energies renouvelables - RIAED | Réseau international d`accès aux

energies renouvelables - RIAED | Réseau international d`accès aux
EN
EN PARTENARIAT
PARTENARIAT AVEC
AVEC
Avec
Avec l’appui
l’appui Technique
Technique du
du Laboratoire
Laboratoire d’Énergies
d’Énergies Renouvelables
Renouvelables (LER/ESP/UCAD)
(LER/ESP/UCAD) et
et du
du PERACOD
PERACOD
SEMINAIRE DE RENFORCEMENT DE CAPACITE
DE FORMATION EN ENERGIE RENOUVELABLE
OPTION : SYSTEME HYBRIDE (SOLAIRE /
DIESEL)
Du 24 au 28 Septembre 2007 à Ndangane (Îles du Saloum
PARTIE :
ENERGIES RENOUVELABLES
Contact
gsow@ucad.sn
syllaelhadji@yahoo.fr
ENERGIES RENOUVELABLES
I.
Généralités sur les énergies renouvelables.
II.
Energie éolienne : potentiel et conversion.
III.
Energie photovoltaïque : potentiel et conversion.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables
Une énergie renouvelable (ER) est une source d'énergie se renouvelant
assez rapidement pour être considérée comme inépuisable à échelle
humaine de temps. Les énergies renouvelables sont issues de
phénomènes naturels réguliers ou constants provoqués par les astres,
principalement le Soleil (rayonnement), mais aussi la Lune (marée) et la
Terre (énergie géothermique)
z Elles sont issues du soleil, du vent, de la chaleur de la terre, des chutes
d’eau, des marées ou encore des végétaux.
z Leur exploitation engendre très peu de déchets et d’émission polluantes.
Les ER sont au nombre de cinq.
z Toutes ces ressources peuvent être transformées en énergie directement
utile à l’homme sous forme de chaleur, d’électricité ou de force
mécanique
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
z
z
z
z
Elles contribuent au développement durable et à la protection de
l’environnement
La croissance des ER a été forte au cours des 20 derniers années et va
s’accélérer. En effet, outre les opinions publiques et la volonté politique
des États, d’autres facteurs concourent à cette croissance, notamment la
réduction des coûts qui permet la compétitivité des ER, et leurs
évolutions du cadre réglementaire de l’énergie
La production mondiale d’énergie est dominée par les centrales
classiques avec plus de 80% tandis que les ER n’assurent que moins
20%.
Conscient de la réserve limitée des combustibles (pétrole), les politiques
ont prôné le développement des ER sachant qu’elles constituent la
principale alternative pour assurer la relève dans le domaine de la
production de l’énergie
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
Répartition
Répartition de
de la
la production
production mondiale
mondiale en
en énergie
énergie (source
(source Observ'ER
Observ'ER 2006)
2006)
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
z
Le Sénégal
recourt majoritairement au thermique fossile pour
assurer sa production électrique (86,4% des 2,6 TWh générés en
2005, soit 2.2 TWh). L’hydroélectricité fournit un complément de
320 GWh (soit 12,5%), contre 27 GWh (1%) pour la biomasse. Les
programmes d’Electrification rurale décentralisée ont permis le
développement d’une filière solaire photovoltaïque modeste (2
GWh).
z
La filière hydraulique et biomasse ont démarré en 2003. Depuis,
la première est fluctuante tandis que la seconde est en
progression de 5,7 % par an. Le solaire est nettement plus
dynamique, étant donné son niveau de production, avec une
hausse moyenne de 16% par an.
Presque inexistante en 1995, l’électricité d’origine renouvelable atteint
une part de 13,6% en 2005 (soit un taux de croissance annuel de
90,9%).
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
Répartition
Répartition de
de la
la production
production d’électricité
d’électricité au
au SENEGAL
SENEGAL en
en 2005
2005
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
Il existe 5 formes d’énergies renouvelables:
™ La géothermie (la terre)
™ La biomasse (le vivant)
™ L’énergie hydraulique (l’eau)
™ L’énergie éolienne (le vent)
™ L’énergie solaire (le soleil)
Remarque: D’autres formes d’énergies renouvelables
sont rencontrées mais elles sont issues de l’une de
ces 5 (formes précisées).
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
La géothermie
La chaleur de la Terre est aussi une énergie
qu’on peut utiliser. Au centre de la Terre,
la chaleur est tellement importante et la
pression est si forte que les roches sont
en fusion. On appelle cette matière le
magma. On se sert de la vapeur ou de
l’eau capturée entre les roches et chauffée
par la chaleur de la Terre pour produire de
l’électricité (température supérieure à
150°) et du chauffage (basse température
inférieure souvent à 90°). Cette énergie est
appelée Géothermie.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (suite)
Biomasse
Les centrales biomasse sont le plus
souvent installées sur les lieux
mêmes de stockages des déchets,
qu’ils soient urbains ou agricoles.
Ces déchets servent de combustibles
pour alimenter une chaudière. Là,
l’eau porter à ébullition se
transforme en vapeur qui alimente
une turbine pour produire de
l’électricité
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
I - Généralités sur les énergies renouvelables (fin)
L’hydraulique
L’énergie hydraulique est le plus
souvent fournie par les chutes d’
eau provoquées par l’ouverture des
vannes d’un barrage fermant un
réservoir d’eau. L’eau descend
jusqu’à l’usine le long de conduites
forcées : à sa sortie elle possède
une grande énergie, due à sa perte
d’altitude, qui fait tourner l’immense
roue d’une turbine . Celle-ci entraîne
un alternateur , qui produit du
courant électrique
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
II - Energie éolienne
Introduction
L’énergie éolienne est
l’énergie obtenue à partir
du vent. Elle peut être
sous deux formes:
¾ Mécanique pour le
pompage de l’eau
¾ Électrique
(aérogénérateur)
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
II - Energie éolienne (suite)
Potentiel éolien
Mesurer un potentiel éolien c’est déterminer la quantité d’énergie éolienne
récupérable sur un site donné. Cette énergie est fortement dépendante du
vent qui la caractérise.
La vitesse du vent est mesurée par un anémomètre et sa direction est indiquée
par une girouette.
Le potentiel dont dispose notre pays (SENEGAL) dans ce
domaine n’a pas encore fait l’objet d’une grande
exploitation. Dans la bande côtière située dans les régions
de Thiès et Dakar, quelques installations éoliennes
destinées au pompage des eaux ont pu être implantées, le
plus souvent avec le concours d’Organisations Non
Gouvernementales (ONG).
Et le long du littoral entre Dakar et Saint-Louis, la vitesse des
vents est comprises entre 3,7m/s et 6,1 m/s, un potentiel
éolien assez favorable.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
II - Energie éolienne (suite)
Principe de fonctionnement des aérogénérateur
Vois ici commet on produit de l'électricité avec une éolienne
Le vent fait tourner le rotor de l'éolienne.
Le rotor entraîne une génératrice (une dynamo) qui produit
de l'électricité
Rotor
Rotor et
et ses
ses pales
pales
Génératrice
Génératrice
Vent
Vent
Multiplicateur
Multiplicateur
Câbles
Câbles électriques
électriques
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
II - Energie éolienne (suite)
z
z
z
z
z
La loi de Betz détermine qu'une éolienne ne
pourra jamais convertir en énergie mécanique
plus de 16/27 (ou 59%) de l'énergie cinétique
contenue dans le vent.
S la surface balayée par les pales
ρ masse volumique de l’air 1,22 kg/m^3
V1 vitesse du vent en amont de l’aéromoteur
Cp coefficient de puissance
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
II - Energie éolienne (suite)
Évolution de la puissance de l’aéromoteur en fonction de la vitesse du vent
Pour des raisons de sécurités face à des vitesses de vent trop fortes, le
système doit s’arrêter pour pallier à une éventuelle destruction mécanique,
c’est pour cela qu’on utilise principalement deux systèmes de contrôle de
vitesse:
™
Le système Stall (décrochage aérodynamique)
™
Le système à calage variable (Pitch control)
Différents aérogénérateurs dans les systèmes hybrides
Type de Convertisseur électromécanique :
Machine synchrone
Machine asynchrone (plus répandue)
Machine à réluctance variable (avenir prometteur)
z
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III – Energie photovoltaïque
Introduction
L'énergie solaire est l‘ énergie
que dispense le soleil par
son rayonnement,
directement ou de manière
diffuse à travers
l‘atmosphère.
Nous distinguons l’énergie
solaire photovoltaïque
à celle thermique.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
Potentiel solaire
Le soleil émet du rayonnement qui arrive à la surface de la terre de manière
inégale suivant le lieu géographique où on se trouve. La quantité d’énergie
mesurée à la surface de la terre qui peut être transformée en énergie
électrique ou thermique est appelée le potentiel solaire. Il est mesurée par
le pyranomètre et est souvent exprimé en kWh(kilo Watts Heures)
Au Sénégal, nous avons la présence du soleil qui est important (12 mois/12 ):
l'irradiation globale annuelle est de 2000 kWh par mètre carré soit environ
3000 heures d‘ensoleillement. Sa valorisation la plus prometteuse est sous
forme d'énergie photovoltaïque pour contribuer à la satisfaction des
besoins des populations rurales (petite hydraulique villageoise,
réfrigération, éclairage, recharge de batterie) qui ne sont pas raccordées
au réseau électrique.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
Conversion (Solaire photovoltaïque)
Vous parlez de l’effet photoélectrique mais quoi ça
γ
z
e
e
L'effet photoélectrique est l'émission
d‘électrons par un matériau,
généralement métallique lorsque celuici est exposé à la lumière ou un
rayonnement électromagnétique de
fréquence suffisamment élevée, qui
dépend du matériau.
En résume l’effet photoélectrique :
γ + A → e- + A*+
Le photon transfère la totalité de son énergie a
l’atome qui en libère une large partie en émettant
l’un de ses électrons.
Énergie cinétique de l'électron éjecte de l'atome :
Ee = hν - Enlj
ou Enlj représente l’énergie de liaison de l’électron
dans l’atome. Les électrons les plus proches du
noyau sont les plus lies.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
Qu’est ce que cela à voir avec l’énergie solaire ?
Le soleil étant disponible en permanence, il est très intéressant d’en tiré profit
en appliquant l’effet photoélectrique. C’est ainsi des cellules PV ont été
conçues pour convertir le rayonnement solaire en électricité.
C’est quoi une Cellule photovoltaïque ?
Une cellule photovoltaïque est un composant électronique qui,
exposé à la lumière (photons), génère une tension électrique
(volt) (cet effet est appelé l'effet photovoltaïque). La tension
obtenue est de l'ordre de 0,5 V.
Les cellules photovoltaïques sont constituées de semiconducteurs à base de silicium (Si), de sulfure de cadmium (SCd)
ou de tellure de cadmium (CdTe). Elles se présentent sous la
forme de deux fines plaques en contact étroit. Un autre nom est
"photo galvanique".
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque : (suite)
Comment ça fonctionne la cellule PV
Lorsqu’un
Lorsqu’un photon
photon ayant
ayant suffisamment
suffisamment
d’énergie
d’énergie est
est absorbé
absorbé par
par le
le memi-conducteur,
memi-conducteur,
ilil produit
produit la
la rupture
rupture d’une
d’une liaison
liaison de
de valence
valence
et
et libère
libère ainsi
ainsi un
un électron,
électron, ce
ce qui
qui crée
crée un
un
«« trou
trou »» positif.
positif. Ces
Ces charges
charges sont
sont ensuite
ensuite
séparés
séparés par
par le
le champ
champ électrique
électrique au
au niveau
niveau de
de
la
la jonction
jonction np,
np, puis
puis se
se dirigent
dirigent vers
vers les
les
contacts
contacts électriques
électriques correspondants.
correspondants. En
En
reliant
reliant les
les deux
deux couches,
couches, àà travers
travers un
un circuit,
circuit,
on
on obtient
obtient un
un mouvement
mouvement des
des électrons
électrons qui
qui
passent
passent d’une
d’une couche
couche àà l’autre
l’autre et
et créent
créent ainsi
ainsi
un
un courant
courant électrique.
électrique.
Effet de dopage de deux jonction puis
transfert de porteurs de charges
électrique et création d’ énergie
électrique
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
Schéma
Schéma électrique
électrique équivalent
équivalent çç une
une
cellule
PV,
modèle
une
diode
cellule PV, modèle une diode
Ic:
Ic: courant
courant de
de la
la cellule,
cellule, Iph
Iph photocourant
photocourant image
image
de
de l’éclairement,
l’éclairement, IIDDcourant
courant direct
direct de
de la
la diode
diode
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
z
z
Température augmente le courant et diminue la tension en circuit
ouvert
Dégradation lorsque Rs est grande ou Rsh faible
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque : potentiel et conversion (suite)
Pour avoir une tension et un courant plus grand on regroupe plusieurs
cellules PV en série et en parallèle: C’est le module photovoltaïque.
Plusieurs modules regroupés en série et parallèle donne un champs
photovoltaïque
Module photovoltaïque
Champs de module photovoltaïque
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque : potentiel et conversion (suite)
Comment
Comment réaliser
réaliser un
un Générateur
Générateur PV?
PV?
De
De la
la cellule
cellule au
au Générateur
Générateur
Association
Association de
de modules
modules en
en série
série et
et en
en
parallèle
parallèle en
en respectant
respectant les
les normes
normes de
de
sécurités
sécurités (Diodes
(Diodes de
de protections)
protections)
Comment
Comment dimensionner
dimensionner un
un
générateur
générateur PV
PV ??
Nbre
Nbre total
total de
de module
module PV
PV (Nt)
(Nt) == Puissance
Puissance désirée
désirée // Puiss
Puiss optimale
optimale d’un
d’un module
module
L’association
L’association en
en série
série des
des modules
modules est
est imposé
imposé par
par la
la tension
tension désirée
désirée du
du générateur
générateur
PV
PV
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
Avec un
regroupement de α
modules en série et
de β modules en
parallèle, le courant
du générateur est
de β *le courant
d’un module tandis
que sa tension est
α*la tension d’un
module
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
z
z
En fonctionnant ainsi, on
provoque l’échauffement de la
cellule (hot spot), ce qui est
susceptible de la détruire par
claquage. Il convient donc de
limiter la tension inverse maximale
susceptible de se développer aux
bornes d’une cellule en plaçant
une diode parallèle (by-pass) au
niveau de chaque module.
La diode parallèle limite la tension
inverse par sa tension directe
puisqu’elle devient passante. En
court-circuit, le courant traversant
la diode est I1-I2. La puissance
dissipée par la cellule moins
efficace se limite à l’ordre du watt,
ce qui évite toute destruction. La
diode parallèle est inopérante en
fonctionnement normal et ne
diminue pas le rendement des
modules.
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
z
z
Si les modules en parallèles ne sont pas identiques ou si
quelques cellules d’un module sont ombragées, le
courant d’utilisation total des modules sera plus faible.
Pour une impédance de charge élevée, les modules
moins performants deviendront récepteurs si la tension
d’utilisation est supérieure à la tension produite par ces
modules. Une dissipation de puissance importante peut
devenir dangereuse au niveau de la cellule la plus faible
de ces modules. Ainsi pour le cas le plus critique où la
charge est nulle et le circuit ouvert, le courant des
branches des modules performants se dissipera dans la
branche la moins performante.
Bien que la cellule puisse dissiper un courant important, il
est préférable de disposer d’une diode anti-retour. Celleci empêche aussi de gaspiller dans le module occulté
une partie de la puissance produite par les modules
fonctionnant normalement. Cette solution n’est valable
que si la chute de tension provoquée par cette diode est
négligeable devant la tension produite par les modules
de la branche. En effet, cette diode est traversée, en
fonctionnement normal, par le courant de la branche, ce
qui introduit une perte de puissance permanente
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III -Energie photovoltaïque (suite)
z
Recherche du point de puissance maximale
Présentation du LER/ESP/UCAD
ENERGIES RENOUVELABLES
III - Energie photovoltaïque (fin)
Pour
Pour assurer
assurer le
le fonctionnement
fonctionnement d’un
d’un générateur
générateur
photovoltaïque
photovoltaïque àà son
son point
point de
de puissance
puissance maximale
maximale (PPM),
(PPM),
des
des contrôleurs
contrôleurs MPPT
MPPT (Maximum
(Maximum Power
Power Point
Point Tracking)
Tracking)
sont
sont souvent
souvent utilisés.
utilisés. Ces
Ces contrôleurs
contrôleurs sont
sont destinés
destinés àà
minimiser
minimiser l’erreur
l’erreur entre
entre la
la puissance
puissance de
de fonctionnement
fonctionnement et
et
la
la puissance
puissance maximale
maximale de
de référence
référence variable
variable en
en fonction
fonction
des
des conditions
conditions climatiques
climatiques
Un
Un contrôleur
contrôleur MPPT
MPPT permet
permet donc
donc de
de piloter
piloter le
le convertisseur
convertisseur
statique
statique (hacheur
(hacheur par
par exemple)
exemple) reliant
reliant la
la charge
charge (une
(une
batterie
batterie par
par exemple)
exemple) et
et le
le panneau
panneau photovoltaïque
photovoltaïque de
de
manière
manière àà fournir
fournir en
en permanence
permanence le
le maximum
maximum de
de
puissance
puissance àà la
la charge.
charge.
Présentation du LER/ESP/UCAD
Gustave
Gustave SOW
SOW et
et El
El hadji
hadji SYLLA
SYLLA
Présentation du LER/ESP/UCAD
PARTIE :
SYSTEMES DE STOCKAGE
Contact
gsow@ucad.sn
syllaelhadji@yahoo.fr
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages
le stockage correspond à la conservation de l’énergie produite par les sources de
production, en attente pour une utilisation ultérieure. Le stockage qui permet
d’emmagasiner de l’énergie a deux principales fonctions :
z fournir à l’installation de l’électricité lorsque les générateurs ne produisent pas
assez (mauvais temps par exemple)
z fournir à l’installation des puissances assez importantes que celles fournies par
les générateurs.
Le stockage est souvent utilisé dans un petit système d’énergie pour alimenter des
charges pendant une durée relativement longue (des heures ou même des jours)
L'énergie électrique ne se stocke pas directement (sauf pour les super
condensateurs sous forme électrostatique et les supraconducteurs sous forme
magnétique) et il faut la convertir sous une autre forme d'énergie (chimique,
mécanique, thermique, etc.). Il s'agit donc dans la plupart des cas de stockage
indirect. On distingue le stockage à grande échelle du stockage, à moyenne et
petite échelle.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages (suite)
La caractéristique principale d’un système de stockage est sa Capacité
énergétique Wstoc en Wh (wattheures) est une grandeur généralement
fortement dimensionnantes
z Sa part exploitable est fonction du rendement de charge ou décharge du
système de stockage
Cette capacité varie avec le temps de transfert ‘énergie
- pertes « en charge »
- pertes d’auto-décharge
z Limites de décharge profonde (état de charge minimal)
z L’énergie exploitable W utile est toujours inférieure à l’énergie totale stockée.
z
A quel niveau stocker
Au niveau des générateurs fluctuants pour l’amélioration de la participation
aux services systèmes : production de puissances active et réactive à la
demande donc meilleure intégration dans les marchés ouverts de
l’énergie…
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages (suite)
L'énergie électrique peut se stocker sous différentes manières suivant les applications
envisagées:
z
z
z
Sous forme d'énergie électrostatique, en accumulant des charges électriques dans un ou
plusieurs condensateur.
Sous forme d'énergie électromagnétique, en établissant un courant électrique dans un
circuit bobiné autour d'un circuit magnétique, de telle sorte que l'énergie nécessaire pour
mettre en mouvement les charges électriques puisse être restituée par induction. La durée de
stockage de l'énergie reste faible même avec les meilleurs métaux conducteurs que sont
l‘argent et le cuivre en raison des pertes par effet de joule dans le circuit ; un stockage de
longue durée nécessite ainsi l'utilisation de matériaux supercondensateurs.
Sous forme électrochimique, qui présente la caractéristique intéressante de fournir une
tension à ses bornes peu dépendante de sa charge (quantité d'énergie stockée) ou du
courant débité. On utilise la propriété qu'ont certains couples chimiques d'accumuler une
certaine quantité d'électricité en modifiant leur structure moléculaire et ceci de manière
réversible.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages (suite)
Nous avons un certains nombres de formes de stockage : batteries
électrochimiques, réservoir d’eau, hydrogène, super condensateur,
volant d'inertie,…:
z
Les supercondensateurs, également appelés supercapacités,
sont des systèmes de stockage de l'énergie intermédiaires entre
les batteries et les condensateurs diélectriques. Ils ont été
longtemps considérés comme la solution au problème posé par,
d'un côté, la vitesse de décharge limitée des batteries et, de l'autre
côté, la demande croissante de puissance pour l'alimentation des
équipements électroniques ou électriques de dernière génération.
Cependant, leur application était limitée par la quantité d'énergie
qu'ils étaient capables de contenir. C'est cette dernière, en effet,
qui définit la durée de la décharge, aujourd'hui limitée à quelques
secondes. On les retrouve dans les systèmes assurant la qualité du
courant
z
Les volants d'inertie (volant d'inertie associé à un
moteur/générateur avec des paliers magnétiques dans une
enceinte de confinement sous très basse pression) : cette
technologie offre une très grande capacité de cyclage mais elle est
pénalisée par son autodécharge. Les volants d'inertie sont des
systèmes à faible constante de temps.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages (suite)
L'air comprimé en bouteilles : cette technologie relativement
accessible est pénalisée par un rendement faible (pertes
énergétiques importante lors de la phase de détente) et nécessite
un site spécifique (géologie). En effet, pour restituer 1 kWh au
réseau, il faut utiliser 0,75 kWh d’électricité durant la phase de
pompage et brûler 1,22 kWh de gaz naturel durant le déstockage
(on brûle du gaz naturel pour réchauffer l’air dans une chambre de
combustion avant de le détendre dans une turbine).
z
L'hydrogène associé à une pile à combustible (PAC) : ces
systèmes sont basés sur une chaîne de conversion
électrolyseur/H2/PAC. Cette technologie nécessite des coûts
d'investissement très élevés pour un rendement faible (< 0,5) et la
durée de vie est insuffisante pour des applications couplées aux
réseaux électriques.
Une pile à combustible est un générateur qui convertit directement et en
continu l’énergie d’un combustible en électricité par réactions
électrochimiques. Le système le plus simple permet, à partir
d’hydrogène et d’oxygène, de fournir de l’eau et de l’électricité.
Les principaux avantages des piles à combustible sont leur haut
rendement électrique, fiabilité, absence d’émissions et faible niveau
sonore
Présentation du LER/ESP/UCAD
z
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
I - Généralités sur les systèmes de stockages (suite)
z
Les supraconducteurs : ces
composants fonctionnent à
des températures très basses
(cryogénie), ce qui rend leurs
applications industrielles, pour
l'instant, très difficiles. Comme
pour les super condensateurs,
ces systèmes sont bien
adaptés aux faibles
constantes de temps.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries
Les batteries Accumulateurs électrochimiques
Nombreuses technologies disponibles (différents compromis performances – coût)
¾ Plomb-acide
¾ Nickel-Cadmium
¾ Nickel-Métal-Hydrures
¾ Lithium
¾ Métal-air
¾ Sodium-soufre (haute température : 350°C)
¾ …
Les valeurs d’énergie massique les plus élevées (30 à 150 Wh/kg) mais une cyclabilité
faible (qq 100 à qq 1000 cycles)
z
Chaque type de batterie a des caractéristiques qui lui sont propres, il est fortement
conseillé de respecter les critères de décharge et de recharge, spécifiques à
chaque modèle (temps, intensité, tension, température…).
z
Une batterie électrochimique est composée de plusieurs cellules d'accumulateurs
montées en série. La tension d'une batterie au plomb est toujours multiple de 2
Volts environ
z
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
En réalité, une batterie 12 Volts chargée affichera une tension de 12,8 à 13,2 Volts; si la
tension d'une batterie chargée est inférieure à 11,4 Volts, la batterie sera en fin de vie.
Même non branchée, une batterie au plomb se décharge lentement du fait de diverses
réactions chimiques parallèles présentes, qui peuvent conduire à la "sulfatation" de la
borne positive (poudre blanchâtre).
z
La capacité d'une batterie est donnée en Ah (Ampère Heure).
z
Deux éléments de batterie associés en série doubleront la tension disponible, pour une
même capacité, mais deux éléments associés en parallèle doubleront la capacité de la
batterie pour une tension disponible inchangée. La capacité indiquée d'une batterie n'est
en aucun cas sa capacité utilisable sans détérioration. Suivant le type de batteries, on
pourra utiliser de 80% (batteries stationnaires) à 10% (batteries de démarrage) de cette
capacité.
Le système de stockage est dimensionné par sa capacité de stockage, mais pas seulement.
Il doit en effet également répondre aux critères suivants :
z
· puissance crête déterminée ;
z
· cyclabilité élevée ;
z
· bon rendement en charge et en décharge dans la gamme de puissance en production
z
et en consommation ;
z
· pertes d’auto-décharges faibles ;
z
· coûts réduits.
Présentation du LER/ESP/UCAD
z
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
Batterie au plomb: Caractéristiques, modèles
Des phénomènes complexes, d’où une modélisation complexe et peu
fiable
Le vieillissement intervient par effet de cyclage,
Les dérives en température peuvent être importantes
Les schémas équivalent électriques doivent mettre en œuvre des
éléments non linéaires pour rendre en compte des phénomènes
rapides
dans le secteur des ER, les accumulateurs au plomb sont quasiment
seuls: avantages de prix, inconvénient de masse moindre
z Modèle électrique de la batterie
Vab et Ibat sont les courant et tension de la batterie (convention
récepteur)
Ri résistance interne d’un élément
Nb qui constitue le nombre de la batterie
Eb la forme électromotrice d’un élément de l’état de la charge de la
batterie EDC
Présentation du LER/ESP/UCAD
z
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
Comment choisir une batterie?
La première étape pour choisir une batterie est de réaliser
un bilan énergétique qui permet d'évaluer les besoins
en consommation électrique quotidienne.
Le résultat de ce bilan ainsi que la prise en compte des
équipements qui nécessitent une forte puissance
(moteur…) permettront de choisir une batterie adaptée.
Les points à prendre en compte pour choisir une batterie
sont:
z La technologie:
z Dimensionnement de la capacité et impact sur la durée
de vie.
z Durée de vie et nombre de cycles.
z L'intensité maximale
z Les dimensions
z Le poids
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
La technologie est souvent imposée par des raisons de sécurités
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
z
z
Dimensionnement de la capacité et impact sur la durée de vie
La capacité est exprimée en Ampères heure, utilisable pour une période
donnée, elle correspond à une quantité d'énergie disponible pendant un
certain temps. S'il n'y a pas de précision, la capacité correspond
généralement à une consommation sur 20 heures.
Cette notion de durée est notée Ct où t correspond à la période de temps. Par
exemple, pour une batterie de 100 Ah C20 on pourra utiliser 5 A par heure
pendant 20 h soit un total de 100 Ah. En effet la capacité de la batterie
diminue d'autant plus vite que l'intensité de décharge est élevée
Néanmoins, pour ne pas détériorer une batterie, il ne faut pas dépasser les
limites de décharge admissibles en fonction de la technologie
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
z
z
z
z
Pour déterminer l'intensité maximale nécessaire, il faut relever les
valeurs d'intensité des appareils requérant le plus de puissance.
Les dimensions: plus la capacité d'une batterie est importante plus
les dimensions le sont.
Le poids: Ce point est également important car plus le besoin en
capacité est important plus le poids sera élevé
Une batterie doit être placée dans un endroit le plus frais possible
et ventilé.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (suite)
z
z
z
z
Compléments
Nombre maximal de cycles de charge-décharge (cyclabilité) induit à la fatigue ou à l’usure lors des cycles
Le cyclage constitue généralement la première cause de vieillissement devant la dégradation thermique
classique.
Peu d’importance car quel que soit le moyen de stockage, il est nécessaire d’utiliser un ou plusieurs
convertisseurs d’adaptation
Les batteries solaires sont des batteries spécialement conçues pour les installations photovoltaïques et / ou éoliennes
ce qui n'est pas du tout le cas des batteries vendues pour les voitures.
En effet la batterie solaire a une durée de vie augmentée sans aucune comparaison avec une batterie automobile
classique car leurs fonctions sont tout à fait différente. La batterie solaire se décharge très lentement et la batterie
automobile beaucoup plus rapidement ( le but principal de celle - ci est d'apporter une forte énergie au démarrage ).
La bonne tension continue grâce à de courtes connexions inter-éléments. Densité ELECTROLYTE adapté pour une
bonne longévité.
Bornes de sortie multifonctions : câble souple ou connexion rigide pour un montage très facile.
Bac translucide résistant aux chocs mécaniques et permettant la vérification du niveau des électrolytes.
Poignée de manutention intégrée.
D'exceptionnelles propriétés anticorrosion grâce à des plaques positives épaisses de très bonne résistance , favorisent
la décharge lente.
Entretien Réduit , batterie recyclable
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES DE STOCKAGE
II - Les batteries (fin)
Les Dangers (mesures de protection)
z
L'acide sulfurique (par exemple) même à 25% cause des brûlures sévères à
toute matière organique, végétale ou minérale qui entre en contact avec lui. Il
pénètre dans tout les corps poreux (peau, vêtement, éponge).
z
Procéder avec prudence, afin de prévenir un déversement ou une projection
d'électrolyte.
z
Pour toute manipulation portez des protections individuelles adaptées : gants,
lunettes, vêtements de travail, tablier.
z
Seul les spécialistes connaissent les techniques, possèdent les outils
nécessaires pour réaliser le mélange électrolytique et, donc assurer le
remplissage des batteries.
Ne jamais verser de l'eau dans de l'acide concentré, il se produit
instantanément une réaction violente entraînant des projections d'acide
concentré avec de la vapeur d'eau.
z
Présentation du LER/ESP/UCAD
Gustave
Gustave SOW
SOW et
et El
El hadji
hadji SYLLA
SYLLA
Présentation du LER/ESP/UCAD
PARTIE:
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
Contact :
gsow@ucad.sn
syllaelhadji@yahoo.fr
LES INTERFACES STATIQUES DE
PUISSANCE POUR LA GESTION ET LA MISE
EN FORME DE L’ENERGIE ELECTRIQUE
I.
Généralités sur les convertisseurs statiques.
II.
Les convertisseurs statiques.
III.
Optimisation de transfert d’énergie pour les
sources à puissance finie.
IV.
Alimentation à découpage.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques
Définition :
Les convertisseurs statiques sont des
dispositifs à composants électroniques capables
de modifier la tension (ou le courant) et/ou la
fréquence de l’onde électriques.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
On a l’habitude de distinguer deux sortes de
sources de tension (ou de courant) :
¾
¾
source de tension (ou de courant) continue, caractérisées
par la valeur U de la tension (ou celle I du courant) ;
source de tension (ou de courant) alternative définie par les
valeurs de la fréquence f et de la tension Veff (ou du courant
efficace Ieff) ;
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
TYPES DE CONVERSIONS PHYSIQUEMENT POSSIBLES
ONDULEUR
Source
Continue 1
U1 (ou I1)
Source
Alternative 1
REDRESSEUR
F1;V1eff (ou I1eff)
CONVERTISSEUR INDIRECT DE FREQUANCE
G
R
A
D
A
T
E
U
R
H
A
C
H
E
U
R
Source
Continue 2
U2 (ou I2)
CYCLOCONVERTISSEUR
Source
Alternative 2
F2;V2eff (ou I2eff)
CONVERTISSEUR INDIRECT DE TENSION (ou de courant)
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
On différencie quatre types de convertisseurs directs :
z
z
z
z
convertisseurs alternatif-continu : ce sont des redresseurs (ou
convertisseurs de courant) ;
convertisseurs alternatif (V1eff, f1)-alternatif (V2eff, f2) : ce sont des
gradateurs (ou variateurs de courant alternatif) lorsque f1 = f2 ; sinon ce sont
des cycloconvertisseurs (ou convertisseurs de fréquence) ;
convertisseurs continu (U1)-continu (U2) : ce sont des hacheurs (ou
variateurs de courant continu) ;
Convertisseurs continu-alternatif : ce sont des onduleurs de tension ou
onduleurs de courant (appelé également commutateurs de courant).
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
CARACTERISATION DES SOURCES :
On distingue deux grandes familles de sources : les
sources de tension et les sources de courant.
Une source est dite de tension quant la tension à ses bornes ne
peut pas subir de discontinuité du fait de la variation de la
charge.
Une source est dite de courant quand le courant qui la
traverse ne peut pas subir de discontinuité du fait de la
charge.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
¾
Le fonctionnement des convertisseurs statiques de
puissance est basé sur la commutation du courant entre
des mailles adjacentes de circuit électrique.
¾
Ces commutations de courant sont réalisées grâce à des
interrupteurs de puissance à semi conducteurs (d’où le
nom de statique) et qui permettent par une séquence
convenable de fermeture et d’ouverture de maîtriser le
transfert d’énergie entre des sources d’entrés et de
sorties éventuellement réversibles.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
I - Généralités sur les convertisseurs statiques (suite)
Règles d’interconnexion des sources :
¾
¾
¾
¾
Une source de tension ne doit jamais être courtcircuitée, mais elle peut être ouverte.
Le circuit d’une source de courant ne doit jamais être
ouvert, mais il peut être court-circuité.
Il ne faut jamais connecter entre elles deux sources de
même nature (conflit de variables d’état).
On ne peut connecter entre elles qu’une source de
courant et une source de tension.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques
Convertisseurs statiques directs les plus utilisés dans
le domaine des énergies renouvelables:
z
Convertisseurs continu(U1)-continu(U2) : hacheurs
(ou
z
variateurs de courant continu) ;
Convertisseurs alternatif-continu : redresseurs
(ou convertisseurs de courant) ;
z
Convertisseurs continu-alternatif : onduleurs de
tension ou onduleurs de courant (appelé également commutateurs
de courant).
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
HACHEURS
¾
Le principe du hacheur est basé sur l’ouverture et la
fermeture régulière d’un interrupteur statique faisant
partie d’un circuit électronique placé entre la source
d’entrée et la source de sortie.
¾
Le réglage relatif des temps d’ouverture et de fermeture
de l’interrupteur permet le contrôle de l’échange
d’énergie.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
hacheurs
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
z
hacheurs
En régime permanent :
On pose:
– tf = temps de conduction de TR;
– to = temps de blocage de TR;
T = to+tf = période de commande de TR;
– R = rapport cyclique = tf / T.
–
Relations entre entrées et sorties:
Dévolteur (ou hacheur série):
Vs = E * R
Survolteur (ou hacheur paralléle ):Vs = E / (1 – R )
Dévolteur-Survolteur :
Vs = E*[R / (1–R)]
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
hacheurs
Réversibilité en puissance:
Îassocier un hacheur série et un hacheur parallèle pour obtenir un hacheur
réversible en puissance (grâce à la réversibilité en courant de la structure):
Dévolteur Survolteur
IS
TD
DS
IR
E
L
DD
TS
E'
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
hacheurs
Génération de la commande à partir d’un générateur de dent de scie:
(de manière analogique)
Notons que cette commande peut être générée de manière numérique.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II-Les convertisseurs statiques (suite)
COMMUTATEURS DE COURANT TRIPHASES
Montage triphasé simple alternance, P3 à thyristors :
V1(t) = VM*sin(ωt);
V2(t) = VM*sin(wt +2π/ 3);
V2(t) = VM*sin(wt -2π/ 3).
[uc’(t)]moy = (3/π)*VM*sin(π/3)*cos(Ψ)
Pour systéme à m phases, on a:
[uc’(t)]moy = (m/π)*VM*sin(π/m)*cos(Ψ)
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II- Les convertisseurs statiques (suite) commutateurs
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite) commutateurs
COMMUTATEURS POLYPHASES DOUBLE ALTERNANCES
Ils sont constitués par l’association de deux groupements un positif et un négatif. Les
sources de tensions alternatives peuvent être montées soit en étoile (commutation //
double alternances), soit en polygone (commutation série double alternances).
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite) commutateurs
Exemple du PD3 à thyristors:
[uc’(t)]moy = (6/π)*VM*sin(π/3)*cos(Ψ) = Uc* cos(Ψ)
Uc > [uc’(t)]moy > -Uc
Si les sources d’entrées et de
sortie sont réversibles alors les
fonctionnements en redresseur
et en onduleur de courant son
possibles.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite) commutateurs
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite) commutateurs
GENERALISATION DES MONTAGES TRIPHASES A THYRISTORS
[uc(t)]moy = Uc = (π/p)*VM*sin(π/p)*cosψ = Uc0*cosψ
Avec :
p = indice de pulsation et VM = amplitude maximale de uc(t) .
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
ONDULEUR DE TENSION
Les onduleurs autonomes sont des convertisseurs destinés à alimenter des récepteurs
à courant alternatif à partir d'une source continue. Ils sont généralement monophasés
ou triphasés.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Suivant les applications, ils peuvent :
z
soit fournir une ou des tensions alternatives de fréquence et
d'amplitude fixes : c'est le cas en particulier des alimentations de
sécurité destinées à se substituer au réseau en cas de défaillance de
celui-ci.
z
soit fournir des tensions ou courants alternatifs de fréquence et
amplitude variables : c'est le cas des onduleurs servant à alimenter des
moteurs à courant alternatif (synchrones ou asynchrones) devant
tourner à vitesse variable.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Un onduleur de tension est alimenté par un générateur continu du type source de
tension :
Idéalement, la tension à son entrée a une valeur constante U qui est indépendante du
courant i que l'onduleur absorbe. En pratique, le caractère de "source de tension" du
générateur d’entrée de l’onduleur est obtenu en plaçant en parallèle avec les bornes
de cette source un condensateur, C, de forte valeur.
Idéalement, le courant absorbé par le récepteur est :
–
un courant sinusoïdal si le récepteur est monophasé;
–
un système triphasé équilibré de courants sinusoïdaux si le récepteur est triphasé.
En pratique, le caractère de source de courant du récepteur découle de la présence
d'inductances série à ses bornes d'accès.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Les parties puissances des onduleurs de tension sont équipe d’éléments
semi-conducteurs commandable a l’amorçage et au blocage (transistors,
MOSFET, IGBT, GTO, etc.).
Dans les onduleurs en pont, chaque borne du récepteur est reliée à la source
de tension continue par deux interrupteurs à semi-conducteurs
bidirectionnels en courant : l'un permet de la relier à la borne plus de cette
source, l'autre à la borne moins de la source.
Ces deux interrupteurs forment un bras d'onduleur.
Un onduleur monophasé en pont comporte deux bras tandis qu’un onduleur
triphasé en pont a trois bras.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Le onduleur de tension est déterminée part la structure
de puissance du convertisseur (interconnexion physique des
interrupteurs à semi-conducteurs) et la manière de les faire
commuter d'un état à l'autre (commandes).
Les différents modes de commande :
La commande pleine onde;
La commande par réglage MLI des tensions;
Etc.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
ONDULEUR MONOPHASE EN PONT (Commande 180º) :
La tension obtenue pour θ=0 est une onde rectangulaire
qui comporte beaucoup d’harmoniques
Fonction réctangulaire
E
0
-E
100%
On envoie sur les électrodes de commandes des
interrupteurs T1 et T2 (T3 et T4) des signaux
complémentaires. Les signaux de commande de
T1-T2 et T3-T4 sont décalés d’un angle θ.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
La tension obtenue pour θ>0 est une onde rectangulaire qui comporte beaucoup d’harmoniques
Impulsion à commande décalée
100%
E
Vch eff = E*[1-(θ/π)]1/2
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Avec 3 impulsions, on peut annuler les harmoniques de rang 5 et 7 ainsi que leurs multiples
3 Impulsions à commande décalée
100%
E
0
-E
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Modulation de largeur d’impulsion: ce découpage génère des harmoniques en haute fréquence,
mais ceux ci sont moins gênants car ils seront facilement éliminés
21 >
1) Ch 1:
2) Ch 2:
2 Volt 2.5 ms
500 mVolt 2.5 ms
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
ONDULEUR TRIPHASE EN PONT (Commande 180º) :
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
Dans le cas d’une commande
adjacente (type 180º) chaque
interrupteur est commandé pendant
180º. Avec cette commande on
impose à tout instant la tension de
sortie quelle que soit la nature de la
charge.
Remarque :
VAN + VBN + VCN = 0
Î VNO = (VAO + VBO + VCO)/3
Î VAN = VAO - (VAO + VBO + VCO)/3
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
COMMANDE MLI
Pour s’approcher le plus possible d'une onde sinusoïdale, on module le
rapport cyclique de la période de conduction des semi-conducteurs pour
obtenir une suite de créneaux de tension dont les moyennes instantanées
correspondent à la valeur instantanée de l'onde pendant la période de
découpage. Le principe revient à considérer une forme discrète de l'onde
sinusoïdale et l'on s'en approchera le plus possible avec un grand nombre de
périodes de découpage. C'est pourquoi la fréquence de commande des
interrupteurs atteint en général plusieurs dizaines de kHz pour synthétiser
une onde sinusoïdale à 50Hz.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
II - Les convertisseurs statiques (suite)
Onduleurs
La modulation s'effectue généralement en comparant la référence de tension
(image de la tension désirée) à une porteuse triangulaire. Les intersections
définissent alors les instants de commutation comme le détaille la figure cidessous :
En notant fo la fréquence de l'onde
sinusoïdale et fd la fréquence de
découpage.
Si fd est choisie suffisamment haute
par rapport à fo, les fréquences
harmoniques sont rejetées assez loin
et peuvent alors facilement être
éliminées par filtrage.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
III - Optimisation de transfert d’énergie pour les
sources à puissance finie
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
III - Optimisation de transfert d’énergie pour
les sources à puissance finie (suite)
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
III - Optimisation de transfert d’énergie pour les
sources à puissance finie (suite)
TYPE DU CONVERTISSEUR cc-cc
???
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
III - Optimisation de transfert d’énergie pour
les sources à puissance finie (suite)
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
III - Optimisation de transfert d’énergie pour les
sources à puissance finie (suite)
TYPE DU CONVERTISSEUR cc-cc
???
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
IV – Alimentation à découpage
z
Une alimentation à découpage a pour fonction de délivrer
des tensions continues en vue d’alimenter des systèmes à
partir d’un réseau alternatif. Ces alimentations doivent
assurer l’isolement galvanique et réguler les tensions de
sortie en fonction de la charge. Elles doivent :
* avoir un excellent rendement de conversion ;
* être des systèmes légers et peu encombrants ;
* permettre la génération de plusieurs tensions
isolées et régulées.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
IV – Alimentation à découpage (suite)
PRINCIPES DES ALIMENTATIONS A DECOUPAGE :
Red.
Fil.
Int.
Tran.
Red.
Isol.
Vref
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
IV – Alimentation à découpage (suite)
z
Le secteur alternatif est redressé et filtré, si la tension continue
n’est pas disponible. La tension continue obtenue est
« découpée » par un interrupteur fonctionnant en commutation.
z
Ce découpage s’opère à haute fréquence, généralement au-delà
des fréquences audibles (20 kHz). L’isolement galvanique est
obtenu par un transformateur haute fréquence. La tension
continue désirée est générée par redressement et filtrage de la
tension découpée.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
IV – Alimentation à découpage (suite)
z
z
z
La régulation s’effectue par action sur le temps de conduction
de l’interrupteur statique (il est nécessaire que la chaîne de
retour soit isolée galvaniquement).
Les alimentations à découpage utilisent les principes des
convertisseurs d’énergie continu-continu (hacheurs).
Le deuxième intérêt du découpage est l’introduction de
fréquences de fonctionnement très élevée supérieures à 20 kHz
(500 kHz en technologie MOS). Ceci induit une réduction
considérable des poids et volume du transformateur d’isolement
par rapport à la solution linéaire.
Présentation du LER/ESP/UCAD
INTERFACES STATIQUES DE PUISSANCE
IV – Alimentation à découpage (suite)
z
Les alimentations à sont utilisées dans tous
les dispositifs d’électronique de puissance
pour assurer l’alimentation des cartes
électroniques numériques et analogiques
internes.
Présentation du LER/ESP/UCAD
Gustave
Gustave SOW
SOW et
et El
El hadji
hadji SYLLA
SYLLA
Présentation du LER/ESP/UCAD
PARTIE :
CENTRALES HYBRIDES
Contact
gsow@ucad.sn
syllaelhadji@yahoo.fr
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
I- Généralités
z
Introduction
Dans la plupart des régions isolées, le générateur diesel est la source principale d’énergie
électrique. Pour ces régions, le prix d’extension du réseau électrique s’avère prohibitif et le
surcoût de l’approvisionnement en combustible augmente radicalement avec l’isolement.
Dans ce contexte, l’interconnexion de plusieurs sources d’énergie renouvelable (des
éoliennes, des panneaux photovoltaïques, des petites centrales hydroélectriques, etc.) dans
un Système d’Energie Hybride (SEH) peut avoir une incidence profitable sur la production
d’énergie électrique, en termes de coût et de disponibilité.
L’utilisation de cette énergie renouvelable est souvent limitée par la variabilité des ressources.
Les fluctuations de la charge selon les périodes annuelles ou journalières ne sont pas
forcément corrélées avec les ressources. C’est ainsi que dans ces régions, le couplage de
plusieurs sources d’énergie est intéressant par exemple : un ou des groupe(s)
électrogène(s), un ou des aérogénérateur(s), et des panneaux photovoltaïques
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
I- Généralités (suite)
z
z
z
z
Cependant, des améliorations dans la conception et le fonctionnement des
SEH sont toujours nécessaires pour rendre cette technologie plus compétitive
dans ces régions
Un système d’énergie hybride fait appel à deux technologies complémentaires :
une ou plusieurs sources de production d’énergie classique (groupe diesel en
général) et au moins une source de production d’énergies renouvelables
Le caractère aléatoire de la puissance délivrée par les sources d’ER, telles que
le PV, l’aérogénérateur fait qu’on leur couple une source d’énergie classique
(le groupe diesel par exemple) pour une production continue d’énergie
Pour de très nombreuses applications d’intérêt très sensible et stratégique
comme les relais de télécommunication, les postes frontières, dispensaires
etc., hors réseau d’électricité conventionnel, la disponibilité permanente de la
source primaire d’énergie est vitale et conditionne dans une très large mesure
la fiabilité des installations et leur fonctionnement permanent.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
I- Généralités (suite)
z
z
Les solutions technologiques classiques apportées par le stockage
électrochimique conventionnel sont trop onéreuses, très limitées techniquement
en puissance et très restreintes en capacité. Les solutions technologiques
nouvelles proposées par les générateurs hybrides, même si elles sont très
complexes comparativement aux solutions courantes mono source, présentent
par contre un intérêt évident considérable par leur flexibilité incomparable, leur
souplesse de fonctionnement et leur prix de revient vraiment attractif.
Cependant, ces solutions exigent un dimensionnement laborieux préalable basé
sur une connaissance approfondie du gisement en Énergies Renouvelables du
site d’implantation à l’amont, une gestion rigoureuse de l’énergie électrique
produite à l’aval et un savoir-faire que seule l’expérience dans l’ingénierie des
systèmes énergétiques pourra assurer. Cette gestion rigoureuse de l’énergie
s’appuie sur l’intelligence des dispositifs de régulation et de contrôle rendu
possible grâce à des logiciels très puissants.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
II- Composants d’un SEH
z
Les systèmes d’énergie hybride sont en général
constitués de sources d’énergie classique (Groupe
Électrogène par exemple), des sources d’énergie
renouvelable (éolienne, solaire, hydroélectricité,
marémotrice, géothermique etc.), des convertisseurs
statiques et dynamiques, des systèmes de stockage
(Batterie, volant d’inertie, le stockage hydrogène…),
des charges principales et de délestages et un
système de surveillance.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
II- Composants d’un SEH (fin)
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
III- Configuration des SEH
z
™
™
™
Les générateurs électriques d’un SEH peuvent être
connectés en différentes configurations. Ces
configurations constitués par des sources d’énergies
renouvelables, des batteries et des générateurs
diesels se résument en trois :
Architecture à Bus CC (bus à courant continu)
Architecture à Bus AC (bus à courant alternatif)
Architecture à Bus CC-AC
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
III- Configuration des SEH (suite)
Architecture à bus CC
Avantages:
z
La connexion de toutes les sources sur un bus
à CC simplifie le système de commande
z
Le générateur diesel peut être dimensionné de
façon optimale, c’est-à-dire de sorte à
fonctionner à puissance nominale pendant le
processus de chargement des batteries
jusqu’à un état de charge de 75-85%
Inconvénients
z
Le rendement de l’ensemble du système est
faible, parce qu’une certaine quantité d’énergie
est perdue à cause des batteries et des pertes
dans les convertisseurs
z
Les générateurs diesels ne peuvent pas
alimenter directement la charge, l’onduleur doit
donc être dimensionné pour assurer le pic de
charge
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
III- Configuration des SEH (suite)
Architecture à bus AC
Toutes les sources de productions sont reliées au bus AC
via des convertisseurs excepté le Générateur Diesel qui
peut fixer la fréquence du bus.
Avantages :
z
Un découplage des différents sources de production, ce
qui permet d’agir de façon assez indépendante les unes
sur les autres.
z
Le générateur diesel peut fixer la tension et la fréquence
du bus.
Inconvénients
z
Le rendement de l’ensemble du système est faible, parce
qu’une certaine quantité d’énergie est perdue à cause
des batteries et des pertes dans les convertisseurs.
z
La connexion de toutes les sources sur un bus à CA
complique le système de commande
™ Les charges continues pouvaient être connectées
directement sur les sources continues ou en utilisant un
redresseur
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
III- Configuration des SEH (suite)
Architecture à bus CC-AC
Dans cette configuration, les sources d’énergie
renouvelable et les générateurs diesels
peuvent alimenter une partie de charge à CA
directement, ce qui permet d’augmenter le
rendement du système et de réduire la
puissance nominale du groupe diesel et de
l’onduleur. Le ou les générateur(s) diesel(s)
et l’onduleur peuvent fonctionner en
autonome ou en parallèle en synchronisant
les tensions en sortie. Les convertisseurs
situés entre les deux bus (le redresseur et
l’onduleur) peuvent être remplacés par un
convertisseur bidirectionnel, qui, en
fonctionnement normal, réalise la conversion
continue-altervnative (fonctionnement
onduleur).
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
III- Configuration des SEH (suite)
Architecture à bus CC-AC
Avantages :
z
Le GD et l’onduleur peuvent fonctionner en
autonome ou en parallèle. Quand le niveau de la
charge est bas, l’un ou l’autre peut générer le
nécessaire d’énergie. Les deux sources peuvent
fonctionner en parallèle pendant les pics de charge.
z
La disponibilité de réduire la puissance nominale du
GD et de l’onduleur sans affecter la capacité du
système d’alimenter les pics de charges.
Inconvénients
z
La réalisation de ce système est relativement
compliquée à cause du fonctionnement parallèle
(l’onduleur doit être capable de fonctionner en
autonome et non-autonome en synchronisant les
tensions en sortie avec les tensions en sortie du
GD)
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
IV- Compléments
z
z
La puissance délivrée par les SEH peut varier de quelques watts pour des applications domestiques
jusqu’à quelques Mégawatts pour des systèmes utilisant l’électrification des petites îles. Ainsi, pour les
systèmes hybrides ayant une puissance en dessous de 100kW, la connexion mixte, bus à CA et bus à
CC, avec des batteries de stockage, est très répandue
Le champ d’application des SEH est très large et par conséquent, il est difficile de classer ces
systèmes. On peut néanmoins essayer de réaliser un classement par gamme de puissance (tableau).
Les seuils de puissance donnés ne sont que des ordres de grandeurs.
Présentation du LER/ESP/UCAD
LES SYSTEMES D’ENERGIE HYBRIDE
IV- Compléments (suite)
Dans le fonctionnement de cette centrale le
groupe électrogène sera utilisé pour la
recharge
de batteries et l’approvisionnement pendant les
heures de plus haute consommation. Le
groupe fonctionne donc tous les jours, pendant les
heures de plus grande consommation, ce
qui permet une économie du dimensionnement de
batteries et la maintenance du niveau de
charge des batteries à des niveaux appropriés
pendant toute sa vie utile
On retrouve la même configuration dans les autres
localités :
z
FELIR
z
Djinack Barra et Djinack Diatako
z
Falia
Présentation du LER/ESP/UCAD
Gustave
Gustave SOW
SOW et
et El
El hadji
hadji SYLLA
SYLLA
Présentation du LER/ESP/UCAD
PARTIE :
CENTRALES HYBRIDES du Projet
FAD Sénégal / ISOFOTON
PROJET PILOTE D’ELECTRIFICATION
DE LA RESERVE DE LA BIOSPHERE
DU DELTA DU SALOUM
Présentation M. FAYE
Présentation M. FAYE
Présentation M. FAYE
Le projet, d’un montant de 20 000000 $ US, a été
financé par le Royaume d’Espagne. Il vise
principalement une zone classée par l’UNESCO
comme patrimoine mondial en l’occurrence la
réserve de la biosphère du delta du Saloum.
Ce projet comporte deux phases: la distribution
de dix mille (10 000) systèmes photovoltaïques
individuels et l’installation de neuf (9) centrales
hybrides photovoltaïque et diesel.
Présentation M. FAYE
MISE EN SERVICE DE LA BATTERIE
La charge initiale de la batterie avant sa mise en service conditionne sa durée de vie.
Il faut donc la charger jusqu’à la remontée complète de la densité pour tous les
éléments sans exception, au niveau et à la valeur de la densité nominale.
z Il faut s’assures d’abord que la source pour charger la batterie est prête à
fonctionner avant de retirer les étiquettes sur les bouchons de transport.
z Après avoir enlevé étiquettes et bouchons, commencer le remplissage jusqu’au
niveau maxi.
z Laisser reposer pendant 2 heures. Les plaques et les séparateurs s’imprégnant
d’électrolyte, le niveau baisse légèrement. Réajuster si nécessaire au niveau
spécifié.
z Remettre les bouchons sans les fermer de façon à ne pas faire monter en pression
l’élément lors de la charge. Vérifier les polarités à l’aide d’un voltmètre.
z Monter barrettes et câblots. Serrer les vis selon le couple de serrage approprié
(25N.m) et mettre les protections.
z Après 2 heures d’horloge au minimum, on peut commencer la charge si la
température de l’électrolyte est inférieure à 35°C. Dans tous les cas, il faut arrêter
la charge si la température de l’électrolyte atteint 45°C. Et quand la charge est
terminée, mettre les bouchons antidéflagrant
Présentation M. FAYE
MISE EN SERVICE DES CENTRALES
Nous avons deux types de centrales:
-Celles travaillant avec un niveau de tension d’entrée de 48V et qui utilisent 5
onduleurs-chargeurs Phoenix Multiplus en parallèle.
-Celles travaillant avec une tension d’entrée de l’ordre de 240Vdc et qui utilisent une
armoire Ingecon Hybrid qui intègre plusieurs fonctions à savoir: onduleur, redresseurchargeur et régulateur photovoltaïque MPPT.
Une fois que toutes les interconnexions soient réalisées:
-
Fermer le magnétothermique principal pour la distribution.
-
Fermer celui du groupe électrogène.
-
Fermer celui de la batterie.
-
Fermer les fusibles d’entrée des branches du générateur PV.
Et à l’aide du terminal interface opérateur (Moundé et Diamniadio), démarrer l’onduleur
en appuyant sur ‘’start ou marcha ’’. Pour arrêter le système, il s’agit de prendre la
procédure inverse.
L’opérateur interface, en plus de son affichage digital permettant de voir les différents
paramètres de marches et défauts, dispose d’un ensemble de leds qui matérialisent
l’état de chaque équipement
Présentation M. FAYE
Démarrage du groupe
Le groupe est piloté par l’onduleur selon la fourchette horaire programmée ou
suivant l’état de charge de la batterie. On peut également le mettre en
marche manuellement.
Le groupe dispose d’une carte électronique GPM2 qui gère le mode de marche
à l’aide d’un sélecteur. Cette carte est munie d’indicateurs lumineux pour
matérialiser des alarmes et défauts du groupe.
MAINTENANCE
Elle doit être assurée par un technicien spécialisé. Elle vise
principalement l’entretien de la batterie et du groupe
électrogène. Les modules PV et les onduleurs requièrent
moins de maintenance.
Présentation M. FAYE
1/ MAINTENANCE DU
GENERATEUR PV.
Elle comporte les parties suivantes:
z Nettoyage périodique du panneau.
z Inspection visuelle .
z Contrôle des connexions électriques et du
câblage.
z Contrôle des caractéristiques électriques du
panneau.
Présentation M. FAYE
2/ MAINTENANCE DE LA
BATTERIE.
z
z
Elle consiste au nettoyage des bornes de connexion et à
la surveillance du niveau de l’électrolyte. L’inspection
visuelle déterminera les tâches appropriées à mener.
Des dépôts d’acide sur la partie supérieure des
éléments sont souvent occasionnés par le
bouillonnement résultant de la compensation de la
batterie. Pour éliminer la saleté et les restes d’acide, il
est recommandé d’utiliser une solution de bicarbonate et
d’eau avec un chiffon pour neutraliser l’acide.
Présentation M. FAYE
Le même procédé est applicable à la corrosion des
bornes et terminaux de la batterie après quoi on peut
améliorer leur état en appliquant un spray nettoyantprotecteur ou de la vaseline neutre.
z Une autre tâche de maintenance à réaliser est la
surveillance du niveau d’électrolyte.
La charge de compensation de la batterie s’accompagne
avec beaucoup de perte d’eau. Une fois qu’elle est
terminée, la batterie doit être rempli avec de ‘’l’EAU
DISTILLEE’’ jusqu’au niveau maximum recommandé.
Une inspection visuelle hebdomadaire est recommandée.
z
Présentation M. FAYE
INSTRUCTIONS DE SECURITE
z
z
z
z
z
z
z
Il est indispensable de disposer de l’eau en abondance
dans la salle de batterie.
Avoir les dispositifs de protection individuelle.
N’utiliser ni montre, ni bague ou autre objet en métal.
Utiliser des outils isolés et ne pas placer d’objets métallique
sur la batterie.
Ne pas fumer à proximité de la batterie
Assurer une bonne ventilation naturelle de la salle.
Ne pas utiliser d’extincteurs au CO2 mais utiliser ceux du
type halon.
Présentation M. FAYE
Entretien préventif.
Chaque semaine, il faut:
- Faire une révision visuelle pour détecter d’éventuelles boursouflures des batteries,
sulfatation d’électrodes, corrosion de bornes ou de rupture de vase.
- Vérifier le niveau d’électrolyte de chacun des éléments. Ajouter de l’eau distillée si
nécessaire, jusqu’au niveau maxi.
z Chaque mois, les opérations à faire sont:
- Contrôler le serrage des bornes entre éléments et vérifier si elles sont bien graissées.
- Nettoyer les bornes en utilisant un chiffon humidifié à l’eau. Ne jamais utiliser de
dissolvant.
- Vérifier visuellement s’il y a des dépôts de matériel au fond des éléments de qui
puissent court-circuiter les plaques. Cela peut arriver à la fin de la vie utile. On
recommande de bouger doucement l’élément et de le remplacer si après cela, les
dépôts continuent.
- Réaliser la mesure de tension et de densité de tous les
Éléments. Et s’il y a des déviations de +/-10% entre un élément et la moyenne de toutes
les mesures, on doit faire une charge d’égalisation.
z
Présentation M. FAYE
ENTRETIEN DU GROUPE
ELECTROGENE
ENTRETIEN HEBDOMADAIRE.
-Vérification de l’état général du Groupe après chaque remplissage de
combustible.
-Vérification du châssis (nettoyage, resserrage, etc…).
-Contrôle du niveau d’électrolyte de la batterie.
-Vérification d’état du tableau de bord (nettoyage, resserrage de la
carcasse et des connexions électriques).
-Vérifier les signaux lumineux et les fusibles.
-Vérifier les fuites de gaz d’échappement.
z ENTRETIEN MENSUEL.
-Vérification des silent-blocks.
-Vérification de la densité des éléments de la batterie.
z
Présentation M. FAYE
ENTRETIEN DE L’ONDULEUR
Il peut être trimestriel.
z Il importe de faire un contrôle de serrage des
bornes.
z Le dépoussiérage de l’électronique et des
autres accessoires.
z Contrôler les ventilateurs.
z Vérifier visuellement l’état des
condensateurs.
Présentation M. FAYE
JE VOUS REMERCIE DE
VOTRE ATTENTION.
Présentation M. FAYE
Partie :
Planification des centrales
hybrides
La Planification ?
z
La planification des équipements
d’approvisionnement en énergie électrique des
localités locales requiert un démarche prudente et
globale. Cette démarche passe par :
z
Une analyse adéquate du marché
électrique
Une planification technico-économique des
équipements d’approvisionnement
z
Présentation PERACOD
Les enquêtes socio-économiques
•les dépenses substituables des ménages à électrifier
•la disponibilité à payer des usagers
•la capacité de paiement des usagers
•le taux d'équipements prévisible des ménages
•les durées d'utilisation souhaitées de chacun des
équipements
•l'évolution du taux d'équipements dans les localités
électrifiées
•l'évolution du taux de desserte dans les localités électrifiées
•l'évolution du profil de charge dans ces localités
Présentation PERACOD
Segmentation du marché de l’électricité
Dépenses énergétiques substituables
Dépensesentre
énergétiques
mensuelles
substituables
Comparaison
les dépenses
énergétiques
substituables et la
disponibilité
à payerà payer un tarif mensuel
Comparaison Dépenses actuelles
et Disponibilités
EnquêtesZone
réalisées
par Semis – Transénergie
: Dagana-Podor
Enquête Semis-Transénergie Octobre 2002
70 000 CFA
65 000 CFA
26%
42%
21%
60 000 CFA
11%
Dépenses mensuelles Dagana Podor
+ Monthly Expenditures Dagana Podor
(Emhr_078Ecl&ComTotDepMens)
(Entr_08Ed&ComToDep/Mens)
55 000 CFA
Emhr_080TarifAcceptable1
•ENTR_080TarifAcceptable1
50 000 CFA
−Logarithmic(monthly
Logarithmique (Dépenses
Expenditure
Dagana –mensuelles
Podor
Dagana Podor
(Entr_078Ed&ComToDepMens))
(Emhr_078Ecl&ComTotDepMens))
−Logarithmic
Entr_080TarifAcceptable1)
(Logarithmique
45 000 CFA
40 000 CFA
35 000 CFA
(Emhr_080TarifAcceptable1)
30 000 CFA
25 000 CFA
yy == -10662Ln(x)
-10662Ln(x) ++ 5812
5812 y = -6565,7Ln(x) + 2090,3
2
22
R = 0,9855
R
R == 0,8752
0,8752
20 000 CFA
15 000 CFA
10 000 CFA
5 000 CFA
0 CFA
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
Pourcentage de ménages - dépenses mensuelles décroissantes
Taux de raccordements
Présentation PERACOD
Identification des paniers d’usages
Segment 1
Segment 2
Segment 3
Segment 4
5
7
12
16
Durée d'éclairage journalière (heures)
10
20
30
40
Radio, Radio K7 (heures)
10
10
15
15
Télévision N&B (heures)
0
0
3
0
Télévision Couleurs (heures)
0
0
0
7
Nombre de lampes
Autres usages: vidéo, ventilateur, etc.
(Wh/jour)
Réserve
pour un
appareil
Présentation PERACOD
demande électrique entre 24h00 et 6h00
1
3,1
2
1,5
2,2
2,9
2
2,05
1,6
1,2
1,7
2,3
3
1,9
1,6
1,2
1,7
2,3
4
1,95
1,4
1,1
1,6
2,1
5
2
1,4
1,1
1,6
2,1
8
6,1
8,8
11,7
demande électrique entre 06h00 et 19h00
6
2
1,6
1,2
1,7
2,3
7
2,15
2,1
1,6
2,3
3,1
8
3,8
2,6
1,9
2,8
3,7
9
5,2
3,1
2,3
3,4
4,5
10
5,2
3,7
2,8
4
5,3
11
5,1
3,7
2,8
4
5,3
12
5
3,3
2,5
3,6
4,8
13
4,5
3,6
2,7
3,9
5,2
14
4,2
4,2
3,2
4,6
6,1
15
3,9
4
3
4,4
5,8
16
3,8
3,6
2,7
3,9
5,2
17
3,7
3,9
2,9
4,2
5,6
18
3,6
7,1
5,4
7,7
10,3
46,5
35
50,5
67,2
Présentation PERACOD
demande électrique entre 19h00 et 24h00
19
4,1
10,7
8
11,6
15,5
20
5,2
12,2
9,2
13,3
17,7
21
8,2
12
9
13,1
17,4
22
9,1
10,8
8,1
11,7
15,6
23
6,4
7
5,3
7,6
10,1
24
3,85
4,1
3,1
4,5
6
56,8
42,7
61,8
82,3
Présentation PERACOD
Courbe de Charge
10
9
8
7
puissance [kW]
6
5
4
3
2
1
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
heures
Présentation PERACOD
Courbe de Charge
30,0
Energie horaire kWh
25,0
20,0
15,0
10,0
5,0
0,0
1
3
5
7
9
11
13
15
17
19
21
23
Heures
Présentation PERACOD
La planification des ouvrages
z
z
z
Dimensionner les systèmes
Choisir les différentes composantes
Planifier la mise en œuvre
z
z
z
Installation
Suivi de chantier
Réception des ouvrages
Présentation PERACOD
Le système
Présentation PERACOD
Dimensionner une centrale
z
Dimensionner un système photovoltaïque,
c'est déterminer en fonction des sollicitations
telles que l'ensoleillement et le profil de
charge, l'ensemble des éléments de la
chaîne photovoltaïque, à savoir la taille du
champ photovoltaïque, la capacité de
stockage, le cas échéant la puissance d'un
convertisseur, la tension d'utilisation, la
section des câbles
Présentation PERACOD
Incertitudes
z
z
sur la demande qui, dans la plupart des cas, est
assez grossièrement définie car souvent mal
connue et qui subit des fluctuations journalières,
hebdomadaires ou saisonnière,
sur le gisement solaire au sujet duquel on se
heurte à un manque crucial de données
représentatives
Présentation PERACOD
Les Hybrides
z
Dans le cas des systèmes hybrides, la
gestion de différentes sources
d’approvisionnement soit simultanément soit
de façon décalée, nécessite une analyse
plus approfondie de la coordination optimale
des différentes solutions techniques du
système
Présentation PERACOD
1.
Configuration Onduleur –Régulateur
Présentation PERACOD
2.
Configuration intégrée
Présentation PERACOD
3.
configuration Bus AC commun
Présentation PERACOD
Dimensionnement configuration 1et 2
z
Dans le cas des configurations des fig. 1 et 2
la démarche consiste principalement à
déterminer le couple (Champ PV, Batterie)
optimal et ensuite dimensionner la taille des
autres éléments du Système d’Exploitation
de Base (BOS)
Présentation PERACOD
Dimensionnement configuration 3.
z
z
z
Dans le cas de la configuration BUS AC commun
le champ PV est directement connecté à
l’onduleur. Pour cette configuration deux types de
dimensionnement sont nécessaires :
Le dimensionnement du couple (champ PV,
Batterie) optimal
Le dimensionnement champ, Onduleur adéquat.
Présentation PERACOD
Puissance onduleur
z
z
Une puissance d’onduleur comprise entre 0.7
fois et 1.2 fois la puissance crête du champ
Des études ont montré que le ratio entre la
puissance de l’onduleur Po et la puissance du
champ photovoltaïque Pc doit être compris entre
des valeurs de 0.7 et 1.2 :
Po
0 .7 <
< 1 .2
Pc
Présentation PERACOD
La tension maximale admissible par l’onduleur doit être au moins égale à la
tension maximale fournie par le champ photovoltaïque, sous peine
d’endommager le matériel
z
la tension maximale de circuit ouvert UCO
(Module20°C) du module
U Ond max = n S max .U CO ( Module 20°C )
La tension minimale de déclenchement de l’onduleur doit être au plus égale
à la tension minimale fournie par le champ, sous peine de ne pas optimiser la
production photovoltaïque.
U Ond min = n S min .U CO ( Module 60°C )
Présentation PERACOD
Intensité maximale
•
L’intensité
maximale
admissible
par
l’onduleur doit être au moins égale à
l’intensité maximale fournie par le champ,
sous peine d’endommager le matériel.
I Ond max = n S min .I CC ( Module 60°C )
Présentation PERACOD
Paramètres de performances
z
z
z
z
z
z
z
z
z
z
z
z
z
z
Productivité du générateur
Ya = Ea/Po
[kWh/kWc]
Productivité de référence :
Yr : G/Gref
[kWh/kWc]
Productivité globale
Yf : Euse/Po
{kWh/kWc]
Ea énergie produite par le champ PV
El : énergie consommée
Eb : énergie fournie par l’auxiliaire
Eps : Bilan de stockage
En absence d’auxiliaire Euse = El
En présence d’un auxiliaire
Euse = EL/(1+Eb/Ea)
Ein = Ea+Eb+Eps
Présentation PERACOD
Le coefficient de Performance PR
PR = Yf/Yr [%]
z
z
z
Le coefficient de Performance PR a été introduite au
niveau européen pour caractériser les performances des
systèmes PV quelque soit les applications.
Il caractérise l’utilisation de l’énergie potentielle d’un
système PV.L’énergie potentielle étant définie dans les
conditions de référence.
Plus sa valeur est élevé plus le système utilise son
potentiel plus le système est performant. Dans le cas
contraire il y a une perte de production due à un
problème technique soit d’adéquation entre la
consommation et la production donc un problème de
dimensionnement.
Présentation PERACOD
:
F = 1/(1+EB/EA)
La Fraction Solaire
z
z
z
Ce coefficient permet d’exprimer le rapport
entre l’énergie produite et l’énergie utilisée.
Dans les cas de, centrales raccordées au
réseau et de systèmes autonomes purement
photovoltaïques, ce facteur est égal à 1.
Dans le cas des systèmes hybrides, ce
facteur prend une valeur inférieure à 1
Présentation PERACOD
Le Matching Factor MF
MF = F*PR
z
z
Dans le cas des centrales hybrides
l’utilisation de sources auxiliaires a pour effet
de diminuer le MF à travers la fraction solaire
F.
Un bon dimensionnement côté solaire
pourrait compenser cette diminution par un
très bon coefficient de performance PR
Présentation PERACOD
Coefficient d’utilisation UF
z
z
z
Afin de pouvoir extraire des systèmes qui peuvent
présenter des disfonctionnements , le coefficient
d’utilisation de l’énergie productible (UF) a été
introduit.
UF = énergie fournie par le champ/productible
Pour un système ne présentant pas d’anomalie ce
coefficient est lié de manière linéaire au coefficient
de performance PR
Présentation PERACOD
Choix des modules
Type de cellules
Rendement des cellules solaires
Domaines d’applications
théorique
En laboratoire
Commercialisées
Silicium monocristallin
27%
24,7%
14 à 16%
Modules de grandes dimensions, espace
(satellite)
Silicium multi cristallin
27 %
19,8%
12 à 14%
Modules de grandes dimensions
générateurs de toutes tailles
Arséniure de Gallium (GaAS)
29%
25,7%
18 à 20%
Système de concentrateur, espace
(satellite)
Silicium amorphe (A-Si)
25%
13%
6 à 8%
Appareil de faible puissance, production
embarquée (calculatrice, montres..)
modules de grandes dimensions
intégration dans le bâtiment
Appareils de faibles puissances modules
de grandes dimensions (intégration au
bâtiment)
Séléniure de cuivre – Indium- Gallium (GIGS)
27,5%
18,2%
10 à 12 %
Tellure de Cadmium (CdTe)
28,5%
16%
8%
27%
16,4%
9 à 11 %
Silicium cristallin en couche mince
Modules de grandes dimensions
(intégration au bâtiment)
Module non spécifique
Présentation PERACOD
Choix des batteries
Type de batterie
Durée de vie à
(cycles à
DOD=80%)
Rendement
énergétique
[%]
Auto
décharge
[%/mois]
Température
d’exploitation
[°C]
Coût
[Euro/kWh]
Coût
Euro/kWhe
Batterie au
plomb/ouvert à plaques
planes
600
83
3
- 15 à 55 °C
158
0,27
Batterie au plomb
ouvert à plaques
tubulaires
1500
80
3
- 15 à 55 °C
174
0,12
Batteries étanches à
plaques planes
>500
>90
4
- 20 à 50 °C
164
0,33
Batteries étanches à
plaques tubulaires
1000
>90
4
-20 à50%
192
0,19
Batteries Ni-Cd type
ouvert
2000
71
10
- 40 à 45 °C
665
0,33
Batteries Ni-Fe
3000
55
40
0 à 40%C
1023
0,34
Présentation PERACOD
Prescriptions modules photovoltaïques
z
z
z
Le premier certificat de test est ce lui de la
conformité à la Norme CEI 61215 : Modules
photovoltaïques (PV) au silicium cristallin pour
application terrestre
Qualification de la conception et homologation
Le deuxième certificat est celui de la
conformité à la classe électrique II
Présentation PERACOD
Prescriptions Batteries
z
z
z
z
z
z
z
batteries à plaques planes ou tubulaires au plomb-antimoine et à
électrolyte liquide de type stationnaire adaptées pour utilisation sur
des systèmes PV
l’épaisseur de chaque plaque doit être supérieure à 2 mm.
le taux d’autodécharge à 25°C ne doit pas dépasser 6% de la
capacité nominale par mois
Le bac de la batterie doit être d’épaisseur et de rigidité suffisante
pour supporter sans dommage son transport et sa manutention.
Le niveau d’électrolyte dans la batterie doit pouvoir être facilement
vérifié par l’utilisateur :
marquage des niveaux minimal et maximal sur des bacs translucides
La densité de l’électrolyte ne doit pas dépasser 1,24 kg/l à 20°C
Présentation PERACOD
Prescriptions Batteries
z
z
z
z
z
z
z
z
Chaque batterie doit être munie d’une plaque signalétique
contenant au minimum les informations suivantes :
nom, monogramme ou symbole du fabricant
numéro ou référence du modèle
capacité (Ah) avec indication du régime de décharge
mois et année de fabrication
La batterie doit porter un marquage indélébile indiquant la
polarité + ou – de chaque borne.
Les batteries seront livrées avec des capots de protection des
cosses.
Les batteries seront livrées chargées sèches avec les quantités
d’électrolyte nécessaires
Présentation PERACOD
Prescriptions conditionnement de puissance
z
z
z
z
z
Outre les données fonctionnelles liées au rendement
et à l’optimum énergétique de transfert de
puissance, les prescriptions les plus importantes
concernent surtout les protections contre des
phénomènes accidentels
surintensité
inversion de polarité
surtension d’origine atmosphérique
surtension de manœuvre
Présentation PERACOD
Les Logiciels de préfaisabilités
Les logiciels de préfaisabilité automatisent les calculs
qu’auraient fait un ingénieurs manuellement. Ces
types de logiciels sont sous forme simplifiées :
z FATE2-P
Accessible sous
:http/www.nrel.gov/international/tools/fate-2p.html
z Retscreen
Accessible sous : http//retscreen.gc.ca
Présentation PERACOD
Logiciel de dimensionnement
HOMER
Accessible sous :
http//www.nrel.gov/international/tools/HOMER/homer.html
z Hybrid Designer
Accessible sous : http//www.edrc.uct.ac.za/hybrid-designer/
z PVSYST
Accessible sous :
http//www.unige.ch/cuepe/pvsyst/pvsyst/index.htm
z
Présentation PERACOD
Logiciel de simulation
Aschling
Accessible sous : http//www.ici.ro/ici/portfoliu/ashling/ASHLING1.htm
z Hybrid2
Accessible sous : http//www.nrel.gov/international/tools/hybrid2.html
z INSEL
Accessible sous : http//www.physik.uni-oldenburg.de/ehf/insel.html
z DesignPro
Accessible sous :
http//www.mauisolarsoftware.com/MSESC/MSESCimages.htm
z SOMES
Accessible sous :
http//www.chem.uu.nl/nws/www/research/e&e/somes/somes.htm
z Solsim
Accessible sous : http//ewis.fh-Konstanz.de/solsim.htm
z PSpice.com-design community in action
z
Présentation PERACOD
Merci de votre attention
Présentation PERACOD
Partie :
Introduction à la mise en œuvre des
centrales hybrides
Réception à l’Usine
z
z
z
z
z
z
z
z
Réception des Modules
Marquage
Nom et monogramme ou symbole du fabricant;
Type ou numéro du modèle;
Numéro de série;
Polarité des bornes de sorties ou des conducteurs (un
code de couleur est autorisé)
Tension maximale de système pour lequel le module est
adéquat
La date et le lieu de fabrication
Présentation PERACOD
Inspection visuelle
Chaque module est examiné avec soin avec un éclairement supérieur ou
égal à 1 000 lux pour les conditions suivantes
z.
•Surfaces extérieures cassées, fêlées, vrillées, désalignées ou déchirées;
•Cellules cassées;
•Cellules fêlées;
•Interconnexions ou jonctions défectueuses;
•Cellules touchant d'autres cellules ou le cadre;
•Défauts de collage;
•Bulles ou délamination formant un chemin continu entre cellule et le bord du
module
•Surfaces collantes au toucher des matériaux plastiques;
•Connexions défectueuses, parties électriques actives exposées;
•Toute autre condition qui pourrait affecter les performances.
Présentation PERACOD
Documentation
•copie du certificat d'homologation des modules
photovoltaïques proposés (Norme CEI 61215)
•copie du certificat actualisé attestant que les modules
sont de classe II
•courbe Tension-courant des modules proposés aux
conditions standards STC et faisant apparaître en outre
l'influence de la température et du rayonnement
•Schéma descriptif des structures de support des
modules et des fondation
Présentation PERACOD
Réception à l’Usine
¾Inspection visuelle
¾Vérification de la documentation
Batteries :Marquage
•tension,
•référence au produit du fabricant ou du fournisseur,
•capacité, avec indication du régime exprimé sous forme de courant ou de temps
de décharge,
•nom du fabricant ou du fournisseur,
•densité de l'électrolyte (pour une batterie complètement chargée, à la
température de référence),
•date de fabrication (mois et année)
Présentation PERACOD
Batteries :Documentation
•les caractéristiques techniques des batteries,présentant
en outre les caractéristiques de charge et de décharge
des batteries
•instructions relatives à la sécurité
•Les instructions relatives à l’installation et la mise en
service
•les instructions relatives à l’exploitation
•les instructions relatives à la maintenance
•les documents relatifs aux caractéristiques de
l’électrolyte
•la garantie commerciale
Présentation PERACOD
Réception du Régulateur de charge
•Inspection visuelle
•Vérification de quelques paramètres fonctionnels
•Vérification des caractéristiques annoncées
Régulateur : Marquage
• le nom du fabricant
• type du régulateur
• le plan de raccordement
• la tension nominale
• le courant nominal
• le courant maximal
Présentation PERACOD
Régulateur : Indication
z
z
z
z
z
z
Les indicateurs de l’état de charge des batteries seront
vérifiés :
• Batterie chargée
• Batterie à mi-charge,
• Batterie déchargée
Les indicateurs des paramètres suivants seront
vérifiés:
tension d’entrée du régulateur de charge
tension de sortie du régulateur de charge
courant d’entrée du régulateur de charge
courant de sortie du régulateur de charge
Présentation PERACOD
Vérification des paramètres fonctionnels
•Vérification des seuils de régulation
•Vérification du dispositif de compensation en température
•Vérification de l’intensité maximale admissible
•Vérification de la consommation à vide
• Vérification de la protection contre la surcharge
•vérification de la protection contre les court-circuits
•vérification de la protection contre les surtensions
•vérification de la protection contre l’inversion de polarité
•Vérification de la protection contre l’absence de batteries
Présentation PERACOD
Régulateur : Documentation
•Le régulateur de charge sera livré avec un manuel
d'installation et de fonctionnement contenant :
•les caractéristiques techniques du régulateur de charge,
•la plage de température qui garantie le fonctionnement
nominal du régulateur de charge,
•la classe de protection du boîtier,
•Les instructions relatives à l’installation
•les instructions relatives à l’exploitation
•les instructions relatives à la maintenance
•les instructions relatives à la recherche de panne
•la garantie commerciale
Présentation PERACOD
Réception Usine de l’onduleur
•Vérification de la conformité des caractéristiques annoncées par le
fournisseur
•L’inspection visuelle
•La validation des résultats des essais de type effectués sur les
onduleurs.
Marquage
•le nom du fabricant
•type /modèle de l’onduleur
•numéro de série
•la tension nominale d’entrée
•le courant nominal d’entrée
•la tension nominale de sortie
•le courant nominale de sortie
•l’indication des polarités aux points de connexion
Présentation PERACOD
Réception Usine de l’onduleur
Documentation
Les onduleurs seront livrés avec un manuel d'installation et de
fonctionnement contenant :
•les caractéristiques techniques du régulateur de charge,
•la plage de température qui garantie le fonctionnement nominal de
l’onduleur,
•la classe de protection du boîtier,
•instructions relatives à la sécurité
•Les instructions relatives à l’installation
•les instructions relatives à l’exploitation
•les instructions relatives à la maintenance
•les instructions relatives à la recherche de panne
•la garantie commerciale
Présentation PERACOD
Réception provisoire sur site
z
CHARGE PREALABLE DES BATTERIES
Vérification Dimensionnement de la ventilation
(aération) du local batterie
RECEPTION PROVISOIRE Module
Réception visuelle ( voir fiche)
Mesures ( voir fiches)
RECEPTION PROVISOIRE Régulateur
Réception visuelle ( voir fiche)
Mesures ( voir fiches)
RECEPTION PROVISOIRE Onduleur
Réception visuelle ( voir fiche)
Mesures ( voir fiches)
Présentation PERACOD
Merci de votre attention
Présentation PERACOD
PARTIE:
LE LOGICIEL HOMER
gsow@ucad.sn
Contact
syllaelhadji@yahoo.fr
Présentation de HOMER
Prise en Main du Logiciel de Dimensionnement HOMER
Comprendre et maîtriser HOMER
Pouvoir utiliser HOMER pour le dimensionnement
et la configuration des systèmes d’énergie hybride
Pouvoir analyser et interpréter les
résultats obtenus avec HOMER
Cas pratique de dimensionnement
Présentation du LER/ESP/UCAD
Présentation de HOMER
Quand vous concevez un système d'alimentation, vous devez prendre
beaucoup de décisions au sujet de la configuration du système :
¾Quels composants faut il inclure dans la conception du système en tenant
compte de leur taille ?
¾Le grand nombre d'options technologiques, la variation des coûts ces
technologies et la disponibilité des ressources énergétiques,
Ces
Ces facteurs
facteurs rendent
rendent difficile
difficile la
la décision
décision àà prendre
prendre
Les algorithmes d'analyse de l'optimisation et de la sensibilité de Homer facilitent
cette décision pour l’évaluation des nombreuses configurations de système possibles.
Présentation du LER/ESP/UCAD
Comment utiliser HOMER, ou mieux
Comment travailler avec Homer
Espace de travail
Pour ouvrir un
document Homer
Pour chercher de
l’aide
Fenêtre de HOMER
Présentation du LER/ESP/UCAD
Espace de Travail d’Homer
Add/Remove
(Ajouter/Enlever)
Sur cette fenêtre on
effectue le choix des
composants de
notre système
Présentation du LER/ESP/UCAD
Faites un double
click sur chaque
icône pour mettre
les informations
nécessaires
Potentiel
solaire
Potentiel
Éolien
Comment
configurer le
système ?
N’oublier pas de sauvegarder
Présentation du LER/ESP/UCAD
Caractérisation
de la charge
Entrer les
puissances
unihoraires
la charge
Nature de
la charge
Importer un
profil de charge
d’un doc .dmd
Cœf
de
Pert
Courbe de
profil de
charge
journalière
Présentation du LER/ESP/UCAD
Configuration
du Générateur
diesel
Générateur
Diesel
Puissance
du groupe
Combust
ible
Sans
Gen
Présentation du LER/ESP/UCAD
Schedule
Force on
Fonctionnement
du générateur
Émission de gaz
Force off
™Jours ouvrables
Choix des jours ™Week-end
de la semaine ™Jours fériés
Informations relatives
À l’émission de gaz à
effet de serre
Présentation du LER/ESP/UCAD
Configuration du
Générateur PV
T
co aill
ns e à
idé
re
r
n
o
i
t
uc ces,
d
o
Intr issan
u
p
ts
û
s
o
e
c
d
s
e
d
9Durée de vie des panneaux
9Coef. de perte du champ
9Système fil du soleil
9Inclinaison
Présentation du LER/ESP/UCAD
Configuration de
l’aérogénérateur
Choix dans la biblio
d’Homer
Caractéristique
de l’éolienne
Puiss-vitesse
vent
r le
u
s
tion mbre
a
m
r
Info et le no
t
coû
Présentation du LER/ESP/UCAD
Choix et configuration
de la batterie
Choix à partir
de Homer
Caractéristiques
de la batterie
Coût et nombre
de batterie
Durée
de vie
Présentation du LER/ESP/UCAD
Configuration du
convertisseur
¾Conversion CC/CA
¾Conversion CA/CC
Puissance,
Coût
ie
v
e
ée d ent
r
u
D
dem
n
e
R
Assurer
un transfert
optimal
d’énergie
entre le
deux bus
Présentation du LER/ESP/UCAD
Introduction des
données potentielles
solaires
Localisation par
Internet
(Données NASA)
Saisir
directement
les valeurs
moyennes du
potentiel
Importer un
fichier prés
charger
Moyenne de la
Radiation solaire
journalière
Présentation du LER/ESP/UCAD
Profil du Rayonnement solaire journalier
Présentation du LER/ESP/UCAD
Données
Vents
Importer à partir
d’un fichier
.dmd
Saisi des
valeurs de
la vitesse du vent
(moyenne
Mensuelle)
moyenne
Mensuelle
annuelle
Présentation du LER/ESP/UCAD
Profil journalier du vent
Présentation du LER/ESP/UCAD
Prix du litre
de carburant
po Cal
c
ur
dim ulate
le s ens
yst ion
èm ner
e
La quantité annuelle
maximale
susceptible d’être
Consommé en L
du
n
io ié
at ud
ur ét
ig e
nf m
Co stè
Sy
Présentation du LER/ESP/UCAD
Résultats du dimensionnement
(Simulation du fonctionnement de notre système)
lts
u
es
r
ty la
i
v
iti che tion
s
i
n
a
le
Se aff igur ima
nf opt
o
c us
l
p
la
Op
aff tizat
ich ion
Co e to re
nfi
ute sult
g
op ura s le s
du timis tions s
é
hy
s
bri ystè es
de
m
étu e
dié
overall
affiche toutes les
Configurations possibles
Categorized
affiche les configurations
possibles par
catégorie
du
e
lys ltat
a
A n ésu al
r
tim
p
o
Présentation du LER/ESP/UCAD
Le capital annualisé
et les coûts
de remplacement
annuel
Commentaire sur la configuration
la plus optimale
Répartition du
Coût du carburant
annuel et la
maintenance
du
n
itio uel t
t
r
pa ann men
é
R ût sse
Co esti
nv
i
’
d
Présentation du LER/ESP/UCAD
Pui
ssa
Par nce f
le g ourn
die roupe ie
sel
Puissance
fournie par
le générateur
PV
tion
c
u
Prod uelle
an n
Répartition de la production
De l’énergie par les source
Présentation du LER/ESP/UCAD
Analyse de
la production d’énergie
et de sa consommation
Présentation du LER/ESP/UCAD
Profil de charge
Production PV
Puissance dans le
convertisseur
Puissance de
la batterie
Production du GD
État de charge
la batterie
Présentation du LER/ESP/UCAD
Gustave
Gustave SOW
SOW (776545540)
(776545540) et
et El
El hadji
hadji SYLLA(775316485)
SYLLA(775316485)
gsow@ucad.sn
gsow@ucad.sn et
et syllaelhadji@yahoo.fr
syllaelhadji@yahoo.fr
Présentation du LER/ESP/UCAD
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising