GL_COLOR_BUFFER_BIT); glClear(GL_COLOR_BUFFER_BIT
|GL_DEPTH_BUFFER_BIT); glMatrixMode(GL_MODELVIEW);
gluLookAt(5,5,5,0,0,0,0,1,0); glBegin(GL_QUADS);
glVertex3i(1,1,1); glVertex3i(1,-1,1); glVertex3i(-1,-1,1);
glVertex3i(-1,1,1); //1 face
\ldots
glVertex3i(-1,-1,-1); glVertex3i(-1,-1,1); glVertex3i(1,-1,1);
glVertex3i(1,-1,-1); //6 faces glEnd(); SwapBuffers(DC);
Fig. 1 – Cube blanc
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
40
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
glClear(GL_COLOR_BUFFER_BIT); glClear(GL_COLOR_BUFFER_BIT |
GL_DEPTH_BUFFER_BIT); glMatrixMode(GL_MODELVIEW);
gluLookAt(5,5,5,0,0,0,0,1,0); glBegin(GL_QUADS); glColor3d(1,0,0);
glVertex3i(1,1,1); glVertex3i(1,-1,1); glVertex3i(-1,-1,1);
glVertex3i(-1,1,1);//1 face
\ldots
glColor3d(1,0,1); glVertex3i(-1,-1,-1); glVertex3i(-1,-1,1);
glVertex3i(1,-1,1); glVertex3i(1,-1,-1);//6 faces glEnd();
//"Cette fois, j’le sens bien\ldots" SwapBuffers(DC)
//glutSwapBuffers(); pour glut
//glutPostRediplay(); Uniquement pour GLUT
Fig. 2 – Cube couleur
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
41
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
for i := 0 to 8 do
for j := 0 to 8 do
begin
glPushMatrix;
glTranslated(i*10+5, j*10+5, 0);
glRotate(90, 1, 0, 0);
AffModel(13);
glPopMatrix;
end;
for i := (((realToInt(Tvoiture[1].posX)div 10))-2)
to
(((realToInt(Tvoiture[1].posX))div 10)+2) do
for j := ((((realToInt(Tvoiture[1].posY))div 10))-2) to
(((realToInt(Tvoiture[1].posY))div 10)+2) do begin
if (i >= 0) and (i < 8) then
if (j >= 0) and (j < 8) then begin
glPushMatrix;
glTranslated(i*10+5, j*10+5, 0);
glRotate(90, 1, 0, 0);
AffModel(mapModel[i+1][j+1]);
glPopMatrix;
end;
end;
end;
Model[1]:=T3DModel.Create; Model[1].loadfromfile(’.\hummer.3ds’) ;
Model[1].Draw ;
p_load_model(model:integer;x,y,z:real;model_fixe:boolean;rot:real);
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
42
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 3 – EditMap1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
43
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 4 – EditMap2
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
44
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 5 – EditMap3
Fig. 6 – EditMap4
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
45
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 7 – GUI1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
46
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 8 – GUI2
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
47
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 9 – MoteurPhysique1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
48
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 10 – MoteurPhysique2
Fig. 11 – MoteurPhysique3
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
49
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 12 – EntreesSorties1
Fig. 13 – EntreesSorties2
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
50
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 14 – EntreesSorties3
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
51
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 15 – IA1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
52
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 16 – IA2
Fig. 17 – IA3
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
53
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 18 – MonoMulti1
Fig. 19 – Modele3D1
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
54
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 20 – Modele3D2
Fig. 21 – Cube
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
55
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 22 – Client Chat
Fig. 23 – Serveur Chat
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
56
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 24 – Serveur
Fig. 25 – Client
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
57
Plein Gaz
Projet Epita Promo 2009
Fig. 26 – SITE
Fig. 27 – Capture News
Vroom Studios : Rapport de soutenance finale
58
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising