STORACELL - Documentation technique

STORACELL - Documentation technique
Notice d'installation et d’entretien
Ballons à chauffage indirect
STORACELL
6 7 2 0 6 1 2 3 8 3 -0 0 .1 R
pour raccordement aux chaudières Junkers
6 720 614 685 (2007/08) OSW
ST 120-2 E...
ST 160-2 E...
Table des matières
Table des matières
1
1.1
1.2
Consignes de sécurité et explication des
symboles
Consignes de sécurité
Explication des symboles
3
3
3
2
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
Informations produit
Utilisation
Utilisation conforme
Equipement
Protection contre la corrosion
Description du fonctionnement
Cotes de construction et de raccordement
Caractéristiques techniques
4
4
4
4
4
4
5
6
3
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.5.1
3.5.2
3.5.3
3.5.4
3.6
3.6.1
3.6.2
Installation
Réglementation
Transport
Lieu d’installation
Contrôle d'étanchéité des conduites d'eau
Montage
Circulation
Raccord côté primaire
Raccordement côté eau
Vase d’expansion de l’eau sanitaire
Branchement électrique
Raccordement à la chaudière
Raccordement au module
7
7
7
7
7
8
8
9
9
9
10
10
10
Mise en service
Informations pour l’utilisateur données par
l’installateur
4.2
Mise en service
4.2.1 Généralités
4.2.2 Remplissage du ballon sanitaire
4.2.3 Limitation du débit
4.3
Réglage de la température du
ballon
11
4
4.1
5
5.1
5.2
5.3
2
Mise hors service
Mettre le ballon hors service
Mise hors service de l’installation de
chauffage en cas de risques de gel
Protection de l'environnement
6
6.1
6.2
6.2.1
6.2.2
6.2.3
6.2.4
6.3
Entretien
Recommandations pour l’utilisateur
Travaux d’entretien et de réparation
Anode au magnésium
Vidange
Détartrage / nettoyage
Remise en fonctionnement
Contrôle du fonctionnement
13
13
13
13
13
13
13
13
7
Anomalies
14
8
Complément au ST...-2 EB
15
11
11
11
11
11
11
12
12
12
12
6 720 614 685 (2007/08)
Consignes de sécurité et explication des symboles
1
Consignes de sécurité et explication des symboles
1.1
Consignes de sécurité
Installation, modifications
B L’installation ainsi que les modifications éventuellement apportées au ballon sanitaire doivent être exclusivement confiées à un installateur agréé.
1.2
Explication des symboles
Les indications relatives à la sécurité sont
écrites sur un fond grisé et précédées d’un
triangle de présignalisation.
B Le ballon ne doit être utilisé que pour chauffer les
eaux à usage sanitaire.
Les mots suivants indiquent le degré de danger encouru
si les instructions données pour éviter ce risque ne sont
pas suivies.
Fonctionnement
• Prudence : risque de légers dommages matériels.
B Respecter ces instructions d’installation afin d’assurer un fonctionnement impeccable.
• Avertissement : risque de légers dommages corporels ou de gros dommages matériels.
B En aucun cas n’obturer la soupape de sécurité !
Durant la phase de réchauffement, de l’eau peut
s’échapper de la soupape de sécurité.
• Danger : risque de gros dommages corporels, voir
danger de mort.
Désinfection thermique
B Risques de brûlure !
Surveiller absolument le fonctionnement à courte
durée à des températures supérieures à 60 °C.
Entretien
B Recommandation à l'utilisateur : faites effectuer
l'entretien de la chaudière et du ballon tous les ans
par un installateur agréé.
Dans le texte, les indications sont précédées du symbole ci-contre. Elles sont délimitées par des lignes horizontales.
Ces indications donnent des informations importantes
dans les cas où il n’y a pas de risque d’endommager
l’appareil ou de mettre en péril l’utilisateur.
B N’utiliser que des pièces de rechange d’origine !
6 720 614 685 (2007/08)
3
Informations produit
2
Informations produit
2.1
Utilisation
Les ballons sont conçus pour être raccordés à une chaudière avec possibilité de raccordement d'une sonde de
tempéature de ballon (CTN). La puissance de charge
ECS maximale du producteur de la chaudière ne doit pas
dépasser les valeurs suivantes :
Ballon
ST 120-2 E...
ST 160-2 E...
Puissance de charge ECS maxi.
25,1kW
25,1kW
Tab. 1
Avec des appareils à puissance de charge ECS plus élevée :
B Limiter la puissance de charge ECS à la valeur indiquée ci-dessus (voir notice d'installation de l'appareil).
La fréquence d'enclenchement de l'appareil est ainsi
réduite et la durée de charge ECS diminuée.
2.2
Utilisation conforme
B Le ballon doit être utilisé exclusivement pour le
réchauffage de l'eau chaude sanitaire.
Toute autre utilisation n'est pas conforme. Les dégâts
éventuels qui en résulteraient sont exclus de la responsabilité.
2.3
2.4
Protection contre la corrosion
Côté eau potable, les ballons sont revêtus d'un émaillage
homogène selon DIN 4753, Partie 3 et correspondent
ainsi au groupe B selon DIN 1988, Partie 2, Section 6.1.4.
Le revêtement est neutre par rapport à l'eau potable
courante et aux matériaux d'installation. Une anode en
magnésium est intégrée en tant protection supplémentaire.
2.5
Description du fonctionnement
• Pendant le puisage, la température dans la partie inférieure du ballon diminue d'env. 8 °C à 10 °C avant que
la chaudière ne réchauffe à nouveau le préparateur.
• Des puisages fréquents, courts et successifs peuvent
entraîner un dépassement de la température réglée
du ballon ainsi que la formation d'une couche chaude
dans la partie supérieure du réservoir. Ce comportement est inhérent au système et ne peut être modifié.
• Le thermomètre installé indique la température de la
partie supérieure du réservoir. En raison de la stratification naturelle de la température à l'intérieur du
réservoir, la température de ballon réglée doit être
considérée comme une valeur moyenne. La température affichée et le point de commutation du thermostat du ballon ne sont donc pas identiques.
Equipement
• Sonde de température du ballon (sonde de contact
CTN) avec fiche de raccordement à un appareil de
chauffage avec raccordement CTN.
• Réservoir du ballon émaillé.
• Anode en magnésium
• Isolation en mousse rigide exempte de CFC sur tout le
pourtour.
• Thermomètre
• Revêtement:
• Le revêtement est en tôle d'acier revêtue. Les couvercles sont en plastique.
• Vidange
4
6 720 614 685 (2007/08)
Informations produit
Cotes de construction et de raccordement
>
= 250
22
2.6
T
357 / 407
315 / 365
250 / 300
> 600
=
185 / 235
143/193
245
275
585
929*
951*
120
L
VSP
R SP
R 3 /4
R 3/4
KW
WW
R 3/
T1
R 3 /4
ZL Rp 1
4
60
40
80
20
100
0
120
C
MA
9*
E
500 / 600
6 720 612 383-01.1R
Fig. 1
Les dimensions indiquées après le trait oblique concernent la taille de ballon suivante.
E
KW
L
MA
RSP
T
T1
VSP
WW
ZL
Vidange
Raccordement eau froide R ¾ (filetage mâle)
Passe-câble pour la sonde de température (CTN)
Anode en magnésium
Retour ballon R ¾ (filetage mâle)
Thermomètre à apposer pour affichage de la température
Sonde de température du ballon (sonde de contact CTN)
Départ ballon R ¾ (filetage mâle)
Sortie eau chaude sanitaire R ¾ (filetage mâle)
Raccordement bouclage Rp 1 (filetage femelle)
*
Les dimensions indiquées concernent l'état de livraison
(pieds réglables entièrement rentrés). Tourner les pieds
réglables pour augmenter cette dimension de max. 16 mm.
Distances par rapport aux murs
min 100
min 100
min 600
Remplacement des anodes :
B Respecter la distance ≥ 250 mm par rapport au plafond
et ≥ 600 mm devant le ballon.
B En cas de remplacement, utiliser uniquement une anode tubulaire isolée.
6 720 612 384-13.1R
Fig. 2
6 720 614 685 (2007/08)
Distances minimales recommandées par rapport
aux murs
5
Informations produit
Caractéristiques techniques
Modèle de ballon
ST 160-2 E...
Débit permanent d’eau chaude :
ST 120-2 E...
Transmetteur de chaleur (serpentin):
Nombre de spires
• Le débit permanent indiqué se rapporte à une température de départ de l’eau primaire de 90 °C, une température de sortie de 45 °C et une température
d’admission de l’eau froide de 10 °C pour une puissance de charge maximale (puissance de la chaudière
au moins égale à la puissance de la surface d’échange
du réservoir).
5
5
l
4,4
4,4
Surface de chauffe
m2
0,63
0,63
Température d’eau de chauffage maxi.
°C
110
110
Pression de service maxi. serpentin
bar
4
4
- tdep = 90 °C et tsto = 45 °C selon DIN 4708
kW
25,1
25,1
- tdep = 85 °C et tsto = 60 °C
kW
13,9
13,9
- tdep = 90 °C et tsto = 45 °C selon DIN 4708
- tdep = 85 °C et tsto = 60 °C
l/h
590
590
l/h
237
237
Quantité d'eau en circulation prise en compte
l/h
1300
1300
NL
1,3
2,0
- puissance de charge ECS 24 kW
mini.
20
26
0,08
- puissance de charge ECS 18 kW
mini.
25
32
0,07
- puissance de charge ECS 11 kW
mini.
49
62
0,06
- puissance de charge ECS 8 kW
mini.
52
69
0,05
l
115
149
Puissance maxi. surface de chauffe avec :
Puissance continue maxi. avec :
• Si les indications concernant la quantité d’eau en circulation ou la puissance de charge/température de
départ ne sont pas respectées, le débit permanent et
le coefficient de performance (NL) s’en trouvent
réduits
Perte de pression du serpentin en bar
Δp
Coefficient de performance 1) DIN 4708
0,15
Mise en température min. de taef = 10 °C à
tsto = 60 °C avec tdep = 85 °C à :
E.
0,10
0,09
Contenance du ballon :
0,04
16
0/
Contenance utile
Volume ECS utile
(sans complément de charge) 2) tsto = 60 °C et
ST
0,03
- tecs = 45 °C
l
145
190
- tecs = 40 °C
l
170
222
l/min
12
16
Pression de service d'eau max. 3)
bar
10/6
10/6
Dimensionnement mini. de la soupape de
sécurité
mm
DN 15
DN 15
Débit maxi.
-2
à tdep = 90 °C (puissance de charge maxi.)
(bar)
0
Contenance eau de chauffage
12
2.7
0,02
0,01
1,0
Autres paramètres :
1,5
2,0
2,5
3,0
4,0
5,0
V (m /h)
3
Consommation d'énergie de maintien (24h)
selon DIN 4753 Partie 8 2)
Poids à vide (sans emballage)
6 720 612 383-03.2O
kWh/
d
1,2
1,4
kg
50
60
Tab. 2
1) Le coefficient de performance NL indique le nombre de
logements à alimenter entièrement avec 3,5 personnes,
une baignoire normale et deux points de puisage. Le coefficient NL a été calculé selon DIN 4708 avec tsto = 60 °C,
tecs = 45 °C, taef = 10 °C et une puissance de surface de
chauffe maxi. Avec une puissance de charge ECS et un
volume d'eau en circulation plus faibles, le coefficient NL
diminue proportionnellement selon
2) Les pertes de répartition en dehors du ballon ne sont pas
prises en compte.
Fig. 3
Δp
.
V
Perte de pression
Quantité d’eau primaire
Les pertes de pression causées côté réseau
ne sont pas prises en compte dans le diagramme.
Valeurs de mesure de la sonde de température du ballon (CTN)
Température du ballon
3) Les valeurs indiquées après la barre oblique se rappportent au ballon ST...-2 EB.
tdep
tsto
tecs
taef
6
= Température de départ
= Température de stockage
= Température eau chaude sanitaire
= Température arrivée eau froide
Résistance de la sonde
[°C]
[Ω]
20
14772
26
11500
32
9043
38
7174
44
5730
50
4608
56
3723
62
3032
68
2488
Tab. 3
6 720 614 685 (2007/08)
Installation
3
Installation
3.1
Réglementation
3.3
Respecter les prescriptions, directives et normes relatives à l’installation et au service :
Prudence : Dégâts suite aux fentes dues aux
tensions !
• Prescriptions nationales et locales
B Installer le ballon dans un local protégé
contre le gel.
• EnEG (Loi sur les économies d’énergie)
• EnEV (Règlement concernant la protection thermique
économisant de l’énergie et la technique des installations économisant de l’énergie, appliqué dans les
bâtiments)
• Normes DIN, Beuth-Verlag GmbH Burggrafenstraße 6 - 10787 Berlin
– DIN EN 806 (réglementations techniques pour les
installations d'eau potable)
– DIN EN 1717 (Protection de l'eau potable contre
les impuretés dans les installations d'eau potable
et exigences générales relatives aux équipements
de sécurité pour la protection des impuretés dans
l'eau potable dues au refoulement).
– DIN 1988, TRWI (réglementations techniques pour
les installations d'eau potable)
– DIN 4708 : Installations centrales de production
d’eau chaude sanitaire
• DVGW, Wirtschafts- und Verlagsgesellschaft, Gasund Wasser GmbH - Josef-Wirmer-Str. 1–3 53123 Bonn
Lieu d’installation
B Respecter les distances minimales par rapport aux
murs
(Æ figure 2 page 5).
B Installer le ballon sur un sol plan et porteur.
B Si le ballon est installé dans un local humide, le poser
sur une estrade.
B Positionner le ballon verticalement à l'aide des pieds
réglables
(Æ figure 1 page 5).
3.4
Contrôle d'étanchéité des conduites
d'eau
Avertissement : Dégâts de l'émaillage par
surpression !
B Avant de raccorder le ballon, effectuer le
contrôle d'étanchéité des conduites
d'eau avec 1,5 x la surpression autorisée
selon DIN 1988, partie 2, paragraphe
11.1.1.
– Fiche de travail W 551, (installations d'eau potable
et de conduites d'eau potable ; Mesures techniques pour la diminution de la croissance des légionelles ; Planification, mise en place,
fonctionnement et réparation des installations
d'eau potable)
– Fiche de travail W 553, (Mesure des systèmes de
circulation dans les installations centrales de production d'eau chaude sanitaire)
• Prescriptions VDE
3.2
Transport
B Tranporter le ballon toujours droit.
B Veiller à ne pas abîmer le ballon pendant le transport.
B Ne sortir le ballon de son emballage que sur le lieu
d’installation.
6 720 614 685 (2007/08)
7
Installation
3.5
Montage
Pour respecter en toute simplicité ces prescriptions :
Comment éviter les déperditions de chaleur par
bouclage :
B Installer une vanne de régulation avec
thermomètre.
B monter des clapets de retenue ou clapets anti-thermosiphon avec vanne anti-retour dans tous les circuits de réservoir.
-ouB poser les conduites au niveau des raccordements du
ballon de stockage de telle sorte qu’un bouclage autonome ne soit pas possible.
WW
SG
B Monter les conduites de raccordement sans contrainte.
3.5.1
ZL
20
10 15.3
14
15.2
Circulation
B Retirer le thermomètre sur le couvercle supérieur du
ballon.
VSp
15.4 15.2 22 21
KW
R Sp
15.1
B Retirer le couvercle supérieur du ballon.
BWAG
B Retirer le passage marqué au milieu sur la partie intérieure du couvercle du ballon à l'aide d'un outil.
B Retirer le bouchon du raccordement du bouclage.
B Remettre le couvercle supérieur du ballon ainsi que le
thermomètre en place.
B Installer un tube plongeur ZL 102/1 (accessoire), une
pompe de circulation autorisée pour l'eau potable et
une vanne anti-retour appropriée.
En raison des déperditions de refroidissement, un bouclage n’est admissible qu’avec
une pompe de bouclage ECS à programmation horaire et/ou thermique.
Le dimensionnement des conduites de bouclage doit
être déterminé selon le DVGW fiche de travail W 553, ou
toutes autres normes en vigueur.
Il est possible d'éviter des calculs compliqués pour les
maisons d'une à quatre familles lorsque les conditions
suivantes sont respectées :
• Conduites de bouclage, conduites individuelles et
groupées avec un diamètre interne de 10 mm minimum
• Pompe de bouclage DN 15 avec un débit de maxi.
200 l/h et une pression de refoulement de 100 mbar
• Longueur des conduites d'eau chaude sanitaire maxi.
30 m
E
Fig. 4
BWAG
E
KW
RSP
SG
VSP
WW
ZL
10
14
15.1
15.2
15.3
15.4
20
21
22
6 720 612 383-04.1R
Schéma de raccordement côté eau chaude sanitaire
Vase d'expansion ECS (recommandation)
Vidange
Arrivée eau froide sanitaire
Retour ballon R ¾ (filetage mâle)
Groupe de sécurité selon DIN 1988
Départ ballon R ¾ (filetage mâle)
Sortie eau chaude sanitaire R ¾ (filetage mâle)
Raccord de circulation
Soupape de sécurité
Siphon
Soupape de sécurité
Clapet anti-retour
Raccord manomètre
Vanne d’arrêt
Pompe de circulation (sur les lieux)
Vanne d’arrêt (sur les lieux)
Limiteur de pression (si nécessaire, accessoire)
• Longueur de la conduite de bouclage maxi. 20 m
• Diminution de la température maximum 5 K
(DVGW Fiche de travail W 551)
8
6 720 614 685 (2007/08)
Installation
3.5.2
Raccord côté primaire
B Raccorder le serpentin en courant parallèle, c'est-àdire ne pas intervertir les raccordements de départ et
de retour.
Ceci permettra d'obtenir un chargement homogène
dans la partie supérieure du ballon.
B Installer à proximité de la conduite d'échappement de
la soupape de sécurité une plaque d'avertissement
comportant l'inscription suivante :
« Pour des raisons de sécurité, de l'eau peut s'écouler
de la conduite d'échappement pendant le chauffage !
Ne pas fermer ! »
B Les conduites de chargement doivent être bien isolées et le plus court possible.
Cette méthode permet d'éviter des pertes de pression inutiles ainsi que le refroidissement du ballon par
bouclage ou autre.
Si la pression statique de l’installation dépasse 80 % de
la pression de déclenchement de la soupape de
sécurité :
B Prévoir une aération efficace (par ex. dégazeur au
point le plus haut entre le ballon et la chaudière pour
éviter les dysfonctionnements.
3.5.4
B Pour éviter la circulation par gravité, installer un clapet anti-retour dans le retour du ballon.
3.5.3
Raccordement côté eau
Prudence : Dégâts dus à la corrosion par
contact au niveau des raccords du ballon !
B En cas de raccord en cuivre côté eau
chaude sanitaire :
utiliser des raccords à collerette en laiton
ou en laiton rouge.
B Selon DIN 1988, on doit installer un groupe de
sécuirté compact dans la conduite d'eau froide (l'installateur peut éventuellement composer un groupe de
sécurité lui-même).
B Le groupe de sécurté doit au moins pouvoir évacuer le
débit d'eau froide du ballon par sa soupape de sécurité, (Æ chapitre 4.2.3 page 11).
B La soupape de sécurité homologuée doit être réglée
en usine de manière à ce que la pression autorisée du
préparateur ne puisse être dépassée.
B Faire déboucher la conduite d'échappement de la
soupape de sécurité de manière bien visible dans la
zone protégée contre le gel, par un point d'évacuation
d'eau.
La conduite d'échappement doit avoir au moins correspondre à la section de sortie de la soupape de
sécurité.
B Monter un réducteur de pression en amont.
Vase d’expansion de l’eau sanitaire
Pour éviter les fuites d'eau par la soupape de
sécurité, il est possible d'installer un vase
d'expansion approprié pour l'eau potable.
B Installer le vase d'expansion dans la conduite d'eau
froide entre le ballon et le groupe de sécurité.
Dans ce cas, l'eau chaude sanitaire doit circuler par le
vase d'expansion à chaque puisage.
Le tableau ci-dessous offre une aide au dimensionnement du vase d’expansion. Les dimensions peuvent se
modifier si la contenance utile des différents types de
vases est différente. Les indications se basent sur une
température ECS de 60 °C.
Type de ballon
Modèle
10 bars
ST 120
ST 160
Pression
Taille du vase en litres
admissible
selon
du vase
la pression admissible de
=
la soupape de sécurité
Pression
6 bar
8 bar
10 bar
eau froide
3 bar
8
8
-
4 bar
12
8
8
3 bar
8
8
-
4 bar
12
8
8
Tab. 4
Prudence : Endommagements dus à une
pression excessive !
B En cas d’utilisation d’un clapet de
retenue :
monter la soupape de sécurité entre le
clapet de retenue et le raccordement du
ballon (eau froide).
B Ne pas obturer le tuyau de purge de la
soupape de sécurité.
6 720 614 685 (2007/08)
9
Installation
3.6
Branchement électrique
Danger : risque d’électrocution !
B Avant d’effectuer le branchement électrique, interrompre l’alimentation en courant (230 V AC) de l’installation de
chauffage.
3.6.1
Raccordement à la chaudière
Pour une description détaillée du raccordement électrique, cf. le manuel d’installation
de l’appareil de chauffage.
3.6.2
Raccordement au module
Vous trouverez une description détaillée du
raccordement électrique dans la notice
d'installation du module.
Si le ballon est installé après une bouteille casse-pression dans l'installation :
B Retirer la fiche de raccordement de la sonde de température du ballon.
B Raccorder la sonde de température au module (p. ex.
module HSM ou module IPM).
B Raccorder la fiche de raccordement de la sonde de
température du ballon au tableau de la chaudière.
6 720 612 383-05.1R
6 720 612 383-06.1R
Modul
Fig. 5
10
Fig. 6
6 720 614 685 (2007/08)
Mise en service
4
Mise en service
4.1
Informations pour l’utilisateur données par l’installateur
4.3
Réglage de la température du
ballon
L'installateur explique à l'utilisateur le mode de fonctionnement et le maniement de la chaudière et du ballon
sanitaire.
B Régler la température souhaitée du ballon sanitaire
conformément aux instructions d’utilisation de la
chaudière.
B L’utilisateur doit être renseigné sur le fait qu’un entretien est nécessaire à intervalles réguliers étant donné
que le bon fonctionnement et la durée de vie de son
installation en dépendent.
Désinfection thermique
B Durant la phase de réchauffement, de l’eau sort de la
soupape de sécurité.
En aucun cas n’obturer la soupape de sécurité.
B Vidanger entièrement le ballon en cas de risque de gel
et de mise hors service.
B Remettre toute la documentation à l’utilisateur.
4.2
Mise en service
4.2.1
Généralités
La mise en service doit être effectuée par l’installateur
ou par un expert chargé de cette tâche.
B Effectuer la désinfection thermique de manière périodique, selon la notice d'utilisation du producteur de la
chaudière.
Avertissement : Risques de brûlure !
L'eau chaude peut causer des brûlures graves.
B Effectuer la désinfection thermique exclusivement en dehors des heures de
fonctionnement normales.
B Informer les occupants de l'habitation
des risques de brûlure et surveiller impérativement la désinfection thermique.
B Mettre la chaudière et le ballon en service conformément aux indications du fabricant (voir les instructions d'installation correspondantes).
4.2.2
Remplissage du ballon sanitaire
B Avant le remplissage du ballon:
rincer les conduits (à l'exception du ballon).
B Remplir le ballon, la prise d’eau chaude étant ouverte,
jusqu’à ce que l’eau sorte.
B Contrôler l'étanchéité de tous les raccordements et
l'anode.
4.2.3
Limitation du débit
B Afin d’utiliser au mieux la capacité du ballon sanitaire
et pour empêcher un mélange précoce, nous vous
recommandons de limiter l’entrée d’eau froide dans
le ballon sanitaire à la quantité de débit indiquée cidessous :
Ballon
Débit maximum
ST 120-2 E...
12 l/mn
ST 160-2 E...
16 l/mn
Tab. 5
6 720 614 685 (2007/08)
11
Mise hors service
5
Mise hors service
5.1
Mettre le ballon hors service
B Régler la température d'eau chaude sanitaire selon la
notice d'utilisation de la chaudière sur la butée gauche (env. 10°C protection antigel).
5.2
Mise hors service de l’installation de
chauffage en cas de risques de gel
B Mettre l’installation de chauffage hors service selon la
notice d'utilisation de la chaudière.
B Vidanger entièrement le ballon en cas de risque de gel
et de mise hors service.
5.3
Protection de l'environnement
La protection de l’environnement est une valeur de base
de Bosch et de Junkers.
Pour nous, la qualité de nos produits, la rentabilité et la
protection de l’environnement constituent des objectifs
aussi importants l’un que l’autre. Les lois et les règlements concernant la protection de l’environnement sont
strictement observés.
Pour la protection de l’environnement, nous utilisons,
tout en respectant les aspects économiques, les
meilleurs technologies et matériaux possibles.
Emballage
En ce qui concerne l’emballage, nous participons aux
systèmes de recyclage des différents pays, qui garantissent un recyclage optimal.
Tous les matériaux d’emballage utilisés respectent
l’environnement et sont recyclables.
Appareils anciens
Les appareils anciens contiennent des matériaux qui
devraient être recyclés.
Les groupes de composants peuvent facilement être
séparés et les matières plastiques sont indiquées. Les
différents groupes de composants peuvent donc être
triés et suivre la voie de recyclage ou d’élimination
appropriée.
12
6 720 614 685 (2007/08)
Entretien
6
Entretien
6.1
Recommandations pour l’utilisateur
B Faites effectuer l'entretien de la chaudière et du ballon tous les ans par un installateur agréé.
6.2
Travaux d’entretien et de réparation
B N’utiliser que des pièces de rechange d’origine !
6.2.1
Anode au magnésium
L’anode de protection en magnésium constitue une protection minimale en cas de défauts éventuels de
l’émaillage.
Un premier contrôle devrait être effectué un an après la
mise en service.
Prudence : Dommages dus à la corrosion !
Un mauvais entretien de l’anode de protection peut provoquer des dommages précoces dus à la corrosion.
B Suivant la qualité de l’eau, contrôler
l’anode de protection une fois par an et,
le cas échéant, la remplacer.
Contrôler l’anode de protection
B Enlever le câble de connexion de l’anode au ballon.
B Monter un ampèremètre en série entre l’anode et le
ballon.
L’intensité du courant ne doit pas être inférieure à
0,3 mA, le ballon étant plein.
B Si l’intensité du courant est inférieure et que l’anode
est usée :
remplacer immédiatement l’anode.
6.2.3
Détartrage / nettoyage
En cas d’eau riche en calcaire
Le degré d’entartrage dépend de la durée d’utilisation,
de la température de service et de la dureté de l’eau. Les
surfaces d’échange entartrées diminuent la quantité
d’eau contenue, réduisent la puissance de chauffage,
augmentent les besoins en énergie et prolongent la
durée nécessaire au réchauffement.
B Détartrer le ballon régulièrement en fonction de la
quantité de tartre qui se dépose.
En cas d’eau peu calcaire
B Contrôler quand même le réservoir à intervalles réguliers et le libérer des dépôts.
6.2.4
Remise en fonctionnement
B Après avoir effectué un nettoyage ou des travaux de
réparation, rincer soigneusement le ballon sanitaire.
B Purge côté chauffage et eau chaude sanitaire.
6.3
Contrôle du fonctionnement
Prudence : Une soupape de sécurité ne travaillant pas correctement peut provoquer
des dommages dus à une pression
excessive !
B Contrôler le fonctionnement de la soupape de sécurité et la rincer en la purgeant
brièvement à plusieurs reprises.
B Ne pas obturer le tuyau de purge de la
soupape de sécurité.
Montage d’une nouvelle anode de protection
B Monter l’anode à isolation.
B Etablir une liaison électrique conductrice de l’anode
au réservoir au moyen du câble de connexion.
6.2.2
Vidange
B Avant d’effectuer un nettoyage ou une réparation du
ballon, débrancher le réseau électrique et vidanger le
ballon.
B Vidanger le serpentin de chauffage le cas échéant. Ce
faisant, purger le cas échéant les spires inférieures.
6 720 614 685 (2007/08)
13
Anomalies
7
Anomalies
Raccords bouchés
En combinaison avec des installations en cuivre, il peut
se produire, dans des conditions défavorables, un bouchage des raccords dû à des effets électrochimiques
entre l’anode de protection en magnésium et le cuivre.
B Dans ce cas-là, effectuer une séparation électrique
des raccords en utilisant des écrous d’isolation.
Nuisances olfactives et coloration de l’eau réchauffée
Ceci est dû en général à la formation d’acide sulfhydrique et de bactéries. Ces bactéries sont présentes dans
des eaux contenant très peu d’oxygène, et elles s’alimentent de l’hydrogène produite par l’anode.
B Nettoyage du réservoir, remplacement de l’anode de
protection et utiliser une température de service
de ≥ 60 °C.
B Au cas où ceci n’apporterait pas de remède efficace :
Remplacer l’anode de protection en magnésium contre une anode à courant étranger.
Les coûts de cette modification sont à la charge de
l’utilisateur.
Déclenchement du limiteur de température de sécurité
Si le limiteur de température de sécurité qui se trouve
dans la chaudière se déclenche fréquemment :
B Consulter un spécialiste dans le domaine du chauffage.
14
6 720 614 685 (2007/08)
Complément au ST...-2 EB
Complément au ST...-2 EB
>
= 250
22
8
T
357 / 407
315 / 365
250 / 300
> 600
=
185 / 235
L
245
585
929*
951*
275
120
143/193
VSP
R SP
R 3/4
R 3 /4
KW
WW
R 3 /4
R 3 /4
9*
T1
E
60
40
80
20
100
0
120
C
MA
500 / 600
6 720 612 383-02.1R
Fig. 7
ZL Rp 1
Les dimensions indiquées après le trait oblique concernent la taille de ballon suivante.
E
KW
L
MA
RSP
T
T1
VSP
WW
ZL
Vidange
Raccordement eau froide R ¾ (filetage mâle)
Passe-câble pour la sonde de température (CTN)
Anode en magnésium
Retour ballon R ¾ (filetage mâle)
Thermomètre à apposer pour affichage de la température
Sonde de température du ballon (sonde de contact CTN)
Départ ballon R ¾ (filetage mâle)
Sortie eau chaude sanitaire R ¾ (filetage mâle)
Raccordement bouclage Rp 1 (filetage femelle)
*
Les dimensions concernent l'état de livraison (pieds réglables entièrement rentrés). Les pieds réglables permettent
d'augmenter ces dimensions de maxi. 16 mm.
Remplacement des anodes :
B Respecter la distance ≥ 250 mm par rapport au plafond
et ≥ 600 mm devant le ballon.
Équipement complémentaire
• Bride de nettoyage montée
• Perforation R 1½ dans la bride de nettoyage pour
l'installation d'un chauffage électrique
Si aucun chauffage électrique n'est monté
dans la bride de nettoyage :
B Fermer le trou à l'aide du bouchon joint
en assurant l'étanchéité.
Détartrage / Nettoyage
Prudence : Dégâts d'eau ! Un joint défectueux ou usé peut provoquer des dégâts
d'eau.
B Contrôler et remplacer si nécessaire le
joint de la bride lors du nettoyage.
B En cas de remplacement, utiliser uniquement une anode tubulaire isolée.
Les indications concernant le modèle de ballon
ST 120-2 E... et ST 160-2 E... font foi pour le montage et
le fonctionnement.
6 720 614 685 (2007/08)
15
nv SERVICO sa
Kontichsesteenweg 60
2630 AARTSELAAR
Tel. 03 887 20 60
Fax 03 877 01 29
www.junkers.be
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement