Manuel FreeBSD

Manuel FreeBSD
Manuel FreeBSD
Groupe de Documentation FreeBSD
Manuel FreeBSD
par Groupe de Documentation FreeBSD
Publié Février 1999
Copyright © 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 Groupe de
Documentation FreeBSD
Bienvenue à FreeBSD! Ce manuel décrit l’installation et l’utilisation quotidienne de la Version 7.2-RELEASE de
FreeBSD et FreeBSD 8.0-RELEASE. Ce manuel est en constante évolution. Il est le résultat du travail de nombreuses
personnes. Par conséquent, certaines sections peuvent prendre de l’age et demandent à être mises à jour. Si vous
voulez participer à ce projet, envoyez un courrier électronique à la liste de diffusion du groupe de documentation de
FreeBSD (http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-doc). La dernière version anglaise de ce document est
disponible sur le serveur World Wide Web FreeBSD (http://www.FreeBSD.org/) (les versions antérieures de ce
manuel peuvent être obtenue auprès de http://docs.FreeBSD.org/doc/). Il peut être aussi téléchargé dans divers
formats et options de compression depuis le serveur FTP FreeBSD (ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/doc) ou l’un
des nombreux sites miroirs. Si vous préférez avoir une version imprimée du manuel, vous pouvez en acquérir une
auprès de FreeBSD Mall (http://www.freebsdmall.com/). Vous pouvez aussi faire des recherches dans le Manuel
(http://www.FreeBSD.org/search/index.html).
N.d.T.: Contactez Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org> si vous voulez collaborer à la traduction.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org > avec la collaboration de Gregory Delfly
<gregoryd.freebsd@free.fr >
Première version de Frédéric Haby <frederic.haby@mail.dotcom.fr >
La redistribution du code source (SGML), modifié ou non, et compilé (HTML, PostScript, etc.) est soumise aux conditions suivantes :
1. Le copyright ci-dessus, la présente liste de conditions et l’avertissement qui la suit doivent figurer dans le code source.
2. Le code source distribué sous forme compilée doit faire apparaître le copyright ci-dessus, la présente liste de conditions et l’avertissement
qui la suit.
Important : CE DOCUMENT EST FOURNI “TEL QU’EN L’ÉTAT” PAR LE PROJET DE DOCUMENTATION
FRANÇAISE DE FreeBSD ET IL N’EST DONNÉ AUCUNE GARANTIE, IMPLICITE OU EXPLICITE, QUANT À
SON UTILISATION COMMERCIALE, PROFESSIONNELLE OU AUTRE. LES COLLABORATEURS DU
PROJET DE DOCUMENTATION FRANÇAISE DE FreeBSD NE PEUVENT EN AUCUN CAS ÊTRE TENUS
POUR RESPONSABLES DE QUELQUE DOMMAGE OU PRÉJUDICE DIRECT, INDIRECT, SECONDAIRE OU
ACCESSOIRE (Y COMPRIS LES PERTES FINANCIèRES DUES AU MANQUE À GAGNER, À
L’INTERRUPTION D’ACTIVITÉS, OU LA PERTE D’INFORMATIONS ET AUTRES) DÉCOULANT DE
L’UTILISATION DE LA DOCUMENTATION OU DE L’IMPOSSIBILITÉ D’UTILISER CELLE-CI, ET DONT
L’UTILISATEUR ACCEPTE L’ENTIÈRE RESPONSABILITÉ.
FreeBSD is a registered trademark of the FreeBSD Foundation.
3Com and HomeConnect are registered trademarks of 3Com Corporation.
3ware and Escalade are registered trademarks of 3ware Inc.
ARM is a registered trademark of ARM Limited.
Adaptec is a registered trademark of Adaptec, Inc.
Adobe, Acrobat, Acrobat Reader, and PostScript are either registered trademarks or trademarks of Adobe Systems Incorporated in the United
States and/or other countries.
Apple, AirPort, FireWire, Mac, Macintosh, Mac OS, Quicktime, and TrueType are trademarks of Apple Computer, Inc., registered in the United
States and other countries.
Corel and WordPerfect are trademarks or registered trademarks of Corel Corporation and/or its subsidiaries in Canada, the United States and/or
other countries.
Sound Blaster is a trademark of Creative Technology Ltd. in the United States and/or other countries.
CVSup is a registered trademark of John D. Polstra.
Heidelberg, Helvetica, Palatino, and Times Roman are either registered trademarks or trademarks of Heidelberger Druckmaschinen AG in the
U.S. and other countries.
IBM, AIX, EtherJet, Netfinity, OS/2, PowerPC, PS/2, S/390, and ThinkPad are trademarks of International Business Machines Corporation in the
United States, other countries, or both.
IEEE, POSIX, and 802 are registered trademarks of Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc. in the United States.
Intel, Celeron, EtherExpress, i386, i486, Itanium, Pentium, and Xeon are trademarks or registered trademarks of Intel Corporation or its
subsidiaries in the United States and other countries.
Intuit and Quicken are registered trademarks and/or registered service marks of Intuit Inc., or one of its subsidiaries, in the United States and other
countries.
Linux is a registered trademark of Linus Torvalds.
LSI Logic, AcceleRAID, eXtremeRAID, MegaRAID and Mylex are trademarks or registered trademarks of LSI Logic Corp.
M-Systems and DiskOnChip are trademarks or registered trademarks of M-Systems Flash Disk Pioneers, Ltd.
Macromedia, Flash, and Shockwave are trademarks or registered trademarks of Macromedia, Inc. in the United States and/or other countries.
Microsoft, IntelliMouse, MS-DOS, Outlook, Windows, Windows Media and Windows NT are either registered trademarks or trademarks of
Microsoft Corporation in the United States and/or other countries.
Netscape and the Netscape Navigator are registered trademarks of Netscape Communications Corporation in the U.S. and other countries.
GateD and NextHop are registered and unregistered trademarks of NextHop in the U.S. and other countries.
Motif, OSF/1, and UNIX are registered trademarks and IT DialTone and The Open Group are trademarks of The Open Group in the United States
and other countries.
Oracle is a registered trademark of Oracle Corporation.
PowerQuest and PartitionMagic are registered trademarks of PowerQuest Corporation in the United States and/or other countries.
RealNetworks, RealPlayer, and RealAudio are the registered trademarks of RealNetworks, Inc.
Red Hat, RPM, are trademarks or registered trademarks of Red Hat, Inc. in the United States and other countries.
SAP, R/3, and mySAP are trademarks or registered trademarks of SAP AG in Germany and in several other countries all over the world.
Sun, Sun Microsystems, Java, Java Virtual Machine, JavaServer Pages, JDK, JRE, JSP, JVM, Netra, OpenJDK, Solaris, StarOffice, Sun Blade,
Sun Enterprise, Sun Fire, SunOS, Ultra and VirtualBox are trademarks or registered trademarks of Sun Microsystems, Inc. in the United States
and other countries.
Symantec and Ghost are registered trademarks of Symantec Corporation in the United States and other countries.
MATLAB is a registered trademark of The MathWorks, Inc.
SpeedTouch is a trademark of Thomson.
U.S. Robotics and Sportster are registered trademarks of U.S. Robotics Corporation.
VMware is a trademark of VMware, Inc.
Waterloo Maple and Maple are trademarks or registered trademarks of Waterloo Maple Inc.
Mathematica is a registered trademark of Wolfram Research, Inc.
XFree86 is a trademark of The XFree86 Project, Inc.
Ogg Vorbis and Xiph.Org are trademarks of Xiph.Org.
Many of the designations used by manufacturers and sellers to distinguish their products are claimed as trademarks. Where those designations
appear in this document, and the FreeBSD Project was aware of the trademark claim, the designations have been followed by the « ™ » or the
« ® » symbol.
Table des matières
Préface........................................................................................................................................................................ xiii
I. Pour commencer......................................................................................................................................................xx
1. Introduction .......................................................................................................................................................1
1.1. Synopsis................................................................................................................................................1
1.2. Bienvenue à FreeBSD! .........................................................................................................................1
1.3. A propos du Projet FreeBSD ................................................................................................................4
2. Installer FreeBSD..............................................................................................................................................9
2.1. Synopsis................................................................................................................................................9
2.2. Matériel nécessaire ...............................................................................................................................9
2.3. Tâches de pré-installation...................................................................................................................11
2.4. Débuter l’installation ..........................................................................................................................17
2.5. Présentation de sysinstall....................................................................................................................23
2.6. Allouer l’espace disque.......................................................................................................................28
2.7. Choisir ce que l’on va installer ...........................................................................................................40
2.8. Choisir votre support d’installation ....................................................................................................42
2.9. Procéder à l’installation ......................................................................................................................44
2.10. Post-installation ................................................................................................................................45
2.11. Dépannage ........................................................................................................................................75
2.12. Guide avancé d’installation ..............................................................................................................79
2.13. Préparer votre propre support d’installation .....................................................................................80
3. Quelques bases d’UNIX..................................................................................................................................86
3.1. Synopsis..............................................................................................................................................86
3.2. Consoles virtuelles & terminaux ........................................................................................................86
3.3. Permissions .........................................................................................................................................90
3.4. Organisation de l’arborescence des répertoires ..................................................................................92
3.5. Organisation des disques ....................................................................................................................95
3.6. Monter et démonter des systèmes de fichiers ...................................................................................101
3.7. Processus...........................................................................................................................................104
3.8. Daemons, signaux, et comment tuer un processus ...........................................................................106
3.9. Interpréteurs de commandes - “Shells” ............................................................................................108
3.10. Editeurs de texte .............................................................................................................................110
3.11. Périphériques et fichiers spéciaux de périphérique.........................................................................110
3.12. Le format des fichiers binaires........................................................................................................111
3.13. Pour plus d’information..................................................................................................................113
4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés .................................................115
4.1. Synopsis............................................................................................................................................115
4.2. Généralités sur l’installation de logiciels..........................................................................................115
4.3. Trouver votre application..................................................................................................................117
4.4. Utiliser le système des logiciels pré-compilés..................................................................................118
4.5. Utiliser le catalogue des logiciels portés ..........................................................................................121
4.6. Activités de post-installation ............................................................................................................129
4.7. Que faire avec les logiciels portés ne fonctionnant pas? ..................................................................130
5. Le système X Window ..................................................................................................................................132
5.1. Synopsis............................................................................................................................................132
5.2. Comprendre X ..................................................................................................................................132
v
5.3. Installer X11 .....................................................................................................................................135
5.4. Configuration d’X11.........................................................................................................................136
5.5. Utilisation des polices de caractères sous X11 .................................................................................140
5.6. Le gestionnaire de procédures de connexions graphiques - “X Display Manager” .........................144
5.7. Environnements de travail ................................................................................................................147
II. Tâches courantes..................................................................................................................................................152
6. Bureautique ...................................................................................................................................................153
6.1. Synopsis............................................................................................................................................153
6.2. Navigateurs .......................................................................................................................................153
6.3. Productivité.......................................................................................................................................156
6.4. Lecteurs de document.......................................................................................................................159
6.5. Finance..............................................................................................................................................161
6.6. Résumé .............................................................................................................................................163
7. Multimédia ....................................................................................................................................................164
7.1. Synopsis............................................................................................................................................164
7.2. Configurer une carte son...................................................................................................................165
7.3. Fichiers MP3.....................................................................................................................................168
7.4. Lecture des Vidéos............................................................................................................................171
7.5. Configuration des cartes TV .............................................................................................................179
7.6. Scanners............................................................................................................................................181
8. Configurer le noyau de FreeBSD ..................................................................................................................186
8.1. Synopsis............................................................................................................................................186
8.2. Pourquoi compiler un noyau sur mesure? ........................................................................................186
8.3. Compiler et installer un noyau sur mesure .......................................................................................187
8.4. Le fichier de configuration................................................................................................................189
8.5. Si quelque chose se passe mal ..........................................................................................................202
9. Imprimer........................................................................................................................................................204
9.1. Synopsis............................................................................................................................................204
9.2. Introduction.......................................................................................................................................204
9.3. Configuration de base .......................................................................................................................205
9.4. Configuration avancée de l’imprimante............................................................................................218
9.5. Using Printers ** Traduction en Cours **........................................................................................248
9.6. Alternatives to the Standard Spooler ** Traduction en Cours **.....................................................249
9.7. Troubleshooting ** Traduction en Cours ** ....................................................................................249
10. Compatibilité binaire avec Linux ................................................................................................................250
10.1. Synopsis..........................................................................................................................................250
10.2. Installation ......................................................................................................................................250
10.3. Installer Mathematica® ..................................................................................................................253
10.4. Installer Maple™ ............................................................................................................................256
10.5. Installer MATLAB®.......................................................................................................................258
10.6. Installer Oracle® ............................................................................................................................261
10.7. Installer SAP® R/3® ......................................................................................................................264
10.8. Sujets avancés .................................................................................................................................285
vi
III. Administration Système.....................................................................................................................................288
11. Configuration et optimisation......................................................................................................................289
11.1. Synopsis..........................................................................................................................................289
11.2. Configuration initiale ......................................................................................................................289
11.3. Configuration principale .................................................................................................................291
11.4. Configuration des applications .......................................................................................................292
11.5. Démarrer des services.....................................................................................................................292
11.6. Configuration de l’utilitaire cron ...................................................................................................295
11.7. Utilisation du système rc sous FreeBSD ........................................................................................297
11.8. Configuration des cartes réseaux ....................................................................................................298
11.9. Hôtes virtuels..................................................................................................................................304
11.10. Fichiers de configuration ..............................................................................................................305
11.11. Optimisation avec sysctl ...............................................................................................................309
11.12. Optimiser les disques....................................................................................................................310
11.13. Optimisation des limitations du noyau .........................................................................................314
11.14. Ajouter de l’espace de pagination.................................................................................................317
11.15. Gestion de l’énergie et des ressources ..........................................................................................318
11.16. Utiliser et déboguer l’ACPI sous FreeBSD ..................................................................................320
12. Processus de démarrage de FreeBSD..........................................................................................................327
12.1. Synopsis..........................................................................................................................................327
12.2. Le problème du démarrage .............................................................................................................327
12.3. Le gestionnaire de démarrage et les étapes de démarrage..............................................................328
12.4. Interaction avec le noyau au démarrage..........................................................................................332
12.5. “Device Hints”—Paramétrage des périphériques...........................................................................333
12.6. Init: Initialisation de la gestion des processus ................................................................................334
12.7. Séquence d’arrêt du système ..........................................................................................................335
13. Gestion des comptes et des utilisateurs .......................................................................................................336
13.1. Synopsis..........................................................................................................................................336
13.2. Introduction.....................................................................................................................................336
13.3. Le compte super-utilisateur ............................................................................................................338
13.4. Comptes système ............................................................................................................................338
13.5. Comptes utilisateur .........................................................................................................................338
13.6. Modifier des comptes......................................................................................................................339
13.7. Mettre en place des restrictions pour les utilisateurs ......................................................................343
13.8. Groupes...........................................................................................................................................346
14. Sécurité........................................................................................................................................................348
14.1. Synopsis..........................................................................................................................................348
14.2. Introduction.....................................................................................................................................348
14.3. Securing FreeBSD ** Traduction en Cours ** ..............................................................................350
14.4. DES, MD5, et chiffrement..............................................................................................................350
14.5. Mots de passe non réutilisables ......................................................................................................351
14.6. L’encapsuleur TCP (« TCP Wrappers ») ........................................................................................357
14.7. Kerberos..........................................................................................................................................360
14.8. Kerberos5 ** Traduction en Cours **...........................................................................................367
14.9. OpenSSL.........................................................................................................................................367
14.10. IPsec..............................................................................................................................................370
14.11. OpenSSH ......................................................................................................................................376
14.12. Listes de contrôle d’accès au système de fichiers.........................................................................380
vii
14.13. Surveillance des problèmes de sécurité relatifs aux programmes tierce-partie............................382
14.14. Avis de sécurité de FreeBSD ........................................................................................................383
14.15. Comptabilité des processus...........................................................................................................386
15. Environnements jail.....................................................................................................................................388
15.1. Synopsis..........................................................................................................................................388
15.2. Termes relatifs aux environnements jail .........................................................................................388
15.3. Introduction.....................................................................................................................................389
15.4. Création et contrôle de l’environnement jail ..................................................................................390
15.5. Optimisation et administration .......................................................................................................392
16. Mandatory Access Control ** Traduction en Cours ** ..............................................................................394
16.1. Synopsis..........................................................................................................................................394
16.2. Key Terms in this Chapter ..............................................................................................................394
16.3. Explanation of MAC.......................................................................................................................394
16.4. Understanding MAC Labels ...........................................................................................................394
16.5. Module Configuration.....................................................................................................................394
16.6. The MAC bsdextended Module......................................................................................................394
16.7. The MAC ifoff Module...................................................................................................................394
16.8. The MAC portacl Module...............................................................................................................394
16.9. MAC Policies with Labeling Features............................................................................................394
16.10. The MAC partition Module ..........................................................................................................394
16.11. The MAC Multi-Level Security Module ......................................................................................395
16.12. The MAC Biba Module ................................................................................................................395
16.13. The MAC LOMAC Module .........................................................................................................395
16.14. Implementing a Secure Environment with MAC .........................................................................395
16.15. Another Example: Using MAC to Constrain a Web Server .........................................................395
16.16. Troubleshooting the MAC Framework.........................................................................................395
17. Audit des événements relatifs à la sécurité du système ..............................................................................396
17.1. Synopsis..........................................................................................................................................396
17.2. Mots-clés utilisés dans ce chapitre .................................................................................................397
17.3. Installation du support pour les audits ............................................................................................397
17.4. Configuration de l’audit..................................................................................................................398
17.5. Administration du système d’audit.................................................................................................401
18. Stockage des données..................................................................................................................................405
18.1. Synopsis..........................................................................................................................................405
18.2. Noms des périphériques..................................................................................................................405
18.3. Ajouter des disques.........................................................................................................................406
18.4. RAID...............................................................................................................................................408
18.5. Périphériques de stockage USB......................................................................................................413
18.6. Création et utilisation de supports optiques (CDs) .........................................................................415
18.7. Création et utilisation de supports optiques (DVDs) ......................................................................421
18.8. Création et utilisation de disquettes................................................................................................426
18.9. Créer et utiliser les bandes magnétiques.........................................................................................428
18.10. Sauvegardes sur disquettes ...........................................................................................................430
18.11. Stratégies de sauvegarde...............................................................................................................432
18.12. Sauvegardes ..................................................................................................................................433
18.13. Systèmes de fichiers réseaux, en mémoire et sauvegardés sur fichier ..........................................440
18.14. Instantané (“Snapshot”) d’un système de fichiers ........................................................................442
18.15. Quotas d’utilisation des disques ...................................................................................................443
viii
18.16. Chiffrer les partitions d’un disque ................................................................................................447
18.17. Chiffrage de l’espace de pagination..............................................................................................453
19. GEOM: architecture modulaire de gestion des disques ..............................................................................456
19.1. Synopsis..........................................................................................................................................456
19.2. Introduction à GEOM .....................................................................................................................456
19.3. RAID0 - « Striping » ......................................................................................................................456
19.4. RAID1 - « mirroring »....................................................................................................................458
19.5. Périphériques réseau « GEOM Gate »............................................................................................460
19.6. Ajouter un label à un disque ...........................................................................................................461
20. Le gestionnaire de volume Vinum...............................................................................................................464
20.1. Synopsis..........................................................................................................................................464
20.2. Les disques sont trop petits.............................................................................................................464
20.3. Les goulots d’étranglement d’accès aux données...........................................................................464
20.4. Intégrité des données ......................................................................................................................466
20.5. Objets Vinum ..................................................................................................................................467
20.6. Quelques exemples .........................................................................................................................469
20.7. Appellation des objets.....................................................................................................................476
20.8. Configuration de Vinum .................................................................................................................479
21. Virtualisation ...............................................................................................................................................481
21.1. Synopsis..........................................................................................................................................481
21.2. FreeBSD comme système d’exploitation invité .............................................................................481
21.3. FreeBSD comme système d’exploitation hôte ...............................................................................513
22. Localisation - Utilisation et configuration de l’I18N/L10N........................................................................514
22.1. Synopsis..........................................................................................................................................514
22.2. Les bases.........................................................................................................................................514
22.3. Utiliser la localisation .....................................................................................................................515
22.4. Compiler des programmes I18N.....................................................................................................521
22.5. Localiser FreeBSD pour des langues spécifiques...........................................................................521
23. Questions avancées......................................................................................................................................525
23.1. Synopsis..........................................................................................................................................525
23.2. FreeBSD-CURRENT contre FreeBSD-STABLE ..........................................................................525
23.3. Synchroniser vos sources................................................................................................................529
23.4. Recompiler le système....................................................................................................................530
23.5. Suivre les mises à jour pour plusieurs machines ............................................................................543
IV. Réseau..................................................................................................................................................................545
24. Serial Communications ** Traduction en Cours ** ...................................................................................546
24.1. Synopsis..........................................................................................................................................546
24.2. Introduction.....................................................................................................................................546
24.3. Terminals ........................................................................................................................................546
24.4. Dial-in Service ................................................................................................................................547
24.5. Dial-out Service..............................................................................................................................547
24.6. Setting Up the Serial Console.........................................................................................................547
25. PPP et SLIP .................................................................................................................................................548
25.1. Synopsis..........................................................................................................................................548
25.2. Using User PPP ** Traduction en Cours **...................................................................................548
25.3. Utiliser PPP intégré au noyau .........................................................................................................548
25.4. Utiliser PPP sur Ethernet (PPPoE) .................................................................................................556
ix
25.5. Utiliser PPP sur ATM (PPPoA) .....................................................................................................558
25.6. Utiliser SLIP ...................................................................................................................................561
26. Courrier électronique...................................................................................................................................572
26.1. Synopsis..........................................................................................................................................572
26.2. Utilisation du courrier électronique................................................................................................572
26.3. Configuration de sendmail .............................................................................................................575
26.4. Changer votre agent de transfert de courrier ..................................................................................578
26.5. Dépannage ......................................................................................................................................581
26.6. Sujets avancés .................................................................................................................................584
26.7. SMTP avec UUCP ..........................................................................................................................586
26.8. Configuration pour l’envoi seul ......................................................................................................588
26.9. Utiliser le courrier électronique avec une connexion temporaire ...................................................589
26.10. Authentification SMTP.................................................................................................................590
26.11. Clients de messagerie ...................................................................................................................591
26.12. Utiliser fetchmail ..........................................................................................................................598
26.13. Utiliser procmail ...........................................................................................................................599
27. Serveurs réseau............................................................................................................................................601
27.1. Synopsis..........................................................................................................................................601
27.2. Le “super-serveur” inetd ................................................................................................................601
27.3. Système de fichiers réseau (NFS) ...................................................................................................605
27.4. Services d’information réseau (NIS/YP) ........................................................................................612
27.5. Configuration réseau automatique (DHCP)....................................................................................628
27.6. Serveurs de noms (DNS) ................................................................................................................632
27.7. Serveur HTTP Apache....................................................................................................................642
27.8. Protocole de transfert de fichiers (FTP)..........................................................................................647
27.9. Serveur de fichiers et d’impression pour clients Microsoft Windows (Samba) .............................648
27.10. Synchronisation de l’horloge avec NTP .......................................................................................650
28. Firewalls ** Traduction en Cours ** ..........................................................................................................654
28.1. Introduction.....................................................................................................................................654
28.2. Firewall Concepts ...........................................................................................................................654
28.3. Firewall Packages ...........................................................................................................................654
28.4. The OpenBSD Packet Filter (PF) and ALTQ .................................................................................654
28.5. The IPFILTER (IPF) Firewall.........................................................................................................654
28.6. IPFW...............................................................................................................................................654
29. Administration réseau avancée....................................................................................................................655
29.1. Synopsis..........................................................................................................................................655
29.2. Passerelles et routes ........................................................................................................................655
29.3. Réseau sans fil.................................................................................................................................661
29.4. Bluetooth.........................................................................................................................................669
29.5. Bridging ..........................................................................................................................................677
29.6. Système sans disque dur .................................................................................................................680
29.7. ISDN ...............................................................................................................................................688
29.8. Translation d’adresses.....................................................................................................................692
29.9. IP sur liaison parallèle (PLIP).........................................................................................................695
29.10. IPv6...............................................................................................................................................698
29.11. ATM (« Asynchronous Transfer Mode ») ....................................................................................703
x
V. Annexes .................................................................................................................................................................706
A. Se procurer FreeBSD....................................................................................................................................707
A.1. Editeurs de CD-ROMs et DVDs ......................................................................................................707
A.2. Sites FTP..........................................................................................................................................709
A.3. CVS anonyme..................................................................................................................................720
A.4. Utiliser CTM....................................................................................................................................723
A.5. Utiliser CVSup.................................................................................................................................727
A.6. Utiliser Portsnap ..............................................................................................................................750
A.7. Etiquettes CVS.................................................................................................................................753
A.8. Sites AFS .........................................................................................................................................758
A.9. Sites rsync ........................................................................................................................................759
B. Bibliographie ................................................................................................................................................761
B.1. Livres & magazines consacrés à FreeBSD ......................................................................................761
B.2. Manuels d’utilisation........................................................................................................................762
B.3. Manuels d’administration ................................................................................................................763
B.4. Manuels de programmation .............................................................................................................763
B.5. “Internes” du système d’exploitation...............................................................................................764
B.6. Ouvrages de référence en matière de sécurité..................................................................................764
B.7. Ouvrages de référence sur le matériel..............................................................................................765
B.8. Histoire d’UNIX ..............................................................................................................................765
B.9. Revues et journaux...........................................................................................................................766
C. Ressources sur Internet.................................................................................................................................767
C.1. Listes de diffusion............................................................................................................................767
C.2. Forums de discussion .......................................................................................................................783
C.3. Serveurs World Wide Web ...............................................................................................................785
C.4. Adresses électroniques.....................................................................................................................792
C.5. Comptes ...........................................................................................................................................792
D. Clés PGP.......................................................................................................................................................794
D.1. Officiers............................................................................................................................................794
D.2. Membres de l’équipe de base...........................................................................................................794
D.3. Développeurs ...................................................................................................................................796
Glossaire FreeBSD ....................................................................................................................................................858
Index...........................................................................................................................................................................860
Colophon....................................................................................................................................................................871
xi
Liste des tableaux
2-1. Exemple d’inventaire de périphériques .................................................................................................................11
2-2. Partitionnement du premier disque........................................................................................................................34
2-3. Partitionnement pour les disques suivants .............................................................................................................35
2-4. Noms des images ISO FreeBSD 6.X et 7.X et leurs significations........................................................................81
3-1. Codes des périphériques disques .........................................................................................................................100
18-1. Conventions de nom pour les disques physiques...............................................................................................405
20-1. Organisations de plex Vinum.............................................................................................................................469
29-1. Câblage d’un câble parallèle pour réseau ..........................................................................................................696
29-2. Adresses IPv6 réservées ....................................................................................................................................699
xii
Préface
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
Public visé
Le nouveau venu à FreeBSD constatera que la première section de ce livre guide l’utilisateur à travers le processus
d’installation de FreeBSD, et présente progressivement les concepts et les conventions qui sont les fondements
d’UNIX®. Travailler avec cette section demande un peu plus que le simple désire d’explorer, et la capacité
d’assimiler de nouveaux concepts quand ils sont présentés.
Une fois que vous en êtes arrivé là, la seconde, bien plus grande, section du Manuel est une référence complète de
tous les sujets qui intéressent les administrateurs systèmes de FreeBSD. Certains de ces chapitres peuvent vous
recommander d’effectuer des lectures préliminaires, cela est noté dans le synopsis au début de chaque chapitre.
Pour une liste de sources d’informations complémentaires, veuillez consulter Annexe B.
Modifications depuis la Seconde Edition
Cette seconde édition est le point culminant de plus de deux ans de travail pour les membres du Groupe de
Documentation de FreeBSD. Ce qui suit présente les changements principaux de cette nouvelle édition:
•
Chapitre 11, le chapitre « Configuration et optimisation », a été augmenté avec des informations nouvelles sur la
gestion ACPI des ressources et de l’énergie, sur l’utilitaire système cron, et sur d’autres d’options
supplémentaires d’optimisation du noyau.
•
Chapitre 14, le chapitre « Sécurité », a été augmenté avec de nouvelles informations sur les réseaux privés virtuels
(VPNs), les listes de contrôle d’accès au système de fichiers (ACLs), et sur les avis de sécurité.
•
Chapitre 16, « Le contrôle d’accès obligatoire » (MAC) est un nouveau chapitre ajouté avec cette édition. Il
explique ce qu’est le MAC et comment ce mécanisme peut être utilisé pour sécuriser un système FreeBSD.
•
Chapitre 18, le chapitre « Stockage des données », a bénéficié de l’ajout de nouvelles sections concernant les
périphériques de stockage USB, les instantanés de systèmes de fichiers, les quotas d’utilisation des disques, les
systèmes de fichiers réseaux et sauvegardés sur fichier, et le chiffrage de partitions.
•
Chapitre 20, « Vinum », est un nouveau chapitre apparaissant avec cette édition. Il décrit l’utilisation de Vinum, un
gestionnaire de volume qui permet la création de disques logiques indépendants du périphérique, et l’utilisation de
systèmes RAID-0, RAID-1 et RAID-5 logiciels.
•
Une section dépannage a été ajoutée au chapitre Chapitre 25, PPP et SLIP.
•
Chapitre 26, le chapitre « Courrier électronique », bénéficie de nouvelles sections sur l’utilisation d’agents de
transfert de courrier alternatifs, sur l’authentification SMTP, l’UUCP, fetchmail, procmail, et d’autres sujets
avancés.
•
Chapitre 27, le chapitre « Serveurs réseau », apparaît avec cette édition. Ce chapitre traite de la configuration du
serveur HTTP Apache, de ftpd, et celle d’un serveur pour clients Microsoft® Windows® à l’aide de Samba.
Certaines sections du chapitre Chapitre 29, « Administration réseau avancée » ont été déplacées vers ce nouveau
chapitre.
xiii
Préface
•
Chapitre 29, le chapitre « Administration réseau avancée » a été complété avec des informations sur l’utilisation
des périphériques Bluetooth® sous FreeBSD, la configuration de réseaux sans fil, et sur le mode de transfert
réseau asynchrone (ATM).
•
Un glossaire a été ajouté pour centraliser les définitions des termes techniques employés tout au long de cet
ouvrage.
•
La présentation des tableaux et des figures a été améliorée.
Modifications depuis la Première Edition
La seconde édition est le point culminant de deux ans de travail pour les membres du Groupe de Documentation de
FreeBSD. Ce qui suit présente les changements principaux de cette nouvelle édition:
•
Un sommaire complet a été ajouté.
•
Toutes les figures ASCII ont été remplacées par des graphiques.
•
Un synopsis standard a été ajouté à chaque chapitre pour donner un rapide résumé des informations contenues par
ce dernier et ce qu’est sensé connaître le lecteur.
•
Le contenu a été réorganisé de façon logique en trois parties: “Pour commencer”, “L’Administration Système”, et
“Annexes”.
•
Le Chapitre 2 (“Installer FreeBSD”) fut complètement réécrit avec de nombreuses photos d’écrans pour rendre le
texte plus facile à comprendre pour les nouveaux utilisateurs.
•
Le Chapitre 3 (“Quelques bases d’UNIX”) a été augmenté pour contenir des informations additionnelles sur les
processus, daemons et signaux.
•
Le Chapitre 4 (“Installer des applications”) a été augmenté pour contenir des informations complémentaires sur la
gestion des applications pré-compilées.
•
Le Chapitre 5 (“Le système X Window”) a complètement été réécrit en insistant sur l’utilisation de technologies
modernes d’environnement de travail comme KDE et GNOME sous XFree86™ 4.X.
•
Le Chapitre 12 (“Le processus de démarrage de FreeBSD”) a été augmenté.
•
Le Chapitre 18 (“Stockage des données”) fut réécrit à partir de ce qui était à l’origine deux chapitres séparés
“Disques” et “Sauvegardes”. Nous pensons que le sujet est plus facile à appréhender quand il est présenté en un
seul chapitre. Une section sur RAID (matériel et logiciel) fut également ajoutée.
•
Le Chapitre 24 (“Communications série”) a été complètement réorganisé et mis à jour pour FreeBSD 4.X/5.X.
•
Le Chapitre 25 (“PPP et SLIP”) a été sensiblement mis à jour.
•
Plusieurs nouvelles sections ont été ajouté au Chapitre 29 (“Administration réseau avancée”).
•
Le Chapitre 26 (“Courrier électronique”) fut augmenté pour inclure plus d’informations au sujet de la
configuration de sendmail.
•
Le Chapitre 10 (“Compatibilité Linux®”) a été augmenté pour inclure des informations sur l’installation
d’Oracle® et SAP® R/3®.
•
Les nouveaux sujets suivants sont abordés dans cette seconde édition:
•
Configuration et optimisation (Chapitre 11).
•
Multimédia (Chapitre 7)
xiv
Préface
Organisation de cet ouvrage
Ce livre est divisé en cinq parties logiquement distinctes. Le première section, Pour commencer, couvre l’installation
et les bases de l’utilisation de FreeBSD. On s’attend à ce que le lecteur suive ces chapitres dans l’ordre, sautant
éventuellement les chapitres traitant de sujets familiers. La seconde section Tâches courantes, couvre les
fonctionnalités de FreeBSD fréquemment utilisées. Cette section, ainsi que toutes les sections suivantes, peuvent être
lues dans n’importe quel ordre. Chaque chapitre débute avec un synopsis succinct qui décrit ce dont parle le chapitre
et ce qu’on s’attend à ce que le lecteur sache déjà. Cela en vue de permettre au lecteur occasionnel de se rendre
directement aux chapitres qui l’intéresse. La troisième section, Administration système, traite des sujets concernant
l’administration. La quatrième section, Réseaux, couvre le domaine des réseaux et des serveurs. La cinquième
section contient des annexes d’information de référence.
Chapitre 1, Introduction
Présente FreeBSD à un nouvel utilisateur. Il décrit l’histoire du projet FreeBSD, ses objectifs, son mode de
développement.
Chapitre 2, Installation
Guide un utilisateur à travers le processus d’installation. Quelques sujets d’installation avancée, comme
l’installation avec une console série, sont aussi couverts.
Chapitre 3, Quelques bases d’UNIX
Couvre les commandes et fonctionnalités de base du système d’exploitation FreeBSD. Si vous êtes familier
avec Linux ou un autre type d’UNIX alors vous pouvez probablement passer ce chapitre.
Chapitre 4, Installer des applications
Couvre l’installation de logiciels tiers avec l’innovant “Catalogue de logiciels portés” de FreeBSD et les
logiciels pré-compilés.
Chapitre 5, Le système X Window
Décrit le système X Window en général et l’utilisation d’X11 sur FreeBSD en particulier. Décrit également les
environnements de travail comme KDE et GNOME.
Chapitre 6, Bureautique
Liste les applications de bureautique courantes, comme les navigateurs Web et les suites de bureautique, et
décrit comment les installer sous FreeBSD.
Chapitre 7, Multimédia
Montre comment installer le support du son et de la vidéo pour votre système. Décrit également quelques
applications audio et vidéo.
Chapitre 8, Configurer le noyau de FreeBSD
Explique pour quelles raisons vous devriez configurer un nouveau noyau et fournit des instructions détaillées
pour la configuration, la compilation et l’installation d’un noyau sur mesures.
xv
Préface
Chapitre 9, Impression
Décrit la gestion des imprimantes sous FreeBSD, y compris les informations sur les pages d’en-tête, la
comptabilisation de l’usage et la configuration de base.
Chapitre 10, Compatibilité binaire avec Linux
Décrit les caractéristiques de la compatibilité Linux sous FreeBSD. Fournit également les instructions détaillées
de l’installation de plusieurs applications Linux populaires comme Oracle, SAP R/3 et Mathematica®.
Chapitre 11, Configuration et optimisation
Décrit les paramètres disponibles pour les administrateurs systèmes afin d’ optimiser les performances d’un
système FreeBSD. Décrit également les différents fichiers de configuration utilisés dans FreeBSD et où les
trouver.
Chapitre 12, Processus de démarrage de FreeBSD
Décrit le processus de démarrage de FreeBSD et explique comment contrôler ce processus avec des options de
configuration.
Chapitre 13, Gestion des comptes et des utilisateurs
Décrit la création et la manipulation des comptes utilisateur. Traite également des limitations de ressources qui
peuvent être appliquées aux utilisateurs et des autres tâches de gestion des comptes.
Chapitre 14, Sécurité
Décrit différents outils disponibles pour vous aider à sécuriser votre système FreeBSD, dont Kerberos, IPsec et
OpenSSH.
Chapitre 15, Environnements jails
Décrit l’organisation des environnements jail, et les améliorations apportées par ces environnements par rapport
au support chroot traditionnel de FreeBSD.
Chapitre 16, Contrôle d’accès mandataire
Explique ce qu’est le contrôle d’accès mandataire (MAC) et comment ce mécanisme peut être utilisé pour
sécuriser un système FreeBSD.
Chapitre 17, Audit des événements relatifs à la sécurité
Décrit ce qu’est l’audit d’événements sous FreeBSD, comment cette fonctionnalité peut être installée,
configurée et comment les audits peuvent être examinés et surveillés.
Chapitre 18, Stockage des données
Décrit comment gérer les supports de stockage et les systèmes de fichiers avec FreeBSD. Cela inclut les disques
physiques, les systèmes RAID, les supports optiques et bandes, les disques mémoires, et les systèmes de fichiers
réseau.
Chapitre 19, GEOM
Décrit ce qu’est le système GEOM sous FreeBSD et comment configurer les différents niveaux de RAID
supportés.
xvi
Préface
Chapitre 20, Vinum
Décrit comment utiliser Vinum, un gestionnaire de volume logique qui permet d’avoir des disques logiques
indépendants du périphérique, et le RAID-0, RAID-1 et RAID-5 logiciel.
Chapitre 21, Virtualisation
Décrit ce que les systèmes de virtualisation apportent, et comment ils peuvent être utilisés avec FreeBSD.
Chapitre 22, Localisation
Décrit comment utiliser FreeBSD avec des langues autres que l’anglais. Couvre la localisation du système et
des applications.
Chapitre 23, Questions avancées
Explique les différences entre FreeBSD-STABLE, FreeBSD-CURRENT et les versions de publication;. Décrit
quel type d’utilisateurs pourrait tirer profit de suivre un système de développement et présente le processus.
Chapitre 24, Communications série
Explique comment connecter terminaux et modems à votre système FreeBSD aussi bien pour les connexions
entrantes que sortantes.
Chapitre 25, PPP et SLIP
Décrit comment utiliser PPP, SLIP ou PPP sur Ethernet pour se connecter à des systèmes distants à l’aide de
FreeBSD.
Chapitre 26, Courrier électronique
Explique les différents composants d’un serveur de courrier et plonge dans la configuration de base du serveur
de courrier le plus populaire: sendmail.
Chapitre 27, Serveurs réseau
Fournit des instructions détaillées et des exemples de fichiers de configuration pour configurer votre machine
FreeBSD comme serveur de fichiers, serveur de noms de domaine, serveur d’information réseau, ou comme
serveur de synchronisation d’horloge.
Chapitre 28, Coupe-feux
Explique la philosophie des coupe-feux logiciels et fournit des informations détaillées sur la configuration des
différents coupe-feux disponibles pour FreeBSD.
Chapitre 29, Administration réseau avancée
Décrit de nombreux sujets sur l’utilisation réseau, dont le partage d’une connexion Internet avec d’autres
ordinateurs sur votre réseau local, routage, réseaux sans-fils, Bluetooth, ATM, IPv6, et bien plus.
Annexe A, Se procurer FreeBSD
Enumère les différentes sources pour obtenir FreeBSD sur CDROM ou DVD, ainsi que les différents sites
Internet qui vous permettent de télécharger et d’installer FreeBSD.
xvii
Préface
Annexe B, Bibliographie
Cet ouvrage aborde de nombreux sujets cela peut vous laisser sur votre faim et à la recherche de plus de détails.
La bibliographie énumère d’excellents ouvrages qui sont référencés dans le texte.
Annexe C, Ressources sur Internet
Décrit les nombreux forums disponibles pour les utilisateurs de FreeBSD pour poster des questions et engager
des conversations techniques au sujet de FreeBSD.
Annexe D, Clés PGP
Liste les clés PGP de nombreux développeurs FreeBSD.
Conventions utilisées dans ce livre
Pour fournir un texte logique et facile à lire, plusieurs conventions sont respectées tout au long du livre.
Conventions typographiques
Italique
Une police de caractères italique est utilisée pour les noms de fichiers, les URLs, le texte à mettre en valeur et la
première utilisation de termes techniques.
Police de caractères à chasse fixe
Une police de caractères à chasse fixe est utilisée pour les messages d’erreurs, les commandes, les variables
d’environnement, les noms des logiciels portés, les noms d’hôtes, les noms d’utilisateurs, les noms de groupes,
les noms de périphériques, les variables et les morceaux de code source.
Caractères gras
Des caractères gras sont utilisés pour les applications, les commandes et les touches.
Utilisation du clavier
Les touches sont représentées en gras pour ressortir du texte. Les combinaisons de touches qui sont sensées être
tapées simultanément sont représentées avec ‘+’ entre chaque touche, comme par exemple:
Ctrl+Alt+Del
Indiquant que l’utilisateur devra appuyer simultanément sur les touches Ctrl, Alt, et Del.
Les touches qui sont sensées être tapées en séquence seront séparées par une virgule, par exemple:
Ctrl+X, Ctrl+S
Signifiera que l’on on attend à ce que l’utilisateur tape les touches Ctrl et X simultanément et ensuite tape Ctrl et S
simultanément.
xviii
Préface
Exemples
Les exemples commençant par E:\> indiquent une commande MS-DOS®. Sauf indication contraire, on peut
exécuter ces commandes depuis une fenêtre “d’invite de commande” dans un environnement Microsoft Windows
moderne.
E:\> tools\fdimage floppies\kern.flp A:
Les exemples commençant par # indiquent que la commande doit être lancée en tant que super-utilisateur sous
FreeBSD. Vous pouvez ouvrir une session en tant que root pour taper cette commande, ou ouvrir une session sous
votre compte normal et utiliser su(1) pour obtenir les privilèges de super-utilisateur.
# dd if=kern.flp of=/dev/fd0
Les exemples commençant par % indiquent une commande qui devrait être lancée par un utilisateur normal. Sauf
indication contraire, la syntaxe de l’interpréteur de commandes C-shell est utilisée pour configurer les variables
d’environnement et autres commandes de l’interpréteur.
% top
Remerciements
L’ouvrage que vous avez en main représente les efforts de plusieurs centaines de personnes dans le monde. Qu’ils
aient envoyé des corrections de fautes de frappe, ou soumis des chapitres entiers, toutes les contributions ont été
utiles.
Plusieurs entreprises ont supporté le développement de ce document en payant des auteurs à travailler à plein temps
dessus, en payant pour la publication etc... En particulier, BSDi (rachetée plus tard par Wind River Systems
(http://www.windriver.com)) a payé à temps plein des membres du Groupe de Documentation de FreeBSD à
l’amélioration de ce livre menant ainsi à la publication de la première version imprimée en Mars 2000 (ISBN
1-57176-241-8). Wind River Systems a ensuite payé plusieurs auteurs supplémentaires pour apporter un certain
nombre d’améliorations à l’infrastructure de publication et à l’ajout de chapitres. Ce travail a abouti à la publication
de la deuxième édition imprimée en Novembre 2001 (ISBN 1-57176-303-1). En 2003-2004, FreeBSD Mall, Inc
(http://www.freebsdmall.com), a payé plusieurs auteurs pour travailler sur l’amélioration de ce manuel en vue de la
publication de la troisième édition papier.
xix
I. Pour commencer
Cette partie du Manuel FreeBSD est destinée aux nouveaux venus à FreeBSD, utilisateurs et administrateurs. Ces
chapitres:
•
Vous présenteront FreeBSD.
•
Vous guideront à travers le processus d’installation.
•
Vous apprendront quelques bases et fondements d’UNIX.
•
Vous montreront comment installer la profusion d’applications tiers disponibles pour FreeBSD.
•
Vous présenteront X, le système de frenêtrage d’UNIX, et détailleront comment configurer un environnement de
travail qui vous rendra plus productif.
Nous avons essayé de limiter le nombre de références dans le texte à un minimun afin que vous puissiez lire cette
section du Manuel du début jusqu’à la fin avec le moins de mouvement de page possible.
Chapitre 1. Introduction
Restructuré, réorganisé, et parties réécrites par Jim Mock.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
1.1. Synopsis
Merci de votre intérêt pour FreeBSD! Le chapitre suivant traite de divers aspects concernant le projet FreeBSD,
comme son histoire, ses objectifs, son mode de développement, et d’autres.
Après la lecture de ce chapitre, vous connaîtrez:
•
Comment FreeBSD est lié aux autres systèmes d’exploitation.
•
L’histoire du Projet FreeBSD.
•
Les objectifs du Projet FreeBSD.
•
Les bases du mode de développement open-source de FreeBSD.
•
Et bien sûr: l’origine du nom “FreeBSD”.
1.2. Bienvenue à FreeBSD!
FreeBSD est une système d’exploitation basé sur 4.4BSD-Lite2 pour les ordinateurs à base d’architecture Intel (x86
et Itanium®), AMD64, les ordinateurs DEC Alpha™, et Sun UltraSPARC®. Le portage pour d’autres architectures
est également en cours. Pour connaître l’histoire du projet, lisez Un court historique de FreeBSD. Pour avoir une
description de la version la plus récente, allez à la section A propos de cette version. Si vous voulez contribuer d’une
façon ou d’une autre au projet FreeBSD (code, matériel, dons), voyez s’il vous plaît à la section Contribuer à
FreeBSD (http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/contributing/index.html).
1.2.1. Que peut faire FreeBSD?
FreeBSD dispose de nombreuses caractéristiques remarquables. Parmi lesquelles:
•
Multi-tâche préemptif avec ajustement dynamique des priorités pour garantir un partage équilibré et fluide de
l’ordinateur entre les applications et les utilisateurs et cela même sous les charges les plus importantes.
•
Accès multi-utilisateurs qui permet à de nombreuses personnes d’utiliser en même temps un système FreeBSD à
des fins très différentes. Cela signifie, par exemple, que des périphériques tels que les imprimantes ou les lecteurs
de bandes peuvent être partagés entre tous les utilisateurs sur le système ou sur le réseau et que des limitations
d’utilisation des ressources peuvent être appliquées à des utilisateurs ou groupes d’utilisateurs, protégeant ainsi les
ressources systèmes critiques d’une sur-utilisation.
•
Réseau TCP/IP complet dont le support de standards industriels comme SCTP, DHCP, NFS, NIS, PPP, SLIP,
IPsec, et IPv6. Cela signifie que votre machine FreeBSD peut coopérer facilement avec d’autres systèmes ou être
utilisée comme serveur d’entreprise, fournissant des fonctions essentielles comme NFS (accès aux fichiers en
1
Chapitre 1. Introduction
réseau) et le service de courrier électronique, ou encore l’accès de votre entreprise à l’Internet grâce aux services
WWW, FTP, et aux fonctionnalités de routage et de coupe-feu (sécurité).
•
La protection de la mémoire garantit que les applications (ou les utilisateurs) ne peuvent interférer entre eux. Une
application qui plante n’affectera en rien les autres.
•
FreeBSD est un système d’exploitation 32-bits (64-bits sur l’architecture Alpha, Itanium, AMD64, et
UltraSPARC) et a été conçu comme tel dès le début.
•
Le Système X Window (X11R7), standard industriel, fournit une interface graphique à l’utilisateur (Graphical User
Interface - GUI), moyennant l’achat d’une carte VGA ordinaire et d’un moniteur, et est livré avec l’intégralité de
son code source.
•
Compatibilité binaire avec de nombreux programmes compilés pour Linux, SCO, SVR4, BSDI et NetBSD.
•
Des milliers d’applications prêtes à l’emploi sont disponibles grâce au catalogue des logiciels portés (ports) et au
catalogue des logiciels pré-compilés (packages). Pourquoi chercher sur l’Internet alors que tout est là?.
•
Des milliers d’applications faciles à porter sont disponibles sur l’Internet. FreeBSD est compatible au niveau du
code source avec les systèmes UNIX commerciaux les plus répandus et donc la plupart des applications exigent
peu, sinon aucune modification, pour les compiler.
•
Mémoire virtuelle à la demande et “cache unifié pour les disques et la mémoire virtuelle” cela permet de répondre
aux besoins des applications gourmandes en mémoire tout en garantissant le temps de réponse aux autres
utilisateurs.
•
Support du traitement symétrique multiprocesseurs (SMP).
•
Des outils complets de développement C, C++, et Fortran. De nombreux autres langages pour la recherche de
pointe et le développement sont aussi disponibles dans les catalogues des logiciels portés et pré-compilés.
•
La disponibilité Code source de l’intégralité du système vous donne un contrôle total sur votre environnement.
Pourquoi être prisonnier d’une solution propriétaire et dépendant de votre fournisseur alors que vous pouvez avoir
un véritable système ouvert?
•
Une documentation en ligne très complète.
•
Et beaucoup d’autres choses encore!
FreeBSD est basé sur la version 4.4BSD-Lite2 du “Computer Systems Research Group” (CSRG) de l’Université de
Californie à Berkeley et continue la tradition de développement renommée des systèmes BSD. En plus de l’excellent
travail fourni par le CSRG, le Projet FreeBSD a investi des milliers d’heures de travail pour optimiser le système
pour arriver aux meilleures performances et au maximum de fiabilité sous la charge d’un environnement de
production. Alors que la plupart des géants dans le domaine des systèmes d’exploitation pour PC s’acharnent encore
à obtenir de telles possibilités, performances et fiabilité, FreeBSD peut les offrir dès maintenant!
La seule limite aux domaines d’application auxquels FreeBSD peut satisfaire est votre propre imagination. Du
développement de logiciels à la production robotisée, de la gestion de stocks à la correction d’azimut pour les
antennes satellites; si un UNIX commercial peut le faire, il y a de très fortes chances que FreeBSD le puisse aussi!
FreeBSD bénéficie aussi de centaines d’applications de haute qualité développées par les centres de recherche et les
universités du monde entier, souvent disponibles gratuitement ou presque. Il existe aussi des applications
commerciales et leur nombre croît de jour en jour.
Comme le code source de FreeBSD lui-même est globalement disponible, le système peut aussi être adapté sur
mesure à un point pratiquement jamais atteint pour des applications ou des projets particuliers, d’une façon qui serait
habituellement impossible avec les systèmes d’exploitation commerciaux de la plupart des principaux fournisseurs.
Voici juste quelques exemples d’applications pour lesquelles FreeBSD est utilisé:
2
Chapitre 1. Introduction
•
Services Internet: les fonctionnalités réseau TCP/IP robustes qu’inclut FreeBSD en font la plate-forme idéale pour
un éventail de services Internet, tels que:
•
Serveurs FTP
•
Serveurs World Wide Web (standard ou sécurisé [SSL])
•
Routage IPv4 et IPv6
•
Coupe-feux et passerelles de traduction d’adresses (“IP masquerading”)
•
Serveurs de courrier électronique
•
Serveurs de News USENET (forums de discussion) ou Bulletin Board Systems (BBS)
•
Et plus...
Avec FreeBSD, vous pouvez facilement commencer petit avec un PC 386 à bas prix et évoluer jusqu’à un
quadri-processeurs Xeon avec stockage RAID au fur et à mesure que votre entreprise s’agrandit.
•
Education: Etes-vous étudiant en informatique ou dans un domaine d’ingénierie apparenté? Il n’y a pas de
meilleur moyen pour étudier les systèmes d’exploitation, l’architecture des ordinateurs et les réseaux que
l’expérience directe et de “derrière la coulisse” que FreeBSD peut vous apporter. Il y a aussi un grand nombre
d’outils mathématiques, graphiques et de Conception Assistée par Ordinateur qui en font un outil très utile pour
ceux qui s’intéressent aux ordinateurs essentiellement pour faire un autre travail!
•
Recherche: Avec le code source de la totalité du système disponible, FreeBSD est un excellent outil de recherche
sur les systèmes d’exploitation tout autant que pour d’autres branches de l’informatique. Le fait que FreeBSD soit
librement disponible rend aussi possible l’échange d’idées et le développement partagé entre groupes éloignés
sans avoir à se préoccuper de problèmes de licence particulières ou de restrictions à ce qui pourrait être discuté sur
des forums ouverts.
•
Réseau: Il vous faut un nouveau routeur? Un serveur de domaine (DNS)? Un coupe-feu pour tenir les gens à
l’écart de votre réseau interne? FreeBSD peut facilement faire de votre vieux 386 ou 486 inutilisé qui traîne dans
un coin un routeur évolué avec des fonctionnalités sophistiquées de filtrage de paquets.
•
Station de travail X Window: FreeBSD est un excellent choix pour faire un terminal X peu coûteux,i en utilisant le
serveur X11 librement disponible. Au contraire d’un terminal X, FreeBSD permet d’exécuter localement, si
désiré, un grand nombre d’applications, déchargeant ainsi le serveur central. FreeBSD peut même démarrer “sans
disque”, ce qui permet de concevoir des postes de travail individuels moins chers et plus faciles à administrer.
•
Développement de logiciel: Le système FreeBSD de base inclut un environnement de développement complet
dont les compilateur et débogueur GNU C/C++ réputés.
FreeBSD est disponible sous forme de code source ou binaire sur CDROM, DVD ou par ftp anonyme, Voyez
Annexe A pour plus de détails.
1.2.2. Qui utilise FreeBSD?
FreeBSD est utilisé par certains des plus importants sites sur l’Internet, parmi lesquels:
•
Yahoo! (http://www.yahoo.com/)
•
Apache (http://www.apache.org/)
•
Blue Mountain Arts (http://www.bluemountain.com/)
3
Chapitre 1. Introduction
•
Pair Networks (http://www.pair.com/)
•
Sony Japan (http://www.sony.co.jp/)
•
Netcraft (http://www.netcraft.com/)
•
Weathernews (http://www.wni.com/)
•
Supervalu (http://www.supervalu.com/)
•
TELEHOUSE America (http://www.telehouse.com/)
•
Sophos Anti-Virus (http://www.sophos.com/)
•
JMA Wired (http://www.jmawired.com/)
et de nombreux autres.
1.3. A propos du Projet FreeBSD
La section suivante fournit des informations générales sur le projet, dont un court historique, les objectifs du projet,
et le mode de développement du projet.
1.3.1. Un court historique de FreeBSD
Contribution de Jordan Hubbard.
Le projet FreeBSD a vu le jour au début de 1993, en partie comme extension du “Kit de mise à jour non officiel de
386BSD” des trois derniers coordinateurs du kit de mise à jour : Nate Williams, Rod Grimes et moi-même.
Notre objectif de départ était de fournir une distribution intermédiaire de 386BSD pour corriger un certain nombre de
problèmes que le mécanisme du kit de mise à jour ne permettait pas de résoudre. Certains d’entre vous se rappellent
peut-être que l’intitulé de travail d’origine du projet était “386 BSD 0.5” ou “386BSD Interim” en référence à ce
problème.
386BSD était le système d’exploitation de Bill Jolitz, qui souffrait assez sévèrement à ce moment-là d’avoir été
négligé pendant presque un an. Comme le kit de mise à jour enflait de plus en plus inconfortablement au fil des jours,
nous avons décidé à l’unanimité qu’il fallait faire quelque chose et aider Bill en fournissant cette distribution
provisoire de “remise à plat”. Ces projets se sont brutalement interrompus lorsque Bill a décidé de retirer son aval au
projet sans dire clairement ce qui serait fait à la place.
Il ne nous a pas fallu longtemps pour décider que l’objectif restait valable, même sans l’adhésion de Bill, et nous
avons donc adopté le nom “FreeBSD”, une proposition de David Greenman. Nos objectifs de départ ont été définis
après avoir consulté les utilisateurs du moment du système et, dès qu’il est devenu clair que le projet était parti pour
devenir un jour éventuellement réalité, nous avons contacté Walnut Creek CDROM dans l’optique d’améliorer la
distribution de FreeBSD pour le grand nombre de ceux qui n’avaient pas la chance de pouvoir accéder facilement à
l’Internet. Non seulement Walnut Creek CDROM a adopté l’idée de distribuer FreeBSD sur CDROM, mais a été
jusqu’à fournir au projet une machine pour travailler et une connexion rapide à l’Internet. Sans le degré pratiquement
sans précédent de confiance de Walnut Creek CDROM en ce qui n’était alors qu’un projet totalement inconnu, il y a
peu de chance que FreeBSD ait été aussi loin, aussi vite, que là où il en est aujourd’hui.
La première version sur CDROM (et sur l’ensemble du Net) fut FreeBSD 1.0, parue en Décembre 1993. Elle reposait
sur la bande 4.3BSD-Lite (“Net/2”) de l’Université de Californie à Berkeley, avec de nombreux composants venant
4
Chapitre 1. Introduction
aussi de 386BSD et de la “Free Software Foundation”. Ce fut un succès honnête pour une version initiale, qui fut
suivi par le franc succès de la version 1.1 de FreeBSD, publiée en Mai 1994.
A peu près à cette époque, des nuages menaçants et inattendus apparurent lorsque commença la bataille juridique
entre Novell et l’U.C. Berkeley autour du statut légal de la bande Net/2 de Berkeley. Dans les termes de l’accord,
l’U.C. Berkeley concédait qu’une grande partie de Net/2 était du code “protégé” et propriété de Novell, qui l’avait à
son tour racheté à AT&T quelque temps auparavant. Berkeley obtint en retour la “bénédiction” de Novell que
4.4BSD-Lite soit, lorsqu’il vit finalement le jour, déclaré non protégé et que tous les utilisateurs de Net/2 soit
fortement incités à migrer. Cela incluait FreeBSD, et l’on donna au projet jusqu’à Juillet 1994 pour mettre un terme à
son propre produit basé sur Net/2. Selon les termes de cet accord, une dernière livraison était autorisée avant le délai
final; ce fut FreeBSD 1.1.5.1.
FreeBSD s’attela alors à la tâche difficile de littéralement se réinventer à partir de fragments totalement nouveaux et
assez incomplets de 4.4BSD-Lite. Les versions “Lite” étaient légères (“light”) en partie parce que le CSRG avait
retiré de gros morceaux du code nécessaires pour que l’on puisse effectivement en faire un système qui démarre
(pour différentes raisons légales) et parce que le portage pour Intel de la version 4.4 était très partiel. Il fallu au projet
jusqu’à Novembre 1994 pour terminer cette étape de transition et que FreeBSD 2.0 paraisse sur l’Internet et sur
CDROM (fin Décembre). Bien qu’elle fut encore assez rugueuse aux angles, cette livraison obtint un succès
significatif et fut suivie par la version 2.0.5 de FreeBSD, plus fiable et facile à installer, en Juin 1995.
Nous avons publié FreeBSD 2.1.5 en Août 1996, et il s’avéra suffisamment populaire chez les fournisseurs d’accès et
les utilisateurs professionnels pour qu’une nouvelle version sur la branche 2.1-STABLE soit justifiée. Ce fut la
version FreeBSD 2.1.7.1, parue en Février 1997 et qui marque la fin de 2.1-STABLE comme branche principale de
développement. Dès lors, il n’y aurait plus que des améliorations quant à la sécurité et autres corrections de bogues
critiques sur cette branche, (RELENG_2_1_0), passée en phase de maintenance.
La branche FreeBSD 2.2 fut créée à partir de la branche principale de développement (“-CURRENT”) en Novembre
1996 en tant que branche RELENG_2_2, et la première version complète (2.2.1) parut en Avril 1997. Il y eut
d’autres versions sur la branche 2.2 à l’été et à l’automne 97, la dernière (2.2.8) parut en Novembre 1998. La
première version officielle 3.0 sortira en Octobre 1998 et annoncera le début de la fin pour la branche 2.2.
Il y eut la création de nouvelles branches le 20 Janvier 1999, donnant une branche 4.0-CURRENT et une branche
3.X-STABLE. De cette dernière il y eut la version 3.1 livrée le 15 Février 1999, la version 3.2 livrée le 15 Mai 1999,
la 3.3 le 16 Septembre 1999, la 3.4 le 20 Décembre 1999 et la 3.5 le 24 Juin 2000, qui fut suivit quelques jours plus
tard par une mise à jour mineure 3.5.1 pour rajouter quelques correctifs de sécurité de dernière minute sur Kerberos.
Cela sera la dernière version de la la branche 3.X à paraître.
Le 13 Mars 2000 a vu l’apparition d’une nouvelle branche: la branche 4.X-STABLE. Il y a eu plusieurs versions
jusqu’ici: la 4.0-RELEASE est sortie en Mars 2000, et la dernière version, la 4.11-RELEASE est sortie en Janvier
2005.
La tant attendue 5.0-RELEASE a été annoncée le 19 Janvier 2003. Etant le point culminant de près de trois ans de
travail, cette version a engagé FreeBSD sur la voie d’un support avancé des systèmes multiprocesseurs et des
“threads”, et a introduit le support des plateformes UltraSPARC et ia64. Cette version fut suivie de la 5.1 en Juin
2003. La dernier version 5.X issue de la branche -CURRENT fut la 5.2.1-RELEASE présentée en Février 2004.
La branche RELENG_5 créée en Août 2004, suivie par la 5.3-RELEASE, marque le début de la branche 5-STABLE.
La version la plus récente, la 7.2-RELEASE, est sortie en Mai 2006. Il n’est pas prévu de publier d’autres versions
de la branche RELENG_5.
La branche RELENG_6 a été créée en Juillet 2005. La version 6.0-RELEASE, la première version issue de la
branche 6.X a été rendue publique en Novembre 2005. La version la plus récente, la 8.0-RELEASE, est sortie en
Janvier 2007. De nouvelles versions sont prévues pour la branche RELENG_6.
5
Chapitre 1. Introduction
Pour le moment, les projets de développement à long terme continuent à se faire dans la branche (tronc)
7.X-CURRENT, et des “instantanées” de la 7.X sur CDROM (et, bien sûr, sur le net) sont continuellement mises à
disposition sur le serveur d’instantané (ftp://current.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/snapshots/) pendant l’avancement
des travaux.
1.3.2. Les objectifs du projet FreeBSD
Contribution de Jordan Hubbard.
L’objectif du projet FreeBSD est de fournir du logiciel qui puisse être utilisé à n’importe quelle fin et sans aucune
restriction. Nombre d’entre nous sont impliqués de façon significative dans le code (et dans le projet) et ne
refuseraient certainement pas une petite compensation financière de temps à autre, mais ce n’est certainement pas
dans nos intentions d’insister là dessus. Nous croyons que notre première et principale “mission” est de fournir du
code à tout le monde, pour n’importe quel projet, de façon à ce qu’il soit utilisé le plus possible et avec le maximum
d’avantages. C’est, nous le pensons, l’un des objectifs les plus fondamentaux du Logiciel Libre et l’un de ceux que
nous soutenons avec enthousiasme.
Le code de l’arborescence des sources, qui est régi par la Licence Publique GNU (“GNU Public License” - GPL) ou
la Licence Publique GNU pour les Bibliothèques (“GNU Library Public License” - GLPL) impose légèrement plus
de contraintes, bien que plutôt liées à une disponibilité plus grande qu’au contraire, comme c’est généralement le
cas. En raison des complications supplémentaires qui peuvent résulter de l’utilisation commerciale de logiciels GPL,
nous essayons, cependant de remplacer ces derniers par des logiciels soumis à la licence BSD qui est plus souple,
chaque fois que c’est possible.
1.3.3. Le mode de développement de FreeBSD
Contribution de Satoshi Asami.
Le développement de FreeBSD est un processus très ouvert et très souple, c’est littéralement le résultat de
contributions de centaines de personnes dans le monde entier, ce que reflète notre liste des participants
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/contributors/article.html). L’infrastructure de
développement de FreeBSD permet à ces centaines de développeurs de collaborer via l’Internet. Nous sommes
toujours à l’affût de nouveaux développeurs et de nouvelles idées, et ceux que s’impliquer de plus près intéresse
n’ont besoin que de contacter la liste de diffusion pour les discussions techniques sur FreeBSD
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-hackers). La liste de diffusion pour les annonces relatives à
FreeBSD (http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-announce) est aussi disponible pour ceux qui veulent
faire connaître aux autres utilisateurs de FreeBSD les principaux domaines de développement en cours.
Quelques points utiles à connaître à propos du projet FreeBSD et de son processus de développement, que vous
travailliez indépendamment ou en collaboration étroite:
Les archives CVS
L’arborescence centrale des sources de FreeBSD est gérée sous CVS (http://ximbiot.com/cvs/wiki/) (Concurrent
Version System), un système librement disponible de gestion de version des sources qui est livré avec FreeBSD.
Les archives CVS (http://www.freebsd.org/cgi/cvsweb.cgi) principales sont sur une machine à Santa Clara CA,
USA, d’où elles sont répliquées sur de nombreuses machines miroir à travers le monde. L’arborescence CVS
qui contient les branches -CURRENT et -STABLE peut facilement être dupliquée sur votre propre machine.
6
Chapitre 1. Introduction
Reportez-vous à la section Synchroniser votre arborescence des sources pour plus d’informations sur la façon
de procéder.
La liste des personnes autorisées, les “committers”
Les personnes autorisées (committers) sont celles qui ont les droits en écriture sur l’arborescence CVS, et sont
autorisées à faire des modifications dans les sources de FreeBSD (le terme “committer” vient de la commande
cvs(1) commit, que l’on utilise pour reporter des modifications dans les archives CVS). La meilleure façon de
proposer des modifications pour qu’elles soient validées par les “committers” est d’utiliser la commande
send-pr(1). S’il semble y avoir un problème dans ce système, vous pouvez aussi les joindre en envoyant un
courrier électronique à liste de diffusion pour les committers de FreeBSD.
L’équipe de base de FreeBSD
L’équipe de base de FreeBSD serait l’équivalent du comité de direction si le Projet FreeBSD était une
entreprise. La responsabilité principale de l’équipe de base est de s’assurer que le projet, dans son ensemble,
fonctionne correctement et va dans la bonne direction. Proposer à des développeurs impliqués et responsables
de rejoindre notre groupe de personnes autorisées est une des fonctions de l’équipe de base, ainsi que le
recrutement de nouveaux membres de l’équipe de base quand d’autres s’en vont. L’actuelle équipe de base a été
élu à partir d’un ensemble de “committers” candidats en Juillet 2006. Des élections ont lieu tous les 2 ans.
Certains membres de l’équipe de base ont aussi leur propre domaine de responsabilité, ce qui signifie qu’il leur
est dévolu de veiller à ce qu’une partie significative du système satisfasse aux fonctionnalités annoncées. Pour
une liste complète des développeurs FreeBSD et de leurs domaines de responsabilité, veuillez consulter la liste
des participants au projet (http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/contributors/article.html).
Note : La plupart des membres de l’équipe de base sont volontaires en ce qui concerne le développement
de FreeBSD et ne retirent aucun profit financier du projet, donc “implication” ne doit pas être compris
“support garanti”. La comparaison précédente avec un comité directeur n’est pas tout à fait exacte, et il
serait plus juste de dire que ce sont des gens qui ont sacrifié leur vie à FreeBSD contre toute raison!
Contributions extérieures
Enfin, mais certainement pas des moindres, le groupe le plus important de développeurs est constitué par les
utilisateurs eux-mêmes qui nous fournissent de façon quasi régulière leur retour d’expérience et leurs
corrections de bogues. Le principal moyen d’entrer en contact avec le développement plus décentralisé de
FreeBSD est de s’inscrire sur la liste de diffusion pour les discussions techniques sur FreeBSD
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-hackers) où ces questions sont abordées. Voyez Annexe C
pour plus d’informations concernant les diverses listes de discussion FreeBSD.
La liste (http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/contributors/article.html) de ceux qui ont
contribué au projet est longue et en augmentation, pourquoi donc ne pas vous y joindre et contribuer à quelque
chose en retour dès aujourd’hui?
Fournir du code n’est pas la seule manière de contribuer au projet; pour avoir une liste plus complète de ce qu’il
y a à faire, voyez s’il vous plaît le site du projet FreeBSD (http://www.FreeBSD.org/index.html).
En résumé, notre modèle de développement est organisé comme un ensemble relâché de cercles concentriques. Ce
modèle centralisé est en place pour la commodité des utilisateurs de FreeBSD, qui disposent ainsi d’un moyen facile
de suivre l’évolution d’une base de code centrale, et non pour tenir à l’écart d’éventuels participants! Nous souhaitons
7
Chapitre 1. Introduction
fournir un système d’exploitation stable avec un nombre conséquent de programmes d’application cohérents que les
utilisateurs puissent facilement installer et employer — c’est un modèle qui fonctionne très bien pour cela.
Tout ce que nous attendons de ceux qui se joindraient à nous pour développer FreeBSD est un peu de la même
implication que les développeurs actuels ont vis-à-vis de sa réussite continue!
1.3.4. A propos de cette version
FreeBSD est une version librement disponible et incluant tout le code source basé sur 4.4BSD-Lite2 pour les
ordinateurs à architectures Intel i386™, i486™, Pentium®, Pentium Pro, Celeron®, Pentium II, Pentium III,
Pentium 4 (ou compatible), Xeon™, DEC Alpha et systèmes basés sur UltraSPARC de Sun. Il est basé
essentiellement sur du logiciel du groupe CSRG de l’Université de Californie à Berkeley, avec des additions venant
de NetBSD, OpenBSD, 386BSD, et de la “Free Software Foundation”.
Depuis la publication de FreeBSD 2.0 fin 1994, les performances, fonctionnalités et la stabilité de FreeBSD ont été
améliorées de façon spectaculaire. La plus grosse modification est un gestionnaire de mémoire virtuelle totalement
revu qui comprend un cache commun au disque et à la mémoire virtuelle, qui n’améliore pas seulement les
performances, mais diminue aussi l’occupation de la mémoire, de telle sorte qu’une configuration avec 5 MO
devienne un minimum acceptable. D’autres ajouts concernent le support intégral des clients et serveurs NIS, le
support des transactions TCP, les connexions PPP à la demande, le support intégré DHCP, un sous-système SCSI
amélioré, support ISDN, support pour l’ATM, FDDI, les cartes “Fast et Gigabit Ethernet” (1000 Mbit), un meilleur
support des derniers contrôleurs Adaptec et des milliers de corrections de bogues.
En plus du système lui-même, FreeBSD offre un nouveau catalogue de logiciels portés (“ports”) qui inclut des
milliers de programmes habituellement demandés. A l’heure où sont écrites ces lignes il y avait plus de 20,000
logiciels portés! La liste va des serveurs HTTP (WWW) aux jeux, langages, éditeurs et presque tout ce qui existe
entre. Le catalogue complet des logiciels demande près de 440 Mo d’espace disque, les portages se présentant sous
forme de “delta” avec les sources d’origine. Cela rend leur mise à jour bien plus facile, et diminue de façon sensible
l’espace nécessaire par rapport à l’ancien catalogue 1.0. Pour compiler un logiciel porté, il vous suffit d’aller dans le
répertoire du programme que vous désirez installer, de taper make install, et de laisser le système faire le reste.
La distribution originale complète de chaque logiciel est chargée dynamiquement depuis le CDROM ou un site FTP
proche, il vous suffit de disposer de suffisamment d’espace disque pour compiler le logiciel que vous voulez. Presque
tous les logiciels sont aussi fournis sous forme pré-compilée (“package”—paquetage) qui peut être installé avec une
seule commande (pkg_add), si vous ne voulez pas les compiler à partir des sources. Plus d’information sur les
paquetages et les logiciels portés peut être trouvée dans le Chapitre 4.
Il y a un certain nombre d’autres documents qui vous serons peut-être très utiles à l’installation et à l’utilisation de
FreeBSD, que vous pouvez maintenant trouver dans le répertoire /usr/share/doc de n’importe quelle machine
sous une version récente de FreeBSD. Vous pouvez consulter les manuels localement disponibles avec n’importe
quel navigateur HTML aux URLs suivantes:
Le Manuel FreeBSD
/usr/share/doc/handbook/index.html
La FAQ de FreeBSD
/usr/share/doc/faq/index.html
Vous pouvez aussi consulter les exemplaires originaux (et les plus souvent mis à jour) sur http://www.FreeBSD.org
(http://www.FreeBSD.org/).
8
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Restructuré, réorganisé, et en partie réécrit par Jim Mock. Le guide de sysinstall, les copies d’écrans, et la
plupart du texte sont de Randy Pratt.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
2.1. Synopsis
FreeBSD est fourni avec un programme d’installation en mode texte, facile d’emploi, appelé sysinstall. C’est le
programme d’installation par défaut de FreeBSD, bien que les vendeurs soient libres de fournir leur propre suite
d’installation s’ils le désirent. Ce chapitre décrit comment utiliser sysinstall pour installer FreeBSD.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Comment créer les disquettes d’installation de FreeBSD.
•
Comment FreeBSD attribue, et subdivise votre disque dur.
•
Comment lancer sysinstall.
•
Les questions que sysinstall vous posera, ce qu’elles signifient, et comment y répondre.
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Lire la liste du matériel supporté fournie avec la version de FreeBSD que vous allez installer, et vérifier que votre
matériel est supporté.
Note : En général, ces instructions d’installation sont écrites pour l’architecture i386 (“compatible PC”). Où elles
seront applicables, les instructions spécifiques à d’autres plateformes (par exemple Alpha) seront indiquées.
Bien que ce guide soit maintenu à jour autant que possible, vous pourrez constater des différences mineures
entre le programme d’installation et ce qui est montré ici. Il est aussi suggéré d’utiliser ce chapitre comme un
guide général plutôt comme un manuel d’installation à suivre à la ligne près.
2.2. Matériel nécessaire
2.2.1. Configuration minimale
La configuration minimale pour installer FreeBSD varie avec la version de FreeBSD et l’architecture matérielle
concernée.
Des informations au sujet de la configuration minimale sont disponibles dans les notes d’installation présentes sur la
page d’Information des versions (http://www.FreeBSD.org/releases/index.html) du site de FreeBSD. Un résumé de
ces informations est présenté dans les sections suivantes. En fonction de la méthode d’installation de FreeBSD que
vous avez choisie, vous pourrez avoir besoin d’un lecteur de disquette, d’un lecteur de CDROM supporté, et dans
certains cas d’une carte réseau. Cela sera abordé dans la Section 2.3.7.
9
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.2.1.1. Architectures FreeBSD/i386 et FreeBSD/pc98
FreeBSD/i386 et FreeBSD/pc98 nécessitent un processeur 486 ou plus performant et au moins 24 Mo de RAM. Vous
aurez également besoin d’au moins 150 Mo d’espace libre sur un disque dur pour l’installation la plus réduite.
Note : Dans le cas d’anciennes configurations, la plupart du temps, il sera plus important d’avoir plus de RAM et
plus d’espace disque que d’avoir un processeur plus rapide.
2.2.1.2. Architecture FreeBSD/alpha
Pour installer FreeBSD/alpha, une plate-forme supportée sera nécessaire (voir Section 2.2.2) ainsi qu’un disque
dédié à FreeBSD. Il n’est pas, pour le moment, possible de partager un disque avec un autre système d’exploitation.
Ce disque devra être raccordé à un contrôleur SCSI supporté par le firmware SRM ou devra être un disque IDE en
supposant que votre machine permet le démarrage à partir de disques IDE.
Vous aurez besoin du firmware SRM pour votre plate-forme. Dans certains cas, il est possible de basculer entre
AlphaBIOS (ou ARC) et SRM. Dans d’autres cas, il sera nécessaire de récupérer un nouveau firmware sur le site du
constructeur.
Note : Le support pour l’architecture Alpha cesse avec FreeBSD 7.0. Les versions FreeBSD 6.X sont les
dernières proposant le support de cette architecture.
2.2.1.3. FreeBSD/amd64
Il existe deux classes de processeurs en mesure d’utiliser FreeBSD/amd64. La première est composée des
processeurs AMD64, dont les processeurs AMD Athlon™64, AMD Athlon64-FX, AMD Opteron™ et suivants.
La seconde classe de processeurs pouvant utiliser FreeBSD/amd64 comprend les processeurs basés sur l’architecture
Intel® EM64T. Comme par exemple, les familles de processeur Intel Core™ 2 Duo, Quad, et Extreme et la série des
processeurs Intel Xeon 3000, 5000, et 7000.
Si vous avez une machine basée sur le circuit nVidia nForce3 Pro-150, vous devez désactiver l’option IO APIC dans
le BIOS de votre machine. Si vous n’avez pas la possibilité de le faire, vous devrez désactiver à la place l’ACPI. Il
existe un certain nombre de bogues dans le circuit Pro-150 pour lesquels nous n’avons toujours pas trouvé de
solution.
2.2.1.4. Architecture FreeBSD/sparc64
Pour installer FreeBSD/sparc64, une plate-forme supportée sera nécessaire (voir Section 2.2.2).
Vous aurez besoin d’un disque dédié pour FreeBSD/sparc64. Il n’est pas, pour le moment, possible de partager un
disque avec un autre système d’exploitation.
10
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.2.2. Matériel supporté
Une liste du matériel supporté est disponible avec chaque version de FreeBSD dans la liste de compatibilité
matérielle. Ce document peut être généralement trouvé sous la forme d’un fichier nommé HARDWARE.TXT, sur la
racine d’un CDROM ou le répertoire d’un FTP de distribution ou dans le menu de documentation de sysinstall. Ce
fichier énumère, pour une architecture donnée, quels sont les périphériques supportés par chaque version de
FreeBSD. La liste du matériel supporté par chaque version et architecture peut également être trouvée sur la page
d’Information sur les versions (http://www.FreeBSD.org/releases/index.html) du site Web de FreeBSD.
2.3. Tâches de pré-installation
2.3.1. Inventoriez votre ordinateur
Avant d’installer FreeBSD vous devriez faire l’inventaire des composants de votre ordinateur. Les routines
d’installation de FreeBSD afficheront ces composants (disques durs, cartes réseaux, lecteurs de CDROM et ainsi de
suite) avec leur type et leur constructeur. FreeBSD essaiera également de déterminer la configuration correcte pour
ces périphériques, ce qui inclut les informations sur les IRQs et l’utilisation des ports d’E/S. En raison des caprices
du matériel PC ce processus n’est pas toujours complètement réussi, et vous pourrez avoir besoin de corriger
FreeBSD dans sa détection de votre configuration.
Si vous avez déjà un autre système d’exploitation installé, tel que Windows ou Linux, c’est une bonne idée d’utiliser
les moyens que proposent ces systèmes d’exploitation pour voir comment votre matériel est actuellement configuré.
Si vous n’êtes pas sûr des réglages utilisés par une carte d’extension, vous pouvez les trouver imprimés sur la carte
elle-même. Des valeurs d’IRQ courantes sont 3, 5 et 7, et les ports d’E/S sont normalement inscrits en hexadécimal,
comme par exemple 0x330.
Nous vous recommandons de prendre note de ces informations avant d’installer FreeBSD. Il pourra être utile
d’utiliser une table comme celle-ci:
Tableau 2-1. Exemple d’inventaire de périphériques
Nom du Périphérique
IRQ
Port(s)
d’E/S
Notes
Premier disque dur
N/A
N/A
40 Go, fabriqué par Seagate, premier disque IDE maître
CDROM
N/A
N/A
Premier disque IDE esclave
Second disque dur
N/A
N/A
20 Go, fabriqué par IBM, second disque IDE maître
Premier contrôleur IDE
14
0x1f0
Carte réseau
N/A
N/A
Intel 10/100
Modem
N/A
N/A
3Com® 56K faxmodem, sur COM1
...
Une fois l’inventaire des composants présents dans votre ordinateur effectué, vous devez vérifier s’ils correspondent
au matériel nécessaire à l’installation de la version de FreeBSD que vous voulez utiliser.
11
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.3.2. Sauvegardez vos données
Si l’ordinateur sur lequel vous allez installer FreeBSD contient des données importantes alors assurez vous que vous
les avez sauvegardées, et que vous avez testé ces sauvegardes avant d’installer FreeBSD. Le programme
d’installation de FreeBSD vous sollicitera avant d’écrire sur votre disque, mais une fois que ce processus aura été
lancé, il ne pourra être annulé.
2.3.3. Où installer FreeBSD?
Si vous voulez que FreeBSD utilise tout votre disque, alors il n’y rien de particulier à ajouter à ce niveau là — vous
pouvez passer cette section.
Cependant, si FreeBSD doit coexister avec d’autres systèmes d’exploitation alors vous avez besoin de comprendre
approximativement comment les données sont disposées sur le disque, et comment cela vous affecte.
2.3.3.1. Organisation des disques pour l’architecture FreeBSD/i386
Le disque d’un PC peut être divisé en portions indépendantes. Ces portions sont appelées partitions. Comme
FreeBSD possède en interne également des partitions, cette appellation peut rapidement être une source de
confusion, aussi ces portions de disque sont appelées « tranches de disque » (disk slices) ou tout simplement tranche
(slice) sous FreeBSD. Par exemple, l’utilitaire FreeBSD fdisk qui agit sur les partitions PC, fait référence aux slices
plutôt qu’aux partitions. De par sa conception le PC ne supporte que quatre partitions par disque. Ces partitions sont
appelées partitions primaires. Pour contourner cette limitation et autoriser plus de quatre partitions, un nouveau type
de partition a été créé, la partition étendue. Un disque ne pourra contenir qu’une seule partition étendue. Des
partitions spéciales, appelées partitions logiques, peuvent être créées à l’intérieur de la partition étendue.
Chaque partition a un identifiant de partition, qui est un nombre utilisé pour identifier le type de donnée présent sur
la partition. Les partitions de FreeBSD ont l’identifiant 165.
En général, chaque système d’exploitation que vous utilisez identifiera les partitions d’une manière particulière. Par
exemple, DOS, et ses descendants, comme Windows, associe à chaque partition primaire et logique une lettre
appelée lecteur, en commençant avec C:.
FreeBSD doit être installé sur une partition primaire. FreeBSD peut conserver toutes ses données, y compris tous les
fichiers que vous créez, sur cette partition. Cependant, si vous avez de multiples disques, alors vous pouvez créer une
partition FreeBSD sur tous ou certains d’entre eux. Quand vous installez FreeBSD, vous devez avoir une partition
disponible. Cela pourrait être une partition vierge que vous avez préparé, ou une partition existante qui contient des
données dont vous n’avez plus besoin.
Si vous utilisez déjà toutes les partitions sur tous vos disques, alors vous devrez libérer l’une d’elle pour FreeBSD à
l’aide des outils fournis par les autre systèmes d’exploitation (e.g. fdisk sous DOS ou Windows).
Si vous avez une partition disponible alors vous pouvez l’utiliser. Cependant, vous aurez peut être besoin de diminuer
une ou plusieurs de vos partitions existantes en premier lieu.
Une installation minimale de FreeBSD prend aussi peu que 100 Mo d’espace disque. Cependant c’est vraiment une
installation minimale, ne laissant presque aucun espace pour vos propres fichiers. Un minimum plus réaliste est
250 Mo sans environnement graphique, et 350 Mo ou plus si vous désirez une interface graphique. Si vous avez
l’intention d’installer beaucoup d’applications alors vous aurez besoin de plus d’espace.
Vous pouvez utiliser un outil commercial comme PartitionMagic® ou un outil libre comme GParted pour
redimensionner vos partitions et faire de la place à FreeBSD. Le répertoire tools sur le CDROM contient deux
12
Chapitre 2. Installer FreeBSD
logiciels libres qui peuvent se charger de cette tâche, FIPS et PResizer. La documentation pour deux de ces
programmes se trouve dans le même répertoire. FIPS, PResizer, et PartitionMagic peuvent redimensionner les
partitions FAT16 et FAT32— utilisées sous MS-DOS jusqu’à Windows ME. Les logiciels PartitionMagic et
GParted fonctionne également avec les partitions NTFS. GParted est disponible sur plusieurs CD Live Linux,
comme SystemRescueCD (http://www.sysresccd.org/).
Des problèmes ont été rapportés concernant le redimensionnement des partitions Microsoft Vista. Il est recommandé
d’avoir un CDROM de Vista sous la main quand l’on tente une telle opération. Comme pour toute tâche de
maintenance des disques, il est fortement conseillé de disposer d’un ensemble de sauvegardes à jour.
Avertissement : Une utilisation incorrecte de ces outils peut détruire les données sur votre disque. Soyez sûr
d’avoir des sauvegardes récentes et qui fonctionnent avant d’utiliser ces outils.
Exemple 2-1. Utilisation d’une partition existante
Supposez que vous avez un ordinateur avec un seul disque de 4 Go qui a déjà une version de Windows installée, et
que vous avez divisé ce disque en deux lecteurs C: et D:, chacun de 2 Go. Vous avez 1Go de donnée sur C: et 0.5 Go
sur D:.
Cela signifie que vous avez deux partitions sur ce disque, une par lecteur. Vous pouvez transférer toutes les données
de D: vers C:, ce qui libérera la partition pour FreeBSD.
Exemple 2-2. Redimensionner une partition existante
Supposez que vous avez un ordinateur avec un seul disque de 4 Go qui a déjà une version de Windows installée.
Quand vous avez installé Windows vous avez créé une seule grande partition, vous donnant un lecteur C: de 4 Go.
Vous utilisez actuellement un espace de 1.5 GB, et vous désirez 2 Go pour FreeBSD.
Afin d’installer FreeBSD vous devrez soit:
1. Sauvegarder vos données Windows, et ensuite réinstaller Windows, en utilisant qu’une partition de 2 Go à
l’installation.
2. Soit utiliser un des outils comme PartitionMagic, décrits plus haut, pour redimensionner votre partition
Windows
2.3.3.2. Organisation des disques pour l’architecture Alpha
Vous aurez besoin d’un disque dédié pour FreeBSD sur un Alpha. Il n’est pas possible de partager un disque avec un
autre système d’exploitation pour le moment. Selon le type de machine Alpha dont vous disposez, ce disque peut soit
être un disque SCSI ou un disque IDE, dès l’instant que votre machine est capable de démarrer depuis ce disque.
Suivant les conventions des manuels de Digital / Compaq, toute entrée SRM sera donnée en majuscule. SRM n’est
pas sensible à la casse des caractères.
13
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Pour déterminer les noms et les types de disques présent dans votre machine, utilisez la commande SHOW DEVICE à
l’invite de la console SRM:
>>>SHOW DEVICE
dka0.0.0.4.0
dkc0.0.0.1009.0
dkc100.1.0.1009.0
dva0.0.0.0.1
ewa0.0.0.3.0
pkc0.7.0.1009.0
pqa0.0.0.4.0
pqb0.0.1.4.0
DKA0
DKC0
DKC100
DVA0
EWA0
PKC0
PQA0
PQB0
TOSHIBA CD-ROM XM-57
RZ1BB-BS
SEAGATE ST34501W
00-00-F8-75-6D-01
SCSI Bus ID 7
PCI EIDE
PCI EIDE
3476
0658
0015
5.27
Cet exemple provient d’une machine “Digital Personal Workstation 433au” et fait apparaître trois disques attachés à
la machine. Le premier est un lecteur de CDROM appelé DKA0 et les deux autres sont des disques dur nommés
respectivement DKC0 et DKC100.
Les disques avec des noms de la forme DKx sont des disques SCSI. Par exemple DKA100 correspond à un disque
SCSI situé sur le premier bus SCSI (A) et avec pour identifiant 1, tandis que DKC300 correspond à un disque SCSI
situé sur le troisième bus (C) et ayant l’identifiant 3. Le nom de périphérique PKx correspond au contrôleur SCSI.
Comme le montre le résultat de la commande SHOW DEVICE, les lecteurs de CDROM SCSI sont traités comme
n’importe quel disque dur SCSI.
Les disque IDE ont des noms du type DQx et PQx correspond au contrôleur IDE associé.
2.3.4. Connaître la configuration de votre réseau
Si vous avez l’intention d’utiliser un réseau pour votre installation de FreeBSD (par exemple, si vous allez installer à
partir d’un site FTP, ou d’un serveur NFS), alors vous devez connaître votre configuration réseau. On vous demandera
ces informations durant l’installation afin que FreeBSD puisse se connecter au réseau pour terminer l’installation.
2.3.4.1. Connexion par réseau Ethernet, ou modem Cable/DSL
Si vous vous connectez à un réseau Ethernet, ou que vous avez une connexion Internet par câble ou DSL utilisant une
carte Ethernet, alors vous aurez besoin des informations suivantes:
1. Adresse IP
2. Adresse IP de la passerelle par défaut
3. Nom de l’hôte
4. Adresses IP du serveur DNS
5. Masque de sous-réseau
Si vous ne connaissez pas ces informations, alors adressez-vous à votre administrateur système ou votre fournisseur
d’accès. Ils peuvent vous dire que ces informations sont assignées automatiquement par l’intermédiaire de DHCP. Si
c’est le cas prenez en note.
14
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.3.4.2. Connexion par modem
Si vous vous connectez à un fournisseur d’accès en utilisant un modem classique alors vous pouvez toujours installer
FreeBSD en utilisant Internet, cela prendra juste beaucoup de temps.
Vous devrez connaître:
1. Le numéro de téléphone de connexion à votre fournisseur d’accès
2. Le port COM: le port auquel votre modem est connecté
3. Le nom d’utilisateur et le mot de passe de votre compte Internet
2.3.5. Vérifier l’Errata
Bien que le projet FreeBSD s’efforce de s’assurer que chaque version de FreeBSD soit aussi stable que possible, des
bogues peuvent parfois exister. Il est très rare que ces bogues affectent le processus d’installation. Dès que ces
problèmes sont découverts et corrigés, ils sont notés dans l’Errata de FreeBSD
(http://www.FreeBSD.org/releases/8.0R/errata.html), présent sur le site web de FreeBSD. Vous devriez vérifier
l’errata avant l’installation afin d’être sûr qu’il n’y a pas de problème de dernière minute à prendre en compte.
Les informations sur chaque version, y compris les errata, peuvent être trouvé dans la section d’information sur les
différentes versions (http://www.FreeBSD.org/releases/index.html) située sur le site web de FreeBSD
(http://www.FreeBSD.org/index.html).
2.3.6. Obtenir les fichiers d’installation de FreeBSD
Le processus d’installation de FreeBSD peut installer FreeBSD à partir de fichiers placés dans les endroits suivants:
Un média local
•
Un CDROM ou un DVD
•
Une partition DOS sur le même ordinateur
•
Une bande SCSI ou QIC
•
Des disquettes
Le réseau
•
Un site FTP, en passant par un coupe-feu, ou en utilisant un proxy HTTP si nécessaire
•
Un serveur NFS
•
Une connexion dédiée parallèle ou série
Si vous avez acheté FreeBSD sur CD ou DVD alors vous disposez déjà de ce que vous avez besoin, et vous devriez
passer à la section suivante (Section 2.3.7).
Si vous n’avez pas récupéré les fichiers d’installation de FreeBSD vous devriez aller directement à la Section 2.13
qui explique comment se préparer à installer FreeBSD à partir d’une des solutions données ci-dessus. Après avoir lu
cette section, vous devrez revenir ici, et continuer la lecture avec la Section 2.3.7.
15
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.3.7. Préparer les supports de démarrage
Le processus d’installation de FreeBSD est lancé en démarrant votre ordinateur dans l’installateur de FreeBSD—ce
n’est pas un programme que vous exécutez à partir d’un autre système d’exploitation. Votre ordinateur démarre
normalement en utilisant le système d’exploitation installé sur votre disque dur, mais il peut également être configuré
pour utiliser une disquette “bootable”. La plupart des ordinateurs modernes peuvent également démarrer à partir d’un
CDROM présent dans le lecteur de CDROM.
Astuce : Si vous avez FreeBSD sur CDROM ou DVD (soit un que vous avez acheté, soit préparez vous-même),
et que votre ordinateur vous permet de démarrer sur le lecteur de CDROM ou DVD (typiquement une option du
BIOS appelée “Boot Order” ou équivalent) alors vous pouvez passer cette section. Les CDROMs ou DVDs de
FreeBSD sont bootable et peuvent être utilisés pour installer FreeBSD sans autre préparation.
Pour créer les images des disquettes de démarrage, suivez les étapes suivantes:
1.
Obtenir les images des disquettes de démarrage
Les images des disquettes de démarrage sont disponibles sur votre média d’installation dans le répertoire
floppies/ et peuvent également être téléchargées par FTP depuis le répertoire floppies,
ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/releases/<arch>/<version>-RELEASE/floppies/.
Remplacez <arch> et <version> avec respectivement l’architecture et le numéro de version que vous désirez
installer. Par exemple, les images de disquettes de démarrage de FreeBSD/i386 8.0-RELEASE sont disponibles
à partir de l’adresse ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/releases/i386/8.0-RELEASE/floppies/.
Les images de disquettes ont l’extension .flp. Le répertoire floppies/ contient un certain nombre d’images
différentes, et celles que vous devrez utiliser dépendent de la version de FreeBSD que vous allez installer, et
dans certains cas, du matériel sur lequel vous effectuez l’installation. Dans la plupart des cas vous aurez besoin
de quatre disquettes: boot.flp, kern1.flp, kern2.flp, et kern3.flp. Consultez README.TXT dans le
même répertoire pour une information actualisée sur ces images de disquette.
Important : Votre programme FTP doit utiliser le mode binaire pour télécharger ces images. Quelques
navigateurs sont connus pour employer le mode texte (ou ASCII), ce qui sera manifeste si vous ne pouvez
démarrer depuis ces images.
2.
Préparer les disquettes
Vous devez préparer une disquette par fichier que vous avez dû télécharger. Il est impératif que ces disquettes
soient exemptes de défauts. La manière la plus simple de tester cela est de les formater soi-même. Ne faites pas
confiance aux disquettes préformatées. L’utilitaire de formatage Windows n’indiquera pas la présence de blocs
défectueux, il les marquera simplement comme étant “défectueux” et les ignorera. Il est recommandé d’utiliser
des disquettes neuves si l’on choisit cette méthode d’installation.
Important : Si vous essayez d’installer FreeBSD et que le programme d’installation “plante”, se bloque, ou
présente d’autres dysfonctionnements, les premières choses à suspecter sont les disquettes. Essayez de
copier les images sur des disquettes neuves et essayez encore.
3.
Ecrire les fichiers image sur les disquettes
16
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Les fichiers .flp ne sont pas des fichiers que vous pouvez copier directement sur une disquette. Ce sont des
images du contenu complet de disquettes. Cela signifie que vous ne pouvez pas simplement copier les fichiers
d’un disque vers un autre. Vous devez utilisez des outils spécifiques pour écrire directement les images sur les
disquettes.
Si vous créez ces disquettes depuis un ordinateur fonctionnant sous MS-DOS/Windows, alors nous fournissons
pour faire cela un outil appelé fdimage.
Si vous utilisez les images présentes sur le CDROM, et que votre lecteur CDROM est E:, alors vous devez
procéder comme suit:
E:\> tools\fdimage floppies\boot.flp A:
Répétez cette commande pour chaque fichier .flp, en remplaçant la disquette à chaque fois, en étant sûr de
noter sur les disquettes le nom du fichier copié. Ajuster la ligne de commande selon l’endroit où vous avez placé
les fichiers .flp. Si vous n’avez pas de CDROM, alors fdimage peut être téléchargé de puis le répertoire
tools (ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/tools/) sur le site FTP de FreeBSD.
Si vous créez les disquettes depuis un système UNIX (comme par exemple un autre système FreeBSD) vous
pouvez utiliser la commande dd(1) pour écrire les fichiers image directement sur les disquettes. Sous FreeBSD,
vous lanceriez:
# dd if=boot.flp of=/dev/fd0
Sous FreeBSD, /dev/fd0 correspond au premier lecteur de disquettes ( le lecteur A:). /dev/fd1 serait le
lecteur B:, et ainsi de suite. D’autres variantes d’UNIX peuvent avoir des noms différents pour les lecteurs de
disquettes, et vous devrez consulter la documentation du système si besoin est.
Vous êtes maintenant prêt à commencer l’installation de FreeBSD.
2.4. Débuter l’installation
Important : Par défaut, le processus d’installation ne modifiera rien sur le(s) disque(s) dur(s) jusqu’à ce que
vous voyiez le message suivant.
Last Chance: Are you SURE you want continue the installation?
If you’re running this on a disk with data you wish to save then WE
STRONGLY ENCOURAGE YOU TO MAKE PROPER BACKUPS before proceeding!
We can take no responsibility for lost disk contents!
L’installation peut être quittée à tout moment avant l’avertissement final sans changer le contenu du disque dur.
Si vous avez mal configuré quelque chose, vous pouvez juste éteindre l’ordinateur avant l’étape finale sans
aucun risque.
17
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.4.1. Démarrage
2.4.1.1. Démarrage pour l’architecture i386™
1.
Commencez avec votre ordinateur éteint.
2.
Allumez l’ordinateur. En démarrant il devrait afficher une option pour entrer dans le menu de configuration du
système, ou BIOS, généralement à l’aide des touches F2, F10, Suppr, ou Alt+S. Employez ce qui est indiqué à
l’écran. Dans certains cas votre ordinateur peut afficher une image pendant son démarrage. Typiquement, l’appui
sur Esc effacera l’image et vous permettra de voir les messages de démarrage.
3.
Trouvez le paramètre qui contrôle à partir de quel périphérique le système démarre. Cela est généralement
nommé “Boot Order“ (ordre de démarrage) et habituellement sous la forme d’une liste de périphériques, comme
Floppy, CDROM, First Hard Disk, et ainsi de suite.
Si vous avez dû préparer des disquettes de démarrage, assurez-vous alors que le lecteur de disquettes est
sélectionné. Si vous démarrez depuis le CDROM alors vérifiez que c’est celui-ci qui est sélectionné à la place.
En cas de doute, vous devriez consulter le manuel fourni avec votre ordinateur, et/ou sa carte mère.
Effectuez les changements, ensuite sauvez et quittez. L’ordinateur devrait maintenant redémarrer.
4.
Si vous avez dû préparer des disquettes de démarrage, comme décrit dans la Section 2.3.7 alors l’une d’elles sera
la première disquette de démarrage, probablement celle contenant boot.flp. Introduisez cette disquette dans
votre lecteur.
Si vous démarrez depuis le CDROM, alors vous devrez allumer votre ordinateur, et insérer le CDROM à la
première occasion.
Si votre ordinateur démarre comme à l’accoutumé, et charge le système d’exploitation existant, alors soit:
1. Les disques (CDROM ou disquette) n’ont pas été insérés assez tôt dans le processus de démarrage.
Laissez-les, et essayez de redémarrer votre ordinateur.
2. Soit les changements du BIOS, plus tôt, n’ont pas fonctionné correctement. Vous devriez refaire cette étape
jusqu’à obtenir la bonne option.
3. Soit votre BIOS ne supporte pas le démarrage à partir du support désiré.
5.
FreeBSD démarrera. Si vous démarrez depuis le CDROM vous verrez un affichage similaire à ceci (information
sur la version omise):
Booting from CD-Rom...
CD Loader 1.2
Building the boot loader arguments
Looking up /BOOT/LOADER... Found
Relocating the loader and the BTX
Starting the BTX loader
BTX loader 1.00 BTX version is 1.01
Console: internal video/keyboard
BIOS CD is cd0
BIOS drive C: is disk0
BIOS drive D: is disk1
BIOS 639kB/261120kB available memory
18
Chapitre 2. Installer FreeBSD
FreeBSD/i386 bootstrap loader, Revision 1.1
Loading /boot/defaults/loader.conf
/boot/kernel/kernel text=0x64daa0 data=0xa4e80+0xa9e40 syms=[0x4+0x6cac0+0x4+0x88e9d]
\
Si vous démarrez depuis une disquette, vous verrez un affichage similaire à ceci (information sur la version
omise):
Booting from Floppy...
Uncompressing ... done
BTX loader 1.00 BTX version is 1.01
Console: internal video/keyboard
BIOS drive A: is disk0
BIOS drive C: is disk1
BIOS 639kB/261120kB available memory
FreeBSD/i386 bootstrap loader, Revision 1.1
Loading /boot/defaults/loader.conf
/kernel text=0x277391 data=0x3268c+0x332a8 |
Insert disk labelled "Kernel floppy 1" and press any key...
Suivez ces instructions en retirant la disquette boot.flp, puis insérez la disquette kern1.flp et enfin appuyez
sur Entrée. Démarrez sur la première disquette; quand on vous le demande, insérez les autres disquettes.
6.
Que vous démarriez à partir de disquettes ou de CDROM, le processus de démarrage vous amènera au menu du
chargeur FreeBSD:
Figure 2-1. Menu du chargeur FreeBSD
Attendez dix secondes, ou appuyez sur Entrée.
19
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.4.1.2. Démarrage pour l’architecture Alpha
1.
Commencez avec votre ordinateur éteint.
2.
Allumez votre ordinateur et attendez l’invite de commande du moniteur de démarrage.
3.
Si vous avez dû préparer des disquettes de démarrage, comme décrit dans la Section 2.3.7 alors l’une d’elles sera
la première disquette de démarrage, probablement celle contenant boot.flp. Introduisez cette disquette dans
votre lecteur et tapez les commandes suivantes pour démarrer la disquette (en remplaçant le nom de votre lecteur
de disquette si nécessaire):
>>>BOOT DVA0 -FLAGS ” -FILE ”
Si vous démarrez depuis le CDROM, insérez le CDROM dans son lecteur et tapez la commande suivante pour
démarrer l’installation (en remplaçant le nom du lecteur de CDROM si nécessaire par celui approprié):
>>>BOOT DKA0 -FLAGS ” -FILE ”
4.
FreeBSD démarrera. Si vous démarrez depuis une disquette, au bout d’un moment vous verrez le message:
Insert disk labelled "Kernel floppy 1" and press any key...
Suivez ces instructions en retirant la disquette boot.flp, puis insérez la disquette kern1.flp et enfin appuyez
sur Entrée.
5.
Que vous démarriez à partir de disquettes ou du CDROM, le processus de démarrage vous amènera au point
suivant:
Hit [Enter] to boot immediately, or any other key for command prompt.
Booting [kernel] in 9 seconds... _
Attendez dix secondes, ou appuyez sur Entrée. Cela lancera le menu de configuration du noyau.
2.4.1.3. Démarrage pour l’architecture Sparc64®
La plupart des systèmes Sparc64® sont configurés pour démarrer automatiquement à partir du disque dur. Pour
installer FreeBSD, vous devez démarrer à partir du réseau ou à partir d’un CDROM, ce qui nécessitera un passage
par le PROM (OpenFirmware).
Pour cela, redémarrez le système, et attendez l’affichage des messages de démarrage. En fonction du modèle, vous
devriez voir quelque chose comme ce qui suit:
Sun Blade 100 (UltraSPARC-IIe), Keyboard Present
Copyright 1998-2001 Sun Microsystems, Inc. All rights reserved.
OpenBoot 4.2, 128 MB memory installed, Serial #51090132.
Ethernet address 0:3:ba:b:92:d4, Host ID: 830b92d4.
Si votre système tente de démarrer à partir du disque dur en cet endroit, vous devrez alors appuyer sur L1+A ou
Stop+A sur le clavier, ou envoyer un BREAK par l’intermédiaire de la console série (en utilisant par exemple ~# sous
tip(1) ou cu(1)) pour obtenir l’invite PROM. Elle ressemble à ceci:
ok
ok {0}
➊
➋
➊
C’est l’invite utilisée sur les systèmes avec un seul CPU.
➋
C’est l’invite utilisée sur les systèmes SMP, le chiffre indiquant le nombre de CPU actifs.
20
Chapitre 2. Installer FreeBSD
En ce point, placez le CDROM dans le lecteur, et à l’invite PROM, tapez boot cdrom.
2.4.2. Examen des résultats de la détection du matériel
La dernière centaine de lignes qui a été affichée à l’écran est stockée et peut être relue.
Pour relire le tampon, appuyez sur Arrêt Défil. Cela activera le défilement de l’affichage. Vous pouvez alors utiliser
les touches fléchées, ou PageUp et PageDown pour visualiser les résultats. Appuyer à nouveau sur Arrêt Défil pour
revenir dans le mode normal.
Faites cela maintenant, pour relire le texte qui a défilé en dehors de l’écran quand le noyau effectuait la détection du
matériel. Vous verrez quelque chose de semblable à la Figure 2-2, bien que le texte sera différent en fonction des
périphériques que vous avez dans votre ordinateur.
Figure 2-2. Résultats typiques de la détection du matériel
avail memory = 253050880 (247120K bytes)
Preloaded elf kernel "kernel" at 0xc0817000.
Preloaded mfs_root "/mfsroot" at 0xc0817084.
md0: Preloaded image </mfsroot> 4423680 bytes at 0xc03ddcd4
md1: Malloc disk
Using $PIR table, 4 entries at 0xc00fde60
npx0: <math processor> on motherboard
npx0: INT 16 interface
pcib0: <Host to PCI bridge> on motherboard
pci0: <PCI bus> on pcib0
pcib1:<VIA 82C598MVP (Apollo MVP3) PCI-PCI (AGP) bridge> at device 1.0 on pci0
pci1: <PCI bus> on pcib1
pci1: <Matrox MGA G200 AGP graphics accelerator> at 0.0 irq 11
isab0: <VIA 82C586 PCI-ISA bridge> at device 7.0 on pci0
isa0: <iSA bus> on isab0
atapci0: <VIA 82C586 ATA33 controller> port 0xe000-0xe00f at device 7.1 on pci0
ata0: at 0x1f0 irq 14 on atapci0
ata1: at 0x170 irq 15 on atapci0
uhci0: <VIA 83C572 USB controller> port 0xe400-0xe41f irq 10 at device 7.2 on pci0
usb0: <VIA 83C572 USB controller> on uhci0
usb0: USB revision 1.0
uhub0: VIA UHCI root hub, class 9/0, rev 1.00/1.00, addr 1
uhub0: 2 ports with 2 removable, self powered
pci0: <unknown card> (vendor=0x1106, dev=0x3040) at 7.3
dc0: <ADMtek AN985 10/100BaseTX> port 0xe800-0xe8ff mem 0xdb000000-0xeb0003ff ir
q 11 at device 8.0 on pci0
dc0: Ethernet address: 00:04:5a:74:6b:b5
miibus0: <MII bus> on dc0
ukphy0: <Generic IEEE 802.3u media interface> on miibus0
ukphy0: 10baseT, 10baseT-FDX, 100baseTX, 100baseTX-FDX, auto
ed0: <NE2000 PCI Ethernet (RealTek 8029)> port 0xec00-0xec1f irq 9 at device 10.
0 on pci0
21
Chapitre 2. Installer FreeBSD
ed0 address 52:54:05:de:73:1b, type NE2000 (16 bit)
isa0: too many dependant configs (8)
isa0: unexpected small tag 14
orm0; <Option ROM> at iomem 0xc0000-0xc7fff on isa0
fdc0: <NEC 72065B or clone> at port 0x3f0-0x3f5,0x3f7 irq6 drq2 on isa0
fdc0: FIFO enabled, 8 bytes threshold
fd0: <1440-KB 3.5” drive> on fdc0 drive 0
atkbdc0: <keyboard controller (i8042)> at port 0x60-0x64 on isa0
atkbd0: <AT Keyboard> flags 0x1 irq 1 on atkbdc0
kbd0 at atkbd0
psm0: <PS/2 Mouse> irq 12 on atkbdc0
psm0: model Generic PS/2 mouse, device ID 0
vga0: <Generic ISA VGA> at port 0x3c0-0c3df iomem 0xa0000-0xbffff on isa0
sc0: <System console> at flags 0x100 on isa0
sc0: VGA <16 virtual consoles, flags-0x300>
sio0 at port 0x3f8-0x3ff irq 4 flags 0x10 on isa0
sio0: type 16550A
sio1: at port 0x2f8-0x2ff irq3 on isa0
sio1: type 16550A
ppc0: <Parallel port> at port 0x378-0x37f irq 7 on isa0
ppc0: SMC-like chipset (ECP/EPP/PS2/NIBBLE) in COMPATIBLE mode
ppc0: FIFO with 16/16/15 bytes threshold
plip0: <PLIP network interface> on ppbus0
ad0: 8063MB <IBM-DHEA-38451> [16383/16/63] at ata0-master using UDMA33
acd0: CD-RW <LITE-ON LTR-1210B> at ata1-slave PIO4
Mounting root from ufs:/dev/md0c
/stand/sysinstall running as init on vty0
Vérifiez les résultats de la détection soigneusement pour s’assurer que FreeBSD a trouvé tous les périphériques que
vous attendiez. Si un périphérique n’a pas été trouvé, il ne sera alors pas affiché. Un noyau personnalisé vous permet
d’ajouter le support pour des périphériquesq qui ne sont pas présents dans le noyau GENERIC, comme les cartes son.
Pour FreeBSD 6.2 et les versions suivantes, après la détection des périphériques, vous verrez l’écran correspondant à
la Figure 2-3. Utilisez les touches fléchées pour choisir un pays, une région, ou un groupe. Appuyez ensuite sur la
touche Enter, pour sélectionner votre pays et votre table de clavier. Il est facile de quitter le programme sysinstall et
de recommencer à nouveau.
22
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-3. Menu de sélection du pays
Figure 2-4. Quitter sysinstall
Utilisez les touches fléchées pour sélectionner Exit Install dans le menu principal d’installation. Le message suivant
apparaîtra:
User Confirmation Requested
Are you sure you wish to exit? The system will reboot
(be sure to remove any floppies/CDs/DVDs from the drives).
[ Yes ]
No
Le programme d’installation redémarrera à nouveau si le CDROM est resté dans le lecteur et que [ Yes ] est
sélectionné.
Si vous démarrez à partir de disquettes, il sera nécessaire de retirer la disquette boot.flp avant de redémarrer.
23
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.5. Présentation de sysinstall
L’utilitaire sysinstall est l’application d’installation fournie par le projet FreeBSD. C’est une application pour la
console et qui est divisée en un certain nombre de menus et d’écrans que vous pouvez utiliser pour configurer et
contrôler le processus d’installation.
Le système de menu de sysinstall est contrôlé à l’aide des touches fléchées, Entrée, Tab, Espace et d’autres
touches. Une description détaillée de ces touches, et de ce qu’elles font, se trouve dans les informations d’utilisation
de sysinstall.
Pour voir ces informations, assurez-vous que l’entrée Usage est surlignée et que le bouton [Select] est sélectionné,
comme montré dans la Figure 2-5, ensuite appuyez sur Entrée.
Les instructions sur l’utilisation du système de menu seront affichées. Après les avoir lues, appuyez sur Entrée pour
revenir au menu principal.
Figure 2-5. Sélection de l’entrée Usage dans le menu principal de sysinstall
2.5.1. Sélectionner le menu de documentation
Depuis le menu principal, sélectionnez Doc avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
24
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-6. Sélectionner le menu de documentation
Cela affichera le menu de documentation.
Figure 2-7. Menu de documentation de sysinstall
Il est important de lire la documentation fournie.
Pour voir un document, sélectionnez-le avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée. Quand vous avez terminé la
lecture d’un document, l’appui sur Entrée vous ramènera au menu de documentation.
Pour revenir au menu principal d’installation, sélectionnez Exit avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
2.5.2. Sélectionner le menu des tables de clavier
Pour changer le type de clavier, utilisez les touches fléchées pour sélectionner Keymap depuis le menu et appuyez
sur Entrée. Ceci est nécessaire seulement si vous utilisez un clavier non-standard ou non-américain.
25
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-8. Menu principal de sysinstall
Une table de clavier différente peut être choisie en sélectionnant l’élément du menu en utilisant les touches fléchées
et en appuyant sur Espace. Appuyer à nouveau sur Espace désélectionnera l’élément. Une fois terminé, choisissez
[ OK ] en utilisant les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
Seule une liste partielle est montrée dans cet exemple. Utiliser [ Cancel ] en appuyant sur Tab sélectionnera la table
de clavier par défaut et ramènera au menu principal d’installation.
Figure 2-9. Menu des tables de clavier de sysinstall
2.5.3. Ecran des options d’installation
Sélectionner Options et appuyez sur Entrée.
26
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-10. Menu principal de sysinstall
Figure 2-11. Options de sysinstall
Les valeurs par défaut sont généralement parfaites pour la plupart des utilisateurs et ne nécessitent pas d’être
modifiées. Le nom de la version variera en fonction de la version que l’on installe.
La description de l’élément sélectionné apparaîtra en bas de l’écran surlignée en bleu. Notez qu’une des options est
Use Defaults pour réinitialiser toutes les options à leur valeur de départ.
Appuyez sur F1 pour lire l’écran d’aide à propos des diverses options.
L’appui sur Q ramènera au menu principal d’installation.
2.5.4. Commencer une installation standard
L’installation Standard est l’option recommandée pour ceux qui sont nouveaux à UNIX ou FreeBSD. Utilisez les
27
Chapitre 2. Installer FreeBSD
touches fléchées pour sélectionner Standard et ensuite appuyez sur Entrée pour débuter l’installation.
Figure 2-12. Commencer une installation standard
2.6. Allouer l’espace disque
Votre première tâche est d’allouer de l’espace disque à FreeBSD, et labéliser cet espace de sorte que sysinstall puisse
le préparer. Afin de faire cela vous devez savoir comment FreeBSD s’attend à trouver l’information sur le disque.
2.6.1. La numérotation des disques par le BIOS
Avant que vous installiez et configuriez FreeBSD sur votre système, il y a un sujet important dont vous devriez être
conscient, particulièrement si vous avez plusieurs disques durs.
Dans un PC utilisant un système d’exploitation dépendant du BIOS comme MS-DOS ou Microsoft Windows, le
BIOS est capable de modifier l’ordre normal des disques, et le système d’exploitation suivra le changement. Ceci
permet à l’utilisateur de démarrer depuis un disque autre que le prétendu “premier disque maître”. C’est
particulièrement commode pour les utilisateurs qui ont trouvé que la manière la plus simple et la moins onéreuse de
sauvegarder un système est d’acheter un second disque dur identique, et d’exécuter des copies régulières du premier
disque vers le second en utilisant Ghost® ou XCOPY. Alors, si le premier disque tombe en panne, ou est attaqué par
un virus, ou corrompu par un défaut du système d’exploitation, on peut facilement y faire face en demandant au
BIOS de permuter logiquement les disques. C’est comme si l’on échangeait les câbles sur les disques, mais sans
avoir à ouvrir le boîtier.
Des systèmes plus onéreux avec des contrôleurs SCSI incluent souvent des extensions de BIOS permettant aux
disques SCSI d’être réorganisés dans un mode semblable et cela jusqu’à sept disques.
Un utilisateur qui est accoutumé à tirer profit de ces caractéristiques pourra s’étonner quant aux résultats inattendus
obtenus sous FreeBSD. FreeBSD n’utilise pas le BIOS, et ne connaît pas “la table logique des disques du BIOS”.
Cela peut mener à des situations relativement déconcertantes, particulièrement quand les disques sont physiquement
identiques, et que ce sont également des clones au niveau des données.
28
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Quand vous utilisez FreeBSD, veillez à rétablir la numérotation naturelle des disques dans le BIOS, et laissez-là telle
quelle. Si vous devez inverser les disques, alors faites-le mais au niveau matériel en ouvrant votre boîtier et en
déplaçant les cavaliers et les câbles.
Une illustration d’après les extraordinaires aventures des fichiers de Bill et Fred:
Bill transforme une vieille machine Wintel en une nouvelle machine FreeBSD pour Fred. Bill installe un disque
SCSI comme unité de disque SCSI zéro et install FreeBSD dessus.
Fred commence à utiliser le système, mais après plusieurs jours remarque que le vieux disque SCSI signale de
nombreuses erreurs logiciels et en fait part à Bill.
Quelques jours après, Bill décide qu’il est temps de s’occuper de ce problème, il va donc chercher un disque SCSI
identique dans la “réserve à disques”. Un contrôle de la surface indique que le disque fonctionne correctement, aussi
Bill installe ce disque comme unité SCSI numéro quatre et effectue une copie à l’identique du disque zéro sur le
disque quatre. Maintenant que le nouveau disque est installé et fonctionne parfaitement, Bill décide que ce serait une
bonne idée de commencer à l’utiliser, aussi utilise-t-il une fonction dans le BIOS SCSI pour réordonner les disques
durs pour faire démarrer le système à partir de l’unité SCSI quatre. FreeBSD démarre et fonctionne correctement.
Fred continue son travail pendant quelques jours, et bientôt Bill et Fred décident qu’il est temps pour une nouvelle
aventure — temps pour mettre à jour vers une version plus récente de FreeBSD. Bill retire le disque SCSI zéro
parce qu’il était un peu capricieux et le remplace par un autre identique provenant de la “réserve à disques”. Bill
installe alors la nouvelle version de FreeBSD sur le nouveau disque SCSI en utilisant les magiques disquettes
d’installation par FTP de Fred. L’installation se passe bien.
Fred utilise la nouvelle version de FreeBSD pendant quelques jours, et certifie qu’elle est suffisamment stable pour
être utilisée dans le département d’ingénierie. Il est temps de transférer tout son travail depuis l’ancienne version.
Alors Fred monte l’unité SCSI quatre (la dernière copie de l’ancienne version de FreeBSD). Fred est accablé de
constater que rien de son précieux travail n’est présent sur l’unité SCSI quatre.
Ou sont passées les données?
Quand Bill à fait une copie parfaite du disque SCSI zéro originel sur l’unité SCSI quatre, l’unité quatre est devenue
le “nouveau clone”. Quand Bill a réordonné le BIOS SCSI pour qu’il puisse démarrer sur l’unité SCSI quatre, il
était juste en train de se tromper. FreeBSD tournait toujours sur l’unité SCSI zéro. Faire de tels changements dans le
BIOS fera qu’une partie ou tout le code de démarrage et de chargement sera lue sur le disque sélectionné par le
BIOS, mais quand les pilotes du noyau de FreeBSD prendrons le contrôle, la numérotation des disques par le BIOS
sera ignorée, et FreeBSD reprendra la numérotation normale des disques. Dans l’illustration actuelle, le système a
continué d’opérer sur l’unité SCSI zéro d’origine, et toutes les données de Fred se trouvaient là et non pas sur
l’unité SCSI quatre. Le fait que le système semblait fonctionner sur l’unité quatre n’était juste qu’une impression
due aux attentes de nos utilisateurs.
Nous sommes heureux d’annoncer qu’aucun octet n’a été détruit ou endommagé durant la découverte de ce
phénomène. L’ancienne unité SCSI zéro a été récupérée sur une pile de disques au rebut, et tout le travail de Fred lui
a été rendu (et Bill sait désormais qu’il peut compter jusqu’à zéro).
Bien que cela soit des disques SCSI qui furent utilisés dans cet exemple, le concept s’applique de la même manière
aux disques IDE.
29
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.6.2. Création des tranches - “slices” en utilisant FDisk
Note : Aucun changement que vous faites à ce niveau de l’installation ne sera écrit sur le disque. Si vous pensez
que vous avez fait une erreur et que vous voulez recommencer, vous pouvez utiliser les menus pour quitter
sysinstall et essayer encore ou appuyez sur U pour utiliser l’option Undo. Si vous êtes perdu et ne voyez pas
comment quitter, vous pouvez toujours éteindre votre ordinateur.
Après avoir choisi de commencer une installation standard sysinstall affichera ce message:
Message
In the next menu, you will need to set up a DOS-style ("fdisk")
partitioning scheme for your hard disk. If you simply wish to devote
all disk space to FreeBSD (overwriting anything else that might be on
the disk(s) selected) then use the (A)ll command to select the default
partitioning scheme followed by a (Q)uit. If you wish to allocate only
free space to FreeBSD, move to a partition marked "unused" and use the
(C)reate command.
[ OK ]
[ Press enter or space ]
Appuyez sur Entrée comme demandé. On vous affichera alors une liste de tous les disques durs que le noyau a
trouvés durant la détection des périphériques. La Figure 2-13 présente l’exemple d’un système avec deux disques
IDE. Ils ont été appelés ad0 et ad2.
Figure 2-13. Sélection du disque pour FDisk
Vous pourriez vous demander pourquoi ad1 n’est pas listé ici. Pourquoi est-il manquant?
Considérez ce qu’il se produirait si vous aviez deux disques durs IDE, un en tant que maître sur le premier contrôleur
IDE, et un autre en tant que maître sur le second contrôleur IDE. Si FreeBSD numérotait ces derniers comme il les a
trouvés, en tant que ad0 et ad1 alors tout devrait fonctionner.
30
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Mais si vous ajoutiez un troisième disque, en tant que disque esclave sur le premier contrôleur IDE, ce serait
maintenant ad1, et l’ad1 précédent deviendrait ad2. Puisque les noms de périphériques (comme ad1s1a) sont
utilisés pour trouver les systèmes de fichiers, vous pouvez soudainement découvrir que certains de vos systèmes de
fichiers n’apparaissent plus correctement, et vous devrez modifier votre configuration de FreeBSD.
Pour s’affranchir de cela, le noyau peut être configuré pour nommer les périphériques IDE en fonction de l’endroit
où ils sont placés, et non pas en fonction de l’ordre dans lequel ils ont été trouvés. Avec cet arrangement le disque
maître sur le second contrôleur IDE sera toujours ad2, même s’il n’y a aucun disque ad0 ou ad1.
Cette configuration est celle par défaut du noyau de FreeBSD, c’est pourquoi notre exemple montre ad0 et ad2. La
machine sur laquelle furent prises les captures d’écran avait des disques IDE sur les canaux maîtres de chaque
contrôleur IDE, et aucun disque esclave.
Vous devrez choisir le disque sur lequel vous désirez installer FreeBSD, et ensuite appuyer sur [ OK ]. FDisk
démarrera, avec un écran semblable à celui montré sur la Figure 2-14.
L’affichage de FDisk est séparé en trois parties.
La première partie, occupant les deux premières lignes de l’écran, montre les détails au sujet du disque actuellement
sélectionné, dont son nom sous FreeBSD, sa géométrie, et la taille du disque.
La deuxième partie montre les tranches qui sont actuellement présentes sur le disque, où elles débutent et se
terminent, leur taille, le nom que leur donne FreeBSD, et leur description et sous-type. Cette exemple montre deux
petites tranches inutilisées, qui sont les conséquences de l’arrangement du disque sous PC. Il montre également une
grande tranche de type FAT, qui est presque certainement le lecteur C: sous MS-DOS / Windows, et une tranche
étendue, qui doit contenir d’autres lecteurs pour MS-DOS / Windows.
La troisième partie affiche les commandes disponibles dans FDisk.
Figure 2-14. Partitions Fdisk typiques avant édition
Ce que vous allez faire maintenant dépend de comment vous voulez diviser votre disque.
Si vous voulez utiliser tout le disque pour FreeBSD (ce qui effacera toutes les autres données sur votre disque quand
vous confirmerez, plus tard dans le processus d’installation, que vous voulez que sysinstall continue) alors vous
pouvez appuyer sur A, ce qui correspond à l’option Use Entire Disk (utiliser l’intégralité du disque). Les tranches
existantes seront supprimées, et remplacées par une petite zone étiquetée unused (encore une fois, une particularité
31
Chapitre 2. Installer FreeBSD
de l’organisation des disques sous PC), et ensuite une grande tranche pour FreeBSD. Si vous faites cela vous devriez
sélectionner la tranche FreeBSD nouvellement créée en utilisant les touches fléchées, et appuyer sur S pour marquer
la tranche comme pouvant être démarrable. L’écran sera alors semblable à la Figure 2-15. Notez le A dans la colonne
Flags, qui indique que cette tranche est active, et sera démarrable.
Si vous supprimez une tranche existante pour faire de la place pour FreeBSD alors vous devriez sélectionner la
tranche en utilisant les touches fléchées, et ensuite appuyer sur D. Vous pouvez alors appuyer sur C, on vous
demandera la taille de la tranche que vous désirez créer. Entrez la taille requise et appuyez sur Entrée. La valeur par
défaut dans cette boîte de dialogue représente la tranche la plus grande possible que vous pouvez créer, qui peut être
le plus grand bloc d’espace contiguë non alloué ou la taille de l’intégralité du disque dur.
Si vous avez déjà fait de la place pour FreeBSD (peut-être en utilisant un outil comme PartitionMagic®) alors vous
pouvez appuyer sur C pour créer une nouvelle tranche. Encore une fois, vous serez sollicité pour entrer la taille de la
tranche que vous désirez créer.
Figure 2-15. Partionnement Fdisk utilisant l’intégralité du disque
Une fois terminé, appuyez sur Q. Vos modifications seront sauvegardées dans sysinstall, mais ne seront pas encore
inscrites sur le disque.
2.6.3. Installer un gestionnaire de démarrage
Vous avez maintenant la possibilité d’installer un gestionnaire de démarrage. En général, vous devriez installer le
gestionnaire de démarrage de FreeBSD si:
•
Vous avez plus d’un disque, et vous avez installé FreeBSD sur un disque autre que le premier.
•
Vous avez installé FreeBSD à côté d’un autre système d’exploitation sur le même disque, et vous voulez pouvoir
choisir de lancer soit FreeBSD soit l’autre système d’exploitation au démarrage de votre ordinateur.
Si FreeBSD sera le seul système d’exploitation sur cette machine, installé sur le premier disque dur, alors le
gestionnaire de démarrage Standard suffira. Sélectionnez None si vous utilisez un gestionnaire de démarrage tiers
capable de démarrer FreeBSD.
32
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Faites votre choix, et appuyez sur Entrée.
Figure 2-16. Menu du gestionnaire de démarrage de sysinstall
L’écran d’aide, obtenu par l’appui sur F1, discute des problèmes qui peuvent être rencontrés quand on essaye de
partager un disque entre plusieurs systèmes d’exploitation.
2.6.4. Création de tranches - “slices” sur un autre disque
S’il y a plus d’un disque, on reviendra à l’écran de sélection des disques après la sélection du gestionnaire de
démarrage. Si vous souhaitez installer FreeBSD sur plus d’un disque, alors vous pouvez choisir un autre disque ici et
répéter le processus en utilisant FDisk.
Important : Si vous installez FreeBSD sur un disque différent de votre premier disque, alors le gestionnaire de
démarrage de FreeBSD doit être installé sur les deux disques.
33
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-17. Quitter la sélection de disque
La touche Tab permet de basculer entre le dernier disque sélectionné, [ OK ], et [ Cancel ].
Appuyez sur Tab une fois pour basculer sur [ OK ], ensuite appuyez sur Entrée pour continuer l’installation.
2.6.5. Créer des partitions en utilisant Disklabel
Vous devez maintenant créer des partitions à l’intérieur de chaque tranche que vous venez de créer. Rappelez-vous
que chaque partition est représentée par une lettre, depuis a jusqu’à h, et que les partitions b, c, et d ont par
convention des significations particulières que vous devriez respecter.
Certaines applications peuvent tirer avantage d’un partionnement particulier, tout spécialement si vous organisez vos
partitions sur plus d’un disque. Cependant, pour votre première installation de FreeBSD, vous ne devriez ne pas trop
attacher d’importance à la façon dont vous divisez votre disque. Il est plus important que vous installiez FreeBSD et
commenciez à apprendre à l’utiliser. Vous pouvez toujours réinstaller FreeBSD pour modifier votre partionnement
quand vous serez plus familier avec le système d’exploitation.
Cette organisation présente quatre partitions—une pour l’espace de pagination, et trois pour les systèmes de fichiers.
Tableau 2-2. Partitionnement du premier disque
Partition
Système de
fichiers
Taille
Description
a
/
512 Mo
C’est le système de fichiers racine. Tous les autres systèmes de
fichiers seront montés sous ce dernier. 512 Mo est une taille
raisonnable pour ce système de fichiers. Vous ne devrez pas
stocker trop de données dessus, comme une installation habituelle
de FreeBSD prendra environ 128 Mo. La place restante est pour
les données temporaires, et laisse également de l’espace si les
futures version de FreeBSD nécessitent plus de place dans /
34
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Partition
Système de
fichiers
Taille
Description
b
N/A
2-3 x RAM
L’espace de pagination du système est placé sur la partition b.
Choisir la bonne quantité d’espace de pagination peut s’avérer
être tout un art. Un bon principe est de prendre un espace de
pagination égal à deux ou trois fois la mémoire physique
disponible sur le système (RAM). Vous devrez également avoir
au moins 64 Mo d’espace de pagination, donc si vous avez moins
de 32 Mo de RAM dans votre ordinateur fixez la taille de l’espace
de pagination à 64 Mo.
Si vous avez plus d’un disque alors vous pouvez mettre de
l’espace de pagination sur chaque disque. FreeBSD utilisera alors
chaque disque pour la pagination, ce qui accélérera le processus
de pagination. Dans ce cas calculez la quantité d’espace dont
vous avez besoin (e.g., 128 Mo), et divisez-la par le nombre de
disques que vous avez (e.g., deux disques) pour obtenir la
quantité à mettre sur chaque disque, dans cet exemple, 64 Mo
d’espace de pagination par disque.
e
/var
256 Mo à
1024nbsp;Mo
Le répertoire /var contient des fichiers variant constamment;
fichiers de traces, et autre fichiers d’administration. Beaucoup de
ces fichiers sont lus et écrits de façon intensive durant le
fonctionnement de FreeBSD. Mettre ces fichiers sur un autre
système de fichiers permet à FreeBSD d’optimiser l’accès à ces
fichiers sans affecter les autres fichiers d’autres répertoires n’ayant
pas les même conditions d’accès.
f
/usr
Le reste du
disque (au
moins
2nbsp;Go)
Tous vos autres fichiers seront normalement stockés dans /usr, et
ses sous-répertoires.
Avertissement : Les valeurs ci-dessus sont données à titre d’exemple et ne devraient être utilisées que par des
utilisateurs expérimentés. Les utilisateurs sont encouragés à utiliser le partitionnement automatique appelé Auto
Defaults par l’éditeur de partition de FreeBSD.
Si vous installez FreeBSD sur plus d’un disque alors vous devez également créer des partitions sur les autres tranches
que vous avez configurées. La manière la plus simple est de créer deux partitions sur chaque disque, une pour
l’espace de pagination, et une autre pour le système de fichiers.
Tableau 2-3. Partitionnement pour les disques suivants
Partition
Système de
fichiers
Taille
Description
35
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Partition
Système de
fichiers
Taille
Description
b
N/A
Voir description
Comme déjà discuté, vous pouvez répartir
l’espace de pagination sur chaque disque. Même
si la partition a est libre, les conventions nous
dictent que l’espace de pagination doit rester sur
la partition b.
e
/disquen
le reste du disque
Le reste du disque est utilisé en une seule grande
partition. Cela pourrait facilement être la partition
a, au lieu de la partition e. Cependant,
conventionnellement la partition a sur une tranche
est réservée au système de fichiers racine (/).
Vous n’êtes pas obligé de suivre cette convention
mais sysinstall le fait, et donc la suivre rendra
l’installation plus claire. Vous pouvez choisir de
monter ce système de fichiers n’importe où; cet
exemple suggère que vous les montiez en tant que
répertoires /disquen, où n est un nombre qui
change pour chaque disque. Mais vous pouvez
choisir une autre organisation si vous le préférez.
Après avoir choisi votre partitionnement vous pouvez maintenant le créer en utilisant sysinstall. Vous verrez ce
message:
Message
Now, you need to create BSD partitions inside of the fdisk
partition(s) just created. If you have a reasonable amount of disk
space (200MB or more) and don’t have any special requirements, simply
use the (A)uto command to allocate space automatically. If you have
more specific needs or just don’t care for the layout chosen by
(A)uto, press F1 for more information on manual layout.
[ OK ]
[ Press enter or space ]
Appuyez sur Entrée pour lancer l’éditeur de partition de FreeBSD, appelé Disklabel.
La Figure 2-18 présente l’affichage que l’on obtient quand on lance pour la première fois Disklabel. L’écran est
divisé en trois parties.
Les premières lignes affichent le nom du disque sur lequel vous êtes en train de travailler, et la tranche qui contient
les partitions que vous êtes en train de créer (à cet endroit Disklabel nomme cela Partition name, nom de
partition, plutôt que le nom slice). Cet écran montre également la quantité d’espace libre dans la tranche; c’est à dire
l’espace qui a été mis de côté dans la tranche, et qui n’a pas été encore attribué à une partition.
Le centre de l’écran présente les partitions qui ont été créées, le nom du système de fichiers que chaque partition
contient, leur taille, et des options concernant la création du système de fichiers.
Le bas de l’écran donne les combinaisons de touches valides dans Disklabel.
36
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-18. L’éditeur Disklabel de sysinstall
Disklabel peut automatiquement créer des partitions pour vous et leur assigner des tailles par défaut. Les tailles par
défaut sont déterminées à l’aide d’un algorithme interne basé sur la taille du disque. Essayez cette fonction en
appuyant sur A. Vous verrez un affichage semblable à celui donné par la Figure 2-19. En fonction de la taille de votre
disque, les valeurs par défaut peuvent être ou non appropriées. Cela n’a pas d’importance, car vous n’êtes pas obligé
d’accepter ces valeurs.
Note : Le partionnement par défaut assigne au répertoire /tmp sa propre partition plutôt que d’appartenir à la
partition /. Cela permet d’éviter de remplir la partition / avec des fichiers temporaires.
Figure 2-19. L’éditeur Disklabel de sysinstall en mode automatique
Si vous décidez de ne pas utiliser les partitions par défaut et vous désirez les remplacer par les votres, utilisez les
touches fléchées pour sélectionner la première partition, et appuyez sur D pour l’effacer. Répétez cela pour effacer
37
Chapitre 2. Installer FreeBSD
toutes les partitions suggérées.
Pour créer la première partition (a, montée en / — racine), assurez-vous que la tranche du disque correcte en haut de
l’écran est sélectionnée, et appuyez sur C. Une boîte de dialogue s’affichera et vous demandera la taille de la
nouvelle partition (comme montré sur la Figure 2-20). Vous pouvez entrer la taille sous la forme du nombre de blocs
disque que vous voulez utiliser, ou sous forme d’un nombre suivi soit par M pour mégaoctets, G pour gigaoctets, ou
soit par C pour cylindres.
Figure 2-20. Espace libre pour la partition racine
La taille par défaut proposée créera une partition qui occupera le reste de la tranche. Si vous utilisez les tailles de
partitions comme décrit dans l’exemple précédent, alors effacez la valeur proposée en utilisant Backspace, et ensuite
tapez 512M, comme présenté sur la Figure 2-21. Puis appuyez sur [ OK ].
Figure 2-21. Edition de la taille de la partition racine
Après avoir choisi la taille de la partition on vous demandera si cette partition contiendra un système de fichiers ou
38
Chapitre 2. Installer FreeBSD
de l’espace de pagination. La boîte de dialogue est présentée dans la Figure 2-22. Cette première partition contiendra
un système de fichiers, vérifiez donc que FS est sélectionné et appuyez sur Entrée.
Figure 2-22. Choisir le type de la partition racine
Finalement, comme vous créez un système de fichiers, vous devez indiquer à Disklabel où le système de fichiers sera
monté. La boîte de dialogue est montrée sur la Figure 2-23. Le point de montage du système de fichiers racine est /,
tapez donc /, et appuyez sur Entrée.
Figure 2-23. Choisir le point de montage de la partition racine
L’affichage sera mis à jour pour montrer la partition nouvellement créée. Vous devrez répéter cette procédure pour
les autres partitions. Quand vous créerez la partition de l’espace de pagination, on ne vous demandera pas de point de
montage pour le système de fichiers, étant donné que les partitions de pagination ne sont jamais montées. Quand vous
créez la dernière partition /usr, vous pouvez laisser la taille suggérée telle qu’elle, pour utiliser le reste de la tranche.
39
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Votre dernier écran de l’éditeur DiskLabel de FreeBSD apparaîtra semblable à la Figure 2-24, bien que vos valeurs
puissent être différentes. Appuyez sur Q pour terminer.
Figure 2-24. Editeur Disklabel de sysinstall
2.7. Choisir ce que l’on va installer
2.7.1. Sélectionner l’ensemble de distribution
Décider quel ensemble de distribution installer dépendra en grande partie de l’utilisation prévue du système et de la
quantité d’espace disque disponible. Les options prédéfinies vont de l’installation la plus petite possible à
l’installation de la totalité des éléments disponibles. Ceux qui sont nouveaux à UNIX et/ou FreeBSD devraient
presque certainement choisir une de ces options prédéfinies. Personnaliser un ensemble de distribution est
normalement réservé à l’utilisateur plus expérimenté.
Appuyez sur F1 pour plus d’informations sur les options des ensembles de distribution et sur ce qu’ils contiennent.
Une fois la lecture de l’aide terminée, l’appui sur Entrée ramènera au menu de sélection des distributions.
Si une interface graphique utilisateur est désirée alors un ensemble de distribution qui est précédé par un X devra être
choisi. La configuration du serveur X et la sélection d’un environnement de travail doivent être effectuées après
l’installation de FreeBSD. Plus d’information concernant la configuration d’un serveur X peut être trouvé dans le
Chapitre 5.
Xorg est la version d’X11 qui sera installée par défaut.
Si la compilation d’un noyau personnalisé est prévue, sélectionnez une option qui inclut le code source. Pour plus
d’information sur l’intérêt d’un noyau personnalisé ou comment compiler un noyau personnalisé voir le Chapitre 8.
A l’évidence, le système le plus versatile est celui qui inclut tout. S’il y a l’espace disque adéquat, choisissez All
comme montré sur la Figure 2-25 en utilisant les touches fléchées et appuyez sur Entrée. S’il y a un problème quant
à l’espace disque considérez l’utilisation d’une option plus appropriée à la situation. Ne vous tracassez pas au sujet
des choix d’ensembles, comme les autres ensembles de distribution peuvent être ajoutés après l’installation.
40
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-25. Choix de l’ensemble de distribution
2.7.2. Installer le catalogue des logiciels portés - “Ports collection”
Après le choix de l’ensemble de distribution désiré, l’opportunité d’installer le catalogue des logiciels portés pour
FreeBSD se présente. Le catalogue des logiciels portés est une méthode simple et commode pour installer des
logiciels. Le catalogue des logiciels portés ne contient pas le code source nécessaire pour compiler le logiciel. A la
place, c’est un ensemble de fichiers qui automatise le téléchargement, la compilation et l’installation de logiciels
tierce-partie. Le Chapitre 4 discute de l’utilisation du catalogue des logiciels portés.
Le programme d’installation ne vérifie pas si vous avez l’espace requis. Sélectionnez cette option uniquement si vous
disposez de l’espace disque adéquat. Sous FreeBSD 8.0, le catalogue des logiciels portés occupe environ 440 Mo
d’espace disque. Vous pouvez sans risque envisager une plus grande valeur pour les versions de FreeBSD plus
récentes.
User Confirmation Requested
Would you like to install the FreeBSD ports collection?
This will give you ready access to over 20,000 ported software packages,
at a cost of around 440 Mo of disk space when "clean" and possibly much
more than that if a lot of the distribution tarballs are loaded
(unless you have the extra CDs from a FreeBSD CD/DVD distribution
available and can mount it on /cdrom, in which case this is far less
of a problem).
The ports collection is a very valuable resource and well worth having
on your /usr partition, so it is advisable to say Yes to this option.
For more information on the ports collection & the latest ports,
visit:
http://www.FreeBSD.org/ports
[ Yes ]
No
41
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Sélectionnez [ Yes ] avec les touches fléchées pour installer le catalogue des logiciels portés ou [ No ] pour passer
cette option. Appuyez sur Entrée pour continuer. Le menu de sélection de l’ensemble de distribution réapparaîtra.
Figure 2-26. Confirmer le choix de la distribution
Si vous êtes satisfait avec les options, sélectionnez Exit avec les touches fléchées, vérifiez que [ OK ] est surligné, et
appuyez sur Entrée pour continuer.
2.8. Choisir votre support d’installation
Si vous installez à partir d’un CDROM ou DVD, utilisez les touches fléchées pour sélectionner Install from a
FreeBSD CD/DVD. Vérifiez que [ OK ] est surligné, puis appuyez sur Entrée pour procéder à l’installation.
Pour les autre méthodes d’installation, sélectionnez l’option appropriée et suivez les instructions.
Appuyez sur F1 pour afficher l’aide en ligne pour le support d’installation. Appuyez sur Entrée pour revenir au
menu de sélection du support.
42
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-27. Choisir le support d’installation
Modes d’installation par FTP : Il y a trois modes d’installation par FTP, vous pouvez choisir parmi: FTP actif,
FTP passif, ou par l’intermédiaire d’un proxy HTTP.
FTP actif: Install from an FTP server
Cette option fera que tous les transferts FTP utiliseront le mode “actif”. Cela ne fonctionnera pas à travers
un coupe-feu, mais fonctionnera souvent avec de vieux serveurs FTP ne supportant pas le mode passif. Si
votre connexion se bloque avec le mode passif (mode par défaut), essayez le mode actif!
FTP passif: Install from an FTP server through a firewall
Cette option demande à sysinstall d’utiliser le mode “passif” pour toutes les opérations FTP. Cela permet à
l’utilisateur de traverser les coupes-feu qui n’acceptent pas les connexions entrantes sur des ports TCP
aléatoires.
FTP par l’intermédiaire d’un proxy HTTP: Install from an FTP server through a http proxy
Cette option demande à sysinstall d’utiliser le protocole HTTP (comme pour un navigateur web) pour se
connecter à un proxy pour toutes les opérations FTP. Le proxy traduira toutes les requêtes et les transmettra
au serveur FTP. Cela permet aux utilisateurs de traverser les coupes-feu qui n’autorisent pas les connexions
FTP, mais offrent un proxy HTTP. Dans ce cas, vous devez préciser le proxy en plus du serveur FTP.
Pour un serveur proxy FTP, vous devriez normalement donner le nom du serveur que vous désirez comme partie
du nom d’utilisateur, après le signe “@”. Le serveur proxy “simulera” le serveur réel. Par exemple, en supposant
que vous voulez installer à partir de ftp.FreeBSD.org, en utilisant le serveur proxy FTP foo.example.com,
écoutant sur le port 1234.
Dans ce cas, rendez-vous dans le menu d’options, et fixez le nom d’utilisateur FTP (“username”) à
ftp@ftp.FreeBSD.org, et le mot de passe (“password”) à votre adresse émail. Comme support d’installation,
vous spécifiez FTP (ou FTP passif, si le proxy le supporte), et l’URL
ftp://foo.example.com:1234/pub/FreeBSD.
43
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Puisque le répertoire /pub/FreeBSD de ftp.FreeBSD.org est traduit par le proxy en foo.example.com, vous
êtes en mesure d’installer depuis cette machine (qui ira chercher les fichiers sur ftp.FreeBSD.org quand
l’installation réclamera des fichiers).
2.9. Procéder à l’installation
L’installation peut être maintenant effectuée si désirée. C’est également la dernière chance pour annuler l’installation
et empêcher l’écriture sur le disque dur.
User Confirmation Requested
Last Chance! Are you SURE you want to continue the installation?
If you’re running this on a disk with data you wish to save then WE
STRONGLY ENCOURAGE YOU TO MAKE PROPER BACKUPS before proceeding!
We can take no responsibility for lost disk contents!
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée pour poursuivre.
La durée de l’installation variera en fonction de la distribution choisie, du support d’installation, et de la vitesse de
l’ordinateur. Une série de messages sera affichée pour indiquer la progression de l’installation.
L’installation est achevée quand le message suivant est affiché:
Message
Congratulations! You now have FreeBSD installed on your system.
We will now move on to the final configuration questions.
For any option you do not wish to configure, simply select No.
If you wish to re-enter this utility after the system is up, you may
do so by typing: /usr/sbin/sysinstall .
[ OK ]
[
Press enter or space
]
Appuyez sur Entrée pour poursuivre avec les configurations de post-installation.
Sélectionner [ No ] et appuyer sur Entrée annulera l’installation et aucun changement ne sera fait à votre système.
Le message suivant apparaîtra:
Message
Installation complete with some errors. You may wish to scroll
through the debugging messages on VTY1 with the scroll-lock feature.
You can also choose "No" at the next prompt and go back into the
installation menus to retry whichever operations have failed.
44
Chapitre 2. Installer FreeBSD
[ OK ]
Ce message est généré parce que rien n’a été installé. L’appui sur Entrée ramènera au menu principal d’installation
pour quitter l’installation.
2.10. Post-installation
La configuration de diverses options suit l’installation. Une option peut être configurée en accédant aux options de
configuration avant de redémarrer le nouveau système FreeBSD ou après l’installation en utilisant la commande
sysinstall et en sélectionnant Configure.
2.10.1. Configuration réseau
Si vous avez précédemment configuré PPP pour une installation par FTP, cet écran n’apparaîtra pas et peut être
configuré plus tard comme décrit ci-dessus.
Pour une information détaillée sur les réseaux locaux et la configuration de FreeBSD en passerelle/routeur
référez-vous au chapitre Administration réseau avancée.
User Confirmation Requested
Would you like to configure any Ethernet or SLIP/PPP network devices?
[ Yes ]
No
Pour configurer un périphérique réseau, sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée. Sinon, sélectionnez [ No ] pour
continuer.
Figure 2-28. Sélection d’un périphérique Ethernet
Sélectionnez l’interface à configurer avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
45
Chapitre 2. Installer FreeBSD
User Confirmation Requested
Do you want to try IPv6 configuration of the interface?
Yes
[ No ]
Dans ce réseau local privé l’actuel protocole Internet (IPv4) était suffisant et [ No ] a été sélectionné avec les touches
fléchées et suivie d’Entrée.
Si vous êtes connecté à une réseau (IPv6), existant avec un serveur RA, alors choisissez [ Yes ] et appuyez sur
Entrée. Cela prendra plusieurs secondes pour rechercher des serveurs RA.
User Confirmation Requested
Do you want to try DHCP configuration of the interface?
Yes
[ No ]
Si DHCP (“Dynamic Host Configuration Protocol”) n’est pas requis sélectionnez [ No ] à l’aide des touches fléchées
et appuyez sur Entrée.
Sélectionner [ Yes ] exécutera dhclient, et en cas de succès, complétera l’information de configuration du réseau
automatiquement. Référez-vous à la Section 27.5 pour plus d’information.
L’écran de configuration réseau suivant montre la configuration du périphérique Ethernet pour un système qui sera
passerelle pour un réseau local.
Figure 2-29. Configuration réseau pour ed0
Utilisez Tab pour choisir les champs d’information et compléter avec l’information appropriée:
Host - “Hôte”
Le nom complet de la machine, e.g. k6-2.exemple.com dans ce cas.
Domain - “Domaine”
Le nom du domaine auquel appartient votre machine, e.g. exemple.com dans le cas présent.
46
Chapitre 2. Installer FreeBSD
IPv4 Gateway - “Passerelle IPv4”
L’adresse IP de l’hôte transmettant les paquets aux destinations non-locales. Vous devez complétez cela
seulement si la machine est un noeud sur le réseau. Laissez ce champ vide si la machine est destinée à être la
passerelle vers l’Internet pour le réseau. La passerelle (“gateway”) IPv4 est également connue sous le nom de
passerelle par défaut ou route par défaut.
Name server - “Serveur de Noms”
L’adresse IP de votre serveur DNS local. Il n’y a pas de serveur DNS local sur ce réseau local privé aussi
l’adresse IP du serveur DNS du fournisseur d’accès (208.163.10.2) fut utilisée.
IPv4 address - “Adresse IPv4”
L’adresse IP employée pour cette interface fut 192.168.0.1
Netmask - “Masque de sous-réseau”
Le bloc d’adresse utilisé pour ce réseau local est le bloc 192.168.0.0 - 192.168.0.255) avec un masque de
sous-réseau de 255.255.255.0.
Extra options to ifconfig - “Options supplémentaires pour ifconfig”
Toutes options d’ifconfig spécifiques aux interfaces que vous voudriez ajouter. Il n’y en avait aucune dans ce
cas-ci.
Utilisez Tab pour sélectionner [ OK ] une fois terminé et appuyez sur Entrée.
User Confirmation Requested
Would you like to Bring Up the ed0 interface right now?
[ Yes ]
No
La sélection de [ Yes ] suivie d’Entrée rendra l’accès réseau de la machine opérationnel. Cependant, cela ne
n’accomplit pas grand chose durant l’installation puisque la machine a encore besoin d’être redémarrée.
2.10.2. Configurer la passerelle
User Confirmation Requested
Do you want this machine to function as a network gateway?
[ Yes ]
No
Si la machine jouera le rôle de passerelle pour le réseau local et transmettra les paquets entre machines alors
sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée. Si la machine est un noeud sur le réseau alors sélectionnez [ No ] et
appuyez sur Entrée pour continuer.
2.10.3. Configurer les services Internet
User Confirmation Requested
Do you want to configure inetd and the network services that is provides?
47
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Yes
[ No ]
Si [ No ] est sélectionné, divers services tel que telnetd ne seront pas activés. Cela signifie que des utilisateurs à
distance ne pourront pas se connecter par l’intermédiaire de telnet à cette machine. Les utilisateurs locaux seront
toujours en mesure d’accéder à des machines distantes avec telnet.
Ces services peuvent être activés après l’installation en éditant /etc/inetd.conf avec votre éditeur de texte favori.
Voir la Section 27.2.1 pour plus d’information.
Choisissez [ Yes ] si vous souhaitez configurer ces services pendant l’installation. Une confirmation supplémentaire
s’affichera:
User Confirmation Requested
The Internet Super Server (inetd) allows a number of simple Internet
services to be enabled, including finger, ftp and telnetd. Enabling
these services may increase risk of security problems by increasing
the exposure of your system.
With this in mind, do you wish to enable inetd?
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] pour continuer.
User Confirmation Requested
inetd(8) relies on its configuration file, /etc/inetd.conf, to determine
which of its Internet services will be available. The default FreeBSD
inetd.conf(5) leaves all services disabled by default, so they must be
specifically enabled in the configuration file before they will
function, even once inetd(8) is enabled. Note that services for
IPv6 must be seperately enabled from IPv4 services.
Select [Yes] now to invoke an editor on /etc/inetd.conf, or [No] to
use the current settings.
[ Yes ]
No
Le choix [ Yes ] permettra d’ajouter des services en supprimant le # au début d’une ligne.
48
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-30. Edition d’inetd.conf
Après avoir ajouté les services désirés, l’appui sur Echap affichera un menu qui permettra de quitter et sauver les
changements.
2.10.4. Autoriser les ouvertures de session SSH
User Confirmation Requested
Would you like to enable SSH login?
Yes
[ No ]
Sélectionner [ Yes ] activera sshd(8), le programme « daemon » pour OpenSSH. Cela permettra l’ouverture à
distance de sessions sécurisées sur votre machine. Pour plus d’information au sujet d’OpenSSH voir la
Section 14.11.
2.10.5. FTP anonyme
User Confirmation Requested
Do you want to have anonymous FTP access to this machine?
Yes
[ No ]
2.10.5.1. Interdire l’accès FTP anonyme
Choisir le [ No ] par défaut et appuyer sur Entrée permettra toujours aux utilisateurs ayant des comptes avec mot de
passe d’utiliser FTP pour accéder à la machine.
49
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.10.5.2. Autoriser l’accès FTP anonyme
N’importe qui peut accéder à votre machine si vous choisissez d’autoriser les connexions par FTP anonyme. Les
implications au niveau de la sécurité devraient être considérées avant d’activer cette option. Pour plus d’information
sur la sécurité voir le Chapitre 14.
Pour autoriser le FTP anonyme, utilisez les touches fléchées pour sélectionner [ Yes ] et appuyez sur Entrée. Une
confirmation supplémentaire apparaîtra:
User Confirmation Requested
Anonymous FTP permits un-authenticated users to connect to the system
FTP server, if FTP service is enabled. Anonymous users are
restricted to a specific subset of the file system, and the default
configuration provides a drop-box incoming directory to which uploads
are permitted. You must separately enable both inetd(8), and enable
ftpd(8) in inetd.conf(5) for FTP services to be available. If you
did not do so earlier, you will have the opportunity to enable inetd(8)
again later.
If you want the server to be read-only you should leave the upload
directory option empty and add the -r command-line option to ftpd(8)
in inetd.conf(5)
Do you wish to continue configuring anonymous FTP?
[ Yes ]
No
Ce message vous indique que le servec FTP devra également être activé dans le fichier /etc/inetd.conf si vous
voulez autoriser les connexions FTP anonymes, voir la Section 2.10.3. Sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée
pour continuer; l’écran suivant (ou semblable) apparaîtra:
Figure 2-31. Configuration par défaut du FTP anonyme
Utilisez la touche Tab pour choisir les champs d’information et compléter avec l’information appropriée:
50
Chapitre 2. Installer FreeBSD
UID
L’ID utilisateur que vous voulez affecter à l’utilisateur du FTP anonyme. Tous les fichiers chargés sur le serveur
appartiendront à cet ID.
Group - « Groupe »
Le groupe auquel appartiendra l’utilisateur du FTP anonyme.
Comment - « Commentaire »
La chaîne de caractères décrivant cet utilisateur dans le fichier /etc/passwd.
FTP Root Directory - « Répertoire racine FTP »
L’emplacement où seront conservés les fichiers du FTP anonyme.
Upload Subdirectory - « Sous-répertoire de téléchargement »
L’emplacement où seront stockés les fichiers téléchargés sur le serveur par les utilisateurs du FTP anonyme.
Le répertoire racine du FTP sera placé dans /var par défaut. Si vous n’avez pas de place à cet endroit pour les
besoins prévus du FTP, le répertoire /usr pourra être utilisé en configurant le répertoire racine FTP à /usr/ftp.
Quand vous êtes satisfait de ces valeurs, appuyez sur Entrée pour continuer.
User Confirmation Requested
Create a welcome message file for anonymous FTP users?
[ Yes ]
No
Si vous sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée, un éditeur sera automatiquement lancé vous permettant d’éditer
le message.
Figure 2-32. Edition du message de bienvenue du FTP
C’est un éditeur de texte appelé ee. Utilisez les instructions pour modifier le message ou faites-le plus tard en
utilisant l’éditeur de texte de votre choix. Notez l’emplacement/le nom du fichier au bas de l’écran.
51
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Appuyez sur Echap et une boîte de dialogue apparaîtra avec l’option a) leave editor sélectionnée. Appuyez sur
Entrée pour quitter et continuer. Appuyez à nouveau sur Entrée pour sauvegarder les modifications si vous en avez
fait.
2.10.6. Configurer le système de fichiers réseau - NFS
Le système de fichiers réseau (NFS) permet le partage de fichiers à travers un réseau. Une machine peut être
configurée en serveur, client, ou les deux. Référez-vous à la Section 27.3 pour plus d’information.
2.10.6.1. Serveur NFS
User Confirmation Requested
Do you want to configure this machine as an NFS server?
Yes
[ No ]
S’il n’y a aucun de besoin de serveur NFS, sélectionnez [ No ] et appuyez sur Entrée.
Si [ Yes ] est choisi, un message apparaîtra indiquant que le fichier exports doit être créé.
Message
Operating as an NFS server means that you must first configure an
/etc/exports file to indicate which hosts are allowed certain kinds of
access to your local file systems.
Press [Enter] now to invoke an editor on /etc/exports
[ OK ]
Appuyez sur Entrée pour continuer. Un éditeur de texte sera lancé pour permettre la création et l’edition du fichier
exports.
Figure 2-33. Edition du fichier exports
52
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Suivez les instructions pour ajouter les systèmes de fichiers à exporter maintenant ou plus tard en utilisant l’éditeur
de texte de votre choix. Notez le nom/l’emplacement au bas de l’écran de l’éditeur.
Appuyez sur Echap et une boîte de dialogue apparaîtra avec l’option a) leave editor sélectionnée. Appuyez sur
Entrée pour quitter et continuer.
2.10.6.2. Client NFS
Le client NFS permet à votre machine d’accéder à des serveurs NFS.
User Confirmation Requested
Do you want to configure this machine as an NFS client?
Yes
[ No ]
Avec les touches fléchées, sélectionnez [ Yes ] ou [ No ] selon vos besoins et appuyez sur Entrée.
2.10.7. Configuration de la console système
Ils y a plusieurs options disponibles pour personnaliser la console système.
User Confirmation Requested
Would you like to customize your system console settings?
[ Yes ]
No
Pour visualiser et configurer ces options, sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée.
Figure 2-34. Options de configuration de la console système
Une option généralement utilisée est l’économiseur d’écran. Utilisez les touches fléchées pour sélectionner Saver et
appuyez ensuite sur Entrée.
53
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-35. Options de l’économiseur d’écran
Sélectionnez l’économiseur d’écran désiré en utilisant les touches fléchées et puis appuyez sur Entrée. Le menu de
configuration de la console système réapparaîtra.
L’intervalle de temps par défaut est de 300 secondes. Pour changer cet intervalle de temps, sélectionnez Saver à
nouveau. Au menu de configuration de l’économiseur d’écran, sélectionnez Timeout en utilisant les touches fléchées
et appuyez sur Entrée. Une boîte de dialogue apparaîtra:
Figure 2-36. Délai de l’économiseur d’écran
La valeur peut être changée, ensuite sélectionnez [ OK ] et appuyez sur Entrée pour retourner au menu de
configuration de la console système.
54
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-37. Sortie de la configuration de la console système
En sélectionnant Exit et en appuyant sur Entrée on poursuivra avec les options de post-installation.
2.10.8. Réglage du fuseau horaire
Régler le fuseau horaire sur votre machine lui permettra de corriger automatiquement tout changement horaire
régional et d’exécuter d’autres fonctions liées au fuseau horaire correctement.
L’exemple présenté est pour une machine située dans le fuseau horaire oriental des Etats-Unis. Vos choix changeront
en fonction de votre position géographique.
User Confirmation Requested
Would you like to set this machine’s time zone now?
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée pour régler le fuseau horaire.
User Confirmation Requested
Is this machine’s CMOS clock set to UTC? If it is set to local time
or you don’t know, please choose NO here!
Yes
[ No ]
Sélectionnez [ Yes ] ou [ No ] en fonction de la configuration de l’horloge de la machine et appuyez sur Entrée.
55
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-38. Choisissez votre région
La région appropriée est sélectionnée en utilisant les touches fléchées, puis en appuyant sur Entrée.
Figure 2-39. Sélectionnez votre pays
Sélectionnez le pays approprié en utilisant les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
56
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-40. Sélectionnez votre fuseau horaire
Le fuseau horaire approprié est sélectionné en utilisant les touches fléchées et en appuyant sur Entrée.
Confirmation
Does the abbreviation ’EDT’ look reasonable?
[ Yes ]
No
Confirmez que l’abréviation pour le fuseau horaire est correcte. Si cela semble bon, appuyez sur Enter pour
continuer avec la configuration de post-installation.
2.10.9. Compatibilité Linux
User Confirmation Requested
Would you like to enable Linux binary compatibility?
[ Yes ]
No
La sélection de [ Yes ] et l’appui sur Entrée permettra d’exécuter des logiciels Linux sous FreeBSD. L’installation
ajoutera les logiciels pré-compilés appropriés pour la compatibilité Linux.
Si l’on installe par FTP, la machine devra être connectée à l’Internet. Parfois un site FTP distant n’aura pas tous les
ensembles de distributions comme la compatibilité binaire Linux. Cela peut être installé plus tard si nécessaire.
2.10.10. Configuration de la souris
Cette option vous permettra de copier-coller du texte dans la console et les programmes utilisateur avec une souris 3
boutons. Si vous utilisez une souris 2 boutons, référez-vous à la page de manuel moused(8), après l’installation pour
des détails sur l’émulation du troisième bouton. Cet exemple décrit la configuration d’une souris non-USB (comme
une souris PS/2 ou sur port COM):
User Confirmation Requested
57
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Does this system have a PS/2, serial, or bus mouse?
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] pour une souris PS/2 ou série, ou [ No ] pour une souris USB et appuyez sur Entrée.
Figure 2-41. Sélectionner la configuration du protocole de la souris
Utilisez les touches fléchées pour sélectionner Type et appuyez sur Entrée.
Figure 2-42. Configurer le protocole de la souris
La souris utilisée dans cet exemple est de type PS/2, aussi la valeur par défaut Auto était appropriée. Pour changer le
protocole, utilisez les touches fléchées pour sélectionner une autre option. Vérifiez que [ OK ] est surligné puis
appuyez sur Entrée pour quitter ce menu.
58
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-43. Configuration du port de la souris
Utilisez les touches fléchées pour sélectionner Port et appuyez sur Entrée.
Figure 2-44. Choisir le port de la souris
Ce système avait une souris PS/2, aussi la valeur par défaut PS/2 était appropriée. Pour changer le port, utilisez les
touches fléchées et puis appuyez sur Entrée.
59
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-45. Activer le “daemon” - gestionnaire de la souris
Finalement, utilisez les touches fléchées pour sélectionner Enable, et appuyez sur Entrée pour activer et tester le
gestionnaire de la souris.
Figure 2-46. Tester le gestionnaire de la souris
Déplacez la souris sur l’écran et vérifiez que le curseur répond correctement. Si c’est le cas, sélectionnez [ Yes ] et
appuyez sur Enter. Si ce n’est pas le cas, la souris n’a pas été configurée correctement — sélectionnez [ No ] et
essayez d’utiliser des options de configuration différentes.
Sélectionnez Exit avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée pour continuer la configuration de
post-installation.
2.10.11. Installer des logiciels pré-compilés - “packages”
Les “packages” sont des logiciels pré-compilés et sont une manière commode d’installer des programmes.
60
Chapitre 2. Installer FreeBSD
L’installation d’un logiciel pré-compilé est présenté comme illustration. Des logiciels pré-compilés supplémentaires
peuvent être également ajoutés à ce moment-là si désiré. Après l’installation sysinstall peut être utilisé pour
ajouter des logiciels pré-compilés supplémentaires.
User Confirmation Requested
The FreeBSD package collection is a collection of hundreds of
ready-to-run applications, from text editors to games to WEB servers
and more. Would you like to browse the collection now?
[ Yes ]
No
La sélection de [ Yes ] et l’appui sur Entrée seront suivis par les écrans de sélection des logiciels pré-compilés:
Figure 2-47. Sélection d’une catégorie de logiciels pré-compilés
Seuls les logiciels du support d’installation sont disponibles pour être installés à n’importe quel moment.
Tous les logiciels disponibles seront affichés si All est sélectionné ou vous pouvez choisir une catégorie particulière.
Faites votre sélection en utilisant les touches fléchées puis appuyez sur Entrée.
Un menu s’affichera en montrant tous les logiciels pré-compilés disponibles pour la catégorie sélectionnée:
61
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-48. Sélection des logiciels pré-compilés
L’interpréteur de commande bash apparaît sélectionné. Choisissez autant de logiciels que désiré en les surlignant et
en appuyant sur la touche Espace. Une courte description de chaque logiciel apparaîtra dans le coin inférieur gauche
de l’écran.
En appuyant sur la touche Tab on basculera entre le dernier logiciel pré-compilé, [ OK ], et [ Cancel ].
Quand vous avez fini de marquer les logiciels pré-compilés pour l’installation, appuyez sur Tab une nouvelle fois
pour basculer sur [ OK ] et appuyez sur Entrée pour revenir au menu de sélection des logiciels pré-compilés.
Les touches fléchées gauche et droite basculeront également entre [ OK ] et [ Cancel ]. Cette méthode peut être
utilisée pour sélectionner [ OK ] et ensuite appuyer sur Entrée pour retourner au menu de sélection des logiciels
pré-compilés.
Figure 2-49. Installation des logiciels pré-compilés
Utilisez la touche Tab et les touches fléchées pour sélectionner [ Install ] et appuyez sur Entrée. Vous devrez alors
confirmer que vous voulez installer les logiciels pré-compilés:
62
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-50. Confirmation de l’installation de logiciels pré-compilés
Sélectionner [ OK ] et l’appui sur Entrée lancera l’installation des logiciels. Des messages d’installation apparaîtront
jusqu’à la fin de l’installation. Prenez note des éventuels messages d’erreur.
La configuration se poursuit après que les logiciels pré-compilés soient installés. Si vous ne choisissez aucun
logiciel, et souhaitez retourner à la configuration finale, sélectionnez Install.
2.10.12. Ajouter des Utilisateurs/Groupes
Vous devriez ajouter au moins un utilisateur pendant l’installation de sorte que vous puissiez utiliser le système sans
être attaché en tant que root. La partition racine est généralement petite et utiliser des applications en tant que root
peut rapidement la remplir. Un plus grand danger est signalé ci-dessous:
User Confirmation Requested
Would you like to add any initial user accounts to the system? Adding
at least one account for yourself at this stage is suggested since
working as the "root" user is dangerous (it is easy to do things which
adversely affect the entire system).
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] et appuyez sur Entrée pour continuer avec l’ajout d’un utilisateur.
63
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-51. Sélectionner l’ajout d’utilisateur
Sélectionnez User avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée.
Figure 2-52. Ajout de l’information utilisateur
Les descriptions suivantes apparaîtront dans la partie inférieure de l’écran au fur et à mesure que les éléments seront
sélectionnés avec Tab pour aider dans l’entrée des informations nécessaires:
Login ID - “Indentifiant”
L’identifiant du nouvel utilisateur (obligatoire).
UID
L’identifiant numérique pour cet utilisateur (laisser tel quel pour le choix automatique).
64
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Group - “Groupe”
Le nom du groupe pour cet utilisateur (laisser tel quel pour le choix automatique).
Password - “Mot de passe”
Le mot de passe pour cet utilisateur (compléter ce champ avec précaution!).
Full name - “Nom complet”
Le nom complet de l’utilisateur (commentaire).
Member groups - “Membre des groupes”
Les groupes auxquels appartient l’utilisateur (i.e. dont il a les droits accès).
Home directory - “Répertoire d’utilisateur”
Le répertoire de l’utilisateur (laisser tel quel pour le choix automatique).
Login shell - “L’interpréteur de commande”
L’interpréteur de commande de l’utilisateur (laisser tel quel pour le choix automatique, i.e. /bin/sh).
On a changé l’interpréteur de commande /bin/sh pour /usr/local/bin/bash afin d’utiliser bash qui a été
installé précédemment sous forme de logiciel pré-compilé. N’essayez pas d’utiliser un interpréteur de commande qui
n’existe pas ou vous ne serez pas en mesure d’ouvrir de session. L’interpréteur de commande le plus commun dans le
monde BSD est l’interpréteur C shell, qui peut être spécifié à l’aide de /bin/tcsh.
L’utilisateur a aussi été ajouté au groupe wheel pour qu’il puisse devenir super-utilisateur avec les privilèges de
root.
Quand vous êtes satisfait, appuyez sur [ OK ] et le menu de gestion des utilisateurs et des groupes réapparaîtra:
Figure 2-53. Quitter la gestion des utilisateurs et des groupes
Des groupes peuvent également être ajoutés à ce moment si des besoins spécifiques sont connus. Sinon, cela pourra
être fait en utilisant sysinstall quand l’installation sera achevée.
65
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Quand vous en avez terminé avec l’ajout d’utilisateurs, sélectionnez Exit avec les touches fléchées et appuyez sur
Entrée pour continuer l’installation.
2.10.13. Définir le mot de passe de root
Message
Now you must set the system manager’s password.
This is the password you’ll use to log in as "root".
[ OK ]
[ Press enter or space ]
Appuyez sur Entrée pour définir le mot de passe de root.
Le mot de passe devra être saisi deux fois correctement. Inutile de dire, que vous devez vous assurer d’avoir un
moyen de retrouver le mot de passe si vous l’oubliez. Notez que le mot de passe que vous taperez ne s’affichera pas,
il ne sera pas non plus remplacé par des astérisques.
New password:
Retype new password :
L’installation continuera après que le mot de passe ait été entré avec succès.
2.10.14. Quitter l’installation
Si vous devez configurer des services réseau supplémentaires ou toute autre configuration, vous pouvez le faire à ce
moment-là ou après l’installation en utilisant sysinstall.
User Confirmation Requested
Visit the general configuration menu for a chance to set any last
options?
Yes
[ No ]
Sélectionnez [ No ] avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée pour retourner au menu principal d’installation.
66
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-54. Quitter l’installation
Sélectionnez [X Exit Install] avec les touches fléchées et appuyez sur Entrée. On vous demandera de confirmer votre
désir de quitter l’installation:
User Confirmation Requested
Are you sure you wish to exit? The system will reboot (be sure to
remove any floppies/CDs/DVDs from the drives).
[ Yes ]
No
Sélectionnez [ Yes ] et retirez la disquette si vous avez démarré depuis le lecteur de disquette. Le lecteur de CDROM
est verrouillé jusqu’au redémarrage de la machine. Le lecteur de CDROM est alors déverrouillé et le CDROM peut
être retiré du lecteur (rapidement).
Le système redémarrera aussi faites attention à tout message d’erreur qui pourrait apparaître, voir la Section 2.10.16
pour plus de détails.
2.10.15. Configuration des services réseaux supplémentaires
Contribution de Tom Rhodes.
La configuration des services réseaux peut être une tâche intimidante pour les nouveaux utilisateurs s’ils ne
possèdent pas de connaissances dans ce domaine. L’accès réseau, y compris l’Internet, est un élément essentiel de
tout système d’exploitation moderne, c’est le cas de FreeBSD; il en résulte, qu’il est très utile de comprendre un peu
les capacités réseau étendues de FreeBSD. Effectuer cette configuration lors de l’installation garantira que les
utilisateurs ont une compréhension des divers services qui leur sont disponibles.
Les services réseaux sont des programmes qui acceptent des entrées depuis n’importe quel endroit du réseau. De
nombreux efforts sont fait pour s’assurer que ces programmes ne feront rien de “nocif”. Malheureusement, les
programmeurs ne sont pas parfait et par le passé il y a eu des cas où des bogues dans les services réseaux ont été
exploités par des personnes malveillantes pour faire de mauvaises choses. Il est donc important que vous n’activiez
que les services dont vous avez besoin. Dans le doute, il vaut mieux que vous n’activiez pas un service réseau avant
67
Chapitre 2. Installer FreeBSD
que vous ne vous rendiez compte que vous en avez réellement besoin. Vous pouvez toujours l’activer plus tard en
relançant sysinstall ou en utilisant les options fournies par le fichier /etc/rc.conf.
Sélectionner Networking fera apparaître un menu similaire au suivant:
Figure 2-55. Configuration réseau
La première option, Interfaces, a été précédemment abordée dans la Section 2.10.1, aussi cette option peut être
ignorée sans risque.
La sélection de l’option AMD ajoute le support de l’utilitaire de montage automatique BSD. Il est généralement
employé en conjonction avec le protocole NFS (voir plus bas) pour monter automatiquement les systèmes de fichiers
distants. Aucune configuration particulière n’est ici nécessaire.
La ligne suivante est l’option AMD Flags. Quand elle est sélectionnée, un menu s’affichera pour que vous puissiez
saisir les paramètres spécifiques à AMD. Le menu affiche déjà un ensemble d’options par défaut:
-a /.amd_mnt -l syslog /host /etc/amd.map /net /etc/amd.map
L’option -a fixe l’emplacement de montage par défaut qui est ici /.amd_mnt. L’option -l spécifie le fichier journal
par défaut, cependant quand syslogd est utilisé toutes les traces seront envoyées au “daemon” gérant les journaux
systèmes. Le répertoire /host est employé pour monter un système de fichiers exporté par une machine distante,
tandis que le répertoire /net est utilisé pour monter un système de fichiers exporté à partir d’une adresse IP. Le
fichier /etc/amd.map définit les options par défaut pour les exportations AMD.
L’option Anon FTP autorise les connexions FTP anonymes. Sélectionnez cette option pour faire de la machine un
serveur FTP anonyme. Soyez cependant conscient des risques de sécurité impliqués avec cette option. Un autre menu
sera affiché pour expliquer les risques au niveau de la sécurité et la configuration en détail.
Le menu de configuration Gateway paramétrera la machine pour agir en passerelle comme expliqué précédemment.
Cela peut être utilisé pour désactiver l’option Gateway si vous l’avez sélectionné accidentellement durant le
processus d’installation.
L’option Inetd peut être utilisée pour configurer ou complètement désactiver le “daemon” inetd(8) comme exposé
plus haut.
68
Chapitre 2. Installer FreeBSD
L’option Mail est employée pour configurer l’agent de transfert du courrier électronique (“MTA”) par défaut du
système. Choisir cette option fera afficher le menu suivant:
Figure 2-56. Sélection du MTA par défaut
On vous propose ici un choix de MTA à installer et à utiliser par défaut. Un MTA n’est ni plus ni moins qu’un
serveur de courrier électronique qui délivre le courrier électronique aux utilisateurs sur le système ou sur l’Internet.
Sélectionner Sendmail installera le serveur sendmail qui est celui par défaut sous FreeBSD. L’option Sendmail
local fera en sorte que sendmail soit le MTA par défaut, mais désactivera sa capacité à recevoir du courrier
électronique en provenance de l’Internet. Les autres options, Postfix et Exim agissent de façon similaire à
Sendmail. Dans les deux cas le courrier électronique sera également distribué; cependant, certains utilisateurs,
préfèrent ces alternatives au MTA sendmail.
Après la sélection d’un MTA, ou avoir choisi de ne pas sélectionner de MTA, le menu de configuration du réseau
apparaîtra avec l’option suivante qui est NFS client.
L’option NFS client configurera le système pour communiquer avec un serveur via NFS. Un serveur NFS rend
disponible à d’autres serveurs des systèmes de fichiers par l’intermédiaire du protocole NFS. Si c’est une machine
indépendante, cette option peut rester désactivée. Ce système peut demander plus de configuration ultérieurement,
consultez la Section 27.3 pour plus d’informations sur la configuration du client et du serveur.
Sous cette option se trouve l’option NFS server, vous permettant de configurer le système comme serveur NFS.
Ceci ajoute l’information nécessaire pour démarrer les services d’appel de procédures distantes (RPC). Les RPC sont
utilisées pour coordonner les connexions entre machines et programmes.
L’option suivante est Ntpdate, qui traite de la synchronisation de l’horloge. Quand cette option est sélectionnée, un
menu semblable au suivant apparaît:
69
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Figure 2-57. Configuration de ntpdate
A partir de ce menu, sélectionnez le serveur le plus proche de chez vous. En choisir un proche rendra la
synchronisation plus précise qu’avec un serveur éloigné qui pourra présenter plus de délais dans la connexion.
L’option suivante est la sélection de PCNFSD. Cette option installera le paquetage net/pcnfsd. C’est un
programme très utile qui fournit des services d’authentification pour les systèmes qui sont dans l’incapacité de
fournir leur propre service d’authentification, comme le système d’exploitation MS-DOS de Microsoft.
Maintenant vous devez faire défiler l’écran vers le bas pour voir les autres option:
Figure 2-58. Configuration réseau suite
Les utilitaires rpcbind(8), rpc.statd(8), et rpc.lockd(8) sont utilisés pour les appels de procédures distantes (RPC).
L’utilitaire rpcbind gère la communication entre serveurs et clients NFS, et est nécessaire aux serveurs NFS pour
fonctionner correctement. Le “daemon” rpc.statd interagit avec le “daemon” rpc.statd d’autres machines pour
fournir une possibilité de surveiller l’état des communications. Le rapport est généralement conservé dans le fichier
/var/db/statd.status. La dernière option proposée ici est l’option rpc.lockd, qui, quand elle est sélectionnée,
70
Chapitre 2. Installer FreeBSD
fournira des services de verrouillage des fichiers. Cela est habituellement utilisé avec rpc.statd pour surveiller
quelles machines demandent des verrous et la fréquence de ces demandes. Alors que ces options sont parfaites pour
le déboguage, elles ne sont pas nécessaires pour le bon fonctionnement des serveurs et clients NFS.
En parcourant la liste, l’option suivante est Routed, qui est le “daemon” de routage. L’utilitaire routed(8) gère les
tables de routage réseau, repère les routeurs multicast, et fournit sur demande une copie des tables de routage à toute
machine connectée sur le réseau. Ceci est principalement utilisé pour les machines jouant le rôle de passerelle pour le
réseau local. Quand cette option est sélectionnée, un menu apparaîtra demandant l’emplacement par défaut de
l’utilitaire. Cet emplacement par défaut est déjà défini pour vous, et peut être acquitté avec la touche Entrée. Vous
sera alors présenté un nouveau menu, demandant cette fois les paramètres à passer à routed. Par défaut: -q qui
devrait apparaître sur l’écran.
La ligne suivante est l’option Rwhod, qui quand elle est sélectionnée, lancera le “daemon” rwhod(8) à l’initialisation
du système. L’utilitaire rwhod diffuse les messages système sur le réseau régulièrement, ou les collecte quand il est
dans le mode “consumer”. Plus d’informations peuvent être obtenues dans les pages de manuel ruptime(1) et
rwho(1).
L’option suivante dans la liste est le “daemon” sshd(8). C’est le serveur de connexions sécurisées pour OpenSSH et
est hautement recommandé à la place de telnet et des serveurs FTP. Le serveur sshd est employé pour créer une
connexion sécurisée d’une machine vers une autre en utilisant des connexions cryptées.
Enfin, il y a l’option TCP Extensions. Celle-ci active les extensions TCP comme définies dans les RFC 1323 et
RFC 1644. Alors que cela peut sur certaines machines rendre les connexions plus rapides, cela peut également être à
l’origine de pertes de connexion. Cette option n’est pas recommandée pour les serveurs, mais peut être bénéfique
pour les machines individuelles.
Une fois que vous avez configuré les services réseaux, vous pouvez remonter l’écran jusqu’à la toute première option
qui est X Exit et poursuivre avec la section de configuration suivante ou tout simplement quitter sysinstall en
sélectionnant deux fois à suite X Exit puis [X Exit Install].
2.10.16. Démarrage de FreeBSD
2.10.16.1. Démarrage de FreeBSD sur FreeBSD/i386
Si tout s’est bien passé, vous verrez des messages défiler à l’écran et vous arriverez à l’invite de session. Vous pouvez
visualiser ces messages en appuyant sur Arrêt-défil et en utilisant les touches PgUp et PgDn. En appuyant à
nouveau sur Arrêt-défil on retournera à l’invite.
L’intégralité des messages peut de pas être affichée (limitation du tampon) mais peut être visualisée depuis la ligne
de commande après l’ouverture d’une session en tapant dmesg à l’invite.
Attachez-vous au système en utilisant le nom d’utilisateur et le mot de passe définis durant l’installation (rpratt,
dans cet exemple). Evitez d’ouvrir des sessions en tant que root excepté quand cela est nécessaire.
Messages de démarrage typiques (information sur la version omise):
Copyright (c) 1992-2002 The FreeBSD Project.
Copyright (c) 1979, 1980, 1983, 1986, 1988, 1989, 1991, 1992, 1993, 1994
The Regents of the University of California. All rights reserved.
Timecounter "i8254" frequency 1193182 Hz
CPU: AMD-K6(tm) 3D processor (300.68-MHz 586-class CPU)
71
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Origin = "AuthenticAMD" Id = 0x580 Stepping = 0
Features=0x8001bf<FPU,VME,DE,PSE,TSC,MSR,MCE,CX8,MMX>
AMD Features=0x80000800<SYSCALL,3DNow!>
real memory = 268435456 (262144K bytes)
config> di sn0
config> di lnc0
config> di le0
config> di ie0
config> di fe0
config> di cs0
config> di bt0
config> di aic0
config> di aha0
config> di adv0
config> q
avail memory = 256311296 (250304K bytes)
Preloaded elf kernel "kernel" at 0xc0491000.
Preloaded userconfig_script "/boot/kernel.conf" at 0xc049109c.
md0: Malloc disk
Using $PIR table, 4 entries at 0xc00fde60
npx0: <math processor> on motherboard
npx0: INT 16 interface
pcib0: <Host to PCI bridge> on motherboard
pci0: <PCI bus> on pcib0
pcib1: <VIA 82C598MVP (Apollo MVP3) PCI-PCI (AGP) bridge> at device 1.0 on pci0
pci1: <PCI bus> on pcib1
pci1: <Matrox MGA G200 AGP graphics accelerator> at 0.0 irq 11
isab0: <VIA 82C586 PCI-ISA bridge> at device 7.0 on pci0
isa0: <ISA bus> on isab0
atapci0: <VIA 82C586 ATA33 controller> port 0xe000-0xe00f at device 7.1 on pci0
ata0: at 0x1f0 irq 14 on atapci0
ata1: at 0x170 irq 15 on atapci0
uhci0: <VIA 83C572 USB controller> port 0xe400-0xe41f irq 10 at device 7.2 on pci0
usb0: <VIA 83C572 USB controller> on uhci0
usb0: USB revision 1.0
uhub0: VIA UHCI root hub, class 9/0, rev 1.00/1.00, addr 1
uhub0: 2 ports with 2 removable, self powered
chip1: <VIA 82C586B ACPI interface> at device 7.3 on pci0
ed0: <NE2000 PCI Ethernet (RealTek 8029)> port 0xe800-0xe81f irq 9 at
device 10.0 on pci0
ed0: address 52:54:05:de:73:1b, type NE2000 (16 bit)
isa0: too many dependant configs (8)
isa0: unexpected small tag 14
fdc0: <NEC 72065B or clone> at port 0x3f0-0x3f5,0x3f7 irq 6 drq 2 on isa0
fdc0: FIFO enabled, 8 bytes threshold
fd0: <1440-KB 3.5" drive> on fdc0 drive 0
atkbdc0: <keyboard controller (i8042)> at port 0x60-0x64 on isa0
atkbd0: <AT Keyboard> flags 0x1 irq 1 on atkbdc0
kbd0 at atkbd0
psm0: <PS/2 Mouse> irq 12 on atkbdc0
psm0: model Generic PS/2 mouse, device ID 0
vga0: <Generic ISA VGA> at port 0x3c0-0x3df iomem 0xa0000-0xbffff on isa0
sc0: <System console> at flags 0x1 on isa0
72
Chapitre 2. Installer FreeBSD
sc0: VGA <16 virtual consoles, flags=0x300>
sio0 at port 0x3f8-0x3ff irq 4 flags 0x10 on isa0
sio0: type 16550A
sio1 at port 0x2f8-0x2ff irq 3 on isa0
sio1: type 16550A
ppc0: <Parallel port> at port 0x378-0x37f irq 7 on isa0
ppc0: SMC-like chipset (ECP/EPP/PS2/NIBBLE) in COMPATIBLE mode
ppc0: FIFO with 16/16/15 bytes threshold
ppbus0: IEEE1284 device found /NIBBLE
Probing for PnP devices on ppbus0:
plip0: <PLIP network interface> on ppbus0
lpt0: <Printer> on ppbus0
lpt0: Interrupt-driven port
ppi0: <Parallel I/O> on ppbus0
ad0: 8063MB <IBM-DHEA-38451> [16383/16/63] at ata0-master using UDMA33
ad2: 8063MB <IBM-DHEA-38451> [16383/16/63] at ata1-master using UDMA33
acd0: CDROM <DELTA OTC-H101/ST3 F/W by OIPD> at ata0-slave using PIO4
Mounting root from ufs:/dev/ad0s1a
swapon: adding /dev/ad0s1b as swap device
Automatic boot in progress...
/dev/ad0s1a: FILESYSTEM CLEAN; SKIPPING CHECKS
/dev/ad0s1a: clean, 48752 free (552 frags, 6025 blocks, 0.9% fragmentation)
/dev/ad0s1f: FILESYSTEM CLEAN; SKIPPING CHECKS
/dev/ad0s1f: clean, 128997 free (21 frags, 16122 blocks, 0.0% fragmentation)
/dev/ad0s1g: FILESYSTEM CLEAN; SKIPPING CHECKS
/dev/ad0s1g: clean, 3036299 free (43175 frags, 374073 blocks, 1.3% fragmentation)
/dev/ad0s1e: filesystem CLEAN; SKIPPING CHECKS
/dev/ad0s1e: clean, 128193 free (17 frags, 16022 blocks, 0.0% fragmentation)
Doing initial network setup: hostname.
ed0: flags=8843<UP,BROADCAST,RUNNING,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
inet 192.168.0.1 netmask 0xffffff00 broadcast 192.168.0.255
inet6 fe80::5054::5ff::fede:731b%ed0 prefixlen 64 tentative scopeid 0x1
ether 52:54:05:de:73:1b
lo0: flags=8049<UP,LOOPBACK,RUNNING,MULTICAST> mtu 16384
inet6 fe80::1%lo0 prefixlen 64 scopeid 0x8
inet6 ::1 prefixlen 128
inet 127.0.0.1 netmask 0xff000000
Additional routing options: IP gateway=YES TCP keepalive=YES
routing daemons:.
additional daemons: syslogd.
Doing additional network setup:.
Starting final network daemons: creating ssh RSA host key
Generating public/private rsa1 key pair.
Your identification has been saved in /etc/ssh/ssh_host_key.
Your public key has been saved in /etc/ssh/ssh_host_key.pub.
The key fingerprint is:
cd:76:89:16:69:0e:d0:6e:f8:66:d0:07:26:3c:7e:2d root@k6-2.example.com
creating ssh DSA host key
Generating public/private dsa key pair.
Your identification has been saved in /etc/ssh/ssh_host_dsa_key.
Your public key has been saved in /etc/ssh/ssh_host_dsa_key.pub.
The key fingerprint is:
f9:a1:a9:47:c4:ad:f9:8d:52:b8:b8:ff:8c:ad:2d:e6 root@k6-2.example.com.
73
Chapitre 2. Installer FreeBSD
setting ELF ldconfig path: /usr/lib /usr/lib/compat /usr/X11R6/lib
/usr/local/lib
a.out ldconfig path: /usr/lib/aout /usr/lib/compat/aout /usr/X11R6/lib/aout
starting standard daemons: inetd cron sshd usbd sendmail.
Initial rc.i386 initialization:.
rc.i386 configuring syscons: blank_time screensaver moused.
Additional ABI support: linux.
Local package initilization:.
Additional TCP options:.
FreeBSD/i386 (k6-2.example.com) (ttyv0)
login: rpratt
Password:
La génération des clés RSA et DSA peut prendre du temps sur les machines lentes. Cela ne se produit qu’au premier
démarrage d’une nouvelle installation. Les démarrages suivants seront plus rapides.
Si le serveur X a été configuré et l’environnement de travail par défaut choisi, il peut être lancé en tapant startx sur
la ligne de commande.
2.10.16.2. Démarrage de FreeBSD sur FreeBSD/alpha
Une fois la procédure d’installation terminée, vous serez en mesure de démarrer FreeBSD en tapant quelque chose
comme ceci à l’invite SRM:
>>>BOOT DKC0
Cela demande au firmware de démarrer sur le disque indiqué. Pour faire démarrer FreeBSD automatiquement dans le
futur, utilisez ces commandes:
>>>
>>>
>>>
>>>
SET
SET
SET
SET
BOOT_OSFLAGS A
BOOT_FILE ”
BOOTDEF_DEV DKC0
AUTO_ACTION BOOT
Les messages de démarrage seront semblables (mais pas identiques) à ceux produits par le démarrage de FreeBSD
sur i386.
2.10.17. Arrêt de FreeBSD
Il est important d’arrêter proprement le système d’exploitation. N’appuyez pas directement sur votre bouton de
marche-arrêt. Tout d’abord, devenez super-utilisateur en tapant su sur la ligne de commande et en entrant le mot de
passe de root. Cela ne fonctionnera que si l’utilisateur est membre du groupe wheel. Sinon, ouvrez une session en
tant que root et utilisez shutdown -h now.
The operating system has halted.
Please press any key to reboot.
74
Chapitre 2. Installer FreeBSD
On peut arrêter la machine sans risques après la que commande d’arrêt ait été effectuée et que le message “Please
press any key to reboot” (Veuillez appuyez sur une touche pour redémarrer) apparaît. Si une touche est enfoncée
plutôt que d’arrêter l’ordinateur, le système redémarrera.
Vous pouvez également utiliser la combinaison de touches Ctrl+Alt+Suppr, cependant cela n’est pas recommandé
pour une utilisation normale.
2.11. Dépannage
La section suivante couvre le dépannage de base de l’installation, les problèmes courants qui ont été rapportés. Il y a
aussi un ensemble de questions-réponses pour les personnes désirant un double démarrage FreeBSD et MS-DOS ou
Windows.
2.11.1. Que faire si quelque chose se passe mal
En raison des nombreuses limitations de l’architecture PC, il est impossible que la détection du matériel soit à 100%
fiable, cependant, il y a quelques petites choses que vous pouvez faire si cela échoue.
Vérifiez la liste du matériel supporté (http://www.FreeBSD.org/releases/index.html) pour votre version de FreeBSD
pour être sûr que votre matériel est bien supporté.
Si votre matériel est supporté et que vous expérimentez toujours des blocages ou autres problèmes, vous devrez
compiler un noyau personnalisé. Cela permettra d’ajouter le support pour les périphériques qui ne sont pas présent
dans le noyau GENERIC. Le noyau présent sur les disques de démarrage est configuré de telle façon qu’il supposera
que la plupart des périphériques seront dans leur configuration d’usine en termes d’IRQs, d’adresses d’E/S, et canaux
de DMA. Si votre matériel a été reconfiguré vous devrez très probablement éditer le fichier de configuration du
noyau et de le recompiler pour indiquer à FreeBSD où trouver les choses.
Il est également possible que la détection d’un périphérique absent provoque plus tard l’échec de la détection d’un
périphérique présent. Dans ce cas, les pilotes de périphériques conflictuels devraient être désactivés.
Note : Quelques problèmes d’installation peuvent être évités ou allégés en mettant à jour le firmware de divers
composants matériels, en particulier la carte mère. Le firmware de la carte mère peut également être désigné
par le terme BIOS et la plupart des constructeurs de cartes mères ou d’ordinateur ont un site web où peuvent
être trouvées les mises à jour et les informations de mises à jour.
La plupart des fabricants déconseillent fortement de mettre à jour le BIOS de la carte mère à moins d’avoir une
bonne raison de le faire, ce qui pourrait probablement être une mise à jour critique si l’on peut dire. Le processus
de mise à jour peut mal se passer, causant des dommages permanents au circuit contenant le BIOS.
2.11.2. Traiter les partitions MS-DOS® existantes
De nombreux utilisateurs veulent installer FreeBSD sur des PCs qui fonctionnent sous un système d’exploitation de
Microsoft. Dans ce cas, FreeBSD dispose d’un utilitaire connu sous le nom de FIPS. Cette utilitaire peut être trouvé
dans le répertoire tools du CD-ROM d’installation, ou téléchargé à partir des différents miroirs FreeBSD.
75
Chapitre 2. Installer FreeBSD
L’utilitaire FIPS vous permet de scinder en deux une partition MS-DOS existante, tout en préservant le contenu de la
partition originale et vous permettant d’installer FreeBSD sur la partition ainsi créée. Vous devez défragmenter tout
d’abord votre partition MS-DOS en utilisant l’utilitaire Windows Défragmenteur de disque (allez dans
l’Explorateur, clic-droit sur le disque dur, et choisissez de défragmenter votre disque dur) ou les Norton Disk Tools.
Vous pouvez ensuite lancer le programme FIPS. Il vous demandera le reste des informations dont il a besoin, suivez
juste les instructions à l’écran. Ensuite, vous pouvez redémarrer et installer FreeBSD sur la tranche libre. Voyez le
menu Distributions pour avoir une estimation de l’espace libre dont vous aurez besoin pour le type d’installation que
vous désirez.
Il existe également un produit très utile de chez PowerQuest (http://www.powerquest.com/) appelé PartitionMagic.
Cette application a bien plus de fonctionnalités que FIPS, et est fortement recommandée si vous projetez
d’ajouter/retirer régulièrement des systèmes d’exploitation. Cependant ce programme n’est pas gratuit, et si vous
projetez d’installer FreeBSD et ensuite le laisser installé, FIPS sera probablement parfait pour vous.
2.11.3. Utilisation des systèmes de fichiers MS-DOS et Windows®
Pour le moment, FreeBSD, ne supporte pas les systèmes de fichiers compressés avec l’application Double Space™.
Par conséquent, le système de fichiers doit être décompressé avant que FreeBSD ne puisse accéder aux données. Cela
peut être fait en lançant l’Agent de compression situé dans le menu Démarrer> Programmes > Outils Système.
FreeBSD supporte les systèmes de fichiers MS-DOS (parfois appelés systèmes de fichiers FAT). La commande
mount_msdosfs(8) greffe ce type de système de fichiers sur l’arborescence déjà existante permettant ainsi l’accès au
contenu du système de fichiers. La commande mount_msdosfs(8) n’est, en général, pas invoquée directement; au lieu
de cela, elle est appelée par le système via une ligne du fichier /etc/fstab pour par un appel à l’utilitaire mount(8)
avec les paramètres adéquates.
Une entrée typique de /etc/fstab sera:
/dev/ad0sN
/dos
msdosfs rw
0 0
Note : Pour que cela fonctionne, il faut que le répertoire /dos existe déjà. Pour plus de détails au sujet du format
de /etc/fstab, consultez la page de manuel fstab(5).
Un appel à mount(8) pour un système de fichiers MS-DOS ressemblera à:
# mount -t msdosfs /dev/ad0s1 /mnt
Dans cet exemple, le système de fichiers MS-DOS est situé sur la première partition du premier disque dur. Votre
situation peut être différente, contrôlez les sorties des commandes dmesg et mount. Elles doivent fournir suffisament
d’information pour donner une idée de l’organisation des partitions.
Note : FreeBSD peut numéroter les tranches (par exemple les partitions MS-DOS) différemment des autres
systèmes d’exploitation. En particulier, les partitions MS-DOS étendues sont généralement affectées d’un
numéro de tranche supérieur à celui des partitions primaires MS-DOS. L’utilitaire fdisk(8) peut aider à déterminer
les tranches qui appartiennent à FreeBSD et celles appartenant à d’autres systèmes d’exploitation.
76
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Les partitions NTFS peuvent également être montées d’une manière similaire en employant la commande
mount_ntfs(8).
2.11.4. Questions et réponses de dépannage
1. Mon système se bloque au niveau de la détection du matériel lors du démarrage, ou se comporte de manière
étrange lors de l’installation, ou le lecteur de disquette n’est pas détecté.
FreeBSD utilise de manière intensive le système ACPI sur les plateformes i386, amd64 et ia64 s’il est détecté au
démarrage pour aider à la détection du matériel. Malheureusement, des bogues persistent dans le pilote ACPI, et sur
les cartes mères et leur BIOS. L’utilisation de l’ACPI peut être désactivé en fixant le paramètre
hint.acpi.0.disabled pour le chargeur:
set hint.acpi.0.disabled="1"
Ce paramètre est réinitialisé à chaque démarrage du système, il est donc nécessaire d’ajouter
hint.acpi.0.disabled="1" au fichier /boot/loader.conf. Plus d’information au sujet du chargeur peut être
trouvée dans la Section 12.1.
2. Je tente de démarrer à partir du disque dur pour la première fois après l’installation de FreeBSD, le noyau est
chargé et détecte mon matériel, mais s’arrête avec un message du type:
changing root device to ad1s1a panic: cannot mount root
Qu’est-ce qui ne va pas? Que puis-je faire?
Que représente la ligne bios_drive:interface(unit,partition)kernel_name qui est affichée comme
message d’aide?
Il existe un problème de longue date dans le cas où le disque de démarrage n’est pas le premier disque du système.
Le BIOS utilise un modèle de numérotation des disques différent de celui de FreeBSD, et déterminer quel numéro
correspond avec quoi est relativement compliqué.
Si le disque de démarrage n’est pas le premier disque du système, FreeBSD peut avoir besoin d’aide pour le trouver.
Nous sommes en général en face de deux situations et dans ces deux cas vous devez indiquer à FreeBSD où se trouve
le système de fichiers racine. Cela se fait en précisant le numéro du disque BIOS, le type de disque et le numéro
FreeBSD de disque pour ce type de disque.
La première situation correspond au cas où vous disposez de deux disques IDE, configurés chacun en maître sur leur
bus IDE respectif, et que vous désirez démarrer FreeBSD à partir du second disque. Le BIOS voit ces disques en tant
que disque 0 et disque 1, tandis que FreeBSD en tant que ad0 et ad1.
FreeBSD se trouve sur le disque BIOS numéro 1 qui est de type ad alors que le numéro de disque pour FreeBSD sera
le 2, aussi vous utiliserez la syntaxe:
1:ad(2,a)kernel
Notez que si vous avez un esclave sur le bus primaire, ce qui précède n’est pas nécessaire (et est en fait erroné).
77
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Le deuxième cas concerne le démarrage à partir d’un disque SCSI quand on dispose d’un ou plusieurs disques IDE
dans le système. Dans ce cas, le numéro de disque FreeBSD est inférieur au numéro de disque BIOS. Si vous avez
deux disques IDE en plus du disque SCSI, le disque SCSI sera le disque BIOS numéro 2, de type da et sera vu en
tant que disque 0 par FreeBSD, aussi vous utiliserez la syntaxe:
2:da(0,a)kernel
pour indiquer à FreeBSD que vous voulez démarrer à partir du disque BIOS numéro 2, qui est le premier disque
SCSI du système. Si vous n’avez qu’un seul disque IDE, vous utiliseriez à la place 1:.
Une fois que vous avez déterminé les valeurs correctes à employer, vous pouvez ajouter dans le fichier
/boot.config à l’aide d’un éditeur de textes la commande que vous auriez tapé. A moins d’une instruction
contraire, FreeBSD utilisera le contenu de ce fichier comme réponses par défaut à l’invite boot:.
3. J’essaye de démarrer à partir du disque dur pour la première fois après l’installation de FreeBSD, mais l’invite du
gestionnaire de démarrage n’affiche que F? et la procédure de démarrage ne va pas plus loin.
La géométrie du disque dur n’a pas été correctement configurée dans l’éditeur de partitions quand vous avez installé
FreeBSD. Retournez dans l’éditeur de partitions et indiquez la géométrie réelle de votre disque dur. Vous devez
réinstaller complètement FreeBSD avec la bonne géométrie.
Si vous ne parvenez pas à déterminer la géométrie de votre disque, voici une astuce: créez une petite partition DOS
au début du disque et installez ensuite FreeBSD. Le programme d’installation verra la partition DOS et tentera d’en
déduire la géométrie correcte, ce qui fonctionne généralement.
L’astuce suivante n’est plus conseillée, mais est conservée comme référence:
Si vous montez un serveur ou une station de travail complètement dédiés à FreeBSD pour lesquels vous n’avez que faire
(dans le futur) d’une compatibilité avec DOS, Linux, ou tout autre système d’exploitation, vous avez également l’option
d’utiliser l’intégralité du disque (A dans l’éditeur de partition), en sélectionnant l’option non-standard pour laquelle
FreeBSD occupe entièrement le disque du premier jusqu’au dernier secteur. Cela laissera de côté toutes les considérations au
sujet de la géométrie du disque, mais c’est quelque peu limitatif à moins que vous n’ayez pas l’intention d’utiliser autre
chose que FreeBSD sur ce disque.
4. Le système trouve ma carte réseau ed(4), mais je continue à avoir des erreurs de dépassement des délais d’attente.
Votre carte utilise probablement une IRQ différente de celle spécifiée dans le fichier /boot/device.hints. Le
pilote ed(4) n’utilise pas la configuration « soft » par défaut (les valeurs entrées à l’aide de EZSETUP sous DOS),
mais utilisera la configuration logicielle si vous précisez la valeur -1 pour les paramètres de l’interface en question.
Positionnez le cavalier sur la carte pour une configuration « hard » (en modifiant les paramètres du noyau si
nécessaire), ou spécifiez l’IRQ en tant que -1 en fixant le paramètre hint.ed.0.irq="-1". Cela demandera au
noyau d’utiliser la configuration logicielle.
Une autre possibilité est que votre carte utilise l’IRQ 9, qui est partagée avec l’IRQ 2 et est une cause fréquente de
problèmes (tout particulièrement dans le cas où vous avez une carte VGA utilisant l’IRQ 2!). Vous ne devriez pas
utiliser les IRQs 2 et 9 autant que possible.
78
Chapitre 2. Installer FreeBSD
5. Quand sysinstall est utilisé dans un terminal X11, la police de caractères jaune sur fond gris-clair peut être difficile
à lire. Existe-t-il un moyen d’obtenir un contraste plus élevé pour cette application?
Si vous avez déjà installé X11 et que les couleurs par défaut choisies par sysinstall rendent le texte illisible lors de
l’utilisation de xterm(1) ou rxvt(1), ajouter la ligne suivante à votre fichier ~/.Xdefaults pour obtenir un fond gris
plus foncé: XTerm*color7: #c0c0c0
2.12. Guide avancé d’installation
Contribution de Valentino Vaschetto.
Cette section décrit comment installer FreeBSD dans des cas exceptionnels.
2.12.1. Installer FreeBSD sur un système sans moniteur ou sans
clavier
Ce type d’installation est appelé “headless install” (installation sans écran), parce que la machine sur laquelle vous
êtes en train d’installer FreeBSD soit n’a pas de moniteur, soit n’a même pas de sortie VGA. Comment est-ce
possible, allez-vous demander? En utilisant une console série. Une console série est en quelques mots l’utilisation
d’une autre machine comme écran et clavier pour un autre système. Pour cela, suivez juste les étapes de création des
disquettes d’installation, expliquées dans Section 2.3.7.
Pour modifier ces disquettes afin de démarrer à travers une console série, suivez les étapes suivantes:
1.
Configurer les disquettes de démarrage pour démarrer à travers la console série
Si vous deviez démarrer avec les disquettes que vous venez de faire, FreeBSD démarrerait dans son mode
d’installation normal. Nous voulons que FreeBSD démarre sur la console série pour notre installation. Pour faire
cela, vous devez monter la disquette boot.flp sur votre système FreeBSD en utilisant la commande mount(8).
# mount /dev/fd0 /mnt
Maintenant que vous avez la disquette montée, vous devez vous rendre dans le répertoire /mnt:
# cd /mnt
C’est à cet endroit que vous devez configurer la disquette pour démarrer sur la console série. Vous devez créer
un fichier appelé boot.config contenant la ligne /boot/loader -h. Tout ceci provoque le passage d’une
option au chargeur pour démarrer sur la console série.
# echo "/boot/loader -h" > boot.config
Maintenant que vous avez votre disquette correctement configurée, vous devez démonter la disquette en utilisant
la commande umount(8):
# cd /
# umount /mnt
Maintenant vous pouvez retirer la disquette de son lecteur.
2.
Connecter votre câble null-modem
79
Chapitre 2. Installer FreeBSD
Vous devez maintenant connecter un câble null-modem entre les deux machines. Connectez juste le câble sur le
port série des deux machines. Un câble série normal ne conviendra pas ici, vous avez besoin d’un câble
null-modem parce certains fils sont croisés à l’intérieur.
3.
Démarrer l’installation
Il est maintenant temps de lancer l’installation. Mettez la disquette boot.flp dans le lecteur de la machine que
vous allez installer sans moniteur et clavier, et allumez la machine.
4.
Connexion à la machine sans moniteur ni clavier
Maintenant vous devez vous connecter à cette machine à l’aide de cu(1):
# cu -l /dev/cuad0
Voilà! Vous devriez maintenant pouvoir contrôler la machine sans moniteur et sans clavier à travers votre session cu.
On vous demandera d’insérer la disquette kern1.flp, et ensuite on vous proposera de choisir le type de terminal à
utiliser. Sélectionnez la console couleur FreeBSD et effectuez votre installation!
2.13. Préparer votre propre support d’installation
Note : Pour éviter les répétitions, “disque FreeBSD” dans ce contexte signifie un CDROM ou DVD FreeBSD que
vous avez acheté, ou produit vous-même.
Il peut y avoir quelques situations dans lesquelles vous devez créer votre propre support et/ou source d’installation de
FreeBSD. Cela pourrait être un support physique, comme une bande, ou une source que sysinstall pourrait employer
pour récupérer les fichiers, comme un site FTP local, ou une partition MS-DOS.
Par exemple:
•
Vous avez beaucoup de machines connectées sur votre réseau local, et un seul disque FreeBSD. Vous voulez créer
un site FTP local utilisant le contenu du disque FreeBSD, et ensuite faire utiliser ce site FTP local par vos
machines plutôt que de se connecter à l’Internet.
•
Vous avez un disque FreeBSD, et FreeBSD ne reconnaît pas votre lecteur de CD/DVD, mais MS-DOS/Windows
oui. Vous voulez copier les fichiers d’installation de FreeBSD sur une partition DOS sur le même ordinateur, et
ensuite installer FreeBSD en utilisant ces fichiers.
•
L’ordinateur sur lequel vous voulez installer n’a pas de lecteur de CD/DVD, ou de carte réseau, mais vous pouvez
connecter un câble série ou parallèle de “type Laplink” sur un ordinateur qui lui dispose d’un lecteur de CD/DVD
ou d’une carte réseau.
•
Vous voulez créer une bande qui peut être utilisée pour installer FreeBSD.
2.13.1. Créer un CDROM d’installation
Comme élément de chaque nouvelle version, le projet FreeBSD met à disposition au moins deux images de CDROM
(“images ISO”) par architecture supportée. Ces images peuvent être inscrites (“gravées”) sur CDs si vous disposez
80
Chapitre 2. Installer FreeBSD
d’un graveur de CD, et puis être utilisées pour installer FreeBSD. Si vous avez un graveur de CD, et comme la bande
passante est bon marché, alors c’est la méthode la plus simple pour installer FreeBSD.
1.
Télécharger les bonnes images ISO
Les images ISO de chaque version peuvent être téléchargées à partir de
ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ISO-IMAGES-arch/version ou du miroir le plus proche.
Remplacez arch et version par les valeurs appropriées.
Ce répertoire contiendra normalement les images suivantes:
Tableau 2-4. Noms des images ISO FreeBSD 6.X et 7.X et leurs significations
Nom du fichier
Contenu
version-RELEASE-arch-bootonly.iso
Tout ce dont vous avez besoin pour démarrer un noyau
FreeBSD et lancer l’interface d’installation. Les fichiers
d’installation doivent être récupérés par FTP ou à partir
d’une autre source supportée.
version-RELEASE-arch-disc1.iso
Tout ce dont vous avez besoin pour installer FreeBSD et
incorpore un système de fichiers « live », qui est utilisé
avec la fonction de « Repair » de sysinstall.
version-RELEASE-arch-disc2.iso
Autant de logiciels tiers pré-compilés que l’espace sur
le disque le permet.
version-RELEASE-arch-docs.iso
La documentation FreeBSD.
Vous devez télécharger soit l’image ISO bootonly (si elle existe), soit l’image du disque numéro un. Ne
télécharger pas les deux, étant donné que le disque numéro un contient tout le contenu de l’image ISO bootonly.
Utilisez l’ISO bootonly si votre accès Internet est bon marché. Elle vous laissera installer FreeBSD, et vous
pourrez ensuite installer des logiciels tiers en les téléchargeant en employant le système de logiciels
pré-compilés/logiciels portés (voir le Chapitre 4) si nécessaire.
Utilisez l’image du disque numéro un si vous voulez installer FreeBSD avec également une bonne sélection de
logiciels tiers.
Les images des autres disques sont utiles, mais pas indispensables, tout particulièrement si vous disposez d’un
accès Internet à haut débit.
2.
Graver les CDs
Vous devez ensuite graver les images de CD. Si vous faites cela à partir d’un autre système FreeBSD consultez
alors la Section 18.6 pour plus d’informations (en particulier les Section 18.6.3 et Section 18.6.4).
Si vous le faites à partir d’une autre plate-forme alors vous devrez utiliser les utilitaires existants pour
commander votre graveur de CD sur cette plate-forme. Les images fournies le sont dans le standard ISO qui est
supporté par de nombreuses applications de gravure de CD.
Note : Si vous vous intéressez à la réalisation d’une version sur mesure de FreeBSD, veuillez consulter l’article
sur la création des versions (http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/releng).
81
Chapitre 2. Installer FreeBSD
2.13.2. Création d’un site FTP local avec le disque FreeBSD
Les disques FreeBSD sont présentés comme le site FTP. Cela rend très facile la création d’un site FTP local qui peut
être utilisé par d’autres machines de votre réseau lors de l’installation de FreeBSD.
1.
Sur l’ordinateur FreeBSD qui hébergera le site FTP, soyez sûr que le CDROM est dans la lecteur, et monté en
/cdrom.
# mount /cdrom
2.
Créez un compte pour le FTP anonyme dans /etc/passwd. Faites cela en éditant /etc/passwd avec vipw(8)
et en ajoutant cette ligne:
ftp:*:99:99::0:0:FTP:/cdrom:/nonexistent
3.
Vérifiez que le service FTP est activé dans /etc/inetd.conf.
N’importe qui avec un accès réseau à votre machine peut désormais choisir un support de type FTP et taper
ftp://votre machine après avoir sélectionné “Other” dans le menu des sites FTP durant l’installation.
Note : Si la version du support de démarrage (des disquettes en général) pour vos clients FTP n’est pas
exactement la même que celle du site FTP local, alors sysinstall ne vous laissera pas achever l’installation. Si
les versions ne sont pas identiques mais que vous désirez forcer l’installation, vous devez vous rendre dans le
menu Options et changer le nom de la distribution pour any.
Avertissement : Cette approche est correcte pour une machine qui est sur votre réseau local, et qui est
protégée par votre coupe-feu. Offrir un accès FTP à d’autres machines sur Internet (et non sur votre réseau
local) expose votre ordinateur à l’attention de crackers et autres indésirables. Nous recommandons fortement de
suivre de bonnes pratiques de sécurité si vous faites cela.
2.13.3. Création de disquettes d’installation
Si vous devez installer à partir de disquettes (ce que nous suggérons de ne pas faire), soit en raison d’un matériel non
supporté, soit que vous aimez vous compliquer la vie, vous devez d’abord préparer des disquettes pour l’installation.
Il vous faudra au minimum autant de disquettes 1.44 Mo que nécessaire pour y mettre tous les fichiers du répertoire
base (distribution de base). Si vous préparez ces disquettes sous DOS, alors elles doivent être formatées en utilisant
la commande MS-DOS FORMAT. Si vous utilisez Windows, utilisez l’Explorateur pour formater les disquettes
(clic-droit sur le lecteur A: , et sélectionnez “Formater”).
Ne faites pas confiance aux disquettes préformatées en usine. Reformatez-les vous-même, de façon à être sûr. Nos
utilisateurs nous ont, dans le passé, signalé de nombreux problèmes dus à des disquettes incorrectement formatées,
ce qui explique pourquoi nous insistons autant maintenant.
Si vous créez les disquettes sur une autre machine FreeBSD, ce n’est toujours pas une mauvaise idée de les formatter,
bien que vous n’ayez pas besoin de mettre un système de fichiers MS-DOS sur chaque disquette. Vous pouvez
utiliser les commandes bsdlabel et newfs pour y mettre un système de fichier UFS à la place, comme le montre la
séquence de commandes suivantes (pour une disquette 3.5" de 1.44 Mo):
82
Chapitre 2. Installer FreeBSD
# fdformat -f 1440 fd0.1440
# bsdlabel -w fd0.1440 floppy3
# newfs -t 2 -u 18 -l 1 -i 65536 /dev/fd0
Vous pouvez alors les monter et y écrire comme sur n’importe quel autre système de fichiers.
Après avoir formatter les disquettes, vous devrez y copier les fichiers. Les fichiers de la distribution sont scindés en
morceaux de taille telle que cinq d’entre eux tiendront sur une disquette 1.44 Mo ordinaire. Préparez les disquettes
les unes après les autres, en y mettant sur chacune autant de fichiers que vous pouvez, jusqu’à ce que vous ayez
recopié toutes les distributions que vous voulez installer. Chaque distribution doit avoir son propre sous-répertoire
sur la disquette, e.g.: a:\base\base.aa, a:\base\base.ab, et ainsi de suite.
Important : Le fichier base.inf doit également être présent sur la première disquette de l’ensemble base
puisqu’il est lu par le programme d’installation pour déterminer le nombre de fichiers à rechercher lors de la
récupération et l’assemblage de la distribution.
Une fois que vous êtes à l’écran de sélection du support d’installation, sélectionnez Floppy (disquette) et vous aurez
ensuite des indications sur la marche à suivre.
2.13.4. Installation depuis une partition MS-DOS
Pour préparer l’installation depuis une partition MS-DOS, copiez les fichiers de la distribution dans un répertoire
appelé freebsd dans le répertoire racine de cette partition. Par exemple, c:\freebsd. L’arborescence des
répertoires du CDROM ou du site FTP doit être partiellement reproduite dans ce répertoire, aussi nous suggérons
l’utilisation de la commande DOS xcopy si vous copiez à partir d’un CDROM. Par exemple, pour préparer une
installation minimale de FreeBSD:
C:\> md c:\freebsd
C:\> xcopy e:\bin c:\freebsd\bin\ /s
C:\> xcopy e:\manpages c:\freebsd\manpages\ /s
En supposant que C: est l’endroit où vous avez de l’espace libre et que votre CDROM soit monté sur E:.
Si vous n’avez pas de lecteur de CDROM, vous pouvez télécharger la distribution depuis ftp.FreeBSD.org
(ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/releases/i386/8.0-RELEASE/). Chaque distribution est dans son propre
répertoire; par exemple la distribution base peut être trouvée dans le répertoire 8.0/base/
(ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/releases/i386/8.0-RELEASE/base/).
Copiez chaque distribution que vous voulez installer depuis la partition MS-DOS (et pour laquelle vous avez de
l’espace libre) dans c:\freebsd — la distribution BIN n’est que le minimum obligatoire.
2.13.5. Création d’une bande d’installation
Installer à partir de bandes est probablement la méthode la plus simple, mis à part l’installation en ligne avec FTP ou
depuis le CDROM. Le programme d’installation s’attend à ce que les fichiers soient simplement archivés sur la
bande. Après avoir récupéré tous les fichiers des distributions qui vous intéressent, archivez-les avec tar sur la
bande:
83
Chapitre 2. Installer FreeBSD
# cd /freebsd/distdir
# tar cvf /dev/rwt0 dist1 ... dist2
Quand vous installez, vous devez vous assurer qu’il y a assez de place dans un répertoire temporaire (que vous
pourrez choisir) pour y mettre le contenu entier de la bande que vous avez créée. En raison de l’accès non-aléatoire
des bandes, cette méthode exige un espace de stockage temporaire important.
Note : Au moment d’installer, la bande doit être dans le lecteur avant de démarrer avec la disquette. Sinon les
tests risquent de ne pas la trouver.
2.13.6. Avant d’installer via le réseau
Il y a trois types d’installation réseau disponibles. Par Ethernet (un contrôleur Ethernet standard), par port série
(SLIP ou PPP), ou par port parallèle (PLIP (câble laplink)).
Pour une installation réseau la plus rapide possible, une carte Ethernet est toujours un bon choix! FreeBSD supporte
la plupart des cartes Ethernet PC courantes; une liste des cartes supportées (et leur paramétrage requis) est fournie
dans la liste de compatibilité matérielle de chaque version de FreeBSD. Si vous utilisez une des cartes Ethernet
PCMCIA supportée, assurez-vous qu’elle soit en place avant d’allumer le portable! FreeBSD ne supporte pas,
malheureusement, actuellement l’insertion à chaud des cartes PCMCIA pendant l’installation.
Vous devrez aussi connaître votre adresse IP sur le réseau, le masque de réseau pour votre classe d’adresses, et le
nom de votre machine. Si vous installez par l’intermédiaire d’une connexion PPP et que vous n’avez pas d’IP fixe, ne
prenez pas peur, l’adresse IP peut être dynamiquement assignée par votre fournisseur d’accès. Votre administrateur
système peut vous dire quelles valeurs utiliser pour votre configuration réseau particulière. Si vous devez référencer
d’autres machines par leur nom plutôt que par leurs adresses IP, vous devrez aussi connaître un serveur de noms et
peut-être l’adresse d’une passerelle (si vous utilisez PPP, c’est l’adresse IP de votre fournisseur d’accès) pour accéder
à ce serveur. Si vous voulez installer par FTP via un proxy HTTP, vous aurez également besoin de l’adresse du proxy.
Si vous n’avez pas les réponses à toutes ou la plupart de ces questions, alors vous devriez vraiment en discuter avec
votre administrateur système ou votre fournisseur d’accès avant d’essayer ce type d’installation.
Le support SLIP est assez rudimentaire, et essentiellement limité aux lignes directes, comme un câble série entre un
ordinateur portable et un autre ordinateur. La liaison devra être directe car l’installation par SLIP n’offre pas la
possibilité de se connecter par téléphone; cette fonctionnalité est fournie par l’utilitaire PPP, qu’il faut utiliser de
préférence à SLIP chaque fois que c’est possible.
Si vous utilisez un modem, PPP est presque certainement votre seul choix. Veillez à avoir sous la main les
informations concernant votre fournisseur d’accès car vous en aurez besoin assez tôt dans la procédure d’installation.
Si vous utilisez PAP ou CHAP pour vous connecter à votre fournisseur d’accès (en d’autres termes, si vous pouvez
vous connecter au fournisseur d’accès sous Windows sans utiliser de script), alors tout ce que vous aurez à faire est
de taper dial à l’invite de ppp. Sinon, vous devrez savoir comment se connecter à votre fournisseur d’accès en
utilisant les “commandes AT” propres à votre modem, car le programme d’appel PPP ne fournit qu’un émulateur de
terminal très simplifié. Veuillez vous reporter aux sections concernant ppp utilisateur du Manuel et de la FAQ
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/faq/ppp.html) pour plus d’informations. Si vous avez des
problèmes, connectez-vous directement à l’écran avec la commande set log local ....
Si vous disposez d’une liaison directe à une autre machine FreeBSD (2.0-R ou ultérieure), vous pourrez envisager
d’installer avec un câble “laplink” sur le port parallèle. La vitesse de transmission sur le port parallèle est plus
84
Chapitre 2. Installer FreeBSD
importante que celle que l’on obtient habituellement avec une liaison série (jusqu’à 50 Koctets/sec), ce qui accélère
l’installation.
2.13.6.1. Avant d’installer par NFS
L’installation NFS est assez directe. Copiez simplement les fichiers de la distribution FreeBSD que vous voulez
quelque part sur un serveur NFS et ensuite mentionnez-le au moment de sélectionner le support NFS.
Si le serveur n’accepte que les accès sur les “ports privilégiés” (ce qui est généralement le cas par défaut sur les
stations de travail Sun), vous devrez préciser l’option NFS Secure dans le menus des Options avant de procéder à
l’installation.
Si vous avez une carte Ethernet de mauvaise qualité qui souffre de vitesses de transfert très faibles, vous devrez
peut-être aussi positionner l’option NFS Slow.
Pour que l’installation NFS fonctionne, le serveur doit pouvoir monter des sous-répertoires, par exemple, si le
répertoire pour votre distribution de FreeBSD 8.0 est: ziggy:/usr/archive/stuff/FreeBSD, alors ziggy devra
autoriser le montage de /usr/archive/stuff/FreeBSD, et non seulement de /usr ou /usr/archive/stuff.
Dans le fichier /etc/exports de FreeBSD, on contrôle cela avec l’option -alldirs. D’autres serveurs NFS
peuvent avoir d’autres conventions. Si le serveur vous envoie des messages “permission denied”, alors il est
probable que vous n’avez pas activé correctement cette fonctionnalité.
85
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Réécrit par Chris Shumway.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
3.1. Synopsis
Le chapitre suivant couvrira les commandes et fonctionnalités de base du système d’exploitation FreeBSD. La
plupart de ces informations sera valable pour n’importe quel système d’exploitation UNIX. Soyez libre de passer ce
chapitre si vous êtes familier avec ces informations. Si vous êtes nouveau à FreeBSD, alors vous voudrez
certainement lire attentivement ce chapitre.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Comment utiliser les “consoles virtuelles” de FreeBSD.
•
Comment les permissions des fichiers d’UNIX fonctionnent ainsi que l’utilisation des indicateurs de fichiers sous
FreeBSD.
•
L’architecture par défaut du système de fichiers sous FreeBSD.
•
L’organisation des disques sous FreeBSD.
•
Comment monter et démonter des systèmes de fichier.
•
Ce que sont les processus, daemons et signaux.
•
Ce qu’est un interpréteur de commande, et comment changer votre environnement de session par défaut.
•
Comment utiliser les éditeurs de texte de base.
•
Ce que sont les périphériques et les fichiers spéciaux de périphérique.
•
Quel est le format des binaires utilisé sous FreeBSD.
•
Comment lire les pages de manuel pour plus d’information.
3.2. Consoles virtuelles & terminaux
FreeBSD peut être utilisé de diverses façons. L’une d’elles est en tapant des commandes sur un terminal texte. Une
bonne partie de la flexibilité et de la puissance d’un système d’exploitation UNIX est directement disponible sous
vos mains en utilisant FreeBSD de cette manière. Cette section décrit ce que sont les “terminaux” et les “consoles”,
et comment les utiliser sous FreeBSD.
3.2.1. La console
Si vous n’avez pas configuré FreeBSD pour lancer automatiquement un environnement graphique au démarrage, le
système vous présentera une invite d’ouverture de session après son démarrage, juste après la fin des procédures de
démarrage. Vous verrez quelque chose de similaire à:
86
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Additional ABI support:.
Local package initialization:.
Additional TCP options:.
Fri Sep 20 13:01:06 EEST 2002
FreeBSD/i386 (pc3.example.org) (ttyv0)
login:
Les messages pourront être différents sur votre système, mais cela devrait y ressembler. Les deux dernières lignes
sont celles qui nous intéressent actuellement. La seconde de ces lignes nous donne:
FreeBSD/i386 (pc3.example.org) (ttyv0)
Cette ligne contient quelques éléments d’information sur le système que vous venez de démarrer. Vous êtes en train
de lire une console “FreeBSD”, tournant sur un processeur Intel ou compatible de la famille x861. Le nom de cette
machine (chaque machine UNIX a un nom) est pc3.example.org, et vous regardez actuellement sa console
système—le terminal ttyv0.
Et enfin, la dernière ligne est toujours:
login:
C’est le moment où vous êtes supposé taper votre “nom d’utilisateur” pour vous attacher au système FreeBSD. La
section suivante décrit comment procéder.
3.2.2. Ouvrir une session sur un système FreeBSD
FreeBSD est un système multi-utilisateur, multi-processeur. C’est la description formelle qui est habituellement
donnée pour un système qui peut être utilisé par différentes personnes, qui exécutent simultanément de nombreux
programmes sur une machine individuelle.
Chaque système multi-utilisateur a besoin d’un moyen pour distinguer un “utilisateur” du reste. Sous FreeBSD (et
sous tous les systèmes de type UNIX), cela est effectué en demandant à chaque utilisateur de “s’attacher” au système
avant d’être en mesure d’exécuter des programmes. Chaque utilisateur possède un nom unique (le nom d’utilisateur)
et une clé secrète personnelle (le mot de passe). FreeBSD demandera ces deux éléments avant d’autoriser un
utilisateur à lancer un programme.
Juste après que FreeBSD ait démarré et en ait terminé avec l’exécution des procédures de démarrage2, il présentera
une invite et demandera un nom d’utilisateur valide:
login:
Pour cet exemple, supposons que votre nom d’utilisateur est john. Tapez john à cette invite puis appuyez sur
Entrée. Alors vous devrez être invité à entrer un “mot de passe”:
login: john
Password:
Tapez maintenant le mot de passe de john, et appuyez sur Entrée. Le mot de passe n’est pas affiché! Vous n’avez
pas à vous préoccuper de cela maintenant. Il suffit de penser que cela est fait pour des raisons de sécurité.
87
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Si vous avez tapé correctement votre mot de passe, vous devriez être maintenant attaché au système et prêt à essayer
toutes les commandes disponibles.
Vous devriez voir apparaître le MOTD ou message du jour suivi de l’invite de commande (un caractère #, $, ou %).
Cela indique que vous avez ouvert avec succès une session sous FreeBSD.
3.2.3. Consoles multiples
Exécuter des commandes UNIX dans une console est bien beau, mais FreeBSD peut exécuter plusieurs programmes
à la fois. Avoir une seule console sur laquelle les commandes peuvent être tapées serait un peu du gaspillage quand
un système d’exploitation comme FreeBSD peut exécuter des dizaines de programmes en même temps. C’est ici que
des “consoles virtuelles” peuvent être vraiment utiles.
FreeBSD peut être configuré pour présenter de nombreuses consoles virtuelles. Vous pouvez basculer d’une console
virtuelle à une autre en utilisant une combinaison de touches sur votre clavier. Chaque console a son propre canal de
sortie, et FreeBSD prend soin de rediriger correctement les entrées au clavier et la sortie vers écran quand vous
basculez d’une console virtuelle à la suivante.
Des combinaisons de touches spécifiques ont été réservées par FreeBSD pour le basculement entre consoles3. Vous
pouvez utiliser Alt-F1, Alt-F2, jusqu’à Alt-F8 pour basculer vers une console virtuelle différente sous FreeBSD.
Quand vous basculez d’une console à une autre, FreeBSD prend soin de sauvegarder et restaurer la sortie d’écran. Il
en résulte l’“illusion” d’avoir plusieurs écrans et claviers “virtuels” que vous pouvez utiliser pour taper des
commandes pour FreeBSD. Les programmes que vous lancez sur une console virtuelle ne cessent pas de tourner
quand cette console n’est plus visible. Ils continuent de s’exécuter quand vous avez basculé vers une console
virtuelle différente.
3.2.4. Le fichier /etc/ttys
La configuration par défaut de FreeBSD démarre avec huit consoles virtuelles. Cependant ce n’est pas un
paramétrage fixe, et vous pouvez aisément personnaliser votre installation pour démarrer avec plus ou moins de
consoles virtuelles. Le nombre et les paramétrages des consoles virtuelles sont configurés dans le fichier /etc/ttys.
Vous pouvez utiliser le fichier /etc/ttys pour configurer les consoles virtuelles de FreeBSD. Chaque ligne
non-commentée dans ce fichier (les lignes qui ne débutent pas par le caractère #) contient le paramétrage d’un
terminal ou d’une console virtuelle. La version par défaut de ce fichier livrée avec FreeBSD configure neuf consoles
virtuelles, et en active huit. Ce sont les lignes commençant avec le terme ttyv:
# name getty
#
ttyv0
"/usr/libexec/getty
# Virtual terminals
ttyv1
"/usr/libexec/getty
ttyv2
"/usr/libexec/getty
ttyv3
"/usr/libexec/getty
ttyv4
"/usr/libexec/getty
ttyv5
"/usr/libexec/getty
ttyv6
"/usr/libexec/getty
ttyv7
"/usr/libexec/getty
ttyv8
"/usr/X11R6/bin/xdm
type
status
Pc"
cons25
on
secure
Pc"
Pc"
Pc"
Pc"
Pc"
Pc"
Pc"
-nodaemon"
cons25
cons25
cons25
cons25
cons25
cons25
cons25
xterm
on
on
on
on
on
on
on
off
secure
secure
secure
secure
secure
secure
secure
secure
comments
88
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Pour une description détaillée de chaque colonne de ce fichier et toutes les options que vous pouvez utiliser pour
configurer les consoles virtuelles, consultez la page de manuel ttys(5).
3.2.5. Console en mode mono-utilisateur
Une description détaillée de ce qu’est « le mode mono-utilisateur » peut être trouvée dans Section 12.6.2. Il est
important de noter qu’il n’y a qu’une console de disponible quand vous exécutez FreeBSD en mode mono-utilisateur.
Il n’y a aucune console virtuelle de disponible. Le paramétrage de la console en mode mono-utilisateur peut être
également trouvé dans le fichier /etc/ttys. Recherchez la ligne qui commence avec le mot console:
# name getty
type
status
comments
#
# If console is marked "insecure", then init will ask for the root password
# when going to single-user mode.
console none
unknown off secure
Note : Comme l’indiquent les commentaires au-dessus de la ligne console, vous pouvez éditer cette ligne et
changer secure pour insecure. Si vous faites cela, quand FreeBSD démarrera en mode mono-utilisateur, il
demandera le mot de passe de root.
Cependant faites attention quand vous modifiez cela pour insecure. Si vous oubliez le mot de passe de root, le
démarrage en mode mono-utilisateur sera condamné. Il est encore possible, mais cela pourra être relativement
compliqué pour quelqu’un qui n’est pas à l’aise avec le processus de démarrage de FreeBSD et les programmes
entrant en jeu.
3.2.6. Modifier la résolution de la console
La résolution (ou encore le mode vidéo) de la console FreeBSD peut être réglée à 1024x768, 1280x1024, ou tout
autre résolution supportée par le circuit graphique et le moniteur. Pour utiliser une résolution vidéo différente vous
devez en premier lieu recompiler votre noyau en ajoutant deux options supplémentaires:
options VESA
options SC_PIXEL_MODE
Une fois votre noyau recompilé avec ces deux options, vous pouvez déterminer quels sont les modes vidéo supportés
par votre matériel en utilisant l’outil vidcontrol(1). Pour obtenir une liste des modes supportés, tapez la ligne
suivante:
# vidcontrol -i mode
La sortie de cette commande est une liste des modes vidéo que supporte votre matériel. Vous pouvez ensuite décider
d’utiliser un nouveau mode en le passant à la commande vidcontrol(1) tout en ayant les droits de root:
# vidcontrol MODE_279
Si le nouveau mode vidéo est satisfaisant, il peut être activé au démarrage de manière permanente en le configurant
dans le fichier /etc/rc.conf:
89
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
allscreens_flags="MODE_279"
3.3. Permissions
FreeBSD, étant un descendant direct de l’UNIX BSD, est basé sur plusieurs concepts clés d’UNIX. Le premier, et le
plus prononcé, est le fait que FreeBSD est un système d’exploitation multi-utilisateurs. Le système peut gérer
plusieurs utilisateurs travaillant tous simultanément sur des tâches complètement indépendantes. Le système est
responsable du partage correct et de la gestion des requêtes pour les périphériques matériels, la mémoire, et le temps
CPU de façon équitable entre chaque utilisateur.
Puisque le système est capable de supporter des utilisateurs multiples, tout ce que le système gère possède un
ensemble de permissions définissant qui peut écrire, lire, et exécuter la ressource. Ces permissions sont stockées sous
forme de trois octets divisés en trois parties, une pour le propriétaire du fichier, une pour le groupe auquel appartient
le fichier, et une autre pour le reste du monde. Cette représentation numérique fonctionne comme ceci:
Valeur
Permission
0
Pas d’accès en lecture, pas d’accès en --écriture, pas d’accès en exécution
1
Pas d’accès en lecture, pas d’accès en --x
écriture, exécution
Pas d’accès en lecture, écriture, pas -wd’accès en exécution
2
3
Contenu du répertoire
Pas d’accès en lecture, écriture,
exécution
Lecture, pas d’accès en écriture, pas
d’accès en exécution
-wx
5
Lecture, pas d’accès en écriture,
exécution
r-x
6
Lecture, écriture, pas d’accès en
exécution
Lecture, écriture, exécution
rw-
4
7
r--
rwx
Vous pouvez utiliser l’option -l avec la commande ls(1) pour afficher le contenu du répertoire sous forme une
longue et détaillée qui inclut une colonne avec des informations sur les permissions d’accès des fichiers pour le
propriétaire, le groupe, et le reste du monde. Par exemple un ls -l dans un répertoire quelconque devrait donner:
% ls -l
total 530
-rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r-...
1 root
1 root
1 root
wheel
wheel
wheel
512 Sep
512 Sep
7680 Sep
5 12:31 myfile
5 12:31 otherfile
5 12:31 email.txt
Voici comment est divisée la première colonne de l’affichage généré par ls -l:
-rw-r--r--
90
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Le premier caractère (le plus à gauche) indique si c’est un fichier normal, un répertoire, ou un périphérique mode
caractère, une socket, ou tout autre pseudo-périphérique. Dans ce cas, - indique un fichier normal. Les trois
caractères suivants, rw- dans cet exemple, donnent les permissions pour le propriétaire du fichier. Les trois
caractères qui suivent, r--, donnent les permissions pour le groupe auquel appartient le fichier. Les trois derniers
caractères, r--, donnent les permissions pour le reste du monde. Un tiret signifie que la permission est désactivée.
Dans le cas de ce fichier, les permissions sont telles que le propriétaire peut lire et écrire le fichier, le groupe peut lire
le fichier, et le reste du monde peut seulement lire le fichier. D’après la table ci-dessus, les permissions pour ce
fichier seraient 644, où chaque chiffre représente les trois parties des permissions du fichier.
Tout cela est bien beau, mais comment le système contrôle les permissions sur les périphériques? En fait FreeBSD
traite la plupart des périphériques sous la forme d’un fichier que les programmes peuvent ouvrir, lire, et écrire des
données dessus comme tout autre fichier. Ces périphériques spéciaux sont stockés dans le répertoire /dev.
Les répertoires sont aussi traités comme des fichiers. Ils ont des droits en lecture, écriture et exécution. Le bit
d’exécution pour un répertoire a une signification légèrement différente que pour les fichiers. Quand un répertoire est
marqué exécutable, cela signifie qu’il peut être traversé, i.e. il est possible d’utiliser “cd” (changement de répertoire).
Ceci signifie également qu’à l’intérieur du répertoire il est possible d’accéder aux fichiers dont les noms sont connus
(en fonction, bien sûr, des permissions sur les fichiers eux-mêmes).
En particulier, afin d’obtenir la liste du contenu d’un répertoire, la permission de lecture doit être positionnée sur le
répertoire, tandis que pour effacer un fichier dont on connaît le nom, il est nécessaire d’avoir les droits d’écriture et
d’exécution sur le répertoire contenant le fichier.
Il y a d’autres types de permissions, mais elles sont principalement employées dans des circonstances spéciales
comme les binaires “setuid” et les répertoires “sticky”. Si vous désirez plus d’information sur les permissions de
fichier et comment les positionner, soyez sûr de consulter la page de manuel chmod(1).
3.3.1. Permissions symboliques
Contribution de Tom Rhodes.
Les permissions symboliques, parfois désignées sous le nom d’expressions symboliques, utilisent des caractères à la
place de valeur en octal pour assigner les permissions aux fichiers et répertoires. Les expressions symboliques
emploient la syntaxe: (qui) (action) (permissions), avec les valeurs possibles suivantes:
Option
Lettre
Représente
(qui)
u
Utilisateur
(qui)
(qui)
g
o
Groupe
Autre
(qui)
a
Tous (« le monde entier »)
(action)
(action)
+
-
Ajouter des permissions
Retirer des permissions
(action)
=
Fixe les permissions de façon explicite
(permissions)
r
Lecture
(permissions)
(permissions)
w
x
Ecriture
Exécution
(permissions)
t
bit collant (sticky)
91
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Option
Lettre
Représente
(permissions)
s
Exécuter avec l’ID utilisateur (UID)
ou groupe (GID)
Ces valeurs sont utilisées avec la commande chmod(1) comme précédemment mais avec des lettres. Par exemple,
vous pourriez utiliser la commande suivante pour refuser l’accès au fichier FICHIER à d’autres utilisateurs:
% chmod go= FICHIER
Une liste séparé par des virgules peut être fournie quand plus d’un changement doit être effectué sur un fichier. Par
exemple la commande suivante retirera les permissions d’écriture au groupe et au “reste du monde” sur le fichier
FICHIER, puis ajoutera la permission d’exécution pour tout le monde:
% chmod go-w,a+x FICHIER
3.3.2. Indicateurs des fichiers sous FreeBSD
Contribution de Tom Rhodes.
En addition des permissions sur les fichiers précédement présentées, FreeBSD supporte l’utilisation d’« indicateurs
de fichiers ». Ces indicateurs rajoutent un niveau de contrôle et de sécurité sur les fichiers, mais ne concernent pas les
répertoires.
Ces indicateurs ajoutent donc un niveau de contrôle supplémentaire des fichiers, permettant d’assurer que dans
certains cas même le super-utilisateur root ne pourra effacer ou modifier des fichiers.
Les indicateurs de fichiers peuvent être modifiés avec l’utilitaire chflags(1), ce dernier présentant une interface
simple. Par exemple, pour activer l’indicateur système de suppression impossible sur le fichier file1, tapez la
commande suivante:
# chflags sunlink file1
Et pour désactiver l’indicateur de suppression impossible, utilisez la commande précédente avec le préfixe « no »
devant l’option sunlink:
# chflags nosunlink file1
Pour afficher les indicateurs propres à ce fichier, utilisez la commande ls(1) avec l’option -lo:
# ls -lo file1
La sortie de la commande devrait ressembler à:
-rw-r--r--
1 trhodes
trhodes
sunlnk 0 Mar
1 05:54 file1
Plusieurs indicateurs ne peuvent être positionnés ou retirés que par le super-utilisateur root. Dans les autres cas, le
propriétaire du fichier peut activer ces indicateurs. Pour plus d’information, la lecture des pages de manuel chflags(1)
et chflags(2) est recommandée à tout administrateur.
92
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
3.4. Organisation de l’arborescence des répertoires
L’organisation de l’arborescence des répertoires de FreeBSD est essentielle pour obtenir une compréhension globale
du système. Le concept le plus important à saisir est celui du répertoire racine, “/”. Ce répertoire est le premier a être
monté au démarrage et il contient le système de base nécessaire pour préparer le système d’exploitation au
fonctionnement multi-utilisateurs. Le répertoire racine contient également les points de montage pour les autres
systèmes de fichiers qui sont montés lors du passage en mode multi-utilisateurs.
Un point de montage est un répertoire où peuvent être greffés des systèmes de fichiers supplémentaires au système
de fichiers parent (en général le système de fichiers racine). Cela est décrit plus en détails dans la Section 3.5. Les
points de montage standards incluent /usr, /var, /tmp, /mnt, et /cdrom. Ces répertoires sont en général
référencés par des entrées dans le fichier /etc/fstab. /etc/fstab est une table des divers systèmes de fichiers et
de leur point de montage utilisé comme référence par le système. La plupart des systèmes de fichiers présents dans
/etc/fstab sont montés automatiquement au moment du démarrage par la procédure rc(8) à moins que l’option
noauto soit présente. Plus de détails peuvent être trouvés dans la Section 3.6.1.
Une description complète de l’arborescence du système de fichiers est disponible dans la page de manuel hier(7).
Pour l’instant, une brève vue d’ensemble des répertoires les plus courants suffira.
Répertoire
Description
/
Répertoire racine du système de fichiers.
Programmes utilisateur fondamentaux aux deux modes de
fonctionnement mono et multi-utilisateurs.
/bin/
/boot/
/boot/defaults/
/dev/
/etc/
/etc/defaults/
/etc/mail/
/etc/namedb/
/etc/periodic/
/etc/ppp/
/mnt/
/proc/
Programmes et fichiers de configuration utilisés durant le
processus de démarrage du système.
Fichiers de configuration par défaut du processus de
démarrage; voir la page de manuel loader.conf(5).
Fichiers spéciaux de périphérique; voir la page de manuel
intro(4).
Procédures et fichiers de configuration du système.
Fichiers de configuration du système par défaut; voir la
page de manuel rc(8).
Fichiers de configuration pour les agents de transport du
courrier électronique comme sendmail(8).
Fichiers de configuration de named; voir la page de
manuel named(8).
Procédures qui sont exécutées de façon quotidienne,
hebdomadaire et mensuelle par l’intermédiaire de cron(8);
voir la page de manuel periodic(8).
Fichiers de configuration de ppp; voir la page de manuel
ppp(8).
Répertoire vide habituellement utilisé par les
administrateurs système comme un point de montage
temporaire.
Le système de fichiers pour les processus; voir les pages
de manuel procfs(5), mount_procfs(8).
93
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Répertoire
Description
/rescue/
Programmes liés en statique pour les réparations
d’urgence; consultez la page de manuel rescue(8).
Répertoire personnel du compte root.
/root/
/sbin/
Programmes systèmes et utilitaires systèmes
fondamentaux aux environnements mono et
multi-utilisateurs.
/tmp/
Fichiers temporaires. Le contenu de /tmp n’est en général
PAS préservé par un redémarrage du système. Un système
de fichiers en mémoire est souvent monté sur /tmp. Cela
peut être automatisé en utilisant les variables rc.conf(5)
relatives au système « tmpmfs » (ou à l’aide d’une entrée
dans le fichier /etc/fstab; consultez la page de manuel
mdmfs(8)).
La majorité des utilitaires et applications utilisateur.
/usr/
/usr/bin/
/usr/include/
/usr/lib/
/usr/libdata/
/usr/libexec/
/usr/local/
/usr/obj/
/usr/ports
/usr/sbin/
/usr/share/
/usr/src/
/usr/X11R6/
/var/
Utilitaires généraux, outils de programmation, et
applications.
Fichiers d’en-tête C standard.
Ensemble des bibliothèques.
Divers fichiers de données de service.
Utilitaires et daemons système (exécutés par d’autres
programmes).
Exécutables, bibliothèques, etc... Egalement utilisé
comme destination de défaut pour les logiciels portés pour
FreeBSD. Dans /usr/local, l’organisation générale
décrite par la page de manuel hier(7) pour /usr devrait
être utilisée. Exceptions faites du répertoire man qui est
directement sous /usr/local plutôt que sous
/usr/local/share, et la documentation des logiciels
portés est dans share/doc/port.
Arborescence cible spécifique à une architecture produite
par la compilation de l’arborescence /usr/src.
Le catalogue des logiciels portés (optionnel).
Utilitaires et daemons système (exécutés par les
utilisateurs).
Fichiers indépendants de l’architecture.
Fichiers source FreeBSD et/ou locaux.
Exécutables, bibliothèques etc... de la distribution
d’X11R6 (optionnel).
Fichiers de traces, fichiers temporaires, et fichiers
tampons. Un système de fichiers en mémoire est parfois
monté sur /var. Cela peut être automatisé en utilisant les
variables rc.conf(5) relatives au système « varmfs » (ou à
l’aide d’une entrée dans le fichier /etc/fstab; consultez
la page de manuel mdmfs(8)).
94
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Répertoire
Description
/var/log/
Divers fichiers de trace du système.
Boîtes aux lettres des utilisateurs.
/var/mail/
/var/tmp/
Divers répertoires tampons des systèmes de courrier
électronique et d’impression.
Fichiers temporaires. Ces fichiers sont généralement
conservés lors d’un redémarrage du système, à moins que
/var ne soit un système de fichiers en mémoire.
/var/yp
Tables NIS.
/var/spool/
3.5. Organisation des disques
Le plus petit élément qu’utilise FreeBSD pour retrouver des fichiers est le nom de fichier. Les noms de fichiers sont
sensibles à la casse des caractères, ce qui signifie que readme.txt et README.TXT sont deux fichiers séparés.
FreeBSD n’utilise pas l’extension (.txt) d’un fichier pour déterminer si ce fichier est un programme, un document
ou une autre forme de donnée.
Les fichiers sont stockés dans des répertoires. Un répertoire peut ne contenir aucun fichier, ou en contenir plusieurs
centaines. Un répertoire peut également contenir d’autre répertoires, vous permettant de construire une hiérarchie de
répertoires à l’intérieur d’un autre. Cela rend plus simple l’organisation de vos données.
Les fichiers et les répertoires sont référencés en donnant le nom du fichier ou du répertoire, suivi par un slash, /, suivi
par tout nom de répertoire nécessaire. Si vous avez un répertoire foo, qui contient le répertoire bar, qui contient le
fichier readme.txt, alors le nom complet, ou chemin (“path”) vers le fichier est foo/bar/readme.txt.
Les répertoires et les fichiers sont stockés sur un système de fichiers. Chaque système de fichiers contient à son
niveau le plus haut un répertoire appelé répertoire racine pour ce système de fichiers. Ce répertoire racine peut alors
contenir les autres répertoires.
Jusqu’ici cela est probablement semblable à n’importe quel autre système d’exploitation que vous avez pu avoir
utilisé. Il y a quelques différences: par exemple, MS-DOS utilise \ pour séparer les noms de fichier et de répertoire,
alors que MacOS utilise :.
FreeBSD n’utilise pas de lettre pour les lecteurs, ou d’autres noms de disque dans le chemin. Vous n’écrirez pas
c:/foo/bar/readme.txt sous FreeBSD.
Au lieu de cela, un système de fichiers est désigné comme système de fichiers racine. La racine du système de
fichiers racine est représentée par un /. Tous les autres systèmes de fichiers sont alors montés sous le système de
fichiers racine. Peu importe le nombre de disques que vous avez sur votre système FreeBSD, chaque répertoire
apparaît comme faisant partie du même disque.
Supposez que vous avez trois systèmes de fichiers, appelés A, B, et C. Chaque système de fichiers possède un
répertoire racine, qui contient deux autres répertoires, nommés A1, A2 (et respectivement B1, B2 et C1, C2).
Appelons A le système de fichiers racine. Si vous utilisiez la commande ls pour visualiser le contenu de ce
répertoire, vous verriez deux sous-répertoires, A1 et A2. L’arborescence des répertoires ressemblera à ceci:
95
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Racine
/
A1/
A2/
Un système de fichiers doit être monté dans un répertoire d’un autre système de fichiers. Supposez maintenant que
vous montez le système de fichiers B sur le répertoire A1. Le répertoire racine de B remplace A1, et les répertoires de
B par conséquent apparaissent:
Racine
/
A1/
B1/
A2/
B2/
Tout fichier de B1 ou B2 peut être atteint avec le chemin /A1/B1 ou /A1/B2 si nécessaire. Tous les fichiers qui
étaient dans A1 ont été temporairement cachés. Ils réapparaîtront si B est démonté de A.
Si B a été monté sur A2 alors le diagramme sera semblable à celui-ci:
96
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Racine
/
A1/
A2/
B1/
B2/
et les chemins seront /A2/B1 et respectivement /A2/B2.
Les systèmes de fichiers peuvent être montés au sommet d’un autre. En continuant l’exemple précédent, le système
de fichiers C pourrait être monté au sommet du répertoire B1 dans le système de fichiers B, menant à cet arrangement:
Racine
/
A1/
A2/
B1/
C1/
B2/
C2/
Où C pourrait être monté directement sur le système de fichiers A, sous le répertoire A1:
97
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Racine
/
C1/
A1/
A2/
C2/
B1/
B2/
Si vous êtes familier de MS-DOS, ceci est semblable, bien que pas identique, à la commande join.
Ce n’est normalement pas quelque chose qui doit vous préoccuper. Généralement vous créez des systèmes de fichiers
à l’installation de FreeBSD et décidez où les monter, et ensuite ne les modifiez jamais à moins que vous ajoutiez un
nouveau disque.
Il est tout à fait possible de n’avoir qu’un seul grand système de fichiers racine, et de ne pas en créer d’autres. Il y a
quelques inconvénients à cette approche, et un avantage.
Avantages des systèmes de fichiers multiples
•
Les différents systèmes de fichiers peuvent avoir différentes options de montage. Par exemple, avec une
planification soigneuse, le système de fichiers racine peut être monté en lecture seule, rendant impossible tout
effacement par inadvertance ou édition de fichier critique. La séparation des systèmes de fichiers inscriptibles par
l’utilisateur permet leur montage en mode nosuid; cette option empêche les bits suid/guid des exécutables stockés
sur ce système de fichiers de prendre effet, améliorant peut-être la sécurité.
•
FreeBSD optimise automatiquement la disposition des fichiers sur un système de fichiers, selon la façon dont est
utilisé le système de fichiers. Aussi un système de fichiers contenant beaucoup de petits fichiers qui sont écrits
fréquemment aura une optimisation différente à celle d’un système contenant moins, ou de plus gros fichiers. En
ayant un seul grand système de fichiers cette optimisation est perdue.
•
Les systèmes de fichiers de FreeBSD sont très robustes même en cas de coupure secteur. Cependant une coupure
secteur à un moment critique pourrait toujours endommager la structure d’un système de fichiers. En répartissant
vos données sur des systèmes de fichiers multiples il est plus probable que le système redémarre, vous facilitant la
restauration des données à partir de sauvegardes si nécessaire.
Avantage d’un système de fichiers unique
•
Les systèmes de fichiers ont une taille fixe. Si vous créez un système de fichiers à l’installation de FreeBSD et que
vous lui donnez une taille spécifique, vous pouvez plus tard vous apercevoir que vous avez besoin d’une partition
plus grande. Cela n’est pas facilement faisable sans sauvegardes, recréation du système de fichiers, et enfin
restauration des données.
98
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Important : FreeBSD dispose d’une commande, growfs(8), qui permettra d’augmenter la taille d’un système
de fichiers au vol, supprimant cette limitation.
Les systèmes de fichiers sont contenus dans des partitions. Cela n’a pas la même signification que l’utilisation
commune du terme partition (par exemple une partition MS-DOS), en raison de l’héritage Unix de FreeBSD. Chaque
partition est identifiée par une lettre de a à h. Chaque partition ne contient qu’un seul système de fichiers, cela
signifie que les systèmes de fichiers sont souvent décrits soit par leur point de montage typique dans la hiérarchie du
système de fichiers, soit par la lettre de la partition qui les contient.
FreeBSD utilise aussi de l’espace disque pour l’espace de pagination (“swap”). L’espace de pagination fournit à
FreeBSD la mémoire virtuelle. Cela permet à votre ordinateur de se comporter comme s’il disposait de beaucoup
plus de mémoire qu’il n’en a réellement. Quand FreeBSD vient à manquer de mémoire il déplace certaines données
qui ne sont pas actuellement utilisées vers l’espace de pagination, et les rapatrie (en déplaçant quelque chose d’autre)
quand il en a besoin.
Quelques partitions sont liées à certaines conventions.
Partition
Convention
a
Contient normalement le système de fichiers racine
Contient normalement l’espace de pagination
b
c
d
Normalement de la même taille que la tranche (“slice”) contenant les partitions. Cela permet aux
utilitaires devant agir sur l’intégralité de la tranche (par exemple un analyseur de blocs
défectueux) de travailler sur la partition c. Vous ne devriez normalement pas créer de système de
fichiers sur cette partition.
La partition d a eu dans le passé une signification particulière, ce n’est plus le cas aujourd’hui, et
d pourra être utilisée comme une partition classique.
Chaque partition contenant un système de fichiers est stockée dans ce que FreeBSD appelle une tranche (“slice”).
Tranche - “slice” est le terme FreeBSD pour ce qui est communément appelé partition, et encore une fois, cela en
raison des fondations Unix de FreeBSD. Les tranches sont numérotées, en partant de 1, jusqu’à 4.
Les numéros de tranche suivent le nom du périphérique, avec le préfixe s, et commencent à 1. Donc “da0s1” est la
première tranche sur le premier disque SCSI. Il ne peut y avoir que quatre tranches physiques sur un disque, mais
vous pouvez avoir des tranches logiques dans des tranches physiques d’un type précis. Ces tranches étendues sont
numérotées à partir de 5, donc “ad0s5” est la première tranche étendue sur le premier disque IDE. Elles sont utilisées
par des systèmes de fichiers qui s’attendent à occuper une tranche entière.
Les tranches, les disques “en mode dédié”, et les autres disques contiennent des partitions, qui sont représentées par
des lettres allant de a à h. Cette lettre est ajoutée au nom de périphérique, aussi “da0a” est la partition a sur le
premier disque da, qui est en “en mode dédié”. “ad1s3e” est la cinquième partition de la troisième tranche du second
disque IDE.
En conclusion chaque disque présent sur le système est identifié. Le nom d’un disque commence par un code qui
indique le type de disque, suivi d’un nombre, indiquant de quel disque il s’agit. Contrairement aux tranches, la
numérotation des disques commence à 0. Les codes communs que vous risquez de rencontrer sont énumérés dans le
Tableau 3-1.
Quand vous faites référence à une partition, FreeBSD exige que vous nommiez également la tranche et le disque
99
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
contenant la partition, et quand vous faites référence à une tranche vous devrez également faire référence au nom du
disque. On fait donc référence à une partition en écrivant le nom du disque, s, le numéro de la tranche, et enfin la
lettre de la partition. Des exemples sont donnés dans l’Exemple 3-1.
L’Exemple 3-2 montre un exemple de l’organisation d’un disque qui devrait aider à clarifier les choses.
Afin d’installer FreeBSD vous devez tout d’abord configurer les tranches sur votre disque, ensuite créer les partitions
dans la tranche que vous utiliserez pour FreeBSD, et alors créer un système de fichiers (ou espace de pagination)
dans chaque partition, et décider de l’endroit où seront montés les systèmes de fichiers.
Tableau 3-1. Codes des périphériques disques
Code
Signification
ad
Disque ATAPI (IDE)
da
Disque SCSI
acd
CDROM ATAPI (IDE)
cd
CDROM SCSI
fd
Lecteur de disquette
Exemple 3-1. Exemples d’appellation de disques, tranches et partitions
Nom
Signification
ad0s1a
Première partition (a) sur la première tranche (s1) du premier disque IDE (ad0).
da1s2e
Cinquième partition (e) sur la seconde tranche (s2) du deuxième disque SCSI (da1).
Exemple 3-2. Modèle conceptuel d’un disque
Ce diagramme montre comment FreeBSD voit le premier disque IDE attaché au système. Supposons que le disque a
une capacité de 4 Go, et contient deux tranches de 2 Go (partitions MS-DOS). La première tranche contient un
disque MS-DOS, C:, et la seconde tranche contient une installation de FreeBSD. Dans cet exemple l’installation de
FreeBSD a trois partitions de données, et une partition de pagination.
Les trois partitions accueilleront chacune un système de fichiers. La partition a sera utilisée en tant que système de
fichiers racine, la partition e pour le contenu du répertoire /var, et f pour l’arborescence du répertoire /usr.
100
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Première slice,
appelée ad0s1
(C: sous DOS)
DOS ou
Windows
Partition a,
montée sous /,
appelée ad0s2a
Partition b,
pour le swap,
appelée ad0s2b
Deuxième slice,
appelée ad0s2
Partition e,
montée sous /var,
appelée ad0s2e
Partition c,
non montée,
appelée ad0s2c
Partition f,
montée sous /usr,
appelée ad0s2f
(n'est pas à l'échelle)
3.6. Monter et démonter des systèmes de fichiers
Le système de fichiers peut être vu comme un arbre enraciné sur le répertoire /. /dev, /usr, et les autres répertoires
dans le répertoire racine sont des branches, qui peuvent avoir leurs propres branches, comme /usr/local, et ainsi
de suite.
Il y a diverses raisons pour héberger certains de ces répertoires sur des systèmes de fichiers séparés. /var contient
101
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
les répertoires log/, spool/, et divers types de fichiers temporaires, et en tant que tels, peuvent voir leur taille
augmenter de façon importante. Remplir le système de fichiers racine n’est pas une bonne idée, aussi séparer /var
de / est souvent favorable.
Une autre raison courante de placer certains répertoires sur d’autres systèmes de fichiers est s’ils doivent être
hébergés sur des disques physiques séparés, ou sur des disques virtuels séparés, comme les
systèmes de fichiers réseau, ou les lecteurs de CDROM.
3.6.1. Le fichier fstab
Durant le processus de démarrage, les systèmes de fichiers listés dans /etc/fstab sont automatiquement montés (à
moins qu’il ne soient listés avec l’option noauto).
Le fichier /etc/fstab contient une liste de lignes au format suivant:
device
/mount-point fstype
options
dumpfreq
passno
device
Un nom de périphérique (qui devrait exister), comme expliqué dans la Section 18.2.
mount-point
Un répertoire (qui devrait exister), sur lequel sera monté le système de fichier.
fstype
Le type de système de fichiers à indiquer à mount(8). Le système de fichiers par défaut de FreeBSD est l’ufs.
options
Soit rw pour des systèmes de fichiers à lecture-écriture, soit ro pour des systèmes de fichiers à lecture seule,
suivi par toute option qui peut s’avérer nécessaire. Une option courante est noauto pour les systèmes de
fichiers qui ne sont normalement pas montés durant la séquence de démarrage. D’autres options sont présentées
dans la page de manuel mount(8).
dumpfreq
C’est utilisé par dump(8) pour déterminer quels systèmes de fichiers nécessitent une sauvegarde. Si ce champ
est absent, une valeur de zéro est supposée.
passno
Ceci détermine l’ordre dans lequel les systèmes de fichiers devront être vérifiés. Les systèmes de fichiers qui
doivent être ignorés devraient avoir leur passno positionné à zéro. Le système de fichiers racine (qui doit être
vérifié avant tout le reste) devrait avoir son passno positionné à un, et les options passno des autres systèmes
fichiers devraient être positionnées à des valeurs supérieures à un. Si plus d’un système de fichiers ont le même
passno alors fsck(8) essaiera de vérifier les systèmes de fichiers en parallèle si c’est possible.
Consultez la page de manuel de fstab(5) pour plus d’information sur le format du fichier /etc/fstab et des options
qu’il contient.
102
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
3.6.2. La commande mount
La commande mount(8) est ce qui est finalement utilisé pour monter des systèmes de fichiers.
Dans sa forme la plus simple, vous utilisez:
# mount device mountpoint
Il y beaucoup d’options, comme mentionné dans la page de manuel mount(8), mais les plus courantes sont:
Options de montage
-a
Monte tous les systèmes de fichiers listés dans /etc/fstab. Exception faite de ceux marqués comme
“noauto”, ou exclus par le drapeau -t, ou encore ceux qui sont déjà montés.
-d
Tout effectuer à l’exception de l’appel système de montage réel. Cette option est utile conjointement avec le
drapeau -v pour déterminer ce que mount(8) est en train d’essayer de faire.
-f
Force le montage d’un système de fichiers non propre (dangereux), ou force la révocation de l’accès en écriture
quand on modifie l’état de montage d’un système de fichiers de l’accès lecture-écriture à l’accès lecture seule.
-r
Monte le système de fichiers en lecture seule. C’est identique à l’utilisation de l’argument ro (rdonly pour les
versions de FreeBSD antérieures à la 5.2) avec l’option -o.
-t fstype
Monte le système de fichiers comme étant du type de système donné, ou monte seulement les systèmes de
fichiers du type donné, si l’option -a est précisée.
“ufs” est le type de système de fichiers par défaut.
-u
Mets à jour les options de montage sur le système de fichiers.
-v
Rends la commande prolixe.
-w
Monte le système de fichiers en lecture-écriture.
L’option -o accepte une liste d’options séparées par des virgules, dont les suivantes:
noexec
Ne pas autoriser l’exécution de binaires sur ce système de fichiers. C’est également une option de sécurité utile.
103
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
nosuid
Ne pas prendre en compte les indicateurs setuid ou setgid sur le système de fichiers. C’est également une option
de sécurité utile.
3.6.3. La commande umount
La commande umount(8) prend, comme paramètre, un des points de montage, un nom de périphérique, ou l’option
-a ou -A.
Toutes les formes acceptent -f pour forcer de démontage, et -v pour le mode prolixe. Soyez averti que l’utilisation
de -f n’est généralement pas une bonne idée. Démonter de force des systèmes de fichiers pourrait faire planter
l’ordinateur ou endommager les données sur le système de fichiers.
Les options -a et -A sont utilisées pour démonter tous les systèmes de fichiers actuellement montés, éventuellement
modifié par les types de systèmes de fichiers listés après l’option -t. Cependant l’option -A, n’essaye pas de
démonter le système de fichiers racine.
3.7. Processus
FreeBSD est un système d’exploitation multi-tâches. Cela veut dire qu’il semble qu’il y ait plus d’un programme
fonctionnant à la fois. Tout programme fonctionnant à un moment donné est appelé un processus. Chaque commande
que vous utiliserez lancera au moins un nouveau processus, et il y a de nombreux processus système qui tournent
constamment, maintenant ainsi les fonctionnalités du système.
Chaque processus est identifié de façon unique par un nombre appelé process ID (identifiant de processus), ou PID,
et, comme pour les fichiers, chaque processus possède également un propriétaire et un groupe. Les informations sur
le propriétaire et le groupe sont utilisées pour déterminer quels fichiers et périphériques sont accessibles au
processus, en utilisant le principe de permissions de fichiers abordé plus tôt. La plupart des processus ont également
un processus parent. Le processus parent est le processus qui les a lancés. Par exemple, si vous tapez des commandes
sous un interpréteur de commandes, alors l’interpréteur de commandes est un processus, et toute commande que
vous lancez est aussi un processus. Chaque processus que vous lancez de cette manière aura votre interpréteur de
commandes comme processus parent. Une exception à cela est le processus spécial appelé init(8). init est toujours
le premier processus, donc son PID est toujours 1. init est lancé automatiquement par le noyau au démarrage de
FreeBSD.
Deux commandes sont particulièrement utiles pour voir les processus sur le système, ps(1) et top(1). La commande
ps est utilisée pour afficher une liste statique des processus tournant actuellement, et peut donner leur PID, la
quantité de mémoire qu’ils utilisent, la ligne de commande par l’intermédiaire de laquelle ils ont été lancés, et ainsi
de suite. La commande top(1) affiche tous les processus, et actualise l’affichage régulièrement, de sorte que vous
puissiez voir de façon intéractive ce que fait l’ordinateur.
Par défaut, ps(1) n’affiche que les commandes que vous faites tourner et dont vous êtes le propriétaire. Par exemple:
% ps
PID
298
7078
37393
TT
p0
p0
p0
STAT
Ss
S
I
TIME
0:01.10
2:40.88
0:03.11
COMMAND
tcsh
xemacs mdoc.xsl (xemacs-21.1.14)
xemacs freebsd.dsl (xemacs-21.1.14)
104
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
48630
48730
72210
390
7059
6688
10735
20256
262
270
280
284
285
p0
p0
p0
p1
p2
p3
p4
p5
v0
v0
v0
v0
v0
S
IW
R+
Is
Is+
IWs
IWs
IWs
IWs
IW+
IW+
IW
S
2:50.89
0:00.00
0:00.00
0:01.14
1:36.18
0:00.00
0:00.00
0:00.00
0:00.00
0:00.00
0:00.00
0:00.00
0:38.45
/usr/local/lib/netscape-linux/navigator-linux-4.77.bi
(dns helper) (navigator-linux-)
ps
tcsh
/usr/local/bin/mutt -y
tcsh
tcsh
tcsh
-tcsh (tcsh)
/bin/sh /usr/X11R6/bin/startx -- -bpp 16
xinit /home/nik/.xinitrc -- -bpp 16
/bin/sh /home/nik/.xinitrc
/usr/X11R6/bin/sawfish
Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, la sortie de ps(1) est organisée en un certain nombre de colonnes. PID
est l’identifiant de processus discuté plus tôt. Les PIDs sont assignés à partir de 1, et vont jusqu’à 99999, et puis
repassent à 1 quand le maximum est atteint (un PID n’est pas réassigné s’il est déjà utilisé). La colonne TT donne le
terminal sur lequel tourne le programme, et peut être pour le moment ignoré sans risque. STAT affiche l’état du
programme, peut être également ignoré. TIME est la durée d’utilisation du CPU—ce n’est généralement pas le temps
écoulé depuis que vous avez lancé le programme, comme la plupart des programmes passent beaucoup de temps à
attendre que certaines choses se produisent avant qu’ils n’aient besoin de dépenser du temps CPU. Et enfin,
COMMAND est la ligne de commande qui a été utilisée lors du lancement du programme.
ps(1) supporte un certain nombre d’options différentes pour modifier les informations affichées. Un des ensembles
d’options les plus utiles est auxww. a affiche l’information au sujet de tous les processus tournant, et pas seulement
les vôtres. u donne le nom de l’utilisateur du propriétaire du processus, ainsi que l’utilisation de la mémoire. x
affiche des informations sur les processus “daemon”, et ww oblige ps(1) à afficher la ligne de commande complète
pour chaque processus, plutôt que de la tronquer quand elle est trop longue pour tenir à l’écran.
La sortie de top(1) est semblable. Un extrait de session ressemble à ceci:
% top
last pid: 72257; load averages: 0.13, 0.09, 0.03
up 0+13:38:33 22:39:10
47 processes: 1 running, 46 sleeping
CPU states: 12.6% user, 0.0% nice, 7.8% system, 0.0% interrupt, 79.7% idle
Mem: 36M Active, 5256K Inact, 13M Wired, 6312K Cache, 15M Buf, 408K Free
Swap: 256M Total, 38M Used, 217M Free, 15% Inuse
PID
72257
7078
281
296
48630
175
7059
...
USERNAME PRI NICE SIZE
RES STATE
nik
28
0 1960K 1044K RUN
nik
2
0 15280K 10960K select
nik
2
0 18636K 7112K select
nik
2
0 3240K 1644K select
nik
2
0 29816K 9148K select
root
2
0
924K
252K select
nik
2
0 7260K 4644K poll
TIME
WCPU
0:00 14.86%
2:54 0.88%
5:36 0.73%
0:12 0.05%
3:18 0.00%
1:41 0.00%
1:38 0.00%
CPU
1.42%
0.88%
0.73%
0.05%
0.00%
0.00%
0.00%
COMMAND
top
xemacs-21.1.14
XF86_SVGA
xterm
navigator-linu
syslogd
mutt
La sortie est divisée en deux sections. L’entête (les cinq premières lignes) donne le PID du dernier processus lancé, la
charge système moyenne (qui est une mesure de l’occupation du système), la durée de fonctionnement du système
(le temps écoulé depuis le dernier redémarrage), et l’heure actuelle. Les autres éléments de l’entête concernent le
105
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
nombre de processus en fonctionnement (47 dans notre cas), combien d’espace mémoire et d’espace de pagination
sont occupés, et combien de temps le système passe dans les différents états du CPU.
En dessous il y a une série de colonnes contenant des informations semblables à celles données par ps(1). Comme
précédemment vous pouvez lire le PID, le nom d’utilisateur, la quantité de temps CPU consommée, et la commande
qui a été lancée. top(1) vous affiche par défaut la quantité d’espace mémoire utilisée par chaque processus. Cela est
divisé en deux colonnes, une pour la quantité totale, et une autre pour la quantité résidente—la quantité totale
représente l’espace mémoire dont a eu besoin l’application, et la quantité résidente représente l’espace qui est en fait
utilisé actuellement. Dans cet exemple vous pouvez voir que Netscape® a exigé presque 30 Mo de RAM, mais
utilise actuellement seulement 9Mo.
top(1) actualise l’affichage toutes les deux secondes; cela peut être modifié avec l’option s.
3.8. Daemons, signaux, et comment tuer un processus
Quand vous utilisez un éditeur il est facile de le contrôler, de lui dire de charger des fichiers, et ainsi de suite. Vous
pouvez faire cela parce que l’éditeur fournit les possibilités de le faire, et parce qu’un éditeur est attaché à un
terminal. Certains programmes ne sont pas conçus pour fonctionner avec un dialogue constant avec l’utilisateur, et
donc ils se déconnectent du terminal à la première occasion. Par exemple, un serveur web passe son temps à
répondre aux requêtes web, il n’attend normalement pas d’entrée de votre part. Les programmes qui transportent le
courrier électronique de site en site sont un autre exemple de cette classe d’application.
Nous appelons ces programmes des daemons (démons). Les “daemons” étaient des personnages de la mythologie
Grecque: ni bon ni mauvais, c’étaient de petits esprits serviteurs qui, généralement, ont été à l’origine de choses
utiles à l’humanité, un peu comme les serveurs web ou de messagerie d’aujourd’hui nous sont utiles. C’est pourquoi
la mascotte BSD a été, pendant longtemps, un démon à l’apparence joyeuse portant des chaussures de tennis et une
fourche.
Il existe une convention pour nommer les programmes qui fonctionnent normalement en tant que daemons qui est
d’utiliser une terminaison en “d”. BIND est le “Berkeley Internet Name Domain”, mais le programme réel qui est
exécuté s’appelle named); le programme correspondant au serveur web Apache est appelé httpd; le daemon de
gestion de la file d’attente de l’imprimante est lpd, et ainsi de suite. C’est une convention, mais pas une obligation
pure et simple; par exemple le daemon principal de gestion du courrier électronique pour l’application Sendmail est
appelé sendmail, et non pas maild, comme vous pourriez l’imaginer.
Parfois vous devrez communiquer avec un processus daemon. Une manière de procéder est de lui (ou à tout
processus en cours d’exécution) envoyer ce que l’on appelle un signal. Il existe un certain nombre de signaux
différents que vous pouvez envoyer—certains d’entre eux ont une signification précise, d’autres sont interprétés par
l’application, et la documentation de l’application vous indiquera comment l’application interprète ces signaux. Vous
ne pouvez envoyer de signaux qu’aux processus dont vous êtes le propriétaire. Si vous envoyez un signal à un
processus appartenant à quelqu’un d’autre avec kill(1) ou kill(2), vous obtiendrez un refus de permission. Il existe
une exception à cela: l’utilisateur root, qui peut envoyer des signaux aux processus de chacun.
Dans certain cas FreeBSD enverra également aux applications des signaux. Si une application est mal écrite, et tente
d’accéder à une partie de mémoire à laquelle elle n’est pas supposée avoir accès, FreeBSD envoie au processus le
signal de violation de segmentation (SIGSEGV). Si une application a utilisé l’appel système alarm(3) pour être avertie
dès qu’une période de temps précise est écoulée alors lui sera envoyé le signal d’alarme (SIGALRM), et ainsi de suite.
Deux signaux peuvent être utilisés pour arrêter un processus, SIGTERM et SIGKILL. SIGTERM est la manière polie de
tuer un processus; le processus peut attraper le signal, réaliser que vous désirez qu’il se termine, fermer les fichiers
106
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
de trace qu’il a peut-être ouvert, et généralement finir ce qu’il était en train de faire juste avant la demande d’arrêt.
Dans certains cas un processus peut ignorer un SIGTERM s’il est au milieu d’une tâche qui ne peut être interrompue.
SIGKILL ne peut être ignoré par un processus. C’est le signal “Je me fiche de ce que vous faites, arrêtez
immédiatement”. Si vous envoyez un SIGKILL à un processus alors FreeBSD stoppera le processus4.
Les autres signaux que vous pourriez avoir envie d’utiliser sont SIGHUP, SIGUSR1, et SIGUSR2. Ce sont des signaux
d’usage général, et différentes applications se comporteront différemment quand ils sont envoyés.
Supposez que vous avez modifié le fichier de configuration de votre serveur web—vous voudriez dire à votre serveur
web de relire son fichier de configuration. Vous pourriez arrêter et relancer httpd, mais il en résulterait une brève
période d’indisponibilité de votre serveur web, ce qui peut être indésirable. La plupart des daemons sont écrits pour
répondre au signal SIGHUP en relisant leur fichier de configuration. Donc au lieu de tuer et relancer httpd vous lui
enverriez le signal SIGHUP. Parce qu’il n’y a pas de manière standard de répondre à ces signaux, différents daemons
auront différents comportements, soyez sûr de ce que vous faites et lisez la documentation du daemon en question.
Les signaux sont envoyés en utilisant la commande kill(1), comme cet exemple le montre:
Envoyer un signal à un processus
Cet exemple montre comment envoyer un signal à inetd(8). Le fichier de configuration d’inetd est
/etc/inetd.conf, et inetd relira ce fichier de configuration quand un signal SIGHUP est envoyé.
1.
Trouvez l’identifiant du processus (PID) auquel vous voulez envoyer le signal. Faites-le en employant ps(1) et
grep(1). La commande grep(1) est utilisée pour rechercher dans le résultat la chaîne de caractères que vous
spécifiez. Cette commande est lancée en tant qu’utilisateur normal, et inetd(8) est lancé en tant que root, donc
les options ax doivent être passées à ps(1).
% ps -ax | grep inetd
198
??
IWs
0:00.00 inetd -wW
Donc le PID d’inetd(8) est 198. Dans certains cas la commande grep inetd pourrait aussi apparaître dans le
résultat. C’est à cause de la façon dont ps(1) recherche la liste des processus en fonctionnement.
2.
Utilisez kill(1) pour envoyer le signal. Etant donné qu’inetd(8) tourne sous les droits de l’utilisateur root vous
devez utilisez su(1) pour devenir, en premier lieu, root.
% su
Password:
# /bin/kill -s HUP 198
Comme la plupart des commandes UNIX, kill(1) n’affichera rien si la commande est couronnée de succès. Si
vous envoyez un signal à un processus dont vous n’êtes pas le propriétaire alors vous verrez “kill: PID :
Operation not permitted”. Si vous avez fait une erreur dans le PID, vous enverrez le signal soit à un
mauvais processus, ce qui peut être mauvais, soit, si vous êtes chanceux, vous enverrez le signal à un PID qui
n’est pas actuellement utilisé, et vous verrez “kill: PID : No such process”.
Pourquoi utiliser /bin/kill? : De nombreux interpréteurs de commandes fournissent la commande kill
comme commande interne; c’est à dire, que l’interpréteur de commandes enverra directement le signal,
plutôt que de lancer /bin/kill. Cela peut être utile, cependant les différents interpréteurs ont une syntaxe
différente pour spécifier le nom du signal à envoyer. Plutôt que de tenter de les apprendre toutes, il peut être
plus simple de juste employer directement la commande /bin/kill ....
107
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Envoyer d’autres signaux est très semblable, substituez juste TERM ou KILL dans la ligne de commande si nécessaire.
Important : Tuer au hasard des processus sur le système peut être une mauvaise idée. En particulier, init(8),
processus à l’identifiant 1, qui est très particulier. Lancer la commande /bin/kill -s KILL 1 est une manière
rapide d’arrêter votre système. Vérifiez toujours à deux fois les arguments que vous utilisez avec kill(1) avant
d’appuyer sur Entrée.
3.9. Interpréteurs de commandes - “Shells”
Sous FreeBSD, beaucoup du travail quotidien est effectué sous une interface en ligne de commande appelée
interpréteur de commandes ou “shell”. Le rôle principal d’un interpréteur de commandes est de prendre les
commandes sur le canal d’entrée et de les exécuter. Beaucoup d’interpréteurs de commandes ont également des
fonctions intégrées pour aider dans les tâches quotidiennes comme la gestion de fichiers, le mécanisme de
remplacement et d’expansion des jokers (“file globbing”), l’édition de la ligne de commande, les macros
commandes, et les variables d’environnement. FreeBSD est fournit avec un ensemble d’interpréteurs de commandes,
comme sh, l’interpréteur de commandes Bourne, et tcsh, l’interpréteur de commandes C-shell amélioré. Beaucoup
d’autres interpréteurs de commandes sont disponibles dans le catalogue des logiciels portés, comme zsh et bash.
Quel interpréteur de commandes utilisez-vous? C’est vraiment une question de goût. Si vous programmez en C vous
pourriez vous sentir plus à l’aise avec un interpréteur de commandes proche du C comme tcsh. Si vous venez du
monde Linux ou que vous êtes nouveau à l’interface en ligne de commande d’UNIX vous pourriez essayer bash.
L’idée principale est que chaque interpréteur de commandes à des caractéristiques uniques qui peuvent ou ne peuvent
pas fonctionner avec votre environnement de travail préféré, et que vous avez vraiment le choix de l’interpréteur de
commandes à utiliser.
Une des caractéristiques communes des interpréteurs de commandes est de pouvoir compléter les noms de fichiers
(“filename completion”). En tapant les premières lettres d’une commande ou d’un fichier, vous pouvez
habituellement faire compléter automatiquement par l’interpréteur de commandes le reste de la commande ou du
nom du fichier en appuyant sur la touche Tab du clavier. Voici un exemple. Supposez que vous avez deux fichiers
appelés respectivement foobar et foo.bar. Vous voulez effacer foo.bar. Donc ce que vous devriez taper sur le
clavier est: rm fo[Tab].[Tab].
L’interpréteur de commandes devrait afficher rm foo[BEEP].bar.
Le [BEEP] est la sonnerie de la console, c’est l’interpréteur de commande indiquant qu’il n’est pas en mesure de
compléter totalement le nom du fichier parce qu’il y a plus d’une possibilité. foobar et foo.bar commencent tous
les deux par fo, mais il fut capable de compléter jusqu’à foo. Si vous tapez ., puis appuyez à nouveau sur Tab,
l’interpréteur de commandes devrait pouvoir compléter le reste du nom du fichier pour vous.
Une autre caractéristique de l’interpréteur de commandes est l’utilisation de variables d’environnement. Les
variables d’environnement sont une paire variable/valeur stockées dans l’espace mémoire d’environnement de
l’interpréteur de commandes. Cet espace peut être lu par n’importe quel programme invoqué par l’interpréteur de
commandes, et contient ainsi beaucoup d’éléments de configuration des programmes. Voici une liste des variables
d’environnement habituelles et ce qu’elles signifient:
Variable
Description
108
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Variable
Description
USER
Le nom d’utilisateur de la personne actuellement attachée
au système.
La liste des répertoires, séparés par deux points, pour la
recherche des programmes.
PATH
DISPLAY
Le nom réseau de l’affichage X11 auquel on peut se
connecter, si disponible.
SHELL
Le nom de l’interpréteur de commandes actuellement
utilisé.
Le nom du type de terminal de l’utilisateur. Utilisé pour
déterminer les capacités du terminal.
TERM
TERMCAP
OSTYPE
MACHTYPE
EDITOR
PAGER
MANPATH
L’entrée de la base de données des codes d’échappement
pour permettre l’exécution de diverses fonctions du
terminal.
Type du système d’exploitation, e.g. FreeBSD.
L’architecture du CPU sur lequel tourne actuellement le
système.
L’éditeur de texte préferé de l’utilisateur.
Le visualisateur de page de texte préferré de l’utilisateur.
La liste des répertoires, séparés par deux points, pour la
recherche des pages de manuel.
Fixer une variable d’environnement diffère légèrement d’un interpréteur de commandes à l’autre. Par exemple, dans
le style de l’interpréteur de commandes de type C-shell comme tcsh et csh, vous utiliseriez setenv pour fixer le
contenu d’une variable d’environnement. Sous les interpréteurs de commandes Bourne comme sh et bash, vous
utiliseriez export pour configurer vos variables d’environnement. Par exemple, pour fixer ou modifier la variable
d’environnement EDITOR, sous csh ou tcsh une commande comme la suivante fixera EDITOR à
/usr/local/bin/emacs:
% setenv EDITOR /usr/local/bin/emacs
Sous les interpréteurs de commandes Bourne:
% export EDITOR="/usr/local/bin/emacs"
Vous pouvez faire afficher à la plupart des interpréteurs de commandes la variable d’environnement en plaçant un
caractère $ juste devant son nom sur la ligne de commande. Par exemple, echo $TERM affichera le contenu de
$TERM, car l’interpréteur de commande complète $TERM et passe la main à echo.
Les interpréteurs de commandes traitent beaucoup de caractères spéciaux, appelés métacaractères, en tant que
représentation particulière des données. Le plus commun est le caractère *, qui représente zéro ou plusieurs
caractères dans le nom du fichier. Ces métacaractères spéciaux peuvent être utilisés pour compléter automatiquement
le nom des fichiers. Par exemple, taper echo * est presque la même chose que taper ls parce que l’interpréteur de
commandes prendra tous les fichiers qui correspondent à * et les passera à echo pour les afficher.
Pour éviter que l’interpréteur de commande n’interprète les caractères spéciaux, ils peuvent être neutralisés en
ajoutant un caractère antislash (\) devant. echo $TERM affichera votre type de terminal. echo \$TERM affichera
$TERM tel quel.
109
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
3.9.1. Changer d’interpréteur de commandes
La méthode la plus simple pour changer votre interpréteur de commandes est d’utiliser la commande chsh. En
lançant chsh vous arriverez dans l’éditeur correspondant à votre variable d’environnement EDITOR; si elle n’est pas
fixée, cela sera vi. Modifiez la ligne “Shell:” en conséquence.
Vous pouvez également passer le paramètre -s à chsh; cela modifiera votre interpréteur de commandes sans avoir à
utiliser un éditeur. Par exemple, si vous vouliez changer votre interpréteur de commandes pour bash, ce qui suit
devrait faire l’affaire:
% chsh -s /usr/local/bin/bash
Note : L’interpréteur de commandes que vous désirez utiliser doit être présent dans le fichier /etc/shells. Si
vous avez installé l’interpréteur de commandes à partir du catalogue des logiciels portés, alors cela a dû déjà
être fait pour vous. Si vous avez installé à la main l’interpréteur de commandes, vous devez alors le faire.
Par exemple, si vous avez installé bash à la main et l’avez placé dans /usr/local/bin, vous devrez faire:
# echo "/usr/local/bin/bash" >> /etc/shells
Puis relancer chsh.
3.10. Editeurs de texte
Beaucoup de configurations sous FreeBSD sont faites en éditant des fichiers textes. Aussi ce serait une bonne idée de
se familiariser avec un éditeur de texte. FreeBSD est fourni avec quelques-uns en tant qu’éléments de système de
base, et beaucoup d’autres sont disponibles dans le catalogue des logiciels portés.
L’éditeur de plus facile et le plus simple à apprendre est un éditeur appelé ee, qui signifie l’éditeur facile (easy editor).
Pour lancer ee, on taperait sur la ligne de commande ee fichier où fichier est le nom du fichier qui doit être
édité. Par exemple, pour éditer /etc/rc.conf, tapez ee /etc/rc.conf. Une fois sous ee, toutes les commandes
pour utiliser les fonctions de l’éditeur sont affichées en haut de l’écran. Le caractère ^ représente la touche Ctrl sur le
clavier, donc ^e représente la combinaison de touches Ctrl+e. Pour quitter ee, appuyez sur la touche Echap, ensuite
choisissez “leave editor”. L’éditeur vous demandera s’il doit sauver les changements si le fichier a été modifié.
FreeBSD est également fourni avec des éditeurs de texte plus puissants comme vi en tant qu’élément du système de
base, alors que d’autres éditeurs, comme Emacs et vim, en tant qu’élément du catalogue des logiciels portés de
FreeBSD (editors/emacs et editors/vim). Ces éditeurs offrent beaucoup plus de fonctionnalités et de puissance
aux dépens d’être un peu plus compliqués à apprendre. Cependant si vous projetez de faire beaucoup d’édition de
texte, l’étude d’un éditeur plus puissant comme vim ou Emacs vous permettra d’économiser beaucoup plus de temps
à la longue.
3.11. Périphériques et fichiers spéciaux de périphérique
Un périphérique est un terme utilisé la plupart du temps pour les activités en rapport avec le matériel présent sur le
système, incluant les disques, les imprimantes, les cartes graphiques, et les claviers. Quand FreeBSD démarre, la
110
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
majorité de ce qu’affiche FreeBSD est la détection des périphériques. Vous pouvez à nouveau consulter les messages
de démarrage en visualisant le fichier /var/run/dmesg.boot.
Par exemple, acd0 est le premier lecteur de CDROM IDE, tandis que kbd0 représente le clavier.
La plupart de ces périphériques sous un système d’exploitation UNIX peuvent être accédés par l’intermédiaire de
fichiers appelés fichiers spéciaux de périphérique (“device node”), qui sont situés dans le répertoire /dev.
3.11.1. Créer des fichiers spéciaux de périphérique
Quand vous ajoutez un nouveau périphérique à votre système, ou compilez le support pour des périphériques
supplémentaires, de nouveaux fichiers spéciaux de périphérique doivent être créés.
3.11.1.1. DEVFS (“DEVice File System” - Système de fichiers de périphérique)
Le système de fichiers de périphérique, ou DEVFS, fournit un accès à l’espace nom des périphériques du noyau dans
l’espace nom du système de fichiers global. Au lieu d’avoir à créer et modifier les fichiers spéciaux de périphérique,
DEVFS maintient ce système de fichiers particulier pour vous.
Voir la page de manuel de devfs(5) pour plus d’information.
3.12. Le format des fichiers binaires
Afin de comprendre pourquoi FreeBSD utilise le format elf(5), vous devez d’abord connaître quelques détails
concernant les trois formats “dominants” d’exécutables actuellement en vigueur sous UNIX:
•
a.out(5)
Le plus vieux et le format objet “classique” d’UNIX. Il utilise une entête courte et compacte avec un nombre
magique au début qui est souvent utilisé pour caractériser le format (voir la page de manuel a.out(5) pour plus de
détails). Il contient trois segments chargés: .text, .data, et .bss plus une table de symboles et une table de chaînes de
caractères.
•
COFF
Le format objet SVR3. L’entête comprend une table de section, de telle sorte que vous avez plus de sections
qu’uniquement .text, .data et .bss.
•
elf(5)
Le successeur de COFF, qui permet des sections multiples et des valeurs possibles de 32 bits et 64 bits. Un
inconvénient majeur: ELF a aussi été conçu en supposant qu’il y aurait qu’un seul ABI par architecture système.
Cette hypothèse est en fait assez incorrecte, et même dans le monde SYSV (qui a au moins trois ABIs: SVR4,
Solaris, SCO) cela ne se vérifie pas.
FreeBSD essaye de contourner ce problème en fournissant un utilitaire pour marquer un exécutable connu ELF
avec des informations sur l’ABI qui va avec. Consultez la page de manuel de brandelf(1) pour plus d’informations.
FreeBSD vient du camp “classique” et a utilisé le format a.out(5), une technologie employée et éprouvée à travers
des générations de BSDs, jusqu’aux débuts de la branche 3.X. Bien qu’il fut possible de compiler et d’exécuter des
111
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
binaires natifs ELF (et noyaux) sous FreeBSD avant cela, FreeBSD a initialement résisté à la “pression” de passer à
ELF comme format par défaut. Pourquoi? Bien, quand le camp Linux ont fait leur pénible transition vers ELF, ce
n’est pas tant fuir le format a.out qui rendait difficile la construction de bibliothèques partagée pour les
développeurs mais le mécanisme de bibliothèques partagées basé sur des tables de sauts inflexible. Puisque les outils
ELF disponibles offraient une solution au problème des bibliothèques partagées et étaient perçus comme “le chemin
à suivre” de toute façon, le coût de la migration a été accepté comme nécessaire, et la transition a été réalisée. Le
mécanisme FreeBSD de bibliothèques partagées se rapproche plus du style de mécanisme de bibliothèques partagées
de SunOS™ de Sun, et est très simple à utiliser.
Pourquoi existe-t-il tant de formats différents?
Dans un obscure et lointain passé, il y avait du matériel simple. Ce matériel simple supportait un simple petit
système. a.out était complètement adapté pour représenter les binaires sur ce système simple (un PDP-11). Au fur
et à mesure que des personnes portaient UNIX à partir de ce système simple, ils ont maintenus le format a.out parce
qu’il était suffisant pour les premiers portages d’UNIX sur des architectures comme le Motorola 68k, les VAX, etc.
Alors un certain ingénieur matériel brillant a décidé qu’il pourrait forcer le matériel à faire des choses bizarre,
l’autorisant ainsi à réduire le nombre de portes logiques et permettant au coeur du CPU de fonctionner plus
rapidement. Bien qu’on l’a fait fonctionner avec ce nouveau type de matériel (connu de nos jour sous le nom de
RISC), a.out n’était pas adapté à ce matériel, aussi beaucoup de formats ont été développés pour obtenir de
meilleures performances de ce matériel que ce que pouvait offrir le simple et limité format qu’était a.out. Des
choses comme COFF, ECOFF, et quelques autres obscures formats ont été inventé et leur limites explorées avant que
les choses ne se fixent sur ELF.
En outre, les tailles des programmes devenaient énormes alors que les disques (et la mémoire physique) étaient
toujours relativement petits, aussi le concept de bibliothèque partagée est né. Le système de VM (mémoire virtuelle)
est également devenu plus sophistiqué. Tandis que chacune de ces avancées était faites en utilisant le format a.out,
son utilité a été élargie de plus en plus avec chaque nouvelle fonction. De plus les gens ont voulu charger
dynamiquement des choses à l’exécution, ou se débarrasser de partie de leur programme après l’initialisation pour
économiser de l’espace mémoire et de pagination. Les langages sont devenus plus sophistiqués et les gens ont voulu
du code appelé automatiquement avant la partie principale du programme. Beaucoup de modifications ont été
apportées au format a.out pour rendre possible toutes ces choses, et cela a fonctionné pendant un certain temps.
Avec le temps, a.out n’était plus capable de gérer tous ces problèmes sans une augmentation toujours croissante du
code et de sa complexité. Tandis ELF résolvait plusieurs de ces problèmes, il aurait été pénible de quitter un système
qui a fonctionné. Ainsi ELF a dû attendre jusqu’au moment où il était plus pénible de rester avec a.out que
d’émigrer vers ELF.
Cependant, avec le temps, les outils de compilation desquels ceux de FreeBSD sont dérivés (l’assembleur et le
chargeur tout spécialement) ont évolué en parallèle. Les développeurs FreeBSD ajoutèrent les bibliothèques
partagées et corrigèrent quelques bogues. Les gens de chez GNU qui ont à l’origine écrit ces programmes, les
récrivirent et ajoutèrent un support plus simple pour la compilation multi-plateformes, avec différents formats à
volonté, et ainsi de suite. Lorsque beaucoup de personnes ont voulu élaborer des compilateurs multi-plateformes
pour FreeBSD, elles n’eurent pas beaucoup de chance puisque les anciennes sources que FreeBSD avait pour as et ld
n’étaient pas adaptées à cette tâche. Le nouvel ensemble d’outils de GNU (binutils) supporte la compilation
multi-plateformes, ELF, les bibliothèques partagées, les extensions C++, etc. De plus, de nombreux vendeurs de
logiciels fournissent des binaires ELF, et c’est une bonne chose pour permettre leur exécution sous FreeBSD.
ELF est plus expressif qu’a.out et permet plus d’extensibilité dans le système de base. Les outils ELF sont mieux
maintenus, et offrent un support pour la compilation multi-plateformes, ce qui est important pour de nombreuses
personnes. ELF peut être légèrement plus lent qu’a.out, mais tenter de mesurer cette différence n’est pas aisé. Il y a
également de nombreux détails qui diffèrent entre les deux dans la façon dont ils mappent les pages mémoire, gère le
112
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
code d’initialisation, etc. Dans le futur, le support a.out sera retiré du noyau GENERIC, et par la suite retiré des
sources du noyau une fois que le besoin d’exécuter d’anciens programmes a.out aura disparu.
3.13. Pour plus d’information
3.13.1. Les pages de manuel
La documentation la plus complète sur FreeBSD est sous la forme de pages de manuel. Presque chaque programme
sur le système est fournit avec un court manuel de référence expliquant l’utilisation de base et les diverses options.
Ces manuels peuvent être visualisés avec la commande man. L’utilisation de la commande man est simple:
% man command
command est le nom de la commande à propos de laquelle vous désirez en savoir plus. Par exemple, pour en savoir
plus au sujet de la commande ls tapez:
% man ls
Les manuels en ligne sont divisés en sections numérotées:
1. Commandes utilisateur.
2. Appels système et numéros d’erreur.
3. Fonctions des bibliothèques C.
4. Pilotes de périphérique.
5. Formats de fichier.
6. Jeux et autres divertissements.
7. Information diverse.
8. Commandes de maintenance et d’utilisation du système.
9. Information de développement du noyau.
Dans certains cas, le même sujet peut apparaître dans plus d’une section du manuel en ligne. Par exemple, il existe
une commande utilisateur chmod et un appel système chmod(). Dans ce cas, vous pouvez préciser à la commande
man laquelle vous désirez en spécifiant la section:
% man 1 chmod
Cela affichera la page de manuel de la commande utilisateur chmod. Les références à une section particulière du
manuel en ligne sont traditionnellement placées entre parenthèses, ainsi chmod(1) se rapporte à la commande
utilisateur chmod et chmod(2) se rapporte à l’appel système.
C’est parfait si vous connaissez le nom de la commande et vous souhaitez simplement savoir comment l’utiliser,
mais qu’en est-il si vous ne pouvez pas vous rappelez du nom de la commande? Vous pouvez utiliser man pour
rechercher des mots-clés dans les descriptions de commandes en employant l’option -k:
% man -k mail
113
Chapitre 3. Quelques bases d’UNIX
Avec cette commande on vous affichera la liste des commandes qui ont le mot-clé “mail” dans leurs descriptions.
C’est en fait équivalent à l’utilisation de la commande apropos.
Ainsi, vous regardez toutes ces commandes fantaisistes contenues dans /usr/bin mais vous n’avez pas la moindre
idée de ce quelles font vraiment? Faites simplement:
% cd /usr/bin
% man -f *
ou
% cd /usr/bin
% whatis *
ce qui fait la même chose.
3.13.2. Fichiers GNU Info
FreeBSD inclut beaucoup d’applications et d’utilitaires produit par la Fondation pour le Logiciel Libre ( Free
Software Foundation). En plus des pages de manuel, ces programmes sont fournis avec des documents hypertexte
appelés fichiers info qui peuvent être lus avec la commande info ou, si vous avez installé emacs, dans le mode info
d’emacs.
Pour utiliser la commande info(1), tapez simplement:
% info
Pour une brève introduction, tapez h. Pour une référence rapide sur la commande, tapez ?.
Notes
1. C’est ce que signifie i386. Notez que même si vous ne faites pas tourner FreeBSD sur un CPU Intel 386, cela
sera i386. Ce n’est pas le type de votre microprocesseur, mais “l’architecture” du microprocesseur qui est
donnée ici.
2. Les procédures de démarrage sont des programmes qui sont exécutés automatiquement par FreeBSD au
démarrage. Leur fonction principale est de configurer le système pour permettre l’exécution de tout programme,
et de démarrer tout service que vous avez configuré pour tourner en tâche de fond et exécuter des choses utiles.
3. Une description assez technique et précise de tous les détails de la console FreeBSD et des pilotes de clavier peut
être trouvée dans les pages de manuel de syscons(4), atkbd(4), vidcontrol(1) et kbdcontrol(1). Nous ne nous
étendrons pas en détails ici, mais le lecteur intéressé peut toujours consulter les pages de manuel pour explication
plus détaillée et plus complète sur le fonctionnement des choses.
4. Ce n’est pas tout à fait vrai—il y a quelques cas où les choses ne peuvent être interrompues. Par exemple, si le
processus est en train d’essayer de lire un fichier qui est sur un autre ordinateur sur le réseau, et que l’autre
ordinateur n’est plus accessible pour quelque raison (a été éteint, ou le réseau a un problème), alors le processus
est dit “non interruptible”. Par la suite le processus entrera en pause, typiquement après deux minutes. Dès que
cette pause sera effective le processus sera tué.
114
Chapitre 4. Installer des applications: les
logiciels pré-compilés et les logiciels portés
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
4.1. Synopsis
FreeBSD est livré avec une riche collection d’outils en tant que partie du système de base. Beaucoup de choses
peuvent être faites avant d’avoir besoin de recourir à l’installation d’une application tiers pour effectuer un travail
précis. FreeBSD fournit deux technologies complémentaires pour installer des logiciels tiers sur votre système: le
Catalogue des logiciels portés de FreeBSD (pour une installation à partir des sources), et les logiciels pré-compilés
ou « paquetages » (pour installer des binaires pré-compilés). N’importe laquelle de ces deux méthodes peut être
utilisée pour installer les nouvelles versions de vos applications favorites à partir d’un support local ou directement
depuis le réseau.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Comment installer des logiciels tiers pré-compilés.
•
Comment compiler des logiciels tiers à partir des sources en utilisant le catalogue de logiciels portés.
•
Comment effacer les logiciels pré-compilés ou portés précédemment installés.
•
Comment modifier les paramètres par défaut utilisés par le catalogue des logiciels portés.
•
Comment trouver l’application recherchée.
•
Comment mettre à jour vos applications.
4.2. Généralités sur l’installation de logiciels
Si vous avez utilisé auparavant un système UNIX vous saurez que la procédure typique pour installer les logiciels
tiers ressemble à ceci:
1.
Télécharger le logiciel, qui peut être distribué sous forme de code source, ou sous forme d’un binaire.
2.
Extraire le logiciel de son format de distribution (généralement une archive tar compressée soit avec
compress(1), soit avec gzip(1), ou encore bzip2(1)).
3.
Recherchez la documentation (peut être un fichier INSTALL ou README, ou des fichiers dans un sous répertoire
doc/) et lisez les informations sur comment installer le logiciel.
4.
Si le logiciel était distribué sous forme de sources, compilez-le. Cela peut impliquer l’édition d’un Makefile,
ou l’exécution d’une procédure configure, et d’autres activités.
5.
Tester et installer le logiciel.
Et cela si seulement tout se passe bien. Si vous installez un logiciel qui n’a pas été spécialement porté pour FreeBSD,
il se peut que vous deviez éditer le code source pour le faire fonctionner correctement.
115
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
Si vous le voulez, vous pouvez continuer d’installer des logiciels suivant la méthode “traditionnelle” sous FreeBSD.
Cependant, FreeBSD fournit deux technologies avec lesquelles vous pouvez vous économiser beaucoup d’efforts: les
logiciels pré-compilés et le catalogue des logiciels portés. A l’heure de l’écriture de ces lignes, plus de 20,000
applications tierces sont ainsi mises à disposition.
Pour n’importe quelle application donnée, le logiciel pré-compilé FreeBSD pour cette application est un unique
fichier à télécharger. Il contient les copies pré-compilées de toutes les commandes de l’application, ainsi que tous
fichiers de configuration et documentation. Un logiciel pré-compilé téléchargé peut être manipulé avec les
commandes FreeBSD de gestion des logiciels pré-compilés, comme pkg_add(1), pkg_delete(1), pkg_info(1), et ainsi
de suite. L’installation d’une nouvelle application peut être effectuée grâce à une unique commande.
Un logiciel porté pour FreeBSD est un ensemble de fichiers conçus pour automatiser le processus de compilation
d’une application à partir du code source.
Rappelez-vous qu’il y a un certain nombre d’étapes que vous effectueriez si vous compiliez un programme
vous-même (téléchargement, extraction, application de correctifs, compilation, installation). Les fichiers qui
composent un logiciel porté contiennent toute l’information nécessaire pour permettre au système de faire cela pour
vous. Vous lancez une poignée de commandes simples et le code source de l’application est automatiquement
téléchargé, extrait, corrigé, compilé, et installé pour vous.
En fait, le catalogue des logiciels portés peut être utilisé pour générer ce qui pourra plus tard être manipulé avec
pkg_add et d’autres commandes de gestion des logiciels pré-compilés qui seront présentés sous peu.
Les logiciels pré-compilés et le catalogue des logiciels portés comprennent la notion de dépendances. Supposez que
vous voulez installer une application qui dépend de l’installation d’une bibliothèque particulière. L’application et la
bibliothèque ont été toutes deux rendues disponibles sous forme de logiciel porté pour FreeBSD ou de logiciel
pré-compilé. Si vous utilisez la commande pkg_add ou le catalogue des logiciels portés pour ajouter l’application,
tous les deux remarqueront que la bibliothèque n’a pas été installée, et installeront automatiquement en premier la
bibliothèque.
Etant donné que les deux technologies sont presque semblables, vous pourriez vous demander pourquoi FreeBSD
s’ennuie avec les deux. Les logiciels pré-compilés et le catalogue de logiciels portés ont chacun leurs propres forces,
et celle que vous emploierez dépendra de votre préférence.
Avantages des logiciels pré-compilés
•
L’archive compressée d’un logiciel pré-compilé est généralement plus petite que l’archive compressée contenant
le code source de l’application.
•
Les logiciels pré-compilés ne nécessitent pas de compilation supplémentaire. Pour les grosses applications, comme
Mozilla, KDE, ou GNOME cela peut s’avérer important, particulièrement si vous êtes sur un système lent.
•
Les logiciels pré-compilés ne demandent pas une compréhension du processus impliqué dans la compilation de
logiciels sous FreeBSD.
Avantages du catalogue des logiciels portés
•
Les logiciels pré-compilés sont normalement compilés avec des options conservatrices, parce qu’ils doivent
pouvoir tourner sur le plus grand nombre de systèmes. En installant à partir du catalogue des logiciels portés, vous
pouvez ajuster les options de compilation pour (par exemple) générer du code spécifique au Pentium 4 ou à
l’Athlon.
•
Certaines applications ont des options de compilation concernant ce qu’elles peuvent faire et ne pas faire. Par
exemple, Apache peut être configuré avec une très large variété d’options intégrées différentes. En compilant à
116
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
partir du catalogue des logiciels portés vous n’avez pas à accepter les options par défaut, et vous pouvez les
configurez vous-même.
Dans certains cas, de multiples logiciels pré-compilés existeront pour la même application pour spécifier certaines
configurations. Par exemple, Ghostscript est disponible comme logiciel pré-compilé ghostscript et
ghostscript-nox11 , en fonction de si vous avez installé ou non un serveur X11. Ce type d’arrangement est
possible avec les logiciels pré-compilés, mais devient rapidement impossible si une application a plus d’une ou
deux options de compilation.
•
Les licences de certains logiciels interdisent les distributions binaires. Ils doivent être distribués sous forme de
code source.
•
Certaines personnes ne font pas confiance aux distributions binaires. Au moins avec le code source, vous pouvez
(en théorie) le parcourir et chercher les problèmes potentiels par vous-même.
•
Si vous avez des correctifs locaux, vous aurez besoin du code source afin de les appliquer.
•
Certaines personnes aiment avoir le code source à portée de main, ainsi elles peuvent le lire si elles s’ennuient, le
modifier, y faire des emprunts (si la licence le permet bien sûr), etc...
Pour suivre les mises à jour du catalogue des logiciels portés, inscrivez-vous à la liste de diffusion à propos du
catalogue des logiciels portés de FreeBSD (http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-ports) et la liste de
diffusion à propos des rapports de bogue concernant le catalogue des logiciels portés de FreeBSD
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-ports-bugs).
Avertissement : Avant d’installer une application, vous devriez consulter http://vuxml.freebsd.org/ à la recherche
de problème de sécurité concernant votre application.
Vous pouvez également installer ports-mgmt/portaudit qui contrôlera automatiquement toutes les applications
installées à la recherche de vulnérabilités connues, un contrôle sera également effectué avant toute compilation
de logiciel porté. De même, vous pouvez utiliser la commande portaudit -F -a après avoir installé des
logiciels pré-compilés.
Le reste de ce chapitre expliquera comment utiliser les logiciels pré-compilés et le catalogue des logiciels portés et la
gestion des logiciels tiers sous FreeBSD.
4.3. Trouver votre application
Avant que vous puissiez installer des applications vous devez savoir ce que vous voulez, et comment se nomment les
applications.
La liste des applications disponibles pour FreeBSD augmente de jours en jours. Heureusement, il y a plusieurs
façons de trouver ce que vous désirez:
•
Le site web de FreeBSD maintient à jour une liste, dans laquelle on peut effectuer des recherches, de toutes les
applications disponibles à l’adresse http://www.FreeBSD.org/ports/ (http://www.FreeBSD.org/ports/index.html).
Le catalogue des logiciels portés est divisé en catégories, et vous pouvez soit chercher une application par son nom
(si vous le connaissez), soit lister toutes les applications disponibles dans une catégorie.
117
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
•
Dan Langille maintient FreshPorts, à l’adresse http://www.FreshPorts.org/. FreshPorts suit les modifications des
applications dans le catalogue des logiciels portés, vous permet de “surveiller” un ou plusieurs logiciels portés, et
peut vous envoyer un courrier électronique quand ils sont mis à jour.
•
Si vous ne connaissez pas le nom de l’application que vous voulez, essayez d’utiliser un site comme FreshMeat
(http://www.freshmeat.net/) pour trouver une application, ensuite vérifiez sur le site de FreeBSD si l’application a
déjà été portée.
•
Si vous connaissez le nom exact du logiciel, vous devez juste déterminer dans quelle catégorie il se trouve, vous
pouvez utiliser la commande whereis(1) pour cela. Tapez simplement whereis file où file est le programme
que vous voulez installer. S’il est trouvé sur le système, on vous indiquera où il se trouve, de la manière suivante:
# whereis lsof
lsof: /usr/ports/sysutils/lsof
Cela nous indique que lsof (un utilitaire système) peut être trouvé dans le répertoire
/usr/ports/sysutils/lsof.
•
Encore une autre façon de trouver un logiciel porté particulier est d’utiliser le mécanisme de recherche interne du
catalogue des logiciels portés. Pour utiliser la fonction de recherche, vous devrez vous trouver dans le répertoire
/usr/ports. Une fois dans ce répertoire, lancez make search name=program-name où program-name
représente le nom du programme que vous voulez localiser. Par exemple, si vous recherchiez lsof:
# cd /usr/ports
# make search name=lsof
Port:
Path:
Info:
Maint:
Index:
B-deps:
R-deps:
lsof-4.56.4
/usr/ports/sysutils/lsof
Lists information about open files (similar to fstat(1))
obrien@FreeBSD.org
sysutils
La partie du message de sortie à laquelle vous devez prêter attention est la ligne “Path:”, car cela vous indique où
trouver le logiciel porté. Les autres informations ne sont pas nécessaires afin d’installer le logiciel porté, aussi on
en parlera pas ici.
Pour une recherche plus en profondeur vous pouvez également utiliser make search key=string où string
est le texte à rechercher. Cela recherche les noms de logiciels portés, les commentaires, les descriptions et les
dépendances et peut être utilisé pour trouver des logiciels portés se rapportant à un sujet particulier si vous ne
connaissez pas le nom du programme que vous cherchez.
Dans les deux cas, la chaîne de caractère de recherche n’est pas sensible à la casse des caractères. Rechercher
“LSOF” mènera aux même résultats que la recherche de “lsof”.
4.4. Utiliser le système des logiciels pré-compilés
Contribution de Chern Lee.
4.4.1. Installation d’un logiciel pré-compilé
Vous pouvez utiliser l’utilitaire pkg_add(1) pour installer un logiciel pré-compilé FreeBSD à partir d’un fichier local
118
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
ou d’un serveur sur le réseau.
Exemple 4-1. Télécharger un logiciel pré-compilé à la main puis l’installer localement
# ftp -a ftp2.FreeBSD.org
Connected to ftp2.FreeBSD.org.
220 ftp2.FreeBSD.org FTP server (Version 6.00LS) ready.
331 Guest login ok, send your email address as password.
230230This machine is in Vienna, VA, USA, hosted by Verio.
230Questions? E-mail freebsd@vienna.verio.net.
230230230 Guest login ok, access restrictions apply.
Remote system type is UNIX.
Using binary mode to transfer files.
ftp> cd /pub/FreeBSD/ports/packages/sysutils/
250 CWD command successful.
ftp> get lsof-4.56.4.tgz
local: lsof-4.56.4.tgz remote: lsof-4.56.4.tgz
200 PORT command successful.
150 Opening BINARY mode data connection for ’lsof-4.56.4.tgz’ (92375 bytes).
100% |**************************************************| 92375
00:00 ETA
226 Transfer complete.
92375 bytes received in 5.60 seconds (16.11 KB/s)
ftp> exit
# pkg_add lsof-4.56.4.tgz
Si vous ne disposez pas d’une source locale de logiciels pré-compilés (comme l’ensemble de CDROM de FreeBSD)
alors il sera probablement plus facile d’utiliser l’option -r de pkg_add(1). Cela fera déterminer automatiquement à
l’utilitaire le format objet et la version corrects et ensuite récupérer et installer le logiciel pré-compilé à partir d’un
site FTP.
# pkg_add -r lsof
L’exemple ci-dessus téléchargera le logiciel pré-compilé correct sans plus d’intervention de l’utilisateur. Si vous
désirez indiquer un autre miroir FreeBSD pour les logiciels pré-compilés à la place du site de distribution principal,
vous devez positionner en conséquence la variable d’environnement PACKAGESITE, pour remplacer les paramètres
par défaut. pkg_add(1) utilise fetch(3) pour télécharger les fichiers, qui respecte diverses variables d’environnement,
dont FTP_PASSIVE_MODE, FTP_PROXY, et FTP_PASSWORD. Il se peut que vous ayez besoin de configurer une ou
plusieurs de ces dernières si vous êtes derrière un coupe-feu, ou devez utiliser un proxy FTP/HTTP. Consultez la
page de manuel fetch(3) pour la liste complète des variables. Vous pouvez également remarquer que dans l’exemple
ci-dessus lsof est utilisé au lieu de lsof-4.56.4. Quand la fonction de récupération à distance est utilisée, le
numéro de version doit être retiré. pkg_add(1) téléchargera automatiquement la toute dernière version de
l’application.
Note : pkg_add(1) téléchargera la dernière version de votre application si vous êtes sous FreeBSD-CURRENT
ou FreeBSD-STABLE. Si vous utilisez une version -RELEASE, il récupérera la version compilée avec votre
version lors de sa publication. Il est possible de modifier ce comportement en surchargeant la variable
d’environnement PACKAGESITE. Par exemple, si vous utilisez un système FreeBSD 5.4-RELEASE, par défaut
pkg_add(1) tentera de récupérer les applications pré-compilées à partir de
119
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
ftp://ftp.freebsd.org/pub/FreeBSD/ports/i386/packages-5.4-release/Latest/. Si vous désirez forcer
pkg_add(1) à télécharger les versions des logiciels pré-compilés pour FreeBSD 5-STABLE, positionnez la
variable PACKAGESITE à ftp://ftp.freebsd.org/pub/FreeBSD/ports/i386/packages-5-stable/Latest/.
Les logiciels pré-compilés sont distribués dans les formats .tgz et .tbz. Vous pouvez les trouver sur
ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ports/packages/, ou sur le CDROM de distribution de FreeBSD. Chaque CD de
l’ensemble de 4-CD de FreeBSD (et le PowerPak, etc...) contient des logiciels pré-compilés dans le répertoire
/packages. L’organisation des logiciels pré-compilés est semblable à celle de l’arborescence /usr/ports. Chaque
catégorie possède son propre répertoire, et chaque logiciel pré-compilé peut être trouvé dans le répertoire All.
La structure de répertoires du système de logiciels pré-compilés correspond à celle du catalogue des logiciels portés;
ils travaillent ensemble pour former l’intégralité du système de logiciels pré-compilés/portés.
4.4.2. Gestion des logiciels pré-compilés
pkg_info(1) est un utilitaire qui liste et décrit les divers logiciels pré-compilés installés.
# pkg_info
cvsup-16.1
docbook-1.2
...
A general network file distribution system optimized for CV
Meta-port for the different versions of the DocBook DTD
pkg_version(1) est un utilitaire qui récapitule les versions de tous les logiciels pré-compilés installés. Il compare la
version du logiciel pré-compilé avec la version actuelle trouvée dans le catalogue des logiciels portés.
# pkg_version
cvsup
docbook
...
=
=
Les symboles dans la seconde colonne indiquent l’âge relatif de la version installée et de la version disponible dans
le catalogue des logiciels portés local.
Symbole
Signification
=
La version du logiciel pré-compilé installée est
équivalente à celle de celui trouvé dans le catalogue des
logiciels portés local.
<
La version installée est plus ancienne que celle disponible
dans le catalogue des logiciels portés.
La version installée est plus récente que celle trouvée dans
le catalogue local des logiciels portés. (le catalogue local
des logiciels portés est probablement ancien)
>
?
Le logiciel pré-compilé ne peut être trouvé dans l’index
du catalogue des logiciels portés. (Cela peut se produire
quand, par exemple, un logiciel installé est supprimé du
catalogue des logiciels portés ou renommé.)
*
Il y a de multiples versions de ce logiciel pré-compilé.
120
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
4.4.3. Effacer un logiciel pré-compilé
Pour désinstaller un logiciel pré-compilé précédemment installé, utilisez l’utilitaire pkg_delete(1).
# pkg_delete xchat-1.7.1
Notez que pkg_delete(1) a besoin du nom complet du paquetage et du numéro de version; la commande précédente
n’aurait pas fonctionné avec xchat à la place de xchat-1.7.1. It est cependant facile de retrouver la version du
paquetage installé à l’aide de la commande pkg_version(1). Vous pouvez à la place simplement utiliser un joker:
# pkg_delete xchat\*
dans ce cas, tous les logiciels dont le nom commence par xchat seront supprimés.
4.4.4. Divers
Toute l’information sur les logiciels pré-compilés est stockée dans le répertoire /var/db/pkg. La liste des fichiers
installés pour chaque logiciel pré-compilé peut être trouvée dans des fichiers de ce répertoire.
4.5. Utiliser le catalogue des logiciels portés
Les sections suivantes fournissent des instructions de base sur l’utilisation du catalogue des logiciels portés pour
installer et désinstaller des programmes sur votre système. Une description détaillée des cibles make et de variables
d’environnement est disponible dans la page de manuel ports(7).
4.5.1. Obtenir le catalogue des logiciels portés
Avant que vous puissiez installer des logiciels portés, vous devez d’abord récupérer le catalogue des logiciels
portés— qui est essentiellement un ensemble de Makefiles, de correctifs, et de fichiers de description
habituellement placés dans /usr/ports.
Quand vous avez installé votre système FreeBSD, sysinstall vous a demandé si vous aimeriez installer le catalogue
des logiciels portés. Si vous avez choisi non, vous pouvez suivre ces instructions pour obtenir le catalogue des
logiciels portés:
La méthode CVSup
C’est une méthode rapide pour récupérer le catalogue des logiciels portés en utilisant CVSup. Si vous voulez en
apprendre plus au sujet de CVSup, lisez la section Utiliser CVSup.
Note : L’utilitaire csup est une réécriture en C du programme CVSup et est disponible sous FreeBSD 6.2 et
versions suivantes. Vous pouvez utiliser csup, qui est présent dans le système de base, et passer l’étape 1 puis
remplacer la commande cvsup par csup. Pour les versions plus anciennes de FreeBSD, pouvez installer csup
par l’intermédiaire du logiciel porté ou du paquetage net/csup.
121
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
Assurez-vous que le répertoire /usr/ports est vide avant d’utiliser CVSup pour la première fois. Si vous avez déjà
un catalogue des logiciels portés, obtenu à partir d’une autre source, CVSup n’effacera pas les correctifs qui ont été
supprimés.
1.
Installer le logiciel porté net/cvsup-without-gui:
# pkg_add -r cvsup-without-gui
Voir Installation de CVSup (Section A.5.2) pour plus de details.
2.
Lancez cvsup:
# cvsup -L 2 -h cvsup.FreeBSD.org /usr/share/examples/cvsup/ports-supfile
Remplacez cvsup.FreeBSD.org avec un serveur CVSup proche de vous. Voir Sites CVSup (Section A.5.7)
pour une liste complète des sites miroirs.
Note : Certains peuvent vouloir utiliser leur propre ports-supfile, par exemple pour éviter d’avoir à passer
le serveur CVSup sur la ligne de commande.
1.
Dans ce cas, en tant que root, copier /usr/share/examples/cvsup/ports-supfile à un nouvel
emplacement, comme /root ou votre répertoire d’utilisateur.
2.
Editez ports-supfile.
3.
Remplacez CHANGE_THIS.FreeBSD.org avec un serveur CVSup proche de vous. Voir Sites CVSup
(Section A.5.7) pour une liste complète des sites miroirs.
4.
Maintenant pour lancer cvsup, utilisez ce qui suit:
# cvsup -L 2 /root/ports-supfile
3.
L’exécution ultérieure de cvsup(1) téléchargera et appliquera tous les changements récents à votre catalogue des
logiciels portés sans pour autant recompiler vos logiciels.
La méthode Portsnap
Portsnap est un système alternatif de distribution du catalogue des logiciels portés. Il a été fourni pour la première
fois avec FreeBSD 6.0. Sur les systèmes plus anciens vous pouvez l’installer à partir du logiciel pré-compilé
ports-mgmt/portsnap:
# pkg_add -r portsnap
Veuillez vous reporter à la section Utiliser Portsnap pour une description détaillée de toutes les caractéristiques de
Portsnap.
1.
Depuis FreeBSD 6.1-RELEASE et avec les versions récentes pré-compilées ou portées de Portsnap, vous
pouvez sans risque passer cette étape. Le répertoire /usr/ports sera créé automatiquement à la première
utilisation de la commande portsnap(8). Avec les versions précédentes de Portsnap, vous devrez créé un
répertoire /usr/ports s’il n’existe pas:
# mkdir /usr/ports
2.
Téléchargez un instantané compressé du catalogue des logiciels portés dans le répertoire /var/db/portsnap.
Vous pouvez vous déconnecter de l’Internet, si vous le désirez, après cette opération:
122
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
# portsnap fetch
3.
Si vous exécutez Portsnap pour la première fois, il faut extraire l’instantané dans le répertoire /usr/ports:
# portsnap extract
Si votre répertoire /usr/ports contient déjà une version du catalogue des logiciels portés et que vous désirez
juste mettre à jour, utilisez plutôt la commande:
# portsnap update
La méthode Sysinstall
Cette méthode implique l’utilisation de sysinstall pour installer le catalogue des logiciels portés à partir du disque
d’installation. Il faut noter que la version du catalogue qui sera installée est la version datant de la publication de
votre disque d’installation. Si vous disposez d’un accès à l’Internet, vous devriez toujours utiliser une des méthodes
précédemment exposées.
1.
En tant que root, lancez sysinstall (/stand/sysinstall dans les versions de FreeBSD antérieure à 5.2)
comme montré ci-dessous:
# sysinstall
2.
Faites défiler l’écran vers le bas et sélectionnez Configure, appuyez sur Entrée.
3.
Faites défiler l’écran vers le bas et sélectionnez Distributions, appuyez sur Entrée.
4.
Faites défiler l’écran vers le bas jusqu’à ports, appuyez sur Espace.
5.
Remontez jusqu’à Exit, appuyez sur Entrée.
6.
Choisissez le support d’installation désiré, comme un CDROM, par FTP, etc.
7.
Remontez jusqu’à Exit et appuyez sur Enter.
8.
Appuyez sur la touche X pour quitter sysinstall.
4.5.2. Installation de logiciels portés
La première chose qui devrait être expliquée quand on aborde le catalogue des logiciels portés est ce que l’on entend
par “squelette”. En bref, un squelette est un ensemble minimal de fichiers qui indique à votre système FreeBSD
comment compiler et installer proprement un programme. Chaque squelette contient:
•
Un fichier Makefile. Le fichier Makefile contient les diverses déclarations qui indiquent comment l’application
devrait être compilée et où elle devrait être installée sur votre système.
•
Un fichier distinfo. Ce fichier contient l’information à propos des fichiers qui doivent être téléchargés pour
compiler le logiciel, et leurs sommes de contrôle, pour s’assurer que ces fichiers n’ont pas été corrompus durant le
téléchargement en utilisant md5(1).
•
Un répertoire files. Ce répertoire contient les correctifs pour permettre la compilation et l’installation du
programme sur votre système FreeBSD. Les correctifs sont à la base de petits fichiers qui indiquent des
modifications sur des fichiers particuliers. Ils sont sous forme de fichiers texte, qui disent “Effacer la ligne 10” ou
“Modifier la ligne 26 par...”. Les correctifs sont également connus sous le nom de “diffs” car ils sont générés par le
programme diff(1).
123
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
Ce répertoire peut également contenir d’autres fichiers utilisés pour la compilation du logiciel porté.
•
Un fichier pkg-descr. C’est une description plus détaillée du programme, souvent en plusieurs lignes.
•
Un fichier pkg-plist. C’est une liste de tous les fichiers qui seront installés par le logiciel porté. Il indique
également au système des logiciels portés quels fichiers sont à effacer lors d’une désinstallation.
Certains logiciels portés utilisent d’autres fichiers, comme pkg-message. Le catalogue des logiciels portés utilise
ces fichiers pour faire face à certaines situations spéciales. Si vous désirez plus de détails au sujet de ces fichiers, et
sur les logiciels portés en général, consultez le Manuel du développeur de logiciels portés
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/porters-handbook/index.html).
Le logiciel porté contient les instructions pour compiler le code source, mais ne contient pas le code source. Vous
pouvez obtenir le code source à partie d’un CDROM ou de l’Internet. Le code source est distribué de la façon dont
l’auteur le désire. Fréquemment c’est une archive tar compressée avec gzip, mais elle pourra être compressée avec un
autre outil ou même non compressée. Le code source d’un programme, peu importe la forme sous laquelle il est
distribué, est appelé un fichier “distfile”. Les deux méthodes pour l’installation d’un logiciel porté pour FreeBSD
sont décrites ci-dessous.
Note : Vous devez avoir ouvert une session sous l’utilisateur root pour installer des logiciels portés.
Avertissement : Avant d’installer un logiciel porté, vous devez vous assurer d’avoir un catalogue des logiciels
portés à jour et vous devez consulter http://vuxml.freebsd.org/ pour les problèmes de sécurité relatifs à votre
logiciel.
Un contrôle des problèmes de sécurité peut être effectué automatiquement par portaudit avant toute nouvelle
installation d’application. Cet outil peut être trouvé dans le catalogue des logiciels porté (security/portaudit).
Vous pouvez lancer portaudit -F avant l’installation d’un nouveau logiciel porté, pour télécharger la base de
données actualisée des vulnérabilités. Un audit de sécurité et une mise à jour de la base de données sera
effectuée lors du contrôle quotidien de sécurité de la machine. Pour plus d’informations, lisez les pages de
manuel portaudit(1) et periodic(8).
Le catalogue des logiciels portés suppose que vous disposez d’une connection active à l’Internet. Si ce n’est pas le
cas, vous devez placer manuellement une copie du distfile dans le répertoire /usr/ports/distfiles.
Pour commencer, rendez-vous dans le répertoire du logiciel porté que vous voulez installer:
# cd /usr/ports/sysutils/lsof
Une fois à l’intérieur du répertoire lsof vous verrez le squelette du logiciel porté. L’étape suivante est de compiler
(également appelé la “construction”) le logiciel porté. Cela est fait en tapant simplement make à l’invite. Une fois
que c’est fait, vous devriez voir quelque chose comme ceci:
# make
>> lsof_4.57D.freebsd.tar.gz doesn’t seem to exist in /usr/ports/distfiles/.
>> Attempting to fetch from ftp://lsof.itap.purdue.edu/pub/tools/unix/lsof/.
===> Extracting for lsof-4.57
...
[extraction output snipped]
...
>> Checksum OK for lsof_4.57D.freebsd.tar.gz.
124
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
===> Patching for lsof-4.57
===> Applying FreeBSD patches for lsof-4.57
===> Configuring for lsof-4.57
...
[configure output snipped]
...
===> Building for lsof-4.57
...
[compilation output snipped]
...
#
Notez qu’une fois la compilation terminée, vous vous retrouvez face à l’invite. L’étape suivante est d’installer le
logiciel porté. Afin de l’installer, vous devez juste ajouter un mot à la commande make, et ce mot est install:
# make install
===> Installing for lsof-4.57
...
[installation output snipped]
...
===>
Generating temporary packing list
===>
Compressing manual pages for lsof-4.57
===>
Registering installation for lsof-4.57
===> SECURITY NOTE:
This port has installed the following binaries which execute with
increased privileges.
#
Une fois de retour à l’invite, vous devriez être en mesure d’exécuter l’application que vous venez juste d’installer.
Comme lsof est un programme qui tourne avec des privilèges accrus, un avertissement sur la sécurité est affiché.
Durant la compilation et l’installation de logiciels portés, vous devriez faire attention à tout avertissement qui
pourrait apparaître.
Il est conseillé de supprimer le sous-répertoire de travail, qui contient tous les fichiers temporaires utilisés lors de la
compilation. Non seulement cela consomme de l’espace disque, mais cela posera problème plus tard lors de la mise à
jour vers une nouvelle version du logiciel porté.
# make clean
===>
Cleaning for lsof-4.57
#
Note : Vous pouvez vous économiser deux étapes supplémentaires en lançant juste make install clean à la
place de make, make install et make clean sous la forme de trois étapes séparées.
Note : Certains interpréteurs de commandes maintiennent un cache des commandes qui sont disponibles dans
les répertoires listés dans la variable d’environnement PATH, pour accélérer les opérations de recherche des
fichiers exécutables de ces commandes. Si vous utilisez un de ces interpréteurs de commandes, vous pourrez
avoir à utiliser la commande rehash après l’installation d’un logiciel porté, avant que la commande fraîchement
installée ne puisse être utilisée. Cette commande fonctionnera pour les interpréteurs de commandes comme
125
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
tcsh. Utilisez la commande hash -r pour les interpréteurs tels que sh. Consultez la documentation de votre
interpréteur de commandes pour plus d’information.
Certains DVD-ROMs comme le FreeBSD Toolkit de FreeBSD Mall (http://www.freebsdmall.com/) contiennent des
distfiles. Ils peuvent être utilisés avec le catalogue des logiciels portés. Montez le DVD-ROM sous /cdrom. Si vous
utilisez un point de montage différent, positionnez la variable make(1) CD_MOUNTPTS. Les distfiles nécessaires
seront automatiquement utilisés s’ils sont présent sur le disque.
Note : Soyez conscient que les licences de quelques logiciels portés n’autorisent pas leur présence sur le
CD-ROM. Cela peut être dû à la nécessité de remplir un formulaire d’enregistrement avant le téléchargement, ou
que la redistribution n’est pas permise, ou toute autre raison. Si vous désirez installer un logiciel porté qui n’est
pas disponible sur le CD-ROM, vous devrez vous connecter afin de récupérer les fichiers nécessaires.
Le catalogue des logiciels portés utilise fetch(1) pour télécharger les fichiers, qui respecte diverses variables
d’environnement, dont FTP_PASSIVE_MODE, FTP_PROXY, et FTP_PASSWORD. Il se peut que vous ayez besoin de
configurer une ou plusieurs de ces dernières si vous êtes derrière un coupe-feu, ou devez utiliser un proxy
FTP/HTTP. Consultez la page de manuel fetch(3) pour la liste complète des variables.
Pour les utilisateurs qui ne peuvent rester connectés à l’Internet indéfiniment, il existe la commande make fetch.
Exécutez cette commande à la base du catalogue des logiciels portés (/usr/ports) et les fichiers nécessaires seront
téléchargés. Cette commande fonctionnera également dans les sous-répertoires du catalogue, par exemple:
/usr/ports/net. Notez que si un logiciel porté dépend de bibliothèques particulières ou d’autres logiciels portés,
cette commande de récupérera pas les sources de ces logiciels. Remplacez fetch par fetch-recursive si vous
voulez récupérer également les sources des logiciels dont dépend un logiciel porté.
Note : Vous pouvez compiler tous les logiciels d’une catégorie ou de l’ensemble du catalogue en exécutant la
commande make dans un répertoire de base, juste comme la commande make fetch précédente. C’est,
cependant, une idée dangereuse étant donné que certains logiciels portés ne peuvent coexister. Dans d’autres
cas, certains logiciels portés peuvent installer des fichiers différents ayant le même nom.
Dans de rares cas les utilisateurs peuvent vouloir récupérer les archives à partir d’un site différent du MASTER_SITES
par défaut (l’emplacement par défaut à partir duquel les fichiers sont téléchargés). Vous pouvez surcharger l’option
MASTER_SITES avec la commande suivante:
# cd /usr/ports/répertoire
# make MASTER_SITE_OVERRIDE= \
ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ports/distfiles/ fetch
Dans cet exemple nous modifions la valeur par défaut de l’option MASTER_SITES pour
ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ports/distfiles/.
Note : Certains logiciels portés autorisent (ou même nécessitent) des options de compilation qui permettent
l’activation/désactivation de parties de l’application qui ne sont pas nécessaires, de certaines options de sécurité,
et autres personnalisations. Quelques noms de logiciels viennent immédiatement à l’esprit: www/mozilla,
security/gpgme, et mail/sylpheed-claws. Un message sera affiché quand de telles options sont disponibles.
126
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
4.5.2.1. Modifier les répertoires par défaut des logiciels portés
Il est parfois utile (ou obligatoire) d’utiliser des répertoires de travail ou cible différents. Les variables
WRKDIRPREFIX et PREFIX permettent de modifier les répertoires par défaut. Par exemple:
# make WRKDIRPREFIX=/usr/home/example/ports install
compilera le logiciel dans le répertoire /usr/home/example/ports et installera tout dans /usr/local.
# make PREFIX=/usr/home/example/local install
le compilera dans /usr/ports et l’installera dans /usr/home/example/local.
Et bien sûr
# make WRKDIRPREFIX=../ports PREFIX=../local install
combinera les deux (c’est trop long pour tenir sur cette page, mais cela devrait vous donner une idée générale).
Alternativement, ces variables peuvent également être configurées dans votre environnement. Consultez la page de
manuel de votre interpréteur de commandes pour des instructions sur la procédure à suivre.
4.5.2.2. Travailler avec imake
Certains logiciels portés qui utilisent imake (une partie du système X Window) ne fonctionnent pas correctement
avec la variable PREFIX, et insisteront pour s’installer sous /usr/X11R6. De façon similaire, certains logiciels Perl
ignorent PREFIX et s’installent dans l’arborescence Perl. Faire en sorte que ces logiciels portés respectent PREFIX
est une tâche difficile voire impossible.
4.5.3. Supprimer des logiciels portés installés
Maintenant que vous savez comment installer des logiciels portés, vous vous demandez probablement comment les
effacer, juste au cas où vous en installez un et plus tard vous vous apercevez que vous n’avez pas installé le bon
logiciel porté. Nous désinstallerons notre exemple précédent (qui était lsof pour ceux d’entre vous qui n’ont pas
suivi). Les logiciels portés sont supprimés de la même manière que pour les logiciels pré-compilés (comme décrit
dans la section Utiliser le système des logiciels pré-compilés) en utilisant la commande pkg_delete(1):
# pkg_delete lsof-4.57
4.5.4. Mise à jour des logiciels portés
Tout d’abord, listez les logiciels portés périmés dont une nouvelle version est disponible dans le catalogue des
logiciels portés à l’aide de la commande pkg_version(1):
# pkg_version -v
127
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
4.5.4.1. /usr/ports/UPDATING
Une fois que vous avez mis à jour le catalogue des logiciels portés, avant de tenter la mise à jour d’un logiciel porté,
vous devrez consulter le fichier /usr/ports/UPDATING. Ce fichier décrit les divers problèmes et les étapes
supplémentaires que les utilisateurs pourront rencontrer ou devront effectuer lors de la mise à jour un logiciel porté,
comme la modification de format de fichiers, le changement des emplacements des fichiers de configuration, ou des
incompabilités avec les versions antérieures.
Si le contenu du fichier UPDATING prime même s’il est en est en contradiction avec des informations présentées ici.
4.5.4.2. Mise à jour des logiciels portés à l’aide de portupgrade
Le logiciel portupgrade a été conçu pour une mise à jour aisée des logiciels portés installés. Il est disponible via le
logiciel porté ports-mgmt/portupgrade. Installez-le de la même manière que pour n’importe quel autre logiciel
en employant la commande make install clean:
# cd /usr/ports/ports-mgmt/portupgrade
# make install clean
Ensuite, parcourez la liste des logiciels installés avec la commande pkgdb -F et corrigez toutes les inconsistances
qu’il signale. C’est une bonne idée d’effectuer ce contrôle régulièrement avant chaque mise à jour.
En lançant portupgrade -a, portupgrade mettra à jour tous les logiciels portés périmés installés sur votre
système. Ajoutez l’indicateur -i si vous voulez être consulté pour confirmer chaque mise à jour individuelle.
# portupgrade -ai
Si vous désirez mettre à jour qu’une seule application bien particulière et non pas l’intégralité des applications,
utilisez la commande: portupgrade nom_du_logiciel_porté. Ajoutez l’option -R si portupgrade doit mettre à
jour en premier lieu tous les logiciels portés nécessaires à l’application.
# portupgrade -R firefox
Pour utiliser les versions pré-compilées plutôt que les logiciels portés pour l’installation, utilisez l’option -P. Avec
cette option portupgrade cherche les répertoires locaux listé dans la variable PKG_PATH, ou récupère les paquetages
à partir d’un site distant s’ils ne sont pas trouvés localement. Si les paquetages ne peuvent pas être trouvés
localement ou récupérés à distance, portupgrade utilisera les logiciels portés. Pour éviter l’usage des logiciels
portés, spécifiez l’option -PP.
# portupgrade -PP gnome2
Pour juste récupérer les sources (ou les paquetages, si l’option -P est utilisée) sans compiler ni installer quelque
chose, utilisez -F. Pour plus d’informations consultez la page de manuel portupgrade(1).
4.5.4.3. Mise à jour des logiciels portés à l’aide de Portmanager
Portmanager est un autre utilitaire de mise à jour aisée des logiciels portés installés. Il est disponible via le logiciel
portés ports-mgmt/portmanager:
# cd /usr/ports/ports-mgmt/portmanager
# make install clean
128
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
Tous les logiciels portés installés peuvent être mis à jour en utilisant cette simple commande:
# portmanager -u
Vous pouvez ajouter l’option -ui pour être sollicité pour une confirmation à chaque opération qu’effectuera
Portmanager. Portmanager peut également être employé pour installer de nouveaux logiciels portés sur le système.
Contrairement à la commande make install clean habituelle, il mettra à jour toutes les dépendances avant de
compiler et d’installer le logiciel sélectionné.
# portmanager x11/gnome2
Si des problèmes concernant les dépendances du logiciel porté sélectionné apparaissent, vous pouvez utiliser
Portmanager pour toutes les recompiler dans le bon ordre. Cette recompilation achevée, le logiciel porté en question
peut alors être à son tour recompilé.
# portmanager graphics/gimp -f
Pour plus d’information, consultez la page de manuel de Portmanager.
4.5.5. Logiciels portés et espace disque
A la longue, l’utilisation du catalogue des logiciels portés consommera rapidement votre espace disque. Après la
compilation et l’installation de logiciels à partir du catalogue des logiciels portés, vous devriez toujours penser à
supprimer les répertoires de travail temporaires, work, en utilisant la commande make clean. Vous pouvez balayer
l’intégralité du catalogue des logiciels portés pour supprimer tous les répertoires temporaires oubliés précédement,
employez alors la commande suivante:
# portsclean -C
Avec le temps, vous accumulerez beaucoup de fichiers sources obsolètes dans le répertoire distfiles. Vous pouvez
les supprimer manuellement, ou vous pouvez utiliser la commande suivante pour effacer toutes les sources qui ne
correspondent plus à des logiciels portés d’actualité:
# portsclean -D
Ou pour supprimer les fichiers sources ne correspondant à aucun logiciel installé sur votre systèmes.
Note : L’utilitaire portsclean fait partie de la suite portupgrade.
Pensez à supprimer les logiciels portés installés que vous n’utilisez plus. Un outil qui permet d’automatiser cette
tâche est disponible via le logiciel porté ports-mgmt/pkg_cutleaves.
129
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
4.6. Activités de post-installation
Après l’installation d’une nouvelle application vous voudrez normalement lire la documentation qui a pu être
également installée, éditer les fichiers de configuration nécessaires, vérifier que l’application est lancée au démarrage
(si c’est un daemon), et ainsi de suite.
Les étapes que vous devez suivre pour configurer chaque application seront bien évidemment différentes. Cependant,
si vous venez juste d’installer une nouvelle application et que vous vous demandez “Et maintenant?” les astuces
suivantes pourront vous aider:
•
Utilisez pkg_info(1) pour déterminer quels fichiers ont été installés et à quel endroit. Par exemple, si vous venez
juste d’installer FooPackage version 1.0.0, alors la commande
# pkg_info -L foopackage-1.0.0 | less
affichera tous les fichiers installés par le logiciel pré-compilé. Portez une attention toute particulière aux fichiers
dans les répertoires man/, qui seront des pages de manuel, dans les répertoires etc/ , qui seront des fichiers de
configuration, et dans doc/ qui seront de la documentation plus complète.
Si vous n’êtes pas sûr de la version de l’application qui vient juste d’être installée, une commande comme
# pkg_info | grep -i foopackage
déterminera tous les logiciels pré-compilés installés qui ont foopackage dans leur nom. Remplacez foopackage
dans votre ligne de commande par ce qui convient.
•
Une fois que vous avez identifié où les pages de manuel de l’application ont été installées, consultez-les en
utilisant la commande man(1). De même, jetez un coup d’oeil aux exemples de fichiers de configuration, et toute
autre documentation additionnelle qui peut avoir été fournie.
•
Si l’application a un site web, consultez-le pour de la documentation supplémentaire, des listes de questions
fréquemment posées, etc. Si vous n’êtes pas sûr de l’adresse du site web, elle peut être affichée dans le résultat de
la commande:
# pkg_info foopackage-1.0.0
La ligne WWW:, si elle est présente, devrait donner l’URL du site web de l’application.
•
Les logiciels qui doivent être lancés au démarrage (comme les serveurs Internet) installent généralement un
exemple de procédure de lancement dans le répertoire /usr/local/etc/rc.d. Vous devriez contrôler si ce
fichier est correct et l’éditer ou le renommer si nécessaire. Consultez la section Démarrer des services pour plus
d’informations.
4.7. Que faire avec les logiciels portés ne fonctionnant
pas?
Si vous rencontrez un portage qui ne fonctionne pas, il y a certaines choses que vous pouvez faire:
1. Vérifiez s’il n’y a pas de correctif en attente pour le logiciel porté dans la base des rapports de bogue
(http://www.FreeBSD.org/support.html#gnats). Si c’est le cas, il se peut que vous puissiez utiliser le correctif
proposé.
130
Chapitre 4. Installer des applications: les logiciels pré-compilés et les logiciels portés
2. Demandez l’aide du responsable du logiciel porté. Tapez la commande make maintainer ou lisez le fichier
Makefile pour trouver l’adresse électronique du responsable. Pensez à préciser le nom et la version du logiciel
porté (envoyer la ligne $FreeBSD: du fichier Makefile) et les messages d’erreurs quand vous écrivez au
responsable.
Note : Certains logiciels portés ne sont pas maintenus par une personne mais par une liste de diffusion
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/mailing-list-faq/article.html). Plusieurs, si ce n’est
toutes, les adresses de ces listes ressemblent à <freebsd-listname@FreeBSD.org>. Veuillez prendre cela
en compte en rédigeant vos questions.
En particulier, les logiciels portés apparaissant comme maintenus par <freebsd-ports@FreeBSD.org> ne
sont en fait maintenus par personne. Correctifs et aide, s’ils y en a, provient de la communauté qui est
abonnée à cette liste de diffusion. Des volontaires supplémentaires sont toujours les bienvenus!
Si vous n’obtenez pas de réponse, vous pouvez utiliser send-pr(1) pour soumettre un rapport de bogue (consultez
Ecrire des rapports de bogue pour FreeBSD
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/problem-reports/article.html)).
3. Corrigez le problème! Le Manuel du développeur de logiciels portés
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/porters-handbook/index.html) inclut des informations
détaillées sur l’infrastructure des logiciels portés vous permettant de corriger le portage éventuellement
défectueux ou même soumettre le votre!
4. Récupérez la version pré-compilée sur un serveur FTP proche de vous. Le catalogue de “référence” des logiciels
pré-compilés se trouve sur ftp.FreeBSD.org dans le répertoire packages
(ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/ports/packages/), mais vérifiez d’abord votre miroir local
(http://mirrorlist.FreeBSD.org/)! Il y a globalement plus de chances que cela marche, que d’essayez de compiler
à partir des sources, et cela va également beaucoup plus vite. Utilisez le programme pkg_add(1) pour installer le
logiciel pré-compilé sur votre système.
131
Chapitre 5. Le système X Window
Mis à jour pour le serveur X11 d’X.Org par Ken Tom et Marc Fonvieille.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
5.1. Synopsis
FreeBSD utilise X11 pour fournir aux utilisateurs une interface graphique puissante. X11 est une version libre du
système X Window qui est implémentée dans Xorg et XFree86 (et d’autres logiciels qui ne seront pas abordés ici).
Les versions de FreeBSD jusqu’à FreeBSD 5.2.1-RELEASE utilisent par défaut XFree86, le serveur X11 publié par
le projet XFree86. Depuis FreeBSD 5.3-RELEASE, la version officielle par défaut d’X11 a été remplacée par Xorg,
le serveur X11 de la fondation X.Org qui est disponible sous une license semblable à celle de FreeBSD. Des serveurs
X commerciaux pour FreeBSD sont également disponibles.
Ce chapitre couvrira l’installation et la configuration d’X11 avec en insistant sur Xorg version 7.4. Pour des
informations sur la configuration d’XFree86 (c’est à dire sur d’anciennes versions de FreeBSD où XFree86 était la
distribution X11 par défaut) ou d’anciennes versions de Xorg, il est toujours possible de consulter les versions
archivées de ce manuel à l’adresse http://docs.FreeBSD.org/doc/.
Pour plus d’informations sur le matériel vidéo supporté par X11, consultez le site d’Xorg (http://www.x.org/).
Après la lecture de ce chapitre, vous connaîtrez:
•
Les divers composants du système X Window et comment ils fonctionnent ensemble.
•
Comment installer et configurer X11.
•
Comment installer et utiliser différents gestionnaires de fenêtres.
•
Comment utiliser les polices de caractères TrueType® sous X11.
•
Comment configurer votre système pour l’utilisation de procédures de connexions graphiques (XDM).
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Savoir comment installer des logiciels tiers (Chapitre 4).
5.2. Comprendre X
Utiliser X pour la première fois peut être en quelque sorte un choc pour quelqu’un de familier avec d’autres
environnements graphiques, tels que Microsoft Windows ou Mac OS®.
Alors qu’il n’est pas nécessaire de comprendre tout le détail des divers composants de X ni comment ils interagissent
entre eux, une certaine connaissance des bases permet de tirer profit des points forts d’X.
132
Chapitre 5. Le système X Window
5.2.1. Pourquoi X?
X n’est pas le premier système de fenêtrage écrit pour UNIX, mais c’est le plus populaire d’entre eux. L’équipe
originelle de développement d’X avait travaillé sur un autre système de fenêtrage avant d’écrire X. Le nom de ce
système était « W » (pour « Window » - fenêtre). X était juste la lettre suivante dans l’alphabet romain.
X peut être appelé “X”, “Système X Window”, « X11& », et sous d’autres noms. Il se peut que vous puissiez trouver
que nommer X11 « X Windows » peut être offensant pour certaines personnes; consultez X(7) pour un peu plus
d’éclairements sur la question.
5.2.2. Le modèle client/serveur d’X
X a été conçu dès le départ autour de la notion de réseau, et adopte un modèle « client-serveur ».
Dans le modèle X, le “serveur X” tourne sur l’ordinateur sur lequel sont branchés le clavier, le moniteur, et la souris.
Le serveur est responsable de tâches telles que la gestion de l’affichage, des entrées en provenance du clavier et de la
souris, et d’autres périphériques d’entrée ou de sortie (une « tablette » peut être utilisée comme périphérique d’entrée
et un vidéo-projecteur peut être un périphérique de sortie alternatif). Chaque application X (comme XTerm, ou
Netscape) est un “client”. Un client envoie des messages au serveur comme “Dessines une fenêtre aux coordonnées
suivantes”, et le serveur envoie au client des messages du type “L’utilisateur vient de cliquer sur le bouton OK”.
Chez soi ou dans un petit bureau, le serveur X et les clients X tourneront presque toujours sur le même ordinateur.
Cependant, il est parfaitement possible de faire tourner le serveur X sur un ordinateur de bureau moins puissant, et
les applications X (les clients) sur, par exemple, la machine puissante et chère du service. Dans ce scénario la
communication entre le client X et le serveur se fera par l’intermédiaire du réseau.
Cela jette le trouble chez certaines personnes, parce que la technologie X est exactement le contraire de ce à quoi ils
s’attendent. Ils s’attendent à ce que le “serveur X” soit la grosse machine puissante au fond du couloir, et le “client
X” la machine sur leur bureau.
Il est important de se souvenir que le serveur X est la machine avec le moniteur et le clavier, et les clients X sont les
programmes qui affichent les fenêtres.
Il n’y a rien dans le protocole qui force les machines clientes et serveurs d’utiliser le même système d’exploitation,
ou même de tourner sur le même type d’ordinateur. Il est certainement possible de faire fonctionner un serveur X sur
Microsoft Windows ou Mac OS d’Apple, et il existe diverses applications gratuites et commerciales qui font
exactement cela.
5.2.3. Le gestionnaire de fenêtres
La philosophie de conception d’X est comme celle d’UNIX, “des outils, pas de contraintes”. Cela signifie qu’X
n’essaye pas de dicter comment une tâche doit être accomplie. A la place, les outils sont fournis à l’utilisateur, et
c’est à lui de décider comment utiliser ces outils.
Cette philosophie va jusqu’à pousser X à ne pas contrôler l’aspect des fenêtres à l’écran, comment les déplacer avec
la souris, quelles combinaisons de touches devraient être utilisées pour passer de l’une à l’autre (i.e., Alt+Tab, dans
le cas de Microsoft Windows), comment devraient être les barres de titre de chaque fenêtres, qu’elles aient ou pas des
boutons de fermetures, etc...
Au lieu de cela, X délègue cette responsabilité à une application appelée un “Window Manager” - gestionnaire de
fenêtres. Il existe des douzaines de gestionnaires de fenêtres disponibles pour X: AfterStep, Blackbox, ctwm,
133
Chapitre 5. Le système X Window
Enlightenment, fvwm, Sawfish, twm, Window Maker, et bien plus. Chacun de ces gestionnaires de fenêtres
fournit une apparence et une prise en main différente; certains d’entre eux supportent les “bureaux virtuels”; d’autres
permettent de personnaliser les combinaisons de touches de gestion du bureau; certains ont un bouton “Démarrer” ou
quelque chose d’identique; certains possèdent un système de “thèmes”, permettant un changement complet
d’apparence et de prise en main en sélectionnant un nouveau thème. Ces gestionnaires de fenêtres, et bien plus, sont
disponibles dans la catégorie x11-wm du catalogue des logiciels portés.
De plus, les environnements de travail KDE et GNOME ont leur propre gestionnaire de fenêtres qui s’intègre avec
l’environnement.
Chaque gestionnaire de fenêtres possède également un mécanisme de configuration propre; certains demandent un
fichier de configuration écrit à la main, d’autres disposent d’outils graphiques pour la plupart des tâches de
configuration; et au moins un (Sawfish) utilise un fichier de configuration écrit dans un dialecte du langage LISP.
Politique de focus : Une autre fonction dont est responsable le gestionnaire de fenêtre est la “politique de
focus” de la souris. Chaque système de fenêtrage a besoin de méthodes de choix de la fenêtre qui doit recevoir
les frappes au clavier, et devrait également indiquer visiblement quelle fenêtre est active.
Une politique de focus commune est appelée “click-to-focus” (cliquer pour obtenir le focus). C’est le mode utilisé
sous Microsoft Windows, dans lequel une fenêtre devient active quand elle reçoit un clic de la souris.
X ne supporte aucune politique de focus particulière. Au lieu de cela, le gestionnaire de fenêtres contrôle quelle
fenêtre a le focus à n’importe quel moment. Différents gestionnaires de fenêtres supporteront différentes
méthodes de focus. Tous supportent le clic pour obtenir le focus, une grande majorité supporte d’autres
méthodes.
Les politiques de focus les plus populaires sont:
“focus-follows-mouse” - le focus suit la souris
La fenêtre qui est sous le pointeur de la souris est la fenêtre qui a le focus. Ce n’est pas nécessairement la
fenêtre qui est au-dessus des autres. Le focus est modifié en pointant une autre fenêtre, là il n’y pas besoin
de cliquer sur la fenêtre.
“sloppy-focus” - focus relâché
Cette politique est version dérivée du “focus-follows-mouse”. Avec “focus-follows-mouse”, si la souris est
déplacée sur la fenêtre racine (ou fond de l’écran) alors aucune fenêtre n’a le focus, et les frappes au clavier
sont tout simplement perdues. Avec le focus relâché, le focus n’est modifié que si le pointeur passe sur une
nouvelle fenêtre, et non pas quand il quitte la fenêtre actuelle.
“click-to-focus” - cliquer pour obtenir le focus
La fenêtre active est sélectionnée par clic de la souris. La fenêtre peut être ramenée au premier plan.
Toutes les frappes au clavier seront désormais dirigées vers cette fenêtre, même si le curseur est déplacé
vers une autre fenêtre.
De nombreux gestionnaires de fenêtres supportent d’autres politiques, comme des variations de celles-ci.
Assurez-vous de consulter la documentation du gestionnaire de fenêtres.
134
Chapitre 5. Le système X Window
5.2.4. “Widgets” - Eléments graphiques
L’approche d’X d’offrir uniquement des outils s’étend aux éléments graphiques que l’on voit à l’écran dans chaque
application.
“Widget” est un terme pour désigner tous les éléments de l’interface utilisateur qui peuvent être cliqués ou manipulés
d’une façon ou d’une autre; boutons, boîtes à cocher, boutons radio, icônes, listes, etc... Microsoft Windows appelle
ces derniers des “contrôles”.
Microsoft Windows et Mac OS d’Apple ont tous deux une politique très rigide au niveaux des éléments graphiques.
Les développeurs d’applications sont supposés s’assurer que leurs applications partagent une apparence et une prise
en main commune. Avec X, on n’a pas considéré comme sensible d’exiger un style graphique particulier, ou
ensemble d’éléments graphiques à respecter.
En conséquence, ne vous attendez pas à ce que les applications X aient une apparence et une prise en main
communes. Il a plusieurs ensembles populaires d’éléments graphiques et leurs variations, dont l’ensemble
d’éléments original Athena du MIT, Motif® (d’après lequel fût modelé l’ensemble d’éléments graphiques de
Microsoft Windows, tous les bords biseautés et trois nuances de gris), OpenLook, et d’autres.
La plupart des nouvelles applications X, aujourd’hui utiliseront un ensemble d’éléments graphiques à l’apparence
moderne, soit Qt, utilisé par KDE, soit GTK+, utilisé par le projet GNOME. A cet égard, il y a une certaine
convergence dans l’apparence et la prise en main de l’environnement de travail UNIX, qui facilite certainement les
choses pour l’utilisateur débutant.
5.3. Installer X11
Xorg est l’implémentation par défaut d’X11 sous FreeBSD. Xorg est le serveur X de l’implémentation open source
du système X Window publiée par la fondation X.Org. Xorg est basée sur le code de XFree86 4.4RC2 et
d’X11R6.6. la version d’Xorg actuellement disponible dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD est la 7.4.
Pour compiler et installer Xorg à partir du catalogue des logiciels portés:
# cd /usr/ports/x11/xorg
# make install clean
Note : Pour compiler Xorg dans son intégralité, assurez-vous de disposer d’au moins 4 Go d’espace libre.
D’autre part, X11 peut être directement installée à partir de paquetages. Une version pré-compilée à utiliser avec
l’outil pkg_add(1) est également disponible pour X11. Quand la fonction de récupération à distance de pkg_add(1)
est utilisée, le numéro de version doit être retiré. pkg_add(1) téléchargera automatiquement la toute dernière version
de l’application.
Donc pour récupérer et installer la version pré-compilée d’Xorg, tapez simplement:
# pkg_add -r xorg
135
Chapitre 5. Le système X Window
Note : Les exemples ci-dessus installeront la distribution complète d’X11 comprenant les serveurs, les clients,
les polices de caractères, etc. Des paquetages et des logiciels portés séparés pour les différentes parties d’X11
sont également disponibles.
Le reste de ce chapitre expliquera comment configurer X11, et comment installer un environnement de travail
productif.
5.4. Configuration d’X11
Contribution de Christopher Shumway.
5.4.1. Avant de commencer
Avant de configurer X11, les informations sur le système cible sont nécessaires:
•
Caractéristiques du moniteur
•
Circuit graphique présent sur la carte vidéo
•
Quantité de mémoire présente sur la carte vidéo
Les caractéristiques du moniteur sont utilisées par X11 pour déterminer la résolution et le taux de rafraîchissement à
utiliser. Ces caractéristiques sont généralement obtenues sur la documentation fournie avec le moniteur ou sur le site
web du constructeur. Il y a deux intervalles de nombres nécessaires, les fréquences de balayage horizontale et les
fréquences de synchronisation verticale.
La circuit graphique présent sur la carte vidéo définit quel pilote de périphérique X11 utilise pour communiquer avec
le matériel graphique. Avec la plupart des circuits, cela peut être détecté automatiquement, mais il est toujours utile
de connaître le type dans le cas où la détection automatique ne fonctionnerait pas correctement.
La quantité de mémoire graphique sur la carte vidéo détermine la résolution et la profondeur de couleurs qui
pourront être utilisées. C’est important de le savoir afin que l’utilisateur soit au courant des limitations du système.
5.4.2. Configurer X11
Avec la version 7.3, Xorg peut, la plupart du temps, fonctionner sans aucun fichier de configuration en tapant
simplement à l’invite:
% startx
Si cela ne fonctionne pas, ou si la configuration par défaut n’est pas satisfaisante, X11 peut être configuré
manuellement. La configuration d’X11 est un processus en plusieurs étapes. La première étape est de générer un
fichier de configuration. En tant que super utilisateur, lancez simplement:
# Xorg -configure
Cela générera, dans le répertoire /root, un squelette de fichier de configuration pour X11 appelé xorg.conf.new
(que vous utilisiez su(1) ou ouvrez directement une session, cela affecte la variable d’environnement $HOME du
136
Chapitre 5. Le système X Window
super-utilisateur, et donc le répertoire utilisé pour écrire ce fichier). Le programme X11 tentera de sonder le matériel
graphique présent sur le système et écrira un fichier de configuration pour charger les pilotes de périphériques
corrects pour le matériel détecté sur le système cible.
L’étape suivante est de tester la configuration existante pour vérifier que Xorg peut fonctionner avec le matériel
graphique présent sur le système cible. Pour effectuer ce test, lancez:
# Xorg -config xorg.conf.new
Si une grille grise et noire et un curseur de souris en forme de X apparaissent, la configuration fonctionne
correctement. Pour quitter le test, appuyez simplement sur les touches Ctrl+Alt+Backspace simultanément.
Note : Si la souris ne fonctionne pas, vous devrez, avant toute autre chose, la configurer. Consultez la
Section 2.10.10 dans le chapitre sur l’installation de FreeBSD.
Ensuite, optimisez le fichier de configuration xorg.conf.new selon vos goûts. Ouvrez le fichier dans un éditeur de
texte comme emacs(1) ou ee(1). Tout d’abord, ajoutez les fréquences pour le moniteur du système cible. Celles-ci
sont généralement exprimées sous la forme de fréquences de synchronisation horizontale et verticale. Ces valeurs
sont ajoutées dans le fichier xorg.conf.new dans la section "Monitor":
Section "Monitor"
Identifier
VendorName
ModelName
HorizSync
VertRefresh
EndSection
"Monitor0"
"Monitor Vendor"
"Monitor Model"
30-107
48-120
Les termes HorizSync et VertRefresh peuvent être absents du fichier de configuration. Si c’est le cas, ils doivent
être ajoutés, avec les fréquences horizontales correctes placées après le terme HorizSync et les fréquences
verticales après le terme VertRefresh. Dans l’exemple ci-dessus les fréquences du moniteur ont été entrées.
X autorise l’utilisation des caractéristiques DMPS (Energy Star) avec les moniteurs qui en sont capables. Le
programme xset(1) contrôle les délais et peut forcer la mise en veille, l’arrêt, ou les modes d’extinction. Si vous
souhaitez activer les fonctions DMPS de votre moniteur, vous devez ajouter la ligne suivante dans la section
concernant le moniteur:
Option
"DPMS"
Pendant que le fichier de configuration xorg.conf.new est toujours ouvert dans un éditeur, sélectionnez la
résolution par défaut et la profondeur de couleurs désirée. Cela est défini dans la section "Screen":
Section "Screen"
Identifier "Screen0"
Device
"Card0"
Monitor
"Monitor0"
DefaultDepth 24
SubSection "Display"
Viewport 0 0
Depth
24
Modes
"1024x768"
137
Chapitre 5. Le système X Window
EndSubSection
EndSection
Le terme DefaultDepth indique la profondeur de couleurs utilisée par défaut. Cette valeur peut être outrepassée
avec l’option -depth en ligne de la commande Xorg(1). Le terme Modes indique la résolution à utiliser pour la
profondeur de couleurs donnée. Notez que seuls les modes standard VESA sont supportés comme définis par le
matériel graphique du système cible. Dans l’exemple ci-dessus, la profondeur de couleurs par défaut est de vingt
quatre bits par pixel. A cette profondeur de couleurs, la résolution acceptée est de 1024 par 768.
Pour fonctionner à une résolution de mille vingt quatre pixels par sept cent soixante huit pixels à vingt quatre bits par
pixel, ajoutez le terme DefaultDepth avec la valeur vingt quatre, et ajoutez à la sous-section "Display" avec la
valeur Depth désirée le terme Modes avec la résolution souhaitée par l’utilisateur. Notez que seuls les modes
standard VESA sont supportés comme définis par le matériel graphique du système cible.
Enfin, sauvez le fichier de configuration et testez-le en utilisant la procédure de test donnée ci-dessus.
Note : Un des outils disponibles pour vous aider en cas de problèmes sont les fichiers journaux d’X11, qui
contiennent des informations sur chaque périphérique auquel le serveur X11 s’attache. Les noms des fichiers
journaux d’Xorg suivent la forme /var/log/Xorg.0.log. Le nom exact du fichier peut aller de Xorg.0.log à
Xorg.8.log et ainsi de suite.
Si tout se passe bien, le fichier de configuration doit être installé à un emplacement commun où Xorg(1) pourra le
trouver. C’est typiquement soit /etc/X11/xorg.conf ou /usr/local/etc/X11/xorg.conf.
# cp xorg.conf.new /etc/X11/xorg.conf
La configuration de X11 est maintenant achevée. Xorg peut être maintenant lancé avec l’utilitaire startx(1). Le
serveur X11 peut également être lancé à l’aide de xdm(1).
Note : Il existe également un outil de configuration graphique, xorgcfg(1), qui est fourni avec la distribution X11. Il
permet de définir intéractivement votre configuration en sélectionnant les pilotes de périphériques et les
paramètres adéquats. Ce programme peut être invoqué à partir de la console, en tapant la commande xorgcfg
-textmode. Pour plus de détails, consultez la page de manuel d’xorgcfg(1).
Alternativement, il existe également un outil appelé xorgconfig(1). Ce programme est un utilitaire en mode
console moins convivial, mais qui peut fonctionner dans les situations où les autres ont échoué.
5.4.3. Sujets avancés de configuration
5.4.3.1. Configuration avec les circuits graphiques Intel® i810
La configuration avec les circuits intégrés graphiques Intel i810 nécessite agpgart l’interface de programmation
AGP pour X11 afin de piloter la carte. Consultez la page de manuel du pilote agp(4) pour plus d’information.
Cela permettra la configuration de ce matériel comme n’importe quelle autre carte graphique. Notez que sur les
systèmes sans le pilote agp(4) compilé dans le noyau, tenter de charger le module à l’aide de kldload(8) ne
138
Chapitre 5. Le système X Window
fonctionnera pas. Ce pilote doit être dans le noyau au démarrage soit compilé dans le noyau soit en utilisant
/boot/loader.conf.
5.4.3.2. Utilisation d’un écran large (Widescreen)
Cette section nécessite une maîtrise des configurations avancées. Si les tentatives d’utilisation des outils de
configuration standards précédents n’ont pas donné lieu à une configuration fonctionnelle, il y a cependant
suffisamment d’information dans les fichiers journaux pour parvenir à faire fonctionner votre équipement.
L’utilisation d’un éditeur de texte sera également nécessaire.
Les écrans larges actuellement disponibles (WSXGA, WSXGA+, WUXGA, WXGA, WXGA+, et.al.) supportent les
formats 16:10 et 10:9 ainsi que d’autres formats pouvant être problèmatiques. Les résolutions d’écran courantes pour
les formats 16:10 sont:
•
2560x1600
•
1920x1200
•
1680x1050
•
1440x900
•
1280x800
Dans certains cas, la configuration nécessitera de simplement ajouter une de ces résolutions comme Mode possible
dans la Section "Screen":
Section "Screen"
Identifier "Screen0"
Device
"Card0"
Monitor
"Monitor0"
DefaultDepth 24
SubSection "Display"
Viewport 0 0
Depth
24
Modes
"1680x1050"
EndSubSection
EndSection
Xorg est suffisamment intelligent pour obtenir auprès de l’écran les informations sur la résolution par l’intermédiaire
des données I2C/DDC, de cette manière il connaît les fréquences et résolutions maximales que peut supporter le
moniteur.
Si ces ModeLines ne sont pas présentes dans les pilotes, on pourra toujours aider Xorg dans ce sens. En examinant
le contenu du fichier /var/log/Xorg.0.log, on peut en extraire suffisamment d’information pour créer
manuellement une ModeLine qui fonctionnera. Recherchez les lignes du type:
(II)
(II)
(II)
(II)
(II)
MGA(0):
MGA(0):
MGA(0):
MGA(0):
MGA(0):
Supported additional Video Mode:
clock: 146.2 MHz
Image Size: 433 x 271 mm
h_active: 1680 h_sync: 1784 h_sync_end 1960 h_blank_end 2240 h_border: 0
v_active: 1050 v_sync: 1053 v_sync_end 1059 v_blanking: 1089 v_border: 0
Ranges: V min: 48 V max: 85 Hz, H min: 30 H max: 94 kHz, PixClock max 170 MHz
139
Chapitre 5. Le système X Window
Ce type de données est appelée information EDID. La création d’une ModeLine à partir de ces informations consiste
juste à placer les différentes valeurs dans le bon ordre:
ModeLine <name> <clock> <4 horiz. timings> <4 vert. timings>
Ainsi la ligne ModeLine de la Section "Monitor" pour cet exemple ressemblera à ceci:
Section "Monitor"
Identifier
"Monitor1"
VendorName
"Bigname"
ModelName
"BestModel"
ModeLine
"1680x1050" 146.2 1680 1784 1960 2240 1050 1053 1059 1089
Option
"DPMS"
EndSection
Ces modifications effectuées, X devrait maintenant se lancer sans problème sur votre nouvel écran large.
5.5. Utilisation des polices de caractères sous X11
Contribution de Murray Stokely.
5.5.1. Polices de caractères Type1
Les polices de caractères livrées par défaut avec X11 sont loin d’être idéales pour des applications de type
publication. Les grandes polices utilisées pour les présentations présentent un aspect en escalier et peu professionnel,
et les petites polices sous Netscape sont presque complètement illisibles. Cependant, il existe de nombreuses polices
Type1 (PostScript®) gratuites, de hautes qualités qui peuvent être aisément utilisées avec X11. Par exemple, la
collection de polices de caractères URW (x11-fonts/urwfonts) comprend une version haute qualité des polices
de caractères standards type1 (Times Roman®, Helvetica®, Palatino® et autres). La collection Freefonts
(x11-fonts/freefonts) comprend beaucoup plus de polices de caractères, mais la plupart d’entre elles sont
destinées à être utilisées avec des logiciels graphiques comme The Gimp, et ne sont pas suffisamment complètes
pour servir de polices de caractères d’affichage. De plus X11 peut être configuré pour utiliser les polices de
caractères TrueType avec un minimum d’effort. Pour plus de détails à ce sujet, consultez la page de manuel X(7) ou
la section sur les polices de caractères TrueType.
Pour installer les collections de polices de caractères Type1 précédentes à partir du catalogue des logiciels portés,
lancez les commandes suivantes:
# cd /usr/ports/x11-fonts/urwfonts
# make install clean
Et de même pour la collection Freefont ou d’autres. Pour que le serveur X détecte ces polices, ajoutez une ligne
appropriée au fichier de configuration du serveur X (/etc/X11/xorg.conf), du type:
FontPath "/usr/local/lib/X11/fonts/URW/"
Autre possibilité, en ligne de commande dans une session X lancez:
140
Chapitre 5. Le système X Window
% xset fp+ /usr/local/lib/X11/fonts/URW
% xset fp rehash
Cela fonctionnera mais les effets seront perdus quand la session X sera fermée, à moins de l’ajouter dans le fichier de
démarrage (~/.xinitrc pour une session startx classique, ou dans ~/.xsession quand on s’attache au système
par l’intermédiaire d’un gestionnaire de session graphique comme XDM). Une troisième méthode est d’utiliser le
nouveau fichier /usr/local/etc/fonts/local.conf: voir la section sur l’anticrénelage.
5.5.2. Polices de caractères TrueType®
Xorg dispose d’un support intégré pour le rendu des polices TrueType. Il y a deux différents modules qui peuvent
activer cette fonctionnalité. Le module freetype est utilisé dans cet exemple parce qu’il est plus compatible avec les
autres moteurs de rendu des polices de caractères. Pour activer le module freetype ajoutez juste la ligne suivante dans
la section "Module" du fichier /etc/X11/xorg.conf.
Load
"freetype"
Maintenant créez un répertoire pour les polices TrueType (par exemple /usr/local/lib/X11/fonts/TrueType)
et copiez toutes les polices TrueType dans ce répertoire. Gardez à l’esprit que les polices TrueType ne peuvent être
directement prises d’un Macintosh; elles doivent être dans un format UNIX/MS-DOS/Windows pour être utilisées
sous X11. Une fois les fichiers copiés dans ce répertoire, utilisez ttmkfdir pour créer un fichier fonts.dir, de
façon à ce que le moteur d’affichage des polices d’X sache que de nouveaux fichiers ont été installés. ttmkfdir est
disponible dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD sous x11-fonts/ttmkfdir.
# cd /usr/local/lib/X11/fonts/TrueType
# ttmkfdir -o fonts.dir
Maintenant ajoutez le répertoire des polices TrueType au chemin des polices de caractères. Cela est identique à ce
qui est décrit ci-dessus pour les polices Type1, c’est à dire, utiliser
% xset fp+ /usr/local/lib/X11/fonts/TrueType
% xset fp rehash
ou ajouter une ligne FontPath au fichier xorg.conf.
Voilà. Désormais Netscape, Gimp, StarOffice™, et toutes les autres applications X devraient maintenant
reconnaître les polices de caractères TrueType. Les polices très petites (comme le texte de page web visualisé sur un
écran haute résolution) et les très grandes polices (dans StarOffice) auront un rendu bien meilleur maintenant.
5.5.3. Polices de caractères anticrénelage
Mis à jour par Joe Marcus Clarke.
L’anticrénelage est disponible sous X11 depuis XFree86 4.0.2. Cependant, la configuration des polices de caractères
était relativement lourde avant l’arrivée d’XFree86 4.3.0. Depuis XFree86 4.3.0, toutes les polices sous X11 se
trouvant dans les répertoires /usr/local/lib/X11/fonts/ et ~/.fonts/ sont automatiquement disponibles
pour l’anticrénelage avec les applications compatibles Xft. Toutes les applications ne sont pas compatibles Xft, mais
de nombreuses ont été dotées du support Xft. Par exemple, les applications utilisant Qt 2.3 et versions suivantes (la
141
Chapitre 5. Le système X Window
boîte à outils pour l’environnement de travail KDE), GTK+ 2.0 et suivantes (la boîte à outils de l’environnement de
travail GNOME), et Mozilla 1.2 et versions suivantes.
Afin de contrôler quelles polices de caractères sont anticrénelées, ou pour configurer les propriétés de
l’anticrénelage, créez (ou éditez, s’il existe déjà) le fichier /usr/local/etc/fonts/local.conf. Plusieurs
caractéristiques avancées du système de fontes Xft peuvent être ajustées par l’intermédiaire de ce fichier; cette
section ne décrit que des possibilités simples. Pour plus de détails, consultez la page de manuel fonts-conf(5).
Ce fichier doit être dans le format XML. Faites attention à la casse des caractères, et assurez-vous que toutes les
balises sont correctement fermées. Le fichier débute avec l’entête XML classique suivie par une définition
DOCTYPE, puis de la balise <fontconfig>:
<?xml version="1.0"?>
<!DOCTYPE fontconfig SYSTEM "fonts.dtd">
<fontconfig>
Comme précisé précédemment, l’ensemble des polices de caractères du répertoire /usr/local/lib/X11/fonts/
comme du répertoire ~/.fonts/ sont disponibles pour les applications compatibles Xft. Si vous désirez ajouter un
autre répertoire en dehors des ces deux là, ajoutez une ligne similaire à la suivante au fichier
/usr/local/etc/fonts/local.conf:
<dir>/chemin/vers/mes/fontes</dir>
Après l’ajout de nouvelles fontes, et tout particulièrement de nouveaux répertoires de polices, vous devrez exécuter
la commande suivante pour reconstituer le cache des polices de caractères:
# fc-cache -f
L’anticrénelage rend les bords légèrement flous, ce qui rend le texte très petit plus lisible et enlève l’effet “d’escalier”
des grands textes, mais peut provoquer une fatigue visuelle si c’est appliqué au texte normal. Pour exclure les tailles
de polices inférieures à 14 points de l’anticrénelage, ajoutez ces lignes:
<match target="font">
<test name="size" compare="less">
<double>14</double>
</test>
<edit name="antialias" mode="assign">
<bool>false</bool>
</edit>
</match>
<match target="font">
<test name="pixelsize" compare="less" qual="any">
<double>14</double>
</test>
<edit mode="assign" name="antialias">
<bool>false</bool>
</edit>
</match>
L’espacement pour certaines polices de caractères à chasse fixe peut également être inapproprié avec l’anticrénelage.
Cela semble être un problème avec KDE, en particulier. Une solution possible pour cela est de forcer l’espacement
pour de telles polices de caractères à 100. Ajoutez les lignes suivantes:
142
Chapitre 5. Le système X Window
<match target="pattern" name="family">
<test qual="any" name="family">
<string>fixed</string>
</test>
<edit name="family" mode="assign">
<string>mono</string>
</edit>
</match>
<match target="pattern" name="family">
<test qual="any" name="family">
<string>console</string>
</test>
<edit name="family" mode="assign">
<string>mono</string>
</edit>
</match>
(ceci ajoute un alias "mono" pour les autres noms communs des polices de caractères fixes), puis ajoutez:
<match target="pattern" name="family">
<test qual="any" name="family">
<string>mono</string>
</test>
<edit name="spacing" mode="assign">
<int>100</int>
</edit>
</match>
Certaines polices de caractères, comme Helvetica, peuvent présenter des problèmes lors de l’anticrénelage.
Généralement cela se manifeste par l’impression que la fonte semble coupée en deux verticalement. Au pire cela
peut provoquer des crashs avec certaines application comme Mozilla. Pour éviter cela, pensez à ajouter ce qui suit au
fichier local.conf:
<match target="pattern" name="family">
<test qual="any" name="family">
<string>Helvetica</string>
</test>
<edit name="family" mode="assign">
<string>sans-serif</string>
</edit>
</match>
Une fois l’édition de local.conf achevée, assurez-vous que le fichier se termine par la balise </fontconfig>. Si
ce n’est pas le cas, tous vos changements seront ignorés.
L’ensemble de polices de caractères fourni par défaut avec X11 n’est pas très adapté pour l’anticrénelage. Un bien
meilleur ensemble de fontes peut être trouvé dans le catalogue des logiciels portés: x11-fonts/bitstream-vera.
Ce logiciel installera un fichier /usr/local/etc/fonts/local.conf si ce dernier n’existe pas déjà. Si le fichier
existe, le logiciel porté créera un fichier nommé /usr/local/etc/fonts/local.conf-vera. Il fusionnera le
contenu de ce fichier dans /usr/local/etc/fonts/local.conf, et les polices de caractères Bitstream
remplaceront automatiquement les polices avec empattement (serif), sans empattement (sans-serif) et à chasse fixe
d’X11.
143
Chapitre 5. Le système X Window
Et enfin, les utilisateurs peuvent ajouter leurs propres paramètres par l’intermédiaire de leur fichier .fonts.conf.
Pour cela, chaque utilisateur devrait créer un fichier ~/.fonts.conf. Ce fichier doit également être écrit en XML.
Un dernier point: avec un écran LCD, un échantillonage “sub-pixel” peut être désiré. Fondamentalement, ceci traite
les composantes rouge, verte et bleu séparément (horizontalement séparées) pour améliorer la résolution horizontale;
les résultats peuvent être dramatiques. Pour activer cela, ajoutez quelque part dans le fichier local.conf les lignes:
<match target="font">
<test qual="all" name="rgba">
<const>unknown</const>
</test>
<edit name="rgba" mode="assign">
<const>rgb</const>
</edit>
</match>
Note : En fonction de type d’écran, le terme “rgb” pourra devoir être changé pour “bgr”, “vrgb” ou “vbgr”:
expérimentez pour définir lequel fonctionne le mieux.
L’anticrénelage devrait être activé au prochain lancement du serveur X. Cependant, notez que les applications
doivent savoir comment l’utiliser. A l’heure actuelle, le “toolkit” Qt le supporte, donc l’intégralité de
l’environnement KDE peut utiliser des polices anticrénelées. GTK+ et GNOME peuvent également faire usage de
l’anticrénelage via le système « Font » (voir la Section 5.7.1.3 pour plus de détails). Par défaut, Mozilla 1.2 et
versions suivantes utiliseront automatiquement l’anticrénelage. Pour désactiver cette caractéristique, recompilez
Mozilla avec le paramètre -DWITHOUT_XFT.
5.6. Le gestionnaire de procédures de connexions
graphiques - “X Display Manager”
Contribution de Seth Kingsley.
5.6.1. Généralités
Le gestionnaire de procédures de connexions graphiques - “X Display Manager” (XDM) est une partie optionnelle
du système X Window qui est utilisée pour la gestion des procédures de connexion au système. C’est utile dans
plusieurs types de situations, dont les “Terminaux X” minimaux, et les serveurs X d’affichage de grands réseaux.
Comme le système X Window est indépendant du type de réseau et de protocole, il existe une large variété de
configurations possibles pour faire fonctionner des clients et des serveurs X sur différentes machines connectées
entre elles par un réseau. XDM fournit une interface graphique pour sélectionner à quel serveur d’affichage se
connecter, et entrer des informations d’autorisation comme l’ensemble identifiant et mot de passe.
Il faut voir XDM comme fournissant les mêmes fonctionnalités à l’utilisateur que l’utilitaire getty(8) (voir la
Section 24.3.2 pour plus de détails). C’est à dire, qu’il exécute les ouvertures de session sur le système sur lequel on
se connecte et lance alors une session au nom de l’utilisateur (généralement un gestionnaire de fenêtres pour X).
144
Chapitre 5. Le système X Window
XDM attend alors que le programme se termine, signalant que l’utilisateur en a terminé et devrait être déconnecté du
système. A ce moment, XDM peut afficher les écrans d’invite d’ouverture de session et de sélection de serveur pour
le prochain utilisateur.
5.6.2. Utiliser XDM
Le “daemon” d’XDM est /usr/local/bin/xdm. Ce programme peut être lancé à n’importe quel moment en tant
que root et il s’occupera de la gestion d’X sur la machine locale. Si XDM doit être exécuté à chaque démarrage de
la machine, une manière pratique de le faire est d’ajouter une entrée dans /etc/ttys. Pour plus d’informations sur
le format et l’utilisation de ce fichier, consultez la Section 24.3.2.1. Il existe une ligne dans le fichier /etc/ttys de
défaut pour exécuter le “daemon” XDM sur un terminal virtuel:
ttyv8 "/usr/local/bin/xdm -nodaemon" xterm off secure
Par défaut cette entrée est désactivée; afin de la réactiver modifiez le cinquième champ de off à on et relancez init(8)
en utilisant les indications de la Section 24.3.2.2. Le premier champ, le nom du terminal que ce programme gérera,
est ttyv8. Cela signifie que XDM démarrera sur le neuvième terminal virtuel.
5.6.3. Configurer XDM
Le répertoire de configuration d’XDM est situé dans /usr/local/lib/X11/xdm. Dans ce répertoire il y a de
nombreux fichiers utilisés pour modifier le comportement et l’apparence d’XDM. Généralement les fichiers suivants
seront présents:
Fichier
Description
Xaccess
Ensemble de règles d’autorisation du client.
Xresources
Fichier des ressources X par défaut.
Xservers
Liste des écrans distants et locaux à gérer.
Procédure d’ouverture de session par défaut.
Xsession
Xsetup_*
xdm-config
xdm-errors
xdm-pid
Procédures utilisées pour exécuter des applications avant
l’interface d’ouverture de session.
Configuration globale pour tous les affichages utilisants
cette machine.
Erreurs générées par le programme serveur.
L’identifiant du processus exécutant actuellement XDM.
Dans ce répertoire se trouvent également quelques procédures et programmes utilisés pour configurer
l’environnement quand XDM fonctionne. L’objet de chacun de ces fichiers sera brièvement décrit. La syntaxe exacte
et l’utilisation de tous ces fichiers sont décrites dans la page de manuel xdm(1).
La configuration par défaut est une simple fenêtre rectangulaire d’ouverture de session avec le nom de la machine
hôte affiché en haut dans une grande police de caractères et avec des invites “Login:” et “Password:” en-dessous.
C’est un bon point de départ pour modifier l’apparence et la prise en main des écrans XDM.
145
Chapitre 5. Le système X Window
5.6.3.1. Xaccess
Le protocole utilisé pour se connecter à des écrans contrôlés par XDM est appelé le “X Display Manager Connection
Protocol” (XDMCP). Ce fichier est un ensemble de règles pour contrôler les connexions XDMCP à partir de
machines distantes. Il est ignoré à moins que le fichier xdm-config ne soit modifié pour accepter les connexions
distantes. Par défaut, il n’autorise pas ces connexions.
5.6.3.2. Xresources
C’est un fichier de paramètres par défaut pour la sélection du serveur et des écrans d’ouverture de sessions. C’est
l’endroit où l’apparence du programme d’ouverture de session peut être modifié. Le format est identique au fichier de
paramètres par défaut des applications décrit dans la documentation d’XFree86.
5.6.3.3. Xservers
C’est une liste de choix des serveurs distants que l’écran de sélection devrait fournir.
5.6.3.4. Xsession
C’est la procédure par défaut à exécuter par XDM après qu’un utilisateur ait ouvert une session. Normalement
chaque utilisateur disposera d’une procédure de session dans ~/.xsession qui sera utilisée en lieu et place du
fichier par défaut.
5.6.3.5. Xsetup_*
Cela sera exécuté automatiquement avant d’afficher les interfaces de sélection et d’ouverture de session. Il existe une
procédure pour chaque écran utilisé, nommée Xsetup_ suivie par le numéro de l’écran local (par exemple
Xsetup_0). Généralement ces procédures exécutent un ou deux programmes en tâche de fond comme xconsole.
5.6.3.6. xdm-config
Ce dernier contient les paramètres sous la forme de paramètres par défaut qui sont applicables à chaque écran que
l’installation gère.
5.6.3.7. xdm-errors
Ce dernier contient les messages de sortie du serveur X qu’XDM essaye d’exécuter. Si un terminal qu’XDM essaye
de démarrer se bloque pour quelque raison, c’est le bon endroit pour chercher les messages d’erreur. Ces messages
sont également écrits dans le fichier ~/.xsession-errors de l’utilisateur à chaque session.
146
Chapitre 5. Le système X Window
5.6.4. Exécuter un serveur d’affichage en réseau
Afin de permettre aux autres clients de se connecter au serveur gérant l’affichage, vous devez éditer les règles de
contrôle d’accès, et activez l’auditeur de demandes de connexion. Par défaut ces règles sont sur des valeurs
conservatrices. Pour faire écouter à XDM les demandes de connexion, tout d’abord commentez une ligne du fichier
xdm-config:
! SECURITY: do not listen for XDMCP or Chooser requests
! Comment out this line if you want to manage X terminals with xdm
DisplayManager.requestPort:
0
et ensuite relancez XDM. Rappelez vous que les commentaires dans des fichiers de paramètres par défaut
d’applications débutent avec un caractère “!”, et non pas par l’habituel “#”. Un contrôle d’accès plus strict peut être
désiré — consultez les lignes d’exemple dans Xaccess, et référez-vous à la page de manuel xdm(1) pour plus
d’information.
5.6.5. Remplacements pour XDM
Plusieurs remplacements pour le programme XDM de défaut existent. L’un d’eux, KDM (fourni avec KDE) est
décrit plus loin dans son propre chapitre. KDM offre de nombreuses améliorations visuelles, ainsi que la fonction
permettant aux utilisateurs de sélectionner leur gestionnaire de fenêtres au moment d’ouvrir la session.
5.7. Environnements de travail
Contribution de Valentino Vaschetto.
Cette section décrit les différents environnements de travail disponibles pour X sous FreeBSD. Le terme
d’“environnement de travail” regroupe tout depuis le simple gestionnaire de fenêtres à la suite complète
d’applications de bureau, comme KDE ou GNOME.
5.7.1. GNOME
5.7.1.1. A propos de GNOME
GNOME est un environnement de travail convivial qui permet aux utilisateurs d’utiliser et de configurer facilement
leur ordinateur. GNOME comprend un panneau - “panel” (pour lancer des applications et afficher des états), un
bureau (où les données et les applications peuvent prendre place), un ensemble d’outils standards de bureau et
d’applications, et un ensemble de conventions qui rendent aisée la coopération entre application et leur cohérence.
Les utilisateurs d’autres systèmes d’exploitation ou environnement devraient se sentir en terrain de connaissance en
utilisant le puissant environnement graphique que fournit GNOME. Plus d’information concernant GNOME sous
FreeBSD peut être trouvé sur le site du Projet FreeBSD GNOME (http://www.FreeBSD.org/gnome). Le site contient
également des FAQs très complètes sur l’installation, la configuration, et l’administration de GNOME.
147
Chapitre 5. Le système X Window
5.7.1.2. Installer GNOME
Ce logiciel peut être facilement installé à partir d’une version pré-compilée ou du catalogue des logiciels portés:
Pour installer l’ensemble de logiciels pré-compilés GNOME à partir du réseau, tapez simplement:
# pkg_add -r gnome2
Pour compiler GNOME à partir des sources, utilisez le logiciel porté:
# cd /usr/ports/x11/gnome2
# make install clean
Une fois que GNOME est installé, on doit signaler au serveur X d’exécuter GNOME à la place du gestionnaire de
fenêtre par défaut.
La manière la plus simple de lancer GNOME est d’utiliser GDM, le gestionnaire d’affichage de GNOME. GDM,
qui est installé par défaut comme élément de l’environnement de travail GNOME (mais qui est désactivé par défaut),
peut être activé en ajoutant la ligne gdm_enable="YES" au fichier /etc/rc.conf. Une fois que vous avez
redémarré le système, GNOME sera lancé automatiquement dès que vous ouvrirez une session — aucune autre
configuration n’est nécessaire.
GNOME peut être également lancé à partir de la ligne de commande en configurant correctement un fichier appelé
.xinitrc. Si un fichier .xinitrc personnalisé est déjà en place, remplacez simplement la ligne qui lance le
gestionnaire de fenêtres avec une qui exécute /usr/local/bin/gnome-session à la place. S’il n’y a rien de spécial à
faire dans ce fichier de configuration, alors il est suffisant de taper:
% echo "/usr/local/bin/gnome-session" > ~/.xinitrc
Ensuite, tapez startx, et l’environnement de travail GNOME sera lancé.
Note : Si un gestionnaire d’affichage plus ancien, comme XDM, est utilisé, cela ne fonctionnera pas. A la place,
créez un fichier exécutable .xsession contenant la même commande. Pour cela, éditez le fichier et remplacez
la commande correspondant au gestionnaire de fenêtres actuel avec /usr/local/bin/gnome-session:
% echo "#!/bin/sh" > ~/.xsession
% echo "/usr/local/bin/gnome-session" >> ~/.xsession
% chmod +x ~/.xsession
Une autre option est de configurer le gestionnaire d’affichage pour permettre la sélection du gestionnaire de fenêtres
au moment de l’ouverture de session; la section de compléments sur KDE explique comment le faire pour kdm, le
gestionnaire d’affichage de KDE.
5.7.1.3. Polices de caractères anticrénelage avec GNOME
X11 supporte l’anticrénelage par l’intermédiaire de son extension “RENDER“. GTK+ 2.0 et suivant (la boîte à outils
utilisé par GNOME) peuvent utiliser cette fonctionnalité. La configuration de l’anticrénelage est décrite dans la
Section 5.5.3. Aussi, avec des logiciels à jour, l’anticrénelage est possible dans l’environnement de travail GNOME.
Aller dans le menu Applications−→Desktop Preferences−→Font, et sélectionnez soit Best shapes, soit Best
contrast, ou Subpixel smoothing (LCDs). Pour une application GTK+ qui ne fait pas partie de l’environnement de
travail GNOME, fixez la variable d’environement GDK_USE_XFT à 1 avant de lancer le programme.
148
Chapitre 5. Le système X Window
5.7.2. KDE
5.7.2.1. A propos de KDE
KDE est un environnement de travail moderne facile d’emploi. Quelques unes des choses qu’apporte KDE aux
utilisateurs sont:
•
Un magnifique bureau moderne
•
Une utilisation réseau complètement transparente
•
Un système d’aide intégré utile, pour un accès cohérent à l’aide sur l’utilisation de l’environnement KDE et ses
applications
•
Une apparence et une prise en main commune pour toutes les applications KDE
•
Des menus, barres d’outils, combinaisons de touches, couleurs, etc... standardisées
•
Internationalisation: KDE est disponible dans plus de 40 langues
•
Un système centralisé de configuration de l’environnement
•
Un grand nombre d’applications KDE utiles
KDE est fourni avec un navigateur web appelé Konqueror, qui est un solide concurrent aux autres navigateurs web
sous UNIX. Plus d’information sur KDE peut être trouvé sur le site de KDE (http://www.kde.org/). Pour des
informations et des ressources spécifiques à l’utilisation de KDE sous FreeBSD, consultez le site de l’équipe KDE
sur FreeBSD (http://freebsd.kde.org/).
Il existe deux versions de KDE sous FreeBSD. La version 3 est disponible depuis longtemps et présente une grande
maturité. La version 4, la génération suivante, est également disponible dans le catalogue des logiciels portés. Ces
deux versions peuvent être installées de paire.
5.7.2.2. Installer KDE
Juste comme avec GNOME ou tout autre environnement de travail, ce logiciel peut être aisément installé à partir des
logiciels pré-compilés ou du catalogue des logiciels portés:
Pour installer la version pré-compilée de KDE3 à partir du réseau, tapez simplement:
# pkg_add -r kde
Pour installer la version pré-compilée de KDE4 à partir du réseau, tapez simplement:
# pkg_add -r kde4
pkg_add(1) récupérera automatiquement la dernière version de l’application.
Pour compiler KDE3 à partir des sources, utilisez le logiciel porté:
# cd /usr/ports/x11/kde3
# make install clean
Pour compiler KDE4 à partir des sources, utilisez le logiciel porté:
# cd /usr/ports/x11/kde4
149
Chapitre 5. Le système X Window
# make install clean
Après que KDE ait été installé, on doit indiquer au serveur X de lancer cette application à la place du gestionnaire de
fenêtres par défaut. Ceci est effectué en éditant le fichier .xinitrc:
Pour KDE3:
% echo "exec startkde" > ~/.xinitrc
Pour KDE4:
% echo "exec /usr/local/kde4/bin/startkde" > ~/.xinitrc
Maintenant, quand le système X Window est invoqué avec la commande startx, KDE sera l’environnement de
travail utilisé.
Si un gestionnaire d’affichage comme XDM est utilisé, la configuration sera légèrement différente. Editez le fichier
.xsession à la place. Les instructions concernant kdm seront données plus loin dans ce chapitre.
5.7.3. Plus de détails sur KDE
Maintenant que KDE est installé sur le système, la plupart des choses peuvent être découvertes à travers les pages
d’aide, ou juste en pointant et cliquant sur les différents menus. Les utilisateurs de Windows ou de Mac® se sentiront
presque en terrain de connaissance.
La meilleure référence pour KDE est la documentation en ligne. KDE est livré avec son propre navigateur internet
Konqueror, et des douzaines d’applications utiles, et une large documentation. Le reste de cette section traite
d’éléments techniques qui sont difficiles à apprendre par une exploration au hasard.
5.7.3.1. Le gestionnaire d’affichage de KDE
L’administrateur d’un système multi-utilisateurs peut désirer avoir un écran graphique d’ouverture de session pour
accueillir les utilisateurs. XDM peut être utilisé comme décrit plus tôt. Cependant, KDE inclus une alternative, kdm,
qui est conçue pour paraître plus attractive et inclure plus d’options d’ouverture de session. En particulier, les
utilisateurs peuvent facilement (par l’intermédiaire d’un menu) sélectionner quel environnement de travail (KDE,
GNOME, ou quelque chose d’autre) exécuter après l’ouverture de session.
Pour activer kdm, la ligne ttyv8 du fichier /etc/ttys doit être modifiée. La ligne doit ressembler à:
Pour KDE3:
ttyv8 "/usr/local/bin/kdm -nodaemon" xterm on secure
Pour KDE4:
ttyv8 "/usr/local/kde4/bin/kdm -nodaemon" xterm on secure
150
Chapitre 5. Le système X Window
5.7.4. XFce
5.7.4.1. A propos d’XFce
XFce est un environnement de travail basé sur le “toolkit” GTK+ utilisé par GNOME, mais est plus léger et est
destiné à ceux qui veulent un bureau simple, et efficace qui est néanmoins facile d’utilisation et de configuration.
Visuellement, il ressemble énormément à CDE, que l’on trouve sur les systèmes UNIX commerciaux. Quelques
unes des caractéristiques d’XFce sont:
•
Un bureau de prise en main aisée et simple
•
Complètement configurable à la souris, avec glisser-déposer, etc.
•
Une barre principale similaire à CDE, avec des menus, des petites applications et des lanceurs d’applications
•
Un gestionnaire de fenêtre intégré, un gestionnaire de fichiers, un gestionnaire du son, un module de compatibilité
GNOME, et bien plus
•
Personnalisable avec des thèmes (comme il utilise GTK+)
•
Rapide, léger et efficace: idéal pour les machines vieilles/lentes ou avec des limitations en mémoire
Plus d’information sur XFce peut être trouvé sur le site d’XFce (http://www.xfce.org/).
5.7.4.2. Installer XFce
Une version pré-compilée d’XFce existe (au moment où ces lignes sont écrites). Pour installer, tapez simplement:
# pkg_add -r xfce4
Alternativement, pour compiler à partir des sources, utilisez le catalogue des logiciels portés:
# cd /usr/ports/x11-wm/xfce4
# make install clean
Maintenant, il faut indiquer au serveur X d’exécuter XFce au prochain démarrage d’X. Tapez ceci:
% echo "/usr/local/bin/startxfce4" > ~/.xinitrc
Au prochain démarrage d’X, XFce sera l’environnement de travail. Comme précédemment, si un gestionnaire
d’affichage comme XDM est utilisé, créez un fichier .xsession, comme décrit dans la section sur GNOME, mais
avec la commande /usr/local/bin/startxfce4; ou configurez le gestionnaire d’affichage pour permettre la
sélection d’un environnement de travail au moment de la connexion, comme expliqué dans la section sur kdm.
151
II. Tâches courantes
Maintenant que les bases sont maîtrisées, cette partie du Manuel FreeBSD traitera de certaines fonctionnalités de
FreeBSD fréquemment utilisées. Ces chapitres:
•
Présentent des applications de bureautique populaires et utiles: des navigateurs, des outils de productivité, des
lecteurs de documents, etc.
•
Présentent plusieurs outils multimédia disponibles pour FreeBSD.
•
Expliquent le processus de compilation d’un noyau FreeBSD personnalisé, pour permettre l’ajout de
fonctionnalités supplémentaires à votre système.
•
Décrivent le système d’impression en détail, pour les configurations d’imprimante locale et en réseau.
•
Vous montrent comment exécuter des applications Linux sur votre système FreeBSD.
Certains de ces chapitres conseillent des lectures préalables, ceci est noté dans le synopsis au début de chaque
chapitre.
Chapitre 6. Bureautique
Contribution de Christophe Juniet.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
6.1. Synopsis
FreeBSD peut faire fonctionner une large variété d’applications de bureautique, comme des navigateurs et des
traitements de textes. La plupart de ces derniers sont disponibles sous forme pré-compilée ou peuvent être compilé
automatiquement à partir du catalogue des logiciels portés. De nombreux utilisateurs s’attendent à trouver ces types
d’applications dans leur environnement de travail. Ce chapitre vous montrera comment installer quelques unes des
applications de bureautique les plus populaires sans trop d’effort, soit à partir de versions pré-compilées soit à partir
du catalogue des logiciels portés.
Notez que lorsque l’on installe des programmes à partir du catalogue des logiciels portés, ils sont compilés à partir
des sources. Cela peut prendre un temps relativement long, en fonction de ce que vous compilez et de la puissance de
votre machine. Si la compilation à partir des sources requiert un temps prohibitif, vous pouvez installer la plupart des
programmes de l’arbre des ports à partir de version pré-compilées.
Comme FreeBSD dispose d’un système de compatibilité avec les binaires Linux, de nombreuses applications
développées à l’origine pour Linux sont disponibles pour votre environnement de travail. Il est vivement
recommandé que vous lisiez le Chapitre 10 avant d’installer des applications Linux. De nombreux logiciels portés
utilisant la compatibilité binaire Linux débutent avec le terme “linux-”. Souvenez-vous de cela quand vous
recherchez un logiciel porté bien particulier, par exemple à l’aide de whereis(1). Dans le reste de ce chapitre on
suppose que vous avez activé la compatibilité Linux avant d’installer des applications Linux.
Voici les catégories d’applications couvertes par ce chapitre:
•
Navigateurs (comme Mozilla, Opera, Firefox, Konqueror)
•
Productivité (comme KOffice, AbiWord, The GIMP, OpenOffice.org)
•
Lecteurs de document (comme Acrobat Reader®, gv, Xpdf, GQview)
•
Finance (comme GnuCash, Gnumeric, Abacus)
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Savoir comment installer des logiciels tiers (Chapitre 4).
•
Savoir comment installer des logiciels pour Linux (Chapitre 10).
Pour des informations sur comment mettre en place un environnement multimédia, lisez le Chapitre 7. Si vous
désirez configurer et utiliser le courrier électronique, veuillez vous référer au Chapitre 26.
6.2. Navigateurs
FreeBSD n’est pas livré avec un navigateur particulier installé. Au lieu de cela, le répertoire www
(http://www.FreeBSD.org/ports/www.html) du catalogue des logiciels portés contient de nombreux navigateurs prêts
153
Chapitre 6. Bureautique
à être installés. Si vous n’avez pas le temps de tout compiler (cela peut prendre un temps relativement long dans
certains cas) nombres d’entre eux sont disponibles sous forme pré-compilée.
KDE et GNOME fournissent déjà un navigateur HTML. Veuillez vous référer au Section 5.7 pour plus
d’information sur comment configurer ces environnements de travail.
Si vous êtes à la recherche de navigateurs légers, vous devriez consulter le catalogue des logiciels portés pour
www/dillo, www/links, ou www/w3m.
Cette section couvre les applications suivantes:
Nom de l’application
Ressources nécessairesInstallation à partir du Dépendances
catalogue des logiciels principales
portés
Mozilla
importantes
lourde
Gtk+
Opera
faibles
légère
Firefox
moyennes
lourde
Version native FreeBSD et
Linux disponibles. La
version Linux dépend de la
compatibilité binaire Linux
et de linux-openmotif.
Gtk+
Konqueror
moyennes
lourde
Bibliothèques KDE
6.2.1. Mozilla
Mozilla est un navigateur moderne et stable, dont le portage FreeBSD est complet: il présente un moteur d’affichage
HTML qui respecte vraiment les normes; il intègre un lecteur de courrier électronique et de forums de discussion. Il
possède même un éditeur HTML si vous projetez d’écrire vous-même quelques pages Web. Les utilisateurs de
Netscape trouveront des similitudes avec la suite Communicator, étant donné que les deux navigateurs partagent
certains développements passés.
Sur les machines lentes, avec une vitesse de processeur de moins de 233MHz ou avec moins de 64MO de RAM,
Mozilla peut être trop consommateur en ressources pour être vraiment utilisable. Vous pourrez vouloir essayer à la
place le navigateur Opera décrit plus tard dans ce chapitre.
Si vous ne pouvez ou ne voulez compiler Mozilla, pour une quelconque raison, l’équipe GNOME de FreeBSD l’a
déjà fait pour vous. Installez juste la version pré-compilée à partir du réseau avec:
# pkg_add -r mozilla
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, et que vous avez suffisamment de temps et d’espace disque, vous
pouvez obtenir les sources pour Mozilla, le compiler et l’installer sur votre système. Cela s’effectue en faisant:
# cd /usr/ports/www/mozilla
# make install clean
Le logiciel porté Mozilla s’assure d’une initialisation correcte en exécutant la configuration de la base de registre
chrome avec les privilèges de root privilèges. Cependant si vous désirez récupérer des modules additionnels comme
“mouse gestures”, vous devez exécuter Mozilla en tant que root pour obtenir une installation correcte de ces
modules.
154
Chapitre 6. Bureautique
Une fois que vous avez achevé l’installation de Mozilla, vous n’avez plus besoin d’être sous root. Vous pouvez
lancer Mozilla en tant que navigateur en tapant:
% mozilla
Vous pouvez lancer directement les lecteurs de courrier électronique et de forums comme montré ci-dessous:
% mozilla -mail
6.2.2. Firefox
Firefox est la génération suivante de navigateurs basés sur le code de Mozilla. Mozilla est une suite complète
d’applications, comme un navigateur, un client de messagerie, un client de discussion et bien plus. Firefox est juste
un navigateur, ce qui le rend plus petit et plus rapide.
Installez la version pré-compilée du logiciel en tapant:
# pkg_add -r firefox
Vous pouvez également utiliser le catalogue des logiciels portés si vous désirez effectuer la compilation à partir des
sources:
# cd /usr/ports/www/firefox
# make install clean
6.2.3. Firefox, Mozilla et le greffon Java™
Note : Dans cette section et la suivante, nous supposerons que vous avez déjà installé Firefox ou Mozilla.
La fondation FreeBSD a acquis auprès de Sun Microsystems une licence de distribution des binaires FreeBSD pour
le Java Runtime Environment (JRE™) et le Java Development Kit (JDK™). Les paquetages binaires pour FreeBSD
sont disponibles sur le site de la fondation FreeBSD (http://www.freebsdfoundation.org/downloads/java.shtml).
Pour ajouter le support Java™ à Firefox ou Mozilla, vous devez installer tout d’abord le logiciel porté
java/javavmwrapper. Ensuite, téléchargez le paquetage Diablo JRE à l’adresse
http://www.freebsdfoundation.org/downloads/java.shtml, et installez-le à l’aide de pkg_add(1).
Lancez votre navigateur et tapez about:plugins dans la barre d’adresse et appuyez sur Entrée. Une page listant
les greffons installés s’affichera; le greffon Java devrait désormais apparaître dans la liste. Si ce n’est pas le cas, en
tant que root, exécutez la commande suivante:
# ln -s /usr/local/diablo-jre1.5.0/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so \
/usr/local/lib/browser_plugins/
puis relancez votre navigateur.
155
Chapitre 6. Bureautique
6.2.4. Firefox, Mozilla et le greffon Macromedia® Flash™
Le greffon Macromedia® Flash™ n’est pas disponible pour FreeBSD. Cependant il existe une couche logicielle
(« wrapper ») pour utiliser la version Linux du greffon. Ce « wrapper » supporte également les greffons Adobe®
Acrobat®, RealPlayer® et plus.
Installez le logiciel porté www/nspluginwrapper. Ce logiciel nécessite emulators/linux_base qui occupe un
espace relativement important.
L’étape suivante est l’installation du logiciel porté www/linux-flashplugin7. Une fois le logiciel installé, le
greffon doit être installé par chaque utilisateur à l’aide de la commande nspluginwrapper:
% nspluginwrapper -v -a -i
Lancez ensuite votre navigateur, tapez about:plugins dans la barre d’adresse et appuyez sur Entrée. Une liste des
greffons actuellement disponibles devrait apparaître.
6.2.5. Opera
Opera est un navigateur complet respectant les standards. Il intègre un lecteur de courrier électronique et de forums
de discussion, un client IRC, un lecteur de flux RSS/Atom et beaucoup plus. Malgré cela, Opera reste relativement
léger et très rapide. Il est disponible en deux versions: une version “native” pour FreeBSD et une version utilisant
l’émulation Linux.
Pour naviguer sur le Web avec la version FreeBSD d’Opera, installez la version pré-compilée:
# pkg_add -r opera
Certains sites FTP n’ont pas toutes les versions pré-compilées, mais Opera peut également être obtenu avec le
catalogue des logiciels portés en tapant:
# cd /usr/port/www/opera
# make install clean
Pour installer la version Linux d’Opera, utilisez linux-opera à la place d’opera dans les exemples précédents. La
version Linux est utile dans les situations demandant l’utilisation de greffons qui sont uniquement disponibles pour
Linux, comme Acrobat Reader. Dans tous les autres aspects, les versions FreeBSD et Linux devraient être
identiques.
6.2.6. Konqueror
Konqueror fait partie de KDE mais peut être également utilisé en dehors de KDE en installant x11/kdebase3.
Konqueror est plus qu’un navigateur, c’est également un gestionnaire de fichiers et une visionneuse multimedia
Il existe également un ensemble de greffons pour Konqueror disponible dans misc/konq-plugins.
Konqueror supporte également Flash; un tutorial pour avoir le support de Flash sous Konqueror est disponible à
l’adresse http://freebsd.kde.org/howto.php.
156
Chapitre 6. Bureautique
6.3. Productivité
Quand on parle de productivité, les nouveaux utilisateurs recherchent souvent une bonne suite bureautique ou un
traitement de texte convivial. Bien que certains environnements de travail comme KDE fournissent déjà une suite de
bureautique, il n’y a pas de logiciels de productivité par défaut. FreeBSD fournit tout ce qui est nécessaire,
indépendamment de votre environnement de travail.
Cette section couvre les applications suivantes:
Nom de l’application
Ressources nécessairesInstallation à partir du Dépendances
catalogue des logiciels principales
portés
KOffice
légères
lourde
KDE
AbiWord
The Gimp
légères
légères
lourde
lourde
Gtk+ ou GNOME
Gtk+
OpenOffice.org
importantes
très lourde
JDK 1.4, Mozilla
6.3.1. KOffice
La communauté KDE propose son environnement de travail avec une suite de bureautique qui peut être utilisée en
dehors de KDE. Elle comprend quatre composants standard que l’on peut trouver dans d’autres suites. KWord est le
traitement de texte, KSpread est le tableur, KPresenter est le programme pour gérer des présentations, et Kontour
vous permet de créer des documents graphiques.
Avant d’installer la dernière version de KOffice, soyez sûr d’avoir une version à jour de KDE.
Pour installer KOffice à partir de la version pré-compilée, utilisez la commande suivante:
# pkg_add -r koffice
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés. Par exemple,
pour installer KOffice pour KDE3, faites:
# cd /usr/ports/editors/koffice-kde3
# make install clean
6.3.2. AbiWord
AbiWord est un traitement de texte gratuit similaire au niveau de l’apparence et de la prise en main à Microsoft
Word. Il convient pour taper des lettres, des rapports, des mémos, et ainsi de suite. Il est très rapide, dispose de
nombreuses fonctions, et très convivial.
AbiWord peut importer et exporter dans de nombreux formats de fichiers, dont certains formats propriétaires comme
le .doc de Microsoft.
AbiWord est disponible sous forme pré-compilée. Vous pouvez l’installer avec:
# pkg_add -r abiword
157
Chapitre 6. Bureautique
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, il peut être compilé à partir du catalogue des logiciels portés. Le
catalogue devra être plus à jour. Cela peut être fait de cette façon:
# cd /usr/ports/editors/abiword
# make install clean
6.3.3. The GIMP
Pour la création et la retouche d’image The GIMP est un programme de manipulation d’image très sophistiqué. Il
peut être utilisé comme un simple programme de dessin ou comme une suite de retouche d’image de qualité photo. Il
supporte un grand nombre de modules additionnels et présente une interface de création de procédures. The GIMP
peut lire et écrire dans un très grand nombre de formats de fichiers. Il supporte l’interfaçage avec des scanners et des
tablettes graphiques.
Vous pouvez installer la version pré-compilée en utilisant cette commande:
# pkg_add -r gimp
Si votre site FTP ne dispose pas de la version pré-compilée, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés. Le
répertoire graphics (http://www.FreeBSD.org/ports/graphics.html) du catalogue contient également le Manuel de
The Gimp. Voici comment les installer:
#
#
#
#
cd /usr/ports/graphics/gimp
make install clean
cd /usr/ports/graphics/gimp-manual-pdf
make install clean
Note : Le répertoire graphics (http://www.FreeBSD.org/ports/graphics.html) du catalogue des logiciels portés
contient la version de développement de The GIMP dans graphics/gimp-devel. Une version HTML du Manuel
de The Gimp est disponible à partir de graphics/gimp-manual-html.
6.3.4. OpenOffice.org
OpenOffice.org comprend toutes les applications indispensables d’une suite de bureautique complète: un traitement
de texte, un tableur, un programme de gestion de présentation, et un logiciel de dessin. Son interface utilisateur est
très proche de celle d’autres suites de bureautique, et elle peut importer et exporter dans divers formats de fichiers
populaires. Elle est disponible dans de nombreuses langues — l’interface, les correcteurs orthographiques, et les
dictionnaires ont été internationalisés.
Le traitement de texte d’OpenOffice.org utilise un format de fichier natif en XML pour augmenter la portabilité et la
flexibilité. Le tableur dispose d’un langage de macro et il peut être interfacé avec des bases de données extérieures.
OpenOffice.org est déjà stable et fonctionne en natif sous Windows, Solaris™, Linux, FreeBSD, et Mac OS X. Plus
d’information à propos d’OpenOffice.org peut être trouvé sur le site Web d’OpenOffice.org
(http://www.openoffice.org/). Pour une information spécifique à FreeBSD, et pour télécharger directement les
versions précompilées, utilisez le site Web de l’Equipe FreeBSD de portage d’OpenOffice.org
(http://porting.openoffice.org/freebsd/).
158
Chapitre 6. Bureautique
Pour installer OpenOffice.org, faites:
# pkg_add -r openoffice.org
Note : Cette commande devrait fonctionner si vous utilisez une version -RELEASE de FreeBSD. Si ce n’est pas
le cas, vous devriez consulter le site de l’équipe de portage d’OpenOffice.org pour télécharger puis installer le
paquetage adéquat en utilisant pkg_add(1). Les versions actuelles et de développement sont disponibles.
Une fois l’installation effective, vous avez juste à taper la commande suivante pour exécuter OpenOffice.org:
% openoffice.org
Note : Lors de la première exécution, quelques questions vous seront posées et un répertoire
.openoffice.org2 sera créé dans votre répertoire utilisateur.
Si les version pré-compilées d’OpenOffice.org ne sont pas disponibles, vous avez toujours la possibilité de compiler
le logiciel porté. Cependant, vous devez garder à l’esprit que cela demande beaucoup d’espace disque et un temps de
compilation relativement long.
# cd /usr/ports/editors/openoffice.org-2
# make install clean
Note : Si vous désirez compiler une version localisée, remplacez la dernière ligne de commande avec la
suivante:
# make LOCALIZED_LANG=votre_langage install clean
Vous devez remplacer votre_langage avec le code ISO de langage approprié. Une liste des codes de langage
supportés est disponible dans le fichier files/Makefile.localized situé dans le répertoire du logiciel porté.
Une fois cela effectué, OpenOffice.org peut être lancé avec la commande:
% openoffice.org
6.4. Lecteurs de document
Certains nouveaux formats de documentation ont gagné en popularité depuis l’avènement d’UNIX; les lecteurs
standard qu’ils nécessitent peuvent ne pas être disponibles dans le système de base. Nous verrons, dans cette section,
comment installer ces lecteurs de document.
Cette section couvre les applications suivantes:
159
Chapitre 6. Bureautique
Nom de l’application
Ressources nécessairesInstallation à partir du Dépendances
catalogue des logiciels principales
portés
Acrobat Reader
gv
faibles
faibles
légère
légère
Compatibilité binaire Linux
Xaw3d
Xpdf
GQview
faibles
faibles
légère
légère
FreeType
Gtk+ ou GNOME
6.4.1. Acrobat Reader®
De nombreux documents sont désormais distribués sous forme de fichiers PDF, qui signifie “Format Portable de
Document” - Portable Document Format. Un des lecteurs recommandé est Acrobat Reader, sorti par Adobe pour
Linux. Comme FreeBSD peut exécuter les binaires Linux, il est également disponible pour FreeBSD.
Pour installer Acrobat Reader 7, à partir du catalogue de logiciels portés, faire:
# cd /usr/ports/print/acroread7
# make install clean
Il n’existe pas de paquetage pour des raisons de licence.
6.4.2. gv
gv un lecteur de fichier PostScript et PDF. Il est a l’origine basé sur ghostview mais présente un plus bel aspect grâce
à la bibliothèque Xaw3d. Il est rapide et son interface est simple. gv possède de nombreuses fonctionnalités comme
l’orientation, le format du papier, l’échelle, l’anticrénelage. Presque toutes les opérations peuvent être effectuées soit
à partir du clavier soit à la souris.
Pour installer gv à partir de la version pré-compilée, faites:
# pkg_add -r gv
Si vous ne pouvez obtenir la version pré-compilée, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés:
# cd /usr/ports/print/gv
# make install clean
6.4.3. Xpdf
Si vous désirez un petit lecteur de fichiers PDF, Xpdf est léger et efficace. Il demande très peu de ressources et est
très stable. Il utilise les polices de caractères standards de X et ne requiert pas Motif ou tout autre ensemble
d’éléments graphiques pour X.
Pour installer la version pré-compilée d’Xpdf utilisez la commande suivante:
# pkg_add -r xpdf
Si la version pré-compilée n’est pas disponible ou que vous préfériez utiliser le catalogue des logiciels portés, faites:
160
Chapitre 6. Bureautique
# cd /usr/ports/graphics/xpdf
# make install clean
Une fois l’installation achevée, vous pouvez lancer Xpdf et utiliser le bouton droit de la souris pour activer le menu.
6.4.4. GQview
GQview est un gestionnaire d’image. Vous pouvez visualiser un fichier avec un simple clic, lancer un éditeur
externe, obtenir une pré-visualisation par vignettes, et bien plus. Il propose également un mode présentation et
quelques possibilités d’opérations sur fichiers de base. Vous pouvez gérer des collections d’images et trouver
facilement les doublons. GQview supporte l’affichage plein écran et l’internationalisation de l’interface.
Si vous désirez installer la version pré-compilée de GQview, faites:
# pkg_add -r gqview
Si la version pré-compilée n’est pas disponible ou que vous préférez utiliser le catalogue des logiciels portés, faites:
# cd /usr/ports/graphics/gqview
# make install clean
6.5. Finance
Si, pour diverses raisons, vous voudriez gérer vos finances personnelles sous FreeBSD, il existe quelques
applications puissantes et simples d’emploi prêtes à être installées. Certaines d’entre elles sont compatibles avec des
formats de fichiers très répandus comme ceux utilisés par Quicken® ou Excel pour stocker des documents.
Cette section couvre les programmes suivants:
Nom de l’application
Ressources nécessairesInstallation à partir du Dépendances
catalogue des logiciels principales
portés
GnuCash
faibles
lourde
GNOME
Gnumeric
faibles
lourde
GNOME
Abacus
KMyMoney
faibles
faibles
légère
lourde
Tcl/Tk
KDE
6.5.1. GnuCash
GnuCash fait partie de l’effort GNOME en vue de fournir des applications puissantes et conviviales pour
l’utilisateur final. Avec GnuCash, vous pouvez suivre vos crédits et débits, vos comptes bancaires, et vos actions. Il
présente une interface intuitive tout en restant très professionnel.
GnuCash fournit un registre intelligent, un système hiérarchique pour les comptes, de nombreux raccourcis clavier
et des systèmes d’autocomplémentation de la frappe au clavier. Il peut diviser une simple transaction en plusieurs
étapes plus détaillées. GnuCash peut importer et fusionner des fichiers QIF de Quicken. Il supporte également la
161
Chapitre 6. Bureautique
plupart des formats internationaux de date et de monnaies.
Pour installer GnuCash sur votre système, faites:
# pkg_add -r gnucash
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés:
# cd /usr/ports/finance/gnucash
# make install clean
6.5.2. Gnumeric
Gnumeric est un tableur, faisant partie de l’environnement de travail GNOME. Il dispose d’un système automatique
“devinant” le type d’entrée de l’utilisateur en fonction du format de la cellule avec un système de remplissage
automatique pour de nombreuses séquences d’utilisation. Il peut importer des fichiers de nombreux formats
populaires comme ceux d’Excel, Lotus 1-2-3, ou Quattro Pro. Gnumeric supporte l’affichage de graphiques grâce
au programme de tracé math/guppi. Il dispose d’un grand nombre de fonctions intégrées et permet tous les formats
de cellule habituels comme le format numérique, monétaire, date, temps, et bien plus.
Pour installer Gnumeric sous forme pré-compilée, tapez:
# pkg_add -r gnumeric
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés en faisant:
# cd /usr/ports/math/gnumeric
# make install clean
6.5.3. Abacus
Abacus est un tableur léger et facile d’emploi. Il incorpore de nombreuses fonctions utiles dans plusieurs domaines
comme les statistiques, la finance, et les mathématiques. Il peut importer et exporter en format Excel. Abacus peut
produire des sorties en PostScript.
Pour installer Abacus à partir de la version pré-compilée, faites:
# pkg_add -r abacus
Si la version pré-compilée n’est pas disponible, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés en faisant:
# cd /usr/ports/deskutils/abacus
# make install clean
6.5.4. KMyMoney
KMyMoney est un programme de comptabilité personnelle pour KDE. KMyMoney a pour objectif de fournir et
d’incorporer toutes les fonctionnalités importantes que l’on retrouve dans les applications de comptabilité
162
Chapitre 6. Bureautique
personnelle commerciales. Il met également l’accent sur la facilité d’utilisation et la mise en place d’une
comptabilité en partie double. KMyMoney peut importer les fichiers au format Quicken (QIF), suivre des
placements, gérer plusieurs monnaies et fournir une quantité de compte-rendus. La possibilité d’importer des fichiers
au format OFX est également disponible à l’aide d’un greffon séparé.
Pour installer KMyMoney sous forme d’un paquetage:
# pkg_add -r kmymoney2
Si le paquetage n’est pas disponible, vous pouvez utiliser le catalogue des logiciels portés:
# cd /usr/ports/finance/kmymoney2
# make install clean
6.6. Résumé
Alors que FreeBSD est populaire parmi les fournisseurs d’accès à Internet pour ses performances et sa stabilité, il est
quasiment prêt pour une utilisation quotidienne en tant que station de travail. Avec plusieurs milliers d’applications
disponibles sous forme pré-compilées (http://www.FreeBSD.org/where.html) ou dans le catalogue des logiciels
portés (http://www.FreeBSD.org/ports/index.html), vous pouvez vous construire l’environnement de travail qui vous
conviendra le mieux.
Voici un bref rappel de toutes les applications abordées dans ce chapitre:
Nom de l’application
Nom du logiciel pré-compilé
Nom du logiciel porté
Mozilla
mozilla
www/mozilla
Opera
Firefox
opera
www/opera
firefox
www/firefox
KOffice
AbiWord
koffice-kde3
editors/koffice-kde3
abiword
editors/abiword
The GIMP
OpenOffice.org
gimp
graphics/gimp
openoffice
editors/openoffice-1.1
Acrobat Reader
gv
acroread
print/acroread7
gv
print/gv
Xpdf
GQview
xpdf
graphics/xpdf
gqview
graphics/gqview
GnuCash
Gnumeric
gnucash
finance/gnucash
gnumeric
math/gnumeric
Abacus
abacus
deskutils/abacus
163
Chapitre 7. Multimédia
Mise en forme par Ross Lippert.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
7.1. Synopsis
FreeBSD supporte une grande variété de cartes son, vous permettant d’obtenir un son haute fidélité à partir de votre
ordinateur. Ceci inclut la possibilité d’enregistrer et de jouer les formats “MPEG Audio Layer 3” (MP3), WAV et
Ogg Vorbis aussi bien que de nombreux autres formats. Le catalogue de logiciels portés de FreeBSD contient
également des applications vous permettant d’éditer vos enregistrements, rajouter des effets sonores, et contrôler des
périphériques MIDI.
Avec un peu d’expérimentation, FreeBSD pourra lire des fichiers vidéo et des DVDs. Le nombre d’applications pour
encoder, convertir, et lire divers supports vidéo est plus limité que le nombre d’applications équivalentes dans le
domaine du son. Par exemple au moment de l’écriture de ces lignes, il n’existe pas de bonne application d’encodage
dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD, qui pourra être utilisée pour convertir d’un format à un autre,
comme peut le faire pour le son le programme audio/sox. Cependant, le paysage logiciel dans ce domaine évolue
rapidement.
Ce chapitre décrira les étapes nécessaires pour configurer votre carte son. La configuration et l’installation d’X11
(Chapitre 5) ont déjà pris soin des problèmes matériel de votre carte vidéo, bien qu’il puisse y avoir quelques
réglages à ajuster pour obtenir une meilleure lecture des vidéos.
Après la lecture de ce chapitre, vous connaîtrez:
•
Comment configurer votre système afin que votre carte son soit reconnue.
•
Les méthodes pour tester le fonctionnement de votre carte.
•
Comment faire face aux problèmes de configuration de votre carte son.
•
Comment jouer et encoder des MP3s.
•
Comment la vidéo est supportée par X11.
•
Quelques logiciels portés qui donnent de bon résultats pour lire/encoder de la vidéo.
•
Comment lire des DVDs, des fichiers .mpg et .avi.
•
Comment extraire l’information présente sur des CDs et des DVDs.
•
Comment configurer une carte TV.
•
Comment configurer un scanner.
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Savoir comment configurer et installer un nouveau noyau (Chapitre 8).
Avertissement : Essayer de monter des CDs audio avec la commande mount(8) aura pour résultat une erreur,
au moins, et une panique du noyau, au pire. Ces supports ont des codages spécifiques qui diffèrent du système
de fichiers ISO classique.
164
Chapitre 7. Multimédia
7.2. Configurer une carte son
Contribution de Moses Moore. Augmentée pour FreeBSD 5.X par Marc Fonvieille.
7.2.1. Configuration du système
Avant que vous commenciez, vous devriez connaître le modèle de carte son que vous avez, la puce qu’elle utilise, et
si c’est une carte PCI ou ISA. FreeBSD supporte une grande variété de cartes PCI et ISA. Consultez la liste des
périphériques audio supportés des notes de compatibilité matériel
(http://www.FreeBSD.org/releases/8.0R/hardware.html) pour voir si votre carte est supportée. Ces notes indiqueront
également quel pilote supporte votre carte.
Pour utiliser votre carte son, vous devrez charger le pilote de périphérique approprié. Cela peut être fait de deux
façons. La plus simple est de charger le module pour votre carte son avec kldload(8), ce qui peut être soit fait à partir
de la ligne de commande:
# kldload snd_emu10k1
soit en ajoutant la ligne appropriée dans le fichier /boot/loader.conf comme cela:
snd_emu10k1_load="YES"
Ces exemples concernent la carte Creative SoundBlaster® Live!. Les autres modules son chargeables sont listés dans
/boot/defaults/loader.conf. Si vous n’êtes pas sûr du pilote à utiliser, vous pouvez tenter de charger le pilote
snd_driver:
# kldload snd_driver
C’est un méta-pilote chargeant directement les pilotes les plus courants. Cela accélère la recherche du pilote adapté.
Il est également possible de charger l’intégralité des pilotes de cartes son en utilisant le système
/boot/loader.conf.
Si vous voulez connaître le pilote sélectionné lors du chargement du méta-pilote snd_driver, vous pouvez
consulter le fichier /dev/sndstat à cet effet, et cela à l’aide de la commande cat /dev/sndstat.
Une seconde méthode est de compiler le support pour votre carte son en statique dans votre noyau. La section
ci-dessous fournit les informations nécessaires pour ajouter le support de votre matériel de cette manière. Pour plus
d’informations au sujet de la recompilation de votre noyau, veuillez consulter le Chapitre 8.
7.2.1.1. Configurer un noyau sur mesure avec support du son
La première chose à effectuer est d’ajouter au noyau le pilote de périphérique audio générique sound(4); pour cela
vous devrez ajouter la ligne suivante au fichier de configuration du noyau:
device sound
165
Chapitre 7. Multimédia
Ensuite, vous devez ajouter le support pour votre carte son. Par conséquent, vous devez savoir quel pilote supporte la
carte. Consultez la liste des périphériques audio supportés des notes de compatibilité matériel
(http://www.FreeBSD.org/releases/8.0R/hardware.html) pour déterminer le pilote correct pour votre carte son. Par
exemple, une carte son Creative SoundBlaster Live! est supportée par le pilote snd_emu10k1(4). Pour ajouter le
support pour cette carte, utilisez ce qui suit:
device snd_emu10k1
Assurez-vous de lire la page de manuel du pilote pour la syntaxe à utiliser. La syntaxe de la configuration du noyau
pour chaque pilote de carte son supportée peut être également trouvée dans le fichier /usr/src/sys/conf/NOTES.
Les cartes son ISA non-PnP pourront nécessiter de fournir au noyau des informations sur le paramétrage de la carte
(IRQ, port d’E/S, etc.), comme c’est en général le cas pour toutes les cartes ISA non-PnP. Cela s’effectue par
l’intermédiaire du fichier /boot/device.hints. Au démarrage du système, le chargeur (loader(8)) lira ce fichier et
passera les paramètres au noyau. Par exemple, une vieille carte ISA non-PnP Creative SoundBlaster 16 utilisera le
pilote snd_sbc(4) de paire avec snd_sb16, on ajoutera alors la ligne suivante au fichier de configuration du noyau:
device snd_sbc
device snd_sb16
avec également ceci dans le fichier /boot/device.hints:
hint.sbc.0.at="isa"
hint.sbc.0.port="0x220"
hint.sbc.0.irq="5"
hint.sbc.0.drq="1"
hint.sbc.0.flags="0x15"
Dans ce cas, la carte utilise le port d’E/S 0x220 et l’IRQ 5.
La syntaxe utilisée dans le fichier /boot/device.hints est abordée dans la page de manuel du pilote sound(4)
ainsi que celle du pilote spécifique à la carte son.
Les paramètres donnés ci-dessus sont ceux par défaut. Dans certains cas, vous pouvez avoir besoin de modifier l’IRQ
ou tout autre paramètre en fonction de votre carte son. Consultez la page de manuel snd_sbc(4) pour plus
d’informations au sujet de cette carte.
7.2.2. Tester la carte son
Après avoir redémarré avec le noyau modifié, ou après avoir chargé le module nécessaire, la carte son devrait
apparaître dans le tampon des messages du système (dmesg(8)) d’un manière proche de la suivante:
pcm0: <Intel ICH3 (82801CA)> port 0xdc80-0xdcbf,0xd800-0xd8ff irq 5 at device 31.5 on pci0
pcm0: [GIANT-LOCKED]
pcm0: <Cirrus Logic CS4205 AC97 Codec>
L’état de la carte son peut être contrôlée par l’intermédiaire du fichier /dev/sndstat:
# cat /dev/sndstat
FreeBSD Audio Driver (newpcm)
Installed devices:
166
Chapitre 7. Multimédia
pcm0: <Intel ICH3 (82801CA)> at io 0xd800, 0xdc80 irq 5 bufsz 16384
kld snd_ich (1p/2r/0v channels duplex default)
Le résultat pourra être différent sur votre système. Si aucun périphérique pcm n’apparaît, retournez en arrière et
revoyez ce qui a été fait précédemment. Contrôlez à nouveau votre fichier de configuration du noyau et vérifiez que
vous avez choisi le périphérique correct. Les problèmes courants sont listés dans la Section 7.2.2.1.
Si tout va bien, vous devriez avoir maintenant une carte son qui fonctionne. Si la sortie audio de votre lecteur de
CD-ROM ou de DVD-ROM est correctement reliée à votre carte son, vous pouvez introduire un CD dans le lecteur
et le jouer avec cdcontrol(1):
% cdcontrol -f /dev/acd0 play 1
Diverses applications, comme audio/workman offrent une meilleure interface. Vous pouvez vouloir installer une
application comme audio/mpg123 pour écouter des fichiers audio MP3.
Une autre méthode rapide pour tester la carte est d’envoyer des données au /dev/dsp, de la manière suivante:
% cat filename > /dev/dsp
où filename peut être n’importe quel fichier. Cette ligne de commande devrait produire des sons, confirmant le bon
fonctionnement de la carte son.
Les niveaux du mixer de la carte son peuvent être modifiés par la commande mixer(8). Plus de détails peuvent être
trouvés dans la page de manuel mixer(8).
7.2.2.1. Problèmes courants
Erreur
Solution
“sb_dspwr(XX) timed out”
Le port d’E/S n’est pas configuré correctement.
“bad irq XX”
L’IRQ sélectionnée est incorrecte. Vérifiez que l’IRQ
choisie et l’IRQ de la carte son sont les mêmes.
“xxx: gus pcm not attached, out of memory” Il n’y a pas suffisamment de mémoire disponible pour
utiliser ce périphérique.
“xxx: can’t open /dev/dsp!”
Vérifiez avec la commande fstat | grep dsp si une
autre application maintient le périphérique ouvert.
Souvent à l’origine de ce type de problème on trouve
esound et le support son de KDE.
7.2.3. Utiliser des sources sonores multiples
Contribution de Munish Chopra.
Il est souvent intéressant de pouvoir jouer simultanément du son à partir de multiples sources, comme lorsque
esound ou artsd ne supportent pas le partage du périphérique son avec certaines applications.
FreeBSD vous permet de le faire par l’intermédiaire de Canaux Sonores Virtuels, qui peuvent être activés avec la
fonction sysctl(8). Les canaux virtuels vous permettent de multiplexer la sortie de votre carte son en mixant le son au
167
Chapitre 7. Multimédia
niveau du noyau.
Pour configurer le nombre de canaux virtuels, il existe deux paramètres de sysctl qui, si vous avez les privilèges de
l’utilisateur root, peuvent être configurés comme ceci:
# sysctl hw.snd.pcm0.vchans=4
# sysctl hw.snd.maxautovchans=4
L’exemple ci-dessus alloue quatre canaux virtuels, ce qui est un nombre suffisant pour une utilisation classique.
hw.snd.pcm0.vchans est le nombre de canaux virtuels que possède pcm0, et est configurable une fois que le
périphérique a été attaché au système. hw.snd.maxautovchans est le nombre de canaux virtuels alloués à un
nouveau périphérique audio quand il est attaché à l’aide de kldload(8). Comme le module pcm peut être chargé
indépendamment des pilotes de périphériques, hw.snd.maxautovchans peut stocker combien de canaux virtuels
seront alloués à chaque périphérique attaché par la suite.
Note : Vous ne pouvez pas modifier le nombre de canaux virtuels pour un périphérique en cours d’utilisation.
Quittez avant tout autre chose les programmes utilisant le périphérique en question, comme les lecteurs de
fichiers sonores ou les « daemons » audios.
Si vous n’utilisez pas devfs(5), vous devrez faire pointer vos applications sur /dev/dsp0.x , où x est 0 à 3 si
hw.snd.pcm.0.vchans est fixé à 4. Sur un système utilisant devfs(5), ce qui précède sera automatiquement
effectué de façon transparente pour le programme qui réclame le périphérique /dev/dsp0.
7.2.4. Définir les valeurs par défaut du mixeur des différents canaux
Contribution de Josef El-Rayes.
Les valeurs par défaut du mixeur des différents canaux sont fixées en dur dans le code source du pilote pcm(4). Il
existe plusieurs applications et “daemons” qui vous permettent de fixer les valeurs du mixeur qui seront mémorisées
entre chaque invocation, mais ce n’est pas une solution idéale. Il est possible régler les valeurs par défaut au niveau
du pilote — ceci se fait en définissant les valeurs adéquates dans le fichier /boot/device.hints. Par exemple:
hint.pcm.0.vol="50"
Cela fixera le volume du canal à une valeur par défaut de 50; dès que le module pcm(4) est chargé.
7.3. Fichiers MP3
Contribution de Chern Lee.
Les fichiers MP3 (MPEG Layer 3 Audio) donnent un son proche de la qualité d’un CD audio, il n’y a aucune raison
pour que votre station de travail FreeBSD ne puisse pas en profiter.
168
Chapitre 7. Multimédia
7.3.1. Lecteurs de MP3s
De loin, le plus populaire des lecteurs MP3 pour X11 est XMMS (X Multimedia System). Les thèmes (skins) de
Winamp peuvent être utilisés avec XMMS dès lors que l’interface est quasiment identique à celle du Winamp de
Nullsoft. XMMS dispose aussi d’un support natif pour modules externes (plug-in).
XMMS peut être installé à partir du catalogue de logiciels portés multimedia/xmms ou de la version pré-compilée.
L’interface d’XMMS est intuitive, avec une liste de lecture, un égaliseur graphique, et plus. Ceux qui sont familiers
avec Winamp trouveront XMMS simple d’utilisation.
Le logiciel porté audio/mpg123 est une alternative, un lecteur de MP3 en ligne de commande.
mpg123 peut être utilisé en spécifiant le périphérique sonore et le fichier MP3 sur la ligne de commande, comme
montré ci-dessous:
# mpg123 -a /dev/dsp1.0 Foobar-GreatestHits.mp3
High Performance MPEG 1.0/2.0/2.5 Audio Player for Layer 1, 2 and 3.
Version 0.59r (1999/Jun/15). Written and copyrights by Michael Hipp.
Uses code from various people. See ’README’ for more!
THIS SOFTWARE COMES WITH ABSOLUTELY NO WARRANTY! USE AT YOUR OWN RISK!
Playing MPEG stream from Foobar-GreastestHits.mp3 ...
MPEG 1.0 layer III, 128 kbit/s, 44100 Hz joint-stereo
/dev/dsp1.0 devrait être remplacé par le périphérique dsp correspondant sur votre système.
7.3.2. Extraire les pistes de CDs Audio
Avant d’encoder la totalité d’un CD ou une piste en MP3, les données audio doivent être extraites et transférées sur le
disque dur. Cela se fait en copiant les données brutes CDDA (CD Digital Audio) en fichiers WAV.
L’utilitaire cdda2wav, qui fait partie de la suite sysutils/cdrtools, est utilisé pour extraire les données audio de
CDs et les informations rattachées.
Avec le CD audio dans le lecteur, la commande suivante peut être utilisée (en tant que root) pour convertir
l’intégralité d’un CD en fichiers WAV (un par piste):
# cdda2wav -D 0,1,0 -B
cdda2wav supportera également les lecteurs de CDROM ATAPI (IDE). Pour faire l’extraction à partir d’un lecteur
IDE, précisez le nom du périphérique à la place de l’unité SCSI. Par exemple, pour extraite la piste 7 à partir d’un
lecteur IDE:
# cdda2wav -D /dev/acd0 -t 7
Le -D 0,1,0 spécifie le périphérique SCSI 0,1,0, qui correspond à ce qui est donné par la commande cdrecord
-scanbus.
Pour extraire des pistes individuelles, utilisez l’option -t comme ceci:
169
Chapitre 7. Multimédia
# cdda2wav -D 0,1,0 -t 7
Cet exemple extrait la septième piste du CD audio. Pour extraire un ensemble de pistes, par exemple, de la piste 1 à
7, précisez un intervalle:
# cdda2wav -D 0,1,0 -t 1+7
L’utilitaire dd(1) peut également être utilisé pour extraire des pistes audios à partir de lecteurs ATAPI, consultez la
Section 18.6.5 pour plus d’informations sur cette possibilité.
7.3.3. Encoder des MP3s
De nos jours, l’encodeur mp3 à utiliser est lame. Lame peut être trouvé dans le catalogue de logiciels portés:
audio/lame.
En utilisant les fichiers WAV extraits, la commande suivante convertira le fichier audio01.wav en audio01.mp3:
# lame -h -b 128 \
--tt "La chanson XY " \
--ta "Artiste XY " \
--tl "Album XY " \
--ty "2001" \
--tc "Extrait et encodé par XY " \
--tg "Genre" \
audio01.wav audio01.mp3
128 kbits semble être le taux standard actuel du débit audio utilisé pour les MP3s. Nombreux sont ceux qui préfèrent
des taux de haute qualité: 160 ou 192. Plus le débit audio est élevé plus l’espace disque utilisé par le fichier MP3 sera
grand mais la qualité sera meilleure. L’option -h active le mode “haute qualité, mais un peu plus lent”. Les options
commençant par --t indiquent des balises ID3, qui généralement contiennent les informations sur le morceau,
devant être intégrées au fichier MP3. D’autres informations sur l’encodage peuvent être trouvées en consultant la
page de manuel de Lame.
7.3.4. Décoder des MP3s
Afin de pouvoir graver un CD audio à partir de fichiers MP3, ces derniers doivent être convertis dans le format WAV
non compressé. XMMS et mpg123 supportent tous les deux la sortie de fichiers MP3 en format de fichier non
compressé.
Ecriture sur le disque avec XMMS:
1.
Lancez XMMS.
2.
Clic-droit sur la fenêtre pour faire apparaître le menu d’XMMS.
3.
Sélectionner Preference sous Options.
4.
Changez l’option “Output Plugin” pour “Disk Writer Plugin”.
5.
Appuyez sur Configure.
6.
Entrez (ou choisissez browse) un répertoire où va être écrit le fichier décompressé.
170
Chapitre 7. Multimédia
7.
Chargez le fichier MP3 dans XMMS comme à l’accoutumé, avec le volume à 100% et l’égaliseur (EQ settings)
désactivé.
8.
Appuyez sur Play — XMMS devrait se comporter comme s’il jouait le MP3, mais aucun son ne sera audible. Il
est en fait en train de “jouer” le MP3 dans un fichier.
9.
Vérifiez que vous avez rétabli l’option “Output Plugin” à sa valeur de départ afin de pouvoir écouter à nouveau
des MP3s.
Ecriture sur le disque avec mpg123:
1.
Lancez mpg123 -s audio01.mp3 > audio01.pcm
XMMS crée un fichier au format WAV, tandis que mpg123 convertit le fichier MP3 en données audio PCM brutes.
Ces deux formats peuvent être utilisés avec cdrecord pour créer des CDs audio. Vous devez utiliser des fichiers PCM
bruts avec burncd(8). Si vous utilisez des fichiers WAV, vous noterez un petit parasite au début de chaque piste, ce
son est l’entête du fichier WAV. Vous pouvez simplement retirer l’entête d’un fichier WAV avec l’utilitaire SoX (il
peut être installé à partir du logiciel porté audio/sox ou de la version pré-compilée):
% sox -t wav -r 44100 -s -w -c 2 track.wav track.raw
Lisez la Section 18.6 pour plus d’informations sur l’utilisation d’un graveur de CD sous FreeBSD.
7.4. Lecture des Vidéos
Contribution de Ross Lippert.
Les applications pour lire des vidéos sont assez récentes et se développent très rapidement. Soyez patient. Tout ne va
pas fonctionner aussi bien que cela pu être le cas avec le son.
Avant que vous ne commenciez, vous devrez connaître le modèle de carte vidéo dont vous disposez ainsi que le
circuit intégré qu’elle utilise. Alors qu’Xorg et XFree86 supportent une large variété de cartes vidéo, seul un petit
nombre d’entre elles donne de bonnes performances en lecture de vidéos. Pour obtenir la liste des extensions
supportées par le serveur X utilisant votre carte employez la commande xdpyinfo(1) durant le fonctionnement d’X11.
C’est une bonne idée d’avoir un court fichier MPEG qui pourra être utilisé comme fichier test pour évaluer divers
lecteurs et leurs options. Comme certains programmes de lecture de DVD chercheront un support DVD sur
/dev/dvd par défaut, ou ont ce périphérique fixé définitivement dans leur code, vous pourrez trouver utile de créer
des liens symboliques vers les périphériques corrects:
# ln -sf /dev/acd0 /dev/dvd
# ln -sf /dev/acd0 /dev/rdvd
Notez qu’en raison de la nature du système devfs(5), les liens créés à la main comme les précédents ne seront pas
conservés si vous redémarrez le système. Afin de créer automatiquement les liens symboliques dès que vous
redémarrez votre système, ajoutez les lignes suivantes au fichier /etc/devfs.conf:
link acd0 dvd
link acd0 rdvd
171
Chapitre 7. Multimédia
De plus, le décodage de DVD, qui nécessite de faire appel à des fonctions spéciales du lecteur de DVD, demande
d’avoir la permission d’écrire sur les périphériques DVD.
Pour augmenter la mémoire partagée pour l’interface X11, il est recommandé que les valeurs de certaines variables
sysctl(8) soient augmentées:
kern.ipc.shmmax=67108864
kern.ipc.shmall=32768
7.4.1. Déterminer les capacités vidéo
Il y a plusieurs manières possibles pour afficher de la vidéo sous X11. Ce qui fonctionnera vraiment est énormément
dépendant du matériel. Chaque méthode décrite ci-dessous donnera différents résultats en fonction du matériel. De
plus, le rendu de la vidéo sous X11 est un sujet recevant beaucoup d’attention dernièrement, et avec chaque nouvelle
version d’Xorg, ou d’XFree86, il pourra y avoir des améliorations significatives.
Une liste des interfaces vidéo communes:
1. X11: sortie X11 classique utilisant de la mémoire partagée.
2. XVideo: une extension de l’interface X11 qui supporte la vidéo sur n’importe quelle partie de l’écran contrôlé
par X11.
3. SDL: “Simple Directmedia Layer” - couche simple d’accès directe au média.
4. DGA: “Direct Graphics Access” - accès direct au graphique.
5. SVGAlib: couche graphique bas niveau pour la console.
7.4.1.1. XVideo
Xorg et XFree86 4.X disposent d’une extension appelée XVideo (également connue sous les termes Xvideo, Xv, ou
xv) qui permet d’afficher directement de la vidéo à travers une accélération spécifique. Cette extension fournit une
très bonne qualité de rendu même sur les machines bas de gamme.
Pour vérifier si l’extension fonctionne utilisez xvinfo:
% xvinfo
XVideo est supporté pour votre carte si le résultat de la commande ressemble à:
X-Video Extension version 2.2
screen #0
Adaptor #0: "Savage Streams Engine"
number of ports: 1
port base: 43
operations supported: PutImage
supported visuals:
depth 16, visualID 0x22
depth 16, visualID 0x23
number of attributes: 5
"XV_COLORKEY" (range 0 to 16777215)
client settable attribute
client gettable attribute (current value is 2110)
172
Chapitre 7. Multimédia
"XV_BRIGHTNESS" (range -128 to 127)
client settable attribute
client gettable attribute (current value
"XV_CONTRAST" (range 0 to 255)
client settable attribute
client gettable attribute (current value
"XV_SATURATION" (range 0 to 255)
client settable attribute
client gettable attribute (current value
"XV_HUE" (range -180 to 180)
client settable attribute
client gettable attribute (current value
maximum XvImage size: 1024 x 1024
Number of image formats: 7
id: 0x32595559 (YUY2)
guid: 59555932-0000-0010-8000-00aa00389b71
bits per pixel: 16
number of planes: 1
type: YUV (packed)
id: 0x32315659 (YV12)
guid: 59563132-0000-0010-8000-00aa00389b71
bits per pixel: 12
number of planes: 3
type: YUV (planar)
id: 0x30323449 (I420)
guid: 49343230-0000-0010-8000-00aa00389b71
bits per pixel: 12
number of planes: 3
type: YUV (planar)
id: 0x36315652 (RV16)
guid: 52563135-0000-0000-0000-000000000000
bits per pixel: 16
number of planes: 1
type: RGB (packed)
depth: 0
red, green, blue masks: 0x1f, 0x3e0, 0x7c00
id: 0x35315652 (RV15)
guid: 52563136-0000-0000-0000-000000000000
bits per pixel: 16
number of planes: 1
type: RGB (packed)
depth: 0
red, green, blue masks: 0x1f, 0x7e0, 0xf800
id: 0x31313259 (Y211)
guid: 59323131-0000-0010-8000-00aa00389b71
bits per pixel: 6
number of planes: 3
type: YUV (packed)
id: 0x0
guid: 00000000-0000-0000-0000-000000000000
bits per pixel: 0
number of planes: 0
type: RGB (packed)
is 0)
is 128)
is 128)
is 0)
173
Chapitre 7. Multimédia
depth: 1
red, green, blue masks: 0x0, 0x0, 0x0
Notez également que les formats listés (YUV2, YUV12, etc...) ne sont pas présents dans chaque implémentation
d’XVideo et leur absence pourra gêner certains programmes.
Si le résultat ressemble à:
X-Video Extension version 2.2
screen #0
no adaptors present
Alors XVideo n’est probablement pas supporté pour votre carte.
Si XVideo n’est pas supporté pour votre carte, cela signifie seulement qu’il sera plus difficile pour votre système
d’affichage de répondre aux demandes du rendu vidéo en termes de puissance de calcul. En fonction de votre carte
vidéo et de votre processeur, vous pourriez encore obtenir de bons résultats. Vous devriez probablement vous
documenter sur les méthodes pour améliorer les performances en lisant la Section 7.4.3.
7.4.1.2. “Simple Directmedia Layer” - couche simple d’accès directe au média
La couche simple d’accès directe au média, SDL, a été prévue pour être une couche de portage entre
Microsoft Windows, BeOS, et UNIX, permettant à des applications “cross-platform” qui font un usage efficace du
son et du graphique d’être développées. La couche SDL fournit une abstraction de bas niveau vers le matériel qui
peut parfois être plus efficace que l’interface X11.
La bibliothèque SDL peut être trouvée dans devel/sdl12.
7.4.1.3. “Direct Graphics Access” - accès direct au graphique
L’accès direct au graphique est une extension X11 qui permet à un programme de bypasser le serveur X et d’accéder
directement au matériel. Comme il repose sur une copie bas niveau de la mémoire, les programmes l’utilisant doivent
être exécutés avec les privilèges de l’utilisateur root.
L’extension DGA et ses performances peuvent être testées avec dga(1). Quand dga est exécuté, il changera les
couleurs de l’affichage à chaque appui sur une touche. Pour quitter, utilisez la touche q.
7.4.2. Logiciels portés et pré-compilés relatifs à la vidéo
Cette section traite des logiciels disponibles dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD qui peuvent être
utilisés pour lire de la vidéo. Les applications vidéos sont un domaine de développement très actif, et les capacités de
diverses applications seront sujettes à des divergences avec la description donnée ici.
Premièrement, il est important de savoir que plusieurs des applications vidéos fonctionnant sous FreeBSD ont été
développées comme des applications pour Linux. Plusieurs de ces applications sont encore considérées comme étant
de qualité bêta. Parmi les problèmes que l’on peut rencontrer avec les applications vidéos sous FreeBSD, nous
trouvons:
1. Une application ne peut pas lire un fichier produit par une autre application.
174
Chapitre 7. Multimédia
2. Une application ne peut pas lire un fichier quelle a produit.
3. La même application sur deux machines différentes, recompilée sur chaque machine pour la machine
elle-même, jouera le fichier différemment.
4. Un filtre apparemment insignifiant comme un changement d’échelle de l’image donne de très mauvais résultats
en raison d’une routine de changement d’échelle boguée.
5. Une application qui plante régulièrement.
6. La documentation n’est pas installée avec le logiciel porté et peut être trouvée sur Internet ou dans le répertoire
work du logiciel porté.
Parmin ces applications, nombreuses sont celles qui peuvent présenter des “Linuxismes”. Aussi, il y peut y avoir des
problèmes résultants de la façon dont certaines bibliothèques standards sont implémentées dans les distributions
Linux, ou certaines caractéristiques du noyau Linux qui ont été employées par les auteurs des applications. Ces
problèmes ne sont pas toujours remarqués et contournés par les responsables du portage du logiciel ce qui peut
mener vers quelques ennuis comme ceux-ci:
1. L’utilisation de /proc/cpuinfo pour détecter les caractéristiques du processeur.
2. Une mauvaise utilisation des “threads” qui provoque le blocage de programme au lieu de se terminer
complètement.
3. Des logiciels habituellement utilisés en conjonction avec l’application ne sont pas encore dans le catalogue des
logiciels portés.
Jusqu’ici, les développeurs de ces applications ont été coopératifs avec les responsables des logiciels portés pour
minimiser les modifications nécessaires au portage.
7.4.2.1. MPlayer
MPlayer est une application pour lire des vidéos récemment et rapidement développée. Les objectifs de l’équipe de
MPlayer sont la rapidité et la flexibilité sur Linux et autre UNIX. Le projet fut démarré quand le fondateur de
l’équipe en eu assez des mauvaises performances en lecture des autres lecteurs disponibles. Certains diront que
l’interface graphique a été sacrifiée pour une conception rationalisée. Cependant, une fois que vous avez les options
en ligne de commande et les combinaisons de touches en main, cela fonctionne très bien.
7.4.2.1.1. Compiler MPlayer
MPlayer réside dans multimedia/mplayer. MPlayer effectue un certain nombre de contrôle du matériel durant le
processus de compilation, il en résulte un binaire qui ne sera pas portable d’un système à l’autre. Ainsi il est
important d’utiliser le logiciel porté et de ne pas utiliser un logiciel pré-compilé. En plus, un certain nombre
d’options peuvent être spécifiées dans la ligne de commande make, comme décrit dans le fichier Makefile et au
départ de la compilation:
# cd /usr/ports/multimedia/mplayer
# make
N - O - T - E
Take a careful look into the Makefile in order
to learn how to tune mplayer towards you personal preferences!
For example,
make WITH_GTK1
175
Chapitre 7. Multimédia
builds MPlayer with GTK1-GUI support.
If you want to use the GUI, you can either install
/usr/ports/multimedia/mplayer-skins
or download official skin collections from
http://www.mplayerhq.hu/homepage/dload.html
Les options par défaut du logiciel porté devraient être suffisantes pour la plupart des utilisateurs. Cependant si vous
avez besoin du codec XviD, vous devez spécifier l’option WITH_XVID dans la ligne de commande. Le périphérique
DVD par défaut peut également être défini avec l’option WITH_DVD_DEVICE, par défaut /dev/acd0 sera utilisé.
Au moment de l’écriture de ces lignes, le logiciel porté de MPlayer compilera sa documentation HTML et deux
exécutables, mplayer et mencoder, qui est un outil pour ré-encoder de la vidéo.
La documentation HTML de MPlayer est très complète. Si le lecteur trouve l’information sur le matériel vidéo et les
interfaces manquante dans ce chapitre, la documentation de MPlayer est une alternative très complète. Vous devriez
certainement prendre le temps de lire la documentation de MPlayer, si vous êtes à la recherche d’informations sur le
support vidéo sous UNIX.
7.4.2.1.2. Utiliser MPlayer
Chaque utilisateur de MPlayer doit créer un sous-répertoire .mplayer dans son répertoire d’utilisateur. Pour créer
ce sous-répertoire nécessaire, vous pouvez taper ce qui suit:
% cd /usr/ports/multimedia/mplayer
% make install-user
Les options de commande de mplayer sont données dans la page de manuel. Pour plus de détails il y a la
documentation HTML. Dans cette section, nous décrirons que quelques unes des utilisations les plus courantes.
Pour lire à un fichier, comme testfile.avi en utilisant une des diverses interfaces vidéo utilisez l’option -vo:
% mplayer -vo xv testfile.avi
% mplayer -vo sdl testfile.avi
% mplayer -vo x11 testfile.avi
# mplayer -vo dga testfile.avi
# mplayer -vo ’sdl:dga’ testfile.avi
Cela vaut la peine d’essayer toutes ces options, comme leur performance relative dépend de nombreux facteurs et
variera de façon significative avec le matériel.
Pour lire un DVD, remplacez testfile.avi par dvd://N -dvd-device DEVICE où N est le numéro du titre à
jouer et DEVICE est le fichier spécial de périphérique correspondant au lecteur de DVD. Par exemple, pour jouer le
titre 3 depuis /dev/dvd:
# mplayer -vo xv dvd://3 -dvd-device /dev/dvd
Note : Le périphérique DVD par défaut peut être défini lors de la compilation du logiciel porté MPlayer par
l’intermédiaire de l’option WITH_DVD_DEVICE. Par défaut, ce périphérique est /dev/acd0. Plus de détails peuvent
être trouvés dans le Makefile du logiciel porté.
176
Chapitre 7. Multimédia
Pour arrêter, avancer, etc..., consultez les combinaisons de touches, qui sont données en exécutant mplayer -h ou
lisez la page de manuel.
D’autres options importantes pour la lecture sont: -fs -zoom qui active le mode plein écran et -framedrop qui
aide au niveau des performances.
Pour que la ligne de commande à taper ne devienne pas trop longue, l’utilisateur peut créer un fichier
.mplayer/config et y fixer les options par défaut:
vo=xv
fs=yes
zoom=yes
Enfin, mplayer peut être utilisé pour extraire une piste du DVD dans un fichier .vob. Pour récupérer la seconde
piste vidéo d’un DVD, tapez ceci:
# mplayer -dumpstream -dumpfile out.vob dvd://2 -dvd-device /dev/dvd
Le fichier de sortie, out.vob, sera du MPEG et peut être manipulé par les autres logiciels décrits dans cette section.
7.4.2.1.3. mencoder
Avant d’utiliser mencoder c’est une bonne idée de vous familiariser avec les options données par la documentation
HTML. Il existe une page de manuel, mais elle n’est pas très utile sans la documentation en HTML. Il y a
d’innombrables façons d’améliorer la qualité, diminuer le débit binaire, et modifier les formats, et certaines de ces
options peuvent faire la différence entre de bonnes et mauvaises performances. Voici quelques exemples pour y
arriver. Tout d’abord une simple copie:
% mencoder input.avi -oac copy -ovc copy -o output.avi
De mauvaises combinaisons d’options peuvent conduire à des fichiers illisibles même par mplayer. Aussi, si vous
voulez juste extraire un fichier, restez sur l’option -dumpfile de mplayer.
Pour convertir input.avi au format MPEG4 avec un codage audio MPEG3 (audio/lame est nécessaire):
% mencoder input.avi -oac mp3lame -lameopts br=192 \
-ovc lavc -lavcopts vcodec=mpeg4:vhq -o output.avi
Ceci a produit un fichier lisible par mplayer et xine.
input.avi peut être remplacé par dvd://1 -dvd-device /dev/dvd et exécuté en tant que root pour
ré-encoder directement un titre DVD. Puisque vous êtes susceptible de ne pas être satisfait du résultat la première
fois, il est recommandé d’extraire le titre vers un fichier et de travailler sur le fichier.
7.4.2.2. Le lecteur xine
Le lecteur xine est un projet de grande envergure visant non seulement à être une solution vidéo tout-en-un, mais
également de produire une bibliothèque de base réutilisable et un exécutable modulaire qui peut être étendu grâce à
des greffons. Il est fourni sous forme pré-compilée et de logiciel porté, multimedia/xine.
177
Chapitre 7. Multimédia
Le lecteur xine est encore un peu brut, mais c’est clairement un bon début. Dans la pratique, xine demande soit un
processeur rapide avec une carte vidéo rapide, soit l’extension XVideo. L’interface graphique est utilisable, mais peu
pratique.
Au moment de l’écriture de ces lignes, il n’y a pas de module d’entrée fourni avec xine qui lira les DVDs codés en
CSS. Il existe des versions tiers qui ont des modules à cet effet intégrés, mais aucune de ces dernières ne se trouve
dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD.
Comparé à MPlayer, xine fait plus pour l’utilisateur, mais au même moment, rend inaccessible à l’utilisateur
certains contrôles bien précis. Le lecteur xine se comporte le mieux sur les interfaces XVideo.
Par défaut, le lecteur xine lancera une interface graphique. Les menus peuvent alors être utilisés pour ouvrir un
fichier précis:
% xine
Alternativement, le lecteur peut être invoqué pour jouer directement un fichier sans l’interface graphique avec la
commande:
% xine -g -p mymovie.avi
7.4.2.3. Les utilitaires transcode
Le logiciel transcode n’est pas un lecteur, mais une suite d’outils pour ré-encoder les fichiers audio et vidéo. Avec
transcode, on a la capacité de fusionner des fichiers vidéos, réparer les fichiers endommagés, en utilisant les outils
en ligne de commande avec des interfaces de flots stdin/stdout.
Un grand nombre d’options peut être précisé lors de la compilation du logiciel porté multimedia/transcode,
nous recommandons d’utiliser la ligne de commande suivante pour compiler transcode:
# make WITH_OPTIMIZED_CFLAGS=yes WITH_LIBA52=yes WITH_LAME=yes WITH_OGG=yes \
WITH_MJPEG=yes -DWITH_XVID=yes
Le paramétrage proposé devrait convenir à la plupart des utilisateurs.
Pour illustrer les capacités de transcode, voici un exemple montrant comment convertir un fichier DivX en fichier
MPEG-1 en standard PAL (VCD PAL):
% transcode -i input.avi -V --export_prof vcd-pal -o output_vcd
% mplex -f 1 -o output_vcd.mpg output_vcd.m1v output_vcd.mpa
Le fichier MPEG résultant, output_vcd.mpg, peut être directement lu avec MPlayer. Vous pourrez même le graver
sur un CD pour créer ainsi un Vidéo CD; dans ce cas vous devrez installer et utiliser les programmes
multimedia/vcdimager et sysutils/cdrdao.
Il existe une page de manuel pour transcode, mais il est conseillé de consulter également le wiki de transcode
(http://www.transcoding.org/cgi-bin/transcode) pour plus d’information et des exemples.
178
Chapitre 7. Multimédia
7.4.3. Lectures supplémentaires
Les différents logiciels vidéo pour FreeBSD se développent rapidement. Il est fort possible que dans un futur proche
plusieurs des problèmes abordés ici seront résolus. Entre temps ceux qui veulent tirer partie des possibilités
audio/vidéo de FreeBSD devront se débrouiller avec des connaissances extraites de plusieurs FAQs et guides et
utiliser différentes applications. Cette section existe pour fournir au lecteur des références sur ces documentations
additionnelles.
La documentation de MPlayer (http://www.mplayerhq.hu/DOCS/) est techniquement très instructive. Ces documents
devraient probablement être consultés par quiconque désirant obtenir un niveau élevé d’expertise sur la vidéo et
UNIX. La liste de diffusion de MPlayer est hostile à toute personne qui n’a pas pris la peine de lire la
documentation, aussi si vous projetez de leur envoyer des rapports de bogue, lisez la documentation!
Le HOWTO de xine (http://dvd.sourceforge.net/xine-howto/en_GB/html/howto.html) contient un chapitre sur
l’amélioration des performances qui est général à tous les lecteurs de vidéo.
Et enfin, il y a quelques autres applications prometteuses que le lecteur devrait essayer:
•
Avifile (http://avifile.sourceforge.net/) qui est également un logiciel porté multimedia/avifile.
•
Ogle (http://www.dtek.chalmers.se/groups/dvd/) qui est également un logiciel porté multimedia/ogle.
•
Xtheater (http://xtheater.sourceforge.net/)
• multimedia/dvdauthor, un
logiciel libre pour la création de DVDs.
7.5. Configuration des cartes TV
Contibution originale de Josef El-Rayes. Augmentée et adaptée par Marc Fonvieille.
7.5.1. Introduction
Les cartes TV vous permettent de regarder sur votre ordinateur la télévision par voie hertzienne ou par câble. La
plupart d’entre elles acceptent de la vidéo composite par l’intermédiaire de connecteurs RCA ou S-video et certaines
de ces cartes disposent d’un tuner radio FM.
FreeBSD founit le support pour les cartes TV PCI utilisant un circuit de capture video Brooktree Bt848/849/878/879
ou Conexant CN-878/Fusion 878a à l’aide du pilote bktr(4). Vous devez également vous assurer que la carte dispose
d’un tuner supporté, consultez la page de manuel bktr(4) pour une liste des tuners supportés.
7.5.2. Ajout du pilote de périphérique
Pour utiliser votre carte, vous devrez charger le pilote bktr(4), cela peut être effectué en ajoutant la ligne suivante au
fichier /boot/loader.conf:
bktr_load="YES"
Alternativement, vous pouvez compiler en statique dans le noyau le support pour la carte TV, dans ce cas ajouter les
lignes suivantes dans votre fichier de configuration du noyau:
179
Chapitre 7. Multimédia
device bktr
device iicbus
device iicbb
device smbus
Ces pilotes de périphériques supplémentaires sont nécessaires étant donné que les composants de la carte sont
interconnectés via un bus I2C. Compilez et installez, ensuite, un nouveau noyau.
Une fois que le support a été ajouté au système, vous devez redémarrer votre machine. Durant le processus de
démarrage, votre carte TV devrait apparaître de cette manière:
bktr0: <BrookTree 848A> mem 0xd7000000-0xd7000fff irq 10 at device 10.0 on pci0
iicbb0: <I2C bit-banging driver> on bti2c0
iicbus0: <Philips I2C bus> on iicbb0 master-only
iicbus1: <Philips I2C bus> on iicbb0 master-only
smbus0: <System Management Bus> on bti2c0
bktr0: Pinnacle/Miro TV, Philips SECAM tuner.
Bien évidemment ces messages peuvent varier en fonction de votre matériel. Cependant assurez-vous que le tuner est
correctement détecté; il est possible de forcer certains des paramètres détecté à l’aide du système sysctl(8) et
d’options de configuration du noyau. Par exemple, si vous désirez forcer le tuner pour un tuner Philips SECAM, vous
devrez ajouter la ligne suivante au fichier de configuration du noyau:
options OVERRIDE_TUNER=6
ou vous pouvez directement utiliser sysctl(8):
# sysctl hw.bt848.tuner=6
Consultez la page de manuel bktr(4) et le fichier /usr/src/sys/conf/NOTES pour plus de détails sur les options
disponibles.
7.5.3. Applications utiles
Pour utiliser votre carte TV, vous devrez installer une des applications suivantes:
• multimedia/fxtv qui permet de
• multimedia/xawtv est
regarder la télévision et d’enregistrer des images, du son et de la vidéo.
également une application pour regarder la télévision avec les mêmes fonctionnalités que
fxtv.
• misc/alevt décode et affiche
les informations Vidéotexte/Télétexte.
• audio/xmradio, un
programme pour utiliser le tuner FM fourni avec certaines cartes TV.
• audio/wmtune, une
application intégrable dans votre environnement de travail pour gérer les tuners radio.
Plus d’applications sont disponibles dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD.
180
Chapitre 7. Multimédia
7.5.4. En cas de problème
Si vous rencontrez un quelconque problème avec votre carte TV, vous devriez contrôler tout d’abord que le circuit de
capture video et le tuner sont vraiment supportés par le pilote bktr(4) et si vous avez utilisé les bonnes options de
configuration. Pour plus de support et pour les diverses questions que vous pouvez vous poser à propos de votre carte
TV, vous pouvez contacter et utiliser les archives de la liste de diffusion freebsd-multimedia
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-multimedia).
7.6. Scanners
Ecrit par Marc Fonvieille.
7.6.1. Introduction
Sous FreeBSD, l’accès aux scanners est possible grâce à l’API SANE (Scanner Access Now Easy) disponible dans
le catalogue des logiciels portés. SANE utilisera également certains pilotes de périphériques FreeBSD pour accéder à
la partie matérielle du scanner.
FreeBSD supporte les scanners SCSI et USB. Assurez-vous que votre scanner est supporté par SANE avant
d’effectuer une quelconque configuration. SANE dispose d’une liste des périphériques supportés
(http://www.sane-project.org/sane-supported-devices.html) qui peut vous informer sur le support et son statut pour
un scanner particulier. La page de manuel uscanner(4) donne également une liste des scanners USB supportés.
7.6.2. Configuration du noyau
Comme mentionné plus haut les interfaces SCSI et USB sont supportées. En fonction de l’interface de votre scanner,
différents pilotes de périphérique sont nécessaires.
7.6.2.1. Interface USB
Le noyau GENERIC inclu par défaut les pilotes nécessaires au support des scanners USB. Si vous décidez d’utiliser un
noyau personnalisé, assurez-vous que les lignes suivantes sont présentes dans votre fichier de configuration du noyau:
device
device
device
device
usb
uhci
ohci
uscanner
En fonction du contrôleur USB présent sur votre carte mère, vous n’avez besoin que d’une des deux lignes device
uhci et device ohci, cependant avoir ces deux lignes simultanément dans la configuration du noyau est sans
risque.
Si vous ne désirez pas recompiler votre noyau et que votre noyau n’est pas le GENERIC, vous pouvez directement
charger le module du pilote uscanner(4) à l’aide de la commande kldload(8):
# kldload uscanner
181
Chapitre 7. Multimédia
Pour charger ce module à chaque démarrage du système, ajoutez la ligne suivante au fichier /boot/loader.conf:
uscanner_load="YES"
Après avoir redémarré avec le bon noyau, ou après avoir chargé le module nécessaire, branchez votre scanner USB.
Une ligne montrant la détection de votre scanner devrait apparaître dans le tampon des messages du système
(dmesg(8)):
uscanner0: EPSON EPSON Scanner, rev 1.10/3.02, addr 2
Ceci nous indique que notre scanner utilise le fichier spécial de périphérique /dev/uscanner0.
7.6.2.2. Interface SCSI
Si votre scanner dispose d’une interface SCSI, il est important de connaître quelle carte contrôleur SCSI vous
utiliserez. En fonction du contrôleur sur la carte, vous devrez adapter votre configuration du noyau. Le noyau
GENERIC supporte les contrôleurs SCSI les plus courants. Assurez-vous d’avoir lu le fichier NOTES et ajoutez la ligne
adéquate dans votre fichier de configuration du noyau. En plus du pilote de votre carte SCSI, vous avez besoin des
lignes suivantes dans votre fichier de configuration du noyau:
device scbus
device pass
Une fois que votre noyau a été correctement compilé et installé, vous devriez être en mesure de voir les périphériques
au démarrage:
pass2 at aic0 bus 0 target 2 lun 0
pass2: <AGFA SNAPSCAN 600 1.10> Fixed Scanner SCSI-2 device
pass2: 3.300MB/s transfers
Si votre scanner n’était pas alimenté au démarrage du système, il est encore possible de forcer sa détection, en en
sondant le bus SCSI avec la commande camcontrol(8):
# camcontrol rescan all
Re-scan
Re-scan
Re-scan
Re-scan
of
of
of
of
bus
bus
bus
bus
0
1
2
3
was
was
was
was
successful
successful
successful
successful
Ensuite le scanner apparaîtra dans la liste des périphériques SCSI:
# camcontrol devlist
<IBM DDRS-34560 S97B>
<IBM DDRS-34560 S97B>
<AGFA SNAPSCAN 600 1.10>
<PHILIPS CDD3610 CD-R/RW 1.00>
at
at
at
at
scbus0
scbus0
scbus1
scbus2
target
target
target
target
5
6
2
0
lun
lun
lun
lun
0
0
0
0
(pass0,da0)
(pass1,da1)
(pass3)
(pass2,cd0)
Plus de détails sur les périphériques SCSI sont disponibles dans les pages de manuel scsi(4) et camcontrol(8).
182
Chapitre 7. Multimédia
7.6.3. Configuration de SANE
Le système SANE est divisé en deux parties: les « backend »s (graphics/sane-backends) et les « frontend »s
(graphics/sane-frontends). Les « backend »s fournissent l’accès au scanner. La liste des périphériques
supportés (http://www.sane-project.org/sane-supported-devices.html) par SANE indique quel « backend » supportera
votre scanner. Il est indispensable de déterminer correctement le « backend » relatif à votre scanner si vous voulez
être en mesure d’utiliser votre périphérique. La partie « frontend »s fournie l’interface graphique de numérisation
(xscanimage).
La première étape est d’installer le logiciel porté graphics/sane-backends ou sa version pré-compilée. Ensuite,
utilisez la commande sane-find-scanner pour contrôler la détection du scanner par l’ensemble SANE:
# sane-find-scanner -q
found SCSI scanner "AGFA SNAPSCAN 600 1.10" at /dev/pass3
Le résultat de la commande affichera le type d’interface utilisée par le scanner et le fichier spécial de périphérique
utilisé pour attacher le scanner au système. Le fabricant et le modèle peuvent ne pas apparaître, cela n’est pas
important.
Note : Certains scanners USB requièrent le chargement préalable d’un « firmware », cela est expliqué dans la
page de manuel du « backend » utilisé. Vous devriez également consulter les pages de manuel de
sane-find-scanner(1) et sane(7).
Nous devons maintenant vérifier si le scanner sera identifié par un « frontend » de numérisation. Par défaut, les
« backend »s SANE sont fournies avec un outil en ligne de commande appelé scanimage(1). Cette commande vous
permet de lister les périphériques et d’effectuer une acquisition d’image à partir de la ligne de commande. L’option
-L est employée pour afficher les scanners présents sur le système:
# scanimage -L
device ‘snapscan:/dev/pass3’ is a AGFA SNAPSCAN 600 flatbed scanner
Aucun résultat, ou un message disant qu’aucun scanner n’a été identifié indiquent que scanimage(1) est incapable
d’identifier le scanner. Si cela se produit, vous devrez éditer le fichier de configuration du « backend » du scanner et
définir le type de scanner utilisé. Le répertoire /usr/local/etc/sane.d/ contient tous les fichiers de
configurations des « backend »s. Ce problème d’identification apparaît essentiellement avec certains scanners USB.
Par exemple, avec le scanner USB utilisé dans la Section 7.6.2.1, sane-find-scanner nous donne l’information
suivante:
# sane-find-scanner -q
found USB scanner (UNKNOWN vendor and product) at device /dev/uscanner0
Le scanner est correctement détecté, il utilise l’interface USB et est attaché au fichier spécial de périphérique
/dev/uscanner0. Nous pouvons maintenant vérifier si le scanner est correctement identifié:
# scanimage -L
No scanners were identified. If you were expecting something different,
check that the scanner is plugged in, turned on and detected by the
sane-find-scanner tool (if appropriate). Please read the documentation
which came with this software (README, FAQ, manpages).
183
Chapitre 7. Multimédia
Comme le scanner n’est pas identifié, nous devons éditer le fichier /usr/local/etc/sane.d/epson.conf. Le
scanner utilisé était un EPSON Perfection® 1650, nous en déduisons donc que ce scanner utilisera le « backend »
epson. Assurez-vous de bien lire les commentaires d’aide présents dans les fichiers de configuration des
« backend »s. Les modifications à faire sont relativement simples: commentez toutes les lignes concernant une
interface différente de celle utilisée par votre scanner (dans notre cas, nous commenterons toutes les lignes débutant
par le mot scsi étant donné que notre scanner utilise une interface USB), ajoutez ensuite à la fin du fichier une ligne
indiquant l’interface et le fichier spécial de périphérique utilisé. Dans ce cas, nous ajoutons la ligne suivante:
usb /dev/uscanner0
Veuillez vous assurer de bien lire les commentaires fournis dans les fichiers de configurations des « backend »s ainsi
que les pages de manuel correspondantes pour plus de détails concernant la syntaxe correcte à utiliser. Nous pouvons
maintenant vérifier si le scanner est identifié:
# scanimage -L
device ‘epson:/dev/uscanner0’ is a Epson GT-8200 flatbed scanner
Notre scanner a été identifié. Ce n’est pas important si la marque et le modèle ne correspondent pas au scanner.
L’important est le champ ‘epson:/dev/uscanner0’, qui nous donne le « backend » et le fichier spécial de
périphérique corrects.
Une fois que la commande scanimage -L est en mesure d’identifier le scanner, la configuration est terminée. Le
périphérique est prêt à effectuer sa première numérisation.
Bien que scanimage(1) permette d’effectuer une numérisation à partir de la ligne de commande, il est préférable
d’utiliser une interface graphique. SANE offre une interface graphique simple mais efficace: xscanimage
(graphics/sane-frontends).
Xsane (graphics/xsane) est une autre interface graphique de numérisation assez populaire. Ce programme offre
des fonctions avancées comme différents mode de numérisation (photocopie, fax, etc.), la correction des couleurs, la
numérisation par lots, etc. Ces deux applications sont utilisables comme greffon pour GIMP.
7.6.4. Donner l’accès au scanner aux autres utilisateurs
Toutes les opérations précédentes ont été effectuées avec les privilèges root. Vous pourrez, cependant, avoir besoin
que d’autres utilisateurs puissent accéder au scanner. L’utilisateur devra avoir les permissions de lecture et d’écriture
sur le fichier spécial de périphérique /dev/uscanner0 dont le propriétaire est le groupe operator. L’ajout de
l’utilisateur joe au groupe operator lui autorisera l’accès au scanner:
# pw groupmod operator -m joe
Pour plus de détails, consultez la page de manuel de pw(8). Vous devez également fixer les permissions d’écriture
correctes (0660 or 0664) sur le fichier spécial de périphérique /dev/uscanner0, par défaut le groupe operator
n’a qu’un accès en lecture. Cela se fait en ajoutant les lignes suivantes au fichier /etc/devfs.rules:
[system=5]
add path uscanner0 mode 660
Ajoutez ensuite ce qui suit au fichier /etc/rc.conf et redémarrez la machine:
devfs_system_ruleset="system"
184
Chapitre 7. Multimédia
Plus d’information concernant ces lignes peut être trouvée dans la page de manuel devfs(8).
Note : Bien sûr, pour des raisons de sécurité, vous devriez réfléchir à deux fois avant d’ajouter un utilisateur à
n’importe quel groupe, tout particulièrement au groupe operator.
185
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Mis à jour et restructuré par Jim Mock. Contribution originale de Jake Hamby.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
8.1. Synopsis
Le noyau est le coeur du système d’exploitation FreeBSD. Il est responsable de la gestion de la mémoire, de la mise
en application des contrôles de sécurité, du réseau, des accès disque, et bien plus. Bien que FreeBSD devienne de
plus en plus configurable dynamiquement, il est toujours nécessaire occasionnellement de reconfigurer et recompiler
votre noyau.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Pourquoi vous pourriez avoir besoin de compiler un noyau sur mesure.
•
Comment écrire un fichier de configuration du noyau, ou modifier un fichier de configuration existant.
•
Comment utiliser le fichier de configuration du noyau pour créer et recompiler un nouveau noyau.
•
Comment installer un nouveau noyau.
•
Que faire si quelque chose se passe mal.
Toutes les commandes listées dans les exemples de ce chapitre doivent être exécutées en tant que root afin de
fonctionner.
8.2. Pourquoi compiler un noyau sur mesure?
Traditionnellement, FreeBSD a eu ce qui s’appelle un noyau “monolithique”. Cela signifie que le noyau était un gros
programme, supportant une liste figée de périphériques, et si vous vouliez modifier le comportement du noyau alors
vous deviez compiler un nouveau noyau, et ensuite redémarrer votre ordinateur avec le nouveau noyau.
Aujourd’hui, FreeBSD s’oriente rapidement vers un modèle où une grande partie des fonctions du noyau est
contenue dans des modules qui peuvent être dynamiquement chargés et déchargés si nécessaire. Cela permet au
noyau de s’adapter au nouveau matériel devenant soudainement disponible (comme les cartes PCMCIA dans un
ordinateur portable), ou pour qu’une nouvelle fonctionnalité qui n’était pas nécessaire lors de la compilation du
noyau y soit intégrée. On appelle cela un noyau modulaire.
En dépit de cela, il est encore nécessaire d’effectuer certaines configurations de noyau en statique. Dans certains cas
c’est parce que la fonctionnalité est si proche du noyau qu’elle ne peut être rendue dynamiquement chargeable. Dans
d’autres cas, cela peut tout simplement venir du fait que personne n’a encore pris le temps d’écrire un module
dynamiquement chargeable pour cette fonctionnalité.
Compiler un noyau sur mesure est l’un des plus importants rites de passage que doit endurer tout utilisateur BSD.
Cette opération, tout en prenant du temps, apportera de nombreuses améliorations à votre système FreeBSD. A la
différence du noyau GENERIC, qui doit supporter une large gamme de matériels, un noyau sur mesure ne contient que
le support pour votre configuration matérielle. Cela a de nombreux avantages, comme:
186
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
•
Un temps de démarrage plus court. Comme le noyau ne recherchera que le matériel présent sur votre système, le
temps nécessaire au démarrage de votre système peut diminuer de façon importante.
•
Une utilisation plus faible de la mémoire. Un noyau sur mesure utilise souvent moins de mémoire que le noyau
GENERIC, ce qui est important car le noyau doit toujours résider en mémoire. Pour cette raison, un noyau sur
mesure est tout particulièrement utile sur un système dont les ressources mémoire sont limitées.
•
Le support de matériels supplémentaires. Un noyau sur mesure vous permet d’intégrer le support pour des
périphériques, qui ne sont pas présents dans le noyau GENERIC comme les cartes son.
8.3. Compiler et installer un noyau sur mesure
Commençons par passer rapidement en revue le répertoire de configuration du noyau. Tous les chemins d’accès
mentionnés seront relatifs au répertoire principal /usr/src/sys, qui est également accessible via le lien
symbolique /sys. Il comporte un certain nombre de sous-répertoires correspondants à différentes parties du noyau,
mais les plus importantes, en ce qui nous concerne, sont arch/conf, où vous éditerez votre fichier configuration
personnalisé, et compile, qui est l’espace de travail où votre noyau sera compilé. arch représente une des
architectures suivante: i386, soit alpha, amd64, ia64, powerpc, sparc64, ou encore pc98 (une branche
alternative de développement de l’architecture PC, populaire au Japon). Tout ce qui se trouve dans un répertoire
particulier à une architecture est propre uniquement à cette architecture; le reste du code est un code indépendant du
type de machine et commun à toutes les plates-formes sur lesquelles FreeBSD pourrait être potentiellement porté.
Remarquez l’organisation logique de l’arborescence des répertoires, où chaque périphérique, système de fichiers, et
option supportés a son propre sous-répertoire.
Les exemples de ce chapitre supposent que vous utilisez l’architecture i386. Si ce n’est pas votre cas, effectuez les
ajustements appropriés au niveau des chemins d’accès pour votre architecture.
Note : S’il n’y a pas de répertoire /usr/src/sys sur votre système, alors c’est que les sources du noyau n’ont
pas été installées. La manière la plus facile de les installer est d’exécuter sysinstall en tant que root, et
sélectionner Configure, puis Distributions, src, puis base et sys. Si vous avez une aversion envers sysinstall et
que vous disposez d’un CDROM “officiel” de FreeBSD, alors vous pouvez installer les sources depuis la ligne de
commande:
#
#
#
#
#
mount /cdrom
mkdir -p /usr/src/sys
ln -s /usr/src/sys /sys
cat /cdrom/src/ssys.[a-d]* | tar -xzvf cat /cdrom/src/sbase.[a-d]* | tar -xzvf -
Ensuite allez dans le répertoire arch/conf et copiez le fichier de configuration GENERIC dans un fichier qui portera
le nom que vous voulez donner à votre noyau. Par exemple:
# cd /usr/src/sys/i386 /conf
# cp GENERIC MONNOYAU
Par tradition, c’est un nom en majuscules, et si vous maintenez plusieurs machines FreeBSD avec des configurations
matérielles différentes, c’est une bonne idée de lui donner le même nom que la machine. Nous l’appellerons
MONNOYAU pour les besoins de cet exemple.
187
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Astuce : Conserver votre fichier de configuration du noyau directement sous /usr/src peut être une mauvaise
idée. Si vous avez des problèmes il peut être tentant de juste effacer /usr/src et recommencer à nouveau.
Après avoir fait cela ne prends que quelques secondes pour vous rendre compte que vous venez d’effacer votre
fichier de configuration du noyau personnalisé. N’éditez pas, non plus, directement le fichier GENERIC, il peut être
écrasé à la prochaine mise à jour de l’arborescence des sources, et vos modifications seraient perdues.
Vous voudrez peut être conserver votre fichier de configuration du noyau ailleurs et alors créer un lien
symbolique vers le fichier dans le répertoire i386.
Par exemple:
#
#
#
#
cd /usr/src/sys/i386 /conf
mkdir /root/noyaux
cp GENERIC /root/noyaux/MONNOYAU
ln -s /root/noyaux/MONNOYAU
Editez maintenant MONNOYAU avec votre éditeur de texte préféré. Si vous venez tout juste de finir l’installation, le
seul éditeur disponible sera probablement vi, qui est trop complexe pour être décrit ici, mais est bien expliqué dans
de nombreux ouvrages de la bibliographie. Cependant, FreeBSD offre un éditeur plus simple appelé ee qui, si vous
êtes débutant, sera votre éditeur de choix. N’hésitez pas à modifier les commentaires d’entête pour y décrire votre
configuration ou les modifications que vous avez apportés par rapport au noyau GENERIC.
Si vous avez déjà compilé un noyau sur SunOS ou tout autre système d’exploitation BSD, l’essentiel de fichier vous
sera familier. Si vous venez d’un système d’exploitation comme DOS, à l’inverse, le fichier de configuration
GENERIC vous paraîtra inintelligible, lisez alors lentement et attentivement la section sur le fichier de configuration.
Note : Si vous synchronisez votre arborescence des sources avec les toutes dernières sources du projet
FreeBSD, assurez-vous de toujours lire le fichier /usr/src/UPDATING avant d’effectuer une quelconque
opération de mise à jour. Ce fichier décrit les problèmes importants ou les domaines demandant une attention
particulière dans le code mis à jour. /usr/src/UPDATING correspond toujours à votre version des sources de
FreeBSD, et est donc plus à jour que ce Manuel.
Vous devez maintenant compiler le code source du noyau.
Compiler un noyau
1.
Passez dans le répertoire /usr/src.
# cd /usr/src
2.
Compilez le noyau:
# make buildkernel KERNCONF=MONNOYAU
3.
Installez le nouveau noyau:
# make installkernel KERNCONF=MONNOYAU
Note : Il est indispensable d’avoir l’intégralité des sources du système FreeBSD pour compiler le noyau.
188
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Astuce : Par défaut, quand vous compilez un noyau personnalisé, tous les modules seront également
recompilés. Si vous désirez mettre à jour un noyau plus rapidement ou compiler que certains modules, vous
devez éditer le fichier /etc/make.conf avant de compiler le noyau:
MODULES_OVERRIDE = linux acpi sound/sound sound/driver/ds1 ntfs
Cette variable définit une liste de modules à compiler à la place de l’intégralité des modules.
WITHOUT_MODULES = linux acpi sound/sound sound/driver/ds1 ntfs
Cette variable définit une liste de modules à exclure du processus de compilation. Pour d’autres variables qui
peuvent être intéressantes pour le processus de compilation du noyau, consultez la page de manuel
make.conf(5).
Le nouveau noyau sera copié dans le répertoire /boot/kernel avec le nom /boot/kernel/kernel et l’ancien
noyau sera renommé en /boot/kernel.old/kernel. Maintenant, arrêtez le système et redémarrez pour utiliser
votre nouveau noyau. Si quelque chose se passe mal, il y a quelques instructions de dépannage à la fin de ce chapitre
que vous pourrez trouver utiles. Assurez-vous de lire la section qui explique comment revenir en arrière dans le cas
où votre nouveau noyau ne démarre pas.
Note : Les autres fichiers concernant le processus de démarrage, comme le chargeur (loader(8)) et la
configuration du démarrage sont conservés dans le répertoire /boot. Les modules tiers et personnalisés
peuvent être placés dans /boot/kernel, bien que les utilisateurs doivent être conscients que garder ses
modules synchronisés avec le noyau compilé est très important. Les modules qui ne sont pas destinés à
fonctionner avec le noyau compilé peuvent être instables et ne pas donner les résultats escomptés.
8.4. Le fichier de configuration
Mis à jour pour FreeBSD 6.X par Joel Dahl.
Le format général du fichier de configuration est assez simple. Chaque ligne est composée d’un mot-clé et d’un ou
plusieurs arguments. Pour simplifier, la plupart des lignes ne contiennent qu’un seul argument. Tout ce qui suit le
caractère # est considéré comme un commentaire et ignoré. Les sections suivantes décrivent chaque mot-clé, dans
l’ordre où ils apparaissent dans le fichier GENERIC. Pour une liste exhaustive des options et périphériques
dépendants de l’architecture utilisée, consultez le fichier NOTES présent dans le même répertoire que le fichier
GENERIC. Pour les options ne dépendant pas de l’architecture, consultez le fichier /usr/src/sys/conf/NOTES.
Note : Pour compiler un fichier contenant toutes les options possibles, en général pour effectuer des tests,
exécutez la commande suivante en tant que root:
# cd /usr/src/sys/i386 /conf && make LINT
Ce qui suit est un exemple de fichier de configuration du noyau GENERIC avec divers commentaires aux endroits
nécessaires pour un peu plus de clarté. Cet exemple devrait correspondre de façon très proche à votre copie du fichier
/usr/src/sys/i386/conf/GENERIC.
189
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
machine i386
C’est l’architecture de la machine. Elle doit être alpha, amd64, i386, ia64, pc98, powerpc, ou encore sparc64.
cpu
cpu
cpu
I486_CPU
I586_CPU
I686_CPU
Ce qui précède définit le type de CPU présent dans votre système. Il peut y avoir plusieurs occurrences de la ligne
CPU (si, par exemple, vous n’êtes pas sûr de devoir utiliser I586_CPU ou I686_CPU), cependant, pour un noyau
personnalisé, il est mieux de spécifier uniquement le CPU que vous avez. Si vous n’êtes pas sûr du type, vous pouvez
lister le fichier /var/run/dmesg.boot pour visualiser les messages de démarrage.
ident
GENERIC
C’est l’identification du noyau. Vous devriez changer cela pour le nom, quel qu’il soit, que vous donnez à votre
noyau, par exemple MONNOYAU si vous avez suivi les instructions des exemples précédents. La valeur que vous
donnez à la chaîne ident s’affichera au démarrage du noyau, il est donc utile de donner au nouveau noyau un nom
différent si vous voulez le différencier de votre noyau habituel (e.g., vous voulez compiler un noyau expérimental).
#To statically compile in device wiring instead of /boot/device.hints
#hints
"GENERIC.hints"
#Default places to look for devices.
Le fichier device.hints(5) est utilisé pour configurer les paramètres des pilotes de périphériques. Le loader(8)
recherchera le fichier /boot/device.hints au démarrage. En utilisant l’option hints vous pouvez compiler ces
valeurs en statique dans votre noyau. Il n’est alors pas utile de créer de fichier device.hints dans /boot.
makeoptions
DEBUG=-g
#Build kernel with gdb(1) debug symbols
Le processus normal de compilation de FreeBSD inclut les informations de débogage lors de la compilation du
noyau avec l’option -g, qui autorisera les informations de débogage quand le noyau sera passé à gcc(1).
options
SCHED_4BSD
# 4BSD scheduler
L’ordonnanceur (« scheduler ») traditionnel et par défaut de FreeBSD. Conservez cette ligne.
options
PREEMPTION
# Enable kernel thread preemption
Permet aux processus légers présents dans le noyau d’être devancés par des processus de priorité plus élevée. Cela
améliore l’interactivité et permet aux processus d’interruption d’être exécutés le plus tôt possible au lieu d’attendre
leur tour.
options
INET
#InterNETworking
Support réseau. Conservez-le, même si vous n’envisagez pas de vous connecter à un réseau. La plupart des
programmes utilisent le réseau “en boucle” (i.e., établissent des connexions réseau avec le PC lui-même), cette
option est donc quasiment obligatoire.
options
INET6
#IPv6 communications protocols
Ceci active les protocoles de communication IPv6.
options
FFS
#Berkeley Fast Filesystem
190
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
C’est le système de fichiers de base sur disque dur. Gardez ces options si vous démarrez depuis le disque dur.
options
SOFTUPDATES
#Enable FFS Soft Updates support
Cette option rajoutera le support des « Soft Updates » dans le noyau, ce qui aidera l’accélération des accès en écriture
sur les disques. Même quand cette fonction est fournit par le noyau, elle doit être activée sur chaque disque.
Regardez le résultat de la commande mount(8) pour voir si les « Soft Updates » sont activées sur les disques de votre
système. Si vous ne voyez pas apparaître l’option soft-updates alors vous devrez l’activer en utilisant les
commandes tunefs(8) (pour les systèmes de fichiers existant) ou newfs(8) (pour les nouveaux systèmes de fichiers).
options
UFS_ACL
#Support for access control lists
Cette option active le support des listes de contrôle d’accès au système de fichiers (ACL). Elles reposent sur
l’utilisation d’attributs étendus et d’UFS2, cette fonctionnalité est décrite dans la Section 14.12. Les ACLs sont
activées par défaut, et leur support ne devraient pas être retiré du noyau si elles ont été précédemment utilisées sur un
système de fichiers, étant donné que cela supprimera les listes de contrôle d’accès changeant alors la façon dont sont
protégés les fichiers d’une manière imprévisible.
options
UFS_DIRHASH
#Improve performance on big directories
Cette option inclut certaines fonctions pour accélérer les opérations disque sur de gros répertoires, aux dépens
d’employer de la mémoire supplémentaire. Vous conserverez normalement cela pour un gros serveur, ou une station
de travail très active, et vous l’enlèverez si vous utilisez FreeBSD sur un petit système où la mémoire prime et la
vitesse d’accès disque est moins importante, comme pour un coupe-feu.
options
MD_ROOT
#MD is a potential root device
Cette option active le support pour des disques virtuels en mémoire utilisés comme périphérique racine.
options
options
options
NFSCLIENT
NFSSERVER
NFS_ROOT
# Network Filesystem Client
# Network Filesystem Server
# NFS usable as /, requires NFSCLIENT
Le système de fichiers réseau. A moins que vous n’envisagiez de monter des partitions d’un serveur de fichiers
UNIX par l’intermédiaire d’un réseau TCP/IP, vous pouvez mettre en commentaire ces options.
options
MSDOSFS
#MSDOS Filesystem
Le système de fichiers MS-DOS. A moins que vous n’envisagiez de monter une partition DOS d’un disque dur au
démarrage, vous pouvez sans risque commenter cette option. Le module sera automatiquement chargé la première
fois que vous monterez une partition DOS, comme décrit plus haut. Par ailleurs, l’excellent logiciel
emulators/mtools vous permet d’accéder à des disquettes DOS sans avoir besoin de les monter (et ne requiert pas
non plus MSDOSFS).
options
CD9660
#ISO 9660 Filesystem
Le système de fichiers ISO 9660 pour les CDROMs. Commentez ces options si vous n’avez pas de lecteur de
CDROM ou que vous ne montez qu’occasionnellement des CDROMs (il sera chargé dynamiquement dès que vous
monterez un CDROM). Les CDROMs audios n’ont pas besoin de ce système de fichiers.
options
PROCFS
# Process filesystem (requires PSEUDOFS)
191
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Le système de fichiers pour les processus. C’est un “pseudo-système” de fichiers monté sur /proc qui permet à des
programmes comme ps(1) de vous fournir plus d’informations sur les processus qui tournent sur le système.
L’utilisation de PROCFS n’est pas nécessaire la plupart du temps, comme la majeur partie des outils de débogage et
de monitoring ont été adaptés pour s’exécuter sans PROCFS: les nouvelles installations ne monteront pas par défaut
ce système de fichiers.
options
PSEUDOFS
#Pseudo-filesystem framework
Les noyaux 6.X faisant usage du système PROCFS doivent également inclure le support pour PSEUDOFS.
options
GEOM_GPT
# GUID Partition Tables.
Cette option apporte la possibilité d’avoir un grand nombre de partitions sur un seul disque.
options
COMPAT_43
#Compatible with BSD 4.3 [KEEP THIS!]
Compatibilité avec 4.3BSD. Conservez cette option; certains programmes auront un comportement bizarre si vous la
commentez.
options
COMPAT_FREEBSD4
#Compatible with FreeBSD4
Cette option est nécessaires aux systèmes i386 et Alpha fonctionnant sous FreeBSD 5.X pour supporter les
applications compilées sur d’anciennes version de FreeBSD qui utilisent d’anciennes interfaces d’appel système. Il
est recommandé d’utiliser cette option sur tous les systèmes i386 et Alpha susceptibles d’exécuter d’anciennes
applications; les plateformes apparues sous FreeBSD 5.0, comme l’ia64 et Sparc64, n’ont pas besoin de cette option.
options
COMPAT_FREEBSD5
# Compatible with FreeBSD5
Cette option est nécessaire sous FreeBSD 6.X et versions supérieures pour supporter les applications compilées sous
FreeBSD 5.X et qui utilisent les interfaces d’appel système FreeBSD 5.X.
options
SCSI_DELAY=5000
#Delay (in ms) before probing SCSI
Cette option oblige le noyau à attendre 5 secondes avant de rechercher les périphériques SCSI présents sur votre
système. Si vous n’avez que des disques IDE, vous pouvez l’ignorer, sinon vous pouvez essayer de diminuer cette
valeur, pour accélérer le démarrage du système. Bien sûr, si vous le faites, et que FreeBSD a du mal à reconnaître vos
périphériques SCSI, vous devrez l’augmenter à nouveau.
options
KTRACE
#ktrace(1) support
Ceci permet de tracer le processus du noyau, ce qui est utile pour le débogage.
options
SYSVSHM
#SYSV-style shared memory
Cette option implémente la mémoire partagée System V. L’usage le plus courant qui en est fait est l’extension XSHM
d’X, dont de nombreux logiciels gourmants en graphique tireront automatiquement parti pour fonctionner plus vite.
Si vous utilisez X, vous utiliserez absolument cette option.
options
SYSVMSG
#SYSV-style message queues
Support des messages System V. Cette option n’augmente que de quelques centaines d’octets la taille du noyau.
options
SYSVSEM
#SYSV-style semaphores
192
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Support des sémaphores System V. D’un usage moins courant, mais n’augmente la taille du noyau que de quelques
centaines d’octets.
Note : L’option -p de la commande ipcs(1) donnera la liste des processus utilisant chacun de ces mécanismes
System V.
options
_KPOSIX_PRIORITY_SCHEDULING # POSIX P1003_1B real-time extensions
Extensions temps-réel ajoutées dans la norme POSIX® 1993. Certaines applications du catalogue des logiciels
portés les utilisent (comme StarOffice).
options
KBD_INSTALL_CDEV
# install a CDEV entry in /dev
Cette option concerne le clavier. Elle installe une entrée CDEV dans le répertoire /dev.
options
ADAPTIVE_GIANT
# Giant mutex is adaptive.
« Giant » est le nom d’un mécanisme d’exclusion mutuelle (un « mutex » dormant) qui protège l’accès à un
ensemble important de ressources du noyau. Aujourd’hui c’est un goulot d’étranglement des performances
inacceptable que l’on est en train de remplacer activement par des verrous qui protègent les ressources individuelles.
L’option ADAPTIVE_GIANT permet à Giant d’être inclus dans l’ensemble des mutex lancés de manière adaptative.
C’est à dire, quand un thread désire verrouiller le mutex Giant, mais que ce dernier est déjà verrouillé par un thread
sur un autre CPU, le premier thread continuera à fonctionner et attendra la libération du verrou. Normalement, le
thread retournera à l’état dormant et attendra une nouvelle chance de pouvoir s’exécuter. Si vous n’êtes pas sûr,
laissez la configuration en l’état.
device
apic
# I/O APIC
Le périphérique apic active l’utilisation de l’E/S APIC pour l’acheminement des interruptions. Le périphérique apic
peut être utilisé dans les noyaux UP (monoprocesseur) et SMP, mais est requis pour les noyaux SMP. Ajoutez
options SMP pour inclure le support pour plusieurs processeurs.
Note : Le périphérique apic n’existe que sur l’architecture i386, cette ligne de configuration ne doit pas être
utilisée sur d’autres architectures.
device
eisa
Rajoutez cela si vous avez une carte mère EISA. Cela permet l’auto-détection et la configuration de tous les
périphériques présents sur le bus EISA.
device
pci
Ajoutez cette option si vous avez une carte mère PCI. Cela permet l’auto-détection des cartes PCI et gère l’interface
entre les bus PCI et ISA.
# Floppy drives
device
fdc
C’est le contrôleur de lecteur de disquettes.
193
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
# ATA and ATAPI devices
device
ata
Ce pilote supporte tous les périphériques ATA et ATAPI. Vous n’avez besoin que d’une seule ligne device ata
pour que le noyau détecte tous les périphériques PCI ATA/ATAPI sur les machines modernes.
device
atadisk
# ATA disk drives
Ceci est requis avec device ata pour les disques ATA.
device
ataraid
# ATA RAID drives
Ceci est nécessaire avec device ata pour les disques RAID ATA.
device
atapicd
# ATAPI CDROM drives
Ceci est nécessaire avec device ata pour le support des lecteurs de CDROM ATAPI.
device
atapifd
# ATAPI floppy drives
Ceci est nécessaire avec device ata pour le support des lecteurs de disquettes ATAPI.
device
atapist
# ATAPI tape drives
Ceci est nécessaire avec device ata pour le support des lecteurs de bande ATAPI.
options
ATA_STATIC_ID
#Static device numbering
Cela rend la numérotation des périphériques statique, sans cela l’allocation des numéros de périphériques sera
dynamique.
# SCSI Controllers
device
ahb
# EISA AHA1742 family
device
ahc
# AHA2940 and onboard AIC7xxx devices
options
AHC_REG_PRETTY_PRINT
# Print register bitfields in debug
# output. Adds ~128k to driver.
device
ahd
# AHA39320/29320 and onboard AIC79xx devices
options
AHD_REG_PRETTY_PRINT
# Print register bitfields in debug
# output. Adds ~215k to driver.
device
amd
# AMD 53C974 (Teckram DC-390(T))
device
isp
# Qlogic family
#device
ispfw
# Firmware for QLogic HBAs- normally a module
device
mpt
# LSI-Logic MPT-Fusion
#device
ncr
# NCR/Symbios Logic
device
sym
# NCR/Symbios Logic (newer chipsets + those of ‘ncr’)
device
trm
# Tekram DC395U/UW/F DC315U adapters
device
device
device
device
device
adv
adw
aha
aic
bt
#
#
#
#
#
Advansys SCSI adapters
Advansys wide SCSI adapters
Adaptec 154x SCSI adapters
Adaptec 15[012]x SCSI adapters, AIC-6[23]60.
Buslogic/Mylex MultiMaster SCSI adapters
device
ncv
# NCR 53C500
194
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
device
device
nsp
stg
# Workbit Ninja SCSI-3
# TMC 18C30/18C50
Contrôleurs SCSI. Mettez en commentaires ceux que vous n’avez pas sur votre système. Si vous n’avez qu’un
système IDE, vous pouvez supprimer toutes ces lignes. Les lignes *_REG_PRETTY_PRINT sont des options de
débogage pour leur pilote respectif.
# SCSI peripherals
device
scbus
device
ch
device
da
device
sa
device
cd
device
pass
device
ses
#
#
#
#
#
#
#
SCSI bus (required for SCSI)
SCSI media changers
Direct Access (disks)
Sequential Access (tape etc)
CD
Passthrough device (direct SCSI access)
SCSI Environmental Services (and SAF-TE)
Périphériques SCSI. A nouveau, mettez en commentaires tous ceux que vous n’avez pas, ou si vous n’avez que du
matériel IDE, vous pouvez tous les supprimer.
Note : Le pilote USB umass(4) et quelques autres pilotes utilisent le sous-système SCSI même si ce ne sont pas
de véritables périphériques SCSI. Par conséquent assurez-vous de ne pas retirer le support SCSI si un tel pilote
fait partie de la configuration du noyau.
# RAID controllers interfaced to the SCSI subsystem
device
amr
# AMI MegaRAID
device
arcmsr
# Areca SATA II RAID
device
asr
# DPT SmartRAID V, VI and Adaptec SCSI RAID
device
ciss
# Compaq Smart RAID 5*
device
dpt
# DPT Smartcache III, IV - See NOTES for options
device
hptmv
# Highpoint RocketRAID 182x
device
rr232x
# Highpoint RocketRAID 232x
device
iir
# Intel Integrated RAID
device
ips
# IBM (Adaptec) ServeRAID
device
mly
# Mylex AcceleRAID/eXtremeRAID
device
twa
# 3ware 9000 series PATA/SATA RAID
# RAID controllers
device
aac
device
aacp
device
ida
device
mfi
device
mlx
device
pst
device
twe
#
#
#
#
#
#
#
Adaptec FSA RAID
SCSI passthrough for aac (requires CAM)
Compaq Smart RAID
LSI MegaRAID SAS
Mylex DAC960 family
Promise Supertrak SX6000
3ware ATA RAID
Contrôleurs RAID supportés. Si vous n’avez aucun de ces derniers dans votre système, vous pouvez les mettre en
commentaires ou les supprimer.
# atkbdc0 controls both the keyboard and the PS/2 mouse
device
atkbdc
# AT keyboard controller
195
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
Le contrôleur du clavier (atkbdc) permet de gérer les E/S du clavier AT et des périphériques de pointage PS/2. Ce
contrôleur est nécessaire au pilote de périphérique du clavier (atkbd) et celui des périphériques de pointage PS/2
(psm).
device
atkbd
# AT keyboard
Le pilote de périphérique atkbd, associé au contrôleur atkbdc, fournit un accès au clavier AT 84 touches ou au
clavier AT étendu qui est connecté au contrôleur de clavier de la machine.
device
psm
# PS/2 mouse
Utilisez ce périphérique si votre souris se branche sur le port PS/2.
device
kbdmux
# keyboard multiplexer
Support de base pour le multiplexage de claviers. Si vous n’avez pas l’intention d’utiliser sur le système plus d’un
clavier, vous pouvez supprimer cette ligne sans risque.
device
vga
# VGA video card driver
Pilote de la carte graphique.
device
splash
# Splash screen and screen saver support
Ecran/bannière de démarrage. Les économiseurs d’écran ont également besoin de ce pseudo-périphérique.
# syscons is the default console driver, resembling an SCO console
device
sc
sc est le pilote par défaut pour la console, qui ressemble à une console SCO. Comme la plupart des programmes en
mode plein-écran accèdent à la console par l’intermédiaire d’une base de données de description des terminaux
comme termcap, cela n’a guère d’importance que vous choisissiez ce pilote ou vt, le pilote compatible VT220.
Quand vous ouvrez une session, positionnez votre variable d’environnement TERM à scoansi si vous avez des
problèmes pour utiliser des programmes en mode plein-écran avec cette console.
# Enable this for the pcvt (VT220 compatible) console driver
#device
vt
#options
XSERVER
# support for X server on a vt console
#options
FAT_CURSOR
# start with block cursor
C’est le pilote de console compatible VT220, et, rétrospectivement, compatible VT100/102. Il fonctionne bien sur
certains ordinateurs portables qui sont matériellement incompatibles avec le pilote sc. Comme précédemment,
positionnez la variable d’environnement TERM lorsque que vous ouvrez une session, mais cette fois-ci à vt100 ou
vt220. Ce pilote peut aussi s’avérer utile quand vous vous connectez à un grand nombre de machines différentes par
le réseau sur lesquelles les entrées pour le périphérique sc ne sont souvent pas définies dans leurs fichiers termcap
ou terminfo — alors que le terminal vt100 devrait être disponible sur pratiquement toutes les plates-formes.
device
agp
Ajoutez cette option si vous avez une carte AGP dans votre système. Cela activera le support AGP, et l’AGP GART
pour les cartes qui ont cette fonction.
# Power management support (see NOTES for more options)
196
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
device
apm
“Advanced Power Management support” - gestion avancée de l’énergie. Utile pour les ordinateurs portables, ceci est
cependant désactivé par défaut dans le noyau GENERIC sous FreeBSD 5.X et versions suivantes
# Add suspend/resume support for the i8254.
device
pmtimer
Pilote du périphérique de gestion du temps pour les événements de la gestion de l’énergie, comme l’APM ou l’ACPI.
# PCCARD (PCMCIA) support
# PCMCIA and cardbus bridge support
device
cbb
# cardbus (yenta) bridge
device
pccard
# PC Card (16-bit) bus
device
cardbus
# CardBus (32-bit) bus
Support PCMCIA. Vous en avez besoin si vous utilisez un ordinateur portable.
# Serial (COM) ports
device
sio
# 8250, 16[45]50 based serial ports
Cela représente les ports séries, appelés ports COM dans le monde MS-DOS/Windows.
Note : Si vous avez un modem interne sur le port COM4 et un port série COM2, vous devrez changer l’IRQ du
modem en 2 (pour d’obscures raisons techniques, IRQ 2 = IRQ 9) pour y accéder avec FreeBSD. Si vous avez
une carte série multi-ports, consultez la page de manuel de sio(4) pour plus d’informations sur les bonnes
valeurs à ajouter à votre fichier /boot/device.hints. Certaines cartes vidéo (notamment celle à base de
circuits S3) utilisent des adresses d’E/S sous la forme 0x*2e8, et comme de nombreuses cartes séries bon
marché de décodent pas complètement l’espace d’adresse d’E/S 16 bits, il y a aura des conflits avec ces cartes,
rendant le port COM4 pratiquement inutilisable.
Chaque port série doit avoir une IRQ unique (à moins que vous n’utilisiez une carte multi-ports qui autorise le
partage d’interruption), donc les IRQs par défaut pour les ports COM3 et COM4 ne peuvent être utilisées.
# Parallel port
device
ppc
C’est l’interface parallèle du bus ISA.
device
ppbus
# Parallel port bus (required)
Fournit le support pour le bus du port parallèle.
device
lpt
# Printer
Support pour les imprimantes parallèles.
Note : Les trois lignes précédentes sont nécessaires pour permettre le support des imprimantes parallèles.
device
plip
# TCP/IP over parallel
197
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
C’est le pilote pour l’interface réseau sur port parallèle.
device
ppi
# Parallel port interface device
Port d’E/S d’usage général (“geek port”) + port d’E/S IEEE1284.
#device
vpo
# Requires scbus and da
Ceci est pour le lecteur Zip de Iomega. Les options scbus et da sont également requises. Les meilleures
performances sont obtenues avec les ports configurés dans le mode EPP 1.9.
#device
puc
Décommentez ce périphérique si vous disposez d’une carte PCI série ou parallèle « idiote » qui est supportée par le
pilote puc(4).
# PCI Ethernet NICs.
device
de
device
em
device
ixgb
device
txp
device
vx
#
#
#
#
#
DEC/Intel DC21x4x (« Tulip »)
Intel PRO/1000 adapter Gigabit Ethernet Card
Intel PRO/10GbE Ethernet Card
3Com 3cR990 (« Typhoon »)
3Com 3c590, 3c595 (« Vortex »)
Divers pilotes de cartes réseaux PCI. Mettez en commentaires ou supprimer les lignes de celles qui ne sont pas
présentes sur votre système.
# PCI Ethernet NICs that use the common MII bus controller code.
# NOTE: Be sure to keep the ’device miibus’ line in order to use these NICs!
device
miibus
# MII bus support
Le support du bus MII est nécessaire pour certaines cartes Ethernet PCI 10/100, à savoir celles qui utilisent des
interfaces compatibles MII ou implémentent une gestion de l’interface opérant comme le bus MII. Ajouter device
miibus à la configuration du noyau intègre le support pour l’API miibus générique et tous les pilotes d’interfaces
PHY, incluant un pilote générique pour les interfaces PHYs qui ne sont pas spécifiquements gérées par un pilote
individuel.
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
bce
bfe
bge
dc
fxp
lge
msk
nge
nve
pcn
re
rl
sf
sis
sk
ste
stge
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
Broadcom BCM5706/BCM5708 Gigabit Ethernet
Broadcom BCM440x 10/100 Ethernet
Broadcom BCM570xx Gigabit Ethernet
DEC/Intel 21143 and various workalikes
Intel EtherExpress PRO/100B (82557, 82558)
Level 1 LXT1001 gigabit ethernet
Marvell/SysKonnect Yukon II Gigabit Ethernet
NatSemi DP83820 gigabit ethernet
nVidia nForce MCP on-board Ethernet Networking
AMD Am79C97x PCI 10/100 (precedence over ’lnc’)
RealTek 8139C+/8169/8169S/8110S
RealTek 8129/8139
Adaptec AIC-6915 (« Starfire »)
Silicon Integrated Systems SiS 900/SiS 7016
SysKonnect SK-984x & SK-982x gigabit Ethernet
Sundance ST201 (D-Link DFE-550TX)
Sundance/Tamarack TC9021 gigabit Ethernet
198
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
device
device
device
device
device
device
device
ti
tl
tx
vge
vr
wb
xl
#
#
#
#
#
#
#
Alteon Networks Tigon I/II gigabit Ethernet
Texas Instruments ThunderLAN
SMC EtherPower II (83c170 « EPIC »)
VIA VT612x gigabit ethernet
VIA Rhine, Rhine II
Winbond W89C840F
3Com 3c90x (« Boomerang », « Cyclone »)
Pilotes qui utilisent le code du contrôleur du bus MII.
# ISA Ethernet NICs. pccard NICs included.
device
cs
# Crystal Semiconductor CS89x0 NIC
# ’device ed’ requires ’device miibus’
device
ed
# NE[12]000, SMC Ultra, 3c503, DS8390 cards
device
ex
# Intel EtherExpress Pro/10 and Pro/10+
device
ep
# Etherlink III based cards
device
fe
# Fujitsu MB8696x based cards
device
ie
# EtherExpress 8/16, 3C507, StarLAN 10 etc.
device
lnc
# NE2100, NE32-VL Lance Ethernet cards
device
sn
# SMC’s 9000 series of Ethernet chips
device
xe
# Xircom pccard Ethernet
# ISA devices that use the old ISA shims
#device
le
Pilotes pour les cartes Ethernet ISA. Consultez le fichier /usr/src/sys/i386/conf/NOTES pour savoir quelles
cartes sont supportées et par quel pilote.
# Wireless NIC cards
device
wlan
# 802.11 support
Support 802.11 générique. Cette ligne est nécessaire pour le réseau sans fil.
device
device
device
wlan_wep
wlan_ccmp
wlan_tkip
# 802.11 WEP support
# 802.11 CCMP support
# 802.11 TKIP support
Support pour le chiffrage pour les périphériques 802.11. Ces lignes sont nécessaires si vous avez l’intention d’utiliser
le chiffrage et les protocoles de sécurité 802.11i.
device
device
device
device
device
device
device
#device
an
# Aironet 4500/4800 802.11 wireless NICs.
ath
# Atheros pci/cardbus NIC’s
ath_hal
# Atheros HAL (Hardware Access Layer)
ath_rate_sample # SampleRate tx rate control for ath
awi
# BayStack 660 and others
ral
# Ralink Technology RT2500 wireless NICs.
wi
# WaveLAN/Intersil/Symbol 802.11 wireless NICs.
wl
# Older non 802.11 Wavelan wireless NIC.
Support pour diverses cartes réseau sans fil.
# Pseudo devices
device
loop
# Network loopback
199
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
C’est l’interface générique en boucle de TCP/IP. Si vous employez telnet ou FTP sur localhost (aussi connu en
tant qu’adresse 127.0.0.1) la réponse vous parviendra via ce pseudo-périphérique. Ceci est obligatoire.
device
random
# Entropy device
Générateur de nombres aléatoire sécurisé pour les applications de chiffrement.
device
ether
# Ethernet support
ether ne sert que si vous avez une carte Ethernet. Cela intègre le code générique pour le protocole Ethernet.
device
sl
# Kernel SLIP
sl est le support pour le protocole SLIP. Il a été presque entièrement supplanté par le protocole PPP, plus facile à
mettre en oeuvre, mieux adapté aux connexions par modem, et aussi plus puissant.
device
ppp
# Kernel PPP
C’est le support intégré au noyau du protocole PPP pour les connexions par modem. Il y a aussi une version de PPP
sous forme de programme utilisateur qui utilise tun et offre plus de souplesse et de possibilités comme la connexion
à la demande.
device
tun
# Packet tunnel.
Ceci est utilisé par le programme PPP en mode utilisateur. Voyez la section PPP de ce manuel pour plus
d’informations.
device
pty
# Pseudo-ttys (telnet etc)
C’est un “pseudo-terminal” ou un port simulant une session. Il est utilisé par les sessions telnet et rlogin
entrantes, par xterm, et d’autres applications comme Emacs.
device
md
# Memory « disks »
Pseudo-périphérique de disque mémoire.
device
gif
# IPv6 and IPv4 tunneling
Ceci implémente l’encapsulation du protocole IPv6 par dessus l’IPv4, l’IPv4 par dessus l’IPv6, l’encapsulation IPv4
par dessus l’IPv4, et IPv6 par dessus IPv6. Le périphérique gif « s’auto-duplique », et créera les fichiers spéciaux de
périphérique en fonction des besoins.
device
faith
# IPv6-to-IPv4 relaying (translation)
Ce pseudo-périphérique capture les paquets qui lui sont envoyés et les détourne vers le “daemon” de translation
IPv4/IPv6.
# The ‘bpf’ device enables the Berkeley Packet Filter.
# Be aware of the administrative consequences of enabling this!
# Note that ’bpf’ is required for DHCP.
device
bpf
# Berkeley packet filter
200
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
C’est le filtre de paquets de Berkeley. Ce pseudo-périphérique permet de placer les interfaces en mode
“promiscuous” (indiscret), pour capturer chaque paquet sur réseau de diffusion (e.g., un réseau Ethernet). Ces
paquets peuvent être enregistrés sur le disque et/ou examinés avec le programme tcpdump(1).
Note : Le périphérique bpf(4) est également utilisé par dhclient(8) pour obtenir une adresse IP du routeur par
défaut (passerelle) et ainsi de suite. Si vous utilisez DHCP, conservez cette ligne non commentée.
# USB support
device
device
device
device
#device
device
device
device
device
device
device
device
device
device
# USB Ethernet,
device
device
device
device
device
device
uhci
ohci
ehci
usb
udbp
ugen
uhid
ukbd
ulpt
umass
ums
ural
urio
uscanner
requires mii
aue
axe
cdce
cue
kue
rue
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
UHCI PCI->USB interface
OHCI PCI->USB interface
EHCI PCI->USB interface (USB 2.0)
USB Bus (required)
USB Double Bulk Pipe devices
Generic
« Human Interface Devices »
Keyboard
Printer
Disks/Mass storage - Requires scbus and da
Mouse
Ralink Technology RT2500USB wireless NICs
Diamond Rio 500 MP3 player
Scanners
#
#
#
#
#
#
ADMtek USB Ethernet
ASIX Electronics USB Ethernet
Generic USB over Ethernet
CATC USB Ethernet
Kawasaki LSI USB Ethernet
RealTek RTL8150 USB Ethernet
Support pour divers périphériques USB.
# FireWire support
device
firewire
device
sbp
device
fwe
# FireWire bus code
# SCSI over FireWire (Requires scbus and da)
# Ethernet over FireWire (non-standard!)
Support pour divers périphériques Firewire.
Pour plus d’informations et pour avoir la liste de périphériques supplémentaires supportés par FreeBSD, voyez le
fichier /usr/src/sys/i386/conf/NOTES.
8.4.1. Configurations mémoire importantes (PAE)
Les machines à configuration mémoire importante ont besoin de pouvoir accéder à plus d’espace mémoire utilisateur
et noyau que la limite des 4 gigaoctets de l’espace d’adresse noyau+utilisateur (“Kernel Virtual Address”—KVA).
En raison de cette limite, Intel a ajouté le support d’adresses physiques sur 36 bits pour l’espace d’adresses dans les
familles de microprocesseurs Pentium Pro et suivantes.
L’extension de l’adressage physique—,“Physical Address Extension” (PAE) est une caractéristique des
microprocesseurs Intel Pentium Pro et suivants autorisant les configurations mémoires jusqu’à 64 gigaoctets.
201
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
FreeBSD fournit un support pour cette caratéristique via l’option de configuration du noyau PAE, disponible sous
toutes les versions actuelles de FreeBSD. En raison des limitations de l’architecture mémoire Intel, aucune
distinction n’est faite entre la mémoire au-dessus et en-dessous de 4 gigaoctets. La mémoire allouée au-dessus de 4
gigaoctets est simplement ajoutée à l’ensemble de la mémoire disponible.
Pour activer le support PAE dans le noyau, ajoutez simplement la ligne suivante dans votre fichier de configuration
du noyau:
options PAE
Note : Le support PAE sous FreeBSD est uniquement disponible pour les processeurs IA-32 d’Intel. Il doit être
noté que le support PAE sous FreeBSD n’a pas été énormément testé, et devrait être considéré comme bêta
comparé aux autres fonctionnalités stables de FreeBSD.
Le support PAE sous FreeBSD a quelques limitations:
•
Un processus est incapable d’accéder à plus de 4 gigaoctets d’espace mémoire.
•
Les modules KLD ne peuvent être chargés dans un noyau avec PAE activé, en raison des différences entre la
structure d’un module et du noyau.
•
Les pilotes de périphériques qui n’utilisent pas l’interface bus_dma(9) seront à l’origine de corruption de données
avec un noyau PAE et ne sont pas recommandés. Pour cette raison, le fichier de configuration du noyau avec
support PAE qui est fourni avec FreeBSD exclut tous les pilotes connus pour ne pas fonctionner avec un noyau
avec support PAE.
•
Certains paramètres modifiables du système déterminent l’utilisation des ressources mémoire par la quantité de la
mémoire physique disponible. De tels paramètres peuvent être inutilement sur-alloués en raison de la grande
quantité de mémoire d’un système PAE. Un bon exemple est le “sysctl” kern.maxvnodes, qui contrôle le
nombre maximal de “vnodes” alloués par le noyau. Il est recommandé d’ajuster ce dernier et les autres paramètres
du même genre à des valeurs raisonnables.
•
Il pourra être nécessaire d’augmenter l’espace d’adressage virtuel du noyau (“kernel virtual address”—KVA) ou
de réduire le montant de la ressource spécifique du noyau qui est fortement utilisée (voir plus haut) afin d’éviter
l’épuisement de l’espace KVA. L’option du noyau KVA_PAGES peut être employée pour augmenter l’espace KVA.
Pour des considérations de performance et de stabilité, il est recommandé de consulter la page de manuel tuning(7).
La page de manuel pae(4) contient des informations à jour sur le support PAE sous FreeBSD.
8.5. Si quelque chose se passe mal
Il y a cinq types de problèmes qui peuvent survenir lors de la compilation d’un noyau sur mesure. Ce sont:
La commande config échoue:
Si la commande config(8) échoue quand vous lui passez en paramètre la description de votre noyau, vous avez
probablement fait une simple erreur quelque part. Heureusement config(8) affichera le numéro de la ligne qui lui
a posé problème, vous pouvez donc localiser rapidement la ligne contenant l’erreur. Par exemple, si vous avez:
202
Chapitre 8. Configurer le noyau de FreeBSD
config: line 17: syntax error
Vérifiez que la ligne est correctement écrite, en le comparant avec le noyau GENERIC ou une autre référence.
La commande make échoue:
Si la commande make échoue, cela signale habituellement une erreur dans la description de votre noyau, mais
qui n’est pas suffisamment sérieuse pour que la commande config(8) la détecte. A nouveau, vérifiez votre fichier
de configuration, et si vous n’arrivez toujours pas à résoudre le problème, envoyez un courrier électronique à la
liste de diffusion pour les questions d’ordre général à propos de FreeBSD
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-questions) en joignant votre fichier de configuration du
noyau, le diagnostic devrait être rapide.
Le noyau ne démarre pas:
Si votre nouveau noyau ne démarre pas, ou ne reconnaît pas vos périphériques, ne paniquez pas! Heureusement,
FreeBSD dispose d’un excellent mécanisme pour récupérer si le noyau ne fonctionne pas. Sélectionnez
simplement le noyau, à partir duquel vous désirez démarrer, à l’invite du chargeur de FreeBSD. Vous pouvez y
accéder quand le menu de démarrage apparaît. Sélectionner l’option 6, « Escape to a loader prompt ». A
l’invite, tapez unload kernel et ensuite boot /boot/kernel.old /kernel, ou le nom de fichier d’un autre
noyau qui pourra démarrer proprement. Quand on reconfigure un noyau, il est toujours bon de conserver à
portée de la main un noyau dont on sait qu’il fonctionne.
Après avoir démarré avec un noyau en état de marche, vous pouvez revérifier votre fichier de configuration et
essayer de recompiler à nouveau votre noyau. Une ressource utile est le fichier /var/log/messages qui
enregistre, entre autres, tous les messages du noyau à chaque démarrage réussi. En outre, la commande
dmesg(8) affichera les messages du noyau pour le dernier démarrage.
Note : Si vous avez des difficultés à compiler un noyau, veillez à conserver un noyau GENERIC, ou un autre
noyau dont vous savez qu’il fonctionne, sous la main, avec un nom différent de sorte qu’il ne soit pas écrasé
à la prochaine compilation. Vous ne pouvez pas faire confiance au noyau kernel.old parce qu’en installant
un nouveau noyau, kernel.old est remplacé par le dernier noyau installé dont il n’est pas certain qu’il soit
opérationnel. Aussi, dès que possible, déplacez le noyau opérationnel vers le bon emplacement
/boot/kernel où des commandes comme ps(1) pourront ne pas fonctionner correctement. Pour cela,
renommez le répertoire contenant le bon noyau:
# mv /boot/kernel /boot/kernel.bad
# mv /boot/kernel.good /boot/kernel
Le noyau est opérationnel, mais la commande ps ne fonctionne plus du tout:
Si vous avez installé une version du noyau différente de celle avec laquelle ont été compilés les utilitaires
système, par exemple, un noyau -CURRENT sur un système -RELEASE, de nombreuses commandes
d’affichage de l’état du système comme ps(1) and vmstat(8) ne fonctionneront plus. Vous devrez
recompiler et installer un système avec la même version de l’arborescence des sources de celle utilisée pour
votre noyau. C’est une des raisons pour lesquelles il n’est pas judicieux d’utiliser des versions différentes du
noyau et du reste du système d’exploitation.
203
Chapitre 9. Imprimer
Contribution de Sean Kelly. Restructuré et mis à jour par Jim Mock.
Version française de Gregory Delfly <gregoryd.freebsd@free.fr >.
9.1. Synopsis
FreeBSD peut être utilisé pour imprimer sur une grande variété d’imprimantes, depuis la plus ancienne des
imprimantes matricielles jusqu’aux toutes dernières imprimantes laser, en passant par tout ce qui peut exister entre
les deux, et vous permet d’obtenir des impressions de haute qualité avec les programmes que vous exécutez.
Il est également possible de configurer FreeBSD pour qu’il fasse office de serveur d’impression sur un réseau; de
cette manière FreeBSD peut recevoir des travaux d’impression (« jobs ») en provenance de différents ordinateurs,
comprenant d’autres machines sous FreeBSD et des machines sous Windows ou Mac OS. FreeBSD veillera à ce
qu’un seul travail d’impression ne soit imprimé à la fois, et pourra tenir des statistiques sur les utilisateurs et les
machines lançant le plus d’impressions, produire des pages d’« en-têtes » pour distinguer les impressions de chacun,
et plus encore.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Comment configurer le gestionnaire d’impression de FreeBSD
•
Comment installer des filtres d’impression, pour gérer des travaux d’impression particuliers de manière différente,
ce qui inclut la transformation de documents entrants en un format que vos imprimantes comprennent.
•
Comment inclure des en-têtes ou des pages bannière dans vos impressions.
•
Comment imprimer en utilisant des imprimantes connectées à d’autres ordinateurs.
•
Comment imprimer en utilisant des imprimantes connectées directement au réseau.
•
Comment gérer des restrictions d’impression, notamment comment limiter la taille des travaux d’impression, et
empêcher certains utilisateurs d’imprimer.
•
Comment tenir des statistiques d’impression, et rendre compte de l’utilisation de l’imprimante.
•
Comment résoudre les problèmes d’impression.
Avant de lire ce chapitre, vous devriez:
•
Savoir comment configurer et installer un nouveau noyau (Chapitre 8).
9.2. Introduction
Afin d’utiliser des imprimantes avec FreeBSD, vous avez la possibilité de les paramétrer pour qu’elles utilisent le
gestionnaire d’impression de Berkeley, également connu sous le nom de gestionnaire d’impression LPD, ou tout
simplement LPD. C’est le système contrôle d’imprimante par défaut de FreeBSD. Ce chapitre présente LPD et vous
assistera tout au long de sa configuration.
204
Chapitre 9. Imprimer
Si vous connaissez déjà LPD ou un autre système de gestion des impressions, vous pouvez directement vous rendre à
la section Paramétrage de base.
LPD contrôle tout ce qui relève des imprimantes. Il est responsable de plusieurs tâches:
•
Il contrôle l’accès aux imprimantes directement connectées au système ainsi qu’à celles connectées à d’autres
machines via le réseau.
•
Il permet aux utilisateurs de soumettre des fichiers à imprimer; ces requêtes sont connues sous le nom de travaux.
•
Il empêche l’accès simultané de plusieurs utilisateurs à une même imprimante, en gérant une queue pour chaque
imprimante.
•
Il peut produire des pages d’en-tête (également connues sous le nom de pages bannières ou encore cartouches)
afin que les utilisateurs puissent facilement retrouver dans une pile d’impressions celles correspondant aux travaux
qu’ils ont soumis.
•
Il s’occupe de paramétrer les communications lorsque les imprimantes sont connectées via un port série.
•
Il peut transmettre des travaux par réseau à un gestionnaire d’impression LPD situé sur une autre machine.
•
Il peut appliquer des filtres spéciaux afin d’assurer le formatage des travaux en fonction des différents langages et
caractéristiques des imprimantes.
•
Il peut comptabiliser l’utilisation de l’imprimante.
Vous pouvez, au travers d’un fichier de configuration (/etc/printcap) et en fournissant les programmes de filtres
spéciaux, faire exécuter par LPD tout ou partie des tâches mentionnées ci-dessus sur une grande variété de modèles
d’imprimantes.
9.2.1. Pourquoi vous devriez utiliser le gestionnaire d’impression
Si vous êtes l’unique utilisateur de votre système, vous vous demandez sans doute pourquoi il vous faudrait vous
préoccuper du gestionnaire d’impression, alors que vous n’avez pas besoin de contrôle d’accès, de pages d’en-tête ni
de statistiques relatives à l’utilisation de l’imprimante. Quand bien même il est possible de mettre en oeuvre l’accès
direct à l’imprimante, vous devriez tout de même utiliser le gestionnaire d’impression, parce que:
•
LPD imprime les travaux en tâche de fond: vous n’êtes pas obligé d’attendre que les données soient passées à
l’imprimante.
•
LPD peut commodément se charger d’appliquer des filtres à un travail pour adjoindre une en-tête contenant la date
et l’heure, ou convertir un fichier au format particulier (comme un fichier DVI TEX) en un format que l’imprimante
comprenne. Ainsi, vous n’aurez pas à vous charger de ces manipulations à la main.
•
Beaucoup d’applications, tant libres que commerciales, fournissant une fonctionnalité d’impression s’attendent
généralement à traiter avec le gestionnaire d’impression. En le mettant en oeuvre, vous vous faciliterez le support
des autres applications que vous pourriez ajouter plus tard, ou que vous avez déjà installées.
205
Chapitre 9. Imprimer
9.3. Configuration de base
Pour utiliser des imprimantes avec le gestionnaire d’impression, il vous faudra configurer à la fois la partie matérielle
(c’est à dire les imprimantes) et la partie logicielle (c’est à dire LPD). Ce document présente deux niveaux de
configuration:
•
La section Configuration simple de l’imprimante vous apprendra à connecter une imprimante, à renseigner LPD
sur la façon dont il doit communiquer avec elle, et à imprimer de simples fichiers textes.
•
La section Configuration avancée de l’imprimante vous apprendra à imprimer différents formats de fichiers, des
pages d’en-tête, par l’intermédiaire d’un réseau, à contrôler l’accès aux imprimantes, et comptabiliser leur
utilisation.
9.3.1. Configuration simple de l’imprimante
Cette section vous apprendra à configurer l’imprimante et LPD. Elle présente les bases:
•
La section Configuration matérielle donne des indications sur la façon de connecter l’imprimante à l’un des ports
de votre ordinateur.
•
La section Configuration logicielle montre comment renseigner le fichier de configuration du gestionnaire
d’impression LPD (/etc/printcap).
Si vous mettez en oeuvre une imprimante réceptionnant les données à imprimer via un protocole réseau plutôt que
par les interfaces locales de l’ordinateur, lisez la section Imprimantes avec des interfaces utilisant des flux réseau.
Bien que cette section soit intitulée « Configuration simple de l’imprimante », elle s’avère en réalité plutôt complexe.
La partie la plus difficile consiste à faire fonctionner l’imprimante avec votre ordinateur et LPD. Les options
avancées telles les pages d’en-tête ou les statistiques sont relativement faciles à mettre en oeuvre une fois que
l’imprimante fonctionne.
9.3.1.1. Configuration matérielle
Cette section détaille les différentes manières de connecter une imprimante à votre PC. Elle discute les types de ports
et de câbles, et de la configuration noyau dont vous pourriez avoir besoin afin que FreeBSD puisse communiquer
avec l’imprimante.
Si vous avez déjà connecté votre imprimante et réussi à imprimer sous un autre système d’exploitation, vous pouvez
probablement passer à la section Configuration logicielle.
9.3.1.1.1. Les ports et les câbles
Les imprimantes pour PC vendues aujourd’hui sont en général pourvues d’une ou plusieurs des trois interfaces
suivantes:
•
Les interfaces série, également connues sous les noms RS-232 ou ports COM, utilisent un port série sur votre
ordinateur pour envoyer des données à l’imprimante. Les interfaces série sont courantes, dans l’industrie
informatique, et les câbles sont à la fois disponibles et faciles à réaliser. Elles réclament parfois des câbles
spéciaux et peuvent nécessiter le paramétrage d’options de communication assez complexes. La plupart des ports
206
Chapitre 9. Imprimer
série PC ont une vitesse de transmission maximale de 115200 bps, ce qui rend l’impression de travaux comportant
beaucoup de graphismes malaisée.
•
Les interfaces parallèles utilisent un port parallèle sur votre ordinateur pour envoyer des données à l’imprimante.
Les interfaces parallèles sont courantes dans l’industrie informatique et plus rapides que les interfaces série
RS-232. Les câbles sont disponibles mais sont moins faciles à fabriquer à la main. En général, il n’y a aucune
option de communication à paramétrer avec ces interfaces, ce qui rend leur configuration particulièrement simple.
Les interfaces parallèles sont parfois appelées « Centronics », nom tiré du type de connecteur de l’imprimante
•
Les interfaces USB, tenant leur nom de « Universal Serial Bus », ou « Bus Série Universel », s’avèrent plus
véloces encore que les interfaces parallèles ou série RS-232. Les câbles sont simples et peu onéreux. L’USB
surpasse les interfaces série RS-232 et parallèles pour l’impression, mais son support par les systèmes UNIX n’est
pas aussi bon. Une façon d’éviter ce problème est d’acheter une imprimante qui dispose à la fois d’une interface
USB et d’une interface parallèle, comme beaucoup de modèles.
En règle générale, les interfaces parallèles n’offrent qu’une communication unidirectionnelle (de l’ordinateur vers
l’imprimante) alors que les interfaces série et USB permettent un échange bidirectionnel. Les imprimantes et ports
parallèles plus récents (EPP et ECP) peuvent communiquer dans les deux sens sous FreeBSD lorsque l’on a recourt à
un câble conforme à la norme IEEE-1284.
La communication bidirectionnelle avec l’imprimante en utilisant un port parallèle se fait en général de l’une des
deux manières suivantes. La première utilise un pilote d’imprimante compilé pour FreeBSD comprenant le langage
propriétaire de l’imprimante. C’est couramment le cas des imprimantes jet d’encre et cela peut être utilisé pour
retourner les niveaux d’encre et autres informations d’état. La seconde méthode est employée lorsque l’imprimante
supporte PostScript.
Les travaux PostScript sont en fait des programmes envoyés à l’imprimante. Ils ne génèrent pas nécessairement de
sortie papier et peuvent retourner leurs résultats directement à l’ordinateur. PostScript utilise aussi la communication
bidirectionnelle pour avertir l’ordinateur de problèmes, comme des erreurs dans le programme PostScript ou des
bourrages papier. Vos utilisateurs apprécieraient certainement de telles informations. De surcroît, la meilleure façon
de tenir des statistiques sérieusement avec une imprimante PostScript nécessite la communication bidirectionnelle:
on demande à l’imprimante quel est son compteur de pages (combien en a-t-elle imprimées depuis sa fabrication),
puis on lui envoie le travail de l’utilisateur, enfin on lui redemande son compteur de pages. La différence entre les
deux valeurs donne la consommation de papier que vous pouvez attribuer à cet utilisateur.
9.3.1.1.2. Les ports parallèles
Pour raccorder une imprimante utilisant une interface parallèle, branchez le câble Centronics sur l’imprimante et sur
l’ordinateur. Les instructions accompagnant l’imprimante, l’ordinateur, ou les deux, devraient parfaitement vous
renseigner.
Souvenez-vous du port parallèle que vous avez utilisé sur l’ordinateur. Pour FreeBSD, le premier se nomme ppc0; le
deuxième, ppc1, et ainsi de suite. Le nom du fichier spécial de périphérique de l’imprimante suit les mêmes règles:
/dev/lpt0 pour celle connectée sur le premier port parallèle, etc.
9.3.1.1.3. Les ports série
Pour raccorder une imprimante utilisant une interface série, branchez le câble série adéquat sur l’imprimante et sur
l’ordinateur. Les instructions accompagnant l’imprimante, l’ordinateur, ou les deux, devraient parfaitement vous
renseigner.
207
Chapitre 9. Imprimer
Si vous n’êtes pas sûr de savoir quel est le bon câble, voici ce que vous pouvez essayer:
•
Un câble modem relie chacune des broches du connecteur depuis l’une des extrémités du câble directement à la
broche lui correspondant dans le connecteur de l’autre extrémité. Ce type de câble est également connu sous le
nom de câble « DTE-to-DCE ».
•
Un câble null-modem relie certaines des broches directement, en intervertit d’autres (par exemple, « émission de
données » et « réception de données »), et en court-circuite d’autres en interne sur chacun des sertissages des
connecteurs. Ce type de câble est également connu sous le nom de câble « DTE-to-DTE ».
•
Un câble série pour imprimante, requis par certaines imprimantes peu conventionnelles, ressemble au câble
null-modem, à ceci près qu’il envoie certains signaux à l’autre extrémité au lieu de les court-circuiter en interne.
Vous devriez également définir les paramètres de communication pour l’imprimante, d’ordinaire en utilisant les
contrôles sur la face avant ou les commutateurs sur l’imprimante. Choisissez la valeur la plus élevée de bps (bits par
seconde, encore appelés « vitesse de transmission ») autorisée conjointement par votre ordinateur et votre
imprimante. Choisissez 7 ou 8 bits de données; aucun contrôle de parité ou un bit de parité paire ou impaire; et 1 ou
2 bits d’arrêt. Choisissez également un protocole de contrôle de flux: soit aucun, soit XON/XOFF (également appelé
« in-band », ou encore « contrôle logiciel »). Retenez ces paramètres pour la configuration logicielle, dans la section
qui suit.
9.3.1.2. Configuration logicielle
Cette section détaille la configuration logicielle nécessaire pour imprimer sous FreeBSD avec le gestionnaire
d’impression LPD.
Voici un aperçu des étapes à suivre:
1.
Configurez le noyau, si nécessaire, pour utiliser le port sur lequel vous raccorderez votre imprimante; la section
Configurer le noyau de FreeBSD vous donnera la marche à suivre.
2.
Paramétrez le mode de communication du port parallèle si vous utilisez une imprimante de ce type; la section
Paramétrer le mode de communication du port parallèle vous donnera les détails.
3.
Configurez LPD pour qu’il communique avec l’imprimante en renseignant le fichier /etc/printcap. Vous
apprendrez comment faire un peu plus loin dans ce chapitre.
9.3.1.2.1. Configuration du noyau
Le noyau du système d’exploitation est compilé avec le support d’un certain ensemble de périphériques. Les
interfaces série ou parallèle de votre imprimante en font partie. De ce fait, vous pourriez avoir à ajouter le support
d’un port série ou parallèle supplémentaire si votre noyau n’a pas déjà été configuré en ce sens.
Pour savoir si le support d’une interface série est activé dans le noyau que vous êtes en train d’utiliser, entrez:
# grep sioN /var/run/dmesg.boot
Où N représente le numéro du port série, en commençant à zéro. Si vous obtenez un affichage similaire à:
sio2 at port 0x3e8-0x3ef irq 5 on isa sio2: type 16550A
alors le port est activé dans le noyau.
208
Chapitre 9. Imprimer
Pour savoir si le noyau supporte une interface parallèle, entrez:
# grep ppcN /var/run/dmesg.boot
Où N représente le numéro du port parallèle, en commençant à zéro. Si vous obtenez un affichage similaire à:
ppc0: <Parallel port> at port 0x378-0x37f irq 7 on isa0
ppc0: SMC-like chipset (ECP/EPP/PS2/NIBBLE) in COMPATIBLE mode
ppc0: FIFO with 16/16/8 bytes threshold
alors le port est activé dans le noyau.
Il se pourrait que vous ayez à reconfigurer le noyau afin que le système détecte et puisse utiliser un port parallèle ou
série auquel vous avez connecté votre imprimante.
Pour ajouter le support d’un port série, voyez la section sur la configuration du noyau. Pour ajouter le support du port
parallèle, voyez cette même section et celle qui suit.
9.3.1.3. Paramétrer le mode de communication du port parallèle
Lorsque vous utilisez l’interface parallèle, vous avez le choix entre deux modes de communication avec
l’imprimante: par interruption, ou par polling (interrogation régulière ou scrutation). Le pilote d’imprimante
générique (lpt(4)) de FreeBSD utilise le système ppbus(4), qui contrôle le chipset du port via le pilote ppc(4).
•
Le mode par interruption est le mode par défaut avec un noyau GENERIC. De cette manière, le système
d’exploitation utilise une ligne d’interruption (IRQ) pour déterminer si l’imprimante est prête à recevoir des
données.
•
Le mode par scrutation enjoint au système d’exploitation d’interroger à intervalles réguliers l’imprimante pour
savoir si elle est prête à recevoir d’autres données. Lorsqu’elle répond par l’affirmative, le noyau lui en envoie plus.
Le mode par interruption est en général nettement plus rapide, mais consomme une précieuse ligne d’interruption
(IRQ). On rapporte que certaines imprimantes HP récentes ne fonctionneraient pas correctement en mode par
interruption, apparemment à cause d’un problème (pas encore très bien identifié) d’horloge. Ces imprimantes
nécessitent le recours au mode par scrutation. Utilisez celui des deux qui fonctionne. Certaines imprimantes
fonctionnent dans les deux modes, mais s’avèrent désagréablement lentes en mode par interruption.
Vous pouvez choisir le mode de communication de deux manières différentes: en configurant le noyau ou en utilisant
le programme lptcontrol(8).
Pour paramétrer le mode de communication en configurant le noyau:
1.
Editez le fichier de configuration de votre noyau. Cherchez une entrée ppc0. Si vous voulez configurer le
deuxième port parallèle, cherchez plutôt ppc1. Ou ppc2 pour le troisième, et ainsi de suite.
•
Si vous souhaitez activer le mode par interruption, éditez la ligne suivante:
hint.ppc.0.irq="N "
dans le fichier /boot/device.hints et remplacez N par le numéro d’IRQ approprié. Le fichier de
configuration du noyau doit également comporter le pilote ppc(4):
device ppc
209
Chapitre 9. Imprimer
•
Si vous souhaitez activer le mode par scrutation, ôtez la ligne suivante de votre fichier
/boot/device.hints:
hint.ppc.0.irq="N "
Dans certains cas, positionner le port en mode scrutation sous FreeBSD n’est pas suffisant. La plupart du
temps cela vient du pilote acpi(4), ce dernier étant capable de sonder et d’attacher des périphériques, et donc
de contrôler le mode d’accès au port de l’imprimante. Vous devrez donc vérifier votre configuration acpi(4)
pour résoudre ce problème.
2.
Sauvegardez le fichier, puis configurez, compilez, et installez le noyau avant de redémarrer. Consultez la section
configuration du noyau pour plus de détails.
Pour paramétrer le mode de communication avec lptcontrol(8):
1.
Entrez:
# lptcontrol -i -d /dev/lptN
pour sélectionner le mode par interruption pour lptN .
2.
Entrez:
# lptcontrol -p -d /dev/lptN
pour sélectionner le mode par scrutation pour lptN .
Vous pouvez placer ces commandes dans votre fichier /etc/rc.local pour sélectionner le mode à chaque
démarrage du système. Consultez lptcontrol(8) pour obtenir plus d’informations.
9.3.1.4. Vérifier la communication avec l’imprimante
Avant de passer à la configuration du gestionnaire d’impression, vous devriez vous assurer que le système
d’exploitation fait parvenir avec succès des données à l’imprimante. Il est beaucoup plus facile de déboguer
séparément la communication avec l’imprimante et la configuration du gestionnaire d’impression.
Pour tester l’imprimante, nous allons lui envoyer du texte. Pour les imprimantes qui peuvent immédiatement
imprimer les caractères qui leur sont envoyés, le programme lptest(1) est parfait: il génère les 96 caractères ASCII
imprimables sur 96 lignes.
Pour une imprimante PostScript (ou basée sur un autre langage), il va nous falloir un test plus sophistiqué. Un petit
programme PostScript, tel que celui qui suit, devrait suffire:
%!PS
100 100 moveto 300 300 lineto stroke
310 310 moveto /Helvetica findfont 12 scalefont setfont
(Is this thing working?) show
showpage
Le code PostScript ci-dessus peut être placé dans un fichier et utilisé comme indiqué dans les exemples qui
apparaissent dans les sections suivantes.
Note : Lorsque ce document fait référence à un langage d’imprimante, il suppose un langage comme PostScript,
et pas le PCL de Hewlett-Packard. Quoique PCL dispose de fonctionnalités intéressantes, il est possible de
210
Chapitre 9. Imprimer
mélanger du texte simple avec des séquences d’échappement. PostScript ne permet pas d’imprimer du texte
clair, c’est le type de langage d’imprimante pour lequel nous devons prendre des mesures particulières.
9.3.1.4.1. Tester une imprimante parallèle
Cette section vous apprendra à vérifier si FreeBSD peut communiquer avec une imprimante connectée sur un port
parallèle.
Pour tester une imprimante connectée sur un port parallèle:
1.
Passez en root avec su(1).
2.
Envoyez des données à l’imprimante.
•
Si l’imprimante peut sortir du texte simple, alors utilisez lptest(1). Entrez:
# lptest > /dev/lptN
Où N est le numéro du port parallèle, en commençant à zéro.
•
Si l’imprimante comprend le PostScript ou un autre langage d’imprimante, alors envoyez lui un petit
programme. Entrez:
# cat > /dev/lptN
Tapez ensuite le programme, ligne à ligne et attentivement, car vous ne pouvez plus éditer une ligne une fois
que vous avez appuyé sur la touche Retour Chariot ou Entrée. Une fois terminé, faites CONTROL+D, ou la
combinaison correspondant à votre fin de fichier.
Une autre manière de procéder est de placer le programme dans un fichier et d’entrer:
# cat fichier > /dev/lptN
Où fichier désigne le nom du fichier que vous désirez envoyer à l’imprimante.
Vous devriez voir quelque chose s’imprimer. Ne vous inquiétez pas si l’apparence du texte n’est pas satisfaisante;
nous remédierons à ce genre de soucis plus tard.
9.3.1.4.2. Tester une imprimante série
Dans cette section vous apprendrez à vérifier si FreeBSD parvient à communiquer avec une imprimante connectée à
un port série.
Pour tester une imprimante connectée sur un port série:
1.
Passez en root avec su(1).
2.
Editez le fichier /etc/remote. Ajoutez l’entrée suivante:
printer:dv=/dev/port:br#bps-rate:pa=parity
Où port représente le fichier de périphérique du port série (ttyd0, ttyd1, etc.), bps-rate représente la
vitesse en bits-par-seconde à laquelle l’imprimante communique, et parity représente la parité réclamée par
l’imprimante (even pour paire, odd pour impaire, none pour aucune, ou zero pour zéro).
Voici un exemple d’entrée pour une imprimante connectée à 19200 bps, sans parité, sur le troisième port série:
211
Chapitre 9. Imprimer
printer:dv=/dev/ttyd2:br#19200:pa=none
3.
Connectez-vous à l’imprimante avec tip(1). Entrez:
# tip printer
Si cette étape ne fonctionne pas, éditez le fichier /etc/remote à nouveau et essayez d’utiliser /dev/cuaaN au
lieu de /dev/ttydN .
4.
Envoyez des données à l’imprimante.
•
Si l’imprimante peut sortir du texte simple, alors utilisez lptest(1). Entrez:
% $lptest
•
Si l’imprimante comprend le PostScript ou tout autre langage d’imprimante, envoyez-lui un petit programme.
Entrez-le ligne à ligne et très attentivement, dans la mesure où les touches d’édition, comme retour-arrière,
peuvent revêtir une signification particulière pour l’imprimante. Vous pourriez également avoir besoin d’un
caractère de fin de fichier (« EOF ») particulier pour que l’imprimante sache qu’elle a reçu tout le programme.
Pour les imprimantes PostScript, appuyez sur CONTROL+D.
Une autre manière de procéder est de placer le programme dans un fichier et d’entrer:
% >fichier
Où fichier est le nom du fichier contenant le programme. Après avoir envoyé le fichier avec tip(1), appuyez
sur la touche de fin de fichier appropriée.
Vous devriez voir quelque chose s’imprimer. Ne vous inquiétez pas si l’apparence du texte n’est pas satisfaisante;
nous remédierons à ce genre de soucis plus tard.
9.3.1.5. Mettre en place le gestionnaire d’impression: le fichier /etc/printcap
A ce stade, votre imprimante doit être branchée, votre noyau configuré pour communiquer avec elle (si cela est
nécessaire); et vous avez réussi à faire parvenir des données simples à l’imprimante. Nous sommes maintenant prêts
à paramétrer LPD pour qu’il contrôle l’accès à l’imprimante.
LPD se paramètre en éditant le fichier /etc/printcap. Le gestionnaire d’impression LPD le lit à chaque fois que
le gestionnaire est solicité, donc les mises à jour du fichier sont immédiatement prises en compte.
Le format du fichier printcap(5) est explicite. Utilisez votre éditeur favori pour modifier /etc/printcap. Le format
est identique aux autres fichiers de configuration comme /usr/share/misc/termcap et /etc/remote. Pour
obtenir des informations complètes concernant ce format, consultez cgetent(3).
Le paramétrage simple du gestionnaire d’impression s’effectue selon les étapes suivantes:
1.
Choisissez un nom (et quelques alias appropriés) pour l’imprimante, et placez-les dans /etc/printcap; lisez
la section Nommer l’imprimante pour plus d’informations sur le nommage.
2.
Désactivez les pages d’en-tête (elles sont activées par défaut) en insérant le paramètre sh; lisez la section
Supprimer les pages d’en-tête pour plus d’informations.
3.
Créez un répertoire de file d’attente, et précisez son chemin d’accès avec le paramètre sd; lisez la section
Créer le répertoire de fil d’attente pour obtenir plus d’informations.
212
Chapitre 9. Imprimer
4.
Sélectionnez l’entrée dev à utiliser pour l’imprimante, et notez la dans /etc/printcap avec le paramètre lp;
lisez la section Identifier le périphérique d’imprimante pour obtenir plus d’informations. De plus, si
l’imprimante est reliée par un port série, précisez les paramètres de communication avec le paramètre ms#, qui
est détaillé dans la section Configurer les paramètres de communication du gestionnaire d’impression.
5.
Installez un filtre d’entrée sous forme de fichier texte simple; lisez la section Installer le filtre texte pour obtenir
plus de détails.
6.
Testez la configuration en imprimant quelque chose avec la commande lpr(1). Vous trouverez plus de détails
dans les sections Tester l’impression et Résolution des problèmes.
Note : Les imprimantes basées sur un langage d’impression, telles les imprimantes PostScript, ne peuvent
imprimer du texte simple directement. La configuration simple esquissée ci-dessus et détaillée dans les sections
suivantes présuppose que si vous installez ce genre d’imprimante vous n’imprimerez que des fichiers qu’elle
peut comprendre.
Les utilisateurs s’attendent souvent à pouvoir imprimer du texte simple sur n’importe laquelle des imprimante
installées sur votre système. Les applications qui s’en remettent à LPD pour imprimer s’y attendent en général elles
aussi. Si vous installez ce genre d’imprimante et désirez pouvoir imprimer à la fois des travaux dans le langage de
l’imprimante et des travaux en texte simple, vous êtes instamment prié d’ajouter une étape supplémentaire à la
configuration simple esquissée ci-dessus: installez un programme de conversion automatique texte simple vers
PostScript (ou tout autre langage d’imprimante). La section
Prendre en charge des travaux texte sur des imprimantes PostScript vous apprendra à le faire.
9.3.1.5.1. Nommer l’imprimante
La première étape (facile) est de choisir un nom pour l’imprimante. Que vous choisissiez un nom fonctionnel ou
fantaisiste n’a aucune importance puisque vous pouvez également fournir une série d’alias.
Au moins l’une des imprimantes définies dans le fichier /etc/printcap devrait avoir pour alias lp. C’est le nom
de l’imprimante par défaut. Si les utilisateurs n’ont pas positionné la variable d’environnement PRINTER et ne
spécifient pas le nom d’une imprimante lorsqu’ils utilisent une ligne de commande relative à LPD, lp sera
l’imprimante par défaut utilisée.
Par ailleurs, l’usage commun veut que le dernier alias d’une imprimante en soit une description complète, en incluant
le fabricant et le modèle.
Une fois le nom et des alias communs choisis, placez-les dans le fichier /etc/printcap. Le nom de l’imprimante
devrait commencer dans la colonne la plus à gauche. Séparez chaque alias par une barre verticale et mettez le
caractère deux-points après le dernier alias.
Dans l’exemple suivant, nous commençons avec le squelette d’un /etc/printcap qui définit deux imprimantes
(une Diablo 630 et une imprimante PostScript laser Panasonic KX-P4455):
#
# /etc/printcap for host rose
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:
213
Chapitre 9. Imprimer
Dans cet exemple, la première imprimante se nomme rattan et possède les alias suivants: line, diablo, lp et
Diablo 630 Line Printer. Puisque l’alias lp lui est attribué, elle est également l’imprimante par défaut. La
seconde s’appelle bamboo et possède les alias suivants: ps, PS, S, panasonic et Panasonic KX-P4455
PostScript v51.4.
9.3.1.5.2. Supprimer les pages d’en-tête
Par défaut, le gestionnaire d’impression LPD imprime une page d’en-tête pour chaque impression. Celle-ci
mentionne le nom de l’utilisateur qui a demandé l’impression, la machine qui l’a envoyé, et le nom de l’impression,
en grands et jolis caractères. Malheureusement, tout ce texte supplémentaire parasite le débogage d’une
configuration simple de l’imprimante, aussi supprimerons-nous ces pages d’en-têtes.
Pour cela, ajoutez le paramètre sh à l’entrée de l’imprimante dans /etc/printcap. Voici un exemple de
/etc/printcap où sh a été ajouté:
#
# /etc/printcap for host rose - no header pages anywhere
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:
Observez la façon dont nous avons respecté le format correct: la première ligne commence dans la colonne la plus à
gauche, et les lignes suivantes sont indentées. Toutes les lignes d’une entrée sauf la dernière se terminent par un
antislash.
9.3.1.5.3. Créer le répertoire de file d’attente
La prochaine étape dans la configuration simple du gestionnaire d’impression consiste à créer un répertoire de file
d’attente, c’est à dire un répertoire où les travaux vont demeurer jusqu’à ce qu’ils soient imprimés, et où un certain
nombre d’autres fichiers nécessaires au gestionnaire d’impression prennent place.
A cause de la nature variable des répertoires de file d’attente, il est d’usage de les placer dans /var/spool. Il n’est
pas non plus nécessaire de sauvegarder leur contenu. Les recréer est aussi simple que de faire un mkdir(1).
Il est également d’usage de créer le répertoire avec un nom identique à celui de l’imprimante, comme dans l’exemple
ci-dessous:
# mkdir /var/spool/nom-de-l-imprimante
Toutefois, si votre réseau comporte beaucoup d’imprimantes, vous pouvez préférer placer les répertoires de file
d’attente dans un unique répertoire que vous réserverez à l’impression avec LPD. C’est ce que nous allons faire pour
les deux imprimantes de notre exemple, rattan et bamboo:
# mkdir /var/spool/lpd
# mkdir /var/spool/lpd/rattan
# mkdir /var/spool/lpd/bamboo
214
Chapitre 9. Imprimer
Note : Si la confidentialité des travaux imprimés par les utilisateurs vous importe, vous souhaiterez certainement
protéger le répertoire de file d’attente afin qu’il ne soit pas accessible par tout le monde. Les répertoires de file
d’attente doivent appartenir, être accessibles en lecture et écriture et pouvoir être parcourus par l’utilisateur
daemon et le groupe daemon, et personne d’autre. C’est ce que nous allons faire pour les deux imprimantes de
notre exemple:
#
#
#
#
chown
chown
chmod
chmod
daemon:daemon /var/spool/lpd/rattan
daemon:daemon /var/spool/lpd/bamboo
770 /var/spool/lpd/rattan
770 /var/spool/lpd/bamboo
Pour finir, vous devez avertir LPD de l’existence de ces répertoires en utilisant le fichier /etc/printcap. Vous
spécifiez le chemin du répertoire file d’attente avec le paramètre sd:
#
# /etc/printcap for host rose - added spooling directories
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:
Notez que le nom de l’imprimante commence dans la première colonne mais que toutes les autres entrées décrivant
l’imprimante doivent être indentées et que chaque fin de ligne doit être protégée par un antislash.
Si vous ne précisez pas de répertoire de file d’attente avec sd, le gestionnaire d’impression utilisera
/var/spool/lpd par défaut.
9.3.1.5.4. Identifier le périphérique d’imprimante
Dans la section Entrées des périphériques nous avons identifié l’entrée du répertoire /dev que FreeBSD utiliserait
pour communiquer avec l’imprimante. Maintenant, nous allons passer cette information à LPD. Quand le
gestionnaire d’impression aura une impression à effectuer, il ouvrira le périphérique spécifié au nom du programme
de filtre (qui est responsable de la transmission des données à l’imprimante).
Positionnez l’entrée pour le chemin d’accès /dev dans le fichier /etc/printcap en utilisant le paramètre lp.
Dans notre exemple, supposons que rattan est sur le premier port parallèle, et que bamboo est sur un sixième port
série; voici les ajouts à apporter à /etc/printcap:
#
# /etc/printcap for host rose - identified what devices to use
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:\
:lp=/dev/lpt0:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:\
:lp=/dev/ttyd5:
215
Chapitre 9. Imprimer
Si dans votre /etc/printcap vous ne précisez pas le paramètre lp pour une imprimante, LPD utilisera /dev/lp
par défaut. A l’heure actuelle, il n’existe pas d’entrée /dev/lp sous FreeBSD.
Si l’imprimante que vous êtes en train d’installer est connectée à un port parallèle, vous pouvez directement vous
rendre à la section Installer le filtre texte. Sinon, assurez-vous de suivre les instructions de la section qui suit.
9.3.1.5.5. Configurer les paramètres de communication du gestionnaire d’impression
Pour les imprimantes connectées au port série, LPD peut configurer la vitesse en bps, la parité, et d’autres
paramètres de communication série, pour le compte du programme de filtre qui envoie les données à l’imprimante.
C’est avantageux dans la mesure où:
•
Cela vous laisse essayer divers paramètres simplement en éditant le fichier /etc/printcap; vous n’avez pas
besoin de recompiler le programme de filtre.
•
Cela permet au gestionnaire d’impression d’utiliser le même programme pour de multiples imprimantes qui
peuvent avoir des paramètres de communication série différents.
Les paramètres /etc/printcap suivants contrôlent les options de communication série pour le périphérique
spécifié dans le paramètre lp:
br#vitesse-bps
Positionne la vitesse de transmission du périphérique à vitesse-bps, où vitesse-bps peut prendre l’une
des valeurs suivantes: 50, 75, 110, 134, 150, 200, 300, 600, 1200, 1800, 2400, 4800, 9600, 19200, 38400,
57600, ou 115200 bits par seconde.
ms#stty-mode
Positionne les options du périphérique de terminal après l’avoir ouvert. stty(1) présente les options disponibles.
Quand LPD ouvre le périphérique spécifié par le paramètre lp, il positionne les caractéristiques de ce périphérique
aux valeurs précisées par le paramètre ms#. Les modes suivants, détaillés dans stty(1) sont particulièrement
intéressants: parenb, parodd, cs5, cs6, cs7, cs8, cstopb, crtscts, et ixon.
Peaufinons notre exemple pour l’imprimante qui est connectée au sixième port série. Nous allons paramétrer sa
vitesse à 38400 bps. Quant au mode, nous allons spécifier aucune parité avec -parenb, des caractères 8 bits avec
cs8, aucun contrôle modem avec clocal et un contrôle de flux matériel avec crtscts:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:
9.3.1.5.6. Installer le filtre texte
Nous sommes maintenant en mesure de dire à LPD quel filtre texte utiliser pour envoyer les travaux à l’imprimante.
Un filtre texte, également connu sous le nom de filtre d’entrée, est un programme que LPD lance lorsqu’il a une
impression à effectuer. Lorsque LPD exécute le filtre texte pour une imprimante, il redirige l’entrée standard du filtre
sur le travail d’impression, et la sortie standard sur le fichier spécial de périphérique spécifié par le paramètre lp. On
attend du filtre qu’il lise le travail d’impression sur son entrée standard, effectue les transformations nécessaires pour
216
Chapitre 9. Imprimer
l’imprimante, et écrive le résultat sur sa sortie standard, qui sera imprimée. Pour plus d’informations sur les filtres
texte, lisez la section Filtres.
Pour notre configuration simple de l’imprimante, le filtre texte peut être une petite procédure d’interpréteur de
commandes qui ne fera qu’exécuter /bin/cat pour envoyer le travail d’impression à l’imprimante. Un autre filtre
est livré avec FreeBSD, nommé lpf, qui se charge de faire des suppressions arrière et des soulignements pour les
imprimantes qui ne sauraient pas gérer correctement ce genre de flux de caractères. Et bien sûr, vous pouvez utiliser
un autre filtre, quel qu’il soit. Le filtre lpf est détaillé dans la section lpf: un filtre texte.
Tout d’abord, composons le filtre /usr/local/libexec/if-simple qui sera un simple filtre texte. Ecrivez ceci
avec votre éditeur de texte favori:
#!/bin/sh
#
# if-simple - Simple text input filter for lpd
# Installed in /usr/local/libexec/if-simple
#
# Simply copies stdin to stdout. Ignores all filter arguments.
/bin/cat && exit 0
exit 2
Rendez le fichier exécutable:
# chmod 555 /usr/local/libexec/if-simple
Et avertissez LPD qu’il doit l’utiliser, en renseignant le paramètre if dans /etc/printcap. Nous l’ajouterons aux
deux imprimantes utilisées jusqu’ici dans notre /etc/printcap d’exemple:
#
# /etc/printcap for host rose - added text filter
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:\ :lp=/dev/lpt0:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
Note : Vous trouverez une copie du filtre if-simple dans le répertoire /usr/share/examples/printing.
9.3.1.5.7. Lancer LPD
lpd(8) se lance depuis /etc/rc, avec la variable de contrôle lpd_enable. Cette variable a NO pour valeur par
défaut. Si vous ne l’avez pas déjà fait, ajoutez la ligne:
lpd_enable="YES"
217
Chapitre 9. Imprimer
à votre /etc/rc.conf, puis relancez votre machine, ou lancez simplement lpd(8).
# lpd
9.3.1.5.8. Tester la configuration
Vous avez achevé la configuration simple de LPD. Malheureusement, les félicitations ne sont pas encore à l’ordre du
jour, puisque nous devons encore tester la configuration et résoudre tout problème. Pour tester la configuration,
essayez d’imprimer quelque chose. Pour imprimer avec le système LPD, vous devez utiliser la commande lpr(1), qui
soumet un travail d’impression.
Vous pouvez combiner lpr(1) au programme lptest(1), que nous avons présenté à la section
Vérifier la communication avec l’imprimante, pour produire du texte de test.
Pour tester la configuration simple de LPD
Entrez:
# lptest 20 5 | lpr -Pnom-de-l-imprimante
Où nom-de-l-imprimante représente le nom (ou l’alias) d’une imprimante tel que spécifié dans
/etc/printcap. Pour tester l’imprimante par défaut, tapez lpr(1) sans aucun argument -P. Encore une fois, si vous
faites ce test avec une imprimante qui s’attend à recevoir du PostScript, envoyez un programme PostScript au lieu
d’employer lptest(1). Vous pouvez le faire en plaçant le programme dans un fichier et en entrant lpr fichier.
Pour une imprimante PostScript, vous devriez obtenir le résultat du programme. Si vous utilisez lptest(1), alors votre
sortie devrait ressembler à ça:
!"#$%&’()*+,-./01234
"#$%&’()*+,-./012345
#$%&’()*+,-./0123456
$%&’()*+,-./01234567
%&’()*+,-./012345678
Pour tester l’imprimante plus encore, téléchargez des programmes (pour les imprimantes basées sur un langage
spécifique) plus longs, ou lancez lptest(1) avec des arguments différents. Par exemple, lptest 80 60 produira 60
lignes de 80 caractères chacune.
Si l’impression ne fonctionne pas, lisez la section Résolution des problèmes.
9.4. Configuration avancée de l’imprimante
Cette section décrit les filtres à utiliser pour imprimer des fichiers au formatage particulier, des pages d’en-tête, pour
imprimer en réseau, et pour restreindre et comptabiliser l’utilisation de l’imprimante.
218
Chapitre 9. Imprimer
9.4.1. Les filtres
Bien que LPD gère les protocoles réseaux, les files d’attente, le contrôle d’accès et d’autres aspects de l’impression,
la plus grande partie du véritable travail intervient dans les filtres. Les filtres sont des programmes qui communiquent
avec l’imprimante et gèrent ses dépendances matérielles ainsi que ses besoins particuliers. Dans la configuration
simple de l’imprimante, nous avons installé un filtre texte simple— un filtre particulièrement basique qui devrait
fonctionner avec la plupart des imprimantes (voir la section Installer le filtre texte).
Toutefois, afin de profiter de la conversion de format, de la comptabilisation de l’utilisation de l’imprimante, de
particularités matérielles, et ainsi de suite, il vous faut comprendre le fonctionnement des filtres. En dernier ressort, il
incombera au filtre de gérer ces aspects. Et la mauvaise nouvelle, c’est que la plupart du temps, c’est vous qui devrez
produire ces filtres vous-même. La bonne nouvelle, c’est que beaucoup existent déjà et que, sinon, ils sont en général
assez faciles à écrire.
Par ailleurs, il en est un livré avec FreeBSD, /usr/libexec/lpr/lpf, qui fonctionne avec beaucoup
d’imprimantes capables d’imprimer du texte brut. (Il gère les retours arrière et les tabulations dans le fichier, effectue
une comptabilisation, mais c’est à peu près tout). Vous trouverez également d’autres filtres et composants de filtres
dans le catalogue des logiciels portés de FreeBSD.
Voici ce que vous trouverez dans cette section:
•
La section Fonctionnement des filtres tâche de donner une vue générale du rôle des filtres dans le processus
d’impression. Il vous faut lire cette section pour comprendre ce qui se passe « sous le capot » lorsque LPD utilise
des filtres. Cette connaissance vous permettra d’anticiper et de résoudre les problèmes que vous pourriez
rencontrer quand vous installerez de plus en plus de filtres pour chacune de vos imprimantes.
•
LPD s’attend à ce que toutes les imprimantes sachent imprimer du texte brut par défaut. Cela pose un problème
pour les imprimantes PostScript (ou les imprimantes basées sur un autre langage) qui ne peut pas imprimer du
texte brut directement. La section Gérer les travaux d’impression de texte brut sur des imprimantes PostScript
vous indique la marche à suivre pour résoudre ce problème. Vous devrez lire cette section si vous avez une
imprimante PostScript.
•
PostScript est un format de sortie courant pour beaucoup d’applications. Certaines personnes écrivent même du
code PostScript directement. Malheureusement, les imprimantes PostScript sont onéreuses. La section
Emuler du PostScript sur les imprimantes non-PostScript vous indiquera comment modifier un filtre texte pour
qu’une imprimante non-PostScript accepte et imprime du PostScript. Vous devrez lire cette section si vous ne
disposez pas d’une imprimante PostScript.
•
La section Filtres de conversion vous apprendra à automatiser la conversion de formats de fichiers spécifiques,
comme des graphiques ou des données de composition, en formats compréhensibles par l’imprimante. Après avoir
lu cette section, vous serez en mesure de configurer vos imprimantes de telle sorte que vos utilisateurs pourront
entrer la commande lpr -t pour imprimer du troff, ou lpr -d pour imprimer le format DVI produit par TEX, ou
lpr -v pour imprimer des images en mode point, etc. Nous recommandons la lecture de cette section.
•
La section Filtres de sortie révèle tout d’une fonctionnalité peu utilisée de LPD: les filtres de sortie. A moins que
vous n’imprimiez des pages d’en-têtes (voir la section Pages d’en-tête), vous pouvez probablement complètement
ignorer cette section.
•
La section lpf: un filtre texte détaille lpf, un filtre texte destiné aux imprimantes en ligne (et aux imprimantes
laser se comportant comme telles) plutôt complet malgré sa simplicité, et livré avec FreeBSD. Si vous avez besoin
de mettre rapidement en place la comptabilisation de l’utilisation de l’imprimante pour du texte brut, ou si vous
avez une imprimante qui fume lorsqu’elle voit passer des caractères de retour arrière, vous devez vraiment penser
à lpf.
219
Chapitre 9. Imprimer
Note : Une copie des différents scripts présentés ci-dessous se trouve dans le répertoire
/usr/share/examples/printing.
9.4.1.1. Fonctionnement des filtres
Comme expliqué précédemment, un filtre est un programme exécutable lancé par LPD pour gérer la partie de la
communication avec l’imprimante qui est dépendante du périphérique.
Lorsque LPD veut imprimer un fichier d’un travail d’impression, il lance un programme de filtre. Il redirige l’entrée
standard du filtre sur le fichier à imprimer, sa sortie standard vers l’imprimante, et l’erreur standard vers le fichier
journal des erreurs (spécifié dans le paramètre lf du fichier /etc/printcap, ou /dev/console par défaut).
Le filtre lancé par LPD ainsi que les paramètres qui lui sont donnés dépendent de ce qui est placé dans le fichier
/etc/printcap et des paramètres que l’utilisateur a passé sur la ligne de commande lpr(1) pour ce travail
d’impression. Par exemple, si l’utilisateur a entré lpr -t, LPD aurait lancé le filtre troff, précisé par la paramètre
tf pour l’imprimante de destination. Si l’utilisateur veut imprimer du texte brut, il lancerait le filtre if (c’est vrai la
plupart du temps: lisez la section Filtres de sortie pour plus de détails).
Il existe trois types de filtres que vous pouvez spécifier dans /etc/printcap:
•
Le filtre texte, confusément appelé filtre d’entrée dans la documentation LPD, gère l’impression de texte classique.
Considérez-le comme le filtre par défaut. LPD s’attend à ce que toutes les imprimantes sachent imprimer du texte
brut par défaut, et c’est au filtre texte de s’assurer que les retours arrière, tabulations et autres caractères spéciaux
ne trompent pas l’imprimante. Si vous êtes dans un environnement où il vous faut rendre compte de l’utilisation de
l’imprimante, le filtre texte doit également comptabiliser les pages imprimées, généralement en comptant le
nombre de lignes imprimées et en le comparant avec le nombre de lignes par page supporté par l’imprimante. Le
filtre texte est exécuté avec la liste de paramètres suivante:
nom_du_filtre [-c] -w largeur -l hauteur -i indentation -n utilisateur -h machine
fichier_comptabilité
où
-c
apparaît si le travail d’impression est lancé par la commande lpr -l
largeur
est la valeur du paramètre pw (« page width », pour « largeur de page ») spécifié dans /etc/printcap, et
possédant la valeur par défaut 132.
hauteur
est la valeur du paramètre pl (« page length », pour « hauteur de page »), par défaut: 66.
indentation
est le nombre d’indentations inséré par lpr -i, par défaut: 0.
220
Chapitre 9. Imprimer
utilisateur
est le nom du compte de l’utilisateur imprimant le fichier.
machine
est le nom de la machine depuis laquelle le travail d’impression a été soumis.
fichier_comptabilité
est le nom du fichier de comptabilisation spécifié par le paramètre af.
•
Un filtre de conversion convertit un format de fichier spécifique en un autre que l’imprimante saura imprimer sur
papier. Par exemple, des données de composition ditroff ne peuvent être imprimées directement, mais il vous est
possible d’installer un filtre de conversion ditroff afin de convertir ces données ditroff en une forme que
l’imprimante sait ingérer et imprimer. La section Filtres de conversion vous dira tout sur ce sujet. Les filtres de
conversion doivent également tenir des statistiques, si vous avez besoin de comptabiliser les impressions. Les
filtres de conversion sont lancés avec les paramètres suivants:
nom-du-filtre -x largeur-en-pixels -y hauteur-en-pixels -n login -h hôte
fichier_comptabilité
où largeur-en-pixels est la valeur du paramètre px (0 par défaut) et hauteur-en-pixels est la valeur du
paramètre py (0 par défaut).
•
Le filtre de sortie n’est utilisé que s’il n’y a pas de filtre texte, ou si les pages d’en-tête ont été activées. D’après
notre expérience, les filtres de sortie sont rarement employés. La section Filtres de sortie les détaillera. Un filtre de
sortie ne prend que deux paramètres:
nom-du-filtre -w largeur -l hauteur
qui sont identiques aux paramètres -w et -l des filtres textes.
Les filtres doivent également retourner avec le code de retour suivant:
exit 0
Si le filtre a imprimé avec succès le fichier.
exit 1
Si le filtre n’a pu imprimer le fichier, mais désire que LPD essaie de l’imprimer à nouveau. LPD relancera un
filtre s’il retourne avec ce code.
exit 2
Si le filtre n’a pu imprimer le fichier et ne veut pas que LPD retente l’impression. LPD rejettera le fichier.
Le filtre texte livré avec FreeBSD, /usr/libexec/lpr/lpf, tire parti des paramètres de largeur et hauteur de page
pour savoir quand envoyer une instruction de saut de page et comment comptabiliser l’utilisation de l’imprimante. Il
utilise les paramètres nom d’utilisateur, nom de machine, et fichier de comptabilisation pour enregistrer les entrées
concernant la consommation.
221
Chapitre 9. Imprimer
Si vous recherchez des filtres, prenez garde à ce qu’ils soient compatibles avec LPD. Si c’est le cas, ils doivent se
conformer à la liste de paramètres décrite ci-dessus. Si vous songez à écrire des filtres à usage général, alors faites en
sorte qu’ils se conforment à ces mêmes listes de paramètres et de codes de retour.
9.4.1.2. Gérer les travaux d’impression de texte brut sur des imprimantes
PostScript®
Si vous êtes l’unique utilisateur de votre ordinateur et de votre imprimante PostScript (ou basée sur un autre
langage), et que vous promettez de ne jamais envoyer de texte brut à votre imprimante et de ne jamais utiliser les
fonctionnalités des divers programmes qui voudraient lui en envoyer, alors vous pouvez tout à fait passer cette
section l’esprit tranquille.
Toutefois, si vous désirez envoyer du PostScript et du texte brut à l’imprimante, alors vous êtes instamment priés de
compléter la configuration de votre imprimante. Pour ce faire, nous chargerons le filtre texte de détecter si le travail
d’impression est du texte brut ou du PostScript. Tous les travaux d’impression PostScript doivent débuter par %! (en
ce qui concerne les autres langages, référez-vous à la documentation de l’imprimante). Si ces deux caractères sont les
deux premiers du travail d’impression, il s’agit de PostScript et le reste du travail d’impression peut être passé
directement à l’imprimante. Dans le cas contraire, alors le filtre convertit le texte en PostScript et imprime le résultat.
Comment procéder?
Si vous disposez d’une imprimante série, une bonne façon de faire est d’installer lprps. Il s’agit d’un filtre
d’impression PostScript qui assure une communication en duplex avec l’imprimante. Il met à jour le fichier d’état de
l’imprimante avec des informations détaillées que cette dernière lui fournit, de sorte que les utilisateurs et les
administrateurs puissent connaître précisément l’état de l’imprimante (par exemple “niveau de toner bas” ou
“bourrage papier”). Mais plus important encore, il inclut un programme nommé psif qui détecte si le travail
d’impression qui vient d’arriver est du texte brut et lance textps (un autre programme fourni avec lprps) pour le
convertir en PostScript. Il utilise alors lprps pour envoyer le travail d’impression à l’imprimante.
lprps fait partie du catalogue des logiciels portés FreeBSD (lisez la section Le catalogue des logiciels portés). Vous
pouvez installer un des deux logiciels portés print/lprps-a4 et print/lprps-letter en fonction du format de
papier utilisé. Après avoir installé lprps, précisez simplement le chemin vers le programme psif qui fait partie de
lprps. Si vous avez installé lprps en recourant au catalogue des logiciels portés, placez les valeurs suivantes pour
l’entrée de l’imprimante série PostScript dans /etc/printcap:
:if=/usr/local/libexec/psif:
Vous devrez également renseigner le paramètre rw qui indique à LPD de requérir l’imprimante en mode
lecture/écriture.
Si vous disposez d’une imprimante PostScript parallèle (et ne pouvez donc pas utiliser la communication en duplex
avec l’imprimante dont a besoin lprps), vous pouvez recourir à la procédure suivante en tant que filtre texte:
#!/bin/sh
#
# psif - Imprime du PostScript ou du texte brut sur une imprimante PostScript
# Version script; CECI N’EST PAS la version fournie avec lprps
# Fichier /usr/local/libexec/psif
#
IFS="" read -r first_line
first_two_chars=‘expr "$first_line" : ’\(..\)’‘
222
Chapitre 9. Imprimer
if [ "$first_two_chars" = "%!" ]; then
#
# Travail PostScript, l’imprimer.
#
echo "$first_line" && cat && printf "\004" && exit 0
exit 2
else
#
# Texte brut, le convertir, puis l’imprimer.
#
( echo "$first_line"; cat ) | /usr/local/bin/textps && printf "\004" && exit 0
exit 2
fi
Dans la procédure ci-dessus, textps est un programme que nous avons installé séparément pour convertir du texte
en PostScript. Vous pouvez recourir à n’importe quel programme texte-vers-PostScript, selon votre désir. Le
catalogue des logiciels portés de FreeBSD (voir la section Le catalogue des logiciels portés) comprend un
programme de conversion texte-vers-PostScript complet nommée a2ps, qui pourrait vous intéresser.
9.4.1.3. Emuler du PostScript sur les imprimantes non-PostScript
PostScript est le standard de fait pour l’impression et la composition de haute qualité. Cependant, PostScript est un
standard onéreux. Heureusement, Aladdin Enterprises propose un succédané gratuit de PostScript nommé
Ghostscript qui fonctionne sous FreeBSD. Ghostscript peut lire la majorité des fichiers PostScript et peut produire
leurs pages sur une diversité de périphériques, incluant beaucoup de marques d’imprimantes non-PostScript. En
installant Ghostscript et en recourant à un filtre texte spécial, vous pouvez obtenir de votre imprimante
non-PostScript qu’elle se comporte comme une véritable imprimante PostScript.
Ghostscript fait partie du catalogue des logiciels portés, de nombreuses versions sont disponibles, la version la plus
couramment utilisée est print/ghostscript-gpl.
Pour émuler du PostScript, il nous faut faire en sorte que le filtre texte détecte s’il imprime un fichier PostScript. Si
ce n’est pas le cas, alors le filtre doit passer le fichier directement à l’imprimante; sinon il recourra à Ghostscript
pour tout d’abord le convertir dans un format que l’imprimante saura interpréter.
Voici un exemple: la procédure suivante est un filtre texte pour les imprimantes Hewlett Packard Deskjet 500. Pour
d’autres modèles, changez le paramètre -sDEVICE de la commande gs (Ghostscript). (Entrez gs -h pour obtenir
une liste des périphériques reconnus par l’installation actuelle de Ghostscript).
#!/bin/sh
#
# ifhp - Imprime du PostScript émulé par Ghostscript sur une DeskJet 500
# Fichier /usr/local/libexec/ifhp
#
# Traite LF comme CR+LF (pour éviter l’"effet d’escalier" sur les
# imprimantes HP/PCL):
#
printf "\033&k2G" || exit 2
#
223
Chapitre 9. Imprimer
# Lit les deux premiers caractères du fichier
#
IFS="" read -r first_line
first_two_chars=‘expr "$first_line" : ’\(..\)’‘
if [ "$first_two_chars" = "%!" ]; then
#
# Si c’est du PostScript; utiliser Ghostscript pour le convertir et l’imprimer
#
/usr/local/bin/gs -dSAFER -dNOPAUSE -q -sDEVICE=djet500 \
-sOutputFile=- - && exit 0
else
#
# Texte brut ou HP/PCL, donc impression directe; effectuer un
# saut de page à la fin pour éjecter la dernière page.
#
echo "$first_line" && cat && printf "\033&l0H" &&
exit 0
fi
exit 2
Pour finir, vous devez communiquer à LPD le filtre utilisé en positionnant le paramètre if:
:if=/usr/local/libexec/ifhp:
Voilà. Vous pouvez entrer lpr texte.simple et lpr peuimporte.ps, et chacune des deux commandes devrait
imprimer avec succès.
9.4.1.4. Filtres de conversion
Après avoir mené à bien la configuration basique décrite à la section Configuration simple de l’imprimante, la
première chose que vous souhaiterez probablement faire sera d’installer des filtres de conversion pour vos formats de
fichiers favoris (le simple texte ASCII mis à part).
9.4.1.4.1. Pourquoi installer des filtres de conversion?
Les filtres de conversion facilitent l’impression de différentes sortes de fichiers. Par exemple, supposons que nous
travaillions énormément avec le système de composition TEX, et que nous ayons une imprimante PostScript. Chaque
fois que nous générerons un fichier DVI à partir de TEX, nous ne pouvons l’imprimer directement avant d’avoir
converti ce fichier DVI en PostScript. La séquence de commandes serait la suivante:
% dvips seaweed-analysis.dvi
% lpr seaweed-analysis.ps
En installant un filtre de conversion pour fichiers DVI, nous pouvons à chaque fois nous passer de l’étape de
conversion manuelle en chargeant LPD de le faire à notre place. Maintenant, à chaque fois que nous avons un fichier
DVI, nous ne sommes plus qu’à un pas de l’impression:
% lpr -d seaweed-analysis.dvi
224
Chapitre 9. Imprimer
Nous faisons en sorte que LPD se charge de la conversion du fichier DVI à notre place en positionnant l’option -d.
La section Options de conversion et de formatage donne la liste des options de conversion.
Pour chacune des options de conversion que vous voulez faire accepter par une imprimante, installez un filtre de
conversion et indiquez son chemin d’accès dans /etc/printcap. Un filtre de conversion ressemble au filtre texte
de notre configuration de base (voir la section Installer le filtre texte), à ceci près qu’au lieu d’imprimer du texte brut,
le filtre convertit le fichier en un format compréhensible par l’imprimante.
9.4.1.4.2. Quels filtres de conversion dois-je installer?
Vous devez installer les filtres de conversion que vous vous attendez à utiliser. Si vous imprimez beaucoup de
données DVI, alors un filtre de conversion DVI est dans la logique des choses. Si vous devez imprimer beaucoup de
troff, alors vous aurez sûrement besoin d’un filtre troff.
Le tableau suivant récapitule les filtres avec lesquels LPD fonctionne, leurs paramètres /etc/printcap, et
comment les invoquer avec la lpr:
Type de fichier
paramètre /etc/printcap
option lpr
cifplot
DVI
cf
-c
df
-d
plot
ditroff
gf
-g
nf
-n
code FORTRAN
troff
rf
-f
tf
-f
image en mode point
texte brut
vf
-v
if
aucune, -p, or -l
Dans notre exemple, utiliser lpr -d veut dire que l’imprimante a besoin du paramètre df dans l’entrée
/etc/printcap la concernant.
Aussi fortement que certains puissent s’en émouvoir, des formats comme le code FORTRAN ou le plot sont
probablement obsolètes. Sur votre site, vous pouvez attribuer de nouvelles significations à ces options ou à toute
autre option de formatage en installant simplement des filtres personnalisés. Par exemple, supposons que vous
aimeriez imprimer des fichiers Printerleaf directement (fichiers issus du programme de publication assistée par
ordinateur Interleaf), mais jamais de fichiers plot. Vous pourriez alors installer un filtre de conversion Printerleaf sous
le paramètre gf et ensuite informer vos utilisateurs que lpr -g veut dire « imprimer des fichiers Printerleaf ».
9.4.1.4.3. Installer des filtres de conversion
Etant donné que les filtres de conversion sont des applications qui ne font pas partie du système FreeBSD de base,
vous devriez les installer dans /usr/local. Le répertoire /usr/local/libexec est une destination de choix, car
ce sont des programmes spécialisés que seul LPD lancera; les utilisateurs ordinaires ne devraient jamais avoir à les
lancer.
Pour activer un filtre de conversion, précisez son chemin d’accès dans le paramètre relatif à l’imprimante de
destination dans /etc/printcap.
Dans notre exemple, nous allons ajouter le filtre de conversion DVI pour l’imprimante nommée bamboo. Revoici le
fichier /etc/printcap d’exemple, avec le nouveau paramètre df pour l’imprimante bamboo:
225
Chapitre 9. Imprimer
#
# /etc/printcap pour la machine rose - ajout du filtre df pour bamboo
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:\
:lp=/dev/lpt0:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:rw:\
:if=/usr/local/libexec/psif:\
:df=/usr/local/libexec/psdf:
Le filtre DVI est une procédure nommée /usr/local/libexec/psdf. En voici le contenu:
#!/bin/sh
#
# psdf - filtre DVI vers imprimante PostScript
# Fichier /usr/local/libexec/psdf
#
# Appelé par lpd quand l’utilisateur lance lpr -d
#
exec /usr/local/bin/dvips -f | /usr/local/libexec/lprps "$@"
Cette procédure lance dvips en mode filtre (cela correspond au paramètre -f) sur l’entrée standard, qui est le travail
d’impression à exécuter. Ensuite, elle lance le filtre pour imprimante PostScript lprps (voir la section
Gérer les travaux d’impression de texte brut sur des imprimantes PostScript) avec les paramètres que LPD lui a
passés. Le programme lprps utilisera ces paramètres pour comptabiliser les pages imprimées.
9.4.1.4.4. Exemples de filtre de conversion supplémentaires
Il n’existe pas de procédure figée pour l’installation des filtres de conversion, des exemples fonctionnels sont
présentés dans cette section. Inspirez-vous de ces exemples pour créer vos propres filtres. Utilisez les tels quels s’il
s’avèrent adéquats.
Cet exemple présente un filtre de conversion d’image en mode point (en fait un fichier GIF) pour une imprimante
Hewlett-Packard LaserJet III-Si:
#!/bin/sh
#
# hpvf - Convertit des fichiers GIF en HP/PCL, puis les imprime
# Fichier /usr/local/libexec/hpvf
PATH=/usr/X11R6/bin:$PATH; export PATH
giftopnm | ppmtopgm | pgmtopbm | pbmtolj -resolution 300 \
&& exit 0 \
|| exit 2
Son fonctionnement est le suivant: il convertit le fichier GIF en un format portable universel, puis en format portable
en niveau de gris, et ensuite en bitmap portable, qu’il convertit enfin en données compatibles LaserJet/PCL.
Voici le /etc/printcap comportant une entrée pour une imprimante recourant au filtre ci-dessus:
226
Chapitre 9. Imprimer
#
# /etc/printcap pour la machine orchid
#
teak|hp|laserjet|Hewlett Packard LaserJet 3Si:\
:lp=/dev/lpt0:sh:sd=/var/spool/lpd/teak:mx#0:\
:if=/usr/local/libexec/hpif:\
:vf=/usr/local/libexec/hpvf:
La procédure suivante est un filtre de conversion de données troff du système de composition groff pour
l’imprimante PostScript bamboo:
#!/bin/sh
#
# pstf - Convertit des données troff de groff en PS, puis imprime.
# Fichier /usr/local/libexec/pstf
#
exec grops | /usr/local/libexec/lprps "$@"
La procédure ci-dessus emploie de nouveau lprps pour gérer la communication avec l’imprimante. S’il s’agissait
d’une imprimante sur port parallèle, nous utiliserions plutôt la procédure suivante:
#!/bin/sh
#
# pstf - Convertit des données troff de groff en PS, puis imprime.
# Fichier /usr/local/libexec/pstf
#
exec grops
C’est tout. Voici l’entrée qu’il faut ajouter dans /etc/printcap pour activer le filtre:
:tf=/usr/local/libexec/pstf:
Voici un exemple qui pourrait faire rougir les vieux briscards de FORTRAN. C’est un filtre de code FORTRAN pour
toute imprimante sachant imprimer du texte brut. Nous l’installerons pour l’imprimante teak:
#!/bin/sh
#
# hprf - filtre texte FORTRAN pour LaserJet 3si:
# Fichier /usr/local/libexec/hprf
#
printf "\033&k2G" && fpr && printf "\033&l0H" &&
exit 0
exit 2
Et nous ajouterons cette ligne dans /etc/printcap pour l’imprimante teak afin d’activer le filtre:
:rf=/usr/local/libexec/hprf:
Voici un dernier exemple, quelque peu complexe. Nous allons ajouter un filtre DVI pour l’imprimante LaserJet teak
présentée ci-dessus. Tout d’abord, la partie facile: mettre à jour /etc/printcap avec l’emplacement du filtre DVI:
:df=/usr/local/libexec/hpdf:
227
Chapitre 9. Imprimer
Et maintenant, la partie difficile: écrire le filtre. Pour cela, nous avons besoin d’un programme de conversion
DVI-vers-LaserJet/PCL. Le catalogue des logiciels portés (voyez la section Le catalogue des logiciels portés) en
possède un: print/dvi2xx. Installer ce logiciel porté nous fournira le programme dont nous avons besoin,
dvilj2p, qui convertit le DVI en code compatible LaserJet IIp, LaserJet III et LaserJet 2000.
L’utilitaire dvilj2p rend le filtre hpdf assez complexe, parce que dvilj2p ne sait pas lire l’entrée standard. Il lui
faut un nom de fichier. Pire encore, le nom du fichier doit se terminer par .dvi, ce qui rend l’utilisation de
/dev/fd/0 pour l’entrée standard problématique. Nous pouvons contourner cette difficulté en créant un lien
symbolique temporaire (se terminant par .dvi) pointant vers /dev/fd/0, obligeant ainsi dvilj2p à lire l’entrée
standard.
Le seul petit accroc restant est que nous ne pouvons pas utiliser /tmp pour le lien temporaire. Les liens symboliques
ont pour propriétaire l’utilisateur et le group bin. Le filtre est lancé sous l’utilisateur daemon. Et le bit « sticky » est
positionné sur le répertoire /tmp. Le filtre peut créer le lien, mais il ne pourra pas nettoyer lorsqu’il aura fini et
supprimer ce lien puisqu’il appartient à un utilisateur différent.
Au lieu de ça, le filtre créera le lien dans le répertoire courant, qui est le répertoire de la file d’attente des travaux
d’impression (précisé par le paramètre sd dans /etc/printcap). C’est l’endroit idéal pour faire travailler les
filtres, particulièrement parce qu’il y a (parfois) plus d’espace disque libre dans ce répertoire que sous /tmp.
Voici, enfin, le filtre:
#!/bin/sh
#
# hpdf - Imprime des données DVI sur une imprimante HP/PCL
# Fichier /usr/local/libexec/hpdf
PATH=/usr/local/bin:$PATH; export PATH
#
# Définit une fonction de nettoyage de nos fichiers temporaires.
# dans le répertoire courant, qui sera le répertoire
# de file d’attente
# de l’imprimante.
#
cleanup() {
rm -f hpdf$$.dvi
}
Ils prennent place
#
# Définit une fonction de gestion des erreurs fatales: affiche le message
# d’erreur et retourne 2. Ce code d’erreur de 2 indique à LPD
# de ne pas essayer de réimprimer le travail d’impression
#
fatal() {
echo "$@" 1>&2
cleanup
exit 2
}
#
#
#
#
Si l’utilisateur enlève le travail d’impression, LPD envoie SIGINT, donc
il faut capturer le signal SIGINT
(et quelques autres signaux) pour nettoyer après notre passage.
228
Chapitre 9. Imprimer
#
trap cleanup 1 2 15
#
# Assurons-nous qu’il n’y ait pas conflit ce nom avec des fichiers existants.
#
cleanup
#
# Lien du fichier DVI vers l’entrée standard (fichier à imprimer).
#
ln -s /dev/fd/0 hpdf$$.dvi || fatal "Cannot symlink /dev/fd/0"
#
# Conversion LF = CR+LF
#
printf "\033&k2G" || fatal "Cannot initialize printer"
#
# Conversion et impression. Le code de retour de dvilj2p ne semble
# pas fiable: ignorons-le.
#
dvilj2p -M1 -q -e- dfhp$$.dvi
#
# Nettoyage et sortie de la procédure
#
cleanup
exit 0
9.4.1.4.5. Conversion automatique: une alternative aux filtres de conversion
Tous ces filtres de conversion apportent beaucoup à votre environnement d’impression, mais nécessitent que
l’utilisateur précise (dans la ligne de commande lpr(1)) lequel utiliser. Si vos utilisateurs ne sont pas particulièrement
versés en informatique, préciser une option de filtre sera problématique. Mais ce qui s’avère pire encore est qu’une
option de filtre mal choisie peut lancer un filtre sur un type de fichier erroné et causer l’impression de centaines de
pages.
Plutôt que d’installer quelque filtre de conversion que ce soit, vous préférerez sans doute laisser le filtre texte
(puisque c’est le filtre par défaut) déterminer le type de fichier qu’on lui a demandé d’imprimer et lancer
automatiquement le filtre de conversion approprié. Des outils comme file peuvent s’avérer utiles dans ce cas. Bien
entendu, il sera difficile d’établir les différences entre certains types de fichiers—et vous pouvez toujours, bien sûr,
fournir des filtres de conversion uniquement pour eux.
Le catalogue des logiciels portés FreeBSD contient un filtre texte, nommé apsfilter (print/apsfilter), qui
sait effectuer la conversion automatique. Il peut reconnaître le texte brut, le PostScript les fichiers DVI et quasiment
n’importe quelle sorte de fichier, effectuer les conversions appropriées et imprimer.
229
Chapitre 9. Imprimer
9.4.1.5. Filtres de sortie
Le gestionnaire d’impression LPD reconnaît un autre type de filtre dont nous n’avons pas encore discuté: le filtre de
sortie. Un filtre de sortie est destiné à l’impression de texte brut seulement, comme le filtre texte, mais avec de
nombreuses simplifications. Si vous utilisez un filtre de sortie mais pas de filtre texte, alors:
•
LPD lance un filtre de sortie une seule fois par travail d’impression, au lieu d’une fois pour chacun des fichiers du
travail d’impression.
•
LPD ne fournit rien pour permettre au filtre de sortie de repérer le début ou la fin des fichiers du travail
d’impression.
•
LPD ne passe pas le nom de l’utilisateur ou le nom de la machine au filtre, qui n’est donc pas prévu pour effectuer
la comptabilisation de l’impression. En fait, il ne reçoit que deux paramètres:
nom-du-filtre -wlargeur -lhauteur
Où largeur provient du paramètre pw et hauteur du paramètre pl de l’entrée /etc/printcap pour
l’imprimante en question.
Ne vous laissez pas séduire par la simplicité d’un filtre de sortie. Si vous désirez que chaque fichier d’un travail
d’impression commence sur une page différente, un filtre de sortie ne conviendra pas. Utilisez un filtre texte
(également appelé filtre d’entrée); voir la section Installer le filtre texte. De plus, le filtre de sortie se révèle en fait
plus complexe en ce sens qu’il doit examiner le flux d’octets qui lui est envoyé pour y rechercher des caractères
spéciaux et qu’il doit s’envoyer à lui-même des signaux comme s’ils provenaient de LPD.
Toutefois, un filtre de sortie s’avère nécessaire si vous désirez des pages d’en-tête et avez besoin d’envoyer des
séquences d’échappement ou d’autres chaînes d’initialisation afin de pouvoir imprimer la page d’en-tête. (Mais il est
également futile si vous voulez imputer les pages d’en-tête au compte de l’utilisateur, puisque LPD ne livre pas
d’information sur l’utilisateur ou la machine au filtre de sortie).
Sur une seule imprimante, LPD permet à la fois un filtre de sortie et des filtres texte ou autres. Dans de tels cas, LPD
ne lancera le filtre de sortie que pour imprimer la page d’en-tête (consultez la section Pages d’en-tête). LPD attend
alors que le filtre de sortie s’arrête par lui-même en envoyant deux octets au filtre: ASCII 031 suivi d’ASCII 001.
Lorsqu’un filtre de sortie lit ces deux octets (031,001), il devrait s’arrêter en s’envoyant à lui-même un SIGSTOP.
Lorsque LPD a fini d’exécuter les autres filtres, il relance le filtre de sortie en lui envoyant un SIGCONT.
S’il y a un filtre de sortie mais aucun filtre texte et que LPD s’occupe d’un travail d’impression concernant du texte
brut, alors LPD utilise le filtre de sortie pour réaliser ce travail d’impression. Comme exposé plus haut, le filtre de
sortie imprimera chacun des travaux d’impression séquentiellement sans que des sauts de page ou autres formes
d’avancement du papier ne surviennent, et ce n’est vraisemblablement pas ce que vous désirez. Dans presque tous les
cas, il vous faut un filtre texte.
Le programme lpf, que nous avons présenté précédemment comme un filtre texte, peut également fonctionner en
tant que filtre de sortie. Si vous avez besoin d’un filtre de sortie vite-fait-bien-fait mais ne voulez pas écrire le code
d’examen d’octets et d’envoi de signal, essayez lpf. Vous pouvez également inclure lpf dans une procédure pour
prendre en charge tout code d’initialisation qui pourrait être requis par l’imprimante.
9.4.1.6. lpf: un filtre texte
Le programme /usr/libexec/lpr/lpf qui est fourni avec la distribution binaire FreeBSD est un filtre texte (un
filtre d’entrée) qui sait indenter la sortie (un travail d’impression soumis avec lpr -i), laisse passer les caractères
230
Chapitre 9. Imprimer
littéraux (travail d’impression soumis avec lpr -l), ajuste la position d’impression des retours arrière et des
tabulations dans le travail d’impression, et comptabilise les pages imprimées. Il peut également servir de filtre de
sortie.
Le filtre lpf convient à de nombreux environnements d’impression. Et bien qu’il ne puisse pas envoyer de séquences
d’initialisation à une imprimante, il est aisé d’écrire une procédure pour effectuer l’initialisation nécessaire et ensuite
exécuter lpf.
Afin que lpf mène à bien la comptabilisation des pages, il faut que des valeurs correctes soient indiquées pour les
paramètres pw et pl dans le fichier /etc/printcap. Il utilise ces valeurs pour déterminer combien de texte peut être
imprimé sur une page et combien de pages ont été imprimées dans le travail d’impression d’un utilisateur. Pour plus
d’informations sur la comptabilisation de l’impression, lisez la section Comptabiliser l’utilisation de l’imprimante.
9.4.2. Pages d’en-tête
Si vous avez beaucoup d’utilisateurs, et que tous utilisent des imprimantes diverses, alors vous allez certainement
envisager les pages d’en-tête comme un mal nécessaire.
Les pages d’en-tête, également appelées bannières ou burst page, identifient à qui appartiennent les travaux
d’impression après qu’ils aient été imprimés. Elles sont en général imprimées en caractères de grande taille et en
gras, peuvent comporter des bordures décorées, de sorte qu’elles contrastent dans une pile d’impressions avec les
véritables documents formant les travaux d’impression des utilisateurs. Elles leur permettent de retrouver facilement
leurs travaux d’impression. L’inconvénient majeur d’une page d’en-tête est qu’elle représente une page
supplémentaire à imprimer pour chacun des travaux d’impression, son utilité éphémère ne dépasse pas quelques
minutes, et elle termine au recyclage du papier ou dans une corbeille. (Notez que une page d’en-tête est liée à chaque
travail d’impression et non à chaque fichier dans un travail d’impression: il se pourrait donc que le gâchis de papier
ne soit pas si grand.)
Le système LPD peut fournir des pages d’en-tête automatiquement pour vos impressions si votre imprimante sait
imprimer directement du texte brut. Si vous disposez d’une imprimante PostScript, il vous faudra un programme
externe pour générer la page d’en-tête; lisez la section Les pages d’en-tête sur les imprimantes PostScript.
9.4.2.1. Activer les pages d’en-tête
Dans la section Configuration simple de l’imprimante, nous avons désactivé les pages d’en-tête en positionnant le
paramètre sh (ce qui signifie « suppress header », soit « suppression des en-têtes ») dans /etc/printcap. Pour
activer les pages d’en-tête sur une imprimante, il suffit d’enlever ce paramètre sh.
Cela semble trop facile, n’est-ce pas?
C’est vrai. Il se pourrait que vous ayez à fournir un filtre de sortie pour envoyer des chaînes d’initialisation à
l’imprimante. Voici un exemple de filtre sortie pour les imprimantes Hewlett-Packard compatibles-PCL:
#!/bin/sh
#
# hpof - filtre de sortie pour les imprimantes Hewlett Packard compatibles PCL
# Fichier /usr/local/libexec/hpof
printf "\033&k2G" || exit 2
exec /usr/libexec/lpr/lpf
231
Chapitre 9. Imprimer
Spécifiez le chemin d’accès au filtre de sortie avec le paramètre of. Lisez la section Filtres de sortie pour plus de
détails.
Voici un fichier /etc/printcap d’exemple pour l’imprimante teak que nous avons présentée plus haut; nous
avons activé les pages d’en-tête et ajouté le fichier de sortie ci-dessus:
#
# /etc/printcap pour la machine orchid
#
teak|hp|laserjet|Hewlett Packard LaserJet 3Si:\
:lp=/dev/lpt0:sd=/var/spool/lpd/teak:mx#0:\
:if=/usr/local/libexec/hpif:\
:vf=/usr/local/libexec/hpvf:\
:of=/usr/local/libexec/hpof:
Désormais, lorsque les utilisateurs lancent des travaux d’impression avec teak, ils obtiennent une page d’en-tête
avec chaque travail d’impression. Si vos utilisateurs désirent perdre du temps à rechercher leurs impressions, ils
peuvent omettre la page d’en-tête en soumettant le travail d’impression avec la commande lpr -h; lisez la section
Options des pages d’en-tête pour connaître plus d’options lpr(1).
Note : LPD imprime un caractère de saut de page après une page d’en-tête. Si votre imprimante utilise un autre
caractère ou séquence de caractères différente pour éjecter une page, précisez-le avec le paramètre ff dans
/etc/printcap.
9.4.2.2. Contrôle des pages d’en-tête
Une fois les pages d’en-tête activées, LPD produira un en-tête long, c’est à dire une page entière de grands caractères
identifiant l’utilisateur, le nom de la machine et le travail d’impression. Voici un exemple (kelly a lancé le travail
d’impression nommé « outline » depuis la machine rose):
k
k
k
k
k
k k
k k
kk k
k
k
k
k
o
o
oooo
o
o
eeee
e
e
eeeeee
e
e
e
eeee
u
u
u
u
u
u
ll
l
l
l
l
l
l
l
lll
t
t
ttttt
t
t
ll
l
l
l
l
l
l
l
lll
ll
l
l
l
l
l
y
y
y
y
y
y
y
y
y
yy
yyy y
y
y
y
yyyy
i
ii
i
i
n nnn
nn
n
n
n
eeee
e
e
eeeeee
232
Chapitre 9. Imprimer
o
o
o
o
oooo
r rrr
rr
r
r
r
r
r
u
u
o
o
o
o
u
uu
uuu u
oooo
o
o
o
o
oooo
t
t
t
tt
ssss
s
ss
ss
s
s
ssss
s
l
l
lll
i
i
iii
n
n
n
n
n
n
e
e
e
eeee
eeee
e
e
eeeeee
e
e
e
eeee
Job: outline
Date: Sun Sep 17 11:04:58 1995
LPD ajoute un saut de page à ce texte de sorte que le travail d’impression commence sur une nouvelle page (à moins
que sf (supprimer les sauts de page) ne soit dans l’entrée correspondant à l’imprimante dans /etc/printcap).
Si vous préférez, LPD peut générer des en-tête courts; ajoutez le paramètre sb (en-tête court) dans le fichier
/etc/printcap. La page d’en-tête ressemblera à ceci:
rose:kelly
Job: outline
Date: Sun Sep 17 11:07:51 1995
Par défaut également, LPD imprime d’abord la page d’en-tête, puis le travail d’impression. Pour inverser ce
comportement, placez le paramètre hl (en-tête à la fin) dans /etc/printcap.
9.4.2.3. Comptabiliser les pages d’en-tête
Utiliser les pages d’en-tête fournies par LPD provoque un comportement particulier lorsqu’il s’agit de comptabiliser
l’utilisation de l’imprimante: les pages d’en-tête doivent être gratuites.
Pourquoi?
Parce que le filtre de sortie est le seul programme externe pouvant tenir les comptes qui aura le contrôle lors de
l’impression de la page d’en-tête, et qu’aucune information sur l’utilisateur ou le nom de la machine ne lui est
donnée ni aucun fichier de comptabilisation, par conséquent il ne sait pas à qui attribuer le coût de l’utilisation de
l’imprimante. Il ne suffit pas non plus de simplement « ajouter une page » au filtre texte ou un quelconque filtre de
conversion (qui, eux, possèdent des informations sur l’utilisateur et la machine) puisque les utilisateurs peuvent
supprimer les pages d’en-tête avec lpr -h. Ils pourraient toujours se voir imputer des pages d’en-tête qu’ils
233
Chapitre 9. Imprimer
n’auraient pas imprimées. En somme, lpr -h demeurera l’option favorite des utilisateurs soucieux de
l’environnement, mais vous ne pouvez aucunement les inciter à l’utiliser.
Il ne suffit pas non plus de laisser chacun des filtres générer ses propres pages d’en-tête (ce qui permettrait de savoir à
qui imputer les coûts). Si les utilisateurs désiraient omettre les pages d’en-tête avec lpr -h, ils les obtiendraient
quand même et le coût leur serait attribué puisque LPD ne donne aucun renseignement sur l’emploi de l’option -h à
aucun des filtres.
Alors, quelles sont les options à votre disposition?
Vous pouvez:
•
Accepter le comportement de LPD et la gratuité des pages d’en-tête.
•
Installer une alternative à LPD, comme LPRng. La section Alternatives au gestionnaire d’impression standard en
dit plus au sujet des autres gestionnaires d’impression qui peuvent être substitués à LPD.
•
Ecrire un filtre de sortie intelligent. Normalement, un filtre de sortie n’est pas censé faire plus que d’initialiser une
imprimante ou exécuter une conversion simple de caractères. Il convient aux pages d’en-tête et aux travaux
d’impression de texte brut (lorsqu’il n’y a aucun filtre (d’entrée) texte). Mais, s’il existe un filtre texte pour les
travaux d’impression de texte, alors LPD ne lancera le filtre de sortie que pour les pages d’en-tête. Le filtre de
sortie peut également analyser le texte de la page d’en-tête généré par LPD pour déterminer quels sont l’utilisateur
et la machine à qui il faut attribuer le coût de cette page d’en-tête. Le seul autre problème avec cette méthode est
que le filtre de sortie ne sait toujours pas quel fichier de comptabilisation utiliser (le nom du fichier spécifié par le
paramètre af ne lui est pas fourni), mais si vous disposez d’un fichier de comptabilisation bien identifié, vous
pouvez le coder en dur dans le filtre de sortie. Afin de faciliter l’étape d’analyse, utilisez le paramètre sh (en-tête
courte) dans /etc/printcap. D’un autre côté, tout cela pourrait bien représenter beaucoup de dérangement, et
les utilisateurs apprécieront certainement davantage l’administrateur généreux qui propose la gratuité des pages
d’en-tête.
9.4.2.4. Les pages d’en-tête sur les imprimantes PostScript
Comme décrit précédemment, LPD est en mesure de générer des pages d’en-tête texte convenant pour de
nombreuses d’imprimantes. Bien entendu, PostScript ne peut pas imprimer du texte directement, donc la
fonctionnalité de page d’en-tête offerte par LPD est inutilisable ou presque.
Une solution manifeste est de faire générer la page d’en-tête par tous les filtres de conversion et le filtre texte. Les
filtres devraient employer les paramètres utilisateur et nom de machine pour générer une page d’en-tête convenable.
L’inconvénient de cette méthode est que les utilisateurs obtiendront toujours une page d’en-tête, même s’ils
soumettent leurs travaux d’impression avec lpr -h.
Examinons cette méthode. La procédure ci-dessous prend trois paramètres (le nom de l’utilisateur, le nom de la
machine et celui du travail d’impression) et réalise une page d’en-tête simple en PostScript:
#!/bin/sh
#
# make-ps-header - génére une page d’en-tête PostScript sur la sortie standard
# Fichier /usr/local/libexec/make-ps-header
#
#
#
Ce sont des unités PostScript (72 par pouce).
A modifier pour A4 ou
234
Chapitre 9. Imprimer
# tout autre format papier employé:
#
page_width=612
page_height=792
border=72
#
# Vérification des paramètres
#
if [ $# -ne 3 ]; then
echo "Usage: ‘basename $0‘ <user> <host> <job>" 1>&2
exit 1
fi
#
# Mémorisation des paramètres, pour la lisibilité du PostScript, plus bas.
#
user=$1
host=$2
job=$3
date=‘date‘
#
# Envoi du code PostScript sur stdout.
#
exec cat <<EOF
%!PS
%
% Assurons-nous qu’il n’y a pas d’interférence avec le travail
% utilisateur qui suivra
%
save
%
% Applique une grosse bordure désagréable autour
% du bord de la page.
%
$border $border moveto
$page_width $border 2 mul sub 0 rlineto
0 $page_height $border 2 mul sub rlineto
currentscreen 3 -1 roll pop 100 3 1 roll setscreen
$border 2 mul $page_width sub 0 rlineto closepath
0.8 setgray 10 setlinewidth stroke 0 setgray
%
% Affiche le nom de l’utilisateur, de façon jolie, grande et proéminente
%
/Helvetica-Bold findfont 64 scalefont setfont
$page_width ($user) stringwidth pop sub 2 div $page_height 200 sub moveto
($user) show
%
235
Chapitre 9. Imprimer
% Maintenant, les détails ennuyant:
%
/Helvetica findfont 14 scalefont setfont
/y 200 def
[ (Job:) (Host:) (Date:) ] {
200 y moveto show /y y 18 sub def }
forall
/Helvetica-Bold findfont 14 scalefont setfont
/y 200 def
[ ($job) ($host) ($date) ] {
270 y moveto show /y y 18 sub def
} forall
%
% C’est tout
%
restore
showpage
EOF
Désormais, chacun des filtres de conversion et le filtre texte peuvent appeler cette procédure pour d’abord générer la
page d’en-tête, et ensuite imprimer le travail d’impression de l’utilisateur. Voici le filtre de conversion DVI déjà
mentionné plus haut dans ce document, modifié afin de générer une page d’en-tête:
#!/bin/sh
#
# psdf - filtre DVI vers imprimante PostScript
# Fichier /usr/local/libexec/psdf
#
# Appelé par lpd quand l’utilisateur lance lpr -d
#
orig_args="$@"
fail() {
echo "$@" 1>&2
exit 2
}
while getopts "x:y:n:h:" option; do
case $option in
x|y) ;; # Ignore
n)
login=$OPTARG ;;
h)
host=$OPTARG ;;
echo "LPD started ‘basename $0‘ wrong." 1>&2
*)
exit 2
;;
esac
done
[ "$login" ] || fail "Pas de nom d’utilisateur"
[ "$host" ] || fail "PAs de nom de machine"
236
Chapitre 9. Imprimer
( /usr/local/libexec/make-ps-header $login $host "DVI File"
/usr/local/bin/dvips -f ) | eval /usr/local/libexec/lprps $orig_args
Observez que le filtre doit analyser la liste des paramètres pour déterminer le nom de l’utilisateur et celui de la
machine. L’analyse menée par les autres filtres de conversion est identique. Toutefois, le filtre texte réclame un
ensemble de paramètres légèrement différent (voyez la section Fonctionnement des filtres).
Comme précédemment exposé, cette solution, quoique relativement simple, invalide l’option de « suppression de
page d’en-tête » (l’option -h) de lpr. Si les utilisateurs désiraient épargner la vie d’un arbre (ou économiser
quelques centimes, si vous faites payer les pages d’en-tête), ils ne seraient pas en mesure de le faire, puisque chaque
filtre va imprimer une page d’en-tête avec chaque travail d’impression.
Pour permettre aux utilisateurs de désactiver les pages d’en-tête en fonction du travail d’impression, il vous faudra
recourir à l’une des astuces de la section Comptabiliser les pages d’en-tête: écrire un filtre de sortie qui analyse la
page d’en-tête générée par LPD et produit une version PostScript. Si l’utilisateur soumet le travail d’impression avec
lpr -h alors ni LPD ni votre filtre de sortie ne généreront de page d’en-tête. Sinon, votre filtre de sortie lira le texte
en provenance de LPD et enverra la page d’en-tête PostScript appropriée à l’imprimante.
Si vous disposez d’une imprimante PostScript sur une interface série, vous pouvez utiliser lprps, qui est livré avec
un filtre de sortie, psof, qui réalise ce que nous venons d’exposer ci-dessus. Notez que psof n’assume pas la tenue
de comptes pour les pages d’en-tête.
9.4.3. Imprimer via un réseau
FreeBSD gère l’impression via un réseau: c’est à dire en envoyant les travaux d’impression à des imprimantes
distantes. L’impression via un réseau désigne deux choses différentes:
•
Accéder à une imprimante connectée à une machine distante. Vous installez une imprimante disposant d’une
interface conventionnelle, série ou parallèle, sur une machine. Puis vous configurez LPD pour permettre l’accès à
l’imprimante depuis d’autres machines du réseau. La section Imprimantes installées sur des machines distantes en
détaillera la mise en œuvre.
•
Accéder à une imprimante directement connectée au réseau. L’imprimante dispose d’une interface réseau en plus
(ou à la place) d’interfaces plus conventionnelles, série ou parallèle. Une imprimante de ce genre peut fonctionner
ainsi:
•
Elle peut comprendre le protocole LPD et sait même gérer une file d’attente de travaux d’impression provenant
de machines distantes. En ce cas, elle se comporte comme une machine normale qui exécuterait LPD. Suivez la
même procédure que celle exposée à la section Imprimantes installées sur des machines distantes afin de
configurer une imprimante de ce genre.
•
Elle peut savoir gérer un flux de données au travers d’une connexion réseau. Dans ce cas, vous pouvez
« attacher » l’imprimante à l’une des machines du réseau en la rendant responsable de la gestion de la file
d’impression et de l’envoi des travaux d’impression à l’imprimante. La section
Imprimantes avec des interfaces utilisant des flux réseau donne quelque indications sur l’installation
d’imprimantes de ce type.
237
Chapitre 9. Imprimer
9.4.3.1. Imprimantes installées sur des machines distantes
Le gestionnaire d’impression LPD dispose des fonctions pour gérer l’envoi des travaux d’impression à d’autres
machines exécutant également LPD (ou un système qui lui est compatible). Cette fonctionnalité vous permet
d’installer une imprimante sur une machine, puis de la rendre accessible depuis les autres machines. Cela fonctionne
également avec les imprimantes disposant d’interfaces réseau comprenant le protocole LPD.
Pour activer ce type d’impression à distance, installez d’abord une imprimante sur une machine, qui sera la machine
d’impression, en suivant les instructions de configuration basique décrites à la section
Configuration simple de l’imprimante. Réalisez toute étape de la configuration avancée de l’imprimante dont vous
pourriez avoir besoin. Veillez à tester l’imprimante et vérifiez qu’elle fonctionne avec les paramètres de LPD que
vous avez activés. Assurez-vous également que la machine locale est autorisée à utiliser le service LPD sur la
machine distante (lisez la section Restreindre les impressions à distance).
Si vous utilisez une imprimante avec une interface réseau qui est compatible avec LPD, alors la machine
d’impression dans le texte ci-dessous est l’imprimante elle-même, et le nom de l’imprimante est le nom que vous
avez paramétré pour l’imprimante. Lisez la documentation livrée avec votre imprimante ou l’interface
réseau-imprimante.
Astuce : Si vous utilisez une Hewlett Packard Laserjet, alors le nom d’imprimante text réalisera la conversion
LF en CRLF automatiquement, de sorte que vous n’aurez pas besoin de la procédure hpif.
Ensuite, sur les autres machines pour lesquelles vous désirez autoriser l’accès à l’imprimante, créez une ligne dans
leur /etc/printcap avec les paramètres suivants:
1. Nommez cette entrée comme vous le voulez. Par souci de simplicité, cependant, vous préférerez certainement
employer les mêmes nom et alias que ceux utilisés sur la machine de d’impression.
2. Laissez le paramètre lp non-renseigné, de manière explicite (:lp=:).
3. Créez un répertoire de file d’impression et indiquez son chemin d’accès dans le paramètre sd. C’est là où LPD
entreposera les travaux d’impression avant leur envoi vers la machine d’impression.
4. Indiquez le nom de la machine d’impression avec le paramètre rm.
5. Placez le nom de l’imprimante sur la machine d’impression dans le paramètre rp.
C’est tout. Il n’est pas nécessaire de préciser la liste des filtres de conversion, les dimensions de la page, ou quoique
ce soit d’autre dans le fichier /etc/printcap.
Voici un exemple. La machine rose dispose de deux imprimantes, bamboo et rattan. Nous allons permettre aux
utilisateurs de la machine orchid d’imprimer avec ces imprimantes. Voici le fichier /etc/printcap pour orchid
(apparu dans la section Activer les pages d’en-tête). Il contenait déjà une entrée pour l’imprimante teak; nous avons
ajouté celles pour les deux imprimantes sur la machine rose:
#
#
#
#
/etc/printcap pour la machine orchid - ajout d’imprimantes (distantes)
sur rose
#
#
#
teak est locale; connectée directement à orchid:
238
Chapitre 9. Imprimer
teak|hp|laserjet|Hewlett Packard LaserJet 3Si:\
:lp=/dev/lpt0:sd=/var/spool/lpd/teak:mx#0:\
:if=/usr/local/libexec/ifhp:\
:vf=/usr/local/libexec/vfhp:\
:of=/usr/local/libexec/ofhp:
#
# rattan est connectée à rose; envoie les travaux pour rattan
#
à rose:
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:lp=:rm=rose:rp=rattan:sd=/var/spool/lpd/rattan:
#
# bamboo est également connectée à rose:
#
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:lp=:rm=rose:rp=bamboo:sd=/var/spool/lpd/bamboo:
Ensuite, nous n’avons qu’à créer les répertoires de file d’impression sur orchid:
# mkdir -p /var/spool/lpd/rattan /var/spool/lpd/bamboo
# chmod 770 /var/spool/lpd/rattan /var/spool/lpd/bamboo
# chown daemon:daemon /var/spool/lpd/rattan /var/spool/lpd/bamboo
Maintenant les utilisateurs d’orchid peuvent imprimer sur rattan et bamboo. Par exemple, si un utilisateur sur
orchid entrait:
% lpr -P bamboo -d sushi-review.dvi
le système LPD sur orchid copierait le travail d’impression dans le répertoire de file d’impression
/var/spool/lpd/bamboo et relèverait qu’il s’agit d’un travail d’impression DVI. Dès que la machine rose
dispose d’assez de place dans son répertoire de file d’impression, les deux LPD transfèrent le fichier à rose. Le
fichier reste en attente dans la file de rose jusqu’à son impression. Il sera converti de DVI en PostScript (puisque
bamboo est une imprimante PostScript) sur rose.
9.4.3.2. Imprimantes avec des interfaces utilisant des flux réseau
Bien souvent, lorsque vous achetez une carte d’interface réseau pour une imprimante, vous avez le choix entre deux
versions: l’une qui émule un gestionnaire d’impression (la version la plus onéreuse), ou une autre qui ne vous permet
que de lui envoyer des données comme s’il s’agissait d’un port série ou parallèle (c’est la version la moins chère).
Cette section vous indique comment utiliser cette seconde version moins onéreuse. Pour la plus chère, lisez la section
précédente Imprimantes installées sur des machines distantes.
Le format du fichier /etc/printcap vous permet de préciser quelle interface série ou parallèle vous souhaitez
utiliser, et (si vous employez une interface série) à quelle vitesse de transmission, s’il faut employer le contrôle de
flux, les temporisations pour les tabulations, la conversion des sauts de lignes, et plus encore. Mais il n’existe aucun
moyen de préciser une connexion à une imprimante qui écoute sur un port TCP/IP ou un autre port réseau.
Pour envoyer des données à une imprimante mise en réseau, il vous faut développer un programme de
communication qui puisse être appelé par les filtres textes et de conversion. Voici un exemple: la procédure
netprint récupère toutes les données sur l’entrée standard et les envoie à une imprimante connectée au réseau.
239
Chapitre 9. Imprimer
Nous précisons le nom de machine de l’imprimante dans le premier paramètre et le numéro de port auquel se
connecter dans le deuxième paramètre de netprint. Notez qu’il ne gère que la communication unidirectionnelle
(dans le sens FreeBSD vers imprimante); de nombreuses imprimantes réseau supporte la communication
bidirectionnelle, et vous désirerez certainement en tirer parti (afin de connaître le statut de l’imprimante, de
comptabiliser l’utilisation, etc.).
#!/usr/bin/perl
#
# netprint - Filtre texte pour imprimante connectée au réseau
# Fichier /usr/local/libexec/netprint
#
$#ARGV eq 1 || die "Usage: $0 <printer-hostname> <port-number>";
$printer_host = $ARGV[0];
$printer_port = $ARGV[1];
require ’sys/socket.ph’;
($ignore, $ignore, $protocol) = getprotobyname(’tcp’);
($ignore, $ignore, $ignore, $ignore, $address)
= gethostbyname($printer_host);
$sockaddr = pack(’S n a4 x8’, &AF_INET, $printer_port, $address);
socket(PRINTER, &PF_INET, &SOCK_STREAM, $protocol)
|| die "Can’t create TCP/IP stream socket: $!";
connect(PRINTER, $sockaddr) || die "Can’t contact $printer_host: $!";
while (<STDIN>) { print PRINTER; }
exit 0;
Nous pouvons maintenant utiliser cette procédure avec différents filtres. Supposons que nous ayons une imprimante
Diablo 750-N connectée au réseau. Elle reçoit les données à imprimer sur le port 5100. Le nom de machine de
l’imprimante est scrivener. Voici le filtre texte pour cette imprimante:
#!/bin/sh
#
# diablo-if-net - Filtre texte pour l’imprimante Diablo ‘scrivener’ écoutant
# le port 5100. Fichier /usr/local/libexec/diablo-if-net
#
exec /usr/libexec/lpr/lpf "$@" | /usr/local/libexec/netprint scrivener 5100
9.4.4. Restreindre l’utilisation de l’imprimante
Cette section fournit des informations sur la restriction de l’utilisation de l’imprimante. Le système LPD vous
permet de contrôler quels utilisateurs peuvent accéder à une imprimante, tant localement qu’à distance, s’il leur est
autorisé d’imprimer en plusieurs exemplaires, quelles sont les tailles maximales de leurs travaux d’impression et des
files d’impression.
240
Chapitre 9. Imprimer
9.4.4.1. Restreindre l’impression en plusieurs exemplaires
Le système LPD facilite l’impression de plusieurs copies d’un même fichier par les utilisateurs. Ils peuvent imprimer
leur travail avec lpr -#5 (par exemple) et obtenir cinq exemplaires de chaque fichier du travail d’impression. Le fait
de savoir s’il s’agit là d’une bonne idée vous appartient.
Si vous estimez que les copies multiples provoquent charge et usure inutiles pour vos imprimantes, vous pouvez
désactiver l’option -# de lpr(1) en ajoutant le paramètre sc au fichier /etc/printcap. Lorsque des utilisateurs
soumettront un travail d’impression avec l’option -#, ils obtiendront cet affichage:
lpr: multiple copies are not allowed
Notez que si vous avez mis en œuvre l’accès à une imprimante distante (voir la section
Imprimantes installées sur des machines distantes), il faut que le paramètre sc soit positionné sur les
/etc/printcap distants également, sinon vos utilisateurs auront toujours la possibilité d’imprimer des copies
multiples en passant par une autre machine.
Voici un exemple. C’est le /etc/printcap pour la machine rose. L’imprimante rattan est plutôt robuste, et
autorisera donc les copies multiples, par contre l’imprimante laser bamboo est quant à elle plus délicate, nous
interdiront donc les impressions multiples en ajoutant le paramètre sc:
#
# /etc/printcap pour la machine rose - restreint les impressions en plusieurs exemplaires sur bam
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:\
:lp=/dev/lpt0:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:sc:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:rw:\
:if=/usr/local/libexec/psif:\
:df=/usr/local/libexec/psdf:
Maintenant, il nous faut également ajouter le paramètre sc dans le fichier /etc/printcap de orchid (et tant que
nous y sommes, désactivons les copies multiples pour l’imprimante teak):
#
# /etc/printcap pour la machine orchid - pas d’impression en
# plusieurs exemplaires pour
# l’imprimante locale teak ou l’imprimante distante bamboo
teak|hp|laserjet|Hewlett Packard LaserJet 3Si:\
:lp=/dev/lpt0:sd=/var/spool/lpd/teak:mx#0:sc:\
:if=/usr/local/libexec/ifhp:\
:vf=/usr/local/libexec/vfhp:\
:of=/usr/local/libexec/ofhp:
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:lp=:rm=rose:rp=rattan:sd=/var/spool/lpd/rattan:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:lp=:rm=rose:rp=bamboo:sd=/var/spool/lpd/bamboo:sc:
241
Chapitre 9. Imprimer
En recourant au paramètre sc, nous empêchons l’utilisation de lpr -#, mais cela n’empêche toujours pas les
utilisateurs de lancer lpr(1) à plusieurs reprises, ou de soumettre le même fichier plusieurs fois en un seul travail, de
cette façon:
% lpr forsale.sign forsale.sign forsale.sign forsale.sign forsale.sign
Il existe plusieurs moyens de prévenir ces abus (y compris les ignorer) que vous êtes libres d’essayer.
9.4.4.2. Restreindre l’accès aux imprimantes
Vous pouvez contrôler qui a le droit d’imprimer sur quelles imprimantes en utilisant le mécanisme des groupes
UNIX et le paramètre rg dans /etc/printcap. Placez simplement les utilisateurs à qui vous voulez donner l’accès
à une imprimante dans un groupe, et précisez ce groupe avec le paramètre rg.
Les utilisateurs n’appartenant pas au groupe (root inclus) se verront gratifiés d’un “lpr: Not a member of the
restricted group” s’ils essaient d’imprimer avec l’imprimante contrôlée.
De même que pour le paramètre sc (supprimer les exemplaires multiples), il vous faut activer rg sur les machines
distantes qui eux aussi ont accès à vos imprimantes, si vous estimez que c’est approprié (voir la section
Imprimantes installées sur des machines distantes).
Dans notre exemple, nous allons permettre l’accès à rattan à quiconque, mais seuls les membres du groupe
artists pourront utiliser bamboo. Voici l’habituel /etc/printcap pour la machine rose:
#
# /etc/printcap pour la machine rose - restreint au groupe pour bamboo
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/rattan:\
:lp=/dev/lpt0:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:sc:rg=artists:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:rw:\
:if=/usr/local/libexec/psif:\
:df=/usr/local/libexec/psdf:
Ne nous préoccupons pas de l’autre fichier /etc/printcap (pour la machine orchid). Bien entendu, n’importe qui
sur orchid peut imprimer avec bamboo. Selon le cas, nous pourrons autoriser que certains utilisateurs sur orchid,
et leur donner accès à l’imprimante. Ou non.
Note : Il ne peut exister qu’un seul groupe de restriction par imprimante.
9.4.4.3. Contrôler la taille des travaux d’impression
Si beaucoup de vos utilisateurs accèdent aux imprimantes, vous aurez sans doute besoin de fixer une limite
supérieure à la taille des fichiers qu’ils peuvent soumettre à l’impression. Après tout, le système de fichiers
242
Chapitre 9. Imprimer
hébergeant les répertoires de file d’impression ne peut offrir que l’espace libre dont il dispose, et vous devez
également vous assurer que de la place existe pour les travaux d’impression des autres utilisateurs.
LPD vous permet de fixer la taille maximale en octets qu’un fichier d’un travail d’impression peut atteindre avec le
paramètre mx. Les unités sont exprimées en blocs de BUFSIZ, valant 1024 octets. Si vous donnez la valeur 0 à ce
paramètre, la taille ne sera pas du tout limitée; en revanche, si aucun paramètre mx n’est défini, alors une limite par
défaut de 1000 blocs sera utilisée.
Note : La limite s’applique aux fichiers dans un travail d’impression, et non pas à la taille totale du travail
d’impression.
LPD ne refusera pas un fichier dont la taille excède la limite que vous fixez pour une imprimante. Au lieu de cela, il
placera les octets du fichier dans la file jusqu’à ce que la limite soit atteinte, puis imprimera. Les octets
supplémentaires seront ignorés. S’il s’agit là d’un comportement approprié est un choix qui vous appartient.
Ajoutons des limites pour nos imprimantes d’exemple, rattan et bamboo. Puisque les fichiers PostScript des
utilisateurs du groupe artists ont tendance à être volumineux, nous allons les limiter à cinq mégaoctets. Nous ne
fixerons aucune limite pour l’imprimante texte:
#
#
#
/etc/printcap pour la machine rose
#
# Pas de limite sur la taille des travaux:
#
rattan|line|diablo|lp|Diablo 630 Line Printer:\
:sh:mx#0:sd=/var/spool/lpd/rattan:\
:lp=/dev/lpt0:\
:if=/usr/local/libexec/if-simple:
#
# Limite de cinq mégaoctets:
#
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:sc:rg=artists:mx#5000:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:rw:\
:if=/usr/local/libexec/psif:\
:df=/usr/local/libexec/psdf:
Là encore, les limites ne s’appliquent qu’aux utilisateurs locaux. Si vous avez mis en place un accès distant à vos
imprimantes, les utilisateurs distants ne seront pas contraints par ces limites. Il vous faudra positionner le paramètre
mx dans les fichiers /etc/printcap distants également. Lisez la section
Imprimantes installées sur des machines distantes pour obtenir plus d’informations sur l’impression à distance.
Il existe une autre manière spécifique pour limiter la taille des travaux d’impression sur les imprimantes à distance;
lisez la section Restreindre les impressions à distance.
243
Chapitre 9. Imprimer
9.4.4.4. Restreindre les impressions à distance
Le gestionnaire d’impression LPD propose plusieurs moyens de restreindre les travaux d’impression soumis depuis
des machines distants:
Restrictions en fonction des machines
Vous pouvez contrôler de quelles machines distantes les requêtes seront acceptées par un LPD local avec les
fichiers /etc/hosts.equiv et /etc/hosts.lpd. LPD vérifie qu’une requête entrante provient d’une
machine listée dans l’un de ces deux fichiers. Si ce n’est pas le cas, LPD refuse la requête.
Le format de ces fichiers est simple: un nom de machine par ligne. Notez que /etc/hosts.equiv est
également utilisé par le protocole ruserok(3), et qu’il a un impact sur des programmes comme rsh(1) et rcp(1),
aussi soyez prudent.
Par exemple, voici le fichier /etc/hosts.lpd présent sur la machine rose:
orchid
violet
madrigal.fishbaum.de
Cela signifie que rose accepte les requêtes provenant des machines orchid, violet et
madrigal.fishbaum.de. Si une quelconque autre machine tente d’accéder au LPD de rose, le travail
d’impression sera refusé.
Restrictions sur la taille
Vous pouvez contrôler combien d’espace doit demeurer libre sur le système de fichiers où se trouve un
répertoire de file d’impression. Créez un fichier nommé minfree dans le répertoire de file d’impression pour
l’imprimante locale. Placez dans ce fichier un nombre représentant combien de blocs disques (de 512 octets)
d’espace libre il doit rester pour qu’un travail d’impression soit accepté.
Cela vous permet de vous assurer que des utilisateurs distants ne rempliront pas votre système de fichiers. Vous
pouvez également vous en servir pour accorder une certaine priorité aux utilisateurs locaux: ils pourront placer
des travaux d’impression dans la file bien après que l’espace libre soit tombé sous le seuil indiqué dans le fichier
minfree.
Par exemple, ajoutons un fichier minfree pour l’imprimante bamboo. Nous examinons /etc/printcap pour
trouver le répertoire de file d’impression pour cette imprimante; voici l’entrée concernant bamboo:
bamboo|ps|PS|S|panasonic|Panasonic KX-P4455 PostScript v51.4:\
:sh:sd=/var/spool/lpd/bamboo:sc:rg=artists:mx#5000:\
:lp=/dev/ttyd5:ms#-parenb cs8 clocal crtscts:rw:mx#5000:\
:if=/usr/local/libexec/psif:\
:df=/usr/local/libexec/psdf:
Le répertoire de file d’impression est précisé par le paramètre sd. Nous placerons à trois méga-octets (soit 6144
blocs disque) la limite d’espace libre devant exister sur le système de fichiers pour que LPD accepte les travaux
d’impression distants:
# echo 6144 > /var/spool/lpd/bamboo/minfree
Restrictions sur l’utilisateur
Vous pouvez contrôler quels utilisateurs distants ont le droit d’imprimer sur les imprimantes locales en
positionnant le paramètre rs dans /etc/printcap. Lorsque rs est présent dans l’entrée d’une imprimante
244
Chapitre 9. Imprimer
connectée localement, LPD acceptera les travaux d’impressions de machines distantes si l’utilisateur
soumettant le travail possède également un compte sous le même nom sur la machine locale. Sinon, LPD
refusera le travail d’impression.
Ce paramètre se révèle particulièrement utile dans un environnement où (par exemple) existent plusieurs
services qui partagent un réseau, et que des utilisateurs débordent les frontières de ces services. En leur donnant
des comptes sur vos systèmes, vous leur permettez d’utiliser vos imprimantes depuis les systèmes de leur propre
service. Si vous préférez les autoriser à n’utiliser que vos imprimantes et pas les autres ressources de
l’ordinateur, alors vous pouvez leur attribuer des comptes « bloqués », sans répertoire de connexion et avec un
interpréteur de commandes inutilisable comme /usr/bin/false.
9.4.5. Comptabiliser l’utilisation de l’imprimante
Donc vous voulez faire payer vos impressions. Et pourquoi pas? Le papier et l’encre coûtent de l’argent. Et puis, il y
a les coûts de maintenance—les imprimantes sont constituées de pièces mobiles et ont tendance à tomber en panne.
Vous avez étudié vos imprimantes, vos modes d’utilisation et factures de maintenance, et avez abouti à un coût par
page (ou par pied, par mètre, ou par ce que vous voulez). Maintenant, comment commencer à comptabiliser les
impressions, dans les faits?
Eh bien, la mauvaise nouvelle est que le gestionnaire d’impression LPD ne vous aide pas beaucoup dans ce domaine.
La comptabilisation dépend fortement du type d’imprimante que vous employez, des formats que vous imprimez et
de vos besoins pour ce qui est de faire payer l’utilisation de l’imprimante.
Pour mettre en œuvre la comptabilisation, il vous faut modifier le filtre texte de l’imprimante (pour faire payer les
travaux d’impression de texte brut) et ses filtres de conversion (pour faire payer les autres formats de fichiers), pour
compter les pages ou demander à l’imprimante combien elle en a imprimées. Vous ne pouvez pas vous en tirer en
utilisant le filtre de sortie simple, puisqu’il ne peut pas gérer la comptabilisation. Voir la section Les filtres.
En général, il existe deux façons de procéder à la comptabilisation:
•
La comptabilisation périodique est la plus habituelle, probablement parce que la plus facile. Chaque fois que
quelqu’un imprime un travail, le filtre enregistre l’utilisateur, la machine et le nombre de pages dans un fichier de
comptabilisation. Tous les mois, semestres, années ou toute autre échéance que vous désirez, vous récupérez les
fichiers de comptabilisation des diverses imprimantes, établissez les pages imprimées par les utilisateurs, et faites
payer l’utilisation. Purgez ensuite tous les fichiers de comptabilisation, pour commencer à zéro la nouvelle période.
•
La comptabilisation à la volée est moins répandue, peut-être parce qu’elle s’avère plus difficile. Cette méthode
laisse les filtres s’occuper de taxer les utilisateurs pour les impressions dès qu’ils utilisent les imprimantes. Tout
comme les quotas disques, la comptabilisation est immédiate. Vous pouvez empêcher les utilisateurs d’imprimer
quand leur compte est dans le rouge, et pourriez leur fournir un moyen de vérifier et ajuster leurs « quotas
d’impression ». Cependant, cette méthode nécessite la mise en oeuvre d’une base de données afin de tracer les
utilisateurs et leurs quotas.
Le gestionnaire d’impression LPD gère les deux méthodes facilement: puisque vous devez fournir les filtres (enfin,
la plupart du temps), vous devez également fournir le code de comptabilisation. Mais il y a un bon côté: vous
disposez d’une énorme flexibilité dans vos méthodes de comptabilisation. Par exemple, vous avez le choix entre les
comptabilisations périodique et à la volée. Vous avez le choix des informations à tracer: noms d’utilisateurs, noms de
machines, types des travaux d’impression, pages imprimées, surface de papier utilisée, durée d’impression du travail,
etc. Et vous le faites en modifiant les filtres afin d’enregistrer ces informations.
245
Chapitre 9. Imprimer
9.4.5.1. Comptabilisation rapide et simplifiée des impressions
Deux programmes sont livrés avec FreeBSD qui vous permettent de mettre en place une comptabilisation périodique
simple immédiatement. Il s’agit du filtre texte lpf, détaillé dans la section lpf: un filtre texte, et de pac(8), un
programme qui rassemble et fait le total des entrées contenues dans des fichiers de comptabilisation d’impressions.
Comme indiqué dans la section sur les filtres (Fonctionnement des filtres), LPD lance les filtres texte et de
conversion avec le nom du fichier de comptabilisation à employer fourni en argument. Les filtres peuvent utiliser ce
paramètre pour savoir où écrire un enregistrement de comptabilisation. Le nom de ce fichier provient du paramètre
af dans /etc/printcap, et si le chemin donné n’est pas absolu, alors c’est un chemin d’accès relatif au répertoire
de file d’impression.
LPD lance lpf avec les paramètres de largeur et hauteur de page (qui correspondent aux paramètres pw et pl). Le
filtre lpf les utilise pour déterminer combien de papier sera consommé. Après avoir envoyé le fichier à l’imprimante,
il enregistre ensuite une entrée dans le fichier de comptabilisation. Les entrées ressemblent à ceci:
2.00
3.00
3.00
5.00
2.00
rose:andy
rose:kelly
orchid:mary
orchid:mary
orchid:zhang
Vous devriez utiliser un fichier de comptabilisation séparé pour chaque imprimante, lpf ne disposant pas de
mécanisme de verrouillage des fichiers, deux lpf pourraient corrompre leurs entrées respectives s’ils essayaient
d’écrire dans le même fichier en même temps. Une manière aisée de s’assurer d’un fichier de comptabilisation séparé
pour chaque imprimante est de recourir au paramètre af=acct dans /etc/printcap. Dès lors, un fichier de
comptabilisation, nommé acct, sera placé dans le répertoire de file d’impression de chaque imprimante.
Lorsque vous serez prêts à faire payer les utilisateurs pour leurs impressions, lancez le programme pac(8).
Placez-vous simplement dans le répertoire de file d’impression de l’imprimante pour laquelle vous voulez collecter
les informations, et tapez pac. Vous obtiendrez un récapitulatif en dollars ressemblant à ceci:
Login
orchid:kelly
orchid:mary
orchid:zhang
rose:andy
rose:kelly
rose:mary
rose:root
total
pages/feet
5.00
31.00
9.00
2.00
177.00
87.00
26.00
337.00
runs
1
3
1
1
104
32
12
$
$
$
$
$
$
$
price
0.10
0.62
0.18
0.04
3.54
1.74
0.52
154
$
6.74
Voici les arguments attendus par pac(8):
-Pimprimante
Pour quelle imprimante effectuer un récapitulatif. Cette option ne fonctionne que si un chemin d’accès absolu
est donné dans le paramètre af de /etc/printcap.
-c
Trier selon le coût plutôt qu’alphabétiquement par nom d’utilisateur.
246
Chapitre 9. Imprimer
-m
Ignorer le nom de la machine dans les fichiers de comptabilisation. Avec cette option, l’utilisateur smith sur la
machine alpha est le même que l’utilisateur smith sur la machine gamma. Sans elle, ils représentent des
utilisateurs distincts.
-pprix
Calculer le coût en comptant un prix en dollars par page ou par pied au lieu du prix indiqué par le paramètre
pc dans /etc/printcap, ou deux cents (la valeur par défaut). Vous pouvez préciser le prix en nombre à
virgule flottante.
-r
Inverser l’ordre du tri.
-s
Créer un fichier de rapport et tronquer le fichier de comptabilisation.
nom ...
N’imprimer des statistiques que pour les utilisateurs dont les noms sont donnés.
Dans le récapitulatif produit par défaut par pac(8), vous pouvez lire le nombre de pages imprimées par chaque
utilisateur depuis les différentes machines. Si, sur votre site, la machine n’a pas d’importance (parce que les
utilisateurs peuvent utiliser n’importe quelle machine), lancez pac -m, afin de produire le récapitulatif ci-dessous:
Login
andy
kelly
mary
root
zhang
total
pages/feet
2.00
182.00
118.00
26.00
9.00
337.00
runs
1
105
35
12
1
$
$
$
$
$
price
0.04
3.64
2.36
0.52
0.18
154
$
6.74
Afin de calculer le montant dû en dollars, pac(8) utilise le paramètre pc de /etc/printcap (200 par défaut, c’est à
dire 2 cents par page). Précisez avec ce paramètre le prix par page ou par pied, exprimé en centièmes de cents, que
vous voulez imputer aux impressions. Vous pouvez spécifier cette valeur lorsque vous lancez pac(8) avec l’option -p.
Cependant, avec cette option, les unités sont exprimées en dollars, et non en centièmes de cents. Par exemple,
# pac -p1.50
fait en sorte que chaque page coûte un dollar et cinquante cents. Vous pouvez vraiment faire des bénéfices en utilisant
cette option.
Enfin, lancer pac -s enregistrera les informations du récapitulatif dans un fichier, dont le nom sera le même que le
fichier de comptabilisation de l’imprimante mais avec le suffixe _sum. Il procède alors à la troncature du fichier de
comptabilisation. Lorsque vous exécutez pac(8) à nouveau, il relit le fichier récapitulatif pour établir les totaux de
départ, puis ajoute les informations du fichier de comptabilisation normal.
247
Chapitre 9. Imprimer
9.4.5.2. Comment compter les pages imprimées?
Afin de réaliser une comptabilisation précise et cela même à distance, vous devez pouvoir déterminer combien un
travail d’impression consomme de papier. C’est le problème principal de la comptabilisation des impressions.
Pour du texte brut, ce problème n’est pas compliqué à résoudre: vous comptez combien un travail d’impression
comporte de lignes et comparez avec le nombre de lignes par page que gère votre imprimante. N’oubliez pas de tenir
compte des retours arrière dans le fichier, qui superposent les lignes, ou des longues lignes qui s’étendent sur une ou
plusieurs lignes physiques supplémentaires.
Le filtre texte lpf (présenté à la section lpf: un filtre texte) prend ces éléments en considération lorsqu’il effectue la
comptabilisation. Si vous écrivez un filtre texte qui doit effectuer une comptabilisation, vous pouvez vous inspirer du
code source de lpf.
Mais comment gérer les autres formats?
Eh bien, pour la conversion DVI-vers-LaserJet ou DVI-vers-PostScript, vous pouvez faire analyser les messages de
sortie de dvilj ou dvips par votre filtre et regarder combien de pages ont été converties. Vous devriez pouvoir
procéder de manière identique avec d’autres formats de fichiers et programmes de conversion.
Mais ces méthodes connaissent un défaut: il se peut que l’imprimante n’imprime pas toutes ces pages. Par exemple,
un bourrage peut se produire, l’imprimante peut arriver à cours d’encre, ou exploser — et l’utilisateur serait tout de
même débité.
Alors, que pouvez-vous faire?
Il n’existe qu’une seule méthode sûre pour procéder à une comptabilisation précise. Prenez une imprimante qui
sache dire combien de papier elle utilise, et reliez-la par un câble série ou une connection réseau. Presque toutes les
imprimantes PostScript gèrent cela. D’autres types et modèles également (les imprimantes laser réseau Imagen, par
exemple). Modifiez les filtres pour ces imprimantes afin d’obtenir la consommation de pages après chaque travail
d’impression et faites en sorte qu’elles enregistrent des informations de comptabilisation basées sur cette seule
valeur. Nul besoin de compter les lignes ou d’une analyse de fichier susceptible d’être erronée.
Bien entendu, vous pouvez toujours être généreux et rendre toutes les impressions gratuites.
9.5. Using Printers ** Traduction en Cours **
9.5.1. Printing Jobs
9.5.2. Checking Jobs
9.5.3. Removing Jobs
248
Chapitre 9. Imprimer
9.5.4. Beyond Plain Text: Printing Options
9.5.4.1. Formatting and Conversion Options
9.5.4.2. Job Handling Options
9.5.4.3. Header Page Options
9.5.5. Administering Printers
9.6. Alternatives to the Standard Spooler ** Traduction en
Cours **
9.7. Troubleshooting ** Traduction en Cours **
249
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Restructuré et en partie mis à jour par Jim Mock. Contribution originelle de Brian N. Handy et Rich Murphey.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
10.1. Synopsis
FreeBSD fournit une compatibilité binaire avec plusieurs autres systèmes d’exploitation du type UNIX, y compris
Linux. A ce point, vous devez vous demander pourquoi exactement FreeBSD a besoin d’être capable d’exécuter des
binaires Linux? La réponse à cette question est très simple. De nombreuses entreprises et de nombreux développeurs
ne développent que pour Linux, puisque que c’est la dernière chose “à la mode” dans le monde de l’informatique.
Cela ne laisse aux utilisateurs de FreeBSD que la possibilité de réclamer auprès des ces mêmes entreprises et
développeurs des versions native pour FreeBSD de leurs applications. Le problème est, que la plupart de ces
entreprises ne réalisent pas vraiment combien de personnes utiliseraient leur produit si il y aurait une version pour
FreeBSD également, et la plupart continuent de développer uniquement pour Linux. Donc que doit faire un
utilisateur de FreeBSD? C’est là que la compatibilité binaire avec Linux entre en scène.
En bref, la compatibilité permet aux utilisateurs de FreeBSD d’exécuter environ 90% des applications Linux sans
aucune modification. Cela inclus des applications comme StarOffice, la version Linux de Netscape,
Adobe Acrobat, RealPlayer, VMware™, Oracle, WordPerfect®, Doom, Quake, et plus. On rapporte également
que dans certaines situations, les binaires Linux sont plus performants sous FreeBSD que sous Linux.
Il existe cependant certaines caractéristiques spécifiques à Linux qui ne sont pas supportées sous FreeBSD. Les
binaires Linux ne fonctionneront pas sous FreeBSD s’ils utilisent massivement des appels i386 spécifiques, comme
activation du mode virtuel 8086.
Après la lecture de ce chapitre, vous connaîtrez:
•
Comment activer la compatibilité binaire avec Linux sur votre système.
•
Comment installer des bibliothèques partagées Linux supplémentaires.
•
Comment installer des application Linux sur votre système FreeBSD.
•
Les détails de l’implémentation de la compatibilité Linux sous FreeBSD.
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Savoir comment installer des logiciels tiers (Chapitre 4).
10.2. Installation
La compatibilité binaire avec Linux n’est pas activée par défaut. La manière la plus simple pour activer cette
fonctionnalité est de charger le KLD linux (« Kernel LoaDable object »—objet chargeable par le noyau, ce que l’on
nomme couramment un module). Vous pouvez charger ce module en tapant ce qui suit sous l’utilisateur root:
# kldload linux
250
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Si vous désirez que la compatibilité Linux soit toujours activée, alors vous devrez ajouter la ligne suivante au fichier
/etc/rc.conf:
linux_enable="YES"
La commande kldstat(8) peut être utilisée pour vérifier que le KLD est chargé:
% kldstat
Id Refs Address
Size
1
2 0xc0100000 16bdb8
7
1 0xc24db000 d000
Name
kernel
linux.ko
Si pour quelques raisons vous ne voulez ou pouvez charger le KLD, alors vous pouvez lier statiquement la
compatibilité binaire Linux dans votre noyau en ajoutant options COMPAT_LINUX à votre fichier de configuration
du noyau. Puis installez votre noyau comme décrit dans la Chapitre 8.
10.2.1. Installer les bibliothèques Linux
Cela peut être fait de deux manières, soit en utilisant le logiciel porté linux_base, soit en les installant à la main.
10.2.1.1. Installation à l’aide du logiciel porté linux_base
C’est de loin la méthode la plus simple pour installer les bibliothèques. La procédure est juste identique à
l’installation d’un autre logiciel porté à partir du catalogue des logiciels portés (/usr/ports/). Faites ce qui suit:
# cd /usr/ports/emulators/linux_base-fc4
# make install distclean
La compatibilité binaire Linux devrait maintenant fonctionner. Certains programmes pourront se plaindre de versions
mineures incorrectes de certaines bibliothèques systèmes. Cela semble, en général, ne pas vraiment être un problème.
Note : Il peut y avoir de multiples versions disponibles du logiciel porté emulators/linux_base, correspondant
à différentes distributions et versions de Linux. Vous devez installez la version la plus proche de ce que
nécessite les applications Linux que vous désirez installer.
10.2.1.2. Installer les bibliothèques à la main
Si vous n’avez pas le catalogue des logiciels portés installé, vous pouvez à la place installer les bibliothèques à la
main. Il vous faudra les bibliothèques partagées Linux dont à besoin le programme et l’éditeur de lien dynamiques.
Vous devrez également créer un répertoire racine “masquant” (“shadow root”), /compat/linux, pour les
bibliothèques Linux sur votre système FreeBSD. Toute bibliothèque partagée ouverte par les programmes Linux
exécutés sous FreeBSD iront d’abord voir dans cette arborescence. Ainsi, si un programme Linux charge, par
exemple, /lib/libc.so, FreeBSD essayera d’abord d’ouvrir /compat/linux/lib/libc.so, puis si cette
bibliothèque n’existe pas, /lib/libc.so. Les bibliothèques partagées doivent donc être installées sous
l’arborescence /compat/linux/lib plutôt que sous les chemins d’accès mentionnés par la commande Linux
ld.so.
251
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Généralement, vous ne devrez cherchez à savoir de quelles bibliothèques partagées dépendent les binaires Linux que
les premières fois que vous installerez des programmes Linux sur votre système FreeBSD. Au bout d’un moment,
vous disposerez d’un jeu suffisant de bibliothèques partagées Linux sur votre système pour être en mesure d’exécuter
les binaires Linux nouvellement importés sans effort supplémentaire.
10.2.1.3. Comment installer des bibliothèques partagées supplémentaires
Que faire si vous avez installé le logiciel porté linux_base et que votre application se plaint toujours qu’il lui
manque des bibliothèques partagées? Comment savoir quelles bibliothèques partagées ont besoin les binaires Linux,
et où se les procurer? Il a habituellement deux possibilités (pour suivre les instructions ci-dessous, vous devrez être
en session sous le compte super-utilisateur root).
Si vous avez accès à un système Linux, déterminez de quelles bibliothèques partagées l’application a besoin, et
copiez-les sur votre système FreeBSD. Soit l’exemple suivant:
Supposons que vous veniez de télécharger le binaire Linux de Doom, et que vous l’avez installé sur un système
Linux. Vous pouvez alors vérifier de quelles bibliothèques partagées il a besoin pour fonctionner avec la commande
ldd linuxdoom:
% ldd linuxdoom
libXt.so.3 (DLL Jump 3.1) => /usr/X11/lib/libXt.so.3.1.0
libX11.so.3 (DLL Jump 3.1) => /usr/X11/lib/libX11.so.3.1.0
libc.so.4 (DLL Jump 4.5pl26) => /lib/libc.so.4.6.29
Vous devrez récupérer tous les fichiers mentionnés dans la dernière colonne, et les installer sous /compat/linux,
en utilisant les noms de la première colonne comme liens symboliques qui pointent dessus. Cela signifie que vous
aurez éventuellement les fichiers suivants sur votre système FreeBSD:
/compat/linux/usr/X11/lib/libXt.so.3.1.0
/compat/linux/usr/X11/lib/libXt.so.3 -> libXt.so.3.1.0
/compat/linux/usr/X11/lib/libX11.so.3.1.0
/compat/linux/usr/X11/lib/libX11.so.3 -> libX11.so.3.1.0
/compat/linux/lib/libc.so.4.6.29
/compat/linux/lib/libc.so.4 -> libc.so.4.6.29
Note : Remarquez que si vous avez déjà une bibliothèque partagée de même numéro de version majeure
que celle indiquée par la première colonne du résultat de la commande ldd, il est inutile de copier le fichier
donné par la dernière colonne sur votre système, celui que vous avez déjà devrait suffire. Il est cependant
recommandé de recopier malgré tout la bibliothèque partagée si c’est une version récente. Vous pouvez
supprimer l’ancienne version, du moment que le lien symbolique pointe sur la nouvelle. Par exemple, si
vous avez les bibliothèques suivantes sur votre système:
/compat/linux/lib/libc.so.4.6.27
/compat/linux/lib/libc.so.4 -> libc.so.4.6.27
et que vous avez un nouveau binaire qui d’après le résultat de la commande ldd semble avoir besoin d’une
version plus récente:
libc.so.4 (DLL Jump 4.5pl26) -> libc.so.4.6.29
Si vous n’avez qu’une ou deux versions de retard sur le dernier indice, alors ne vous souciez pas d’installer
la version /lib/libc.so.4.6.29 plus récente, parce que le programme devrait fonctionner sans problème
avec une version légèrement antérieure. Vous pouvez néanmoins décider de remplacer libc.so, ce qui
devrait vous donner quelque chose comme:
252
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
/compat/linux/lib/libc.so.4.6.29
/compat/linux/lib/libc.so.4 -> libc.so.4.6.29
Note : Le mécanisme de lien symbolique n’est nécessaire que pour les binaires Linux. L’éditeur de liens
dynamiques de FreeBSD se charge lui-même de trouver les numéros de versions majeures adéquats et
vous n’avez pas à vous en préoccuper.
10.2.2. Installer des binaires Linux ELF
Une étape supplémentaire est parfois nécessaire pour les binaires ELF: le “marquage”. Si vous tentez d’exécuter un
binaire ELF non marqué, vous obtiendrez un message d’erreur ressemblant à ce qui suit:
% ./mon-binaire-elf-linux
ELF binary type not known
Abort
Pour que le noyau FreeBSD puisse distinguer un binaire ELF FreeBSD d’un binaire Linux, vous devez employer
l’utilitaire brandelf(1):
% brandelf -t Linux mon-binaire-elf-linux
Les outils GNU incorporent désormais automatiquement les marques nécessaires dans les binaires ELF, vous aurez
donc de moins en moins besoin de passer par cette étape à l’avenir.
10.2.3. Configurer le résolveur de noms de domaines
Si le DNS ne fonctionne pas, ou si vous avez les messages:
resolv+: "bind" is an invalid keyword resolv+:
"hosts" is an invalid keyword
Vous devrez configurer un fichier /compat/linux/etc/host.conf contenant:
order hosts, bind
multi on
Où l’ordre ci-dessus spécifie qu’il faut tout d’abord regarder dans le fichier /etc/hosts puis interroger le DNS.
Quand le fichier /compat/linux/etc/host.conf n’existe pas, les applications Linux trouvent le fichier
/etc/host.conf de FreeBSD et se plaignent de sa syntaxe FreeBSD incompatible. Supprimez bind si vous n’avez
pas configuré de serveur de noms avec le fichier /etc/resolv.conf.
253
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.3. Installer Mathematica®
Mis à jour pour Mathematica 5.X par Boris Hollas.
Ce document décrit l’installation de la version Linux de Mathematica 5.X sur un système FreeBSD.
La version Linux de Mathematica ou la version Mathematica for Students peut être commandée directement
auprès de Wolfram à l’adresse http://www.wolfram.com/.
10.3.1. Utiliser l’installeur Mathematica
En premier lieu vous devez indiquer à FreeBSD que les binaires Linux de Mathematica utilisent l’ABI Linux. La
méthode la plus simple pour y parvenir est le marquage par défaut des binaires ELF non marqués comme étant des
binaires Linux, ce marquage se faisant avec la commande:
# sysctl kern.fallback_elf_brand=3
Avec cela FreeBSD supposera que les binaires ELF non marqués sont des binaires Linux, et donc vous devriez être
en mesure d’exécuter le programme d’installation directement depuis le CDROM.
Copiez ensuite sur votre disque dur le fichier MathInstaller:
# mount /cdrom
# cp /cdrom/Unix/Installers/Linux/MathInstaller /localdir/
et dans ce fichier, remplacez /bin/sh sur la première ligne par /compat/linux/bin/sh. Cela permet de garantir
que l’installeur est exécuté par la version Linux de sh(1). Ensuite, remplacez toutes les occurrences de Linux) par
FreeBSD) à l’aide d’un éditeur de texte ou la procédure proposée dans la section suivante. Cela indique à l’installeur
Mathematica, qui fait appel à la commande uname -s pour déterminer le système d’exploitation, de traiter
FreeBSD comme un système d’exploitation de type Linux. Lancer maintenant la commande MathInstaller
procédera à l’installation de Mathematica.
10.3.2. Modifier les exécutables Mathematica
Les procédures que Mathematica a créé lors de l’installation doivent être modifiées avant que vous ne puissiez les
utiliser. Si vous avez choisi /usr/local/bin comme répertoires pour les exécutables Mathematica, vous
trouverez alors dans ce répertoire des liens symboliques vers les fichiers nommés math, mathematica,
Mathematica, et MathKernel. Dans chacun d’entre eux, remplacez Linux) par FreeBSD) avec un éditeur de
texte ou la procédure suivante:
#!/bin/sh
cd /usr/local/bin
for i in math mathematica Mathematica MathKernel
do sed ’s/Linux)/FreeBSD)/g’ $i > $i.tmp
sed ’s/\/bin\/sh/\/compat\/linux\/bin\/sh/g’ $i.tmp > $i
rm $i.tmp
chmod a+x $i
done
254
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.3.3. Obtenir votre mot de passe pour Mathematica
Quand vous lancez Mathematica pour la première fois, un mot de passe vous sera demandé. Si vous n’avez pas
encore récupéré votre mot de passe auprès de Wolfram, lancez le programme mathinfo présent dans le répertoire
d’installation afin d’obtenir l’« identifiant » de votre machine. Cet identifiant de machine est basé uniquement sur
l’adresse MAC de votre première carte Ethernet, vous ne pouvez donc pas utiliser votre copie de Mathematica sur
une machine différente.
Quand vous vous enregistrez auprès de Wolfram, par courrier électronique, téléphone, ou fax, vous leur
communiquerez l’“identifiant” de la machine et ils vous donneront en réponse le mot de passe correspondant qui a la
forme de plusieurs groupes de nombres.
10.3.4. Exécuter l’interface de Mathematica via le réseau
Mathematica utilise des polices de caractères spécifiques pour afficher des caractères qui ne sont pas présents dans
l’ensemble standard de polices (caractère intégrale, somme, lettres grecques, etc.). Le protocole X a besoin que ces
polices de caractères soient installées localement. Cela signifie que vous devrez copier sur votre machine locale ces
polices à partir du CDROM ou d’une machine avec Mathematica installé. Ces polices sont normalement stockées
dans /cdrom/Unix/Files/SystemFiles/Fonts sur le CDROM, ou dans
/usr/local/mathematica/SystemFiles/Fonts sur votre disque dur. En fait les polices sont dans les
sous-répertoires Type1 et X. Il existe différentes manières de les utiliser, comme décrit ci-dessous.
La première manière est de les copier dans un des répertoires de polices de caractères existant dans
/usr/X11R6/lib/X11/fonts. Il faudra alors éditer le fichier fonts.dir, y ajouter les noms des polices, et
changer le nombre de polices sur la première ligne. Alternativement, vous devriez pouvoir juste exécuter
mkfontdir(1) dans le répertoire dans lequel vous avez copié les polices de caractères.
La deuxième manière est de copier les répertoires dans /usr/X11R6/lib/X11/fonts:
#
#
#
#
#
#
#
#
#
#
cd /usr/X11R6/lib/X11/fonts
mkdir X
mkdir MathType1
cd /cdrom/Unix/Files/SystemFiles/Fonts
cp X/* /usr/X11R6/lib/X11/fonts/X
cp Type1/* /usr/X11R6/lib/X11/fonts/MathType1
cd /usr/X11R6/lib/X11/fonts/X
mkfontdir
cd ../MathType1
mkfontdir
Maintenant ajoutez les nouveaux répertoires de polices à votre chemin de recherche des polices de caractères:
# xset fp+ /usr/X11R6/lib/X11/fonts/X
# xset fp+ /usr/X11R6/lib/X11/fonts/MathType1
# xset fp rehash
Si vous utilisez le serveur Xorg, vous pouvez charger ces répertoires de polices automatiquement en les ajoutant à
votre fichier xorg.conf.
Note : Sous les serveurs XFree86, le fichier de configuration se nomme XF86Config.
255
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Si vous n’avez pas déjà de répertoire appelé /usr/X11R6/lib/X11/fonts/Type1, vous pouvez modifier le nom
du répertoire MathType1 dans l’exemple ci-dessus par Type1.
10.4. Installer Maple™
Contribution de Aaron Kaplan. Remerciements à Robert Getschmann.
Maple™ est un programme mathématique commercial similaire à Mathematica. Vous devez acquérir ce logiciel
auprès de http://www.maplesoft.com/ et vous enregistrer pour obtenir un fichier de licence. Pour installer ce logiciel
sous FreeBSD, veuillez suivre les étapes suivantes:
1.
Exécutez la procédure INSTALL fournie avec le logiciel. Choisissez l’option “RedHat” quand le programme
vous le demandera. Un répertoire d’installation typique devrait être: /usr/local/maple.
2.
Si vous ne l’avez pas déjà fait, demandez une licence pour Maple auprès de Maple Waterloo Software
(http://register.maplesoft.com/) et copiez-la sous /usr/local/maple/license/license.dat.
3.
Installez le gestionnaire de licence FLEXlm en exécutant la procédure d’installation INSTALL_LIC fournie
avec Maple. Précisez le nom de la machine au serveur de licence.
4.
Modifiez le fichier /usr/local/maple/bin/maple.system.type avec le correctif suivant:
----- snip -----------------Sun Jul 8 16:35:33 2001
*** maple.system.type.orig
--- maple.system.type
Sun Jul 8 16:35:51 2001
***************
*** 72,77 ****
--- 72,78 ---# the IBM RS/6000 AIX case
MAPLE_BIN="bin.IBM_RISC_UNIX"
;;
+
"FreeBSD"|\
"Linux")
# the Linux/x86 case
# We have two Linux implementations, one for Red Hat and
----- snip end of patch -----
Remarquez qu’après "FreeBSD"|\ aucun espace ne doit être ajouté.
Ce correctif demande à Maple de reconnaître “FreeBSD” comme étant un type de système Linux. La procédure
bin/maple fait appel à la procédure bin/maple.system.type qui à son tour appelle uname -a pour
déterminer le nom du système d’exploitation. En fonction de ce nom, la procédure déterminera quels binaires
utiliser.
5.
Lancez le serveur de licence.
La procédure suivante, installée sous le nom /usr/local/etc/rc.d/lmgrd.sh est une façon pratique de
lancer lmgrd:
----- snip -----------#! /bin/sh
PATH=/usr/local/sbin:/usr/local/bin:/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin:/usr/X11R6/bin
256
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
PATH=${PATH}:/usr/local/maple/bin:/usr/local/maple/FLEXlm/UNIX/LINUX
export PATH
LICENSE_FILE=/usr/local/maple/license/license.dat
LOG=/var/log/lmgrd.log
case "$1" in
start)
lmgrd -c ${LICENSE_FILE} 2>> ${LOG} 1>&2
echo -n " lmgrd"
;;
stop)
lmgrd -c ${LICENSE_FILE} -x lmdown 2>> ${LOG} 1>&2
;;
*)
echo "Usage: ‘basename $0‘ {start|stop}" 1>&2
exit 64
;;
esac
exit 0
----- snip ------------
6.
Testez Maple:
% cd /usr/local/maple/bin
% ./xmaple
Cela devrait fonctionner. Assurez-vous d’écrire à Maplesoft pour leur indiquer que vous désirez une version
native pour FreeBSD!
10.4.1. Pièges courants
•
Le gestionnaire de licence FLEXlm peut être difficile à utiliser. De la documentation supplémentaire à ce sujet est
disponible à l’adresse http://www.globetrotter.com/.
est connu pour être très capricieux au sujet du fichier de licence et de planter si il y a un quelconque
problème. Un fichier de licence correct devrait ressembler à ceci:
• lmgrd
# =======================================================
# License File for UNIX Installations ("Pointer File")
# =======================================================
SERVER chillig ANY
#USE_SERVER
VENDOR maplelmg
FEATURE Maple maplelmg 2000.0831 permanent 1 XXXXXXXXXXXX \
PLATFORMS=i86_r ISSUER="Waterloo Maple Inc." \
ISSUED=11-may-2000 NOTICE=" Technische Universitat Wien" \
SN=XXXXXXXXX
Note : Le numéro de série et la clé ont été ici remplacés par des X. chillig est le nom de la machine.
257
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
L’édition du fichier de licence est possible tant que vous ne touchez pas à la ligne “FEATURE” (qui est protégée
par la clé de la licence).
10.5. Installer MATLAB®
Contribution de Dan Pelleg.
Ce document décrit l’installation de la version Linux de MATLAB® version 6.5 sur un système FreeBSD. Le
logiciel fonctionne plutôt bien, à l’exception de la JVM™, machine virtuelle Java (voir la Section 10.5.3).
La version Linux de MATLAB peut être commandée directement auprès de The MathWorks à l’adresse
http://www.mathworks.com. Assurez-vous d’avoir le fichier de licence ou les instructions pour le créer. Pendant que
vous y êtes, faites-leur savoir que vous désireriez une version FreeBSD native de leur logiciel.
10.5.1. Installer MATLAB
Pour installer MATLAB, faites ce qui suit:
1.
Insérez le CD d’installation et montez-le. Ouvrez une session super-utilisateur (root), comme recommandé par
la procédure d’installation. Pour lancer la procédure d’installation tapez:
# /compat/linux/bin/sh /cdrom/install
Astuce : Le programme d’installation est graphique. Si vous obtenez une erreur disant que le programme
est incapable d’ouvrir une instance d’affichage, tapez setenv HOME ~utilisateur, où utilisateur est
l’utilisateur à partir duquel vous avez fait un su(1).
2.
Quand on vous demande le répertoire racine pour MATLAB, tapez: /compat/linux/usr/local/matlab.
Astuce : Pour faciliter la suite de l’installation et réduire les frappes inutiles, tapez à l’invite de l’interpréteur
de commandes ceci: set MATLAB=/compat/linux/usr/local/matlab
3.
Editez le fichier de licence comme précisé lors de l’obtention de la licence MATLAB.
Astuce : Vous pouvez préparer d’avance ce fichier en utilisant votre éditeur favori, et en le copiant sous le
nom $MATLAB/license.dat avant que le programme d’installation ne vous demande de l’éditer.
4.
Terminez le processus d’installation.
A ce point, votre installation de MATLAB est terminée. Les étapes suivantes rajoutent le nécessaire pour l’intégrer à
votre système FreeBSD.
258
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.5.2. Démarrage du gestionnaire de licence
1.
Créez des liens symboliques pour les procédures du gestionnaire de licence:
# ln -s $MATLAB/etc/lmboot /usr/local/etc/lmboot_TMW
# ln -s $MATLAB/etc/lmdown /usr/local/etc/lmdown_TMW
2.
Créez un fichier de démarrage nommé /usr/local/etc/rc.d/flexlm.sh. L’exemple ci-dessous est une
version modifiée du fichier $MATLAB/etc/rc.lm.glnx86 fourni. Les modifications concernent
l’emplacement des fichiers, et le lancement du gestionnaire de licence sous l’émulation Linux.
#!/bin/sh
case "$1" in
start)
if [ -f /usr/local/etc/lmboot_TMW ]; then
/compat/linux/bin/sh /usr/local/etc/lmboot_TMW -u utilisateur && echo ’MATLAB_lmg
fi
;;
stop)
if [ -f /usr/local/etc/lmdown_TMW ]; then
/compat/linux/bin/sh /usr/local/etc/lmdown_TMW > /dev/null 2>&1
fi
;;
*)
echo "Usage: $0 {start|stop}"
exit 1
;;
esac
exit 0
Important : Le fichier doit être rendu exécutable:
# chmod +x /usr/local/etc/rc.d/flexlm.sh
Vous devez remplacer utilisateur dans la procédure par un nom d’utilisateur valide sur votre système (et
non pas root).
3.
Lancez le gestionnaire de licence avec la commande:
# /usr/local/etc/rc.d/flexlm.sh start
10.5.3. Lier l’environnement d’exécution Java (“Java Runtime
Environment”)
Modifiez le lien vers le “Java Runtime Environment” (JRE) pour un lien fonctionnant correctement sous FreeBSD:
# cd $MATLAB/sys/java/jre/glnx86/
# unlink jre; ln -s ./jre1.1.8 ./jre
259
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.5.4. Création d’une procédure de lancement pour MATLAB
1.
Placez la procédure de démarrage suivante dans le répertoire /usr/local/bin/matlab:
#!/bin/sh
/compat/linux/bin/sh /compat/linux/usr/local/matlab/bin/matlab "$@"
2.
Puis tapez la commande chmod +x /usr/local/bin/matlab.
Astuce : En fonction de la version emulators/linux_base utilisée, vous pouvez rencontrer des problèmes lors
de l’utilisation de cette procédure. Pour éviter cela, éditez le fichier
/compat/linux/usr/local/matlab/bin/matlab, et modifiez la ligne qui dit:
if [ ‘expr "$lscmd" : ’.*->.*’‘ -ne 0 ]; then
(dans la version 13.0.1, c’est la ligne 410) en:
if test -L $newbase; then
10.5.5. Créer une procédure d’arrêt pour MATLAB
Ce qui suit est nécessaire pour corriger le fait que MATLAB ne peut être quitter correctement.
1.
Créez un fichier $MATLAB/toolbox/local/finish.m, et y mettre la ligne suivante:
! $MATLAB/bin/finish.sh
Note : $MATLAB doit être écrit tel quel.
Astuce : Dans le même répertoire, vous trouverez les fichiers finishsav.m et finishdlg.m, qui vous
permettront de sauvegarder l’environnement avant de quitter. Si vous utilisez l’un d’eux, insérez la ligne
ci-dessus après la commande save.
2.
Créez un fichier $MATLAB/bin/finish.sh, qui contiendra ce qui suit:
#!/usr/compat/linux/bin/sh
(sleep 5; killall -1 matlab_helper) &
exit 0
3.
Rendez le fichier exécutable:
# chmod +x $MATLAB/bin/finish.sh
260
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.5.6. Utilisation de MATLAB
A ce point, vous êtes prêt à taper la commande matlab et à commencer à l’utiliser.
10.6. Installer Oracle®
Contribution de Marcel Moolenaar.
10.6.1. Préface
Ce document décrit le processus d’installation d’Oracle 8.0.5 et d’Oracle 8.0.5.1 Enterprise Edition pour Linux
sur une machine FreeBSD.
10.6.2. Installer l’environnement Linux
Assurez-vous d’avoir installé les deux logiciels emulators/linux_base et devel/linux_devtools du
catalogue des logiciels portés. Si vous rencontrez des problèmes avec ces logiciels portés, il se peut que vous ayez à
utiliser les versions pré-compilées ou des versions plus anciennes disponibles dans le catalogue des logiciels portés.
Si vous désirez installer l’agent intelligent, vous devrez également installer le “package” Red Hat Tcl:
tcl-8.0.3-20.i386.rpm. La commande générale pour installer des RPMs avec le logiciel RPM
(archivers/rpm) est:
# rpm -i --ignoreos --root /compat/linux --dbpath /var/lib/rpm package
L’installation du package ne devrait pas générer d’erreur.
10.6.3. Créer l’environnent Oracle
Avant de pouvoir installer Oracle, vous devez configurer un environnement propre. Ce document ne décrit que ce
qu’il y a faire spécifiquement pour utiliser Oracle pour Linux sous FreeBSD, et non pas ce qui a été décrit dans le
guide d’installation d’Oracle.
10.6.3.1. Optimisation du noyau
Comme décrit dans le guide d’installation d’Oracle, vous devez configurer une taille maximale pour la mémoire
partagée. Sous FreeBSD n’utilisez pas l’option SHMMAX. SHMMAX est simplement calculée à partir de SHMMAXPGS et
PGSIZE. Définissez donc l’option SHMMAXPGS. Toutes les autres options peuvent être configurées comme décrit dans
le guide. Par exemple:
options
options
options
options
options
SHMMAXPGS=10000
SHMMNI=100
SHMSEG=10
SEMMNS=200
SEMMNI=70
261
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
options SEMMSL=61
Configurez ces options en fonction de l’utilisation prévue d’Oracle.
Assurez-vous également de la présence des options suivantes dans votre fichier de configuration du noyau:
options SYSVSHM #SysV shared memory
options SYSVSEM #SysV semaphores
options SYSVMSG #SysV interprocess communication
10.6.3.2. Compte Oracle
Créez un compte oracle de la même manière que vous créerez un autre compte utilisateur. Le compte oracle n’a
de spécial que le fait que vous devez lui donner un interpréteur de commandes Linux. Ajoutez
/compat/linux/bin/bash au fichier /etc/shells et fixez l’interpréteur de commande du compte oracle à
/compat/linux/bin/bash.
10.6.3.3. Environnement
En plus des variables d’environnement normales d’Oracle comme ORACLE_HOME et ORACLE_SID vous devez fixer
les variables d’environnement suivantes:
Variable
Valeur
LD_LIBRARY_PATH
$ORACLE_HOME/lib
CLASSPATH
$ORACLE_HOME/jdbc/lib/classes111.zip
PATH
/compat/linux/bin /compat/linux/sbin
/compat/linux/usr/bin /compat/linux/usr/sbin /bin /sbin
/usr/bin /usr/sbin /usr/local/bin $ORACLE_HOME/bin
Il est conseillé de définir toutes les variables d’environnement dans le fichier .profile. Un exemple complet est:
ORACLE_BASE=/oracle; export ORACLE_BASE
ORACLE_HOME=/oracle; export ORACLE_HOME
LD_LIBRARY_PATH=$ORACLE_HOME/lib
export LD_LIBRARY_PATH
ORACLE_SID=ORCL; export ORACLE_SID
ORACLE_TERM=386x; export ORACLE_TERM
CLASSPATH=$ORACLE_HOME/jdbc/lib/classes111.zip
export CLASSPATH
PATH=/compat/linux/bin:/compat/linux/sbin:/compat/linux/usr/bin
PATH=$PATH:/compat/linux/usr/sbin:/bin:/sbin:/usr/bin:/usr/sbin
PATH=$PATH:/usr/local/bin:$ORACLE_HOME/bin
export PATH
262
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.6.4. Installer Oracle
En raison d’une particularité de l’émulateur Linux, vous devez créer un répertoire appelé .oracle dans /var/tmp
avant de lancer le programme d’installation. Faites en sorte que l’utilisateur oracle en soit le propriétaire. Vous
devriez être en mesure d’installer Oracle sans problème. Si vous rencontrez cependant des problèmes, contrôlez tout
d’abord votre distribution d’Oracle et/ou configuration! Après avoir installé Oracle, appliquez les correctifs décrits
dans les deux sous-sections suivantes.
Un problème fréquent est que l’interface au protocole TCP n’est pas correctement installée. Avec comme
conséquence l’impossibilité d’écouter le trafic TCP. Les opérations suivantes aident à résoudre ce problème:
#
#
#
#
#
#
cd $ORACLE_HOME/network/lib
make -f ins_network.mk ntcontab.o
cd $ORACLE_HOME/lib
ar r libnetwork.a ntcontab.o
cd $ORACLE_HOME/network/lib
make -f ins_network.mk install
N’oubliez pas de lancer à nouveau root.sh!
10.6.4.1. Appliquer un correctif au fichier root.sh
Quand on installe Oracle, certaines opérations, qui doivent être effectuées en tant que root, sont enregistrées dans
une procédure d’interpréteur de commandes appelée root.sh. Cette procédure se trouve dans le répertoire
orainst. Appliquez le correctif suivant au fichier root.sh, pour faire en sorte qu’il utilise le chemin correct pour
chown, ou exécute une procédure sous un interpréteur de commandes Linux natif.
*** orainst/root.sh.orig Tue Oct 6 21:57:33 1998
--- orainst/root.sh Mon Dec 28 15:58:53 1998
***************
*** 31,37 ****
# This is the default value for CHOWN
# It will redefined later in this script for those ports
# which have it conditionally defined in ss_install.h
! CHOWN=/bin/chown
#
# Define variables to be used in this script
--- 31,37 ---# This is the default value for CHOWN
# It will redefined later in this script for those ports
# which have it conditionally defined in ss_install.h
! CHOWN=/usr/sbin/chown
#
# Define variables to be used in this script
Quand vous n’installez pas Oracle à partir d’un CD, vous pouvez modifier les sources de root.sh. La procédure se
nomme rthd.sh et se trouve dans le répertoire orainst dans l’arborescence des sources.
263
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.6.4.2. Patching genclntsh
La procédure genclntsh est utilisée pour créer une simple bibliothèque partagée cliente. Elle est utilisée lors de la
construction des démos. Appliquez le correctif suivant pour commenter la définition de la variable d’environnement
PATH:
*** bin/genclntsh.orig Wed Sep 30 07:37:19 1998
--- bin/genclntsh Tue Dec 22 15:36:49 1998
***************
*** 32,38 ****
#
# Explicit path to ensure that we’re using the correct commands
#PATH=/usr/bin:/usr/ccs/bin export PATH
! PATH=/usr/local/bin:/bin:/usr/bin:/usr/X11R6/bin export PATH
#
# each product MUST provide a $PRODUCT/admin/shrept.lst
--- 32,38 ---#
# Explicit path to ensure that we’re using the correct commands
#PATH=/usr/bin:/usr/ccs/bin export PATH
! #PATH=/usr/local/bin:/bin:/usr/bin:/usr/X11R6/bin export PATH
#
# each product MUST provide a $PRODUCT/admin/shrept.lst
10.6.5. Exécuter Oracle
Après avoir suivi les instructions précédentes, vous devriez être en mesure d’exécuter Oracle comme si le
programme tournait sous Linux.
10.7. Installer SAP® R/3®
Contribution de Holger Kipp. Conversion en SGML par Valentino Vaschetto.
Les installations de systèmes SAP sous FreeBSD ne seront pas supportées par l’équipe de support de SAP — ils
n’assurent que le support pour des plateformes ceritifiées.
10.7.1. Préface
Ce document décrit une façon d’installer un système SAP R/3 avec la base de données Oracle pour Linux sur une
machine FreeBSD, comprenant l’installation de FreeBSD et d’Oracle. Deux configurations différentes seront
décrites:
•
SAP R/3 4.6B (IDES) avec Oracle 8.0.5 sous FreeBSD 4.3-STABLE
•
SAP R/3 4.6C avec Oracle 8.1.7 sous FreeBSD 4.5-STABLE
264
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Même si ce document tente de décrire toutes les étapes importantes de façon détaillée, il n’est pas destiné à
remplacer les guides d’installation d’Oracle et SAP R/3.
Veuillez consulter la documentation fournie avec la version Linux de SAP R/3 et les questions spécifiques à Oracle,
ainsi que les ressources d’Oracle et de SAP OSS.
10.7.2. Logiciels
Les CD-ROMs suivants ont été utilisés pour les installations de SAP:
10.7.2.1. SAP R/3 4.6B, Oracle 8.0.5
Nom
Numéro
Description
KERNEL
51009113
Noyau SAP Oracle / Installation /
AIX, Linux, Solaris
RDBMS
EXPORT1
51007558
51010208
Oracle / RDBMS 8.0.5.X / Linux
IDES / DB-Export / Disque 1 sur 6
EXPORT2
EXPORT3
51010209
51010210
IDES / DB-Export / Disque 2 sur 6
IDES / DB-Export / Disque 3 sur 6
EXPORT4
51010211
IDES / DB-Export / Disque 4 sur 6
EXPORT5
EXPORT6
51010212
51010213
IDES / DB-Export / Disque 5 sur 6
IDES / DB-Export / Disque 6 sur 6
De plus, nous avons utilisé le CD d’Oracle 8 Serveur (version 8.0.5 de pré-production pour Linux, noyau 2.0.33)
qui n’est pas vraiment nécessaire, et FreeBSD 4.3-STABLE (une version plus vieille de quelques jours que la
4.3-RELEASE).
10.7.2.2. SAP R/3 4.6C SR2, Oracle 8.1.7
Nom
Numéro
Description
KERNEL
51014004
RDBMS
51012930
Noyau SAP Oracle / Noyau SAP
Version 4.6D / DEC, Linux
Oracle 8.1.7/ RDBMS / Linux
EXPORT1
51013953
EXPORT1
51013953
EXPORT1
51013953
EXPORT1
51013953
LANG1
51013954
Version 4.6C SR2 / Export / Disque 1
sur 4
Version 4.6C SR2 / Export / Disque 2
sur 4
Version 4.6C SR2 / Export / Disque 3
sur 4
Version 4.6C SR2 / Export / Disque 4
sur 4
Version 4.6C SR2 / Langue / DE, EN,
FR / Disque 1 sur 3
265
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
En fonction des langues que vous désirez installer, des CDs propres à ces langues pourront être nécessaires. Ici nous
utilisons juste l’allemand (DE) et l’anglais (EN), donc seul le premier CD propre aux langues sera nécessaire. Notez
que le numéro des quatre CDs EXPORT est identique (c’est différent du numérotage des CDs 4.6B IDES). Au
moment de l’écriture de ces lignes, cette installation utilise FreeBSD 4.5-STABLE (du 20 mars 2002).
10.7.3. Notes concernant SAP
Les notes suivantes devraient être lues avant d’installer SAP R/3 et ont prouvé leur utilité durant l’installation:
10.7.3.1. SAP R/3 4.6B, Oracle 8.0.5
Numéro
Titre
0171356
0201147
SAP sous Linux: Remarques importantes
INST: 4.6C R/3 Inst. sur UNIX - Oracle
0373203
0072984
Mise à jour / Migration Oracle 8.0.5 --> 8.0.6/8.1.6
LINUX
Digital UNIX 4.0B pour Oracle
0130581
Fin de l’étape DIPGNTAB de R3SETUP
0144978
0162266
Votre système n’a pas été installé correctement
Questions et conseils pour R3SETUP sous Windows NT /
W2K
10.7.3.2. SAP R/3 4.6C, Oracle 8.1.7
Numéro
Titre
0015023
0045619
Initialisation de la table TCPDB (RSXP0004) (EBCDIC)
R/3 avec plusieurs langues ou languages or typefaces
0171356
0195603
SAP sous Linux: Remarques importantes
RedHat 6.1 version entreprise: problèmes connus
0212876
0300900
Le nouvel outil d’archivage SAPCAR
Linux: matériel DELL
0377187
0387074
RedHat 6.2: remarques importantes
INST: R/3 4.6C SR2 Installation sous UNIX
0387077
0387078
INST: R/3 4.6C SR2 Inst. sous UNIX - Oracle
SAP sous UNIX: Dépendances 4.6C SR2
266
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.4. Matériel nécessaire
L’équipement suivant est suffisant pour l’installation d’un système SAP R/3. Bien sûr pour une utilisation en
production, un choix plus pointu du matériel est nécessaire:
Composant
4.6B
4.6C
Processeur
2 x 800MHz Pentium III
2 x 800MHz Pentium III
Mémoire
Espace disque
1Go ECC
50-60Go (IDES)
2Go ECC
50-60Go (IDES)
Pour une utilisation en production, des processeurs Xeon avec un cache important, un accès disque rapide (SCSI,
contrôleur RAID matériel) et de la mémoire ECC. L’espace disque nécessaire est important en raison du système
IDES pré-configuré, qui créé une base de données de 27 Go durant l’installation. Cet espace est également suffisant
pour démarrer des systèmes destinés à la production.
10.7.4.1. SAP R/3 4.6B, Oracle 8.0.5
Le matériel suivant fut utilisé: une carte mère bi-processeurs avec 2 processeurs Pentium III 800 MHz, une carte
SCSI Adaptec® 29160 Ultra160 (pour utiliser un lecteur de bande 40/80 Go DLT et un lecteur de CDROM), une
carte Mylex® AcceleRAID™ (2 canaux, firmware 6.00-1-00 avec 32 Mo de RAM). Au contrôleur RAID Mylex sont
reliés deux disques durs de 17 Go (miroirs) et quatre disques de 36 Go (RAID niveau 5).
10.7.4.2. SAP R/3 4.6C, Oracle 8.1.7
Pour cette installation un Dell™ PowerEdge™ 2500 a été utilisé: une carte mère bi-processeurs avec deux
processeurs Pentium III 1000 MHz (256 Ko de cache), 2 Go PC133 ECC SDRAM, un contrôleur PERC/3 DC PCI
RAID avec 128 Mo, et un lecteur DVD-ROM EIDE. Au contrôleur RAID sont reliés deux disques durs 18 Go
(miroirs) et quatre disques de 36 Go (RAID niveau 5).
10.7.5. Installation de FreeBSD
Tout d’abord vous devez installer FreeBSD. Il existe de nombreuses manière d’installer FreeBSD, pour plus
d’informations consultez la Section 2.13.
10.7.5.1. Organisation des disques
Pour rester simple, la même organisation des disques a été utilisée pour les installations de SAP R/3 46B et SAP R/3
46C SR2. Seuls les noms de périphériques ont changé, comme les installations ont été effectuées sur du matériel
différent (/dev/da et /dev/amr respectivement, aussi si l’on utilise un contrôleur AMI MegaRAID, on verra
/dev/amr0s1a à la place de /dev/da0s1a):
Système de fichiers
Taille (blocs de 1k)
Taille (Go)
Monté sous
/dev/da0s1a
1.016.303
1
/
6
swap
/dev/da0s1b
267
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Système de fichiers
Taille (blocs de 1k)
Taille (Go)
Monté sous
/dev/da0s1e
2.032.623
8.205.339
2
8
/var
45
2
/compat/linux/oracle
/dev/da1s1f
45.734.361
2.032.623
/dev/da1s1g
2.032.623
2
/compat/linux/usr/sap
/dev/da0s1f
/dev/da1s1e
/usr
/compat/linux/sapmnt
Configurez et initialisez les deux disques logiques à l’avance avec les logiciels Mylex ou PERC/3 RAID. Ces
logiciels peuvent être lancés lors de la phase de démarrage du BIOS.
Notez que l’organisation du disque diffère légèrement des recommandations de SAP, comme SAP suggère de monter
séparément les sous-répertoires d’Oracle (et d’autres) — nous avons décidé de simplement créer de véritables
sous-répertoires directement.
10.7.5.2. Utiliser make world et compiler un nouveau noyau
Téléchargez les sources -STABLE les plus récentes. Recompilez l’intégralité du système et votre noyau personnalisé
après avoir configuré votre fichier de configuration du noyau. Là, vous devriez également ajouter les
paramètres du noyau requis par SAP R/3 et Oracle.
10.7.6. Installer l’environnement Linux
10.7.6.1. Installer le système de base Linux
Tout d’abord le logiciel porté linux_base doit être installé (en tant que super-utilisateur):
# cd /usr/ports/emulators/linux_base
# make install distclean
10.7.6.2. Installer l’environnement de développement Linux
L’environnement de développement Linux est nécessaire, si vous désirez installer Oracle sous FreeBSD comme cela
est décrit dans la Section 10.6:
# cd /usr/ports/devel/linux_devtools
# make install distclean
L’environnement de développement Linux a été installé en vue de l’installation de SAP R/3 46B IDES. Ce n’est pas
nécessaire si Oracle DB n’est pas liée sur un système FreeBSD. C’est le cas si vous utilisez l’archive tar Oracle en
provenance d’un système Linux.
268
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.6.3. Installer les RPMs nécessaires
Pour lancer le programme R3SETUP, le support PAM est nécessaire. Lors de la première installation de SAP sous
FreeBSD 4.3-STABLE, nous avons tenté d’installer PAM avec tous les “packages” nécessaires, et nous avons
finalement forcé l’installation du “package” PAM, ce qui a fonctionné. Pour SAP R/3 4.6C SR2, nous avons
directement forcé l’installation du RPM PAM, ce qui fonctionne également, il semble donc que les RPMs de
dépendance ne sont pas nécessaires:
# rpm -i --ignoreos --nodeps --root /compat/linux --dbpath /var/lib/rpm \
pam-0.68-7.i386.rpm
Pour utiliser l’agent intelligent d’Oracle 8.0.5, nous devons également installer la version RedHat de Tcl
tcl-8.0.5-30.i386.rpm (sinon l’édition de liens durant l’installation d’Oracle ne fonctionnera pas). Il existe
d’autres problèmes à ce niveau, mais ils concernent directement la version Linux d’Oracle, et ne sont donc pas
spécifiquent à FreeBSD.
10.7.6.4. Quelques conseils supplémentaires
Cela peut être une bonne idée d’ajouter linprocfs au fichier /etc/fstab, pour plus d’informations consultez la
page de manuel linprocfs(5). Un autre paramètre à positionner est kern.fallback_elf_brand=3, ce qui doit être
fait dans le fichier /etc/sysctl.conf.
10.7.7. Créer l’environnement SAP/R3
10.7.7.1. Créer les systèmes de fichiers et points de montage nécessaires
Pour une simple installation, il est suffisant de créer les systèmes de fichiers suivants:
point de montage
taille en Go
/compat/linux/oracle
45 Go
/compat/linux/sapmnt
2 Go
2 Go
/compat/linux/usr/sap
Il est également nécessaire de créer certains liens. Sinon l’intalleur SAP se plaindra, lors du contrôle des liens créés:
# ln -s /compat/linux/oracle /oracle
# ln -s /compat/linux/sapmnt /sapmnt
# ln -s /compat/linux/usr/sap /usr/sap
Un message d’erreur possible durant l’installation (ici avec un système PRD l’installation de SAP R/3 4.6C SR2):
INFO 2002-03-19 16:45:36 R3LINKS_IND_IND SyLinkCreate:200
Checking existence of symbolic link /usr/sap/PRD/SYS/exe/dbg to
/sapmnt/PRD/exe. Creating if it does not exist...
WARNING 2002-03-19 16:45:36 R3LINKS_IND_IND SyLinkCreate:400
Link /usr/sap/PRD/SYS/exe/dbg exists but it points to file
269
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
/compat/linux/sapmnt/PRD/exe instead of /sapmnt/PRD/exe. The
program cannot go on as long as this link exists at this
location. Move the link to another location.
ERROR 2002-03-19 16:45:36 R3LINKS_IND_IND Ins_SetupLinks:0
can not setup link ’/usr/sap/PRD/SYS/exe/dbg’ with content
’/sapmnt/PRD/exe’
10.7.7.2. Création des utilisateurs et des répertoires
SAP R/3 a besoin de deux utilisateurs et de trois groupes. Les noms d’utilisateurs dépendent du système d’ID de
SAP (SID) qui est composé de trois lettres. Certains de ces SIDs sont réservés par SAP (par exemple SAP et NIX.
Pour une liste complète consultez la documentation de SAP). Pour l’installation IDES, nous avons utilisé IDS, pour
l’installation 4.6C SR2 PRD, comme ce système était destiné à la production. Nous avons cependant les groupes
suivants (les identifiants de groupe peuvent être différents, ce sont seulement les valeurs que nous avons utilisés dans
notre installation):
groupe ID
nom du groupe
description
100
dba
Administrateur de la base de données
101
102
sapsys
oper
Système SAP
Opérateur de la base de données
Pour une installation d’Oracle par défaut, seul le groupe dba est utilisé. Tout comme le groupe oper, certains
utilisent également le groupe dba (Voir les documentations d’Oracle et de SAP pour plus d’information).
Nous avons également besoin des utilisateurs suivants:
ID utilisateur
nom
d’utilisateur
nom générique groupe
groupes supplé- description
mentaires
1000
idsadm/prdadm
sid adm
sapsys
oper
Administrateur
SAP
1002
oraids/oraprd
orasid
dba
oper
Administrateur de
la base de données
Oracle
L’ajout des utilisateurs avec la commande adduser(8) nécessite les entrées suivantes (notez l’interpréteur de
commandes et le répertoire utilisateur) pour l’“Administrateur SAP”:
Name: sid adm
Password: ******
Fullname: SAP Administrator SID
Uid: 1000
Gid: 101 (sapsys)
Class:
Groups: sapsys dba
HOME: /home/sid adm
Shell: bash (/compat/linux/bin/bash)
270
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
et pour l’“Administrateur de la base de données Oracle”:
Name: orasid
Password: ******
Fullname: Oracle Administrator SID
Uid: 1002
Gid: 100 (dba)
Class:
Groups: dba
HOME: /oracle/sid
Shell: bash (/compat/linux/bin/bash)
Ceci devrait également inclure le groupe oper au cas où vous utiliseriez les deux groupes dba et oper.
10.7.7.3. Création des répertoires
Ces répertoires sont généralement créés sous forme de systèmes de fichiers séparés. Cela dépend entièrement de vous
besoins. Nous avons choisi de créer de simple répertoires, comme ils sont placés sur le même système RAID 5:
Nous positionnerons tout d’abord les propriétaires et les droits de certains répertoires (en tant que root):
#
#
#
#
#
chmod
chmod
chown
chown
chmod
775 /oracle
777 /sapmnt
root:dba /oracle
sid adm:sapsys /compat/linux/usr/sap
775 /compat/linux/usr/sap
Ensuite nous crérons les répertoires en tant qu’utilisateur orasid . Ce seront tous les répertoires du type
/oracle/SID :
#
#
#
#
#
#
su - orasid
cd /oracle/SID
mkdir mirrlogA mirrlogB origlogA origlogB
mkdir sapdata1 sapdata2 sapdata3 sapdata4 sapdata5 sapdata6
mkdir saparch sapreorg
exit
Pour l’installation d’Oracle 8.1.7 des répertoires supplémentaires sont nécessaires:
#
#
#
#
#
#
#
#
su - orasid
cd /oracle
mkdir 805_32
mkdir client stage
mkdir client/80x_32
mkdir stage/817_32
cd /oracle/SID
mkdir 817_32
Note : Le répertoire client/80x_32 est créé tel quel. Ne remplacez pas le x par quelque chose d’autre.
La dernière étape consiste à créer les répertoires en tant qu’utilisateur sid adm:
271
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
#
#
#
#
#
su - sid adm
cd /usr/sap
mkdir SID
mkdir trans
exit
10.7.7.4. Entrées dans /etc/services
SAP R/3 a besoin de certaines entrées dans le fichier /etc/services, qui ne seront pas créées durant son
installation sous FreeBSD. Veuillez ajouter les entrées suivantes (vous avez besoin au moins des entrées
correspondant au numéro d’instance — dans notre cas, 00. Cela ne posera pas de problème d’ajouter toutes les
entrées de 00 à 99 pour dp, gw, sp et ms). Si vous allez utiliser SAProuter ou vous devez accéder au SAP OSS,
vous avez également besoin de l’entrée 99, comme le port 3299 est généralement utilisé par le processus SAProuter
sur le système cible:
sapdp00
sapgw00
sapsp00
sapms00
sapmsSID
sapgw00s
3200/tcp
3300/tcp #
3400/tcp #
3500/tcp #
3600/tcp #
4800/tcp
# SAP Dispatcher.
SAP Gateway.
3200
3300 +
3400 +
3500 +
SAP Message Server. 3600 +
# SAP Secure Gateway
4800
+ Instance-Number
Instance-Number
Instance-Number
Instance-Number
Instance-Number
+ Instance-Number
10.7.7.5. “Locales” nécessaires
SAP nécessite au moins deux “locales” qui ne font pas partie de l’installation RedHat par défaut. SAP propose les
RPMs nécessaires en téléchargement à partir de leur serveur FTP (qui est uniquement accessible si vous êtes un
client avec un accès OSS). Consultez la note 0171356 pour la liste des RPMs dont vous avez besoin.
Il est également possible de créer just les appropriés (par exemple à partir de de_DE et en_US), mais nous ne
recommandons pas cela pour un système destiné à la production (bien que cela a fonctionné sans problème avec le
système IDES). Les “locales” suivantes sont nécessaires:
de_DE.ISO-8859-1
en_US.ISO-8859-1
Créez les liens comme suit:
# cd /compat/linux/usr/share/locale
# ln -s de_DE de_DE.ISO-8859-1
# ln -s en_US en_US.ISO-8859-1
S’ils n’existent pas, des problèmes apparaîtrons lors de l’installation. Si ces problèmes sont intentionnellement
ignorés (en fixant la valeur de la variable STATUS des étapes pour lesquelles les problèmes sont apparus à la valeur
OK dans le fichier CENTRDB.R3S), il sera impossible d’ouvrir une session sur le système SAP sans effort
supplémentaire.
272
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.7.6. Optimisation du noyau
Les systèmes SAP R/3 demandent beaucoup de ressources. Nous avons donc ajouté les paramètres suivants au
fichier de configuration du noyau:
# Set these for memory pigs (SAP and Oracle):
options MAXDSIZ="(1024*1024*1024)"
options DFLDSIZ="(1024*1024*1024)"
# System V options needed.
options SYSVSHM #SYSV-style shared memory
options SHMMAXPGS=262144 #max amount of shared mem. pages
#options SHMMAXPGS=393216 #use this for the 46C inst.parameters
options SHMMNI=256 #max number of shared memory ident if.
options SHMSEG=100 #max shared mem.segs per process
options SYSVMSG #SYSV-style message queues
options MSGSEG=32767 #max num. of mes.segments in system
options MSGSSZ=32 #size of msg-seg. MUST be power of 2
options MSGMNB=65535 #max char. per message queue
options MSGTQL=2046 #max amount of msgs in system
options SYSVSEM #SYSV-style semaphores
options SEMMNU=256 #number of semaphore UNDO structures
options SEMMNS=1024 #number of semaphores in system
options SEMMNI=520 #number of semaphore identifiers
options SEMUME=100
#number of UNDO keys
Les valeurs minimales sont précisées dans la documentation en provenance de SAP. Comme il n’y a pas d’éléments
concernant Linux, consultez la section sur HP-UX (32bits) pour plus d’information. Comme le système utilisé pour
l’installation de la version 4.6C SR2 dispose de plus de mémoire principale, les segments de mémoire partagée
(“shared segments”) peuvent être plus larges pour SAP et Oracle, cependant choisissez un nombre plus important de
page de mémoire partagée.
Note : Avec l’installation par défaut de FreeBSD sur l’architecture i386, laissez MAXDSIZ et DFLDSIZ à une valeur
de 1 Go maximum. Sinon, des erreurs étranges comme “ORA-27102: out of memory” et “Linux Error: 12:
Cannot allocate memory” risquent d’apparaître.
10.7.8. Installer SAP R/3
10.7.8.1. Préparer les CDROMs SAP
Il y a de nombreux CDROMs à monter et démonter lors de l’installation. Si vous disposez de suffisamment de
lecteurs de CDROMs, vous pouvez tout simplement les monter tous. Nous avons décidé de copier le contenu des
CDROMs dans les répertoires correspondant:
/oracle/SID /sapreorg/nom-du-cd
où nom-du-cd est un nom parmi KERNEL, RDBMS, EXPORT1, EXPORT2, EXPORT3, EXPORT4, EXPORT5 et EXPORT6
pour l’installation de la version 4.6B/IDES, et KERNEL, RDBMS, DISK1, DISK2, DISK3, DISK4 et LANG pour
273
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
l’installation de la version 4.6C SR2. Tous les noms de fichiers sur les CDs montés devraient être en majuscules,
sinon utilisez l’option -g pour le montage. Utilisez donc les commandes suivantes:
# mount_cd9660 -g /dev/cd0a /mnt
# cp -R /mnt/* /oracle/SID /sapreorg/nom-du-cd
# umount /mnt
10.7.8.2. Exécuter la procédure d’installation
Tout d’abord, vous devez préparer un répertoire install:
# cd /oracle/SID /sapreorg
# mkdir install
# cd install
Ensuite la procédure d’installation est lancée, qui copiera tous fichiers correspondant dans le répertoire install:
# /oracle/SID /sapreorg/KERNEL/UNIX/INSTTOOL.SH
L’installation IDES (4.6B) est fournie avec un système SAP R/3 de démonstration complètement configuré, il y a
donc six CDs EXPORT au lieu de juste trois CDs EXPORT. A ce point la configuration par défaut d’installation
CENTRDB.R3S est destiné à l’installation d’une instance centrale standard (R/3 et base de données), et non pas
l’instance centrale standard IDES, on doit donc copier le fichier CENTRDB.R3S correspondant du répertoire
EXPORT1, sinon R3SETUP ne demandera que trois CDs EXPORT.
La nouvelle version SAP 4.6C SR2 est fournie avec quatre CDs EXPORT. Le fichier de paramètres qui contrôle les
étapes de l’installation est le fichier CENTRAL.R3S. Contrairement aux versions précédentes, il n’y a pas de modèle
de configuration d’installation séparé pour une instance centrale avec ou sans base de données. SAP utilise un
modèle de configuration séparé pour l’installation de base de données. Pour relancer l’installation postérieurement, il
suffit de la relancer avec le fichier d’origine.
Pendant et après l’installation, SAP a besoin que la commande hostname renvoie uniquement le nom de la machine
et non pas le nom complet de la machine. Fixez donc le nom de la machine en fonction, ou créez un alias avec alias
hostname=’hostname -s’ pour les utilisateurs orasid et sid adm (et pour le super-utilisateur root au moins
durant les étapes de l’installation effectuées en tant que root). Il est également possible d’ajuster les fichiers
.profile et .login des deux utilisateurs qui sont installés lors de l’installation de SAP.
10.7.8.3. Exécuter R3SETUP 4.6B
Assurez-vous que la variable LD_LIBRARY_PATH est correctement positionnée:
# export LD_LIBRARY_PATH=/oracle/IDS/lib:/sapmnt/IDS/exe:/oracle/805_32/lib
Lancez R3SETUP en tant que root à partir du répertoire d’installation:
# cd /oracle/IDS/sapreorg/install
# ./R3SETUP -f CENTRDB.R3S
La procédure pose ensuite un certain nombre de questions (les valeurs par défaut sont entre crochets, suivies par les
entrées clavier):
274
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Question
Défaut
Entrée(s) clavier
Enter SAP System ID
Enter SAP Instance Number
[C11]
[00]
IDSEntrée
Entrée
Enter SAPMOUNT Directory
[/sapmnt]
Entrée
Enter name of SAP central host
Enter name of SAP db host
[troubadix.domain.de]
[troubadix]
Entrée
Entrée
Select character set
[1] (WE8DEC)
Enter Oracle server version (1) Oracle
8.0.5, (2) Oracle 8.0.6, (3) Oracle
8.1.5, (4) Oracle 8.1.6
Entrée
1Entrée
Extract Oracle Client archive
Enter path to KERNEL CD
[1] (Yes, extract)
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/KERNEL
Enter path to RDBMS CD
Enter path to EXPORT1 CD
[/sapcd]
[/sapcd]
/oracle/IDS/sapreorg/RDBMS
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT1
Directory to copy EXPORT1 CD
Enter path to EXPORT2 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD4_DIR]
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT2
Directory to copy EXPORT2 CD
Enter path to EXPORT3 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD5_DIR]
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT3
Directory to copy EXPORT3 CD
Enter path to EXPORT4 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD6_DIR]
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT4
Directory to copy EXPORT4 CD
Enter path to EXPORT5 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD7_DIR]
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT5
Directory to copy EXPORT5 CD
Enter path to EXPORT6 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD8_DIR]
[/sapcd]
Entrée
/oracle/IDS/sapreorg/EXPORT6
Directory to copy EXPORT6 CD
[/oracle/IDS/sapreorg/CD9_DIR]
Entrée
Enter amount of RAM for SAP + DB
Service Entry Message Server
[3600]
850Entrée (en mégaoctets)
Entrée
Enter Group-ID of sapsys
Enter Group-ID of oper
[101]
[102]
Entrée
Entrée
Enter Group-ID of dba
Enter User-ID of sid adm
[100]
[1000]
Entrée
Entrée
Enter User-ID of orasid
Number of parallel procs
[1002]
[2]
Entrée
Entrée
Si vous n’avez pas copié les CDs en différent endroits, alors l’installeur SAP ne peut trouver le CD nécessaire
(identifié par le fichier LABEL.ASC sur le CD) et vous demandera alors d’insérer, de monter le CD et de confirmer ou
d’entrer le chemin du point de montage.
Le fichier CENTRDB.R3S peut ne pas être exempt de problème. Dans notre cas, il demanda à nouveau le CD
EXPORT4 mais indiqua la clé correcte (6_LOCATION, puis 7_LOCATION, etc.), on peut donc juste continuer à
saisir les bonnes valeurs.
En dehors des problèmes mentionnés plus bas, tout devrait être assez direct jusqu’au moment où la base de données
Oracle doit être installée.
275
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.8.4. Exécuter R3SETUP 4.6C SR2
Assurez-vous que la variable LD_LIBRARY_PATH est correctement positionnée. La valeur est différente de
l’installation 4.6B avec Oracle 8.0.5:
# export LD_LIBRARY_PATH=/sapmnt/PRD/exe:/oracle/PRD/817_32/lib
Lancez R3SETUP en tant que root à partir du répertoire d’installation:
# cd /oracle/PRD/sapreorg/install
# ./R3SETUP -f CENTRAL.R3S
La procédure pose ensuite un certain nombre de questions (les valeurs par défaut sont entre crochets, suivies par les
entrées clavier):
Question
Défaut
Entrée(s) clavier
Enter SAP System ID
[C11]
PRDEntrée
Enter SAP Instance Number
Enter SAPMOUNT Directory
[00]
[/sapmnt]
Entrée
Entrée
Enter name of SAP central host
Enter Database System ID
[majestix]
[PRD]
Entrée
PRDEntrée
Enter name of SAP db host
Select character set
[majestix]
[1] (WE8DEC)
Entrée
Entrée
Enter Oracle server version (2) Oracle
8.1.7
Extract Oracle Client archive
[1] (Yes, extract)
Entrée
Enter path to KERNEL CD
/oracle/PRD/sapreorg/KERNEL
[/sapcd]
2Entrée
Enter amount of RAM for SAP + DB 2044
Service Entry Message Server
[3600]
1800Entrée (en mégaoctets)
Entrée
Enter Group-ID of sapsys
Enter Group-ID of oper
[100]
[101]
Entrée
Entrée
Enter Group-ID of dba
Enter User-ID of oraprd
[102]
[1002]
Entrée
Entrée
Enter User-ID of prdadm
LDAP support
[1000]
Entrée
3Entrée (pas de support)
Installation step completed
Choose installation service
[1] (continue)
[1] (DB inst,file)
Entrée
Entrée
Jusqu’ici, la création d’utilisateurs donne une erreur durant l’installation lors des phases
OSUSERDBSID_IND_ORA (pour la création de l’utilisateur orasid ) et OSUSERSIDADM_IND_ORA (création
de l’utilisateur sid adm).
En dehors des problèmes mentionnés plus bas, tout devrait être assez direct jusqu’au moment où la base de données
Oracle doit être installée.
276
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.9. Installer Oracle 8.0.5
Consultez les notes SAP et les Readmes d’Oracle concernant Linux et la base de données Oracle pour de possibles
problèmes. La plupart, si ce n’est pas tous, de ces problèmes proviennent de bibliothèques incompatibles.
Pour plus d’informations au sujet de l’installation d’Oracle, référez-vous au chapitre sur l’installation d’Oracle.
10.7.9.1. Installer Oracle 8.0.5 avec orainst
Si Oracle 8.0.5 doit être utilisée, des bibliothèques supplémentaires sont nécessaires pour une édition de liens
couronnée de succès, comme Oracle 8.0.5 est liée avec une ancienne bibliothèque glibc (RedHat 6.0), cependant
RedHat 6.1 utilise déjà une nouvelle version de la bibliothèque glibc. Vous devez donc installer les “packages”
suivants pour s’assurer que l’édition de liens fonctionnera:
• compat-libs-5.2-2.i386.rpm
• compat-glibc-5.2-2.0.7.2.i386.rpm
• compat-egcs-5.2-1.0.3a.1.i386.rpm
• compat-egcs-c++-5.2-1.0.3a.1.i386.rpm
• compat-binutils-5.2-2.9.1.0.23.1.i386.rpm
Consultez les notes SAP et les Readmes d’Oracle pour plus d’informations. On pourra utiliser les binaires d’origine
(au moment de l’installation, nous n’avons pas eu le temps de contrôler cela), ou utiliser directement les binaires
fraichement liés d’un système RedHat.
Pour la compilation de l’agent intelligent, la version RedHat de Tcl doit être installée. Si vous ne pouvez vous
procurer tcl-8.0.3-20.i386.rpm, un fichier plus récent comme tcl-8.0.5-30.i386.rpm pour RedHat 6.1
fera l’affaire.
En dehors de ce problème de liens, l’installation est relativement directe:
#
#
#
#
#
#
su - oraids
export TERM=xterm
export ORACLE_TERM=xterm
export ORACLE_HOME=/oracle/IDS
cd $ORACLE_HOME/orainst_sap
./orainst
Confirmez tous les écrans en appuyant sur Entrée jusqu’à l’installation complète du logiciel, à l’exception de celui
qui permet de déselectionner la “visionneuse de texte Oracle” (Oracle On-Line Text Viewer), comme cette dernière
n’est pas disponible pour Linux. Ensuite Oracle veut faire l’édition de liens avec i386-glibc20-linux-gcc à la
place des gcc, egcs ou i386-redhat-linux-gcc disponibles.
En raison d’un manque de temps, nous avons décidé d’utiliser les binaires d’une version Oracle 8.0.5
PreProduction, après que la première tentative d’obtenir à partir du CD RDBMS une version fonctionnant eut
échoué, et que nous avons trouvé qu’accéder aux bons RPMs était alors un véritable cauchemar.
277
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.9.2. Installer la version Oracle 8.0.5 Pre-production pour Linux (noyau 2.0.33)
Cette installation est simple. Montez le CD, lancez l’installeur. Il vous demandera l’emplacement du répertoire
utilisateur Oracle, et y copiera tous les binaires. Nous n’avions, cependant, pas effacé les restes de nos précédentes
tentatives d’installation RDBMS.
Après cela, la base de données Oracle put être installée sans encombres.
10.7.10. Installer l’archive tar d’Oracle 8.1.7 pour Linux
Prennez l’archive tar que vous avez produite à partir du répertoire d’installation sur un système Linux, et
désarchivez-la dans le répertoire /oracle/SID /817_32/.
10.7.11. Poursuivre l’installation de SAP R/3
Tout d’abord vérifiez le paramétrage des environnements des utilisateurs idsamd (sid adm) et oraids (orasid ). Ils
devraient avoir, tous les deux, des fichiers .profile, .login et .cshrc qui utilisent la directement la commande
hostname. Si le nom de machine du système est un nom complet d’hôte, vous devez modifier hostname pour
hostname -s dans ces trois fichiers.
10.7.11.1. Chargement de la base de données
Ensuite, R3SETUP peut être soit relancé ou poursuivi (tout dépend si le programme a été quitté ou non). R3SETUP
créé ensuite les tables pour les données et charge ces données (pour 46B IDES, à partir des disques EXPORT1 à
EXPORT6, pour 46C à partir des disques DISK1 à DISK4) avec R3load dans la base de données.
Quand le chargement de la base de données est achevé (cela peut prendre plusieurs heures), des mots de passe sont
demandés. Pour les installations de tests, on peut utiliser les mots de passe par défauts connus (utilisez-en des
différents si la sécurité est importante):
Question
Entrée(s) clavier
Enter Password for sapr3
sapEntrée
Confirum Password for sapr3
Enter Password for sys
sapEntrée
change_on_installEntrée
Confirm Password for sys
Enter Password for system
change_on_installEntrée
managerEntrée
Confirm Password for system
managerEntrée
A ce point, nous avons eut quelques problèmes avec dipgntab durant l’installation de la version 4.6B.
10.7.11.2. Programme d’écoute
Démarrer le programme d’écoute (“listener”) d’Oracle sous l’utilisateur orasid comme suit:
% umask 0; lsnrctl start
278
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Sinon vous risquez d’obtenir l’erreur ORA-12546 comme les “sockets” n’auront pas les bonnes permissions.
Consultez la note SAP 072984.
10.7.11.3. Mettre à jour les tables MNLS
Si vous projetez d’importer des données utilisant des langues non latin-1 dans le système SAP, vous devez mettre à
jour les tables de support des langues internationales (“Multi National Language Support” — MNLS). Ceci est décrit
dans les notes SAP OSS 15023 et 45619. Sinon, vous pouvez ignorer cette question lors de l’installation de SAP.
Note : Si vous n’avez pas besoin des tables MNLS, il est toujours nécessaire de contrôler la table TCPDB et
l’initialiser si cela n’a pas déjà été fait. Consultez les notes 0015023 et 0045619 pour plus d’information.
10.7.12. Etapes de post-installation
10.7.12.1. Demander une clé licence pour SAP R/3
Vous devez demander votre clé SAP R/3. Cette clé est indispensable étant donné que la licence temporaire qui a été
installée lors de l’installation n’est valide que pendant quatre semaines. Tout d’abord récupérez la clé matérielle.
Ouvrez une session sous l’utilisateur idsadm et lancez la commande saplicense:
# /sapmnt/IDS/exe/saplicense
-get
Appeler saplicense sans paramètres affiche la liste des options disponibles. Après la réception de la clé, elle peut
être installée en utilisant:
# /sapmnt/IDS/exe/saplicense -install
Vous devez ensuite entrer les valeurs suivantes:
SAP SYSTEM ID
CUSTOMER KEY
INSTALLATION NO
EXPIRATION DATE
LICENSE KEY
=
=
=
=
=
SID, 3 chars
hardware key, 11 chars
installation, 10 digits
yyyymmdd, usually "99991231"
license key, 24 chars
10.7.12.2. Créer les utilisateurs
Créez un utilisateur sous le client 000 (certaines tâches doivent être effectuées sous le client 000, mais avec un
utilisateur différent de sap* et ddic). Comme nom d’utilisateur, nous choisissons généralement wartung (ou
service en français). Les profiles nécessaires sont sap_new et sap_all. Pour plus de sécurité les mots de passe
des utilisateurs par défaut à l’intérieur de tous les clients devraient être modifiés (cela inclut les utilisateurs sap* et
ddic).
279
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.12.3. Configurer le système de transport, les profils, les modes d’opération,
etc.
Dans le client 000, avec un utilisateur autre que ddic et sap*, faire, au moins, ce qui suit:
Tâche
Transaction
Configurez le système de transport, par exemple entité
autonome de domaine de transport (Stand-Alone
Transport Domain Entity)
Créez / Editez le profil système
STMS
Maintenez les modes d’opération et les instances
RZ04
RZ10
Cela et toutes les autres étapes de post-installation sont intégralement décrites dans les guides d’installation SAP.
10.7.12.4. Editer initsid .sap (initIDS.sap)
Le fichier /oracle/IDS/dbs/initIDS.sap contient le profil de sauvegarde SAP. Ici la taille de la bande à
utiliser, le type de compression et ainsi de suite doivent être définis. Pour garantir un fonctionnement avec les
commandes sapdba/brbackup, nous avons modifié les valeurs suivantes:
compress = hardware
archive_function = copy_delete_save
cpio_flags = "-ov --format=newc --block-size=128 --quiet"
cpio_in_flags = "-iuv --block-size=128 --quiet"
tape_size = 38000M
tape_address = /dev/nsa0
tape_address_rew = /dev/sa0
Explications:
compress: la bande que nous utilisons est une HP DLT1 qui fournie une compression matérielle.
archive_function: définie le comportement par défaut en ce qui concerne l’archivage des fichiers journaux
d’Oracle: les nouveaux journaux sont sauvegardés sur la bande, ceux déjà sauvegardés le sont à nouveau et sont
ensuite effacés. Cela évite de nombreux problèmes si vous devez rétablir la base de données, et qu’une des bandes de
sauvegarde est endommagée.
cpio_flags: l’indicateur par défaut est -B qui fixe la taille d’un bloc à 5120 octets. Pour les bande DLT, HP
recommande une taille de bloc d’au moins 32Ko, aussi nous avons utilisé --block-size=128 pour 64Ko. L’option
--format=newc est nécessaire car nous avons un nombre d’inodes supérieur à 65535. La dernière option,
--quiet, est nécessaire sinon brbackup se plaint dès que cpio donne le nombre de blocs sauvés.
cpio_in_flags: indicateurs nécessaires pour charger les données à partir de bandes. Le format est reconnu
automatiquement.
tape_size: cette variable donne la capacité brute de la bande. Pour des raisons de sécurité (nous utilisons une
compression matérielle), la valeur est légèrement inférieure à la valeur réelle.
tape_address: le périphérique non rembobinable devant être utilisé avec cpio.
tape_address_rew: le périphérique rembobinable à utiliser avec cpio.
280
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.12.5. Problèmes de configuration après l’installation
Les paramètres SAP suivants devraient être optimisés après l’installation (exemples pour IDES 46B, 1 Go de
mémoire):
Nom
Valeur
ztta/roll_extension
250000000
abap/heap_area_dia
abap/heap_area_nondia
300000000
400000000
em/initial_size_MB
em/blocksize_kB
256
1024
ipc/shm_psize_40
70000000
Note SAP 0013026:
Nom
Valeur
ztta/dynpro_area
2500000
Note SAP 0157246:
Nom
Valeur
rdisp/ROLL_MAXFS
16000
rdisp/PG_MAXFS
30000
Note : Avec les paramètres donnés ci-dessus, sur un système avec 1Go de mémoire, on pourra avoir une
utilisation de la mémoire similaire à:
Mem: 547M Active, 305M Inact, 109M Wired, 40M Cache, 112M Buf, 3492K Free
10.7.13. Problèmes lors de l’installation
10.7.13.1. Relancer R3SETUP après la correction d’un problème
R3SETUP s’arrête s’il rencontre une erreur. Si vous avez examiné les fichiers journaux correspondants et corrigé
l’erreur, vous devez relancer R3SETUP à nouveau, habituellement en sélectionnant REPEAT comme option de la
dernière étape pour laquelle R3SETUP avait rencontré un problème.
Pour relancer R3SETUP, exécutez-le avec le fichier R3S correspondant:
# ./R3SETUP -f CENTRDB.R3S
pour la version 4.6B, ou avec
# ./R3SETUP -f CENTRAL.R3S
281
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
pour la version 4.6C, peu importe si l’erreur est apparue avec CENTRAL.R3S ou DATABASE.R3S.
Note : A certains points, R3SETUP suppose que la base de données et le processus SAP sont en fonctionnement
(comme s’il avait déjà complété ces étapes). Au cas où les erreurs se produiraient et que par exemple la base de
données ne peut être lancée, vous devez lancer la base de données et SAP à la main après avoir corrigé les
erreurs et avant d’exécuter à nouveau R3SETUP.
N’oubliez pas également de démarrer le programme d’écoute d’Oracle à nouveau (en tant que orasid avec
umask 0; lsnrctl start) s’il a également été stoppé (par exemple en raison d’un redémarrage du système).
10.7.13.2. Etape OSUSERSIDADM_IND_ORA lors de l’utilisation de R3SETUP
Si R3SETUP se plaint à ce stade, éditez le fichier modèle utilisé par R3SETUP à ce moment (CENTRDB.R3S (4.6B) ou
CENTRAL.R3S ou DATABASE.R3S (4.6C)). Localisez la ligne [OSUSERSIDADM_IND_ORA] ou cherchez l’unique
entrée STATUS=ERROR et éditez les valeurs suivantes:
HOME=/home/sid adm (was empty)
STATUS=OK (had status ERROR)
Vous pouvez ensuite relancer R3SETUP.
10.7.13.3. Etape OSUSERDBSID_IND_ORA lors de l’utilisation de R3SETUP
Il est possible que R3SETUP se plaigne également à ce stade. L’erreur ici est similaire à celle durant la phase
OSUSERSIDADM_IND_ORA. Editez juste le fichier modèle utilisé par R3SETUP à ce moment (CENTRDB.R3S
(4.6B) ou CENTRAL.R3S ou DATABASE.R3S (4.6C)). Localisez la ligne [OSUSERDBSID_IND_ORA] ou cherchez
l’unique entrée STATUS=ERROR et éditez la valeur suivante dans la section:
STATUS=OK
Puis relancez R3SETUP.
10.7.13.4. Erreur “oraview.vrf FILE NOT FOUND” lors de l’installation d’Oracle
Vous n’avez pas désélectionné la visionneuse de texte en ligne d’Oracle avant de débuter l’installation. Elle est
sélectionnée par défaut même si cette option n’est actuellement pas disponible pour Linux. Désélectionnez cet
élément dans le menu d’installation d’Oracle et relancez l’installation.
10.7.13.5. Erreur “TEXTENV_INVALID” lors du lancement de R3SETUP, RFC ou
SAPgui
Si cette erreur apparaît, la “locale” correcte n’est pas présente. La note SAP 0171356 liste les RPMs nécessaires (e.g.
saplocales-1.0-3, saposcheck-1.0-1 pour RedHat 6.1). Dans le cas où vous avez ignoré toutes les erreurs en
rapport et modifié la valeur du STATUS correspondant de la valeur ERROR vers la valeur OK (dans CENTRDB.R3S) à
chaque fois que R3SETUP s’est plaint et que vous avez relancé R3SETUP, le système SAP ne sera pas correctement
282
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
configuré et vous ne serez pas en mesure de vous connecter au système avec SAPgui, même si le système peut être
lancé. Tenter de se connecter avec l’ancien SAPgui Linux donna les messages suivants:
Sat May 5 14:23:14 2001
*** ERROR => no valid userarea given [trgmsgo. 0401]
Sat May 5 14:23:22 2001
*** ERROR => ERROR NR 24 occured [trgmsgi. 0410]
*** ERROR => Error when generating text environment. [trgmsgi. 0435]
*** ERROR => function failed [trgmsgi. 0447]
*** ERROR => no socket operation allowed [trxio.c 3363]
Speicherzugriffsfehler
Ce comportement est dû au fait que SAP R/3 est incapable d’assigner correctement une “locale” et n’est lui-même
pas correctement configuré (entrées manquantes dans certaines tables de la base de données). Pour être en mesure de
se connecter à SAP, ajoutez les entrées suivantes au fichier DEFAULT.PFL (voir la note 0043288):
abap/set_etct_env_at_new_mode = 0
install/collate/active = 0
rscp/TCP0B = TCP0B
Redémarrer le système SAP. Vous pouvez maintenant vous connecter au système, même si les paramétrages
spécifiques à certaines langues peuvent ne pas fonctionner comme attendu. Après la correction des paramétrages de
langue (et après avoir fourni les “locales” correctes), ces entrées peuvent être supprimées du fichier DEFAULT.PFL et
le système SAP peut être relancé.
10.7.13.6. Erreur ORA-00001
Cette erreur s’est produite uniquement avec Oracle 8.1.7 sous FreeBSD. La raison était que la base de données
Oracle ne pouvait pas s’initialiser correctement et plantait, laissant des sémaphores et de la mémoire partagée sur le
système. La tentative suivante de démarrer la base de données retourna alors l’erreur ORA-00001.
Retrouvez-les avec la commande ipcs -a et détruisez-les avec ipcrm.
10.7.13.7. Erreur ORA-00445 (le processus en tâche de fond PMON n’a pas
démarré — “Background Process PMON Did Not Start”)
Cette erreur s’est produite avec Oracle 8.1.7. Cette erreur est rapportée si la base de données est démarrée avec la
procédure startsap habituelle (par exemple startsap_majestix_00) en tant qu’utilisateur prdadm.
Une solution possible est de démarrer la base de données sous l’utilisateur oraprd avec la commande svrmgrl:
% svrmgrl
SVRMGR> connect internal;
SVRMGR> startup;
SVRMGR> exit
283
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.7.13.8. Erreur ORA-12546 (Lancez le programme d’écoute avec les droits
corrects — “Start Listener with Correct Permissions”)
Démarrez le programme d’écoute (“listener”) d’Oracle sous l’utilisateur oraids avec les commandes suivantes:
# umask 0; lsnrctl start
Sinon vous pourrez obtenir l’erreur ORA-12546 étant donné que les “sockets” n’auront pas les bonnes permissions.
Consultez la note SAP 0072984.
10.7.13.9. Erreur ORA-27102 (Mémoire épuisée — “Out of Memory”)
Cette erreur s’est produite quand nous avons essayé des valeurs pour MAXDSIZ et DFLDSIZ supérieures à 1 Go
(1024x1024x1024). De plus, nous avons eu l’erreur “Linux Error 12: Cannot allocate memory”.
10.7.13.10. Erreur [DIPGNTAB_IND_IND] lors de l’utilisation de R3SETUP
En général, vous devez consulter la note SAP 0130581 (“R3SETUP step DIPGNTAB terminates”). Lors de
l’installation d’IDES, pour certaines raisons le processus d’installation n’a pas utilisé le nom correct pour le système
SAP “IDS”, mais la chaîne de caractère "" à la place. Cela conduit à des problèmes mineurs d’accès aux répertoires,
comme les chemins sont générés dynamiquement en utilisant l’identifiant système SID (dans ce cas IDS). Aussi au
lieu d’accéder par:
/usr/sap/IDS/SYS/...
/usr/sap/IDS/DVMGS00
les chemins suivants ont été utilisé:
/usr/sap//SYS/...
/usr/sap/D00
Afin de poursuivre l’installation, nous avons créé un lien et un répertoire supplémentaire:
# pwd
/compat/linux/usr/sap
# ls -l
total 4
drwxr-xr-x
drwxr-x--x
lrwxr-xr-x
drwxrwxr-x
drwxrwxr-x
3
5
1
2
11
idsadm
idsadm
root
idsadm
idsadm
sapsys
sapsys
sapsys
sapsys
sapsys
512 May
512 May
7 May 5
512 May
512 May
5 11:20 D00
5 11:35 IDS
11:35 SYS -> IDS/SYS
5 13:00 tmp
4 14:20 trans
Nous avons également trouvé des notes SAP (0029227 et 0008401) décrivant ce comportement. Nous n’avons pas
rencontré un seul de ces problèmes lors de l’installation de SAP 4.6C.
10.7.13.11. Erreur [RFCRSWBOINI_IND_IND] lors de l’utilisation de R3SETUP
Lors de l’installation de SAP 4.6C, cette erreur est juste une conséquence d’une autre erreur survenant plus tôt dans
l’installation. Dans ce cas, vous devez consulter les fichiers journaux correspondant et corriger le véritable problème.
284
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Si après avoir cherché dans les fichiers journaux cette erreur est confirmée (consultez les notes SAP), vous pouvez
modifier la valeur du STATUS de l’étape posant problème de la valeur ERROR à la valeur OK. Après l’installation,
vous devez exécuter le report RSWBOINS à partir de la transaction SE38. Lire la note SAP 0162266 pour des
informations supplémentaires au sujet des phases RFCRSWBOINI et RFCRADDBDIF.
10.7.13.12. Erreur [RFCRADDBDIF_IND_IND] lors de l’utilisation de R3SETUP
Ici les même restrictions s’appliquent: assurez-vous en consultant les fichiers journaux, que cette erreur n’est pas
causée par d’autres problèmes apparus précédemment.
Si vous avez confirmation que la note SAP 0162266 s’applique, modifiez juste la valeur du STATUS de l’étape posant
problème de la valeur ERROR à la valeur OK (fichier CENTRDB.R3S) et relancez R3SETUP. Après l’installation, vous
devez exécuter le report RADDBDIF à partir de la transaction SE38.
10.7.13.13. Erreur sigaction sig31: File size limit exceeded
Cette erreur s’est produite lors du lancement des processus SAP disp+work. Si SAP est démarré avec la procédure
startsap, les sous-processus sont alors lancés, et lancent les autres processus SAP. Cela a pour résultat le fait que
la procédure ne remarquera pas si quelque chose se passe mal.
Pour contrôler si les processus SAP ont démarré correctement, consultez l’état des processus avec la commande ps
ax | grep SID , qui vous donnera une liste de tous les processus Oracle et SAP. S’il semble que certains processus
sont manquant ou que vous ne pouvez pas vous connecter au système SAP, consultez les fichiers journaux
correspondants qui peuvent être trouvés dans le répertoire /usr/sap/SID /DVEBMGSnr/work/. Les fichiers à
consulter sont dev_ms et dev_disp.
Le signal 31 se produit ici si la quantité de mémoire partagée utilisée par Oracle et SAP dépasse celle définie dans le
fichier de configuration du noyau et ce problème peut être résolu en utilisant une valeur plus grande:
# larger value for 46C production systems:
options SHMMAXPGS=393216
# smaller value sufficient for 46B:
#options SHMMAXPGS=262144
10.7.13.14. Le lancement de saposcol échoue
Il y a quelques problèmes avec le programme saposcol (version 4.6D). Le système SAP utilise saposcol pour
collecter les données concernant les performances du système. Ce programme n’est pas nécessaire pour utiliser le
système SAP, aussi ce problème peut être considéré comme mineur. Les anciennes versions (4.6B) fonctionnent,
mais ne récupèrent pas toutes les données (nombreux sont les appels qui retournent juste 0, par exemple pour
l’utilisation du CPU).
285
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
10.8. Sujets avancés
Si vous êtes curieux de savoir comment la compatibilité binaire avec Linux fonctionne, cette section est faite pour
vous. La plupart de ce qui suit est principalement basé sur un courrier électronique de Terry Lambert
<tlambert@primenet.com> envoyé à la liste de diffusion pour la discussion de sujets non-techniques en rapport
avec FreeBSD (http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-chat) (Message ID:
<199906020108.SAA07001@usr09.primenet.com>).
10.8.1. Comme ça marche?
FreeBSD possède une abstraction appelée “chargeur de classe d’exécution”. C’est une portion de l’appel système
execve(2).
Ce qui se passe est que FreeBSD dispose d’une liste de chargeurs, à la place d’un simple chargeur avec retour
(“fallback”) vers le chargeur #! pour exécuter n’importe quel interpréteur de commandes ou procédure.
Historiquement, l’unique chargeur sur les plate-formes UNIX examinait le nombre magique (généralement les 4 ou 8
premiers octets du fichier) pour voir si c’était un binaire connu par le système, et si c’était le cas, invoquait le
chargeur binaire.
Si ce n’était pas le type de binaire du système, l’appel execve(2) retournait un échec, et l’interpréteur de commandes
tentait de l’exécuter comme une commande d’interpréteur.
Cette hypothèse est celle par défaut quelque soit l’interpréteur de commandes actuel.
Plus tard, une modification a été faite sur sh(1) pour examiner les deux premiers caractères, et s’ils étaient :\n, alors
elle invoquait l’interpréteur de commandes csh(1) à la place (nous pensons que l’entreprise SCO fut la première à
faire cette modification).
Ce que fait maintenant FreeBSD est de parcourir une liste de chargeurs, avec un chargeur #! générique qui reconnaît
les noms des interpréteurs qui se trouvent après le caractère espace suivant, puis avec un retour possible vers
/bin/sh.
Pour le support de l’ABI Linux, FreeBSD voit le nombre magique comme un binaire ELF (il ne fait pas la différence
à ce niveau entre FreeBSD, Solaris, Linux, ou tout autre système d’exploitation qui dispose d’un type d’image ELF).
Le chargeur ELF recherche une marque spécifique, qui se trouve dans une section de commentaire dans l’image
ELF, et qui n’est pas présente dans les binaires SVR4/Solaris ELF.
Pour que les binaires Linux puissent fonctionner, ils doivent être marqués sous le type Linux avec brandelf(1):
# brandelf -t Linux file
Quand cela est fait, le chargeur ELF verra le marquage Linux sur le fichier.
Lorsque le chargeur ELF voit le marquage Linux, le chargeur remplace un pointeur dans la structure proc. Tous les
appels système sont indéxés par l’intermédiaire de ce pointeur (dans un système UNIX traditionnel, cela serait la
structure sysent[], contenant les appels système). De plus, le processus est marqué pour une gestion spéciale du
vecteur d’interruption (“trap”) pour le signal de code “trampoline”, et plusieurs autres corrections (mineures) qui
sont gérées par le noyau Linux.
Le vecteur d’appel système Linux contient, entre autres, une liste des entrées sysent[] dont les adresses résident
dans le noyau.
286
Chapitre 10. Compatibilité binaire avec Linux
Quand un appel système est effectué par le binaire Linux, le code “trap” déréférence de la structure proc le pointeur
de la fonction de l’appel système, et utilise les points d’entrée Linux, et non pas FreeBSD, de d’appel système.
De plus, le mode Linux redéfinit dynamiquement l’origine des requêtes; c’est, en effet, ce qu’effectue l’option
union (pas le type de système de fichiers unionfs!) de montage des systèmes de fichiers. Tout d’abord, une
tentative est faite pour rechercher le fichier dans le répertoire /compat/linux/chemin-origine, puis uniquement
si cela échoue, la recherche est effectuée dans le répertoire /chemin-origine. Cela permet de s’assurer que les
binaires nécessitant d’autres binaires puissent s’exécuter (par exemple, l’ensemble des outils Linux peuvent tourner
sous l’ABI Linux). Cela signifie également que les binaires Linux peuvent charger et exécuter les binaires FreeBSD,
s’il n’y a pas de binaires Linux correspondant présents, et vous pourriez placer une commande uname(1) dans
l’arborescence /compat/linux pour vous assurer que les binaires Linux ne puissent pas dire qu’ils ne tournent pas
sous Linux.
En effet, il y a un noyau Linux dans le noyau FreeBSD; les diverses fonctions sous-jacentes qui implémentent tous
les services fournis par le noyau sont identiques entre les deux tables d’entrées des appels systèmes FreeBSD et
Linux: les opérations sur les systèmes de fichiers, les opérations sur la mémoire virtuelle, la gestion des signaux,
l’IPC System V, etc. La seule différence est que les binaires FreeBSD utilisent les fonctions glue de FreeBSD, et les
binaires Linux celles de Linux (les plus anciens systèmes d’exploitation avaient uniquement leurs propres fonctions
de glue: les adresses des fonctions dans une structure sysent[] statique globale, au lieu des adresses des fonctions
déréférencées d’un pointeur initialisé dynamiquement pointant vers la structure proc du processus faisant l’appel).
Laquelle est l’ABI native FreeBSD? Cela n’a pas d’importance. Basiquement, la seule différence est que
(actuellement, cela pourrait facilement changer dans les versions futures, et probablement après cela) les fonctions
glue de FreeBSD sont liées en statique dans le noyau, les fonctions glue Linux peuvent être liées statiquement, ou
l’on peut y accéder via un module du noyau.
Oui, mais est-ce vraiment de l’émulation? Non. C’est l’implémentation d’une interface binaire pour les applications
(ABI). Il n’y a pas d’émulateur (ou de simulateur, pour couper court aux prochaines questions) impliqué.
Mais pourquoi appelle-t-on parfois cela “émulation Linux”? Pour rendre difficile la vente des versions de FreeBSD!
Sérieusement, c’est dû au fait que l’implémentation historique a été faite à une époque où il n’y avait pas vraiment
d’autres mots pour décrire ce qui était en développement; dire que FreeBSD exécutait les binaires Linux n’était pas
vrai si vous n’aviez pas compilé le code ou chargé un module, aussi un terme était nécessaire pour qualifier ce qui
était chargé — donc l’“émulateur Linux”.
287
III. Administration Système
Les chapitres restant du Manuel FreeBSD couvrent tous les aspects de l’administration système de FreeBSD. Chaque
chapitre débute en décrivant ce que vous apprendrez à la lecture du chapitre, et détaille également ce que vous êtes
sensés connaître avant de l’aborder.
Ces chapitres sont conçus pour être consultés quand vous avez besoin d’une information. Vous ne devez pas les lire
suivant un ordre particulier, ni tous les lire avant de pouvoir utiliser FreeBSD.
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Ecrit par Chern Lee. Basé sur un guide rédigé par Mike Smith. Egalement basé sur la page de manuel tuning(7)
écrite par Matt Dillon.
Version française de Marc Fonvieille <blackend@FreeBSD.org >.
11.1. Synopsis
La configuration correcte d’un système peut sensiblement réduire la quantité de travail impliquée dans la
maintenance et la mise à jour. Ce chapitre décrit certains des aspects de la configuration des systèmes FreeBSD.
Ce chapitre décrira également certains paramètres qui peuvent être modifiés pour configurer un système FreeBSD
pour des performances optimales.
Après la lecture de ce chapitre, vous saurez:
•
Pourquoi et comment dimensionner, organiser, et positionner efficacement les partitions des systèmes de fichiers et
de pagination sur votre disque dur.
•
Les bases de la configuration du fichier rc.conf et des fichiers de démarrage /usr/local/etc/rc.d.
•
Comment configurer et tester une carte réseau.
•
Comment configurer des hôtes virtuels sur vos périphériques réseau.
•
Comment utiliser les divers fichiers de configuration du répertoire /etc.
•
Comment optimiser FreeBSD en utilisant les variables sysctl.
•
Comment optimiser les performances des disques et modifier les limitations du noyau.
Avant de lire ce chapitre, vous devrez:
•
Comprendre les fondements d’UNIX et de FreeBSD (Chapitre 3).
•
Etre familier avec la configuration et la compilation du noyau (Chapitre 8).
11.2. Configuration initiale
11.2.1. Organisation des partitions
11.2.1.1. Partitions de base
Quand vous organisez votre système de fichiers à l’aide de bsdlabel(8) ou sysinstall(8), il est important de se rappeler
que les disques durs peuvent transférer des données plus rapidement depuis les pistes externes que depuis celles à
l’intérieur. En sachant cela, vous devriez placer vos systèmes de fichiers les plus petits, auxquels on accède le plus
souvent, comme la racine et l’espace de pagination, proche de la partie externe du disque, alors que les grandes
289
Chapitre 11. Configuration et optimisation
partitions, comme /usr, devraient être plus à l’intérieur. Pour faire cela, c’est une bonne idée de créer les partitions
dans l’ordre suivant: racine, pagination, /var, /usr.
La taille de votre partition /var reflète l’utilisation prévue de votre machine. /var est principalement utilisée pour
héberger les boîtes aux lettres, les fichiers journaux, les queues d’impression. Les boîtes aux lettres et les fichiers
journaux, en particulier, peuvent croître vers des tailles inattendues en fonction du nombre d’utilisateurs de votre
système et de combien de temps sont conservés ces fichiers. Si vous avez l’intention de faire fonctionner un serveur
de courrier électronique, une partition La plupart des utilisateurs n’auront jamais besoin de plus d’un gigaoctet, mais
rappelez-vous que /var/tmp doit être assez grand pour contenir tout logiciel pré-compilé que vous pourrez vouloir
ajouter.
La partition /usr contient la majeure partie des fichiers nécessaires au système, le catalogue des logiciels portés
(recommandé) et le code source du système (optionnel). Les deux étant optionnels à l’installation. Utiliser au moins
2 gigaoctets pour cette partition est recommandé.
Quand vous dimensionnez vos partitions, gardez à l’esprit les besoins en espace pour permettre à votre système de se
développer. Manquer d’espace sur une partition alors qu’il y en a plein sur les autres peut être très frustrant.
Note : Certains utilisateurs qui ont employé l’option Auto-defaults de l’outil de partitionnement de sysinstall(8)
ont trouvé plus tard que leurs partitions racine et /var étaient trop petites. Partitionnez généreusement et avec
sagesse.
11.2.1.2. Partition de pagination
Par principe, votre espace de pagination devrait typiquement avoir une taille double de la quantité de mémoire
principale. Par exemple, si la machine possède 128 mégaoctets de mémoire, le fichier de pagination devrait être de
256 mégaoctets. Les systèmes avec peu de mémoire pourront avoir de meilleures performances avec beaucoup plus
d’espace de pagination. Il n’est pas recommandé d’avoir moins de 256 mégaoctets d’espace de pagination sur un
système et vous devriez garder à l’esprit les futures extensions de mémoire quand vous dimensionnez votre partition
de pagination. Les algorithmes de pagination du noyau sont optimisés pour une meilleure efficacité avec une
partition de pagination d’au moins deux fois la taille de la mémoire principale. Configurer trop peu d’espace de
pagination peut conduire à une certaine inefficacité du code de pagination de la mémoire virtuelle comme à
l’apparition de problèmes ultérieurement si vous ajoutez plus de mémoire à votre machine.
Et enfin, sur des systèmes importants avec de multiples disques SCSI (ou de multiples disques IDE fonctionnant sur
différents contrôleurs), il est vivement recommandé que vous configuriez un espace de pagination sur chaque disque
(jusqu’à quatre disques). Les partitions de pagination sur les différents disques devront avoir approximativement la
même taille. Le noyau peut gérer des tailles arbitraires mais les structures de données internes sont dimensionnées
pour 4 fois la taille de la plus grande partition de pagination. Garder la taille des partitions de pagination proche
permettra au noyau de répartir de manière optimale l’espace de pagination entre les disques. Ne vous inquiétez pas
trop si vous les surdimensionnez, l’espace de pagination est un des avantages d’Unix. Même si vous n’utilisez
normalement pas beaucoup de cet espace, il peut vous permettre d’avoir plus temps pour récupérer face à programme
incontrôlable avant d’être forcé à relancer la machine.
290
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.2.1.3. Pourquoi des Partitions?
Pourquoi des partitions? Pourquoi ne pas créer une seule grande partition racine? Ainsi je n’aurais pas à me soucier
d’avoir sous-dimensionné certaines choses!
Pour plusieurs raisons cela n’est pas une bonne idée. Tout d’abord, chaque partition a différentes caractéristiques
d’utilisation et les séparer autorise le système de fichiers à s’optimiser lui-même pour ces caractéristiques. Par
exemple, les partitions racine et /usr sont surtout lues, et rarement utilisées en écriture, alors que de nombreuses
opérations de lecture et écriture pourront avoir lieu sur /var et /var/tmp.
En partitionnant correctement votre système, la fragmentation introduite sur les partitions plus petites et plus
chargées en écriture ne s’étendra pas sur les partitions principalement utilisées en lecture. De plus, avoir les partitions
principalement utilisées en écriture proche du bord du disque, par exemple avant la grande partition au lieu qu’après
dans la table des partitions, augmentera les performances d’E/S sur les partitions qui le demandent le plus.
Maintenant il est également vrai que vous avez besoin de performances d’E/S sur les grandes partitions, mais elles
sont si grandes que les déplacer plus vers l’extérieur du disque ne donnera pas lieu à une augmentation significative
des performances alors que le déplacement de /var vers le bord peut avoir un sérieux impact. Et enfin, il y a
également des raisons de sécurité. Avoir une partition racine petite et ordonnée qui est essentiellement en lecture
seule lui donne plus de chance de rester intacte après un crash sévère.
11.3. Configuration principale
L’emplacement principal pour les données de configuration du système est le fichier /etc/rc.conf. Ce fichier
contient une large gamme d’informations de configuration, principalement utilisées au démarrage du système pour
configurer ce dernier. Son nom le sous-entend; c’est l’information de configuration pour les fichiers rc*.
Un administrateur devrait ajouter des entrées dans le fichier rc.conf pour remplacer les valeurs par défaut du fichier
/etc/defaults/rc.conf. Les fichiers de valeurs par défaut ne devraient pas être copiés directement tels quels
dans /etc - ils contiennent des valeurs par défaut, et non pas des exemples. Tout changement spécifique au système
devrait être fait dans le fichier rc.conf.
Un certain nombre de stratégies peuvent être appliquées dans le cas d’applications en grappe pour séparer la
configuration d’un site de celle d’un système afin de réduire le travail d’administration. L’approche recommandée est
de placer la configuration propre au site dans un autre fichier comme /etc/rc.conf.site, puis ensuite inclure ce
fichier dans /etc/rc.conf, qui ne contiendra seulement que les informations spécifiques au système.
Comme rc.conf est lu par sh(1) il est assez trivial d’effectuer cela. Par exemple:
•
rc.conf:
. /etc/rc.conf.site
hostname="node15.example.com"
network_interfaces="fxp0 lo0"
ifconfig_fxp0="inet 10.1.1.1"
•
rc.conf.site:
defaultrouter="10.1.1.254"
saver="daemon"
blanktime="100"
291
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Le fichier rc.conf.site peut être distribué à l’ensemble des systèmes en utilisant rsync ou un programme
semblable, tandis que le fichier rc.conf reste unique.
Mettre à jour le système en employant sysinstall(8) ou make world n’écrasera pas le fichier rc.conf, les
informations de configuration du système ne seront donc pas perdues.
11.4. Configuration des applications
Généralement, les applications installées ont leurs propres fichiers de configuration, avec leur propre syntaxe, etc... Il
est important que ces fichiers soient séparés du système de base, de sorte qu’ils soient facilement localisables et
gérables par les outils de gestion des logiciels installés.
Ces fichiers sont généralement installés dans le répertoire /usr/local/etc. Dans le cas où une application possède
un grand nombre de fichiers de configuration, un sous-répertoire sera créé pour les héberger.
Normalement, quand un logiciel porté ou pré-compilé est installé, des exemples de fichiers de configuration sont
également installés. Ces derniers sont généralement identifiés par un suffixe “.default”. Si aucun fichier de
configuration n’existe pour l’application, on les créera en copiant les fichiers .default.
Par exemple, considérez le contenu du répertoire /usr/local/etc/apache:
-rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--rw-r--r--
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
root
root
root
root
root
root
root
root
root
root
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
wheel
2184
2184
9555
9555
12205
12205
2700
2700
7980
7933
May
May
May
May
May
May
May
May
May
May
20
20
20
20
20
20
20
20
20
20
1998
1998
1998
1998
1998
1998
1998
1998
1998
1998
access.conf
access.conf.default
httpd.conf
httpd.conf.default
magic
magic.default
mime.types
mime.types.default
srm.conf
srm.conf.default
Les tailles des fichiers indiquent que seul le fichier srm.conf a été modifié. Une mise à jour, plus tard, du logiciel
Apache ne devrait pas écraser le fichier modifié.
11.5. Démarrer des services
Contribution de Tom Rhodes.
Nombreux sont les utilisateurs qui choisissent d’installer des logiciels tierce partie sous FreeBSD à partir du
catalogue des logiciels portés. Dans de nombreuses situations, il peut être nécessaire de configurer le logiciel de
manière à ce qu’il soit lancé au démarrage du système. Des services comme mail/postfix ou www/apache13
sont deux exemples de logiciels parmi tant d’autres qui peuvent être lancés à l’initialisation du système. Cette section
explique les procédures disponibles pour démarrer certains logiciels tierce partie.
Sous FreeBSD, la plupart des services offerts, comme cron(8), sont lancés par l’intermédiaire des procédures de
démarrage du système. Ces procédures peuvent varier en fonction de la version de FreeBSD,; ou du fournisseur;
cependant, l’aspect le plus important à considérer est que leur configuration de démarrage peut être gérée à l’aide de
procédures de démarrage simples.
292
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Avant l’avènement du système rc.d, les applications plaçaient une procédure simple de lancement dans le répertoire
/usr/local/etc/rc.d qui était lue par les scripts d’initialisation du système. Ces procédures étant alors exécutées
lors des dernières étapes du démarrage du système.
Bien que de nombreuses personnes aient passé des heures à tenter de fusionner l’ancien mode de configuration avec
le nouveau, il reste que certains utilitaires tierce partie ont toujours besoin d’un script placé dans le répertoire
précédemment évoqué. Les différences subtiles dans les scripts dépend de si le système rc.d est utilisé ou non.
Avant FreeBSD 5.1 l’ancien style de configuration était utilisé et dans presque tous les cas la nouvelle procédure
fonctionnera sans problème.
Bien que chaque procédure doit remplir certains pré-requis minimum, la plupart du temps ils seront indépendants de
la version de FreeBSD. Chaque procédure doit avoir une extension .sh et doit être exécutable par le système. Ce
dernier point peut être réalisé en utilisant la commande chmod et en fixant les permissions à 755. Il doit y avoir, au
minimum, une option pour démarrer (start) l’application et une autre pour l’arrêter (stop).
La procédure de démarrage la plus simple ressemblera à celle-ci:
#!/bin/sh
echo -n ’ utility’
case "$1" in
start)
/usr/local/bin/utility
;;
stop)
kill -9 ‘cat /var/run/utility.pid‘
;;
*)
echo "Usage: ‘basename $0‘ {start|stop}" >&2
exit 64
;;
esac
exit 0
Cette procédure offre des options stop et start pour une application appelée ici utility.
L’application pourra être lancée manuellement avec:
# /usr/local/etc/rc.d/utility.sh start
Bien que toutes les applications tierce partie ne nécessitent pas de ligne dans le fichier rc.conf, chaque jour un
nouveau logiciel porté sera modifié pour accepter cette configuration. Contrôlez l’affichage final lors de l’installation
de l’application pour plus d’information à ce sujet. Certains logiciels fourniront des procédures qui permettrons à
l’application d’être utilisée avec le système rc.d, cela sera abordé dans la section suivante.
11.5.1. Configuration étendue des applications
Maintenant que FreeBSD dispose du système rc.d, la configuration du démarrage des applications est plus simple,
et propose plus de possibilités. En utilisant les mots clés présentés dans la section sur le système rc.d, les applications
peuvent désormais être paramétrées pour démarrer après certains services, par exemple le DNS, des paramètres
293
Chapitre 11. Configuration et optimisation
supplémentaires peuvent être passés par l’intermédiaire de rc.conf au lieu d’utiliser des paramètres fixes dans les
procédures de démarrage, etc. Une procédure de base pourra ressembler à ce qui suit:
#!/bin/sh
#
# PROVIDE: utility
# REQUIRE: DAEMON
# KEYWORD: shutdown
#
# DO NOT CHANGE THESE DEFAULT VALUES HERE
# SET THEM IN THE /etc/rc.conf FILE
#
utility_enable=${utility_enable-"NO"}
utility_flags=${utility_flags-""}
utility_pidfile=${utility_pidfile-"/var/run/utility.pid"}
. /etc/rc.subr
name="utility"
rcvar=‘set_rcvar‘
command="/usr/local/sbin/utility"
load_rc_config $name
pidfile="${utility_pidfile}"
start_cmd="echo \"Starting ${name}.\"; /usr/bin/nice -5 ${command} ${utility_flags} ${command_args
run_rc_command "$1"
Cette procédure s’assurera que l’application utility sera lancée après le le service daemon. Elle fournie également
une méthode de suivi du PID, ou encore ID (identifiant) de processus.
Cette application pourra alors avoir la ligne suivante la concernant dans le fichier /etc/rc.conf:
utility_enable="YES"
Cette nouvelle méthode permet également une manipulation plus aisée des arguments en ligne de commande,
l’inclusion des fonctions offertes par défaut dans /etc/rc.subr, offre une compatibilité avec l’utilitaire rcorder(8)
et fournie une configuration plus aisée par l’intermédiaire du fichier rc.conf.
11.5.2. Utiliser des services pour démarrer d’autres services
Certains services, comme les serveurs POP3, IMAP, etc., peuvent être démarrés en utilisant inetd(8). Cela implique
d’installer le service à partir du catalogue des logiciels portés et avec une ligne de configuration ajoutée au fichier
/etc/inetd.conf, ou en décommentant une des lignes de configuration déjà présentes. L’utilisation d’inetd et sa
configuration sont décrits en profondeur dans la section concernant inetd.
Dans certains cas, il peut être plus approprié d’utiliser le « daemon » cron(8) pour démarrer des services. Cette
approche présente un certain nombre d’avantages parce que cron exécute ces processus sous les privilèges du
propriétaire de la table crontab. Cela permet aux utilisateurs normaux de lancer et maintenir certaines applications.
294
Chapitre 11. Configuration et optimisation
L’utilitaire cron offre une fonction unique, @reboot, qui peut être utilisée en remplacement de la date d’exécution.
Cela provoquera l’exécution de la tâche quand cron(8) est lancé, normalement lors de l’initialisation du système.
11.6. Configuration de l’utilitaire cron
Contribution de Tom Rhodes.
Un des utilitaires les plus importants de FreeBSD est cron(8). L’utilitaire cron tourne en arrière plan et contrôle
constamment le fichier /etc/crontab. L’utilitaire cron consulte également le répertoire /var/cron/tabs, à la
recherche de nouveaux fichiers crontab. Ces fichiers crontab conservent les informations sur les tâches que cron
est censé exécuter à des moments donnés.
L’utilitaire cron utilise deux types différents de fichiers de configuration, le fichier crontab système et les
crontabs des utilisateurs. La seule différence entre ces deux formats est le sixième champ. Dans le fichier crontab
système, le sixième champ est le nom de l’utilisateur sous lequel doit être exécutée la commande. Cela donne la
possibilité au fichier crontab système d’exécuter les commandes sous n’importe quel utilisateur. Dans le fichier
crontab d’un utilisateur, le sixième champ est la commande a exécuter et toutes les commandes sont exécutées sous
l’utilisateur qui a créé le fichier crontab; c’est un aspect sécurité important.
Note : Les fichiers crontab utilisateur permettent aux utilisateurs de planifier l’exécution de tâches sans avoir
besoin des privilèges du super-utilisateur root. Les commandes contenues dans le fichier crontab d’un
utilisateur s’exécutent avec les privilèges de l’utilisateur auquel appartient ce fichier.
Le super-utilisateur root peut posséder un fichier crontab utilisateur comme tout autre utilisateur. Ce fichier est
différent de /etc/crontab (le crontab système). En raison de l’existence du fichier crontab système, il n’y a
généralement pas besoin d’un fichier crontab utilisateur pour root.
Examinons le fichier /etc/crontab (fichier crontab système):
# /etc/crontab - root’s crontab for FreeBSD
#
# $FreeBSD: src/etc/crontab,v 1.32 2002/11/22 16:13:39 tom Exp $
# ➊
#
SHELL=/bin/sh
PATH=/etc:/bin:/sbin:/usr/bin:/usr/sbin ➋
HOME=/var/log
#
#
#minute heure date mois jour utilisateur commande ➌
#
#
*/5 * * * * root /usr/libexec/atrun ➍
➊
Comme pour la plupart des fichiers de configuration de FreeBSD, le caractère # indique un commentaire. Un
commentaire peut être ajouté dans le fichier comme rappel de ce que fait une action bien précise et pourquoi elle
est effectuée. Les commentaires ne peuvent être situés sur la même ligne qu’une commande ou sinon ils seront
295
Chapitre 11. Configuration et optimisation
interprétés comme faisant partie de la commande; ils doivent se trouver sur une nouvelle ligne. Les lignes vides
sont ignorées.
➋
Tout d’abord, les variables d’environnement doivent être définies. Le caractère égal (=) est utilisé pour définir
tout paramètre concernant l’environnement, comme dans notre exemple où il a été utilisé pour les variables
SHELL, PATH, et HOME. Si la ligne concernant l’interpréteur de commande est omise, cron utilisera celui par
défaut, qui est sh. Si la variable PATH est omise, il n’y aura pas de valeur par défaut utilisée et l’emplacement des
fichiers devra être absolu. Si HOME est omise, cron utilisera le répertoire personnel de l’utilisateur qui l’invoque.
➌
Cette ligne définie un total de sept champs. Sont listés ici les valeurs minute, heure, date, mois, jour,
utilisateur, et commande. Ces champs sont relativement explicites. minute représente l’heure en minute à
laquelle la commande sera exécutée. L’option heure est semblable à l’option minute, mais en heures. Le
champ date précise le jour dans le mois. mois est similaire à heure et minute mais désigne le mois. L’option
jour représente le jour de la semaine. Tous ces champs doivent être des valeurs numériques, et respecter un
format horaire de vingt quatre heures. Le champ utilisateur est spécial, et n’existe que dans le fichier
/etc/crontab. Ce champ précise sous quel utilisateur sera exécutée la commande. Quand un utilisateur
installe son fichier crontab, il n’aura pas cette option. Pour finir, l’option commande est listée. C’est le dernier
champ, qui naturellement devrait désigner la commande à exécuter.
➍
Cette dernière ligne définie les valeurs discutées ci-dessus. Nous avons ici */5 suivi de plusieurs caractères *.
Ces caractères * signifient “premier-dernier”, et peuvent être interprétés comme voulant dire à chaque instance.
Aussi, d’après cette ligne, il apparaît que la commande atrun sera invoquée par l’utilisateur root toutes les
cinq minutes indépendemment du jour ou du mois. Pour plus d’informations sur la commande atrun, consultez
la page de manuel de atrun(8).
N’importe quel nombre d’indicateur peut être passé à ces commandes; cependant, les commandes qui s’étendent
sur de multiples lignes doivent être “cassées” avec le caractère, contre-oblique \, de continuation de lignes.
Ceci est la configuration de base pour chaque fichier crontab, bien qu’il y ait une différence dans celui présenté ici.
Le sixième champ, où est précisé le nom d’utilisateur, n’existe que dans le fichier système /etc/crontab. Ce
champ devrait être omis pour les fichiers crontab d’utilisateur.
11.6.1. Installer un fichier crontab
Important : Vous ne devez pas utiliser la procédure décrite ci-dessous pour éditer/installer le fichier crontab
système. Utilisez directement votre éditeur: l’utilitaire cron remarquera le changement au niveau de ce fichier et
utilisera immédiatement la nouvelle version. Consultez cette entrée de la FAQ
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/faq/admin.html#ROOT-NOT-FOUND-CRON-ERRORS)
pour plus d’information.
Pour installer un fichier crontab utilisateur fraichement rédigé, tout d’abord utilisez votre éditeur favori pour créer
un fichier dans le bon format, ensuite utilisez l’utilitaire crontab. L’usage le plus typique est:
# crontab fichier-crontab
Dans cet exemple, fichier-crontab est le nom d’un fichier crontab qui a été précédemment créé.
Il existe également une option pour afficher les fichiers crontab installés, passez simplement le paramètre -l à
crontab et lisez ce qui est affiché.
296
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Pour les utilisateurs désirant créer leur fichier crontab à partir de zéro, sans utiliser de modèle, l’option crontab -e
est disponible. Cela invoquera l’éditeur par défaut avec un fichier vide. Quand le fichier est sauvegardé, il sera
automatiquement installé par la commande crontab.
Si vous désirez plus tard effacer votre crontab utilisateur complètement, utilisez la commande crontab avec
l’option -r.
11.7. Utilisation du système rc sous FreeBSD
Contribution de Tom Rhodes.
En 2002, le système rc.d de NetBSD pour l’initialisation du système a été intégré à FreeBSD. Les utilisateurs
noteront les fichiers présents dans le répertoire /etc/rc.d. Plusieurs de ces fichiers sont destinés aux services de
base qui peuvent être contrôlés avec les options start, stop, et restart. Par exemple, sshd(8) peut être relancé
avec la commande suivante:
# /etc/rc.d/sshd restart
Cette procédure est similaire pour d’autres services. Bien sûr, les services sont généralement lancés automatiquement
au démarrage dès qu’ils sont spécifiés dans le fichier rc.conf(5). Par exemple, activer le “daemon” de translation
d’adresses au démarrage est aussi simple que d’ajouter la ligne suivante au fichier /etc/rc.conf:
natd_enable="YES"
Si une ligne natd_enable="NO" est déjà présente, modifiez alors le NO par YES. Les procédures rc chargeront
automatiquement les autres services dépendants lors du prochain redémarrage comme décrit ci-dessous.
Comme le système rc.d est à l’origine destiné pour lancer/arrêter les services au démarrage/à l’arrêt du système, les
options standards start, stop et restart ne seront effectives que si les variables appropriées sont positionnées
dans le fichier /etc/rc.conf. Par exemple, la commande sshd restart ci-dessus ne fonctionnera que si
sshd_enable est fixée à YES dans /etc/rc.conf. Pour lancer, arrêter ou redémarrer un service indépendemment
des paramétrages du fichier /etc/rc.conf, les commandes doivent être précédées par « one ». Par exemple pour
redémarrer sshd indépendemment du paramétrage du fichier /etc/rc.conf, exécutez la commande suivante:
# /etc/rc.d/sshd onerestart
Il est facile de contrôler si un service est activé dans le fichier /etc/rc.conf en exécutant la procédure rc.d
appropriée avec l’option rcvar. Ainsi, un administrateur peut contrôler que sshd est réellement activé dans
/etc/rc.conf en exécutant:
# /etc/rc.d/sshd rcvar
# sshd
$sshd_enable=YES
Note : La seconde ligne (# sshd) est la sortie de la commande sshd et non pas une console root.
Pour déterminer si un service est actif, une option appelée status est disponible. Par exemple pour vérifier que
sshd a réellement été lancé:
297
Chapitre 11. Configuration et optimisation
# /etc/rc.d/sshd status
sshd is running as pid 433.
Dans certains cas, il est également possible de recharger un service avec l’option reload. Le système tentera
d’envoyer un signal à un service individuel, le forçant à recharger ses fichiers de configuration. Dans la plupart des
cas cela signifie envoyer un signal SIGHUP au service. Le support de cette fonctionnalité n’est pas disponible pour
chaque service.
Le système rc.d n’est pas uniquement utilisée pour les services réseaux, elle participe à la majeure partie de
l’initialisation du système. Prenez par exemple le fichier bgfsck. Quand cette procédure est exécutée, il affichera le
message suivant:
Starting background file system checks in 60 seconds.
Donc ce fichier est utilisé pour les vérifications du système de fichiers en arrière plan, qui sont uniquement effectuées
lors de l’initialisation du système.
De nombreux services système dépendent d’autres services pour fonctionner correctement. Par exemple, NIS et les
autres services basés sur les RPCs peuvent échouer s’ils sont lancés après le lancement du service rpcbind
(portmapper). Pour résoudre ce problème, l’information concernant les dépendances et autres méta-données est
inclue dans les commentaires au début de chaque procédure de démarrage. Le programme rcorder(8) est alors utilisé
pour analyser ces commentaires lors de l’initialisation du système en vue de déterminer l’ordre dans lequel les
services système seront invoqués pour satisfaire les dépendances. Les mots suivants peuvent être présents en tête de
chaque fichier de démarrage:
• PROVIDE: indique les
• REQUIRE: liste
• BEFORE: liste
services que fournit ce fichier.
les fichiers dont dépend ce service. Ce fichier sera exécuté après les services indiqués.
les services qui dépendent du service présent. Ce fichier sera exécuté avant les services indiqués.
En utilisant ce système, un administrateur peut facilement contrôler les services du système sans avoir à se battre
avec les “runlevels” comme sur d’autres systèmes d’exploitation UNIX.
Des informations supplémentaires concernant le système rc.d peuvent être trouvées dans les pages de manuel rc(8)
et rc.subr(8). Si vous êtes intéressé par l’écriture de vos propres procédures rc.d ou pour l’amélioration des
procédures existantes, vous trouverez cette article
(http://www.FreeBSD.org/doc/en_US.ISO8859-1/articles/rc-scripting) utile.
11.8. Configuration des cartes réseaux
Contribution de Marc Fonvieille.
De nos jours il est impossible de penser à un ordinateur sans penser connexion à un réseau. Installer et configurer une
carte réseau est une tâche classique pour tout administrateur FreeBSD.
11.8.1. Déterminer le bon pilote de périphérique
Avant de commencer, vous devez connaître le modèle de la carte dont vous disposez, le circuit qu’elle utilise, et si
c’est une carte PCI ou ISA. FreeBSD supporte une large variété de cartes PCI et ISA. Consultez la liste de
298
Chapitre 11. Configuration et optimisation
compatibilité matérielle pour votre version de FreeBSD afin de voir si votre carte est supportée.
Une fois que vous êtes sûrs que votre carte est supportée, vous devez déterminer le bon pilote de périphérique pour la
carte. Les fichiers /usr/src/sys/conf/NOTES et /usr/src/sys/arch/conf/NOTES vous donneront la liste des
pilotes de périphériques pour cartes réseaux avec des informations sur les cartes/circuits supportés. Si vous avez des
doutes au sujet du bon pilote, lisez la page de manuel du pilote. La page de manuel vous donnera plus d’information
sur le matériel supporté et même les éventuels problèmes qui pourront apparaître.
Si vous possédez une carte courante, la plupart du temps vous n’aurez pas à chercher trop loin pour trouver un pilote.
Les pilotes pour les cartes réseaux courantes sont présents dans le noyau GENERIC, aussi votre carte devrait
apparaître au démarrage, comme suit:
dc0: <82c169 PNIC 10/100BaseTX> port 0xa000-0xa0ff mem 0xd3800000-0xd38
000ff irq 15 at device 11.0 on pci0
dc0: Ethernet address: 00:a0:cc:da:da:da
miibus0: <MII bus> on dc0
ukphy0: <Generic IEEE 802.3u media interface> on miibus0
ukphy0: 10baseT, 10baseT-FDX, 100baseTX, 100baseTX-FDX, auto
dc1: <82c169 PNIC 10/100BaseTX> port 0x9800-0x98ff mem 0xd3000000-0xd30
000ff irq 11 at device 12.0 on pci0
dc1: Ethernet address: 00:a0:cc:da:da:db
miibus1: <MII bus> on dc1
ukphy1: <Generic IEEE 802.3u media interface> on miibus1
ukphy1: 10baseT, 10baseT-FDX, 100baseTX, 100baseTX-FDX, auto
Dans cet exemple, nous voyons que deux cartes utilisant le pilote de périphérique dc(4) sont présentes sur le système.
Si le pilote de votre carte n’est pas présent dans le noyau GENERIC, vous devrez charger le module approprié pour
pouvoir utiliser votre carte. Cela peut être effectué de deux manières différentes:
•
La méthode la plus simple est de charger le module pour votre carte réseau avec kldload(8), ou automatiquement
au démarrage du système en ajoutant la ligne appropriée au fichier /boot/loader.conf. Tous les pilotes de
cartes réseau ne sont pas disponibles sous forme de modules; les cartes ISA sont un bon exemple de périphériques
pour lesquels les modules n’existent pas.
•
Alternativement, vous pouvez compiler en statique le support pour votre carte dans votre noyau. Consultez
/usr/src/sys/conf/NOTES, /usr/src/sys/arch/conf/NOTES et la page de manuel du pilote de
périphérique pour savoir ce qu’il faut ajouter au fichier de configuration de votre noyau. Pour plus d’information
sur la recompilation de votre noyau, veuillez lire le Chapitre 8. Si votre carte a été détectée au démarrage par votre
noyau (GENERIC) vous n’avez pas à compiler un nouveau noyau.
11.8.1.1. Utilisation des pilotes NDIS de Windows
Malheureusement il y a toujours de nombreux fabricants qui ne fournissent pas à la communauté des logiciels libres
les informations concernant les pilotes pour leurs cartes considérant de telles informations comme des secrets
industriels. Par conséquent, il ne reste aux développeurs de FreeBSD et d’autres systèmes d’exploitation libres que
deux choix: développer les pilotes en passant par un long et pénible processus de « reverse engineering » ou utiliser
les pilotes binaires existants disponibles pour la plateforme Microsoft Windows. La plupart des développeurs, y
compris ceux impliqués dans FreeBSD, ont choisi cette dernière approche.
Grâce aux contributions de Bill Paul (wpaul), depuis FreeBSD 5.3-RELEASE, il existe un support « natif » pour la
spécification d’interface des pilotes de périphérique réseau (Network Driver Interface Specification—NDIS). Le
299
Chapitre 11. Configuration et optimisation
NDISulator FreeBSD (connu également sous le nom de Project Evil) prend un pilote binaire réseau Windows et lui
fait penser qu’il est en train de tourner sous Windows. Etant donné que le pilote ndis(4) utilise un binaire Windows, il
n’est utilisable que sur les systèmes i386 et amd64.
Note : Le pilote ndis(4) est conçu pour supporter principalement les périphériques PCI, CardBus et PCMCIA, les
périphériques USB ne sont pas encore supportés.
Pour utiliser le NDISulator, vous avez besoin de trois choses:
1. les sources du noyau;
2. le pilote binaire Windows XP (extension .SYS);
3. le fichier de configuration du pilote Windows XP (extension .INF).
Recherchez les fichiers spécifiques à votre carte. Généralement, ils peuvent être trouvés sur les CDs livrés avec la
carte ou sur le site du fabricant. Dans les exemples qui suivent nous utiliseront les fichiers W32DRIVER.SYS et
W32DRIVER.INF.
Note : Vous ne pouvez pas utiliser un pilote Windows/i386 avec FreeBSD/amd64, vous devez récupérer un pilote
Windows/amd64 pour que cela fonctionne correctement.
L’étape suivante est de compiler le pilote binaire dans un module chargeable du noyau. Pour effectuer cela, en tant
que root, utilisez ndisgen(8):
# ndisgen /path/to/W32DRIVER.INF /path/to/W32DRIVER.SYS
L’utilitaire ndisgen(8) est interactif et vous sollicitera pour d’éventuelles informations complémentaires si nécessaire;
il produira un module noyau dans le répertoire courant qui pourra être chargé de cette manière:
# kldload ./W32DRIVER.ko
Avec le module généré, vous devez également charger les modules ndis.ko et if_ndis.ko. Cela devrait être fait
automatiquement quand vous chargez un module qui dépend de ndis(4). Si vous désirez les charger manuellement,
utilisez les commandes suivantes:
# kldload ndis
# kldload if_ndis
La première commande charge le pilote d’interface NDIS, la seconde charge l’interface réseau.
Contrôlez maintenant la sortie de dmesg(8) à la recherche d’une quelconque erreur au chargement. Si tout s’est bien
passé, vous devriez obtenir une sortie ressemblant à ce qui suit:
ndis0:
ndis0:
ndis0:
ndis0:
ndis0:
<Wireless-G PCI Adapter> mem 0xf4100000-0xf4101fff irq 3 at device 8.0 on pci1
NDIS API version: 5.0
Ethernet address: 0a:b1:2c:d3:4e:f5
11b rates: 1Mbps 2Mbps 5.5Mbps 11Mbps
11g rates: 6Mbps 9Mbps 12Mbps 18Mbps 36Mbps 48Mbps 54Mbps
A partir de là vous pouvez traiter le périphérique ndis0 comme n’importe quelle interface réseau (par exemple dc0).
300
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Vous pouvez configurer le système pour charger les modules NDIS au démarrage du système de la même manière
que pour n’importe quel autre module. Tout d’abord, copiez le module généré, W32DRIVER.ko, dans le répertoire
/boot/modules. Ajoutez ensuite la ligne suivante au fichier /boot/loader.conf:
W32DRIVER_load="YES"
11.8.2. Configuration de la carte réseau
Une fois que le bon pilote de périphérique pour la carte réseau est chargé, la carte doit être configurée. Comme
beaucoup d’autres choses, la carte aura pu être configurée à l’installation par sysinstall.
Pour afficher la configuration des interfaces réseaux de votre système, entrer la commande suivante:
% ifconfig
dc0: flags=8843<UP,BROADCAST,RUNNING,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
inet 192.168.1.3 netmask 0xffffff00 broadcast 192.168.1.255
ether 00:a0:cc:da:da:da
media: Ethernet autoselect (100baseTX <full-duplex>)
status: active
dc1: flags=8843<UP,BROADCAST,RUNNING,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
inet 10.0.0.1 netmask 0xffffff00 broadcast 10.0.0.255
ether 00:a0:cc:da:da:db
media: Ethernet 10baseT/UTP
status: no carrier
lp0: flags=8810<POINTOPOINT,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
lo0: flags=8049<UP,LOOPBACK,RUNNING,MULTICAST> mtu 16384
inet 127.0.0.1 netmask 0xff000000
tun0: flags=8010<POINTOPOINT,MULTICAST> mtu 1500
Note : D’anciennes versions de FreeBSD pourront nécessiter l’option -a après ifconfig(8), pour plus de détails
au sujet de la syntaxe d’ifconfig(8), veuillez vous référer à la page de manuel. Notez également que les entrées
concernant l’IPv6 (inet6 etc...) ont été omises dans cet exemple.
Dans cet exemple, les périphériques suivants ont été affichés:
• dc0: La
première interface Ethernet
• dc1: La
seconde interface Ethernet
• lp0: L’interface du
port parallèle
• lo0: L’interface “en
boucle” (“loopback”)
• tun0: L’interface “tunnel” utilisée
par ppp
FreeBSD utilise le nom du pilote de périphérique suivi par un chiffre représentant l’ordre dans lequel la carte est
détectée au démarrage du noyau pour nommer la carte. Par exemple sis2 serait la troisième carte sur le système
utilisant le pilote de périphérique sis(4).
Dans cet exemple, le périphérique dc0 est actif et en fonctionnement. Les indicateurs importants sont:
301
Chapitre 11. Configuration et optimisation
1. UP signifie que la carte est configurée et prête.
2. La carte possède une adresse Internet (inet) (dans ce cas-ci 192.168.1.3).
3. Elle a un masque de sous-réseau valide (netmask; 0xffffff00 est équivalent à 255.255.255.0).
4. Elle a une adresse de diffusion valide (dans ce cas-ci 192.168.1.255).
5. L’adresse MAC de la carte (ether) est 00:a0:cc:da:da:da
6. La sélection du média est sur le mode d’autosélection (media: Ethernet autoselect (100baseTX
<full-duplex>)). Nous voyons que dc1 a été configurée pour utiliser un matériel de type 10baseT/UTP.
Pour plus d’information sur le type de matériel disponible pour un pilote de périphérique, référez-vous à sa page
de manuel.
7. La liaison (status) est active, i.e. la porteuse est détectée. Pour dc1, nous lisons status: no carrier.
Cela est normal lorsqu’aucun câble n’est branché à la carte.
Si le résultat de la commande ifconfig(8) est similaire à:
dc0: flags=8843<BROADCAST,SIMPLEX,MULTICAST> mtu 1500
ether 00:a0:cc:da:da:da
cela indiquerait que la carte n’a pas été configurée.
Pour configurer votre carte, vous avez besoin des privilèges de l’utilisateur root. La configuration de la carte réseau
peut être faite à partir de la ligne de commande avec ifconfig(8) mais vous aurez à répéter cette opération à chaque
redémarrage du système. Le fichier /etc/rc.conf est l’endroit où ajouter la configuration de la carte réseau.
Ouvrez le fichier /etc/rc.conf dans votre éditeur favori. Vous devez ajouter une ligne pour chaque carte réseau
présente sur le système, par exemple dans notre cas, nous avons ajouté ces lignes:
ifconfig_dc0="inet 192.168.1.3 netmask 255.255.255.0"
ifconfig_dc1="inet 10.0.0.1 netmask 255.255.255.0 media 10baseT/UTP"
Vous devez remplacer dc0, dc1, et ainsi de suite, avec le périphérique correspondant pour vos cartes, et les adresses
avec celles désirées. Vous devriez lire les pages de manuel du pilote de périphérique et d’ifconfig(8) pour plus de
détails sur les options autorisées et également la page de manuel de rc.conf(5) pour plus d’information sur la syntaxe
de /etc/rc.conf.
Si vous avez configuré le réseau à l’installation, des lignes concernant la/les carte(s) réseau pourront être déjà
présentes. Contrôler à deux fois le fichier /etc/rc.conf avant d’y ajouter des lignes.
Vous devrez également éditer le fichier /etc/hosts pour ajouter les noms et les adresses IP des diverses machines
du réseau local, si elles ne sont pas déjà présentes. Pour plus d’information référez-vous à la page de manuel hosts(5)
et au fichier /usr/share/examples/etc/hosts.
11.8.3. Test et dépannage
Une fois les modifications nécessaires du fichier /etc/rc.conf effectuées, vous devrez redémarrer votre système.
Cela permettra la prise en compte de la ou les modifications au niveau des interfaces, et permettra de vérifier que le
système redémarre sans erreur de configuration.
Une fois que le système a été redémarré, vous devrez tester les interfaces réseau.
302
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.8.3.1. Tester la carte Ethernet
Pour vérifier qu’une carte Ethernet est configurée correctement, vous devez essayer deux choses. Premièrement,
“pinguer” l’interface, puis une autre machine sur le réseau local.
Tout d’abord testons l’interface:
% ping -c5 192.168.1.3
PING 192.168.1.3 (192.168.1.3): 56 data bytes
64 bytes from 192.168.1.3: icmp_seq=0 ttl=64 time=0.082
64 bytes from 192.168.1.3: icmp_seq=1 ttl=64 time=0.074
64 bytes from 192.168.1.3: icmp_seq=2 ttl=64 time=0.076
64 bytes from 192.168.1.3: icmp_seq=3 ttl=64 time=0.108
64 bytes from 192.168.1.3: icmp_seq=4 ttl=64 time=0.076
ms
ms
ms
ms
ms
--- 192.168.1.3 ping statistics --5 packets transmitted, 5 packets received, 0% packet loss
round-trip min/avg/max/stddev = 0.074/0.083/0.108/0.013 ms
Nous devons maintenant “pinguer” une autre machine sur le réseau:
% ping -c5 192.168.1.2
PING 192.168.1.2 (192.168.1.2): 56 data bytes
64 bytes from 192.168.1.2: icmp_seq=0 ttl=64 time=0.726
64 bytes from 192.168.1.2: icmp_seq=1 ttl=64 time=0.766
64 bytes from 192.168.1.2: icmp_seq=2 ttl=64 time=0.700
64 bytes from 192.168.1.2: icmp_seq=3 ttl=64 time=0.747
64 bytes from 192.168.1.2: icmp_seq=4 ttl=64 time=0.704
ms
ms
ms
ms
ms
--- 192.168.1.2 ping statistics --5 packets transmitted, 5 packets received, 0% packet loss
round-trip min/avg/max/stddev = 0.700/0.729/0.766/0.025 ms
Vous pourrez utiliser le noms de la machine à la place de 192.168.1.2 si vous avez configuré le fichier
/etc/hosts.
11.8.3.2. Dépannage
Le dépannage de matériels ou de logiciels est toujours une tâche relativement pénible, mais qui peut être rendue plus
aisée en vérifiant en premier lieu certaines choses élémentaires. Votre câble réseau est-il branché? Avez-vous
correctement configuré les services réseau? Le coupe-feu est-il bien configuré? Est-ce que la carte réseau est
supportée par FreeBSD? Consultez toujours les notes concernant le matériel avant d’envoyer un rapport de bogue.
Mettez à jour votre version de FreeBSD vers la dernière version STABLE. Consultez les archives des listes de
diffusion, et faites même des recherches sur l’Internet.
Si la carte fonctionne mais les performances sont mauvaises, une lecture de la page de manuel tuning(7) peut valoir
la peine. Vous pouvez également vérifier la configuration du réseau puisque des paramétres réseau incorrects peuvent
donner lieu à des connexions lentes.
Certains utilisateurs peuvent voir apparaître un ou deux messages “device timeout”, ce qui est normal pour
certaines cartes. Si ces messages se multiplient, assurez-vous que la carte n’est pas en conflit avec un autre
périphérique. Contrôlez à deux fois les câbles de connexion. Peut-être que vous avez juste besoin d’une autre carte.
303
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Parfois, des utilisateurs sont confrontés à des messages d’erreur “watchdog timeout”. La première chose à faire
dans ce cas est de vérifier votre câble réseau. De nombreuses cartes demandent un slot PCI supportant le « Bus
Mastering ». Sur certaines cartes mère anciennes, seul un slot PCI le permet (la plupart du temps le slot 0). Consultez
la documentation de la carte réseau et de la carte mère pour déterminer si cela peut être à l’origine du problème.
Les messages “No route to host” surviennent si le système est incapable de router un paquet vers la machine de
destination. Cela peut arriver s’il n’y a pas de route par défaut de définie, ou si le câble réseau est débranché. Vérifiez
la sortie de la commande netstat -nr et assurez-vous qu’il y a une route valide en direction de la machine que
vous essayez d’atteindre. Si ce n’est pas le cas, lisez la Chapitre 29.
Les messages d’erreur “ping: sendto: Permission denied” sont souvent dus à un coupe-feu mal configuré.
Si ipfw est activé dans le noyau mais qu’aucune règle n’a été définie, alors la politique par défaut est de refuser tout
trafic, même les requêtes « ping »! Lisez Chapitre 28 pour plus d’informations.
Parfois les performances de la carte ne sont pas bonnes, ou en dessous de la moyenne. Dans ce cas il est recommandé
de passer la sélection du média du mode autoselect au mode adéquat. Alors que cela fonctionne généralement
pour la plupart du matériel, il se peut que cela ne résolve pas le problème pour tout de monde. Encore une fois,
contrôlez les paramétrages réseau et consultez la page de manuel tuning(7).
11.9. Hôtes virtuels
Une utilisation très courante de FreeBSD est l’hébergement de sites virtuels, où un serveur apparaît pour le réseau
comme étant plusieurs serveurs différents. Ceci est possible en assignant plusieurs adresses réseau à une interface.
Une interface réseau donnée possède une adresse “réelle”, et peut avoir n’importe quel nombre d’adresses “alias”.
Ces alias sont normalement ajoutés en plaçant les entrées correspondantes dans le fichier /etc/rc.conf.
Une entrée d’alias pour l’interface fxp0 ressemble à:
ifconfig_fxp0_alias0="inet xxx.xxx.xxx.xxx netmask xxx.xxx.xxx.xxx"
Notez que les entrées d’alias doivent commencer avec alias0 et continuer en ordre croissant, (par exemple, _alias1,
_alias2, et ainsi de suite). Le processus de configuration s’arrêtera au premier nombre absent.
Le calcul des masques de réseau est important, mais heureusement assez simple. Pour une interface donnée, il doit y
avoir une adresse qui représente correctement le masque de réseau de votre réseau. Tout autre adresse appartenant à
ce réseau devra avoir un masque de réseau avec chaque bit à 1 (exprimé soit sous la forme 255.255.255.255 soit
0xffffffff).
Par exemple, considérez le cas où l’interface fxp0 est connectée à deux réseaux, le réseau 10.1.1.0 avec un
masque de réseau de 255.255.255.0 et le réseau 202.0.75.16 avec un masque de 255.255.255.240. Nous
voulons que le système apparaisse de 10.1.1.1 jusqu’à 10.1.1.5 et à 202.0.75.17 jusqu’à 202.0.75.20.
Comme noté plus haut, seule la première adresse dans un intervalle réseau donné (dans ce cas, 10.0.1.1 et
202.0.75.17) devrait avoir un masque de sous-réseau réel; toutes les autres adresses (10.1.1.2 à 10.1.1.5 et
202.0.75.18 jusqu’à 202.0.75.20) doivent être configurées avec un masque de sous-réseau de
255.255.255.255.
Les entrées suivantes du fichier /etc/rc.conf configurent la carte correctement pour cet arrangement:
ifconfig_fxp0="inet 10.1.1.1 netmask 255.255.255.0"
ifconfig_fxp0_alias0="inet 10.1.1.2 netmask 255.255.255.255"
304
Chapitre 11. Configuration et optimisation
ifconfig_fxp0_alias1="inet
ifconfig_fxp0_alias2="inet
ifconfig_fxp0_alias3="inet
ifconfig_fxp0_alias4="inet
ifconfig_fxp0_alias5="inet
ifconfig_fxp0_alias6="inet
ifconfig_fxp0_alias7="inet
10.1.1.3 netmask 255.255.255.255"
10.1.1.4 netmask 255.255.255.255"
10.1.1.5 netmask 255.255.255.255"
202.0.75.17 netmask 255.255.255.240"
202.0.75.18 netmask 255.255.255.255"
202.0.75.19 netmask 255.255.255.255"
202.0.75.20 netmask 255.255.255.255"
11.10. Fichiers de configuration
11.10.1. Organisation du répertoire /etc
Il existe un certain nombre de répertoires dans lesquels se trouvent les informations de configuration. Ceux-ci
incluent:
/etc
Information de configuration générique du système; les données ici sont
spécifiques au système.
/etc/defaults
Version par défaut des fichiers de configuration du système.
Configuration de sendmail(8), et autres fichiers de configuration d’agent de
transmission du courrier électronique.
/etc/mail
/etc/ppp
/etc/namedb
/usr/local/etc
/usr/local/etc/rc.d
/var/db
Configuration pour les programmes PPP utilisateur et intégré au noyau.
Emplacement par défaut pour les données de named(8). Normalement
named.conf et les fichiers de zone sont stockés dans ce répertoire.
Fichiers de configuration pour les applications installées. Peut contenir des
sous-répertoires pour chaque application.
Procédures de lancement/d’arrêt pour les applications installées.
Fichiers de bases de données automatiquement générés, spécifiques au
système, comme la base de données des logiciels installés, la base de données
de localisation des fichiers, et ainsi de suite.
11.10.2. Nom d’hôtes
11.10.2.1. /etc/resolv.conf
/etc/resolv.conf gère comment le résolveur de FreeBSD accède au système de nom de domaine d’Internet
(DNS).
Les entrées la plus classiques du fichier resolv.conf sont:
nameserver
L’adresse IP du serveur de noms auquel le résolveur devrait envoyer ses
requêtes. Les serveurs sont sollicités dans l’ordre listé avec un maximum de
trois.
305
Chapitre 11. Configuration et optimisation
search
Liste de recherche pour la résolution de nom de machine. Ceci est
normalement déterminé par le domaine de l’hôte local.
domain
Le nom du domaine local.
Un fichier resolv.conf typique:
search example.com
nameserver 147.11.1.11
nameserver 147.11.100.30
Note : Seule une des options search et domain devrait être utilisée.
Si vous utilisez DHCP, dhclient(8) réécrit habituellement resolv.conf avec l’information reçue du serveur DHCP.
11.10.2.2. /etc/hosts
/etc/hosts est une simple base de données texte, une réminiscence des débuts d’Internet. Il travaille en
conjonction avec les serveurs DNS et NIS pour fournir les correspondances nom vers adresse IP. Les ordinateurs
locaux reliés par l’intermédiaire d’un réseau local peuvent être ajoutés dans ce fichier pour une résolution de noms
simple plutôt que de configurer un serveur named(8). De plus /etc/hosts peut être utilisé pour fournir un
enregistrement local de correspondances de nom, réduisant ainsi le besoin de requêtes vers l’extérieur pour les noms
auxquels on accède couramment.
# $FreeBSD$
#
# Host Database
# This file should contain the addresses and aliases
# for local hosts that share this file.
# In the presence of the domain name service or NIS, this file may
# not be consulted at all; see /etc/nsswitch.conf for the resolution order.
#
#
::1
localhost localhost.my.domain myname.my.domain
127.0.0.1
localhost localhost.my.domain myname.my.domain
#
# Imaginary network.
#10.0.0.2
myname.my.domain myname
#10.0.0.3
myfriend.my.domain myfriend
#
# According to RFC 1918, you can use the following IP networks for
# private nets which will never be connected to the Internet:
#
#
10.0.0.0
10.255.255.255
#
172.16.0.0
172.31.255.255
#
192.168.0.0
192.168.255.255
#
# In case you want to be able to connect to the Internet, you need
306
Chapitre 11. Configuration et optimisation
#
#
#
#
#
real official assigned numbers. PLEASE PLEASE PLEASE do not try
to invent your own network numbers but instead get one from your
network provider (if any) or from the Internet Registry (ftp to
rs.internic.net, directory ‘/templates’).
/etc/hosts suit le format simple suivant:
[Internet address] [official hostname] [alias1] [alias2] ...
Par exemple:
10.0.0.1 myRealHostname.example.com myRealHostname foobar1 foobar2
Consultez la page de manuel hosts(5) pour plus d’informations.
11.10.3. Configuration des fichiers de trace
11.10.3.1. syslog.conf
syslog.conf est le fichier de configuration du programme syslogd(8). Il indique quel type de messages syslog
sera enregistré dans des fichiers de traces particuliers.
# $FreeBSD$
#
#
Spaces ARE valid field separators in this file. However,
#
other *nix-like systems still insist on using tabs as field
#
separators. If you are sharing this file between systems, you
#
may want to use only tabs as field separators here.
#
Consult the syslog.conf(5) manual page.
.err;kern.debug;auth.notice;mail.crit
/dev/console
*
.notice;kern.debug;lpr.info;mail.crit;news.err
/var/log/messages
*
security.*
/var/log/security
mail.info
/var/log/maillog
lpr.info
/var/log/lpd-errs
cron.*
/var/log/cron
root
*.err
root
*.notice;news.err
root
*.alert
*.emerg
*
# uncomment this to log all writes to /dev/console to /var/log/console.log
#console.info
/var/log/console.log
# uncomment this to enable logging of all log messages to /var/log/all.log
#*.*
/var/log/all.log
# uncomment this to enable logging to a remote log host named loghost
#*.*
@loghost
# uncomment these if you’re running inn
# news.crit
/var/log/news/news.crit
# news.err
/var/log/news/news.err
# news.notice
/var/log/news/news.notice
307
Chapitre 11. Configuration et optimisation
!startslip
*.*
!ppp
*.*
/var/log/slip.log
/var/log/ppp.log
Consultez la page de manuel syslog.conf(5) pour plus d’informations.
11.10.3.2. newsyslog.conf
newsyslog.conf est le fichier de configuration de newsyslog(8), un programme qui est normalement programmé
cron(8) pour s’exécuter périodiquement. newsyslog(8) détermine quand les fichiers de traces doivent être archivés ou
réorganisés. logfile devient logfile.0, logfile.0 devient à son tour logfile.1, et ainsi de suite. D’autre
part, les fichiers de traces peuvent être archivés dans le format gzip(1), ils se nommeront alors: logfile.0.gz,
logfile.1.gz, et ainsi de suite.
newsyslog.conf indique quels fichiers de traces doivent être gérés, combien doivent être conservés, et quand ils
doivent être modifiés. Les fichiers de traces peuvent être réorganisés et/ou archivés quand ils ont soit atteint une
certaine taille, soit à une certaine période/date.
# configuration file for newsyslog
# $FreeBSD$
#
# filename
[owner:group]
/var/log/cron
/var/log/amd.log
/var/log/kerberos.log
/var/log/lpd-errs
/var/log/maillog
/var/log/sendmail.st
/var/log/messages
/var/log/all.log
/var/log/slip.log
/var/log/ppp.log
/var/log/security
/var/log/wtmp
/var/log/daily.log
/var/log/weekly.log
/var/log/monthly.log
/var/log/console.log
mode count size when [ZB] [/pid_file] [sig_num]
600 3
100 *
Z
644 7
100 *
Z
644 7
100 *
Z
644 7
100 *
Z
644 7
@T00 Z
*
644 10
168
B
*
644 5
100 *
Z
600 7
@T00 Z
*
600 3
100 *
Z
600 3
100 *
Z
600 10
100 *
Z
644 3
@01T05 B
*
640 7
@T00 Z
*
640 5
1
$W6D0 Z
640 12
$M1D0 Z
*
640 5
100 *
Z
Consultez la page de manuel newsyslog(8) pour plus d’informations.
11.10.4. sysctl.conf
sysctl.conf ressemble à rc.conf. Les valeurs sont fixées sous la forme variable=value. Les valeurs
spécifiées sont positionnées après que le système soit passé dans le mode multi-utilisateurs. Toutes les variables ne
sont pas paramétrables dans ce mode.
Pour désactiver l’enregistrement des signaux fatals de fin de processus et empêcher les utilisateurs de voir les
processus lancés par les autres, les variables suivantes peuvent être paramétrées dans sysctl.conf:
308
Chapitre 11. Configuration et optimisation
# Do not log fatal signal exits (e.g. sig 11)
kern.logsigexit=0
# Prevent users from seeing information about processes that
# are being run under another UID.
security.bsd.see_other_uids=0
11.11. Optimisation avec sysctl
sysctl(8) est une interface qui vous permet d’effectuer des changements de paramétrage sur un système FreeBSD en
fonctionnement. Cela comprend de nombreuses options avancées de la pile TCP/IP et du système de mémoire
virtuelle qui peuvent améliorer dramatiquement les performances pour un administrateur système expérimenté. Plus
de cinq cent variables système peuvent être lues et modifiées grâce à sysctl(8).
sysctl(8) remplit deux fonctions: lire et modifier les paramétrages du système.
Pour afficher toutes les variables lisibles:
% sysctl -a
Pour lire une variable particulière, par exemple, kern.maxproc:
% sysctl kern.maxproc
kern.maxproc: 1044
Pour fixer une variable particulière, utilisez la syntaxe intuitive variable=valeur :
# sysctl kern.maxfiles=5000
kern.maxfiles: 2088 -> 5000
Les valeurs des variables sysctl sont généralement des chaînes de caractères, des nombres, ou des booléens (un
variable booléenne étant 1 pour oui ou un 0 pour non).
Si vous voulez fixer automatiquement certaines variables à chaque démarrage de la machine, ajoutez-les au fichier
/etc/sysctl.conf. Pour plus d’information consultez la page de manuel sysctl.conf(5) et la Section 11.10.4.
11.11.1. Variables sysctl(8) en lecture seule
Contribution de Tom Rhodes.
Dans certains cas, il peut être nécessaire de modifier des variables sysctl(8) en lecture seule. Bien que cela soit
parfois inévitable, cela ne peut être fait qu’au (re)démarrage de la machine.
Par exemple sur certains modèles d’ordinateurs portables le périphérique cardbus(4) ne sondera pas le système à la
recherche des zones mémoires, et échouera avec des erreurs du type:
cbb0: Could not map register memory
device_probe_and_attach: cbb0 attach returned 12
309
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Des cas comme le précédent demandent généralement la modification de paramètres sysctl(8) par défaut qui sont en
lecture seule. Pour palier à ces situations un utilisateur peut placer un paramétrage (“OID”—Object IDentifier)
sysctl(8) dans le fichier local /boot/loader.conf.local. Les paramétrages par défaut se trouvent dans le fichier
/boot/defaults/loader.conf.
Pour corriger le problème précédent, il faudrait que l’utilisateur ajoute la ligne
hw.pci.allow_unsupported_io_range=1 dans le fichier précédemment indiqué. Désormais le périphérique
cardbus(4) devrait fonctionner normalement.
11.12. Optimiser les disques
11.12.1. Les variables sysctl
11.12.1.1. vfs.vmiodirenable
La variable sysctl vfs.vmiodirenable peut être positionnée soit à 0 (désactivée) soit à 1 (activée); elle est a 1 par
défaut. Cette variable spécifie comment les répertoires sont cachés par le système. La plupart des répertoires sont
petits, utilisant juste un simple fragment du système de fichiers (typiquement 1KO) et moins dans le cache en
mémoire (typiquement 512 octets). Avec cette variable désactivée (à 0), le cache en mémoire ne cachera qu’un
nombre fixe de répertoires même si vous disposez d’une grande quantité de mémoire. Activée (à 1), cette variable
sysctl permet au cache en mémoire d’utiliser le cache des pages de mémoire virtuelle pour cacher les répertoires,
rendant toute la mémoire disponible pour cacher les répertoires. Cependant, la taille minimale de l’élément mémoire
utilisé pour cacher un répertoire est une page physique (typiquement 4KO) plutôt que 512 octets. Nous
recommandons de conserver de cette option activée si vous faites fonctionner des services qui manipulent un grand
nombre de fichiers. De tels services peuvent être des caches web, d’importants systèmes de courrier électronique, et
des systèmes serveurs de groupe de discussion. Conserver cette option activée ne réduira généralement pas les
performances même avec la mémoire gaspillée mais vous devriez faire des expériences pour le déterminer.
11.12.1.2. vfs.write_behind
La variable sysctl vfs.write_behind est positionnée par défaut à 1 (activée). Elle demande au système de fichiers
d’effectuer les écritures lorsque des grappes complètes de données ont été collectées, ce qui se produit généralement
lors de l’écriture séquentielle de gros fichiers. L’idée est d’éviter de saturer le cache tampon avec des tampons sales
quand cela n’améliorera pas les performances d’E/S. Cependant, cela peut bloquer les processus et dans certaines
conditions vous pouvez vouloir désactiver cette fonction.
11.12.1.3. vfs.hirunningspace
La variable sysctl vfs.hirunningspace détermine combien d’opérations d’écriture peuvent être mises en attente à
tout moment au niveau des contrôleurs disques du système. La valeur par défaut est normalement suffisante mais sur
les machines avec de nombreux disques, vous pouvez vouloir l’augmenter jusqu’à quatre ou cinq méga-octets. Notez
que fixer une valeur trop élevée (dépassant la limite d’écriture du cache tampon) peut donner lieu à de très mauvaises
310
Chapitre 11. Configuration et optimisation
performances. Ne fixez pas cette valeur à une valeur élevée arbitraire! Des valeurs d’écriture élevées peuvent ajouter
des temps de latence aux opérations d’écriture survenant au même moment.
Il existent d’autres variables sysctl relatives aux caches tampons et aux pages VM. Nous ne recommandons pas de
modifier ces valeurs, le système VM effectue un très bon travail d’auto-optimisation.
11.12.1.4. vm.swap_idle_enabled
La variable vm.swap_idle_enabled est utile dans le cas de systèmes multi-utilisateurs importants où il y a
beaucoup d’utilisateurs s’attachant et quittant le système et de nombreux processus inactifs. De tels systèmes tendent
à générer une pression assez importante et continue sur les réserves de mémoire libres. Activer cette fonction et
régler l’hystéresis de libération de l’espace de pagination (en secondes d’inactivité) par l’intermédiaire des variables
vm.swap_idle_threshold1 et vm.swap_idle_threshold2, vous permet de diminuer la priorité des pages
mémoire associées avec les processus inactifs plus rapidement qu’avec l’algorithme normal de libération. Cela aide
le « daemon » de libération des pages. N’activez cette option que si vous en besoin, parce que la concession que vous
faites est d’utiliser l’espace de pagination pour les pages mémoire plus tôt qu’à l’accoutumé, consommant par
conséquent plus d’espace de pagination et de bande passante disque. Sur un petit système, cette option aura un effet
limité mais dans le cas d’un système important qui fait appel à l’espace de pagination de façon modérée, cette option
permettra au système VM de transférer l’ensemble des processus de et vers la mémoire aisément.
11.12.1.5. hw.ata.wc
FreeBSD 4.3 a flirté avec la désactivation du cache en écriture des disques IDE. Cela réduisit la bande passante en
écriture des disques IDE mais fut considéré comme nécessaire en raison de sérieux problèmes de cohérence de
données introduits par les fabricants de disques durs. Le problème est que les disques IDE mentent sur le moment où
une écriture est réellement terminée. Avec le cache en écriture IDE activé, les disques durs IDE non seulement
n’écriront pas les données dans l’ordre, mais parfois retarderont l’écriture de certains blocs indéfiniment sous une
charge disque importante. Un crash ou une coupure secteur pourra être à l’origine de sérieuses corruptions du
système de fichiers. Par précaution le paramétrage par défaut de FreeBSD fut modifié. Malheureusement, le résultat
fut une telle perte de performances que nous avons réactivé le cache en écriture après cette version de FreeBSD.
Vous devriez contrôler la valeur par défaut sur votre système en examinant la variable sysctl hw.ata.wc. Si le cache
en écriture des disques IDE est désactivé, vous pouvez le réactiver en positionnant la variable à 1. Cela doit être fait à
partir du chargeur au démarrage. Tenter de le faire après le démarrage du noyau n’aura aucun effet.
Pour plus d’informations, veuillez consulter la page de manuel ata(4).
11.12.1.6. SCSI_DELAY (kern.cam.scsi_delay)
L’option de configuration du noyau SCSI_DELAY peut être utilisée pour réduire le temps de démarrage du système.
Le délai par défaut est important et peut être responsable de plus de 15 secondes d’attente lors du processus de
démarrage. Réduire ce délai à 5 secondes est généralement suffisant (tout particulièrement avec les disques
modernes). Les versions de FreeBSD récentes (5.0 et suivantes) devraient utiliser l’option de démarrage
kern.cam.scsi_delay. Cette option de démarrage et celle de configuration du noyau acceptent des valeurs en
millisecondes et non pas en secondes.
311
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.12.2. Les “Soft Updates”
Le programme tunefs(8) peut être utilisé pour régler finement un système de fichiers. Ce programme dispose de
nombreuses options différentes, mais pour l’instant nous nous intéresserons uniquement à l’activation et la
désactivation des “Soft Updates”, ce qui fait avec:
# tunefs -n enable /filesystem
# tunefs -n disable /filesystem
Un système de fichiers ne peut être modifié avec tunefs(8) tant qu’il est monté. Un bon moment pour activer les “Soft
Updates” est avant que les partitions ne soient montées en mode mono-utilisateur.
Les “Soft Updates” améliorent de façon drastique les performances sur les méta-données, principalement la création
et la suppression de fichier, par l’utilisation d’un cache mémoire. Nous recommandons d’activer les “Soft Updates”
sur tous vos systèmes de fichiers. Il y a deux inconvénients aux “Soft Updates” que vous devez connaître: tout
d’abord, les “Soft Updates” garantissent la cohérence du système de fichiers en cas de crash mais pourront
facilement être en retard de quelques secondes (voir même une minute!) dans la mise à jour du disque. Si votre
système plante il se peut que vous perdiez plus de travail que dans d’autres cas. Deuxièmement, les “Soft Updates”
retardent la libération des blocs du système de fichiers. Si vous avez un système de fichiers (comme le système de
fichiers racine) qui est presque plein, effectuer une mise à jour majeure, comme un make installworld, peut
mener à un manque d’espace sur le système de fichiers et faire échouer la mise à jour.
11.12.2.1. Plus de détails à propos des “Soft Updates”
Il y a deux approches traditionnelles pour écrire les méta-données d’un système de fichiers sur le disque (mise à jour
des méta-données et mise à jour des éléments sans données comme les inodes ou les répertoires).
Historiquement, le comportement par défaut était d’écrire les mises à jour des méta-données de façon synchrone. Si
un répertoire a été modifié, le système attendait jusqu’à ce que le changement soit effectivement écrit sur le disque.
Les tampons des données de fichier (contenu du fichier) passaient par le cache mémoire et étaient copiés sur le
disque plus tard de façon asynchrone. L’avantage de cette implémentation est qu’elle est effectuée sans risque. S’il y
a un problème durant une mise à jour, les méta-données sont toujours dans un état consistant. Un fichier est soit créé
complètement soit pas du tout. Si les blocs de données d’un fichier n’ont pas trouvé leur chemin du cache mémoire
vers le disque au moment du crash, fsck(8) est capable de s’en apercevoir et de réparer le système de fichiers en
fixant la taille du fichier à 0. De plus, l’implémentation est claire et simple. L’inconvénient est que la modification
des méta-données est lente. Un rm -r, par exemple, touche à tous les fichiers dans un répertoire séquentiellement,
mais chaque modification du répertoire (effacement d’un fichier) sera écrite de façon synchrone sur le disque. Cela
comprend les mises à jour du répertoire lui-même, de la table des inodes, et éventuellement celles sur des blocs
indirects alloués par le fichier. Des considérations semblables s’appliquent à la création d’importantes hiérarchies
((tar -x).
Le deuxième cas est la mise à jour asynchrone des méta-données. C’est le comportement par défaut de Linux/ext2fs
et de l’usage de mount -o async pour l’UFS des systèmes BSD. Toutes les mises à jour des méta-données passent
également par l’intermédiaire d’un cache mémoire, c’est à dire, qu’elles seront mélangées aux mises à jour des
données du contenu du fichier. L’avantage de cette implémentation est qu’il n’y a pas besoin d’attendre jusqu’à
l’écriture sur le disque de chaque mise à jour de méta-données, donc toutes les opérations qui sont à l’origine d’une
grande quantité de mise à jour de méta-données fonctionnent bien plus rapidement que dans le cas synchrone. De
plus, l’implémentation est toujours claire et simple, il y a donc peu de risque qu’un bogue se cache dans le code.
L’inconvénient est qu’il n’y a aucune garantie du tout sur la cohérence du système de fichiers. S’il y a un problème
durant une opération qui met à jour une grande quantité de méta-données (comme une coupure secteur, ou quelqu’un
appuyant sur le bouton reset), le système de fichiers sera laissé dans un état imprévisible. Il n’y a aucune opportunité
312
Chapitre 11. Configuration et optimisation
d’examiner l’état du système de fichiers quand le système est à nouveau relancé; les blocs de données d’un fichier
pourraient déjà avoir été inscrits sur le disque alors que la mise à jour de la table des inodes ou du répertoire associé
n’a pas été faite. Il est en fait impossible d’implémenter un fsck qui est capable de nettoyer le chaos résultant (parce
que l’information nécessaire n’est pas disponible sur le disque). Si le système de fichiers a été endommagé
irrémédiablement, le seul choix est de le recréer avec newfs(8) et de récupérer les données à partir de sauvegardes.
La solution commune pour ce problème fut d’implémenter une région de trace, dont on fait souvent référence sous le
terme de journalisation, bien que ce terme ne soit pas toujours utilisé de façon cohérente et est occasionnellement
utilisé pour d’autres formes de transaction avec trace. Les mises à jour des méta-données sont toujours écrites de
façon synchrone, mais seulement sur une petite région du disque. Elles seront plus tard déplacées vers leur
emplacement correct. Parce que la région de trace est une petite région contiguë sur le disque, il n’y a pas de grandes
distances de déplacement pour les têtes des disques, même durant les opérations importantes, donc ces opérations
sont plus rapides que les mises à jour synchrones. De plus la complexité de l’implémentation est relativement
limitée, donc le risque de présence de bogues est faible. Un inconvénient est que toutes les méta-données sont écrites
deux fois (une fois dans la région de trace et une fois sur l’emplacement correct) donc pour un fonctionnement
normal, une baisse des performances pourra en résulter. D’autre part, dans le cas d’un crash, toutes les opérations sur
les méta-données en attente peuvent rapidement être annulées ou complétées à partir de la zone de trace après le
redémarrage du système, ayant pour résultat un démarrage rapide du système de fichiers.
Kirk McKusick, le développeur du FFS de Berkeley, a résolu le problème avec les “Soft Updates”: toutes les mises à
jour des méta-données sont conservées en mémoire et inscrites sur le disque selon une séquence ordonnée (“mise à
jour ordonnée des méta-données”). Ceci a pour effet, dans le cas d’un nombre d’opérations sur les méta-données
important, que les dernières mises à jour sur un élément “attrapent” les premières si ces dernières sont encore en
mémoire et n’ont pas encore été inscrites sur le disque. Donc toutes les opérations sur, par exemple, un répertoire
sont généralement effectuées en mémoire avant que la mise à jour ne soit écrite sur le disque (les blocs de données
sont ordonnés en fonction de leur position de sorte à ce qu’ils ne soient pas sur le disque avant leur méta-données). Si
le système crash, cela provoque un “retour dans les traces” implicite: toutes les opérations qui n’ont pas trouvé leur
chemin vers le disque apparaissent comme si elles n’avaient jamais existé. Un état cohérent du système de fichiers
est maintenu et apparaît comme étant celui de 30 ou 60 secondes plus tôt. L’algorithme utilisé garantie que toutes les
ressources utilisées soient marquées avec leur bons “bitmaps”: blocs et inodes. Après un crash, les seules erreurs
d’allocation de ressources qui apparaissent sont les ressources qui ont été marquées comme “utilisées” et qui sont en
fait ”libre”. fsck(8) reconnaît cette situation, et libère les ressources qui ne sont plus utilisées. On peut ignorer sans
risque l’état “sale” d’un système de fichiers après un crash en forçant son montage avec mount -f. Afin de libérer
les ressources qui peuvent être inutilisées, fsck(8) doit être exécuté plus tard. C’est l’idée qu’il y a derrière le
“background fsck” (fsck en tâche de fond): au démarrage du système, seule un “snapshot” (photographie) du système
de fichiers est prise. La commande fsck peut être exécutée plus tard sur ce système de fichiers. Tous les systèmes de
fichiers peuvent être montés “sales”, donc le système passe en mode multi-utilisateurs. Ensuite, les fsck en tâche de
fond seront programmés pour tous les systèmes de fichiers pour lesquels c’est nécessaire, pour libérer les ressources
qui peuvent être inutilisées (les systèmes qui n’utilisent pas les ‘Soft Updates” ont toujours besoin du fsck en avant
plan).
L’avantage est que les opérations sur les méta-données sont presque aussi rapides que les mises à jour asynchrones
(i.e. plus rapide qu’avec le “logging” - traçage, qui doit écrire les méta-données deux fois). Les inconvénients sont la
complexité du code (impliquant un haut risque de bogues dans une zone qui est hautement sensible en raison de
risque perte de données utilisateur), et une plus grande consommation en mémoire. De plus il y a quelques
particularités que l’on peut rencontrer lors de l’utilisation. Après un crash, l’état du système apparaît être en quelque
sorte “plus vieux”. Dans des situations où l’approche synchrone classique aurait donné lieu à des fichiers de taille
nulle restant après le fsck, ces fichiers n’existent pas du tout avec un système de fichiers utilisant les “Soft Updates”
parce que ni les méta-données ni les contenus de fichiers n’ont jamais été inscrits sur le disque. L’espace disque n’est
pas rendu tant que les mises à jour n’ont pas été inscrites sur le disque, ce qui peut se produire quelques temps après
313
Chapitre 11. Configuration et optimisation
l’exécution de rm. Cela peut être à l’origine de problèmes quand on installe une grande quantité de données sur un
système de fichiers qui ne dispose pas de suffisamment d’espace pour contenir tous les fichiers deux fois.
11.13. Optimisation des limitations du noyau
11.13.1. Limitations sur les fichiers et les processus
11.13.1.1. kern.maxfiles
Le paramètre kern.maxfiles peut être augmenté ou diminué en fonction des besoins du système. Cette variable
indique le nombre maximal de descripteurs de fichier sur votre système. Quand la table de descripteurs de fichier est
pleine, le message “file: table is full” s’affichera régulièrement dans le tampon des messages système, qui
peut être visualisé avec la commande dmesg.
Chaque fichier ouvert, chaque “socket”, ou chaque emplacement en pile utilise un descripteur de fichier. Un serveur
important peut facilement demander plusieurs milliers de descripteurs de fichiers, en fonction du type et du nombre
de services s’exécutant en même temps.
Sous les anciennes versions de FreeBSD, la valeur par défaut de kern.maxfile est fixée par l’option maxusers
dans votre fichier de configuration du noyau. kern.maxfiles augmente proportionnellement avec la valeur de
maxusers. Quand vous compilez un noyau sur mesure, il est bon de paramétrer cette option en fonction de
l’utilisation de votre système. Ce nombre fixe la plupart des limites pré-définies du noyau. Même si une machine de
production pourra ne pas avoir en réalité 256 utilisateurs connectés simultanément, les ressources requises pourront
être semblables pour un serveur web important.
Depuis FreeBSD 4.5, kern.maxusers est automatiquement ajustée au démarrage en fonction de la quantité de
mémoire disponible dans le système, sa valeur peut être connue durant le fonctionnement du système en examinant
la valeur de la variable sysctl en lecture seule: kern.maxusers. Certains systèmes auront besoin de valeurs plus
élevées ou plus faibles pour kern.maxusers et pourront donc la fixer au chargement du système; des valeurs de 64,
128, ou 256 ne sont pas inhabituelles. Nous recommandons de ne pas dépasser 256 à moins que vous ayez besoin
d’un grand nombre de descripteurs de fichiers; plusieurs des variables dont la valeur par défaut dépend de
kern.maxusers peuvent être fixées individuellement au démarrage ou en fonctionnement dans le fichier
/boot/loader.conf (voir la page de manuel loader.conf(5) ou le fichier /boot/defaults/loader.conf pour
des exemples) ou comme décrit en d’autres endroits dans ce document. Les systèmes antérieurs à FreeBSD 4.4
doivent passer par l’option maxusers du fichier de configuration du noyau pour fixer cette valeur.
Sous les anciennes versions, le système auto-ajuste ce paramètre pour vous si vous le fixez explicitement à 01. En
paramétrant cette option, vous devrez fixer maxusers à 4 au moins, en particulier si vous utilisez le système X
Window ou compilez des logiciels. La raison de cela est que la valeur la plus importante que dimensionne maxusers
est le nombre maximal de processus, qui est fixé à 20 + 16 * maxusers, donc si vous positionnez maxusers à 1,
alors vous ne pouvez avoir que 36 processus en simultanés, comprenant les 18, environ, que le système lance au
démarrage et les 15, à peu près, que vous créerez probablement au démarrage du système X Window. Même une
tâche simple comme la lecture d’une page de manuel lancera jusqu’à neuf processus pour la filtrer, la décompresser,
et l’afficher. Fixer maxusers à 64 autorisera jusqu’à 1044 processus simultanés, ce qui devrait suffire dans la plupart
des cas. Si, toutefois, vous obtenez le message d’erreur tant redouté proc table full quand vous tentez d’exécuter un
314
Chapitre 11. Configuration et optimisation
nouveau programme, ou gérez un serveur avec un grand nombre d’utilisateurs en simultanés (comme
ftp.FreeBSD.org), vous pouvez toujours augmenter cette valeur et recompiler le noyau.
Note : maxusers ne limite pas le nombre d’utilisateurs qui pourront ouvrir une session sur votre machine. Cette
valeur dimensionne simplement différentes tables à des valeurs raisonnables en fonction du nombre maximal
d’utilisateur que vous aurez vraisemblablement sur votre système et combien de processus chacun d’entre eux
pourra utiliser. Un mot-clé qui limite le nombre d’utilisateurs distants et de terminaux X en simultané est
pseudo-device pty 16. Avec FreeBSD 5.X, vous n’avez pas à vous soucier de ce nombre puisque le pilote
pty(4) est capable d’« auto-clonage », vous devez donc utiliser la ligne device pty dans votre fichier de
configuration.
11.13.1.2. kern.ipc.somaxconn
La variable sysctl kern.ipc.somaxconn limite la taille de la file d’attente acceptant les nouvelles connexions TCP.
La valeur par défaut de 128 est généralement trop faible pour une gestion robuste des nouvelles connexions dans un
environnement de serveur web très chargé. Pour de tels environnements, il est recommandé d’augmenter cette valeur
à 1024 ou plus. Le « daemon » en service peut de lui-même limiter la taille de la file d’attente (e.g. sendmail(8), ou
Apache) mais disposera, la plupart du temps, d’une directive dans son fichier de configuration pour ajuster la taille
de la file d’attente. Les files d’attentes de grandes tailles sont plus adaptées pour éviter les attaques par déni de
service (DoS).
11.13.2. Limitations réseau
L’literal du noyau NMBCLUSTERS fixe la quantité de « Mbuf »;s disponibles pour le système. Un serveur à fort trafic
avec un nombre faible de « Mbuf »;s sous-emploiera les capacités de FreeBSD. Chaque “cluster” représente
approximativement 2 Ko de mémoire, donc une valeur de 1024 représente 2 mégaoctets de mémoire noyau réservée
pour les tampons réseau. Un simple calcul peut être fait pour déterminer combien sont nécessaires. Si vous avez un
serveur web qui culmine à 1000 connexions simultanées, et que chaque connexion consomme un tampon de
réception de 16Ko et un tampon d’émission de 16 Ko, vous avez approximativement besoin de 32 Mo de tampon
réseau pour couvrir les besoin du serveur web. Un bon principe est de multiplier ce nombre par 2, soit 2x32 Mo /
2 Ko = 64 Mo / 2 Ko =32768. Nous recommandons des valeurs comprises entre 4096 et 32768 pour les machines
avec des quantités de mémoire plus élevées. Vous ne devriez, dans aucun circonstance, spécifier de valeur élevée
arbitraire pour ce paramètre étant donné que cela peut être à l’origine d’un plantage au démarrage. L’option -m de
netstat(1) peut être utilisée pour observer l’utilisation des « clusters ».
La variable kern.ipc.nmbclusters configurable au niveau du chargeur est utilisée pour ajuster cela au
démarrage. Seules les anciennes versions de FreeBSD vous demanderont d’utiliser l’option de configuration du
noyau NMBCLUSTERS.
Pour les serveurs chargés qui font une utilisation intensive de l’appel système sendfile(2), il peut être nécessaire
d’augmenter le nombre de tampons sendfile(2) par l’intermédiaire de l’option de configuration du noyau NSFBUFS
ou en fixant sa valeur dans le fichier /boot/loader.conf (consultez la page de manuel loader(8) pour plus de
détails). Un indicateur de la nécessité d’ajuster ce paramètre est lorsque des processus sont dans l’état sfbufa. La
variable sysctl kern.ipc.nsfbufs est un aperçu en lecture seule de la variable du noyau. Ce paramètre s’ajuste de
façon optimale avec kern.maxusers, il peut être cependant nécessaire de l’ajuster en fonction des besoins.
315
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Important : Même si une « socket » a été marquée comme étant non-bloquante, un appel de sendfile(2) sur la
« socket » non-bloquante peut résulter en un blocage de l’appel sendfile(2) jusqu’à ce que suffisamment de
struct sf_buf soient libérées.
11.13.2.1. net.inet.ip.portrange.*
Les variables net.inet.ip.portrange.* contrôlent les intervalles de ports automatiquement alloués aux
« socket »s TCP et UDP. Il y a trois intervalles: un intervalle bas, un intervalle par défaut, et intervalle un haut. La
plupart des programmes réseau utilisent l’intervalle par défaut qui est contrôlé par
net.inet.ip.portrange.first et net.inet.ip.portrange.last, qui ont pour valeur par défaut
respectivement 1024 et 5000. Ces intervalles de ports sont utilisés pour les connexions sortantes, et il est possible de
se trouver à court de ports dans certaines conditions. Cela arrive le plus souvent quand votre système fait tourner un
proxy web très chargé. L’intervalle de ports n’est pas un problème quand vous exécutez des serveurs qui ne gèrent
principalement que des connexions entrantes, comme un server web classique, ou qui ont un nombre de connexions
sortantes limitées comme un relai de messagerie. Pour les cas où vous risquez d’être à court de ports, il est
recommandé d’augmenter légèrement net.inet.ip.portrange.last. Une valeur de 10000, 20000 ou 30000
doit être suffisante. Vous devriez également penser au problème du coupe-feu lors du changement de l’intervalle des
ports. Certains coupes-feu peuvent bloquer de grands intervalles de ports (en général les ports inférieurs) et
s’attendent à ce que les systèmes utilisent les intervalles supérieurs pour les connexions sortantes — pour cette raison
il n’est pas conseillé de diminuer net.inet.ip.portrange.first.
11.13.2.2. Le produit délai-bande passante TCP
La limitation du produit délai-bande passante TCP est semblable au TCP/Vegas sous NetBSD. Elle peut être activée
en positionnant à 1 la variable net.inet.tcp.inflight.enable. Le système tentera alors de calculer le produit
délai-bande passante pour chaque connexion et limitera la quantité de données en attente à la quantité juste
nécessaire au maintient d’un flux de sortie optimal.
Cette fonctionnalité est utile si vous diffusez des données par l’intermédiaire de modems, de connexions Ethernet
Gigabit, ou même de liaisons hauts débits WAN (ou toute autre liaison avec un produit délai-bande passante élevé),
tout particulièrement si vous utilisez également le dimensionnement des fenêtres d’émission ou que vous avez
configuré une fenêtre d’émission importante. Si vous activez cette option, vous devriez également vous assurer que
net.inet.tcp.inflight.debug est positionnée à 0 (désactive le débogage), et pour une utilisation en
production, fixer net.inet.tcp.inflight.min à au moins 6144 peut être bénéfique. Notez, cependant, que fixer
des minima élevés peut désactiver la limitation de bande passante selon la liaison. La fonction de limitation diminue
la quantité de données accumulées dans les files d’attente intermédiaire de routage et de commutation, et diminue
également la quantité de données présentes dans les files d’attente de l’interface de la machine locale. Avec moins de
paquets dans les files d’attente, les connexions interactives, tout particulièrement sur des modems lents, seront en
mesure de fonctionner avec des temps d’aller-retour plus faible. Mais cette fonctionnalité n’affecte que la
transmission de données (transmission côté serveur). Ceci n’a aucun effet sur la réception de données
(téléchargement).
Modifier net.inet.tcp.inflight.stab n’est pas recommandé. Ce paramètre est fixé par défaut à la valeur 20,
représentant au maximum 2 paquets ajoutés à la fenêtre de calcul du produit délai-bande passante. La fenêtre
supplémentaire est nécessaire pour stabiliser l’algorithme et améliorer la réponse aux changements de conditions,
mais il peut en résulter des temps de « ping » plus élevés sur les liaisons lentes (mais cependant inférieurs à ce que
vous obtiendriez sans l’algorithme de limitation). Dans de tels cas, vous pouvez essayer de réduire ce paramètre à 15,
316
Chapitre 11. Configuration et optimisation
10, ou 5, et vous pouvez avoir à réduire le paramètre net.inet.tcp.inflight.min (par exemple à 3500) pour
obtenir l’effet désiré. Ces paramètres ne doivent être réduits qu’en dernier ressort.
11.13.3. Mémoire virtuelle
11.13.3.1. kern.maxvnodes
Un vnode est la représentation interne d’un fichier ou d’un répertoire. Augmenter le nombre de vnodes disponibles
pour le système d’exploitation diminue les accès disque. Cela est normalement géré par le système d’exploitation et
n’a pas besoin d’être modifié. Dans certains cas où les accès aux disques sont un goulot d’étranglement pour le
système et que ce dernier est à cours de vnodes, ce nombre aura besoin d’être augmenté. La quantité de RAM libre et
inactive sera prise en compte.
Pour connaître le nombre de vnodes actuellement utilisés:
# sysctl vfs.numvnodes
vfs.numvnodes: 91349
Pour connaître le maximum de vnodes utilisables:
# sysctl kern.maxvnodes
kern.maxvnodes: 100000
Si l’utilisation actuelle des vnodes est proche du maximum, augmenter de 1000 kern.maxvnodes est probablement
une bonne idée. Gardez un oeil sur le nombre vfs.numvnodes. S’il approche à nouveau le maximum,
kern.maxvnodes devra être augmenté de manière plus conséquente. Une modification dans votre utilisation de la
mémoire devrait être visible dans top(1). Une plus grande quantité de mémoire devrait être annoncée comme active.
11.14. Ajouter de l’espace de pagination
Peu importe comment vous l’avez pensé, parfois un système ne fonctionne pas comme prévu. Si vous trouvez que
vous avez besoin de plus d’espace de pagination, il est assez simple d’en rajouter. Vous avez trois manières
d’augmenter votre espace de pagination: ajouter un nouveau disque dur, activer la pagination sur NFS, et créer un
fichier de pagination sur une partition existante.
Pour des informations sur comment chiffrer l’espace de pagination, quelles options existent pour mener à bien cette
tâche et pourquoi on devrait le faire, veuillez vous référer à la Section 18.17 du Manuel.
11.14.1. Espace de pagination sur un nouveau disque dur
La meilleur façon d’ajouter de l’espace de pagination, bien sûr, est d’utiliser ceci comme excuse pour ajouter un
autre disque dur. Vous pouvez toujours utiliser un autre disque après tout. Si vous pouvez faire cela, allez relire la
discussion sur l’espace de pagination dans la Section 11.2 du Manuel pour des suggestions sur la meilleure façon
d’arranger votre espace de pagination.
317
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.14.2. Espace de pagination sur NFS
L’espace de pagination sur NFS n’est recommandé que si vous n’avez pas de disque dur local sur lequel avoir
l’espace de pagination; la pagination sur NFS sera limitée par la bande passante du réseau et sera un fardeau
supplémentaire pour le serveur NFS.
11.14.3. Fichiers de pagination
Vous pouvez créer un fichier d’une taille spécifique pour l’utiliser comme fichier de pagination. Dans notre exemple
nous utiliserons un fichier de 64MO appelé /usr/swap0. Vous pouvez, bien sûr, utiliser le nom de votre choix.
Exemple 11-1. Créer un fichier de pagination sous FreeBSD
1. Assurez-vous que votre configuration de noyau inclut le pilote de disque mémoire (md(4)). Il se trouve par
défaut dans le noyau GENERIC.
device
md
# Memory "disks"
2. Créez un fichier de pagination (/usr/swap0):
# dd if=/dev/zero of=/usr/swap0 bs=1024k count=64
3. Fixez les bonnes permissions sur /usr/swap0:
# chmod 0600 /usr/swap0
4. Activez le fichier de pagination dans /etc/rc.conf:
swapfile="/usr/swap0"
# Set to name of swapfile if aux swapfile desired.
5. Redémarrez la machine ou activez directement le fichier de pagination:
# mdconfig -a -t vnode -f /usr/swap0 -u 0 && swapon /dev/md0
11.15. Gestion de l’énergie et des ressources
Ecrit par Hiten Pandya et Tom Rhodes.
Il est important d’utiliser les ressources matérielles d’une manière efficace. Avant l’apparition de l’ACPI, il était
difficile pour les systèmes d’exploitation de gérer l’utilisation de l’alimentation et la température d’un système. Le
matériel était géré par le BIOS et donc l’utilisateur avait moins de contrôle et de visibilité sur le paramétrage de la
gestion de l’énergie. Une configuration limitée était accessible via l’Advanced Power Management (APM). La
gestion de l’énergie et des ressources est un des éléments clés d’un système d’exploitation moderne. Par exemple,
vous pourrez vouloir qu’un système d’exploitation surveille certaines limites (et éventuellement vous alerte), au cas
où la température de votre système augmente de façon inattendue.
Dans cette section, nous fournirons une information complète au sujet de l’ACPI. Il sera fait référence à des
documents supplémentaires en fin de section pour plus de détails.
318
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.15.1. Qu’est-ce que l’ACPI?
L’« interface de configuration et d’alimentation avancée » (ACPI, Advanced Configuration and Power Interface) est
une norme créée par un ensemble de constructeurs pour fournir une interface standard à la gestion des ressources et
de l’énergie. C’est un élément clé dans le contrôle et la configuration par le système d’exploitation de de la gestion
d’énergie, i.e., il permet plus de contrôle et flexibilité au système d’exploitation. Les systèmes modernes ont
“repoussé” les limites des interfaces “Plug and Play” antérieures à l’apparition de l’ACPI. L’ACPI est le descendant
direct de l’APM (Advanced Power Management - gestion avancée de l’énergie).
11.15.2. Les imperfections de la gestion avancée de l’énergie (APM)
Le système de gestion avancée de l’énergie (APM) gère l’utilisation de l’énergie par un système en fonction de son
activité. Le BIOS APM est fourni par le fabricant (du système) et est spécifique à la plateforme matérielle. Un pilote
APM au niveau du système d’exploitation gère l’accès à l’interface logicielle APM qui autorise la gestion des
niveaux de consommation. L’APM devrait être toujours utilisé pour les systèmes fabriqués en ou avant 2000.
L’APM présente quatre problèmes majeurs. Tout d’abord la gestion de l’énergie est effectuée par le BIOS (spécifique
au constructeur), et le système d’exploitation n’en a aucune connaissance. Un exemple de ce problème, est lorsque
l’utilisateur fixe des valeurs pour le temps d’inactivité d’un disque dur dans le BIOS APM, qui une fois dépassé,
provoque l’arrêt du disque (par le BIOS) sans le consentement du système d’exploitation. Deuxièmement, la logique
de l’APM est interne au BIOS, et agit indépendamment du système d’exploitation. Cela signifie que les utilisateurs
ne peuvent corriger les problèmes de leur BIOS APM qu’en flashant un nouveau BIOS; c’est une opération
dangereuse, qui si elle échoue peut laisser le système dans un état irrécupérable. Troisièmement, l’APM est une
technologie spécifique au constructeur, ce qui veut dire qu’il y a beaucoup de redondances (duplication des efforts) et
de bogues qui peuvent être trouvées dans le BIOS d’un constructeur, et qui peuvent ne pas être corrigées dans
d’autres BIOS. Et pour terminer, le dernier problème est le fait que le BIOS APM n’a pas suffisamment d’espace
pour implémenter une politique sophistiquée de gestion de l’énergie, ou une politique qui peut s’adapter parfaitement
aux besoins de la machine.
Le BIOS Plug and Play (PNPBIOS) n’était pas fiable dans de nombreuses situations. Le PNPBIOS est une
technologie 16 bits, le système d’exploitation doit utiliser une émulation 16 bits afin de faire l’« interface » avec les
méthodes PNPBIOS.
Le pilote APM FreeBSD est documenté dans la page de manuel apm(4).
11.15.3. Configurer l’ACPI
Le pilote acpi.ko est par défaut chargé par le loader(8) au démarrage et ne devrait pas être compilé dans le noyau.
La raison derrière cela est que les modules sont plus facile à manipuler, par exemple pour passer à une autre version
du module acpi.ko sans avoir à recompiler le noyau. Cela présente l’avantage de rendre les tests aisés. Une autre
raison est que lancer l’ACPI après qu’un système ait terminé son lancement donne souvent lieu à des
dysfonctionnements. Si des problèmes surviennent, vous pouvez désactiver l’ACPI. Ce pilote ne devrait et ne peut
être déchargé car le bus système l’utilise pour différentes intéraction avec le matériel. L’ACPI peut être déactivé en
ajoutant hint.acpi.0.disabled="1" dans le fichier /boot/loader.conf ou directement à l’invite du chargeur
(loader(8)).
Note : L’ACPI et l’APM ne peuvent coexister et devraient être utilisé séparément. Le dernier chargé s’arrêtera s’il
détecte l’autre en fonctionnement.
319
Chapitre 11. Configuration et optimisation
L’ACPI peut être utilisé pour mettre en veille un système avec acpiconf(8), les options -s et 1-5. La plupart des
utilisateurs n’auront besoin que de 1 ou 3 (système suspendu en RAM). L’option 5 provoquera un arrêt de
l’alimentation par logiciel, effet identique à un:
# halt -p
D’autres options sont disponibles via sysctl(8). Consultez les pages de manuel acpi(4) et acpiconf(8) pour plus
d’informations.
11.16. Utiliser et déboguer l’ACPI sous FreeBSD
Ecrit par Nate Lawson. Avec la collaboration de Peter Schultz et Tom Rhodes.
L’ACPI est une nouvelle méthode de recherche des périphériques, de gestion de l’énergie, et fourni un accès
standardisé à différents matériels gérés auparavant par le BIOS. Des progrès ont été fait vers un fonctionnement de
l’ACPI sur tous les systèmes, mais des bogues dans le « bytecode » du langage machine ACPI (ACPI Machine
Language—AML), des imperfections dans les sous-systèmes du noyau FreeBSD, et des bogues dans l’interpréteur
ACPI-CA d’Intel continuent d’apparaître.
Ce document est destiné à vous permettre d’aider les développeurs du système ACPI sous FreeBSD à identifier la
cause originelle des problèmes que vous observez et à déboguer et développer une solution. Merci de lire ce
document et nous espérons pouvoir résoudre les problèmes de votre système.
11.16.1. Soumettre des informations de débogage
Note : Avant de soumettre un problème, assurez-vous d’utiliser la dernière version de votre BIOS, et si elle est
disponible, la dernière version du firmware du contrôleur utilisé.
Pour ceux désirant soumettre directement un problème, veuillez faire parvenir les informations suivantes à la liste
freebsd-acpi@FreeBSD.org (mailto:freebsd-acpi@FreeBSD.org):
•
Description du comportement défectueux, en ajoutant le type et le modèle du système et tout ce qui peut causer
l’apparition du bogue. Notez également le plus précisément possible quand le bogue a commencé à se manifester
s’il est nouveau.
•
La sortie de dmesg(8) après un boot -v, y compris tout message généré lors de la manifestation du bogue.
•
La sortie de dmesg(8) après un boot -v avec l’ACPI désactivé, si cette désactivation corrige le problème.
•
La sortie de sysctl hw.acpi. C’est également un bon moyen de déterminer quelles fonctionnalités sont offertes
par votre système.
•
Une URL où peut être trouvé votre code source ACPI (ACPI Source Language—ASL). N’envoyez pas
directement l’ASL sur la liste de diffusion, ce fichier peut être très gros. Vous pouvez générer une copie de votre
ASL en exécutant la commande suivante:
320
Chapitre 11. Configuration et optimisation
# acpidump -dt > name-system .asl
(Remplacez name par votre nom d’utilisateur et system par celui du constructeur/modèle. Par exemple:
njl-FooCo6000.asl)
La plupart des développeurs lisent la liste liste de diffusion à propos de la branche FreeBSD-CURRENT
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-current) mais soumettez également les problèmes rencontrés à la
liste freebsd-acpi (http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-acpi) afin d’être sûr qu’ils seront vus. Soyez
patient, nous avons tous un travail à plein temps qui nous attend ailleurs. Si votre bogue n’est pas immédiatement
apparent, nous vous demanderons probablement de soumettre un PR par l’intermédiaire de send-pr(1). Quand vous
remplirez un PR, veillez à inclure les mêmes informations que celles précisées précédemment. Cela nous aidera à
cerner et à résoudre le problème. N’envoyez pas de PR sans avoir contacté auparavant la liste freebsd-acpi
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-acpi) étant donné que nous utilisons les PRs comme pense-bêtes
de problèmes existants, et non pas comme mécanisme de rapport. Il se peut que votre problème puisse avoir déjà été
signalé par quelqu’un d’autre.
11.16.2. Information de fond
L’ACPI est présent sur tous les ordinateurs modernes compatibles avec l’une des architectures ia32 (x86), ia64
(Itanium), et amd64 (AMD). La norme complète définit des fonctionnalités comme la gestion des performances du
CPU, des contrôles des niveaux d’énergie, des zones de températures, divers systèmes d’utilisation des batteries, des
contrôleurs intégrés, et l’énumération du bus. La plupart des systèmes n’implémentent pas l’intégralité des
fonctionnalités de la norme. Par exemple, un ordinateur de bureau n’implémentera généralement que la partie
énumération de bus alors qu’un ordinateur portable aura également le support de la gestion du refroidissement et de
la batterie. Les ordinateurs portables disposent également des modes de mise en veille et de réveil, avec toute la
complexité qui en découle.
Un système compatible ACPI dispose de divers composants. Les fabricants de BIOS et de circuits fournissent des
tables de description (FADT) fixes en mémoire qui définissent des choses comme la table APIC (utilisée par les
systèmes SMP), les registres de configuration, et des valeurs de configuration simples. De plus, est fournie une table
de « bytecode » (la table différenciée de description du système—Differentiated System Description Table DSDT)
qui spécifie sous forme d’une arborescence l’espace des noms des périphériques et des méthodes.
Le pilote ACPI doit analyser les tables, implémenter un interpréteur pour le « bytecode », et modifier les pilotes de
périphériques et le noyau pour qu’ils acceptent des informations en provenance du sous-système ACPI. Pour
FreeBSD, Intel fourni un interpréteur (ACPI-CA) qui est partagé avec Linux et NetBSD. L’emplacement du code
source de l’interpréteur ACPI-CA est src/sys/contrib/dev/acpica. Le code « glu » permettant à ACPI-CA de
fonctionner sous FreeBSD se trouve dans src/sys/dev/acpica/Osd. Et enfin, les pilotes qui gèrent les différents
périphériques ACPI se trouvent dans src/sys/dev/acpica.
11.16.3. Problèmes courants
Pour un fonctionnement correct de l’ACPI, il faut que toutes les parties fonctionnent correctement. Voici quelques
problèmes courants, par ordre de fréquence d’apparition, et quelques contournements ou corrections possibles.
321
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.16.3.1. Problèmes avec la souris
Dans certains cas le réveil après une mise en veille sera à l’origine d’un dysfonctionnement de la souris. Une solution
connue est d’ajouter la ligne hint.psm.0.flags="0x3000" au fichier /boot/loader.conf. Si cela ne
fonctionne pas, pensez à envoyer un rapport de bogue comme décrit plus haut.
11.16.3.2. Mise en veille/réveil
L’ACPI dispose de trois modes de mise en veille en RAM (STR—Suspend To RAM), S1 à S3, et un mode de mise
en veille vers le disque dur (STD—Suspend To Disk), appelé S4. Le mode S5 est un arrêt « soft » et est le mode dans
lequel se trouve votre système quand il est branché mais pas allumé. Le mode S4 peut être implémenté de deux
manières différentes. Le mode S4BIOS est une mise en veille vers le disque assistée par le BIOS. Le mode S4OS est
implémenté intégralement par le système d’exploitation.
Commencez par examiner la sortie de sysctl hw.acpi à la recherche d’éléments concernant les modes de mise en
veille. Voici les résultats pour un Thinkpad:
hw.acpi.supported_sleep_state: S3 S4 S5
hw.acpi.s4bios: 0
Cela signifie que nous pouvons utiliser acpiconf -s pour tester les modes S3, S4OS, et S5. Si s4bios était égal à
1, nous disposerions d’un support S4BIOS à la place de S4OS.
Quand vous testez la mise en veille et le réveil, commencez avec le mode S1, pour voir s’il est supporté. Ce mode
doit fonctionner dans la plupart des cas puisqu’il nécessite peu de support. Le mode S2 n’est pas implémenté, mais si
vous en disposez, il est similaire au mode S1. La chose suivante à essayer est le mode S3. C’est le mode STR le plus
avancé et il nécessite un support du pilote important pour réinitialiser correctement votre matériel. Si vous avez des
problèmes au réveil de la machine, n’hésitez pas à contacter la liste freebsd-acpi
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-acpi) mais ne vous attendez pas à ce que le problème soit résolu
puisqu’il y a de nombreux pilotes/matériels qui nécessitent plus de tests et de développement.
Pour isoler le problème, retirez du noyau tous les pilotes de périphériques possibles. Si cela fonctionne, vous pouvez
alors identifier le pilote fautif en chargeant les pilotes un à un jusqu’à l’apparition du problème. Généralement les
pilotes binaires comme nvidia.ko, les pilotes d’affichage X11, ou les pilotes USB seront victimes de la plupart des
problèmes tandis que ceux concernant les interfaces Ethernet fonctionneront normalement. Si vous pouvez
charger/décharger les pilotes de périphériques correctement, vous pouvez automatiser cela en ajoutant les
commandes appropriées dans les fichiers /etc/rc.suspend et /etc/rc.resume. Il y a un exemple en
commentaire pour décharger ou charger un pilote. Essayez de fixer hw.acpi.reset_video à zéro (0) si votre
affichage est corrompu après un réveil de la machine. Essayez des valeurs plus grandes ou plus faibles pour
hw.acpi.sleep_delay pour voir si cela aide.
Une autre méthode est d’essayer de charger une distribution Linux récente avec le support ACPI et tester la mise en
veille et le réveil sur le même matériel. Si cela fonctionne sous Linux, c’est probablement donc un problème de
pilotes FreeBSD et déterminer quel pilote est responsable des disfonctionnements nous aidera à corriger le problème.
Notez que les personnes qui maintiennent l’ACPI sous FreeBSD ne s’occupe pas généralement des autres pilotes de
périphériques (comme le son, le système ATA, etc.), aussi tout rapport concernant un problème de pilote devrait
probablement en fin de compte être posté sur la liste freebsd-current
(http://lists.FreeBSD.org/mailman/listinfo/freebsd-current) et communiqué au responsable du pilote. Si vous vous
sentez une âme d’aventurier, commencez à ajouter des printf(3)s de débogage dans un pilote problématique pour
déterminer à quel moment dans sa fonction de réveil il se bloque.
322
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Enfin, essayez de désactiver l’ACPI et d’activer l’APM à la place, pour voir si la mise en veille et le réveil
fonctionnent avec l’APM, tout particulièrement dans le cas de matériel ancien (antérieur à 2000). Cela prend du
temps aux constructeurs de mettre en place le support ACPI et le matériel ancien aura sûrement des problèmes de
BIOS avec l’ACPI.
11.16.3.3. Blocages du système (temporaires ou permanents)
La plupart des blocages système sont le résultat d’une perte d’interruptions ou d’une tempête d’interruptions. Les
circuits ont beaucoup de problèmes en fonction de la manière dont le BIOS configure les interruptions avant le
démarrage, l’exactitude de la table APIC (MADT), et le routage du System Control Interrupt (SCI).
Les tempêtes d’interruptions peuvent être distinguées des pertes d’interruptions en contrôlant la sortie de la
commande vmstat -i en examinant la ligne mentionnant acpi0. Si le compteur s’incrémente plusieurs fois par
seconde, vous êtes victime d’une tempête d’interruptions. Si le système semble bloqué, essayez de basculer sous
DDB (CTRL+ALT+ESC sous la console) et tapez show interrupts.
Votre plus grand espoir quand vous faites face à des problèmes d’interruptions est d’essayer de désactiver le support
APIC avec la ligne hint.apic.0.disabled="1" dans le fichier loader.conf.
11.16.3.4. Paniques
Les paniques sont relativement rares dans le cas de l’ACPI et sont au sommet des priorités en matière de problèmes à
corriger. Le premier point est d’isoler les étapes nécessaires à la reproduction de la panique (si possible) et d’obtenir
une trace de débogage. Suivez l’aide sur l’activation de options DDB et la configuration d’une console série (lire la
Section 24.6.1.1) ou la configuration d’une partition dump(8). Vous pouvez obtenir une trace de débogage sous DDB
avec la commande tr. Si vous devez recopier à la main la trace de débogage, assurez-vous de relever les cinq
dernières lignes et les cinq premières ligne de la trace.
Ensuite essayez d’isoler le problème en démarrant avec l’ACPI désactivé. Si cela fonctionne, vous pouvez isoler le
sous-système ACPI en utilisant différentes valeurs pour l’option debug.acpi.disable. Consultez la page de
manuel acpi(4) pour des exemples.
11.16.3.5. Le système redémarre après une mise en veille ou un arrêt
Tout d’abord, essayez de fixer hw.acpi.disable_on_poweroff="0" dans loader.conf(5). Cela empêche l’ACPI
de désactiver divers événements lors du processus d’arrêt. Certains systèmes ont besoin d’avoir cette valeur fixée à 1
(valeur par défaut) pour la même raison. Cela corrige généralement le problème d’un système démarrant
spontanément après une mise en veille ou un arrêt.
11.16.3.6. Autres problèmes
Si vous rencontrez d’autres problèmes avec l’ACPI (impossible de travailler avec une station d’amarrage,
périphériques non détectés, etc.), veuillez envoyer un courrier descriptif à la liste de diffusion; cependant, certains de
ces problèmes peuvent être relatifs à des partie incomplètes du sous-système ACPI et qui pourront prendre du temps
à être implémentées. Soyez patient et prêt à tester les correctifs que nous pourront éventuellement vous envoyer.
323
Chapitre 11. Configuration et optimisation
11.16.4. ASL, acpidump, et IASL
Le problème le plus courant est le fait que les constructeurs fournissent des « bytecodes » erronés (ou plus
simplement bogués!). Cela se manifeste généralement sur la console par des messages du noyau du type:
ACPI-1287: *** Error: Method execution failed [\\_SB_.PCI0.LPC0.FIGD._STA] \\
(Node 0xc3f6d160), AE_NOT_FOUND
La plupart du temps vous pouvez corriger ces problèmes en mettant à jour votre BIOS avec la dernière version
disponible. La majorité des messages sur la console sont innofensifs mais si vous avez d’autres problèmes comme
l’état de la batterie qui ne fonctionne pas, ce sont de bonnes raisons pour commencer à jeter un oeil à ces problèmes
dans l’AML. Le « bytecode », connu sous le nom d’AML, est compilé à partir d’un langage source appelé ASL.
L’AML se trouve dans une table appelée DSDT. Pour obtenir une copie de votre ASL, utilisez acpidump(8). Vous
devriez utiliser de paire les options -t (qui affiche le contenu des tables fixes) et -d (qui désassemble l’AML en
ASL). Consultez la section Soumettre des informations de déboguage pour un exemple de syntaxe.
Le tout premier test que vous pouvez effectuer est de recompiler votre ASL à la recherche d’erreurs. Les
avertissements peuvent être généralement ignorés mais les erreurs sont des bogues qui normalement empêchent
l’ACPI de fonctionner correctement. Pour recompiler votre ASL, utilisez la commande suivante:
# iasl your.asl
11.16.5. Correction de votre ASL
A long terme, notre objectif est que tout le monde puisse avoir un système ACPI fonctionnant sans aucune
intervention de l’utilisateur. Actuellement, nous sommes toujours en train de développer des solutions pour
contourner les erreurs courantes faites par les fabricants de BIOS. L’interpréteur de Microsoft (acpi.sys et
acpiec.sys) ne contrôle pas de façon stricte la conformité avec la norme, et par conséquent de nombreux fabricants
de BIOS qui testent l’ACPI uniquement sous Windows ne corrigent donc jamais leur ASL. Nous espérons poursuivre
à identifier et documenter avec exactitude les comportements non-standards autorisés par l’interpréteur de Microsoft
et les reproduire de manière à permettre à FreeBSD de fonctionner sans obliger les utilisateurs à corriger leur ASL.
Comme solution et pour nous aider à identifier ces comportements, vous pouvez corriger manuellement votre ASL.
Si cela fonctionne pour vous, veuillez nous envoyer un diff(1) de l’ancien et du nouveau ASL de façon à ce que nous
puissions corriger le comportement incorrect dans ACPI-CA et rendre donc inutile à l’avenir votre correctif.
Voici une liste des messages d’erreur courants, leur cause, et comment les corriger:
11.16.5.1. Dépendances _OS
Certains AMLs supposent que le monde n’est fait de que différentes versions de Windows. Vous pouvez demander à
FreeBSD de s’annoncer comme étant n’importe quel système d’exploitation pour voir si cela corrige les problèmes
que vous pouvez rencontrer. Une manière simple de faire cela est de fixer la variable hw.acpi.osname="Windows
2001" dans /boot/loader.conf ou avec une autre chaîne de caractères que vous trouvez dans l’ASL.
11.16.5.2. “Missing Return statements”
Certaines méthodes ne renvoient pas explicitement une valeur comme la norme le demande. Bien qu’ACPI-CA ne
gère pas cela, FreeBSD contourne ce problème en renvoyant implicitement la valeur. Vous pouvez également ajouter
324
Chapitre 11. Configuration et optimisation
des « Return statements » explicites où cela est nécessaire si vous connaissez la valeur à renvoyer. Pour forcer iasl à
compiler l’ASL, utilisez l’option -f.
11.16.5.3. Remplacer l’AML par défaut
Après avoir personnalisé votre.asl, vous voudrez le compiler, pour cela exécutez:
# iasl your.asl
Vous pouvez ajouter l’option -f pour forcer la création de l’AML, même s’il y a des erreurs lors de la compilation.
Rappelez-vous que certaines erreurs (e.g., “missing Return statements”) sont automatiquement contournées
par l’interpréteur.
DSDT.aml est le fichier de sortie par défaut pour iasl. Vous pouvez le charger à la place de la version boguée de
votre BIOS (qui est toujours présent dans la mémoire flash) en éditant le fichier /boot/loader.conf comme suit:
acpi_dsdt_load="YES"
acpi_dsdt_name="/boot/DSDT.aml"
Assurez-vous de bien copier votre fichier DSDT.aml dans le répertoire /boot.
11.16.6. Obtenir d’ACPI une sortie de débogage
Le pilote ACPI dispose d’une fonction de débogage très flexible. Elle vous permet de spécifier un ensemble de
sous-systèmes ainsi que le niveau de verbosité. Les sous-systèmes que vous désirez déboguer sont indiqués sous la
forme de « couches » et sont divisés en composants ACPI-CA (ACPI_ALL_COMPONENTS) et en supports
matériel ACPI (ACPI_ALL_DRIVERS). La verbosité de la sortie de débogage est spécifiée par un « niveau » et des
intervalles de ACPI_LV_ERROR (rapporte juste les erreurs) à ACPI_LV_VERBOSE (tout). Le « niveau » est un
masque de bits séparés par des espaces, aussi de nombreuses options peuvent être fixées à la fois. Dans la pratique,
vous voudrez utiliser un console série pour afficher la sortie si les informations de débogage sont si importantes
qu’elles dépassent le tampon des messages de la console. Une liste complète des couches individuelles et des
niveaux peut être trouvée dans la page de manuel acpi(4).
L’affichage des informations de débogage n’est pas activé par défaut. Pour l’activer, ajoutez la ligne options
ACPI_DEBUG à votre fichier de configuration du noyau si l’ACPI est compilé dans le noyau. Vous pouvez ajouter la
ligne ACPI_DEBUG=1 à votre fichier /etc/make.conf pour l’activer de façon globale. Si l’ACPI est sous forme de
module, vous pouvez recompiler votre module acpi.ko comme suit:
# cd /sys/modules/acpi/acpi
&& make clean &&
make ACPI_DEBUG=1
Installez acpi.ko dans le répertoire /boot/kernel et indiquez le niveau et la couche désirée dans loader.conf.
L’exemple suivant active les messages de débogage pour tous les composants ACPI-CA et tous les pilotes de
matériel ACPI (CPU, LID, etc.). Il n’affichera que les messages d’erreur, c’est le niveau le moins verbeux.
debug.acpi.layer="ACPI_ALL_COMPONENTS ACPI_ALL_DRIVERS"
debug.acpi.level="ACPI_LV_ERROR"
325
Chapitre 11. Configuration et optimisation
Si l’information que vous voulez est déclenchée par un événement particulier (disons par exemple une mise en veille
suivi d’un réveil), vous pouvez abandonner les modifications dans loader.conf et utiliser à la place sysctl pour
indiquer la couche et le niveau après le démarrage et préparer votre système pour cet événement particulier. Les
variables sysctl sont appelées de la même manière que dans le fichier loader.conf.
11.16.7. Réfé